Télécharger l`article

Télécharger l`article
203
Effets d’un apport de compost de
boues
de station d’épuration dans un sol
d’un vignoble du Sud de la France
Korboulewsky N.(1), Masson G.(2), Bonin G.(1), Massiani C.(3) et Prone A.(3)
(1)
Institut Méditérranéen d’Ecologie et de Paléoécologie (IMEP) Laboratoire de Biosystématique et Ecologie Méditerranéenne (L.B.E.M.),
Faculté des Sciences St Jérôme, case 421 bis, 13397 Marseille cedex 20, France
(2)
Pôle viticole et œnologique de la Chambre d’Agriculture du Var, 137 av. du Pst Wilson, 85550 Vidauban, France
(3)
Laboratoire de Chimie et Environnement, Université de Provence, case 29, 3 pl. V. Hugo, 13331 Marseille cedex 3, France
RÉSUMÉ
L’expérimentation a été conduite dans un vignoble de Côtes de Provence. Le compost de boues de station d’épuration a été épandu puis
immédiatement enfoui en mars 1999 sur des microparcelles de 50 ceps références à trois doses : 10, 30, 90 t/ha de produit brut. Chaque
traitement a été répété trois fois, soit 9 microparcelles amendées plus 3 témoins. Le compost a significativement enrichi le sol en carbone organique et en azote, en particulier les formes assimilables par les végétaux (N-NO3- et N-NH4+). Les teneurs du sol en cations échangeables (Ca, Mg, K) semblent augmenter en fonction de la dose, mais seules les parcelles amendées à 90 t/ha sont significativement
différentes des témoins. Aucun enrichissement en éléments traces métalliques n’a été noté à la suite de l’amendement. Les paramètres
physiques étudiés n’ont pas révélé d’amélioration des propriétés physiques du sol. La production de raisin n’a pas été modifiée, mais la
qualité du vin issu des parcelles fortement amendées semble diminuer, alors qu’un amendement plus modéré donne un vin de qualité
très satisfaisante.
Des investigations plus précises sur le vin sont en cours, et un suivi sur la deuxième année est prévu afin d’étudier la cinétique de minéralisation du compost et son impact sur le développement de la vigne.
Mots clés
compost, métaux lourds, vin, Vitis vinifer
SUMMARY
CONSEQUENCES OF SEWAGE SLUDGE COMPOST AMENDMENT IN A VINEYARD OF SOUTHERN FRANCE
The experiment was conducted in a vineyard of Côtes de Provence, southern France. The soil was amended with sewage sludge compost which was immediately buried in March 1999 on plots of 50 plants. The compost had good agronomic qualities and was poorly contaminated by heavy metals (table 2). The soil is characteristic of vineyards in the region with low organic matter and high pH (table 1). The
Reçu: juillet 2000; Accepté: janvier 2001
Étude et Gestion des Sols, Volume 8, 3, 2001 - pages 203 à 210
204
Korboulewsky N., Masson G., Bonin G., Massiani C. et Prone A.
compost was amended at 3 levels : 10, 30, 90 t/ha, and each treatment plus the unamended control were repeated three times.
The amendment enhanced the levels of organic carbon and nitrogen, especially mineral nitrogen (figures 1 and 2, table 3). Soil concentrations of exchangeable cations (Ca, Mg, K) seemed to increase with the level of compost applied, but only the plots amended with
90 t/ha were significantly different from the control (table 3). No increase in heavy metals in the soil has been measured (table 4) and no
improvement of soil physical properties has been observed (table 5). The yield of grape was not modified, but the qualities of wine from
the 90 t/ha-amended-plots seemed lower (lower degree and tannin content, lighter color), though the 30 t/ha-amended-plots produced a
satisfactory wine (table 6). Further organoleptic analysis of the wine are investigated, and study on the vineyard two years after sludge
amendment is planned to observe the mineralisation kinetics of the compost and its effect on vine growth.
Key-words
Compost, heavy metals, Vitis vinifera, wine
RESUMEN
EFECTOS DE UN APORTE DE COMPOST DE LODOS DE ESTACIÓN DE DEPURACIÓN EN UN SUELO DE UN
VIÑEDO DEL SUR DE FRANCIA.
La experimentación fue realizada en un viñedo de «Cotes de Provence». El compost de lodos de estación de depuración fue esparcido
e inmediatamente enterrado en marzo de 1999 en micro-parcelas de 50 cepas con tres dosis: 10, 30, 90 t/ha de producto bruto. Cada
tratamiento fue repetido tres veces, sea 9 micro-parcelas abonadas y tres testigos. El compost enriqueció de manera significativa el suelo
en carbono orgánico y en nitrógeno, en particular las formas aprovechables por los vegetales (N-NO3- y N-NH4+). Los contenidos del
suelo en cationes intercambiables (Ca, Mg, K) parecen aumentar en función de la dosis, pero solas las parcelas abonadas con 90 t/ha
son signifiticamente diferentes de los testigos. No se notó ningun enriquecimiento en los elementos-trazas metálicos posterior al abono.
Los parámetros físicos estudiados no revelaron mejoramiento de las propiedades físicas del suelo. La producción de uva no fue modificada, pero la calidad del vino resultante de las parcelas fuertemente abonadas parece disminuir, mientras que un abono más moderado
da un vino de calidad muy satisfactorio. Investigaciones más precisas sobre el vino están en realización, y un seguimiento sobre el
segundo año es previsto para estudiar la cinética de mineralización del compost y su impacto sobre el desarrollo de la viña.
Palabras claves
Compost, metales pesados, vino, Vitis vinifera
Étude et Gestion des Sols, 8, 3, 2001
Compost organique et vignoble
endant des décennies, les viticulteurs apportaient des
fumures d’entretien régulièrement dans leurs vignes.
Cette pratique a régressé fortement et a été remplacée
par une fertilisation minérale. Bien que cette dernière apporte des
éléments nutritifs nécessaires au végétal, elle ne permet pas le
maintien du taux de matières organiques du sol. Il s’en est suivi un
appauvrissement et une dégradation des sols de vignoble qui s’est
traduite par une chute de la production depuis une dizaine
d’années. Aujourd’hui, les viticulteurs sont soucieux de préserver
la qualité et la pérennité de leur vignoble et commencent à
remettre en cause leurs pratiques d’entretien des sols.
Par ailleurs, la production de déchets organiques (boues de
station d’épuration, composts organiques, etc.) s’accroît et leur élimination devient un problème d’autant plus qu’à l’horizon 2002 leur
mise en décharge sera interdite. La valorisation de ces déchets
organiques en agriculture semble être une solution intéressante
(Moreno-Caselles et al., 1997). En effet, cette pratique est peu
coûteuse, facile techniquement, et surtout ces amendements sont
de bons fertilisants puisqu’ils sont riches en azote, phosphore et
matières organiques (He et al., 1992). Toutefois, les composts
d’ordures ménagères, sont mal adaptés à la valorisation en agriculture car ils contiennent des éléments indésirables (verre et plastiques non biodégradables) (Prone et al., 1993). Ces composts
d’ordures ménagères ont été épandus pendant de nombreuses
années sur des vignobles champenois avec un certain avantage
agronomique, mais la présence de ces éléments indésirables a
posé d’importants problèmes d’image d’où leur interdiction dans
certains départements comme amendement en viticulture.
Au cours des trente dernières années, de nombreuses études
sur la valorisation des déchets organiques ont été menées. Il a été
montré que l’apport de compost améliore les propriétés physiques
du sol (McConnel et al., 1993; Sort and Alcaniz, 1999), ainsi que
sa qualité agronomique ce qui se traduit par l’augmentation de la
biomasse des végétaux cultivés (Ozores-Hampton et al., 1997) et
par une récolte plus importante (Kiemmec et al., 1990). Dans ce
contexte, l’apport dans les vignobles de composts riches en
matières organiques et en éléments nutritifs pourrait pallier à la
dégradation des sols. Toutefois, ces composts contiennent plus ou
moins d’éléments indésirables, en particulier les éléments traces
métalliques qui peuvent limiter leur utilisation en raison de leur toxicité (Barker, 1997 ; Chaney., 1980 ; Dean and Suess, 1985 ;
Woodbury, 1992).
Notre objectif est d’étudier les effets de l’apport de compost de
boues de station d’épuration au niveau du sol, et les conséquences sur la production de raisin. Un suivi des propriétés physiques et chimiques du sol, notamment de la minéralisation de
l’azote et de la présence d’éléments traces métalliques a été effectué. L’impact de l’amendement sur les propriétés œnologiques du
vin issu de l’expérimentation sera discuté.
P
MATÉRIEL ET MÉTHODES
205
Le site expérimental
La parcelle expérimentale est située dans le domaine du Clos
la Neuve (43°28 N, 5°46 E), commune de Pourrières (Var). Cette
parcelle expérimentale a une superficie de 5145 m2 (100 m de
long sur 62,50 m de large). L’étude a été conduite sur un jeune
vignoble (6 ans) de Côtes de Provence, Vitis vinifera L. monoclonale de cépage Grenache noir.
Cette parcelle a été divisée en 12 microparcelles correspondant aux traitements et leurs répétitions. Chacune de ces microparcelles a une dimension de 18 m de long sur 10 m de large ce
qui correspond à 50 pieds références, et elles sont séparées par
une zone neutre de 5 à 6 m.
Le sol est profond (> 2 m de profondeur), il a une texture limoneuse et une structure grumeleuse. Il est très pauvre en matières
organiques et a un pH élevé (8,6), ce qui est caractéristique des
sols de vignes du Sud de la France. Les analyses détaillées du sol
sont reportées dans le tableau 1.
L’amendement
Le compost utilisé est un mélange de déchets verts et de boues
de station d’épuration d’origine urbaine. Il est de bonne qualité
agronomique et contient de faibles teneurs en éléments traces
(tableau 2). L’amendement a été effectué à la main en mars 1999,
puis enfoui au rotavator afin de répartir le compost de façon la plus
homogène possible. Les 12 microparcelles correspondent aux 3
répétitions des 4 traitements: 0, 10, 30, 90 t/ha de compost brut
(soit 6,6; 19,7 et 59 t/ha matière sèche).
Les analyses chimiques et physiques
du sol
Les prélèvements ont été effectués à la tarière à deux profondeurs: 0-30 cm et 30-60 cm, en 1999 les 12/03, 24/03, 11/05, 8/06,
3/08, 28/09 et le 7/02/00. Six trous ont été réalisés dans chaque
microparcelle, le sol a été mélangé et environ 1 kg de terre fraîche
a été récupérée. Les échantillons ont été séchés à l’air libre, sauf
une partie qui a été analysée fraîche pour sa teneur en azote minéral. L’extraction de l’ammonium et des nitrates consiste à mettre en
contact 5 g de sol frais avec 50 ml d’une solution demi-molaire de
KCl, puis le dosage est effectué par un procédé colorimètrique (PR
NF ISO 14256-2). Les échantillons de sol séché ont été tamisés à
2 mm, mais certaines analyses (éléments totaux) ont nécessité
leur broyage en prenant le maximum de précautions pour ne pas
contaminer les échantillons (notamment en éléments traces métalliques).
Pour la détermination des éléments totaux, nutriments et éléments traces métalliques (ETM), la prise d’essai (0,5 g) a été
digérée dans un mélange de 14 ml HCl et 7 ml HNO3-. Les concentrations en ETM ont été déterminées par un spectromètre d’absorption atomique (AAS) à four graphite en utilisant une lampe au
deutérium comme correction de bruit de fond. Les concentrations
de Ca, Mg, Fe, Mn ont été déterminées à l’aide d’un AAS à flamÉtude et Gestion des Sols, 8, 3, 2001
206
Korboulewsky N., Masson G., Bonin G., Massiani C. et Prone A.
Tableau 1 - Caractéristiques physico-chimiques du sol.(a)
Table 1 - Soil physical and chemical characteristics.(a)
Tableau 2 - Caractéristiques physico-chimiques du compost.(a)
Table 2 - Compost physical and chemical characteristics.(a)
Caractéristique
Sables (%)
Limons (%)
Argiles (%)
pH (eau)
Carbone organique total (g/kg)
Matières organiques (g/kg)
Azote Kjeldahl (g/kg )
Rapport C/N
CaCO3 total (g/kg)
CaCO3 actif (g/kg), méthode Drouineau-Gallet
P2O5 (%), méthode Joret-Hébert
K2O échangeable (g/kg)
MgO échangeable (g/kg)
Ni (µg/g)
Cu (µg/g)
Pb (µg/g)
Zn (µg/g)
Caractéristique
36,4
40,4
23,2
8,6
5,0
8,6
0,52
9,6
245
48
0,246
0,22
1,23
29,4
21,9
15,4
46,9
françaises
pH (eau)
Carbone organique total (TOC) (g/kg)
Azote Kjeldahl (g/kg)
CaCO3 total (%)
N-NH4+ (mg/g)
N-NO3- (mg/g)
P2O5 (g/kg)
S-SO42- (mg/g)
Zn (µg/g)
Cu (µg/g)
Pb (µg/g)
Ni (µg/g)
Arrêté
du 8/01/98
6,3
269,9
18,51
11
200,6
6,4
1,3
5,2
1831
725
425
109
Normes
3000
1000
800
200
(a) Toutes les données sont exprimées par rapport à la matière sèche (60°C).
(a) All data are expressed on the dry basis (60°C).
(a) Toutes les données sont exprimées par rapport à la matière sèche (60°C).
(a) All data are expressed on the dry basis (60°C).
me et les concentrations de K, Mg et Na à l’aide d’un spectromètre
à émission de flamme.
Les concentrations en azote «total» ont été déterminées à l’aide de la méthode Kjeldahl (NF ISO 11261).
La densité et la porosité du sol ont été déterminées sur des
échantillons de sol prélevés sur le terrain à l’aide de tube en acier
(ou tube de Siegrist) selon la méthode décrite par Aubert (1970).
La vinification
Les raisins sont récoltés manuellement à maturité technologique (environ 12 % de titre alcoométrique volumique probable) le
23 septembre 1999 en caisses plastiques et acheminés le jour
même à la cave expérimentale du Centre du Rosé (Vidauban,
Var). Les 4 lots (mélange de la récolte des parcelles d’un même
traitement: témoin, 10 t/ha, 30 t/ha et 90 t/ha) sont destinés à élaborer des vins rouges et sont traités dans des conditions standardisées. Les raisins sont éraflés, foulés. Un levurage est réalisé
10 h après foulage avec la souche K1 marquée (ICV-INRA) de
Saccharomyces cerevisiae var. cerevisiae à la dose de 20 g/hl.
Les cuves sont placées dans un local thermorégulé à 24 °C.
Le déroulement de la fermentation alcoolique est suivi par une
prise de densité et de température quotidienne. Chaque jour, l’opéÉtude et Gestion des Sols, 8, 3, 2001
ration de pigeage (émiettage du gâteau de marc et mélange de la
phase liquide et de la phase solide) permet de favoriser les extractions. Le pressurage a lieu 7 jours après la date d’encuvage. Le
rendement de pressurage est fixé à 70 %.
Une fois la fermentation alcoolique achevée, un ensemencement bactérien est réalisé avec la souche Microenos (Laffort
Œnologie) de Oenococcus oeni à la dose de 1 g/hl. La fermentation malo-lactique est considérée comme achevée lorsque la
teneur en acide malique est inférieure à 0,5 g/l. À ce stade, les vins
sont soutirés et sulfités à 4 g/hl. Ils sont conservés deux mois en
bonbonnes jusqu’à la mise en bouteilles. Pendant la phase de
conservation, un soutirage et quelques ajustements de l’anhydride
sulfureux permettent de garantir une bonne stabilité biologique du
vin.
L’opération de mise en bouteille est précédée d’un réajustement de l’anhydride sulfureux et d’une filtration sur cartouches de
cellulose (diamètre des pores 4 µm).
Les analyses oenologiques
Les analyses physico-chimiques réalisées sur raisins, moûts et
vins sont détaillées par Blouin (1992). Les méthodes automatisées
sont mises en œuvre sur l’appareil VPI de la société C.E.T.I.M.
(Cergy-Pontoise, France).
Tests statistiques
Compost organique et vignoble
207
Tableau 3 - Concentrations (erreur standard) des principaux éléments chimiques du sol après l’amendement au stade floraison (fin
juin 1999) dans l’horizon superficiel (0-30 cm).
Table 3 - Concentrations (standard error) of the main chemical elements of the soil at bloom (end of June 1999) in the topsoil (0-30
caractéristique
Statistiques
unité
Dose d’apport du compost, t MF/ha
0
Carbone organique total
Azote Kjeldahl
Azote minéral
K-échangeable
Mg-échangeable
Ca-échangeable
g/kg
mg/kg
mg/kg
mg/kg
mg/kg
mg/kg
14,7
825
3,8
193
51
7120
(0,9)
(92)
(1,0)
(22)
(8)
(119)
10
14,0 (0,9)
911 (80)
4,8 (0,9)
219 (31)
66 (10)
7006 (28)
30
18,0 (1,3)
811 (159)
6,2 (1,7)
304 (18)
70 (18)
6967 (139)
90
19,2 (1,4)
1212 (162)
8,8 (1,0)
255 (29)
115 (7)
7197 (136)
p
0,04
0,2
ns
ns
0,02
ns
r
0,657*
0,701*
0,733***
*: corrélation significative à 0,05<p<0,01
*** : corélation significative à p<0,0001
Les tests statistiques effectués sur les données sont des analyses de variances et des tests de corrélation à l’aide du logiciel
Statview.
RÉSULTATS ET DISCUSSION
Caractéristiques chimiques
L’apport de compost semble augmenter le pool d’azote et de
carbone organique (tableau 3). Ceci confirme les études sur
l’amendement de composts organiques (Pinamonti, 1998, Prone
et al., 1999). Il s’agit en particulier de la concentration en azote
minéral, forme de l’azote disponible pour les végétaux, qui augmente rapidement après l’apport proportionnellement à la dose
(r = 0,658; p = 0,0277). Les différences entre les traitements s’ac-
centuent jusqu’à la véraison (début août, figure 1).
De plus, l’apport important de compost (90 t/ha) entraîne un
enrichissement de l’horizon inférieur (30-60 cm) en azote minéral
(figure 2, p < 0,05 à la floraison: fin juin). La vigne absorbe ces
formes de l’azote pour sa croissance, d’où leur diminution au cours
du temps. Mais, on observe que la chute d’azote minéral est plus
tardive dans les parcelles amendées alors que les ceps sont plus
vigoureux (figure 1). Ce résultat s’explique par une minéralisation
progressive du compost mais plus soutenue les premiers mois
après l’amendement (Gagnon et Simard, 1999).
En revanche, le compost n’a pas enrichi significativement le sol
en éléments traces métalliques (tableau 4). Ce résultat était attendu en raison des faibles teneurs en ETM du compost. Le cuivre
présente une forte hétérogénéité au sein même de la parcelle, ce
qui se révèle par l’erreur standard important. Ce résultat est probaFigure 1 - Evolution de la teneur (et
erreur standard sous forme de barres
verticales) en azote minéral dans le sol
de l’horizon superficiel (0-30 cm).
Figure 1 - Evolution of the content (and
error standard) of mineral nitrogen in the
topsoil (0-30 cm).
Étude et Gestion des Sols, 8, 3, 2001
208
Korboulewsky N., Masson G., Bonin G., Massiani C. et Prone A.
Tableau 4 - Concentrations (erreur standard) des principaux éléments chimiques du sol après l’amendement au stade floraison (fin
juin 1999) dans l’horizon superficiel (0-30 cm).
Table 4 - Concentrations(error standard) of the main chemical elements of the soil at bloom (end of June 1999) in the topsoil (0-30
Profondeur
0-30cm
30-60 cm
Dose
t MF/ha
0
10
30
90
0
10
30
90
Cu
118,9
129,3
145,5
93,5
144,1
148,0
132,1
140,3
ns
(53,4)
(39,1)
(47,1)
(32,1)
(27,1)
(50,8)
(26,0)
(19,2)
ETM (µg/g sol sec)
Zn
Ni
63,8 (8,1)
21,7
90,2 (6,9)
22,9
82,4 (7,4)
22,2
59,3 (20,7)
25,9
79,9 (4,1)
22,2
90,6 (0,8)
22,1
76,8 (10,7)
23,5
76,6 (4,6)
27,3
ns
ns
(2,6)
(1,9)
(3,9)
(2,5)
(0,6)
(2,2)
(5,0)
(4,0)
Pb
6,8
11,7
6,7
7,7
10,6
5,5
6,5
6,3
ns
(3,4)
(6,6)
(2,5)
(2,4)
(2,4)
(0,9)
(3,0)
(1,6)
ns : les différences entre les traitements sont non significatives
ns : the differences between treatments are not significant
Figure 2 - Teneur de l’azote minéral de l’horizon 30-60 cm du sol à la
floraison (8/06/99).
Figure 2 - Content of the mineral nitrogen in the soil horizon 30-60 cm at
bloom (8/06/99).
blement dû aux pratiques culturales utilisant des traitements phytosanitaires à base
de cuivre. Par ailleurs, le zinc a une concentration assez élevée dans le sol, toutefois au-dessous des limites autorisées. La présence de cet élément a une origine
géologique, et nombre de sols de la région marseillaise sont naturellement riches
en zinc.
Bien que le tableau 3 montre une tendance à l’enrichissement en cations en
fonction de la dose de compost épandu, les différences ne sont significatives
qu’entre le témoin et la dose la plus élevée. Ce type de résultat a été également
trouvé lors d’autres expérimentations sur la vigne (Pinamonti et al., 1997; Prone et
al., 1999). Prone et al. (1999) émettent l’hypothèse, qui semble également s’appliquer à notre vignoble, que pour ces sols le complexe argilo-humique est sur-saturé
par les ions calcium ce qui limiterait l’adsorption de tout autre élément.
Étude et Gestion des Sols, 8, 3, 2001
Caractéristiques physiques
Ni la porosité, ni la densité du sol n’ont été modifiées par l’apport du compost (tableau 5, p > 0,4).
Ce résultat est en contradiction avec la littérature
qui indique une diminution de la densité (Barker,
1997; McConnel et al., 1993), une amélioration de
la stabilité structurale du sol, une augmentation de
la capacité de rétention en eau, une amélioration de
la porosité (augmentation de la proportion des
micropores, Sort and Alcaniz, 1999). Mais, dans les
études sur des vignobles, ces observations ont été
faites à la suite d’apports très importants de compost, au minimum 150 t/ha (Ballif et al., 1991) ou
après des amendements plus modérés mais
répétés (45 t/ha quatre années consécutives,
Zebarth et al., 1999; 100 t/ha renouvelé une fois à
deux ans d’intervalle, Prone et al, 1999; environ
45 t/ha deux années consécutives, Pinamonti,
1998). Cela suggère que la dose la plus élevée
apportée dans notre expérimentation, 90 t/ha, est
insuffisante pour améliorer significativement les
propriétés physiques du sol, mais une amélioration
pourrait apparaître après plusieurs épandages.
Dans d’autres cas, le passage répété des engins
dans le vignoble tassant le sol peut également être
une raison de l’absence d’amélioration des
paramètres mesurés. L’impact des pratiques culturales est bien plus important que celui que peut
avoir le compost amendé à des doses relativement
modérées.
Compost organique et vignoble
209
Tableau 5 - Propriétés physiques du sol deux jours après l’amendement. Moyennes de 3 répétitions suivies des écart-types entre
parenthèses.
Table 5 - Physical properties of the soil two days after the amendment. Mean of 3 replicates followed by the standard deviation in
brakets.
Profondeur
0-10 cm
20-30 cm
Dose
t MF/ha
0
10
30
90
0
10
30
90
Niveau de signification
Capacité au champ
%
15,8 (1,8)
18,9 (2,9)
20,7 (4,4)
20,5 (1,6)
25,3 (4,1)
22,3 (3,5)
21,3 (5,7)
26,4 (3,6)
ns
Propriétés
Porosité
% volumique
42 (1,1)
44 (1,5)
45 (1,4)
44 (5,3)
44 (2,4)
39 (1,7)
41 (2,3)
40 (0,5)
ns
Densité apparente
g/cm3
1,5 (0,1)
1,5 (0,2)
1,4 (0,2)
1,5 (0,2)
1,7 (0,1)
1,6 (0,1)
1,4 (0,3)
1,7 (0,1)
ns
Tableau 6 - Analyses œnologiques effectuées en fin de fermentation alcoolique.
Table 6 - Oenological analysis at the end of the alcoholic fermentation.
Caractéristique
Poids de 200 baies (g)
pH
Degré
Acidité totale (g/l)
Acide malique (g/l)
Polyphénols totaux
Intensité couleur
Nuance de la couleur
Sucres (glc+fru) (g/l)
0
417,5
3,36
13,4
5,1
2,00
36,0
9,2
0,39
0,3
Analyses œnologiques
La récolte de 1999 a été rigoureusement identique dans toutes
les parcelles: 219 kg de raisins pour 50 ceps. Mais l’apport de
compost peut se répercuter sur l’année suivante, notamment sur le
débourrement, la fertilité des bourgeons et donc la charge en raisin des ceps. D’après les analyses œnologiques préliminaires
(tableau 6), le vin des parcelles témoin paraît être le plus riche: le
degré alcoolique est le plus élevé, les tanins présents et la couleur
intense. À l’inverse, le vin issu des parcelles amendées à 90 t/ha
semble être le plus dilué: son degré alcoolique est faible, ainsi que
la teneur en tanins et la couleur. Les parcelles amendées à 10 et
30 t/ha ont donné des vins aux caractéristiques intermédiaires,
mais le vin issu des parcelles amendées à 30 t/ha se rapproche
plus du vin témoin.
Dose d’apport du compost, t MF/ha
10
30
411,1
400,7
3,33
3,36
12,8
13,0
5,1
5,2
1,79
1,95
30,5
35,2
7,0
7,7
0,55
0,53
0,05
0,07
90
422,3
3,34
11,9
5,1
1,59
24,3
6,8
0,64
0,07
La perte de la qualité du vin peut avoir des causes variées.
Toutefois, on sait que l’alimentation azotée a un rôle prépondérant.
Une alimentation trop riche retarde l’évolution de l’équilibre hormonal, prolonge l’état juvénile de la vigne, et donc retarde la migration
et l’accumulation dans les baies des éléments responsables de la
qualité organoleptique du vin (Champagnol, 1984; Ribereau-Gayon
et Peyaud, 1980). S’ajoutent à ceci des phénomènes annexes,
comme l’ombrage, jouant un rôle dans la maturation et la coloration
des baies. Serrano and Favarel (1998) ont montré en procédant à
des effeuillages que l’exposition au soleil des grappes favorise la
synthèse des polyphénols, et que les vins issus des effeuillages précoces sont plus riches en anthocyanes et composés phénoliques.
Généralement, un plus grand nombre de feuilles par cep de vigne,
entraîne une activité photosynthétique plus importante et donc la
Étude et Gestion des Sols, 8, 3, 2001
210
Korboulewsky N., Masson G., Bonin G., Massiani C. et Prone A.
synthèse supplémentaire de glucides qui pourront migrer vers les
baies. Mais la stimulation des échanges gazeux par la fertilisation
azotée implique une consommation supérieure de glucides qui diminuera d’autant la masse de sucres des baies (Champagnol, 1971).
Par ailleurs, les feuilles en empêchant les raisins d’être exposés
directement au rayonnement solaire, peuvent gêner les transformations d’acides organiques en glucides dans les baies (RibereauGayon et Peynaud, 1980; Uhlig, 1998).
En résumé, l’amendement organique riche en azote entraîne
une prolongation de la croissance des parties végétatives qui ont
un métabolisme actif et retardent la maturation. Cela s’ajoutant à
un ombrage plus important des grappes, les baies sont moins
riches en polyphénols, en sucres et développent une couleur
moins intense. Le vin produit est de moins bonne qualité. Ceci est
valable pour l’apport le plus important en compost, puisqu’un
apport plus modéré (dans notre expérimentation, 30 t/ha) donne
un vin de qualité satisfaisante.
CONCLUSIONS
Les effets à court terme étudiés dans cette expérimentation ont
montré que l’amendement de compost organique a eu un effet
bénéfique sur les qualités fertilisantes du sol. En particulier, on
observe un enrichissement rapide en azote minéral après l’épandage et qui se maintient jusqu’à la fin de la période de croissance.
L’augmentation des cations disponibles dans le sol n’est significative que pour la dose la plus élevée (90 t/ha), bien qu’une tendance à l’enrichissement proportionnellement à la dose se dessine
nettement (sauf pour Na). L’apport de compost n’a pas enrichi le
sol en éléments traces métalliques. Il n’y a eu aucune amélioration
des qualités physiques du sol, mais le compost n’a peut-être pas
encore eu le temps de s’incorporer au sol.
La production des ceps n’a pas été modifiée lors de cette première année. Mais, il est probable que l’effet se répercute sur la
deuxième année. En revanche, il semble que les qualités œnologiques du vin issu des parcelles fortement amendées soient
dépréciées. Toutefois, il faut attendre les analyses complémentaires sur les paramètres organoleptiques pour déterminer les
modifications qui sont apparues.
BIBLIOGRAPHIE
Aubert G., 1970 - Méthode d’analyses des sols. Centre régional de documentation pédagogique, Marseille, 171 p.
Ballif J.L., Moncomble D., Descotes A., 1991 - Influence sur le ruissellement et
l’érosion de couvertures de compost urbain et d’écorces fraîches broyées
dans le vignoble champenois. ANPP, 3 : 359-365.
Barker A.V., 1997 - Composition and uses of compost. Am. Chem. Soc., 66 :
140-162.
Étude et Gestion des Sols, 8, 3, 2001
Blouin J. , 1992 - Techniques d’analyses des moûts et des vins, DujardinSalleron Ed., Paris, 332 p.
C.E.T.I.M., 1999 - Manuel d’utilisation du VPI, CETIM, Cergy-Pontoise, France, 24 p.
Champagnol F., 1971 - Etude de quelques effets de la fertilisation azotée sur la
vigne. Thèse de doctorat. Montpellier, 74 p.
Champagnol F., 1984 - Eléments de physiologie de la vigne et de viticulture
générale. Champagnol, St-Gely-du-Fesc, 351 p.
Chaney R.L., 1980 - Health risks associated with toxic metals in municipal sludge. In : Sludge health risks of land application. Ed. Ann. Arbor Sci. Publ.
Ann Arbor, MI, USA, pp 59-83.
Dean R.B., Suess M.J., 1985 - The risk to health of chemicals in sewage sludge
applied to land. Waste Manage. Res., 3 : 251-278.
Gagnon B., Simard R.R., 1999 - Nitrogen and phosphorus release from on-farm
and industrial composts. Can. J. Soil Sci., 79 : 481-489.
He X.T., Traina S.J., Logan T.J., 1992 - Chemical properties of municipal solid
waste composts. J. Environ. Qual., 21 : 318-329.
Kiemnec G.L., Hemphill D.D., Hickey M., Jackson T.L., Volk V.V., 1990 - Sweet
corn yield and tissue metal concentration after seven years of sewage
sludge applications. J. Prod. Agric., 3 : 232-237.
McConnel D.B., Shiralipour A., Smith W.H., 1993 - Compost application
improves soil properties. Biocycle, 4 : 61-67.
Moreno-Caselles J., Pérez-Murcia M.D., Pérez-Espinosa A., Moral R., 1997 Heavy metal pollution in sewage sludges and agricultural impact.
Fresenius Envir. Bull., 6 : 519-524.
NF ISO 11261, 1995 - Qualité du sol. Dosage de l’azote total-Méthode de
Kjeldahl modifiée. Ed. AFNOR, France.
Ozores-Hampton M., Hanlon E., Bryan H., Schaffer B., 1997 - Cadmium, copper,
lead, nickel and zinc concentration in tomato and squash grown in MSW
compost-amended calcareous soil. Compos. Sci. Util., 5 : 40-45.
Pinamonti F., 1998 - Compost mulch effects on soil fertility, nutritional status performance of grapevine. Nutr. Cycl. Agroecosys., 51 : 239-248.
Pinamonti F., Stringari G., Gasperi F., Zorzi G., 1997 - The use of compost : its
effects on heavy metals levels in soils and plants. Resour. Conserv. Recy.,
21 : 129-143.
Prone A., Lebourg A., Blanchon F., De Sweemer C., 1999 - Suivi des modifications physiques et chimiques de sols de vignobles à textures différentes
après apport de compost urbain. Courr. Sci. Parc. Nat. Luberon, 3 : 59-72.
PR NF ISO 14256-2, 1997 - Qualité du sol. Dosage des nitrates, des nitrites et
de l’ammonium dans les sols humides par extraction avec une solution de
chlorure de potassium. Partie 2. Ed. AFNOR, France.
Prone A., Rodriguez M.L., Massiani C., 1993 - Etude des interactions physiques
et chimiques d’un compost en épandage sur un sol. Sci. Sol, 31 : 17-30.
Ribereau-Gayon J., Peynaud E., 1980 - Traité d’ampélologie. Bordas, Paris; 697 p.
Serrano E., Favarel J.L., 1998 - Influence de l’éffeuillage sur la qualité de la vendange et le développement de la plante. Rapport CITVV, 9 p.
Sort X., Alcaniz J.M., 1999 - Modification of soil porosity after application of
sewage sludge. Soil Till. Res. 49 : 337-345.
Uhlig B.A., 1998 - Effects of solar radiation on grape (Vitis vinifera L.) composition and dried fruit color. J. Hort. Sci. Biotechn., 73 : 111-123.
Woodbury P.B., 1992 - Trace elements in municipal solid waste composts : a
review of potential detrimental effects on plants, soil biota, and water quality. Biomass and Bioenergy, 3 : 239-259.
Zebarth B.J., Neilsen G.H., Hogue E., Nielsen D., 1999 - Influence of organic
waste amendments on selected soil physical and chemical properties.
Can. J. Soil Sci., 79 : 501-504.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising