UNIVERSITE SORBONNE NOUVELLE – PARIS 3

UNIVERSITE SORBONNE NOUVELLE – PARIS 3
UNIVERSITE SORBONNE NOUVELLE – PARIS 3
ÉCOLE DOCTORALE 268 - Langage et langues :
description, théorisation, transmission
En cotutelle avec / A cotutella con :
UNIVERSITÀ CA’FOSCARI DI VENEZIA
Thèse de doctorat / Tesi di dottorato
Discipline : Sciences du langage / Disciplina : Scienze del Linguaggio
WU Tong (吴桐)
LA RELATIVISATION PRÉNOMINALE / LA RELATIVISAZIONE PRENOMINALE
Thèse dirigée par / Tesa diretto da Georges Rebuschi, Guglielmo Cinque
Soutenue le 1er décembre 2011 / Discusso il 1 dicembre 2011
Jury / Commissione :
M. / Sig. Guglielmo CINQUE, Co-directeur / Co-directore
Mme / Sig. ra Karen FERRET, Examinatrice / Esaminatrice
Mme / Sig. ra Alessandra GIORGI, Examinatrice / Esaminatrice
M. / Sig. Alain KIHM, Examinateur / Esaminatore
M. / Sig. Georges REBUSCHI, Co-directeur / Co-directore
M. / Sig. Mark de VRIES, Examinateur / Esaminatore
La relativisation prénominale
Thèse présentée par
WU Tong
Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris III.
Institut de Linguistique et Phonétique Générales et Appliquées
Langues et Civilisations à Tradition Orale (LACITO) (UMR 7107)
Discipline : Sciences du Langage
Résumé : N otre étude p orte s ur l a proposition r elative pr énominale ( Prpré), d ans l e c adre de l a
typologique et du modèle minimaliste de la grammaire générative. Le pr emier c hapitre pose pour
objets principaux de d éfinir l a pr oposition r elaive ( PR) e t d’ établir t rois t ypologies concernant l a
PR. Le deuxième chapitre spécifie la PRpré et les langues à PRpré. Nous restreindrons notre étude
aux l angues à PRpré pr emière. N ous r esituons c es l angues d ans l eur r épartition gé ographique et
leur a ffiliation linguistique pour montrer que l es facteurs géographiques et génériques ne p euvent
pas rendre c ompte de la P Rpré. L e t roisième c hapitre expose en détail les a nalyses t héoriques
générativistes s ur l a PR e t rend c ompte de l a po ssibilité de les intégrer d ans l e pr ogramme
minimaliste. L e quatrième chapitre est consacré, dans la p remière p artie, à a nalyser la PRpré dans
une p erspective minimaliste s uivant K ayne ( 1994). Nous t entons de pr oposer de s dé rivations
permettant de linéariser correctement les éléments suivants dans le SD de la PRpré : article défini,
démonstratif, PR, relativiseur et nom t ête. Le syntagme [ SD SDem [D° [ SC SN [C° [ SI t SN ]]]]] s ert
de base p our l es différentes d érivations g énérant les 1 6 l inéarités des éléments dans SD repérées
dans l es langues à P Rpré. E nsuite, n ous a nalysons l es effets d e r econstruction en s uivant B ianchi
(2004). Nous adopterons l ’idée de « case-stacking » de P esetsky (2009a et 2009b) pour l e c onflit
casuel/Casuel et aussi pour le trou syntaxique et l’idée de Boeckx (2003) pour le pronom résomptif.
Dans l a d euxième s ection, n ous pr ésenterons l ’analyse de C inque ( 2003/8) po ur l a PRpré. L e
cinquième chapitre expose les caractéristiques typologiques non-intrinsèques de la PRpré.
Mots-clés : P roposition r elative pr énominale, pr ogramme minimaliste, A nalyse d e la M ontée d e
Tête, Hypothèse de SD, Spécifieurs multiples
Prenominal Relative Clause
Summary: This study concerns the prenominal relative clause in the framework of typology and of
the M inimalist m odel o f G enerative G rammar. The f irst c hapter d efines t he r elative c lause a nd
establishes three typologies on relative clauses. The second chapter specifies what are “prenominal
relative clause” and “primary prenominal relative clause languages”. These languages are presented
according to their geographic distribution and linguistic affiliation, but the geographic and genetic
factors cannot a nalyze p roperly t he p renominal r elative c lause, b ecause it can b e better a nalyzed
according to its typological properties. The third chapter exposes in detail the generative analyses
on relative clauses, i.e. Head External Analysis, Head Raising Analysis and Matching Analysis, and
discusses how they can be integrated into the Minimalist Program. The fourth chapter analyzes the
prenominal r elative clause i n t he M inimalist f ramework a ccording t o K ayne (1994). I t i s s hown
how the following elements in the DP of the prenominal relative clause can be correctly linearized,
i.e. definite article, demonstrative, relative clause, relativizer and head noun. The basic structure is
[ DP DemP [D° [ CP NP [C° [ IP t NP ]]]]]. It can derive the 16 linear orders found in prenominal relative
clause languages. The reconstruction effect is analyzed according to Bianchi (2004), the case/Case
conflict a nd t he gaps a ccording to P esetsky ( 2009a & 20 09b) a nd t he r esumptive pr onoun
according to Boeckx (2003). In the last section, another analysis, i.e. Cinque (2003/8), is applied to
the prenominal relative clauses. The fifth chapter talks about non-intrinsic typological properties of
the prenominal relative clause.
Key w ords: p renominal r elative c lause, M inimalist P rogram, H ead R aising Analysis,
DP-Hypothesis, multiple specifier
Table des matières
Liste des figures ·····················································································III
Liste des tableaux ··················································································
IV
Liste des annexes ····················································································
V
Glossaire français-anglais ·········································································
VI
Gloses et abréviation ·············································································
VIII
Introduction générale ··············································································
1
0.1. Présentation du sujet ·········································································
1
0.2. Cadres théoriques : Typologie et Grammaire Générative ································
3
0.2.1. Typologie ··················································································
3
0.2.2. Grammaire Générative : Programme Minimaliste···································
6
0.3. Organisation de l’étude ·····································································
20
Chapitre 1. Proposition relative ································································
·23
1.1. Introduction ··················································································
23
1.2. Définition ·····················································································
23
1.3. Typologie syntaxique ········································································
30
1.4. Typologie sémantique ·······································································
36
1.5. Stratégies de relativisation ··································································
44
1.6. Conclusion····················································································
55
Chapitre 2. La proposition relative prénominale ·············································
59
2.1. Introduction ··················································································
59
2.2. Langues à proposition relative prénominale ··············································
59
2.2.1. Langues à proposition relative prénominale première ·····························
59
2.2.2. Répartition géographique ······························································
63
2.2.3. Affiliation linguistique ··································································
68
2.2.4. La proposition relative prénominale : ni type régional ni type génétique ········ 70
2.3. Caractéristiques typologiques de la proposition relative prénominale ················· 73
2.4. Conclusion····················································································
84
Chapitre 3 . A nalyses t héoriques, l eurs a rguments et p roblèmes, et l eur i ntégration
dans le MP···························································································
85
3.1. Introduction ··················································································
85
3.2. L’Analyse de la Tête Externe (ATE)·······················································
86
3.3. L’Analyse de la Montée de Tête (AMT) ··················································
88
3.4. L’Analyse de l’Assortiment (AA) ·························································
93
3.5. Arguments et problèmes ····································································
94
3.6. Quelques remarques minimalistes ·······················································
109
3.7. Conclusion··················································································
121
Chapitre 4. L es d érivations : A MT k aynienne m inimaliste, et AM T + AA (Cinque
(2003/8))····························································································
123
4.1. Introduction ················································································
123
4.2. AMT kaynienne minimaliste ·····························································
127
4.2.1. SC de la PRpré ········································································
127
4.2.2. SD de la PRpré ········································································
143
I
4.2.3. AMT minimaliste ······································································
4.2.4. Reconstruction ·······································································
4.2.5. Conflits Casuel/casuel ································································
4.2.6. Trous élargi et extra-élargi ··························································
4.2.7. Pronom résomptif ·····································································
4.2.8. Effets d’îlot ···········································································
4.2.9. Conclusion de la section ·····························································
4.3. AMT + AA (Cinque (2003/8))····························································
4.3.1. Idées générales ········································································
4.3.2. Applications ···········································································
4.3.3. Remarques : avantages et problèmes ···············································
4.4. Conclusion··················································································
Chapitre 5. Questions restantes ·······························································
5.1. Introduction ················································································
5.2. PR non-finie ················································································
5.3. Hiérarchie d’Accessibilité ································································
5.4. Nature catégorielle du nom tête ··························································
5.5. Conclusion··················································································
Conclusion générale ·············································································
Références ·························································································
Annexes ····························································································
II
174
227
245
255
276
286
293
294
294
301
312
322
335
335
335
369
375
490
393
409
453
Liste des figures
Figure 0.1. Modèle du PM··········································································
Figure 1.1: PR enchâssée vs. PR détachée························································
Figure 1.2 : typologie syntaxique de la PR ·······················································
Figure 1.3 : Fréquence et distribution géographique des cinq types de PR ···················
Figure 2.1 : Répartition géographique des langues à PRpré ····································
Figure 2.2 : Langues asiatiques à PRpré ··························································
Figure 2.3 : Langue européenne à PRpré ·························································
Figure 2.4 : Langues africaines à PRpré ··························································
Figure 2.5 : Langues océaniennes à PRpré ·······················································
Figure 2.6 : Langues nord-américaines à PRpré ·················································
Figure 2.7 : Langues sud-américaines à PRpré ··················································
Figure 2.8 : Affiliation linguistique des langues à PRpré ·······································
Figure 2.9 : Langues sino-tibétaines à PRpré ····················································
Figure 2.10 : Langues altaïques à PRpré··························································
Figure 2.11 : Langues isolats et isolées à PRpré ·················································
Figure 2.12 : Zones de rassemblement des langues à PRpré hors de l’Asie ··················
Figure 2.13 : Langues afro-asiatiques à PRpré ···················································
III
19
31
32
33
64
64
65
65
66
66
67
68
68
69
69
71
71
Liste des tableaux
Tableau 1.1. Corrélation entre la sémantique et la syntaxe des PRs ···························
43
Tableau 1.2. Marquage verbal de la PRpré en quechua et en turc ·····························
50
Tableau 4.1. Flexion des noms inanimés en singhalais ·······································
149
Tableau 4.2. Flexion des noms animés en singhalais ··········································
150
Tableau 4.3. Sémantisme de la PRpré en mandarin et en japonais ··························
177
Tableau 4.4. Indices pronominaux en abkhaze ·················································
189
Tableau 4 .5. C aractéristiques morphosyntaxiques des P Rs restrictive, n on-restrictive et
maximalisante······················································································
232
Tableau 5.1. Terminaisons verbales en italien ··················································
341
Tableau 5.2. Terminaisons des formes verbales non-finies en marathi et en singhalais ··· 347
Tableau 5.3. Formes verbales non-finies en newari de Dolakha ·····························
348
Tableau 5.4. Hiérarchie d’Accessibilité de Lehmann (1986) ································
· 369
IV
Liste des annexes
Annexe 1 : Langues à relative prénominale recensées par Dryer (2005g) ··················
453
Annexe 2 : Répartition géographiques des langues à PRpré recensées par Dryer (2005g) 454
Annexe 3 : Affiliation linguistique des langues à PRpré recensées par Dryer (2005g)···· 455
Annexe 4 : Langues à PRpré non-recensées par Dryer (2005g) ·····························
456
Annexe 5 : Langues citées et leur affiliation linguistique ·····································
457
V
Glossaire français-anglais
Dans c e g lossaire ne s ont listés que les t ermes t echniques français q ui s ont r elativement
peu transparents en co mparaison d e l eur homologue anglais à p artir d esquels ils so nt
traduits, ce p our q uoi les t ermes t els q ue phase (phase en a nglais) e t Numération
(Numeration en anglais) sont o mis. Le t erme f rançais sert de l ’entrée e t le t erme an glais
d’origine se trouve à sa droite.
À nom tête interne (relative) : head-internal/internally-headed (relative)
Analyse de l’Assortiment : Matching Analysis
Analyse de la Montée de Tête : Head Raising Analysis
Analyse de la Tête Externe : Head External Analysis
Article lexical : lexical item
Avidité : Greed
Axiome de Correspondance Linéaire : Linear Correspondance Axiom
Capotage : crash
Capoter : crash
Condition d’Extension : Extension Condition
Condition d’Inclusivité : Inclusiveness Condition
Condition d’Uniformité : Uniformity Condition
Condition de l’Impénétrabilité des Phases : Phase Impenetrability Condition
Condition de Sortie Pure : Bare Output Condition
Condition du Dernier Recours : Last Resort Condition
Condition du Lien Minimal : Minimal Link Condition
Contrainte de l’îlot des adjoints : Adjunct Island Constraint
Contrainte de l’îlot-qu : wh-island Constraint
Contrainte des SNs coordonnés : Coordinate NP Constraint
Contrainte du SN complexe : Complexe NP Constraint
Contrainte du sujet phrastique : Sentence Subject Constraint
Déplacement : Move
Déplacer : move
Effacer : deletion
Élision : erasure
Empilage : stacking
Empiler : stack
Enchâssé : embedded
Enchâssement : embedding
Faible (trait) : weak (feature)
Forme logique : Logic Form
Forme phonétique : Phonetic Form
Fort (trait) : strong (feature)
Fusion : Merge(r)
Fusionner : merge
G(ouvernement) & L(iage) : G(overnment) & B(inding)
VI
Îlot : island
Invisible : covert
Laisser derrière (prépoposition) : strand (preposition)
Libre (relative) : free (relative)
Manifeste : overt
Marque : markedness
Maximalisante (relative) : maximalizing (relative)
Montée : raising
Nul : null
Objet syntaxique : syntactic object
Principe de Pleine Interprétation : Full Interpretation Principle
Principe de Préférence : Preference Principle
Principe de Procrastination : Procrastination Principle
Principe de Projection Étendue : Extended Projection Principle
Principe de Sousjacence : Subjacency Condition
Programme minimaliste : Minimaliste Program
S(yntagme) : P(hrase)
SC : CP
SD : DP
SDem : DemP
Sélection : Select
Sélectionner : select
SI : IP
SN : NP
Structure Syntagmatique Pure : Bare Phrase Structure
Tête : head
Théorie de Copie comme Déplacement : copy theory of movement
Trait : feature
Trou : gap
Vérification scindée : split checking
Vérification : checking
Vérifier: check
Vide (catégorie) : empty (category)
VII
Gloses et abréviations
Dans cet te é tude, les ex emples an glais, français et i taliens ne s ont pas g losés. P our l es
exemples d es a utres l angues, nous av ons t âché d e s uivre le p rincipe d ’uniformité en
matière d e g loses et d ’abréviations, mais s ’agissant d es ex emples t irés d ’autres au teurs,
sauf indication particulière, ils sont cités sans aucune modification, autrement dit, avec les
fautes et la mise e n forme (italique, gras, soulignement, etc.) originelles de l’auteur de la
référence c itée. L a raison d e ce tte m anière d e f aire es t d ouble, d ’une p art, p ar r espect à
ceux qui nous ont fourni autant de données « brutes » et d’autre part, à cause de la diversité
des informations v éhiculées p ar l es d ifférentes mises en formes. Un inconvénient d e c e
traitement est que les auteurs n’utilisent pas toujours les mêmes abréviations. Nous avons
donc i nclus toutes les a bréviations ut ilisées da ns cette liste d es a bréviations. À cau se d e
certains a uteurs, d ont T . G ivón s urtout, q ui ne d onnent a ucune e xplication s ur leurs
abréviations, nous sommes incapable de deviner de quoi il s’agit et ainsi ne pouvons faire
autrement que de laisser leurs abréviations sans explication.
En r evanche, les e xemples r ecueillis s uite à des e nquêtes p ersonnelles au près d es
informateurs o nt é té g losés t oujours en français au moyen d es mêmes a bréviations. Ces
abréviations o nt é té u tilisées co mme no tions p ré-théoriques. P our e n c onnaître l a
signification, o n p eut c onsulter, p ar ex emple C reissels ( 2006). N ous a vons ut ilisé
l’orthographe a lphabétisée s ’il e n e xiste u ne d ans l a langue e n q uestion. L e cas éch éant,
c’est l a t ranslitération u suelle q ui a ét é ad optée. Une au tre q uestion q ui y es t l iée es t l a
segmentation d es mots. N ous n ’avons p u f aire q ue s uivre l a p ratique co urante s ans n ous
soucier de sa légitimité, à condition que cette décision n’affecte pas l’analyse. En revanche,
à que l ni veau les informations g rammaticales d oivent ê tre e xplicitées n ous s emble la
question essentielle et même cruciale à l’analyse. La décision que nous avons prise est une
approche « minimaliste » : ne sont transcrites que les informations grammaticales qui sont
pertinentes à l’analyse : au lieu d’indiquer de quel temps, de quel aspect et de quel mode il
s’agit d ans la p hrase, n ous n ous co ntentons d e ‘ TAM’ p our l ’exemple illustrant l’accord
entre le déterminant et le nom ; en revanche, le genre de l’indice pronominal est explicité si
nous v oulons e xpliquer co mment le mécanisme d ’accord v erbal est en œ uvre d ans la
langue. D e même, n ous n’ avons pa s isolé de manière s ystématique t ous l es morphèmes
grammaticaux sauf si cela est nécessaire pour l’analyse. D’ailleurs, la traduction française
de l’ exemple ou l ’explication qui le s uit p euvent éventuellement en aider la
compréhension.
Les chiffres précédant ou suivant ‘S’, ‘s’ ou ‘PRO’ renvoient aux personnes grammaticales.
La classe nominale est marquée, selon l’auteur, soit par les chiffres suivant les deux points
précédés d ’un au tre ch iffre ( par ex . 3 :2), s oit pa r l es c hiffres pr écédant un n om o u un
dépendant de nom (par ex. 3-enfant), soit par les chiffres suivant G (pour gender en anglais)
(par ex. G1), soit par les chiffres romains (par ex. III, VI), soit par les chiffres suivant CL
(pour class en anglais) (par ex. CL:3).
% : acceptabilité marginale
(PRO)NOMINALIZER : (pro)nominalisateur
** : élément unconnu
VIII
→ : sens de la transitivité
A : absolutif
A : accusatif
A : actif
A : adjectif
A : agent
A : sujet de la phrase transitive
AA : Analyse de l’Assortiment
abl : ablatif
Abl : ablatif
ABL : ablatif
ABLT : ablatif
ABS : absolutif
AC : accusatif
ACC : accusatif
Acc : accusatif
acc : accusatif
accd : accusatif défini
ACL : Axiome de Correspondance Linéaire
ACP : accompli
AD : localisation
ADDR : interlocuteur
ADE : adessif
ADJ : adjectif
adj : adjectif
AdjP : syntagme adjectival
adn : dénominal
Adv : adverbial
adv : adverbialisateur
Adv : adverbe
ADV : adverbialiseur
ADV: adverbial
AFF : affectif
ag : agent
AG : nominalisateur de l’agent
AG : agent
Agr : accord
AGR: marque d’accord
AgrP : syntagme d’accord
AGT : agentif
AH : Hiérarchie d’Accessibilité
all : allatif
ALL : allatif
ALLOC : allocutif
IX
ALLT : allatif
AM : marque d’aspect
AMT : Analyse de la Montée de Tête
ANAPH : démonstratif anaphorique
ANom : nominal d’action
ANPH : anaphorique
AOP : participe aoriste
Aor : aoriste
AOR : aoriste
A-P : niveau articulatoire-perceptuel
AP : participe d’agent
AP : syntagme adjectival
APRT : participe actif/présent
ART : article
Art : article
ArtP : syntagme d’article
ASP : aspect
ASS : associatif
ATE : Analyse de la Tête Externe
AUGM : augment
Aux : auxiliaire
AUX : auxiliaire
aux : auxiliaire
BAS : cross-referencing basique
BENF : bénéfactif
BT : théorie du liage
C : complémenteur
CA : accusatif zéro
Card : numéral cardinal
CardP : syntagme de numéral cardinal
CAUS : causatif
CDR : Condition du Dernier Recours
CERT : certitude
CG : Catégorie Gouvernante
C-I : niveau conceptuel-intentionne
CIRC : circumlatif
CL : classificateur
C LH : système computationnelle du langage humain
CLM : Condition du Lien Minimal
CM : marque de complémentation
cnj : forme conjonctive
COLL : collectif
COM : comitatif
comp : complémenteur
X
COMP : complémenteur
compl : complémenteur
COMPL : complément
CON : continuatif
CONCESS : concessif
cond : conditionnel
COND : conditionnel
CONT : continu
conv : converbe
CONV : converbe
Cop : copule
COP : copule
CP : syntagme complémenteur
CPI : Condition de Pleine Interprétatio
CSM : marque de changement d’état
CSP : Conditions de Sortie Pure
D : datif
D : déterminant
D : préfixe verbal de classe nominale
dat : datif
Dat : datif
DAT : datif
DC : particule déclarative
DcC : Déplacement comme Copie
DEF : défini
Dei : déictique
DEM : démonstratif
DEM1 : démonstratif proximal
DEM2 : démonstratif distal
DES : ???
DET : déterminant
DetP : syntagme déterminant
DIR : directif
DIR : directionnel
DIST : éloigné (démontratif)
Do : objet direct
DO : objet direct
DP : syntagme déterminant
DR : directionnel
DR : discours rapporté
DS : D-Structure
DYN : dynamique
E : argument externe
E : ergatif
XI
ÉF : élément fonctionnel
ÉL : élément lexical
ELA : élatif
EMOT : verbe léger émotif
EMP : emphatique
EMPH : emphatique
emph : emphatique
Ep.Cop : copule épistémique
EPP : Principe de Projection Étendue
ERG : ergatif
Erg : ergatif
exc : exclusif
EXC : exclusif
F : féminin
f : féminin
F : force illocutoire
F : trait
FIN : forme verbale finie
Fin : forme verbale finie
FinP : syntagme de fini
F-L : Forme Logique
FN : nominalisation factive
FNom : nominal factif
Foc : focus
FocP : syntagme de focus
ForceP : syntagme de force illocutoire
FP : passé lointain
FP : syntagme de force illocutoire
FP : syntagme focus
F-Ph : Forme Phonétique
FR : proposition relative libre
FU : future
Fu : future
FUT : future
fut : future
G : génitif
G : trou
G&L : Gouvernement et Liage
GE : génitif
GEN : génitif
Gen : génitif
gen : génitif
ger : gérondif
GG : grammaire générative
XII
GN : génitif
GU : grammaire universelle
h : honorifique
H : tête
hab : habitif
HAB : habituel
HC : Contrainte de l’Hiérarchie
HDST : hyper-distal
HEADLESS : relativiseur de la proposition relative sans nom tête explicitement exprimé
HONOR : honorifique
HORT : hortatif
I : flexion
I : série I du verbe
II : série II du verbe
imp : imparfait
IMP : impératif
IMPARF : imparfait
IMPER : impératif
impf : imparfait
IMPF : imperfectif
IMPFT : imparfait
impfv : imperfectif
Impfv : imperfectif
IMPFV : imperfectif
IMPR : impératif
in : inclusif
IN : indicatif
INAC : inaccusatif
INACP : inaccompli
INCEP : ???
IND : individualisateur
INDEF : indéfini
IndP : syntagme indéfini
INESS : inessif
INF : infinitif
inf : infinitif
Inf : infinitif
INST : instrumental
INSTR : instrumental
instr : instrumental
INT : intentif
INTERR : interrogation
Io : objet indirect
IO : objet indirect
XIII
IP : syntagme flexionnel
IPF : imperfectif
IPFV : imperfectif
IPTV : impératif
IRR : irréalis
ITM : marque de l’intransitif
JONCT : joncteur
L : ???
LAT : latif
LF : forme logique
LK : lieur (linker)
LOC : locatif
Loc : locatif
loc : locatif
LV : voix locative
m : masuclin
M : masculin
MASD : masdar
MD : suffixe de modifieur pré-nominal
MOV : ???
MSD : masdar
n : neutre
N : neutre
N : nominatif
n.pst : non-passé
NC : nom composé
neg : négation
NEG : négation
Neg : négation
NER : nominalisateur
NFu : non-future
nfut : non-future
NM : nominatif
NML : nominalisateur
NO : nominatif
NOM : nominalisateur
Nom : nominatif
NOM : nominatif
nom : nominatif
nom : particule verbale nominalisant
NOML : nominalisateur
NON-FIN : non-fini
NP : syntagme nominal
Np : syntagme nominal
XIV
NPL : pluriel neutre
NR : nominalisateur
NRL : non-relationnel
NRPS : passé non-référentiel
NSUB : non-sujet
NUM : numéral
Num : numéral
NumP : syntagme numéral
NZR : nominalisateur
O (suivi d’une indication de personne) : indice d’objet
O : objet direct
ob : objet direct
OBJ : objet direct
ObjP : participe objet
obl : oblique
OBL : oblique
OBLQ : oblique
OCOMP : objet de comparaison
ODIR : dirigé vers le non-énonciateur
ON : superessif
Op : opérateur
OP : participe d’accusatif
OPT : optatif
OS : objet syntaxique
P : objet direct de la phrase transitive
P : participe
P : patient
P : pluriel
p : pluriel
P : possessif
P : préposition
P&P : Principes et Paramètres
P.COP : copule du passé
p.t : passé
PAR : partitif
PARF : parfait
part : participe
PART : participe
Pas : passé
PAS : passé
Past : passé
PAST : passé
PASTPART : participe passé
PAT : patient
XV
PER : évidentiel personnel-factuel
per : parfait
perf : parfait/perfectif
Perf : parfait/perfectif
PERF : parfait
pf : perfectif
PF : perfectif
PFV : perfectif
pl : pluriel
Pl : pluriel
PL : pluriel
PLACE : localisation
PLN : nom de lieu
PLUR : pluriel
PM : Programme Minimaliste
PN : nom propre
POS : positif
POSS : possessif
poss : possessif
POSTP : postposition
pp : participe passé
pp : participe présent
PP : syntagme prépositionnel
ppl : participe
PPRT : participe passif/passé
pr : présent
PR : proposition relative
PR : aspect progressif
PRA : proposition relative appositive
PRC : Contrainte de la Relativisation Première
Prd : prédicateur
pre : présent
prefl : possessif réfléchi
pres : présent
PRES : présent
pres : présent
PRESPART : participe présent
PRET : prétérite
prf : perfectif
PRF : parfait
PRM : proposition relative maximalisante
PRO : pronom personnel
prog : progressif
Prog : progressif
XVI
PROG : progressif
PROX : proximal (démonstratif)
PRpost : proposition relative postnominale
PRpré : proposition relative prénominale
PRR : proposition relative restrictive
prs : présent
PRS : présent
PRS : présent
Prs : présent
prs : présent
PRTT : partitif
ps : pluriel et/ou singulier
PSB : possibilité
pst : passé
PST : passé
PTC : participe
ptcp : participe
PTCP : participe
PTP : participe
PV : préverbe
PV : voix de patient
px : suffixe possessif
Q : marque de question
QP : syntagme quantifieur
QT : particule quotative
Quot : marque de citation
R.PST : passé lointain
RAD : racine
RC(S) : proposition(s) relative(s)
REACT : réactivé (topique)
Refl : refléchi
REFL : réfléchi
rel : relativiseur
Rel : relative (proposition)
REL : relative (proposition)
Rel : relativiseur
REL : relativiseur
RELT : relativiseur
REM : ???
REP : passé rapporté
REV : ???
RFL : réfléchi
RFL : réfléchi
RFPS : passé référentiel
XVII
RL : relativiseur
RLS : réalis
rp : participe relatif
RP : participe relatif/adjectival
RT : rétrospectif
RTEL : discours rapporté
rx : suffixe réfléchi
S (suivi d’une indication de personne) : indice de sujet
s (suivi d’une indication de personne) : indice de sujet
S : phrase
s : singulier
S : sujet
SAdj : syntagme adjectival
SBEL : subélatif
SBJ : sujet
SbjP : participe sujet
SBST : substantiviseur
SC : syntagme complémenteur
SCl : syntagme classificateur
SD : syntagme determinant
SDem : syntagme démonstratif
SFoc : syntagme focus
SForce : syntagme de force illocutoire
sg : singulier
Sg : singulier
SG : singulier
sgy : ???
SH : suffixe de sujet honorifique
SI : syntagme flexionnel
SIM : simultanéité
SInd : syntagme indéfini
SLEV : même niveau topographique
SN : syntagme nominal
SNum : syntagme numéral
SO : Spell-Out
SP : suffixe nominal de personne
Spec : spécifieur
SPEC : spécifieur
Spéc : spécifieur
SPrép : syntagme prépositionnel
SPRX : proche de l’énonciateur
SRDIR : superdirective
SREL : superélatif
SS : S-Structure
XVIII
SSP : Structure Syntagmatique Pure
SSp : syntagme de spécificité
STAT : statif
STH : suffixe thématique
SU : subessif
SU : sujet
sub : subordinateur
SUB : subordinateur
SUB : subordonnant
SUBJ : subjonctif
SUBJ : sujet
SUPER : superlatif
Sv : syntagme de v
SV : suffixe prédicatif de personne
SV : syntagme verbal
TAM : temps-aspect-mode
TC : topique contrastif
TEMP : converbe temporel
TEMP : temporel
TENT : tentatif
TH : ???
THM : ???
TO : topique
Top : topique
TOP : topique
TopP : syntagme topique
U : sujet de la phrase intransitive
UV : voix patientive
V : verbe
VAL1 : opérateur de valence 1
VAL2 : opérateur de valence 2
VAL3 : opérateur de valence 3
VAL5 : opérateur de valence 5
VNF : forme verbale non finie
VOC : vocatif
vol : volitionnel
VP : syntagme verbal
V rel : verbe principal de la proposition relative
VT : versatile
WHEN1 : particule de temps
XIX
INTRODUCTION GÉNÉRALE
INTRODUCTION GÉNÉRALE
Dans cette partie préambulaire, nous allons premièrement présenter le sujet de notre étude,
qui est la proposition relative prénominale, et ensuite exposer les cadres théoriques au sein
desquels l’étude s e dé roulera po ur f inir pa r pa rler br ièvement d e l’organisation d e cette
étude.
0.1. Présentation du sujet
La d iversité et la co mplexité des langues naturelles co nstituent à l a fois une r ichesse et
un défi pour les linguistes de terrain et les linguistes théoriciens. L’un des phénomènes
qui illustre ce tte d iversité et ce tte c omplexité et q ui intéresse les linguistes es t la
proposition relative (PR). À titre d’illustration, il s’agit des constructions comme :
(1) la personne qui a blessé Marie
(2) la personne que Marie a blessée
Ces d eux e xemples s ont s imilaires en c e q u’il y a u n nom e t u ne p roposition q ui le
modifie. Selon la t erminologie de la grammaire t raditionnelle, le nom, e n l’occurrence,
(la) personne, est l’antécédent et la proposition modificatrice est la PR. Nous donnerons
une définition plus rigoureuse dans le premier chapitre.
La PR a at tiré b eaucoup d ’attention d epuis ce s d ernières d écennies, d ’une p art, g râce
aux ét udes p ortant s ur d es l angues moins co nnues et r écemment d écouvertes, p ar
exemple, d es langues a mérindiennes et au straliennes, et d e l ’autre en r aison d u
développement de la théorisation en linguistique moderne, surtout en ce q ui concerne la
grammaire g énérative (GG). L e p remier moteur – travaux d e t errain s ur d es langues
moins connues – a permis et permettra encore de fournir des nouvelles données sur cette
problématique. C es do nnées n ouvelles, un e fois intégrées da ns de s t héories visant à
donner d es ex plications à car
actère u niversel, co rrigent, en richissent e t m ême
bouleversent cel les-ci. C ertes, toutes l es langues d u m onde, même s eulement c elles
encore vivantes, ne sont pas décrites, et aucune théorie, jusqu’à aujourd’hui, n’a jamais
réussi à déchiffrer de manière adéquate le mystère de la relativisation.
Nombreuses s ont l es ét udes s ’engageant à d écrire u n t ype donné de PR ou certains
aspects de la PR, et innombrables sont celles portant sur la PR du type (1) et (2), i.e. la
PR p ostnominale. Notre é tude p eut êt re c onsidérée co mme u ne au tre tentative d e
1
INTRODUCTION GÉNÉRALE
synthèse sur certains aspects d’un t ype de PR donnée : la PR prénominale (PRpré). Tel
que l ’indique le t erme, il s’agit d e l a co nstruction o ù l a p roposition modificatrice
précède le nom modifié, comme en mandarin :
(3) shang le
mali de
ren
blesser TAM Marie COMP personne
‘la personne qui a blessé Marie’
(4) mali shang le
de
ren
Marie blesser TAM COMP personne
‘la personne que Marie a blessée’
Nous présenterons la typologie syntaxique de la PR dans le premier chapitre.
Dans c ette é tude, n ous n ous d onnons un do uble objectif : él argir nos c onnaissances
factuelles et approfondir l’analyse théorique.
En e ffet, l a P Rpré es t u n type d e P R p eu é tudiée. Q ue n ous s achions, au cune ét ude
d’envergure n ’a jamais ét é r éalisée sur l a P Rpré. D ans les t ravaux t ypologiques s ur l a
PR en général, ne sont souvent c itées que que lques langues relativement b ien c onnues,
telles que le mandarin, le japonais, le turc et le basque unifié. C’est pour cela que nous
voulons a vant t out é largir nos c onnaissances factuelles s ur la P Rpré e n intégrant d ans
notre étude un nombre très important de langues. Pour ce faire, nous nous basons sur la
statistique d e WA LS 1, qui do nne u ne liste de 11 7 l angues à P Rpré. Certes, no us ne
pensons pouvoir avoir accès au x données des 117 langues, à cau se des co ntraintes à la
fois s ubjectives qu’ objectives bien c onnues de s linguistes. D ’autre p art, no us ne no us
limitons pas à ces 117 langues, auxquelles il en sera éventuellement rajouté d’autres qui
sont r écemment d écrites o u é tudiées o u d ont les d onnées s ont f aciles d ’accès.
Finalement, un e vi ngtaine de langues à P Rpré s eront s ouvent c itées d ans n otre ét ude.
Mais il faut s ’y a jouter cer taines au tres l angues a yant d ’autres types d e P R, d ont
l’anglais et le français, parce qu’il est besoin de comparer de t emps à au tre la PRpré à
d’autres t ypes d e P R, et l es langues à P Rpré à d’autres langues. Cela s e fera dans l a
mesure du nécessaire, sans aucune o stentation. En p lus, s’il e st besoin de c iter d’autres
types de PR que la PRpré, nous privilégierons les données des langues à PRpré si elles
possèdent aussi le t ype de PR en question. La c itation d’autres t ypes de PR et d’autres
1
WALS, i.e. The World Atlas of Language Structures, est non seulement une référence i ndispensable pour des travaux
typologiques en g énéral, m ais a ussi un o util i nformatique très e fficace e t f ort ut ile ( développé par H .-J. B ibiko). P ar
exemple, l a f onction « two-feature c ombination » p ermet d’obtenir f acilement d es corrélations e ntre des
structures/constructions. Dans ce qui suit, nous aurons utilisé d’envergure cette fonction. Pour plus de détails, consulter, à
part le manuel d’utilisation du logiciel, le numéro 1 du volume 13 de la revue Linguistic Typology.
2
INTRODUCTION GÉNÉRALE
langues que celles à P Rpré est limitée à la plus stricte nécessité, ce q ui, à notre avis, est
un exemple du Rasoir d’Occam : entia non sunt multiplicanda praeter necessitatem.
L’autre o bjectif, co mme nous l’avons d onné, es t d ’approfondir l’analyse t héorique.
Jusque maintenant, que nous le répétons, aucune théorie n’a jamais réussi à déchiffrer de
manière adéquate le mystère de la relativisation, qu’il s’agisse du fonctionnalisme ou du
formalisme. Certes, l e c hoix t héorique n ’est g uère n eutre e t i l serait d ifficile d e le
justifier. Cela ét ant, n ous n ous tâchons d e g arder u ne cer taine d istance vis-à-vis d e la
théorisation. Le nombre de données étant important, il sera donc plus difficile de forcer
les d onnées à l’analyse théorique, ce q ui nous p ermettra ef fectivement d ’éviter d e
théoriser pour t héoriser. L’autre p récaution q ue n ous p renons a fin d ’éviter le p iège
théorique, c’ est d e n e p as nous en fermer d ans u ne seule t héorie. P our ce f aire, nous
adoptons e n fait d eux t héories, nous se mble-t-il, complémentaires e t c ompatibles. Plus
précisément, il s’agit de la typologie et de la GG. Nous reviendrons sur ce double choix
théorique dans la section suivante.
Récapitulons. N otre étude porte s ur la P Rpré. Nous nous do nnons c omme objectifs d e
fournir un e qua ntité importante de d onnées e t d’ approfondir l’analyse t héorique s ur l a
question. Vis-à-vis de ce d ouble o bjectif, nous nous a lignons à la t ypologie et à l a GG
sur le p lan t héorique. Dans la section suivante, nous allons présenter en détail les deux
théories adoptées.
0.2. Cadres théoriques : Typologie et Grammaire Générative
0.2.1. Typologie
Greenberg es t s ouvent co nsidéré co mme ce lui q ui a jeté l es fondements d e la
typologie mo derne, avec le t exte fondateur de ( 1963). Depuis, la typologie mo derne
s’est beaucoup développée, à l’instar de la linguistique elle-même.
Croft ( 2003:1-2) f ournit plusieurs d éfinitions de la typologie : « classification o f
structural t ypes acr oss l anguages », « study o f p atterns that occur s ystematically
across languages », et « approach or t heoretical framework to t he study of language
that c ontrasts w ith p rior ap proaches, s uch as A merican s tructuralism a nd g enerative
grammar. ». 2 Il est donc possible de parler des typologies, plutôt que de LA typologie.
2
Whaley (1997:7, 8, 11) propose des définitions similaires :
(i) Typology involves cross-linguistic comparison.
3
INTRODUCTION GÉNÉRALE
La p remière d éfinition d e Croft voit la t ypologie comme la classification d es
structures à t ravers les langues, o u p lus g énéralement, comme la classification nongénétique des langues 3. Dans u ne cer taine mesure, notre étude sur la PRpré s ’inscrit
dans l a perspective typologique. E n e ffet, en se co ncentrant s ur l es langues à
proposition relative prénominale (PRpré), elle classifie les langues du monde en deux
catégories : celles à P Rpré et celles non à PRpré. Mais de l’autre, cette classification
offre p eu d ’intérêts. Une é tude que lconque s ur une s tructure linguistique do nnée e st
en quelque sorte typologique, car elle oppose les langues avec la structure en question
et celles ne l’ayant pas. Néanmoins, ce n’est pas dans ce sens-là que notre étude peut
être qualifiée de « typologique ».
Quant à notre étude, nous nous tiendrons à la typologie en tant que méthode de travail.
Suivant Hengeveld (2006:46), la t ypologie e st « the pr imary method us ed i n
uncovering language uni versals ». La typologie nous i ntéresse précisément d ans c e
sens. E n e ffet, n otre é tude s ur la P Rpré n e s e limitera p as s eulement au x langues à
PRpré bien é tudiées, telles q ue le mandarin, le japonais, le t urc et le b asque, e lle v a
bien au-delà de ces langues en tenant compte des langues à PRpré peu étudiées dans
une d émarche co mparative. C ela nous oblige à ex aminer un é chantillonnage de
langues à l a fois éq uilibré et représentatif, d’où l’intérêt d e la typologie en t ant q ue
méthodologie. Nous reprendrons la discussion sur l’échantillonnage dans le deuxième
chapitre.
Croft (2003) définit aussi la typologie comme une approche théorique aux études des
langues, à l’opposé d’autres approches, telles que le structuralisme et le générativisme.
Sur ce point, son opinion diverge de la nôtre. Stricto sensu, il est possible d’établir des
classifications de s tructures ou de langues suivant de s méthodes typologiques, a ussi
bien d ans le cad re fonctionnel q ue d ans le c adre f ormel. C roft, ap paremment,
préfèrerait allier la typologie au fonctionnalisme (op.cit.:2) :
(5) [T]ypology in this sense [i.e. linguistic structure should be explained primarily in
terms of linguistic function] is often called the (functional-)typological approach,
and will be called so here. More precisely, we may characterize this definition of
typology as functional-typological explanation.
(ii) A typological approach involves classification of either (a) components of languages or (b) languages.
(iii) Typology is concerned with classification based on formal features of language.
3
Dans c e s ens, les é tudes de S chlegel (1808), S chlegel (1818), H umboldt ( 1825) et S chleicher ( 1859) sont bi en de s
études typologiques, plus d’un siècle avant le texte fondateur de Greenberg (1963).
4
INTRODUCTION GÉNÉRALE
De la même manière, Comrie (1989) oppose la typologie et la grammaire g énérative
(GG). Cette p osition es t n otamment incarnée p ar l e « West C oast F unctionalism »,
dont les travaux ont une très forte orientation typologique. Le fonctionnalisme de S. C.
Dik ( 1997) e st b eaucoup m oins t ypologique, m ais c ela n’ empêche pa s que s on
approche soit classée parmi les fonctionnalistes.
D’autre p art, r ien n ’empêche q ue la typologie s’allie a u formalisme. Haspelmath
(2009:19) pense que « [l]a typologie des langues est possible sur la base de catégorie
translinguistiques ( générativisme a prioristique) » 4. D’une manière p lus co ncrète, l es
mots d e C . B oeckx expliquent fort b ien le p oint de vue g énérativiste ( Boeckx et a l.
2009:196) :
(6) In fact, g enerativists co nceived o f u niversals as b asically p roperties o f u niversal
grammar (U G). … W e can not ex pect u niversals to b e n ecessarily found o n t he
surface o f a ll languages. … [T]he list of u niversals t hat w e w ill r each as
syntacticians and g rammarians w ill be very r efined a nd a bstract … [ and] t he
study o f s yntactic o r l inguistic uni versals h as r un t hrough v arious s tages i n
generative grammar …
Newmeyer (2005), plus tôt, démontre cela avec de multiples exemples. La GG, depuis
les années soixante, s’est donné co mme mission de déceler la grammaire universelle
GU, qui est la faculté langagière. Il serait préférable de distinguer deux époques dans
la r echerche d e la G G dans sa manière d e p rocéder v is-à-vis d e la typologie
(op.cit.:28) :
(7) Questions of language typology did not occupy center stage in the first couple of
decades of work in generative syntax. The ear liest work for the most part tended
to be in-depth s tudies o f s ome p articular co nstruction o r s et of co nstructions in
one p articular language, w ith t he go al o f motivating o r p roviding a dditional
support for some abstract grammatical principle. ... T herefore in t he ear ly stages
of the theory, the most important task was seen to be to focus on the properties of
English o r F rench o r H idatsa o r s ome o ther p articular language, an d t o l eave
typological studies for a later date.
Donc, dans les p remiers jours d e la G G, les r echerches p ortaient so uvent su r u ne
langue do nnée. A utrement di t, c ’était l’époque dont l’ objectif a ét é d e cr euser en
profondeur. A près cet te p ériode es t v enue l’ère d e « développer en
largeur »
(Haegeman 1994:18-19) :
4
Cela étant, il pense que la meilleure façon de faire est la typologie non-aprioristique sans catégories partagées par les
langues, mais à l’aide de concepts comparatifs.
5
INTRODUCTION GÉNÉRALE
(8) When w e look a t the d evelopment of g enerative s yntax in t he l ast twenty-five
years o ne important tendency that can b e i solated i s a m arked return to
comparative ap proaches. . .. Comparative s tudies of language w ill p lay a cr ucial
role towards providing us with answers to these questions, i.e. what is a universal
and what is language-specific.
Il est difficile de donner une date précise ou une étude précise marquant le début des
recherches co mparatives au s ein d e la G G, mais ce t ournant es t é troitement lié à la
naissance et au développement de l’approche Principes et Paramètres (P&P), incarnée
surtout par le Gouvernement et le Liage (G&L), et plus récemment par le Programme
Minimaliste ( PM). La m éthode co mparative/typologique a e ffectivement b eaucoup
apporté à l a GG. Nous pouvons citer, par exemple, les études sur l’argument nul (cf.
Haegeman 1994: 19-21) e t c elles s ur les éléments-qu (cf. C heng ( 1991) e t les
références citées-là)
5
Donc, s i Croft ( 2003) range la typologie au côté d u
fonctionnalisme, n ous n e v oyons au cun inconvénient d e marier la typologie avec l a
GG, s ’il est r econnu q u’aussi bien la typologie que l a G G v isent à r epérer e t à
expliquer les universaux linguistiques.
Ainsi, il y a trois raisons qui nous o nt motivés à adopter la typologie : premièrement,
notre étude est foncièrement typologique en ce qu’elle porte sur l’analyse des langues
à P Rpré ; d euxièmement, e lle a la t ypologie comme m éthodologie, en r aison d e
l’échantillonnage des langues à PRpré ; et en dernier lieu, la typologie est compatible
et complémentaire à la GG.
0.2.2. Grammaire Générative : Programme Minimaliste 6
Nous a doptons l a ve rsion P rogramme M inimaliste (PM) de la g rammaire g énérative
(GG), principalement celle présentée dans Chomsky (1995b) 7, parmi toutes celles qui
5
Sur le plan du raisonnement théorique, la GG est critiquée pour être trop déductive (cf. Hornstein & Antony (2003)), et
la typologie, qui cherche à tirer des conclusions à partir des faits de diverses langues, pourrait éventuellement orienter la
GG ve rs une approche pl us i nductive et m oins déductive. À noter q u’un m odèle d ont la m éthode (principale) e st
déductive n’est pas nécessairement un modèle de logique et de mathématiques (cf. Haley & Lunsford (1994:39)), si l’on
considère la méthode déductive comme étant propre à la science en général.
6
Quelques mots pr éventifs : s i d ’aucuns s ’étonnaient d e l a l ongueur et des d étails d e c ette section i ntroductrice a u
programme m inimaliste, c ’est q u’aucune i ntroduction c irconstanciée n ’a é té pu bliée en f rançais qu i puisse servir de
référence, m ême s i c elui de P ollock ( 1998) p eut e n ê tre plus o u m oins une . Voir a ussi « quatrième é pisode » da ns
Boltanski (2002).
7
Pour des comptes rendus sur Chomsky (1995b), voir, entre autres, Freidin (1997), Zwart (1998) et Rebuschi (2006a, §5).
6
INTRODUCTION GÉNÉRALE
sont s usceptibles d ’être q ualifiés d e p rogramme min imaliste 8 . 9 Avant t out, nous
jugeons n écessaire d ’insister s ur l e fait que l e P M n ’est pa s un m odèle, comme la
théorie du Gouvernement et du Liage (G&L), mais plutôt un programme de recherche,
d’après Chomsky (op.cit.:221).
Le PM est à la fois une continuation et une rupture par rapport au G&L, continuation
en ce q u’il s ’inscrit t oujours d ans le modèle des Principes et Paramètres (P&P), à
l’instar d u G&L, s achant q ue s ont toujours co nservées les p rincipales notions d e la
GG, t elles qu’adéquations o bservationnelle, descriptive et explicationnelle
10
,
compétence, p erformance, faculté langagière, g rammaire u niverselle G U, etc. ;
rupture, car il s’agit d’une refonte radicale des idées et des analyses du G&L, dont les
niveaux de représentation et la notion même de « gouvernement ».
Au cœur du PM se t rouve l’idée centrale selon laquelle l’économie est une propriété
fondamentale du langage humain 11 (op.cit.:168) :
(9) Another recurrent theme has been the role of “principles of economy” ... There is,
I think, go od r eason to be lieve t hat they a re fundamental t o the d esign o f
language, if properly understood.
Dans u n p remier s ens, ce la signifie que l e langage h umain – du mo ins le mo dule
syntaxique – est u n s ystème économique : la faculté langagière e st l a r éalisation
optimale d es co nditions d ’interface 12, i .e. des Conditions d e S ortie P ure (CSP), qui
sont i mposées, d e l’extérieur à
l’interface, p ar l es s ystèmes q ui u tilisent d es
informations fournies p ar l e système computationnelle du langage hu main C LH .
Quelles sont donc ces conditions imposées par le système linguistique en vertu de son
interaction avec les s ystèmes d e p erformance ? Voilà l ’une d es questions auxquelles
le PM s’adresse. Le f il conducteur de la recherche est donc le principe d’économie 13.
8
Brody (1995) e st un pr ogramme minimaliste, un pr ogramme m inimaliste représentationnel, c ontrairement à c elui
inauguré par Chomsky ( 1995b), qui est principalement dérivationnel, à l’instar des précédents modèles de la GG. Pour
une discussion à propos de dérivation vs. représentation, voir Uriagereka (2002, introduction).
9
Pour c onnaître l ’histoire de l a G G, v oir, e ntre autres, M atthews ( 1993), Robins (1997), R ebuschi ( 2006a), et a ussi
Tomalin (2006).
10
L’adéquation observationnelle n’ est pas mentionnée de façon explicite dans Chomsky ( 1995b), peut-être parce qu’elle
est so us-entendue dans t oute théorie linguistique. E n r evanche, la m anière de réduire l a t ension e ntre l’adéquation
descriptive et l’adéquation explicationnelle est une des questions à laquelle la GG tente d’apporter quelques éléments de
réponse en mettant e n pl ace l e P M. D e f açon p lus g énérale, c ette t ension i llustre l es deux tendances c ontraires d e l a
recherche s cientifique selon I saiah B erlin : la t endance à l ’unification, t elle que l ’adéquation explicationnelle, et l a
tendance à la diversification, i.e. l’adéquation descriptive.
11
Rien n ’empêche d e r ejeter c omplètement le p rincipe d’économie. Il s e p eut q ue l e l angage h umain soit u n système
extrêmement lourd et bourré de redondances et de défauts.
12
Une version pl us forte, « strong minimalist thesis » ( cf. Chomsky (2001, 2004, 2005)), voit la langue comme solution
parfaite à des conditions d’interfaces.
13
Pour une présentation brève mais claire sur le principle d’économie, voir Collins (2003).
7
INTRODUCTION GÉNÉRALE
Plus p récisément, elle se co ncrétise e n économie méthodologique, éco nomie
matérielle et économie opérationnelle.
D’abord, e n s ’appropriant l’hypothèse (9), le P M a s ublimé le p rincipe d ’économie
comme s a méthode d e t ravail. I l s ’agit du Rasoir d ’Occam : entia non s unt
multiplicanda s ine ne cessitate. Le P M a donc pour p rincipal o bjectif d ’éliminer des
notions et éléments non-naturels, ad hoc, du G&L 14. Ainsi sont éliminés les concepts
de S-Structure SS, de D-Structure DS, et
de gouvernement. L’économie
méthodologique a pour résultat l’économie matérielle.
Parlons de l ’économie m atérielle. Soit u n s ystème s émiotique, afin qu’il pu isse
fonctionner plus ou moins correctement, i.e. que la communication puisse s’établir au
moyen de ce s ystème, il faut du moins les entités suivantes : unités sémiotiques ayant
à l a fois u n s ignifié et u n s ignifiant e t m écanismes pour combiner c es uni tés
sémiotiques 15 . En r affinant c ette i ntuition, no us po uvons imaginer c es e ntités
suivantes comme indispensables (et suffisantes) au langage humain (construit selon le
PM) :
(10) Unités s émiotiques : él éments lexicaux ÉLs, éléments f onctionnels ÉFs
syntagmes, et chaînes
Niveaux d’interface : Forme Phonétique F-Ph et Forme Logique F-L
Mécanismes d’assemblage : Fusion et Déplacement
16
,
Les ÉLs et le s ÉFs sont st ockés dans l e lexique et l es au tres en tités font p artie d u
système c omputationnel C LH , les d eux c omposantes formant do nc la faculté d e
langagière.
Chomsky ( 1995b:235) c onsidère le lexique co mme u ne liste d ’exception où s ont
stockées les p ropriétés idiosyncratiques, mais non ce q ui es t p révisible à p artir d es
principes de la G U o u de s pr opriétés de la langue e n que stion. 17 Chaque e ntrée
contient t rois t ypes d’ information : p honologiques, s émantiques e t formelles. L es
entrées so nt d es m ots f ormes, n on d es lexèmes. En e ffet, l e P M adopte l’hypothèse
lexicaliste 18, selon laquelle ce qui entre dans la computation, ce sont des mots formes,
14
Il suffit d’ouvrir un manuel quelconque d’introduction au G&L pour s e rendre compte combien il y a d e ve rsions d e
« gouvernement » : Haegeman (1994) en a donné onze !
15
Certains doutent de la nécessité de ces mécanismes, mais en effet, même si les unités sémiotiques sont assemblées de
façon c omplètement aléatoire, i l s ’agit d’un a ssemblage, d’une combinaison. Q u’il y a it o u no n des règles da ns l a
combinaison, cela ne fait pas renier l’existence de la combinaison même.
16
Giusti (2002:55) discute des propriétés générales des éléments fonctionnels.
17
Pour une conceptualisation du lexique génératif, voir Pustejovsky (1995).
18
Voir Scalise & Guevara (2005) pour une introduction au lexicalisme.
8
INTRODUCTION GÉNÉRALE
mais no n des l exèmes. 19 C’est-à-dire que po ur f ormer une ph rase qu i s ignifie « Je
veux ces pommes. », il e ntre dans la co mputation, entre autres, les É Ls suivants : je,
veux, ces, pommes, ma is non : je, vouloir, ce, pomme. Parmi le s ÉFs, il y a , e ntre
autres, le complémenteur et les déterminants. 20 Quant aux ÉLs, peu de choses en sont
dites, d’ autant pl us que les ÉLs jouent un rôle pl us important 21 que j amais da ns
l’explication de s o pérations s yntaxiques : les p ropriétés lexicales d éterminent d es
variations syntaxiques entre l es langues. Chose importante, il n’y a p as d ’élément
dépourvu de co ntenus p honétiques et s émantiques d ans le lexique. L es cat égories
vides, telles que PRO et pro, ayant des contenus sémantiques, existent dans le lexique.
Les ÉLs et les ÉFs forment d es s yntagmes moyennant la Fusion ou le Déplacement.
Avant de les pr ésenter e n dé tail, nous po uvons comprendre la Fusion c omme
mécanisme mettant les éléments ensemble et le Déplacement dans son sens classique
du terme (Chomsky 1995b:251) :
(11) Fusion
(12) Déplacement
En (11), suite à la Fusion de α et β, β projette en tant que tête ; et en (12), α se déplace
du bas vers le haut, sans que l’élément projeté ne change. Dans les deux exemples, il
y aura un s yntagme en cas de projection maximale, i.e. de catégorie ne p ouvant plus
19
Il est à noter que certaines expériences psycholinguistiques semblent contredire cette hypothèse lexicaliste, dont celle
de Berko (1958), le fameux test de « wug ». Des mentions se trouvent dans presque n’importe quel manuel d’introduction
à l’acquisition du langage ou au langage enfantin, par exemple, Ingram (1989:439-441).
20
Actuellement il est impossible de connaître le nombre exact des ÉFs, ce qui dépend plus ou m oins de l a f inesse de
l’analyse. À ce propos, Chomsky (1995b:240) écrit ceci :
(i) [T]heories about these matters [i.e. functional categories] have varied so over the years. Postulation of a functional
category has t o be j ustified, either by output conditions (phonetic and semantic i nterpretation) or by t heory-internal
arguments. It bears a burden of proof, which is often not so easy to meet.
Voir également Kayne (2005b), mais aussi Adger & Svenonius (2009).
21
Étant donné le rôle que jouent les traits (voir ci-dessous), il se pourrait que les ÉLs ne soient pas des primitifs, mais
sont composés de traits divers. Wilder & Gärtner (1997) parlent, en plus, de la sous-spécification dans la composition des
entrées lexicales, ce qui reflète ce qu’ils appellent l’« économie représentationnelle ».
9
INTRODUCTION GÉNÉRALE
se p rojeter d avantage. La r aison d ’être d u s yntagme es t l ’endocentricité : le s
propriétés de l’élément tête déterminent celles de l’entité formée de l’élément tête et
ses él éments « accessoires ». 22 L’endocentricité ex iste e n t ant q ue p hénomène
linguistique indépendamment des t héories. Suite au D éplacement, u ne ch aîne es t
créée, ce s ur q uoi nous r eviendrons e n p résentant en d étail les d eux mécanismes
d’assemblage.
Quant au x niveaux d ’interface, qui font pa rtie du système computationnel C LH , ils
sont r éduits de quatre à deux, l es S S e t D S é tant él iminées et les F-Ph et F-L
conservées. Rappelons que les niveaux, s’ils sont nécessaires, doivent être restreints à
ceux des interfaces en interaction avec les systèmes de performance. La F-Ph et la F-L
jouent le rôle d’intermédiaire entre le C LH et les s ystèmes e xternes. Ce coup de balai
est, d’une part, le r eflet de la méthodologie du PM, qui est le Rasoir d’Occam, et de
l’autre, motivé p ar d es faits effectivement p roblématiques vis-à-vis d es S S e t D S23.
De même, l a co nservation d es F-Ph et F-L, d ’un cô té, r eflète la méthodologie d e la
GG en générale, qui est dans son e nsemble une théorie dérivationnelle, et de l’autre,
est fondée sur la simple observation que le langage humain est le croisement de son et
de sens. Ce croisement est donc la dérivation ayant des ÉLs et ÉFs comme entrées et
la F-Ph et la F-L comme sorties. Selon cet te approche, une langue donnée L est une
procédure g énérative co nstruisant des paires (π, λ) interprétées à la fois au niveau
articulatoire-perceptuel ( A-P) et au n iveau co nceptuel-intentionnel (C-I), π étant une
représentation de la F-Ph et λ de la F-L. Chacun de ces niveaux est composé d’objets
légitimes susceptibles d’être interprétés au niveau correspondant. La construction des
paires (π, λ) ne se fait pas directement à partir du lexique, mais au moyen de deux
opérations, N umération et S élection. I l ne s ’agit pas d ’opérations d érivationnelles à
proprement parler, mais plutôt d’opérations pré-dérivationnelles qui servent à préparer
les é léments q ui, p lus t ard, y s eront i ntroduits. La N umération es t u n en semble d e
paires ( ÉL, i), ÉL étant u n élément lexical et i le nombre de fois qu’il sera introduit
dans la d érivation. U ne N umération d oit être ép uisée à la fin d ’une d érivation pour
que c elle-ci co nverge. 24 La N umération même d oit êt re déterminée par le C -I du
locuteur : q uand o n v eut manger u ne banane, o n ne d emande p as u n i-pod. Ne s ont
comparables que les dérivations partant de la même Numération : il n’y a pas de sens
22
Autrement dit, la projection même n’est qu’une représentation imagée de cette caractéristique.
Voir Chomsky (1995b, 3.3-3.4) et Hornstein, Nunes & Grohmann (2005, §2.3.) pour une discussion à ce sujet.
24
Sans cette contrainte, la Numération perdrait son utilité.
23
10
INTRODUCTION GÉNÉRALE
à co mparer, en t ermes d ’économie, la d érivation de J’ai r aison et ce lle de Je c rois
avoir r aison. Une fo is une Numération co nstruite, l e système co mputationnel C LH
accède au x ÉLs et É Fs au mo yen d e la S élection, q ui, c haque fois, e n c hoisit u n e n
diminuant son i ndex p ar un, et ainsi d e s uite jusqu’à l’épuisement d e la N umération
en question. Le C LH est considéré comme une fonction appliquant la Numération à (π,
λ). L’application d’une Numération donnée à un objet λ de la F-L est s ujette à la
Condition d’Inclusivité :
(13) Condition d ’Inclusivité : un objet λ de la F-L doit ê tre c onstruit uni quement à
partir des traits de l’ÉL de la Numération
Comme il a é té d it, l e système c omputationnel C LH interagit av ec l es s ystèmes
externes au moyen des deux et seulement des deux niveaux d’interface : F-Ph et F-L,
celle-ci en interaction avec le C-I et celle-là avec l’A-P. Tout principe et paramètre du
système linguistique doit être exprimé e n t ermes de lisibilité en F-L ou en F-Ph. Par
exemple, le Principe de Pleine Interprétation (PPI) exige qu’à chaque niveau, ne sont
interprétables que les objets qui peuvent recevoir une interprétation à ce niveau. Si π
et λ sont des objets légitimes à chaque niveau, la dérivation y converge ; e t u ne
dérivation est convergente si et seulement si e lle converge au x deux niveaux. Le cas
échéant, l’interprétation à un niveau donné capote et la dérivation entière capote aussi.
L’économie d érivationnelle filtre les d érivations d ans le s ens o ù l’ensemble d es
dérivations l égitimes, i .e. « maximally e conomical » ( Chomsky 1995b:224), est un
sous-ensemble des dérivations convergentes et que celles-ci sont un sous-ensemble de
toutes les d érivations, ce q ui s ignifie q ue l ’économie n e regarde que les d érivations
convergentes.
Après la N umération et l a S élection, i l est temps d ’appliquer lesdits « mécanismes
d’assemblage » : F usion et D éplacement. Ils peuvent êt re ap pliqués d e façon
manifeste, i .e. avant Spell-Out SO, ou a près SO. S O n ’est pa s un ni veau de
représentation, mais le p oint d e s éparation e ntre les t raits p honétiques et l es t raits
sémantiques po ur qu’ ils pu issent ê tre traités da ns les composantes correspondantes :
les phonétiques en F -Ph et les sé mantiques en F-L. A priori, il p eut a voir lieu à t out
moment d’une dérivation 25. Après quoi, aucune interaction n’est possible entre la FPh et la F-L. La F-Ph est différente de l’avant-SO et de la F-L, mais nous laissons la
25
Nissenbaum (2000), entre autres, propose que SO peut avoir lieu maintes reprises lors d’ une dérivation. Cette idée est
étroitement liée à celle de « phase ». Voir ci-dessous.
11
INTRODUCTION GÉNÉRALE
question d e côté. En r evanche, l’avant-SO e t la F-L sont s imilaires e n c e q ue les
mêmes opérations dérivationnelles peuvent s’y appliquer :
(14) Condition d ’Uniformité 26 : l es o pérations d isponibles d ans la s yntaxe invisible
(i.e. F-L) doivent être les mêmes que dans la syntaxe manifeste (i.e. avant-SO).
Reprenons d’ abord l a F usion. I l s ’agit d’ une o pération qu i c ombine des objets
syntaxiques OSs pour en cr éer u n nouveau, d onc la Fusion, en s’appliquant à deux
OSs α et β, génère un nouvel OS (Chomsky 1995b:251) :
(15)
Donc, la Fusion est l’opération transformationnelle générant, du bas vers le haut, une
structure syntagmatique. Les é léments a yant de s c ontenus ph onétiques fusionnent
avec S O en r aison d e la n on-interprétabilité des traits ph onétiques en F -L, m ais le s
catégories vides, par ex. pro, ne sont pas sujettes à cet te contrainte. Une question e st
l’étiquette d e ce nouvel OS. L a réponse la p lus s imple, ét ant donné l’endocentricité,
serait qu’elle soit α ou β, déterminée par le terme qui se projette. En (15), l’étiquette
est β, qui se projette. Or, u ne r éponse en core plus s imple, m ême s i q uelque p eu
radicale à p remière vue, e st l’ élimination d e l’étiquette 27 . L e P M a dopte do nc l a
Structure Syntagmatique Pure (SSP), selon lequel principe, la structure syntagmatique
est composée de traits lexicaux et d’OSs construits à partir d’eux, tout en satisfaisant
les Conditions de Sortie Pure.
(16)
26
Une autre Condition d’Uniformité concerne la forme des chaînes, qui exige qu’une chaîne est uniforme quant au statut
de la structure syntagmatique, i.e. la propriété structurelle pour un élément d’être minimal, intermédiaire ou maximal.
27
Dans la présentation qui suit, nous utiliserons occasionnellement des étiquettes par besoin de clarté et simplicité.
12
INTRODUCTION GÉNÉRALE
(17)
(16) est un exemple de la t héorie X-barre du G&L, où il y a deux éléments é liminés
par la SSP : les niveaux de barre(s) et les étiquettes. Les positions vides, comme les
deux spécifieurs en (16), et les projections non-branchées, sont illégitimes dans le PM.
En effet, selon la t héorie X-barre pré-PM, la projection est conçue co mme ét ant préacquise, i.e. construite une bonne fois pour toute, quelles que soient leurs structures de
surface. E n r evanche, l e système c omputationnel C LH du PM bâtit l a s tructure
syntagmatique pièce p ar p ièce d e façon co ncaténationnelle, interactive et « bottomup » au moyen des deux opérations Fusion et Déplacement. Une position est créée si
et seulement si un élément (lexical ou fonctionnel) est prêt à la combler dans l’étape
suivante. (17) illustre donc ce q ue doit être (16) sous forme de SSP. La catégorie n e
pouvant p lus s e p rojeter es t u ne p rojection maximale, celle qui n’est pa s un e
projection mais un é lément terminal, est une projection minimale et celle qui n’est ni
maximale ni minimale e st u ne intermédiaire X ’. En (17), livre est u ne p rojection
minimale et le à la fois minimale et maximale, l’intermédiaire manque. Les p ositions
telles que tête, spécifieur et complément, sont identifiées comme dans le G&L :
(18)
En p lus, s elon C homsky ( 1995a:432), la S tructure S yntagmatique P ure a utorise d e
multiples spécifieurs :
(19)
Une autre condition importante sur la Fusion est la Condition d’Extension :
13
INTRODUCTION GÉNÉRALE
(20) Condition d’Extension : la F usion n e s ’applique qu’ aux OSs d e base, un OS de
base étant celui qui n’est dominé par aucun autre OS
Cette c ontrainte indique le t ype d’éléments a uxquels la Fusion e st s usceptible d’être
appliquée, mais e lle ne d it r ien sur le nombre d ’éléments co ncernés, il e st d onc a
priori autant p ossible d e faire fusionner chaque f ois deux é léments que de l e faire
avec u n milliard d’éléments. O r, s uivant l’ esprit min imaliste, le c as le p lus s imple
serait d e faire fusionner ch aque fois d eux objets s yntaxiques (OS i , OS j,) p our cr éer
OS ij, ce qui s atisfait aussi l e b ranchement binaire d u X-barre et reflète au ssi ce q ue
nous a vons mentionné co mme « économie opérationnelle » : opérer avec le moindre
effort.
À p art la F usion, u ne d euxième o pération d érivationnelle es t le D éplacement. I l es t
considéré co mme ét ant co mposé de trois étapes : C opie, Fusion 28 et Élision. Chaque
déplacement cr ée une c haîne, qui doit, certes, r especter diverses co nditions, dont les
conditions générales, telles que la Condition du Lien Minimal (CLM) (voir ci-dessous)
et la Condition du Dernier Recours (CDR) (voir ci-dessous) et la c-commande entre
l’antécédent et la trace/copie, et les conditions particulières, par exemple, le Principle
de P référence ( voir c i-dessous). L’ancienne « trace » est a insi r éinterprétée c omme
« copie » de l’ élément déplacé, à l ’instar d e l’élément d éplacé même. E n r éalité, il
n’y a p lus lieu de p arler d e d éplacer, mais d e co pier p lus fusionner. U ne co pie p lus
haute est l’antécédent d’une copie plus basse. L’Élision est motivée par la nécessité de
la linéarisation en F -Ph, ce q ui implique q ue la c opie/trace r elève p lutôt d e la F-Ph
que de la F-L. Le Déplacement s’effectue de deux façons : par la substitution ou par
l’adjonction. Cas d e su bstitution : soit u ne cat égorie Σ avec les termes K et α, il est
possible de former Σ’ par la montée de α visant la cible K, qui se projette toujours, et
la nouvelle catégorie est H(K) :
(21) Substitution :
28
Chomsky (2005b) renomme le Déplacement « Fusion Interne » et la Fusion même « Fusion Externe ».
14
INTRODUCTION GÉNÉRALE
Voir aussi (12), repris en (22) :
(22)
Une autre possibilité est l’adjonction : soit la cible K est un constituant de la catégorie
N = {H (K), {K , M }}, α monte en visant K pour former L = {H(α), {α, K}}. L
remplace donc le terme K dans N pour former N’ = {H(K), {L, M}}. La tête de N’ est
H(K), celle de L est H(α) et celle de M est H(M), t outes étant d ifférentes l ’une d e
l’autre. L’adjonction forme une nouvelle catégorie bi-segmentaire <H(K), H(K)>, i.e.
L en (23) :
(23) Adjonction :
Par exemple (op.cit.:255) :
(24)
En (24) F est une catégorie fonctionnelle, par ex. Accord, avec α y étant adjoint, qui
peut être T ou V.
Les points communs entre la substitution et l’adjonction sont (a) que c’est toujours la
cible qui se projette ; et (b) qu’elles créent des chaînes. Il y a trois t ypes de chaînes :
chaîne-X°, c haîne-A et c haînes-A’, d éjà beaucoup ét udiées d ans le G &L. En t ant
qu’entités du P M, e lles r elèvent de l a F-L. L a ch aîne-X° est cr éée p ar adjonctions
successives, ce qui implique qu’il ne s’agirait pas d’une seule et unique chaîne, mais
de multiples chaînes qui s’enchaînent et s’emboîtent à la fois :
15
INTRODUCTION GÉNÉRALE
(25)
De plus, toutes les copies, excepte une, doivent être effacées.
En revanche, la chaîne créée par la substitution est une seule et unique chaîne, que ce
soit une chaîne-A ou une chaîne-A’. Dans une chaîne-A, n’importe quelle copie peut
être ef facée 29 tandis que da ns une c haîne-A’, l’effacement de copies suit le Principe
de Préférence :
(26) Principe de Préférence : toutes choses égales, effacer les expressions pleines, i.e.
ayant des contenus phonétiques et/ou sémantiques.
Une différence fondamentale entre la Fusion et le Déplacement est la motivation. Si la
Fusion est motivée par le simple fait que pour parler, il faut mettre les mots ensemble
d’une manière o u d’ une a utre 30,31, l e D éplacement a p our objectif d e vérifier 32 les
traits :
(27) Avidité : l e D éplacement s ’applique s i et
seulement s i les p ropriétés
morphologiques de l’élément à déplacer ne peuvent être satisfaites autrement.
Sauf si à (27) est préférée la version faible du principe :
(28) Le Déplacement fait monter α au domaine de v érification d e la t ête T av ec u n
trait Tr s i et s eulement s i le t rait Tr d e T entre dans u ne r elation d e vérification
avec le trait Tr de α, où Tr 1 et T r 2 entrent dans une r elation de vérification s i et
29
C’est ce m écanisme q ui p ermet d e réanalyser les faits du liage et bien d’autres phénomènes similaires. Cf. Hornstein
(1995).
30
Le langage enfantin et le pidgin illustrent fort bien ce principe de « mettre les mots ensemble » : peu de morphologie et
peu de déplacements. On peut trouver des descriptions et des analyses dans n’ importe quel ouvrage d’ introduction à ces
sujets. Quant à la langue naturelle, l’ancien chinois semble le mieux incarner cette situation (cf. Norman (1988)).
31
Voir Adger (2003, §3.6) pour une motivation de la Fusion en termes de « feature checking ».
32
Une autre possibilité, basée sur l’Accord, est développée par Chomsky (2000, 2001, 2004 & 2005).
16
INTRODUCTION GÉNÉRALE
seulement si Tr 2 est dans le domaine de vérification de Tr 1 et que Tr 1 soit effacé
(et éventuellement ainsi que Tr 2 )
Autrement dit, le Déplacement est motivé par le besoin de vérifier les t raits formels,
de façon manifeste ou invisible, dépendant de la présence de traits forts et déterminant
la cat égorie à déplacer, t raits o u éléments. Seuls le s traits mo rphologiques p euvent
déclencher u n d éplacement. Selon l’économie d érivationnelle, il es t p référable d e
déplacer le moins d’entités possible, donc il est préférable de déplacer les traits plutôt
que les éléments en entier. Mais les t raits forts doivent être éliminés a vant SO, aussi
déplacer uniquement le(s) trait(s) vérificateur(s) dans la syntaxe manifeste rend l’objet
illégitime en F -Ph à cau se d u manque d e m atériel p honétique, d onc l a cat égorie
entière doit ê tre déplacée à la pied-piping. L e d éplacement m anifeste s emble donc
entraîner t oute l a cat égorie a yant le(s) trait(s) en q uestion. E n r evanche, les t raits
faibles s ont à v érifier éventuellement en F -L, s elon l e P rincipe d e P rocrastination :
déplacer moins d e m atériels es t p référé à en d éplacer p lus, d onc l es d éplacements
invisibles sont plus économiques que les déplacements manifestes. À la F-L, il n ’y a
pas de problème de prononciation, le déplacement invisible, qui vise les t raits faibles,
ne concerne que les t raits vérificateurs en q uestion, m ais jamais les c atégories. La
montée d es traits es t l’adjonction d e ceu x-ci à u ne tête. Donc, il y a d eux modes d e
vérification des traits : manifeste ou invisible, en fonction de la force des traits 33. Mais
tous les traits n’ont pas besoin d’être vérifiés. En effet, certains traits ont des contenus
sémantiques, par exemple, les traits-φ (i.e. personne, nombre, genre, etc.) 34 et les traits
catégoriels, t andis q ue les au tres s ont d es traits f ormels. Les t raits sa ns contribution
sémantique sont non-interprétables. Étant donné que le niveau F-L ne contient que des
traits s émantiquement interprétables, les t raits faibles [+ i nterprétables] n ’ont be soin
d’être ni vérifiés ni éliminés, tandis que les traits [- interprétables] sont à vérifier pour
être effacés, soit avant SO s’ils sont forts, soit en F-L s’ils sont faibles, autrement dit,
les t raits forts so nt toujours vérifiés ma nifestement m ais le s traits f aibles de f açon
invisible ou même pas du tout.
33
Au sujet de la force des traits, selon Hornstein (1995:249) :
(i) It is often taken to be a drawback of the Minimalist program that it relies on the w eak/strong f eature di stinction.
However, this d istinction, w hatever its evident i ncompleteness, is n o less m otivated than i s the G B d istinction
between S S a nd F-L operations. … T herefore, i t i s not a problem for M inimalism per se that is h as o nly t he
impressionistic distinction between weak and strong features…
34
Pour une introduction, voir Adger & Harbour (2008). Les autres articles du même ouvrage sont aussi intéressants à ce
sujet.
17
INTRODUCTION GÉNÉRALE
Un déplacement es t autorisé si et s eulement s ’il p ermet d ’éliminer d es t raits [ interprétable] (de la cible), ce q ui co nstitue la CDR. Les t raits [- interprétable] et les
traits forts [+ interprétables] sont vérifiés et effacés durant la dérivation, au moyen de
l’accord entre l e s pécifieur et l a tête. Cette s ituation, du p oint de v ue du trait
vérificateur, signifie de monter au trait à vérifier après l’avoir visé ; mais du point de
vue du trait à vérifier, elle veut d ire p lutôt d ’attirer le trait vérificateur une fois visé
par celui-ci, d’où l’idée que le Déplacement est plutôt une sorte d’Attraction 35. En cas
de correspondance entre le trait vérificateur et le trait à vérifier, celui-ci s’efface, mais
en c as d e non-correspondance, les t raits r esteront tels q uels, ce q ui annule la
dérivation, car n e co nvergent q ue les d érivations co ntenant u niquement d es t raits
interprétables en F -L ; e n r evanche, u ne d érivation a yant e ncore d es traits
ininterprétables capote en F -L. C e mécanisme es t d û au P rincipe d e P leine
Interprétation (CPI) :
(29) Principe d e P leine Interprétation : l es représentations de l a F-L ne d oivent
contenir que des traits sémantiquement interprétables.
Donc, l e D éplacement es t motivé p ar l a v érification d es t raits. S uivant l e p rincipe
d’économie, toutes choses égales, il est préférable de déplacer le minimum de t raits,
donc le d éplacement d e traits est p référé à ce lui de cat égories. I nterprété autrement,
cela renvoie au Principe d e P rocrastination. C haque d éplacement es t l ocal et do nc
cyclique, de son point de départ à la plus proche position qui est susceptible d’être une
position d’arrivée, et ce, suivant le Principle du Lien minimal :
(30) K attire α si et seulement s’il n’y pas β, qui est plus proche de K que α, tel que K
attire β.
(31) β est plus proche de K que α à moins que β soit dans le même domaine minimal
que τ ou α, étant donné que β c-commande α et que τ est la cible de montée
(32) Le domaine m inimal de α, ou MinD(α), est l’ensemble des catégories
immédiatement co ntenues ou im médiatement dominées par les projections de α,
les projections de α étant exclues, o ù la catégorie α contient β si et seulement
certains segments de α dominent β et que la catégorie α domine β si et seulement
si tous les segments de α dominent β
(33) α c-commande β si et seulement si chaque nœud branchant dominant α domine
aussi β sans que α et β ne se dominent l’un l’autre.
35
Cela é tant, d ans no tre é tude, nous ut ilisons de f açon i nterchangeable l es t ermes « attirer/attraction » e t
« déplacer/déplacement » tout en étant conscient de leur différence.
18
INTRODUCTION GÉNÉRALE
Plus r écemment, C homsky ( 2000 et 2004) propose la C ondition d e l’Impénétrabilité
des P hases, s elon laquelle, s eul le b ord ( i.e. l e s pécifieur et l a t ête) d ’une p hase est
accessible aux opérations syntaxiques des phases supérieures. Une phase est une soussection au to-suffisante d ’une d érivation, en tre la N umération et u n OS. S elon
Chomsky (2000, 2001 et 2004), une phase est un SC, un Sv et peut-être aussi un SD 36.
Cognitivement nu ancée, la C ondition d e l’Impénétrabilité des P hases interdit à u ne
opération co mputationnelle d e « regarder » t rop profondément dans l es p hases
inférieures.
En dernier lieu, il serait utile de mentionner la différence entre l’économie globale et
l’économie locale : « local » est compris dans le sens de « à la base des informations
disponibles p our l a r eprésentation/dérivation/théorie e n q uestion s ans q ue
n’interviennent celles venues d’ailleurs » ; tandis que « global », plus ou moins, dans
le sens où « the resulting derivations are all minimal in cost » (Chomsky 1995b:146).
Beaucoup d e r echerches act uelles (cf. P oole ( 1995), C ollins ( 1997) et Chomsky
(2000)) montrent la préférence de l’économie locale sur la globale.
Ainsi, nous a vons survolé l’architecture du P M en suivant p lus o u moins le p rincipe
d’économie. I l es t o mniprésent : l ’économie méthodologique d onne le t on à ce
programme d e r echerche, l’économie matérielle détermine les e ntités s uffisantes et
nécessaires et
l’économie d érivationnelle c aractérise les o pérations Fusion et
Déplacement. Les d érivations co nvergentes s ont d onc co mparées e n t ermes
d’économie et les d érivations moins économiques n e sont lé gitimées q ue s i les p lus
économiques ne c onduisent p as à l a co nvergence. L ’intuition d errière le p rincipe
d’économie es t la pe rfection du langage humain, comme u n s ystème o ptimal. D ’un
point de v ue cognitif, c’est u n système c omputationnellement économique.
Finalement, il est possible de schématiser le PM ainsi :
(34)
Numération
↓ Sélection, Fusion, Déplacement
syntaxe manifeste
Spell-Out
↙
F-Ph
↘ Sélection Fusion, Déplacement
F-L
Figure 0.1. Modèle du PM
36
Mais Legate (2003) y inclut également les SVs inaccusatifs et passifs.
19
syntaxe invisible
INTRODUCTION GÉNÉRALE
Une question que nous n’avons pas mentionnée est la linéarisation. Cette propriété de
la la ngue h umaine, s elon C homsky ( 1995b:334), ne r elève pas de la F-L, ma is de la
composante phonologique, toutefois Saito & Fukui (1998) s’y opposent en conservant
le p aramètre d e t ête. C homsky ( 1995b) adopte et dé veloppe l’Axiome d e
Correspondance L inéaire ( ACL) de K ayne ( 1994). Ce sujet sera ab ordé
ultérieurement en détail.
0.3. Organisation de l’étude
Le premier c hapitre p ose p our objectifs pr incipaux de dé finir la PR et d ’établir t rois
typologies concernant la PR. Nous définirons la PR par une propriété syntaxique, qui est
la s ubordination, et u ne p ropriété s émantique, q ui es t l e p ivot s émantique. C es d eux
propriétés n ous p ermettrons d ’établir d eux t ypologies, d ont l ’une es t s yntaxique et
l’autre sémantique. La troisième typologie sera basée sur les stratégies de relativisation.
Le deuxième chapitre spécifie la PRpré et les langues à P Rpré. Nous restreindrons notre
étude aux langues à PRpré première, i.e. langues qui ont la PRpré comme type majeur de
PR, e n fournissant que lques é léments pe rmettant d’ identifier les langues à P Rpré
première. P lus précisément, nous suivrons la liste des langues à PRpré fournie par The
World A tlas of L anguage St ructures (WALS). E nsuite, nous resituerons ces l angues
dans leur répartition géographique et leur affiliation linguistique dans le but d’arguer que
ni les f acteurs géographiques ni les facteurs génériques ne peuvent bien rendre compte
de l a P Rpré. En r evanche, l a P Rpré p ossède d es car actéristiques typologiques dans
toutes les langues à PRpré. Certaines de ces caractéristiques sont intrinsèques à la PRpré
et donc s ervent d e la base p our les an alyses t héoriques tandis q ue les au tres ne le s ont
pas et p euvent ê tre m ieux co mprises o u an alysées u ne fois mises e n r apport av ec
d’autres structures des langues à PRpré.
Le troisième chapitre expose en détail les analyses théoriques générativistes sur la PR et
rend compte de la possibilité de les intégrer dans le PM. Les analyses générativistes sont
en nombre de t rois : l’analyse de tête externe ( i.e. « head-external a nalysis »), l’analyse
de m ontée d e
tête ( i.e. «
head-raising/promotion a nalysis ») e t l ’analyse
d’appareillement (i.e. « matching analysis »). Nous montrerons que l’analyse de montée
de tête semble la plus appropriée d’un point de vue pré-minimaliste et s’intègre le mieux
au PM.
20
INTRODUCTION GÉNÉRALE
Le quatrième chapitre est entièrement consacré à analyser la PRpré dans une perspective
minimaliste s uivant l a pr oposition de K ayne ( 1994), q ui e st u ne ve rsion r énovée d e
l’analyse de montée de tête. Nous nous donnerons comme tâche essentielle de proposer
des d érivations p ermettant d e linéariser co rrectement les é léments s uivants d ans le S D
de la P Rpré : ar ticle d éfini, d émonstratif, P R, r elativiseur et n om t ête. Nous
commencerons p ar la s tructure d u S C d e l a P Rpré et postulerons un C °, v isible o u
invisible, en tant que tête. Il entre dans la dérivation par Fusion : [ SC C° [ SI PR]]. Ensuite,
nous é tendrons c ette s tructure e n y incluant D °. Nous e xposerons l’avantage d ’adopter
l’hypothèse d e S D et l a n écessité d e t raiter d ifféremment l’article d éfini et l e
démonstratif. La s tructure co mplète s era [ SD SDem [ D° [ SC C° [ SI PR]]]], q ui, d ans la
perspective kaynienne, donnera au marqueur s yntagmatique suivant, avec la montée du
SN du nom tête à [Spéc, SC] :
(35)
(35) s ervira d e b ase p our l es d ifférentes d érivations g énérant l es 1 6 linéarités des
éléments de SD que n ous a urons r epérées d ans l es langues à P Rpré. De d ifférents
déplacements supplémentaires s eront n écessaires pour d ériver les 1 6 l inéarités à p artir
de ( 35). Ensuite, n ous n ous r endrons c ompte de s e ffets de r econstruction e n s uivant
l’analyse de B ianchi ( 2004), qui permettra de différencier la PR r estrictive, la PR nonrestrictive et la P Rpré maximalisante. S achant q ue lesdits e ffets d e r econstruction s ont
en r apport é troit av ec q uatre au tres p hénomènes, i.e. co nflit cas uel/Casuel, t rou
syntaxique, p ronom r ésomptif et ef fets d ’îlot, n ous l es a nalyserons d ans la s uite d u
chapitre. Nous adopterons l’idée de « case-stacking » de Pesetsky (2009a et 2009b) pour
le conflit casuel/Casuel et aussi pour le trou syntaxique, l’idée de Boeckx (2003) pour le
pronom résomptif. Nous montrerons aussi que le pronom résomptif et surtout les effets
21
INTRODUCTION GÉNÉRALE
d’îlot existent d ans u n n ombre as sez important d e l angues à P Rpré e t d onc s ont l oin
d’être au ssi r ares q ue d écrits d ans cer taines ét udes t ypologiques. Dans la d euxième
section du quatrième c hapitre, nous présenterons une a nalyse a lternative à la nôtre, qui
est c elle de C inque ( 2003/8) en u nifiant l’analyse d e montée d e t ête et ce lle
d’appareillement. Nous entreprendrons de l’appliquer à la PRpré.
Le c inquième c hapitre e xpose d ans les d étails les car actéristiques typologiques nonintrinsèques de la P Rpré, q ui s ont l e car actère n on-fini d e la P Rpré et l a H iérarchie
d’Accessibilité. P our l a p remière q uestion, n ous p arviendrons à la co nclusion s elon
laquelle la P Rpré non-finie n’existe s eulement dans les langues o ù la s ubordination e n
général est exprimée par la forme verbale non-finie. Quant à la deuxième, les données à
notre d isposition n e di stingueront p as la P Rpré d es au tres types d e P R en ce q ui
concerne les p ositions acce ssibles à la r elativisation. E n d ernier lieu, n ous p arlerons
brièvement de la nature cat égorielle d u nom t ête d ans d e d iverses langues à P Rpré et
terminerons cette section par une remarque d’ordre méthodologique.
22
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
1.1. Introduction
Nous l ’avons a nnoncé da ns l’introduction gé nérale, les buts du pr emier c hapitre sont
d’abord définir la proposition relative (PR) et ensuite établir trois typologies concernant
la PR.
Dans la s ection 1 .2., n ous d éfinirons la P R p ar l a s ubordination s yntaxique et l e p ivot
sémantique. N ous ex poserons p ourquoi ces d eux p ropriétés s ont n écessaires à la P R,
mais e n même t emps, n on-suffisantes po ur identifier la P R. N ous a rguerons qu’aucune
définition identificatrice n’est possible pour la PR, et ce, du point de vue non seulement
théorique mais aussi empirique.
Dans la s ection 1. 3., n ous pr oposerons u ne t ypologie s yntaxique basée s ur le
positionnement du n om t ête par rapport à la PR. Seront dégagés c inq t ypes de PR : P R
prénominale, PR postnominale, PR à nom tête interne, PR corrélative et PR extraposée.
Dans la section 1 .4., n ous r eprendrons la d istinction s émantique t ripartite, i .e. P R
restrictive, PR non-restrictive et PR maximalisante.
Dans la s ection 1.5., nous parlerons des stratégies de r elativisation, qui sont en nombre
de h uit, d ont q uatre r elèvent d u m arquage interne et l es q uatre au tres d u m arquage
externe. P lus précisément, il s’agit de pronom r elatif, de joncteur, de complémenteur et
de marque zéro, comme marquages externes, et de non-réduction, de pronom résomptif,
de t rou s yntaxique e t de m arquage verbal, qu i s ont de s m arquages internes. N ous
finirons pa r un e d iscussions brève sur d ’éventuelles c orrélations en tre la t ypologie
syntaxique, la typologie sémantique et les stratégies de relativisation.
1.2. Définition
Suivant, entre autres, de Vries (2002:14) :
(1) a. A relative clause is subordinated.
b. A relative clause is connected to surrounding material by a pivot constituent.
23
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
et Grosu (2002a:145) :
(2) a. A relative clause is subordinated.
b. A relative clause includes, at some level of semantic representation, a variable that
ultimately gets bound in some way by an element of the matrix.
nous définissons ainsi la proposition relative 1 (PR):
(3) La PR est une proposition subordonnée
(4) Il existe un pivot sémantique entre la PR et la matrice
Nous pourrions constater que la d éfinition d e de Vries est plus neutre et mieux adaptée
aux ét udes t ypologiques t andis q ue ce lle d e G rosu, en faisant a ppel a ux no tions de
« variable » et de « liage », est plus théoriquement orientée. Notre définition, qui se veut
typologique et moins théoriquement marquée, est donc plus proche de celle de de Vries.
Cela ét ant, au ssi b ien d ans n otre d éfinition q ue d ans les leurs, d eux no tions so nt
essentielles : subordination et pivot sémantique.
Concernant l a s ubordination, de Vr ies et G rosu l’expriment d e f açon e xplicite et
identique en (1.a) e t en (2.a). Cependant, n i l’un n i l’autre n e p récisent ce q u’ils
entendent par « subordination ». Selon Creissels (2006.vol.2:189)
(5) l’essentiel d ans la subordination e st qu’ une s tructure ph rastique joue pa r rapport à
une autre le rôle d’un constituant.
De f açon s imilaire, Feuillet (2006:479) parle de « dépendance fonctionnelle » 2. Avant
tout, il e st important d e f aire r emarquer q ue la s ubordination n’implique p as
1
D’ordinaire, p ar « proposition r elative », o n e ntend la p roposition m odificatrice et le relativiseur s’il y e n a u n.
Néanmoins, il y a d’autres usages. À la place de PR, Keenan & Comrie (1977) utilisent le terme « restricting sentence »
et Keenan (1985) « restrictive clause ». Selon Kroeger (2004:174 et 2005a:230), la PR contient trois composantes, i.e. le
nom tête, la proposition modificatrice et le relativiseur. Dans
(i) l’homme que j’aime
Le nom tête est l’homme, le relativiseur que et la proposition modificatrice j’aime. Nous n’adoptons pas ces définitions.
Voir Dik (1997.vol.2:25, note 3) pour une position similaire à la nôtre.
2
Cristofaro (2003) propose une défintion fonctionnelle de subordination, que nous n’avons pas retenue ici. Voir aussi la
même référence pour une discussion au sujet de différentes approches sur la définition de subordination.
24
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
nécessairement l ’enchâssement 3, s i l’enchâssement e st d éfini c omme « [o]pération q ui
consiste à insérer u ne p hrase à l’intérieur d ’une a utre p hrase » ( Mounin 2000:124). Ce
qui prime quant à une subordonnée, est le fait que celle-ci joue le rôle que peut remplir
un co nstituant d épendant d e l a matrice. C ette ( non-in)dépendance s yntaxique s e
manifeste par plusieurs aspects : la réduction des possibilités de modulation énonciative,
la r igidification d e l’ordre d es m ots e t l ’utilisation o bligatoire d es f ormes v erbales
non-finies, e tc. (cf. Lehmann ( 1988), Creissels (2006.vol.2:189-190) et
Feuillet
(2006:481-485)). Par exemple, en français, une proposition indépendante peut manifester
quatre t ypes de valeur é nonciative : d éclarative (6), i nterrogative (7), i mpérative (8) et
exclamative (9) :
(6)
(7)
(8)
(9)
Le garçon est sage.
Le garçon est-il sage ?
Sois sage !
Comme le garçon est sage !
Mais u ne P R, e n t ant q ue s ubordonnée, n’ est e n m esure d ’exprimer ni l’interrogative
(11), ni l’impérative (12), ni l’exclamative (13) 4 :
(10) Je connais le garçon qui est sage.
(11) *Je connais le garçon qui [est-il sage ?]
(12) *Je connais le garçon qui [sois sage !]
(13) *Je connais le garçon qui [comme il est sage !]
Donc, la réduction de modulation énonciative de PR est due à sa dépendance syntaxique.
Quant à la r igidification d e l’ordre d es mots e t l ’utilisation o bligatoire d es formes
verbales no n-finies, e lles se manifestent de façon particulièrement claire dans la PRpré.
3
À n oter q ue c ette notion, da ns l’état a ctuel de la p résentation, e st utilisée sans référence à a ucun cadre t héorique
particulier, c ar l’enchâssement, d ans l a terminologie d e la g rammaire g énérative, e st s ynonyme d e subordination
syntaxique (cf. Crystal (2003)), ce qui s’écarte clairement de l’intention dans laquelle nous l’utilisons.
4
Or, certaines PRs non-restrictives peuvent effectivement exprimer l’interrogative et l’impérative (Muller 2006:328) :
(i) Il n’est pas sûr qu’il vienne à l’heure, auquel cas voulez-vous l’attendre ?
(ii) Il n’est pas sûr qu’il vienne à l’heure, auquel cas ne l’attendez pas !
Cela ét ant, i l f aut r econnaître la r areté d e ce s tournures. I l s erait plus r aisonnable de l es considérer comme étant à l a
périphérie du noyau de la PR, autrement dit, elles sont des PRs non-prototypiques.
25
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
Nous y reviendrons plus tard. Ainsi la subordination est une propriété nécessaire à la PR :
une propriété syntaxique.
Quant à l a d euxième p ropriété, cel le d e p ivot s émantique, e lle a toujours été reconnue
comme étant essentielle à la P R, e t ce , depuis l es pr emières ét udes s ur l a P R, p ar
exemple, selon Keenan et Comrie (1977:63-64) :
(14) ... a n R P [i.e. r elative p roposition] ... specifies a s et o f o bjects ( perhaps a
one-member set) i n t wo s teps: a l arger s et i s s pecified, ca lled t he domain of
relativization, an d then r estricted to s ome s ubset of w hich a cer tain s entence, the
restricting sentence, is true.
et, plus récemment, selon Creissels (2006.vol.2:205-206) :
(15) ... le r éférent d u c onstituant no minal [i.e. le t erme r elativisé] appartient à un
ensemble car actérisé p ar u ne co njonction d e p ropriétés . .. ou s i o n p réfère à
l’intersection de deux ensembles...
Par ‘pivot s émantique’, no us e ntendons ‘ dépendance r éférentielle’ 5, a utrement d it, i l
existe un élément qui, sémantiquement, est interprété à la fois dans la matrice et dans la
PR. Cet é lément e st couramment nommé « nom t ête »6 dans la littérature. Par exemple,
en (10), le p ivot s émantique entre la matrice ‘ Je c onnais l e gar çon’ et l a P R ‘ qui est
sage’ est l’unique r éférent commun a ux deux p ropositions, i.e. r éférent d énoté p ar
‘garçon’. Donc, nous pouvons dire que le nom tête de la PR ‘qui est sage’ e st ‘ garçon’.
Autrement dit, la P R est une p roposition o uverte, non-complète ; et en t ermes logiques,
un prédicat dérivé d’une phrase, une propriété. Donc la PR peut être interprétée comme
suit :
5
G. Rebuschi nous a fait remarquer que la dépendance référentielle n’équivalait pas à la coréférence :
(i) Personnei n’aime soni patron.
Ici, il est possible de parler de dépendance référentielle entre personne et son, mais pas de coréférence, car par définition,
personne n’a pas de référent (si l’on n’aborde pas les discussions philosophiques sur la dénotation et la connotation). La
coindexation, comme entre personnei et soni, marque soit la coréférence, soit la dépendance référentielle.
6
G. R ebuschi nous a signalé qu’il s’agissait d’une erreur « historique », car « nom tête » (« head noun » en anglais) est
hérité de la première version du X’-barre. Selon le modèle des Principes et Paramètres, la véritable tête de la PR, qui est
un SC, doit être le complémenteur. Par convention, nous gardons « nom tête » pour désigner la réalisation (pro)nominale
du pivot sémantique.
26
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
(16) λx[x\P], i.e. être un x tel que x a la propriété P, x étant une variable.
Si x n’est pas lié, (16) reste une propriété, i.e. une proposition ouverte, non-complète. Par
exemple, la PR ‘qui est sage’ peut être réécrite suivant (16) en (17) :
(17) λx[x\est sage]
Après que la PR est reliée à la matrice, une valeur est assignée à la variable : il s’agit de
‘garçon’ :
(18) λx[garçon’(x) ∧ est’(sage’, x)]
La propriété dénotée par la PR fait partie des propriétés de cette entité. Le cas échéant,
l’interprétation sémantique sera bloquée.
(19) *La Marie qui est méchante est gentille.
(20) *Marie, qui est méchante, est gentille.
(19) et ( 20), s i interprétés au p ied d e l a lettre, s ont des ch arabias. L ’explication es t
simple : suivant l’analyse précédente, la PR est interprétée comme une propriété qui fait
partie des propriétés de l’entité dénotée par le nom t ête ; o r p armi c es p ropriétés, il y a
« gentil », q ui c ontredit « méchant », p ropriété d énotée p ar l a P R. C ’est justement la
coexistence de deux propriétés contradictoires qui bloque l’interprétation sémantique. Il
est à n oter que la propriété, ou la PR, peut avoir diverses fonctions : en (19), elle sert à
sélectionner u ne en tité p armi t outes cel les d énotées p ar l e n om t ête, a utrement d it, la
propriété « méchant » e st u ne s econde propriété q ui n’est p as n écessairement p ropre à
l’entité d énotée par le n om t ête : u ne p ersonne p rénommée M arie n ’est p as
intrinsèquement méchante (ou gentille), mais dans le contexte, celle qui fait l’objet de la
conversation e st méchante ; a lors qu’en (20), la propriété de méchanceté est propre à l a
personne prénommée Marie, parmi t outes les propriétés propres à elle. Cette différence
nous permettra de distinguer la PR restrictive et la PR non-restrictive, problématique sur
27
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
laquelle nous reviendrons plus tard.
Ainsi, nous définissons la PR par deux propriétés, l’une, syntaxique, par la subordination
et l’autre, sémantique, par le pivot sémantique.
Pourtant, l’exemple suivant semble problématique selon notre définition de la PR :
(21) Je n’ai pas salué Marie, parce qu’elle ne me plaisait pas.
Il semble que ( 21) s atisfasse les d eux cr itères : ‘parce qu’ elle ne m e pl aisait pas’ e st
subordonné à la matrice ‘ Je n’ ai pas s alué M arie’, é tant do nné q ue l a s ubordination
comprend l a PR, la co mplétive et la circonstancielle (cf. Cristofaro (2003) et Creissels
(2006, §31.4)) ; e t le p ivot s émantique est rassuré p ar ‘ Marie’ d ans la matrice et ‘ elle’
dans la s ubordonnée. S’agit-il d ’une d éfaillance de notre définition ? À notre av is, ce
contre-exemple n’est qu’un faux contre-exemple. En effet, si nous avons défini la PR par
ces deux propriétés, cela ne veut absolument pas dire qu’une proposition ayant les deux
propriétés soit cer tainement u ne P R. N otre ap proche es t p lutôt l a s uivante : s i nous
voulons identifier (ou, moins ambitieusement, chercher) la PR dans une langue donnée,
les deux cr itères nécessaires p our ce faire s ont la s ubordination et le p ivot s émantique,
mais peut-être ne s ont-ils pas su ffisants. I l s e pour rait que l a P R d ’une langue donnée
manifeste d ’autres caractéristiques spécifiques : par exemple, en f rançais standard,
l’utilisation d e cer tains relativiseurs 7 , tels q ue ‘ qui’, ‘que’, ‘dont’ et ‘ où’ et l e t rou
obligatoire à l’intérieur d e la P R 8. I l s e po urrait aussi que la P R s oit p lus o u mo ins
confondue av ec d ’autres s ubordonnées 9 . E n f rançais, il est d ifficile d e t racer u ne
frontière absolument nette entre la PR et la complétive :
(22) Le fait que tu nies est indéniable.
(22) signifie soit ‘Ce que tu nies est indéniable.’ soit ‘Il est indéniable que tu nies.’ ; et de
7
À no ter qu e par « relativiseur » no us e ntendons t out é lément introduisant la P R, c ontrairement à l’usage qu ’en f ont
Schachter & Shopen (2007:50), où il est équivalent de notre « complémenteur ». Voir section 1.5.
8
Sauf dans certaines PRs imbriquées (Riegel, Pellat & Rioul 2002:483) :
(i) Pierre est l’ami dont je ne savais pas quand il viendrait.
Pour un e d iscussion s ur le de gré de spécialisation d es c onstructions exprimant l a r elativisation, v oir, p ar exemple,
Creissels (2006.vol.2:218-220).
9
28
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
même e ntre l a P R et l a c irconstancielle s i nous p ensons à d es ( quasi-)équivalences
sémantiques telles que ‘quand’/ ‘au moment où’ et ‘comme’/ ‘de la façon dont’ :
(23) Quand/Au moment où j’ai vu Marie, je l’ai saluée.
(24) Comme/De la façon dont Marie m’a salué, je l’ai saluée.
En warlpiri, cer taines propositions s ubordonnées p euvent ê tre i nterprétées s oit c omme
PRs soit comme circonstancielles (Comrie 1989:144) :
(25) ŋatyulu-ḷu
I.ERGATIVE
-lpa
AUXILIARY
-ṇa
yankiri pantuṇu kutya
AUXILIARY emu
speared CONJUNCTION
ŋapa ŋaṇu
water rank
L’exemple (25) veut dire soit ‘J’ai transpercé d’un coup de lance l’émeu qui était en train
de boire de l’eau.’ soit ‘J’ai transpercé d’un coup de lance l’émeu quand il était en train
de boire de l’eau.’ 10 De même, en italien, il peut y avoir le même type d’ambiguïté dans
certaines subordonnées introduites par che (G. Cinque, c. p.) :
(26) Ha ucciso l’uomo che passava.
‘Il a tué l’homme qui passait’ ou ‘Il a tué l’homme quand il passait.’
Les e xemples s uivants en an glais o nt l a même s tructure s yntaxique ( au n iveau d e
surface), i.e. SN SV SN SV, mais génèrent deux interprétations différentes :
(27) Tom wanted a book to read.
(28) Tom wanted Mary to read.
‘to read’ étant une PR infinitivale en (27) mais une construction à contrôle en (28).
Par ces exemples, il semble impossible de donner une définition identificatrice de la PR :
aucune dé finition, à n otre a vis, n e s uffirait à i dentifier l a P R. 11 Notre o bjectif ét ant
10
Sachant qu e c ette d ouble i nterprétation n’ est p ossible que s i les d eux pr opositions on t l e m ême temps verbal (cf.
Andrews (2007:217)).
11
Étant donné que de très nombreuses langues n’ont jamais été décrites, donner une définition identificatrice revient à
dire qu’avant de connaître ces langues, nous sommes déjà en mesure de prévoir leurs structures ! Scientifiquement, cette
29
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
beaucoup mois a mbitieux, notre po sition est que la subordination et le p ivot sémantique
sont les s eules p ropriétés co mmunes à t outes les PRs d éjà d écrites, a utrement d it, si l a
PR e xiste da ns un e langue que lconque, elle satisfait cer tainement les cr itères d e
subordination e t d e pivot sémantique, mais r ien n’empêche que d ’autres propriétés, par
exemple, les stratégies de relativisation (voir 1.5.), seront aussi nécessaires, et c’est bien
l’ensemble de toutes ces propriétés nécessaires q ui permettent d’isoler la PR des autres
structures dans u ne langue do nnée, ma is peut-être aucune d ’entre e lles ne suffit à elle
seule pour identifier la PR. 12
Une fo is ces éclaircissements donnés, nous pouvons, en nous en tenant à notre définition
sémantico-syntaxique d e la P R, ét ablir d eux t ypologies de la PR : une typologie
syntaxique e t une typologie s émantique 13, ce q ui constituera l’objet d ’étude des deux
sections suivantes.
1.3. Typologie syntaxique
Ayant d éfini la P R par la subordination e t le p ivot s émantique, n ous a llons pa sser e n
revue les différents types de PR dans cette section. La typologie que nous proposons ici
est de nature syntaxique, autrement dit, uniquement en fonction de la manière dont la PR
est s ubordonnée à l a matrice. C omme n ous l’avons ar gumenté, l a s ubordination
n’équivaut pas à l’enchâssement, ce qui veut dire qu’a priori, il do it y avoir deux t ypes
de PR, les PRs enchâssées et les PRs non-enchâssées (ou détachées), si l’enchâssement
est défini comme inclusion t otale d’une phrase à l’intérieur d’une autre phrase. D’après
ce premier critère, nous pouvons obtenir le schéma suivant :
position t ranscendante est indéfendable ; et dans la pratique, si cela était possible, à quoi cela servirait-il de décrire les
langues ? Dans une certaine mesure, notre définition sur la PR n’est rien qu’un exemple du « bateau de Thésée », pl us
connu sous le nom de « bateau de Neurath » (cf. Cartwright, Fleck, Cat & Uebel (1994), et aussi Chomsky (2009:382)).
12
Nous pouvons m ême penser que la P R ne serait pas une construction s yntaxique universelle. Dans l’état a ctuel des
choses, cet te étude ne p eut êt re n i co nfirmée n i i nfirmée. Voir a ussi A kiba (1978) et D ik ( 1997.vol.2, §4.1) po ur u ne
discussion sur la (non-)universalité de la PR.
13
Il y a d’autres typologies sur la PR, par exemple, celle de Citko (2004), qui distingue la PR à nom tête, la PR sans nom
tête, et la PR à nom tête léger.
30
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
(29)
PR
enchâssée
d
étachée (non-enchâssée)
Figure 1.1: PR enchâssée vs. PR détachée
Dans l es l angues du m onde, les d eux t ypes d e PR existent effectivement. L es P Rs
détachées, puisque n’étant pas enchâssées à l’intérieur de la matrice, peuvent se trouver
soit à g auche, soit à droite de celle-ci. À t itre d’exemple, le hindi possède les deux types
de PR (Srivastav 1991:642) :
(30) jo
laRkii khaRii hai vo
lambii
REL girl
standing is DEM tall
(31) vo
laRkii lambii hai jo khaRii
DEM girl
tall
is
REL standing
The girl who is standing is tall.
hai.
is
hai.
is
(30) es t u ne P R d étachée à g auche et ( 31) à d roite, s achant q ue l es P Rs d étachées à
gauche s’appellent au ssi ‘corrélative’ et l es P Rs d étachées à d roite ‘ extraposées’ ( cf.
Downing (1978) et Andrews (2007))14.
Quant a ux P Rs e nchâssées, e lles s ont o u b ien p rénominales, o u bien po stnominales, o u
bien circonnominales. En tibétain d e Lhassa existent les t rois t ypes d e P R en châssée
(Mazaudon 1978:402) :
(32) pēemɛ̀ khīi pɛ
thep the
ṅeē
yin
P-ERG porter-ptcp- GEN livre le-ABS je-GEN être
Le livre que Peema a porté est à moi.
(33) thep
pēemɛ̀ khīi pa
the
ṅeē
yin
livre-ABS P-ERG porter-ptcp- ABS le-ABS je-GEN être
Le livre que Peema a porté est à moi.
(34) pēemɛ̀ thep
khīi pa
the
ṅeē
yin
P-ERG livre-ABS porter-ptcp- ABS le-ABS je-GEN être
Le livre que Peema a porté est à moi.
La PR est p rénominale en (32) e t p ostnominale en (33), mais e lle a l e nom tê te à
14
Cinque (2009) analyse la corrélative comme un type non-indépendant de PR.
31
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
l’intérieur 15 en (34).
En r assemblant tous l es so us-types d es P Rs e nchâssées et d étachées, n ous p ouvons
obtenir une typologique syntaxique complète, d’après les deux critères qui ont été pris en
compte : enchâssement et positionnement de la PR par rapport au nom tête16
(35)
Figure 1.2 : typologie syntaxique de la PR
Notre s chéma d e la t ypologie syntaxique s emble co rrespondre à ceu x p roposés p ar
d’autres auteurs ( cf. Downing (1978), Mallinson & B lake (1981, §5.2), Keenan (1985),
Lehmann ( 1986 et 2003), Comrie ( 1989, c hapitre 7) , Dik (1997.vol.2, ch apitre 3 ),
Whaley ( 1997:261-262), Fabb ( 1999), A lexiadou et a l. ( 2000a, 3 .1), Song ( 2001,
chapitre 4 ), Kroeger ( 2004, §7.2 et 2005a, §12.5), de V ries (2001, 2002 et 2005),
Creissels ( 2006, chapitres 3 2-34) et Andrews ( 2007)). Certes, nous ne prétendons p as
que n otre typologie s oit meilleure q ue les a utres. Au mieux, e lle n’est qu’ une
classification possible parmi tant d’autres. Nous aurons besoin de temps à au tre de citer
d’autres types de P R, m ais, c omme nous l ’avons dé jà d it da ns l’introduction, l a
sollicitation d’autres types de PR est effectuée seulement dans la mesure du nécessaire,
et nous privilégierons les données des langues à PRpré si elles possèdent aussi le type de
PR en question.
Statistiquement, la fréquence des différents types de PR n’est pas égale, la tendance étant
que p ostnominale > p rénominale > à nom t ête i nterne > co rrélative > ex traposée, o ù
15
Dryer (2007b:201) ne considère pas comme nom tête le pivot nominal dans la PR à nom tête interne :
(i) It is important to emphasize that the noun which is semantically the head in these clauses is not in any grammatical
sense a head. ... it is not grammatically a head.
Un compromis serait d’employer un terme plus neutre, comme ‘nom de domaine’ dans Creissels (2006, §34.2).
16
Pour l es c orrélatives et l es extraposées, pu isque la P R est à la p ériphérie d e la ma trice e t q ue le nom t ête est
certainement à l’intérieur de la matrice, le positionnement de la PR par rapport à la matrice équivaut à celui par rapport au
nom tête, en termes de linéarité.
32
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
« > » signifie « plus répandue que ». La PR postnominale (PRpost) semble se trouver sur
tous les continents et son nombre dépasse largement les quatre autres types (et même le
total des quatre types) :
(36)
Figure 1.3 : Fréquence et distribution géographique des cinq types de PR (générée par le logiciel de
WALS)
Si les c inq t ypes d e P R so nt b el e t b ien d es P Rs, c’est q u’ils s atisfont à la d éfinition
sémantico-syntaxique de la PR. Par exemple, en ce qui concerne la prénominale (PRpré),
qui fait l’objet de n otre é tude, elle e st s yntaxiquement liée à
la matrice p ar la
subordination et sémantiquement par le pivot sémantique. Comme nous l’avons dit plus
haut, l a s ubordination s e manifeste p ar, en tre a utres, la r éduction d es possibilités de
modulation é nonciative, la r igidification d e l’ordre d es mots e t l ’utilisation o bligatoire
des formes verbales non-finies. Prenons l’exemple suivant, tiré du mandarin :
(37) jingcha zhuazhu le
[tou
che
de]
zei
police arrêter
TAM voler, dérober voiture COMP voleur
‘La police a arrêté le voleur qui volait des voitures.’
33
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
(37) e n mandarin c ontient la PRpré tou c he de ‘qui a v olé d es voitures’. Si e lle e st
subordonnée à la matrice, c’est que d’un côté, elle forme un seul constituant avec le nom
tête zei ‘voleur’, par exemple, il est possible de déplacer ce SN 17 en bloc comme en (38),
mais impossible de déplacer seulement la PR tel qu’en (39) :
(38) tou che
de
zei,
jingcha hai
mei
zhuazhu
voler voiture COMP voleur police encore NEG.TAM arrêter
‘Le voleur qui volait des voitures, la police ne l’a pas encore arrêté.’
(39) *tou che
de,
jingcha hai
mei
zhuazhu zei
voler voiture COMP police encore NEG.TAM arrêter
voleur
et que de l’autre, les possibilités de modulation énonciative sont bloquées :
(40) *jingcha zhuazhu le
[tou
che
ma
de]
zei
police
arrêter TAM voler, dérober voiture INTERR COMP voleur
Lit. ‘La police a arrêté le voleur qui [volait-il des voitures ?]’
(41) *jingcha zhuazhu le
[bie
tou
che
de]
zei
police
arrêter TAM IMPER.NEG voler, dérober voiture COMP voleur
Lit. ‘La police a arrêté le voleur qui [ne vole(z) pas de voiture !]’
(40) et ( 41) il lustrent l’ impossibilité d e me ttre l a PR sous f ormes interrogative et
impérative.
Le basque peut illustrer la r igidification de l’ordre des mots dans la PRpré. E n e ffet, le
basque jouit d’un ordre des mots très libre dans une proposition indépendante (Ortiz de
Urbina 2003:448) :
(42) All the permutations of the bracketed constituents in the following example produce
grammatical sentences in Basque.
[Ene aitak]
[amari]
[gona gorria]
[ekarri dio].
my father.ERG mother.DAT skirt red.DET bring
AUX
‘My father bought mother a red skirt.’
Or, dans la PRpré (Oyharçabal 2003:766) :
17
Pour l’instant, nous laissons ouverte la question si l’expression nominale composée du nom tête et de la PR est SD ou
SN. Nous reprendrons la discussion au chapitre 4.
34
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
(43) There is a strong word order constraint regarding one constituent within the relative
clause: t he r elative clause must en d w ith t he finite verb form w hich t he
complementizer is joined. There is no exception to this rule.
Certes, le basque est loin d’être la seule langue à PRpré ayant le contraste entre la liberté
de l’ordre des mots dans la matrice et la contrainte très rigide sur l’ordre des mots dans
la PRpré. Le moins que nous puissions d ire, c’est que dans aucune langue à P Rpré aux
données de laquelle nous avons eu accès, l’ordre des mots dans la PRpré ne soit plus ou
aussi libre que dans la proposition indépendante.
Quant à l’utilisation obligatoire des formes verbales non-finies, la PRpré est peut-être la
PR la p lus « non-finie » o u n ominalisée (cf. Downing ( 1978:392), M allinson & B lake
(1981:298), K
eenan (
1985:160), L
ehmann (
1986:672
et
2003:461), D
ik
(1997.vol.2:55-58), Croft & Deligianni (2001), Song (2001:233), de Vries (2001:235 et
2002:39), C reissels ( 2006.vol.2:239) et Andrews ( 2007:208)). Nous r eviendrons s ur c e
constat ultérieurement afin d’illustrer que cette caractéristique ne reflète que la tendance
générale p our l es langues à P Rpré d ’utiliser l a forme v erbale non-finie d ans la
subordination et que la PRpré n’est pas intrinsèquement à forme verbale non-finie.
Ainsi nous avons pu montrer que la PRpré est bel et bien une subordonnée.
Sur le p lan s émantique, la PRpré p artage u n p ivot s émantique avec l a m atrice, par
exemple, le nom tête zei ‘voleur’ en (37), repris ci-dessous :
(44) jingcha zhuazhu le
[tou
che
de]
zei
police arrêter
TAM voler, dérober voiture COMP voleur
‘La police a arrêté le voleur qui volait des voitures.’
Il est possible de parler de la conjonction de propriétés (45) ou de l’intersection de deux
ensembles (46) :
(45) {x | la police a arrêté x & x volait des voitures}
(46) {x | la police a arrêté x} ∩ {x | x volait des voitures}
Les au tres types d e P R p euvent être examinés d e façon s imilaire, malgré d ’éventuelles
35
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
différences d e d étail. Ainsi, la t ypologie s yntaxique, s atisfaisant à n otre d éfinition
sémantico-syntaxique, es t b ien ét ablie. Or, puisque nous a vons a dopté u ne d éfinition
sémantico-syntaxique, en principe, il est possible de dégager deux typologies, l’une étant
syntaxique, telle celle que nous avons présentée, et l’autre, sémantique. Cette deuxième
typologie fera l’objet d’étude de la section suivante.
1.4. Typologie sémantique
En ce q ui co ncerne la t ypologie s émantique, t raditionnellement, i l est d istingué PR
restrictive ( PRR) et PR appositive ( PRA) (i.e. non-restrictive) (cf. Mallinson & B lake
(1981, §5.5), Keenan ( 1985:168-169), Dik ( 1997.vol.2, §2.4), Whaley ( 1997:260-261),
Alexiadou et a l. ( 2000a, §3.7), Givón ( 2001, §14.2, §14.3.6), de V ries ( 2001 et
2002:181-196), L ehmann ( 2003) et Kroeger (2004, §7.2.1 et 2005a, §12.5.1)). S i cet te
dichotomie est bien établie, c’est que la PRR et la PRA, du moins dans les langues où la
distinction s emble incontestable (par ex emple, en an glais), m anifestent u ne s érie d e
différences notamment sur le p lan morphosyntaxique 18, p armi lesquelles nous po uvons
citer les suivantes.
D’abord, la PRA et la PRR n’ont pas le même ensemble de nom tête :
(47) Je n’aime rien/personne (*,) qui lui plaise.
(48) Je suis content pour elle/Marie *(,) qui a réussi le concours.
(49) Connais-tu le/un Paris (*,) qui me fait rêver ?
(50) Connais-tu Paris *(,) qui me fait rêver ?
(51) J’ai un livre (*,) qui parle de la littérature française.
(52) J’ai ce livre (,) qui parle de la littérature française.
Grosso modo, la PRA exige un nom tête du type <e,t> ou <e>, tandis que la PRR exclut
18
Sur l e plan prosodique et cel ui d e l ’orthographe, la PRA à l ’oral es t a p riori marquée par une courte pause, qui es t
transcrite à l’écrit par la virgule :
(i) L’homme, qui a gagné le grand prix, est content.
Cela étant, ces deux caractéristiques sont moins stables. Par exemple, en français, si le nom tête est un pronom personnel,
la pause semble beaucoup moins claire jusqu’à l’absence totale, même si la virgule reste toujours à l’écrit (D. Creissels &
G. R ebuschi, c . p.) ; en a nglais « [p]unctuation s eparation i s s ometimes a bsent f rom w hat are ob viously n on-restrictive
clauses » ( Greenbaum 199 6:225) ; et e n hongrois ( A. S örès, c . p. ) e t e n f innois ( E. H avu, c . p .), l a PRpost est
systématiquement séparée du nom tête par la virgule selon les normes orthographiques.
36
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
le t ype <e> comme nom tê te. En p lus, une P RA pe ut s ’appliquer à d’autres types de
constituants qu’un SN, par exemple, à une proposition entière (53) ou à un SPrép (54) :
(53) Put the book on the shelf, which will be easier for me to find it.
(54) Put the book on the shelf, where it will be easier for me to find it.
Deuxièmement, la PRA n’est pas obligée de suivre immédiatement le nom tête :
(55) Jean est revenu avec Marie, qui semblait déçu(e).
(55) p eut a voir deux interprétations p ossibles e n fonction d u c hoix d u nom tête, qui est
soit Marie (56), soit Jean (57) :
(56) Jean i est revenu avec Marie j , qui j semblait déçue.
(57) Jean i est revenu avec Marie j , qui i semblait déçu.
Troisièmement, la PRA peut exiger l’utilisation d’un relativiseur particulier, par exemple,
en anglais :
(58) Do you know this writer, who(m)/*that/*Ø Tom criticizes so?
(59) Do you know the writer who(m)/that/Ø Tom criticizes so?
Le même p hénomène es t r epéré d ans cer taines langues s laves par Gołąb & Friedman
(1972).
Quatrièmement, l e b locage d e modulation én onciative es t m oins r igide d ans cer tains
types de PRA (Muller 2006:328) :
(60) Il n’est pas sûr qu’il vienne à l’heure, auquel cas voulez-vous l’attendre ?
(61) Il n’est pas sûr qu’il vienne à l’heure, auquel cas ne l’attendez pas !
À comparer :
(62) *La police a arrêté le voleur(,) qui [volait-il des voitures ?]
37
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
(63) *La police a arrêté le voleur(,) qui [ne vole(z) pas de voiture !]
Cette liberté r elative n’est pas co nstatée dans la PRR, t el q u’il e st illustré en (62) et en
(63). E n plus, certains ad verbes d ’énonciation p eut être utilisés d ans la P RA, mais non
dans la PRR :
(64) Jacques, qui, franchement, mentait sans cesse, a fini par trahir tout le monde.
(65) *Le garçon qui franchement mentait sans cesse a fini par trahir tout le monde.
En (64), l’adverbe ‘franchement’ porte sur la phrase entière, non sur la PRA ; tandis que
(65), une PRR, est apparemment illogique, parce que l’adverbe franchement s’interprète
dans la PRR et donc est en contradiction avec mentir.
En dernier lieu, il e st imp ossible d ’empiler (i.e. « stack ») 19 des P RAs, c e q ui e st tout à
fait possible pour la PRR (Carlson 1977b:520) :
(66) *The l ion, which was f ive weeks ol d, which was fed twice a day , at e onl y fillet of
salmon.
(67) The tiger that I saw that I wanted to buy was five weeks old.
(68) The lion, which was five weeks old and which was fed twice a day, ate only fillet of
salmon.
Sans que d’autres propriétés soient énumérées, les cinq différences citées ci-dessus sur le
plan morphosyntaxique reflètent en réalité ce qui est différent entre la PRR et la PRA sur
le plan sémantique. Étant do nné les deux PRs suivantes formées exactement des mêmes
mots :
(69) Les lions, qui sont blancs, sont rares dans cette région.
(70) Les lions qui sont blancs sont rares dans cette région.
il e st aperçu, même intuitivement, que (69) concerne tous les lions de la région : ils sont
à la fois blancs et rares ; tandis que (70) ne vise que les lions blancs de la région : même
19
Par « empiler » (« stack »), nous entendons une suite de PRs qui se suivent sans élément de coordination. Donc, (67)
est un e xemple d’ empilage tandis qu ’en (68) il s ’agit d e deux PRs c oordonnées. Voir Dik (1997.vol.2, §2.3.5) à ce
propos.
38
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
si les lions blancs y sont rares, rien ne contredit que cette région ne soit pas abondante de
cet an imal (blanc o u/et de couleur). Cette intuition, r eformulée e n t ermes s émantiques,
signifie ceci : si toute PR est construite au moyen d’un pivot sémantique, la PRR sert à
restreindre l’ensemble du p ivot déjà fourni par le nom tête alors que la PRA, au lieu de
restreindre l’ensemble d u p ivot s émantique, d écrit s implement c elui-ci (cf. Keenan
(1972:169-170) et Givón (2001.vol.2:10)) ; autrement dit, il y a une interaction de deux
ensembles pour la PRR (70) :
(71) les lions qui sont blancs
lions
(ce) qui est blanc
mais une superposition de deux ensembles identiques, pour la PRA (69) :
(72) les lions, qui sont blancs
les lions, qui
sont blancs
À p art ces d eux cas d e f igure illustrés, i l e st p ossible que le S N s oit qua ntifié, tel que
‘chaque livre’, ‘trois livres’ et ‘autant de livres’, comme dans (Carlson 1977b:521) :
(73) Every man there was on the life-raft died.
(73), p ar rapport à l a P RR et à l a P RA, présente effectivement cer taines p articularités.
D’abord, concernant la dé finitude du nom tê te, dans les P Rs du t ype (73) ne s ont
possibles que les déterminants définis ou universels :
(74) (all) the (three), every, *some, *few, *a lot of books that there is/are on the table
Deuxièmement, en anglais, elle peut n’être introduite par aucun relativiseur ou par ‘that’,
mais ni par ‘who(m)’ ni par ‘which’ :
39
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
(75) Every man (that)/*who(m) there was on the life-raft died.
(76) Every dog (that)/*which there was on the life-raft died.
Troisièmement, il est impossible d’empiler des PRs du type (73) (Grosu 2002a:150) :
(77) The o nly s tudents t here w ere at t oday’s par ty ( *that t here had al so be en at
yesterday’s concert) were John and Mary.
Cette « catégorie » de PR est longuement étudiée par Carlson (1977), Grosu & Landman
(1998) et Grosu (2002a). I ls identifient, s émantiquement p arlant, u n troisième type d e
PR : la relative maximalisante (PRM). Le point de départ est que dans la PRM, l’effet de
restriction ne p orte p as s ur le nom tête, mais p lutôt s ur la qua ntité du nom tête (Grosu
op.cit.:151) :
(78) It will take us the rest of our lives to drink the champagne that they spilled that
evening.
(79) It will take us the rest of our lives to drink the champagne that there was on the floor
after last night’s party.
En (78) et en (79), l’effet de restriction ne peut porter sur le nom tête, mais plutôt sur la
quantité du nom tête, sinon la phrase serait ridicule : puisque les champagnes ont été bel
et bien gaspillés, il est certainement impossible de les boire, que ce soit pour le reste de
la vie d e q ui q ue c e s oit. M ais c ’est j uste la q uantité d e ch ampagne g aspillée q ui est
énorme au po int qu’il nous faut tout le r este d e nos v ies p our en boire au tant. Q uant à
(79), notons e n p lus que cette phrase ne peut s’interpréter dans le sens ‘the champagne
(that was) on the floor’, qui peut se traduire ainsi :
(80) λx [(x\champagne) & (x\on the floor)]
tandis que (79) a la représentation logique suivante :
(81) MAX [λd.there was [d champagne] on the floor]
40
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
C’est-à-dire que le nom tête est interprété à l ’intérieur de la PR, l’opérateur lambda lie
une variable de degré et le MAX s’applique au SC :
(82)
La PRM se différencie des PRR et PRA en ce que (op.cit.:147) :
(83) a. The entire construction may have definite or universal, but not existential, force.
b. The relative clauses do not stack with intersective import.
La clause ( 83.a) revient à c onfirmer ( 74). L a cl ause (83.b) veut di re que la PRM est
formée par une opération particulière d’intersection de deux ensembles : « the mapping
of a s et to a s ingleton s et » ( ibid.), d ans d ’autres t ermes, l’ensemble q ue représente la
PRM est projeté sur un singleton.
L’opposition PRR/PRA étant bien connue, l’identification de la PRM reste relativement
récente. Grosu (op.cit.:146) identifie quatre sous-types de PRMs :
(84) a. ‘Standard’ free relative (SFRs)
b. Correlatives
c. Externally-Headed Relatives (EHRs) of certain sorts
d. Internally-Headed Relatives (IHRs) of certain sorts
tandis q ue de Vr ies (2002:23-29) so us-catégorise l a PRM en « degree r elatives »,
« quantity relatives » et « event relative ». Une analyse sémantique u nitaire est proposée
par Grosu (2002a), en termes de trois t raits : [REL], [PRED] et [DEF], par lesquels le s
PRs sont représentées ainsi :
41
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
(85) PRA : [REL]
PRR : [REL] + [PRED]
PRM : [REL] + [PRED] + [DEF]
Si n otre i nterprétation n’est p as er ronée, [REL] correspond grosso m odo au pi vot
sémantique, pr opriété pa rtagée pa r tous les t rois t ypes de P Rs e t qui s uffit à dé finir la
PRA, [PRED] réalise la véritable intersection de deux ensembles comme en (71) et [DEF]
transforme l ’ensemble i ssu de l ’intersection en singleton, de ce tte f açon la P RM
s’engendre. Les mêmes idées peuvent être reformulées en termes de dérivations.
Dérivationnellement p arlant, nous pensons que la d ifférence e ntre les t rois t ypes de PR
pourrait êt re expliquée par l ’ordre de l a c ombinaison d es é léments e n q uestion :
déterminant du nom tête, nom tête et PR. En cas de la PRA, le nom tête doit se procurer
d’abord l e car actère d éfini, q ue ce s oit p ar l a co mbinaison a vec d ’autres él éments o u
grâce à s on sémantisme inhérent, par exemple, pour les noms propres ; u ne fois é quipé
du trait [+ défini], le nom tête peut accueillir la PR. Étant donné que le nom tête est déjà
défini a vant que l a P R s’y r ejoigne, l’ensemble dénoté p ar l e nom tê te reste i nchangé
malgré la PR, ce qui donnera une représentation non-restrictive telle que (72). Quant à la
PRR, le nom tê te semble s e co mbiner d ’abord av ec la P R av ant d e s e p rocurer le
caractère de définitude, ce pour quoi un nom tête défini de façon inhérente rejette la PRR
et qu’une PRR peut très bien avoir un nom tête indéfini :
(86) Je cherche une théorie qui rend(e) compte de tous les phénomènes linguistiques.
À noter que ( 86) n’implique p as q ue je me r efuse à l ’éventuelle e xistence d e p lusieurs
théories satisfaisant à ma recherche. Cela montre bien que ‘une’ n’est pas u n nu méral à
proprement parlant, mais plutôt un article « actualisateur », qui a une force existentielle.
Cette f orce ex istentielle s emble pouvoir se filtrer à l ’expression no minale relativisée,
d’où l’utilisation éventuelle du subjonctif dans la PR. Suivant cette analyse, ou l’indicatif
ou le subjonctif peut être utilisé en (87), mais l’unique possibilité en (88) est l’indicatif :
42
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
(87) Ce roman est le livre le plus cher de Weber que nous avons/ayons trouvé dans cette
librairie.
(88) Ce roman est le livre le plus cher de Weber, que nous avons/*ayons trouvé dans cette
librairie.
En e ffet, d ans la P RA (88), la filtration s ’arrête à ‘le l ivre l e p lus cher d e Weber’ sans
pouvoir atteindre la PR, qui se combine à l’expression nominale en dernière étape.
En ce q ui co ncerne la PRM, le nom tête acquiert d’abord u ne valeur d e q uantification,
mais a vant d’accueillir la PR, l’ensemble formé par le nom tête quantifié se réduit à un
singleton, auquel rejoint finalement la PR. Mais si le nom tête est déjà un singleton, par
exemple, ce lui formé p ar u n nom p ropre, l ’opération d e r éduction s era nulle, o u
autrement dit, sans e ffet attendu. Cela e xplique po urquoi le nom tête doit être défini ou
universel dans la P RM d’un côté, et de l’autre, u n nom tête intrinsèquement défini e st
incompatible a vec la P RM. Ainsi, la t ypologie s émantique t ripartite d es P Rs p eut êt re
compris représentationnellement ou dérivationnellement.
Si la cat égorisation t ripartite d e la P R es t b ien ét ablie, une question de meure : e st-elle
universelle ? À notre c onnaissance, au cune ét ude t ypologique n’a ét é e ffectuée. U ne
démarche p ossible s erait d ’examiner les co rrélations entre la typologie s yntaxique et la
typologie sémantique, par exemple (de Vries 2002:29) :
(89)
syntactic semantic
appositive restrictive maximalizing
type ↓
type →
postnominal
+
+
+
prenominal
+
+
circumnominal
+
+
correlative
+
free relatives
+
Tableau 1.1. Corrélation entre la sémantique et la syntaxe des PRs
Selon de Vr ies, la P Rpost est l ’unique P R po lyvalente pouvant ê tre d es trois t ypes
sémantiques. Chose intéressante, c’est aussi la PRpost qui est la p lus répandue dans les
langues du monde ( cf. Figure 1. 3.). Q uant à l a P Rpré, i l pe nse qu’ elle pe ut êt re
restrictive o u m aximalisante, m ais jamais a ppositive. N ous r eviendrons su r l e
43
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
sémantisme de la PRpré plus tard.
1.5. Stratégies de relativisation
Ayant p résenté l a t ypologie s yntaxique et l a t ypologie s émantique d e la P R, n ous
discuterons d ans cet te s ection d e q uelles manières l a s yntaxe et l a s émantique s ont
réalisées, a utrement d it, q uelles so nt l es st ratégies e mployées p ar l es langues d ans la
réalisation des PRs (cf. Keenan (1985), Lehmann (1986 et 2003), Comrie (1989, §7.2.3,
et 2006), Whaley (1997:261-262), Fabb (1999), Givón (2001, §14.3), Song (2001, §4.3),
de Vries (2001), Kroeger (2004, §7.2.2 et 2005a, §12.5.3-§12.5.4), Feuillet (2006:489) et
Andrews ( 2007)). N ous ex aminons ces s tratégies, n on en t ermes d e d érivation, mais
seulement à un niveau superficiel.
Comme la PR est une subordonnée, il est envisageable que cette subordonnée porte des
marques particulières par r apport aux indépendantes. Typologiquement, le marquage de
subordination se trouve souvent à l a f rontière s éparant l a m atrice et l a s ubordonnée.
Nous pourrions ainsi nous attendre à r epérer ce g enre de marquage externe. Par ailleurs,
la PR se distingue des autres types de subordonnées par le pivot sémantique. Sachant que
le pivot s émantique s’établit s ouvent, mê me s i non exclusivement, en tre u n t erme à
l’intérieur de la PR et un terme à l’intérieur de la matrice, il est prévisible de trouver des
marques signalant le pivot sémantique, et ce p eut-être le plus souvent à l ’intérieur de la
PR. Suivant c e r aisonnement, no us e spérons trouver de s s tratégies du type marquage
interne. Nous pouvons alors parler de deux types de marquage : externe et interne.
Les s tratégies d e marquage e xterne se r eprésentent s ous f orme d e pronom r elatif, de
joncteur, de complémenteur et de marque zéro.
Le pronom r elatif s’accorde avant t out en cas av ec la p osition r elativisée, ma is i l e st
également communément admis que les pronoms relatifs authentiques sont sensibles aux
grandes o ppositions s émantiques, n otamment [ ±humain] (cf. Keenan (1985:149)). Il
semble q ue le p ronom r elatif ne p uisse ap paraître s imultanément av ec le p ronom
résomptif ( voir c i-dessous) dans une PR. Il est particulièrement fréquent dans la famille
indo-européenne (cf. Comrie (1989:149)), do nt l ’anglais, d ans laquelle l angue
44
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
l’opposition e ntre who, whom et whose indique dans u ne cer taine mesure la p osition
relativisée.
Contrairement a u pr onom r elatif, le j oncteur 20 ne s ’accorde jamais en cas avec la
position relativisée, mais éventuellement avec la relation grammaticale du nom tête dans
la matrice, par exemple, en akkadien (Deutscher 2001:407) :
(90) eql-am
ša
KÁ... nītiq-u
lišqi’ū
field-ACC REL.ACC(M.SG) gate we.passed-SUB they.should.water
‘they should water the field that we passed (by the) gate’
(91) in šant-im šališt-im šāti
Enlil šarrūt-am
iddin-u-šum
in year-GEN third-GEN REL.GEN(F.SG) Enlil kinship-ACC he.gave-SUB-to him
‘In the third year that Enlil gave him the kinship’
L’arabe s tandard garde plus ou m oins le même s ystème ( cf. Nichols (1984:534) et
Comrie (2006:139-141)), et é galement l’ancien g éorgien ( cf. Dondua ( 1967), c ité da ns
Hewitt (1987), ma is voir a ussi Aronson (1972)). Outre l’accord casuel, le joncteur peut
varier au ssi selon le genre, la c lasse n ominale et l e nombre du nom tê te, c omme, par
exemple, en tswana (Creissels 2006.vol.2:212) :
[Leburu
le
mo rekiseditse-ng
dikgomo]
(92) monna yo
1homme 1JONCT 5Afrikaner S3:5 O3:1 vendre.PARF-REL 8/10vache
‘l’homme à qui l’Afrikaner a vendu des vaches’
Différent d u p ronom r elatif, q ui semble incompatible a vec le p ronom r ésomptif ( voir
ci-dessous) d ans u ne P R, l e joncteur e t l e p ronom r ésomptif p euvent ê tre u tilisés
simultanément, comme en (92), où le pronom résomptif est mo.
Le co mplémenteur 21 est m orphologiquement i nvariable dans le s ens o ù i l ne p eut
indiquer la p osition r elativisée : ‘that’ d ans la P R an glaise es t u n b on ex emple. Cela
n’exclut cependant pas q ue le co mplémenteur p uisse véhiculer d ’autres informations,
comme le T AM. C’est l e cas en a mharique, i l y a d eux co mplémenteur : yä- pour l e
20
À no tre c onnaissance, C reissels ( 2006, §33.3.4) est la s eule étude d istinguant e xplicitement l e joncteur d u p ronom
relatif. De Vries (2002:62, 70, 170-172) parle de « relative marker ».
21
À noter que Schachter & Shopen (2007:49-50) limite la distribution de complémenteur aux complétives uniquement,
et utilisent « relativiseur » comme équivalent de notre « complémenteur relativiseur ».
45
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
temps p assé et yä-mm- (ou s a v ariante ə-mm-) p our l es t emps non-passés (Hudson
1997:482) :
(93) kä-gurage yä-tä-gäňňä
hawlt
in-Gurage Rel.-Pas.-found(-it) statue
‘a statue which was found in Gurage’
(94) səlä-tarik
yamm-i-nägər mäşəhaf
about-history Rel.-it-tell
book
‘a book which tells about history’
Il est aussi possible qu’aucune marque ne soit utilisée pour séparer la PR et la matrice,
par exemple, en japonais (Kitagawa 2005:1245) :
(95) Naomi-ga [Ken-ga naku No]-o
nagusameta
NOM
NOM
weep no-ACC comforted
‘Naomi comforted Ken, who was crying.’
Il semble utile d ’insister sur le fait que le co mplémenteur dans la PR peut être différent
de ce lui u tilisé d ans les au tres t ypes d e subordonnées, p ar e xemple, e n basque 22, -ela
pour les complétives (cf. Artiagoitia (2003:635)), mais -(e)n pour, entre autres, la PRpré
(cf. Oyharçabal (2003:764)).
Quant a ux s tratégies de marquage interne, il y a la non-réduction, le pronom résomptif,
le t rou s yntaxique et le marquage v erbal. Pour la n on-réduction, le nom tête est r éalisé
sous sa forme n ominale à l’ intérieur de la PR. Par d éfinition, c ette stratégie e st utilisée
dans les corrélatives, les extraposées et les circonnominales. Le bambara est un exemple
souvent cité (Creissels 2006.vol.2:249) :
(96) [Muso
min ye
fulakε
ka
misi
ye tu
femme.DEF REL ACP.POS Peul.DEF GEN vache.DEF voir bois.DEF
kɔnɔ] i o i
bε min
dans DEM être où
‘Où est la femme qui a vu la vache du Peul dans le bois ?’
22
Voir Rebuschi (2004, §4.3) pour plus de détails sur des variations dialectales basques concernant la subordination.
46
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
Si le t erme r elativisé n’est p as réalisé s ous s a forme nominale, mais sous sa f orme
pronominale, n ous po uvons pa rler de pr onom r ésomptif. Plus p récisément, c e so nt
(op.cit.:211) :
(97) des p ronoms ou i ndices pronominaux ut ilisés da ns u ne PR pour as sumer le r ôle
relativisé, q ui s ’accordent dans ce cas a vec le nom tê te, ma is q ui p ourraient
apparaître exactement de la même façon e n phrase indépendante pour signifier que
le terme qu’ils représentent doit être identifié à un référent fourni par le contexte
Voici un exemple de l’hébreu moderne (Givón 2001.vol.2:186)
(98) ha-isha
she-Yoav
natan l-a
et-ha-sefer...
the-woman REL-Yoav gave-he to-her ACC-the-book
‘The woman to whom Yoav gave the book...’
et aussi en français non-normé (Gapany et Apothéloz 1993:127) :
(99) Il fait la connaissance d’une fille à qui il lui apprend une pièce indienne.
Si cet te s tratégie es t b ien r econnue, l ’identification d emeure chose délicate. Comrie
(1981) l’expose en détail. L’idée est que si une forme pronominale est utilisée aussi bien
dans l’indépendante que da ns la P R po ur l a grammaticalité d e la p roposition, le
morphème en q uestion n’est p as u n p ronom r ésomptif, p arce q ue s a p résence e st
indépendante de la relativisation. Aussi, en hausa (op.cit.:220) :
(100) dōkìn dà
ya mutù
horse which it
died
the horse which died
‘ya’ n’est pa s un pr onom r ésomptif, pa rce qu’ il e st a ussi utilisé e n d ehors d e la
relativisation (ibid.) :
(101) dōkī̀ yā mutù, literary ‘horse it died’, i.e. ‘the horse died’
(102) *dōkī̀ mutù
47
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
En revanche, si une forme pronominale est obligatoire seulement suite à la relativisation,
il s ’agit e ffectivement d e p ronom r ésomptif, comme en kpelle (op.cit.:223, no us
soulignons) :
(103) m̀ɔ̄lɔŋ ŋá ǹyà
-ī
the-rice I it-bought that-one
the rice that I bought
À comparer (op.cit.:222, nous soulignons) :
(104) ŋá m̀ɔ̄lɔŋ yà
I
the-rice bought
I bought the rice
Le co ntraste entre ( 103) et (104) montre qu’en k pelle l’utilisation du pr onom résomptif
est due à la r elativisation. Depuis Keenan & Comrie ( 1977), il a ét é souligné à maintes
reprises que le pronom résomptif est le plus souvent utilisé dans les positions basses de
la H iérarchie d ’Accessibilité, à p artir d es o bliques, p eut-être a ussi dans le d atif, mais
rarement dans les trois rôles les plus hauts, i.e. U, A & P 23.
Troisièmement, la position r elativisée peut être laissée vide dans la r elativisation. Cette
stratégie est largement utilisée en français normé, du sujet jusqu’aux obliques :
(105) l’homme qui _ rit
(106) l’homme que je connais _
(107) l’homme à qui j’ai parlé _
Si les trous dans ces exemples sont interprétables, c’est grâce au pivot sémantique, et à la
marque morphologique ‘ qui’, ‘ que’ et ‘à qui ’. Cette s tratégie es t l argement s ollicitée
dans la majorité u ltra d es langues à P Rpré. Il s e pe ut a ussi que le t rou s oit plus large
qu’il d evrait l ’être, p ar ex emple, en
français n on-standard ( Blanche-Benveniste
2000:104) :
23
U étant l’unique argument de la construction intransitive, A argument agentif de la construction transitive et P patientif,
nous l es préférons à « sujet », « objet direct », « nominatif » e t « accusatif » en raison de l’alignement absolutif-ergatif,
où l’absolutif semble plus accessible qu’ergatif. Voir, entre autres, Dixon (1994, chapitre 6).
48
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
(108) la chose que je vous parlais
En (108), il manque la préposition de :
(109) Je vous parlais *(de) la chose.
Donc, en français normé, la PR devrait être :
(110) la chose dont/de laquelle je vous parlais
Il n ous semble important d e f aire r emarquer u ne au tre s orte d e trou d ans la PR : t rou
parasite (Haegeman 1994:473) :
(111) Poirot is a man whom you distrust when you meet.
À comparer (ibid., nous soulignons) :
(112) *Poirot is a man whom you distrust him when you meet.
(113) Poirot is a man whom you distrust when you meet him.
Le t rou p arasite, similaire au t rou s yntaxique d e pr ime a bord, pe ut ê tre r empli pa r
l’élément absent, comme en (113), ce q ui n’est pas le cas pour le trou syntaxique (112),
car le trou s yntaxique es t i mposé p ar l a r elativisation t andis q ue le t rou p arasite es t
légitimé par le trou syntaxique. 24
En d ernier lieu, i l y a la s tratégie d e marquage v erbal. E lle es t mal co nnue d ans la
typologie de la PR. Parmi les rares mentions, nous pouvons citer Givón (2001, §14.3.2.9)
et Comrie (2003 et 2006). Comme l’indique le terme, la forme verbale de la P R s ignale
d’un côté que la structure est une PR et de l’autre quelle position est relativisée. Comrie
cite les langues austro-asiatiques, certaines langues asiatiques (turc, tibétain de Lhassa et
newari d e D olakha) et am érindiennes ( quechua d e C uzco, m acushi et ap urinä). Par
24
Sur le trou parasite, voir, entre autres, Chomsky (1982 et 1986b), Engdahl (1983), Nissenbaum (2000) et Culicover &
Postal (2001).
49
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
exemple, en k ambera, l e p réfixe ma- est u tilisé p our l e s ujet e t l e p ossesseur d u s ujet
tandis que l’autre préfixe pa- pour les autres positions accessibles (Comrie 2003:8) :
(114) ku-ita-yana
na
tau
[na
ma-pàpu
watar]
1SG.NOM-see-3SG.ACC ART person ART REL.SBJ-pluck corn
‘I see the person that plucks corn.’
(115) ita-nggu-nya
na tau
[na na-meti
kuru uma-nya]
see-1SG.GEN-3SG.DAT ART person ART REL.SBJ-die wife-3SG.GEN
‘I saw the man whose wife died.’
(116) na
njara [na
pa-kei
memang-na-nya]
ART horse ART REL.OBJ-buy immediately-3SG.GEN-3SG.DAT
‘the horse that he immediately bought for her’
(117) na
huru [na
pa-nga-wà-nggu
uhu]
ART spoon ART REL.OBJ-eat-use-1SG.GEN rice
‘the spoon with which I eat rice’
(118) na
uma [na
pa-beli-nggu]
ART house ART REL.OBJ-return-1SG.GEN
‘the house to which I returned’
Le turc et le quechua de Cuzco, selon Comrie, emploient aussi cette stratégie. En fait, ces
deux langues, bi en que gé ographiquement e t gé nétiquement é loignées, m anifestent de s
similitudes f rappantes. Grosso modo, c haque langue d istingue d ’abord l e s ujet et l e
non-sujet et ensuite l’aspect accompli et l’aspect inaccompli pour le non-sujet 25 :
(119)
quechua de Cuzco turc
Sujet
-q
-(y)An
Non-sujet Aspect accompli
-sqa
-DIK
Aspect inaccompli
-na
-(y)AcAK
Tableau 1.2. Marquage verbal de la PRpré en quechua et en turc
Voici quelques exemples du quechua de Cuzco (Lefebvre et Muysken 1988:166-167) :
(120) [[Hamu -sha -q] runa] ñaña -y -pa wasi -n -ta ri
come
PR AG man sister I GE house 3 AC go
The man who is coming goes to my sister’s house.
25
Pour plus de détails, voir Wu (2007:59-67) et les références citées là.
50
-n
3
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
(121) [[Riku -sqa -y] warma -qa] hamu -nqa
see
NOM 1
girl
TO come 3FU
The girl that I saw will come.
(122) [Paqarin rima -na
-yki] runa -ta] riku -sha -ni
tomorrow speak NOM
2
man AC see PR 1
I see the man that you will be speaking to tomorrow.
et du turc (Rose 1999:45, 53, informatrice) :
(123) Büronun üzerinde bulunan
kitabı
al.
sur le bureau
se trouver-an
livre-ACC prends
Prends le livre qui se trouve sur le bureau.
(124) Bana
vereceğim
kitabı
okuyacağim.
moi-DIR donner-acak-SP2S livre-ACC lire-INT-SV1S
Je lirai le livre que tu me donneras.
(125) on-un
Haşan-ın
kitab-ın-ı
ver-diğ-i
PRO3S.-GEN. Hasan-GEN. livre-POSS3S.-ACC. donner-PART.-POSS3S.
kişi
personne
‘la personne à qui il a donné le livre de Hasan’
Cette stratégie est repérée aussi dans d’autres langues à PRpré, dont l’urarina et le lai d e
Hakha. En lai de Hakha, -mii est utilisé pour l’absolutif (et éventuellement pour l’ergatif),
-tuu pour l’ergatif et -naak pour l’instrument e t le lo catif ( cf. Peterson (2003:421-423)),
et en u rarina, d ans la P Rpré à forme verbale non-finie, -i relativise l’absolutif e t -era
l’ergatif (cf. Olawsky (2006:320-323)).
En r ésumé, n ous av ons r ecensé huit stratégies q ui s e c lassent en d eux g rands types :
non-réduction, pr onom r ésomptif, trou s yntaxique et m arquage v erbal, qu i s ont de s
marquages internes ; et pronom relatif, joncteur, complémenteur et marque zéro, lesquels
sont d es m arquages ex ternes. Or, i l e st p ossible de trouver de s c as de f igure o ù l a
catégorisation d e la s tratégie d e r elativisation e st p roblématique. N ous p ensons, p ar
exemple, à l’abkhaze (Creissels 2006.vol.2:243) :
(126) a-xàc’a
yǝ̀ -y-ba-(kwa-)z
DEF-homme REL-s3s-voir-(PL-)VNF
‘les femmes que l’homme a vues’
51
à-ħwsa
DEF-femme.PL
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
(127) a-šwqw’ǝ̀
zǝ-y-tà-z
a-pħwǝ̀ s
DEF-livre REL-s3s-donner-VNF DEF-femme
‘la femme à qui il a donné le livre’
(128) zǝ̀ -da
w-aa-z
a-waywǝ̀
REL-sans s2s-venir-VNF DEF-homme
‘l’homme sans lequel tu es venu’
(129) zǝ-kw’ǝt’ǝ̀
meràb yǝ-ʒá-z
a-pħwǝ̀ s
REL-poulet Merab s3s-voler-VNF DEF-femme
‘la femme dont Merab a vole le poulet’
Les morphèmes e n q uestions so nt yǝ̀ et zǝ̀ . L e r elativiseur yǝ̀ relativise l’ absolutif, i .e.
l’unique ar gument d u v erbe intransitif et l’argument p atientif d u verbe t ransitif, t andis
que l e zǝ̀ est u tilisé po ur toutes l es a utres p ositions. H ewitt ( 1979) e t C hirikba ( 2003)
glosent yǝ̀ /zǝ̀ par ‘who’, ‘whom’, ‘which’, sa ns expliciter s’il s’agit b ien de pr onoms
relatifs. Il est vrai que yǝ̀ et zǝ̀ ressemblent au pronom relatif, car ils indiquent, dans une
certaine mesure, l a p osition r elativisée. M ais i ls sont a ussi d ifférent d u pr onom r elatif
trouvé dans les langues européennes, en ce qu’ils ne se trouvent pas nécessairement entre
la PR et le nom tête (Hewitt 1987:201) :
(130) a-š°q°’ə̀ (Ø-) zəy- tà- z
the=book it
to=whom he give NON-FIN (PAST INDEF)
a-pħ°ə̀s
də- z-də̀r-wa-yt’
the=woman her I
‘I know the woman to whom he gave the book’
Ils ressemblent aussi au pronom résomptif, car ils occupent le s mêmes p ositions q ue le s
indices p ronominaux. Mais s elon la dé finition que nous a vons do nnée p lus haut, ils ne
peuvent l’être, car ils ne sont jamais utilisés dans les phrases indépendantes. En p lus, ils
ne peuvent relever du marquage verbal, parce qu’ils ne sont pas nécessairement attachés
au verbe, comme l’illustrent (128) et (129). En conséquence, les deux relativiseurs, yǝ̀ et
zǝ̀ , s ont m i-pronom r elatif mi-pronom r ésomptif, m ais e n même t emps, ils ne s ont n i
pronoms r elatifs ni pr onoms r ésomptifs. N ous n ous c ontentons, faute de m ieux, d e les
appeler « relativiseurs ».
L’utilité d e ces stratégies e st q u’elles s ervent d’ intermédiaires entre l a s yntaxe et l a
52
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
sémantique. I l s ’agit d e moyens s yntaxiques p ermettant d e r éaliser le p ivot sémantique
dans un e s ubordonnée qu i n’est rien d’ autre que l a PR. Comme n ous l’avons di t, l es
deux p ropriétés s émantico-syntaxiques ne s ont p as d es c onditions su ffisantes, mais
nécessaires, po ur dé finir la P R. P our que l a P R s oit di stincte de s a utres types de
subordonnées, il e st possible de t rouver d’autres caractéristiques propres à l a PR, et les
stratégies d e la r elativisation font partie de ces caractéristiques p ropres à l a P R, p ar
exemple, en f rançais n ormé, la p résence du pronom r elatif e t du complémenteur e t
surtout l’utilisation obligatoire du trou syntaxique dans la majorité des PRs différencient
la PR des autres types de subordonnées. La raison pour laquelle nous n’avons pas inclus
les s tratégies de r elativisation da ns la dé finition, c ’est qu’ elles sont d épendantes d e l a
syntaxe et d e l a s émantique d e la P R e n q uestion, au trement d it, el les s ervent
d’intermédiaires entre la syntaxe et la sémantique. De plus, ce serait redondant d’ajouter
les stratégies de relativisation dans la définition :
(131) La PR est une proposition subordonnée reliée à la matrice par le pivot sémantique
et qui recourt à des stratégies de relativisation
En effet, le fait d’expliciter « qui recourt à des stratégies de relativisation » revient à dire
que la PR doit ê tre réalisée d ’une façon o u d ’une au tre ! En e ffet, une construction
linguistique que lconque do it ê tre réalisée d’ une façon o u d’ une a utre p our pe u qu’ il
s’agisse d’une expression linguistique. Par conséquent, il nous semble inutile d’expliciter
les stratégies de relativisation dans la définition.
Cela ét ant, il serait m aladroit d’éliminer les s tratégies d e r elativisation d ans la
problématique d e la r elativisation, parce q ue, n ous le r épétons e ncore u ne fois, el les
servent d’intermédiaires entre la syntaxe et la sémantique. À noter que la distribution des
stratégies n’est pas complètement aléatoire, car certaines stratégies se substituent les uns
par rapport aux autres tandis que d’autres se corrèlent ensemble, par exemple, la marque
zéro semblent p ouvoir s e c ombiner av ec les quatre stratégies d e marquage interne, i.e.
avec la non-réduction, par exemple, en japonais (95), repris en (132) :
53
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
(132) Naomi-ga [Ken-ga naku No]-o
nagusameta
NOM
NOM weep no-ACC comforted
‘Naomi comforted Ken, who was crying.’
avec le trou syntaxique, en anglais :
(133) the book I read yesterday
avec le pronom résomptif, en kpelle (103), répété en (134) :
(134) m̀ɔ̄lɔŋ ŋá ǹyà
-ī
the-rice I it-bought that-one
the rice that I bought
et avec la marquage verbal, en turc (123), repris ci-dessous :
(135) Büronun üzerinde bulunan
kitabı
sur le bureau
se trouver-an
livre-ACC
Prends le livre qui se trouve sur le bureau.
al.
prends
Le t rou s yntaxique est compatible aussi a vec les quatre types de marquage e xterne, par
exemple, avec le pronom relatif, le complémenteur et la marque zéro, en anglais :
(136) the man to whom I talked to yesterday
(137) the man (that) I talked to yesterday
et avec le joncteur, comme en akkadien (90), repris en (138) :
(138) eql-am
ša
KÁ... nītiq-u
lišqi’ū
field-ACC REL.ACC(M.SG) gate we.passed-SUB they.should.water
‘they should water the field that we passed (by the) gate’
En p lus, la d istribution d es s tratégies s era d ’autant p lus éclaircissante que n ous les
confronterons aux typologies syntaxique et sémantique. Selon Grosu et Landman (1998),
la P Rpost semble p ouvoir ê tre r estrictive, a ppositive o u ma ximalisante. E lle emploie le
54
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
plus gr and nombre de s tratégies : p ronom r elatif, par ex. who/whom/whose en anglais ;
joncteur, par exemple, en akkadien (90)/(138) ; complémenteur, par ex. that en anglais ;
marque zér o, par ex . en an glais (137) ; trou s yntaxique, par ex . e n français standard ;
non-réduction :
(139) La France, lequel pays aura marqué dix ans de ma vie
pronom résomptif (Riegel, Pellat & Rioul 2002:483) :
(140) Pierre est l’ami dont je ne savais pas quand il viendrait
et marquage verbal, par exemple en kambera (114) et (116), repris ci-dessous :
(141) ku-ita-yana
na
tau
[na
ma-pàpu
watar]
1SG.NOM-see-3SG.ACC ART person ART REL.SBJ-pluck corn
‘I see the person that plucks corn.’
(142) na
njara [na
pa-kei
memang-na-nya]
ART horse ART REL.OBJ-buy immediately-3SG.GEN-3SG.DAT
‘the horse that he immediately bought for her’
Quant aux autres types s yntaxiques, ils sont beaucoup moins ét udiées que la PRpost. A
priori, puisque les stratégies de relativisation servent d’intermédiaires entre la syntaxe et
la sémantique, elles sont censées d’être en corrélation aussi bien avec le type sémantique
de la P R qu’avec s on t ype s yntaxique, mais d avantage d ’études s ont nécessaires. N ous
nous bo rnerons à é tudier l a P Rpré suivant le s t rois t ypologies. C ela f era p artie de la
présentation suivante.
1.6. Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons d’abord défini la PR de la façon suivante :
(143) La PR est une proposition subordonnée
(144) Il existe un pivot sémantique entre la PR et la matrice
55
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
La PR est une subordonnée dans le sens où elle joue par rapport à la matrice le rôle d’un
constituant. P lus p récisément, e lle manifeste d es contraintes p ropres à la subordination
en général, dont la réduction des possibilités de modulation énonciative, la r igidification
de l’ordre d es mots e t l ’utilisation o bligatoire d es formes verbales non-finies. D ’autre
part, l a P R po ssède un p ivot s émantique da ns la mesure o ù i l e xiste un é lément qui ,
sémantiquement, es t i nterprété à l a f ois d ans la m atrice et d ans la P R. C es d eux
propriétés sont nécessaires à la PR. Cela ét ant, elles ne permettent pas d’identifier sans
faille la PR. Autrement dit, elles sont des conditions nécessaires mais non-suffisantes. En
effet, théoriquement parlant et empiriquement parlant, aucune définition identificatrice, à
notre avis, n’est possible. L’identification de la PR dans une langue donnée nécessite la
prise en co mpte d ’autres car actéristiques, s émantiques et /ou s yntaxiques, d ont les
stratégies de relativisation.
L’avantage d e la d éfinition s émantico-syntaxique de la P R e st l ’établissement de de ux
typologies. La t ypologie s yntaxique e st b asée s ur l e p ositionnement d u n om t ête p ar
rapport à la PR :
(145)
À noter s implement l a p ossibilité d e la co existence d e p lus d ’un t ype d e P R d ans u ne
seule langue.
La t ypologie s émantique d istingue la P R r estrictive, la P R n on-restrictive et l a P R
maximalisante. La PR restrictive restreint l’ensemble du nom tête, la PR non-restrictive
décrit, au lieu d e le r estreindre, l’ensemble d u n om t ête e t l a P R maximalisante r éduit
l’ensemble du nom tête à un ensemble de singleton. Sur le plan syntaxique, chaque type
sémantique manifeste des propriétés plus ou moins particulières, par exemple, le type de
relativiseur, le type de nom tête et le type de déterminant, etc. Ce qui nous a a mené à la
typologie des stratégies de relativisation.
56
CHAPITRE 1. PROPOSITION RELATIVE
Les s tratégies d e r elativisation, au nombre d e hu it, se c lassent e n d eux g randes
catégories : le non-réduction, le pronom r ésomptif, le trou s yntaxique e t le marquage
verbal sont des marquages internes ; le pronom relatif, le joncteur, le complémenteur et
la marque zéro sont des marquages externes. Or, nous avons montré des cas de figure où
la cat égorisation d e la stratégie d e relativisation est pr oblématique. E n p lus, il se pe ut
qu’un type de PR dans une langue donnée emploie plus d’une stratégie, par exemple, la
PRpost en a nglais u tilise le p ronom r ésomptif, le t rou s yntaxique, le p ronom r elatif, le
complémenteur et la marque zéro. Nous avons évoqué brièvement comment la syntaxe et
la s émantique d es P Rs p ouvaient êt re c orrélées a ux s tratégies d e r elativisation. C ertes,
puisque les s tratégies d e r elativisation s ervent d ’intermédiaires en tre l a s yntaxe et l a
sémantique, elles sont censées d’être en corrélation aussi bien avec le type sémantique de
la PR qu’avec son type syntaxique, mais davantage d’études sont nécessaires.
Ainsi, dans le premier chapitre, nous avons défini la PR et établi trois typologies. Dans le
chapitre suivant, nous regarderons de près la PRpré.
57
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
2.1. Introduction
Dans ce ch apitre, nous en terons d ans le s ujet à p roprement p arler d e n otre é tude,
c’est-à-dire, la proposition relative prénominale (PRpré). Nous tenterons de répondre à la
question suivante : qu’est-ce que la PRpré. Notre réponse se déploiera au fur et à mesure.
D’abord, no us spécifierons les langues à P Rpré première. C es langues o nt la PRpré
comme t ype majeur d e PR. L es cr itères s ont basés s ur la notion d e ‘marque’. U ne fois
cette d istinction ét ablie, n ous s ituerons l es langues à P Rpré première dans le cad re
géographique e t gé nétique. Nous m ontrerons q ue m algré la co ncentration à l a fois
géographique e t gé nétique que manifestent les langues à P Rpré première en général, il
sera p lus ad équat d’analyser la P Rpré en t ermes typologiques. Notre point d e vue s era
soutenu p ar d es travaux t ypologiques p récédents s ur l a P Rpré. À p artir d e ces é tudes,
nous en énumérerons cinq caractéristiques typologiques. Plus important, nous arguerons
que p armi ce s c inq p ropriétés, s eules d eux s ont intrinsèques à l a P Rpré et q ue les t rois
autres ne le sont pas. Nous mentionnerons a ussi brièvement l’universel implicationnel :
PRpré  OV, avec quelques autres exceptions que le mandarin.
2.2. Langues à proposition relative prénominale
2.2.1. Langues à proposition relative prénominale première
Faute de statistique précise, nous ne sommes pas en mesure de fournir le nombre exact
des langues à proposition relative prénominale (PRpré). Cela étant, Dryer (2005g) peut
servir d e référence relativement fiable : pa rmi les 705 l angues r ecensées, 1 17 ont l a
PRpré 1 , i .e. 16,6%, l oin de rrière les langues à proposition relative p ostnominale
(PRpost), qui s’élèvent à 507, i.e. 71,9% des 705 langues 2. Malgré cet écart numérique
très i mportant, l a P Rpré r este l e d euxième type d e P R l e p lus r eprésenté
1
2
Voir annexe 1 (en anglais) pour connaître les 117 langues recensées.
Les 81 autres langues (i.e. 11.5%) ont d’autres types de PR.
59
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
typologiquement pa rlant. Certes, même s i l a statistique r este r elativement b ien
significative grâce à l a taille de son corpus, l’étude de Dryer n’est pas exhaustive, par
exemple, n’y f igurent que trois d es huit langues c hinoises 3, q ui, s elon nos p ropres
enquêtes, o nt toutes la PRpré. Au demeurant, certaines langues n’ont pas ét é décrites
ou s eulement d e f açon t rop succincte pour que l es do nnées s oient e xploitables po ur
une ét ude ap profondie, telle q ue la n ôtre. Une fo is ces d eux d ifficultés mentionnées,
nous nous proposons de suivre à la fois la liste de Dryer comme fil conducteur, et à la
fois d ’étudier d ’autres langues faciles d ’accès, au d étriment d e cer taines au tres
recensées par Dryer mais dont l es d onnées paraissent m oins o u peu f iables o u
exploitables.
Comme nous l’avons mentionnée dans 1.2., certaines langues possèdent plus d’un type
de P R, par ex emple, le tibétain d e L hassa, o ù la P R p eut-être p rénominale (1 ),
postnominale (2), ou encore à nom tête interne (3) (Mazaudon 1978:402) :
(1) pēemɛ̀ khīi pɛ thep the
ṅeē
yin
P-ERG porter-ptcp- GEN livre le-ABS je-GEN être
Le livre que Peema a porté est à moi.
(2) thep
pēemɛ̀ khīi pa the
ṅeē
yin
livre-ABS P-ERG porter-ptcp- ABS le-ABS je-GEN être
Le livre que Peema a porté est à moi.
(3) pēemɛ̀ thep
khīi pa the
ṅeē
yin
P-ERG livre-ABS porter-ptcp- ABS le-ABS je-GEN être
Le livre que Peema a porté est à moi.
et aussi le finnois, qui possède aussi bien la PRpré (4) que la PRpost (5) (Matsumura
1982:65, 62)
(4)
S[
pojan
kirijakaupasta isälleen
ostama] S kirja
son-GEN bookstore-ELA his father-ALL buy-AP book
‘the book which the son bought for his father at a bookstore’
3
La c lassification d es l angues c hinoises n ’est pas s ans c ontroverse, m ais c elle r econnaissant h uit l angues est l a p lus
répandue. Voir Norman (1988), Li & Thompson (1981), Wang (1996) et Lin (2001).
60
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
(5) kirje, S [jonka
itävaltalainen tutkimusmatkailija kirjoitti Jäämeren
letter which-ACC Austrian
explorer
wrote Arctic Ocean-GEN
saarella
yli sata
vuotta
sitten] S
island-ADE over hundred year-PAR ago
‘a letter which a n Austrian e xplorer wrote on an island in t he Arctic Ocean more
than a hundred years ago’
Or, la PRpré est le type majeur de PR en tibétain de Lhassa, mais représente seulement
le t ype secondaire en finnois, ce pour quoi Dryer (2005g) classifie celui-là de langue à
PRpré ma is c elui-ci de langue à PRpost. Aussi, nous pouvons nous po ser la question
concernant la façon dont le type majeur de PR est déterminé dans une langue donnée,
ce qui nous semble une q uestion cruciale pour notre étude à propos des langues que
nous examinerons.
Il est possible de fournir une réponse assez satisfaisante en ayant recours à la notion de
‘marque’ ( « markedness »). 4 Celle-ci, en effet, montre que le t ype non-marqué de P R
est l e t ype p rincipal d e P R d ans la langue t andis q ue l es au tres types, p uisqu’étant
marqués, sont des t ypes secondaires. Croft (1990 et 2003) énumère plusieurs cr itères
permettant d’identifier la marque typologique (i.e. « typological markedness »). C elui
qui nous intéresse le plus au niveau morphosyntaxique est le suivant (Croft 2003:98) :
(6) Distributional potential: if the marked value occurs in a certain number of distinct
grammatical environments (construction types), then the unmarked value will also
occur in at least those environments that the marked value occurs in.
Si notre interprétation est juste, (6) exprime deux idées. Premièrement, relativement à
un environnement grammatical donné, si la valeur marquée ( i.e. la construction a yant
la valeur marquée) peut y apparaître, la valeur non-marquée doit pouvoir le faire aussi,
mais n on v ice-versa ; e t d euxièmement, é tant donné que la va leur n on-marquée est
distributionnellement plus répandue que la valeur marquée, il est en t héorie plausible
que la va leur no n-marquée soit plus fréquente que la valeur marquée. Concernant nos
deux langues en question, en tibétain de Lhassa, la PRpré « pourra être employée pour
4
Pour une discussion fort utile et approfondie sur la notion controversée et problématique de ‘marque’, voir Croft (1990,
chapitre 4 et 2003, §4.1) et les références citées là, sur lesquelles nous appuierons notre analyse.
61
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
une fonction aussi ‘basse’ que possesseur du sujet » (Mazaudon 1978:410) tandis que
« la co nstruction d e la r elative a vec a ntécédent interne o u p réposé es t limitée aux
antécédents qui apparaîtraient dans la relative au cas absolutif » (op.cit.:404), et il n’y
a « aucun cas où la construction à a ntécédent interne ne puisse pas être remplacée par
la construction à a ntécédent postposé avec le même sens » (op.cit.:405), ce qui rejoint
l’idée selon la quelle la va leur no n-marquée (i.e. l a P Rpré) ap paraît l à o ù l a v aleur
marquée (i.e. la PRpost et la PR à nom tête interne) existe, mais non l’inverse ; de plus,
la P Rpré es t « de t rès l oin la co nstruction la p lus fréquente » ( op.cit.:401) : « [e]n
tibétain parlé de Lhasa [sic.] ... la relative [se trouve] presque toujours avant le nom »
(op.cit.:404). À l ’opposé, e n f innois, « the scope o f p renominal r elativization is
restricted to subject and (direct) object NPs, whereas postnominal relative clauses can
relativize a ny N P » ( Matsumura 1982: 65), e t « [p]renominal r elative c lause ar e
frequently u sed e specially in newspapers » ( op.cit.:62), c e qui
illustre pr esque
exactement l e c ontraire d u tibétain d e L hassa : en f innois la P Rpré est le type
secondaire de PR, vis-à-vis de la PRpost.
Les analyses sur le t ibétain d e L hassa et sur le finnois s emblent avoir montré q ue le
critère ( 6) es t s uffisamment o pérationnel po ur d éterminer le t ype principal de P R.
Néanmoins, certaines langues restent récalcitrantes à cette règle. Par exemple, en turc
il y a deux types de PR, la PRpré et la PRpost (Kornfilt 1997a:58, 60)
(7) [Ø balığ -ı
yi -yen] adami
Ø fish -Acc. eat -SbjP man
“the man who eats/ate the fish”
(8) bir adam [ki çocuk-lar-ın -ı
sev -me -e] yalnız yaşa-malı-dır
a man that child-pl.-3.sg. -Acc. love -Neg.-Aor. alone live-Neg.-Ep.Cop.
“A man who does not love his children must live alone”
À quelques détails près, les deux types sont capables de relativiser les mêmes positions
(i.e. à s ’utiliser dans les mêmes e nvironnements g rammaticaux), e t s’emploient aussi
fréquemment l’un et l’autre (cf. Kornfilt (1997a, 1.1.2.3) et Göksel & Kerslake (2005,
chapitre 2 5)). Or, c ette q uasi-équivalence s ynchronique est t rompeuse si l’on t ient
compte d e l a d iachronie d ’une p art, car l a P Rpost es t em pruntée au persan ( cf.
62
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
Mallison & B lake (1981:286-288) et Kornfilt (1997a:60)), et de l’acquisition d’autre
part, parce que la PRpost, appartenant au registre plutôt soutenu, n’est jamais maîtrisée
ou mê me acquise (ou a pprise) par cer tains locuteurs s ans beaucoup d’ instruction (F.
Turkay, c. p.). En appliquant mécaniquement l e cr itère (6) au x P Rs turques, on sera
obligé d e r econnaître deux t ypes p rincipaux d e P R en t urc, mais il semble toutefois
moins r aisonnable d’identifier co mme le t ype p rincipal la P Rpost, d ont cer tains
locuteurs de langue maternelle t urque ignorent l’existence, au détriment de la PRpré,
qui e xiste aussi b ien dans l a bo uche des l ocuteurs sans beaucoup d’ instruction que
sous la plume des turcophones lettrés. Pareillement, en marathi, la PR corrélative peut
relativiser certaines positions que la PRpré ne peut pas (cf. Pandharipande (1997:88-91,
97-99)) tandis que la PRpré est clairement préférée à la corrélative (op.cit.:74, 76). La
même s ituation ex iste en k annada ( cf. Sridhar (1990:47-48)). Ces t rois langues ne
ruinent pas p our au tant (6). À notre av is, elles indiquent simplement qu’il n e f aut
l’appliquer d e f açon mécanique et isolée, mais qu’il faut a ussi pr endre e n c ompte
d’autres facteurs, tels que l’évolution historique, l’acquisition et l’usage.
Ainsi, après avoir aperçu les différents cas qui se présentent, nous nous concentrerons
sur les l angues ayant l a P Rpré comme t ype pr incipal de P R, a utrement di t, s ur l a
PRpré première. En cas d ’hésitation, le cr itère ( 6), avec cer tains au tres facteurs, s era
appliqué, mais cela ne concernera que les langues ayant plus d’un type de PR, comme
le tibétain de Lhassa et le finnois, mais pas les langues à P Rpré uniquement, tel que le
mandarin. Observons maintenant d e p lus p rès les langues à P Rpré, selon leur
répartition géographique et selon leur affiliation linguistique.
2.2.2. Répartition géographique
En r eprenant l a liste de s 1 17 l angues à P Rpré de D ryer ( 2005g), n ous po uvons
constater une répartition géographique très déséquilibrée :
63
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
(9)
Figure 2.1 : Répartition géographique des langues à PRpré (générée par le logiciel de WALS)
En effet, parmi les 117 langues recensées, il y a 84 langues asiatiques :
(10)
Figure 2.2 : Langues asiatiques à PRpré (ibid.)
1 langue européenne,
64
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
(11)
Figure 2.3 : Langue européenne à PRpré (ibid.)
9 langues africaines,
(12)
Figure 2.4 : Langues africaines à PRpré (ibid.)
14 langues océaniennes,
65
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
(13)
Figure 2.5 : Langues océaniennes à PRpré (ibid.)
3 langues nord-américaines,
(14)
Figure 2.6 : Langues nord-américaines à PRpré (ibid.)
et 6 langues sud-américaines.
66
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
(15)
Figure 2.7 : Langues sud-américaines à PRpré (ibid.)
Nous po uvons c onstater q u’excepté le basque e n Europe, l ’ijo et l e k hoekhoe en
Afrique et l es t rois langues e n Amérique du n ord, l es langues à P Rpré s e trouvent
assez proches en Afrique, en Océanie et en Amérique du sud. En revanche, la PRpost
est répartie de façon assez équilibrée sur la planète, excepté peut-être en Asie, q ui e st
occupée par la PRpré, et la répartition géographique des autres types de PR est moins
significative ét ant d onné leur n ombre r elativement f aible (cf. Figure 1. 3).
L’observation de cette répartition nous amène à nous demander si la PRpré est un type
régional de P R, autrement d it, s auf que lques e xceptions, les langues à P Rpré
forment-elles un Sprachbund ? Hormis les langues as iatiques à P Rpré, q ui s ont très
nombreuses, l’apparition d e la P Rpré d ans u ne langue ne serait-elle p as le fruit d e
contact l inguistique e ntre des la ngues gé ographiquement p roches ? Cette h ypothèse
mérite d’être exploitée 5. Or, si des langues géographiquement proches manifestent des
similitudes morphosyntaxiques, ce n’est p as s eulement en r aison d e leur proximité
géographique, ma is probablement aussi e n raison de la parenté linguistique : il semble
plus naturel que surprenant que les langues de la même famille linguistique occupent
des aires géographiquement proches. Sans écarter l’hypothèse du contact linguistique,
nous devrions également examiner si l’affiliation linguistique est un facteur décisif.
5
Par e xemple, C omrie (1998a), q ui étudie la P Rpré, utilise le t erme ‘areal t ypology’, m ême s i la thèse d e co ntact
linguistique n’y est pas explicitement défendue.
67
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
2.2.3. Affiliation linguistique
Comme no us l’avons montré, l a car actéristique d e l a r épartition g éographique d es
langues à P Rpré repose su r sa f orte co ncentration en Asie, ma is cette co ncentration
reflète également l’affiliation lin guistique : cec i e xplique, d ans u ne cer taine mesure,
cela (cf. Annexe 3 ). En e ffet, l a famille s ino-tibétaine et la famille a ltaïque, d eux
grandes familles linguistiques e n Asie, o nt respectivement 42 e t 15 l angues da ns le
corpus. Au total, elles représentent 48,7% des 117 langues à PRpré :
(16)
Figure 2.8 : Affiliation linguistique des langues à PRpré (ibid.)
(17)
Figure 2.9 : Langues sino-tibétaines à PRpré (ibid.)
68
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
(18)
Figure 2.10 : Langues altaïques à PRpré (ibid.)
Excepté ces d eux f amilles fort représentées, il y a 5
i solats (aïnou, b asque,
bourouchaski, japonais et coréen) et 13 isolées, i.e. 15,4% des 117 langues :
(19)
Figure 2.11 : Langues isolats (i.e. sans lien génétique avec aucune autre langue) et isolées (i.e. la
seule langue à PRpré d’une famille donnée) à PRpré (ibid.)
Lors de la présentation de la répartition géographique, nous avons soulevé la question
si la P Rpré es t un t ype régional de P R. I l s emblait di fficile de f ournir un e r éponse
définitive à la que stion, é tant d onné que s i les langues gé ographiquement pr oches
manifestent des similitudes morphosyntaxiques, ce n’est pas seulement en raison de la
proximité gé ographique, m ais pr obablement aussi e n r aison d e l eur p arenté
linguistique. L a r eprésentation de l’ affiliation lin guistique nous p ousse à v alider cet
échange : l es l angues s ino-tibétaines et a ltaïques r eprésentent p resque la moitié d es
117 l angues. Par co nséquent, ces d eux car actéristiques d es langues à P Rpré –
69
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
concentrations gé ographique et génétique – semblent j eter u n d oute s ur l e car actère
typologique de la PRpré : s’agit-il d’un type régional de PR ou d’un type génétique de
PR ?
2.2.4. La proposition relative prénominale : ni type régional ni type génétique
Les réflexions amorcées dans l es deux sections précédentes ont soulevé une que stion
difficile mais importante p our l a s uite d e n otre é tude : la P Rpré est-elle u n type
régional ou génétique de PR ? Notre réponse est plutôt ‘non’.
D’abord, c oncernant la concentration g éographique, il s ’agit, d ’un cô té, de
l’abondance des langues à P Rpré en Asie, et de l’autre, du rassemblement des langues
à PRpré sur d’autres continents. Le premier aspect de la question, à notre avis, est dû à
la forte p résence d es langues s ino-tibétaines e t a ltaïques, qu i r eprésentent 57 de s 84
langues asiatiques. Il reste seulement 27 autre langues en Asie. Mais, il relève du pur
hasard que se trouvent en Asie ce s deux familles, ou plutôt les locuteurs de ces deux
familles linguistiques, parce que cela serait dû à l’immigration des peuples. Autrement
dit, l a forte c oncentration d es langues à P Rpré en A sie relève d ’explications
extralinguistiques. Par ailleurs, m ême s i c es deux f amilles se trouvent en A sie, l e
contact linguistique d’une grande envergure entre elles est peu probable. La PRpré des
langues de c haque famille e st soit le fruit de l’évolution indépendante, soit l’héritage
de leurs p ropres langues mères s i nous ne t enons p as à l a t hèse d e proto-sapiens ( cf.
Ruhlen ( 1994a et 1994b)). Même si le japonais et le co réen o nt s ubi d es influences
considérables de la part du chinois à d es périodes différentes, la PRpré ne semble pas
venue du
chinois ( cf. Shibatani ( 1990:348), Kaplan & Whitman (1995), S ohn
(1999:43-44) et Horie (2002)). Tout compte fait, il ne serait pas imprudent de conclure
que l’Asie n’est pas le source des langues à PRpré.
Quant au rassemblement des langues à PRpré sur d’autres continents, trois zones sont
concernés
(cf. F
igure 2.
12) :
l’Éthiopie e
n
Afrique
(Zone 1)
, la
Papouasie-Nouvelle-Guinée e n O céanie (Zone 2 ) et l a zo ne frontalière entre
l’Équateur, la Colombie, le Pérou et le Brésil en Amérique du sud (Zone 3).
70
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
(20)
1
3
2
Figure 2.12 : Zones de rassemblement des langues à PRpré hors de l’Asie (ibid.)
Dans ces trois zones, la thèse du contact linguistique semblerait également contestable.
Dans la zone 1 s e t rouvent 7 l angues a fro-asiatiques (cf. Figure 2. 13), s ituation
similaire aux familles sino-tibétaine et altaïque en Asie.
(21)
Figure 2.13 : Langues afro-asiatiques à PRpré (Zone 1 de la Figure 2.12) (ibid.)
Du p oint de v ue di achronique, l’amharique est u n cas intéressant, car à l ’origine les
langues sémitiques éthiopiennes étaient à verbe initial. La régularité de l’amharique en
71
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
tant q ue langue SOV est le r ésultat d e son contact avec les langues co uchitiques ( cf.
Bach ( 1970)). Cela ét ant, il serait intéressant de sa voir si la P Rpré a mharique es t u n
emprunt direct d u couchitique, o u l’adaptation ultérieure s uite à l a r éorganisation d e
l’ordre des mots, question à l aquelle nous ne sommes pas en mesure de r épondre. La
même remarque vaut pour les autres langues de cette zone. Concernant la zone 2, faute
de p reuves solides, nous l aisserons l ’hypothèse du c ontact l inguistique en s uspens.
Quant à la zone 3, la similitude entre le quechua et l’aymara est incontestable, mais la
question e st de savoir s i ce la e st dû à l a parenté génétique o u au co ntact linguistique
(cf. Adelaar (2004:34-36)). Dans l’état actuel des choses, il serait plutôt préférable de
laisser cet te q uestion d e cô té. A u b out d u c ompte, d ans ces t rois zo nes, la t hèse d u
contact linguistique n’est pas plus plausible que l’antithèse.
La PRpré est-elle un type de PR génétique ? D’abord, il faut remarquer que parmi le s
117 langues recensées, il y a 1 8 langues isolats et isolées ( cf. Figure 2. 11). Elles ne
sont pas toujours entourées de langues à PRpré, par exemple, le basque en Europe, les
deux langues africaines (i.e. ijo et khoekhoe) et les trois langues nord-américaines (i.e.
tlingit, m aidu et ch erokee). Il s era cer tainement très intéressant d ’analyser p ourquoi
ces langues, à la fois génétiquement non-apparentées et géographiquement é loignées,
ont la PRpré. Deuxièmement, il e st vrai que les familles sino-tibétaine et altaïque ont
respectivement 4 2 et
15 l angues da ns le c orpus. C es de ux familles, a u t otal,
représentent 48,7% des 117 langues à PRpré. Cela semble être un argument en faveur
de l a t hèse s elon laquelle la P Rpré es t u n type g énétique d e P R. O r, i l ne faut p as
perdre de vue que ces deux familles linguistiques sont relativement mieux étudiées que
certaines a utres f amilles du c
orpus. P ar c onséquent, leur d istinction et l eur
classification sont plus f ines e t e lles s ont en q uelque s orte s urreprésentées d ans le
corpus. À noter que Dryer (2005g) vise à établir une liste aussi exhaustive que possible,
mais non un liste équilibrée prête à être exploitée pour des études typologiques. Nous
avons r epris s implement la t otalité d es langues r ecensées p ar D ryer a fin d ’effectuer
une ét ude au ssi co mplète q ue p ossible sur la PRpré s ans nous s oucier d es b iais
génétiques dans le choix des langues (cf. Comrie (1989:10-12)). À cela il faut ajouter
le problème de la d éfinition même d e ‘ langue’ : fa ut-il r econnaître hu it langues
72
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
chinoises o u u ne langue c hinoise avec huit d ialectes 6 ? Selon la d éfinition d onnée à
‘langue’, le nombre t otal de s langues à l’ étude varie co nsidérablement, bien qu’ au
fond, l’analyse même ne so it p as affectée. Troisièmement, excepté l es f amilles
sino-tibétaine et al taïque, d ans le co rpus i l reste encore 9 a utres f amilles ayant plus
d’une langue à P Rpré (cf. Annexe 3) . L es langues d e c es 9 familles manifestent d es
variations morphosyntaxiques très diverses malgré leur point commun de posséder la
PRpré. Cette g rande v ariété d e f amilles linguistiques constitue u n autre argument
contre l’hypothèse prônant le caractère génétique de la PRpré.
En r ésumé, s i la P Rpré es t très p résente dans certaines r égions et dans cer taines
familles linguistiques, c ela semble n’être dû qu’ à des facteurs extralinguistiques ou à
des facteurs linguistiques sa ns lien direct avec la P Rpré elle-même. Aussi, p lutôt que
d’admettre que la PRpré est un type régional ou génétique de PR, il ne sera pas moins
prudent de le réfuter. Ce faisant, nous avons reconnu le statut typologique de la PRpré :
la PRpré est un type typologique de PR dans le sens où les langues à PRpré partagent
des particularités m orphosyntaxiques différentes d e ce lles d es au tres t ypes d e P R.
Dans la section suivante, nous allons examiner ces caractéristiques structurelles de la
PRpré.
2.3. Caractéristiques typologiques de la proposition relative prénominale
Dans cette section, nous examinerons les car actéristiques t ypologiques de la PRpré que
nous pouvons trouver dans la littérature sur la question.
Premièrement, concernant le relativiseur, aucune langue à P Rpré ne possède de pronom
relatif ( cf. Schwartz (1971:144), Downing (1978:392, 396), K eenan (1985:149), D ik
(1997.vol.2:46), Song (2001:220, 232), de Vries (2001:235, 240 et 2005:147), Kroeger
(2005a:238), Creissels (2006.vol.2:239, 242) et Andrews (2007:208, 218, 222)) ou d e
joncteur (cf. Creissels (2006.vol.2:242)), autrement dit, la PRpré n’emploie, sinon aucun
relativiseur, que le co mplémenteur. Il y a parfois u ne coïncidence formelle entre le
6
En réalité, la question est encore plus compliquée, car selon Norman (2003:72) :
(i) If one takes mutual intelligibility as the criterion for defining the difference between dialect and language, then one
would have to recognize not eight but hundreds of ‘languages’ in China.
73
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
relativiseur-complémenteur et l a marque d e g énitif ( cf. Creissels (2006.vol.2:243)).
Enfin, le
complémenteur se t rouve s ouvent à l a f in de l a PRpré (cf. Downing
(1978:392-393, 396), Dik (1997:46), de Vries (2005:148) et Creissels (2006.vol.2:240)).
Ces d éclarations sur le r elativiseur s ont d ans l’ensemble vraies. N ous n’ avons t rouvé
aucune langue à P Rpré qui po ssède l e pr onom r elatif. Toutefois, comme n ous l’avons
évoqué br ièvement, l’abkhaze ( cf. Hewitt (1979), C hirikba ( 2003) et Creissels
(2006.vol.2:243), entre autres, utilise deux relativiseurs indiquant la position relativisée,
relativiseurs distribués d’après l’alignement absolutif-ergatif, i.e. yǝ̀ pour l’absolutif et zǝ
pour les autres positions (Creissels 2006.vol.2:243) :
(22) a-xàc’a
yǝ̀ -y-ba-(kwa-)z
à-ħwsa
DEF-homme
REL-s3s-voir-(PL-)VNF DEF-femme.PL
‘les femmes que l’homme a vues’
(23) a-šwqw’ǝ̀
zǝ-y-tà-z
a-pħwǝ̀ s
DEF-livre
REL-s3s-donner-VNF DEF-femme
‘la femme à qui il a donné le livre’
(24) zǝ̀ -da
w-aa-z
a-waywǝ̀
REL-sans
s2s-venir-VNF DEF-homme
‘l’homme sans lequel tu es venu’
(25) zǝ-kw’ǝt’ǝ̀
meràb yǝ-ʒá-z
a-pħwǝ̀ s
REL-poulet
Merab s3s-voler-VNF DEF-femme
‘la femme dont Merab a vole le poulet’
Les r elativiseurs e n a bkhaze s ont e ffectivement p articuliers e n ce q u’ils s’intègrent
difficilement à cent pour cent dans une des catégories de relativiseurs.
Nous av ons trouvé u ne s eule langue p ossédant le j oncteur, à s avoir, l e d ime ( Seyoum
2008:154, 155, 156, nous soulignons)
(26) tááy ʔád-déé-b-is-im
gošt-ís-im
nú
now come-IPF-M.RELT-DEF-ACC man-DEF-ACC 3SM.SUBJ
‘He sees the man who is coming now.’
(27) dər-ím
wúdúr-in šin-i-nd
ʔámz-is
goat-DEF-ACC [sic.] girl-DAT buy-PF-F.RELT woman-DEF
‘The woman who bought a goat for a girl died.’
74
yéf-déé-n
see-IPF-3
láχt’-i-n
die-PF-3
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
(28) dər-is-ím
wúdúr-is-in
šin-i-d
goat-DEF-ACC girl-DEF-DAT buy-PF-PL.RELT
‘The women who bought the goat for the girl died.’
ʔámz-af-is
láχt’-i-n
woman-PL-DEF die-PF-3
Les joncteurs en q uestion s ont -(u)b, -(i)nd et -(i)d.7 Rappelons q ue le joncteur n e
s’accorde jamais en cas avec le nom tête selon la position relativisée, mais en nombre, en
genre et év entuellement en cas a vec le n om t ête s elon la fonction g rammaticale d e
celui-ci d ans la matrice, c e à q uoi les t rois morphèmes d u d ime co rrespondent
exactement, à s avoir, -(u)b pour l e no m t ête m asculin singulier, -(i)nd pour l e féminin
singulier et -(i)d pour le pluriel des deux genres. 8
Néanmoins, c es d eux cas p articuliers ne bo uleversent pas la t endance g énérale des
langues à PRpré, i.e. complémenteur ou marque zéro.
Il es t au ssi v rai q ue d ans cer taines langues, le co mplémenteur es t h omophone d u
marqueur génitival, comme en mandarin :
(29) lisi de
shu
lisi GEN livre
‘le livre de Lisi’
(30) lisi mai
de
shu
lisi acheter COMP livre
‘le livre que Lisi a acheté’
en amharique (Leslau 1995:192, Hudson 1997:482, nous soulignons) :
(31) yä-tämari mäṣhaf ‘a student’s book’.
(32) kä-gurage yä-tä-gäňňä
hawlt
in-Gurage Rel.-Pas.-found(-it) statue
‘a statue which was found in Gurage’
et aussi en bantawa (cf. Doornenbal (2009, §3.2.4, §5.2.5)), en manambu (cf. Aikhenvald
(2008:72-73)), et en tibétain de Lhassa (cf. Mazaudon (1978)).
Il e st également vrai que l e co mplémenteur occupe s ouvent l a po sition finale da ns la
PRpré. I l y a d u mo ins t rois e xceptions, i.e. l’amharique (cf. ( 31) et (32)), qui attache le
7
8
Les mêmes morphèmes sont aussi affixés aux adjectifs en tant que marques d’accord. Voir Seyoum (2008:81).
Ce système est similaire à celui de l’arabe standard. Voir, entre autres, Nichols (1984:534) et Comrie (2006:139-141).
75
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
complémenteur p roclitiquement a u ve rbe 9 , l e t igré, q ui a u n co mplémenteur s oit
proclitiquement attaché au verbe soit à la position initiale de la PRpré 10 (Palmer 1961:25,
nous soulignons) :
(33) la ’äkan la ’ǝtta ’ ǝgǝl tǝbşäh tǝḥässǝb la ’älät ‘The place she intended to reach,’ Lit.
the place which to-it to she-reach she-thinking which she was
(34) la hǝtu häsbäyu ‘what he thought,’ Lit. which he he-thought-it
et le laze, où le complémenteur na est soit attaché proclitiquement au verbe si celui-ci est
le seul constituant de la PRpré (Lacroix 2009:750) :
(35) mo-p-t-i-şkul /
[[na-p’-or-om] /
bozo]
PV-I1-venir-AOR-après SUB-I1-aimer-STH fille
« Quand je suis arrivé, j’ai vu la fille que j’aime »
b-dzi-i
I1-voir-AOR
soit au mot préverbal s’il n’y en a qu’un (op.cit.:751) :
(36) [[ma-na / e-p-ç’op-i] /
kitabi] / si /
1S-SUB
PV-I1-acheter-AOR livre
2S
« Je vais te donner le livre que j’ai acheté. »
me-k-ç-ae
PV-II2-donner-FUT.I1/2S
soit à (l’un) des mots préverbaux s’il y en a plusieurs (op.cit.:753) :
(37) [[ordzo-s
mundi-na
var
ets’-u-zd-im-u-t’u]
chaise-DAT derrière-SUB NEG PV-II3.VAL3-soulever-AUGM-STH-IMPFT.I3S
Memet’i]
Mehmet
« Mehmet, qui n’avait jamais levé le derrière de sa chaise... »
(38) [ordzo-s-na
mundi var
ets’-u-zd-im-u-t’u]
chaise-DAT-SUB derrière NEG PV-II3.VAL3-soulever-AUGM-STH-IMPFT.I3S
9
10
Selon Leslau (1945:190), il en est de même pour le geez et le harari ; et peut-être aussi en tigrinya (C. Darmon, c. p.).
Selon Leslau (1945:190) :
(i) The relative pronoun is lä- prefixed to the verb in perfect and imperfect. ... In a compound tense, the element lä can
also be pr efixed t o t he auxiliary verb. ... T he relative p ronoun i s v ery often p refixed not to t he ve rb, b ut to ot her
elements of the sentence, especially to the preposition. ... Very often the element lä- is prefixed to various elements of
the sentence at the same time.
76
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
(39) si re-yi-ya,
[[ma-na k’ama-na
go-m-o-xun-i]
bere] ?
2S être-Q-DR 1S-SUB poignard-SUB PV-II1-VAL1-enfoncer-AOR enfant
« Est-ce toi le garçon qui m’a enfoncé son poignard ? »
Le type de relativiseur et son positionnement ne sont pas anodins pour certaines analyses
théoriques s ur la P R, s urtout cel le d e Kayne ( 1994). N ous al lons d iscuter en d étail a u
chapitre 4 d ans q uelle mesure l’utilisation d u c omplémenteur et s a p osition d ans la
PRpré est importante pour une analyse à la kaynienne.
Deuxièmement, la P Rpré semble réticente au p ronom r ésomptif ( cf. Keenan
(1985:148-149), Lehmann (1986:675 et 2003:461), Dik (1997:46), Song (2001:218, 232),
de V ries (2001:235, 240, 2002:50 et 2005:147), K roeger (2005a:238) et Creissels
(2006.vol.2:239, 242)). E lle préfère en r evanche le t rou s yntaxique ( cf. Downing
(1978:392, 396), K eenan (1985:154), Song (2001:217), de V ries (2002:33), Kroeger
(2004:180 et 2005a:238) et Andrews (2007:209)). Il e st vrai que la majorité des langues
à P Rpré ut ilisent s oit uni quement s oit pr incipalement le t rou s yntaxique. Plusieurs
langues, toutefois, f ont ex ception. L’amharique u tilise le p ronom r ésomptif à p artir d e
l’accusatif jusqu’aux obliques (Leslau 1995:102, 105, 99, 104) :
(40) yämättahut säwǝyye wändǝmme näw ‘the m an whom I hit i s m y br other’, l it.
‘who-I-hit-him (the)-man my-brother is’
(41) yäṣafhullät säwəyye wändəmme näw ‘the ma n to whom I w rote is my brother’, lit.
‘that-I-wrote-to-him (the)-man my-brother is’
(42) wändəmmočču əzzihyänäbbärut ləğ tämari näw ‘the boy w hose br others w ere he re
is a student’, lit. ‘(the)-boy who, his brothers were here, is a student’, more literally,
‘his-brothers here who-were-the boy a-student is’
(43) wäräqät yäṣafhullät säwəyye wändəmme näw ‘the man for whom (or ‘to whom’) I
wrote the letter is my brother’, lit. ‘letter that-I-wrote-for-him (the)-man m y-brother
is’
et pareillement pour deux autres langues du même groupe, i.e. le tigré (cf. Leslau (1945)
et Palmer (1961)) et l’afar (cf. Bliese (1981))
L’autre groupe de langues ut ilisant massivement le pr onom r ésomptif s ont de s langues
chinoises : à p artir d u d atif jusqu’aux o bliques, av ec la co ntrainte s elon laquelle le
pronom r ésomptif e st
réservé au
n om t ête h umain. V oici
77
les ex emples
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
cantonais (Matthews & Yip 1994:110-111) :
(44) ngóh sīk
ge
yàhn
know me
that
people
‘people that I know’
(45) ngóh sung
fā
béi kéuihdeih ge behngyàhn
I
send
flower to them
that patients
‘the patients I sent flowers to’
(46) (kéuihdeih) tìuh
kwàhn hóu dyún ge sailouh-léui
their
CL
dress very short that little girls
‘the little girls whose dress is very short’
(47) ngóh tùhng kéhuihdeih kīnggái
ge hohksāang
I
with them
chat
that students
‘the students that I chat with’
(48) ngóh jaahn chin
dō
gwo kéuihdeih ge yàhn
I
earn money more than them
that people
‘The people who I make more money than’
Voir Wu (2007) sur le mandarin et Chen (2008) sur un dialecte du minnan.
Certaines langues caucasiennes emploient aussi le pronom résomptif, obligatoirement ou
optionnellement. En gé orgien da ns la P Rpré à f orme verbale finie et m arquée p ar le
complémenteur rom, le da tif pe ut s e pa sser du pr onom r ésomptif mais les o bliques
l’exige (cf. Hewitt (1987:188-189)). En tchéchène, le p ronom r ésomptif est
optionnellement pour toutes les positions sauf l’accusatif, qui refuse le pronom résomptif
(Komen 2007:2) :
(49) [Shiena i
Kilaaba
dika laatta
della
volu] stag
3S.RFL-DAT
Caleb-ERG good land-ABS D-give-NRPS V-REL person-ABS
as
dwaatettira
1S-ERG away.push-RFPS
I rejected the person i [to whom i Caleb gave good land].
Il y a e ncore d ’autres cas p lutôt i solés. L e bourouchaski impose le p ronom r ésomptif
pour le régime de certaines prépositions, dont, yar ‘devant’ (Tiffou & Patry 1995:358) :
78
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
(50) Ja
tḗcum
yar
hurúṭum
ha
šuá
moi elle.ABL
devant demeurer.NOM 3 maison.ABS belle
« La maison en face de laquelle j’habite est beller ».
duá.
est.3sgy
En t urc l e pr onom r ésomptif e st o ptionnel po ur c ertaines po sitions, do nt
l’accusatif (Meral 2004a:2) :
(51) [ CP OP i [ C’ [ IP pro j [ I’ t i / kendisi-ni i
self-ACC
“the woman whom I love (her)”
sev-diğ-imj ]]]]
love-DIK-AGR
kadın i
woman
mais obligatoirement pour d’autres (ibid.) :
(52) [ CP OP i [ C’ [ IP pro j [ I’
dakın i
self-COM
“The woman I danced with”
kendisi-yle i / t i
dans et
dance-DIK-AGR
woman
-tiğ-im j ]]]]
Cela est similaire au japonais (Kameshima 1989:79, 80) :
(53) [Mary -ga
t i ringo-o
kitta] naifu i
Nom
apple-ACC cut
knife
‘the knife (with which) Mary cut the apple’
(54) ?[Mary -ga
sore-de i ringo-o kitta] naifu i
Nom
that-with apples cut
knife
(55) *[John -ga
t i benkyoo-shita] onna-no-hito i
Nom
studies
woman
‘the woman (with whom) John studies’
(56) [John -ga
sono-hito-to i
benkyoo-shita onna-no-hito i ]
Nom that person-with studied
woman
Le p ronom r ésomptif est optionnel d ans certaines au tres l angues, d ont l e basque
(Oyharçabal 2003:782) :
(57) %Amerikara joan da
[berarekin ezkondu nahi izan zenuen]
mutila.
Americas.ALL go AUX him.COM marry will have AUX.COMP boy
‘The boy to whom you wanted to get married to went to America.’
79
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
le qiang, pour le bénéficiaire (LaPolla & Huang 2003:224) :
(58) qa the:ʨ
lǝɣz de-le-m
1sg 3sg-GEN book DIR-give-NOM
‘the person to whom I gave a book’
le:
DEF:CL
et le coréen (Sohn 1999:312) :
(59) wuli ka keki eyse chwulpalhay-se hak.kyo-lo ka-n ku
we NM there from depart-and
school-to
go-RL the
‘the hospital from which we departed and went to school’
pyengwen
hospital
L’utilisation de trou syntaxique et de pronom résomptif est l’un d es a rguments majeurs
en ce q ui co ncerne la p osition d ’insertion d u nom t ête : en d ehors d e l a P R ou à
l’intérieur. Nous reviendrons sur cette question plus en détail au chapitre 4.
Troisièmement, la P Rpré es t s ouvent à l a forme verbale no n-finie ou n ominalisée (cf.
Downing (1978:392), M allinson & B lake (1981:298), K eenan (1985:160), Lehmann
(1986:672 et 2003:461), Dik (1997.vol.2:55-58), Croft ( 2001), Song (2001:233), de
Vries (2001:235 et 2002:39), Creissels (2006.vol.2:239) et Andrews (2007:208)). Le
constat s emble juste, mais, à n otre av is, il es t b asé s ur u n r aisonnement e rroné. Givón
(2001.vol.2:26-32) distingue les langues à nominalisation forte (« extreme nominalizing
(embedding) l anguages ») et l es langues à f orme v erbale infinie ( « extreme f inite
(non-embedding) languages »). De la première catégorie relèvent beaucoup de langues à
PRpré, dont les langues t ibéto-birmanes, les la ngues turques, les l angues quechuas, les
langues n o. uto-aztèques et que lques langues papoues. Cela nous a mène à p enser q ue
dans ces langues, ce n ’est p as la P Rpré q ui es t à forme verbale non-finie, ma is le s
subordonnées en général. Le même point de vue est partagé par Whaley (1997:265) :
(60) In g eneral, if a language t ends toward us ing n onfinite verbs for other e mbedded
structures (such as adverbials a nd complements) then t here is sufficient grounds to
consider constructions such as [participle modifying clause] as a relative clause.
80
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
et par DeLancey (1986:1) :
(61) [T]he no minalization function i s c hronologically a nd s ystematically p rior to
relativization, which is merely one specialized function of nominalization.
Donc, m ême s i d ans beaucoup d e langues à P Rpré, l a P Rpré a u ne forme verbale
non-finie, cet te car actéristique n e r eflète q ue l a tendance g énérale p our ces l angues
d’utiliser l a f orme v erbale n on-finie d ans la s ubordination. L a P Rpré n’ est p as
intrinsèquement à forme v erbale n on-finie. Nous développerons da vantage l’analyse au
chapitre 5.
Quatrièmement, la PRpré s emble r elativiser moins d e p ositions q ue les au tres t ypes d e
PR selon la H iérarchie d ’Accessibilité d e K eenan & Comrie ( 1977) (cf. Downing
(1978:396), Lehmann (1986:672), D ik (1997:56-57) et Song (2001:213, 232)). Nos
propres recherches contredisent ce constat. En effet, dans la plupart des langues de notre
corpus, l a P Rpré, en tant q ue type majeur d e P R d ans la langue, es t en m esure d e
relativiser une gamme large de positions, du sujet/absolutif jusqu’aux certaines obliques,
en passant par le datif et le génitif. Certes, dans les langues ayant la PRpré comme type
secondaire de PR, moins de positions sont accessibles à la PRpré, comme dans certaines
langues ouraliennes, dont le finnois (E. Havu, c. p.) et le hongrois (A. Sörès, c. p.). Cela
signifie s implement que la PRpré dans ces langues-là n’est pas le t ype majeur de PR et
que par définition, le type mineur de PR dans une langue donnée relativise très souvent
moins de positions que le type majeur de PR – rien qu’une tautologie ! Donc, la PRpré,
en tant que type majeur de PR, ne relativise pas moins de positions. Nous en discuterons
en détail au chapitre 5.
Cinquièmement, s ur l e p lan s émantique, il e st constaté q ue l a P Rpré n e p eut ê tre
non-restrictive ou seulement de façon marginale (cf. Mallinson & B lake (1981:364-366)
et de Vries (2001:237, 2002:29, 217 et 2005:135)). Même si au cune ét ude typologique
n’a ét é engagée, le co nstat semble r écurrent, par exemple, pour le mandarin ( cf. Zhang
(2001), Lin ( 2003) et Del Gobbo (2005)), le japonais (cf. Kameshima (1989)), l’evenki
(cf. Nedjalkov (1997:35)), l e laze ( cf. Lacroix (2009:758)), et le manambu ( cf.
Aikhenvald (2008:469)). En revanche, la PRpré peut être restrictive ou non-restrictive en
81
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
malayalam ( cf. Asher & K umari (1997:55)), en m arathi ( cf. Pandharipande
(1997:80-84)), en k annada ( cf. Sridhar (1990:51-52)) et e n turc ( cf. K ornfilt ( 1997a,
1.1.2.3.2) et Göksel & Kerslake (1998, §25.2)). En plus, dans les langues ayant à la fois
la PRpré et la PRpost, il e st couramment co nstaté que la PRpré est r estrictive et que la
PRpost e st n on-restrictive, co mme e n ao ( cf. Coupe (2007:200-223)), e n k ham ( cf.
Watters (2002:201, 205, 207, 209)), e n me ithei ( cf. Devi (2008:1)) e t e n o ksapmin ( cf.
Loughnane (2009:191)). Le moins qui puisse êt re d it, c’est que morphosyntaxiquement
parlant, la PRpré ne semble pas pouvoir d istinguer le r estrictif et le non-restrictif, ma is
sémantiquement oui, comme en japonais (Kameshima 1989:208) :
(62) It h as been r ecognized t hat t here ex ists a d istinction between r estrictive a nd
non-restrictive relatives in Japanese in terms of meaning, although there seems to be
no surface phonological, morphological or syntactic device to distinguish the two.
Il s erait d onc f aux d e g énéraliser s ans p récision l ’impossibilité po ur l a P Rpré de
distinguer l e restrictif et l e non-restrictif. Nous p résenterons u ne an alyse d étaillée au
chapitre 4.
En d ernier lieu, il s’agit d e l’ universel i mplicationnel : PRpré  OV ( cf. Downing
(1978:392), M allinson & B lake (1981:273), Keenan (1985:144), de Vr ies (2002:36),
Kroeger (2005a:232), Creissels (2006.vol.2:239), Andrews (2007:209) et Dryer (2005h
& 2007a:97)) 11, les exceptions étant 12 :
(63) Langues à S VO : langues ch inoises, b ai (cf. D ryer ( 2005g) et Comrie ( 2008)),
arapesh des m ontagnes ( cf. Conrad & Wogiga (1991:80-87)) et ngiti ( cf. Rijkhoff
(2002:195, 241, 300) et Kutsch Lojenga (1994))
(64) Langues à v erbe i nitial : amis (cf. Dryer ( 2005g) et Comrie ( 2008)) et tsou (cf.
Zeitoun (2005:265, 271))13
11
Contrairement à c e qu e p ensent la plupart des m ortels, G reenberg ( 1963) n ’a ja mais é tabli a ucun lien d irect e ntre
l’ordre d es m ots et le positionnement de la P R. U ne dé duction à ce sujet peut être f aite si les u niversels 3, 4 et 24 sont
associés. L’universel implicationnel PRpré  OV a vu le jour dans les travaux ultérieurs basés sur celui Greenberg, dont
Vennemann (1972), Lehmann (1973), Mallinson & Blake (1981) et Dryer (1991 2005g et 2005h).
12
Mallinson & B lake (1981:276-284) citent 8 e xceptions : l e f innois, l’allemand, le g rec c lassique, le h ongrois, le
kapampangan, le mandarin, le palauan, et le tagalog. Le cas mandarin est certain. Le finnois, l’allemand, le grec classique
et le hongrois n’ont la PRpré que comme type secondaire de PR. Quant au kapampangan, palauan et tagalog, ils ont la
PRpost selon WALS.
13
Dryer (1991:456) n’a trouvé aucune langue à verbe initial ayant la PRpré.
82
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
Malgré ces ex ceptions, l a v alidité d e P Rpré  OV d emeure statistiquement établie,
même s i e lle n ’est toujours p as expliquée de f açon c onvaincante. Vennemann ( 1972),
Lehmann ( 1973), K uno ( 1974) e t pl us r écemment, H awkins ( 1983, 1990 et 1994),
Comrie ( 2008) e t L in & B ever (2008), e ntre autres, tentent d ’y ap porter d es r éponses
d’une façon o u d ’une au tre.14 Sans p ouvoir p roposer d e no uvelles a nalyses, no us nous
contentons de citer ces références.
Jusqu’ici nous a vons justifié t rès br ièvement p ourquoi parmi le s caractéristiques
typologiques citées c i-dessus, n ous c onsidérions la p remière ( le type de relativiseur et
son positionnement) et la deuxième (le rôle du trou syntaxique et du p ronom résomptif)
comme ét ant i nhérentes à l a P Rpré. E n r éalité, i l s ’agit de deux s tratégies de
relativisation parmi les h uit que n ous av ons p résentées précédemment. R appelons que
nous a vons pu montrer des corrélations entre les stratégies de r elativisation et les t ypes
de P Rs. Suivant ce r aisonnement, l a P Rpré es t réalisée, d e p référence ou d e f açon
non-marquée, par l e t rou s yntaxique et
complémenteur/zéro m arque. Or, le t rou
syntaxique et l e co mplémenteur n e p euvent d istinguer la P Rpré et l a P Rpost. À n otre
avis, il est possible d’aller au-delà de ce constat si une approche dérivationnelle, telle que
celle d e la Grammaire G énérative, est ad optée, dans le s ens o ù l a P Rpré, r éalisée d e
façon no n-marquée en t rou s yntaxique et c omplémenteur/zéro m arque, n ’est q ue le
résultat des dérivations p lus pr ofondes qu i o nt généré la P Rpré. Si a ussi bien la P Rpré
que la PRpost utilisent ces deux stratégies, il n’est pas improbable qu’elles sont générées
à partir des opérations dérivationnelles plus ou moins identiques. L’idée sera développée
davantage dans les chapitres qui suivront.
Trois autres c onstats d emandent au ssi des a nalyses fournies. D ’abord, il n ous f aut
analyser c omment la P Rpré p eut exprimer au ssi bien le r estrictif et le non-restrictif (et
aussi pe ut-être l e maximalisant), m ême s i la manifestation es t p eu m arquée au n iveau
morphosyntaxique. Deuxièmement, nous d evrions pr ésenter p ourquoi la f orme v erbale
non-finie n’est p as intrinsèque à la P Rpré, m ais r elève d e la p ropriété g énérale d e la
14
Givón (2009, c hapitre 5) , e n r etraçant l’évolution d e la P R e n g énéral, pa rvient à la c onclusion s elon laquelle
l’universel PRpré  OV serait un accident typologique, en ce que d’un côté il y a une forte corrélation entre SOV et la
construction d’enchaînement propositionnel (« clause-chaining ») et de l’autre, la PR s’est souvent développée à partir de
celle-ci.
83
CHAPITRE 2. LA PROPOSITION RELATIVE PRÉNOMINALE
subordination dans les langues à PRpré à forme verbale non-finie. En dernier lieu, il e st
important de m ontrer que la P Rpré, en tant q ue type majeur d e P R, es t en m esure d e
relativiser les po sitions à pa rtir du s ujet/absolutif jusqu’à c ertains o bliques. Nous
développerons notre point de vue dans ce qui suit.
2.4. Conclusion
Dans ce ch apitre, n ous n ous s ommes co ncentré s ur l a P Rpré à pr oprement dire. No us
avons d’abord identifié les langues à PRpré première au moyen des critères de ‘marque’.
Comme nous l’avions illustré da ns le pr emier c hapitre, un e langue pe ut po sséder plus
d’un t ype de P R. Donc, la r estriction d e notre étude au x langues à P Rpré première est
cruciale pour la suite de discussion. Ensuite, nous avons regardé de près ces langues à la
fois eu ég ard à leur r épartition g éographique e t en co nsidération d e leur a ffiliation
linguistique. N ous a vons pu c onstater une c oncentration de s langues à P Rpré première
sur le plan géographique et sur le plan génétique. Cela étant, nous avons réfuté la thèse
du co ntact l inguistique et cel le d e l’héritage g énétique. A utrement d it, n ous av ons
soutenu l’idée de la PRpré co mme un t ype t ypologique de PR. En e ffet, no us a vons p u
recenser cinq caractéristiques typologiques de la PRpré à partir des travaux typologiques
antérieurs sur la PRpré. Plus précisément, le t ype de relativiseur e t son po sitionnement,
ainsi que les rôles du trou syntaxique et du pronom résomptif ont été considérés comme
intrinsèques à la PRpré, tandis que le sémantisme de la PRpré, la forme verbale non-finie
et l ’accessibilité à la P Rpré n e le s ont p as. Nous r eprendrons u ltérieurement les
discussions en détail à ces sujets, ma is avant cela, nous aurons besoin de passer en revue
dans le chapitre suivant les analyses théoriques sur la PR dans le cadre de la grammaire
générative.
84
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS
ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION DANS LE PM
3.1. Introduction
Dans ce chapitre, nous présenterons les analyses génératives sur la PR.
Au s ein d e la g rammaire g énérative ( pré-minimaliste), trois ap proches théoriques
intéressent la P R : l’Analyse de la Tête Externe (ATE), l’Analyse de la Montée de Tête
(AMT) e t l’Analyse de l’ Assortiment ( AA) 1. E lles s’adressent à trois q uestions, d ont
deux sont résumées par Alexiadou et al. (2000a:2-3) :
(1) (a) the structural relation of the clause to the DP containing it – whether the clause is
a c omplement or an adjunct, and w here it is located; ( b) t he nature o f t he r elation
between t he wh-dependency a nd t he he ad noun – whether the n oun is g enerated
outside the clause, or originates from inside the clause.
La t roisième question concerne l’ordre entre la PR et le nom tête. Les analyses diffèrent
dans les réponses qu’elles apportent aux trois questions.
Le r apport en tre ces an alyses es t f ort s ubtil. L’analyse « standard » j usqu’aux a nnées
quatre-vingt-dix e st l’ ATE, même s i l’AMT l’ a t oujours c ôtoyée. L’AMT e t l ’AA so nt
plutôt complémentaires, dans le se ns o ù « factors forcing o ne analysis ar e incompatible
with factors f orcing t he o ther » ( Sauerland 1998: 68), tandis que l ’ATE semble ê tre
l’analyse d u d ernier r ecours ( cf. A oun & Li ( 2003, chapitre 6)). M ême d ans u ne s eule
langue, il est possible que deux dérivations se côtoient (cf. Aoun & Li (2003, chapitre 6),
Åfarli ( 1994), K allulli ( 2000), Lee ( 2001), S auerland ( 2003) e t H ulsey & S auerland
(2006)). Cela ét ant, par souci de clarté, nous serons o bligé de les présenter séparément,
d’abord l ’ATE d ans la d euxième s ection, p uis l’AMT d ans la t roisième s ection et en
dernier lieu l’AA d ans la q uatrième s ection. À n oter que l a p lupart des d iscussions
portent s ur l a P R r estrictive, d onc d ans la s uite d e la p résentation, n ous n ous
concentrerons p rincipalement s ur l a P R restrictive, av ec s eulement q uelques mentions
sporadiques sur la PR non-restrictive.
1
Pour une discussion plus détaillée sur les différentes approches théoriques, voir de Vries (2002, chapitre 3).
85
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
Dans la se ction 3 .5, n ous p asserons en r evue l es ar guments en faveur d e ch aque
approche et l es p roblèmes au xquels e lles d oivent f aire face. D ans la section suivante,
nous essaierons d’intégrer les trois approches dans le PM.
3.2. L’Analyse de la Tête Externe (ATE)
l’ATE est soutenue, e ntre au tres, par Q uine ( 1960), R oss ( 1967), C homsky ( 1977),
Jackendoff (1977), Smits (1988) et Meinunger (2000). D’ordinaire, elle analyse la PR en
tant qu’adjoint du nom tête. Le nom tête est généré à la base en dehors de la PR, donc il
n’est p as d irectement représenté d ans la PR. L a co référence e st ét ablie par la
coindexation e ntre l e n om t ête e t l ’opérateur nul ou le p ronom r elatif. I l y a u n
déplacement-A’ du pronom relatif ou de l’opérateur nul à [Spéc, SC] :
(2) [ SD le [ SN garçon i [ SC [Op i que [ SI 2 Nicolas déteste t Op ]]]]]
La P R non-restrictive p eut êt re ad jointe à u ne p osition p lus haute (Demirdache
1991:108)
(3)
C’est-à-dire (op.cit.:109) :
2
« SI » traduit « IP » en anglais. Il serait plus juste de le rendre par « SF(lexionnel) ». Nous suivons l a terminologie de
Pollock (1998), en raison de la transparence de l’étiquette.
86
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(4) PR restrictive
(5) PR non-restrictive
L’interprétation s émantique s e fait p ar l ’intersection pour l es P Rs r estrictives (cf.
Chomsky 1982:92, note 11) :
(6) N’ ∧ SC’ = λx[N’(x) ∧ SC’(x)]
(7) [ SD le [ SN garçon i [ SC [Op i que [ SI Nicolas déteste t i ]]]]] (= 2)
garçon’ ∧ (que N icolas d éteste)’ = λy[λz[garçon’(z)](y) ∧ λx[détester’(Nicolas’,
x)](y)] = λy[garçon’(y) ∧ détester’(Nicolas’, y)]
Une autre question est la position de la PR par rapport au nom tête. Le plus simple serait
d’adopter le p aramètre d e l’ordre d es mots ( cf. Travis ( 1984)), ou plus pr écisément, le
paramètre des têtes (cf. Saito & F ukui ( 1998)) 3 . L a PRpost i ncarne l’ordre
nom-dépendant c omme en (2) tandis que la P Rpré le d épendant-nom, p ar ex . en
mandarin (Aoun & Li 2003:155) :
(8)
C’est-à-dire :
3
Le p aramètre d es t êtes n e co ncerne q ue l es p ositionnements de t ête et son co mplément. Voir F ukui ( 2003) pour une
discussion générale.
87
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(9) [ SN 4 [ SC [ SI wo
da
t Op ] de
Op i ] ren i ] 5
PRO.1SG frapper
COMP
personne
‘la personne que j’ai frappée’
À p remière v ue, ( 9) e st l ’image mir roir de (2), c e qui provient d e la d irection du
branchement : à droite en (2) mais à gauche en (9).
3.3. L’Analyse de la Montée de Tête (AMT)
L’AMT s ’est d éveloppée s uccessivement par Smith ( 1964), B rame ( 1968), S chachter
(1973), Vergnaud ( 1974), C arlson ( 1977b), B hatt ( 2002) e t s urtout K ayne ( 1994)6 et
Bianchi (1999, 2000a et 2000b).
Selon Schachter (1973:30), la montée (i.e. « promotion » en anglais) est
(10) syntactic process, by means of which a constituent of an embedded sentence fills an
empty slot (replaces a dummy symbol) in a matrix sentence
Donc, l ’AMT considère q ue le nom tête est g énéré à l ’intérieur d e la PR à s a p osition
habituelle. E nsuite, il en sort et monte jusqu’à la position externe pour la PR à nom tête
externe. La co référence es t as surée p ar le nom t ête même, p lus p récisément, e ntre l a
représentation e xterne du nom t ête, i.e. le nom t ête s’étant déplacé, et sa r eprésentation
interne, i.e. sa trace laissée derrière. Si la PR est considérée comme l’adjoint du nom tête
(cf. Vergnaud (1974)), la dérivation pour la PRpost peut être ainsi :
4
Nous laissons de côté dans ce chapitre la question de savoir si toutes les langues projettent un SD. Voir ci-dessous.
À no ter que l ’arborescence d e (9) e st c onstruite d’après la Structure S yntagmatique P ure (cf. 0. 2.2.), d e m ême ( ou
autant que possible) pour celles qui suivent.
6
Voir Cinque (1996) pour une critique.
5
88
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(11) [ SD le [ SN [ SN garçon j ] [ SC [Op t j ] i que [ SI Nicolas déteste t i ]]]] 7
Quant à la PRpré, si le paramètre des têtes est adopté, la dérivation peut être :
(12)
Par exemple, toujours en mandarin :
da t ren] de]
ren]
(13) [ SN [ SC [ SI wo
PRO.1SG frapper
COMP personne
‘la personne que j’ai frappée’
Une au tre variante d e l’AMT co nsidère la P R co mme complément d u d éterminant, p ar
exemple, selon Smith (1964), Kayne (1994) et Bianchi (1999, 2000a et 2000b).
La proposition de K ayne ( 1994), d e f açon g énérale, vise à ét ablir un lien en tre l a
c-commande et la linéarité.
7
À noter que (11) est illégitime selon le PM, parce que c’est l’adjoint, mais pas la cible, qui a projeté, même si selon la
théorie de X’-barre pré-minimaliste, (11) ne soulève aucun problème.
89
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(14) Axiome de Correspondance Linéaire (ACL) : d(A) est la linéarisation de T, où (a) d
est l a r elation de d ominance d es n on-terminaux au x t erminaux, ( b) A l’ensemble
maximal des paires <X j , Y j >, pour chaque j, X j c-commandant asymétriquement Y j ,
et (c) T, l’ensemble des terminaux
(15) X c -commande as ymériquement Y s i e t s eulement s i X c -commande Y e t Y n e
c-commande pas X.
En simplifiant, ( 14) s tipule que α précède β si et seulement si α c-commande
asymétriquement β. Chomsky (1995b, §4.8) juge possible d’intégrer l’ACL dans le PM.
Sans nous s oucier d e l a linéarisation d ’une p hrase en tière s uivant l ’ACL, n ous n ous
concentrerons sur la façon dont cette analyse a renouvelé l’AMT.
À pa
rtir de
l
’ACL, K
ayne (
1994,
§4.1) o
btient
l’ordre
universel
[spécifieur-tête-complément], le spécifieur étant un type d’adjoint. Il (op.cit., chapitre 8)
maintient q ue c oncernant la PRpost, D ° sélectionne d irectement S C en t ant que
complément e t que le nom tê te se d éplace d e l ’intérieur d e la PR à [ Spéc,
SC] (op.cit.:87) :
(16) the [[ NP picture] [that [Bill saw [e]]]]
ou alors, le pronom relatif est généré aussi à l’intérieur de la PR en tant que déterminant
du nom tête, ensuite le SD monte en bloc à [Spéc, SC] et finalement le nom tête monte à
[Spéc, SD] (op.cit.:90) :
(17) the [which picture [C0 ...
(18) the [ CP [ DP picture i [which [e] i ]] [C0 ...
À noter q ue le n om t ête s ’installe finalement s ous le S C, à la d ifférence d e ( 11), où le
nom tête est à l’extérieur de SC.
Il s e p eut q ue ce ne s oit p as un SD q ui monte à [ Spéc, S C], m ais d ’autres t ype d e
syntagme, par exemple, un SPrép (op.cit.:89) :
(19) la [C0 [Bill a parlé avec qui personne]]
(20) la [avec qui personne [C0 [...
90
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(21) la [ CP [ PP personne i [avec qui [e] i ]] [C0 ...
À noter qu’en (21), le nom tête personne monte à [Spéc, SPrép].
Pour que la PR soit p rénominale, des dérivations supplémentaires sont nécessaires, p ar
exemple, SI à [Spéc, SD] selon Ishizuka (2006:1) pour le japonais :
(22) [ DP [ IP John-ga t i
John-NOM
‘the book John read’
yon-da] j [ D [ CP [ hon] i [ C t j ]]]]
read-PAST
book
De Vries ( 2002:131-135) i llustre d’ autres p ossibilités de dé rivations e n fonction de
l’ordre des mots de la matrice et de celui entre la PR, le déterminant et le nom tête. Selon
lui, la P Rpré p eut ê tre d érivée a vec s uccès en s upposant de s dé placements
supplémentaires. Nous s ignalons s implement qu’ en ( 22), C °, o ccupé pa r l e
complémenteur visible ou invisible, se trouve derrière le nom tête. Or, le complémenteur
postnominal n’est jamais constaté dans aucune langue à PRpré. Pour le japonais, puisque
le co mplémenteur n ’est p as v isible ( ou b ien, en d ’autres termes, le japonais u tilise la
marque zér o), ce tte q uestion es t occultée. M ais en
mandarin o u en b asque, le
complémenteur v isible, de et -(e) respectivement, es t d evant l e nom t ête. M ême
seulement à p artir d e cet te observation, d es d éplacements s upplémentaires s ont
nécessaires.
Bianchi (1999) révise certains points de l’analyse de Kayne (1994). Pour les PRs à that,
elle propose un pronom relatif nul ayant le nom tête comme complément dans la PR, ce
qui veut dire que le nom tête interne est toujours un SD mais non un SN (op.cit.:171) :
91
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(23) [ DP D REL + the [ CP [ DP t D [ NP book]] i [ CP that I read t i ]]]
À comparer (Kayne 1994:87) :
(24) the [[ NP picture] [that [Bill saw [e]]]] (= (16))
La montée d u n om t ête es t m otivée p ar le b esoin d e vérifier le t rait d u D ° e xterne
(Bianchi 2000 b:127). (23) a b esoin d’ une montée de pl us que ( 24)/(16), m ais so n
avantage es t q ue les P Rs à that et celles à p ronom r elatif soient rassemblées dans une
explication u nifiée : toujours deux m ontées pour l es de ux t ypes de P R ( Bianchi
1999:191) :
(25)
sachant que la structure du SC est celle proposée par Rizzi (1997:297) :
(26)
92
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
3.4. L’Analyse de l’Assortiment (AA)
L’AA 8 est mise en place par Lees (1960 et 1961) et Chomsky (1965) et puis développée
par Maurel (1983), Munn (1994), Sauerland (1998 et 2003), Cresti (2000), Citko (2001)
et Hulsey & S auerland ( 2006) 9. Elle tente d e concilier les d eux p remières an alyses : la
PR est adjointe au nom tê te, q ui es t r éalisé aussi b ien à l ’extérieur de l a PR qu’à
l’intérieur. La r eprésentation interne e st générée en t ant que complément de l’opérateur
nul ou du pr onom relatif. Le SN [ SN Op N] monte de l’intérieur de la PR à [Spéc, SC].
Finalement, l e nom tê te interne s’étant déplacé à [ Spéc, S C] est s upprimé, i.e.
non-prononcé, étant do nné son identité avec le nom tête externe 10. Donc, la coréférence
est établie grâce à l’identité entre le nom tête interne et le nom t ête externe. Soulignons
que le nom tête externe ne forme pas une chaîne avec le nom tête interne, car celui-ci est
simplement effacée. Une dérivation éventuelle pour la PRpost est la suivante :
(27) [ SD le [ SN [ SN garçon] [ SC [Op garçon] i que [ SI Nicolas déteste t i ]]]]
Pour la PRpré, il est toujours possible d’adopter le paramètre des têtes :
8
L’AMT est quelquefois confondue avec l’AA, par exemple dans Carlson (1977b), Bianchi (2002a et 2002b) et Aoun &
Li (2003). La distinction tripartite est de Bhatt (2002).
9
Pour être précis, la thèse de Sauerland (2003) et celle de Hulsey & Sauerland (2006) admettent aussi bien l’AMT que
l’AA comme nécessaires (pour l’analyse des PRs restrictives anglaises).
10
À no ter s implement qu ’une a nalyse s imilaire est pr oposée pa r Grimshaw ( 1975) e t par Bresnan (1976) : l e SN
relativisé, identique au nom tête extérieur, est effacé à l’intérieur de la PR, i.e. sans déplacement quelconque. Voir aussi
Perlmutter (1972).
93
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(28)
par exemple, en mandarin :
(29) [ SN [ SC [ SI wo
da t [Op ren] ] de [Op ren]] ren]
PRO.1SG frapper
COMP
personne
‘la personne que j’ai frappée’
3.5. Arguments et problèmes
Les trois analyses brièvement présentées ci-dessus visent à rendre compte, d’une part, de
la subordination de la PR à la matrice, et de l’autre, de la coréférence. La subordination
est m ise en p lace s oit p ar l ’adjonction, s oit p ar l a co mplémentation. L a co référence
s’établit o u b ien p ar d éplacement ou b ien p ar ef facement s ous i dentité, e t l e nom tê te
peut être généré à la base ou effectuer des déplacements. Le positionnement entre la PR
et le nom tête est analysé soit en termes du paramètre des têtes, soit en termes de l’ACL
kaynienne. Si les trois approches ne se sont pas départagées de façon définitive, c’est que
chacune a d es ar guments favorables et laisse des problèmes s ans so lution. Nous a llons
d’abord les présenter avant de reprendre la discussion dans un cadre minimaliste.
La plupart des débats portent sur la manière dont la coréférence est établie. En revanche,
relativement p eu d e ch oses sont dites s ur la r elation s tructurelle, à s avoir s i la P R est
94
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
complément o u adjoint ? de N°, de D°, de SN ou de SD ? Certes, le choix est délicat et
quelquefois apriorique. 11 Ross (1967) et Smits (1988) défendent l’adjonction de la PR au
(SN du) nom t ête et sont suivis plus récemment par Aoun & Li (2003) sur le mandarin,
par Komen (2007) sur le tchéchène, et par Comrie & Polinsky (1999) sur le tsez. D’autre
part, S mith ( 1964) es t l’un d es p remiers à a voir analysé la P R co mme co mplément d u
déterminant, thèse r animée p lus t ard n otamment p ar K ayne ( 1994). E t en core, F abb
(1990) et Platzack (2000) placent la PR comme complément du nom tête.12
Le f ondement m éthodologique en
faveur d e l’adjonction se r ésume co mme s uit
(Alexiadou et al. 2000a:4) :
(30) The a djunction h ypothesis r ests o n t he a ssumption t hat the s emantic d istinction
between a co mplement an d a r elative c lause is e ncoded i n t he syntactic
configuration – sisterhood to h ead ( complement) v s. a djunction t o a h igher
projection (modifier relation).
et aussi (de Vries 2002:71) :
(31) ...one implicit reasoning used is the following: a relative is a modifier, modifiers can
be left out, hence they are adjuncts.
À titre d’exemple, selon Aoun & Li (2003:156), en mandarin :
(32) The adjunction structure is further supported by the free ordering of relative clauses
and t he d istributional s imilarity between r elative clauses a nd adjectives, w hich ar e
adjoined structures.
Si K ayne ( 1994) s outient que l a P R e st c omplément du dé terminant 13, s on a rgument
principal est la paire d’exemples suivants (op.cit.:86) :
11
Par exemple, selon Chomsky (1995b:382, note 22, nous soulignons) :
(i) [W]e still have no good phr ase structure theory for such simple matters as attributive adjectives, relative cl auses,
and adjuncts of many different types.
12
Voir aussi de Vries (2002, §3.1.3) pour une analyse similaire.
13
À noter simplement que Kayne (1994:155, note 17) reconnaît que la seule alternative compatible avec l’ACL est la PR
comme complément de N°. Voir ci-dessous.
95
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(33) *?I found the two pictures of John’s/his.
(34) I found the (two) pictures of John’s/his that you lent me.
Selon lui, la (quasi-)agrammaticalité de (33) est due à l’impossibilité du déterminant the
d’apparaître dans une construction à double-génitif. La raison pour laquelle (34) est tout
à fait accep table e st q ue l e déterminant the n’est p as d ans u ne co nstruction à
double-génitif, autrement dit, il n’a pas comme complément le SN (two) pictures, mais la
PR. C’est s eulement s uite à d es d éplacements q ue le S N s e t rouve à la position
post-déterminante.
Quant à la position selon laquelle la PR est complément du nom tête, l’argumentation de
Fabb (1990) est la suivante : une PR r estrictive modifie le nom t ête et cette r elation de
modification est un cas de prédication, suivant Chomsky (1977) et Williams (1980). En
plus, selon le dernier, la prédication implique la coindexation entre le sujet et le prédicat
qui se c-commandent l’un l’autre. Si le nom tête et la PR sont coindexés, ils doivent être
sœurs, d’où la structure suivante (Fabb 1990:58) :
(35)
L’argument de Platzack (2000) provient de la non-existence des effets de reconstruction
(voir ci-dessous) du possessif réfléchi sin(a) en suédois, ce pour quoi la tête ne peut être
un SN ou une projection fonctionnelle, mais simplement un N° nu.
Nous l ’avons d it, c haque po sition a s es ar guments, l e c hoix es t d élicat et q uelquefois
apriorique. Cela étant, un argument puissant, nous semble-t-il, est ignoré jusqu’à présent.
Il s ’agit d e l’impossibilité d e co ordonner u ne co mplétive et u ne P R dans l e m ême
SN/SD :
96
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(36) la nouvelle que la France a remporté la Coupe du monde
(37) la nouvelle qui m’a ravi
(38) (= (3 6) et (37)) *la nouv elle que la France a r emporté l a C oupe du m onde et qui
m’a ravi
(39) (= (37) et (36)) *la nouvelle qui m’a ravi et que la France a r emporté la Coupe du
monde
Il e st a dmis q ue la co mplétive es t c omplément d u n om. Si la PR était aussi u n
complément du nom, (38) et (39) seraient simplement inexplicables. Donc, il est éliminé
la position de Fabb (1990) et Platzack (2000) 14, i.e. la PR comme complément du nom,
au moins pour les langues qui fonctionnent comme le français.
Deux explications sont possibles quant à l ’agrammaticalité de (38) et (39). La première
consiste en ce que la P R ne s e s itue p as au même niveau q ue la co mplétive d ans la
structure syntagmatique arborescente, autrement dit, si la co mplétive est le co mplément
du nom t ête, la P R es t en r éalité l’adjoint d u nom tête. Cette explication p arle d onc en
faveur de la position selon laquelle la PR est l’adjoint du nom tête. Cela étant, l’analyse
d’adjonction n’est pas en mesure de r endre co mpte de l’agrammaticalité de ( 33), repris
ci-dessous :
(40) *?I found the two pictures of John’s/his.
Bianchi (1999:7-14 et 2000), de Vries (2002, §2.2), Vicente (2002, §1.1) et Chen (2007)
fournissent d’autres arguments contre l’analyse d’adjonction.
La deuxième explication sur l’agrammaticalité de (38) et (39) propose que la complétive
et l a P R n’ont s implement p as la même t ête : n om p our l a co mplétive et d éterminant
pour la PR. Cette deuxième position est justement celle défendue par Kayne (1994). En
plus, e lle es t cap able d e r endre co mpte d e ( 33)/(40). L a s olution la p lus a vantageuse
semble être donc celle de Kayne, i.e. la PR comme complément du déterminant.
Cela ét ant, un déterminant, par exemple, l’article défini, peut-il c -sélectionner une PR ?
La réponse est positive du moins dans certaines langues, dont l’une, qui est le basque, a
la P Rpré. En e ffet, R ebuschi ( 2001) examine un t ype p articulier d e P R basque q u’il
14
Il faudra vérifier si (38) et (39) sont grammaticaux en suédois.
97
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
nomme « semi-free relative clause » (op.cit.:5, 6) :
(41) [ CP gizon.a.k
e
irakurri du.en]
man-SG-k
read
he-has-it-en
‘the book [that the man has read e]
(42) [[[gizonak
e irakurri du.en]–].a]
man-SG-k
read
AUX-en-SG
lit.: [the [– [that the man has read e]
= ‘[the [one [the man has read e]]]’
liburu.a
book-SG
En (42) le nom tête est absent par rapport à (41), alors que l’article a y subsiste toujours.
Plus important, (42) a deux lectures possibles (op.cit.:6, italiques de l’auteur) :
(43) Crucially, t he E nglish t ranslations o nly g ive one possible interpretation out of two:
an e lliptical o ne, w hich, in E nglish a t least, i s not headless, s ince t he p roform one
rather than some null element sits under the lower NP of [(42)]. But a non-referring
interpretation is also possible: what(ever) the man has read.
Selon la d euxième lecture, cel le d u non-référentiel, l’article d evrait s électionner
directement la P R en la t ransformant d e p ropriété, i.e. <e, t >, en entité, i.e. <e>. C ’est
justement po ur c ela que la P R de ( 42) p eut av oir u ne lecture g énérique, q ui r éfère à
toutes l es ch oses d énotant la p ropriété d ’être lue p ar l’homme. Donc, en b asque, i l e st
possible que l’article sélectionne directement une PR.
Alexiadou et al. (2000a:8) citent le déterminant allemand derjenige, qui exige une PR :
(44) derjenige (Mann) *(der dort sitzt)
the+that man
who there sits
‘the very man(/person/one) who is sitting there’
Une au tre langue d ans laquelle l’article p eut c -sélectionner u ne P R es t l’espagnol, p ar
exemple :
(45) lo que yo pienso de Miguelito
‘ce que je pense de Miguelito’
98
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
Chose intéressante, ( 45) f ournit a ussi u ne lecture ( et l ’unique lecture) g énérique,
non-référentielle. L’explication d onnée c i-dessus à pr opos du b asque s ’applique
également à ( 45). Ainsi a vons-nous pu v oir que l’analyse de Kayne ( 1994) qua nt à la
possibilité pour l’article défini de c-sélectionner la PR est non seulement théorique, mais
aussi soutenu par des faits de langues.
Toutefois, il n’est pas sûr que toutes les langues projettent toujours un SD, et ce, surtout
dans les langues o ù un S N pe ut occuper un e po sition-A, co mme d ans b eaucoup de
langues à PRpré d’après les grammaires consultées. Les langues à PRpré ayant l’article
défini sont, e ntre a utres, l’abkhaze ( cf. Hewitt ( 1979) et Chirikba ( 2003:22-24)),
l’amharique ( cf. Leslau (1995:155-161)), le b asque ( cf. Trask (2003:113, 11 8-122)), le
dime (cf. Seyoum (2008:41-43)), le manange (cf. Hildebrandt (2004:77-79)) et le qiang
(cf. LaPolla & H uang (2003:59-62)). Afin d e r endre co mpte d e ces d eux t ypes d e
langues, nous adoptons l’Hypothèse de SD (cf. Abney (1987)). Certes, cette démarche ne
pose a ucun pr oblème po ur l es langues a yant l’article défini, ma is elle es t p eut-être
contestable pour c elles sans a rticle. Nous en d iscuterons en d étail d ans le c hapitre
suivant.
Le statut syntagmatique de la PR étant ainsi résolue, un deuxième problème concerne le
positionnement mutuel entre la PR et le nom tête. Dans la présentation précédente, il y a
deux s olutions : le p aramètre d es têtes e t l’ACL de K ayne ( 1994). Le p oint d e v ue d e
Kayne e st i ntégré d ans le PM de C homsky ( 1995a e t 1995b ). S aito e t F ukui ( 1998)
présentent une version minimaliste du paramètre des têtes, i.e. Fusion paramétrée. Nous
parlerons des deux optiques dans la section suivante.
Revenons aux deux questions fondamentales sur lesquelles divergent les trois approches,
à savoir, l a m anière d ont l e n om t ête es t g énéré et l a manière d ont la co référence es t
assurée.
Nous venons de justifier po urquoi la P R e st c omplément d u d éterminant, donc le n om
tête n e p eut ê tre g énéré à la b ase q ue d ans la P R et m onte p lus h aut ultérieurement.
L’ATE e st a insi é liminée. À n oter a ussi qu e s i ch acune d es trois approches se v eut
universelle po ur tout type de P R, l ’AMT e t l’AA de vancent l ’ATE e n c e qu’ elles s ont
aussi cap ables d e r endre co mpte d e la P R à n om t ête i nterne, p ar ex . en t ibétain d e
99
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
Lhassa (Mazaudon 1978:402) :
(46) pēemɛ̀
thep
khīi pa the
ṅeē
yin
P-ERG
livre-ABS porter-ptcp- ABS le-ABS je-GEN être
Le livre que Peema a porté est à moi.
tandis que l’ATE, sans représentation interne du nom tête, est problématique vis-à-vis de
la P R à n om t ête i nterne En r evanche, l’ATE, contrairement au x A MT et A A, peut
s’appliquer assez facilement au x PRs à p ronom r ésomptif, p ar ex . en hé breu m oderne
(Givón 2001:vol.2:193) :
(47) ha-ish
she-Yoav natan
l-o
et-ha-sefer
neelam
the-man
REL-Yoav gave/he to-him ACC-the-book disappeared
‘The man that Yoav gave the book to disappeared.’
En e ffet, selon l ’ATE, l’opérateur n ul e t le pr onom r ésomptif pe uvent coexister, car le
déplacement d e l ’opérateur n ’affecte p as le p ronom r ésomptif. Cette an alyse e st
appliquée au mandarin par Aoun & L i ( 2003, §6.5). L’AMT e t l’AA déplacent le nom
tête en entier et doivent expliquer d’où vient le pronom r ésomptif suite au déplacement
du n om t ête. U ne ex plication es t ce lle de B oeckx ( 2003), qui voit la r ésomption en
général comme r ésidu d e d érivation : les p ronoms r ésomptifs so nt d es é léments laissés
derrière par c eux qui se sont d éplacés mais av ec lesquels ils so nt a ssociés. Bianchi
(2004), de façon s imilaire, analyse le pronom r ésomptif co mme le Spell-Out de l’ index
référentiel au pied de la chaîne. Leurs analyses rendent compatibles l’AMT et l’AA avec
la PR à pronom résomptif. Nous y reviendrons plus tard.
Les effets de reconstruction fournissent aussi des preuves fortes en faveur de la montée
du nom tête. L’intuition est que si le nom tête est obligatoirement interprété à l’intérieur
de la P R, u ne r eprésentation interne es t n écessaire. Il y a tr ois te sts : expressions
idiomatiques, liage et portée.
L’expression idiomatique est considérée comme étant non-décomposable dans le sens où
elle e st représentée telle que lle da ns le lexique s ans que s oient po ssibles da vantage
d’analyses e n t ermes de r elations grammaticales o u de structures argumentales : pay lip
100
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
service en anglais veut dire ‘faire semblant de s’intéresser à une chose’ et poser un lapin
en français signifie ‘ne pas venir à un rendez-vous’ :
(48) Tom is really disappointed by the lip service that _ was paid by the president.
(49) Henry n’a pas apprécié le lapin que tu lui as posé _ hier. 15
Dans ces deux exemples, les e xpressions idiomatiques s ont toujours interprétées t elles
quelles m algré l eur décomposition superficielle. Cela p rouve q ue le nom tête doit êt re
restitué à l a p osition habituelle à l’intérieur d e la PR pour q ue l ’expression e ntière s oit
interprétée comme ét ant idiomatique. Or, ce premier t est n’est pas sans faille, car selon
de Vries ( 2002:78), cer taines e xpressions idiomatiques 16 sont i naccessibles à
la
relativisation :
(50) *the bucket he kicked, was horrible
Cet argument est à double tranchant, plaidant à la fois en faveur mais aussi au détriment
des trois approches, donc plutôt à sollliciter avec prudence.
Le deuxième test s’appuie sur la théorie du liage (Rebuschi 2006a:2090) :
(51) Principe A : les anaphores doivent être liées dans leur Catégorie Gouvernante ;
(52) Principe B : les pronoms doivent être libres dans leurs Catégorie Gouvernante ;
(53) Principe C : les expressions nominales référentielles doivent être libres (partout).
(54) La Catégorie Gouvernante [CG] d’une anaphore ou d’un pronom α est la plus petite
catégorie syntaxique β contenant α, sont [sic.] gouverneur et un sujet [...]
Voici quelques exemples (Alexiadou et al. 2000a:9) :
(55) the portrait of himself j that John j painted.
(56) the portrait of himself j/k that Bill k said that John j painted
15
16
[BT Principle A]
[BT Principle A]
À noter que ces deux exemples ne sont pas acceptés par tous les locuteurs natifs interrogés.
Selon de Vries (2002:78) :
(i) ‘real’ idioms cannot be split across a relative construction ..., collocation can.
(ii) ... semantic idioms cannot undergo meaningful operations such as topicalization or relativisation, but they can be
subject to meaningless operations such as verb second. By contrast, collocations may undergo all sorts of operations.
sachant que les « idioms » dont il s’agit sont du type [V.-N.], comme poser un lapin ou pay lip service.
101
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(57) *the portrait of him j that Johnj painted
(58) the portrait of him j that Johnj thinks that Mary painted
(59) */?the portrait of John j that he j (thinks that Mary) painted
[BT Principle B]
[BT Principle B]
[BT Principle C]
L’interprétation de ces exemples anglais n’est réussie que si le nom tête est représenté à
l’intérieur d e la PR. Or, c omme pour les expressions i diomatiques, l es effets de
reconstruction d ans la t héorie d u l iage sont loin d ’être au tomatiques, s urtout en ce q ui
concerne le Principe C :
(60) Connais-tu le philosophe [de la statue de qui chez Arthur i ] j il i est très fier _ j ?
La reconstruction dans cet exemple français (i.e. au cas o ù le co nstituant le philosophe
de la statue de qui chez Arthur serait co-indexé avec il) enfreint le Principe C en termes
de c -commande. I l s ’agit là de l ’effet d ’anti-reconstruction, dénoncé premièrement p ar
Riemsdijk & W illiams ( 1981). En ef fet, ce
qui es t p roblématique ici, c ’est la
reconstruction to tale d u co nstituant en tier d ans lequel se t rouve l’exression nominale
référentielle. En revanche, si n’est reconstruit que le SN en question, i.e. statue de qui en
l’occurrence, la C ondition C e st s auvée. Ce q ui veut d ire q ue l’élément à r econstruire
obligatoirement est le SN, mais non les modifieurs adjoints, comme chez Arthur en (60).
Troisièmement, l’interaction e ntre les portées des quantifieurs fournit des indices sur la
génération du nom tête :
(61) Voici deux livres que chaque étudiant doit lire : Le monde comme volonté et comme
représentation et De l a v olonté d ans la n ature pour F riedrich, E ssai s ur le libre
arbitre et Sur la r eligion pour É mile, et Le s ens du de stin et Essai sur le s f emmes
pour Giacomo (chaque > deux)
(62) Voici l es d eux l ivres q ue chaque étudiant doit lire : Le m onde co mme v olonté e t
comme représentation et De la volonté dans la nature (deux > chaque)
Les deux interprétations de deux livres que chaque étudiant doit lire se font en fonction
de l’interaction des portées entre les deux quantifieurs. En e ffet, depuis May (1985), la
portée est expliquée en termes de c-commande (op.cit.:5) :
102
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(63) The scope of α is the set of nodes that α c-commands at LF.
En (61), chacun choisit deux livres à son gré, ce qui veut dire que chaque a la portée sur
deux, parce q ue chaque é tudiant c-commande deux l ivres. C e s émantisme o blige u ne
représentation interne d u nom t ête sous la p ortée de chaque étudiant à l’intérieur d e la
PR. E n revanche, en (62), s’agissant d e d eux l ivres communs po ur tous l es étudiants,
deux a la portée sur chaque, autrement dit, deux livres c-commande chaque étudiant. Les
trois approches sont capables d ’engendrer la deuxième lecture, mais s eules les AMT et
AA prévoient aussi la première lecture.
L’ATE, sa ns nom t ête i nterne, es t s ystématiquement in compatible a vec l es effets de
reconstruction. L ’identification s émantique e ntre l e nom t ête ex terne e t l a p osition
relativisée dans la PR se fait par la coindexation, par l’intermédiaire de l’opérateur :
(64) [ SD ... N i ... [ SC Op i [ SI ... t Opi ...]]]
En revanche, l’AMT et l’AA sont tout à fait compatibles avec les effets de reconstruction.
Cela ét ant, la r éflexion en t ermes d e la r econstruction d oit faire face à d eux p roblèmes
majeurs.
Premièrement, il s’agit d ’un t ype p articulier d e trou s yntaxique, q ue nous no mmons
« trou é largi », t rouvé, par ex emple, en f rançais no n-standard (Blanche-Benveniste
2000:104) :
(65) la chose que je vous parlais
En (65), il manque la préposition de :
(66) Je vous parlais *(de) la chose.
Donc, en français normé, la PR devrait être :
(67) la chose dont/de laquelle je vous parlais
103
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
Le t rou en (65) est plus large, parce qu’il co rrespond à l ’ensemble du nom t ête et de la
préposition, c’est-à-dire, à u n SPrép. C’est juste pour cela que nous le nommons « trou
élargi ». Le t rou élargi est particulièrement fréquent dans la PRpré, comme en ak hvakh
(Creissels 2007b:22) :
(68) [de-de
ruša b-uq̄ ’-ida]
ʕãžite
1SG-ERG tree N-cut-IPFV PTCP axe
‘the axe with which I am cutting the tree’
en basque (Oyharçabal 2003:778) :
(69) [Arratsaldean
tabernan kontu horietaz
hitz
egin
afternoon.LOC
pub.LOC story those.INSTR word make
dudan]
gizona
zurekin
dago.
AUX.COMP man
you.COM is
‘The man with whom I spoke about these matters in the pub this afternoon is with
you.’
en evenki (Nedjalkov 1997:40) :
(70) Asi
ulle-ve
mine-d’eri-n
purta emer bi-si-n.
woman meat-accd cut-part-3sg.poss knife sharp be-prs-3sg
‘The knife with which the woman is cutting meat is sharp.’
en kham (Watters 2002:207) :
(71) [apa-e
zihm o-jǝi-wo]
po:
[father-ERG house 3S-make-NML] place
‘the place [where father built a house]’
en malayalam (Asher & Kumari 1997:60) :
(72) pooliiskaaran kuʈʈiye
aʈicca
vaʈi
policeman
child-ACC beat-PAST-RP stick
‘the stick with which the policeman beat the child’
104
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
en meithei (Bhat & Ningomba 1997:281) :
(73) məhak-nə u
kək-pə thaŋ yam-nə
thəwwi
he-Nom tree cut-Inf knife much-Adv sharp
‘The knife with which be cut the tree is very sharp’
et en quechua de Conchucos au Pérou central (Courtney 2006:323)
(74) [maqa-nqa-yki qeru-ta]
rika-rqa
hit-ASP-2SG
stick-ACC
see-PAST(1SG)
‘I saw the stick with which you hit (something).’
Sans l’adposition, le nom tête ne peut être reconstruit dans la PR. C’est à partir du même
raisonnement qu’ Aoun & L i ( 2003) s outiennent la nécessité d e l’ATE p our la P Rpré à
trou élargi en mandarin.
À noter a ussi q u’en m andarin, en coréen et en japonais, en tre au tres, le t rou p eut ê tre
encore plus large (Yoon 1993:200) :
(75) ai-ka
wun UN
soli
baby-nom cry
REL sound
‘the sound that characterizes a baby’s crying’
(76) xiaohai ku
de
shengying
child
cry
REL sound
(77) akatyan-ga naku koe
baby-nom
cry
voice
(Korean)
(Mandarin Chinese)
(Japanese)
Tout se p asse co mme s i u n co nstituant entier était effacé d ans la P R jusqu’à ce q ue le
lien s émantique s e fasse plus pa r l ’interprétation pr agmatique que pa r l e marquage
syntaxique. À pa rtir de l a même r éflexion, D ik ( 1997.vol.2, §3.2.3) pa rle de « close
predication » e t Yoon (1993) m ême de P R s ans trou (« gapless »). Nous é tiquetons c e
deuxième type de trou comme « trou extra-élargi ».
Ces deux types de trou s’expliquent facilement avec l’ATE au moyen de l’opérateur nul
(cf. Kaplan & Whitman (1995)). Étant d onné q ue l’AA u tilise au ssi l’opérateur n ul, a
priori elle peut a ussi r endre c ompte de s t rous é largi e t e xtra-élargi, ma lgré le
105
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
déplacement nécessaire du constituant [opérateur + nom tête]. En revanche, l’AMT do it
expliquer po urquoi le t rou s yntaxique s ’élargit, d ans u ne cer taine mesure, s ans limite.
Caponigro & Pearl (2008), dans le cadre de l’AMT, proposent des prépositions invisibles
(« silent p repositions »). Dans u n cad re p lus large m ais s ans r apport d irect av ec le
problème, Pesetsky ( 2009a et 2009b) développe une t héorie d e « case-stacking » qui
pourrait y donner une explication aussi. Nous en discuterons plus tard.
Le d euxième problème e st le conflit C asuel/casuel17. L e co nflit C asuel co nsiste en ce
qu’au nom tête sont assignés deux Cas, l’un en fonction de sa relation grammaticale dans
la PR et l’autre de celle dans la matrice. Par exemple, dans l’exemple français suivant :
(78) Nicolas a blessé le voleur qui l’attaquait.
la relation grammaticale du nom tête voleur dans la PR est sujet et son Cas y est NOM,
mais dans la matrice objet direct et ACC. Étant do nné qu’un argument ne peut avoir u n
et qu’un s eul Cas, il faut ex pliquer co mment ce conflit p eut ê tre r ésolu. D e l’autre, l e
conflit casuel, moins abstrait que le conflit Casuel mais non pas sans rapport, est d’ordre
morphologique, et ce, uniquement dans les langues a yant un s ystème casuel, par ex. en
akhvakh (Creissels 2007b:21, nous soulignons) :
ek’wa-s̱u-ga!
(79) eq̄ -a
[lãga
r-eχ-ada]
look_at-IMP sheep PL NPL-buy-PFV PTCP man-O M -LAT
‘Look at the man who bought sheep!’
À comparer (ibid., nous soulignons) :
17
Kayne (1994:155, note 15) mentionne brièvement le problème de conflit de Cas concernant le nom tête dans la PR et
dans la matrice. Le p roblème est repris par B orsley ( 1997 e t 2 001) comme a rgument contre l’analyse d e K ayne, mais
entretemps défendu par Bianchi ( 2000b). D’après m a propre lecture, i l y a un m alheureux m alentendu t erminologique
dans c ette polémique ( sauf e rreur d e f rappe), que v oici : K ayne ( 1994) pr ête e ffectivement u ne a ttention, b ien que
passagère, a u c onflit de Cas, do nt la r éponse n ’a p as c onvincu B orsley ( 1997), qu i i nsiste s ur l e c onflit de Cas, m ais
quelques fois en termes de « overt Case ma rking » ( op.cit.:638). Bianchi (2000b) pr opose sa solution au conflit de Cas,
en f aisant r éférence t antôt à « overt C ase m arking » ( op.cit.:129), tantôt à « Case cl ash » ( idem.). F inalement, B orsley
(2001) r eprend l e p roblème, avec 13 o ccurrences de « Case » e t 7 d e « case », do nt une c itation é rronée d e B ianchi
(2000b:129, nous soulignons) : « being Case-marked is a pr operty of t he D 0 position », mais dans Borsley (2001:5, nous
soulignons) : « being case-marked is a property of the D0 position ».
106
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(80) ek’wa-s̱w-e
lãga
man-O M -ERG
sheep PL
‘The man bought sheep.’
r-eχ-ari.
NPL-buy-PFV
Le n om t ête en (79) est à l a forme allative, m arquée par -ga. Une f ois r econstruit à
l’intérieur de la PR, il doit prendre la forme ergative -e, comme en (80), autrement dit, la
représentation interne et l ’externe s ont différentes, do nc la r econstruction s emble
illogique.
Kayne ( 1994), B orsley ( 1997 et 2001), B ianchi ( 1999 et 2000b) et de Vries ( 2002)
débattent longuement des de ux c onflits. Bianchi ( 2000b), e n ré ponse à B orsley (1 997)
mais repris encore une fois par Borsley (2001), suppose que le nom tête doit s’accorder
avec le D ° externe qui le go uverne ( ou l ’inclut da ns s on do maine minimal) e t que la
manifestation d e cet te r elation es t le Spell-Out du nom tê te marqué du même cas
morphologique que le D° externe une fo is la copie du trait Cas effectuée. De Vries (2002)
présente une autre solution. Il suppose toujours l’existence d’un D° interne gouvernant le
nom tête et un D° externe g ouvernant la P R. Le nom t ête entre dans la dérivation a vec
les traits-φ et le Cas attribué en fonction de sa relation grammaticale dans la matrice. Les
traits-φ du nom tête, qui sont interprétables, vérifient donc les traits-φ du D° interne, qui
sont i ninterprétables. De plus, le D ° interne p orte le C as r elativisé a fin d ’effectuer d e
nécessaires vérifications. Par la suite, le nom tête monte à [Spéc, SD] du D° externe pour
vérifier les traits-φ de celui-ci. De cette façon, le conflit de Cas est résolu et la dérivation
sauvée. Pesetsky (2009a et 2009b), que nous avons cité plus haut, peut être une troisième
solution, que nous développerons plus tard.
Quant à l ’AA, à cau se d u co nflit cas uel, l’effacement d e l a r eprésentation interne es t
impossible pa r manque d’ identité formelle. Il es t p ossible d e r estreindre l’identité au
niveau s émantique, par e xemple, aux t raits-φ, autrement d it, ce qui s e d éplace es t le
constituant composé de l’opérateur nul et du radical ek’wa-s̱u- pour (79). Cresti (2000) et
Citko ( 2001) mentionnent aussi le co nflit cas uel et le considèrent comme u n a rgument
contre l’AMT mais en faveur de l’AA (op.cit.:138) :
(81) [D]eletion is less strict t han movement w ith r espect to identity o f features, an d . ..
107
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
total identity is not required for deletion to be possible.
Son opinion est partagée par Cresti (2000:155) :
(82) What acco unts f or the r econstruction, t hen, is a k ind o f e llipsis w hich t argets
material t hat “m atches” t he ex ternal h ead o f t he r elative, acco rding to cer tain L F
criteria
Cela ét ant, au cune p récision n’est donnée s ur ce fameux « certain LF cr iteria ». Selon
Sauerland ( 2003:207), i l s ’agit d e l ’ « identity o f meaning », c ar l ’effacement d e l a
représentation r elève d e la F-Ph. P ourtant, l a r eprésentation e ntre l es d eux n oms t êtes
dans l’exemple s uivant est-elle p ossible s elon l’AMT, é tant d onné leur identité sur le
plan sémantique (ou plutôt référentiel) ?
(83) l’auteur de Notre D ame d e P aris, [Op Victor H ugo] qui t [Op Victor Hugo] a é crit aus si
Les Misérables
Selon certains critères de la F-L, l’ identité entre les deux noms t êtes, l’auteur de Notre
Dame de P aris et Victor H ugo, est ab solue, mais n ul n e p eut n ier q ue ce tte dérivation
soit très é trange, s inon illégitime 18. Le s upplétisme es t l oin d ’être u n p hénomène r are
dans les langues du monde. I l ne s erait pa s impossible de t rouver da ns une langue de s
formes su pplétives q ui sont d es r éalisations m orphologiques i rrégulières du m ême
lexème, dans une certaine mesure comme je et moi en français. Faudrait-il les considérer
comme u n e t u nique é lément ou c omme d eux ? d’ un po int de v ue d’ « identité
sémantique/référentielle », ils relèvent d’un s eul élément ; ma is s ur le p lan p honétique,
serait-il p ossible d e justifier q u’ils soient moins d ifférents q ue l’auteur de N otre D ame
de Paris et Victor Hugo ? La réponse, nous semble-t-il, est plutôt arbitraire.
En r ésumé, nous a vons justifié p ourquoi il e st plus r aisonnable d e co nsidérer la P R
comme c omplément d u d éterminant. Parmi le s t rois approches, l’ ATE et l’ AA, q ui
considèrent la PR comme adjoint, sont donc éliminées. Ensuite, notre démonstration sur
18
D’un point de vue philosophique, la question de l’identité se résumerait en la fameuse distinction frégienne : Sinn vs.
Bedeutung.
108
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
les effets de reconstruction a donné également raison à l’éviction de l’ATE. En revanche,
même s i l’AMT et l ’AA ne s ont p as s ystématiquement ét ayées p ar les effets de
reconstructions et qu’il existe des phénomènes, tels que pronoms résomptifs, trous élargi
et extra-élargi et conflit casuel/Casuel, qu’elles sont difficilement en mesure d’expliquer,
de diverses analyses ont été proposées ci et là en vue d’en rendre compte dans un cadre
plus o u m oins pr oche de l ’AMT. Ainsi, l’AMT k aynienne s emble ê tre l’ analyse
optimale.
Notre p résentation p récédente restant largement dans un c adre pr é-minimaliste, d ans la
section suivante, nous essayons d ’intégrer les a nalyses dans le programme minimaliste.
Nous espérons que la même conclusion se dégagera en fin de discussion.
3.6. Quelques remarques minimalistes
Nous avons vu qu’en gardant l’approche dérivationnelle, le programme minimaliste (PM)
propose de ux opérations pe rmettant de former un objet s yntaxique OS : la Fusion et le
Déplacement. Après l a f ormation de l a Numération, la Sélection y choisit u n élément
lexical ÉL, e n r éduisant s on i ndex p ar un, a fin d e l’introduire à l a d érivation. P our ce
faire, l ’opération la p lus s imple e st la c ombinaison d e d eux OSs (OS i , O S j) e n O S ij ,
laquelle opération est n ommée F usion. Or, l ’une de s pr opriétés s aillantes de s langues
naturelles e st qu’ un c onstituant pe ut ê tre s émantiquement i nterprété l à o ù i l n’est pa s
syntaxiquement, d ’où l a n écessité d ’introduire le Déplacement. Si la F usion n ’a p as
besoin de motivation p articulière, le D éplacement es t m otivé p ar la vérification et
l’élimination des traits ininterprétables et forts. Certes, les autres conditions doivent être
respectées. D ans le modèle de C homsky ( 1995b), la F usion est g ratuite tandis q ue le
Déplacement es t c oûteux. S uivant l e p rincipe d’économie, t outes ch oses ég ales, la
Fusion est préférée au Déplacement.
Dans la section précédente, nous avons montré dans quelle mesure il est problématique
de c onsidérer la P R c omme ad joint d u ( SN d u) nom t ête. D ans le cad re m inimaliste,
c’est au ssi le ca s. E n e ffet, Selon C homsky ( 1995b:410), l’adjonction n’est a utorisée
109
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
dans le PM que dans les trois cas de figure suivants 19 :
(84) word formation
(85) semantically vacuous target (e.g. expletive-adjunction)
(86) deletion of adjunct (trace deletion, full reconstruction)
Or, l’insertion par adjonction de la PR au (SN du) nom tête ne semble relever d’aucun de
ces t rois cas d e f igure : il ne s ’agit cer tainement pas de f ormation d e mo ts, ni de
l’effacement de trace ni de la reconstruction complète ; même s’il est possible que le SN
du n om t ête s oit n ul, mais s émantiquement, l e SN n e pe ut ê tre vi de, do nc ( 85) e st
également impossible.
En revanche, comme nous l’avons démontré, il est plus raisonnable de considérer la PR
comme complément d u d éterminant. Cela ét ant, un p roblème é ventuel e st l e s uivant.
Chomsky (1995b:204) compare les deux exemples suivants :
(87) Which claim that John i was asleep was he *i/j willing to discuss?
(88) Which claim that John i made was he i/j willing to discuss?
La co indexation est possible entre John dans la PR et he dans la matrice en (88) t andis
qu’elle ne l’est pas en (87) avec John dans une co mplétive. Sans entrer dans les détails
de s on a nalyse, n ous f aisons s implement r emarquer que C homsky, a u m oyen de l a
théorie d u D éplacement co mme C opie (DcC) (cf. 0. 2.2.), considère la P R (88) comme
étant ad jointe u ltérieurement à which c laim après la montée d e ce lui-ci, ce q ui g énère
naturellement un ph énomène du pr incipe B de la t héorie d u liage, s elon lequel les
pronoms d oivent êt re l ibres d ans leurs C atégorie G ouvernante ( Voir c i-dessus (54)), et
ensuite la copie inférieure est effacée, c’est-à-dire :
19
Dans le modèle des Principes et Paramètres, la condition sur l’adjonction semble plus souple (Chomsky 1995a:78) :
(i) [E]ssentially, the condition that a category can be adjoined only to a category of the same bar level.
En d’autres termes (op.cit.:177) :
(ii) [A ]djunction ( at l east, in o vert syntax) ha s a kind o f “structure-preserving” character, and a s egment-category
distinction holds.
110
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(89) [Which claim] was he willing to discuss [which claim]?
(90) [Which claim [that John i made]] was he i/j willing to discuss [which claim]?
(91) [Which claim [that John i made]] was he i/j willing to discuss [which claim]?
Quant à la non-coindexation obligatoire de (87), la complétive, qui est complément de la
tête claim, est déjà là avant la montée de celle-ci, raison pour laquelle John, expression
nominale, d oit ê tre lib re – Principe C de la t héorie du liage. L’interprétation en F-L est
basée sur la copie inférieure :
(92) [Which c laim [that J ohni was a sleep]] was h e *i/j willing to d iscuss [which c laim
[that John i was asleep]]?
En effet, l’adjoint n’est pas obligé de respecter la Condition d’Extension, q ui g arantit la
cyclicité alors que la complétive doit la suivre. Nunes (2001 et 2004) propose une autre
analyse en termes de « déplacement latéral », tout en reconnaissant le statut d’adjoint de
la PR. À notre avis, la prémisse selon laquelle la PR soit l’adjoint du no m tête n’est pas
nécessaire. La PR peut être complément du déterminant, en l’occurrence, which :
(93) [ DP which [ CP that [ IP John made claim]]]
(94) [ DP which [ CP claim [that [ IP John made claim]]]]
À une étape donnée de la dérivation, le SD entier monte, à la copiée, à [Spéc, CP] :
(95) [Which c laim [that J ohn m ade]] was h e willing to d iscuss [which c laim [that J ohn
made]]?
L’interprétation se fait non à partir de (95), mais à partir de (96), avec la copie inférieure
effacée :
(96) [Which claim [that John i made]] was he i/j willing to discuss [which claim [that Johni
made]]?
D’où l a p ossibilité d e co indexation e ntre John et he. Par co nséquent, i l n’y a au cun
111
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
problème de considérer la PR comme complément du déterminant au sein du PM.
Or, la r elation c omplément-tête ne dit rien sur l’ordre linéaire entre le co mplément et la
tête. Autrement, la question à r épondre de priorité mais que nous a vons laissée o uverte
dans la section précédente est la linéarité entre la PR et le déterminant. Deux solutions,
du moins, sont possibles. La première est celle de Chomsky (1995a et 1995b), suivant la
proposition de Kayne (1994), i.e. l’Axiome de Correspondance Linéaire :
(97) Axiome de Correspondance Linéaire (ACL) : d(A) est la linéarisation de T, où (a) d
est l a r elation d e d ominance d es n on-terminaux aux t erminaux, ( b) A l’ensemble
maximal des paires <X j , Y j >, pour chaque j, X j c-commandant asymétriquement Y j ,
et (c) T, l’ensemble des terminaux
(98) X c -commande a symétriquement Y s i e t s eulement s i X c -commande Y e t Y ne
c-commande pas X.
L’une d es co nséquences d e l ’ACL es t l’ordre [ adjoint-tête-complément]. Combinée à
notre c onclusion selon laquelle la P R e st c omplément d u déterminant, cette c ontrainte
nécessite ainsi la montée de la PR à la position prénominale, analyse déjà mise en place
par Kayne ( 1994, §8.3). Une a lternative à la linéarité k aynienne e st Saito & F ukui
(1998:452), en termes de Fusion paramétrée :
(99) K = {γ, 〈α, β〉}, where γ ∈ {α, β}.
a. γ = α: head-initial, left-headed
b. γ = β: head-final, right-headed
Dans cet te p erspective, l’ordre SOV r eprésente u n cas d e « head-final ». Il e n e st de
même pour la PRpré, complément du déterminant ou du nom tête. Le lien est ainsi établi
entre SOV et PRpré. La PRpré est générée devant le nom à la base, mais il se trouve que
peu de langues sont conséquentes sur le paramètre des têtes 20. Au niveau propositionnel,
rares s ont l es langues q ui n’autorisent au cune variation, m ais no us pouvons citer l es
langues mandé, dont le bambara (cf. Creissels (2006.vol.1:263 et 2007a:1)) et le malinké
(cf. Creissels (2009:43-46)), q ui ne t olèrent aucune variation au tre q ue S OV. D e toute
20
Voir B oeckx, Fodor, Glertman & Rizzi (2009:213-216) pour une brève discussion quant à l a r aison pour laquelle l e
paramétrage est problématique en général.
112
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
évidence, ces langues r eprésentent les cas p rototypiques du p aramètre « tête f inale ».
Pourtant, la P Rpré n ’est co nstatée n i e n bambara ( cf. Dumestre (2003:367-369)) ni e n
malinké ( cf. Creissels (2009, c hapitre 24 )). E n r evanche, cer taines langues o nt l ’ordre
SVO, i.e. tête initiale, et la PRpré, i.e. tête finale, par exemple, les langues chinoises en
général ( cf., par exemple, Li et Thompson (1981, §2.4) s ur le mandarin e t M atthews &
Yip (1994, §4.1) sur le cantonais), le bai (cf. Dryer (2005g) et Comrie (2008)), l’arapesh
des montagnes ( cf. Conrad & Wogiga (1991:80-87)), le ngiti ( cf. Rijkhoff (2002:195,
241, 300) et Kutsch Lojenga (1994)). Le mandarin constitue un cas très polémiqué, car il
est le contre-exemple par excellence de l’universel PRpré  (S)OV. Certains tentent de
l’expliquer p ar l e fait q ue cet te l angue p rénominalise t ous l es d épendants. D ’autres
considèrent l e mandarin co mme u ne langue S OV, di achroniquement pa rlant (cf. Tai
(1973) et Peyraube (1996)) o u s ynchroniquement parlant (cf. Li et Thompson (1974) et
Takita (2009)). Or, l e problème reste toujours irrésolu de façon définitive. Une s olution
consisterait à restreindre le p aramètre d es têtes à S N. Certes, el le s emble p ouvoir
résoudre l e cas se-tête chinois. Néanmoins, typologiquement, il e st toujours rare d e
trouver des langues où tous les modifieurs précèdent le nom tête. D’un côté, par exemple,
les langues turques n’ont que les modifieurs prénominaux, dont les adjectifs, le génitival,
la PR, le démonstratif et le numéral cardinal (cf. Johanson (1998a:49)) ; de l’autre, nous
avons pu trouver des linéarités avec le nom tête non-final :
(100)
(101)
(102)
(103)
DEM PR N ADJ NUM : manange (cf. Hildebrandt (2004:46-47, 77-81, 113-117))
PR ADJ N DEM NUM : bai (cf. Wiersma (2003:669))
PR DEM ADJ N NUM : tamang (cf. Mazaudon (2003:297, 300))
PR DE M N A DJ NUM : na r-phu (cf. Noonan (2003b:348)) et prinmi ( cf. Ding
(2003:595))
(104) PR N A DJ DE M NUM : a kha ( cf. Hansson (2003: 241, 244 ))21 et qiang ( cf.
LaPolla (2003a:575) et LaPolla & Huang (2003:39))
(105) PR NUM N ADJ DEM : basque (cf. Trask (2003))22
(106) PR NUM ADJ N DEM : basque (cf. Trask (2003))23
Ces observations poussent Kayne (2005a:220) à réfuter la directionalité de tête, en citant
21
22
23
Le schéma complet est : PR COMP N ADJ DEM NUM CL (cf. Hansson (2003:241, 244)).
Voir la même référence pour des variétés de linéarités dans divers dialectes basques.
Cette linéarité n’est possible ou obligatoire que pour un nombre réduit d’adjectifs.
113
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
Kroch (2001) :
(107) It s eems t o m e t hat, i n t urn, this p oint i s r elated to a b roader w eakness in t hat
notion [i.e. consistent head finality], which had been based to a significant extent
on the supposition that languages by and large pattern either as “head-final” or as
“head-initial”. But that supposition looks highly questionable, as Kroch (2001, 76)
has p ointed out, observing t hat most languages ar e act ually inconsistent i n he ad
directionality.
Il est possible de dire qu’en SN, seule la PR est complément, les autres constituants étant
des adjoints. Puisque la Fusion paramétrée ne concerne que la linéarité entre la tête et le
complément, les adjoints peuvent être branchés à gauche ou à droite, ce pour quoi ce qui
importe dans le s lin éarités (100) – (106) repose uniquement sur l’ordre P R N , i .e.
complément-tête. Cependant, d es études complémentaires sont n écessaires p our
déterminer le s tatut d es m odifieurs en SN. De plus, l ’adoption du pa ramètre de s têtes
nous s emble p articulièrement p roblématique v is-à-vis d es langues a yant à l a fois la
PRpré et la PRpost, comme le basque (cf. Oyharçabal (2003)), le laze (cf. Lacroix (2009,
§12.2)), l e t ibétain de L hassa (cf. Mazaudon ( 1978)) et le t urc (cf. Kornfilt ( 1997a,
§1.1.2.3) et Göksel & Kerslake (2005, chapitre 25)).
De c e qui pr écède, il nous s emblerait p lus judicieux d’adopter l’ACL de Kayne ( 1994)
dans l’état actuel des choses, parce que, d’un côté, c’est aussi le point de vu de Chomsky
(1995b), cadre théorique dans lequel s’inscrit notre étude ; et de l’autre le paramètre des
têtes, ou l a Fusion pa ramétrée de S aito & F ukui ( 1998), ne s emble p as p lus ad équat
explicationnellement que l’ACL kaynien.
L’ACL de Kayne étant adoptée, la dérivation pour la PRpré est ainsi :
(108)
114
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
i.e. SN monte de l’intérieur de SI à [Spéc, SC] et SI à [Spéc, SD]. Le problème, comme
nous l’avons signalé, réside dans la linéarité ainsi générée : SI D° SN C°, i.e. PR DET N
COMP. Cependant, dans aucune langue à P Rpré n’avons-nous trouvé le complémenteur
visible p ostnominal. I l e st soit entre la PRpré et le nom t ête, comme e n mandarin et en
basque (cf. de Rijk (1972a et 1972b) et Oyharçabal (2003)), soit dans la PRpré, comme
en amharique (cf. Leslau (1995, §33)) et en laze (cf. Lacroix (2009, §12.2)), soit mê me
devant la P Rpré, c omme e n t igré (cf. L eslau ( 1945) e t Palmer ( 1961)). E n a doptant
l’analyse k aynienne, n ous s ommes o bligé d e montrer c omment ces d ifférents
positionnements du c omplémenteur s ont dé rivés. N ous y r eviendrons e n dé tail da ns le
chapitre suivant.
Toujours s elon l’ACL, la PR e st c omplément d u d éterminant. L e no m t ête e st do nc
généré à l’intérieur de la PR, ce qui rend nécessaire sa montée ultérieure. Selon le PM, le
Déplacement e st r éinterprété c omme C opie + F usion + É lision. Reprenons d’abord les
effets de r econstruction. Selon C homsky ( 1995b:202-203), la r eprésentation informelle
de (109) est (110) :
(109) (devine) [[ qu dans quelle maison] Jean vit t]
(110) [ qu dans quelle maison] Jean vit [ qu dans quelle maison]
La F-L transforme le syntagme qu- en l’une des deux représentations :
(111) [quelle maison] [ qu dans t] : [quel x, x une maison] [dans x]
(112) [quelle] [ qu dans [t maison]] : [quel x] [dans [x maison]]
(111) et (112) illustrent les deux possibilités d’effacer des copies (op.cit.:203) :
(113) For convergence at LF, we must have an operator-variable structure. Accordingly,
in t he o perator p osition [ Spec, C P], ev erything b ut the operator p hrase must
delete; t herefore, the phrase wh of [ (111) & ( 112)] deletes. I n t he trace position,
the copy of what remains in the operator position deletes, leaving just the phrase
wh.
La r aison pour laquelle à [ Spéc, SC], tout sauf l’opérateur doit être effacé est qu’il faut
115
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
minimiser la contrainte sur la position de l’opérateur (cf. op.cit.:209), principe que Barss
(2001:682) appelle « Operator E conomy ». Ainsi, l es effets de r econstruction sont
réinterprétés comme ét ant p roduits par l ’interprétation d e d ifférentes co pies. M ais
quelles copies ? SNs o u SDs ? Selon Bianchi (2004), la r econstruction est totale ( i.e. le
SD r elativisé es t i nterprété à s a p osition d e b ase d ans la P R) d ans les P Rs
maximalisantes e t l es r estrictives n on-spécifiques ( i.e. gé nériques), d’ où un e c haîne
non-spécifique en F-L ; la reconstruction est seulement partielle dans les PRs restrictives
spécifiques, dérivée d’une chaîne spécifique, à savoir le SD relativisé se déplace à [Spéc,
SForce] e t l e S N monte en core p lus h aut ; et l a r econstruction es t n ulle d ans les P Rs
non-restrictives, dont la chaîne est pronominale (i.e. équivalent à un pronom anaphorique
défini). Nous en parlerons en détail dans le chapitre suivant.
La t héorie D cC s’applique facilement à l’AMT et à l ’AA : c e q ui e st e ssentiel e st d e
remplacer les a nciennes t races par des copies et ce qui est délicat est de bien c hoisir la
copie à conserver et celles à effacer. Soit (114) et (115) :
(114) the picture of herself i that Mary i took away
(115) *the picture of herself i that Mary i took
Leur contraste en grammaticalité découle de la manière dont les copies sont effacées :
(116) [the picture of herself] [Op the picture of herself] that Mary took way [the picture
of herself]
(117) *[the picture of herself] [Op the picture of herself] that Mary took [the picture of
herself]
Le p oint c ommun e ntre (116) et ( 117) est d e min imiser la contrainte sur la po sition de
l’opérateur. E n r evanche, l es d ifférentes m anières d ’effacer les co pies g énèrent u ne
phrase grammaticale et u ne au tre ag rammaticale en t ermes d e liage. La r econstruction
dans cet te ap proche es t s ynonyme d ’élision s élective. Plus pr écisément, a ppliquée à
l’AMT, l’analyse s ignifie q ue le nom t ête es t généré à l’intérieur d e la P R, m onte
successivement à l’extérieur de la PR et les copies sont effacées ensuite comme il faudra ;
mais appliquée à l’AA, elle veut dire qu’un nom tête est généré à la base à l’extérieur de
116
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
la PR et un autre à l’intérieur qui monte à [ Spéc, SC] en laissant des co pies qui s eront
effacées de façon adéquate.
De cet te m anière, l es effets de r econstruction sont mieux a nalysés. N ous ve nons
d’illustrer brièvement comme le DcC rend compte des phénomènes de la théorie du liage.
Quant aux expressions idiomatiques, l’analyse est directe :
(118) Tom is really disappointed by the [lip service] that [lip service] was paid by the
president.
Également pour l’interaction entre la portée des quantifieurs
(119) Voici [deux livres] que chaque étudiant doit lire [deux livres] : Le monde comme
volonté et comme r eprésentation et De la volonté dans la nature pour Friedrich,
Essai s ur l e l ibre arbitre et Sur la r eligion pour É mile, et Le se ns d u d estin et
Essai sur les femmes pour Giacomo (chaque > deux)
(120) Voici les [deux l ivres] que chaque étudiant doit lire [deux l ivres] : Le mo nde
comme volonté et comme représentation et De la volonté dans la nature (deux >
chaque)
Quant à l’ATE, qui est éliminée suite aux analyses de la section précédente, elle se révèle
également p roblématique vi s-à-vis du P M. R appelons que s elon l’ATE, i l y a u ne
interprétation interne dans la PR, qui est celle de l’opérateur coindexé avec le nom tête.
A p riori, l a r econstruction p eut ê tre r éalisée p ar s on i ntermédiaire. O r, i l y a d eux
problèmes au moins : d’une part, la coindexation n’ayant pas de statut légitime da ns le
PM, s on u tilisation es t p roblématique et , d e p référence, à é viter ; d ’autre p art, le s tatut
même d e l’opérateur r este encore à écl aircir d ans le P M 24, car il e st loin d ’être cer tain
qu’il p uisse équivaloir à la c opie d ’un é lément l exical É L 25 (cf. A lexiadou et a l.
(2000a:7-8)). Le principe de minimiser la co ntrainte sur la position de l’opérateur nous
éclaire sur la d ifférence e ntre l ’opérateur e t les ÉLs. A ucune r éponse t oute f aite à ce s
questions n’existe.
24
Voir Browning (1987) pour une étude de synthèse sur les constructions à l’opérateur nul. Voir aussi Contreras ( 1993)
pour une analyse unitaire plus récente sur l’opérateur nul.
25
Voir Vicente (2002, §1.5) pour une discussion sur l’illégitimité de l’opérateur, question peu soulevée dans la littérature,
que nous le sachions.
117
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
Or, rappelons que dans deux s ituations 26 au mo ins, la r econstruction est problématique.
Premièrement, elle est impossible s’il y a conflit de cas morphologiques, comme (79) en
akhvakh, repris ci-dessous :
(121) eq̄ -a
[lãga
r-eχ-ada]
ek’wa-s̱u-ga!
look_at-IMP sheep PL NPL-buy-PFV PTCP man-O M -LAT
‘Look at the man who bought sheep!’
À comparer avec (80), repris en (122) :
(122) ek’wa-s̱w-e
lãga
r-eχ-ari.
man-O M -ERG sheep PL NPL-buy-PFV
‘The man bought sheep.’
de même en basque (Oyharçabal 2003:778) :
(123) [Hauek
bizi ziren]
bailarak
zortzi etxe zituen.
these
live were.COMP valley.ERG eight house had
‘The valley where they lived had eight houses.’
À comparer :
(124) Hauek
bailarean
bizi ziren
vallée.INESS
‘Ils ont habité dans la vallée.’
En e ffet, le P M ad opte l ’Hypothèse L exicaliste, s elon laquelle les É Ls e ntrent d ans la
dérivation déjà pleinement fléchis. Par conséquent, en (120) et en (122), il est impossible
de proposer des copies identiques :
(125) eq̄ -a [ek’wa-s̱u-? lãga r-eχ-ada] ek’wa-s̱u-?
(126) Hauek bailara-? Bizi ziren bailara-?
26
Une t roisième c oncerne les P Rs à p ronom r ésomptif, m ais l ’analyse d e B oeckx (2003) e t c elle d e B ianchi (2004)
pourraient en rendre compte. Voir §4.2.7.
118
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
Quel q ue soit le c as à la p lace d e ?, la d érivation cap ote. L’AMT même n’a pa s de
solution satisfaisante pour ce problème. Par exemple, Bianchi (2000a & 2000b) propose
que le n om t ête s ’accorde av ec le D ° ex terne q ui le g ouverne ( ou l ’inclut d ans s on
domaine minimal) et que la manifestation de cette r elation est le Spell-Out du no m t ête
marqué d u m ême cas morphologique q ue le D ° ex terne, u ne fois la co pie d u t rait C as
effectuée. L a p roposition d e B ianchi o blige, en r evanche, l e nom t ête à en trer d ans l a
dérivation s ans marque cas uelle, au moins jusqu’à s a fusion avec le D ° e xterne.
Seulement l’Hypothèse Lexicaliste veut que les éléments entrent dans la dérivation déjà
pleinement f léchis. Nous l’avons a nnoncé, la t héorie d e « case-stacking » d e P esetsky
(2009a et 2009b) p ourrait f ournir u ne e xplication p lus s atisfaisante s ur c ette que stion.
Quant à l’AA, selon Cresti (2000) et Citko (2001), les deux noms têtes n’ont pas besoin
d’être ab solument i dentiques s ans q ue d avantage d e p récision s oit d onnée. A dmettons
que le t erme « identité » p eut ê tre co mpris co mme « identique » o u « similaire », ma is
comment cela devrait-il être conceptualisé dans la Numération ? Devrait-il y avoir d eux
éléments lexicaux É Ls, par e xemple ek’wa-s̱u-ga ‘homme-O M -LAT’ et ek’wa-s̱w-e
‘homme-O M -ERG’ pour un même lexème ? Quelle serait la relation entre ces deux ÉLs ?
En p rincipe, c’est l’index qui e xplicite le nombre de fois qu’un é lément entrera dans la
dérivation. I l es t cer tain q ue po ur ek’wa-s̱u-ga et ek’wa-s̱w-e, il s ’agit d’un mê me
élément q ui en trera p lusieurs fois d ans la d érivation. T outefois, suivant l’ Hypothèse
Lexicaliste, il est imp ossible d e c onsidérer ek’wa-s̱u-ga et ek’wa-s̱w-e comme d eux
occurrences d ’un même item lexical ; s inon, la co nséquence s erait t elle q ue la
Numération perdrait son utilité.
La deuxième situation dans laquelle la reconstruction est problématique les trous élargis
et extra-élargi, par ex. le trou élargi en mandarin :
(127) wo
(*zai) shangxue
PRO.1SG à
faire des études
‘l’école où je fais des études’
À comparer :
119
de
xuexiao
COMP école
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
(128) wo *(zai) xuexiao shangxue.
‘Je fais des études à l’école.’
et le trou élargi en coréen, en mandarin et en japonais (Yoon 1993:200) :
(129) ai-ka
wun UN
soli
baby-nom cry
REL sound
‘the sound that characterizes a baby’s crying’ 27
(130) xiaohai ku de
shengying
child
cry REL sound
(131) akatyan-ga naku koe
baby-nom cry
voice
(Korean)
(Mandarin Chinese)
(Japanese)
En (126), l a p réposition zai ‘à’, q ui e st obligatoirement p résente d ans la matrice, est
obligatoirement absente dans la PR. Le problème est de savoir comment elle a d isparue
suite à l’effacement de la copie interne. Quant aux (128)-(130), la copie est d’autant plus
problématique que le lien sémantique semble très lâche entre le syntagme modifieur et le
nom modifié. Nous proposerons notre analyse dans le chapitre suivant.
En résumé, dans cette section nous avons essayé d’intégrer les trois analyses dans le PM.
Nous a vons montré po urquoi il e st p référable d ’analyser la P R c omme c omplément d u
déterminant. Ensuite, nous avons discuté du problème de linéarité entre la PR et le nom
tête et sommes parvenu à la conclusion selon laquelle l’ACL de Kayne (1994) vient en
priorité sur la Fusion paramétré de Saito & Fukui (1998). Jusque là, nous nous sommes
orienté fortement vers l’AMT kaynienne.
3.7. Conclusion
Dans ce ch apitre, n ous av ons co mmencé p ar p résenter l es t rois principales a pproches
générativistes sur la P R, à s avoir, l’ATE, l’AMT et l’AA. E lles se d ifférencient dans la
manière dont elles rendent compte de la relation syntaxique et sémantique entre le nom
tête et la PR : la PR est-elle complément ou adjoint ? Au nom tête ou au déterminant du
nom tête ? La coréférence entre le nom tête et la PR est-elle établie par déplacement ou
27
Une traduction plus littéraire serait ‘the voice of a baby’s crying’ ou même ‘a baby crying’s voice’
120
CHAPITRE 3. ANALYSES THÉORIQUES, LEURS ARGUMENTS ET PROBLÈMES, ET LEUR INTÉGRATION
DANS LE PM
par coindexation ? Le nom t ête et la P R s e p ositionnent-ils selon le paramètre des têtes
ou suivant un ordre fixe ?
Chaque ap proche p ossède d es arguments favorables et l aisse d es problèmes ir résolus.
Nous avons parlé brièvement des effets de reconstruction, qui sont, dans l’ensemble, en
faveur d e l’AMT et d e l’AA. L’impossibilité d e coordonner une P R et une co mplétive
montre que la PR est mieux analysée co mme co mplément du déterminant, ce q ui est le
point de dé part de l’AMT ka ynienne. C ela ét ant, celle-ci do it r ésoudre trois pr oblèmes
posés p ar la P Rpré, à s avoir, les trous élargi et extra-élargi, le p ronom r ésomptif e t le s
conflits Casuel/casuel. D ans le cadre minimaliste, qui a dopte l ’ACL de Kayne ( 1994),
l’AMT kaynienne s’adapte mieux à l’esprit minimaliste, d’autant plus que l’adjonction et
la c oindexation sont pr oblématiques s elon Chomsky ( 1995b). Au f inal, l’analyse d e
Kayne ( 1994) s emble la p lus a ppropriée e t l a p lus m inimaliste. Nous a llons s uivre la
conclusion d e ce ch apitre e n l’approfondissant e t d éveloppant d ans le c hapitre s uivant,
où n ous p résenterons co mment la P Rpré es t d érivée suivant l’AMT ka ynienne
minimaliste.
121
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE
MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
4.1. Introduction
À la fin du chapitre précédent, nous sommes parvenu à la conclusion selon laquelle
l’AMT kaynienne est l’analyse la plus appropriée au sein du G&L and la mieux adaptée
au PM. Dans ce quatrième chapitre, nous allons regarder de près comment la PRpré peut
être générée selon l’AMT kaynienne. Notre priorité est de dériver les différentes
linéarités des éléments (visibles) dans le SD de la PRpré, à savoir, le déterminant (dont
l’article défini et le démonstratif), la PRpré, le complémenteur et le nom tête, étant donné
que la théorie de Kayne (1994) est, avant tout, une théorie de linéarisation.
Plus précisément, nous proposons deux versions de l’AMT. La première, que nous
nommons « AMT kaynienne minimaliste », s’écarte de l’analyse originelle de Kayne en
ce qu’elle adopte les spécifieurs multiples de Chomsky (1995a et 1995b), tandis que la
deuxième, qui est d’abord proposée par Cinque (2003/8), intègre quelques éléments de
l’AA. Toutefois, les deux versions restent fondamentalement kayniennes, parce qu’elles
suivent toutes les deux l’ACL de Kayne (1994) :
(1) Axiome de Correspondance Linéaire (ACL) : d(A) est la linéarisation de T, où (a) d
est la relation de dominance des non-terminaux aux terminaux, (b) A l’ensemble
maximal des paires <Xj, Yj>, pour chaque j, Xj c-commandant asymétriquement Yj,
et (c) T, l’ensemble des terminaux
(2) X c-commande asymétriquement Y si et seulement si X c-commande Y et Y ne
c-commande pas X.
Le point commun entre les deux analyses réside en ce qu’elles présupposent la linéarité
suivante : [adjoint/spécifieur-tête-complément], suivant l’esprit de l’ACL kaynienne.
La section 4.2. est consacré à l’AMT kaynienne minimaliste. Nous ouvrirons la
présentation par discuter du SC de la PRpré. Le point de départ est une citation de
Keenan (1985:160) par Kayne (1994:95) concernant le complémenteur de la PRpré.
Nous montrerons que la généralisation de Keenan s’avère vis-à-vis des données à notre
disposition, à savoir que la PRpré emploie plus souvent la marque zéro que le
123
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
complémenteur et que dans les langues à PRpré, ce n’est jamais le même complémenteur
qui est utilisé aussi bien dans la PRpré que dans les complétives des verbes dire et penser.
À partir de ces constats, nous proposerons que la PRpré projette toujours un SC dont la
tête C° peut être occupée par une complémenteur visible ou invisible. D° sélectionne ce
SC en tant que complément, ce qui donnera à l’analyse kaynienne classique, i.e. [ SD D°
SC]. Le complémenteur de la PRpré, visible ou invisible, est toujours inséré par Fusion à
C°. De plus, le relativiseur possède un trait non-interprétable [Rel] qui a besoin d’être
vérifié et effacé par le trait vérificateur résidant dans le nom tête généré à l’intérieur de la
PR, ce qui motive le déplacement du nom tête à [Spéc, SC] :
(3)
Dans la deuxième sous-section du 4.2., nous focaliserons la discussion sur le SD [ SD D
SC]. Nous argumenterons, malgré le nombre relativement faible des langues à PRpré
ayant l’article défini, en faveur de l’Hypothèse de SD pour toutes les langues à PRpré.
D° est occupé par l’article défini (visible ou invisible), mais pas par le démonstratif, qui,
en revanche, est inséré à [Spéc, SD] comme SDem. Ainsi nous pourrons obtenir la
structure complète :
(4)
124
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Or, en F-Ph, les langues à PRpré manifestent des linéarités très variées, avec l’article
défini tantôt en position initiale, tantôt entre la PRpré et le nom tête, tantôt derrière le
nom tête ; et le complémenteur ou bien entre la PRpré et le nom tête, ou bien dans la
PRpré. Nous exposerons 16 linéarités que nous aurons trouvées dans les langues à PRpré
dont les données sont à notre disposition.
Suite à quoi, nous entamerons le sujet des dérivations à proprement parler. Après avoir
passé en revue deux analyses kayniennes précédentes sur la PRpré (cf. Bianchi (1999) et
de Vries (2002)), nous développerons la nôtre en adoptant la définition de c-commande
de Chomsky (1995b:339) qui permettra de légitimer les spécifieurs multiples sans pour
autant abandonner l’ACL de Kayne (1994). Ensuite, nous présenterons les dérivations
générant les 16 linéarités trouvées dans les langues à PRpré, qui ont comme point de
départ la structure suivante :
(5)
Nous tâcherons aussi de motiver les déplacements.
Dans la sous-section suivante, nous aborderons les effets de reconstruction afin de
montrer que la PRpré, contrairement à l’idée reçue, peut être aussi bien restrictive,
non-restrictive que maximalisante, sur le plan sémantique. Même si certains tests de
reconstructions sont infirmés dans la PRpré de certaines langues, aucune langue à PRpré
ne peut échapper complètement aux effets de reconstruction. En adoptant l’analyse de
Bianchi (2004), nous montrerons que le sémantisme de la PRpré est fonction de
l’élément reconstruit. Mais en même temps, d’autres facteurs peuvent aussi influencer le
sémantisme de la PRpré, par exemple, la présence ou non du déterminant et les
125
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
propriétés de « stage-level/invidivual level ».
Or, l’analyse de reconstruction doit faire face à trois problèmes posés par la PRpré, à
savoir, les conflits Casuel/casuel, les trous élargi et extra-élargi et le pronom résomptif.
Ces problématiques seront traitées respectivement dans les sections 4.2.5, 4.2.6 et 4.2.7.
Pour les conflits Casuel/casuel, nous adopterons la théorie de « case-stacking » de
Pesetsky (2009a et 2009b) ; pour les trous élargi et extra-élargi, la même analyse
s’appliquera aussi. La clé de ces deux problèmes réside dans l’explication sur la manière
dont le Cas est attribué et le cas est marqué. Dans les conflits Casuel/casuel, nous
devrons expliquer comment et pourquoi le nom tête porte deux Cas, l’un assigné selon sa
fonction grammaticale dans la PRpré et l’autre selon celle dans la matrice, alors que pour
les trous élargi et extra-élargi, il faudra rendre compte de la « disparition » d’adpositions
(et d’autres éléments) dans la PRpré. Et quant au pronom résomptif, ce problème peut
être résolu suivant Boeckx (2003), selon qui la résomption en général est le résidu de
dérivation.
Le dernier point à élucider dans cette section concernera les effets d’îlot, à savoir, la
contrainte du SN complexe, la contrainte du sujet phrastique, la contrainte de l’îlot qu- et
la contrainte de l’îlot des adjoints. Nous illustrerons que comme les effets de
reconstruction, même si certains effets d’îlot se révèlent absents dans certaines langues à
PRpré, aucune langue à PRpré ne s’en exempte. C’est un argument indéniable en faveur
de l’AMT. Quant à la violation de certaines contraintes dans certaines langues à PRpré,
notre point de vue consistera à l’attribuer à des particularités propres aux langues en
question.
Dans la section 4.3. fera l’objet d’étude l’analyse de Cinque (2003/8). S’inscrivant dans
le courant cartographique, cette analyse promeut l’idée selon laquelle dans une seule
dérivation, quel que soit le type de PR concerné, l’AMT et l’AA sont chacun sollicitées à
tour de rôle. La PR est toujours insérée prénominalement selon la hiérarchie suivante (cf.
Cinque (2003/8, 2005)) :
(6) quantifieur universel > démonstratif/déterminant défini > PR > numéral/déterminant
indéfini > PR réduite > adjectif > nom
126
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Les dérivations divergent en fonction de l’existence ou non des effets d’îlot. Dans la
sous-section 4.3.2., nous essayerons de montrer comment cette analyse pourra générer
les 16 linéarités des éléments de la PRpré des différentes langues. L’analyse originale de
Cinque (2003/8) n’étant pas suffisante, nous proposerons des déplacements
supplémentaires. En dernier lieu, nous soulèverons quelques problèmes vis-à-vis de cette
analyse, dont la validité de la hiérarchie (6).
La section 4.4. conclura ce chapitre.
4.2. AMT kaynienne minimaliste
4.2.1. SC de la PRpré
Comme nous l’avons vu précédemment (cf. 2.3.), la PRpré est ou bien marquée par le
complémenteur ou bien sans relativiseur, à une exception près seulement, à savoir, le
dime, qui possède une série de joncteurs : -(u)b pour le nom tête masculin singulier,
-(i)nd pour le féminin singulier et -(i)d pour le pluriel des deux genres. Kayne
(1994:93, 157, note 22) mentionne également le type de relativiseur dans la PRpré, en
citant Keenan (1985:149). À part cela, Keenan dit également ceci (op.cit.:160) :
(7) [T]he use of such clause-final complementizers in prenominal RCS is less
common than the use of clause-initial complementizers in postnominal RCS.
Moreover we know of no cases where the clause-final complementizer in RCS is
identical to the clause-final complementizer used with sentential objects of verbs
of thinking and saying.
Avant tout, il nous semble nécessaire de rappeler ce qu’est un complémenteur1. En
termes de position dans la structure arborescente, il s’agit d’un élément fonctionnel
occupant la tête de la projection maximale SC. Cette définition, bien qu’utile dans
l’analyse théorique (dans le cadre de la grammaire générative), se révèle difficilement
applicable à des langues dont la structure morphosyntaxique est encore inconnue ou
mal décrite. Autrement dit, il est impossible de prévoir de façon transcendante quel
1
Pour une autre interrogation sur le sujet, voir Matthews (2007:39-49).
127
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
élément est le complémenteur dans le lexique d’une langue donnée. D’un point de vue
préthéorique, le complémenteur manifeste deux caractéristiques : morphologiquement,
il est invariable eu égard à la position relativisée ; et syntaxiquement, il s’ajoute à une
forme verbale déjà constituée qui comporte tout ce qu’il faut pour être la tête d’une
phrase indépendante, car le complémenteur sert, avant tout, à indiquer la
complémentation2 (Noonan 2007:55) :
(8) Complement types often have associated with them a word, particle, clitic or affix,
one of whose functions it is to identify the entity as a complement. Such forms are
known as complementizers.
Revenons sur (7). Sa première partie dit que le complémenteur final dans la PRpré est
moins courant que le complémenteur initial dans la PRpost. Nous remarquons que la
PRpré a tendance à être sans marque plutôt que d’avoir un complémenteur3. Rares sont
les langues à PRpré qui possèdent ces deux stratégies (i.e. marque zéro et
complémenteur), comme en mandarin (cf. Wu (2009)) et dans les variantes basques du
nord (G. Rebuschi, c. p.). Le consensus dans la littérature semble être qu’une PR sans
complémenteur projette SI et non SC. Weisler (1980) est l’une des rares analyses sur la
PR à marque zéro (« that-less relatives » en ses mots). Son idée est que la PR à marque
éro est Ss (i.e. S du PM), mais non Ss (i.e. SC du PM). Doherty (1993) soutient la
même thèse sur l’anglais et Murasugi (2000) sur le japonais. L’idée est introduite un
peu différemment par Kayne (1994). Pour lui, l’absence du relativiseur dans la PRpré
est toujours due au statut syntagmatique de la PRpré, qui est SI mais non SC. Plus
précisément, la PRpré est générée en tant que SC, que C° soit vide ou occupé par un
complémenteur, mais ce qui se déplace en position prénominale, i.e. [Spéc, SD], c’est
SI, C° étant laissé derrière, donc la PRpré est SI, et non SC. Il explique cela par le fait
2
3
Pour un point de vue différent, voir Frajzyngier (1995).
Pourtant, d’après LaPolla & Huang (2003:430, note 96) :
(i) Cross-linguistic comparison points to the original Sino-Tibetan relative clause structure being of this type, that is, a
clause directly modifying a noun without nominalization or relative marking, although most Sino-Tibetan languages
have grammaticalized some sort of nominalizer or complementizer for relativization.
Cette évolution est en quelque sorte contre-typologique si l’analyse est juste. Mais à vérifier.
128
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
que la PRpré est souvent de forme verbale non-finie.4 Cependant, plus tard (op.cit.,
§8.4), son analyse sur la PR réduite anglaise, prénominale (9) ou postnominale (10),
suppose toujours l’existence de SC (op.cit.:98, 97) :
(9) the [CP XPj [C0 [IP [book] [I0 [e]j5
(10) the [CP booki [C0 [IP [e]i sent to me
Le rapport entre la forme verbale non-finie de la PRpré et l’absence du relativiseur est
certain selon Facundes (2000). Il propose que dans une langue utilisant les formes
verbales non-finies comme principaux moyens de subordination, la morphologie
verbale particulière serait l’homologue de la stratégie du pronom relatif. Étant donné
que la PRpré est très souvent participiale (ou nominalisée, selon les analyses) 6, la
marque zéro dans la PRpré reflèterait la tendance typologique.
À notre avis, analyser la PRpré comme SI est effectivement problématique vis-à-vis
des langues à PRpré ayant un complémenteur manifeste en F-Ph, comme en mandarin,
en basque (cf. de Rijk (1972a:116)), en coréen (cf. Sohn (1994:63 et 1999:240, 309)),
en manambu (cf. Aikhenvald (2008:72, 469)) et en tamoul (cf. Lakshmanan
(2000:592-593)). Les joncteurs -(u)b/-(i)nd/-(i)d du dime réalisent aussi C°. Une
solution est de réanalyser le complémenteur comme autre chose que complémenteur,
comme Simpson (2003a), qui voit le complémenteur de du mandarin comme
déterminant, bien que cette voie soit peu suivie. Si selon Kayne (1994), la PR est
projetée d’abord en tant que SC, puis le SI de la PRpré monte seul en laissant C°
derrière, cela veut néanmoins dire qu’à l’origine, la PRpré est SC. Certains
phénomènes nous orientent vers la même réponse. Par exemple, en quechua de Cuzco,
dont la PRpré est participiale et sans complémenteur, l’ordre neutre des constituants
dans la PR est SOV (Lefebvre et Muysken 1988:27) :
4
5
Krause (2001) analyse aussi la PR non-finie comme plus petite que SC, en promouvant toujours l’AMT.
Par exemple :
6
(i) the [SC [SX recently sent]j C° [SI [book] [I° [e]j]]]
Cela étant, à notre avis, il ne s’agit pas d’une caractéristique intrinsèque de la PRpré. Voir §5.2..
129
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(11) [runa -q
qulqi
-Ø
qu -sqa -n] warmi -man
man AG
money CA
give NOM 3
woman to
to the woman to whom the man gave the money
Mais l’ordre neutre peut être enfreint sous l’effet de la topicalisation, à condition que
le verbe occupe toujours la position finale :
(12) qulqi
runa-q
qu-sqa-n
warmi
argent
homme-GEN. donner-PART.-POSS3S. femme
Litt. : ‘la femme à qui de l’argent l’homme en a donné’
Certes, (12) est plus marqué que (11), mais cette manipulation nous indique la
nécessité de considérer la PRpré (du quechua de Cuzco) comme SC, et peut être même
comme un SC élargi à la Rizzi (1997). Bien que nous ignorions si (12) est possible
dans toutes les langues à PRpré, il nous semble non moins justifié de postuler la PRpré
en tant que SC. Sa tête C° peut être phonétiquement vide, ou prononcée. Selon
Chomsky (1995b:292-294), l’insertion opaque à la racine d’un élément dépourvu de
trait phonologique ne pose pas de problème. Il cite comme exemple le complémenteur
C° déclaratif en anglais, qui est, dans une indépendante, invisible. Nous pouvons donc
comparer le C° de la PRpré de la plupart des langues à PRpré au C° déclaratif anglais.
Comrie (1998a et 1998b), en développant l’analyse de Matsumoto (1988, 1989 et 1997)
sur le japonais, propose d’unifier la PRpré et l’appositive (« fact-S construction »)
sous une unique construction, à savoir, la « noun-modifying construction », du moins
pour certaines langues asiatiques, dont le mandarin, le japonais, et le turc. L’un des
arguments est la similitude syntaxique, à savoir, le même type de marque de
subordination, le même type de liberté/contrainte sur l’extraction, le même type de
trou syntaxique. etc.. De l’autre côté, Arsenijević (2009) analyse la complétive comme
étant un type particulier de PR. Or, si les locuteurs des langues en question sont tout à
fait capables de comprendre à quel type de construction appartient une proposition
donnée, c’est que sémantiquement, les deux types de constructions sont différents et
que la différence existe dans la composition des traits du subordinateur. En anglais,
malgré l’éventuelle ambiguïté entre une lecture PR et une lecture appositive dans :
130
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(13) the fact that you denied
il est possible de changer de subordinateur pour que la lecture PR soit désambiguïsée :
(14) the fact which you denied
Nous pensons que le that subordinateur est tantôt composé de [Rel] tantôt dépourvu de
[Rel], tout autre trait étant omis7. L’impossibilité d’utiliser le pronom relatif dans les
appositives (« fact-S construction ») s’explique par l’absence du trait [Rel] à C°. Le
même raisonnement vaut pour le japonais, le mandarin et le turc. La tête C° a deux (ou
même plus) compositions de traits, i.e. {[Rel], ...} comme relativiseur, {...} comme
simple subordinateur. Le trait [Rel] à C° a besoin d’être vérifié et effacé. Le trait
vérificateur réside dans le nom tête généré à l’intérieur de la PR. Le mécanisme de
vérification permet donc au nom tête d’effecteur son premier déplacement 8 vers [Spéc,
SC], ce qui correspond exactement à l’analyse de Kayne (1994:87) :
(15) the [[NP picture] [that [Bill saw [e]]]]
Si la réalisation du relativiseur peut varier, soit en pronom relatif comme en anglais,
soit en complémenteur comme en anglais et dans certaines langues à PRpré, soit en
zéro comme en anglais et dans certaines autres langues à PRpré, soit en joncteur,
comme en dime (cf. Seyoum (2008:154)), le point commun entre ces différentes
réalisations réside dans l’existence du trait [Rel], tandis que les différences
proviennent des autres traits composants. Par exemple, le pronom relatif devrait avoir
des traits Cas et peut-être aussi des traits-φ tandis que pour le joncteur, les traits-φ sont
nécessaires, éventuellement avec des traits Cas.
7
Rouveret (2008), sur la base des faits gallois, attribue les traits suivants au complémenteur relativiseur y (op.cit.:173) :
(i) φ-features (uninterpretable)
[Rel] feature (interpretable)
EPP
Si le trait [Rel] semble incontestable, les traits φ et le trait EPP sont postulés vis-à-vis des faits gallois, donc sont peut-être
non-pertinents pour d’autres langues. Nous tiendrons compte, dans l’état actuel des choses, uniquement du trait [Rel].
8
Mais Bianchi (2000a) pense que c’est le trait fort [+N] du D° externe qui motive la montée du SN du nom tête.
131
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Précédemment, nous avons cité Chomsky (1995b:292-294) comme analyse en faveur
de l’insertion opaque du C° invisible dans la plupart des langues à PRpré, mais il
impose comme contrainte que cette opération ne puisse concerner les traits forts. Donc,
le trait [Rel] que nous avons proposé doit être nécessairement faible, mais en revanche
[-interprétable]. Donc, la vérification doit avoir été effectuée avant Spell-Out. Le
déplacement du trait vérificateur contenu dans le SD/SN du nom tête amène toute la
catégorie à la pied-piping. Le résultat final est donc la montée du SD/SN du nom tête.
Revenons sur la deuxième partie de (7), i.e. le complémenteur .
final
.
.
.
.de la PRpré n’est
jamais identique à celui de la complétive des verbes penser et dire.9 Nous n’avons
trouvé d’exception à ce constat, encore que quelques observations soient utiles.
D’abord, la raison pour laquelle nous avons insisté sur le terme « final » est qu’il y a
des langues à PRpré qui utilisent le même complémenteur, néanmoins non-final, aussi
bien pour la PRpré que pour les complétives des verbes dire et penser. l s’agit du la e
d’Arhavi (cf. Lacroix (2009)) et du géorgien (cf. Hewitt (1987)). Les morphème en
question sont : na en laze, étiqueté « subordonnant » par Lacroix (2009:749-755), et
rom en géorgien (cf. Hewitt (1987)). Prenons seulement l’exemple du la e. ‘Na’ est
utilisé dans la PRpré à forme verbale finie (Lacroix 2009:130) :
(16) ha-na
dzir-om
k’oç-ep
DEM1-SUB voir-STH homme-PL
« ces hommes que tu vois »
et également dans les complétives des verbes dire et penser (op.cit.:724, 752) :
(17) [ma mut-na
var
b-iv-are]
zop’on-t’i
1S quelque_chose-SUB NEG I1-devenir-FUT.I1/2S dire-IMPFT
« Tu disais que je ne deviendrais rien. »
(18) miti-s
var
u-çk-i-n,
[he
bere-k-na
quelqu’un-DAT NEG II3.VAL3-savoir-STH-I3S DEM2 enfant-ERG-SUB
hamtepe v-u]
DEM1.PL faire-AOR.I3S
« Personne ne sait 10 que le garçon a fait ces choses. »
9
10
Voir Noonan (2007, §3.2) pour une introduction typologique sur les verbes à complémentation.
Quant à la signification du verbe, selon Lacroix (2009:730, note de bas de page) :
132
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
La distribution de na est bien complexe : il est attaché soit proclitiquement au verbe si
celui-ci est le seul constituant de la subordonnée (op.cit.:750) :
(19) bozo do biç’ var
dzir-e-şkul /
[na-i-mt’-es] /
fille et garçon NEG voir-AOR.I3P-après SUB-VAL2-fuir-AOR.I3P
k-ox-o-ts’on-ez
PV-PV-VAL1-comprendre-AOR.I3P
« Ne voyant ni la fille ni le garçon, [les vieillards] comprirent qu’ils s’étaient
enfuis. »
[[na-p’-or-om] /
bozo] b-dzi-i
(20) mo-p-t-i-şkul /
PV-I1-venir-AOR-après SUB-I1-aimer-STH fille I1-voir-AOR
« Quand je suis arrivé, j’ai vu la fille que j’aime »
soit au mot préverbal s’il n’y en a qu’un (op.cit.:751, 795) :
(21) [[ma-na / e-p-ç’op-i] /
kitabi] / si / me-k-ç-ae
1S-SUB PV-I1-acheter-AOR livre
2S PV-II2-donner-FUT.I1/2S
« Je vais te donner le livre que j’ai acheté. »
(22) bere-k
[mgey-epe-na t’u]
k-ox-o-ts’on-u
enfant-ERG loup-PL-SUB être.IMPFT.I3S PV-PV-VAL1-comprendre-AOR.I3S
« L’enfant comprit que c’était les loups. »
soit à (l’un) des mots préverbaux s’il y en a plusieurs (op.cit.:753, 752, 754) :
(23) [[ordzo-s
mundi-na
var ets’-u-zd-im-u-t’u]
chaise-DAT
derrière-SUB NEG PV-II3.VAL3-soulever-AUGM-STH-IMPFT.I3S
Memet’i]
Mehmet
« Mehmet, qui n’avait jamais levé le derrière de sa chaise... »
(24) [ordzo-s-na
mundi var ets’-u-zd-im-u-t’u]
chaise-DAT-SUB
derrière NEG PV-II3.VAL3-soulever-AUGM-STH-IMPFT.I3S
(25) si
re-yi-ya, [[ma-na k’ama-na
go-m-o-xun-i]
bere] ?
2S être-Q-DR 1S-SUB poignard-SUB PV-II1-VAL1-enfoncer-AOR enfant
« Est-ce toi le garçon qui m’a enfoncé son poignard ? »
(i) Le verbe çk- signifie aussi bien « savoir » que « croire, penser que ».
133
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
bere-k-na
(26) miti-s
var
u-çk-i-n,
[he
quelqu’un-DAT NEG II3.VAL3-savoir-STH-I3S DEM2 enfant-ERG-SUB
hamtepe v-u]
DEM1.PL faire-AOR.I3S
« Personne ne sait que le garçon a fait ces choses. »
(27) mu g-i-çk-i-t’es,
[heg-na
deve-na
quoi II2-VAL3-savoir-STH-IMPFT.I3.IIP là_bas-SUB chameau-SUB
gola-xt-u] ?
PV-passer-AOR.I3S
« Comment saviez-vous qu’un chameau était passé par là ? »
Certes, les mêmes complétives peuvent être exprimées autrement, par discours direct
(op.cit.:724) :
(28) « ma xoci m-a-mt’-u-ya »
tk-u
1S bœuf II1-VAL5-fuir-AOR.I3S-DR dire-AOR-I3S
« Il a dit : ‘Mon bœuf s’est enfuit’. »
ou par d’autres complémenteurs, comme -ya/-ma/-şo en fonction de l’auteur du
discours11, ou -ki (emprunté au turc) (op.cit.:802, 725, 800, 799)
(29) çkimi
şeni [« i-mt’-asen-ya »]
g-i-çk-i-n-na...
1S.GEN pour VAL2-fuir-FUT.I3S-DR II2-VAL3-savoir-STH-I3S-si
« Si tu penses que je vais fuir... » (litt. « si tu penses à mon sujet : ‘Elle va fuir’ »
(30) bozo-s
« çkim iv-i-ma »
b-u-ts’v-i
fille-DAT 1S.GEN devenir-IMP-DR I1-II3.VAL3-dire-AOR
« Je dis à la fille : ‘Sois mienne !’ »
(31) « mu g-a-ğod-u-şo ? »
k’itx-i
quoi II2-VAL5-arriver-AOR.I1S-DR demander-IMP
« Demande [à la veuve] : ‘Que t’est-il arrivé ?’ »
(32) kçini-k
n-i-fik’ir-u[-ki :
« biç’i-çkimi
ma
vieille-ERG PV-VAL2-penser-AOR.I3S-COMP garçon-POSS1S 1S
do-b-o-çil-a »]
PV-I1-VAL1-marier-OPT
« La vieille pensa : ‘Je vais marier mon fils.’ »
(33) ok’açxe mk’yapu-k / ts’its’ila-z
u-ts’u-me-s[-ki : /
ma-ya...]
ensuite chacal-ERG serpent-DAT II3.VAL3-dire-STH-I3S-COMP 1S-DR
« Ensuite, le chacal dit au serpent : ‘Moi...’ »12
11
-ma/-ya quand le locuteur rapporte ses propres paroles, -şo/-ya celles de l’interlocuteur et -ya celles d’une troisième
personne (cf. Lacroix (2009:724-725)).
12
À noter la présence simultanée de -ki et -ya dans cet exemple, -ki attaché au verbe de discours et -ya à l’élément dans
134
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Similaires
au
laze,
certaines
langues
semblent
ne
pas
différencier
morphosyntaxiquement 13 le discours direct et le discours indirect en préférant
néanmoins le discours direct au discours indirect, par exemple (Genetti 2006:147) :
(34) In the production of narrative in Dolakha Newar, speakers make extensive use of
direct quotation. The most frequent quotative verb is hat- ‘say’.
et également en camling (cf. Ebert (1997:67)), en chaha (et d’autres langues du groupe)
(cf. Hetzron (1997:548)), en dhimal (cf. King (2008:286)), en kham (cf. Watters
(2002:297)), en manambu (cf. Aikhenvald (2008:484-488)) 14 , en oksapmin (cf.
Loughnane (2009:424)), et aussi en urarina (cf. Olawsky (2006:784-785)).
Certaines autres langues, en revanche, différencient le discours direct et le discours
indirect15. Le complémenteur utilisé dans le discours indirect est une forme plus ou
moins liée au verbe dire même. l serait possible de penser qu’il s’agit là d’un cas de
grammaticalisation, par exemple, en abkhaze (cf. Chirikba (2003:69-70)), en afar (cf.
Bliese (1981:82-83)), en galo (cf. Post (2007a:847-851)), en godoberi (cf. Haspelmath
(1996:175, 182-187)), en gorum (cf. Anderson & Rau (2008:417, 418-419)), en gtaɁ
(cf. Anderson (2008c:732, 744)), en gutob (cf. Griffiths (2008:667)), en khalkha (cf.
Svantesson (2003:173-174)), en khwarshi (cf. Khalilova (2009:238, 371-372, 472-475,
478)), en quechua de Cuzco (cf. Itier (1997:116)), et aussi en manipuri (cf. Bhat &
Ningomba (1997:298, 275)) :
(35) ma-nə
əyŋon-də cithi əmə i-gəni
hay-nə ma-nə hay
he-Nom I-Loc
letter one write-Fu say-Adv he-Nom say-NFu
‘He said that he would write a letter to me’
(36) mhak həyeŋ
lak-kəni həy-bə əy-nə
khəl-li
he
tomorrow come-Fu say-Inf I-Nom think-NFu
‘ think he will come tomorrow’
le discours rapporté.
13
Selon Noonan (2007:123, nous soulignons):
(i) Almost all languages distinguish direct from indirect discourse by means of intonation: there is typically a pause
before and/or after the direct quote, while indirect discourse is treated like any other complement from the standpoint
of intonation
14
Voir également Noonan (2007:121-122) sur manambu.
15
Le qiang différencie effectivement le discours direct et le discours indirect, mais uniquement au niveau de l’utilisation
des pronoms, les deux étant dépourvus de complémenteur (cf. LaPolla & Huang (2003:232-233)).
135
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
De même dans des langues indo-aryennes (cf. Pandharipande (1997:1-5), Gair
(2003:806) et Bashir (2003:849, 855, 863, 881, 886-887)), et dans les langues
dravidiennes en général (cf. Steever (1998b:34-36) et Krishnamurti (2003:30,
451-452)), par exemple, en tamoul (Annamalai & Steever 1998:121) :
(37) S0[nāṉ S1[avaṉ
nallavaṉ]S1
eṉ-ṟu
niṉai-kkiṟ-ēṉ]S0
I-nom that.man-nom good.man-nom say-cnj think-prs-1s
‘ think that he is a good man.’
et en kannada (Sridhar 1990:3) :
(38) ni:vu ku:Dale
barabe:ku anta tiLisidda:re
you immediately come-must quote say-n.pst-3h
‘(He/She/They) has/have said that you must come immediately.’
En kannada, anta est dérivé du verbe ennu ‘dire’ et s’utilise également dans le discours
direct, raison pour laquelle (38) peut vouloir dire aussi « He has said : You must come
immediately » (idem.). Lorsque le verbe introduisant le discours direct est ennu ‘dire’,
anta peut être omis (op.cit.:1) :
(39) me:STru maguvige "huSa:ra:giru"
andaru.
teacher child-dat careful-adv-be-2s say-pst-3sh
‘Teacher said to the child, "Be careful."'
Néanmoins, ces complémenteurs issus de la grammaticalisation du verbe dire ne sont
jamais employés dans la PRpré.
Encore dans d’autres langues à PRpré, le complémenteur dans les complétives de dire
et de penser ne sont pas grammaticalisés du verbe dire, par exemple, en japonais (cf.
Josephs (1976)), en kharia de Dudh16 (Peterson 2008:486) :
16
Selon Peterson (2008:485) :
(i) no can be omitted. … nstead of no, gam kon, the sequential converb of gam ‘say’, is occasionally found clause
finally as a kind of quotative particle, although this is not common.
136
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
raʈa=te
remakh=oɁ ro gam=oɁ
no
‘babu
(40) ap=ɖom
father=3poss Rata=OBLQ call=A.PST and say=A.PST COMP child(VOC)
musa iɲ kinir co=na um=iɲ
pal=e’
today 1SG forest go=INF NEG=1SG be.able=A.IRR
‘His father called Rata and said [to him] “Son, today will be unable to go to the
forest.”’
et aussi en coréen17 (Sohn 1999:323, 325) :
(41) Kiho nun [Nami ka
ttena-ss-ta
ko] hay-ss-ta
Kiho TC Nami NM leave-PST-DC QT say-PST-DC
‘Kiho said that Nami had left.’
(42) Nami num Inca lul/ka papo la
ko sayngkak.hay-ss-ta.
Nami TC Inca AC
fool be-DC QT think-PST-DC
‘Nami thought nca to be a fool/was a fool.’
Le nivkh utilise les converbes -vur/-vut (Gruzdeva 1998:57) :
(43) If imņ-aχ
als
p‘e-ny-vur
it-t'.
he they-DAT/ACC berry pick-FUT-CONV:RTEL say-FIN
‘He said [that] they would pick berries’.
Dans les langues citées ci-dessus, la complétive de dire/penser est toujours à forme
verbale finie. Il se trouve aussi que certaines langues utilisent dans les mêmes
complétives la forme verbale non-finie, par exemple, en tibétain de Lhassa (Denwood
1999:235) :
(44) mo.rang. 'gro.'dod. zer.mi.'dug.
_mɔ : _drɔndø: _se:mɪndu:
she
go-nom. say-neg.-aux.
“She has expressed no desire to go.”18
en turc (cf. Kornfilt (1997:52)) et dans des langues quechua (cf. Weber (1983) et
Lefebvre & Muysken (1988)). Comme dans la plupart des PRpré non-finies, il n’y a
17
À noter qu’en coréen les discours directs, mais pas les indirects, sont suivis des particules hako ou lako, formes
dérivées du verbe ‘dire’. Elles présentent aussi d’autres variantes en fonction du verbe de citation ou du registre. Voir
(Sohn 1999:324-326).
18
Lit. She has said no going.
137
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
aucun complémenteur dans les complétives non-finies, ce qui prouve dans une certaine
mesure que la marque éro n’est pas propre à la PRpré non-finie.
Jusqu’ici,
nous
avons
brièvement
justifié
l’observation
selon
laquelle
le
complémenteur final de la PRpré n’est jamais identique à celui de la complétive des
verbes penser et dire. En revanche, nous avons pu constater dans certaines langues une
identité formelle entre la marque du génitif et le complémenteur de la PR 19, par
exemple, dans certaines langues éthiopiennes (cf. Gragg (1972:166-167, note 6)), en
bantawa (cf. Doornenbal (2009, §3.2.4, §5.2.5)), en gutob (cf. Griffiths
(2008:667-668)), en gorum (cf. Anderson & Rau (2008:389, 397, 416)), en lahu (cf.
Matisoff (1972)), en tibétain de Lhassa (cf. Mazaudon (1978)), en manambu (cf.
Aikhenvald (2008, §8.1, §19.2)), et en mandarin20 :
(45) lisi de21 shu
Lisi GEN livre
‘le livre de Lisi’
(46) Lisi mai
de
shu
Lisi acheter COMP livre
‘le livre que Lisi a acheté’
Certes, le nombre de langues de cette catégorie est relativement faible. Statistiquement,
les plus nombreuses sont les langues à PRpré sans relativiseur ; en deuxième position
se trouvent celles qui marquent la PRpré avec le génitif, et un nombre très faible de
langues possède un complémenteur à part, dont le coréen (cf. Sohn (1999:63 et
2001:240, 309)).22
Suivant Kayne (1994), le complémenteur est inséré en C°. Mais le complémenteur
peut-il s’insérer ailleurs et se déplacer en D° ? Imaginons les dérivations suivantes,
dans lesquelles le complémenteur that, comme le pronom relatif, est généré dans la PR
19
Gil (2005a) recense 138 langues, dont 17 seulement assimilent le génitif à la PR (15 assimilant l’adjectif, le génitif et
la PR, plus 2 assimilant le génitif et la PR à l’exclusion des adjectifs). Parmi ces 17 langues, certaines ont la PR
prénominale, comme le cantonais (et peut-être les autres langues chinoises également), tandis que d’autres la PR
postnominale, comme minangkabau et l’aramaïc d’arbel juif.
20
Et aussi en qiang, si le nom tête est patientif ou non-instrument, y compris l’agentif inanimé, le marqueur du génitif est
utilisé (cf. LaPolla & Huang (2003:225-226)). En alamblak, le génitif -ho sert de complémenteur en cas de la
relativisation du possesseur (cf. Bruce (1984:106, 110-111)).
21
Selon Larson (2008, §3.0), de est un morphème de génitif généralisé. Voir Paul (2009) pour une étude très minutieuse
sur le statut de de.
22
Et une seule langue à joncteurs, i.e. le dime.
138
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
en tant que déterminant du nom tête, avec lequel il se déplace à [Spéc, SC] et qui
montera ensuite une fois de plus :
(47) the [SC [SD picturei [that [e]i]j] [C° Tom painted ej yesterday] (cf. Kayne (1994:90))
(48) [SD the [SC [SN boyi [SD [that ti]j [SI I met ti]]]]] (cf. Bianchi (1999:191))
L’impossibilité des deux dérivations tient au fait que le complémenteur ne peut être le
déterminant du nom tête interne, contrairement au pronom relatif, qui s’accorde avec
celui-ci. Or, il se pourrait aussi que le nom tête soit généré à la base en dehors de la PR,
tandis que that dans la PR est en position du nom tête et se déplace à [Spéc, SC] :
(49) [SD the [SN picture [SC that [SI Tom painted tthat yesterday]]]]
Cette opération est similaire à l’opérateur nul, qui est généré d’abord en position du
nom tête dans la PR et monte à [Spéc, SC] :
(50) [SD the [SN picturei [SC [Opi that [SI Tom painted tOpi yesterday]]]]]
Malheureusement, (50) n’est pas possible non plus. En effet, la fusion de that à cette
position-A viole la sélection catégorielle du verbe paint. Même s’il est vrai que
certains verbes sélectionnent (ou sous-catégorisent pour) certains types de
complémenteurs, comme
(51) wonder [SN __ whether-SC]
mais aucun verbe ne peut sélectionner un complémenteur seul comme son argument,
conformément tant à sa sélection sémantique qu’à sa sélection catégorielle. Par
conséquent, la sélection catégorielle en (49) ne peut avoir lieu. Mais pourquoi
l’opérateur nul peut-il être sélectionné selon l’ATE, comme en (50) ? En effet, parmi
les langues à PRpré aux données desquelles nous avons eu accès, toutes autorisent
l’argument nul, à la chinoise (i.e. pauvre en accord) ou à l’italienne (i.e. riche en
139
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
accord)23, excepté deux langues, i.e. le galo (cf. Post (2007a:327)) et l’ouïghour (cf.
Hahn (1998a:394)). Or, dans ces deux dernières références, les propositions à
argument nul sont loin d’être rares. l nous semble donc nécessaire de vérifier
minutieusement dans quelle mesure ces deux langues autorisent l’argument nul et dans
quelle mesure non. Dans l’état actuel des choses, nous pouvons tout de même
constater une forte tendance dans les langues à PRpré à utiliser l’argument nul.
Autrement dit, dans la grande majorité des langues à PRpré, le verbe peut
sous-catégoriser pour les catégories vides24.25 Cette particularité expliquerait pourquoi
l’opérateur nul est en mesure d’être sélectionné, mais non le complémenteur. Ainsi,
nous avons brièvement justifié pourquoi le complémenteur doit s’insérer à C°. À notre
avis, la même conclusion s’applique aussi aux joncteurs du dime.
Cela étant, à un niveau de surface, le complémenteur se trouve le plus souvent entre la
PRpré et le nom tête, même si d’autres positions sont également possibles. Rappelons
qu’en la e d’Arhavi, na est dans la PRpré (cf. §2.3.). D’une manière similaire, en
amharique, le complémenteur est dans la PRpré, mais toujours devant la forme verbale
finie (Hudson 1997:482) :
(52) kä-gurage yä-tä-gäňňä
hawlt
in-Gurage Rel.-Pas.-found(-it) statue
‘a statue which was found in Gurage’
(53) səlä-tarik
yamm-i-nägər mäşəhaf
about-history Rel.-it-tell
book
‘a book which tells about history’
Plus précisément, le complémenteur préverbal se réalise en yä- pour le passé et
yä-mm- (ou sa variante ə-mm-) pour les temps non-passés, sachant que yä- est aussi le
morphème génitival (Leslau 1995:192) :
23
Voir Huang (1984) pour plus de détails sur la distinction et aussi Zushi (2003) pour une analyse unitaire dérivant les
deux types de langues à partir d’une caractéristique particulière de T.
24
Nous laissons de côté la question de la nature de ces catégories vides, qu’il s’agisse de pro, PRO, trace, ou variable.
25
Ce serait dans le même esprit que Lee (2001) présente une analyse unifiée pour les PRs à complémenteur et à marque
zéro : le nom tête est généré à la base à gauche du complémenteur, i.e. à [Spéc, SC], et dans la PR il y a un pronom
indéfini invisible, i.e. variable, lié par le nom tête. De même, Perlmutter (1972) propose un pronom d’ombre (« shadow
pronoun ») pour le français.
140
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(54) yä-tämari mäṣhaf ‘a student’s book’.
Yä- doit être supprimé ou remplacé dans les cas où un autre préfixe est attaché au
verbe (Hudson 1997:482) :
(55) səlä-tarik bä-mm-i-nägər mäşəhaf ‘in a book which tells about history’
(56) bätäsfaye (for bä-yä-täsfaye) mäkina hedä ‘he went in Täsfaye’s car’ (lit.
‘in-[of]-Tesfaye car he-went’)
Yä-(mm-) en tant que complémenteur est utilisé dans d’autres subordonnées, toujours
en position préverbale (Demeke 2001:197, den Dikken 2007:306) :
(57) yämm-i-zänb
yɨ-mäsl-all
comp-3mss-rainimp 3mss-seemimp-Auxpre
“ t seems that it will rain”
(58) s-al-ø-aTäfa
kä-sɨra
yä-täbarrär-ku-t
for-neg-1ss-(make fault)imp from-job
comp-firedper-1ss-foc
tɨzz
yɨ-l-ä -all
rememberi 3mss-ti(imp)-1so-Auxpre
‘ remember that was fired from (my) job for no fault’
(59) Kasa bet
yä-mä-gzat-u-n
wäre sämma-hu
Kasa house YÄ-CM-buy-his-ACC news heard-1SG.SUBJ
‘ heard the news that Kasa bought a house.’
La clé de l’analyse réside dans la distribution des deux allomorphes : yä- pour le passé
et yä-mm-/ə-mm- pour les temps non-passés, ce qui traduit qu’ils se composent au
moins de traits d’accord temporel : [+Passé] pour yä- et [-Passé] pour yä-mm-/ə-mm-.
Donc, à un moment de la dérivation, certainement avant Spell-Out, le complémenteur
doit monter jusqu’à une position préverbale, afin de vérifier et effacer le trait d’accord.
Cinque (2005b) cite trois langues ayant la PRpré avec un complémenteur initial : le
galla (oromo), le grec de Silique et le tigré. En tigré, le complémenteur la est préverbal
par défaut, mais il peut précéder la PR, s’il s’agit d’une PR postnominale ou si dans la
PRpré, le sujet est pronominal (cf. Leslau (1945, §51) et Palmer (1961:24)), mais c’est
plutôt une option qu’une obligation : la peut être toujours préverbale dans la PRpré.
Quant au grec de Silique, il pourrait s’agir d’un cas de contact linguistique, car ce
141
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
dialecte grec, parlé principalement en Turquie, aurait été influencé par le turc, où le
type majeur de PR est la PRpré (cf. Dawkins (1916) et Thomason & Kaufman
(1988:220-221)). Concernant le galla (oromo), le WALS mentionne quatre dialectes :
le boraana, le harar, le waata et l’ouest-central. Le harar et le waata ont la PRpost, mais
il n’y a aucune indication sur les deux autres dialectes26. Donc, les trois « exceptions »
méritent d’être vérifiées. 27
Le positionnement du complémenteur pose problème à l’AMT kaynienne. Selon
Kayne, la PRpré est dérivée ainsi : SN monte de l’intérieur de S à [Spéc, SC] et SI à
[Spéc, SD].
(60)
Or, nous l’avons déjà montré, le complémenteur n’est jamais postnominal dans la
PRpré.
l est toujours devant le nom tête, qu’importe le positionnement du
complémenteur par rapport à la PRpré. En adoptant l’analyse de Kayne, nous sommes
obligé de postuler des déplacements supplémentaires, ce qui sera développé dans les
deux sections suivantes.
En résumé, nous avons commencé par la remarque de Keenan (1985:160) citée en (7),
dont la validité a été confirmée d’après nos données. Malgré la présence relativement
rare de complémenteur dans la PRpré, il nous a semblé préférable de toujours postuler
26
Voir Stroomer (1995) au sujet du galla de Boraana, malgré la quasi-totale absence d’information sur la PR; et Owens
(1985:131-141) sur la PRpost en galla de Harar. À noter que selon Creissels (2004:296), en galla (oromo), « tous les
types de modifieurs du nom suivent le nom qu’ils modifient ».
27
Bianchi (1999:193-194) donne quelques exemples de PRpré en latin et en ancien grec, en parvenant à la conclusion
selon laquelle certains des exemples doivent être (« must be » avec ses mots) des PRpré. Même si la PRpré existait bel et
bien dans ces deux langues, elle ne pourrait en aucun cas constituer la stratégie principale de la relativisation, donc elle
n’est pas dans le domaine de notre étude actuelle. Voir Ragon (2001, chapitre X) pour l’ancien grec et Lavency (1998) et
Guisard & Laizé (2001, §24.3) pour le latin, mais aussi Touratier (1980).
142
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
un C°, visible ou invisible. Le complémenteur entre dans la dérivation par Fusion en
tant que tête de SC : [SD DET [SC COMP [SI PR]]].
4.2.2. SD de la PRpré
Dans la tradition grammaticale gréco-latine, la catégorie des articles comprend l’article
défini et l’article indéfini, tel que le système du français ou de l’anglais. Il est banal de
faire remarquer que les articles n’existent pas dans toutes les langues du monde,
certaines ayant seulement soit l’article défini soit l’indéfini et certaines autres ni l’un
ni l’autre.
Concernant l’article indéfini, il a, dans beaucoup de langues, un lien étroit avec le
numéral ‘un’, diachroniquement ou synchroniquement (cf. Lyons (1999:89), Rijkhoff
(2002:192), Creissels (2006.vol.1:137) et Dryer (2007b:162)), raison pour laquelle
certains auteurs (cf. Creissels (2006.vol.1.:111) et Herslund (2008)) pensent qu’il serait
plus intéressant de classer l’article indéfini parmi les quantifieurs. Selon WALS,
l’homonymie existe dans les langues à PRpré suivantes : l’abkhaze, l’amharique,
l’awtuw, le chaha, le chin (Siyin), le karachay-balkar, le karakalpak, le lahu, le
lezguien, le meithei, le sikkimais, le tamang, le tibétain littéraire, le tigré, le turc et le
yagaria. Certes, il ne s’agit pas d’une liste exhaustive. A priori, le numéral un et
l’article
indéfini
homonyme
doivent
se
comporter
différemment,
morphosyntaxiquement parlant, pour que la distinction soit valable. Par exemple, en
turc, l’article indéfini est toujours immédiatement devant le nom tandis que le numéral
peut en être séparé par des adjectifs (cf. Kornfilt (1997, §1.2.5.2.4)). L’abkha e
possède aussi l’article indéfini, parce que (i) l’article -k peut se combiner avec la
marque de pluriel (Chirikba 2003:22)
(61) j°nǝ-k’ ‘a house’
(62) j°ǝn-k°á-k’ ‘some houses’
tandis que le numéral -k est incompatible avec le sens de pluriel ; et (ii) l’article
indéfini est neutre quant à la valeur [±humain] (op.cit.:24) :
143
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(63) pa-c°a-k°á-k’ ‘some sons’
(64) j°ǝn-k°á-k’ ‘some houses’
tandis que le numéral, comme les autres cardinaux, fait la distinction : ak’ǝ pour le
non-humain et aʒ°ǝ pour l’humain (op.cit.:34). En revanche, nous n’avons pu trouver
d’argument en faveur de la distinction entre l’article indéfini et le numéral ni en
amharique (cf. Leslau (1995:154 et 2000:34, 50))28, ni en lezguien (cf. Haspelmath
(1993:230))29, ni en meithei (cf. Chelliah (1997:78, 85-86) et Bhat & Ningomba
(1997:78-82, 84-85))30, ni en tigré (cf. Leslau (1945, §37)). Les autres langues, faute
de données pour l’instant, restent à vérifier.
L’autre catégorie de langues recensées dans WALS possède l’article indéfini
non-homonyme avec le numéral : le balti, le byansi, le japonais, le kobon, le
mangghuer, le nar-phu, et le qiang. Si le japonais est connu pour son absence d’articles
(Tsujimura 1996:127, Kaiser et al. 2001:137) :
(65) While English can identify nouns by the distribution of articles such as a/an and
the, as in an apple and the cat, Japanese lacks articles entirely, and thus, they
cannot be used to identify nouns.
(66) Also, when compared to English, Japanese ‘lacks’ certain grammatical features,
such as the article (definite and indefinite), and relative pronouns, which therefore
by definition cannot be ellipted.
le qiang possède effectivement l’article indéfini /ke/, différent du numéral a ‘un’ (cf.
LaPolla & Huang (2003:59-64)). Nous n’avons eu accès aux données des autres
langues.
Toujours selon WALS, l’ijo de Kolokuma, le khoekhoe, le limbu, le quechua
28
Selon Leslau (2000:34)
29
(i) Indetermination has no special marker. Thus, …färäs ‘horse, a horse’, …geta ‘master, a master’.
Selon Haspelmath (1993:230)
(i) The numeral sa ‘one’ is often used like an indefinite article, but it is by no means obligatory in this function.
Mais le même morphème permet de former des termes à signification indéfinie. Voir les sections 11.3 et 11.6 de la même
référence.
30
Mais le numéral mǝ est toujours dans les pronoms indéfinis (cf. Chelliah (1997:80) et Bhat & Ningomba
(1997:78-82)). Voir la note précédente aussi.
144
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
d’Huallaga et l’oubykh ont l’article indéfini affixal. Les données à notre disposition
confirment l’existence d’un article indéfini affixal en ijo (cf. Williamson (1965:41-43,
57-58, 65-66, 89-90)), mais non pour le quechua d’Huallaga (Weber 1989:9) :
(67) There is no indefinite article, and only infrequently is the numeral one (huk) used
as an indefinite article.
Les autres langues sont à vérifier.
D’après nos ressources, le brahui (cf. Elfenbein (1998:394, 398)) et le divehi (cf. Cain
& Gair (2000:18)) possèdent l’article indéfini postnominal, et le singhalais (cf. Masica
(1991:248) et Gair & Paolillo (1997:30)) l’article indéfini post-SN. En ce qui concerne
l’étude de SN/SD, l’article indéfini joue un rôle beaucoup moins important que
l’article défini. De ce fait, dans ce qui suit, nous nous bornerons uniquement à l’article
défini, qui occupe une place centrale dans l’étude du SD.31
Considérons maintenant l’article défini. Chose embarrassante, l’identification de
l’article défini, à l’instar de celle de l’article indéfini, n’est pas tâche facile. Lyons
(1999:106) se contente d’une définition vague en termes de « weak form and minimal
semantic content » tandis que Dryer (2005a:154) définit l’article défini comme :
(68) a morpheme which accompanies nouns and which codes definiteness or
specificity
Pour lui, les affixes et les démonstratifs exprimant la définitude sont inclus dans la
catégorie des articles définis. La même opinion est partagée par Schachter & Shopen
(2007:39) :
(69) Under this heading [i.e. articles] we wish to include, in addition to words usually
identified as definite and indefinite articles (e.g. English the, a), words that are
sometimes identified as demonstrative adjectives or modifiers (e.g. this in this
man, that in that woman).
31
Pour des études sur l’indéfini, voir Fodor & Sag (1982), Diesing (1992) et Beghelli (1998). Pour plus de discussions
au sujet de l’article indéfini, voir Lyons (1999:89-105).
145
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Or, étant donné que le démonstratif est une catégorie universelle 32 (cf. Diessel
(1999:1), Lyons (1999:107, 318), Dixon (2003:61), Creissels (2006.vol.1.:132),
Alexiadou, Haegeman & Stavrou (2007:95) et Dryer (2007b:162)), il s’ensuit que
toutes les langues ont des articles définis selon la démarche de Dryer et de Schachter
& Shopen, ce qui présente peu d’intérêt pour notre étude. Néanmoins, (69) n’est pas
complètement faux. En effet, puisque la définitude dénote la familiarité, la spécificité,
l’unicité, l’inclusivité, mais avant tout et surtout l’identifiabilité (cf. Lambrecht
(1994:77-79), Lyons (1999:2-15, 278), Farkas (2001), Givón (2001.vol.1:459), Dryer
(2005a:154), Alexiadou, Haegeman & Stavrou (2007:56-62) et Abbott (2010, §9.2)),
l’article défini est polyvalent (cf. Lyons (1999:52-62, 157-165))33, mais il sert avant
tout et surtout à ancrer l’entité dans l’univers du discours, à rendre le SN référentiel34
(cf. Abney (1987:77)). En termes de types sémantiques, l’article défini est du type
sémantique <<e,t>,e>, une fois sélectionné par un article défini, le nom prédicatif, i.e.
<e,t>, est transformé en individu, i.e. <e> (cf. Heim & Kratzer (1998:52-53))35.
Syntaxiquement, l’article défini transforme un SN en argument 36 (cf. Longobardi
(1994) et Szabolcsi (1987 et 1994)). Donc si un morphème dans une langue remplit les
trois conditions ci-dessus, et que son utilisation soit, pour la plupart du temps,
obligatoire, il y a de très fortes chances pour qu’il s’agisse d’un article défini.
Dans les langues à PRpré, l’article défini semble rare. Selon WALS, l’article défini est
homonyme avec le démonstratif en alamblak, en asmat, en bourouchaski, en chaha, en
lahu, en meithei, en tamang, et en tibétain littéraire. Mais pour que la distinction soit
valide entre l’article défini et le démonstratif, il faut qu’ils se comportent différemment
32
Mais, selon Rijkhoff (2002:180) :
(i) Not every language is reported to have attributive demonstrative pronouns. ... Instead it seems to have an
appositional relation with another term denoting the same referent.
De l’autre, selon Dixon (2003:62), les démonstratifs nominaux (i.e. ce(...-ci/-là), cet(...-ci/-là), cette(...-ci/-là),
celui(...-ci/-là), celle(s)(...-ci/-là), ceux(...-ci/-là) en français) et locaux (i.e. ici, là) sont dans toutes les langues tandis que
les verbaux (i.e. ainsi, comme cela) sont relativement rares. En citant Dickens (n.d.:30), il donne une exception, i.e. le
jul’hoan, langue khoisane sans démonstratif du tout.
33
Pour un point de vue opposé, voir Löbner (1985), selon qui, « [t]he definite article has one and one same meaning in
all its uses » et « [i]n all its uses, the definite article has the meaning of indicating that the noun is to be taken as a
functional concept » (op.cit.:280, 314).
34
Pour une idée différente, voir Giusti (2002:65).
35
Voir Barwise & Cooper (1981) au sujet du quantifieur généralisé, mais aussi Keenan & Stavi (1986) et Keenan (1996
et 2002) à propos de l’article défini.
36
Cela n’implicite pas que les SNs nus, sans l’article, ne peuvent être des arguments. Voir, entre autres, Stowell (1989 et
1991) et Mandelbaum (1994).
146
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
sur le plan morphosyntaxique. Dans la seule langue aux données de laquelle nous
ayons eu accès, i.e. meithei, la différence semble inexistante (cf. Chelliah (1997:81-83,
116-117)). Toujours selon WALS, parmi les langues à PRpré, neuf ont un article défini
différent du démonstratif : l’abkhaze, l’awtuw, le basque, le kwoma, le mising, le
qiang, le sikkimais, le tigré et le zayse ; et six ont l’article défini affixal : l’amharique,
le balti, le gamo, l’ijo, le kabardien et l’oubykh.
Nos propres recherches, malheureusement limitées par les données à notre disposition,
ne correspondent pas tout à fait à la statistique de WALS :
(70) Article défini libre : oksapmin (cf. Loughnane (2009:175-184, 196-199,
217-220))37 et tigré (cf. Leslau (1945, §38), Palmer (1961:23), Raz (1997:450) et
Lipiński (2001:277, 504))38
(71) Article défini préfixal : abkhaze (cf. Hewitt (1979) et Chirikba (2003:22-24))
(72) Article défini suffixal : amharique (cf. Leslau (1995:155-161)), dime (cf. Seyoum
(2008:42-43, 107-113)), divehi (cf. Cain & Gair (2000:18))39, ijo (cf. Williamson
(1965:6, 30-31, 41-42, 89) et Williamson & Blench (2004:3)) et qiang (cf. LaPolla
& Huang (2003:59-62))
(73) Article défini enclitique (post-SN) : basque (cf. Trask (2003:113, 118-122))40 et
manange (cf. Hildebrandt (2004:77-79))
L’article défini du dime est très particulier. La tendance générale veut qu’il soit affixé
au dernier élément de SD (Seyoum 2008:42) :
(74) ʔámzi gúdúm-ind-is
woman tall-F-DEF
‘the tall woman’
(75) gúdúm-ub gošt-is
tall-M man-DEF
‘the tall man’
Mais -is peut apparaître très librement soit sur tous les éléments de SD soit sur
seulement certains modifieurs (op.cit.:109, 87, 81, 48, 154, 155, nous soulignons)
37
Peut-être proclitique, en position finale du SN. Voir la référence citée.
Peut-être enclitique, devant tout le SN.
39
Uniquement pour les noms humains. Voir la même référence.
40
G. Rebuschi nous fait remarquer que l’analyse de Trask est loin d’être la plus courante. Le point de vue généralement
accepté considère l’article défini basque comme suffixe.
38
147
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(76) s’án-ind-is
ʔámz-is
láχt’-éé-n
black-F-DEF woman-DEF die-IPF-3
‘The black woman will die.’
(77) giččó-b-is s’án-ub yerí
ʔád-i-n
big-M-DEF black-M donkey come-PF-3
‘The big black donkey came.’
(78) k’ stin-íd-is gúdúm-id zim-áf
two-PL-DEF tall-PL
chief-PL
‘the two tall chiefs’
(79) nááʁe
ʔád-ib-is-im
gošt-ís-im
nú
yéf-i-n
yesterday come-M-DEF-ACC man-DEF-ACC 3SM.SUBJ see-PF-3
‘He saw the man who came yesterday.’
(80) ʔámz-is
káy-déé-nd-is-im
ʔálf-ís-im
yéf-i-n
woman-DEF want-IPF-F.RELT-DEF-ACC knife-DEF-ACC saw-PF-3
‘The woman found the knife that she is looking for.’
(81) yer-ím
nááʁé
šin-i-b-is
goštú láχt’-i-n
donkey-ACC yesterday sell-PF-M.RELT-DEF man die-PF-3
‘The man who sold a donkey yesterday died’
Toujours d’après les données de WALS, les langues à PRpré suivantes sont
dépourvues d’article : l’afar, l’ambulas, le bachkir, le birman, le tchéchène, le cherokee,
le tchouvache, l’evenki, le gurung, le hunzib, l’ingouche, le jingpho, le kalmouk, le
khaling, le khalkha, le kham, le coréen, le lamani, le mansi, le marathi, le maru, le
mundari, le quechua d’ mbabura, le rawang, le sare, le tatar, le tsova-tush, le tucano et
le youkaguire de Kolyma41.
Dans les langues sans article défini du tout, toutes les positions-A peuvent accueillir un
SN nu.42 L’utilisation de démonstratifs explicite ou insiste sur la valeur définie du
SN. 43 Outre cela, d’autres moyens (cf. Lyons (1999:86-89, 199-213) et Givón
(2001.vol.1:468-474)) sont utilisés, par exemple, ou l’ordre des mots, comme en
mandarin44 :
(82) lai keren
le.
venir invité
TAM
‘ l est venu des invités.’
41
Il faudrait y ajouter le mandarin, peut-être aussi les autres langues chinoises, et le quechua de Cuzco (cf. Itier (1997)).
Même dans certaines langues avec l’article, les SNs argumentaux peuvent s’en passer. Voir Chierchia (1998), entre
autres.
43
Lyons (1999:300) fait remarquer que certaines langues, dont le singhalais et le turc, marquent la définitude par
l’absence de l’article (quasi-)indéfini.
44
Voir Chen (2004) pour une étude développée sur la définitude en mandarin.
42
148
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(83) keren lai
le
invité venir TAM
‘Les invités sont venus.’
ou le marquage casuel (cf. Lyons (1999:199-207)), comme en dimasa (cf. Jacquesson
(2008:49)), en evenki (cf. Bulatova & Grenoble (1999:8-9)) 45 , en tamoul (cf.
Annamalai & Steever (1998:107))46, et en turc (Göksel & Kerslake 2005:141-142)47 :
(84) Yaz-lar-ı
açık hava sinema-sin-da
film seyr-ed-er-ler-di.
summer-PL-NC open air cinema-NC-LOC film watch-AUX-AOR-3PL-P.COP
‘They used to watch films in outdoor cinemas in the summer.’
(85) Bu parça-yı
ancak çok iyi
bir piyanist çal-abil-ir.
this piece-ACC
only very good a
pianist play-PSB-AOR
‘Only a very good pianist can play this piece.’
ou encore la flexion48, comme en singhalais (Gair 2003:780-781) :
(86) Flexion des noms inanimés :
Tableau 4.1. Flexion des noms inanimés en singhalais
45
En evenki, il y a deux séries de marqueurs accusatifs en fonction de la définitude de l’objet direct. (cf. Bulatova &
Grenoble (1999:8-9, 147-148)).
46
Pour être précis, l’accusatif marque la définitude seulement si l’objet direct dénote un référent non-humain (Annamalai
& Steever 1998:107)
(i) nān anta.p pustakatt-ai vāṅk-iṉ-ēṉ.
I-nom that
book-acc
buy-pst-1s
‘ bought that book.’
47
Et aussi en amharique (cf. Hudson (1997:465)) et en ijo (cf. Creissels (2004:275)), lesquelles langues, citées ci-dessus,
possèdent l’article défini.
48
Lyons (1999:82-85) illustre la flexion des adjectifs en fonction de la définitude dans certaines langues.
149
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(87) Flexion des noms animés :
Tableau 4.2. Flexion des noms animés en singhalais
Une question qui se pose depuis longtemps est de savoir s’il faut postuler SD pour
toutes les langues du monde, sans article ou avec l’article. Étant donné que la catégorie
de l’article défini n’est pas universelle mais la détermination sémantique l’est. Les
propos de Li & Shi (2003:3) résument fort bien la situation :
(88) Two approaches have been pursued. One is to maintain a one-to-one matching
relation between form and meaning and claim that all languages have the same
DP/NP distinction… The other is to make syntactic structures reflect morphology
more closely: if a language does not require a determiner to make an argument, a
DP is not projected and an argument is still represented as an NP. Proper
interpretations are obtained by a semantic ‘type-shifting’ rule which type-shifts an
NP from a predicate to an argument…
La première approche, i.e. « one-to-one matching », est incarnée par l’Hypothèse de
SD :
(89)
Elle est soutenue, entre autres, par Abney (1987), Ritter (1988), Stowell (1989 et 1991),
150
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Longobardi (1994), Szabolcsi (1994), Giusti (1993, 1997 et 2002), Siloni (1997),
Progovac (1998). Longobardi (1994) développe une théorie en faveur de SD à l’appui
des données italiennes, 49 en supposant l’existence d’un D° invisible et celle du
déplacement du type N°-à-D°. Alexiadou, Haegeman & Stavrou (2007:79-89)
rassemblent divers arguments en faveur de l’Hypothèse de SD, comme la
topicalisation dans la projection nominale en grec (cf. Horrocks & Stavrou (1987)), le
déplacements-qu à l’intérieur de la projection nominale en anglais, la distribution de
PRO (cf. Abney (1987:89-106) et Stowell (1991)), et la montée de l’article défini à une
position à gauche (cf. Taraldsen (1990) et Longobardi (1994)).50
Le point de vue opposé a aussi ses partisans. Lyons (1999) insiste sur la nécessité de
distinguer la définitude morphosyntaxique et la définitude sémantico-pragmatique,
d’où son refus de projeter SD pour les langues sans article défini (op.cit., §7.5.3,
§9.1.1).51 Farkas & de Swart (2009), en étudiant la généricité, différencient clairement
SD, SN et SNum. Willim (2000) ne voit pas la nécessité de projeter SD en polonais.
Le mandarin est une des langues souvent citées et analysées comme étant dépourvues
d’article du tout. Comme dans les autres langues sans article défini, en mandarin,
sémantiquement, les noms nus dénotent ou bien la définitude ou bien l’indéfinitude,
contrairement aux langues ayant l’article défini, où les noms nus dénotent soit la
quantification soit la référentialité (cf. Longobardi (2002), mais aussi Laça &
Tasmowski-de Ryck (1994) pour un point de vue différent), mais non la définitude ;
syntaxiquement, les noms nus mandarins peuvent occuper les positions-A, qui sont
normalement réservées au SD dans les langues ayant l’article. À ce sujet, de divers
49
À noter que l’italien est intéressant en ce que d’une part, un nom commun nu peut apparaître dans une position-A et
que de l’autre, un nom propre peut être déterminé par un article défini (cf. Longobardi (1994:613, 622)) :
(i) Mangio patate
(ii) La Callas/Callas ha cantato. (Callas : nom de famille)
À comparer, en français (sans contexte particulier) :
(iii) Je mange *(des) pommes de terre.
(iv) (*La) Callas a chanté.
50
Alexiadou, Haegeman & Stavrou (2007:89-93) mentionnent aussi quelques objections contre l’Hypothèse de SD et
des réanalyses.
51
Mais selon Lyons (1999:323) :
(i) [I]n languages like Turkish and Sinhalese which signal indefiniteness by a cardinal article but have no definite
article, it may be that DP can exist without overt realization.
151
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
points de vue s’affrontent : Cheng & Sybesma (1999) et Sio (2006) 52 objectent
l’existence de SD en mandarin, Li (1999a), Hsieh (2005) et Li & Shi (2003)
soutiennent une position relativement modérée en admettant SD pour certains
constituants nominaux argumentaux seulement, et enfin Tang (1990) et Li (1998) sont
partisans de l’Hypothèse de SD pour le mandarin. Huang, Li & Li (2009:296)
proposent l’arborescente suivante pour le mandarin53 :
(90)
Kim (2004) défend la même thèse, non seulement pour le mandarin mais aussi pour le
coréen. Cheung (2007), l’une des rares études sur le SN d’autres langues
sino-tibétaines que le mandarin, adopte la structure suivante pour le jingpho :
(91)
Quant aux langues possédant l’article défini, celui-ci n’est pas systématiquement
utilisé avec tous les types de noms à la position-A : par défaut, le français n’autorise
pas l’article défini pour les noms propres, mais l’autorise si le nom propre est modifié
par des modifieurs tels que l’adjectif ou la PR54 ; le grec, en règle générale, réclame
52
Cheng & Sybesma (1999) proposent le syntagme classifieur, qui prend en change certaines fonctions du SD. Sio (2006)
introduit le syntagme de spécificité SSp au-dessus de SN et le syntagme classificateur SCl en mandarin.
53
Voir aussi Li (1998 et 1999a) et Li & Shi (2003).
54
Selon Dubois et al. (2001:325) :
152
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
l’article défini pour les noms propres dénotant un individu particulier ; l’arabe
standard interdit formellement l’article défini à tout nom propre (Ouhalla 2004:289) :
(92) (*1-)paris lli bħibba
the-Paris RM I.love.it
‘the Paris that love’
D’autre part, si l’anglais autorise des noms communs sans déterminant à la position-A,
le français exige le plus souvent un article. Dobrovie-Sorin (2002) montre que SD
n’est pas toujours nécessaire, par exemple, dans les constructions génitivales
synthétiques en anglais, en hébreu moderne et en roumain. Tout cela jette un doute sur
la nécessité absolue du SD, même dans les langues ayant effectivement l’article défini.
Nous nous positionnons en faveur de l’Hypothèse de SD. Plus concrètement, nous
partageons l’approche de Longobardi (1994), selon laquelle SD est universel dans le
sens où il est nécessaire dans toutes les langues pour exprimer le défini ; le
paramétrage détermine la visibilité de D°, donc les langues varient en ce que D° peut
être occupé par un élément visible ou invisible. En français, l’article c-commandant un
nom propre peut être visible ou invisible, mais en arabe standard (92), seul le D°
invisible peut sélectionner les noms propres ; tandis que dans d’autres langues, comme
en grec, les noms propres exigent toujours la présence de l’article défini visible (cf.
Longobardi (2001:589)). En plus, pour l’AMT de Kayne (1994), l’existence de la
projection fonctionnelle SD est nécessaire. Nous adoptons donc pour la suite
l’Hypothèse de SD.
Après avoir justifié l’Hypothèse de SD dans l’analyse de la PR, nous nous retournons
maintenant vers la question du positionnement de l’article dans le SD. Pour ce faire,
nous adoptons la position classique, selon laquelle l’article (visible ou invisible)
occupe la tête D° de SD.55 Rappelons qu’il y a au moins quatre types d’articles définis
(i) [L]es noms propres sont parfois accompagnés d’un déterminant, pour désigner des familles (les Dupont), des objets
par métonymie (un Picasso), pour opposer plusieurs aspects d’un individu unique (Ce n’est plus la Jeanne que j’ai
connue) ou pour constituer une classe (Les Césars ne courent pas les rues).
55
En revanche, Lyons (1999:298-301) suggère deux positions pour l’article défini en fonction de son statut
morphologique : l’article défini libre à [Spéc, SD], et l’article défini lié affixal à D°.
153
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
parmi les langues à PR selon nos données :
(93) Article défini libre : oksapmin (cf. Loughnane (2009:175-184, 196-199, 217-220))
et tigré (cf. Leslau (1945, §38), Palmer (1961:23), Raz (1997:450) et Lipiński
(2001:277, 504))
(94) Article défini préfixal : abkhaze (cf. Hewitt (1979) et Chirikba (2003:22-24))
(95) Article défini suffixal : amharique (cf. Leslau (1995:155-161)), dime (cf. Seyoum
(2008:42-43, 107)), divehi (cf. Cain & Gair (2000:18)), ijo (cf. Williamson
(1965:6, 30-31, 41-42, 89) et Williamson & Blench (2004:3)) et qiang (cf. LaPolla
& Huang (2003:59-62)),
(96) Article défini enclitique (post-SN) : basque (cf. Trask (2003:113, 118-122)) et
manange (cf. Hildebrandt (2004:77-79))
Nous adoptons le déplacement N°-à-D° (cf. Delsing (1988), Ritter (1988), Taraldsen
(1990) et Longobardi (1994)) pour les articles définis affixaux. Kayne (1994:88) y fait
mention brièvement en imposant l’adjonction à gauche, concernant le roumain :
(97) cartea
pe care am
citit-o
book-the pe which I-have read it
Or, dans le PM, l’adjonction ne présuppose pas nécessairement l’ordre entre l’adjoint
et la cible (Chomsky 1995b:338) :
(98) n Kayne’s theory, adjuncts necessarily precede their targets. Within the bare
theory, there is no really principled conclusion.
Donc, le N° adjoint peut précéder D° suffixal ou suivre le D° préfixal. Quant aux
articles définis enclitiques en manange et en basque, il se peut que ce soit le SN entier
qui se déplace à [Spéc, SD], de même probablement pour l’article défini libre post-SN
de l’oksapmin.
Quant à l’article défini suffixal du dime, à part le déplacement N°-à-D°, il nous faut
expliquer par quel(s) mécanisme(s) il peut y avoir plus d’une occurrence au sein d’un
seul SD (Seyoum 2008:109, nous soulingons) :
154
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(99) s’án-ind-is
ʔámz-is
láχt’-éé-n
black-F-DEF woman-DEF die-IPF-3
‘The black woman will die.’
l se peut qu’après le déplacement N°-à-D°, -is soit copié et adjoint à s’án-ind, suivant
le mécanisme du déplacement latéral (i.e. « sideward movement ») de Nunes (2001 et
2004)). Ensuite, après la fusion de s’án-ind-is et ʔámz-is, certaines copies seront
optionnellement effacées pour que du moins une copie soit conservée. Une autre
possibilité est que plus d’un -is soit sélectionné lors de la Numération s’il y a plusieurs
occurrences de -is dans un seul SD. Plusieurs SDs sont construits de façon parallèle
avant la fusion finale. En réalité, ces deux solutions sont assez similaires. Nous ne
voyons pas laquelle est plus économique et laissons cette question ouverte.
Si D° est par défaut occupé par l’article défini, cette position est-elle ouverte aux
autres déterminants, notamment au démonstratif ? 56 Par « démonstratif » nous
entendons (Dixon 2003:61) :
(100) a grammatical word (or occasionally, a clitic or affix) which can have pointing
(or deictic) reference
Des
définitions
similaires
sont
proposée
par
Diessel
(1999:2),
Creissels
(2006.vol.1:131-132) et Dryer (2007b:162). Dans la littérature générative, les articles
et les démonstratifs 57 , à part les numéraux, les quantifieurs et les possessifs,
appartiennent à la catégorie des déterminants (cf. Carnie (2007:46)). Effectivement, il
y a un lien très étroit entre l’article défini et le démonstratif éloigné. Diachroniquement,
il est presque universellement admis que le démonstratif donne naissance à l’article
défini (cf. Greenberg (1978), Diessel (1999, §6.4), Lyons (1999, chapitre 9), Giusti
(2001), Dixon (2003:67-68) et Creissels (2006.vol.1., §8.5-§8.6))58. Synchroniquement,
56
À noter au passage que dans la sémantique formelle de Keenan & Stavi (1986), l’article défini appartient à la catégorie
des déterminants logiques, et les démonstratifs, en revanche, à celle des déterminants non-logiques. Voir aussi Keenan
(1996 et 2002).
57
Plus précisément, il s’agit de démonstratifs déterminants, excluant les pronoms démonstratifs, les démonstratifs
adverbiaux (ou adverbes démonstratifs) et les démonstratifs identificationnels. Voir Diessel (1999, chapitre 4) pour la
classification. Voir aussi Dixon (2003) pour une autre classification.
58
Voir Diessel (1999:128) pour d’autres références sur la question. Voir la section 6.7 de la même référence pour une
discussion au sujet de l’origine des démonstratifs.
155
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
dans certaines langues, comme en anglais et en français, les deux catégories sont en
distribution complémentaire. Puisqu’ils appartiennent à la catégorie des déterminants,
il est possible de penser qu’ils occupent la même position dans la structure
syntagmatique, D° en l’occurrence (Abney 1987:279) :
(101)
À notre avis, il serait préférable de proposer une projection maximale pour le
démonstratif, différente de la projection fonctionnelle de SD. Divers arguments
plaident en faveur de cette thèse.
D’abord, au niveau sémantique, le démonstratif ne s’assimile pas complètement à
l’article défini. Suivant Jakobson (1957) en termes d’embrayeur (« shifters »), l’article
défini est un embrayeur complexe, dans le sens où il implique à la fois le locuteur et
l’interlocuteur au moment où ils se parlent et à l’endroit où il se parlent (cf. Diessel
(1999, §3.1.1)) : un référent déterminé par un article défini est défini aussi bien pour le
locuteur que pour l’interlocuteur (et peut-être davantage pour l’interlocuteur, ou plus
précisément, pour l’interlocuteur selon le locuteur : je crois que mon interlocuteur sait
de quoi il s’agit.) (cf. Dryer (2005a:154)). C’est pour cela que la présence de l’article
défini ne fournit pas nécessairement la valeur référentielle (cf. Giusti (2002:63-65)).
En revanche, le démonstratif est un embrayeur simple (cf. Lyons (1999:17-18), Dixon
(2003:86) et Abbott (2010:191-192))59, dans le sens où son utilisation n’implique pas
nécessairement que le référent en question soit familier à la fois au locuteur et à
l’interlocuteur, autrement dit, non nécessairement préétabli. En utilisant le
démonstratif, le locuteur demande à l’interlocuteur de prendre en compte des facteurs
extralinguistiques pour que celui-ci puisse sélectionner le bon référent. En revanche, si
l’expression nominale est déterminée par l’article défini, le cotexte linguistique suffit à
59
Voir Sridhar (1990:212) sur le kannada et Dixon (2003:80-81) sur l’anglais. Ce dernier pense qu’il faut étudier les
langues cas par cas pour savoir si les propriétés déictiques des démonstratifs anglais sont les mêmes dans les autres
langues.
156
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
l’interlocuteur pour en identifier le référent. En termes de trait, le démonstratif peut
avoir le trait [DEIC(TIQUE)] (cf. Diessel (1999, §3.1.1), Lyons (1999:107-113)60,
Giusti (2001) et Brugè (2002)), qui manque à l’article défini. La grammaticalisation du
démonstratif en article défini est donc la perte du trait [DEIC]. Certes, il peut exister
une période pendant laquelle le démonstratif a un statut ambigu, sémantiquement
parlant ou syntaxiquement parlant. Mais cela ne remet pas en question le résultat final
de la grammaticalisation61.
Sur le plan syntaxique, l’article défini est souvent un morphème dépendant62, car il est
inséparable de sa projection sœur (Guisti 2002:58-61) :
(102) Tom bought the *(dog).
contrairement aux autres déterminants :
(103)
(104)
(105)
(106)
Tom bought that (dog).
Tom bought three (dogs).
Tom bought many (dogs).
Tom bought Mary’s (dog).
C’est-à-dire (op.cit.:60) :
(107) This suggests that articles, parallel to inflectional morphology, are merged only
if a lexical head (a noun or an adjective) is present, while demonstratives can
occur with a covert sister projection.
À notre avis, la dépendance de l’article défini est la différence fondamentale qui le
distingue du démonstratif. Selon Diessel (1999, chapitre 2), les démonstratifs dans la
plupart des langues sont des formes indépendantes et probablement il n’a y pas de
60
Lyons (1999:20) propose un trait plus abstrait, i.e. [Dem]. Notre [DE C] correspondrait à l’addition de ses [Dem] et
[Prox]. À noter aussi que notre trait [DEIC] concerne à la fois le contexte et le cotexte, ce qui correspondrait à la
distinction entre déictique et non-déictique de Lyons (op.cit.:107-116). l n’est pas exclu que le démonstratif puisse avoir
d’autres fonctions, voir Dixon (2003:79-85). Mais selon cette étude, il semble que la fonction déictique des démonstratifs
est la plus fondamentale et la plus courante dans les langues du monde.
61
Voir aussi Lyons (1999:274-281) pour une analyse sur la définitude en termes de « grammaticalisation », notion
utilisée avec quelques nuances différentes de son usage courant.
62
Voir Lyons (1999:63-67, 116-117) pour d’autres propriétés, phonétiques et morphologiques, de l’article défini et du
démonstratif. Et voir Diessel (1999, chapitre 2) sur la morphologie des démonstratifs.
157
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
démonstratif affixal.
Même dans les langues utilisant le démonstratif comme article défini, certaines les
distinguent, par l’ordre des mots, par exemple, en swahili (Barrett-Keach 1985:30) :
(108) mtu yule ‘that man’
(109) yule mtu ‘the man’63
En effet (Dryer 1989:90-91) :
(110) [I]t is mistaken to treat demonstratives which often function like definite
articles as articles. … Nevertheless, there is evidence that even when such
definite articles are identical to demonstratives, they are still subject to different
word order “pressure”… This suggests not only that the position of definite
articles cannot be explained (at least not in all cases) in terms of the position of
the demonstrative from which they arose, but also that words with the meaning
of the definite articles are subject to word ordre “pressures” that demonstratives
are not subject to.”
Ces différences pourraient s’interpréter dans le sens où le démonstratif et l’article
défini n’occupent pas la même place dans la structure arborescente. Un autre argument
est qu’il y a effectivement des langues autorisant la codétermination par le
démonstratif et l’article défini sur un même nom64 : Rijkhoff (2002) en mentionne 6
63
Cela n’est pas sans rappeler le comportement de bir en turc. Bir initial, comme en (i) est un numéral mais précédant
immédiatement le nom, il est article indéfini (Kornfilt 1997:106) :
(i) bir güzel, olgun elma
one nice ripe apple
“one nice ripe apple”
(ii) güzel, olgun bir elma
nice ripe an apple
“a nice, ripe apple”
64
Dryer (2007b:163) mentionne des langues susceptibles d’utiliser double démonstratif avec un seul nom, comme en
milang :
(i) yo miu
this boy
‘this boy’
yo
this
Mais concernant cette langue, il se peut que yo signifie à la fois ‘ce, cette’ et ‘ici’, comme en nishi, aussi cité dans la
même référence :
(ii) så
mindui
here buffalo
‘this buffalo’
sî
this
Le mandarin peut utiliser les mêmes morphèmes pour les deux sens :
158
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
parmi les 85 langues en étude : l’abkhaze, le créole hollandaise de Berbice, le galela,
le guarani, le hongrois et le samoan. Lyons (1999:119-120) cite l’arabe standard,
l’ewondo, le suédois, l’arménien et l’irlandais, entre autres. Dixon (2003:68) ne donne
que l’exemple du hausa. Selon nos propres données, l’oksapmin est aussi une langue
de ce type (Loughnane 2009:118, 178)65 :
(111) xan
ox
man
3sm
Noun Pronominal Article
‘the man’
(112) xan mox
ox
man ANPH 3sm
‘this man’
(113) xan
gwe
mox
man small.round ANPH
Noun Modifier Demonstrative
‘this small man’
ox
3sm
Pronominal Article
De même pour le manange (Hildebrandt 2004:77, 64)
4ŋi=ko
(114) kòla 2nʌ-pʌ
child sick-NOM two=DEF
‘the two sick children.’
(115) 1u
nyùkyu=ko 2tsu nyùkyu=ko 3pi-le khyökro 1mo
DIST dog=DEF PROX dog=DEF say-** old
COP
‘This dog is older than that dog.’ (lit. ‘Compared to that dog, this dog is old.’) 66
Et pour le dime (Seyoum 2008:43) :
(iii) zhe/na ben
shu
DEM CL
livre
‘ce livre-ci/là’
(iv) zhe/na you
shu
ici/là-bas avoir livre
‘ l y a des livres ici/là-bas.’
Voir aussi Cheng & Sybesma (1999:538-539) au sujet des démonstratifs en mandarin.
65
À noter que dans cette langue, l’article est dérivé des pronoms personnels de troisième personne, cas de figure
brièvement discuté par Lyons (1999:88). Pour plus de descriptions et d’analyses sur les articles pronominaux et les
démonstratifs de l’oksapmin, voir Loughnane (2009:107-130, 178-184, 187-189, 217-220).
66
Dans la référence citée, nous n’avons pu trouver aucune utilisation de démonstratif sans article clitique.
159
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(116) si-nú
ʔiyyí
yíd-i-n
m ng-ís-m
this(M) person touch-PF-3 gourd-DEF-ACC
‘This man touched the gourd.’
(117) si-nú
ʔiyy-ís
yíd-i-n
m ng-ís-m
this(M) man-DEF touch-PF-3 gourd-DEF-ACC
‘This man touched the gourd.’
Pour l’oksapmin, le manange, le dime et les langues similaires, il est impossible
d’expliquer la coexistence du démonstratif et de l’article défini avec un seul SN si les
deux occupent la même position. En revanche, il est plus raisonnable de traiter le
démonstratif et l’article défini différemment dans la structure arborescente. Plus
précisément, nous réservons D° à l’article défini67 et y excluons le démonstratif68.
Quant au démonstratif, nous sommes d’avis de Valois (1991), Carstens (1991), Brugè
(1996 et 2002), Giusti (1993, 1997 et 2002), van Gelderen (2004), Sybesma & Sio
(2008)69 et Roehrs (2009) sur le fait que le démonstratif projette une projection
maximale, i.e. SDem70. Il se positionne à [Spéc, SD]. L’espagnol nous fournit un
argument en faveur de cette analyse (Brugè 2002:23)71 :
(118) *De quién / de qué pintor han publicado esta/esa foto ?
of whom / of which painter have-they published this/that picture
(119) *De quién / de qué pintor han publicado la foto esta/esa?
of whom / of which painter have-they published the picture this/that
‘Who/which painter have they published this/that picture of?’
(120) ¿De quién / de qué pintor han publicado la foto?
of whom / of which painter have-they published the picture
‘Who/which painter have they published the picture of?’
Si l’extraction de SPrép est bloquée en (118) et (119) mais éventuellement autorisée en
(120), c’est parce que SDem est une projection maximale, qui constitue une barrière,
67
À noter que selon l’analyse d’Artiagoitia (2002), l’article défini basque -a(k) n’occupe pas toujours D° sans réfuter la
nécessité de D°, mais il ne discute pas si le démonstratif peut y être.
68
Lyons (1999, chapitre 8) exprime une opinion différente : l’article défini libre occupe le [Spéc, SD] en laissant le D°
vide tandis que l’article affixal est la réalisation de D°. En plus, son « DP » est plutôt « definiteness phrase » que
« determiner phrase ».
69
Plus précisément, ils supposent que le démonstratif projette un syntagme SDem dans les langues chinoises mais il est
seulement une tête Dem° en zhuang.
70
l n’est pas sans intérêt de se demander si SDem est une projection fonctionnelle ou lexicale, mais nous laissons cette
question ouverte. Voir Giusti (2002:56) pour une opinion en faveur de réserver le statut de tête fonctionnelle à l’article
(défini).
71
Voir Giusti (1997:111-112) pour des exemples similaires en italien.
160
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
au sens de Rizzi (1990), pour les autres projections maximales qui veulent y passer
dessus. Plus concrètement, le SDem à [Spéc, SD] précède les SPréps de quién / de qué
pintor, donc, il constitue une barrière pour ces SPréps. Autrement dit, en l’absence du
SDem, l’extraction de ces SPréps ne serait pas gênée. Cela prouve bien que d’un côté
le démonstratif projette un syntagme et que de l’autre, ce syntagme se situe à [Spéc,
SD].
D’autres analyses confirment la précédence de SDem sur D°. Svenonius (2008)
propose une structure cartographique de SD : DEM > ART > NUM > PL > ADJ > N,
comme en (117) – (117) en oksapmin, en manange et dime, et aussi en abkhaze
(Hewitt 1979:157) :
(121) Meràb wi à
-way°a
-k°’ǝt’ǝ z
-lè
-i išǝ
Merab that (article) man (article) chicken which -with he killed
-z
à-ħ°ǝ ba
(Aorist, Non-finite, Non-Stative) (article) knife
jǝ-bèit’
he saw (Aorist, Non-stative, Finite)
‘Merab saw the knife with which that man killed the chicken.’
Il faut noter que dans la hiérarchie de Svenonius, DEM est syntagme et ART catégorie,
ce qui laisse supposer la structure [SD SDem D°], c’est-à-dire, SDem à [Spéc, SD]. De
même, Roehrs (2009) place SDem à [Spéc, SD] par fusion tandis que l’article défini
est directement fusionné à D°, 72 D’autres auteurs (cf. Giusti (1993, 1997 et 2002),
Brugè (2002), Shlonsky (2004) et Cheung (2007)) ne contestent pas que SDem occupe
[Spéc, SD], mais pensent que cela est le résultat du déplacement de SDem depuis une
position basse, i.e. depuis le spécifieur d’une projection fonctionnelle, par exemple,
depuis le spécifieur de SAccord selon Giusti (1993), ou depuis le spécifieur de
SLocatif selon Cheung (2007).
Notre point de vue est que le SDem est inséré à [Spéc, SD]. Selon le PM de Chomsky
(1995b), la Fusion est toujours prioritaire sur le Déplacement, car la Fusion est gratuite
72
Plus précisément, Roehrs (2009) propose un SArt sous SD, donc l’article est généré à la tête de SArt et le démonstratif
à son spécifieur. La structure complète de SD selon lui est (op.cit.:12) :
(i) [DP D [CardP Card [AgrP Agr [ArtP Art [NumP Num [nP n [NP N]]]]]]]
161
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
tandis que le Déplacement doit être motivé. Donc du point de vue théorique, mieux
vaudrait insérer SDem à [Spéc, SD] plutôt que de l’y déplacer. En plus, cela nous
semble plus compatible avec l’AMT de Kayne (1994). Pour ceux qui soutiennent le
déplacement, par exemple, Giusti (1993, 1997 et 2002) et Brugè (2002), ils supposent
l’existence de plusieurs projections fonctionnelles entre SD et SN sans les identifier
explicitement. 73 Selon eux, le SDem est inséré au spécifieur de l’une de ces
projections fonctionnelles, par exemple, selon Giusti (1993 et 1997), au spécifieur de
la projection fonctionnelle immédiatement inférieure à la projection maximale la plus
haute, et selon Giusti (2002) et Brugè (2002), au spécifieur de la projection
fonctionnelle immédiatement dominant soit SN soit la projection fonctionnelle
contenant le possessif. Ensuite, il est encore possible que N° ou SDem monte plus haut.
Sybesma & Sio (2008) appliquent ces analyses à certaines langues chinoises et au
zhuang, en supposant que SDem est inséré plus bas dans la hiérarchie, i.e. à la position
de tête de la projection fonctionnelle dominant immédiatement SN pour le zhuang et
au spécifieur de la même projection fonctionnelle pour les langues chinoises. Mais à
notre connaissance, ni Giusti ni Brugè ne discutent de la position de SC au sein de SD
dans leurs analyses. Admettons qu’il est possible de marier les analyses de Giusti et
Brugè et celle de Kayne (1994), faute d’espace, nous ne pouvons explorer cette piste
en détail. En revanche, adopter l’insertion de SDem à [Spéc, SD] ne soulève pas ces
questions. Cela peut même simplifier les dérivations. Représenté informellement, pour
l’ordre DEM PR N, SDem est fusionné à [Spéc, SD] après la montée de la PR à une
position prénominale, par exemple, à [Spéc, SD] selon Kayne (1994) ; pour l’ordre PR
DEM N, la PR a besoin de monter à [Spéc, SDem] en passant par [Spéc, SD] ; pour
l’ordre PR N DEM, ce sera tout le SN [SN PR N] qui monte à [Spéc, SDem].
Au final, la structure du SD que nous avons adoptée est la suivante :
73
Voir Sybesma & Sio (2008) pour une analyse du SD articulé sur le mandarin (et le zhuang), et Artiagoitia (2002) et
Rebuschi (2003) sur le basque unifié.
162
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(122)
Certes, (122) ne contient que le minimum d’éléments nécessaires à notre analyse, par
exemple, nous n’avons pas abordé le positionnement du classificateur des langues
sino-tibétaines74, ni celui de l’adjectif dans les langues à PRpré en général. De même,
nous laissons ouverte la question de savoir si (122) est universel dans toutes les
langues, position apparemment adoptée par Brugè (2002). Au moins, (122) devrait être
universel dans les langues à PRpré. Toutefois, ce postulat reste à vérifier pour un
éventail plus large de langues. Dans l’état actuel des choses, nous adoptons (122)
comme hypothèse de travail.
Plus généralement, la question derrière la linéarité entre le démonstratif et l’article
défini est celle concernant l’ordre entre les éléments suivants : le déterminant, la
PRpré, le complémenteur et le nom tête. Étant donné l’AMT kaynienne imposant DET
N COMP PR et la hiérarchie cartographique de (122), la linéarité « sous-jacente » se
présente comme suit : DEM ART N COMP PR. En l’intégrant dans l’analyse de Kayne
(1994), nous pouvons obtenir la structure arborescente suivante :
(123)
74
Voir Aikhenvald (2000) pour une étude typologique sur le classificateur. Sur les langues chinoises, voir Cheng &
Sybesma (2005) et Sybesma & Sio (2008), entre beaucoup d’autres.
163
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Or, en F-Ph, il y a, a priori, 60 linéarités possibles75 où la PR précède le nom tête.
Chose étonnante, aucune des 60 linéarités n’est trouvée dans les langues à PRpré
75
Que voici :
(i).
(ii).
(iii).
(iv).
(v).
(vi).
(vii).
(viii).
(ix).
(x).
(xi).
(xii).
(xiii).
(xiv).
(xv).
(xvi).
(xvii).
(xviii).
(xix).
(xx).
(xxi).
(xxii).
(xxiii).
(xxiv).
(xxv).
(xxvi).
(xxvii).
(xxviii).
(xxix).
(xxx).
(xxxi).
(xxxii).
(xxxiii).
(xxxiv).
(xxxv).
(xxxvi).
(xxxvii).
(xxxviii).
(xxxix).
(xl).
(xli).
(xlii).
(xliii).
(xliv).
(xlv).
(xlvi).
(xlvii).
(xlviii).
(xlix).
(l).
(li).
(lii).
(liii).
(liv).
(lv).
(lvi).
(lvii).
(lviii).
(lix).
(lx).
ART COMP DEM PR N
ART COMP PR DEM N
ART COMP PR N DEM
ART DEM COMP PR N
ART DEM PR COMP N
ART DEM PR N COMP
ART PR COMP DEM N
ART PR COMP N DEM
ART PR DEM COMP N
ART PR DEM N COMP
ART PR N COMP DEM
ART PR N DEM COMP
COMP ART DEM PR N
COMP ART PR DEM N
COMP ART PR N DEM
COMP DEM ART N PR
COMP DEM PR ART N
COMP DEM PR N ART
COMP PR ART DEM N
COMP PR ART N DEM
COMP PR DEM ART N
COMP PR DEM N ART
COMP PR N ART DEM
COMP PR N DEM ART
DEM ART COMP PR N
DEM ART PR COMP N
DEM ART PR N COMP
DEM COMP ART PR N
DEM COMP PR ART N
DEM COMP PR N ART
DEM PR ART COMP N
DEM PR ART N COMP
DEM PR COMP ART N
DEM PR COMP N ART
DEM PR N ART COMP
DEM PR N COMP ART
PR ART COMP DEM N
PR ART COMP N DEM
PR ART DEM COMP N
PR ART DEM N COMP
PR ART N COMP DEM
PR ART N DEM COMP
PR COMP ART DEM N
PR COMP ART N DEM
PR COMP DEM ART N
PR COMP DEM N ART
PR COMP N ART DEM
PR COMP N DEM ART
PR DEM ART COMP N
PR DEM ART N COMP
PR DEM COMP ART N
PR DEM COMP N ART
PR DEM N ART COMP
PR DEM N COMP ART
PR N ART COMP DEM
PR N ART DEM COMP
PR N COMP ART DEM
PR N COMP DEM ART
PR N DEM ART COMP
PR N DEM COMP ART
164
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
consultées. 76 En effet, dans notre corpus, seules quatre langues ont la possibilité
d’utiliser simultanément l’article et le démonstratif, i.e. l’abkha e, l’amharique,
l’oksapmin et le manange, mais malheureusement, nous n’avons pu trouver des
exemples de cette coexistence dans le SD relativisé que dans deux langues :
l’amharique et l’oksapmin.
En amharique, le complémenteur yä-(mm-) est préverbal, d’où l’ordre DEM
[...COMP-V]PR ART N :
(124) yeh/ya yä-säbbärä-w
säw
DEM. REL.-casser.PAS.S3S.O3S.-DEF. homme
‘cet homme-ci/là qui l’a cassé’
Selon mon informatrice, le démonstratif ne peut apparaître seul devant la PRpré si le
nom tête est un nom commun, comme en (124), mais il n’est pas obligatoire, i.e.
[...COMP-V]PR ART N (Leslau 1995:102) :
(125) yämäṭṭaw säwǝyye wändǝmme näw ‘the man who came is my brother’, lit.
‘who-came-the (the)-man my-brother is’.
En l’occurrence, nous n’avons pas trouvé d’information dans les grammaires
consultées (cf. Cohen (1936), Hudson (1997) et Leslau (1995 et 2000)), même si la
combinaison DEM ADJ N est tout à fait possible (Leslau 1995:62)77 :
(126) yǝh ṭǝru tämari ‘this good student’
Et le démonstratif seul peut déterminer le nom tête qui est un nom propre, même s’il
est toujours optionnel :
76
En dime, le démonstratif peut co-exister avec l’article défini affixal (cf. Seyoum (2008:43)). L’article défini peut
apparaître assez librement sur tous ou certains des éléments de SD, sauf sur le démonstratif (cf. op.cit.:42-43, 107). Le
joncteur est toujours en position finale dans la PRpré (cf. op.cit.:154). Donc, a priori, nous pouvons obtenir un SD ayant
le démonstratif, la PRpré, le joncteur, le nom tête et l’article. Mais malheureusement, nous n’avons pu trouver aucun
exemple ni aucune mention dans la seule grammaire consultée.
77
Voir aussi Leslau (1995, §27.1.2, §32.1.1, §38.1.11)
165
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(127) (yeh/ya) yä-näggärann
Desta
DEM. COMP-dire.PARF.S3S.O1S Desta
Sans démonstratif : ‘Desta, qui me l’a dit’ ou ‘ce Desta qui me l’a dit’
Avec démonstratif : ‘ce Desta qui me l’a dit’
C’est-à-dire, (DEM) [...COMP-V]PR N.
Quant à l’oksapmin, la linéarité est PR N DEM ART (Loughnane 2009:199) :
(128) Blel i-ti-p
ku
mox ux jox maria=mul=o=li
child put-PFV-PER.FP.SG woman ANPH 3sf TOP PN=CERT=EMPH=REP
‘( t is said that) this woman who had given birth to the child really was Maria.’
Le
démonstratif,
toujours
postnominal,
n’est
pas
nécessaire,
i.e.
PR
N
ART (op.cit.:196) :
(129) i=x-pat
xan ox
like.that=DO-IPFV.SG(.PRS) man 3sm
‘the man who is doing this’
L’ordre PR N ART est trouvé aussi dans les variantes basques du nord (G. Rebuschi, c.
p.) :
(130) ikus.i
gizon.a.
voir-PART.PAS homme-ART.SG
‘l’homme (qui a été) vu’
en qiang (LaPolla 2003a:584)
(131) qɑ-ɦɑ-ʁdʐe-m
khuǝ-le
1sg-DIR-bite-NOM dog-DEF
‘the dog which just bit me’
en lotha (cf. Herring (1991:59)), en manange (cf. Hildebrandt (2004:113-117)), en
singpho (cf. Morey (2008:4)), et dans certaines langues tani aussi, dont le
padam-mising (cf. Sun (2003a:461, 465)).
166
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
En oksapmin, l’article pronominal peut être absent, i.e. PR N DEM (Loughnane
2009:197) :
(132) su-pti
tap mox
kill-IPFV.PL(.PRS) pig ANPH
‘the pig that (they) are killing
jox
TOP
comme en meithei (Bhat & Ningomba 1997:279)
(133) əy-nə
ca-bə
ləphoy-du ma-nə pi
I-Nom eat-Inf banana-that he-Nom gave
‘He gave me the banana that ate’
en tibétain de Lhassa (DeLancey 2003b:276)
(134) mog=mog zhim=po bzo=mkhan
momo
delicious cook=NOM
‘the girl who makes good momos’
bu=mo de
girl
that
et aussi en ao de Mongsen (cf. Coupe (2007:201-216)), en apatani (cf. Abraham
(1985:33-34, 124, 130-133)), en arapesh des montagnes (cf. Conrad & Wogiga
(1991:58)), en lahu (cf. Matisoff (2003:216-217, 219-220)), en qiang (cf. LaPolla
(2003a:575) et LaPolla & Huang (2003:39)) et en sherpa (cf. Kelly (2004:270-272)).
Dans les autres langues à PRpré qui possèdent l’article défini, il y a encore deux autres
linéarités. Premièrement, PR COMP N ART, comme en basque (Oyharçabal
2003:764) :
(135) Pellok
ekarri duen
Peter.ERG bring
AUX.COMP
‘ lost the money Peter brought’
dirua
money.DET
galdu
dut.
lose [sic.] AUX
Le dime manifeste la même linéarité, à ceci près qu’à la place de complémenteur, cette
langue utilise le joncteur (Seyoum 2008:154, 155, 156, nous soulignons) :
167
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(136) tááy ʔád-déé-b-is-im
gošt-ís-im
nú
yéf-déé-n
now come-IPF-M.RELT-DEF-ACC man-DEF-ACC 3SM.SUBJ see-IPF-3
‘He sees the man who is coming now.’
(137) d r-ím
wúdúr-in šin-i-nd
ʔámz-is
láχt’-i-n
goat-DEF-ACC [sic.] girl-DAT buy-PF-F.RELT woman-DEF die-PF-3
‘The woman who bought a goat for a girl died.’
(138) d r-is-ím
wúdúr-is-in
šin-i-d
ʔámz-af-is
láχt’-i-n
goat-DEF-ACC girl-DEF-DAT buy-PF-PL.RELT woman-PL-DEF die-PF-3
‘The women who bought the goat for the girl died.’
En plus, l’article défini -is peut soit se trouver en position finale de SD, soit être affixé
sur un ou plusieurs ou tous les éléments de SD, comme en (80) et (81), repris
ci-dessous (op.cit.: 154, 155, nous soulignons) :
(139) ʔámz-is
káy-déé-nd-is-im
ʔálf-ís-im
yéf-i-n
woman-DEF want-IPF-F.RELT-DEF-ACC knife-DEF-ACC saw-PF-3
‘The woman found the knife that she is looking for.’
(140) yer-ím
nááʁé
šin-i-b-is
goštú láχt’-i-n
donkey-ACC yesterday sell-PF-M.RELT-DEF man die-PF-3
‘The man who sold a donkey yesterday died’
Nous avons proposé deux solutions. Selon la première, un seul -is est sélectionné
depuis le lexique et il occupe D°. À un stade de la dérivation, vraisemblablement après
le déplacement N°-à-D° du SN du nom tête, il est copié et adjoint à différents éléments
de SD, sous le mécanisme du déplacement latéral (i.e. « sideward movement ») de
Nunes (2001 et 2004)). Ensuite, après la fusion de ces éléments, certaines copies
seront optionnellement effacées pour que du moins une copie soit conservée. La
deuxième solution consiste à dire que plus d’un -is est sélectionné s’il y a plusieurs
occurrences de -is dans un seul SD. D° est néanmoins toujours occupé par -is.
Plusieurs SDs sont construits de façon parallèle avant la fusion finale. Ces deux
solutions sont assez similaires, qui permettent de laisser supposer que la linéanrité
sous-jacente soit toujours PR JONCT N ART.78
78
En plus, le dime autorise la co-existence du démonstratif et de l’articl défini -is (cf. Seyoum (2008:43)), mais nous
n’avons trouvé aucun exemple de leur co-existence dans un SD de la PRpré.
168
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Deuxièmement, ART PR N, comme en tigré (Palmer 1961:25) :
(141) la šäfättit wäddǝwo la ‘äläw ämäṣ ‘the crimes the shifta were committing,’ Lit.
the shifta they-doing-it which they-were crime
À noter qu’en tigré, le complémenteur, la, homophone de l’article défini la, est ou bien
préverbal, ou bien devant l’auxiliaire comme en (141), ou bien devant d’autres
éléments dans la PRpré (cf. Leslau (1945, §51)), donc il s’agit plutôt de ART
[...COMP...]PR N. Le démonstratif précède la PRpré, d’où l’ordre DEM [...COMP...]PR
N (cf. Palmer (1961, §3.1)).79
Le la e d’Arhavi, de même que le géorgien (cf. Hewitt (1987)), est similaire au tigré
en ayant l’ordre DEM [...COMP...]PR N, mais avec une image encore plus compliquée.
Avant tout, c’est à noter que l’article n’existe pas dans cette langue (Lacroix
2009:130) :
(142) ha-na
dzir-om k’oç-ep
DEM1-SUB voir-STH home-PL
« ces hommes que tu vois »
En (142), l’ordre de base semble être DEM COMP PR N, ce qui est déjà exceptionnel
en ce que le complémenteur est attaché enclitiquement au démonstratif. En réalité, sa
distribution est plus complexe : soit il est attaché proclitiquement au verbe si celui-ci
est le seul constituant de la PRpré (op.cit.:750) :
(143) mo-p-t-i-şkul /
[[na-p’-or-om] /
bozo] b-dzi-i
PV-I1-venir-AOR-après SUB-I1-aimer-STH fille I1-voir-AOR
« Quand je suis arrivé, j’ai vu la fille que j’aime »
Donc il est possible de réanalyser (142) en :
79
Selon Raz (1983:45 et 1997:451), le démonstratif peut apparaître aussi à la fois devant et derrière le nom, mais
malheureusement nous n’avons trouvé aucune occurrence de PRpré dans ce type de SD. A priori, la linéarité devrait être
DEM [...COMP...]PR N DEM. Cependant, par prudence, nous préférons laisser de côté cette linéarité avant qu’elle soit
confirmée par des locuteurs natifs.
169
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(144) haDEM [naSUB-dzir-om]PR k’oç-ep
Soit il est attaché au mot préverbal s’il n’y en a qu’un (op.cit.:751) :
(145) [[ma-na / e-p-ç’op-i] /
kitabi] / si /
1S-SUB PV-I1-acheter-AOR livre
2S
« Je vais te donner le livre que j’ai acheté. »
me-k-ç-ae
PV-II2-donner-FUT.I1/2S
Soit il est attaché à (l’un) des mots préverbaux s’il y en a plusieurs (op.cit.:753) :
(146) [[ordzo-s
mundi-na
var ets’-u-zd-im-u-t’u]
chaise-DAT derrière-SUB NEG PV-II3.VAL3-soulever-AUGM-STH-IMPFT.I3S
Memet’i]
Mehmet
« Mehmet, qui n’avait jamais levé le derrière de sa chaise... »
(147) [ordzo-s-na
mundi var ets’-u-zd-im-u-t’u]
chaise-DAT-SUB derrière NEG PV-II3.VAL3-soulever-AUGM-STH-IMPFT.I3S
(148) si re-yi-ya, [[ma-na k’ama-na
go-m-o-xun-i]
bere] ?
2S être-Q-DR 1S-SUB poignard-SUB PV-II1-VAL1-enfoncer-AOR enfant
« Est-ce toi le garçon qui m’a enfoncé son poignard ? »
Donc, l’ordre des constituants devrait être DEM [...COMP...] PR N.
Pour les autres langues, l’article étant invisible, il reste à déterminer la position du
démonstratif, qui peut être pré-PRpré, prénominale ou postnominale. Le mandarin
utilise deux ordres, i.e. DEM PR COMP N :
(149) na
ge da
ren
de
haizi
DEM CL frapper personne COMP enfant
‘cet enfant-là qui frappe des gens’
et PR COMP DEM N :
(150) da
ren
de
na
ge haizi
frapper personne COMP DEM CL enfant
‘cet enfant-là qui frappe des gens’
L’ordre DEM PR COM N est constaté aussi en lai de Hakha (cf. Peterson (2003:419,
170
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
421-423)). Certes, le démonstratif n’est pas obligatoire, ce qui donnera l’ordre PR
COMP N, comme en mandarin :
(151) da
ren
de
haizi
frapper personne COMP enfant
lit. ‘enfant(s) qui frappe(nt) des gens’
Le japonais utilise PR DEM N et DEM PR N (Andrews 2007:210) :
(152) [boku ga
sonkeisite iru]
I
NOM respecting be
(153) kono [boku ga
sonkeisite
this
I
NOM respecting
‘this person who respect’
kono hito
this
person
iru] hito
be person
comme en afar (Bliese 1981:16) :
(154) rad'de 'woo xa d a ub'le or 'woo
fell
that tree I saw
that
I saw that tree which fell.
rad'de xa'da ub'le
fell
tree I saw
en ouzbek (Boeschoten 1998:371) :
(155) külȧy tkȧn šu b lȧ ~ šu külȧy tkȧn b lȧ ‘that child that is laughing’
et en turc (Rose 1999:28)80.
L’ordre PR DEM N est aussi trouvé en tamang (Mazaudon 2003:300) :
2
3
1
(156) 1tu-kjuŋ-ma 2maca-ri
ai-ni-kate
to:-pa
oca 1mam-1khwi
last year
down-LOC you-PL-COLL reach-NER that old-woman
‘That old woman [whose house] you guys went to last year down [i.e. in the
city].’
en akhvakh (D. Creissels, c. p.), en cantonais (cf. Matthews & Yip (2001)), en
80
Mais Kornfilt (1997a:109) donne la linéarité suivante comme non-marquée : DEM PR NUM ADJ N.
171
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
godoberi (cf. Kazenin (1996:153))81, en lezguien (cf. Haspelmath (1993:259-263)), en
malayalam (cf. Asher (1997:131-133)), en mandarin (cf. Wu (2009)), en minnan
(informatrice), en nar-phu (cf. Noonan (2003b:348)) et en tamoul (cf. Broschart &
Dawuda (2008:19, 20)).
L’ordre DEM PR N est utilisé aussi par le kham (Watters 2002:195) :
(157) no ŋah-da-ŋao
hũ:-wo
gyo:h-wo mi:82
that before-ALLT-NML come-NML big-NML person
‘that earlier big person who came’
l’alamblak (cf. Bruce (1984:99)), l’ao de Mongsen (cf. Coupe (2007:201-216)),
l’arapesh des montagnes (cf. Conrad & Wogiga (1991:57)), le bantawa (cf.
Doornenbal (2009:201)), le chantyal (cf. Noonan (2003a:329)), l’evenki (cf.
Nedjalkov (1997:86-87)), le galo (cf. Post (2007a:291)), le garo (cf. Burling
(2003:392)), le kannada (cf. Sridhar (1990:98)), le karachay (cf. Seegmiller (1996:31)),
le khwarshi (cf. Khalilova (2009:281)), le manambu (cf. Aikhenvald (2008:507-508)),
le marathi (cf. Pandharipande (1997:157-158)), le mundari (cf. Osada (2008:117)), le
newari de Dolakha (cf. Genetti (2007:261-268)), le tshangla (cf. Andvik
(2003:441-443)), l’urarina (cf. Olawsky (2006:299, 319-320)) et le youkaguire de
Kolyma (cf. Maslova (2003a:286-289)).
Il y a une dernière linéarité, i.e. PR COMP N DEM, par exemple, en basque :
(158) erakusten dizuda-n
etxe
hura
montrer AUX.S1S.O3S.D2S.-COMP maison DEM
‘cette maison que je te montre’
et en akha (cf. Hansson (2003:241, 244)).
En résumé, il y a donc les 16 linéarités suivantes dans le SD de la PRpré :
(159) PR N : afar, akhvakh, alamblak, ao de Mongsen, cantonais, evenki, galo,
81
Le godoberi a aussi l’ordre DEM PR N, mais l’évite en règle générale. Voir la même référence.
À noter au passage que dans cet exemple, les deux « soi-disant » adjectifs, tout comme la PRpré, porte le morphème
de nominalisation, ce qui illustre la similitude entre l’adjectif et la PR en kham. Voir §4.3.3.
82
172
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(160)
(161)
(162)
(163)
(164)
(165)
(166)
(167)
(168)
(169)
(170)
(171)
(172)
(173)
(174)
godoberi, garo, japonais, kannada, karachay, kham, lahu, lezguien, malayalam,
manambu, marathi, meithei, mundari, nar-phu, newari de Dolakha, ouzbek,
tamang, tshangla, turc, urarina et youkaguire de Kolyma
PR N DEM : ao de Mongsen, lahu, meithei, oksapmin, qiang, sherpa et tibétain
de Lhassa
PR DEM N : afar, akhvakh, cantonais, godoberi, japonais, lezguien, malayalam,
mandarin, minnan, nar, ouzbek, tamang et turc
DEM PR N : afar, alamblak, ao de Mongsen, bantawa, chantyal, evenki, galo,
garo, japonais, kannada, karachay, kham, khwarshi, manambu, marathi,
mundari, newari de Dolakha, ouzbek, tshangla, turc, urarina et youkaguire de
Kolyma
PR COMP N : akha, lai de Hakha et mandarin
(DEM) [...COMP-V]PR N : amharique
DEM PR COMP N : lai de Hakha et mandarin
PR COMP DEM N : mandarin
PR COMP N DEM : akha et basque
DEM [...COMP...]PR N : laze et tigré
PR N ART : lotha, manange, oksapmin, padam-mising, qiang et singpho
[...COMP-V]PR ART N : amharique
ART [...COMP...]PR N : tigré
(DEM) [...COMP-V]PR ART N : amharique
PR N DEM ART : oksapmin
PR COMP/JONCT N ART : basque, dime
Précédemment, nous avons proposé la linéarité sous-jacente DEM ART N COMP PR :
(175)
Donc, des dérivations supplémentaires sont nécessaires pour obtenir les déterminants
postnominaux, le complémenteur prénominal, le complémenteur dans la PR et surtout
la PR prénominale. Dans la section suivante, nous tentons de voir de quelles
173
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
dérivations il s’agit suivant Kayne (1994) et Chomsky (1995a et 1995b).
4.2.3. AMT minimaliste
La raison pour laquelle nous nommons « AMT minimaliste » l’analyse qui suit, c’est
qu’elle suit à la fois la proposition de Kayne (1994) et celle de Chomsky (1995a et
1995b).
Rappelons que la proposition de Kayne (1994) part de l’Axiome de Correspondance
Linéaire :
(176) Axiome de Correspondance Linéaire (ACL) : d(A) est la linéarisation de T, où
(a) d est la relation de dominance des non-terminaux aux terminaux, (b) A
l’ensemble maximal des paires <Xj, Yj>, pour chaque j, Xj c-commandant
asymétriquement Yj, et (c) T, l’ensemble des terminaux
(177) X c-commande asymétriquement Y si et seulement si X c-commande Y et Y ne
c-commande pas X.
À partir de l’ACL, il déduit l’ordre universel [spécifieur-tête-complément], le
spécifieur étant un type d’adjoint (op.cit., 4.1). Concernant la relative postnominale,
D° sélectionne directement SC en tant que son complément et le nom tête se déplace
de l’intérieur de la PR à [Spéc, SC] (op.cit.:87) :
(178) the [[NP picture] [that [Bill saw [e]]]]
Pour que la relative soit prénominale, des dérivations supplémentaires sont nécessaires,
par exemple, SI à [Spéc, SD] en japonais (Ishizuka 2006:1) :
174
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(179) [DP [IP John-ga ti
yon-da]j [D [CP [
John-NOM read-PAST
‘the book John read’
hon]i [C tj]]]]
book
Cette opération est mise en place premièrement par Kayne (1994). Mais il y a au
moins une autre façon de faire monter le SI de la PRpré à la position prénominale.
Selon Vicente (2002), le S monte d’abord dans une projection fonctionnelle du SC
scindé à la Rizzi (1997), ce qui est proposé aussi par Bianchi (1999). Ensuite, le bloc
de la projection fonctionnelle composé du complémenteur et SI monte ensemble à une
position prénominale. Or, la difficulté de cette approche est de décider l’ordre des
projections fonctionnelles au sein de SC. Rizzi (1997) propose la hiérarchie suivante
pour l’italien: SForce > (STopique) > (SFocus) > (STopique) > SFini, tandis que
Vicente suggère la suivante pour le basque : (STopique) > SForce > (STopique) >
(SFocus) > SFini. Quant au mandarin, une proposition est faite par Cheung (2009), qui
décompose SC en deux domaines, domaine de topique, suivi de domaine de focus,
dans lesquels domaines il y a différents types de topique et de focus. À notre avis, ce
qui est problématique, c’est qu’il soit difficile de déterminer, sans des études
approfondies et soigneuses, quelle hiérarchie peut s’appliquer aux autres langues à
PRpré. Dans l’état actuel des choses, nous laissons la question ouverte en admettant
l’approche de Vicente comme étant une alternative à la nôtre, même si nous ne
pouvons l’explorer davantage.
L’approche kaynienne a été appliquée sur certaines langues à PRpré. Pour l’amharique,
il y a Ouhalla (2004), Demeke (2001) et den Dikken (2007), et pour le turc, il y a
Cagri (2005) et Kornfilt (2005b). Concernant le japonais, Hoshi (2004), en réfutant de
divers arguments traditionnellement sollicités contre l’analyse kaynienne (dont les
175
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
effets d’îlot, les effets de reconstruction, le liage), conclut que cette approche est
propice à théoriser la PRpré japonaise ; et la même position est défendue par Murasugi
(2000) et Ishizuka (2006) toujours pour le japonais. Simpson (1998, 2003a et 2003b)
et Wu (2000) appliquent l’analyse de Kayne (1994) au chinois mandarin. Lin (2008)
montre que dans certaines conditions, la PR en mandarin peut être attirée jusqu’à
[Spéc, DP], les conditions d'économie étant bien sûr respectées.
L’analyse la plus détaillée sur la PRpré suivant Kayne (1994) est celle de de Vries
(2002:131-135). Dans l’ensemble, il admet l’idée de la PR en tant que complément du
déterminant (article ou démonstratif), mais sans imposer la direction du branchement.
En cas de branchement à gauche, i.e. complément-tête-spécifieur, les dérivations sont
(op.cit.:131, 132) :
(180)
(181)
(182)
(183)
[DP [CP ...tnp... NP] (D)]
(‘comp-head-spec’ base)
[DP tcp D [CP … tdp-rel … (C) [DP-rel tnp (Drel) [NP N]]dp-rel ]cp ]
[DP [CP … tdp-rel … (C) [DP-rel tnp (Drel) [NP tn]]dp-rel ]cp [D D+N]]
[DP [CP … tdp-rel … (C) [DP-rel tnp (Drel) [NP N]]dp-rel ]cp [D D+FF(N)]]
En cas du branchement à droite, les dérivations sont (op.cit.:131, 133).
(184)
(185)
(186)
(187)
(188)
[DP [… tnp …]i (D) [CP NP ti]]
(‘spec-head-comp’ base)
[DP [D FF(N)+D] [CP [IP … tdp-rel …] [CP [DP-rel [NP N] (Drel) tnp]dp-rel (C) tip]]]
[DP [IP … tdp-rel …] [D FF(N)+D] [CP [DP-rel [NP N] (Drel) tnp]dp-rel (C) tip]]
[DP [IP … tdp-rel …] [D N+D] [CP [DP-rel [NP tn] (Drel) tnp]dp-rel (C) tip]]
[DP [CP [DP-rel [NP tn] (Drel) tnp]dp-rel (C) … tdp-rel …]cp [D N+D] tcp]
Le mérite de ses analyses repose sur la prise en compte de la linéarisation entre le
déterminant, la PR, et le nom tête, donc (181) représente D PR N, (182) PR D N, (183)
PR N D ; et (185) D PR N, (186) PR D N, et (187) et (188) PR N D. De plus, il tente
de motiver les déplacements, chose que Kayne (1994) avait passée sous silence. Selon
de Vries, la motivation des déplacements est la vérification des traits, dont le trait Qu,
Topique ou Focus, ce qui s’inscrit donc dans le PM et est similaire à Bianchi (2000a et
2000b), mais avec des mécanismes différents.
Cependant, certains problèmes sont à noter. Premièrement, puisque l’antisymétrie de
176
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Kayne (1994) impose l’ordre [spécifieur-tête-complément], les dérivations en (180) –
(183) sont illégitimes, qui ont l’ordre [complément-tête-spécifieur]. Deuxièmement, de
Vries ne distingue pas le démonstratif et l’article en les mettant sans discussion dans la
catégorie des déterminants. Comme nous l’avons montré plus haut (cf. §4.2.2.), cette
démarche est effectivement problématique, du moins pour les langues autorisant les
deux déterminants simultanément dans un seul SD, comme en abkhaze, en oksapmin
et en manange. Troisièmement, il ne discute pas du positionnement du complémenteur
après la dérivation. En effet, le plus gros problème de Kayne (1994) sur la PRpré est
l’ordre PR D N COMP, qui n’est pourtant attesté dans aucune langue naturelle à PRpré.
(179) est sans problème en F-Ph, car le complémenteur est invisible en japonais. La
réponse de Kayne (1994) est que la PRpré est systématiquement SI, non SC, sans
mentionner aucune langue à PRpré ayant effectivement un complémenteur visible,
comme le basque et le mandarin. En plus, il se tait sur le morphème yä- de
l’amharique. Simpson (1998, 2003a et 2003b) et Wu (2000) discutent longuement sur
le morphème de du mandarin pour parvenir à la conclusion selon laquelle il est en
réalité un déterminant, contrairement à l’idée reçue de le classer parmi les
complémenteurs. L’analyse de de Vries, à notre avis, souffre du même défaut. Parmi
les quatre dérivations illustrées en (185) – (188), seule celle de (188) est constatée, i.e.
PR COMP N D, comme en basque. Les trois premières ont le complémenteur en
position finale dans SD, i.e. D PR N COMP (185), PR D N COMP (186) et PR N D
COMP (187). Cependant, aucune des trois linéarités n’est trouvée dans les langues de
notre corpus. En dernier lieu, il n’aborde pas le sémantisme des différentes linéarités.
Par exemple, le mandarin et le japonais possèdent deux ordres, mais l’appareillage
sémantico-syntaxique est opposé (Wu 2008:116-117) :
(189)
mandarin
japonais
DEM PR N (non-)restrictive restrictive
PR DEM N restrictive
(non-)restrictive
Tableau 4.3. Sémantisme de la PRpré en mandarin et en japonais
177
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Jusqu’ici nous avons passé en revue certaines analyses kayniennes sur la PRpré. Si la
nôtre est aussi à la kaynienne, c’est qu’elle présume (i) que l’ordre de base est
[adjoint/spécifieur-tête-complément] et (ii) que D° sélectionne directement SC en tant
que son complément et que le nom tête se déplace de l’intérieur de la PR à [Spéc,
SC] :
(190)
En même temps, notre analyse est aussi minimaliste, en adoptant la proposition de
multiples spécifieurs de Chomsky (1995a et 1995b). Or, Kayne (1994:22) interdit
explicitement les adjonctions multiples et les spécifieurs multiples :
(191) I conclude that the adjunction of more than one nonhead to a given nonhead is
impossible. Since in this theory specifiers are a case of adjunction, we derive
the fact (stated by X-bar theory) that a given phrase can have only one specifier.
L’origine de cette contrainte se trouve dans sa définition de c-commande (cf.
op.cit.:16) :
(192) X c-commande Y si et seulement si X et Y sont des catégories et X exclut Y et
chaque catégorie dominant X domine aussi Y.
« Exclure » est compris dans le sens donné par Chomsky (1986b:9), i.e. X exclut Y si
aucun segment de X ne domine Y. À noter que les notions de « catégorie » et
« segment » sont repris de May (1985) et de Chomsky (1986b). Or, que nous sachions,
178
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
aucun des trois auteurs n’en a fourni une définition formelle. 83 À ce que nous avons
compris, dans une structure phrastique comme la suivante [Xn [Xn-1 [... [X2 [X1 Y]]]]], X
étant un niveau donné de projection (i.e. maximal XP, intermédiaire X’, minimal X), la
catégorie est {X1, X2, ... Xn-1, Xn} et un segment est Xi, i  {1, 2, ...n-1, n}.
Reformulée informellement, si la définition traditionnelle de c-commande permet à un
nœud quelconque de c-commander sa sœur, ses nièces et ses petites-nièces, la
définition kaynienne veut qu’une catégorie c-commande uniquement ses nièces et ses
petites-nièces (si elles sont des catégories).
Une première conséquence de cette (re-)définition de c-commande en termes de
catégorie est l’assimilation du spécifieur à l’adjoint. En effet, soit le marqueur
syntagmatique suivant :
(193)
Le spécifieur, étant une catégorie, et la projection intermédiaire X’, en étant une aussi,
s’excluent, et la catégorie SX les domine l’un et l’autre, ce qui veut dire que le
spécifieur et sa sœur sont fatalement dans une relation de c-commande mutuelle (i.e.
non-asymétrique) et qu’il est impossible de les linéariser selon l’ACL. En revanche, en
cas de l’adjonction :
(194)
L’adjoint ne peut c-commander R1, parce que le dernier est un segment, mais non une
catégorie, qui est {R1, R2}. Mais il peut c-commander S et T, puisqu’ils sont
83
Selon Chomsky (1986b:92, note 10) :
(i) Formalization of this idea [i.e. category] is fairly straightforward, requiring introduction of the notion of occurrence
of a category.
179
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
catégories.
En plus, selon (192), un adjoint c-commande toujours en dehors du syntagme auquel il
est adjoint.
(195)
En (195), Q est l’adjoint de {P1, P2}, qui est l’adjoint de {R1, R2}. Q n’est dominé ni
par la catégorie {P1, P2} ni par la {R1, R2}, mais par une autre catégorie au-dessus de
R2. Cette catégorie (de même les catégories au-dessus) domine aussi S et T. Au cas où
Q, S, T sont des catégories, Q c-commande certainement S et T selon (192). En
revanche, ni S ni T ne peuvent c-commander Q, parce que la catégorie {R1, R2}, qui
domine S et T, ne domine pas Q.
Une autre conséquence de (192), comme nous l’avons dit, est l’unicité de l’adjoint et
celle du spécifieur par syntagme :
(196)
L et M sont deux adjoints de K, donc ils ne sont pas dominés par la catégorie K. En
revanche, ils le sont par les catégories dominant la catégorie K. Étant donné que L et
M sont deux catégories qui s’excluent et dominées par les mêmes catégories, ils se
c-commandent symétriquement, d’où l’impossibilité de la linéarisation de leur
terminal. La même réflexion s’applique au spécifieur. Cette conséquence, dans une
certaine mesure, remet en question le caractère récursif du langage humain. La
solution proposée par Kayne (1994:29-30) est la multiplication des projections
fonctionnelles.
180
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Au sujet de multiples spécifieurs, Cinque (1996:450) écrit la chose suivante :
(197) Note that the identification of adjuncts with specifiers, and the prohibition
against more than one adjunct/specifier per phrase, are by no means logically
necessary properties of X-bar theory. It could well be that natural languages
allow for phrases with multiple specifiers, and multiples adjuncts (Chomsky
1995). In fact, a definition of C-COMMAND slightly different from the one
assume in AS [i.e. The Antisymmetry of Syntax] would seem to achieve that,
while retaining most other features of Kayne’s system.
De même, Abels & Neelemand (2007:33-35) montre que l’interdiction sur multiples
spécifieurs ne peut être dérivée de l’ACL. En effet, selon eux, l’ACL ne donne aucune
indication sur l’étiquetage des niveaux de projection, ce qui ouvre la possibilité de
définir l’adjoint et le spécifieur comme catégories dont la mère et la sœur sont des
non-têtes ayant la même étiquette, à l’instar de (op.cit.:34) :
(198)
En (198), les spécifieurs étant X et U, leur mère et leur sœur partagent la même
étiquette, i.e. V’ pour U et V’’ pour X. l est possible d’augmenter le niveau (i.e. V’,
V’’, V’’’, V’’’’, etc.) autant que le nombre des spécifieurs. À noter que selon Abels &
Neelemand, l’ACL n’impose aucune contrainte sur le nombre des niveaux. Or, cette
porte laissée ouverte pas l’ACL est définitivement fermée par le PM, qui ordonne
seulement trois niveaux possibles : maximal, intermédiaire et minimal. La projection
maximale est une catégorie qui ne se projette plus, la minimale est une catégorie qui
n’est pas une projection et toutes les autres sont des intermédiaires. Donc, (198) est
181
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
nécessairement illégitime une fois adaptée suivant la Structure Syntagmatique
Pure, comme l’indique le cercle pointillé :
(199)
D’un point de vu interne au PM, Chomsky (1995a:432) pense que la Structure
Syntagmatique Pure autorise de multiples spécifieurs :
(200)
Il reprend le même schéma plus tard (1995b:286), pensant que celui-ci est l’une des
conséquences de la théorie révisée du déplacement :
(201) Suppose further that a –Interpretable feature F of H is not necessarily erased
when checked and deleted, a parameterized property. F can then check each
Spec, optionally erasing at some point to ensure convergence.
En d’autres termes, (200) est rendu possible par la non-obligation de l’effacement des
traits non-interprétables vérifiés. En citant d’autres travaux à ce sujet (cf. idem.), il ne
voit aucun inconvénient de donner le feu vert aux multiples spécifieurs.84 (200), a
priori, peut s’appliquer à tout type de tête, V° ou N°, même si Chomsky (1995b, §4.10)
l’applique aux S , Sv et SV, et les autres travaux en faveur des multiples spécifieurs
mettent en avant des arguments au niveau de SI/Sv/SV (cf. Ura (1996), Richards
84
Cela étant, les multiples spécifieurs ne seraient pas obligatoires non plus. Voir Zwart (1997) au sujet de la
non-nécessité des multiples spécifieurs.
182
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(1997), McGinnis (1998), Doron & Heycock (1999) et Rezac (2002)) ou au niveau de
SC (cf. Koizumi (1995, chapitre 6)85 et Richards (1997)). En revanche, il est tout à
fait possible que la tête H de (200) soit un D° qui prend un SC comme complément :
(202)
Nous allons illustrer plus tard comment (202) sera mis en œuvre dans la dérivation de
la PRpré de diverses langues.
Le fondement cognitif de la possibilité des multiples spécifieurs, à notre avis, serait
que les projections intermédiaires sont invisibles au système computationnel du
langage humain CLH (cf. Chomsky (1995a:396 et 1995b:242-243)). La multiplication
de spécifieurs, i.e. celle de projections intermédiaires, n’alourdira pas la computation.
Quant à l’invisibilité des projections intermédiaires, selon Chomsky (1995a:435, note
10), elle ne soulève aucun problème d’un point de vue dérivationnel (mais peut-être
bizarre dans une perspective représentationnelle).
Contrairement à la proposition de Kayne, Chomsky (1995b:339), qui veut maintenir la
distinction entre le spécifieur et l’adjoint, adopte une définition différente de
c-commande :
(203) X c-commande Y si (a) chaque Z dominant X domine aussi Y et (b) X et Y sont
déconnectés, où « être déconnectés » pour deux catégories X et Y signifie que X
≠ Y et qu’ils ne se dominent pas.
Il rajoute encore une autre condition : les relations définies en (203) sont réservées aux
termes (cf. op.cit.:247) :
85
Koizumi (1995:141, note de bas de page) distingue le spécifieur canonique, qui est dominé par X max, et le spécifieur
adjoint, qui est contenu mais pas dominé par Xmax. Nous ne suivrons pas cette distinction, en conversant la définition
traditionnelle de « spécifieur », i.e. sœur de X’, et celle d’ « adjoint », i.e. sœur de Xmax. Voir aussi Doron & Heycock
(1999) et Rezac (2002:17-19), qui pensent que les multiples spécifieurs peuvent être générés ou bien par Fusion ou bien
par Déplacement.
183
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(204) Soit une structure K, K est un terme de K et si L est un terme de K, les membres
des membres de L sont des termes de K.
S’agissant du spécifieur, soit le marqueur syntagmatique suivant, où le spécifieur est
une catégorie :
(205)
Selon (203), le spécifieur c-commande X et le complément, donc les précède, mais la
tête X ne c-commande pas le spécifieur 86. Quant à l’adjoint, la conclusion de Chomsky
est que les deux ordres sont possibles, i.e. [adjoint-cible] ou [cible-adjoint] (cf.
op.cit.:338-340).
Encore plus important, (203) permet de linéariser les multiples spécifieurs. Reprenons
(200), répété en (206) :
(206) (= (200))
Selon (203), le SPEC1 c-commande le SPEC2, parce que chaque Z dominant SPEC1
domine SPEC2 et SPEC1 et SPEC2 sont déconnectés en tant que catégories. Mais
SPEC2 ne c-commande pas SPEC1, car le X’ dominant SPEC2 ne domine pas SPEC1.
Donc, qu’importe le nombre des spécifieurs, la précédence suit la c-commande.
Cela étant, (203) a comme conséquence que le spécifieur d’un autre spécifieur ne peut
plus c-commander en dehors du spécifieur dont il est spécifieur, c’est-à-dire :
86
La tête X c-commande aussi le complément si celui-ci est plus complexe qu’une tête.
184
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(207)
SZ, spécifieur de SY, qui est le spécifieur de SX, ne peut plus c-commander ni X ni
SW, selon (203), parce que SY, qui domine SZ, ne domine pourtant ni X ni SW. La
seule possibilité pour que SZ c-commande X et SW est que SZ soit adjoint à SY :
(208)
En (208), SZ c-commande X et SW, selon (203). À noter que le SY supérieur n’est pas
pris en compte dans la relation de dominance, parce qu’il n’est pas un terme, donc sans
status indépendant (cf. op.cit.:338-339). En plus, la catégorie SY ne domine pas SZ,
mais le contient seulement, car seul un segment de la catégorie SY domine SZ (cf.
op.cit.:177), donc elle n’est pas prise en compte dans la relation de c-commande entre
SZ et X/SW.
Quant à l’adjonction, dans le modèle de Chomsky (1995b:323), cette opération est très
restreinte :
(209) On strictly minimalist assumptions, these should be the only possibilities of
adjunction:
a. word formation
b. semantically vacuous target
c. deletion of adjunct (trace deletion, full reconstruction)
……
Adjunction therefore remains an option under natural minimalist assumptions,
but a very limited one with special properties. The primary and perhaps only
case is α-adjunction to X0, α-adjunction to X0, α a feature of (if the operation is
overt) an X0. Adjunction of YP to XP does not fit easily into this general
approach, and if allowed at all, has a very restricted range.
185
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
L’autre chose qualifiant notre analyse de « minimaliste » est que le Déplacement n’est
pas gratuit, autrement dit, il doit être motivé. Rappelons que dans le PM, parmi les
opérations fondamentales il y a la Fusion et le Déplacement. Selon Chomsky (1995b),
le Déplacement a pour objectif de vérifier les traits formels, de façon manifeste ou
invisible. Il dépend de la présence de traits forts et détermine la catégorie à déplacer,
traits ou éléments. Les traits forts doivent être éliminés avant Spell-Out. Le
déplacement visible entraîne toute la catégorie ayant le(s) trait(s) en question. En
revanche, les traits faibles sont à vérifier éventuellement en F-L.
Dans l’analyse kaynienne sur la PRpré, deux déplacements sont obligatoires : celui du
SN du nom tête de l’intérieur de la PR à [Spéc, SC] et celui du SI de la PR à [Spéc,
SD]. Suivant les idées précédentes, ils ont comme motivation de vérifier les traits
formels, et ce, de façon manifeste. Malheureusement, Kayne (1994) semble se passer
de toute motivation aussi bien pour la montée du nom tête de l’intérieur de la PR à
[Spéc, SC] que pour celle du SI de la PR. Bianchi (1999, 2000a et 2000b) tente de
motiver la montée de SN. Elle pense que le SN du nom tête est dans le domaine
minimal du déterminant externe et est capable d’établir un rapport de vérification avec
celui-ci. Autrement dit, le nom tête ne monte pas à [Spéc, SC], mais à [Spéc, SD]. Plus
précisément, le déterminant externe sélectionnant SC a un trait catégoriel fort à vérifier
uniquement par une catégorie contenant le trait [+N] dans son domaine minimal. Étant
donné que SC ne contient pas le trait [+N], le D° externe attire donc le SN du nom tête
à [Spéc, SD] (Bianchi 2000a:62) :
(210)
186
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Pour la PR à complémenteur, elle suppose l’existence d’un déterminant nul DRel qui
détermine le SN du nom tête. DRel est plus tard incorporé dans le D° externe (Bianchi
2000b:125) :
(211) [DP DRel + the [CP[DP t picture]i [CP that Bill liked ti]]]
De Vries (2002) s’oppose à la proposition de Bianchi en ce qui concerne le trait de
sous-catégorisation à vérifier et l’incorporation de DRel. En revanche, il considère que
l’opérateur nul est représenté comme DRel, et qu’ainsi la PR à complémenteur doit être
analysée de façon parallèle à celle à pronom relatif (op.cit.:118) :
(212) Relative pronouns can have various formats: w(h)-, d-, empty or otherwise
(213) All relative pronouns bear a [+wh] feature
(214) Relative pronouns – like nouns, determiners, and other sorts or pronouns –
bear φ-features (person, number, gender) and Case features
Le complémenteur possède donc aussi le trait [+wh], qui sera vérifié à [Spéc, SC] sous
la configuration spécifieur-tête.
À notre avis, ni l’analyse de Bianchi ni celle de de Vries ne sont impossibles, même si
elles ne sont pas exemptes de critiques. Vis-à-vis de Bianchi (1999, 2000a et 2000b),
de Vries (2002:114-115) pointe du doigt sur certains problèmes concernant le trait de
sous-catégorisation à vérifier et l’incorporation de DRel. Or, ses propres analyses
souffrent de ce qu’il est loin d’être clair pourquoi le complémenteur contient aussi le
trait [+wh] : autant l’hypothèse est soutenue par l’homonymie entre le que interrogatif
et le que complémenteur en français et celle entre les deux che en italien87, autant elle
est infirmée par le fait que les complémenteurs dans les PRprés ne sont jamais utilisés
comme interrogatifs. L’introduction de [+wh] pour les complémenteurs des PRprés est
plutôt ad hoc. Nous proposons le trait [Rel], non-interprétable dans le complémenteur
relativiseur et interprétable dans le nom tête. Rappelons que précédemment, nous
87
Cela étant, la diachronie nous dit que cette homonymie n’est rien que le fruit du hasard de l’évolution phonétique :
que/che interrogatifs < quem et que/che complémenteurs < quia. Voir Bloch & von Wartburg (2004:524, 525) sous les
entrées « que » et « qui, que, quoi ».
187
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
avons montré l’ambiguïté dans :
(215) le fait que tu nies (est indéniable)
qui s’interprète soit dans le sens de
(216) le fait dont tu ne reconnais pas l’existence (est indéniable)
soit dans le sens de
(217) que tu nies (cela est indéniable)
(218) (il est indéniable) que tu nies
L’ambiguïté est plus générale dans certaines langues à PRpré, raison pour laquelle
Comrie (1998a et 1998b) propose d’unifier la PRpré et l’appositive (« fact-S
construction ») sous une et unique construction, i.e. « noun-modifying construction »,
du moins pour le mandarin, le japonais, et le turc. Notre analyse est que si les deux
interprétations sont possibles, c’est qu’il y a deux compositions de traits pour les deux
que : [Rel] pour le complémenteur relativiseur et non pour le complémenteur ordinaire.
De même, Rouveret (2008:173), sur la base des faits gallois, attribue les traits suivants
au complémenteur relativiseur y :
(219) φ-features (uninterpretable)
[Rel] feature (interpretable)88
EPP
Le trait [Rel] fait partie intégrante de la composition du nom tête aussi, car il permet
au locuteur de savoir quel nom fait l’objet de la relativisation. Une argument favorable
provient de l’abkhaze. Dans cette langue, les indices pronominaux indiquent
systématiquement les trois principaux arguments et le bénéficiaire (cf. Chirikba
(2003:37-41)), comme dans l’exemple suivant (op.cit.:38)
88
À noter qu’il considère le trait [Rel] du relativiseur y comme étant interprétable, contrairement à notre analyse.
188
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(220) jǝ-sǝ-z-lǝ-j-ta-ø-jt’ ‘it(Do)-me(Io)-BENF-her(Io)-he(A)-give-AOR-DYN:FIN =
he gave it to her for me’
Le même schéma est conservé dans la PRpré à ceci près que sont utilisées deux
marques spécifiques (Creissels 2006.vol.2:243) :
(221) a-xàc’a
yǝ-y-ba-(kwa-)z
à-ħwsa
DEF-homme REL-s3s-voir-(PL-)VNF DEF-femme.PL
‘les femmes que l’homme a vues’
(222) a-šwqw’ǝ zǝ-y-tà-z
a-pħwǝs
DEF-livre REL-s3s-donner-VNF DEF-femme
‘la femme à qui il a donné le livre’
(223) zǝ-da
w-aa-z
a-waywǝ
REL-sans s2s-venir-VNF DEF-homme
‘l’homme sans lequel tu es venu’
(224) zǝ-kw’ǝt’ǝ meràb yǝ-ʒá-z
a-pħwǝs
REL-poulet Merab s3s-voler-VNF DEF-femme
‘la femme dont Merab a vole le poulet’
c’est-à-dire que le relativiseur yǝ- relativise l’absolutif, i.e. l’unique argument du verbe
intransitif et l’argument patientif du verbe transitif, tandis que le zǝ- est utilisé pour
toutes les autres positions. Apparemment, l’accord se fait toujours, mais d’une façon
relative, dans le sens où les deux morphèmes marquent seulement le rôle relativisé,
mais ni la personne ni le genre, contrairement aux indices normaux (Chirikba
2003:40) :
(225)
Person Gender
1st
nd
2
3rd
M
F
NH
M
H
F
NH
H
Absolutive
Oblique
Ergative
Sg
Pl
Sg
Pl
Sg
Pl
s(ǝ)- b(a)- s(ǝ)b(a)s(ǝ)-//z(ǝ)- h(a)-//aaw(ǝ)w(ǝ)w(ǝ)b(ǝ)- š°(ǝ)- b(ǝ)š°(ǝ)b(ǝ)š°(ǝ)-//ž°(ǝ)w(ǝ)w(ǝ)w(ǝ)j(ǝ)j(ǝ)d(ǝ)j(ǝ)- l(ǝ)- r(ǝ)-//d(ǝ)l(ǝ)r(ǝ)-//d(ǝ)j(ǝ)a(n)a-
Tableau 4.4. Indices pronominaux en abkhaze
189
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
À notre avis, ce qui déclenche l’accord dans une matrice, c’est la personne, le genre et
la relation grammaticale, mais dans une PR, uniquement la relation grammaticale et le
trait [Rel] interprétable du nom tête. La relation grammaticale sélectionne entre yǝ et
zǝ, mais avant cela, c’est le trait [Rel] du nom tête qui détermine l’utilisation des deux
morphèmes. En absence du trait [Rel], les indices normaux sont employés. L’accord
en abkha e reflète donc l’existence du trait [Rel] interprétable dans le nom tête.
La distribution de l’article défini suffixal -is du dime témoigne aussi l’existence du
trait [Rel]. Rappelons que l’article défini -is peut s’affixer uniquement au nom tête, ou
à la PRpré et au nom tête, comme en (80), repris ci-dessous :
(226) ʔámz-is
káy-déé-nd-is-im
ʔálf-ís-im
yéf-i-n
woman-DEF want-IPF-F.RELT-DEF-ACC knife-DEF-ACC saw-PF-3
‘The woman found the knife that she is looking for.’
Ce qui légitime l’existence de -is derrière la PRpré est le joncteur -(i)nd, plus
précisément, le trait [Rel] qu’il contient. En l’absence de -(i)nd, la séquence
káy-déé-is(-im) est simplemenet agrammaticale.
Certes, les exemples de l’abkha e et du dime étant exceptionnels, nous ne pouvons
espérer trouver toujours des indices de l’existence de [Rel].
Selon le PM, les traits sont soit interprétables soit ininterprétables. Les traits
ininterprétables doivent être vérifiés et effacés. Nous pensons que le trait [Rel] est
[-interprétable] dans le complémenteur relativiseur, mais [+interprétable] sur le nom
tête et, par percolation, aussi sur le SN du nom tête. La montée de SN à [Spéc, SC] est
due à l’effet de pied-piping suite à la montée du trait [Rel] interprétable, car il s’agit
d’un déplacement manifeste. Le mécanisme de vérification permet donc au SN du nom
tête d’effectuer son premier déplacement, vers [Spéc, SC], afin d’établir la relation de
vérification sous la configuration spécifieur-tête.
Quant à la montée de SI à [Spéc, SD], les discussions sont rares. Nous n’avons pu en
trouver que deux : de Vries (2002) et Vicente (2002). De Vries (2002:134-135) en
parle très brièvement en termes de percolation uni-directionnelle : certains traits filtre
(i.e. « percolate » en anglais » vers le haut tandis que d’autres restent dans N°, donc la
190
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
tête N° monte pour vérifier ces traits restants et SI aussi pour vérifier les traits infiltrés.
Mais ce mécanisme ne s’applique pas à toutes les dérivations, comme il l’avoue.
Vicente (2002) propose que SI monte d’abord dans une projection fonctionnelle du SC
scindé à la Rizzi (1997), en l’occurrence pour le basque, à [Spéc, SFoc]. Ensuite, le
bloc de la projection fonctionnelle composé du complémenteur et SI monte ensemble
en position prénominale. La motivation de la montée de SI, selon Vicente, est que le
complémenteur -(e)n est aussi le marqueur de focus, qui a la capacité de forcer tout le
SI à monter et à s’y adjoindre. Malheureusement, tous les complémenteurs dans les
PRprés ne marquent pas le focus et le mécanisme semble être limité au basque. Notre
position, sans être trop pessimiste, est qu’il est impossible de motiver la montée de SI
à [Spéc, SD] par un et un seul mécanisme. Néanmoins, un mécanisme semble pouvoir
motiver ce déplacement dans un grand nombre de langues à PRpré, plus précisément,
dans les langues à PRpré nominalisée. Ici, « nominalisé » est entendu dans un sens
assez large : pourvu de propriétés des noms, tels que le marquage casuel et la
distribution syntaxique. Comme cela a été dit maintes fois, la PRpré est souvent
nominalisée (cf. Downing (1978:392), Mallinson & Blake (1981:298), Keenan
(1985:160), Lehmann (1986:672 et 2003:461), Dik (1997:46), Song (2001:233), de
Vries (2001:235 et 2002:39), Creissels (2006.vol.2:239) et Andrews (2007:208)), par
exemple, dans beaucoup de langues tibéto-birmanes, altaïques, dravidiennes,
caucasiennes, indo-aryennes et quechuas, et également dans certains isolats, dont le
bourouchaski, l’urarina, le nivkh et le youkaguire. Malgré des différences
non-négligeables, la PRpré dans ces langues a toujours une morphologie nominale, tels
que la possibilité de marquer le sujet au génitif, comme en turc (Göksel & Kerslake
2005:443)
(227) [Turhan-ın
et-i
kes-eceğ-i]
bıçak
Turhan-GEN meat-ACC cut-PART-3SG.POSS knife
‘the knife [with which Turhan will/would cut the meat]’
et en quechua de Cuzco (Lefebvre & Muysken 1988:186) :
191
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(228) runa -q qulqi
-Ø qu
-sqa -n warmi -man
man GE money CA give NOM 3 woman to
the woman to whom the man gave the money
ou le marquage génitival sur le verbe relativisé, par exemple, en tibétain de Lhassa
(Mazaudon 1978:411) :
(229) mi-la
šye-ṅgeṅ-gi
homme-DAT craindre-eur-GEN
l’enfant qui craint l’homme
pūgu the
enfant le
ou d’autres marques casuelles en absence du nom tête, par exemple, en lezguien
(Haspelmath 1993:343):
(230) Gzaf raxa-da-j-da
gzaf ğalat’-ar-ni
iji-da
[much talk-FUT-PTP]-SBST.SG(ERG) many mistake-PL-also do-FUT
‘Whoever talks a lot also makes a lot of mistakes.’
ou la marque du pluriel, comme en laze (Lacroix 2009:759) :
(231) [[na-n-a-g-asen]-s]
gza
k’itx-om-s
SUB-PV-VAL5-rencontrer-FUT.I3S-DAT chemin demander-STH-I3S
« Il demande son chemin à ceux qu’il rencontre. »
L’idée est que les PRprés nominalisées sont pourvues du trait [+N]89. Plus précisément,
c’est le verbe tête nominalisé qui possède [+N] et par percolation, le SV entier et
ensuite la PRpré entière le possèdent aussi. Le même trait mais avec une valeur
négative est contenu dans le déterminant externe sélectionnant SC, il a donc besoin
d’être vérifié, et ce, uniquement par une catégorie du type [+N] dans son domaine
minimal, i.e. à [Spéc, SD]. Le trait [+N] le plus proche est celui du SN du nom tête
déjà monté à [Spéc, SC]. Nous allons voir que dans la dérivation de certaines langues,
dont le mandarin et le basque, le SN du nom tête monte à [Spéc, SD] dans le but de
89
Nous ne sommes pas sûr de la valeur du trait [V] dans le verbe tête de la PRpré nominalisée, peut-être aussi positive,
ce qui donnera la composition [+N, +V], équivalente à celle de l’adjectif. Cela permettrait d’expliquer les similitudes
aussi bien morphosyntaxiques que sémantiques entre les PRprés nominalisées et les adjectifs.
192
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
vérifier ce trait non-interprétable du déterminant externe. Mais cette option, pour des
raisons que nous ignorons ici, n’est pas à la portée des autres langues, qui préfèrent
apparemment la montée de la PR nominalisée pourvue du trait [+N] interprétable. Une
fois installée à [Spéc, SD], la PRpré peut hériter du Cas et du nombre du D° externe,
comme dans les exemples ci-dessus du lezguien et du laze.
À la lumière de ce qui précède, la montée de SI à [Spéc, SD] a pour motivation la
vérification du trait [+N] non-interprétable de D°. Idéalement, cette explication devrait
s’appliquer à toutes les PRprés effectuant le déplacement. Or, comme cela a été dit,
toutes les PRprés ne sont pas nominalisées. l n’y a même pas de sens de parler de
« nominalisation », en termes morphologiques, pour le mandarin. Donc, la motivation
en termes de vérifier le trait [+N] non-interprétable du D° externe par la PR
nominalisée s’appliquent pas au mandarin, ce pour quoi c’est le SN du nom tête qui
monte à [Spéc, SD] pour vérifier ce trait. Pour les langues comme le mandarin qui ont
la PRpré à forme verbale finie ou pour lesquelles il n’y a pas de sens de parler de
forme verbale finie ou non-finie, nous pourrions évoquer la portée comme motivation
pour le déplacement de SI à [Spéc, SD], c’est-à-dire que la PR doit toujours avoir sa
portée sur les autres éléments (cf. Chomsky (2004)), mais nous ignorons pourquoi il en
est ainsi. Nous laissons cette énigme en suspens, tout en reconnaissant la nécessité du
déplacement de SI à [Spéc, SD]. Quant aux autres déplacements, nous les motiverons
au fur et à mesure de la présentation.
Envisageons les dérivations à proprement parler. Comme nous l’avons dit, la difficulté
principale de l’AMT kaynienne réside dans la diversité de linéarité dans le SD de la
PRpré :
(232) PR N : afar, akhvakh, alamblak, ao de Mongsen, cantonais, evenki, galo, garo,
godoberi, japonais, kannada, karachay, kham, lahu, lezguien, malayalam,
manambu, marathi, meithei, mundari, nar-phu, newari de Dolakha, ouzbek,
tamang, tshangla, turc, urarina et youkaguire de Kolyma
(233) PR N DEM : ao de Mongsen, lahu, meithei, oksapmin, qiang, sherpa et tibétain
de Lhassa
(234) PR DEM N : afar, akhvakh, cantonais, godoberi, japonais, lezguien, malayalam,
mandarin, minnan, nar-phu, ouzbek, tamang et turc
193
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(235) DEM PR N : afar, alamblak, ao de Mongsen, bantawa, chantyal, evenki, galo,
garo, japonais, kannada, karachay, kham, khwarshi, manambu, marathi,
mundari, newari de Dolakha, ouzbek, tshangla, turc, urarina et youkaguire de
Kolyma
(236) PR COMP N : akha, lai de Hakha et mandarin
(237) (DEM) [...COMP-V]PR N : amharique
(238) DEM PR COMP N : lai de Hakha et mandarin
(239) PR COMP DEM N : mandarin
(240) PR COMP N DEM : akha et basque
(241) DEM [...COMP...]PR N : laze et tigré
(242) PR N ART : lotha, manange, oksapmin, padam-mising, qiang et singpho
(243) [...COMP-V]PR ART N : amharique
(244) ART [...COMP...]PR N : tigré
(245) (DEM) [...COMP-V]PR ART N : amharique
(246) PR N DEM ART : oksapmin
(247) PR COMP/JONCT N ART : basque (complémenteur) et dime (joncteur)
l nous semble difficile, sinon totalement impossible, d’obtenir ces ordres linéaires à
partir d’une dérivation plus ou moins unifiée. Certes, le point de départ est unique, ce
qui est l’arborescente suivante :
(248) D SN C SI (i.e. ART N COMP PR)
Le cas le plus simple est PR N, i.e. sans déterminant et complémenteur du tout, comme
en (179) en japonais, repris ci-dessous :
194
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(249) [DP [IP John-ga ti
yon-da]j [D [CP [
John-NOM read-PAST
‘the book John read’
hon]i [C tj]]]]
book
Le déplacement de SI à [Spéc, SD] est un cas de substitution. Selon Chomsky
(1995b:190), la substitution doit respecter la condition d’extension, i.e. la substitution
étend toujours sa cible. Le déplacement de SI à [Spéc, SD] respecte cette condition en
étendant D’ à SD.
Un problème éventuel est que, Kayne (1994:157, note 24) l’a signalé aussi, la trace ti
c-commande honi. Mais suivant la théorie de Déplacement comme Copie, cela sera
réinterprété comme la prononciation de la copie de hon à [Spéc, SC], au détriment des
autres, dont celle dans le SI déplacé à [Spéc, SD]. Pour la PR, l’interprétation en F-L
devrait se faire à partir de la copie basse de SI, i.e. tj en (249).
La dérivation (249) est simple, avec deux déplacements seulement. La structure
résultante est bien courante, que nous trouvons dans toutes les langues à PRpré sans
complémenteur et sans déterminant. À la lumière de sa simplicité et sa fréquence,
l’AMT de Kayne (1994) est effectivement élégante et explicative.
Contrairement au japonais, où le complémenteur est invisible, certaines autres langues
possède bel et bien un complémenteur prononcé, et le plus souvent, entre la PRpré et
le nom tête, i.e. PR COMP N, par exemple, en mandarin :
(250) lisi du guo
de
shu
Lisi lire TAM COMP livre
Lit. ‘livres que Lisi a lus’
Cette linéarité peut être obtenue à partir de (249), si C° s’adjoint à D° :
195
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(251) PR COMP N
③
②
①
L’adjonction de C° à D° est une adjonction de tête, pour des motivations que nous
ignorons pour l’instant. Chomsky (1995b:340) laisse ouverte la question de l’ordre
entre l’adjoint et la cible dans l’adjonction de tête. Mais en (251), quel que soit l’ordre
entre eux, étant donné que D°, i.e. la cible, n’est pas prononcé, cela n’a aucune
conséquence sur la linéarité entre C° et D° en F-Ph. Cette adjonction est un cas de
reconstruction complète, donc l’adjoint, i.e. C°, doit être effacé à sa position d’adjoint
pour être interprété à sa position d’origine. Souvenons-nous que la condition
d’extension ne concerne pas l’adjonction (op.cit.:191). C° c-commande aussi sa trace
tC selon (203).
(249) peut être étendu aussi à DEM PR N, si SDem est inséré à [Spéc, SD] :
(252) DEM PR N
②
①
196
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Comme toujours en japonais (Andrews 2007:210) :
(253) kono [boku ga
sonkeisite iru] hito
this I
NOM respecting be person
‘this person who respect’
②
①
Cette linéarité est aussi particulièrement répandue, dans un nombre assez important de
langues à PRpré, dont l’afar (cf. Bliese (1981:16)), l’ao de Mongsen (cf. Coupe
(2007:201-216)), le chantyal (cf. Noonan (2003a:329)), l’evenki (cf. Nedjalkov
(1997:86-87)), le galo (cf. Post (2007a:291)), le garo (cf. Burling (2003:392)), le
kannada (cf. Sridhar (1990:98)), le karachay (cf. Seegmiller (1996:31)), le manambu
(cf. Aikhenvald (2008:507-508)), le marathi (cf. Pandharipande (1997:157-158)), le
mundari (cf. Osada (2008:117)), le newari de Dolakha (cf. Genetti (2007:261-268)),
l’ou bek (cf. Boeschoten (1998:371)), le tshangla (cf. Andvik (2003:441-443)), le turc
(cf. Rose (1999:28)), l’urarina (cf. Olawsky (2006:299, 319-320)) et le youkaguire de
Kolyma (cf. Maslova (2003a:286-289)). La simplicité de la dérivation favoriserait
cette structure répandue.
Si SI est adjoint à SDem, il sera généré PR DEM N :
197
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(254) PR DEM N
③
②
①
L’adjonction de S à SDem une adjonction de type SX, auquel cas, selon Chomsky
(1995b:340), l’adjoint précède la cible, d’où l’ordre PR DEM N. Nous pensons que
cette adjonction relève de la reconstruction complète, donc SI doit être interprété à
[Spéc, SD] ou à sa position originelle. La condition d’extension ne concerne pas
l’adjonction. À noter aussi que SI c-commande sa trace à [Spéc, SD] selon la
définition de c-commande (203), qui ne concerne que les termes, donc le SDem
supérieur est exclu (cf. Op.cit.:338-339).
Cet ordre est constaté encore en japonais (Andrews 2007:210) :
(255) [boku ga
sonkeisite
I
NOM respecting
‘this person who respect’
iru] kono
be this
hito
person
③
②
①
198
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
et de même en afar (cf. Bliese (1981:16)), en akhvakh (D. Creissels, c. p.), en
amharique (informatrice), en cantonais (cf. Matthews & Yip (2001)), en godoberi (cf.
Kazenin (1996:153)), en lezguien (cf. Haspelmath (1993:259-263)), en malayalam (cf.
Asher (1997:131-133)), en mandarin (cf. Wu (2009)), en minnan (informatrice), en
nar-phu (cf. Noonan (2003b:348)), en ouzbek (cf. Boeschoten (1998:371)), en tamang
(cf. Mazaudon (2003:300)) et en turc (cf. Rose (1999:28)).
Sémantiquement, (255) en japonais génère la lecture non-restrictive ou la restrictive
tandis que (253) seulement la restrictive, c’est-à-dire :
(256) a. DEM PR N : restrictive
b. PR DEM N : (non-)restrictive
La paire minimale suivante illustre bien ce contraste (Ishizuka 2006:5, 6) :
(257) *?Ito-san-ni-wa
musuko-ga hito-ri iru. [sono [sakunen
Ito-Ms.-DAT-TOP
son-NOM 1-CL exist that
last_year
isya-ni
nat-ta]
musuko]-ga kekkon-si-ta.
Doctor-DAT become-PAST son-NOM marriage-do-PAST
‘Ms. to has a son. That son who became a doctor last year got married.’
(258) Ito-san-ni-wa
musuko-ga hito-ri iru. [[sakunen isya-ni
Ito-Ms.-DAT-TOP
son-NOM 1-CL exist last_year
doctor-DAT
nat-ta]
sono musuko]-ga kekkon-si-ta.
become-PAST
that
son-NOM
marriage-do-PAST
‘Ms. to has a son. That son, who became a doctor last year, got married.’
Cela s’explique suivant la Théorie du Déplacement comme Copie. SI, suite à chaque
déplacement, laisse, non une trace, mais une copie à chaque site. L’interprétation se
fait selon la copie sauvegardée, qui est souvent autre que la plus haute. Pour (256.a),
i.e. DEM PR N
199
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(259) DEM PR N (= (252))
②
①
S s’interprète à sa position d’origine, i.e. à [ SC [C SI]], donc il est sous la portée de D°,
d’où son unique interprétation restrictive. Quant à (256.b)
(260)
PR DEM N (= (254))
Copie de l’interprétation
non-restrictive
③
②
Copie de l’interprétation
restrictive
①
Nous l’avons dit, il s’agit d’un adjonction de reconstruction complète, ce qui veut dire
que SI doit être effacé à sa position en F-Ph pour être interprété en F-L, soit à [Spéc,
SD], soit à sa position d’origine. S’il est interprété à [Spéc, SD], il est en dehors de la
portée de D°, donc la PR est non-restrictive, ce qui correspond à l’analyse de Kayne
(1994, §8.7) ; s’il est interprété à sa position d’origine, i.e. complément de C°, S est
sous la portée de D°, d’où sa lecture restrictive. Ainsi nous pouvons expliquer le
200
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
sémantisme des deux types de PRpré en japonais.
Or, comme d’habitude, la conclusion précédente ne semble pas tenir pour toutes les
langues à PRpré. En mandarin la PR dans l’ordre PR DEM N n’a que la lecture
restrictive (Wu 2009:2) :
(261) wo
zuor
jian
nei
ren
PRO.1S yesterday see, meet DEM person
‘that person saw/met yesterday’
(262) Semantically, it can only be restrictive with a specific reading: neither a
non-restrictive reading nor a generic one is possible.
et de même en cantonais (Matthews & Yip 2001:272, Wu 2009:6) :
(263) keoi5 coeng3 go2 sau2 go1
3SG sing that CL song
‘the song she sings’.
(264) The only reading of Cantonese CL-RC is the specific one, so (13) [i.e. (263)],
for example, can only mean ‘the very song she sings’ if interpreted as a RC.
En réalité, ces contre-exemples ne sont qu’apparents, parce que contrairement aux
autres langues, le cantonais et le mandarin obligent que l’interprétation de la PR se
fasse toujours à sa position d’origine, i.e. complément de C° :
(265) PR DEM N
③
②
①
201
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Encore une fois, ces données montrent que l’adjonction de S à SDem relève bel et
bien d’un cas de reconstruction complète, car l’adjoint doit être effacé pour avoir son
statut d’adjoint.
À ce propos, le mandarin utilise deux autres linéarités, i.e. DEM PR COMP N et PR
COMP DEM N :
(266) naxie
lisi du guo
de
shu
DEM.PL Lisi lire TAM COMP livre
‘ces livres-là (,) que Lisi a lus’
(267) lisi du guo
de
naxie
shu
Lisi lire TAM COMP DEM.PL livre
‘ces livres-là que Lisi a lus’
Pour DEM PR COMP N, à partir de (251), il suffit que SDem s’insère à [Spéc, SD] :
(268) DEM PR COMP N
③
②
①
(269) SN à [Spéc, SC]
C° à D° par l’adjonction
SI à [Spéc, SD]
SDem à [Spéc, SD] supérieur par insertion
Voici un exemple en mandarin pour l’ordre DEM PR COMP N
202
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(270) naxie
lisi du guo
de
shu (= (266))
DEM.PL Lisi lire TAM COMP livre
‘ces livres-là (,) que Lisi a lus’
③
②
①
Quant à l’ordre PR COMP DEM N, il est nécessaire non seulement plusieurs
spécifieurs mais aussi plus d’une adjonction :
(271) PR COMP DEM N
③
②
④
①
Les opérations principales sont :
(272) SN à [Spéc, SC] et à [Spéc, SD] par substitution
SDem à [Spéc, SD] par Fusion
SC adjoint à SDem
SI adjoint à SDem
203
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Par exemple :
(273) lisi du guo
de
naxie
shu (= (267))
Lisi lire TAM COMP DEM.PL livre
‘ces livres-là que Lisi a lus’
③
④
②
①
Le positionnement respectif entre SI et SDem, et celui entre SC et SDem suivent
toujours la proposition de Chomsky (1995b:340), i.e. [adjoint-cible]. l s’agit toujours
des adjonctions de reconstruction complète, i.e. SC et SI sont à interpréter à leur
position initiale, i.e. sous la portée de Dem° et de D°, d’où l’unique lecture restrictive.
L’adjonction est exemptée de la condition d’extension, comme dans certaines
dérivations précédentes. SC c-commande sa trace, car la catégorie SDem ne domine
pas, mais le contient seulement (cf. op.cit.:177), mais c’est SD qui domine SC et sa
trace.
Concernant les motivations des déplacements postulés en (271), nous avons déjà
motivé le déplacement de SN à [Spéc, SC] par la vérification du trait [Rel]
non-interprétable de C°. Quant au déplacement de SN de [Spéc, SC] à [Spéc, SD], il
vise à vérifier le trait [+N] non-interprétable de D°. Comme nous l’avons dit plus haut,
la vérification et l’effacement du trait [+N] de D° peuvent être assurés par la montée
de SI à [Spéc, SD]. Mais le mandarin n’autorise pas cette montée, et ce, peut-être pour
la simple raison que le SI de la PR en mandarin n’est pas nominalisé et donc n’est pas
204
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
pourvu du trait [N] avec une valeur positive. 90 Pour les deux adjonctions, SC et SI à
SDem, nous en ignorons la motivation.
Quant au sémantisme de la PRpré dans les deux linéarités, la PRpré dans DEM PR
COMP N est ou bien restrictive ou bien non-restrictive alors que dans PR COMP
DEM N, elle est uniquement restrictive. Cela s’explique toujours par la théorie de
Déplacement comme Copie, de la manière similaire aux PRprés japonaises. Pour
l’ordre DEM PR COMP N, S peut être interprété, ou bien à [Spéc, SD], donc en
dehors de la portée de D°, d’où la lecture non-restrictive ; ou bien à sa position
d’origine, sous la portée de D°, d’où la lecture restrictive.
(274) DEM PR COMP N (= (268))
Copie de l’interprétation
non-restrictive
③
Copie de l’interprétation
restrictive
②
①
Pour l’ordre PR COMP DEM N, l’interprétation se fait obligatoirement à partir de la
copie la plus basse, i.e. SC à sa position d’origine, complément de D°, donc sous la
portée de D° :
90
Selon Larson et Takahashi (2004), la PRpré en mandarin fonctionne plutôt comme la PR adjectivale/participiale en
anglais, et ce, en raison d’une contrainte de juxtaposition, i.e. la PRpré de « I-level », de préférence plus ou moins forte,
précède la PRpré de « S-level ». À notre avis, basée uniquement sur la préférence de linéarisation, la conclusion selon
laquelle la PRpré en mandarin est non-finie semble peu convaincante. Sur la question de l’existence ou non de la
distinction entre le fini et le non-fini en mandarin, voir Tang (2000) pour une réponse positive, mais Hu, Pan & Xu (2001)
en faveur d’une réponse négative. Voir aussi Lin (2008) pour une autre explication sur la contrainte de la linéarisation des
PRprés en mandarin, sans considérer qu’elles soit non-finies.
205
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(275) PR COMP DEM N (= (271))
③
②
④
①
L’adjonction de SC à SDem est une adjonction de reconstruction complète et doit être
effacée pour être légitime. C’est la raison pour laquelle SC est interprété à sa position
d’origine. La dérivation (271), compliquée à première vue, est soutenue par sa capacité
d’expliquer le mystère sémantique de la PRpré en mandarin.
À partir de (271), si SN se déplace de [Spéc, SD] pour s’adjoindre à SDem, il sera
obtenu l’ordre PR COMP N DEM :
(276) PR COMP N DEM
④
⑤
③
②
①
Comme en basque :
206
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(277) erakusten dizuda-n
etxe
hura
montrer AUX.S1S.O3S.D2S.-COMP maison DEM
‘cette maison que je te montre’
④
②
⑤
③
①
Les trois adjonctions sont toujours du type reconstruction complète. SI, SC et SN
c-commande leurs traces respectives selon la définition chomskyenne de c-commande
(203) en termes de « terme » et de « domination ».
L’autre linéarité constatée en basque est PR COMP N ART :
(278) PR COMP N ART
③
④
②
①
C’est-à-dire :
207
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(279) SN à [Spéc, SC]
SN de [Spéc, SC] à [Spéc, SD]
SC à [Spéc, SD]
SI à [Spéc, SD]
Voici un exemple (Oyharçabal 2003:764) :
(280) Pellok
ekarri duen
Peter.ERG bring
AUX.COMP
‘ lost the money Peter brought’
dirua
money.DET
④
galdu
dut.
lose [sic.] AUX
③
②
①
La linéarité du dime, i.e. PR JONCT N ART, peut être dérivé de façon similaire, par
exemple (Seyoum 2008:156) :
208
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(281) níts-is-in
gáʁim
ʔíín-im
šin-déé-nd
ʔámz-is
child-DEF-DAT tomorrow sheep-ACC buy-IPF-F.RELT woman-DEF
‘the woman who will buy a sheep for the child tomorrow’
④
③
②
①
Notons quelques similarités entre (276) et (278), repris ci-dessous :
(282) PR COMP N DEM (= (276))
④
⑤
③
②
①
209
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(283) PR COMP N ART (= (278))
③
④
②
①
Avant tout, les deux dérivations diffèrent de Kayne (1994) en ceci que c’est le SN du
nom tête, au lieu de SI, qui monte à [Spéc, SD]. En effet, le SI de la PR en basque
n’est pas nominalisé, et donc il n’est pas en mesure de vérifier le [+N]
non-interprétable de D°, raison pour laquelle c’est le SN du nom tête, ayant le trait
[+N] interprétable, qui monte à [Spéc, SD] pour la même motivation.
Néanmoins, il existe des PRprés à forme verbale non-finie en basque91 (Oyharçabal
2003:792, 793)92 :
(284) zu
jaiotako
herria
you
born.PTCP.REL country
‘the country where you were born’
(285) [trafikoa zaindutako]
ertzainak
traffic
direct.PTCP.REL policemen
‘the policemen who directed the traffic’
91
92
Pour plus de discussions, voir Oyharçabal (2003, §4.10.3.2.).
Selon Oyharçabal (2003:793, 794), il y a aussi un autre type de PRpré non-finie en basque unifié, marquée par -tzeko :
(i) [trafikoa zaintzeko]
ertzainak
traffic
direct.NOM.REL policemen
‘the policemen to direct traffic’
(ii) [trafikoa zaintzeko]
bideak/tresnak/saioak/kargua/ofizioa
traffic
direct.NOM.REL means/tools/efforts/responsibility/job
‘the ways/instruments/efforts/responsibility/job to direct traffic’
Mais plus tôt (1998), il les analyse comme complétives infinitivales du nom. Voir Hualde (2003a) et Bottineau (2006).
210
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Ces deux exemples sont tirés des variantes basques du sud, i.e. des dialectes basques
d’Espagne, dont le guipúzcoa (G. Rebuschi, c. p.). La forme verbale ne portent pas
d’indice pronominal en accord avec les arguments. En revanche, elle est toujours
suivie du suffixe -ko. La fonction syntaxique de -ko est multiple, mais en général il
s’agit de transformer un constituant de valeur adverbiale en dépendant de valeur
adjectivale :
(286) azto-ko
egunkaria
hier-KO journal
‘le journal d’hier’
Certes, -ko est similaire à de français dans cet usage, mais il est faux d’identifier -ko à
de, car de, dans la construction génitival, correspond plutôt à -en. De même, -ko est à
la fois similaire à et différent de de du chinois mandarin et no du japonais, différent
parce que de et no marquent aussi le génitif, mais similaire en ce que les trois
morphèmes servent à transformer en dépendants de noms les éléments ne pouvant par
défaut fonctionner ainsi, point de vue partagé par Creissels (2006.vol.2:77-79), qui
analyse -ko comme adjectiviseur93, terme proposé par l’auteur lui-même. Cela dit, -ko
n’est donc pas un complémenteur comme -(e)n, qui apparaît aussi dans d’autres types
de subordonnées, par exemple, dans la question indirecte et le subjonctif (Artiagoitia
2003:637) :
(287) Esango
dizuet zer
den
film hori, ikusi gabe
lasai
tell.FUT AUX
what is.en film that see without calm
geldi
zaitezten
remain(RAD) AUX(SUBJ).en
‘ will tell you what that movie is, so you remain relaxed without seeing it.’
Nous laissons de côté la question du statut de -ko et aussi de la dérivation de ce type
de relatives en basque. 94
93
Selon G. Rebuschi (c. p.), il serait préférable de considérer -ko comme adnominalisateur.
Que -ko soit analysé comme complémenteur dans la PRpré du type (284) et (285), la linéarité est PR (COMP) N ART.
PR COMP N ART est déjà analysé plus haut. Nous regardons maintenant de plus près PR N ART. Cela dit, nous laissons
ouverte la question du statut de -ko dans les autres usages, si nous admettons qu’il y a plusieurs -ko. Sans doute, il est
94
211
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Dans les dialectes basques du nord, i.e. ceux qui sont parlés en France, il y a un type
de PRpré participiale sans complémenteur, qui sont pourtant inusité en Espagne (G.
Rebuschi, c. p.) :
(288) ikus.i
gizon.a
voir-PART.PAS homme-ART.SG
‘l’homme (qui a été) vu’
(289) ni.k
ikus.i
gizon.a
1SG.ERG voir-PART.PAS homme-ART.SG
‘l’homme (qui a été) vu par moi’, ‘l’homme que j’ai vu’
La linéarité est donc PR N ART. Elle est repérée aussi en qiang et en oksapmin. En
qiang, la dérivation de l’ordre PR N ART est :
(290) PR N ART
②
③
①
Les opérations principales sont :
(291) SN à [Spéc, SC]
N° à D° par adjonction
SI à [Spéc, SD]
difficile d’analyser -ko comme complémenteur en (286). De même, le statut de -ko reste à déterminer dans les exemple
suivants, à moins qu’on accepte la coexistence de deux complémenteurs (Oyharçabal 2003:782, 790) :
(i) [Usoak iragaiten direneko]
haroa
zen.
doves
pass.IMPF AUX.COMP.REL season was
‘ t was the season when pigeons arrive’
(ii) [Kondenatuak
direlako]
liburuez
mlintzo dira
condemn.DET.PL are.COMP.REL books.INSTR speak
are
‘Many speak about the books which (reportedly) are condemned.’
212
asko.
many
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
À titre d’exemple, en qiang (LaPolla 2003a:584) :
(292) qɑ-ɦɑ-ʁdʐe-m
khuǝ-le
1sg-DIR-bite-NOM dog-DEF
‘the dog which just bit me’
②
③
①
SI monte toujours à [Spéc, SD] dans le but de vérifier le trait [+N] non-interprétable de
D°. Ensuite, l’adjonction de N° à D° est un cas de déplacement N°-à-D° (cf. Delsing
(1988), Ritter (1988), Taraldsen (1990), Longobardi (1994) et Kayne (1994:88)), parce
que l’article défini -le est un suffixe en qiang, comme en basque et dans les langues
scandinaves. Selon la c-commande (203), N° (asymétriquement) c-commande sa trace,
par rapport à D°, qui domine aussi bien N° et la trace du dernier.
La PRpré non-finie basque devrait être dérivée d’une façon similaire :
(293) ikus.i
gizon.a
voir-PART.PAS homme-ART.SG
‘l’homme (qui a été) vu’
②
③
①
La montée de SI est motivée par le besoin de vérifier le trait [+N] de D°, en raison de
la nominalisation de SI. Comme nous l’avons dit, l’article basque -ak est enclitique,
213
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
raison pour laquelle dans les dérivations précédentes, nous n’avons pas évoqué le
déplacement N°-à-D°, mais il se peut que cette montée existe en basque pour les noms
sans modifieur.
Quant à l’ordre PR N DEM, la dérivation est :
(294) PR N DEM
④
②
③
①
(295) SN à [Spéc, SC]
SI à [Spéc, SD]
Insertion de SDem
SN adjoint à SDem
SI adjoint à SDem
Les précédentes remarques concernant la condition d’extension, la condition de
c-commande et le type d’adjonction peuvent être rapportées directement à cette
dérivation.
Voici un exemple en meithei (Bhat & Ningomba 1997:278) :
214
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(296) cawbə-nə
phu-bə
əŋaŋ-du tombə-gi
məca ni
Chaoba-Nom beat-Inf boy-that Tomba-Gen son
Cop
‘The boy whom Chaoba beat is Tomba’s son’
④
②
③
①
Ici, le SI de la PR est nominalisé, donc est en mesure de vérifier le [+N] de D°.
Si D° est occupé par un élément visible, il sera dérivé PR N DEM ART, comme en
oksapmin (Loughnane 2009:199) :
ku
mox ux jox maria=mul=o=li
(297) Blel i-ti-p
child put-PFV-PER.FP.SG woman ANPH 3sf TOP PN=CERT=EMPH=REP
‘( t is said that) this woman who had given birth to the child really was Maria.’
④
②
③
①
Envisageons maintenant le cas de l’amharique. Une première dérivation peut générer
l’ordre (DEM) [...COMP-V]PR ART N :
215
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(298) (DEM) [...COMP-V]PR ART N
③
②
①
④
(299) (yeh/ya) yä-säbbärä-w
säw
DEM. COMP.-casser.PAS.S3S.O3S.-DEF. homme
Sans démonstratif : ‘l’homme qui me l’a dit’
Avec démonstratif : ‘cet homme-ci/là qui l’a cassé’
③
②
①
④
Les opérations principale sont :
(300) SN à [Spéc, SC]
N° à D°
SI à [Spéc, SD]
C° à V°
Rappelons qu’en amharique, l’article défini est obligatoire pour le nom tête qui est un
nom commun, malgré la présence du démonstratif, mais pour le nom tête qui est un
216
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
nom propre, l’article défini est banni mais le démonstratif peut être utilisé, d’où la
linéarité (DEM) [...COMP-V]PR N. La différence entre (DEM) [...COMP-V]PR ART N
et (DEM) [...COMP-V]PR N, selon nous, est la visibilité de l’article défini. Le nom
propre en amharique n’est compatible qu’avec l’article défini invisible. Dans la
dérivations des deux linéarités, nous retrouvons le déplacement N°-à-D°, similaire à
(292) pour le qiang. Or, la différence majeure réside dans l’ordre des déplacements :
pour (292), le déplacement de SI à [Spéc, SD] précède celui de N°-à-D° tandis qu’en
(298), c’est le contraire. En effet, en (292), SI est nominalisé en qiang, ce qui fait qu’à
[Spéc, SD], il peut vérifier le trait [+N] de D° ; mais pour l’amharique, S , à forme
verbale finie, n’est pas en mesure de faire la même chose, raison pour laquelle c’est N°
qui s’adjoint à D° pour la même motivation. La montée de S en amharique est à
motiver autrement.
L’autre différence entre le qiang et l’amharique est le positionnement mutuel entre
l’adjoint, i.e. N° et la cible, i.e. D°. Chomsky (1995b:340) suppose que les deux
linéarités soient possibles pour l’adjoint de tête à tête. Nous suivons cette analyse en
tolérant l’ordre N°-D°, i.e. [adjoint-cible] pour le qiang et D°-N°, i.e. [cible-adjoint]
pour l’amharique. Cette liberté semble pouvoir troubler le système computationnel
CLH. l est impossible d’avoir recours au paramètre de directionalité en raison d’avoir
adopté l’ACL (cf. Kayne (1994, §5.1)). En réalité, nous pensons que l’adjonction de
N° à D°, en qiang et en amharique, relève de la formation lexicale, qui est un cas des
trois adjonctions possibles selon Chomsky (1995b:323). En plus, il suppose qu’en F-L,
X°
soit
sujet
au
processus
de
l’interprétation
de
mot
(i.e.
« word
interpretation processes WI ») qui est immun des principes du CLH pour X°. Si cette
supposition est juste, l’adjonction de N° à D°, relevant du niveau X°, n’est pas obligé
de suivre les principes de CLH, dont l’ACL, la condition d’extension et la condition de
c-commande.
Quant à l’adjonction de C° à V°, rappelons qu’il y a trois allomorphes pour le
complémenteur : yä- pour le temps passé et yä-mm-/ə-mm- pour les temps non-passés,
ce qui traduit qu’ils se composent du moins de traits d’accord en temps : [+Passé] pour
yä- et [-Passé] pour yä-mm-/ə-mm-. Donc, à un moment donné de la dérivation,
217
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
certainement avant Spell-Out, le complémenteur doit monter jusqu’à une position
préverbale, afin de vérifier et effacer ces trait d’accord. Nous supposons que C°
s’adjoigne à V° dans l’ordre [adjoint-cible], i.e. C°-V°. l s’agit toujours d’une
formation lexicale, comme nous l’avons dit dans le paragraphe précédent. Donc cette
adjonction peut être immune des principes de CHL, dont l’ACL et la condition de
c-commande, raison pour laquelle C° ne c-commande pas sa trace en (298).
À partir de (298), en absence de SDem, nous obtenons [...COMP-V]PR ART N,
toujours en amharique :
(301) yä-säbbärä-w
säw
REL.-casser.PAS.S3S.O3S.-DEF. homme
‘l’homme qui l’a cassé’
③
②
①
④
En dernier lieu, nous nous attaquons au tigré, qui possède deux linéarités. La première
est ART [...COMP...]PR N :
(302) ART [...COMP...]PR N
②
③
①
218
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(303) SN à [Spéc, SC]
SI à [Spéc, SC]
C° à un élément dans SI
Dans cette dérivation, ni SN ni SI ne sortent de SC, peut-être parce que SI est de la
forme finie (Palmer 1961:25) :
(304) la šäfättit wäddǝwo la ‘äläw ämäṣ ‘the crimes the shifta were committing,’ Lit.
the shifta they-doing-it which they-were crime
②
③
①
Les remarques sur l’amharique s’appliquent grosso modo à cette dérivation.
Le déplacement de SI à [Spéc, SC] enfreint la contrainte d’anti-localité proposée par
Grohmann (2000) et Abels (2003), entre autres95, même si leurs discussions portent
presque exclusivement sur SC et Sv, en laissant SD inexploré, bien qu’Abels
(op.cit.:12) déclare que la contrainte s’applique à tout type de têtes et ses
compléments :
(305)
Néanmoins, dans un cadre compatible avec Kayne (1994), le déplacement de SI à
[Spéc, SC] est tout à fait légitime, et même obligatoire, sous le nom de
95
Nous remercions G. Rebuschi d’avoir attiré notre attention sur cette question et fourni des références pertinentes.
219
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
« snowballing », i.e. SX au spécifieur de la tête Y qui le c-commande immédiatement
(ce qui déclenche, en plus, le déplacement de SY au spécifieur au-dessus) (cf. Munaro
& Poletto (2003) et Aboh (2004)). Suivant Pesetsky & Torrego (2001) 96 , nous
proposons le trait INFL (ou T) non-interprétable, qui déclenche le déplacement de SI à
[Spéc, SC].
Quant au déplacement de C° jusque dans SI, son cite d’atterrissage est variable, soit, le
plus souvent, devant le verbe, soit devant le sujet pronominal. Cela serait déterminé
par des règles morphologiques sujets au processus de formation de mot. Mais ce
déplacement est chose certaine.
Si SDem est inséré à [Spéc, SD], il sera généré DEM [...COMP...] PR N97 à condition
que l’article soit invisible :
(306) DEM [...COMP...]PR N
②
③
①
Comme aussi en laze (Lacroix 2009:130, 753) :
(307) ha-na
dzir-om k’oç-ep
DEM1-SUB voir-STH home-PL
« ces hommes que tu vois »
96
97
En réalité, Pesetsky & Torrego (2001:363) sont plutôt contre le déplacement « snowballing » :
(i) Head Movement Generalization
Suppose a head H attracts a feature of XP as part of a movement operation.
a. If XP is the complement of H, copy the head of XP into the local domain of H.
b. Otherwise, copy XP into the local domain of H.
Voir Cinque (2005b) et ses références pour d’autres analyses.
220
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(308) [[ordzo-s
mundi-na
var ets’-u-zd-im-u-t’u]
chaise-DAT derrière-SUB NEG PV-II3.VAL3-soulever-AUGM-STH-IMPFT.I3S
Memet’i]
Mehmet
« Mehmet, qui n’avait jamais levé le derrière de sa chaise... »
(309) [ordzo-s-na
mundi var ets’-u-zd-im-u-t’u]
chaise-DAT-SUB derrière NEG PV-II3.VAL3-soulever-AUGM-STH-IMPFT.I3S
②
③
①
Il suffit de rappeler que la position de na en laze est encore plus variable que celle de
la en tigré, peut-être pour des raisons morphologiques.
Au terme de ces réflexions, nous avons présenté les dérivations des 16 linéarités
suivantes :
(310) PR N : afar, akhvakh, alamblak, ao de Mongsen, cantonais, evenki, galo, garo,
godoberi, japonais, kannada, karachay, kham, lahu, lezguien, malayalam,
manambu, marathi, meithei, mundari, nar-phu, newari de Dolakha, ouzbek,
tamang, tshangla, turc, urarina et youkaguire de Kolyma
(311) PR N DEM : ao de Mongsen, lahu, meithei, oksapmin, qiang, sherpa et tibétain
de Lhassa
(312) PR DEM N : afar, akhvakh, cantonais, godoberi, japonais, lezguien, malayalam,
mandarin, minnan, nar-phu, ouzbek, tamang et turc
(313) DEM PR N : afar, alamblak, ao de Mongsen, bantawa, chantyal, evenki, galo,
garo, japonais, kannada, karachay, kham, khwarshi, manambu, marathi,
mundari, newari de Dolakha, ouzbek, tshangla, turc, urarina et youkaguire de
Kolyma
(314) PR COMP N : akha, lai de Hakha et mandarin
(315) (DEM) [...COMP-V]PR N : amharique
(316) DEM PR COMP N : lai de Hakha et mandarin
(317) PR COMP DEM N : mandarin
(318) PR COMP N DEM : akha et basque
(319) DEM [...COMP...]PR N : laze et tigré
221
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(320)
(321)
(322)
(323)
(324)
(325)
PR N ART : lotha, manange, oksapmin, padam-mising, qiang et singpho
[...COMP-V]PR ART N : amharique
ART [...COMP...]PR N : tigré
(DEM) [...COMP-V]PR ART N : amharique
PR N DEM ART : oksapmin
PR COMP/JONCT N ART : basque (complémenteur) et dime (joncteur)
Voici les dérivations que nous avons proposées :
(326) PR N : japonais
②
①
(327) DEM PR N : afar, alamblak, ao de Mongsen, bantawa, chantyal, evenki, galo,
garo, japonais, kannada, karachay, kham, khwarshi, manambu, marathi,
mundari, newari de Dolakha, ouzbek, tshangla, turc, urarina et youkaguire de
Kolyma
②
①
222
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(328) PR DEM N : afar, akhvakh, cantonais, godoberi, japonais, lezguien, malayalam,
mandarin, minnan, nar-phu, ouzbek, tamang et turc
③
②
①
(329) PR COMP N : mandarin
③
②
①
(330) DEM PR COMP N : lai de Hakha et mandarin
③
②
①
223
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(331) PR COMP DEM N : mandarin
③
②
④
①
(332) PR COMP N DEM : akha et basque
④
⑤
③
②
①
(333) PR COMP/JONCT N ART : basque (complémenteur) et dime (joncteur)
③
④
②
①
224
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(334) PR N ART : basque, lotha, manange, oksapmin, qiang et singpho
②
③
①
(335) PR N DEM : ao de Mongsen, basque, lahu, meithei, qiang, sherpa, tibétain de
Lhassa
④
②
③
①
(336) PR N DEM ART : oksapmin
④
②
③
①
225
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(337) (DEM) [...COMP-V]PR (ART) N : amharique
③
②
①
④
(338) DEM [...COMP...]PR N : laze et tigré
②
③
①
(339) ART [...COMP...]PR N : tigré
②
③
①
Nous allons maintenant nous tourner vers les effets de reconstruction.
226
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
4.2.4. Reconstruction
Pour commencer, précisons d’abord ce que nous entendons par « effets de
reconstruction ». En langage simple, si le nom tête doit être interprété à l’intérieur de
la PR, sa représentation interne est nécessaire, auquel cas il faut obligatoirement
reconstruire le nom tête dans la PR. Il y a en gros trois tests98 : le test des expressions
idiomatiques, le test du liage et le test de la portée.
L’expression idiomatique est considérée comme étant non-décomposable dans le sens
où elle est représentée telle quelle dans le lexique sans que soient possibles davantage
d’analyses en termes de relations grammaticales ou de structures argumentales : pay
lip service en anglais veut dire ‘faire semblant de s’intéresser à une chose’ et poser un
lapin en français signifie ‘ne pas venir à un rende -vous’ :
(340) Tom is really disappointed by the lip service that _ was paid by the president.
(341) Henry n’a pas apprécié le lapin que tu lui as posé _ hier. 99
Dans ces deux exemples, les expressions idiomatiques sont toujours interprétées telles
quelles malgré leur décomposition superficielle. Cela prouve que le nom tête doit être
restitué à sa position habituelle à l’intérieur de la PR pour que l’expression entière soit
interprétée comme étant idiomatique.
Le deuxième test s’appuie sur la théorie du Liage (Rebuschi 2006a:2090) :
(342) Principe A : les anaphores doivent être liées dans leur Catégorie
Gouvernante ;
(343) Principe B : les pronoms doivent être libres dans leurs Catégorie
Gouvernante ;
(344) Principe C : les expressions nominales référentielles doivent être libres
(partout).
(345) La Catégorie Gouvernante [CG] d’une anaphore ou d’un pronom α est la plus
petite catégorie syntaxique β contenant α, sont [sic.] gouverneur et un sujet [...]
Voici quelques exemples en anglais dont l’interprétation n’est réussie que si le nom
98
99
Voir §3.5 pour une présentation plus détaillée.
À noter que ces deux exemples ne sont pas acceptés par tous les locuteurs natifs.
227
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
tête est représenté à l’intérieur de la PR (Alexiadou et al. 2000a:9) :
(346)
(347)
(348)
(349)
(350)
the portrait of himselfj that Johnj painted.
the portrait of himselfj/k that Billk said that Johnj painted
*the portrait of himj that Johnj painted
the portrait of himj that Johnj thinks that Mary painted
*/?the portrait of Johnj that hej (thinks that Mary) painted
[BT Principle A]
[BT Principle A]
[BT Principle B]
[BT Principle B]
[BT Principle C]
Le troisième test, i.e. celui de la portée, montre que l’interaction entre les portées des
quantifieurs fournit des indices sur la génération du nom tête :
(351) Voici deux livres que chaque étudiant doit lire : Le monde comme volonté et
comme représentation et De la volonté dans la nature pour Friedrich, Essai sur
le libre arbitre et Sur la religion pour Émile, et Le sens du destin et Essai sur les
femmes pour Giacomo (chaque > deux)
(352) Voici les deux livres que chaque étudiant doit lire : Le monde comme volonté et
comme représentation et De la volonté dans la nature (deux > chaque)
Les deux interprétations de deux livres que chaque étudiant doit lire se font en
fonction de l’interaction des portées entre les deux quantifieurs : en (352), s’agissant
de deux livres communs pour tous les étudiants, deux a la portée sur chaque,
autrement dit, deux livres c-commande chaque étudiant. Tandis que en (351), chacun
choisit deux livres à son gré, ce qui veut dire que chaque porte sur deux, et que chaque
étudiant c-commande deux livres. Ce sémantisme oblige une représentation interne du
nom tête sous la portée de chaque étudiant à l’intérieur de la PR.
Faute de données fiables, nous ne sommes pas en mesure de nous prononcer sur la
validité des trois tests dans toutes les langues à PRpré. Mais ce qui est sûr, c’est que du
moins certains des trois tests sont valables dans les langues soumises à l’épreuve, qui
plus est, nous n’avons trouvé aucune langue qui mette en échec systématiquement les
effets de reconstruction. Aoun & Li (2003, §5.1) montre que les effets de
reconstruction existent bel et bien en mandarin, par le liage, la portée et l’expression
idiomatique (op.cit.:132, 133, 134, 138) :
228
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
mei-ge-reni
kai t lai de] zijii de chezi]
(353) [[wo jiaozhangsan quan
I
ask Zhangsan persuade every-CL-person drive come DE self DE car
‘self’s car that asked Zhangsan to persuade everyone to drive over.’
(354) ni hui kandao [[wo xiwang mei-ge
xueshengi dou neng dai t lai
you will see
I
hope every-CL student
all can bring come
de] wo gei
taide shu
DE I
give his
book
‘You will see the book that I gave to himi that I hope every student i will bring’
(355) wo hui zhengli [[mei-ge-ren
hui kan t de] san-ben shu] (different
3 books)
I will arrange every-CL-person will read DE three-CL book
‘ will put the three bookds that everyone will read in order.’
(356) [[ta chi ei de] cui]
bi
shei dou da
he eat
DE vinegar compare who all big
‘Lit. The vinegar he eats is greater than anyone else’s.’
‘His jealousy is greater than anyone else’s.’
Mais l’effet de portée est moins stable (op.cit.:133) :
(357) wo hui zhengli [[mei-ge-ren
dou hui kan t de] san-ben shu] (same 3 books)100
I will arrangeevery-CL-person all will read DE three-CL book
‘ will arrange the three books that everyone will read in order.’
Leur conclusion est que (op.cit.:139) :
(358) Reconstruction is possible for binding relations involving anaphors, bound
pronouns, and so on, in the Head.
(359) Reconstruction is not possible for structures involving a Head QP interacting
with another QP inside a relative clause for scope interpretations.
(360) Idiom chunks involving a relativized Head can be related to the relative clause.
Therefore, reconstruction is possible when idiom chunks are involved. However,
the idiomatic Head is not always necessarily related to the relative clause. It can
be related to the matrix clause.
De un autre côté, selon Hajime Hoji, cité dans Aoun & Li (2003:197), le liage échoue
en cas de pronom lié en japonais :
100
Selon Aoun & Li (2003:134) :
(i) However, these expressions involve dou ‘all’. When ‘all’, which occurs with the QP in the relative clause,
disappears, the reconstruction effect seems to reappear.
229
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(361) *[NP[ johni-ga ej taipu-situ][ zibuni-no ronbun]j]
John-NOM typed
self-GEN paper
‘selfi’s paper that Johni typed’
(362) [[ toyota-sae]-gai ej uttaeta][ so-ko-oi
uragitta kaisya]j]-ga
Toyota-even-NOM sued
that-placed-ACC betrayed company-NOM
tubureta
bankrupt
‘[(The) company/nies that had betrayed it i that [even Toyota]i sued] went
bankrupt.
Selon Caponigro & Polinsky (2008:83), la PRpré en adyguéen ne manifeste pas
d’effets de reconstruction, en donnant seulement un exemple concernant l’expression
idiomatique101 :
(363) ǝ-pe
hwǝ ǝ-r
qǝrexǝ
3SG.POSS-nose smoke-ABS blow.PRES
‘S/He is furious.’ (lit. “Smoke is coming out of his/her nose.”)
(364) [ǝ-pe
ec qǝrexǝ]
hwǝ ǝ-r
3SG.POSS-nose
blow.PRES smoke-ABS
‘the smoke that is coming out of his/her nose’ (literal meaning)
# ‘his/her anger’ (idiomatic)
Wu (2008:143), néanmoins, prouve la validité du liage dans deux langues à PRpré, i.e.
en amharique :
(365) Johni yä-salä-w
yä-rasui/*j
seel
John COMP.-peindre.PAS.S3S.O3S.-DEF. GEN.-REFL.3SGM. portrait
‘le portrait de lui-même que John a peint’
(366) Johni yä-salä-w
yä-ssu*i/j
seel
John COMP.-peindre.PAS.S3S.O3S.-DEF. GEN.-3SGM. portrait
‘le portrait de lui que John a peint’
101
Selon de Vries (2002:78), les véritables expressions idiomatiques ne sont pas accessible à la relativisation, comme
(i) *the bucket he kicked, was horrible
Ce serait la raison pour laquelle les effets de reconstruction ne sont pas constatés en (363). En plus, nous ne savons si
toutes les expressions idiomatiques sont exemptes des effets de reconstruction en adyghe.
230
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(367) yä-salä*i/j-w
yä-Johni
seel
COMP.-peindre.PAS.S3S.O3S.-DEF. GEN.-John portrait
‘le portrait de John qu’il a peint’
et en turc :
(368) hasani-ın
qiz-diğ-i
kendii/*j porter-si
Hasan-GEN. peindre-PART.-POSS3S. REFL. portrait-POSS3S.
‘le portrait de lui-même que Hasan a peint’
(369) hasani-ın
qiz-diğ-i
on*i/j-un
portre-si
Hasan-GEN. peindre-PART.-POSS3S. PRO3S.-GEN. portrait-POSS3S.
‘le portrait de lui que Hasan a peint’
(370) on*i/j-un
qiz-diğ-i
hasani-ın
portre-si
PRO3S.-GEN. peindre-PART.-POSS3S. Hasan-GEN. portrait-POSS3S.
‘le portrait de Hasan qu’il a peint’
Notre position, nous le répétons, est que les effets de reconstruction existent, plus ou
moins, dans toutes les PRprés et qu’aucune langue à PRpré n’a prouvé leur échec
systématique. Donc, les effets de reconstruction ne sont pas une invention théorique.
Les effets de reconstruction étant donnés, la question suivante reste posée de savoir
quel élément est à reconstruire, le SN ou le SD. Selon Kayne (1994), la reconstruction
est en vigueur aussi bien dans la non-restrictive que dans la restrictive, et il s’agit
toujours d’un SN, par exemple (op.cit.:112) :
(371) The idea that nonrestrictives are essentially like restrictives in the overt syntax –
and more specifically, that nonrestrictives, too, involves the raising/promotion
of the relativized NP from within IP up to Spec,CP – is supported by the
existence of reconstruction effects in nonrestrictives.
Plus précisément, la dérivation commune est [SD SI [D° [SC SDRel [C° tSI]]]], donc, dans
l’ensemble, elle s’applique aux restrictive et non-restrictive jusqu’à Spell-Out. Mais la
non-restrictive, en F-L, fait monter SI à [Spéc, SD], i.e. au-deçà de la portée du D°
externe. Borsley (1997) soumet les exemples suivants comme contre-arguments
(op.cit.:644) :
231
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(372)
(373)
(374)
(375)
Mary is courageous, which I will never be.
John is the garden, which is where I should be.
Mary has resigned, which John hasn’t.
John was late, which was unfortunate.
Dans ces exemples, le constituant relativisé n’est même pas SN (ni SD). En plus, le
constituant relativisé ne peut certainement pas être restitué à l’intérieur de la PR, ce
qui nuit à l’AMT. Mais il faut noter que ces exemples sont des PRs non-restrictives.
Bianchi (1999, chapitre V) discute en détail l’asymétrie de la reconstruction entre la
restrictive et la non-restrictive et parvient à une conclusion différente, mais capable de
rendre compte de (372)-(375) : la reconstruction est possible dans la restrictive et
impossible dans la non-restrictive. Plus récemment (2004), elle étend l’analyse à la PR
maximalisante. Il est nécessaire de rappeler ce que ce sont les trois types sémantiques
de PR. En langage simple, la restrictive restreint l’ensemble des référents dénotés par
le nom tête, la non-restrictive en enrichit la description sans effet de restriction et la
maximalisante réduit l’ensemble à un singleton. Syntaxiquement, dans les langues où
la distinction est effectivement constatée, elles se différencient par, entre autres,
l’utilisation de relativiseurs spécifiques et le type de nom tête, ce qui est illustré par
l’anglais :
(376)
restrictive
relativiseur pronom relatif,
complémenteur, marque zéro
102
nom tête
<e,t>
non-restrictive
pronom relatif
maximalisante
complémenteur
<e,t> ou <e>
<e,t>
Tableau 4.5. Caractéristiques morphosyntaxiques des PRs restrictive, non-restrictive et
maximalisante
Voici des exemples :
(377) Restrictive : the boy/*Tom/*he who/that/Ø came yesterday
(378) Non-restrictive : the boy/Tom/he/*nobody/*somebody, who/*that/*Ø came
yesterday
102
Une analyse unitaire est celle de quantifieur généralisé, i.e. <<e,t>,t> pour tout type de noms. Voir Barwise & Cooper
(1981), entre autres.
232
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(379) Maximalisante : (all) the (three), every, *some, *few, *a lot of boys
*who/that/*Ø there is/are in the room.
De plus, selon Bianchi (2004), les trois types de PR sont différents quant aux effets de
reconstruction. Elle présuppose que (i) le constituant relativisé est un SD103 composé
d’un déterminant de relative DRel et le SN du nom tête ; (ii) le SD relativisé monte à
[Spéc, SForce] du SC scindé à la Rizzi (1997) ; et (iii) dans la PR à complémenteur le
déterminant de relative Drel est effacé :
(380) [SD le [SForce [SD DRel garçon]i [que [SI je connais [SD DRel garçon]i]]]]
La reconstruction s’effectue différemment pour les différents types de PR. Pour la
maximalisante et la restrictive non-spécifique, en F-L, le nom tête externe est effacé :
(381) [SD les [SForce [SD DRel garçons]i [que [SI je connais [SD DRel garçons]i]]]]
Ensuite, le SD du nom tête interne subit une opération de « rétrécissement » (i.e.
« shrinking »), qui consiste à réduire ce SD à une chaîne d’un seul membre :
(382) [SD les [SForce [SD DRel garçons]i [que [SI je connais [SD <D
DRRReeelll> garçons]i]]]]
Suite à cette opération de rétrécissement, le SD relativisé devient SN et la chaîne est
une chaîne non-spécifique. Pour la restrictive spécifique, le rétrécissement fait défaut.
Par conséquent, le SD relativisé reste toujours SD, et la chaîne est une chaîne
spécifique. Quant à la non-restrictive, après la montée du SD relativisé à [Spéc, SC], le
SI de la PR monte invisiblement à [Spéc, SD] afin de sortir de la portée du D° externe,
auquel cas si le SD relativisé dans SI est effacé, il sera obtenu :
(383) [SD [SI je connais ei]j le [SD DRel garçon]i [SC que tj]]
tj est l’équivalent d’un pronom anaphorique défini et la chaîne est une chaîne
103
Selon Cinque (2008a), le nom tête interne est indéfini. Voir §4.3.1 ci-dessous.
233
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
pronominale. La caractère défini et anaphorique du chaînon tj fait que la reconstruction
est nulle.
À titre d’illustrations, Bianchi, moyennant l’italien, vérifie systématiquement la portée,
le liage de l’anaphore et le principe C. D’abord, s’agissant de la portée, la
reconstruction est possible pour la restrictive (générique ou spécifique) et pour la
maximalisante, mais impossible pour la non-restrictive (op.cit.:81, 82, 83) :
(384) Maximalisante et restrictive non-spécifique :
Pro calcoleremo il tempo che ciascuno di noi ha dedicato t a questo progetto.
(we) will calculate the (amount of) time that each of us has devoted to this
project
(385) Restrictive spécifique :
Pro ho avvertito i due pazienti che ogni medico visiterà t domani.
(I) advised the two patients that every doctor will examine tomorrow
(386) Non-restrictive :
Pro ho telefonato ai due pazienti cardiopatici, che ogni medico visiterà t
domani.
(I) phoned to the two cardiopath patients that every doctor will examine
tomorrow
En (384), il tempo s’interprète sous la portée de ciascuno di noi, car la quantité de
temps varie selon la personne ; en (385), il peut s’agir de deux mêmes patients ou de
deux patients différents, aussi la reconstruction est une question de choix ; en (386), il
n’y a que deux patients et seuls ces deux patients feront l’objet de l’examen, d’où
l’absence de reconstruction.
En ce qui concerne le liage anaphorique, dans la maximalisante (387) et la restrictive
non-spécifique (388), le liage n’est possible que dans la position la plus basse de la
chaîne ; dans la restrictive spécifique (389), le liage est constaté dans toutes les
positions de la chaîne ; et dans la non-restrictive (390), le liage est nul (op.cit.:82, 83) :
(387) Maximalisante :
Pro sapessi i pettegolezzi su se stessoi/?* se stessak che Mariak dice [t che
Giannii ha sentito t alla festa] !
could (you) [sic.] know the gossips on himself/herself that Maria says that
Gianni has heard at the party
234
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(388) Restrictive générique :
L’immagine di séi/*k che Mariak dice [t che Giannii cerca di trasmettere t agli
altri].
the image of him/herself that Maria says that Gianni tries to convey to other
people
(389) Restrictive spécifique :
Pro mi hanno riferito i pettegolezzi su se stesso i/se stessak che Mariak dice [t
che Giannii ha sentito t alla festa]
(they) have reported to me the gossips on himself/herself that Maria says that
Gianni has heard at the party
(390) Non-restrictive
Mariai mi ha riferito [quei pettegolezzi su se stessai / se stesso *j], per i quali, a
quanto pare, Giannij si è offeso t.
Mariai has reported to me those gossips on herself/himself by which apparently
Gianni was offended.
S’agissant du principe C, il est clair dans la maximalisante et la restrictive
non-spécifique (391), plus confus dans la restrictive spécifique (392) et nul dans la
non-restrictive (393) (idem.) :
(391) Restrictive non-spécifique :
*Se tu immaginassi i pettegolezzi su Giannii che luii/proi può aver sentito t alla
festa, capiresti perché sono preoccupata.
‘ f you could imagine the gossip on Giannii, that hei may have heard at the party,
you would undertand my being concerned.’
(392) Restrictive spécifique
Mi hanno riferito i pettegolezzi su Giannii che *pro/?luii può aver sentito t alla
festa.
they reported to me the gossips on Gianni that he may have heard at the party
(393) Non-restrictive
[Questi pettegolezzi su Gianni], che luii/proi può aver sentito, sono privi di
fondamento.
these gossips on Giannii [sic.] which he may have heard are groundless
À la lumière de ce qui précède, les effets de reconstruction suffisent à distinguer les
trois types de PR. Nous avons aussi répondu à la question vue plus haut : qu’est-ce qui
est reconstruit, le SN ou le SD ? La réponse est : toujours le SD relativisé. Donc, il
serait plus juste d’étiqueter le constituant relativisé comme SD que comme SN, pour
les dérivations présentées dans la section précédente.
235
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Ces réflexions nous amènent à la question concernant le sémantisme de la PRpré.
Souvenons-nous qu’il est souvent mentionné que la PRpré ne peut être non-restrictive
(ou alors seulement de façon marginale) (cf. Mallinson & Blake (1981:364-366), de
Vries (2001:237, 2002:29, 217 et 2005:135)). Même si aucune étude typologique n’a
été engagée, le constat semble établi pour certaines langues, par exemple, pour
l’evenki (cf. Nedjalkov (1997:35)), le géorgien (cf. Aronson (1972:141)), le kirghize
(cf. Aydɪn (2006:318)), le mandarin (cf. Lin (2003), Del Gobbo (2005) et Zhang
(2001)) et le turc (cf. Kornfilt (1997a), Göksel & Kerslake (1998) et Aygen (2003)).
Cependant, il y a aussi l’opinion contraire, par exemple, en japonais (Kameshima
(1989:208) :
(394) It has been recognized that there exists a distinction between restrictive and
non-restrictive relatives in Japanese in terms of meaning, although there seems
to be no surface phonological, morphological or syntactic device to distinguish
the two.
Selon D. Creissels, la PRpré akhvakh n’a « pas forcément une valeur restrictive » :
(395) ħema oxadawe ʕali wo χari ‘Ali, qui avait vendu une vache s’est réjoui’
également en basque (cf. Rebuschi (2009:127, note 7)), en coréen (cf. Oh
(1971:69-72), Tagashira (1972:215-216, 314) et Sohn (1994:64-65)), en kannada (cf.
Sridhar (1990:51-52)), en malayalam (cf. Asher & Kumari (1997:55)) et en marathi (cf.
Pandharipande (1997:80-84)). Un autre point de vue est que s’il y a à la fois la PRpré
et la PRpost dans une langue, la PRpré est souvent restrictive tandis que la PRpost est
non-restrictive, par exemple, en ao de Mongsen (cf. Coupe (2007:200-223)), en
oksapmin (cf.
Loughnane
(2009:191,
199-207))
et
en tsou (cf.
Zeitoun
(2005:273-274)).
Donc, il serait faux de se contenter de la généralisation concernant l’impossibilité pour
la PRpré de distinguer la restrictive et la non-restrictive. La façon plus précise de
l’exprimer serait de dire que morphosyntaxiquement parlant, la PRpré ne peut
236
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
distinguer la restrictive et la non-restrictive. Notre position rejoint celle de Grosu
(2000a et 2000b) : une analyse purement configurationnelle ne peut rendre compte du
type sémantique d’une PR donnée, parce que la morphosyntaxe interne de celle-ci ne
constitue pas un indicateur fiable, mais constituent seulement des filtres qui éliminent
certaines interprétations en en sauvegardant d’autres. Par conséquent, le type
sémantique de la PR doit être analysé en termes de traits interprétables, ou de type
logico-sémantique formel.
Une première caractéristique de la PRpré qui la condamne à cette ambiguïté est le type
de relativiseur. En effet, dans la PRpré, ne sont trouvés que le complémenteur et la
marque zéro. Si le type de relativiseur permet de démêler la restrictive et la
non-restrictive comme en anglais, cette possibilité est définitivement perdue d’avance
pour les PRprés.
L’autre facteur au détriment de la distinction entre la restrictive et la non-restrictive
dans la PRpré est le manque de l’article défini comme catégorie lexicale dans la
majorité ultra des langues à PRpré. Dans ces langues, un SN sans aucun déterminant
peut être défini ou indéfini, i.e. <e> ou <e,t>104. Or, le sémantisme de la PR est en
rapport étroit avec la définitude du nom tête. La remarque de Pandharipande (1997:83)
sur le marathi peut se généraliser aux autres langues à PRpré :
(396) [T]he restrictive vs. non-restrictive interpretation is determined on the basis of
the degree to which the head noun Np is identifiable (through various clues).
The higher the degree of identifiability, the higher the possibility of interpreting
the relative clause as non-restrictive. In contrast to this, the lower the degree of
identifiability of the referent of the head Np, the more likely the restrictive
interpretation of the relative clause.
En §1.4, nous avons présenté un troisième type sémantique de la PR, i.e. la PR
maximalisante. L’une de ses caractéristiques est qu’elle n’accepte que les déterminants
définis ou universels :
104
Ou encore <<e,t>,t> comme quantifieur généralisé.
237
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(397) (all) the (three), every, *some, *few, *a lot of books that there is/are on the
table.
Le caractère non-obligatoire du déterminant dans le SD de la plupart des langues à
PRpré rend flou le sémantisme du SD. Si le déterminant est inexistant, ou bien
invisible, la décomposition sémantique sera effectivement problématique. Autrement
dit, sans déterminant, le nom peut être défini ou indéfini, mais ce n’est qu’un effet de
sens. Quand il est déterminé, ou identifiable selon Pandharipande, il y de fortes
chances pour que la PR soit interprétée à la non-restrictive ; au contraire, moins il est
déterminé ou identifiable, plus est forte la tendance de l’interpréter à la restrictive.
Autrement dit, l’existence ou non de l’article (défini) semble être le facteur décisif
dans l’interprétation de la PR. En amharique, un nom propre ne peut être déterminé
par l’article défini suffixal, mais peut l’être par un démonstratif, donc, l’ambiguïté
existe pour le nom tête nu, mais non pour le nom tête déterminé par un démonstratif :
(398) yä-näggäraňň
Desta
COMP.-dire.PARF.S3S.O1S. Desta
‘Desta, qui me l’a dit’ ou ‘le Desta qui me l’a dit’
Desta
(399) *yä-näggärann-u
COMP.-dire.PARF.S3S.O1S.-DEF Desta
‘le Desta qui me l’a dit’
(400) yeh/ya yä-näggärann
Desta
DEM. COMP.-dire.PARF.S3S.O1S. Desta
‘ce Desta qui me l’a dit’
Le même schéma existe en arabe standard, langue à PRpost. Nous pouvons en tirer
deux conclusions : d’abord le sémantisme de la PR est en rapport avec la définitude du
nom tête, quelle que soit la position de la PR par rapport au nom tête, comme en
témoignent l’amharique et l’arabe standard ; et deuxièmement, l’utilisation de certains
modifieurs déterminants, tels que le démonstratif et le génitif, peut forcer la lecture
restrictive, comme en (400), comparé à (398), et aussi pour les exemples suivants, tirés
du quechua de Cuzco :
238
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(401) chay
hamu-sha-q
Pedro
DEM. venir-PROG.-PART. Pedro
‘ce Pedro-là qui vient’, ‘le Pedro qui vient’
(402) hamu-sha-q
Pedro
venir-PROG.-PART.
Pedro
‘Pedro, qui vient’ ou ‘le Pedro qui vient’
Ce phénomène est relativement facile à expliquer. Étant donné que la définitude est
notamment exprimée, morphosyntaxiquement, par les déterminants, dont l’article et le
démonstratif, si l’absence de l’article rend la PR ambiguë, la présence du démonstratif
explicite la définitude du nom tête et le caractère restrictif de la PR.
Il faut aussi souligner que le positionnement respectif du démonstratif et de la PR joue
un rôle. Par exemple, en japonais, la PRpré précédée du démonstratif est uniquement
restrictive tandis que celle suivie du démonstratif est soit restrictive soit non-restrictive
en fonction du contexte (Ishizuka 2006:5, 6) :
(403) *?Ito-san-ni-wa
musuko-ga hito-ri iru. [sono [sakunen
Ito-Ms.-DAT-TOP
son-NOM 1-CL exist that
last_year
isya-ni
nat-ta]
musuko]-ga kekkon-si-ta.
Doctor-DAT become-PAST son-NOM marriage-do-PAST
‘Ms. to has a son. That son who became a doctor last year got married.’
(404) Ito-san-ni-wa
musuko-ga hito-ri iru. [[sakunen isya-ni
Ito-Ms.-DAT-TOP
son-NOM 1-CL exist last_year
doctor-DAT
nat-ta]
sono musuko]-ga kekkon-si-ta.
become-PAST
that
son-NOM
marriage-do-PAST
‘Ms. to has a son. That son, who became a doctor last year, got married.’
Par contre, en mandarin, l’ordre DEM PR COMP N génère la lecture non-restrictive
tandis que PR COMP DEM N la restrictive :
(405) naxie
lisi du guo
de
shu
DEM.PL Lisi lire TAM COMP livre
‘ces livres-là que Lisi a lus’, ou ‘ces livres-là, que Lisi a lus’
(406) lisi du guo
de
naxie
shu
Lisi lire TAM COMP DEM.PL livre
‘ces livres-là que Lisi a lus’
239
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Et l’autre linéarité, PR DEM N n’a que la lecture restrictive :
(407) lisi du guo
neixie
shu
Lisi lire TAM DEM.PL livre
‘ces livres-là que Lisi a lus’
Selon notre analyse précédente, il y a une disparité entre F-Ph et F-L dans la PR en
mandarin. Si en F-Ph le démonstratif précède la PRpré, en F-L, le SI de la PR monte à
[Spéc, SDem], et la PRpré est en dehors de la portée du démonstratif. C’est à partir de
cette copie que l’interprétation non-restrictive sera faite. Mais ce déplacement invisible
n’est pas obligatoire : le cas échéant, la lecture restrictive est générée. En revanche, si
en F-Ph la PRpré précède le démonstratif, son interprétation se fait à partir d’une copie
basse en-dessous du démonstratif en F-L, et la copie la plus haute n’est jamais
impliquée dans l’interprétation, ce pour quoi l’unique interprétation est la restrictive.
Au termes de ces réflexions, nous nous sommes formé une idée plus claire en ce qui
concerne le sémantisme de la PRpré. La PRpré est sémantiquement en mesure d’être
interprétée soit comme restrictive soit comme non-restrictive. Le facteur principal est
la définitude du nom tête. S’il y a un déterminant externe sur le nom tête, la PRpré est
presque toujours restrictive ; en l’absence du déterminant externe, la PRpré reste
ambiguë entre restrictive et non-restrictive. Or, si la présence d’un déterminant externe
favorise ou impose la lecture restrictive, pourquoi son absence ne supprime-t-elle
pourtant pas l’interprétation restrictive ? La réponse réside dans la reconstruction.
Reprenons l’analyse de Bianchi (1999 et 2004). Selon elle, le constituant à relativiser
dans la PR est en réalité SD, composé d’un déterminant de relative DREL et du SN du
nom tête. Le déterminant de relative DREL est nul pour les PRs à complémenteur et à
marque zéro (Bianchi 1999:170) :
(408) [DP the [CP[DP DREL book] [CP that [IP I read tDP]]]]
Mais il peut être réalisé en pronom relatif, idée déjà mise en place par Kayne
(1994:88-91), comme dans (Bianchi 1999:75) :
240
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(409) [DP the [CP C° I met [DP who [NP boy]]]]
[DP the [CP [DP who [NP boy]]i [CP C° [IP I met ti]]]]
[DP the [CP [DP boy [CP who tNP]]i [CP C° [IP I met ti]]]]
Puisque dans la PRpré le pronom relatif n’est jamais utilisé, le déterminant de relative
DREL doit être toujours nul suivant cette analyse. Cette invisibilité joue un rôle
intéressant lors de l’opération de reconstruction. l suffit de rappeler que pour la
maximalisante et la restrictive non-spécifique, il y a l’effacement du nom tête externe
et le rétrécissement (i.e. « shrinking ») du SD interne, qui consiste à réduire le SD à
une chaîne d’un seul membre, i.e. le SN ; pour la restrictive spécifique et la
non-restrictive, il y a seulement l’effacement du nom tête externe sans rétrécissement
du SD interne. Or, étant donné que dans la PRpré le déterminant de relative DREL est
systématiquement invisible, l’effet de rétrécissement est moins facile à constater. En
conséquence, il y a d’un côté ambiguïté entre l’interprétation maximalisante et la
restrictive, et de l’autre entre la restrictive générique et la spécifique, comme, par
exemple, en mandarin :
(410) lisi he
guo
de
jiu
Lisi boire TAM
COMP vin
‘le vin que Lisi a bu’
‘(tous) les vins que Lisi a bus’
‘la quantité de vin que Lisi a bu’
Pris isolément, (410) génère trois lectures possibles, i.e. la restrictive, la non-restrictive
et la maximalisante. Certes, le contexte ou le cotexte peut lever l’ambiguïté :
(411) Restrictive spécifique :
lisi he
guo
de
jiu shi zhe
Lisi boire TAM COMP vin COP DEM
‘Le vin que Lisi a bu est de cette bouteille.’
(412) Restrictive générique :
lisi he
guo
de
jiu dou
Lisi boire TAM
COMP vin tout, tous
‘(Tous) les vins que Lisi a bus sont très chers.’
241
ping
bouteille
hen gui
très cher
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(413) Maximalisante :
lisi he
guo
Lisi boire TAM
wo
he
yi
beizi
de
jiu gou
COMP vin suffire PRO.1SG boire un (NUM) vie
‘ l me faudrait toute une vie pour boire la quantité de vin que Lisi a bu.’
En termes de reconstruction, les représentations en F-L devraient être :
(414) Restrictive générique ou maximalisante
[SD [SI lisi he guo [SD DREL [SN jiu]]] [SC [SD DREL [SN jiu]] de [SI lisi he guo [SD
<D
DRRREEELLL> [SN jiu]]]]]
(415) Restrictive spécifique
[SD [SI lisi he guo [SD DREL [SN jiu]]] [SC [SD DREL [SN jiu]] de [SI lisi he guo [SD
DREL [SN jiu]]]]]
Le rétrécissement fait la différence entre la restrictive générique/la maximalisante et la
restrictive spécifique. Mais vu que le DREL est constamment invisible, l’effet du
rétrécissement est de loin moins évident que si le DREL est un pronom relatif. C’est
pourquoi en anglais une PR introduite par un pronom relatif ne peut être
maximalisante, mais celle introduite par un complémenteur ou par rien peut être
maximalisante ou restrictive. À noter que la PRpré n’est introduite que par le
complémenteur ou par rien. Cette caractéristique laisse donc la porte ouverte à la
possibilité pour la PRpré d’être interprétée à la maximalisante.
D’autres facteurs pourraient y jouer un rôle, dont le nombre. En effet, concernant la
distinction entre la restrictive générique et la spécifique, à notre avis, la notion de
généricité devrait jouer un rôle crucial. Selon Longobardi (1994) et Farkas & de Swart
(2009), les SNs définis (i.e. les SDs) dénotent soit l’unicité soit le maximal, mais les
SNs dénotent l’existentiel (i.e. pluriel ou masse). Pour les langues sans article, Dayal
(2004) traite les SNs nus comme génériques105 (« kind terms »), avec des différences
entre les pluriels et les singuliers, les pluriels dénotant davantage le générique que les
singuliers. Or, le mandarin est une langue sans article et sans nombre morphologique,
ce qui fait que la distinction n’est rien que sémantique, d’où les trois interprétations de
(410). Dans une langue ayant le nombre morphologique, l’interprétation générique
105
Pour une introduction à la généricité, voir Krifka et al. (1995).
242
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
devrait être favorisée par le nom tête pluriel et la spécifique par le singulier, même si la
différence demeure toujours très subtile et que l’interprétation se bascule facilement de
l’une à l’autre. En plus, il faut prendre aussi en compte la dénotation de la PR
elle-même, en termes de « I-level » et de « S-level » (cf. Carlson (1977a), Svenonius
(1994) et Kratzer (1995)). La PR dénotant une propriété intrinsèque ou pertinente, i.e.
du type « I-level », orienterait l’interprétation vers la générique et celle dénotant une
propriété temporaire ou épisodique du type « S-level » la spécifique. Par exemple, en
turc, la PRpré participiale sans auxiliaire ne distingue pas les valeurs de
temps-aspect-mode (cf. Göksel & Kerslake (2005:450)). La forme verbale participiale
ye-diğ-i106 dénote en règle générale le non-futur, mais elle ne peut se référer qu’au
passé en (416) en raison de la présence de l’adverbe dün ‘hier’ :
(416) dün
hasan-ın
ye-diğ-i
balık-lar
hier Hasan-GEN manger-PART.-POSS.3S poisson-PL
‘les poissons que Hasan a mangés hier’
Sans aucune autre indication temporaire, son interprétation est ambiguë entre le passé
et le présent :
(417) hasan-ın
ye-diğ-i
balık-lar
Hasan-GEN manger-PART.-POSS.3S poisson-PL
‘les poissons que Hasan a mangés/mange’
(418) adam-ler-ın
ye-diğ-i
balık-lar
homme-PL-GEN manger-PART.-POSS.3S poisson-PL
‘les poissons que les hommes ont mangés/mangent’
Sans contexte particulier, la PRpré (416) est une restrictive spécifique, car elle dénote
une propriété passagère tandis que (417) et (418) peuvent se comprendre comme
spécifiques ou génériques. (418) favorise fortement la générique d’autant plus que
adam-lar est compris dans le sens de « êtres humains mâles », de sorte qu’il s’agisse
des poissons spécifiquement consommés par les hommes. Ces exemples turcs
illustrent donc à quel point la dénotation de la PRpré peut en influencer
106
Le suffixe participial -DIK est réalisé en -diğ en l’occurrence selon les règles de l’harmonie vocalique.
243
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
l’interprétation.
Envisageons maintenant l’ambiguïté entre la restrictive et la non-restrictive pour les
noms têtes sans déterminant externe. Il suffit de rappeler que selon Kayne (1994) et
Bianchi (2004), pour la PRpost non-restrictive, après la montée du SD relativisé à
[Spéc, SC], le SI de la PR monte invisiblement à [Spéc, SD] afin de sortir de la portée
du D° externe. Cependant, cette montée est toujours visible pour la PRpré, selon
Kayne (1994).107 Si l’interprétation de la PRpré est basée sur la copie haute de SI à
[Spéc, SD], et que le SD relativisé dans SI soit effacé, la lecture non-restrictive sera
obtenue, exactement comme pour la PRpost :
(419) [SD [SI je connais ei]j le [SD DRel garçon]i [SC que tj]]
C’est-à-dire que tj est l’équivalent d’un pronom anaphorique défini. La reconstruction
est nulle, d’où la lecture non-restrictive. Cependant, l’interprétation de la PRpré peut
se faire aussi à partir d’une copie basse de SI, ce qui génère des lectures autres que la
non-restrictive. Souvenons-nous qu’en japonais, la lecture non-restrictive n’est
possible que pour la linéarité PR DEM N, c’est-à-dire, SI à [Spéc, SDem]. Quand
l’interprétation de la PRpré se fait à partir de cette copie haute, la structure de F-L est
similaire à (419) et donne la lecture non-restrictive ; si son interprétation se fait à partir
d’une copie basse, la structure de F-L ressemble à une PRpost et génère la lecture
restrictive ou maximalisante. Si, comme nous l’avons dit, la sémantique de la PRpré
est restrictive par défaut, c’est que la reconstruction de la PRpré à la position
postnominale est préférable, sinon obligatoire. l s’agit du Principe de Préférence (cf.
Chomsky (1995b:209) et Rouveret (2008:108)) : la reconstruction est obligatoire si
possible.
Ainsi, nous pouvons dire que si la PRpré même est sémantiquement désambiguïsable,
c’est grâce à et par l’intermédiaire de la reconstruction, même si d’autres facteurs
107
Selon Bianchi (1999:147) :
(i) In languages with prenominal relatives, the movement of IP to Spec,DP takes place in overt syntax, and the trigger
feature is checked before the Spellout operation. This explains why at least some languages with prenominal relatives
do not mark the appositive interpretation by any special intonation.
244
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
influent sur l’interprétation, parmi lesquels facteurs il y a la définitude du nom tête, la
généricité du nom tête, la propriété « I-level »/ « S-level » dénotée par la PR. Les
effets de reconstruction ne servent pas seulement d’arguments en faveur de l’AMT,
mais aussi fournir une explication, peut-être entre autres, quant au sémantisme de la
PRpré.
Dans le même ordre d’idées, nous devons revenir sur trois problèmes. Il s’agit des
conflits Casuel/casuel, des trous élargi et extra-élargi et du pronom résomptif.
4.2.5. Conflits Casuel/casuel
Pour commencer, nous rappelons ce dont il s’agit. Le conflit Casuel consiste en ce
qu’au nom tête sont assignés deux Cas, l’un en fonction de sa relation grammaticale
dans la PR et l’autre en fonction de celle dans la matrice. Soit l’exemple suivant :
(420) Nicolas a blessé le voleur qui l’attaquait.
La relation grammaticale du nom tête voleur dans la PR est sujet et son Cas y est
NOM, mais dans la matrice il est objet direct et ACC. Étant donné qu’un argument ne
peut avoir un et qu’un seul Cas, ainsi naît le conflit Casuel.
De l’autre, le conflit casuel, moins abstrait que le conflit Casuel mais pas sans rapport,
est d’ordre morphologique, et ce, uniquement dans les langues ayant un système
casuel. Par exemple, en akhvakh (Creissels 2007b:21, nous soulignons) :
(421) eq-a
[lãga
r-eχ-ada]
ek’wa-su-ga!
look_at-IMP sheepPL NPL-buy-PFVPTCP man-OM-LAT
‘Look at the man who bought sheep!’
Le nom tête ek’wa-su-ga ‘homme’ en (421) est à la forme allative, marquée par -ga, en
fonction de sa relation grammaticale dans la matrice ; mais sa relation grammaticale
dans la PRpré est l’ergative, donc il doit prendre le suffixe ergatif -e, comme dans
(ibid., nous soulignons) :
245
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(422) ek’wa-sw-e
lãga
r-eχ-ari.
man-OM-ERG sheepPL NPL-buy-PFV
‘The man bought sheep.’
Autrement dit, les représentation interne et externe sont différentes.
Il est important de noter au passage que le conflit des relations grammaticales est
théoriquement neutre, car il est impossible de l’esquiver dans une analyse quelconque
qui voit le nom tête interprété dans la PR et dans la matrice (Comrie 1989:147) :
(423) [T]he head of a relative clause actually plays a role in two different clauses in
the over-all relative clause construction: on the one hand, it plays a role in the
main clause (traditionally, the term head is often restricted to the noun phrase in
question as it occurs in the main clause), but equally it plays a role in the
restricting clause, i.e. the relative clause in the sense of the embedded
(subordinate) clause.
Or, la manière dont la question est posée et résolue, à notre avis, est déterminée par
l’analyse théorique. L’analyse sans déplacement ne voit pas de conflit Casuel/casuel,
grâce à la non-existence du déplacement du nom tête. Par exemple, selon l’ATE, le
nom tête porte le Cas assigné selon sa relation grammaticale dans la matrice et porte
donc le cas morphologique correspondant, tandis que l’opérateur nul porte le Cas
déterminé selon sa position dans la PR, néanmoins sans marquage morphologique en
raison de son invisibilité. C’est ainsi que les conflits Casuel/casuel sont facilement
résolus. Si cette analyse semble élégante, elle n’est pas moins problématique vis-à-vis
de ce que les grammairiens latins et grecs appellent « attraction casuelle ». D’un côté,
il se peut que le nom tête porte le cas indiquant sa relation grammaticale dans la PR.
En présence du pronom relatif, le nom tête « s’accorde », en apparence, avec le
pronom relatif, comme en ancien grec (Lavency 1998:95) :
(424) Μήδωυ ὅσωυ ἑώρακα κάλλιστος (Xen.Cyr.1.3.2), « des Mèdes que j’ai vus, le
plus beau », pour Μήδωυ ὅσους ἑώρακα
Mais ce phénomène n’est pas exclusive ni au latin ni au grec, par exemple, il est
246
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
constaté aussi en persan (Comrie 1989:153) :
āmad]
(425) Ān zan
-i-rā
[ke diruz
that woman ACCUSATIVE that yesterday came
‘ saw that woman who came yesterday.’
(426) Ān zan-i [ke diruz āmad] didam.
didam.
I-saw
Avant tout, il faut noter qu’en persan ke est un complémenteur mais pas un pronom
relatif. Cela étant, l’élément en question est toujours le nom tête. En (425), l’objet
direct zan ‘femme’ est marqué par -rā, parce qu’il joue le rôle d’objet direct dans la
matrice, même s’il est sujet dans la PR. Or, en (426), -rā disparaît sans que la phrase
ne soit agrammaticale. Autrement dit, zan en (426) est sans marque morphologique, ou
plutôt porte le cas nominatif réalisé en zéro. Tout se passe comme si le nom tête, sujet
dans la PR et donc pourvu du cas nominatif zéro, sortait de la PR mais sans changer de
marquage morphologique. Si aucun déplacement n’avait été effectué, le marquage
exceptionnel de zan en (426) serait simplement un mystère.
De l’autre, il y a aussi l’attraction du cas du pronom relatif à son antécédent, par
exemple, en latin (Lavency 1998:95) :
(427) Notante iudice quo nosti populo (Hor.Sat.1.6.14-15), « le verdict étant pris par
un juge que tu connais, le peuple », eu lieu et place de Notante iudice quem
nosti.
Ce deuxième cas d’attraction ne peut se manifester en absence du pronom relatif, car
le nom tête est casuellement marqué selon sa relation grammaticale dans la matrice, ce
qui est le cas standard. Que ce soit un complémenteur, une marque zéro ou un joncteur
à la place du pronom relatif, nous aurons une PR tout à fait banale.
Revenons sur la question des conflits Casuel/casuel, Bianchi (1999 et 2000b) et de
Vries (2002) apportent d’autres réponses. Le point de départ est toujours Kayne (1994),
qui propose deux types de dérivation d’après le relativiseur utilisé. S’agissant du
pronom relatif, celui-ci est en réalité le déterminant du nom tête et monte avec le nom
tête jusqu’à [Spéc, SC] avant d’y être laissé par le nom tête (op.cit.:89) :
247
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(428) la [C° [Bill a parlé avec qui personne]]
(429) la [avec qui personne [C° [...
(430) la [CP [PP personnei [avec qui [e]i]] [C° ...
Pour la PR à complémenteur, le SN du nom tête nu monte simplement à [Spéc, SC]
(op.cit.:87) :
(431) the [[NP picture] [that [Bill saw [e]]]]
Bianchi (1999) généralise (430) à (431) en proposant le déterminant nul
DREL (op.cit:170) :
(432) [DP the [CP[DP DREL book] [CP that [IP I read tDP]]]]
Donc, le constituant se déplaçant est toujours le SD. Après la montée du SD [SD DREL
SN] à [Spéc, SC], DREL est incorporé dans le D° externe, processus qu’elle nomme
« PF deletion » (op.cit.:171) :
(433) [DP DREL + the [CP[DP tD [NP book]]i [CP [SIC.] that I read ti]]]
DREL et le D° externe, s’accordant avec le nom tête en traits-φ, sont donc compatibles
en traits-φ. Suivant Giusti (1993), Bianchi (1999 et 2000b) suppose que l’assignement
Casuel est une caractéristique de D°. Le nom s’accorde en Cas avec le déterminant qui
le gouverne. Donc après l’incorporation de (433), le nom tête doit s’accorder
Casuellement avec le D° externe qui le gouverne (ou l’inclut dans son domaine
minimal) et que la manifestation de cette relation est le Spell-Out du nom tête avec le
même cas morphologique que le D° externe une fois la copie du trait Casuel
effectuée :
(434) He wounded [SD DREL + the[ACC] [SC [SD tD [SN thief[ACC]]i that [SI ti attacked
him]]]].
248
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
En (434), le DREL est incorporé par le déterminant externe, qui a ACC comme Cas.
Maintenant que le nom tête thief est gouverné par le déterminant externe the, le trait
Casuel [ACC] peut être copié de the à thief. Or, cette analyse suppose que le SN du
nom tête est sans Cas. Mais puisque DREL porte toujours un Cas assigné comme il faut,
tel qu’il est supposé dans Bianchi (2000b:130), nous ne savons pourquoi le trait Casuel
de DREL n’est pas copié sur le nom tête. En supposant que cela soit bloqué pour
diverses raisons et que le nom tête soit sans Cas, le nom tête, morphologiquement
parlant, doit prendre la forme nue sans aucun marquage casuel, qui est déterminé par
le Cas abstrait. Il se transformera en forme convenue seulement après avoir reçu le Cas
du D° externe par son gouvernement. Or, l’hypothèse lexicaliste du PM dit que les
éléments entrent dans la dérivation déjà pleinement fléchis. Par conséquent, dans une
langue ayant la morphologie casuelle, la forme nue ne peut même pas être un choix
possible pour les conflits Casuel/casuel. L’analyse de Bianchi est en conflit avec le
PM.
De Vries (2002) présente une autre solution. Il suppose toujours l’existence d’un D°
interne gouvernant le nom tête et un D° externe gouvernant la PR. Le nom tête entre
dans la dérivation avec les traits-φ et le Cas assigné en fonction de sa relation
grammaticale dans la matrice. Cela laisse supposer que le nom tête prend la forme
déclinée suivant le Cas externe. Le D° interne, i.e. DREL, a les mêmes traits-φ mais le
Cas de la relation grammaticale du nom tête dans la PR. Les traits-φ du nom tête, qui
sont interprétables, vérifient donc les traits-φ du D° interne, qui sont non-interprétables,
ce qui se fait sous la configuration spécifieur-tête [SD SN D° tSN], i.e. SN monte à
[Spéc, SD] :
(435) [SD [SN thief[φ, ACC]] DREL[φ, NOM]]
Plus tard, le Cas relativisé du DREL entre en vérification avec le SV. À ce moment
précis, le Cas du nom tête reste toujours intact. Après la fusion entre le D° externe et le
SC, le SD relativisé monte à [Spéc, SC] :
249
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(436) [SD the[φ, ACC] [SC [SD [SN thief[φ, ACC]] DREL[φ, NOM]] C° …
Chose intéressante, le nom tête est maintenant immédiatement gouverné par le D°
externe sans aucune barrière intervenant. Ainsi, il est incorporé dans le D° externe,
grâce à la compatibilité totale des traits-φ et du Cas :
(437) [SD the[φ, ACC] [SC [SD [SN thief[φ, ACC]] DREL[φ, NOM]] C° …
Selon Chomsky (1995b), les traits interprétables restent toujours actifs même après
vérification, ce pour quoi les traits-φ du nom tête peuvent effectuer deux vérifications.
Le trait Casuel est vérifié aussi avec succès. De cette façon, le conflit de Cas est résolu
et la dérivation sauvée. Voici la dérivation complète d’un exemple allemand (de Vries
2002:123) :
(438) Ich fürchte den Herrn der eine Pistole trägt.
‘ fear the gentleman who carries a gun.’
a. [DP-rel der [NP Herrn]]
b. [DP-rel [NP Herrn]h der th ]
c. [VP [DP-rel Herrnh der th ] [V’ eine Pistole trägt]]
d. [IP [DP-rel Herrnh der th ]i [ ’ I [VP ti eine Pistole trägt]]]
e. [CP [DP-rel Herrnh der th ]i [C’ C [IP ti’ I [VP ti eine Pistole trägt]]]]
f. [DP den [CP [DP-rel Herrnh der th ]i C [IP ti’ [VP ti eine Pistole trägt]]]]
g. [DP FFh+den [CP [DP-rel Herrnh der th ]i C [IP t’i I [VP ti eine Pistole trägt]]]]
h. [CP Ich fürchte [DP FFh+den [CP Herrnh der eine Pistole trägt]]]
→
→
→
→
→
→
→
Malheureusement, de Vries n’aborde pas la question de l’attraction casuelle.
Nous allons pour la suite présenter une troisième solution, basée sur l’analyse du
« case-stacking » de Pesetsky (2009a et 2009b).
« Case-stacking » ou « case-stacking » 108 , rendu en français éventuellement par
« empilage Casuel/casuel », signifie la coexistence de plus d’un Cas/cas sur un seul
SN/SD.109 Le point de départ est l’analyse traditionnelle sur le Cas abstrait et la
108
109
Pesetsky ne tâche pas à les distinguer et pense que cela est sans inconvénient majeur pour son analyse (c. p.).
Selon Noonan (2008c:128) :
(i) ... case compounding as the inclusion of two or more case markers within a phonological word.
250
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
morphologie casuelle (Pesetsky 2009a:1) :
(439) Case morphology on a nominal is the morphological realization of a relation
between the nominal and a local syntactic head (the “case assigner”) — that
licenses that nominal’s existence.
Ensuite, il présente deux autres idées, i.e. le « cas dépendant » et le « cas
enregistreur » (ibid.) :
(440) Dependent case
The
nominative/accusative
morphological
distinction
and
the
ergative/absolutive morphological distinction reflect, not a distinction among
abstract-case assigners — but rather an interaction between two nominals that
meet several conditions. In particular, if nominal β is c-commanded by a
distinct non-oblique nominal α within a local domain, one or the other of these
nominals registers the existence of this situation. For example, when α and β are
vP-mates, β may be required to bear ACCUSAT VE morphology; or else α may
be required to bear NOMINATIVE morphology.
(441) Case as a record of the derivation
When two elements X, Y undergo Merge and X projects, X deposits
morphology on all locally accessible terminal elements of Y (on determiners,
quantifiers and modifiers such as adjectives — as well as on nominal elements).
This morphology thus provides a partial record of the syntactic derivation, and
includes what we call “case morphology”.
Si (439) considère le Cas comme ce qui légitime l’existence des constituants
nominaux, (440) le voit plutôt en tant qu’indice du statut mutuel des nominaux et (441)
en tant qu’enregistreur de dérivation. Mais le Cas assigné est la condition préalable du
Cas dépendant et du Cas enregistreur. Prenons un exemple simple. Suivant
l’Hypothèse du sujet SV-interne, l’arborescente partielle en question est :
(442)
Aussi bien le SDsujet que le SDobjet sont m-commandés par V°, qui attribue le Cas ACC
251
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
aux deux SDs. En plus, SDobjet est c-commandé par SDsujet. Selon (439), afin de
« noter » cette relation structurale, SDobjet, i.e. β de (440), porte donc l’ACC. Plus tard,
SDsujet monte plus haut. Selon (440), il doit porter deux Cas, ACC et NOM, ACC
notant (441) et NOM sa position en F-Ph. Mais en F-Ph, il n’y a qu’un seul cas
morphologique, parce que l’un des deux Cas a été écrasé (i.e. « overwritten ») (ibid.) :
(443) All languages are case-stacking languages, but some case-stacking
languages are also case-overwriting languages
n languages like Russian without overt “case stacking”, only one “case slot” is
available in which dependent-case or record-of-derivation morphology can be
phonologically realized. There is evidence supporting the idea that nominals
bear multiple case morphemes, even though only one (the outermost) is realized
— but it is necessarily indirect. Some overt case morphemes reflect history of
derivation, others reflect dependent case, and others may reflect abstract-case
licensing.
Suivant ce raisonnement, nous devrions trouver des langues autorisant le cumul Casuel
et le cumul casuel, si elles ne sont que « case-stacking languages », mais non
« case-overwriting languages ». Si le cumul Casuel, à un niveau abstrait, est moins
facile à constater, le cumul casuel effectivement trouvé dans des langues naturelles
appartenant à diverses familles, dont certaines langues mongoliques, telles que l’ordos
(Georg 2003:201) :
(444) To a limited degree, two different case endings may be combined to form
double cases. Among the more commonly found combinations are: genitive +
locative ‘at someone’s (place)’, e.g. bags-iin-du ‘at the teacher’s’; genitive +
directive, e.g. noyon-oi-luu ‘towards the prince’s (palace)’; locative + ablative,
e.g. ger-t-ees ‘from the house’.
et l’oïrate (cf. Birtalan (2003:218))110et le kalmouk (cf. Bläsing (2003:237)) ; des
langues bodiques, par exemple, le chantyal (Noonan 2008c:137) :
110
À noter que selon Wu (1996:17), la double déclinaison est propre à l’oïrate parlé.
252
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(445) dɦuŋ-phyaraŋ-mar-gǝmsǝ
tree-SUPER-CIRC-ABL
‘from about the top of the tree’
le thangmi (op.cit.:139) :
(446) gai-go-ye
naŋ-ko-kai
1s-GEN-ERG 2s-GEN-DAT
‘Mine bit yours’ [e.g., of dogs]
cah-ø-u-no
bite-AG.SU.SG-3PAT-3→3.PRET
des langues quechua, comme le quechua d’Huallaga (Weber 1989:227) :
(447) Hwan-pa-man
aywa-yka-:.
John-GEN-GOAL go-impfv-1
‘ am going to John’s (house).’
et parmi d’autres langues, le coréen (Sohn 1999:343-345):
(448) Kim-sensayng eykey lo uy hoysin
Kim-teacher to
DR GN reply
‘a reply to Professor Kim’
Dans ces exemples, le cumul de cas morphologiques reflète le cumul de Cas abstraits.
Quant à la relativisation, comme nous l’avons observé, le cumul de Cas abstraits est
une caractéristique du nom tête. Il y a deux Cas accumulés sur le nom tête, le Cas de
sa relation grammaticale dans la PR et le Cas de sa relation grammaticale dans la
matrice. Nous pouvons toujours suivre Bianchi (1999) en supposant l’existence du
déterminant de relative DREL et du déterminant externe. Contrairement au nom tête, qui
possède deux Cas, DREL ne peut avoir le Cas assigné selon la relation grammaticale du
nom tête dans la matrice, parce qu’il ne peut jamais avoir l’occasion de le vérifier
tandis que le D° externe ne doit pas avoir le Cas assigné selon la relation grammaticale
du nom tête dans la PR pour la même raison. En revanche, DREL possède les traits-φ et
le Cas du nom tête selon sa relation grammaticale dans la PR, et le D° externe les
traits-φ aussi et le Cas du nom tête dans la matrice. Le nom tête, qui porte deux Cas,
253
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
s’accorde en traits-φ et en Cas avec DREL dans la PR ; une fois monté dans la matrice,
il s’accorde toujours en traits-φ et en Cas avec le déterminant externe. Aucun conflit
ne sera provoqué. La dérivation se déroule, ou bien à la Bianchi (1999) :
(449) He wounded [SD DREL[φ, NOM] + the[φ, ACC] [SC [SD tD [SN thief[φ, NOM, ACC]]i that [SI ti
attacked him]]]].
À noter qu’au stade (449), le Cas de DREL et le Cas du déterminant externe the ont été
vérifiés et effacés de façon normale, ce pour quoi il n’y a aucun conflit Casuel/casuel
et l’incorporation est possible.
Ou bien à la de Vries (2002) :
(450) He wounded [SD the[φ, ACC] [SC [SD [SN thief[φ, NOM, ACC]] DREL[φ, NOM]]i that [SI ti
attacked him]]].
Ou bien encore à la Kayne (1994) :
(451) He wounded [SD the[φ, ACC] [SC [SN thief[φ, NOM, ACC]]i that [SI ti attacked him]]].
Rappelons que selon l’hypothèse lexicaliste, les éléments entrent dans la dérivations
déjà pleinement fléchis, donc dans une langue ayant la morphologie casuelle, le nom
tête en (449)-(451) doit prendre soit la forme nominative soit l’accusative. Le fait que
le nom tête ne peut cumuler deux cas morphologiques serait expliqué par l’écrasement
Casuel (i.e. « case-overwriting »). Selon (443), le Cas d’un nominal résulte de
plusieurs facteurs en interaction. Il se peut que le nom tête ait ou bien la forme
nominative, résultant de l’écrasement du NOM sur l’ACC, ou bien l’accusative, donc
l’ACC a écrasé le NOM. Si le Cas assigné selon la relation grammaticale du nom tête
dans la PR écrase le Cas assigné selon la relation grammaticale du nom tête dans la
matrice, il s’agit de l’attraction casuelle en termes morphologiques, bien que la
situation la plus courante reste l’écrasement du Cas interne par le Cas externe.
À notre avis, l’écrasement Casuel/casuel est une opération coûteuse au système de
254
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
computation CLH. Une preuve est que dans certaines langues, dont le basque, quand le
nom tête porte le même Cas/cas dans la PR et dans la matrice, la relativisation est plus
facile (Oyharçabal 2003:781) :
(452) *[Orain bizi naizen]
gizonak diru asko du.
now
live am.COMP man.ERG money many has
‘The man [(with) whom live now] has a lot of money.’
(453) [Orain bizi naizen] gizonarekin ezkontzeko
esperantza dut.
man.COM marry.NOM.REL hope
have
‘ have the hope ’ll marry the man (with) whom live now.’
En résumé, l’empilage Casuel/casuel peut effectivement fournir une explication
relativement simple et satisfaisante quant au problème des conflits Casuel/casuel tout
en étant en mesure de rendre compte de l’attraction casuelle et sans pour autant
abandonner l’hypothèse lexicaliste
4.2.6. Trous élargi et extra-élargi
Comme nous l’avons signalé à maintes reprises, la PRpré est relativement réticente au
pronom résomptif (cf. Keenan (1985:148-149), Lehmann (1986:675 et 2003:461), Dik
(1997:46), Song (2001:218, 232), de Vries (2001:235, 240, 2002:50 et 2005:147),
Kroeger (2005a:238) et Creissels (2006.vol.2:239, 242)), ce à quoi est préféré le trou
syntaxique (cf. Downing (1978:392, 396), Keenan (1985:154), Song (2001:217), de
Vries (2002:33), Kroeger (2004:180 et 2005a:238) et Andrews (2007:209)). Avant de
reprendre la discussion sur l’utilisation du pronom résomptif dans la PRpré, nous nous
concentrerons dans cette section uniquement sur le trou syntaxique.
Le trou syntaxique à proprement parler est un argument en faveur de l’AMT en ce
qu’il est la preuve du déplacement : le trou est obligatoire, donc rien d’autre que le
constituant s’étant déplacé pourrait le combler.
Or, dans la PRpré, certains trous deviennent des arguments contre le déplacement. Le
point est illustré clairement par Aoun & Li (2003:172) aux moyens d’exemples
mandarins. Soit l’exemple suivant (ibid.)
255
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(454) lai
zher de ren
come here DE man
‘the man who came here’
S’il est raisonnable de postuler le déplacement du nom tête ren ‘personne’, c’est que
celui-ci est susceptible de se restituer dans la PR, tout comme en anglais ou en français.
Toutefois, la reconstruction est simplement impossible pour (455) :
(455) lisi (*zai) shangxue
de
xuexiao
Lisi à
faire des études COMP école
‘l’école où Lisi fait ses études’
(456) lisi *(zai) xuexiao shangxue
Lisi à
école
faire des études
Sens voulu : ‘Lisi fait ses études à l’école.’
La raison pour laquelle la reconstruction est infaisable réside en ce que dans la PR,
l’adposition doit absolument disparaître en (455) tandis qu’elle doit absolument
apparaître dans la proposition indépendante correspondante (456). Nous pouvons
parler de « trou élargi » pour ce type de PR. La conclusion d’Aoun & Li (op.cit.:173)
est la suivante :
(457) For argument relativization, we demonstrated that [it] can be derived by NP
movement to the Head position. For adjunct relativization, however, what is
relativized is not an NP category. Rather, it is a PP or Adv. … Moreover, a PP
cannot be moved directly to the NP head position. It cannot be correct that the
object of P is moved directly to the Head position and the P is subsequently
deleted.
Donc, ils adoptent deux analyses pour la relativisation en mandarin (op.cit.:175) :
(458) In the NP relativization cases, the gap in the relative clause is the trace derived
by NP movement to the Head position. … n contrast, the gap in the PP/Adv
relativization cases is not a trace derived by NP movement to the Head position,
but a trace of the moved wh-operator.
C’est-à-dire que le nom tête se déplace en cas de la relativisation des arguments mais
256
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
est généré à la base quant à celle des adjoints.
Plus encore, le mandarin témoigne d’un autre type de PR :
(459) lisi kao rou
de
qiwei
Lisi rôtir viande COMP odeur
Lit. ‘l’odeur que Lisi rôtit de la viande’
En (459), ce qui a disparu est encore plus large qu’une adposition, mais il s’agit de
quelque chose d’asse vague, qui peut être un verbe/SV :
(460) lisi kao rou
fachu
de
qiwei
Lisi rôtir viande dégager COMP odeur
‘l’odeur que Lisi dégage en rôtissant de la viande’
Nous pouvons donner à ce deuxième type de trou l’étiquette de « trou extra-élargi ». il
est possible contester que (459) ne soit plus une PR, mais selon la définition que nous
avons donnée au chapitre 1 en termes de subordination et de pivot sémantique, c’en est
une : subordonné, parce que la « structure phrastique joue par rapport à une autre le
rôle d’un constituant » (Creissels 2006.vol.2:189) ; et pivot sémantique, parce qu’il est
possible d’imaginer une intersection de deux ensembles. Dik (1997.vol.2, §3.2.3)
exprime un point de vue similaire au nôtre.
En réalité, ces deux types de trou, que nous avons nommés « trou élargi » pour (455)
et « trou extra-élargi » pour (459) existent dans un nombre très important de langues à
PRpré. Pour le trou élargi, nous le trouvons, par exemple, en alamblak (Bruce
1984:111) :
(461) ø na yawyr ɨnd-tat-më
mɨy -t
ø I dog
DEM-hit-R.PST stick -3SF
a stick (with) which I hit a dog
en coréen (Sohn 1999:311) :
257
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(462) (PRO
lo)
celm-e
ci-nu-n
saym-mul
(well-water with) young-INF become-IN-RL well-water
‘the well-water by which one becomes young’
en kham (Watters 2002:207) :
(463) [apa-e
zihm o-jǝi-wo]
po:
[father-ERG house 3S-make-NML] place
‘the place [where father built a house]’
en lezguien (Haspelmath 1993:341) :
(464)
k’wač-er kut’un-nawa-j jeb
[Ø(SRDIR) foot-PL tie-PRF-PTP] string
‘the string with which the feet were tied’
en marathi (Pandharipande 1997:90-91):
(465) mī patra lihilelī
pensīl māḍīwartSyā kapāṭāt
āhe
I letter write-pst.part.-sf pencil-sf upstairs-of
closet-loc is
‘The pencil with which wrote the letter is in the closet upstairs.’
en mari (Matsumura 1981:45) :
(466) Čavajn -ǝn 1930 ij-ǝšte tide pölem-ǝšte joltaš-ǝž-lan kužu serǝš-ǝm
-gen
year-loc this room-loc friend-3s-dat long letter-acc
voze-n
koltǝ-mo pera-že
write-ger send-OP pen-3s
‘the pen with which Chavain wrote a long letter to his friend in this room in
1930’
en meithei (Bhat & Ningomba 1997:281) :
(467) məhak-nə u
kək-pə thaŋ yam-nə
thəwwi
he-Nom tree cut-Inf knife much-Adv sharp
‘The knife with which be cut the tree is very sharp’
258
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
en quechua de Conchucos au Pérou central (Courtney 2006:323) :
(468) [maqa-nqa-yki qeru-ta]
rika-rqa
hit-ASP-2SG stick-ACC see-PAST(1SG)
‘ saw the stick with which you hit (something).’
et en turc (Göksel et Kerslake 2005:442, 443) :
(469) [Turhan-ın
et-i
kes-eceğ-i]
bıçak
Turhan-GEN meat-ACC cut-PART-3SG.POSS knife
‘the knife [with which Turhan will/would cut the meat]’
Pour le trou extra-élargi, en akhvakh (D. Creissels, c. p.) :
(470) qoto
b-iq’ʷ-ida-be
zʷaʁe
assiette N-se_casser-PTCP.INAC-N bruit
‘le bruit d’une assiette qui se casse’ (lit. ‘le bruit qu’une assiette se casse’)
(471) bač’aq’ēhe ’ũk’-ida-be
ʕama
tard
se coucher-PTCP.INAC habitude
‘l’habitude de se coucher tard’
en coréen (Yoon 1993:200) :
(472) ai-ka
wun UN soli
baby-nom cry REL sound
‘the sound that characteri es a baby’s crying’
en japonais (Shibatani 1990:352, Murasugi 2000:232) :
(473) [mizu no
maku] oto
water GEN. spray sound
‘the sound of (someone’s) spraying water’
(474) [NP[IP syuusyoku-ga
muzukasii][NP buturigaku]]
getting job-NOM is-hard
physics
‘physics, which is hard to get a job in’
en malayalam (Asher 1997:75) :
259
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(475) bas varunna
ʃabdam
bus come-PRES-RP noise
‘the noise of the bus coming’
en quechua d’Huallaga (Weber 1983:66) :
(476) kanasta churarayka-q rukay-ta
apakun
basket be:put-SUB place-ACC he:takes
‘he takes the place/turn of putting the baskets’
et en mari (Matsumura 1982:462) :
(477) [ala-kö-n
omsa-m čot peraltǝ-me] jük-eš-ǝže
pomǝžaltǝm
some-who-gen door-acc hard knock-PART sound-into-px I awoke
‘ was waked by the sound of someone knocking hard on the door’
(478) [avam-ǝn
kol žaritlǝ-me] puš-ǝžǝ-m
šižǝn, …
my mother-gen fish grill-PART smell-px-acc noticing
‘having perceived the smell of my mother grilling fish, …
l mérite d’être remarqué qu’il y a des PRs avec le trou élargi en français non-standard
(Blanche-Benveniste 2000:104) :
(479) La chose que je vous parlais
et très rarement le trou extra-élargi en français standard :
(480) une histoire à dormir debout
La PR (479), par rapport à la structure standard, a deux différences : l’utilisation du
complémenteur au lieu du pronom relatif et la disparition de la préposition. (480) est
plus difficile à analyser, car syntaxiquement, le lien entre histoire et dormir debout est
impossible à établir, le nom n’étant ni le sujet ni l’objet du SV, contrairement à
(481) J’ai une histoire à raconter.
260
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
où à raconter est une PR infinitivale.
Comme nous l’avons dit, le trou élargi et le trou extra-élargi sont trouvés dans
beaucoup de langues à PRpré. Nous pensons que l’existence des trous en général n’est
pas un phénomène isolé, mais éventuellement en rapport avec d’autres caractéristique
de la langue en question. Une première caractéristique serait l’utilisation des
arguments nuls111, comme l’exprime Givón (2001:vol.2:185) :
(482) It may well be that the gap/zero relativization strategy is more likely to be used
in languages that use zero anaphoric pronouns, such as Japanese and Chinese.
Such languages may simply extend their discourse anaphora strategy to the
more syntactic environment of REL-clauses.
Cette remarque se révèle justifiée pour la PRpré : parmi les langues à PRpré aux
données desquelles nous avons eu accès, toutes autorisent l’argument nul, à la chinoise
(i.e. pauvre en accord) ou à l’italienne (i.e. riche en accord). L’une des exceptions
serait le galo, selon Post (2007a:327) :
(483) Personal pronoun use seems high in Galo relative to certain other
Tibeto-Burman languages of the Greater Himalaya, a fact which may be at least
partly (but is probably not exhaustively) explained by the relative absence in
Galo of true verbal argument cross-referencing morphology.
Mais (op.cit.:410) :
(484) Argument NPs are obligatory features of a Galo clause, and are represented
“underlyingly” whether or not they have overt syntactic reali ation.
Une deuxième exception est l’ouïghour (Hahn 1998a:394) :
(485) Probably as a result of non-Altaic influence, filling all subject slots and thus
using pronouns consistently is fast becoming mandatory. This has led to a type
of pronominal doubling, e.g. Men uyɣurmen ‘ am an Uyghur’, Siz
yėziwatamsiz? ‘Are you writing?’
111
Voir Gilligan (1987), pour une étude typologique sur l’argument nul.
261
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Or, dans la même description, les phrases à argument nul sont loin d’être rares. Il nous
est nécessaire de vérifier minutieusement dans quelle mesure ces deux langues
autorisent l’argument nul et dans quelle mesure non. Dans l’état actuel des choses, en
laissant cela en suspens, nous pouvons tout de même constater une forte tendance dans
les langues à PRpré à utiliser l’argument nul. D’autre part, les langues mandé, de façon
négative, nous fournissent un argument illustrant le rapport entre le maintien
pronominal et le type de PR. Citons le bambara (Dumestre 2003:180, nous
soulignons) :
(486) Dans l’énoncé verbal à deux termes112, le prédicat est associé obligatoirement à
un sujet ...
Dans l’énoncé à trois termes113, le prédicat est obligatoirement associé à un
sujet et à son objet ...
et le malinké (Creissels 2009:44-45, nous soulignons) :
(487) La présence du sujet a un caractère d’absolue nécessité : quel que soit le
contexte discursif, il est impossible d’avoir une phrase assertive dans laquelle
cette position ne serait pas garnie. Dans un contexte où l’identité de l’argument
sujet peut être jugée évidente, la position du sujet doit minimalement être garnie
par un pronom.
Le terme objet est propre à la construction transitive. ... L’omission du terme
N/O est formellement possible, mais entraîne en règle générale une
réorganisation des relations sémantiques du type médiopassif ... et interdit
l’analyse selon laquelle il s’agirait de l’objet d’une prédication transitive dont le
terme sujet serait simplement omis.
Un autre point commun de ces deux langues est le type de PR, i.e. corrélatif, en
bambara (Creissels 2006.vol.2:249) :
112
113
Autrement dit, intransitif, car les deux termes sont le verbe et le sujet.
C’est-à-dire, transitif, parce que ce sont le sujet, l’objet et le verbe qui ont les trois termes.
262
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
ka misi
ye tu
(488) [Muso
min ye
fulakɛ
femme.DEF REL ACP.POS Peul.DEF GEN vache.DEFvoir bois.DEF
oi
bɛ min?
DEM être où?
‘Où est la femme qui a vu la vache du Peul dans le bois?’
ye tu
(489) [Muso
ye
fulakɛ
min ka misi
femme.DEF ACP.POS Peul.DEF REL GEN vache.DEFvoir bois.DEF
oi
bɛ min?
DEM être où?
‘Où est le Peul dont la vache a été vue par la femme dans le bois?’
kɔnɔ]i
dans
kɔnɔ]i
dans
et en malinké (Creissels 2009:187, 189) :
(490) [Í di
worì
mín tà]i,
ài dú
n
2 ACP.POS argent.DEF REL prendre 3 donner 1S
‘Rends-moi l’argent que tu as pris !’
(491) Kána
kumai ho, [í te
sin
kà
HORT.NEG parole dire 2 INACP.NEG pouvoir INF
‘Ne dis pas quelque chose que tu ne pourras pas faire’
mà!
POSTP
mín
REL
kè]i
faire
Le point commun entre le nom tête interne dans la corrélative et l’interdiction de
l’argument nul réside dans l’impossibilité d’utiliser la forme éro comme moyens
d’anaphore coréférentielle. Dans la corrélative, le nom tête est maintenu, ce qui n’est
qu’un exemple de la règle générale du maintien des pronoms. Donc les langues à
PRpré, de façon positive, et les langues mandingues, de manière négative, témoignent
de la corrélation entre le caractère d’argument nul et le trou syntaxique.
Cela étant, l’anglais et le français, langues sans argument nul, emploient presque
exclusivement le trou pour la PRpost. Cela, à notre avis, est dû d’un côté à l’existence
du pronom relatif dans ces deux langues et de l’autre à la possibilité de « preposition
stranding » :
(492) the linguist about whom we talked yesterday
(493) the linguist (that) we talked about yesterday
En français non-standard, nous pouvons trouver la PR employant le complémenteur et
le preposition stranding (Zribi-Hertz 1984:78) :
263
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(494) Voici la maisoni que Marie est passée devant ∆i
la PR employant le complémenteur et le pronom résomptif avec préposition (ibid.) :
(495) Voici l’hommei que Marie est passée devant luii
la PR employant le complémenteur et le pronom résomptif sans préposition
(op.cit.:75) :
(496) Voici l’hommei que Marie luii a parlé
et aussi la PR employant le complémenteur et le trou élargi (Blanche-Benveniste
2000:104) :
(497) La chose que je vous parlais (= (479))
tandis qu’en français standard, le seule possibilité est le pronom relatif avec la
préposition pied-piped :
(498)
(499)
(500)
(501)
Voici la maison devant laquelle Marie est passée
Voici l’homme devant qui Marie est passée
Voici l’homme à qui Marie a parlé
la chose dont/de laquelle je vous parlais
L’allemand suisse utilise le complémenteur wo dans la PRpost, combiné avec pronom
résomptif (502), trou normal (503) et trou élargi (504) (van Riemsdijk 2008:228) :
(502) s mäitli wo de Leo immer mit *(ere) i’s
kino
gaat
the girl
WO the Leo always with her
in-the cinema goes
‘The girl that Leo always goes to the movies with’
(503) es mäitli wo (*si) gëërn i’s
kino
gaat
a girl
WO (she) gladly in-the cinema goes
‘A girl that likes to go to the movies’
264
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(504) s
huus wo de Hans wont
the house WO the Hans lives
‘The house where Hans lives’
Donc, le complémenteur semble tolérer ce que le pronom relatif ne peut pas : le
pronom résomptif (avec ou sans adposition) et le trou élargi. Précédemment, nous
avons montré la préférence des langues à PRpré pour le trou syntaxique. Or, il se
pourrait qu’elles emploient le preposition stranding. Mais cette possibilité est
typologiquement très rare. Selon van Riemsdijk (1978), le preposition stranding est
presque réservé uniquement aux langues germaniques, avec plus moins de contraintes,
plus libre en anglais et dans les langues scandinaves en général mais moins dans
d’autres, dont le néerlandais. L’une des rares langues à PRpré qui manifestent le
preposition stranding (ou plutôt postposition stranding) dans une mesure très
restreinte est le kannada (Sridhar 1990:50) :
(505) aŋgaDiya hinde114 go:Daunide
shop-gen
behind warehouse-be-n.pst-3sn
‘There is a warehouse behind the shop.’
(506) ø hinde
go:Daun
iruva
aŋgaDi
behind warehouse be-n.pst-rp shop
‘the shop behind which there is a warehouse’
Plus précisément, seules les postpositions référentielles et locatives peuvent
éventuellement être laissées derrière.
L’evenki autorise aussi le postposition stranding (Nedjalkov 1997:79) :
(507) The majority of postpositional stems may be used without arguments, that is,
adverbially. … Some postpositional stems cannot be used without an argument
in the nominative case.
Ce qui est intéressant est que dans un dialecte du nord (op.cit.:40) :
114
l est possible d’analyser aŋgaDiya hinde comme une structure génitivale, i.e. ‘le derrière du magasin’. Mais rien
n’empêche de considérer hinde comme postposition qui assigne le Cas GEN au SN régi.
265
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(508) the attributive participle has a different case suffix from that of the head noun.
The case form of the head noun is obviously conditioned by the syntactic
properties of the main verb, whereas the case form of the participle expresses
semantic relations existing between the verb stem of the participle itself and the
head noun:
c’est-à-dire que le cas morphologique subsiste malgré l’absence du nom tête
(op.cit.:41, nous soulignons) :
(509) Nungan karandash-it duku-d’ara-n.
he
pencil-instr write-prs-3sg
‘He is writing with a pencil.’
(510) I:du nungan ga-cha-n
duku-d’ari-t-pi
karandash-pa?
where he
take-pst-3sg write-part-instr-prefl pencil-accd
‘Where did he take the pencil with which he is writing?’
l faut en reconnaître l’extrême rareté. Nous n’avons pu trouver aucune autre langue
similaire (cf. Keenan (1985:154)). Dans la majorité ultra des langues à PRpré, le
preposition stranding est formellement interdit, à tel point que les obliques
adpositionnels sont inaccessibles à la relativisation, comme en godoberi (Tatevosov
1996c:215) :
(511) *ʕali-di arsi
ØCONT hiL’i b aqs-ali-bu
anča b eč’uXa-da
[Ali-ERG money Øi
under N=hide-CAUS.PST-PART s] stonei N=big-COP
The stone which Ali hid the money under is big.
Donc, l’impossibilité de preposition stranding et l’absence de pronom relatif dans les
langues à PRpré les orientent fortement vers le trou dans la PR.
Un autre facteur en œuvre serait le système des pronoms. En mandarin, le pronom
résomptif est réservé au nom tête humain et le trou au non-humain :
(512) wo gen ta(他[+humain]) daguansi
de
ren
1SG avec PRO.3SG faire un procès COMP personne
‘la personne à qui je fais un procès’
266
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
de
gonchang
(513) wo gen *ta(它[-humain])/tamen(他们[+humain]) daguansi
1SG avec PRO.3SG/3PL
faire un procès COMP usine
‘l’usine à laquelle je fais un procès’
En (513), l’usine est considérée comme un ensemble de personnes, d’où l’utilisation
de tamen 他们, ‘eux (humain)’. Si le nom tête dénote un lieu, l’adverbe na ‘là-bas’ peut
être utilisé avec la préposition :
(514) lisi (zai *(na)) gongzuo de
gongchang
Lisi à
là-bas travailler COMP usine
‘l’usine où Lisi travaille’
Nous reviendrons sur le pronom résomptif en général.
Au termes de ces réflexions, nous pouvons penser que l’utilisation des trous dans la
PRpré est effectivement en corrélation avec d’autres systèmes de la langue, dont
l’argument nul, le preposition stranding, le type de relativiseur et le système des
pronoms. Cela étant, nous ne savons toujours pas comment les locuteurs interprètent
les PRs à trou élargi et surtout les PRs à trou extra-élargi. Pourquoi est-il facile de
comprendre l’exemple mandarin (515), mais non (516) ?
(515) lisi changge de
shengyin
Lisi chanter COMP voix
Lit. ‘la voix que Lisi chante’
(516) *lisi sikao
de
shengyin
Lisi réfléchir, penser COMP voix
On pourrait raisonner que réfléchir est inaudible, mais même dans un contexte bien
précis, où Lisi réfléchit à haute voix, (516) reste toujours difficile à interpréter.
Le point commun entre le trou élargi et le trou extra-élargi réside en ce qu’il est
impossible de reconstruire le nom tête directement dans la PR. Pour ce faire, il faut
‘inventer’ un environnement morphosyntaxique approprié, comme le dit D. Creissels
(c. p.) à propos de la PRpré à trous élargi et extra-élargi en akhvakh : « c’est
uniquement une affaire de compatibilités sémantiques et de vraisemblance en fonction
267
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
du contexte ». Cela étant, il n’est pas aisé d’‘inventer’ un environnement
syntaxico-sémantico-pragmatique approprié si Song (2001:227) a raison de dire ceci :
(517) The lower the grammatical relation is on the AH (that is, the less accessible to
relativization), the more information may be needed of the grammatical relation
being relativized on, whereas the higher the grammatical relation is on the AH
(that is, the more accessible to relativization), the less information may be
required of the grammatical relation being relativized on.115
Selon lui, le trou syntaxique, qui ne fournit aucune information sur la relation
grammaticale de l’élément relativisé, est utilisé pour les positions les plus hautes, i.e. à
partir du sujet ; alors que le pronom résomptif, plus informatif sur la relation
grammaticale, sert à relativiser les positions les plus basses, i.e. les obliques. Le trou
élargi et le trou extra-élargi contredisent cette analyse, parce que ces deux types de
trou sont encore moins informatifs que le trou normal. Autrement dit, la tendance
décrite par Song semble être renversée dans la PRpré, trou normal donc plus
informatif pour les positions hautes, mais trous élargi et extra-élargi moins informatifs
pour les positions basses.
Une première analyse sémantique consiste à dire qu’il s’agit de l’ellipse, comme
proposé par Sohn (1994:68) pour le coréen :
(518) [kicha-ka [SOLI-LUL NAY-MYENSE] talli-n-un] soli
train-NM sound-AC emit-while
run-IN-MD sound
‘the sound that a train is running’
Une autre analyse est celle de Yoon (1993), en termes de « R-relation », liage
pragmatique ou discursif. Cela n’est pas sans rappeler la « aboutness condition » de
Kuno (1973) : il s’agit du principe selon lequel « a relative clause must be a statement
about its head » (Kuno 1976:420). Cette idée mérite d’être approfondie et formalisée.
Pour le trou élargi, le nom tête dénote le plus souvent l’instrument, l’accompagnement,
le bénéficiaire, la manière, la raison, le temps, le lieu, etc. alors que pour le trou
115
Voir Comrie (1989, §7.3.3) pour une idée similaire.
268
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
extra-élargi, la perception, le résultat, l’événement, etc. Si la PR à trou normal, disons
[Øi V]PR Ni pour le cas le plus simple, peut être formalisé de la façon suivante au
moyen de l’opérateur λ :
(519) λx[N’(x) & V’(x)]
Par exemple, en mandarin :
(520) xiao de
ren
rire COMP personne
‘la/les/une/des personne(s) qui ri(en)t’
(521) λx[ren’(x) & xiao’(x)]
la formalisation de la PR à trou élargi, i.e. [Ø V]PR N, serait :
(522) λxy[N’(x) & V’(y, x)]
où y est le rôle sémantique que pourrait jouer le nom tête, qu’il s’agisse de
l’instrument, de l’accompagnement, du bénéficiaire, de la manière, de la raison, du
temps, du lieu, etc. dépendant de la propriété lexicale du nom tête, par exemple, en
mandarin :
(523) lisi xiezi de
bi
Lisi écrire COMP crayon
‘le/les/des crayon(s) avec lequel(s) Lisi écrit.’
(524) λxy[bi’(x) & xiezi’(lisi’, y, x)]
où y
‘instrument’.
Quant à la PR à trou extra-élargi, la relation entre le nom tête et la PR ne peut être
déduite uniquement à partir de la propriété lexicale du nom tête, parce qu’il est
difficile d’attribuer quel que rôle sémantique que ce soit au nom tête par rapport au
verbe de la PR. Afin d’établir la relation sémantique, nous employons donc un prédicat
269
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
relationnel, noté P, qui se concrétiserait en perception, en résultat, en événement, entre
autres. Donc la formation de [Ø N V]PR Nt peut être :
(525) λxyz[Nt’(x) & (V’( ) & Rs( ,y) & N’(y)) & P( ,x)]
où Nt est le nom tête, Rs est le rôle sémantique que joue Nt par rapport à V, et P le
prédicat relationnel. À titre d’exemple, en mandarin :
(526) lisi changge de
shengyin
Lisi chanter COMP voix
‘la voix que Lisi chante’
(527) λxyz[shengyin’(x) & (changge’( )
PERCEPTION(z,x)]
&
AGENT(z,y)
&
lisi’(y))
&
où le Rs est concrétisé en AGENT et le P en PERCEPTION.
En réalité, (525) pourrait servir de la formalisation générale pour tout type de trous.
Pour le trou élargi, P = instrument, accompagnement, bénéficiaire, manière, raison,
temps, lieu, etc. Donc, il est possible de reformuler la formalisation de (523) suivant
(525) en ceci :
(528) lisi xiezi de
bi (= (523))
Lisi écrire COMP crayon
‘le crayon avec lequel Lisi écrit.’
(529) λxyz[bi’(x) & (xiezi’( ) & AGENT( ,y) & lisi’(y)) & NSTRUMENT( ,x)]
Quant au trou normal, P étant superflu et supprimé, (520) sera reformulé ainsi :
(530) xiao de
ren (= (520))
rire COMP personne
‘la personne qui rit’
(531) λx[ren’(x) & (xiao’(y) & AGENT(x,y))]
Sans préciser le rôle sémantique, (529) et (531) seront réduits à (524) et à (521).
L’unification de la formalisation des trois types de trou nous amènerait à penser qu’ils
270
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
sont dérivés syntaxiquement de la même façon ou de façon similaire. Or, si le trou
normal plaide en faveur de l’AMT, le trou élargi sert plutôt de contre-argument,
comme l’analyse d’Aoun & Li (2003:175), que nous répétons ci-dessous :
(532) In the NP relativization cases, the gap in the relative clause is the trace derived
by NP movement to the Head position. … n contrast, the gap in the PP/Adv
relativization cases is not a trace derived by NP movement to the Head position,
but a trace of the moved wh-operator.
Plus tôt, Matsumoto (1987) a déjà montré l’insuffisance d’une analyse purement
syntaxique et la nécessité de conditions sémantico-pragmatiques pour l’interprétation
de la PRpré japonaise à trous élargi et extra-élargi. Cette approche est compatible avec
l’analyse sans déplacement, car dans les PRs à trous élargi et extra-élargi, la PR
pourrait être une proposition complète, autrement dit, sans trou, donc le lien entre la
PR et le nom tête est plutôt pragmatique : rénovation de la « aboutness condition » de
Kuno (1973).
La difficulté dans l’unification d’analyser les trois types de trou est justement leur
statut syntaxique différent : SN pour le trou normal, SPrép pour le trou élargi et SX
(supposons qu’il s’agisse d’un syntagme) pour le trou extra-élargi. Une première
solution au trou élargi consiste à réanalyser les adpositions comme des marques
casuelles,
idée
soutenue
aussi
par
Vicente
(2002:14-15)
sur
le
basque.
Typologiquement parlant, il est chose banale de constater un lien étroit entre les deux
catégories (cf. Creissels (2006, §14.5) et Dryer (2007a:84)) : il suffit de penser à à et à
de en français, qui introduisent tantôt les arguments tantôt les obliques
prépositionnels :
(533) Je parlais rarement à/de Marie.
(534) Je voyageais de Paris à Lyon.
L’ambiguïté n’étant guère synchronique, la translation diachronique est également
fréquente, par exemple, dans certaines langues indo-européennes (cf. Hewson &
Bubenik (2006)). Étant donné leur rapprochement, il serait donc moins étonnant qu’ils
271
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
se comportent de façon similaire dans la PR : si les marques casuelles morphologiques
ne peuvent subsister seules sans nom tête, les adpositions ne le peuvent pas non plus,
et vice versa. Nous avons déjà évoqué le parallèle entre le preposition stranding et le
maintien de certains cas morphologiques dans la PR en evenki (cf. Nedjalkov
(1997:40-42, 79)). Donc, ils sont traités de la même façon syntaxiquement parlant.
Une autre solution est celle de Caponigro & Pearl (2008), en termes de prépositions
silencieuses. l s’agit de prépositions phonologiquement nulles, mais sémantiquement
et syntaxiquement opérationnelles. Comme point de départ, ils constatent qu’en
anglais certains SNs sont syntaxiquement ambigus (op.cit.:366) :
(535) [Few places that I cared for] are really beautiful.
(536) You have lived [few places that I cared for].
(537) You have lived [PP in [few places that I cared for]].
NP-like
PP-like
La même ambiguïté se trouve dans les PRs à where, when et how (op.cit.:368) :
(538)
(539)
(540)
(541)
(542)
(543)
Lily adores [FR[i.e. free relative] where this very tree grows [PP __ ]].
Lily adores [NP the place that this very tree grows [PP __ ]].
Lily cried [FR when Jack had to go [PP __ ]].
Lily cried [NP the time/moment Jack had to go [PP __ ]].
Lily loathes [FR how all thieves work [PP __ ]] – secretly.
Lily loathes [NP the way all thieves work [PP __ ]] – secretly.
Ces constats les conduisent à proposer l’existence de prépositions silencieuses en
anglais, qui, comme les prépositions manifestes, prennent comme complément soit SN
soit SC (op.cit.:370) :
(544)
272
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(545)
Voici une dérivation plus développée, avec sa formalisation sémantique (op.cit.:371,
375) :
(546) Lily adores [FR where this very tree grows].
(547)
273
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Cette analyse s’applique au trou élargi sans grande difficulté, mais moins au trou
extra-élargi. En effet, à ce que nous avons compris, l’idée derrière cette analyse est la
correspondance entre la sémantique et la morphosyntaxe : la différence sémantique
entre SN et SPrép doit être reflétée par la morphologie casuelle, manifestement ou
invisiblement. La présence des prépositions invisibles sert à assigner le Cas et aussi à
marquer l’historique de la dérivation, idées proches de celles exprimées dans
l’empilage Casuel/casuel
(i.e. « case-stacking ») de Pesetsky (2009a et 2009b).
Effectivement, nous pensons qu’il est possible de l’appliquer aux trous élargi et
extra-élargi.
Un petit rappel de ce qu’est l’empilage Casuel/casuel. l s’agit de la coexistence de
plus d’un Cas/cas sur un seul SN/SD. Toutes les langues autorisent l’empilage
Casuel/casuel, mais certaines d’entre elles font écraser un Cas à un autre, ce pour quoi,
en F-Ph, l’empilage est un phénomène rare, bien que non inexistant. Suivant cette idée,
le trou élargi s’explique facile. Reprenons l’exemple mandarin (455) :
de
xuexiao (= (455))
(548) lisi (*zai) shangxue
Lisi à
faire des etudes COMP école
‘l’école où Lisi fait ses études’
Un dilemme hamletien : l’adposition, être ou ne pas être ? Si elle n’est pas, le nom tête
ne peut être reconstruit dans la PR, car elle est évidemment nécessaire selon (456),
repris ci-dessous :
(549) Lisi *(zai) xuexiao shangxue (= (456))
Lisi à
école
faire des études
Sens voulu : ‘Lisi fait ses études à l’école.’
Or, si elle est, où est-elle dans la PR ? L’empilage Casuel/casuel nous fournit une
explication. À un stade de la dérivation, au nom tête de (548) est assigné un Cas,
disons LOCATIF, car, selon la théorie du Cas, tout SN/SD doit avoir un Cas pour être
visible. Ce Cas aurait pu et aurait dû être marqué par la préposition zai ‘à’ ; or étant
donné que le nom tête est destiné à sortir de la PR, il porte aussi un autre Cas, celui
274
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
assigné selon sa relation grammaticale dans la matrice, et c’est justement le deuxième
Cas qui écrase le LOCATIF. Par conséquent, la morphologie casuelle du LOCATIF n’a
jamais eu l’occasion de se manifester. Si pour les arguments, il y a le choix entre
réaliser le Cas interne (i.e. celui dans la PR) et le Cas externe (i.e. celui dans la
matrice), les obliques sont obligés de porter uniquement le Cas externe et donc sa
réalisation morphologique, autrement dit, l’attraction casuelle n’est jamais possible
pour les obliques, du moins pour les obliques adpositionnels.
De même, concernant le trou extra-élargi, comme dans l’exemple mandarin suivant :
(550) huoche kaidong de
shengyin
train
démarrer COMP bruit
Lit. ‘le bruit que le train démarre’
Si Sohn (1994:68) propose une analyse en termes d’ellipse pour le coréen :
(551) [kicha-ka [SOLI-LUL NAY-MYENSE] talli-n-un] soli (= (518))
train-NM sound-AC emit-while
run-IN-MD sound
‘the sound that a train is running’
c’est qu’il tente de rétablir le Cas pour le nom tête dans la PR. Son analyse évoque
l’ellipse, mais cela revient au même de penser en termes d’ « écrasement ». Le nom
tête a un Cas assigné selon sa relation grammaticale dans la PR, mais plus tard, il est
écrasé par un deuxième Cas, celui dans la matrice. La conséquence de cet écrasement
est que morphologiquement, le Cas interne n’a laissé aucun signe d’existence, tout
comme les marques casuelles des arguments et les adpositions des obliques. La
difficulté pour le trou extra-élargi est le Cas en question. l serait plus facile d’utiliser
les rôles sémantiques, mais étant donné le lien entre les rôles sémantiques et les Cas, il
ne serait pas impossible d’assigner des Cas abstraits au nom tête occupant le trou
extra-élargi dans la PR. Nous nous contentons du CAS pour l’instant. L’avantage de
l’analyse de l’empilage Casuel/casuel n’est pas seulement son caractère unifié, car elle
est en mesure de rendre compte aussi bien des conflits Casuel/casuel que des trous
normal, élargi et extra-élargi, mais aussi sa correspondance avec le sémantisme.
275
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Souvenons-nous que plus tôt dans cette section, nous avons proposé une formalisation
sémantique unifiée pour tout type de PR, i.e. la PR à trou normal, la PR à trou élargi et
la PR à trou extra-élargi. L’unification sémantique est donc rejointe par l’unification
syntaxique moyennant l’empilage Casuel/casuel. Ces deux unifications fournissent
davantage d’arguments en faveur de l’AMT, non seulement syntaxiquement parlant
mais aussi sémantiquement parlant.
4.2.7. Pronom résomptif
Le troisième problème auquel fait face l’AMT est le pronom résomptif. Rappelons que
ce sont (Creissels 2006.vol.2:211) :
(552) des pronoms ou indices pronominaux utilisés dans une PR pour assumer le rôle
relativisé, qui s’accordent dans ce cas avec le nom tête, mais qui pourraient
apparaître exactement de la même façon en phrase indépendante pour signifier
que le terme qu’ils représentent doit être identifié à un référent fourni par le
contexte
Selon Comrie (1981), si une forme pronominale est utilisée aussi bien en phrase
indépendante que dans une PR pour la grammaticalité de la proposition, la forme en
question n’est pas un pronom résomptif, parce que sa présence est indépendante de la
relativisation ; en revanche, si une forme pronominale est obligatoire seulement suite à
la relativisation, il s’agit effectivement de pronom résomptif.
Il a été dit à maintes reprises que le pronom résomptif est rare dans la PRpré, bien que
certaines langues l’obligent et que d’autres l’utilisent optionnellement. D’abord, il
semble y avoir un point commun dans les langues afro-asiatiques à utiliser
systématiquement le pronom résomptif, à partir de l’objet direct jusqu’aux obliques,
comme en amharique (Leslau 1995:102, 105, 104, Hudson 1997:482, Cohen
1936:118) :
(553) yämättahut säwǝyye wändǝmme näw ‘the man whom
‘who-I-hit-him (the)-man my-brother is’
276
hit is my brother’, lit.
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(554) yäṣafhullät säwəyye wändəmme näw ‘the man to whom wrote is my brother’,
lit. ‘that-I-wrote-to-him (the)-man my-brother is’
(555) wäräqät yäṣafhullät säwəyye wändəmme näw ‘the man for whom (or ‘to
whom’)
wrote the letter is my brother’, lit. ‘letter that-I-wrote-for-him
(the)-man my-brother is’
näw
(556) ya yä-tä-wälläd-ku-bb-ät bet
that Rel.-Pas.-born-I-in-it house is
‘That’s the house was born in.’
(557) karsu gara yamaṭṭana saw « l’homme avec lequel nous sommes venus »
et en tigré (Palmer 1961:27) :
(558) la ‘ǝla rǝ’a ṣǝlalot ‘the image he saw,’ Lit. which (object)-it he-saw image
(559) la ’ǝtta mäsa dibom ’äkan ‘the place they were in when night fell,’ Lit. which
in-it it-became-night on-them place
(560) la ’ǝbbu tǝtrǝ’äw la hällekum säbäb ‘the reason you are seen,’ Lit. which for-it
you-being-seen which you-are reason
et du moins pour les obliques en afar116 (Bliese 1981:22, 23) :
(561) ‘is el’le t-e-mee’te
cadaa’ga u-b’le
she from she-perf-came market I,perf-saw
I saw the market from which she came.
(562) a’nu el’le ge’d-a
da’car ‘lee
‘l-e
I
to go-I,impf river water has-it
The river to which I go has water.
(563) ‘num baar’ra ed-de
y-iggi’fe gi’le
‘ma-me’ce
man woman by which he-killed sword not-good
The sword by which the man killed the woman is not good.
L’autre groupe de langues utilisant massivement le pronom résomptif semble être des
langues chinoises : à partir du datif jusqu’aux obliques, avec la contrainte selon
laquelle le pronom résomptif est réservé au nom tête humain. Voici des exemples en
cantonais (Matthews & Yip 1994:110-111) :
116
À noter que dans ces exemples, el’le est composé de la préposition el et de l’indice pronominal e, comme ed’de.
277
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(564) (Gó dī) sīk
Gwóngdūng-wá ge hohksāang háau
dāk
hóu dī.
that students examine ADV well a-bit
(those CL) know Cantonese
‘The students who know Cantonese did a bit better.’
(565) ngóh sīk ge yàhn
know me that people
‘people that know’
(566) ngóh sung fā
béi kéuihdeih ge behngyàhn
I
send flower to them
that patients
‘the patients sent flowers to’
(567) (kéuihdeih) tìuh kwàhn hóu dyún ge sailouh-léui
their
CL dress very short that little girls
‘the little girls whose dress is very short’
(568) ngóh tùhng kéhuihdeih kīnggái ge hohksāang
I
with them
chat
that students
‘the students that chat with’
(569) ngóh jaahn chin dō gwo kéuihdeih ge yàhn
I
earn money more than them
that people
‘The people who make more money than’
Voir Wu (2006) sur le mandarin et Chen (2008) sur un dialecte du minnan.
Certaines langues caucasiennes emploient aussi le pronom résomptif, obligatoirement
ou optionnellement. En géorgien dans la PRpré à forme verbale finie et marquée par le
complémenteur rom, le datif peut se passer du pronom résomptif mais les obliques
l’exigent (Hewitt 1987:188, 189) :
(570) k’ac-ma rom (i-m-as)
c’ign-i
mi-s-c-a,
i-m
man=ERG
to=her=DAT book=NOM he=gave=it=to=her=AOR that
v-i-cn-ob
I=know=her=PRES
‘ know that woman to whom the man gave the book’
(571) m-is-i
kal-i-šv-il-I rom da-i-t’an -a
u-c’mind-ur-i
her=GEN daughter=NOM she=was=tormented=AOR unclear
kal-i…
woman=NOM
‘a woman whose daughter was plagued by an unclean spirit…’
(572) k’ac-ma rom i-m-it
katam-i
da-k’l-a,
i-s
man=ERG
with=it=INST chicken=NOM he=killed=it=AOR that
v-nax-e
I=saw=it=AOR
‘ saw that knife with which the man killed the chicken’
278
kal-s
woman=DAT
sul-isa-gan,
spirit=by
dana
knife=NOM
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(573) i-s kal-i rom m-is-tvis siamovn-eb-it
mo-k’vd-eb-a,
that woman=NOM for=him with=pleasure=INST she=will=die=FUT
i-m k’ac-s
v-i-cn-ob
that man=DAT I=know=him=PRES
‘ know that man for whom that woman will die with pleasure’
(574) k’ac-man rom i-m-is kveš p’ur-i
še-i-nax-a,
i-m magida-s
man=ERG
it=GEN under bread=NOM he=kept=it=AOR that table=DAT
v-xed-av
I=see=it=PRES
‘ see that table under which the man kept the bread’
(575) e-s k’ac-i rom i-m-a-ze upro maɣal-i-a, i-s kal_i
v-nax-e
this man=NOM than=her more he=is=tall that woman=NOM I=saw=her=AOR
‘ saw that woman than whom this man is taller’
En tchéchène, le pronom résomptif est optionnel pour toutes les positions sauf pour le
datif (577) (Komen 2006:1, 2007:2, 2006:2, 1) :
(576) [(Shienai)
i
stag sielxana ginchu] Muusasi cynga cwa duosh
3SgRefl-DAT that man yesterday seen-Rel Musa-Erg him-All one word
aelliera
spoke
Musai, whoi had seen the man yesterday, had told him something.
(577) [Shienai
Kilaaba
dika laatta
della
volu] stag
3S.RFL-DAT Caleb-ERG good land-ABS D-give-NRPS V-REL person-ABS
as
dwaatettira
1S-ERG away.push-RFPS
I rejected the personi [to whomi Caleb gave good land].
(578) [CP [NP (Shieni)
majraj]
vella
jolu] zudai
maarie
3SgRefl-GEN husband(G1) G1.died G2-Prs woman(G2) marriage(G3)
jaxara
G2.went
The womani, whosei husbandj had died, remarried.
(579) [NP [CP [PP (Shienai)
chuohw] dika oilanash
jolu]
duogi]
3SgRefl-DAT inside good thoughts(G4) G4-PRS heart(G3)
A heart inside which there are good thoughts
Et en lezguien, le pronom résomptif est utilisé pour certaines positions en bas de la
Hiérarchie d’Accessibilité (Haspelmath 1993:342) :
279
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(580) Wiči-n
sät
čünüx-nawa-j
ruš šex-zawa-j
[self-GEN clock steal-PRF-PTP] girl cry-IMPF-PST
‘The girl whose watch was stolen was crying.’
(581) čun
wiči-kaj
raxa-zwa-j
kas
[we:ABS
self-SBEL talk-IMPF-PTP] man
‘the man we’re talking about’
(582) Wiče-laj
Šahdağ
q’aq’an tir
dağ
hina awa?
[self-SREL Šahdağ
high
COP:PTP] mountain where be.in
‘Where is the mountain that Šahdağ (4243m) is taller than?’
l y a encore d’autres cas isolés. Le bourouchaski impose le pronom résomptif pour le
régime de certaines adpositions, dont, yar ‘devant’ (Tiffou & Patry 1995:358) :
(583) Ja tḗcum
yar
hurúṭum
ha
šuá duá.
moi elle.ABL devant demeurer.NOM3 maison.ABS belle est.3sgy
« La maison en face de laquelle j’habite est belle ».
(584) Ja yar
hurúṭum
ha
šuá
duá.
moi avant demeurer.NOM3 maison.ABS belle est.3sgy
« La maison où j’habitais avant est belle ».
En turc, le pronom résomptif est optionnel pour certaines positions, dont
l’accusatif (Meral 2004a:2) :
(585) [CP OPi [C’ [IP proj [ ’ ti / kendisi-nii sev-diğ-imj]]]] kadıni
self-ACC love-DIK-AGR woman
“the woman whom love (her)”
mais obligatoirement pour d’autres (ibid.) :
(586) [CP OPi [C’ [IP proj [ ’ kendisi-ylei / ti dans et-tiğ-imj]]]]
self-COM
dance-DIK-AGR
“The woman danced with”
Cela est similaire au japonais (Kameshima 1989:79, 80) :
280
dakıni
woman
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(587) [Mary -ga ti ringo-o
kitta] naifui
knife
Nom apple-Acc
‘the knife (with which) Mary cut the apple’
(588) ?[Mary -ga sore-dei ringo-o kitta] naifui
Nom that-with apples cut
knife
(589) *[John -ga ti benkyoo-shita] onna-no-hitoi
Nom studies
woman
‘the woman (with whom) John studies’
(590) [John -ga sono-hito-toi
benkyoo-shita onna-no-hitoi]
Nom that person-with studied woman
Dans certaines autres langues, le pronom résomptif est optionnel, par exemple, en
basque (Oyharçabal 2003:782) :
(591) %117Amerikara joan da
[berarekin118
ezkondu nahi izan zenuen]
America.ALL go AUX him.COM marry will have AUX.COMP
mutila.
boy
‘The boy to whom you wanted to get married to went to America.’
en qiang, pour le bénéficiaire (LaPolla & Huang 2003:224) :
(592) qa the:ʨ
lǝɣz de-le-m
1sg 3sg-GEN book DIR-give-NOM
‘the person to whom gave a book’
le:
DEF:CL
et en coréen pour la source (Sohn 1999:312) :
(593) wuli ka keki eyse chwulpalhay-se hak.kyo-lo ka-n ku
we NM there from depart-and
school-to go-RL the
‘the hospital from which we departed and went to school’
pyengwen
hospital
Selon Khalilova (2009:256-257), le pronom résomptif constitue une stratégie possible
117
G. Rebuschi confirme que cet exemple est, au mieux, marginal.
G. Rebuschi nous fait remarquer que le pronom employé, bera, au comitatif, est la forme emphatique. Cela nous
conduirait à penser que (591) serait similaire à l’exemple français suivant :
118
(i) l’homme, qui, lui, ne voulait pas s’exprimer
Donc, en réalité, berarekin, comme lui, n’est pas un véritable pronom résomptif, mais la mise en emphase sous forme
pronominale de l’argument relativisé.
281
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
en khwarshi, notamment pour lever l’ambiguïté.
Le pronom résomptif est problématique pour l’AMT en général, qu’il s’agisse de
dériver la PRpré ou la PRpost. En effet, l’analyse traditionnelle génère le pronom
résomptif à la base. Le liage entre le nom tête et le pronom résomptif s’établit soit par
l’intermédiaire de l’opérateur nul (cf. Chomsky (1977) et McCloskey (1990)) soit par
le mécanisme de l’Accord (cf. Rouveret (2008)). De toute évidence, elle est
incompatible avec l’AMT, qui est basée sur le déplacement du nom tête. Cependant,
Kayne (1994:165) n’y consacre pas plus qu’une note de fin de texte :
(594) [Idiom chunk relatives] could be taken to indicate that (in some languages)
resumptive pronoun relatives result from the usual raising to Spec,CP, with the
input being a clitic-doubling structure. The present theory leads very definitely
to the conclusion that resumptive pronoun relatives must be of the usual form,
‘D0 CP’, with the “head” of the relative in Spec,CP.
Bianchi (1999:240-256) analyse brièvement la PR à pronom résomptif suivant Kayne
(1994). Elle insiste sur les similarités entre les pronoms résomptifs et les pronom
relatifs, du moins dans certaines langues. Étant donné la dérivation suivante (Bianchi
1999:240) :
(595) [DP the [FP [NP boy] [TopP [DP who tNP]i [IP I spoke to ti]]]]
who, le déterminant de relative, est laissé derrière après la montée supplémentaire du
nom tête. Les pronoms résomptifs clitiques sont des têtes du SD de la PR, i.e. [SD who
boy] en (595), et se cliticisent à la tête de SI. Le reste de SD monte à [Spéc, SForce]
normalement (op.cit.:241) :
(596) [DP il [FP [ragazzo]i [FP che [IP gli ho parlato [ClP tCL ti]]]]]
the boy that I to himCL have spoken
‘the boy that spoke to’
Cela étant, elle reconnaît que cette analyse ne peut se généraliser, pour une raison
simple : tous les résomptifs, même si la plupart le sont, ne sont pas des clitiques. Les
282
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
pronoms résomptifs du cantonais en (564)-(569) ne sont pas des clitiques, mais bel et
bien des morphèmes libres. De Vries (2002:166-169) se cantonne à proposer deux
pistes de recherche : pronom résomptif en tant que trace prononcée, ou en tant que D°
laissé derrière suite à la montée du SN relativisé. La deuxième idée est reprise et
développée par Boeckx (2003).
S’inscrivant dans l’approche dérivationnelle, l’analyse de Boeckx porte sur la
résomption en général, avec quelques brèves discussions sur la PR à pronom résomptif.
L’opération de Déplacement y joue un rôle central. Qui dit Déplacement dit chaîne.
Boeckx tient comme thèse centrale (op.cit.:25) :
(597) RPs [i.e. resumptive pronouns] are stranded portions of the moved phrases they
‘associate with’.
En adoptant l’analyse d’Uriagereka (1995:81) sur le positionnement des clitiques dans
les langues romanes de l’ouest :
(598)
Boeckx (2003:28) propose une structure similaire :
(599)
Les déplacements s’effectuent de la façon suivante (op.cit.:38) :
283
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(600)
Pour la PR, le déplacement est motivé par la vérification du trait fort EPP (i.e.
Extended Projection Principle, en français « Principe de Projection Etendue ») de la
tête C° (op.cit.:33) :
(601) [DP D/the [CP [that [I T0 [VP read [D [book]]]]]]]
(602) [DP D/the [CP [book]i [that [I T0 [VP read [ti' [D ti]]]]]]]
(603) [DP D/the [book]i [CP ti'' [that [I T0 [VP read [ti' [D ti]]]]]]]
La raison pour laquelle c’est seulement le {wh/Op}-SN, mais non le SD entier, qui se
déplace, c’est qu’à l’interface, une chaîne doit être définie sans ambiguïté – « Principle
of Unambiguous Chain » (op.cit.:13). Une chaîne est sans ambiguïté si elle a une et
une seule position forte, autrement dit, une et une seule occurrence. L’occurrence de α
est soit la sœur de α (cf. Chomsky (2000:115)) soit EPP. Donc, une chaîne contenant
plus d’une occurrence est ambiguë et doit être désambiguïsée de peur que la dérivation
entière ne capote. Elle se désambiguïse de deux façons : l’accord indirect ou la
vérification scindée (cf. Boeckx (2003:74-78)). (600) est un cas de figure de la
vérification scindée, parce que l’élément α, i.e. D’ en l’occurrence, est suffisamment
complexe, dans le sens où il branche. Certes, il se peut que le désambiguïsement soit
réalisé par l’accord direct, mais ce n’est possible que dans la mesure où la chaîne ainsi
désambiguïsée contiendra désormais une seule occurrence. Le cas échéant, la seule
alternative est la vérification scindée. La conséquence de la vérification scindée en
F-Ph est la prononciation du pronom résomptif. À titre d’illustration, Boeckx discute
en détail des résomptions dans diverses positions, dont le sujet, l’objet, les régimes
adpositionnels et les adjoints. Dans ces positions, les éléments liés à un pronom
résomptif doivent être aussi liés à une tête Casuelle vérificatrice forte (op.cit.:78), par
exemple, une adposition. l s’ensuit que si l’adposition est laissée derrière, la chaîne
284
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
sans pronom résomptif violera le Principe de Chaîne Sans Ambiguïté en possédant
deux occurrences, i.e. EPP et le Cas assigné par l’adposition. L’accord indirect étant
impossible, l’autre solution est la résomption. L’analyse est en adéquation avec les
observations empiriques, puisque le pronom résomptif dans la PR se trouve le plus
souvent dans la position du régime adpositionnel.
L’analyse de Boeckx est intéressante, car elle parvient à combiner la dérivation et la
résomption, cette dernière étant traditionnellement analysée en termes de génération à
la base (cf. Chomsky (1977) et McCloskey (1990), entre autres). Elle permet de
sauvegarder l’AMT pour tout type de PRs. Cela étant, son analyse semble néanmoins
difficilement compatible avec celle de Bianchi (1999 et 2004), que nous avons
présentée en détail pour rendre compte de la reconstruction. En effet, Bianchi
présuppose que (i) le constituant relativisé est un SD composé d’un déterminant de
relative DREL et le SN du nom tête ; (ii) le SD relativisé monte à [Spéc, SForce] du SC
scindé à la Rizzi (1997) ; et (iii) dans la PR à complémenteur le déterminant de
relative DREL est effacé :
(604) [SD le [SForce [SD DREL garçon]i [que [SI je connais [SD DREL garçon]i]]]]
Le SD [SD DREL garçon] joue un rôle dans la reconstruction en ce qui concerne
l’interprétation sémantique des PRs : restrictive, non-restrictive ou maximalisante.
Or, la dérivation suivant Boeckx est :
(605) [SD D/le [SC [garçon]i [que [SI je connais [ti' [D ti]]]]]]
(606) [SD D/le [garçon]i [SC ti'' [que [SI je connais [ti' [D ti]]]]]]
Le conflit réside dans le constituant à déplacer. Certes, dans les deux dérivations, il y a
toujours un SD contenant le nom tête. Mais dans la dérivation bianchienne (604), le
SD en entier se déplace à [Spéc, SForce] tandis que suivant Boeckx, en (605) et (606),
le SN effectue une montée à [Spéc, SD] représentée en (600), reprise ci-dessous :
285
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(607)
Dans l’état actuel des choses, nous ne voyons pas encore de solution en mesure de
rendre les deux analyses compatibles. Nous ne pouvons que laisser la question ouverte,
en nourrissant néanmoins la conviction intime que la résomption est tout à fait
compatible avec le déplacement.
4.2.8. Effets d’îlot
Un autre argument de l’AMT repose sur l’existence des îlots, i.e. sur les contraintes de
déplacement. L’idée a d’abord été émise par Chomsky (1964), puis abondamment
développée par Ross (1967). En langage simple, il s’agit des contraintes sur le liage
entre l’antécédent et la trace. Cela présuppose l’existence de déplacements. À cause de
ces contraintes, ou bien le déplacement est impossible ; ou bien le liage ne peut être
établi. Concrètement, il y a ces contraintes suivantes :
(608) Contrainte du SN complexe
*l’élèvei que le fait que le professeur ait frappé ti m’a étonné (cf. Le fait que le
professeur ait frappé l’élève m’a étonné.)
(609) Contrainte du sujet phrastique
*l’élèvei que que le professeur ait frappé ti m’a étonné (cf. Que le professeur ait
frappé l’élève m’a étonné.)
(610) Contrainte de l’îlot-qu
*l’élèvei que quel professeur a frappé ti (cf. Quel professeur a frappé l’élève ?)
(611) Contrainte de l’îlot des adjoints
*le professeuri que Jacques est rentré tard parce que ti l’a retenu (cf. Jacques
est rentré tard parce que le professeur l’a retenu.)
Chomsky (1973) tente de réduire ces contraintes au principe de Soujacence, qui
impose une relation de localité stricte entre le constituant déplacé et la trace. Dans sa
monographie de (1986b), il simplifie encore la théorie mais l’approfondit davantage,
286
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
en substituant « Soujacence » par « Barrière ». Une barrière pour un nœud donné α est,
en simplifiant, la projection maximale dominant α et qui n’est pas marquée
lexicalement (i.e. sans rôle-θ). Sont L-marqués les compléments sous-catégorisés et le
SV (cf. Lasnik & Saito (1992)), mais non les adjoints, le sujet et le SI (i.e. complément
de C°). Ainsi, les quatre contraintes précédentes sont expliquées en termes de barrière.
Dans le PM, Chomsky (1995b) met en place comme unique contrainte sur la localité,
la Condition du Lien Minimal :
(612) K attire α si et seulement s’il n’y pas β, qui est plus proche de K que α, tel que
K attire β.
(613) β est plus proche de K que α à moins que β est dans le même domaine minimal
que τ ou α, étant donné que β c-commande α et τ est la cible de montée
(614) Le domaine minimal de α, ou MinD(α), est l’ensemble des catégories
immédiatement contenues ou immédiatement dominées par les projections de α,
les projections de α étant exclues, où la catégorie α contient β si et seulement
certains segments de α dominent β et que la catégorie α domine β si et
seulement si tous les segments de α dominent β
(615) α c-commande β si et seulement si chaque nœud branchant dominant α domine
aussi β sans que α et β ne se dominent l’un l’autre.
Sabel (2002) discute en détail la possibilité d’appliquer la CLM àdivers types d’îlots
suivant le PM. Plus récemment, Chomsky (2000 et 2004) propose la Condition de
l’ mpénétrabilité des Phases, selon laquelle, seul le bord (i.e. le spécifieur et la tête)
d’une phase (i.e. SC, Sv et peut-être SD) est accessible aux opérations syntaxiques des
phases supérieures. Cette condition interdit à une opération computationnelle de
« regarder » trop profondément les phases inférieures.
Malgré ces approches nombreuses plus ou moins développées, l’idée centrale demeure
toujours la même. Les îlots servent de diagnostics au déplacement. L’AMT dérive la
PR moyennant divers déplacements. Par conséquent, l’existence de certains îlots ou de
la totalité des îlots est un argument en sa faveur. Cela étant, maintes études montrent
d’importantes variations à travers les langues du monde concernant les contraintes sur
les déplacements. En témoignent, entre autres, Erteschik (1973) sur des langues
scandinaves, Ri i (1982) sur l’italien et Huang (1982) sur le mandarin.
287
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Ces contraintes existent-elles dans la PRpré ? Et si oui, dans quelle mesure ? Cole et al.
(1977) est l’une des rares études sur la question. Les contraintes en étude sont la
contrainte du sujet phrastique, la contrainte du SN complexe et la contrainte des SNs
coordonnés. Dans la PRpré participiale en kannada, les contraintes d’îlot sont
observées, ce qui est confirmé par Sridhar (1990:60-61). De même pour le mandarin119,
bien que l’utilisation du pronom résomptif puisse en améliorer l’acceptabilité (Cole et
al.:36-37) :
(616) Complement of Noun Head :
*Zhe jiushi [Lao Wang chengren
[women dou kanjian ø de]
ta
this
is
Lao Wang acknowledge we
all see
ø rel
he
zheige shishi de] neige ren.
this
fact
rel that
person
‘This is the man Lao Wang acknowledged the fact that we all saw him.’
(617) Relative Clause :
*Zhe jiushi [[women dou hen zunjing
øi
xihuan øj
de] neige
tai
taj
this is
we
all very respect
ø
like
ø
rel that
he
she
reni
de] neiwei nulaoshij.
person rel that
woman teacher
‘This is the woman teacher that we all respect the man who likes her.’
(618) Coordinate NP :
*Zhe jiushi [wo zuotian
kanjian
ø gen Lao Wang de] neige ren.
ta
this is
I
yesterday see
ø and Lao Wang rel that person
he
‘This is the man that saw and John yesterday.’
(619) Sentential Subject :
ma
le
ø
shi
wo hen
*Ta renshi ((Lao Li zuotian
ta
she know
Lao Li yesterday scold aspect ø
make I very
him
bu gaoxing de) neige ren.)
not happy rel that
person
‘She knew the person whom that Lao Li scolded him made me very unhappy.’
119
Également pour le minnan, selon nos propres enquêtes auprès de nos informatrices.
288
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
En japonais, seule la contrainte des SNs coordonnés est respectée (op.cit.:38-39) :
(620) Coordinate NP :
*Kore wa
(watashi ga
ø ringo mo tabenakatta) banana da.
topic I
subject apple or eat neg past banana is
this
‘This is the banana that didn’t eat or an apple.’
(621) (Watashi ga
ø ringo to
tabeta) banana
wa
I
subject
apple commitative ate
banana
topic
oishikatta
delicious was
‘The banana which ate and an apple was delicious.’
(622) Complex NP (Sentential Complement of a Noun)
(ø shikakui to yuu uwasa o
shinzite ita)
chikyuu wa
sqaure comp rumor acc believe post prog [sic.] earth
topic
marukatta.
round was
‘The earth which they believe the rumor that was square was round.’
(623) Complex NP (Relative Clause) :
((ø ø kawaigatte ita)
inu ga
shinda) kodomo wa
kanashi
pet
past prog dog subject died
child
topic sad
sooda.
looks
‘The boy that the dog that was petting died looks sad.’
(624) Sentential Subject :
((Anata ga
ø au koto)) ga
mazui
hito
wa
you
subject
meet nom subject unfavorable person
topic
kokoni wa
inai
here
topic is neg
‘The person whom that you see is unfavorable is not here.’
De même, Kameshima (1989:90-91, 102-104, 123-137) montre l’existence de
certaines contraintes sur le déplacement en japonais (op.cit.:90, 91, 102) :
(625) ?*[ti tj Katteiru] hito]-ga
kettosho-o
motteinai
is keeping person-Nom pedigreed dog certificate-Acc have-not
inu-wa
kono
heya-ni
atsumeyoo
dog-Top this
room-in collect-let’s
‘Let’s collect the dogs (for which) the person (who) is keeping does not have a
pedigreed dog certificate.’
289
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(626) *[[Hanako -ga
ti akeru-to]
Taroo- ga
benkyooshiteita] toi
Nom
opened-when
Nom was studying
door
‘the door (which) when Hanako opened (it) Taro was studying’
(627) *[[[[ei ej Sodateta] oyai-o]
John -ga waratta] shoonenj-ga] okotta
raised
parents-acc
nom laughed boy-nom
got angry
‘The boy who John laughed at the parents who raised (him) got angry.’
À comparer (op.cit.:102, 131) :
(628) [[[[ei ej Katteita] inuj-ga] shinda] kodomoi-ga] naiteiru.
kept
dog-nom died
child-nom
is crying
‘The child who the dog which (he) kept died is crying.’
(629) [[proi shinda node] minna-ga
kanashinda]
hitoi
died because everyone-Nom was distressed person
‘a person who, because (he) died, everyone was saddened’
Pour les autres langues, bien que la mention sur ces contraintes soit rare dans les
grammaires descriptives en raison de la complexité de la question, nous avons pu
trouver des informations sur certaines langues. En amharique, les contraintes semblent
inviolables (informatrice) :
(630) *yämm-ifällegä-we-n
mäShaf
COMP.-vouloir.IMPARF.S3S.O3S.-DEF.-ACC. livre
yä-agäNähut
Säweyä
COMP.-trouver.S1S.O3S.
homme
‘l’hommej que j’ai trouvé le livrek que celui-cij veut tk’
(631) *yäteNaw
säweye yä-ayyat
seteyä
quel
homme COMP.-voir.PARF.S3S.O3S. femme
‘la femmej que quel homme a vu t j’
(632) *säweye-w
seteyä-wa-n-enna
yä-mättaccäw
femme-DEF.-ACC.-et COMP.-taper.PARF.S3S.O3P.
homme-DEF.
leJ
enfant
‘l’enfantj que l’homme a frappé la femme et t j’
En basque, la contrainte du sujet phrastique et la contrainte de l’îlot-qu ne sont pas
observées (Oyharçabal 2003:772) :
290
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
ageri
den]
(633) Ezagutzen
dituzu [[hil hurran direla]
know.IMPF
AUX die close are.COMP obvious is.COMP
haur horiek?
child those
‘Do you know these children who it is obvious are just about to die?’ 120
(634) Maddi
ezkondu zen
[[nondik
heldu zen]
Maddi.ERG
marry AUX where.ABL come AUX.COMP
inork
ez
zekien]
gizon batekin.
nobody not
knew.COMP man a.COM
‘Maddi married a man who nobody knows [sic.] where [he] came from.’
tandis que la contrainte du SN complexe et celle des SNs coordonnés bloquent la
relativisation (cf. Oyharçabal (2003, §4.10.3.1.4.3)).
En coréen, il y a les même contraintes (Cha 1998:76) :
(635) *[NP[S[NP[S John-i __i __j cwu-n]
sakwaj]-lul ney-ka
mek-un] Maryi]
Nom
give-Adn apple-Acc you-Nom eat-Adn
ntended: ‘the Mary to whom John gave an apple which you ate’
(636) *[NP[S[NP[S Mary-ka __i kwup-nun] naymsay]-lul ney-ka
math-un] sayngseni]
Nom
grill-Adn smell-Acc
you-Nom take-Adn fish
ntended: ‘the fish which you smelled while Mary grilled it’
(637) ?[NP[S[NP[S John-i __i mek-un] sasil]-ul ney-ka
pwuinha-n] sakwai]
Nom
eat-Adn fact-Acc you-Nom deny-Adn apple
‘the apple which you denied the fact that John ate (it)’
En marathi, l’îlot du SN complexe est constaté (Pandharipande 1997:96) :
(638) ??rām ne pandhrā had ār
rupaye
mi āle
aśī
Ram-ag fifteen thousand rupees-3pl.m received-pst-3pl.m comp
bātmī sāŋgitlelā
mulgā itha rāhto
news
tell-pst.part-3sm boy here live-pres-3sm
‘The boy who Ram told the news that received fifteen thousand rupees lives
here.’
En quechua de Cuzco, d’après Lefebvre et Muysken (1988), la contrainte du SN
complexe et celle de l’îlot-qu n’existent pas.
En tse , la contrainte de l’îlot des adjoints présente une image confuse, oui dans
120 Si nous y préférons une traduction plus littérale : ‘Do you know these childrenj whoj that [theyj] are just about to die
is obvious?’
291
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
certaines subordonnées adverbiales mais non dans d’autres (Comrie & Polinsky
1999:88, 89) :
daru
(639) *[di teƛ-λin
beƛ’ɣˁu b-āxu-ru]
me give-CONCESS sheep III-die-PASTPART medicine
‘the medicine that the sheep died although gave it some’
(640) [r-ac’-nāy
mi untizi oq-xosi]
bišʷa
IV-eat-COND you sick become-PRESPART food
‘the food that, if you eat it, you’ll get sick’
(641) [gagali b-oɣ-nosi
ix
b-ay-xosi]
qaraq
flower III-bring-TEMP spring III-come:FUT bush
‘the bush that, when it blooms, spring will come’
En turc, la contrainte du SN complexe n’est pas aussi rigide (Kornfilt 1997a:130,
1977:418) :
(642) ?(?) [[ Øi kendi -sin -ej çiçek
ver -en]
adam -ıni birdenbire
Ø
self -3.sg. -Dat. flower give -SbjP] man -Gen. suddenly
öl -düğ -ü]
kadınj
die -ObjP -3.sg.
woman
“the woman such that the man who gave flowers to her died suddenly”
arabaj bozuk
çɨk-an]
adami
(643) [[φi φj al-dɨğ-ɨ]
‘his buying’ car
defective ‘turning-out’ man
‘the man who the car (which) (he) bought turned to be defective’
bien que l’effet d’îlot soit constaté lors de la relativisation à travers une relative
(Kornfilt 2000:125) :
(644) *[Hasan-ın [[ei
Hasan-GEN
tanı-dığ-ı]
know-DIK-3SG
ntended reading:
(on it) last summer’
geçen yaz ej ben-i
gör-en]
kişi-leri]-i
last
summer I-ACC see-(y)AN person-PL-ACC
adaj
island
‘the island (such that) Hasan knows the people who saw me
Toujours d’après Kornfilt (op.cit.), la contrainte du sujet phrastique, la contrainte du
SN complexe et la contrainte des SNs coordonnés sont pertinentes pour le turc, mais la
292
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
contrainte de l’îlot-qu ne l’est pas.
Malgré la quantité relativement faible de données, l’existence des effets d’îlot semble
bien établie. Le moins qui puisse être dit, c’est qu’aucune langue n’est totalement
immune des effets d’îlot. C’est un argument indéniable en faveur de l’AMT. Certes,
dans certaines langues, certaines contraintes peuvent être enfreintes, mais cela, à notre
avis, pourrait être expliqué à partir des particularités de la langue en question et ne
peut remettre en question l’existence du déplacement dans son ensemble. Il suffit de
rappeler qu’en japonais la contrainte des SNs coordonnés s’observe si le coordinateur
est mo ‘ou’, mais non avec to, et qu’en tse , la subordonnée concessive à -λin constitue
un îlot, mais non la conditionnelle à -nāy ni la temporelle à -nosi. Une position plus
forte consiste à dire que même pour les constructions sans effets d’îlot, le déplacement
est toujours en œuvre. Ces constructions sont effectivement particulières, non en ce
qu’elles sont dérivées sans déplacement, mais que la dérivation en question n’a pas
enfreint la contrainte de localité, que celle-ci soit expliquée en termes de barrière ou de
la CLM. Or, cette tâche demande une compréhension plus profonde sur la langue en
question et sur la construction en question. Elle demande aussi une étude plus
ambitieuse qu’une seule section. Nous la laissons pour de futures recherches.
4.2.9. Conclusion de la section
Dans cette section quelque peu étendue, nous avons présenté une version de l’AMT à
la fois kaynienne et minimaliste et répondu à quelques questions y reliant. Nous avons
commencé par justifier la nécessité d’analyser la PRpré toujours comme SC et
d’adopter l’Hypothèse de SD pour donner la structure suivante :
293
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(645)
Ensuite, nous avons développé diverses dérivations permettant de générer les 16
linéarités dans le SD de la PRpré dans différentes langues à PRpré.
Dans le reste de la section, nous avons essayé de résoudre certains problèmes en
rapport avec l’analyse présentée précédemment. l s’est agi des effets de reconstruction,
des conflits Casuel/casuel, des trous élargi et extra-élargi, du pronom résomptif et des
effets d’îlot. En adoptant l’analyse de Bianchi (2004), nous avons montré comment la
reconstruction rendait compte du sémantisme de la PRpré, qui peut être restrictive,
non-restrictive et maximalisante. Les conflits Casuel/casuel et les trous élargi et
extra-élargi ont été examinés suivant la théorie de « case-stacking » de Pesetsky
(2009a et 2009b). L’analyse de Boeckx (2003) a été appliquée au pronom résomptif.
En dernier lieu, l’existence de certains effets d’îlot a été considérée comme argument
en faveur de l’AMT en général.
Dans la section suivante, nous allons présenter une deuxième version de l’AMT qui est
nuancée de l’AA.
4.3. AMT + AA (Cinque (2003/8))
4.3.1. Idées générales
S’inscrivant dans le courant de la cartographie (cf. Cinque (1994, 1999, 2002 et 2006),
Belletti (2004), Rizzi (1997 et 2004), Cinque & Rizzi (2008), et aussi Endo (2007) sur
le japonais), l’approche de Cinque (2003/8) synthétise l’AMT et l’AA.
294
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Si selon l’AMT, le nom tête est généré uniquement dans la PR et ensuite se déplace de
l’intérieur de la PR à l’extérieur pour la PR à nom tête externe, d’après l’AA, la PR est
adjointe au nom tête externe et la représentation interne du nom tête est générée en tant
que complément de l’opérateur ou du pronom relatif. Le SN du nom tête interne [ SN
Op N] monte de l’intérieur de la PR à [Spéc, SC]. Finalement, le nom tête interne ainsi
déplacé est supprimé étant donné son identité avec le nom tête externe :
(646) [SD le [{SN, SC} [SN garçonj] [SC [Op garçon]i que [SI Nicolas déteste ti]]]]
Sauerland (2003) et Hulsey & Sauerland (2006) soutiennent l’idée selon laquelle sont
nécessaires aussi bien l’AMT que l’AA. Par exemple, selon Hulsey & Sauerland
(op.cit.:113), pour l’exemple anglais suivant, l’AMT prévoit une violation du Principe
C tandis que l’AA ne le fait pas :
(647) Which is the picture of Johni that hei likes?
En effet, selon l’AMT, (647) est interprété ainsi :
(648) the λx. hel likes thex picture of Johnl
mais selon l’AA, la représentation logique est la suivante :
(649) the picture of Johnl λx. hel likes thex picture of him1
L’autre argument en faveur de l’AA est l’extraposition de la PR. Si l’idiome impose
295
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
l’AMT, comme dans (op.cit.:114) :
(650) Mary praised the headway that John made
la PR ne peut être extraposée à travers un adverbe de temps (idem.) :
(651) *Mary praised the headway last year that John made.
À partir des exemples comme (651), ils parviennent à la conclusion selon laquelle
l’extraposition est non seulement incompatible avec l’AMT, mais impose l’AA.
Cinque (2003/8) pousse ces réflexions plus loin. Selon lui, dans une seule dérivation,
quel que soit le type de PR concerné, l’AMT et l’AA sont chacun sollicitées à tour de
rôle. Il propose donc la structure unifiée suivante (op.cit.:5)
(652)
Avant tout, il adopte l’ACL de Kayne (1994), i.e. [adjoint-tête-complément]. Mais la
PR, au lieu d’être complément de D°, est seulement c-commandé par celui-ci :
296
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(653)
SX, SY et SZ sont des projections fonctionnelles non-identifiées, mais leur existence
semble certaine et obligatoire pour cette analyse. Les deux C° incarnent le SC scindé
de Rizzi (1997) sans être identifiés explicitement.
Le nom tête est sélectionné deux fois, il est donc numéroté par 2 dans la Numération.
Les deux occurrences sont co-indexées, l’une insérée à l’intérieur de la PR et l’autre à
l’extérieur. À noter aussi que les deux noms têtes ne sont pas SNs, mais SInd(éfini) 121.
En termes de précédence, (652) donnera à :
(654) [SD the [SC [SI John bought [SInd2 [SNum two [SAdj nice [SN books]]]] [SInd1 [SNum two
[SAdj nice [SN books]]]]]]]122
c’est-à-dire :
(655) DET PR NUM ADJ N
En plus, Cinque distingue deux types de PR restrictives : PR finie, insérée entre la
projection du numéral SNum et celle du démonstratif SDem, et PR non-finie (ou
réduite), insérée entre la projection du numéral SNum et celle de l’adjectif, suivant la
hiérarchie universelle (cf. Cinque (2003/8, 2005)) :
121
122
Voir Cinque (2008a) pour une analyse en faveur de l’indéfini du nom tête.
À noter les deux occurrences de two et nice, numérotés par 2 dans la Numération comme le nom tête books.
297
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(656) quantifieur universel > démonstratif/déterminant défini
numéral/déterminant indéfini > PR réduite > adjectif > nom
>
PR
>
La PRpost est dérivée en règle générale de deux façons en fonction de l’existence ou
non des effets de reconstruction et des effets d’îlot. La première consiste à faire monter
le nom tête interne et à effacer l’externe (op.cit.:6)
(657)
Plus précisément, le nom tête interne est attiré à [Spéc, SC2], où il contrôle
l’effacement du nom tête externe. À la suite à quoi, la linéarité est DET N PR :
(658) [SD the [SC1 [SC2 book2 that [SI John bought tbook2] [SInd1 book1]]
Cette dérivation permettra d’obtenir les effets de reconstruction, car le nom tête est lié
à la trace dans la PR. La structure de surface ainsi requise est aussi sensible aux effets
d’îlot, en raison du déplacement du nom tête interne.
La deuxième dérivation est la suivante (idem.) :
298
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(659)
Ici, le nom tête interne est toujours attiré à [Spéc, SC2], mais avec le nom tête externe
attiré à [Spéc, SC1], ce qui permettra au nom tête externe de c-commander le nom tête
interne, qui sera ainsi effacé. L’ordre est toujours DET N PR :
(660) [SD the [SC1 book1 [SC2 book2 that [SI John bought tbook2] [SInd1 tbook1]]]]
Cette dérivation, en revanche, est sans effets de reconstruction, car c’est la tête externe
qui monte dans une position c-commandant la tête interne, autrement dit, il n’y a pas
de copie interne du nom tête non-effacé. Mais la structure est toujours sensible aux
effets d’îlot, parce que le nom tête interne s’est déplacé de l’intérieur de la PR à
l’extérieur.
Krapova (2009) applique cette analyse à la PRpost à deto en bulgare.
Les PRprés sont dérivées de façon similaire. Les deux dérivations sont (cf. op.cit.:7) :
299
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(661)
(662)
(661) est parallèle à (657) et (662) à (659).
En (661), c’est toujours le nom tête interne qui est attiré à [Spéc, SC2] et le nom tête
externe effacé sous le contrôle du nom tête interne déjà monté plus haut. La dérivation
jusque là produit la PRpost (658). Pour que la PR soit prénominale, le SI de la PR
300
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
monte à [Spéc, SC1], plus ou moins similaire à Kayne (1994). La dérivation complète
est :
(663) [SD the [SC1 [SI John bought] [SC2 book2 C° t[SI John bought tbook2] [SInd1 book1]]
Comme en (655), (661) est sensible aux effets de reconstruction et aux effets d’îlot
pour les mêmes raisons.
Quant à (662), la dérivation ne demande que l’effacement du nom tête interne :
(664) [SD [SC1 [SC2 [SI John bought [SInd2 book] [SInd1 book]]]]]
La structure dérivée est sans effets de reconstruction ni effet d’îlot en raison de
l’absence totale de déplacement.
4.3.2. Applications
Dans cette section, nous allons mettre l’analyse de Cinque en application. La difficulté
principale demeure toujours celle des différentes linéarités, répétées ci-dessous :
(665) PR N : afar, akhvakh, alamblak, ao de Mongsen, cantonais, evenki, galo, garo,
godoberi, japonais, kannada, karachay, kham, lahu, lezguien, malayalam,
manambu, marathi, meithei, mundari, nar-phu, newari de Dolakha, ouzbek,
tamang, tshangla, turc, urarina et youkaguire de Kolyma
(666) PR N DEM : ao de Mongsen, lahu, meithei, oksapmin, qiang, sherpa et tibétain
de Lhassa
(667) PR DEM N : afar, akhvakh, cantonais, godoberi, japonais, lezguien, malayalam,
mandarin, minnan, nar-phu, ouzbek, tamang, turc
(668) DEM PR N : afar, alamblak, ao de Mongsen, bantawa, chantyal, evenki, galo,
garo, japonais, kannada, karachay, kham, khwarshi, manambu, marathi,
mundari, newari de Dolakha, ouzbek, tshangla, turc, urarina et youkaguire de
Kolyma
(669) PR COMP N : akha, lai de Hakha et mandarin
(670) (DEM) [...COMP-V]PR N : amharique
(671) DEM PR COMP N : lai de Hakha et mandarin
(672) PR COMP DEM N : mandarin
(673) PR COMP N DEM : akha et basque
301
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(674)
(675)
(676)
(677)
(678)
(679)
(680)
DEM [...COMP...]PR N : laze et tigré
PR N ART : lotha, manange, oksapmin, padam-mising, qiang et singpho
[...COMP-V]PR ART N : amharique
ART [...COMP...]PR N : tigré
(DEM) [...COMP-V]PR ART N : amharique
PR N DEM ART : oksapmin
PR COMP/JONCT N ART : basque (complémenteur) et dime (joncteur)
À notre avis, ni (661) ni (662) ne peuvent générer toutes ces linéarités sans
déplacements supplémentaires.
L’autre question concerne la linéarité des éléments de SD. Celle donnée par Cinque est
la suivante :
(681) DEM/ART PR NUM PRréduite ADJ N
(681) n’indique pas le positionnement entre le démonstratif et l’article défini. Une
possibilité est l’insertion de SDem à [Spéc, SD], plutôt une solution par défaut. Une
autre position possible, selon Cinque (c. p.), est [Spéc, SX], i.e. le spécifieur de la
projection fonctionnelle la plus haute en (653), à savoir :
(682)
Quoi qu’il en soit, la relation de précédence est identique, i.e. Dem > Art. Nous
adoptons la proposition de Cinque, i.e. SDem à [Spéc, SX], comme en (682).
Rappelons que Cinque propose deux dérivations pour les PRprés en fonction des effets
de reconstruction et des effets d’îlot (cf. Cinque (2003/8:7)) :
302
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(683)
SX
SDem
SY
SZ
(684)
SX
SDem
SY
SZ
En observant simplement (683) et (684), nous ne savons à quelle position est insérée la
303
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
PR : à celle de PR ou à celle de la PR réduite selon (681). La PRpré réduite, si nous
comprenons « réduite » dans le sens de « non-finie », est décrite dans beaucoup de
langues à PRpré. Nous reviendrons sur ce point dans le chapitre suivant. Donc, une
analyse plus précise prévoirait deux positions pour la PRpré, l’une, entre le
déterminant défini et le numéral/déterminant indéfini, pour la PRpré non-réduite et
l’autre, entre le numéral/déterminant indéfini et l’adjectif, pour la PRpré réduite. Cela
étant, ce qui change serait simplement le positionnement des éléments dans la
hiérarchie, mais non la dérivation même. Pour la suite de la présentation, nous ne
tiendrons pas compte de ce paramètre tout en étant conscient de la question.
Selon Cinque, la dérivation (683), qui rend compte des effets d’îlot, s’applique au
mandarin et au tamoul, et la (684) au tsez, qui ne manifestent pas lesdits effets. Or, à la
section 4.2.8., nous avons pu montrer que même si tous les effets d’îlot ne se
manifestent pas dans toutes les langues à PRpré, aucune langue n’y échappe
totalement. De plus, nous pensions que l’absence de certains effets dans certaines
langues n’est pas due à l’absence du déplacement même, mais à la non-violation de la
localité. Si cette position forte était avérée, seul (684) suffirait à générer tout type de
PRpré. Faute d’analyse profonde, nous appliquerons les deux dérivations de façon
parallèle.
Reprenons d’abord (683), repris ci-dessous :
304
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(685) (= (683))
SX
SDem
SY
SZ
PR N est obtenu si SDem n’est pas inséré à [Spéc, SX] et que D° et C° soient
invisibles.
DEM PR N est obtenu si seulement D° et C° sont invisibles.
PR COMP N est obtenu si SDem n’est pas inséré à [Spéc, SX] et que D° soit invisible.
DEM PR COMP N est obtenu si seulement D° est invisible.
PR COMP/JONCT N ART est obtenu si SC1 monte à [Spéc, SD] et que SDem ne soit
pas fusionné :
(686) PR COMP/JONCT N ART
305
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
PR COMP N DEM est dérivé si SC1 s’adjoint à SDem et que D° soit invisible :
(687) PR COMP N DEM
À noter que nous adoptons toujours la définition de c-commande de Chomsky
(1995b:339), repris ci-dessous :
(688) X c-commande Y si (a) chaque Z dominant X domine aussi Y et (b) X et Y sont
déconnectés, où « être déconnectés » pour deux catégories X et Y signifie que X
≠ Y et qu’ils ne se dominent pas.
Les relations définies en (688) sont réservées aux termes. Donc, en (687), SC1
c-commande sa trace par rapport à SX, mais non à SDem, qui n’est pas un terme. La
condition d’extension ne concerne pas l’adjonction, selon Chomsky (op.cit.:190-191).
L’adjonction de SC1 à SDem, à notre avis, est une adjonction de reconstruction
complète (cf. Chomsky (op.cit.:323)). Dans ce qui suit, nous ne répéterons pas ces
remarques si elles peuvent s’appliquer automatiquement à la dérivation en question.
Si C1° ou C2° s’adjoint à un élément dans S , nous obtenons les ordres DEM
[...COMP...]PR N et ART [...COMP...]PR N, à condition que pour DEM [...COMP...]PR N
D° soit invisible et que pour ART [...COMP...] PR N, SDem ne soit pas fusionné. Si l’un
des deux C°s s’adjoint précisément à V°, nous obtenons les quatre linéarités en
amharique : [...COMP-V]PR N, [...COMP-V]PR ART N, DEM [...COMP-V]PR N et
DEM [...COMP-V]PR ART N, à condition que pour les uns, D° soit invisible et que
306
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
pour les autres SDem ne soit pas fusionné. L’adjonction de C° à V° ou à un autre
élément dans SI, à notre avis, relève de la formation de mot, donc selon Chomsky
(op.cit.:322), l’interprétation se fait en F-L par l’intermédiaire du processus de
l’interprétation de mots (i.e. « word interpretation processes WI »).
Si S s’adjoint à SDem, il sera dérivé l’ordre PR DEM N :
(689) PR DEM N
Si le syntagme du nom tête S nd s’adjoint à SDem avant S , il est dérivé l’ordre PR N
DEM si D° est invisible, et PR N DEM ART s’il est visible :
(690)
PR N DEM (ART)
Cette dérivation peut générer aussi PR N ART, à condition que Dem° soit invisible.
Mais cette linéarité s’obtient si S nd et S montent successivement à [Spéc, SX] sans
fusion de SDem :
(691) PR N ART
La dernière linéarité est PR COMP DEM N. Sa particularité et sa difficulté résident en
307
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
ce que le démonstratif se trouve entre le complémenteur et le nom tête. Il se peut que
S s’adjoigne à SDem et que C° à Dem° :
(692) PR COMP DEM N
Selon la définition de c-commande (688), C° ne c-commande pas sa trace, mais il est
possible que cette adjonction relève de la formation de mot.
Jusqu’ici nous avons présenté brièvement les dérivations supplémentaires à partir de
(683) pour générer les 16 linéarités trouvées dans les langues à PRpré. Nous nous
penchons maintenant sur les dérivations partant de la structure (684), repris en (693) :
(693) (= (684))
SX
SDem
SY
SZ
308
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
PR N est dérivé si D° et C° sont invisibles et que SDem ne soit pas fusionné à [Spéc,
SX].
DEM PR N est dérivé si D° et C° sont invisibles.
PR COMP N est dérivé si S monte à spécifieur de l’un des deux SCs à condition que
le C° en question soit visible. À partir de là, si SDem est inséré à [Spéc, SX], il est
dérivé DEM PR COMP N. :
(694)
(DEM) PR COMP N
À partir de (694) mais sans SDem, si le SC dominant SI monte à [Spéc, SD], il est
dérivé PR COMP/JONCT N ART si C° est visible, ou PR N ART s’il est invisible :
(695) PR (COMP/JONCT) N ART
309
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Revenons sur (693). PR DEM N est dérivé si S s’adjoint à SDem et que D° et C°
soient invisibles :
(696) PR DEM N
PR N DEM ART est dérivé si un SC s’adjoint à SDem et que le C° en question soit
invisible :
(697) PR N DEM ART
Si D° est aussi invisible, (697) génère PR N DEM. À partir de là, si et seulement si
l’un des deux C°s est visible, il est dérivé PR COMP N DEM.
Toujours à partir de (693), si l’un des deux C°, qui est visible, s’adjoint à Dem° et que
SI à SDem, il est dérivé PR COMP DEM N :
(698) PR COMP DEM N
310
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Si SI monte au spécifieur de l’un des deux SCs et qu’ensuite, le C° en question
s’adjoigne à un élément dans S , il sera dérivé les ordres (DEM) [...COMP-V]PR N,
DEM [...COMP...]PR N, ART [...COMP...]PR N en fonction de la visibilité de D° et/ou
de Dem° :
(699) (DEM) [...COMP-V]PR N, DEM [...COMP...]PR N, ART [...COMP...]PR N
Si ce S monte encore jusqu’à [Spéc, SD], il est dérivé (DEM) [...COMP-V]PR ART N
en fonction de la visibilité de Dem°, à condition que D° soit toujours visible et que C°
se soit adjoint à V° :
311
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(700) (DEM) [...COMP-V]PR ART N
②
①
Jusqu’ici nous avons présenté de façon très succincte comment les différentes
linéarités peuvent être générées à partir des deux dérivations de Cinque (2003/8). Il ne
s’agit que des dérivations éventuelles, mais non définitives, les alternatives n’étant
absolument pas exclues. Or, nous n’avons point évoqué la motivation des
déplacements. Cinque ne s’exprime non plus abondamment sur ce sujet. Suivant
l’esprit minimaliste, tout déplacement doit être motivé. Cela, à notre avis, constitue un
obstacle majeur pour l’analyse de Cinque. Dans la section suivante, nous allons
évoquer d’autres problème de son analyse et aussi ses principaux avantages.
4.3.3. Remarques : avantages et problèmes
L’avantage premier de l’analyse de Cinque consiste dans son caractère unifié. Elle
s’applique à tout type de PR, et ce, à partir d’une seule structure et des mêmes
mécanismes. Deuxièmement, elle est capable de rendre compte des effets de
reconstruction et des effets d’îlot, de manière plus satisfaisante et plus unie que l’AMT
et l’AA traditionnelles. Cela étant, Cinque ne mentionne ni le conflit Casuel/casuel, ni
les trous élargi et extra-élargi, ni le pronom résomptif. Concernant le conflit
Casuel/casuel, l’empilage Casuel/casuel pourrait être abandonné, car l’analyse de
312
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Cinque fait appel à deux noms tête. l se pourrait donc que l’un ait le Cas/cas interne et
l’autre externe. l suffirait qu’à la Numération, ils soient numérotés comme deux
éléments différents, mais non comme un même élément indexé par deux. La relation
d’identité entre eux s’établirait par l’identité des traits-φ.
(701) Mariei a dit que Nicolas n’aimait pas Mariei.
Nous pourrions penser que la Numération de (701) ne soit pas {Marie2, ...}, mais
{Marie[NOM]1, Marie[ACC]1, ...}, parce que les deux Marie n’ont pas le même Cas123 ; et
que les traits-φ garantissent l’identité référentielle. Sinon, une phrase comme (701) ne
serait jamais ni prononcée ni comprise. Quant aux trous élargi et extra-élargi et
pronom résomptif, nous ne voyons pas de solution simple et laissons ces questions
ouvertes.
L’autre problème concerne la linéarité des éléments de SD. Celle donnée par Cinque
est la suivante :
(702) DEM/DETdéfini PR NUM PRréduite ADJ N124
Elle est basée sur des données typologiques et sur l’universel 20 de Greenberg (1963) :
(703) Quand certains ou tous les éléments (démonstratif, numéral et adjectif descriptif)
précèdent le nom, ceux-ci sont toujours dans cet ordre-là. S’ils le suivent,
l’ordre est soit le même soit son exact opposé.
Avant tout, il est important de faire remarquer que la catégorie des adjectifs est loin
d’être universelle, raison pour laquelle, par exemple, Creissels (2006.vol.1:200)
préfère l’expression « lexèmes à vocation adjectivale » au terme « adjectif » et à ce
propos dit (op.cit.:201) :
123
Selon Chomsky (1995b:231) :
(i) Choices of lexical items LI with different optional features are distinct members of the numeration.
Pour les noms, les traits optionnels sont, entre autres, les traits de nombre et de Cas/cas.
124
Voir Simpson (2005) au sujet de la directionalité des éléments dans le SD des langues d’Asie du sud-ouest, qui est
parvenue à une linéarité similaire à (702).
313
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(704) les langues tendent universellement à aligner plus ou moins le comportement
morphosyntaxique des lexèmes à vocation adjectivale, soit sur celui des verbes,
soit sur celui des noms.
De même, Schachter & Shopen (2007:16-19) distinguent deux catégories de langues
sans adjectif : celles utilisant les noms à la place de l’adjectif, dont le quechua, et celle
utilisant les verbes, dont le mandarin. Des études typologiques approfondies (cf. Bhat
(1994) et Baker (2003)) confirment la tendance.125 Or, ni Greenberg (1963) ni Cinque
(2003/8) ne s’expriment à ce propos. En ce qui concerne les langues à PRpré, selon la
statistique de WALS, il y a trois cas de figure :
(705) L’adjectif est différent de la PRpré : abkhaze, athpare, basque, evenki, hunzib,
hupda, ingouche, khalkha, coréen, lezguien, marathi, quechua d’ mbabura,
tamang, turc et youkaguire de Kolyma
(706) L’adjectif est similaire à la PRpré : mandarin et cantonais
(707) L’adjectif est la PRpré : aïnou, camling, khoekhoe, meithei et tatar
Suivant ce raisonnement, il n’y a pas de sens à parler d’adjectif que dans les langues
appartenant à la catégorie (705). Pour les langues (706) et (707), il semble plus juste
de traiter la coexistence de l’adjectif et de la PR dans un SD comme relevant de
l’empilage de plusieurs PRs.
Revenons sur l’universel 20, Cinque (2005a) le remet partiellement en cause, en citant
le gabra, le luo et le logoli, qui ont un autre ordre que DEM NUM A ou A NUM DEM.
Donc, la deuxième partie de l’universel est trop restrictive ou permessive, selon
Cinque. Dans le même temps, il confirme la validité de la première partie de
l’universel, concernant la linéarité des éléments prénominaux, qui est toujours DEM
NUM A. Les deux linéarités données par Cinque (2003/8) semble le confirmer. Pour la
PRpré, il s’agit de :
125
Cependant, Dixon (2004) soutient le contraire : l’adjectif, comme nom et verbe, est une catégorie distincte dans toutes
les langues. Nous pensons que le différend réside dans les critères d’identification, mais non dans le fait que toutes les
langues emploient une catégorie de mots là où utilisent l’adjectif les langues qui le distinguent des noms et des verbes
morphosyntaxiquement. Donc, Dixon est plutôt d’accord avec Creissels sur (704) : l’adjectif peut se ressembler ou bien
au nom, ou bien au verbe, ou bien au nom et au verbe, ou bien ni à l’un ni à l’autre.
314
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(708) DEM PR NUM ADJ N : chantyal, ingouche, malayalam, télougou (idem.) ; et
auissi, khwarshi (cf. Khalilova (2009:281-282)) 126 , turc (cf. Kornfilt
(1997a:109)), tigré (cf. Palmer (1961:25, 28)), etc.
(709) DEM NUM PR ADJ N : newari de Dolakha (cf. Genetti (2007:261-267))127,
alamblak (cf. Bruce (1984:99))
Nous avons pu trouver d’autres linéarités :
(710) DEM NUM ADJ PR N : evenki (cf. Nedjalkov (1997:83-87)), kannada (cf.
Sridhar (1990:98-99)) et marathi (cf. Pandharipande (1997:157-158))
(711) DEM PR ADJ N NUM : manambu (cf. Aikhenvald (2008:507-508))128 et
tshangla (cf. Andvik (2003:441))129
(712) DEM PR ADJ NUM N : laze (cf. Broschart & Dawuda (2008:82) et Lacroix
(2009, §4.16))130
(713) DEM PR N ADJ NUM : birman (cf. Simpson (2005:806)) et manange (cf.
Hildebrandt (2004:46-47, 77-81, 113-117))
(714) DEM PR NUM ADJ N DEM131 : basque (G. Rebuschi, c. p.)132 et tigré (cf.
Palmer (1961:25, 28) et Raz (1997:451))133
(715) PR ADJ DEM NUM N : lezguien (cf. Haspelmath (1993:259-263))
(716) PR ADJ N DEM NUM : bai (cf. Wiersma (2003:669))
(717) PR DEM ADJ N NUM : tamang (cf. Mazaudon (2003:297, 300))
(718) PR DEM ADJ NUM N : lezguien (cf. Haspelmath (1993:259-263))
(719) PR DEM N ADJ NUM : nar-phu (cf. Noonan (2003b:348)) et prinmi (cf. Ding
(2003:595))
(720) PR DEM NUM ADJ N : akhvakh (D. Creissels, c. p.), amharique (informatrice),
godoberi 134 (cf. Kazenin (1996:153)), japonais (informatrice), lezguien (cf.
Haspelmath (1993:259-263)), malayalam (cf. Asher (1997:131-133)) 135 et
mandarin
126
Cette linéarité n’est pas explicitée par Khalilova (2009:281-282), mais il est possible de la déduire à partir des
exemples donnés par l’auteur. Toujours selon elle (op.cit.:277-285), les modifieurs au sein de SN sont positionnés de
façon relativement libre, même si par défaut, ils sont plutôt prénominaux.
127
D’une fréquence moins élevée, le numéral peut occuper deux autres positions, immédiatement prénominale ou
postnominale, i.e. DEM PR ADJ (NUM) N (NUM). Voir la même référence.
128
Sachant que le manambu a un autre ordre, i.e. DEM PR NUM ADJ N (= (708)). Voir la même référence.
129
L’adjectif et la PR peuvent suivre le nom. Voir la même référence.
130
En réalité, aucune des deux références donne cette linéarité de manière explicite, mais elle est déduite de la linéarité
donnée par Broschart & Dawuda (2008:82), i.e. DEM ADJ NUM N PR, et celles données par Lacroix (2009:127, 129),
i.e. ar ADJ N et PR ar ADJ, sachant que ar est le numéral ‘un’. Toujours selon Lacroix (op.cit.:129), le démonstratif est
devant les autres composants de SN.
131
Deux autres langues à PRpré ont le double démonstratif, selon WALS : le naga (mao) et le sikkimais, mais les
données nous sont malheureusement inaccessibles.
132
En basque biscayen, les démonstratifs sont en tête de SD, accentués, et repris sous forme non-accentuée en finale (G.
Rebuschi (c. p.)).
133
À noter que selon Lipiński (2001:504), l’adjectif peut précéder ou suivre le nom en tigré, mais ni Palmer (1961) ni
Raz (1983 et 1997) ne signalent l’ordre N-ADJ.
134
Le godoberi autorise aussi DEM NUM PR ADJ N, mais l’évite en règle générale. Voir la même référence.
135
Sur le statut de l’adjectif par rapport à la PR, voir Asher (1997:116-117), selon qui certains adjectifs sont différents de
la PR.
315
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(721) PR N ADJ DEM NUM : akha (cf. Hansson (2003: 241, 244))136 et qiang (cf.
LaPolla (2003a:575) et LaPolla & Huang (2003:39))
(722) PR N ADJ NUM DEM : apatani (cf. Abraham (1985:34, 124-125, 130-133))137
(723) PR NUM ADJ N DEM : basque (cf. Trask (2003) et G. Rebuschi, c. p.)138
(724) PR NUM N ADJ DEM : basque (cf. Trask (2003)139 et G. Rebuschi, c. p.140)
De plus, le coréen, selon Sohn (1994:64 et 1999:296), aligne des déterminants et
modifieurs dans SD avec une préférence de placer les moins lourds le plus loin du nom
tête et les plus lourds le plus proche.
Dans les langues citées ci-dessus, l’adjectif est morphosyntaxiquement différent de la
PRpré. En revanche, l’adjectif s’assimile à la PR en amis (cf. Wu (2003)), en ao de
Mongsen (cf. Coupe (2007:80)), en dhimal (cf. King (2008:52-54, 283-286)), en
dimasa (cf. Jacquesson (2008:34)), en kham (cf. Watters (2002:111-128 et
2003:699-701)), en mundari (cf. Osada (1992:42 et 2008:117))141, en rgyalrong de
Caodeng (cf. Sun (2003b:498)), en tibétain de Lhassa (cf. Denwood (1999:179-190)),
en tamoul (cf. Broschart & Dawuda (2008:19)), en tsou (cf. Zeitoun (2005:265, 273)),
en urarina (cf. Olawsky (2006:187-207)) et en youkaguire de Kolyma (cf. Maslova
(2003a:67-69)).
La seule hiérarchie invariable en (708) – (724) est PR > N : simple tautologie !
Ajoutons deux contraintes supplémentaires : la position initiale exclut le numéral et
l’adjectif, et la position finale l’adjectif.
En bloquant PR > N et en imposant l’adjectif non-initial et non-final et le numéral
non-initial, nous pouvons obtenir, mathématiquement, 27 linéarités possibles142, parmi
136
Le schéma complet est : PR COMP N ADJ DEM NUM CL (cf. Hansson (2003:241, 244)).
L’ordre des éléments de SN n’est pas rigide, par exemple, les modifieurs peuvent précéder le nom tête, ce qui est
néanmoins peu fréquent. Le démonstratif, une fois suivi du génitif -ka, peut précéder le nom tête. Voir Abraham
(1985:124-125).
138
Cette linéarité n’est possible ou obligatoire que pour un nombre réduit d’adjectifs, comme les adjectifs indiquant
l’origine géographique, ethnique ou linguistique. Voir Artiagoitia (2006) pour plus de détails sur le positionnement des
adjectifs basques et sur différentes analyses.
139
Voir la même référence pour des variétés de linéarités dans divers dialectes basques.
140
G. Rebuschi nous fait remarquer que le basque est la seule langue décrite par Greenberg (1963) qui a la PRpré et
presque tous les adjectifs postnominaux.
141
Peut-être aussi en gorum, une autre langue munda, mais un nombre très réduit de lexèmes y sont effectivement des
adjectifs, selon Anderson & Rau (2008:396-397). Voir aussi Peterson (2008:453-454, 469, 487-489) pour le kharia et
Griffiths (2008:652, 667-668) pour le gutob. En fait, il s’agit plutôt d’une caractéristique des langues munda, où la
catégorisation lexicale est très problématique. Pour ce sujet, voir Evans & Osada (2005). Méritent d’être consultés les
autres articles sur le même sujet du même numéro de Linguistic Typology.
142
Que voici :
(i).
DEM ADJ NUM PR N
(ii).
DEM ADJ PR N NUM
137
316
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
lesquelles, nous avons pu en trouver 16.143 Parmi ces 16 ordres constatés, celui de
qiang, i.e. (N) ADJ DEM NUM, infirme aussi la deuxième partie de l’universel
20 (LaPolla 2003a:575) :
(725) GEN + REL + Head + ADJ + DEM/DEF + (NUM + CL)/PL
Même si nous n’avons malheureusement pas pu trouvé d’exemple de SN ayant tous les
modifieurs, les deux exemples suivants nous permettent de déduire l’ordre (725)144
(LaPolla & Huang 2003:41) :
(726) [nes
lu-m
ʂpe
thǝ xsǝ-zi]-wu
tʂhetsǝ-le: de-ɕtɕi-ji-tɕi.
yesterday come-NOM Tibetan that three-CL-AGT car-DEF:CL DIR-push-CSM-3pl
‘Those three Tibetans who came yesterday pushed the car away.’
(iii).
DEM ADJ PR NUM N
(iv).
DEM NUM ADJ PR N
(v).
DEM NUM PR ADJ N
(vi).
DEM PR ADJ N NUM
(vii).
DEM PR ADJ NUM N
(viii). DEM PR N ADJ NUM
(ix).
DEM PR NUM ADJ N
(x).
PR ADJ DEM N NUM
(xi).
PR ADJ DEM NUM N
(xii).
PR ADJ N DEM NUM
(xiii). PR ADJ N NUM DEM
(xiv). PR ADJ NUM N DEM
(xv).
PR AJD NUM DEM N
(xvi). PR DEM ADJ N NUM
(xvii). PR DEM ADJ NUM N
(xviii). PR DEM N ADJ NUM
(xix). PR DEM NUM ADJ N
(xx).
PR N ADJ DEM NUM
(xxi). PR N ADJ NUM DEM
(xxii). PR N DEM ADJ NUM
(xxiii). PR N NUM ADJ DEM
(xxiv). PR NUM ADJ DEM N
(xxv). PR NUM ADJ N DEM
(xxvi). PR NUM DEM ADJ N
(xxvii). PR NUM N ADJ DEM
143
Voici les 11 non-constatées :
(i). DEM ADJ NUM PR N
(ii). DEM ADJ PR N NUM
(iii). DEM ADJ PR NUM N
(iv). PR ADJ DEM N NUM
(v). PR ADJ N NUM DEM
(vi). PR ADJ NUM N DEM
(vii). PR AJD NUM DEM N
(viii). PR N DEM ADJ NUM
(ix). PR N NUM ADJ DEM
(x). PR NUM ADJ DEM N
(xi). PR NUM DEM ADJ N
144
Pour être précis, les deux exemples, illustrant les ordres N DEM NUM et N ADJ NUM, nous amènent à N DEM ADJ
NUM et à N ADJ DEM NUM. Mais quoi qu’il en soit, aucune des deux linéarités n’est prévue par l’universel 20.
317
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
[ʐɑwɑ ba xsǝ-zi] ʂǝ.
(727) [the:-tɕ-tɕiʁuɑ bɑ the-zi] pienɑ-lɑ
3sg-GEN-house old that-CL beside-LOC rock big three-CL exist
‘There are three big rocks beside that old house of his.’
Encore plus important, le laze, non échantillonné par Greenberg (1963), infirme la
première partie de l’universel 20 (Broschart & Dawuda 2008:82) :
(728) Complex
NPs
have
the
structure
demonstrative-quantifier-possessive-quality-colour-number-fabric-head-relative
clause:
hani biTumi SKimi msKva
mCita xut diSka toPi
masa na
these all
my
beautiful red
5 wood ball
table REL
goo-z-un
PV-lie-3.PL.PRES
‘all these five beautiful red wooden balls which are lying on the table’
Certes, dans cet exemple, la PR est postnominale, mais selon Lacroix (2009:755) :
(729) Les relatives en na précèdent la tête.
Nous pensons donc que la PRpost masa na goo-z-un en (728) serait
vraisemblablement une PRpré sans nom tête qui est apposée au nom toPi ‘ballon’
(Voir §5.4). Quoi qu’il en soit, la linéarité en (728) est DEM ADJ NUM (N),
contrairement à la généralisation de Greenberg, i.e. DEM NUM ADJ (N).
À part le laze, le lezguien145 semble aussi problématique dans une certaine mesure la
première partie de l’universel 20 (Haspelmath 1993:262-263) :
(730) The position of demonstratives, adjectives, and numerals with respect to each
other seems to be quite free, except that the demonstrative may not follow the
numeral. The demonstrative may precede or follow the adjective. … The
numeral or quantifier may precede or follow the adjective.
Nous n’avons pas pu trouver d’exemple de SD ayant les trois modifieurs, mais à partir
145
Nous laissons le cas du coréen de côté, qui autorise tout ordre possible à condition de les aligner en fonction de leur
poids : modifieurs lourds > modifieurs légers > N (cf. Sohn (1994:64 et 2001:296)). La contrainte semble plus cognitive
que linguistique. Voir Hawkins (1983, 1990 et 1994) à ce propos.
318
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
de (730), il est déduit 3 ordres possibles :
(731) ADJ DEM NUM
(732) DEM ADJ NUM
(733) DEM NUM ADJ
(731) et (732) ne sont pas prévus par l’universel 20, qui est confirmé malgré tout par
(733). Les données lezguiennes restent à vérifier, et de même l’universel 20 auprès
d’un nombre plus important de langues. Admettons-en la validité pour le moment.
L’analyse de Cinque (2005a) établit que toutes les variétés linéaires sont dérivées à
partir de l’ordre de base DEM NUM ADJ N 146, à la suite de différents déplacements.
Aussi à partir de cette linéarité de base, deux types de PR peuvent être produits :
(734) DEM/DETdéfini PR NUM PRréduite ADJ N (= (702))
Les ordres problématiques en laze et en lezguien s’expliqueraient en termes de
déplacement, et peut-être aussi pour le coréen, même si l’implantation n’est pas chose
facile, à notre avis.
L’autre problème de (702) est que l’adjectif se trouve systématiquement prénominal.
Cependant, il n’est pas nouveau constat que l’adjectif prénominal et le postnominal
sont souvent sémantiquement différents, comme en français, par exemple. La question
se pose quant à la position de base des différents adjectifs. D’un côté, Alexiadou,
Haegeman & Stavrou (2007:289) pensent que :
(735) Each position of the adjective (to the left/right of the noun) should be accounted
for independently, primarily on the grounds of the impact it has on the
interpretation of the adjective+noun combination. Crucially, the different
positions reflect different (underlying) structures.
De l’autre, contrairement à cette position, Chomsky (1965) et Kayne (1994), entre
autres, soutiennent une dérivation unifiée pour les deux positions (i.e. prénominale et
146
Abels & Neeleman (2007) constitue une autre critique vis-à-vis de Cinque (2005a), mais selon eux, les linéarités
peuvent être dérivées en dehors de l’ACL de Kayne (1994).
319
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
postnominale) à partir d’une seule et unique structure (op.cit.:101) :
(736) the [CP[XP yellowj] [C0 [IP[book] [I0 [e]j
Fondamentalement, les adjectifs sont des PRs réduites générées à la base
postnominalement qui montent ultérieurement en position prénominale. Alexiadou,
Haegeman & Stavrou (2007:306) ont raison de faire remarquer au moins trois
problèmes majeurs vis-à-vis de cette analyse :
(737) (i) it cannot enforce the prenominal position of those adjectives that resist
predicative use. (ii) Nor does the reductionist approach account for those cases
in which prenominal adjectives differ in interpretation from their postnominal
analogies. (iii) Finally, it is not clear how such an approach can block the
leftward movement of APs that cannot surface prenominally at all.
À titre d’exemple :
(738) son défunt mari vs. *Son mari est défunt. (critique (i))
(739) un grand homme vs. un homme grand (critique (ii))
(740) la nationalité française vs. *la française nationalité (critique (iii))
Une approche similaire est celle qui fait déplacer SN, mais non l’adjectif pour rendre
compte des variations linéaires (cf. Valois (1991), Bernstein (1993 et 1997), Cinque
(1994 et 1999), Giusti (1993 et 2002), Bosque & Pigallo (1996), Shlonsky (2004) et
Laenzlinger (2005)), par exemple, (Laensligner 2005:647) :
(741) adjectif prénominal
320
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(742) adjectif postnominal
Les remarques de (737) semblent toujours valables à cette analyse. Lamarche (1991)
est l’une des premières critiques sur cette approche. Il traite des adjectifs comme des
têtes indépendantes placée entre SD et SN, idée déjà proposée par Abney (1987:327) :
(743)
Analogiquement,
les
adjectifs
postnominaux
sont
insérés
dans
cette
position (Laenzlinger 2005:647) :
(744)
Alexiadou (2001), Bouchard (1998 et 2002) et Dimitrova-Vulchanova (2003)
soutiennent aussi l’idée de séparer les adjectifs prénominaux et les postnominaux.
Alexiadou, Haegeman & Stavrou (2007:388-390) adoptent une position intermédiaire,
en ce que les adjectifs prénominaux (cf. (741)) et postnominaux (cf. (742)) sont traités
différemment mais avec malgré cela des déplacements, par exemple, en espagnol :
321
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(745) [DP el [CP [DP chico]j C° [IP tj ... [AP pobre]]]]
(746) [DP D° [FP [AP pobre] [NP chico]]]
De ce qui précède, nous constatons que la linéarisation des différents éléments de SD
demeure un débat sans réponse définitive. D’un côté, l’universel 20, surtout sa
première partie, reste à vérifier davantage, et de l’autre, la position de base des
adjectifs est loin d’être déterminée. La force explicative de l’analyse cinquienne
dépendrait des réponses apportées à ces questions.
4.4. Conclusion
Dans ce chapitre, nous nous sommes donné comme objectif de présenter deux versions
de l’AMT. La première, développée dans la section 4.2., est rénovatrice en ce qu’elle a
adopté les multiples spécifieurs du PM (cf. Chomsky (1995a et 1995b)) tandis que la
deuxième, présentée dans la section 4.3., est nuancé par l’AA (cf. Cinque (2003/8)).
La section 4.2. s’est engagée sur une citation de Keenan (1985 :160) :
(747) [T]he use of such clause-final complementizers in prenominal RCS is less
common than the use of clause-initial complementizers in postnominal RCS.
Moreover we know of no cases where the clause-final complementizer in RCS is
identical to the clause-final complementizer used with sentential objects of verbs
of thinking and saying.
Nous avons ensuite vérifié (747) auprès des langues à PRpré dont les données sont à
notre disposition. (747) s’est révélé établi.
En plus, nous avons proposé SC pour la PRpré. La tête C° est toujours occupée par le
relativiseur, qui peut être visible ou invisible et qui entre dans la dérivation par Fusion.
Ce relativiseur possède un trait non-interprétable [Rel] qui a besoin d’être vérifié et
effacé par un trait vérificateur dans le nom tête. Ce mécanisme a justifié la montée du
nom tête à [Spéc, SC] dans l’analyse de Kayne (1994). Nous sommes parvenu donc à la
structure suivante :
322
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(740)
Après avoir postulé que la PRpré projette toujours SC, nous avons poursuivi la
discussion au sujet du SD comportant le nom tête et la PRpré. Bien que l’article défini
soit rare dans les langues à PRpré, nous avons adopté l’Hypothèse de SD pour
l’unification de l’analyse, et aussi suivant Kayne. La tête de SD, i.e. D°, sélectionne le
SC de la PRpré. Cette tête peut être occupée par un élément visible ou invisible, qui,
néanmoins, est toujours l’article défini. En revanche, le démonstratif ne peut occuper D°,
mais prend la position [Spéc, SD] en tant que SDem. Au final, la structure du SD que
nous avons adoptée est la suivante :
(741)
En l’intégrant à l’analyse de Kayne, nous avons obtenu la structure arborescente
suivante :
(742)
323
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Or, nous avons trouvé 16 linéarités dans le SD des langues à PRpré :
(743)
(744)
(745)
(746)
(747)
(748)
(749)
(750)
(751)
(752)
(753)
(754)
(755)
(756)
(757)
(758)
PR N
PR N DEM
PR DEM N
DEM PR N
PR COMP N
(DEM) [...COMP-V]PR N
DEM PR COMP N
PR COMP DEM N
PR COMP N DEM
DEM [...COMP...]PR N
PR N ART
[...COMP-V]PR ART N
ART [...COMP...]PR N
(DEM) [...COMP-V]PR ART N
PR N DEM ART
PR COMP/JONCT N ART
Dans la sous-section 4.2.3., nous avons développé diverses dérivations permettant de
générer ces 16 ordres, en adoptant la définition de c-commande de Chomsky
(1995b:339) :
(759) X c-commande Y si (a) chaque Z dominant X domine aussi Y et (b) X et Y sont
déconnectés, où « être déconnectés » pour deux catégories X et Y signifie que X
≠ Y et qu’ils ne se dominent pas.
Cette définition a légitimé l’existence de spécifieurs multiples (Chomsky 1995a:432) :
(760)
Voici les dérivations que nous avons proposées :
324
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(761) PR N
②
①
(762) DEM PR N
②
①
(763) PR DEM N
③
②
①
325
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(764) PR COMP N
③
②
①
(765) DEM PR COMP N
③
②
①
(766) PR COMP DEM N
③
②
④
①
326
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(767) PR COMP N DEM
④
⑤
③
②
①
(768) PR COMP/JONCT N ART
③
④
②
①
(769) PR N ART
②
③
①
327
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(770) PR N DEM
④
②
③
①
(771) PR N DEM ART
④
②
③
①
(772) (DEM) [...COMP-V]PR (ART) N
③
②
①
④
328
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(773) DEM [...COMP...]PR N
②
③
①
(774) ART [...COMP...]PR N
②
③
①
Ensuite, nous avons abordé la question des effets de reconstruction, suivant Bianchi
(2004). Nous avons pu montrer que la PRpré, contrairement à l’idée courante selon
laquelle elle ne peut être non-restrictive, peut avoir les trois valeurs sémantiques, à savoir,
la restrictive, la non-restrictive et la maximalisante, même si sur le plan
morphosyntaxique, cette distinction tripartite n’est pas aussi marquée que pour la PRpost.
La clé de l’analyse est l’opération de reconstruction : la reconstruction est totale (i.e. le
SD relativisé est interprété à sa position de base dans la PR) dans les PRs
maximalisantes et les restrictives non-spécifiques (i.e. génériques), d’où une chaîne
non-spécifique en F-L ; la reconstruction est seulement partielle dans les PRs restrictives
spécifiques, dérivée d’une chaîne spécifique, à savoir que le SD relativisé se déplace à
[Spéc, SForce] et le SN monte encore plus haut ; et la reconstruction est nulle dans les
329
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
PRs non-restrictives, dont la chaîne est pronominale (i.e. équivalent à un pronom
anaphorique défini). Certes, d’autres facteurs peuvent influencer le sémantisme de la
PRpré, par exemple, l’existence ou non du déterminant (visible) et la dénotation même
de la PRpré en termes de « stage-level/individual-level ».
Dans les trois sous-sections suivantes, nous avons essayé de résoudre trois problèmes
vis-à-vis de la reconstruction, à savoir, les conflits Casuel/casuel, les trous élargi et
extra-élargi et le pronom résomptif. Les conflits Casuel-casuel proviennent du fait que le
nom tête porte deux Cas, l’un attribué selon sa fonction grammaticale dans la PRpré et
l’autre selon celle dans la matrice, mais que morphologiquement parlant, le nom tête n’a
qu’une seule terminaison casuelle. Nous y avons appliqué la théorie de « case-stacking »
de Pesetsky (2009a et 2009b) : le nom tête peut porter plusieurs Cas/cas, mais l’un
d’entre eux écrase les autres, par conséquent, un seul cas se manifeste sur le plan
morphologique. La même analyse s’est appliquée aux trous élargi et extra-élargi. l s’est
agi de la « disparition » d’adposition suite à la montée du nom tête, par exemple, en
mandarin :
(775) lisi (*zai) shangxue
de
xuexiao
Lisi à
faire des études COMP école
‘l’école où Lisi fait ses études’
(776) lisi
kao rou
de
qiwei
Lisi rôtir viande COMP odeur
Lit. ‘l’odeur que Lisi rôtit de la viande’
Le raisonnement est que le nom tête porte toujours deux Cas, mais le Cas externe (i.e.
assigné selon la fonction grammaticale du nom tête dans la matrice) écrase le Cas interne
marqué par l’adposition, donc en F-Ph, celle-ci a « disparu ». Nous avons développé une
interprétation sémantique pour la PR en général, qu’il s’agisse du trou normal, du trou
élargi ou du trou extra-élargi :
(777) λxyz[Nt’(x) & (V’( ) & Rs( ,y) & N’(y)) & P( ,x)]
Quant au pronom résomptif, seule un nombre relativement faible de langues à PRpré
330
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
emploie cette stratégie dans la PRpré, par exemple, les langues sémitiques et les langues
chinoises en général. Boeckx (2003), en tant que théorie générale sur la résomption, nous
a fourni une solution. Plus précisément, dans la PR en général, tous les éléments liés à un
pronom résomptif doivent être aussi liés à une tête Casuelle vérificatrice forte
(op.cit.:78), par exemple, une adposition. l s’ensuit que si l’adposition est laissée
derrière, la chaîne sans pronom résomptif violera le Principe de Chaîne Sans
Ambiguïté en possédant deux occurrences, i.e. EPP et le Cas assigné par l’adposition.
L’accord indirect étant impossible, l’unique solution reste la résomption.
En dernier lieu, nous avons regardé rapidement si les effets d’îlot existent dans la PRpré.
Notre conclusion est que même si certaines langues à PRpré s’exemptent de certains
effets d’îlot, aucune ne s’en exempte totalement. Cette conclusion a donné raison à
l’AMT, à condition que les effets d’îlot absents dans certaines langues puissent être
expliqués par des particularités des langues en question.
Dans la section 4.3. a été présentée la deuxième version de l’AMT, suivant la proposition
de Cinque (2003/8). L’idée générale est que l’AMT et l’AA sont nécessaires pour la
dérivation de tous les types de PR à partir de la structure unifiée (779) (op.cit.:5), sachant
que les éléments y sont insérés suivant la hiérarchie (778) (cf. Cinque (2003/8, 2005)) :
(778) quantifieur universel > démonstratif/déterminant défini
numéral/déterminant indéfini > PR réduite > adjectif > nom
331
>
PR
>
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(779)
Ensuite, la dérivation diverge en fonction de l’existence ou non des effets de
reconstruction et des effets d’îlot :
(780)
332
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
(781)
La PRpré est générée à partir de (780) et de (781), mais avec des déplacements
supplémentaires, ce qui a été développé dans la sous-section suivante. Nous avons
proposé diverses dérivations pour générer les 16 linéarités trouvées dans les langues à
PRpré. Nous avons pu montrer que l’analyse de Cinque est tout à fait en mesure de
fournir des dérivations donnant naissance aux 16 ordres. Cela étant, nous avons soulevé
quelques problèmes dans la dernière sous-section, en ce qui concerne la validité de la
hiérarchie (778). En effet, elle est basée sur l’universel 20 de Greenberg (1963) :
(782) Quand certains ou tous les éléments (démonstratif, numéral et adjectif descriptif)
précèdent le nom, ceux-ci sont toujours dans cet ordre-là. S’ils le suivent, l’ordre
est soit le même soit son exact opposé.
Cependant, nous avons trouvé deux langues, i.e. le laze et le lezguien, qui en infirment la
première partie. Ensuite, nous avons interrogé sur le statut de l’adjectif : d’une part, dans
certaines langues à PRpré, l’adjectif s’assimile à la PRpré, et d’autre part, la position
d’insertion de l’adjectif reste un débat serré.
333
CHAPITRE 4. LES DÉRIVATIONS : AMT KAYNIENNE MINIMALISTE, ET AMT + AA (CINQUE (2003/8))
Dans le chapitre suivant, nous regarderons de près quelques questions restantes. l s’agit
de la forme verbale non-finie de la PRpré, de la Hiérarchie d’Accessibilité et de la nature
catégorielle du nom tête. Nous montrerons que ceux-ci ne sont pas des caractéristiques
intrinsèques à la PRpré.
334
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
5.1. Introduction
Dans le c hapitre p récédent, nous avons p arlé longuement d e la d érivation d e la P Rpré.
Nous avons mis en place une analyse kaynienne adaptée à l’esprit minimaliste et ensuite
développé l’analyse de Cinque (2003/8) en l’appliquant à la PRpré.
Ce c inquième c hapitre co nsiste à expliquer dans la s ection 5 .2. p ourquoi la car actère
non-fini de la forme verbale n’est pas intrinsèque à l a PRpré et dans la section 5.3. dans
quelle mesure la P Rpré es t tout a utant accessible q ue l es au tres types d e P R. D ans la
dernière s ection, no us é voquerons br ièvement l a q uestion de la n ature ca tégorielle d u
nom t ête d ans la P Rpré pour achever la d iscussion pa r un e r emarque d’ ordre
méthodologique.
Il est à n oter que nous nous contentons d’énumérer les faits en faveur de notre point de
vue sans proposer d’analyse approfondie ou novatrice, car certains points – ou peut-être
même tous les points – méritent une étude entière.
5.2. PR non-finie
Dans cet te section, nous voulons d émythifier l a co nviction selon l aquelle l a PRpré est
plus n on-finie o u n ominalisée q ue les au tres t ypes d e P R. N otre p oint d e v ue e st l e
suivant : s i d ans beaucoup d e l angues la P Rpré es t n ominalisée, c’ est q ue d ans ce s
langues, l a s ubordination en g énéral est e xprimée par l a f orme v erbale n on-finie ou
nominalisée. Étant donné que la PRpré est un type de subordonnée, il est naturel qu’elle
soit aussi n on-finie o u n ominalisée. Avant d ’entamer la d iscussion, n ous le p révenons,
nous so mmes c onscient q ue la que stion de la f orme v erbale n on-finie c onstitue un
domaine de recherche très étudié mais controversé. Quelques pages de discussion ne font
que se laisser critiquer. Néanmoins, nous y insistons, le but de cette section, à l’instar du
chapitre, est de présenter notre position et les faits en notre faveur, mais non d’analyser
le phé nomène du n on-fini o u d e l a n ominalisation en pr ofondeur, d’ autant pl us que
plusieurs analyses sérieuses se s ont p enchées s ur l a q uestion (cf. C homsky ( 1970),
335
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
Grimshaw ( 1990, c hapitre 3) , K optjevskaja-Tamm ( 1993), S iloni ( 1997), M alchukov
(2004), Alexiadou, H aegeman & S tavrou (2007:477-546), S erdobolskaya ( 2007),
Meltzer (2008) et Bierwisch (2009)).
L’un d es c onstats bien établi concernant la P Rpré es t sa forme ve rbale non-finie ou
nominalisée. Citons Keenan (1985:160) :
(1) In p renominal RCS [ i.e. restrictive r elative c lauses], V rel [i.e. m ain verb o f t he
restrictive c lause] is a lmost a lways in so me so rt of n on-finite form, that is a form
different f rom t he o ne i t w ould ha ve a s t he main verb o f a simple d eclarative
sentence.
également Creissels (2006.vol.2:239) :
(2) le v erbe p eut ê tre à u ne f orme identique à ce lles q ui ap paraissent en p hrase
indépendante, à u ne forme intégrative mais de structure morphologique semblable à
celle des formes verbales indépendantes, ou enfin à une forme non finie
et aussi Andrews (2007:208) :
(3) RCS [ i.e. r elative c lauses] t hat p recede the d omain nominal ar e more l ikely t o b e
nominalized than those that follow
Avant t out, il faut év iter d e confondre « non-fini » e t « nominalisé » 1 . En e ffet, s i
« non-fini » e st a vant t out u n p hénomène morphologique, « nominalisé » en r evanche
peut ê tre soit d’ ordre morphologique soit d ’ordre syntaxique. P renons d’abord la
définition de Givón (2001.vol.2:24) sur la nominalisation :
(4) Nominalization is t he p rocess via w hich a f inite v erbal c lause – either a co mplete
clause or a subject-less verb phrase – is converted into a noun phrase.
Si notre interprétation n’est pas erronée, cette définition place la nominalisation dans un
processus m orphologique. La f orme n ominalisée conserve en p artie la mo rphologie
1
Voir, p ar exemple, Dik (1997, §3.2.1-§3.2.2) et Kroeger (2005a:233), qui distinguent la PRpré participiale et la PRpré
nominalisée.
336
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
verbale et acquiert en partie la morphologie nominale. D’autre part, la définition donnée
par Noonan (2007:70) perçoit la nominalisation plutôt au niveau syntaxique :
(5) The p redicate b ecomes nominalized, as suming t he form a v erbal noun, an d t akes
over the role of head noun of the noun phrase.
Autrement dit, une forme verbale nominalisée est susceptible d’avoir des comportements
plus ou moins similaires à ceux du nom (ou d’un SN). Examinons l’exemple turc suivant
(Kornfilt 1997a:52, nous soulignons) :
(6) (sen) ban -a [Ahmed-in
öl -düğ -ün] -ü anlat -ma -dı -n
you I -Dat. Ahmet-Gen. die -FNom -3.sg. -Acc. tell -Neg.-Past -2.sg.
"You didn’t tell me that Ahmet had died"
La forme nominalisée soulignée öldüğ prend la marque casuelle -ü, et son argument sujet
prend le cas g énitif -in au lieu d u c as nominatif. Ces marquages c asuels r approchent
öldüğ d’un nom, mais en même temps, öldüğ garde toujours sa structure argumentale, ce
qui le rapproche du verbe.
Si la g rammaire d e la t radition g réco-latine f ait valoir davantage la mo rphologie, l a
syntaxe semble plus pertinente vis-à-vis de certaines langues. Pour les langues isolantes,
où, de règle générale, la morphologie fait défaut, il n’y a pas de sens à vouloir parler de
nominalisation en termes morphologiques. Si Li & Thompson (1981, chapitre 20) parlent
de n ominalisation pour l e mandarin, c ’est q ue s yntaxiquement p arlant, l a forme
« nominalisée » fonctionne de manière similaire au nom, au sens où elle, comme un nom,
ou bien est la tête de SN ou bien modifie un autre nom ou SN2. Certes, ils posent comme
critère m orphologique la p résence d e de derrière l e v erbe, m ais ce m orphème n ’est
nullement o bligatoire 3 pour que l a forme « nominalisée » remplisse le s deux fonctions
2
3
Et aussi dans la construction shi...de. Voir la même référence.
Il l’est dans un cas particulier de lexicalisation, comme l’exemple suivant :
(i) jiao
shu
de
enseigner livre DE
‘celui qui enseigne, l’enseignant’
Il s ’agit d e la c onstruction S V + de, q ui dénote un nom de m étier. A p riori, un S V q uelconque pe ut e ntrer da ns la
construction à condition que son sémantisme soit interprétable pramatiquement parlant.
337
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
citées :
(7) lai
de (nei ge ren)
shi
venir DE DEM CL personne COP
‘La personne venant/venue est Lisi.’
(8) lai
nei
(ren)
shi
lisi
venir DEM personne COP Lisi
‘La personne venant/venue est Lisi.’
lisi
Lisi
Malgré quelques d ifférences mineures 4, (7) et ( 8) ont la même dénotation. La présence
de de n’est pas un critère décisif quant à la fonction syntaxique de la forme nominalisée,
en l ’occurrence lai ‘venir’. En c onséquence, s ur u n p lan s yntaxique, il e st légitime d e
parler d e n ominalisation en
mandarin, mais ne l ’est nullement sur un pl an
morphologique. Autrement dit, la PRpré en général n’est pas nécessairement nominalisée
morphologiquement. Cela ét ant, il ne serait p as incohérent de dire que s yntaxiquement,
la P Rpré est n ominalisée, d ans u n s ens p roche d e ( 5), c ’est-à-dire que la P Rpré p eut
fonctionner c omme u n no m o u S N. C ette r emarque s ’applique, s emble-t-il, aussi à la
PRpost dans une certaine mesure :
(9) Qui dort dîne.
(10) Marie dîne.
(11) What you said is wrong.
(12) The idea is wrong.
Les PRs sans nom t ête (9) et ( 11) ont la même d istribution que les SNs en (10) et (12).
Ainsi, la PRpré n’est pas plus syntaxiquement nominalisée que d’autres types de PR. Par
souci d ’éviter to ute confusion, nous pr éférerons, dorénavant, p arler d e « forme ve rbale
non-finie » plutôt que de « nominalisation » pour décrire la m orphologie v erbale de l a
PRpré.
Par « non-fini », no us e ntendons d es formes v erbales intégratives ayant « une f lexion
moins d ifférenciée que c elles d es formes v erbales indépendantes » (C reissels
4
Voir Wu (2009) pour plus de détails sur les deux types de PRs en mandarin.
338
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
2006.vol.1:218). I l s ’agit de d istinctions sur le temps-aspect-mode ou sur la personne 5.
Mais il pe ut y a voir d’ autres types de restrictions. P ar ex emple, en japonais, dans une
phrase simple indépendante, la distinction est obligatoire entre la forme honorifique et la
forme n on-honorifique, m ais c ette d istinction es t l imitée d ans la P R. Harada ( 1976)
distingue l’honorifique propositionnel (subdivisé encore en honorifique de sujet, qui a la
forme (g)o-V-ni nar-, et honorifique d’objet, qui a la f orme (g)o-V-su-) et l’ honorifique
performatif V-mas-. L’honorifique p erformatif est r are d ans la P R, s eulement s ’il s ’agit
du r egistre hy perpoli et/ou que l a P R s oit n on-restrictive. Chose intéressante, u ne
restriction s imilaire es t co nstatée en basque. En e ffet, il y a une f orme verbale d ite
allocutive en basque (Hualde 2003b:242)
(13) Allocutivity r efers t o the encoding in the conjugated verb form of an addressee that
is not an argument of the verb. Allocutivity is obligatory Basque main clauses when
the addressee is given familiar treatment.
Par exemple (op.cit.:243) :
(14) Jon
etorri
da.
come
AUX.3A
‘Jon has come.’
(15) Jon etorri duk.
AUX.3A/2M.ALLOC
‘Jon has come.’ (familiar, male addressee)
(16) Jon etorri dun.
AUX.3A/2F.ALLOC
‘Jon has come.’ (familiar, female addressee)
Ces formes d ites a llocutives n e p euvent j amais a pparaître d ans les s ubordonnées d ans
l’usage traditionnel (idem.) :
(17) Allocutivity is strictly a main c lause p henomenon. E mbedded verbs never bear
allocutive markers in traditional usage...
5
Selon Haspelmath (2009:29) :
(i) Un verbe fini est une forme fléchie qui est spécifié [sic.] pour le temps et la personne du sujet.
339
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
Donc, i l est imp ossible d e co nstruire la PR (18) à partir d es f ormes a llocutives (19) e t
(20) (G. Rebuschi, c. p.) :
(18) Etorri
zaigu-n/*zaigu(k)-an/*zaigun-an
venir.PART.PAS AUX-COMP/AUX.ALLOC.M-COMP/AUX.ALLOC.F-COMP
gizon-a
zaharr-a da/duk/dun
homme-SG vieux-SG AUX/AUX.ALLOC.M/AUX.ALLOC.F
‘l’'homme qui est venu à nous est vieux.’
(19) Gizon-a
zaharr-a da/duk/dun
homme-SG vieux-SG AUX /AUX.ALLOC.M/AUX.ALLOC.F
‘L’homme est vieux.’
(20) Gizon-a
etorri
zaigu/zaiguk/zaigun
homme-SG venir.PART-PAS AUX /AUX.ALLOC.M/AUX.ALLOC.F
‘L’homme est venu à nous (=est venu nous voir [etc.]).’
Nous pouvons penser qu’en japonais et en basque, la relation pragmatique interlocutrice
est perdue dans la PRpré.
En coréen, dans la PR, les particules phrastiques (« sentence e nders ») sont manquantes
(Sohn 1994:63) :
(21) ka-si-ess-ess-keyss-te-n
noin
go-SH-PST-PST-may-RT-MD
old person
‘the old person whom I thought had gone’
Elles sont obligatoires d ans les p hrases indépendantes o u radicales (cf. Sohn (1999,
§9.2.1)). Cela étant, nous ne considérons pas la PR coréenne comme étant non-finie, car
les co ntraintes en q uestion n e co ncernent p as v raiment l a forme verbale, m ais repose
plutôt sur la p roposition e n e ntier, p lus p récisément, sur l’opération é nonciative, i.e.
déclarative, interrogative, et c. ( cf. Creissels (2006.vol.1:12-13)). La forme verbale dans
la PR est toujours marquée par la personne et les TAM (op.cit.:358) :
(22) Minca -ka
po-ass-ess-keyss-te-n
yeca
-NM see-PST-PST-may-RT-MD woman
‘the woman whom I thought Minca had seen’
340
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
La r estriction d e l’opération é nonciative e st c hose ba nale d ans la subordination e n
général. E n français, la seule o pération é nonciative p ermise d ans t out type d e
subordination es t la d éclarative. Nous l imitons d onc le car actère « non-fini » a ux
catégories de personne et de TAM.
La g rammaire t raditionnelle g réco-latine d istingue au moins trois f ormes v erbales
non-finies : l’infinitif, le participe (présent et passé) et le gérondif 6. Le même système est
plus ou moins hérité du latin par l’italien, sur le plan morphologique :
(23)
Groupes verbaux
Formes non-finies 1 groupe 2ème groupe 3ème groupe
Infinitif (présent)
-are
-ere
-ire
Présent
-ante/i
-ente/i
-ente/i
Participe
Passé -ato/a/i/e
-uto/a/i/e
-ito/a/i/e
Gérondif
-ando
-endo
-endo
er
Tableau 5.1. Terminaisons verbales en italien
Dans la grammaire de cer taines autres familles linguistiques, à la p lace de « gérondif »
est em ployée l’étiquette « converbe » 7 , pa r e xemple, po ur l es langues t urques ( cf.
Johanson (1998a:47)) et p our l es langues mongoliques ( cf. Janhunen (2003a:21-22,
25-26) et Rybatzki (2003:382-383)). Nous adoptons la définition courante, selon laquelle
il s ’agit de f orme v erbale non-finie à v aleur a dverbiale 8. L e c onverbe, a insi d éfini,
correspond plus ou moins au gérondif des langues indo-européennes. Pour la suite de la
présentation, nous employons « gérondif » dans un sens très large, qui est à co mprendre
comme formes verbales non-finies à valeur adverbiale.
Syntaxiquement, grosso modo, l’infinitif s’emploierait comme nom, le p articipe comme
adjectif et le gérondif comme adverbe, comme en italien :
(24) Mi piace viaggiare.
(25) Mi piace il viaggio.
(26) All’Università studiano studenti provenienti da tutte le parti della Francia.
6
À ce sujet, voir, entre autres, Koptjevskaja-Tamm (1993, §2.2.2) et ses références.
Voir Koptjevskaja-Tamm (1993, §2.2.6).
8
Pour une discussion sur diverses définitions de « converbe » et les problèmes éventuels, voir Creissels
(2006.vol.1:226-227).
7
341
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(27) All’Università studiano studenti intelligenti.
(28) Ci divertiva quella barzelletta raccontata da Pietro.
(29) Ci divertiva quella barzelletta francese.
(30) Leggendo questo libro, ho imparato molte cose.
(31) Gradualmente, ho imparato molto cose.
En t ermes d e t ypes d e s ubordination, l’infinitif a pparaît s ouvent d ans la co mplétive, le
participe d ans la P R et le g érondif d ans la c irconstancielle. C ertes, l a co rrespondance
n’est qu’ approximative. Par ex emple, l’infinitif p eut s ’employer a ussi da ns la P R, i .e.
dans un rôle adjectival, toujours en italien :
(32) Questo è un libro da leggere.
(33) Questo è un libro che bisogna leggere.
(34) Questo è un libro caro.
La P Rpré infinitive existe d ans c ertaines langues à P Rpré, p ar ex emple, en k haria
(Peterson 2008:470) :
(35) musniŋ u-ghay hoy=ki
no
ɖoli=te
ɖoˀɖ=na bhere u
one.day this-way happen=M.PST COMP sedan=OBLQ take=INF time this
khaɽiya pahan=te
haɖa laʔ=ki.
Kharia priest=OBLQ pee
EMOT=M.PST
‘One day it happened this way that, at the time [they were] to take away the sedan
chair, the Kharia priest had to pee.’
Cela reste, toutefois, un type de PRpré rare. Le type de PRpré à forme verbale non-finie
la p lus co urante est l e t ype p articipial, ce q ui n ’a r ien d ’étonnant, s elon Creissels
(2006.vol.1:224) :
(36) Les c onstituants à tête p articipiale s ’emploient typiquement comme d épendants d e
nom, av ec co mme fonction d e r estreindre l’ensemble d es r éférents p otentiels d u
nom t ête à ceu x q ui p ossèdent la p ropriété en q uestion. D ans cet e mploi, les
constituants a yant p our tête u n p articipe fonctionnent typiquement c omme
l’équivalent de groupes adjectivaux, dont ils se distinguent par une structure interne
de type phrastique.
342
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
De même, le participe peut acquérir des valeurs adverbiales :
(37) Ayant bl essé un pol icier, l ’homme s ’est e nfui. = Après qu’ /Parce qu’ il av ait bl essé
un policier, l’homme s’est enfui.
Le p articipe ayant blessé u n p olicier peut s ’interpréter c omme co rrespondant à u ne
circonstancielle de temps ou de cause.
Étant do nné la p olyvalence d es formes v erbales no n-finies, p our ê tre p récis, mieux
vaudrait parler de « formes verbales non-finies à valeur nominale », de « formes verbales
non-finies à valeur adjectivale » et de « formes verbales non-finies à valeur adverbiale »,
à la place de « infinitif », « participe » et « gérondif » ou de « complétive », « relative »
et « circonstancielle » r espectivement (cf. F euillet (2006:493-494)). La f orme v erbale
non-finie à v aleur n ominale a une d istribution s imilaire a u no m, i.e. fonctionne s urtout
comme complément verbal ou nominal ; la forme verbale non-finie à valeur adjectivale a
une d istribution s imilaire à l’adjectif, i.e. f onctionne c omme modifieur n ominal ; e t la
forme verbale no n-finie à valeur adverbiale a une distribution s imilaire à l’adverbe, i.e.
fonctionne c omme modifieur v erbal o u pr opositionnel (cf. K optjevskaja-Tamm
(1993:23)).
Dans les langues du monde, la distinction morphologique des formes verbales non-finies
peut être plus ou moins variée, même si la classification syntaxique la plus courante reste
la t ripartite : à v aleur n ominale, à v aleur ad jectivale et à v aleur ad verbiale. Dans le s
langues caucasiennes, la classification t raditionnelle d es formes verbales non-finies e st
quadripartite. E lles possèdent n éanmoins les t rois fonctions s yntaxiques. P renons
d’abord comme ex emple le lezguien. Dans cet te langue, les formes verbales non-finies
sont le masdar, le participe, l’infinitif e t le converbe ( cf. Haspelmath (1993, §9.9,
chapitres 1 9-21)). Ma is fonctionnellement parlant, ces f ormes ont t outes d es e mplois
nominaux : (op.cit.:359, 361, 365) :
(38) Ajal-ar
qũ ğwa-z bašlamiš-na.
[child-PL play-INF] begin-AOR
‘The children began to play.’
343
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(39) Ada
ğil-e
awa-j
gazet k’el-un
aq̃wazar-na.
he(ERG) [[hand-INESS be.in-PTP] paper read-MSD] stop-AOR
‘He stopped reading the newpaper (that was in his hand.’ (G54:149)
(40) Ada-z
zun
čpi-z
klig-zawa-j-di
aku-na. (K86,2:7)
he-DAT [I:ABS selve-DAT look-IMPF-PTP-SBST] see-AOR
‘He saw that I was looking at them.’
(41) Nabisat.a-z
ruš.a
ktab k’el-na
k’an-zawa.
Nabisat-DAT [girl(ERG) book read-AOC] want-IMPF
‘Nabisat wants her daughter to read a book.’
La valeur adjectivale est prise en charge uniquement par le participe (op.cit.:341) :
Qhfe-j
jac žanawur-r.i
req’-e
kuk’war-na.
[Ø(ABS) go.away-AOP] bull wolf-PL(ERG) way-INESS tear-AOR
‘The bull which had gone away was killed by wolves on the way.’
(43)
Pačah.di-n xazina
čünüx-aj
uğri-jar čun
ja.
[Ø(ABS) king-GEN treasury steal-AOP] thief-PL we:ABS COP
‘We are the thieves who stole the king’s treasury.’ (Du85,3:116)
(42)
La valeur adverbiale est assurée par les converbes (op.cit.:157) :
(44) Maxsud.a-z
q̄ arağ-na
čül.di-z
fi-z
k’an-zawa-j. (G63:175)
Maxsud-DAT [[get.up-AOC] field-DAT go-INF] want-IMPF-PST
‘Maxsud wanted to get up and go to the field (lit. wanted, having gotten up, to go to
the field).’
En g odoberi, la d istinction morphologique e st aussi quadripartite : in finitif, converbe,
participe et masdar ( cf. Dobrushina & Tatevosov (1996:106-107)). L’infinitif s ’emploie
avec la valeur nominale comme complément verbal ou avec une valeur adverbiale de but
(op.cit.:106) :
anži-jalda
q’aj
r=aX-i
(45) den
wu=na
I.ERG M=go.PST Mahachkala-PLACE dishes NPL=buy-INF
I went to Mahachkala to buy dishes.
(46) il-u-di
waš-u-qi
mał̄ -at-a-da
b=al-i
mother-OBL-ERG son-OBL-AD teach-PRS-CONV-COP N=read-INF
Mother teaches (her) son to read
344
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
Les converbes ont uniquement des emplois adverbiaux (op.cit.:107) :
(47) ho-š-t̄ i
hanq’u b=iX-u-wq’aLi
den
ho-š̄ u-łi
he-OBL.M-ERG house N=build.PST-CONV-WHEN1 I.ERG he-OBL.M-DAT
arsi
ik̄ i
money give.PST
When he had built the house, I paid him money.
Le participe forme des PRs (idem.) :
(48) jac̄ -u-łi
quča ik̄ i-bu
wac̄ i
wu=na
sister-OBL-DAT book give.PST-PART brother M=go.PST
The brother who gave the book to the sister went away.
Les masdars so nt e mployés avec la v aleur n ominale o u av ec la valeur a dverbiale de
cause (idem.) :
(49) muraid-ra
b=iʔ-at-a-da
čakar
išqa
ji=k’-ur
Murad-AFF N=know-PRS-CONV-COP Chakar at.home F=be-MASD
Murad knows that Chakar is at home
(50) š̄ īū
cikmułi
miłik̄ .a
b=et-ir-a-di
milk go.sour.PST under.sun N=leave-MASD-OBL-ERG
The milk went sour because it was left under the sun
Une au tre f amille d e l angues ayant la d istinction morphologique quadripartite est
dravidienne, qu i d istingue t raditionnellement le participe ( relatif, verbal, c onditionnel,
temporel), l’infinitif, le supin (ou g érondif) et le nom verbal ( cf. Andronov (2003,
§2.6.2.2) et Krishnamurti (2003, §7.7-§7.9, §9.3)). Par exemple, en kannada, les formes
verbales non-finie en -al acquièrent les valeurs nominale et adverbiale (Sridhar 1990:43,
72) :
(51) madhura [Ø bomba:yige ho:galu]
Madhurai Ø i Bombay-dat go-inf
‘Madhura refused to go to Bombay.’
345
nira:karisidaLu.
refuse-pst-3sf
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(52) subbi aŋgavikalarige
vya:ya:ma kalisalu:/kalisalikke
dina: basavanaguDige
Subbi handicapped-dat exercise teach-inf/teach-inf-dat daily Basavanagudi-dat
ho:gutta:Le.
go-n.pst-3sf
‘Subbi goes to Basavanagudi everyday to teach exercises to the handicapped.’
Les formes verbales non-finies en -udu ont les valeurs nominale et adverbiale (op.cit.:43,
73) :
(53) ra:manige i:juvudakke
baruvudilla.
Rama-dat swim-n.pst-ger-dat come-n.pst-ger-neg
‘Rama doesn’t know swimming.’
(54) praka:S jarmanige
enjiniyaring o:duvudakka:gi
ho:gidda:ne
Parkash Germany-dat engineering study-ger-dat-‘for’ go-n.pst-pf-3sm
‘Prakash has gone to Germany to study engineering.’
Les formes verbales non-finies en -a ont les valeurs nominale, ad jectivale et adverbiale
(op.cit.:43, 49, 69) :
(55) madhu ca:Di
he:Li na:Nige e:Tu
bi:Luvante
ma:dida.
Madhu complain say-pp Nani-dat beating fall-n.pst-rp-compl make-pst-3sm
‘Madhu make Nani get a beating by telling on him.’
(56) maguvannu kaccida
na:yi
child-acc
bite-pst-rp dog
‘the dog which bit the child’
(57) mu:rti ba:gilu tegeyuvaSTaralli
jana
nuggiye:
biTTaru.
Murti door open-n.pst-rp-within people rush-pp-emph leave-pst-3pl
‘Just as Murti was about to open the door, the people pushed right in.’
Les formes verbales non-finies en -i/-u ont la valeur adverbiale (op.cit.:71) :
(58) a:ka:s’ada kaDe
no:Dutta: naDedare
guNDiyalli
sky-obl
toward see-pr-prog walk-pst-cond ditch-loc
‘If you walk looking at the sky, you will fall in a ditch.’
bi:Lutti:ya.
fall-n.pst-2s
Certaines autres la ngues o nt la d istinction t ripartite e n mo rphologie. Par exemple, p our
les l angues i ndo-aryennes, Masica ( 1991:321-325) di stingue c lairement trois fonctions
346
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
syntaxiques : la fonction no minale, la fonction ad jectivale et la fonction a dverbiale,
même s ’il y d es chevauchements morphologiques. Citons ma rathi e t s inghalais ( cf.
op.cit.:325) :
(59)
Langues
marathi
Formes
verbales non-finies
À valeur nominale
À valeur adjectivale
-ū(ˉ), -ṇeˉ, -ṇyā-, -āylā
-t aslelā, -lelā, -āvā, -āyċā
À valeur adverbiale
-tāˉnā, -t astāˉ, -ūn, -lā astā
singhalais
-nnǝ, -īma, -illa, -nā/nī
-nnǝ, -na, -u/ā-uṇu-iva,
-(ā)pu, icca
-min, -ddi, -(l)lā
Tableau 5.2. Terminaisons des formes verbales non-finies en marathi et en singhalais
Dans ces deux langues, l a morphologie es t t ripartite à u ne ex ception p rès : -nnə en
singhalais a deux valeurs, nominale et adjectivale.
Le s yncrétisme es t en core p lus c lair d ans les langues a ltaïques. P our l a p lupart d es
langues t urques, l a d istinction morphologique est f aite en tre l es formes non-finies à
valeur nominale et adjectivale et les formes non-finies à v aleur adverbiale (cf. Johanson
(1998a:46-47, 6 0-64)). La m ême s ituation s e trouve d ans les langues mongoliques e n
général ( cf. Janhunen (2003a:21-22, 25 -26) e t Rybatzki (2003:382-383)), et d ans les
deux langues t oungouses à n otre di sposition, i .e. l’evenki ( cf. Nedjalkov (1997,
§1.1.2.2.2-§1.1.2.2.3, §1.1.2.2.6, §1.1.2.4.1-§1.1.2.4.9, §2.1.3.5) et Bulatova & Grenoble
(1999, §4.7-§4.8, §9.5)) et l’even (cf. Malchukov (1995, §3.7.7-§3.7.8, §4.2, chapitre 8)).
Par ex emple, en ev enki, le p articipe a l a v aleur n ominale, ad jectivale et au ssi,
quelquefois, adverbiale (Nedjalkov 1997:24, 34, 43) :
(60) Alagumni duku-d’ari-va-n
iche-0-m.
teacher
write-part-accd-3sg.poss see-nfut-1sg
‘I see that the teacher is writing.’
(61) Bi duku-na-duk-in
dukuvun-duk kete-ve
sa:cha-v
I
write-part-abl-3sg.poss book-abl
much-accd know-pst-1sg
‘I learnt much from the book that he wrote.’
347
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(62) So:t deru-che
bi-ne-di-vi
nungan a:sin-mu-d’acha-n.
very get.tired-part be-part-instr-prefl he
fall.asleep-vol-impf-3sg
‘He i wanted to sleep because he i was very tired.’
Les formes à converbes forment des circonstancielles (op.cit.:43) :
(63) D’u-la-vi
eme-mi
ulle-ve
dev-d’enge-s.
house-all-prefl come-conv meat-accd eat-fut-2sg
‘When/If you come home you will eat meat.’
Les langues t ibéto-birmanes e n g énéral sont r iches e n formes verbales non-finies. En
newari de D olakha, l a c lassification d es f ormes verbales n on-finies d écrite p ar Genetti
(2007:187) est la suivante :
(64)
Tableau 5.3. Formes verbales non-finies en newari de Dolakha
En réalité, l’ infinitif e n -i possède une valeur n ominale ( op.cit.:418-421) e t une valeur
adverbiale (op.cit.:461-477), par exemple (op.cit.:419, 472) :
(65) [ḍoli bu
nichi
dā̃ lāŋ-an
cõ-i] NP-S mal-a
doli carry(NR1) all.day fast-PART stay-INF must-3sPST
‘The doli carrier must be fasting all day.’
(lit. ‘It is necessary for the doli carrier to be fasting all day.’)
(66) nichi ju-i-ho
isi
mā
sit-a
day be-INF-when 1pEXC.GEN mother die-3sPST
‘When it became day, our mother died.’
Les constructions participiales, d’après la définition de Genetti (op.cit.429) serait un type
particulier de c e que C reissels ( 2006.vol.2, §31.2.3) a ppelle des « constructions
séquentielles ». Quant a ux formes e n -gu/-ku/-u/-a/-e, à p art s ouvent e mployées d ans la
PR (Genetti 2007:389-394), elles apparaissent aussi dans des complétives (op.cit.:396) :
348
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(67) jaba jin
[u jāŋal hal-gu] NP-O
when 1sERG this bird cry.out-NR1
‘When I hear this bird cry out.’
tār-agi
hear-1sPR
Certaines langues isolats à P Rpré ont aussi des formes verbales non-finies. Par exemple,
en n ivkh, il y a des participes et des converbes ( cf. Gruzdeva (1998, §3.4.4)). L es
participes ont la valeur adjectivale (op.cit.:50) :
(68) N’i zosķ
t’aķo tyr t‘xy p‘i-d’.
I
break:PTC knife table on be-FIN
‘The knife which I have broken is on the table’.
Les converbes ont une valeur nominale et une valeur adverbiale (op.cit.:49, 50) :
(69) Ačim
ķo-ř
tvi-d.
grandmother be.ill-CONV:COMPL stop-FIN
‘[My] grandmother stopped to be ill.’
(70) Ymk čo haķ-vul
p‘-ajmņař-kiř
roř
mother fish cut-CONV:TEMP REFL-husband-INST together
‘When mother was cutting fish, [she] talked with her husband’.
k‘erai-d.
talk-FIN
De ce q ui p récède, nous p ouvons co nstater à q uel p oint la morphologie e st variée et à
quel po int l’étiquetage conventionnel est p eu f iable. En r evanche, les t rois v aleurs ( ou
emplois) s yntaxiques de meurent stables à t ravers diverses f amilles l inguistiques. Chose
intéressante, d ans ces l angues-là, la P R à f orme v erbale n on-finie est t oujours
prénominale. Un autre point commun dans ces langues est que la subordination dans son
ensemble est exprimée par les formes verbales non-finies, qu’il s’agisse de complétives,
de P R et d e circonstancielles. C es d eux car actéristiques n ous a mènent à p enser q ue la
morphologie verbale non-finie n’est peut-être pas uniquement e mployée po ur la PRpré,
mais plutôt po ur les subordonnées e n g énéral. Étant d onné q ue la P R es t u n t ype d e
subordonnée et que les subordonnées sont formées avec des formes verbales non-finies
en général, la PR, que ce soit prénominal ou postnominal, recourt bien évidemment à des
formes verbales no n-finies. Autrement d it, il n’y a pas de sens à parler de « PR à fo rme
verbale non-finie » en particulier dans les langues citées ci-dessus. En revanche, il serait
349
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
plus juste d’insister sur la morphologie verbale non-finie de la PR (ou d’un autre type de
subordonnée) si les autres types de subordonnées ne sont jamais ou ne sont que rarement
formées à p artir d es formes v erbales non-finies. Les i dées s imilaires s ont exprimées
aussi par d’autres auteurs, par exemple, par DeLancey (1986:1) :
(71) the no minalization function is c hronologically and s ystematically p rior to
relativization, which is merely one specialized function of nominalization. 9
et de même par Whaley (1997:265) :
(72) In g eneral, if a language t ends toward us ing n onfinite verbs for other e mbedded
structures ( such as ad verbials a nd c omplements) t hen t here is sufficient g rounds t o
consider constructions such as [participle modifying clause] as a relative clause.
Givón ( 2001.vol.2, §11.7 et 2009, ch apitre 5 ) fournit au ssi d es an alyses à l a fois
synchroniques et diachroniques e n faveur d e no tre p oint d e vu e. S ynchroniquement, en
fonction d e l a mesure d ans laquelle sont utilisées les f ormes verbales no n-finies, i l
distingue les langues à nominalisation (« extreme nominalizing (embedding) languages »)
et l es langues à f orme v erbale finie ( « extreme f inite ( non-embedding) l anguages »)
(Givón 2001.vol.2:26) :
(73) The b roadest cr oss-language t ypological d istinction in finiteness is t he v eritable
chasm between extreme nominalizing and extreme finite languages. In the first type,
all s ubordinate clauses ar e ( at l east h istorically) n ominalized. O nly main c lauses
display fully finite structure. In the second, no c lause-type is nominalized, and t hus
all clause-types are fully finite.
Certes, à l’instar de toute généralisation, cette remarque est à comprendre dans le sens où
idéalement, les langues sont classées ainsi. Par exemple, le français s erait une langue à
mi-chemin :
9
Toutefois, LaPolla (2003a) et Coupe (2007) ont une opinion opposée, dans le sens où (Coupe 2007:218):
(i) nominalization m ust have o riginated f rom a c onstruction c onsisting o f a ( relative) c lause o r s imply a v erb t hat
modified a head noun with a very general meaning,
Cela étant, ils ne nient pas le lien (diachronique) entre la PR et la nominalization.
350
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(74) Ayant blessé un policier, l’homme s’est enfui.
(75) L’homme ayant blessé un policier s’est enfui.
(76) l’homme sur qui compter
(77) J’ai vu l’homme blesser/blessant un policier.
Ces quatre formes ve rbales no n-finies s ont s usceptibles d ’être r eformulées av ec d es
formes verbales finies :
(78) Parce qu’il avait blessé un policier, l’homme s’est enfui.
(79) L’homme qui avait blessé un policier s’est enfui.
(80) l’homme sur qui on peut compter/compte
(81) J’ai vu que l’homme blessait un policier.
Selon G ivón, a ux langues à no minalisation appartiennent les langues t ibéto-birmanes,
turques, caraïbes, quechua, uto-aztèques 10 et quelques langues papoues. Nous constatons
déjà que cette l iste co ntient b eaucoup d e l angues à P Rpré.11 Or, l es langues servant
d’exemples sont l’ute et le chuave, qui ont, ironiquement, la PRpost. Voici les e xemples
de l’ute (op.cit.:27, 28) :
(82) mamach
’u
pecucugwa-pʉga ta’wach-i ’uway
yoghovʉchi-i
woman/SUBJ DEF/SUBJ know-REM
man-GEN DET/GEN coyote-OBJ
pakha-pʉga-na-y
kill-REM-NOM-OBJ
‘The woman knew that the man (had) killed the coyote’
(lit.: ‘The woman knew the man’s killing (of) the coyote’)
(83) yoghvʉch
’u
[ta’wach-i ’uwáy
pakha-pʉga-na]…
coyote/SUBJ DEF/SUBJ [man-GEN DET/GEN kill-REM-NOM]
‘the coyote that the man killed…’
(lit.: ‘The coyote of the man’s killing…’)
(84) ta’wach-i ’uwa-y
kani-naagh yʉga-khw, mamach
’u
man-GEN DEF-GEN house-in
enter-SUB woman/SUBJ DEF/SUBJ
págh-kwa-pʉga
walk-go-REM
‘When the man entered the house, the woman took off’
(lit.: ‘(upon) the man’s entering the house, …)
10
La famille u to-aztèque, s elon H eath (1972), f orme la P R, pourtant n on-prénominale, par des c onstructions
participiales.
11
À noter aussi que Koptjevskaja-Tamm (1993), qui consacre une étude sur l es noms d éverbaux ( « action n ominal »),
cite également beaucoup de langues à PRpré.
351
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(82) est une complétive non-finie, (83) une PRpost non-finie et (84) une circonstancielle
de temps non-finie.
Parmi les langues à P Rpré, b eaucoup d e langues t ibéto-birmanes em ploient l a forme
verbale no n-finie pour tout type de propositions, y c ompris pour l’indépendante 12. Voici
des exemples du newari de Dolakha (Genetti 2007:401,482, 394, 393) :
(85) pus=na
phoŋ-a
rā?
Pus=ABL ask.for-NR2 Q
‘Was it in (the month of) Pus that he asked?’
(86) ām mucā=ta
bobu=ri=n
mucā ju-e-lāgin
muryā=ku ta-ene
that child=DAT father=IND=ERG child be-NR2-because lap=LOC put-PART
‘Then the father, because he was a child, put the child on his lap…’
(87) ji kạthmanḍu oŋ-a
khā jana
mā=n
sir-ju
1s Kathmandu go-NR2 talk 1sGEN mother=ERG know-3sPST
‘My mother knew about my going to Kathmandu.’
Ø yeŋ-a] REL jāki] NP
(88) [[thamun Ø yeŋ-a] REL ho [jin
2hERG
bring-NR2 and 1sERG
bring-NR2 rice
‘the uncooked rice that you brought and that I brought’
et du kham (Watters 2002:355, 321, 201, 200, 344) :
(89) ahjya
uhbyali-kə
ge: nahm-ni
ge-hu-zya-o
earlier
spring-LOC we low.country-ABLT 1P-come-CONT-NML
‘Last spring we were coming up from the low-country.’
(90) həi ya-li-zya-o-tə
zə
huhl
ta-ke
thus 3P-say-CONT-NML-ON EMP destruction be-PFV
‘While they were yet speaking, destruction happened.’
(91) ba-o
mi:-rə
go-NML
person-PL
‘the people who went’
(92) no: ba-o
ta-ke
be
go-NML become-PFV
‘He must go.’
(93) u-zihm-kə
u-hū:-wo
li-nya
ŋa-səī-ke
3S-house-LOC 3S-come-NML say-INF 1S-know-PFV
‘I knew that he had come home.’ (learned by hearsay)
12
Selon Watters (2008), la nominalisation de l’indépendante relève d’une caractéristique commune des langues kiranti.
Voir, par exemple, Doornenbal (2009, §5.2.6) à ce sujet en bantawa, la langue kiranti la plus parlée.
352
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
De mê me, selon Givón, les langues t urques e n général ut ilisent des formes v erbales
non-finies pour former des subordonnées (cf. Johanson (1998a:43)). Par exemple, en turc,
les f ormes ve rbales non-finies s ont e mployées c omme circonstancielles (94)-(95),
comme PR (96)-(97) et comme complétives (98)-(100) (Kornfilt 1997a:67, 58, 51) :
(94) [[Margaret
Thatcher istifa
et -tiğ
-i] için]
üzül -dü -k
Margaret
Thatcher resignation do -FNom-3.sg because sadden -Past -1.pl
"We were saddened because Margaret Thatcher stepped down"
(95) [[müd¨r
-ün tatil
-e çikl-ma
-sın] -dan sonra] ofis
kapan -dı
director
-Gen.vacation -Dat. go -ANom -3.sg. -Abl after office close -Past
"After the director went on vacation, the office closed"
(96) [Ø i okul
-a
gid -en] adami
Ø
school -Dat. go -SbjP man
"the man who goes/went to school"
-i]
okuli
(97) [adam
-ın
Ø i git -tiğ
man
-Gen. Ø go -ObjP -3.sg. school
“the school that the man goes/went to"
(98) (ben) [Ahmed -in
öl -me
-sin] -den kork -uyor -du -m
I
Ahmet -Gen. die -ANom -3.sg. -Abl fear -Prog. -Past -1.sg.
"I was afraid that Ahmet would die"
(99) (ben) [Ahmed -in
öl -düğ
-ün] -den kork -uyor -du -m
I
Ahmet -Gen. die -FNom -3.sg.-Abl fear -Prog. -Past -1.sg.
"I was afraid that Ahmet had died"
(100)
(ben) [öl
-mek]
-ten kork -uyor -du -m
I
die -Inf.
-Abl fear -Prog. -Past -1.sg.
"I was afraid to die"
En plus, nous constatons que les formes verbales non-finies sont largement utilisées dans
la subordination des langues formoses parlées à Taïwan (cf. Himmelmann (2005a:174)),
par exemple, en at ayal ( cf. Huang ( 2002) et Liu ( 2005)), e n k avalan ( cf. Chang & Lee
(2002)), en mantauran (cf. Zeitoun (2002)), en paiwan (cf. Tang (2002)), en pazih (cf. Li
(2002)), e n tsou ( cf. Chang ( 2002)) e t e n y ami ( cf. Rau ( 2002)). O r, la P Rpré est r are
parmi c e gr oupe de langues, s elon les d onnées à n otre d isposition. E lle n’existe qu ’en
amis (cf. Wu (2003)) comme stratégie principale et en atayal (de Jianshi) (cf. Liu (2005)),
en tagalog (cf. Aldridge (2003)) et en yami (cf. Rau (2002)) comme stratégie parallèle à
d’autres types de PR.
Quant a ux langues à f orme v erbale f inie, G ivón (2001.vol.2, §1 1.7) cite l es l angues
353
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
iroquoises, arawak et athabasques. Vo ici des exemples de tolowa (op.cit.:30, 31) :
(101) nn-tʉ-sh-’í̧
xa-sh-tɫ-sri
2SG-THM-1SG-observe INCEP-1SG-L-do
‘I begin to observe you’
(lit. ‘I begin-do I observe you’)
(102) nn-tʉ-sh-’í̧
’aa-w-íi-l-te
2SG-THM-1SG-observe THM-DES/PERF-1SG-L-want
‘I wanted to observe you (but maybe didn’t)’
(lit.: ‘I wanted I observe you’)
(103) tr’ąąxe [Ø-s-ii-ts’ʉms]
te-s-ch’a
woman [3SG-PERF-1SG-kiss] TH-PERF-leave
‘The woman I kissed left’
(104) daach’ʉstɫna-’ʉn’ naa-s-ee-ya
ch’ąą-[n]-t’a’
store-to
MOV-PERF-1SG-go AWAY-REV-fly/PERF
‘After I went to the store,
(lit.: ‘Flying away from having gone to the store
nąą-[n]-nʉ-sh-ch’a
MOV-REV-PERF-1SG-go.away
I came back (home)’
D’après les d onnées à
notre d isposition, au cune langue à P Rpré n’appartient
véritablement à cette catégorie, même si l’amharique semble très proche du type à forme
verbale finie. R appelons que da ns la P Rpré amharique, les verbes s ont p leinement
conjugués (Leslau 1995:102, 105, 104, Hudson 1997:482, Cohen 1936:118) :
(105) yämättahut säwǝyye wändǝmme näw ‘the ma n whom I h it is my brother’, l it.
‘who-I-hit-him (the)-man my-brother is’ 13
(106) yäṣafhullät säwəyye wändəmme näw ‘the man to whom I wrote is my brother’, lit.
‘that-I-wrote-to-him (the)-man my-brother is’
(107) wäräqät yäṣafhullät säwəyye wändəmme näw ‘the man for whom (or ‘to whom’)
I wrote the l etter is m y b rother’, l it. ‘letter that-I-wrote-for-him ( the)-man
my-brother is’
(108) ya yä-tä-wälläd-ku-bb-ät bet
näw
that Rel.-Pas.-born-I-in-it house is
‘That’s the house I was born in.’
(109) karsu gara yamaṭṭana saw « l’homme avec lequel nous sommes venus »
13
À noter que yä- dans yä-mättahut et glosé p ar « who » est un complémenteur, mais non un élément-qu comme d ans
certaines langues indo-européennes. Donc, cette PR est certainement prénominale et ne peut être corrélative.
354
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
Dans certaines complétives et dans les circonstancielles en général, le verbe subordonné
est aussi pleinement fléchi (Leslau 2000:66, 65, 66) :
(110) alämu m äkina-w-ǝn l iwäsd (for lǝyǝwäsd) ayfällǝgǝmm ‘Alämu do esn’t w ant t o
take the car’ (lit. ‘Alämu the-car in-order-that-he-takes he-does-not-want’)
(111) zǝnab zisänb (from sǝ-yǝzänb) šurrab ayläbsǝmm ‘when it r ains he d oes no t p ut
on a sweater’ (lit. ‘rain when-it-rains sweater he-does-not-put-on’)
(112) leba-w ǝqa lisärq (from lǝ-yǝsärq) mäskot säbbärä ‘the thief b roke a window in
order to s teal t hings’ ( lit. ‘ the-thief t hings in -order-that-he-steals w indow
he-broke’)
(113) sǝra-w-ǝn sayč ̣ärrǝs (for sǝ-ayč ̣ärrǝs) dämoz-u-n w ässädä ‘he t ook h is w ages
without f inishing his w ork’ ( lit. ‘ his-work w ithout-he-finishes h is-wages
he-took’)
En fait, dans les langues sémitiques en général, les subordonnées gardent le plus souvent
la f orme v erbale f inie (cf. Lipiński (2001:530-553)). M ais l’amharique po ssède malgré
tout d es f ormes verbales n on-finies sa ns marque d e p ersonne 14, co mme le p articipe en
SäBaRi/FäLLaGi/MaRaKi (op.cit.:83) et le nom verbal (idem.) :
(114) mähed allä-bb-ät ‘he must go’ (lit. ‘to-go [or ‘going] is-upon-him’)
Récemment, Givón ( 2009, §5.4) p résente u ne a nalyse d iachronique s ur la
grammaticalisation de la nominalisation. Sa thèse principale postule (op.cit.:109) :
(115) nominalizers are most commonly derived from head nouns in noun compounds.
Il c ite c omme arguments les suffixes anglais -dom (< ancien gothique tuom ‘jugement’)
et -hood (< ancien gothique heituz ‘qualité’) et les nominalisateurs du tibétain -mkhan (<
‘professeur, enseignant, expert’), -sa (< ‘terre, sol, lieu’). Creissels (2006.vol.1:230-231)
discute br ièvement de l’origine d es formes verbales non-finies, qui sont souvent issues
de no ms d éverbaux. Comrie & T hompson ( 2007) tentent d ’expliquer pourquoi l a
nominalisation pe ut s ervir de P R. Selon e ux, il s ’agirait d ’une co nstruction d e la
14
Pour le gérondif, la personne est marquée avec les i ndices pronominaux, comme pour les formes verbales finies. Voir
Leslau (2000, §76).
355
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
juxtaposition, tel que SN SN, où le premier SN modifie le deuxième SN.
Au terme de ces réflexions, nous parvenons à la conclusion selon laquelle, la PRpré n’est
pas intrinsèquement à f orme v erbale non-finie. Sa m orphologie v erbale n on-finie n e
reflète q ue la t endance g énérale d e la langue, s elon laquelle t endance, la s ubordination
est formée a vec des formes verbales non-finies. I l nous a mènerait à p enser que c’est la
morphologie v erbale n on-finie q ui serait à
l’origine d e la P Rpré. Pourtant, c ette
hypothèse es t d éjà co mpromise p ar les d onnées d’ute c itées p lus haut, laquelle langue
possède la PRpost comme type majeur de PR. Nous pouvons encore y ajouter une autre
langue uto-aztèque, i.e. le yaqui (Krause 2001:43) :
(116) hu ’o’ou weáma-ka-i-me
née
tú’ure
D
man walk-ppl-stat-NZR me-A like
‘The man who is walking likes me’
(117) hu ’o’ou
hu-ka hamut-ta
waata [em
biča-ka-’u-ta]
the man
the-A woman-A love
2-sg-G see-prf-’U-A
‘The man loves the woman who you saw.’
Or, il est constaté que dans certaines langues s’il y a p lus d’un type de PR, la PRpré est
souvent à l a f orme ve rbale no n-finie, p ar e xemple, e n hongrois 15 (Kenesei, V ago &
Fenyvesi 1998:38) :
(118) [A [könyv-et lovas-ós]
lány] beteg volt.
the book.ACC read-APRT girl
sick was
‘The girl reading a/the book was sick.’
(119) [A [lány átlal olvas-ott] könyv] érdekes)
the girl
by
read-PPRT book
interesting
‘The book read by the girl was interesting.’
volt.
was
Cela étant, il existe également des langues constamment à PRpost, dont la forme verbale
est finie ou non-finie, comme le français :
(120) l’homme qui a volé un vélo
15
Et a ussi dans c ertaines a utres langues our aliennes, pa r e xemple, e n f innois ( cf. Matsumura (1982) et S ulkala &
Karjalainen (1992:47)), en mordve (cf. Zaicz (1998:210)) et en saamic (cf. Sammallahti (1998:78)), tandis que d’autres
langues ouraliennes, dont le mari (cf. Matsumura (1981)), utilisent la PRpré comme type majeur de PR.
356
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(121) l’homme ayant volé un vélo
(122) l’homme qui a été battu par le policier
(123) l’homme battu par le policier
l’hébreu 16 (Siloni 1997: 114, 115, 109) :
(124) hine ha-'iš
še-ma'aric
'et
sara.
here the-man that-admires ACC Sara
‘Here is the man that admires Sara’
(125) hine ha-'iš
še-sara
ma'arica.
here the-man that-Sara admires
‘Here is the man that Sara admires’
(126) 'iš ha-kore
'iton
ba-rexov
hu meragel.
man the-reading newspaper in+the-street is spy
‘A man reading a newspaper in the street is a spy’
(127) hu kvar
ra'a 'et
kol ha-sratim ha-mukranim ba-'ir.
he already saw ACC all the-movies the-projected in+the-town
‘He has already seen all the movies shown in town.’
et l’arabe standard 17 (Holes 2004:282, 283, Kremers 2003:141, 145) :
(128) Ɂalqiṣṣatu llati:
la: tantahi:
the-story
which-f not 3fsg-ends
‘The story that never ends’
(129) qiṣṣa la: tantahi:
story not 3fsg-ends
‘A story that never ends’
(130) Ɂalqiṣṣatu llati: qaraɁaha:
the-story
that-f read-3msg-it-f
‘The story that he read’
(131) qiṣṣa qaraɁaha:
story read-3msg-it-f
‘A story that he read’
c
(132) al-riğāl-u
-l-maḥkūm-u
alay-him bi
the-men-NOM the-sentenced.SG-NOM on-them with
‘the men sentenced to die, the condemned’
(133) al-kutub-u
-l-muqaddasat-u -l-sābiqat-u
the-books-NOM the-holy-NOM
the-preceding-NOM
‘the holy books that preceded the Quran’
16
-l-‘icdām-i
the-execution-GEN
li -l-qur’ān-i
to the-Quran-GEN
Pour plus de détails sur les différences entre la PR non-finie et la PR finie en hébreu, voir la référence citée, et aussi
Hazout (2001). Le dernier compare, en plus, les deux structures en hébreu moderne et en arabe standard.
17
Voir Kremers (2003, §3.3.5, §4.4, §5.5), et aussi Hazout (2001). Voir aussi la note précédente.
357
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
Il y a également des langues autorisant la PR non-finie d evant ou d errière le nom t ête,
comme en anglais 18 (Krause 2001:24, 27) :
(134)
(135)
(136)
(137)
I saw the [(*which/*that) recently released] movie.
Mary loves the [(*who) passionately singing] man over there.
We have long been expecting the book recently released by Cascadilla Press.
A man [(*who/*that) working for John] visited us yesterday.
et en allemand (op.cit.:25, 28) :
(138) Ich kenne den
[auf dem Stuhl stehend-en]
Mann.
I know the-3-m-A on the chair standing-3-m-A man-m-A
‘I know the man who is standing on the chair.’
(139) Ich kaufe das
[in Suhl hergestellt-e]
Mehl
I buy
the-n-A in Suhl produced-3-n-A flour-n-A
‘I buy the flour that was produced in Suhl.’
aufmerksam zu.
(140) Der Dekan i [der Lehre besuchend t i ] hörte
the dean
the teacher visiting
listened carefully
to
‘The dean which [sic.] the teacher visited listened carefully.’
Dans l a m esure où aucune é tude typologique n’ est e ngagée qu i pu isse fournir une
statistique r elativement fiable qua nt a u pourcentage de s langues à P Rpré non-finie et à
PRpost finie et au pourcentage des langues à PRpost finie et non-finie, nous ne pourrions
soutenir n i la t hèse s elon laquelle le p ositionnement d e l a P R est en r apport av ec la
morphologie v erbale de l a PR n i ce lle avançant l e co ntraire. Le mo ins que nous
puissions d ire, c ’est q ue la
morphologie verbale, s emble-t-il, ne c onstitue n i u ne
véritable e xplication ni u ne prémisse fiable pour la PRpré. Nous nous tenons donc à la
position selon laquelle dans une langue donnée, si la subordination en général est formée
par la morphologie verbale non-finie, la PR doit l’être aussi.
En dernier lieu, nous regardons brièvement les caractéristiques principales de la PRpré à
forme verbale non-finie.
18
Selon Dik (1997.vol.2:56) :
(i) For example, the premodifying VR [i.e. verbal restrictors (≈ relative clauses)] in English can hardly contain any
independent argument or satellite terms. Where these are present, postmodification is resorted to.
358
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
Dans l es l angues tibéto-birmanes 19, la forme verbale non-finie d e la P Rpré peut êt re
marquée par le g énitif 20, c omme e n gur ung ( 141) ( Glover ( 1974), c ité da ns N oonan
2008a:12) et en ao de Mongsen (142) (Coupe 2007:222) :
(141) caÍ pxra-baÍ-e
mxi
jaga
that walk-NOM-GEN person PL
‘those walking people (=sentries)’
(142) [[mǝʧatshǝ̀ ŋ nǝ
tsǝŋ-pàɁ]
a-úk
sǝ] NP
PN
AGT spear-NR NRL-pig ANAPH
‘The pig that Mechatseng speared…’
En galo, dans la PRpré, le sujet peut être marqué par le génitif (Post 2008a:11) :
(143) [hɨg�]̀ CS
[ŋó-kə̀
Ø i dó-há] RELC
(jaràai)] CC [=əə] COP
SPRX.IND 1.SG-GEN
eat-NZR:NSUB.IRR (goods)=COP.IPFV
‘This is the thing which I’ll eat.’ (externally-headed relative) or ‘This is what I’ll
eat.’ (headless relative)
Ce marquage es t obligatoire en ap atani, so it su r l e su jet, soit s ur l’ objet (Abraham
1985:131, 132) :
(144) ṅo sɨ
mi ka panɨbo myu mi kapato.
I cattle acc. gen. cut.nom. man acc. see.p.t.
‘I saw the man who killed the cattle’
(145) kagoka
tunɨ
myu
Kago-gen. kick.nom. man
‘the man whom Kago kicked’
(146) ṅo móka
pota binɨ
nyɨmɨ mi kapato.
I he-gen. book give.nom. woman acc. see.p.t.
‘I saw the woman to whom he gave the book’
(147) ṅɨka dɨgotaṅgo binɨ
alyi mi mó latubine
I-gen. food
give-nom. pig acc. he catch-p.t.
‘he caught the pig to which I gave food’
La P Rpré s ans n om t ête p eut p orter l a marque d u n ombre, co mme en k ham (Watters
19
Pour une é tude de s ynthèse s ur l a no minalisation da ns l es l angues t ibéto-birmanes, voi r Post ( 2008b). Voir aussi
DeLancey (2002) et Noonan (2008a) sur la nominalisation dans les langue bodiques.
20
Pour plus de détails et d’exemples, voir Post (2008b:2) et Noonan (2008a:12-15).
359
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
2002:201) :
(148) ba-o-rǝ
go-NML-PL
‘those who went’
et en newari de Dolakha (Genetti 2007:392) :
(149) [[Ø kātakāt mārāmār ha-ku] REL Ø=pen] NP
Karakat maramar say-NR1=PL
‘Those who say: “karakat maramar”.’
ou la marque casuelle, par exemple, en tamang (Mazaudon 2003:300) :
1
3
1
k a-pa-ta
pin 1to:-pa
a 1kha-pa-ta
pin 3a 1to:
come-NER-DAT give must-IMPFV not come-NER-DAT give not need
‘We must give [food] to the [people who] come, to [those who] don’t come, we
don’t have to give.’
(150)
1 h
et en galo (Post 2008a:11) :
Øi
=əəm] làa-káa-tó
(151) [aə́
[Ø i ac�̀r-abùk bùk-nà] RELC
HDST.SLEV
pockmark emerge-NZR:SUB
=ACC take-TENT-IPTV.ODIR
‘Get that (one) which is bulging with pockmarks.’
De plus, l ’autre car actéristique du groupe t ibéto-birmane e st l’utilisation d e p lus d ’un
nominalisateur da ns b eaucoup de l angues. L es f acteurs dé terminant l a d istribution de s
nominalisateurs s ont m ultiples, ma is p rincipalement l e r ôle r elativisé, l’animacie et
l’aspect verbal dans la PR, par exemple, en birman, -té est pour l’aspect imparfait et -mé
pour le parfait ( cf. Herring (1991:68)) 21 ; e n g alo, -nà est pour le s ujet, -nam pour les
arguments non-sujet à l’aspect réalis, -há pour les arguments non-sujet à l’aspect irréalis
et -kò pour les obliques (cf. Post (2008a:7)) ; en lahu, -pā/-ma/-šɛ̄-phâ/-šɛ̄-ma sont pour
l’agent, -k�̀ pour le locatif ( cf. Matisoff (1972:238-239)) ; e n lisu, /mɑ44/ e st le
nominalisateur g énéral, /su44/ pour l e s ujet (animé), /şʅ21/ p our l ’objet ( non-humain),
21
Voir Hopple (2003) sur la nominalisation en birman.
360
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
/gu33/ pour le locatif, / du33/ pour l ’instrument’ et /thɛ21/ pour le temporel (cf. Bradley
(2003:229)) ; e n newari de Dolakha, -gu/-ku/-u sont pour le sujet à l’aspect r éalis, -e/-a
pour les non-sujets à l ’aspect r éalis et
-iuri pour l’ aspect i rréalis (cf. Genetti
(2007:312-313, 389 -390, 403 -407)) ; e n sunwar, -ba est pour l’aspect pa rfait du verbe
intransitif e t pour le s ujet d u v erbe t ransitif, -šo pour l ’aspect i mparfait du v erbe
intransitif e t pour les non-sujets du ve rbe t ransitif (cf. DeLancey (2002:64-65)) ; e n
tibétain d e K yirong, -kē̃ est pour t out s auf le l ocatif, la destination et la source d ans
l’imparfait, -pa pour l’instrument, le patient e t cer tains ag ents d ans le p arfait et
l’imparfait négatif , -sā pour le locatif, la source, la destination et le récipient, -ʨɛ̀ pour le
patient dans le prospectif ( cf. Huber (2003)) ; et en t ibétain de Lhassa, -mkhan est pour
l’agent, -sa pour le locatif/datif, -yag pour le patient et l’instrument à l’aspect imp arfait
et -pa pour les non-agents à l’aspect parfait (cf. DeLancey (2002:61-63)).
Une au tre f amille de langues qu i ut ilisent pl us d’ un n ominalisateur e st l a famille
dravidienne 22, par exemple, en malayalam, -a pour le passé et le présent mais -um pour
le futur (cf. Asher & Kumari (1997:53-54)) et en kannada, -a pour le passé, -uva pour le
non-passé (Sridhar 1990:49).
Certaines la ngues is olats utilisent a ussi p lus d ’un nominalisateur. Le youkaguire de
Kolyma e mploie t oute u ne s érie d e nominalisateurs d ont ch acun a d es fonctions
spécifiques :
(152) Sujet : -d’e/-j(e)/-če, -l (cf. Maslova (2003a:11-12, 145, 151, 284, 288, 309, 332,
334, 418-420))
Objet : -je/-če (cf. (op.cit.:146, 486 )), -l (cf. (op.cit:421-422)), -ō(l)-de (cf.
(op.cit:424))
Locatif : -j (cf. (op.cit:423)), -l (cf. (op.cit:151, 421-422)), -ō(l)-de
Temps : -de (cf. (op.cit:425))
Possesseur : -j, -l (cf. (op.cit:423-424))
En u rarina, t rois nominalisateurs s ont e mployés : -i pour l ’absolutif ( cf. Olawsky
(2006:321-322)), -era pour l’ ergatif ( cf. ( op.cit.:322-323)), et -nakaʉrʉ pour l ’unique
argument du verbe intransitif (cf. (op.cit.:324-325)), par exemple (op.cit.:322, 326) :
22
Voir Krishnamurti (2003:333-341, 348-357, 444-446) pour plus de détails.
361
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(153) kiitɕa
kwaaʉna-ʉr-i
itahe-ri-tɕãʉ=ni
[1sg-only creat-PL-NOM Obj ] destroy-IRR-1sg/A=ASS
‘I will destroy those which I have created.’
(154) katɕa ki-ʉr-era
bakaʉa-kʉrʉ
man eat-PL-AG Indio-PL
‘the indios who ate people’
(155) sãata marta kahe tʉrʉ-nakaʉrʉ
katɕa-ʉrʉ=te asejte baha-e
PLN
from arrive-those.who man-PL=FOC oil
ask-3ps/E
‘The people who came from Santa Marta asked for oil.’
À noter aussi que le pluriel ʉr en (153) et (154) se trouve devant les nominalisateurs -j et
-era, mais est absent avec -nakaʉrʉ en (155).
Deux langues que chua ut ilisent r espectivement trois nominalisateurs : -q pour le s ujet,
-na pour les no n-sujets à l ’aspect irréalis et -sha pour les non-sujets à l ’aspect r éalis e n
quechua d’Huallaga (cf. Weber (1989:281)), et -q pour le sujet, -sqa pour les non-sujets à
l’aspect parfait et -na pour les no n-sujets à l’aspect imparfait en quechua de Cuzco (cf.
Lefebvre et Muysken (1988:167)). En plus, en quechua de Cuzco, dans la PRpré, le sujet
peut optionnellement porter le génitif et le verbe non-fini le possessif (op.cit :186) :
(156) runa -q qulqi -Ø qu -sqa -n warmi -man
man GE money CA give NOM 3 woman to
the woman to whom the man gave the money
(157) ruan -Ø qulqi (-ta) qu -sqa -n warmi
-man
man NO money AC give NOM 3 woman
to
the woman to whom the man gave the money
À noter au ssi q ue s i le s ujet est marqué par le g énitif, l’objet d irect r este s ans marque,
comme en ( 156) ; s i le s ujet es t marqué par le n ominatif, r éalisé e n zér o, l’objet d irect
peut être marqué par l’accusatif ou rester toujours sans marque casuelle, comme en (157).
Toutefois, en quechua d’Huallaga, le sujet n’est jamais marqué par le génitif, même si le
possessif su r l e verbe n on-fini est t oujours o bligatoire ( Weber 1989: 280, no us
soulignons) :
362
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(158) [Qam maqa-sha-yki] runa sha-yka:-mu-n.
you
hit-sub-2P
man come-impfv-afar-3
‘The man whom you hit is coming.’
De façon s imilaire au x langues q uechua, d ans l a P Rpré des langues turques, en cas d e
relativisation des positions autres que le sujet, le sujet peut être éventuellement ma rqué
par le génitif et l a f orme v erbale n on-finie par le p ossessif, ce q ui d onnera quatre
possibilités. La première est incarnée par le turc moderne standard (Kornfilt 2005b:515,
nous soulignons) 23 :
bu eski kitap i
(159) [Oya-nın kütüphane-den e i çal-diğ-ı] IP=AgrP
Oya-GEN. library-Abl.
Steal-F(active)N(ominalization)-3.sg. this old book
‘this old book that Oya stole from the library’
(160) [var-dığ-ımız] IP=AgrP yer
arrive-FN-1.pl.
place
‘the place where we arrive(d)’
Le s ujet, s ’il e st présent d ans la P R, es t m arqué par le génitif et la f orme v erbale
non-finie par le possessif.
La d euxième p ossibilité es t marquer le s ujet avec le nominatif o u le g énitif et le verbe
non-finie d e l a P R av ec l e p ossessif, co mme en azéri (Schönig 1998a :258, no us
soulignons) :
(161) men yazajaɣïm mektub ‘the letter I shall write’
En (161), le sujet men est à la forme nominative, mais le verbe porte toujours le possessif
-(I)m, réalisé en -ïm en l’occurrence.
La troisième possibilité consiste à ne marquer ni le sujet par le génitif ni la forme verbale
non-finie par le p ossessif, co mme en o uzbek (Schönig 1992 -93:329, c ité da ns Kornfilt
2005b:515) :
23
Voir la même référence pour plus de détails sur la PRpré non-finie dans les langues turques.
363
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(162) [men qil-gan] IP=Asp
isloh
I
do-P(=[Aspectual] Participle) reforms
‘(the) reforms which I have made’
et également en azéri (cf. Idem.).
L’ouzbek utilise un autre marquage. Il s’agit de marquer le sujet par le génitif et le nom
tête par le possessif, en laissant le verbe de la PR sans marque (Raun 1969:199, cité dans
Kornfilt 2005b:516, nous soulignons) :
(163) [men-iŋ gapir-gan] IP=AspP gap-im
I-Gen. say-P
word-1.sg.
‘the word(s) I said’
Le kazakh (cf. Kirchner (1998a:328)), le kirghize (cf. Aydɪn (2006:317)) et le noghay (cf.
Csató & K arakoç (1998:340)), à l ’instar d e l ’ouzbek, u tilisent aussi les d eux d erniers
marquages.
Les la ngues mo ngoliques, ap partenant au ssi à l a f amille a ltaïque, co mme les langues
turques, m anifestent av ec celles-ci, à la fois d es s imilitudes et d es d ifférences. E n
bouriate, pour les PRprés non-sujet, le sujet est marqué par le g énitif, à savoir shinii en
(164), aldar-ai en (165)24, ma is le nom t ête peut être marqué, soit par rien du t out azhal
en (164), soit par le possessif tülxyüür-iiny en (165) soit par le réflexif zhel-ee en (166)
(Skribnik 2003:125-126, nous soulignons) :
(164) (part.fut.) ene shinii xe-xe azhal beshe geeshe ‘this is not a work you can do’
(165) (part. perf. + px 3p.) aldar-ai baryaad bai-han tülxyüür-iiny multarshaba ‘the key
that Aldar had held fell down’
(166) (part. p erf. + rx ) hurguuli düür ge-hen z hel-ee hanabab ‘I r emembered t he y ear
when I graduated from the school’
Si le nom t ête n ’est p as p résent, l a marque cas uelle q u’il p ourrait p orter es t a ttachée
directement à la forme verbale non-finie, -iiyi pour l’exemple suivant (op.cit.:126, no us
soulignons) :
24
Le sujet n’est pas exprimé explicitement en (166).
364
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(167) (part. p erf. Acc.) biden-ei shana-h-iiyi tere ed ixeyeeshye h anaagüi ‘he d id no t
even want to eat what we cooked’
En khalkha, le sujet dans la PRpré porte toujours le génitif, à savoir, -ï en l’occurrence,
mais n i le v erbe non-fini ni le n om t ête n e s ont marqués ( Svantesson 2003: 172, no us
soulignons) :
(168) (gen. + part. hab) oxin-ï öms-dög gutal ‘the boots that the girl usually wears’
(169) (gen. + p art. f ut.) oxin-ï nom ögö -x xü n ‘the man t o w hom t he g irl w ill g ive a
book’
Des car actéristiques s imilaires s ont r etrouvées dans u n au tre g roupe de l a famille
altaïque, à savoir, le groupe toungouse. Par exemple, en even, le sujet de la PR est sans
marque t andis q ue l e v erbe n on-finie p orte l e p ossessif en acco rd av ec le s ujet
(Malchukov 1995:21, 35) :
(170) etiken maa-ča-n
bujun
old man kill-PERF PART-3SG reindeer
‘the (wild) reindeer, whom the old man killed’
(171) [etiken e bi-če-n]
d’uu
old man be-PERF PART-3SG house
‘the house, where the old man has been’
et aussi en evenki (Bulatova & Grenoble 1999:58) :
(172) ǯa:-l-ti
bi-ǯǝ-ri:-lǝ:-tin
tima:tna mit
ŋǝnǝ-ǯǝŋǝ:-t
relative-PL-POSS.1PLin be-IMPR-P.SIM-LOC-3PL tomorrow 1PLin go-FUT.1-1PLin
‘Tomorrow we will go [to the place where] our relatives live’
À no ter q u’en (172), le cas locatif -lǝ: précède le possessif -tin. En fait, l ’evenki utilise
d’autres marquages qui sont plus complexes (Nedjalkov 1997:24, 25, 33) :
(173) baka-na-l-tyn
oro-r
find-part-pl-3pl.poss reindeer-pl
‘the reindeer which were found by them’
365
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(174) Bu iche-re-v
baka-na-l-va-tyn
oro-r-vo.
we see-nfut-1pl.exc find-part-pl-accd-3pl.poss reindeer-pl-accd
‘We saw the reindeer which had been found by them.’
(175) Hute-l iche-re-0
agi-duk eme-d’eri-l-ve
beje-l-ve.
child-pl see-nfut-3pl forest-abl come-part-pl-accd man-pl-accd
‘The children saw the men (who were) coming from the forest.’
En (173), le pluriel dans la forme verbale non-finie -l s’accorde avec le -r du nom tête, et
le sujet est exprimé par le possessif -tyn. (174) e st similaire à ( 173) à cec i près que -va
dans le verbe non-fini e t -vo dans le nom t ête expriment la r éflexivité, ce q ui veut dire
que la chaîne -va-tyn correspondrait au pronom possessif réfléchi ‘leur propre’. Le même
morphème se trouve réalisé en -ve en (175). La raison pour laquelle le possessif n’est pas
utilisé en (175) c’est que la position relativisée est le sujet, ce qui n’est pas sans rappeler
ce qui se passe en turc en cas de relativisation du sujet (Rose 1999:45, nous soulignons) :
kitabı
(176) Büronun üzerinde bulunan
sur le bureau
se trouver-an livre-ACC
Prends le livre qui se trouve sur le bureau.
al.
prends
À comparer (op.cit.:53, informatrice, nous soulignons) :
(177) Bana
vereceğim
kitabı
okuyacağim.
moi-DIR donner-acak-SP2S livre-ACC lire-INT-SV1S
Je lirai le livre que tu me donneras.
(178) on-un
Haşan-ın
kitab-ın-ı
ver-diğ-i
PRO3S.-GEN. Hasan-GEN. livre-POSS3S.-ACC. donner-PART.-POSS3S.
kişi
personne
‘la personne à qui il a donné le livre de Hasan’
Sachant qu’ en e venki, la pr ésence du morphème de r éfléchi n’est pa s obligatoire
(Nedjalkov 1997:268) :
(179) D’u-la
eme-che beje gun-e-n
house-all come-part man say-nfut-3sg
‘said a man who came home.’
366
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
Dans certaines langues indo-aryennes, la forme v erbale non-finie s’accorde en genre et
en nombre avec le nom tête, par exemple en marathi (Pandharipande 1997:90) :
(180) tū pāṭhawlelī
sāḍī
surekh
āhe
you send-pst.part-sf saree-sf beautiful is
‘The saree which you sent is beautiful.’
(181) mī rāhāt
aslela
ghar
khüp dzuna āhe
I live-pres he-pst.part-sn house-sn very old
is
‘The house in which I am living, is very old.’
(182) tyāne āmāntraṇ patrikā dilelī
sagḷī māṇsa
lagnālā
he-ag invitation card give-pst.part-pl all-pl.n people-pl.n wedding-that
ālī
come-pst-3pl.n
‘All t he p eople w hom he had s ent ( given) invitation car ds, h ad co me t o the
wedding.’
En mari, langue o uralienne, le s ujet es t obligatoirement marqué av ec le g énitif
(Matsumura 1981:45) :
(183) Čavajn -ǝn 1930 ij-ǝšte tide pölem-ǝšte tide pera dene joltaš-ǝž-lan
-gen
year-loc this room-loc
this pen with friend-3s-dat
voze-n
koltǝ-mo serǝš-ǝže
write-ger send-OP letter-3s
‘the letter which Chavain wrote to his friend with this pen in this room in 1930’
(184) Čavajn -ǝn 1930 ij-ǝšte tide pölem-ǝšte tide pera dene joltaš-ǝž-lan
-gen
year-loc this room-loc
this pen with friend-3s-dat
kužu serǝš-ǝm voze-n
koltǝ-mo joltaš-ǝže
long letter-acc write-ger send-OP friend-3s
‘the friend t o w hom C havain w rote a l ong letter w ith t his pe n in t his r oom in
1930’
(185) Čavajn -ǝn 1930 ij-ǝšte tide pölem-ǝšte joltaš-ǝž-lan kužu serǝš-ǝm
-gen
year-loc this room-loc
friend-3s-dat long letter-acc
voze-n
koltǝ-mo pera-že
write-ger send-OP pen-3s
‘the p en w ith which C havain w rote a l ong letter to hi s friend in t his r oom i n
1930’
À partir d es constatations précédentes, nous pouvons d ire les c hoses su ivantes a u su jet
de la PRpré à forme verbale non-finie, souvent qualifiée de « nominalisée ». Le sujet de
367
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
la PRpré non-fini peut être marqué par le génitif, comme dans certaines langues turques,
quechua, et ouraliennes. En rapport avec cela, le verbe non-fini peut porter le possessif.
En plus, il peut y avoir encore d’autres marques du type nominal, comme le pluriel et les
cas. Cela étant, le verbe non-fini conserve encore bien des caractéristiques verbales, par
exemple, la p ossibilité d e s ’accorder av ec ses arguments, a utrement d it, l a s tructure
argumentale reste intacte, et la possibilité d’exprimer dans une certaine mesure les TAM.
Si d ans la p résentation p récédente, n ous n ’avons pa s insisté s ur la r éduction de TAM
dans les ve rbes no n-finis, c ’est q ue la forme verbale non-finie e st d éfinie comme a yant
« une f lexion m oins différenciée que celles des f ormes v erbales i ndépendantes »
(Creissels 2006.vol.1:218), et ce, surtout en ce qui concerne les personnes et les TAM. Il
serait d onc t autologique d ’insister s ur la r éduction d es TAM dans les verbes no n-finis.
D’un point de vue plus général, les caractéristiques que nous avons trouvées concernant
la P Rpré à forme verbale n on-finie devraient êt re intégrées d ans les r echerches s ur la
forme verbale non-finie en général, au lieu d’être prises en compte comme relevant de la
PRpré en p articulier. E n ef fet, ces car actéristiques s ont l argement d iscutées d ans les
études s ur l a n ominalisation, do nt C homsky ( 1970), G rimshaw ( 1990, c hapitre 3) ,
Koptjevskaja-Tamm (1993), Siloni (1997), Malchukov (2004), Alexiadou, Haegeman &
Stavrou ( 2007:477-546), S erdobolskaya ( 2007), Meltzer ( 2008) et Bierwisch ( 2009).
Cela prouve que la morphologie verbale non-finie de la PRpré s’inscrit dans la typologie
générale de la forme verbale non-finie (ou de la nominalisation, plus précisément).
En r ésumé, la PRpré n’est pas intrinsèquement de la forme verbale no n-finie, mais due
plutôt à la p articularité d es l angues q ui u tilisent l a forme v erbale non-finie d ans la
subordination en général. Donc, pour répondre à la question pourquoi la PRpré est de la
forme v erbale n on-finie d ans cer taines langues, n ous av ons b esoin d e r épondre à u ne
autre question, qui est celle du non-fini en général. Nous risquerions de perdre certaines
généralisations plus intéressantes en examinant la PRpré isolément sans tenir compte de
la subordination à forme verbale non-finie dans son ensemble.
368
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
5.3. Hiérarchie d’Accessibilité
La H iérarchie d ’Accessibilité, qui, aujourd’hui, fait partie intégrante de la t héorie de la
relativisation, se présente sous diverses versions. E lle est en p remier lieu mise en p lace
par Keenan & Comrie (1977:66) :
(186) Accessibility Hierarchy (AH)
SU > DO > IO > OBL > GEN > OCOMP
Here “ >” means ‘ is more acces sible t han’; S U stands for ‘ subject’, D O f or
‘direct object’, I O for ‘ indirect object’, O BL for ‘major o blique cas e N P’ ( we
intend h ere N Ps t hat ex press ar guments of t he main p redicate, … r ather than
ones h aving a more a dverbial function …) , G EN s tands for ‘ genitive’ ( or
‘possessor’) NP… and OCOMP stands for ‘object of comparison’…
À la s uite d e cet te p remière t entative, d ’autres v ersions o nt é té p roposées, parmi
lesquelles nous devons citer celle de Lehmann (1986 et 2003). Son idée principale est de
diviser la H iérarchie e n s ous-hiérarchies afin d e mieux r endre co mpte d es différents
types de SN (Lehmann 1986:668) :
(187)
subject/absolutive
direct object/ergative
indirect object
~ local complement
possessive
~ temporal complement attributive
other complements
standard of
comparison
adjuncts
prepositional attribute
Tableau 5.4. Hiérarchie d’Accessibilité de Lehmann (1986)
Cette sous-hiérarchisation es t justifiée p ar ailleurs p ar d es études s ur l’accessibilité d es
arguments dans les constructions complexes (cf. Cole et al. (1977)).
Une façon simple, si ce n’est simpliste, de représenter la Hiérarchie d’Accessibilité, c’est
de faire r essortir manifestement les t rois p remières p ositions e n r egroupant toutes l es
369
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
autres en oblique, par exemple (Croft 1990:109)25 :
(188) NP Accessibility Hierarchy
subject < direct object < indirect object < oblique
If a n N P on the acces sibility hierarchy is acce ssible t o relativisation in a
language, t hen a ll N Ps h igher o n the h ierarchy are a lso acces sible t o
relativisation.
Il f aut f aire remarquer q ue cet te h iérarchie s ’applique mieux au x langues a ccusatives
qu’aux langues ergatives, les l angues ergatives les p lus problématiques étant celles qui,
comme le dyirbal, relativisent l’unique argument nucléaire de la construction intransitive
U et l’argument patientif de la construction transitive P, mais pas l’argument agentif de la
construction t ransitive A ( cf. Dixon (1994:169-170) et Murasugi (1997:273-274))26. Par
conséquent, po ur mieux r endre compte des langues ergatives, la Hiérarchie devrait êt re
plutôt :
(189) U 27 ≥ A/P ≥ P/A ≥ DAT ≥ autres 28
La position la plus accessible est U. Une position quelconque est toujours autant
ou plus accessible que les positions à sa droite.
Nous adoptons donc cette version pour la suite de notre étude. 29
Dans la même é tude de ( 1977), Keenan & C omrie proposent au ssi d es co ntraintes s ur
l’accessibilité (op.cit.:67, 68) :
(190) The Hierarchy Constraints (HCs)
1. A language must be able to relativize subjects.
2. Any RC-forming strategy must apply to a continuous segment of the AH.
3. St rategies that apply at one point of the AH may in principle cease to apply at
25
Une autre possibilité, quelque peu différente de celle-ci, est proposée par Whaley (1997:264) :
(i ) Subject > Direct Object > Oblique > Possessor
La différence entre la version de Whaley et celle de Croft réside dans le regroupement des positions grammaticales autre
que le sujet et l’objet direct, mais quoi qu’il en soit, le datif précède toujours le génitif dans la hiérarchie, entre lesquels
s’insèrent d’autres positions.
26
Voir Liao (1999) sur l’accessibilité de nombreuses langues ergatives.
27
(189) n’est pas sans rappeler l’ « Hypothèse de l’Absolutif » de Fox (1987).
28
Voir Dik (1997.vol.2, §16.4.1) pour une approche similaire.
29
Selon M anaster-Ramer (1979) et D ik ( 1997.vol.2, § 16.4), l ’accessibilité serait s ensible à d ’autres f acteurs, t els q ue
l’animacie, le syncrétisme casuel et topicalité.
370
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
any lower point.
(191) The Primary Relativization Constraint (PRC)
1. A language must have a primary RC-forming strategy.
2. If a primary strategy in a given language can apply to a low position on the AH,
then it can apply to all higher positions.
3. A primary strategy may cut off at any point on the AH.
La s tratégie
principale
(i.e. «
primary R C-forming s trategy ») e st d éfinie
ainsi (op.cit.:67-68) :
(192) a primary strategy (in that language) … can be used to relativize subjects
Cena (1979) montre que la deuxième contrainte de (190) est problématique vis-à-vis des
données tagalogs tandis que Cinque (1981) remet en question la PRC (191) à l’appui des
données i taliennes. Nous e ssaierons de c onfronter (190) et ( 191) au x d onnées d es
langues à PRpré.
Concernant l ’accessibilité, la p lupart d es l angues à P Rpré ont u ne large gamme d e
positions acce ssibles à la r elativisation, n on moins q ue l’anglais o u le français, i.e. à
partir de s U /A/P jusqu’aux cer tains o bliques (y c ompris le p ossesseur). Voir Hewitt
(1979) sur l’abkhaze, Coupe (2007:226-227) sur l’ao de Mongsen, Bruce (1984:106) sur
l’alamblak, Wu (2007:95-100) sur l’amharique, Doornenbal (2009:201) sur le bantawa,
de Rijk (1972a:118-123) et Oyharçabal (2003, §4.10.3.1.5) sur le basque, Tiffou & Patry
(1995) s ur l e bourouchaski, T agashira ( 1972:216-224) e t S ohn ( 1994:67-68) s ur l e
coréen, Cain & Gair (2000:36) sur le divehi, Malchukov (1995:34) sur l’even, Nedjalkov
(1997:40, 42, 56 -57) s ur l’evenki, P ost (2007a, §6.1.2.2.5, §14.1.3.3, §15.3.1.3.) s ur le
galo, Tatevosov (1996c:211-217) sur le godoberi, Hewitt (1987:187-189) sur le géorgien,
Wu (2007:103-106) sur le japonais, Sridhar (1990:56-58, 60-62) sur le kannada, Watters
(2002:201-211) sur l e k ham de T akale, P eterson ( 2003:421-422) s ur l e lai d e H akha,
Khalilova ( 2009:350-354) s ur le k hwarshi, L acroix ( 2009:756-758) s ur l e laze,
Haspelmath ( 1993:340) s ur l e lezguien, A sher & K umari ( 1997:58-68, 75 ) s ur l e
malayalam, H ildebrandt ( 2004, §5.2) s ur le manange, A ikhenvald ( 2008:469, 475 -477)
sur le manambu, P andharipande ( 1997:89-98) s ur le marathi, M atsumura ( 1981) s ur le
371
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
mari, Wu ( 2006) s ur le mandarin, B hat & N ingomba ( 1997:280-281) sur l e m eithei,
Genetti ( 2007:312-313) s ur l e n ewari de D olakha, L oughnane ( 2009:197-198) s ur
l’oksapmin, LaPolla & H uang ( 2003, § 5.2) s ur le q iang, W u ( 2007:106-108) s ur le
quechua de Cuzco, Weber ( 1983, chapitre 3 et 1989, §13.1) sur le quechua d’Huallaga,
LaPolla ( 2008:801-802) s ur l e r awang, K elly ( 2004, §5.6) s ur l e sherpa, G air
(2003:808-809) et Gair & Paolillo (1997:54) sur le singhalais, Mazaudon (à apparaître:8)
sur le t amang, La kshmanan ( 2000:592) s ur l e t amoul, H uber ( 2003) s ur l e t ibétain de
Kyirong, Mazaudon (1978) sur le t ibétain de Lhassa, Kornfilt (1997a, §1.1.2.3.7) sur le
turc, et Maslova (2003a:416-427) sur le youkaguire deb Kolyma.
Nous n’avons trouvé que trois langues pour lesquelles l’accessibilité est très réduite. En
amis (cf. Wu (2003)) et en tsou (cf. Zeitoun (2005:273)), seul le sujet est accessible, mais
la co ntrainte r elève p lutôt d e l a t endance d es langues au stronésiennes en g énéral ( cf.
Keenan & Comrie (1977 et 1979) et Comrie (2003)). La t roisième langue e st l’urarina,
qui ne peut relativiser que U, P et A (Olawsky 2006:322, 326) :
(193) kiitɕa
kwaaʉna-ʉr-i
itahe-ri-tɕãʉ=ni
[1sg-only creat-PL-NOM Obj ] destroy-IRR-1sg/A=ASS
‘I will destroy those which I have created.’
(194) katɕa ki-ʉr-era
bakaʉa-kʉrʉ
man eat-PL-AG Indio-PL
‘the indios who ate people’
(195) sãata marta kahe tʉrʉ-nakaʉrʉ
katɕa-ʉrʉ=te asejte baha-e
PLN
from arrive-those.who man-PL=FOC oil
ask-3ps/E
‘The people who came from Santa Marta asked for oil.’
Il y a d’autres positions inaccessibles dans certaines langues. Par exemple, en evenki, le
possesseur n ’est p as acces sible à l a P Rpré, ma is l’est à la P Rpost (cf. Nedjalkov
(1997:42)) ; e n g odoberi, l es o bliques r égis p ar u ne po stposition ne s ont p as
relativisables ( cf. Tatevosov (1996c:215)) ; et en a lamblak, t outes les p ositions sauf le
comitatif et l’objet de comparaison sont accessibles (cf. Bruce (1984:106)).
D’autre part, certaines langues à PRpré peuvent relativiser des positions inaccessibles en
anglais o u e n français. P ar e xemple, l’exemple géorgien (196) ( Hewitt 1987: 189) e t
l’exemple lezguien ( 197) ( Haspelmath 1993: 342) relativisent le s tandard d e la
372
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
construction de comparaison :
(196) e-s k’ac-i
rom i-m-a-ze upro maɣal-i-a, i-s kal_i
this man=NOM
than=her more he=is=tall that woman=NOM
v-nax-e
I=saw=her=AOR
‘I saw that woman than whom this man is taller’
(197) Wiče-laj
Šahdağ
q’aq’an tir
dağ
hina
awa?
[self-SREL Šahdağ
high
COP:PTP] mountain where be.in
‘Where is the mountain that Šahdağ (4243m) is taller than?’
Certains a ffirment que l a P Rpré n on-finie es t m oins acce ssible, car e lle es t souvent
limitée au sujet (cf. Downing (1978:396), Lehmann (1986:672), Dik (1997:56-57), Song
(2001:213, 232) et Krause (2001:26)). Cela s’est révélé erroné d’après nos données.
Nous f aisons r emarquer a ussi que c ertaines l angues manifestent l ’alignement
ergatif-absolutif dans la relativisation, ce qui justifie la hiérarchie (189), repris ci-dessous
(198) U ≥ A/P ≥ DAT ≥ autres (= (189))
Par exemple, en abkhaze, yə̀ est utilisé pour l’absolutif (Hewitt 1987:201) :
(199) r-c’a-y°ə̀-s
yə̀- q’a w
a-pħə̀s
də- y- də̀r- wateacher=ADV who be NON-FIN (STAT.PRES) the=woman her he knowDYN
yt’
FIN (PRES)
‘He knows the woman who is a teacher.’
(200) a-xàc’a yə̀y- ba- (k°a-) z
à-ħ°sa
(Ø-)
the=man whom he see PL
NON-FIN (PAST INDEF) the=women them
z-də̀r-wa-yt’
I [sic.]
‘I know the women whom the man saw’
et zə̀ pour les autres positions (Creissels 2006.vol.2:243) :
(201) a-šwqw’ǝ̀
zǝ-y-tà-z
a-pħwǝ̀ s
DEF-livre REL-s3s-donner-VNF DEF-femme
‘la femme à qui il a donné le livre’
373
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(202) zǝ̀ -da
w-aa-z
a-waywǝ̀
REL-sans s2s-venir-VNF DEF-homme
‘l’homme sans lequel tu es venu’
(203) zǝ-kw’ǝt’ǝ̀ meràb yǝ-ʒá-z
a-pħwǝ̀ s
REL-poulet Merab s3s-voler-VNF DEF-femme
‘la femme dont Merab a vole le poulet’
De m ême, en u rarina, q ue n ous av ons c ité p lus haut en ( 193)-(195), -i est u tilisé p our
l’absolutif ( cf. Olawsky (2006:321-322)), -era pour l ’ergatif ( cf. ( op.cit.:322-323)), et
-nakaʉrʉ pour l’unique argument du verbe intransitif (cf. (op.cit.:324-325)).
Quant aux contraintes (190), reprises ci-dessous :
(204) The Hierarchy Constraints (HCs) (= (190))
1. A language must be able to relativize subjects.
2. Any RC-forming strategy must apply to a continuous segment of the AH.
3. Strategies that apply at one point of the AH may in principle cease to apply at
any lower point.
La p remière est c onfirmée, avec les deux langues relativisant uniquement le sujet étant
l’amis et tsou, citées déjà plus haut. En revanche, no us avons t rouvé un contre-exemple
vis-à-vis de la d euxième co ntrainte. I l s ’agit d u tchéchène, car i l o blige le p ronom
résomptif seulement pour le datif (Komen 2007:2) :
(205) [Shiena i
Kilaaba
dika laatta
della
volu]
stag
3S.RFL-DAT Caleb-ERG good land-ABS D-give-NRPS V-REL person-ABS
as
dwaatettira
1S-ERG away.push-RFPS
I rejected the person i [to whom i Caleb gave good land].
Quant à la troisième, elle est confirmée aussi par les langues à PRpré.
Concernant les contraintes (191), répétées en (206) :
(206) The Primary Relativization Constraint (PRC) (= (191))
1. A language must have a primary RC-forming strategy.
2. If a primary strategy in a given language can apply to a low position on the AH,
then it can apply to all higher positions.
374
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
3. A primary strategy may cut off at any point on the AH.
La première est juste. Plus précisément, la stratégie principale (i.e. celle qui relativise le
sujet/absolutif) de s langues à P Rpré à notre disposition e st t oujours le t rou s yntaxique.
Certaines au tres langues, co mme les l angues chinoises, le b asque et le t amoul u tilisent
aussi le complémenteur tandis que les autres la marque zéro, i.e. sans relativiseur du tout.
En p lus, b eaucoup d e langues u tilisent le marquage v erbal, car , co mme nous l’avons
présenté d ans la se ction p récédente, el les o nt l a P Rpré à f orme v erbale non-finie. La
deuxième contrainte est confirmée aussi. En effet, selon nos données sur la PRpré, si une
langue utilise le trou pour les positions basses, les positions plus hautes sont relativisées
aussi avec le t rou s yntaxique 30 ; s i le marquage verbal e st l a s tratégie d es o bliques, i l
l’est a ussi po ur l es a rguments ; e t l’utilisation o u n on d u r elativiseur es t co nstant, i .e.
sans r apport av ec la p osition r elativisée. N ous confirmons é galement la t roisième
contrainte. L e m arquage verbal et l ’utilisation d u r elativiseur traversent t outes les
positions acces sibles, m ais le t rou s yntaxique p eut s ’arrêter ou b ien à l’objet d irect,
comme en amharique et en t igré, ou bien au datif, comme en mandarin et en cantonais,
ou bien aux obliques, comme en afar (Voir §4.2.7).
En résumé, la PRpré des langues à notre disposition confirme grosso modo la Hiérarchie
d’Accessibilité et les contraintes reliées, malgré des exceptions mineures. De ce point de
vue, la PRpré n’a rien de vraiment exceptionnel par rapport aux autres types de PR.
5.4. Nature catégorielle du nom tête
Dans cet te s ection, n ous ex aminons t rois t ypes de n om t ête s usceptibles d e s uivre la
PRpré, i.e. le nom t ête nominal, le nom tête pronominal et le nom tête nul. 31 Nous nous
voyons da ns l’obligation de faire remarquer que dans les langues a yant plus d’un t ypes
de PRs, dont la PRpré, la nature catégorielle du nom tête de la PRpré peut être différente
de ce lle des autres types de PR. Nous nous limitons aux faits concernant la PRpré sans
prétendre que la conclusion basée sur la PRpré puisse se généraliser aux autres types de
30
31
Voir Cinque (1981) pour des contre-exemples italiens.
Voir Citko (2001) pour une typologie sur la nature catégorielle du nom tête à la base des données polonaises.
375
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
PR.
Il est universellement admis que toutes les langues po ssédant la PR ut ilisent SN comme
nom tête. Jusqu’à présent, aucune langue n’a été déclarée comme interdisant le nom tête
nominal. La non-existence de ce t ype de langue est facile à co mprendre, puisque la PR
existe p ar r apport à SN du n om t ête. N ous faisons da vantage a ttention à la po ssibilité
pour l e nom pr opre d’ occuper l a fonction de n om t ête. En effet, l a P R a yant u n no m
propre comme no m t ête est souvent no n-restrictive. Nous avons déjà e xpliqué comment
et p ourquoi la P Rpré p eut êt re r estrictive et n on-restrictive d ans le c hapitre p récédent.
Les e xemples d e P Rpré av ec u n n om t ête d u type no m p ropre c onstituent u n a utre
argument en faveur de notre point de vue selon lequel la PRpré n’est pas nécessairement
restrictive.
Quant à la P R à nom t ête zér o 32, il nous s emble important d e d ifférencier d eux cas d e
figure 33, illustrés par l’anglais et le mandarin :
(207) I know (*the thing/*the story) what he said
(208) wo liaojie
ta shuo de
(dongxi/hua/shenme)
1SG savoir, connaître 3SG dire COMP chose/parole/PRO.INTERR-INDEF
Nom tête zéro : ‘Je connais ce qu’il a dit.’
Nom tête dongxi : ‘Je connais la chose qu’il a dite.’
Nom tête hua : ‘Je connais la parole qu’il a prononcée.’
Nom tête shenme : ‘Je sais ce qu’il a dit.’
En (207), la P R anglaise à nom tête zéro est introduite par un élément-qu. En aucun cas
est-il p ossible d ’y r éintroduire u n no m t ête nominal ; t andis q u’en (208), t iré du
mandarin, la P R pe ut a voir un n om t ête n ul, o u un nom générique o u spécifique, o u
encore un élément-qu, autrement dit, il s’agit plutôt d’un cas d’ellipse. Sémantiquement,
(207) p eut ê tre i nterprété c omme u ne interrogative indirecte, ma is ( 208) n e p eut l’être
que s i le nom t ête es t le p ronom interrogatif-indéfini shenme. Ces d ifférences, à notre
avis, seraient dues à la présence obligatoire
..
.
.
..
.
.
.
.
.d’un élément-qu en (207), mais non en (208).
32
Voir Mallinson & Blake (1981, §5.4), Alexiadou et al. (2000a, §3.2), Givón (2001, §14.3.7), Kroeger (2005a, §12.5.5)
et Dryer (2007b:197-200) pour des présentations sur les PRs sans nom tête explicite.
33
À noter que Grosu (2002a) et Kroeger (2005a, §12.5.5) différencient la PR sans nom t ête ( ou à nom tête om is, voi r
ci-dessous) et l a P R li bre, comme le s P Rs in troduites par what en a nglais. Mais voi r a ussi Grosu (2002b e t 20 03) pour
une analyse unitaire des deux types de PR « sans nom tête ».
376
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
Étant d onné q ue la P Rpré n’emploie jamais le pronom r elatif homonyme av ec les
éléments-qu, l e t ype d e P Rpré à n om t ête n ul devrait r essembler à ( 208), i .e. avec u n
nom tête omis, mais pas vraiment nul.
Par « nom t ête p ronominal », no us e ntendons p ronom p ersonnel, mais non p ronom
démonstratif. En effet, il est chose banale de constater que la même forme pronominale
peut f onctionner e n t ant que pr onom pe rsonnel de l a t roisième p ersonne et p ronom
démonstratif. WA LS donne les six catégories suivantes avec des exemples de langues à
PRpré dans chaque catégorie :
(209) Aucun r apport entre le pronom personnel de la t roisième p ersonne et le pronom
démonstratif : a ïnou, b irman, e venki, ingouche, j aponais, k hoekhoe, k obon,
coréen, lahu, mundari, naga (Mao), youkaguire de Kolyma
(210) Identité totale o u partielle entre le pronom personnel de la t roisième personne et
le pr onom dé monstratif : ambulas, b asque 34, d igaro, h unzib, k halkha, m arathi,
meithei
(211) Identité totale o u partielle entre le p ronom personnel de la t roisième personne et
le pronom démonstratif éloigné : athpare, bourouchaski, limbu, turc
(212) Identité totale o u partielle entre le p ronom p ersonnel de la t roisième personne et
le pronom démonstratif non-éloigné : asmat, tchouvache, lezguien
(213) Identité totale o u p artielle entre le p ronom p ersonnel d e la t roisième p ersonne
non-humain et le pronom démonstratif : mandarin, quechua d’Imbabura
(214) Identité de marque de genre entre le pronom personnel de la troisième personne et
le pronom démonstratif : alamblak
La raison po ur laquelle nous nous concentrons sur le s noms t ête p ronominaux du t ype
pronom pe rsonnel est q ue, comme p our le nom t ête d u type nom p ropre, la P R à nom
tête du type pr onom pe rsonnel est s ouvent non-restrictive. Le f ait q ue l a P Rpré d e
certaines langues autorise le pronom personnel comme nom tête montre davantage que la
PRpré n’est pas nécessairement restrictive.
Faute de données co mplètes, nous sommes contraint de faire confiance simplement aux
documents à notre disposition. Au cas où aucune mention explicite n’est faite quant à la
nature catégorielle du nom tête, notre description sera limitée aux exemples illustratifs.
Les données des langues à PRpré à notre disposition nous donnent le résultat suivant :
34
Ce qui n’est pas le cas dans certains dialectes basques, voir Rebuschi (2004, §3.1.1) pour plus de détail.
377
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(215) langues à t rois t ypes d e nom t ête : akhvakh ( Creissels, c. p .), am harique
(informatrice et Hudson (1997:482-483)), japonais ( informatrice), lezguien ( cf.
Haspelmath (1993, c hapitres 14, 19 )), malayalam ( cf. Asher & Kumari
(1997:41-44, 57-58, 71, 74) et Krishnamurti (2003:446)), mandarin, marathi ( cf.
Pandharipande (1997:73-74, 84, 86)), meithei (cf. Bhat & Ningomba (1997:282)),
mundari ( cf. Osada (2008:149)), qiang ( cf. LaPolla & H uang (2003:224, 228 )),
quechua d e C uzco ( informatrice), t élougou (cf. Krishnamurti (1998:234 et
2003:445-446))
(216) langues à n om t ête nominal et pr onominal : bourouchaski (cf. Tiffou & P atry
(1995:356))
(217) langues à n om t ête nominal et o mis : afar (cf. Bliese (1981:30)), alamblak ( cf.
Bruce (1984:91, 106-115)), ao de Mongsen ( cf. Coupe (2007:227-229)), apatani
(cf. Abraham (1985:130-133)), bantawa ( Doornenbal 2009: 198, 200 -202),
belhare ( cf. Bickel (2003:558)), bo uriate (cf. Skribnik (2003:126)), dul ong ( cf.
LaPolla (2003b:681)), evenki (cf. Nedjalkov (1997:24-26, 37-38)), g alo ( cf. Post
(2008a)), kham (cf. Watters (2002:201, 205)), khwarshi (cf. Khalilova (2009:214,
281, 407 -408)), laze ( cf. Lacroix (2009:758-759)), m anambu ( cf. Aikhenvald
(2008:468-475)), newari de D olakha ( cf. Genetti (2003:369 et 2007:129, 392 )),
newari de Kathmandu ( cf. Hargreaves (2003:379)), o ksapmin (cf. Loughnane
(2009:196-199)), q uechua d ’Huallaga ( cf. Weber (1983:46-49 et 1989:181,
282-283)), s herpa ( cf. Kelly (2004:270)), t amang (cf. Mazaudon (1978:407-409
et 2003:300)), t ibétain littéraire (cf. DeLancey (2003b:276)), t igré (cf. L eslau
(1945, §51) e t Palmer (1961)), t shangla (cf. Andvik (2003:450)), turc
(informatrice), u rarina ( cf. Olawsky (2006:321, 322, 324 -325)), y oukaguire de
Kolyma ( cf. Maslova (2003a:416-427)), youkaguire de T undra (cf. Maslova
(2003b, §4.4.1, §4.5))
Voici que lques e xemples de langues a yant les t rois t ypes d e n om t ête, en am harique
(informatrice, Leslau 1995:88) :
(218) yä-näggäräňň
essu/desta
COMP.-dire.PARF.S3S.O1S. PRO3S./Desta
‘lui/Desta (,) qui m’a dit’
(219) yänäggäräňň ‘he who told me’
en lezguien (Haspelmath 1993:341, 342, 251) :
(220) meq’i-la zurzu-n
akat-nawa-j Saša
[Ø(SREL) cold-ADV shiver-MSD come-PRF-PTP] Saša
‘Saša, who was shivering from cold (lit. under whom shivering had come)’
378
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(221) Paltu ala-j
za-z
penžek ala-j
wa-laj
meq’i-zwa
[coat be.on-PTP] I-DAT [jacket be.on-PTP] you-SREL cold-IMPF
‘I am colder in a coat than you in a jacket’ (Lit. ‘I in a coat…’)
(222) Gar.u
ğa-ji-di
gar.u
xutax-da.
[wind(ERG) bring-AOP-SBST.SG] wind(ERG) carry.away-FUT
‘What is brought by the wind is carried away by the wind.’
en malayalam (Asher & Kumari 1997:74, 57, 43) :
(223) sinimaanaʈanaaya
sasiir
film-actor-become/be-RP Nazir
(i) ‘Nazir who became a film actor’
(ii) ‘Nazir who is a film actor’
(224) pustakam vaayicca
niŋŋaɭ
book
read-PAST-RP you
‘you who read the book’
(225) niŋŋaɭ par̠aɲɲatine
ɲaan
you
say-PAST-NOML-ACC I
‘I accept what you said.’
sviikarikkunnu
accept-PRES
en quechua de Cuzco (informatrice, Lefebvre et Myusken 1988:99) :
(226) suwa-wa-q
pay/Pedro
voler-O1S.-PART.
PRO3S./Pedro
‘lui/Pedro, qui me vole’
(227) suwa -wa -q
rob
1ob
AG
the one who robs me
et en qiang (LaPolla & Huang 2003:225, 228, 224) :
(228) pǝtsa-ȵi-zǝ-p-jy-tɕ
fa
just.now-ADV-DIR-buy-ASP-GEN clothes
‘the clothes just bought’
(229) nǝ-dʐǝ-m
the: tɕa-n.
sleep-able-NOM
3sg CON-sleep
‘S/he who likes to sleep late is still sleeping.’
(230) tawǝ-ta-m
le-ze
hat-wear-NOM DEF-CL
‘the person wearing a hat’
379
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
Voici d es exemples d e langues (probablement) interdisant l e no m t ête p ronominal, e n
evenki (Nedjalkov 1997:24) :
(231) baka-na-l-tyn
oro-r
find-part-pl-3pl.poss reindeer-pl
‘the reindeer which were found by them’
(232) Tar beje ulguchen-ne-n
gorolo
sa:-vuv-cha
bi-che-n.
that man tell-part-3sg.poss long.ago know-pass-part be-pst-3sg
‘What that man told has been known for a long time.’
en manambu (Aikhenvald 2008:477, 328) :
(233) [[Apatǝp-a:m
yi-du] wudiya
Yuanab
Avatip-LK+LOC go-man DEM.PROX.ADDR.REACT.TOP+pl Yuanab
kwa-na-di]
stay-ACT.POC-3plBAS.VT
‘The men who went to Avatip are here (close to you) (at) Yuanab’
(234) yawi kur-ma:r-dana-di
luku moa yet
work do-NEG.SUB-3plSUBJ.VT-3plBAS.VT steal more yet
kur-kwa-dana-di
do-HAB-3plSUBJ.VT-3plBAS.VT
‘Those who do not work steal even more’
en newari de Dolakha (Genetti 2003:369, 2007:392, 129) :
pārbati thae
sāt-ku
coŋ-an
con-a-gi
(235) ji ulistule bā͂ la-ku
1s like.this beautiful-NR1 Parbati 2hGEN side=LOC stay-PART stay-PR-1S
‘I, Parbati, who is beautiful like this, sit at your side.’
(236) [[Ø kātākāt mārāmār ha-ku] REL Ø=pen] NP
katakat maramar say-NR1=PL
‘Those who say: “karakat maramar”,’
(237) Personal pr onouns, unl ike n ouns, form a c losed lexical class. T hey al so d iffer
from nouns in that they do not appear as heads of relative clauses.
en tibétain de Lhassa (DeLancey 2003b:276) :
380
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(238) mog=mog zhim=po bzo=mkhan
momo
delicious cook=NOM
‘one who makes good momos’
(239) mog=mog zhim=po bzo=mkhan
momo
delicious cook=NOM
‘the girl who makes good momos’
bu=mo de
girl
that
et en turc (Rose 1999:25, 86, informatrice) :
(240) Kardeşimle
okuyan
Ali’yi
iyi
tanıyorum
frère-SP1S-avec étudier-an Ali-ACC
bien je connais.
Je connais bien Ali, qui a étudié avec mon frère.
(241) Sesli konuşan
benim fabrikamda çalışıyor
fort
parler-an-ABS dans mon usine
travaille
Celui qui parle fort travaille dans mon usine
(242) *Sesli konuşan
o
fort
parler.PART. PRO3S.NOM.
‘lui, qui parle fort.’
La s eule langue q ui, s elon nos d onnées, n’accepte p as l e n om t ête omis e st l e
bourouchaski (Tiffou & Patry 1995:356) :
(243) Ja akuyécum
góɣa
xat
girmína.
moi NEG.te v oir.NOM 3 toi.DAT letter.ABS ai écrit.1sg
« Toi que je n’ai pas vu depuis longtemps, je t’ai écrit une lettre ».
(244) Mo gúse
yécum
sandóqule paísa
maní.
la
femme.ERG la.voir.NOM 3 boîte.LOC argent.ABS est.3sg
« L’argent est dans la boîte que la femme a vue. »
Certaines langues m anifestent de s adaptations supplémentaires suivant l e t ype d e n om
tête. En b asque, le n om tête peut ê tre u n no m p ropre ou omis 35 (de R ijk 1 972b:153,
35
Voir Oyharcabal (2003, §4.10.3.3.) pour plus de détails sur la PR sans nom tête en basque, mais aussi Rebuschi (2001
et 2003), qui la rebaptise « semi-free relative clauses ». À noter simplement que si en basque la coordination de deux PRs
semi-libres dénote soit un individu soit deux individus (Rebuschi 2003:462) :
(i) [[Liburu.ak irakurtzen ditu.en.a]
eta [artikuluak idazten ditu.en.a]]
jakintsu da/dira
book-pl
reading
AUX+-en-sg and article-pl writing AUX+-en-sg wise
is/are
lit.: ‘The that reads books and the that writes articles is/are wise.’
en mandarin, (i) dénote nécessairement deux groupes de personnes ou deux individus, mais jamais un individu (d’après
ma propre intuition), qu’il y ait ou non un déterminant :
(ii) du shu
de
(na
ge/xie) he
du wenzhang de
381
(na
ge/xie)
hen
congming
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
Oyharçabal 2003:796) :
(245) Nik asko maite zaitudan Andone, ‘Antonia, whom I love so much’.
(246) [Eztabaidan
ibili diren]-ak(...)
belarri
zorrotzeko
discussion.LOC walk AUX.COM-DET.PL ear
sharp.REL
jendeak dira
people are
‘Those who have been discussing (...) are people of sharp ears.’
mais jamais u n p ronom p ersonnel de la p remière et d e l a d euxième p ersonne 36
(Oyharçabal 2003:787) :
(247) *[Maite zaitudan]
zurekin
ezkondu
love
have.2A/1E.COMP you.COM marry
‘I want to marry you whom I love so much.’
nahi
want
dut.
have
auquel c as, le pr onom pe rsonnel do it ê tre r emplacé pa r un pr onom dé monstratif,
hau/hauek (et les formes déclinées) pour la première personne au singulier et hori/horiek
(et les formes déclinées) pour la deuxième personne (op.cit.:788) :
(248) Zuk, Judua zarelarik
nola eskatzen
didazu edatera,
you Jew are.COMP.PRTT how ask.IMPF AUX
drink.NOM.ALL
[Samariarra naizen]
honi?
Samaritan
am.COMP this.DAT
‘How is it possible that you, being a Jew, are asking me, who am a Samaritan, for
something to drink?’
[karismarik(...) hartu ez dudan]
honek,
(249) Baina nik,
but
I.ERG charisma.PRTT take not AUX.COMP this.ERG
lehen-orainak
ditut begien
aurrean
soil-soilik
past-present.DET.PL have eyes.GEN front.LOC only
‘But I , w ho have not r eceived an y c harisma, o nly have t he p resent and t he p ast
before my eyes.’
Le japonais autorise le nom propre et le pronom comme nom tête :
lire livre COMP DEM CL/PL et lire article
COMP DEM CL/PL très
intelligent, sage
‘Ceux qui lisent des livres et ceux qui lisent des articles sont intelligents.’
36
En basque, bera est essentiellement emphatique dans les dialectes du nord (de France) alterne plus ou moins librement
avec l es d émonstratifs d ans les dialectes du S ud -- tous sont ut ilisables, m ais c elui q ui e st n on-marqué es t cel ui d e
distance III, hura à l'absolutif, mais base en s- aux autres cas.
382
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(250) sensei
ga
bengosa-re-ta
Taroo/watashi
professeur NOM. défendre-HONOR-PAS. Taroo/PRO1S.
‘Taroo/Moi que le professeur a défendu’
Si l e n om tête est omis, la p résence d e no est o bligatoire (Yap, M atthews et H orie
2004:141) :
(251) [ S Taroo-ga
kat-ta]
no
takakatta
Taroo-NOM buy-PAST (PRO)NOMINALIZER expensive-PAST
“the one Taro bought was expensive”
Similaire a u ja ponais, e n youkaguire, u n r elativiseur p articulier es t u tilisé en l’absence
du nom tête (Maslova (1999), cités dans Dryer 2007b:198) :
(252) [tude-gele joq-to-l]
[3SG-ACC arrive-CAUS-REL]
‘the fish that had brought him’
(253) Kelu-l-ben-pe
come-REL-HEADLESS-PLUR
‘those who came’
ani-pe
fish-PLUR
Dans les langues dravidiennes en général, c’est le suffixe pronominal qui est attaché à la
PRpré participiale. La structure ainsi obtenue semble être à mi-chemin entre le nom tête
nul e t le nom t ête pr onominal, pa r e xemple e n tamoul e t e n t élougou ( Krishnamurti
2003:446) :
(254) nāṉ nēṟṟu
pār-tt-a
paiyaṉ ⇒ nāṉ nēṟṟu
pār-tt-avaṉ
[I
yesterday see-past adj boy]
[I
yesterday see-past-adj-he]
‘the boy I saw yesterday’ ⇒
‘he whom I saw yesterday’
(255) kamala ninna
pāḍ-in-a
pāṭa ⇒ kamala ninna
pāḍ-in-adi
[Kamala yesterday sing-past-adj song]
[Kamala yesterday sing-past-adj-it]
‘the song Kamala sang yesterday …’ ⇒
‘that which Kamala sang yesterday’
La même s tructure ex iste au ssi en mundari, c omme les langues d ravidiennes (Osada
1992:121) :
383
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(256) Ranci-te sen-ke-n-iˀ
hijuˀ-ruṛa-ja-n-a
Ranchi-to go-AM-ITM-3sg come-return-AM-ITM-Prd
"The one who went to Ranchi has just returned."
Le s uffixe p ronominal -iˀ tient lie u de nom tê te, mais cet te p ossibilité es t l imitée à la
troisième p ersonne, e. g. -iˀ pour l e s ingulier, -kiŋ pour l e due l e t -ko pour le p luriel.
Quant aux autres personnes, la relativisation est impossible et les locuteurs ont recours à
d’autres constructions, par exemple, à la coordination (op.cit.:122) :
(257) Ranci-te-m sen-ke-n-a
ena-te-m
hijuˀ-ruṛa-ja-n-a
Ranchi-to-2sg go-AM-ITM-Prd. that-by-2sg come-return-AM-ITM-Prd
"You went to Ranchi and (then) you have just returned.’
De ce q ui précède, nous pouvons co nstater que la p lupart des langues à P Rpré autorise
au moins le nom tête nominal et le nom tête omis. Selon Grosu (2002a), la PR sans nom
tête es t u n type p articulier d e P R m aximalisante. D ans la s ection 4.2.4, no us a vons
analysé e n d étail le s émantisme d e la P Rpré en t ermes d e r econstruction. N otre
conclusion, s elon laquelle la P Rpré p eut ê tre, s ur l e p lan s émantique, r estrictive,
non-restrictive et maximalisante, rejoint donc l’analyse de Grosu (2002a).
Quant à la raison pour laquelle la PRpré sans nom tête existe dans beaucoup de langues à
PRpré 37, u ne p remière e xplication e st d onnée p ar Dryer ( 2007b:198), q ui compare l a
nominalisation à la PR sans nom tête :
(258) In some languages, the morphology of relative clauses is such t hat the verbs ar e
in some s ense more n ominal t han finite verbs in ma in c lauses, a nd o ne might
construe the ve rb in s uch languages a s s ufficiently nominal, in t he a bsence o f a
noun head, to be functioning as the nominal head of the noun phrase.
À première vue, (258) semble valider les données des langues à PRpré, puisque, comme
nous l’avons a nalysé p lus haut, l a P Rpré d ans b eaucoup d e l angues es t de la f orme
verbale non-finie.
Une autre explication, non moins raisonnable, nous semble-t-il, consiste à dire que si une
37
En réalité, la PR sans nom tête semble très répandu dans les langues du monde. Voir Caponigro (2004) pour une étude
sur la base des données de 28 langues.
384
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
langue autorise l’ellipse du nom tête dans SN, la PR à nom tête omis doit être également
possible dans c ette l angue. Malgré le p eu d e d onnées au xquelles nous av ons accè s,
aucun co ntre-exemple n’a été t rouvé. Cette car actéristique, à n otre a vis, p ourrait ê tre
reliée à u ne autre caractéristique commune aux langues à PRpré. Il s’agit de l’emploi de
l’argument nu l. C omme no us l’avons d it, no us n ’avons t rouvé q ue d eux langues
interdisant l’argument n ul, i.e. le g alo ( cf. Post ( 2007a:327)) et l ’ouïghour (cf. Hahn
(1998a:394)), mais les données méritent d’être vérifiées davantage. L’argument nul peut
être compris dans un sens très large comme un cas particulier d’anaphore zéro. Dans SV,
les no ms fonctionnent, e ntre a utres, c omme a rguments. Leur omission es t d onc ap pelé
« argument nu l ». D ans S D/SN, rien n’empêche q ue l e nom tête, s ous l e même
mécanisme que l’argument nul, s oit a bsent tout e n v éhiculant les même sens. E n effet,
les arguments nu ls e xpriment le p lus souvent, soit le générique, soit le défini. Si aucune
mention n’a ét é f aite au r éférent précédemment dénoté p ar l e nom, l’absence du n om
peut ê tre interprétée c omme d énotant l a g énéricité ; e n r evanche, si le mê me n om est
apparu p lus t ôt d ans le co ntexte, s a r eprise p ar zér o es t en f ait u ne e llipse. D e même,
dans S D/SN, au cas o ù l e nom es t ab sent l ors d e la p remière mention, la d énotation
s’oriente f ortement v ers la g énéricité ; en r evanche, la r eprise p ar zér o d ’un n om d éjà
mentionné pl us t ôt sera co mprise co mme u ne an aphore el liptique. T outefois, il e st
possible d’objecter que ce q ui est omis dans l’argument nul, c’est le complément, tandis
que dans SD/SN, c’est le nom t ête. Cela é tant, s i no us a doptons l’Hypothèse de SD, le
nom dans SD est aussi complément, et en l’occurrence, le complément de D°, ce q ui est
similaire a u no m e n t ant q ue c omplément d u ve rbe. Ainsi, d’ une pa rt, l ’utilisation du
nom tête omis devrait être analysé dans un cadre plus large en rapport avec l’utilisation
des f ormes zér o ; e t d’ autre pa rt, e lle fournit d ’intéressants ar guments en f aveur d e
l’Hypothèse de SD.
En dernier lieu, nous terminons cette section par une note d’ordre méthodologique. Elle
concerne l’identification d e la P Rpost d ans cer taines langues. 38 Il e st ch ose b anale d e
trouver plus d’un t ype de P R d ans u ne s eule langue. E n basque, p ar exemple, il y a la
38
L’analyse s uivante pourrait r appeler celle de Dik (1997.vol.2, §3.2.4). Pour être honnête, je n’en ai pas été i nspiré.
C’est seulement après avoir rédigé cette section que j’ai lu l’écriture de Dik.
385
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
PRpré et la P Rpost ( cf. Oyharçabal (2003)). La coexistence des d eux t ypes d e P R es t
repérée d ans certaines langues t ibéto-birmanes. Par ex emple, en meithei, la P Rpré es t
restrictive et la PRpost est non-restrictive (Devi 2008:1) :
(259) [tombi-nA
u-bA]
hui Adu
Tombi-Nom see-INF/C dog the
‘The dog that Tombi saw’
(260) [tombi-nA ui haibA] hui Adu
Tombi-Nom see Quot/C dog the
‘The dog that Tombi saw’
(261) hui [tombi-nA
u-bA]
Adu
dog Tombi-Nom see-INF/C the
‘The dog, that Tombi saw’
(262) hui [tombi-nA
hui haiba] Adu
dog Tombi-Nom see Quot/C the
‘The dog, that Tombi saw’
Et aussi en tshangla (Andvik 2003:442) :
(263) onya phai chot-khan songo ja-ga
chharo gila.
DEM house make-REL person 1s-LOC friend COP
‘That person building the house is my friend.’
(264) onya songo phai
chot-khan khepa ja-ga
chharo gila.
that
person house build-REL TOP 1s-LOC friend COP
‘That person, who is building a house, is my friend.’
Selon Coupe (2007:220-221) :
(265) The p resence o f both p re-head a nd p ost-head r elative clause structures i s n ot
unique to Mongsen [i.e. Mongsen Ao] and has a lso been reported in Tibetan and
Lahu. D eLancey (1999: 243-244) observes a s imilar r estrictive1 non-restrictive
difference between pre- and po st-head r elative c lauses in Tibetan t exts; Matisoff
(1972: 253 et 1973: 473, 474) notes the possibility of shifting the relative clause
to the post-head position in Lahu and states that this results in little or no change
in meaning.
Pour ces langues tibéto-birmanes, une autre analyse est possible. En effet, nous pensons
que l es P Rposts de ces langues s ont en r éalité d es P Rprés à nom tête o mis, c omme e n
386
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
français :
(266) La personne, celle qui construit une maison, est mon frère.
D’abord, le véritable nom tête en termes sémantiques est (la) personne. I l est repris par
celle, qui est suivi par une PR. Donc, le nom tête syntaxique est celle. La relation entre
la personne et celle est l’apposition, comme entre Nicolas et frère de Jacques, dans :
(267) Nicolas, frère de Jacques, est très gentil.
Donc, il n’y a p as r elation de r estriction entre (la) personne et celle, mais il y en a une
entre celle et la PR. Imaginons qu’en (266) le nom tête syntaxique, i.e. celle, soit omis,
sans q ue le r este de la phrase s oit modifié, n ous obtenons un e P Rpost a ppositive, i .e.
non-restrictive :
(268) La personne, cceellllee qui construit une maison, est mon frère.
Le mandarin est un bon exemple pour illustrer cela :
(269) gai
fang
de
na
ge ren
shi
construire maison COMP DEM CL personne COP
‘La personne qui construit une maison est Lisi.’
(270) gai fang de na ge shi lisi
idem.
(271) gai fang de shi lisi
idem.
(272) na
ge ren,
gai
fang
de
na
DEM CL personne construire maison COMP DEM
‘La personne, celle qui construit une maison, est Lisi.’
lisi
Lisi
ge, shi
CL COP
lisi
Lisi
(269)-(271) il lustrent les p ossibilités d ’omettre le nom tête et ( 272) l’apposition d’une
PRpré sans nom tête visible au SN na ge ren.
Également, e n ba sque, les P Rs a ppositives, q ui so nt sé mantiquement n on-restrictives,
sont des PRs sans nom tête qui suivent un SN (Oyharçabal 2003:802, 804) :
387
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(273) Appositive relative clauses are headless relatives that follow immediately the NP
whose head they describe or modify.
……
Appositive r elatives ar e n on-restrictive r elatives 39 ... bu t they c annot f ollow a n
NP whose head they make specific.
Par exemple (op.cit.:805) :
(274) Zuk aipatutako
herriak, [500 herritar baino gutiago
you mention.PTCP.REL villages
inhabitant than less
dituztenak],
egoera
txarrean dira.
have.COMP.DET.PL situation bad.LOC are
‘The villages you mentioned, those which have less than 500 inhabitants, are in a
bad situation.’
À noter aussi que dans cet exemple, zuk aipatutako est une PRpré non-finie. Comme en
français o u en a nglais, ce t ype d e P R es t nécessairement r estrictif, d onc t out le S D es t
défini, r aison po ur l aquelle l’appositive 500 he rritar bai no gut iago di tuztenak peut l e
suivre. En l’absence de zuk aipatutako, la phrase est agrammaticale (idem.) :
(275) *Herriak, 500 herritar baino gutiago dituztenak, egoera txarrean dira. 40
village.DET.PL
‘The villages which have less than 500 inhabitants, are in a bad situation.’
Ce r aisonnement es t s usceptible d e s ’appliquer au meithei et au tshangla 41. En effet, le
meithei autorise effectivement trois types de nom tête (Bhat & Ningomba 1997:282) :
39
Néanmoins, Rebuschi (2001, §4.1) pense que l’appositive n’est pas nécessairement non-restrictive :
(i) Etorriko
da
egun.a, [orok igurikatzen dugu.n.a]
come-FUT AUX day-SG all
awaiting
we-have-it-n-SG
‘The day we have all been waiting for will come.’
Il y a un autre type de PRpost en basque, éventuellement introduite par zein ou no, qui est par défaut non-restrictive (G.
Rebuschi, c. p.). Voir Oyharçabal (2003, §4.10.3.4.1.)
40
Selon Oyharçabal (2003:805) :
(i) This sentence would be well formed if the appositive relative could be interpreted as a restrictive relative (i.e. ‘The
countries which have less than 500 inhabitants are in a bad situation’), but this is not the case.
41
Et pe ut-être é galement a u khwarshi, l aquelle l angue, s elon K halilova ( 2009:258-260), peut avoir l a PR postposée et
détachée à droite.
388
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
(276) yam-nǝ
layrik pa-bǝ
tombǝ-nǝ
pumnǝmǝk khǝŋŋi
much-Adv book read-Inf Tomba-Nom all
knows
‘Tomba, who read lots of books, knows everything’
(277) u-gi
məkha-də lep-pə
məhak-tu phəy
tree-Gen below-Loc stand-Inf
he-that
good
‘*He, who stood under the tree, is good’
(278) məhak-nə pam-də-bə
əni-du
cət-kh-re
he-Nom
want-Neg-Inf two-that do-Dei4-Perf
‘The two whom he did not want have left’
et le tshangla au moins le nom tête zéro (Andvik 2003:450) :
(279) Ngang se-khan-gi
ngang jang-cha.
song know-REL-AGT song sing-COP
‘Those who know the songs are singing.’
Donc, pour (261)-(262) en meithei, repris en (280) et (281) respectivement :
(280) hui [tombi-nA
u-bA]
Adu (= (261))
dog Tombi-Nom see-INF/C the
‘The dog, that Tombi saw’
(281) hui [tombi-nA
hui haiba] Adu (= (262))
dog Tombi-Nom see Quot/C the
‘The dog, that Tombi saw’
la structure sous-jacente serait, par exemple :
hhuuii Adu 42
(282) hui [tombi-nA
u-bA]
dog Tombi-Nom see-INF/C
the
‘The dog, that Tombi saw’
(283) hui [tombi-nA
hui haiba] hhuuii Adu
dog Tombi-Nom see Quot/C
the
‘The dog, that Tombi saw’
Et é galement p our ( 263) et ( 264) en t shangla. De m ême, en k ham, les P Rposts
non-restrictives pourraient être réanalysées co mme u ne structure d ’apposition e ntre u n
pronom personnel et une PRpré sans nom tête (cf. Watters (2002:201, 205, 207, 209)).
42
À noter que le déterminant adu est à la position finale de SD.
389
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
Un autre argument favorable à notre analyse est le positionnement de haiba en meithei et
khan en t shangla. En (262)/(281) et e n (264), l es de ux morphèmes s ont toujours en
position finale d e la P R, q ue c elle-ci s oit p rénominale o u p ostnominal. Or, s’ il est
courant de trouver le complémenteur à la marge droite de la PRpré, le complémenteur est
en r evanche t rès rare à l a marge d roite d e l a P Rpost. En r evanche, e n t sou le
complémenteur change de position en fonction de celle de la PR tout en restant toujours
entre le nom tête et la PR (Zeitoun 2005:273, 274) :
(284) o-’u-cu
aiti
’o
[o-si
tposi
to
UV.RLS-1S.GEN-already see:LV NOM UV.RLS-3s.GEN write:PV OBL
pasuya ci
[tposʉ]]
Pasuya REL book
‘I have read the book that was written by Pasuya.’
(285) o-’u-cu
aiti
’o
[tposʉ] ci
[o-si
UV.RLS-1S.GEN-already see:LV NOM book
REL UV.RLS-3S.GEN
tposi
to
pasuya]
write:PV OBL
Pasuya
‘I have read the book, which was written by Pasuya.’
Le complémenteur ci est à la marge droite de la PRpré et à la marge gauche de la PRpost,
en conformité avec la tendance typologique des langues du monde.
De plus, n otre a nalyse fournit un s cénario po ssible sur l’évolution d e la P Rpré v ers la
PRpost et aussi une explication éventuelle sur la tendance générale selon laquelle s’il y a
la PRpré et la PRpost dans une langue, la PRpost est plus naturellement non-restrictive
que la PRpré.
5.5. Conclusion
Nous l’avons d it au d ébut, le but d e ce c inquième chapitre e st d’expliquer po urquoi le
caractère n on-fini d e la forme verbale n ’est p as i ntrinsèque à la P Rpré et au ssi d ans
quelle mesure la PRpré est tout autant accessible que les autres types de PR. Nous nous
sommes contenté d’énumérer les faits en faveur de notre point de vue sans proposer une
analyse approfondie ou novatrice. Concernant le non-fini de la PRpré, notre point de vue
390
CHAPITRE 5. QUESTIONS RESTANTES
est le suivant : si dans beaucoup de langues la PRpré est nominalisée, c’est que dans ces
langues, l a s ubordination en g énéral est exprimée par l a f orme v erbale n on-finie ou
nominalisée. Étant donné que la PRpré est un type de subordonnée, il est naturel qu’elle
soit aussi no n-finie o u n ominalisée. N ous av ons montré q ue le no n-fini de la P Rpré
s’inscrit d ans la t ypologie g énérale d e l a f orme v erbale n on-finie ( ou d e la
nominalisation). E nsuite, l’exposition sur l’accessibilité a r éhabilité la PRpré. La PRpré
des langues à notre disposition a confirmé grosso modo la H iérarchie d’Accessibilité et
les contraintes reliées, malgré des exceptions mineures. De ce point de vue, la PRpré n’a
rien de vraiment exceptionnel par rapport aux autres types de PR. En dernier lieu, nous
avons d iscuté d e façon s uccincte de la nature cat égorielle d u nom t ête d e la P Rpré. L a
tendance g énérale es t q ue les contraintes sur le type d e nom t ête r elèventt pl utôt de
particularités d ’une langue d onnée et n ’auraient pas d e r apport d irect av ec la P Rpré.
Nous a vons terminé la section par une d iscussion sur l’identification de la PRpost dans
certaines langues. À notre avis, il serait préférable de ne pas reconnaître l’existence de la
PRpost dans une langue à P Rpré si la PRpré accepte le nom tête zéro et que la PRpré et
la P Rpost ai ent ex actement l a même s tructure s yntaxique mais s e d ifférencient
uniquement par leur valeur sémantique selon laquelle la PRpré est toujours restrictive et
la PRpost non-restrictive.
391
CONCLUSION GÉNÉRALE
CONCLUSION GÉNÉRALE
Ainsi, nous avons ét udié la proposition r elative p rénominale ( PRpré), dans la perspective
typologique et d ans le cad re d e l a g rammaire g énérative. N otre é tude s ’inscrit d ans la
typologie e n ce q u’elle vise à ét udier u n t ype particulier de langues, à savoir, les langues
qui ont la PRpré comme type majeur de proposition relative (PR), type majeur étant défini
par la notion de ‘marque’ (« markedness ») (cf. Croft (1990, chapitre 4 et 2003, §4.1)). En
même t emps, nous avons es sayé de déceler des c aractéristiques t ypologiques de la PRpré
en t ant que type majeur de PR. Ces caractéristiques ont s ervi d e po int de départ pour une
analyse d érivationnelle s ur la P Rpré, ce p our q uoi notre ét ude a ad opté l e P rogramme
Minimaliste (PM) de la grammaire générative.
Dans le premier chapitre, nous avons d’abord défini la PR :
(1) La PR est une proposition subordonnée
(2) Il existe un pivot sémantique entre la PR et la matrice
La PR est une subordonnée dans le sens o ù elle joue par r apport à la matrice le r ôle d’un
constituant. Plus précisément, elle manifeste des contraintes propres à la s ubordination en
général, d ont l a r éduction d es p ossibilités d e modulation é nonciative, la r igidification d e
l’ordre des mots et l’utilisation o bligatoire des formes verbales non-finies. D’autre part, la
PR po ssède un p ivot s émantique da ns la mesure o ù i l e xiste un é lément qu i,
sémantiquement, est interprété à la fois dans la matrice et dans la PR. Ces deux propriétés
sont nécessaires à la PR. Cela ét ant, elles ne permettent pas d’identifier sans faille la P R.
Autrement d it, e lles so nt d es c onditions nécessaires mais non-suffisantes. E n e ffet,
théoriquement p arlant et empiriquement p arlant, aucune d éfinition identificatrice, à notre
avis, n’est possible. L’identification de la PR dans une langue donnée nécessite la prise en
compte d ’autres car actéristiques, s émantiques et /ou s yntaxiques, d ont l es s tratégies d e
relativisation.
L’avantage d e la d éfinition s émantico-syntaxique d e la P R es t l ’établissement d e d eux
typologies. L a t ypologie s yntaxique es t b asée s ur l e p ositionnement d u n om t ête p ar
rapport à la PR :
393
CONCLUSION GÉNÉRALE
(3)
À noter simplement la possibilité de la coexistence de plus d’un type de PR dans une seule
langue.
La t ypologie sémantique d istingue la P R r estrictive, la P R non-restrictive et l a P R
maximalisante. L a P R r estrictive r estreint l ’ensemble d u n om t ête, l a P R n on-restrictive
décrit, au lie u d e le restreindre, l’ensemble d u n om t ête e t la P R maximalisante réduit
l’ensemble d u nom t ête à u n e nsemble d e singleton. S ur le p lan s yntaxique, c haque t ype
sémantique manifeste d es p ropriétés p lus o u moins p articulières, p ar exemple, le t ype d e
relativiseur, le t ype d e nom t ête et le t ype d e d éterminant, et c. C e q ui nous a a mené à l a
typologie des stratégies de relativisation.
Les stratégies de relativisation, au nombre de huit, se classent en deux grandes catégories :
la non-réduction, le pronom r ésomptif, le trou s yntaxique e t le marquage v erbal sont d es
marquages i nternes ; le pronom r elatif, le joncteur, le complémenteur et la marque zé ro
sont des marquages externes. Or, nous avons montré des cas de figure où la catégorisation
de la stratégie de relativisation est problématique. En plus, il se peut qu’un type de PR dans
une langue donnée emploie plus d’une stratégie. Nous avons évoqué brièvement comment
la syntaxe et la sémantique des PRs pouvaient être corrélées aux stratégies de relativisation.
Puisque les s tratégies d e r elativisation s ervent d’intermédiaires en tre l a s yntaxe et l a
sémantique, elles sont censées être en corrélation aussi bien avec le t ype sémantique de la
PR qu’avec son type syntaxique, mais davantage d’études sont nécessaires.
Dans le d euxième chapitre, nous nous sommes co ncentré sur la PRpré à p roprement dire.
Après a voir identifié les langues à P Rpré p remière au moyen des cr itères d e ‘ marque’,
nous avons regardé de près ces langues à la fois eu égard à leur répartition géographique et
en considération de leur affiliation linguistique. Nous avons pu constater une concentration
des langues à PRpré première sur le plan géographique et sur le plan génétique. Cela étant,
nous av ons r éfuté la t hèse d u co ntact l inguistique et ce lle d e l’héritage g énétique.
394
CONCLUSION GÉNÉRALE
Autrement dit, nous avons soutenu l’idée de la PRpré comme un type t ypologique de PR.
En effet, nous avons pu recenser cinq caractéristiques typologiques de la PRpré à partir des
travaux t ypologiques antérieurs sur la P Rpré. P lus p récisément, le t ype d e r elativiseur et
son positionnement, ainsi que les rôles du trou syntaxique et du pr onom résomptif ont été
considérés comme intrinsèques à la PRpré, tandis que le sémantisme de la PRpré, la forme
verbale no n-finie et l ’accessibilité à l a P Rpré n e le s ont p as. L es car actéristiques
intrinsèques ont été développées dans le quatrième chapitre, en tant que point de départ aux
dérivations permettant de générer diverses structures du SD de la PRpré.
Avant d ’aborder l esdites d érivations, nous a vons présenté d ans le t roisième c hapitre les
trois principales approches générativistes sur la PR, à savoir, l’Analyse de la Tête Externe
(ATE), l’Analyse de la Montée de Tête (AMT) et l’Analyse de l’ Assortiment ( AA). E lles
se différencient dans la manière de rendre co mpte de la relation syntaxique et sémantique
entre l e n om t ête e t l a P R : l a P R es t-elle c omplément ou a djoint ? Au n om t ête ou a u
déterminant d u n om tê te ? La c oréférence e ntre l e n om t ête e t l a P R es t-elle ét ablie p ar
déplacement ou p ar co indexation ? Le nom t ête e t la P R s e p ositionnent-ils selon l e
paramètre de s têtes ou s uivant un ordre f ixe ? Chaque ap proche p ossède d es arguments
favorables et r encontre d es problèmes. N ous av ons p arlé brièvement d es e ffets d e
reconstruction, qui sont, dans l’ensemble, en faveur de l’AMT et de l’AA. L’impossibilité
de c oordonner une P R et u ne c omplétive montre q ue l a P R es t m ieux a nalysée co mme
complément du déterminant, ce qui est le point de départ de l’AMT kaynienne. Cela étant,
celle-ci do it r ésoudre trois pr oblèmes po sés pa r l a P Rpré, à s avoir, les trous élargi et
extra-élargi, le p ronom r ésomptif e t le s conflits casuel/Casuel. Dans le cadre minimaliste,
qui a dopte l’ Axiome d e C orrespondance L inéaire de K ayne ( 1994), l ’AMT ka ynienne
s’adapte mieux à l’esprit minimaliste, d ’autant p lus q ue l’adjonction et l a co indexation
employées p ar l’ATE e t l ’AA sont pr oblématiques s elon C homsky ( 1995b). Au f inal,
l’analyse de Kayne (1994) semble la plus appropriée et la plus minimaliste.
Dans le quatrième c hapitre, nous avons suivi la conclusion du t roisième chapitre en no us
donnant comme o bjectif d e p résenter d eux v ersions d e l’AMT. L a p remière, d éveloppée
dans la section 4.2., est novatrice en ce qu’elle a adopté les multiples spécifieurs du PM (cf.
Chomsky ( 1995a e t 1995b )) t andis que la de uxième, pr ésentée da ns la s ection 4. 3., e st
395
CONCLUSION GÉNÉRALE
nuancé par l’AA (cf. Cinque (2003/8)).
La section 4.2. s’est engagée sur une citation de Keenan (1985 :160) :
(4) [T]he u se of su ch c lause-final complementizers i n prenominal R CS is l ess common
than t he u se o f c lause-initial c omplementizers in p ostnominal R CS. M oreover w e
know o f n o cas es w here t he c lause-final complementizer in R CS i s identical to t he
clause-final co mplementizer u sed w ith s entential o bjects of v erbs o f t hinking an d
saying.
Nous l’avons e nsuite vé rifiée auprès de s langues à P Rpré d ont l es do nnées s ont à n otre
disposition. (4) s’est révélé établi.
Ensuite, no us a vons p roposé S C p our l a P Rpré. L a t ête C° es t toujours o ccupée p ar l e
relativiseur, qui peut être visible ou invisible et qui entre dans la dérivation par Fusion. Ce
relativiseur – plus p récisément, c omplémenteur o u j oncteur, s ’il e st v isible – possède un
trait non-interprétable [ Rel] q ui a besoin d ’être vérifié et e ffacé p ar u n t rait v érificateur
dans le nom t ête. C e m écanisme a justifié la montée d u n om t ête à [Spéc, S C] d ans
l’analyse de Kayne (1994). Nous sommes parvenu donc à la structure suivante :
(5)
Après avoir postulé que la PRpré projette toujours SC, nous avons poursuivi la discussion
au sujet du SD comportant le nom tête et la PRpré. Bien que l’article défini soit rare dans
les langues à PRpré, nous avons adopté l’Hypothèse de SD pour l’unification de l’analyse,
et aussi suivant Kayne (1994). La tête de SD, i.e. D°, sélectionne le SC de la PRpré. Cette
tête p eut ê tre occupée par un é lément vi sible o u invisible, qu i, n éanmoins, e st t oujours
l’article d éfini. En r evanche, le démonstratif n e p eut occuper D °, mais pr end la po sition
396
CONCLUSION GÉNÉRALE
[Spéc, SD] en tant que SDem. Au final, la structure du SD que nous avons adoptée est la
suivante :
(6)
En l ’intégrant à l’analyse d e K ayne ( 1994), no us a vons o btenu l a s tructure a rborescente
suivante :
(7)
Or, nous avons trouvé 16 linéarités dans le SD des langues à PRpré :
(8) PR N
(9) PR N DEM
(10) PR DEM N
(11) DEM PR N
(12) PR COMP N
(13) (DEM) [...COMP-V] PR N
(14) DEM PR COMP N
(15) PR COMP DEM N
(16) PR COMP N DEM
(17) DEM [...COMP...] PR N
(18) PR N ART
(19) [...COMP-V] PR ART N
(20) ART [...COMP...] PR N
397
CONCLUSION GÉNÉRALE
(21) (DEM) [...COMP-V] PR ART N
(22) PR N DEM ART
(23) PR COMP/JONCT N ART
Dans la so us-section 4 .2.3., n ous av ons d éveloppé d iverses d érivations p ermettant d e
générer ces 16 ordres, en adoptant la définition de c-commande de Chomsky (1995b:339) :
(24) X c -commande Y s i ( a) ch aque Z d ominant X domine au ssi Y et ( b) X e t Y s ont
déconnectés, où « être déconnectés » pour deux catégories X et Y signifie X ≠ Y et ils
ne se dominent pas.
Cette définition a légitimé l’existence de spécifieurs multiples (Chomsky 1995a:432) :
(25)
Voici les dérivations que nous avons proposées :
(26) PR N
②
①
398
CONCLUSION GÉNÉRALE
(27) DEM PR N
②
①
(28) PR DEM N
③
②
①
(29) PR COMP N
③
②
①
399
CONCLUSION GÉNÉRALE
(30) DEM PR COMP N
③
②
①
(31) PR COMP DEM N
③
②
④
①
(32) PR COMP N DEM
④
⑤
③
②
①
400
CONCLUSION GÉNÉRALE
(33) PR COMP/JONCT N ART
③
④
②
①
(34) PR N ART
②
③
①
(35) PR N DEM
④
②
③
①
401
CONCLUSION GÉNÉRALE
(36) PR N DEM ART
④
②
③
①
(37) (DEM) [...COMP-V] PR (ART) N
③
②
①
④
(38) DEM [...COMP...] PR N
②
③
①
402
CONCLUSION GÉNÉRALE
(39) ART [...COMP...] PR N
②
③
①
À la s uite, n ous av ons a bordé l a q uestion d es e ffets de r econstruction, s uivant B ianchi
(2004). N ous av ons p u montrer q ue l a P Rpré, co ntrairement à l ’idée co urante s elon
laquelle elle ne peut être non-restrictive, peut avoir les trois valeurs sémantiques, à s avoir,
la restrictive, la non-restrictive et la maximalisante, même si sur le plan morphosyntaxique,
cette distinction tripartite n’est pas aussi marquée que pour la PRpost. La clé de l’analyse
est l ’opération d e r econstruction : l a r econstruction es t totale ( i.e. l e S D r elativisé es t
interprété à sa position de base dans la PR) dans les PRs maximalisantes et les restrictives
non-spécifiques (i.e. génériques), d’où une chaîne non-spécifique en F-L ; la reconstruction
est s eulement p artielle d ans les P Rs r estrictives s pécifiques, d érivée d ’une ch aîne
spécifique, à savoir que le SD relativisé se déplace à [Spéc, SForce] et le SN monte encore
plus h aut ; et la r econstruction es t n ulle d ans les PRs n on-restrictives, d ont la c haîne e st
pronominale ( i.e. é quivalent à un p ronom a naphorique dé fini). C ertes, d’ autres f acteurs
peuvent i nfluencer l e s émantisme d e l a P Rpré, p ar ex emple, l ’existence o u n on d u
déterminant
(visible) et
l a d énotation
même d e l a P Rpré en
t ermes d e
« stage-level/individual-level ».
Dans l es trois so us-sections su ivantes, n ous a vons e ssayé d e résoudre t rois pr oblèmes
vis-à-vis d e l a r econstruction, à s avoir, les co nflits C asuel/casuel, les t rous él argi et
extra-élargi e t le p ronom résomptif. L es c onflits C asuel/casuel pr oviennent du f ait que le
nom t ête po rte d eux C as, l’un a ttribué s elon s a fonction g rammaticale d ans la P Rpré et
l’autre s elon ce lle d ans la matrice, mais q ue morphologiquement p arlant, le n om t ête n ’a
qu’une s eule terminaison cas uelle. N ous y avons ap pliqué la t héorie d e « case-stacking »
403
CONCLUSION GÉNÉRALE
de Pesetsky (2009a et 2009b) : le nom t ête peut porter plusieurs Cas/cas, mais l’un d’entre
eux écrase les autres, par conséquent, un seul cas se manifeste sur le p lan morphologique.
La même a nalyse s’est ap pliquée au x t rous él argi et ex tra-élargi. I l s ’est ag i d e la
« disparition » d’adposition suite à la montée du nom tête, par exemple, en mandarin :
(40) lisi
(*zai) shangxue
de
xuexiao
Lisi à
faire des études
COMP école
‘l’école où Lisi fait ses études’
(41) lisi
kao
rou
de
qiwei
Lisi
rôtir
viande COMP odeur
Lit. ‘l’odeur que Lisi rôtit de la viande’
Le r aisonnement es t q ue l e n om t ête p orte toujours d eux C as, m ais le C as ex terne ( i.e.
assigné selon la fonction grammaticale du nom tête dans la matrice) écrase le Cas interne
marqué p ar l’adposition, d onc en F-Ph, c elle-ci a « disparu ». N ous a vons d éveloppé u ne
interprétation s émantique pour l a P R e n gé néral, qu’ il s’agisse du trou n ormal, du trou
élargi ou du trou extra-élargi :
(42) λx∃y∃z[N t ’(x) & (V’(z) & R s(z,y) & N’(y)) & P(z,x)]
Quant a u p ronom r ésomptif, seule un n ombre r elativement faible d e langues à P Rpré
emploie cette stratégie d ans la P Rpré, p ar exemple, les langues s émitiques et les langues
chinoises en général. Boeckx (2003), en tant que théorie générale sur la résomption, nous a
fourni u ne solution. P lus p récisément, d ans la P R e n g énéral, t ous les é léments liés à u n
pronom résomptif doivent être aussi liés à u ne tête Casuelle vérificatrice forte (op.cit.:78),
par ex emple, u ne ad position. I l s ’ensuit q ue s i l’adposition es t l aissée d errière, la c haîne
sans p ronom r ésomptif violera le P rincipe d e C haîne S ans Ambiguïté en po ssédant de ux
occurrences, i.e. EPP et le Cas assigné par l’adposition. L’accord indirect étant impossible,
l’unique solution reste la résomption.
En dernier lieu, nous avons r egardé r apidement s i les e ffets d’îlot existent dans la PRpré.
Notre conclusion est que même si certaines langues à PRpré s’exemptent de certains effets
d’îlot, au cune ne s ’en e xempte t otalement. C ette c onclusion a do nné r aison à l ’AMT, à
404
CONCLUSION GÉNÉRALE
condition que les effets d’îlot absents dans certaines langues puissent être expliqués par des
particularités des langues en question.
Dans la section 4.3. a ét é présentée la deuxième version de l’AMT, suivant la proposition
de C inque ( 2003/8). L ’idée g énérale e st q ue l ’AMT et l ’AA s ont n écessaires p our l a
dérivation d e tous les t ypes de P R à pa rtir de la s tructure unifiée ( 44) ( op.cit.:5), s achant
que les éléments y sont insérés suivant la hiérarchie (43) (cf. Cinque (2003/8, 2005)) :
(43) quantifieur uni versel > dé monstratif/déterminant défini > P R > n uméral/déterminant
indéfini > PR réduite > adjectif > nom
(44)
Ensuite, la dérivation diverge en fonction de l’existence ou non des effets de reconstruction
et des effets d’îlot :
405
CONCLUSION GÉNÉRALE
(45)
(46)
La P Rpré es t g énérée à p artir d e (45) et
de (46), ma is a vec d es d éplacements
supplémentaires, ce qui a été développé dans la sous-section suivante. Nous avons proposé
406
CONCLUSION GÉNÉRALE
diverses dérivations pour générer les 16 linéarités en ( 8)-(23) trouvées dans les langues à
PRpré. Nous avons pu montrer que l’analyse de Cinque est tout à fait en mesure de fournir
des dérivations donnant naissance aux 16 or dres. Cela étant, nous avons soulevé quelques
problèmes dans la dernière sous-section, en ce qui concerne la validité de la hiérarchie (43).
En effet, elle est basée sur l’universel 20 de Greenberg (1963) :
(47) Quand cer tains o u tous l es é léments ( démonstratif, n uméral et ad jectif d escriptif)
précèdent le nom, ceux-ci sont toujours dans cet ordre-là. S ’ils le suivent, l’ordre e st
soit le même soit son exact opposé.
Cependant, nous avons trouvé deux langues, i.e. le laze et le lezguien, qui en infirment la
première p artie. E nsuite, n ous av ons i nterrogé le s tatut d e l’ adjectif : d ’une p art, d ans
certaines langues à P Rpré, l ’adjectif s ’assimile à l a P Rpré, e t d ’autre p art, l a p osition
d’insertion de l’adjectif reste un débat serré.
Le d ernier c hapitre a r epris la d iscussion s ur les car actéristiques non-intrinsèques de la
PRpré, à savoir, le caractère non-fini et l’accessibilité. Le but de ce c inquième chapitre est
d’expliquer pour quoi le car actère n on-fini d e la forme v erbale n ’est p as i ntrinsèque à l a
PRpré et aussi dans quelle mesure la PRpré est tout autant accessible que les autres types
de P R. Nous nous s ommes co ntenté d ’énumérer les f aits en faveur d e notre point d e vue
sans y proposer une analyse plus approfondie ou plus novatrice. Concernant le non-fini de
la P Rpré, no tre po int d e vu e e st l e s uivant : s i da ns b eaucoup de l angues la P Rpré e st
nominalisée, c’ est q ue d ans ce s langues, la s ubordination e n g énéral e st ex primée p ar la
forme v erbale n on-finie o u n ominalisée. É tant d onné q ue la P Rpré es t u n t ype d e
subordonnée, il est naturel qu’elle soit aussi non-finie ou nominalisée. Nous avons montré
que le n on-fini de la P Rpré s ’inscrit d ans la t ypologie g énérale d e la forme v erbale
non-finie (ou de la nominalisation). Ensuite, l’exposition s ur l’accessibilité a réhabilité l a
PRpré. L a P Rpré d es langues à notre d isposition a co nfirmé grosso m odo la H iérarchie
d’Accessibilité et les co ntraintes r eliées, malgré d es exceptions mineures. D e ce p oint d e
vue, la P Rpré n’a r ien d e vraiment ex ceptionnel par r apport au x au tres t ypes d e P R. E n
dernier lieu, nous avons discuté de façon succincte de la nature catégorielle du nom tête de
la P Rpré. L a tendance g énérale es t q ue l es contraintes sur le type d e n om t ête r elèvent
407
CONCLUSION GÉNÉRALE
plutôt d e p articularités d ’une langue d onnée et n’auraient p as d e r apport d irect av ec l a
PRpré. Nous avons t erminé la section par une discussion sur l’identification de la PRpost
dans certaines langues. À notre avis, il serait préférable de ne pas reconnaître l’existence de
la PRpost dans une langue à P Rpré si la PRpré accepte le nom tête zéro et que la PRpré et
la PRpost aient exactement la même structure syntaxique mais se différencient uniquement
par l eur v aleur s émantique s elon laquelle la P Rpré es t toujours restrictive et l a P Rpost
non-restrictive.
Une recherche ne s’achève pas sans regretter les questions qu’elle n’a pu ( voulu ?) traiter,
et ce, sur un ton académiquement désespéré. Nous ne pouvons certainement pas échapper à
ce sort malheureux. En conséquence, nous n’avons pu de mander, par exemple, pourquoi il
n’y a pas de pronom relatif dans la PRpré. Cette seule question mérite tout le ton désespéré
de la fin de cette étude. D’autre part, notre étude a porté sur les langues à P Rpré première,
autrement dit, sur la PRpré en tant que type majeur de PR, ce pour quoi sont très peu citées
la P Rpré en tant q ue type s econdaire d e P R et les langues à P Rpré s econdaire. I l ne s era
certainement p as s ans intérêt d e d emander q uelles s ont l es car actéristiques d e la P Rpré
secondaire ? S ont-elles d ifférentes ou s imilaires à c elles d e la PRpré en t ant que t ype
principal de PR ? Même dans les langues à PRpré première, il y a souvent d’autres types de
PR, qui constituent soit des types de PR secondaires, soit des PRs parallèles à la PRpré. Par
exemple, p ourquoi y a -t-il la P R co rrélative e n basque et l a P R à nom t ête i nterne en
japonais ? E t po urquoi il y a qua tre types de P R en t ibétain d e L hassa tandis q ue le
mandarin ne possède que la PRpré ? Ces questions, parmi bien d’autres, qui nous avivent
une componction pressante et profonde, seront laissées pour des recherches ultérieures.
408
Références
Ci-dessous s e trouvent à l a fois les r éférences c itées et ce lles co nsultées mais non-citées.
Les r éférences c itées s ont p récédées d e ‘*’ et celles co nsultées s eulement s ans indication
particulière.
*Abbott, B. (2010). Reference. Oxford : Oxford University Press.
*Abels, K. ( 2003). Successive cyclicity, anti-locality, and adposition stranding. Thèse d e
doctorat. Storrs : University of Connecticut.
*Abels, K. & Neeleman, A. (2007). Linear asymmetries and the LCA. Manuscrit.
*Abney, S. P. (1987). The English noun phrase in its sentential aspect. Thèse de doctorat.
Cambridge, Massechusetts : MIT
*Aboh, E. (2004). Snowballing movement and generalized pied-piping. Dans A. Breitbarth
& H. von Riemsdijk (éds.), Triggers (pp. 15-47). Berlin : Mouton de Gruyter.
Abondolo, D. (éd.) (1998a). The Uralic languages. Londres/New York : Routledge
― (1998b). I ntroduction. D ans D . A bondolo ( éd.), The U ralic languages (pp. 1 -42).
Londres/New York : Routledge.
― (1998c). F innish. D ans D . Abondolo ( éd.), The U ralic languages (pp. 149 -183).
Londres/New York : Routledge.
― (1998d). K hanty. D ans D . Abondolo (é d.), The U ralic languages (pp. 358 -386).
Londres/New York : Routledge.
― (1998e). H ungarian. D ans D . A bondolo ( éd.), The U ralic languages (pp. 428 -456).
Londres/New York : Routledge.
*Abraham, P . T . (1985). Apatani grammar. Mysore : C entral I nstitute o f I ndian
Languages.
Abraham, W., Stark, E., & Leiss, E . ( 2007). I ntroduction. Dans E . S tark, E. Leiss & W.
Abraham (éds.), Nominal determination: typology, context constraints and hi storical
emergence (pp. 1-20). Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
Adelaar, A. & Himmelmann, N. P. (éds.). (2005). The Austronesian languages of Asia and
Madagascar. Londres/New York : Routledge.
*Adelaar, W. F. H. (avec la collaboration de Muysken, P. C.). (2004). The languages of the
Andes. Cambridge : Cambridge University Press.
*Adger, D. (2003). Core syntax: a minimalist approach. Oxford : Oxford University Press.
*Adger, D. & Harbour, D. (2008). Why Phi? Dans D. Harbour, D. Adger & S. Béjar (éds.),
Phi theory: Phi-features a cross modules and interfaces (pp. 1 -34). O xford : O xford
University Press.
*Adger, D. & Svenonius, P. (2009). Features in minimalist syntax. Manuscrit.
*Åfarli, T . A. ( 1994). A p romotion a nalysis o f r estrictive r elative c lauses. The L inguistic
Review, 11(2), 81-100.
*Aikhenvald, A. Y. (2000). Classifiers. Oxford : Oxford University Press.
― (2008). The M anambu language o f E ast Se pik, P apua N ew G uinea. O xford : O xford
University Press.
Aissen, J . ( 1972). Where d o r elative c lause co me from. D ans J. P . K imball ( éd.), Syntax
and semantics (Vol. 1, pp. 187-198). New York : Academic Press.
409
*Akiba, K. ( 1978). A hi storical s tudy of J apanese s yntax. Thèse d e d octorat. Berkeley :
University of California.
Aldai, G. (2009). Is Basque morphologically ergative? Western Basque vs. Eastern Basque.
Studies in Language, 33(4), 783-831.
*Aldridge, E. (2003). Remnant movement in Tagalog relative clause formation. Linguistic
Inquiry, 34(3), 631-640.
― (2007). Wh-indefinite and their relation to wh-in-situ. Manuscrit.
― (2008). ZHI and ZHE: a note on the historical development of Chinese relative clauses.
Manuscrit.
*Alexiadou, A. ( 2001). Functional structure i n nominals: nominalization and ergativity.
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Alexiadou, A ., L aw, P ., M einunger, A . & W ilder, C . ( 2000a). I ntroduction. D ans A .
Alexiadou, P. L aw, A . M einunger & C . Wilder ( éds.), The s yntax of relative cl auses
(pp. 1-51). Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
― (éds.). ( 2000b). The s yntax o f r elative cl auses. Amsterdam/Philadelphia : J ohn
Benjamins.
*Alexiadou, A ., H aegeman, L ., & S tavrou, M . (2007). Noun phr ase i n t he ge nerative
perspective. Berlin/New York : Mouton de Gruyter.
Allwood, J., Andersson, L.-G. & Dahl, Ö. (1977). Logic in linguistics (traduit de Logik för
Lingvister). Cambridge : Cambridge University Press.
Amberber, M. (2002). Verb classes and transitivity in Amharic. München : Lincom Europa.
Anderson, G. D. S. (2008a). Introduction to the Munda languages. Dans G. D. S. Anderson
(éd.), The Munda languages (pp. 1-19). Londres/New York : Routledge.
― (2008b). Ho a nd t he ot her K herwarian languages. D ans G . D . S . Anderson ( éd.), The
Munda languages (pp. 195-255). Londres/New York : Routledge.
*― (2008c). GtaɁ. Dans G. D. S. Anderson (éd.), The M unda languages (pp. 682 -763).
Londres/New York : Routledge.
Anderson, G . D . S . & H arrison, K . D . (2008). R emo ( Bonda). D ans G . D . S . A nderson
(éd.), The Munda languages (pp. 557-632). Londres/New York : Routledge.
*Anderson, G. D. S. & Rau, F. (2008). Gorum. Dans G. D. S. Anderson (éd.), The Munda
languages (pp. 381-433). Londres/New York : Routledge.
*Andrews, A. ( 2007). Relative clauses. D ans T . S hopen (éd.). Language typology and
syntactic description, vol. II : complex constructions (2ème éd .) (pp. 206 -236).
Cambridge : Cambridge University Press.
*Andronov, M . S . (2003). A comparative grammar of t he D ravidian languages.
Wiesbaden : Harrassowitz Verlag
*Andvik, E. (2003). Tshangla. Dans G. Thurgood & R. J. LaPolla (éds.), The Sino-Tibetan
languages (pp. 439-455). Londres/New York : Routledge.
*Annamalai, E ., & S teever, S . B . (1998). M odern T amil. D ans S . B . S teever ( éd.), The
Dravidian languages (pp. 100-128). Londres/New York : Routledge.
*Aoun, J., & Li, Y.-h. A. (2003). Essays on the representational and derivational nature of
grammar: the diversity of wh-constructions. Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
Arnold, D. (2007). Non-restrictive relatives are not orphans. Journal of Linguistics, 43(2),
271-309.
410
*Aronson, H. I. (1972). Some notes on relative clauses in Georgian. Dans P. M. Peranteau,
J. N. Levi & G. C. Phares (éds.), The Chicago which hunt: papers f rom the relative
clause festival (pp. 136-143). Chicago : Chicago Linguistic Society.
*Arsenijević, B. (2009). Clausal complementation as relativization. Lingua, 119(1), 39-50.
*Artiagoitia, X . (2002). T he f unctional s tructure o f t he B asque n oun p hrase. D ans X .
Artiagoitia, P. Goenaga & J. A. Lakarra (éds.), Erramu boneta: festschrift for Rudolf
P. G. de Rijk (pp. 73-90). Bilbao : nejos de ASJU.
*― (2003). Complementation (noun clauses). Dans J. I. Hualde & J. Ortiz de Urbina (éds.),
A grammar of Basque (pp. 634-709). Berlin : Mouton de Gruyter.
*― (2006). Basque adjectives and the functional structure of the noun phrase. Manuscrit
― (2009). Genitive case in Basque and multiple checking. Manuscrit.
*Asher, R. E. & Kumari, T. C. (1997). Malayalam. Londres/New York : Routledge.
Authier, J.-M. P. (1989). Arbitrary null objects and unselective binding. Dans O. Jaeggli &
K. J. Safir (éds.), The null subject parameter (pp. 45-68). Dordrecht/Bonston/Londres :
Kluwer.
*Aydın, Ö. (2006). Some comparative notes on relative clauses in Kirghiz and Turkish.
Жусуп Баласагын атындагы кыргыз улуттук университетинин жарчысы
вестник, 4(1), 317-322.
*Aygen, G. ( 2003). Are t here “ non-restrictive” p rerelatives in T urkish? Harvard working
papers in linguistics, 8, 199-215.
*Bach, E. (1970). Is Amharic a SOV language? Journal of Ethiopian Studies, 8(1), 9-20.
Bak, S .-Y. ( 1981). Studies i n K orean syntax: ellipsis, topic and relative constructions.
Thèse de doctorat. Manoa : University of Hawaii.
*Baker, M . C . (2003). Lexical categories: verbs, nouns and adjectives. C ambridge :
Cambridge University Press.
Baltin, M ., & C ollins, C . ( éds.). (2003). The handbook of contemporary syntactic theory.
Oxford : Blackwell.
Barbosa, P ., Fox, D ., H agstrom, P ., M cGinnis, M., & P esetsky, D . ( éds.). (1995). Is t he
best good enough? Optimality and competition in syntax. Cambridge, Massachusetts :
MIT Press.
*Barrett-Keach, C . ( 1985). The syntax and interpretation of t he relative clause
construction in Swahili. New York & Londres : Garland Publishing Inc.
*Barss, A . (2001). S yntactic r econstruction e ffects. D ans M . B altin & C . C ollins ( éds.),
The handbook of contemporary syntactic theory (pp. 670-696). Oxford : Blackwell.
*Barwise, J ., & C ooper, R . (1981). G eneralized quantifiers an d natural language.
Linguistics and Philosophy, 4(2), 159-219.
*Bashir, E. (2003). Dardic. Dans G. Cardona & D. Jain (éds.), The Indo-Aryan languages
(pp. 818-894). Londres/New York : Routledge.
*Beghelli, F. ( 1998). M ood a nd t he interpretation o f indefinites. The L inguistic R eview,
15(2-3), 277-300.
*Belletti, A . ( éd.). (2004). Structures and beyond, vol. III : t he cartography o f syntactic
structures. Oxford : Oxford University Press.
Benveniste, É. ( 1966). L a p hrase r elative, p roblème d e s yntaxe g énérale. D ans É.
Benveniste, Problème de l inguistique gé nérale (Vol. 1 , pp. 208 -222). P aris :
411
Gallimard.
*Berko, J. (1958). The child’s learning of English morphology. Word, 14(2-3), 150-177.
*Bernstein, J. B. (1993). Topics in the syntax of nominal structure across Romance. Thèse
de doctorat. New York : City University of New York
*― (1997). Demonstratives and reinforcers in Romance and Germanic languages. Lingua,
102(1), 87-113.
― (2001). The DP Hypothesis: identifying clausal properties in the nominal domain. Dans
M. B altin & C . C ollins ( éds.), The handbook o f contemporary syntactic theory (pp.
536-561). Oxford : Blackwell.
Beyer, S . V . ( 1992). The C lassical T ibetan language. A lbany : S tate U niversity o f N ew
York Press.
*Bhat, D . N . S . ( 1994). The adjective category: criteria f or differentiation and
identification. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
― (1998). T ulu. Dans S . B . S teever ( éd.), The D ravidian languages (pp. 158 -177).
Londres/New York : Routledge.
*Bhat, D. N. S. & N ingomba, M . S . ( 1997). Manipuri grammar. M ünchen/New C astle :
Lincom Europa.
*Bhatt, R . ( 2002). T he raising analysis o f relative clauses: evidence f rom adjectival
modification. Natural Language Semantics, 10(1), 43–90.
*Bianchi, V . ( 1999). Consequences of ant isymmetry: headed r elative cl auses. Berlin :
Mouton de Gruyter.
*― (2000a). Some issues in the syntax of relative determiners. Dans A. Alexiadou, P. Law,
A. M einnunger & C . W ilder ( éds.), The syntax of relative clauses (pp. 53 -81).
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*― (2000b). The raising analysis of relative clauses: a reply to Borsley. Linguistic Inquiry,
31(1), 123-140.
*― (2002a). H eaded relative c lauses in g enerative g rammar – Part 1 . Glot I nternational,
6(7), 197-204.
*― (2002b). Headed relative c lauses in generative grammar – Part II. Glot International,
6(8), 235-247.
*― (2004). Resumptive relatives a nd LF c hains. Dans L. Rizzi ( éd.). The cartography of
syntactic structures, vol. II: the structure of CP and IP (pp. 76-114). Oxford : Oxford
University Press.
― (2008). Some notes on t he ‘specificity effects’ of optional resumptive pronouns.
Manuscrit.
*Bickel, B . ( 2003). Belhare. D ans G . T hurgood & R . J . L aPolla ( éds.), The Si no-Tibetan
languages (pp. 546-570). Londres/New York : Routledge.
*Bierwisch, M . ( 2009). N ominalization - lexical a nd s yntactic as pects. Dans A.
Giannakidou & M . R athert (éds.), Quantification, definiteness, and nominalization
(pp. 281-343). Oxford : Oxford University Press.
*Birtalan, Á. (2003). Oirat. Dans J. Janhunen (éd.), The Mongolic languages (pp. 210-228).
Londres/New York : Routledge.
*Blanche-Benveniste, C . ( 2000). Approches de l a l angue par lée e n français. Paris :
Ophrys.
412
*Bläsing, U . ( 2003). K almuck. D ans J . J anhunen ( éd.), The M ongolic languages (pp.
229-247). Londres/New York : Routledge.
*Bliese, L . F . ( 1981). A g enerative g rammar of A far. D allas : T he S ummer I nstitute of
Linguistics and the University of Texas at Arlington.
*Bloch, O., & von Wartburg, W. (sous la direction de). (2004). Dictionnaire étymologique
de la langue française (2ème éd.). Paris : Quadrige/PUF.
*Boeckx, C. (2003). Islands and chains. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Boeckx, C. , F odor, J . D ., G lertman, L ., & R izzi, L . ( 2009). R ound table: language
universals: yesterday, today and tomorrow. Dans M. Piattelli-Palmarini, J. Uriagereka
& P. Salaburu (éds.), Of minds and language: a dialogue with Noam Chomsky in the
Basque country (pp. 195-220). Oxford : Oxford University Press.
*Boeschoten, H . ( 1998). U zbek. D ans L . J ohanson & É . Á . C sató ( éds.), The T urkic
languages (pp. 357-378). Londres/New York : Routledge.
*Boltanski, J.-E. (2002). La révolution chomskyenne et le langage. Paris : l’Harmattan.
Borer, H . ( 1984). R estrictive r elatives in M odern H ebrew. Natural L anguage and
Linguistic Theory, 2(2), 219-260.
*Borsley, R . D . ( 1997). R elative c lauses an d the theory o f p hrase s tructure. Linguistic
Inquiry, 28(4), 629-647.
*― (2001). More on the raising analysis of relative clauses. Manuscrit.
*Bosque, I ., & P icallo, M . C . ( 1996). Postnominal a djectives in S panish indefinite D Ps.
Journal of Linguistics, 32(2), 349-385.
*Bottineau, D. ( 2006). Les formes no n f inies du verbe ba sque. Dans O. B lanvillain & C .
Guimier (éds.), Travaux l inguistiques du C erlico 19, Les formes non finies du v erbe
(Vol. 1, pp. 33-60). Rennes : Presses Universitaires de Rennes.
*Bouchard, D. ( 1998). The d istribution a nd interpretation o f a djectives in F rench: a
consequence of bare phrase structure. Probus, 10(2), 139-183.
*― (2002). Adjectives, number and interfaces: why languages vary. Amsterdam : N orth
Holland.
*Bradley, D . ( 2003). L isu. D ans G . T hurgood & R . J . L aPolla ( éds.), The Si no-Tibetan
languages (pp. 222-235). Londres/New York : Routledge.
*Brame, M. K. (1968). A new analysis of the relative clause: evidence for an interpretive
theory. Manuscrit.
*Bresnan, J . ( 1976). E vidence for a t heory o f unb ounded t ransformations. Linguistic
Analysis, 2(4), 353-393.
Brettschneider, G . ( 1979). Typological c haracteristics o f B asque. D ans F. Plank (éd.).
Ergativity: towards a t heory of gr ammatical r elations (pp. 371 -384). N ew York :
Academic Press.
*Brody, M . ( 1995). Lexico-logical f orm: a r adically m inimalist th eory. Cambridge,
Massachusetts : MIT Press.
*Broschart, J ., & D awuda, C. ( 2008). Beyond n ouns and v erbs: t ypological s tudies i n
lexical categorisation. Manuscrit.
*Browning, M . ( 1987). Null ope rator c onstructions. Thèse d e d octorat. Cambridge,
Massachusetts : MIT
*Bruce, L . P . ( 1984). The A lamblak l anguage o f P apua N ew G uinea ( East Se pik).
413
Canberra : Australian National University.
*Brugè, L . ( 1996). D emonstrative movement i n S panish: a co mparative ap proach.
University of Venice Working Papers in Linguistics, 6(1), 1-53
*― (2002). The po sitions o f de monstratives in t he extended nominal projection. Dans G.
Cinque ( éd.). The ca rtography o f s yntactic s tructures, vol. I: functional s tructure i n
DP and IP (pp. 15-53). Oxford : Oxford University Press.
*Bulatova, N., & Grenoble, L. (1999). Evenki. Muenchen : Lincom Europa.
*Burling, R . ( 2003). G aro. D ans G . T hurgood & R . J . L aPolla ( éds.), The Si no-Tibetan
languages (pp. 387-400). Londres/New York : Routledge.
*Cagri, I. M. (2005). Minimality and Turkish relative clauses. Thèse de d octorat. College
Park : University of Maryland.
*Cain, B. D., & Gair, J. W. (2000). Dhivehi (Maldivian). Muenchen : Lincom Europa.
Cann, R . ( 1993). Formal semantics: an introduction. Cambridge : C ambridge U niversity
Press.
*Caponigro, I . ( 2004). T he s emantic c ontribution o f w h-words a nd t ype shifts: e vidence
from free r elatives cr osslinguistically. D ans R . B. Y oung ( éd.), Proceedings f rom
Semantics and Linguistic Theory ( SALT) X IV (pp. 38 -55). N ew Y ork : C LC
Publications.
*Caponigro, I. & Pearl, L. (2008). S ilent prepositions: evidence from free r elatives. Dans
A. Asbury, J. Dotlačil, B. Gehrke & R. Nouwen (éds.), The syntax and s emantics of
spatial P (pp. 365-385). Amsterdam : John Benjamins.
*Caponigro, I. & Polinsky, M. (2008). Relatively speaking (in C ircassin). Dans N. Abner
& J . B ishop ( éds.), Proceedings of t he 27t h West C oast C onference on F ormal
Linguistics (pp. 81-89). Somerville, MA : Cascadilla Proceedings Project.
Cardona, G. & Jain, D. (2003a). General introduction. Dans G. Cardona & D. Jain (éds.).
The Indo-Aryan languages (pp. 1-46). Londres/New York : Routledge.
― (éds.) (2003b). The Indo-Aryan languages. Londres/New York : Routledge.
*Carlson, G . ( 1977a). Reference t o k inds i n English. Thèse d e d octorat. Amherst :
University of Massachusetts.
*― (1977b). Amount Relatives. Language, 53(3), 520–542.
Carlson, G. & P elletier, F . J . ( éds.) (1995). The G eneric B ook. Chicago/Londres :
University of Chicago Press.
*Carnie, A. (2007). Syntax: a generative introduction (2ème éd.). Oxford : Basil Blackwell.
*Carstens, V . ( 1991). The morphology and syntax of determiner phrases in K iswahili.
Thèse de doctorat. Berkeley : University of California.
*Cartwright, N ., F leck, K ., C at, J ., & U ebel, T . ( 1994). On N eurath's boat. C ambridge :
Cambridge University Press.
*Cena, R. M. (1979). T agalog co unterexemples t o the Accessibility H ierarchy. Studies in
Philippine Linguistics, 3(1), 119-124.
*Cha, J. -Y. ( 1998). R elative c lause o r n oun c omplement cl ause: s ome d iagnoses. D ans
B.-S. P ark & J . H .-S. Yo on ( éds.), Selected papers f rom t he 11t h International
Conference on K orean Linguistics, University of Hawaii, 6-9 July 1998 (pp. 73-82).
Seoul : International Circle of Korean Linguistics.
― (1999). S emantics o f Korean g apless r elative c lause co nstructions. Studies i n t he
414
Linguistics Sciences, 29(1), 25-41.
*Chang, H. Y. -l., & L ee, A . P .-j. ( 2002). N ominalization in K avalan. Language and
Linguistics, 3(2), 349-368.
*Chang, M . Y .-y. ( 2002). N ominalization in T sou. Language and L inguistics, 3 (2),
335-348.
Chao, Y. -R. ( 1968). A grammar o f spoken C hinese. Berkeley : U niversity o f C alifornia
Press.
*Chelliah, S. L. (1997). A grammar of Meithei. Berlin/New York : Mouton de Gruyter.
― (2003). Meithei. Dans G. Thurgood & R . J. LaPolla (éds.), The Sino-Tibetan languages
(pp. 427-438). Londres/New York : Routledge.
*Chen, P. (2004). Identifiability and definiteness in Chinese. Linguistics, 42(6), 1129-1184.
*Chen, W . ( 2008). Relative c lauses in H ui’an d ialect. Dans M . K. M . C han & H . Kang
(éds.). Proceedings of t he 20t h N orth A merican Conference on C hinese L inguistics
(Vol. 2, pp. 567-582). Columbus, Ohio : the Ohio State University
*Chen, Z. (2007). A generative study of restrictive relative constructionS. Beijing : Peking
University Press.
*Cheng, L. L.-S. (1991). On the typology of wh-questions. Thèse de doctorat. Cambridge,
Massachusetts : MIT
Cheng, L. L.-S. & Corver, N. (2006). Lines o f inquiry into wh-movement. D ans L. L.-S.
Cheng & N . C orver ( éds.), Wh-movement: moving on (pp. 1 -18). C ambridge,
Massachusetts : MIT Press.
*Cheng, L. L.-S. & Sybesma, R. (1999). Bare and not-so-bare no uns a nd t he s tructure of
NP. Linguistic Inquiry, 30(4), 509-542.
*― (2005). Classifiers in four varieties of Chinese. Dans R. S. Kayne & G. Cinque (éds.),
Handbook of comparative syntax (pp. 259-292). New York : Oxford University Press.
*Cheung, C. C. -H. (2007). On the noun phrase structure of J ingpo. USC Working Papers
in Linguistics, 3, 32-56.
*― (2009). On the distribution of topic and focus in Mandarin. Présentation à la 5th
International C onference on C ontemporary C hinese G rammar, 28 -30 no vembre,
2009. Hong Kong : the Hong Kong Polytechnic University
Chierchia, G. (1995). Individual-level predicates as inherent generics. Dans G. N. Carlson
& F. J. Pelletier (éds.), The generic book (pp. 176-223). Chicago/Londres : University
of Chicago Press.
*― (1998). R eference t o k inds acr oss languages. Natural L anguage Se mantics, 6(4),
339-405.
Childs, G. T. (2003). An introduction to African languages. Amsterdam/Philadelphia : John
Benjamins.
*Chirikba, V. A. (2003). Abkhaz. Muenchen : Lincom Europa.
Chiu, B . ( 1995). An o bject c litic p rojection in M andarin Chinese. Journal of E ast Asian
Linguistics, 4(2), 77-117.
*Chomsky, N. (1964). Current issues in linguistic theory. Berlin : Mouton.
*― (1965). Aspects of the theory of syntax. Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
*―(1970). Remarks on nominalization. Dans R. Jacobs & P. Rosenbaum (éds.), Readings
in English transformational grammar (pp. 184-221). Waltham : Ginn & Co.
415
*― (1973). Conditions o n t ransformations. Dans S . A nderson & P . K iparsky ( éds.), A
festschrift for Morris Halle (pp. 232-286). New York : Holt, Reinhart and Winston.
― (1975). Questions of forme and interpretation. Linguistic Analysis, 1(1), 75-109.
*― (1977). O n wh-movement. D ans P. W. C ulicover, T. Wasow & A . A kmajian ( éds.),
Formal syntax (pp. 71–132). New York : Academic Press.
― (1981). Lectures on Government and Binding. Dordrecht : Foris.
*― (1982). Some concepts and consequences of t he theory o f G overnment and B inding.
Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
― (1986a). Knowledge of language: its nature, origin and use. New York : Praeger.
*― (1986b). Barriers. Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
*― (1995a). Bare phrase structure. D ans G . W eberlhuth ( éd.), Government an d B inding
Theory and t he M inimalist P rogram: principles and parameters i n syntactic theory
(pp. 383-439). Oxford : Blackwell.
*― (1995b). The Minimalist Program. Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
*― (2000). M inimalist inquiries: t he framework. D ans R . M artin, D . M ichaels & J .
Uriagereka ( éds.), Step by s tep: e ssays on m inimalist s yntax i n honor of H oward
Lasnik (pp. 89-155). Cambridge, Massechusetts : MIT Press.
*― (2001). Derivation by phase. Dans M. Kenstowicz (éd.), Ken Hale: A life in language
(pp. 1-52). Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
*― (2004). Beyond explanatory adequacy. Dans A. Belletti (éd.), Structures and beyond:
the cartography of syntactic structures (Vol. I II, pp. 104 -131). O xford : O xford
University Press.
*― (2005). Three factors in language design. Linguistic Inquiry, 36(1), 1-22.
― (2008). On phases. Dans R . F reidin, C . P . O tero & M . L . Z ubizarreta (éds.),
Foundational issues in linguistic theory: essays in honor of Jean-Roger Vergnaud (pp.
133-166). Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
*― (2009). C onclusion. D ans M . P iattelli-Palmarini, J . U riagereka & P . S alaburu ( éds.),
Of minds and language: a dialogue with Noam C homsky in the Basque country (pp.
379-409). Oxford : Oxford University Press.
*Cinque, G. (1981). On Keenan and Comrie’s primary relativization constraint. Linguistic
Inquiry, 12(2), 293-308.
― (1983). On the theory of relative clauses and markedness. The Linguistic Review, 1(3),
247-294.
― (1990). Types of A’-dependencies. Cambridge : Cambridge University Press.
*― (1994). On the evidence of partial N-movement in the Romance DP. Dans G. Cinque,
J. K oster, J. -Y. P ollock & R . Z anuttini ( éds.), Paths t oward universal grammar:
studies i n honor of Richard S. K ayne (pp. 163 -177). W ashing D .C. : G eorgetown
University Press.
*― (1996). The ‘ antisymmetric’ p rogramme: t heoretical a nd t ypological implications.
Journal of Linguistics, 32(4), 447-464.
*― (1999). Adverbs and functional heads: a cross-linguistic perspective. Oxford : Oxford
University Press.
*― (éd.). (2002). Functional structure in DP and I P, vol. I: the cartography of syntactic
structures. Oxford : Oxford University Press.
416
― (2003). Greenberg’s universal 20 a nd the Semitic DP. Dans L.-O. Delsing, C. Falk, G.
Josefsson & H . Á . S igurðsson ( éds.), Grammatik i fokus / G rammar i n focus.
festschrift for C hrister P latzack 18 N ovember 2 003 (Vol. I I, pp. 243 -251). L und :
Wallin & Dalholm.
*― (2003/8) The prenominal origin of relative clauses. Papier présenté à NYU Workshop
on Antisymmetry and Remnant Movement, Oct. 31-Nov. 1 2003, Colloque de Syntaxe
et Sé mantique à P aris 2007, 4 -6 oc tobre 2007, et X XXIV I ncontro di G rammatica
Generativa à l’université de Padoue, février 23, 2008.
*― (2005a). D eriving G reenberg’s uni versal 20 a nd its e xceptions. Linguistic I nquiry,
36(3), 315-332.
*― (2005b). A no te on ve rb/object order an d h ead/relative c lause o rder. Dans M .
Vulchanova & T. Åfarli (éds.), Grammar and beyond: essays i n honour o f L ars
Hellan (pp. 69-89). Oslo : Novus Press.
*― (éd.). (2006). Restructuring and functional heads, vol. IV: the cartography of syntactic
structures. Oxford : Oxford University Press.
― (2007). Two types of nonrestrictive relatives. Dans O.Bonami & P . C . H ofherr ( éds.),
Empirical issues in syntax and semantics (Vol. 7, pp. 99-137). Paris : Université Paris
VII.
*― (2008a). More on t he indefinite c haracter of t he head o f r estrictive r elatives. Dans P.
Benincà, F. Damonte & N. Penello (éds.), Selected Proceedings of the 34th Incontro
di Grammatica Generativa (pp. 3-24). Padoue : Unipress.
― (2008b). The fundamental left-right asymmetry of natural languages. Dans S. Scalise, E.
Magni & A. B isetto ( éds.), Universals of language today (pp. 165-184). Dordrecht :
Springer.
*― (2009). Five notes on correlatives. Manuscrit.
*Cinque, G. & Rizzi, L. (2008). The cartography of syntactic structures. Dans V. Moscati
(éd.), CISCL W orking P apers on L anguage and C ognition: ST iL St udies i n
Linguistics (Vol. 2, pp. 42-58). Siena : Università degli Studi di Siena.
*Citko, B . ( 2001). D eletion under identity in r elative c lauses. Dans M . K im & U . S traus
(éds.), Proceedings of t he 31h meeting of th e N orth-Eastern Linguistics S ociety (pp.
131-145). Amherst : University of Massachusetts.
*― (2004). O n h eaded, h eadless an d light-headed r elatives. Natural L anguage and
Linguistic Theory, 22(1), 95-126.
Clark, L. (1998). Chuvash. Dans L. Johanson & É. Á. Csató (éds.), The Turkic languages
(pp. 434-452). Londres/New York : Routledge.
Clynes, A. (2005). Belait. Dans A. Adelaar & N. P. Himmelmann (éds.), The Austronesian
languages of Asia and Madagascar (pp. 429-455). Londres/New York : Routledge.
Coene, M., & D’hulst, Y. (2002). Introduction: the s yntax a nd semantics o f no un phrases.
Dans M. Coene & Y. D’hulst (éds.), From NP to DP, vol. 1: the syntax and semantics
of noun phrases (pp. 1-33). Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Cohen, M. (1936). Traité de langue amharique. Paris : Institut d’éthnologie.
Cole, P. (1987a). The structure of internally headed relative clauses. Natural Language and
Linguistic Theory, 5(2), 277-302.
― (1987b). Null objects in universal grammar. Linguistic inquiry, 18(4), 597-621.
417
Cole, P. , H arbert, W . & H ermon, G . (1982). Headless r elative c lauses in Q uechua.
International Journal of American Linguistics, 48(2), 113-124.
*Cole, P. , Harbert, W., Sridhar, S., Hashimoto, S., Nelson, C. & Smietana, D. (1977). Noun
phrase accessibility a nd island constraints. D ans P . C ole. & J . M . S adock ( éds.),
Syntax and semantics, vol. 8: grammatical relations (pp. 27 -46). N ew Y ork :
Academic Press.
*Collins, C. (1997). Local Economy. Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
*― (2003). E conomy conditions i n syntax. D ans M . B altin & C . C ollins ( éds.), The
handbook of contemporary syntactic theory (pp. 45-61). Oxford : Blackwell.
*Comrie, B . ( 1981). T he f ormation o f r elative c lause. D ans B . L loyd & J . G ay ( éds.),
Universals of hum an t hought: s ome A frican e vidence (pp. 215 -233). C ambridge :
Cambridge University Press.
*― (1989). Language uni versals and l inguistic t ypology (2ème é d.). O xford : B asil
Blackwell.
*― (1998a). Attributive clauses i n A sian l anguages: towards an ar eal t ypology. Dans W.
Boeder, C. Schroeder, K. H. Wagner & W. Wildgen (éds.), Sprache in Raum und Zeit:
in memoriam Johannes Bechert, Band 2 (pp. 51-60). Tühingen : Gunter Narr.
*― (1998b). Rethinking the typology of relative clauses. Language Design, 1(1), 59-86.
*― (2003). The verb-marking relative clause strategy. Linguistik Indonesia, 21(1), 1-18.
*― (2006). Syntactic typology. Dans R. Mairal & J. Gil (éds.). Linguistic universals (pp.
130-154). Cambridge : Cambridge University Press.
*― (2008). P renominal r elative clauses i n v erb-object l anguages. Language and
Linguistics, 9(4), 723-733.
Comrie, B. & Corbett, G. G. (éds.) (1993). The Slavonic languages. Londres/New Yo rk :
Routledge.
Comrie, B. & Keenan, E. L. (1979). Noun phrase accessibility revisited. Language, 55(3).
649-664.
*Comrie, B., & Polinsky, M. (1999). Form and function in syntax: relative clauses in Tsez.
Dans M . D arnell, E . M oravcsik, F . N ewmeyer, M . N oonan & K. Wh eatley ( éds.),
Functionalism and formalism i n l inguistics, v ol. I I: c ase s tudies (pp. 7 7-92).
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Comrie, B. & T hompson, S . A . ( 2007). L exical n ominalization. D ans T . S hopen ( éd.),
Language typology and syntactic description: grammatical categories and the lexicon
(Vol. III, pp. 334-381). Cambridge : Cambridge University Press
*Conrad, R . J ., & W ogiga, K . ( 1991). An ou tline o f Bukiyip gr ammar. Canberra :
Australian National University,.
*Contreras, H . (1993). O n null operator structures. Natural Language and L inguistic
Theory, 11(1). 1-30.
*Coupe, A. R. (2007). A grammar of Mongsen Ao. Berlin/New York : Mouton de Gruyter.
*Courtney, E . H . (2006). A dult a nd c hild pr oduction o f Q uechua r elative c lauses. First
Language, 26(3), 317-338.
*Creissels, D . (2 004). Typologie. D ans H . T ourneux & J . Z erner (é ds.), Les l angues
africaines (pp. 271-302). P aris : Karthala ( édition or iginale : Heine, B. & Nurse, D.
(éds.). 2000. African languages: an introduction. Cambridge : Cambridge U niversity
418
Press).
*― (2006). Syntaxe générale : une introduction typologique. 2 volumes. Paris : Hermès
*― (2007a). A s ketch of B ambara ar gument s tructure. P apier p résenté à Workshop on
Grammar and Processing of Verbal Arguments, 20-21 avril, 2007. Leipzig.
*― (2007b). Participles and finiteness: the case of Akhvakh. Manuscrit.
*― (2009). Le malinké de Kita. Cologne : Rüdiger Köppe..
*Cresti, D. M. (2000). Ellipsis and reconstruction in relative clauses. Dans M. Hirotani, A.
Coetzee, N . H all & J .-Y. K im ( éds.), Proceedings of t he 30t h meeting of t he
North-Eastern Linguistics S ociety (pp. 153 -163). A mherst : G raduate L inguistic
Student Association of the University of Massachusetts.
Crisma, P. (1990). Functional categories inside the noun phrase: a study of the distribution
of nominal modifiers. Thèse de doctorat. Venise : Université de Venise
*Cristofaro, S. (2003). Subordination. Oxford : Oxford University Press.
*Croft, W. (1990). Typology and universals. Cambridge : Cambridge University Press.
*― (2003). Typology and universals. (2ème éd .). C ambridge : C ambridge U niversity
Press.
Croft, W. & D eligianni, E . (2001). A symmetries in N P w ord order. Papier présenté à
International Sy mposium on D eixis and Q uantification i n L anguages Spok en i n
Europe and North and Central Asia, 23-25 mai, 2001. Université d’Udmurt, Izhevsk,
Russie.
*Crystal, D . ( 2003). A dictionary of linguistics and phonetics (5ème é d.). O xford :
Blackwell Publishing.
*Csató, É. Á. & Karakoç, B. (1998). Noghay. Dans L. Johanson & É. Á. Csató (éds.). The
Turkic languages (pp. 333-343). Londres/New York : Routledge.
Csúcs, S. (1998). Udmurt. Dans D. A bondolo (éd.). The Uralic languages (pp. 276-304).
Londres/New York : Routledge.
Culicover, P. W. ( 1997). Principles and par ameters: an i ntroduction t o s yntactic t heory.
Oxford : Oxford University Press.
*Culicover, P . W . & P . M . P ostal. ( éds.). ( 2001). Parasitic gaps. Cambridge,
Massachusetts : MIT Press.
Culy, C. (1990). Syntax and s emantics o f i nternally he aded r elative c lauses. Thèse d e
doctorat. Palo Alto, CA : Stanford University.
*Dalby, A. ( 2004). Dictionary o f l anguages: the de finitive r eference t o m ore t han 400
languages (édition révisée). New York : Columbia University Press.
Davis, C. (2006). Evidence against movement in Japanese relative clauses. Prospectus de
l’ECO5 2006. Cambridge, Massachusetts : MIT.
*Dawkins, R . M . ( 1916). Modern G reek i n A sia M inor: a s tudy of t he di alects of Sí lli,
Cappadocia and P hárasa with gr ammars, t exts, t ranslations, and gl ossary.
Cambridge : Cambridge University Press.
*Dayal, V . ( 2004). N umber marking a nd ( in)definiteness in k ind t erms. Linguistics and
Philosophy, 27(4), 393-450.
*de Rijk, R. (1972a). Relative clauses in Basque: a guided tour. Dans P. M. Peranteau, J. N.
Levi & G. C. Phares (éds.), The Chicago which hunt: papers from the relative clause
festival (pp. 115-135). Chicago : Chicago Linguistic Society.
419
*― (1972b). Studies in B asque syntax: relative cl auses. Thèse d e d octorat. C ambridge,
Massachusetts : MIT
Del G obbo, F. (2004). On p renominal r elative c lauses and ap positive ad jectives. D ans B .
Schmeiser, V. C hand, A. Kelleher and A. R odriguez ( éds.). Proceedings of t he 23t h
West C oast C onference on F ormal L inguistics (pp. 182-194). Somerville, M A :
Cascadilla Press.
*― (2005). Chinese relative clauses: restrictive, descriptive or appositive? Dans L. Brugè,
G. G iusti, N . M unaro, W. S chweikert & G. T urano ( éds.), Contributions t o t he X XX
Incontro di Grammatica Generativa (pp. 287-305).Venise : Cafoscarina.
*DeLancey, S . ( 1986). R elativization a s nominalization in T ibetan a nd N ewari. Papier
présenté à 19th International Conference on Si no-Tibetan languages and Linguistics.
Columbus : Ohio State University
*― (2002). Nominalization and r elativization in Bodic. Dans P. Chew ( éd.), Proceedings
of t he 28th annual meeting o f t he B erkeley L inguistic S ociety, special session on
Tibeto-Burman and Sout heast A sian linguistics, in honor of prof. J ames A . M atisoff
(pp. 55-72). Berkeley : Berkeley Linguistic Society.
― (2003a). Classical Tibetan. Dans G. Thurgood & R. J. LaPolla (éds.), The Sino-Tibetan
languages (pp. 255-269). Londres/New York : Routledge.
*― (2003b). L hasa T ibetan. D ans G . Thurgood & R . J . L aPolla ( éds.), The Si no-Tibetan
languages (pp. 270-288). Londres/New York : Routledge.
*Delsing, L .-O. ( 1988). T he S candinavian no un p hrase. Working papers i n Sc andinavian
syntax, 42, 57-79.
*Demeke, G. A . ( 2001). N -final r elative c lauses: the A mharic ca se. Studia L inguistica.
55(2), 192-216.
Demeke, G. A . & M eyer, R . ( 2007). T opics a nd topicalization in Amharic. Journal of
African Languages and Linguistics, 28(1), 19-36.
*Demirdache, H . ( 1991). Resumptive ch ains i n r estrictive r elatives, a ppositives a nd
dislocation structures. Thèse de doctorat. Cambridge, Massachusetts : MIT.
*Den D ikken, M. (2007). Amharic r elatives and possessives: definiteness, agreement and
the linker. Linguistic Inquiry, 38(2), 302-320.
*Denwood, P. (1999). Tibetan. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Deutscher, G . ( 2001). T he r ise a nd fall o f a rogue relative co nstruction. Studies i n
Language, 25(3), 405-422.
*Devi, T. H. (2008). The Manipuri relative clause: a syntactic account. Manuscrit.
*Diesing, M. (1992). Indefinites. Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
*Diessel, H . ( 1999). Demonstratives: form, function and
grammaticalization.
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Dik, S. ( 1997). The t heory o f functional grammar (2ème é d., K . H engeveld ( éd.)). 2
volumes. Berlin : Mouton de Gruyter.
*Dimitrova-Vulchanova, M . ( 2003). M odification in t he B alkan nominal e xpression: a n
account of t he ( A)NA:AN(*A) o rder c ontrast. D ans M . C oene & Y . D’hulst ( éds.),
From N P t o D P: the syntax and semantics o f noun phrase (Vol. 1, pp . 91 -118).
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Ding, P. S. (2003). Prinmi: a sketch of Niuwozi. Dans G. Thurgood & R. J. LaPolla (éds.),
420
The Sino-Tibetan languages (pp. 588-601). Londres/New York : Routledge.
*Dixon, R. M. W. (1994). Ergativity. Cambridge : Cambridge University Press.
*― (2003). D emonstratives: a cross-linguistic t ypology. Studies i n L anguage, 27(1),
61-112.
*― (2004). Adjective c lasses in t ypological p erspective. D ans R . M . W. D ixon & A. Y .
Aikhenvald (éds.), Adjective classes: a cross-linguistic typology (pp. 1 -49). O xford :
Oxford University Press.
Dixon, R. M. W., & Aikhenvald, A. Y. (éds.). (2004). Adjective classes: a cross-linguistic
typology. Oxford : Oxford University Press.
*Dobrovie-Sorin, C . (2002). F rom D Ps t o N Ps: a B are P hrase S tructure acco unt of
genitives. Dans M. Coene & Y. D’hulst (éds.), From NP to DP, vol. 2: the expression
of pos session i n noun phr ases (pp. 75 -120). A msterdam/Philadelphia : J ohn
Benjamins.
*Dobrushina, N., & Tatevosov, S. (1996). Usage of verbal forms. Dans A. E. Kibrik, S. G.
Tatevosov & A . E ulenberg ( éds.), Godoberi (pp. 91 -107). M ünchen/Newcastle :
Lincom Europa.
Doerfer, G. (1998). Turkic languages of Iran. Dans L. Johanson & É. Á. Csató (éds.). The
Turkic languages (pp. 273-282). Londres/New York : Routledge.
*Doherty, C. (1993). Clauses without that: the case for bare sentential complementation in
English. Thèse de doctorat. Santa Cruz : University of California.
*Doornenbal, M . ( 2009). A gr ammar o f B antawa. G rammar, paradigm t ables, gl ossary
and texts of a Rai language of Eastern Nepal. Utrecht : LOT.
*Doron, E., & H eycock, C . (1999). F illing a nd l icensing multiple s pecifiers. D ans D .
Adger, S. Pintzuk, B. Plunkett & G. Tsoulas (éds.), Specifiers: minimalist approaches
(pp. 69-89). Oxford : Oxford University Press.
*Downing, B. T. (1978). Some universals of relative clause structure. Dans J. Greenberg, C.
A. Ferguson & E. A. Moravcsik (éds.), Universals of human language, vol. 4: syntax
(pp. 375-418). Stanford : Stanford University Press.
*Dryer, M. S. (1989). Article-noun order. Dans B. Music, R. Graczyk & C. Wiltshire (éds.),
Papers from the 25th annual regional meeting of the Chicago Linguistic Society, part
one: the general session (pp. 83-97). Chicago : Chicago Linguistics Society.
*― (1991). SVO l anguage a nd t he O V:VO t ypology. Journal of L inguistics, 27(2),
443-482.
― (1992). The Greenbergian word order correlations. Language, 68(1), 81-138.
― (1996). Word order typology. Dans J. Ja cobs (éd.). Handbook o f syntax. (Vol. 2 , pp
1050-1065). Berlin : Walter de Gruyter.
― (2003). W ord order i n S ino-Tibetan languages from a t ypological a nd g eographical
perspective. D ans G . T hurgood & R . J . L aPolla (éds.), The Si no-Tibetan languages
(pp. 43-55). Londres/New York : Routledge.
*― (2005a). Definite articles. Dans M. Haspelmath, M. S. Dryer, D . G il, & B . C omrie
(éds.), The world atlas of language structures (pp. 154 -157). O xford : O xford
University Press.
― (2005b). Order of subject, object and verb. Dans M. Haspelmath, M. S. Dryer, D. Gil, &
B. C omrie ( éds.), The world atlas o f language structures (pp. 330 -333). Oxford :
421
Oxford University Press.
― (2005c). Order or genitive and noun. Dans M. Haspelmath, M. S. Dryer, D. Gil, & B.
Comrie (éds.), The world atlas of language structures (pp. 350-353). Oxford : Oxford
University Press.
― (2005d). Order of adjective and noun. Dans M. Haspelmath, M. S. Dryer, D. Gil, & B.
Comrie (éds.), The world atlas of language structures (pp. 354-357). Oxford : Oxford
University Press.
― (2005e). O rder of d emonstrative a nd no un. D ans M . H aspelmath, M . S . Dryer, D. G il,
& B. Comrie ( éds.), The world atlas o f language structures (pp. 358 -361). O xford :
Oxford University Press.
― (2005f). Order of numeral and noun. Dans M. Haspelmath, M. S. Dryer, D. Gil, & B.
Comrie (éds.), The world atlas of language structures (pp. 362-365). Oxford : Oxford
University Press.
*― (2005g). Order of relative clause and noun. Dans M. Haspelmath, M. S. Dryer, D. Gil,
& B. Comrie ( éds.), The world atlas o f language structures (pp. 366 -369). O xford :
Oxford University Press.
*― (2005h). Relationship between t he o rder of o bject and verb a nd t he order of r elative
clause and noun. Dans M. Haspelmath, M. S. Dryer, D. Gil, & B. Comrie (éds.), The
world atlas of language structures (pp. 390-393). Oxford : Oxford University Press.
*― (2007a). W ord order. D ans T . S hopen (éd.). Language typology and syntactic
description, vol. I: clause structure (2ème éd.) (pp. 61-131). Cambridge : Cambridge
University Press.
*― (2007b). N oun ph rase s tructure. Dans T. S hopen (éd.). Language typology and
syntactic description, v ol. II : complex constructions (2ème é d.) ( pp. 151 -205).
Cambridge : Cambridge University Press.
*Dubois, J ., G iacomo, M ., G uespin, L ., M arcellesi, C ., M arcellesi, J .-B., & M ével, J .-P.
(2001). Dictionnaire de linguistique. Paris : Larousse.
*Dumestre, G. (2003). Grammaire fondamentale du bambara. Paris : Éditions Karthala.
*Ebert, K. (1997). Camling (Chamling). München/Newcastle : Lincom Europa.
― (2003). Kiranti languages: an overview. Dans G. Thurgood & R. J. LaPolla (éds.), The
Sino-Tibetan languages (pp. 505-517). Londres/New York : Routledge.
*Elfenbein, J . ( 1998). B rahui. D ans S. B . S teever (éd.). The D ravidian languages (pp.
388-414). Londres/New York : Routledge.
*Endo, Y . ( 2007). Locality and information structure: a cartography approach t o
Japanese. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Engdahl, E. (1983). Parasitic gaps. Linguistics and Philosophy, 6(1), 5-34.
*Erteschik, N . ( 1973). The nature of island constraints. Thèse d e D octorat. Cambridge,
Massachusetts : MIT.
*Evans, N ., & O sada, T. ( 2005). M undari: t he myth o f a language w ithout w ord c lasses.
Linguistic Typology, 9(3), 351-390.
*Fabb, N . ( 1990). T he d ifference be tween E nglish restrictive an d n onrestrictive r elative
clause. Journal of Linguistics, 26(1), 57-77.
*― (1999). Relative clauses. Dans K. Brown, & J. Miller (éds.). Concise encyclopedia of
grammatical categories (pp. 319-324). Oxford : Elsevier.
422
*Facundes, S . d. S . ( 2000). The l anguage o f t he A purinã pe ople o f B razil
(Maipure/Arawak). Thèse de doctorat. Buffalo : State University of New York.
*Farkas, D . ( 2001). V ers un e t ypologie s émantique de s s yntagmes n ominaux. D ans G .
Kleiber, B. Laca & L. Tasmowski (éds.), Typologie des groupes nominaux (pp. 17-46).
Rennes : Presses Universitaires de Rennes.
*Farkas, D . & S wart, H . d . (2009). S tability a nd v ariation in ar ticle c hoice: g eneric a nd
non-generic co ntexts. D ans A. G iannakidou & M . R athert ( éds.), Quantification,
definiteness, and nominalization (pp. 188-213). Oxford : Oxford University Press.
*Feuillet, J. (2006). Introduction à la typologie linguistique. Paris : Honoré Champion.
*Fodor, J. D., & Sag, I. (1982). Referential and quantificational indefinites. Linguistics and
Philosophy, 5(3), 355-398.
Foley, W. A . ( 1986). The P apuan languages of N ew G uinea. Cambridge : C ambridge
University Press.
*Fox, B. A. (1987). The noun phrase accessibility hierarchy reinterpreted: subject primary
or the absolutive hypothesis. Language, 63(4), 856-870.
*Frajzyngier, Z . ( 1995). A f unctional t heory o f co mplementizers. D ans J . B ybee & S .
Fleischman ( éds.), Modality i n grammar and
discourse (pp. 473 -502).
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Freidin, R. (1997). Review article: The minimalist program. Language, 73(3), 571-582.
*Fukui, N. (2003). Phrase structure. Dans M. Baltin & C. Collins (éds.), The handbook of
contemporary syntactic theory (pp. 374-406). Oxford : Blackwell.
Fukui, N. & Takano, Y. (2000). Nominal structure: an extension of the symmetry principle.
Dans P . S venonius (éd.). The de rivation o f V O and O V (pp. 219 -254).
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
Fukui, N. & Zushi, M. ( 2008). On cer tain d ifferences between noun p hrases a nd c lauses.
Dans H. H . M üller & A. K linge (éds.), Essays on nom inal de termination: from
morphology to discourse management (pp. 265-286). Amsterdam/Philadelphia : John
Benjamins.
Fulass, H . ( 1972). O n A mharic r elative c lauses. Bulletin o f t he s chool o f O riental and
African studies, XXXV(3), 497-513.
*Gair, J. W. (2003). Sinhala. Dans G. C ardona & D. Jain (éds.). The Indo-Aryan languages
(pp. 766-817). Londres/New York : Routledge.
*Gair, J. W. & Paolillo, J. C. (1997). Sinhala. München : Lincom Europa.
*Gapany, J . & Apothéloz, D . ( 1993). A utour d es r elatives non s tandard. TRANEL 20,
125-137.
Gassman, R. (1977). Relative clauses in late Archaic Chinese. Cahiers de Linguistique Asie
Orientale, 1(1), 61-71.
*van Gelderen, E . ( 2004). Grammaticalization as economy. A msterdam/Philadelphia :
John Benjamins.
*Genetti, C. (2003). Dolakhā Newār. Dans G. Thurgood & R. J. LaPolla (éds.), The
Sino-Tibetan languages (pp. 355-370). Londres/New York : Routledge.
― (éd.) ( 2004). Tibeto-Burman l anguages o f N epal: Manange and She rpa. Canberra :
Research School of Pacific and Asian Studies.
*― (2006). C omplement c lause t ypes a nd co mplementation strategy in D olakha N ewar.
423
Dans R . M . W . D ixon & A. Y . A ikhenvald ( éds.), Complementation: a
cross-linguistic typology (pp. 137-158). Oxford : Oxford University Press.
*― (2007). A grammar of Dolakha Newar. Berlin : Mouton de Gruyter.
Georg, S. (2003). Ordos. D ans J . J anhunen ( éd.), The Mongolic languages (pp. 193-209).
Londres/New York : Routledge.
Giannakidou, A., & Rathert, M. (2009). The structure of quantifiers a nd nominalizations,
and t he r ole o f t he d efinite ar ticle. D ans A. Giannakidou & M . R athert ( éds.),
Quantification, definiteness, and nominalization (pp. 1 -19). O xford : O xford
University Press.
*Gil, D . ( 2005a). G enitive, ad jectives an d r elative cl auses. D ans M . H aspelmath, M. S .
Dryer, D . G il & B . C omrie ( éds.), The world atlas of language structures (pp.
246-249). Oxford : Oxford University Press.
― (2005b). A djectives w ithout n ouns. D ans M . H aspelmath, M . S . D ryer, D . G il & B .
Comrie (éds.), The world atlas of language structures (pp. 250-253). Oxford : Oxford
University Press.
*Gilligan, G. M. (1987). A cross-linguistic approach t o the pro-drop parameter. Thèse de
doctorat. Los Angeles : University of Southern California.
*Giusti, G. (1993). La sintassi dei determinanti. Padoue : Unipress.
*― (1997). T he cat egorial s tatus o f d eterminers. D ans L . H aegeman ( éd.), The new
comparative syntax (pp. 95-124). Londres : Longman.
*― (2001). The birth of a functional category: from Latin ILLE to the Romance article and
personal pronoun. Dans G. Cinque & G. Salvi (éds.), Current studies in Italian syntax:
essays offered to Lorenzo Renzi (pp. 157-171). Amsterdam : North Holland.
*― (2002). T he f unctional s tructure of no un p hrases: a Bare Phrase Structure ap proach.
Dans G . C inque ( éd.), The c artography of s yntactic s tructures, vol. 1: functional
structure in DP and IP (pp. 54-90). Oxford : Oxford University Press.
*Givón, T . ( 2001). Syntax: an i ntroduction. 2 v olumes. A msterdam/Philadelphia : J ohn
Benjamins.
*― (2009). The genesis o f syntactic complexity: diachrony, ont ogeny, ne uro-cognition,
evolution. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
Godard, D. (1988). La syntaxe des relatives en français. Paris : CNRS Éditions.
Göksel, A . & K erslake, C . ( éds.). ( 1998). Studies i n T urkish and T urkic languages:
Proceedings of the 9th International Conference on Turkish Linguistics. Wiesbaden :
Harrassowitz.
*― (2005). Turkish: a comprehensive grammar. Londres/New York : Routledge.
*Gołąb, Z., & Friedman, V. A. (1972). The relative clause in Slavic. Dans P. M. Peranteau,
J. N. Levi & G. C. Phares (éds.), The Chicago which hunt: papers f rom the relative
clause festival (pp. 30-46). Chicago : Chicago Linguistic Society.
Goodluck, H . & R ochemont, M . ( 1992). I sland c onstraints: a n introduction. D ans H.
Goodluck & M. R ochemont (éds.), Island constraints (pp. 1-33).
Dordrecht/Bonston/Londres : Kluwer.
*Gragg, G. B. (1972). Sumerian and selected Afro-asiatic languages. Dans P. M. Peranteau,
J. N. Levi & G. C. Phares (éds.), The Chicago which hunt: papers f rom the relative
clause festival (pp. 153-168). Chicago : Chicago Linguistic Society.
424
*Greenbaum, S. (1996). Oxford English Grammar. Oxford : Oxford University Press.
*Greenberg, J . H . ( 1963). S ome u niversals o f g rammar w ith p articular r eference t o the
order of meaningful elements. Dans J. H. Greenberg (éd.). Universals of language (pp.
58-90). Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
*― (1978). H ow d oes a l anguage acq uire gender m arkers. Dans J. G reenberg, C . A .
Ferguson & E . A . M oravcsik ( éds.), Universals o f human language, vol. 3: word
structure (pp. 47-82). Stanford : Stanford University Press.
Grevisse, M . ( 1993). Le bon us age : gr ammaire f rançaise. (13ème é d., r efondue pa r A.
Goosse). Paris : Duculot.
Griffin, R . M . ( 1992). A s tudent’s L atin gr ammar. Cambridge : C ambridge U niversity
Press.
*Griffiths, A . ( 2008). G utob. D ans G . D . S . A nderson ( éd.), The M unda languages (pp.
633-681). Londres/New York : Routledge.
*Grimshaw, J. B. (1974). Relativization by deletion in Chaucerian Middle English. Dans E.
Kaisse & J . H ankamer ( éds.), Papers f rom t he 5 th annual meeting o f th e
North-Eastern Linguistic Society (pp. 216-224). Cambridge, Massachusetts : Harvard
University.
*― (1990). Argument Structure. Cambridge, Massachusetts : MIT Press
*Grohmann, K . K . ( 2000). Prolific peripheries: a radical view f rom t he left. Thèse d e
doctorat. College Park : University of Maryland.
*Grosu, A . ( 2000a). Type-resolution i n relative constructions: featural marking a nd
dependency encoding. Dans A. Alexiadou, P. Law, A. Meinnunger & C. Wilder (éds.),
The syntax o f relative clauses (pp. 83 -119). A msterdam/Philadelphia : J ohn
Benjamins.
*― (2000b). T ype-resolution i n relative constructions: competing restrictive a nd
maximalizing construals. Dans E. Bennis & E. J. Reuland (éds.), Interface Strategies
(pp. 127-152). Amsterdam : Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences.
*― (2002a). Strange r elatives at t he interface o f two mi llennia. Glot I nternational, 6 (6),
145-167.
*― (2002b). ‘Transparent’ free r elatives as a s pecial instance o f ‘ standard’ free r elatives.
Dans M. Coene & Y. D’hulst (éds.), From NP to DP, vol. 1: the syntax and semantics
of noun phrases (pp. 139-178). Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*― (2003). A uni fied t heory o f ‘standard’ a nd ‘ transparent’ free r elatives. Natural
Language and Linguistic Theory, 21(2), 247-331.
*Grosu, A. & L andman, F. ( 1998). Strange r elatives o f t he third k ind. Natural L anguage
Semantics, 6(2), 125-170.
*Gruzdeva, E. (1998). Nivkh. München : Lincom Europa.
*Guisard, P., & Laizé, C. (2001). Grammaire nouvelle de la langue latine. Paris : Bréal.
Güldemann, T., & Vossen, R. (traduit par G. Segerer) (2004). Le Khoisan. Dans B. Heine
& D. Nurse (éds.). Traduction et édition françaises sous la direction de H. Tourneux et
J. Zerner, Les langues af ricaines (pp. 121-148). Paris : Karthala. (Édition o riginale :
African languages: an introduction. (2000). Cambridge : Cambridge University Press)
*Haegeman, L . ( 1994). Introduction t o G overnment and B inding T heory. (2ème éd .).
Oxford : Basil Blackwell.
425
(éd.). ( 1997). Elements o f gr ammar: handbook i n ge nerative s yntax.
Dordrecht/Boston/Londres : Kluwer.
*Hahn, R . F . ( 1998a). U yghur. D ans L . Jo hanson & É . Á . C sató ( éds.), The T urkic
languages (pp. 379-396). Londres/New York : Routledge.
― (1998b). Yellow Uyghur and Salar. Dans L. Johanson & É. Á. Csató (éds.), The Turkic
languages (pp. 397-402). Londres/New York : Routledge.
Hale, K. L. (1976). The adjoined relative clauses in Australia. Dans R. M. W. Dixon (éd.).
Grammatical categories in Australian languages (pp. 78-105). Canberra : Australian
Institute of Aboriginal Studies.
Han, C.-h., & Kim, J.-B. (2004). Are there “double relative clauses” in Korean. Linguistic
Inquiry, 35(2), 315-337.
Hankamer, J . & Knecht, L . (1976). T he r ole of t he s ubject/non-subject d istinction in
determining the choice of relative clause participle in Turkish. Dans J. Hankamer & J.
Aissen ( éds.), Harvard studies i n syntax and semantics (pp. 197 -219). C ambridge :
Cambridge University Press.
*Hansson, I.-L. (2003). Akha. Dans G. Thurgood & R. J. LaPolla (éds.), The Sino-Tibetan
languages (pp. 236-251). Londres/New York : Routledge.
*Harada, S. I. (1976). Honorifics. Dans M. Shibatani (éd.), Syntax and semantics, vol. 5:
Japanese generative grammar (pp. 499-561). New York : Academic Press.
Harbert, W . ( 1995). B inding t heory, c ontrol a nd pro. D ans G. W ebelhuth (éd.).
Government and B inding T heory and the M inimalist P rogram: principles and
parameters in syntactic theory (pp. 177-240). Oxford : Blackwell.
Harder, P . ( 2008). D eterminers a nd de finiteness: functional s emantics a nd s tructural
differentiation. D ans H. H . M üller & A. K linge (éds.), Essays on nom inal
determination: f rom m orphology t o di scourse m anagement (pp. 1-26).
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Hargreaves, D . (2003). Kathmandu Newar (Nepāl Bhāśā). Dans G. Thurgood & R. J.
LaPolla ( éds.), The Si no-Tibetan languages (pp. 371 -384). Londres/New Yo rk :
Routledge.
*Haspelmath, M. (1993). A grammar of Lezgian. Berlin/New York : Mouton de Gruyter.
*― (1996). C omplement clauses. D ans A . E . K ibrik, S . G . T atavosov & A . E ulenberg
(éds.), Godoberi (pp. 175-197). München/Newcastle : Lincom Europa.
*― (traduit de l’allemand par Jacques François) (2009). Pourquoi la typologie des langues
est-elle possibles ? Bulletin de la Linguistique de Paris, CIV(1), 17-38.
*Haspelmath, M. , Dryer, M . S., G il, D . & C omrie, B . ( éds.). (2005). The world atlas of
language structures. Oxford : Oxford University Press.
*Hawkins, J. A. (1983). Word order universals. New York : Academic Press.
*― (1990). A parsing theory of word order universals. Linguistics Inquiry, 21(2), 223-261.
*― (1994). A pe rformance t heory o f or der and c onstituency. Cambridge : C ambridge
University Press.
― (1999). Processing complexity and filler-gap dependencies across grammar. Language,
75(2), 244-285.
― (2004). Efficiency and complexity in syntax. Oxford : Oxford University Press.
*Haley, M. C., & Lunsford, R. F. (1994). Noam Chomsky. New York : Twayne Publishers.
―
426
Hayward, R . J . (traduit pa r M .-C. S imeone-Senelle & M . V anhove) (2004).
L’Afroasiatique. D ans B . H eine & D . N urse ( éds.). T raduction et éd ition françaises
sous la d irection d e H. Tourneux e t J . Z erner, Les l angues af ricaines (pp. 91 -120).
Paris : K arthala. (Édition o riginale : African languages: an introduction. (2000).
Cambridge : Cambridge University Press)
*Hazout, I . ( 2001). Predicate f ormation: t he cas e o f p articipial r elatives. The L inguistic
Review, 18(2), 97-123.
*Heath, J. (1972). Uto-Aztecan relative clauses. Dans P. M. Peranteau, J. N. Levi & G. C.
Phares ( éds.), The C hicago which hunt: papers f rom the relative clause festival (pp.
230-245). Chicago : Chicago Linguistic Society.
Heim, I . ( 1982). Semantics o f definite and indefinite noun phrases. Thèse d e d octorat.
Amherst : University of Massachusetts
*Heim, I. & Kratzer, A. (1998). Semantics in generative grammar. Oxford : Blackwell.
Heine, B. & Nurse, D. Traduction et édition françaises sous la direction de H. Tourneux et
J. Zerner. (2004). Les langues africaines. Paris : Éditions Karthala (édition o riginale :
African languages: an introduction. (2000). C ambridge : C ambridge U niversity
Press).
*Hengeveld, K . ( 2006). L inguistic t ypology. Dans R . M airal & J . G il ( éds.), Linguistic
universals (pp. 46-66). Cambridge : Cambridge University Press.
*Herring, S . C. ( 1991). N ominalization, r elativization, a nd a ttribution in L otha, A ngami,
and Burmese. Linguistics of the Tibeto-Burman Area, 14(1), 55-72.
*Herslund, M . (2008). A rticles, de finite a nd indefinite. D ans H. H . M üller & A. K linge
(éds.), Essays on nominal determination: from morphology to discourse management
(pp. 27-44). Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Hetzron, R. (éd.). (1997). The Semitic languages. Londres/New York : Routledge.
*Hewitt, B . G . ( 1979). The r elative clause in Abkhaz ( Abžui d ialect). Lingua, 47 (2-3),
151-188.
*― (1987). The typology of subordination i n G eorgian and A bkhaz. Berlin : M outon de
Gruyter.
― (2004). Introduction t o t he study o f t he languages of C aucasus. Muenchen : L incom
Europa.
*Hewson, J ., & B ubenik, V . ( 2006). From case t o adposition: the development o f
configurational syntax in Indo-European languages. A msterdam/Philadelphia : J ohn
Benjamins.
Heycock, C. (2005). On the interaction of adjectival modifiers and relative clauses. Natural
Language Semantics, 13(4), 359-382.
*Hildebrandt, K. A. ( 2004). A gr ammar a nd g lossary o f t he M anange language. D ans C.
Genetti (éd.). Tibeto-Burman languages of Nepal: Manange and Sherpa (pp. 1-189).
Canberra : Research School of Pacific and Asian Studies.
*Himmelmann, N . P . ( 2005a). T he A ustronesian languages o f Asia a nd M adagascar:
typological c haracteristics. D ans A. Ad elaar & N. P . H immelmann (éds.). The
Austronesian languages of Asia and Madagascar (pp. 110-181). Londres/New York :
Routledge.
― (2005b). T agalog. D ans A. Ad elaar & N. P. Himmelmann (éds.). The A ustronesian
427
languages of Asia and Madagascar (pp. 350-376). Londres/New York : Routledge.
Hiraiwa, K. (2000). On nominative-genitive conversion. MIT working papers in linguistics,
39, 66-124.
*Holes, C . ( 2004). Modern A rabic: structures, functions and varieties (édition r évisée).
Washington, D.C. : Georgetown University Press.
Hopple, P . M . ( 2003). The s tructure o f nom inalization i n B urmese. Thèse d e d octorat.
Arlington : University of Texas.
*Horie, K . ( 2002). A co mparative t ypological acco unt o f J apanese a nd Korean
morphosyntactic contrast. Eoneohag, 32, 9-37.
*Hornstein, N. (1995). Logical Form: from GB to Minimalism. Oxford : Blackwell.
*Hornstein, N . & Antony, L . ( 2003). I ntroduction. D ans L. M . A ntony & N . H ornstein
(éds.), Chomsky and his critics (pp. 1-10). Oxford : Blackwell.
*Hornstein, N . Nunes, J . & G rohmann, K . K . ( 2005). Understanding M inimalism.
Cambridge : Cambridge University Press.
*Horrocks, G . C ., & S tavrou, M . (1987). B ounding t heory a nd G reek s yntax: e vidence
from wh-movement in NP. Journal of Linguistics, 23(1), 79-108.
*Hoshi, K. (2004). Remarks o n N-final relativization in J apanese. English Studies, 44(1),
113-147.
Hsiao, F. & Gibson, E. (2003). Processing relative clause in Chinese. Cognitive Linguistics,
90(1), 3-27.
*Hsieh, M .-L. ( 2005). Two types o f modifiers a nd pa rallelisms between D Ps a nd T Ps in
Chinese. Language and Linguistics, 6(3), 397-429.
*Hu, J ., P an, H ., & X u, L . ( 2001). Is there a f inite v s. n onfinite distinction i n Chinese?
Linguistics, 39(6), 1117-1148.
*Hualde, J . I. (2003a). N onfinite forms. Dans J. I . H ualde & J. O rtiz d e Urbina ( éds.), A
Grammar of Basque (pp. 196-205). Berlin/New York : Mouton de Gruyter.
*― (2003b). Finite forms. D ans J . I . H ualde & J . O rtiz de Urbina ( éds.), A Gr ammar of
Basque (pp. 205-246). Berlin/New York : Mouton de Gruyter.
Hualde, J. I. & Ortiz de Urbina, J. (éds.). (1993). Generative studies in Basque linguistics.
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
― (éds.). (2003). A grammar of Basque. Berlin/New York : Mouton de Gruyter.
Huang, C. (2008). Relativization in Qiang. Language and Linguistics, 9(4), 735-768.
*Huang, C.-T. J. (1982). Logical relations in Chinese and the theory of grammar. Thèse de
doctorat. Cambridge, Massachusetts : MIT
*― (1984). On the distribution and reference of empty pronouns. Linguistic Inquiry, 15(4),
531-574.
― (1987). Remarks on empty categories in Chinese. Linguistic Inquiry, 18(2), 321-337.
― (1989). P ro-drop i n C hinese: a generalized C ontrol T heory. D ans O. Jaeggli & K. J .
Safir (éds.), The null subject parameter (pp. 185-214). Dordrecht/Bonston/Londres :
Kluwer.
*Huang, C .-T. J ., L i, Y .-H. A ., & L i, Y . ( 2009). The s yntax of C hinese. C ambridge :
Cambridge University Press.
*Huang, L . M . ( 2002). N ominalization in M ayrianx Atayal. Language and L inguistics,
3(2), 197-225.
428
*Huber, B. (2003). Relative c lauses in Kyirong T ibetan. Linguistics of the Tibeto-Burman
Area, 26(1), 1-14.
*Hudson, G. (1997). Amharic and Argobba. Dans R. Hetzron. (éd.). The Semitic languages
(pp. 457-485). Londres/New York : Routledge.
*Hulsey, S ., & S auerland, U . (2006). S orting out r elative c lauses. Natural L anguage
Semantics, 14(2), 117-137.
*von Humboldt, W. ( 1825). Ü ber da s E ntstechen de r g rammatischen F ormen, un d ihren
Einfluß au f d ie I deeentwicklung. Abhandlungen de r hi st. phi l. K lasse, 401 -430.
Berlin : Königliche Akademie der Wissenschaften.
Ihsane, T., & Puskás, G. (2001). Specific is not definite. Generative Grammar in Geneva,
2, 39-54.
*Ingram, D . ( 1989). First l anguage ac quisition: m ethod, de scription and e xplanation.
Cambridge : Cambridge University Press.
*Ishizuka, T. (2006). Restrictive and non-restrictive relative clauses in Japanese: evidence
for movement. Manuscrit.
*Itier, C. (1997). Parlons quechua : la langue du Cuzco. Paris : L’Harmattan.
*Jackendoff, R. (1977). X’-syntax: a study of phrase structure. Cambridge, Massachusetts :
MIT Press.
*Jacquesson, F. (2008). A Dimasa grammar. Manuscrit.
Jaeggli, O ., & S afir, K . J . ( éds.). ( 1989). The null subject parameter.
Dordrecht/Bonston/Londres : Kluwer.
*Jakobson, R. (1957). Shifters, verbal categories, and the Russian verb. Harvard : Harvard
University Press.
*Janhunen, J . ( 2003a). Proto-Mongolic. D ans J . J anhunen ( éd.), The M ongolic languages
(pp. 1-28). Londres/New York : Routledge.
― (2003b). M ongol dialects. Dans J. Ja nhunen (éd.). The M ongolic languages (pp.
177-192). Londres/New York : Routledge.
― (éd.) (2003c). The Mongolic languages. Londres/New York : Routledge.
*Johanson, L . ( 1998a). T he structure o f Turkic. Dans L. J ohanson & É. Á. C sató (éds.).
The Turkic languages (pp. 30-66). Londres/New York : Routledge.
― (1998b). T he history o f T urkic. Dans L. J ohanson & É. Á. C sató (éds.). The T urkic
languages (pp. 81-125). Londres/New York : Routledge.
Johanson, L . & C sató, É. Á . ( éds.) (1998). The Turkic languages. Londres/New York :
Routledge.
Johnson, D . E ., & L appin, S . (1999). Local c onstraints and e conomy. Stanford : C SLI
Publications.
*Josephs, L. S. (1976). Complementation. Dans M. Shibatani (éd.). Syntax and semantics,
vol. 5: Japanese generative grammar (pp. 307-369). New York : Academic Press.
Junghare, I . Y . ( 1973). R estrictive r elative c lauses i n M arathi. Indian L inguistics, 34 (4),
251-262.
*Kaiser, S ., Ichikawa, Y ., K obayashi, N . & Y amamoto, H . ( 2001). Japanese: a
comprehensive grammar. Londres/New York : Routledge.
*Kalluli, D. (2000). Restrictive relative clause revisited. Dans M. Hirotani, A. Coetzee, N.
Hall & J .-Y. K im ( éds.), Proceedings of t he 30t h meeting o f t he N orth-Eastern
429
Linguistics Society (pp. 353-362). Amherst : Graduate Linguistic Student Association
of the University of Massachusetts.
*Kameshima, N. (1989). The syntax of restrictive and nonrestrictive clauses in Japanese.
Thèse de doctorat. Madison : University of Wisconsin.
Kangasmaa-Minn, E . (1998). M ari. D ans D. A bondolo (éd.). The U ralic languages (pp.
219-248). Londres/New York : Routledge.
*Kaplan, T . & W hitman, J . ( 1995). T he cat egory o f r elative c lauses in J apanese, w ith
reference to Korean. Journal of Asian Linguistics, 4(1), 29-58.
Karlsson, F. (1972). Relative clauses in Finnish. Dans P. M. Peranteau, J. N. Levi & G. C.
Phares ( éds.), The C hicago which hunt: papers f rom the relative clause festival (pp.
106-114). Chicago : Chicago Linguistic Society.
*Kazenin, K. (1996). Word order in noun phrase. Dans S. G. Kibrik, S. G. Tatevosov & A.
Eulenberg (éds.), Godoberi (pp. 148-154). München/Newcastle : Lincom Europa.
Kato, A. (2003). Pwo Karen. Dans G. Thurgood & R. J. LaPolla (éds.), The Sino-Tibetan
languages (pp. 632-648). Londres/New York : Routledge.
*Katzner, K. ( 1995). The languages of the world. (nouvelle é dition). Londres/New York :
Routledge.
*Kayne, R. S. (1994). The antisymmetry of syntax. Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
*― (2005a). Movement and silence. Oxford : Oxford University Press.
*― (2005b). S ome notes o n c omparative syntax, w ith s pecial r eference t o E nglish a nd
French. Dans G. C inque & R. S. Kayne (éds.), The Oxford handbook of comparative
syntax (pp. 3-69). Oxford : Oxford University Press.
― (2008). Why isn’t This a complementizer? Manuscrit.
*Keenan, E. L. (1972). Relative clause formation in Malagasy (and some related and some
not so related languages). Dans P. M. Peranteau, J. N. Levi & G. C. Phares (éds.), The
Chicago which hunt: papers from the relative clause festival (pp. 169-189). Chicago :
Chicago Linguistic Society.
*― (1985). R elative c lauses. D ans T . S hopen (éd.). Language t ypology and s yntactic
description, v ol. II : complex c onstructions (pp. 141 -170). Cambridge : C ambridge
University Press.
*― (1996). The semantics o f determiners. Dans S. L appin (éd.). The handbook o f
contemporary semantic theory (pp. 41-63). Cambridge, Massachusetts : Blackwell.
*― (2002). Some properties of natural language quantifiers: generalized quantifier theory.
Lingusitics and Philosophy, 25(5-6), 627-654.
*Keenan, E . L . & C omrie, B . ( 1977). N oun ph rase a ccessibility a nd u niversal gr ammar.
Linguistic Inquiry, 8(1), 63-99.
*― (1979). Data on the noun phrase accessibility hierarchy. Language, 55(2), 333-351.
*Keenan, E . L . & S tavi, J . ( 1986). A semantic characterization o f natural language
determiners. Linguistics and Philosophy, 9(3), 253-326.
*Kelly, B. (2004). A grammar and glossary of the Sherpa language. Dans C. Genetti (éd.).
Tibeto-Burman languages of Nepal: Manange and Sherpa (pp. 193-324). Canberra :
Research School of Pacific and Asian Studies.
*Kenesei, I ., V ago, R . M ., & F enyvesi, A . ( 1998). Hungarian. L ondres/New Yo rk :
Routledge.
430
Keresztes, L. (1998). Mansi. Dans D. Abondolo (éd.). The Uralic languages (pp. 387-427).
Londres/New York : Routledge.
*Khalilova, Z. (2009). A grammar of Khwarshi. Utrecht : LOT.
Khurchudian, V . ( 2006). Finite and non -finite relative c lauses i n T urkmen l anguage.
Manuscrit.
Kibrik, A . ( 1992). Relativization i n polysynthetic l anguages. International J ournal of
American Linguistics, 58(2), 135-157.
Kılıçaslan, Y. (2001). A typological approach to sentence structure in Turkish. Manuscrit.
Killean, C . G. ( 1972). Arabic r elative c lauses. D ans P . M . P eranteau, J . N . L evi & G . C .
Phares ( éds.), The C hicago which hunt: papers f rom the relative clause festival (pp.
144-152). Chicago : Chicago Linguistic Society.
Kim, A. H-O. (1988). Preverbal focusing and type 23 languages. Dans M. Hammond, E. A.
Moravcsik & J . R . W irth (é ds.). Studies i n syntactic t ypology (pp. 147-169).
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Kim, J .-y. (2004). Specific nominals in C hinese and Korean. Language and L inguistics,
5(1), 243-270.
King, A . R . ( 1994). The B asque language: a practical i ntroduction. Reno/Las
Vegas/Londres : University of Nevada Press.
*King, J . T . (2008). A g rammar o f D himal. Thèse d e d octorat. Leiden : Université de
Leiden.
*Kirchner, M . ( 1998a). Kazakh a nd Karakalpak. Dans L. J ohanson & É. Á. C sató (éds.).
The Turkic languages (pp. 318-332). Londres/New York : Routledge.
― (1998b). K irghiz. Dans L. Jo hanson & É. Á. Csató (éds.). The Turkic languages (pp.
344-356). Londres/New York : Routledge.
Kishimoto, H. (2006). J apanese s yntactic nominalization and V P-internal s yntax. Lingua,
166, 771-810.
Kiss, K. É. (2002). The syntax of Hungarian. Cambridge : Cambridge University Press.
Kitagawa, C . & C . N . R oss. (1982). P renominal m odification in C hinese a nd J apanese.
Linguistic Analysis, 9(1), 19-53.
*― (2005). Typological variations o f h ead-internal r elatives in J apanese. Lingua, 1 15,
1243-1276.
Ko, H. (2005). Syntax o f why-in-situ: Merge into [Spec, CP] in t he o vert s yntax. Natural
Language and Linguistic Theory, 23(4), 867-916.
*Koizumi, M. (1995). Phrase structure in minimalist syntax. Thèse de doctorat. Cambridge,
Massachusetts : MIT
*Komen, E. R. (2006). The relative clause in Chechen. Manuscrit.
*― (2007). Relative c lauses in C hechen. Papier présenté à Conference on the Languages
of the Caucasus, 7-9 décembre, 2007. Leipzig : Max-Planck Institute.
*Koptjevskaja-Tamm, M. (1993). Nominalizations. Londres/New York : Routledge.
Kobayashi, M., & Murmu, G. (2008). KeraɁ Mundari. Dans G. D. S. Anderson (éd.), The
Munda languages (pp. 165-194). Londres/New York : Routledge.
*Kornfilt, J . ( 1977). A gainst t he universal relevance o f t he shadow pronoun hypothesis.
Linguistic Inquiry, 8(2), 412-418.
*― (1997a). Turkish. Londres/New York : Routledge.
431
― (1997b). On some constraints governing free relative clauses in Turkish. Dans K. Emer
& N . E . U zun ( éds.), Proceedings of t he 8th International C onference on T urkish
Linguistics (pp. 17-24). Ankara : Ankara University Press.
*― (2000). Some s yntactic a nd morphological p roperties o f r elative c lauses in T urkish.
Dans A. Alexiadou, P. Law, A. Meinunger & C. Wilder (éds.), The syntax of relative
clauses (pp. 121-160). Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
― (2005a). Types of subjects and types of clauses in Turkish: a study of categorial features
in ar gument and adj unct cl auses. Exposé i nvité. D épartement de l inguistique,
Université d’Utrecht.
*― (2005b). Agreement and its placement in Turkic nonsubject relative clauses. Dans G.
Cinque & R . S . K ayne ( éds.), The O xford handbook of comparative syntax (pp.
513-541). Oxford : Oxford University Press.
*Krapova, I . ( 2009). Bulgarian r elative and factive c lauses with an i nvariable
complementizer. Manuscrit.
*Kratzer, A. (1995). Stage-level and individual-level predicates. Dans G. N. Carlson & F. J.
Pelletier (éds.), The generic book (pp. 125-175). C hicago/Londres : U niversity o f
Chicago Press.
*Krause, C . ( 2001). On reduced relatives w ith genitive subjects. Thèse d e d octorat.
Cambridge, Massachusetts : MIT
*Kremers, J . M . ( 2003). The A rabic noun phrase: a m iminalist appr oach. Thèse d e
doctorat. Utrecht : LOT
*Kroch, A. S. (2001). Syntactic change. Dans M. Baltin & C. Collins (éds.), The handbook
of contemporary syntactic theory (pp. 699-729). Oxford : Blackwell.
Kibrik, S . G ., T atevosov, S . G ., & E ulenberg, A . ( éds.). ( 1996). Godoberi.
München/Newcastle : Lincom Europa.
Krifka, M. (1995). Commun nouns: a contrastive analysis of Chinese and English. Dans G.
N. Carlson & F. J. Pelletier (éds.). The generic book (pp. 398-411). Chicago/Londres :
University of Chicago Press.
*Krifka, M., Pelletier, F. J., Carlson, G. N., ter Meulen, A., Chierchia, G. & Link, G. (1995).
Genericity: a n introduction. D ans G. N. Carlson & F. J . P elletier (éds.). The generic
book (pp. 1-124). Chicago/Londres : University of Chicago Press.
*Krishnamurti, B. (1998). Telugu. Dans S. B. Steever (éd.). The Dravidian languages (pp.
202-240). Londres/New York : Routledge.
*― (2003). The Dravidian languages. Cambridge : Cambridge University Press.
Krishnamurti, B. & Benham, B. A. (1998). Koṇḍa. Dans S. B. Steever (éd.). The Dravidian
languages (pp. 241-269). Londres/New York : Routledge.
*Kroeger, P . R . ( 2004). Analyzing s yntax: a l exical-functional appr oach. C ambridge :
Cambridge University Press.
*― (2005a). Analyzing gr ammar: an i ntroduction. C ambridge : C ambridge U niversity
Press.
*― (2005b). K imaragang. D ans A. Ad elaar & N. P . H immelmann (éds.), The
Austronesian languages of Asia and Madagascar (pp. 397-428). Londres/New York :
Routledge.
*Kuno, S . (1973). The s tructure o f t he J apanese l anguage. Cambridge, M assachusetts :
432
MIT Press.
― (1974). T he p osition o f r elative c lauses a nd c onjunctions. Linguistic I nquiry, 5(1),
117-136.
*― (1976). Subject, theme a nd t he speaker’s e mpathy: a re-examination o f r elativization
phenomena. Dans C. Li (éd.), Subject and topic (pp. 417-444). New York : Academic
Press.
*Kuroda, S. (1976). Headless relative clauses in modern Japanese and relevancy conditions.
Proceedings of t he 2nd annual meeting o f t he B erkeley L inguistics S ociety (pp.
269-279). Berkeley : Berkeley Linguistic Society.
*Kutsch L ojenga, C . ( 1994). Ngiti: a Central-Sudanic language of Z aire. C ologne :
Köppe.
Kuteva, T . & C omrie, B . ( 2005). The t ypology o f r elative c lause formation in African
languages. D ans E . F . K . Voeltz (éd.). Studies i n A frican l inguistic t ypology (pp.
209-228). Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Laça, B . & T asmowski-de R yck, L . ( 1994). R éférentialité du p luriel indéfini da ns les
langues romanes. Faits de langue, 4(2). 97-104.
*Lacroix, R. (2009). Description du dialecte laze d’Arhavi (causasique du s ud, Turquie) :
grammaire et textes. Thèse de Doctorat. Lyon : Université Lumière Lyon 2.
*Laenzlinger, C. (2005). French adjective ordering: perspectives on DP-internal movement
types. Lingua, 115, 645-689.
Lahaussois, A . ( 2002). N ominalization, r elativization, a nd ge nitivization in T hulung R ai.
Dans P . C hew ( éd.), Proceedings of t he 28th annual meeting o f the B erkeley
Linguistic Society, special session on T ibeto-Burman and Sout heast Asian linguistics,
in honor o f prof. J ames A . M atisoff (pp. 87 -98). B erkeley : B erkeley Linguistic
Society.
― (2003). N ominalization a nd its v arious us es i n T hulung R ai. Linguistics o f th e
Tibeto-Burman Area, 26(1), 33-57.
*Lakshmanan, U. (2000). The acquisition of relative clauses by Tamil children. Journal of
Child Language, 27(3), 587-617.
*Lamarche, J. (1991). Problems for N°-movement to Num-P. Probus, 3(2), 215-236.
*Lambrecht, K. (1994). Information structure and sentence form: a theory of topic, focus
and t he mental representation of discourse referents. C ambridge : C ambridge
University Press.
*LaPolla, R. J. (2003a). Qiang. Dans G. Thurgood & R. J. LaPolla (éds.), The Sino-Tibetan
languages (pp. 573-587). Londres/New York : Routledge.
*― (2003b). D ulong. D ans G . T hurgood & R . J . L aPolla ( éds.), The Si no-Tibetan
languages (pp. 674-682). Londres/New York : Routledge.
― (2006). Nominalization in Rawang. Papier présenté à 39th International Conference on
Sino-Tibetan Languages and Linguistics, 15-17 septembre, 2006. Seattle : University
of Washington.
*― (2008). Relative clause structures in the Rawang language. Language and L inguistics,
9(4), 797-812.
* LaPolla, R . J . & H uang, C. ( 2003). A gr ammar of Q iang, with annot ated t exts and
glossary. Berlin/New York : Mouton de Gruyter.
433
*Larson, R. (2008). Chinese as a reverse Ezafe language. Manuscrit.
*Larson, R . & T akahashi, N . ( 2004) Order and i nterpretation i n prenominal r elative
clauses. Papiper présenté à WAFL-2, 12 octobre, 2004 . Istanbul : U niversité d e
Bogazici
Lasnik, H . ( 1999). O n feature s trength: t hree m inimalist ap proaches t o overt movement.
Linguistic Inquiry, 30(2), 197-217.
*Lasnik, H . & S aito, M . (1992). Move al pha: conditions on i ts appl ication and ou tput.
Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
*Lavency, M . ( 1998). Grammaire fondalementale du l atin ( Tome V , V olume 2) : l a
proposition relative. Louvain/Paris : Éditions Peeters.
*Lee, F . ( 2001). R elative c lauses w ithout wh-movement. D ans M .-J. K im & U . S trauss
(éds.), Proceedings of the 31th meeting of the North-Eastern Linguistics Society (pp.
321-331). A mherst : G raduate L inguistic S tudent A ssociation o f t he U niversity o f
Massachusetts.
Lee, K.-S. (1993). Revisiting the genitive relative construction in Korean: real GRC? Dans
A. Kathol & C. Pollard (éds.), Working Papers in Linguistics (Vol. 42, pp. 153-177).
Columbus : the Ohio State University.
*Lees, R. B. (1960). The grammar of English nominalizations. Berlin : Mouton.
*― (1961). The constituent structure of noun phrases. American Speech, 36(2), 159-168.
*Lefebvre, C . & M uysken, P . ( 1988). Mixed c ategories: nominalizations i n Q uechua.
Dordrecht/Boston/Londres : Kluwer.
*Legate, J . A . ( 2003). S ome interface p roperties of t he p hase. Linguistic I nquiry, 34 (3),
506-516.
Lehman, F. K. (Chit Hlaing). (1996). Relative clauses in Lai Chin, with special reference
to ve rb s tem a lternation a nd t he e xtension o f c ontrol t heory. Linguistics o f th e
Tibeto-Burman Area, 19(1), 43-58.
*Lehmann, C. (1986). On the typology of relative clauses. Linguistics, 24(4), 663-680.
*― (1988). Towards a typology o f c lause linkage. D ans J . H aiman & S . A . T hompson
(éds.), Clause combining i n grammar and
discourse (pp. 181 -225).
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*― (2003). Relative clauses. D ans W. F rawley (éd.). International e ncyclopedia o f
linguistics (Vol. 3, pp. 460-461). Oxford : Oxford University Press.
*Lehmann, W. P. (1973). A structural principle of language and its implications. Language,
49(1), 47-66.
*Leslau, W . ( 1945). G rammatical sketches in T igré ( North E thiopic): d ialect o f Mensa.
Journal of the American Oriental Society, 65(3), 164-203.
*― (1995). Reference grammar of Amharic. Wiesbaden : Harrassowitz.
*― (2000). Introductory grammar of Amharic. Wiesbaden : Harrassowitz.
Lewis, G. (2000). Turkish grammar (2ème éd.). Oxford : Oxford University Press.
*Lewis, M. P. (éd.). (2009). Ethnologue: languages of the world, (16ème éd.). Dallas : SIL
International.
Li, C. N. (éd.) (1976). Subject and topic. New York : Academic Press.
*Li, C . N . & Thompson, S. A. (1974). An explanation of word change SVO→SOV.
Foundations of Language, 12, 201-214.
434
― (1976). Subject and topic: a new typology of language. Dans C. N. Li (éd.). Subject and
topic (pp. 457-490). New York : Academic Press.
*― (1981). Mandarin Chinese: a functional reference grammar. Berkeley : University o f
California Press.
*Li, P. J.-k. (2002). Nominalization in Pazih. Language and Linguistics, 3(2), 227-239.
*Li, Y.-h. A. (1998). Argument determiner phrases and number phrases. Linguistic Inquiry,
29(4), 693-702.
*― (1999a). Plurality i n a classifier l anguage. Journal of East A sian L inguistics, 8(1),
75-99.
― (1999b). Word order, structure and Relativization. Manuscrit.
*Li, Y .-h. A. & S hi, Y . ( 2003). NP as ar gument. D ans Y .-h. A. Li & A. S impson ( éds.),
Functional structure(s), form and interpretation: perspectives from E ast A sian
languages (pp. 3-27). Londres/New York : Routledge.
Liao, H .-C. (1999). T he N oun P hrase Accessibility H ierarchy r evisited: a view from
ergative languages. D ans Working P apers i n L inguistics (Vol. 31, pp. 121 -142).
Mānoa : University of Hawai’i.
Lin, C.-J. C. & Bever, T. G. (2006). Subject preference in the processing of relative clauses
in C hinese. D ans D . B aumer, D . M ontero & M . Scanlon ( éds.), Proceedings of t he
25th West Coast Conference on Formal Linguistics (pp. 254-260). Somerville, M A :
Cascadilla Proceedings Project.
*― (2008). The pr ocessing foundation o f head-final r elative c lauses. Language and
Linguistics, 9(4), 813-838.
*Lin, H. (2001). A grammar of Mandarin Chinese. Muenchen : Lincom Europa.
*Lin, J.-W. (2003). On restrictive and nonrestrictive relative clauses in Mandarin Chinese.
Tsing Hua Journal of Chinese Studies, New Series, 33(1), 199-240.
― (2008). The o rder o f stage-level a nd individual-level r elatives a nd s uperiority e ffects.
Language and Linguistics, 9(4), 839-864.
*Lipiński, E. (2001). Semitic l anguages: outline of a c omparative gr ammar. Louvain :
Peeters.
*Liu, A. K.-l. (2005). The structure of relative clauses in Jianshi Squliq Atayal. Concentric:
Studies in Linguistics, 31(2), 89-110.
*Löbner, S. (1985). Definites. Journal of Semantics, 4(4), 279-326.
*Longobardi, G. (1994). Reference and proper names: a theory of N-movement in syntax
and Logical Form. Linguistic Inquiry, 25(4), 609-665.
*― (2001). T he s tructure of D Ps: s ome p rinciples, p arameters an d p roblems. D ans M .
Baltin & C . C ollins ( éds.), The handbook o f contemporary syntactic theory (pp.
562-603). Oxford : Blackwell.
*― (2002). D eterminerless n ouns: a pa rametric m apping t heory. D ans M. C oene & Y .
D’hulst (éds.), From NP to DP, vol. 1: the syntax and semantics of noun phrases (pp.
239-254). Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Loughnane, R . ( 2009). A grammar of O ksapmin. Thèse d e d octorat. Melbourne :
Unversity of Melbourne.
*Lyons, C. (1999). Definiteness. Cambridge : Cambridge University Press.
*Lyovin, A. ( 1997). An introduction t o t he languages of t he world. Oxford : O xford
435
University Press.
*Malchukov, A. L. (1995). Even. Muenchen : Lincom Europa.
*― (2004). Nominalization/verbalization: c onstraining a t ypology of t ranscategorial
operations. Muenchen : Lincom Europa.
*Mallinson, G . & B lake, B . J . (1981). Language typology: cross-lingusitic studies i n
syntax. Amsterdam : North Holland.
Malouf, R . P . ( 2000). Mixed categories i n t he hierarchical lexicon. S tanford: C SLI
Publications.
*Manaster-Ramer, A . ( 1979). T he o ther s ide o f accessibility. D ans P . R . C lyne, W . F .
Hanks & C. L. Hofbauer (éds.), Papers from the 15th regional meeting of the Chicago
Linguistic Society (pp. 207-219). Chicago : Chicago Linguistic Society.
*Mandelbaum, D . ( 1994). Syntactic conditions on saturation. Thèse d e d octorat. N ew
York : City University of New York.
Martin, S . E . ( 2004). A r eference gr ammar of J apanese. (édition r évisée). H onolulu :
University of Hawai’i Press.
Masica, C. (1972). Relative clauses in South Asia. Dans P. M. Peranteau, J. N. Levi & G.
C. Phares (éds.), The Chicago which hunt: papers from the relative clause festival (pp.
198-204). Chicago : Chicago Linguistic Society.
*― (1991). The Indo-Aryan languages. Cambridge : Cambridge University Press.
*Maslova, E . ( 2003a). A gr ammar o f K olyma Y ukaghir. B erlin/New Yo rk : M outon d e
Gruyter.
*― (2003b). Tundra Yukaghir. Muenchen : Lincom Europa.
*Matisoff, J. A. (1972). Lahu nominalization, r elativization a nd genitivization. Dans J. P .
Kimball (éd.). Syntax and semantics (Vol. 1 , pp. 237 -257). New Y ork : A cademic
Press.
― (1973). The grammar of Lahu. Berkeley : University of California Press.
*― (2003). Lahu. D ans G . T hurgood & R . J. LaPolla ( éds.), The Sino-Tibetan languages
(pp. 208-221). Londres/New York : Routledge.
*Matsumoto, Y . (1988). Semantics a nd pr agmatics o f n oun-modifying c onstructions in
Japanese. Proceedings of the 14th annual meeting of the Berkeley Linguistics Society
(pp. 166-175). Berkeley : Berkeley Linguistic Society.
*― (1989). Grammar and semantics of adnominal clauses in Japanese. Thèse de doctorat.
Berkeley : University of California.
*― (1997). Noun-modifying c onstructions i n J apanese: a frame s emantic appr oach.
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Matsumura, K. (1 981). Mari (Cheremis) re lative c lauses. Working pape rs i n l inguistics,
81, 45-55.
*― (1982). T wo types o f r elative c lauses in F ininsh. Gengo K enkyu: J ournal of t he
Linguistic Society of Japan, 81, 60-82.
― (1983). M ari (C heremis) “ pseudo-relatives”. Proceedings of t he 13th International
Congress of Linguistics (pp. 461-464). Tokyo.
*Matthews, P . H . ( 1993). Grammatical t heory i n t he U nited St ates from Bloomfield t o
Chomsky. Cambridge : Cambridge University Press.
*― (2007). Syntactic relations: a critical survey. Cambridge : C ambridge U niversity
436
Press.
*Matthews, S . & Y ip, V . (1994). Cantonese: a comprehensive grammar. Londres/New
York : Routledge.
*― (2001). Aspects o f co ntemporary Cantonese grammar: t he structure and stratification
of r elative c lauses. Dans H . C happell (éd.), Sinitic grammar: synchronic and
diachronic perspectives (pp. 266-281). Oxford : Oxford University Press.
*Maurel, J . P . (1983). L es r elatives e n latin : “raising” o u “ matching”? D ans H . P inkster
(éd.), Latin linguistics and linguistic theory: proceedings of t he 1s t I nternational
Colloquium on L atin L inguistics, A msterdam, A pril 1981
(pp. 177 -197).
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
Maxwell, D. N. (1979). Strategies of relativisation and NP accessibility. Language, 55(2),
352-371.
*May, R. (1985). Logical Form: its structure and derivation. Cambridge, Massachusetts :
MIT Press.
*Mazaudon, M. (1978). La formation d es p ropositions r elatives e n t ibétain. Bulletin de la
Linguistique de Paris, LXXIII(1), 401-414.
*― (2003). T amang. Dans G . T hurgood & R. J . L aPolla ( éds.), The Si no-Tibetan
languages (pp. 291-314). Londres/New York : Routledge.
*― (à apparaître). T amang. Dans A. Peyraube & D. Kouloughli ( éds.), Encyclopédie des
sciences du l angage. D ictionnaire de s l angues. (pp. 1 -12). P aris : P resses
universitaires de France.
McCawley, J. D. (1972). Japanese relative clauses. Dans P. M. Peranteau, J. N. Levi & G. C.
Phares ( éds.), The C hicago which hunt : papers f rom t he relative clause festival (pp.
205-214). Chicago : Chicago Linguistic Society.
*McCloskey, J. (1990). Resumptive pronouns, A-bar binding, and levels of representation
in I rish. D ans R . H endrick ( éd.), Syntax and semantics, vol. 23: t he syntax o f t he
Modern Celtic languages (pp. 199-256). San Diego : Academic Press.
*McGinnis, M . J . ( 1998). L ocality in A-movement. Thèse d e d octorat. C ambridge,
Massachusetts : MIT
McNally, L . ( 2008). D P-internal o nly, a mount r elatives, a nd r elatives o ut of e xistentials.
Linguistic Inquiry, 39(1), 161-169.
*Meinunger, A. (2000). Syntactic aspects of topic and comment. Amsterdam/Philadelphia :
John Benjamins.
*Meltzer, A . ( 2008). Present par ticiples: c ategorial c lassification and de rivation.
Manuscrit.
*Meral, H. M. (2004a). Resumptive pronouns in Turkish. Manuscrit.
― (2004b). Resumptive pronouns in Turkish. Mémoire de master. Université de Boğaziçi.
Michailovsky, B . ( 2003). Hayu. D ans G . T hurgood & R . J . L aPolla ( éds.), The
Sino-Tibetan languages (pp. 518-532). Londres/New York : Routledge.
Miyagawa, S. (1993). LF case checking and minimal link condition. MIT Working Papers
in Linguistics, 19, 213-254.
*Morey, S. (2008). Nominalisation in Nymhpuk Singpho. Manuscrit.
*Mounin, G . ( 2000). Dictionnaire d e la lin guistique (3ème éd .). P aris : P resses
Universitaires de France.
437
*Muller, C. (2006). Sur les propriétés des relatives. Cahier de Grammaire, 30, 319-337.
Müller, H . H . & K linge, A . ( éds.) (2008). Essays on nom inal de termination: from
morphology to discourse management. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Munaro, N ., & P oletto, C . (2003). Sentential p articles a nd c lausal t yping in t he V eneto
dialects. University of Venice Working Papers in Linguistics, 13, 127-154.
Munn, A. (1994). A minimalist account of reconstruction asymmetries. Dans M. Gonzàlez
(éd.), Proceedings of t he 24t h meeting of t he N orth-Eastern Linguistics S ociety (pp.
397-410). A mherst : G raduate L inguistic S tudent A ssociation o f t he U niversity o f
Massachusetts.
*Murasugi, K. G. (1997). Relative restriction on relative clauses. Dans K. Kusumoto (éd.),
Proceedings of t he 27t h meeting o f th e N orth-Eastern Linguistics S ociety (pp.
273-286). A mherst : G raduate L inguistic S tudent A ssociation o f t he U niversity o f
Massachusetts.
Murasugi, K. S . ( 1991). Noun phr ase i n J apanese and E nglish: a study i n s yntax,
learnability and acquisition. Thèse de doctorat. Storrs : University of Connecticut.
*― (2000). An antisymmetry analysis of Japanese relative clauses. Dans A. Alexiadou, P.
Law, A. Meinunger & C. Wilder (éds.), The syntax of relative clauses (pp. 231-265).
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
Nagano, Y . ( 2003). C ogtse G yarong. D ans G . T hurgood & R . J . L aPolla ( éds.), The
Sino-Tibetan languages (pp. 469-489). Londres/New York : Routledge.
*Nedjalkov, I. (1997). Evenki. Londres/New York : Routledge.
*Newmeyer, F. J . ( 2005). Possible and pr obable l anguages: a ge nerative pe rspective on
linguistic typology. Oxford : Oxford University Press.
*Nichols, J. (1984). Another typology of relatives. Proceedings of the 10th annual meeting
of t he Berkeley L inguistics S ociety (pp. 524 -541). Berkeley : Berkeley L inguistic
Society.
Ning, C.-Y. (1993). The overt syntax of relativisation and topicalization. Thèse de doctorat.
Irvine : University of California.
*Nissenbaum, J . ( 2000). Investigation o f c overt phr ase m ovement. Thèse d e d octorat.
Cambridge, Massachusetts : MIT.
*Noonan, M. ( 2003a). C hantyal. D ans G . T hurgood & R . J . L aPolla ( éds.), The
Sino-Tibetan languages (pp. 315-335). Londres/New York : Routledge.
*― (2003b). N ar-Phu. D ans G . T hurgood & R . J . L aPolla ( éds.), The Si no-Tibetan
languages (pp. 336-352). Londres/New York : Routledge.
*― (2007). C omplementation. D ans T . Shopen ( éd.), Language typology and syntactic
description, v ol. II : complex constructions (pp. 52 -150). C ambridge : C ambridge
University Press.
*― (2008a). Nominalizations in B odic languages. Dans M. J. López-Couso & E. Seoane
(éds.) (avec la co llaboration de T eresa Fanego). Rethinking grammaticalization: new
perspectives for the twenty-first century. Amsterdam : John Benjamins.
― (2008b). R elative c lauses a nd noun-modifying c lauses i n C hantyal. Papier présenté à
Relative c lauses and noun -modifying c lauses: a c ross-linguistic in vestigation, 22 -24
mars, 2008. University of Stanford.
*― (2008c). Case compouding in the Bodic languages. Dans G. G. Corbett & M. Noonan
438
(éds.), Case and grammatical relations: studies i n honor o f Bernard C omrie (pp.
127-147). Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Norman, J. (1988). Chinese. Cambridge : Cambridge University Press.
*― (2003). T he C hinese d ialects: phonology. D ans G . T hurgood & R . J . LaPolla ( éds.),
The Sino-Tibetan languages (pp. 72-83). Londres/New York : Routledge.
*Nunes, J. (2001). Sideward movement. Linguistic Inquiry 32(2). 303-344.
*― (2004). Linearization of chains and s ideward movement. Cambridge, Massachusetts :
MIT Press.
*Oh, C.-K. (1971). Aspects of Korean syntax: quantification, relativization, topicalization
and negation. Thèse de doctorat. Mānoa : University of Hawai’i.
*Olawsky, K. J. (2006). A grammar of Urarina. Berlin : Mouton de Gruyter.
*Ortiz de Urbina, J. (2003). Word order. Dans J. I. Hualde & J. Ortiz de Urbina ( éds.), A
grammar of Basque (pp. 448-458). Berlin : Mouton de Gruyter.
*Osada, T. (1992). A reference grammar of Mundari. Tykyo : Tokyo University of Foreign
Studies.
*― (2008). Mundari. Dans G. D. S. Anderson (éd.), The Munda languages (pp. 99-164).
Londres/New York : Routledge.
Ou, T. -S. ( 2007). Suo relative c lauses in M andarin C hinese. Language and L inguistics,
8(4), 913-937.
Ouhalla, J . ( 1991). Functional categories and parametric variation. Londres/New York:
Routledge.
*― (2004). Semitic relatives. Linguistic Inquiry, 35(2), 288-300.
*Owens, J. (1985). A grammar of Harar Oromo (Northeastern Ethiopia), including a text
and a glossary. Hamburg : Buske.
Oyharçabal, B . ( 1989). Pro-drop and the resumptive pronoun strategy in B asque. D ans L.
Marácz & P. Mu ysken (éds.), Configurationality: the typology o f asymmetries. (pp.
63-83). Dordrecht : Foris Publications.
*― (1998). Analyse des infinitives adnominales en basque. Lapurdum, 2, 37-51.
*― (2003). Relatives. Dans J. I. Hualde & J. Ortiz de Urbina (éds.), A grammar of Basque
(pp. 762-822). Berlin : Mouton de Gruyter.
Özcan F. H. (1998). Production of relative clauses in the acquisition of Turkish: the role of
parallel function hypothesis. Dans A. Göksel & C. Kerslake (éds.), Studies in Turkish
and T urkic languages: proceedings of t he 9th International Conference on T urkish
Linguistics (pp. 307-313). Wiesbaden : Harrassowitz.
Pakendorf, B . ( 2008). R elative c lauses in S akha ( Yakut) i n an ar eal p erspective. Papier
présenté à Syntax of t he W orld’s L anguages III, 25 -28 s eptembre, 2008. Free
University of Berlin.
*Palmer, F. R. (1961). Relative clauses in Tigre. Word, 17, 23-33.
― (1994). Grammatical roles and relations. Cambridge : Cambridge University Press.
*Pandharipande, R. (1997). Marathi. Londres/New York : Routledge.
― (2003). Marathi. D ans G. C ardona & D. J ain (éds.). The I ndo-Aryan languages (pp.
698-728). Londres/New York : Routledge.
Paris, M. -C. ( 1977). Le morphème « de » e t l a r elativation e n mandarin. Cahiers d e
Linguistique Asie Orientale, 1(2), 65-76.
439
Partee, B. H. (2004). Compositionality in formal semantics. Oxford : Blackwell.
― (2006). A n ote on M andarin po ssessives, de monstratives, a nd de finiteness. D ans B.J.
Birner & G. Ward (éds.), Drawing the boundaries of meaning: neo-Gricean studies in
pragmatics and semantics i n honor of Laurence R . H orn (pp. 263 -280).
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Paul, W. (2009). The insubordinate subordinator de in Mandarin Chinese. Manuscrit.
Peranteau, P. M ., L evi, J . N . & P hares, G. C . ( éds.). ( 1972). The C hicago which hunt :
papers from the relative clause festival. Chicago : Chicago Linguistic Society.
*Perlmutter, D. (1972). Evidence for shadow pronouns in French relativization. Dans P. M.
Peranteau, J. N. Levi & G. C. Phares (éds.), The Chicago which hunt: papers from the
relative clause festival (pp. 73-105). Chicago : Chicago Linguistic Society.
Pesetsky, D. (1987). Wh-in-situ: movement and unselective binding. Dans E. J. Reuland &
A. G . B . ter Meulen ( éds.), The r epresentation of ( in)definiteness (pp. 98 -129).
Cambridge, Massachusetts: MIT Press.
*― (2009a). Handout 1: Case-licensing, Dependent case, and ... Papier présenté à Ealing
2009. Paris : École Normale Supérieure.
*― (2009b). Handout 2: Case as a r ecord of Merge in Russian. Papier présenté à Ealing
2009. Paris : École Normale Supérieure.
* Pesetsky, D. & Torrego, E. (2001). T-to-C movement: causes and consequences. Dans M.
Kenstowicz ( éd.), Ken H ale: a life i n language (pp. 355 -426). C ambridge,
Massachusetts : MIT Press.
*Peterson, D . A . ( 2003). H akha L ai. D ans G . T hurgood & R . J . L aPolla ( éds.), The
Sino-Tibetan languages (pp. 409-426). Londres/New York : Routledge.
*Peterson, J . (2008). K haria. D ans G . D . S . A nderson ( éd.), The M unda languages (pp.
434-507). Londres/New York : Routledge.
*Peyraube, A. ( 1996). Recent issues in C hinese historical syntax. D ans C . T. J . H uang &
Y.-H. A . L i ( éds.), New horizons i n C hinese linguistics (pp. 161 -213).
Dordrecht/Boston/Londres : Kluwer.
Pierrard, M . (1 988). La relative s ans ant écédent e n f rançais m oderne : e ssai de s yntaxe
propositionnelle. Louvain : Édition Peeters.
*Platzack, C . (2000). A co mplement-of-N° acc ount of r estrictive an d non-restrictive
relatives: t he c ase o f S wedish. D ans A. Alexiadou, P . L aw, A . Meinnunger & C .
Wilder ( éds.), The syntax o f relative clauses (pp. 265 -308). A msterdam : J ohn
Benjamins.
*Pollock, J.-Y. (1998). Langage et cognition : introduction au pr ogramme minimaliste d e
la grammaire générative. (2ème éd.). Paris : Presses Universitaires de France.
*Poole, G. (1995). Constraints on local economy. Dans P. Barbosa, D. Fox, P. Hagstrom,
M. Mc Ginnis & D . P esetsky ( éds.), Is t he best good enough? O ptimality and
competition in syntax (pp. 385-398). Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
Portner, P . H . ( 2005). What i s meaning? F undamentals of formal semantics. Oxford :
Blackwell.
*Post, M . W . ( 2007a). A gr ammar o f G alo. Thèse d e d octorat. Bundoora : La Trobe
University.
― (2007b). Grammaticalization and co mpounding in T hai a nd C hinese: a t ext-frequency
440
approach. Studies in Language, 31(1), 117-175.
*― (2008a). Nominalization and nominalization-based constructions in Galo. Manuscrit.
*― (2008b). N ominalization-based c onstructions in T ibeto-Burman: s ynchronic a nd
diachronic p erspectives. Papier p résenté à TB N ominalization, 16 , m ai, 2008 .
Nijmegen.
Potanina, O. (2008). Grammaticalization and realtive clauses in Eastern Khanty. Dans E. J.
Vajda (éd.), Subordination and coordination strategies in North Asian languages (pp.
77-84). Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Progovac, L . ( 1998). D eterminer p hrase in a language w ithout determiners. Journal o f
Linguistics, 34(1), 165-179.
Pu, M. -M. ( 2007). The distribution o f relative clauses in C hinese discourse. Discourse
Processes, 43(1), 25-53.
*Pustejovsky, J. (1995). The generative lexicon. Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
*Quine, W. V. O. (1960). Word and object. Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
Quirk, R., Greenbaum, S., Leech, G., & Svartvik, J. (1985). A comprehensive grammar of
the English language. Harlow : Longman.
*Rybatzki, V . ( 2003). Intra-Mongolic t axonomy. D ans J . J anhunen ( éd.), The M ongolic
languages (pp. 364-390). Londres/New York : Routledge.
Radford, A. (1997). Syntax: a minimalist introduction. Cambridge : Cambridge University
Press.
*Ragon, E . (entièrement r efondue p ar A . D ain, J .-A. de F oucault e t P . P oulain). ( 2001).
Grammaire grecque. Paris: Nathan/VUEF.
Rákos, A. (2002). Written Oirat. Muenchen : Lincom Europa.
Rasoloson, J . & R ubino, C . ( 2005). Malagasy. D ans A. Adelaar & N. P . H immelmann
(éds.), The A ustronesian languages of Asia and M adagascar (pp. 456 -488).
Londres/New York : Routledge.
*Rau, D. V. (2002). Nominalization in Yami. Language and Linguistics, 3(2), 165-195.
*Raz, S. (1983). Tigre grammar and texts. Malibu : Undena Publications.
*― (1997). T igré. D ans R . H etzron ( éd.), The S emitic languages (pp. 446 -456).
Londres/New York : Routledge.
Rebuschi, G. (1990). Quelques traits typologiques de la langue basque. Lalies, 8, 53-77.
― (1994). Un cadre minimaliste pour la typologie des constructions relatives, Table ronde
internationale du Centre de recherches en typologie grammaticale, avril, 1994. Paris :
Université Sorbonne Nouvelle Paris III.
― (1997). Q uelques d imensions pe rtinentes pour un e t ypologie de s r elatives, Journée
d’étude Syntaxe générale et syntaxe de s langues africaines, 30-31 mai, 1997. P aris :
URA 1030 du C NRS, l’École do ctorale de P aris IV et Modèles l inguistiques (Paris,
Sorbonne).
― (2000). A propos d’une construction non-standard du basque. Lapurdum, 5, 237-282.
*― (2001). S emi-free r elative c lauses an d t he D P h ypothesis: B asque e vidence an d
theoretical consequences. The Israel Association for Theoretical Linguistics, 8, 55-64.
― (2002a). Sur les relatives libres et les corrélatives du basque. Dans M. Aunargue & M.
Roche ( éds.), Hommage à J acques A llières, R omania e t V asconia (Vol. 1, pp.
287-298). Altantica : Anglet.
441
― (2002b). On the relativisation of the “highest subject position”. Dans X. Artiagoitia, P.
Goenaga & J. A. Lakarra (éds.), Erramu Boneta: Festschrift for Rudolf P. G. de Rijk
(pp. 537 -548). Saint-Sébastien & Vitoria : D iputación F oral de G ipuzkoa &
Universidad del País Vasco.
*― (2003). B asque semi-free relative clauses a nd t he structure o f DPs. Lapurdum, 8 ,
457-477.
*― (2004). Basque from a typological, dialectological and diachronic point of view. Dans
T. Roelcke ( éd.), Variation typology. Variationstypologie (pp. 837 -865). B erlin/New
York : Mouton de Gruyter.
*― (2006a). La grammaire générative du milieu des années 70 a u milieu des années 90 :
du modèle standard étendu aux débuts du programme minimaliste. Dans S. Auroux, K.
Koerner, H .-J. N iederehe &
K. V ersteegh ( éds.), Geschichte d er
Sprachwissenschaften — History of the language sciences — Histoire des sciences du
langage, (Vol. III, pp. 2084-2110). Berlin : W. de Gruyter.
― (2006b). A new look at Northern Basque wh-free relative clauses. Dans B. Fernández &
I. L aka ( éds.), Andolin gogoan : E ssays i n honour o f professor E guzkitza (pp.
779-798). Vitoria : Servico Editorial de la Universidad del País Vasco.
*― (2009). Basque correlatives a nd t heir k in in t he history o f Northern Basque. Dans A.
Lipták (éd.), Correlatives cross-linguistically (pp. 83-130). Amsterdam/Philadelphia :
John Benjamins.
Refsing, K. (1986). The Ainu language: the morphology and syntax of the Shizunai dialect.
Aarhus : Aarhus University Press.
Reinhart, T . (1998). W h-in-situ in t he framwork o f t he M inimalist P rogram. Natural
Language Semantics, 6(1), 29-56.
René, M . ( 1992). C hinese a s a V O language. Natural L anguage and L inguistics T heory,
10(3), 439-476.
*Rezac, M . ( 2002). NP-movement i n I celandic and m ultiple s pecifier c onstructions.
Manuscrit.
*Richards, N. W. (1997). What moves where when in which language? Thèse de doctorat.
Cambridge, Massachusetts : MIT
*Riegel, M., Pellat, J.-C. & R ioul, R. (2002). Grammaire méthodique du f rançais. (2ème
éd.). Paris : Presses Universitaires de France.
*van Riemsdijk, H. ( 1978). A case study i n syntactic markedness. L isse : T he P eter d e
Ridder Press.
*― (2008). I dentity avoidance: O CP e ffects i n Swiss r elatives. Dans R . F reidin, C . P .
Otero & M. L. Zubizarreta ( éds.), Foundational issues i n linguistic theory: essays i n
honor of J ean-Roger V ergnaud (pp. 227 -250). Cambridge, M assachusetts : M IT
Press.
*van Riemsdijk, H. & Williams, E. (1981). NP structure. Linguistic Review, 1(2), 171-218.
*Rijkhoff, J. (2002). The noun phrase. Oxford : Oxford University Press.
*Ritter, E. (1988). A head-movement approach to construct-state noun phrase. Linguistics,
26(6), 909-929.
*Rizzi, L. (1982). Issues in Italian syntax. Dordrecht : Foris.
*― (1990). Relativized minimality. Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
442
*― (1997). The fine structure of the left periphery. Dans L. Haegeman (éd.), Elements of
grammar: handbook in generative syntax (pp. 281-337). Dordrecht/Boston/Londres :
Kluwer.
*― (éd.). ( 2004). The structure of C P and I P, v ol. I I: t he cartography of syntactic
structures. Oxford : Oxford University Press.
Roberts, I . & R oussou, A . ( 2003). Syntactic change: a minimalist approach t o
grammaticalization. Cambridge : Cambridge University Press.
*Robins, R . H . (1997). A s hort hi story of linguistics (4ème é dition). Ha rlow : A ddison
Wesley Longman.
*Roehrs, D. ( 2009). Demonstratives and definite articles a s nominal auxiliaries.
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
Róna-Tas, A. (1998). The reconstruction of Proto-Turkic and the genetic question. Dans L.
Johanson & É. Á. Csató (éds.). The Turkic languages (pp. 67-80). Londres/New York :
Routledge.
*Rose, F. (1999). La relativisation en turc. Mémoire de master. Lyon : Université Lumière
Lyon II.
*Ross, J. R . ( 1967). Constraints on v ariables i n s yntax. Thèse d e d octorat. C ambridge,
Massachusetts : MIT
Rothstein, R . A . ( 1993). P olish. D ans B. Co mrie & G. G. C orbett (éds.), The Sl avonic
languages (pp. 686-758). Londres/New York : Routledge.
*Rouveret, A. ( 2008). Phasal agreement and r econstruction. Dans R. Freidin, C. P. Otero
& M. L. Zubizarreta (éds.), Foundational issues in linguistic theory: essays in honor
of Jean-Roger Vergnaud (pp. 167-196). Cambridge, Massachusetts : MIT Press.
*Ruhlen, M. (1994a). On the origin of languages: studies in linguistic taxonomy. Stanford :
Stanford University Press.
*― (1994b). The origin o f language: t racing t he e volution of t he m other t ongue. Ne w
York : John Wiley & Sons.
Runner, J. T. (1998). Noun phrase licensing. New York/Londres : Garland Publishing.
Rutgers, R . ( 1998). Yamphu: gar mmar, t exts a nd l exicon. L eiden : R esearch S chool
CNWS.
Ryding, K . C . ( 2005). A reference grammar of Modern S tandard A rabic. Cambridge :
Cambridge University Press.
Sabel, J . ( 1998). Principles and par ameters of wh-movement. Habilitation dissertation.
Frankfurt am Main : Johann Wolfgang Goethe-Universität.
*― (2002). A minimalist analysis o f syntactic islands. The L inguistic R eview, 19 (3),
271-315.
Saeed, J. I. (1997). Semantics. Oxford : Basil Blackwell.
Safir, K. (1999). Vehicle change and reconstruction in Ā-chain. Linguistic I nquiry, 30 (4),
587-620.
Saito, M. (2004). Genitive subjects in Japanese: implications for the theory of null objects.
Dans P. B haskararao & K. V. S ubbarao ( éds.), Non-nominative subjects. (Vol. 2, pp.
103-118). Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Saito, M. & Fukui, N. (1998). Order in phrase structure and movement. Linguistic Inquiry,
29(3), 439-474.
443
Salzmann, M. (2006). Resumptive prolepsis: a study in indirect A’-dependencies. Thèse de
doctorat. Utrecht : LOT.
*Sammallahti, P . ( 1998). S aamic. D ans D. A bondolo (éd.). The U ralic languages (pp.
43-95). Londres/New York : Routledge.
*Sauerland, U . ( 1998). The meaning o f chains. Thèse d e d octorat. Cambridge,
Massachusetts : MIT
*― (2003). Unpronounced heads in relative clauses. Dans K. Schwabe & S. Winkler (éds.),
The interfaces: deriving and i nterpreting om itted s tructures (pp. 205 –226).
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
*Scalise, S ., & G uevara, E . ( 2005). The lexicalist ap proach t o w ord-formation a nd t he
notion o f t he l exicon. D ans P . Štekauer & R . L ieber ( éds.), Handbook o f
word-formation (pp. 147-187). Dordrecht: Springer.
*Schachter, P. (1973). Focus and relativization. Language, 49(1), 19-46.
*Schachter, P . & S hopen, T . ( 2007). Parts-of-speech s ystems. Dans T . Shopen ( éd.),
Language typology and syntactic description, vol. 1: clause structure (2ème éd., pp.
1-60). Cambridge : Cambridge University Press.
*von Schlegel, A . W. (1818). Observations s ur la l angue e t l a l ittérature pr ovençales.
Paris : Librairie grecque-latine-allemande.
*von Schlegel, F. (1808). Über die Sprache und Weisheit der Indier. Heidelberg : Mohr and
Zimmer.
*von Schleicher, A . (1859). Zur M orphologie de r Sprache. Mémoires d e l’Académie
Impériale des Sciences de St. Pétersbourg, 7e série, Tome 1, No. 7.
Schmitt, C . ( 1996). Aspect and t he syntax o f noun phrases. Thèse d e d octorat. College
Park : University of Maryland.
*Schönig, C. (1998a). Azerbaijanian. Dans L. Jo hanson & É . Á. Csató ( éds.), The Turkic
languages (pp. 248-260). Londres/New York : Routledge.
― (1998b). Turkmen. Dans L. Johanson & É. Á. Csató (éds.), The Turkic languages (pp.
261-272). Londres/New York : Routledge.
― (1998c). S outh S iberian T urkic. Dans L. J ohanson & É . Á . C sató (éds.), The T urkic
languages (pp. 403-416). Londres/New York : Routledge.
― (2003). T urko-Mongolic R elations. Dans J. J anhunen ( éd.), The M ongolic languages
(pp. 403-419). Londres/New York : Routledge.
*Schwartz, A . ( 1971). G eneral as pects of r elative cl ause formation. Working Papers on
Language Universals, 6, 139-171.
*Seegmiller, S. (1996). Karachay. Muenchen : Lincom Europa.
*Serdobolskaya, N . ( 2007). “ Sentential” nominalization o r ve rbal nouns: l ooking f or
syntactic cr iteria. Papier présenté à Nominalization across languages, 29 novembre –
1 décembre, 2007. Stuttgart University.
*Seyoum, M. (2008). A grammar of Dime. Utrecht : LOT.
*Shibatani, M. (1990). The languages of Japan. Cambridge : Cambridge University Press.
Shima, E. (2000). A preference for Move over Merge. Linguistic Inquiry, 31(2), 375-385.
*Shlonsky, U. (2004). The form of the Semitic noun phrase. Lingua, 114(12), 1465-1526.
Shopen, T. ( éd.). ( 1985). Language typology and syntactic description, vol. I I: c omplex
constructions. Cambridge : Cambridge University Press.
444
― (éd.). ( 2007). Language typology and syntactic description. 3 v olumes. ( 2ème éd .).
Cambridge : Cambridge University Press.
*Siloni, T . ( 1997). Noun phr ases and nom inalizations: t he s yntax o f D Ps. D ordrecht :
Kluwer.
*Simpson, A . ( 1998). Empty de terminers and nom inalisation i n C hinese, K orean and
Japanese. Papier présenté à USC Sy mposium on E. Asian l anguages. Los Angeles :
University of Southern California
― (2000). WH-movement and t he t heory of feature-checking. P hiladelphia/Amsterdam :
John Benjamins.
*― (2003a). On the status of modifying DE and the structure of the Chinese DP. Dans
S.-W. Tang and L. L. Chen-Sheng (éds.), On the formal way to Chinese languages (pp.
74-101). Stanford : CSLI.
*― (2003b). On the Re-analysis o f nominalizers in C hinese, J apanese and Korean. D ans
Y.-H. A . L i & A. S impson ( éds.), Functional structures, form and interpretation:
perspectives f rom E ast A sian l anguages (pp. 131 -160). L ondres/New York :
Routledge.
*― (2005). Classifiers and DP structure in Southeast Asia. Dans G. Cinque & R. S. Kayne
(éds.), The O xford handbook of comparative syntax (pp. 806 -838). O xford : O xford
University Press.
*Sio, J. U.-s. (2006). Modification and reference in the Chinese nominal. Thèse de doctorat.
Leiden : Universiteit Leiden.
― (2008). T he e ncoding o f r eferential pr operties in t he C hinese nominal. Language and
Linguistics, 9(1), 101-126.
*Skribnik, E . (2003). B uryat. D ans J . J anhunen ( éd.), The M ongolic languages (pp.
102-128). Londres/New York : Routledge.
Slater, K . W. ( 2003). M angghuer. D ans J. J anhunen (éd.). The M ongolic languages (pp.
307-324). Londres/New York : Routledge.
*Smith, C . ( 1964). D eterminers a nd relative clauses in a generative grammar o f English.
Language, 40(1), 37-52.
*Smits, R . ( 1988). The relative and cleft constructions of t he G ermanic and Romance
languages. Thèse de doctorat. Foris/Dordrecht : Katholieke Universiteit Brabant.
Soh, H. L. (2005). Wh-in-situ in Mandarin Chinese. Linguistic Inquiry 36(1). 143-155.
*Sohn, H.-M. (1994). Korean: a descriptive grammar. Londres/New York : Routledge.
*― (1999). The Korean language. Cambridge : Cambridge University Press.
Song, J . J . ( 1991). K orean r elative c lause co nstructions: co nspiracy and pragmatics.
Australian Journal of Linguistics, 11(2), 195-220.
*― (2001). Linguistic typology: morphology and syntax. Harlow : Pearson Education.
Sproat, R ., & Shih, C . ( 1988). P renominal adjectival o rdering in E nglish a nd M andarin.
Dans J. B levins & J. C arter ( éds.), Proceedings of t he 18 th meeting o f t he
North-Eastern Linguistics S ociety (pp. 465 -489). A mherst : G raduate L inguistic
Student Association of the University of Massachusetts.
*Sridhar, S. N. (1990). Kannada. Londres/New York : Routledge.
*Srivastav, V. (1991). T he s yntax a nd s emantics o f co rrelatives. Natural L anguage and
Linguistic Theory, 9(4), 637-686.
445
Stachowski, M . & M enz, A. ( 1998). Yakut. Dans L. Jo hanson & É. Á. Csató (éds.). The
Turkic languages (pp. 417-433). Londres/New York : Routledge.
Steele, S . ( 1978). Word order v ariation: a typological s tudy. Dans J . H . G reenberg (éd.).
Universals o f human language, vol. 4 : s yntax (pp. 585 -623). S tanford : S tanford
University Press.
Steever, S. B. (éd.) (1998a). The Dravidian languages. Londres/New York : Routledge.
*― (1998b). I ntroduction to t he Dravidian languages. Dans S. B . Steever (éd.). The
Dravidian languages (pp. 1-39). Londres/New York : Routledge.
― (1998c). K annada. Dans S. B. Steever (éd.). The D ravidian languages (pp. 129-157).
Londres/New York : Routledge.
― (1998d). Gonḍi. D ans S. B . Steever (éd.). The D ravidian languages (pp. 270-297).
Londres/New York : Routledge.
*Stowell, T . ( 1989). S ubjects, s pecifiers a nd X -bar theory. D ans M . B altin & A . Kroch
(éds.), Alternative conceptions of phrase structure (pp. 232 -262). C hicago :
University of Chicago Press.
*― (1991). D eterminers in N P a nd D P. Dans K. L effel & D . B ouchard ( éds.), Views o n
phrase structure (pp. 37-56). Dordrecht: Kluwer.
*Stroomer, H . ( 1995). A grammar of B oraana O romo (Kenya): phonology, morphology,
vocabularies. Köln : Rüdiger Köppe Verlag.
Subrahmanyam, P. S. (1998). Kolami. Dans S. B. Steever (éd.). The Dravidian languages
(pp. 301-327). Londres/New York : Routledge.
*Sulkala, H., & Karjalainen, M. (1992). Finnish. Londres/New York : Routledge.
*Sun, J . T .-S. ( 2003a). T ani languages. D ans G . T hurgood & R . J . L aPolla ( éds.), The
Sino-Tibetan languages (pp. 456-466). Londres/New York : Routledge.
*― (2003b). C aodeng G yarong. D ans G . Thurgood & R . J . L aPolla ( éds.), The
Sino-Tibetan languages (pp. 490-502). Londres/New York : Routledge.
― (2006). R elative c lauses in C aodeng r Gyalrong. Language and L inguistics, 7 (4),
905-933.
Suñer, M. (1998). Resumptive restrictive relatives: a crosslinguistic perspective. Language
74(2), 335–364.
*Svantesson, J.-O. (2003). Khalkha. Dans J. Janhunen (éd.). The Mongolic languages (pp.
154-176). Londres/New York : Routledge.
*Svenonius, P. (1994). Dependent nexus: subordinate predication structures in English and
the Scandinavian languages. Thèse de doctorat. Université de Tromsø.
― (2008). The position o f adjectives and other phrasal modifiers in the decomposition o f
DP. D ans L . M cNally & C . K ennedy ( éds.), Adjectives a nd adverbs: syntax,
semantics and discourse (pp. 16-42). Oxford : Oxford University Press.
*Sybesma, R., & Sio, J. U.-s. (2008). D is for demonstrative – investigating the position of
the demonstrative in Chinese and Zhuang. The Linguistic Review, 25(3-4), 453-478.
*Szabolcsi, A. (1987). Functional categories in the noun phrase. Dans I. Kenesei & C. Pléh
(éds.), Approaches to Hungarian (Vol. 2, pp. 167-189). Szeged : JATE.
*― (1994). The noun phrase. In F. Kiefer & K. É. Kiss (Eds.), Syntax and semantics, vol.
27: the syntactic structure of Hungarian (pp. 179-275). New York : Academic Press.
Szczegielniak, A . ( 2004). Relativization t hat y ou di d . .. Thèse d e d octorat. Cambridge,
446
Massachusetts : Harvard University.
― (2006). T wo types o f relative clauses in S lavic – evidence f rom reconstruction a nd
ellipsis. D ans M . T . M artínez, A . Alcázar & R . M. H ernández ( éds.), WECOL 2004
proceedings (pp. 373-385). Los Angeles : University of Southern California.
*Tagashira, Y. (1972). Relative clauses in Korean. Dans P. M. Peranteau, J. N. Levi & G.
C. Phares (éds.), The Chicago which hunt: papers from the relative clause festival (pp.
215-229). Chicago : Chicago Linguistic Society.
*Tai, J. H.-Y. (1973). Chinese as a SOV language. Dans C. Corum, T. C. Smith-Stard & A.
Weiser (éds.), Papers from the 9th regional meeting of the Chicago Linguistic Society
(pp. 559-671). Chicago : Chicago Linguistic Society.
Takahashi, D. (1997). Move-F and null operator movement. The Linguistic Review, 14(2),
181-196.
*Takita, K . ( 2009). If C hinese is h ead-initial, J apanese can not b e. Journal of E ast A sian
Linguistics, 18(1),