CRYPTOGRAPHIE SYMETRIQUE

CRYPTOGRAPHIE SYMETRIQUE
Yannick Renard
Sage POUR LA
CRYPTOGRAPHIE SYMETRIQUE
MANUEL D'UTILISATION
décembre 2010
Table des matières
Chapitre 1. Présentation du logiciel Sage.
. . . . . . . . . . . . . . . . .
2
1.1.
Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2
1.2.
Contexte.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2
1.3.
Historique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3
1.4.
Modes d'utilisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3
1.5.
Langage de programmation.
1.6.
Composants de
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3
.
3
Sage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.7.
Utilisation de Sage en cryptographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.8.
Extension de Sage pour la cryptographie. . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre 2. Manipulation des corps nis avec Sage. . . . . . . . . .
Chapitre 3. Manipulation de S-Box avec Sage. . . . . . . . . . . . . .
Chapitre 4. Manipulation d'anneaux polynomiaux multivariés avec
Sage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre 5. Manipulation de LFSR avec Sage. . . . . . . . . . . . . .
Chapitre 6. Manipulation de fonctions booléennes avec Sage. . . .
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
4
.
4
.
5
.
8
.
10
.
14
.
16
.
20
Chapitre 1
Présentation du logiciel Sage.
1.1. Introduction.
Le logiciel Software for Algebra and Geometry Experimentation (Sage) est
un logiciel de mathématiques qui rassemble de nombreux programmes et bibliothèques libres dans une interface commune basée sur le langage de programmation Python.
Il a pour ambition de devenir une alternative libre aux logiciels propriétaires
comme Magma, Maple, Mathematica ou Matlab.
Il couvre un champ le plus vaste possible, comme l'algèbre, l'analyse, la
théorie des groupes, la théorie des graphes, la théories des nombres, l'analyse et
la cryptographie.
Les principaux objectifs de Sage sont d'une part de faciliter l'expérimentation d'objets mathématiques avec un logiciel rapide, convivial, bien documenté
et open-source, et d'autre part de favoriser la coopération et la mise en commun
des développements réalisés.
1.2. Contexte.
Sage s'inscrit dans un environnement de logiciels dédiés aux mathématiques
déjà nombreux, que l'on peut classer en trois catégories :
1. Logiciels propriétaires payants :
a) Mathematica (http://www.wolfram.com),
b) Maple (http://www.maplesoft.com),
c) Magma (http://magma.maths.usyd.edu.au/magma),
d) Matlab (http://www.mathworks.com).
2. Logiciels propriétaires gratuits :
a) Kash/Kant (http://www.math.tu-berlin.de/kant),
b) CoCoA (http://cocoa.dima.unige.it).
3. Logiciels open-source :
a) GAP (http://www.gap-system.org),
b) Macaulay2 (http://www.math.uiuc.edu/Macaulay2),
c) Maxima (http://maxima.sourceforge.net),
d) Octave (http://www.octave.org),
e) Pari/GP (http://pari.math.u-bordeaux.fr),
f) Singular (http://www.singular.uni-kl.de).
La particularité de Sage est d'être distribué sous licence libre, selon les termes
de la GNU General Public License (GPL) version 2 ou ultérieure. Cette dernière
autorise la copie, l'étude, la modication, l'amélioration et la distribution de
Sage et de son code source. Sage intégre la plupart des logiciels open-source
et ore également une interface avec les logiciels propriétaires Magma, Maple
et Mathematica.
Une comparaison de Sage avec, entre autres, Mathematica, Maple et Matlab
est disponible dans la thèse de M.V.Nguyen.
Chapitre 1. Présentation du logiciel Sage.
3
1.3. Historique.
Le projet Sage est récent et a commencé en 2004-2005 sous l'impulsion de
W.Stein, professeur de l'université de Washington. Des administrations comme
le ministère américain de la défense, des entreprises comme Microsoft, Google
ou Sun, ainsi que des donateurs privés ont participé nancièrement.
La première version Sage 1.0 a été présentée lors des Sage Days de San
Diego en février 2006.
Actuellement, le logiciel Sage connaît une nouvelle version toutes les une à
deux semaines, enrichi par de nombreux développeurs.
1.4. Modes d'utilisation.
Le logiciel Sage a plusieurs modes d'utilisation :
1. Il peut être utilisé en ligne de commande.
2. Il peut exécuter des programmes interprêtés ou compilés avec un compilateur
Cython, via un chier *.py ou via un chier *.spyx .
3. Le mode le plus convivial est l'interface graphique notebook. Ce mode notebook fonctionne avec un mécanisme client-serveur et s'utilise avec un navigateur web. Ce dernier permet de partager les ressources d'une machine
ou d'échanger des feuilles de calcul worksheet. Il ore la possibilité d'évaluer
directement des expressions comme de programmer des fonctions.
1.5. Langage de programmation.
Au lieu de faire appel à un langage spécique, le logiciel Sage utilise un langage de programmation quasiment identique au Python. Les seules diérences
concernent les symboles de l'exponentiation (^ ou ** en Sage, ** en Python)
et de la division (2/3 est une fraction rationnelle en Sage, 2/3 est une division
entière en Python).
Le Python est un langage de programmation interprêté open source et très
répandu. Il ore de nombreux avantages concernant l'enregistrement d'objets,
la gestion de la mémoire, la disponibilité de nombreux packages, la portabilité,
le débogage et le prolage.
Certaines parties du code et des bibliothèques devant fonctionner rapidement
sont écrites en langage compilé.
1.6. Composants de
Sage.
Sage rassemble une grande quantité de logiciels et de bibliothèques spécialisées sous une même interface.
Il intégre notamment le logiciel d'algèbre GAP, le langage de calcul Octave,
le logiciel de statistique R, le logiciel d'arithmétique pari/GP, le logiciel pour
l'algèbre commutative et non commutative et de manipulation de polynômes
multivariés Singular, le logiciel de calcul formel Maxima.
Il comprend aussi le logiciel GMP-ECM pour la factorisation des entiers en
utilisant des courbes elliptiques, une librairie cryptographique généraliste Libgcrypt, ECLib pour l'énumération des courbes elliptiques, le logiciel de cryptographie OpenCDK ou une librairie Python de cryptographie Python Cryptography
Tollkit (PyCrypto) implémentant notamment des fonctions de hachage et les
algorithmes cryptographiques à clé publique. Par ailleurs, des fonctions de hachage comme MD5 et la famille SHA sont fournies avec la librairie standard de
Python.
Le logiciel Sage ore également une interface avec les logiciels propriétaires
Magma, Maple et Mathematica.
Chapitre 1. Présentation du logiciel Sage.
4
La liste complète des composants de Sage est disponible à l'adresse suivante :
http://sagemath.org/links-components.html.
1.7. Utilisation de
Sage en cryptographie.
Sage a été utilisé, dès sa création, comme outil d'expérimentation au prot
de la recherche en cryptographie.
Ainsi, M.Albrecht a implémenté sur Sage son attaque algébrique contre le
Toy Cipher de N.Courtois. S.Maitra et S.Sarkar ont utilisé le module de théorie
des nombres de Sage pour compléter l'ensemble des exposants RSA faibles. Un
autre exemple est le travail réalisé avec Sage par G.Bertoni et al. pour proposer
le candidat Keccak comme famille de fonctions de hachage SHA-3.
D'autres travaux cryptographiques pour lesquels Sage a été utilisé ont été
réalisés par M.Albrecht et C.Cid, Y.Aner, G.V.Bard, D.J.Bernstein et al., D.Boneh
et al., V.Velichkov et al., et R.Weinmann.
1.8. Extension de
Sage pour la cryptographie.
L'un des objectifs de Sage est de favoriser la coopération et la mise en commun des développement réalisés. Les fonctionnalités de théorie des nombres,
corps nis et courbes elliptiques ont été implémentées par l'équipe de développement de Sage (Sage Development Team) en s'appuyant sur les composants
existants de Sage. Plusieurs modules dédiés à la cryptographie et réalisés par
d'autres développeurs ont ensuite complété les classes disponibles dans Sage.
Ainsi, la plupart des fonctionnalités orientées cryptographie jusque dans la
version 3.4 incluse du 11 mai 2009 ont été implémentées par D.Kohel.
Les classes sage.crypto.mq.sbox et sage.crypto.mq.sr permettant de
manipuler des S-box et de paramétrer l'AES ont été réalisées par M.Albrecht.
La classe sage.crypto.block_cipher.miniaes pour une variante simpliée
de l'AES appelée mini-AES a été développée par M.V.Nguyen.
La classe sage.crypto.boolean_function.BooleanFunction, permettant
d'étudier l'immunité algébrique et le spectre de Walsh de fonctions booléennes,
a été réalisée par Y.Laigle-Chapuy.
Tous ces apports au logiciel Sage sont très récents, ils datent de 2009 et 2010.
La liste complète des classes Sage et leur description est disponible dans le logiciel Sage en mode notebook par le chemin help/reference manual/global
module index.
Chapitre 2
Manipulation des corps nis avec Sage.
Les corps nis se dénissent dans Sage à l'aide du constructeur FiniteField
ou GF.
On peut construire les corps premiers GF (p) avec p premier :
sage :
Finite
sage :
[0, 1,
GF(11)
Field of size 11
[x for x in GF(11)]
2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10]
On peut aussi construire les corps composés GF (q) avec q = pk , p premier
et k > 1 un entier. Un corps non premier GF (pk ) avec p premier et k > 1 est
isomorphe à l'anneau quotient des polynômes de GF (p)[x] modulo un polynôme
unitaire et irréductible de degré k . Dans ce cas, il faut préciser, outre le nombre
d'éléments, le nom du générateur du corps :
sage : K.<a> = GF(2^8,name='a') ; K, K.gen()
(Finite Field in a of size 2^8, a)
sage : K.order(), K.characteristic(), K.degree()
(256, 2, 8)
sage : K.modulus()
x^8 + x^4 + x^3 + x^2 + 1
Notons que l'écriture suivante est valide mais ne permet pas de créer des
éléments du corps comme polynôme en le générateur a :
sage : K = GF(2^8,name='a')
sage : y = a^8 + a^4 + a^3 + a + 1
NameError : name 'a' is not defined
Le polynôme irréductible permettant de décrire le corps ni est choisi par
défaut par Sage. On peut aussi le préciser lors de la création du corps, en ayant
au préalable déni l'anneau polynomial GF (p)[x] :
sage : R.<x> = GF(2)['x']
sage : K.<a> = GF(2^8,name='a',modulus=x^8+x^4+x^3+x+1)
sage : K.modulus()
x^8 + x^4 + x^3 + x + 1
On peut maintenant considérer des élements du corps GF (pk ) :
sage : y = a^8 + a^4 + a^3 + a + 1 ; y
0
sage : z = K.random_element() ; z
a^7 + a^6 + a^3 + a
sage : p = x^5 + x^2 +1 ; K(p)
a^5 + a^2 + 1
Attention, le modulus est déni à la création du corps ni et l'isomorphisme
avec un anneau quotient GF (p)[x] modulo un autre polynôme irréductible de
Chapitre 2. Manipulation des corps nis avec Sage.
6
degré k , n'est pas implémenté sous Sage :
sage : L.<b> = GF(2^8,name='b',modulus=x^8+x^4+x^3+x^2+1)
sage : L(a^7+a^6+a^3+a+1)
TypeError : unable to coerce from a finite field other than the
prime subfield
#impossible de passer du corps K au corps L
Néanmoins, on peut considérer avec Sage l'isomorphisme canonique entre
GF (pk ) et GF (p)k . Lorsque p = 2, on pourra choisir pour GF (p)k une représentation entière ou binaire.
Pour transformer un entier ou une liste de bits de GF (2)k en élément d'un
corps ni GF (2k ), on convertit un entier en liste de bits puis en un élément d'un
corps ni :
sage
sage
(a^5
sage
1
:
:
+
:
R.<x> = GF(2)['x'] ; K.<a> = GF(2^8,name='a')
K(37.digits(2)), K([1,0,1,0,0,1])
a^2 + 1, a^5 + a^2 + 1)
K(37)
Attention, Sage utilise ici la représentation little endian. Par ailleurs, K(37)
renvoie 37 modulo la caractéristique du corps K et pas a5 + a2 + 1 !
Une conversion intermédiaire en polynôme est possible mais pas nécessaire
pour les corps GF (2k ) avec k < 16 (librairie givaro) :
sage : K(R(37.digits(2))), K(R([1,0,1,0,0,1]))
(a^5 + a^2 + 1, a^5 + a^2 + 1)
Cette conversion intermédiaire en polynôme est obligatoire pour les corps
GF (2k ) avec k ≥ 16 (implémentation ntl) et GF (pk ) avec p 6= 2 (implémentation pari) :
sage : K = GF(2^16,name='a')
sage : K(37.digits(2))
TypeError : unable to coerce
sage : R = K['x']
sage : K(R(37.digits(2)))
a^5 + a^2 + 1
Réciproquement, pour transformer un élément d'un corps ni GF (2k ) en un
entier ou une liste de bits de GF (2)k on convertit un élément d'un corps ni en
liste de bits de GF (2)k grâce à la méthode vector_space() puis éventuellement
en entier :
sage : V = K.vector_space()
sage : list(V(a^5+a^2+1)), ZZ(list(V(a^5+a^2+1)),2)
([1, 0, 1, 0, 0, 1, 0, 0], 37)
Il est à noter que la librairie givaro utilise la représentation logarithmique et
des tables de Zech. Un corps non premier GF (pk ) avec p premier (pour givaro
p = 2) et k > 1 (pour givaro k < 16) peut être représenté par l'anneau quotient
des polynômes de GF (p)[x] modulo un polynôme primitif de degré k . Il peut
aussi être représenté par GF (a), où tout élément non nul de GF (a) est une puissance de a. L'élément a, appelé générateur, est une racine du polynôme primitif.
Avec cette représentation logarithmique, la multiplication s'écrit ai ∗ aj = ai+j
et l'addition s'écrit ai + aj = ai (1 + a(j−i) ) = ai ∗ aZ(j−i) , où les valeurs de Z(i)
Chapitre 2. Manipulation des corps nis avec Sage.
7
ont été mises en table appelée table de Zech :
sage : y = K._cache._element_log_repr(a^5+a^2+1) ; y
'36'
sage : y = a^36 ; y
a^5 + a^2 + 1
On mentionne également l'existence des méthodes suivantes de la librairie
givaro (mais on préfèrera celles précédemment évoquées dans un cadre plus
général et qui sont valables pour les trois implémentations givaro, ntl et pari) :
sage
sage
37
sage
'a^5
: K.<a> = GF(2^8,name='a')
: y = Integer(K._cache._element_int_repr(a^5+a^2+1)) ; y
: y = K._cache._element_poly_repr(a^5+a^2+1) ; y
+ a^2 + 1'
Pour être complet, la documentation et le code source de la classe Finite
FieldFactory sont obtenues respectivement par les commandes GF ? et GF ? ?
qui ne détaillent pas les méthodes implémentées. Le manuel de référence permet
d'accéder à la liste des fonctions et en fournit une description détaillée mais il
vaut mieux avoir idée du nom recherché !
En fait, Sage utilise trois implémentations diérentes des corps nis selon
leur caractéristique et leur degré :
1. caractéristique 2 et degré < 16 : implémentation givaro
2. caractéristique 2 et degré ≥ 16 : implémentation ntl
3. caractéristique 6=2 : implémentation pari
Les documentations et sources respectives sont accessibles par les commandes
suivantes :
1. sage.rings.finite_rings.element_givaro ? ?
2. sage.rings.finite_rings.element_ntl_gf2e ? ?
3. sage.rings.finite_rings.finite_field_ext_pari ? ?
La liste des méthodes disponibles peut aussi être obtenue rapidement en créant
un corps ni K , puis en utilisant la complétion de ligne de commande. Il sut
alors de taper K. et d'appuyer sur la touche tabulation.
Chapitre 3
Manipulation de S-Box avec Sage.
Une boîte de substitution ou S-Box est un élément de base de la cryptographie symétrique. Elle prend m bits en entrée et renvoie n bits en sortie. La
représentation entière est souvent utilisée, de sorte qu'une S-Box est décrite par
sa table, qui est une liste de ses images , c'est à dire 2m entiers appartenant à
l'ensemble [0, 2n − 1] .
Dans Sage, le module sage/crypto/mq/sbox.py permet de construire facilement des S-Box à partir d'un tuple d'entiers.
sage : S = mq.SBox(0,1,3,6,5,2,4,7)
Par défaut, la représentation de la S-Box, vue comme une fonction booléenne
vectorielle, est big endian (le bit de poids faible est à droite).
sage : print S(3),S([0,1,1]).
6 [1, 1, 0]
La commande suivante est équivalente :
sage : S=mq.SBox(0,1,3,6,5,2,4,7,big_endian = True)
sage : print S(3),S([0,1,1])
6 [1, 1, 0]
On peut aussi préciser la représentation little endian (le bit de poids faible
est à gauche) :
sage : S=mq.SBox(0,1,3,6,5,2,4,7,big_endian = False)
sage : print S(3),S([1,1,0])
6 [0, 1, 1]
On peut considérer la S-Box de l'AES, dénie par la fonction inverse (à transformation inversible près) sur le corps GF (256) vu comme l'anneau quotient
GF (2)[x]/x8 + x4 + x3 + x + 1. Une généralisation paramétrable de l'algorithme
AES est implémenté dans Sage et on peut obtenir la la S-Box AES de la manière
suivante :
sage : sr = mq.SR(10,4,4,8)
# AES à 10 tours avec une matrice 4*4 sur le corps GF(2^8)
sage : S = sr.sbox() #S est la Sbox AES de GF(2^8) vers GF(2^8)
sage : print S
(99,124,119,123,242,107,111,197,48,1,103,43,254,215,171,118,202,
130,201,125,250,89,71,240,173,212,162,175,156,164,114,192,183,
253,147,38,54,63,247,204,52,165,229,241,113,216,49,21,4,199,35,
195,24,150,5,154,7,18,128,226,235,39,178,117,9,131,44,26,27,110,
90,160,82,59,214,179,41,227,47,132,83,209,0,237,32,252,177,91,
106,203,190,57,74,76,88,207,208,239,170,251,67,77,51,133,69,249,
2,127,80,60,159,168,81,163,64,143,146,157,56,245,188,182,218,33,
16,255,243,210,205,12,19,236,95,151,68,23,196,167,126,61,100,93,
25,115,96,129,79,220,34,42,144,136,70,238,184,20,222,94,11,219,
224,50,58,10,73,6,36,92,194,211,172,98,145,149,228,121,231,200,
Chapitre 3. Manipulation de S-Box avec Sage.
9
55,109,141,213,78,169,108,86,244,234,101,122,174,8,186,120,37,
46,28,166,180,198,232,221,116,31,75,189,139,138,112,62,181,102,
72,3,246,14,97,53,87,185,134,193,29,158,225,248,152,17,105,217,
142,148,155,30,135,233,206,85,40,223,140,161,137,13,191,230,66,
104,65,153,45,15,176,84,187,22)
On peut aussi générer des S-Box aléatoires. Pour cela, on dénit un uplet
d'entiers :
sage : SBox_table = tuple([randint(0,15) for i in range(16)])
sage : print SBox_table
(7, 2, 14, 11, 8, 12, 14, 1, 6, 8, 1, 1, 13, 15, 9, 11)
On dénit alors la S-Box à partir de sa table :
sage : SBox = mq.SBox(SBox_table)
On ache les images de la S-Box :
sage : print [SBox(i) for i in range(16)]
[7, 2, 14, 11, 8, 12, 14, 1, 6, 8, 1, 1, 13, 15, 9, 11]
On peut aussi générer des permutations aléatoires. Pour cela, on dénit une
permutation :
sage : permutation=Permutations(16).random_element()
sage : print permutation
[8, 14, 7, 2, 13, 1, 4, 12, 6, 11, 16, 15, 5, 3, 10, 9]
On dénit alors la S-Box :
sage : SBox=mq.SBox(tuple([i-1 for i in permutation]))
On ache les images de la S-Box :
sage : print SBox
(7, 13, 6, 1, 12, 0, 3, 11, 5, 10, 15, 14, 4, 2, 9, 8)
Chapitre 4
Manipulation d'anneaux polynomiaux
multivariés avec Sage.
Les anneaux polynomiaux multivariés se dénissent dans Sage à l'aide
des constructeurs PolynomialRing ou InfinitePolynomialRing ou Boolean
PolynomialRing. Pour les corps nis, Sage propose une seule interface et utilise
plusieurs implémentations de manière transparente pour l'utilisateur en fonction
de la caractéristique et du degré. Ce n'est pas le cas pour les anneaux polynomiaux multivariés. Par exemple, un anneau polynomial multivarié sur GF (2)
déni avec PolynomialRing utilise l'implémentation libSingular alors que
BooleanPolynomialRing utilise la librairie C + + PolyBoRi.
La deuxième classe, infinite_polynomial_ring, est moins ecace que la
première, polynomial_ring, mais est plus souple d'utilisation. En eet, elle
permet de dénir un anneau polynomial avec un nombre d'indéterminées qui
augmente suivant les besoins ou avec plusieurs familles de variables. La dernière, pbori, est une implémentation optimisée pour les anneaux de polynômes
booléens. Le constructeur PolynomialRing permet de dénir K[x1 , x2 , ..., xn ]
où K est un corps, alors que le constructeur BooleanPolynomialRing permet
de dénir l'anneau quotient GF (2)[x1 , ..., xn ]/ < x21 + x1 , ..., x2n + xn >. Cela
impliquera notamment que, pour résoudre sur GF (2) un système de polynômes
multivariés dénis avec BooleanPolynomialRing, il n'est pas nécessaire de rajouter les polynômes x21 + x1 , ..., x2n + xn .
Un anneau polynomial multivarié peut être associé à une relation d'ordre
total sur ses monômes, appelée ordre monomial. La dénition de l'ordre monomial dépend de l'ordre des variables. On considère ici, comme dans Sage, que
x0 > x1 > ... > xd . Les principaux ordres monomiaux sont :
1. ordre lexicographique (lex) :
l0
l0
xl00 ...xldd < x00 ...xdd ⇐⇒ li < li0 pour le plus petit i tel que li 6= li0 .
2. ordre lexicographique gradué (deglex) :
P
P 0
P
P 0
l0
l0
xl00 ...xldd < x00 ...xdd ⇐⇒
li <
li ou si
li =
li , li < li0 pour le plus
0
petit i tel que li 6= li .
3. ordre lexicographique inversé gradué (degrevlex) :
P
P 0
P
P 0
l0
l0
xl00 ...xldd < x00 ...xdd ⇐⇒
li <
li ou si
li =
li , li > li0 pour le plus
0
grand i tel que li 6= li .
Il existe plusieurs méthodes pour dénir un anneau polynomial multivarié :
1. On peut dénir des variables en les passant en paramètre au constructeur
PolynomialRing ou BooleanPolynomialRing :
sage : R.<x,y,z,k> = PolynomialRing(GF(2),'x,y,z,k')
ou
sage : R.<x,y,z,k> = BooleanPolynomialRing('x,y,z,k')
2. On peut dénir des variables indicées automatiquement, par exemple 10
variables x0 à x9 auquelles on accède par la notation x[0] à x[9] . Les variables sont alors ordonnées par ordre décroissant : x0 > x1 > ... > x9 .
L'ordre monomial est optionnel. Attention, la classe PolynomialRing utilise l'ordre monomial lexicographique inversé gradué par défaut alors que la
classe BooleanPolynomialRing utilise l'ordre monomial lexicographique par
Chapitre 4. Manipulation d'anneaux polynomiaux multivariés avec Sage.
11
défaut.
sage :
sage :
sage :
x0*x1
sage :
x2^4 +
sage :
Degree
R = PolynomialRing(GF(2),10,'x',order='degrevlex')
x = R.gens()
p = x[1]^2 + x[0]*x[1] ; print p.lt() #leading term
p = x[1]^3*x[4] + x[3]^2*x[4]^2 + x[2]^4 ; print p
x1^3*x4 + x3^2*x4^2
R.term_order()
reverse lexicographic term order
sage : R = BooleanPolynomialRing(10,'x',order='degrevlex')
sage : x = R.gens()
sage : p = x[1]^2 + x[0]*x[1]
sage : print p
x1*x0 + x1
sage : print p.lt()
x1*x0
Il faut noter que la ligne x = R.gens() est obligatoire pour pouvoir manipuler les variables :
sage : R = PolynomialRing(GF(2),10,'x')
sage : print p = x[0] + x[1]
TypeError : x must have length self.ngens()
La dénition suivante n'est pas valide non plus :
sage : R.<x> = PolynomialRing(GF(2),10,'x')
IndexError : the number of names must equal the number of
generators
Si on veut manipuler les variables par la notation xi plus concise que x[i],
il faut utiliser la méthode inject_variables() :
sage : p = x2 ; print p
NameError : global name 'x2' is not defined
sage : R.inject_variables()
Defining x0, x1, x2, x3, x4, x5, x6, x7, x8, x9
p = x2 ; print p
x2
3. Une troisième méthode consiste en la dénition d'un anneau polynomial
multivarié avec un nombre d'indéterminées qui augmente suivant les besoins :
sage : R.<x,y,z,k> = InfinitePolynomialRing(GF(2),
implementation='sparse')
sage : p = x[0] + x[1] + x[2] ; print p
x_2 + x_1 + x_0
sage : p = y[0] + y[1] + y[2] ;print p
y_2 + y_1 + y_0
Néanmoins, ce type d'anneau polynomial n'est pas pris en compte par l'implémentation de la mise en équation algébrique de S-Box :
sage : S = mq.SBox(7,6,0,4,2,5,1,3)
sage : S.polynomials([y[0],y[1],y[2]],[x[0],x[1],x[2]])
NotImplementedError : Echelon form not implemented over
Chapitre 4. Manipulation d'anneaux polynomiaux multivariés avec Sage.
12
'Infinite polynomial ring in x,y,z,k over Finite Field of size 2'.
4. Une quatrième méthode repose sur la création d'une liste de variables, obtenue en manipulant les chaînes de caractères, puis passée en paramètre au
constructeur PolynomialRing ou BooleanPolynomialRing :
sage : def variable(name,round,bit) :
.... :
variable_list = []
.... :
for i in range(round) :
.... :
for j in range(bit) :
.... :
variable_list.append('%s%03d%03d'%(name,i,j))
.... :
return variable_list
sage : variable_list = variable('k',2,3) ; print variable_list
['k000000','k000001','k000002','k001000','k001001','k001002']
sage : R = PolynomialRing(GF(2),variable_list,order='degrevlex')
ou
sage : R = BooleanPolynomialRing(len(variable_list),
variable_list,order='degrevlex')
sage : R.inject_variables()
Il faut noter que l'ordre de la liste est important puisqu'il dénit l'ordre
des variables, qui peut inuer par la suite sur la résolution de systèmes polynomiaux multivariés. Par ailleurs, cette méthode est avantageuse en terme
de lisibilité des variables mais pas en terme de temps d'exécution.
Une fois l'anneau polynomial créé, on peut instancier des polynômes et aecter
des valeurs connues à certaines variables :
sage : equations_list = [k000000+k000001,k000000+k001002]
sage : equations_filled_list = [p.subs(k000000=0) for p in
equations_list]
sage : print equations_filled_list
[k000001, k001002]
Pour aecter plusieurs variables, il faut passer un dictionnaire {variables :valeurs} en paramètre de la méthode subs() :
sage : equations_filled_list = [p.subs({k000000 :0,k000001 :0})
for p in equations_list]
On peut également construire un idéal à partir d'une liste de polynômes :
sage : I = R.ideal(equations_list)
Pour être complet, les commandes (Infinite, Boolean) PolynomialRing ? et
(Infinite, Boolean) PolynomialRing ? ? donnent respectivement la documentation et le code source de la classe mais ne détaillent pas les méthodes implémentées. Le manuel de référence permet d'accéder à la liste des fonctions et
en fournit une description détaillée mais il vaut mieux avoir une idée du nom
recherché !
Les documentations et sources respectives sont accessibles par les commandes
suivantes :
1. sage.rings.polynomial.multi_polynomial_ring ? ?
2. sage.rings.polynomial.infinite_polynomial_ring ? ?
3. sage.rings.polynomial.pbori ? ?
Chapitre 4. Manipulation d'anneaux polynomiaux multivariés avec Sage.
13
La liste des méthodes disponibles peut aussi être obtenue rapidement en créant
un anneau polynomial R, puis en utilisant la complétion de ligne de commande.
Il sut alors de taper R. et d'appuyer sur la touche tabulation.
Chapitre 5
Manipulation de LFSR avec Sage.
Un registre à décalage à rétroaction linéaire ou Linear Feedback Shift Register (LFSR) permet d'engendrer une suite pseudo-aléatoire, vériant une relation
de récurrence linéaire. Un LFSR de n bits peut être représenté par un polynôme
de degré n dont les coecients dénissent la relation de récurrence. Il existe
deux représentations possibles :
Pn
le polynôme de rétroaction : 1 + 1 ci xi
Pn
Dans ce cas, P
la relation de récurrence est st = 1 ci st−i mod2 et en parn
ticulier sn = 1 ci sn−i mod2.
Par exemple, le polynôme de rétroaction 1 + x3 + x4 , de coecients
(c1 , c2 , c3 , c4 ) = (0, 0, 1, 1) dénit un LFSR de 4 bits de relation de récurrence st = st−3 + st−4 . On a en particulier s4 = s1 + s0 .
Pn−1
le polynôme caractéristique : 0 ci xi + xn
Pn−1
Dans ce cas, la relation de récurrence est st = 0 ci st−n+i mod2 et en
Pn−1
particulier sn = 0 ci si mod2.
Par exemple, le polynôme caractéristique 1 + x + x4 , de coecients
(c0 , c1 , c2 , c3 ) = (1, 1, 0, 0) dénit un LFSR de 4 bits de relation de récurrence st = st−4 + st−3 . On a en particulier s4 = s0 + s1 .
Le polynôme caractéristique est le polynôme inverse du polynôme de rétroaction.
La suite pseudo-aléatoire produite est s0 , s1 , s2 , ....
L'état interne à l'instant t est st , st+1 , ..., st+n−1 .
Du fait des propriétés statistiques obtenues et de l'optimalité en terme de
période et de complexité linéaire (taille du plus petit LFSR équivalent), les
polynômes de rétroaction utilisés sont primitifs. On peut facilement obtenir des
polynômes primitifs avec Sage :
sage
....
....
sage
[x^4
: def all_primitive(n) :
:
return [p for p in GF(2)['x'].polynomials(
:
of_degree=n) if p.is_primitive()==True]
: all_primitive(4)
+ x + 1, x^4 + x^3 + 1]
sage : def primitive(n) :
.... :
generator=(p for p in GF(2)['x'].polynomials(
.... :
of_degree=n) if p.is_primitive()==True )
.... :
return generator.next()
sage : primitive(100)
x^100+x^25+x^24+x^22+x^20+x^19+x^18+x^17+x^16+x^15+x^14+
x^13+x^12+x^11+x^10+x^9+x^8+x^7+x^6+x^5+x^4+x^3+x^2+x+1
Dans Sage, la fonction lfsr_sequence(key,fill,nb) produit les nb bits
de sortie s0 , s1 , , ..., snb−1 d'un LFSR de taille n déni par les n coecients
(celui de xn n'est pas compté) de son polynôme caractéristique (key) et par
son état_initial s0 , s1 , , ..., sn−1 (fill) représenté par une liste de n éléments
de GF (2). La documentation et les sources sont accessibles respectivement par
Chapitre 5. Manipulation de LFSR avec Sage.
15
les commandes sage.crypto.lfsr ? et sage.crypto.lfsr ? ?
Voici un exemple avec le polynôme caractéristique 1 + x + x4 :
sage : coefficients=[GF(2)(i) for i in list('1100')]
#[c0,c1,c2,c3]
sage : initial_state = [GF(2)(i) for i in list('1011')]
#[s0,s1,s2,s3]
sage : l=len(coefficients) #nombre de bits du LFSR
sage : n=2^l-1 #période du LFSR
sage : print lfsr_sequence(coefficients,initial_state,n)
[1, 0, 1, 1, 1, 1, 0, 0, 0, 1, 0, 0, 1, 1, 0]
L'algorithme de Berlekamp-Massey donne le polynôme de rétroaction du
LFSR de taille minimale engendrant une suite. Le LFSR est unique si et seulement si la longueur de la suite est double de la taille du LFSR. Attention,
dans Sage, la fonction lfsr_connection_polynomial() donne le polynôme de
rétroaction alors que la fonction berlekamp_massey() donne le polynôme caractéristique. Voici un exemple, toujours avec le polynôme caractéristique 1+x+x4
et de rétroaction 1 + x3 + x4 :
sage : sequence = lfsr_sequence(coefficients,initial_state,2*l)
sage : print berlekamp_massey(sequence)
x^4 + x + 1
sage : lfsr_connection_polynomial(sequence)
x^4 + x^3 + 1
Pour des raisons de simplications, on propose une nouvelle implémentation
du calcul des bits de sortie d'un LFSR à partir directement de l'expression de
son polynôme de rétroaction et de son état initial :
sage
....
....
....
....
....
....
....
....
....
....
....
: def lfsr_output(feedback_polynomial,initial_state,n) :
:
new_state = [GF(2)(i) for i in initial_state]
:
k = len(initial_state)
:
c = feedback_polynomial.reverse().coeffs()[0 :k]
:
L = []
:
for i in range(n) :
:
old_state = copy(new_state)
:
new_state = new_state[1 :k]
:
new_state.append(sum([c[i]*old_state[i]
:
for i in range(k)]))
:
L.append(old_state[0])
:
return L
Voici un exemple avec le polynôme de rétroaction 1 + X 3 + X 4 :
sage : x = GF(2)['x'].gen()
sage : print lfsr_output(1+x^3+x^4,[1,0,1,1],n)
[1, 0, 1, 1, 1, 1, 0, 0, 0, 1, 0, 0, 1, 1, 0]
sage : print lfsr_sequence(coefficients,initial_state,n)==
lfsr_output(1+x^3+x^4,initial_state,n)
True
Chapitre 6
Manipulation de fonctions booléennes
avec Sage.
Une fonction booléenne est une fonction f : GF (2)n → GF (2). Elle peut
être représentée sous trois formes diérentes :
1. table de vérité :
{(x, f (x)) , x ∈ GF (2)n }
2. forme algébrique normale : fonction polynomiale de n variables à coecients
dans GF (2).
Cette écriture comme somme de monômes est unique :
f (x) =
X
u∈GF (2)n
au
n
Y
xui i avec au =
1
X
f (v)
v≤u
3. forme polynomiale : trace d'un polynôme univarié à coecients dans GF (2n ).
Cette écriture peut être unique sous la forme trace suivante :
X
n
f (x) =
T rθ(i) (ai xi ) + ε(1 + x2 −1 )
i∈σn
avec :
σn ensemble des représentants des classes cyclotomiques binaires mod 2n − 1
θ(i) le cardinal de la classe cyclotomique de i
ε = wt(f ) mod(2)
Les fonctions booléennes se dénissent dans Sage à l'aide du constructeur
Boolean Function.
sage : from sage.crypto.boolean_function import BooleanFunction
Les documentations et sources sont disponibles respectivement par la commande BooleanFunction ? et BooleanFunction ? ?
Il existe naturellement trois méthodes pour dénir une fonction booléenne :
La première utilise une table de vérité, la liste des images des 2n éléments
de GF (2)n , rangés dans l'ordre des entiers qu'ils représentent en little endian
(bit de poids faible à gauche) :
sage : n=3
sage : truth_table = [0,1,0,0,0,0,0,0]
sage : f = BooleanFunction(truth_table)
sage : print [(i,f(i)) for i in range(2^n)]
[(0,False), (1,True), (2,False), (3,False),
(4,False), (5,False), (6,False), (7,False)]
On peut vérier la représentation little endian (bit de poids faible à gauche)
des entiers :
sage : def rpad(x,n) :
.... :
return Integer(x).digits(2,padto=n)
sage : print [(rpad(i,n),f(rpad(i,n))) for i in range(2^n)]
Chapitre 6. Manipulation de fonctions booléennes avec Sage.
17
[([0,0,0],False), ([1,0,0],True), ([0,1,0],False),
([1,1,0],False), ([0,0,1],False), ([1,0,1],False),
([0,1,1],False), ([1,1,1],False)]
La table de vérité d'une fonction booléenne de n variables peut aussi être
mise sous la forme d'une chaîne de 2n−2 caractères hexadécimaux, rangés dans
l'ordre inverse de la table de vérité précédente :
sage : f_hex = BooleanFunction("a1")
sage : f_int = BooleanFunction([1,0,0,0,0,1,0,1])
sage : f_hex == f_int
True
Il existe donc plusieurs formats de représentation de la table de vérité :
sage : print f.truth_table(format='bin')
(False, True, False, False, False, False, False, False)
sage : print f.truth_table(format='int')
(0, 1, 0, 0, 0, 0, 0, 0)
sage : print f.truth_table(format='hex')
02
On note bien l'ordre inversé entre le format hex et le format int.
La deuxième façon de dénir une fonction booléenne de n variables utilise
sa forme algébrique normale, un polynôme booléen à n variables :
sage
sage
sage
sage
x0 +
: R = BooleanPolynomialRing(3,'x')
: R.inject_variables()
: f = BooleanFunction(x0+x1+x2)
: f.algebraic_normal_form()
x1 + x2
La troisième façon de dénir une fonction booléenne utilise sa forme polynomiale. La fonction booléenne de n variables est vue comme la trace d'un
polynôme univarié à coecients dans une extension de GF (2) de degré n.
sage : K.<a> = GF(2^3,name='a')
sage : P.<x> = K['x']
sage : f = BooleanFunction(x^7+a*x+1)
Il n'existe pas dans Sage de méthode pour calculer la forme polynomiale
d'une fonction booléenne. Une implémentation d'une forme polynomiale, sans
unicité de la représentation, est proposée :
sage : def polynomial_form(f) :
.... :
n= f.nvariables()
.... :
K.<a>=GF(2^n,'a')
.... :
P.<x>=K['x']
.... :
return K['x'].lagrange_polynomial([(K(P(Integer(i).
.... :
digits(2))),GF(2)(f(i))) for i in range(2^n)])
sage : p = polynomial_form(f) ; print p
x^7 + (a^2 + a)*x^4 + a^2*x^2 + a*x + 1
sage : f == BooleanFunction(p)
True
On remarque que le polynôme trouvé n'est pas unique. En eet a3 +a+1 = 0
implique a4 = a2 +a. Comme 2 et 4 appartiennent à la même classe cyclotomique
binaire modulo 2n − 1 = 7, on voit que T r(a4 × x4 ) = T r(a2 × x2 ). On en déduit
Chapitre 6. Manipulation de fonctions booléennes avec Sage.
18
que T r(x7 + ax + 1) = T r(x7 + (a2 + a)x4 + a2 x2 + ax + 1).
sage : K.modulus()
x^3 + x + 1
On peut vérier que la table de vérité de Tr(p) est bien la table de vérité de f :
sage : [ p(K(P(Integer(i).digits(2)))).trace() for i in range(2^n)]
== list(f.truth_table(format='int'))
True
L'entrée d'une fonction booléenne à n variables peut être un entier ou un
binaire sur n bits en little endian (bit de poids faible à gauche) :
f(1) == f([1,0,0])
True
La sortie de la fonction booléenne est un booléen, qui peut être converti en
élément de GF(2) :
print f(0),GF(2)(f(0))
True 1
print f(1),GF(2)(f(1))
False 0
print f(0)+f(1)
1
Il existe plusieurs opérations sur les fonctions booléennes : complément, addition, multiplication, concaténation.
La première opération est le complément de la table de vérité :
sage : print
(1, 0, 0, 0,
sage : print
(0, 1, 1, 1,
sage : print
x^7 + (a^2 +
sage : print
x^7 + (a^2 +
f.truth_table(format='int')
1, 1, 1, 1)
(~f).truth_table(format='int')
0, 0, 0, 0)
polynomial_form(f)
a)*x^4 + a^2*x^2 + a*x + 1
polynomial_form(~f)
a)*x^4 + a^2*x^2 + a*x
La deuxième opération est l'addition de fonctions booléennes, correspondant
à l'addition des tables, des formes algébriques normales ou des formes polynomiales :
sage : (f+(~f)).truth_table(format='int')
sage : (1, 1, 1, 1, 1, 1, 1, 1)
sage : g = BooleanFunction(x^7)
sage : h = BooleanFunction(a*x+1)
sage : polynomial_form(g+h)
x^7 + (a^2 + a)*x^4 + a^2*x^2 + a*x + 1
La troisième opération est la multiplication de fonctions booléennes, correspondant à la multiplication des tables, des formes algébriques normales ou des
formes polynomiales :
sage : (f*(~f)).truth_table(format='int')
(0, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0)
sage : polynomial_form(g*h)
Chapitre 6. Manipulation de fonctions booléennes avec Sage.
19
x^7 + (a^2 + a)*x^4 + a^2*x^2 + a*x
On note que x7 × (ax + 1) = ax + x7 sur GF (23 ) et qu'on a a toujours
T r((a2 + a) × x4 ) = T r(a2 × x2 ) sur GF (23 ) ' GF (2)[x]/ < x3 + x + 1 >.
Enn, on peut aussi concaténer des fonctions booléennes, correspondant à
la concaténation des tables :
sage : print g.truth_table(format='int')
(0,1,1,1,1,1,1,1)
sage : print h.truth_table(format='int')
(1,1,1,1,0,0,0,0)
sage : print (g|h).truth_table(format='int')
(0,1,1,1,1,1,1,1,1,1,1,1,0,0,0,0)
Attention, bien que ce ne soit pas précisé dans la documentation, il existe une
limite pour le nombre de variables d'une fonction booléennes, liée à la mémoire
de la machine :
sage : R = BooleanPolynomialRing(38,'s')
sage : s = R.gens()
sage : print BooleanFunction(s[0])
Boolean function with 38 variables
sage : R = BooleanPolynomialRing(39,'s')
sage : s = R.gens()
sage : print BooleanFunction(s[0])
MemoryError
Par ailleurs, les fonctions implémentées dans Sage sont implicitement prévues pour un ordre monomial lexicographique, l'ordre monomial par défaut du
constructeur Boolean PolynomialRing. Elles ne donnent pas le résultat attendu pour un autre ordre monomial :
sage : R = BooleanPolynomialRing(4,'x',order='degrevlex')
sage : R.inject_variables()
Defining x0, x1, x2, x3
sage : f = BooleanFunction(x0*x2*x3+x1*x2+x0)
sage : print f.algebraic_normal_form()
x0*x1*x3 + x1*x2 + x3
Bibliographie
[1] Y.Renard. Expérimentations cryptographiques avec
Sage.
Thèse professionnelle
de Mastère spécialisé Sécurité des Systèmes Informatiques et des Réseaux, Telecom
Paristech. 2010.
[2]
[3]
Sage Mathematical Software, version 4.4.4. http://www.sagemath.org
P.Zimmermann et al. Calcul mathématique avec Sage. 2010. http://sagebook.
gforge.inria.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising