Dictionnaire du français usuel - e

Dictionnaire du français usuel - e
Dictionnaire du français usuel,
Version papier et cédérom,
J. Picoche et J.-C. Rolland.
Bruxelles, De Boeck/ Duculot, 2001
(distribué par Belin).
Sandrine Reboul-Touré
Université Paris III
Le dictionnaire du français usuel de Picoche et de Rolland aux éditions De Boeck/
Duculot, 2001, se présente sous deux versions. Il existe une version papier et une
version sur cédérom qui offre un éventail de parcours spécifiques au support
informatique. Nous présenterons ici le cédérom.
L’installation du cédérom se fait très aisément d’autant qu’un manuel d’utilisation de la
version électronique recense toutes les étapes de la procédure. La page d’accueil
permet de découvrir un écran divisé en trois zones : les accès à la recherche dans le
dictionnaire, verticalement à gauche, et deux zones écrans pour lire parallèlement le
texte d’un article principal et celui d’un article secondaire ouvert par un lien à partir du
premier. On trouve horizontalement les fonctions courantes avec les icônes loupe,
copier, imprimante…
Comme pour tout dictionnaire, la lecture de la préface nous éclaire sur les choix
méthodologiques des auteurs. Ces choix sont ici exposés dans la partie aide (le point
d’interrogation).
1. La fréquence
Les mots usuels sont pris en considération. On ne retient donc pas – tout en sachant
que les frontières sont poreuses – les régionalismes, les mots spécialisés, les mots
vieillis, les néologismes. Des références sont faites au Français fondamental afin
d’identifier un “ noyau dur ” du lexique. Autre document source, le Dictionnaire des
fréquences du Trésor de la langue française. Ce corpus de base a permis d’identifier les
mots hyperfréquents – nominalisés en hyperfréquents – qui sont retenus dans le
Dictionnaire du français usuel ainsi que les mots de haute fréquence, d’où un nombre
surprenant d’entrées : 442. Ceci s’explique par des regroupements sous une seule
entrée d’occurrences p r o c h e s : chaud/froid, savoir/connaître, homme/femme,
vendre/acheter, vivre/vie… On obtient alors de grosses grappes de mots de moindre
fréquence en utilisant toutes les ressources de la synonymie, de l’antonymie, des relations de
genre à espèces et de la dérivation. Les 442 articles rassemblent près de 15 000 mots.
BIMS 61
1
2. La combinatoire syntaxique
Les auteurs ont fait le choix de parler d’actants afin de mettre en valeur les structures
syntaxiques possibles autour d’un verbe, d’un nom… Cette mise en valeur du contexte
– certains diront cotexte – recense l’ensemble des distributions des hyperfréquents :
I. Jean a donné une montre à Jeannot
1. A1 humain donne A2 concret à A3 humain
A1 est PROPRIETAIRE de A2 ; il agit INTENTIONNELLEMENT et LIBREMENT ; il TRANSFERE, fait PASSER
A2 de l’ensemble des objets qu’il possède à des objets que POSSEDE A3 […]
2. A1 donne, syn. OFFRE, à A3, A2, un objet destiné à lui faire plaisir […]
Ce choix fonde l’organisation de l’article et le plan peut être isolé par la fonction signet
au cours de la recherche.
Les auteurs attirent l’attention des utilisateurs afin qu’ils ne soient pas rebutés par les
schémas de généralisation. Il est vrai que la structure syntaxique est mise au jour et
l’accès au sens ne se fait qu’au travers des éléments du schéma. Un intermédiaire –
l’enseignant – semble donc nécessaire pour aider à dépasser cette formalisation.
La structure actancielle, structure abstraite, permet donc de souligner des
généralisations pertinentes pour les acceptions ; elle permet de souligner le rapport
entre forme et sens et de montrer qu’à un contexte spécifique correspond une
acception particulière. On trouvera les traits /+ /- humain/, /+/- abstrai/, etc.
Afin de compléter les schémas actanciels, les auteurs présentent des exemples forgés.
Dans ces exemples, des noms reviennent avec l’idée de mettre en place des
personnages au fil des lectures. Ce fil conducteur nous semble participer à la
dimension pédagogique du dictionnaire.
3. Thèmes et réseaux
Des entrées par thèmes explorent des secteurs de la réalité extra-linguistique. De ce
fait le travail par thème aboutit à disjoindre les diverses acceptions des mots polysémiques.
Mais les réseaux permettent de rendre compte de la polysémie qui propose un ordre
dans les acceptions ; les hyperfréquents étant fortement polysémiques.
Ainsi, la méthode des réseaux lexicaux et le jeu des structures actancielles permettent un
foisonnement rapide en vue de l’apprentissage / enrichissement du vocabulaire car ce
dictionnaire se veut avant tout orienté vers l’apprentissage. Son objectif fondamental
est de permettre d’enrichir le vocabulaire des élèves en mettant en évidence les
réseaux lexicaux.
4. Orientation pédagogique
Nous rappellerons que le champ de la didactique du lexique fait encore l’objet de peu
d’études (Cf. Le Français aujourd’hui n°131 – Construire les compétences lexicales). Avec le
Dictionnaire du français usuel, Picoche et Rolland proposent un outil conçu sur des bases
linguistiques en vue d’un apprentissage du vocabulaire avec une orientation
pédagogique forte puisqu’ils proposent d’étudier le vocabulaire avant de comprendre
un texte ou bien avant de composer un texte et ce afin d’éviter les regards ponctuels
dans un dictionnaire.
Par exemple pour l’explication, étudier en amont usurier qui renvoie à prêter, intérêt…
permet de mieux comprendre un passage de l’Avare de Molière. Une démarche
BIMS 61
2
identique peut se réaliser pour la préparation à la rédaction : si l’on souhaite parler de
théâtre, on trouvera une entrée spectacle et théâtre : I. Marie fait du théâtre ; elle donne
un spectacle et au fil de l’article, acteurs, personnages, représentent, pièce, représentation,
spectateurs, spectatrices, public, auteur, action, dialogues, dramatique, théâtrales, comique,
tragédie, tragique, dramaturge […] intrigue, coup de théâtre, exposition, nœud…
Notons que les mots hyperfréquents sont souvent d’origine populaire, par exemple
eau n’a pas de dérivé morphologique, et donc les auteurs proposent des dérivés sur
des bases issues du latin et du grec aqu- et hydr-. Nous voyons que les grappes de mots
explorent les schémas actanciels, les relations dérivationnelles, les thèmes et les
réseaux.
L’ordre alphabétique présent pour les hyperfréquents n’est plus utilisé dès qu’on
organise les mots par thème et/ou par réseau. Le repérage des unités sur la version
papier se fait par l’intermédiaire d’un index, il va de soi que le support informatique
facilite grandement la recherche des unités lexicales et on peut même voir une
harmonie entre un dictionnaire en partie fondé sur l’ordre alphabétique mais surtout
sur des regroupements, plébisciter le support informatique qui libère de la containte
alphabétique ; en effet, café est sous l’entrée boire et poumon se trouve sous
l’hyperfréquent respirer.
Par ailleurs, au cours d’un article, certains mots sont en majuscule (Cf. donner cidessus), il s’agit de liens hypertextes ; il est alors possible de naviguer d’un mot à un
autre en suivant différents itinéraires. Nous sommes donc invités à des parcours peu
traditionnels. Les recherches peuvent s’effectuer par hyperfréquents ou bien dans tous
les articles. A ceci s’ajoutent des recherches floues (pour un mot à l’orthographe
incertaine) ou des recherches lemmatisées (afin de parvenir par exemple à l’article
donner à partir de donnons). La recherche des locutions se trouve ainsi facilitée.
Si on lance une recherche avec jaune, on ne trouve pas d’entrée spécifique Le mot
apparaît dans le corps de certains articles notamment : briller, casser, chaud/froid, clair,
corps couleur, cuisine/cuire… Les relations sémantiques à restituer sont intéressantes car
des écarts sont plus ou moins grands – les relations sont d’ailleurs extrêmement
intéressantes à faire deviner aux apprenants. Jaune apparaît sous l’entrée casser car on
signale le nom un jaune pour un briseur de grève (briser/casser). Jaune apparaît aussi
sous l’entrée cuisine/cuire car les auteurs du dictionnaire détaillent les différents
ingrédients susceptibles d’être cuisinés, et donc, le jaune d’œuf est mentionné. Ces
itinéraires permettent une circulation différente, décloisonnée pourrait-on dire,
comparativement à la lexicographie traditionnelle.
Nous n’avons sans doute pas exploré tous les parcours possibles de ce dictionnaire et
c’est par la pratique de cet outil dans les classes que l’on devrait pouvoir mettre en
évidence de nouveaux itinéraires et de nouveaux exercices issus d’une exploration
collective (le cédérom peut en effet être utilisé en réseau) grâce à une observation des
réactions des apprenants.
Ce dictionnaire dit s’adresser aux élèves et aux professeurs de français – langue
maternelle et langue étrangère – mais nous avons vu que la structure des articles, avec
les actants, n’est pas toujours d’un abord facile. L’absence d’ordre alphabétique
systématique peut aussi déstabiliser. Il nous semble donc que le public doit être averti
BIMS 61
3
et qu’un enseignant ayant des connaissances linguistiques pourra explorer ce
dictionnaire dans sa classe.
Il nous semble que les deux versions (papier et cédérom) du Dictionnaire du français
usuel sont complémentaires. L’une, afin de visualiser l’ensemble du travail dans sa
globalité et pour une comparaison avec d’autres dictionnaires et l’autre, pour une
meilleure circulation en dehors d’un ordre alphabétique. Le cédérom est une base de
travail pour des préparations d’exercices et de collage sur ordinateur avant impression.
A ces deux versions pourrait s’ajouter un dictionnaire de langue traditionnel qui
permettrait de faire le lien entre deux pratiques très différentes.
Nous serions tentée de dire que le Dictionnaire du Français usuel n’est pas un
dictionnaire dans lequel on va chercher une définition mais que c’est un dictionnaire
qui se pose comme point de départ à une balade lexicale et on se laisse guider à
travers différents parcours pour un apprentissage et un enrichissement non seulement
du vocabulaire, mais aussi de son emploi dans la phrase, en relation de cohérence avec
une thématique déterminée et du lexique, abordé sous forme de système avec les
relations sémantiques et dérivationnelles.
BIMS 61
4
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising