Le géoservice de recherche – A nous la carte au trésor

Le géoservice de recherche – A nous la carte au trésor
Les géoservices web pour les nuls
Le géoservice de recherche – A nous la carte au trésor du pirate Jack Rackham!
André Schneider,
swisstopo
Les temps héroïques où des aventuriers intrépides
et persévérants partaient à la chasse au trésor
sont révolus. En effet, il n’est plus nécessaire de
prendre des risques inconsidérés pour s’emparer le
premier du butin! Aujourd’hui le trésor est
disponible à tous, de façon illimitée, puisqu’un
service met les tant convoitées cartes au trésor
gratuitement à disposition sur le Web!
Le trésor ne correspond bien évidemment pas à
des pièces d’or, mais à des géodonnées, et les cartes
au trésor aux métadonnées (c’est-à-dire la
description des géodonnées). Concernant ce
service pacifique – puisqu’il n’y a plus besoin de se
battre contre de méchants pirates – il s’agit du
CSW, «Catalog Service for the Web», un standard
de l’OGC1. Ce service de catalogage est appelé plus
communément service de recherche. C’est
d’ailleurs avec cette dernière appellation qu’il
apparaît dans l’ordonnance sur la géoinformation
(OGéo art. 2 let. h):
service de recherche: service Internet permettant
la recherche de géoservices et de jeux de géodonnées,
sur la base de géométadonnées correspondantes.
Un cas d’application classique du CSW peut être
constitué des trois phases suivantes (dans chaque
exemple, la première ligne correspond à l’URL
du serveur mettant à disposition le géoservice de
recherche):
1.Avant de me plonger dans ce nouveau
géoservice, je lis le manuel d’utilisation. Celui-ci,
obtenu par l’opération GetCapabilities, me
permet de connaître entre autres la description
générale du service, les opérations et paramètres
utilisables et les critères de recherches
disponibles. Exemple d’appel de cette opération:
http://www.geocat.ch/geonetwork/srv/fra/csw? request=GetCapabilities&service=CSW
2.Je me concentre ensuite sur les cartes au trésor
disponibles, par l’opération GetRecords, en
posant par exemple la question suivante:
Qu’est ce qui a été mis à disposition par Jack
Rackham? Exemple:
http://www.geocat.ch/geonetwork/srv/fra/csw? request=GetRecords&service=CSW&resultType=
results_with_summary&namespace=csw:http://www. opengis.net/cat/csw/2.0.2&typeNames=csw:Record& constraintLanguage=FILTER&constraint_language_version= 1.0.0&constraint= <ogc:Filter xmlns:ogc=»http://www.opengis.net/ogc»> <ogc:PropertyIsEqualTo>
<ogc:PropertyName>creator</ogc:PropertyName>
<ogc:Literal>Rackham</ogc:Literal>
</ogc:PropertyIsEqualTo> </ogc:Filter>
En réponse, je reçois une liste de toutes les cartes
au trésor de Jack Rackham. Ces dernières y sont
décrites très succinctement avec par exemple
le titre, une petite description et un identifiant.
Si vous essayez cet exemple, vous verrez que
jusqu’à aujourd’hui, Jack Rackham n’a dévoilé
qu’un seul de ses trésors …
3.L’identifiant va me permettre d’obtenir les
informations détaillées, c’est à dire la fameuse
carte au trésor de Jack Rackham. Pour ceci,
j’utilise l’opération GetRecordById, qui va me
retourner le jeu de métadonnées complet y
correspondant. Exemple:
«Il vaut mieux savoir
tout chercher que chercher
à tout savoir.» P. Mendelson
http://www.geocat.ch/geonetwork/srv/fra/csw? request=GetRecordById
&outputSchema=http://www.isotc211.org/2005/gmd &id=2dbf2179-1f51-463a-a1f0-bb9b4c43e7ae
Concrètement, la mise en œuvre pertinente de
ce géoservice de recherche consiste à l’utiliser juste
avant un géoservice de consultation (WMS, WMTS)
ou de téléchargement de géodonnées (WFS), par
exemple dans l’implémentation d’un géoportail.
Cela permet alors d’accéder directement au butin
indiqué par la carte au trésor.
Dans le cadre d’un géoportail, un géoservice
de recherche, recherchant des géodonnées, est
souvent confondu avec un géoservice de
localisation, recherchant des emplacements.
En Suisse, ce géoservice de recherche est
disponible via geocat.ch, comme on peut le
constater dans les exemples ci-dessus. Actuelle­
ment, environ 3500 cartes au trésor y sont
disponibles, et beaucoup d’autres vont encore
y être publiées, afin d’assurer une utilisation
optimale du futur géoportail national.
Les avantages de ce géoservice par rapport à
l’application sont principalement les suivants:
–La recherche et la gestion des métadonnées
peuvent être intégrées directement dans les
processus utilisant des géodonnées.
–Un layout personnalisé peut-être utilisé pour la
recherche et la présentation des métadonnées.
Le géoservice CSW ne permet pas seulement de
s’enrichir, mais il permet également de développer
nos valeurs de générosité et de partage. En effet,
on peut y saisir et éditer ses propres cartes au
trésor, afin qu’elles soient disponibles à tous, sans
utiliser l’application, mais en utilisant l’opération
Transaction. Cette opération est cependant
encore très peu implémentée actuellement. Avec
l’utilisation de cette fonctionnalité, l’appellation
service de catalogage («Catalog Services» selon
l’OGC) devient plus pertinente que service de
recherche.
Dans cet article, seules les opérations les plus
utilisées ont été illustrées. Pour comprendre la
signification et l’utilisation des autres opérations,
une documentation plus complète est disponible
sous geocat.ch2 ou directement dans les spécifi­
cations de l’OGC3. Techniquement, ce géoservice
peut être utilisé avec les langages KVP, SOAP
et REST4.
Bon plaisir dans votre recherche!
1 Open Geospatial Consortium
2 www.geocat.ch/internet/geocat/fr/home/
documentation/csw.html
3 www.opengeospatial.org/standards/cat
4 voir article de Cédric Moullet «Les géoservices: un peu de technique», p. 5
12
Bulletin e-geo.ch
25 · 10/2010
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising