Manuel Utilisateur de QGIS 1.6

Manuel Utilisateur de QGIS 1.6
Quantum GIS
Manuel de l’utilisateur
Version 1.6.0 ’Copiapó’
Préambule
Ce document est le manuel officiel d’utilisation du logiciel Quantum GIS. Les logiciels et le matériel décrits
dans ce document sont pour la plupart des marques déposées et donc soumises à des obligations légales.
Quantum GIS est distribué sous la Licence publique générale GNU (GPL). Vous trouverez plus d’informations
sur la page internet de Quantum GIS http://qgis.osgeo.org.
Les détails, données, résultats, etc. inclus dans ce document ont été écrits et vérifiés au mieux des connaissances des auteurs et des éditeurs. Néanmoins, des erreurs dans le contenu sont possibles.
Ainsi l’ensemble des données ne saurait faire l’objet d’une garantie. Les auteurs et les éditeurs ne sauraient
être responsables de tout dommage direct, indirect, secondaire ou accessoire découlant de l’utilisation de ce
manuel. Les éventuelles corrections sont toujours les bienvenues.
Ce document a été rédigé avec LATEX. Les sources sont disponibles en code LATEX via
https://svn.osgeo.org/qgis/docs/tags/1.3.0_user_guide et en PDF via http://qgis.osgeo.org/
documentation/manuals.html. Des versions traduites peuvent être téléchargées via la section de documentation du projet QGIS. Pour plus d’informations sur les manières de contribuer à ce document et à sa
traduction, veuillez visiter http://www.qgis.org/wiki/
Références de ce document
Ce document contient des références internes et externes sous forme de lien. Cliquer sur un lien interne
provoque un déplacement dans le document, tandis que cliquer sur un lien externe ouvrira une adresse
internet dans le navigateur par défaut. En PDF, les liens internes seront indiqués en bleu et les externes en
rouge. En HTML, le navigateur affiche et gère les deux types de liens de la même façon.
i
Auteurs et éditeurs :
Tara Athan
Otto Dassau
Carson J.Q. Farmer
Stephan Holl
Lars Luthman
Tyler Mitchell
Tim Sutton
Radim Blazek
Martin Dobias
Jürgen E. Fischer
Magnus Homann
Gavin Macaulay
Brendan Morely
David Willis
Godofredo Contreras
Claudia A. Engel
Anne Ghisla
Marco Hugentobler
Werner Macho
Gary E. Sherman
Traducteurs version francophone :
Benjamin Bohard
Stéphane Morel
Tahir Tamba
Benjamin Lerre
Jeremy Garniaux
Jean Roc Morreale
Xavier M.
Yves Jacolin
Marie Silvestre
Cyril de Runz
Nos remerciements vont à Bertrand Masson pour son aide précieuse quant à la mise en page de ce document, Tisham Dhar pour avoir préparé l’environnement initial de documentation pour MS Windows, à Tom
Elwertowski et William Kyngesburye pour la section d’installation sur Mac OS X et à Carlos Dávila, Paolo
Cavallini et Christian Gunning pour les révisions. Si nous avons négligé de citer ici le nom d’un contributeur,
veuillez accepter nos excuses pour cet oubli et nous le signaler pour correction.
c 2004 - 2010 Quantum GIS Development Team
Copyright Internet : http://qgis.osgeo.org
Licence de ce document
La permission de copier, distribuer, modifier ce document est accordée sous les termes de la GNU Free Documentation License, dans sa version 1.3 ou plus récente telle que publiée par la Free Software Foundation ;
sans modification de son contenu, sans ajouts la précédant ou la suivant. Une copie peut être lue dans la
section D nommée "GNU Free Documentation License".
ii
Table des matières
Préambule
Licence de ce document . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Table des Matières
i
ii
iii
Liste des Figures
viii
Liste des Tableaux
xi
Liste des Astuces QGIS
xiii
Avant-propos
Fonctionnalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1
1
Conventions
Conventions pour l’interface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Conventions de texte ou de clavier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Instructions spécifiques à une plateforme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7
7
8
8
1 Introduction au SIG
1.1 Pourquoi tout cela est-il si récent ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.1.1
Les Données Raster . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.1.2
Les données vectorielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9
9
10
10
2 Premiers Pas
2.1 Installation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.2 Échantillon de données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.3 Étape pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
13
13
13
14
3 Aperçu des fonctionnalités
3.1 Démarrer et arrêter QGIS . . . . . . .
3.1.1
Options de ligne de commande
3.2 Interface de QGIS . . . . . . . . . . . .
3.2.1
Barre de Menu . . . . . . . . .
3.2.2
Barre d’outils . . . . . . . . . .
3.2.3
Légende cartographique . . . .
3.2.4
Vue de la carte . . . . . . . . .
3.2.5
Aperçu de la carte . . . . . . .
3.2.6
Barre de statut . . . . . . . . .
3.2.7
Raccourcis clavier . . . . . . .
3.2.8
Aide contextuelle . . . . . . . .
3.3 Rendu . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.1
Rendu dépendant de l’échelle .
3.3.2
Contrôler le rendu . . . . . . .
3.4 Mesurer . . . . . . . . . . . . . . . . .
17
17
17
19
19
23
24
25
25
26
26
27
27
27
27
28
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
iii
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
28
29
29
30
30
33
35
35
35
35
35
35
36
36
36
36
4 Les données vectorielles
4.1 Shapefiles ESRI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.1.1
Charger un Shapefile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.1.2
Améliorer les performances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.1.3
Charger une couche MapInfo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.1.4
Charger une couverture ArcInfo binaire . . . . . . . . . . . . . .
4.2 Couches PostGIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.2.1
Créer une connexion enregistrée . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.2.2
Charger une couche PostGIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.2.3
Quelques éléments de détail à propos des couches PostgreSQL
4.2.4
Importer des données dans PostgreSQL . . . . . . . . . . . . . .
4.2.5
Améliorer les performances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.2.6
couches vectorielles dépassants les 180◦ de longitude . . . . . .
4.3 Couches SpatiaLite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4 La fenêtre Propriété des couches vectorielles . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.1
Onglet Convention des signes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.2
Travailler avec cette nouvelle symbologie . . . . . . . . . . . . .
4.4.3
Gestionnaire de styles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.4
Onglet Général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.5
Onglet Métadadonnées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.6
Onglet Étiquettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.7
Nouvel Étiquetage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.8
Onglet Actions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.9
Onglet attributs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.10 Diagramme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.5 Éditer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.5.1
Zoomer et se déplacer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.5.2
Édition topologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.5.3
Numériser une couche existante . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.5.4
Numérisation avancée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.5.5
Créer de nouvelles couches Shapefile et Spatialite . . . . . . . .
4.5.6
Créer une nouvelle couche Shapefile . . . . . . . . . . . . . . . .
4.5.7
Travailler avec la table attributaire . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.6 Constructeur de requêtes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.7 Sélection par requête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.8 Calculatrice de champ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
39
39
39
40
41
41
41
42
43
44
44
45
46
47
47
47
50
54
54
55
55
56
58
60
61
62
64
65
65
69
71
71
72
75
76
76
3.5
3.6
3.7
3.8
3.9
3.10
iv
3.4.1
Mesurer une longueur, une aire et un angle
3.4.2
Sélectionner et désélectionner des entités .
Les projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Sortie graphique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Options de l’interface graphique . . . . . . . . . . .
Outils d’annotation . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Signets spatiaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.9.1
Créer un signet . . . . . . . . . . . . . . . .
3.9.2
Travailler avec les signets . . . . . . . . . .
3.9.3
Zoomer sur un signet . . . . . . . . . . . .
3.9.4
Effacer un signet . . . . . . . . . . . . . . .
Suivi GPS en direct . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.10.1 Coordonnées de la position . . . . . . . . .
3.10.2 Force du signal GPS . . . . . . . . . . . . .
3.10.3 Graphe polaire . . . . . . . . . . . . . . . .
3.10.4 Configuration GPS . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
5 Les données raster
5.1 Que sont les données raster ? . . . . . . . .
5.2 Charger des données raster dans QGIS . .
5.3 Boîte de dialogue de propriétés des Rasters
5.3.1
Onglet sémiologie . . . . . . . . . .
5.3.2
Onglet transparence . . . . . . . . .
5.3.3
Palette de couleurs . . . . . . . . . .
5.3.4
Onglet général . . . . . . . . . . . .
5.3.5
Onglet méta-données . . . . . . . .
5.3.6
Onglet pyramides . . . . . . . . . . .
5.3.7
Onglet histograme . . . . . . . . . .
5.4 Calculatrice Raster . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
79
79
79
80
80
81
82
83
83
83
83
84
6 Les données OGC
6.1 Qu’est-ce que les données OGC . . . .
6.2 Client WMS . . . . . . . . . . . . . . . .
6.2.1
Aperçu de la gestion WMS . . .
6.2.2
Sélectionner des serveurs WMS
6.2.3
Charger des couches WMS . . .
6.2.4
Recherche de serveur . . . . . .
6.2.5
Jeux de Tuiles . . . . . . . . . .
6.2.6
Utiliser l’outil Identifier . . . . . .
6.2.7
Visualiser les propriétés . . . . .
6.2.8
Limitations du client WMS . . . .
6.3 Serveur WMS . . . . . . . . . . . . . . .
6.4 Client WFS/WFS-T . . . . . . . . . . . .
6.4.1
Charger une couche WFS . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
85
85
85
85
86
86
88
88
89
89
90
91
91
91
.
.
.
.
95
95
95
96
98
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
101
101
101
102
102
104
105
105
106
106
109
110
110
112
116
116
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
7 Utiliser les projections
7.1 Aperçu de la gestion des projections . . . . . . . . . .
7.2 Définir une projection . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.3 Définir une projection à la volée (OTF) . . . . . . . . .
7.4 Système de Coordonnées de Référence personnalisé
8 Intégration du SIG GRASS
8.1 Lancer l’extension GRASS . . . . . . . . . . . . . . . .
8.2 Charger des données GRASS raster et vecteur . . . .
8.3 Secteur et Jeu de données GRASS . . . . . . . . . . .
8.3.1
Créer un nouveau SECTEUR GRASS . . . . .
8.3.2
Ajouter un nouveau Jeu de données . . . . . .
8.4 Importer des données dans un SECTEUR GRASS . .
8.5 Le modèle vecteur de GRASS . . . . . . . . . . . . . .
8.6 Création d’une nouvelle couche vectorielle GRASS . .
8.7 Numérisation et édition de couche vectorielle GRASS .
8.8 L’outil région GRASS . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.9 La boîte à outils GRASS . . . . . . . . . . . . . . . . .
8.9.1
Travailler avec les modules GRASS . . . . . .
8.9.2
Exemples de modules GRASS . . . . . . . . .
8.9.3
Travailler avec le navigateur GRASS . . . . . .
8.9.4
Paramètrer la boite à outils GRASS . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
9 Composeur de carte
119
9.1 Utiliser le Composeur d’Impression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
9.1.1
Ajouter une carte en cours dans QGIS au Composeur d’Impression . . . . . . . . . . 121
v
9.2
9.3
9.4
9.5
9.1.2
Panneau de la carte et de l’emprise . . . . . . . . . .
9.1.3
Map item tab - Grid and General options dialog . . . .
9.1.4
Ajouter d’autres éléments au Composeur d’Impression
9.1.5
Fenêtre des étiquettes . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.1.6
Fenêtre des options d’images . . . . . . . . . . . . .
9.1.7
Fenêtre des options de la légende . . . . . . . . . . .
9.1.8
Fenêtre des options de la barre d’échelle . . . . . . .
Outils de navigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ajouter des formes basiques et des flèches . . . . . . . . . .
Ajouter une table attributaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.4.1
Monter, descendre et aligner des éléments . . . . . .
9.4.2
Création de carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.4.3
Enregistrer et charger une mise en page d’impression
Enregistrer et charger une composition de carte . . . . . . . .
10 Les extensions de QGIS
10.1 Gérer les extensions . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
10.1.1 Installer une extension principale . . . . . . . .
10.1.2 Installer une extension externe de QGIS . . . .
10.1.3 Utiliser l’installeur d’extension python de QGIS
10.2 Prestataires de données . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
121
122
124
124
125
126
127
128
128
128
129
129
130
131
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
133
133
133
134
134
136
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
137
138
139
139
140
140
141
142
143
143
147
151
151
151
152
154
159
163
163
164
164
164
165
165
165
167
167
168
169
169
171
11 Utilisation des extensions principales de QGIS
11.1 Extension Saisie de Coordonnées . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.2 Extensions de décoration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.2.1 L’extension Etiquette de Copyright . . . . . . . . . . . . .
11.2.2 L’extension Flèche Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.2.3 L’extension Échelle Graphique . . . . . . . . . . . . . . .
11.3 Extension Texte Délimité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.4 Extension Convertisseur Dxf2Shp . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.5 Extension eVis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.5.1 Navigateur d’évènement . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.5.2 Connexion à une base de données . . . . . . . . . . . . .
11.6 Extension fTools . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.7 Extension GDALTools . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.7.1 Que sont les outils GDAL ? . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.7.2 La bibliothèque GDAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.7.3 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.8 L’extension de géoréférencement . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.9 Extension GPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.9.1 Qu’est ce qu’un GPS ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.9.2 GPSBabel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.9.3 Importer des données GPS . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.9.4 Télécharger des données GPS à partir d’un périphérique
11.9.5 Envoyer des données GPS vers un appareil . . . . . . . .
11.9.6 Définir de nouveaux types de périphériques . . . . . . . .
11.10 Extension Interpolation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.11 Extension d’exportation Mapserver . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.11.1 Création du fichier de projet . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.11.2 Création du fichier .map . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.11.3 Test du fichier .map . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.12 Extension Convertisseur de couche OGR . . . . . . . . . . . . .
11.13 Extension de GeoRaster Oracle . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
vi
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
11.13.1 Gérer les connexions . . . . . . . . . . . . . .
11.13.2 Sélection d’un GeoRaster . . . . . . . . . . . .
11.13.3 Afficher un GeoRaster . . . . . . . . . . . . . .
11.14 Extension OpenStreetMap . . . . . . . . . . . . . . . .
11.14.1 Interface utilisateur de base . . . . . . . . . . .
11.14.2 Charger des données OSM . . . . . . . . . . .
11.14.3 Visualiser des données OSM . . . . . . . . . .
11.14.4 Éditer des données OSM de base . . . . . . .
11.14.5 Éditer les relations . . . . . . . . . . . . . . . .
11.14.6 Examiner une relation . . . . . . . . . . . . . .
11.14.7 Télécharger des données OSM . . . . . . . . .
11.14.8 Charger des données sur le serveur OSM . . .
11.14.9 Sauvegarder des données OSM . . . . . . . .
11.14.10Importer des données OSM . . . . . . . . . . .
11.15 Extension d’Analyse Raster de Terrain . . . . . . . . .
11.16 Extension Impression Rapide . . . . . . . . . . . . . .
11.17 Autres extensions principales . . . . . . . . . . . . . .
11.18 Utiliser des extensions externes en Python pour QGIS
11.19 Aide et support . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.19.1 Mailinglists . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.19.2 IRC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.19.3 BugTracker . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.19.4 Blog . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.19.5 Wiki . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
171
171
172
173
174
176
176
177
179
179
180
181
182
182
183
184
184
185
186
186
187
187
188
188
A Formats de Données supportés
189
A.1 Formats vecteurs OGR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
A.2 Formats Raster GDAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
B Modules de la boîte à outils de GRASS
B.1 Modules d’import et d’export de la boîte à outils GRASS . . . . . . . . . . . . . . . . . .
B.2 Modules de conversion de données de la boîte à outils GRASS . . . . . . . . . . . . . .
B.3 Modules de configuration de la projections et de la région de la boîte à outils de GRASS
B.4 Modules de données raster de la boîte à outils de GRASS . . . . . . . . . . . . . . . . .
B.5 Modules de données vecteur de la boîte à outils de GRASS . . . . . . . . . . . . . . . .
B.6 Modules de données d’imagerie de la boîte à outils de GRASS . . . . . . . . . . . . . .
B.7 Modules de base de données de la boîte à outils de GRASS . . . . . . . . . . . . . . . .
B.8 Modules 3D de la boîte à outils de GRASS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
B.9 Modules d’aide de la boîte à outils de GRASS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
193
193
197
197
198
203
208
209
210
211
C GNU General Public License
213
C.1 Quantum GIS Qt exception for GPL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
D GNU Free Documentation License
217
Bibliographie
222
Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
vii
Table des figures
2.1
Une session de QGIS
3.1
Interface de QGIS avec les données d’essai de l’Alaska
renvoient aux zones définies dans le texte. . . . . . . . . .
Fenêtre de configuration des raccourcis (KDE) . . . . .
Fenêtre de configuration des raccourcis (KDE) . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Outils de mesure
Paramétrer un proxy
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
fenêtre de dialogue de l’outil d’annotation
. . . . . . . .
Formulaire d’annotation qt personnalisé
. . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Suivi GPS en direct
. . . . . . . . . . .
Écran de configuration du suivi GPS
3.2
3.3
3.4
3.5
3.6
3.7
3.8
3.9
4.1
4.2
4.3
4.4
4.5
4.6
4.7
4.8
4.9
4.10
4.11
4.12
4.13
4.14
4.15
4.16
4.17
4.18
4.19
4.20
4.21
4.22
4.23
4.24
4.25
4.26
4.27
viii
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
. Les
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
numéros cerclés de
. . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . .
Ajouter une couche vecteur
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fenêtre pour ouvrir une couche vecteur gérée par OGR
. . . . . . . . . . . . . . .
QGIS avec le Shapefile de l’Alaska chargé
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
◦
Carte en lat/lon dépassant les 180 de longitude
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Carte dépassant la ligne des 180◦ de longitude après application de la
ST_Shift_Longitude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fenêtre Propriétés d’une couche vecteur
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Options de symbolisation
Nouvelles options pour les symboles uniques
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Nouvelles options de catégorisation des symboles
. . . . . . . . . . . . . . . . . .
Exemple de palette de couleur graduée avec plusieurs arrêts
. . . . . . . . . . . .
Nouvelles options des symboles gradués
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Nouvelles options basé sur des régles
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Définir les propriétés d’un symbole
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Gestion des symboles et des palettes de couleurs
. . . . . . . . . . . . . . . . . .
Étiquetage intelligent d’une couche de points
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Étiquetage intelligent d’une couche de lignes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Sélectionnez une entité et choisissez une action
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Dialogue pour la sélection d’un widget d’édition pour une colonne attributaire
. . .
Dialogue des propriétés de diagrammes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Diagramme des températures superposé sur une carte
. . . . . . . . . . . . . . .
Édition des options d’accrochage pour chaque couche
. . . . . . . . . . . . . . . .
Fenêtre de saisie d’attributs suivant la création d’une nouvelle entité
. . . . . . . .
Annuler et Refaire
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Rotation d’un symbole de point
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fenêtre Nouvelle couche Shapefile
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fenêtre de création d’une nouvelle couche Spatialite
. . . . . . . . . . . . . . . . .
Table d’attributs pour la couche Alaska
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
jaune
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
fonction
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
15
19
19
26
29
33
33
34
36
37
40
41
42
46
47
48
49
51
52
52
53
53
54
55
57
57
60
61
62
63
64
66
70
71
72
73
74
4.28 Constructeur de requêtes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.29 Calculatrice de champs
75
77
5.1
5.2
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte de dialogue des propriétés des couches raster
Calculatrice raster
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
81
84
6.1
6.2
6.3
Dialogue pour ajouter un serveur WMS, en indiquant ses couches disponibles
. . . . . . .
Fenêtre pour rechercher des serveurs WMS avec des mots-clés
. . . . . . . . . . . . . . .
Ajoutez une couche WFS
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
87
89
92
7.1
7.2
7.3
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Onglet SCR dans la boîte de dialogue Options QGIS
Boîte de dialogue Système de Coordonnées de Référence (SCR)
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte de dialogue SCR personnalisé
96
97
98
8.1
8.2
8.3
8.4
8.5
8.6
8.7
8.8
8.9
8.10
8.11
8.12
8.13
8.14
Données GRASS dans le SECTEUR Alaska (adapté de Neteler & Mitasova 2008 [3])
Créer un nouveau SECTEUR ou JEU DE DONNEES GRASS dans QGIS
. . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Barre d’outils d’édition GRASS
Onglet Catégorie d’Édition GRASS
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
GRASS Digitizing Settings Tab
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Onglet Paramètres d’Édition GRASS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Onglet Table du mode Édition GRASS
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Outils GRASS et Liste des Modules
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte de dialogue d’un module issue des outils GRASS
. . . . . . . . . . . . . . .
GRASS Toolbox r.contour module
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Module GRASS v.generalize pour généraliser les couches vectorielles
. . . . . . .
La console GRASS,module r.shaded.relief
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . .
Afficher une couche d’ombrage créée avec le module GRASS r.shaded.relief
Navigateur de secteur GRASS
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
103
103
107
107
109
109
110
111
111
113
114
115
117
117
Composeur de carte
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Panneau de la carte et de l’emprise
Panneau de la carte - grille et options génériques
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Panneau des étiquettes de la composition - Options d’étiquetage et options globales
. . . .
Panneau d’image du composeur d’impression
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fenêtre des propriétés de la légende du composeur d’impression
. . . . . . . . . . . . . .
Panneaux de la barre d’échelle graphique du composeur d’impression
. . . . . . . . . . . .
Panneaux des formes basiques et flèches
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Panneau de table attributaire du composeur de carte
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Composeur comportant une vue de la carte, une légende, une échelle graphique et du texte
ajouté
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.11 Gestionnaire de composition
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
119
122
123
124
125
126
127
128
129
9.1
9.2
9.3
9.4
9.5
9.6
9.7
9.8
9.9
9.10
130
131
10.1 Gestionnaire d’extension
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
10.2 Installer des extensions python complémentaires
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
11.1
11.2
11.3
11.4
11.5
11.6
L’extension Saisie de Coordonnées
. . . .
L’extension Etiquette de Copyright
. . . . .
. . . . . . . . . . .
L’extension Flèche Nord
L’extension Échelle Graphique
. . . . . . .
La boîte de dialogue Texte Délimité
. . . .
L’extension Convertisseur Dxf2Shape
. . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
138
139
140
141
142
142
ix
11.7 La fenêtre d’affichage eVis
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.8 fenêtre des options de eVis
11.9 Fenêtre des Applications externes eVis
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.10 Fenêtre de connexion à une base de données eVis
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.11 L’onglet de requête SQL eVis
11.12 Onglet de requêtes prédéfinies eVis
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.13 Liste des programmes de GDALTools
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.14 La fenêtre Information
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.15 La fenêtre Création de contours
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.16 La couche vectorielle résultante
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.17 La fenêtre Projection
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.18 Fenêtre de l’extension de géoréférencement
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.19 Ajout de points à l’image raster
11.20 Définir les paramètres de transformation
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.21 La boîte de dialogue de l’Outils GPS
11.22 L’outil de téléchargement
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.23 L’extension Interpolation
11.24 Interpolation TIN sur le fichier elevp
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.25 Arrangement des couches d’un fichier de projet QGIS
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.26 Dialogue d’exportation vers MapServer
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.27 Image PNG créée par shp2img avec toutes les couches
. . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.28 L’extension Convertisseur de couche OGR
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.29 Fenêtre de création de connexion Oracle
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.30 Dialogue de sélection GeoRaster
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.31 Données OpenStreetMap sur Internet
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.32 Interface utilisateur de l’extension OSM
11.33 Fenêtre de chargement de données OSM
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.34 Changer le tag d’une entité OSM
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.35 Message de création de point OSM
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.36 Fenêtre de téléchargement de données OSM
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.37 Fenêtre de transfert des données vers OSM
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.38 Fenêtre de sauvegarde de données OSM
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.39 Fenêtre d’erreur d’importation OSM
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.40 Fenêtre d’importation de données vers OSM
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.41 Extension d’Analyse Raster de Terrain
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.42 Boîte de dialogue de l’Impression Rapide
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.43 Résultat d’Impression Rapide au format PDF A4 DIN réalisé sur l’échantillon de données
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
l’Alaska
x
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
de
. .
144
145
145
147
148
150
156
157
157
158
158
160
161
161
163
164
166
167
167
168
170
170
171
172
173
175
176
177
178
180
181
182
183
183
184
184
185
Liste des tableaux
4.1
4.2
4.3
Paramètres de connexion PostGIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Barre d’touils de numérisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Outils de numérisation avancée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
43
66
69
6.1
Paramètres de connexion WMS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
86
8.1
GRASS Digitizing Tools . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
9.1
Outils du Composeur de carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
11.2 Exemple de chemin absolut, relatif et internet .
11.3 les balises XML lues par eVis . . . . . . . . . .
11.4 Outils d’analyse fTools . . . . . . . . . . . . . .
11.9 List of GDAL tools . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.5 Outils de recherche fTools . . . . . . . . . . . .
11.6 Outils de géotraitement fTools . . . . . . . . . .
11.7 Outils de géométrie fTools . . . . . . . . . . . .
11.8 Outils de gestion de données fTools . . . . . . .
11.10 Outils de géoréférencement . . . . . . . . . . .
11.11 Autres extensions principales . . . . . . . . . .
11.12 Extensions QGIS externe actuellement modéré
B.1
B.2
B.3
B.4
B.5
B.6
B.7
B.8
B.9
B.10
B.11
B.12
B.13
B.14
B.15
B.16
B.17
B.18
B.19
B.20
B.21
B.22
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
146
151
152
152
154
155
155
156
159
185
186
Boîte à outils GRASS : Modules d’import de données raster . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Modules d’exportation de raster et d’images . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Module d’importation de données vectorielles . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Module d’exportation de données vectorielles . . . . . . . . . . . . . .
oîte à outils GRASS : Données attributaires d’un vecteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : modules de conversion detype de données . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Modules de configuration de la projection et de la région . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Modules de traitement des couches raster . . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Modules de gestion de la couleur des raster . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Modules d’analyse spatiale raster . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Modules de gestion des surfaces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Modules pour changer les valeurs des catégories et des étiquettes des
raster . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Modules de modélisation hydrologique . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Modules d’analyses statistiques et rapports . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Modules de traitement des couches vecteurs . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Modules de connexion aux bases de données . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Modules de modification des champs vectoriels . . . . . . . . . . . . .
Travailler avec les modules des vecteurs ponctuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Modules d’analyse spatiale de vecteur et de réseau . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : Mise à jour de vecteur à partir d’autres modules cartographiques . . .
Boîte à outils GRASS : modules de statistique et de rapport de vecteur . . . . . . . . . . . . .
Boîte à outils GRASS : modules analyse d’image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
194
194
195
195
196
197
198
199
199
200
201
202
202
203
205
206
206
207
207
208
208
209
xi
B.23 Boîte à outils GRASS : Modules de gestion de base de données et d’analyse . . . . . . . . . 210
B.24 Boîte à outils GRASS : visualisation 3D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
B.25 Boîte à outils GRASS : manuel de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
xii
Astuce QGIS
1
D OCUMENTATION
2
3
4
5
6
7
E XEMPLE UTILISANT DES OPTIONS DE LIGNE DE COMMANDE . . . .
R ESTAURER LA BARRE D ’ OUTIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
M ODIFIER L’ ÉCHELLE DE LA CARTE AVEC LA MOLETTE DE LA SOURIS
D ÉPLACER LA CARTE AVEC LES FLÈCHES ET LA BARRE ESPACE . . .
C ALCULER L’ ÉCHELLE CORRECTE DE LA VUE DE LA CARTE . . . . .
U TILISER UN PROXY . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
C OULEURS DE COUCHES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
C HARGER UNE COUCHE ET UN PROJET DEPUIS UN LECTEUR EXTERNE SOUS M AC OS
PARAMÈTRES UTILISATEUR DE QGIS ET S ÉCURITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
C OUCHES P OST GIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
E XPORTER DES JEUX DE DONNÉES DEPUIS P OST GIS . . . . . . . . . . . . . . . . . .
I MPORTER DES SHAPEFILES CONTENANT DES MOTS RÉSERVÉS DE P OSTGRE SQL . .
É DITIONS CONCURRENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
I NTÉGRITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
F RÉQUENCE DE SAUVEGARDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
T YPES DES VALEURS D ’ ATTRIBUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
M ARQUEURS DE SOMMETS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
C ONGRUENCE DES ENTITÉS COPIÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
G ESTION DE LA SUPPRESSION D ’ ENTITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
I NTÉGRITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
M ANIPULER LES DONNÉES ATTRIBUTAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
C HANGER LA DÉFINITION D ’ UNE COUCHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
À JOUR
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
18
24
25
25
26
32
. .
X
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
. .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
40
40
43
44
45
45
63
65
65
67
67
68
68
69
74
76
24
25
V ISUALISER UNE SEULE BANDE D ’ UN RASTER MULTIBANDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
R EGROUPEMENT DES STATISTIQUES RASTER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
81
84
26
27
28
29
30
31
32
33
À PROPOS DES URL DES SERVEURS WMS . .
F ORMAT D ’ IMAGE . . . . . . . . . . . . . . . . .
O RDONNER LES COUCHES WMS . . . . . . . .
T RANSPARENCE DES COUCHES WMS . . . . .
L ES PROJECTIONS WMS . . . . . . . . . . . .
ACCÉDER DES COUCHES OGC SÉCURISÉES .
T ROUVER DES SERVEURS WMS ET WFS . . .
I NTEROGER DES SERVEURS WFS SÉCURISÉS
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
86
87
88
88
88
91
92
93
34
B OÎTE
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
97
35
36
37
38
39
40
C HARGEMENT DE DONNÉES GRASS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
A PPRENDRE LE MODÈLE VECTEUR DE GRASS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
C RÉATION D ’ UNE TABLE ATTRIBUTAIRE POUR UNE NOUVELLE COUCHE VECTORIELLE
N UMÉRISATION DE POLYGONES DANS GRASS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
C RÉATION D ’ UNE SOUS - COUCHE SUPPLÉMENTAIRE AVEC QGIS . . . . . . . . . . .
É DITER LES PERMISSIONS GRASS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DE DIALOGUE
P ROPRIÉTÉS
DU PROJET
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
. . .
. . .
. .
. . .
. . .
. . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
1
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
. . . . .
. . . . .
GRASS
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. 102
. 106
106
. 107
. 109
. 110
xiii
xiv
41
42
43
A FFICHER LES RÉSULTATS IMMÉDIATEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
L’ OUTIL DE SIMPLIFICATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
AUTRES UTILISATIONS DE R . CONTOUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
44
45
E XTENSIONS ET PLANTAGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
U TILISER DES EXTENSIONS EXPÉRIMENTALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
46
47
48
S AUVEGARDE DES PARAMÈTRES DE L’ EXTENSION AVEC LE PROJET . . . . . . . . . . . . . . . . 140
C RÉER UNE COUCHE VECTORIELLE DEPUIS UN FICHIER M ICROSOFT E XCEL . . . . . . . . . . . 149
A JOUT D ’ AUTRES DÉPÔTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
Avant-propos
Bienvenue dans le monde merveilleux des Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) ! Quantum GIS est
un SIG libre qui a débuté en mai 2002 et s’est établi en tant que projet en juin 2002 sur SourceForge. Nous
avons travaillé dur pour faire de ce logiciel SIG un choix accessible et viable pour toute personne ayant un
ordinateur (qui sont traditionnellement des logiciels propriétaires assez coûteux). QGIS est utilisable sur la
majorité des Unix, Mac OS X et Windows. QGIS utilise la bibliothèque logicielle Qt (http://qt.nokia.com) et
le langage C++, ce qui ce traduit par une interface graphique simple et réactive.
QGIS se veut simple à utiliser, fournissant des fonctionnalités courantes. Le but initial était de fournir un
visionneur de données SIG. QGIS a, depuis, atteint un stade dans son évolution où beaucoup y recourent pour
leurs besoins quotidiens. QGIS supporte un grand nombre de formats raster et vecteur, avec le support de
nouveaux formats facilité par l’architecture des modules d’extension (lisez l’Annexe A pour une liste complète
des formats actuellement supportés)
QGIS est distribué sous la licence GNU GPL (General Public License). Ceci signifie que vous pouvez étudier
et modifier le code source, tout en ayant la garantie d’avoir accès à un programme SIG non onéreux et
librement modifiable. Vous devez avoir reçu une copie complète de la licence avec votre exemplaire de QGIS,
que vous pouvez également trouver dans l’Annexe C.
Astuce QGIS 1 D OCUMENTATION À JOUR
La dernière version de ce document est disponible sur http://download.osgeo.org/qgis/doc/manual/, ou
dans la section documentation du site de QGIS http://qgis.osgeo.org/documentation/
Fonctionnalités
QGIS offre beaucoup d’outils SIG standards par défaut et via les extensions de multiples contributeurs. Voici
un bref résumé en six catégories qui vous donnera un premier aperçu.
Visualiser des données
Vous pouvez afficher et superposer des couches de données rasters et vecteurs dans différents formats et
projections 1 sans avoir à faire de conversion dans un format commun. Les formats supportés incluent :
– les tables spatiales de PostgreSQL/PostGIS, les formats vecteurs supportés par la bibliothèque OGR
installée, ce qui inclut les fichiers de forme ESRI (shapefiles), MapInfo, STDS et GML (voir l’Annexe A.1
pour la liste complète),
– les bases de données SpatiaLite (lire la section 4.3),
– les formats raster supportés par la bibliothèque GDAL (Geospatial Data Abstraction Library) tels que
GeoTiff, Erdas img., ArcInfo ascii grid, JPEG, PNG (voir l’Annexe A.2 pour la liste complète),
– les formats raster et vecteur provenant des bases de données GRASS,
– les données spatiales provenant des services réseaux compatibles OGC comme le Web Map Service
(WMS) ou le Web Feature Service (WFS) (voir la section 6),
– les données OpenStreetMap (voir la section 11.14).
1. QGIS ne proposant actuellement de projection à la volée que pour les données de type vecteur, les données de type raster doivent
être dans la même projection pour pouvoir être associées entre elles.
1
Avant-propos
Parcourir les données et créer des cartes
Vous pouvez créer des cartes et les parcourir de manière interactive avec une interface abordable. Les outils
disponibles dans l’interface sont :
– projection à la volée (adapte les unités de mesure et reprojette automatiquement les données vectorielles)
– composition de carte
– panneau de navigation
– signet géospatial
– identification et sélection des entités
– affichage, édition et recherche des attributs
– étiquetage des entités
– personnalisation de la sémiologie des données raster et vecteur
– ajout d’une couche de graticule lors de la composition
– ajout d’une barre d’échelle, d’une flèche indiquant le nord et d’une étiquette de droits d’auteur
– sauvegarde et chargement de projets
Créer, éditer, gérer et exporter des données
Vous pouvez créer, éditer, gérer et exporter des données vectorielles dans plusieurs formats. QGIS permet
ce qui suit :
– numérisation pour les formats gérés par OGR et les couches vectorielles de GRASS
– création et éditiont des fichiers de forme (shapefiles), des couches vectorielles de GRASS et des tables
géométriques SpatiaLite.
– géoréférencement des images avec l’extension de géoréférencement
– importation, exportation du format GPX pour les données GPS, avec la conversion des autres formats
GPS vers le GPX ou l’envoi, la réception directement vers une unité GPS (le port USB a été ajouté à la
liste des ports utilisables sous
)
– visualisation et édition des données OpenStreetMap
– création de couches PostGIS à partir de fichiers shapefiles grâce au module d’extension SPIT
– prise en charge améliorée des tables PostGIS
– gestion des attributs des couches vectorielles grâce à l’extension de gestion des tables ou celle de tables
attributaires (voir la section 4.5.7)
– enregistrer des captures d’écran en tant qu’images géoréférencées
Les couches raster doivent être importées dans GRASS pour pouvoir être éditées et exportées vers d’autres
formats.
Analyser les données
Vous pouvez opérer des analyses spatiales sur des données PostgreSQL/PostGIS et autres formats OGR en
utilisant l’extension fTools. QGIS permet actuellement l’analyse vectorielle, l’échantillonnage, la gestion de la
géométrie et des bases de données. Vous pouvez aussi utiliser les outils GRASS intégrés qui comportent
plus de 300 modules (voir la section 8)
Publier une carte sur Internet
QGIS peut être employé pour exporter des données vers un mapfile et le publier sur Internet via un serveur
web employant l’UMN MapServer. QGIS peut aussi servir de client WMS/WFS ou de serveur WMS.
2
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Fonctionnalités
Étendre les fonctionnalités de QGIS grâce à des extensions
QGIS peut être adapté à vos besoins particuliers du fait de son architecture extensible à base de modules.
QGIS fournit des bibliothèques qui peuvent être employées pour créer des extensions, vous pouvez même
créer de nouvelles applications en C++ ou python !
Extensions principales
1. Ajouter une couche de texte délimité (charge et affiche des fichiers texte ayant des colonnes contenant
des coordonnées X/Y)
2. Capture de coordonnées (Enregistre les coordonnées sous la souris dans un SCR différent)
3. Décorations (Étiquette de droit d’auteur, flèche indiquant le nord et barre d’échelle)
4. Insertion de diagrammes (place des diagrammes sur une couche vectorielle)
5. Convertisseur Dxf2Shp (convertit les fichiers DXF en fichier SHP)
6. Outils GPS (importe et exporte des données GPS)
7. GRASS (intégration du SIG GRASS)
8. Géoréférenceur GDAL (ajoute une projection à un raster)
9. Extension d’interpolation (interpole une surface en utilisant les sommets d’une couche vectorielle)
10. Export Mapserver (exporte un fichier de projet QGIS dans le format de carte de MapServer)
11. Convertisseur de couche OGR (convertit un fichier vectoriel dans plusieurs formats)
12. Extension OpenStreetMap (permet de visualiser et d’éditer des données OSM)
13. support des GeoRaster d’Oracle Spatial
14. Installateur d’extensions python (télécharge et installe des extensions python pour QGIS)
15. Impression rapide (Imprimer une carte en un minimum d’effort)
16. Analyse de terrain raster
17. SPIT, outil d’importation de Shapefile vers PostgreSQL/PostGIS
18. Ajouter une couche WFS
19. eVIS (visualisation d’évènements multimédias)
20. fTools (outils d’analyse et de gestion de vecteurs)
21. Console Python (accédant à l’environnement QGIS)
22. Interfaces graphiques pour les modules GDAL
Extensions Python externes
QGIS offre un nombre croissant d’extensions complémentaires en Python fournies par la communauté. Ces
extensions sont entreposées dans le répertoire UTILISATEUR 2 /.qgis/python/plugins et peuvent être facilement installées en utilisant l’extension d’installation Python (voir la section 10).
Quoi de neuf dans la version 1.6.0
Veuillez noter que cette version est un jalon important dans la série des publications. Comme tel, elle incorpore
de nouvelles fonctionnalités et étend l’interface de programmation par rapport à QGIS 1.0.x et QGIS 1.5.0.
Nous recommandons d’utiliser cette version préférentiellement aux précédentes.
Cette version n’inclut pas moins de 177 résolutions de problèmes, ainsi que des améliorations et de nouvelles
fonctionnalités.
2. L’emplacement change selon le système d’exploitation, ainsi sous
du répertoire utilisateur se situant dans Document And Settings
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
il s’agit du répertoire HOME tandis que sous
il s’agit
3
Avant-propos
Améliorations générales
– Ajout du support gpsd à l’outil GPS de suivi en direct
– Une nouvelle extension permet l’édition hors ligne d’une base PostGIS.
– La calculatrice de champs insère une valeur nulle (NULL) en cas d’erreur, au lieu de s’arrêter et d’annuler
le calcul des autres entités.
– Ajout d’une calculatrice raster native (C++) qui permet d’opérer sur des rasters de manière efficace.
– Interaction améliorée avec la zone affichant les coordonnées dans la barre de statut, les coordonnées
peuvent être copiées et collées.
– Beaucoup d’améliorations et de nouveaux opérateurs pour la calculatrice de champs (concaténations,
décompte des lignes, etc.).
– Ajout d’une option –configpath qui remplace le chemin par défaut ( /.qgis) pour la configuration utilisateur
et oblige QSettings à l’utiliser. Cela permet à l’utilisateur de transporter son installation de QGIS sur une
clé USB avec tous ses extensions et paramètres.
– Support expérimental du WFS-T.
– Amélioration et nettoyage du géoréférenceur.
– Support pour les entiers longs dans l’éditeur d’attributs.
– Incorporation du projet QGIS Mapserver, il permet de diffuser votre projet QGIS via le protocole OGC
WMS.
– Sous-menus pour les barres d’outils de sélection et de mesure.
– Ajout du support des tables non spatiales.
– Ajout du support de la recherche de chaînes de caractères pour les identifiants d’entités ($id) et autres
améliorations.
– Ajout d’une méthode de rechargement des couches de la carte. Cela permet aux prestataires de données utilisant le cache de se synchroniser avec les changements de la source de données.
Améliorations de la gestion de la liste des couches
– Ajout d’une nouvelle option dans le menu contextuel des rasters pour adapter les valeurs min et max
utilisées par le mode de représentation, aux pixels actuellement visibles.
– Possibilité de spécifier des options OGR lors de la sauvegarde d’une couche via le clic droit sur la
couche.
– La liste des couches permet de sélectionner et d’effacer plusieurs couches à la fois.
Étiquetage (nouvelle génération uniquement)
– Position des étiquettes définies par des données attributaires.
– Retour à la ligne, définition attributaire de la police et du tampon.
Propriétés des couches et symbologies
– 3 nouveaux modes de classifications ajoutés au rendu gradué incluant les ruptures naturelles (Jenks),
la déviation standard et les jolies ruptures (basées sur pretty de R).
– Amélioration de la vitesse de chargement de la fenêtre de propriétés des couches.
– Rotation et taille définies par des attributs pour les rendus catégorisés et gradués.
– Utilisation de l’échelle pour les symboles de lignes afin de modifier la largeur de la ligne.
– Remplacement de l’implémentation de l’histogramme raster par celui de Qwt. Il peut être sauvegardé en
tant qu’image, la valeur réelle des pixels est affichée sur l’axe x.
– Possibilité de sélectionner interactivement les pixels du canevas pour renseigner la valeur de transparence dans les propriétés raster.
4
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Fonctionnalités
– Possibilité de définir un dégradé de couleur à partir de la liste déroulante des dégradés du mode de
rendu gradué des vecteurs.
– Raccourci vers le gestionnaire de style dans le panneau du mode de symbole unique.
Composeur de carte
– Ajout de l’affichage et de la manipulation des hauteurs et largeur des objets d’une composition.
– La suppression des objets est désormais possible avec Backspace
– Tri de la table attribut de la composition.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
5
Conventions
Cette section décrit les symboles qui ponctuent ce manuel, les conventions graphiques sont les suivantes
Conventions pour l’interface
Les styles de conventions de l’interface (GUI) dans le texte ressemblent autant que possible à l’apparence du
logiciel, l’objectif étant de permettre à l’utilisateur de repérer plus facilement les éléments mentionnés dans
les instructions.
– Options du menu : Couches
Ajouter une couche raster
ou
Barre d’outils I
Préférences
– Outil :
3 Numérisation
Ajouter une couche raster
– Bouton : Sauvegarder par défaut
– Titre de boîte de dialogue : Propriétés de la couche
– Panneau : Général
– Objet de boîte d’outils :
– Case à cocher :
– Bouton radio :
nviz - Open 3D-View in NVIZ
Rendu
Postgis SRID
EPSG ID
– Sélection d’un chiffre : Halo 60
– Sélection d’une ligne : Style de bordure externe
— Ligne solide
– Parcourir un fichier : . . .
– Sélection d’une couleur : Couleur de bordure externe
– Barre coulissante : Transparence 10%
– Zone de saisie de texte : Nom affiché
lakes.shp
Une ombre indique un élément de l’interface qui peut être cliqué.
7
Conventions
Conventions de texte ou de clavier
Le manuel se réfère aussi à des conventions pour le texte, les commandes du clavier et l’encodage pour
définir les entités, les classes et les méthodes. Elles ne correspondent pas à l’apparence réelle.
– Hyperliens : http://qgis.org
– Simple touche : appuyez sur p
– Combinaisons de touches : appuyez sur Ctrl+B
Contrôle (Ctrl) tout en pressant la touche B.
, signifie qu’il faut rester en appui sur la touche
– Nom d’un fichier : lakes.shp
– Nom d’une classe : NewLayer
– Méthode : classFactory
– Serveur : myhost.de
– Texte pour l’utilisateur : qgis –-help
Les codifications sont indiquées par une police à taille fixe :
PROJCS["NAD_1927_Albers",
GEOGCS["GCS_North_American_1927",
Instructions spécifiques à une plateforme
GUI sequences and small amounts of text can be formatted inline : Clic {
pour fermer QGIS.
Fichier
QGIS} > Quitter
Cela indique que sous Windows, Linux et les plateformes Unix il faudra d’abord cliquer sur Fichier puis dans
la liste déroulante sur Quitter, alors que sous Mac il faudra cliquer sur le menu QGIS. De grandes portions de
textes peuvent être présentées en liste :
–
–
–
faites ceci ;
faites cela ;
faites autre chose.
ou comme des paragraphes :
Faites ceci et cela.
Puis cela et ceci pour obtenir ça, etc.
Les aperçus d’écrans ont été pris sous différentes plateformes, un icône à la fin de la légende de la figure
indique le système en question.
8
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
1. Introduction au SIG
Un Système d’Information Géographique (SIG) ([2] 1 ) est une collection de logiciels qui vous permettent de
créer, visualiser, rechercher et analyser des données géospatiales. Ces données se réfèrent à des informations concernant l’emplacement géographique d’une entité. Ceci implique souvent l’utilisation de coordonnées
géographiques, tel qu’une valeur de latitude ou de longitude. Le terme donnée spatiale est également employé
couramment, ainsi que : donnée géographique, donnée SIG, donnée cartographique, donnée de localisation,
donnée de géométrie spatiale. . .
Les applications utilisant des données géospatiales réalisent une grande variété de fonctions. La création de
carte est celle-là plus admise, les logiciels cartographiques prennent les données géospatiales et les restituent
sous une forme visuelle, sur un écran d’ordinateur ou sur une page imprimée. Ces applications peuvent
présenter des cartes statiques (une seule image) ou des cartes dynamiques qui peuvent être personnalisées
par la personne regardant la carte via un logiciel bureautique ou une page internet.
Beaucoup de gens présument à tort que les applications géospatiales se limitent à la production de cartes
alors que l’analyse des données est une autre importante fonction de ces logiciels. Quelques exemples d’analyses incluant les calculs :
1. de la distance entre deux points géographiques ;
2. de l’aire (p. ex., mètres carrés) d’une zone géographique ;
3. pour déterminer quelles entités se superposent sur d’autres entités ;
4. le taux de superposition entre entités ;
5. le nombre de points se situant à une certaine distance d’un autre ;
6. et beaucoup d’autres. . .
Cela semble peut-être simpliste, mais ils peuvent être appliqués à de nombreuses disciplines. Le résultat de
ces analyses peut être affiché sur une carte, mais plus généralement sous une forme tabulaire dans des
rapports pour appuyer des décisions.
Le phénomène récent de services basés sur la localisation va introduire toutes sortes de nouvelles fonctionnalités dont beaucoup seront issues de la conjugaison de cartes et d’analyses. Par exemple, supposons que
vous ayez un téléphone portable qui affiche votre position. Si vous avez le bon type de logiciel, votre téléphone
pourra vous signaler les restaurants se trouvant à une courte distance de marche. Bien que ce soit une nouvelle application des technologies géospatiales, il s’agit pour l’essentiel d’analyser des données géospatiales
et de vous en livrer les résultats.
1.1. Pourquoi tout cela est-il si récent ?
Et bien ça ne l’est pas. Il y a beaucoup de nouveaux appareils qui autorisent l’utilisation mobile de services
géospatiaux. Beaucoup d’applications open source sont aussi disponibles, mais l’existence de matériels et logiciels dédiés à la géospatialisation n’est pas quelque chose de nouveau. Les récepteurs GPS (Global Positioning System) sont devenus courants, mais sont utilisés dans certaines industries depuis plus d’une décennie.
De la même manière, la cartographie bureautique et les outils d’analyse ont depuis longtemps représenté un
important secteur commercial, consacré à l’origine à des secteurs comme la gestion de ressources naturelles.
Ce qui est nouveau est la façon dont les appareils et applications sont utilisés et par qui. Les utilisateurs
1. Ce chapitre est de Tyler Mitchell (http://www.oreillynet.com/pub/wlg/7053) et est utilisé sous une licence Creative Commons.
Tyler est l’auteur de Web Mapping Illustrated, publié par O’Reilly, 2005.
9
1.1. Pourquoi tout cela est-il si récent ?
traditionnels étaient des géomaticiens hautement qualifiés ou des techniciens habitués à travailler avec des
outils de CAO. Aujourd’hui les capacités de calculs des ordinateurs domestiques et des logiciels open source
ont permis à une foule de passionnés, de professionnels, de développeurs internet, etc. d’interagir avec des
données géospatiales. La courbe d’apprentissage a diminué, les coûts ont diminué tandis que la diffusion des
technologies spatiales a augmenté.
Comment sont stockées ces informations ? Pour faire simple, il existe deux sortes de données géospatiales
dont l’utilisation est très répandue de nos jours, ce à quoi s’ajoutent les données tabulaires qui continuent à
être utilisées couramment par les applications géospatiales.
1.1.1. Les Données Raster
L’un des types de données géospatiales est qualifié de donnée raster/matricielle, ou plus communément un
raster. Les formes les plus facilement reconnaissables de donnée raster sont les images satellites numériques
ou les photos aériennes. Les ombrages de pentes ou les modèles numériques de terrain sont également
représentés en raster. Tout type de données cartographiques peut être représenté comme une donnée raster,
mais il y a des limitations.
Un raster est une grille régulière qui se compose de cellules ou, dans le cas de l’imagerie, de pixels. Il y a
un nombre déterminé de lignes et de colonnes. Chaque cellule a une valeur numérique et une certaine taille
géographique (par exemple 30 x 30 mètres de surface).
De multiples rasters sont superposés pour afficher des images qui utilisent plus d’une valeur de couleur (c.-àd. un raster pour chaque bande de valeurs de rouge, vert et bleu sont combinés pour créer une image couleur).
L’imagerie satellite représente les données avec plusieurs bandes. Chacune de ces bandes est un raster
distinct qui se superpose spatialement aux autres rasters, une bande détient des valeurs correspondant à
certaines longueurs d’onde de la lumière. Comme vous pouvez l’imaginer, un gros raster prend plus d’espacedisque. Un raster avec de plus petites cellules fournira plus de détails, mais prendra plus de place. L’astuce est
de trouver le juste équilibre entre la taille des cellules pour le stockage et la taille des cellules pour l’analyse
ou la cartographie.
1.1.2. Les données vectorielles
Les données vectorielles sont également utilisées dans les applications géospatiales. Si vous êtes resté éveillé
durant vos cours de trigonométrie et de géométrie, vous serez déjà familier avec quelques-unes des particularités des données vectorielles. Les vecteurs sont une façon de décrire un emplacement en utilisant une
série de coordonnées, chaque coordonnée se référant à une localisation géographique utilisant un système
de valeurs en x et en y.
On peut faire la comparaison avec un plan cartésien, vous savez, le diagramme de l’école qui présentait des
axes x et y. Vous y avez sans doute eu recours pour des graphiques montrant la chute de votre épargneretraite ou l’augmentation de votre taxe d’habitation, le concept est ici similaire et essentiel pour l’analyse et
la représentation géospatiale.
Il y a différentes manières de représenter ces coordonnées qui dépendent de votre objectif, c’est un tout autre
chapitre à étudier : celui des projections cartographiques. Les données vectorielles prennent trois formes,
chacune progressivement plus complexe et s’appuyant sur la précédente.
1. les Points – une simple coordonnée (x y) qui représente un emplacement géographique ponctuel ;
2. les Lignes – plusieurs coordonnées (x1 y1, x2 y2, x3 y4. . . xn yn) reliées ensemble selon un ordre précis,
tel que pour dessiner une ligne du point (x1 y1) au point (x2 y2) et ainsi de suite. Les parties qui se situent
entre les points sont considérées comme des segments de ligne. Ils ont une longueur et la ligne peut
avoir une direction suivant l’ordre des points. Techniquement, une ligne est une simple paire de points
reliés ensemble tandis qu’une ficelle de ligne se compose multiples lignes qui sont connectées ;
3. les Polygones – quand les lignes sont reliées par plus de deux points, avec le dernier point situé au
même endroit que le premier, nous appelons le résultat un polygone. Un triangle, un cercle, un rectangle,
10
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
1.1.2. Les données vectorielles
etc. sont tous des polygones. La propriété clé des polygones est qu’ils ont une surface interne fixe.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11
2. Premiers Pas
Ce chapitre donne un bref aperçu de l’installation de QGIS, de quelques jeux de données provenant du site
Internet et du lancement d’une première session d’affichage de couches matricielles et vectorielles.
2.1. Installation
L’installation de QGIS est très simple. Des installateurs sont disponibles pour les systèmes d’exploitation
MS Windows et Mac OS X. Beaucoup de distributions GNU/Linux mettent à disposition des fichiers binaires
précompilés (.rpm ou .deb) ou des dépôts sources via leurs interfaces de gestion de logiciels. Vous pouvez
obtenir les dernières informations concernant les paquets binaires sur le site de QGIS sur http://qgis.
osgeo.org/download/.
Installation à partir des sources
Si vous désirez installer QGIS à partir des sources, veuillez vous référer au guide de programmation et de
compilation disponible sur http://qgis.osgeo.org/documentation/. Les instructions d’installation sont également diffusées avec le code source de QGIS.
Installation sur un support amovible
QGIS vous permet de définir une option –configpath qui remplace le chemin par défaut ( /.qgis) pour la
configuration utilisateur et oblige QSettings à l’utiliser. Cela permet à l’utilisateur de transporter son installation
de QGIS sur une clé USB avec ses extensions et paramètres.
2.2. Échantillon de données
Le guide de l’utilisateur contient des exemples basés sur le jeu de données échantillon inclus dans QGIS.
L’installateur MS Windows possède une option qui permet de télécharger le jeu de données échantillon
QGIS. Si vous le cochez, les données seront téléchargées dans votre répertoire intitulé Mes Documents et
placées dans le répertoire GIS Database. Vous pouvez utiliser l’explorateur MS Windows pour vous déplacer
à partir de ce répertoire vers un autre répertoire de votre choix. Si vous ne cochez pas cette option durant
l’installation, vous pouvez :
– utiliser les données que vous possédez déjà,
– télécharger l’échantillon sur le site de QGIS http://qgis.osgeo.org/download ou
– désinstaller et réinstaller QGIS en cochant, cette fois, la case de téléchargement.
Pour les systèmes GNU/Linux et Mac OS X il n’y a pas encore de paquets disponibles sous forme de
rpm, deb ou dmg. Pour utiliser l’échantillon de données, téléchargez le fichier compressé au format ZIP ou
archive TAR depuis http://download.osgeo.org/qgis/data/ et décompressez-le à l’endroit de votre choix.
Le jeu de données sur l’Alaska comporte toutes les données SIG qui ont servi à la préparation des captures
d’écran et des exemples qui figurent dans ce manuel. La projection est l’Alaska Albers Equal Area qui a pour
unité le pied et dont le code EPSG est le 2964.
PROJCS["Albers Equal Area",
13
2.3. Étape pratique
GEOGCS["NAD27",
DATUM["North_American_Datum_1927",
SPHEROID["Clarke 1866",6378206.4,294.978698213898,
AUTHORITY["EPSG","7008"]],
TOWGS84[-3,142,183,0,0,0,0],
AUTHORITY["EPSG","6267"]],
PRIMEM["Greenwich",0,
AUTHORITY["EPSG","8901"]],
UNIT["degree",0.0174532925199433,
AUTHORITY["EPSG","9108"]],
AUTHORITY["EPSG","4267"]],
PROJECTION["Albers_Conic_Equal_Area"],
PARAMETER["standard_parallel_1",55],
PARAMETER["standard_parallel_2",65],
PARAMETER["latitude_of_center",50],
PARAMETER["longitude_of_center",-154],
PARAMETER["false_easting",0],
PARAMETER["false_northing",0],
UNIT["us_survey_feet",0.3048006096012192]]
Si vous désirez utiliser QGIS comme une interface à GRASS, vous trouverez une sélection d’échantillons de
secteurs (e.g. Spearfish ou South Dakota) sur le site officiel de GRASS
http://grass.osgeo.org/download/data.php.
2.3. Étape pratique
Maintenant que vous avez QGIS d’installé avec un échantillon de données disponible, nous aimerions vous
faire une courte démonstration. Vous allez visualiser une couche raster et une couche vectorielle.
Nous allons utiliser la couche raster landcover qgis_sample_data/raster/landcover.img et la couche vectorielle des lacs qgis_sample_data/gml/lakes.gml.
Démarrer QGIS
–
Démarrer QGIS en tapant : qgis en ligne de commande dans une console ou, si vous utilisez un
fichier binaire précompilé, depuis le menu Application.
–
Démarrer QGIS en utilisant le menu Démarrer, un raccourci placé sur le Bureau, ou double-cliquez
sur un fichier de projet existant de QGIS.
–
Double-cliquez sur l’icône de QGIS dans votre répertoire du menu Applications.
Charger les couches raster et vecteur depuis le jeu de données
1. Cliquez sur l’icône
Ajouter une couche Raster .
2. Parcourez le dossier qgis_sample_data/raster/, sélectionnez le fichier ERDAS img
landcover.img et cliquez Ouvrir .
3. Si le fichier n’est pas listé, vérifiez le type de fichier à partir du menu déroulant au dessous de la boîte de dialogue afin de filtrer le bon type de fichier, dans ce cas-ci c’est
Fichiers de type
Erdas Imagine (*.img, *.IMG)
4. Maintenant cliquez sur l’icône
5.
14
Fichier
Ajouter une couche vecteur .
devrait être sélectionné comme Type de source dans la nouvelle boîte de dialogue
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
F IGURE 2.1.: Une session de QGIS
Ajouter une couche vecteur . Maintenant cliquez Parcourir pour sélectionner la couche vecteur
6. Parcourez le répertoire qgis_sample_data/gml/, sélectionnez "GML" à partir du menu déroulant Type
de fichier, sélectionnez le fichier GML lakes.gml, cliquez sur Ouvrir , et enfin, dans la boîte de dialogue
Ajouter une couche vecteur, cliquez OK .
7. Zoomez sur une zone de votre choix avec quelques lacs.
8. Double-cliquez la couche lakes dans la liste des cartes pour ouvrir la fenêtre
Propriété des couches .
9. Cliquez sur l’onglet Convention des signes et sélectionnez le bleu comme couleur de remplissage.
10. Cliquez sur l’onglet Étiquettes et cochez la case
Afficher les étiquettes pour permettre l’étiquetage
des entités. Choisissez le champ intitulé NAMES comme champ d’étiquetage.
11. Pour améliorer la lisibilité des étiquettes, vous pouvez ajouter un halo autour d’eux, en cliquant sur
“tampon” dans la liste à gauche puis
Étiquettes tampon . Choisissez 3 comme taille du tampon.
12. Cliquez Appliquez pour vérifier si le résultat est satisfaisant et enfin cliquez sur OK .
Vous pouvez constater combien il est facile d’afficher des couches raster ou vecteur dans QGIS. Passons
aux sections suivantes pour en apprendre plus sur les autres fonctionnalités, caractéristiques et paramètres
disponibles et sur la façon de les utiliser.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
15
3. Aperçu des fonctionnalités
Après une première prise en main dans le chapitre 2, nous allons maintenant vous donner un aperçu plus
détaillé des fonctionnalités de QGIS. La plupart seront décrites plus précisément encore dans les chapitres
qui leur sont dédiés dans la suite du manuel.
3.1. Démarrer et arrêter QGIS
Dans le chapitre 2.3, vous avez appris comment démarrer QGIS. Nous allons répéter cette étape ici et vous
verrez que QGIS propose des options supplémentaires via la ligne de commande.
en présumant que QGIS est installé dans le PATH (chemin par défaut), vous pouvez le démarrez en
–
tapant : qgis dans une ligne de commande ou en cliquant sur l’icône de raccourci sur le bureau dans le
menu des applications.
démarrez QGIS en utilisant le menu Démarrer, l’icône de raccourci présent sur le bureau ou encore,
–
en cliquant sur un fichier de projet QGIS
–
double-cliquez sur l’icône de votre répertoire Applications. Si vous avez besoin d’exécuter QGIS dans
une console, lancez avec /chemin-vers-exécutable/Contents/MacOS/qgis.
Pour arrêter QGIS, cliquez sur le menu {
Ctrl+Q
Fichier
Qgis } > Quitter, ou utilisez le raccourci clavier
(osx cmd+Q ).
3.1.1. Options de ligne de commande
QGIS supporte un certain nombre d’options lorsque démarré en passant par la ligne de commande. Pour
obtenir une liste de ces options, entrez dans votre console qgis –-help. Le message habituel qui en résulte
est :
QGIS --help
Quantum GIS - 1.5.0-Thetys ’Thetys’ (exported)
Quantum GIS (QGIS) est un visualisateur de données spatiales, raster ou vecteur.
Usage: QGIS [options] [FILES]
options:
[--snapshot filename]
emit snapshot of loaded datasets to given file
[--width width]
width of snapshot to emit
[--height height]
height of snapshot to emit
[--lang language]
use language for interface text
[--project projectfile]
load the given \qg project
[--extent xmin,ymin,xmax,ymax] set initial map extent
[--nologo]
hide splash screen
[--noplugins]
don’t restore plugins on startup
[--optionspath path]
use the given QSettings path
[--configpath path]
use the given path for all user configuration
17
3.1. Démarrer et arrêter QGIS
[--help]
this text
FILES:
Files specified on the command line can include rasters,
vectors, and QGIS project files (.qgs):
1. Rasters - Supported formats include GeoTiff, DEM
and others supported by GDAL
2. Vectors - Supported formats include ESRI Shapefiles
and others supported by OGR and PostgreSQL layers using
the PostGIS extension
Astuce QGIS 2 E XEMPLE UTILISANT DES OPTIONS DE LIGNE DE COMMANDE
Vous pouvez démarrer QGIS en spécifiant un ou plusieurs fichiers de données. Par exemple, si vous êtes placé
dans le répertoire qgis_sample_data vous pouvez démarrer QGIS avec une couche vectorielle et un fichier
raster dès le démarrage avec la commande suivante : qgis ./raster/landcover.img ./gml/lakes.gml
Option –-snapshot
Cette option permet de créer une capture d’écran de l’affichage courant au format PNG. C’est pratique quand
vous avez une longue série de projets et que vous voulez générer un aperçu de vos données. L’image ainsi
créée fait 800x600 pixels, un nom de fichier peut être ajouté après –-snapshot. Cette commande peut être
adaptée en utilisant les arguments –-width pour la largeur et –-height pour la hauteur.
Option –-lang
QGIS se base sur votre environnement linguistique par défaut pour définir la langue de l’interface. Si vous
voulez en changer, vous devez le spécifier en saisissant un code. Par exemple, –-lang=it provoquera l’utilisation de la version italienne. Une liste des langues intégrées est visible à http://wiki.qgis.org/qgiswiki/
TranslatorsCorner
Option –-project
Démarrer QGIS avec un projet existant est possible, il suffit d’ajouter l’option –-project suivie du nom de
votre projet et QGIS se lancera avec toutes les couches définies dans ce fichier.
Option –-extent
Pour démarrer avec une étendue cartographique spécifique, utilisez cette option. Vous devez ajouter les limites de votre étendue dans l’ordre suivant en les séparant par une virgule :
--extent xmin,ymin,xmax,ymax
Option –-nologo
Cette commande dissimule l’écran de démarrage qui apparaît lors du lancement de QGIS.
Option –-noplugins
Si vous avez un problème de démarrage lié à une extension, cette option permet de lancer QGIS sans les
charger (elles seront toujours accessible dans le gestionnaire d’extension).
Option –-optionspath
Vous pouvez avoir plusieurs configurations et décider laquelle utiliser en utilisant cette option au démarrage.
Lisez la section 3.7 pour connaître l’emplacement où votre système d’exploitation entrepose les fichiers de
préférences. Il n’y pas pour l’instant de possibilité de spécifier dans quel fichier écrire ces préférences, vous
devrez donc faire une copie du fichier original.
Option –-configpath
Cette option est similaire à la précédente, mais va plus loin en changeant le chemin par défaut de la configuration utilisateur et foblige QSettings à utiliser ce nouveau répertoire. Cela permet de transporter QGIS sur
une clé USB avec tous les paramètres et extensions.
18
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
3.2. Interface de QGIS
Quand QGIS démarre, l’interface se présente à vous sous la forme affichée Figure : 3.1, page 19 (les nombres
de 1 à 6 se réfèrent aux six zones majeures de l’interface) :
F IGURE 3.1.: Interface de QGIS avec les données d’essai de l’Alaska
voient aux zones définies dans le texte.
. Les numéros cerclés de jaune ren-
F IGURE 3.2.: Fenêtre de configuration des raccourcis
(KDE)
Note : Les décorations de fenêtre peuvent vous apparaître différemment en fonction de votre système
d’exploitation et de votre gestionnaire de fenêtres.
L’interface est divisée en 6 zones distinctes :
1. Barre de Menu
2. Barre d’Outils
3. Légende de la carte
4. Affichage de la carte
5. Aperçu de la carte
6. Barre de statut
Ces 6 composants sont décrits dans les sections suivantes.
3.2.1. Barre de Menu
La barre de menu fournit un accès aux différentes fonctionnalités de QGIS par le biais de menus hiérarchiques.
Les entrées du menu de niveau supérieur et un résumé de certaines options sont listés ci-dessous, avec les
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
19
3.2. Interface de QGIS
icônes des outils correspondants dans la barre d’outils et leurs raccourcis clavier 1 . L’emplacement de ces
entrées varie sensiblement suivant le gestionnaire de fenêtre, donc suivant le système d’exploitation. Bien que
les options de menu aient des outils qui leur correspondent et vice-versa, les menus ne sont pas organisés
comme les barres d’outils. La barre contenant l’outil est affichée à la suite de chaque option de menu. Pour
plus d’informations sur les outils et les barres d’outils, veuillez lire la section 3.2.2.
Option du menu
Raccourci
Référence
Barre d’outils
Fichier
Nouveau Projet
Ctrl+N
voir Section 3.5
3 Fichier
Ouvrir un projet...
Ctrl+O
voir Section 3.5
3 Fichier
Ouvrir un projet récent I
voir Section 3.5
Sauvegarder le projet
Ctrl+S
voir Section 3.5
3 Fichier
Sauvegarder le projet sous...
Ctrl+Shift+S
voir Section 3.5
3 Fichier
voir Section 3.6
Sauvegarder comme image...
Nouveau composeur d’impression
Ctrl+P
Gestionnaire de composeur...
Composeurs d’impression I
Quitter
voir Section 9
3 Fichier
voir Section 9
3 Fichier
voir Section 9
Ctrl+Q
Éditer
Annuler
Ctrl+Z
voir Section 4.5.3
3 Numérisation avancée
Refaire
Ctrl+Shift+Z
voir Section 4.5.3
3 Numérisation avancée
Couper Entités
Ctrl+X
voir Section 4.5.3
3 Numérisation
Copier Entités
Ctrl+C
voir Section 4.5.3
3 Numérisation
Coller Entités
Ctrl+V
voir Section 4.5.3
3 Numérisation
Déplacer l’entité
voir Section 4.5.3
3 Numérisation
Supprimer les entités sélectionnées
voir Section 4.5.3
3 Numérisation
Simplifier l’entité
voir Section 4.5.4
3 Numérisation avancée
Ajouter un anneau
voir Section 4.5.4
3 Numérisation avancée
Ajouter une partie
voir Section 4.5.4
3 Numérisation avancée
Effacer un anneau
voir Section 4.5.4
3 Numérisation avancée
1. Les raccourcis clavier peuvent maintenant être configurés manuellement (les raccourcis présentés dans cette section sont ceux
par défaut) en utilisant l’outil Configurer les Raccourcis dans le menu Préférences. Les utilisateurs de
Ctrl
20
doivent substituer
cmd
à
.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
3.2.1. Barre de Menu
Option du menu
Raccourci
Référence
Barre d’outils
Effacer une partie
voir Section 4.5.4
3 Numérisation avancée
Remodeler mes entités
voir Section 4.5.4
3 Numérisation avancée
Séparer les entités
voir Section 4.5.4
3 Numérisation avancée
Fusionner les entités sélectionnées
voir Section 4.5.4
3 Numérisation avancée
Outil de nœud
voir Section 4.5.4
3 Numérisation avancée
Rotation des symboles de points
voir Section 4.5.4
3 Numérisation avancée
Après activation du mode édition
2
Basculer en mode édition
Créer un point
.
voir Section 4.5.3
3 Numérisation
Créer une Ligne
/
voir Section 4.5.3
3 Numérisation
Créer un Polygone
Ctrl+/
voir Section 4.5.3
3 Numérisation
Vue
3 Navigation
Se déplacer dans la carte
Zoom +
Ctrl++
3 Navigation
Zoom -
Ctrl+-
3 Navigation
Sélection d’entités
3 Attributs
Désélectionner toutes les entités
3 Attributs
Identifier les entités
Ctrl+Shift+I
3 Attributs
Mesurer une longueur
Ctrl+Shift+M
3 Attributs
Mesurer une aire
Ctrl+Shift+J
3 Attributs
Mesurer un angle
Zoom sur l’étendue
3 Attributs
Ctrl+Shift+F
3 Navigateur de carte
Zoom sur la couche
3 Navigateur de carte
Zoom sur la sélection
3 Navigateur de carte
Zoom précédent
3 Navigateur de carte
Zoom suivant
3 Navigateur de carte
2. Activable depuis l’entrée du menu Couche ou du menu contextuel de la couche, il fait apparaître une icône de création d’entité
dans le menu Éditer selon le type d’entité éditée.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
21
3.2. Interface de QGIS
Option du menu
Raccourci
Référence
Barre d’outils
Zoom à la taille réelle I
3 Attributs
Infobulles
Nouveau signet...
Ctrl+B
voir Section 3.9
3 Attributs
Montrer les signets
Ctrl+Shift+B
voir Section 3.9
3 Attributs
Rafraîchir
Ctrl+R
3 Navigation
Barre d’échelle des tuiles
voir Section 6.2.5
3 Tile scale
Suivi GPS en direct
voir Section 3.10
3 GPS Information
voir Section 4
3 Fichier
Couche
Nouveau I
Ajouter une couche vecteur...
Ctrl+Shift+V
voir Section 5.4
Calculatrice raster
Ajouter une couche raster...
Ctrl+Shift+R
voir Section 5
3 Fichier
Ajouter une couche PostGIS...
Ctrl+Shift+D
voir Section 4.2
3 Fichier
Ajouter une couche Spatialite...
Ctrl+Shift+L
voir Section 4.3
3 Fichier
Ajouter une couche WMS...
W
voir Section 6.2
3 Fichier
Ouvrir la table d’attributs
3 Attributs
Sauvegarder les modifications
3 Numérisation
Basculer en mode édition
3 Numérisation
Sauvegarder sous...
Enregistrer la sélection en tant que fichier vectoriel
Ctrl+D
3
Gestion des couches
Ctrl+Shift+O
3
Gestion des couches
Cacher toutes les couches
Ctrl+Shift+H
3
Gestion des couches
Afficher toutes les couches
Ctrl+Shift+U
3
Gestion des couches
Supprimer la couche
Propriétés...
Requête...
Ajouter dans l’aperçu
Ajouter tout dans l’aperçu
Enlever tout de l’aperçu
22
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
3.2.2. Barre d’outils
Option du menu
Raccourci
Référence
Barre d’outils
Étiquetage
Préférences
Panneaux
Barres d’outils
Basculer en mode plein écran
Ctrl+F
Ctrl+Shift+P
Propriétés du projet...
voir Section 3.5
voir Section 7.4
Projection personnalisée...
Gestionnaire de style...
Configurer les raccourcis...
voir Section 3.7
Options...
Extensions — (D’autres éléments sont rajoutés en fonction des extensions installées)
voir Section10.1
Gestionnaire d’extension...
3 Extensions
Console Python
Aide
Table des matières de l’aide
F1
Site officiel de QGIS
Ctrl+H
3 Help
vérifier la version de QGIS
À propos
Note : la liste des entrées des menus décrite précédemment reprend l’agencement par défaut du gestionnaire
de fenêtre KDE. Sous
dans les menus Qgis (
et
Gnome, le menu Préférences
) et Vue (
n’existe pas et ses entrées sont réparties
).
3.2.2. Barre d’outils
La barre d’outils fournit un accès à la majorité des fonctions des menus en plus d’outils additionnels destinés à
interagir avec la carte. Chaque outil dispose d’une bulle d’aide qui s’affiche lorsque vous placez votre curseur
au-dessus. Celle-ci affiche une courte description du rôle de l’outil.
Chaque barre de menu peut être déplacée selon vos besoins. Vous pouvez les désactiver à partir du menu
contextuel qui s’affiche d’un clic droit de la souris sur la barre d’outils.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
23
3.2. Interface de QGIS
Astuce QGIS 3 R ESTAURER LA BARRE D ’ OUTIL
Si vous avez accidentellement masqué toutes vos barres d’outils, vous pouvez les récupérer en sélectionnant
Préférences > Barre d’outils I .
3.2.3. Légende cartographique
La zone de légende cartographique est utilisée pour définir la visibilité et l’ordre d’empilement des couches.
Une couche se situant au sommet de la liste de cette légende sera affichée au-dessus de celles qui se situent
plus bas dans la liste. La boîte à cocher présente à côté de chacune des couches permet de les afficher ou
de les cacher.
Les couches peuvent être rassemblées en créant un groupe et en y glissant les couches désirées. Pour ce
faire, déplacez votre curseur sur la légende, faites un clic droit puis choisissez Ajouter un groupe I . Un
nouveau dossier apparaît et vous pouvez maintenant glisser et déposer les couches sur l’icône de ce dossier.
Il est possible de basculer le mode d’affichage de toutes les couches d’un groupe en décochant seulement le
groupe. Pour retirer une couche d’un groupe, il suffit de pointer votre curseur sur elle, de faire un clic droit et
de choisir Mettre l’objet au-dessus I . Pour changer le nom du groupe, sélectionnez Renommer I dans
le menu contextuel du groupe.
Le contenu du menu contextuel affiché par un clic droit varie si la couche sélectionnée est de type raster ou
vecteur. Pour les couches vectorielles GRASS Basculer en mode édition I n’est pas disponible. Veuillez
lire la section 8.7 pour plus d’informations sur l’édition de couches vectorielles GRASS.
– Menu clic droit pour les couches de type raster
– Zoomer sur l’emprise de la couche I
– Zoomer à la meilleure échelle (100%) I
– Montrer dans l’aperçu I
– Effacer I
– Propriétés I
– Renommer I
– Ajouter un groupe I
– Étendre tout I
– Réduire tout I
– Menu clic droit pour les couches de type vecteur
– Zoomer sur l’emprise de la couche I
– Montrer dans l’aperçu I
– Effacer I
– Ouvrir la table d’attributs I
– Basculer en mode édition I
– Sauvegarder comme shapefile I
– Enregistrer la sélection comme shapefile I
– Propriétés I
– Mettre l’objet au-dessus I
– Renommer I
24
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
3.2.4. Vue de la carte
– Ajouter un groupe I
– Étendre tout I
– Réduire tout I
– Menu clic droit pour les groupes
– Effacer I
– Renommer I
– Ajouter un groupe I
– Étendre tout I
– Réduire tout I
Si plusieurs sources de données vectorielles ont le même type de vecteurs (points, lignes ou polygones) et
les mêmes attributs, leurs représentations peuvent être groupées. Cela signifie que si la représentation d’une
couche est modifiée, toutes les autres en bénéficieront automatiquement. Pour grouper la symbologie, faites
un clic droit dans la zone de légende et sélectionnez Montrer les groupes de fichiers I . Les groupes de
fichiers relatifs aux couches apparaissent, il est maintenant possible de déplacer un fichier d’un groupe à un
autre. Si vous le faites, les fichiers seront regroupés. Notez que QGIS le permet seulement si les 2 couches
sont susceptibles de partager le même type de symbologie (même type géométrique et attributs).
Il est également possible de sélectionner plus d’une couche ou groupe à la fois en tenant appuyée la touche
CTRL pendant que vous sélectionnez les couches avec le bouton gauche de la souris. Vous pouvez alors
déplacer toutes les couches sélectionnées dans un nouveau groupe en même temps ou alors les supprimer.
3.2.4. Vue de la carte
C’est la partie centrale de QGIS puisque les cartes y sont affichées ! le contenu qui s’affiche dépend des
couches de types raster et vecteur que vous avez choisies de charger (lire les sections suivantes pour savoir
comment charger une couche). La vue de la carte peut être modifiée en portant le focus sur une autre région,
ou en zoomant en avant ou en arrière. Plusieurs opérations peuvent être effectuées sur la carte comme il est
expliqué dans les descriptions des barres d’outils. La vue de la carte et la légende sont étroitement liées — la
carte reflète les changements que vous opérez dans la légende.
Astuce QGIS 4 M ODIFIER L’ ÉCHELLE DE LA CARTE AVEC LA MOLETTE DE LA SOURIS
Vous pouvez utiliser la molette de la souris pour changer le niveau de zoom de la carte. Placez votre curseur
dans la zone d’affichage de la carte et faites rouler la molette vers l’avant pour augmenter l’échelle, vers vous
pour la réduire. La position du curseur permet de recentrer la vue lors du changement d’échelle. Vous pouvez
modifier le comportement de la molette de la souris en utilisant l’onglet Outils cartographiques dans le menu
Préférences > Options I .
Astuce QGIS 5 D ÉPLACER LA CARTE AVEC LES FLÈCHES ET LA BARRE ESPACE
Vous pouvez utiliser les flèches du clavier pour vous déplacer sur la carte. Placez le curseur sur la carte et
appuyez sur la flèche droite pour décaler la vue vers l’Est, la flèche gauche pour la décaler vers l’Ouest, la
flèche supérieure vers le Nord et la flèche inférieure vers le Sud. Vous pouvez aussi déplacer la carte en
gardant la touche espace appuyée et en bougeant la souris.
3.2.5. Aperçu de la carte
La zone d’aperçu de la carte permet d’avoir une vue totale de l’emprise des couches ajoutées au projet, elle
peut être sélectionnée dans le menu Vue > Panneaux I . Au sein de cette fenêtre se situe un rectangle
qui représente l’étendue de la carte, cela permet de savoir quelle région de la carte vous êtes en train de
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
25
3.2. Interface de QGIS
visualiser. Les étiquettes ne sont pas affichées dans l’aperçu même si les couches visibles ont l’étiquetage
activé. Vous pouvez ajouter une couche dans l’aperçu en faisant un clic droit dessus dans la légende et en
sélectionnant
Montrer dans l’aperçu . Vous pouvez aussi ajouter des couches ou en ôter de l’aperçu en
utilisant les outils d’aperçu dans la barre d’outils.
Si vous cliquez et déplacez le rectangle rouge qui montre votre emprise actuelle, la vue principale se mettra
à jour en conséquence.
3.2.6. Barre de statut
La barre de statut montre votre position dans le système de coordonnées de la carte (coordonnées exprimées
en mètres ou degrés décimaux par exemple) lorsque vous déplacez votre curseur. À gauche de l’affichage
des coordonnées se trouve un petit bouton qui bascule l’affichage entre celui des coordonnées de la position
ou celui de l’étendue de la zone que vous visualisez.
Une barre de progression dans la barre de statut vous montre la progression du rendu au fur et à mesure
que les couches sont dessinées sur l’écran. Dans certains cas, tel lors du calcul de statistiques d’une couche
raster, la barre indique la progression des opérations qui prennent du temps.
Si une nouvelle extension ou une mise à jour est disponible, vous verrez un message dans la barre de statut.
Sur la droite, une boîte à cocher peut être utilisée pour bloquer le rendu des couches sur la carte (voir Section
3.3). A l’extrémité se situe l’icône de projection, un clic dessus ouvrira la fenêtre de propriétés de projection
pour le projet en cours.
Astuce QGIS 6 C ALCULER L’ ÉCHELLE CORRECTE DE LA VUE DE LA CARTE
Quand vous démarrez QGIS, le degré décimal est l’unité par défaut. QGIS expriment les coordonnées de
vos couches sont dans cette unité. Pour avoir les valeurs correctes de l’échelle, vous pouvez soit passer
changer l’unité manuellement avec l’onglet Général sous le menu Préférences > Propriétés du projet I
(les choix possibles sont mètres, pieds, degrés décimaux ou degrés sexagésimaux), soit sélectionner un
système de projection de référence en cliquant sur
projection . Dans ce dernier cas, les unités sont
automatiquement choisies selon les spécifications de la projection, par exemple ’+units=m’.
3.2.7. Raccourcis clavier
QGIS fournit des raccourcis claviers par défaut pour de nombreuses fonctionnalités. Vous les trouverez dans
la section 3.2.1. Le sous-menu préférences > Configurer les raccourcis... I permet de personnaliser ces
raccourcis clavier et d’en définir pour les autres fonctionnalités de QGIS listées.
F IGURE 3.3.: Fenêtre de configuration des raccourcis
(KDE)
La configuration est très simple. Sélectionnez une action dans la liste et cliquez sur le bouton Changement ,
Mettre rien ou Définir par défaut . Lorsque vous êtes satisfait de votre configuration, vous pouvez la sauver
26
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
3.2.8. Aide contextuelle
dans un fichier xml en vue de charger ce dernier dans un autre environnement d’exécution de QGIS (sur un
autre ordinateur par exemple).
3.2.8. Aide contextuelle
Lorsque le besoin d’aide se fait sentir sur un sujet spécifique, vous pouvez accéder à l’aide contextuelle via
le bouton d’aide disponible dans la plupart des fenêtres de dialogue — veuillez noter que les extensions
additionnelles peuvent pointer vers des pages web dédiées.
3.3. Rendu
Par défaut, QGIS effectue le rendu de toutes les couches visibles à chaque fois que l’affichage de la carte a
besoin d’être mis à jour. Les évènements qui déclenchent ce rafraîchissement incluent :
– l’ajout d’une couche,
– un déplacement ou un zoom,
– un redimensionnement de la fenêtre de QGIS,
– le changement d’état de visibilité d’une couche.
QGIS vous laisse contrôler le processus de rendu de plusieurs manières.
3.3.1. Rendu dépendant de l’échelle
Le rendu dépendant de l’échelle permet de spécifier les échelles minimale et maximale auxquelles la couche
doit être visible. Pour définir une échelle de rendu, ouvrez la fenêtre de Propriétés en double-cliquant sur
une couche dans la légende et dans l’onglet Général , saisissez les valeurs voulues puis cochez la case
Utiliser le rendu dépendant de la mise à l’échelle .
Vous pouvez déterminer les valeurs d’échelle en zoomant au niveau que vous voulez utiliser et en notant les
valeurs de la barre d’état.
3.3.2. Contrôler le rendu
Le rendu de la carte peut être contrôlé de différentes manières :
a) Suspendre le rendu
Pour suspendre le rendu, cliquez sur la case
Rendu dans le coin inférieur droit de la barre de statut.
Quand cette case n’est pas cochée, QGIS ne redessine pas la carte en réponse aux évènements décrits
dans la section 3.3. Voici quelques cas pour lesquels vous pourriez souhaiter ce comportement :
– l’ajout d’un nombre important de couches et la définition de la sémiologie avant d’effectuer un rendu
potentiellement long,
– l’ajout d’une ou plusieurs couches et le changement d’échelle,
– l’ajout d’une ou plusieurs couches et le zoom sur un endroit spécifique,
– n’importe quelle combinaison des éléments précédents.
Cocher la case
vue active.
Rendu activera de nouveau le rendu et provoquera un rafraîchissement immédiat de la
b) Définir les options d’ajout de couche
Il est possible de définir une option qui chargera toutes les nouvelles couches sans les dessiner, elles seront ajoutées à la carte, mais la case de visibilité sera décochée par défaut. Pour définir cette option, sélectionnez l’option Préférences > Options I et cliquez sur l’onglet Rendu et SVG . Décochez la case
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
27
3.4. Mesurer
par défaut les couches supplémentaires sont affichées . Les nouvelles couches ajoutées à la carte seront
invisibles par défaut.
c) Mettre à jour l’affichage de la carte pendant le rendu de l’affichage
Vous pouvez définir une option pour mettre à jour l’affichage de la carte quand des entités sont dessinées.
Par défaut, QGIS n’affiche pas les entités d’une couche tant que la couche entière n’a pas été rendue. Pour
mettre à jour l’affichage à mesure que les entités sont lues dans la table attributaire, sélectionnez le menu
Préférences > Options I puis l’onglet Rendu et SVG . Mettez comme valeur le nombre d’entités à
mettre à jour durant le rendu. Si elle est égale à 0, cela désactive la mise à jour durant le dessin (c’est la
valeur par défaut). Une valeur trop basse risque d’impacter les performances, car la vue de la carte sera
constamment mise à jour durant la lecture des entités. Il est suggéré de commencer à 500.
d) Influencer la qualité du rendu
Pour influencer la qualité du rendu de la carte vous avez trois possibilités. Dans le menu Préférences
>
Options I puis l’onglet Rendu et SVG et sélectionnez/désélectionnez les cases suivantes :
–
Les lignes semblent moins déchiquetées aux dépens d’une certaine vitesse d’exécution
–
Corriger les polygones remplis de manière erronée
3.4. Mesurer
Les mesures fonctionnent uniquement au sein des systèmes de coordonnées projetées (exemple : UTM, Lambert 93). Si la couche active est définie par un système géographique de coordonnées (latitude/longitude), les
résultats d’une mesure de ligne ou d’aires seront incorrects. Pour y remédier, vous devez spécifier un système
de coordonnées plus approprié (voir Section 7). Les deux outils de mesure peuvent utiliser les paramètres
d’accrochage de l’outil de numérisation. C’est utile pour mesurer des distances et des aires pour des couches
vectorielles.
Pour sélectionner un outil de mesure, cliquez sur
puis sur l’outil voulu.
3.4.1. Mesurer une longueur, une aire et un angle
QGIS peut mesurer des distances réelles entre plusieurs points selon un ellipsoïde défini. Pour le configurer, allez dans le menu Préférences > Options I puis dans l’onglet Outils cartographiques et choisissez
l’ellipsoïde approprié. Vous pouvez également modifier ici la couleur du trait et l’unité de mesure (mètre ou
pied). Cet outil permet de placer des points sur la carte. La longueur de chaque segment s’affiche dans la
fenêtre de mesure ainsi que la longueur cumulée totale. Pour stopper les mesures, faites un clic droit.
Les aires peuvent aussi être mesurées. Dans la fenêtre de mesure apparaît la surface totale mesurée.
En complément, l’outil de mesure s’accrochera à la couche sélectionnée à partir du moment où celle-ci à un
seuil d’accrochage défini (voir la section 4.5). Donc si vous voulez mesurer avec exactitude une ligne ou le
contour d’un polygone, spécifiez d’abord un seuil d’accrochage puis sélectionnez la couche. Avec l’outil de
mesure, chaque clic de souris se situant dans ce seuil s’accrochera aux entités de cette couche.
Vous pouvez aussi mesurer des angles en sélectionnant l’outil de mesure d’angles. Le curseur adopte
une forme en croix. Cliquez pour dessiner le premier côté de l’angle à mesurer puis bouger le curseur pour
dessiner l’angle désiré. La mesure est affichée dans une fenêtre de dialogue.
28
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
3.4.2. Sélectionner et désélectionner des entités
(a) Mesure de distances
(b) Mesure d’aires
(c) Mesure d’angles
F IGURE 3.4.: Outils de mesure
3.4.2. Sélectionner et désélectionner des entités
La barre d’outils fournit plusieurs outils de sélection d’entités à partir du canevas de la carte. pour sélectionner
une ou plusieurs entités, cliquez sur
3
et choisissez l’outil :
Sélection d’entités
Sélection d’entités avec un rectangle
Sélection d’entités avec un polygone
Sélection d’entités à main levée
Sélection d’entités selon un rayon
Pour désélectionner toutes les entités, cliquez sur
.
3.5. Les projets
L’état de votre session de QGIS est considéré comme étant un projet. QGIS ne peut travailler que sur un
projet à la fois. Les propriétés sont considérées comme étant assignées à un projet ou celles par défaut
des nouveaux projets (voir Section 3.7). QGIS peut enregistrer l’état de votre travail dans un fichier de projet
en utilisant le menu Fichier >
Sauvegarder le projet ou Fichier >
Sauvegarder le projet sous... .
À la fermeture du projet (arrêt du logiciel ou ouverture, création d’un autre projet), le logiciel peut proposer
l’enregistrement si l’état courant diffère de l’état enregistré. Pour activer cette option, rendez-vous dans l’onglet
Général du menu Préférences > Options I et sélectionnez
Demander à sauvegarder si des changements ont été apportés au projet QGIS .
Pour charger un projet dans une session QGIS, aller dans Fichier
>
Ouvrir un Projet
ou Fichier
> Ouvrir un projet récent I . Si vous souhaitez revenir à une session vierge, aller sur Fichier
>
Nouveau Projet . Chacune de ces options vous demandera si vous désirez enregistrer le projet dès lors
que des changements auront été effectués depuis son ouverture ou sa dernière sauvegarde.
Les types d’informations enregistrées dans un projet sont :
– les couches ajoutées,
– les propriétés des couches comprenant notamment la sémiologie,
– la projection de la carte,
– l’étendue de la dernière zone de visualisation.
3. Un clic plus long ou un clic sur la flèche noir pointée vers le bas suffiront.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
29
3.7. Options de l’interface graphique
Le fichier de projet est enregistré au format XML, il est donc possible de l’éditer en dehors de QGIS si vous
savez ce que vous faites. Le format a été modifié à plusieurs reprises depuis les versions antérieures de
QGIS, les fichiers enregistrés sous ces versions peuvent ne plus fonctionner correctement avec les versions
ultérieures. Pour être averti dans ce genre de cas, allez dans l’onglet Général du menu Préférences >
Options I et sélectionnez
M’avertir lors de l’ouverture d’un fichier projet sauvegardé avec une version précédente de QGIS .
Propriétés de projet
Dans la fenêtre de propriétés du projet vous pouvez mettre des options spécifiques à un projet. Cela inclut :
– Dans l’onglet Général le titre du projet, les unités, et la possibilité d’enregistrer des chemins relatifs
vers les couches. L’édition topologique et les options d’accrochage peuvent être changées ici.
– L’onglet Système de Coordonnées de Référence (SCR) permet de choisir le système de coordonnées
pour ce projet et d’activer la projection à la volée des couches vectorielles utilisant un SCR différent.
– Avec le troisième onglet Identification des couches vous pouvez activer (ou désactiver) les couches
qui répondront à l’outil d’identification (voir le paragraphe sur les outils de la carte dans la section 3.7).
3.6. Sortie graphique
Plusieurs sorties graphiques sont possibles depuis votre session. Nous en avons déjà vue une dans la section
3.5 : sauvegarder dans un fichier de projet. Voici d’autres manières de produire une sortie graphique :
– Menu option
Sauvegarder comme image... ouvre une fenêtre de dialogue où vous devez saisir le
nom, le chemin et le type d’image (PNG, JPEG, etc). Un fichier "worldfile" avec le même nom et la
même extension à laquelle est ajoutée la lettre w (pngw, jpgw, etc), enregistré dans le même dossier
que l’image, géoréférence celle-ci.
– Menu option
Composeur d’impression ouvre une fenêtre de dialogue où vous pouvez faire une mise
en page et imprimer la vue active de la carte (voir Section 9)
– L’extension
Impression rapide permet de produire un fichier PDF à partir de la carte à moindres
efforts (voir Section 11.16).
3.7. Options de l’interface graphique
Quelques options basiques peuvent être sélectionnées en allant dans le menu Préférences
>
Options . Les onglets dans lesquels vous pouvez configurer les options sont :
Onglet Général
–
Demander à sauvegarder les changements apportés au projet si requis
–
M’avertir lors de l’ouverture d’un fichier projet sauvegardé avec une version précédente de QGIS
– Changer les couleurs de sélection et de fond
– Changer le thème des icônes (choix possible entre default, classic, gis et newgis)
30
–
Mettre les noms de couche en majuscules dans la légende
–
Afficher les noms des attributs de classification dans la légende
–
Créer les vignettes des rasters dans la légende
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
–
Cacher l’écran de démarrage
–
Ouvrir les résultats identifiés dans une fenêtre ancrable (redémarrage requis)
–
Ouvrir la table d’attributs dans une fenêtre ancrable
–
Ajouter une couche PostGIS avec un double-clic et sélectionner en mode étendu
–
Ajouter les nouvelles couches au groupe sélectionné
– Définir le comportement de la table d’attributs (choisir entre montrer toutes les entités, celles sélectionnées et celles présentes dans la vue active)
Onglet Rendu et SVG
–
par défaut les couches ajoutées sont affichées
– Définir le nombre d’entités à dessiner avant d’actualiser l’affichage
–
Utiliser le cache de rendu, si possible, pour accélérer le rafraîchissement
–
Les lignes semblent moins déchiquetées aux dépens d’une certaine vitesse d’exécution
–
Corriger les polygones remplis de manière erronée
–
Utiliser le moteur de rendu de sémiologie de nouvelle génération
– Modifier la liste des emplacements de recherche pour les symboles au format Scalable Vector Graphics
(SVG)
En outre, vous pouvez choisir de sauver l’emplacement relatif ou absolu des textures SVG dans l’onglet
Général du menu Préférences >
Propriétés du projet
Onglet des Outils Cartographiques
– Le paramètre Mode détermine quelles couches seront prises en compte par l’outil d’identification.
En choisissant De haut en bas ou De haut en bas, s’arrêter au premier à la place de Couche
sélectionnée, les attributs de toutes les couches identifiables (voir la section sur les propriétés du
projet 3.5 pour sélectionner les couches identifiables) seront affichés par l’outil d’identification.
–
Ouvrir le formulaire d’entité si un seul objet est identifié
– Spécifier le rayon de recherche comme pourcentage de la largeur de la carte)
– Définir l’ellipsoïde pour des calculs de distance
– Définir la couleur du trait pour les outils de mesure
–
Définir l’unité de mesure des distances (mètre ou pied
–
Définir l’unité de mesure des angles (degré, radian ou gon
– Définir l’action de la molette de la souris (Zoomer, Zoomer et récentrer, Zoomer sur le curseur de la
souris, Rien)
– Définir le facteur de zoom
Revêtement
– Définir l’algorithme de placement des étiquettes (choisir entre le point central (par défaut), Chaîne,
Chaîne popmusic tabu, popmusic tabu et Chaîne popmusic)
Onglet de Numérisation
– Définir la couleur et la largeur de la ligne d’étirement
– Définir le mode d’accrochage par défaut (à un sommet, un segment, aux sommets et segments)
– Définir la tolérance d’accrochage par défaut (en unités de la carte ou en pixels)
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
31
3.7. Options de l’interface graphique
– Définir le rayon de recherche pour l’édition des sommets (en unités de la carte ou en pixels)
–
Montrer les marqueurs seulement pour les entités sélectionnées
– Définir l’aspect des marqueurs de sommet (croix, cercle semi-transparent ou pas de symbole) et leur
taille.
–
Supprimer la fenêtre d’attributs apparaissant après chaque création d’entité
Onglet de SCR
–
Demander pour le Système de Coordonnées de Référence (SCR)
–
Employer la projection globale par défaut du projet
–
Employer la projection par défaut ci-dessous
– Sélectionner le Système de Coordonnées de Référence (SCR) par défaut
Onglet de Paramètres du lieu
–
Forcer les paramètres linguistiques
– Paramètres de lieu sur votre système
Onglet Réseau et Proxy
–
Utiliser un proxy pour l’accès internet , définition de l’hôte, du port, de l’utilisateur et du mot de
passe.
– Modifiez le type de Proxy I selon vos besoins
– Proxy par défaut I : ce proxy est déterminé en se basant sur le proxy de l’application
– Socks5Proxy I : proxy générique pour n’importe quel type de connexion. Supporte TCP, UDP, le
lien à un port (pour les connexions entrantes) et l’authentication
– HttpProxy I : utilise la commande CONNECT, supporte seulement les connexions TCP sortantes et l’authentification
– HttpCachingProxy I : utilise les commandes normales HTTP, c’est utile uniquement dans le
contexte de requête HTTP
– FtpCachingProxy I : utilise un proxy FTP, ce n’est utile que dans le cas de requête FTP
– Répertoire et taille du cache
– Adresse de recherche WMS
–
Définir le délai d’abandon des requêtes en ms
L’exclusion d’adresses peut être ajoutée dans la boîte de texte en dessous des paramètres de proxy (voir fig.
3.5) en pressant le bouton Ajouter . Ensuite double-cliquer sur l’URL nouvellement créée est entrer l’adresse
que vous voudriez exclure du proxy. Le bouton Supprimer efface l’entrée sélectionnée.
Si vous désirez des informations plus détaillées sur les différents paramètres, veuillez vous référer au manuel
de la bibliothèque Qt à http://doc.trolltech.com/4.5/qnetworkproxy.html#ProxyType-enum.
Astuce QGIS 7 U TILISER UN PROXY
Utiliser un serveur mandataire (proxy) peut être compliqué, vous pouvez multiplier les essais et erreurs en
cochant les cases jusqu’à obtenir une connexion qui vous satisfasse.
32
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
F IGURE 3.5.: Paramétrer un proxy
Vous pouvez modifier ces options selon vos besoins, certains de ces changements nécessiteront un redémarrage avant d’être effectifs.
–
–
–
les paramètres sont enregistrés dans un fichier texte :
$HOME/.config/QuantumGIS/qgis.conf
les paramètres sont enregistrés dans : $HOME/Library/Preferences/org.qgis.qgis.plist
les paramètres sont enregistrés dans le registre sous :
\\HKEY\CURRENT\USER\Software\QuantumGIS\qgis
3.8. Outils d’annotation
L’outil d’annotation
dans la barre d’outils d’attribut fournit la possibilité de placer du texte formaté dans
des phylactères sur la carte. Sélectionnez l’outil d’annotation puis cliquez sur la carte. Cette action place un
marqueur à l’endroit du clic et un phylactère associé.
F IGURE 3.6.: fenêtre de dialogue de l’outil d’annotation
Un double clic dans l’emprise d’une annotation (matérialisée par quatre carrés aux angles) provoque l’ouverture d’une fenêtre de dialogue avec diverses options. Il y a un éditeur de texte avec quelques options (choix
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
33
3.8. Outils d’annotation
de la police de caractères, de la taille, de la graisse, etc.), le choix de la couleur de fond du cadre, ainsi que de
la couleur et de l’épaisseur du contour. Il est également possible de choisir le marqueur. Ce dernier est affiché
lorsque
Position fixe de la carte est activé : l’annotation est associée à un endroit de la carte et en suit les
déplacements. Si l’option est désactivée, la position de l’annotation est relative à l’interface graphique et n’est
pas impactée par la navigation dans la carte. La bulle peut être déplacée indépendamment du marqueur. Le
déplacement du marqueur affecte l’ensemble de l’annotation.
L’outil
Déplacer une annotation permet de déplacer l’annotation sur la carte.
Formulaire d’annotation
En outre, vous pouvez créer vos propres formulaires d’annotation. L’outil
Formulaire d’annotation est
utilisé pour afficher les attributs d’une entité dans un formulaire qt personnalisé (voir Figure 3.7). L’approche
est similaire à la conception de formulaires pour l’outil d’identification, mais affiche les informations sous la
forme d’une annotation. Pour un complément d’information, reportez-vous au blog http://blog.qgis.org/
node/143.
F IGURE 3.7.: Formulaire d’annotation qt personnalisé
34
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
3.9. Signets spatiaux
Les signets spatiaux vous permettent de marquer une zone de la carte pour y retourner plus tard.
3.9.1. Créer un signet
Pour créer un signet :
1. Déplacez-vous sur la zone concernée
2. Sélectionnez le menu Vue > Nouveau signet I ou appuyez sur la touche Ctrl-B
3. Entrez un nom pour décrire le signet (jusqu’à 255 caractères)
4. Cliquez sur OK pour ajouter le signet ou sur Annuler pour sortir de la fenêtre sans l’enregistrer
Vous pouvez avoir plusieurs signets portant le même nom.
3.9.2. Travailler avec les signets
Pour utiliser ou gérer les signets allez dans le menu Vue
> Montrer les signets I . Le dialogue
Signets géospatiaux vous permet de rappeler ou d’effacer un signet. Vous ne pouvez pas modifier le
nom d’un signet ou ses coordonnées.
3.9.3. Zoomer sur un signet
Depuis la fenêtre Signets géospatiaux , sélectionnez le signet voulu en cliquant dessus puis sur le bouton
Zoomer sur . Vous pouvez aussi zoomer en opérant un double-clic.
3.9.4. Effacer un signet
Pour effacer un signet depuis la fenêtre Signets géospatiaux , cliquez dessus puis sur le bouton Effacer
. Confirmez votre choix en cliquant sur Oui ou annuler en cliquant sur Non
3.10. Suivi GPS en direct
Pour activer le suivi GPS en direct dans QGIS, vous devez sélectionner Vue
Une nouvelle fenêtre sera ancrée à gauche de la carte.
> Suivi GPS en direct I .
Cette fenêtre propose quatre écrans différents (voir Figure 3.8 et Figure 3.9).
(a)
Coordonnées de la position GPS et saisie manuelle de sommets et d’entités.
(b)
Force des signaux GPS des satellites connectés.
(c)
Graphe polaire montrant le numéro SV et la position des satellites.
(d)
Écran des options GPD (voir Figure 3.9).
Avec un récepteur GPS connecté (il doit être compatible avec votre système d’exploitation), un simple clic sur
Connexion connecte le GPS à QGIS. Un second clic (maintenant Déconnexion ) déconnecte le récepteur
de l’ordinateur. Sous GNU/Linux, le support gpsd est intégré afin de supporter la connexion de la majorité des
récepteurs GPS. De ce fait, vous devez préalablement configurer gpsd pour y connecter QGIS.
[ IMPORTANT ] : Si vous désirez enregistrer votre position sur la carte, vous devez, au préalable, créer une
nouvelle couche et la passer en mode édition.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
35
3.10. Suivi GPS en direct
(a) Coordonnées de la position
(b) Force du signal GPS
(c) Graphe polaire
F IGURE 3.8.: Suivi GPS en direct
3.10.1. Coordonnées de la position
Si le GPS reçoit les signaux d’un nombre suffisant de satellites, vous verrez votre position exprimée en
latitude, longitude et élévation comme vous pouvez le voir sur la figure 3.8a.
3.10.2. Force du signal GPS
Cet écran affiche la force des signaux GPS des satellites connectés sous forme de barres (Figure 3.8b).
3.10.3. Graphe polaire
Si vous voulez connaître la position des satellites connectés, vous devez passer à l’écran du graphe polaire
(Figure 3.8c). Les satellites connectés sont identifiés par leur numéro PRN (Pseudo Random Number).
3.10.4. Configuration GPS
Si vous faites face à des problèmes de connexion, vous pouvez passer de
Utiliser le chemin/port suivant
Autodétecter
à
et sélectionnez le chemin, port auquel votre GPS est connecté. Un
clic sur Connexion initialise à nouveau la connexion au récepteur GPS.
Avec la glissière Taille du curseur GPS 10%
la position sur la carte. En activant
vous augmenter ou diminuer le curseur marquant
Ajout automatique de sommets
dans la section numérisation GPS,
votre parcours sera automatiquement enregistré dans la couche vectorielle active, à la condition qu’elle soit
en mode édition.
Dans la section recentrer la carte GPS, vous pouvez définir le critère de rafraîchissement de la carte lorsque
votre position change : centrage de la carte sur votre position en continu, centrage lorsque le curseur quitte la
zone affichée ou aucun changement.
La section pister permet de sélectionner la couleur et la largeur de la ligne correspondant à votre parcours.
Si vous voulez enregistrer une entité manuellement, vous devez retourner à l’écran
”Coordonnées de la
position” et cliquer sur Nouvelle entité . De la même façon, lorsque vous souhaitez enregistrer manuellement
36
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
3.10.4. Configuration GPS
F IGURE 3.9.: Écran de configuration du suivi GPS
des sommets sans avoir activé ”Ajout automatique de sommets" vous devez cliquer sur Nouveau sommet
dans ce même écran.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
37
4. Les données vectorielles
QGIS gère un grand nombre de formats vecteurs, dont ceux gérés par l’extension de conversion de données
de la bibliothèque OGR, comme les formats shapefile ESRI, MapInfo MIF (format d’échange) et MapInfo TAB
(format natif). Vous trouverez la liste des formats vectoriels supportés par OGR dans l’Annexe A.1.
QGIS gère également les couches PostGIS des bases de données PostgreSQL grâce à l’extension fournisseur de données PostgreSQL. La gestion d’autres types de données (par exemple les données texte délimitées) se fait grâce à d’autres extensions fournisseur de données.
Cette section décrit comment travailler avec les formats les plus communs : les shapefiles ESRI, les couches
PostGIS et SpatiaLite. Beaucoup des fonctionnalités de QGIS marchent, de par sa conception, de la même
manière quel que soit le format vecteur des données sources. Il s’agit des fonctionnalités d’identification, de
sélection, d’étiquetage et de gestion des attributs.
Le travail sur des couches vectorielles GRASS est décrit dans la Section 8.
4.1. Shapefiles ESRI
Le format de fichier vecteur standard utilisé par QGIS est le Shapefile ESRI. Il est géré à travers la bibliothèque
OGR Simple Feature (http://www.gdal.org/ogr/) . Un shapefile correspond en fait à un minimum de trois
fichiers :
– .shp fichier contenant la géométrie des entités.
– .dbf fichier contenant les attributs au format dBase.
– .shx fichier d’index.
Dans l’idéal y est associé un autre fichier ayant l’extension .prj qui contient les informations sur le système
de coordonnées utilisé pour le shapefile, cependant ce n’est pas obligatoire. Il peut y avoir encore d’autres
fichiers associés aux données shapefile. Si vous souhaitez avoir plus de détails nous vous recommandons de
vous reporter aux spécifications techniques du format shapefile, qui se trouve notamment sur http://www.
esri.com/library/whitepapers/pdfs/shapefile.pdf.
Problème lors du chargement d’un fichier .prj d’un shapefile
Si vous chargez un shapefile avec un fichier .prj et QGIS ne peut en déterminer le système de coordonnées
employé, vous devrez définir manuellement le système via l’onglet Général des Propriétés de la couche
. Cela est dû au fait que souvent les fichiers .prj ne contiennent pas la totalité des paramètres tels qu’utilisés
dans QGIS et listé dans la fenêtre des SCR .
Pour cette raison, si vous créer un nouveau shapfile avec QGIS, deux fichiers de projections seront crées.
Un fichier .prj avec des paramètres limités qui sera compatible avec un logiciel ESRI, et un fichier .qpj
contenant l’ensemble des paramètres du SCR utilisé. QGIS utilisera par défaut ce dernier fichier si présent.
4.1.1. Charger un Shapefile
Pour charger un shapefile, lancer QGIS et cliquez sur
d’outil ou taper simplement
bibliothèque OGR.
V
Ajouter une couche vecteur dans la barre
. Ce même outil peut être utilisé pour charger tous les formats gérés par la
L’outil ouvre alors une fenêtre de dialogue standard (voir Figure 4.2) qui vous permet de naviguer dans
les répertoires et les fichiers et charger le shapefile ou tout autre format géré. La boîte de sélection
39
4.1. Shapefiles ESRI
F IGURE 4.1.: Ajouter une couche vecteur
Fichiers de type . . .
ous permet de présélectionner un format de fichier géré par OGR.
v
Si vous le souhaitez, vous pouvez également sélectionner le type de codage du shapefile.
Sélectionner un shapefile dans la liste puis cliquer sur Ouvrir
QGIS après avoir chargé le fichier alaska.shp.
le charge dans QGIS. La figure 4.3 montre
Astuce QGIS 8 C OULEURS DE COUCHES
Quand vous ajoutez une couche sur une carte, une couleur aléatoire lui est assignée. En ajoutant plusieurs
couches en une fois, différentes couleurs sont assignées à chacune des couches.
Une fois chargée, vous pouvez zoomer sur le shapefile en utilisant les outils de navigation sur la carte. Pour
changer la symbologie d’une couche, ouvrez la fenêtre Propriétés de la Couche en double-cliquant sur le
nom de la couche ou en faisant un clic droit sur son nom dans la légende et en choisissant Propriétés I
dans le menu qui apparait. Pour plus de détails sur les paramètres de la symbologie des couches vectorielles,
référez-vous à la Section 4.4.1.
Astuce QGIS 9 C HARGER UNE COUCHE ET UN PROJET DEPUIS UN LECTEUR EXTERNE SOUS M AC OS X
Sous Mac OS X, les lecteurs portables qui sont montés à côté du disque dur primaire n’apparaissent
pas dans Fichier -> Ouvrir un Projet comme attendu. Nous travaillons sur le support des fenêtres d’ouverture/enregistrement natives d’OS X pour résoudre ce problème. Pour y pallier, vous pouvez taper /Volumes
dans la boîte de nom Fichier et appuyer sur Entrée. Vous pouvez ensuite parcourir les lecteurs externes et les
montages réseau.
4.1.2. Améliorer les performances
Pour améliorer les performances de dessin d’un shapefile, vous pouvez créer un index spatial. Un index spatial
améliorera à la fois la vitesse d’exécution du zoom et du déplacement panoramique. Les index spatiaux utilisés
par QGIS ont une extension .qix.
Voici les étapes de création d’un index spatial :
– Chargez un shapefile
– Ouvrez la fenêtre
Propriétés de la Couche
en double-cliquant sur le nom de la couche dans la
légende ou en faisant un clic droit et en choisissant Propriétés I dans le menu qui apparait.
– Dans l’onglet Général , cliquez sur le bouton Créez un index spatial .
40
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.1.3. Charger une couche MapInfo
F IGURE 4.2.: Fenêtre pour ouvrir une couche vecteur gérée par OGR
4.1.3. Charger une couche MapInfo
Pour charger une couche MapInfo, cliquez sur
Ajouter une couche vecteur
dans la barre d’outils ou
tapez V , changez le type de filtre pour
Fichiers de type [OGR] MapInfo (*.mif *.tab *.MIF *.TAB)
e
t sélectionnez la couche que vous souhai-
tez charger.
4.1.4. Charger une couverture ArcInfo binaire
Pour charger une couverture binaire ArcInfo, il faut cliquer sur le bouton
Ajouter une couche vecteur
tionner le
Répertoire
ou taper
puis définir Type
Ctrl-Shift-V
pour ouvrir le dialogue correspondant. Sélec-
Arc/Ingo Binary Coverage
. Naviguez jusqu’au dossier
contenant vos fichiers puis choisissez-les.
De manière similaire vous pouvez directement charger les fichiers vecteurs UK National Transfer Format ainsi
que le format TIGER brut de l’US Census Bureau.
4.2. Couches PostGIS
Les couches PostGIS sont stockées dans une base de données PostgreSQL. Les avantages de PostGIS sont
les possibilités d’indexation spatiale, de filtre et de requête qu’il fournit. En utilisant PostGIS, les fonctions
vecteur telles que la sélection ou l’identification fonctionnent avec plus d’exactitude qu’avec les couches OGR
dans QGIS.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
41
4.2. Couches PostGIS
F IGURE 4.3.: QGIS avec le Shapefile de l’Alaska chargé
Pour charger une couche PostGIS, vous devez :
– Dans QGIS, créez une connexion enregistrée à une base de données PostgreSQL (si elle n’a pas été
encore définie).
– Connectez-vous à la base de données.
– Sélectionnez la couche à ajouter à la carte.
– En option vous pouvez fournir une clause SQL where pour définir les entités de la couche à charger.
– Charger la couche.
4.2.1. Créer une connexion enregistrée
La première fois que utilisez une source de données PostGIS, vous devez créer une
connexion à une base de données PostgreSQL qui contient les données. Commencez par cliquer sur le bouton
Ajouter une couche PostGIS
Ajouter une couche PostGIS. . .
dans le menu Couche
de la barre d’outils ou sélectionner l’option
ou taper
ouvrir le dialogue Ajouter une couche vecteur et sélectionnez
La fenêtre
Ajouter une ou plusieurs tables PostGIS
Ctrl-Shift-D
. Vous pouvez aussi
Base de données .
apparaît. Pour accéder au gestionnaire de
connexion, cliquez sur le bouton Nouveau pour faire apparaitre la fenêtre
Créer une nouvelle connexion PostGIS . Les paramètres requis pour la connexion sont présentés dans le
tableau 4.1.
Paramètres de connexion PostGIS
42
Paramètre
Description
Nom
Un nom pour cette connexion. Il peut être identique à Base de données.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.2.2. Charger une couche PostGIS
Paramètre
Description
Hôte
Nom pour l’hôte de la base de données. Il doit s’agir d’un nom existant,
car il sera utilisé pour ouvrir une connexion Telnet ou interroger l’hôte.
Si la base de données est sur le même ordinateur que QGIS, mettez
simplement localhost.
Base de données
Nom de la base de données.
Port
Numéro de port que le serveur de base de données PostgreSQL écoute.
Le port par défaut est 5432.
Nom d’utilisateur
Nom d’utilisateur utilisé pour se connecter à la base de données.
Mot de passe
Mot de passe utilisé avec le Nom d’utilisateur pour se connecter à la
base de données.
Mode SSL
Comment sera négociée la connexion SSL avec le serveur. Voici les
options :
– désactiver : essayer une connexion SSL non cryptée uniquement
– permettre : essayer une connexion non-SSL. Si cela échoue, essayer une connexion SSL ;
– préferer (par défaut) : essayer une connexion SSL. Si cela échoue
une connexion non-SSL ;
– requiert : essayer seulement une connexion SSL
Il faut noter qu’une accélération massive du rendu des couches PostGIS
peut être obtenue en désactivant le SSL dans l’éditeur de connexion.
TABLE 4.1.: Paramètres de connexion PostGIS
Vous pouvez également activer les options suivantes :
–
Sauvegarder le mot de passe
–
Uniquement regarder la table geometry_columns
–
Uniquement regarder dans le schéma ’public’
–
Utiliser la table des métadonnées estimées
Une fois que tous les paramètres et les options sont définis, vous pouvez tester la connexion en cliquant que
le bouton Test de connexion .
Astuce QGIS 10 PARAMÈTRES
UTILISATEUR DE
QGIS
ET
S ÉCURITÉ
Vos paramètres personnalisés pour QGIS sont stockés différemment selon le système d’exploitation.
, les
paramètres sont stockés dans votre répertoire home dans .QGIS/.
, les paramètres sont stockés dans la
base de registre. Selon votre environnement informatique, stocker vos mots de passe dans vos paramètres
QGIS peut présenter des risques vis-à-vis de la sécurité.
4.2.2. Charger une couche PostGIS
Une fois une ou plusieurs connexions définies, vous pouvez charger des couches de la base de données
PostgreSQL. Bien sûr, cela nécessite d’avoir des données dans PostgreSQL. Référez-vous à la Section 4.2.4
pour plus de détails concernant l’importation de données dans la base de données.
Pour charger une couche PostGIS, suivez ces étapes :
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
43
4.2. Couches PostGIS
– Si la fenêtre
Ajouter une ou plusieurs tables PostGIS
n’est pas ouverte, cliquez sur le bouton
Ajouter une couche PostGIS de la barre d’outils.
– Choisissez la connexion dans la liste déroulante et cliquez sur Connecter .
– Trouvez la couche que vous souhaitez ajouter dans la liste des couches disponibles.
– Sélectionnez-la en cliquant dessus. Vous pouvez sélectionner plusieurs couches en gradant la touche
shift enfoncée quand vous cliquez. Référez-vous à la Section 4.6 pour plus d’informations sur l’utilisation du Constructeur de requête de PostgreSQL pour mieux définir la couche.
– Cliquez sur le bouton Ajouter pour ajouter la couche à la carte.
Astuce QGIS 11 C OUCHES P OST GIS
Normalement, une couche PostGIS est définie par une entrée dans la table geometry_columns. Depuis la
version 0.11.0, QGIS peut charger des couches qui n’ont pas d’entrée dans la table geometry_columns. Ceci
concerne aussi bien les tables que les vues. Définir une vue spatiale fournit un moyen puissant pour visualiser
vos données. Référez-vous à votre manuel PostgreSQL pour plus d’informations sur la création des vues.
4.2.3. Quelques éléments de détail à propos des couches PostgreSQL
Cette section contient quelques détails sur la manière dont QGIS accède aux couches PostgreSQL. La plupart
du temps, QGIS devrait simplement fournir une liste de tables de base de données qui peuvent être chargées
et les charges à la demande. Cependant, si vous avez des problèmes pour charger une table PostgreSQL
dans QGIS, les informations données ci-dessous peuvent vous aider à comprendre les messages de QGIS et
vous donnez une indication sur comment changer la table ou la vue PostgreSQL pour qu’elle se charge dans
QGIS.
QGIS demande que les couches PostgreSQL aient un champ qui peut être utilisé comme clé unique pour la
couche. Pour les tables, cela signifie qu’elles doivent avoir une clé primaire ou un champ ayant une contrainte
d’unicité. De plus, QGIS impose que cette colonne soit de type int4 (un entier de 4 bites). Alternativement
la colonne ctid peut être utilisée comme clé primaire. Si une table ne respecte pas ces conditions, le champ
oid sera utilisé à la place. Les performances seront améliorées si le champ est indexé (notez que les clés
primaires sont automatiquement indexées dans PostgreSQL).
Si la couche PostgreSQL est une vue, les mêmes conditions s’appliquent, mais elles n’ont pas de clé primaire
ou de champ ayant une contrainte d’unicité. Dans ce cas, QGIS essayera de trouver un champ de la vue issu
d’un champ une table qui convienne en parcourant la définition SQL de la vue. Cependant, il y a certains
aspects du SQL que QGIS ignore tel que l’utilisation d’alias ou de colonnes générées par des fonctions. S’il
ne peut pas en trouver, QGIS ne chargera pas la couche. Si cela arrive, la solution consiste à modifier la
vue de telle sorte qu’elle inclut un champ qui convienne (de type int4 et ayant soit une clé primaire soit une
contrainte d’unicité, de préférence indexée).
4.2.4. Importer des données dans PostgreSQL
shp2pgsql
De multiples méthodes existent pour importer des données dans PostgreSQL. PostGIS incluent un utilitaire
nommé shp2pgsql qui peut être utilisé pour importer des shapefiles dans des bases de données disposant de
PostGIS. Par exemple, pour importer le shapefile lakes.shp dans une base de données PostgreSQL nommée
gis_data, utiliser la commande suivante :
shp2pgsql -s 2964 lakes.shp lakes_new | psql gis_data
Ceci crée une nouvelle couche nommée lakes_new dans la base de données usertextgis_data. La nouvelle
couche aura l’identifiant de référence spatiale (SRID) 2964. Référez-vous à la Section 7 pour plus d’informations sur les systèmes de référence spatiale et les projections.
44
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.2.5. Améliorer les performances
Astuce QGIS 12 E XPORTER DES JEUX DE DONNÉES DEPUIS P OST GIS
Comme l’outil d’importation shp2pgsql, il y a également un outil d’exportation de jeux de données PostGIS
en shapefile : pgsql2shp. Cet outil est inclus dans la distribution de PostGIS.
Extension SPIT
QGIS est distribué avec une extension nommée SPIT (Shapefile to PostGIS Import Tool). SPIT peut
être utilisé pour charger plusieurs shapefiles en une fois et inclut la gestion des schémas. Pour utiliser SPIT,
ouvrez le Gestionnaire d’extensions depuis le menu Plugins , cochez la case adjacente à
SPIT plugin
et cliquez sur OK . L’icône SPIT sera ajoutée à la barre d’outils.
Pour importer un shapefile, cliquez sur le bouton
SPIT
dans la barre d’outils pour ouvrir la fenêtre
SPIT - Outil d’importation de Shapefile dans PostGIS . Sélectionnez la base de données à laquelle vous
voulez vous connecter et cliquez sur le bouton Connecter . Vous pouvez alors ajouter un ou plusieurs fichiers à la liste en cliquant sur le bouton Ajouter . Pour traiter les fichiers, appuyez sur le bouton OK . La
progression de l’importation aussi bien que les erreurs ou les alertes s’afficheront pour chaque shapefile.
Astuce QGIS 13 I MPORTER DES SHAPEFILES CONTENANT DES MOTS RÉSERVÉS DE P OSTGRE SQL
Si un shapefile est ajouté à la liste et que des noms de champs correspondent à des mots réservés dans une
base de données PostgreSQL, une fenêtre apparaitra et montrera le statut de chaque champ. Vous pouvez
éditer les noms des champs avant l’importation et changer ceux qui correspondent à un mot réservé (ou faire
les changements désirés). Toute tentative d’importer un shapefile ayant un champ contenant un mot réservé
devrait vraisemblablement échouer.
ogr2ogr
En plus de shp2pgsql et SPIT, un autre outil est fourni pour importer des données géographiques dans
PostGIS : ogr2ogr. Il est inclus dans GDAL. Pour importer un shapefile dans PostGIS, tapez la commande
suivante :
ogr2ogr -f "PostgreSQL" PG:"dbname=postgis host=myhost.de user=postgres \
password=topsecret" alaska.shp
Ceci va importer le shapefile alaska.shp dans la base de données PostGIS postgis en utilisant l’utilisateur
postgres avec le mot de passe topsecret sur l’hôte myhost.de.
Notez qu’OGR doit être compilé avec PostgreSQL pour gérer PostGIS. Vous pouvez vérifier en tapant :
ogrinfo --formats | grep -i post
Si vous préférez utiliser la commande PostgreSQL COPY au lieu de la méthode par défaut, INSERT INTO, vous
pouvez exporter la variable d’environnement suivante (au moins sur
et
):
export PG_USE_COPY=YES
ogr2ogr ne crée pas d’index spatial comme le fait shp2pgsl. Vous devez effectuer une étape supplémentaire
et le créer manuellement après en utilisant la commande SQL classique CREATE INDEX (comme cela est
détaillé dans la section suivante 4.2.5).
4.2.5. Améliorer les performances
Récupérer des entités depuis une base de données PostgreSQL peut être long, surtout par un réseau. Vous
pouvez améliorer les performances de dessin de couches PostgreSQL en vous assurant qu’un index spatial
existe pour chaque couche dans la base de données. PostGIS gère la création d’un index GiST (Generalized
Search Tree) pour accélérer les recherches spatiales sur les données.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
45
4.2. Couches PostGIS
La syntaxe pour créer un index GiST 1 est la suivante :
CREATE INDEX [indexname] ON [tablename]
USING GIST ( [geometryfield] GIST_GEOMETRY_OPS );
Notez que pour de grandes tables, créer un index peut prendre du temps. Une fois cet index créé, vous devriez
faire une VACUUM ANALYZE. Référez-vous à la documentation de [7] pour plus d’informations.
Voici un exemple de création d’un index GiST :
gsherman@madison:~/current$ psql gis_data
Welcome to psql 8.3.0, the \psq interactive terminal.
Type:
\copyright for distribution terms
\h for help with SQL commands
\? for help with psql commands
\g or terminate with semicolon to execute query
\q to quit
gis_data=# CREATE INDEX sidx_alaska_lakes ON alaska_lakes
gis_data-# USING GIST (the_geom GIST_GEOMETRY_OPS);
CREATE INDEX
gis_data=# VACUUM ANALYZE alaska_lakes;
VACUUM
gis_data=# \q
gsherman@madison:~/current$
4.2.6. couches vectorielles dépassants les 180◦ de longitude
Beaucoup de logiciels de SIG ne traitent pas les cartes vecteurs ayant un système de référence géographique
dépassant la ligne des 180◦ de longitude. Il en résulte que sous QGIS on verra 2 emplacements distincts et
éloignés qui devraient être proches l’un de l’autre. Sur la figure 4.4 le petit point tout à gauche sur le canevas
cartographique (Chatham Island) devrait être dans la grille, à droite des îles principales de Nouvelle-Zélande.
F IGURE 4.4.: Carte en lat/lon dépassant les 180◦ de longitude
Une solution est de transformer les valeurs longitudinales en utilisant PostGIS et la fonction
ST_Shift_Longitude 2 . Cette fonction lit chaque point/sommet de chacune des entités dans une géométrie et
si la coordonnée de longitude est inférieure à 0◦ elle lui ajoute 360◦ . Le résultat est une version de 0◦ – 360◦
version des données sur une carte centré à 180◦ .
Usage
– Importer des données vers PostGIS (4.2.4) en utilisant par exemple l’extension de gestion de PostGIS
(PostGIS Manager) ou l’extension SPIT
– Utiliser l’interface en ligne de commande PostGIS pour exécuter la commande suivante (c’est un
exemple où TABLE est bien le nom de votre table PostGIS)
gis_data=# update TABLE set the_geom=ST_shift_longitude(the_geom);
1. les informations de l’index GiST proviennent de la documentation de PostGIS disponible sur http://postgis.refractions.net
2. http://postgis.refractions.net/documentation/manual-1.4/ST_Shift_Longitude.html
46
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
F IGURE 4.5.: Carte dépassant la ligne des 180◦ de longitude après application de la fonction
ST_Shift_Longitude
– Si tout ce passe bien, vous devriez recevoir une confirmation sur le nombre d’entités qui ont été mise à
jour, puis vous pouvez charger la carte et voir la différence (Figure 4.5)
4.3. Couches SpatiaLite
La première fois que vous chargerez une base Spatialite, commencez par cliquer sur le bouton
Ajouter une couche SpatiaLite ou en sélectionnant l’option
Ajouter une couche SpatiaLite. . . depuis le menu Couche ou en tapant L . Ceci fait apparaitre une
fenêtre qui vous permet soit de vous connecter à une base déjà connue de QGIS, que vous pouvez choisir
dans une liste déroulante, ou définissant une nouvelle connexion. Pour se faire, cliquez sur Nouveau et
utilisez le navigateur de fichier pour pointer votre base SpatiaLite qui se termine par une extension .sqlite .
4.4. La fenêtre Propriété des couches vectorielles
La fenêtre Propriétés de la couche pour une couche vectorielle fournit des informations sur la couche, les
paramètres de représentation et les options d’étiquetage. Si votre couche a été chargée depuis une base PostgreSQL/PostGIS, vous pouvez également modifier la requête SQL d’appel de la couche, soit manuellement
en éditant le SQL dans l’onglet Général soit en appelant la fenêtre Constructeur de requête depuis
l’onglet Général . Pour accéder à la fenêtre Propriétés de la couche , double-cliquez sur la couche dans
la légende ou faites un clic droit sur la couche et sélectionnez Propriétés I dans le menu qui apparait.
4.4.1. Onglet Convention des signes
QGIS gère différents types de représentation cartographique pour contrôler la manière pour les entités vectorielles seront affichées. Actuellement, voici les possibilités de base (d’autres plus avancées sont amenées à
les remplacer, voir 4.4.2) :
Symbole unique : un style unique est appliqué à tous les objets de la couche.
Symbole gradué : les objets de la couche sont représentés avec des symboles différents selon la valeur
qu’ils ont dans un champ défini.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
47
4.4. La fenêtre Propriété des couches vectorielles
F IGURE 4.6.: Fenêtre Propriétés d’une couche vecteur
Couleur continue : les objets de la couche sont représentés avec une échelle de couleurs classées selon
les valeurs numériques d’un champ défini.
Valeur unique : les objets sont classés par valeur unique dans un champ défini et à chaque valeur correspond un symbole différent.
Pour changer la symbologie d’une couche, double-cliquez simplement dessus dans la légende et la fenêtre
de Propriétés de la couche apparaîtra.
Options de style
Dans cette fenêtre vous pouvez donner un style à votre couche vecteur. Selon l’option de rendu sélectionnée,
vous avez la possibilité de classer vos entités.
Les options de style suivantes s’appliquent quasiment à tous les types de rendus :
Style de la bordure : style de la ligne qui fait le contour de vos entités. Vous pouvez également le définir à
Style de la bordure :
Pas de crayon
ce qui ne fera apparaître aucun trait pour la bordure.
Couleur de la bordure : couleur du contour de vos entités.
Largeur de la bordure : épaisseur du contour de vos entités.
Couleur de remplissage : couleur de remplissage de vos entités.
Style
de
remplissage
Style de remplissage :
:
En
texture
plus
des
pinceaux
proposés,
vous
pouvez
sélectionner
et cliquer sur le bouton . . . pour sélectionner votre propre
style de remplissage. Actuellement, les formats de fichier *.svg, *.jpeg, *.xpm et *.png sont
supportés.
Une fois que vous avez défini le style de votre couche, vous pouvez le sauvegarder dans un fichier séparé (avec l’extension *.qml). Pour faire cela, utilisez le bouton Sauvegarder le style . . . Inutile de dire que
Charger le style . . . charge vos fichiers sauvegardés.
Si vous voulez utiliser en permanence un style particulier chaque fois que la couche est chargée, utilisez le
bouton Sauvegarder comme défaut pour en faire le style par défaut. Aussi, si le style ne vous plait pas et
que vous le modifiez, utilisez le bouton Restaurer le style par défaut pour en faire votre style par défaut.
48
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.4.1. Onglet Convention des signes
(a) Symbole unique
(b) Symbole gradué
(c) Couleur continue
(d) Valeur unique
F IGURE 4.7.: Options de symbolisation
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
49
4.4. La fenêtre Propriété des couches vectorielles
Transparence d’une couche vectorielle
QGIS permet de définir une transparence pour chaque couche vecteur. Ceci peut-être fait avec le curseur
de l’onglet Convention des signes (voir fig. 4.6). Ceci est très utile pour
Transparence 10%
superposer plusieurs couches vectorielles sur un même canevas.
Comprendre la nouvelle symbologie
Il y a trois types de symboles : le symbole marqueur (pour les points), le symbole de lignes et les symboles
de remplissage (pour les polygones). Un symbole peut lui-même être composé de plusieurs couches de symboles. Il est possible de définir la couleur d’un symbole pour l’ensemble des couches de symbole, certaines
couches peuvent avoir leur couleur verrouillée. De la même manière, il est possible de définir la largeur d’une
ligne ainsi que la taille et l’orientation des marqueurs.
Types de symboles disponibles
– Marqueur simple : Affichage utilisant un marqueur "en dur" (c.-à-d., incorporé dans le code de QGIS).
– Ligne simple : Affichage d’une ligne où peut être spécifié l’épaisseur, la couleur et le type de trait.
– Remplissage simple : Affichage d’un polygone où peut être spécifié la couleur et le motif de remplissage, le type de trait de contour.
– Marqueur SVG : Affichage utilisant une image SVG.
– Ligne de marqueur : Affichage d’une ligne en répétant un symbole de marqueur.
Palettes de couleurs
Les palettes de couleur sont utilisées pour définir des étendues de couleurs. La couleur d’un symbole sera
tirée de la palette.
Il y a trois types de palettes :
– Dégradé : Un dégradé linéaire d’une couleur à une autre.
– Aléatoire : Couleurs générées aléatoirement à partir d’un espace de couleur.
– Mélangeur de couleur : Création d’un espace de couleur depuis un schéma et un nombre fixe de
classes de couleurs.
Les palettes peuvent être créées en passant par la fenêtre
sélectionnant Style par type d’objet :
Palette de couleur
Gestionnaire de style
(voir section 4.4.3) en
comme type de style dans la liste déroulante,
en cliquant sur le bouton Ajouter l’objet puis en choisissant un type de palette.
Styles
Un style regroupe un ensemble de symboles et de palettes de couleurs. Vous pouvez choisir vos symboles
préférés ou les plus utilisés afin de pouvoir les employer de nouveau sans devoir les recréer. Ces objets
peuvent avoir un nom par lequel il est possible de les appeler. Il y a un style par défaut dans QGIS qui peut
être modifié, l’utilisateur pouvant en créer de nouveau.
Moteurs de Rendu
Le moteur de rendu est responsable de l’affichage d’une entité avec le symbole adéquat. Là encore, il existe
trois types de rendus : symbole unique, catégorisé (nommé couleur unique dans l’ancienne symbologie) et
gradué. Il n’y a pas de rendu de couleur continue, car il s’agit d’un cas spécifique du rendu gradué. Les rendus
catégorisés et gradués peuvent être crées en spécifiant un symbole et une palette de couleur - les couleurs
des différents symboles changeront selon.
4.4.2. Travailler avec cette nouvelle symbologie
Il vous faut d’abord activer la nouvelle symbologie en cliquant sur le bouton Nouvelle symbologie dans les
Propriétés de la couche . L’interface vous propose alors de choisir entre 3 types de rendu : symbole unique,
catégorisé ou gradué. Selon le moteur de rendu choisi, cette fenêtre proposera des options différentes. Un
50
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.4.2. Travailler avec cette nouvelle symbologie
bouton Gestionnaire de style donne accès au gestionnaire de style (voir section 4.4.3), celui-ci permet
d’éditer et de supprimer des symboles existants ou d’en ajouter de nouveaux.
Symboles uniques
Le moteur de rendu pour symbole unique est utilisé pour représenter toutes les entités de la couche avec un
seul symbole défini par l’utilisateur. Les propriétés, qui peuvent être ajustées dans la fenêtre de symbologie,
dépendent du type de géométrie de la couche, mais partagent une structure similaire. En haut à gauche figure
un aperçu du symbole tel qu’il apparaîtra. En bas est affichée la liste des symboles déjà existants dans le style
courant, prêts à être sélectionnés d’un simple clic. Le symbole courant peut être modifié en utilisant le bouton
Propriétés qui ouvre une fenêtre Propriétés du symbole , ou en utilisant le bouton Ajouter au style
Note : Pour modifier la largeur d’une ligne sans modifier le symbole, vous pouvez définir des proportions en
cliquant sur ( Avancé ,à côté de Ajouter au style ).
(a) Propriétés d’un symbole unique de
point
(b) Propriétés d’un symbole unique de
ligne
(c) Propriétés d’un symbole unique de
surface
F IGURE 4.8.: Nouvelles options pour les symboles uniques
Symboles catégorisés
Le rendu catégorisé est utilisé pour afficher toutes les entités d’une couche en recourant à un symbole défini
par l’utilisateur dont la couleur reflètera la valeur d’un attribut donné (p. ex. réprésenter avec un fond rouge
tous les polygones ayant un attribut "danger"). Vous pouvez sélectionner :
– l’attribut (en utilisant la liste de colonne)
– le symbole (en utilisant le bouton Symbole)
– la couleur (en utilisant la liste de rampes/palettes de couleur)
le bouton Avancé dans le coin inférieur droit de la fenêtre permet de définir les champs contenant les
informations relatives à la rotation et la proportion. Pour faciliter les choix de représentation, la liste dans la
partie inférieure de la fenêtre affiche les valeurs de tous les attributs actuellement sélectionnés, ce qui inclut
les symboles qui seront affichés.
L’exemple de la figure 4.9 montre le rendu des catégories de la couche des rivières de l’échantillon de données
de QGIS.
Vous pouvez créer une palette de couleur personnalisée en cliquant sur ’Nouvelle palette de couleur’ dans
la liste déroulante des rampes/palettes. Une fenêtre vous demandera de choisir le type : gradué, aléatoire,
mélangeur de couleur (ColorBrewer). Chacun des ces choix à sa propre série d’options, observez la figure
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
51
4.4. La fenêtre Propriété des couches vectorielles
F IGURE 4.9.: Nouvelles options de catégorisation des symboles
4.10 pour un exemple de palette personnalisée.
F IGURE 4.10.: Exemple de palette de couleur graduée avec plusieurs arrêts
Symboles gradués
Le rendu gradué est utilisé pour afficher toutes les entités d’une couche, en utilisant un symbole de couche
défini par l’utilisateur dont la couleur reflètera la plage d’appartenance d’une valeur d’un attribut (p. ex. une
plage d’altitude de 0 à 100m).
De la même façon que le rendu catégorisé, vous pouvez modifier les points suivants :
– l’attribut (en utilisant la liste de colonne)
– le symbole (en utilisant le bouton Symbole)
– la couleur (en utlisant la liste de rampe de couleur)
De plus, vous pouvez choisir le nombre de classes et le méthode de classification. Les modes disponibles
sont :
• Intervalles égaux
• Quantiles
• Seuils naturels (Jenks)
52
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.4.2. Travailler avec cette nouvelle symbologie
• Déviation standarde
• Seuils doux (Pretty de GRASS)
La liste de la partie inférieure de la fenêtre indique les classes ainsi que leurs plages, étiquettes et symboles.
L’exemple de la figure 4.11 montre le rendu gradué de la couche des rivières de l’échantillon de données de
QGIS.
F IGURE 4.11.: Nouvelles options des symboles gradués
Rendu basé sur des règles
Ce moteur de rendu est utilisé pour afficher toutes les entités d’une couche en utilisant un ensemble de règles
prédéfinies.
L’exemple de la figure 4.12 montre le rendu basé sur des règles de la couche des rivières de l’échantillon de
données de QGIS.
F IGURE 4.12.: Nouvelles options basé sur des régles
Déplacement de point
Le rendu de déplacement de point offre une visualisation de tous les points d’une couche, même si ceux-ci se
superposent. Pour se faire, les symboles des points sont répartis en cercle autour d’un symbole central. Vous
pouvez cumuler ce type de rendu avec tous ceux vus précédemment pour, par exemple, afficher les différents
services (via une catégorisation) d’une station sans avoir à déplacer les points à la main.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
53
4.4. La fenêtre Propriété des couches vectorielles
Propriétés du symbole
Le panneau des propriétés permet à l’utilisateur de spécifier les différentes propriétés du symbole qui sera
affiché. En haut à gauche figure un aperçu du symbole tel qu’il sera affiché sur le canevas de la carte. Juste
en dessous est placée une liste des différentes couches du symbole. Pour accéder à cette fenêtre, cliquez sur
le bouton
Propriétés du panneau Convention des signes de la fenêtre des Propriétés de la couche
.
Vous pouvez ajouter ou supprimer des couches, changer l’ordre de position des couches ou en verrouiller.
Dans la partie droite sont affichés les paramètres relatifs à la couche de symbole sélectionnée, le plus important est sans doute la liste ’Type de Symbole’ qui permet de choisir le type de la couche. Les options
disponibles dépendent du type d’entités (Point, Ligne, Polygone).
Options pour les points
– Symbole Simple : couleur de la bordure, couleur de remplissage, taille, orientation, décalage X/Y
– Symbole SVG : taille, orientation, décalage X/Y, image SVG
Options pour les lignes
– Décoration de ligne : couleur
– Ligne de symbole : marqueur, intervalles, rotation du marqueur, décalage de la ligne
– Ligne simple : couleur, épaisseur, style de crayon, décalage, style de jointure et des bouts
Options pour les polygones
– Remplissage Simple : couleur, couleur de remplissage, style de bordure, épaisser de la bordure
– Remplissage SVG : image SVG, taille de l’image, style de la bordure
(a) Ligne composée de 3 lignes simples
(b) Propriétés de symbole de point
(c) Motif de remplissage d’un polygone
F IGURE 4.13.: Définir les propriétés d’un symbole
4.4.3. Gestionnaire de styles
Le gestionnaire de styles est une petite application qui liste les symboles et les palettes de couleurs dispoGestionnaire de Style I .
nibles dans un style. Pour l’utiliser, cliquez sur Préférences
4.4.4. Onglet Général
L’onglet Général des couches vectorielles est très proche de celui des couches raster. Il vous permet de
changer le nom affiché, définir des rendus différents selon l’échelle, créer un index spatial du fichier vecteur
(uniquement pour les formats gérés par OGR et PostGIS) et visualiser ou changer la projection de la couche.
Le bouton Constructeur de requête vous permet de créer un sous-ensemble d’entité au sein de la couche
54
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.4.5. Onglet Métadadonnées
F IGURE 4.14.: Gestion des symboles et des palettes de couleurs
- mais ce bouton ne fonctionne actuellement que lorsque vous ouvrez la table attributaire et cliquez sur le
bouton . . . à côté de la recherche avancée.
4.4.5. Onglet Métadadonnées
L’onglet Métadadonnées contient les informations sur la couche dont le type et la localisation, le nombre
d’entités, le type des entités et les possibilités d’éditions. Les sections Système spatial de référence de la
couche qui fournit les informations sur la projection et Information de champ d’attribut qui liste les champs et
leur type sont affichées dans cet onglet. Cet onglet constitue un moyen rapide d’obtenir des informations sur
une couche.
4.4.6. Onglet Étiquettes
L’onglet Étiquettes vous permet d’activer la fonctionnalité d’étiquetage et de gérer un certain nombre d’options liées à la police de caractère, au placement, au style, à l’alignement et au buffering.
Nous allons illustrer tout cela en étiquetant le shapefile des lacs du jeu de données
qgis_example_dataset :
1. Charger le shapefile alaska.shp et le fichier GML lakes.gml dans QGIS
2. Zoomez légèrement sur votre coin préféré avec quelques lacs
3. Rendez active la couche lakes
4. Ouvrez la fenêtre Propriétés de la couche
5. Cliquez sur l’onglet Étiquettes
6. Cochez la case
Afficher les étiquettes pour activer l’étiquetage
7. Choisissez le champ à utiliser pour les étiquettes. Ici, nous utiliserons le
Champ contenant une étiquette
NAMES
8. Choisissez un libellé par défaut pour les lacs n’ayant pas de nom. Ce libellé sera utilisé chaque fois que
QGIS rencontre un lac n’ayant pas de valeur dans le champ NAMES
9. Si des étiquettes s’étendent sur plusieurs lignes, cochez
Etiquettes multilignes ? QGIS cherchera
un retour à la ligne dans le champ de l’étiquette pour insérer une rupture en accord. Un véritable retour
à la ligne est un caractère unique \n, (et non pas 2 caractères séparés comme un antislash \ suivi par
un n)
10. Cliquez sur Appliquer
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
55
4.4. La fenêtre Propriété des couches vectorielles
Maintenant, nous avons des étiquettes. De quoi ont-elles l’air ? Elles sont probablement trop grandes et mal
placées par rapport au symbole marqueur des lacs.
Sélectionnez l’entrée Police et utilisez les boutons Police et Couleur pour définir la police et la couleur.
Vous pouvez également changer l’angle et le placement de l’étiquette.
Pour changer la position du texte par rapport à l’entité :
1. Cliquez sur l’entrée Police
2. Changer le placement en sélectionnant l’un des boutons radio dans le groupe Placement. Pour corriger
nos étiquettes, choisissez le bouton radio
Droite
3. La Taille de la police des unités vous permet de choisir entre des
Points
ou des
Unités de carte
4. Cliquez sur Appliquer pour visualiser les changements sans fermer la fenêtre
Ça à l’air plus joli, mais les étiquettes sont encore trop proches des marqueurs. Pour corriger cela, nous
pouvons utiliser les options de l’entrée Position . Ici, nous pouvons ajouter un décalage dans les directions
X et Y. Ajouter un décalage de 5 en X déplacera vos étiquettes et les rendra plus lisibles. Bien sûr si vos
symboles marqueurs ou votre police sont plus grands un décalage plus important sera nécessaire.
Un dernier ajustement reste à faire sur les étiquettes : un tampon . Il s’agit de créer un fond autour des
étiquettes pour les faire mieux ressortir. Pour faire un tampon sur les étiquettes des lacs :
1. Cliquez sur l’entrée Tampon
2. Cliquez sur la case à cocher
Tampon d’étiquette ? pour activer le tampon
3. Choisissez une taille de tampon en utilisant les flèches
4. Choisissez une couleur en cliquant sur Couleur puis choisissez votre couleur favorite grâce au sélecteur. Si vous le souhaitez, vous pouvez également ajouter un peu de transparence au tampon
5. Cliquez sur Appliquer pour voir si les changements vous plaisent
Si le résultat ne vous plaît pas, ajustez les paramètres et re-testez en cliquant sur Appliquer
Le tampon d’une taille d’un point semble donner un bon résultat. Notez que vous pouvez également spécifier
une taille de tampon en unités de la carte si cela vous convient mieux.
Les autres entrées de l’onglet Étiquettes vous permettent de contrôler l’apparence des étiquettes en utilisant
les attributs stockés dans la couche. Les entrées commençantes par Data defined
définir tous les paramètres des étiquettes en utilisant des champs de la couche.
vous permettent de
Notez que l’onglet Étiquettes propose une Prévisualisation montrant une de vos étiquettes.
4.4.7. Nouvel Étiquetage
Le nouvel
Étiquetage fournit un placement intelligent des étiquettes de vecteurs avec quelques para-
mètres. Cette version remplacera à terme l’actuel système (présenté dans la section ??).
Utiliser le nouvel étiquetage
1. Lancez QGIS et charger une couche vectorielle
2. Activerla couche dans la légende et cliquez sur le bouton
56
Étiquetage dans la barre d’outils.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.4.7. Nouvel Étiquetage
Étiqueter une couche de points
Le premiers pas est de cocher la case
Étiqueter cette couche et sélectionner un attribut à afficher dans
la liste déroulante. Après cela vous pouvez définir le positionnement de l’étiquette et le style du texte, l’échelle
de visualisation, l’affichage d’une étiquette pour chaque partie d’un entité multiparties et si 4.15).
F IGURE 4.15.: Étiquetage intelligent d’une couche de points
Étiqueter une couche de ligne
Cochez la case
Étiqueter cette couche et sélectionnez un attribut à afficher dans la liste déroulante.
Après cela vous pourrez définir le positionnement de l’étiquette et le style du texte, l’orientation, le décalage
par rapport à l’entité, l’échelle de visualisation, l’affichage d’une étiquette pour chaque partie d’une ligne
multipartite, la fusion des lignes pour éviter d’avoir des doublons et si les entités doivent agir comme des
obstacles pour les étiquettes (voir figure 4.16).
F IGURE 4.16.: Étiquetage intelligent d’une couche de lignes
Étiqueter une couche de polygone
Cochez la case
Étiqueter cette couche et sélectionnez un attribut à afficher dans la liste déroulante.
Après cela vous pourrez définir le positionnement de l’étiquette et le style du texte, l’échelle de visualisation,
l’affichage d’une étiquette pour chaque partie d’une ligne multipartite, la fusion des lignes pour éviter d’avoir
des doublons et si les entités doivent agir comme des obstacles pour les étiquettes (voir figure ??).
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
57
4.4. La fenêtre Propriété des couches vectorielles
4.4.8. Onglet Actions
QGIS est capable d’effectuer des actions basées sur les attributs d’une entité. Il peut s’agir de nombreuses
actions, par exemple exécuter un programme avec des arguments construits à partir des attributs d’une entité,
ou encore, passer des paramètres à un outil de publication de rapports sur internet.
Les actions sont utiles si vous voulez exécuter fréquemment une application externe ou charger une page
web basée sur une ou plusieurs valeurs de votre couche vecteur. Un exemple d’application serait d’effectuer
une recherche basée sur une valeur d’attribut. C’est l’idée utilisée dans les paragraphes qui suivent.
Définir des actions
Les actions sur les attributs sont définies dans la fenêtre
torielles. Pour définir une action, ouvrez la fenêtre de
Propriétés de la couche
Propriétés de la couche
des couches vec-
et cliquez sur l’onglet
Actions . Donnez un nom descriptif à l’action. L’action elle-même doit contenir le nom de l’application qui
sera exécutée quand l’action sera invoquée. Vous pouvez ajouter un ou plusieurs champs d’attributs comme
argument pour l’application. Quand l’action est invoquée n’importe quelle chaîne de caractère précédée de
% et correspondant au nom d’un champ sera remplacé par la valeur de ce champ. Le caractère spécial %%
sera remplacé par la valeur d’un champ qui a été sélectionné par le résultat d’un Identifier ou dans la table
d’attributs (voir Utiliser les actions, ci-dessous). Des guillemets peuvent être utilisés pour grouper du texte
en un seul argument pour le programme, le script ou la commande. Les guillemets seront ignorés s’ils sont
précédés d’un antislash.
Si vous avez des noms de champs qui sont contenus dans d’autres noms de champs (par exemple, col1 et
col10), vous devez l’indiquer en entourant le nom de champ (le caractère %) par des crochets (par exemple
[%col10]). Ceci évitera de prendre le nom de champ %col10 pour %col1 avec un 0 à la fin. Les crochets seront
retirés quand QGIS substituera le nom par la valeur du champ. Si vous voulez que le champ à substituer soit
entouré de crochets, utilisez un deuxième jeu de crochets comme ici : [[%col10]].
La fenêtre Résultats identifiés inclut une entrée (Dérivé) qui contient des informations pertinentes selon
le type de couche. Les valeurs de cette entrée sont accessibles de la même manière que les autres champs
en ajoutant (Derived). avant le nom du champ. Par exemple, une couche de points à un champ X et Y et
leur valeur peut être utilisée dans l’action avec %(Derived).X et %(Derived).Y. Les attributs dérivés sont
disponibles uniquement depuis la fenêtre Résultats identifiés et pas la Table d’attributs .
Deux exemples d’action sont proposés ci-dessous :
– konqueror http://www.google.com/search?q=%nam
– konqueror http://www.google.com/search?q=%%
Dans le premier exemple, le navigateur internet konqueror est lancé avec une URL. L’URL effectue une
recherche Google sur la valeur du champ nam de la couche vecteur. Notez que l’application ou le script
appelé par l’action doit être dans le path sinon vous devez fournir le chemin complet vers l’application.
Pour être certain, nous pouvons réécrire le premier exemple de cette manière : /opt/kde3/bin/konqueror
http://www.google.com/search?q=%nam. Ceci assurera que l’application konqueror sera exécutée quand
l’action sera invoquée.
Le deuxième exemple utilise la notation %% dont la valeur ne dépend pas d’un champ en particulier. Quand
l’action est invoquée, %% sera remplacé par la valeur du champ sélectionné dans les résultats de l’identification ou dans la table d’attributs.
Utiliser les actions
Les actions peuvent être invoquées soit depuis la fenêtre
Résultats identifiés
soit depuis la
Table d’attributs . (Rappelez-vous que ces fenêtres s’ouvrent en cliquant sur
Identifier les données
ou
Ouvrir la table d’attributs .) Pour invoquer une action, faites un clic
droit sur un enregistrement et choisissez l’action depuis le menu qui apparaît. Les actions sont listées dans le
menu par le nom que vous leur avez donné en les définissant. Cliquez ensuite sur l’action que vous souhaitez
invoquer.
Si vous invoquez une action qui utilise la notation %%, faites un clic droit sur la valeur du champ que vous
souhaitez passer en argument à l’application ou au script dans la fenêtre Résultats identifiés ou la
58
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.4.8. Onglet Actions
Table d’attributs .
Voici un autre exemple qui récupère des données d’une couche vecteur et qui les insère dans un fichier
et peut-être
). La couche en question à
utilisant bash et la commande echo (cela ne marchera que sur
des champs pour le nom d’espèce taxon_name, la latitude lat et la longitude long. Je souhaiterais faire une
sélection spatiale des localités et exporter ces valeurs des enregistrements sélectionnés dans un fichier texte
(ils apparaissent en jaune sur la carte dans QGIS). Voici l’action qui permettra de le faire :
bash -c "echo \"%taxon_name %lat %long\" >> /tmp/species_localities.txt"
Après avoir sélectionné quelques localités et lancé l’action sur chacune, le fichier de destination ressemblera
à ça :
Acacia
Acacia
Acacia
Acacia
mearnsii
mearnsii
mearnsii
mearnsii
-34.0800000000
-34.9000000000
-35.2200000000
-32.2700000000
150.0800000000
150.1200000000
149.9300000000
150.4100000000
Comme exercice, nous allons créer une action qui réalise une recherche Google sur la couche lakes. Tout
d’abord, nous avons besoin de déterminer l’URL nécessaire pour effectuer une recherche sur un mot clé. Il
suffit simplement d’aller sur Google et faire une recherche simple puis récupérer l’URL dans la barre d’adresse
de votre navigateur. De cela, nous en déduisons la formulation : http://google.com/search?q=qgis, où qgis
est le terme recherché. À partir de tout cela, nous pouvons poursuivre :
1. Assurez-vous que la couche lakes est chargée
2. Ouvrez la fenêtre Propriétés de la couche en double cliquant sur la couche dans la légende ou en
faisant un clic droit et en choisissant Propriétés I dans le menu qui apparaît
3. Cliquez sur l’onglet Actions
4. Entrez un nom pour l’action, par exemple Recherche Google
5. Pour l’action, nous devons fournir le nom du programme externe à lancer. Dans ce cas, nous allons
utiliser Firefox. Si le programme n’est pas dans votre path, vous devez fournir le chemin complet
6. A la suite du nom de l’application externe, ajoutez l’URL utilisée pour faire la recherche Google, jusqu’au
terme de recherche, mais sans l’ajouter :
http://google.com/search?q=
7. Le texte dans le champ Action devrait ressembler à ça :
firefox http://google.com/search?q=
8. Cliquez sur le menu déroulant contenant les noms des champs pour la couche lakes. Il est situé juste
à gauche du bouton Insérer un champ
9. Dans le menu déroulant, sélectionnez NAMES
e
t cliquez sur Insérer un champ
10. Le texte de votre action devrait maintenant ressembler à ça :
firefox http://google.com/search?q=%NAMES
11. Pour finaliser l’action, cliquez sur le bouton Insérer une action
L’action est donc entièrement définie et prête à être utilisée. Le texte final de l’action devrait correspondre à
ça :
firefox http://google.com/search?q=%NAMES
Nous pouvons maintenant utiliser l’action. Fermez la fenêtre Propriétés de la couche et zoomez sur une
zone d’intérêt. Assurez-vous que la couche lakes est active puis identifiez un lac. Dans la fenêtre de résultats,
vous constatez que notre action est maintenant visible :
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
59
4.4. La fenêtre Propriété des couches vectorielles
F IGURE 4.17.: Sélectionnez une entité et choisissez une action
Quand vous cliquez sur l’action, cela ouvre Firefox et charge l’URL http://www.google.com/search?q=
Tustumena. Il est également possible d’ajouter d’autres champs attributs à l’action. Pour faire cela, vous pouvez ajouter un + à la fin du texte de l’action, sélectionnez un autre champ et cliquez sur Insérer un champ .
Dans cet exemple, la recherche sur un autre champ n’aurait pas de sens.
Vous pouvez définir de multiples actions pour une couche et chacune apparaitra dans la fenêtre
Résultats identifiés . Vous pouvez également invoquer des actions depuis la table d’attributs en sélectionnant une colonne et en faisant un clic droit puis en choisissant l’action dans le menu qui apparaît.
Vous pouvez imaginer toute sorte d’utilisations pour ces actions. Par exemple, si vous avez une couche de
points contenant la localisation d’images ou de photos ainsi qu’un nom de fichier, vous pouvez créer une
action qui lancera un visualisateur pour afficher les images. Vous pouvez également utiliser les actions pour
lancer des rapports sur internet pour un champ attributaire ou une combinaison de champs, en les spécifiant
de la même manière que pour une recherche
4.4.9. Onglet attributs
Dans l’onglet Attributs , il est possible de manipuler les attributs du jeu de données sélectionné. Les boutons
Ajouter une colonne
et
Supprimer une colonne
peuvent être utilisés lorsque le jeu de
données est en mode édition. Actuellement, seules les colonnes des couches PostGIS peuvent être effacées
ou ajoutées. La bibliothèque OGR, dans les versions ≥ à la 1.6, supporte l’ajout de nouvelles colonnes, mais
pas la suppression.
Le bouton Basculer en mode édition permet de passer dans ce mode.
60
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.4.10. Diagramme
Outils d’édition
F IGURE 4.18.: Dialogue pour la sélection d’un widget d’édition pour une colonne attributaire
Dans l’onglet Attributs vous trouverez un colonne Outils d’édition et une colonne valeur. Ces deux
colonnes peuvent être utilisées pour définir les valeurs ou les plages de valeurs permises lors de l’ajout
d’attributs dans une colonne. Elles sont utilisées pour générer différents outils d’édition dans la fenêtre des
attributs. Ces outils sont :
– édition de ligne : un champ d’édition qui permet d’entrer du texte simple (ou de restreindre à des nombres
pour des attributs de type numériques)
– Classification : Affiche une boîte combo avec les valeurs utilisées pour la classification, si vous avez
choisi valeur unique comme type de légende dans la symbologie
– Portée : Permet d’indiquer des valeurs numériques depuis une portée spécifiée. L’outil d’édition peut
être une barre coulissante ou une spinbox
– valeurs uniques : l’utilisateur peut sélectionner une des valeurs déjà utilisées dans la table attributaire.
Si l’édition est activée, une ligne est affichée avec le support de l’autocomplétition, autrement une boîte
est utilisée
– nom de fichier : Simplifie la sélection par l’ajout d’un dialogue de sélection de fichier.
– Carte de valeur : une boîte combo avec des objets prédéfinis. La valeur peut être stocké dans l’attribut,
la description est montrée dans la boîte combo. Vous pouvez définir les valeurs manuellement ou les
charger depuis une couche ou un fichier csv
– Enumération : Ouvre une boîte combo avec des valeurs qui peut être utilisé dans le tpe des colonnes.
Seul le prestataire postgres le supporte pour l’instant
– Immuable : L’attribut immuable est en lecture seule, l’utilisateur ne peut pas modifié le contenu
4.4.10. Diagramme
L’onglet Diagramme permet d’ajouter une couche de graphiques sur une couche vecteur. Pour activer cette
fonctionnalité, ouvrez le gestionnaire d’extension pour y sélectionner l’extension Diagramme Incrusté. Après
ça, un nouvel onglet apparaît dans les Propriétés de couches vecteurs où les paramètres de diagrammes
peuvent être saisis (voir figure 4.19).
L’implémentation actuelle des diagrammes permet de visualiser des graphiques sous forme de camemberts,
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
61
4.5. Éditer
F IGURE 4.19.: Dialogue des propriétés de diagrammes
de barres ou de lignes selon la valeur d’un attribut de classification. Nous allons vous montrer un exemple
en incrustant dans les frontières de l’Alaska des données concernant la température issues d’une couche
vecteur portant sur le climat. Toutes ces couches sont disponibles dans l’échantillon de données QGIS (voir
section 2.2).
1. Cliquez sur l’icône
Ajouter une couche vecteur , parcourez le répertoire de l’échantillon QGIS et
chargez alaska.shp and climate.shp
2. Double-cliquez sur la couche climate dans la légende pour ouvrir la fenêtre de
Propriétés de la Couche
3. Cliquez sur l’onglet de Diagramme Incrusté
diagramme
et sélectionnez Diagramme en barre
comme type de
4. Nous cherchons à représenter les valeurs de trois colonnes T_F_JAN, T_F_JAN and T_F_MEAN. Sélectionnez d’abord T_F_JAN dans la liste des attributs puis cliquez sur Ajouter attribut ensuite T_F_JUL et
enfin T_F_MEAN
5. Pour une mise à l’échelle linéaire de la taille du diagramme, nous définissons T_F_JUL comme étant
l’attribut de classification
6. Maintenant cliquez sur Trouver la valeur maximale , choisissez une valeur de taille et une unité puis
cliquez sur Appliquer pour afficher le diagramme dans la fenêtre principale
7. Vous pouvez adapter la taille du diagramme ou changer la couleur des attributs en double-cliquant
sur les valeurs colorimétriques dans la liste attributaire. La figure 4.20 vous donnes une impression du
résultat
8. Et pour finir cliquez Ok .
4.5. Éditer
QGIS compte un support étendu de l’édition de données provenant de couches vectorielles OGR, PostGIS et
Spatialite. Note - la procédure pour éditer des couches GRASS est différente - voir Section 8.7 pour plus de
détails.
62
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
F IGURE 4.20.: Diagramme des températures superposé sur une carte
Astuce QGIS 14 É DITIONS CONCURRENTES
Cette version de QGIS ne vérifie pas si quelqu’un d’autre est en train d’éditer une entité en même temps que
vous, la dernière personne qui enregistre sa modification gagne !
Définir le rayon de tolérance d’accrochage et de recherche
Avant de pouvoir éditer des sommets, il est très important de fixer la tolérance d’accrochage et le rayon de
recherche à des valeurs qui nous permettent d’éditer les géométries vecteur de manière optimale.
Tolérance d’accrochage
La tolérance d’accrochage est la distance que QGIS utilise pour chercher le sommet ou le segment le plus
près que vous cherchez à connecter lorsque vous créez un nouveau sommet ou en déplacez un existant. Si
vous n’êtes pas dans la tolérance d’accrochage, QGIS va laisser le vertex à l’endroit où vous lâchez le bouton
de la souris, au lieu de l’accrocher à un sommet ou un segment existant.
1. Une tolérance générale, commune à tout le projet, peut-être définie dans Préférences >
Options
. Dans l’onglet Numérisation , vous pouvez choisir le mode d’accrochage par défaut : sur un sommet,
sur un segment ou sur un sommet ou un segment. Vous pouvez également définir une tolérance d’accrochage par défaut et un rayon de recherche pour les éditions de sommets. La tolérance peut être
définie dans l’unité de la couche ou en pixel, l’avantage du pixel est qu’elle n’a pas à être changée pour
tenir compte des zooms. Dans notre projet de numérisation (le travail sur le jeu de données Alaska),
les unités sont en pieds. Le résultat peut varier, mais une tolérance de l’ordre de 300 pieds devrait être
convenable pour une échelle de 1 :10 000e
2. Une tolérance d’accrochage liée à une couche peut être définie dans
Préférences
>
Propriétés du projet. . . . Dans l’onglet Général , section Numériser, vous pouvez cliquer sur
Options d’accrochage. . .
couche (voir Figure 4.21)
pour activer et ajuster le mode d’accrochage et la tolérance pour chaque
Veuillez noter que l’accrochage défini pour cette couche est prioritaire par rapport à celui défini dans les
options générales. Si vous avez besoin d’éditer une couche en vous accrochant à une autre, il vous faut donc
activer l’accrochage uniquement sur la couche à accrocher et réduire la tolérance générale d’accrochage à
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
63
4.5. Éditer
une valeur moindre. De plus, l’accrochage ne se produira jamais sur une couche dont l’accrochage n’a pas été
activé, qu’importe l’option générale. Assurez-vous de cocher la case idoine sur les couches que vous voulez
pouvoir utiliser.
F IGURE 4.21.: Édition des options d’accrochage pour chaque couche
Rayon de recherche
Le rayon de recherche est la distance que QGIS utilise pour chercher le sommet le plus proche que vous
souhaitez déplacer quand vous cliquez sur la carte. Si vous n’êtes pas dans le rayon de recherche, QGIS ne
trouvera ni ne sélectionnera de sommets à éditer et une fenêtre d’alerte désagréable apparaitra. La tolérance
d’accrochage et le rayon de recherche sont définis dans les unités de la carte, vous allez peut-être avoir
besoin d’expérimenter différentes valeurs avant de trouver la bonne. Si vous spécifiez une tolérance trop
grande, QGIS risque d’accrocher le mauvais sommet, surtout si vous avez un grand nombre de sommets à
proximité. Définissez un rayon de recherche trop petit et QGIS ne trouvera rien à déplacer.
Le rayon de recherche pour l’édition des sommets dans l’unité de la couche peut être défini dans l’onglet
Numérisation de Préférences >
chage pour tout le projet.
Options . Au même endroit que vous définissez la tolérance d’accro-
4.5.1. Zoomer et se déplacer
Avant d’éditer une couche, vous devriez zoomer sur la zone qui vous intéresse. Cela évite de devoir attendre
que tous les sommets soient calculés sur l’ensemble de la couche.
Au lieu d’utiliser les icones
Se déplacer dans la carte et
zoom + /
zoom - de la barre
d’outils avec la souris, la navigation peut également se faire avec la roulette de la souris, la barre espace et
les flèches du clavier.
Zoomer et bouger avec la souris
Lorsque vous numérisez vous pouvez appuyer sur la roulette de la souris pour vous déplacer dans la fenêtre
principale et la faire rouler pour zoomer la carte. Pour vous rapprocher, faites rouler la molette vers l’avant
tandis que si vous voulez vous éloigner vous devrez la faire rouler vers vous. La position du curseur sera le
centre la zone affichée. Vous pouvez personnaliser le zoom en utilisant l’onglet Outils cartographiques dans
le menu Préférences > Options I .
Se déplacer avec les touches du clavier
Il est possible de se déplacer sur la carte en utilisant les flèches du clavier. Placez votre curseur sur la carte
et appuyez sur la flèche de droite pour vous déplacer vers l’Est, la flèche de gauche pour aller à l’Ouest, la
flèche du haut pour le Nord et celle du bas pour le Sud.
Vous pouvez utiliser la barre d’espace pour que les mouvements de la souris se traduisent par un déplacement sur la carte. Les touches PgUp et PgDown vous permettront de zoomer sans devoir interrompre votre
numérisation.
64
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.5.2. Édition topologique
4.5.2. Édition topologique
En plus des options d’accrochage pour chaque couche, l’onglet Général du menu
Préférences >
Propriétés du projet. . . propose quelques fonctionnalités topologiques. Dans le groupe
d’options de Numérisation, vous pouvez
Activer l’édition topologique et/ou activer
Éviter les intersections de nouveaux polygones .
Activer l’édition topologique
L’option
Activer l’édition topologique permet d’éditer en gardant des limites communes entre les polygones. QGIS "détecte" une limite commune entre les polygones et vous avez simplement à déplacer le sommet une fois et QGIS s’occupera de mettre à jour l’autre limite.
Éviter les intersections de nouveaux polygones
La deuxième option topologique,
Éviter les intersections de nouveaux polygones , permet d’éviter des
recouvrements entre les polygones. Cela permet de numériser des polygones adjacents plus rapidement.
Si vous avez déjà un polygone, avec cette option, vous pouvez numériser le second de manière à ce qu’ils
intersectent et QGIS coupera le second polygone aux limites communes. L’avantage est que les utilisateurs
n’ont pas à numériser tous les sommets des limites communes.
4.5.3. Numériser une couche existante
Par défaut, QGIS charge les couches en lecture seule : c’est une sécurité pour éviter d’éditer accidentellement
une couche si la souris a glissé. Cependant, vous pouvez choisir d’éditer une couche du moment que le fournisseur de données le gère et que la source de données est éditable (c.-à-d. fichiers qui ne sont pas en lecture
seule). L’édition d’une couche est plus flexible lorsqu’il s’agit de sources de données PostgreSQL/PostGIS.
En général, l’édition des couches vectorielles est répartie dans une barre de numérisation et une barre
de numérisation avancée telle que décrite dans la section 4.5.4. Vous pouvez sélectionner les deux dans
Préférences > Barre d’Outils I . En utilisant les outils basiques de numérisation, vous pouvez accomplir
les actions suivantes :
Astuce QGIS 15 I NTÉGRITÉ DES DONNÉES
Sauvegarder vos données avant de se lancer dans une édition est toujours une bonne idée. Bien que les
auteurs de QGIS ont fait beaucoup d’efforts pour préserver l’intégrité de vos données, nous n’offrons aucune
garantie.
Toutes les sessions d’édition débutent par la sélection de l’option
Basculer en mode édition . Elle se trouve dans le menu contextuel après un clic droit sur la couche voulue.
Alternativement, vous pouvez utiliser le bouton
Basculer en mode édition dans la barre de numérisa-
tion pour débuter ou terminer une session d’édition. Une fois que la couche est éditable, les marqueurs vont
apparaître sur les sommets et de nouveaux outils seront disponibles dans la barre d’outils.
Astuce QGIS 16 F RÉQUENCE
N’oubliez pas de cliquer sur
DE SAUVEGARDE
Basculer en mode édition régulièrement. Cela vous permet de sauvegar-
der les changements récents, mais également de confirmer que votre source de données accepte tous vos
changements.
Toute session d’édition commence par un clic sur
Basculer en mode édition . Ceci se trouve dans le menu
contextuel qui apparaît après un clic droit sur la couche dans la légende. Sinon, vous pouvez utiliser le bouton
Basculer en mode édition de la barre d’outils pour lancer ou stopper l’édition. Une fois la couche en
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
65
4.5. Éditer
Icon
Purpose
Icon
Purpose
Basculer en mode édition
Ajouter une entité : Créer un point
Ajouter une entité : Créer une Ligne
Ajouter une entité : Créer un polygone
Déplacer une entité
Déplacer un sommet
Outil de noeud
Effacer la sélection
Couper une entité
Copier une entité
Coller une entité
Enregistrer les modifications et
continuer
TABLE 4.2.: Barre d’touils de numérisation
mode édition, les marqueurs apparaissent sur les sommets et de nouveaux outils de la barre d’outils édition
sont disponibles.
Ajouter des entités
Avant de commencer à ajouter des entités, utiliser les outils
zoom + /
Vous pouvez utiliser
Se déplacer dans la carte
et
zoom - pour naviguer vers la zone d’intérêt.
Capturer le Point ,
Capturer la Ligne ou
Capturer le Polygone dans la barre d’outils pour mettre le curseur de QGIS en mode numérisation.
Pour chaque entité, vous numérisez d’abord la géométrie puis entrez les attributs.
Pour numériser la géométrie, faites un clic gauche sur la zone de la carte pour créer le premier point de votre
nouvelle entité.
Pour les lignes ou les polygones, continuer à faire des clics gauches pour chaque nouveau point que vous
souhaitez capturer. Lorsque vous avez fini d’ajouter des points, faites un clic droit n’importe où sur la carte
pour confirmer que vous avez fini d’entrer la géométrie de cette entité.
La fenêtre des attributs apparaît, ce qui vous permet d’entrer les informations sur la nouvelle entité. La figure 4.22 montre les attributs d’édition pour une nouvelle rivière fictive en Alaska. Dans
Options I , vous pouvez activez la case
le panneau Numérisation du menu Préférences
Supprimer la fenêtre d’avertissement lors de la création de chaque entité .
F IGURE 4.22.: Fenêtre de saisie d’attributs suivant la création d’une nouvelle entité
66
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.5.3. Numériser une couche existante
Avec l’icône
Déplacer Entités , vous pouvez déplacer des entités existantes.
Astuce QGIS 17 T YPES DES VALEURS D ’ ATTRIBUT
Pour l’édition des shapefiles au moins, les types des attributs sont validés au moment de la saisie. À
cause de cela, il n’est pas possible d’entrer un nombre dans un champ de type texte dans la fenêtre
Entrez les valeurs d’attributs et vice-versa. Si vous avez besoin de le faire, vous devez éditer les attributs par la suite dans la fenêtre Table d’attributs .
Outil de nœud
Pour les couches PostgreSQL/PostGIS et shapefile, l’
Outil de nœud
offre des capacités de mani-
pulation des sommets des entités semblables à celles des logiciels de CAO. Il est possible de sélectionner
plusieurs sommets ensemble et de les bouger, ajouter ou supprimer en une fois. Cet outil fonctionne sur les
couches reprojetées "à la volée" et supporte des fonctionnalités d’éditions topologiques. Contrairement aux
autres outils de Quantum GIS, la sélection persiste même lorsque une autre opération est effectuée. Si l’outil
de nœud ne trouve pas d’entités, un avertissement sera affiché.
Vous devez définir le paramètre Préférences >
Numérisation
Options
Rayon de recherche 10
à un nombre supérieur à zéro. Sinon QGIS ne sera
pas en mesure de dire quelle entité est éditée.
Astuce QGIS 18 M ARQUEURS DE SOMMETS
La version actuelle de QGIS présente 3 types de marqueurs - un cercle semi-transparent, une croix ou rien.
Pour changer de style de marqueurs, allez dans le menu
sélectionnez le symbole voulu dans la liste déroulante.
Options et cliquez sur l’onget Numérisation et
Opérations basiques
Commecez par cliquez sur le bouton
Outil de nœud
puis sélectionnez une entité. Des petits carrés
rouges aparraissent sur chaque sommet de cette entité, cela indique que l’entité est bien sélectionnée. Les
opérations que vous pouvez effectuer sont les suivantes :
– Sélectionner un sommet : La sélection se fait simplement en cliquant sur un sommet, la couleur de
celui-ci se changera en bleu. On peut en sélectionner plusieurs à la suite en gardant la touche Ctrl
appuyée (il suffit de recliquer sur un sommet sélectionné pour le désélectionner). Un rectangle de sélection peut être utilisé en cliquant en-dehors de l’entité et en déplaçant le curseur (en gardant le bouton
de la souris appuyé).
– Ajouter un sommet : Faites un double clic sur un segment et un nouveau sommet apparaîtra. Notez
qu’il n’y a aucun sens à ajouter des sommets à des entités de type ponctuelles !
– Supprimer un sommet : Après la sélection de sommets, appuyez sur la touche Suppr de votre
clavier pour les effacer. Quatum GIS veillera cependant à ce qu’il reste suffisament de sommets pour
conserver une entité topologiquement correcte (p. ex. jamais moins de 3 sommets pour un polygone), si
vous voulez supprimer l’entité entière il vous faudra utiliser en autre outil.
– Déplacer un sommet : Sélectionnez tous les sommets que vous voulez déplacer, puis bougez votre
souris en gardant le bouton appuyé. Tous les sommets bougeront dans la même direction que le curseur.
Si l’accrochage est activé, la sélection complète peut sauter sur la ligne ou le sommet le plus proche du
curseur.
Couper, Copier et Coller des entités
Une entité sélectionnée peut être coupée, copiée et collée entre des couches d’un même projet QGIS, du
moment que les couches de destination sont
Basculées en mode édition au préalable.
Les entités peuvent également être collées dans des applications externes au format texte. Les entités sont
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
67
4.5. Éditer
alors représentées au format CSV et leur géométrie apparaît dans le format OGC Well-Known Text (WKT).
Cependant, dans cette version de QGIS, les entités au format texte venant d’applications externes ne peuvent
pas être collées à une couche dans QGIS. En quoi les fonctions copier et coller sont-elles utiles ? Et bien il
se trouve que vous pouvez éditer plus d’une couche à la fois et que vous pouvez alors utiliser les fonctions
copier/coller entre les couches. Pourquoi voudrions-nous faire cela ? Imaginons que nous devions travailler
sur une nouvelle couche, mais que nous avions besoin que d’un ou deux lacs, pas les 5 000 de notre couche
big_lakes. Nous pouvons créer une nouvelle couche puis utiliser copier/coller pour y insérer les quelques
lacs.
Voici un exemple de copie de quelques lacs dans une nouvelle couche :
1. Chargez la couche dont vous voulez copier des entités (couche source)
2. Chargez ou créez la couche sur laquelle vous voulez coller des entités (couche cible)
3. Lancez l’édition pour la couche cible
4. Assurez-vous que la couche source est active en cliquant dessus dans la légende
5. Utilisez l’outil
6. Cliquez sur l’outil
Sélection pour sélectionner les entités dans la couche source
Copier Entités
7. Assurez-vous que la couche cible est active en cliquant dessus dans la légende
8. Cliquez sur l’outil
Coller Entités
9. Stoppez l’édition et sauvegardez les changements
Qu’arrive-t-il si les couches sources et cibles ont différents schémas de données (noms et type des champs
différents) ? QGIS remplit ceux qui correspondent et ignore les autres. Si la copie des attributs ne vous intéresse pas, la façon dont vous designer les champs et les types de données n’a pas d’importance. Si vous
voulez être sûr que tout - entité et ses attributs - est copié, assurez-vous que les schémas de données correspondent.
Astuce QGIS 19 C ONGRUENCE DES ENTITÉS COPIÉES
Si vos couches source et cible utilisent la même projection, les entités collées auront la même géométrie que
dans la couche source. Cependant, si la couche cible n’a pas la même projection, QGIS ne peut garantir
que les géométries seront identiques. Cela est simplement dû aux erreurs d’arrondissement faites lors de la
conversion de projection.
Supprimer des entités sélectionnées
Si nous voulons supprimer un polygone en entier, nous pouvons le faire en sélectionnant d’abord le polygone
en utilisant l’outil
Sélectionner les données . Vous pouvez sélectionner plusieurs objets pour la sup-
pression. Une fois le ou les objets sélectionnés, utilisez l’outil
Effacer la sélection pour supprimer les
entités.
L’outil
Couper Entités de la barre d’outils numérisation peut également être utilisé pour supprimer des
entités. Ceci supprime effectivement les entités et les place également dans un presse-papier spatial. Donc
nous coupons les entités pour les supprimer. Nous pouvons ensuite utiliser l’outil
Coller Entités pour
les récupérer, nous donnant alors la capacité d’annuler une fois les changements. Couper, copier et coller
marchent sur les entités sélectionnées ce qui signifie que nous pouvons travailler sur plus d’un objet à la fois.
Astuce QGIS 20 G ESTION DE LA SUPPRESSION D ’ ENTITÉS
Lors de l’édition de shapefile, la suppression d’entités ne fonctionne que si QGIS est lié à une version 1.3.2 ou
supérieure de GDAL. Les versions OS X et Windows de QGIS disponibles depuis le site de téléchargement
incluent GDAL 1.3.2 ou supérieur.
68
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.5.4. Numérisation avancée
Sauvegarder les couches éditées
Quand une couche est en mode édition, tous les changements sont stockés en mémoire par QGIS. Ils ne
sont pas sauvegardés immédiatement dans la source de données ou sur le disque. Lorsque vous déactivez le
mode édition en cliquant sur
Basculer en mode édition (ou quittez QGIS), il vous est demandé si vous
souhaitez sauvegarder les changements ou les annuler. Si vous voulez enregistrer les modifications sans
Sauvegarder les modifications
quitter le mode d’édition alors il vous faut cliquer sur le bouton
Si les changements ne peuvent pas être sauvés (par exemple à cause d’un disque plein ou des valeurs
d’attributs dépassant la plage prévue), l’état de la mémoire de QGIS est préservé. Cela vous permet d’ajuster
vos éditions et réessayer.
Astuce QGIS 21 I NTÉGRITÉ DES DONNÉES
C’est toujours une bonne idée de sauvegarder vos sources de données avant de les éditer. Bien que les
auteurs de QGIS s’efforcent de préserver l’intégrité de vos données, il n’y pas de garantie à cet égard.
4.5.4. Numérisation avancée
Icône
But
Icône
But
Défaire
Refaire
Simplifier Entité
Ajouter un anneau
Ajouter une partie
Effacer un anneau
Effacer une partie
Remodeler une entité
Couper une entité
Fusionner les entités sélectionnées
Rotation des symboles de point
TABLE 4.3.: Outils de numérisation avancée
Annuler et refaire
Les outils
Annuler
et
Refaire
permettent à l’utilisateur d’annuler ou revenir sur un certain
nombre d’opérations sur les données vectorielless. La vue de base est une fenêtre où toutes les opérations
sont répertoriées (voir figure 4.23). Cette fenêtre n’est pas affichée par défaut, mais peut être affichée par un
clic droit sur une barre d’outils puis en cochant Annuler/Refaire L’outil est actif même quand la fenêtre n’est
pas active.
Quand on clique sur Annuler, l’état de toutes les entités retourne à l’état connu avant que les changements
du à une opération quelconque aient été appliqué.
Une action peut être déclenchée en cliquant sur les boutons Annuler ou Refaire (dans la fenêtre ou sur la barre
d’outils de numérisation avancée) ou en cliquant directement sur l’action sur laquelle vous voulez revenir.
Simplifier une entité
L’outil
Simplifier une entité permet de réduire le nombre de sommets qui composent une entité aussi
longtemps que cela ne change pas le type de géométrie. Vous devez sélectionner une ou plusieurs entités
qui seront alors sur-lignées par un contour rouge, une barre coulissante est affichée pour choisir le degré de
simplification que vous désirez appliquer (le contour rouge reflète la forme que vous obtiendrez). Cliquez sur
OK et la nouvelle forme sera retenue. Si une entité ne peut être simplifiée (p. ex. un polygone multiple), un
message vous le signalera.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
69
4.5. Éditer
F IGURE 4.23.: Annuler et Refaire
Ajouter un anneau
Vous pouvez créer des anneaux de polygones en utilisant l’icône
Ajouter un anneau Cela signifie qu’il
est possible de dessiner des polygones à l’intérieur d’une zone existante et d’en tirer un trou, seule la zone
entre les limites externes des polygones sera conservée.
Ajouter une partie
ajouter une partie à un multipolygone sélectionné. La nouvelle île doit être dessinée en
Vous pouvez
dehors de celui-ci.
Effacer un anneau
L’outil
Effacer un anneau
permet de supprimer un anneau existant dans un polygone. Il ne change
rien lorsque il est utilisé sur la bordure extérieure du polygone. Cet outil peut être utilisé sur un polygone ou un
polygone multiple. Avant de sélectionner un sommet d’un anneau, ajustez la tolérance d’édition du sommet.
Effacer une partie
L’outil
Effacer une partie permet de supprimer des parties d’une entité multiparties (p.ex. un polygone
composé de multiples polygones distincts). Cela n’effacera pas la dernière partie restante. Cet outil marche
avec toutes les géométries multiparties.
Remodeler une entité
Il est possible de retoucher des lignes ou des polygones grâce à l’outil
Remodeler une entité . Vous pouvez changer la forme d’une ligne ou d’un polygone en traçant une
nouvelle forme entre 2 sommets, la modification viendra s’ajouter à l’existant ou le remplacer selon la taille de
l’intervalle entre le premier sommet et celui clôturant le remodelage. Cette méthode convient pour remplacer
de petites portions d’une entité, la ligne de remodelage n’est pas autorisée à croiser plusieurs anneaux de
polygones, car cela générerait un polygone invalide.
Note : L’outil de remodelage peutt altérer la position de départ d’un anneau polygonal ou d’une ligne close, le
point "double" ne sera plus le même. Ce n’est pas un problème pour la plupart des applications, mais c’est
quelque chose à considérer.
70
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.5.5. Créer de nouvelles couches Shapefile et Spatialite
Couper une entité
Vous pouvez diviser une entité en utilisant le bouton
Couper Entités situés dans la barre de numéri-
sation. Pour couper, dessinez une ligne en travers de l’entité avec cet outil et terminez avec un clic droit.
Fusionner les entités sélectionnées
L’outil
Fusionner les entités sélectionnées
mune et des attributs similaires.
permet de combiner des entités ayant une bordure com-
Rotation d’un symbole de point
L’outil
Rotation d’un symbole de point
permet de modifier l’orientation d’un symbole de point sur le
canevas de la carte, si vous avez défini une colonne attributaire contenant l’orientation dans le panneau
Convention des signes de la fenêtre des Propriétés de la couche . Dans le cas contraire, l’outil restera
inactif.
F IGURE 4.24.: Rotation d’un symbole de point
Pour changer l’orientation, sélectionnez une entité ponctuelle sur le canevas et faite là tourner en gardant
le bouton gauche de votre souris appuyé. Une flèche rouge avec la valeur de rotation est visible (voir figure
4.24). Lorsque vous relâchez le bouton, la valeur sera mise à jour dans la table attributaire.
Note : Si vous gardez la touche Ctrl
enfoncée, la rotation se fera par paliers de 15 degrés.
4.5.5. Créer de nouvelles couches Shapefile et Spatialite
La création de couches GRASS est gérée par l’intermédiaire de l’extension GRASS. Référez-vous à la section
8.6 pour plus d’informations sur ce sujet.
4.5.6. Créer une nouvelle couche Shapefile
Pour créer une nouvelle couche Shapefile à éditer, allez dans
Nouvelle couche Shapefile
du menu
Couche . La fenêtre Nouvelle couche vecteur apparaitra telle que montrée dans la figure 4.25. Choisissez le type de géométrie de la couche (point, ligne ou polygone).
Notez que QGIS ne gère pas encore la création d’entité 2.5D (c.-à-d. des entités avec des coordonnées X, Y,
Z). Pour le moment, seuls des shapefiles peuvent être créés. Dans une version future de QGIS, la création de
n’importe format de couches géré par OGR ou PostgreSQL sera possible.
Pour terminer la création de la nouvelle couche, ajouter les attributs désirés en cliquant sur le bouton
Ajouter un attribut et en spécifiant le nom et le type de l’attribut. Seuls les attributs de type Type
, Type
entier
, et Type
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
string
réel
sont gérés. De plus, selon le type d’attribut vous pouvez définir la
71
4.5. Éditer
F IGURE 4.25.: Fenêtre Nouvelle couche Shapefile
largeur et la précision de la nouvelle colonne. Une fois satisfait de vos attributs, cliquez sur OK et donnez un
nom pour le shapefile. QGIS va automatiquement ajouter l’extension .shp au nom que vous lui avez spécifié.
Une fois la couche créée, elle sera ajoutée à la carte et vous pouvez l’éditer de la manière décrite dans la
Section 4.5.3 ci-dessus.
Créer une nouvelle couche SpatiaLite
Pour créer une nouvelle couche SpatiaLite à éditer, allez dans
Nouvelle couche SpatiaLite du menu
Couche . La fenêtre Nouvelle couche SpatiaLite apparaitra telle que montrée dans la figure ??.
Choisissez ensuite une base de données SpatiaLite existante ou bien procédez à la création d’une nouvelle
base en utilisant le bouton ... à droite de la liste des bases de données. Ajoutez ensuite un nom pour
cette nouvelle couche et définissez son type de géométrie ainsi que le SCR (EPSG). Si vous le désirez, vous
pouvez cochez la case
créer une clé primaire autoincrémentée .
Pour défnir une table attributaire, ajoutez les noms des colonnes avec leur type de données et cliquez sur le
bouton OK . QGIS ajoutera automatiquement cette nouvelle couche à la légende où vous pourrez l’éditer
comme indiquée dans la section 4.5.3.
La fenêtre de création permet de créer plusieurs couches et colonnes attributaires en une fois, les modifications ne sont faites que lorsque vous cliquez sur le bouton Appliquer .
4.5.7. Travailler avec la table attributaire
La table attributaire affiche les entités de la couche sélectionnée. Chaque ligne représente une entité avec
ses attributs répartis dans plusieurs colonnes. Chaque entité de la table peut être recherchée, sélectionnée,
déplacée et éditée.
Pour ouvrir la table attributaire d’une couche vecteur, activez la couche en cliquant dessus depuis la zone de
légende de la carte. Puis dans le menu Couche , faites and and choose
Ouvrir la table d’attribut . Vous
72
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
4.5.7. Travailler avec la table attributaire
F IGURE 4.26.: Fenêtre de création d’une nouvelle couche Spatialite
pouvez aussi y accéder avec un clic droit sur la couche. Cela ouvrira une nouvelle fenêtre qui comportera les
attributs de toutes les entités de la couche (voir figure 4.27). Le nombre des entités est affiché dans la barre
de titre de la table attributaire.
Sélectionner une entité depuis la table
Pour une simple recherche par attribut sur une seule colonne, le champ Chercher pour peut être utilisé.
Sélectionnez la colonne sur laquelle doit être opérée la recherche depuis la liste déroulante et appuyez sur
le bouton Chercher . Pour des recherches plus complexes, passez par le bouton Recherche avancée qui
lancera la fenêtre de construction de requêtes décrite à la section 4.7.
Les lignes peuvent être sélectionnées en cliquant sur le numéro de ligne placé tout à gauche. La sélection
d’une ligne ne cause pas de changement de position du curseur. Plusieurs lignes peuvent être retenues
en maintenant la touche Ctrl. Une sélection continue s’effectue en gardant appuyée la touche Shift et en
cliquant sur une nouvelle ligne, toutes les lignes entre la première sélection et la dernière seront prises.
Une ligne sélectionnée représente tout les attributs d’une entité, la table attributaire reflète tous les changements qui seront faits sur la carte et vice versa. Un changement de sélection depuis la table d’attributs
provoque également un changement de sélection sur la carte et la sélection d’entités d’une couche différente
signifie que d’autres lignes ont été sélectionnées.
Vous pouvez faire un tri sur les colonnes en cliquant sur l’en-tête. Une petite flèche indique l’ordre de tri (une
flèche pointant vers le bas indiquera un tri descendant).
Pour afficher uniquement les enregistrements que vous avez sélectionnés, utiliser la boite à cocher
Montrer seulement les enregistrements sélectionnés . Pour limiter la recherche à la sélection, activer la
boîte à cocher
Rechercher seulement les enregistrements sélectionnés
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Les autres boutons disposés à
73
4.5. Éditer
F IGURE 4.27.: Table d’attributs pour la couche Alaska
gauche de la fenêtre fournissent les fonctionnalités suivantes :
–
Desélectionner tout
–
Déplacer la sélection au sommet
–
Inverser la sélection
–
Copier les lignes sélectionnées dans le presse-papier ou Ctrl-C
–
Zoomer la carte sur les lignes sélectionnées ou Ctrl-J
–
Activer le mode d’édition pour modifier les valeurs des attributs
–
Effacer les entités sélectionnées
–
Nouvelle colonne pour les couches OGR (>=1.6) et PostGIS
–
Effacer une colonne , uniquement pour les couches PostGIS
–
Ouvrir la calculatrice de champ
Enregistrer les entités sélectionnées dans une nouvelle couches
Les entités sélectionnées peuvent être enregistrés dans un nouveau fichier (dans tout format supporté par
OGR) et transformé dans n’importe quel système de coordonnées (SCR). Il suffit de faire un clic droit sur la
couche où est la sélection dans la liste des couches, de cliquer sur Sauvegarder la sélection sous I pour
définir le nom du fichier en sortie, le format et le SCR (voir section 3.2.3). Il est possible de définir des options
de création OGR à cette étape.
Astuce QGIS 22 M ANIPULER LES DONNÉES ATTRIBUTAIRES
Actuellement seules les couches PostGIS sont supportés pour ce quide l’ajout ou la suppression de colonnes.
Les prochaines versions de QGIS étendront ce support à d’autres sources de données grâce aux apports des
versions de GDAL/OGR postérieures à la 1.6.0.
Travailler avec tables non-spatialisées
QGIS permet de charger des tables n’ayant pas d’informations spatiales, cela comprend les tables supportées
par OGR, les fichers de texte délimité et le prestataire PostgreSQL. les tables peuvent être utilisé pour regarder
les champs, pour des requêtes ou pour de l’édition. Lorsque vous chargez une table de ce type, elle apparaîtra
dans la liste des couches, elle peut être ouverte avec l’outil
c omme une table attributaire.
Vous pouvez ainsi utiliser ces colonnes pour définir des valeurs d’attributs ou un intervalle de valeurs qui sont
74
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
autorisées à être ajouté à une couche vectorielle spécifique durant une numérisation. Jetez un oeil du côté de
l’outil d’édition pour en savoir plus (voir section 4.4.9).
4.6. Constructeur de requêtes
Le bouton de recherche avancée ouvre le constructeur de requêtes qui vous permet de définir un sousensemble de la table en utilisant une clause SQL de type WHERE et de l’afficher comme une couche dans
QGIS. Par exemple, si vous avez une couche towns avec un champ population, vous pouvez sélectionner
uniquement les plus grandes villes en entrant population > 100 000 dans le cadre SQL du constructeur de
requête. La figure 4.28 montre un exemple de requête avec les données d’une couche PostGIS dont les
attributs sont stockés dans PostgreSQL.
F IGURE 4.28.: Constructeur de requêtes
La liste des champs contient tous les attributs de la table attributaire pouvant être parcourus par la recherche.
Pour ajouter un attribut à la clause WHERE, double-cliquez son nom dans cette liste. Vous pouvez cliquez sur
les différents champs, valeurs et opérateurs qui composent votre requête ou bien l’écrire directement dans le
cadre SQL.
La liste des valeurs recense toutes les valeurs d’un attribut. Pour en lister la totalité, sélectionnez l’attribut
dans la liste de champs puis cliquez sur le bouton Tout . Pour lister toutes les valeurs présentes dans la liste
d’échantillons, sélectionnez l’attribut puis le bouton Échantillon . Pour ajouter une valeur à la clause WHERE
et la prendre en compte dans la requête, il vous suffit de faire un double-clic dessus.
La section des opérateurs contient toutes les opérations menables sur une recherche. Pour ajouter un opérateur à la requête SQL, cliquez sur le bouton approprié. Les opérateurs relationnels (=, >, . . .), les opérateurs
de comparaison (LIKE), les opérateurs logiques ( AND, OR,. . .) sont disponibles.
Le bouton Effacer nettoye le texte présent dans le cadre SQL.button clears the text in the SQL where clause
text field. Le Test affiche une fenêtre comptabilisant le nombre d’entités satisfaisant à votre requête, vous
permettant de savoir si votre requête fonctionne au fil de sa construction. Le bouton OK ferme la fenêtre et
effectue la recherche définie. Le bouton Annuler clôt la fenêtre, mais sans la sélection en cours.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
75
4.8. Calculatrice de champ
Astuce QGIS 23 C HANGER LA DÉFINITION D ’ UNE COUCHE
Vous pouvez changer la définition d’une couche après son chargement en modifiant la requête SQL utilisée
pour définir la couche. Pour faire cela, ouvrez la fenêtre Propriétés de la couche en double-cliquant sur
la couche dans la légende puis cliquez sur le bouton Constructeur de requête dans l’onglet Général . Voir
Section 4.4 pour plus d’informations.
4.7. Sélection par requête
Dans QGIS, il est possible de sélectionner des entités en utilisant une interface similaire à celle du constructeur de requêtes utilisé dans 4.6. Dans la section ci-dessus, le but du constructeur de requêtes était seulement
de montrer les entités répondant aux critères de filtre comme une couche virtuelle/ sous-ensemble. Le but de
la fonction de sélection par requête est de surligner toutes les entités qui répondent à un critère particulier. La
sélection par requête peut être utilisée sur tous les prestataires de données vectorielles.
Pour faire une sélection par requête sur une couche chargée, cliquez sur le bouton
Ouvrir la table des attributs
pour ouvrir la table de la couche. Ensuite cliquez sur le bouton
Avancée. . . en bas de la fenêtre. Cela lance le Constructeur de requête qui permet de définir un sousensemble de la table et l’affiche comme décrit dans la Section 4.6.
4.8. Calculatrice de champ
Le bouton
Calculatrice de champs de la table attributaire permet d’opérer des calculs sur la base des
valeurs attributaires ou d’utiliser des fonctions, p. ex. pour calculer la longueur ou la surface d’entités. Les
résultats peuvent être écrit dans une nouvelle colonne attributaire ou mettre à jour une colonne existante. La
création d’une nouvelle colonne est uniquement possible sous PostGIS et avec les formats d’OGR (>= 1.6.0).
Vous devez basculer la couche vectorielle en mode d’édition avant de pouvoir cliquer sur le bouton de la
calculatrice (voir figure 4.29). Il vous faut d’abord choisir si une nouvelle colonne doit être créée ou une autre
mise à jour.
Si vous choisissez d’ajouter un nouveau champ, vous devez lui donner un nom, un type (entier, flottant ou
chaîne de caractère), une longueur et sa précision. par exemple, vous pouvez créer un champ d’une longueur
de 10 et doté d’une précision de 3, ce qui signifie que vous aurez 6 chiffres avant la virgule, la virgule puis 3
autres chiffres, soit 10 caractères au total.
La liste des champs comporte tous les attributs de la table pouvant être recherchés. Pour ajouter un attribut
dans une expression, double-cliquez sur la liste des champs. Vous pouvez utiliser les champs, valeurs et
opérateurs pour construire la formule de calcul, ou bien tout saisir manuellement.
La zone des valeurs liste les valeurs du champs. Pour lister toutes les valeurs possibles, sélectionnez l’attribut
puis cliquez sur le bouton Tout . Vous pouvez limiter la liste des valeurs à un court échantillon en cliquez cette
fois sur le bouton Echantillon . Pour ajouter une valeur à l’expression en cours de rédaction, un double-clic
sur le nom de la valeur suffira.
La zone des opérateurs contient tous les opérateurs utilasble sur la couche. Pour ajouter un opérateur à une
expression, faites un clic sur le bouton de l’opérateur désiré. Les opérateurs disponibles actuellement sont les
calculs mathématiques ( + , - , *,. . .), trigonométriques (sin, cos,tan,. . .), géométriques (longueur ou surface),
la concaténation 3 (||) et le décompte des lignes. Cette liste sera encore étendue dans les prochaines versions
de QGIS.
Un court exemple pour illustrer la manière dont la calculatrice fonctionne. Nous voulons calculer la longueur
des lignes de la couche ’railroads’ de l’échantillon de données de QGIS.
1. Chargez le fichier Shapefile railroads.shp dans QGIS et ouvrez sa Table d’Attributs
2. Cliquez sur
Basculer en mode édition et ouvrez la
Calculatrice de champs
3. Ce terme signifie la mise bout à bout de chaînes de caractères, p. ex. "Brian is in" || "the kitchen" donnera "Brian is in the kitchen".
76
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
F IGURE 4.29.: Calculatrice de champs
3. Désélectionnez la case
veau champ.
Champ de mise à jour existant
puis cochez la case de création d’un nou-
4. Ajoutez ’longueur’ dans le nom de ce champ, ’réel’ en tant que type et définissez une longueur de 10 et
une précision de 3.
5. NMaintenant cliquez sur l’opérateur ’longueur’ pour l’ajouter dans l’expression (sous la forme $length)
et cliquez Ok .
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
77
5. Les données raster
Cette section explique comment visualiser et définir les propriétés d’une couche raster. QGIS gère différents
formats raster. Aujourd’hui les formats testés incluent :
– Arc/Info Binary Grid
– Arc/Info ASCII Grid
– Raster GRASS
– GeoTIFF
– JPEG
– Spatial Data Transfer Standard Grids (avec quelques limitations)
– DEM ASCII de l’USGS
– Erdas Imagine
Puisque l’implémentation du raster dans QGIS est basée sur la bibliothèque GDAL, les autres formats raster
implémentés dans GDAL fonctionnent aussi probablement — dans le doute, essayez d’ouvrir un fichier test et
voyez s’il est géré. Vous trouverez plus d’information sur les formats gérés par GDAL en appendice A.2 ou sur
http://www.gdal.org/formats_list.html. Si vous désirez charger des données raster GRASS, référezvous à la section 8.2.
5.1. Que sont les données raster ?
Les données raster dans les SIG sont des matrices de cellules discrètes qui représentent des objets, audessus ou en dessous de la surface de la Terre. Chaque cellule dans la grille raster est de la même taille
et les cellules sont généralement rectangulaires (dans QGIS elles seront toujours rectangulaires). Un jeu de
données raster typique incluent les données des capteurs distants telles que les photographies aériennes ou
les images de satellites et les données modélisées telles que les matrices d’élévation.
Contrairement aux données vectorielles, les données raster n’ont typiquement pas de base de données d’enregistrement associée. Elles sont géocodées par leur résolution de pixel et leurs coordonnées x/y du coin du
pixel de la couche raster. Cela permet à QGIS de positionner les données correctement dans la zone de la
carte.
QGIS utilise les informations de géoréférencement dans les couches raster (par exemple GeoTiff) ou dans un
fichier world approprié pour afficher correctement les données.
5.2. Charger des données raster dans QGIS
Les couches raster sont chargées soit en cliquant sur l’icône
lectionnant l’option du menu Couches >
Charger une couche raster
soit en sé-
Ajouter une couche raster . Plus d’une couche peut être chargée
en même temps en appuyant sur la touche Control ou Shift
dans la boîte de dialogue
Ouvrez des sources de données rasters gérées par GDAL .
et en cliquant sur de plusieurs couches
Une fois la couche raster chargée dans la légende de la carte vous pouvez cliquer sur le nom de la couche
avec le bouton droit de la souris pour sélectionner et activer des paramètres spécifiques à la couche ou pour
ouvrir une boîte de dialogue pour définir des propriétés du raster pour la couche.
79
5.3. Boîte de dialogue de propriétés des Rasters
Menu du bouton droit de la souris pour les couches raster
– Zoom sur l’étendue de la couche I
– Zoom à la meilleur échelle (100%) I
– L’affiche dans l’aperçu I
– Supprimer I
– Propriétés I
– Renommer I
– Ajouter un groupe I
– Tout éténdre I
– Tout diminuer I
– Afficher les groupes du fichier I
5.3. Boîte de dialogue de propriétés des Rasters
Pour voir et définir les propriétés d’une couche raster, double-cliquez sur le nom de la couche dans la légende
de la carte ou cliquez droit sur le nom de la couche et choisissez
Propriétés I du menu contextuel : Figure 5.1 montre la boîte de dialogue
Propriétés de la couche raster . Il y a plusieurs onglets dans cette fenêtre :
– Sémiologie
– Transparence
– Palette de couleur
– Général
– Méta-données
– Pyramides
– Histograme
5.3.1. Onglet sémiologie
QGIS peut afficher des couches rasters de deux manières différentes :
Bande simple : une bande de l’image sera affichée en nuance de gris ou en pseudocouleurs.
Trois bandes de couleurs : trois bandes de l’image seront affichées, chaque bande représentant le composant rouge, vert ou bleu qui sera utilisé pour créer une image de couleur.
Pour les deux types de rendu, vous pouvez inverser la sortie couleur en utilisant la case à cocher
Inverser la carte de couleur .
Rendu des bandes simples
Ce choix vous permet deux possibilités : vous pouvez d’abord sélectionner quelle bande vous voulez utiliser
pour le rendu (si le jeu de données a plus d’une bande).
La seconde option vous offre une sélection des tables de couleurs disponibles pour le rendu.
Les paramètres suivants sont disponibles à travers la liste déroulante
80
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
5.3.2. Onglet transparence
F IGURE 5.1.: Boîte de dialogue des propriétés des couches raster
carte de couleur
Niveau de gris
, où niveau de gris est le paramètre par défaut.
Sont aussi disponible :
– Pseudo-couleur
– Pseudo-couleur psychédélique
– Palette de couleurs
Quand vous sélectionnez couleurs indexées
Palette de couleurs
, l’onglet Couleurs indexées
est
disponible. Plus d’informations dans le chapitre 5.3.3.
QGIS peut restreindre les données affichées pour afficher seulement les cellules dont la valeur sont dans un
nombre donné de déviations standards de la moyenne pour la couche. Cela est utile quand vous avez une ou
deux cellules avec des valeurs anormalement hautes dans une grille raster qui ont un impact négatif sur le
rendu du raster. Cette option est seulement disponible pour les images en pseudocouleur.
Couleur à trois bandes
Cette sélection vous offre un large choix d’options pour modifier l’apparence de votre couche raster. Par
exemple, vous pouvez passer les bandes de couleurs d’un ordre standard RVB à un autre.
L’échantillonnage des couleurs est également disponible.
Astuce QGIS 24 V ISUALISER UNE SEULE BANDE D ’ UN RASTER MULTIBANDE
Si vous désirez visualiser une seule bande (par exemple la bande rouge) d’une image multibande, vous
pouvez penser que vous pourriez définir les bandes Vertes et Bleue à Non définie. Mais ce n’est pas la
manière correcte. Pour afficher la bande Rouge définissez le type d’image à nuance de gris, puis sélectionnez
Rouge comme bande à utiliser pour le Gris.
5.3.2. Onglet transparence
QGIS a la possibilité d’afficher chaque raster à des niveaux de transparence différents. Utiliser la barre coulissante de transparence pour indiquer à quel niveau de transparence les couches sous-jacentes (s’il y en a)
pourront être visible à travers cette couche raster. Cela est très utile, si vous désirez superposer plus d’une
couche raster, par exemple une carte des reliefs ombrés superposée par une carte raster classifiée. Cela
rendra la carte encore plus proche de la 3e dimension.
De plus, vous pouvez entrer une valeur raster qui pourra être traitée comme NODATA. Cela peut être effectué
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
81
5.3. Boîte de dialogue de propriétés des Rasters
Ajouter les valeurs depuis l’affichage .
manuellement ou en utilisant l’icône
Un moyen encore plus flexible pour personnaliser la transparence est possible dans la section Options de
transparence personnalisée. La transparence de chaque pixel peut être définie dans cet onglet.
Par exemple, nous voulons définir l’eau de notre fichier raster d’exemple landcover.tif à une transparence
de 20%. Les étapes suivantes sont nécessaires :
1. Chargez le fichier raster landcover
2. Ouvrez la boîte de dialogue propriétés en double-cliquant sur le nom du raster dans la légende ou
avec un clic droit et en choisissant Propriétés I du menu contextuel.
3. Sélectionnez l’onglet Transparence .
Ajouter des valeurs manuellement . Une nouvelle ligne apparait dans la
4. Cliquez sur le bouton
liste des pixels.
5. Entrez la valeur du raster (nous utilisons 0 ici) et ajustez la transparence à 20%.
6. Pressez le bouton Appliquer et regardez la carte.
Vous pouvez répéter les étapes 4 et 5 pour ajuster d’autres valeurs avec une transparence personnalisée.
Comme vous pouvez le voir, il est assez facile de définir une transparence personnalisée, mais cela peut
prendre un peu de temps. Par conséquent, vous pouvez utiliser le bouton
Exporter dans un fichier
pour sauver vos paramètres de transparence dans un fichier. Le bouton
Importer à partir d’un fichier
charge vos paramètres de transparence et les applique à la couche
raster actuelle.
5.3.3. Palette de couleurs
L’onglet Palette de couleurs est seulement disponible quand vous avez sélectionné un rendu sur une seule
bande dans l’onglet Sémiologie (voir chapitre 5.3.1).
Trois manières de faire une interpolation de couleur sont disponibles :
– discrète ;
– liénaire ;
– exacte.
Le bouton Ajouter une entrée ajoute une couleur à la table de couleur individuelle. Double-cliquez sur la
colonne valeur vous permet d’insérer une valeur spécifique. Double-cliquez sur la colonne couleur ouvre une
boîte de dialogue Sélectionner une couleur où vous pouvez sélectionner une couleur à appliquer sur
cette valeur.
Alternativement, vous pouvez cliquer sur le bouton
charger une Palette de couleurs à partir de bandes qui tente de charger la table à partir d’une bande
(si celle-ci en a une).
Le bloc Générer une nouvelle palette de couleurs vous permet de créer de nouvelles palettes de couleurs par
catégorie. Vous avez seulement besoin de sélectionner le
nombre de classes 15
un mode de classification
82
dont vous avez besoin et d’appuyez sur le bouton Classifier . Actuellement seul
intervalles égaux
est géré .
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
5.3.4. Onglet général
5.3.4. Onglet général
L’onglet Général affiche des informations basiques sur le raster sélectionné, incluant la source de la couche
et le nom affiché dans la légende (qui peut être modifié). Cet onglet montre aussi un aperçu de la couche, le
symbole de la légende, et la palette.
De plus, la visibilité en fonction de l’échelle peut être définie dans cet onglet. Vous devez activer la case à
cocher et définir une échelle appropriée à laquelle vos données seront affichées dans la fenêtre de la carte.
Le système de référence spatial est également affiché ici comme chaîne PROJ.4. Cela peut être modifié en
cliquant sur le bouton Changer .
5.3.5. Onglet méta-données
L’onglet Méta-données affiche toute la richesse d’information sur la couche raster, dont les statistiques sur
chaque bande dans la couche raster actuelle. Les statistiques sont recueillies sur l’idée de la nécessité de
savoir, de sorte qu’il est possible qu’une couche n’ait pas de statistique collectée.
Cet onglet est principalement pour informations. Vous ne pouvez pas modifier les valeurs qui y sont affichées. Pour mettre à jour les statistiques vous devez aller dans l’onglet Histogramme et pressez le bouton
rafraîchir en bas à droite, voir chapitre 5.3.7.
5.3.6. Onglet pyramides
Les couches raster à haute résolution peuvent ralentir la navigation dans QGIS. En créant des copies de
plus basse résolution des données (pyramides), les performances peuvent être considérablement améliorées
puisque QGIS sélectionne la résolution la plus pertinente à utiliser en fonction du niveau de zoom.
Vous devez avoir accès en écriture dans le répertoire où les données originelles sont stockées pour construire
les pyramides.
Plusieurs méthodes de reéchantillonage peuvent être utilisées pour calculer les pyramides :
– moyen
– plus proche voisin.
Quand la case
construire les pyramides en interne si possible est cochée, QGIS tente de construire les
pyramides au sein même du fichier image.
S’il vous plait notez que construire des pyramides peut altérer les fichiers données originaux et une fois créé
ils ne peuvent plus être supprimé. Si vous désirez préserver une version sans pyramide de vos raster, réalisez
une copie de sauvegarde avant de les construire.
5.3.7. Onglet histograme
L’onglet Histogramme
vous permet de visualiser la distribution des bandes ou des couleurs dans votre
raster. Vous devez d’abord générer les statistiques du raster en cliquant le bouton Rafraichir . Vous pouvez
choisir quelles bandes à afficher en les sélectionnant dans la liste déroulante en bas à gauche de l’onglet.
Deux types de graphiques différents sont permis :
– graphique en barres ;
– graphique linéaire.
Vous pouvez définir le nombre de colonnes du graphique à utiliser et décider si vous voulez
ou afficher les valeurs
Permettre l’approximation
en dehors du domaine . Une fois que vous
avez vu l’histogramme, vous remarquerez que les statistiques des bandes ont été remplies dans l’onglet
méta-données .
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
83
5.4. Calculatrice Raster
Astuce QGIS 25 R EGROUPEMENT DES STATISTIQUES RASTER
Rassembler des statistiques pour une couche, sélectionnez un rendu en pseudocouleur et cliquez sur le bouton Appliquer . Regrouper des statistiques pour une couche peut prendre du temps. Soyez patient pendant
que QGIS examine vos données !
5.4. Calculatrice Raster
La fenêtre Raster Calculator du menu Couche permet d’opérer des calculs sur la base des valeurs d’un
raster existant. Le résultat est écrit dans un nouveau raster (dans un format supporté par GDAL)
F IGURE 5.2.: Calculatrice raster
La liste Bandes Raster contient toutes les couches rasters actuellement chargées pouvant être utilisé. Pour
ajouter un raster à la formule de calcul, faites un double-clic sur son nom dans la liste. Vous pouvez alors
utiliser les opérateurs pour construire une formule ou bien les taper directement dans la boîte de saisie.
Dans la partie Couche de résultat, vous devez définir la couche en sortie. Vous pouvez préciser l’étendue de
la zone de calcul en vous basant sur une couche raster en entrée ou en utilisant des coordonnées X et Y ainsi
que des lignes et des colonnes pour indiquer la résolution. Si la couche en entrée a une résolution différence,
les valeurs seront interpolées avec l’algorithme du plus proche voisin.
La partie Opérateurs contient tous les opérateurs utilisables. Pour ajouter un opérateur à la formule, cliquez
sur le bouton approprié. Les calculs mathématiques (+ , - , *,. . .) et les fonctions trigonométriques (sin, cos,
tan,. . .) sont disponibles, d’autres feront leur apparition !
Le fait de cocher la
Ajouter le résultat au projet
session pour y être affiché.
84
chargera automatiquement le raster produit dans votre
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
6. Les données OGC
QGIS gère le WMS et le WFS comme source de données. La gestion du WMS est native tandis que les
services WFS et WFS-T est géré sous forme d’extension.
6.1. Qu’est-ce que les données OGC
Le Consortium Geospatial Ouvert (Open Geospatial Consortium - OGC) est une organisation internationale
à laquelle participent plus de 300 organisations commerciale, gouvernementale, associative et laboratoire de
recherche à travers le monde. Ses membres développent et implémentent des standards pour les services et
le contenu géospatial, traitement de données SIG et de format d’échange.
Un nombre croissant de spécifications décrivant une modélisation de donnée basique pour les objets géographiques ont été développées pour servir des besoins spécifiques dans des situations nécessitant une
interopérabilité et des technologies géospatiales, dont les SIG. Des informations supplémentaires peuvent
être trouvées sur le site http://www.opengeospatial.org/.
Les spécifications importantes de l’OGC sont :
WMS : Web Map Service
WFS : Web Feature Service
WCS : Web Coverage Service
CAT : Web Catalog Service
SFS : Simple Features for SQL
GML : Geography Markup Language
Les services OGC sont de plus en plus utilisés pour échanger des données géospatiales entre différentes
implémentations SIG et des fournisseurs de données. QGIS peut maintenant traiter trois des spécifications
citées, ceux-ci étant SFS (par la gestion du fournisseur de données PostgreSQL/PostGIS, voir section 4.2),
comme client WFS et WMS.
6.2. Client WMS
6.2.1. Aperçu de la gestion WMS
QGIS peut actuellement agir comme client WMS et comprend les versions 1.1, 1.1.1 et 1.3 des serveurs
WMS. Il a été particulièrement testé avec des serveurs accessibles publiquement comme ceux de DEMIS et
JPL OnEarth.
Les serveurs WMS agissent en fonction des requêtes envoyées par le client (par exemple QGIS) pour une
carte raster avec une étendue donnée, un ensemble de couches, une sémiologie et une transparence. Le
serveur WMS consulte alors ses sources de données locales, rasterise la carte et la renvoie au client dans
un format raster. Pour QGIS, cela sera par exemple du JPEG ou du PNG.
Un WMS est de manière générale un service web mis en oeuvre selon une architecture REST (Representational State Transfer) plutôt qu’un service RPC (Remote Procedure Call) pleinement déployé. De cette façon,
vous pouvez copier les adresses générées par QGIS et les copier dans un navigateur internet pou retrouver
les mêmes images qu’utilise QGIS. Cela peut être très pratique pour résoudre des problèmes, car de fait il y
a plusieurs serveurs WMS existants ayant chacun une interprétation du standard WMS.
Des couches WMS peuvent être ajoutées assez simplement, du moment que vous connaissez l’URL pour
accéder au serveur WMS, vous avez une connexion sous forme de service sur ce serveur, et celui-ci comprend
85
6.2. Client WMS
le protocole HTTP comme mécanisme de transport.
6.2.2. Sélectionner des serveurs WMS
La première fois que vous utilisez la fonctionnalité des services WMS, il y a aucun serveur définie. Vous
pouvez commencer en cliquant sur le bouton
travers le menu Couche >
Ajoutez une couche WMS dans la barre des outils ou à
Ajoutez une couche WMS. . .
Ajouter une couche d’un serveur
La boîte de dialogue
pour ajouter des couches d’un serveur
WMS s’ouvre. Heureusement, vous pouvez ajouter des serveurs pour jouer en cliquant le bouton
Ajouter les serveurs par défaut . Cela ajoutera au moins trois serveurs WMS pour tester, incluant celui de la
NASA (JPL). Pour définir un nouveau serveur WMS dans la section Connexions au serveur , sélectionnez
Nouveau . Puis entrez les paramètres de connexion de votre serveur WMS désiré, comme listé dans le
tableau 6.1 :
Nom
URL
Nom utilisateur
Mot de passe
Un nom pour cette connexion. Ce nom sera utilisé dans la liste déroulante des connexions aux serveurs afin que vous puissiez distinguer
des autres serveurs WMS.
URL du serveur fournissant les données. Cela doit être un nom d’hôte
publique ; de même format que vous utilisez pour ouvrir une connexion
Telnet ou pinguer un hôte (ou dans un navigateur Internet).
nom utilisateur pour accéder à un serveur WMS sécurisé. Ce paramètre
est optionnel
Mot de passe pour une authentification basique à un serveur WMS. Ce
paramètre est optional.
TABLE 6.1.: Paramètres de connexion WMS
Si vous devez configurer un serveur proxy pour pouvoir recevoir des services WMS à partir d’Internet, vous
pouvez ajouter votre serveur proxy dans les options. Choisissez le menu Préférences >
Options. . . et
cliquez sur l’onglet Proxy . Vous pouvez alors ajouter votre configuration du proxy et l’activer en cochant
la case
Utiliser un proxy pour l’accès Internet Assurez-vous que vous avez sélectionné le type de proxy
correct dans la liste déroulante
Type de proxy I .
Une fois que la nouvelle connexion du serveur WMS a été créée, elle sera sauvegardée pour les futures
sessions de QGIS.
Astuce QGIS 26 À PROPOS DES URL DES SERVEURS WMS
Assurez-vous, lorsque vous entrez l’URL du serveur WMS, d’avoir le début de l’URL. Par exemple, vous ne
devez pas avoir ce genre de paramètre request=GetCapabilities ou version=1.0.0 dans votre URL
6.2.3. Charger des couches WMS
Une fois que vous avez rempli correctement vos paramètres, vous pouvez sélectionner le bouton
Se connecter pour récupérer les possibilités du serveur sélectionné. Cela inclut le format d’image, les
couches, les styles des couches et les projections. Puisque c’est une opération sur un réseau, la vitesse de
la réponse dépend de la qualité de votre connexion réseau au serveur WMS. Pendant le téléchargement des
données du serveur WMS, la progression du téléchargement est visualisée en bas à gauche de la boîte de
dialogue de l’extension WMS.
Votre écran doit ressembler un peu plus à la figure 6.1, qui affiche la réponse fournie par le serveur WMS de
la NASA JPL OnEarth.
86
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
6.2.3. Charger des couches WMS
F IGURE 6.1.: Dialogue pour ajouter un serveur WMS, en indiquant ses couches disponibles
Format d’image
La section Format d’image liste maintenant les formats qui sont gérés à la fois par le client et leur serveur.
Choisissez en un en fonction de votre préférence quant à la précision de l’image.
Options
Le panneau Options dipose d’un champ textuel où vous pouvez saisir un nom pour la couche WMS. Ce
nom sera affiché dans la légende après le chargement de la couche.
Si l’adresse de la ressource (OnlineRessource-URL) du document GetCapabilities est différente de celle
donnée dans les paramètres de conexions, QGIS vous demandera lauqelle utiliser. Selon votre réponse, QGIS
sélectionnera les options à votre place. Cela peut être modifié avec les cases
Ignorer l’URL GetMap et
Ignorer l’URL GetFeatureInfo
Astuce QGIS 27 F ORMAT D ’ IMAGE
Les serveurs WMS vous offriront typiquement le choix entre les formats d’image JPEG et PNG. JPEG est un
format de compression avec perte, tandis que le format PNG reproduit pleinement les données raster brutes.
Utilisez le format JPEG si vous pensez que la donnée WMS est une orthophotographie ou qu’une perte
de qualité d’image ne vous pose pas de problème. Ce compromis vous permet de réduire par 5 le taux de
transfert nécessaire comparé au format PNG.
Utilisez le format PNG si vous désirez une représentation précise des données originales et que l’augmentation du taux de transfert ne vous pose pas de problème.
Couches
Le panneau couche liste les couches disponibles dans le serveur WMS. Vous remarquerez que certaines
couches sont extensibles, cela signifie que la couche peut être affichée en fonction de plusieurs styles.
Vous pouvez sélectionner plusieurs couches à la fois, mais seulement un style d’image par couche. Lorsque
plusieurs couches sont sélectionnées, celles-ci seront combinées par le serveur WMS et transmises à QGIS
en une seule fois.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
87
6.2. Client WMS
Astuce QGIS 28 O RDONNER LES COUCHES WMS
Dans cette version de QGIS, les couches WMS créées par un serveur sont superposées dans le même ordre
que celui listé dans la section des couches, du haut vers le bas de la liste. Si vous voulez modifier l’ordre des
couches, vous pouvez alors utiliser le panneau Ordre des couches .
Transparence
Dans cette version de QGIS, le paramètre de transparence est codé en dur pour être toujours activé, si
disponible.
Astuce QGIS 29 T RANSPARENCE DES COUCHES WMS
La disponibilité de la transparence de l’image WMS dépend du format d’image utilisé : les formats PNG et
GIF gèrent la transparence, tandis que le format JPEG ne le gère pas.
Système de Référence de Coordonnées
Un système de Référence de Coordonnées (CRS) est la terminologie de l’OGC pour une projection QGIS.
Chaque couche WMS peut être représentée dans plusieurs projections (ou CRS), en fonction de la possibilité
du serveur WMS. Vous pouvez avoir noté que les x changent dans l’en-tête du Système de Référence des
Coordonnées(x disponible) lorsque vous sélectionnez et désélectionnez les couches de la section couches
.
Pour choisir une projection, sélectionnez Changer... et un écran similaire à la figure 7.2 dans la section 7.3
apparaitra. La principale différence avec l’écran de la version WMS est que seules les projections gérées par
le serveur seront listées.
Astuce QGIS 30 L ES PROJECTIONS WMS
Pour de meilleurs résultats, faites en sorte que la couche WMS soit la première couche que vous ajoutez dans
le projet. Cela permet à la projection du projet d’hériter la définition de la projection que vous avez utilisée
pour le rendu de la couche WMS. La projection à la volée (voir Section 7.2) peut être utilisée pour placer
les couches vectorielles supplémentaires dans la projection du projet. Dans cette version de QGIS, si vous
ajoutez une couche WMS plus tard et lui donner une projection différente de celui du projet en cours, cela
peut entraîner des résultats aléatoires.
6.2.4. Recherche de serveur
Dans QGIS vous pouvez rechercher directement des serveurs WMS. La figure 6.2 montre le nouvel onglet
Recherche de serveurs avec la fenêtre Ajouter des couches d’un serveur .
Comme vous pouvez le voir, il est possible d’entrer une chaîne de recherche dans un champ texte puis
cliquez sur le bouton Chercher . Après un court moment d’attente, le résultat de la recherche sera affiché dans l’onglet dessous le champ texte. Naviguer dans la liste et inspecter vos résultats de la recherche dans le tableau. Pour visualiser le résultat, sélectionnez l’entrée du tableau, pressez le bouton
Ajoutez les lignes sélectionnées de la liste WMS et retournez sur l’onglet serveur . QGIS a automatiquement mis à jour votre liste de serveur et les résultats sélectionnés de la recherche sont déjà activés dans la
liste des serveurs WMS sauvés. Vous avez seulement besoin d’interroger la liste des couches en cliquant sur
le bouton Connecter . Cette option est pratique quand vous voulez chercher des couches par des mots clés
spécifiques. Fondamentalement cette option est un frontend à l’API http://geopole.org.
6.2.5. Jeux de Tuiles
Lorsque vous utilisez un service WMS-C (Cache WMS) tel que http://labs.metacarta.com/wms-c/Basic.
py, vous pouvez parcourir le panneau Jeux de Tuile concernant le serveur. Des informations telles que la
taille des tuilles, leurs formats et les SCR supportés sont affichées.
88
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
6.2.6. Utiliser l’outil Identifier
F IGURE 6.2.: Fenêtre pour rechercher des serveurs WMS avec des mots-clés
Vous disposez également d’une barre de zoom depuis Vue > Barre d’échelle des tuiles I , il vous permet
de faire défiler les différents niveaux de tuiles disponibles sur le serveur.
6.2.6. Utiliser l’outil Identifier
Une fois que vous avez ajouté un serveur WMS et si une couche du serveur WMS est interrogeable, vous
pouvez utiliser l’outil
Identifier
pour sélectionner un pixel sur la carte. Une requête est envoyée au
serveur WMS pour chaque sélection effectuée.
Les résultats de la requête sont renvoyés au format texte. Le formatage de ce texte est dépendant du serveur
WMS utilisé.
6.2.7. Visualiser les propriétés
Une fois que vous avez ajouté un serveur WMS, vous pouvez voir ses propriétés en cliquant avec le bouton
droit de la souris sur sa légende, et en sélectionnant le bouton Propriétés .
Onglet métadonnées
L’onglet métadonnées affiche la richesse des informations du serveur WMS, généralement collecté à partir
de la requête Capabilities renvoyée par le serveur.
Beaucoup de définitions peuvent être obtenues par la lecture des normes WMS [5], [6], mais en voici
quelques-unes :
– Propriétés du serveur
Version du WMS : la version du serveur WMS géré par le serveur.
Formats d’image : la liste des types MIME que le serveur peut renvoyer lors qu’il dessine la carte.
QGIS gère tous les formats pour lesquelles la bibliothèque Qt en sous-couche a été compilée, qui
est typiquement à minima les types image/png et image/jpeg.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
89
6.2. Client WMS
Formats de l’outil Identitier : la liste des types MIME auxquels le serveur peut répondre quand vous
utilisez l’outil Identifier. Pour l’instant QGIS gère le type text-plain.
– Propriétés de la couche
Selectionné : si cette couche a été sélectionnée ou pas quand son serveur a été ajouté au projet.
Visible : si cette couche a été sélectionnée ou non comme visible dans la légende (pas encore utilisé
dans cette version de QGIS).
Peut identifier : si cette couche retournera ou pas des résultats quand l’outil Identifier est utilisé sur
celle-ci.
Peut être transparent : si cette couche peut être rendue ou non avec une transparence. Cette version
de QGIS utilisera toujours la transparence si cette option est à Oui et que le format d’image gère
la transparence.
Peut zoomer : si on peut zoomer ou non sur cette couche avec le serveur. Cette version de QGIS
assume que toutes les couches WMS ont ce paramètre défini à Oui. Les couches déficientes
peuvent être rendues d’une manière étrange.
Décompte des cascades : les serveurs WMS peuvent agir comme un proxy à d’autres serveurs WMS
pour obtenir des données pour une couche. Cette entrée affiche le nombre de fois où la requête
pour cette couche est redirigée vers un autre serveur WMS pour un résultat.
Largeur fixe, hauteur fixe : si une couche a des dimensions du pixel source limitées. Cette version
de QGIS suppose que toutes les couches WMS ont ce paramètre fixé. Les couches déficientes
peuvent être rendues d’une manière étrange.
Limite du contour en WGS 84 : la limite du contour de la couche, en coordonnées WGS 84. Certains
serveurs WMS ne définissent pas ceci correctement (par exemple, des coordonnées UTM sont
utilisées à la place). Si cela est le cas, alors la vue initiale sera rendue avec une vue très étendue.
Le webmaster du WMS doit être informé de cette erreur, qui sont connu en tant qu’éléments XML
LatLonBoundingBox, EX_GeographicBoundingBox ou BoundingBox CRS :84 du WMS.
Disponibilité des CRS : les projections que l’on peut utiliser par le serveur WMS. Ceux-ci sont listés
dans le format natif du WMS.
Disponibilité des styles : les styles des images de cette couche qui peuvent être utilisés pour le rendu
par le serveur WMS.
6.2.8. Limitations du client WMS
Seules quelques fonctionnalités du client WMS ont été incluses dans cette version de QGIS. Les exceptions
les plus notables sont présentées ci-après :
Éditer la configuration d’une couche WMS
Une fois que vous avez complété la procédure d’
Ajout de couches WMS , il n’y aucun moyen de
modifier la configuration.
Une solution de contournement est de supprimer la couche et de recommencer.
Serveurs WMS nécessitant une authentification
Seuls les serveurs WMS publics sont accessibles. Il n’y a pas de possibilités pour appliquer une combinaison
nom d’utilisateur et mot de passe comme authentification à un serveur WMS. Pour l’instant, les services WMS
publics accessibles et sécurisés sont gérés. Les serveurs WMS sécurisés peuvent être interrogés par une
authentification publique. Vous pouvez ajouter les paramètres d’identification (optionnel) quand vous ajoutez
un serveur WMS. Voir la section 6.2.2 pour les détails.
90
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Astuce QGIS 31 ACCÉDER DES COUCHES OGC SÉCURISÉES
Si vous avez besoin d’accéder à des couches sécurisées avec d’autres méthodes sécurisés que des authentifications basiques, vous pouvez utiliser InteProxy comme proxy transparent, qui gère plusieurs méthodes
d’authentification. Vous pouvez trouver plus d’informations dans le manuel InteProxy que vous pouvez trouver
sur le site http://inteproxy.wald.intevation.org.
6.3. Serveur WMS
Le serveur cartographique de QGIS 1 implémente le protocole WMS 1.3 ainsi que des fonctions avancées
de représentations thématiques. Ce serveur est une application FastCGI/CGI (Common Gateway Interface)
écrite en C++ qui fonctionne avec un serveur web (p.ex. Apache, Lighttpd).
Il utilise QGIS comme moteur pour toute la partie SIG et le rendu des cartes. De plus, la bibliothèque Qt
est utilisée pour les graphiques et pour assurer l’indépendance de la plateforme. Contrairement aux autres
serveurs WMS, le serveur de QGIS recourt aux règles cartographiques au format SLD/SE comme langage
de configuration et pour les règes cartographiques définies par l’utilisateur.
Une extension "Publier vers le Web" est fournie, elle permet d’exporter les couches courantes ainsi que la
symbologie en tant que projet web pour le serveur QGIS (avec des règles de visualisation cartographiques
exprimées en SLD).
Comme l’application bureautique et celle serveur utilise les mêmes bases, les cartes publiées sur le Web
ont un aspect identique. L’extension ne supporte actuallement qu’une symbolisation basique, les règles plus
avancées étant introduites manuellement. Comme la configuration est faite avec le standard SLD et ses
extensions documentées, il n’y a qu’un seul langage à apprendre ce qui simplifie grandement la complexité
de créer des cartes pour le Web.
Plus d’informations disponbiles à ces adresses : http://karlinapp.ethz.ch/qgis_wms/
http://www.qgis.org/wiki/QGIS_mapserver_tutorial
http://linfiniti.com/2010/08/qgis-mapserver-a-wms-server-for-the-masses/
6.4. Client WFS/WFS-T
Dans QGIS, une couche WFS se comporte à peu près comme n’importe quelle autre couche vecteur. Vous
pouvez identifier et sélectionner des objets et voir la table attributaire. Depuis QGIS 1.6, l’édition est prise en
charge si le serveur le propose. Pour lancer l’extension WFS, vous avez besoin d’ouvrir des Extensions >
Gestionnaire d’extension ... , activez l’extension
WFS et cliquez sur le bouton OK .
Ajouter une couche WFS apparaît à côté de celle du WMS. Cliquez dessus pour
Une nouvelle icône
ouvrir la boîte de dialogue. En général ajouter une couche WFS est identique à la procédure utilisée pour une
couche WMS. La différence est qu’il n’y a pas de serveurs par défaut, vous devez donc en ajouter.
6.4.1. Charger une couche WFS
Comme exemple, nous utilisons le serveur WFS de DM Solutions et affichons une couche. L’URL est :
http://www2.dmsolutions.ca/cgi-bin/mswfs_gmap?VERSION=1.0.0&SERVICE=
wfs&REQUEST=GetCapabilities
1. Assurez-vous que l’extension WFS est activée ; si ce n’est pas le cas, ouvrez le gestionnaire d’extensionset activez le.
2. Cliquez sur le bouton
Ajoutez une couche WFS dans la boîte à outil des plugins.
3. Cliquez sur Nouveau
4. Entrez Nom
DM Solutions
comme nom.
1. Communément nommé QGIS-Mapserver, à ne pas confondre avec le serveur MapServer
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
91
6.4. Client WFS/WFS-T
5. Entrez l’URL (voir page précédente).
6. Cliquez sur OK
7. Choisissez Connexions au serveur
DM Solutions
dans la liste déroulante.
8. Cliquez sur Connecter .
9. Attendez que la liste des couches soit complètes.
10. Cliquez sur la couche Canadian Land .
11. Cliquez sur Ok pour ajouter la couche à la carte.
12. Patientez que les objets apparaissent.
Notez que l’extension WFS reconnait également les paramètres proxy que vous avez définis dans vos préférences.
F IGURE 6.3.: Ajoutez une couche WFS
Si la case
Demander uniquement les entités dépassant l’étendue de la vue actuelle n’est pas cochée,
alors QGIS récupére l’ensemble des entités du serveur WFS. Cochez la si vous désirez uniquement une
petite sélection basée sur l’emprise de votre carte, cela rajoute la paramètre BBOX qui indique dans la requête
l’étendue des données à récupérer. C’est très pratique lorsque vous voulez seulement quelques entités d’un
énorme jeu de données WFS.
Vous remarquerez que la progression du téléchargement est affichée en bas à gauche de la fenêtre principale
de QGIS. Souvenez-vous que les extensions fonctionnent mieux avec des serveurs WFS sous MapServer. Il
Astuce QGIS 32 T ROUVER DES SERVEURS WMS ET WFS
Vous pouvez trouver des serveurs WMS et WFS supplémentaires en utilisant Google ou votre moteur de
recherche préféré. Il y a un certain nombre de sites qui listent des URL publiques, certaines maintenues
d’autres non.
est encore possible que vous ayez à faire face à quelques problèmes et crashes. Vous pouvez vous attendre
à des améliorations dans les versions futures de l’extension.
Cela signifie que seule la version 1.0.0 des WFS est gérée. À ce point il n’y a pas eu de test pour les autres
versions des services WFS des serveurs WFS. Si vous rencontrez des problèmes avec d’autres serveurs
WFS, s’il vous plait n’hésitez pas à contacter l’équipe de développement. Référez-vous à la section 11.19
pour plus d’information sur les listes de diffusions.
92
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
6.4.1. Charger une couche WFS
Astuce QGIS 33 I NTEROGER
DES SERVEURS
WFS
SÉCURISÉS
Dans la fenêtre Créer une nouvelle connexion WFS accidentellement décrite QGIS ne gère pas les
connexions WFS authentifiées pour le moment. Dans les prochaines versions, nous espérons gérer les serveurs WFS authentifiés. Pour l’instant, vous pouvez utiliser InteProxy (http://inteproxy.wald.intevation.
org) pour interroger les serveurs WFS authentifiés.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
93
7. Utiliser les projections
QGIS permet à l’utilisateur de définir un Système de Coordonnées de Référence (SCR) par défaut ou pour
l’ensemble d’un projet, pour les couches démunies de SCR prédéfini. Il lui permet également de définir des
systèmes de coordonnées de référence personnalisés et autorise la projection à la volée de couches vectorielles. Toutes ces fonctionnalités permettent à l’utilisateur d’afficher des couches avec différents SCR et de
les superposer correctement.
7.1. Aperçu de la gestion des projections
QGIS gère approximativement 2 700 SCR connus. Les définitions pour chacun d’entre eux sont stockées dans
une base de données SQLite qui est installée avec QGIS. Normalement vous n’avez pas besoin de manipuler
cette base de données directement. En fait, cela peut poser des problèmes de gestion de projections. Les
SCR personnalisés y sont stockés dans une base de données utilisateur. Reportez-vous à la section 7.4 pour
avoir des informations sur la gestion de vos systèmes de coordonnées de référence personnalisées.
Les SCR disponibles dans QGIS sont basés sur ceux définis par l’EPSG et sont en grande partie extraits de
la table spatial_references de PostGIS (version 1.x). Les identifiants EPSG sont présents dans la base de
données et peuvent être utilisés pour définir un SCR dans QGIS.
Dans le but d’utiliser la projection à la volée, vos données doivent contenir des informations sur leur système
de coordonnées de référence sinon vous devrez définir un SCR global, par projet, ou bien par couche. Pour les
couches PostGIS, QGIS utilise l’identifiant de référence spatiale qui a été défini quand la couche a été créée.
Pour les données gérées par OGR, QGIS utilise un moyen spécifique au format pour définir le SCR. Dans
le cas du shapefile, il s’agit d’un fichier contenant une spécification Well Known Text (WKT) de la projection.
Le fichier de projection a le même nom que le fichier shape et une extension prj. Par exemple, un shapefile
nommé alaska.shp aura un fichier de projection correspondant nommé alaska.prj.
Lorsque vous sélectionnez un nouveau SCR, les unités des couches utilisées seront automatiquement changées dans le panneau Général de la fenêtre des
Propriétés du projet du menu Fichier (Gnome, OSX)
ou Préférences (KDE, Windows).
7.2. Définir une projection
QGIS ne définit plus le système de coordonnées de référence à partir de celui de la première couche chargée.
Lorsque vous démarrez une session QGIS avec des couches qui sont dépourvues de SCR, vous devez
contrôler et définir le choix de la projection pour ces couches. Cela peut être réalisée globalement ou par
projet dans l’onglet SCR dans Préférences >
Options . Voir Figure 7.1).
–
Demander pour la projection
–
La projection par défaut du projet sera employée
–
La projection par défaut ci-dessous sera employée
Le SCR global par défaut proj=longlat +ellps=WGS84 +datum=WGS84 +no_defs est prédéfini dans QGIS
mais peut bien sûr être changé, et la nouvelle définition sera sauvée pour les prochaines sessions de QGIS.
Si vous voulez définir le système de coordonnées de référence pour certaines couches sans information de
projection, vous pouvez également faire cela dans l’onglet Général de la boîte de dialogue propriété de
la couche raster (5.3.4) ou vecteur (4.4.4). Si votre couche a déjà une projection définie, elle sera affichée
comme indiqué dans la figure 4.6.
95
7.3. Définir une projection à la volée (OTF)
F IGURE 7.1.: Onglet SCR dans la boîte de dialogue Options QGIS
7.3. Définir une projection à la volée (OTF)
Dans QGIS, la projection à la volée n’est pas activée par défaut. Cette fonction est seulement gérée
pour les couches vectorielles. Pour utiliser la projection à la volée, vous devez ouvrir la boîte de dialogue
Propriétés du projet , sélectionner un SCR et valider la case à cocher
. Il y a deux manières pour ouvrir la boîte de dialogue :
1. Sélectionnez
Propriétés du projet
à partir du menu Fichier
Activer la projection à la volée
(Gnome, OSX) ou du menu
Préférences (KDE, Windows).
Statut de la projection dans le coin en bas à droite de la barre de statut.
2. Cliquez sur l’icône
Si vous avez déjà chargé une couche, et désirez activer la projection à la volée, la meilleure façon de faire
est d’ouvrir l’onglet Système de coordonnées de référence de la boîte de dialogue Propriétés du projet ,
de sélectionner le SCR de la couche chargée, et d’activer la case
Statut de la projection
Activer la projection à la volée . L’icône
affichera un symbole vert et toutes les couches vecteurs chargées plus tard
seront projetées à la volée dans le SCR défini.
L’onglet Système de Coordonnées de Référence de la boîte de dialogue
Propriétés du projet
dessous.
contient cinq composants importants comme indiqué sur la figure 7.2 et décrit ci-
1. Activer la projection à la volée : cette case à cocher est utilisée pour activer ou désactiver la projection
à la volée. Lorsqu’elle est décochée, chaque couche est dessinée en utilisant les coordonnées lues dans
la source de données. Lorsqu’elle est activée, les coordonnées de chaque couche sont projetées dans
96
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
F IGURE 7.2.: Boîte de dialogue Système de Coordonnées de Référence (SCR)
le système de coordonnées de référence défini pour la carte.
2. Système de Coordonnées de Référence : c’est une liste de tous les SCR gérés par QGIS, incluant
les systèmes de coordonnées de référence géographiques, projetés et personnalisés. Pour utiliser un
SCR, sélectionnez-le dans la liste en déroulant le noeud approprié et en choisissant le système de
coordonnées. Le SCR actif est présélectionné.
3. Texte Proj4 : c’est la chaîne, décrivant le SCR, qui est utilisée par le moteur de projection Proj4. Ce
texte est en lecture seule et est fourni à titre informatif.
4. Rechercher : si vous connaissez le code EPSG, l’identifiant ou le nom d’un système de coordonnées
de référence, vous pouvez utiliser la fonction rechercher pour le retrouver. Entrez le code et cliquez sur
le bouton Trouver , cochez la case
valides.
Masquer les SCR obsolètes pour n’obtenir que les projections
5. SCR utilisés récemment : si vous utilisez certains SCR fréquemment dans vos travaux quotidiens, ils
seront affichés dans la table en bas de la fenêtre de projection.
Astuce QGIS 34 B OÎTE
DE DIALOGUE
P ROPRIÉTÉS
Propriétés du projet
Si vous ouvrez la boîte de dialogue
(Gnome, OSX) ou du menu
Préférences
Système de Coordonnées de Référence
logue à partir de l’icône
DU PROJET
à partir du menu
Fichier
(KDE, Windows), vous devez cliquer sur l’onglet
pour voir les définitions des SCR. Ouvrir la boîte de dia-
Statut de la projection
vous amènera directement dans l’onglet
Système de Coordonnées de Référence .
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
97
7.4. Système de Coordonnées de Référence personnalisé
7.4. Système de Coordonnées de Référence personnalisé
Si QGIS ne fournit pas le système de coordonnées de référence dont vous avez besoin, vous pouvez en
définir un. Pour cela, sélectionnez
Projection personnalisée à partir du menu Éditer (Gnome, OSX) ou
Préférences (KDE, Windows). Les SCR personnalisés sont stockés dans votre base de données utilisateur
de QGIS. En plus de ceux-ci, cette base de données contient également vos signets spatiaux et autres
données personnalisées.
F IGURE 7.3.: Boîte de dialogue SCR personnalisé
Définir un SCR personnalisé dans QGIS nécessite une bonne compréhension de la bibliothèque de projection
Proj4. Pour commencer, référez vous aux Procédures de Projection Cartographique pour l’environnement
UNIX - Un manuel d’utilisateur de Gerald I. Evenden, U.S. Geological Survey Open-File Report 90-284, 1990
(disponible sur ftp://ftp.remotesensing.org/proj/OF90-284.pdf). Ce manuel décrit l’utilisation de proj.4
et les applications en lignes de commandes liées. Les paramètres cartographiques utilisés avec proj.4 sont
décrit dans le manuel utilisateur et sont les mêmes que ceux utilisés par QGIS.
La boîte de dialogue Définir un système de coordonnées de référence personnalisé
ment deux paramètres pour définir un SCR utilisateur :
nécessite seule-
1. un nom descriptif et
2. les paramètres cartographiques au format PROJ.4.
Pour créer un nouveau SCR, cliquez sur le bouton
Nouveau
et entrez un nom descriptif et les pa-
ramètres du SCR. Après cela, vous pouvez le sauvegarder en cliquant sur le bouton
.
Sauvegarder
Remarquez que les Paramètres doivent débuter par un bloc +proj= pour représenter le nouveau système de
coordonnées de référence.
Vous pouvez tester vos paramètres de SCR pour voir s’ils produisent des résultats valides en utilisant le
bouton Calculer dans le bloc Test. Copiez vos paramètres de projection dans le champ Paramètres, puis
98
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
entrez des latitude et longitude connues en WGS 84 dans les champs Nord et Est respectivement. Cliquez sur
le bouton Calculer et comparez les résultats avec les valeurs connues dans votre système de coordonnées
de référence.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
99
8. Intégration du SIG GRASS
L’extension GRASS fournit un accès aux bases de données et aux fonctionnalités de GRASS. Cela inclut la
visualisation des couches d’informations GRASS raster et vecteur, la numérisation de couches vectorielles,
l’édition des attributs des couches d’informations vecteurs, la création de nouvelles couches et l’analyse 2D
et 3D grâce à l’accès à près de 300 modules GRASS.
Dans cette section, nous présenterons les fonctionnalités de l’extension et nous donnerons des exemples sur
la manière de gérer et de travailler avec des données GRASS. Les fonctionnalités principales suivantes sont
fournies dans la barre de menu lorsque vous lancez l’extension GRASS, comme décrit dans la section 8.1 :
–
Ouvrir le jeu de données
–
Nouveau jeu de données
–
Fermer le jeu de données
–
Ajouter une couche vectorielle GRASS
–
Ajouter une couche raster GRASS
–
Créer une nouvelle couche vectorielle GRASS
–
Éditer une couche vectorielle GRASS
–
Ouvrir les outils GRASS
–
Afficher la région courante GRASS
–
Éditer la région courante GRASS
8.1. Lancer l’extension GRASS
Pour pouvoir utiliser les fonctionnalités de GRASS et/ou visionner des données vecteurs ou raster dans QGIS,
vous devez sélectionner et charger l’extension GRASS à l’aide du gestionnaire d’extensions. Pour le faire
cliquez sur le menu Extensions > Gestionnaire d’extensions , sélectionnez GRASS I et cliquez sur
OK .
Vous pouvez maintenant charger des données raster et vecteur depuis un SECTEUR GRASS existant (voir
Section 8.2). Ou alors vous pouvez créer un nouveau SECTEUR GRASS à l’aide de QGIS (voir Section 8.3.1)
et y importer des données raster et vecteur (voir Section 8.4) pour réaliser des traitements à l’aide de la boîte
à outils GRASS.8.9).
8.2. Charger des données GRASS raster et vecteur
Avec l’extension GRASS, vous pouvez charger des données raster ou vecteur à l’aide du bouton approprié
dans la barre de menu. Ici nous utiliserons comme exemple, le jeu de données QGIS Alaska (voir Section
2.2). Il contient un SECTEUR GRASS avec 3 couches vectorielles et 1 raster d’élévation.
101
8.3. Secteur et Jeu de données GRASS
1. Créez un nouveau répertoire grassdata, téléchargez le jeu de données QGIS alaska
qgis_sample_data.zip depuis http://download.osgeo.org/qgis/data/ et décompressez le dans le
répertoire grassdata
2. Démarrez QGIS
3. Si cela n’a pas déjà été fait dans une précédente session QGIS, chargez l’extension GRASS en cliquant
sur Extensions > Gestionnaire d’extensions et sélectionnez
GRASS I . La barre d’outils GRASS apparaît dans la barre de menu.
4. Dans la barre d’outils GRASS, cliquez sur le bouton
Ouvrir le jeu de données
pour ouvrir le
gestionnaire de Base de données.
5. Pour Base de données GIS parcourez puis sélectionnez ou entrez le chemin vers le répertoire nouvellement créé, grassdata.
6. Vous devriez maintenant être capable de sélectionner le SECTEUR Alaska et le jeu de données démo.
7. Cliquez sur OK . Notez que les outils GRASS sont maintenant accessibles dans la barre d’outils.
8. Cliquez sur
Ajouter une couche raster GRASS , choisissez le fichier gtopo30 et cliquez sur OK
. Vous visionnez alors la couche d’élévation.
9. Cliquez sur
Ajouter une couche vectorielle GRASS , choisissez la couche Alaska et cliquez sur
OK .La couche vectorielle Alaska s’affiche au-dessus du raster gtopo30.Vous pouvez modifier les propriétés de la couche d’information comme décrit dans le chapitre 4.4.Vous pouvez par exemple modifier
la transparence, changer la couleur du contour ou celle du remplissage.
10. Chargez également les deux autres couches vecteur rivers et airports et modifiez leurs propriétés.
Comme vous pouvez le constater, il est très facile d’afficher des données GRASS raster et vecteur dans
QGIS. Dans les sections suivantes, nous allons voir comment éditer des données GRASS et créer un nouveau SECTEUR. Vous trouverez sur le site GRASS http://grass.osgeo.org/download/data.php d’autres
exemples de SECTEURS.
Astuce QGIS 35 C HARGEMENT DE DONNÉES GRASS
Si vous rencontrez des problèmes lors du chargement de données ou si QGIS se ferme anormalement,
vérifiez que vous que avez bien charger l’extension GRASS comme décrit dans la section 8.1.
8.3. Secteur et Jeu de données GRASS
Les données GRASS sont stockées dans un répertoire référencé sous le nom GISDBASE. Ce répertoire,
souvent appelé grassdata, doit être créé avant que vous commenciez à travailler avec l’extension GRASS
dans QGIS. Dans ce répertoire, les données GRASS sont organisées par projets et stockées dans des
sous-répertoires appelés SECTEUR (LOCATION). Chaque SECTEUR est défini par son système de coordonnées, sa projection et son étendue géographique. Chaque SECTEUR peut contenir plusieurs Jeux de données
(MAPSETs) (sous-répertoires de SECTEUR) qui sont utilisés pour subdiviser le projet en différents thèmes, sous
régions ou espaces de travail pour chaque membre d’une équipe.(Neteler & Mitasova 2008 [3]). Pour pouvoir analyser des couches raster ou vecteur à l’aide des modules GRASS, vous devez les importer dans un
SECTEUR. 1
8.3.1. Créer un nouveau SECTEUR GRASS
À titre d’exemple, vous trouverez des instructions sur la manière dont le SECTEUR Alaska échantillon, qui est
projeté en Albers Equal Area et ayant pour unité le pied, a été créé pour l’échantillon de données QGIS.
1. Ce n’est pas complètement vrai, car avec les modules GRASS r.external et v.external, vous pouvez lier (en lecture seule) des
jeux de données externes sans les importer. Ces jeux de données doivent être supportés par la librairie GDAL/OGR. Mais comme il ne
s’agit pas d’une fonctionnalité courante pour les débutants sur GRASS, elle ne sera pas décrite ici.
102
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
8.3.1. Créer un nouveau SECTEUR GRASS
F IGURE 8.1.: Données GRASS dans le SECTEUR Alaska (adapté de Neteler & Mitasova 2008 [3])
Ce SECTEUR Alaska échantillon sera utilisé pour tous les exemples et exercices des chapitres GRASS qui
suivent. Il est utile de le télécharger et de l’installer 2.2).
F IGURE 8.2.: Créer un nouveau SECTEUR ou JEU DE DONNEES GRASS dans QGIS
1. Démarrez QGIS et assurez vous que l’extension GRASS est chargée.
2. Affichez le shapefile alaska.shp (voir Section 4.1.1) du jeu de données QGIS Alaska 2.2.
3. Dans la barre d’outils GRASS, cliquez sur
de données.
Nouveau jeu de données pour ouvrir l’assistant Jeux
4. Sélectionnez un répertoire existant de base de données GRASS (Base de données)
grassdata ou créez en un pour le nouveau SECTEUR avec le gestionnaire de fichiers de votre ordinateur.
Cliquez le bouton Suivant .
5. Nous pouvons utiliser cet assistant à la fois pour créer un nouveau Jeu de données dans un
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
103
8.3. Secteur et Jeu de données GRASS
SECTEUR existant (voir Section 8.3.2) et pour créer un nouveau SECTEUR. Cliquez sur le bouton radio
Créez un nouveau secteur
(voir Figure 8.2).
6. Entrez un nom pour le SECTEUR - nous utilisons Alaska et cliquez sur le bouton Suivant
7. Définissez la projection en cliquant sur le bouton radio
jections
Projection
pour activer la liste des pro-
8. Nous utilisons la projection Albers Equal Area Alaska (pieds).Étant donné que nous savons qu’elle
correspond au code EPSG 2964, nous le saisissons dans le champ de recherche. (Note : Si vous
souhaitez reproduire la manipulation pour un autre SECTEUR et une autre projection et que vous ne
connaissez pas le code EPSG, cliquez sur
Statut de la projection dans le coin inférieur droit de la barre d’état (voir Section 7.3)).
9. Cliquez sur Trouver pour sélectionner la projection
10. Cliquer sur Suivant
11. Pour définir la région par défaut, nous devons saisir les limites Nord, Sud , Est et Ouest du SECTEUR. Ici il
suffit de cliquer sur le bouton Fixer l’emprise courante de QGIS , pour appliquer l’emprise du shapefile
alaska.shp déjà chargé comme emprise par défaut.
12. Cliquer sur Suivant
13. Nous avons aussi besoin de définir un Jeu de données dans notre nouveau SECTEUR. Vous pouvez
l’appeler comme vous le souhaitez - nous utiliserons demo. 2 (Neteler & Mitasova 2008 [3]).
14. Vérifiez le résumé pour vous assurez que tout est correct et cliquez sur Terminer
15. Le nouveau SECTEUR Alaska et les deux Jeux de données démo et PERMANENT sont créés. Actuellement, le jeu de données courant est le Jeux de données démo, tel que vous l’avez défini.
16. Notez que certains outils qui n’étaient pas accessibles le sont maintenant
Si cela semble faire beaucoup d’étapes, mais c’est en fait un moyen simple et rapide de créer un SECTEUR. Le
SECTEUR Alaska est maintenant prêt pour l’importation de données (voir Section 8.4). Vous pouvez également
utiliser des données raster ou vecteur existantes dans le SECTEUR Alaska inclues dans le jeu de données
QGIS Alaska 2.2 et continuez dans la section 8.5.
8.3.2. Ajouter un nouveau Jeu de données
Un utilisateur a seulement des droits d’écriture sur le Jeu de données GRASS qu’il a créé. Cela veut dire,
qu’au-delà de l’accès à son propre Jeu de données GRASS, chaque utilisateur peut aussi lire les données
dans les autres Jeux de données, mais il ne peut modifier et supprimer que les données que dans son propre
Jeu de données. Tous les Jeux de données incluent un fichier WIND qui stocke l’extension et la résolution
raster courante (Neteler & Mitasova 2008 [3], voir Section 8.8).
1. Démarrer QGIS et assurez vous que l’extension GRASS est chargée
2. Dans la barre d’outils GRASS, cliquez sur
de données.
Nouveau jeu de données pour ouvrir l’assistant Jeux
3. Sélectionnez le répertoire grassdata de la base de données GRASS (Base de données) qui contient
déjà le SECTEUR Alaska et où nous voulons ajouter un autre SECTEUR nommé test.
4. Cliquez sur Suivant .
5. Nous pouvons utiliser cet assistant à la fois pour créer un nouveau Jeu de données dans le SECTEUR
existant et pour créer un nouveau SECTEUR. Cliquez sur le bouton radio
Sélectionnez le Secteur
(voir Figure 8.2) et cliquez sur Suivant .
6. Entrez le text du nom pour le nouveau Jeu de données. En dessous, dans l’assistant, vous pouvez voir
une liste des Jeux de données et de leurs propriétaires.
2. Quand nous créons une nouveau SECTEUR, GRASS créé automatiquement un Jeu de données spécial appelé PERMANENT conçu
pour stocker les données essentiels du projet, l’extension spatiale par défaut et la définition du système de coordonnées
104
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
7. Cliquez sur Suivant , vérifiez le résumé pour vous assurer qu’il est correct et cliquez sur Terminer
8.4. Importer des données dans un SECTEUR GRASS
Cette section donne un exemple d’importation de données raster et vecteur dans le SECTEUR GRASS
Alaska fournit dans le jeu de données QGIS Alaska. Nous utiliserons une couche raster d’occupation du
sol landcover.img et une couche vectorielle au format GML lakes.gml, toutes deux présentes dans le jeu
de données Alaska.
1. Démarrer QGIS et assurez vous que l’extension GRASS est chargée.
2. Dans la barre d’outils GRASS, cliquez sur
de données.
Ouvrir un jeu de données pour ouvrir l’assistant Jeu
3. Sélectionnez comme base de données GRASS le répertoire grassdata dans le jeu de données QGIS
Alaska, comme SECTEUR Alaska, comme as Jeu de donnée démo et cliquez sur OK .
4. Maintenant cliquez sur
Ouvrir les outils GRASS . La boîte à outils GRASS (voir Section 8.9)
s’ouvre.
5. Pour importer la couche raster landcover.img, cliquez sur le module r.in.gdal dans l’onglet
Arborescence des modules . Ce module GRASS vous permet d’importer les fichiers raster supportés par la librairie GDAL dans un SECTEUR GRASS. La boîte de dialogue r.in.gdal apparaît.
6. Naviguer jusqu’au répertoire raster dans le jeu de données QGIS Alaska et sélectionnez le fichier
landcover.img.
7. Définissez landcover_grass comme nom de sortie et cliquez sur Lancer . Dans l’onglet Rendu ,
vous voyez la commande GRASS en cours
r.in.gdal -o input=/path/to/landcover.img output=landcover_grass.
8. Lorsque Terminé avec succès s’affiche cliquez sur Vue . La couche raster
landcover_grass est maintenant importée dans GRASS et pourra être affichée dans QGIS.
9. Pour importer le fichier GML lakes.gml, cliquez sur le module v.in.ogr dans l’onglet
Arborescence des modules .La boîte de dialogue v.in.ogr apparaît.
10. Naviguer jusqu’au répertoire gml dans le jeu de données QGIS Alaska et sélectionnez le fichier
lakes.gml.
11. Définissez lakes_grass comme nom de sortie et cliquez sur Lancer . Vous n’avez pas besoin des
autres options dans cet exemple.
12. Lorsque Terminé avec succès s’affiche cliquez sur Vue . Le fichier lakes_grass est maintenant importé dans GRASS et pourra être affiché dans QGIS.
8.5. Le modèle vecteur de GRASS
Il est important de comprendre le modèle vectoriel de GRASS avant de faire de la numérisation. En général,
GRASS utilise un modèle topologique. Cela veut dire que les surfaces ne sont pas représentées par des
polygones fermés et distincts, mais par une ou plusieurs limites. Une limite entre des polygones adjacents
n’est numérisée qu’une seule fois et est partagée par les deux surfaces 3 . Les limites doivent être connectées
sans trous. Une surface est identifiée (et libellée) via le centroïde de la surface.
Outre les limites et centroïdes, une couche vectorielle peut également contenir des points et des lignes.
Tous ces éléments de géométrie peuvent être mélangés dans une couche vectorielle et seront représentés
dans différentes «sous-couches» dans une carte vectorielle GRASS. Ainsi, une couche GRASS n’est pas un
vecteur ou un raster, mais un niveau à l’intérieur d’une couche vectorielle. Il est important de bien distinguer
3. Par exemple, si 2 parcelles sont l’une à côté de l’autre et se touchent, alors cette limite commune appartiendra aux deux sans être
dupliquée.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
105
8.7. Numérisation et édition de couche vectorielle GRASS
ceci. 4
Il est possible de stocker plusieurs sous-couches dans une couche vectorielle. Par exemple, des champs,
de la forêt et des lacs peuvent être stockés dans une couche vectorielle. Les forêts et les lacs adjacents
partagent les mêmes limites, mais ils auront des tables attributaires différentes. Il est aussi possible de faire
correspondre une table attributaire aux limites. Par exemple, la limite entre un lac et une forêt peut être une
route qui peut avoir une table attributaire différente.
La sous-couche est définie dans GRASS par un chiffre. Ce chiffre définit s’il y a plusieurs sous-couches à
l’intérieur d’une couche vectorielle. Par exemple, il définit s’il s’agit de lac ou de forêt. Pour l’instant, il s’agit
d’un nombre, mais dans des versions futures GRASS pourra utiliser des noms pour les sous-couches dans
l’interface utilisateur.
Les données attributaires peuvent être stockées dans le SECTEUR au format DBase ou SQLIte3 ou dans des
tables de bases de données externes comme par exemple : PostgreSQL, MySQL, Oracle, etc.
Les données attributaires sont liées à la géométrie par le biais d’un champ category. Category (clé, ID) est
un entier attaché à la géométrie, et il est utilisé comme lien vers une colonne de clé dans la table de base de
données.
Astuce QGIS 36 A PPRENDRE LE MODÈLE VECTEUR DE GRASS
Le meilleur moyen d’apprendre le modèle vecteur de GRASS et ses possibilités est de télécharger un des
nombreux tutoriels GRASS où le modèle vecteur est décrit plus précisément. Voir http://grass.osgeo.org/
gdp/manuals.php pour des informations complémentaires, des livres et des tutoriels dans différentes langues.
8.6. Création d’une nouvelle couche vectorielle GRASS
Pour créer une nouvelle couche vectorielle GRASS à l’aide de l’extension GRASS, cliquez sur
Créez une nouvelle couche vectorielle GRASS dans la barre d’outils. Entrez le nom dans la boîte de
dialogue et vous pouvez commencer à digitaliser un point une ligne ou un polygone en suivant les instructions
de la section 8.7.
Dans GRASS, il est possible de gérer plusieurs types de géométrie (point, ligne et surface) dans une seule
couche d’information, car GRASS utilise un modèle vecteur topologique. Vous n’avez donc pas besoin de
sélectionner un type de géométrie quand vous créez une couche vectorielle GRASS. C’est différent de la
création de shapefile avec QGIS, car les shapefiles utilisent un modèle vecteur d’entité simple (Simple Feature
vector model) (voir Section 4.5.6).
Astuce QGIS 37 C RÉATION D ’ UNE TABLE ATTRIBUTAIRE POUR UNE NOUVELLE COUCHE VECTORIELLE
GRASS
Si vous souhaitez renseigner les données attributaires de vos entités numérisées, assurez-vous d’avoir créé
une table attributaire avec des champs avant ce commencer votre numérisation (voir Figure 8.7).
8.7. Numérisation et édition de couche vectorielle GRASS
Les outils de numérisation pour les couches vectorielles de GRASS sont accessibles via
Éditer une couche vectorielle GRASS dans la barre d’outils. Assurez-vous d’avoir ouvert une couche
vectorielle GRASS ainsi que d’avoir sélectionné la sous-couche dans la légende avant d’utiliser l’outil d’édition.
La figure 8.4 montre la boîte de dialogue GRASS qui s’affiche quand vous cliquez sur l’outil d’édition. Les outils
et les paramètres d’édition sont détaillés dans les paragraphes suivants.
4. Même s’il est possible de mélanger des éléments de géométries différentes, c’est inhabituel et même dans GRASS, on l’utilise
dans des cas particuliers tel que l’analyse de réseau. Normalement, vous devriez stocker des éléments de géométries différentes dans
des couches différentes
106
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Astuce QGIS 38 N UMÉRISATION DE POLYGONES DANS GRASS
Si vous voulez créer un polygone dans GRASS, vous devez numériser premièrement les limites du polygone,
en définissant mode sur Pas de catégorie.Ensuite, vous ajoutez un centroïde (emplacement de l’étiquette)
dans le polygone fermé, fixant le mode sur Prochain non utilisé. La raison en est, que le modèle vectoriel
topologique assure toujours le lien entre les informations d’attributs des polygones via le centroïde et non via
la limite.
Barre d’outils
Sur la figure 8.3 vous pouvez voir la barre d’outils d’édition GRASS de l’extension GRASS. Le tableau 8.1
récapitule les fonctions disponibles.
F IGURE 8.3.: Barre d’outils d’édition GRASS
Onglet Categorie
L’onglet Categorie vous permet de définir la manière dont les valeurs du champ category sont assignées au
nouvel élément géométrique.
F IGURE 8.4.: Onglet Catégorie d’Édition GRASS
Mode : quelle catégorie sera appliquée au nouvel élément.
– Prochain non utilisé - applique la valeur suivante non utilisée du champ category à l’élément géométrique.
– Saisie manuelle - saisir manuellement la valeur du champ category pour l’élément géométrique.
– Pas de catégorie - ne pas remplir le champ category. C’est par exemple utilisé pour les surfaces,
car les valeurs de catégorie sont stockées via le centroïde
Categorie : un identifiant (ID) est attaché à chaque objet numérisé. Il est utilisé pour connecter les objets
géométriques avec ces attributs.
Couche : Chaque objet peut être connecté à différentes tables attributaires au travers des différentes souscouches. Le numéro de sous-couche par défaut est 1.
Onglet Paramètres
L’onglet Paramètres vous permet de définir la tolérance d’accrochage en pixels-écrans. Le seuil définit à
partir de quelle distance les nouveaux points ou les nouvelles lignes sont accrochées automatiquement à des
noeuds existants. Cela aide à éviter de créer des trous ou des superpositions entre les contours. La valeur
par défaut est fixée à 10 pixels.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
107
8.7. Numérisation et édition de couche vectorielle GRASS
Icône
Outil
Fonction
Nouveau Point
Numérise un nouveau point
Nouvelle Ligne
Numérise une nouvelle ligne (terminez la numérisation
en sélectionnant un nouvel outil)
Nouveau Contour
Numérise un nouveau contour (terminer la numérisation en sélectionnant un nouvel outil)
Nouveau Centroïde
Numérise un nouveau centroïde (emplacement de l’étiquette d’un polygone existant)
Déplacer le sommet
Déplace un sommet d’une ligne ou d’un polygone existant et indique sa nouvelle position
Ajouter un sommet
Ajoute un nouveau sommet à une ligne existante
Effacer un sommet
Efface un sommet d’une ligne existante (confirmez le
sommet sélectionné avec un autre clic)
Déplace l’élément
Déplacez la limite, la ligne, le point ou le centroïde sélectionné puis cliquez sur la nouvelle position
Coupe la ligne
Coupe une ligne existante en deux parties
Efface l’élément
Efface une limite, une ligne, un point ou un centroïde
existant (confirmez l’élément sélectionné avec un autre
clic)
Éditer les attributs
Édite les attributs de l’élément sélectionné (notez qu’un
seul élément peut représenter plusieurs géométries,
voir ci-dessus)
Fermer
Ferme la session et sauvegarde l’état actuel (reconstruit la topologie après)
TABLE 8.1.: GRASS Digitizing Tools
108
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Astuce QGIS 39 C RÉATION D ’ UNE SOUS - COUCHE SUPPLÉMENTAIRE AVEC QGIS
Si vous souhaitez avoir plusieurs sous-couches dans votre couche vectorielle, ajouter simplement un nouveau
chiffre dans la zone de saisie ’Couche’ et appuyez sur entrée. Dans l’onglet Table, vous pouvez créer de
nouvelles tables attributaires connectées à votre nouvelle sous-couche.
F IGURE 8.5.: GRASS Digitizing Settings Tab
Onglet Convention des signes
L’onglet Convention des signes vous permet d’afficher et modifier la symbologie, la couleur des différentes
formes géométriques ainsi que leur statut topologique (par exemple : contour ouvert / fermé)
F IGURE 8.6.: Onglet Paramètres d’Édition GRASS
Onglet Table
L’onglet Table donne des informations sur la table attributaire d’une sous-couche donnée. C’est ici que vous
pouvez ajouter des colonnes à une table attributaire existante ou créer une nouvelle table attributaire pour
une nouvelle couche vectorielle GRASS (voir Section 8.6).
8.8. L’outil région GRASS
La définition d’une région (définir une emprise spatiale de travail) dans GRASS est très importante pour
travailler avec des couches rasters. Le travail d’analyse vecteur n’est, par défaut, pas limitée à une région
définie. Mais, tous les rasters nouvellement créés auront l’extension spatiale et la résolution de la région
GRASS en cours d’utilisation, indépendamment de leur extension et résolution d’origine. La région courante
GRASS est stockée dans le fichier $LOCATION/$MAPSET/WIND, et celui-ci définit les limites Nord, Sud, Est et
Ouest, le nombre de lignes et de colonnes ainsi que la résolution spatiale horizontale et verticale.
Il est possible de d’afficher ou de masquer l’affichage de la région GRASS dans QGIS à l’aide du
bouton
Afficher la région courante GRASS . .
A l’aide du bouton
Éditer la région courante GRASS vous avez accès à une boîte dialogue qui vous
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
109
8.9. La boîte à outils GRASS
F IGURE 8.7.: Onglet Table du mode Édition GRASS
Astuce QGIS 40 É DITER LES PERMISSIONS GRASS
Vous devez être propriétaire du Jeu de données que vous voulez éditer. Il est impossible de modifier des
informations d’un Jeu de données qui n’est pas à vous, même si vous avez des droits en écriture.
permet de modifier la région courante ainsi que sa symbologie. Entrez les nouvelles limites et résolution et
cliquez sur OK . Cette boîte de dialogue vous permet aussi de définir une nouvelle région interactivement à
l’aide de la souris. Pour définir ce rectangle d’emprise, cliquez avec le bouton gauche de la souris et définissez
un rectangle que vous terminerez en cliquant de nouveau sur le bouton gauche de la souris et fermez la boîte
de dialogue en cliquant sur OK . Le module GRASS g.region propose un grand nombre de paramètres
pour définir de façon appropriée les limites et la résolution d’une région pour faire de l’analyse raster. Vous
pouvez vous servir de ces paramètres dans la boîte à outils GRASS décrite dans la section 8.9.
8.9. La boîte à outils GRASS
La boîte de dialogue
Ouvrir les outils GRASS donne accès aux fonctionnalités GRASS qui permettent
de travailler dans un SECTEUR et sur un Jeu de Données. Pour utiliser les outils GRASS, vous devez ouvrir
un SECTEUR et un Jeu de Données sur lequel vous avez des droits d’écriture (que vous avez normalement si
vous avez créé le Jeu de Données). Cela est nécessaire car les rasters et les vecteurs nouvellement créés
lors des analyses doivent être écrits dans le SECTEUR et Jeu de Données courant
8.9.1. Travailler avec les modules GRASS
L’invite de commande de la boîte à outils GRASS vous donne accès à pratiquement tous les modules GRASS
(près de 300) en ligne de commande. Afin d’offrir un environnement de travail plus agréable, environ 200
d’entre eux sont fournis avec une boîte de dialogue. Ces boîtes de dialogue sont groupées par catégories
mais sont aussi accessibles par une recherche libre.
Vous trouverez une liste complète des modules GRASS disponibles dans QGIS 1.6.0 sur le wiki du projet
GRASS (http://grass.osgeo.org/wiki/GRASS-QGIS_relevant_module_list) ainsi qu’une version simplifiée dans dans l’annexe B.
Il est aussi possible de personnaliser le contenu de la boîte à outils GRASS. Ceci est décrit dans la section
8.9.4.
Comme indiqué sur la figure 8.8, vous pouvez chercher le module GRASS approprié en utilisant l’onglet
Arborescence des modules ou en utilisant l’onglet Liste des Modules pour faire une recherche. Lorsque
vous cliquez sur un module, un nouvel onglet apparaît proposant trois sous-onglets Options , Rendu
et
Manuel . Sur la figure 8.9, vous voyez un exemple pour le module GRASS v.buffer.
110
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
8.9.1. Travailler avec les modules GRASS
(a) Arborescence des modules
(b) Liste des modules avec possibilité de recherche
F IGURE 8.8.: Outils GRASS et Liste des Modules
(a) Options du module
(b) Rendu du module
(c) Aide sur le module
F IGURE 8.9.: Boîte de dialogue d’un module issue des outils GRASS
Options
L’onglet Options propose une interface simplifiée où vous pouvez sélectionner un raster ou un vecteur en
cours de visualisation dans QGIS et saisir les paramètres spécifiques au module avant de le lancer. Tous les
paramètres du module ne sont généralement pas fournis afin de simplifier les boîtes de dialogue. Pour utiliser
des paramètres que ne se trouvent pas dans la boîte de dialogue, vous devez utiliser l’invite de commande et
lancer les modules en lignes de commande.
Une nouvelle fonctionnalité de QGIS 1.6.0 est l’ajout d’un bouton afficher les options avancées »
en-
dessous du dialogue simplifié du panneau Options . Pour l’instant seul le module v.in.ascii a été adapté
afin de servir d’exemple d’utilisation mais d’autres le seront dans les prochaines versions de QGIS. La finalité
est de pouvoir recourir à toutes les options de GRASS dans devant ouvrir la console de commande (le shell).
Rendu
L’onglet Rendu fournit des informations sur l’état de sortie du module. Quand vous cliquez sur le bouton
Lancer , le module passe sur l’onglet Rendu et vous voyez les informations sur le processus en cours. Si
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
111
8.9. La boîte à outils GRASS
tout se passe bien, vous verrez finalement le message Terminé avec succès.
Manuel
L’onglet Manuel montre la page HTML d’aide du module. Vous pouvez vous en servir pour voir les autres
paramètres du modules et pour avoir une connaissance plus approfondie de l’objet du module. A la fin de
chaque page d’aide d’un module, vous avez des liens vers Main Help index (table principale des matières),
Thematic index(par thèmes) et Full index(l’index complet). Ces liens vous donnent les mêmes informations
que si vous utilisiez directement g.manual.
Astuce QGIS 41 A FFICHER LES RÉSULTATS IMMÉDIATEMENT
Si vous voulez voir immédiatement dans votre fenêtre carte le résultat des calculs du module, vous pouvez
utiliser le bouton ’Vue’ au bas de l’onglet du module.
8.9.2. Exemples de modules GRASS
Les exemples suivants décriront les possibilités de certains modules GRASS.
Création de courbes de niveau
Le premier exemple créé une couche vectorielle de courbe de niveau à partir d’un modèle numérique de
terrain (MNT). Nous considérerons que le jeu de données exemple SECTEUR a été installé comme décrit au
paragraphe 8.4.
Ouvrir le jeu de données et choisis-
– Premièrement, ouvrez le secteur en cliquant sur le bouton
sez le secteur Alaska
– Maintenant chargez le rastergtopo30 en cliquant sur le bouton
Ajouter une couche raster GRASS et sélectionner le raster gtopo30 dans le secteur demo
– Ouvrez la boite à outils à l’aide du bouton
Ouvrir les outils GRASS
– Dans la liste des outils double-cliquez sur Raster -> Gestion de surface -> Générer des lignes vectorielles
de contours.
– Maintenant, cliquez sur l’outil r.contour, cela ouvrira une boite de dialogue comme expliquez ci-dessus
8.9.1.Le raster gtopo30 devrait apparaitre dans le champ
gtopo30
Non du raster en entrée
– Dans le champ Increment between Contour levels
courbes de niveau tous les 100m)
100
saisissez la valeur 100. (Cela va créer des
– Saisisez dans le champ Nom de la couche vectorielle en sortie
ctour_100
le nom ctour_100
– Cliquer sur Lancer pour lancer la commande. Attendez quelques instants que le message Terminé
avec succès apparaisse à l’écran. Cliquez alors sur le bouton Vue et close
Comme il s’agit d’une grande région, cela prendra un certain temps à s’afficher. Une fois l’affichage terminé,
voujspouvez ouvrir la fenêtre propriétés de la couche pour changer la couleur des cpourbes de niveai afin
qu’elles apparaissent clairement au dessus de la couche raster comme au 4.4.
Zoomez sur une petite région montagneuse du centre de l’Alaska. Avec un fort zoom, vous constaterez que les
courbes de niveau sont constitués de lignes brisées avec des angles vifs. GRASS offre le possibilité de généraliser les cartes vecteurs à l’aide de l’outil v.generalize, tout en conservant leur forme générale. L’outil utilise
différents algorithmes ayant différents objectifs. Certains de ces algorithmes (par exemple : Douglas Peucker
et réduction de vertex) simplifient les lignes en supprimant des vertex. La couche simplifiée se chargera plus
rapidement. cette commande peut être utilisée lorsque vous avez une couche vectorielle très détaillée et que
vous créez une carte à petite échelle. les détails ne sont donc pas nécessaires.
Cependant, le but de cet exemple est différent. Les courbes de niveau créées avec r.contour ont des angles
vifs qui devront être lissés. Parmi les algorithmes de v.generalize, il y a l’algorithme de Chaikens qui fait
112
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
8.9.2. Exemples de modules GRASS
(a) r.contour Options
(b) r.contour Output
F IGURE 8.10.: GRASS Toolbox r.contour module
Astuce QGIS 42 L’ OUTIL
DE SIMPLIFICATION
Vous remarquerez que fTools dispose aussi d’un outil de simplification Simplifier la géometrie I qui fonctionne comme l’algorithme Douglas-Peucker de GRASS v.generalize.
justement ça (comme Hermite splines) . Gardez à l’esprit que ces algorithmes peuvent ajouter des sommets
supplémentaires au vecteur, l’amenant à se charger encore plus lentement.
– Ouvrez la boite à outils GRASS et double cliquez sur Vecteur -> Développer la carte -> Généralisation.
Cliquez alors sur le module v.generalize pour ouvrir sa fenêtre d’options
– Vérifier que la couche vectorielle ctour_100 apparait dans le champs
ctour_100
Nom de la couche vectorielle en entrée
– Dans la liste des algorithmes choisissez Chaiken. Laisser les autres options par défault et
descendez à la dernière ligne pour donner le nom de la couche d’information à créer
ctour_100_smooth , et cliquer sur Lancer
Nom de la couche vectorielle en sortie
– Cela peut prendre plusieurs minutes. Lorsque le texte Terminé avec succès apparait, cliquez sur le
bouton Vue et ensuite sur Fermer
– Vous pouvez changer la couleur de cette couche vectorielle pour qu’elle apparaisse clairement sur le
raster et qu’elle contraste aussi avec la couche de départ.Vous remarquerez que les nouvelles courbes
de niveau ont des angles plus arrondis que l’original tout en restant fidèle à la forme globale d’origine
Astuce QGIS 43 AUTRES UTILISATIONS DE R . CONTOUR
La procédure décrite ci-dessus peut être utilisée dans d’autres cas. Si vous disposez d’une couche d’informations raster representant des précipitations, par exemple, vous pouvez utiliser la même méthode pour créer
des isohyètes (lignes reliant des points d’égales quantités de précipitations).
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
113
8.9. La boîte à outils GRASS
F IGURE 8.11.: Module GRASS v.generalize pour généraliser les couches vectorielles
Créer un ombrage avec effet 3D
Différentes méthode sont utilisées pour afficher les modèles numérique de terrain et donner un effet 3D au
carte. L’utilisation de courbe de niveau comme décrit ci-dessus est un des moyens de souvent utilisés pour
produire des cartes topographiques. Un autre moyen de rendre cet effet 3D est d’utiliser l’ombrage. L’ombrage
est créé à partir du modèle numérique de terrain (MNT) en calculant d’abord les pentes et les expositions et
ensuite en simulant la position du soleil dans le ciel ce qui donne à chaque cellule une valeur de réflectance.
Les pentes éclairées par le soleil sont plus claires et les pentes à l’abri du soleil sont plus sombres.
– Commencez par ouvrir la couche raster gtopo30. Ouvrez la boite à outils GRASS et dans la catégorie
Raster double cliquez sur Spatial analysis -> Terrain analysis.
– Cliquez ensuite sur r.shaded.relief pour lancer le module. run .
– Changer azimuth angle
270
par 315. Saisissez gtopo30_shade comme nom pour la nouvelle
couche d’ombrage et cliquez sur le bouton Lancer .
– Quand le calcul est terminé, ajoutez le raster ombrage à la fenêtre carte. Normalement, il devrait s’afficher en niveau de gris.
– Pour voir les 2 couches d’informations ombrage et gtopo30 en même temps, placez la couche ombrage
sous la couche gtopo30 dans le gestionnaire de couches et ouvrez la fenêtre propriétés de la couche
gtopo30, allez sur l’onglet "Transparence" et fixé la transparence à environ 25%
Vous devriez maintenant avoir la couche gtopo30 en couleur et en transparence, affiché au dessus above, la
couche ombrage en niveau de gris.
Utiliser la console GRASS
L’extension Grass dans QGIS est faite pour les utilisateurs ne connaissant pas GRASS et qui ne sont pas
familiers avec les modules et les options. Certains modules dans la boite à outils n’apparaissent pas avec
toutes les options possibles et certains n’apparaissent pas du tout. La console GRASS donne accès à ces
modules additionnels qui n’apparaissent pas dans la boite à outils et aussi aux options des modules qui
n’apparaissent que de façon simplifiés dans la boite à outils. Cet exemple montre l’utilisation des options
supplémentaires du module r.shaded.relief utilisé ci-dessus.
114
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
8.9.2. Exemples de modules GRASS
F IGURE 8.12.: La console GRASS,module r.shaded.relief
Le module r.shaded.relief possède un paramètre zmult qui multiplie la valeur de l’altitude (exprimé dans la
même unité que les coordonnées X - Y) ce qui a pour effet d’accentuer/exagérer le relief.
– Ouvrez le raster gtopo30 comme ci-dessus, et lancez la boite à outils GRASS
et ouvrez la console GRASS. Dans la console, entrez la ligne suivante :
r.shaded.relief map=gtopo30 shade=gtopo30_shade2 azimuth=315 zmult=3
et pressez Enter .
– Une fois le calcul terminé, allez sur l’onglet Browse
gtopo30_shade2 pour l’afficher dans QGIS.
et doubel-cliquez sur le nouveau raster
Statistiques raster avec des couches vectorielles
L’exemple suivant comment un module GRASS peut aggréger des données et ajouter des colonnes de statistiques pour des polygones d’un couche vectorielle.
– Encore une fois, nous allons utiliser le jeu de données Alaska. Référez vous à 8.4 pour importer les
shapefiles contenus dans le répetoire vmap0_shapefiles dans GRASS.
– Un étape intermédiaire est nécessaire : des centroïdes doivent importés afin d’avoir une couche GRASS
vecteur complète (incluant les contours et les centroïdes)
– Dans la boite à outils choisissez Vector -> Manage features,et ouvrez le module v.centroids.
– Entrez comme nom de couche en sortie output vector map
forest_areas
et lancez le module.
– Maintenant ouvrez la couche vectorielle forest_areas et affichez les types de forêts avec différentes
couleurs : caduques, sempervirens, mélangés. Dans la fenêtre
Propriétés I , onglet symbologie , choisissez Type de légende
comme type
Valeur unique
de thématisation et le champ de Classification field
VEGDESC au champ VEGDESC. (Reportez
vous aux explications de l’onglet Symbologie 4.4.1 dans la partie vecteur).
– Réouvrez la boite à outils GRASS et ouvrez Vector -> Vector update par d’autres couches
– Cliquez sur le module v.rast.stats. Saisissez gtopo30, et forest_areas.
– Seulement un paramètre additionnel est requis : Entrez column prefix
elev
, et cliquez sur le
bouton Lancer . C’est un opération lourde qui peut durer longtemps.
– Finallement, ouvrez la table attributaire de forest_areas, et vérifiez que plusieurs nouvelles colonnes
ont étés ajoutées dont elev_min,elev_max, elev_mean, etc., pour chaque polygones de forêt.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
115
8.9. La boîte à outils GRASS
8.9.3. Travailler avec le navigateur GRASS
Une autre fonctionnalité utile dans la boîte à outils GRASS est le navigateur de SECTEUR GRASS. Sur la
figure 8.14 vous pouvez voir le SECTEUR en cours avec ses Jeux de Données.
Dans la partie gauche de la fenêtre vous pouvez naviguer dans tous les Jeux de Données du SECTEUR courant. La partie droite de la fenêtre affiche des informations sur le raster ou le vecteur sélectionné, tel que la
résolution, l’emprise, la source des données, les tables attributaires pour les vecteurs et un historique des
commandes.
La barre d’outils de l’onglet Parcourir donne accès à des outils de gestion du SECTEUR sélectionné :
–
Ajoute la carte sélectionnée à la carte QGIS
–
Copie la carte sélectionnée
–
Renomme la carte sélectionnée
–
Efface la carte sélectionnée
–
Région courante réglée sur la carte choisie
–
Rafraîchir
Les commandes
Renommer la carte sélectionnée et
Effacer la carte sélectionnée ne fonctionnent
qu’avec les cartes présente dans votre Jeu de Données sélectionné. Tous les autres outils fonctionnent aussi
avec les autres Jeux de Données.
8.9.4. Paramètrer la boite à outils GRASS
Pratiquement tous les modules GRASS peuvent être ajoutés à la boîte à outils. Une interface XML est fournie
pour analyser les fichiers XML très simple qui configurent l’apparence et les paramètres des modules dans la
boîte à outils.
Un exemple de fichier XML pour le module v.buffer (v.buffer.qgm) est donné ci-dessous :
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<!DOCTYPE qgisgrassmodule SYSTEM "http://mrcc.com/qgisgrassmodule.dtd">
<qgisgrassmodule label="Vector buffer" module="v.buffer">
<option key="input" typeoption="type" layeroption="layer" />
<option key="buffer"/>
<option key="output" />
</qgisgrassmodule>
L’analyseur lit cette définition et crée un nouvel onglet à l’intérieur de la boîte à outils lorsque vous sélectionnez
le module. Une description plus détaillée pour ajouter des modules, changer le groupe des modules, etc.
est disponible sur le wiki QGIS à l’adresse http://wiki.qgis.org/qgiswiki/Adding_New_Tools_to_the_
GRASS_Toolbox.
116
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
8.9.4. Paramètrer la boite à outils GRASS
F IGURE 8.13.: Afficher une couche d’ombrage créée avec le module GRASS r.shaded.relief
F IGURE 8.14.: Navigateur de secteur GRASS
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
117
9. Composeur de carte
Le composeur de carte fournit des fonctionnalités croissantes de mise en page et d’impression. Il vous permet
d’ajouter des éléments tels qu’un cadre de carte, une légende, une échelle graphique, des images, des flèches
et des étiquettes. Vous pouvez modifier la taille, grouper, aligner et positionner chaque élément et ajuster leurs
propriétés pour créer votre mise en page. Le résultat peut être imprimé ou exporté dans plusieurs formats
d’images, mais aussi en Postscript, PDF et SVG. 1 Voici une liste des outils (tableau 9.1) :
Tous les outils de composition de carte pour l’impression sont disponibles dans les menus et la barre d’outils,
cette barre peut être affichée ou masquée en faisant un clic droit au-dessus d’elle.
9.1. Utiliser le Composeur d’Impression
Avant de démarrer le travail avec le composeur de carte, vous devez charger certaines couches raster et vecteurs dans la fenêtre de carte de QGIS et adapter leurs propriétés pour qu’elles vous
conviennent. Après que tout soit rendu et symbolisé comme vous le souhaitez, cliquez sur l’icône
Nouveau composeur d’impression ou le menu Fichier >
Nouveau composeur d’impression .
F IGURE 9.1.: Composeur de carte
Ouvrir le composeur de carte vous affiche un cadre vide auquel vous pouvez ajouter un cadre de la carte actuelle de QGIS, une légende, une échelle graphique, des images et du texte. La figure 9.1 montre la vue initiale
du composeur de carte avant qu’un élément ne soit ajouté. Le composeur de carte affiche deux onglets :
– l’onglet Général vous permet de définir la taille du papier, l’orientation et la qualité d’impression pour
le fichier de sortie (en dpi/ppp) et d’activer l’accrochage sur une grille d’une résolution prédéfinie. La
fonction
Accrochage à la grille marche uniquement si vous avez défini une résolution supérieure à
0. Vous pouvez activer la case
Imprimer en tant que raster
port.
– L’onglet Item
qui permet de rastériser tous les éléments avant l’impression ou l’ex-
affiche les propriétés pour l’élément de la carte sélectionnée. Cliquez sur l’icône
1. L’export en SVG est géré, mais il ne fonctionne pas correctement avec certaines versions de QT4. Vous devriez essayer et vérifier
individuellement sur votre système
119
9.1. Utiliser le Composeur d’Impression
Icône
Objectif
Icône
Objectif
Charger depuis un modèle
Enregistrer en tant que modèle
Exporter dans un format d’image
Exporter en PDF
Exporter la composition en SVG
Imprimer ou exporter en Postscript
Zoom à l’étendue maximale
Zoom +
Zoom -
Rafraichie la vue
Ajouter une nouvelle carte à partir du
cadre de carte de QGIS
Ajouter une image au composeur de
carte
Ajoute des étiquettes à la composition
de carte
Ajoute une nouvelle légende à la composition de carte
Ajoute une barre d’échelle graphique à
la composition de carte
Ajoute une flèche à la composition
Add attribute table to print composition
Sélectionne/déplace les objets dans la
composition de carte
Déplace le contenu dans un objet
Groupe les objets de la composition de
carte
Désolidaise les objets de la composition de carte
Passe les objets par dessus dans la
composition de carte
Passe les objets par dessous dans la
composition de carte
Déplace les objets sélectionnés tout en
haut
Déplace les objets sélectionnés tout en
bas
Aligner les objets sélectionnés à
gauche
Aligner les objets sélectionnés à droite
Aligner les objets sélectionnés au
centre
Aligner les objets sélectionnés au
centre vertical
Aligner les objets sélectionnés vers le
haut
Aligner les objets sélectionnés vers le
bas
TABLE 9.1.: Outils du Composeur de carte
120
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
9.1.1. Ajouter une carte en cours dans QGIS au Composeur d’Impression
Sélectionner/Déplacer l’objet
pour sélectionner un élément (par exemple l’échelle graphique
ou une étiquette) dans le cadre. Puis cliquez sur l’onglet Item et personnalisez les paramètres pour
l’élément sélectionné.
Vous pouvez ajouter de multiples éléments au composeur. Il est également possible d’avoir plus d’une vue de
carte, légende ou échelle graphiques dans le cadre du composeur de carte. Chaque élément possède ses
propres propriétés et dans le cas de la carte, sa propre étendue. Si vous voulez supprimer un élément du
canevas du composeur, vous pouvez le faire en utilisant la touche Suppr ou Retour .
9.1.1. Ajouter une carte en cours dans QGIS au Composeur d’Impression
Pour ajouter le cadre de carte de QGIS, cliquez sur le bouton
Ajouter une nouvelle carte à partir du cadre de carte de QGIS
dans la barre d’outils du composeur
de carte et dessinez un rectangle dans le cadre du composeur avec le bouton gauche de la souris pour
ajouter la carte. Pour afficher la carte actuelle, choisissez Aperçu
Cache
dans l’onglet Objet de la
carte. Pour ajouter la carte courante, vous devez choisir entre 3 différentes modes dans l’onglet Item :
– Aperçu
est le paramètre par défaut. Il n’affiche qu’une boîte vide avec le message
Rectangle
« La carte sera imprimée ici ».
– Aperçu
Cache
affiche la carte dans sa résolution d’écran actuelle. Si vous zoomez sur la fenêtre
de composition, la carte ne sera pas actualisée, mais l’image sera mise à l’échelle.
– Aperçu
Rendu
signifie que si vous faites un zoom dans la fenêtre de composition la carte sera
actualisée, mais pour des raisons de performances, seulement jusqu’à une résolution maximum prédéfinie par QGIS.
Cache est le mode d’aperçu par défaut pour une carte nouvellement créée.
Vous
pouvez
redimensionner
l’élément
de
la
carte
en
cliquant
sur
le
bouton
Sélectionner/Déplacer l’objet , en sélectionnant l’élément, et en déplaçant un des curseurs bleus
dans le coin de la carte. Avec la carte sélectionnée, vous pouvez maintenant adapter plus de propriétés dans
l’onglet Item de la carte.
Pour déplacer une couche dans l’élément de la carte, sélectionnez-le puis cliquez sur l’icône
Déplacer le contenu de l’objet
et déplacez les couches dans le cadre de l’élément ’carte’ avec le
bouton gauche de la souris.
Après avoir trouvé le bon emplacement, vous pouvez figer la position de cet élément au sien du composeur.
Sélectionnez l’élément, faites un clic droit et choisissez
de l’élément en activant la case
verrouiller . Vous pouvez verrouiller la position
Verrouier les couches pour cette carte dans le panneau Ojbet.
Note : QGIS 1.6.0 peut maintenant afficher les étiquettes produites par le nouveau système d’étiquetage. La
mise à l’échelle n’est pas encore au point, il vous sera peut-être nécessaire de retourner à l’ancien système
dans certains cas.
9.1.2. Panneau de la carte et de l’emprise
Panneau de l’emprise
le panneau de l’Emprise de l’élément de la carte fournit les fonctionnalités suivantes (voir figure 9.2b)) :
– La zone Emprise de la carte permet de spécifier l’étendue de la représentation cartographique en utilisant les valeurs X/Y minimales et maximales ou en cliquant sur le bouton
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
121
9.1. Utiliser le Composeur d’Impression
(a) Panneau de la carte
(b) Panneau de l’emprise
F IGURE 9.2.: Panneau de la carte et de l’emprise
Fixer sur l’emprise courante de la carte .
Si vous changez de vue sur le canevas de la carte de QGIS en zoomant, en vous déplaçant ou en changeant
les paramètres du vecteur ou raster, vous pouvez mettre à jour l’aperçu du composeur en sélectionnant l’élément de la carte et en cliquant le bouton Mise à jour de l’aperçu dans le panneau objet (voir figure 9.2a)).
9.1.3. Map item tab - Grid and General options dialog
122
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
9.1.3. Map item tab - Grid and General options dialog
(a) Grille
(b) Options générales
F IGURE 9.3.: Panneau de la carte - grille et options génériques
Panneau de grille
Le panneau de Grille de l’élément de carte dispose des fonctionnalités suivante (voir figure 9.3a)) :
– La case
Afficher le graticule permet de superposer une grille sur l’élément de la carte. Vous pouvez
choisir de la représenter sous forme de lignes continues ou de croix, choisir l’intervalle d’espacement
dans les directions X et Y et les propriétés graphiques (couleur, épaisseur, etc.)
– La case
Dessiner une annotation permet l’affichage des coordonnées sur le contour de la carte.
Les annotations peuvent être placées à l’intérieur ou à l’extérieur tandis que leur direction peut être
horizontale, verticale, horizontale et verticale ou dans le sens de la limite. Vous pouvez aussi choisir le
type de police, la distance séparant l’annotation du cadre et la précision des coordonnées.
Panneau des options globales
Le panneau options globales de l’élément de carte dispose des fonctionnalités suivante (voir figure 9.3b)) :
– Vous pouvez définir ici la couleur et l’épaisseur du cadre de l’élément, choisir une couleur pour le fond
et le niveau d’opacité de la carte. Le bouton Position ouvre la fenêtre Définir la position de l’objet
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
123
9.1. Utiliser le Composeur d’Impression
qui permet de configurer la position du canevas de la carte en utilisant des points de référence ou des
coordonnées. De plus, vous pouvez sélectionner ou désélectionner l’affichage du cadre de l’objet avec
la case
Afficher le cadre .
9.1.4. Ajouter d’autres éléments au Composeur d’Impression
Au-delà de l’ajout d’un cadre de la carte actuelle de QGIS au composeur de carte, il est également possible
d’ajouter, déplacer et personnaliser les éléments légendes, échelles graphiques, images et étiquettes.
9.1.5. Fenêtre des étiquettes
Pour ajouter une étiquette, , cliquez sur l’icône
Ajouter une étiquette et placez l’élément sur le canevas
de la carte avec le bouton gauche de votre souris. Vous pouvez modifier la position et l’apparence avec le
panneau de propriétés d’objets après avoir sélectionné l’élément.
(a) Options d’étiquetage
(b) Options globales
F IGURE 9.4.: Panneau des étiquettes de la composition - Options d’étiquetage et options globales
Panneau des étiquettes
Le panneau Étiquette dispose des fonctionnalités suivantes (voir figure 9.4a)) :
– Cette fenêtre permet d’ajouter des éléments textuel à la carte composée. Vous pouvez sélectionner
l’alignement horizontal et vertical, la police et sa couleur ainsi que définir la marge en mm.
Panneau des options globales
Le panneau Options globales dispose des fonctionnalités suivantes (voir figure 9.4b)) :
– Vous pouvez ici choisir la couleur et le contour du cadre de l’élément, mettre une couleur de fond et
gérer l’opacité de l’étiquette. Le bouton Position ouvre la fenêtre Définir la position de l’objet qui
permet de configurer la position du canevas de la carte en utilisant des points de référence ou des
coordonnées. De plus, vous pouvez sélectionner ou désélectionner l’affichage du cadre de l’objet avec
la case
Afficher le cadre .
124
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
9.1.6. Fenêtre des options d’images
9.1.6. Fenêtre des options d’images
Pour ajouter une image, cliquez sur l’icône
Ajouter une image et placez l’élément sur le canevas de la
carte avec le bouton gauche de votre souris. Vous pouvez modifier la position et l’apparence avec le panneau
de propriétés d’objets après avoir sélectionné l’élément.
(a) Fenêtre des options de l’image
(b) Fenêtre des options globales
F IGURE 9.5.: Panneau d’image du composeur d’impression
Fenêtre des options de l’image
La fenêtre Options de l’image dispose des fonctionnalités suivantes (voir figure 9.5a)) :
– La zone Rechercher dans les répertoires permet d’ajouter et d’effacer des répertoires contenant des
images au format SVG à liste d’images à disposition.
– Le champ Aperçu permet d’afficher une miniature pour chaque image stockée dans le répertoire sélectionné
– La zone Options affiche l’image sélectionnée et permet de définir sa largeur, hauteur et rotation (dans
le sens horaire). Il est possible de saisir un chemin vers une image spécifique. Le fait d’activer la case
Synchroniser depuis la carte permet à l’image de suivre la même rotation que la carte (P. ex. une
flèche pointant ainsi toujours vers le Nord même si le contenu de la carte a été pivoté).
Fenêtre des options globales
La fenêtre des Options globales dispose des fonctionnalités suivantes (voir figure 9.5b)) :
– Vous pouvez ici choisir la couleur et le contour du cadre de l’image, mettre une couleur de fond et
gérer son opacité. Le bouton Position ouvre la fenêtre Définir la position de l’objet qui permet
de configurer la position du canevas de la carte en utilisant des points de référence ou des coordonnées. De plus, vous pouvez sélectionner ou désélectionner l’affichage du cadre de l’objet avec la case
Afficher le cadre .
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
125
9.1. Utiliser le Composeur d’Impression
9.1.7. Fenêtre des options de la légende
Ajouter une nouvelle légende , placez l’élé-
Pour ajouter une légende à la carte, cliquez sur l’icône
ment sur le canevas de la carte avec le bouton gauche de votre souris. Vous pouvez modifier la position et
l’apparence avec le panneau de propriétés d’objets après avoir sélectionné la légende.
(a) Panneau général
(b) Panneau des objets de la légende
(c) Options des objets
F IGURE 9.6.: Fenêtre des propriétés de la légende du composeur d’impression
General dialog
Le panneau Général dispose des fonctionnalités suivantes (voir figure 9.6a)) :
– Vous pouvez ici modifier le titre de la légende et la police utilisée. Vous pouvez changer la hauteur et la
largeur des symboles de la légende et ajouter des couches, des symboles, des icônes et des espaces.
Panneau des objets de la légende
Le panneau Objets de légende dispose des fonctionnalités suivantes (voir figure 9.6b)) :
– Cette fenêtre montre tous les objets inclus dans la légende et permet d’en changer l’ordre. Après
avoir modifié la symbologie de QGIS dans la fenêtre principale de l’application, vous pouvez cliquer
sur Mise à jour pour répercuter ces changements sur les objets de la légende du composeur d’impression. L’ordre des objets peut être altéré en utilisant les monter
glisser-déposer.
et descendre
ou en faisant un
Panneau des options des objets
Le panneau Options des objets dispose des fonctionnalités suivantes (voir figure 9.6c)) :
– Vous pouvez ici choisir la couleur et le contour du cadre de l’élément, mettre une couleur de fond et
gérer son opacité. Le bouton Position ouvre la fenêtre Définir la position de l’objet qui permet
126
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
9.1.8. Fenêtre des options de la barre d’échelle
de configurer la position du canevas de la carte en utilisant des points de référence ou des coordonnées. De plus, vous pouvez sélectionner ou désélectionner l’affichage du cadre de l’objet avec la case
Afficher le cadre .
9.1.8. Fenêtre des options de la barre d’échelle
Pour ajouter une barre d’échelle, cliquez sur l’icône
Ajouter une nouvelle échelle graphique , placez
l’élément sur le canevas de la carte avec le bouton gauche de votre souris. Vous pouvez modifier la position
et son apparence avec le panneau de propriétés d’objets après avoir sélectionné l’élément.
(a) Panneau des options de la barre
(b) Panneau des options globales
F IGURE 9.7.: Panneaux de la barre d’échelle graphique du composeur d’impression
Panneau de l’échelle graphique
La Barre d’échelle dispose des fonctionnalités suivantes (voir figure 9.7a)) :
– Ce panneau permet de définir la taille de segment de l’échelle en unités de la carte, les unités de la
carte par unité de la barre et combien de segments doivent apparaître à droite et à gauche du 0.
– Vous pouvez changer le style de la barre d’échelle, disponible avec un ou 2 niveaux de segments, plate
avec des repères ajustables ou simplement numérique (1 :500).
– Il est également possible de la hauteur, l’épaisseur des traits, la police des unités, les différents espaces
ainsi que l’étiquette des unités.
Options globales
Le panneau Options globales dispose des fonctionnalités suivantes (voir figure 9.7b)) :
– Vous pouvez ici choisir la couleur et le contour du cadre de l’élément, mettre une couleur de fond et
gérer son opacité. Le bouton Position ouvre la fenêtre Définir la position de l’objet qui permet
de configurer la position du canevas de la carte en utilisant des points de référence ou des coordon-
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
127
9.4. Ajouter une table attributaire
nées. De plus, vous pouvez sélectionner ou désélectionner l’affichage du cadre de l’objet avec la case
Afficher le cadre .
9.2. Outils de navigation
Pour vous déplacer sur la carte, le composeur d’impression propose 4 outils :
–
Zoom + ,
–
Zoom - ,
–
Zoom sur l’étendue totale et
–
Rafraîchir la vue pour actualiser l’affichage si nécessaire
9.3. Ajouter des formes basiques et des flèches
Il est possible d’ajouter des formes simples (Ellipse, Rectangle, Triangle) et des flèches à la composition.
(a) Panneau des formes
(b) Panneau des flèches
F IGURE 9.8.: Panneaux des formes basiques et flèches
– Le panneau Forme permet de dessiner une ellipse, un rectangle, ou un triangle. Vous pouvez modifier
le contours, la couleur de remplissage et la rotation (dans le sens horaire).
– Le panneau Flèche permet de dssiner une flèche sur la carte, vous permettant d’attirer l’attention sur
une partie spécifique de votre composition. Vous pouvez changer la couleur, le contour et la taille de la
flèche. Il est possible d’utiliser un marqueur par défaut pour la pointe, aucun marqueur ou un marqueur
SVG. Dans le cas du marqueur SVG, vous pouvez en placer un à la fin du trait et un autre au début.
9.4. Ajouter une table attributaire
Vous pouvez ajouter une table attributaire d’une couche vectorielle sur la composition de la carte.
128
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
9.4.1. Monter, descendre et aligner des éléments
(a) Panneau de la table
(b) Options globales
F IGURE 9.9.: Panneau de table attributaire du composeur de carte
Panneau de table
Le panneau Table dispose des fonctionnalités suivantes (voir figure 9.9a)) :
– Le panneau Table permet de sélectionner une couche vectorielle et d’en afficher les colonnes avec la
carte. Les colonnes peuvent être triées dans un ordre descendant ou ascendant.
– Vous pouvez limiter le nombre d’enregistrements affichés ou limiter aux entités affichés dans votre composition.
– Vous pouvez modifier les caractétristiques de grille du tableau ainsi que l’en-tête et la police employée.
Options globales
Le panneau Options globales dispose des fonctionnalités suivantes (voir figure 9.9b)) :
– Vous pouvez ici choisir la couleur et le contour du cadre de l’élément, mettre une couleur de fond et
gérer son opacité. Le bouton Position ouvre la fenêtre Définir la position de l’objet qui permet
de configurer la position du canevas de la carte en utilisant des points de référence ou des coordonnées. De plus, vous pouvez sélectionner ou désélectionner l’affichage du cadre de l’objet avec la case
Afficher le cadre .
9.4.1. Monter, descendre et aligner des éléments
Les fonctionnalités pour relever ou descendre des éléments sont présentes dans le menu déourlant
Relever les objets sélectionnés . Prenez un élément dans le composeur de carte et sélectionnez la
fonction correspondante pour le relever ou le descendre par rapport aux autres éléments (voir table 9.1).
Il y a plusieurs fonctionnalités d’alignements disponibles dans le menu déroulant
Aligner les objets sélectionnés
(voir table 9.1). Pour utiliser une fonction, vous devez d’abord sélec-
tionner plusieurs éléments et ensuite cliquer sur l’icône d’alignement désiré. Toute la sélection sera alignée
dans le cadre de leurs limites respectives
9.4.2. Création de carte
La figure 9.10 montre le composeur de carte avec un exemple de mise en page incluant chaque type d’élément
de la carte décrit dans la section au-dessus.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
129
9.4. Ajouter une table attributaire
F IGURE 9.10.: Composeur comportant une vue de la carte, une légende, une échelle graphique et du texte
ajouté
Le composeur de carte vous permet de choisir plusieurs formats de sortie et il est possible de définir la
résolution (qualité d’impression) et la taille du papier :
– L’icône
Imprimer permet d’imprimer la mise en page à une imprimante ou dans un fichier Post-
script en fonction des pilotes d’imprimante installés.
– The
Exporter au format PDF
enregistre le contenu du composeur directement dans un fichier
PDF.
– L’icône
Exporter dans une image
exporte le cadre du composeur dans plusieurs formats
d’image tels que PNG, BPM,TIF, JPG, . . .
– L’icône
Exporter au format SVG sauve le cadre du composeur de carte en SVG (Scalable Vector
Graphic). Note : Actuellement la sortie SVG est très basique. Ce n’est pas un problème de QGIS mais
un problème de la bibliothèque Qt sous-jacente. Cela sera probablement corrigé dans une prochaine
version.
9.4.3. Enregistrer et charger une mise en page d’impression
Avec les icônes
Sauvegarder en tant que modèle et
Charger depuis un modèle , vous pouvez
enregistrer l’état actuel d’une session du composeur dans un modèle *.qpt et le charger dans une autre
130
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
session.
9.5. Enregistrer et charger une composition de carte
Avec les icônes
Sauvegarder le modèle
and
Charger un modèle , vous pouvez enregistrer
l’état actuel de votre session de composition dans un fichier *.qpt que vous pourrez recharger dans une
session suivante.
Le bouton
Gestionnaire de composition
qui se situe dans la barre d’outils et dans le menu Fichier
>
Gestionnaire de composition permet de gérer l’ajout de nouveau modèle à votre projet (p. ex. en chargeant un modèle externe) ou de gérer les modèles existants.
F IGURE 9.11.: Gestionnaire de composition
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
131
10. Les extensions de QGIS
QGIS repose sur un système d’extensions. Ce dernier permet d’ajouter facilement de nouvelles fonctions au
logiciel. De nombreuses nouvelles fonctions de QGIS sont implémentées comme des extensions principales
ou complémentaires.
– Les extensions principales sont maintenues par l’équipe de développement de QGIS et sont intégrées
automatiquement à chaque nouvelle distribution de QGIS. Elles sont écrites en C++ ou en Python. On
trouvera plus d’informations sur les extensions principales dans la Section 11.
– Les extensions complémentaires sont actuellement toutes écrites en Python. Elles sont stockées dans
des dépôts externes et maintenues par leurs auteurs. Elles peuvent être ajoutées à QGIS en utilisant
le Gestionnaire d’extensions. On trouvera plus d’informations sur les extensions complémentaires
dans la Section 11.18.
10.1. Gérer les extensions
De manière générale, gérer les extensions consiste à les afficher ou pas à l’aide du Gestionnaire
d’extension. Les extensions complémentaires doivent d’abord être installées à l’aide de Installateur
d’extensions python pour pouvoir être activées ou désactivées dans le Gestionnaire d’extension.
10.1.1. Installer une extension principale
On active une extension principale à l’aide du menu
Extensions >
Gestionnaire d’extension. . . .
F IGURE 10.1.: Gestionnaire d’extension
Le gestionnaire d’extension liste toutes les extensions disponibles et leur statut (installé ou pas), dont toutes
les extensions principales et toutes celles complémentaires que vous avez ajoutées à l’aide du Gestionnaire
d’Extension (voir Section 11.18). Les extensions installées sont cochées à gauche de leur nom. La figure
10.1 montre la boîte de dialogue du Gestionnaire d’extension.
Pour installer une extension, cocher la case à gauche du nom puis cliquez sur OK . Les extensions installées
sont mémorisées lorsque vous quittez l’application et seront restaurées à la prochaine ouverture de QGIS.
133
10.1. Gérer les extensions
10.1.2. Installer une extension externe de QGIS
Une seule étape est nécessaire pour installer une extension externe dans QGIS.
Télechargez une extension externe depuis un dépôt à l’aide de l’installeur d’extension python (voir section
10.1.3). La nouvelle extension complémentaire sera ajoutée à la liste des extensions disponibles dans le
gestionnaire d’extension et automatiquement chargée dans QGIS.
Astuce QGIS 44 E XTENSIONS ET PLANTAGES
Si votre installation de QGIS plante au démarrage, une extension est peut-être en cause. Vous pouvez éviter
le chargement des extensions en éditant votre fichier de configuration (voir 3.7 pour localiser ce fichier).
Localisez la configuration de l’extension et changez toutes les valeurs à false pour empêcher leur chargement.
Par exemple, pour éviter le chargement de l’extension Ajouter une couche texte délimité, sa référence
dans $HOME/.config/QuantumGIS/qgis.conf doit ressembler à Add Delimited Text Layer=false. Faites de
même pour chaque extension dans la section [Extension]. Vous pouvez ensuite démarrer QGIS et ajouter
les extensions une à la fois depuis le Gestionnaire d’extension pour déterminer celle qui est la source du
problème.
10.1.3. Utiliser l’installeur d’extension python de QGIS
F IGURE 10.2.: Installer des extensions python complémentaires
Pour télécharger et installer une extension python complémentaire, cliquez sur le menu
Extensions >
Installateur d’extensions python.. . . . La fenêtre de l’Installeur
d’extension python apparaîtra (figure 10.2) avec l’onglet Extensions , qui présente la liste de toutes les
extensions python installées localement ou disponibles dans des dépôts distants. Chaque extension peut-être
soit :
non installée : signifie que l’extension est disponible dans le dépôt, mais n’est pas encore installée. Pour
l’installer, sélectionnez-la dans la liste et cliquez sur le bouton
Installer l’extension
nouveau : signifie que l’extension est nouvelle dans le dépôt
installée : l’extension est déjà installée. Si elle est également disponible dans un dépôt, le bouton
Ré-installer l’extension est actif. En revanche, si la version disponible est plus ancienne que la version
installée, le bouton Rétrograder la version apparaît à la place
134
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
10.1.3. Utiliser l’installeur d’extension python de QGIS
mise à jour : l’extension est installée, mais une version plus récente est disponible. Le bouton
Mise à jour de l’extension est actif.
invalide : l’extension est installée, mais ne fonctionne pas. Les détails sont donnés dans la description de
l’extension
Onglet Extensions
Pour installer une extension, sélectionnez-la dans la liste et cliquez sur le bouton
Installer l’extension . L’extension est installée dans un répertoire qui lui est dédié, cet emplacement diffère
selon les systèmes d’exploitation :
–
Linux et autres unix :
./share/qgis/python/plugins
/home/$USERNAME/.qgis/python/plugins
–
Mac OS X :
./Contents/MacOS/share/qgis/python/plugins
/Users/$USERNAME/.qgis/python/plugins
–
Windows :
C :\Program Files\QGIS \python\plugins
C :\Documents and Settings\$USERNAME\.qgis\python\plugins
Si l’installation est réussie, un message de confirmation apparaît.
Si l’installation ne fonctionne pas, la raison est alors indiquée dans une fenêtre d’alerte. Les problèmes les
plus fréquents sont dus à des erreurs de connexion et à des modules Python manquants. Dans le premier cas,
il vous faudra probablement attendre quelques instants puis retenter l’installation (dans le cas où il s’agit d’un
problème dû au serveur) ; dans le second cas, il sera nécessaire d’installer les modules manquants pour votre
système d’exploitation avant d’utiliser les extensions.
Pour Linux, la plupart des modules requis devraient
être disponibles dans le gestionnaire de paquets de votre distribution.
Pour les instructions d’installation
pour Windows, visitez la page web du module. Si vous utilisez un proxy, vous pourriez avoir besoin de le
configurer dans le menu Édition
>
Options
(Gnome, OSX) ou dans Préférences
>
Options
(KDE, Windows) dans l’onglet Proxy .
Le bouton Désinstaller l’extension est actif seulement si l’extension sélectionnée est installée et n’est pas
une extension principale. Notez que si vous avez installé une mise à jour d’une extension principale, vous
pouvez désinstaller cette mise à jour avec le bouton
Désinstaller l’extension et revenir à la version d’origine fournie à l’installation de Quantum GIS. Cette dernière ne peut pas être désinstallée.
Onglet Dépôts
Le second onglet, Dépôts , contient une liste de dépôts d’extensions disponibles pour l’
Installateur d’extensions. Par défaut, seul le Dépôt Officiel de QGIS (QGIS Official Repository) est utilisé. Vous pouvez ajouter des dépôts contenant des contributions d’utilisateurs, notamment le dépôt central de
contributions de QGIS (QGIS Contributed Repository) et quelques autres dépôts externes cliquant sur le bouton Ajouter un dépôt-tiers d’extension à la liste . Ces dépôts contiennent une grande quantité d’extensions
utiles, mais elles ne sont pas maintenues par l’équipe de développement de QGIS et nous ne pouvons prendre
aucune responsabilité les concernant. Vous pouvez également gérer la liste de dépôts manuellement, pour
ajouter, retirer ou éditer des entrées. Désactiver temporairement un dépôt particulier est possible en cliquant
sur le bouton Éditer... .
Onglet Options
L’onglet Options
vous permet de configurer les paramètres de l’Installateur d’extensions. La case
Chercher des mises à jour au démarrage configure QGIS pour rechercher automatiquement les mises à
jour et les actualités relatives aux extensions. Si la case est cochée, tous les dépôts listés et activés dans
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
135
10.2. Prestataires de données
l’onglet Dépôts sont vérifiés à chaque démarrage du programme. La fréquence de cette vérification peut
être ajustée dans le menu déroulant allant d’une fois par jour à tous les mois. Si une nouvelle extension ou
une mise à jour est disponible pour une des extensions installées, une notification cliquable apparaît dans la
barre de statut. Si la case est décochée, la recherche de mises à jour et d’actualités s’effectue uniquement
lorsque l’Installateur d’Extension est lancé manuellement depuis le menu.
Bien que l’installateur d’extensions puisse prendre en charge des ports autres que le 80, certaines connexions
Internet peuvent poser des problèmes lors des vérifications automatiques. Dans ce cas, un indicateur Recherche de nouvelles extensions... reste visible dans la barre de statut durant toute la session QGIS et peut
faire planter le programme à la fermeture. Dans ce cas, décochez la case.
De plus, vous pouvez spécifier le type d’extension qui sont affichées dans l’Installateur d’extensions.
Sous Extensions autorisées,vous pouvez spécifier si vous souhaitez :
– afficher seulement les extensions du dépôt officiel,
– afficher toutes les extensions à l’exception de celles encore expérimentales,
– afficher toutes les extensions, même celles encore expérimentales.
Astuce QGIS 45 U TILISER DES EXTENSIONS EXPÉRIMENTALES
Les extensions expérimentales sont généralement inadaptées à une utilisation en production. Ces extensions
sont à des stades peu avancés de développement et doivent être considérées comme des outils ’incomplets’ ou des ’démonstrations de faisabilité’. L’équipe de développement de QGIS ne recommande pas de les
installer sauf pour des besoins de test.
10.2. Prestataires de données
Les prestataires de données sont des extensions "spéciales" donnant accès à un dépôt de données.
Par défaut, QGIS supporte les couches PostGIS et les bases de données couvertes par la bibliothèque
GDAL/OGR(Appendix A.1). L’utilisation d’extensions pour fournir des données permet d’élargir les sources
de données utilisables par QGIS.
Les extensions fournissant des données sont automatiquement enregistrées par QGIS au démarrage. Elles
ne sont pas gérées par le Gestionnaire d’Extension, mais utilisées en arrière-plan lorsqu’un type de données
est ajouté comme couche dans QGIS.
136
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11. Utilisation des extensions principales de
QGIS
QGIS 1.6.0 contient 22 extensions principales qui peuvent être chargées depuis le Gestionnaire d’Extensions.
Icône
Extension
Description
Ajouter une couche texte délimité
Charger et afficher des fichiers texte délimité contenant
des coordonnées x et y
Saisie de coordonnées
Capturer les coordonnées de la souris dans différents
SCR
Etiquette de copyright
Afficher une étiquette de copyright avec les informations
associées
Diagramme de couche
Placer des graphiques (camemberts, barres) ou des symboles proportionnels sur des couches vectorielles
Convertisseur DXF2Shape
Convertir un fichier au format DXF vers le format SHP
eVis
Outil de Visualisation d’Événements
fTools
Une suite d’outils de recherche, d’analyse, de géométrie
et de géotraitement
Outils GDAL
Une interface graphique simplifiée pour les programmes
de traitement raster GDAL
Outils GPS
Charger et importer des données GPS
GRASS
Activer la puissante boîte à outils GRASS
Géoréférencer
Ajouter des informations de projection aux fichiers raster
Interpolation
Interpolation sur la base de sommets d’une couche vectorielle
Modelisateur de terrain
Calculer la pente, l’aspect et la courbure totale des MNT
Export MapServer
Exporter un projet QGIS au format mapfile de MapServer
Flèche Nord
Afficher une rose des vents au premier plan de la carte
Convertisseur OGR
Convertir les couches vectorielles dans les différents formats supportés par OGR
OpenStreetMap
Visualiser et éditer des données OpenStreetMap
137
11.1. Extension Saisie de Coordonnées
Icône
Extension
Description
Georaster Oracle
Accéder à des géorasters d’Oracle Spatial
Installateur d’extensions
Télécharger et installer des extensions Python pour QGIS
SPIT
Outil d’import
greSQL/PostGIS
Impression rapide
Imprimer rapidement une carte avec un minimum d’efforts
Barre d’échelle
Afficher une barre d’échelle au premier plan de la carte
WFS
Charger et afficher une couche WFS
de
fichiers
Shape
vers
Post-
11.1. Extension Saisie de Coordonnées
L’extension Saisie de Coordonnées est simple d’utilisation et offre la possibilité d’afficher des coordonnées
sur la carte en sélectionnant deux Systèmes de Coordonnées de Référence (SCR) différents.
F IGURE 11.1.: L’extension Saisie de Coordonnées
1. Démarrez QGIS, sélectionnez
Propriétés du Projet
dans le menu Préférences
(KDE, Windows)
ou Fichier (Gnome, OSX) et appuyez sur l’onglet
Système de coordonnées de référence (SCR)
. Vous pouvez également appuyer sur l’icône
Statut de la projection située dans l’angle inférieur droit de la barre de statut.
2. Cochez l’option
Autoriser la projection ’à la volée’
votre choix (voir également la Section 7).
et sélectionnez le système de coordonnées de
3. Chargez l’extension Saisie de Coordonnées depuis le Gestionnaire d’Extension (voir la Section 10.1.1)
puis assurez-vous que l’extension est activée en allant dans
Vue > Panneaux I pour vérifier que la fonction
Saisie de Coordonnées est cochée. La fenêtre
Saisie de Coordonnées apparaît alors comme indiqué dans la Figure 11.1.
4. Appuyez sur l’icône
138
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Cliquez pour sélectionner le SCR à utiliser pour l’affichage des coordonnées
et sélectionnez
un SCR différent de celui que vous avez choisi plus haut.
5. Pour lancer la capture de coordonnées, appuyez sur Debuter la capture . Vous pouvez maintenant
cliquer n’importe où sur la carte et l’extension affichera les coordonnées dans chacun des deux SCR
sélectionnés.
6. Pour activer le suivi des coordonnées par le curseur appuyez sur l’icône
Suivi du curseur .
7. Vous pouvez également copier les coordonnés dans le presse-papiers.
11.2. Extensions de décoration
Les extensions de décoration comprennent les extensions Étiquette de Copyright, Flèche Nord et Échelle
Graphique. Elles sont destinées à "habiller" la carte en ajoutant des éléments cartographiques.
11.2.1. L’extension Etiquette de Copyright
Le nom de cette extension est un peu trompeur, vous pouvez en réalité ajouter n’importe quel type de texte à
la carte.
F IGURE 11.2.: L’extension Etiquette de Copyright
1. Assurez-vous d’avoir activé l’extension
2. Appuyez sur Extension
> Décorations I
>
Etiquette de Copyright
ou utilisez le bouton
Etiquette de Copyright directement depuis la barre d’outils.
3. Entrez le texte que vous souhaitez placer sur la carte. Vous pouvez utiliser certaines balises HTML
comme montrées dans l’exemple
4. Choisissez la position de l’étiquette avec la liste de choix déroulante
Placement
Coin Inférieur Droit
5. Assurez-vous que la case
Activer l’étiquette du Copyright soit cochée
6. Appuyez sur OK
L’exemple ci-dessus (par défaut) permet et placer et d’afficher un symbole de copyright suivi de la date dans
le coin inférieur droit de la carte.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
139
11.2. Extensions de décoration
11.2.2. L’extension Flèche Nord
L’extension Flèche Nord place une simple rose des vents sur la carte. Un seul style est disponible pour le
moment. Vous pouvez ajuster l’angle de la flèche ou laisser QGIS déterminer automatiquement la direction.
Si vous faites ce dernier choix, QGIS essaiera de calculer la meilleure orientation de la flèche. Quatre options
sont disponibles pour la position de la flèche, qui correspondent au quatre coins de la carte du projet.
F IGURE 11.3.: L’extension Flèche Nord
11.2.3. L’extension Échelle Graphique
L’extension Échelle Graphique ajoute une simple échelle graphique à la carte du projet. Vous pouvez en
contrôler le style, la position, ainsi que l’apparence.
Dans QGIS, l’affichage de l’échelle graphique ne peut se faire que dans la même unité que le projet de la
carte. Ainsi, si l’unité de vos couches est en mètres, vous ne pouvez pas créer une échelle graphique en
pieds. De la même manière, si vous utilisez les degrés décimaux, vous ne pouvez pas créer une échelle
graphique qui affiche les distances en mètres.
Pour ajouter une échelle graphique :
1. Appuyez sur
Extension
>
Décorations I
>
Echelle graphique
ou utilisez le bouton
Echelle graphique depuis la barre d’outils
2. Choisissez la position de l’échelle à l’aide de la liste déroulante
Placement
Coin Inférieur Gauche
3. Choisissez le style de l’échelle à l’aide de la liste déroulante
Scale bar style
Marquage Inférieur
4. Choisissez la couleur de l’échelle Color of bar
ou utilisez le noir par défaut
5. Définissez la taille et l’étiquette de l’échelle Size of bar 30 degrés
6. Assurez-vous que la case
Activer l’échelle graphique soit cochée
7. Optionnellement, vous pouvez choisir d’arrondir automatiquement l’échelle à chaque changement du
niveau de zoom
Arrondir automatiquement lors du changement de zoom
8. Appuyez sur OK
Astuce QGIS 46 S AUVEGARDE DES PARAMÈTRES DE L’ EXTENSION AVEC LE PROJET
Lorsque vous sauvegardez un projet QGIS en .qgs, chaque changement que vous avez appliqué aux extensions Flèche Nord, Échelle Graphique et Étiquette de Copyright sera sauvegardé avec le projet et restauré au
prochain chargement de celui-ci.
140
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
F IGURE 11.4.: L’extension Échelle Graphique
11.3. Extension Texte Délimité
L’extension Texte Délimité permet de charger un fichier texte délimité comme couche dans QGIS.
Exigences
Pour afficher un fichier texte délimité comme une couche, le fichier texte doit contenir :
1. Une ligne d’en-tête délimité contenant les noms des champs. Cette ligne doit être la première du fichier.
2. La ligne d’entête doit contenir les champs X et Y. Ces champs peuvent avoir n’importe quel nom.
3. Les coordonnées X et Y doivent être de type numérique. Le système de coordonnées n’est pas important.
Comme exemple de fichier texte valide, nous pouvons importer le fichier point d’élévation elevp.csv fourni
avec le jeu de données échantillon de QGIS (voir la Section 2.2) :
X;Y;ELEV
-300120;7689960;13
-654360;7562040;52
1640;7512840;3
[...]
Nous noterons les points suivants à propos du fichier texte :
1. Le fichier texte d’exemple utilise le ; comme délimiteur. N’importe quel caractère peut être utilisé comme
délimiteur de champ.
2. La première ligne est la ligne d’entête. Elle contient les champs X, Y et ELEV.
3. Les guillemets (") ne peuvent pas être utilisés pour délimiter les champs textes.
4. Les coordonnées x sont incluses dans le champ X.
5. Les coordonnées y sont incluses dans le champ Y.
Mettre en oeuvre l’extension
Pour utiliser l’extension, vous devez d’abord l’activer comme décrit dans la Section 10.1.
Appuyez sur la nouvelle icône apparue dans la barre d’outils
Ajoutez un fichier de texte sur la couche pour ouvrir la boîte de dialogue Texte Délimité comme montré dans la Figure 11.5.
Sélectionnez d’abord le fichier à importer (par exemple, qgis_sample_data/csv/elevp.csv) en appuyant sur
le bouton Parcourir... . Une fois le fichier sélectionné, l’extension essaie d’analyser le fichier en utilisant le
dernier délimiteur utilisé, dans le cas présent le point-virgule (;). Afin d’analyser correctement le fichier, il est
important de sélectionner le bon délimiteur. Pour changer et utiliser le délimiteur tabulation, utilisez \t (c’est
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
141
11.4. Extension Convertisseur Dxf2Shp
F IGURE 11.5.: La boîte de dialogue Texte Délimité
l’expression en vigueur pour indiquer le caractère tabulation). Après avoir changé le délimiteur, appuyez sur
Analyser .
Une fois le fichier analysé, choisissez les champs X et Y à l’aide des listes déroulantes et choisissez un
nom de couche (par exemple, elevp ) comme montré dans la Figure 11.5. Pour ajouter la couche à la carte,
appuyez sur OK . Le fichier texte délimité se comporte maintenant dans QGIS comme n’importe quelle autre
couche de la carte.
11.4. Extension Convertisseur Dxf2Shp
L’extension Convertisseur dxf2shape permet de convertir des données vectorielles du format DXF au format
shapefile (SHP). Avant d’être exécutée, elle requiert les réglages suivants :
Fichier DXF : Entrer la localisation du fichier DXF à convertir
Fichier en sortie : Entrer le nom souhaité du fichier shape à créer
Type de fichier de sortie : Specifier le type géométrique du shapefile créé. Les formats implémentés pour
le moment sont polyligne, polygone et point.
Exporter les étiquettes : Si cette case est cochée, une couche supplémentaire shapefile de type point sera
créée et la table dbf associée contiendra des informations à propos des champs "TEXT" trouvés dans
le fichier dxf ainsi que les chaînes de caractères elles-mêmes.
F IGURE 11.6.: L’extension Convertisseur Dxf2Shape
142
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Mettre en œuvre l’extension
1. Démarrez QGIS, chargez l’extension Dxf2Shape dans le gestionnaire d’extensions (voir la Section
10.1.1) puis appuyez sur l’icône
Convertisseur Dxf2Shape
qui apparaît dans la barre d’outils
QGIS. La boîte de dialogue de l’extension Dxf2Shape apparaît alors comme montrée dans la Figure
11.6.
2. Entrez la localisation du fichier DXF ainsi qu’un nom et un type pour le shapefile à créer.
3. Cochez la case
Exporter les étiquettes
contenant les étiquettes.
si vous souhaitez créer une couche point supplémentaire
4. Appuyez sur Ok .
11.5. Extension eVis
Le laboratoire Biodiversity Informatics du Centre pour la Conservation et la Biodiversité (CBC) du Musée américain d’Histoire Naturelle (AMNH) 1 a développé l’outil de visualisation des évènements (eVis) qui fait partit
d’une suite logicielle destinée à la gestion et la surveillance des zones naturelles protégées. Cette extension
permet à un utilisateur de lier facilement des photographies géocodées (c-à-d avec des coordonnées lat/long
ou X/Y renseignées) et d’autres types de documents à des données vectorielles dans QGIS.
eVis est dorénavant installé automatiquement dans les nouvelles versions de QGIS, comme toutes les extensions elle peut être activé ou désactivé dans le gestionnaire d’Extension (voir section 10.1).
L’extension consiste en 3 modules : l’outil de connexion à une base de données, l’outil ID et le navigateur
d’évènements. Ils fonctionnent ensemble pour permettre l’affichage de documents géoéréfrencés qui sont liés
à des entités enregistrées dans des fichiers vectoriels, des bases de données ou des feuilles de tableur.
11.5.1. Navigateur d’évènement
Le navigateur d’évènement fournit la capacité d’afficher des photographies ayant un lien avec les entités
vecteurs affichées dans la fenêtre principale de QGIS. Ces entités doivent avoir des informations attributaires associées décrivant l’emplacement et le nom du fichier contenant la photographie et, optionnellement,
la direction vers laquelle était pointé l’objectif lors de la prise de l’image. Votre couche vectorielle doit être
chargéedans QGIS avant le lancement du navigateur d’évènements.
Afficher le navigateur d’évènements
Pour lancer le navigateur d’évènements, vous pouvez soit cliquer sur l’icône
Navigateur d’évènements ou bien cliquer sur le menu Extension > eVis I >
navigateur d’évènements eVis I .
La fenêtre générique du navigateur affiche 3 onglets dans sa partie supérieure. L’onglet d’affichage est utilisé
pour voir la photographie et les données attributaires correspondantes. L’onglet des options fournit une série
de paramètres qui peuvent être ajustés pour contrôler le comportement de l’extension eVis. Enfin, l’onglet de
configuration des applications externes contient une table des extensions de fichiers et des applications qui
leur sont associées pour permettre à eVis d’afficher des documents autre qu’une image.
Comprendre la fenêtre d’affichage
Pour la voir, cliquez sur l’onglet Affichage du navigateur d’évènements. Cette fenêtre est utilisée pour regarder les photographies et leurs données attributaires.
Zone d’affichage : emplacement où s’affichera l’image.
bouton d’augmentation du zoom : Zoomez pour voir plus de détails. Si l’image entière ne peut être affichée
dans la fenêtre, des barres de défilement apparaîtront sur les bords gauches et inférieures pour que vous
1. Cette partie est tirée de Horning, N., K. Koy, P. Ersts. 2009. eVis (v1.1.0) User’s Guide. American Museum of Natural History, Center
for Biodiversity and Conservation. Disponible à http://biodiversityinformatics.amnh.org/, est publié sous la licence GNU FDL.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
143
11.5. Extension eVis
F IGURE 11.7.: La fenêtre d’affichage eVis
puissiez bouger l’image.
bouton de réduction du zoomn : Zoomez en arrière pour avoir une vue d’ensemble.
bouton pour zoomer sur l’emprise : Affiche l’emprise maximale de la photographie.
Zone d’informations : Toutes les informations attributaires pour le point associé à la photographie sélectionnée sont affichées ici. Si le type de fichier référencé n’est pas une image, mais d’un type renseigné
dans la liste des applications externe (il sera alors affiché en vert), un double clic lancera l’application
désignée.
boutons de navigation : Utilisez les boutons Suivant et Précédent pour charger une autre entité lorsque
plusieurs sont sélectionnées.
Indicateur d’entité : Cet en-tête indique quelle entité est affichée et combien d’entités sont disponibles pour
l’affichage.
Comprendre la fenêtre des options
Chemin du fichier : Une liste déroulante permet de spécifier quel est l’attribut contenant le chemin d’accès
vers le document devant être affiché. Si l’emplacement est un chemin relatif alors la boîte à cocher juste
en dessous doit être activée. Le chemin de base peut être saisi dans la zone de texte. Les informations
à propos des différentes options pour indiquer le chemin sont expliquées dans une section suivante.
Attribut contenant le compas : Une liste déroulante permet de spécifier le champ contenant les informations sur l’orientation de la photographie affichée. Si cette information est disponible, il est indispensable
de cliquer sur la boîte à cocher situé à gauche de la liste.
Décalage du compas : Ce décalage peut être utilisé pour compenser une déclinaison (pour passer du nord
magnétique au nord géographique) Cliquez sur le bouton Manuel pour le saisir ou cliquez sur Depuis
l’Attribut pour sélectionner le champ attributaire contenant cette indication. Dans elss 2 cas, la déclinaison Est doit être une valeur positive tandis que la déclinaison Ouest doit être négative.
Chemin de base : C’est le chemin à partir duquel le chemin relatif (A) définit dans la figure 11.8 sera établi.
144
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.5.1. Navigateur d’évènement
F IGURE 11.8.: fenêtre des options de eVis
Remplacer le chemin : Si cette case est cochée alors uniquement le nom du fichier sera ajouté au chemin
de base.
Appliquer la règle à tous les documents : Si cochée, la règle définie pour les photographies sera utilisée
pour les autres documents tels que les vidéos et les fichiers audio.
Ce souvenir de : Si cette case est cochée, les valeurs des paramètres correspondants seront enregistrées
pour la prochaine session.
Réinitialiser : Remet les valeurs par défaut pour ce paramètre.
Restorer les valeurs par défaut : Restore tout les paramètres par défaut.
Enregsitrer : Ceci enregistrera les valeurs sans fermer l’onglet des options.
Comprendre la fenêtre des Applications externes
F IGURE 11.9.: Fenêtre des Applications externes eVis
tableau des références : Une table contient tous les types de fichiers qui peuvent être ouvert par eVis.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
145
11.5. Extension eVis
Chaque type de fichier doit avoir une extension qui lui soit propre et un chemin vers une application
pour l’ouvrir. Ce la permet d’utiliser un large éventail de documents autre que des images.
Ajouter un nouveau type de fichier : Ajout d’un nouveau type de fichier avec son extension et une application dédiée.
Effacer la cellule courante : Effacer le type de fichier sélectionné dans la table.
Spécifier un emplacement et le nom d’une photographie
Le nom et l’emplacement d’une photographie peuvent être enregistrés avec un chemin absolu ou relatif ou
une URL si l’image se trouve sur un serveur Internet. Des exemples de ces différentes approches sont listés
dans la table ??.
X
780596
780596
780819
Y
1784017
1784017
1784015
780596
1784017
FICHIER
C:\Workshop\eVis_Data\groundphotos\DSC_0168.JPG
/groundphotos/DSC_0169.JPG
http://biodiversityinformatics.amnh.org/
evis_test_data/DSC_0170.JPG
pdf:http://www.testsite.com/attachments.php?
attachment_id-12
BEARING
275
80
10
76
TABLE 11.2.: Exemple de chemin absolut, relatif et internet
Spécifier l’emplacement et le nom d’un document autre qu’image
Les documents texte, vidéos ou audio peuvent aussi être affiché ou accéder par eVis. pour ce faire il est
nécessaire d’ajouter une entrée dans la table des références fichiers qui pourra être utilisé par l’une des
applications externes définies. Il est aussi nécessaire d’avoir le chemin vers le fichier dans la table attributaire
de la couche vectorielle. Une possibilité supplémentaire est de spécifier l’extension du fichier avant le chemin
(avi :/chemin/du/fichier), ce qui est très utile pour accéder à des documents placés sur des sites ou des wiki
utilisant une base de données pour la gestion de leurs pages (voir la table ??).
Using the Generic Event Browser
Quand la fenêtre du navigateur d’évènements s’ouvre, une photographie apparaîtra dans l’onglet d’affichage
si le document référencé dans la table attributaire du fichier vectoriel est une image et que les paramètres
d’emplacement sont correctement renseignés. Si la photographie voulue n’apparaît pas, c’est qu’il vous est
nécessaire d’ajuster les paramètres de l’onglet des options.
Si un document supporté (ou une image n’ayant pas d’extension reconnue par eVis) est référencé dans la
table attributaire, le champ contenant le chemin vers le fichier sera surligné en vert dans la liste des références fichiers si cette extension a été définie dans la table de configuration des applications externes. Pour
l’ouvrir, faites un double-clic sur la ligne en vert. Si un document est référencé, mais nonsurligné en vert, il
est nécessaire d’ajouter une entrée pour son extension. Si le chemin est bien surligné en vert, mais qu’un
double-clic reste sans effet, il faudra alors vérifier que l’application associée à l’extension est bien renseignée.
Si aucune indication de compas n’est fournie dans les options, un astérisque rouge sera affiché au-dessus de
l’entité vectorielle concernée par l’image affichée. Si cette indication est disponible alors une flèche pointant
la direction de l’objectif apparaîtra.
Pour fermer ce navigateur, cliquez sur le bouton Fermer de l’onglet d’affichage.
L’outil ID d’évènement permet d’afficher une photographie en cliquant sur l’entité affichée dans la fenêtre de
QGIS. la couche vectorielle doit avoir des attributs associés indiquant l’emplacement et le nom du fichier.
Cette couche doit être chargée avant d’utiliser cet outil.
Lancer le module ID
Pour executer cet outil, cliquez sur l’icône
Event ID
ou bien sur le menu Extensions
> eVis I
> Event ID Tool I . Cela provoquera le changement du curseur en une flèche avec un “i à son sommet
signifiant que l’outil ID est actif.
Pour visonner les photographies liées aux entitées de la couche vectorielle active, déplacez le curseur sur
l’une d’elles et faites un clic. La fenêtre du navigateur d’évènements s’ouvre alors en affichant la photographie
146
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.5.2. Connexion à une base de données
du point ou proche. Si plus d’une est disponible, vous pouvez faire défiler les différentes entités avec les
bouons Suivant et Précédent.
11.5.2. Connexion à une base de données
Cet outil permet de se connecter et d’interroger une base de données ou une ressource ODBC telle qu’un
tableur.
eVis peut directement se connecter à 4 types de bases : Microsoft Access, PostgreSQL, MySQL, SQLITE.
Il est possible de lire une connexion ODBC telle qu’une feuille Excel, dans ce cas il faut configurer cette
connexion via votre système d’exploitation.
Lancer l’outil de connexion à une base de données
ou sur le menu Extensions > eVis I >
Cliquez sur l’icône
connexion à une base de données I . Cela ouvrira une fenêtre avec 3 onglets :
Requêtes prédéfinies , Connexion à une base , et Requête SQL . La console de sortie en bas de la
fenêtre affiche le statut des actions initialisées par les différentes sections de cet outil.
Se connecter à une base
Cliquez sur l’onglet Connexion à une base puis sur le menu déroulant
Type de la base de données I pour sélectionner le type de base à laquelle vous voulez vous connecter.
Vous pouvez saisir un nom d’utilisateur et un mot de passe si nécessaire.
Entrez le nom de l’hôte de la base, cette option n’est pas disponible si vous avez sélectionné MSAccess
comme type. Si la base de données est sur votre ordinateur, vous devrez saisir localhost. .
Entrez le nom de la base dans la zone de saisie correspondante. Si vous avez sélectionné ODBC comme
type de base, vous devrez indiquer le nom de la source de données.
Quand tout les paramètres sont corrects, cliquez sur le bouton Connecter. Si la connexion est réussie, un
message sera écrit dans la console de sortie. En cas d’échec, il vous faudra vérifier les paramètres.
F IGURE 11.10.: Fenêtre de connexion à une base de données eVis
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
147
11.5. Extension eVis
Type de base de données : Une liste déroulante pour spécifier le type de base utilisée.
Hôte de la base de données : le nom de l’hôte de la base.
Port : Le chiffre du port dans le cas d’une base MYSQL .
Nom de la base de données : The name of the database.
Connecter : Ce bouton établit la connexion avec les paramètres définis.
Console de sortie : Console où sont affichés les messages relatifs au déroulement de la connexion.
Nom d’utilisateur : Nécessaire quand la base est protégée en accès.
Mot de passe : Nécessaire quand la base est protégée en accès.
Requêtes Prédéfinies : Onglet ouvrant la fenêtre de Requêtes Prédéfinies .
Connexion à une base de données : Onglet ouvrant la fenêtre de Connexion à une base de données .
Requête SQL : Onglet ouvrant la fenêtre de Requête SQL .
Aide : Affiche l’aide en ligne.
OK : Ferme la fenêtre Connexion à une base de données .
Faire une requête SQL
Les requêtes SQL sont utilisées pour extraire des informations depuis une base de données ou unesource
ODBC. Dans eVis, le résultat de ces requêtes est une couche vectorielle ajoutée à QGIS. cliquez sur l’onglet
Requête SQL pour afficher l’interface. Les commandes SQL peuvent être saisies depuis cette fenêtre de
texte. Un tutoriel bien pratique sur les commandes SQl est disponible à http://www.w3schools.com/sql/.
Par exemple, pour extraire toutes les données d’un fichier Excel, faitesselect * from [sheet1$] où sheet1 est le
nom de la feuille concernée. wheresheet1 .
Cliquez sur le bouton Exécuter la requête pour exécuter la commande. Si la requête est fructueuse, une
fenêtre de sélection sera affichée. Dans le cas contraire, un message d’erreur apparaîtra dans la console de
sortie.
Dans cette nouvelle fenêtre, entrez le nom de la couche qui sera créée à partir des résultats dans la zone de
texte Nom de la Nouvelle Couche.
F IGURE 11.11.: L’onglet de requête SQL eVis
148
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.5.2. Connexion à une base de données
Zone de texte de requête SQL : Une zone poursaisir vos requêtes
exécuter la requête : Ce bouton exécute la requête écrite.
Console : Console où sont affichés les messages relatifs au déroulement de la connexion.
Aide : Affiche l’aide en ligne.
OK : Si cette case est cochée, seul le nom du fichier sera ajouté au chemin de base.
Appliquer la règle tous les documents : Ferme la fenêtre principale Connexion à une base de données .
Utilisez les menus déroulants Coordonnée X I et Coordonnée Y I pour choisir les champs stockant les
coordonnées en X (ou longitude) et Y (ou latitude). Cliquez sur Ok pour créer la couche vectorielle qui sera
affichée sur la carte de QGIS.
Pour enregistrer ce fichier pour une utilisation ultérieure, vous pouvez utiliser la fonction de QGIS Sauvegarder
comme shapefile accessible via un clic droit sur la couche listée dans la zone de légende.
Astuce QGIS 47 C RÉER UNE COUCHE VECTORIELLE DEPUIS UN FICHIER M ICROSOFT E XCEL
Lorsque vous créer une couche vectorielle depuis un fichier Excel, vous risquez peut être de voir des zéros
(0 ) insérés dans les lignes de la table attributaire à l a suite de données valides. Cela peut être causé par
l’utilisation de la touche Entrée dans une cellule. pour corriger ce problème, vous devez ouvrir le fichier (après
avoir fermé QGIS si vous y êtes connecté) et utiliser le menu Édition > Effacer le contenu pour supprimer les
espaces blancs.
Exécuter des requête prédéfinies
Avec les requêtes prédéfinies, vous pouvez sélectionner des requêtes déjà écrites et stockées au format XML. Cela peut être utile si vous n’êtes pas familier avec les commandes SQL. Cliquez sur l’onglet
requête prédéfinies pour afficher l’interface.
Open File . Une fenêtre s’ouvre pour
Pour charger un jeu de requêtes prédéfinies, cliquez sur l’icône
sélectionner le fichier. Lorsque les requêtes sont chargées, leurs titres définis au format XML apparaîtront
Open File , la description complète de la requête
dans le menu déroulant situé en dessous de l’icône
est affichée dans la zone en dessous de la liste.
Sélectionnez la requête que vous voulez exécuter depuis la liste déroulante et ensuite cliquez sur l’onglet de
requête SQL pour observer la requête qui vient d’être chargée. Si c’est la première fois que vous exécutez
une requête prédéfinie ou que vous changez de base de travail, vous devrez vous connecter à la base de
données.
Cliquez sur le bouton Exécuter la requête dans l’onglet Requête SQL pour lancer la commande. Si la
requête est fructueuse, une fenêtre de sélection sera affichée. Dans le cas contraire, un message d’erreur
apparaîtra dans la console de sortie.
Ouvrir le fichier : Lance un explorateur de fichier pour sélectionner le fichier contenant les requêtes au format XML.
Requêtes prédéfinies : Une liste déroulante affichant toutes les requêtes prédéfinies dans le fichier XML.
Description de la requête : Une courte description de la requête.
Console : Console où sont affichés les messages relatifs au déroulement de la connexion.
Aide : Affiche l’aide en ligne.
OK : Ferme la fenêtre principale.
Le format XML pour les requêtes d’eVis
Voici un exemple complet avec 3 requêtes :
<?xml version="1.0"?>
<doc>
<query>
<shortdescription>Importer tous les points de photographies</shortdescription>
<description>Cette commande importera toutes les données de la base SQLite vers to QGIS
</description>
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
149
11.5. Extension eVis
F IGURE 11.12.: Onglet de requêtes prédéfinies eVis
<databasetype>SQLITE</databasetype>
<databasehost />
<databaseport />
<databasename>C:\textbackslash Workshop/textbackslash
eVis\_Data\textbackslash PhotoPoints.db</databasename>
<databaseusername />
<databasepassword />
<sqlstatement>SELECT Attributes.*, Points.x, Points.y FROM Attributes LEFT JOIN
Points ON Points.rec_id=Attributes.point_ID</sqlstatement>
<autoconnect>false</autoconnect>
</query>
<query>
<shortdescription>Importe les points de photographies "looking across Valley"
</shortdescription>
<description>Cette commande n’importera que les points ayant une photographe
"looking across a valley"</description>
<databasetype>SQLITE</databasetype>
<databasehost />
<databaseport />
<databasename>C:\Workshop\eVis_Data\PhotoPoints.db</databasename>
<databaseusername />
<databasepassword />
<sqlstatement>SELECT Attributes.*, Points.x, Points.y FROM Attributes LEFT JOIN
Points ON Points.rec_id=Attributes.point_ID where COMMENTS=’Looking across
valley’</sqlstatement>
<autoconnect>false</autoconnect>
</query>
<query>
<shortdescription>Importe les points mentionnant "limestone"</shortdescription>
<description>This command will import only points that have photographs that
mention "limestone" to \qg</description>
<databasetype>SQLITE</databasetype>
<databasehost />
<databaseport />
150
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Balise
query
shortdescription
description
databasetype
databaseport
databasename
databaseusername
databasepassword
sqlstatement
autoconnect
Description
Définit le début et la fin d’une requête.
Une courte description qui apparaît dans le menu déroulant.
Une description plus détaillée.
Le type de base de données tel que définit dans la liste déroulante dans
l’onglet de connexion.
Le port tel que définit dans la liste déroulante dans l’onglet de
connexion.
Le nom de la base de données tel que définit dans la liste déroulante
dans l’onglet de connexion.
Le nom d’utilisateur tel que définit dans la liste déroulante dans l’onglet
de connexion.
Le mot de passe tel que définit dans la liste déroulante dans l’onglet de
connexion.
La commande SQL.
Un interrupteur (true or false ) pour spécifier si les balises précédentes
doivent être utilisées pour ce connceter automatiquement à une base
de données sans passer par les routines de connexion de l’onglet.
TABLE 11.3.: les balises XML lues par eVis
<databasename>C:\Workshop\eVis_Data\PhotoPoints.db</databasename>
<databaseusername />
<databasepassword />
<sqlstatement>SELECT Attributes.*, Points.x, Points.y FROM Attributes LEFT JOIN
Points ON Points.rec_id=Attributes.point_ID where COMMENTS like ’%limestone%’
</sqlstatement>
<autoconnect>false</autoconnect>
</query>
</doc>
11.6. Extension fTools
Le but de l’extension Python fTools est de fournir un outil unique pour un certain nombre de traitements SIG
vectoriels, sans avoir recourt à des logiciels, des bibliothèques ou de constructions complexes supplémentaires. Elle fournit une suite de fonctions de gestion des données spatiales et d’analyse qui sont à la fois
rapides et fonctionnelles.
fTools est maintenant installé automatiquement et disponible dans les dernières versions de QGIS et, comme
toutes les extensions, peut être désactivé et activé via le Gestionnaire d’extensions (voir Section 10.1). Lorsqu’elle est activée, l’extension fTools ajoute un menu Vecteur à QGIS, proposant des outils d’Analyse et de
Recherche, de Géométrie et de Géotraitement ainsi que de Gestion des données.
Fonctions de fTools
Le tableau 11.4 jusqu’au tableau 11.8 liste les fonctions disponibles via l’extension fTools ainsi qu’une brève
description de chacune d’entre elles. Pour plus d’information sur chaque fonction de fTools, allez dans le menu
Information sur fTools I sous Vecteur .
11.7. Extension GDALTools
11.7.1. Que sont les outils GDAL ?
Les outils GDAL offrent une interface graphique aux outils de la bibliothèque Geospatial Data Abstraction
Library, http://gdal.osgeo.org. Ce sont des outils de gestion de raster qui permettent d’interroger, de reprojeter et de manipuler une large gamme de formats. Il y a également des outils pour créer des contours
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
151
11.7. Extension GDALTools
Icône
Outils d’analyse disponibles via l’extension fTools
Description
Mesure les distances entre deux couches de points et renvoie les résultats sous la forme de a) Matrice de distance
Matrice des disstandard, b) Matrice des distances en ligne, ou c) Résumé
tances
des distances (moyenne, min, max, écart type). Il est possible de limiter les distances aux k entités les plus proches.
Total des longueurs Calcule la somme totale des longueurs de lignes préde ligne
sentes dans chaque entité d’une couche de polygone.
Points dans un po- Compte le nombre de points inclus dans chaque entité
lygone
d’une couche de polygones.
Lister les valeurs Liste toutes les valeurs uniques d’un champ d’une couche
uniques
vecteur.
Statistiques
ba- Calcule des statistiques de base (moyenne, écart type,
siques
max, min, nombre, somme, CV) sur un champ donné.
Calcule des statistiques sur le plus proche voisin pour évaAnalyse du plus
luer le niveau de clustering dans une couche vecteur de
proche voisin
points.
Calcule le centre moyen normal ou pondéré soit d’une
Coordonnée(s)
couche vecteur entière, soit des entités partageant un
moyenne(s)
même identifiant.
Localise les intersections entre les lignes et renvoie les
Intersections
de résultats sous la forme d’un shapefile de points. Utile pour
localiser les croisements de route ou de rivières, ignore les
lignes
intersections de ligne d’une longueur supérieure à zéro.
Outil
TABLE 11.4.: Outils d’analyse fTools
vectoriels ou un relief ombré à partir d’un MNE, pour produire un vrt (Virtual Raster Tile au format XML)
depuis un ensemble de rasters. Tous ces outils sont disponibles lorsque l’extension GDALTools est activée.
11.7.2. La bibliothèque GDAL
La bibliothèque GDAL regroupe plusieurs programmes en ligne de commande, chacun possédant une longue
liste d’options. Les utilisateurs habitués aux consoles préfèreront la ligne de commande qui donne accès à
toutes les options tandis que l’extension offre une interface graphique plus abordable et ne listant que les
options les plus courantes.
TABLE 11.9.: List of GDAL tools
Construire un Raster Virtuel
Ce programme construit un VRT, un fichier virtuel qui affiche en mosaïque une liste
de rasters.
Création
contours
Ce programme génère un fichier de contours vectoriels à partir d’un raster d’élévation (DEM/MNE/MNT).
Rastériser
152
de
Ce programme inscrit des géométries vectorielles dans un fichier raster. Les vecteurs sont lus depuis les formats supportés par OGR puis transformés en pixels.
Les données vectorielles doivent être dans le même système de projection que les
données rasters, la projection à la volée n’est pas supportée.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.7.2. La bibliothèque GDAL
Polygoniser
Cet utilitaire créé des polygones vectoriels à partir des secteurs de pixels connectés
partageant la même valeur de cellule. Chaque polygone est créé avec un attribut
indiquant la valeur du pixel sous-jacent. Il produira la sortie vectorielle si elle n’existe
pas encore, le format par défaut étant le *.shp d’ESRI.
Fusionner
Ce programme fusionnera automatiquement une série d’images. Toutes les images
doivent avoir le même système de coordonnées et posséder le même nombre de
bandes, elles peuvent se superposer ou être de résolutions différentes. Dans les
zones de superposition, la dernière image de la liste sera copiée sur les autres.
Tamiser
Le script gdal_sieve.py efface les surfaces rasters plus petites que la taille donnée
(en pixel) et les remplace par la valeur de la surface voisine la plus importante.
Proximité
Le script gdal_proximity.py génère une carte raster de proximité qui indique la distance entre le centre de chaque pixel et le centre du pixel le plus proche qui est
désigné comme un pixel cible. Les cibles sont les pixels qui correspondent à une
valeur de pixel précise.
Presque Noir
Cet utilitaire scanne une image et essaye de convertir les pixels qui sont dans
une couleur presque noire (ou presque blanche) dans une couleur noire totale (ou
blanche). Cela permet de corriger des images compressés afin de pouvoir spécifier
une couleur comme transparente.
Projection
Ce programme peut reprojeter dans n’importe quelle projection supportée et appliquer les GCP (points de contrôle) stockés dans l’image si l’image est "brute".
Grille
Ce programme créé des grilles régulières depuis les données sources. Les données source peuvent être interpolées afin de remplir les nœuds de la grille avec des
valeurs.
Convertir
L’utilitaire de conversion permet de traduire un raster dans un autre format raster,
ainsi que d’appliquer d’autres opérations telles que le rééchantillonnage, le changement de taille des pixels ou l’extraction d’un sous-secteur.
Information
Ce programme liste les diverses informations d’un raster supporté par GDAL.
Assigner une projection
Cet utilitaire permet de définir une projection à un raster.
Construire
aperçus
Ce programme permet de construire ou de reconstruire des aperçus (pyramides)
pour une image selon plusieurs algorithmes.
des
Découper
Cet utilitaire permet de découper une zone d’une image selon une emprise de coordonnées, il permet également de créer une image à partir d’une mosaïque de
rasters.
RVB vers PCT
Ce programme va calculer une table de couleurs à partir d’une image RVB en utilisant un algorithme médian sur un histogramme RVB réduit. L’image sera convertie
en une image dotée de pseudo-couleurs tirées de la table de couleurs créée. Cette
conversion utilise la correction Floyd-Steinberg afin d’améliorer la qualité visuelle.
PCT vers RVB
Ce programme convertit une bande de couleurs indexées en RVB.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
153
11.7. Extension GDALTools
Icône
Outils de recherche disponibles via l’extension fTools
Description
Sélectionne aléatoirement un nombre ou un pourcentage
Sélection aléatoire
n d’entités.
Sélectionne aléatoirement des entités au sein de sousSélection aléatoire
ensemble définis par un champ identifiant.
Génère des points pseudo-aléatoires sur une couche donPoints aléatoires
née.
Génère une grille régulière de points sur une zone spéciPoints réguliers
fiée et les exporte en shapefile de points.
Génère une grille formée par des lignes ou des polygones
Grille vecteur
à partir d’un espacement défini par l’utilisateur.
Sélectionne des entités en fonction de leur localisation par
Sélection par locarapport à une autre couche puis crée une nouvelle séleclisation
tion ou ajoute ou soustrait à la sélection courante.
Créer un polygone
Crée une couche polygone contenant un unique rectangle
à partir de l’étencouvrant l’étendue d’une couche raster ou vecteur.
due de la couche
Outil
TABLE 11.5.: Outils de recherche fTools
11.7.3. Exemples
Voici quelques exemples d’usage de ces outils.
Obtenir des informations
Création de lignes de contours
Cet exemple montre la création de lignes de contours à partir d’une tuile SRTM and the result :
utiliser GDALwarp pour reprojeter un raster
Voici la fenêtre permettant de reprojeter une image à l’origine en Albers Equal Area en Lon/Lat WGS84
(EPSG :4326).
154
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.7.3. Exemples
Icône
Outils de géotraitement disponibles via l’extension fTools
Outil
Description
Crée l’enveloppe(s) minimale(s) convexe(s) pour une
Enveloppe(s)
couche données ou des sous-ensembles définis par un
convexe(s)
champ identifiant.
Crée une(des) zone(s) tampon autour des entités, basé
Tampon(s)
soit sur la distance soit sur la valeur d’un champ donné.
Intersecte deux couches de sorte que la couche renIntersection
voyée contienne uniquement les aires appartenant aux
deux couches entrées.
Intersecte deux couches de sorte que la couche renvoyée
Union
contienne à la fois les aires appartenant aux deux couches
et celles n’appartenant qu’à l’une des deux.
Superpose les couches de sorte que la couche renvoyée
Différenciation syne contienne que les aires des deux couches ne s’intermétrique
sectant pas.
Superpose deux couches de sorte que la couche renvoyée
Couper
contienne les aires de la couche d’entrée qui intersectent
celles de la couche de découpage.
Superpose deux couches de sorte que la couche renvoyée
Différenciation
contienne les aires de la couche d’entrée qui n’intersectent
pas celles de la couche de découpage.
Regroupe les entités selon un champ. Toutes les entités
Regroupement
ayant des valeurs identiques de ce champ sont combinées
pour former une seule entité.
TABLE 11.6.: Outils de géotraitement fTools
Icône
Outils de géométrie disponibles via l’extension fTools
Outil
Description
Vérifier la validité Vérifie sur une couche de polygones s’il n’y a pas d’interde la géométrie
sections ou de trous et corrige l’ordre des noeuds.
Ajoute des informations de géométrie sur une couche vecExporter/ajouter
teur de points (XCOORD, YCOORD), de lignes (LENGTH
des colonnes de
- longueur), ou de polygones (AREA - aire, PERIMETER géométrie
périmètre).
Centroïdes de po- Calcule le centroïde réel de chaque entité d’une couche
lygones
de polygones.
Triangulation
de Calcule et renvoie (en tant que polygones) la triangulation
Delaunay
de Delaunay d’une couche vecteur de points.
Simplifier la géo- Généralise les lignes ou les polygones avec l’algorithme
métrie
modifié de Douglas-Peucker.
Morceaux
mul- Convertit des entités constituées de plusieurs parties en
tiples vers mor- des entités en une seule partie. Crée des polygones et
ceaux uniques
des lignes simples.
Morceaux uniques
Fusionne plusieurs entités possédant le même identifiant
vers
morceaux
sur un champ donné en des entités multipartites.
multiples
Polygones
vers Convertit des polygones en des lignes, des polygones mullignes
tipartite en des lignes multipartites.
Extraction
de Extrait les noeuds d’une couche de ligne ou de polygone
noeuds
et renvoie une couche de points.
TABLE 11.7.: Outils de géométrie fTools
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
155
11.7. Extension GDALTools
Icône
Outils de gestion de données disponibles via l’extension fTools
Outil
Description
Exporter vers une Projette les entités dans un nouveau système de coordonnouvelle projection nées et les exporte dans un nouveau shapefile.
Définir la projection Défini le système de coordonnées pour les shapefiles qui
courante
n’en n’auraient pas.
Joint des attributs supplémentaires au format dbf ou csv
à la table d’attributs d’une couche vecteur et renvoie les
Joindre les attributs résultats dans un nouveau shapefile. Les attributs supplémentaires peuvent provenir d’une autre couche vecteur ou
d’un fichier dbf ou csv seul.
Joint des attributs supplémentaires à une couche vecteur
Joindre les attributs en fonction le la localisation. Les attributs d’une couche
par localisation
vecteur sont ajoutés à ceux d’une autre couche et exportés
en shapefile.
Séparer
une Sépare une couche en de multiples couches distinctes secouche vectorielle
lon un identifiant spécifié.
Fusionner les sha- Fusionne les shapefiles présents dans un répertoire en un
pefiles
nouveau shapefile de même type (point, ligne ou polyone)
TABLE 11.8.: Outils de gestion de données fTools
F IGURE 11.13.: Liste des programmes de GDALTools
156
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.7.3. Exemples
F IGURE 11.14.: La fenêtre Information
F IGURE 11.15.: La fenêtre Création de contours
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
157
11.7. Extension GDALTools
F IGURE 11.16.: La couche vectorielle résultante
F IGURE 11.17.: La fenêtre Projection
158
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.8. L’extension de géoréférencement
L’extension de géoréférencement est un outil permettant de renseigner les coordonnées de rasters en générant les fichiers "world" (fichiers de référence indiquant les paramètres de translation, rotation et mise à
l’échelle) ou de les transformer dans un nouveau système. La première étape pour le géoréférencement
d’une image est de localiser, sur le raster, des points dont vous pouvez déterminer les coordonnées avec
précision.
Fonctionnalités
Icône
Rôle
Icône
Rôle
Ouvrir un raster
Commencer le géoréférencement
Générer le script GDAL
Charger les points de contrôle
Sauvegarder les points de contrôle
Paramètres de transformation
Ajouter un point
Effacer un point
Déplacer un point
Se déplacer
Zoom +
Zoom -
Zoom sur la couche
Zoom précédent
Zoom suivant
Lier le géoréférenceur à QGIS
Lier QGIS au géoréférenceur
TABLE 11.10.: Outils de géoréférencement
Procédures courantes
Pour déterminer des coordonnées X et Y (notées en DMS (dd mm ss.ss), DD (dd.dd) ou en coordonnées
projetées (mmmm.mm)) qui correspondent au point sélectionné sur l’image, deux procédures peuvent être
suivies :
1. par le raster lui-même ; quelquefois les coordonnées sont littéralement écrites (p. ex., les graticules).
Dans ce cas, vous pouvez les saisir manuellement.
2. par des données déjà géoréférencées ; cela peut être des données vecteur ou raster où figurent les
mêmes objets/entités que sur le raster que vous désirez géoréférencer. Dans ce cas, il vous faudra
renseigner les coordonnées en cliquant les données de référence qui auront été chargées dans la carte
principale de QGIS.
La procédure standard pour le géoréférencement d’une image implique la sélection de plusieurs points sur
le raster, en spécifiant leurs coordonnées et en choisissant la transformation appropriée. En se basant sur
les paramètres entrés et les données, l’extension calculera les paramètres du fichier "world". Plus il y a de
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
159
11.8. L’extension de géoréférencement
coordonnées fournies, meilleur sera le résultat 2 .
La première étape consiste à lancer QGIS puis à charger l’extension (voir la section 10.1.1) pour enfin cliquer
sur l’icône
Géoreferencer qui apparaît dans la barre d’outils de QGIS. La fenêtre de géoréférencement
se présente sous la forme montrée dans la figure 11.18.
En guise d’exemple, nous allons utiliser une carte topographique du Dakota du Sud publiée par le SDGS. Elle
pourra par la suite être affichée avec les données du secteur GRASS spearfish60. Cette carte topographique
peut être téléchargée à l’adresse suivante : http://grass.osgeo.org/sampledata/spearfish_toposheet.
tar.gz
F IGURE 11.18.: Fenêtre de l’extension de géoréférencement
Saisir des points de contrôle (GCP)
1. Pour commencer le géoréférencement d’un raster, nous devons le charger via le bouton
Ouvrir un raster . Le raster apparaît alors dans la surface principale de travail de la fenêtre.
Une fois qu’il est chargé, nous pouvons commencer à entrer des points de contrôles.
2. En utilisant le bouton
Ajouter des Points , ajouter par un clic des points dans la surface de travail
et saisissez leurs coordonnées (voir figure 11.19). Pour ce faire, il y a deux manières de procéder :
a) En cliquant en un point de la carte raster et entrant les coordonnées X et Y manuellement
b) En cliquant en un point de la carte raster puis sur le bouton Depuis le canevas pour ajouter les
coordonnées X et Y à l’aide d’une carte géoréférencée déjà chargée dans le canevas principal de
QGIS.
c) Avec le bouton
, vous pouvez déplacer les points de contrôle dans les deux fenêtres au cas où
ils seraient mal placés.
3. Continuez d’entrer des points jusqu’à en avoir au moins quatre. Des outils additionnels situés dans la
partie supérieure de cette fenêtre permettent de zoomer et de se déplacer dans l’espace de travail.
Les points qui sont ajoutés sur la carte sont enregistrés dans un fichier texte distinct ([nomduichier].points)
qui est stocké avec le fichier raster. Il permet de rouvrir l’extension à une date ultérieure et de rajouter
de nouveaux points ou d’effacer ceux existants pour améliorer le résultat sans devoir tout refaire. Le fichier de points contient les valeurs suivantes : mapX, mapY, pixelX, pixelY (soit les coordonnées cartogra2. Attention, seulement si l’algorithme employé est adapté au document !
160
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
F IGURE 11.19.: Ajout de points à l’image raster
phiques et les coordonnées du pixel). Vous pouvez aussi utiliser
Charger des points de contrôle
et
Sauvegarder des points de contrôle dans des répertoires différents si vous le désirez. En cliquant sur
l’en-tête d’une colonne de la table des points, vous pouvez les trier numériquement. Cette liste est automatiquement mise à jour.
Choisir la transformation
Après avoir ajouté vos points de contrôle, vous devez sélectionner la méthode de transformation qui sera
utilisée pour le géoréférencement.
F IGURE 11.20.: Définir les paramètres de transformation
Algorithmes de transformation disponibles
Selon le nombre de points que vous saisissez, vous aurez à utiliser différents algorithmes de transformation.
Le choix d’un algorithme dépend aussi du type et de la qualité de vos sources de données et du niveau de
distorsion géométrique que vous êtes prêt à accepter dans le résultat final
Actuellement les algorithmes suivants sont disponibles :
– L’algorithme Linéaire est utilisé pour créer un fichier "world". Il est différent des autres algorithmes en
ce sens qu’il ne transforme pas le raster. Cet algorithme ne sera vraisemblablement pas suffisant pour
géoréférencer des données scannées.
– L’algorithme Helmert applique de simples translation, rotation et mise à l’échelle.
– Les algorithmes Polynomiale de degré 1 à 3 sont parmi les algorithmes les plus utilisés pour le géoréférencement et chacun diffère par le degré de distorsion qu’il introduit pour faire correspondre au mieux
la source aux points de contrôles. La transformation polynomiale la plus utilisée est celle d’ordre deux
qui autorise quelques courbes. La transformation polynomiale d’ordre un (aussi appelée transformation
affine) préserve la colinéarité et permet seulement les translation, rotation et mise à l’échelle (comme la
transformation de Helmert).
– L’algorithme Thin Plate Spline (TPS) est une méthode plus moderne qui est capable d’introduire des
déformations sur des secteurs précis de l’image. Il est très pratique quand des sources de faible qualité
sont utilisées.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
161
11.8. L’extension de géoréférencement
Définir la méthode de rééchantillonage
Le type de ré-échantillonnage à effectuer dépendra de votre donnée en entrée et de l’objectif de l’exercice. Si
vous ne voulez pas changer les statistiques de l’image, vous devriez sélectionner la méthode du plus proche
voisin tandis que le ré-échantillonnage cubique produira un résultat plus lisse.
Il est possible de choisir entre 5 méthodes de ré-échantillonnage :
1. Au plus proche voisin
2. Linéaire
3. Cubique
4. Cubic Spline
5. Lanczos
Définir les paramètres de transformation
Plusieurs paramètres doivent être renseignés afin de créer un raster géoréférencé.
– La case
Créer un fichier de coordonnées est uniquement disponible lorsque la méthode de transformation linéaire est choisie, et ce, parxe que votre image ne sera alors pas transformée en sortie. Dans
ce cas précis, le champ raster de sortie ne sera pas activé, car seul le fichier de coordonnées sera créé.
– Pour tous les autres types de transformations, vous pouvez saisir un Raster de sortie. Par défaut, le
nouveau fichier s’intitulera ([nomdefichier]_georef) et sera enregistré dans le même répertoire que le
raster original.
– L’étape suivante est la définition du SCR cible pour le raster géoréférencé (lire section 7).
– Si vous le désirez, vous pouvez demander à générer une carte PDF ou générer un rapport PDF qui
inclut tous les paramètres définis ainsi qu’une image avec tous les résidus et une liste des points de
contrôles et leurs erreurs RMS 3 .
– Vous pouvez cocher la case
Définir la résolution de la cible et préciser la résolution de pixel du
raster généré. La résolution horizontale et verticale par défaut est de 1.
– Lorsque la case
Employer 0 pour la transparence si nécessaire est cochée, cela indique que la
valeur 0 sera transparente lors de la visualisation. Dans notre exemple, toutes les zones blanches seront
transparentes.
– Pour finir, la case
Charger dans QGIS lorsque terminé assure le chargement automatique du raster
quand la transformation est achevée.
Afficher et modifier les propriétés raster
En cliquant sur Propriétés du raster dans le menu Paramètres I s’ouvre la fenêtre des propriétés du
raster que vous voulez géoréférencer.
Configurer le géoreferenceur
– Vous pouvez choisir d’afficher les coordonnées de points ou leur identifiant.
– Les résidus peuvent être exprimés en unités de la carte ou en pixel.
– Vous pouvez modifier les marges et la taille de papier du rapport PDF.
– Enfin, vous pouvez aussi activer la case
.
Afficher la fenêtre de géoréférencement dans la fenêtre principale
Lancer la transformation
Lorsque tous les points de contrôle ont été posés et les paramètres de transformation saisis, appuyez sur le
bouton
Commencer le géoréférencement pour créer le raster final.
3. L’erreur Root Mean Square (RMS) est une mesure de la différence entre la valeur de départ et la valeur calculée, chaque différence
est appelée un résidu. Le terme français est l’écart moyen quadratique (EMQ).
162
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.9. Extension GPS
11.9.1. Qu’est ce qu’un GPS ?
Le GPS, Global Positioning System, est un système basé sur des satellites qui permet à toute personne
possédant un récepteur GPS d’obtenir sa position exacte n’importe où dans le monde. Il est utilisé comme
aide à la navigation, par exemple pour les avions, dans les bateaux et par les voyageurs. Le récepteur GPS
utilise les signaux des satellites pour calculer la latitude, la longitude et (parfois) l’élévation. La plupart des
récepteurs ont également la possibilité de stocker la position (nommé waypoints), des séquences de positions
qui constituent un itinéraire prévu et un tracklog ou track des déplacements du récepteur en fonction du
temps. Waypoints, itinéraires et tracks sont les trois types d’objet basic dans les données GPS. QGIs affiche
les waypoints dans des couches points tandis que les itinéraires et les tracks sont affichés dans des couches
linéaires.
Charger des données GPS à partir d’un fichier
Il y a des dizaines de formats de fichier différent pour stocker des données GPS. Le format que QGIS utilise
est appelé GPX (GPS eXchange format), qui est un format d’échange standard qui peut contenir n’importe
quel nombre de waypoints, itinéraire et tracks dans un même fichier.
Pour charger un fichier GPX vous devez d’abord charger l’extension Extensions >
Gestionnaire d’extensions >
Outils GPS . Quand cette extension est chargée, un bouton avec un
petit périphérique GPS apparaîtra dans la barre d’outils. Un fichier GPX d’exemple est disponible dans le jeu
de données d’exemple de QGIS :
/qgis_sample_data/gps/national_monuments.gpx.
Voir Section 2.2 pour plus d’information sur les données d’exemple.
Outils GPS et ouvrez l’onglet Charger un fichier GPX (voir figure ??).
1. cliquez sur l’icône
2. Naviguez vers le répertoire qgis_sample_data/gps/, sélectionnez le fichier GPX
national_monuments.gpx et cliquez sur le bouton Ouvrir .
F IGURE 11.21.: La boîte de dialogue de l’Outils GPS
Utilisez le bouton . . . pour sélectionner le fichier GPX, puis utilisez la case à cocher pour sélectionner les
types de géométrie que vous voulez charger à partir de ce fichier GPX. Chaque type d’objet sera chargé dans
une couche séparée lors du clique sur le bouton OK . Le fichier national_monuments.gpx inclue seulement
des waypoints.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
163
11.9. Extension GPS
11.9.2. GPSBabel
Puisque QGIs utilise des fichiers GPX vous avez besoin de convertir les autres formats de fichiers GPS en
GPX. Cela peut être réalisé pour plusieurs formats en utilisant le logiciel libre GPSBabel qui est disponible sur
http://www.gpsbabel.org. Ce programme peut aussi transférer des données GPS entre votre ordinateur et
un périphérique GPS. QGIS utilise GPSBabel pour réaliser ces tâches, il est donc recommandé de l’installer.
Cependant si vous voulez juste charger des données à partir de fichiers GPX vous n’en avez pas besoin. La
version 1.2.3 de GPSBabel est connue pour bien fonctionner avec QGIS, mais vous pouvez devriez pouvoir
utiliser des versions plus récentes sans problème.
11.9.3. Importer des données GPS
Pour importer des données d’un fichier qui n’est pas un fichier GPX, vous devez utiliser l’outil
Importer d’autres fichiers dans la boîte de dialogue des outils GPS. Vous sélectionnez le fichier que vous
voulez importer, le type de géométrie vous voulez importer, l’emplacement où vous voulez stocker le fichier
GPX converti et sous quel nom enregistrer la couche. Tous les formats de données GPS ne supportent pas
les trois types d’entités, ne vous laissant le choix qu’entre un ou deux types.
11.9.4. Télécharger des données GPS à partir d’un périphérique
QGIS peut utiliser GPSBabel pour télécharger des données d’un périphérique GPS directement dans des
couches vecteurs. Pour cela, unous utilisons l’onglet Télécharger d’un GPS de la fenêtre Outils GPS (voir
figure 11.22). Vous y choisissez votre type de périphérique GPS, le port auquel il est connecté, le type de
géométrie que vous voulez télécharger, le fichier GPX où les données doivent être stockées et le nom de la
nouvelle couche.
F IGURE 11.22.: L’outil de téléchargement
Le type de périphérique que vous sélectionner dans le menu périphérique GPS détermine comme GPSBabel
tente de communiquer avec votre périphérique GPS. Si aucun des types ne fonctionne avec votre périphérique
GPS, vous pouvez créer un nouveau type adapté (voir la section 11.9.6).
Le port porte peut-être un nom de fichier ou un autre nom que votre système d’opération utiliserait comme
une référence du port physique de votre ordinateur auquel le périphérique GPS est connecté. Il peut plus
simplement être reconnu en USB dans le cas des appareils GPS équipés.
/dev/ttyS0 ou /dev/ttyS1 et sous
Sous Linux cela ressemble à
Windows c’est COM1 ou COM2.
Quand vous cliquez sur le bouton OK les données seront téléchargées du périphérique et apparaîtront dans
une couche dans QGIS.
164
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.9.5. Envoyer des données GPS vers un appareil
11.9.5. Envoyer des données GPS vers un appareil
Vous pouvez également envoyer directement vos données depuis une couche vecteur de QGIS vers un périphérique GPS en utilisant l’oonglet Envoyer vers le GPS de la fenêtre des Outils GPS (la couche doit être
une couche GPX). Pour le faire, vous sélectionnez simplement la couche que vous voulez envoyer, le type de
votre périphérique GPS et le port (com ou USB) auquel il est connecté. De la même manière que pour l’outil
de téléchargement, vous pouvez définir de nouveaux types de périphérique si le vôtre n’est pas dans la liste.
Cet outil est très utile lorsque combiné avec les capacités d’édition vectorielle de QGIS. Il permet de charger
une carte, créer des points de passage, puis de les envoyer pour les utiliser dans votre périphérique GPS.
11.9.6. Définir de nouveaux types de périphériques
Il y a beaucoup de types différents de périphériques GPS. Les développeurs de QGIS ne peuvent pas les
tester tous, si vous en avez un qui ne fonctionne pas avec un des types de périphériques dans les outils Récupérer du GPS et Télécharger du GPS , vous pouvez définir votre propre type de périphérique.
Vous réalisez cela en utilisant l’éditeur de périphérique de GPS, que vous démarrez en cliquant le bouton
Éditer un périphérique dans les de téléchargement ou d’envoi.
Pour définir un nouveau périphérique, vous cliquez sur le bouton Nouveau périphérique , entrez un nom,
une commande de récupération et une commande de téléchargement pour votre périphérique, et cliquez
sur le bouton Mise à jour du périphérique . Le nom sera listé dans les menus des périphériques dans la
fenêtre récupération et téléchargement, et peut être n’importe quelle chaîne de caractère. La commande de
récupération est la commande qui est utilisée pour récupérer les données du périphérique vers un fichier GPX.
Ce sera certainement une commande GPSBabel, mais vous pouvez utiliser un autre programme en ligne de
commande qui créé un fichier GPX. QGIS remplacera les mots-clé %type, %in, et %out lorsqu’il lancera la
commande.
%type sera remplacé par -w si vous téléchargez des waypoints, -r si vous téléchargez des routes et -t si vous
téléchargez des tracks. Ce sont des options de la ligne de commande qui dit à GPSBabel quel type d’objet à
télécharger.
%in sera remplacé par le port que vous avez choisi dans la boîte de dialogue de téléchargement et %out
sera remplacé par le nom que vous avez choisi pour le fichier GPX où les données téléchargées doivent être
stockées. Si vous créez un type de périphérique avec la commande de téléchargement gpsbabel%type -i
garmin -o gpx %in %out (c’est actuellement la commande de téléchargement pour le type de périphérique
prédéfini
GPS device :
Garmin serial
) puis utilisez-le pour télécharger les waypoints à partir du port /dev/ttyS0
vers le fichier output.gpx”, QGIS remplacera les mots-clés et lancera la commande gpsbabel -w -i garmin
-o gpx /dev/ttyS0 output.gpx .
La commande de téléchargement est la commande qui est utilisée pour télécharger des données vers le
périphérique. Le même mot-clé est utilisé, mais %in est maintenant remplacé par le nom du fichier GPX pour
la couche qui est en téléchargée et %out est remplacé par le nom du port.
Vous pouvez en savoir plus sur GPSBabel et ses options de ligne de commande disponible sur http://www.
gpsbabel.org.
Une fois le nouveau type de périphérique créé celui-ci apparaitra dans les listes de périphérique dans les
outils de récupération et de téléchargement.
11.10. Extension Interpolation
L’extension Interpolation permet de générer une interpolation TIN ou IDW depuis une couche vectorielle de
points. Cette extension est très simple à manipuler et fournit à l’utilisateur une interface graphique intuitive
pour la création de couches matricielles interpolées (voir la Figure 11.23). Avant son exécution, l’extension
nécessite les réglages suivants :
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
165
11.10. Extension Interpolation
Couches vecteur : Spécifier une (ou plusieurs) couche vectorielle de points parmi la liste de couches vectorielles de points chargées. Si plusieurs couches sont sélectionnées, alors l’ensemble des données de
toutes les couches est utilisé pour l’interpolation. Note : il est possible d’insérer des lignes ou des polygones comme contrainte pour la triangulation en spécifiant “lignes de structure” ou “break lines” dans la
liste déroulante du sous-menu Type I .
Attribut d’interpolation : Sélectionner une colonne attributaire à utiliser pour l’interpolation ou cocher la case
Utiliser les coordonnées Z pour l’interpolation afin d’utiliser une couche contenant des valeurs Z.
Méthode d’interpolation : Sélectionner une méthode d’interpolation. Cela peut être
Interpolation Triangulaire (TIN)
...
Pondération par Distance Inverse (IDW)
ou
...
.
Nombre de colonnes/cellules : Définir le nombre de colonnes et de lignes du raster de sortie.
Fichier de sortie : Attribuer un nom au fichier raster de sortie.
F IGURE 11.23.: L’extension Interpolation
Mettre en oeuvre l’extension
1. Lancez QGIS et chargez une couche vectorielle de points (par exemple, elevp.csv).
2. Activez l’extension Interpolation via le Gestionnaire d’Extensions (voir la Section 10.1.1) puis appuyez
sur l’icône
Interpolation qui apparaît alors dans la barre d’outils QGIS. La boîte de dialogue de
l’extension Interpolation s’ouvre comme montrée dans la Figure 11.23.
3. Dans le bloc Saisie, sélectionnez une couche vectorielle de départ (par exemple,
elevp
...
) ainsi qu’une colonne attributaire pour l’interpolation (par exemple, ELEV).
4. Dans le bloc Rendu, sélectionnez une méthode d’interpolation (par exemple,
Interpolation Triangulaire
...
), puis définissez le nombre de colonnes et de cellules (par exemple,
3 663 colonnes et 1 964 lignes (ce qui équivaut à une résolution de 1 000 mètres par pixels)) ainsi qu’un
nom pour le fichier raster de sortie (par exemple, elevation_tin).
5. Appuyez sur Ok .
6. Pour cet exemple, double cliquez sur elevation_tin dans la liste des couches pour ouvrir la fenêtre
de propriétés de la couche raster et sélectionnez Pseudocouleur
...
comme couleur de la carte
dans l’onglet Symbologie . Vous pouvez également définir une nouvelle table de couleurs comme
décrite dans la Section 5.3.
Dans la Figure ?? vous pouvez voir le résultat d’une interpolation IDW avec une résolution de 366 colonnes
x 196 lignes (soit 10 km) pour les données du fichier elevp.csv, affichées en utilisant une table de coloration
en pseudocouleurs. Le traitement ne prend que quelques minutes et couvre la partie nord de l’Alaska.
166
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
F IGURE 11.24.: Interpolation TIN sur le fichier elevp
11.11. Extension d’exportation Mapserver
Vous pouvez utiliser QGIs pour composer votre carte en ajoutant et en arrangeant des couches, en modifiant leur représentation graphique, puis vous pouvez exporter le résultat sous la forme d’un fichier .map à
destination de MapServer.
11.11.1. Création du fichier de projet
L’extension fonctionne sur un fichier de projet QGIS précédemment enregistré, et non pas sur le contenu
actuel de la carte et de la légende. C’est souvent une source de confusion pour beaucoup. Comme décrit
ci-dessous, vous avez besoin de réarranger les couches vecteurs et rasters que vous voulez utiliser dans
MapServer et enregistrer l’état qui paraît satisfaisant dans un fichier de projet QGIS.
F IGURE 11.25.: Arrangement des couches d’un fichier de projet QGIS
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
167
11.11. Extension d’exportation Mapserver
Dans cet exemple sont présentées les quatre étapes requises pour créer un fichier de projet qui pourra être
utilisé pour créer un fichier de carte (mapfile) pour MapServer.Les fichiers vecteurs et rasters proviennent de
l’échantillon de jeu de données de Quantum GIS 2.2.
1. Ajoutez la couche raster landcover.tif en cliquant sur l’icône
Ajouter une Couche Raster
2. Ajoutez la couche vecteur des shapefiles lakes.shp, majrivers.shp et airports.shp depuis le jeu de
données QGIS en cliquant sur l’icône
Ajouter une couche Vecteur .
3. Changer les couleurs et les symboles des données (voir Figure 11.25)
4. Enregistrez dans un nouveau fichier de projet nommé mapserverproject.qgs en utilisant File
>
Enregistrer le projet .
11.11.2. Création du fichier .map
L’outil msexport d’exportation se situe dans votre répertoire d’installation de QGIS et peut être utilisé indépendamment de QGIS. Pour l’utiliser à partir du logiciel, vous devez charger l’extension en utilisant le Gestionnaire
d’extension. (Voir Section 10.1.1).
F IGURE 11.26.: Dialogue d’exportation vers MapServer
Fichier .map
Saisissez le chemin complet du fichier .map que vous voulez exporter. Vous pouvez utiliser le bouton
sur la droite pour parcourir votre système.
Fichier projet Qgis
Saisissez le chemin complet du fichier projet (.qgs) que vous voulez exporter. Vous pouvez utiliser le
bouton sur la droite pour parcourir votre système.
Nom de la carte
Un nom pour la carte. Ce nom préfixera toutes les images créées par le serveur.
Largeur de la carte
Largeur en pixels de l’image générée.
Hauteur de la carte
hauteur en pixels de l’image générée.
Unitées de la carte
Unités de mesure utilisées
Type d’image
Format de l’image générée par MapServer
168
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.11.3. Test du fichier .map
Web Template
Chemin complet vers le fichier MapServer template à utiliser
Web en-tête
Chemin complet vers le fichier d’en-tête de MapServer à utiliser
Web bas de page
Chemin complet vers le fichier de bas de page MapServer à utiliser
Seulement le fichier .map et le fichier de projet QGIS sont requis pour créer un fichier .map, vous risquez cependant d’obtenir un fichier inutilisable selon ce que vous désirez en faire. Bien que QGIS soit en
mesure de créer les fichiers .map, votre projet nécessite peut-être des adaptions pour obtenir le résultat
escompté. Créons un fichier .map en utilisant le projet mapserverproject.qgs que nous avons créé (voir
Figure 11.26) :
1. Ouvrez l’extension en cliquant sur l’icône
Exporter vers .
2. Entrez le nom qgisproject.map pour votre nouveau fichier .map.
3. Sélectionnez le projet QGIS mapserverproject.qgs que vous venez d’enregistrer.
4. Entrez un nom MaCarte pour la carte.
5. Entrez 600 pour la largeur et 400 pour la hauteur.
6. Nos couches sont en mètres, l’unité de mesure sera donc le mètre.
7. Choisissez “png” pour le type d’image.
8. Cliquez sur OK
efforts.
pour générer le nouveau fichier qgisproject.map. QGIS affiche le résultat de vos
Vous pouvez visualiser le fichier .map dans un éditeur de texte. Si vous le faites, vous remarquerez que l’outil
d’exportation ajoute les métadonnées nécessaires à l’utilisation du protocole WMS.
11.11.3. Test du fichier .map
Nous pouvons maintenant tester notre travail en utilisant l’outil shp2img pour créer une image tirée du fichier
.map. Cet outil est présent dans MapServer et FWTools. Pour créer une image :
• Ouvrez une console de commande
• Si vous n’avez pas sauvegardé votre fichier dans votre répertoire personnel, déplacez vous vers le bon
dossier
• Lancez shp2img -m qgisproject.map -o mapserver_test.png et affichez l’image
Une image PNG est créée avec toutes les couches du projet QGIS. De plus, l’étendue du PNG sera la
même que celle du projet. Comme vous le voyez sur la figure 11.27, toutes les informations, à l’exception des
symboles des aéroports, sont incluses.
Si vous comptez utiliser ce fichier .map pour fournir un service WMS, vous n’aurez probablement rien d’autre
à modifier. Par contre si vous comptez l’utiliser comme modèle ou dans une interface personnalisée vous
aurez un peu plus de travaux manuels à effectuer. Vous pouvez jeter un oeil sur cette vidéo de Christopher
Schmidt (version 0.8 de QGIS mais cela reste valable). 4
11.12. Extension Convertisseur de couche OGR
L’extension Convertisseur de couche OGR offre la possibilité de convertir des données vectorielles possédant
un format supporté par la librairie OGR vers un autre format vectoriel supporté. Cette extension est très simple
à mettre en œuvre et ne requiert que quelques réglages avant son exécution :
Source Format/Jeu de données/Couche : Spécifier le format OGR ainsi que l’emplacement de stockage
du fichier vecteur à convertir
4. http://openlayers.org/presentations/mappingyourdata/
4. Les formats supportés peuvent varier en fonction de la version de librairie GDAL/OGR installée.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
169
11.12. Extension Convertisseur de couche OGR
F IGURE 11.27.: Image PNG créée par shp2img avec toutes les couches
Cible Format/Jeu de données/Couche : Spécifier le format OGR ainsi que l’emplacement de sauvegarde
du fichier vecteur convertit
F IGURE 11.28.: L’extension Convertisseur de couche OGR
Mettre en œuvre l’extension
1. Lancez QGIS, activez l’extension Convertisseur de couche OGR depuis le Gestionnaire d’Extensions
(voir la Section 10.1.1) puis appuyez sur l’icône
Lancer le Convertisseur de couche OGR
qui apparaît dans la barre d’outils QGIS. La boîte de
dialogue de l’extension Convertisseur de couche OGR apparaît alors comme montré dans la Figure
11.28.
2. Dans le bloc Source, spécifiez le format OGR supporté (par exemple,
ESRI Shapefile
...
) ainsi que l’emplacement de stockage du fichier vecteur à convertir (par
exemple, alaska.shp).
3. Dans le bloc Cible, spécifiez le format OGR de sortie (par exemple, GML
...
) et choisissez un
nom ainsi qu’un emplacement de sauvegarde pour le fichier convertit (par exemple, alaska.gml).
4. Appuyez sur Ok .
170
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.13. Extension de GeoRaster Oracle
Dans les bases de données Oracle, les informations rasters sont stockées au sein d’objets SDO_GEORASTER disponibles avec l’extension Oracle Spatial. Dans QGIS, le support de
Oracle GeoRaster Plugin
est apporté par GDAL et nécessite l’installation et l’utilisation des produits
Oracle sur votre machine. Bien que ces produits soient propriétaires, Oracle les fournit gratuitement dans un
but de test ou de développement. Voici un exemple assez simple quant au chargement d’images rasters en
GeoRaster :
$ gdal_translate -of georaster input_file.tif geor:scott/tiger@orcl
Le raster va être chargé dans la table par défaut, GDAL_IMPORT, en tant que colonne nommée RASTER.
11.13.1. Gérer les connexions
Tout d’abord, l’extension GeoRaster doit être activé dans le gestionnaire d’extension (voir setion 10.1.1).
Au premier chargement d’un GeoRaster dans QGIS, vous devrez instaurer une connexion vers la base
de données Oracle contenant la donnée voulue. Pour ce faire commencez par cliquer sur le bouton
Sélection d’un GeoRaster
situé dans la barre d’outils, cela ouvrira la fenêtre de sélection Oracle
Spatial GeoRaster. Cliquez sur Nouveau puis spécifiez les paramètres de connexion (voir figure 11.29) :
Nom : Entrez un nom pour la connexion
Instance de base de données : Entrez le nom de la base données à laquelle vous désirez vous connecter.
Nom d’utilisateur : Spécifier votre nom utilisateur nécessaire pour accéder à la base de données.
Mot de passe : Le mot de passe associé à votre compte utilisateur.
F IGURE 11.29.: Fenêtre de création de connexion Oracle
(See Figure 11.30) Connecter
Editer
Effacer
11.13.2. Sélection d’un GeoRaster
Une fois que la connexion a été établie, la zone de sous-jeux de données affichera toutes les tables contenant
une colonne GeoRaster dans un format compatible avec GDAL.
Cliquez sur l’un de ces sous-jeux de données puis sur Sélectionner pour choisir la table. Une nouvelle liste
affiche maintenant les noms des colonnes GeoRaster dans cette table, il s’agit généralement d’une courte
liste car la plupart des utilisateurs n’ont pas plus d’une ou deux colonnes GeoRaster dans une même table.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
171
11.13. Extension de GeoRaster Oracle
Cliquez sur l’une des sous-jeux puis sur Sélectionner pour choisir une combinaison d’une table et d’une
colonne La fenêtre montrera alors toutes les lignes contenant un objet GeoRaster Vous remarquerez que la
liste affichera la table de données raster et les identifiants Raster
A tout moment la sélection peut être éditée manuellement pour pointer directement le Georaster voulu ou
retourner au début pour prendre une autre table.
F IGURE 11.30.: Dialogue de sélection GeoRaster
La zone de saisie de sélection peut servir à utilier une clause Where à la fin de la chaîne d’identification, p. ex.
« geor :scott/tiger@orcl,gdal_import,raster,geoid= ». Voir http://www.gdal.org/frmt_georaster.html pour
plus d’informations.
11.13.3. Afficher un GeoRaster
Pour finir, en sélectionnant un GeoRaster depuis la liste, cette image sera chargée dans QGIS.
La fenêtre de sélection de GeoRaster Oracle Spatial peut maintenant être close, la connnexion sera conservée
pour une prochaine ouverture, la même liste de sous-jeux de donnéessera disponible ce qui facilite l’affichage
de nouvelles images dans le même contexte.
/textbfNote : Les GeoRasters qui contiennent des tuiles/pyramides s’afficheront plus rapidement mais elles
devront être générées hors de QGIS en utilisant Oracle PL/SQL ou gdaladdo.
L’exemple suivant utilise gdaladdo :
gdaladdo georaster:scott/tiger@orcl,georaster\_table,georaster,georid=6 -r
nearest 2 4 6 8 16 32
Cet exemple utilise PL/SQL : cd ..
$ sqlplus scott/tiger
SQL> DECLARE
gr sdo_georaster;
BEGIN
SELECT image INTO gr FROM cities WHERE id = 1 FOR UPDATE;
sdo_geor.generatePyramid(gr, ’rLevel=5, resampling=NN’);
172
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
UPDATE cities SET image = gr WHERE id = 1;
COMMIT;
END;
/
11.14. Extension OpenStreetMap
Ces dernières années, le projet OpenStreetMap a gagné en popularité, car dans beaucoup de pays, aucune
donnée géographique gratuite telle que le réseau routier n’est disponible. L’objectif du projet OSM est de
créer une carte du monde éditable à partir de données GPS, de photographies aériennes ou tout simplement
des connaissances locales du terrain. Pour soutenir ce projet, QGIS fournit une extension qui permet aux
utilisateurs de travailler avec les données OSM.
L’extension fournit toutes les fonctionnalités de base pour manipuler les données OSM : chargement des données, import, sauvegarde, téléchargement en local, édition et téléchargement des données vers le serveur
OpenStreetMap. Cette extension s’inspire des éditeurs OSM existants. Le but est de combiner leurs fonctionnalités pour obtenir le meilleur résultat possible.
La section suivante donne une brève introduction aux principes du projet OSM. Si vous n’êtes pas intéressé
par des informations sur OSM, passez directement à la section suivante. Certaines parties des paragraphes
suivants proviennent du site internet d’OpenStreetMap, http://www.openstreetmap.org.
Le projet OpenStreetMap
Le projet OpenStreetMap a pour objectif de créer une carte libre et gratuite du monde. Les cartes sont créées
à partir d’appareils GPS portables, de photographies aériennes et d’autres ressources libres ou simplement
grâce aux connaissances locales. Le projet a été lancé sur le constat que l’utilisation de la plupart des cartes
se heurte à des contraintes légales ou techniques, empêchant les gens de les utiliser de manière créative,
productive ou autre. Les rendus image ou vectoriel des données OSM sont disponibles au téléchargement
sous la licence Creative Commons Attribution ShareAlike 2.0.
F IGURE 11.31.: Données OpenStreetMap sur Internet
OpenStreetMap s’est inspiré de sites tel que Wikipedia - l’affichage de la carte (voir Figure 11.31) s’accompagne d’un onglet Modifier et un historique complet des changements est gardé. Les utilisateurs enregistrés
peuvent envoyer leurs traces GPS et éditer les données vectorielles en utilisant les outils fournis.
La primitive des données OSM est une classe objet qui peut être stockée sur le serveur via une API. Les trois
types de données existants sont : le noeud, la trace (Way) et la relation.
– Un noeud est une paire de coordonnées latitude/longitude. Il sert de brique de base pour les autres
entités, étant lui-même une entité (Point d’intérêt - POI) s’ils sont étiquetés correctement.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
173
11.14. Extension OpenStreetMap
– Une trace est une liste d’au moins deux noeuds qui décrit une entité linéaire telle qu’une rue. Les noeuds
peuvent appartenir à plusieurs traces.
– Une relation est un groupe composé de zéro primitive ou plusieurs associées à des rôles. C’est utilisé
pour définir des relations entre les objets, mais peut également modéliser un objet abstrait.
Plusieurs différentes entités logiques sur une carte classique (Point d’intérêt, rue, ligne de tramway, arrêt de
bus, etc.) sont définies par ces primitives. Les entités cartographiques sont bien connues dans la communauté
OSM et sont stockées en tant que « tag » (étiquette), basé sur une clé et une valeur. Les données OSM sont
en général distribuées au format XML. Un « XML payload » est également utilisé pour la communication avec
le serveur OSM.
Connexion QGIS - OSM
La première partie de ce paragraphe décrit de quelle manière les primitives des données OSM sont affichées
dans des couches vectorielles QGIS. Comme il est précisé ci-dessus, les données OSM se composent de
noeuds, de traces et de relations. Dans QGIS, elles sont affichées dans trois couches de type différent :
couche de points, de lignes et de polygones. Il est impossible de retirer l’une de ces couches et de travailler
avec les autres.
– Une couche de points affiche toutes les entités de type noeud isolé. Ce qui signifie que seuls les noeuds
qui ne sont pas inclus dans une trace appartiennent à la couche de points.
– Une couche de lignes affiche les entités OSM de type trace qui ne sont pas fermées. Cela signifie
qu’aucune de ces traces ne commence et finit par le même noeud.
– Une couche de polygones affiche toutes les traces qui ne sont pas incluses dans la couche de lignes.
En plus des trois cités ci-dessus, OpenStreetMap possède un dernier type de données, il s’agit des Relations.
Il n’y a pas de couche vectorielle dédiée à la représentation des relations. Une relation définit la relation entre
n’importe quel nombre de primitives. Dès qu’un point, une ligne ou un polygone est identifié sur la carte,
l’extension affiche la liste de toutes les relations auxquelles l’entité appartient.
Ce fut une vraie épreuve de définir la connexion entre les données OSM et les outils standards d’édition de
QGIS. Ces outils sont faits pour éditer chaque couche vectorielle séparément, quel que soit le type d’entités.
Ce qui signifie que si des données OSM sont chargées dans QGIS via l’extension, vous pourriez théoriquement éditer les couches de points, de lignes et de polygones avec ces outils standards séparément.
Le problème est que la couche de ligne est composée de deux types différents d’entités OSM - des traces
et des noeuds. Pourquoi ? Parce que dans le format OSM, une trace est composée de noeuds. Si vous
commencez à éditer une couche de ligne et que vous changez la forme d’une ligne, votre action doit affecter
non seulement la trace OSM, mais également les noeuds qui la composent.
Les outils d’édition standards de QGIS ne peuvent pas dire au fournisseur OSM quels sont les noeuds qui
ont changé et comment. Ils peuvent seulement dire quelle est la nouvelle géométrie de chaque ligne, mais ce
n’est pas suffisant pour propager les changements à la base de données OSM correctement. La couche ligne
ne connait pas non plus les identifiants des points des noeuds qui la constituent. Le même problème apparaît
lorsque vous essayez d’éditer la couche de polygones.
Pour ces raisons, l’extension OSM a besoin de ses propres outils d’édition des données OSM. Tant qu’ils sont
utilisés, les couches OSM peuvent être éditées correctement. Les outils d’édition de l’extension comprennent
des outils pour la création, la suppression et le déplacement de points, de lignes, de polygones et de relations.
Note : Pour créer une connexion entre l’extension OSM et les outils standards d’édition, des modifications
dans le code principal de QGIS seraient nécessaires.
L’extension OpenStreetMap fait partie des extensions principales de QGIS. Si le support pour Python est
activé, l’extension « OpenStreetMap » peut être sélectionnée dans le Gestionnaire d’extensions tel que décrit
dans la section 10.1.1).
11.14.1. Interface utilisateur de base
Au premier lancement de l’extension OSM (et une fois les premières données chargées), plusieurs nouvelles
icônes OSM avec de nouveaux composants graphiques apparaissent dans la barre d’outils d’OSM, comme
on peut le voir sur la figure 11.32 :
174
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.14.1. Interface utilisateur de base
F IGURE 11.32.: Interface utilisateur de l’extension OSM
Widget Entité OSM
L’outil d’entité OSM aide à identifier les entités OSM. Il montre les informations de base sur le type et l’identifiant de l’entité sélectionnée ainsi que l’historique des changements avec leur auteur. L’outil donne également
accès à tous les outils d’édition (dans sa partie supérieure). Vous trouverez plus d’informations sur ces outils
dans la section suivante. L’outil est initialement désactivé, il apparait automatiquement dès que des données
OSM sont chargées avec succès.
Widget Editer l’historique OSM
Cet outil Éditer l’historique d’OSM est utilisé pour annuler ou refaire des actions d’édition. Il s’agit non seulement d’un classique bouton Annuler/Refaire mais il liste également les actions d’éditions effectuées avec une
courte description. Ce widget est initialement fermé, vous pouvez le faire apparaître en cliquant sur un bouton
de l’outil Entité d’OSM.
Icônes de la barre de menu
Charger OSM depuis un fichier est utilisé pour charger des données à partir d’un fichier XML spécial
OpenStreetMap (.osm)
Afficher/Cacher le gestionnaire d’entités OSM
est utilisé pour montrer ou cacher le widget Entité
OSM. Il s’agit d’un panneau qui aide à l’identification des entités OSM et l’édition des données OSM.
Télécharger des données OSM est utilisé pour télécharger des données depuis le serveur OpenStreetMap.
Charger des données OSM
est utilisé pour charger les changements (effectués sur les données
téléchargées).
Importer des données depuis une couche est utilisé pour importer des données depuis une couche
vecteur. Au moins une couche vectorielle doit être chargée et les données OSM courantes doivent être
sélectionnées.
Sauvegarder OSM sur un fichier
est utilisé pour enregistrer des données OSM à nouveau dans un
fichier XML.
Des informations plus détaillées sur tous les outils, boutons et fenêtres se trouvent dans les sections correspondant à leur fonction (édition, identification, etc.).
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
175
11.14. Extension OpenStreetMap
11.14.2. Charger des données OSM
La première action qui devrait faire suite au lancement de l’extension OSM est l’ouverture de données depuis
un fichier OSM. Les données OSM peuvent être importées comme shapefile ou directement téléchargées
depuis le serveur OpenStreetMap. Nous allons nous focaliser ici sur la première méthode mentionnée.
Pour charge des données depuis un fichier, cliquez sur l’icône
Charger OSM depuis un fichier . S’il
n’y a pas de tel bouton, la barre d’outils OpenStreetMap n’est peut-être pas activée dans QGIS. Vous pouvez
faire apparaître en sélectionnant Vue > Barres d’outils > OpenStreetMap I .
F IGURE 11.33.: Fenêtre de chargement de données OSM
Le but de chacun de ses éléments est expliqué ci-dessous :
Fichier OpenStreetMap à charger : Cliquez sur le bouton pour sélectionner le fichier .osm dont vous voulez
charger les données.
Ajouter des colonnes pour les tags : Cette option définit une connexion entre des données OSM et QGIS.
Chaque entité de données OSM possède une série de tags (une paire clé valeur) qui définit les propriétés de l’entité. Chaque entité d’une couche vectorielle QGIS possède également ses attributs (clé et
valeur). Avec cette option, vous pouvez définir quelles propriétés des objets OSM seront visibles lorsque
vous affichez les informations détaillées sur les entités QGIS.
Remplacer les données actuelles : Cocher cette option signifie que les nouvelles données doivent remplacer celles utilisées actuellement. Les couches des données actuelles seront supprimées et les nouvelles
chargées. Lorsque vous chargez des données OSM pour la première fois, cette option n’est pas active,
car il n’y a rien à remplacer.
Utiliser un rendu prédéfini : Cette option détermine combien de détails de la carte seront utilisés. Il y a
trois styles OSM prédéfinis pour la carte. Utilisez Petite échelle si vous souhaitez afficher des données OSM à un petit niveau, voir tous les détails et éditer les données. Sinon vous pouvez utiliser
Échelle intermédiaire ou Grande Échelle . QGIS 1.6.0 ne permet pas de changer dynamiquement
ces styles de rendu.
Cliquez sur Ok pour charger vos données. S’il s’agit du premier chargement de données OSM, l’extension
doit d’abord parcourir la base de données. Cela peut prendre quelques secondes ou minutes selon la quantité
de données à charger.
11.14.3. Visualiser des données OSM
Une fois les données OSM chargées, vous pouvez identifier les entités cartographiques en utilisant l’outil
approprié. Utilisez le bouton
Identifier l’entité
en haut à gauche de l’outil Entité OSM. Avec cet outil
vous pouvez facilement explorer tous les objets cartographiques. Quand le curseur de la souris est placé sur
176
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.14.4. Éditer des données OSM de base
un objet, vous pouvez voir toutes les informations le concernant directement dans l’outil Entité OSM. Il y a
également une étiquette qui s’affiche sur la carte pour que l’utilisateur puisse déterminer l’entité en cours
d’identification.
L’onglet Propriétés de l’outil contient tous les tags de l’entité. En cliquant sur l’onglet Relation , une liste
de toutes les relations auxquelles l’entité appartient apparaît.
Si vous souhaitez prendre le temps de lire les propriétés et les relations d’une entité et déplacer simultanément
le curseur de la souris, faites un clic gauche sur l’entité. Le processus d’identification au passage de la souris
s’arrêtera jusqu’au prochain clic-gauche.
Il y a parfois plus d’une entité à l’endroit du point cliqué. Cela arrive surtout lorsque l’on clique sur un croisement de routes ou lorsque vous n’avez pas assez zoomé sur la carte. Dans ce cas, seule une entité est
identifiée (et marquée par l’étiquette), mais l’extension les garde toutes en mémoire. Ensuite vous pouvez
changer les entités identifiées de manière cyclique en faisant un clic droit.
11.14.4. Éditer des données OSM de base
Dans le titre de cette section, « données de base » signifie entités de type noeud ou trace, pas relation. Si
vous souhaitez avoir des informations sur l’édition de relations, sautez cette section et passez à la suivante.
L’édition des données de base est une partie clé de l’extension OSM. Vous pouvez changer la propriété, la
position ou la forme de n’importe quelle entité de base existante. Vous pouvez en supprimer ou en ajouter de
nouvelles. Toutes ces modifications sur les noeuds et les traces sont gardées en mémoire pour faciliter les
opérations annuler/refaire et pour faciliter leur chargement sur le serveur d’OpenStreeMap.
Changer les tags d’une entité
Changer une propriété/un tag d’une entité OSM peut être réalisé directement dans la table des tags de l’entité.
Cette table des tags des entités de base se trouve dans l’outil Entité OSM. N’oubliez pas d’identifier une entité
au préalable.
F IGURE 11.34.: Changer le tag d’une entité OSM
Si vous souhaitez changer la valeur d’un tag, double-cliquez simplement sur la ligne appropriée de la colonne
« Valeur » et tapez ou sélectionnez une nouvelle valeur. Si vous souhaitez supprimer un tag, cliquez sur sa
ligne puis utilisez le bouton Supprimer les tags sélectionnés situé en bas à droite sous la table.
Pour ajouter de nouveaux tags, tapez simplement leur clé et leur valeur dans la dernière ligne de la table - où
’<next tag value>’ est écrit. Notez que vous ne pouvez pas changer la clé d’un tag existant. Pour une utilisation
facilitée, il y a des listes déroulantes de toutes les clés de tag existantes et leur valeur typique.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
177
11.14. Extension OpenStreetMap
Création de point
Pour la création de points, il y a un bouton
Créer un point
dans l’outil Entité OSM. Pour créer des
points, cliquez simplement sur le bouton puis cliquez sur la carte. Si votre curseur se situe sur une entité déjà
existante, elle se retrouve marquée/identifiée immédiatement. Si vous cliquez sur la carte quand une ligne
ou un polygone est marqué, un nouveau point est créé directement sur la ligne ou le polygone, en tant que
nouveau membre. Si votre curseur se trouve sur un point existant, aucun nouveau point ne peut être créé et
l’extension OSM affichera le message suivant :
F IGURE 11.35.: Message de création de point OSM
Le mécanisme qui permet d’aider l’utilisateur à cliquer exactement sur une ligne ou un polygone s’appelle
l’accrochage et est activé par défaut. Si vous voulez créer un point très près d’une ligne (mais pas dessus)
vous devez d’abord désactiver l’accrochage en maintenant la touche Ctrl enfoncée.
Création d’une ligne
Pour la création de lignes, il y a un bouton
Créer une ligne
dans l’outil Entité OSM. Pour créer une
ligne, cliquez simplement sur le bouton puis faites des clics gauches sur la carte. Chaque clic gauche est
gardé en mémoire en tant que vertex de la nouvelle ligne. La création de la ligne se termine au premier clic
droit. La nouvelle ligne apparaît alors immédiatement sur la carte.
Note : Une ligne composée de moins de deux membres ne peux pas être créée. Dans de tels cas, l’opération
est ignorée.
L’accrochage se fait sur tous les vertex — les points des couches de points vectoriels et les membres de
toutes les lignes et polygones. L’accrochage peut être désactivé en maintenant la touche Ctrl enfoncée.
Création d’un polygone
Pour la création de polygones, il y a un bouton
Créer un polygone dans l’outil Entité OSM. Pour créer
un polygone, cliquez simplement sur le bouton puis faites des clic-gauche sur la carte. Chaque clic gauche est
gardé en mémoire en tant que vertex du nouveau polygone. La création du polygone se termine au premier
clic droit. Le nouveau polygone apparaît alors immédiatement sur la carte. Des polygones composés de moins
de trois membres ne peuvent pas être créés. Dans de tels cas, l’opération est ignorée. L’accrochage se fait sur
tous les vertex — les points des couches de points vecteurs et les membres de toutes les lignes et polygones.
L’accrochage peut être désactivé en maintenant la touche Ctrl enfoncée.
Déplacement d’une entité cartographique
Si vous souhaitez déplacer une entité (quel que soit son type), utilisez le bouton
Déplacer une entité
du menu de l’outil Entité OSM. Vous pouvez ensuite parcourir la carte (les entités sont alors identifiées dynamiquement au passage de la souris) et cliquez sur l’entité que vous souhaitez déplacer. Si la mauvaise entité
est sélectionnée par ce clic, ne déplacez pas votre curseur. Refaites des clics droits jusqu’à ce que la bonne
entité soit sélectionnée. Dès que la sélection est faite et que vous déplacez le curseur, vous ne pouvez plus
changer d’entité à déplacer. Pour confirmer le déplacement, cliquez sur le bouton gauche de la souris. Pour
l’annuler, cliquez sur un autre bouton de la souris.
Si vous déplacez une entité qui est connectée à une autre, ces connexions ne seront pas endommagées.
DLes autres entités s’adapteront d’elles-mêmes à la nouvelle position de l’entité déplacée.
L’accrochage fonctionne également pour cette opération :
– Lorsque vous déplacez un point seul (ne faisant pas partie d’une ligne ou d’un polygone), l’accrochage
est réalisé sur tous les segments et vertex de la carte.
178
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.14.5. Éditer les relations
– Lorsque vous déplacez un point membre de lignes ou de polygones, l’accrochage a alors lieu sur tous
les segments et vertex de la carte, sauf ceux appartement aux lignes et polygones parents.
– Lorsque vous déplacez une ligne ou un polygone, l’accrochage sur tous les vertex de la carte est réalisé.
Notez que l’extension OSM tente l’accrochage uniquement sur les 3 vertex les plus proches du curseur,
l’opération serait très lente sinon. L’accrochage peut être désactivé en maintenant la touche Ctrl
enfoncée.
Suppression d’une entité cartographique
Si vous souhaitez supprimer une entité, vous devez l’identifier au préalable. Ensuite pour la supprimer, utilisez
le bouton
Supprimer l’entité de l’outil Entité OSM. Lorsque vous supprimez une ligne ou un polygone,
la ligne ou le polygone lui-même est supprimé, ainsi que tous les points qui le composent et qui ne font pas
partie d’autres lignes ou polygones.
Lorsque vous supprimez un point qui est une partie de ligne ou de polygones, le point est supprimé et la
géométrie des lignes ou polygones parents en est changée. La nouvelle géométrie a moins de vertex que
l’ancienne.
Si l’entité parente était un polygone composé de trois vertex, sa nouvelle géométrie en comprend seulement
deux. Mais comme il ne peut exister de polygones à deux vertex, comme décrit précédemment, l’entité est
automatiquement transformée en ligne.
Si l’entité parente était une ligne avec deux vertex, sa nouvelle géométrie en comprend alors un seul. Mais
comme il ne peut exister de ligne à un vertex, l’entité est automatiquement transformée en point.
11.14.5. Éditer les relations
Grâce à l’existence des relations dans OSM, nous pouvons lier des entités OSM et leur donner des propriétés
communes — de telle sorte que nous pouvons modéliser n’importe quel objet cartographique : des frontières
de région (en tant que groupe de lignes et de points), des lignes de bus, etc. Chaque membre de la relation
a un rôle spécifique. Les relations OSM sont plutôt bien supportées dans notre extension. Voyons maintenant
comment examiner, créer, mettre à jour et supprimer des relations.
11.14.6. Examiner une relation
Si vous souhaitez voir les propriétés d’une relation, identifiez d’abord l’un de ses membres. Ensuite, ouvrez
l’onglet Relations dans l’outil Entité OSM. En haut, vous pouvez voir la liste de toutes les relations dont fait
partie l’entité identifiée. Choisissez celle que vous souhaitez examiner et regardez en dessous les informations demandées. Dans le premier tableau ’Étiquettes de Relation’ se trouvent les propriétés de la relation
sélectionnée. Dans le tableau ’Membres de la relation’, se trouvent les informations sur les membres de la
relation. Si vous cliquez sur un membre, l’extension affichera une étiquette sur la carte.
Création d’une relation
Il y a deux façons de créer une relation :
1. Vous pouvez utiliser le bouton
Créer une relation dans l’outil Entité OSM.
2. Vous pouvez en créer une depuis l’onglet Relation
de l’outil Entité OSM en utilisant le bouton
Ajouter une relation .
Dans les deux cas, une fenêtre de dialogue apparaît. Dans le second cas, l’entité qui est identifiée est automatiquement considérée comme le premier membre de la relation, de telle sorte que la fenêtre est un peu
préremplie.
Si vous avez déjà sélectionné un type de relation, utilisez le bouton
Générer des tags . Ceci générera
les tags typiques correspondant à ce type de relation. Ensuite vous devez rentrer les valeurs correspondantes
à chaque clé. Pour choisir un des membres de la relation, vous pouvez soir écrire son numéro d’identifiant
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
179
11.14. Extension OpenStreetMap
soit son type, son rôle ou utiliser l’outil
Identifier et cliquer sur la carte.
Enfin, lorsque le type, les tags et les membres sont choisis, vous pouvez valider la fenêtre et l’extension créera
une nouvelle relation pour vous.
Changer une relation
Si vous souhaitez changer une relation existante, identifiez-la (suivez les étapes décrites ci-dessus dans la
Éditer une relation . Vous le trouverez dans l’outil Entité OSM. Une nouvelle fenêtre apparaît, quasiment identique à celle de l’action ’Créer une
relation’. La fenêtre est préremplie avec les informations sur la relation. Vous pouvez changer ses tags, ses
membres et même son type. Les changements seront effectués une fois la fenêtre validée.
section « Examiner une relation »). Ensuite, cliquez sur le bouton
11.14.7. Télécharger des données OSM
Pour
télécharger
des
données
depuis
le
serveur
d’OpenStreetMap,
cliquez
sur
le
bouton
Télécharger des données OSM . Si vous ne voyez pas ce bouton, la barre d’outils OSM est
peut-être désactivée dans QGIS. Vous pouvez l’activer ou la réactiver dans Vue
> Barres d’outils
>
OpenStreetMap I . Après avoir cliqué sur le bouton, une fenêtre apparaît et propose les fonctionnalités
suivantes :
F IGURE 11.36.: Fenêtre de téléchargement de données OSM
Emprise : Spécifie une zone où télécharger les données à partir d’un intervalle de latitude et de longitude en
degrés décimaux. Dû aux restrictions sur la quantité de données qui peuvent être téléchargées en une
fois depuis le serveur OpenStreetMap, cette zone ne doit pas être trop étendue. Des informations plus
détaillées sur cette étendue sont disponibles en cliquant sur le bouton
Aide sur la droite.
Télécharger vers : A cet endroit vous devez écrire le chemin vers le fichier où seront stockées les données.
Si vous ne vous rappelez pas de la structure de votre disque, ne paniquez pas, le bouton parcourir est
là pour vous aider.
Ouvrir les données automatiquement après le téléchargement : Détermine si le processus de téléchargement doit être suivi de l’affichage des données ou pas. Si vous préférez ne pas afficher les données
tout de suite, vous pourrez le faire plus tard en utilisant le bouton
.
Charger OSM depuis un fichier
Remplacer les données actuelles : Cette option est active uniquement si
Ouvrir les données automatiquement après le téléchargement
est coché. Cocher l’option signi-
fie que les données téléchargées remplaceront les données courantes. Les couches des données courantes seront retirées et les nouvelles chargées. Au démarrage de QGIS et au premier chargement de
données OSM, cette option n’est pas activée, car il n’y a rien à remplacer.
180
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.14.8. Charger des données sur le serveur OSM
Utiliser le moteur de rendu personnalisé : Cette option est active uniquement si
Ouvrir les données automatiquement après le téléchargement
est coché. Elle détermine le ni-
veau de détail de la carte. Il y a trois styles OSM prédéfinis pour l’affichage de la carte. Utilisez
Petite échelle si vous souhaitez visualiser des données à un niveau de zoom très rapproché et pour
éditer les données. Sinon, vous pouvez utiliser Échelle intermédiaire ou Grande échelle . QGIS 1.6.0
ne permet pas de changer de style dynamiquement.
Cliquez sur le bouton Télécharger pour lancer le processus.
Une barre de progression vous informera en continu sur la quantité de données déjà téléchargées. Si une
erreur se produit pendant le processus de téléchargement, une fenêtre de dialogue vous l’expliquera. Lorsque
le téléchargement est terminé, la barre de progression et la fenêtre de téléchargement se fermeront automatiquement.
11.14.8. Charger des données sur le serveur OSM
Notez que le chargement est toujours effectué sur les données OSM courantes. Avant d’ouvrir la fenêtre de
dialogue de Chargement OSM, assurez-vous que vous avez la bonne couche OSM active.
Pour
transférer
les
données
courantes
vers
le
serveur
OSM,
cliquez
sur
le
bouton
Charger des données OSM . Si vous ne voyez pas ce bouton, la barre d’outils OSM est peutêtre désactivée dans QGIS. Vous pouvez l’activer ou la réactiver dans Vue
> Barres d’outils
>
OpenStreetMap I . Après avoir cliqué sur le bouton, une fenêtre de dialogue apparaît.
F IGURE 11.37.: Fenêtre de transfert des données vers OSM
En haut de la fenêtre, vous pouvez vérifier si vous avez sélectionné les bonnes données. Le nom des données
courantes est rappelé. Dans le tableau, les informations sur tous les changements à envoyer sont listées. Les
statistiques sont disponibles pour chaque type d’entité séparément.
Dans la zone « Descriptif de votre changement », vous pouvez décrire brièvement les changements effectués. Décrivez juste brièvement les changements sur les données ou laissez la zone vide. Remplissez les
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
181
11.14. Extension OpenStreetMap
informations sur votre « Compte OSM » pour que le serveur puisse vous authentifier. Si vous n’avez pas de
compte sur le serveur OSM, c’est le bon moment d’aller en créer un ici : http://www.openstreetmap.org.
Enfin, utilisez le bouton Chargement pour lancer l’opération.
11.14.9. Sauvegarder des données OSM
Pour sauvegarder les données de la zone de la carte visible vers un fichier XML, cliquez sur le bouton
Sauvegarder dans un fichier OSM . Si vous ne voyez pas ce bouton, la barre d’outils OSM est
peut-être désactivée dans QGIS. Vous pouvez l’activer ou la réactiver dans Vue
> Barres d’outils
>
OpenStreetMap I . Après avoir cliqué sur le bouton, une fenêtre de dialogue apparaît.
F IGURE 11.38.: Fenêtre de sauvegarde de données OSM
Sélectionnez les entités que vous voulez sauvegarder dans un fichier XML ainsi que le fichier lui-même.
Utilisez le bouton Ok pour lancer l’opération. Le processus va créer un fichier XML contenant les données
de la zone cartographique courante. La version OSM du fichier de sortie est 0.6. Les éléments des données
OSM (<noeud>, <trace>, <relation>) ne contiennent pas les informations sur leur changeset et leur uid. Elles
ne sont pas encore obligatoires, voyez le DTD pour la version 0.6 OSM XML. Dans le fichier de sortie, les
éléments OSM ne sont pas ordonnés.
Notez que seules les données de la zone géographique courante sont sauvées. Dans le fichier de sortie,
même si seule une partie d’un polygone ou d’une ligne sont dans la zone, le polygone ou la ligne dans son
entier sont sauvegardés. Pour chaque ligne ou polygone sauvé, tous ses noeuds membres sont également
sauvegardés.
11.14.10. Importer des données OSM
Pour importer des données OSM depuis une couche vectorielle qui n’est pas au format OSM, suivez ces
instructions : choisissez les données OSM courantes en cliquant sur l’une de ses couches. Cliquez sur le
bouton
Importer des données depuis une couche . Si vous ne voyez pas ce bouton, la barre d’outils
OSM est peut-être désactivée dans QGIS. Vous pouvez l’activer ou la réactiver dans Vue > Barres d’outils
> OpenStreetMap I .
Après avoir cliqué sur le bouton, le message suivant s’affiche :
Dans ce cas, il n’y a pas de couches vectorielles actuellement chargées. L’importation doit se faire depuis une
couche vectorielle présente dans QGIS : chargez donc la couche vectorielle dont vous voulez importer les
données. Une fois la couche ouverte dans QGIS, réessayez et le résultat devrait être meilleur (n’oubliez pas
de sélectionner la couche OSM cible courante) :
Validez la fenêtre pour lancer le processus d’importation des données vers OSM. Annulez si vous n’êtes pas
sûr de vouloir importer des données.
182
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
F IGURE 11.39.: Fenêtre d’erreur d’importation OSM
F IGURE 11.40.: Fenêtre d’importation de données vers OSM
11.15. Extension d’Analyse Raster de Terrain
L’extension d’analyse de terrain basée sur les rasters peut être utilisée pour calculer la pente, l’aspect, la
rugosité et la courbure totale d’un modèle numérique d’élévation (DEM). Sa facilité d’utilisation et son interface
graphique intuitive permettent de créer de nouvelles couches raster (voir figure 11.41).
L’extension requiert les paramètres suivants pour pouvoir être utilisée :
Analyse : Cela peut être une analyse de la pente, l’aspect, la rugosité ou de la courbure totale
Couche en entrée : Specifiez la couche raster à charger depuis une liste
Couche en sortie : Specifiez un nom et un chemin pour le raster qui sera produit
Format en sortie : Specifiez un format pour ce raster (celui par défaut est le GeoTiff)
Pente : Calcule l’angle de la pente pour chaque cellule (en degrés, en se basant sur une estimation dérivée de
1er ordre). Aspect : Calcule l’exposition (en degrés dans le sens horaire inverse et en commençant par 0 pour
une direction nord). Facteur de rugosité : Une mesure quantitative de l’hétérogénéité du terrain. Courbure
totale : Une mesure de la courbure qui combine les courbes de plan et de profil.
Utiliser l’extension
1. Lancez QGIS et chargez une couche raster DEM.
2. Chargez l’extension via le gestionnaire d’extension (voir section 10.1.1) et cliquez sur l’icône
Analyse de terrain
qui apparaît dans la barre d’outils. La fenêtre de l’extension s’affiche telle
que montrée dans la figure 11.41.
3. Sélectionnez une méthode d’analyse (p. ex. Pente I ).
4. Spécifiez un chemin de sortie et le type de fichier produit.
5. Cliquez sur Ok .
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
183
11.17. Autres extensions principales
F IGURE 11.41.: Extension d’Analyse Raster de Terrain
11.16. Extension Impression Rapide
L’extension
Impression Rapide permet d’exporter rapidement, facilement et avec un minimum d’effort
l’emprise de la carte courante au format PDF. Les seuls paramètres devant être spécifiés sont le titre de la
carte, le nom de la carte et la taille de la page (voir la Figure 11.42). Si vous avez besoin de procéder à des
réglages supplémentaires sur la mise en page de carte, il vous est recommandé d’utiliser plutôt la fonction de
composition de carte, décrite dans la Section 9.
F IGURE 11.42.: Boîte de dialogue de l’Impression Rapide
11.17. Autres extensions principales
Les extensions principales restantes sont énumérées dans la Table 11.11, accompagnées des références aux
chapitres de ce manuel qui traitent de leur utilisation.
184
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
F IGURE 11.43.: Résultat d’Impression Rapide au format PDF A4 DIN réalisé sur l’échantillon de données de
l’Alaska
Icône
Extension
Chapitre de référence
Diagramme de couche
Chapitre 4.4.10
GRASS
Chapitre 8 et Appendice B
Installateur d’extensions
Chapitre 10.1.3
SPIT
Chapitre 4.2.4
WFS
Chapitre 6.4
TABLE 11.11.: Autres extensions principales
11.18. Utiliser des extensions externes en Python pour QGIS
Les extensions QGIS externes sont écrites en python. Elles sont stockées dans un dépôt officiel ou dans des
dépôts de contribution d’utilisateurs ou dans des dépôts externes maintenus par des auteurs individuels. Le
tableau 11.12 montre une liste d’extensions officielles actuellement disponibles avec une courte description.
La documentation détaillée sur l’utilisation, la version minimale requise de QGIS, l’auteur et d’autres informations d’importance sont fournies par les extensions externes et ne sont pas couvertes dans ce manuel. 5 6
Vous trouverez une liste à jour des extensions présentes dans le dépôt officiel de QGIS à http://qgis.osgeo.
org/download/plugins.html. Cette liste est disponible automatiquement depuis la fenêtre Installateur
d’extensions Python de
Récupérer les extensions pythons... .
5. Les mises à jour des extensions principales peuvent également être disponibles via ce dépôt
6. L’installateur d’extensions python est également une extension python externe, mais il fait partie des sources de QGIS et est donc
automatiquement chargé et sélectionné dans le gestionnaire d’extension de QGIS (voir la section 10.1.2).
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
185
11.19. Aide et support
Icône
Extension externe
Description
Zoom vers un point
Zooms vers des coordonnées définies dans la boîte
de dialogue. Vous pouvez définir également le niveau de zoom pour contrôler l’étendue de la vue.
Installateur d’extensions Python
TABLE 11.12.: Extensions QGIS externe actuellement modéré
Une description détaillée de l’installation pour les extensions python externes peut être trouvée dans la section
10.1.2.
Astuce QGIS 48 A JOUT D ’ AUTRES DÉPÔTS
Pour ajouter le dépôt des contributions d’utilisateurs ou des dépôts externes, ouvrez l’installateur d’extensions ( Extensions >
Récupérer les extensions pythons... ), allez dans l’onglet Dépots et cliquez sur
Ajouter un dépôt-tiers d’extension à la liste . Si vous ne désirez plus disposer de ces dépôts, ils peuvent être
désactivés en utilisant le bouton éditer... ou alors en les supprimant complètement avec le bouton Effacer
.
11.19. Aide et support
11.19.1. Mailinglists
QGIS est en cours de développement, par conséquent il ne fonctionne pas toujours comme prévu. La
meilleure manière d’obtenir de l’aide est de rejoindre la liste de diffusion qgis-users, vos questions y atteindront
une plus large audience et les réponses profiteront à tous.
qgis-users
Cette liste est utilisée pour les discussions généralistes ainsi que pour des questions spécifiques en rapport
avec l’installation et l’utilisation de QGIS. Vous pouvez inscrire à la liste de diffusion qgis-users en allant sur la
page suivante :
http://lists.osgeo.org/mailman/listinfo/qgis-user
fossgis-talk-liste
Pour les germanophones, le FOSSGIS e.V met à disposition la liste fossgis-talk-liste pour discuter des SIG
libres de manière générale, QGIS inclus. Vous pouvez vous y inscrire en allant sur la page suivante :
https://lists.fossgis.de/mailman/listinfo/fossgis-talk-liste
qgis-developer
Si vous êtes un développeur et que vous faites face à un problème plus technique, il est préfŕable de rejoindre
la liste de diffusion qgis-developer :
http://lists.osgeo.org/mailman/listinfo/qgis-developer
qgis-commit
À chaque fois qu’un commit est réalisé sur le dépôt du code de QGIS un email est envoyé à cette liste. Si
vous voulez être à jour de chaque changement au code en cours, vous pouvez vous inscrire à cette liste :
http://lists.osgeo.org/mailman/listinfo/qgis-commit
186
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
11.19.2. IRC
qgis-trac
Cette liste fournit une notification par courriel liée à la gestion du projet, incluant les rapports de bugs, tâches,
et demandes de fonctionnalités. Vous pouvez vous inscrire à cette liste ici :
http://lists.osgeo.org/mailman/listinfo/qgis-trac
qgis-community-team
Cette liste reçoit les courriels des thématiques liées à la documentation, au contexte d’aide, au guide utilisateur, à ce qui est lié à Internet donc les sites, listes de diffusion, forums et efforts de traduction. Si vous voulez
travailler sur le guide utilisateur, cette liste est un bon point de départ pour poser vos questions. Vous pouvez
vous inscrire à cette liste ici :
http://lists.osgeo.org/mailman/listinfo/qgis-community-team
qgis-release-team
Cette liste reçoit les courriels des thématiques comme les procédures de publication de version, paquetage
binaire pour différents systèmes et annonce des nouvelles versions à un monde plus large. Vous pouvez vous
inscrire à cette liste ici :
http://lists.osgeo.org/mailman/listinfo/qgis-release-team
qgis-tr
Cette list se concentre sur l’effort de traduction. Si vous voulez travailler à la traduction du manuel ou de
l’interface, c’est un bon point de départ.
http://lists.osgeo.org/mailman/listinfo/qgis-tr
qgis-edu
Cette liste regroupe les travaux concernant l’apprentissage de QGIS (formations, cours).
http://lists.osgeo.org/mailman/listinfo/qgis-edu
qgis-psc
Cette liste est utilisée pour discuter des problèmes du Comité de Pilotage lié à l’ensemble de la gestion et de
la direction de Quantum GIS. Vous pouvez vous inscrire à cette liste ici :
http://lists.osgeo.org/mailman/listinfo/qgis-psc
Vous êtes invité à vous inscrire à ces listes. S’il vous plait, souvenez-vous de contribuer à la liste en répondant
à des questions et en partageant vos expériences. Remarquez que les listes qgis-commit et qgis-trac ont été
configurées pour notification seulement et n’acceptent pas de mail d’utilisateurs.
11.19.2. IRC
Nous maintenons une présence sur IRC - rejoignez-nous sur le canal #qgis sur irc.freenode.net. S’il vous
plait, patientez pour obtenir une réponse puisque la plupart des personnes font autre chose et cela peut leur
prendre un peu de temps pour remarquer votre question. Un support commercial pour QGIS est disponible.
Regardez la page du site http://qgis.org/en/commercial-support.html pour plus d’informations.
Si vous ratez une discussion sur IRC, pas de problème ! Nous loguons toutes les discussions afin que vous
puisiez facilement les suivre. Allez simplement sur http://logs.qgis.org et lisez les logs IRC.
11.19.3. BugTracker
Bien que la liste de diffusion utilisateur est utile pour des questions générales du type ’Comment je réalise
xyz dans QGIS ?’, vous pouvez vouloir nous avertir de bugs dans QGIS. Vous pouvez soumettre un rapport
de bug en utilisant le tracker de bug sur https://trac.osgeo.org/qgis/. Lors de la création d’un ticket pour
un bug, fournissez s’il vous plait une adresse mail valide où nous pouvons vous demander des informations
supplémentaires.
Garder en mémoire que votre bug peut ne pas avoir la priorité à laquelle vous vous attendiez (cela dépendra
de sa sévérité). Certains bugs peuvent nécessiter du travail supplémentaire de la part des développeurs pour
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
187
11.19. Aide et support
y remédier et la personne compétente n’est pas forcément disponible.
Les demandes de fonctionnalité peuvent être soumises également en utilisant le même système de ticket que
pour les bugs. Assurez-vous de sélectionner le type enhancement.
Si vous avez trouvé un bug et l’avez corrigé vous même, vous pouvez aussi soumettre un patch. Encore,
le superbe système de ticket Trac sur https://trac.osgeo.org/qgis/ a également ce type. Sélectionnez
patch dans le menu type. Un des développeurs le vérifiera et l’appliquera à QGIS.
Ne vous alarmez pas si votre correctif n’est pas appliqué directement - les développeurs peuvent être occupés
sur d’autres commits.
11.19.4. Blog
La communauté QGIS tient également un weblog (BLOG) sur http://blog.qgis.org qui publie d’intéressants articles à la fois pour les utilisateurs et les développeurs. Vous êtes invités à contribuer au blog après
vous être enregistrés.
11.19.5. Wiki
Enfin, nous maintenons un site web wiki sur http://www.qgis.org/wiki où vous pouvez trouver diverses
informations utiles liées au développement de QGIS, plan des versions, liens vers les sites de téléchargement,
astuces de traduction des messages, etc. Parcourez le, il y a des choses intéressantes.
188
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
A. Formats de Données supportés
Quantum GIS utilise la bibliothèque GDAL/OGR pour lire et écrire dans les formats de données vecteurs et
rasters. Veuillez noter que tous les formats listés ci-dessous ne sont pas susceptibles de fonctionner sous
QGIS pour de multiples raisons. Par exemple, parce que certains requièrent des bibliothèques propriétaires
externes ou parce que votre installation de GDAL n’a pas été compilée avec leur support. Seuls les formats
qui ont pu être testés apparaissent dans la liste de choix de formats de QGIS, ceux non testés peuvent être
chargés en sélectionnant *.*.
A.1. Formats vecteurs OGR
A la date d’écriture de ce document, les formats suivants sont supportés par la bibliothèque OGR [4]. Une
liste complète est aussi disponible à http://www.gdal.org/ogr/ogr_formats.html.
– Arc/Info Binary Coverage
– Comma Separated Value (.csv)
– DODS/OPeNDAP
– ESRI Personal GeoDatabase
– ESRI ArcSDE
– ESRI Shapefile
– FMEObjects Gateway
– GeoJSON
– Geoconcept Export
– GeoRSS
– GML
– GMT
– GPX
– GRASS Vector 1
– Informix DataBlade
– INTERLIS
– IHO S-57 (ENC)
– Mapinfo File
– Microstation DGN
– OGDI Vectors
– ODBC
– Oracle Spatial
– PostgreSQL 2
– SDTS
– SQLite
– UK .NTF
– U.S. Census TIGER/Line
1. Le support de GRASS est fournit par une extension QGIS
2. QGIS implémente ses propres fonctions PostgreSQL. OGR peut être compilé sans ce support
189
A.2. Formats Raster GDAL
– VRT - Virtual Datasource
– X-Plane/Flighgear aeronautical data
A.2. Formats Raster GDAL
A la date d’écriture de ce document, les formats suivants sont supportés par la bibliothèque GDAL [1]. Une
liste complète est aussi disponible à http://www.gdal.org/formats_list.html.
– Arc/Info ASCII Grid
– ADRG/ARC Digitilized Raster Graphics
– Arc/Info Binary Grid (.adf)
– Magellan BLX Topo (.blx, .xlb)
– Microsoft Windows Device Independent Bitmap (.bmp)
– BSB Nautical Chart Format (.kap)
– VTP Binary Terrain Format (.bt)
– CEOS (Spot for instance)
– First Generation USGS DOQ (.doq)
– New Labelled USGS DOQ (.doq)
– Military Elevation Data (.dt0, .dt1)
– ERMapper Compressed Wavelets (.ecw)
– ESRI .hdr Labelled
– ENVI .hdr Labelled Raster
– Envisat Image Product (.n1)
– EOSAT FAST Format
– FITS (.fits)
– Graphics Interchange Format (.gif)
– GMT compatible netCDF
– GRASS Rasters 3
– Golden Software Binary Grid
– TIFF / BigTIFF / GeoTIFF (.tif)
– Hierarchical Data Format Release 4 (HDF4)
– Hierarchical Data Format Release 5 (HDF5)
– ILWIS Raster Map (.mpr,.mpl)
– Intergraph Raster
– Erdas Imagine (.img)
– Atlantis MFF2e
– Japanese DEM (.mem)
– JPEG JFIF (.jpg)
– JPEG2000 (.jp2, .j2k)
– NOAA Polar Orbiter Level 1b Data Set (AVHRR)
– Erdas 7.x .LAN and .GIS
– In Memory Raster
– Vexcel MFF
– Vexcel MFF2
3. Le support de GRASS est fournit par une extension QGIS
190
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
– Atlantis MFF
– Multi-resolution Seamless Image Database MrSID
– NITF
– NetCDF
– OGDI Bridge
– Oracle Spatial Georaster
– OGC Web Coverage Server
– OGC Web Map Server
– PCI .aux Labelled
– PCI Geomatics Database File
– PCRaster
– Portable Network Graphics (.png)
– Netpbm (.ppm,.pgm)
– USGS SDTS DEM (*CATD.DDF)
– SAR CEOS
– USGS ASCII DEM (.dem)
– X11 Pixmap (.xpm)
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
191
B. Modules de la boîte à outils de GRASS
La console GRASS dans la boîte à outils GRASS permet d’accéder à quasiment tous (plus de 300) les
modules de GRASS au moyen de la ligne de commande. Pour offrir un environnement de travail plus ergonomique, à peu près 200 des modules et fonctionnalités de GRASS disponibles sont aussi disponibles par des
boîtes de dialogue graphique.
B.1. Modules d’import et d’export de la boîte à outils GRASS
Cette section liste toutes les boîtes de dialogue de la boîte à outils de GRASS pour importer et exporter des
données dans une location et jeu de données préalablement sélectionnés dans GRASS.
Modules d’import de données raster dans la boîte à outils de GRASS
Nom de Module
Objectif
r.in.arc
Convertit un fichier raster ascii ARC/INFO d’ESRI (GRID) en une couche raster
(binaire)
r.in.ascii
Convertit un fichier raster texte ASCII en une couche raster (binaire)
r.in.aster
Georeferencement, rectification, et import d’image Terra-ASTER et des MNT relatif
en utilisant gdalwarp
r.in.bin
Importer un raster binaire
r.in.gdal
Importer un fichier raster géré par GDAL dans une couche raster binaire de GRASS
r.in.gdal.loc
Importer un fichier raster géré par GDAL dans une couche raster binaire de GRASS
et créer une région lui correspondant
r.in.gdal.qgis
Importer un raster déjà chargé dans QGIS dans GRASS
r.in.gdal.qgis.loc
Importer un raster déjà chargé dans QGIS dans GRASS et créer une localisation
correspondante
r.in.gridatb
Importer un fichier GRIDATB.FOR (TOPMODEL)dans une couche raster de
GRASS
r.in.mat
Importer un fichier binaire MAT-File(v4) dans une couche raster GRASS
r.in.poly
Crée des couches raster à partir de fichiers ascii de données polygonales/linéairesdans le répertoire sélectionné
r.in.srtm
Importer des fichiers SRTM HGT dans GRASS
i.in.spotvgt
Importer de fichier NDVI VGT de SPOT dans une couche raster
r.in.wms
Télécharger et importer des données WMS
r.external
Lier un raster supporté par GDAL
Suite page suivante
193
B.1. Modules d’import et d’export de la boîte à outils GRASS
Nom de Module
Objectif
r.external.qgis
Lier un raster supporté par GDAL déjà chargé dans QGIS
r.external
Lier tous les rasters d’un répertoire
TABLE B.1.: Boîte à outils GRASS : Modules d’import de données raster
Modules d’export de données raster dans la boîte à outils de GRASS
Nom de Module
Objectif
r.out.gdal
Exporte un raster dans différents formats (GDAL library)
r.out.gdal.gtiff
Exporte une couche raster en GeoTIFF
r.out.ascii
Exporte un raster dans un fichier texte ASCII
r.out.arc
Convertit une couche raster dans un fichier ARCGRID d’ESRI
r.out.xyz
Exporte un raster dans un fichier texte(X,Y,Z) en se basant sur le centre des cellules
r.gridatb
Exporte une couche raster GRASS en fichier GRIDATB.FOR (TOPMODEL)
r.out.mat
Exporte un raster GRASS en un fichier binaire MAT-File
r.out.bin
Exporte un raster GRASS en tableau binaire
r.out.mpeg
Exporte une série de raster dans une vidéo MPEG
r.out.png
Exporte un raster GRASS dans une image non géoréférencé au format PNG
r.out.ppm
Convertit une couche raster GRASS dans un fichier image PPM à la résolution du
pixel de CURRENTLY DEFINED REGION
r.out.ppm3
Convertit 3 couches raster GRASS (R,G,B) dans un fichier image PPM à la résolution du pixel CURRENTLY DEFINED REGION
r.out.pov
Convertit une couche raster dans un fichier avec un champ poids pour POVRAY
r.out.tiff
Exporte une couche raster GRASS dans une image TIFF de 8/24bit à la résolution
du pixel de la région sélectionnée
r.out.vrml
Exporte une couche raster dans le format Virtual Reality Modeling Language
(VRML)
r.out.vtk
Exporte un raster dans un fichier VTK-ASCII
TABLE B.2.: Boîte à outils GRASS : Modules d’exportation de raster et d’images
194
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Modules d’import de données vectorielles dans la boîte à outils de GRASS
Nom de Module
Objectif
v.in.dxf
Importer une couche vecteur DXF
v.in.e00
Importer un fichier ESRI E00 dans une couche vecteur
v.in.garmin
Importer un vecteur à partir d’un GPS en utilisant gpstrans
v.in.gpsbabel
Importer un vecteur à partir d’un GPS en utilisant gpsbabel
v.in.mapgen
Importer des vecteurs MapGen ou MatLab dans GRASS
v.in.ogr
Importer des couches vectorieles OGR/PostGIS
v.in.ogr.qgis
Import loaded vector layers into GRASS binary vector map
v.in.ogr.loc
Importer des couches vectorielles OGR/PostGIS et créer une région leurs correspondants
v.in.ogr.qgis.loc
Import loaded vector layers into GRASS binary vector map and create a fitted location
v.in.ogr.all
Importe toutes les couches vectorielles OGR/PostGIS dans une source de données
définit
v.in.ogr.all.loc
Importe toutes les couches vectorielles OGR/PostGIS dans une source de données
définit et créer une région leurs correspondant
TABLE B.3.: Boîte à outils GRASS : Module d’importation de données vectorielles
Modules d’import de données vectorielles dans la boîte à outils de GRASS
Nom de Module
Objectif
v.out.ogr
Exporte une couche vecteur dans différents formats (bibliothèque OGR)
v.out.ogr.gml
Exporte une couche vectorielle en GML
v.out.ogr.postgis
Exporte une couche vectorielle en différents formats (bibliothèque OGR)
v.out.ogr.mapinfo
Export au format Mapinfo d’une couche vectorielle
v.out.ascii
Convertit une couche vecteur binaire de GRASS en une couche vectorielle ASCII de GRASS
v.out.dxf
Convertit un vecteur de GRASS en DXF
v.out.pov
Exporte une couche vectorielle en
v.out.svg
Exporte une couche vectorielle en
v.out.vtk
Exporte une couche vectorielle en VTK-ASCII
TABLE B.4.: Boîte à outils GRASS : Module d’exportation de données vectorielles
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
195
B.1. Modules d’import et d’export de la boîte à outils GRASS
Modules d’export de données attributaires dans la boîte à outils de GRASS
Nom du module
Objectif
db.out.ogr
Exporte la table d’attributs dans différents formats
TABLE B.5.: oîte à outils GRASS : Données attributaires d’un vecteur
196
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
B.2. Modules de conversion de données de la boîte à outils GRASS
Cette section liste les interfaces graphiques de la boîte à outils GRASS permettant de convertir les données.
Modules de conversion de types de données dans la boîte à outils de GRASS
Nom du module
Objectif
r.to.vect.point
Convertit un raster en points vectoriels
r.to.vect.line
Convertit un raster en lignes vectorielles
r.to.vect.area
Convertit un raster en polygones vectoriels
v.to.rast.constant
Convertit un vecteur en raster en utilisant une constante
v.to.rast.attr
Convertit un vecteur en raster en utilisant des valeurs attributaires
TABLE B.6.: Boîte à outils GRASS : modules de conversion detype de données
B.3. Modules de configuration de la projections et de la région de la
boîte à outils de GRASS
Cette section liste tous les boîtes de dialogue dans la boîte à outils de GRASS pour gérer et modifier la région
du jeu de données sélectionné et de configurer la projection.
Modules de configuration de la projection et de la région
Nom de Module
Objectif
g.region.save
Sauve la région actuelle dans la région nommée
g.region.zoom
Réduction de la région courante jusqu’à ce qu’il renvoie des données nonNULL à partir d’une carte raster
g.region.multiple.raster
Défini la région pour correspondre à de multiples couches raster
g.region.multiple.vector
Définit la région pour correspondre à de multiples couches vecteur
g.proj.print
Affiche des informations de la projection de la localisation actuelle
g.proj.geo
Affiche des informations de la projection à partir d’un fichier géoréférencé
(raster, vecteur ou image)
g.proj.ascii.new
Affiche des informations de la projection à partir d’un fichier ASCII géoréférencé contenant une description WKT de la projection
g.proj.proj
Affiche des informations de la projection à partir d’un fichier de description
de la projection PROJ.4
Suite page suivante
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
197
B.4. Modules de données raster de la boîte à outils de GRASS
Nom de Module
Objectif
g.proj.ascii.new
Affiche des informations de la projection à partir d’un fichier ASCII géoréférencé contenant une description WKT de la projection et Création d’une
nouvelle location basée sur celui-ci
g.proj.geo.new
Affiche des informations de la projection à partir d’un fichier géoréférencé
(raster, vecteur ou image) et Création d’une nouvelle location basé sur celuici
g.proj.proj.new
Affiche des informations de la projection à partir d’un fichier de description
de la projection PROJ.4 et Création d’une nouvelle location basée sur celuici
TABLE B.7.: Boîte à outils GRASS : Modules de configuration de la projection et de la région
B.4. Modules de données raster de la boîte à outils de GRASS
Cette section liste toutes les boîtes de dialogue dans la boîte à outils de GRASS pour utiliser et analyser des
données raster dans un jeu de données et une région de GRASS sélectionnés.
Modules de traitement des couches raster
Nom de Module
Objectif
r.compress
Compresse et décompresse des couches raster
r.region.region
Définit la définition des frontières à la région par défaut ou celle actuelle
r.region.raster
Définit la définition des frontières à partir d’une couche raster existante
r.region.vector
Définit la définition des frontières à partir d’une couche vecteur existante
r.region.edge
Définit la définition des frontières par le bord (n-s-e-o)
r.region.alignTo
Définit la région sur laquelle aligner la couche raster
r.null.val
Transforme les cellules avec des valeurs en cellules nulles
r.null.to
Transforme les cellules nulles en cellules avec une valeur
r.quant
Cette routine produit le fichier de quantification pour une carte en virgule flottante
r.resamp.stats
Reéchantillonne des couches raster en utilisant l’aggrégation
r.resamp.interp
Reéchantillonne des couches raster en utilisant l’interpolation
r.resample
Fonctionnalité de reéchantillonage de données raster de GRASS. Vous devez auparavant définir une nouvelle résolution
r.resamp.rst
Reinterpole et calcul l’analyse topographique en utilisant des courbes régularisées
avec une tension et un lissage
r.support
Permet la création et/ou la modification des fichiers support de la couche raster
Suite page suivante
198
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Nom de Module
Objectif
r.support.stats
Met à jour les statistiques du raster
r.proj
Reprojette une couche raster d’une location à la localition actuelle
TABLE B.8.: Boîte à outils GRASS : Modules de traitement des couches raster
Modules de gestion de la couleur des raster dans la boîte à outils de GRASS
Nom du module
Objectif
r.colors.table
Définit une table de couleur à partir de tables établies
r.colors.rules
Définit une table de couleur à partir de règles établies
r.colors.rast
Définit une table de couleur à partir d’un raster existant
r.colors.stddev
éfinit une table de couleur à partir de la déviation standart de la
valeur moyenne de la carte
r.blend
Mélange les composants de couleurs de deux rasters en fonction
d’un ratio
r.composite
Mélange le rouge, le vert et le bleu de couches raster pour obtenir
un raster d’une couleur
r.his
Génère des couches raster rouge, vert et bleu combinant les valeurs de la teinte, de l’intensité et de la saturation (HIS) à partir
de couches raster définit par l’utilisateur en entrée
TABLE B.9.: Boîte à outils GRASS : Modules de gestion de la couleur des raster
Modules d’analyse spatiale raster
Nom de Module
Objectif
r.buffer
Buffer raster
r.mask
Créé un MASK pour limiter les opérations raster
r.mapcalc
Calculateur de couche raster
r.mapcalculator
Algèbre cartographique simple
r.neighbors
Analyse raster des voisins
v.neighbors
Compte les points voisins
Suite page suivante
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
199
B.4. Modules de données raster de la boîte à outils de GRASS
Nom de Module
Objectif
r.cross
Crée un produit croisé de la valeur de la catégorie à partir de plus couches
raster
r.series
Fait de chaque cellule en sortie une fonction de la valeur attribuée aux cellules
correspondantes à la sortie des couches raster
r.patch
Crée une nouvelle couche raster en combinanet d’autres couches raster
r.statistics
Statistiques orienté categories ou objet
r.sunmask.position
Calcule une carte d’ombrage selon la position exacte du soleil
r.sunmask.date.time
Calcule une carte d’ombrage selon la position du soleil déterminée par la date
et l’heure
r.cost
Renvoie une couche raster montrant le coût cumulatif du déplacement entre
des endroits géographiques différents sur une couche raster en entrée dont les
valeurs des catégories représentent le coût
r.drain
Trace un flux à travers un modèle d’élévation sur une couche raster
r.shaded.relief
Création d’une carte d’ombrage
r.slope.aspect.slope
Génère une carte de pente à partir d’un MNT (Modèle Numérique de Terrain)
r.slope.aspect.aspect
Génère une carte d’aspect à partir d’un MNT (Modèle Numérique de Terrain)
r.param.scale
Extrait les paramètres terrain à partir d’un MNT
r.texture
Génère des images avec des objets de texture à partir d’une couche raster
(première série d’indices)
r.texture.bis
Génère des images avec des objets de texture à partir d’une couche raster
(seconde série d’indices)
r.los
Analyse raster de la ligne de vue
r.grow.distance
Crée un raster de distance vers des entités
r.clump
Recatégorise des cellules contig"ue en une catégorie unique
r.grow
Génère une couche raster avec des zones contig"ues augmentées par une
cellule
r.thin
Cellules non null minces qui dénote un objet linéaire
TABLE B.10.: Boîte à outils GRASS : Modules d’analyse spatiale raster
Modules de gestion des surfaces
Nom de Module
Objectif
r.circle
Création d’une carte contenant des cercles concentriques
r.random
Création d’une couche vecteur de point aléatoire dans un raster
Suite page suivante
200
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Nom de Module
Objectif
r.random.cells
Génère des valeurs de cellule aléatoire avec une dépendance spatiale
v.kernel
Densité du noyau Gaussien
r.contour
Produit une couche vectoriel de contours avec des étapes définits à partir d’une couche raster
r.contour2
Produit un contour vectoriel à partir de contours définit par une couche
raster
r.surf.fractal
Création d’une surface fractal avec une dimension fractale donnée
r.surf.gauss
Module GRASS pour produire une couche raster de déviation gaussienne dont la moyenne et la déviation standard peuvent être exprimé
par l’utilisateur
r.surf.random
Produit une couche raster de divation aléatoire uniforme dont le domaine
peut être exprimé par l’utilisateur
r.plane
Création d’un plan raster
r.bilinear
Commande d’interpolation bilinéaire pour les couches raster
v.surf.bispline
Interpolation spline bicubique ou bilinéaire avec régularisation de Tykhonov
r.surf.idw
Commande d’interpolation de surface pour des couches raster
r.surf.idw2
Programme de génération de surface
r.surf.contour
Programme de génération de surface à partir de contours rasterisés
v.surf.idw
Interpole les valeurs attributaires (IDW)
v.surf.rst
Interpole les valeurs attributaires (RST)
r.fillnulls
Remplis les zones sans données dans une couche raster en utilisant
l’interpolation de splines de v.surf.rst
TABLE B.11.: Boîte à outils GRASS : Modules de gestion des surfaces
Modules pour changer les valeurs des catégories et des étiquettes de raster
Nom de Module
Objectif
r.reclass.area.greater
Reclasse une couche raster d’une zone supérieure à celle donnée par
l’utilisateur (en hectares)
r.reclass.area.lesser
Reclasse une couche raster d’une zone inférieure à celle donnée par
l’utilisateur (en hectares)
r.reclass
Reclasse un raster en utilisant un fichier de règles de reclassification
r.recode
Recode des couches raster
Suite page suivante
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
201
B.4. Modules de données raster de la boîte à outils de GRASS
Nom de Module
Objectif
r.rescale
Reéchantillonne le domaine des valeurs des catégories d’une couche
raster
TABLE B.12.: Boîte à outils GRASS : Modules pour changer les valeurs des catégories et des étiquettes des
raster
Modules de modélisation hydrologique
Nom de Module
Objectif
r.carve
Utilise des données vecteur de flux, les transforme en raster et extrait la
profondeur à partir du MNT en sortie
r.fill.dir
Filtre et génère une couche d’élévation sans dépression et un couche
de direction de flux à partir d’une couche d’élévation donnée
r.lake.xy
Remplit le lac à partir de données ponctuelles à un niveau défini
r.lake.seed
Remplit le lac à partir de données à un niveau défini
r.topidx
Crée une carte en 3D basé sur des couches raster et des élévations 2D
r.basins.fill
Génère une couche raster montrant les sous-bassins hydrographiques
r.water.outlet
Programme de création de bassin hydrographique
TABLE B.13.: Boîte à outils GRASS : Modules de modélisation hydrologique
Modules d’analyses statistiques et de rapports
Nom de Module
Objectif
r.category
Affiche les valeurs des categories et leus étiquettes avec une couche
rster définit par l’utilisateur
r.sum
Réalise la somme des valeurs des cellules d’un raster
r.report
Renvoi des statistiques pour des couches raster
r.average
Trouve la moyenne des valeurs dans une couche de couverture dans
des zones assignées de même valeur de catégorie dans une couche
définit par l’utilisateur
r.median
Trouve la mediane des valeurs dans une couche de couverture dans des
zones assignées de même valeur de catégorie dans une couche définit
par l’utilisateur
r.mode
Trouve le mode des valeurs dans une couche de couverture dans des
zones assignées de même valeur de catégorie dans une couche définit
par l’utilisateur
Suite page suivante
202
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Nom de Module
Objectif
r.volume
Calcule le volume d’un amas de données, et produit une couche vecteur
poncutel GRAS contenant le centro"ide calculé de ces amas
r.surf.area
Estimation de la surface d’une pour des rasters
r.univar
Calcule des statistiques univariées à partir de cellules non nulles d’une
couche raster
r.covar
Affiche une matrice de corrélation/covariance pour des couches raster
définit par l’utilisateur
r.regression.line
Calcule la régression linéaire à partir de deux cartes raster : y = a + b *
x
r.coin
Tabule les occurences mutuelles (co"incidence) des catégories pour
deux couches raster
TABLE B.14.: Boîte à outils GRASS : Modules d’analyses statistiques et rapports
B.5. Modules de données vecteur de la boîte à outils de GRASS
Cette section liste toutes les boîtes de dialogue dans la boîte à outils de GRASS pour utiliser et analyser des
données vecteur dans un jeu de données et une région de GRASS sélectionnés.
Modules de traitement des couches vecteurs
Nom de Module
Objectif
v.build.all
Reconstruit la topôlogie de tous les vecteurs dans le jeu de données
v.clean.break
Coupe les lignes à chaque intersection de la couche vecteur
v.clean.snap
Nettoyage topologique : aimante les lignes vers les sommets en fonction d’un
seuil
v.clean.rmdangles
Nettoyage topologique : supprime les noeuds pendants ([NdT] noeuds isolés
qui ne ferme pas proprement l’objet)
v.clean.chdangles
Nettoyage topologique : change le type contour d’arc en ligne
v.clean.rmbridge
Supprime les ponts connectant une surface et une ou deux îles
v.clean.chbridge
Change les ponts connectant les surfaces et une ou 2 îles
v.clean.rmdupl
Enlève les lignes dupliquées (faîtes attention aux catégories !)
v.clean.rmdac
Enlève les centro"ides dupliqués des surfaces
v.clean.bpol
Casse les polygones. Les contours sont cassés sur chaque point partagé entre
deux ou plus polygones où les angles des segments sont différents
v.clean.prune
Enlève les sommets dans un seuil des lignes et contours
Suite page suivante
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
203
B.5. Modules de données vecteur de la boîte à outils de GRASS
Nom de Module
Objectif
v.clean.rmarea
Enlève les petites surfaces (supprime les contours les plus grand avec des
zones adjacantes)
v.clean.rmline
Enlève toutes les lignes ou contours de longueur nulle
v.clean.rmsa
Enlève les petits angles entre les lignes aux niveaux des noeuds
v.type.lb
Convertit des lignes en limites
v.type.bl
Convertit des limites en lignes
v.type.pc
Convertit des points en centroides
v.type.cp
Convertit des centroides en points
v.centroids
Ajoute les centroides manquants aux limites fermées
v.build.polylines
Construit des polylignes à partir de lignes
v.segment
Crée des points/segments à partir de positions et de lignes vectorielles en entrée
v.to.points
Crée des points le longs d’une ligne en entrée
v.parallel
Crée une ligne parallèle à des lignes en entrée
v.dissolve
Dissous des limites dans des zones adjacentes
v.drape
Convertit des vecteurs 2D en vecteur 3D par rééchantillonage de raster d’élévation
v.transform
Réalise une transformation affine d’une couche vecteur
v.proj
Permet une conversion de la projection de fichier vecteur
v.support
Met à jour les méta-données des couches vecteurs
generalize
Généralisation vectorielle
v.build.all
Reconstruit la topôlogie de tous les vecteurs dans le jeu de données
v.clean.break
Coupe les lignes à chaque intersection de la couche vecteur
v.clean.snap
Nettoyage topologique : aimante les lignes vers les sommets en fonction d’un
seuil
v.clean.rmdangles
Nettoyage topologique : supprime les noeuds pendants ([NdT] noeuds isolés
qui ne ferme pas proprement l’objet)
v.clean.chdangles
Nettoyage topologique : change le type contour d’arc en ligne
v.clean.rmbridge
Supprime les ponts connectant une surface et une ou deux îles
v.clean.chbridge
Change les ponts connectant les surfaces et une ou 2 îles
v.clean.rmdupl
Enlève les lignes dupliquées (faîtes attention aux catégories !)
v.clean.rmdac
Enlève les centro"ides dupliqués des surfaces
Suite page suivante
204
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Nom de Module
Objectif
v.clean.bpol
Casse les polygones. Les contours sont cassés sur chaque point partagé entre
deux ou plus polygones où les angles des segments sont différents
v.clean.prune
Enlève les sommets dans un seuil des lignes et contours
v.clean.rmarea
Enlève les petites surfaces (supprime les contours les plus grand avec des
zones adjacantes)
v.clean.rmline
Enlève toutes les lignes ou contours de longueur nulle
v.clean.rmsa
Enlève les petits angles entre les lignes aux niveaux des noeuds
v.type.lb
Convertit des lignes en limites
v.type.bl
Convertit des limites en lignes
v.type.pc
Convertit des points en centroides
v.type.cp
Convertit des centroides en points
v.centroids
Ajoute les centroides manquants aux limites fermées
v.build.polylines
Construit des polylignes à partir de lignes
v.segment
Crée des points/segments à partir de positions et de lignes vectorielles en entrée
v.to.points
Crée des points le longs d’une ligne en entrée
v.parallel
Crée une ligne parallèle à des lignes en entrée
v.dissolve
Dissous des limites dans des zones adjacentes
v.drape
Convertie des vecteurs 2D en vecteur 3D par reéchantillonage de raster d’élélvation
v.transform
Réalise une transformation affine d’une couche vecteur
v.proj
Permet une conversion de la projection de fichier vecteur
v.support
Met à jour les méta-données des couches vecteurs
generalize
Généralisation vectorielle
TABLE B.15.: Boîte à outils GRASS : Modules de traitement des couches vecteurs
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
205
B.5. Modules de données vecteur de la boîte à outils de GRASS
Modules de connexion aux bases de données
Nom du module
Objectif
v.db.connect
Connecte un vecteur à une base de données
v.db.sconnect
Déconnecte un vecteur d’une base de données
v.db.what.connect
Définit/affiche une connexion à une base de données pour un
vecteur
TABLE B.16.: Boîte à outils GRASS : Modules de connexion aux bases de données
Modules de modification des champs vectoriels
Nom du module
Objectif
v.category.add
Ajoute des éléments à la couche (tous les éléments du type de
la couche sélectionnée !)
v.category.del
Supprime les valeurs des catégories
v.category.sum
Ajoute une valeur aux valeurs des catégories en cours
v.reclass.file
Reclasse les valeurs des catégories en utilisant un fichier de
règles
v.reclass.attr
Reclasse les valeurs des catégories en utilisant une colonne attributaire (entier positif)
TABLE B.17.: Boîte à outils GRASS : Modules de modification des champs vectoriels
Travailler avec les modules des vecteurs ponctuels
Nom de Module
Objectif
v.in.region
Crée une nouvelle couche vecteur avec une étendue de la région actuelle
v.mkgrid.region
Crée une grille dans la région actuelle
v.in.db
Importer des points vectoriels d’une table d’une base de données contenant des coordonnées
v.random
Génère aléaoitement une couche de points vectorielle GRASS en 2D/3D
v.perturb
Placement aléatoire de points vectoriels de pertubation
v.kcv
place des points aléatoires dans un jeu test
v.outlier
Supprime les valeurs atypiques des données ponctuelles vectorielles
Suite page suivante
206
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Nom de Module
Objectif
v.hull
Crée une enveloppe convexe
v.delaunay.area
Triangulation de Delaunay (linéaire)
v.delaunay.area
Triangulation de Delaunay (surface)
v.voronoi.area
Diagramme de Voronoï (linéaire)
v.voronoi.area
Diagramme de Voronoï (surface)
TABLE B.18.: Travailler avec les modules des vecteurs ponctuels
Modules d’analyse spatiale de vecteur et de réseau
Nom de Module
Objectif
v.extract.where
Sélectionne les objets par attributs
v.extract.list
Extrait les objets sélectionnés
v.select.overlap
Sélectione les objets superposés par des objets d’une autre couche
v.buffer
Buffer de vecteur
v.distance
Trouve l’élément le plus proche dans un vecteur ’to’ pour des éléments dans un
vecteur ’from’
v.net.nodes
Crée des noeuds sur un réseau
v.net.alloc
Alloue un réseau
v.net.iso
Coupe un réseau par des isolignes de cout
v.net.salesman
Connecte des noeuds par la route la plus courte (problème du voyageur de commerce)
v.net.steiner
Connecte des noeuds sélectionnés par l’arbre le plus court (arbre Steiner)
v.patch
Crée une nouvelle couche vecteur par combinaison de couches vecteurs
v.overlay.or
Union de vecteur
v.overlay.and
Intersection de vecteur
v.overlay.not
Soustraction de vecteur
v.overlay.xor
Non intersection de vecteur
TABLE B.19.: Boîte à outils GRASS : Modules d’analyse spatiale de vecteur et de réseau
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
207
B.6. Modules de données d’imagerie de la boîte à outils de GRASS
Mise à jour de vecteur à partir d’autres modules cartographiques
Nom de Module
Objectif
v.rast.stats
Calcule des statistiques univariées d’une couche raster GRASS basée
sur des objets vecteurs
v.what.vect
Télécharge des cartes pour éditer la table d’attributs
v.what.rast
Télécharge des valeurs raster à la position des points vecteurs vers la
table
v.sample
échantillonne une fichier raster à l’endroit des sites
TABLE B.20.: Boîte à outils GRASS : Mise à jour de vecteur à partir d’autres modules cartographiques
Suite page suivante
Modules de statistique et de rapport de vecteur
Nom de Module
Objectif
v.to.db
Mais des variables de géométrie dans la base de données
v.report
Crée un rapport de statistisque des géométries pour les vecteurs
v.univar
Calcule des statistiques univariées sur la colonne de la table sélectionnée pour une couche vecteur de GRASS
v.normal
Teste la normalité des points
TABLE B.21.: Boîte à outils GRASS : modules de statistique et de rapport de vecteur
B.6. Modules de données d’imagerie de la boîte à outils de GRASS
Cette section liste toutes les boîtes de dialogue dans la boîte à outils de GRASS pour utiliser et analyser les
données d’images dans une région et un jeu de données GRASS sélectionnés.
Module d’analyse d’image
Nom de Module
Objectif
i.image.mosaik
Mosaique jusqu’à 4 images
i.rgb.his
Fonction de transformation de la carte de couleur du raster de Rouge
Vert Bleu (RVB) en Nuance Intensité Saturation (HIS)
i.his.rgb
Fonction de transformation de la carte de couleur du raster de Nuance
Intensité Saturation (HIS) en Rouge Vert Bleu (RVB)
Suite page suivante
208
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Nom de Module
Objectif
i.landsat.rgb
Balance automatique des couleurs des images LANDSAT
i.fusion.brovey
Transformation de Brovey pour fusionner des cannaux panchromatique
multispectrale et de haute résolution
i.zc
Fonction raster de détection de bord vide ([NdT] Zero-crossing edge detection) dans le traitement des images
r.mfilter
Filtre de matrice de fichier raster
i.tasscap4
Transformation de Tasseled Cap (Kauth Thomas) pour les données
LANDSAT-TM 4
i.tasscap4
Transformation de Tasseled Cap (Kauth Thomas) pour les données
LANDSAT-TM 5
i.tasscap4
Transformation de Tasseled Cap (Kauth Thomas) pour les données
LANDSAT-TM 7
i.fft
Transformation rapide de Fourier (FFT) pour le traitement des images
i.ifft
Transformation inverse rapide de Fourier pour le traitement des images
r.describe
Affiche une liste tierce de valeurs de catégorie trouvé dans une couche
raster
r.bitpattern
Compare des motifs d’octets avec une couche raster
r.kappa
Calcule une matrice d’erreur et de paramètre kappa pour l’évaluation de
la précision des résultats d’une classification
i.oif
Calcule une table de facteur d’index optimal pour les bandes tm landsat
TABLE B.22.: Boîte à outils GRASS : modules analyse d’image
B.7. Modules de base de données de la boîte à outils de GRASS
Cette section liste toutes les boîtes de dialogue dans la boîte à outils de GRASS pour gérer, se connecter
et travailler avec les bases de données externes et internes. Travailler avec des bases de données spatiales
externes est possible via OGR n’est pas couvert par ces modules.
Modules de gestion de base de données et d’analyse
Nom de Module
Objectif
db.connect
Définit la connexion à la BdD générale du jeu de données
db.connect.schema
Définit la connexion à la BdD générale avec un schéma du jeu de données
db.connect-login.pg
Définit une connexion Postgresql
Suite page suivante
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
209
B.8. Modules 3D de la boîte à outils de GRASS
Nom de Module
Objectif
v.db.reconnect.all
Reconnecte un vecteur avec une nouvelle base de données
db.login
Définit un utilisateur/mot de passe pour un pilote/base de données
v.db.addtable
Crée et ajoute une nouvelle table à un vecteur
v.db.droptable
Supprime une table attributaire existante
v.db.addcol
Ajoute une ou plusieurs colonnes à une table attributaire connectée à
une couche vecteur donnée
v.db.dropcol
Supprime une colonne de la table attributaire connectée à une couche
vecteur donnée
v.db.renamecol
Renomme une colonne dans une table attributaire connectée à une
couche vecteur donnée
v.db.update_const
Permet d’assigner une nouvelle valeur d’une constante à une colonne
v.db.update_query
Permet d’assigner une nouvelle valeur d’une constante à une colonne
seulement si le résultat de la requête est TRUE
v.db.update_op
Permet d’assigner une nouvelle valeur, résultat d’une opération sur une
ou plusieurs colonne(s), à une colonne dans la table attributaire connectée à une couche donnée
v.db.update_op_query
Permet d’assigner une nouvelle valeur à une colonne, résultat d’une
opération sur ou plusieurs colonne(s), seulement si le résutlat de la requête est TRUE
db.execute
éxecute une requête SQL
db.select
Affiche les résultats d’une sélection d’une base de données basé sur
une requête SQL
v.db.select
Affiche les attributs d’une couche vecteur
v.db.select.where
Affiche les attributs d’une couche vecteur avec une requête SQL
v.db.join
Permet de réaliser une jointure de table avec une table d’une couche
vecteur
v.db.univar
Calcule des statistiques univariées sur une colonne d’une table sélectionnée pour une couche vecteur de GRASS
TABLE B.23.: Boîte à outils GRASS : Modules de gestion de base de données et d’analyse
B.8. Modules 3D de la boîte à outils de GRASS
Cette section liste toutes les boîtes de dialogues de la boîte à outils de GRASS pour travailler avec les données
3D. GRASS fournit plus de modules, mais ils sont actuellement seulement disponibles en utilisant la console
de GRASS.
210
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Modules de visualisation 3D et d’analyses
Nom du module
Objectif
nviz
Vue 3D dans nviz
TABLE B.24.: Boîte à outils GRASS : visualisation 3D
B.9. Modules d’aide de la boîte à outils de GRASS
Le manuel de référence du SIG GRASS offre un aperçu complet des modules de GRASS disponibles, non
limité aux modules et leurs fonctionnalités souvent limités implémenté dans la boîte à outils de GRASS.
Modules de manuel de référence
Nom du module
Objectif
g.manual
Affiche la page HTML du manuel de GRASS
TABLE B.25.: Boîte à outils GRASS : manuel de référence
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
211
C. GNU General Public License
GNU GENERAL PUBLIC LICENSE
Version 2, June 1991
Copyright (C) 1989, 1991 Free Software Foundation, Inc. 59 Temple Place - Suite 330, Boston, MA 02111-1307, USA
Everyone is permitted to copy and distribute verbatim copies of this license document, but changing it is not allowed.
Preamble
The licenses for most software are designed to take away your freedom to share and change it. By contrast, the GNU
General Public License is intended to guarantee your freedom to share and change free software–to make sure the
software is free for all its users. This General Public License applies to most of the Free Software Foundation’s software
and to any other program whose authors commit to using it. (Some other Free Software Foundation software is covered
by the GNU Library General Public License instead.) You can apply it to your programs, too.
When we speak of free software, we are referring to freedom, not price. Our General Public Licenses are designed to
make sure that you have the freedom to distribute copies of free software (and charge for this service if you wish), that you
receive source code or can get it if you want it, that you can change the software or use pieces of it in new free programs ;
and that you know you can do these things.
To protect your rights, we need to make restrictions that forbid anyone to deny you these rights or to ask you to surrender
the rights. These restrictions translate to certain responsibilities for you if you distribute copies of the software, or if you
modify it.
For example, if you distribute copies of such a program, whether gratis or for a fee, you must give the recipients all the
rights that you have. You must make sure that they, too, receive or can get the source code. And you must show them
these terms so they know their rights.
We protect your rights with two steps : (1) copyright the software, and (2) offer you this license which gives you legal
permission to copy, distribute and/or modify the software.
Also, for each author’s protection and ours, we want to make certain that everyone understands that there is no warranty
for this free software. If the software is modified by someone else and passed on, we want its recipients to know that what
they have is not the original, so that any problems introduced by others will not reflect on the original authors’ reputations.
Finally, any free program is threatened constantly by software patents. We wish to avoid the danger that redistributors of
a free program will individually obtain patent licenses, in effect making the program proprietary. To prevent this, we have
made it clear that any patent must be licensed for everyone’s free use or not licensed at all.
The precise terms and conditions for copying, distribution and modification follow. TERMS AND CONDITIONS FOR COPYING, DISTRIBUTION AND MODIFICATION
0. This License applies to any program or other work which contains a notice placed by the copyright holder saying it
may be distributed under the terms of this General Public License. The "Program", below, refers to any such program or
work, and a "work based on the Program" means either the Program or any derivative work under copyright law : that is
to say, a work containing the Program or a portion of it, either verbatim or with modifications and/or translated into another
language. (Hereinafter, translation is included without limitation in the term "modification".) Each licensee is addressed as
"you".
Activities other than copying, distribution and modification are not covered by this License ; they are outside its scope. The
act of running the Program is not restricted, and the output from the Program is covered only if its contents constitute a
work based on the Program (independent of having been made by running the Program). Whether that is true depends on
what the Program does.
1. You may copy and distribute verbatim copies of the Program’s source code as you receive it, in any medium, provided
that you conspicuously and appropriately publish on each copy an appropriate copyright notice and disclaimer of warranty ;
keep intact all the notices that refer to this License and to the absence of any warranty ; and give any other recipients of
the Program a copy of this License along with the Program.
You may charge a fee for the physical act of transferring a copy, and you may at your option offer warranty protection in
exchange for a fee.
2. You may modify your copy or copies of the Program or any portion of it, thus forming a work based on the Program,
and copy and distribute such modifications or work under the terms of Section 1 above, provided that you also meet all of
these conditions :
213
B.9. Modules d’aide de la boîte à outils de GRASS
a) You must cause the modified files to carry prominent notices stating that you changed the files and the date of any
change.
b) You must cause any work that you distribute or publish, that in whole or in part contains or is derived from the Program
or any part thereof, to be licensed as a whole at no charge to all third parties under the terms of this License.
c) If the modified program normally reads commands interactively when run, you must cause it, when started running
for such interactive use in the most ordinary way, to print or display an announcement including an appropriate copyright
notice and a notice that there is no warranty (or else, saying that you provide a warranty) and that users may redistribute
the program under these conditions, and telling the user how to view a copy of this License. (Exception : if the Program
itself is interactive but does not normally print such an announcement, your work based on the Program is not required to
print an announcement.)
These requirements apply to the modified work as a whole. If identifiable sections of that work are not derived from the
Program, and can be reasonably considered independent and separate works in themselves, then this License, and its
terms, do not apply to those sections when you distribute them as separate works. But when you distribute the same
sections as part of a whole which is a work based on the Program, the distribution of the whole must be on the terms of
this License, whose permissions for other licensees extend to the entire whole, and thus to each and every part regardless
of who wrote it.
Thus, it is not the intent of this section to claim rights or contest your rights to work written entirely by you ; rather, the intent
is to exercise the right to control the distribution of derivative or collective works based on the Program.
In addition, mere aggregation of another work not based on the Program with the Program (or with a work based on the
Program) on a volume of a storage or distribution medium does not bring the other work under the scope of this License.
3. You may copy and distribute the Program (or a work based on it, under Section 2) in object code or executable form
under the terms of Sections 1 and 2 above provided that you also do one of the following :
a) Accompany it with the complete corresponding machine-readable source code, which must be distributed under the
terms of Sections 1 and 2 above on a medium customarily used for software interchange ; or,
b) Accompany it with a written offer, valid for at least three years, to give any third party, for a charge no more than your
cost of physically performing source distribution, a complete machine-readable copy of the corresponding source code, to
be distributed under the terms of Sections 1 and 2 above on a medium customarily used for software interchange ; or,
c) Accompany it with the information you received as to the offer to distribute corresponding source code. (This alternative
is allowed only for noncommercial distribution and only if you received the program in object code or executable form with
such an offer, in accord with Subsection b above.)
The source code for a work means the preferred form of the work for making modifications to it. For an executable work,
complete source code means all the source code for all modules it contains, plus any associated interface definition files,
plus the scripts used to control compilation and installation of the executable. However, as a special exception, the source
code distributed need not include anything that is normally distributed (in either source or binary form) with the major
components (compiler, kernel, and so on) of the operating system on which the executable runs, unless that component
itself accompanies the executable.
If distribution of executable or object code is made by offering access to copy from a designated place, then offering
equivalent access to copy the source code from the same place counts as distribution of the source code, even though
third parties are not compelled to copy the source along with the object code.
4. You may not copy, modify, sublicense, or distribute the Program except as expressly provided under this License. Any
attempt otherwise to copy, modify, sublicense or distribute the Program is void, and will automatically terminate your rights
under this License. However, parties who have received copies, or rights, from you under this License will not have their
licenses terminated so long as such parties remain in full compliance.
5. You are not required to accept this License, since you have not signed it. However, nothing else grants you permission
to modify or distribute the Program or its derivative works. These actions are prohibited by law if you do not accept
this License. Therefore, by modifying or distributing the Program (or any work based on the Program), you indicate your
acceptance of this License to do so, and all its terms and conditions for copying, distributing or modifying the Program or
works based on it.
6. Each time you redistribute the Program (or any work based on the Program), the recipient automatically receives a
license from the original licensor to copy, distribute or modify the Program subject to these terms and conditions. You may
not impose any further restrictions on the recipients’ exercise of the rights granted herein. You are not responsible for
enforcing compliance by third parties to this License.
7. If, as a consequence of a court judgment or allegation of patent infringement or for any other reason (not limited
to patent issues), conditions are imposed on you (whether by court order, agreement or otherwise) that contradict the
conditions of this License, they do not excuse you from the conditions of this License. If you cannot distribute so as to
satisfy simultaneously your obligations under this License and any other pertinent obligations, then as a consequence you
may not distribute the Program at all. For example, if a patent license would not permit royalty-free redistribution of the
Program by all those who receive copies directly or indirectly through you, then the only way you could satisfy both it and
214
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
this License would be to refrain entirely from distribution of the Program.
If any portion of this section is held invalid or unenforceable under any particular circumstance, the balance of the section
is intended to apply and the section as a whole is intended to apply in other circumstances.
It is not the purpose of this section to induce you to infringe any patents or other property right claims or to contest validity
of any such claims ; this section has the sole purpose of protecting the integrity of the free software distribution system,
which is implemented by public license practices. Many people have made generous contributions to the wide range of
software distributed through that system in reliance on consistent application of that system ; it is up to the author/donor to
decide if he or she is willing to distribute software through any other system and a licensee cannot impose that choice.
This section is intended to make thoroughly clear what is believed to be a consequence of the rest of this License.
8. If the distribution and/or use of the Program is restricted in certain countries either by patents or by copyrighted interfaces, the original copyright holder who places the Program under this License may add an explicit geographical distribution
limitation excluding those countries, so that distribution is permitted only in or among countries not thus excluded. In such
case, this License incorporates the limitation as if written in the body of this License.
9. The Free Software Foundation may publish revised and/or new versions of the General Public License from time to
time. Such new versions will be similar in spirit to the present version, but may differ in detail to address new problems or
concerns.
Each version is given a distinguishing version number. If the Program specifies a version number of this License which
applies to it and "any later version", you have the option of following the terms and conditions either of that version or of
any later version published by the Free Software Foundation. If the Program does not specify a version number of this
License, you may choose any version ever published by the Free Software Foundation.
10. If you wish to incorporate parts of the Program into other free programs whose distribution conditions are different, write
to the author to ask for permission. For software which is copyrighted by the Free Software Foundation, write to the Free
Software Foundation ; we sometimes make exceptions for this. Our decision will be guided by the two goals of preserving
the free status of all derivatives of our free software and of promoting the sharing and reuse of software generally.
NO WARRANTY
11. BECAUSE THE PROGRAM IS LICENSED FREE OF CHARGE, THERE IS NO WARRANTY FOR THE PROGRAM,
TO THE EXTENT PERMITTED BY APPLICABLE LAW. EXCEPT WHEN OTHERWISE STATED IN WRITING THE COPYRIGHT HOLDERS AND/OR OTHER PARTIES PROVIDE THE PROGRAM "AS IS" WITHOUT WARRANTY OF ANY
KIND, EITHER EXPRESSED OR IMPLIED, INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, THE IMPLIED WARRANTIES OF MERCHANTABILITY AND FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE. THE ENTIRE RISK AS TO THE QUALITY AND PERFORMANCE OF THE PROGRAM IS WITH YOU. SHOULD THE PROGRAM PROVE DEFECTIVE, YOU ASSUME THE
COST OF ALL NECESSARY SERVICING, REPAIR OR CORRECTION.
12. IN NO EVENT UNLESS REQUIRED BY APPLICABLE LAW OR AGREED TO IN WRITING WILL ANY COPYRIGHT
HOLDER, OR ANY OTHER PARTY WHO MAY MODIFY AND/OR REDISTRIBUTE THE PROGRAM AS PERMITTED
ABOVE, BE LIABLE TO YOU FOR DAMAGES, INCLUDING ANY GENERAL, SPECIAL, INCIDENTAL OR CONSEQUENTIAL DAMAGES ARISING OUT OF THE USE OR INABILITY TO USE THE PROGRAM (INCLUDING BUT NOT LIMITED
TO LOSS OF DATA OR DATA BEING RENDERED INACCURATE OR LOSSES SUSTAINED BY YOU OR THIRD PARTIES OR A FAILURE OF THE PROGRAM TO OPERATE WITH ANY OTHER PROGRAMS), EVEN IF SUCH HOLDER
OR OTHER PARTY HAS BEEN ADVISED OF THE POSSIBILITY OF SUCH DAMAGES.
C.1. Quantum GIS Qt exception for GPL
In addition, as a special exception, the QGIS Development Team gives permission to link the
code of this program with the Qt library, including but not limited to the following versions (both free
and commercial) : Qt/Non-commerical Windows, Qt/Windows, Qt/X11, Qt/Mac, and Qt/Embedded
(or with modified versions of Qt that use the same license as Qt), and distribute linked combinations
including the two. You must obey the GNU General Public License in all respects for all of the code
used other than Qt. If you modify this file, you may extend this exception to your version of the file,
but you are not obligated to do so. If you do not wish to do so, delete this exception statement from
your version.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
215
D. GNU Free Documentation License
Version 1.3, 3 November 2008
c 2000, 2001, 2002, 2007, 2008 Free Software Foundation, Inc.
Copyright <http ://fsf.org/>
Everyone is permitted to copy and distribute verbatim copies of this license document, but changing it is not
allowed.
Preamble
The purpose of this License is to make a manual, textbook, or other functional and useful document “free” in
the sense of freedom : to assure everyone the effective freedom to copy and redistribute it, with or without
modifying it, either commercially or noncommercially. Secondarily, this License preserves for the author and
publisher a way to get credit for their work, while not being considered responsible for modifications made by
others.
This License is a kind of “copyleft”, which means that derivative works of the document must themselves be
free in the same sense. It complements the GNU General Public License, which is a copyleft license designed
for free software.
We have designed this License in order to use it for manuals for free software, because free software needs
free documentation : a free program should come with manuals providing the same freedoms that the software
does. But this License is not limited to software manuals ; it can be used for any textual work, regardless of
subject matter or whether it is published as a printed book. We recommend this License principally for works
whose purpose is instruction or reference.
1. APPLICABILITY AND DEFINITIONS
This License applies to any manual or other work, in any medium, that contains a notice placed by the copyright
holder saying it can be distributed under the terms of this License. Such a notice grants a world-wide, royaltyfree license, unlimited in duration, to use that work under the conditions stated herein. The “Document”,
below, refers to any such manual or work. Any member of the public is a licensee, and is addressed as “you”.
You accept the license if you copy, modify or distribute the work in a way requiring permission under copyright
law.
A “Modified Version” of the Document means any work containing the Document or a portion of it, either
copied verbatim, or with modifications and/or translated into another language.
A “Secondary Section” is a named appendix or a front-matter section of the Document that deals exclusively
with the relationship of the publishers or authors of the Document to the Document’s overall subject (or to
related matters) and contains nothing that could fall directly within that overall subject. (Thus, if the Document
is in part a textbook of mathematics, a Secondary Section may not explain any mathematics.) The relationship
could be a matter of historical connection with the subject or with related matters, or of legal, commercial,
philosophical, ethical or political position regarding them.
The “Invariant Sections” are certain Secondary Sections whose titles are designated, as being those of
Invariant Sections, in the notice that says that the Document is released under this License. If a section does
not fit the above definition of Secondary then it is not allowed to be designated as Invariant. The Document
may contain zero Invariant Sections. If the Document does not identify any Invariant Sections then there are
none.
The “Cover Texts” are certain short passages of text that are listed, as Front-Cover Texts or Back-Cover Texts,
in the notice that says that the Document is released under this License. A Front-Cover Text may be at most 5
words, and a Back-Cover Text may be at most 25 words.
217
C.1. Quantum GIS Qt exception for GPL
A “Transparent” copy of the Document means a machine-readable copy, represented in a format whose
specification is available to the general public, that is suitable for revising the document straightforwardly
with generic text editors or (for images composed of pixels) generic paint programs or (for drawings) some
widely available drawing editor, and that is suitable for input to text formatters or for automatic translation to
a variety of formats suitable for input to text formatters. A copy made in an otherwise Transparent file format
whose markup, or absence of markup, has been arranged to thwart or discourage subsequent modification
by readers is not Transparent. An image format is not Transparent if used for any substantial amount of text. A
copy that is not “Transparent” is called “Opaque”.
Examples of suitable formats for Transparent copies include plain ASCII without markup, Texinfo input format,
LaTeX input format, SGML or XML using a publicly available DTD, and standard-conforming simple HTML,
PostScript or PDF designed for human modification. Examples of transparent image formats include PNG,
XCF and JPG. Opaque formats include proprietary formats that can be read and edited only by proprietary
word processors, SGML or XML for which the DTD and/or processing tools are not generally available, and
the machine-generated HTML, PostScript or PDF produced by some word processors for output purposes
only.
The “Title Page” means, for a printed book, the title page itself, plus such following pages as are needed to
hold, legibly, the material this License requires to appear in the title page. For works in formats which do not
have any title page as such, “Title Page” means the text near the most prominent appearance of the work’s
title, preceding the beginning of the body of the text.
The “publisher” means any person or entity that distributes copies of the Document to the public.
A section “Entitled XYZ” means a named subunit of the Document whose title either is precisely XYZ or
contains XYZ in parentheses following text that translates XYZ in another language. (Here XYZ stands for a
specific section name mentioned below, such as “Acknowledgements”, “Dedications”, “Endorsements”, or
“History”.) To “Preserve the Title” of such a section when you modify the Document means that it remains a
section “Entitled XYZ” according to this definition.
The Document may include Warranty Disclaimers next to the notice which states that this License applies to
the Document. These Warranty Disclaimers are considered to be included by reference in this License, but
only as regards disclaiming warranties : any other implication that these Warranty Disclaimers may have is
void and has no effect on the meaning of this License.
2. VERBATIM COPYING
You may copy and distribute the Document in any medium, either commercially or noncommercially, provided
that this License, the copyright notices, and the license notice saying this License applies to the Document
are reproduced in all copies, and that you add no other conditions whatsoever to those of this License. You
may not use technical measures to obstruct or control the reading or further copying of the copies you make
or distribute. However, you may accept compensation in exchange for copies. If you distribute a large enough
number of copies you must also follow the conditions in section 3.
You may also lend copies, under the same conditions stated above, and you may publicly display copies.
3. COPYING IN QUANTITY
If you publish printed copies (or copies in media that commonly have printed covers) of the Document, numbering more than 100, and the Document’s license notice requires Cover Texts, you must enclose the copies
in covers that carry, clearly and legibly, all these Cover Texts : Front-Cover Texts on the front cover, and BackCover Texts on the back cover. Both covers must also clearly and legibly identify you as the publisher of these
copies. The front cover must present the full title with all words of the title equally prominent and visible. You
may add other material on the covers in addition. Copying with changes limited to the covers, as long as they
preserve the title of the Document and satisfy these conditions, can be treated as verbatim copying in other
respects.
If the required texts for either cover are too voluminous to fit legibly, you should put the first ones listed (as
many as fit reasonably) on the actual cover, and continue the rest onto adjacent pages.
If you publish or distribute Opaque copies of the Document numbering more than 100, you must either include
a machine-readable Transparent copy along with each Opaque copy, or state in or with each Opaque copy a
218
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
computer-network location from which the general network-using public has access to download using publicstandard network protocols a complete Transparent copy of the Document, free of added material. If you use
the latter option, you must take reasonably prudent steps, when you begin distribution of Opaque copies in
quantity, to ensure that this Transparent copy will remain thus accessible at the stated location until at least
one year after the last time you distribute an Opaque copy (directly or through your agents or retailers) of that
edition to the public.
It is requested, but not required, that you contact the authors of the Document well before redistributing any
large number of copies, to give them a chance to provide you with an updated version of the Document.
4. MODIFICATIONS
You may copy and distribute a Modified Version of the Document under the conditions of sections 2 and 3
above, provided that you release the Modified Version under precisely this License, with the Modified Version
filling the role of the Document, thus licensing distribution and modification of the Modified Version to whoever
possesses a copy of it. In addition, you must do these things in the Modified Version :
A. Use in the Title Page (and on the covers, if any) a title distinct from that of the Document, and from those
of previous versions (which should, if there were any, be listed in the History section of the Document).
You may use the same title as a previous version if the original publisher of that version gives permission.
B. List on the Title Page, as authors, one or more persons or entities responsible for authorship of the
modifications in the Modified Version, together with at least five of the principal authors of the Document
(all of its principal authors, if it has fewer than five), unless they release you from this requirement.
C. State on the Title page the name of the publisher of the Modified Version, as the publisher.
D. Preserve all the copyright notices of the Document.
E. Add an appropriate copyright notice for your modifications adjacent to the other copyright notices.
F. Include, immediately after the copyright notices, a license notice giving the public permission to use the
Modified Version under the terms of this License, in the form shown in the Addendum below.
G. Preserve in that license notice the full lists of Invariant Sections and required Cover Texts given in the
Document’s license notice.
H. Include an unaltered copy of this License.
I. Preserve the section Entitled “History”, Preserve its Title, and add to it an item stating at least the
title, year, new authors, and publisher of the Modified Version as given on the Title Page. If there is no
section Entitled “History” in the Document, create one stating the title, year, authors, and publisher of the
Document as given on its Title Page, then add an item describing the Modified Version as stated in the
previous sentence.
J. Preserve the network location, if any, given in the Document for public access to a Transparent copy of
the Document, and likewise the network locations given in the Document for previous versions it was
based on. These may be placed in the “History” section. You may omit a network location for a work that
was published at least four years before the Document itself, or if the original publisher of the version it
refers to gives permission.
K. For any section Entitled “Acknowledgements” or “Dedications”, Preserve the Title of the section, and
preserve in the section all the substance and tone of each of the contributor acknowledgements and/or
dedications given therein.
L. Preserve all the Invariant Sections of the Document, unaltered in their text and in their titles. Section
numbers or the equivalent are not considered part of the section titles.
M. Delete any section Entitled “Endorsements”. Such a section may not be included in the Modified Version.
N. Do not retitle any existing section to be Entitled “Endorsements” or to conflict in title with any Invariant
Section.
O. Preserve any Warranty Disclaimers.
If the Modified Version includes new front-matter sections or appendices that qualify as Secondary Sections
and contain no material copied from the Document, you may at your option designate some or all of these
sections as invariant. To do this, add their titles to the list of Invariant Sections in the Modified Version’s license
notice. These titles must be distinct from any other section titles.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
219
C.1. Quantum GIS Qt exception for GPL
You may add a section Entitled “Endorsements”, provided it contains nothing but endorsements of your Modified Version by various parties—for example, statements of peer review or that the text has been approved by
an organization as the authoritative definition of a standard.
You may add a passage of up to five words as a Front-Cover Text, and a passage of up to 25 words as a BackCover Text, to the end of the list of Cover Texts in the Modified Version. Only one passage of Front-Cover
Text and one of Back-Cover Text may be added by (or through arrangements made by) any one entity. If the
Document already includes a cover text for the same cover, previously added by you or by arrangement made
by the same entity you are acting on behalf of, you may not add another ; but you may replace the old one, on
explicit permission from the previous publisher that added the old one.
The author(s) and publisher(s) of the Document do not by this License give permission to use their names for
publicity for or to assert or imply endorsement of any Modified Version.
5. COMBINING DOCUMENTS
You may combine the Document with other documents released under this License, under the terms defined in
section 4 above for modified versions, provided that you include in the combination all of the Invariant Sections
of all of the original documents, unmodified, and list them all as Invariant Sections of your combined work in
its license notice, and that you preserve all their Warranty Disclaimers.
The combined work need only contain one copy of this License, and multiple identical Invariant Sections
may be replaced with a single copy. If there are multiple Invariant Sections with the same name but different
contents, make the title of each such section unique by adding at the end of it, in parentheses, the name of
the original author or publisher of that section if known, or else a unique number. Make the same adjustment
to the section titles in the list of Invariant Sections in the license notice of the combined work.
In the combination, you must combine any sections Entitled “History” in the various original documents, forming one section Entitled “History” ; likewise combine any sections Entitled “Acknowledgements”, and any
sections Entitled “Dedications”. You must delete all sections Entitled “Endorsements”.
6. COLLECTIONS OF DOCUMENTS
You may make a collection consisting of the Document and other documents released under this License, and
replace the individual copies of this License in the various documents with a single copy that is included in the
collection, provided that you follow the rules of this License for verbatim copying of each of the documents in
all other respects.
You may extract a single document from such a collection, and distribute it individually under this License,
provided you insert a copy of this License into the extracted document, and follow this License in all other
respects regarding verbatim copying of that document.
7. AGGREGATION WITH INDEPENDENT WORKS
A compilation of the Document or its derivatives with other separate and independent documents or works,
in or on a volume of a storage or distribution medium, is called an “aggregate” if the copyright resulting from
the compilation is not used to limit the legal rights of the compilation’s users beyond what the individual works
permit. When the Document is included in an aggregate, this License does not apply to the other works in the
aggregate which are not themselves derivative works of the Document.
If the Cover Text requirement of section 3 is applicable to these copies of the Document, then if the Document
is less than one half of the entire aggregate, the Document’s Cover Texts may be placed on covers that bracket
the Document within the aggregate, or the electronic equivalent of covers if the Document is in electronic form.
Otherwise they must appear on printed covers that bracket the whole aggregate.
8. TRANSLATION
Translation is considered a kind of modification, so you may distribute translations of the Document under
the terms of section 4. Replacing Invariant Sections with translations requires special permission from their
copyright holders, but you may include translations of some or all Invariant Sections in addition to the original
220
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
versions of these Invariant Sections. You may include a translation of this License, and all the license notices
in the Document, and any Warranty Disclaimers, provided that you also include the original English version of
this License and the original versions of those notices and disclaimers. In case of a disagreement between
the translation and the original version of this License or a notice or disclaimer, the original version will prevail.
If a section in the Document is Entitled “Acknowledgements”, “Dedications”, or “History”, the requirement
(section 4) to Preserve its Title (section 1) will typically require changing the actual title.
9. TERMINATION
You may not copy, modify, sublicense, or distribute the Document except as expressly provided under this
License. Any attempt otherwise to copy, modify, sublicense, or distribute it is void, and will automatically terminate your rights under this License.
However, if you cease all violation of this License, then your license from a particular copyright holder is
reinstated (a) provisionally, unless and until the copyright holder explicitly and finally terminates your license,
and (b) permanently, if the copyright holder fails to notify you of the violation by some reasonable means prior
to 60 days after the cessation.
Moreover, your license from a particular copyright holder is reinstated permanently if the copyright holder
notifies you of the violation by some reasonable means, this is the first time you have received notice of
violation of this License (for any work) from that copyright holder, and you cure the violation prior to 30 days
after your receipt of the notice.
Termination of your rights under this section does not terminate the licenses of parties who have received copies or rights from you under this License. If your rights have been terminated and not permanently reinstated,
receipt of a copy of some or all of the same material does not give you any rights to use it.
10. FUTURE REVISIONS OF THIS LICENSE
The Free Software Foundation may publish new, revised versions of the GNU Free Documentation License
from time to time. Such new versions will be similar in spirit to the present version, but may differ in detail to
address new problems or concerns. See http ://www.gnu.org/copyleft/.
Each version of the License is given a distinguishing version number. If the Document specifies that a particular
numbered version of this License “or any later version” applies to it, you have the option of following the terms
and conditions either of that specified version or of any later version that has been published (not as a draft)
by the Free Software Foundation. If the Document does not specify a version number of this License, you may
choose any version ever published (not as a draft) by the Free Software Foundation. If the Document specifies
that a proxy can decide which future versions of this License can be used, that proxy’s public statement of
acceptance of a version permanently authorizes you to choose that version for the Document.
11. RELICENSING
“Massive Multiauthor Collaboration Site” (or “MMC Site”) means any World Wide Web server that publishes
copyrightable works and also provides prominent facilities for anybody to edit those works. A public wiki that
anybody can edit is an example of such a server. A “Massive Multiauthor Collaboration” (or “MMC”) contained
in the site means any set of copyrightable works thus published on the MMC site.
“CC-BY-SA” means the Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 license published by Creative Commons Corporation, a not-for-profit corporation with a principal place of business in San Francisco, California,
as well as future copyleft versions of that license published by that same organization.
“Incorporate” means to publish or republish a Document, in whole or in part, as part of another Document.
An MMC is “eligible for relicensing” if it is licensed under this License, and if all works that were first published
under this License somewhere other than this MMC, and subsequently incorporated in whole or in part into
the MMC, (1) had no cover texts or invariant sections, and (2) were thus incorporated prior to November 1,
2008.
The operator of an MMC Site may republish an MMC contained in the site under CC-BY-SA on the same site
at any time before August 1, 2009, provided the MMC is eligible for relicensing.
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
221
ADDENDUM : How to use this License for your documents
To use this License in a document you have written, include a copy of the License in the document and put
the following copyright and license notices just after the title page :
c YEAR YOUR NAME. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this
Copyright document under the terms of the GNU Free Documentation License, Version 1.3 or any later
version published by the Free Software Foundation ; with no Invariant Sections, no Front-Cover
Texts, and no Back-Cover Texts. A copy of the license is included in the section entitled “GNU Free
Documentation License”.
If you have Invariant Sections, Front-Cover Texts and Back-Cover Texts, replace the “with . . . Texts.” line with
this :
with the Invariant Sections being LIST THEIR TITLES, with the Front-Cover Texts being LIST, and
with the Back-Cover Texts being LIST.
If you have Invariant Sections without Cover Texts, or some other combination of the three, merge those two
alternatives to suit the situation.
If your document contains nontrivial examples of program code, we recommend releasing these examples in
parallel under your choice of free software license, such as the GNU General Public License, to permit their
use in free software.
Bibliographie
[1] GDAL-S OFTWARE -S UITE. Geospatial data abstraction library. http://www.gdal.org, 2010.
[2] M ITCHELL , T. Web mapping illustrated, 2005.
[3] N ETELER , M.,
AND
M ITASOVA , H. Open source gis : A grass gis approach, 2008.
[4] OGR-S OFTWARE -S UITE. Geospatial data abstraction library. http://www.gdal.org/ogr, 2010.
[5] O PEN -G EOSPATIAL -C ONSORTIUM. Web map service (1.1.1) implementation specification.
portal.opengeospatial.org, 2002.
http://
[6] O PEN -G EOSPATIAL -C ONSORTIUM. Web map service (1.3.0) implementation specification.
portal.opengeospatial.org, 2004.
http://
[7] P OST GIS-P ROJECT. Spatial support for postgresql. http://postgis.refractions.net/, 2010.
223
Index
Échantillon de données, 13
échelle, 27
calculer, 26
éditer, 62
coller des entités, 67
copier des entités, 67
couper des entités, 67
créer une nouvelle couche, 71
créer une nouvelle couche .shp, 71
créer une nouvelle couche spatialite, 72
enregistrer la sélection dans une nouvelle
couche, 74
icônes, 65
sauvegarder des changements, 69
travailler avec la table attributaire, 72
travailler avec tables non-spatiales, 74
GRASS, 101
Éditer une table, 109
éditer les permissions, 110
afficher les résultats, 112, 113
boîte à outils, 110, 112, 113
navigateur, 116
paramétrer, 116
chargement de données, 101
convention des signes, 109
Démarrage de QGIS, 101
liens des attributs, 106
modèle vecteur, 105
numérisation, 105
outils de numérisation, 106, 108
paramètres de catégorie, 107
région, 109
éditer, 110
afficher, 109
stockage des attributs, 106
tolérance d’accrochage, 107
topologie, 105
actions, 58
définir, 58
exemples, 58
utiliser, 58
Aide contextuelle, 27
annotation de formulaire, 34
annotation de texte, 33
annotations, 33, 34
attributs, 60
Autoriser l’édition, 65
barre d’outils, 23
Basculer en mode édition, 65
calculatrice de champ
OGR, 76
PostGIS, 76
PostgreSQL, 76
calculatrice raster, 84
carte
aperçu, 25
vue, 25
Composeur de carte
outils, 120
Constructeur de requête
changer des définitions de couche, 76
constructeur de requête
générer une liste d’échantillon, 75
obtenir toutes les valeurs, 75
PostGIS, 76
PostgreSQL, 76
Constructeur de requêtes, 75
couche
visibilité, 24
visibilité intitiale, 27
couche raster
menu contextuel, 80
couches layers
canaux gérés, 80
couches raster, 79
charger, 79
classifier, 82
définition, 79
déviation standard, 81
formats de données, 79
formats supportés, 190
géoréférencer, 79
histogramme, 83
implémentation de GDAL, 79
méta-données, 83
propriétés, 83
pyramides, 83
résolution des pyramides, 83
statistiques, 84
transparence, 81
couches vectorielles, 39
ajouter
anneau, 70
partie, 70
annuler, 69
coller
225
Index
entité, 67
copier
entité, 67
couper
entité, 67, 71
couverture ArcInfo binaire, 41
croiser, 46
déplacer
entités, 66
diagramme, 61
effacer
anneau, 70
entité, 68
partie, 70
fenêtre propriété, 47
fusionner
entité, 71
MapInfo, 41
noeud
outil, 67
numérisation avancée, 69
couche existante, 69
numériser, 65
outil
noeud, 67
outils d’édition basique, 66
outils de numérisation avancée, 69
PostGIS, 41
refaire, 69
remodeler
entité, 70
rendus
couleur continue, 48
symbole gradué, 47
symbole unique, 47
valeur unique, 48
rotation
symbole, 71
shapefiles ESRI, 39
simplifier, 69
SpatiaLite, voir SpatiaLite
styles, 48
symbologie, 47
transparence, 50
CRS, 88
documentation, 1
EPSG, 95
ESRI
shapefiles, 39
extension
evis, 146, 151
extensions, 133, 185
GRASS
boîte à outils, 137, 185
barre d’échelle, 138
convertisseur OGR, 137
copyright, 137
226
diagram, 137
diagramme, 185
DXF2Shape, 137
export MapServer, 137
ftools, 137
géoréférencement, 137
gdaltools, 137
georaster, 138
gestion, 133
gps, 137
impression rapide, 138
Installateur d’extensions, 186
installation, 134, 138, 185
Interpolation, 137
mise à jour, 134
north arrow, 137
paramètre, 140
principales, 137
Raster Terrain Modelling, 137
saisie de coordonnees, 137
spit, 138, 185
texte delimite, 137
types, 133
Zoom vers un point, 186
fenêtre principale, 19
fichiers MIF, 39
fichiers SHP, 39
fichiers TAB, 39
géoréfencement
outil, 159
GDAL
formats supportés, 190
GRASS
boîte à outils
modules, 193
identifier
WMS, 89
index spatial
shapefiles, 40
installation, 13
légende, 24
license
exception, 215
FDL, 217
GPL, 213
MapInfo
fichiers MIF, 39
fichiers TAB, 39
menus, 19
mesure, 28
aires, 28
angles, 28
longueur, 28
mise en page
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Index
barre d’outils, 24
Nouvel étiquetage, 56
numériser
icônes, 65
une couche existante, 65
OGC
Authentication, 91
chercher, 88
coordinate reference system, 88
introduction, 85
WMS
client, 85
OGR, 39
calculatrice de champ, 76
formats supportés, 189
options de ligne de commande, 17
Outils d’analyse, 152
Outils de géométrie, 155
Outils de géotraitement, 155
Outils de gestion de données, 156
Outils de recherche, 154
paramètres, 43
plantage, 134
PostGIS, 39, 95
calculatrice de champ, 76
constructeur de requête, 76
couches, 41
Exporter, 45
index spatial, 45
GiST, 45
SPIT, 45
éditer des noms de champ, 45
charger, 45
importer des données, 44
mots réservés, 45
PostgreSQL
calculatrice de champ, 76
charger des couches, 42, 43
connection parameters, 43
connexion, 42
test, 43
constructeur de requête, 76
détails sur les couches, 44
database, 43
gestionnaire de connexion, 42
host, 43
password, 43
port, 43
PostGIS, 39
sslmode, 43
username, 43
prestataires de données, 136
Projections
activer, 96
CRS, 88
définition, 95
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
personnalisation, 98
SRS, 88
système de référence de coordonnées, 88
utiliser les, 95
WMS, 88
projets, 29
Raccourcis clavier, 26
raster
calculatrice raster, 84
rasters
métadonnées, 89
propriétés, 89
WMS, 85
rendu, 27
dépendant de l’échelle, 27
mise à jour de l’affichage, 28
options, 27
qualité, 28
suspendre, 27
sécurité, 43
se déplacer
flèches du clavier, 25
shapefile
chargement, 39
format, 39
spécifications, 39
shapefiles, 39
signets, 35
signets spatiaux,
voirsignets35
SpatiaLite
couches, 47
SpatiaLite layers
properties dialog, 47
SRS, 88
symbologie
changer, 48
système de référence de coordonnées, 88
texte délimité, 39
WFS
authentification serveur distant, 93
serveur distant, 92
serveur WFS sécurisé, 93
Transactionnel, 91
WFS-T, 91
WKT, 95
WMS
authentification, 86
chercher, 88
client, 85
about, 85
connection parameters, 86
couches, 86
limites, 90
configuration des couches
227
Index
édition, 90
coordinate reference system, 88
couches sécurisées, 91
CRS, 88
format d’image, 87
GetFeatureInfo, 89
identifier, 89
métadonnées, 89
possibilités, 89
propriétés, 89
Recherche de serveur, 88
remote server
selection, 86
serveur, 91
serveur distant
authentication, 90
basic authentification, 90
ordonner les couches, 88
URL, 86
tileset, 88
transparence de couche, 88
URL, 86
WMS-C, 88
zoom
molette de la souris, 25
228
QGIS 1.6.0 Manuel Utilisateur
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising