RèGLES DE SéCURITé - Regione Autonoma Valle d`Aosta

RèGLES DE SéCURITé - Regione Autonoma Valle d`Aosta
Techniques
fondamentales
de
bûcheronnage
Auteurs
Luciano Martarelllo, Arturo Millesi, Renzo Rey, Nevio Yeuillaz, Giancarlo Zorzetto Structure forêts et sentiers - Région Autonome Vallée d’Aoste (Quart).
Ruggero Marazzato, Tiziano Martin - Settore Gestione Proprietà Forestali Regionali e
Vivaistiche - Regione Piemonte (Vercelli).
Giuseppe Salvo - Dipartimento Agricoltura, Turismo e Cultura - Servizio Politiche della
Montagna e della Fauna Selvatica - Regione Liguria (Genova).
Serge Kieffer - Centre Forestier de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (La Bastide des
Jourdans).
Jean-François Beccu - Centre de formation professionnelle et de promotion agricole de
Savoie et du Bugey - Reinach Formation (La Motte Servolex).
Vincent Pagès - Centre de Formation Professionnelle Forestière - Chambre de Commerce
et de l’industrie de la Drôme (Châteauneuf du Rhône).
Laurent Latchoumy, Christophe Bedouin, Baptiste Colliard - Institut des Sciences de
l’Environnement et des Territoires d’Annecy (Poisy).
Paolo Cielo - Associazione Istruttori Forestali (Torino).
Collaborateurs
Pierpaolo Brenta - Istituto per le Piante da Legno e l’Ambiente S.p.A (Torino).
Elisabetta Bottinelli, Jenny Hugonin, Elena Pittana - groupement temporaire (Quart).
Coordination de l’édition et révision des textes
Jean-Claude Haudemand, Giancarlo Zorzetto - Structure forêts et sentiers - Région
Autonome Vallée d’Aoste (Quart).
Marilena Destefanis - Settore Gestione Proprietà Forestali Regionali e Vivaistiche - Regione
Piemonte (Vercelli), Valerio Motta Fre - Settore foreste - Regione Piemonte (Torino).
Vincent Tondeur - Centre Forestier de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (La Bastide
des Jourdans).
Baptiste Colliard - Institut des Sciences de l’Environnement et des Territoires d’Annecy
(Poisy).
Dirigeant responsable
Luigi Bianchetti - Structure forêts et sentiers - Région Autonome Vallée d’Aoste (Quart).
Réalisation et graphique
Tipografia Testolin Bruno - Loc. Condemine, 13 - Sarre
www.tipografiatestolin.com
Photos
Photos des Auteurs, Archives Structure forêts et sentiers Région Autonome Vallée d’Aoste.
IMPRIMé EN FéVRIER 2015
PRéAMBULE
Dans le cadre de la valorisation et la gestion du patrimoine forestier, la qualité de mise œuvre des interventions est fondamentale, notamment au cours des opérations d’exploitation forestière constituées des phases
suivantes: l’abattage des arbres, le façonnage des grumes, leur débardage et entreposage sur la place de
dépôt.
L’exigence de qualité est indispensable afin de maintenir une cohésion avec les objectifs fondamentaux des
gestionnaires forestiers qui doivent, d’une part, assurer
la durabilité des fonctions attribuées aux parcelles forestières et, d’une autre, valoriser le produit « bois ».
Pour respecter ces principes, une formation adéquate
est indispensable pour les opérateurs forestiers (en
autre, le bûcheron) qui interviennent quotidiennement
dans l’exploitation forestière. Celui-ci doit être capable
d’utiliser de manière efficace et en sécurité les outils
et les machines, de connaître et mettre en œuvre les
techniques de travail, d’organiser rationnellement les
phases de travail.
Dans ce contexte ce manuel constitue un indispensable support pédagogique, qui a été réalisé au sein
du projet de coopération transfrontalière InForma.
C’est une conception d’outil didactique partagé par les
centres de formation des régions françaises et, côté
italien, par les secteurs forestiers régionaux du territoire
de coopération Alcotra. Il représente d’ailleurs en partie
le résultat d’une réflexion transfrontalière sur l’harmonisation des parcours et des contenus de formation des
opérateurs forestiers, ainsi que sur leur reconnaissance
mutuelle au niveau transfrontalier.
TABLE DES MATIèRES
7
9
1.INTRODUCTION
2 .
ORGANISATION DU TRAVAIL
2.1 Travailler en sécurité
2.2 Contexte topographique
2.3 Localisation des dépôts de bois
2.4 Plan
2.4.1Choix de la zone de début du travail
2.5 Organisation de l’équipe
2.5.1Disposition de l’équipe
3. ÉQUIPEMENT INDIVIDUEL
3.1 E.P.I. Équipements de protection individuelle
3.1.1 Casque avec protections auditives et visière
3.1.2 Pantalon de sécurité anti coupure
3.1.3 Gants
3.1.4 Chaussures de sécurité anti coupure
3.2 Autres vêtements
3.2.1 Guêtres
3.2.2 Veste de travail
15
19
4. OUTILS
4.1 Ceinture de travail
4.2 Serpe
4.3 Hache
4.3.1 Retrait du manche
4.3.2 Remplacement du manche
4.3.3 Enfoncement des cales
4.3.4 Mise en place d’un manche lâche
4.4 Merlin
4.5 Tourne-bille
4.6 Levier d’abattage
4.7 Sapie
4.8 Coins d’abattage
4.8.1 Coins en aluminium
4.8.2 Coins en plastique
4.9 Coins de fendage
4.10 Mètre à ruban
4.11 Étau d’affûtage
4.12 Sangle d’abattage
4.13Tire-câble
4.13.1 Câble du tire-câble
4.14 Crochet d’abattage
4.15 Câble d’attache
4.16Poulie
4.17 Ceintures d’ancrage
4.18 Crochet d’attaque
4.19 Pince à câble
4.20 Crochets à queue-de-cochon et à ancre
3
TABLE DES MATIèRES
TABLE DES MATIèRES
37
5.TRONÇONNEUSE
5.1 Pièces principales
5.1.1 Guide-chaîne et embout à étoile
5.1.2 Chaîne
5.1.3 Arrêt de chaîne (ou ergot arrêt de chaîne)
5.1.4 Silencieux
5.1.5 Dispositif de démarrage
5.1.6 Touche de sécurité de l’accélérateur
5.1.7 Accélérateur
5.1.8 Interrupteur
5.1.9 Dispositif de demi-accéléré
5.1.10Starter
5.1.11 Bouchon du réservoir du carburant
5.1.12
Poignée à l’avant (à main gauche), poignée arrière (à main droite), amortisseur de vibrations
5.1.13Protège-main avec frein de chaîne
5.1.14Vis de tension de la chaîne
5.1.15Carter protège-pignon
5.1.16Embrayage
5.1.17Vis de réglage d’huile
5.1.18 Carburateur
5.1.19 Bougie
5.1.20 Filtre à air
5.2 Emploi
5.2.1 Démarrage à froid
5.2.2 Démarrage à chaud
5.3 Entretien
5.3.1 Entretien quotidien
5.3.2 Entretien périodique
5.4 Repérage des pannes
5.4.1 Vérification de la bougie
5.4.2 Remplacement de la corde du lanceur
6. CHAÎNE DE LA TRONÇONNEUSE
6.1 Composition
6.2 Gouge de coupe
6.2.1 Différentes formes de gouge de coupe
6.2.2 Angles différents des trois formes de dents plus utilisées
6.2.2.1 Angle latéral d’une gouge demi-ronde
6.2.2.2 Angle de coupe d’une gouge demi-ronde
6.2.2.3 Angle de biseau
6.3 Limiteur de profondeur
6.4 Affûtage de la chaîne
6.4.1 Affûtage simple
6.4.2 Affûtage complet
6.5 Tension correcte de la chaîne
6.5.1 Problématiques avec une tension incorrecte de la chaîne
6.6 Acquisition d’une chaîne
6.7 Pas de la chaîne
4
55
65
7. ABATTAGES
7.1 Examen de l’arbre
7.2 Choix de la direction de chute
7.3 Coupe des contreforts radicaux
7.4 Entaille de direction
7.5Charnière
7.6 Coupe d’abattage
7.7 Cas normal
7.8 Types de coupes d’abattage
7.8.1 Coupe en éventail simple
7.8.2 Coupe en éventail simple contraire
7.8.3 Coupe en éventail tiré avec contrôle
7.8.4 Coupe en éventail tiré avec contrôle contraire
7.8.5 Coupe en cœur
7.8.6 Coupe avec listel
7.9 Cas spéciaux
7.9.1 Cas de l’entaille profonde (coupe à triangle)
7.9.2 Cas de la charnière large
7.9.2.1 Cas de l’arbre qui penche à l’opposé de la direction de chute
7.9.2.2 Cas de l’arbre incliné de côté par rapport à la direction de chute
7.9.3 Cas d’abattage d’arbres de petit diamètre avec emploi du levier d’abattage
7.9.4 Cas de la coupe en mortaise avec tenon
7.9.5 Cas de l’arbre pourri
7.9.6 Cas de l’arbre sec
7.9.7 Cas de l’arbre pourri avec 2-4 cm de bois sain sur la circonférence et penché à l’opposé
de la direction de chute
7.9.8 Cas de l’entaille renversée
7.9.9 Cas de l’arbre encroué
7.9.9.1 Méthode du pivot
7.9.9.2 Méthode pour arbre encroué de petit diamètre
7.9.10 Coupe de taillis pour bois de chauffage
8. ÉBRANCHAGE
8.1 Ébranchage avec la hache
8.2 Ébranchage avec la tronçonneuse
8.2.1 Règles fondamentales
8.2.2 Méthodes d’ébranchage
8.2.2.1 Méthode scandinave pou conifères
8.2.2.2 Méthode du sommet
8.2.2.3 Ébranchage des arbres avec des branches grosses et résistantes
9. DÉBITAGE (TRONÇONNAGE)
9.1 Troncs sans tension apparente
9.1.1 Coupe verticale simple
9.2 Troncs sous tension
9.2.1 Coupe verticale double
9.2.2 Coupe circulaire
9.2.3 Coupe coincée
9.2.4 Coupe circulaire ouverte
5
101
109
TABLE DES MATIèRES
10. EMPLOI DU TIRE-CÂBLE
10.1 Emploi du tire-câble pour l’abattage
10.1.1 Abattage avec tire-câble à force simple
10.1.2 Abattage avec tire-câble à force double
10.2 Emploi du tire-câble pour décrocher un arbre encroué
10.2.1 Tourner
10.2.2 Tirer en arrière
10.3 Emploi du tire-câble pour tourner des troncs
11. ÉCORÇAGE
11.1 Écorçage manuel
11.1.1 Écorçoir
11.2 Écorçage à la tronçonneuse
1 INTRODUCTION
113
123
127
12. DÉBARDAGE
12.1 Systèmes de débardage
12.2Équipements
12.3 Débardage avec la sapie
12.3.1 Tirer en avant
12.3.2 Déplacer latéralement
12.3.3 Tourner
12.3.4 Emploi de la sapie dans le débardage par lançage
12.4 Débardage avec tracteur forestier et treuils
12.4.1 Répartition du travail
12.4.2 Gestuelle conventionnelle dans le débardage
12.4.3 Risques dans le débardage
12.4.4 Choix des voies de débardage
12.4.5 Débardage d’un seul billon à la fois
12.4.6 Système “choker”
12.4.7 Prévention des dégâts au peuplement
12.4.8 Contournement des obstacles
12.4.9 Emploi de poulies pour dévier la charge
12.4.9.1 Poulie de renvoi
12.4.9.2 Méthode de la double traction avec poulie
12.4.9.3 Poulie de déviation
12.5 Entreposage du bois
12.5.1 Places de dépôt
12.5.2 Entreposage avec arbres d’appui
12.5.3 Protection des arbres d’appui
12.5.4 Entreposage sans arbres d’appui
12.5.4.1 Appui à un billon
12.5.4.2 Appui à encoche
13. Accès aux ARBRES AVEC DES GRIMPETTES
13.1 Équipement
13.1.1 Baudrier
13.1.2 Corde ou longe d’assurance
13.1.3 Grimpettes
13.2 Préparation de l’accès à l’arbre
13.3 Techniques de grimpe
153
La réalisation de ce manuel est
inclue parmi les activités prévues
dans le projet de coopération
transfrontalière Alcotra InForma “Iniziative di cooperazione per la
formazione forestale professionale
nello spazio alpino transfrontaliero
franco-italiano / Initiatives de coopération pour la formation forestière professionnelle dans l’espace
alpin transfrontalier franco-italien”.
nés entre les partenaires transfrontaliers, ainsi que la promotion
de la reconnaissance mutuelle des
compétences et des statuts des
opérateurs forestiers et, notamment, du métier du bûcheron par
rapport aux décideurs, à l’opinion
publique et aux jeunes. Dans le détail le projet prévoit:
•l’analyse de la situation actuelle
de la formation professionnelle
forestière, des profils, des standards, des statuts et des parcours de formation dans le territoire du projet et dans d’autres
pays européens de référence;
Ce projet regroupe au cours des
années 2013-2015 des partenaires tels que des administrations
territoriales et des centres de formation forestière sur la frontière
franco-italienne. Le Settore Foreste de la Regione Piemonte fait
fonction de chef de file unique du
projet. Les autres partenaires italiens sont les Régions de la Liguria
et de la Vallée d’Aoste et l’Associazione Istruttori Forestali. Sur le
versant français les centres de formation forestière de Châteauneuf
du Rhône, de La Bastide des Jourdans, de La Motte-Servolex et de
Poisy ont pris part au projet.
•
l’identification des points en
commun, des excellences et des
lacunes par rapport à la possible
évolution des professions de bûcheron et d’entrepreneur forestier;
•la définition, l’expérimentation et
l’évaluation de parcours de formation coordonnés;
•la diffusion et la vulgarisation des
résultats du projet à fin de sensibiliser les opérateurs du secteur, les décideurs politiques et
l’opinion publique sur le rôle social du bûcheron, sur le potentiel
d’emploi et sur l’importance de
L’objectif du projet est le renforcement et le renouvellement de
l’offre de formation professionnelle
forestière suivant les réseaux proBIBLIOGRAPHIE
fessionnels partagés et coordon-
6
159
7
la formation comme facteur stratégique de développement et de
sécurité au travail.
l’étude de l’organisation du travail en exploitation forestière, des
principales techniques employées
pour l’abattage des arbres et le
façonnage des grumes avec la
tronçonneuse. Il examine aussi le
débardage des bois par moyens
terrestres et encore les outils manuels et mécaniques utilisés en forêt, ainsi que les équipements de
protection individuels.
Un des résultats du projet est
constitué par ce manuel, réalisé en
équipe par tous les partenaires et
sous la coordination de la Structure forêts et sentiers de la Région
Autonome Vallée d’Aoste.
Ce manuel est l’évolution et la mise
à jour de documents analogues
employés dans chaque région ou
dans les centres de formation,
dont les expériences de formation accumulées au cours des années ont été prises en considération. Imprimé en deux versions,
en italien et français, il procède à
2 ORGANISATION DU TRAVAIL
Il est proposé un renvoi vers
d’autres supports pédagogiques
spécifiques pour ce qui concerne
d’autres modalités de débardage
et l’emploi des machines complexes récemment introduites
dans le secteur forestier.
8
9
•
prévenir les risques d’incidents sur les ouvrages tiers (réseau routier, réseau électrique,
conduite d’eau et de gaz, etc.).
Pour favoriser la sécurité des opérateurs, des autres usagers et éviter les impacts sur les ouvrages, il
faut procéder à:
•une identification et une évaluation des risques;
•
une formation adéquate des
opérateurs;
•la concertation et la déclaration
auprès des concessionnaires
d’ouvrages;
•la délimitation et le signalement
du chantier d’exploitation forestière envers les autres usagers
(signalisation, limite des accès,
déclaration et autorisation administrative, etc.).
Avant de commencer la coupe il
est donc nécessaire de:
•assimiler le plan du chantier;
•
vérifier que l’équipement et
les matériels soient complets,
conformes et en bon état suivant
la réglementation en vigueur (ce
qui est indispensable pour bien
travailler et réduire les risques
d’accidents) ;
•informer de la présence d’un
chantier d’exploitation, limiter les
accès et signaler les dangers aux
autres usagers ;
•se concerter avec les opérateurs
sur la répartition et l’exécution
des activités suivant les règles de
sécurité de base et spécifiques ;
Organiser soigneusement le travail
en forêt signifie pouvoir travailler:
•en condition de sécurité optimale
pour se prémunir des accidents,
préserver son intégrité physique
et mentale ainsi que celles des
autres opérateurs;
•sans dégâts ni accidents techniques;
•en préservant l’équilibre du milieu
forestier, le peuplement résiduel,
et sa capacité de régénération ;
•de façon rentable;
•dans le respect des obligations
réglementaires en vigueur dans
chaque pays ou région.
Compte tenu de la diversité des
milieux forestiers et des conditions
de mise en œuvre des chantiers
d’exploitation forestière, la planification et l’organisation du travail
sont souvent spécifiques à chaque
coupe. Toutefois, des règles, des
pratiques, des actions fondamentales doivent être maitrisées par
les opérateurs afin de répondre à
des problématiques communes à
chaque chantier d’exploitation.
2.1 Travailler en sécurité
La sécurité est la première préoccupation des opérateurs et
consiste à:
•prévenir les accidents vis-à-vis
de soi-même, des autres opérateurs et des autres usagers (randonneurs, chasseurs, etc.);
10
•
prévoir l’organisation des secours en cas d’accidents.
•
organiser la gestion des urgences.
D’une manière analogue on doit
évaluer soigneusement les conditions climatiques (température,
vent, pluie, neige, glace, etc.) dont
les variations peuvent être dangereuses et rendre soudainement le
risque variable.
Travailler en sécurité
est fondamental pour réduire
le risque d’accidents
Il est fondamental que l’opérateur
analyse avec soin les conditions
topographiques dans lesquelles il
doit travailler pour mieux évaluer les
risques auxquels il sera confronté
et se prémunir des accidents dans
l’exécution de ses activités.
Pour chaque phase d’activités,
les modalités et les techniques de
mise en œuvre ont été formulées
en tenant compte des enjeux de la
sécurité des personnes.
Il est impossible de définir avec
certitude les limites des conditions
topographiques et climatiques
dans lesquelles les interventions
peuvent devenir trop à risque.
C’est à l’opérateur, suivant ses
connaissances et son expérience,
d’évaluer systématiquement si les
conditions lui permettent de travailler en sécurité. Dans le cas où
l’opérateur évalue qu’il n’existe
pas de conditions pour travailler il
doit en informer ses référents pour
s’accorder sur les procédures à
utiliser.
2.2 Contexte topographique
Les premiers dangers et difficultés
pour les opérateurs sont liés aux
caractéristiques du terrain (relief,
pente, cours d’eau, rochers, etc.).
La configuration du terrain aura
une forte influence sur la rentabilité
des chantiers et des opérateurs.
Le déroulement d’un chantier sur
un terrain plat et régulier n’aura
pas les mêmes difficultés que sur
une exploitation forestière en pente
forte, au milieu des rochers ou à
proximité de surplomb. Une erreur
qui n’aurait pas de conséquences
dans le premier cas pourrait être
très grave dans le deuxième. Des
circonstances qui peuvent être
sous-estimées ou négligées pendant des travaux dans les plaines
sont très importantes sur des terrains montagneux.
Il est indispensable de faire une
visite du chantier préalable pour
repérer routes, pistes, chemins,
sentiers, reliefs, valons, obstacles,
surplombs, etc., afin d’identifier
les dangers, de limiter les risques,
d’organiser son chantier et de prévoir les directions et les moyens de
débardage.
11
2.3 Localisation des dépôts
de bois
‘2.4 Plan
Pour pouvoir organiser le travail
et diminuer les risques, il est opportun de réaliser un plan pour
chaque chantier avec les informations suivantes:
Au cours de la visite de chantier les
places de dépôt doivent être localisées. On obtient une meilleure vue
d’ensemble si l’entreposage s’effectue par rapport au classement
du bois (bois de construction, bois
de chauffage, etc.), afin de faciliter
l’évacuation des différents produits
(répartition par longueur, essence,
etc.).
• limites de la coupe;
•
détermination, localisation et
information aux opérateurs des
risques du chantier;
•pistes, routes, sentiers (éventuels signalisations et/ou barrages);
L’identification des places de dépôt est déterminante pour choisir
les layons de débardage. Avant
de commencer la coupe, on doit
définir le sens de débardage et ensuite réaliser les abattages dans
la même direction afin de faciliter
l’évacuation des bois.
•
couloirs et parcours pour
tracteurs forestiers ou autres
moyens de débardage;
• places de dépôt;
• point de départ du travail;
• disposition de l’équipe et définition des rôles;
Il est aussi très important de localiser les dépôts pour réduire les déplacements du matériel pendant le
débardage et pour qu’il soit facile
de les rejoindre avec des véhicules
pour le transport du bois.
Point de départ du travail et direction d’avancement
Direction d’abattage
Place de dépôt du bois d’oeuvre
Place de dépôt du bois de chauffage
équipement de chantier
équipement de premier secours
Point de secours avec hélicoptère
Signalisation des travaux/barrage
• limites de débardage;
•
éventuels
équipements
de
chantier (box, signalisations,
barrages, etc.);
2.4.1 Choix de la zone de
début du travail
• lieu de rencontre journalière;
Le point de départ du travail est
évalué au cas par cas en fonction de la méthode de débardage,
des voies de communication, du
contexte topographique et du type
de forêt.
• voies pour le secours terrestre;
Grâce à une place de dépôt
conforme il est possible de:
•éventuel point de secours aérien;
• conserver la valeur du bois entreposé;
• vérification de la couverture téléphonique;
•réduire les dégâts au peuplement résiduel;
•éventuelle prédisposition des
communications radio.
•avoir une meilleure vue d’ensemble et un dépôt ordonné.
de la pente sera façonné lorsque
l’avancement des travaux rejoindra son niveau; on évitera ainsi
des déplacements inutiles aux
opérateurs le long de la pente
plus raide;
• on peut descendre le bois déjà
façonné au fur et à mesure que
le travail avance;
Par exemple si l’on doit débarder
en aval par voie terrestre dans une
futaie, les travaux commencent
à la limite supérieure de la coupe
parce que:
• il n’y a pas de tas de branches
qui encombrent le débardage;
•il est plus facile de descendre
les outils que de les monter (ex.
tire-câble).
• l’arbre coupé qui glisse le long
12
Présence de rochers/falaises
Zone de régéneration naturelle
Réseau routier et direction de secours
Sentier
Limite de débardage
Vallonnement
Voie de débardage à tracteur
Nord
13
2.5 Organisation de l’équipe
l’abattage et d’autres de l’ébranchage) ont des aspects négatifs
supplémentaires:
Il est interdit de travailler
seul en forêt
•une augmentation de la monotonie du travail, qui devient répétitif et cause une diminution
de l’attention en augmentant les
risques;
•les travailleurs sont plus proches
les uns aux autres avec plus de
risques d’accidents et une réduction de la rentabilité.
Pour le débardage le nombre de
travailleurs doit être évalué chaque
fois en fonction des outillages, du
volume de bois abattu et de la
morphologie du terrain.
Équipe de deux
L’expérience enseigne qu’en forêt le travail individuel d’abattage
et de façonnage effectué par des
groupes de deux est optimal.
Chaque bûcheron abat, ébranche,
façonne chaque arbre de manière
autonome et indépendante, tout
en restant, si possible, à portée de
vue ou sinon de voix de son collègue, qui peut l’aider en cas de
besoin. Travailler à deux implique
une plus grande sécurité parce
qu’il y a:
•collaboration;
•partage de l’outillage (ex. tirecâble);
•réduction des temps d’exposition aux effets négatifs de l’emploi de la tronçonneuse (bruit,
vibrations, fumées, poussières,
etc.) si l’on s’alterne pendant les
phases du travail;
•risques inférieurs d’accidents;
2.5.1 Disposition de l’équipe
Il est toujours prudent, sur terrain
pentu, de disposer l’équipe sur
une bande horizontale, afin que
personne ne travaille à un niveau
différent par rapport à celui où travaillent les autres. À ce propos il
faut souligner le danger intrinsèque
des équipes nombreuses, dans
lesquels les ouvriers ont tendance
à travailler serrés. Le respect des
distances de sécurité selon la
hauteur des arbres à abattre et la
morphologie du terrain évite des
dangers et des retards. L’opérateur, qui à chaque abattage doit
faire déplacer les collègues, réduit
son attention vis-à-vis de la sécurité mais diminue également son
rythme de travail.
•aide et secours immédiats.
Équipe de trois
Dans les équipes de trois ou plus,
il est plus difficile de maintenir le
contrôle de la situation pendant
l’abattage et le façonnage.
Les équipes nombreuses formées de travailleurs spécialisés
(quelques hommes s’occupent de
14
3 éQUIPEMENT INDIVIDUEL
3.1 E.P.I. équipements de
protection individuelle
L’équipement complet des EPI
pour le bûcheron est le suivant:
•casque complet avec protections auditives et visière;
Les blessures et les traumatismes
au cours du chantier peuvent être
évités et /ou réduits en utilisant des
EPI appropriés. La prévention des
séquelles causées par le bruit ou
les vibrations, souvent sous-estimées par les bûcherons parce
qu’on ne les perçoit pas immédiatement, se fait grâce à l’utilisation
correcte des EPI.
•pantalon de sécurité anti-coupure;
•gants;
•chaussures de sécurité anti-coupure;
• tenue vestimentaire de haute visibilité (obligatoire ou accessoire
selon la réglementation et/ou
l’activité).
L’utilisation des EPI n’entrave pas
les mouvements, ne ralentit pas les
travaux et peut vraiment réduire
les risques de blessure ainsi que
leur gravité. Cependant, il est nécessaire que les opérateurs soient
correctement informés et formés
sur la façon de les utiliser et de les
entretenir, selon l’indication des fabricants, afin d’assurer une efficacité maximale.
Le marché des EPI est en constante
évolution et offre des dispositifs de
plus en plus sophistiqués du point
de vue de la performance et du
confort d’utilisation.
L’utilisation des EPI est exigée par
la réglementation. Chaque EPI doit
être marqué CE en conformité
avec les règlements applicables.
Les EPI pour l’utilisation de la tronçonneuse qui ont un dispositif de
protection contre les coupures
doivent être marqués du pictogramme “tronçonneuse”.
15
3.1.1 Casque avec protections
auditives et visière
Le casque complet avec protections auditives et visière est indispensable pour protéger l’opérateur
contre les risques de blessures, de
chutes de matériel du haut (ex.
branches), de projection (ex. copeaux), de chocs et de troubles de
l’ouïe.
par l’oreille humaine et en même
temps ne pas empêcher l’écoute
des autres sons (voix des autres
travailleurs, bruits extérieurs).
des inserts de couleurs réfléchissantes qui augmentent la visibilité
de l’opérateur et des rembourrages supplémentaires.
3.1.2 Pantalon de sécurité anti
coupure
3.1.3 Gants
Le pantalon de sécurité ainsi que le
casque sont indispensables pour
protéger l’opérateur des blessures.
Sa particularité est d’être fabriqué
avec une couche de protection
superficielle, en matériaux élastiques et/ou non abrasifs avec des
renforts dans les zones de plus
grande usure, et un rembourrage
interne constitué de faisceaux de
fibres qui, en cas de contact avec
la chaîne, bloquent le pignon d’entraînement.
Pendant les dernières années on
a produit des casques au design
moderne et à la performance très
haute, avec des ouvertures pour la
ventilation, des fentes ou des rainures intégrées pour le drainage
des eaux de pluie et une protection
accrue contre les chocs.
La visière réduit la possibilité de
blessures et de traumatismes
aux yeux dus aux copeaux et à la
sciure de bois produites pendant
les phases de travail.
L’utilisation de matériaux innovants
permet de rendre cette pièce légère et confortable, en assurant la
sécurité. Selon les modèles il y a
Les protections auditives sont utilisés pour prévenir les dommages
causés par une exposition prolongée à dB (décibels) excessifs; ils
ont une double fonction: baisser
les décibels à un seuil tolérable
16
3.1.4 Chaussures de sécurité anti
coupure
Les chaussures de sécurité sont
conçues pour protéger les pieds
pendant le travail. La protection
des pieds est importante soit pour
leur sécurité, soit pour assurer
une bonne stabilité de l’ouvrier. En
particulier les chaussures doivent
protéger des accidents résultant
du travail dans le bois avec une
tronçonneuse. Il existe des matériaux issus de nouvelle technologie
permettant une meilleure ventilation du pied et qui sont légers et
souples tout en assurant la fonction de stabilité et de sécurité.
En plus de protéger les mains des
coups, des écorchures et des
écrasements, les gants ont la fonction spécifique d’amortir les micro-vibrations de la tronçonneuse
qui causent de graves dommages
à la circulation sanguine aux extrémités des mains, en blessant les
capillaires de sorte que le sang ne
peut plus circuler normalement.
Il y a des modèles de gants avec
protection pour la tronçonneuse
sur le dos de la main gauche. Le
marché d’aujourd’hui propose de
nombreux modèles fabriqués avec
des matériaux naturels unis à des
tissus résistants aux coupes, disponibles en deux versions: une
pour l’hiver et l’autre pour l’été.
17
3.2 Autres vêtements
3.2.2 Veste de travail
3.2.1 Guêtres
Lorsqu’on travaille en forêt on peut
utiliser une veste avec des inserts
de haute visibilité afin d’améliorer
la sécurité des opérateurs pendant
les travaux surtout en présence
d’un sous-bois épais, de peuplements denses et de visibilité réduite à cause de facteurs écologiques.
Les guêtres sont des accessoires
utilisés pour protéger les jambes
contre les chocs et les coupes;
en cas de présence de neige
elles en empêchent l’entrée dans
les chaussures de sécurité et défendent contre l’humidité et le froid.
Elles diffèrent des bottes parce
qu’elles ne comprennent pas
la chaussure mais seulement le
legging. Elles ont l’avantage d’être
mises et enlevées sans enlever
les chaussures; elles peuvent être
appliquées quand elles sont nécessaires et rangées lorsqu’elles
ne sont pas utilisées. Les guêtres
sont réalisées en technofibres et
utilisent des fermetures telles que
« velcro », élastiques, poppers, zip,
fils d’acier et clips.
4 OUTILS
4.1 Ceinture de travail
L’entretien des outils est indispensable afin de réduire les risques
d’accidents et de rendre efficace
l’organisation du travail
Les recommandations suivantes
doivent toujours être respectées :
La ceinture du bûcheron doit être
un support facile pour tous les petits outils qu’on emploie continuellement, afin de réduire les déplacements et de permettre une plus
grande flexibilité opérationnelle.
L’équipement complet comprend :
coin, clef à bougie, lime, tournevis,
serpe et mètre à ruban.
•s’assurer de la présence et du
bon état des outils à chaque début et fin de journée de travail ;
• graisser les pièces et les outils
en métal avec des produits appropriés;
• faire sécher les objets en cuir et
en matière plastique (à des températures modérées) et après
les brosser;
•utiliser une huile appropriée et
spécifique pour le traitement du
cuir;
• stocker et ranger les outils dans
des endroits appropriés.
4.2 Serpe
Les tailles et les formes de cet outil varient considérablement sur le
marché. Il est nécessaire de choisir
un modèle pas trop encombrant ni
trop lourd: une longueur de lame
de 25-30 cm est suffisante.
En considérant le danger
qui en résulte, les parties
pointues des outils et de
l’équipement doivent être
suffisamment couvertes
pendant le transport et
l’entreposage
L’usage de cet outil est indispensable dans plusieurs travaux, tels
que:
• pour les travaux sylvicoles;
18
19
• pour nettoyer le pied du tronc de
la terre;
• affûter la serpe en la tenant avec
le genou, l’étau ou autre;
des fibres, frapper les coins pour
l’abattage de petits arbres,…. .
•pour couper les branches qui
pourraient empêcher l’avancement et gêner le champ visuel
de l’opérateur;
lame/tranchant
oeil
• pour la coupe des arbustes;
•pour libérer le guide-chaîne
quand il est coincé dans certaines situations (au cours de
l’ébranchage par exemple);
•pour faciliter la manipulation
des chaînes et des câbles sous
les grumes dans les premières
étapes du débardage;
•pour la manipulation et l’entreposage du bois de chauffage,
on l’utilise cet outil comme “bras
long” (il permet de récupérer les
billons sans courber le dos dangereusement).
garde-main
manche
• pour éviter les coupures en cas
de glissement, on ne doit pas affûter près de la poignée;
• affûter en tenant les mains loin
de l’arête de coupe;
tranchant
pointe
• pour faciliter le retrait de la lame
dans le bois il faut toujours donner à l’arête de coupe un profil
convexe;
poignée
• bien affûter la partie incurvée;
• enlever les bavures avec la pierre
à aiguiser;
Entretien
Pour des raisons de sécurité, l’affûtage et l’entretien changent en
fonction des travaux. Pendant l’affûtage le port des gants est indispensable.
•s’assurer que la protection est
solidement fixée.
PENDANT L’UTILISATION,
L’OPéRATEUR DOIT ÊTRE PRUDENT
ET DIRIGER LES COUPS DU CORPS
VERS L’EXTéRIEUR
Entretien et affûtage
• utiliser une lime;
20
4.3 Hache
Entretien et affûtage
Il existe des haches de différentes
formes et tailles dans le commerce. Les haches d’un poids de
1,2 à 2 Kg sont appropriées pour
la plupart des travaux à effectuer
en forêt. Une attention particulière
est exigée lors de l’achat de l’outil, pour lequel il faut s’assurer que
le manche soit bien aligné avec
l’arête de coupe et que les deux
parties sont solidement emboitées
et fixées.
•affûter la hache avec une lime
plate, une meuleuse ou une
ponceuse à bande (attention à
ne pas surchauffer le tranchant);
• fixer la hache;
•en position assise entre les
cuisses;
•par terre avec un genou et
une batte;
• avec l’étau;
•maintenir la lime avec la main
droite (ou la gauche si gaucher);
On utilise la hache surtout pour
ébrancher de petites branches et
pour écorcer. Mais elle est aussi
utile pour d’autres travaux: réaliser des flaschies sur les côtés
de la charnière pour le contrôle
• garder une main ferme sur l’œil
de la hache afin qu’elle agisse
comme un pivot;
• avec l’autre main tenir la lime par
le manche en affûtant (la poi-
21
gnée protège la main de l’opérateur de la lame de la hache);
• choisir le manche en contrôlant
le développement des fibres;
• à chaque coup soulever légèrement la main - pivot pour donner
la forme convexe correcte;
•adapter le manche à la forme
de l’œil avec une lime à bois;
• le manche inséré doit dépasser
l’œil d’environ 1 cm, là sera insérée une cale pour fixer la lame;
• enlever les bavures avec la pierre
à aiguiser.
•le manche inséré ne doit pas
laisser apparaître des trous dans
l’œil. S’il reste des espaces
vides, avant d’insérer la cale
principale, scier le manche en
diagonale afin d’introduire une
deuxième cale complémentaire.
4.3.1 Retrait du manche
Pour un bon entretien on doit enlever un vieux manche qui n’est
plus adéquat. En général il suffit de
laisser la hache pour 2-3 jours à
sécher près d’une source de chaleur (attention à ne pas mettre la
lame en contact avec les flammes
qui l’endommageraient).
PENDANT L’UTILISATION
L’OPERATEUR DOIT UTILISER LA
HACHE EN L’ éLOIGNANT DU CORPS
S’ASSURER QUE LE BORD DE COUPE
SOIT BIEN FIXÉ
NE PAS éBRANCHER OU éCORCER
DU MÊME CÔTÉ DES JAMBES DE
L’OPÉRATEUR
NE JAMAIS éBRANCHER OU
éCORCER À CALIFOURCHON SUR
L’ARBRE
Enfin, nous devons vérifier que le
manche et le fil soient alignés. S’il
existe un décalage on doit corriger avec une râpe le logement du
manche.
Si le remplacement doit être effectué au cours du travail procéder
de la façon suivante:
• scier le manche à 8 cm de l’œil;
•avec une scie inciser près de
l’œil le bois restant, d’environ de
0,5 cm de profondeur sur tout
le tour;
• avec la serpe fendre et détacher
la partie incisée, en réduisant
le diamètre, jusqu’à ce qu’il ne
reste qu’un moignon central;
•sur une surface d’appui stable
appuyer la partie métallique et
retirer le moignon en tapant
avec un marteau.
22
4.3.2 Remplacement du manche
4.3.3 Enfoncement des cales
En remplaçant le manche on doit
être très prudent de le placer du
bon côté. Il faut prendre soin de
distinguer deux références possibles:
Même quand on enfonce les cales
on doit se tenir aux précautions
suivantes
•pour améliorer l’efficacité de la
cale, on doit réduire la pointe
d’environ 1 cm;
• la pointe acérée de la lame doit
être orientée vers la poignée;
• la marque sur la lame doit être
sur le côté droit.
• couper la cale d’une largeur précise et droite;
Les suivantes précautions sont à
prendre lors du remplacement du
manche:
•la fendre en trois parties avec
une serpe;
•l’insérer;
23
• insérer les trois cales obtenues
en les tapant en alternance avec
un marteau;
• scier à 3-5 mm du manche les
parties en saillie;
• insérer entièrement les cales;
4.3.4 Mise en place d’un manche
lâche
faisant attention à ne pas lui
donner du fil;
Au cours des travaux on a parfois
besoin de fixer un manche lâche;
dans ce cas il faut procéder de la
façon suivante:
•limer les bavures sur la partie
massue;
ON DOIT FAIRE TRèS ATTENTION
QUE L’OUTIL SOIT BIEN FIXÉ
AU MANCHE ET
QU’IL N’EXISTE PAS DE FISSURES
• taper sur l’extrémité du manche
avec un marteau ou une autre
hache;
Si l’on utilise différentes cales, on
doit effectuer les procédures appropriées selon le matériau.
Il est utilisé pour tourner les troncs
abattus, pour terminer l’ébranchage ou pour faire pivoter les
arbres qui sont encroués et les
faire tomber. Il est caractérisé par
un long manche (qui peut être en
bois, en aluminium ou en fibre ultralégère), ce qui permet un bon
effet de levier. L’outil doit être robuste dans toutes ses parties.
• vérifier que le manche n’ait pas
de fissures.
• saisir l’extrémité du manche et
placer la lame vers le bas;
•avec l’aide d’un second marteau enfoncer les cales de 5 mm
environ.
4.5 Tourne-bille
• taper à fond les cales;
griffes
• selon le cas, scier le manche si
saillant et insérer fermement les
nouvelles cales.
Le manche doit être
solidement fixé afin qu’il
adhère complètement
à l’oeil de la hache
4.4 Merlin
ferrures
Le merlin, qui pèse 3,5-4 Kg en
moyenne, est utilisé pour taper sur
les coins pendant l’abattage, pour
fendre le bois bûche et en cas de
besoin pour planter des piquets. La
tête doit être suffisamment grande
pour taper facilement les coins.
Au moment de l’achat ou lorsqu’
on doit changer le manche, la partie effilée doit être alignée avec le
manche et doit être stable. Sinon
aligner et insérer des cales.
crochet
manche
coin
Entretien
• la partie effilée du merlin ne doit
pas être trop tranchante pour
qu’il ne s’affaiblisse pas. On
doit limer seulement quand elle
est très endommagée mais en
tête
manche
oeil
24
25
Entretien
4.6 Levier d’abattage
4.7 Sapie
Entretien
• vérifier périodiquement que le
manche, les articulations et les
renforts ne soient pas fissurés;
les remplacer si nécessaire
avant une nouvelle utilisation;
Il est utilisé à la place du tournebille et du coin pour l’abattage et
pour tourner les petits arbres.
On l’utilise surtout pendant le débardage et l’entreposage des grumes. Elle peut être aussi utilisée
pour le déplacement des grumes
ou comme tourne-bille.
Elle peut être de différentes formes
mais toutes issues d’une seule
base, la pointe ayant un angle de
40-45° par rapport au manche de
façon à faciliter à la fois la pénétration dans le bois et le détachement
de l’outil.
Dans quelques cas la sapie présente une forge particulière de la
pointe, appelée “mouche”, qui facilite l’ancrage dans le bois.
• si la sapie a la “mouche”, pour
la faire réparer appeler un forgeron;
Utilisé dans les éclaircies forestières, dans les jeunes futaies ou
dans les coupes où il peut remplacer le tourne-bille. Il est disponible
dans le commerce sous différentes
formes et matériaux.
• aiguiser la pointe du crochet de
l’extérieur si émoussée.
ON DOIT FAIRE TRèS ATTENTION
QUE LE MANCHE NE SOIT PAS
FISSURÉ
IL EST NéCESSAIRE DE VéRIFIER,
AVANT DE TIRER, QUE LE CROCHET
FAIT BIEN PRISE
LE TOURNE-BILLE DOIT ÊTRE
UTILISÉ INDIVIDUELLEMENT
TENIR TOUJOURS UNE JAMBE
ARRIÈRE, PRÊTE A FAIRE SUPPORT
EN CAS DE DIFFICULTé
patte
crochet
• si la sapie a la “mouche”, pour
affûter la pointe utiliser une lime
plate ou une meule;
• s’assurer que le manche ne soit
pas fissuré, au cas où il le serait,
le remplacer avec la même procédure de la hache;
• s’assurer que le manche soit
bien fixé.
IL EST NéCESSAIRE DE VéRIFIER
AVANT DE TIRER QUE LE CROCHET
EST BIEN ANCRé DANS LE BOIS
LA SAPIE DOIT ÊTRE UTILISÉE
INDIVIDUELLEMENT
TENIR TOUJOURS UNE JAMBE
ARRIÈRE, PRÊTE A FAIRE SUPPORT
EN CAS DE DIFFICULTé
manche
fer
oeil
manche
Entretien
•il ne nécessite pas d’interventions particulières, sauf pout l’affûtage de la pointe du crochet
s’il émoussée et pour le redressement des parties déformées.
26
pointe
27
4.8 Coins d’abattage
Entretien
•avec un couteau ou une râpe
éliminer les bavures afin qu’ils
puissent bien pénétrer dans le
trait de coupe.
Ils sont utilisés pour faire basculer
l’arbre dans la direction souhaitée
et donc faciliter la chute. Ils sont
généralement réalisés en aluminium ou en plastique, afin d’être
légers et d’éviter des dommages
à la chaîne de la tronçonneuse.
Ils sont disponibles dans le commerce en différents types, tailles et
formats.
4.9 Coins de fendage
per sur une surface solide en le
tournant afin de séparer les parties;
anneau
• si l’âme est brisée dans le coin, il
est suggéré pour un retrait facile,
de le placer près d’une source
de chaleur; le bois rétrécit et
sort; ne pas le mettre en contact
avec la flamme qui pourrait faire
fondre l’aluminium.
touche
coin
2.Retrait de l’anneau
4.8.1 Coins en aluminium
•enlever avec une hache les
fibres qui entourent l’anneau;
Ceux en aluminium sont constitués
par un insert en bois interchangeable (l’âme) et par un coin en
aluminium; ils ont en général une
durée plus longue.
•en s’appuyant sur un support
solide, frapper avec une hache
(ou un merlin) au centre de la
pointe de l’insert en bois jusqu’à
ce que on libère l’anneau.
Entretien
• retirer les échardes et les fibres
brisées;
• raccourcir l’insert s’il touche le
fond du coin;
• limer les bavures ou les bords
en coupant avec une lime plate.
Ils sont principalement utilisés pour
fendre les bûches destinées au
bois de chauffage.
3.Glisser l’anneau sur le bois
Généralement conçus en fer, on
préfère ceux qui ont une rainure latérale et ceux vrillés, surtout pour
travailler le bois vert car la pénétration est plus facile.
• grossir le bord du bois en tapant
avec un fer plat, un marteau ou
le dos de la serpe afin qu’il ne
sorte pas aux premiers coups;
•adapter l’âme dans le coin en
aluminium, en veillant que l’insert ne touche pas le fond pour
éviter qu’il rebondisse chaque
fois qu’il est touché et qu’il se
casse facilement; il est préférable de laisser 2-6 mm du fond.
Entretien
4.8.2 Coins en plastique
• limer la partie coupante si gravement endommagée;
Ce type de coin est formé d’une
matière plastique plus ou moins
dure. La dureté augmente la fragilité surtout à basse température.
Les avantages de ces derniers
sont leurs légèreté, coût et entretien.
• eliminer les bavures de la tête
afin qu’il puisse pénétrer plus
profondément dans la fissure et
pour éviter les échardes de métal lors de la frappe.
Procédure pour le remplacement de l’insert en bois
1.Extraction de l’insert du coin
• saisir l’insert ou le coin et le ta-
28
29
4.10 Mètre à ruban
leté empêche le bon fonctionnement du ressort de rappel;
Cet outil permet la mesure de la
longueur des grumes en même
temps que l’ébranchage et le débitage de l’arbre. Grâce à un crochet spécial et un ressort de rappel, le ruban peut être accroché à
la tête des grumes et facilement
enlevé et rembobiné tout en restant à distance. Sur le marché sont
disponibles des mètres à ruban de
longueur variable.
• lubrifier le pivot central;
• suivre les instructions du fabricant pour le remplacement et la
réparation de la bande.
4.12 Sangle d’abattage
4.13 Tire-câble
Elle est utilisée dans le processus
d’abattage pour éviter le déchirement ou l’éclatement du tronc.
L’emploi du tire-câble est d’une
grande utilité, par exemple, dans
les abattages particuliers qui exigent de la précision, pour faire
tomber les arbres encroués en réduisant les risques de blessures et
/ ou dommages et pour tourner, ou
déplacer de grosses grumes.
La sangle en polyester est facile à
entretenir. En outre elle est plus résistante que le nylon aux rayons du
soleil et elle est étanche.
Entretien
Il existe sur le marché sous différentes formes, puissances et
poids. Une puissance de traction
moyenne (12-15 kN / 1200-1500
Kg) est presque toujours suffisante,
surtout si vous avez les moyens de
doubler leur force par: une pince
à câble, une poulie de renvoi, un
crochet d’ancre.
•la garder soigneusement en
suivant les instructions du fabricant;
•la sécher loin des sources de
chaleur si elle est humide;
4.11 étau d’affûtage
C’est un outil très pratique en particulier en forêt pour l’affûtage de la
chaîne de la tronçonneuse.
Entretien
• nettoyer soigneusement le ruban en enlevant la saleté et surtout la résine, car à cause de
l’épaisseur il est difficile d’embobiner le ruban;
Fixé sur une souche ou sur une
bûche il est utilisé pour tenir le
guide-chaîne en permettant l’affûtage avec les deux mains.
• contrôler la tension du ressort: à
pleine tension, la bande doit se
prolonger à nouveau pour deux
tours du tambour, afin d’éviter
la rupture de la partie terminale;
•la changer, si elle présente des
déchirures, des coupures partielles ou des décousures, en
ouvrant le dispositif de tension et
en insérant la nouvelle courroie;
Le tire-câble est équipé de marche
avant et de marche arrière. Le
câble peut coulisser dans les deux
sens selon le levier utilisé.
•huiler de temps à autres l’intérieur de l’appareil de tension
dans les trois points marqués à
l’extérieur;
• assurer le contrôle de l’efficacité
par rapport à la réglementation.
lévier d’avancement
lévier de recul
levier d’ouverture
des mâchoires
L’avant sert de point de référence pour l’angle d’affûtage de la
chaîne.
• retourner le boîtier du ressort
respectivement à droite et à
gauche pour augmenter ou diminuer la tension;
crochet d’ancrage
boîtier
• nettoyer l’intérieur quand la sapoignée de traction télescopique
30
31
4.13.1 Câble du tire-câble
Les tire-câbles ont généralement
une sécurité à la base du levier
d’alimentation. Elle évite d’endommager lorsque qu’une force
excessive est produite par le biais
du levier d’entraînement. Un mécanisme de sûreté est assuré par
les goupilles de sécurité placées à
la base du levier lui-même et qui
se cassent en cas de surcharge.
Il est constituè en acier avec
des diamètres variables selon
les modèles de tire-câble. Pour
faciliter le travail, il est pratique
d’avoir un câble de 30 m, suffisant
pour résoudre de nombreux cas, et
une extension de 20 m, disponible
pour des besoins plus élevés.
4.16 Poulie
4.14 Crochet d’abattage
Entretien
Utile pour travailler en toute sécurité et pour doubler la puissance du
tire-câble. Elle doit être dimensionnée en fonction de la puissance de
traction du tire-câble.
Sur les poulies doivent comparaître
les quatre indications suivantes:
1.producteur/distributeur;
2.effort maximal autorisé pour la
traction au sol (2 F = force de
traction des deux câbles s’éloignant de la poulie;
3.charge maximal admissible pendant le lévage (2 F);
4.diamètre maximal admissible du
câble;
5.domaines d’utilisation autorisée:
• snail = faible vitesse (ex. tirecâble);
• tortue = l’exercice n’est pas
continu (ex. treuil sur tracteur);
• lièvre = haute vitesse et exercice continu (ex. téléphérique).
Très utile pour les petits et moyens
arbres car il évite la grimpe de
l’opérateur pour accrocher l’arbre
en haut.
•on doit assurer le nettoyage à
l’intérieur en éliminant les dépôts
externes qui pénètrent lorsqu’on
retire le câble et en le graissant
éventuellement (ne pas démonter le mécanisme d’entraînement, mais seulement soulever
le couvercle);
Entretien
• vérifiez périodiquement l’intégrité des goupilles de sécurité et
les remplacer si nécessaire.
• redresser les plis qui se forment;
•enlever les fils saillants à l’aide
d’un morceau de bois;
•laver avec des produits adéquats les câbles très sales;
•vérifiez que les crochets sont
efficaces et bien fixés, et que le
dispositif anti-rejet fonctionne;
• assurer le contrôle de l’efficacité
et le remplacement possible des
câbles en référence à la législation en vigueur.
Entretien
• inspecter visuellement le crochet pour s’assurer qu’il n’est
pas fissuré ou cassé;
• affûter la pointe de l’extérieur si
elle est émoussée.
4.15 Câble d’attache
Il remplace le crochet d’abattage
pour les arbres de gros diamètre
qui exigent une sécurité maximale.
Il se compose d’un câble avec un
crochet d’attaque.
Il nécessite un entretien régulier (se
rapporter aux réglementations) à
faire pour les câbles en acier.
goupille
32
33
Entretien
• ne pas les sécher prés de source
de chaleur;
•
laver à l’eau sans additifs
chimiques;
•eviter le contact avec des éléments pointus et avec les solvants;
• stocker sans les nouer;
• vérifier toujours avant l’utilisation
que l’équipement soit approprié,
conformément aux instructions
du fabricant et en référence à la
réglementation. Elles ne doivent
pas montrer de durcissement
du revêtement extérieur, être endommagées et / ou il ne doit pas
y avoir de dommages visibles à
l’âme interne, etc... Remplacer
les bandes si elles ne sont plus
appropriées.
Entretien
•
suivre les
constructeur.
indications
du
4.17 Ceintures d’ancrage
Nécessaires pour ancrer le tirecâble et la poulie de renvoi. Elles
sont faites de fibres synthétiques
et sont plates ou avec deux fentes
aux extrémités, ou bien en forme
d’anneau. Ces dernières, en plus
d’avoir de grandes capacités, sont
aussi légères et très faciles à manipuler.
4.19 Pince à câble
4.20 Crochets à queue de
cochon et à ancre
Elle est fixée à un câble pour supporter la poulie mobile. Il est important qu’elle corresponde au
diamètre du câble de sorte qu’il ne
glisse pas et qu’il porte une charge
appropriée à celle du tire-câble.
mâchoire mobile
Ils sont utilisés pour ancrer l’extrémité du câble du tire-câble à la
ceinture d’ancrage (ou éventuellement à d’autres supports).
Ces deux derniers outils sont utilisés pour le montage du tire-câble
à force double (voir le chapitre 10).
goujons
bâti avec oeillet
d’ancrage
mâchoire
fixe
éclissées
latérales
ressort
4.18 Crochet d’attaque
Utile pour faciliter et sécuriser les
accrochages entre le câble et le
câble d’extension, entre le câble
et le crochet d’abattage ou le
câble d’attache.
Le marché offre une variété de modèles de différentes longueurs et
capacités.
Facile à monter, il est prévu pour
des câbles de différents diamètres.
Il n’a pas besoin d’entretien.
Entretien
• nettoyer à l’extérieur;
•vérifier qu’ils n’existent pas de
fissures ou de déformations.
Entretien
•maintenir en bon état et lubrifiées les goupilles;
• selon les modèles:
•vérifier et nettoyer les mâchoires et les remplacer
quand elles sont usées;
• remplacer les ressorts lâches.
34
35
5 TRONÇONNEUSE
Il est important d’acheter la tronçonneuse chez des revendeurs
agréés qui offrent l’assistance, pour gagner du temps et de
l’argent en cas de panne.
Une tronçonneuse neuve doit être
livrée avec:
•manuel d’utilisation et d’entretien;
• clé polyvalente pour la bougie;
• protège guide;
• pompe à graisse;
•clés et tournevis pour tous les
écrous et boulons visibles de
l’extérieur;
• liste des pièces de rechange.
La tronçonneuse est très importante pour le travail en forêt. Il est
essentiel de choisir celle qui est la
plus appropriée à ses propres besoins et qui permet d’opérer de façon efficace et en sécurité.
Sur le marché il y a beaucoup de
fabricants de tronçonneuses qui
offrent plusieurs modèles pour
une utilisation professionnelle et
semi-professionnelle, avec des
caractéristiques qui, en fonction
de l’opérateur et de l’utilisation,
peuvent être considérées comme
des qualités ou des défauts.
Généralement, on préfère prendre
des modèles de puissance
moyenne parce qu’ils sont facilement adaptables aux différents
contextes dans lesquels on travaille.
36
5.1 Pièces principales
La description de la tronçonneuse
permet à l’opérateur de mieux
comprendre le fonctionnement
de la machine et assurer la maintenance optimale du matériel. En
cas de défaut d’entretien, l’utilisation de la tronçonneuse devient
plus pénible et dangereuse.
Les pièces qui ont UNE
fonction de sécurité sont
marquées dans le texte par
le symbole
37
4
2
3
5
13
14
15
5.1.1 Guide-chaîne et embout à étoile
5.1.2 Chaîne
Sur le marché, il existe deux types
de guide-chaîne:
La chaîne est composée d’éléments différents par leur fonction
et leur forme: maillons de coupe,
d’entraînement et de liaison (chapitre 6).
• guide-chaîne à pointe renforcée
en acier spécial (dit « stellité »);
1
12
11
10 9 8
7
•guide-chaîne avec embout à
étoile (pignon de renvoi).
6
23
20
22 21
16
19 18
17
Les principales parties de la tronçonneuse sont les suivantes:
11.Bouchon du réservoir d’huile
de chaîne
1. Embout à étoile
• fixe
• remplaçable
2.Guide-chaîne
• à pointe renforcée en acier
spécial (dit «stellité»)
• à pointe avec embout à étoile
(pignon de renvoi)
3.Silencieux du pot d’échappement
12.Chaîne
4. Poignée de la corde du lanceur
19.Carter protège-pignon
5.
20.
13.Carter filtre à air
14.Poignée avant (ou tubulaire ou
à main droite)
15. Protège-main avec frein de
chaîne
16.
Arrêt de chaîne
17.Vis de tension de la chaîne
Le marché offre de nombreux
types de chaînes avec des pas
classiques qui peuvent être utilisés
pour différentes marques et modèles de tronçonneuse.
Le guide-chaîne à pointe renforcée
en acier spécial a une plus grande
résistance, mais il perd environ
10% de la puissance du moteur;
il augmente la tendance à rebondir
et la pointe pénètre plus difficilement.
Le guide-chaîne avec embout à
étoile produit moins de friction, la
chaîne et le guide s’abîment moins
en réduisant aussi les bruits. Il permet une meilleure utilisation de la
puissance du moteur et il réduit le
rebond; mais cette chaîne est plus
fragile que la précédente parce
qu’elle peut être facilement endommagée.
5.1.3 Arrêt de chaîne (ou ergot arrêt
de chaîne)
Sa fonction est celle de bloquer
la chaîne en cas de rupture ou de
sortie du guide-chaîne pour limiter
les risques de « coup de fouet »
pour l’opérateur.
18.Cylindre
Touche de sécurité de l’accélérateur (double gâchette)
Amortisseur de vibrations
6.Accélérateur
21.Vis de réglage de ralenti / Vis
de réglage carburateur
7. Interrupteur / Starter
Dispositif de demi accéléré
22.
Protège-main arrière
23.Poignée arrière (ou à pistolet
ou à main droite)
8. Bouchon du réservoir de carburant
VOUS DEVRIEZ TOUJOURS
VéRIFIER QUE LES DISPOSITIFS
DE sécurité SOIENT INTACTS
ET EFFICACES AVANT CHAQUE
UTILISATION
9.Carter du ventilateur avec un
dispositif de démarrage (le lanceur)
10.Ligne de visée
38
guide-chaîne avec embout à étoile
guide-chaîne avec embout à étoile
interchangeable
guide-chaîne à pointe renforcée
39
5.1.4 Silencieux
Il est souhaitable d’avoir une corde
de rechange pour pouvoir la remplacer en cas de besoin.
Le silencieux du pot d’échappement réduit partiellement le bruit généré par le fonctionnement du moteur de la tronçonneuse, mais pas
complètement. Il est toujours indispensable et obligatoire d’utiliser une
protection auditive appropriée.
Sur certaines machines (généralement de forte cylindrée), il peut
exister un dispositif appelé « décompresseur » qui permet de limiter l’effort de tirage exercé sur la
corde du lanceur.
5.1.6 Touche de sécurité de
l’accélérateur
La tronçonneuse est équipée d’un
système de sécurité qui bloque
l’accélérateur (double gâchette). Il
permet d’éviter l’accélération involontaire, non maitrisée et ainsi dangereuse de la machine. Pour faire
fonctionner l’accélérateur, la main
doit serrer en même temps le levier de blocage placé sur la face
supérieure de la poignée et le levier d’accélérateur (face antérieure
de la poignée).
5.1.5 Dispositif de démarrage
En général, il est nécessaire de tirer fermement le lanceur pour pouvoir démarrer la machine. La corde
du lanceur s’enroule de nouveau
automatiquement sur le tambour
par un ressort.
Sur quelques modèles le levier de
blocage de l’accélérateur sert de
frein de chaîne.
5.1.7 Accélérateur
poignée
carter du ventilateur
La fonction de l’accélérateur est
de doser l’entrée des gaz frais
(carburant + air) dans le moteur et
donc d’augmenter ou de diminuer
sa vitesse de rotation et celle de la
chaîne. L’accélérateur ne peut pas
se mettre en marche si on ne serre
pas le levier de blocage en même
temps.
poulie
corde du lanceur
5.1.8 Interrupteur
une quantité d’huile et d’essence
(en général il est égal à 2%, mais
il peut varier d’un dosage de 2%
à 4% suivant les types d’huile). Le
mélange préparé doit être utilisé
assez rapidement, car sa qualité
peut diminuer au fil du temps.
L’interrupteur en position ON allume la tronçonneuse, tandis qu’en
position OFF il éteint le moteur en
bloquant le circuit électrique.
5.1.9 Dispositif de demi accéléré
En phase de démarrage, cette
fonction permet de bloquer l’accélérateur à mi-régime (sur quelques
modèles c’est le starter qui a cette
fonction). Si on accélère, le blocage se débranche automatiquement.
Dans le commerce il existe aussi
des carburants alkyles qui offrent
les avantages suivants:
•absence de plomb, benzène,
hydrocarbures aromatiques et
soufre;
•réduction des vapeurs et des
gaz d’échappement dangereux;
starter /
dispositif de
demi accéléré
• mélange prêt à l’usage, conservation longue durée (plusieurs
mois) et moins polluant.
interrupteur
accélérateur
touche de sécurité de l’accélérateur
tuyau pour l’échappement
5.1.10 Starter
tuyau d’amenée
du carburant
Le starter permet de démarrer la
tronçonneuse à froid en fermant le
papillon de l’air.
5.1.11 Bouchon du réservoir du
carburant
fil de l’accélérateur
Le mélange de carburant à utiliser
dépend des caractéristiques indiquées par le constructeur.
Le mélange s’exprime en pourcentage c’est-à-dire un rapport entre
ressort de rappel
40
41
bouchon du
réservoir de
carburant
5.1.12 Poignée à l’avant (à main
gauche), poignée arrière (à main
droite), amortisseur de vibrations
5.1.13 Protège-main avec frein de
chaîne
Le frein de chaîne est un dispositif de sûreté qui sert à bloquer la
chaîne en cas de rebond. Il peut
s’activer de deux manières:
•par une force d’inertie provoquée par un mouvement brusque et violent ou aussi due à un
fort rebond;
• par le contact volontaire ou involontaire entre la main gauche et
le protège-main.
Pour réduire les vibrations, sources
de maladies professionnelles, les
tronçonneuses sont pourvues de
poignées antivibrations. Elles sont
isolées du bloc moteur par des
tampons de caoutchouc ou des
spirales d’acier.
pignon
poignée à l’avant
5.1.14 Vis de tension de la chaîne
5.1.17 Vis de réglage d’huile
Elle agit sur le positionnement du
guide afin d’ajuster la tension de
la chaîne. La tension de la chaîne
doit être optimale pour limiter les
risques d’incident, d’accident et
l’usure prématurée des éléments.
Les tronçonneuses professionnelles sont dotées d’une vis de régulation de l’huile pour le graissage
de la chaîne. La position de la vis
varie selon la marque et le modèle.
La régulation de la vis dépend de
différents facteurs, tels que:
• la longueur du guide-chaîne;
• le type d’huile;
• les essences;
• la saison.
Pour éviter le blocage de la chaîne
il est important de vérifier toujours que l’huile de graissage ne
s’épuise pas avant le carburant.
ressort d’embrayage
carter protège-pignon
vis de tension
de la chaîne
5.1.15 Carter protège-pignon
protège-main avec frein de chaîne
poignée
arrière
ressort
de traction
Les fonctions du carter protège-pignon sont les suivantes:
vis de réglage d’huile
• il fixe la guide-chaîne;
• il couvre le pignon et l‘embrayage;
amortisseurs de vibrations
• pendant l’ébranchage, il sert de
surface de glissement.
vis sans fin
5.1.16 Embrayage
Les tronçonneuses sont dotées
d’un embrayage à masses centrifuges.
Au régime de ralenti correctement
réglé, lorsque l’embrayage est en
bon état de fonctionnement, il ne
doit pas transmettre sa force motrice à la chaîne
ressorts en acier
ammortisseurs en caoutchouc
vis de réglage d’huile
embrayage
frein à bande
dispositif de tension de chaîne
42
43
pompe à huile
5.1.18 Carburateur
En observant la bougie on peut
obtenir des renseignements utiles
à propos du bon fonctionnement
de la tronçonneuse.
Si la vis “L” est trop ouverte, on a:
• calage du moteur;
• trop de fumée en bas régime.
Le carburateur permet de régler
l’afflux de carburant dans le moteur mis en marche par rapport à
la quantité d’air. Quand la tronçonneuse est mise en marche à froid,
le flux de l’air aspiré par le moteur
ne peut pas être réglé, mais seulement interrompu par la fermeture
de la soupape à papillon par le
starter.
Le carburateur, en général, présente trois vis de régulation qui
permettent de contrôler le bon
fonctionnement du moteur.
Les deux vis qui règlent la carburation sont signalées. La vis “H” (de
l’anglais high - vis du maximum /
haut régime) règle l’afflux de carburant avec le moteur à plein régime. La vis “L” (de l’anglais low –
vis du minimum / bas régime) règle
l’afflux de carburant quand le moteur est au bas régime, et entre le
plus bas et le plus haut régime du
moteur. La “L” est la plus proche
au moteur, tandis que la vis “H »
est la plus lointaine.
La troisième vis, signalée avec la
lettre “T” ou “LA”, règle le ralenti du
moteur. Elle agit sur le papillon de
l’accélérateur.
Si la vis “L” est trop fermée, on a:
• bas régime élevé;
• extinction du moteur;
• trous d’air, montée en régime laborieuse lors des reprises d’accélération.
Si la vis “H” est trop fermée, on a:
•le moteur qui tend à dépasser le régime maximum admissible (cela signifie que le moteur «siffle», avec un risque de
surchauffe et une possibilité de
grippage).
Si la vis “H” est trop ouverte, on a:
• moteur qui peine à atteindre le
régime maximum admissible, il
pétarade et il fume.
Dans chacun de ces cas, la tronçonneuse ne fonctionne pas de
manière efficace, devenant même
dangereuse.
Il existe de nouvelles machines, qui
disposent seulement d’une vis de
ralenti et pour lesquelles la régulation du carburateur est à gestion
électronique.
membrane du carburateur
vis “L”
Attention
• au premier symptôme de mauvaise carburation ne pas toucher le carburateur, mais chercher avant tout d’autres causes
(ex. filtre à air sale);
isolant
• si on déplace la tronçonneuse de
quelques centaines de mètres
d’altitude, il est probable qu’on
doive contrôler la carburation;
• le réglage de la carburation doit
toujours être fait lorsque la machine est chaude, avec un filtre
à air propre et la chaîne tendue
correctement.
joint
longueur du
pas de vis
ecartement des
électrodes
0,4-0,5 mm
5.1.19 Bougie
électrode
de masse
La bougie amorce la combustion
du carburant comprimé (mélange
gazeux) dans la chambre d’explosion grâce à une étincelle entre
l’électrode central et l’électrode de
masse.
papillon du
starter
44
vis “T”
vis “H”
Il existe des bougies à gradients
thermiques différents; selon la
marque et le modèle de la tronçonneuse il faut donc consulter le
mode d’emploi de la tronçonneuse
ou un catalogue de bougies.
45
électrode
central
5.1.20Filtre à air
Attention
Le filtre à air est placé devant le
carburateur et il a pour rôle de retenir les poussières et les impuretés
aspirées avec l’air de combustion.
Le filtre à air bouché ne permet pas
un afflux suffisant d’air. Si le moteur
est à plein régime, il n’atteint pas
le nombre de tours optimaux. Par
contre il risque de s’étouffer au ralenti. Le filtre à air doit être nettoyé
tous les jours surtout en présence
de poussière importante ou quand
on a un mauvais fonctionnement
du moteur.
• toujours mettre le starter avant
de démonter le filtre;
Le filtre sale:
• modifie le rapport mélange/air;
• réduit le rendement du moteur;
• entrave le démarrage;
• augmente la consommation de
carburant;
• augmente la formation de suie.
• bloquer le levier du dispositif de
demi accélérée;
Sur quelques nouveaux modèles
de tronçonneuses, les filtres sont
en papier et doivent être remplacés quand ils sont sales. Sur
d’autres nouveaux modèles il y
a un mécanisme de nettoyage
centrifuge qui permet de limiter
l’encrassage du filtre et donc les
fréquences d’entretien. L’air est
prélevé par une ouverture près
d’un volant et refoulé vers la base
du filtre en évacuant les impuretés
vers l’extérieur.
•
pour le démarrage debout:
mettre la poignée arrière entre la
cuisse gauche et le genou droit
et saisir la poignée avant solidement avec la main gauche;
QUAND ON DéMARRE LA
TRONÇONNEUSE ON DOIT VÉRIFIER
QUE DANS UN RAYON DE 2 MÈTRES
IL N’Y A PERSONNE
SAUF L’OPÉRATEUR
Filtre à air
5.2.1 Démarrage à froid
Il y a deux positions pour le démarrage de la tronçonneuse en sécurité: debout ou par terre.
Sur les modèles qui ne sont pas
pourvus de démarrage facile, la
tronçonneuse doit être démarrée à
froid de la manière suivante:
•choisir une position de travail
stable et sûre;
46
Lorsque le moteur est chaud,
suivre la procédure pour le démarrage à froid mais sans actionner le
starter. En cas de démarrage difficile, bloquer le levier du dispositif
de demi accélérée.
Attention, aux basses températures le moteur se refroidit très vite.
• activer le starter;
•utiliser des pinceaux rigides à
sec pour le nettoyage des filtres.
5.2 Emploi
5.2.2 Démarrage à chaud
• mettre l’interrupteur sur la position d’allumé (ON-start);
• pour le démarrage par terre: vérifier que la chaîne ne touche pas
par terre, appuyer le pied droit
sur la poignée arrière et saisir la
poignée avant solidement avec
la main gauche;
• tirer la corde en donnant un bref
coup sec et décidé; pour éviter
sa rupture il faut la raccompagner doucement et il ne faut pas
la laisser bondir;
• dès que le moteur donne un signal de démarrage, désactiver
le starter;
•tirer la corde de nouveau pour
que le moteur tourne normalement.
Attention
•ne pas tirer plus que deux ou
trois coups avec le starter fermé
afin de ne pas noyer le moteur;
•après une dizaine de coups, à
la limite, ne pas insister, mais
rechercher les causes du problème de démarrage.
47
5.3 Entretien
Pour l’entretien journalier il faut
avoir à disposition les matériels
suivants:
L’entretien doit être effectué quotidiennement et périodiquement
avec beaucoup de soin.
• huile chaîne;
•mélange;
Un entretien négligé de la tronçonneuse (fréquence et durée) conduira à l’utilisation d’une machine
moins performante, moins fiable,
plus pénible et dangereuse.
• clé multifonction;
• grattoir pour le nettoyage de la
rainure du guide;
• pinceau pour le filtre à air.
Pour l’entretien de la chaîne on
renvoie au chapitre 6.
Les opérations à faire sont les suivantes:
• repérer le sens du montage du
guide;
•démonter et nettoyer le guide,
en particulier la rainure, la chaîne
et le carter d’embrayage;
• enlever la saleté du trou d’afflux
de l’huile;
• remonter le guide en s’assurant
d’inverser le sens d’assemblage
par rapport au montage précédent (ce procédé permet une
usure homogène des deux côtés en augmentant la durée de
vie du guide);
5.3.1 Entretien quotidien
LA TENSION CORRECTE DE LA
CHAÎNE DOIT ÊTRE VÉRIFIÉE
à TEMPS AVANT ET PENDANT
L’USAGE DE LA TRONÇONNEUSE
Quand la tronçonneuse est laissée en forêt la nuit il faut effectuer
le plein des réservoirs le soir pour
éviter que se produisent des phénomènes de condensation.
Pour l’entretien périodique il faut
avoir les matériels suivants:
• huile chaîne;
•mélange;
• clé multifonction;
• grattoir pour le nettoyage de la
rainure du guide;
• nettoyer le filtre à air;
•remplir avant le réservoir de
l’huile chaîne, puis celui du mélange;
L’entretien quotidien peut être
effectué à n’importe quel moment
de la journée; on conseille
d’effectuer l’entretien le soir pour
avoir la tronçonneuse en ordre le
matin suivant.
• vérifier l’affûtage de la chaîne et
procéder en conséquence.
Quand le moteur fonctionne mal il
est nécessaire de nettoyer le filtre à
l’air sans attendre la fin de la journée.
48
5.3.2 Entretien périodique
• pinceau pour le filtre à air;
Au-delà de l’entretien journalier on
conseille d’effectuer l’entretien périodique plus approfondi selon le
travail. Si on coupe des résineux,
on conseille d’effectuer l’entretien périodique tous les 5/6 jours,
toutes les deux semaines si on
opère sur les feuillus.
• limes plates;
•graisseur;
• bassins pour l’entretien.
49
du travail simultané et régulier de
toutes les pièces. Les pannes
peuvent être provoquées par la saleté et par des relâchements dus
aux coups ou aux vibrations mais
aussi aux pièces endommagées
ou déformées.
sont aisément transportables par
l’opérateur:
• nettoyer ou remplacer la bougie;
• régler le carburateur;
• régler le flux de l’huile par la vis
spéciale;
• remplacer la corde du lanceur.
Pour les autres pannes il est nécessaire de procéder à la maintenance
chez un réparateur, au magasin ou
à l’atelier avec à disposition ce qui
est nécessaire.
En cas d’anomalies et pannes il
est nécessaire de rechercher les
causes de manière systématique
de la plus simple à la plus complexe: par exemple, si la tronçonneuse ne démarre pas, contrôler
avant tout l’interrupteur, puis la
bougie et enfin le module de démarrage.
Le repérage de pannes ou d’anomalies permet à l’opérateur d’intervenir sur la tronçonneuse pour
pouvoir, éventuellement, réparer le
dommage. Beaucoup de pannes
peuvent être éliminées sans de
grandes connaissances de mécanique. Il faut toujours se rapporter
au mode d’emploi avant d’effectuer
n’importe quel type d’entretien.
Les opérations à accomplir en plus
sont les suivantes:
• démonter et nettoyer les carters;
tention à ne pas l’amincir. La
lime doit être appuyée sur le
côté large du guide-chaîne;
• nettoyer le ventilateur de refroidissement;
• graisser tous les trous de l’embout à l’étoile;
•nettoyer la culasse du moteur:
on peut l’effectuer avec de l’eau
chaude et du détergent ou avec
des solvants spéciaux; utiliser
une brosse et/ou un pinceau rigide pour enlever les feuilles, la
résine et la sciure des entrées
d’air et des ailettes de refroidissement du cylindre;
• graisser, si nécessaire, les roulements de l’embrayage;
Quelques pannes peuvent être résolues directement en forêt parce
qu’elles demandent l’emploi d’outils simples et de pièces de rechange de petites dimensions qui
• contrôler le serrage de toutes les
vis visibles (surtout si on utilise
une nouvelle tronçonneuse).
5.4 Repérage des pannes
La tronçonneuse a plus de 250
composants, tous montés et fixés
l’un à l’autre selon un schéma précis. Son fonctionnement dépend
• limer les bavures qui se forment
sur la guide-chaîne, en utilisant
une lime plate et en faisant at-
50
51
5.4.1 Vérification de la bougie
De l’observation de la bougie on peut remonter à la cause de quelques anomalies de fonctionnement; on doit procéder selon le tableau suivant:
Aspect de la bougie
Cause
Remèdes
Aspect clair jaunegris-marron (idéal)
•Carburateur bien réglé
•Modèle de la
bougie adéquat à la
tronçonneuse
Aspect blanc-calcaire
•Mélange trop pauvre
•Nombre de tours
excessif
•Bougie surchauffée
•Bougie desserrée
•Bougie non appropriée
(degré thermique
erroné)
•Régler le carburateur
•Contrôler l’étanchéité
du collecteur
d’aspiration
•Serrer la bougie ou la
changer
Aspect fuligineux incrusté
•Mélange trop riche
•Filtre à air sale
•Trop d’huile dans
l’essence ou type
d’huile non approprié
•Régime moteur
insuffisant
•Bougie non appropriée
(degré thermique
erroné)
•Moteur qui ne
se réchauffe pas
suffisamment
•Nettoyer ou changer le
filtre à air
•Régler le carburateur
•Nettoyer la bougie
et éventuellement la
changer
•Utiliser une bougie
avec le juste degré
thermique
•Utiliser un mélange
avec rapport huileessence adéquat
•Préférer l’huile
synthétique pour
carburateurs à
membranes
52
5.4.2 Remplacement de la corde du
lanceur
Pour remplacer la corde du lanceur
on doit laisser le ressort de rappel
détendu en rétablissant successivement la tension correcte. Il faut
faire attention, après avoir rétabli
la tension, que l’on puisse dévider
complètement la corde. À ce point
le tambour doit pouvoir tourner encore au moins un tour avant d’atteindre le maximum de la tension
du ressort. Si on crée une tension
trop forte, on peut provoquer la
rupture du ressort de rappel.
53
6 CHAÎNE DE LA TRONÇONNEUSE
1
2
6
3
5
2
3
6.1 Composition
4
le limiteur de profondeur qui détermine la profondeur de coupe.
La chaîne de la tronçonneuse est
composée des parties suivantes:
1.Maillon de liaison (ou d’attache)
avec goupilles rivetées
2.
Maillons de sécurité droit et
gauche (ils ne sont pas présents
sur toutes les chaînes)
3.Maillons gouges droit et gauche
4. Maillon de liaison (ou d’attache)
avec rivets
5.Goupille à riveter
6.Maillon entraîneur (ou d’entraînement)
L’élément fonctionnel à la coupe
est le maillon gouge, qui est constitué par la gouge tranchante (ou de
coupe), composée de deux types
d’acier à dureté différente, et par
6.2 Gouge de coupe
La gouge présente un profil incliné.
L’arrière de la gouge est plus basse
que sa tête et cette différence de
hauteur varie selon les modèles de
chaîne. L’inclinaison de la gouge
influence la diménsion du goulet
entre la gouge et le limiteur de profondeur et facilite l’évacuation des
copeaux.
limiteur de
profondeur
gouge de coupe
trou du rivet
54
55
6.2.1 Différentes formes de gouge de coupe
Les fabricants de chaînes ont développé différentes formes de gouge en
fonction des exigences et pour améliorer l’efficacité de coupe.
Les deux formes plus utilisées de dents
sont:
• Gouge demi-ronde – La platine latérale de la dent est plate. Elle a un bon
rendement et une bonne robustesse
du tranchant; il s’agit de la forme utilisée normalement en forêt.
TOUS LES ANGLES RAPPORTÉS
DANS LES PARAGRAPHES
SUIVANTS SONT CEUX STANDARD
FAIRE ATTENTION AUX
INDICATIONS DIFFÉRENTES
FOURNIES PAR LE FABRICANT DE
LA CHAÎNE
mètre trop petit (voir paragraphe
6.7) ou si celle-ci est poussée exagérément vers le bas. On peut intervenir en corrigeant l’inclinaison
de la lime en la forçant vers le haut.
A suivre la description détaillée de
l’affûtage d’une gouge demi-ronde
qui est la plus utilisée en forêt.
>85°
6.2.2.1 Angle latéral d’une gouge
demi-ronde
• Gouge carrée – Elle présente une
forme angulaire. Elle a un excellent
rendement avec une coupe propre,
mais elle présente un tranchant délicat
qui se désaffûte facilement. Son utilisation est conseillée pour des emplois
spéciaux (charpente en bois).
Si l’angle latéral est par contre supérieur à 85° (angle droit ou obtus), la gouge est émoussée et ne
coupe plus. Cette problématique
se révèle quand on utilise une lime
de trop grand diamètre (voir paragraphe 6.7) ou si celle-ci n’est pas
suffisamment poussée vers le bas.
On peut intervenir en poussant la
lime vers le bas et faisant attention
de ne pas user la partie tranchante
en haut de la gouge.
L’angle latéral optimal est de 85°
par rapport à la base du maillon
gouge.
85°
La forme moins utilisée est:
• Gouge ronde – La platine latérale de
la dent est arrondie. Utilisation conseillée sur les coupes de bois sales.
6.2.2 Angles différents des trois formes de dents plus utilisées
Le tableau ci-dessous rapporte différents angles (angle latéral, de coupe, de
biseau) des trois formes de dents (sauf indication différente des fabricants).
Angle AngleAngle Position
Dénomination
latéral de coupe de biseau de la lime
Gouge demi-ronde
85°
35°
60°
Horizontale
10° du bas
vers le haut
60°
Horizontale
Gouge carrée
80°
30°
60°
Gouge ronde
90°
35°
56
Si l’angle latéral est inférieur à 85°,
la gouge prend la forme d’un crochet. Elle pénètre trop profondément dans le bois en provoquant
des rebonds et en bloquant la
chaîne.
6.2.2.2 Angle de coupe d’une gouge
demi-ronde
L’angle optimal de coupe d’une
gouge demi-ronde est de 35°. Des
angles différents n’améliorent pas
le rendement, mais augmentent
les vibrations et les rebonds de la
tronçonneuse.
Cette problématique se révèle
lorsqu’on utilise une lime d’un dia-
<85°
57
Pour respecter l’angle de coupe
à 35° on peut s’aider avec les repères gravés sur la gouge lors de
l’opération d’affûtage.
Cette problématique a lieu quand
on affûte en suivant un angle inadapté ou en tenant la lime trop
soulevée vers l’arrière (lime inclinée
vers le bas). On peut éviter cette
situation en maintenant la lime bien
à l’horizontale.
6.2.2.3 Angle de biseau
Pour obtenir un angle de biseau
correct (60°), il faut respecter scrupuleusement l’angle de coupe
et l’angle latéral suggérés par le
constructeur de la chaîne, ainsi
que la position et la dimension de
la lime pour l’affûtage.
35°
Si l’angle de coupe est inférieur à
35°, on rend la gouge obtuse, le
rendement diminue et les vibrations augmentent. Cette problématique se vérifie quand on réduit
l’angle de coupe préconisé ou
quand on tient la lime trop baissée
vers l’arrière (lime inclinée vers le
haut).
60°
<35°
Les angles de biseau supérieurs à
60° réduisent le rendement de la
coupe tandis que les angles inférieurs à 60° produisent une diminution du fil en l’usant rapidement.
Les angles de coupe supérieurs
à 35° rendent le fil très délicat et
entraînent un désaffûtage rapide
ainsi qu’une usure prématurée de
la chaîne. La chaîne est alors très
sollicitée et produit des copeaux
trop gros.
>35°
58
6.3 Limiteur de profondeur
nètre excessivement dans le bois
en provoquant des forts rebonds
et entraînant une trop forte sollicitation du moteur.
Il est très important de maintenir
une hauteur correcte du limiteur de
profondeur pour obtenir :
•moins de fatigue pour l’opérateur;
•un travail en sûreté;
•un fonctionnement correct du
moteur;
•une coupe régulière;
•un meilleur rendement avec un
travail plus précis.
Lors de l’acquisition de la tronçonneuse, il est important de se procurer aussi les outils pour baisser
correctement le limiteur : lime plate
et gabarit de profondeur construit
en acier pas attaquable par la lime
et spécifique pour sa typologie de
chaîne.
1 - Gouge de coupe
2 - Limiteur de profondeur
3 - épaisseur du copeau
1
3
2
Lors de l’avancement de la chaîne,
le limiteur de profondeur précède
la gouge de coupe. Il détermine
la profondeur de pénétration de la
gouge dans le bois et par conséquence l’épaisseur du copeau.
La hauteur correcte du limiteur de
profondeur influence directement
le rendement de coupe de la tronçonneuse.
Pour maintenir une efficacité élevée
de coupe on doit contrôler la hauteur du limiteur de profondeur en
la baissant de manière proportionnelle à la gouge (de 0,5 à 1 mm).
Si on ne baisse pas le limiteur de
profondeur, la gouge ne pénètre
pas suffisamment dans le bois,
produit des copeaux minces et diminue le rendement de coupe.
Si par contre on baisse trop le limiteur de profondeur, la gouge pé-
Le niveau d’abaissement du limiteur dépend non seulement de
l’affûtage, mais aussi des deux
facteurs suivants:
•de la puissance de la tronçonneuse;
• de quelques caractéristiques et
conditions du bois (sec, vert, dur
ou tendre, gelé, …).
59
6.4 Affûtage de la chaîne
•gabarit d’angle d’affûtage aimanté.
Pour réaliser un affûtage convenable de la tronçonneuse, il faut
avoir une tension correcte de la
chaîne et exécuter les phases suivantes:
•
se mettre dans une position
confortable et sûre;
•faire tourner la chaîne dans le
sens horaire (pousser le nez du
guide) pour éviter des lésions aux
mains;
•rechercher la gouge la plus courte
ou la plus endommagée;
•bloquer la tronçonneuse avec un
moyen adéquat (ex. un étau d’affûtage ou une souche de soutien);
•contrôler l’angle latéral (il est préférable de regarder l’angle de la
partie opposée à celle dans laquelle on se trouve pour une meilleure vision);
•affûtage avec la lime ronde en
premier lieu sur la gouge la plus
endommagée, en comptant les
coups de lime (il faut avoir l’objectif de maintenir une usure
équilibrée des gouges droites et
gauches);
•affûtage de toutes les gouges du
même côté en veillant: de donner
à chaque gouge, si possible, le
même nombre de coups de lime
avec la même intensité;
•affûter toutes les gouges du côté
opposé au précédent avec le
même nombre de coups de lime
que du premier coté.
L’emploi d’une chaîne mal affûtée
conduit à:
• l’augmentation des risques de la
tronçonneuse;
•l’augmentation des vibrations
transmises à l’opérateur;
•une plus grande fatigue de
l’opérateur;
•l’augmentation de l’usure du
guide-chaîne;
• l’augmentation de l’usure de la
tronçonneuse;
•l’augmentation de la consommation de carburant.
Il existe deux modalités d’affûtage
de la chaîne de la tronçonneuse:
• l’affûtage simple;
• l’affûtage complet.
6.4.1 Affûtage simple
Aux premiers symptômes de mauvais rendement de la tronçonneuse
pendant les opérations de coupe,
il est important d’affûter la chaîne.
L’opérateur doit savoir affûter la
tronçonneuse dans n’importe
quelle situation.
Les matériels nécessaires pour réaliser l’affûtage simple de la chaîne
sont:
•étau d’affûtage ou souche de
soutien;
•lime ronde de diamètre adapté à
la chaîne qu’on affûte;
•bougie clé pour fixer le guidechaîne dans la cannelure de la
souche;
•gants;
60
Pour bloquer la chaîne on utilise en
général un étau. Mais, si l’on doit affûter la chaîne pendant les travaux
en forêt, il faut trouver un support
qui permet de fixer le guide-chaîne
solidement. Cette méthode de
blocage est dénommée “encastrement à la chaise” et elle est mise en
œuvre de la manière suivante:
• on abat un arbre de petites dimensions (15-20 Ø cm) à environ un mètre de hauteur;
• on effectue une coupe à “chaise”;
• on effectue une coupe élargie légèrement à la base pour faciliter
la rotation de la chaîne;
barit d’angle de coupe aimanté
afin de pouvoir respecter l’angle
de 35°. Si on utilise un guide d’affûtage on ne sera pas confronté à
ce problème.
Il existe dans le commerce des
guides d’affûtage avec des repères pour l’angle de coupe à 35°,
30° et 25°.
6.4.2 Affûtage complet
L’affûtage complet doit être normalement exécuté après différents
affûtages simples ou après des
endommagements sérieux (ex.
contact avec des pierres…); c’est
un véritable entretien de la chaîne.
Les matériels nécessaires pour
réaliser l’affûtage complet de la
chaîne sont:
•on met la tronçonneuse sur la
“chaise” en encastrant le guidechaîne dans la fente spéciale en
le bloquant avec la bougie clé.
•étau d’affûtage ou souche de
soutien ;
• guide d’affûtage avec un angle
de référence correct (ou un autre
outil qui garantit l’angle correct);
•lime ronde de diamètre convenable à la chaîne qu’on utilise;
• lime plate et plaque pour limiteur
de profondeur;
En utilisant cette procédure, on
aura toutefois moins de repère
pour l’angle de coupe. Ensuite,
après quelques affûtages, il faut
donc contrôler de nouveau l’angle
en question, par exemple avec
l’emploi d’un étau d’affûtage. Il
peut être utile d’employer un ga-
61
• outils pour mesurer la longueur
des dents (ex. calibre, lame…);
• gants.
• baisser le limiteur de profondeur
comme décrit au chapitre 6.3 en
utilisant la lime plate.
Si cette opération se déroule correctement, la chaîne sera à même
de fonctionner de manière optimale.
Il faut avoir une tension correcte
de la chaîne pour exécuter un affûtage correct et complet. Procéder
de la manière suivante:
• fixer l’étau d’affûtage de manière
adéquate;
6.5 Tension correcte de la
chaîne
6.5.1 Problématiques avec une
tension incorrecte de la chaîne
La tension correcte de la chaîne
est évaluée lorsque la chaîne est
froide. On vérifie en contrôlant
qu’elle est bien en contact avec la
partie inférieure du guide-chaîne et
en la faisant tourner tout simplement avec les doigts sans forcer.
Une tension incorrecte de la chaîne
provoque:
Si la tronçonneuse est pourvue
de guide-chaîne avec l’embout à
étoile, ce dernier supporte une plus
grande tension. Si le guide-chaîne
est dépourvu de l’embout à étoile,
dans le cas de tensions soutenues il est exposé plus facilement
au surchauffage. Lors du serrage
de la vis de tension de la chaîne,
la tronçonneuse doit toujours être
tenue avec la pointe du guide vers
le haut, comme représenté dans le
dessin de page 63.
•fixer la tronçonneuse à l’étau
d’affûtage;
• faire tourner la chaîne de l’arrière
vers la pointe du guide pour éviter des lésions aux mains;
• chercher la gouge la plus courte
ou celle la plus endommagée;
•affûter avec la lime ronde la
gouge la plus courte ou celle la
plus endommagée;
•utiliser un calibre en le réglant
à la longueur de la dent qu’on
vient d’affûter (s’il le faut on peut
aussi utiliser un bout de bois);
• affûter correctement les gouges
de manière équilibrée sur toute
la partie gauche puis, en tournant la tronçonneuse, sur la partie droite (ou vice-versa);
62
6.7 Pas de la chaîne
Le pas de la chaîne de la tronçonneuse est une mesure qui correspond à la moitié de la distance
entre trois rivets.
mm 20,52/2 = 10,26 mm = 0,404”;
mm 19,04/2 = 9,52 mm = 3/8”;
mm 16,50/2 = 8,25 mm = 0,325”.
•un risque de rupture de la
chaîne;
•une usure anomale du guidechaîne;
A titre indicatif, on notera qu’à
chaque pas correspondent deux
types de limes (les valeurs sont
exprimées en millimètres et en
pouces):
• une usure anomale de la chaîne.
6.6 Acquisition d’une chaîne
pas 3/8’’ lime 5,5 – 5,2 mm ø
(5,5 = 7/32 (5,2 = 13/64);
Pour l’acquisition d’une chaîne il
faut faire très attention à tout ce
qui est gravé sur le guide-chaîne.
Il y a 4 informations importantes
que l’opérateur doit connaitre:
pas 0,325” lime 2 – 4,8 mm ø
(4,8 = 3/16).
• le pas de la chaîne;
• l’épaisseur du maillon entraîneur;
•la forme (ronde, demi-ronde
ou carrée) de la gouge la plus
convenable à la situation de travail et au type de bois concerné;
•la longueur de la chaîne exprimée en nombre de maillons entraîneurs.
distance entre 3 rivets
63
7 ABATTAGES
Les premières opérations à effectuer avant l’abattage sont l’examen de l’arbre et le choix de la
direction de chute; ces opérations
sont étroitement liées.
contreforts radicaux, la présence de pourriture, la direction
des fibres, les rejets;
• la tige: évaluer la direction du
tronc en vérifiant son inclinaison par rapport à la verticale,
les bifurcations et les possibles
fentes;
7.1. Examen de l’arbre
Le premier élément dont le bûcheron doit tenir compte est l’examen
approprié de l’arbre à abattre.
Qu’entend-on par «examen de
l’arbre»? Penser à tout ce qui
peut créer des difficultés ou compromettre l’exécution parfaite
de l’abattage. Chaque arbre est
unique!
la couronne
la tige
Donc, avant d’abattre, on doit absolument considérer ces facteurs:
• le type d’arbre: l’essence, le
diamètre, l’âge estimé, les caractéristiques du bois, le degré
de dessèchement;
• le pied: la présence de pierres
et de terre, la situation des
64
le pied
65
hauteur de l’arbre
• la couronne: sa forme (si elle est
régulière ou à drapeau), sa taille
et la répartition du poids, si elle
a des branches pénétrant dans
d’autre feuillage, si les branches
sont épaisses ou sèches et si
elles peuvent présenter un danger pendant l’abattage;
et des roches pour éviter d’endommager la tronçonneuse.
SUITE à L’EXAMEN DE L’ARBRE ON
CHOISIT LA MéTHODE D’ABATTAGE
LA PLUS ADAPTéE
couloir de chute
peuplement
restant
direction de chute
7.2. Choix de la direction de
chute
• la hauteur: pour définir l’étendue des zones de sécurité et
pour vérifier si la chute de l’arbre
pourrait affecter toute infrastructure (lignes électriques, routes,
téléphone, etc.);
La direction de chute doit être
choisie autant que possible selon
les instructions énoncées dans
l’organisation du travail et pour
opérer pendant l’abattage et les
opérations suivantes de façon
sûre et ergonomique, en évaluant
les conditions du terrain et de
l’environnement. En particulier, le
choix de la direction de chute tient
compte des facteurs suivants:
• le respect de la forêt: préserver
la régéneration et ne pas endommager le reste du peuplement;
•les conditions environnementales (par exemple le vent), le
relief et les alentours de l’arbre
(obstacles);
• le lieu et le chemin de repli.
Cette opération est d’une importance fondamentale et elle doit
donc devenir un automatisme.
Dans un premier temps, cette approche peut sembler répétitive et
ennuyeuse, mais le temps passé
sur cette opération peut permettre
de réduire beaucoup les efforts
(si un arbre ne tombe pas, s’il
s’encroue, etc.), donc l’examen de
l’arbre doit toujours être fait.
En outre, afin de faciliter les opérations et les mouvements de l’opérateur, avant de passer aux phases
d’abattage on doit libérer l’espace
autour de l’arbre de tous les obstacles (branches, arbustes) en sauvegardant, lorsque cela est possible,
la régéneration. Il faut également
nettoyer le pied de l’arbre de la terre
• la facilité de travail: ébrachage et
éventuel débitage;
• la facilité de débardage (surtout
si l’on travaille des billons très
longs): choisir la direction selon
les voies d’évacuation;
• la réduction des dommages au
tronc de l’arbre abattu: l’impact
avec le sol ne doit pas casser ou
fendre l’arbre;
• l’évaluation du couloir de chute:
pour éviter le déracinement ou
la rupture d’autres arbres, les
possibles chocs de retour, les
rebonds;
66
régénération
chemin
de repli
obstacles
•
le contrôle de l’environnement: évaluer la possibilité de
s’encrouer, le relief et le lieu
d’impact, la présence d’infrastructures routières ou fixes.
chaîne tout autour du tronc dans
le sens horaire sans affecter trop
en profondeur;
7.3. Coupe des contreforts
radicaux
coupe
horizontale
Les contreforts radicaux sont des
grosseurs à la base du fût qui se
forment au départ des racines.
Avant de procéder à l’abattage il
peut être utile de les enlever, par
exemple pour réduire le diamètre
de l’arbre à abattre; dans d’autres
cas il est nécessaire de les maintenir pour augmenter la tenue de la
charnière.
Dans le cas où les contreforts
doivent être éliminés, on procède
de la manière suivante:
•on fait une coupe horizontale
à partir du côté amont, en tirant avec le dessous du guide-
•on fait une coupe verticale sur
les contreforts et parallèle à l’axe
de l’arbre, en se déplaçant dans
le sens horaire;
coupe
verticale
67
•pour faire correspondre parfaitement les deux extrémités coupées, on termine par une coupe
horizontale.
Pour diriger l’entaille dans le bon
sens, la ligne de visée de la tronçonneuse est une bonne aide.
ATTENTION: COUPER LES
CONTREFORTS RADICAUX
SEULEMENT SUR DES ARBRES SAINS
l’exécuter avec une meilleure précision et facilité opérationnelle, on
peut placer aux deux extrémités
de la base des baguettes qui indiquent l’endroit exact où la coupe
se termine.
En enlevant la partie de bois à
forme de coin de l’entaille, il se
produit que la base de la coupe
est horizontale et la coupe en biais
alignée. On va donc vérifier à nouveau la position exacte de la direction de chute.
Il ne faut jamais avoir de scrupules
à perdre quelques secondes pour
s’assurer que cette phase ait été
conduite avec précision, parce
que celle-ci permet ensuite de gagner du temps et de la peine.
7.4 Entaille de direction
L’entaille de direction est une encoche en forme de coin pratiquée
au pied de l’arbre qui est utilisée
pour faciliter et orienter la chute.
On procède de la manière suivante.
On peut effectuer un contrôle de
la direction à l’aide d’une serpe
comme un prolongement de la
ligne directionnelle de la machine.
Si nécessaire, pour des abattages
précis, on peut vérifier avec le
double-mètre: la ligne joignant le
centre de l’entaille au sommet du
double-mètre plié (bissectrice) indique la direction.
Tout d’abord, on fait la coupe basale qui doit être toujours horizontale et perpendiculaire à la direction d’abattage, à former ainsi un
plan de travail.
45°
b
En connaissant la largeur du
guide-chaîne, on détermine avec
une bonne précision la profondeur
de l’entaille.
Une fois terminée et contrôlée la
coupe de base de l’entaille, on
procède à la coupe en biais. Pour
68
7.5 Charnière
La coupe en biais forme un angle
de 45° avec la base de l’entaille.
La charnière a la fonction de retenir
et de guider l’arbre au cours de sa
chute dans la direction déterminée
par l’entaille.
a
La charnière doit être dimensionnée en fonction de l’espèce, de la
hauteur, du poids, de l’âge, du degré de dessèchement de l’arbre.
On doit également évaluer les
contreforts radicaux et les conditions saisonnières doivent être
prises en compte (par ex. arbres
gelés).
Si la charnière est absente ou trop
petite, l’arbre qui tombe n’est pas
contrôlable car la chute est orien-
a=b
Il en résulte que, sur un terrain
horizontal, lorsque l’arbre est approximativement à la moitié de la
chute et déjà fortement penché
dans la direction choisie, l’entaille
se ferme et la charnière se casse.
Une entaille avec un angle inférieur
à 45° peut provoquer l’éclatement
du tronc.
69
B
tée où l’arbre a le plus de poids et
pas forcément là où il est orienté
par l’entaille.
Lors de la rupture de la charnière
c’est, en effet, toujours le poids qui
influence la direction de chute. Par
exemple, un arbre sec a une charnière qui se fend tout de suite et il
est donc difficile à guider; contrairement à ce qui se passe avec un
arbre jeune qui a des fibres élastiques et longues.
Les essences suivantes ont des
fibres longues et élastiques, d’où
une bonne aide dans la chute: le
mélèze, l’épicéa, le sapin (jeune),
le peuplier, le frêne, le châtaignier
(jeune), le pin sylvestre (étant
jeune), le robinier.
Celles qui ont des fibres plus dures
qui se cassent au lieu de se plier
sont le hêtre, le chêne, l’orme,
l’érable, le châtaignier (âgé), le pin
sylvestre (âgé), le sapin (âgé).
La direction des fibres est très importante et leur contrôle est indispensable pour travailler en toute
sécurité.
Dans les deux exemples la charnière parait de taille égale; toutefois,
l’orientation des fibres obliques ou
verticales va déterminer une dimi-
7.7 Cas normal
Par exemple, si un arbre penche
de côté, il est nécessaire de laisser
une charnière plus large et donc
plus haute du côté opposé à celui
où il penche.
On l’exécute quand les arbres sont
droits, sains et avec couronne régulière.
Règles de sécurité
7.6 Coupe d’abattage
La coupe d’abattage doit être perpendiculaire à l’axe du tronc.
Pour que la charnière puisse remplir sa fonction on scie la coupe
d’abattage un peu plus en haut
que la base de l’entaille de direction. Cela permet aux fibres de la
charnière de fléchir et donc d’exercer leur fonction de guide.
La hauteur de la coupe d’abattage
dépend de la situation et de la difficulté d’abattage, en tous cas sans
être inférieure de 1/10 du diamètre
du tronc; de cette façon au moment de la rupture de la charnière,
le bois se déchire de la souche et
non du tronc. En outre, il diminue
aussi le risque d’éclatement. En
général, la règle est que la hauteur de la coupe doit être au moins
égale à la largeur de la charnière
nution de son épaisseur dans le
cas A et une augmentation dans le
cas B. Plus le poids de l’arbre est
décentralisé, plus il a tendance à
déchirer la charnière dans la zone
de tension. Dans ce cas, dans la
zone soumise à tension on doit
renforcer la charnière, c’est-à-dire
il faut augmenter sa largeur; en
outre, dans des cas particuliers,
il est convenu de laisser les fibres
plus longues (charnière plus haute)
en raison du fait qu’une longueur
plus grande en augmente la flexibilité.
AVANT DE PROCéDER A
L’ABATTAGE ON DOIT DéFINIR
LA ZONE DE CHUTE ET LA ZONE
DANGEUREUSE
La ZONE DE CHUTE est l’ensemble des lieux où l’on prévoit
que l’arbre et ses branches tomberont.
La ZONE DANGEUREUSE est
l’ensemble des lieux où il est
admis de stationner mais en
arrêtant le travail au signal “attention” donné par celui qui est
en train d’abattre l’arbre, afin de
suivre attentivement l’abattage
jusqu’au signal de fin de danger
donné par l’abatteur.
A partir d’un cercle hypothétique
avec au centre l’arbre à abattre
et un rayon égal à deux fois sa
hauteur, dans le cas normal la
zone de chute est de 90° (degrés), 45° de chaque côté de la
direction de chute, tandis que la
zone dangereuse est constituée
de la partie restante du cercle.
Dans toutes les méthodes
d’abattage la zone de chute
inclut un cercle de quelques
mètres autour du pied de l’arbre
d’une largeur égale à la projection verticale de la couronne.
A
hauteur
1/10 Ø
70
45°
71
dire
cti
o
er
n
de
erv
obs
45°
45°
ZONE
DANGEREUSE
ZONE DE
CHUTE
ute
ch
chemin de repli
s’éloigner
nière, mais en faisant attention
de ne pas la réduire trop, car elle
pourrait se déchirer.
Au lieu du coin on peut utiliser
des outils hydrauliques réduisant
le stress physique de l’opérateur.
Leur utilisation en sécurité, cependant, nécessite d’une formation
adéquate et d’une bonne connaissance du maniement.
double longueur de l’arbre
observer l’arbre jusqu’au moment où il se trouve à terre et
attendre que l’abatteur donne le
signal de fin du danger;
6.crier - ATTENTION - à voix haute
et claire;
7.une fois terminé l’abattage, signaler la fin du danger; alors seulement on peut recommencer les
autres activités.
Si l’on se trouve dans la pente, la
zone de chute devra être agrandie en fonction du terrain, de
la direction de chute souhaitée
et de l’inclination de l’arbre, en
raison du risque de glissement
et de roulement du tronc et de
chute de pierres.
Ensuite il est nécessaire de:
1.fixer le chemin de repli;
2.s’assurer que le carburant soit
suffisant pour terminer la coupe
et que l’équipement nécessaire
(merlin, coin, ecc…) soit proche
afin d’éviter des déplacements
dans la zone de chute au cours
de la phase d’abattage;
3.renvoyer en dehors de la zone
de chute toutes les personnes
qui s’y trouvent;
4.s’assurer que les sentiers, les
routes et les pistes forestières
soient fermées et que l’accès
soit empêché par des sentinelles positionnées au dehors
de la zone de chute;
5.avertir les personnes présentes
dans la zone dangereuse; elles
doivent interrompre le travail,
• on choisit et on réalise le type de
coupe d’abattage le plus approprié, en mettant le coin dès que
possible en tapant avec le merlin
et en vérifiant l’oscillation de la
pointe de l’arbre;
Il s’agit notamment de:
Coin hydraulique
L’utilisation est la même que pour
le coin normal, mais l’attention doit
être portée à la direction des fibres
dans le point d’insertion. Selon la
situation, ce point doit être coupé
sinon il y a le risque que le bois soit
comprimé, en empêchant ainsi
l’effet de levage. Dans le point d’insertion du coin, la coupe d’abattage doit être agrandie (au-dessus
et au-dessous) conformément
à la forme du coin, de sorte que
les plaques d’acier puissent bien
pénétrer dans le bois. L’addition
d’un coin traditionnel de sécurité
est nécessaire dans tous les cas.
Le levier de pompage peut être
placé indifféremment à droite ou à
gauche de sorte qu’il soit plus pratique.
• si l’arbre ne répond pas à l’effet
du coin, on peut intervenir en réduisant de la largeur de la char-
Méthode d’exécution
• on effectue l’entaille de direction, qui doit être horizontale,
profonde 1/5 du Ø (diamètre) et
avec 45° d’ouverture (proportion
1/1);
• avant la coupe d’abattage, avec
la tronçonneuse éteinte et avec
les protections auditives soulevées, on crie - ATTENTION - à
voix haute et claire, toujours en
surveillant la zone de chute;
• on détermine la dimension de la
charnière afin qu’elle soit égale à
1/10 du Ø;
• on effectue la coupe d’abattage
plus haut que la base de l’entaille de 1/10 du Ø, avec un minimum de 3 cm;
72
vis à ailettes
vis à purger (ouverture de l’huile)
plaques d’acier
perçage transversal
coin d’aluminium
levier de pompage
73
7.8 Types de coupes
d’abattage
Cric hydraulique
Pour le positionnement on doit
aussi prêter attention à la direction
des fibres dans le point d’insertion.
Il ne convient pas pour des arbres
ayant un diamètre inférieur à 45
cm. L’addition d’un coin de sécurité traditionnel est nécessaire dans
tous les cas.
La coupe d’abattage doit commencer toujours dans la zone de compression. Il est fondamental que
cette coupe se termine toujours
dans la zone de tension, aussi pour
la sécurité de l’opérateur. Plusieurs
méthodes sont possibles.
platine rotative
2
1
7.8.1 Coupe en éventail simple
Elle est employée pour les arbres
de petits diamètres, inférieurs à la
longueur du guide-chaîne. On appuie la tronçonneuse à l’arbre de
façon à laisser une charnière de
largeur prédéterminée et, le moteur restant sur place, on pivote
l’extrémité du guide-chaîne. Dès
que possible insérer si nécessaire
un coin d’abattage.
graisseur
tige filetée
de réglage
réservoir
d’huile
crite auparavant (présence de
forte compression, d’obstacles,
etc.). On commence à scier avec
la pointe du guide-chaîne et, en le
tenant fixe, on tourne le corps de la
tronçonneuse.
évent
pompe
valve
charnière
entaille de direction
7.8.2 Coupe en éventail simple
contraire
levier de pompage
Elle est employée pour les arbres
de petit diamètre, inférieurs à la
longueur du guide-chaîne, lorsque
pour quelques raisons il est impossible d’effectuer la coupe dé-
LES OUTILS HYDRAULIQUES NE
REMPLACENT PAS LE TIRE-CâBLE
74
3
charnière
entaille de direction
charnière
entaille de direction
7.8.4 Coupe en éventail tiré avec
contrôle contraire
7.8.3 Coupe en éventail tiré avec
contrôle
Elle est employée pour les arbres
de grand diamètre lorsque la longueur du guide-chaîne est insuffisante.
On commence toujours la coupe
dans la zone de compression,
après on dirige le moteur et la
pointe du guide-chaîne vers le
centre de l’arbre, en faisant attention de ne pas couper la charnière.
Puis, sans sortir le guide-chaîne, on
procède à la définition exacte de la
charnière avec la chaîne en traction; pour un contrôle continu la
ligne de visée de la tronçonneuse
peut être prise comme référence.
Insérer le coin d’abattage.
On termine la coupe en tournant
avec le corps de la tronçonneuse,
tout en maintenant fixe la pointe du
guide-chaîne.
Elle est employée pour les arbres
de grand diamètre lorsque la longueur du guide-chaîne est insuffisante.
On commence toujours la coupe
dans la zone de compression,
après on dirige le moteur et la pointe
du guide-chaîne vers le centre de
l’arbre, en faisant attention de ne
pas couper la charnière (1).
Puis, sans sortir le guide-chaîne,
avec son dos on procède à la définition exacte de la charnière; pour
un contrôle continu la ligne de visée de la tronçonneuse peut être
prise comme référence (2). Insérer
le coin d’abattage.
On termine la coupe en tournant
avec le corps de la tronçonneuse,
tout en maintenant fixe la pointe du
guide-chaîne (3).
75
7.8.5 Coupe en cœur
7.8.6 Coupe avec listel
Elle est employée pour les arbres
dont le diamètre est supérieur à 2 2,5 fois la longueur du guide-chaîne.
On commence en faisant une entaille de direction la plus grand possible, mais toujours sans dépasser la moitié du diamètre, puis on
procède avec une mortaise, avec
la chaîne en traction, du côté de
l’entaille de direction (1). Ensuite,
on exécute la coupe d’abattage à
éventail tiré avec contrôle (2, 3, 4).
Elle est employée pour les arbres
dont le diamètre est inférieur à 2 fois
la longueur du guide-chaîne et qui
penchent légèrement dans la direction de chute.
Après avoir réalisé l’entaille de direction, il faut déterminer la charnière et
une portion de bois à qui doit être
laissée sur la partie plus externe de
la tige (listel). Pour cela, on procède
à la coupe d’abattage avec la pointe
du guide-chaîne (avec la chaîne en
traction) en l’introduisant en position parallèle à la charnière (1). Ensuite, on scie vers l’extérieur avec
un mouvement de rotation, tout en
laissant intact le listel (2).
Après avoir extrait la tronçonneuse,
on continue à scier de l’autre côté
du tronc de l’extérieur vers l’intérieur
jusqu’à la charnière (3); puis on insère un coin et, enfin, on coupe le
listel de l’extérieur vers l’intérieur (4).
cœur
1
entaille de direction
charnière
charnière
entaille de
direction
listel
4
2
Opérations à effectuer après la COUPE
d’abattage
Dès que l’arbre commence à tomber, on
ne peut plus corriger sa direction, mais il
est nécessaire de:
• signaler le début de la chute en criant à
voix haute et claire - ATTENTION;
•s’éloigner rapidement au long du chemin de repli, sans toutefois perdre de
vue l’arbre;
3
entaille de direction
n
tio
ec
dir
charnière
4
de
listel
e
ut
ch
observer
1
s’éloigner
2
chemin de repli
3
76
zone de chute
77
•regarder en haut pour éviter
d’être blessé par des éventuelles
branches cassées de l’arbre
abattu ou des arbres proches.
De même on a la possibilité de vérifier d’éventuelles fautes d’abattage:
•entaille incorrecte;
•coupe d’abattage trop profonde, dont charnière trop
étroite;
•coupe d’abattage trop basse
et non perpendiculaire à la tige;
• nettoyer la souche: tout d’abord
scier les esquilles avec le dos du
guide-chaîne (avec la chaîne en
poussée), de cette manière elles
sont projetées loin de l’opérateur;
Opérations à effectuer après la
chute de l’arbre
Une fois l’arbre abattu, on exécute
les opérations suivantes:
• examiner la zone de chute et de
danger, en vérifiant s’il y a encore des risques (branches cassées ou encrouées);
•examiner la souche: l’examen
de la souche et surtout de la
charnière peut donner des renseignements précieux sur la
qualité des fibres et l’influence
que la station dans laquelle on
travaille a sur eux. Par exemple:
• présence de fibres tordues;
•bois avec une croissance réduite ou fibres torsadées;
• présence de pourriture difficile à
voir de l’extérieur.
Pour abattre des arbres avec un
poids excentrique ou qui doivent
être guidés le plus longtemps possible (par exemple s’ils penchent à
l’opposé ou de côté par rapport la
direction de chute), il faut procéder
à l’abattage avec une charnière
plus résistante et effectuer une entaille spéciale.
7.9.1 Cas de l’entaille profonde
(coupe à triangle)
•faire le chanfrein sur les troncs
qui doivent être débardés à
traîne; cela n’est pas nécessaire
avec d’autres méthodes de débardage. Pour éviter de forcer le
guide-chaîne faire le chanfrein
avec des coupes linéaires et
avec la chaîne en traction.
Elle est employée pour les arbres
qui sont fortement penchés dans
la direction naturelle de chute et
avec un diamètre maximal de 30
cm.
Règles de sécurité
Avant de procéder à
l’abattage on doit définir
la zone de chute et la zone
dangereuse
•dans les taillis faire une coupe
ultérieure sur la souche, en biais,
pour permettre le drainage et
empêcher la décomposition de
la souche;
• scier le peigne sur le tronc;
examen de la souche
entaille de direction
7.9 Cas speciaux
•régulariser la base du tronc
avec l’élimination des éventuels
contreforts radicaux;
Dans le cas de l’entaille profonde la zone de chute est de
90°, 45° de chaque côté de la
direction de chute, tandis que
la zone dangereuse est constituée de la partie restante du
cercle pour un rayon égal à
deux fois la hauteur de l’arbre.
charnière
coupe d’abattage
78
79
dire
r
ve
ser
n
ob
ct
io
de
chu
s’éloigner
chemin de repli
45°
45°
ZONE
DANGEREUSE
Ensuite il est nécessaire de:
1.fixer le chemin de repli;
2.s’assurer que le carburant soit
suffisant pour terminer la coupe
et que l’équipement nécessaire
(merlin, coin, ecc…) soit proche
afin d’éviter des déplacements
dans la zone de chute au cours
de la phase d’abattage;
3.renvoyer en dehors de la zone
de chute toutes les personnes
qui s’y trouvent;
4.s’assurer que les sentiers, les
routes et les pistes forestières
soient fermées et que l’accès
soit empêché par des sentinelles
positionnées au dehors de la
zone de chute;
5.avertir les personnes présentes
dans la zone dangereuse; elles
doivent interrompre le travail,
observer
l’arbre
jusqu’au
moment qu’il est à terre et
attendre que l’abatteur donne le
signal de fin du danger;
6.crier - ATTENTION - à voix haute
et claire;
7.
une fois terminé l’abattage,
signaler la fin du danger;
alors seulement, on peut
ZONE DE
CHUTE
double longueur de l’arbre
recommencer
activités.
les
autres
ATTENTION: LORSQUE LA PREMIERE
COUPE EST COMMENCéE, IL EST
STRICTEMENT INTERDIT DE PASSER
DEVANT LA DIRECTION DE CHUTE
DE L’ARBRE
Méthode d’exécution
• crier - ATTENTION - à voix haute
et claire avant de faire l’entaille
de direction, avec la tronçonneuse éteinte et les protections
auditives soulevées;
•effectuer une entaille de direction la plus grand possible, de ½
à 3/5 du diamètre;
•scier la coupe horizontale perpendiculaire à l’axe de l’arbre
jusqu’à ce qu’elle tende à se
fermer, veillant à ne pas coincer
le guide-chaîne;
dimension
entaille finale
•procéder à l’exécution du biais
de l’entaille (45°);
• si elle n’a pas encore atteint au
moins le centre du tronc, approfondir progressivement l’entaille
en sciant toujours avant le biais
et à suivre l’horizontal, afin de ne
pas coincer le guide-chaîne;
•marquer la coupe d’abattage
qui doit être perpendiculaire à
l’axe de l’arbre et à mi-hauteur
de l’entaille;
•suivant cette marque, affaiblir
les côtés de la charnière: de
cette façon, si le tronc tend à
se fendre, la partie de bois scié
(non plus soumis à la même
tension du reste de la charnière)
empêche l’éclatement;
• faire la coupe d’abattage le plus
rapidement possible: les deux
coupes latérales faites précédemment permettent d’avancer plus rapidement; si le tronc
tend à s’ouvrir, il faut continuer
à scier, car l’effet de serre-tronc
obtenu avec les coupes précédentes est garantie d’une bonne
sécurité.
ATTENTION: NE JAMAIS SE
POSITIONNER DERRIèRE L’ARBRE
SUITE AU RISQUE D’éCLATEMENT
DU TRONC
partie
affaiblie
coupe
d’abattage
entaille de direction
charnière
affaiblir
les côtés de
la charnière
dimension
entaille initiale
centre de la tige
80
81
7.9.2 Cas de la charnière large
3.renvoyer en dehors de la zone
de chute toutes les personnes
qui s’y trouvent;
4.s’assurer que les sentiers, les
routes et les pistes forestières
soient fermées et que l’accès
soit empêché par des sentinelles positionnées au dehors
de la zone de chute;
5.crier - ATTENTION - à voix haute
et claire;
6.une fois terminé l’abattage, signaler la fin du danger; alors
seulement on peut recommencer les autres activités.
Elle est employée pour les arbres
qui penchent dans la direction
opposée et/ou à côté de celle de
chute.
7.9.2.1 Cas de l’arbre qui penche à
l’opposé de la direction de chute
Règles de sécurité
Avant de procéder à
l’abattage on doit définir
la zone de chute et la zone
dangereuse
Dans ce cas la zone de chute
est de 360° pour un rayon 2 fois
la hauteur de l’arbre.
rement à la direction de chute
choisie;
•effectuer l’entaille de direction
avec une hauteur 1/1, s’assurant que la base soit horizontale;
• marquer la charnière;
•si nécessaire monter la sangle
d’abattage;
• soulever à nouveau légèrement
l’arbre avec le tire-câble;
• observer la fissuration: si elle est
orientée vers le bas l’épaisseur
de la charnière est correcte;
• terminer la coupe d’abattage;
•continuer à tirer l’arbre avec le
tire-câble jusqu’à sa chute.
La hauteur de la coupe d’abattage
peut varier selon les essences et
la difficulté du cas; une hauteur
exagérée pourrait laisser des fibres
trop longues qui se plient plus d’un
côté que de l’autre et pourraient
faire tordre l’arbre et compromettre
la précision de l’abattage.
Méthode d’exécution
• installer le tire-câble;
• crier - ATTENTION - à voix haute
et claire avant de faire l’entaille
de direction, avec la tronçonneuse éteinte et les protections
auditives soulevées;
• marquer et faire une entaille de
direction de la profondeur de
1/4 à 1/2 du diamètre, de sorte
que la charnière soit en correspondance avec le diamètre de
l’arbre mesuré perpendiculai-
Ensuite il est nécessaire de:
1.fixer le chemin de repli;
2.s’assurer que le carburant soit
suffisant pour terminer la coupe
et que l’équipement nécessaire
(merlin, coin, ecc…) soit proche
afin d’éviter des déplacements
dans la zone de chute au cours
de la phase d’abattage;
direction naturelle
de chute de l’arbre
dire
cti
o
n
de
ute
ch
double longueur de l’arbre
ZONE DE
CHUTE
82
s’éloigner
coupe
d’abattage
de 1/2 juasqu’a
toute la hauteur
de l’entaille
entaille de
direction de la
profondeur de
1/4 à 1/2
du Ø
7.9.2.2 Cas de l’arbre incliné de côté
par rapport à la direction de chute
Cette technique est employée
pour abattre des arbres qui sont
inclinés latéralement par rapport à
la direction de chute choisie.
hauteur
de l’entaille
Règles de sécurité
Avant de procéder à
l’abattage on doit définir
la zone de chute et la zone
dangereuse
•commencer à faire la coupe
d’abattage toujours dans la
zone de compression de 1/2
jusqu’à toute la hauteur de l’entaille d’abattage;
• insérer un coin de sécurité;
• soulever légèrement l’arbre avec
le tire-câble;
•observer la fissuration sur le
tronc près de la charnière: si elle
est orientée vers le haut diminuer légèrement la largeur de la
charnière;
Dans ce cas la zone de chute
est comprise entre 45° mesurés avant la direction naturelle
de chute et 45° au-delà de la
direction de chute prévue. La
zone dangereuse est la partie restante du cercle ayant un
rayon de deux fois la hauteur
de l’arbre.
83
di
de recti
ch on
u te n a
de ture
l’a lle
rbr
e
n
de
ver
ZONE DE
CHUTE
45°
ZONE
DANGEREUSE
45°
s’éloigner
double longueur de l’arbre
Méthode d’exécution
Dans ce cas la méthode à suivre
est la modification de la direction
de l’entaille, donc:
• estimer la hauteur de l’arbre en
utilisant le double-mètre, si possible en se déplaçant sur la ligne
de chute; si on se trouve sur une
pente, relever la hauteur en restant à la même hauteur que le
pied de l’arbre;
•mesurer la distance entre le
centre de la couronne et le
centre du pied (hors de plomb
- d en illustration), en utilisant
le double-mètre comme fil à
plomb;
•reporter l’hors de plomb en se
déplaçant de l’autre côté par
rapport à celui où l’arbre penche
à partir du point A de chute établi: on détermine ainsi le point
auxiliaire vers lequel adresser
l’entaille (point B en illustration);
84
7.9.3 Cas d’abattage d’arbres de
petit diamètre avec emploi du levier
d’abattage
Cette technique s’applique pour
abattre des arbres de petit diamètre qui penchent légèrement
dans la direction opposée à celle
de chute et pour lesquels il est impossible d’insérer le coin à cause
de leurs dimensions réduites. Dans
le cas où l’arbre est incliné à l’opposé par rapport à la direction de
chute, il est difficile de finir la coupe
d’abattage sans coincer le guidechaîne.
d
hors de plomb
A
point de chute
établie
• reporter sur le terrain la hauteur
de l’arbre et déterminer le point
de chute de son sommet (point
A en illustration à la page 85);
•exécuter la coupe d’abattage
perpendiculaire à l’axe de l’arbre
en laissant une grande largeur
de charnière dans la zone de
tension (de la partie opposée à
celle où l’arbre penche).
n
ctio ille
dre ’enta
l
de
Ensuite il est nécessaire de:
1.fixer le chemin de repli;
2.s’assurer que le carburant soit
suffisant pour terminer la coupe
et que l’équipement nécessaire
(merlin, coin, ecc…) soit proche
afin d’éviter des déplacements
dans la zone de chute au cours
de la phase d’abattage;
3.renvoyer en dehors de la zone de
chute toutes les personnes qui
s’y trouvent;
4.s’assurer que les sentiers, les
routes et les pistes forestières
soient fermées et que l’accès soit
empêché par des sentinelles positionnées au dehors de la zone
de chute;
5.avertir les personnes présentes
dans la zone dangereuse; elles
doivent interrompre le travail, observer l’arbre jusqu’au moment
qu’il est à terre et attendre que
l’abatteur donne le signal de fin
du danger;
6.crier - ATTENTION - à voix haute
et claire;
7.une fois terminé l’abattage, signaler la fin du danger; alors seulement on peut recommencer les
autres activités.
ute
ch
er
obs
dire
cti
o
d
B
• crier à voix haute et claire - ATTENTION - avant l’entaille de
direction, avec la tronçonneuse
éteinte et les protections auditives soulevées;
•effectuer l’entaille de direction,
dont la base doit être toujours
horizontale (de ¼ à ½ du diamètre en cherchant la charnière
la plus large);
•si nécessaire monter la sangle
d’abattage;
Règles de sécurité
Avant de procéder à
l’abattage on doit définir
la zone de chute et la zone
dangereuse
Dans ce cas la zone de chute
mesure 90°, 45° de chaque côté
par rapport à la direction de
chute, tandis que la zone dangereuse est la partie restante
du cercle ayant un rayon de
deux fois la hauteur de l’arbre.
85
dire
cti
o
er
n
de
erv
obs
45°
45°
ZONE
DANGEREUSE
ZONE DE
CHUTE
ute
ch
chemin de repli
s’éloigner
double longueur de l’arbre
Méthode d’exécution
Ensuite il est nécessaire de:
1.fixer le chemin de repli;
2.s’assurer que le carburant soit
suffisant pour terminer la coupe
et que l’équipement nécessaire
(merlin, coin, ecc…) soit proche
afin d’éviter des déplacements
dans la zone de chute au cours
de la phase d’abattage;
3.renvoyer en dehors de la zone de
chute toutes les personnes qui
s’y trouvent;
4.s’assurer que les sentiers, les
routes et les pistes forestières
soient fermées et que l’accès soit
empêché par des sentinelles positionnées au dehors de la zone
de chute;
5.avertir les personnes présentes
dans la zone dangereuse; elles
doivent interrompre le travail, observer l’arbre jusqu’au moment
qu’il est à terre et attendre que
l’abatteur donne le signal de fin
du danger;
6.crier - ATTENTION - à voix haute
et claire;
7.une fois terminé l’abattage, signaler la fin du danger; alors seulement on peut recommencer les
autres activités.
• exécuter l’horizontal de l’entaille
de direction (1/5 du diamètre)
avec le dos du guide-chaîne
(chaîne en poussée);
• exécuter le biais de l’entaille de
direction (1/1) avec la chaîne en
traction;
•crier à voix haute et claire ATTENTION - avant d’exécuter
la coupe d’abattage, avec la
tronçonneuse éteinte et les protections auditives soulevées;
•en restant du même côté de
l’arbre, scier avec la chaîne en
traction 3/4 du diamètre de la
coupe d’abattage;
• insérer le levier d’abattage;
• se déplacer de la partie opposée
de l’arbre;
•terminer la coupe d’abattage
avec le côté inférieur du guidechaîne (chaîne en traction), en faisant attention ni à scier au-dessous du levier ni à le toucher,
avec une taille par biais à 45°, en
tenant la pointe du guide-chaîne
quelques centimètres plus en
bas que la première coupe;
•déséquilibrer l’arbre avec le levier.
ATTENTION: TOUJOURS TENIR LE
DOS DROIT ET NE JAMAIS BOUGER
PAR SACCADES
7.9.4 Cas de la coupe en mortaise
avec tenon
Cette coupe est effectuée sur des
arbres penchés dans la direction de
chute et avec un diamètre jusqu’à
un maximum de 2 fois la longueur
du guide-chaîne. Cette méthode
empêche l’éclatement du tronc et
réduit le risque d’accidents.
levier
d’abattage
Règles de sécurité
Avant de procéder à
l’abattage on doit définir
la zone de chute et la zone
dangereuse
entaille de direction
1/5 du Ø
hauteur 1/1
45°
¾
¼
¾
86
Dans ce cas la zone de chute
mesure 90°, 45° de chaque côté
par rapport à la direction de
chute, tandis que la zone dangereuse est la partie restante
du cercle ayant un rayon de
deux fois la hauteur de l’arbre.
¼
87
dire
er
n
erv
de
obs
•pour éviter l’éclatement latéral,
dans les arbres avec des contreforts radicaux laissés, exécuter deux incisions aux côtés
du tronc à la hauteur des deux
coupes déjà exécutées;
•se positionner latéralement par
rapport à la direction de chute;
•exécuter la coupe du tenon,
c’est-à-dire avec une inclination
de 45° du haut vers les autres
coupes, en commençant toujours du côté le plus proche du
corps de l’opérateur.
ct
io
45°
45°
ZONE
DANGEREUSE
ZONE DE
CHUTE
te
chu
chemin de repli
s’éloigner
double longueur de l’arbre
ATTENTION: LORSQUE LA PREMIèRE
COUPE EST COMMENCéE, IL EST STRICTEMENT INTERDIT DE PASSER DEVANT LA
DIRECTION DE CHUTE DE L’ARBRE
Ensuite il est nécessaire de:
1.fixer le chemin de repli;
2.s’assurer que le carburant soit
suffisant pour terminer la coupe
et que l’équipement nécessaire
(merlin, coin, ecc…) soit proche
afin d’éviter des déplacements
dans la zone de chute au cours
de la phase d’abattage;
3.renvoyer en dehors de la zone de
chute toutes les personnes qui
s’y trouvent;
4.s’assurer que les sentiers, les
routes et les pistes forestières
soient fermées et que l’accès soit
empêché par des sentinelles positionnées au dehors de la zone
de chute ;
5.avertir les personnes présentes
dans la zone dangereuse; elles
doivent interrompre le travail, observer l’arbre jusqu’au moment
qu’il est à terre et attendre que
l’abatteur donne le signal de fin
du danger;
6.crier - ATTENTION - à voix haute
et claire;
7.une fois terminé l’abattage, signaler la fin du danger; alors seulement on peut recommencer les
autres activités.
Méthode d’exécution
• déterminer dans la zone de tension la quantité de bois conservée et la marquer avec la craie
(elle pourrait environ correspondre à ¼ du diamètre, surtout en tenant compte de la
conformation des contreforts
radicaux);
•si nécessaire scier les contreforts radicaux restants, mais
seulement du côté de l’entaille
de direction et latéralement,
JAMAIS DU COTE SUJET À
TRACTION;
• crier à voix haute et claire - ATTENTION - avant d’exécuter
l’entaille de direction, avec la
tronçonneuse éteinte et les protections auditives soulevées;
• scier la base de l’entaille de direction perpendiculairement à
l’axe du tronc pour une profondeur de ¼ du diamètre;
•exécuter la coupe en biais de
l’entaille à 45° (1/1);
88
entaille de
direction
¼ du Ø
charnière
• en tenant compte de l’orientation
des fibres, marquer la largeur de
la charnière (1/10 du diamètre);
•en commençant toujours de
la zone de compression, à une
hauteur de 1/10 du diamètre
audessus la base de l’entaille,
percer latéralement et parallèlement derrière la charnière avec
la pointe du guide-chaîne (attention au coup de rebond) et, en
s’aidant avec la ligne de visée
orientée vers la direction d’abattage, scier en arrière vers la zone
de traction en s’arrêtant en correspondance des marques tracées auparavant;
•répéter l’opération de l’autre
côté (les deux coupes devraient
se chevaucher de 4-6 cm);
tenon
45°
charnière
entaille de
direction
h. 1/10 Ø
ATTENTION: NE JAMAIS SE POSITIONNER DERRIÈRE L’ARBRE: LE
RISQUE D’éCLATEMENT EST ÉLEVÉ
charnière 1/10 du Ø
7.9.5 Cas de l’arbre pourri
coupes
chevauchantes
zone de traction
~¼ du Ø
89
Un arbre qui pour n’importe quelle
raison est atteint par des pourritures a encore normalement assez de bois sain aux bords, pour
lui permettre de rester debout.
Quelques symptômes extérieurs
peuvent indiquer que l’arbre est
pourri:
• pourriture visible;
• écoulement de résine;
• racines endommagées;
• dégâts suite au débardage;
•dégâts suite à une chute de
pierres;
• trous du pic ou des fourmis;
• pied évasé en forme de cloche.
On peut se rendre compte si l’arbre
est pourri en exécutant les opérations suivantes:
• si, tapant sur le tronc avec une
hache ou un merlin, l’arbre
sonne creux;
• si, sondant verticalement avec la
tronçonneuse la base du tronc
dans la direction de chute ou
à l’opposé, la sciure apparaît
brune et mouillée.
3.renvoyer en dehors de la zone de
chute toutes les personnes qui
s’y trouvent;
4.s’assurer que les sentiers, les
routes et les pistes forestières
soient fermées et que l’accès
soit barré par des sentinelles positionnées en-dehors de la zone
de chute;
5.avertir les personnes présentes
dans la zone dangereuse: elles
doivent interrompre le travail, observer l’arbre jusqu’au moment
où il est à terre et attendre que
l’abatteur donne le signal de fin
du danger;
6.crier - ATTENTION - à voix haute
et claire;
7.une fois terminé l’abattage, signaler la fin du danger; alors seulement on peut recommencer les
autres activités.
ATTENTION: DANS LE DOUTE IL
FAUT SE COMPORTER COMME S’IL
S’AGISSAIT D’UN ARBRE POURRI
Règles de sécurité
ATTENTION: APRÈS AVOIR EXÉCUTÉ LA PREMIERE COUPE IL EST
ABSOLUMENT INTERDIT DE PASSER
DEVANT LA DIRECTION DE CHUTE
DE L’ARBRE
Avant de procéder à l’abattage on doit définir la zone de
chute et la zone dangereuse
Celles-ci changeront selon les
cas décrits précédemment.
pourriture peut entraver le succès
de l’abattage.
• exécuter l’abattage selon les cas
de l’entaille profonde ou de la
charnière large.
Méthode d’exécution
7.9.6 Cas de l’arbre sec
•crier à voix haute et claire - ATTENTION - avant d’exécuter
l’entaille de direction, avec la
tronçonneuse éteinte et les protections auditives soulevées;
•commencer en exécutant l’entaille de direction au-dessus
d’éventuels trous ou signes évidents de pourriture avec de la
profondeur de la coupe horizontale égale à ¼ du diamètre;
•évaluer l’état du bois de la charnière: s’il est très compromis par
la pourriture répéter l’entaille en
la déplaçant plus en haut à chercher un endroit plus sain, cependant sans dépasser jamais
la hauteur des épaules;
Cette technique est employée
lorsque l’arbre à abattre est sec.
Si l’arbre est sec, la charnière remplit partiellement sa fonction de
guide car les fibres, au lieu de se
plier, se cassent. Par conséquent
dans la phase d’abattage un arbre
sec et penché de côté par rapport
à la direction d’abattage prend
d’abord la direction de chute correcte, mais tout de suite après, à
cause de l’affaissement des fibres
de la charnière, il tombe là où le
poids est plus grand.
Règles de sécurité
Avant de procéder à l’abattage on doit définir la zone de
chute et la zone dangereuse
coupe
d’abattage
entaille de
direction
Ensuite il est nécessaire de :
1.fixer le chemin de repli;
2.s’assurer que le carburant soit
suffisant pour terminer la coupe
et que l’équipement nécessaire
(merlin, coin, ecc…) soit proche
afin d’éviter des déplacements
dans la zone de chute au cours
de la phase d’abattage;
3.renvoyer en dehors de la zone
de chute toutes les personnes
qui s’y trouvent;
ATTENTION: NE JAMAIS SCIER LES
CONTREFORTS RADICAUX
Ensuite il est nécessaire de :
1.fixer le chemin de repli;
2.s’assurer que le carburant soit
suffisant pour terminer la coupe
et que l’équipement nécessaire
(merlin, coin, ecc…) soit proche
afin d’éviter des déplacements
dans la zone de chute au cours
de la phase d’abattage;
En excluant le cas limite dans lequel, en faisant l’entaille de direction, l’arbre tombe tout seul (événement rare mais possible), l’arbre
pourri n’est pas particulièrement
difficile à abattre. Pourtant il est
nécessaire d’y mettre toujours la
plus grande attention parce que la
90
Celles-ci changeront selon les
cas décrits précédemment
pourriture
91
4.s’assurer que les sentiers, les
routes et les pistes forestières
soient fermées et que l’accès
soit empêché par des sentinelles positionnées au dehors
de la zone de chute;
5.avertir les personnes présentes
dans la zone dangereuse; elles
doivent interrompre le travail,
observer l’arbre jusqu’au moment qu’il est à terre et attendre
que l’abatteur donne le signal de
fin du danger;
6.crier - ATTENTION - à voix haute
et claire, après ou avant d’avoir
exécuté l’entaille de direction,
avec la tronçonneuse éteinte et
les protections auditives soulevées;
7.une fois terminé l’abattage, signaler la fin du danger; seulement ensuite il est possible de
recommencer les autres activités.
Méthode d’exécution
Selon le diamètre, l’inclinaison du
tronc (principalement si droit ou
penché dans la direction de chute)
on devra appliquer les méthodologies des cas décrits avant: les
cas normal (éventuellement avec
charnière augmentée), de l’entaille
profonde, de la charnière large ou
de la mortaise avec tenon.
7.9.7 Cas de l’arbre pourri avec 2-4
cm de bois sain sur la circonférence
et penché à l’opposé de la direction
de chute
3.renvoyer en dehors de la zone de
chute toutes les personnes qui
s’y trouvent;
4.s’assurer que les sentiers, les
routes et les pistes forestières
soient fermées et que l’accès soit
empêché par des sentinelles positionnées au dehors de la zone
de chute;
5.crier - ATTENTION - à voix haute
et claire;
6.une fois terminé l’abattage, signaler la fin du danger; alors seulement on peut recommencer les
autres activités.
Il est employé pour des arbres
dans lesquels le bois sain est réduit à une couronne de 2-4 cm
d’épaisseur sur la circonférence.
Il est indispensable d’utiliser le tirecâble.
Règles de sécurité
Avant de procéder à
l’abattage on doit définir la
zone de chute
et la zone dangereuse
ATTENTION: APRÈS AVOIR EXÉCUTÉ
LA PREMIERE COUPE IL EST
ABSOLUMENT INTERDIT DE PASSER
DEVANT LA DIRECTION DE CHUTE
DE L’ARBRE
Dans ce cas la zone de chute
mesure 360° pour un rayon de 2
fois la hauteur de l’arbre.
Ensuite il est nécessaire de :
1.fixer le chemin de repli;
2.s’assurer que le carburant soit
suffisant pour terminer la coupe
et que l’équipement nécessaire
(merlin, coin, ecc…) soit proche
afin d’éviter des déplacements
dans la zone de chute au cours
de la phase d’abattage;
Méthode d’exécution
• installer le tire-câble;
• crier - ATTENTION - à voix haute
et claire avant de faire l’entaille
de direction, avec la tronçonneuse éteinte et les protections
auditives soulevées;
direction naturelle
de chute de l’arbre
dire
cti
o
n
de
ute
ch
double longueur de l’arbre
ZONE DE
CHUTE
92
93
s’éloigner
7.9.8 Cas de l’entaille renversée
•exécuter l’entaille de direction
profonde jusqu’à ¾ du diamètre;
Il est employé dans la pente, pour
des arbres déformés au pied (tordus vers la pente suite à la reptation), quand il n’est pas possible
d’exécuter la coupe en biais à 45°
et lorsqu’ils doivent être abattus
dans la direction de la pente.
Règles de sécurité
ne jamais scier
Avant de procéder à
l’abattage on doit définir
la zone de chute et la zone
dangereuse
Celles-ci changeront selon les
cas décrits précédemment
Quand on travaille dans la
pente la zone de chute devra
être agrandie en fonction de
la pente du terrain, de la direction de chute voulue et de
l’inclinaison de l’arbre suite au
risque de glissement du tronc,
de son roulement et de chute
de pierres.
entaille de direction
•ne pas exécuter la coupe
d’abattage afin que le bois périphérique fasse fonction de charnière;
• tirer graduellement avec le tirecâble;
•s’il est nécessaire, affaiblir la
charnière en agrandissant l’entaille de direction;
•NE JAMAIS SCIER OÙ D’HABITUDE ON FAIT LA COUPE
D’ABATTAGE.
Ensuite il est nécessaire de :
1.fixer le chemin de repli;
2.s’assurer que le carburant soit
suffisant pour terminer la coupe
et que l’équipement nécessaire
(merlin, coin, ecc…) soit proche
afin d’éviter des déplacements
dans la zone de chute au cours
de la phase d’abattage;
3.renvoyer en dehors de la zone
de chute toutes les personnes
qui s’y trouvent;
94
4.s’assurer que les sentiers, les
routes et les pistes forestières
soient fermées et que l’accès
soit empêché par des sentinelles
positionnées au dehors de la
zone de chute;
5.avertir les personnes présentes
dans la zone dangereuse; elles
doivent interrompre le travail, observer l’arbre jusqu’au moment
qu’il est à terre et attendre que
l’abatteur donne le signal de fin
du danger;
6.crier - ATTENTION - à voix haute
et claire, après ou avant avoir
exécuté l’entaille de direction,
avec la tronçonneuse éteinte et
les protections auditives soulevées;
7.une fois terminé l’abattage, signaler la fin du danger; alors
seulement on peut recommencer les autres activités.
Aussi dans ce cas l’entaille peut
être modifiée, en tenant cependant
compte du fait qu’on se trouve devant à un arbre déformé, donc il est
nécessaire faire attention aux fibres
irrégulières et moins élastiques.
Une entaille avec un angle supérieur
à 45° ne compromet pas la précision de l’abattage. Au contraire, si
les fibres sont suffisamment élastiques, elles tiennent plus longtemps.
Une entaille avec un angle inférieur
à 45° se ferme trop vite, quand les
fibres de la charnière sont encore
intactes.
A coupe horizontale de l’entaille;
B
A
C
B coupe en biais de l’entaille impossible à exécuter dans le cas
spécifique;
C coupe en biais renversée.
Méthode d’exécution
• Choisir le cas (normal, de l’entaille profonde ou de la mortaise
avec tenon) à employer selon
le diamètre et l’inclinaison du
tronc;
•exécuter l’entaille de direction
avec les proportions prévues
par le cas choisi;
•après avoir exécuté la coupe
horizontale de l’entaille de direction (A), on exécute la coupe en
biais du bas vers le haut (C);
•
exécuter toujours la coupe
d’abattage perpendiculaire à
l’axe de l’arbre.
95
7.9.9 Cas de l’arbre encroué
Il faut agir avec beaucoup de prudence et réfléchir avant d’agir,
pour établir la meilleure méthode à
utiliser. Il faut évaluer où les zones
de compression et de traction se
trouvent, comment procéder pour
que le guide-chaîne ne se coince
pas et de quel côté il faut faire
pivoter le tronc (où il faut donc laisser un peu de bois comme pivot
de rotation). Souvent, en effet, il
est suffisant de faire pivoter l’arbre
encroué sur lui-même, ou tirer en
arrière ou bien de côté le tronc, en
utilisant la méthode du pivot.
Il peut arriver que, pendant l’abattage, un arbre lors de sa chute
reste appuyé ou encroué. Les
arbres encroués peuvent occasionner beaucoup d’accidents,
même graves, donc ils doivent être
mis à terre tout de suite, avant de
procéder à d’autres abattages et
en respectant quelques règles.
Règles de sécurité
• il est interdit de se tenir sous
les arbres encroués;
•il est interdit de grimper sur
l’arbre servant d’appui;
•il est interdit de grimper sur
l’arbre encroué;
• il est interdit d’abattre l’arbre
servant d’appui car on risque
d’être emporté;
• il est interdit d’abattre un autre
arbre sur un déjà encroué.
•pour prévenir le recul, initialement
ne pas utiliser la pointe mais la
partie inférieure du guide-chaîne;
la charnière doit être sciée du
centre vers les deux côtés;
•évaluer de quel côté on doit tourner l’arbre et, par conséquence,
de quel côté laisser le pivot;
•couper un des deux côtes restants en utilisant la hache ou scier
à la tronçonneuse avec plusieurs
coupes en biais vers le bas à 45°;
parfois cette opération est suffisante pour faire tourner le tronc
sur son axe, autrement recourir
à l’usage du tourne-bois, du tirecâble ou du treuil;
•si par contre on veut déplacer le
tronc de sa souche, on procède
avec la coupe des deux côtés
restants avec la hache, puis, en
utilisant le tourne-bille ou la sapie comme levier, on tente le
déplacement; si cette opération
ne réussit pas on emploie le tirecâble (ou le treuil) en tirant de
côté ou en arrière.
7.9.9.1 Méthode du pivot
7.9.9.2 Méthode pour l’arbre
encroué de petit diamètre
Méthode d’exécution
•évaluer soigneusement la zone
dangereuse et la technique de
travail;
•pour laisser un pivot latéral ou
pour détacher complètement un
arbre de sa souche, il faut scier le
centre de la charnière en laissant
de 3 à 5 cm de bois pour chaque
côté;
On l’emploie pour des arbres
encroués de diamètre inférieur à
environ 25 cm, lorsqu’il est possible d’avoir des bûches de longueur d’un mètre.
Règles de sécurité
La zone de chute est de 360°
Méthode d’exécution
•évaluer soigneusement la zone
dangereuse et la technique de
travail;
•détacher l’arbre de sa souche
en sciant toute la charnière;
•ébrancher jusqu’à la hauteur
des épaules;
•marquer deux bûches d’un
mètre;
• commencer à scier la première
bûche à la hauteur d’un mètre:
pivot latéral
centre de la
charnière
96
97
si l’arbre est peu penché on
réalise une petite entaille de direction en laissant une charnière
zone de compression (comme
dans le débitage);
• procéder avec la coupe d’abattage dans la zone de tension;
• enlever la bûche coupée;
• marquer la bûche suivante;
•procéder de la même façon à
couper la deuxième bûche;
•continuer à débiter jusqu’à la
mise à terre complète de l’arbre.
ATTENTION: on peut essayer
de faire tomber l’arbre en
utilisant la serpe ou lA sapie
(JAMAIS seulement
avec les mains)
7.9.10 Coupe de taillis pour bois de
chauffage
Pour l’exécution de l’abattage, s’il
y a des difficultés à travailler au
pied de l’arbre, on procède de la
manière suivante:
• exécution de l’entaille de direction à environ un mètre de hauteur;
• abattage de l’arbre;
•une fois l’arbre abattu, on scie
le mètre restant, avec une seule
coupe un peu en biais, au pied
de l’arbre.
Le bois de chauffage des bois taillis est généralement façonné en
bûches de longueur d’environ 1 1,20 mètres. Souvent on travaille
dans des terrains impraticables,
tels que pierrailles, zones escarpées, sous-bois touffu.
Règles de sécurité
Avant de procéder à
l’abattage on doit définir
la zone de chute et la zone
dangereuse
Celles-ci changeront selon les
cas décrits précédemment
de dimensions minimales, autrement on réalise une coupe la
plus profonde possible dans la
entaille de direction
dernière coupe
98
99
8 éBRANCHAGE
Utiliser la tronçonneuse continuellement peut causer des effets
potentiellement nuisibles pour la
santé de l’opérateur; c’est pour ça
qu’on devrait alterner des phases
de travail avec la tronçonneuse
avec d’autres en utilisant des outils
manuels.
Si on doit ébrancher des petits
arbres avec des branches de diamètre de 2-3 cm, l’utilisation de la
tronçonneuse est fatigante donc
on conseille l’emploi de la hache,
ainsi l’opérateur n’est pas exposé au bruit, aux vibrations et aux
gaz d’échappement en obtenant
comme ça un bénéfice pour la
santé, sans varier les temps des
travaux.
• les jambes doivent être toujours
d’un seul côté du tronc;
mauvaise
position
8.1 ébranchage avec la hache
L’utilisation de la hache pendant
les opérations d’ébranchage n’est
plus si fréquent comme dans le
passé; c’est pour ça qu’il est important de souligner les opérations
suivantes:
•on emploie la hache avec les
deux mains; elle peut être employée comme droitier ou
comme gaucher, en alternant la
main la plus proche du fer;
100
101
• le coup doit être donné toujours
en éloignant la hache du corps;
•si possible, on doit toujours
partir de la base du tronc vers
la pointe. Si on travaille dans
l’autre sens, on se fatigue de
plus avec le risque de casser la
hache et de dégrader le bois (ex.
bords ébréchés du tronc).
du tronc; on peut même appuyer la tronçonneuse sur la
partie extérieure de la cuisse
pour en décharger le poids et
les vibrations;
• ne pas couper avec la pointe du
guide pour éviter le rebond;
•utiliser le corps moteur de la
tronçonneuse en pivot, c’està-dire: la tronçonneuse reste
en appui sur le tronc et l’on fait
pivoter le guide, ainsi on obtient
les avantages suivants:
•les bras de l’opérateur sont
déchargés du poids de la
tronçonneuse;
• le bois absorbe partiellement
les vibrations;
• les coupes sont plus précises.
8.2 ébranchage avec la
tronçonneuse
Pour protéger la santé de l’opérateur il est important d’utiliser
les équipements de façon ergonomique avec une technique
d’ébranchage la plus possible rationnelle, peu fatigante et sûre.
8.2.1 Règles fondamentales
Pour ébrancher correctement avec
la tronçonneuse, il faut respecter
attentivement les règles suivantes:
•évaluer la stabilité de l’arbre,
les tensions éventuelles des
branches et l’environnement;
•quand on est dans la pente,
travailler seulement sur le côté
amont en contrôlant qu’il n’y ait
pas d’opérateurs en aval;
•travailler avec calme et méthode;
• tenir le pouce de la main gauche
toujours sous la poignée avant;
•appuyer la tronçonneuse sur
le tronc en la faisant glisser; en
situations optimales on peut
ébrancher un résineux sans jamais soulever la tronçonneuse
•poser éventuellement par terre
les genoux;
• éviter les torsions du buste;
•éviter des efforts unilatéraux
nuisibles pour la colonne vertébrale;
•être bien stable avec les pieds
décalés pour ne pas glisser avec
la tronçonneuse en marche;
• les jambes ne doivent jamais dépasser la poignée gauche de la
tronçonneuse.
Il faut adopter les positions suivantes, correctes pour le travail:
• tenir le dos droit en fléchissant
les genoux pour se baisser;
102
103
8.2.2 Méthodes d’ébranchage
Branche 5
• jambe droite appuyée au tronc;
• guide-chaîne appuyé à plat sur
le tronc;
• chaîne en poussée.
8.2.2.1 Méthode scandinave pour
conifères
Avec cette méthode on coupe des
branches peu grandes, soumises
à de faibles tensions par étapes régulières.
En faisant référence à l’illustration,
on commence à couper la partie
droite du tronc avec l’opérateur
à gauche en procédant dans le
sens de marche indiqué. Couper
les branches 1, 2, 3 de droite à
gauche et passer à l’étape suivante
(branches 4, 5, 6) de gauche à
droite.
Branche 6
• jambe droite appuyée au tronc;
•chaîne en traction (partie inférieure du guide).
4
On doit procéder comme suit:
Branche 1
• jambe droite appuyée au tronc;
• chaîne en poussée (partie supérieure du guide).
Branche 2
•pied droit déplacé vers l’extérieur;
• chaîne en poussée.
3
Branche 3
• jambe droite appuyée au tronc;
• tronçonneuse appuyée au tronc;
•chaîne en traction (partie inférieure du guide-chaîne).
Branche 4
•tronçonneuse entre le tronc et
jambe gauche;
• pied gauche déplacé vers l’extérieur si la branche est en bas;
• chaîne en poussée.
6
5
8.2.2.2 Méthode du sommet
2
1
2
2
104
On doit procéder comme suit:
Branche n.1
• On doit appuyer la jambe droite
contre le tronc;
• la jambe gauche ne doit jamais
se trouver devant la poignée tubulaire;
• faire très attention si on travaille
en pente;
•la tronçonneuse doit être appuyée sur le tronc et, si nécessaire, on doit la sortir un peu sur
la droite.
Sur les arbres avec de grosses
branches on utilise la méthode du
sommet. Elle s’appelle ainsi parce
qu’on commence de la partie supérieure du tronc. La posture de
l’opérateur et les règles concernant les vibrations et le poids de la
tronçonneuse sont les mêmes.
On fait glisser la tronçonneuse d’un
verticille de branches à l’autre. Arrivé au verticille, on commence
à couper la branche supérieure
gauche (1), puis on procède toujours sur la gauche (2), donc on
coupe la branche supérieure droite
(3) et on continue sur la droite (4);
on reporte en avant la tronçonneuse en la faisant toujours glisser
sur le tronc.
1
1 3
3
4
4
105
Branche n.2
• on doit appuyer la jambe droite
contre le tronc;
• la jambe gauche sert de support
à la tronçonneuse, en la bloquant contre le tronc;
• la tronçonneuse en appui sur la
jambe gauche et sur le tronc.
Branche n.3
•la jambe gauche va en avant
pour la déplacer latéralement;
• la tronçonneuse est à faire glisser sur le tronc en la reportant
sur le sommet; avec la partie
supérieure du guide on termine,
éventuellement, le côté droit de
la branche n. 1 et on coupe la
branche n. 3.
106
Branche n.4
•on doit appuyer la jambe droite
contre le tronc;
• les jambes doivent toujours être
fermes;
• tournez la tronçonneuse sans la
soulever du tronc; ce faisant elle
profite de l’appui en coupant les
branches sur la droite.
8.2.2.3 ébranchage des arbres avec
des branches grosses et résistantes
Si les branches qui se trouvent sous
le tronc empêchent sa rotation, elles
peuvent être coupées mais pas au
ras du tronc; on doit renvoyer la finition du nœud quand elles se trouveront dessus.
On ne doit pas raser les nœuds
quand ils n’empêchent pas les travaux. Cela, au-delà d’être inutile,
casse le rythme d’ébranchage et le
poids de la tronçonneuse pèse sur
les bras de l’opérateur.
•
évaluer avec grande attention
l’arbre et l’environnement;
•dans la pente il faut évaluer continuellement la position la plus sûre;
•ne pas sectionner le tronc parce
que son poids en augmente la
stabilité;
•
on commence à couper les
pointes et les branches les plus
petites en partant de gauche et
en faisant tout le tour du houppier;
éventuellement faire un second
tour.
Quand on doit couper des branches
grosses et résistantes, on ne peut
pas procéder avec les méthodes
précédentes car l’arbre pourrait rester appuyé sur les mêmes branches
à des hauteurs qui rendent l’ébranchage normal impossible (ex. feuillus, pins). Pour des raisons de sûreté, aux fins ergonomiques et pour
faciliter les travaux successifs, on
procède de la manière suivante:
107
Il faut faire très d’attention aux
branches soumises à de fortes tensions, parce que:
•une fois coupées elles peuvent
frapper l’opérateur;
•elles peuvent coincer le guide de
la tronçonneuse;
•elles peuvent causer des mouvements amples de l’arbre avec le
risque d’écraser l’opérateur.
Pour une exécution de l’ébranchage en sûreté, il faut adopter les
opérations suivantes:
•couper les branches pour pouvoir
se déplacer aisément;
•
commencer à couper les
branches de l’extérieur vers le
centre;
•couper en haut en faisant attention à ne pas dépasser la hauteur
des épaules avec la tronçonneuse;
•couper les branches soumises à
de fortes tension qui tiennent le
tronc soulevé (branches de support) en bouts de 20-30 cm; on a
ainsi des mouvements de l’arbre
plus graduels et moins dangereux;
•exécuter les coupes alternativement sur différentes branches de
soutien jusqu’à ce que le tronc
soit définitivement par terre.
9 DéBITAGE (TRONÇONNAGE)
La grume doit être débitée selon
les catégories, en respectant les
longueurs commerciales. Chaque
découpe ou billon doit avoir une
longueur supérieure à la dimension
standard (sur-mesure). Normalement la sur-mesure est:
• 2% de la longueur pour les conifères, au moins 10 cm;
• 3% de la longueur pour les feuillus, au moins 15 cm;
Pour réaliser le débitage des grumes ou des billons en sécurité, il
faut:
•observer avec attention la
grume ou le billon et son environnement;
• identifier les zones de compression et de tension et leur
intensité (tension forte ou modérée);
•adopter une technique et
adapter sa position de travail ;
•évaluer l’impact du débitage
des grumes et des billons sur
les alentours de la zone de
travail;
•dans le cadre des chablis,
évaluer avec attention la position de la souche, ses réactions possibles lors de
la coupe et amarrer si nécessaire la souche avec un
moyen approprié.
zone de compression
zone de tension
zone de tension
zone de compression
108
109
9.1 Troncs sans tension apparente
9.2 Troncs sous tension
9.1.1 Coupe verticale simple
9.2.1 Coupe verticale double
Procéder comme suit:
• déterminer la zone probable de
tension minimale, que nous devons commencer à couper;
• appuyer le corps de la tronçonneuse au tronc;
• procéder à la coupe verticale ou
en éventail;
Elle est utilisée pour les troncs ou
les souches soumises à une tension moyenne sans danger de
fente ou d’éclatement.
Procéder comme il suit:
•couper dans la zone de compression de quelques centimètres (1);
• terminer la coupe dans la zone
de tension (2);
Il est inutile de déplacer la tronçonneuse d’avant en arrière, car cela
empêche à la chaîne d’agir sur la
totalité de la longueur de la coupe,
ce qui entraîne un rendement plus
faible et l’augmentation de la fatigue.
et en arrière pour éviter de coincer le guide (2);
• dans le cas où ces mouvements
sont insuffisants, retirer le guide
et le rentrer dans la coupe en
étant attentif au rebond. Ne pas
agrandir la partie initiale de la
coupe. On peut terminer l’opération lorsque la partie supérieure de la coupe est fermée (3).
On procède de la manière suivante:
•couper quelques centimètres
dans la zone de compression (1);
•couper quelques centimètres
aux côtés (2);
•terminer la coupe dans la zone
de tension (3).
1
compression
2
2
3
tension
2
1
9.2.3 Coupe coincée
compression
9.2.2 Coupe circulaire
Elle est adoptée pour couper du
bois avec des tensions moyennes,
mais également des petits diamètres accessibles à la fois
au-dessus et au-dessous, lorsqu’on souhaite éviter les risques
de fente ou d’éclatement. Elle se
réalise comme la coupe verticale
double avec une opération complémentaire de coupes latérales,
de manière à obtenir une fonction
de serre-tronc.
3
Elle est adoptée quand les troncs
ont une haute tension ou sur des
troncs sous tension s’ils ne sont
pas accessibles par un des côtés
(le dessus ou le dessous). On procède de la manière suivante:
•couper dans la zone de compression jusqu’au début du processus de fermeture (1);
•agrandir la section de coupe
avec des mouvements en avant
1
2
3
110
111
tension
9.2.4 Coupe circulaire ouverte
On procède comme il suit:
• effectuer dans la zone de compression deux coupes de sorte
qu’elles se croisent 1-2 cm (1).
La partie restante non tronçonnée ne doit pas dépasser 1/3 du
périmètre du tronc;
• compléter rapidement la coupe
dans la zone de tension (2).
Elle est appliquée sur les troncs
soumis à une tension modérée. On
procède comme suit:
• effectuer dans la zone de compression une entaille (1) présentant
une profondeur comprise entre
1/4 et 1/5 du diamètre et un rapport profondeur - largeur de 1/2;
1
1/4 - 1/5 Ø
2
2
3
1
•réaliser deux incisions latérales
avec fonction serre-tronc (2);
• terminer la coupe dans la zone
de tension (3).
croisement des coupes
9.3 Gros diamètres
Pour les gros diamètres les types
de coupe décrits précédemment
ne changent pas. Il suffit de couper
avant dans la zone de compression (le cas échéant), puis terminer
la coupe dans la zone de la tension
avec une grande proportion si nécessaire.
1
2
3
1
2
10 EMPLOI DU TIRE-CâBLE
Dans le cadre des travaux forestiers l’utilisation du tire-câble est
presque toujours indispensable.
Il constitue une aide importante à
divers niveaux qui permet d’augmenter la sécurité, de faciliter les
opérations tout en préservant l’environnement du chantier et d’économiser du temps.
à suivre les méthodes d’utilisation
de cet outil qui est souvent cruciale
pour résoudre les situations difficiles concernant:
1.l’abattage;
2.la mise à la terre des arbres
encroués;
3.
la rotation des troncs pour
l’ébranchage.
En outre, dans les situations d’urgence le tire-câble peut être également utilisé pour des opérations
de premier secours sur un chantier
forestier, par exemple dans un cas
d’écrasement pour libérer le blessé.
10.1 Emploi du tire-câble pour l’abattage
Le bûcheron est souvent réticent à
l’installation du tire-câble car cela
lui semble être une perte de temps.
A partir de cette fausse idée, il
fait des tentatives d’abattage
qui peuvent se conclure en réussite ou parfois endommagent on
rendent difficile le façonnage et le
débardage. Dans de nombreuses
situations, après avoir perdu du
temps et de l’effort, l’opérateur
bûcheron devra au finale utiliser le
tire-câble. Avec le tire-câble l’abattage peut être réalisé par une seule
personne, ce qui limite les risques
d’accidents et réduit l’effort physique. Dans le cadre de l’abattage
9.2.5 Coupe en V
Elle est appliquée sur des troncs
soumis à une forte tension et d’un
diamètre inférieur à la longueur du
guide.
112
113
arbre d’ancrage
10.1.1 Abattage avec tire-câble à
force simple
ceinture d’ancrage
On doit procéder comme suit:
1.choisir le lieu d’ancrage du tirecâble: jamais dans la zone de
chute et toujours le plus proche
possible de l’arbre à abattre afin
de réduire les déplacements et
poulie de renvoi
tire-câble; lors du montage de
la poulie, il faut veiller à éviter
les risques d’écrasement par
l’arbre abattu et de chocs divers. Le câble ne doit pas cogner et traîner sur autres arbres,
pierres, branches, etc… La poulie doit se trouver à une distance
F
1
=
F2
=
50
kN
distance au moins égale
à la moitiè de sa hauteur
50
direction de chute
kN
etir
e
bl
câ
F1 = force de traction
F2 = résistance de la charge
FR = sollicitation sur le système de renvoi
FR = 70,5 kN
zone de
Résultat: l’effort auquel est soumis
le système de renvoi. (70,5 kN)
nement de l’appareil de traction
soient correctement dimensionnés par rapport à la force de la
machine;
• installer, si possible, le tire-câble
avant de travailler avec une tronçonneuse;
• utiliser toujours le tire-câble avec
la poulie pendant l’abattage,
pour des raisons de sécurité;
•lorsqu’on travaille à deux, attendre le signal de l’opérateur à
la tronçonneuse avant de faire
fonctionner le dispositif de traction.
d’un arbre par un seul opérateur
bûcheron au moyen d’un tire-câble
on doit procéder comme suit:
•évaluer la situation globale de
l’installation;
•vérifier la stabilité des arbres
choisis comme point d’ancrage;
une attention particulière doit
être portée à celui auquel la
poulie sera ancrée car l’arbre
en question est poussé par une
force double par rapport à celui
où le tire-câble est ancré;
• veiller que tous les éléments qui
composent le système d’entraî-
chute
mieux maitriser l’opération. On
essaie de le monter derrière ou
à côté de l’arbre à couper;
2.localiser le support de la poulie
qui doit être positionnée dans
la direction de chute et dans la
mesure du possible dans une
zone sécurisée à proximité du
de l’arbre à abattre au moins
égale à la moitié de sa hauteur,
de sorte qu’elle exerce un levier
suffisamment efficace;
3.commencer avec méthode l’installation en préparant les outils
nécessaires afin que le transport
des matériels d’un arbre à un
obstacles
114
115
autre (ou du dépôt des outils)
soit fait en une seule fois et éviter ainsi des déplacements inutiles;
4.ancrer le tire-câble dans un premier temps, puis fixer la poulie entraînant le câble qui sera
passé à l’intérieur et tiré vers
l’arbre à couper; ensuite, fixer
le crochet d’abattage au câble
qui doit être du même côté du
rection. Faire si nécessaire des
corrections sur la charnière et
vérifier que les fibres s’ouvrent
vers le bas. Si elles s’ouvrent
vers le haut on doit procéder
avec l’affaiblissement de la charnière en diminuant sa largeur.
lie mobile) permet de redoubler
la force de traction du crochet
d’abattage, en rapport avec l’angle
formé par les câbles.
•identification de la zone interdite à toute présence humaine
et de matériels, précisément à
l’intérieur du triangle des câbles.
Dans cette zone, le danger pro-
hauteur du
crochet d’abattage
plus haut du point qui
divise en deux le poids
de l’arbre
arbre d’encrage
direction de chute
zone
de c
hute
zonE INTERDITE
à l’intérieur du
triangle des câbles
Notes
tire-câble. Avec l’aide d’une
perche, il doit être accroché le
plus haut possible. En dernière
phase, on tend le câble jusqu’à
obtenir une réaction de l’arbre
(par exemple un mouvement de
la pointe);
5.procéder à la phase d’abattage:
lorsque l’entaille et la coupe
d’abattage ont été réalisées, on
commence à tirer en vérifiant
que l’arbre prenne la bonne di-
•
le crochet d’abattage doit,
si possible, être positionné
au-dessus du point qui divise
en deux le poids de l’arbre ou
le plus en haut possible, afin de
déséquilibrer l’arbre sans risquer
de forcer sur la charnière;
•les câbles ne doivent pas être
impactés par la chute de l’arbre,
donc le crochet d’abattage, la
poulie et le tire-câble doivent
être montés du même côté;
116
Il faut prévoir:
•
un raccord approprié pour
joindre le câble à la ceinture
d’ancrage;
• une pince à câble;
• une poulie;
• un deuxième câble (selon la situation);
•un câble d’attache (si necessaire).
Dans le cadre d’abattage avec
tire-câble à force double, le crochet d’abattage ne garantit pas
toujours une prise efficace et sûre.
vient du risque de rupture de la
poulie, de sa ceinture d’ancrage
et des câbles. L’operateur doit
faire fonctionner le tire-câble en
restant toujours à l’extérieur de
cette zone.
10.1.2. Abattage avec tire-câble à
force double
L’installation du tire-câble à force
double a lieu d’une manière similaire à la simple. On parle de
« force double » car l’utilisation
d’une poulie de réduction (pou-
117
Il faut ainsi prévoir l’utilisation d’un
câble d’attache.
On suit la même procédure du tirecâble à force simple, y compris les
règles de sécurité. Mais on doit
aussi porter une attention aux aspects suivants:
• le parcours de la poulie mobile
doit être libre;
• le tire-câble doit être à l’extérieur
du triangle des câbles de façon
telle que l’opérateur soit en position de sécurité;
• les dispositifs qui composent le
système doivent être dimensionnés afin de pouvoir supporter au
moins le double de la force de
traction du tire-câble. La poulie
fixe doit supporter au moins le
quadruple;
•règle de sécurité similaire pour
les ancrages naturels.
10.2. Emploi du tire-câble pour
décrocher un arbre encroué
•le blocage du câble est réalisé
en passant la tête sous le dernier tour.
Il y a deux façons d’être en mesure d’abattre un arbre encroué.
Le choix entre les deux est dicté
uniquement par sa propre expérience. Il est difficile de déterminer
au préalable si l’arbre encroué va
tomber plus facilement en tirant
sur le pied de l’arbre, sur le côté,
à l’arrière ou en le tournant. On
doit respecter les règles de sécurité déjà indiquées pour l’emploi du
tire-câble.
ATTENTION: LES ZONES DE CHUTE
ET DE DANGER PEUVENT CHANGER
EN CONTINU SELON LA POSITION
DE L’ARBRE encroué , DE L’ARBRE
QUI LE SUPPORTE ET DE LA
TOPOGRAPHIE DU CHANTIER
10.2.1. Tourner
2600 kg
crochet d’abattage
ou câble d’attache
poulie mobile
5200 kg
crochet
pince à câble
1300 kg
118
Si vous supposez qu’avec la rotation de l’arbre, celui-ci va tomber
mais que l’utilisation d’un tournebille sera insuffisante, on devra
alors utiliser le tire-câble.
On doit procéder comme il suit:
•évaluer avec attention la situation;
•ne pas décaler complètement
la tige de la souche, mais laisser une partie de charnière pour
servir de pivot (voir le chapitre
7.9.9.1) afin de favoriser un effet
de rotation, au lieu d’un entraînement;
• une fois positionné le tire-câble,
enrouler le câble autour de la
tige à partir du bas vers le haut
pour 3-4 tours;
• veiller que le câble ne se croise
pas (pour éviter l’écrasement);
10.2.2. Tirer en arrière
Les arbres encroués dans des
fourches et qui ne se libèrent pas
de l’arbre avec la méthode du
pivot, doivent être libérés en les tirant en arrière ou sur les côtés.
On doit procéder comme il suit:
•évaluer avec attention la situation;
•retirer l’arbre de sa souche et
exécuter le chanfrein (voir chapitre 7.9.9.1);
• accrocher la tige au point le plus
bas possible avec un câble, un
119
10.3. Emploi du tire-câble
pour tourner des troncs
câble d’attache ou une chaîne;
Dans les cas où les arbres abattus
doivent être tournés, par exemple
pour terminer l’ébranchage ou
pour diverses raisons (branches
encroués dans le sol) l’utilisation
du tourne-bille n’est pas suffisamment efficace, on peut utiliser le
tire-câble.
à force double
Si le système décrit ci-dessus n’est
pas suffisamment efficace pour
faire tourner un tronc, en utilisant le
même tire-câble il y a la possibilité
de doubler la force.
On obtient une force quadruple sur
un tronc en mouvement, réduisant
la vitesse d’avancement de quatre
fois (deux pour le tronc et deux
pour la poulie).
On doit procéder comme il suit:
• insérer au câble enroulé autour
du tronc une poulie au moyen
d’une pince à câble;
•relier la poulie (mobile) au tirecâble en réalisant un anneau
avec un raccord ancré au même
arbre du tire-câble;
• procéder à la traction.
à force simple
On doit procéder comme il suit:
•fixer le tire-câble à 5-10 m du
tronc;
• enrouler le câble pour 3-4 tours
autour du tronc en veillant à ce
que les câbles ne se croisent
pas et en faisant passer la tête
au-dessous du dernier tour;
•positionner le tire-câble en entraînement direct. Si le poids de
l’arbre l’exige, on doit l’accrocher à une poulie et ancrer l’extrémité du câble le plus possible
en haut sur un autre arbre à couper. De cette façon on redouble
la puissance du tire-câble et, en
tirant en haut, l’arbre se soulève
du sol, avec moin de friction.
•lors de sa rotation le tronc est
comme une poulie mobile: il réduit de moitié l’avancement et
redouble la force.
PENDANT LA CHUTE DE
L’ARBRE FAIRE ATTENTION
AUX MOUVEMENTS BRUSQUES
ET IMPREVISIBLES LIéS A LA
TOPOGRAPHIE DU CHANTIER
(PENTE).
120
121
11 éCORÇAGE
L’écorçage est l’opération la plus
lourde dans le cadre du façonnage
du bois. En général, elle est réalisée en scierie. En forêt on peut
procéder à l’écorçage des grumes
essentiellement pour des raisons
phytosanitaires avec des outils
manuels ou mécaniques.
aux jambes (1), après on se déplace de l’autre côté et on écorce
le reste (2-3).
3
11.1 écorçage manuel
Avec la méthode manuelle, le travail s’effectue avec la hache ou
avec l’écorçoir.
Quand l’arbre est en état végétatif,
l’utilisation de la hache constitue
un progrès et permet d’optimiser
le travail. On doit procéder comme
pour l’ébranchage: on écorce une
bande sur le côté latéral et supérieur du tronc, de la partie opposé
2 1
Dans la progression, on va écorcer
pour une longueur de 1-1,5 m sur
une première partie, puis on passe
de l’autre côté. Il est nécessaire de
tourner la grume pour terminer le
travail.
11.1.1 écorçoir
Grâce à son manche plus long, cet
outil a l’avantage de permettre à
l’opérateur de travailler avec le dos
droit. Il est aussi moins dangereux
que la hache parce que les coups
vont toujours a l’opposé de l’opérateur. Chaque opérateur doit ajus-
1
122
123
11.2 écorçage à la tronçonneuse
ter la position de l’outil en fonction
de sa taille pour pouvoir sectionner
l’écorce avec un angle adapté.
Il existe des écorçoirs de formes
différentes d’une région à l’autre.
Mais tous doivent être affûtés seulement d’un côté en prenant soin
de maintenir la courbure du fil.
par bandes. Leur utilisation reste
toutefois très pénible et coûteuse.
Au cours de son utilisation, il est
nécessaire de maintenir l’écorceuse posée sur l’écorce durant un
laps de temps, allant de quelques
fractions à plusieurs secondes selon l’épaisseur de l’écorce. Elle a
une bonne efficacité sur l’écorce
mince et lorsque l’arbre est hors
sève. Il n’est pas facile de maintenir une posture correcte parce que
la machine doit être maintenue
légèrement soulevée, en position
variable et elle sollicite des efforts
dans les bras et le dos. Elle doit
aussi être maintenue à un certain
régime pour en éviter le blocage.
L’écorçage mécanique peut être
différencié selon la taille, les accessoires et la conception de la
machine. Il existe de grands modèles à installation fixe ou de type
mobile.
En forêt on utilise principalement
des écorceuses adaptées et
montées sur une tronçonneuse.
L’avantage de ce type d’écorceuse
est leur utilisation possible sur le
chantier et sur la zone de chute
de la grume. Elles sont faciles à
transporter et l’accouplement des
organes mécaniques permet l’entraînement de rouleaux spécialement traités qui enlèvent l’écorce
lame/
tranchant
douille
manche
Au cours de l’affûtage il est nécessaire de:
• porter les gants;
• fixer le fer au manche;
• passer la lime sur le fil avec une
pression légère et uniforme;
• soulever légèrement le manche
de la lime afin que le fil ait une
forme semi-convexe à chaque
coup;
• terminer avec une meule après
l’affûtage;
• vérifier le bon état du manche.
124
125
12 Débardage
La phase de débardage doit être
soigneusement planifiée avant de
commencer la coupe afin de:
•garantir la sécurité des opérateurs;
126
•éviter l’endommagement de la
forêt environnante, du bois à débarder et de l’équipement;
•optimiser les temps de travail et
assurer une productivité convenable.
127
12.1 Systèmes de débardage
Dans ce guide on traite exclusivement le débardage terrestre
avec tracteur forestier, treuils
et outils manuels.
On renvoie par contre à des textes
spécifiques pour ce qui concerne
les autres modalités de débardage
(ex. par voie aérienne) et l’emploi
de machines complexes de récente introduction dans le débardage terrestre.
Dans ce contexte, les trois sousphases qui constituent le débardage sont prises en considération:
•la concentration du bois de la
zone d’abattage aux voies de débardage (pistes ou routes);
•le débardage proprement dit, à
partir des voies de débardage
jusqu’aux places d’entreposage
(aires pour le dépôt du bois qui
sont accessibles à des engins
aptes au transport des produits
ressortis de l’intervention sylvicole);
•l’entreposage du bois à la place
de dépôt.
Les systèmes de débardage les
plus communs sont:
•le débardage avec tracteur à traîne;
•le débardage avec tracteur portant;
•le débardage par lançage;
•le débardage avec goulottes;
•le débardage avec animaux de
somme ou à traîne;
•
le débardage par téléphérique
conventionnelle ou mobile;
•le débardage par hélicoptère.
Le système de débardage doit être
choisi en phase de programmation
de la coupe pour déterminer au
mieux les techniques qui sont plus
appropriées à la situation spécifique.
Il faut évaluer les points suivants:
•les mesures de sécurité en fonction de l’organisation des émergences;
•le relief;
•la viabilité existante;
•les caractéristiques du peuplement (aménagement, espèce,
étage de développement, densité);
•l’intensité de la coupe;
•le point de départ et la direction du
débardage;
•la distance de débardage et l’accessibilité;
•la localisation des dépôts de bois;
•les dimensions et le volume du
bois à débarder;
•les produits ressortis de la coupe;
•le nombre et les compétences
spécifiques du personnel;
•les engins et les équipements disponibles.
12.2 équipements
Les principaux équipements qu’on
utilise pendant le débardage, notamment par voie terrestre, sont:
•la tronçonneuse;
•la sapie;
•les poulies;
•les chaînes “choker” de diverses
longueurs (paragraphe 12.4.6) ;
•les ceintures d’ancrage;
•les cisailles à câbles;
•les treuils et les tracteurs.
128
ATTENTION: POUR TRAVAILLER EN
SÉCURITÉ ON DOIT RESPECTER
LES RÈGLES FONDAMENTALES
SUIVANTES
empêche les travaux, pour le déplacement du bois en général.
Cet outil demande de la force physique, toutefois en employant des
techniques correctes il est possible
réduire au minimum les efforts et
augmenter le rendement, en facilitant le travail et en diminuant le
risque d’incidents.
•employer des câbles, des outils
et des engins adaptes, avec des
caractéristiques aptes aux travaux et en parfait état d’usage et
entretien;
•effectuer un entretien correct des
équipements;
•procéder avec calme et méthode
pour travailler en sécurité.
Les EPI sont choisis sur la base
de l’évaluation des risques; en
général il faut utiliser des gants
et des chaussures de sécurité et,
selon les situations, son casque
et sa dotation anti-coupure. Il est
conseillé de mettre des vêtements
à haute visibilité pour permettre
aux opérateurs de se localiser réciproquement dans la forêt.
ATTENTION
•travailler toujours avec le dos droit;
•utiliser la sapie en la tenant près
du corps;
•avoir toujours une jambe arrière
comme soutien dans le cas où la
sapie se détache du billon;
•avant de tirer, contrôler que l’outil
soit bien enfoncé ou appuyé;
•si on travaille en deux personnes
ou plus, il faut se positionner à
distance adéquate, donner de la
voix et agir de manière coordonnée.
ATTENTION: L’USAGE D’APPAREILS
ÉMETTEURS-RÉCEPTEURS FACILITE
LES COMMUNICATIONS EN AUGMENTANT LA SÉCURITÉ DES OPÉRATEURS
ET L’EFFICACITÉ DES TRAVAUX
12.3 Débardage avec la sapie
Les activités réalisées avec la sapie
sont résumées à trois opérations
complémentaires en fonction de la
situation:
1. tirer en avant;
2. déplacer latéralement;
3. tourner.
La sapie est un outil fondamental
pour le travail en forêt et, notamment, dans la phase de débardage.
Son emploi est varié: on l’utilise
pour soulever un billon de façon à
pouvoir accrocher une chaîne ou un
câble, pour déplacer un billon qui
129
12.3.1 Tirer en avant
quelques centimètres, on peut faire
avancer le billon avec des mouvements de levier. Naturellement la
sapie doit être inclinée en avant de
sorte que le mouvement de levier,
outre que soulever le billon, l’envoie
dans la même direction que l’inclinaison.
Pour tirer, la sapie doit être enfoncée dans le billon dans un point
situé dans les 20-40 cm à partir
de sa tête. De cette façon on a les
avantages suivants:
•la conduite du billon est plus facile;
•si on rencontre quelques petits
obstacles (racine, caillou), on
réussit à les dépasser facilement;
•il est moins dangereux pour l’opérateur, parce qu’il se trouve loin
du billon.
ATTENTION
Si un billon a un poids excessif pour
un seul opérateur et doit être déplacé sur un parcours relativement
long, il faut opérer en équipe: pour
la pointe un bûcheron exécute le
mouvement de levier, tandis que les
autres tirent normalement; dans ce
cas celui qui fait le mouvement de
levier donne le signal. Avec des billons très lourds, deux ou plusieurs
opérateurs peuvent être nécessaires pour exécuter le mouvement
de levier; dans ce cas il est conseillé
de se disposer sur les deux côtés
pour éviter de faire tourner le billon
au lieu de le faire avancer.
Quand on tire un billon en descente
l’opération est plus dangereuse
parce que ceci pourrait prendre de
la vitesse et renverser l’opérateur;
par conséquence il est nécessaire
de se positionner autant que possible latéralement et, de toute façon,
empoigner la sapie avec fermeté à
fin de sentir à temps la poussée
exercée par le billon en mouvement
et, par conséquent, pouvoir se déplacer de côté.
ATTENTION
Parfois pour faciliter le déplacement, il est suffisant d’enfoncer la
sapie, ou toutes les sapies si l’on
est plusieurs, quelques centimètres
de côté de sorte qu’en tirant il se
produise un petit mouvement rotatoire.
Dans ce dernier cas il faut se rappeler qui la sapie doit être mise sous
le billon, mais pas trop pour ne pas
préjuger l’effet de levier, et que dans
la pente sa pointe soit tournée en
aval. Sur un terrain dur, sur des cailloux ou sur des piles de bois il faut
que la pointe de la sapie ne soit pas
tournée vers le haut, parce qu’une
éventuelle brusque chute du billon
pourrait la faire rebondir avec violence et frapper l’opérateur.
12.3.3 Tourner
12.3.2 Déplacer latéralement
Pour faire tourner un billon, en plus
du système le plus simple (c’està-dire enfoncer la sapie sur le billon, légèrement du côté opposé,
et tirer), il y a une méthode employée surtout lorsqu’on agit sur
des piles et qui consiste à faire le
mouvement de levier. On procède
de façon presque analogue à celle
employée pour faire avancer le billon, avec la différence que la sapie
ne doit pas être inclinée en avant,
mais tenue perpendiculaire et en
faisant attention de ne pas l’insérer trop sous le billon, autrement on
ne ferait pas autre que soulever ou
abaisser ceci.
Pour déplacer latéralement un billon les méthodes sont différentes.
On peut, par exemple, procéder
pour roulement, exécuter un mouvement à levier sur la partie frontal
du billon de façon à le déplacer
seulement d’un côté ou bien
encore on peut employer le
manche de la sapie comme un
levier.
Quand on travaille avec un gros
poids et pour un déplacement de
130
131
ceinture d’ancrage
=
50
kN
poulie de renvoi
1
Ils existent en outre plusieurs modèles de treuils avec moteur indépendant ou en application au
corps moteur de la tronçonneuse,
de diverses dimensions et puissance, utilisés principalement pour
la concentration du bois.
132
FR = 70,5 kN
r
eu
ct
position
dangereuse
kN
tra
Le tracteur forestier est un tracteur
muni d’un ou de plus treuils utilisés
pour la traîne du bois. Ils existent
divers types de treuils et le tracteur
peut être doté d’autres équipements (pince, benne) et emménagements particuliers pour intervenir en forêt.
Avant de commencer l’activité il
est nécessaire de s’assurer du
fonctionnement correct du tracteur
et de ses accessoires. La traîne du
bois pourra être directe (le tracteur
traîne la charge accrochée) ou indirecte (le tracteur ne bouge pas et
le treuil tire la charge).
50
l/
ui
F1 = force de traction
F2 = résistance du charge
FR = sollicitation sur le système de renvoi
12.4 Débardage avec tracteur
forestier et treuils
=
F2
La sapie est utilisée comme outil
principal dans le débardage par
lançage, soit au long des lignes
naturelles soit sur des parcours
artificiels permanentes ou temporaires (goulottes).
Avant de lancer un billon il est nécessaire de vérifier que le parcours
soit libre, même par le biais de signaux visuels ou avec des communication radio. Il ne faut pas
accéder à la ligne de lançage sans
autorisation du collègue en amont;
il faut d’ailleurs contrôler que pendant leur descente les billons et les
éventuels matériels en mouvement
ne constituent pas un danger pour
les personnes ou les choses qui se
trouvent au-dessous.
arbre d’ancrage
tre
Beaucoup d’attention devra être
prêtée à la conduction du tracteur
et dans son positionnement pour
la traîne indirecte (avec tracteur
en stationnement il y a le danger
de retournement). En choisissant
la direction de traction, il faut vérifier que le câble de traction ne
forme pas un angle trop grand par
rapport au tracteur; la condition
idéale prévoit que les essieux du
tracteur soient perpendiculaires à
la direction de traîne. Des dérogations sont tolérées sur la base du
poids et de la force de traction du
véhicule et de la résistance de la
charge.
F
12.3.4 Emploi de la sapie dans le
débardage par lançage
ATTENTION: TOUT L’ÉQUIPEMENT
EMPLOYÉ (POULIES, CHAÎNES,
CÂBLES) DOIT ÊTRE DIMENSIONNÉ PAR RAPPORT À LA FORCE DE
TRACTION ET AUX MODALITÉS
D’UTILISATION (PARALLÉLOGRAMME DES FORCES)
Résultat: l’effort auquel est soumis
le système de renvoi (70,5 kN)
est nécessaire qu’une ou plusieurs
personnes de liaison interviennent
ou bien il faut prévoir l’utilisation
d’émetteurs-récepteurs.
Quand on emploie un treuil muni
de radiocommande, en fonction
des conditions (distance, relief,
types de produits ligneux), l’opérateur à l’engin peut être superflu
et un seul opérateur peut exécuter toute la phase. Cette méthode
est généralement valide avec des
treuils indépendants, mais il présente des limites de sécurité si elle
est adoptée avec des tracteurs de
débardage légers et sur des terrains difficiles, parce que l’opérateur qui suit la charge n’a plus le
contrôle du véhicule.
12.4.1 Répartition du travail
Généralement, pour le débardage
avec tracteur forestier ou avec
treuil, un conducteur d’engin et un
« élingueur » sont nécessaires. Ce
dernier accroche les charges et, s’il
est nécessaire, les accompagne
en leur faisant éviter les obstacles.
Lorsqu’on n’a pas un contact visuel entre les deux opérateurs, il
133
Les tâches de l’opérateur au treuil
sont de:
•suivre les indications de l’élingueur;
•décrocher les charges;
•lorsque l’on travaille avec tracteur muni de pince ou de benne,
déplacer et empiler le bois selon
les produits prévus.
L’élingueur, en fonction du relief et
de la puissance du treuil, doit:
•accrocher une charge de volume
adéquat;
•donner des instructions à l’opérateur au treuil;
•définir le parcours de la traîne;
•établir le positionnement et le
parcours du tracteur;
•éviter tous dégâts en phase de
débardage ;
•positionner les poulies, les protections et autres déviations de
câble.
•Les bras levés et ouverts à la
hauteur des épaules montrent
LE POSITIONNEMENT DU VÉHICULE;
•un bras levé qui ondule de côté
signifie STOP;
•deux bras qui se croisent sur la
tête signifient ARRÊTER LE MOTEUR.
•un bras levé fixe signifie TIRER;
•un bras abaissé qui ondule en
avant et en arrière signifie DÉTENDRE LE CÂBLE;
12.4.2 Gestuelle conventionnelle
dans le débardage
Pendant le débardage avec des
moyens mécaniques il faut qu’il y
ait un parfait accord entre les différents opérateurs. La communication orale est difficile à cause de la
distance et des bruits du milieu et
des engins mécaniques. Il est donc
nécessaire de communiquer avec
une gestuelle conventionnelle.
ATTENTION: UN GESTE
NON COMPRIS SIGNIFIE STOP
134
135
12.4.3 Risques dans le débardage
ATTENTION: PERSONNE NE DOIT
SE TROUVER DANS LES ZONES
DE DANGER ET L’ÉLINGUEUR DOIT
PRÊTER CONSTAMMENT LA PLUS
GRANDE ATTENTION À SA POSITION
Pendant le débardage les zones
de danger sont:
•la proximité du tracteur;
•les zones de déplacement de la
charge;
•les zones adjacentes aux câbles
en tension;
•en utilisant une poulie de renvoi/déviation, la zone interne à
l’angle formé par les câbles.
zonE INTERDITE
à l’ntérieur du
triangle des câbles
136
En particulier quelques précautions doivent être prises:
•ne pas travailler parmi des billons en position instable ou qui
peuvent se mettre en mouvement;
•si un billon traîné par le tracteur
doit être suivi, l’élingueur doit en
surveiller attentivement les mouvements et les réactions;
•les charges courtes et légères
sont plus dangereuses que les
longues et plus lourdes;
•si on travaille dans la pente l’élingueur ne doit pas se positionner
en aval de la charge;
En outre, lors de l’utilisation de
câbles en tension les suivants dangers sont présents:
•rupture du câble pour usure ou
endommagement;
•rupture du système de déviation
des câbles: poulies, points d’ancrage.
•si on débarde en tirant en amont,
le danger de chute de pierres ou
de bois à cause de la charge et la
possibilité de recul de la charge
suite à rupture du câble ou défilage des crochets chokers sont
bien présents;
•si on débarde vers l’amont avec
tracteur sur route, il est nécessaire de renvoyer le câble du
treuil du dessus de la route, pour
éviter le risque de retournement.
zonE INTERDITE
à l’ntérieur du
triangle des câbles
137
ATTENTION: NE JAMAIS
SE TROUVER DANS L’ANGLE FORMÉ
PAR LES CÂBLES
Ainsi, chaque fois qu’il est possible, il faut utiliser les ouvertures
naturelles et la voirie existante.
Si la charge rencontre un obstacle
pendant sa traîne (surtout si elle est
formée de bois de petit diamètre
ou de courte longueur ou encore
par un seul billon mal attaché),
elle peut s’écarter. Ce mouvement
peut être inattendu et si rapide qu’il
empêche toute réaction de la part
de celui qui se trouve dans son
rayon d’action. L’écart dépend de
la puissance du treuil, du poids et
de la longueur des billons, de leur
point d’accrochage et de la dynamique d’impact avec l’obstacle.
12.4.5 Débardage d’un seul billon à
la fois
Cette méthode peut être exécutée par un seul opérateur, mais
pour des raisons de sécurité une
deuxième personne doit se trouver dans une proximité immédiate.
Il est généralement conseillé de
débarder plusieurs billons simultanément, mais il est acceptable de
débarder un billon à la fois si l’on a:
•des billons gros et lourds;
•des distances de débardage très
courtes;
•une éclaircie de faible intensité
et avec la formation des charges
compliquée;
•des conditions d’empilage difficiles;
•un tracteur trop léger par rapport
au poids de la charge.
Une règle pratique pour le dimensionnement du poids de la charge
est la suivante:
•en amont: poids de la charge au
maximum ½ ce du tracteur;
•à plat: poids de la charge au
maximum ½ – ¾ ce du tracteur;
•en aval: poids de la charge au
maximum égal à ce du tracteur.
ATTENTION: ACCROCHER
CORRECTEMENT LES BILLONS,
NOTAMMENT S’ILS SONT COURTS
ET LÉGERS
Si l’opérateur doit surveiller la
charge de près à cause du terrain
cahoteux, il devra prêter grande
attention et, éventuellement, faire
arrêter la charge, intervenir, s’éloigner à nouveau et, seulement ensuite, donner le signal de tirer.
12.4.4 Choix des voies de débardage
La voie de débardage avec le tracteur ou le treuil doit être repérée de
façon à:
•réduire le temps de débardage et
la peine pour les opérateurs;
•éviter ou minimiser les dégâts au
peuplement forestier.
138
12.4.6 Système “choker”
S’il est possible il faut éviter de dérouler le câble de traction en zigzag: évidemment en ligne droite
la traction exige moins de force et
de temps. En outre un parcours en
zigzag entraîne une plus grande
usure du câble car les frottements
des chokers sont plus importants.
Si les billons sont trop petits, souvent leurs extrémités antérieures
se croisent avec le câble, en formant des charges encombrantes
et difficiles à décrocher; ainsi il vaut
mieux alors faire plusieurs charges
de volume réduit mais en ligne
droite, en minimisant aussi de telle
façon les dégâts au peuplement
forestier.
La traîne ne devrait pas être arrêtée au long de la pente parce que
les billons pourraient se défiler.
Le système “choker” (en anglais
“câble d’attache avec crochet
coulissant”) permet d’accrocher
plusieurs billons au câble du treuil
sans devoir les assembler avant.
Grâce aux crochets coulissants
sur le câble, au cours de la traction
chaque billon sera traîné le long
du câble pour former une charge
unique. Ce système permet de
réduire les temps et, par conséquent, les coûts du débardage.
Pour exploiter pleinement leur
potentiel, il est cependant nécessaire d’organiser au mieux les
différentes phases de travail. En
choisissant la direction de coulissement du câble, il faut employer
quelques astuces.
139
La chaîne doit être installée de
sorte que le crochet coulissant
dépasse juste au-delà de la tête
du billon. De cette façon il est garanti que, en cas d’emmêlement
des chaînes, la charge puisse en
tous cas être facilement libérée et
qu’elle soit effectivement soulevée
contre le bouclier postérieur du
tracteur pendant la traîne directe,
réduisant ainsi le frottement au sol.
~ 30 cm
Pour éviter que le crochet coulissant ne se décroche du câble de
traction, il faut le fixer dans le juste
sens par le bon rapport à la direction de traîne, coinçant si nécessaire un rameau entre le crochet
et le câble comme assurance supplémentaire.
tio
n
de t
rac
tion
•Boucle en 8 (pour chaîne choker): il est convenable pour des
billons non parallèles (2-3 par
boucle).
et
nd
direc
Si les billons sont petits, il est
possible d’en accrocher plusieurs
avec une seule chaîne, en utilisant
une des méthodes suivantes pour
la formation de la charge:
•Boucle simple (pour chaîne
choker): il est convenable uniquement avec des billons parallèles (au maximum 3).
tio
ec
dir
Pour obtenir un bon effet de serrage sur le billon et éviter que la
chaîne se défile, il faut tenir compte
de la direction de traction et passer le crochet étranglant sous le
tronc du même côté que la direction de traction.
•Boucle simple avec anse saillante (pour chaîne choker): il est
convenable avec des billons non
parallèles.
ion
act
e tr
nd
ctio
dire
Normalement la chaîne doit être
accrochée à environ 30 cm de la
tête du billon afin de réduire l’effet
de levier quand la charge heurte
un obstacle (écart). Accrocher la
chaîne à une distance plus grande
de sa tête augmente le risque
d’écart du billon. Les petits diamètres et les bois courts doivent
par contre être attachés le plus
près possible de leur tête.
racti
on
140
141
12.4.8 Contournement des obstacles
12.4.7 Prévention des dégâts au
peuplement
Afin de réduire les dégâts dus au
débardage sur le peuplement restant, il est convenable de prévoir si
possible la maintien de quelques
souches hautes au moins un mètre
au long de la ligne de débardage
de façon à créer des déviateurs
naturels.
Lorsque cela n’est pas possible
ou suffisant, on devra protéger les
arbres sur pied avec des tas de
branches à la base des fûts (en prenant soin de ranger les branches
dans la direction de traction pour
éviter qu’elles soient arrachées).
tion
n
de
dé
ba
rd
ag
e
15°
ge
arda
n
ctio
dire
Il est même possible de fixer un piquet de renvoi à l’arbre à protéger
avec un angle de 45° au maximum
par rapport au terrain et un angle
d’environ 15° par rapport à la bissectrice de l’angle formé par la direction de traction du câble et la
direction de débardage.
dag
e
Si la protection doit servir pour le
passage de plusieurs charges il
est bien de disposer des déviateurs plus stables, par exemple un
piquet fixé devant une souche ou
un arbre.
éb
de d
S’il n’y a pas d’arbres à protéger
au diamètre suffisant pour soutenir
un piquet de renvoi et la poussée
reçue par l’impact de la charge, on
peut construire un chevalet de renvoi. On le fixe avec une entaille en
queue d’aronde conique à un billon de 1 m de long et au moins 40
cm de diamètre (s’il est possible
muni de contreforts racinaires, à
fin d’avoir une stabilité majeure). Le
piquet ensuite sera fixé au terrain.
Le chevalet peut être enfin enlevé
et remployé.
on
ébar
tio
ati
de d
ec
rot
direc
dir
Le débardage à traîne des billons
jusqu’au treuil doit être soigneusement contrôlé par l’élingueur et par
le conducteur, qui doivent localiser
rapidement les obstacles. Voilà
quelques astuces.
•Poulie de renvoi ou de déviation (chapitre 12.4.9)
Avant l’obstacle dévier la charge
avec l’aide de la poulie. Monter la
chaîne choker de façon à favoriser la manœuvre de traction-rotation.
traction
ge
barda
e dé
tion d
direc
142
143
•Souche cannelé
Pour dévier la charge on peut encore utiliser des souches saines
en faisant une entaille avec la
tronçonneuse. Vu le risque d’encastrement, cette méthode n’est
convenable que sur des courtes
distances, avec des angles obtus
et une résistance de charge réduite.
•Sapie
Avec l’aide de la sapie déplacer
la charge latéralement ou la rouler en la soulevant.
12.4.9.1 Poulie de renvoi
Pour éviter des dégâts, la distance
entre la poulie et l’arbre d’ancrage
doit être égale ou supérieure au
diamètre de l’arbre.
On l’utilise précisément pour renvoyer dans une autre direction
(notamment avec un angle aigu) la
force exercée par l’engin de traction.
EXEMPLE DE CALCULE
F1
= 50 kN force de traction
F2
= 50 kN résistance de la charge
FR (ang. 90°)= 70,5 kN sollicitation sur le système de renvoi
ATTENTION: LE CÂBLE NE DOIT
PAS ÊTRE EN TENSION
F1
90°
•Câble devant l’obstacle
Si l’obstacle est, par exemple, un
arbre du peuplement secondaire
(et donc un petit dégât est toléré)
ou une souche, on peut dévier la
charge en installant le câble entre
la charge même et l’obstacle.
ATTENTION: NE JAMAIS FAIRE
PASSER LE CÂBLE DERRIÈRE DES
PIERRES POUR ÉVITER L’USURE
12.4.9 Emploi de poulies pour dévier la charge
Selon leur emploi on distingue:
•poulies de renvoi;
•poulies de déviation.
La poulie de déviation, ayant une
structure ouverte, est admissible
seulement avec des angles obtus
et des efforts réduits.
Les forces qui agissent sur le système de renvoi (poulie de renvoi,
ceintures d’ancrage et ancrage)
varient selon l’angle formé par le
câble et peuvent être schématisées dans la manière suivante.
F2
FR
Règle pratique
Angle du câble de 0 à 90° charge sur le système de renvoi = environ la force de traction x 2
Angle du câble de 90° à 120° charge sur le système de renvoi = environ la force de traction x 1,5
Angle du câble plus de 120° charge sur le système de renvoi = environ la force de traction
ATTENTION: PERSONNE NE DOIT
SE TROUVER DANS L’ANGLE FORMÉ
PAR LES CÂBLES
144
145
12.4.9.2 Méthode de la double
traction avec poulie
ATTENTION: SI LA CHARGE RENCONTRE DES OBSTACLES EN COURS
DE TRAÎNE ON PEUT AVOIR DES
PICS D’EFFORT MOMENTANÉS AVEC
DES CONTRAINTES TRES ÉLEVÉES
Il permet de redoubler la force de
traction, en fixant la poulie sur la
charge à trainer.
EXEMPLE DE CALCULE
F1
= 98 kN
F2
= 50 kN
FR (ang. 60°) =86,5kN
FR (ang. 25°) =98 kN
FR
= 50 kN
résistance de la charge
force de traction
sollicitation sur le système de renvoi
sollicitation sur la poulie de réduction et câble d’attache
sollicitation sur le système d’ancrage
12.4.9.3 Poulie de déviation
ATTENTION: L’ANGLE DU CÂBLE
PEUT SE MODIFIER PENDANT
LA TRÂINE
Grâce à sa structure ouverte et à
son petit poids, la poulie de renvoi
peut être facilement déplacée; on
la utilise pour dévier des obstacles
selon un angle obtus et aussi pour
faire des petits changements de
direction.
EXEMPLE DE CALCULE
F1
= 25kN résistance de la charge
F2
= 25kN force de traction
FR (ang. 120°) = 25kN sollicitation sur le système de déviation
système
d’ancrage
poulie
de renvoi
FR
F2
FR
F2
60°
poulie mobile
de réduction
25
°
120°
FR
F1
F1
Règle pratique
angle du câble proche de 0° (câbles parallèles)
charge sur le système de renvoi = environ la force de traction x 2
146
Règle pratique
angle du câble d’environ 120°
charge sur le système de renvoi = environ la force de traction
147
obstacles, ni à une distance excessive de la route de manière telle
qu’avec une pince on puisse prélever tout le bois ( distance indicative
7 m au maximum).
L’entreposage est une partie intégrante et la conclusion du débardage. Il est très important d’entreposer le bois de manière sûre et
dans les règles de l’art. En entreposant le bois en piles divisées par
produits on obtient un ordre et une
meilleure vue d’ensemble qui facilitent le suivi du transport.
La sécurité de l’entrepôt doit être
vérifiée régulièrement. Si nécessaire, le bois doit être assuré avec
des systèmes appropriés (ex.
grappins, coins, câbles….)
Avec un entreposage dans les
règles de l’art on parvient à:
•un meilleur tri des bois;
•une réduction des dégâts au
peuplement restant;
•une meilleure vue d’ensemble et
un ordre de la place de dépôt;
•une meilleure possibilité de lutte
en cas d’attaque parasitaire;
•une majeure stabilité des piles.
Les piles doivent être rangées de
façon à permettre leur chargement
avec grue, surtout pour le bois
d’œuvre.
Ainsi la pile ne doit pas se trouver
derrière des arbres ou d’autres
arbre
d’appui
protection
Ø 25 cm
12.5.1 Places de dépôt
max 5 / 7 m
réseau routière
La place de dépôt doit être choisie
avant le début de la coupe et doit
être préparée selon les principes
suivants:
•pour éviter le roulement du bois, la
place d’entreposage devra avoir
une légère inclinaison en direction
des supports (arbres d’appui);
•
les arbres d’appui de la pile
doivent être protégés d’une manière adéquate;
•la profondeur des piles ne doit
pas dépasser le rayon d’action du
bras de la grue de chargement;
•
le positionnement correct des
piles permet un déplacement facile des engins sur la place de dépôt;
•il est bien d’isoler avec des supports appropriés le bois du sol
pour en éviter des phénomènes
de pourriture ;
•les barres utilisées comme support (soustraits) doivent avoir au
moins 25 cm de diamètre et ne
pas être en bois tendre;
•afin de faciliter l’empilage on doit
scier en biais la tête des soustraits;
•si le terrain est cahoteux, scier le
billons de façon que la charge les
fasse adhérer au sol.
Comme appui on peut même utiliser une souche coupée à hauteur
(la hauteur doit être suffisante à
permettre l’entreposage).
12.5.2 Entreposage avec arbres
d’appui
La meilleure place de dépôt se
trouve au bord de route, avec des
soustraits rangés selon la longueur
des produits. A partir d’une longueur d’assortiment de plus de 15
m ou avec des longueurs inégales,
il est nécessaire employer trois traverses.
arbre
d’appui
protection
distance
distance
max 5 / 7 m
12.5 Entreposage du bois
réseau routière
148
149
La technique des croix de bois
peut être utilisée avec des produits
courts ou s’il n’existe qu’un arbre
d’appui.
Il faut procéder de la manière suivante:
•vérifier que tous les éléments
soient solides;
•unir deux piquets avec un câble
en métal ou avec un autre support;
•assurer en haut les deux piquets
avec un câble lié à l’arbre;
•pour empêcher qu’elle glisse,
fixer la croix de bois au terrain
avec un billon suffisamment robuste.
12.5.3 Protection des arbres
d’appui
12.5.4 Entreposage sans arbres
d’appui
Pour ne pas subir des blessures,
les arbres d’appui des piles
doivent être protégés de manière
adéquate.
Cette protection peut être réalisée
avec des billons coupés à moitié
ou avec des dosses ou encore
avec des bandes caoutchoutées.
Si le bois doit être entreposé là où
il n’y a pas d’arbres d’appui, on a
les possibilités suivantes:
2.appuyer à ce billon ainsi fixé
deux ou trois billons avec un
angle de 45° au maximum, avec
un diamètre adapté à la taille
des bois à déposer;
3.ajouter un deuxième billon assez
grand au-dessus de ceux-ci;
4.
positionner les soustraits de
base;
5.stabiliser les éléments de soutien avec un autre grand billon
rangé au-dessus du précédent;
6.entreposer normalement.
12.5.4.1 Appui à un billon
Proceder comme il suit:
1.fixer le premier billon, si possible grand et arqué (parce que
la courbure en empêche le roulement), à des contreforts racinaires ou avec des coins;
6
5
2
viabilità
4
45°
3
coins
150
151
1
12.5.4.2 Appui à encoche
Le trou (rectangulaire) doit mesurer, sur le petit côté, de 1/3 jusqu’à
au maximum ½ du diamètre de la
barre. Le billon d’appui doit être
aminci, si possible, dans un seul
sens (correspondant au petit côté
du trou).
Sur un terrain plat ou légèrement
incliné, introduire dans un soustrait
(d’au moins 40 cm de diamètre) un
billon d’appui, de longueur de 2 m
au maximum et avec un diamètre
de 25 cm au moins. Les barres et
les billons ne doivent pas être en
bois feuillus sauf chêne, robinier et
châtaignier
Ø min. 25 cm
h max 2 m
50 cm
Ø min. 40 cm
13 Accès aux ARBRES
AVEC DES GRIMPETTES
13.1.1 Baudrier
En forêt l’accès aux arbres sur la
tige avec les grimpettes est prévue
lors de:
•ébranchage et abattage sur pied;
•pose de câble d’attache ou similaire pour l’abattage des arbres ;
•mise en œuvre de supports pour
lignes de débardage aérien par
câble.
Le baudrier, muni de boucles latérales auxquelles sont reliées les
longes d’assurance, est l’élément
de soutien du corps de l’opérateur
et il en garantit l’arrêt en conditions
de sécurité lors d’une chute.
Pour son emploi correct il est nécessaire que:
•toutes les composantes soient
maintenues propres et en parfaite efficacité;
•
les normes de conservation
et d’entretien définies par le
constructeur soient respectées;
•en cas de pannes ou dommages
la réparation doit être effectuée
par un professionnel certifié.
13.1 équipement
Pour l’accès aux arbres on emploie normalement des grimpettes
en métal et un baudrier, muni de
boucles latérales auxquelles sont
reliées une ou plus longes d’assurance.
AttenTion
Tous les dispositifs doivent être
conformes à la législation en vigueur et employés selon les modalités et les formes prévues par le
constructeur.
AttenTion
Employer toujours les gants.
AttenTion
En cas d’emploi de la tronçonneuse il est nécessaire d’utiliser
des EPI anti coupure et au moins
une longe armée.
152
153
13.2 Préparation de l’accès à
l’arbre
13.1.2 Corde ou longe d’assurance
Sa fonction est de relier le baudrier
à la structure de soutien (dans le
cas spécifique la tige de l’arbre);
elle doit avoir une longueur adaptée à son diamètre et être munie
d’un dispositif de réglage rapide
de sa longueur.
En fonction de l’activité, pour dépasser des obstacles (branches), il
est nécessaire d’avoir deux longes
ou un autre système d’assurance.
Pour les activités avec la tronçonneuse au moins une de ces cordes
doit être armée; l’emploi d’une
corde avec une âme en acier est
en tous cas conseillé pour la technique de grimpe décrite ci-dessous.
13.1.3 Grimpettes
Dans cette technique on emploie
des grimpettes (ou des griffes) en
métal, qui sont conçues exprès
pour l’accès aux arbres, portées
sur les chaussures de sécurité et
sanglées au niveau du mollet de
l’opérateur. Il est nécessaire de
contrôler les systèmes de fermetures et de vérifier le bon affûtage
des pointes afin qu’elles pénètrent
suffisamment dans le bois.
Avant de commencer à grimper
sur l’arbre il est nécessaire de:
•évaluer la stabilité de l’arbre: il ne
faut pas monter sur des arbres
dont on n’est pas sûr de la stabilité;
•
agir avec précaution sur les
arbres penchés;
•
évaluer les conditions climatiques: ne pas grimper en cas de
vent, froid intense, bois gelé;
•contrôler que tout l’équipement
nécessaire à la grimpe et à l’activité prévue soit en ordre et disponible;
•prévoir toujours la présence d’un
opérateur au sol qui collabore à
l’activité et qui soit en mesure
d’intervenir en cas de nécessité;
l’opérateur au sol doit être dûment formé et avoir à sa disposition l’équipement pour la grimpe
et le premier secours ;
•porter et régler le baudrier de
manière qu’il s’adapte bien au
corps.
Avec un mouvement du corps
adéquat on lance en haut la corde
légèrement détendue. On ne doit
pas jeter la corde plus haut que les
épaules. Cette opération va être
exécutée avec les jambes tendues
et les deux pieds à la même hauteur.
13.3 Techniques de grimpe
Pour commencer la grimpe de
l’arbre il faut tout d’abord passer
une longe autour de la tige et la relier
au baudrier. Son réglage doit être
effectué de façon que la distance
entre le corps de l’opérateur et la
tige soit environ celle de ses bras,
tandis que les jambes en position
de repos doivent être tendues.
154
155
A ce point on grimpe sur la tige
avec de petits pas courts et on répète l’opération.
De manière analogue on agit en
descente: d’abord on descend les
pieds et ensuite on rallonge la longe
qui ainsi descendra. Il faut faire attention que la corde ne descende
pas au-dessous des hanches.
Pendant la grimpe et la descente
il est nécessaire de régler même
plusieurs fois la longueur du câble
pour rester stable sur les grimpettes. Cela sera effectué avec la
corde détendue, c’est-à-dire non
tendue par le poids de l’opérateur: on tire la corde de manière à
la raccourcir à la longueur voulue.
Pour rallonger la corde, on doit actionner le dispositif de blocage déchargé jusqu’au relâchement de la
longueur nécessaire.
Lorsqu’il est nécessaire de dépasser un obstacle, par exemple
une branche, il est fondamental
que l’opérateur soit toujours assuré. Donc on doit employer une
deuxième longe ou un autre système d’assurance. Celle-ci sera
attachée au-dessus de l’obstacle avant de détacher la première
longe et dépasser ainsi l’obstacle
en sécurité.
Quand on doit ébrancher l’arbre,
on agit de la façon suivante:
•pendant la grimpe il faut attacher
la tronçonneuse au baudrier de
façon sûre et fonctionnelle;
•le frein de chaîne de la tronçonneuse doit toujours être activé
pendant les déplacements sur
l’arbre;
•exécuter la coupe des branches
à partir, en général, du pied de
l’arbre vers le haut; ne jamais
couper les branches au-dessus
des épaules;
•avec des branches grandes et
lourdes évaluer et choisir attentivement la technique de coupe et
déterminer la zone de chute.
156
BIBLIOGRAPHIE
Economia Forestale Svizzera (2011)
La raccolta del legname. Nozioni di base.
Reinhardt Druck, Basilea.
Economie Forestière Suisse (2011)
La récolte du bois. Notions de base.
Reinhardt Druck, Bâle.
Hippoliti G. (1994)
Le utilizzazioni forestali.
Edizioni CUSL, Firenze.
Hippoliti G., Piegai F. (2000)
Tecniche e sistemi di lavoro per la raccolta del legno.
Compagnia delle Foreste, Arezzo.
Regione Autonoma Valle d’Aosta (1987)
Norme fondamentali per l’operatore boschivo.
Regole pratiche per i boscaioli operanti nelle fustaie alpine.
Industrie Grafiche Editoriali Musumeci, Quart.
Regione Piemonte (2007)
Manuale del boscaiolo. Nozioni di base.
Istituto per le Piante da Legno e l’Ambiente, Torino.
158
159
Forme conseillée de citation
Région Autonome Vallée d’Aoste et al., 2015
Techniques fondamentales de bûcheronnage
Tipografia Testolin Bruno - Sarre, pp. 160
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising