Modèle de Manuel d`autosurveillance

Modèle de Manuel d`autosurveillance
Modèle de
Manuel d’autosurveillance
Pour les ouvrages de collecte
Arrêté du 22 Juin 2007
Système de collecte de l’agglomération de ..............
N° SANDRE de l’agglomération : BB-XXXXX-INSEE (Insee de la commune principale au
sein de l'agglomération)
N° SANDRE du système de collecte : BB-INSEE-RXXXX (Insee de la commune où est
localisé le réseau decollecte)
BB : désigne le code de l’agence de l’eau
Date de démarrage de l’autosurveillance : (mois et année)
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 2/57
SOMMAIRE
Pages
PREAMBULE………..........................................................................................................
4
REVISION DU MANUEL ……………………………………….........................................
5
DEMANDE D'AGREMENT DU DISPOSITIF D'AUTOSURVEILLANCE ........................................
6
DESCRIPTION DU SYSTEME D'ASSAINISSEMENT .................................................................
7
- Système de traitement
- Système de collecte
- Raccordement domestique
- Raccordement non domestique
- Apports extérieurs
ACTE ADMINISTRATIF....................................................................................................
15
DISPOSITIF D’AUTOSURVEILLANCE.............................................................
16
- Généralités
- Fiche descriptive par point de mesure équipé
- Listes des points non équipés
ORGANISATION DE L’AUTOSURVEILLANCE..........................................................................
18
- Méthode d’exploitation
- Synthèse des échanges au format sandre
- Contrôle du fonctionnement du dispositif d’autosurveillance
- Traitement des non conformités
- Prévention des pannes
- Intervenants extérieurs
- Personnel intervenant dans l’autosurveillance
- Annuaire des services concernés
- Gestion et archivages des documents
GESTION DES DONNEES........................................................................................................
24
- Consignation des données
- Transmission des données
- Synthèse annuelle des résultats
ANNEXES
I – COPIE DE L’ACTE ADMINISTRATIF
31
DISPOSITIF DE MESURES DE L’AUTOSURVEILLANCE
II – LISTE DES APPAREILS DE MESURE UTILISE POUR L’AUTOSURVEILLANCE
33
III – SCHEMA DES CANAUX DE MESURES / COURBE H/Q DE CHAQUE POINT
34
ORGANISATION DE L’AUTOSURVEILLANCE
IV – METHODE D’EXPLOITATION
38
V – CONTROLE DU FONCTIONNEMENT DU DISPOSITIF D’AUTOSURVEILLANCE
41
VI – TRAITEMENT DES NON-CONFORMITES
44
VII – PREVENTION DES PANNES
46
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 3/57
VIII – INTERVENANTS EXTERIEURS
48
IX – ANNUAIRE DES SERVICES CONCERNES
49
GESTION DES DONNEES
X – SYNTHESE ANNUELLE DES RESULTATS
51
PREAMBULE
Hormis le cas des réseaux maillés, à un système de traitement correspond un seul système de
collecte. Le système de collecte concerné par ce manuel correspond à l’ensemble des réseaux
gérés par un même exploitant et raccordés au système de traitement décrit dans ce manuel
(chapitre descrition du système d’assainissement, paragraphe I). Il y aura donc autant de
manuels que de systèmes de collecte. Ce manuel d’autosurveillance concerne le système de
collecte « nom + n° SANDRE » de l’agglomération de « nom + n° SANDRE ».
L’agglomération « nom » comprend également dans son périmètre, le système de traitement
« nom + n° sandre ».
Afin d’assurer une gestion homogène et cohérente des informations et des données
d’autosurveillance, le responsable de l’autosurveillance du système de traitement est chargé de
la coordination des différents documents.
Cette coordination consiste principalement en :
l’identification des interlocuteurs concernés
l’organisation des échanges d’informations nécessaires.
La réalisation du(es) manuel(s) d’autosurveillance du système de traitement est de la
responsabilité du(es) maître(s) d’ouvrage des ouvrages de traitement.
LIENS ET DOCUMENTS UTILES
http://sandre.eaufrance.fr
SANDRE – Office International de l’Eau – 15 Rue Edouard Chamberland
87 065 Limoges Cedex. Tel : 05.55.11.47.90 Fax : 05.55.11.47.48
http://sandre.eaufrance.fr/rubrique.php3?id_rubrique=125
lien pour télécharger logiciel MesureSTEP.
Mesurestep est un logiciel destiné aux exploitants de stations d’épurations qui permet de
saisir, gérer et analyser les données d’autosurveillance.
http://www.eau-loire-bretagne.fr
Agence de l’eau Loire-Bretagne – Avenue de Buffon – BP 6 339 45 063 Orléans Cedex 2. Tel : 02.38.51.73.73 Fax : 02.38.51.74.74
Adresse pour télécharger les manuels d’autosurveillance :
http://www.eau-loire-bretagne.fr/collectivites/guides_et_etudes/assainissement
http://texteau.ecologie.gouv.fr/texteau
Le site texteau vous permet d'avoir un accès direct et permanent aux textes dans le domaine de
l'eau.
http://www.developpement-durable.gouv.fr/ext/assainissement
Recueil de textes sur l’assainissement
http://www.labeau.ecologie.gouv.fr
Gestion des agréments laboratoires
http://www.eaudanslaville.fr
Le site Eaudanslaville est un service de l’Office international de l’Eau d’aide aux
collectivités. Il est destiné aux EPCI, aux maires, aux élus locaux et à leurs services ainsi
qu’aux entreprises délégataires. Il propose des réponses pratiques, techniques, juridiques et
économiques à des questions liées à l’eau potable, l’assainissement collectif et non collectif.
Etude inter agences N° 50
« Guide de l’autosurveillance des systèmes d’assainissement»
Etude inter agences N° 78
« Réseaux d’assainissement et stations d’épuration : échange des données de
l’autosurveillance – SANDRE- »
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page - 5 -/57
REVISION DU MANUEL
Toute modification d’une partie de ce document est à consigner dans le tableau suivant,
chaque modification doit être notifiée aux destinataires du manuel.
Il est souhaitable de mettre à jour ce manuel environ tous les 5 ans, ou notamment en cas de
changement notable d'un caractère d'ordre administratif ou technique (changement
d’exploitant, travaux d’aménagement du réseau, modification des points de mesures…).
Suivi des modifications
chapitre/page
objet de la modification
Notifications
date
destinataires
- service chargé de la police de l’eau…
- agence de l’eau……………………...
- maître d’ouvrage concerné…………..
- coordinateur…………………………
- service chargé de la police de l’eau…
- agence de l’eau……………………...
- maître d’ouvrage concerné…………..
- coordinateur…………………………
date
le
le
le
le
le
le
le
le
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page - 6 -/57
DEMANDE D’AGREMENT DU DISPOSITIF D’AUTOSURVEILLANCE
I : Engagement de l’exploitant
Je soussigné :
(nom, prénom, fonction)
m’engage à mettre en application et faire respecter les dispositions d’autosurveillance décrites
dans le présent manuel et répondant à la réglementation en vigueur.
Pour ce faire, j’affirme que les moyens humains et matériels nécessaires seront mis en oeuvre et
que le présent engagement sera porté à la connaissance de l’ensemble du personnel.
Enfin dans un souci de progrès, toutes les actions correctrices éventuelles seront mises en oeuvre
et il sera tiré profit de tout enseignement conduisant à l’amélioration des performances des
installations.
à
, le
(signature)
II : Visa du Maître d’ouvrage
à
, le
(signature)
III : Avis de l’organisme chargé de l’assistance technique.
Transmis au Service de Police de l’Eau et à l'agence de l'eau avec avis favorable
à
, le
(signature)
IV : Avis de l’agence de l’eau.
Transmis au Service de Police de l’Eau avec avis favorable
à
, le
(signature)
Validation de la Police de l'Eau
à, ............................., le ...............................
(signature)
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page - 7 -/57
DESCRIPTION DU SYSTEME D’ASSAINISSEMENT
Le système d’assainissement est composé d’un système de traitement et d’un système de
collecte, les deux systèmes sont décrits dans les paragraphes suivants
I) SYSTEME DE TRAITEMENT
Descriptif de l’ouvrage assurant le traitement des effluents du système de collecte.
Caractéristiques générales et nominales :
N° Sandre du système de traitement : 04-INSEE-SXXXX
Maître d’ouvrage :
Exploitant (si différent du maître d’ouvrage) :
Type d’ouvrage : (lagune, boues activées…)
Localisation : « lieu dit »
Capacités :
Organique
DBO5 kg/jour
Hydraulique
m3/jour
Equivalent
habitant
Temps sec
Temps pluie
Date de mise en service à ces capacités :
Cet ouvrage en remplace-t-il un autre si oui lequel et date de mise hors service de
l’ancien ouvrage
Nom et caractéristique du milieu récepteur :
Nom de la masse d’eau réceptrice :
Coordonnées du point de rejet du système de traitement (Lambert 93) :
Coordonnées du système de traitement (Lambert 93) :
Coordonnées du déversoir en tête A2 (Lambert 93) :
Le décret n°2006-272 du 3 mars 2006, demande à tous les services publics d’utiliser le système de référence
géographique français (RGF93), projection « Lambert 93 » pour la diffusion des données.
Débit de référence et précipitation inhabituelle (cf guide de définition BDRU)
Le débit de référence est fixé dans l’arrêté d’autorisation de la station d’épuration. A défaut,
ces données devront être inscrites dans le manuel d’autosurveillance rédigé par l’exploitant et
validé par le service de police de l’eau et l’agence de l’eau.
Dans le cas où aucun document ne ferait mention de débit de référence, les services de police
de l’eau devront définir les valeurs en accord avec la collectivité responsable du système de
traitement.
* Evaluer le débit de référence mentionné dans le document d’incidence, défini comme le
débit au-delà duquel les objectifs de traitement minimum définis aux articles 14 et 15 de
l’arrêté du 22 Juin 2007 ne peuvent être garantis et qui conduit à des rejets dans le milieu
récepteur au niveau des déversoirs d’orage ou by-pass.
* Définir la précipitation inhabituelle (hauteur d’eau et intensité) occasionnant un débit
supérieur au débit de référence.
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page - 8 -/57
SCHEMA DE LA STATION
Fournir un synoptique des circuits eaux et boues et du milieux
naturels présentant :
•
•
•
•
•
•
•
tous les points logiques et réglementaires SANDRE qu’ils soient équipés ou non
les points de mesures et de prélèvements
les points d’injection des apports extérieurs (matière de vidange, lixiviat, etc)
le circuit des retours en tête
la localisation du/des bassin(s) d’orage, et des ces circuits hydrauliques
(alimentation, surverse et restitution)
le déversoir en tête et le by pass
le point de rejet et le nom du milieu récepteur
Etude inter agences N° 78
« réseaux d’assainissement et stations d’épuration : échange des données de
l’autosurveillance »
http://sandre.eaufrance.fr/
SANDRE – Office International de l’Eau – 15 Rue Edouard Chamberland
87 065 Limoges Cedex. Tel : 05.55.11.47.90 Fax : 05.55.11.47.48
Rappel : le point déversoir en tête A2 et le by pass A5 sont des points d’autosurveillance
du système de traitement et non du système de collecte. Ils sont soumis au même règle
que les autres points de l’ouvrage de traitement (cf article 19 II de l’arrêté du 22 juin
2007). Ces points doivent donc être équipés pour enregistrer en continu les mesures de
débit.
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page - 9 -/57
II) SYSTEME DE COLLECTE
Ces données sont à fournir par l’exploitant du système de collecte
Numéro SANDRE du système de collecte : 04-INSEE-RXXXX
Maître d’ouvrage du système de collecte ou du réseau principal: ......................................
Exploitant (si différent du maître d’ouvrage) : ...................................................................
Nature du système de collecte :
* linéaire du réseau de collecte unitaire :.......................................ml
* linéaire du réseau de collecte des eaux usées : ...........................ml
* linéaire du réseau de collecte des eaux pluviales :......................ml
Schéma directeur d’assainissement / étude diagnostic/ périmètre d’agglomération / zonage :
* Année du dernier schéma directeur :
* Année de la dernière étude diagnostic :
=>Fournir les conclusions de l’étude diagnostic (quantification des eaux parasites,
fréquence des déversements, hiérachisation des points de déversements, mauvais
branchements…).
=>Récapituler dans le tableau ci-dessous l’échéancier des travaux préconisés dans l’étude
diagnostic
Nature des travaux
à réaliser
année de
réalisation prévue
durée des travaux
Niveau
1
d’avancement
Précisions
(si travaux repoussés ou
annulés)
(1) Niveau d’avancement : réalisés, en cours, repoussés, annulés
* le zonage Eaux usées (définition des zones relevant de l’assainissement collectif ou
non collectif) a-t-il été réalisé ? : oui / non
si oui : à quelle date ………………..
nb : ce zonage est obligatoire
* le zonage Eaux Pluviales (délimitation des zones pour lutter contre le ruissellement et
la pollution induite) a-t-il été réalisé ? : oui / non
nb : ce zonage est obligatoire
* les conclusions du zonage Eaux pluviales ont-elles été intégrées dans le P.L.U ? :
oui / non
date du P.L.U. :
* le périmètre d’agglomération a-t-il été délimité ? : oui / non
si oui : à quelle date ……………….. référence de l’arrêté préfectoral:
nb : la définition du périmètre d’agglomération est facultative
* existe-t-il un objectif de réduction des flux polluants de l’agglomération ? : oui / non
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page - 10 -/57
si oui : à quelle date ……………….. référence de l’arrêté préfectoral:
nb :l’ objectif de réduction des flux est facultatif
Surface active
En se basant sur les éléments de l’étude diagnostic, donner la surface active du système de
collecte (réseaux eaux usées + réseaux unitaires) et l’année ou elle a été calculée.
Renseignements sur les anomalies constatées régulièrement sur le réseau d’assainissement
(débordements, mises en charge chronique du réseau d’assainissement, déversement de temps
sec ou fréquents, présence de rejets non conformes...).
Faire une description en quelques lignes des principaux désordres touchant le système de
collecte.
Liste des ouvrages particuliers
Remplir le tableau ci-dessous en dénombrant l’ensemble des ouvrages particuliers du système
de collecte.
Nombre d’ouvrages particuliers
Réseaux séparatifs
Réseau unitaire
Eaux usées
Eaux pluviales
Type d’ouvrage
Total
Déversoir d’orage ou
point de déversement (hors trop
plein des postes)
Poste de refoulement
Trop plein
refoulement
de
poste
de
Chambre à sable
Chasse d’eau
Siphon
Autre
(préciser
d’ouvrage)
le
type
Listes des emplacements caractéristiques
Dresser la liste des « emplacements caractéristiques » du réseau tel que défini dans l’article 8
de l’arrêté du 22 juin 2007.
Les mesures doivent être réalisées aux « emplacements caractéristiques » (article 8). Doivent
être considérés comme « emplacements caractéristiques » :
- les postes de relèvement desservant un bassin produisant plus de 600 kg/j de
DBO5
- les principaux déversoirs d’orage. Le déversoir d’orage situé en tête de station
bien qu’intégré pour le format Sandre au « système de traitement », est un des
emplacements caractéristique au sens de l’article 8.
La collectivité, avec l’appui de l’exploitant, définira les emplacements caractéristiques du
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page - 11 -/57
réseau et s’il n’est pas possible de réaliser de mesures temporaires sur certains de ces points,
des aménagements seront à réaliser pour y parvenir. Lors de la réalisation de nouveaux
tronçons ou de travaux de réhabilitation, l’utilité d’intégrer un dispositif de mesure devra être
étudiée.
L’appareillage technique à prévoir consiste en l’installation de capteurs ponctuels dans des
regards ménagés aux points caractéristiques du réseau.
Liste des bassins
Compléter le tableau ci-dessous pour chaque bassin ayant une fonction en rapport avec un
réseau de collecte (quelque soit la nature de ce réseau)
Dénomination Réseau (1) Type de bassin (2)
du bassin
Volume de
stockage (m3)
Télésurveillance Télégestion
oui
non
oui
non
oui
non
oui
non
oui
non
oui
non
oui
non
oui
non
(1) indiquer la nature du réseau qui alimente le bassin : unitaire, pluvial strict ou usé strict.
(2) indiquer le type de bassin : stockage restitution, bassin de régulation, bassin de retenue, bassin d’orage, bassin de
stockage, bassin-tampon, bassin de dépollution...
Liste des points de déversement
Indiquer dans le tableau ci dessous pour chaque point de déversements :
* si le point de déversement est soumis à déclaration ou à autorisation
* le flux de pollution de temps sec destiné à être collecté par le tronçon où est situé le
point de déversement :
- si inférieur à 120 kg par jour de DBO5 => noter 0
- si entre 120 et 600 kg par jour de DBO5 => noter 1
- si supérieur à 600 kg par jour de DBO5 => noter 2
* le niveau d’équipement des points de déversement :
- si aucun équipement, ni suivi => noter 0
- si le point de mesure installé permet d’estimer à partir de mesures simplifiées les
périodes de déversement et les débits rejetés => noter 1
- si le point de mesure installé permet de mesurer en continu les débits et d’estimer la
charge polluante déversée par temps de pluie => noter 2
- si le déversoir d’orage n’est pas équipé mais fait partie d’une modélisation => noter 3.
* la présence de déversements de temps sec
* le nombre de déversements autorisés (uniquement s’il a des prescriptions du Service
de police de l’eau)
* Pour les points concernés préciser l’impact des rejets sur le milieu naturel.
Manuel d’autosurveillance
Type de
point
Nom du
point
(D.O.-surverse
trop plein…)
Agglomération de
Flux de
Autorisation pollution (DBO)
collectée par le
/
tronçon
Déclaration
(0, 1 ou 2)
niveau
d’équipement
(0, 1, 2 ou 3)
Page - 12 -/57
Nombre de
Déversement
déversement
de temps sec
autorisé
(oui / non)
Coordonnée
(x,y)
Lambert 93
Pourcentage
des rejets du
système de
collecte *
* Sur la base d’une étude diagnostic ou d’une étude spécifique pour la mise en œuvre de
l’autosurveillance, indiquer la part (en %) des déversements de chaque point par rapport au
rejets totaux du système de collecte. Cette information permet de hiérachiser les points de
déversement pour si besoin mettre en place une autosurveillance sélective.
Rappel de l’article 18 de l’arrêté du 22 juin 2007 : « Le prefet peut remplacer les
prescriptions de l’alinéa précédent par le suivi des déversoirs d’orage représentant plus de
70% des rejets du système de collecte »
Eaux pluviales collectées
Evaluer les volumes et la charge de pollution dus aux eaux pluviales collectées.
Plan du réseau
Sur une carte au 1/ 25 000 qui sera en annexe, indiquer :
* la délimitation du bassin de collecte (zone desservie par le réseau)
* la position et identifiant des déversoirs d’orage ou trop plein de poste
* la station d’épuration
* le tracé et la description du cheminement des effluents depuis le point de déversement
vers le référentiel hydrographique.
* la délimitation de la zone de collecte sous forme de polygone géoréférencé;
III) RACCORDEMENT DOMESTIQUE
* Dresser la liste des communes raccordées, en totalité ou partiellement, au système de
collecte concerné par ce manuel. Si une commune est desservie par plusieurs systèmes de
collecte précisez la part de la population (en %) raccordée sur le système de ce manuel.
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
NOM de la commune avec son
matricule INSEE
Population
totale
Page - 13 -/57
Nombre de
branchements
total
Pourcentage de
la population
raccordée par
commune
* Evaluer le volume et la charge de la pollution domestique à traiter compte tenu notamment
du nombre et des caractéristiques d’occupation des immeubles raccordables, ainsi que de
l’importance des populations permanentes et saisonnières et de leurs perspectives
d’évolution.
IV) RACCORDEMENT NON DOMESTIQUE
Evaluer le volume et la charge de pollution non domestique des établissements raccordés
au réseau qui rejettent des eaux usées autres que domestiques ou assimilées domestiques.
Dresser la liste des industriels et des autres établissements raccordés en précisant pour
chacun (cf tableau page suivante) :
• si des activités susceptibles de rejeter des substances toxiques ou des métaux
(cas des traitements de surfaces) sont effectivement raccordées
• la modalité de raccordement définie avec la collectivité
• s’il réalise une autosurveillance de ses rejets
• la charge et le volume autorisés
Cette liste doit être tenue à jour. Les autorisations de rejet et le cas échéant les
conventions de déversement sont disponibles auprès du maître d’ouvrage pour les
services de Police de l’Eau et l’Agence de l’Eau.
V) APPORTS EXTERIEURS TRAITES
Tous les apport ne provenant pas du système d’assainissement concerné par ce manuel sont considérés comme
des apports extérieur. Il s’agit par exemple des matières de vidanges des dispositifs d’assainissement non
collectif (fosse septique), des graisses ou sables en provenance d’une autre station d’épuration, des lixiviats de
décharge…
Evaluer annuellement le volume et la charge de pollution de chaque apport extérieur destiné à
être traité par le système de traitement décrit dans ce manuel (matières de vidanges, sables,
lixiviats, graisses extérieures…). Ces données sont à intégrer dans le rapport annuel.
VI) SOUS PRODUITS ISSUS DU SYSTEME D’ASSAINISSEMENT
A l’inverse tous les apports provenant du système d’assainissement concerné par ce manuel sont considérés
comme des sous produits, il s’agit par exemple des sables ou des graisses produites par l’ouvrage de traitement
ou des produits de curages du système de collecte décrit dans ce manuel.
Evaluer annuellement le volume et la charge de pollution des sous produits issus du système
d’assainissement ainsi que leur destination (sables, graisses, produits de curages). Ces
données sont à intégrer dans le rapport annuel.
Liste des pollutions non domestiques (les effluents domestiques ou assimilés domestique ne sont pas concernés).
Nom de l industriel / établissement
rejet de substances
toxiques ou de métaux
Modalité de raccordement (1) Charges et volumes
autorisés
Autosurveillance
des rejets
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
oui
non
néant auto. conv.
oui
non
(1) aucune autorisation cocher « néant »
Autorisation de rejet cocher « auto »
Convention de déversement cocher « conv »
Type
d’autosurveillance
ACTE ADMINISTRATIF
Compléter s’il y a des prescriptions particulières du Service de Police de l’Eau,
par exemple :
- autosurveillance sur le milieu récepteur
- critère de conformité autres que ceux de l’arrêté national (tableau
synthétique des obligations à respecter par l’exploitant)
=> Dans tous les cas fournir une copie de l’Acte administratif en annexe.
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 16/57
DISPOSITIF D’AUTOSURVEILLANCE
L’objectif de ce chapitre est de reprendre la liste de tous les points SANDRE existant du système de
collecte présenté sur le synoptique mais de ne décrire précisément que les points de mesures
équipés et soumis à l’autosurveillance.
Les points non équipés seront simplement listés avec pour chaque le rappel des obligations
réglementaires.
NB : le point déversoir en tête A2 et le by pass A5 sont des points d’autosurveillance du système de
traitement et non du système de collecte. Ces points ne sont donc pas concernés par ce manuel,
toutefois les données d’autosurveillance qu’ils fournissent sont à intégrer dans le rapport annuel du
fonctionnement du système de collecte.
I GENERALITES
Exploitant de l’autosurveillance :
Date de réception des points de mesures :
Nombre et fonction des points de mesure installés :
Exemple : 4 points de mesures dont 1 pluviomètre et 3 points de suivi de Déversoir d’orage
Liste des appareils de mesure utilisés pour l’autosurveillance
=> Compléter le tableau présenté en annexe
Synoptique
Fournir un synoptique présentant les principaux réseaux de collecte, les points de mesures avec leur
code sandre, l’emplacement de la station d’épuration.
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 17/57
II FICHE DESCRIPTIVE PAR POINT DE MESURE EQUIPE
ATTENTION : Une fiche descriptive accompagné d’un schéma doit être remplie pour chaque
point de mesure de l’autosurveillance.
Désignation du point : localisation SANDRE (A1) et libellé du point de mesure.
Géolocalisation
Donner les coordonnées x, y du point de mesure
en lambert 93
Nature de la mesure
détection de surverses, mesure des débits déversés,
Matériel et type de mesure
Canal (marque, type…)
Débitmètre : (marque, type…)
Sonde : (marque, type)
Informations à relever
Temps de déversement, Débit, hauteur, vitesse…
Direct : à préciser
Méthode de détermination du débit * Indirect : à préciser
Q=
Calcul du débit *
Calcul des charges (uniquement pour les
ouvrages > 600 kg DBO5 ou les déversoirs soumis Charge =
à autorisation).
Mode et fréquence de relève des
données
données rapatriées par télétransmission toutes les … heures
ou données relevées manuellement tous les x jours
ou ….
* cf annexe « courbe du point de mesure et/ou tableau H/Q »
Mettre en annexe un schéma simplifié du site de mesure (ou copie d’écran du superviseur)
présentant l’emplacement des différents appareils installés et les caractéristiques du réseau au
niveau du point de mesures (diamètre, sens d’écoulement...).
III LISTES DES POINTS NON EQUIPES
Lister tous les points existants du système de collecte qui ne sont pas équipés et rappeler pour
chacun à quelle exigence réglementaire il est soumis ainsi que le programme de mise en conformité.
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 18/57
ORGANISATION DE L’AUTOSURVEILLANCE
I- METHODE D’EXPLOITATION
Remplir le questionnaire figurant à l’annexe IV.
II – SYNTHESE DES ECHANGES AU FORMAT SANDRE
Dresser un tableau récapitulatif des points réglementaires en démarquant ceux devant être
transmis au format SANDRE, la liste des points à échanger doit être établi suite aux demandes
exprimées par la police de l’eau et l’agence de l’eau.
Libellé
Transmission
Désignation
débit
Volume
Temps de
débordement
pluvio
DBO5
DCO
MES
NK
NH4
Pt
1552
1098
1782
1553
1313
1314
1305
1319
1335
1350
m3/j
m3
Sec.
mm
mg/l
mg/l
mg/l
mg/l
mg/l
mg/
l
Code
Localisation
PMO
SANDRE
DO Jaurès
DO1
A1
oui
X
X
Poste Leclerc
Surv1
A1
oui
X
X
DO Foch
DO2
A1
oui
R1
non
DO Buffon
X
X
NB : Le libellé, le code PMO et la localisation SANDRE des points à transmettre au
format SANDRE ne doivent jamais être modifiés d’une année sur l’autre et même en
cas de changement d’exploitant, sans accord préalable des différentes parties.
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 19/57
III - CONTROLE DU FONCTIONNEMENT DU DISPOSITIF
D’AUTOSURVEILLANCE
Préambule : La mise en place initiale du dispositif de mesure est une étape fondamentale qui
conditionne la réussite de l'autosurveillance d'un système d'assainissement.
Sa validation par la collectivité, lors de sa mise en place consiste, à vérifier si le dispositif projeté
correspond bien aux exigences réglementaires. Cette opération se déroule normalement en trois
étapes:
- Expertise et approbation d'un projet ;
- Vérification de l'installation correcte du dispositif prévu ;
- Vérification de la fiabilité des mesures effectuées suivant la méthodologie précitée De plus,
de nombreuses précisions techniques concernant l'équipement en moyens de mesure des
stations d'épuration figurent dans le document inter-agences n° 50 « guide de
l'autosurveillance ».
L’article 17.III de l’arrêté du 22 juin 2007 précise que « la commune procède annuellement au
contrôle du fonctionnement du dispositif d’autosurveillance ».
L’expression «dispositif d’autosurveillance » signifie à minima, d’une part l’appareillage mis en
place pour la mesure des débits et pour le prélèvement des échantillons, et d’autre part les
procédures et les résultats des analyses réalisées par l’exploitant ou pour son compte.
La fiabilité du contrôle pourra par ailleurs être attestée par comparaison de ses résultats avec ceux
réalisés dans le cadre de contrôles inopinés effectués par un bureau d’étude mandaté par les services
de police des eaux.
Un rapport du maître d’ouvrage est émis annuellement, les contrôles étant répétés durant l’année.
Ce rapport ainsi que les résultats des contrôles sont intégrés au bilan annuel.
Pour être représentatifs du fonctionnement annuel, les résultats des contrôles unitaires, sont
exploités à partir des moyennes obtenues par paramètre sur l’année complète.
Les contrôles de fonctionnement des matériels et des analyses sont effectués en respectant les
normes et les règles de l’art en vigueur (annexe).
•
Contrôle du fonctionnement des débitmètres :
Ce contrôle est effectué par point de mesure, il comprend :
- les contrôles initiaux effectués lors de la mise en place du point de mesure au cours desquels
l’application des normes et règles de l’art sont vérifiées ;
- des contrôles de routine effectués régulièrement afin de vérifier le bon fonctionnement de la
chaîne de mesures des débits.
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 20/57
IV – TRAITEMENT DES NON-CONFORMITES
Décrire les mesures prises lorsqu’une non-conformité concernant l’autosurveillance a été repérée.
Il y a non-conformité :
- lorsque le résultat d'une mesure n'est pas conforme aux données et prescriptions figurant
dans l’arrêté préfectoral d’autorisation,
- lorsqu’il y a non respect des dispositions organisationnelles de l’autosurveillance
Dans le cas d’une non-conformité avérée, les responsabilités et les dispositions prévues sont les
suivantes :
En cas de panne:
- Ecart constaté par..........
- Communication aux autorités par ............
- Mode de communication : fiche de non-conformité envoyée par fax
- Délai de communication : immédiat
- Donner une date prévisionnelle de remise en service des installations concernées
En cas de problème de Mesure de débit :
- Ecart constaté par...............
- Procéder à un réétalonnage
- Si le problème persiste contacter le S.A.V. du fournisseur
Dans tous les cas, la découverte d’une non conformité du système est à l’origine d’une action
immédiate afin de la traiter et de remettre en état de conformité le système si cela est possible.
Pour cela, une "fiche d’actions correctives et préventives" (cf annexe) est remplie par la personne
constatant l’écart. Après l’émission de cette fiche, chaque non-conformité est analysée afin de
trouver les origines possibles et de mettre en place un planning d’actions correctives et préventives.
Le responsable exploitation est responsable du suivi, de la mise en place et de l’efficacité de ces
actions. En particulier, la "fiche d’actions correctives et préventives" permet d’effectuer le suivi.
V - PREVENTION DES PANNES
Dresser la liste des points de contrôle des équipements soumis à une inspection périodique de
prévention des pannes.
Les instruments de mesures doivent faire l’objet de contrôles métrologiques. Préciser pour chaque
matériel les fréquences et les méthodes d’entretien.
L’exploitant enregistre sur des fiches de vie l’ensemble des opérations de maintenance et de
contrôle métrologique réalisées sur les équipements d’autosurveillance.
L’ensemble de ces fiches de vie des équipements d’autosurveillance sont mise à disposition des
autorités de contrôle.
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 21/57
VI – INTERVENANTS EXTERIEURS
Est considéré comme organisme extérieur toute entité choisie par l’exploitant qui participe même
ponctuellement à l’autosurveillance avec des moyens matériels ou humains.
L’objectif est d’identifier et de maîtriser les sous-traitants essentiels pour l’activité et de s’assurer de
la qualité de leurs prestations.
Ainsi, le manuel doit préciser toutes les tâches relatives à l’autosurveillance confiées à un organisme
extérieur (exemple : maintenance et étalonnage du matériel de mesure, réalisation d’une analyse…)
Pour chacun il faut préciser :
ses coordonnées
la façon dont il est suivi
les dispositions prévues par l’exploitant si l’organisme extérieur de donne pas
satisfaction
La liste des intervenants extérieurs est fournie en annexe
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 22/57
VII – PERSONNEL INTERVENANT DANS L’AUTOSURVEILLANCE
Décrire, avec l’aide du tableau ci après, les qualifications des personnes associées au dispositif
d’autosurveillance. La notion de qualification doit éviter que certaines tâches soient exécutées par
des personnes n’ayant pas la compétence requise.
Nom
Fonction
Qualification
Action
M. W
Responsable du contrôle du
fonctionnement du
dispositif
d’autosurveillance
Contrôle les débimètres, les
préleveurs et les méthodes d’analyses
M. X
Responsable exploitation
Valide et envoie les données
M. Y
Responsable du suivi des
conventions passées avec
les industriels
M. Z
Responsable
instrumentation
Réalise les vérifications et procède
aux réglages, maintenance des points
de mesures, relevé des débits ....
M. …
Permanence ou astreinte…
…
Préciser aussi qui remplace chaque intervenant en cas d’absence
VIII – ANNUAIRE DES SERVICES CONCERNES
Remplir le tableau fourni en annexe
IX GESTION ET ARCHIVAGE DES DOCUMENTS
Documents externes
Arrêtés nationaux
Arrêté préfectoral ou récipissé
de déclaration de la station
d’épuration
Courriers au Service de Police
de l'eau et à l'agence
Notices de maintenance des
matériels
- débitmètres
Manuel d’utilisation, licence
des logiciels d’exploitation
Convention de raccordement
PV de réception
Dernier diagnostic reséaux
Plans
Règlement d’assainissement
Date du
document
Mise à jour
Diffusion
Lieu d’archivage
GESTION DES DONNEES
Les système de collecte et les systèmes de traitement d’une agglomération devant être exploités comme
des ensembles techniques cohérents, les données issues de l’autosurveillance des stations d’épuration
et notamment les points d’entrée, de déversement et de by-pass peuvent également être utilisées pour
analyser le fonctionnement du système de collecte.
Ce chapitre concerne la gestion des données des points de mesures d’autosurveillance mais il traite
également de la valorisation de toutes les autres informations relatives à la surveillance des systèmes
d’assainissement collecte (temps de marche des pompes, télésurveillance, autosurveillance du point
entrée station, etc).
I - CONSIGNATION DES DONNEES
L’ensemble des résultats liés à l’autosurveillance est consigné dans le registre d’exploitation. Ce registre est
tenu à disposition des autorités de contrôle. Les résultats bruts peuvent être critiqués par l’exploitant pour
repérer des valeurs aberrantes, il doit alors les signaler et décrire la mise en place d’actions correctives.
Si l’exploitant constate la présence des données aberrantes, ce dernier peut les corriger, cependant toute
correction doit obligatoirement faire l’objet d’un commentaire donnant la valeur non corrigée et le motif.
L’ensemble des commentaires seront transmis en respectant la trame « OPE » SANDRE avec l’ensemble des
données.
1-Données d’autosurveillance
Décrire le cheminement des données provenant des appareils de mesure formant le dispositif
d’autosurveillance depuis leur source jusqu’à la réalisation du rapport annuel.
Préciser à chaque étape clef, les actions et intervenants (stratégie d’acquisition, mode de relève
« télétransmission ou manuel », validation, exploitation des données, sauvegarde).
Exemple mesure de débit et de pluviométrie
Temps réel
acquisition
Capteurs
Temps différé
Importation
Validation
Analyses / Calculs
Éditions rapport
Télétransmission
Mesures
PC d’acquisition
Maître d’ouvrage, Police Eaux…
Agence de l’eau
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 25/57
2- Autres données ou informations
Expliquer comment sont consignées et utilisées toute les mesures ou informations en relation avec la
surveillance du réseau de collecte :
- télésurveillance
- visites de terrain
- contrôle de conformité des branchements
- opération de curage
- inspection télévisée
- extension ou réhabilitation de réseaux
- construction de nouveaux ouvrages
- etc…
II – TRANSMISSION DES DONNEES (arrêté du 22 juin 2007)
1- Transmissions préalables
article 4 - « Opérations d’entretien et de maintenance des systèmes de collecte et des stations d’épuration
des agglomérations produisant une charge brute de pollution organique supérieure à 12 kg/j de DBO5 »
L’exploitant informe le service chargé de la police de l’eau au minimum un mois à l’avance des périodes
d’entretien et de réparations prévisibles des installations et de la nature des opérations susceptibles d’avoir
un impact sur la qualité des eaux réceptrices et l’environnement. Il précise les caractéristiques des
déversements (débit, charge) pendant cette période et les mesures prises pour en réduire l’importance et
l’impact sur les eaux réceptrices.
Le service chargé de la police de l’eau peut, si nécessaire, dans les 15 jours ouvrés suivant la réception de
l’information, prescrire des mesures visant à en réduire les effets ou demander le report de ces opérations si
ces effets sont jugés excessifs.
2- Transmissions immédiates et mensuelles
article 17 – « Dispositions générales relatives à l’organisation de la surveillance »
..
.
V. - Transmission des résultats d’autosurveillance des systèmes de collecte et des stations d’épuration »
Les résultats des mesures prévues par le présent arrêté et réalisées durant le mois N, sont transmis dans le
courant du mois N + 1 au service chargé de la police de l’eau et à l’agence de l’eau concernés.
Au plus tard le 1er janvier 2008, la transmission régulière des données d’autosurveillance est effectuée dans
le cadre du format informatique relatif aux échanges des données d’autosurveillance des systèmes
d’assainissement du service d’administration nationale des données et référentiels sur l’eau (SANDRE),
excepté en ce qui concerne les informations non spécifiées à la date de publication du présent arrêté ou
lorsque le maître d’ouvrage démontre qu’en raison de difficultés techniques ou humaines particulières,
l’échange au format SANDRE est impossible.
Ces transmissions doivent comporter :
- les résultats observés durant la période considérée concernant l’ensemble des paramètres caractérisant les
eaux usées et le rejet y compris ceux fixés par le préfet ;
- les dates de prélèvements et de mesures ;
- pour les boues, la quantité de matière sèche, hors et avec emploi de réactifs, ainsi que leur destination ;
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 26/57
- la quantité annuelle de sous-produits de curage et de décantation du réseau de collecte (matières sèches) et
de ceux produits par la station d’épuration (graisse, sable, refus de dégrillage), ainsi que leur destination ;
- les résultats des mesures reçues par les communes en application de l’avant-dernier alinéa de l’article 6.
VI. - Cas de dépassement des seuils fixés :
En cas de dépassement des valeurs limites fixées par le présent arrêté ou par le préfet et lors des
circonstances exceptionnelles mentionnées à l’article 15, la transmission au service chargé de la police des
eaux est immédiate et accompagnée de commentaires sur les causes des dépassements constatés ainsi que sur
les actions correctives mises en oeuvre ou envisagées.
3- Transmissions annuelles
VII. - Vérification annuelle de la conformité des performances du système de collecte et de la station
d’épuration :
L’exploitant rédige en début d’année N + 1 le bilan annuel des contrôles de fonctionnement du système
d’assainissement effectués l’année N, qu’il transmet au service chargé de la police de l’eau et à l’agence de
l’eau concernée avant le 1er mars de l’année N + 1.
L’Agence de l’Eau procède à l’expertise technique de toutes les données transmises durant l’année N.
La conformité des performances du système de collecte et de la station d’épuration avec les dispositions du
présent arrêté et avec les prescriptions fixées par le préfet est établie par le service chargé de la police des
eaux avant le 1er mai de l’année N + 1, à partir des résultats de l’autosurveillance expertisés, des procèsverbaux prévus à l’article 7 du présent arrêté, des résultats des contrôles inopinés réalisés par ce service et en
fonction de l’incidence des rejets sur les eaux réceptrices.
Le service chargé de la police de l’eau informe les collectivités compétentes, l’exploitant et l’agence de
l’eau, chaque année avant le 1er mai, de la situation de conformité ou de non-conformité du système de
collecte et des stations d’épuration qui les concernent.
Le bilan de fonctionnement et de conformité des stations d’épuration dont la capacité de traitement est
inférieure à 30 kg/j de DBO5 est établi tous les deux ans.
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 27/57
4- Modalités de transmission des résultats d’autosurveillance– Tableau de synthèse -
DESTINATAIRES
FREQUENCE
DATE
FORMAT
Police de l’Eau
Mensuel
SANDRE
Agence de l’Eau
Mensuel
SANDRE
Service
d’asssistance
technique (le cas
échéant)
A déterminer
avec le Service
d’assistance
(mensuel ou
trimestriel)
SANDRE
Maître d’ouvrage
ADRESSE
Service Evaluation de
l’assainissement
Avenue de Buffon
B.P. 6339
45 063 Orléans Cedex 02
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 28/57
III - SYNTHESE ANNUELLE DES RESULTATS
L’article 17 VII prévoit que l’exploitant rédige un bilan annuel des contrôles de fonctionnement du système
d’assainissement. Ce bilan annuel doit notamment présenter, sous forme de tableaux récapitulatifs, les
performances des ouvrages d'épuration et le bilan des flux de polluants traités et rejetés, tant par le système
de traitement que le système de collecte.
Les tableaux de synthèse de mesure proposés au point 4 ci-dessous ont été extraits de la circulaire du 6
novembre 2000 « Autosurveillance des systèmes d’assainissement de plus de 2.000 EH ». D’autres
tableaux similaires peuvent tout aussi bien être utilisés pour la synthèse annuelle et notamment ceux
édités par l’application MESURESTEP.
Le Logiciel Mesurestep a été établi à l’intention des exploitants pour leur permettre la saisie des données de
l’autosurveillance dans un cadre qui garantisse la conformité réglementaire externe de leurs déclarations.
Il est disponible sur le site http://sandre.eaufrance.fr et peut être téléchargé gratuitement.
L’utilisation de ce logiciel est d’autant plus vivement recommandée qu’il facilite grandement la vérification
des données transmises et concourt à la prévention des erreurs d’appréciation.
1- Informations générales
Fournir les données de nature administrative concernant le réseau ; en cas de pluralité des maîtres d’ouvrage,
il est souhaitable qu’un seul bilan soit établi pour l’ensemble.
L’agglomération dont le nom est demandé correspond à celle délimitée par arrêté par le service de police de
l’eau.
Les « destinataires » sont les services auxquels le bilan doit être adressé ; ils sont indiqués pour mémoire
pour l’exploitant.
2- Bilan des contrôles
Donner les résultats du contrôle annuel du fonctionnement du dispositif d’autosurveillance ayant pour but de
vérifier la fiabilité de l’appareillage et les procédures d’analyses.
Dresser le bilan et des non conformités constatées dans l’année.
3- Sous produits du système d’assainissement
Indiquer la quantité et la destination de chaque sous produit provenant du réseau (refus de grille, sables,
graisses, résidus de curage etc).
Indiquer la quantité et la destination de chaque apports extérieurs traités par la station d’épuration (matières
de vidanges, graisses, lixiviats…)
4- Tableaux de synthèse des mesures
Tableaux C2: Bilan annuel des débits et/ou charges moyens rejetés par le système de collecte
Le premier tableau C2a permet d’apprécier le bilan des volumes et charges rejetés soit par l’ensemble des
déversoirs d’orage situés sur des tronçons de réseau véhiculant plus de 10.000 EH par jour, soit par ceux de
ces déversoirs compris dans les déversoirs représentant au moins 70 % des rejets, pour lesquels l’arrêté du 22
juin 2007 demande une mesure en continu du débit ainsi qu’une estimation de la charge polluante (MES,
DCO) déversée par temps de pluie.
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 29/57
Le second tableau C2b permet d’apprécier le bilan des volumes rejetés soit par l’ensemble des déversoirs
d’orage situés sur des tronçons de réseau véhiculant de 2.000 à 10.000 EH par jour, soit par ceux de ces
déversoirs compris dans les déversoirs représentant au moins 70 % des rejets, pour lesquels l’arrêté du 22
juin 2007 demande une estimation des périodes de déversement et des débits rejetés.
Afin de conserver à ces tableaux leur vocation synthétique, si le système de collecte concerné comporte plus
de trois déversoirs de ce type, seuls les trois principaux font l’objet d’un bilan détaillé, les autres étant
totalisés dans la quatrième colonne.
Tableau T3. Bilan annuel des charges rejetées par le déversoir en tête de station d'épuration
Ce tableau traite spécifiquement des rejets du déversoir (ou by-pass) en tête de station.
Le rapport B/A permet en particulier de caractériser la capacité de la station à traiter les effluents qui arrivent
sur le site de celle-ci. Une valeur trop élevée de ce taux doit attirer l’attention du service de police, qui devra
déterminer si ces rejets sont la conséquence d’une sous-capacité du système de traitement ou d’incidents
chroniques du fonctionnement de celui-ci.
Tableau C3 Bilan annuel des charges moyennes rejetées par les industries raccordées
Doivent figurer dans ce tableau les industries soumises à autosurveillance au titre de la police de l’eau en tant
qu’industries raccordées.
Pour chaque industrie, les rejets doivent être quantifiés selon le (ou les) paramètres pertinents en fonction de
la nature de l’activité.
5- Surveillance continue
Dans la mesure du possible, sera ajouté dans le rapport annuel un bilan des différents apports (eaux
usées strictes, eaux parasites de captage et eaux parasites d’infiltration) ainsi que leur évolution sur
plusieurs années (entrée station(s) d’épuration).
L’autosurveillance du système de traitement n’est pas la seule source de données permettant de comprendre
le fonctionnement d’un système d’assainissement.
L’autosurveillance du système de collecte, le point de mesure de l’entrée de la station d’épuration, ou celui
du déversoir en tête, les systèmes de télésurveillance, les temps de marche des postes de refoulement, les
pluviomètres, les piézomètres, les équipements de mesures des bassins d’orage etc…sont autant de sources
d’informations qui permettent de mieux comprendre le fonctionnement d’un système de collecte.
Toutes ces données sont dispersées et très rarement rapprochées, cependant leur prise en compte et leur
valorisation permettent d’aller au delà de l’autosurveillance et de réaliser un diagnostic permanent englobant
le couple réseau / station.
* calcul des eaux usées strictes
* calcul des eaux parasites de captage (eaux parasites liées aux mauvais branchements)
* calcul des eaux parasites d’infiltration (eaux parasites liées aux infiltrations de la nappe phréatique)
* calcul des surfaces actives
* calcul de la pluviométrie moyenne annuelle
Tableau d’avancement des travaux prévus
Réaliser le suivi des travaux préconisés dans les différentes études réalisées sur les réseaux et la station
d’épuration
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 30/57
ANNEXES
Les exemples de tableaux ou de fiches présentés dans les annexes sont fournis à titre
indicatif, ils peuvent naturellement être adaptés en fonction des besoins ou des outils ou
logiciels disponibles.
Liste des annexes
ANNEXE I – COPIE DE L’ACTE ADMINISTRATIF
DESCRIPTION DU DISPOSITIF D’AUTOSURVEILLANCE
ANNEXE II – LISTE DES APPAREILS DE MESURE UTILISE POUR L’AUTOSURVEILLANCE.
ANNEXE III – SCHEMA DES CANAUX DE MESURES / COURBE H/Q DE CHAQUE POINT
ORGANISATION DE L’AUTOSURVEILLANCE
ANNEXE IV – METHODE D’EXPLOITATION
ANNEXE V – CONTROLE DU FONCTIONNEMENT DU DISPOSITIF D’AUTOSURVEILLANCE
ANNEXE VI – TRAITEMENT DES NON-CONFORMITES
ANNEXE VII – PREVENTION DES PANNES
ANNEXE VIII – INTERVENANT EXTERIEURS
ANNEXE IX – ANNUAIRE DES SERVICES CONCERNES
GESTION DES DONNEES
ANNEXE X – SYNTHESE ANNUELLE DES RESULTATS
CETTE SYNTHESE ANNUELLE PEUT ETRE REALISEE AVEC LE LOGICIEL MESURESTEP
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 31/57
ANNEXE I
COPIE DE L’ACTE ADMINISTRATIF
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 32/57
ANNEXE II
DESCRIPTION DU DISPOSITIF D’AUTOSURVEILLANCE
LISTE DES APPAREILS DE MESURE UTILISES POUR L’AUTOSURVEILLANCE
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 33/57
LISTE DES APPAREILS DE MESURE UTILISES POUR L’AUTOSURVEILLANCE
Type s
Débitmètre
Matériel
Marque / description
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 34/57
ANNEXE III
DESCRIPTION DU DISPOSITIF D’AUTOSURVEILLANCE
SCHEMA DES CANAUX DE MESURE
COURBE OU TABLEAU H/Q DE CHAQUE POINT DE MESURE
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 35/57
SCHEMA DU POINT DE MESURE
5m
0,50 m
0,60 m
Point de mesure entrée
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 36/57
COURBE DU POINT DE MESURE ET/OU TABLEAU H/Q
Q = Ce g^0.5 x h^1.5
H en mm
Q en m3/h
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 37/57
ANNEXE IV
ORGANISATION DE L’AUTOSURVEILLANCE
METHODE D’EXPLOITATION
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 38/57
GESTION ET ENTRETIEN DU SYSTEME D’ASSAINISSEMENT
1) Existe t-il des plans tenus à jour des réseaux d’assainissement
Préciser la période minimum de mise à jour des plans
2) Existe t-il un programme d’entretien des réseaux ? Si oui répondre
aux points suivants.
Le programme prévoit :
• les curages des réseaux et les nettoyages des grands ouvrages ?
• un entretien des avaloirs ?.................................................................
• une inspection régulière des ouvrages ?
• une inspection régulière des points d’autosurveillance ?.................
• une inspection annuelle des regards de visite du réseau ?
• des recherches nocturnes des points d’apport d’eaux claires
parasites dans le réseau ?...................................................................
• des passages caméra ? (donner le pourcentage de réseau inspecté)
oui non
tous les ……. an(s)
oui
non aller à 3)
oui
oui
oui
oui
oui
non
non
non
non
non
oui non
oui non
------ %
• des inspections du visitable ? (donner le pourcentage de réseau oui non
visité
------ %
3) Existe-t-il un règlement d’assainissement définissant les conditions et oui
les modalités de déversement dans les réseaux d’assainissement ?
4) Existe t-il une base de données qui regroupe l’ensemble des
informations collectées lors des visites de terrain et qui permet une
gestion optimale des réseaux et des ouvrages (GMAO, suivi de l’état,
des regards de visites, des ouvrages d’art et des réseaux, de oui
l’encrassement, des curages, des réhabilitations...) ?
5) Existe t-il un programme d’enquêtes sur la conformité des oui
branchements existants suivies de réhabilitation ?
non
non
non
6) Réalisez-vous lors de la réception des réseaux neufs ou réhabilités un
oui depuis
test d’étanchéité des canalisations ?
non
7) Réalisez-vous lors de la réception des réseaux neufs ou réhabilités un
oui depuis
contrôle par caméra de l’état des canalisations ?
non
8) A-t-il été instauré au niveau des permis de construire un contrôle
oui
systématique de la conformité de tout nouveau branchement au réseau
d’assainissement ?
non
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 39/57
GESTION DE LA POLLUTION DE TEMPS DE PLUIE
a) Contrôle et régulation du débit de temps de pluie
1) Existe t-il une modélisation hydraulique de l’ensemble des réseaux ?
oui non
2) Existe t-il un Système d’Information Géographique (S.I.G.) sur les oui
réseaux d’assainissement ?
3) Les postes de pompage sont-ils équipés d’une télésurveillance ?
oui non aller à 4)
• Quel pourcentage des postes de pompage sont équipés d’une
télésurveillance ?
• La télésurveillance est-elle reliée à un système d’astreinte oui
permettant une intervention 24h/24h et 7j/7j ?
• Les surverses des postes de pompage sont elles dotées d’un capteur oui
relié au système de télésurveillance ?
• Les surverses des postes de pompage des réseaux séparatifs oui
alimentent-elles des bassins de stockage ?
4) Existe t-il un système de télégestion des réseaux d’assainissement ?
La télégestion assure t-elle la gestion :
• Des réseaux unitaires (gestion des déversoirs d’orage) ?
• Des bassins d’orage des réseaux unitaires ?
• Des ouvrages de traitement des réseaux unitaires ?
• Des réseaux d’eaux pluviales ?
• Des bassins des réseaux d’eaux pluviales ?
• D’autres ouvrages
si oui : précisez lesquels
non
%
non
non
non
oui non aller à b)
oui
oui
oui
oui
oui
oui
non
non
non
non
non
non
m3
• Quelle capacité maximale de stockage peut gérer la télégestion?
• La télégestion permet-elle d’obtenir un bon écrêtement des débits
oui
de pointe par temps de pluie ?
non
b) Stockage des effluents de temps de pluie
Si la collectivité dispose de bassins répondre aux questions suivantes ?
1) A-t-il été réalisé une étude globale permettant de connaître le
fonctionnement de l’ensemble des bassins ?
2) Les bassins d’orage sont-ils équipés d’appareils permettant de
mesurer les volumes reçus, envoyés ou différés à la station et rejetés
au milieu ?
3) Existe t-il un système automatique de nettoyage des bassins ?
4) Les bassins ont-ils permis de résoudre les problèmes qui ont amené
leur construction ?
oui non
oui non
oui non
oui non
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 40/57
c) Techniques alternatives en assainissement pluvial
1) Existe t-il des techniques alternatives en assainissement pluvial (cf
liste ci-dessous)?
oui
2) Techniques mises en oeuvre ?
Si oui : précisez le nombre ou le linéaire.
• Chaussée à structure réservoir
• Puits d’absorption
• Tranchée ou noue
• Toiture stockante
• Bassin à ciel ouvert
• Bassin enterré
• Autre(s)
Préciser :
oui
oui
oui
oui
oui
oui
3) Dans le cadre du développement de l’urbanisation est-il prévu
de mettre en place des techniques alternatives en assainissement oui
pluvial ?
non aller à 3)
km non
unité(s) non
km non
ha non
unité(s) non
unité(s) non
non
TRANSFERT DES EFFLUENTS AUX DISPOSITIFS D’EPURATION
1) Existe t-il des déversoirs d’orage mécanisés ?
Si oui : préciser le nombre.
oui
unité(s) non
2) Existe t-il des réseaux d’assainissement spécifiques permettant
le transfert des effluents les plus concentrés ?
• Préciser les points reliés par le réseau : zone de séparatif ou oui non passer à D.4)
industrielle raccordée à une station de traitement ou un autre si oui préciser les zones
desservies
réseau.
• Indiquer la nature des effluents collectés par le réseau.
INDUSTRIES RACCORDEES
oui
non
oui
oui
non
non
oui
non
oui
non
6) La collectivité réalise-t-elle des mesures de contrôle supplémentaires pour oui
vérifier les clauses des conventions passées avec les redevables ?
non
1) Existe t-il une liste à jour de l’ensemble des industriels et des gros
consommateurs d’eau potable ?
2) Cette liste est elle mise a jour tous les ans ?
3) Des enquêtes de conformité sont-elles réalisées chez les industriels ?
4) Suivez-vous les conventions de raccordement au réseau sur au moins
50 % des industries pouvant rejeter plus de 120 Kg/j de DBO5 ?
5) Existe-t-il des dispositifs d’autosurveillance (débit et prélèvement)
permettant d’évaluer au moins 80 % du flux de pollution des
entreprises raccordées ?
7) A quelle fréquence sont réalisés les contrôles ?
8) Quels paramètres sont contrôlés ?
.
.
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 41/57
ANNEXE V
ORGANISATION DE L’AUTOSURVEILLANCE
CONTROLE DU FONCTIONNEMENT DU DISPOSITIF D’AUTOSURVEILLANCE
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 42/57
MODES OPERATOIRES
DE VERIFICATION ET DE MAINTENANCE DES APPAREILS DE MESURE
indiquer la procédure à suivre ou la référence de la procédure ou la référence des documents constructeurs
faisant office de procédure ou le nom de l'organisme extérieur éventuel.
préciser le lieu où sont détenus ces documents.
Débitmètres
Préleveurs
...
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 43/57
LISTE DES APPAREILS DE CONTROLE UTILISES POUR L’AUTOSURVEILLANCE
Type
Débitmètre
Préleveur
Matériel
Marque / description
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 44/57
ANNEXE VI
ORGANISATION DE L’AUTOSURVEILLANCE
TRAITEMENT DES NON-CONFORMITES
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 45/57
FICHE D’ACTION CORRECTIVE ET PREVENTIVE
Description de la non-conformité
- Nature :
Non-conformité relative à un résultat Non-conformité relative à l’organisation
- Description :
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
- Cause :
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
- Personnes à prévenir :
Interne : M .......
Délai :
Externe :
Nom : M ........
Fonction :
Délai :
Action curative
- mise en oeuvre immédiatement
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
Action corrective
- décrire la nature de l’action corrective et la façon dont on s’assurera de son efficacité
..............................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
Responsable : M. .......
Délai :
Date de constat de mise en oeuvre :
Signature
Date de constat d’efficacité :
Signature
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 46/57
ANNEXE VII
ORGANISATION DE L’AUTOSURVEILLANCE
PREVENTION DES PANNES
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 47/57
FICHE DE SUIVI DU MATERIEL
- Description :
Marque :
Type :
N° de série :
Date de réception :
Date de mise en service :
- Procédure de suivi :
Le suivi regroupe la maintenance (entretien, réparation), la vérification et l'étalonnage.
Indiquer la procédure à suivre ou la référence de la procédure ou la référence des documents
constructeurs faisant office de procédure ou le nom de l'organisme extérieur éventuel.
- Tâches confiées à un organisme extérieur :
Taches confiées
à un organisme
extérieur
Nom et adresse
Critères de
sélection
Méthode de
suivi
Réaction en cas
de non
satisfaction
Résultats
Visa
- Enregistrement des interventions :
Date
Nature intervention
(maintenance, étalonnage...)
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 48/57
ANNEXE VIII
ORGANISATION DE L’AUTOSURVEILLANCE
INTERVENANTS EXTERIEURS
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 49/57
ANNEXE IX
ORGANISATION DE L’AUTOSURVEILLANCE
ANNUAIRE DES SERVICES CONCERNES
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 50/57
ANNUAIRE DES SERVICES CONCERNES
Station d’épuration de :
Adresse :
Code station : (code SANDRE)
Tel :
Fax :
Maître d’ouvrage :
Adresse :
Tel :
Fax :
Exploitant :
Adresse :
Tel :
Fax :
Laboratoire : ………………………………
Adresse :
agréé par le ministère chargé de l’écologie : oui non
Tel :
Fax :
Destinataires des résultats Autosurveillance
Service de Police de l’Eau :
M. :
Adresse :
Tel :
Fax :
Service chargé du contrôle de la qualité des données :
M. :
Adresse :
Tel :
Fax :
Agence de l’Eau Loire Bretagne
Direction des Politiques d’Interventions / Service Evaluation de l’Assainissement
Adresse : Avenue Buffon BP 6339 45063 ORLEANS CEDEX 02
Mail : donnees.assainissement@eau-loire-bretagne.fr
Tel :02 38 51 73 73
Fax : 02 38 51 73 22
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 51/57
ANNEXE X
GESTION DES DONNEES
SYNTHESE ANNUELLE DES RESULTATS
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 52/57
SYNTHESE ANNUELLE DES RESULTATS
1- INFORMATIONS GENERALES
Informations administratives
Nom et numéro sandre de l’agglomération
Nomet numéro sandre de la station d’épuration
Collectivité responsable du système de traitement
Nom du principal maître d’ouvrage du système de collecte
Contact (nom et fonction)
Adresse :
Téléphone :
mail :
Exploitant (si différent de la collectivité)
Nom de l’exploitant du système de collecte
Contact (nom et fonction)
Adresse :
Téléphone :
mail :
Destinataires (Police de l’eau, SATESE, Agence de l’Eau, maître d’ouvrage)
Nom du service
Contact (nom et fonction)
Adresse
Téléphone :
mail :
Nom du service
Contact (nom et fonction)
Adresse
Téléphone :
mail :
2- BILAN DES CONTROLES
Contrôle annuel
Donner les résultats du contrôle annuel du fonctionnement du dispositif d’autosurveillance ayant pour but de
vérifier la fiabilité de l’appareillage et les procédures d’analyses.
Bilan des non conformités
Rappeler l’ensemble des événements qui ont entraîné au cours de l’année un dépassement des normes de
rejet fixées par l’arrêté d’autorisation.
Rappel : ces évènements doivent être déclarés sans délai au service de Police de l’eau selon les modalités
définies dans le manuel d’autosurveillance (Transmission des données)
3- SOUS PRODUITS DU SYSTEME D’ASSAINISSEMENT (tableau SP1)
Indiquer la quantité et la destination de chaque sous produit provenant du réseau (refus de grille, sables,
graisses, résidu de curage etc).
Indiquer la quantité et la destination de chaque apports extérieurs traités par la station d’épuration (matières
de vidanges, graisses, lixiviats…)
.
4- TABLEAUX DE SYNTHESE DES MESURES
Voir tableaux pages suivantes.
C2a - Bilan annuel des charges moyennes rejetées par le système de collecte
* Ensemble des déversoirs situés sur un tronçon destiné à collecter une charge brute de pollution organique de plus de 600 kg de DBO5/j
ou * Déversoirs, situés sur un tronçon destiné à collecter une charge brute de pollution organique de plus de 600 kg de DBO5/j, représentant au moins 70 % des rejets
Déversoir n°1
Mois
Déversoir n°2
Déversoir n°3
Total autres déversoirs
Total
Jours
Déverst Jours
Déverst Jours
Déverst Jours
Déverst Jours
Déverst
Débit MES DCO
Débit MES DCO
Débit MES DCO
Débit MES DCO
Débit MES DCO
déverse
tps sec déverse
tps sec déverse
tps sec déverse
tps sec déverse
tps sec
(m3/j) (kg/j) (kg/j)
(m3/j) (kg/j) (kg/j)
(m3/j) (kg/j) (kg/j)
(m3/j) (kg/j) (kg/j)
(m3/j) (kg/j) (kg/j)
ment
(*)(m3/j) ment
(*)(m3/j) ment
(*)(m3/j) ment
(*)(m3/j) ment
(*)(m3/j)
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Moyenne
Totaux
(*) : Débit global mensuel déversé par temps sec
Méthode utilisée pour l'estimation des charges :
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 54/57
C2b - Bilan annuel des débits moyens rejetés par le système de collecte (estimation)
* Ensemble des déversoirs situés sur un tronçon destiné à collecter une charge brute de pollution organique comprise entre 120 et 600 kg de DBO5/j
ou * Déversoirs, situés sur un tronçon destiné à collecter une charge brute de pollution organique comprise entre 120 et 600 kg de DBO5/j,représentant
au moins 70 % des rejets
Déversoir n°1
Mois
Déversoir n°2
Déversoir n°3
Total autres déversoirs
Total
Jours Déverst
Jours Déverst
Jours Déverst
Jours Déverst
Jours Déverst
Jours Débit
Jours Débit
Jours Débit
Jours Débit
Jours Débit
déverst tps sec
déverst tps sec
déverst tps sec
déverst tps sec
déverst tps sec
déverst (m3/j)
déverst (m3/j)
déverst (m3/j)
déverst (m3/j)
déverst (m3/j)
tps sec (*)(m3/j)
tps sec (*)(m3/j)
tps sec (*)(m3/j)
tps sec (*)(m3/j)
tps sec (*)(m3/j)
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Moyenne
Totaux
(*) : Débit global mensuel déversé par temps sec
Méthode utilisée pour l'estimation des débits :
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 55/57
T3 - Bilan annuel des charges rejetées par le déversoir en tête de station d'épuration
3
Débit (m /j)
Mois
Débit journalier
moyen traité en
station (A)*
Moyenne journalière du total charges rejetées par le
déversoir en tête de station d'épuration (kg/j) (3) (C)
nb de jours où il
Débit journalier
MES DCO DBO5
moyen rejeté par %B/A
y a eu
le déversoir (B)**
déversement
Janvier
C1
Février
C2
Mars
C3
Avril
C4
Mai
C5
Juin
C6
Juillet
C7
Août
C8
Septembre
C9
Octobre
C10
Novembre
C11
Décembre
C12
Moyenne (1)
Cm
NK
N-NH4 N-NO2 N-NO3 NG
PT
flux moyen déversé / flux
moyen traité dans la station
(%) (4)
MES DCO DBO5 NG
PT
Mini
Maxi
Total (2)
(1) : moyenne arithmétique pondérée par le nombre de jours du mois soit, Cm=(C1*31+C2*28+C3*31+C4*30+C5*31+C6*30+C7*31+C8*31+C9*30+C10*31+C11*30+C12*31)/365
(2) : total = moyenne x 365
(3) : report de la moyenne des tableaux mensuels ; le cas échéant, préciser dans le cadre en bas de page la méthode suivie pour l'estimation des mesures de débit et de concentration
(4) : = (C / Moyenne journalière du total charges mesurées en entrée de station d'épuration)*100 (report colonne E du tableau T2)
nb : Toutes les données du tableau seront indiquées sans chiffres après la virgule
* : report colonne (A) tableau T2
** : colonne (B) = somme cumulée des volumes rejetés dans le mois divisée par le nombre total de jour du mois (28, 30 ou 31)
Méthode d'estimation :
Commentaires
Manuel d’autosurveillance
Agglomération de
Page 56/57
C3 - Bilan annuel des charges moyennes rejetées par les industries raccordées (1)
Volume moyen journalier
déversé annuellement (3)
Industries
Nom et activité
Code N.A.F.**
Réf arrêté ICPE*
(le cas échéant)
(m3/j)
Charges moyennes journalières rejetées
annuellement (4)
DCO (kg/j)
Total
(1) : A renseigner en fonction des mesures prévues par l'arrêté d'autorisation de déversement des industries dans le réseau de collecte délivré par la collectivité, au vu des
rapports fournis par les industriels
(2) : Indiquer notamment si les données reportées sont validées
(3) : somme des volumes deversés sur une année /365
(4) : somme des charges déversées sur une année /365
* : Installations classées pour la Protection de l'Environnement
** : Nomenclature Activités Françaises
NB : la transmission de ces données est obligatoire pour les établissements rejetant plus d'une tonne de DCO par jour ou rejetant des substances dangereuses pour le
système de traitement
Commentaires (2)
5- SURVEILLANCE CONTINUE
Bilan des apports (entrée station(s) d’épuration)
Année
EU
EPI
EPC
Surface active
Pluie
Nb Jour
pluie
2006
2007
2008
…..
Tableau d’avancement des travaux prévus
Nature des travaux
à réaliser
année de
réalisation prévue
durée des travaux
* Niveau d’avancement : réalisés, en cours, repoussés, annulés
Niveau
d’avancement *
Précisions
(si travaux repoussés ou
annulés)
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising