MANUEL UTILISATEUR AX3-16
0. PREFACE
L’attention des utilisateurs d’ULM doit être attirée sur l’étendue des responsabilités qui leur incombent. En effet,
et contrairement aux dispositions légales et administratives applicables à l’ensemble des aéronefs, l’ULM est un
aéronef dépourvu de certificat de navigabilité (paragraphe C de l’article R133-1 du code de l’aviation civile,
modifié par le décret n°84-459 du 14 juin 1984).
Toutefois, il appartient totalement à l’utilisateur d’en assurer le maintien en état de vol, et ceci sans obligation de
contrôle ultérieur ni de la part du constructeur, ni de celle de l’Administration et sans partage de responsabilité.
Notamment, le manuel d’entretien et d’utilisation qui vous est remis ne constitue pas un simple recueil de
conseils propres à vous éviter des ennuis ou des mécomptes, mais aussi l’énoncé d’un certain nombre de règles
d’entretien, de montage, de réglages dont la transgression engagerait, le cas échéant, votre responsabilité.
Chaque page du présent manuel comporte un numéro d’édition. Au cas où il deviendrait nécessaire de modifier le
manuel, les pages concernées seront mises à jour et envoyées aux utilisateurs qui auront retournés à
ULTRALAIR leur carte de garantie dûment remplie. Veillez à remplacer les anciennes pages par leurs mises à
jour.
Les caractéristiques et performances de votre appareil et de son moteur figurent sur la fiche technique en annexe.
Nous vous engageons vivement à respecter les limites du domaine de vol qui y figurent.
NOTES IMPORTANTES :
1) Comme tout aéronef, l’ULM est doté d’une masse maximum au décollage que l’utilisateur est tenu de
respecter rigoureusement à chaque vol. Le non respect de cette masse par l’utilisateur ne saurait en aucun
cas impliquer une quelconque responsabilité pour le constructeur, quelle que soit l’origine du matériel,
options ou équipements embarqués.
2) Votre appareil a fait l’objet d’un dossier technique constructeur présenté à la D.G.A.C. et accepté sous la
référence indiquée dans la fiche technique.
Le présent manuel comporte l’intégralité des renseignements liés à son utilisation et à sa
maintenance, contenus dans le dossier technique. Il est lié à l’appareil décrit et doit être connu par
chaque utilisateur conformément aux annexes 1 et 2 de l’arrêté du 17 juin 1986.
3) Il est de la responsabilité de chaque propriétaire de porter à la connaissance de son district
aéronautique de rattachement les éventuelles modifications apportées à l’appareil par rapport aux
renseignements figurant sur sa carte d’identification, que ce soit pour le moteur, l’hélice ou tout autre
équipement, conformément aux articles 2 et 8 du même arrêté.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 1
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 2
1. MANUEL DE VOL
1.1 GENERALITES
L’AX3 est un appareil biplace léger, trois axes conventionnel. Mis à part ses commandes de vol légères et sa
faible masse, il se pilote de façon très proche des avions légers, ce qui facilitera grandement sa prise en main par
un pilote correctement formé.
Cet appareil est le fruit du concept élaboré à l’origine par un ex-ingénieur de la NASA, John CHOTIA. La
société française ULTRALAIR a su créer avec l’AX3 un des ULM les plus économiques du marché, tout en
étant un appareil à la fois robuste et simple. Ses qualités sont telles qu’il est utilisé en tant qu’appareil
d’entrainement pour la formation au pilotage des CADETS DE L’AIR britanniques au sein de la R.A.F.
La structure est réalisée en alliage d’aluminium 6061T6, lequel apporte à la fois une grande robustesse, une très
bonne résistance à la corrosion et une certaine flexibilité. De nombreuses parties du fuselage et des ailes sont
triangulées et constituent une structure intégrée capable d’absorber une grande quantité d’énergie sans
déformation permanentes. Ce type de construction augmente grandement la durée de vie de l’appareil et sa
maintenance.
Votre appareil est un AX3 – 16 « Ten Years ». Il dispose d’une aile d’une surface de 16,54m².
1.2 DESCRIPTION DU MODELE
Votre AX3 – 16 comprend :
-
-
Un moteur ROTAX 503 DCDI de 52cv à double allumage et double carburateur (voir 2.5.8)
Un réducteur mécanique 2,58 : 1
Un démarreur électrique
Une hélice bipale bois ULX
Un tableau de bord avec variomètre (en m/s), altimètre (en ft), anémomètre (en km/h), interrupteur de
mise en route du système radiocom, billes, compte-tours, indicateur double de température culasse,
indicateur double de température échappement, indicateur de tension, 2 arrêts d’urgence (coupemagnétos), bouton de commande de démarreur, clé de contact général, horamètre et fusible de protection
tableau (10A)
Manches, palonnier, commande de gaz et de frein dédoublés (double commande)
2 réservoirs de 23L
2 harnais de sécurité 4 points
Un carénage avant et un pare-brise
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 3
1.3 VISITE PREVOL
C’est la base de votre sécurité en vol ! Nous vous recommandons de procéder à cette visite avant chaque vol.
1.3.1
MOTEUR
Se mettre en face de ce dernier et vérifier :
-
1.3.2
La fixation de l’hélice et son état
Le réducteur (absence de fuites)
Les attaches moteur (bien surveiller que le siège du silent-bloc soit bien à plat sur le support)
Le bon état de la turbine de refroidissement (état des pales du ventilateur et tension de la courroie)
La platine porte-bobine
Les capuchons des bougies
La fixation du silencieux d’admission (s’il y lieu)
Les fixations de l’échappement, l’état des silent-blocs et la base du support d’échappement
S’il n’y a pas de fêlures apparentes ou naissantes sur la ligne d’échappement
L’état des durites d’alimentation en carburant, du filtre à essence et des câbles de commande de gaz
CELLULE
En commençant par la gauche, en regardant l’avion de face, vérifier les fixations :
-
Du support fuselage avant supérieur
De sa base et de tout le nœud de l’axe de roue
Du carénage avant et du pare-brise
Des pattes inox des haubans
Des axes lisses de base des deux haubans d’aile
Remonter le long du hauban, vérifier sa fixation supérieure
L’état de la voilure au bord d’attaque
La fermeté du saumon qui doit être dans ses logements
Revenir sur le bord de fuite :
-
Le bon positionnement des embouts de lattes
La fixation supérieure du hauban arrière
L’axe lisse du tube de compression
Par la fenêtre de l’intrados, des fixations avant du tube de compression et des câbles anti-poussée
L’axe lisse de fixation du bord de fuite
Par l’ouverture de la double surface, la présence de l’anneau sur les axes lisses de fixation au fuselage du
tube anti-poussée et du bord d’attaque
La présence des anneaux de sécurité aux 3 fixations de l’aileron ainsi que la fixation de la commande
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 4
Revenir sur le fuselage vers l’arrière :
-
Vérifier l’articulation de la profondeur
La fixation des haubans
L’axe lisse du tube de commande et de profondeur au « boomerang »
La fixation arrière de la profondeur (papillon et anneau)
La fixation supérieure et la fixation de base de la gouverne de direction, ainsi que son état général
Les manilles des câbles au « boomerang »
La fixation du support de fuselage arrière
Passer à droite :
-
Vérifier l’articulation de la profondeur
La fixation supérieure du hauban de profondeur
Vérifier la fixation avant de la profondeur
L’état général de la voilure
Revenir vers l’avant :
-
Vérifier la fixation du bord de fuite
Vérifier les fixations de l’aileron
Sous la double-surface, la présence des anneaux de sécurité sur tous les axes lisses
Vérifier la bonne fixation de tous les boulons des sièges
Vérifier l’état, la tension et les connexions (ridoirs, manilles…) des câbles de commande d’ailerons
Vérifier l’état des câbles et des poulies de commandes de direction
La bonne ouverture de la mise à l’air des réservoirs et la bonne fixation de leur sangle de retenue
Vérifier le nœud de l’axe de roue et la fixation des pattes à l’axe
Les axes lisses de la base des deux haubans d’ailes
Remonter le hauban arrière :
-
L’axe lisse supérieur
L’axe lisse du tube de compression
La voilure du bord de fuite
Le bon positionnement des embouts de lattes
La voilure au bord d’attaque
L’axe lisse supérieur du hauban avant
La fixation supérieure du tube de fuselage
Vous arrivez à nouveau à la cabine :
-
Vérifier le câble d’accélérateur à la poignée de gaz et son bon fonctionnement
L’état des durites d’alimentation en carburant (et du filtre si celui-ci se trouve en cabine)
L’état du système de « gavage » (primer)
Le fonctionnement du badin (anémomètre)
Vous pouvez maintenant procéder à la mise en route du moteur !
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 5
1.4 MISE EN ROUTE DU MOTEUR
En respectant la procédure suivante, vous n’aurez normalement aucune difficulté à mettre votre moteur
ROTAX 503 DCDI en route.
IMPORTANT : avant votre vol, vérifiez que vous disposez de suffisamment de carburant dans vos réservoirs !
Le carburant utilisé pour le ROTAX 503 est du mélange 2T à 2% d’huile (voir 2.5.8 et manuel annexé)
1.4.1
-
MOTEUR FROID
Vérifier que les coupe-magnétos soient bien enclenchés (en appuyant dessus) et que le contact est coupé
(par mesure de précaution, retirez la clé de contact et gardez-là sur vous !)
Ouvrir l’arrivée d’essence (si votre appareil est équipé d’un robinet de carburant)
Bien pomper, au moyen de la pompe d’amorçage, l’essence dans la cuve du carburateur
Brasser énergiquement l’hélice 10 à 15 compressions (par grand froid, compter 20 à 25)
S’installer dans l’habitacle et se sangler
Mettre les gaz au plein ralenti
Pomper 5 à 10 fois à l’aide du système de gavage (primer) pour faire monter le carburant dans la cuve du
carburateur
Vérifier que l’interrupteur « radiocom » est sur « off »
Déverrouiller les coupe-magnétos (les tourner vers la droite) et mettre le contact avec la clé
Vérifier que l’espace devant et sur les cotés de l’hélice est dégagé de toute personne
Main sur les gaz, pied sur le frein, appuyer sur le bouton « démarreur »
Aussitôt que le moteur a démarré, lui faire prendre 2500 tr/m et le laisser chauffer quelques minutes
NOTA : Si votre moteur refuse de démarrer à froid, il est probablement temps de changer vos bougies.
Si ce n’est le cas, référez-vous au manuel du constructeur annexé.
1.4.2
-
-
MOTEUR CHAUD
S’il s’agit d’une mise en route très rapprochée d’un usage préalable, mettre simplement le contact sans
oublier de déverrouiller les coupe-magnétos, commande des gaz au plein ralenti, appuyer sur le bouton
« démarreur ». Il démarrera aussitôt.
Si un laps de temps supérieur à 30 minutes vous sépare de l’usage précédent, pomper 3 à 5 fois à l’aide
du système de gavage (primer), mettre le contact sans oublier de déverrouiller les coupe-magnétos,
commande des gaz au plein ralenti, appuyer sur le bouton « démarreur ».
ATTENTION !
Dans le cas ou un starter serait installé sur votre AX3, ne décollez jamais avec celui-ci mis : cela
occasionnerait une forte perte de puissance très rapide pouvant provoquer l’arrêt du moteur en phase de
décollage, avec les conséquences qui peuvent en découler !
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 6
1.5 ROULAGE ET ACTIONS VITALES
Vous êtes installé à bord, harnais serrés.
L’appareil se dirige grâce au palonnier conjugué au sens avion, c'est-à-dire : appuyez à gauche pour aller gauche,
à droite pour aller à droite.
Votre appareil est équipé de freins sur le train principal : n’agissez jamais violement sur la commande de frein
avant que vos roues soient totalement en contact avec le sol !
Le roulage s’effectuera toujours à faible vitesse en tirant sur la profondeur pour soulager la roue de nez. Sur de
très mauvais terrains, nous vous recommandons d’aller carrément plus vite et de vous déplacer avec la roulette de
nez levée. La gouverne de direction devient efficace à partir de 12 km/h.
Arrivé au point d’arrêt, pied sur le frein pour bloquer l’appareil, effectuez les actions vitales :
-
Niveau de carburant dans les réservoirs suffisant
Harnais bouclés et bien réglés
Débattements des gouvernes libres et dans le bon sens !
Mettre les gaz pour atteindre entre 3000 tr/m et 3500 tr/m
vérifier (écouter) le bon fonctionnement général du moteur
Enclencher le coupe-magnéto 1 quelques secondes puis le déverrouiller
Faire la même opération avec le coupe-magnéto 2
La baisse de régime avec un seul allumage ne doit pas excéder 300 tr/m !
-
Revenir au régime « plein ralenti » et vérifier sa bonne tenue
Altimètre calé
Radio mise en route et sur la bonne fréquence
Vérifier la température des culasses (CHT)
NE JAMAIS DECOLLER AVANT QUE LA TEMPERATURE CULASSE N’AIT ATTEINT 80°
-
Aucun appareil dans le circuit d’approche ? Le secteur est libre ? Tout est OK ?
……Vous pouvez vous aligner et décoller !
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 7
1.6 LE DECOLLAGE
ATTENTION : Il est bien entendu que les conseils et descriptions qui vous sont donnés ci-après ne
constituent pas un cours de pilotage et que vous restez tenus d’effectuer une prise en main de l’appareil avec
un instructeur ou un pilote qualifié !
Le vent n’est pas très fort, Vous êtes bien dans l’axe. Poussez progressivement la manette des gaz jusqu’à fond et
soulagez le plus rapidement possible la roulette de nez.
A 50km/h, tirez progressivement sur le manche en conservant bien votre cap. A 60 km/h, vous volez ! Maintenez
un palier pour atteindre 80 km/h puis montez franchement, en affichant la vitesse optimum de montée (75 km/h),
jusqu’à 300 ft (env. 100 m). Poursuivez votre monter jusqu’à l’altitude désirée.
En montée, surveiller :
-
La température culasse (max. 250°)*
La température échappement (max. 650°)*
Lorsque vous avez atteint votre altitude de palier, passez en vol horizontal et réduisez les gaz jusqu’à atteindre 80
km/h au badin. Cette vitesse est celle de la meilleure manœuvrabilité et devra, de préférence, être adoptée en air
turbulent.
1.6.1
PANNE AU DECOLLAGE
En cas de perte de puissance moteur ou, pire, d’arrêt du moteur dans la phase de décollage, mettez
immédiatement le manche secteur avant pour garder votre vitesse et tachez de vous poser de préférence devant
vous. En effet, un virage vous fera perdre de l’altitude plus rapidement. Rassurez-vous néanmoins, le
WEEDHOPPER plane très bien sans moteur et reste parfaitement manoeuvrable. Tachez, par mesure de
sécurité, de garder la vitesse au dessus de 80 km/h.
1.6.2
PANNE EN ROUTE
Affichez la vitesse de finesse max (72 km/h) et dirigez-vous vers un site d’atterrissage utilisable. Si vous en avez
le temps, essayez d’établir la cause de la baisse de puissance. Si cette cause n’est pas évidente, concentrez-vous
sur l’atterrissage ! Pour l’approche finale, adoptez une vitesse de 80 km/h, éventuellement corrigée en fonction
des conditions rencontrées. Coupez l’arrivée d’essence (si votre appareil est équipé d’un robinet de carburant),
enclenchez les coupe-magnétos, vérifiez que harnais et casque sont correctement serrés. Assurez, si possible, un
contact radio.
*dans le cas d’un Rotax 503 (voir manuel annexé)
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 8
1.7 LE VIRAGE ET LES EVOLUTIONS
L’appareil vire d’une façon franche et presque sans effet secondaire. Contrôler l’inclinaison de votre appareil. Au
début, contentez-vous de virages à faible inclinaison (10° par exemple).
N’oubliez jamais que le décrochage interviendra à vitesse d’autant plus élevée que l’inclinaison est forte. Vous
apprécierez très vite la grande maniabilité de votre appareil, mais n’oubliez jamais que l’acrobatie en ULM est
interdite !
1.8 LE VOL EN TURBULENCE
Au début, ne volez que par vent faible. Avec l’expérience, vous viendrez parfois à voler en air turbulent. Evitez
de forcer la vitesse : 80 à 85 km/h est la vitesse de meilleur confort dans ces circonstances. N’essayez pas de
corriger tous les écarts de l’appareil. Le WEEDHOPPER, de par son dièdre et sa flèche, est autostable.
Par grand vent, n’oubliez pas les effets de gradient qui vous déventent parfois à l’atterrissage, ainsi qu’en virage,
le phénomène d’inertie dans le passage vent de face / vent arrière. Ne prenez pas trop d’inclinaison et affichez
dans ces manœuvres 80 km/h ou plus au badin.
1.9 LE DECROCHAGE
Pour bien connaitre sa machine, il faut la décrocher ! Pour ce faire, prenez de l’altitude : 1000 ft (300 m)
minimum et commencez par le décrochage « moteur réduit ». L’entrainement au décrochage et à la récupération
doit vous aider à réagir efficacement à une telle situation afin de minimiser la perte d’altitude qui peut en
découler. Gardez toujours un œil sur votre altimètre lors de cet entrainement afin d’éviter de passer sous les 300
ft/sol ! (altitude de sécurité)
1.9.1
DECROCHAGE « MOTEUR REDUIT »
Avant tout, veillez à vous placer face au vent pour cet entrainement.
A l’approche de la vitesse de 49 km/h (Vs indiquée sur la fiche technique), valeur éventuellement corrigée selon
les conditions de charge et de densité de l’air, l’appareil devient plus mou aux commandes lorsque vous tirez
progressivement le manche en arrière, tout en gardant l’appareil bien symétrique. La récupération du décrochage
s’effectue très simplement par la réduction de l’incidence de l’appareil, accompagné d’une remise en puissance
progressive. L’augmentation de la vitesse au-delà de 80 km/h devra être suivie par une ressource souple.
Attention à ne pas atteindre des vitesses élevées lors de la récupération du décrochage.
1.9.2
DECROCHAGE « PLEIN GAZ »
Plein moteur, l’opération s’effectue dans une attitude plus cabrée et l’abattée sera franche. Vous perdrez une
trentaine de mètres (100 ft).
1.9.3
DECROCHAGE « DISSYMETRIQUE »
Le décrochage dissymétrique entraine une perte d’altitude un peu plus importante mais se reprend, sans aucune
difficulté, toujours par une réduction de l’incidence accompagnée d’un retour au vol symétrique.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 9
1.10
VOL A HAUTE VITESSE
Au-delà de 90 km/h, l’appareil à tendance à monter. Il faudra donc maintenir un peu le manche pour garder son
niveau de vol. Les hautes vitesses ne sont pas très économiques, ne les maintenez donc pas trop longtemps sous
peine d’accroitre en proportion votre consommation de carburant.
1.11
APPROCHE ET ATTERRISSAGE
Pour effectuer votre descente, réduisez les gaz en affichant 80 km/h au badin.
Rappelez-vous que la vitesse d’approche se règle par le manche et l’angle d’approche avec les gaz. Si vous
allez trop vite, tirez sur le manche et inversement. Si vous voyez que vous toucherez trop loin du point choisi,
réduisez les gaz et inversement.
Gardez de l’altitude avant l’atterrissage, la fin de l’approche se conclura par une descente gaz réduits, suivie de
l’arrondi. Cette méthode offre l’avantage, pour les atterrissages hors aérodrome, de conserver jusqu’à la dernière
minute une altitude suffisante pour éviter un obstacle dissimulé tel que clôture, gros cailloux…
L’approche à faible pente (style avion) doit être réservée aux atterrissages sur aérodrome à approche bien
dégagée.
L’arrondi en lui-même n’offre aucune difficulté. Gardez un peu de gaz pour le confort et maintenez bien
l’appareil sur son cap. N’oubliez pas que sur un ultra-léger, la gouverne de direction est efficace jusqu’aux plus
basses vitesses.
Une fois que vous aurez touché le sol, continuez à tirer sur la manche jusqu’à ce que la roue de nez touche le sol
d’elle-même. Cette méthode vous ralentira plus vite et vous évitera de toucher brutalement une motte de terre
avec la roulette de nez.
CONSEIL : Si vous sentez que votre atterrissage risque d’être problématique, n’hésitez pas à remettre les
gaz et à recommencer l’opération !
Le calcul de la meilleure vitesse d’approche sur terrain court est :
V approche = 1,3 X V mini + ½ Vitesse du vent + (vitesse des rafales – vitesse du vent)
La vitesse minimum est de 49 km/h pour l’AX3 - 16
Exemple à pleine charge (450 kg) pour l’AX3-16 :
Vent de 25 km/h avec rafales à 35 km/h
V = (50 X 1,3) + 12,5 + (35-25) = 87,5 km/h
Pour cet exemple, on adoptera par précaution une vitesse d’environ 90 km/h
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 10
1.12
LE VENT DE TRAVERS
Ne décollez pas par un vent de travers supérieur à 30 km/h (15 nœuds) sans avoir une très grande
expérience de votre appareil.
Lors des atterrissages vent de travers, inclinez l’appareil dans le vent traversier et corrigez le cap avec le
palonnier en sens opposé (correction de dérive en glissade). Conservez l’alignement de l’appareil sur l’axe de la
piste. Touchez en premier la roue du côté au vent, puis diminuez l’inclinaison pour poser la seconde roue du train
principal. Cette manœuvre ne pose aucun problème avec un peu d’entrainement.
CONSEILS IMPORTANTS :
Ne perdez jamais de vue que l’ULM, de par sa fiabilité moteur supposée moins grande que celle de l’avion, peut
vous amener à vous trouver en panne moteur imprévisible. Conservez toujours suffisamment d’altitude pour
avoir le choix d’un terrain de secours le plus sûr possible pour vous et votre appareil.
Ne survolez jamais des zones urbaines ou très hostiles comme forêts, marécages… sans prendre un surcroit
d’altitude qui vous permettra, en cas de pannes, de vous poser au-delà de la zone dangereuse.
Il en va de même pour le choix de vos vitesse d’évolution, spécialement dans les phases de vol vous laissant par
définition peu de place pour les « fantaisies » (décollage, montée initiale, atterrissage, sous les 300 ft/sol)
Le choix d’une marge de sécurité généreuse, si nécessaire, ne peut également faire aucun tort !!!
1.13
ATTERRISSAGES FORCES
1.13.1 ATTERRISSAGE DANS LES BLES ET LES MAIS
Affichez une vitesse d’approche la plus basse autorisée en fonction de votre charge et décrochez l’appareil au
sommet des blés ou des maïs. Ceci vous évitera un freinage brutal provoqué par la culture et qui pourrait, en
occasionnant un « cheval de bois », abimer l’hélice et la machine.
1.13.2 SUR L’EAU
Attention à l’estimation de l’altitude au-dessus de l’eau !
Enlever votre casque et préparez-vous, ainsi que votre passager, à défaire votre harnais. Préparez-vous
psychologiquement à l’amerrissage et tachez de repérer la meilleure direction pour vous éloigner à la nage.
Touchez l’eau le plus doucement possible et légèrement cabré.
Une fois dans l’eau, ne vous affolez pas. Quittez la machine et n’essayez pas d’emporter quoi que ce soit. Le
WEEDHOPPER n’étant pas fait de matériaux très fragiles, il sera presque toujours possible de le repêcher et,
moyennant un bon rinçage à l’eau douce suivi d’un bon séchage, de le faire voler à nouveau.
1.13.3 DANS LES ARBRES
Choisissez de préférence un ou plusieurs arbres bas et bien touffus. Resserrez ceinture et casque.
Gardez un peu de vitesse en finale, l’air est souvent turbulent sur les arbres. Dès que vous entendez les premiers
frôlements des branches, cabrez à fond pour casser votre vitesse au maximum.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 11
1.14
PERFORMANCES (avec moteur Rotax 503 UL DCDI !!!)
Facteur de performance à la masse maxi en exécution standard :
Rapport poids / puissance à vide
Rapport poids / puissance à charge maxi (450kg)
Poussée maxi moteur / hélice
2,84 kg/cv
8,65 kg/cv
180kg
Vitesse à ne jamais dépasser (VNE)
Meilleure vitesse de manœuvre en air agité (Va) (1)
Vitesse de croisière maxi en palier (Vc max)
Vitesse de croisière économique (Vc)
Vitesse de décrochage en conditions standards (Vs)
Vitesse mini en palier
145 km/h
80 km/h
120 km/h
85 km/h
49 km/h
49 km/h
Taux de montée maxi à 75 km/h avec hélice standard bipale
Taux de montée maxi à 75 km/h avec hélice tri/quadri optionnelle
Taux de chute mini à 65 km/h
Finesse max moteur coupé à 72 km/h
3,5 m/s
3 m/s
3 m/s
8
Distance de roulage au décollage (sans vent)
Passage de l’obstacle de 15 m au décollage
Distance de roulage à l’atterrissage (sans frein)
Passage de l’obstacle de 15m à l’atterrissage
40 m
130 m
50 m
100 m
Plafond pratique
Limite de vent traversier
Taux de roulis - 45° à 45°
3200 m
30 km/h (15 kts)
3s
Consommation à 60 km/h (2)
Consommation à 70 km/h (2)
Consommation à 85 km/h (2)
Consommation à Vc max. (2)
9,2 L /h
11 L/h
15,5 L/h
19 L/h
Niveau sonore mesuré (conformément à l’arrêté sur le bruit des ULM)
Lm
Lr
H
V
Lh (niveau de bruit perçu au sol) avec H = 150 m
67,3 db
67,5 db
95 m
2,25 m/s
62,9 db
(1) Va est aussi la vitesse maximum de braquage complet des gouvernes.
(2) Voir manuel d’utilisation du moteur ROTAX 503 UL DCDI annexé.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 12
1.15
DIMENSIONS, MASSES ET CENTRAGE
Masse à vide de base *
Masse maxi au décollage
Charge utile max
Longueur
Hauteur hors tout
Envergure
Corde moyenne
Surface alaire
Charge alaire à vide
Charge alaire maxi
Angle de dièdre
Angle de flèche
Vrillage
Surface du subfin
Surface de la direction
Surface du plan fixe horizontal
Surface de la gouverne de profondeur
Allongement
Voie du train principal (standard)
Empattement (standard)
Voie du train principal (suspension)
Empattement (suspension)
148 kg
450 kg
302 kg
5m
1,75 m
9,8 m
1,68 m
16,54 m²
8,95 kg/m²
27,20 kg/m²
1,75°
28°
4°
0,33 m²
0,70 m²
1,37 m²
0,87 m²
5,11
1,25 m
1,24 m
1,70 m
1,40 m
* masse correspondant à la description du modèle de base. Attention, chaque utilisateur devra prendre en compte
la masse à vide équipée effective de son appareil (accessoires et équipements de confort compris – voir 2.6.2) et
non pas cette valeur seule.
En effet, cette dernière constitue la masse de conception de l’appareil mais ne reflète pas nécessairement la masse
de chaque appareil en exploitation, compte tenu de la grande diversité d’équipements, d’accessoires et d’options
de confort possible dans ce cadre.
CENTRAGE : Compte tenu de la conception de la machine, il n’est pas possible de placer en utilisation
normale une quelconque charge en dehors des limites de centrage. Il n’existe donc, dans tous les cas de
figure, qu’une seule configuration de centrage possible si la masse maxi au décollage est respectée.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 13
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 14
2. MANUEL D’ENTRETIEN
2.1 DESCRIPTION DES SYSTEMES ET MAINTENANCE
La structure et les systèmes de l’AX3 sont simples et nécessitent uniquement des connaissances de base pour leur
maintenance et leur réparation. Si un composant de l’appareil est endommagé, recherchez dans le détail toute
autre conséquence éventuelle. Remplacez les composants par des pièces d’origine constructeur.
Si vous n’êtes pas sûr de vos capacités pour maintenir ou réparer votre appareil, consultez ULTRALAIR ou
votre concessionnaire WEEDHOPPER.
2.1.1
PROFONDEUR
La profondeur est contrôlée par un tube de liaison entre la base des manches et un relai pivotant fixé à la quille.
Un second tube assure la liaison avec l’équerre de profondeur.
Le tube arrière est ajusté à l’origine par réglage de la partie arrière de ce dernier, aucun réglage ne doit être
effectué sans consulter au préalable ULTRALAIR. Lubrifiez les pièces de frottement ou de pivot avec un
lubrifiant silicone si nécessaire. Changez les pièces d’usure si un jeu important l’impose.
2.1.2
AILERONS
Les ailerons sont commandés par des câbles reliant chaque manche aux ailerons, en passant par un renvoi par
poulie fixées sur la quille. La tension de ces câbles doit être vérifiée comme suit : par application au câble d’un
effort de 1kg à mi-parcours entre la poulie et le tube de commande d’aileron. Vérifiez que la flèche est comprise
entre 40 et 50 mm. Les réglages sont possibles par ajustement en proportion égale de la longueur des ridoirs
fournis. Ce réglage influera sur le calage des ailerons. L’idéal est de caler ces derniers dans le prolongement du
tube de saumon d’aile. Si les ailerons sont plus hauts, l’appareil deviendra cabreur. Si les ailerons sont plus bas,
l’appareil deviendra piqueur.
2.1.3
GOUVERNE DE DIRECTION (DERIVE)
Les câbles de direction partent du sommet du palonnier, passent sous le tube support de siège et sont rattachés au
boomerang de direction. ATTENTION, IL EST ESSENTIEL QUE CES CABLES SOIENT CROISES.
La tension des câbles devra être contrôlée comme suit : avec la gouverne de direction bloquée au neutre et la roue
de nez soulevée du sol, le palonnier doit retourner au neutre après une action sur l’une ou l’autre des pédales. Si
la tension est insuffisante, ajustez-là par le réglage des biellettes de direction (liaison entre le palonnier et la
fourche de la roue de nez). Ce réglage doit être effectué en proportion égale des 2 cotés.
ATTENTION : ASSUREZ-VOUS QUE LA GOUVERNE DE DIRECTION EST DANS L’AXE AVANT TOUT REGLAGE !
Les poulies de direction et les paliers de palonnier peuvent être lubrifiés au silicone. Remplacez ces derniers
lorsque leur usure l’impose.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 15
2.1.4
CIRCUIT CARBURANT
Chaque réservoir comporte une sortie basse sur ca face arrière. Le filtre à carburant doit être nettoyé à l’essence
et remplacé aux intervalles définis dans le planning d’entretien (voir 2.3)
Un by-pass est prévu à d’origine sur le circuit de carburant afin d’éviter tout problème éventuel consécutif à un
blocage du clapet de la poire d’amorçage.
ASSUREZ-VOUS TOUJOURS DU BON ETAT DU CIRCUIT DE CARBURANT AVANT CHAQUE VOL !
(durites et poire d’amorçage en bon état sans pincement ni fuite, filtre à carburant et cuves carburateur propres, fixation
correcte de la durite de sortie de réservoir)
2.1.5
GAINES ET CÂBLES
Les câbles de commande des gaz, du starter, des freins et du trim (optionnel) doivent être lubrifiés à l’huile fine
ou au WD40. Les points de frottements en sortie de gaine et les extrémités de câbles doivent être attentivement
contrôlés à chaque extrémité. Remplacez le câble incriminé dès que vous décelez un toron endommagé.
2.1.6
ATTERRISSEUR
L’AX3 est équipé d’atterrisseurs en composite capables d’absorber les chocs à l’atterrissage et au roulage. Les
freins sont de type « tambour » à commande mécanique. Le mécanisme de frein doit être démonté, nettoyer et
graissé à intervalles réguliers. La roue avant est directrice, commandée par le palonnier. Le point de pivotement
est constitué d’un support fourche fixé sur le tube de roue de nez.
ASSUREZ-VOUS AVANT CHAQUE VOL DE L’ETAT DE LA FOURCHE ET DU SUPPORT FOURCHE !
(absence de jeu excessif, de points durs ou de craquelures de la peinture qui pourraient indiquer une amorce de crique)
2.1.7
STRUCTURE
La structure de l’appareil doit être inspectée régulièrement pour déceler d’éventuelles amorces de criques ou de
corrosion. Si vous évoluez en atmosphère salines ou corrosive, rapprochez les intervalles d’inspection et rincez
fréquemment la structure à l’eau douce. Procédez de même pour la boulonnerie et les pièces de fixation et
d’usure.
N’appuyez jamais sur les surfaces mobiles (profondeur, dérive, ailerons) ou sur le carénage et la fermeture arrière
lorsque vous déplacez l’appareil. Les points de manœuvre recommandés sont la quille à la fixation avant du plan
horizontal, la partie supérieure des haubans d’ailes et de l’axe principal.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 16
2.1.8
HELICE
L’AX3 utilise soit une hélice standard à pas fixe (bois blindé résine), soit une hélice optionnelle composite à pas
réglable au sol. Dans le second cas, le pas doit être réglé conformément aux instructions du fabricant. Si l’hélice
est démontée, le pas doit être à nouveau réglé à son remontage.
Lorsque le pas de l’hélice est correctement réglé, le moteur doit prendre son régime maximum plein gaz.
Effectuez régulièrement un test moteur plein gaz au sol. Le régime moteur variera selon le réglage et l’état du
moteur, ainsi qu’en fonction des conditions atmosphériques régnant lors du test, mais devra impérativement
s’établir entre 6000 et 6500 t/mn. Si ce n’est pas le cas, ne volez pas et vérifiez un éventuel problème moteur
et/ou réglage du pas.
N’hésitez pas, en cas de doute, à consulter ULTRALAIR ou votre distributeur WEEDHOPPER.
IMPORTANT : Ne volez jamais avec une hélice abimée ou déséquilibrée !
-
-
A l’arrêt, en extérieur, positionnez l’hélice verticalement
A l’arrêt, dans un hangar, positionnez l’hélice horizontalement pour éviter l’humidité dans la pale basse.
2.2 REGLAGES APRES MAINTENANCE
2.2.1
MOTEUR
Ne modifiez jamais les réglages indiqués par le constructeur du moteur figurant au manuel moteur
(voir manuel annexé)
2.2.2
FREINS SUR LE TRAIN PRINCIPAL
Le réglage s’effectue au niveau de l’arrêt de câble dans la cabine, entre les deux sièges.
2.2.3
CABLES DE GOUVERNE
En principe, ceux-ci vous sont livrés à la longueur déterminant le calage voulu de la gouverne. Vous pouvez, si
nécessaire, ajuster le jeu en veillant à ne jamais tendre les câbles de façon excessive ce qui durcirait la commande
et pourrait provoquer une usure prématurée des câbles.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 17
2.3 PLANNING D’ENTRETIEN
Les opérations indiquées sont à effectuer en sus des visites prévol normales et du remplacement immédiat des
pièces douteuses qui en découlerait. Des espaces sont laissés volontairement libres pour que vous puissiez ajouter
vos propres vérifications, selon votre expérience et l’environnement spécifique dans lequel vous évoluez.
Assurez la maintenance du moteur conformément au manuel du motoriste (voir manuel annexé)
Nettoyer, ajustez, vérifiez et remplacez les composants indiqués sur la liste suivante aux intervalles indiqués.
Hélice (voir page 30)
10 h
25 h
nettoyer
équilibrer
100 h
250 h
Moteur Rotax 503 DCDI
inspecter
remplacer (1)
Pattes inox
remplacer
Boulonnerie
vérifier
lubrifier
vérifier
Câbles de direction
vérifier
Câbles d’ailerons
vérifier
Poulies
lubrifier
remplacer
vérifier
Durites carburant
vérifier
Filtre carburant
nettoyer
remplacer
Filtre à air
nettoyer
remplacer
Rivets de manchons
remplacer
vérifier
Câbles de freins
ajuster
Mécanisme de freins
lubrifier
Roue avant
lubrifier
Train principal
vérifier
Paliers de commandes
lubrifier
Structure
Courroie ventilateur
(Rotax 503)
500 h
réviser
Entoilage
Câbles et gaines
350 h
lubrifier
vérifier
vérifier
(1) Si nécessaire
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 18
2.4 DEMONTAGE, MONTAGE ET TRANSPORT
D’une façon générale, il est conseillé d’opérer sur l’herbe afin de ne pas salir la voilure et de griffer les pièces
démontées.
2.4.1
DEMONTAGE
1)
2)
3)
4)
5)
6)
Retirer les raidisseurs d’intrados en commençant par les petits, ainsi que les contre-haubans et les ranger
Déconnecter les ailerons de l’aile et des câbles de commande
Enlever l’axe lisse de patte inox à l’extrémité basse des haubans
Enlever le rabat central de voilure et le ranger
Détacher les sangles de tension d’aile
Défaire les axes lisses supérieurs de fixation des haubans d’aile et laisser reposer l’aile, ainsi que les
extrémités hautes des haubans en les accompagnants sur le sol
7) Détacher les axes lisses de fixation d’aile (bord d’attaque et bord de fuite) en tenant l’aile
momentanément en position horizontale pour faciliter l’opération
8) Poser l’aile sur le sol, intrados dirigé vers le haut, afin de permettre son démontage ultérieur
9) Agir de même avec l’autre aile (répéter les opérations 7 et 8)
10) Défaire les haubans d’aile en remettant les axes lisses en place avec leurs anneaux de sécurité et les
ranger
11) Replier les pattes inox d’ailes dans leur fente et déconnecter les axes lisses de barres de compression sur
le bord de fuite, puis replier les barres de compression le long du bord d’attaque
12) Enlever le saumon d’aile et le ranger
13) Glisser le bord d’attaque et le bord de fuite hors de l’aile en prenant soin d’éviter les frottements des
extrémités des tubes sur la toile, ce qui risquerait de l’abimer
14) Replier soigneusement les deux demi-ailes de la façon dont vous les avez reçu avec le kit et les ranger
15) Fixer les tubes de bord d’attaque et de bord de fuite entre eux, après les avoir protégé avec de la mousse
ou tout autre moyen adéquat, et fixer soigneusement l’ensemble le long de la quille de l’AX3
16) Fixer la housse de rangement optionnelle le long de la quille de façon à équilibrer le poids pesant sur la
flèche de la remorque
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 19
2.4.2
TRANSPORT
2.4.2.1 Courtes distances
L’empennage arrière ne sera pas démonté. Les parties mobiles seront néanmoins immobilisées par des sandows
pour ne pas battre pendant le transport. Des éclisses de fixation sont vendues en option.
REMARQUE : Faire attention, pendant le transport, à la largeur de la gouverne de profondeur.
2.4.2.2 Grandes distances
Il est préférable de démonter l’empennage lors de trajets importants.
CONSEILS : Bien vérifier qu’aucune pièce ne frotte l’une contre l’autre sans protection. Ne pas dépasser
120 km/h en roulant. Votre appareil vieillirait plus vite qu’en de longues heures d’usage aérien. Veillez à
vérifier votre chargement au bout de 100 km puis toutes les heures afin de détecter à temps un éventuel
problème en cours de trajet. Ne pas dépasser en aucun cas la VNE (en tenant compte du vent effectif
rencontré sur la route !)
2.4.3
MONTAGE
Pour le montage, procéder de façon inverse. Il est préférable de se faire aider pour le montage afin d’éviter
d’endommager l’aile lors du montage. Veillez à assurer un début de (faible) tension à la voilure avant d’engager
les lattes d’aile, symétriquement, de l’emplanture vers les extrémités, afin de respecter le profil. Après cette
opération, il est important de tendre correctement la voilure au moyen d’une sangle à cliquet sur les trois
emplacements de sangles médians de l’extrados avant de fixer les sangles destinées à conserver la tension ainsi
obtenue. Fixer les ailerons uniquement après cette opération.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 20
2.5 FICHE TECHNIQUE
2.5.1
AILES : Alliage d’aluminium D 65 SP équivalent au 6061T6
Bord d‘attaque
Bord de fuite
Tube de compression
Contrôle de la trainée
Saumon
Hauban d’aile avant
Hauban d’aile arrière
Profil
Entoilage
2.5.2
AILERONS
Bord d’attaque
Bord de fuite
Profil
2.5.3
64 x 2 mm manchonnée 60 x 2 mm sur 850 mm
Baquets côte-à-côte avec appui-tête réglables
Roue directrice de 300 mm conjuguée avec palonnier (400 mm optionnel)
Roues diamètre 300 mm (400 mm optionnel) - amortisseur composite
A tambour actionné par câble
COMMANDES
Type
Palonnier
Manche
Manette de gaz
Liaison palonnier / direction
Liaison manche / ailerons
Liaison manche /
profondeur
2.5.5
35 x 1 mm
19 x 1 mm
12 raidisseurs en 10 x 1 mm
FUSELAGE
Quille
Sièges
Train avant
Train principal
Freins
2.5.4
64 x 2 mm manchonné à la fixation hauban et contre-hauban par 60 x 2 sur 400
mm
52 x 2 mm manchonné aux fixations en 48 x 1,5 mm
2 en 38 x 1,5 mm
Par 4 câbles croisés
25 x 1,5 mm
Tubes « Torpédo » 74 x 28,4 x 1,5 mm contreventés
Tubes « Torpédo » 74 x 28,4 x 1,5 mm contreventés
10 raidisseurs en 19 x 1 mm par aile
Ultralam 91-00, 155 gr/m² ou dacron
3 axes à doubles commandes
2 pour commandes de gouverne de direction et roue de nez
2 pour commande d’ailerons et de profondeur
2 reliées entre elles
Par câbles
Par câbles
Par tube avec renvoi intermédiaire
DIVERS
Liaisons
Boulonnerie
Pattes de fixation
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Etriers sur profilés d’appui vissés – axes lisses et anneaux de sécurité en qualité
8:8
Métrique bichromatée
Acier inox épaisseur 3 mm
Page 21
2.5.6
RESISTANCE STRUCTURALE
Calculée et testée à la
charge de 450 kg
Charges maximales sur les
gouvernes (en Newton)
2.5.7
+4g / -2g
+6g / -3g
480 N
1300 N
1300 N
DEBATTEMENTS DES GOUVERNES
Sens de débattement
Vers le haut (ou droite)
Vers le bas (ou gauche)
2.5.8
Limite
Ultime
Profondeur
Direction
Ailerons
Profondeur
27°
23°
Ailerons
24°
24°
Direction
37°
37°
Trim (optionnel)
25°
25°
MOTORISATION
Constructeur
Type
Refroidissement
Puissance
Cylindrée
Mélange
Démarrage
Allumage
Carburation
Réducteur
Carburant
Standard
optionnel
ROTAX
503 DCDI (2 cylindres - 2 Temps)
Par air à turbine
52cv à 6500 t/mn
496,7 cc
2% (norme API-TC à respecter !)
Démarreur électrique
Double allumage électronique
2 carburateurs Bing 54
Tx 2,58 :1 - mécanique à engrenage ROTAX
Tx 3,47 :1 - mécanique à engrenage ROTAX
SP95 ou SP98 (98 conseillé)
Pour les détails techniques complets sur le moteur, son rodage et ses procédures de maintenance, veuillez vous
référer au manuel constructeur annexé.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 22
2.5.9
HELICES
Nota : Les renseignements donnés au sujet des hélices sont donnés à titre indicatif et correspondent à une
utilisation moyenne qui ne prend pas forcement en compte l’évolution régulière et les différentes variantes des
produits des héliciers équipant votre AX3. Les hélices reprises en référence, ainsi que leurs variantes, ont prouvé
qu’elles apportaient à l’AX3 un haut niveau d’efficacité et de fiabilité.
De même, le diamètre indiqué est une valeur moyenne donnant les meilleurs résultats lors des essais, ce qui
n’exclue en aucun l’utilisation de ce type d’hélice à un diamètre différent, n’excédant toutefois pas le diamètre
maximum de 1,95 m. Si un utilisateur désire employer un type d’hélice différent sur son appareil, il doit
impérativement consulter au préalable ULTRALAIR.
Marque
Type
Matériau
Diamètre
Régime max.
Standard
ULX (standard)*
Bipale
Bois
1,65 m
2600 t/mn
ARPLAST
Tripale
Composite
1,65 m (r. = 2,58**)
3000 t/mn
Optionnel
DUQUEINE
Tri / Quadripale
Composite
1,68 m
2600 t/mn
WARP DRIVE
Tripale
Composite
1,78 m
2600 t/mn
* Pour l’hélice ULX bois livrée d’origine sur votre AX3, voir les conseils pratiques de montage page 30.
** pour les hélices ARPLAST, l’utilisation des taux de réductions 3,47 :1 ou 4 :1 (modèle C) entraine l’adoption
de l’hélice modèle 166 GAS en lieu et place du modèle prévu pour le réducteur B (2,58 :1)
2.6 DESCRIPTION DES ACCESSOIRES ET OPTIONS
Nota : La gamme des accessoires ULTRALAIR étant sans cesse en développement, nous nous réservons le droit
de modifier la conception et les spécifications des produits. Nous nous réservons également le droit de substituer
ou de retirer tout équipement présenté dans ce document sans préavis.
Pour disposer d’une information complète, demandez à ULTRALAIR ou à votre concessionnaire
WEEDHOPPER l’intégralité des accessoires actuellement disponibles.
2.6.1
LISTE DES OPTIONS CONSTRUCTEUR AUTORISEEES ET DES ACCESSOIRES DESTINES
AUX UTILISATIONS PARTICULIERES DE L’AX3 (ch. IV § G1 de l’arrêté du 16.06.86)
Suivant le même arrêté, paragraphe G3, l’usage du biplace autorise les utilisations particulières professionnelles
figurant sur la liste non limitative suivante :
Flotteurs, monocoque simple, monocoque amphibie, skis de neige, toutes missions de surveillance, photographie
aérienne, prise de fil cinéma ou vidéo, télédétection, tractage de banderole publicitaire, épandage agricole de
produits liquides et solides, transport de médicaments, de blessés, école, vols d’initiation, location à des fins
diverses, tout accessoires de confort et de sécurité. Aucune recommandation spéciale n’est à faire au niveau du
montage des accessoires et options pour utilisations particulières hormis celles figurant aux manuels de montage
de ces options.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 23
2.6.2
DESCRIPTIF DES SUPPLEMENTS DE POIDS A DEDUIRE DE LA CHARGE UTILE
(Influence éventuelle sur les paramètres de vol)
Description
Moteur ROTAX 462 (52 cv)
Masse
Remarque
0.2 kg
Moteur ROTAX 532 / 582 (64 cv) avec commande synchronisée des carburateurs
4 kg
voir 2.6.3
Réservoir supplémentaire de 25 L (réf. OW101)
3 kg
Installé*
Freins à tambour sur train principal avec système de commande
3,6 kg
Installé*
Démarreur électrique avec batterie, système de commande et câblage (réf. OW103)
9,5 kg
Installé*
Pare-brise en Lexan
6 kg
Installé* - voir 2.6.3
Harnais de sécurité (la paire)
1,5 kg
Installé*
Fourche pour roue de 400 mm
2,8 kg
Installé*
Suspension sur train principal et avant
11 kg
Installé*
Garde-boue pour roue train principal (la paire)
0,7 kg
Carénage avant avec plancher complet et accastillage (réf. OW67)
0,8 kg
Installé* - voir 2.6.3
Fermeture arrière avec armature (réf. OW63 et OW66)
3 kg
voir 2.6.3
Portes en Lexan (la paire) (réf. OW65)
2 kg
voir 2.6.3
Flotteur avec accastillage de fixation (réf. OW119)
44 kg
voir 2.6.3
Kit monocoque avec nez caréné et ballonnets sous les ailes (réf. OW122)
55 kg
voir 2.6.3
Kit monocoque avec nez caréné et ballonnets (version train rentrant) ( réf. OW120)
66 kg
voir 2.6.3
Skis avec fixations (réf. OW127)
8,5 kg
voir 2.6.3
36,5 kg
voir 2.6.3
Microgranulateur pour épandage solide
14 kg
voir 2.6.3
Système d’accrochage / largage de banderole
0,3 kg
voir 2.6.3
Parachute de 100m² avec fixations (réf. OW148)
11 kg
voir 2.6.3
Equipement complet d’épandage agricole avec pompe, réservoir et fixations
* le poids des options / accessoires installés est à rajouter à la masse à vide base.
NOTA : Il est conseillé de procéder à une pesée après chaque modification.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 24
2.6.3
REPERCUSSION DU MONTAGE DES EQUIPEMENTS REPRIS EN 2.6.2 SUR LES
PARAMETRES DE VOL ET LES PERFORMANCES DE L’APPAREIL
Pare-brise, carénage et fermeture arrière
On note une amélioration de 5 km/h à vitesse maxi et une légère diminution
des consommations aux différents régimes cités.
Skis-neige
On enregistre une diminution de vitesse maxi de l’ordre de 5 km/h. Aucune
autre influence n’est à noter dans aucunes des configurations de vol.
Flotteurs ou monocoque pour l’AX3-16
Distance de décollage à masse maxi : 60 m
Vitesse maxi : - 10 km/h
Taux de chute mini : 4,4 m/s à 70 km/h
Kit de tractage de banderole
Le tractage d’une banderole est essentiellement un problème de pratique.
L’influence d’une banderole est fonction de sa taille. Nous recommandons de
ne pas tirer plus de 40 lettres de 104 cm de haut avec cet appareil.
Equipement d’épandage agricole
Au niveau performances à la masse maxi, on note une perte de + ou – 10 km/h
en vitesse maxi due à la trainée supplémentaire de l’équipement.
Moteur ROTAX 532 / 582 (64 cv)
Ce moteur, plus puissant, est recommandé pour tous les usages où l’on vole
fréquemment près de la charge maxi.
Parachute de 100 m²
IMPORTANT : L’installation du parachute doit se faire impérativement en
relation et avec l’accord d’ULTRALAIR, qui se réserve le droit de demander
la suppression de cet équipement en cas de mauvaise installation de la part de
l’utilisateur. Il est fortement conseillé de communiquer à ULTRALAIR les
photos montrant l’installation réalisée, pour contrôle. En effet, ULTRALAIR
en a déterminé avec soin l’emplacement recommandé, afin d’éviter toute
influence aérodynamique néfaste. Le non respect de cette procédure dégagera
automatiquement la responsabilité d’ULTRALAIR.
L’utilisation d’options et accessoires supplémentaires n’entraine qu’une diminution de la charge utile.
N’omettez jamais de vérifier que vous ne dépassez pas la masse maxi à chaque décollage.
En règle générale, l’utilisation de l’appareil à la masse maximum doit se faire en adoptant, pour les manœuvres
qui l’exigent, les vitesses d’évolution compatibles avec la charge réelle et les conditions atmosphériques du
moment (altitude, pression, température)
2.6.4
CONSEILS D’USAGE POUR LES UTILISATIONS PARTICULIERES
2.6.4.1 Utilisation sur ski
A la prévol, contrôlez attentivement les fixations par sandow et celles maintenant les skis en position d’approche.
Au décollage, assurez-vous que la piste n’accuse pas de pente latérale trop importante, cela risquerait de vous
faire dévier de votre axe.
A l’atterrissage, méfiez-vous de l’estimation de votre hauteur par rapport à la neige. Le manque de contraste,
également appelé « jour blanc », risquerait de vous tromper sur votre hauteur réelle.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 25
2.6.4.2 Utilisation sur flotteurs ou monocoque
Au décollage, placez-vous bien face au vent dans la mesure du possible. Maintenez l’axe et mettez les gaz
progressivement. Maintenez impérativement le manche au neutre en évitant de lui transmettre les oscillations que
peuvent provoquer les vagues. En cas de doute, choisissez comme axe de décollage le meilleur compromis entre
l’axe du vent et la houle.
En version monocoque, assurez-vous de maintenir au maximum les ailes à l’horizontale lors des déplacements à
vitesse élevée sur l’eau, pour ne pas risquer d’endommager les ballonnets d’aile. Pour le décollage, tirez sur le
manche à fond secteur arrière, affichez la puissance progressivement puis à fond. Après quelques mètres,
l’appareil va déjauger, il « passe sur le redan ». Ramenez alors le manche secteur avant pour le mettre en ligne de
vol.
Une fois l’appareil stabilisé dans sa configuration de décollage, maintenez impérativement son assiette constante
pendant toute la phase d’accélération, en évitant de se référer à la position du manche, mais plutôt à l’assiette de
l’appareil. Quand l’AX3 aura la vitesse suffisante, il décollera tout seul. Evitez de chercher à l’arracher, cela vous
évitera des surprises… Après le palier de prise de vitesse, montez normalement.
En vol, on ne constate aucune différence de comportement. Gardez cependant à l’esprit que l’appareil équipé en
hydro est souvent plus chargé qu’un appareil terrestre. Tenez-en compte pour le choix de vos vitesses d’approche.
Pour l’amerrissage, présentez l’appareil à une vitesse largement supérieure à l’AX3 en version terrestre et
préférez les amerrissages au moteur plutôt que moteur réduit. Après l’arrondi, tangentez l’eau, affichez l’assiette
d’amerrissage (similaire à celle du décollage), gardez toujours un peu de moteur et laissez l’appareil s’enfoncer
doucement sans chercher à l’amener au décrochage. Dès que la coque touche l’eau, coupez les gaz et cherchez à
maintenir une assiette constante jusqu’à l’arrêt complet. Lors d’un amerrissage au moteur, réduisez
progressivement les gaz pour éviter d’enfourner suite à une réduction brutale des gaz.
En cas de panne moteur, affichez 90 km/h au badin et posez-vous suivant l’angle le plus plat possible face au
vent. La direction du vent se note facilement : les bateaux à l’ancre se placent toujours nez au vent en l’absence
de courant. Dans tous les cas, tenez compte au maximum de l’axe de la houle.
A l’accostage, prenez garde de ne pas vous placer sur l’avant des flotteurs. Si l’appareil avance encore, cela
serait le plus sûr moyen de passer « cul par-dessus tête » !
Déplacez très lentement un appareil retourné dans l’eau. C’est presque toujours en le tirant ou en le sortant de
l’eau que l’on abime quelque chose. Orientez l’avant de l’appareil vers la berge après avoir mis l’hélice à
l’horizontale. Placez des cordes au train et à l’arrière de la quille puis tirez très lentement jusqu’à ce que
l’appareil se remette droit sur ses flotteurs.
Rincez immédiatement la structure et les voiles à l’eau douce, le moteur avec du gasoil. L’alliage alu de votre
structure offre une résistance remarquable à la corrosion saline pour peu qu’on applique les procédures correctes
d’entretien journalier liées à l’utilisation de l’hydro, à plus forte raison après un bain forcé !
Avant d’effectuer un vol à une altitude supérieure à 500 m (1500 ft), n’oubliez pas de desserrer les trappes du
flotteur pour éviter des problèmes lors de la descente, car la différence de pression des flotteurs ou du monocoque
risquerait d’en endommager la structure lors de l’amerrissage.
Un mot sur le marsouinage : Gros ennemi du pilote hydro novice, il se caractérise par un mouvement
ondulatoire – surtout lors du décollage – qui va aller en s’amplifiant et peut entrainer un passage sur le dos. Il est
provoqué par un mauvais contrôle de l’assiette (cabré ou piqué trop marqué) lors de l’accélération sur le
« redan ». Pour le stopper, il faut soit interrompre le décollage, soit accentuer le cabré pour le ramener ensuite à
une assiette adaptée.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 26
Ne cherchez jamais à courir après un marsouinage, c'est-à-dire à pousser quand l’appareil cabre et à
cabrer quand il pique. Vous feriez qu’amplifier le phénomène si vous n’avez pas suffisamment
d’expérience.
2.6.4.3 Tractage de banderole
Vérifiez bien la fixation du système d’accrochage / largage au niveau de l’axe principal.
Deux techniques de tractage son possible :
1) L’enlèvement direct de la banderole au décollage : avec une corde de 70 m minimum, la banderole
étant placée face à vous sur l’axe de décollage. Dès que la banderole se soulève, assurez votre palier
d’accélération tout en restant prêt à larguer immédiatement durant toute la phase de décollage, au cas où
le besoin s’en ferait sentir !
2) L’enlèvement de la banderole avec un grappin : cette manœuvre est plus compliquée que la
précédente mais comporte moins de risques (la panne au décollage en tractage à l’arrache nécessite des
reflexes très rapides) Alignez-vous à 80 km/h pour enlever la banderole et méfiez-vous de la dérive
latérale éventuelle du grappin. Prenez immédiatement de l’altitude une fois la banderole accrochée.
En cours de tractage, maintenez 70 à 80 km/h pour un bon alignement des lettres.
En cas de panne moteur, larguez la banderole dès que possible après vous être assuré que vous survolez une
surface totalement dégagée.
2.6.4.4 Epandage agricole
Concernant cet équipement, vous trouverez les conseils de maintenance dans le manuel attaché au matériel
embarqué. La trainée engendrée par cet équipement diminue la vitesse de + ou – 15 km/h. Nous vous conseillons
de ne pas dépasser 120 L de charge dans le réservoir. Ne perdez jamais de vue que le vol rasant est de tous les
vols le plus délicat, voir le plus dangereux. Avant d’effectuer un épandage, repérez parfaitement tous les
obstacles qui parsèment le terrain à survoler.
2.6.4.5 Matériel photo, cinéma et vidéo
Le placement extérieur de matériel lourd ne devra pas se faire au-delà de la fixation supérieure de l’aile
vers le saumon (ancrage supérieur du hauban)
N’hésitez pas à consulter ULTRALAIR pour l’installation de tout équipement spécial.
Aucune recommandation propre à la sécurité du vol n’est à noter.
Notez toutefois que, en ce qui concerne les autres utilisations particulières faisant appel à du matériel photo,
cinéma ou vidéo, nous vous recommandons de veiller à bien fixer fermement le matériel, fixe et/ou mobile, qui
pourrait provoquer des difficultés, en vol ou à l’atterrissage ainsi qu’aux tiers, s’il venait à se détacher.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 27
Ce manuel a été réalisé par R. LUDWIG sur la base du manuel original
(révision 1a du 18 novembre 1993) fourni par ULTRALAIR.
Il ne peut en aucun cas se substituer au manuel original !!!
Il est spécifique à l’AX3-16 avec lequel il est fourni.
Date de création : avril 2008
Retrouvez toutes les infos à propos de l’AX3-16 « Ten Years » sur le web…
- http://www.weedax3.net -
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 28
3. DOCUMENTS ANNEXES
1. Conseils pratiques de montage des hélices bois ULX : ……………………….……...….……… Page 30
2. Carnet de maintenance : ……………………………………………………………………….… Page 33
3. Manuel d’utilisation ROTAX 447 UL SCDI / 503 UL DCDI / 582 UL DCDI (mod. 99)
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 29
CONSEILS PRATIQUES DE MONTAGE DES HELICES BOIS ULX
1.
PREMIER MONTAGE HELICE NEUVE
 Sur ROTAX avec réducteur « B » ou porte-hélice de surface d’appui équivalente
(diam. 9 cm avec centreur diam. 2,5 cm), soit une surface de contact d’environ 58 cm².
Couple de serrage des 6 vis M8 : 15 N/m à appliquer en 2 fois* :
Premier passage à 10 N/m
Deuxième passage à 15 N/m
Après 2 heures de fonctionnement, procéder à une vérification en confirmant le serrage
à 15 N/m en un seul passage.
 Sur ROTAX avec réducteur « C » ou « E » ou porte-hélice de surface d’appui équivalente
(diam. 11,5 cm avec centreur diam. 2,5 cm), soit une surface de contact d’environ 100 cm².
Couple de serrage des 6 vis M8 : 18 N/m à appliquer en 2 fois* :
Premier passage à 12 N/m
Deuxième passage à 18 N/m
Après 2 heures de fonctionnement, procéder à une vérification en confirmant le serrage
à 18 N/m en un seul passage.
 Sur ROTAX 912 ou sur porte-hélice de surface d’appui équivalente
(diam. 12,3 cm avec centreur diam. 4,7 cm), soit une surface de contact d’environs 101 cm²
Se reporter au couple à appliquer sur réducteur « C » ou « E »
 Sur moteur JABIRU 2200cc de 80 cv ou porte-hélice de surface d’appui équivalente
(diam. 12,3 cm avec évidement central de 7 cm), soit une surface de contact d’environ 80 cm².
Couple de serrage des 6 vis M8 : 16 N/m à appliquer en 2 fois* :
Premier passage à 10 N/m
Deuxième passage à 16 N/m
Après 2 heures de fonctionnement, procéder à une vérification en confirmant le serrage
à 16 N/m en un seul passage.
* Le
serrage des vis doit se faire dans l’ordre suivant :
12h 6h 10h 4h 8h 2h
Lors de ce premier montage ainsi que lors de toute dépose et repose ou contrôle de serrage, il est
nécessaire de vérifier le voile de l’hélice en faisant passer successivement l’extrémité de chacune des
pales devant un point fixe extérieur au GPM. L’écart constaté entre une pale et l’autre doit se situer dans
une fourchette de 0 à 3 mm.
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 30
2.
MONTAGES SUIVANTS OU CONTRÔLES
Lors du premier montage, un léger tassement du bois se produit au niveau du plateau porte-hélice et du
flasque (ou contre-plaque). Ce tassement est normal dans la limite de 0,5 mm.
Lors des remontages suivants ou contrôle de serrage, il n’est plus nécessaire d’appliquer un couple aussi
élevé qu’à la première installation.
 réducteur « B » ou surface d’appui équivalente
Couple de serrage des 6 vis M8 : 12 N/m à appliquer en 2 fois :
Premier passage à 10 N/m
Deuxième passage à 12 N/m
 réducteur « C », « E » et ROTAX 912 ou surface d’appui équivalente
Couple de serrage des 6 vis M8 : 15 N/m à appliquer en 2 fois* :
Premier passage à 10 N/m
Deuxième passage à 15 N/m
 moteur JABIRU ou surface d’appui équivalente
Couple de serrage des 6 vis M8 : 13 N/m à appliquer en 2 fois* :
Premier passage à 10 N/m
Deuxième passage à 13 N/m
3.
VERIFICATIONS PERIODIQUES DU SERRAGE
Le couple de serrage doit ensuite être impérativement contrôlé tous les 3 mois. En période de canicule
prolongée, il est particulièrement nécessaire de procéder à la vérification du serrage de l’hélice car la
chaleur et l’hygrométrie ambiante très basse peuvent faire réduire l’épaisseur du moyeu de plusieurs
dixièmes de millimètres. Il s’en suit une diminution de la pression exercée par les vis sur le porte-hélice.
L’hélice peut alors battre et cisailler les vis de fixation avec toutes les conséquences imaginables.
Desserrer l’ensemble des vis pour en permettre la rotation à la main puis procéder au serrage en
appliquant, en deux passages, le couple préconisé au paragraphe « montage suivant ou contrôle » en
respectant l’ordre de serrage.
Remarques : un Newton/mètre (N/m) = environ 0,10 Kg/m - 10 N/m correspondent sensiblement à 1 kg/m
Manuel Utilisateur AX3 – 16
Page 31
Carnet de Maintenance
date
heures
Manuel Utilisateur AX3 – 16
détail de l’intervention
Page 32
date
heures
Manuel Utilisateur AX3 – 16
détail de l’intervention
Page 33
date
heures
Manuel Utilisateur AX3 – 16
détail de l’intervention
Page 34
date
heures
Manuel Utilisateur AX3 – 16
détail de l’intervention
Page 35
date
heures
Manuel Utilisateur AX3 – 16
détail de l’intervention
Page 36
date
heures
Manuel Utilisateur AX3 – 16
détail de l’intervention
Page 37
date
heures
Manuel Utilisateur AX3 – 16
détail de l’intervention
Page 38
date
heures
Manuel Utilisateur AX3 – 16
détail de l’intervention
Page 39
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising