CRD_25_75

CRD_25_75
Les Cahiers de la Recherche Développement no 24 - Décembre 1989
UN MODELE ILLUSTRÉ DE SYSTEME D’INVESTIGATION POUR
L’ETUDE PLURIDISCIPLINAIRE DES SYSTEMES D’ELEVAGE
EN MILIEU TRADITIONNEL AFRICAIN
par E. LANDAIS* et 0. FAUGERE**
.‘:
:..j:::, . ... +::,.::>y::::.
;@CIjTS4%E$$. ?..
.: J@tho.~e -.hlodéle.-. Informatique - Systhme d’hevage -. Population anîrhal6 - Zo&ectide
.: ShkjW
“Ayant écarté l’illusion d’un compromis factice entre des modes d’enquête hétérogènes, ils’agit de
promouvoir des systèmes d’investigation dans lesquels chaque mode d’approche, chaque type
d’investigation garde sa spécificité, mais valide I’autre”. G. WINTER, 7983.
INTRODUCTION
Cette communication, principalement méthodologique, s’inscrit dans une réflexion plus générale
consacrée aux moyens susceptibles d’améliorer l’efficacité de la recherche scientifique - et plus
particulièrement de la recherche zootechnique et vétérinaire - pour le développement de l’élevage
...: en pays tropicaux (IEMVTGRA,
1966 ; LANDAIS et coll., 1987). Le parti scientifique adopté se
,.. réclame explicitement de l’approche systémique. II consiste à tenter d’articuler les contributions des
diverses disciplines concernées (des sciences de l’animal aux sciences humaines) autourd’un objet
commun : le fonctionnement des systèmes d’élevage (1).
Si les chercheurs en sciences humainesont, depuis toujours, travaillé en “milieu réel”, l’idée de sortir
du cadre bien maîtrisé des stations expérimentales pour entreprendre des recherches zootechniques approfondies en milieu d’élevage traditionnel africain est relativement récente, et a fait
beaucoup de chemin depuis une quinzaine d’années. Les premiers réseaux de contrôle des
performances zootechniques, mis en oeuvre à peu près simultanément par I’IEMVT-CIRAD et par
le CIPEA (2) ont aujourd’hui débouché sur des méthodes éprouvées, et la multiplication actuelle de
ce type de recherches démontre amplement qu’une étape essentielle est en voie d’être franchie.
La constitution de référentiels zootechniques de plus en plus détaillés progresse rapidement, dans
de nombreux pays.
INFWSAD, CNRA, route de Saint-Cyr. 78000 Versailles,France
* ISRA Laboratoire National de l’élevage et de Recherches Vetérinaires, BP 2057, Dakar-Haon, Sénégal.
1. Nous adoptons ladeffnition suivante (LANDAIS, 1988) :“Un systeme delevage est un ensembled’&ments en interaction dynamique organises par l’homme
en vue de valoriser des ressources par l’fntermédiaire d’animaux domestiques pour en tirer des productions variees (lait, viande, cuirs et peaux, travail, fumure...)
ou répondre a d’autres objectifs (épargne, capitalisation, prestige...)“.
2. Centre International Pour I’Elevage en Afrique (Addis-Abeba).
l
l
75
De nombreuses questions restent néanmoins posées. En particulier, il apparalt clairement que
E’Qvahation prkise des petion-nances zootechniques ne débouche pas, en elle-même, sur des
p~opos%ians pertinentes et opbratoires pour le développement.
Les résultats obtenus ne sont
ikaterprétab&es et eckilisables que dans Eecadre plus global de l’étude piuridisciplinaire des systèmes
d%ievage, 6tude qui a elle-mGme beaucoup progressé a14plan conceptuel et méthodslogique au
cours des dernières années.
Le pro$Fème @avenir consiste donc à imaginer les systhes
d’investigatiosa éEargie qui pourront
demain intégrer les acqquis m&hodûlogiques des rhseaux de contrôle des performances animales
et ceux des autrestypes doinvestigation, et permettre lavalorisation mu&ueBPede leurs r&suRatsdans
me perspective de déveioppement.
Dans cette optique, cette réflexion volonkaiaement
prospective
propose
un modèle original de
système d’investigationmodulaireet évdutif, construit autour d’un noyau centrai coazstitw6 par un
programme de suivi démographique fournissant une image précise et fidèle de la structure et de
Badynamique des popuIatisns animaies concernées, et donc des flux d’animaux qui traversent &es
systèmes d’élevage étudiés. Le poids accordé, dans ce modéle, aux voEets démographique et
zootechnique ne procède pas d’une quelconque volonté d’hégémonie disciplinaire, mais de Pa
conviction éprouvée selon laquelle le nécessaire BEargissement du champdes recherches ne doit
en aucun cas setraduire parle reiâchementou l’abandon de Eadimension zootechnique, qui restera
nécessairement au coeur de toute action de développement de Mevage, et de toute méthode de
suivi-évaluation de ces actims. l-e rôle fédérateurde la connaissance démographique n’est pas
sans rappeler celui que voudraient lui voir jouer bien des spécialistes - dont A. SAUVY - dans les
études concernant les sociét6s humaines.
Le modèle pq3osé s”impére directement de l’expérience du programme de recherche “Pathologie
et productivité des petits ruminants” (PPR) qui est réalis conjointement par B’IEMWDCkWAD et
B”Ensfitut Sénégalais de Recherches Agrico&es /ISRA) depuis 1983 (FAUG$RE et FAUGÈRE,
1986). Son intérêt sera Etlustré par une sélection des résultats obtenus par les cherchews de ce
..:
:.7: programme.
L’étudefine du fonctionnementdh systèmed’élevagemet en jeu des collaborationsphidisciplinaires. Mais tous les chercheursintéressésn’onFpas toujours besoinde disposer d”une connaissancetrès précisede Etat et de l’évolutiondes peuplementsd’animaux
domestiquescowœmés(3). Par Faforce des choses,Bapbpart d”ewtreeux sont mêmetout à fait habitw5sà s’en passer. Néanmoins,
œûe connaissanœ est éndispensabBe
pour Ceszootechniciens,et B”expérience
montrequ”e8les”avéreextrèmementprofitableh tous,
parce qu’elle fournit & chacun des élémem nouveaux et pahieux pour étayer ses raisonnements, approfondir et renouveEer sa
problématique,valider ses résultats. Surtout, cette connaissancepartagéefocalise et cimente Ia constrwdion phidisciplinaire, en
créant le lieu de confrontation et d”Q&ange des acquis muftiformesd’investigationstrès variées (4). En œ sens, elle apparaîtindispensable à Emergence de VériFabiessystèmesd”investigation,cohérentset foncFionnels,sur fes systèmesd”&evage.
IFne s’agitpas Ià d’une vision théoriqueet abstraite,maisau contraire d’une convicFion très empirique, qeri s’est progressivementforgée
sur le terrain. Dans le Nord de PaCôte-&C\roired’abord,A B”occasion
des multipleséchangesqui s”établirentprogressivement,entre
1975et 1982autour des fichiers cons%étuéspar le Gentrede RecherchesZootechniquesde Bouaképour les besoins du suivi mis en
place dans de nombreux troupeaux sédentaireset semi-transhumants(POIVEYet cofl. 1981 ; PETIT, 1980 ; LANDAPS,1983).Waa
Sénégal,ensuite, oti les divers sites d4mplantationdu programmePPR s’affirment arrjourd’hui comme des lieux pWvilBgiésd”éfudes
plwidiscipbinaises, véritables pôles d’attraction pour des chercheurs d”origine variée.
Pour comprendre les raisons de cette attraction, ii est nécessaire d’avoir à l’esprit les principes de base des programmesde suivi
démographique autour desquels se sont développbes ces recherches.
1) i%irPcipes et produite attendus chrp programme de suivi dhographique
Soit wne population animaFedomestique quelconque P. La structure et !a dynamique de cette populationsont rkgies par les processus
suivants :
0des individus naissent ou imnigrent~entrant ainsi dans la population
- des individus meurent ou sont exploités, sortant ainsi de la population.
3. Le terme de “peuplement animal domestique” dhigne l’ensemble des espèces domestiques qui peuplent un espace détermink 18s’oppose à celui de
population, qui est réservé à des ensembles d’individus de même esphe. L’analyse démographique s’inlresse exclusivement aux populations, mais Mude
des svstèmes d’élevaae doit intéarer les r&sultats retatifs aux diverses esoèces en prhence pour analyser
le fonctionnement des peuplements
_ alobalement
animaux (LANDAIS etcol!.. 1937j.
4. II convient de noter B cet égard que l’analyse démographique fournit la cl&du passagede l’animal au troupeau, et du troupeau I Fapopulation. Par là, elle
contribue puissamment I rapprocher les points de vue de chercheurs dont les unités d’observation et d’analyse se situent& des niveaux d’organisation différents
du peuplement animal.
76
L’enregistrement des évènements 1,N, M et E, qui peuvent être considérés comme akatoires pour l’observateur, permet de connaître
à tout moment l’effectif de la population P et sur des périodes définies par l’observateur, les flux d’entrées et de sorties, et l’évolution
consécutive de l’effectif (croît).
Moyennant l’enregistrement suppl8mentaire de l’âge et du sexe des individus conœrn& par œs flux, ii est thboriquement possible
de préciser la structure de la population P par classes d’âge et de sexe (pyramide des âges), et ia nature des flux observk Cette
connaissance est d’un int&êt évident pour l’analyse démographique (qui s’intéresse spécifiquement à la dynamique des populations)
(LANDAIS et SISSOKHO, 1986). En rbalitb, l’expérience a mont& que dans les conditions qui pr&alent couramment en milieu
d’élevage traditionnel dans les pays en développement, il était pratiquement impossible de connaître I’âge des animaux avec la
prrkision exigbe par œs analyses. Les méthodes d’estimation de l’âge reposant sur les enquêtes auprès des éleveurs et sur
l’observation des signes physiques de l’âge (examen de la dentition et du cornage), bien qu’elles puissent être d’une certaine utilité
pour les zootechniciens, fournissent en effet des résultats imprécis qui ne peuvent être utilisés pour des analyses approfondies. II y
avait incontestablement là une limite forte au développement d’études zootechniques fines à l’extérieur des stations expkmentales.
2) Le suivi individuel
Pour surmonter œt obstacle, il était nécessaire d’adopter la méthode du suivi individuel des animaux, reposant sur l’identification p&
renne de chaque individu et l’enregistrement séparé des informations le concernant. Cette méthode est utilisée depuis tr8s longtemps
dans les stations expérimentales. Elle secr&e une information très riche, mais très lourde à gérer, et pour cette raison resta longtemps
r&ervck à des troupeaux d’effectif limité, dont la gestion technique était bien maîtrisée. De nouvelles perspectives s’ouvrirent avec
l’avènement de l‘informatique, et le développement dans les pays industrialisés de méthodes de suivi individuel en ferme à grande
Echelle, qui furent mises au point principalement pour les besoins de I’amélioration génktique.
Dans œ contexte, les dates de naissance étant enregistrées, l’âge de tout individu né dans la population depuis la mise en place du
suivi est connu sans erreur à tout moment. Comme dans la majorité des cas la plupart des animaux pr&ents sont effectivement nés
dans la population, la structure de celle-ci est connue avec une précision qui augmente avec l’ancienneté du suivi, puis se stabilise
à un niveau généralement élevé.
Restait à adapter ces méthodes au contexte très particulier, et a priori défavorable, des systèmes d’élevage traditionnel africains. C’est
à quoi s’est attaché l’IEMVT/CiRAD depuis 1975, avec l’appui initial de chercheurs du département de génétique animale de I’INRA.
Ces efforts ont dbbouché sur la mise au point d’une méthode associant des techniques adaptées de saisie de l’information sur le
terrain, de gestion informatisée de cette information (incluant diverses procédures de validation préalable) et de traitements des
données. Cette méthode est aujourd’hui opérationnelle et éprouvée (5). La récente publication d’un manuel détaillé la met à la portée
des utilisateurs (FAUGÈRE et coll., 1989 d).
De nouvelles perspectives s’ouvrent ainsi aux zootechniciens, pour la constitution de référentiels techniques solides et détaillés, et
l’analyse des facteurs de variation des performances animales. Le suivi individuel permet de mettre en relation les informations recueillies au cours du temps sur le même animal, et donc de pratiquer des analyses longitudinales (6), qui représentent une méthode
de choix pour l’analyse zootechnique et plus encore pour l’analyse démographique.
3) Perspectives
pluridisciplinaires
Audelà des objectifs disciplinaires qui ont initialement motivé la mise au point de la méthode, le suivi individuel s’avère un &ment
central pour un dispositif de recherche pluridisciplinaire sur les systèmes d’élevage traditionnels, pour deux raisons principales :
1 - La première tient au nouveau statut épistémologique qui est accordé aux performances animales dans la démarche systbmique :
les performances zootechniques et sanitaires sont aujourd’hui considérées comme des indicateurs irremplaçables du fonctionnement global des systèmes d’élevage. Résultant à la fois des relations biologiques qui s’établissent entre l’animal et son milieu et des
pratiques d’élevage mises en oeuvre par les éleveurs, elles fournissent en effet des indications précieuses sur œs relations
biologiques d’une part, sur l’efficacité des techniques utilisées d’autre part. L’état et la dynamique des populations animales, qui
résultent de l’ensemble des performances de reproduction et de viabilité des animaux (elles-mêmes sous l’influence des pratiques
de conduite) et des pratiques d’exploitation (prékvements d’animaux), représentent en particulier des indicateurs synthétiques très
performants, intéressant aussi bien les recherches zootechniques et vétkinaires que les études centrées sur les fonctions socioéconomiques du cheptel, la productivité de l’élevage ou ses contraintes de gestion.
2 - La seconde raison tient à l’amélioration considérable qui est introduite par le suivi individuel au niveau de la gestion de l’information.
On se trouve en effet dans la situation idéale de disposer d’un fichier dit d’Etat-civil qui reflète fidétement et en tempsréel(7)l’image
démographique de la population, et constitue un outil extrèmement puissant pour connecter pensemble des informations disponibles
sur tout individu OU tout groupe d‘individus de cette population, quelles que soient la nature et l’origine de cette information. La
5. Ainsi, au Sénégal,environ8 000 ovins,6 000 caprinset 3 000 bovinsrépartisdans plusieurscentainesde troupeauxet sur 7 sites différents,étaientsuivis
en 1988$II’aidede !a m&hode mise au point dans le cadre du woarammePPR.
6.L’analyselongitudin~ereposesurlare~onstitutiondei’h~stoire~es~ndividusappartenantàunemêmecohorte,c’est-à-direquiontvécudurantlam~mep~dode
le m&me Bvénement-origine, la naissance ou la premiére mise-bas par exemple.
7. Le délai moyen entre la survenue d’un Bvénement d&mographique sur le terrain et sa prise en compte dansle fichierinformatiqueest d’environun maisdans
le progr?mmePPR.Les contr8lesd’inventairesréguliers,qui consistentBconfronterl’imagede chaquetroupeau,telle qu’elleest fourniepar l’ordinateur,B leur
composltlon réelle. représentent une méthode de validation essentielle de I?nformation secrétée par le suivi d8mographique.Ces contrblesne sontpossibles
que grke B la fréquence des passages dans les troupeaux, et à la rapidité des processus de v&ification. de transfert et de saisie de i’infonation. Ici encore,
la puissance de l’outil informatique est irremplaçable.
77
consFruction de banques de dormées piwidiscip8inaires sFructurées autour de ces fichiers d’Ekt-civil, dwienF ainsi envisageable. Les
bases de données acFue!lemenFdisponibles permettent d’organiser ces interconnexions au plan fonctionnel. Ce systéme de gestion
informatique débouche effectivement, comme Eeprévoyait WINTER (op. cit.) sur une validation de E’informatioorecueillie, et par ià sur
une amélioration FI+Ssensible de sa qerditr$ et sur WI accroissement considhble de sa valorisation. If permet en outre de guider le
recueil de B’informationnauveWe,en sé~ectiortnant Eessituations où l’information est !a plus efficace.
Le développement de Fek bases de données, qui constituent en quelque sorte je versant inkrmatique des systhnes d’iwvesFigatian
évoqués plus haut, reprrhenâe une cons6quence logique de kdoption d’une démarche systémique. Ce processus n’en est qu% ses
débuts, et compte tenu de &arapidité des progrès enregistr0s en informatique, les bases de donn6es actuelles ne font que préfigurer
les systèmes extrêmement puissants qui seronFdisponibles demain. La constitution de ces bases de dorAes représente n6anmoins
d’ores et déjà une véritable révokhon m6tiodo~ogiqrre dans Oedomaine de la recherche sur les sysF&nes d”éFevage $opicaux, et iE
apparait prioritaire d’explorer leurs possibiliF&. Cetie r6fiexion esâdirectement & l’origine du modhie de sysFéme d’investigation qui est
proposé ci-dessous.
4) Vers des systèmes d’I~~est@iFb~ maduk3i~es6%éwoBuFK3
Le suivi démographique ne constitue pas, à lui seul, WI outil d”invesFigation satisfaisanF pour Mu$e du fowctioanemeat cE”unsystème
d”élevage. D’abord, parce qu’il ne fournit qu’une information partielle sur les performances r&&sées par les animaux, enseriFeparce
qu’il ne fournit aucun éEQmenfexpkaFit surde niveau atteint par ces performances dans Fe1ou Fe!sysF&med’élevage. Or, EeconFraCFac%e
de !a recherche, vis-à-vis des exigences du d&eEoppemenF, WQse hiFe pas A fournir des Qvalualions quantitatives, si prhises soientelles, mais consiste à omettre des jugementsmoFiv& sur Ies niveaux atieink par ces performances et sur les marges d’amélioration
envisageables (fonction de diagnostic) ; & proposer des innovations expérimentées, propres Craméliorer Sesperformances obtenues,
et adaptées aux SituaFions Bterdiées ; à meFFreau point des méthodes d%vaaluaFionin situ et en vraie grandeur des effets eF dos
conséquencesde ces innovaFions.
De Fek objecFifs ne peuvent êFre efficacemenF poursuivis que dans Pecadre de recherches pluridisciplinaires, intégrant à la fois des
investigations biologiques relativement “pointues” (en pathologie vétérinaire et en alimentation animale par exemple) et des
recherches en sciences humaines, sociologie et économie en particulier. Sachant qu’il faut nécessairement respectes!“autonomie
mkthodologique des diverses disciplines mobilisées, les syskhes d’investigalion envisagés doivent donc associer diff6rents
“modules” d”investigaFion spéciaPisC?e,dont le nombre eF Ea nature peuvent varier selon les situations étudiées, la problématique
adoptée et E”étaed’avancement des recherches.
Ainsi se dessine Easihouette d’un modèle modulaire de système d”investigaFiorssur !es sysFèmes d’élevage comprf?nant un nombre variable de modules sp&iaFisésde nature variable, articulésaurourdh pivot fixe, constitué par le programme de suivi dérrwgraphique.
Ce schéma théorique va être précisé à travers I’exemp$e du programme “Pathologie et productivité des petits ruminarrtsau Sénégal”,
qui en consFiFue!a premi&re appkation concrète.
Ce système, baptPs6 “Panurge”, a été présenté en détail par ailleurs, et nous ne revk3ndrons pas
sur ses règles de fonctionnement (FAUGÈRE et cdl., 1989). Notre propos coonsiste868quelque
1.:
li’:ili::,_~~bêé~~~~~~~
:<:;:.::
sot-le A fe rhterpréter
pour en fournir ici une vision différente, en termes de systhe
d’investiga;:.+ ....r;l~r~i&~i~~&s:, ;.:‘,.:
ion, eonforrnément aux déveioppenaents qui précédent.
:::..::...:d&&$@$.j,~
.:.
.,:.:,:,:
:..-:.:
.; ;;/’
Quelques précisions préalables sont nécessaires :
0 le système, mis au point initialement pour les ovins et caprins, a été adapt6 également aux
:.:.ic:-:::i:i,:~~~~~~~~~~:~.:~~.:.::~
.:j;
troupeaux bovins ;
..:::j.:,
:“::::(.:
._: : .+....,.’
... . .< ...
e [es unités d’observation éPémenlaires sont choisies en fonction des pratiques d’agrégation des
éleveurs, c”esî-à-dire de la manière dont ils constituent les troupeaux (8). Pour les petits ruminants,
qui sant parqués &a nuit dans tes concessions, iEs’agit des troupeaux de concession. Pour les
::~~~~~:~tr~~~~~~‘~:i:(..
bovins, 81s-agit des troupeaux villageois collectifs, qui représentent à ta fois les unités de parcage
nocturne et les unités de conduite au phrage. Tous Pesflux d’entrées et de sorties sont saisis aux
frontières de ces unités élémentaires d’observation. Il est donc nécessaire, pour agréger tes
données en vue d”analysas portant sur des niveaux supérieurs chrganisation
du peuplement
anisnal (populations villageoises ou micro-régionales), de corriger Ees données de base des fhx
8. Ces pratiquessont sommairementidentifiées dans le cadre d’enquêtes préliminaires, menkessur chaque site avant I’implantation du suivi pour définir les
modalités d’organisation du travail et le plan d’échantillonnage.
78
internes aux frontières de ces unités englobantes (Qchanges d’animaux entre exploitations), ce qui
A,@$
:jl;::j:;;.jjj:;::::jii
~:~:i..ill::I;;:;,:I.‘:~~~~~ïon
: .; ,.‘-:::r: rend nécessaire lasaisie d’informations supplémentaires sur ladestination des animaux sortant des
:
unités élémentaires. Par voie de conséquence, le suivi démographique inclut l’identification et la
localisation de l‘unité de base à laquelle appartient tout animal suivi : nom du village et nom du
responsable déclaré de l’animal, chef de concession pour les petits ruminants et responsable du
troupeau pour les bovins.
~~$~~~~i~~~~~~u~~~
L’intervalle entre les visites est fixé à quinze jours pour les petits ruminants et à un mois pour les
:j;:~$~@l~s
,&oupe&ux::
bovins, rythmes jugés suffisants pour dater avec précision l’ensemble des évènements survenus
:. .A....
dans l’intervalle.
Y.'. .+$g.&
l
2. Architecture
Laboratoire
de
L’architecture initiale du système “Panurge” répondait à un objectif
précis : l‘étude des interrelations entre la pathologie et la productivité
despetitsruminantsdansdesmilieuxd’élevagecontrastés(delazone
sahélienne à la zone soudano-guinéenne).
Le suivi démographique
constituant le noyau du système était donc complété par deux modules d’investigation permanente spécialisée ;
des performances
- un module de suivi sanitaire (suivi individuel des cas de maladie, et
suivi de l’évolution des foyers de maladie dans les troupeaux), luimême articulé avec les recherches menées au Laboratoire National
de I’Elevage et de Recherches Vétérinaires de Dakar-Hann, où sont
traités les prélèvements biologiques.
DEMOGRAPHIQU
3. Investigations
- un module zootechnique de contrôle des performances ponderales
des animaux (contrôle de la croissance des jeunes et de l’évolution
pondérale des adultes au moyen de protocoles de pesée) ;
complémentaires
a) Enqut%es intégrées au suivi
En pratique, il fut décidé d’emblée de mettre à profit le suivi pour recueillir de manière systématique et permanente un certain nombre d’informations complémentaires jugées essentielles pour
l’analyse du fonctionnement des systèmes d’élevage.
....
:,.’,:gg $$$&&$.:;;;-::’
if&$$&res Sur ies &
??X$:#&fiimaux’.>j .:..
:j
.:-:. : .,. :.:. :....:.:::
‘et
letir
.::.:..:.:..:.
.. contrôlë’s&iiai
:.
Ces informations concernent principalement:
les caractéristiques des animaux faisant l’objet des flux d’entrées et de sortie dans les troupeaux
suivis, leur origine ou leur destination, les raisons et les circonstances de ces évènements, (y compris les causes de mortalité, assorties le cas échéant du diagnostic de la maladie), les prix d’achat
et de vente, etc.
0 l’appropriation des animaux, le statut socio-familial des propriétaires, leurs relations avec le
responsable déclaré du troupeau (pour les bovins).
l
Le recueil deces informations, quoiqu’intégrédans
les fiches utilisées sur le terrain pour les besoins
du suivi démographique (fig. 1) est considéré, du point de vue que nous adoptons ici, comme
constitutif de deux nouveaux modules permanents d’investigation spécialisée.
Après une période de capitalisation
été intégrées au suivi :
de l’information de quelques années (9) d’autres enquêtes ont
9. La chronologie de l’installation des différentes enquetes n’est pas indifférente. Pour des raisons pratiques, la première année a et6 entièrement consac&
sur chacun des sites, à la préparation, au lancement et au “rodage” du suivi. Si I’on souhaite appuyer les enquetes complémentaires sur le suivi, en protitan;
au maximum de ses résultats, il est nécessaire de disposer d’un recul d’au moins deux annees. En pratique. compte tenu de la qualité souvent douteuse des
résultats obtenus dans les premiers mois du suivi, et des delais nécessaires pour le traitement des données, I’antériorité necessaire semble &tre en moyenne
de trois années, c’est-a-dire que les enquetes complementaires atteindront leur pleine efficacité si elles sont entreprises trois ans au moins aprés le debut du
suivi.
79
Fig. B -Enquête
sur les circonstances de Ia sortie d’un animal damsle cadre du suivi (Système“Pauurge”)
Date de nhsanca :
Sexe:M/F
E
I
I l &
Village
:
Nom du responsable du tmupeeu :
pI_p
/
,::?;sui’ l,&g pgii#ï&g.-:
;;
~~81~~~~~at~~~.::-:.: ‘:,
I,;~-‘.i-ij_;:~~~i~lt~~.:.:~~~~.~~~
::i:i:~~;::;i:~:i::i:i::::.:::.:.:,:.:
:... /.
.. .:. .\ ,:
enquête sur les pratiques de complémentation alimentaire, et relevé de la nature et de la quantité
des aliments distribués aux animaux au cours de la quinzaine écoulée depuis le précédent contrôle.
Cette enquête est actuellement menée sur un des sites du programme (Louga-NDiagne),
en
collaboration avec le programme “Alimentation du Bétail Tropical” (IEMVT/ISRA).
l
enquête sur les pratiques de traite et relevé des quantités de lait recueillies à I’échelle du troupeau.
l
enquête sur les pneumopathies, syndrome pathologique majeur dans les systkmes d’élevages
étudik : relev6 de la fréquence des cas cliniques par examen systématique de tous les animaux.
l
b) Enqu&tes périodi9ues
ou ponctuelles
Afin d’enrichir les grilles d’interprétation des résultats obtenus, ou d’approfondir certaines investigations, d’autres enquêtes ont également été entreprises. Elles s’appuient sur le dispositif mis en
place, mais sont réalisées à l’occasion de visites spécialement programmées. Selon l’objectif
poursuivi, la nature et la dynamique des phénomènes étudiés, il s’agit d’enquêtes périodiques ou
d’enquêtes ponctuelles.
;i;,;i:ij&&$~&dt’
&je.(,
::...... .:.::‘:.;.....>.. ii8tuiijjjg.
c$$9tidüdij.$U
..:
= enquête sur les pratiques de logement et de conduite au pâturage, menée avec une périodicité
semestrielle, jugée suffisante pour saisir des évolutions moins rapides que celles qui affectent par
exemple les pratiques de complémentation alimentaire.
* enquête sur l’infestation parasitaire interne, dont la dynamique
/:.;.;., .. i ,.::.::,:,...,:.:::,.:.::..,.. ..
:ii::ii::il:I:i:ii::a”~:~~~~a~~~:
;....,,.
............,..;.:.... .;... .,.
,. nombre des oeufs par gramme de fèces, à partir de prélèvements
est évaluée par l’évolution du
bimestriels.
étude de la dynamique de la réponse sérologique aux agents pneumotropes, entre la naissance
et un an, à partir de prises de sang bimestrielles sur une cohorte de 800 animaux nés entre octobre
1987 et octobre 1988. La cinétique des anticorps sera ultérieurement mise en relation avec
l’apparition de symptômes cliniques, l’évolution des performances de croissance et de la mortalité
dans le même échantillon, cette analyse mettant donc en jeu différents modules d’investigation.
l
.,.,
,.,.:.:.::.:.,
,.,.:,...:... ./
I:j::a~.18.-LBbrisati~~a’~‘-
... ,...
.......:..:;:+gqJtel
.:\
* enquête sur les pratiques d’exploitation et de valorisation du cheptel, destinée à améliorer
l’interprétation des analyses réalisées à partir des fichiers informatiques sur les flux d’entrées et de
sorties d’animaux dans les troupeaux. Cette enquête ponctuelle, réalisée selon les sites en 1988
ou 1989 devra probablement être répétée tous les deux ans, voire chaque ann6e.
c) Expérimenta tiens
La voie
permet
sances
évaluer
par les
expérimentale représente un mode d’investigation privilégié, que le dispositif du programme
de mettre en oeuvre à grande échelle. Elle est utilisée à la fois pour améliorer les connaisrelatives au fonctionnement des systèmes d’élevage considérés (diagnostic), et pour
en vraie grandeur et en conditions réelles les effets des innovations techniques envisagées
chercheurs.
Nous en citerons deux exemples :
dans le domaine sanitaire, des essais ont été conduits sur tous les sites du programme en vue
d’évaluer l’impact de plans de vermifugation et de vaccination (pasteurellose et peste des petits
ruminants). Ces essais permettent de mesurer l’effet des traitements expérimentaux
sur les
performances technico-économiques
des troupeaux et, sous certaines conditions, d’estimer les
pertes entraînées par les affections correspondantes.
dans le domaine de l’alimentation, différents schémas de complémentation énergétique, azotée
et minérale sont testés en saison sèche, sur différentes catégories d’animaux. L’objectif consiste à
la fois à mesurer les effets technico-économiques
induits par les traitements expérimentaux, à
évaluer la faisabilité de ce type d’interventions et à suivre leur insertion dans les systèmes de
production en place.
l
l
4. Architecture
d’ensemble
La figure 2 représente l’ensemble de l’architecture du système d’investigation,
précision s’imposant en raison du caractère évolutif du système).
(début 1990 cette
Fig. 2 - Organigramme 1998
(les n~odules intégrés au suivi, bs modules additiomek)
Nous n’avons vofontairement pas figuré sur ce
schéma de relation directe entre fes divers modufes périphériques.
Les relations entre modules sont pourtant extrêmement nombreuses,
et ce sont elles qui font l’intérêt du modèle
adopté, mais elles sont fondamentalement
régies parie fichierd’Etat-civif, piéce centrale du
suivi démographique,
ce qui justifie fa représentation fonctiormelie qui a eté adaptée.
Les enquêtesqui ne sont pas diractementintégrées au systeme “Panurge” utilisent des méthodes qui Beur sont propres, et sont pratiquées
en marge des activites régulières liées arrsuivi.
Leurs résultats, qui sont souvent d’ordre qualitatif, ne sont encore que parttieliement introduits
dans fa base de données. La compfémentarité
entre Eesuivi et ces enquêtes complémentaires
est néamoins très forte :
--
les modules additionnels
“Allmentatkm
B&ail
du
<rapIcaE”
- d’une part, l’organisation de ces enquêtes,
E’échantilEonnage, l’interprétation de leurs résuEBats,etc., s”appuienten permanencesur les fichiers informatiques et SUI Be dispositif de terrain. Des va-et-vient systématiques entre les
enquêtes de terrain et fa banque de données
accroissent considérabfement
la puissance et
la fiabilité de ces enqk&as. EL3
sont en pârticulier à Oabase de la métthodologie retenue pour
les enquêtes sur ies pratiques d’élevage (FA@
GERE et C~IE.,1990 a et b).
- d”autre part, ces investigations compEémentaires jouent un rofe important dans fe traitement de
B”inkmation cowtencme dans la barique de dexhes, en identifiant tes hypothèses à tester et en
guidant Yagrégation des donnees. Ces enquetes sur les pratiques d’élevage fournissent des cfés
dlnterprétation
essentieffes, concernant d’une part la variabilité des perfcrmancestechniques et
économiques enregistrées (évaluation des effets et conséquences des pratiques d’élevage), d’autre part les objectifs poursuivis par les éleveurset tesstratégies qu’ils mettent en oeuvre pour y parvenir (ana6ysedes déterminants des pratiques d’élevage).
Ew ce qui comme
les modules d’expérimentation,
l’identificatfon des traitements auxquels
soumk les animaux est directement intégrée dans fa base de données, et les performances
mimaux d’expérience sont seaiviesde Eamême manière que celles des autres animaux.
1 m Résultats du suw
sont
des
Ces exemples présentés ci-dessous sont extraits des résultats acquis par Ees chercheurs du
programme WR àpaseirdçrsysà2oaTsed”trrvestigatlon qui vient d’être présenté. fis ont été sélectionnés
dam l’objectifd’illustrer le fonctionnement de ce systeme, et en particulier de montrer son apport
Cala construction d’une iwterdiscipharité active autour de l’étude approfondie des systèmes
d’élevage africains. Quelques résukatspermettront d’illustrer en outre le potentiel expérimental du
dispositif.
et des enquêtes
a] Conmaissance d15mograpMqere des populations
animaks
Après quelques annees de suivi, et grâce à la rapidité des cycles physiologiques
des petits
ruminants, fa structure et fa dynamique des populations ovine et caprine sont connues avec une
bonne précision sur chacun des sites du programme.
Les résultats obtenus mettent d’abord en évidence l’importance des fluctuations saisonnières qui
affectent les populations étudiées, en raison de la saisannalité marquee des naissances d’une part,
des sorties d’animaux d’autre part. Ainsi, dans la région de Louga, les variations saisonnieres atteignent environ 20 % des effectifs maxima de femelles et jusqu’à 50 % pour les bêliers et 65% pour
les boucs (Fig. 3) les maxima se situant en fin de saison seche (après la période des mises-bas,
soit en avril et juin selon les années), les minima en octobre-novembre, apres la période de soudure
et après la fête (mobile) de la Tabaski qui intervint, les années considérees, entre le 06-09 (1984)
et le 06-08 (1987).
Au-delà de ces fluctuations cycliques se dégage une tendance modérée d’augmentation du cheptel
ovin et caprin, correspondant à une stratégie de reconstitution du troupeau, après plusieurs années
très sèches (dont 1984).
Ces résultats constituent une référence obligée pour tout calcul de performances techniques ou
économiques concernant ces populations. Lesfluctuations enregistrées sontd’unetelle importance
qu’elles peuvent en effet entraîner des biais considérables, selon la date retenue pour estimer
l’effectif de référence utilisé dans les calculs. Cette simple constatation suffit à valider l’hypothése
avancée plus haut à propos de la nécessité de bien contrôler l’état et l’évolution des populations animales concernées, dès lors que l’on se propose de réaliser des estimations quantitatives. Elle
explique du même coup les diff icultés rencontrées dans les méthodes d’évaluation de la productivité
reposant sur des enquêtes ponctuelles, ou même sur des enquêtes annuelles répétées à intervalles réguliers.
Ces fluctuations se retrouvent au niveau de la pyramide des âges, qui résume la structure
démographique de la population à un instant donné : les pyramides correspondant à des périodes
différentes de l’année sont significativement différentes (fig. 4).
3 -Evolution des effectifs des petits ruminants
dans la région de Louga, selon l’ethnie des kleveurs
Fig.
Structure démographique moyenne au 31 mars
et au 30 septembre 1986,
des populations ovine et caprine dans la région de Louga
Fig. 4 -
(Source : Faugère et cdl., 1990 a.)
(Source : Faugère et coll., 1990 a)
13x
H
12m
%a
OVINS
WOLOF
4m
OVINS
PEUL
CAPRINS
PEUL
OL’<<..< _._!../,<......< ‘. . . . . . . . . . .‘...* ’
911135~911135791113~~~911
19%
1x4
lOE5
83
D’une manière gén&aFe, quel que soit le paramhtre démographique considérk, Yasaisonnalité des
phénom&nes apparait comme une dimension essentielle du fonctionnement des systèmes d%levage Qteediés.
Nous ne nous attarderons pas sur les très nombreux résultats déjà obtenus sur les performances
zootechniques et Eeurs principaux facteurs de variation (FAU&RE
et cok, 1988 et 1989~). Le
rMrentie6 accwmu~é est sans Qqeeivalent en Afrique inteatropicale, bien que les possibilités de la
banque de données soient encore loin d’avoir été toutes exploitées. A vrai dire, I’originalit6 de ces
résdtats provierat cependant avant tout du terrain nouveau sur lequel ils ont éth obtenus : certains
aésealmx de contrG&e des performances individuelles existant dans les pays dBveloppés fournissent
des résealtats de mBme nature.
L’inté& du système mis en @ace provient de 6ava&orisation des données de terrain. Ainsi, le résultat
d’une peseie est EmmrQdiatement affecté, par E”interm&fiaire du ficeîter dEkat-civii, à epnanima! dont
le sexe, E&s, Bareproduction,etc. sont connus. Ce r6suEtat sera d”abord validB par comparaison
aux poids mesurck antérieurement sur Be même animal et aux performances r6alEsées dans les
mêmes conditions par des animaux comparables, puis normalisé sous f~rmed’uw poids à âge-type,
obtenu par interpolation iin&ire, et enfin intégré au référentielS qui est structuré notammentpartype
génétiqhae, sexe, mode de naissance (simpEe, double ou triple) et rang de mise-bas (figure 5).
(Sénég&. EfTeh dn sexe, du m&e de nabsank et du rang de mise-b&
(Courbes
Bablies
i partir de 8191 poids B âge-type mesun% entre janvkr
source : Faugèx? et cou., H988
1984 ee décembre
1987)
1
Poids [ kq E
-né dans une portée
simple,mére multipare
-né dans une portée simple,mère prlmlpara
-né dans une
portée double,mère
-né dans une portée
multipare
trIpIe, mère multlpare
-t-6
--Y-
--A-.&.
--Y=1 --a-
1
Le fichier d’état-civil permet en outre de minimiser le coîrt de la saisie de l’information. Par
exemple ies protocoles de pesée peuvent être organisés a priori, par interrogation de la banque de
données et émission phriodique de listes indiquant l’identité des animaux qui doivent être pesés à
un instant donn6 (ce point est essentiel dans le cas des suivis de troupeaux bovins, car la pesée
des gros aunimaux en milieu taaditiomel est une opération difficile et coûteuse). L’information recemeiflie est ainsi à Ea fois quantitativement
réduite et qualitativement
plus utile que dans les
protoco/es systématiques et a fortiori que dans les protocoles r6alisés par sondage dans des
populations inconnues.
La banque de données permet également de mettre en relation les différentes performances
enregistrées (viabilité, reproduction, croissance), et d’étudier ainsi les régulations physiologiques
mises en oeuvre par les animaux dans les systèmes considérés.
c) Relations entre données zootechniques
et données sanitaires
L’originalité du système d’investigation mis en place est ici tout à fait remarquable, puisqu’il est
exceptionnel qu’un suivi zootechnique et un suivi sanitaire de précision Qquivalente soient couplés,
fût-ce dans les pays industrialisés.
Ceci dit, le suivi sanitaire souléve des difficultés spécifiques de conception et de réalisation car les
Evénements auxquels il s’intéresse sont beaucoup plus difficiles à déceler et àcaracteriser que les
évenements démographiques. L’appréciation de l’état de maladie, voire la simple constatation de
signes ou de symptômes cliniques, reposent en grande partie sur des criteres plus ou moins
subjectifs. Elles nécessitent en outre fréquemment des investigations qui dépassent lasimple observation : prélèvements divers (prise de sang, prélèvement de fèces ou de matières pathologiques
diverses), autopsies, etc. La méthode suppose un travail en profondeur au niveau de la formation
des observateurs. Quoiqu’il en soit, le suivi régulier qui a été institué fournit un panorama détaillé
de la situation sanitaire des troupeaux suivis, et de son évolution. II débouche sur la constitution de
référentiels détaillés, concernant par exemple les taux d’incidence, de prévalence et de Iétalité liés
aux différents syndromes observés, qui sont calculés en tenant compte des fluctuations saisonnières et interannuelles de cette population, et des interférences entre les sorties d’animaux et la
mortalité. Par ailleurs, la connexion des fichiers sanitaires et démographiques permet d’étudier
finement les variations saisonnières et interannuelles de l’incidence de la pathologie à partir des
quotients de mortalité.
La mise en relation des performances zootechniques, de la pathologie et de la mortalité permet
d’autre part d’évaluer en termes physiques les pertes dues aux différentes affections.
La connexion des différents fichiers ouvre à I’épidémiologiste des perspectives nouvelles. C’est
ainsi qu’a été lancé, en collaboration avec les chercheurs du laboratoire de l’élevage et de
recherches vétérinaires de Dakar-Hann (ISRA), un important programme centré sur l’étude de la
cinétique des anti-corps sériques chez les animaux de moins d’un an, en vue de préciser I’étiologie
du complexe “pneumopathie enzootique”, identifié comme le principal facteur de la mortalite des
jeunes. Des prises de sang effectuées à intervalles réguliers de deux mois sur plusieurs centaines
d’agneaux et de chevreaux, à partir de leur naissance, ont permis de constituer une sérothèque dont
l’analyse (en cours) doit permettre de preciser les circonstances de l’inversion des reactions
antigéniques (et plus particulièrement
les facteurs liés à l’âge et à la saison) concernant les
principaux agents incriminés dans ce complexe (virus, bactéries et mycoplasmes) . La mise en
relation de ces données avec les données cliniques et les performances zootechniques réalisées
par les animaux devrait permettre de préciser la hiérarchie des effets pathogénes des differents
agents, et également d’évaluer les pertes entraînées par la pathologie pulmonaire des jeunes
animaux. Desstratégiesd’intewention
sanitaire pourront alors être proposées et expérimentéessur
le terrain.
Au total, les perspectives de recherche et les habitudes de travail du vétérinaire épidémiologiste
sont progressivement bouleversées par I?nsertion dans un dispositif semblable, dans une mesure
telle qu’il est difficile d’en évaluer toutes les conséquences a l’heure actuelle (10).
d) Analyse des flux d’entrées et de sorties d’animaux dans les troupeaux
l
Etude physique
des flux
L’enregistrement des flux d’animaux entrant et sortant des troupeaux, et des circonstances qui
entourent ces événements, fournit des informations précieuses sur la gestion et l’exploitation du
cheptel, et constitue une base de départ solide pour les enquêtes complémentaires qui s’intéressent aux fonctions socio-économiques de l’élevage. La synthèse des données disponibles (fig. 6)
concernant l’emploi de la production dans la région de Kolda, selon l’espèce et le sexe des animaux,
l’année et la saison, illustre bien l’intérêt de ce type de résultats.
10. II convientde pr&iser que la mbthode, par nature sédentaire, n’est pas adaptée B l’étude épidbmiologique des grandes épizooties et des pertes qu’elles
entraînent dans les troupeaux atteints.
85
Fig. 6 -Exploitation
des animaux : Eesemplois de Baproduction
des troupeaux ovins et caprins damslia région de &Ma
Source: FaugèPe
et Cd. 11990
b
:I:::i:li:ii:j:i:i:i:~:~
., Abat&@
ovins
mâles
Tracs
6
Fig. 7 - Evdntion mensuelle des prix de vente au
producteur dans Ia régiomde hnga (moyennes
glissantes sur 3 mois) Source: Faughe d Cd. 1990 a
Ventes
ovins femeks
OVINS
MALES
80
caprins mâles
caprins feme!les
CAPRINS
‘CUL
Fig. 8 - Prix de vemteimyems t-mfomê&m de I%sp&ce,du sexe et
de Eige des snixmanx vcmhnsdamsEessystémnes
&éEevageWdoP et
Pen1dam la régim de Longa @C%l.-X987)
source: FaPrgère
et cdn. 199oa,
1nlwFff4
40
SS
SO
ma8es
l
Evaluations
Bconomiques
L’exploitation des rubriques des fiches de sortie et d’entrée qui précisent les prix des animaux, dont
les caractéristiques sont connues par ailleurs, permet de constituer des réferentiels économiques
détaillés, et d’analyser les facteurs de variation des prix au producteur.
Les prix de vente (fig. 7) obtenus par les éleveurs de la région de Louga pour leurs petits ruminants
varient en fonction de l’ethnie de l’éleveur (qui renvoie à des systèmes d’élevage bien différents)
de l’année, de la saison, de l’espèce et du sexe des animaux vendus.
La mise en relation de ces informations brutes avec celles qui sont contenues dans les fichiers
zootechniques permet de préciser les variations des prix de vente obtenus en fonction de l’âge
(fig. 8), du poids, du type génétique des animaux, etc. Ces informations sont Qgalement à
rapprocherdes évaluations relatives à l’importance des prélèvements réalises parles éleveurs dans
chaque classe d’âge et de sexe (fig. 9).
On parvient en définitive à un panorama détaillé de la nature de la production, de ses emplois et de
sa valeur. Cette connaissance est extrêmement utile pour analyser les objectifs et les stratégies de
production des éleveurs, identifier les profils de carrière animale qui y répondent le mieux, et
raisonner les interventions techniques propres à favoriser ces types de profils.
La connaissance détaillée des prix d’achat et de vente des animaux et de leurs produits permet par
ailleurs d’évaluer en termes monétaires la productivité des troupeaux, d’étudier le poids économique relatif des diverses performances qui la conditionnent et débouche sur l’analyse économique
des méthodes d’intervention envisageables. Par exemple, l’estimation des pertes économiques
entrainées par les maladies du bétail et leur hiérarchisation, puis l’évaluation des effets de diverses
stratégies d’intervention préventives ou curatives doivent déboucher sur des propositions motivées
en matière de politique sanitaire.
e) Enquêtes sur les pratiques et stratégies d’éleveurs
L’étude des pratiques d’élevage s’appuie à la fois sur l’observation directe et sur des enquêtes semidirectives, collectives ou individuelles, structurées par des questionnaires ouverts. Elles mobilisent
l’ensemble de I’information disponibfe dans la banque de données, ainsi que diverses informations
recueillies à d’autres sources, concernant notamment les caractéristiques climatiques et agricoles
des périodes étudiées.
Le suivi démographique et zootechnique fournit, nous l’avons vu, une image détaillée et quantifiée
de l’état et de l’évolution du peuplement animal. Les enquêtes menées auprès des éleveurs
recueillent une information essentiellement qualitative qui permettent de donner du sens à cette
image, et de l’interpréter dans des termes pertinents pour le développement, c’est-à-dire dans les
termes des objectifs poursuivis par les éleveurs.
Ces enquêtes,
tiennent une
connaissance
d’amélioration
qui font largement appel aux concepts et aux méthodes des sciences humaines,
place essentielle dans le dispositif de recherche, car elles débouchent sur une
synthétique et finalisée des systèmes d’élevage concernés, et sur des propositions
réellement adaptées au contexte.
L’expérience montre que ces enquêtes sont grandement facilitées par les informations très
détaillées continues dans la banque de données qui permettent d’enrichir la problématique mais
aussi de confirmer ou d’infirmer, pas à pas, les déclarations des éleveurs, grâce à des va-et-vient
permanents entre le terrain et les fichiers.
A titre d’exemple, les graphiques de la figure 10 ont permis de détecter et de caractériser la stratégie
évasive adoptée par les éleveurs Peul de la région de Louga, face à certaines épidémies, puis
d’évaluer avec eux cette stratégie, qui limite les pertes à l’échelle des troupeaux considérés, mais
amplifie, par le biais des ventes, l’impact de la pathologie sur la démographie des troupeaux, et
surtout risque de contribuer à l’extension géographique de l’épidémie.
II est intéressant, pour I’épidémiologiste, de prendre en compte de telles pratiques, qui entraînent
sinon des biais systématiques dans l’évaluation des taux d’incidence et de mortalité, et perturbent
l’observation de l’évolution des foyers de maladie.
87
Les graphiques de fa figure 6 fournissent quant 21eux une image intéressante des stratégies
d’expfoftation des petits ruminants, qui, en dehors de fa Tabaski, fournissent aux menages un
compf&nent de ressources essentiel en période de soudure. Ceci précise d’emblée [a problématique des enquetes sur Cerofe socio-economique
de cet élevage.
Fig. 10- FréquenseEwemMedes&c&set desventesde
qn%m damsle5 trampeâmx
Pemlde la régiomde Ixmga
Source
: Faugèm
et cd.. 1990
a.
Fig. IlEv~lution comparée de 15ndice des prix de vente
et de I’indise des effectifs d’animaux vendus dans 1arégion
de Lsuga : ovins mElIes(base 100 : maxtmum observé sur
Papériodej Scwce: Faugèreet coll., 1990a.
lm Endice
DECES
-
Mâles
.a.*.
FWdleS
Système Woloâ
1
JflODFRJRODFRJROD
..-..Mâles
103
Femelles
Systène
Peul
80
60
40
2û
Q
.J ~t 0
D F R 4.8
0
D F A J
R 0
D
%a&égure
Id ilh.Msede m&medeux stratégiescommercialesbien differentes, mises en osuvre par
les éPeveur.s WoloE et Peu1 qui cohabitent dans fa région de Louga. Le rapprochement de fa courbe
des prix de vente des ovins mâles et des effectifs d’animaux vendus mois par mois met clairement
QDQvidence fa strategie sp&ulative développée par EesWolof, qui, au prix d’une rétention des mâles
commerciafisables
durant les mois qui précedent, parviennent à commerctafiser beaucoup de
bêlien au moment de la Tabaski, a7 prabitawî de i’envolée des prix. Cette stratégie, qui s’exprime
très clairement en 1986, a cependant été comp!étement exclue en 1984, et partiellementcompromase en i $85, les Bfeveurs ayant $6 contraints de commercialiser une grande part de Beurs animaux
disponibles en saison sèche, pour faire face à une situation vivrière tres tendue, en raison de la
sécheresse.
Ces éheuas Peu!, qui détiement beaucoup pPus d’animaux prennent leurs décisions de vente pour
dautres raisons. Les nombreuses ventes de début de saison seche, Eorsqwles animaux sont encore en bon etat, sont destinées d’une part a ajuster le chargement animas aux disponibilités
fourrageres, que Les 6Eeveurs savent évaluer précocément, d’autre part et surtout à acheter du mil
dès fa récolte, forsque Ees prix en sont au pbs bas (11). Au total, if n’existe pas de corrélation
marquée entre Ees prix de vente et les effectifs commerciafisés. De ce fait, fa valorisation de Ea
production est nettement supérieure dans le système Wolof. L’analyse approfondie de ce phenomène relativise néanmoins fes conclusions que l’on serait tenté d’en tirer à première vue : les
objectifs poursuivis, et fes fonctions assignées à @levage s’avèrent en effettres différents dans les
deux systèmes delevage, et la valorisation n’est pas, tant s’en faut, Punique critère à prendre en
cûmpte dans le dragnastic.
11. Les VVolof achétent majoritairement, pour combler un dUkit céréalier d’ailleurs moins accus8 que chez les Peu!, du riz d’importation, dont le prix, fix6 par
le gouvernement, est stable. IIs ne font pas de stock, et vendent des animaux au fur et A mesure de leurs besoins.
88
2. Capacité expérimentale
~~:iijiijiesitii’~~~~~j~~~ : 1:
j::::::::<:::....::::::::::~,:.:.::~
:
J%3~vent;~:tie-&&iiii ;.::,
1~
ic:.ii:iii~~~~j~~~~~l
.:,.\::,..::.:y..:.j--:..
.:.,.....
.:. ./.././.,.:....:..:..>.
du dispositif
Lafonction de diagnostic repose parfois, au moins en partie, sur une démarche expérimentale. Elle
doittoujours déboucher, par ailleurs, sur l’identification de marges d’amélioration et sur des propositions d’innovations susceptibles d’entraîner ces améliorations. Mais on sait bien aujourd’hui que
toute innovation doit être testée en situation réelle avant d’être vulgarisée, afin de vérifier à la fois
son efficacité et son adaptation aux systèmes où l’on se propose de l’introduire. II est donc essentiel,
pour une recherche tournée vers le développement, de disposer d’une capacit8 expkimentale
en
milieu traditionnel (ceci ne remettant aucunement en cause l’intérêt des stations expérimentales,
quand bien même leurs fonctions mériteraient, dans de nombreux cas, d’être redéfinies).
Un systbme d’investigation comme celui que nous venons de décrire recble un excellent potentiel
expérimental, puisqu’il permet à la fois de bâtir rigoureusement des protocoles d’expkimenfation
variés, grâce aux informations continues dans la banque de données (échantillonnage raisonné),
d’observer finement les résultats obtenus, et de les interpréter dans de bonnes conditions, en
mobilisant l’information nécessaire.
Cette capacité expérimentale a été largement mise à profit dans le cadre du programme PPR. Les
thèmes expérimentaux ont concerné principalement, à ce jour, le domaine sanitaire : différents
vaccins et produits anthelminthiques
ont notamment été testés à grande échelle, selon divers
protocoles d’administration (fig. 12). Dans des troupeaux largement infestés de parasites intestinaux, l’administration systématique d’un anthelmintique à large spectre contribue efficacement à
améliorer l’état général des animaux, entraînant un ensemble d’effets non spécifiques sur diverses
composantes de la productivité, pour aboutir à des résultats très intéressants.
Fig. 12 - Composants de la productivitk du cheptel ovin dans la région de Kolda,
et améliorations obtenues lors d’une expérience de déparasitage interne
Composantes de la productivité
Lot témoin
Age de la première mise-bas (j)
464
248
Lot
expérimental
Ecart (%) et seuil de
signification
420
- 9.5(p401)
29,5
230
24.1
- 79 (paO5)
- 182 @cO,OS)
117.4
121,5
12.5
+ 3,5 (n.s.)
O-
Productivité numérique à la mise-bas (%) : e (l-b) x c x (l-d)
12.5
112.5
117.1
+ 4.1 (n.s.)
Quotient de mortalité des agneaux O-3 mois (%) : f. 102
12,6
8.1
- 35.7 @<O,Ol)
Taux de productivité numérique à 3 mois (%) : g = ex (1 -f)
98.3
107.6
+ 9.5 (pcO,O5)
Poids moyen des agneaux à 3 mois (kg) : h
9,6
9,4
10,8
11.6
+ 12.5 @<o,Ol)
+23-
13,9
18,4
+ 32.4 -
Intervalle entre mises-bas (i) : a
Taux d’avortement (p. 1000 gestations) : b. 101
Taux de prolificité (%) : c
Taux de mortinatalité (p. 1000 agneaux nés) : d:lO’
Productivké pondérale à 3 mois (kglgestation) : i = hxgxlW
Indiaz de productivité pondérale annuelle (kg/brebis/an) :
j=
y,. .,..‘:.,;
:..Y
.......:../:.::. .. / -~::.:.
~~&&..eri~&~.
:j :
;g~apt&j$‘+tik~bqolns
-
ix365
a
Au-delà de cette évaluation technique, le dispositif permet d’évaluer la faisabilité concrète de l’innovation expérimentée et d’en adapter les modalités pratiques, avec l’aide des éleveurs. Enfin, le
référentiel disponible permet de calculer les bénéfices économiques retirk de l’opération : les
résultats (fig.13) d’une telle démarche, appliquée à un traitement antibiotique destiné à lutter contre
diverses affections respiratoires des petits ruminants dans la région du Sine-Saloum.
Les thèmes expérimentaux jugés prioritaires par le programme PPR pourraient évidemment être
diversifiés. Dans chaque domaine d’investigation pourraient être développés des modules expérimentaux utilisant des méthodes spécifiques. Dans tous les cas l’ensemble du dispositif est mis à
contribution pour déceler les effets et conséquences des innovations expérimentées, et fournir les
éléments nécessaires à leur évaluation.
89
Un système d’investigation de ce type constitue donc une infrastruture de recherche poiyvatente,
dotée d’une capacité exp&émentale diversifiée, ce qui renforce sa vocation à devenir un lieu privilégié d’échangespEuridisciplinaires.
Fig. 13 - Comparahcm des taux de rémunération des kmds engagésdans
&mx stratégies thérapeutiques utilisant urre oxytétracycHne à kmgue action
daas divers syyndromesrespiratoires des petits ruminants de la r6giom du
Siné-Saioum (FÇFA).
Au-del& du cas parficuiier du programme P$R, qui est à E’origine de la conception du modèle de
système d’investigation propos6, et qui nous a permis d’illustrer concrètement son intérôt, ce
modèle revet, au moins dans son principe, une generabité qui nous semble incontestable.
k’~rgganisaFion de la plwidiscipliwaoité est reconnue comme me exigence indissociabte de la
reconnaissance de la complexité, et du choix dune approche systémique. Ceci s’applique en
particulier aux recherches sur i%levage. Mais cette affirmation de Ea nécessité de la plu~idésciplénaoité n’a de vaiehsr heuristique qu’$aia condition de SB traduire concrètement au niveau des
questions de recherche es des méthodes utilisées. Le problème central rQsideà cet égard dans la
communication entre des sphéres d’information dbrigine et de nature différentes. Plus que dans la
rareth du travail en communsur des chantierscommuons,
c’est là que s’est, en effet,toujours située
la principale Iimitante aI’émergenced”une
complémentarité réelle entre lestres nombreuses études
qui or3 été consacrees à ce jour à P”Qlevage africain par les chercheurs en sciences humaines d’un
coté, par les zootechniciens et les vétérinaires de l’autre.
Les nouvelles perspectives offertes par le développement des techniques informatiquesdoivent
êlre explorées dans cette ôrptique. Une base de données telle que “Panurge” amhliore considhrakdement,~US espérons en avoir cmvairm EeEecteur,les commuwicationsentre des domaines
disciplinaires genQra8ement très cloisonnés : ceci est très ciair pour ce qui concerne les reiations
ehfe les principales disciplines Feçhniques concernées, zootechnie et pathologie vétérinaire, mais
les suverbes vers les sciences humaines, sociologie et Bconomie, sont égatementtrès prometteuses. Même si E’intormaFior~socio-economique n’est encore que partiellement intégree à la banque
de données, les ~eEatknskonctbowneIBes sont déjà évidentes. Et l’on sait aujourd’huique l’intégration
de ce type d’information, même si elle soulève souvent des difficultés de formalisation, ne se heurte
à aucun obstacle méthodologique de fond. ô’est dire que l’on peut fonder de grands espoirs, en
matière de modélisation systéméque, sur le développement des basesde données,d’autantque les
performances des logiciels mis sur Eemarché progressent très rapidement. Un système d’investigation moduEaire, construit autour d’un noyau retationnel, présente une architecture particulièrement simple et propice à ce projet informatique : c’est, pour l’avenir, un atout important.
Quant au choix d’un programme de suivi de la démographie animale pour noyau central du système
d’investigation, nous nous en sommes expliqués dans la première partie de ce texte. D’autres choix
sont peut-être possibles, mais celui-ci s’est jusqu’à présent, et compte tenu de !a problématique du
90
programme de recherches, avéré pertinent et opératoire, notamment pour l’organisation de la base
de données. II procure par ailleurs un réel confort dans l’emploi du progiciel “Panurge”, ce qui
constitue un autre gage non négligeable de sa pertinence.
Contraintes de mise en œuvre
Ces contraintes sont de quatre ordres : nkessité de contrôler des effectifs animaux importants ;
exigence d’une implantation de longue durée ; lourdeur des opérations de terrain ; coût Blevb.
La mise en oeuvre d’un suivi démographique de ce type ne se justifie pas pour des populations
d’effectif inférieur à environ un millier d’animaux. La méthode utilisée sur le terrain et les techniques
de gestion de l’information permettent de gérer en vitesse de croisière et sans difficulté des
peuplements nettement plus importants.
... :::.
..<......::...;
ia&~&~x&t,fs.-Bnimaux
,.,., ,.,,.
::.., ,y, ,y .:
En pratique, il nous semble nécessaire de suivre 1000 à 2000 têtes par espece et par système
,..l~~~lii~~is:iii:i:::i;ii;iiiil d’élevage sur chaque site étudié. (Rappelons que le système n’est pas adapte, à l’heure actuelle,
;;;:;:ii:’
...:::
‘I::i.:.;:;
.>, .,.::.
à l’élevage transhumant).
.:::::.::,:j,.:.;:
..:::.x..::. ,&&e
.:i$:qNe;$@+
: :. ...... ..
Les expériences ivoirienne et sénégalaise ont montré que de tels systèmes ne commencent à
produire des résultats intéressants qu’après deux à trois années de fonctionnement, et atteignent
leur plein rendement au bout de cinq années. Un certain recul est en outre indispensable pour
pouvoir intégrer les effets interannuels, qui entraînent des fluctuations démographiques de longue
durée. D’une certaine façon, l’importance des effectifs et la durée compensent lavariabilité élevée
des conditions du milieu, au sens large.
L’assurance d’une durée de cinq années nous semble donc un minimum absolu pour une telle
entreprise. Mais bien des arguments militent en faveur du maintien des implantations de recherche
au-delà de ce terme, puisque l’enrichissement progressif de la banque de données améliore en
permanence l’intérêt du dispositif pour des investigations nouvelles ainsi que sa capacité expérimentale. Dans le cas du programme PPR, qui a débuté en 1983, une mission internationale
d’évaluation vient de recommander une prolongation “d’au moins cinq années”, et un renforcement
sensible des collaborations interdisciplinaires (THIONGANE et col., 1989).
Le suivi démographique exige des visites extrèmement régulières dans les troupeaux suivis (deux
fois par mois pour les petits ruminants, une fois par mois pour les bovins), l’identification de tous les
..i:.~,~e-l~~œuYré: ...
,:~,~ÊI”,~!ie~~.~~U~.~~~~~.::-i,,
animaux et des contrôles d’inventaire minutieux. Dans ces conditions, un observateur spécialisé à
ijji~pNJ~y~xi@3all~ ..?
plein temps est en mesure de suivre entre 500 et 1000 têtes, selon la structure et la densite du
peuplement animal, et selon le poids des protocoles additionnels. Le programme PPR mobilise à
l’heure actuelle 12 observateurs (dont 10 sur le terrain) et trois chercheurs (un zootechnicien, un
épidémiologiste, un informaticien-statisticien).
Cetypede recherche coûte donccher, et cet argument estfréquemment évoqué. Pourtant, son coût
réel n’a jamais été évalué. Notre expérience montre que le fonctionnement du système revient à
environ 2000 FCFA par animal suivi et par an, dans les conditions sénégalaises (12) ce qui ne
semble pas exorbitant. Au surplus, les gestionnaires de la recherche savent bien qu’il n’est pas aisé
d’évaluer les résultats obtenus en regard des coûts, et de mener des comparaisons rigoureuses
entre des types d’investigation différents, qui secrètent des résultats de nature différente. La seule
certitude, c’est que l’entretien de tels dispositifs en milieu réel est financièrement beaucoup moins
lourd, ramene à l’unité-chercheur, que celui des stations expérimentales vis-à-vis desquelles il
représente, en termes financiers, une alternative et une concurrence de plus en plus pressante (13).
12. Cette évaluation n’inclut pas les cotrts chercheurs, ni les investissements initiaux (vehicules, matériel infomtatique, etc.), dont la duree de vie est evaluee
Benviron cinq années. Elleincluten revanche le salaire des observateurs, les assurances, les carburants, les frais de déplacement. le petit matériel et les produits
utilisés. Elle ne concerne que le dispositif de base du suivi, non compris les enquêtes complémentaires et les experimentations, qui sont souvent finandes sur
convention.
13. Cette situation de concurrence n’est pas exempte de risques réels pour l’equilibre d’ensemble des dispositifs de recherche, au sein desquels les domaines
experimentaux conservent des fonctions scientifiques importantes.
91
Lb système d’investigation de ce type peut-il être reproduit et mis en oeuvre surdesterrafnsvaries
?
Même si fa publication du Manuel d”Utilisation (FWUGEWE et coEl.,198%) a marque une étape
:,.................
lier~lj.~.~t6l-dere6&i%ä6H~i importante à cet égard, EEreste beaucoup à faire, notamment pour améliorer &aportabilité de I’outil
iiii~~~~F~~~fi~~~~~~~~~~~~~
i::;$i,;z.:
.-.:..::.:.:.:.:...-.:.:~:.:::::.::.:,
.:::..
.y.:
:.:::::::
(’
de recherche et poerr en tirer un autif de suivi-évaluation adapté aux besoins des organismes de
j:.;;<:;.,r$Q
ps@~~ne&+&lf~;:~~+!
Cette amélioration doit Qtre emhagée comme un processus continu et négocie
‘:..::.‘.::
+.
--‘.
===:+ développement.
avec les utilisateurs, E’objectéf n’étant pas tant de parvenir à un produit fini que de progresser vew
des méthodes de plus en plus performantes et adaptées.
le système “Pauwrge”’ konct6onne depuis plusieurs années sur differents sites sénégalais, en
dehors des trois implantations du programme PPW. Quatre de ces sites sont contr6fés par I’ESRA
(Département des recherches zootechniques et vétérinaires et Département de recherches sur Ses
systèmes de production), et uw ciaquième par un projet de développement ovin, implanté dans fa
région du Sine-Sakmm (projet PWQDELQV). Ces expériences ont constitue et constituent encore
un banc d’essai très htéressant pour la portabilité de la méthode, et permettent de travailler à son
amélioration. Dès à present, l’H3WT a décidé de I%mplanteren Côte-d’Ivoire et au Burkina-Faso,
avec des finalités différentes.
CONCLUSION
Le modèke de sytème d’investigation que nous venons de présenter ouvre à notre avfs des
perspectives nouvelles pour l’instauration des collaborations interdisciplinaires dont la nécessité est
aujourd’hui unanimement reconnue. Tous Eesproblèmes qui s’y rattachent n’en sont pas pour autant
surmontés. IS.convient en particulier de ne pas se voiler fa face devant les difficultes quf résultent
du fait que chaque discipline est amenée à adopter des niveaux d’observation et d’analyse qui lui
s~nf propres féchelles de temps et d’espace, en particmiier). Mais ce problème important daft lufmême être reconsidéré à fa lumière de fa situation créée par la mise en place du systeme
d’investigation. Les difficultés qu’il entraîne sont en effet relativisées :
0 par le choix d’un travail qui s”inscrit dans la durée (cinq ans minimum) : /es pas de temps adoptés
dans fa grande majorité des études s’y inscrivent aisément, et les confrontations deviennent
envfsageables.
0 par la structure même de la base de données, qui permet d’agréger automatiquement
les
informations relatives aux animaux selon des critères variés, et de reconstituer ainsi les populations
animales pertinentes vis-à-vis d”une problématique particulière. C’adoption d’une méthode de suivi
individuel constitue à cet égard un atout majeur, puisque son objet élémentaire (l’animaf-individu)
est plus fin que ceux de toutes les disciplines concernées : les interrogations de la banque de
données procèdent donc toujours par agrégation. Les exemples que nous avons présentés
montrent ainsi qu”if est possible de préciser les caractéristiques et tes performances du cheptel
selon des critères aussi différents que le type génétique des animaux, fe village ou la région, Vethnie
de l’éleveur ou Fappartenance de l’animal à un lot expérimenta8 donné. ka structure de fa base de
données permet de muftiplier et de combiner a volonté ces crttères de tri.
Au-defà des critéres cités cf-dessus, qui sont déjà intégrés à Eabanque de données, n’importe quel
critère supplémentaire introduit par n’importe quelle discipline, peut être utilisé de la même façon.
Citons par exemple les critères de positivité vis-à-vis des divers tests sérologiques qui proviennent
des résultats des analyses de laboratoire, ou ceux qui sont relatifs au statut social des proprétaires
des animaux.
:
:
:
:
Des solutions pragmatiques, inspirées et appuyées dune part sur fa technique du suivi individuel
des animaux, d’autre part sur les techniques nouvelles de gestion de l’information, peuvent ainsi
contribuer à contourner des difficultés méthodologiques réputées jusque fà quasi-insurmontables,
et classiquement rattachées à des problèmes théoriques de fond. Ce processus paraît de nature
à modifier en profondeur le paysage de notre domaine de recherche, et, nous pouvons en
témoigner, jusqu’aux pratiques quotidiennes des chercheurs qui se consacrent à l’étude des
systémes d’élevage tropicaux.
92
REMERCIEMENTS
Nous remercions les responsables de I’lEMVTet de I’ISRA pour l’appuiconstant
depuis son lancement, au programme PPR, dont l’expérience est directement
flexion qui est présentbe ici.
qu’ils ont accordé,
21l’origine de la ré-
Nous remercions en outre Messieurs C.H. Moulin, P. Couty, C. Perrot et P. Merlin, dont les
observations nous ont permis d’améliorer ce texte.
BIBLIOGRAPHIE
COUTY P., WINTER G., 1983. Qualitatif et quantitatif. Deux modes d’investigation complementaires.
Réflexions à partir des recherches de I’ORSTQM en milieu rural africain. Paris :Amira, documentn” 43, 78 p.
FAUGERE O., DOCKES A.C., PERROT C.,FAUGERE B., 1990 a. Les éleveurs de petits ruminants dans la
communaute rurale de Ndiagne (région de Louga, SOnegal). Pratiques de conduite etstrategies Economiques.
in : Rev.Elev. Med. Ver.Pays Trop. (soumis pour publication).
FAUGERE O., DOCKES A.C., PERROT C., FAUGERE B., 1990 b. Les éleveurs de petits ruminants dans la
région de Kolda (Haute-Casamance, Sénégal). Pratiques de conduite et stratégies Economiques. in : Rev.
Elev.Med. Vet.Pays Trop. (soumis pour publication).
FAUGERE O., FAUGERE B., 1986. Suivi de troupeaux et contrôle de performances individuelles des petits
ruminants en milieu traditionnel africain. in : Rev. Elev. Med. Vet. Pays trop. 39 (7) : 29-40.
FAUGERE O., FAUGERE B., LANDAIS E., 1989a. Panurge. Manuel de suivi individuel dans les systémes
d’élevage traditionnel ovin, caprin et bovin. Dakar : I.SffA/fEMVT, 3 tomes : 134, 799 et 260 p.
FAUGERE O., FAUGERE B., MERLIN P., DOCKES A.C.,PERROT C., 1988. L’elevage traditionnel des petits
ruminants dans la zone de Kolda (Haute Casamance). Référentiel technico-économique, Dakar : /SUA/
LNERV, document no OtB/viro, 187~.
FAUGERE O., FAUGERE B., MERLIN P., DOCKES A.C., PERROT C., 1989b. L’élevage traditionnel des
petits ruminants dans la zone de Louga. Référentiel technico-économique. Dakar : ISRAILNERV, document
na 026/viro, 140 p.
FAUGERE O., LEFORBAN Y., NERCY C., NDIAYE M.. 1987. Essai de traitement des affections respiratoires des petits ruminants de Sine-Saloum (Sénégal) à l’aide d’une oxytetracycline à longue action. in :Rev. Elev.
Med. Vet. Pays Trop., 40 (1) : 21-32.
IEMVT/ISRA, 1986. Méthodes pour la recherche sur les systèmes d’élevage en Afrique intertropicale. Actes
de l’atelier de Mbour, 2-8 février 1986 Maisons-Alfort : /EMU, (Etudes et synthèses nD20). 733 p.
LANDAIS E, 1983. Analyse des systèmes d’élevage bovin sédentaire du Nord de la Côte-d’Ivoire. MaisonsAlfort : IEMfl, Etudes et Synthèses no 9, 759 p.
LANDAIS E., LHOSTE P., MILLEVILLE P., 1987. Points de vue sur la zootechnie et les systèmes d’élevage
tropicaux. in : Cahiers ORSTOM, Serie Sciences humaines, 23 (3-4) : 421-437.
LANDAIS E., SISSOKHO M., 1986. Bases méthodologiques du contrôle des performances animales pour
t’analyse zootechnique et démogra- phique : collecte des données et choix des variables. in : IEMvT/ISRA,
Méthodes pour la recherche sur les systémes d’élevage en Afrique intertropicale : 433496.
POIVEY J.P., SED2 J.L., LANDAIS E., 1981. Finalités et aspects méthodologiques d’un systeme informatise
de suivi individuel des animaux dans les élevages bovins villageois du Nord de la Côte-d’Ivoire. in : Rev. E/.
Med. Vet. Pays Trop., 34 (2) : 199-210.
PETIT F. 1980. Amélioration de l’élevage zébu dans le Nord de la Côte- d’ivoire. Bouaké : CRz/IDESSA,
document ff OBfloot, 63 p.
THIONGANE P.I. et coll., 1989. Evaluation du programme pathologie et productivité des petits ruminants.
Rapport de mission. Dakar : ClRAD/fSRA, mult. 76 p. + annexes.
93
.....................................
94
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising