Manuel D`UTILISATION - EuroTeknika Implants

Manuel D`UTILISATION - EuroTeknika Implants
I M P L A N T
Manuel
D’UTILISATION
2
Édito
euro teknika groupe représente le bilan de 20 années d’applications cliniques, et de 24 années de recherche
et développement confirmées par l’aide précieuse de laboratoires de recherche reconnus au plan international.
<b>
</b><m>
</m>
La conception de nos implants s’appuie sur la triple compétence d’une équipe réactive et expérimentée en
implantologie :
Compétence technique et bio-mécanique de nos ingénieurs permettant de garantir la résistance des composants
et leur adaptation aux sollicitations buccales grâce aux moyens modernes de simulation.
Compétence biologique et physiologique des laboratoires associés permettant de valider la capacité d’ostéointégration de nos systèmes.
Compétence clinique et pratique de nos dentistes conseils assurant l’ergonomie de nos produits, la rationalisation
de nos protocoles et la définition des gammes adaptées aux différents cas cliniques rencontrés.
L’implant Uneva s’appuie en outre sur les avancées les plus récentes de la connaissance scientifique du traitement
implantaire, ce qui lui confère un pouvoir d’ancrage optimum avec une attache osseuse haute dans la zone corticale
la plus sollicitée.
Afin de vous permettre de tirer le meilleur parti de l’implant Uneva, nous avons réalisé ce manuel avec un souci de
professionnalisme et vous invitons à y accorder un oeil attentif. Le moindre détail a son importance, et souligne
d’autant plus la différence entre l’amateur et le spécialiste.
3
4
Sommaire
Avertissement
p. 6
Informations générales
p. 07 à 09
Étude pré-implantaire
p. 11 à 14
Chirurgie
p. 15 à 35
PRÉSENTATION DE LA TROUSSE & GÉNÉRALITÉS
p. 16
PROTOCOLE CHIRURGICAL
p. 21
DEUXIÈME TEMPS CHIRURGICAL
p. 33
La prothèse
p. 37 à 53
SCELLÉE
p. 39
SUR PILIER ZIRCONE
p. 43
VISSÉE
p. 47
AMOVIBLE
p. 51
5
Avertissement
La pose des implants euro teknika groupe doit être effectuée par un praticien préalablement formé aux
techniques de l’implantologie dentaire, et dans des conditions d’asepsie adaptées à ce type d’intervention.
<b>
</b><m>
</m>
Les instructions qui suivent vous guideront dans le déroulement des différentes phases à mettre en œuvre
pour réaliser vos traitements implantaires. Elles sont assorties de conseils les plus précis possible, mais ne
peuvent servir de “recettes”, chaque cas clinique étant un cas particulier. Un très grand nombre de facteurs
agissent en interdépendance pour aboutir à la réussite d’un traitement implantaire. Il appartient au praticien
d’en connaître les principales clés, et de tirer parti de son expérience clinique. D’autre part, la coordination entre
le laboratoire de prothèse et le praticien doit être parfaite afin que le plan de traitement global soit cohérent.
Le praticien reste seul responsable de ses différents choix et décisions quant à la faisabilité du traitement, aux
implants, pièces prothétiques et matériaux utilisés, réglages… Les spécifications techniques et conseils cliniques
contenus dans le présent manuel sont donnés à titre purement indicatif dans le but d’assistance, et ne peuvent
donner lieu à aucune réclamation. L’ensemble des informations primordiales sont indiquées sur la notice fournie
avec les produits.
Nous avons apporté un soin particulier à la conception et à la réalisation de nos produits ; nous nous réservons
néanmoins le droit d’apporter des modifications ou améliorations découlant de nouveaux développements
techniques de notre système implantaire. Toute modification ayant une incidence sur le mode opératoire vous sera
signalée. Selon l’importance de ces modifications, un nouveau manuel pourra vous être remis. En effet, un indice au
dos indique la date d’édition de votre manuel d’utilisation, et nous permet de vérifier que vous possédez toujours
les dernières mises à jour. Vous pourrez vous même trouver sur notre site web quelle est la version en vigueur de
ce manuel.
La reproduction et la diffusion de tout ou partie de cet ouvrage nécessitent l’accord préalable de la société
euro teknika groupe .
<b>
</b><m>
6
</m>
I N F O R MATI O N S
GÉNÉRAL E S
7
Informations GÉNÉRALES
Indications générales DE L’IMPLANT
Manque de rétention d’une prothèse adjointe
Instabilité d’une prothèse adjointe
Inconfort fonctionnel avec les prothèses adjointes
Refus psychologique de port d’une prothèse adjointe
Habitudes parafonctionnelles qui compromettent la
stabilité d’une prothèse adjointe
Localisation et nombre inadéquats de piliers résiduels
Absence de piliers dentaires pour réaliser une
prothèse fixée
Edentement unitaire avec des dents adjacentes
saines
Agénésie dentaire
Demande d’une thérapeutique conservatrice (refus
de mutilation des dents saines)
Conçu pour être posé en deux temps chirurgicaux, il peut néanmoins être recouvert d’une vis de cicatrisation pour
opérer en 1 temps chirurgical. Le protocole standard de référence pour toutes les graduations de nos instruments
et jauges correspond à l’enfouissement de l’implant jusqu’au col (l’hexagone est placé au niveau supra-crestal),
ceci afin de localiser le joint prothétique au dessus de la crête osseuse, et d’en assurer un meilleur contrôle.
Contre-indications DES IMPLANTS (RAPPEL)
Contre-indications absolues
Contre-indications relatives
les troubles psychologiques majeurs
les cardiopathies à risque
les pathologies systémiques non contrôlées
la dépendance alcoolique ou médicamenteuse
l’âge du patient (patient jeune en période de croissance).
une mauvaise hygiène du patient
Elle sont représentées par :
un volume et/ou une qualité osseuse insuffisants,
une distance interocclusale insuffisante,
un patient à risque (patient irradié, bruxomane,
parodontite non contrôlée, tabagisme).
Garanties
En cas de non ostéointégration, vous devrez en informer votre conseiller commercial, afin que nous
puissions analyser les causes de cet échec, et apporter les actions correctives nécessaires. Un échange
pourra avoir lieu dans le cas où un défaut du produit est en cause ; si l’échec résulte d’une mauvaise
analyse du cas clinique, d’un protocole opératoire non adapté à ce cas, de l’utilisation de forets usés… ou toute
autre raison indépendante de la qualité de nos produits, la garantie ne pourra être prise en compte.
8
Conditionnement DES PIÈCES
Stérilité & régles d’asepsie
La plupart de nos pièces sont livrées stériles, et par
conséquent utilisables dès réception. Une pastille
témoin indique la stérilité effective des composants sur
leur emballage.
La stérilité est garantie 5 années (à partir de la date de
stérilisation après emballage complet de nos produits).
Une date de péremption normalisée est mentionnée
sur l’étiquetage.
Seul un emballage intact permet de garantir
l’étanchéité et la stérilité des produits. Ne pas utiliser
des implants dont l’emballage aurait été endommagé
ou ouvert prématurément.
Nos produits ont été conçus afin que leur
manipulation permette de les maintenir à l’état stérile. Il
est donc important de respecter une gestuelle précise
pour ne pas compromettre les conditions d’aseptie
conventionnelles de la pratique implantaire.
Les pièces et instruments livrés non-stériles utilisés
pour le traitement implantaire doivent être décontaminés
et, selon un processus validé, stérilisés au cabinet.
Stérile
Implants
x
Vis de couverture
(fournie avec l’implant)
x
Pilier provisoire porteimplant (fourni avec
l’implant)
x
Non stérile
Forets
x
Etiquettes
Nos implants sont livrés avec 2 étiquettes mentionnant
clairement la marque, la référence et le n° de lot :
1 étiquette pour le dossier patient du praticien ayant
posé les implants.
1 étiquette pour le correspondant le cas échéant.
Avec ce manuel, vous trouverez des “cartes patient”
à remplir avec les références des implants posés, et
à remettre au patient. Ceci permet d’assurer toute réintervention sur le site, quel que soit le lieu de résidence
du patient.
Stockage DES PIÈCES
Les implants doivent être conservés, dans un endroit
propre, sec et frais.
Précaution D’UTILISATION
Il est fortement recommandé d’avoir un stock
d’implants permettant de couvrir les principaux
diamètres, ainsi que les différentes longueurs.
Il
est
indispensable
de
pouvoir
corriger
son choix d’implant en cours d’intervention, remplacer
un implant souillé qu’elles qu’en soient les raisons
que soit, mettre un implant supplémentaire dans
certains cas pour assurer le traitement à long terme…
Nous recommandons d’utiliser un “parachute” sur les
instruments afin d’éviter la chute accidentelle d’outils
dans la gorge du patient.
Il est impératif de mettre en forme le site receveur avec
les instruments euro teknika groupe présentés
dans ce manuel.
<b>
</b><m>
</m>
9
10
ÉTU D E
P RÉ-I M P L ANTAI R E
11
Étude PRÉ-IMPLANTAIRE
Elle est nécessaire pour évaluer la faisabilité du traitement implantaire, et
déterminer le plan de traitement.
Faisabilité du traitement IMPLANTAIRE
Cette étude s’appuie sur différents éléments
Un questionnaire patient pour mettre en évidence
d’éventuels problèmes de santé/médications, qui
pourraient avoir une incidence sur le succès du
traitement, la consommation d’alcool, de tabac, ou de
drogues, l’hygiène buccale générale…
Un examen buccal qui renseigne sur l’ouverture
buccale, la ligne de sourire du patient (s’agit-il d’un
sourire gingival ?), les hauteurs coronaires et le volume
osseux disponibles, le type d’occlusion…
Des examens biologiques (glycémie, …)
Un dossier radiologique complet permettant
d’apprécier les volumes osseux disponibles.
Des modèles d‘étude complets avec les deux arcades
en occlusion.
Un traitement implantaire ne pourra être amorcé avant
l’assainissement complet de tous les foyers infectieux
du patient.
Guide pour le choix DES IMPLANTS
Volume osseux disponible
Densité osseuse
Dans le plan mésio-distal
Favoriser l’utilisation d’implants de plus grandes
dimensions dans les os de faible densité afin de
compenser la perte de surface de contact os/implant
due aux cavités.
Dans le sens vestibulo palatin-lingual
Laisser, si possible, 1.5 à 2 mm d’épaisseur d’os autour
des faces vestibulaires, palatines et linguales.
Ø implant
Ø 3,6
Ø 4,1
Ø 4,8
Ø 6
Ø col
4,1
4,2
4,9
6,2
Longueur d’enfouissement
minimale recommandée
Qualité osseuse
Prévoir 2 mm entre les spires d’un implant et les
dents naturelles adjacentes.
Prévoir 3 mm entre les spires de deux implants
adjacents.
D1
8 mm
D2
10 - 12 mm
D3
12 - 14 mm
D4
14 mm
Classification des structures osseuses*
1 : très forte densité d’os compact
2 : couche épaisse d’os cortical autour d’un noyau dense
du tissu spongieux
3 : fine couche d’os cortical autour d’un noyau important
de trabécules (spongiosa dense)
4 : fine couche d’os cortical autour d’un noyau important
de trabécules très lâches (faible densité)
12
A : os alvéolaire résiduel suffisamment important
B : résorption modérée de la crête alvéolaire
C : résorption importante de la crête
D : début de résorption de l’os basal
E : résorption importante de l’os basal
* Misch, (1998) Lekholm et Zarb (1985), Classification of partially
edentulous arches for implant dentistry.
Mascellare
Légende
Implant Ø 3,6
SI
< Ø d’implanti
Implant Ø 4.1
Implant Ø 4,8
Implant Ø 6
8
8
8
5
9
5
5
5.5
5
5
5.5
7.5
4
3.5
Dimensione
mesio-distale
< dei denti
del mascellare
Dimensione
mesio-distale
<
dei denti della
mandibola
< Ø d’implanti
Mandibola
Dimensions de la couronne et charges
occlusales
La table de l’implant doit être idéalement un peu plus petite
que la dent prothétique afin d’assurer l’évasement des tissus
mous et l’émergence de la prothèse. Le rapport hauteur
couronne / hauteur implant devra toujours être inférieur à 1.
SI
NO
SI
Le remplacement d’une molaire devra se faire soit par
2 implants de faible diamètre, soit par un implant de gros
diamètre afin que les cuspides d’appui soient situées dans
l’axe implantaire (meilleure répartition des forces sur l’os).
8
8
13
8
Informations GÉNÉRALES
Utilisation DES TRANSPARENTS DE CHIRURGIE
Afin de vous guider dans le choix de l’implant, en terme de longueur et de diamètre, euro teknika groupe a mis
au point des transparents de chirurgie reprenant les dimensions de ses différents implants. Ainsi, les implants sont
représentés à des facteurs d’échelle de 1:1, 1.3:1 et 1.7:1 (ces grandissements correspondent aux grandissements
conventionnels des différents types de dispositifs d’imagerie médicale : rétro-alvéolaire, radiographie panoramique
ou SCANORA et CBCT (Cone Beam)).
<b>
</b><m>
</m>
Quand le praticien connaît avec précision le grandissement de son cliché pré-opératoire, et si ce grandissement
est de 1:1, 1.3:1 ou 1.7:1, il peut par simple superposition du transparent sur le cliché déterminer quel type
d’implant peut s’intégrer dans le volume qui lui est disponible (transparent portant la mention d’échelle 1:1 pour un
grandissement du cliché de 1:1, transparent portant la mention d’échelle 1.3:1 pour un grandissement du cliché de
1.3:1 et transparent portant la mention d’échelle 1.7:1 pour un grandissement du cliché de 1.7:1 ).
Lorsque le facteur d’échelle n’est pas connu avec précision par le praticien ou pour éviter toute erreur de
grandissement, il est possible d’utiliser un objet de référence en bouche de dimensions connues, lors de la prise
du cliché et par calcul ainsi déterminer ensuite le grandissement associé.
grandissement =
dimensions de l’objet de référence mesurées sur cliché
dimensions réelles de l’objet de référence
Les dimensions réelles de l’objet de référence devront être connues avec une précision minimale de ± 15µm.
L’objet de référence devra être placé en bouche dans le même plan que le plan osseux dont on voudra déterminer
le volume. Une attention particulière sera apportée pour que le patient n’avale pas cet objet de référence (on pourra
par exemple englober cet objet dans du matériau d’empreinte et faire mordre le patient ou utiliser un fil parachute
si la géométrie de l’objet de référence en permet l’attache).
Ainsi, si ce facteur d’échelle est de 1:1, 1.3:1 ou 1.7:1, les transparents peuvent être utilisés.
Dans tous les cas, si le grandissement est différent de 1:1, 1.3:1 ou 1.7:1, il ne sera pas possible d’utiliser les
transparents de chirurgie fournis par euro teknika groupe mais le volume d’os disponible pourra être déterminé
grâce à des calculs de proportionnalité à partir de la radio et du grandissement calculé.
<b>
</b><m>
</m>
C’est à ce stade de planification pré-implantaire que le praticien doit également opérer une planification préprothétique car l'implantologie est un projet prothético-guidé. En effet, planification pré-prothétique et planification
chirurgicale sont étroitement liées et toute modification de l’une de ces planifications à un impact sur l’autre. Ainsi,
le nombre, le diamètre, la longueur, l’emplacement et l’orientation des implants doivent être déterminés à ce stade
en fonction de la reconstruction prothétique visée.
14
CHIRURGIE
15
Présentation DE LA TROUSSE & GÉNÉRALITÉS
La trousse
L’enjeu de la réalisation du puits implantaire se situe à
deux niveaux :
un calibrage du puits permettant d’obtenir une bonne
stabilité primaire de l’implant, condition essentielle pour
l’ostéointégration.
un échauffement minimum afin d’éviter toute
nécrose osseuse irréversible. La préparation du
site sera donc réalisée sous irrigation externe
constante de chlorure de sodium à 0,9 %.
Le seuil de température critique se situe à 47°C pendant
1 mn. A 50°C, la nécrose est irréversible.
l’obtention d’un site calibré garantissant
une bonne étanchéité.
Les instruments sont présentés dans leur ordre
d'utilisation matérialisé par un parcours flèché sur la
trousse. Des numéros indiquent les principales étapes
de chaque séquence (fig. A).
16
AVERTISSEMENT
Il convient d’avoir choisi les pièces prothétiques
destinées aux implants que vous allez poser avant
la préparation du puits implantaire, et ce, afin de
positionner le plus précisément possible les implants
dans le sens vertical (niveau d’enfouissement).
ATTENTION
Au-delà de la qualité de l’irrigation, il convient
également d’utiliser des forets dont le pouvoir de
coupe n’a pas été altéré par un nombre d’utilisations
excessif.
Un moyen simple de s’en assurer consiste à
comptabiliser le nombre d’implants posés par
diamètre à l’aide du curseur prévu à cet effet dans
la trousse. Vous pourrez en déduire le nombre
d’utilisations de vos forets (10 à 15 maximum).
Sachant qu’il y a une grosse variation d’usure selon
le type d’os.
Réf. ANUT 60
Réf. ANUT 00
Réf. UHDT 60
Trousse commune ‘expert+ 60’
Aesthetica+ / Natéa / Uneva /
Unevane
Contient les ancillaires pour implants
Ø 3.6 à 6.
Trousse commune ‘expert+’
Aesthetica+ / Natéa / Uneva /
Unevane
Contient les ancillaires pour implants
Ø 3.6 à 4.8.
Trousse ‘expert 60’ Uneva /
Unevane
Contenu identique à la trousse
ANUT 60 sans les 4 fraises à évaser
Aesthetica+ pour implant Ø 3.6 - Ø
4.1 - Ø 4.8 et le foret cortical Natéa
Ø 3.6
Réf. UHDT 00
Réf. NUK 60 XX 00
Réf. ANUK 41 06 00
Trousse ‘expert’ Uneva / Unevane
Contenu identique à la trousse
ANUT 00 sans les 4 fraises à évaser
Aesthetica+ pour implant Ø 3.6 - Ø
4.1 - Ø 4.8 et le foret cortical Natéa
Ø 3.6
Séquenceur spécial Ø 6
Natéa / Uneva
Tous les forets et clés pour la
chirurgie des implants Natéa et
Uneva Ø 6.
Trousse spéciale implants courts
Aesthetica+ / Natéa / Uneva
Tous les forets et clés pour la
chirurgie des implants courts
Aesthetica+, Natéa et Uneva.
Trousse de chirurgie
Réf. ANUT 60
Cette trousse offre tous les instruments nécessaires à la réalisation du
protocole chirurgical et à la gestion de toutes les densités osseuses.
Clé à cliquet
Clé pour
montage butées
Foret pointeur Ø1.5 - Ø 2.2
Forets initiaux Ø 2.2
lg. 6, 8, 10, 12, 14 mm
Connecteurs
prise directe d’implants
Forets
Jauge de profondeur
Axes de parallélisme
Mandrins
Clés
Forets corticaux pour chaque diamètre
d’implants Natéa, Uneva & Unevane
Tarauds pour chaque diamètre
d’implants Natéa, Uneva & Unevane
Clé de réglage de la cloche porte-implant
Butées amovibles
Forets
Forets corticaux
pour chaque diamètre
d’implants Natéa,
Uneva & Unevane
Clé contre-couple
Tarauds
pour chaque diamètre
d’implants Natéa,
Uneva & Unevane
Butées amovibles
Figure A
Gestion de l’usure des forets
Vous pouvez à l’aide des curseurs indiquer le
nombre d’utilisations de chaque foret. Au fil des
utilisations, le pouvoir de coupe de tous les forets
s’altère, ce qui a pour conséquence d’échauffer
l’os. Cette simple manipulation vous permettra de
changer vos forets suffisemment tôt pour éviter une
altération définitive de l’os péri-implantaire.
Préhension des butées
directement au contre-angle
Photos non contractuelles
17
Trousse de chirurgie IMPLANTS COURTS 6 mm
Réf. ANUK 41 06 00
CONTENU :
Clé à cliquet
Clé hexagonale externe
Clé porte-implant
Clé contre-couple
Clé de réglage de la cloche porteimplant
Mandrin hexagonal externe
Mandrin porte-implant
Rallonge mandrin
Jauge de profondeur
Axes de parallélisme
Foret pointeur Ø 1.5-2.2
Foret initial Ø 2.2
Forets corticaux
Fraises à évaser
Forets terminaux
Butées
Séquenceur CHIRURGICAL
Il permet de préparer et de placer dans leur ordre
d’utilisation les instruments et les implants nécessaires
à votre chirurgie.
Réf. CSC 7 20 - livré vide
nt
pla
2. Ouverture de l'emballage
d'implant
3.
4. Préh
ension
de la vis
on
nsi
e
réh
'im
el
d
P
de cou
verture
Trous pour logement
tubes d'implants
Clé porte-implant
Tournevis hexagonal
Trous pour logement
bouchons d'implants
Mandrin porte-implant
Axes de parallélisme
Jauge de profondeur
Rallonge mandrin
{
1ère séquence de forets
1.
2e séquence de forets
Photos non contractuelles
18
Présentation DES IMPLANTS
Bonne visualisation de la limite
implant/porte-implant.
Porte-implant TRIPLE FONCTION
- Porte-implant titane grade V (préservation de la connectique et évite la déformation).
- Coloration jaune esthétique pour utilisation en pilier provisoire. (Vissage à
30 N.cm).
- Assure la fonction de transfert pop-in.
Livré vissé sur l’implant.
L
Références
Implants chirurgie classique (titane pur T60 grade IV)
Les implants sont livrés avec une vis de couverture et un porte-implant triple
fonction (provisoire/transfert).
Longueur
L
Ø 3.6
Ø 4.1
Ø 4.8
! Ne pas utiliser la vis du porte-
Ø6
6 mm
UHD 48 49 060 UHD 60 62 060
8 mm
UHD 36 41 080 UHD 41 41 080 UHD 48 49 080 UHD 60 62 080
10 mm
UHD 36 41 100 UHD 41 41 100 UHD 48 49 100 UHD 60 62 100
12 mm
UHD 36 41 120 UHD 41 41 120 UHD 48 49 120 UHD 60 62 120
14 mm
UHD 36 41 140 UHD 41 41 140 UHD 48 49 140
implant si vous l’utilisez comme
pilier provisoire. Utiliser les vis de
fixation du pilier titane réf UPS
VTH 20 79.
Piliers de cicatrisation (titane)
Livrés stérilisés gamma
Pour
implants
Ø 3.6
Ø 4.1
Emergence
switching :
Ø 4.8
Ø6
Ø 4.8
Ø6
Ø pilier
(mm)
Hauteur supracrestale
« h » (mm)
Pilier titane
avec profil
gingival équivalent
Références
4.6
2.5
1
UCI 37 46 25
np
Ø 4.6
3.5
2
UCI 37 46 35
4.5
3
UCI 37 46 45
5.1
2.5
1
UCI 37 51 25
rp
Ø 5.1
3.5
2
UCI 37 51 35
4.5
3
UCI 37 51 45
5.8
2.5
1
UCI 47 58 25
wP
Ø 5.8
3.5
2
UCI 47 58 35
4.5
3
UCI 47 58 45
6.5
2.5
1
UCI 60 65 25
3.5
2
UCI 60 65 35
4.5
3
UCI 60 65 45
xlp
Ø 6.5
h = hauteur supracrestale
Ø
h
19
20
P R OTO C O LE
C H I R U R G I CAL
21
Protocole PAR DENSITÉ OSSEUSE
Foret Ø 2.2
à butée
IMPLANTS Ø 4.1
longueurs 8 - 10 - 12 - 14 mm
D4
D2/D3
Ø 2.8
Ø3
D1
D4
Ø 3.3
D2/D3
D1
Ø 3.5


FORET
Foret
pointeur
IMPLANTS Ø 3.6
longueurs 8 - 10 - 12 - 14 mm
Ø 3/3.6
Ø 3/3.6
Ø 3.5/4.1
Ø 3.5/4.1
Ø 3.5/4.1
FORET CORTICAL
Ø 3/3.6


ou
OPTIONNEL
TARAUD
Ø 4.1
Ø 3.3
option
Ø 3.6
Exemple
d’enfouissement pour
implant longueur 10 mm
transposable aux autres
longueurs d’implants.
Attention le protocole
diffère pour un implant
de longueur 6 mm.
22
Ø 3.8
EN SUBSTITUTION
POUR D1
FORET
Ø 3.6
ou
Ø 3.6
Ø 3.6
option
Ø 4.1
Ø 4.1
Ø 4.1
IMPLANTS Ø 6
IMPLANTS Ø 4.8
longueurs 8 - 10 - 12 - 14 mm
lg 6
D2/D3
D1
D4
D2/D3
D1
Ø 4.2
Ø4


Ø 4.2/4.8
lg6
Ø 4.2/4.8
lg6
Ø 4.8
Ø 4.8
lg 6
Ø 4.8
Ø 5.4/6
lg6
Ø 4.8




Ø 5.4/6
lg6
Ø 5.4/6
Ø6
Ø 4.5
Ø 4.8
D2/D3
D1

Ø 5.4/6
ou
option
Ø 4.8
D4
Ø 5.4
ou
Ø 4.5
D1
D2/D3


Ø 4.2/4.8 Ø 4.2/4.8 Ø 4.2/4.8
option
Ø 4.8
lg 6
Foret
Ø 4.8
Ø 5.2


ou
longueurs 8 - 10 - 12 mm
lg 6
ou
Ø6
Ø 5.7
option
Ø6
lg 6
Ø 5.4/6
Ø 5.7
option
Ø6
lg 6
Ø6
Ø6
Ø6
23
Protocole PAS À PAS
1
Incision
Préparer l’accès du site d’implantation en réalisant une
incision crestale à travers la gencive attachée et soulever
un lambeau mucopériosté rattaché du côté lingual. Les
incisions de décharge dans la muqueuse sont réalisées
sur une épaisseur partielle. Leur tracé doit permettre de
voir les racines adjacentes tout en contournant la papille
pour la conserver. En cas de travail sur l’arcade complète,
réaliser l’incision de décharge au centre de l’arcade.
Lorsque la gencive est très fine, éviter de trop décoller le
sulcus afin de conserver de la gencive attachée.
L’incision crestale est souvent décalée en direction
palatine lors d’une exigence esthétique, ou lorsque la
quantité de gencive attachée vestibulaire est insuffisante.
ATTENTION
Ménager un espace minimum autour des implants selon
les règles communément admises en implantologie.
Dans le sens vestibulo-palatin ou lingual : laisser 1,5 à
2 mm d’épaisseur d’os.
Dans le plan mésio-distal : prévoir 2 mm entre les
spires d’un implant et une dent naturelle adjacente, et 3
mm entre les spires de deux implants.
Il faut tenir compte de l’évasement du col dans
l’espacement entre implants - des jauges spécifiquement
conçues à cet effet permettent de prévisualiser le col de
l’implant.
Ménager l'espace nécessaire entre les cols des
implants.
Ø implant
3.6
Ø col
Schéma 1
4.1
4.1
4.2
2
5
mm
Ø 2.2
Ø col
3.9
Ø 1.5
angle de
coupe 90°
Le marquage de l’os est réalisé à l’aide d’un foret pointeur
de diamètre 1,5 mm, plus efficace qu’une fraise boule.
Celui-ci est muni d’une pointe à 90° permettant de passer
aisément la corticale. Sa partie supérieure, qui mesure
2,2 mm de diamètre sert de pilote pour le foret suivant.
Ce premier forage permet de réaliser un puits d’une
profondeur de 5 mm, et laisse ainsi toute latitude de
correction axiale si nécessaire.
Après utilisation, le foret est placé dans un bac en
acier inox rempli de sérum physiologique.
En cas d’implants multiples dans le même secteur,
procédez au repérage des sites adjacents en
respectant les règles d’espacement énoncées cicontre (cf encadré).
Ø 3 mm
Ø col
4.8
4.8
Marquage DE L’OS
Régler la vitesse du moteur de 1000 à 1200 tr/mn en
fonction de la qualité osseuse et mettre en marche
l’irrigation. Repérer visuellement le ou les sites
d’implantation.
24
6
6.2
L’épaulement de Ø 3,9 ou de 4,8 des jauges de
parallélisme permet de prévualiser l’espacement entre
les implants et ainsi de placer les implants adjacents en
laissant suffisament de place entre eux.
Ø 2,7 mm
Profondeur
perçage
pour implant
Ø 3,5 - Ø 4
Ø 4,5 - Ø 5
4.8
4.9
Ø 2.2
Ø 1,5 mm
3
Ø 2.2
Contrôle des axes
DES PUITS IMPLANTAIRES
Vérifiez les axes des
avant-trous ainsi réalisés
en observant l’orientation
de la queue du foret, ou
en insérant dans l’avanttrou le côté le plus fin de
la jauge de parallélisme.
4.8
4
Premier FORET
Choix de la longueur du foret
Ø 2.2 mm
Ce foret va déterminer la profondeur et
l’axe du puits implantaire.
2.2
ATTENTION
Les forets diamètre 2,2 mm
Uneva sont des forets
à butée. Il en existe 5 de
différentes
longueurs
:
6 – 8 – 10 – 12 – 14 mm.
L’extrémité arrondie de l’implant ne
s’inscrit pas totalement dans la pointe
du foret. Le forage réalisé est donc
légèrement plus profond que la longueur
de l’implant (de 0,86 à 1,21 mm. - voir
film transparent joint). Ceci permet
d’éviter toute compression apicale et de
garantir l’étanchéité du site par l’appui
de l’implant au niveau de la corticale.
L
L
: longueur
l’implant L
de
Réaliser le forage jusqu’au repère déterminé,
sous
irrigation
externe
constante
de
chlorure
de
sodium,
et
à
une
vitesse
comprise entre 1000 et 1200 tr/mn en
fonction de la qualité de l’os. La progression
du foret doit se faire sans forcer. Si tel
n'est pas le cas, cela indique que des débris
osseux n’arrivent pas à s’évacuer en remontant
le long de l’hélice. Un simple mouvement
de va-et-vient bien contrôlé afin de ne pas ovaliser le site,
permettra d’obtenir une progression plus fluide du foret.
Ce mouvement ne requiert pas d’inversion
du sens moteur s’il est fait au bon moment.
Si le foret est bloqué, il pourra être
dégagé en mode “reverse”.
!
L=10
Axe
Privilégier un forage le plus possible contre la corticale
palatine ou linguale parce que, dans le temps, la
résorption osseuse sera bien plus marquée sur le
rempart vestibulaire. Ce positionnement permettra en
outre de positionner l’émergence d’implant dans le
cingulum, donc de réaliser une prothèse vissée sans
correction axiale.
5
10
Contrôle de la PROFONDEUR
Vérifier la profondeur du site à l’aide de la jauge de
profondeur graduée dia 2.2.
Penser à réaliser la correction axiale à ce stade si celleci est nécessaire. Grâce au foret pointeur préalablement
utilisé, le foret dia. 2,2 sera parfaitement centré et guidé
à l’entrée du puits.
! Lorsque la jauge de profondeur est en place dans l’os
vous ne devez pas voir le trait de marquage, il ne doit pas
être au-dessus de l’os.
25
Protocole PAS À PAS
Contrôle des axes DES PUITS IMPLANTAIRES
Insérer le côté le plus fin des/de la jauge(s) de
parallélisme dans le(s) puit(s) implantaire(s) pour
apprécier le(s) axe(s) d’émergence de(s) implant(s).
Les jauges ainsi positionnées peuvent aussi permettre
de contrôler un flux hémorragique.
7
Ø 4.8
Ø 4.8
Ø 4.8
Récupération D'OS
Nous vous conseillons de récupérer les débris
osseux issus du forage afin de pouvoir parer à
tout défaut osseux, ou d’améliorer les contours
d’une crête irrégulière. Le volume de l’os ainsi
récupéré est dans la plupart des cas suffisant
pour corriger des défauts modérés. Il évite
8
Ø 4.8
une greffe, et n’aura même pas besoin
d’être stabilisé si le défaut osseux comporte
plusieurs parois. Attention, cet os doit être préservé
de toute contamination et traité dans les même
conditions d’asepsie que l’implant.
Forages INTERMÉDIAIRES
Utiliser les schémas p. 22 et 23 afin de
déterminer la succession de forets correspondant
au diamètre de l’implant sélectionné, et d’adapter
le puits implantaire à la qualité osseuse du site.
Ces éléments ont été repris dans une fiche
plastifiée jointe indépendante afin d’en faciliter
la consultation.
Lors des forages, vérifier que l’os saigne. Dans le cas
contraire, gratter un peu l’os pour le faire saigner.
En l’absence de vascularisation, il est préférable de
refermer et d’attendre une revascularisation.
Réaliser le forage à une vitesse comprise entre 600 et
800 tr/mn.
Ø 4.8
6
Contrôle des axes des puits
implantaires après le passage du
foret Ø 3 avec le côté le plus large
de la jauge de parallélisme.
Butées
Afin de sécuriser votre chirurgie, et d'optimiser la
profondeur de l'implant, vous pouvez monter sur ces
forets des butées amovibles correspondantes à la
longueur de l'implant à poser.
Des butées de forage stérilisables sont mises
à disposition dans la trousse. A chaque
diamètre de foret terminal (dia 3 - 3,5 – 4,2)
26
correspond
une
gamme
de
butées
de
différentes longueurs. Chaque butée comporte
un marquage de diamètre et de longueur.
ATTENTION
La longueur indiquée sur les butées comme sur le
plateau de rangement correspond à la profondeur de
forage et non pas à la longueur réelle de la butée ; vous
n’avez donc aucun calcul à faire.
La mise en place de la butée se fait directement au
contre-angle.
Vérifier l’alignement de l’extrémité de la butée avec la
graduation sur le foret. Vérifier la tenue de la butée sur
le foret. Après un grand nombre d’utilisations, il se peut
que les butées se clippent moins bien sur les forets; il
suffit alors de resserrer les lamelles des butées pour
retrouver la qualité de clippage d’origine.
Pour retirer une butée, réintroduire la clé de montage/
démontage des butées dans la rainure sur la butée et
pousser la butée vers l’extrémité du foret.
Ex : une butée marquée « lg 12 » signifie que
la
profondeur
de
forage
résultante
après
installation de la butée sur le foret est de 12 mm.
Nos forets ayant une longueur de 16 mm,
il s’agit donc d’une butée qui mesure 4 mm. (voir fig 1)
1 Montage de la butée
tée
Bu
2 Butée en place
(Clic !)
3.5
Dans un os D2 - D3, les forets sont utilisés à une
vitesse comprise entre 600 et 800 tr/mn en fonction de
leur diamètre,
la vitesse la plus lente étant réservée aux forets les
plus gros. Dans un os D1, on utilisera des vitesses
plus lentes comprises entre 300 et 800 tr/mn.
Les forets devront travailler sous irrigation constante.
Après utilisation, les forets sont placés dans un bac en
acier inox rempli de sérum physiologique.
Si vous souhaitez travailler sans butée, vous pouvez vous
aider des graduations sur le foret.
Implant
L = 12
L
3.5 x 12
Fig.1
Butée 12 mm.
l = 12
27
Protocole PAS À PAS
9
Forage TERMINAL
Trait de perçage
La préparation du site doit être adaptée à la qualité
osseuse.
Réaliser le forage à une vitesse comprise entre 600 et
800 tr/mn.
Os tendre D4
Afin d’assurer la stabilité primaire de l’implant, le site
osseux est sous-calibré de 0.8 mm par rapport au
diamètre de l’implant sur filet.
La totalité du filet rentre en compression
dans l’os.
Plus grande stabilité
0,4 mm
Trait de perçage
Os normal D2 - D3
Le site osseux est sous-calibré de 0.6 mm par rapport
au diamètre de l’implant sur filet.
Le filet pénètre en totalité dans l’os jusqu’au fond de
filet pour assurer la stabilité primaire adéquate de
l’implant.
0,3 mm
Os dur D1
Trait de perçage
Le site osseux est sous-calibré de 0.3 mm par
rapport au diamètre de l’implant sur filet.
Le filet pénètre partiellement dans l’os suffisamment
pour assurer la stabilité primaire de l’implant.
échauffement minimum
!
En cas d’os dur, il est préférable de
sous-calibrer au maximum (soit 0,3 mm)
le site receveur, plutôt que de réaliser un
taraudage cf p 27.
28
0,15 mm
Taraudage
Cette opération est optionnelle; elle dépend de la
qualité osseuse et du degré de compression recherché
sur l’os. En cas d'os dur, il est préférable de surcalibrer
le site avec un foret spécifique que de tarauder. Les
tarauds ne sont pas livrés dans la trousse mais peuvent
être achetés séparément. euro teknika groupe
propose des tarauds dont la partie active est réduite à
quelques filets ; ainsi, au fur et à mesure de leur formation,
les filets réalisés dans le puits osseux perdent aussitôt
le contact avec la partie active du taraud, et ne seront
re-parcourus qu’au moment du retrait du taraud.
<b>
10
</b><m>
</m>
Le taraud est utilisé soit au contre-angle à une vitesse
de 15 à 20 tr/min., ou manuellement, avec la clé à
cliquet munie d’une clé à embout carré creux.
Jauges DE PROFONDEUR
! Lorsque la jauge de profondeur est en place dans l’os
vous ne devez pas voir le trait de marquage, il ne doit pas
être au-dessus de l’os.
Crédit photo : Dr Marc Beaumont (38)
Calibrées au diamètre final (3 – 3.5 – 4.2), elles
permettent un dernier contrôle de la profondeur du
puits. Elles sont graduées comme les forets, c’est-àdire de 2 mm en 2 mm, de 6 à 16 mm.
11
Passage DU FORET CORTICAL
Passez le foret cortical après le foret cylindrique
correspondant au protocole par densité osseuse et par
diamètre d'implant (p. 22-23) en règlant la vitesse du
moteur de 300 à 400 tr/mn maximum.
Utiliser le foret cortical du même code couleur que le
diamètre de l’implant.
Cette étape est obligatoire dans tous les cas, quelle que
soit la dureté de l'os afin de garantir l'appui cortical en
compression du col de l'implant.
29
Protocole PAS À PAS
12
Insertion DE L’IMPLANT
L’implant peut être placé manuellement ou à l'aide du
contre-angle. Cette opération doit être réalisée avec
le plus grand soin pour que l’implant ne rentre pas en
contact avec un quelconque élément non stérile, avant
insertion dans le site osseux. Pour ce faire, utiliser la
clé ou le mandrin porte-implant. Après ouverture du
tube, connecter l’extrémité de la clé ou du mandrin
directement sur le porte-implant sans le sortir du tube.
Le clippage sur le porte-implant procure une sensation
tactile parfaitement identifiable. Transporter l’implant
jusqu’au site receveur et le présenter à l’entrée du puits.
Pour une mise en place à l'aide du contre-angle,
nous recommandons une vitesse de 15 à 25 tr/mn afin
de bien contrôler la descente de l’implant. La mise en
place au contre-angle permet de mesurer le couple
d’insertion de l’implant, et d’apprécier sa stabilité
primaire. Nous conseillons de mettre en place l’implant
à 30N.cm* minimum pour faire une mise en charge
différée sous réserve d'ostéointégration et de stabilité,
et supérieur à 40N.cm pour une mise en charge
immédiate ou précoce.
Dans le cas où la mise en place est réalisée
manuellement, le pré-vissage de l’implant est réalisé
avec la clé porte-implant. Il est finalisé soit avec la
clé à cliquet, soit avec la clé dynamométrique. Il est
recommandé de tester la stabilité primaire de l’implant
en fin de vissage en essayant de le mobiliser. Si
l’implant est mobile, sa stabilité primaire est insuffisante
et compromettra l’ostéointégration ; mieux vaut le
déposer, et envisager l’utilisation d’un implant de
diamètre supérieur si le volume osseux le permet.
30
13
Protection DE LA CONNEXION
Elle est assurée :
soit par une vis de couverture dans le cas d’une
chirurgie en 2 temps.
La vis est fournie avec l’implant ; elle est logée dans
le bouchon et sera mise en place sur l’implant à l’aide
de la clé hexagonale externe à 10 N.cm. Dans ce
cas, le site est suturé en veillant à ne pas trop tirer
sur les tissus mous afin d’éviter une operculisation.
On procédera à des points de suture individuels environ
tous les 2 mm en les serrant bien. Si le patient porte
une prothèse amovible, il est recommandé d’évider
l’intrados de la prothèse et de le rebaser avec une
résine molle.
14
Osteo-intégration
La période habituelle pour obtenir une bonne ostéointegration est :
- 3 mois à la mandibule
- 6 mois au maxillaire dû à une qualité osseuse
différente
Le praticien doit définir cette période en prenant en
compte la qualité osseuse, la stabilité primaire de
l’implant et le plan prothétique.
Dans certains cas, le praticien peut décider de
connecter les parties prothétiques sans attendre pour
l’ostéo-integration.
!
soit par un pilier de cicatrisation si l’on veut
travailler en 1 temps chirurgical.
Choisir la pièce en fonction de la mise en forme du
berceau prothétique que vous souhaitez obtenir,
et du pilier prothétique que vous voulez utiliser par
la suite.
Visser manuellement le pilier choisi à la clé hexagonale
externe à 10N.cm, ou à la clé dynamométrique (réf
CCC 35) pour plus de précision (cf deuxième temps
chirurgical p. 35).
Cependant, le praticien doit être capable d’analyser si
les conditions du cas clinique permettent une mise en
charge immédiate.
Les études et les données scientifiques prouvent que
la mise en charge immédiate sur mandibule quand la
prothèse est construite sur 4 implants reliés ensemble
est possible.
La mise en charge immédiate n’est pas recommandée
sur un implant unitaire.
En cas d’échec
Pour déposer un implant, utiliser un trépan de Ø
supérieur à l’implant posé & prélever la carotte osseuse
ainsi obtenue.
Le site pourra éventuellement être ré-implanté* :
- Si le patient est apte à recevoir un nouvel implant.
- À l’aide d’un implant de Ø supérieur, dans le cas où la
pose de cet implant a lieu dans le même temps.
Pour ré-implanter le site avec un implant de plus petit
diamètre, il convient d’attendre la cicatrisation complète
du puits réalisé**.
* Il est important d’analyser les causes de l’échec avant
d’envisager une ré-implantation éventuelle.
** Le praticien détermine s’il est opportun d’utiliser un
matériau de comblement.
31
32
D E U X IÈM E TE M P S
C H I R U R G I CAL
33
Deuxième temps CHIRURGICAL
Dans le cas où l’implant a été mis en nourrice,
LE SITE EST RÉ-OUVERT ENVIRON 3 À 6 MOIS PLUS TARD
Utiliser une sonde pour localiser l’emplacement de la
vis de couverture.
Nettoyer le sommet de la surface de l’implant et
rincer avec du sérum physiologique.
Ouvrir le site avec une tréphine à gencive s’il y a
suffisamment de gencive attachée de part et d’autre
de la crête.
Mesurer la profondeur du manchon gingival en
introduisant une sonde à travers les tissus mous
jusqu’à la base du cône lisse qui se trouve au sommet
de l'implant.
Si nécessaire repousser l’os qui a pu pousser sur la
vis de couverture avec des petits ciseaux à émail ou un
petit trépan à os.
Choisir un pilier de cicatrisation en fonction du projet
prothétique…
Retirer la vis de couverture avec une clé ou un
mandrin hexagonal (en marche arrière à basse vitesse).
Choix du pilier DE CICATRISATION
Le pilier de cicatrisation permet de mettre en forme le futur profil d’émergence prothétique en attendant la
stabilisation de la hauteur gingivale.
Il convient d'avoir défini la profondeur d'enfouissement
du joint prothétique et l'évasement souhaité pour
pouvoir sélectionner le pilier de cicatrisation le plus
approprié.
34
L'évasement dépend du profil d’émergence
esthétique que vous souhaitez réaliser ; le
pilier prothétique devra avoir la même conicité.
Cette conicité doit définir un angle suffisant
pour ménager des embrasures pour le passage
des brossettes. Elle doit aussi permettre
d’obtenir une distance précise entre les points
de contacts des couronnes (dents) et le sommet
de la crête osseuse interdentaire (Prof. Tarnow) ;
cette distance doit être inférieure ou égale
à 5 mm. L’angle défini par la conicité doit enfin exercer
une légère pression sur la papille pour stimuler la
cicatrisation sans la nécroser.
e uro teknika groupe propose 4 plateformes permettant d’obtenir des évasements différents ainsi que 3
hauteurs différentes.
<b>
</b><m>
Le tableau qui suit vous permettra de sélectionner vos piliers de cicatrisation.
Pour les étapes prothétiques, merci de vous référer à notre catalogue.
Serrage manuel à 10 N.cm à la clé hexagonale externe ou pour d'avantage de précision à l'aide de la clé
dynamométrique (réf CCC 35).
Pour implants
Ø 3.6 -
4.1 -
Pour implants
4.8
Ø 4,6
np
Ø 4.6
ht
Ø 5,1
rp
Ø 5.1
Pour implants
Ø 4.8
ht
Ø6
Ø 6,5
Ø 5,8
wP
Ø 5.8
ht
xlp
Ø 6.5
ht
Hauteur 2,5 mm
Réf. UCI 37 46 25
Réf. UCI 37 51 25
Réf. UCI 37 58 25
Réf. UCI 37 65 25
Hauteur 3,5 mm
Réf. UCI 37 46 35
Réf. UCI 37 51 35
Réf. UCI 37 58 35
Réf. UCI 37 65 35
Hauteur 4,5 mm
Réf. UCI 37 46 45
Réf. UCI 37 51 45
Réf. UCI 37 58 45
Réf. UCI 37 65 45
35
36
LA P R OTHÈS E
37
Émergence SWITCHING
4,10
Création
d'une concavité
Prothèse SCELLÉE
Adaptation des pièces prothétiques Ø 3,75 / 4
Implant
Ø 4,8 ou 6
Il est possible d'appliquer le concept de "Platform
Switching“ sur les implants Universal+ de diamètre
4,75 et 6 qui peuvent recevoir des piliers de diamètre
inférieur. (plateforme NP : 4,6 et RP : 5,1)
Localisation de l’inflammation gingivale
Zone inflammatoire localisée dans
la concavité
à distance de l’os crestal
Augmentation de la longueur de l’interface
pilier-tissu conjonctif
Gencive saine en regard de l'os
L’assemblage implant-pièce prothétique n’est pas
linéaire mais présente une concavité, laquelle agit
comme une chambre de développement de tissu
conjonctif. On obtient ainsi un O’Ring de tissu
conjonctif qui apporte :
Assemblage
linéaire classique
Assemblage
de type «Platform Switching»
sur prothèse scellée
Une stabilité mécanique des tissus mous
Une protection du joint biologique en limitant le
risque de déchirure (épaisseur des tissus mous plus
importante)
La concavité augmente la longueur de l’interface
entre le pilier et le tissu conjonctif. Ainsi, les 3 mm
d’espace biologique nécessaires pour isoler et
protéger l’os de l’environnement extérieur sont
obtenus «en déployé» (A) et non en ligne directe (B).
On a donc un joint biologique plus efficace malgré
une distance couronne / os (C) courte et on évite le
recours au placement infra-osseux de l’implant (Voir
figure 1).
Surface
A B
déployée
B
A>B
A
C
C = distance
couronne / os
A / B = surface
d'attache muqueuse
Prothèse VISSÉE
Figure 1
Surface
Assemblage
linéaire classique
B
A>B
C = distance couronne / os
A / B = surface d'attache muqueuse
38
Assemblage
de type «Platform Switching»
sur prothèse vissée
A B
déployée
A
C
LA P R OTHÈS E
S C E L L ÉE
39
La prothèse SCELLÉE
Prothèse PROVISOIRE
Réalisation immédiate simplifiée d’une prothèse provisoire esthétique
et confortable
Facilite la temporisation
Favorise la cicatrisation des tissus mous
Permet de guider la cicatrisation gingivale pendant
la maturation osseuse => amélioration de l’esthétique
de la réalisation prothétique définitive
Permet de valider le traitement (esthétique,
phonétique, sourire…)
1 seul pilier pour tous les diamètres d’implants avec
la possibilité de retoucher sa hauteur
Protocole
Réalisation immédiate de la
implantation en sous-occlusion
Vis traitée DLC
prothèse
après
1. Essayage en bouche du pilier
2. Retouche du pilier si nécessaire pour obtenir la
hauteur souhaitée.
3. Fixation du pilier en bouche directement sur
l’implant à 20 N.cm à l'aide de la clé dynamométrique
(réf CCC 35).
avec la vis en titane TA6V fournie avec le pilier.
4. Réalisation du composite au cabinet directement
sur le pilier provisoire.
Mise en charge précoce
1. Prise d’empreinte à l’aide du transfert Pick-up (réf.
UPS TCO 50) vissé sur la tête de l’implant.
2. Connexion de l’analogue au transfert pour coulée
du maître modèle.
3. Fixation du pilier provisoire sur l’analogue et retouche
si nécessaire pour obtenir la hauteur souhaitée.
4. Réalisation du parement cosmétique au laboratoire.
5. Fixation du pilier en bouche directement sur l’implant
avec la vis en titane TA6V fournie avec le pilier et
serrage à 20 N.cm à l'aide de la clé dynamométrique
(réf CCC 35).
Vis fournie avec le pilier
2 méplats optimisation
de la rétention
du pilier
Éléments de
rétention de la
dent provisoire
Limite de la zone
de retouche
Ht 4,5
Épaulement
Ø 4,90 mm
Ht 2
Pilier en titane grade V
40
Ht 5,5
Prothèse fixe unitaire… PROTHÈSE FIXE PLURALE
Utilisation d’un pilier titane
1. Après retrait de la vis de cicatrisation, on réalise une
prise d’empreinte sur le transfert vissé sur la tête de
l’implant. (cf schéma 1)
2. Connexion de l’analogue au transfert pour coulée
du maître modèle. (cf schéma 2)
ÉTAPES DE LABORATOIRE
3. Choix du pilier (droit ou angulé) – le pilier pourra
être retouché si nécessaire. (cf schéma 3)
4. Mise en place du pilier calcinable sur le modèle
pour le façonnage de la chape définitive. (cf schéma 4)
5. Coulée de la chape et réalisation du parement
cosmétique.
6. Fixation du pilier en bouche à 35 N.cm et serrage
à l'aide de la clé dynamométrique (réf CCC 35).
Dans le cas où le pilier est déjà en bouche depuis
quelques temps, procéder à un resserrage calibré à
35 N.cm à l’aide de la clé dynamométrique avant le
scellement de la prothése.
7. Scellement de la prothèse sur le pilier.
Utilisation d’un pilier calcinable ou
d’un pilier de surcoulée or
A. Après retrait de la vis de cicatrisation, prise
d’empreinte sur le transfert pick-up vissé sur la tête
de l’implant.
B. Connexion de l’analogue au transfert pour coulée
du maître modèle.
!
La vis de fixation définitive du pilier transvissé ne
doit pas être utilisée pour les essayages & manipulations
de laboratoire afin de ne pas altérer son cœfficient
d’élasticité. Utiliser une vis neuve pour le vissage final
en bouche.
ÉTAPES DE LABORATOIRE
C. Mise en place du pilier calcinable ou du pilier de
surcoulée or sur l’analogue d’implant du modèle pour
la réalisation du faux moignon. Façonnage du faux
moignon par adjonction de cire.
D. Coulée du faux moignon.
E. Réalisation de la chape et coulée.
F. Réalisation du parement cosmétique.
G. Fixation du faux moignon en bouche à 35 N.cm à
l'aide de la clé dynamométrique (réf CCC 35).
H. Scellement de la prothèse.
41
La prothèse SCELLÉE
SCHÉMA 1. FIXATION TRANSFERT
SCHÉMA 2. FIXATION ANALOGUE
Vis
Vis de laboratoire
Empreinte
Transfert
Analogue
Implant
SCHÉMA 3. SUR MODÈLE
Vis
Pilier calcinable
SCHÉMA 4. EN BOUCHE
Vis
35 N.cm
Pilier calcinable
Fixation définitive
Maître modèle
42
Implant
LA P R OTHÈS E
SUR PILIER ZIRCONE
43
Prothèse zircone SUR INTERFACE TITANE
esthéti base
L’utilisation de piliers en zircone permet d’améliorer
significativement le résultat esthétique des restaurations
sur implant, mais constitue à long terme un risque
de déformation pour la connectique (affaissement
des connexions internes et perte de l’étanchéité, …)
sous l’effet des contraintes masticatoires répétées.
D’où l’idée de préserver une interface en titane entre
la connectique de l’implant et l’élément prothétique,
la plus petite possible, laquelle servira de base à la
construction du pilier zircone.
Applications
Cas unitaires
Permet de réaliser des éléments prothétiques (piliers
ou chapes) en zircone ou en céramique pressé.
Discrétion
Dimensions réduites de l’interface titane
© Laboratoire ALFONSI (France)
Collerette fine et hauteur réduite
Invisible dans la restauration finale
Chape
Encore plus discret
Revêtement Tin biocompatible (Nitrure de titane
jaune)
Se fond mieux dans les teintes des tissus mous
3.40 mm
Fiabilité
Contact titane sur titane
L’interface évite le contact zircone sur titane.
De même dureté que l’implant, elle n’entraîne pas de
déformation de la connectique et permet de conserver
une bonne étanchéité
Armatures
Vis traitée DLC (fiabilité du vissage accrue)
Limite le coefficient de frottement
Permet d’optimiser le couple de serrage des pièces,
donc le joint vissé
44
Pilier
Protocole
1.
1. Conception de l’élément prothétique
- en céramique pressée (chape) selon la technique de
la cire perdue habituelle.
- en zircone usinée (pilier). La maquette de l’élément à
usiner sera remise soit sur modèle physique traditionnel,
soit sous format numérique (scanner ou CAO).
© Laboratoire ALFONSI (Paris - France)
2. Sablage de l’interface
Après avoir protégé la connexion et la zone gingivale,
sabler la surface qui sera en contact avec le composite
de collage avec un média de granulométrie < 50
microns sous une pression de 2 bars.
2.
3. Nettoyage à l’éthanol de l’interface.
4. Collage
Utiliser un composite de collage universel autoadhésif. Appliquer le composite de collage sur
l’interface en titane et le moignon en zircone ou la
chape, puis assembler les deux pièces. Pour obtenir
la polymérisation complète du matériau suivre les
instructions du fabricant du produit.
© Laboratoire GARCZAREK (Sallanches - France)
3.
5. Vissage
A 35 N.cm à l'aide de la clé dynamométrique (réf CCC
35). Ne pas utiliser la même vis pour les essayages
sur le maître modèle et pour le vissage définitif. Les
embases se vissent à l’aide des clés hexagonales
externes :
© Laboratoire GARCZAREK (Sallanches - France)
Court 8 mm : réf. CCL HE 12 18
Moyen 12 mm : réf. CCL HE 12 22
Long 20 mm : réf. CCL HE 12 30
45
46
LA P R OTHÈS E
VI S SÉE
47
La prothèse VISSÉE
PROTHÈSE VISSÉE sur pilier Conica
SCHÉMA 1
1. Après retrait du pilier de cicatrisation, fixation du
pilier Conica sur l’implant en bouche à l’aide de la
clé hexagonale interne (réf. CCL HI 20 24) et serrage
à 35N.cm à l'aide de la clé dynamométrique (réf CCC
35). (cf schéma 1)
Pilier
Implant
2. Vissage manuel du transfert sur le pilier Conica
avec la clé hexagonale externe (réf. CCL HE 12 22).
3. Prise d’empreinte.
4. Dévissage du transfert, retrait de l’empreinte et
mise en place de l’analogue sur le transfert pris dans
l’empreinte (l’analogue représente l’implant surmonté
du pilier Conica).
5. A ce stade, il est possible de mettre en place
le capuchon de protection afin de recouvrir
provisoirement l’implant durant le temps de réalisation
prothétique. Une prothèse provisoire pourra être
construite sur le capuchon de protection (serrage à
10 N.cm) ou grâce au pilier temporaire (serrage à 20 N.cm).
SCHÉMA 2
Chape calcinable
5.40 mm
Implant
6. Envoi de l’empreinte au laboratoire.
ÉTAPES DE LABORATOIRE
7. Réalisation du modèle en plâtre.
8. Fixation de la chape calcinable sur l’analogue du
modèle à l’aide d’une vis guide de laboratoire.
(cf schéma 2)
SCHÉMA 3
9. Réalisation de la prothèse et dégagement des puits
d’accès aux vis.
10. Essayage de l’infrastructure en bouche. L’insertion
doit être passive (friction douce). Vérification et
réglage de l’occlusion.
11. Réalisation
laboratoire.
du
parement
cosmétique
au
12. Essayage final de la prothèse complète. (cf
schéma 3)
13. Vissage de la prothèse sur le pilier Conica en
bouche à 25 N.cm. à l'aide de la clé dynamométrique
(réf CCC 35) et obturation des têtes de vis et du puits
d’accès à la vis de prothèse.
!
Utiliser des vis neuves pour la fixation définitive.
Pour vos essayages, utiliser d’autres vis réservées à cet
effet. Pour les manipulations de laboratoire, utiliser des
vis guide de laboratoire.
48
Prothèse complète
PROTHÈSE VISSÉE sur pilier Tetra
SCHÉMA 1
Clé hexagonale externe
1. Après retrait des vis de couverture ou des piliers
de cicatrisation, mise en place des piliers Tetra sur les
implants en bouche à l’aide des porte-piliers.
2. Fixation à la clé hexagonale externe pour les piliers
angulés ou fixation à la clé hexagonale interne pour
les piliers droits et serrage calibré à 35 N.cm à la clé
dynamométrique. (cf schéma 1)
3. Vissage des transferts Pick-up sur les piliers
Tetra avec le tournevis hexagonal externe et prise
d’empreinte. (cf schéma 2)
4. Mise en place des capuchons de protection
(serrage à 10N.cm) ou des piliers temporaires sur
les piliers Tetra (serrage à 20 N.cm à l'aide de la
clé dynamométrique (réf CCC 35)) afin de recouvrir
provisoirement le pilier durant le temps de réalisation
prothétique. Une prothèse provisoire pourra être
construite sur les piliers temporaires. (cf schéma 3)
Pilier et porte pilier
Implant
SCHÉMA 2
Vis
Transfert
Pilier
Implant
SCHÉMA 3
ÉTAPES DE LABORATOIRE
5. Réalisation de la prothèse à l’aide des chapes
calcinables et dégagement des puits d’accès aux vis.
(cf schéma 4)
6. Essayage de l’infrastructure en bouche. L’insertion
doit être passive (friction douce). Vérification et
réglage de l’occlusion.
ÉTAPES DE LABORATOIRE
7. Réalisation du parement cosmétique au laboratoire.
8. Essayage final de la prothèse complète.
9. Vissage de la prothèse sur le pilier Tetra en bouche
à 20 N.cm. à l'aide de la clé dynamométrique (réf CCC
35) et obturation des têtes de vis et du puits d’accès à
la vis de prothèse.
!
Utiliser des vis neuves pour la fixation définitive.
Pour vos essayages, utiliser d’autres vis réservées à cet
effet. Pour les manipulations de laboratoire, utiliser des
vis guide de laboratoire.
Clé hexagonale externe
Capuchon
de protection
Pilier
Implant
SCHÉMA 4
Chape calcinable
Maître modèle
49
50
LA P R OTHÈS E
AM OVI B L E
51
La prothèse AMOVIBLE
Protocole
SCHÉMA 1. FIXATION TRANSFERT
1. Vissage des transferts pick-up sur les implants pour
la prise d’empreinte. (cf schéma 1)
Vis de laboratoire
2. Dévissage des transferts et retrait de l’empreinte.
(cf schéma 2)
3. Connexion des analogues aux transferts pris dans
l’empreinte par vissage.
Transfert
ÉTAPES DE LABORATOIRE
4. Au laboratoire, le modèle est coulé.
5. Mise en place des piliers boule sur le modèle par
vissage sur les analogues d’implants à l’aide de la clé
hexagonale interne (réf. CCL HI 25 18). (cf schéma 3)
Implant
6. Clippage des attachements sur les piliers boule du
modèle.
7. Réalisation prothétique de la prothèse amovible à
l’aide de dents en résine positionnées dans la cire
selon le même procédé qu’une prothèse complète à
appui exclusivement muqueux.
8. Mise en moufle pour l’intégration des attachements
à l’overdenture.
SCHÉMA 2. FIXATION ANALOGUE
Vis de laboratoire
9. Aprés essayage, rebasage et réglage de l’occlusion.
10. Fixation des piliers boule sur les implants et serrage
à 35N.cm à l’aide de la clé hexagonale interne (réf. CCL
HI 25 18) et de la clé dynamométrique (réf. CCC
35). Clippage de la prothèse en bouche. Vérification
de l’appui muqueux. (cf schéma 4)
VARIANTE
Il est aussi possible de faire l’empreinte sur le pilier
boule, auquel cas l’utilisation du transfert n’est pas
nécessaire. Dans ce cas, utiliser un analogue de pilier
boule.
SCHÉMA 4. EN BOUCHE
Pilier boule
Empreinte
Analogue
SCHÉMA 3. SUR MODÈLE
Pilier boule
Fixation définitive
Implant
52
Maître modèle
53
ÉTUDES & PUBLICATIONS
Analyse comparative de l’état de surface des implants Euroteknika,
Straumann, Nobel, Zimmer, Astra - analyse de la topographie de surface
(mesure et homogénéité des impacts, identification des molécules présentes
à la surface de l’implant) - University of Barcelona – Consejo Superior de
Investigaciones Cientificas – Dr Lluis Giner – Dr Josep Miquel – Dr Jordi
Ferre - 2007.
Analyse de la répartition des contraintes autour des assemblages implants/
pièces prothétiques mis en fonction sur une mandibule dynamique à
déformation élastique - analyse de la répartition des contraintes - évaluation
de la résistance mécanique des éléments - University of Otago, Dunedin, New
Zealand - 2007.
Etude de l’étanchéité des connexions internes et externes - analyse
au microscope à balayage électronique des ajustements implants/pièce
prothétiques - test du bleu de bromofenol sur des éléments enfermés à
l’intérieur des assemblages, recherche d’éventuelles micro-infiltrations University of Barcelona – Dr Josep Cabratosa Termes – Dra Zaira Martinez
Vargas - 2007.
Intéret des BETA TCP dans les greffes intra-sinusiennes mixtes à vissée
implantaire - analyse histologique de l’interface os-implant sur les implants
Aesthetica - Université d’Angers - Dr Bernard Guillaume - 2007.
Effect of lactofferin on osseo-integration & bone healing around the
Aesthetica implant - Cukurova University / Turquey – Dr Mehmet Kurkcu 2007.
«La péri-implantite en 2008» - ASSEMAT - TESSANDIER X et Coll. Implant - Vol. 14 n°3 - 2008
«Le canal mandibulaire : un stress en implantologie mandibulaire
postérieur» - AUDRY P.C. - Thèse Odontologie - Reims - 2009
«Le Site donneur mandibulaire postérieur» - BENOIT PHILIPPE Information dentaire n°18 - Mars 2006
«Complications et échecs en implantologie» -BERT Marc - Edition CDP
- 1993
«Le risque infectieux : la péri-implantite» - BIOSE DUPLAN MARTINI Information dentaire n°12 - Mars 2009
«Implantologie et patients à risque» - CAMPANA F. et Coll. - Revue
implantologie - Mai 2008
«Prévention et traitement des péri-implantites» -CHARGE L. - Revue
implantologie - Nov. 2008
«Analyse des échecs implantaires en pratique libérale» - COLIN Ph. Hors série IMPLANT - Les échecs - 2008
«Echecs et complications en implantologie» - DAVARPANAH M. et
Coll. - Le Fil Dentaire n°11 - Mars 2006
«Collaboration entre ORL et implantologie» - DOUGE T. - VERNEULEM J. Revue Implantologie - Fév. 2008
Les prothèses ostéo-intégrées - Bränemark / Zarb / Albrektsson Quintessence
«Les augmentations osseuses complexes et les reconstructions en
3D» - JABBOUR M. et Coll. - IMPLANT - Vol. 14 n°4 - 2008
Osseointegrated implants in the treatment of th edentulous jaw - Experience
from a 10 years period. Bränemark / Hansson / Adell / Breine / Lindstrom
/ Hallen / Ohman - Almqvist and wiksell international - Stockholm
Report of the Sinus Consensus Conference of 1993 - JANSENOT et
Coll. - Int. J. Oral Maxillofacial Implantology - 1993
The Bränemark osseointegrated implant - Albrektsson / Zarb - Quintessence
Osseointegration in oral rehabilitation - Naert / Jan Steenberghe /
Wortington - Quintessence
L’implantation en 1985 - Désespoir ou des espoirs ? Analyse exhaustive
de la méthode de Bränemark - Expérience clinique de 5 années - G. Huré Enclyclopédie médico-chirurgicale Odontologie 9 -1989 23345 A10
Thérapeuthique implantologique Endo-osseuse originale - Le site Tuberopterygoïdien - G. Huré - Les cahiers de prothèse n°67 - Septembre 1989
À propos de l’état de surface des implants en titane pur - G. Huré Implantodontie - 1994 - n°14/15
Implantologie orale 2003 - Commission des dispositifs médicaux de l’ADF
Facteurs de risques en implantologie - F. Renouard
Vers un implant universel - Marcel G. Le Gall, André P. Saadoun, Nicolas Le
Gall - Implantologie, Février 2005
Platform switching : un nouveau concept implantaire de contrôle des niveaux
osseux après mise en charge - Richard J. Lazzara, Stephan S. Porter - PDR
volume 26 n°1, 2006
Condition de réalisation des actes d’implantologie orale :
environnement technique - Haute Autorité de Santé - Juillet 2008
«Gestion des complications implantaires» - LOUISE F. - J.P.I.O. 2005
«Expertise ORL pré-implantaire : quand la demander ?» - MAAREK
H. - IMPLANT - Vol. 14 n°3 - 2008
«Les Thérapeutiques parodontales et implantaires» - MATTOUT PAUL
- Quintessence - 2003
«Un cas de fracture implantaire - Observation Clinique et en
microscopie électronique à balayage» - MATTOUT PAUL et Coll. IMPLANT - Vol. 8 n°1 - 2002
«Peut-on placer des implants chez un patient sous biphosphonals ?»
- MILLIEZ S. - Information dentaire n°12 - Mars 2009
«Complications post-implantaires : gestion et présentation» - MAAREK
HARRY - IMPLANT Vol. 15 n°1 - 2009
«Les échecs en implantologie» - PANIS - ROUZIER - Thèse Doctorat en
Odontologie - Montpellier 2006
«Facteurs de risques en chirurgie implantaire» - RENOARD F. - J.P.I.O.
n°3 - 1998
In vitro evaluation of the implant-abutment bacterial seal: locking taper
system - S. Didart, M. Warbington, M. Fan Su, Z. Skobe - The international
journal of oral & maxillofacial implants 2005; 10:732-737
«Rapport du Conseil Médical du SOU. Médical» - SICOT C. - Groupe
MACSF sur l’exercice 2005
Étude de suivi clinique sur 10 ans d’implants avec projetat de dioxide de
titane - L. Rasmusson, J. Roos, H. Bystedt - Implant / volume 12 - n°2 - 2006
«Les reconstructions osseuses en implantologie» - SOLYOM ERIC et
Coll. - Revue implantologie - Mai 2008
Le col de l’implant : doit-il être lisse ou muni d’éléments de rétention ? Une
étude par la méthode des éléments finis - S. Hansson - Implant / volume 6 n°2 - 06/2000
«Risques anatomiques à la mandibule en chirurgie implantaire» STEPHAN G. et Coll. - IMPLANT Vol. 12 n°1 - 2006
Carl Mitch, Francisco H., Nociti J.R., k. Al-Shammari, J. Steingenga, Dr
Hom-Lay Wang - J. Periodontol 2004; 75 : 1233-1241
Kim WT & al J. Korean - Assoc Oral Maxillofac Surg 2001 Apr. 27 (2) :
111-117
«Evaluation quantitative de la réussite implantaire» - TOLOMEO BIOLI
L. et Coll. - IMPLANT Vol. 7 n°4 - 2001
Risque hémorragique - ARNAL H. - Information dentaire n°12 - Mars
2005
UNE SOLUTION GLOBALE POUR L’IMPLANTOLOGIE
726 rue du Général De Gaulle - 74700 SALLANCHES - France
Tel : +33 (0)4 50 91 49 20 - Fax : +33 (0)4 50 91 98 66
www.euroteknika.com
Notre gamme d’implants bénéficie de la marque CE, conformément à Directive Européenne n° 93/42/CEE - N° CE 0499
VERSION : MU_UNEA.FR 1202
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising