Infusystemes France - Vol.32 No.1

Infusystemes France - Vol.32 No.1
INFUSYSTEMES FRANCE. INFUS
INFUSYSTEMES FRANCE - INFUSYSTEMES FRANCE - INFUSYSTEMES FRANCE - INFUSYSTEMES FRANCE - INFUSYSTEMES FRANCE - I
Vol.32 No.1 2015
Les Pompes à Insuline Implantables:
Un Nouveau Départ?
Pr. Eric renard
Département d’Endocrinologie, Diabète, Nutrition et CIC
INSERM 1411, CHU de Montpellier; UMR CNRS
5203/INSERM U1191/Université de Montpellier,
Institut de Génomique Fonctionnelle, Montpellier
T
el le phénix, oiseau fabuleux qui dans la légende antique brûlait
dans son propre nid pour y renaître le lendemain, la pompe à insuline implantable se présente en cette fin d’année 2015 avec une
perspective solide de reprise après avoir failli disparaître. A l’origine de ce
renouveau, une insuline humaine recombinante concentrée à 400 UI/ml
(Insuman Implantable U400, Sanofi, Paris, France) disposant d’une AMM
Européenne et bénéficiant d’une inscription sur la liste en sus des hôpitaux
français et une pompe Medtronic MIP2007D (Medtronic Diabetes,
Northridge, CA, USA) aux composants partiellement rénovés disposant
du marquage CE et prise en charge en France au titre des Prestations de
Santé tant pour les remplacements que pour les primo-implantations.
L’utilisation de la combinaison pompe-insuline nécessite, sur demande de
l’Agence Européenne du Médicament, une certification des centres de
traitement délivrée par Medtronic après une visite sur site comprenant un
audit des procédures techniques. Comment en est-on arrivé là?
INfUsysTEmEs fraNCE
Organe de l’Association pour le
Développement des Techniques
d’Administration Médicamenteuse Continue
(N°9910, J.O. 4 Septembre 1983)
rEDaCTION
Corédacteurs
J-L. Selam (USA)
D. Selam (USA)
Comité de rédaction
J. Bringer (Montpellier)
B.Catargi (Bordeaux)
B. Charbonnel (Nantes)
G. Charpentier (Corbeil)
H. Gin (Bordeaux)
B. Guerci (Nancy)
M-J. Haardt (Paris)
H. Hanaire-Broutin (Toulouse)
M. Harter (Nice)
N. Jeandidier (Strasbourg)
V. Lasmann-Vague (Marseille)
H. Leblanc (Paris)
C. Mathieu (Leuven, Belgique)
L. Perlemuter (Paris)
J. Philippe (Suisse)
M. Pinget (Strasbourg)
D. Raccah (Marseille)
R. Radermecker (Liège, Belgique)
G. Réach (Paris)
E. Renard (Montpellier)
P. Schaepelinck-Belicar (Marseille)
A. Scheen (Liège, Belgique)
P. Vague (Marseille)
www.publiscripts.com
Directeur de la publication: J. Mirouze †
(Montpellier)
CONTENU
. Les Pompes à Insuline Implantables: Un Nouveau Départ?
Pr. Eric Renard
........................................................................................................................................................................................................................................................... 1
. MEDTRONIC - Fiche Technique ................................................................................................................................................................... 5
. Holter glycémique: coup de projecteur sur les récentes recommandations Françaises
Michael Joubert
........................................................................................................................................................................................................................................................... 6
Page 2
Pour ce qui concerne l’insuline,
c’est l’épuisement de l’insuline
hémi-synthétique
d’origine
porcine
HOE21PH
U400
(Insuplant, Sanofi) qu’il a fallu
suppléer. Cette formulation d’insuline, comprenant le génapol
comme agent stabilisant, développée par Hoechst, avait rendu possible au cours des années 1980 la
thérapeutique par pompe à insuline programmable et implantable
(1). Elle apportait en effet la solution aux problèmes d’instabilité
physique de l’insuline qui précipitait au contact des surfaces
internes hydrophobes des réservoirs et circuits de perfusion des
pompes implantées, alors qu’elle
était soumise à la température corporelle, à une agitation liée aux
mouvements de son porteur et aux
turbulences du dispositif de
pompe. Sa concentration permettait au patient de disposer d’une
réserve d’insuline pouvant couvrir
Vol.32 No.1 2015
près de 3 mois de ses besoins. Le
remaniement de sa fabrication
pour répondre à des contraintes
d’environnement (éviction du
chloroforme) au cours des années
1990 s’était traduit par une altération de sa stabilité physique déterminant des ralentissements de la
perfusion par «cristallisation»
dans le système de pompe et
favorisant les obstructions de
cathéter péritonéal (2). Moyennant
des remplissages de pompe rapprochés tous les 45 jours, cette
moins bonne stabilité de l’insuline
permettait une poursuite de la faisabilité de la méthode de traitement, au prix de rinçages itératifs
de la pompe à l’hydroxyde de
sodium (soude) (3). L’abandon de
la procédure de fabrication de
cette insuline en 2007 aboutissait
cependant en 2014 à un épuisement des stocks qui s’annonçait
comme létal pour la pompe
implantable. Aventis, puis Sanofi,
a été par bonheur à l’écoute des
équipes médicales européennes et
de leurs patients pour accepter de
lancer une nouvelle procédure de
fabrication fondée sur l’insuline
ordinaire recombinante humaine.
L’Insuman Implantable U400 était
née pour prendre le relais de la
défunte Insuplant. Il restait à
démontrer que ses performances
en utilisation clinique dans les
pompes implantées étaient au
moins aussi bonnes que celles
d’Insuplant. C’est la longue étude
clinique
de
non-infériorité
HUBIN, multicentrique, randomisée, contrôlée, comprenant
une première phase comparative
entre les deux insulines (4), puis
une longue phase observationnelle
de
l’utilisation
d’Insuman
Implantable U400, menée dans les
centres français EVADIAC et dans
les centres néerlandais (Zwolle),
belge (Bruxelles) et suédois
(Danderyd), qui a permis d’aboutir
à l’AMM Européenne du 19 octo-
bre 2013, comportant des restrictions d’utilisation aux patients
adultes diabétiques de type 1 non
contrôlés par insuline administrée
par voie sous-cutanée (y compris
via une pompe) et présentant des
épisodes hyperglycémiques et/ou
hypoglycémiques
sévères,
fréquents ou non expliqués. Il
restait à franchir, en France, les
fourches caudines de l’HAS qui
n’attribuait à Insuman Implantable
U400 qu’une ASMR V, ce qui
rendait par cascade son inscription
improbable sur la liste en sus des
médicaments pris en charge par
l’Assurance-Maladie hors budget
hospitalier. Ce n’est qu’une procédure d’appel auprès du Conseil de
l’Hospitalisation qui permettra en
2015 l’inscription sur la liste en
sus de ce produit coûteux réservé à
une sous-population de patients
diabétiques éligibles à un traitement par pompe implantée, selon
les critères de l’AMM.
Pour ce qui concerne la pompe
implantable, la fabrication du
dernier modèle MIP2007D mis au
point par MiniMed avant son
rachat par Medtronic restait limitée en nombre, selon un processus
mi-industriel,
mi-artisanal.
L’abandon par Medtronic du
marché américain paraissait sonner le glas de cette modalité
thérapeutique. La défense par
EVADIAC de l’intérêt des
malades traités, au diabète non
contrôlable
par
une
insulinothérapie sous-cutanée, a
permis d’éviter l’explantation
généralisée imposée aux malades
américains traités exclusivement
dans le cadre d’essais cliniques.
En Europe, le dispositif médical
était effectivement homologué et
sa prise en charge par l’AssuranceMaladie établie. Le dispositif
médical MiniMed Medtronic
2007D avait été évalué par la
Commission d’Evaluation des
Vol.32 No.1 2015
Produits et Prestations le 18 avril
2007, et avait reçu une ASA de
niveau III, chez les patients en
échec d’une insulinothérapie
intensive par voie sous-cutanée,
dans
l’indication
suivante:«patients diabétiques de
type 1 dont l’équilibre glycémique
est
insuffisant
(taux
d’HbA1c>7,5%) en dépit d’une
insulinothérapie intensive bien
conduite par voie sous-cutanée
(par pompe externe ou multi-injections) et/ou présentant des grandes
fluctuations glycémiques incluant
des hypoglycémies sévères récurrentes». Le renouvellement d’inscription était obtenu le 3 juin
2014 avec une ASA de niveau IV.
La survenue d’un incident sévère
chez quelques patients aboutissant
à un épuisement accéléré de la batterie d’alimentation de la pompe
nécessitait cependant de modifier
un composant de la pompe, de
réviser sa procédure de fabrication, et de solliciter un nouveau
marquage CE. Ce n’est que tout
récemment que celui-ci a été
accordé. Le Comité Economique
des Prestations de Santé a validé
aussi récemment sa prise en
charge sur la base d’un nombre
limité d’implantations annuelles
en France, principalement pour le
remplacement des pompes et de
façon réduite pour des primoimplantations, ce dernier point
restant à officialiser.
Si les conditions matérielles,
légales et financières sont pratiquement réunies aujourd’hui
pour une reprise des implantations
de pompe, il reste à s’interroger
sur le fait qu’une technologie
avancée soit confinée à un usage
aussi restreint en nombre. C’est
cette question qui a conduit à des
publications récentes faisant le
point sur le bénéfice démontré de
l’insulinothérapie
intra-péritonéale par pompe implantée. Une
revue systématique de la littérature
sur le traitement par pompe
implantée utilisant la voie intrapéritonéale menée par un groupe
épidémiologique néerlandais a
permis de conclure à l’efficacité
de la méthode sur la réduction de
l’hémoglobine glyquée et la réduction des hypoglycémies pour une
sous-population de patients
présentant un diabète mal contrôlé
par une insulinothérapie souscutanée (5). Un gain en termes de
satisfaction a été aussi retenu pour
ces patients, avec un caractère
acceptable des risques de morbidité liée au traitement. Ce bilan a
permis d’attirer l’attention de la
communauté diabétologique internationale sur les bénéfices du
recours au traitement par pompes
implantées dans un commentaire
publié par le Lancet Diabetes and
Endocrinology (6). Au vu des
critères retenus par l’évidence, il
apparaît que la population éligible
à l’insulinothérapie par pompe
implantée excède largement la
population utilisatrice actuelle et
la croissance envisagée de l’ordre
d’une cinquantaine de nouveaux
patients en Europe par an. Les
solutions à ce défaut de diffusion
d’une thérapeutique qui a fait ses
preuves pour les patients mal contrôlés par une insulinothérapie
sous-cutanée optimalisée sont
potentiellement multiples.
En premier lieu, de nouvelles
communications et publications à
partir de l’exploitation des cohortes de patients traités et de nouvelles études cliniques seraient un
moyen de faire prendre conscience
à la communauté médicale et scientifique de la disponibilité de
cette option thérapeutique et des
bénéfices associés. Certaines publications récentes suivent cette
voie (7). La démonstration d’un
bénéfice supplémentaire en couplant pompe implantée et mesure
Page 3
continue du glucose pourrait
amplifier l’intérêt de l’insulinothérapie intra-péritonéale.
Sa cinétique d’action pourrait en
effet améliorer l’efficacité des corrections de débit fondées sur la
mesure du glucose en continu par
rapport à ce que permet l’insulinothérapie continue souscutanée. Au-delà encore, la reprise
du projet d’un pancréas artificiel
délivrant l’insuline par voie intrapéritonéale donnerait sa pleine
valeur à ce mode d’insulinothérapie, les essais pilotes
réalisés au début des années 2000
ayant montré des résultats d’emblée meilleurs que ceux des dispositifs en boucle fermée utilisant
la voie sous-cutanée développés
par la suite (8, 9). La question du
recours utile ou non à une perfusion de glucagon pourrait devenir
caduque au vu de la restauration
de la sécrétion de glucagon en
hypoglycémie et à l’exercice lors
de l’insulinothérapie par voie péritonéale rapportée par les investigateurs suédois (10, 11).
Une reprise de l’innovation technologique dans le domaine serait
par ailleurs nécessaire, le modèle
unique de pompe implantable
actuellement disponible étant
techniquement dépassé par rapport
au potentiel d’amélioration. Un
projet soutenu par le NIH vise à
démontrer la faisabilité d’un
renouveau technologique sur la
base de pompes à l’architecture
interne moins traumatisante pour
l’insuline, de plus petite taille, utilisant une insuline plus stable et
plus concentrée, et équipées d’un
système de mesure continue du
glucose peut-être également intrapéritonéal. Un système conçu et
breveté en Italie propose de son
côté une recharge en insuline de la
pompe par voie orale au moyen de
gélules magnétiques qui entrent en
contact avec un port de remplissage
*Avancer, ensemble
Comme en toute chose, c’est l’envie, la volonté et l’enthousiasme
mais aussi la conviction de l’intérêt de l’insulinothérapie par voie
péritonéale qui vont guider
l’avenir.
Correspondance
Adresse postale: Département
d’Endocrinologie,
Diabète,
Nutrition, Hôpital Lapeyronie,
191, Avenue Doyen Giraud, 34295
Montpellier cedex 5, France.
Phone/Fax: +33 467 338 382 / +33
467 457 320
Email: [email protected]
références
1. Grau U, saudek CD. Stable
insulin preparation for implanted
insulin pumps. Laboratory and animal trials. Diabetes, 36: 1453-1459,
1987.
2. renard E, Bouteleau s,
Jacques-apostol D, Lauton D,
Boulet-Gibert f, Costalat G,
Bringer J, Jaffiol C. Insulin underdelivery from implanted pumps
using peritoneal route: determinant
role of insulin-pump compatibility.
Diabetes Care, 19: 812-817, 1996.
3. renard E, souche C, Jacquesapostol D, Lauton D, BouletGibert f, Costalat G, Bringer J,
Jaffiol C. Improved stability of
insulin delivery from implanted
pumps using a new preparation
process for infused insulin. Diabetes
Care, 22: 1371-1372, 1999.
4. schaepelynck P, riveline JP,
renard E, Hanaire H, Guerci B,
Baillot-rudoni s, sola-Gazagnes
a, Catargi B, fontaine P, millot
L, martin Jf, Tachouaft H,
Jeandidier N, for the EVaDIaC
group. Assessment of a new insulin
preparation for implanted pumps
used in the treatment of type 1 diabetes. Diabetes Technol Ther,
16:582-9, 2014.
5. spaan N, Teplova a, stam G,
spaan J, Lucas C. Systematic
review: continuous intraperitoneal
insulin infusion with implantable
insulin pumps for diabetes mellitus.
Acta Diabetol 51:339-351, 2014.
6. spaan Na, Teplova aE, renard
E, spaan JaE. Implantable
insulin pumps: an effective option
with restricted dissemination.
Lancet Diabetes Endocrinol, 2: 35860, 2014.
7. van Dijk Pr, Logtenberg sJ,
Groenier KH, Gans rO, Kleefstra
Système MiniMed™
640G
L’innovation devient intuitive
Nouvelle fonctionnalité :
envoi du bolus à distance
Véritable innovation, sa technologie SmartGuard™ agit comme un bouclier contre l’hypoglycémie1, 2.
Elle assure un arrêt de l’administration d’insuline de façon prédictive lorsqu’il y a un risque
d’hypoglycémie et une reprise automatique lorsque ce risque est passé3.
Son design revisité, sa navigation simplifiée*, ses fonctions personnalisables contribuent à améliorer
la prise en charge du patient diabétique adulte et pédiatrique. 1. Bergenstal RM, et al. Effectiveness of sensor-augmented indulin-pump therapy in type 1 diabetes. N Engl J Med. 2010; 363: 311-320. Étude d’un an randomisée,
multicentrique, controlee comparant l’efficacité de la thérapie par pompe couplée au CGM aux MDI chez 485 patients (329 adultes et 156 enfants) avec un
diabète de type 1 mal équilibré. 2. Danne et al. The PILGRIM Study: In Silico Modeling of a Predictive Low Glucose Management System and Feasibility in Youth
with Type 1 Diabetes During Exercise. DTT 2014. RCT Monocentrique. Faisabilité « in silico » et chez 22 patients DT1 (14-20 ans). Dispositif : Pompe Paradigm Veo,
capteur Enlite (Medtronic) et un moniteur BlackBerry avec l'algorithme "prédictif arrêt avant hypo" (SmartGuard). Objectif : Evaluer la sécurité et efficacité de
l’utilisation de la thérapie par pompe avec le nouvel algorithme prédictif de gestion du glucose en cas d’hypoglycémie provoquée suite à un exercice physique.
PLGM réduit les hypoglycémies (<70 mg/dl) in silico de 26,7 % vs contrôle et a permis d’éviter 80% des hypoglycémies provoquées par l’exercice physique dans
l’étude clinique. 3. Manuel d'utilisation du système MiniMed 640G.
* Par rapport aux plateformes précédentes.
Minimed™ 640 G est un dispositif médical de classe IIb - fabriquée par Medtronic MiniMed Inc - CE N°0459. MiniMed™ 640G est indiquée pour l’administration
continue d’insuline à des débits fixes et variables dans le cadre du traitement du diabète chez les personnes insulinodépendantes. Le système de pompe est aussi
indiqué pour le contrôle continu ou périodique du taux de glucose dans le liquide interstitiel et la détection d’épisodes d’hypoglycémie et d’hyperglycémie. La
pompe à insuline MiniMed™ 640G est inscrite sur la liste LPPR : code 1121332. Les cathéters et réservoirs associés sont inscrits sur la LPPR : code 1120663. Lire
attentivement la notice avant toute utilisation. Le capteur Enlite™ est un dispositif médical de classe III - fabriqué par Medtronic Minimed Inc - CE N°0459. Il est
utilisé avec les systèmes de mesure du glucose Medtronic afin de mesurer en continu les taux de glucose des patients diabétiques. Le transmetteur Guardian™ 2
Link est un dispositif médical de classe IIa - fabriqué par Medtronic Minimed Inc - CE N°8858. Le CareLink Pro™ et CareLink™ personal sont des dispositifs de
classe IIb - fabriqué par Medtronic Minimed Inc - CE N°0459. Ces dispositifs ne sont pas pris en charge par les organismes d’assurance maladie. Lire attentivement
la notice de ces dispositifs avant toute utilisation.". Contour® next link 2.4 est un dispositif d’Auto Surveillance Glycémique (ASG) destiné aux patients diabétiques.
Utilisation : Le lecteur de glycémie Contour® next link 2.4 s’utilise avec les bandelettes réactives Contour® next. Avant toute utilisation, lire attentivement les
instructions figurant dans le manuel d’utilisation du lecteur de glycémie et la notice des bandelettes réactives. L’ASG ne doit pas être une mesure
automatiquement généralisée à l’ensemble des diabétiques ; ni une mesure passive, n’entraînant pas de conséquence thérapeutique immédiate. Fabricant : Bayer
Consumer Care AG (Suisse). Distributeur : Bayer Healthcare Diabetes Care - Puteaux (France). Classification : DMDIV Liste B, conformément à l’annexe II de la
Directive 98/79/CE. Organisme notifié : Lloyd’s Register Quality Assurance Ltd (LRQA) - Identification n° 0088. Remboursement : Dans les limites suivantes au titre
de la LPP : lecteur (adulte : 1 / 4 ans - enfant : 2 / 4 ans), bandelettes réactives (200 / an pour DT2 non insulinodépendant). Date de mise à jour du texte : avril 2013.
MiniMedTM,CarelinkTM et SmartGuardTM sont des marques déposées de Medtronic MiniMed, Inc. Contour® Next Link est une marque déposée par Bayer
HealthCareLLC.
UC201603425FF – Medtronic, France, Créé en Octobre 2015 – Tous droits réservés
de pompe au contact de l’estomac.
MEDTRONIC France S.A.S. 27 Quai Alphonse Le Gallo - CS 30001- 92513 Boulogne Billancourt - Tel : +33(0)1 55 38 17 00
Page 4
Vol.32 No.1 2015
N, Bilo HJ. Continuous intraperitoneal insulin infusion in type 1 diabetes: a 6-year post-trial follow-up.
BMC Endocr Disord, Apr 7;14:30,
2014.
8. renard E, Costalat G,
Chevassus H, Bringer J. Artificial
beta cell: clinical experience toward
an implantable closed-loop insulin
delivery system. Diabetes Metab,
32: 497-502, 2006.
9. renard E, Place J, Cantwell m,
Chevassus H, Palerm CC. Closedloop insulin delivery using a subcutaneous glucose sensor and
intraperitoneal insulin delivery: feasibility study testing a new model
for the artificial pancreas. Diabetes
Care, 33: 121-127, 2010.
10. Oskarsson Pr, Lins PE,
Wallberg-Henriksson
H,
adamson UC. Metabolic and hormonal responses to exercise in type
1 diabetic patients during continuous subcutaneous, as compared to
continuous intraperitoneal, insulin
infusion. Diabetes Metab, 25: 491497, 1999.
11. Oskarsson Pr, Lins PE,
Backman L, adamson UC.
Continuous intraperitoneal insulin
infusion partly restores the
glucagon response to hypoglycemia
in type 1 diabetic patients. Diabetes
Metab, 26: 118-124, 2000.
Vol.32 No.1 2015
Page 5
Fiche Technique
MEDTRONIC
modèle: Système Minimed™ 640G
fabricant: Medtronic Minimed
18000 Devonshire Street, Northridge
USA
Utilisation: Le système MiniMed™
640G est indiqué pour l’administration continue d’insuline à des débits
fixes et variables dans le cadre du
traitement du diabète chez les personnes insulinodépendantes. Lorsque la
partie mesure du glucose en continu
est utilisée, grâce au nouvel algorithme prédictif Smartguard™, la
pompe arrête automatiquement l’administration d’insuline en cas d’hypoglycémie et elle relance l’administration lorsque le risque d’hypoglycémie
est passé.
La pompe MiniMed™ 640G est
livrée avec le Contour Next Link 2.4
de la société Bayer; ce dispositif en
plus de sa fonction de lecteur sert de
télécommande pour la pompe et de
clé de téléchargement pour le logiciel
CareLink Personal pour le patient.
Classification: MiniMed™ 640G est
un dispositif médical de classe IIb –
fabriquée par Medtronic MiniMed Inc
– CE N°0459.
La pompe à insuline MiniMed™
640G est inscrite sur la liste LPPR:
code 1121332.
Pour plus d’informations, se reporter
au manuel d’utilisation.
DEsCrIPTION
ELEmENTs:
- Pompe à insuline : pompe, tubulure,
réservoir, cathéter
- Contour Next Link 2.4
- Mesure du glucose en continu:
Transmetteur Guradian2Link, capteur
Enlite
- Logiciels CareLink Pro et CareLink
Personal
maTErIaUX:
MiniMed™ 640G est un dispositif
médical qui consiste en :
- Un boîtier isolant, résistant aux
chocs, présentation verticale
- Un écran couleur haute résolution
- Des boutons de navigation intuitifs
- Une connexion brevetée MiniMed™
640G pour l’administration d’insuline, compatible avec toute la gamme
de cathéters MiniMed™ 640G
mODE OPEraTOIrE
Etape 1: Prescription du traitement
Le médecin prescrit le traitement par
pompe. Le prestataire de services est
en charge de la fourniture de la pompe
et des consommables nécessaires au
patient pour le suivi de son traitement.
Etape 2: Initiation du traitement
L’initiation du traitement se fait dans
un centre initiateur. Une hospitalisation de un à cinq jours est nécessaire
pour définir le débit basal et assurer
l’éducation thérapeutique du patient.
Etape 3: suivi
Suivi médical par le médecin qui a
prescrit le traitement.
Suivi technique par le prestataire.
L’insulinothérapie par pompe externe
est une prestation remboursée sur LPP
au titre I.
sPECIfICaTIONs
TECHNIQUEs
mémoire: 90 jours d’historique.
Pile: AA (1.5 V) neuve.
Compatibilité Télémédecine intégrée (permet le téléchargement dans
logiciels CareLink Pro et CareLink
Personal)
Etanchéité: IPX8
Caractéristiques:
Dimensions (cm): 5.3x9.6x2.44cm
Ecran (cm): 4.5x2 cm – LCD rétro
éclairé gros caractères
Poids (g): 95.7g
réservoir(s): 180 unités / 300 unités
multi langues: 20 langues au choix
de l’utilisateur
Couleur: 5 couleurs disponibles
mode Vibreur à choisir dans le menu
«Options audio»
Débit basal: 0.00 U à 35 U par heure
Incrément débit 0.025 U (0.025 U si
basal entre <0.025 U – 0.975 U> /
0.05 si basals entre <1 U- 9.95 U> /
0.1 U si basal 10U
Nombre de débits – 24H : 48
Dose débit de base temporaire: U/H
ou pourcentage (0 à 200%)
Durée de débit de base temporaire:
30 min à 24H
Précision d’administration: +/- 5%
Types de bolus: Normal – Bolus
carré – Bolus duo – Assistant bolus :
Bolus normal, Bolus carré, Bolus duo
Bolus normal: 0.025 U à 75 U
affICHaGE
Les éléments suivants apparaissent
sur l’écran d’accueil:
Barre d’état (pile, réservoir, mode
audio, connexion capteur, heure) –
Mesures du lecteur de glycémie –
Insuline active – Bolus – Basal
menu déroulant en arborescence.
Les
options
ci-dessous
sont
disponibles depuis l’écran Menu:
Arrêt temporaire – Options audio –
Historique – Réservoir + Tubulure –
Réglages insuline – Réglages capteur
– Evénements – Rappels – Fonctions
Arrêt temporaire – Options audio –
Historique – Réservoir + Tubulure –
Réglages insuline – Réglages capteur
– Evénements – Rappels – Fonctions
Vol.32 No.1 2015
Page 6
Holter glycémique: coup de projecteur sur les
récentes recommandations Françaises
Michael JOUBERT
Unité diabétologie-endocrinologie
CHU Caen
L
e CGM (continuous glucose monitoring) est l’enregistrement en continu du
taux de glucose interstitiel grâce à
un capteur inséré dans le tissu
sous-cutané.
Les
capteurs
actuellement disponibles fonctionnent tous sur le même principe
technologique: la glucose oxydase
qui enduit la canule sous-cutanée
du capteur génère un signal électrique proportionnel à la concentration de glucose environnante.
Ce signal électrique est transmis à
un enregistreur ou à un récepteur/enregistreur, qui permet une
analyse rétrospective ou en temps
réel (respectivement) du profil de
glucose interstitiel mesuré.
De nombreuses études ont prouvé
l’efficacité du CGM à améliorer
l’équilibre métabolique, tant dans
sa version ‘temps réel’ que ‘CGM
rétrospectif’. En revanche, ces
différentes études ne décrivent pas
la mise en œuvre pratique du
CGM ni la méthode d’interprétation des données. L’utilisation du
CGM ‘temps réel’ ou CGM personnel, a fait l’objet de plusieurs
consensus d’expert en France
(1,2). Quant au holter glycémique
(ou CGM rétrospectif ou CGM
professionnel), son utilisation et
sa tarification étaient essentiellement encadrées par un document
HAS de 2006 qui n’avait pas été
remis à jour (3). De plus, depuis
quelques années émergent de nouveaux systèmes de mesure en continue du glucose interstitiel. Ces
systèmes deviennent plus accessibles pour les patients diabétiques
et génèrent d’importantes quantités de données rétrospectives
que les soignants devront savoir
interpréter et exploiter.
Dans ce contexte, le groupe EVADIAC (EVAluation dans le
Diabète des Implants Actifs), en
partenariat avec la SFE (Société
Française d’Endocrinologie) et la
SFD (Société Francophone du
Diabète), a décidé de rédiger un
document de référence reprenant
les indications, les dispositifs
disponibles, la mise en œuvre pratique, et l’interprétation du holter
glycémique (4). Les principaux
éléments de cette publication sont
présentés ci-dessous.
Les indications du holter
glycémique (HG)
1. Hba1c non contrôlée:
Un HG peut être proposé à des
patients
traités
par
insulinothérapie optimisée basal
bolus par multi-injections d’insuline ou pompe à insuline, si le
niveau d’HbA1c n’est pas optimal. Il permet d’identifier la ou
les périodes du nycthémère en
cause et le type de modifications
thérapeutiques à apporter pour
réduire le niveau d’HbA1c sans
majorer le risque hypoglycémique. Ainsi, le profil glycémique obtenu évalue l’importance respective d’un déséquilibre
nocturne (sous dosage en basale,
phénomène de l’aube, prises alimentaires non ou mal compensées) ou de fin d’après midi (durée
insuffisante des insulines basales
ou sous dosage en insuline
basale), des excursions glycémiques
post-prandiales.
Quelques études d’intervention
ont démontré un effet favorable du
HG sur l’HbA1c (5,6). D’autres
études observationnelles ont montré l’intérêt du HG à dépister des
épisodes
hyperglycémiques
antérieurement méconnus, ces
constatations suscitant fréquemment des modifications thérapeutiques (7-9).
L’HbA1c non contrôlée et la survenue d’hypoglycémies sont les
deux principales indications du
HG. Diverses autres situations
peuvent également constituer une
indication à utiliser le CGM rétro- 2. Hypoglycémies:
Plusieurs études ont démontré que
spectif.
le HG permet de mettre en évidence des hypoglycémies non
Vol.32 No.1 2015
ressenties, en particuliers nocturnes. Ces épisodes peuvent se
révéler extrêmement fréquents
lors de ces études, présents chez
plus de 70% des patients adultes
explorés ou au sein d’une population pédiatrique. De plus, la durée
de ces hypoglycémies semble être
longue (10-12). Le HG est donc
un outil particulièrement utile
chez les patients suspects d’hypoglycémies
non
ressenties.
Pourtant,
les
informations
obtenues doivent être interprétées
avec prudence compte tenu de la
moindre précision des capteurs
dans les valeurs basses de glycémies et de la concentration
physiologiquement plus basse du
glucose dans le secteur interstitiel
comparé au secteur plasmatique
(13). De plus, de fausses hypoglycémies nocturnes peuvent être
enregistrées sur le HG, selon la
position dans laquelle le patient a
dormi, notamment en cas de pression prolongée sur le capteur (14).
Dans ces différentes situations, le
profil glycémique est alors plus
informatif que la seule valeur de
glucose interstitiel qui peut être
prise en défaut.
aux patients présentant un diabète
instable, des difficultés à gérer
l’activité physique ou encore pour
valider les paramètres de l’insulinothérapie fonctionnelle dans
le cadre de l’apprentissage de
cette méthode. Ces deux situations
sont cependant assez peu étayées
par la littérature scientifique. La
grossesse chez une femme diabétique peut également constituer
une indication à la réalisation d’un
HG (15). Les situations de discordance entre glycémies capillaires
et HbA1c peuvent être explorées
par HG et mettre ainsi en évidence
un phénotype de forte ou faible
glycation (16). Enfin, le HG peut
être proposé à des patients qui
présentent des profils glycémiques particulièrement complexes, du fait d’une pathologie
associée (insuffisance rénale
chronique hémodialysée (17)), de
contraintes
professionnelles
(horaires postés) ou d’un comportement inadapté (injections
d’insuline oubliées…).
Les dispositifs disponibles
Le seul appareil conçu exclusivement pour la réalisation de HG est
3. Indications diverses:
l’iPro2 (Medtronic). Le FreeStyle
Le HG est également fréquem- Navigator II (Abbott), G4 PLATment proposé en pratique clinique INUM (Dexcom), Vibe (Animas)
Page 7
et MiniMed Paradigm Veo
(Medtronic) sont les dispositifs de
CGM temps réel qui peuvent
également être utilisés pour enregistrer un HG car ils permettent une
analyse historique des profils de
glucose. Les systèmes Vibe et
Paradigm Veo sont aussi des pompes à insuline, mais peuvent être
utilisés sans délivrance d’insuline,
uniquement pour leur fonction
CGM. Le FreeStyle Libre
(Abbott) représente un nouveau
concept appelé «flash glucose
monitoring" (FGM). Ce dispositif
permet un accès intermittent illimité à la mesure continue du glucose ainsi qu’une analyse rétrospective des tracés. Les principales caractéristiques des dispositifs disponibles sont résumées sur
le tableau 1.
La mise en œuvre
pratique d’un HG
L’organisation générale du circuit
doit se faire selon les moyens
humains disponibles, différents
selon le mode d’exercice libéral
ou hospitalier. Elle doit être en
ambulatoire si l’acte est isolé. Les
différentes étapes peuvent être
réalisées par une seule et même
personne, alors un médecin
endocrinologue-diabétologue,
Page 8
dans le cas d’une pratique libérale
isolée, par exemple. La pose et
dépose du système peut être faite
par une IDE formée au système
mais l’analyse des données doit
être réalisée par un médecin
endocrinologue-diabétologue. La
consultation de dépose, avec le
patient, est idéalement multidisciplinaire avec infirmière, diététicienne et médecin mais à adapter en
fonction du temps disponible de
chacun des intervenants potentiels.
1. Lors de la pose du HG, le
soignant veille à:
• vérifier que le patient n’a pas
d’IRM prévue pendant l’enregistrement holter glycémie;
• vérifier que l’heure et la date du
lecteur de glycémie du patient
sont exactes; dans ce contexte,
éviter un enregistrement la
semaine du changement d’heure
(en raison des données «repas»);
• rappeler les consignes pour prendre soin du matériel;
• si besoin donner en plus 1 ou 2
pansements transparents à appliquer sur le système en cas de
décollement ;
• expliquer comment remplir la
feuille de recueil des données
pour une analyse optimale du
holter glycémique (repas, activité
physique, situations particulières…);
• rappeler au patient de venir à la
dépose avec le lecteur et la feuille
de recueil des données.
2. Lors de la dépose, le soignant
veille à:
• vérifier si la feuille de recueil de
données est bien remplie (repas
renseignés, évènements…); des
erreurs ou oublis peuvent être rattrapés en interrogeant le patient et
en examinant ou déchargeant les
données de son lecteur;
• donner au patient la consigne de
Vol.32 No.1 2015
reprendre RDV avec le praticien 5. Que faire après le premier
prescripteur, afin de discuter et enregistrement?
exploiter les résultats.
La mise en place des modifications et les résultats de celle-ci
3. La consultation médicale doivent être évaluées avec le
après dépose du HG:
patient lors de la consultation
Elle a idéalement lieu le jour- suivante qui doit avoir lieu dans
même de la consultation, à défaut un délai de 3 et 4 mois au maxile plus rapidement possible après mum. La réalisation d’un nouveau
la fin de l’enregistrement. Le HG peut être intéressante, afin
médecin, qui peut être un praticien d’évaluer l’effet des modifications
différent de celui qui suit le proposées sur le profil de glucose
patient, doit s’aider de la feuille de interstitiel.
recueil des données du patient et
des informations ayant conduit à
L’interprétation des données
la prescription du HG. Il pourra
du holter glycémique
être intéressant de disposer ce jour
là d’une HbA1c récente plasma- Chaque appareil de HG ne peut
tique ou en capillaire sur place.
être téléchargé qu’avec son logiciel propriétaire. Cela signifie que
4. Implication du patient:
chaque dispositif dispose de son
Il est fondamental que les propre système de présentation
soignants favorisent au maximum des données, ce qui rend difficile
l’implication du patient dans l’in- la standardisation de la méthode
terprétation de ses résultats et d'interprétation. Cependant, les
dans la proposition de modifica- mêmes catégories de données sont
tions de la gestion du diabète. fournies par les différents sysPour ce faire, il peut être proposé tèmes, ce qui permet de proposer
de donner les courbes au patient des recommandations génériques
avant la consultation d’interpréta- applicables à tous les appareils.
tion des données (en salle d’at- Une méthode d’interprétation
tente par exemple). Après cette étape par étape peut alors être proconsultation, il est nécessaire de posée. Les trois étapes principales
remettre ou d’envoyer au patient sont l’évaluation de la qualité des
un compte-rendu des commen- données, l’analyse du profil globtaires et des modifications dont le al puis l’analyse des profils jours
médecin et lui-même ont con- après jours.
venus. Outre d’éventuels changements de thérapie ou de doses de 1. Évaluation de la qualité des
traitement, ces modifications peu- données
vent inclure des changements de Avant de commencer l'analyse des
type comportemental (en cas de données du HG, la qualité de l'enbolus de correction excessifs ou registrement devrait être évalué
itératifs, de bolus faits après le non seulement concernant les
repas, de resucrage excessif…).
données CGM, mais aussi les donIdéalement, des ateliers collectifs nées cliniques renseignées par le
peuvent être organisés en patient: l’interprétation du HG est
favorisant les échanges entre plus pertinente si les données
patients autour de l’interprétation enregistrées par le système peudes données et des modifications vent être contextualisées dans le
cadre des habitudes de vie du
possibles.
patient.
Vol.32 No.1 2015
La qualité des données CGM
repose principalement sur la conformité de l’utilisation du dispositif aux recommandations des fabricants (notamment concernant le
nombre de jours minimum d’utilisation et la calibration). En ce qui
concerne la précision des valeurs
fournies par les capteurs de glucose, un seul appareil (iPro2)
évalue la concordance entre les
glycémies capillaires de calibration et le taux de glucose interstitiel.
La qualité des données cliniques
est particulièrement déterminante
pour effectuer l’analyse des profils quotidiens, mais est également
importante pour la compréhension
des profils généraux. Les informations cliniques doivent être
recueillies par le patient luimême, au fil de l’eau, directement
dans le dispositif CGM (si cette
fonctionnalité est disponible) ou
sur un formulaire spécifique
dédié, remis au patient lors de la
pose du système. Quelle que soit
la façon dont ces données sont
collectées, leur interprétation
globale nécessite d'avoir des
information concernant:
• le traitement quotidien (médicaments, doses, horaires de prise...);
• la prise alimentaire (nombre et
horaire des repas, apport en glucides,
• plan alimentaire fixe ou calcul
des glucides. . .);
• l'activité physique (horaire,
intensité, modifications proactives
de
• la dose d'insuline ou de l'alimentation. . .).
• des données complémentaires :
calendrier travail/repos, traitements concomitants, stress, maladies intercurrentes…
positif CGM, par deux principaux
rapports: un graphique de synthèse et un tableau statistique.
Quelques appareils combinent ces
deux rapports en une seule
représentation de profil qui affiche
aussi visuellement l'information
statistique sur la même figure
(ambulatory glucose profile ou
AGP).
Le graphique de synthèse
représente, sur une journée type,
les données compilées de
plusieurs jours de port de capteur
comme si elles étaient produite
lors d’une seule période de 24 h.
Les profils de glucose de plusieurs
journées sont donc superposés sur
une même figure, formant un
graphique «spaghetti». Certains
rapports fournissent également la
moyenne ou la médiane de toutes
les valeurs, représentée sur le
même graphique par une courbe
supplémentaire reconnaissable.
Le tableau statistique est divisé en
périodes de une à plusieurs
heures, selon le système utilisé, et
présente, par tranches horaires et
de façon globale: le glucose
moyen ou médian, les épisodes
hypo/hyperglycémiques
(n,
temps), l’aire sous la courbe des
périodes d’hypo/hyperglycémies,
les indices de variabilité (déviation standard, inter quartile range
et/ou MAGE (mean average glucose excursion)), les pourcentages
de distribution des glycémies
dans, au dessus et en dessous de
l’objectif cible.
L’AGP (ambulatory glucose profile) est un rapport visuel qui combine les informations graphiques
et statistiques sur un même rapport. Cinq courbes sont tracées sur
une même journée type et compilent les données de plusieurs
2. analyse du profil global
journées. La courbe centrale est la
Le profil global est généralement valeur médiane: 50% de toutes les
représenté, quel que soit le dis- valeurs sont au-dessous et 50%
Page 9
sont au-dessus. Les courbes adjacentes de chaque côté de la médiane représentent les 25 (inférieur)
et 75ème (supérieure) courbes de
percentile, respectivement. La
zone entre les deux est l'IQR (inter
quartile range) où, pour chaque
période de temps, se trouvent 50%
de toutes les valeurs. Les deux
courbes extrêmes représentent les
10ème et 90ème percentiles (80%
des données sont contenues entre
ces deux courbes).
Quelque soit le rapport global utilisé (graphique de synthèse,
tableau statistique ou AGP), le
profil de glucose peut être analysé
selon les périodes suivantes : première partie de la nuit (00:0004:00); deuxième partie de la nuit
(04:00-08:00); matinée (08:0012:00); début d'après midi (12:0016:00); fin d'après-midi (16:0020:00); et le soir (20:00-00:00).
Pour chacune de ces périodes, il
faut:
• Evaluer l’exposition à l’hyperglycémie en répondant à trois
questions principales concernant
la moyenne/médiane:
o La valeur moyenne/médiane de
glucose est-elle dans la zone cible
au début de la période?
o Cette valeur est-elle stable ou at-elle tendance à augmenter ou
diminuer au cours de la période ?
o La valeur moyenne/médiane de
glucose est-elle dans la zone cible
à la fin de la période?
• Evaluer la variabilité du taux de
glucose interstitiel, reflétée par la
dispersion des données journalières sur le graphique de synthèse,
par les indices de variabilité apparaissant dans le tableau statistique
(déviation
standard,
IQR,
MAGE…) ou par l’amplitude de
l’IQR sur l’AGP. Compte tenu de
l’absence de valeurs de références
pour ces indices de variabilités,
les auteurs du récent consensus
Français ont fixé la valeur seuil de
Vol.32 No.1 2015
Page 10
FreeStyle
Navigator 2
FreeStyle
Libre
Dexcom
G4 PLATINUM
Pompe Animas VIBE
Calibrations
5 calibrations à
1h, 2h, 10h,
24h, 72
Aucune
calibration
2/jour
Durée d'utilisation
du capteur
5 jours
14 jours
7 jours
Affichage de la
glycémie estimée
Toutes les
minutes
A chaque scan
Toutes les 5 minutes
Mesure toutes les Dispositif en aveugle
10 secondes,
affichage moyenne
toutes les 5 minutes
Utilisateurs
6 ans et plus
à partir de 18
ans
A partir de 2 ans
(sauf femmes enceintes et
personnes en dialyse)
pas de contre-indiEn aveugle : tous
cation, système
types de patients.
validé pédiatrie et Très peu d'éducation
adultes
patient nécessaire.
Pas de contre-indication validé pédiatrie et adultes
Alarmes de
projections
Sites d'insertion
10, 20 et 30 min Pas d'alarme
en avance
(paramétrage en
plusieurs étapes
- choix entre 8
types d'alarmes)
Paradigm VEO
2 par jour (toutes les 4 glycémies par jour
12 heures; plus en
- Calibration à
phase d'initialisation
postériori via le
si instabilité du
carnet
signal Isig)
6 jours
Alertes réglables de montée 5, 10, 15, 20, 25, 30
et chute de la glycémie
min en
avance
Bras (arrière) et Face arrière du
validé seulement sur
abdomen (5mm
bras
abdomen (insertion tangende profondeur)
tielle, 13 mm de profondeur)
chez adulte validé abdomen
et haut des fesses chez
l'enfant (2 à 17 ans)
I Pro
6 jours
Aucune
Abdomen (8,5 mm de
profondeur), face externe de la cuisse,
hanche
Tableau 1: principales caractéristiques des dispositifs permettant la réalisation d’un HG.
Vol.32 No.1 2015
déviation standard du glucose
interstitiel à 50mg/dl, seuil au delà
duquel a été défini la situation de
«grande variabilité». Dans cette
situation de grande variabilité, les
valeurs
moyennes/médianes
doivent être interprétées avec précaution et l’analyse doit alors se
porter préférentiellement sur les
profils jours après jours.
• Evaluer le risque hypoglycémique qui peut être observé
visuellement sur le graphique de
synthèse ou l’AGP, ou encore sur
les rapports graphiques spécifiques
de
l’hypoglycémie
(disponibles avec quelques dispositifs uniquement). Les tableaux
statistiques délivrent également
des informations permettant l’évaluation du risque hypoglycémique avec le nombre d’excursions hypoglycémiques, leur
durée, la valeur de glucose la plus
basse ou encore l’aire sous la
courbe en dessous d’un seuil
bas…
• Le comportement thérapeutique
peut-il être responsable de la variabilité observée? (rôle de la surcorrection
d’hypoglycémies,
d’oublie d’injections, de bolus
trop fréquents, d’injections
retardées…)
• D’autres facteurs pourraient ils
participer à la grande variabilité?
(maladie intercurrente, trouble de
l’absorption de l’insuline, aliments non glucidiques modifiant
l’index glycémique…)
La réponse à ces différentes questions nécessite le plus souvent une
discussion avec le patient. Cet
entretien articulé autour des résultats du HG peut s’inscrire dans le
cadre plus global d’une démarche
d’éducation thérapeutique.
Conclusion
Le holter glycémique permet l’exploration de nombreuses situations diabétologiques difficiles.
Son utilisation doit s’appuyer sur
une indication claire et doit tenter
de répondre à une question précise. La mise en œuvre pratique
doit viser à obtenir des données de
qualité, concernant l’enregistrement du taux de glucose mais
également les données contextuelles indispensables à l’interprétation. L’analyse de l’enregistrement doit s’effectuer étape
par étape, du profil global
jusqu’aux profils jours après
jours. Les tracés peuvent être utilisés comme support de l’entretien
éducatif avec le patient. L’impact
du holter glycémique dépend bien
sûr avant tout des décisions et
modifications thérapeutiques qui
découlent de son analyse.
3. analyse des profils jours
après jours
L’analyse en profondeur des profils journaliers est souvent nécessaire, surtout en cas de grande
variabilité glycémique, lorsque
l’analyse du profil global ne permet pas d’identifier un profil caractéristique. Le principal objectif
de l’analyse des profils jours après
jours est alors de comprendre les
raisons de la grande variabilité et
de tenter de la faire diminuer. Les
données contextuelles cliniques
renseignées par le patient pendant
l’enregistrement sont alors fondamentales pour tenter de répondre à
ces trois principales questions:
• Y-a-t-il des jours où le profil de
glucose est différent du profil
habituel et pourquoi? (rôle de l’al- Les recommandations françaises
imentation, de l’activité physique, présentées ici ont pour but de stande l’activité professionnelle…)
dardiser l’utilisation du holter glycémique mais également de
Page 11
faciliter l’interprétation des données de glucose interstitiel
générées par les dispositifs de
CGM en temps réel, outils
thérapeutiques dont la diffusion
est désormais rapide et qui s’imposeront sans doute prochainement comme principale modalité
de contrôle métabolique au quotidien pour les patients diabétiques.
remerciements
Michael JOUBERT remercie les
co-auteurs de la publication
«Indication, organization, practical implementation and interpretation guidelines for retrospective
CGM recording: A French position statement. Diabetes Metab
2015» dont cet article fait le
résumé: Baillot-Rudoni S, Catargi
B, Charpentier G, Esvant A, Franc
S, Guerci B, Guilhem I, Melki V,
Merlen E, Penfornis A, Renard E,
Riveline JP, Schaepelynck P, SolaGazagnes A, Hanaire H. références
1. Tubiana-rufi N, riveline JP,
Dardari D. Real-time continuous
glucose
monitoring
using
GuardianRT: from research to
clinical practice. Diabetes Metab
2007;33:415–20.
2. Benhamou Py, Catargi B,
Delenne B, Guerci B, Hanaire
H, Jeandidier N, et al. Real-time
continuous glucose monitoring
(CGM) integrated into the treatment of type 1 diabetes: consensus of experts from SFD, EVADIAC and SFE. Diabetes Metab
2012;38:S67–83.
3. Groupe de travail Has.
Holter glycémique: mesure ambulatoire de la glycémie en continu
(CGMS); 2006 www.has-sante.fr
4. Joubert m, Baillot-rudoni s,
Catargi B, Charpentier G,
Esvant a, franc s, Guerci B,
Vol.32 No.1 2015
Page 12
Guilhem I, melki V, merlen E,
Penfornis a, renard E, riveline
JP, schaepelynck P, solaGazagnes a, Hanaire H; société
francophone du Diabète (sfD);
société
française
d’Endocrinologie
(sfE);
EValuation dans le Diabète des
Implants aCtifs Group (EVaDIaC). Indication, organization,
practical implementation and
interpretation guidelines for retrospective CGM recording: A
French
position
statement.
Diabetes Metab 2015 ; pii: S12623636(15)00092-0.
doi:
10.1016/j.diabet.2015.07.001.
[Epub ahead of print]
5. Ludvigsson J, Hanas r.
Continuous subcutaneous glucose
monitoring improved metabolic
control in pediatric patients with
type 1 diabetes: a controlled
crossover
study.
Pediatrics
2003;111:933–8.
6. Lagarde WH, Barrows fP,
Davenport mL, Kang m, Guess
Ha, Calikoglu as. Continuous
subcutaneous glucose monitoring
in children with type 1 diabetes
mellitus: a single-blind, randomized, controlled trial. Pediatr
Diabetes 2006;7:159–64.
7. Boland E, monsod T, Delucia
m, Brandt Ca, fernando s,
Tamborlane. Limitations of conventional methods of self-monitoring of blood glucose: lessons
learned from 3 days of continuous
glucose sensing in pediatric
patients with type 1 diabetes.
Diabetes Care 2001;24:1858–62.
8. Gandrud Lm, Xing D,
Kollman
C,
Block
Jm,
Kunselman B, Wilson Dm, et al.
The Medtronic Minimed Gold
continuous glucose monitoring
system: an effective means to discover hypo- and hyperglycaemia
in children under 7 years of age.
Diabetes
Technol
Ther
2007;9:307–16.
9. Hay LC, Wilmshurst EG,
fulcher G. Unrecognized hypoand hypergly- caemia in well-controlled patients with type 2 diabetes mellitus: the results of continuous glucose monitoring.
Diabetes
Technol
Ther
2003;5:19–26.
10. schiaffini r, Ciampalini P,
fierabracci a, spera s, Borrelli
P, et al. The Continuous Glucose
Monitoring System (CGMS) in
type 1 diabetic children is the way
to reduce hypoglycaemic risk.
Diabetes Metab Res Rev
2002;18:324–9.
11. amin r, ross K, acerini CL,
Edge Ja, Warner J, Dunger DB.
Hypoglycaemia prevalence in prepubertal children with type 1 diabetes on standard insulin regimen:
use of continuous glucose monitoring system. Diabetes Care
2003;26:662–7.
12. Wiltshire EJ, Newton K,
mcTavish L. Unrecognised hypoglycaemia in children and adolescents with type 1 diabetes using
the continuous glucose monitoring system: prevalence and contributors. J Paediatr Child Health
2006;42:758–63.
13. aussedat B, Dupire-angel
m, Gifford r, Klein JC, Wilson
Gs, reach G. Interstitial glucose
concentration and glycaemia:
implications for contin- uous subcutaneous glucose monitoring.
Am J Physiol Endocrinol Metab
2000;278:E716–28.
14. mcGowan K, Thomas W,
moran a. Spurious reporting of
nocturnal hypo- glycaemia by
CGMS in patients with tightly
controlled type 1 diabetes.
Diabetes Care 2002;25:1499–503.
15. murphy Hr, rayman G,
Lewis K, Kelly s, Johal B,
Duffield K, et al. Effectiveness of
continuous glucose monitoring in
pregnant women with diabetes:
randomised clinical trial. BMJ
2008;337:a1680.
16. Hempe Jm, Gomez r,
mcCarter Jr rJ, Chalew sa.
High and low hemoglobin glycation phenotypes in type 1 diabetes: a challenge for interpretation of glycaemic control. J
Diabetes Complications 2002;16:
313–20.
17. Joubert m, fourmy C, Henri
P, ficheux m, Lobbedez T,
reznik y. Effectiveness of continuous glucose monitoring in dialysis patients with diabetes: The
DIALYDIAB pilot study. Diabetes
Res Clin Pract 2015;107: 348–54.
NOUVEAU
C’est si simple d’être rassuré
Glucofix® Tech est un dispositif d’Auto-Surveillance Glycémique (ASG) destiné aux personnes atteintes de diabète. Les résultats de mesure de la glycémie sont exprimés
en mg/dL. L’ASG est employée lorsqu’elle est susceptible d’entraîner une modification de la thérapeutique ; elle doit être systématique et pluriquotidienne dans le diabète
de type 1 et limitée à certains patients dans le diabète de type 2. Elle nécessite une éducation avec un professionnel de santé. Lire attentivement les instructions figurant
dans le manuel accompagnant le Dispositif Médical de Diagnostic In Vitro (DMDIV). Classification : DMDIV inscrit sur la liste B. Mandataire : A. Menarini Diagnostics
France. Organisme notifié : TÜV - CE n°0123. Remboursement dans les limites suivantes : lecteur (adulte : 1 tous les 4 ans, enfant : 2 tous les 4 ans).
FR2GLU03910/15 Document établi en Septembre 2015
Auto-Surveillance Glycémique
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement