Protocoles et procédures Table des Matières

Protocoles et procédures Table des Matières
Protocoles et procédures
20 octobre 2005
Laboratoire de chimie environnementale
Sébastien Sauvé
Table des Matières
1. Manipulations Générales.......................................................................................... 2
1.1. Utilisation de pipettes automatiques........................................................... 3
1.2. Utilisation des balances analytiques .......................................................... 6
1.3. Utilisation de la centrifugeuse .................................................................... 8
1.4. Conditionnement de la verrerie pour analyses d’éléments traces .............. 9
1.5. Manipulations et élimination des sols de provenance étrangère importés
pour la recherche ..................................................................................... 10
1.6. Préparation des solutions standards ........................................................ 12
2. Traitements d’échantillons..................................................................................... 15
2.1. Digestion acide de sols pour métaux totaux récupérables (totalrecoverable) sur plaque chauffante.......................................................... 16
2.2. Digestion acide « eau régale-aqua regia » d’un sol au four à micro-ondes
« Milestone »............................................................................................ 20
2.3. Extraction d’une solution de sol pour détermination des métaux dissous 25
2.4. Broyage de sol en poudre ........................................................................ 27
2.5. Ajustement du taux d’humidité d’un sol.................................................... 28
2.6. Mesures du pH d’un sol ........................................................................... 30
2.7. Fractionnement des extraits organiques en composants aliphatiques et
aromatiques ............................................................................................. 31
3. Procédures et équipements analytiques .............................................................. 33
3.1. Détermination de la teneur en eau d’un échantillon solide....................... 34
3.2. Détermination du cuivre libre par électrode à ion spécifique .................... 36
3.3. Détermination des Cu et Cd totaux dans les échantillons de sols
contaminés via l’absorption atomique (AAS)............................................ 38
3.4. Préparation de gels diffusifs et gels de résine (DGT)............................... 40
3.5. Utilisation de l’appareil TOC pour les échantillons solides (Carbone total
dans les sols) ........................................................................................... 43
3.6. Utilisation de ICP-AES IRIS ..................................................................... 50
3.7. Détermination de l’activité de la déshydrogénase dans les sols .............. 60
3.8. Détermination de l’activité de l’uréase dans les sols ................................ 64
3.9. Mesure du potentiel de nitrification dans les sols ..................................... 68
3.10. La respiration induite................................................................................ 74
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
1. Manipulations Générales
Page 2 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
1.1. Utilisation de pipettes automatiques
Par: Carmen Donisa et Sébastien Sauvé
Dernière révision: 9 février 2004
Source initiale: n/a
1. But et application
Utiliser les pipettes automatiques avec précision et sans les endommager. Permet de
mesurer et délivrer des volumes de 10 µL à 10 mL. Ne pas utiliser pour les acides
concentrés, pour les acides, veuillez plutôt utiliser soit les pipettes de verre standard,
soit les pipettes fixées aux bouteilles qui sont résistantes aux produits corrosifs.
2. Matériel
•
•
Pipettes de grosseurs variées
Embouts de pipettes assortis
3. Aspiration des solutions
Fixer le volume à mesurer (l’afficheur est constitué de 3 chiffres, la lecture se fait de
haut en bas).
Monter le cône approprié sur l’embout port-cône.
Ne jamais manipuler un liquide avec une pipette sans l’avoir au préalable équipée d’un
cône! Faire très attention de ne pas aspirer de liquide à l’intérieur de la pipette, si c’est
le cas, la rincer immédiatement avec de l’eau distillée et dans la mesure du possible la
rincer et l’assécher à l’intérieur. Si vous êtes incapable de bien utiliser les pipettes
automatiques, utilisez les pipettes de verres avec des poires. En cas de négligence de
votre part vous pourriez être responsable de l’achat d’une nouvelle pipette de
remplacement (300 à 500$).
Chaque fois que vous utilisez une pipette, vous devez vérifier sa calibration : aspirez le
volume d’eau MQ à mesurer (fixé sur l’afficheur) et pesez-le avec une balance pour
vérifier si le volume est correct. Il faut bien savoir que le volume indiqué sur les
contrôles de pipettes correspond rarement au volume exact livré, il est par contre
critique que ce volume soit répétable d’une mesure à l’autre.
Ne jamais aspirer les solutions standard directement de la bouteille! Vous pouvez
contaminer toute la bouteille!
Page 3 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
Vous devez mettre une petite quantité de solution dans un bécher et après utiliser la
pipette.
Pour assurer l’étanchéité appuyer fermement le cône sur l’embout en effectuant un
mouvement de rotation.
Peser le bouton poussoir jusqu’à la première butée positive (A).
En maintenant la pipette verticale plonger l’extrémité du cône dans l’échantillon à
prélever.
Relâcher lentement et régulièrement le bouton poussoir pour aspirer le liquide dans
le cône (B).
Attendre 1 seconde et retirer le cône du liquide. Essuyer éventuellement les gouttelettes
de liquide qui pourraient adhérer sur la paroi extérieure du cône avec un papier non
tissé (par exemple un mouchoir de laboratoire Kimwipe).
Prendre soin de ne pas toucher l’orifice du cône! Pour vous assurer que vous ne
touchez pas les cônes il est mieux de les garder dans un sac de plastique de type
Ziploc.
Il est important de faire un pré-rinçage de la pipette avec la solution à mesurer lorsque
les solutions ont une densité différente de celle de l’eau (telles que les solvants
organiques) et qui peuvent adhérer sur la paroi interne du cône.
4. Distribution des solutions
Placer l’extrémité du cône de façon à former un angle de 10 à 40o contre la paroi
interne du tube récepteur. Presser doucement le bouton poussoir jusqu'à la première
butée positive (C). Attendre 1 seconde. Presser complètement le bouton poussoir affin
d’expulser la dernière fraction de liquide. (D).
Tout en maintenant le bouton poussoir complètement pressé, retirer la pipette tout en
glissant le cône le long de la paroi du tube récepteur.
Relâcher complètement le bouton poussoir (E).
Pour les solutions modérément denses et visqueuses, il est possible d’effectuer une
compensation en augmentant la valeur du volume par rapport à la valeur désirée (en se
calibrant à l’aide d’une balance analytique).
Pour les solutions moins denses et visqueuses que l’eau il est possible d’effectuer une
compensation en diminuant la valeur du volume par rapport à la valeur désirée.
Lors de la distribution de liquides denses ou visqueux, avant d’expulser la dernière
fraction de liquide, attendre une seconde supplémentaire à la première butée positive.
Page 4 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
Page 5 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
1.2. Utilisation des balances analytiques
Par: Carmen Donisa
Dernière révision: 24 avril 2003
Source initiale: n/a
1. Matériel
•
Balance d’analyse électronique Sartorius A 200 S
2. Préparation
Avant de commencer à peser on doit s’assurer de la PROPRETÉ de la balance. Pour
ça on doit enlever le plateau et tout les autres pièces et en utilisant la brosse nettoyer la
chambre de la balance.
Il est important de s’assurer que la balance est parfait équilibre et que la bulle, dans le
coin à droite, soit à l’intérieur du cercle noir.
Pour mettre la balance en fonction on doit appuyer la touche ON/OFF. De plus, vous
pouvez effectuer la mise sous tension par la touche de tare (T).
Avant d’effectuer une pesée, on doit tarer la balance si on utilise un récipient ou si
l’affichage n’indique pas 0,0000 g (ou bien une autre unité de poids correspondante).
3. Calibration de la balance
Il est possible de faire une calibration interne et externe de la balance.
Calibration interne:
Décharger la balance et tarer. Lorsque 0,0000 g apparaît à l’affichage, appuyer sur la
touche CAL. À l’affichage du poids apparaît la lettre « C ». À l’affichage de «CE » tarez
et appuyez à la nouveau sur la touche CAL. Au bout de quelques secondes il apparaît
« CC » à l’affichage, puis 0,0000 g. Un bip sonore vous indique la fin de la procédure de
calibration.
Calibration externe:
Calibration possible seulement avec un poids de calibration précis.
Page 6 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
Avec cette balance vous pouvez peser en grammes mais aussi dans d’autres unités de
poids internationales. Pour ça vous devez utiliser le programme d’exploitation de la
balance (voir le manuel d’utilisation!).
Page 7 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
1.3. Utilisation de la centrifugeuse
Par: Sébastien Sauvé
Dernière révision: 24 avril 2003
Source initiale: n/a
1. But
Séparer une phase solide et une phase liquide.
2. Matériel
•
•
Tubes de centrifugeuses de 50 ml (capacité maximale ∼40 ml).
Centrifugeuse Sorvall RC 2B
3. Précautions
Veuillez à toujours bien équilibrer le nombre de tubes et leurs poids dans la
centrifugeuse pour éviter les accidents et les bris d’appareils.
Donc, si vous avez un nombre d’échantillons impair, utilisez un tube identique rempli de
suffisamment d’eau pour équilibrer le poids de chaque coté.
4. Manipulations
Augmenter la vitesse graduellement jusqu’à (11 500 rpm ~10 000g).
Pour les extraits de sols, une centrifugation de 15 min devrait suffire, pour les sols ou
les médiums très organiques, une période plus longue pourrait s’avérer nécessaire.
Page 8 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
1.4. Conditionnement de la verrerie pour analyses d’éléments
traces
Par: Luc Lavoie
Dernière révision: 24 avril 2003
Source initiale: n/a
1. But
Nettoyer la verrerie pour s’assurer qu’il n’y ait pas de contaminants.
2. Matériel
•
•
Contenant de plastique
Acide nitrique qualité réactifs ACS (PAS NÉCESSAIRE d’utiliser la qualité trace,
trop dispendieux inutilement)
3. Procédure
Dans un contenant en plastique de 15 à 20 litres, on prépare 10 litres d’une solution
d’acide nitrique ∼10% par dilution de 1.5 litres d’acide nitrique concentré 70% dans 8.5
litres d’eau déionisée (DI).
La verrerie à conditionner est plongée dans cette solution pendant au moins 2 heures et
idéalement pour la nuit, puis rincée abondamment à l’eau déionisée.
La verrerie est alors séchée à l’air, au besoin.
Page 9 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
1.5. Manipulations et élimination des sols de provenance
étrangère importés pour la recherche
Par: Sébastien Sauvé
Dernière révision: Mai 2002
Source initiale: Entente avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments du
Canada
1. But
Assurer la protection de l’environnement canadien contre les pathogènes étrangers
potentiellement présents dans les sols importés.
2. Contexte
Les sols importés représentent un risque de propagation de pathogènes, parasites
et/ou d’autres agents biologiques. Pour remédier à cette situation les sols et les
solutions exposés aux sols doivent être traités avant leur élimination et un protocole
strict doit être suivi pour pouvoir rendre compte des échantillons que nous avons et de
ce que nous en faisons.
3. Procédures
Un permis d’importation distinct est requis pour chaque chercheur et/ou provenance.
À l’arrivée au laboratoire assurez-vous avec Sébastien Sauvé (au D-646, téléphone:
343-6749) que les échantillons sont enregistrés dans le registre à cet effet. L’inscription
au registre doit inclure l’origine, les caractéristiques, le responsable du projet et un
numéro d’identification approprié. Inclure une copie du permis d’importation dans le
registre.
Les sols étrangers seront conservés dans l’armoire barrée #5, face qu D-644, soit dans
des sacs de plastiques résistant ou dans des contenants de plastique. L’ensemble des
sols d’une provenance quelconque seront conservés dans une boîte spécialement
identifiée « Sols étrangers – Manipulation particulière » ainsi que le nom de la personne
responsable du projet et son local.
Les sols après leur utilisation ainsi que les solutions exposées aux sols doivent être
récupérés, disposés dans un contenant à moins de 2.5 cm d’épaisseur et mis à l’étuve
Page 10 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
à 121°C (minimum). Les résidus doivent être conservés à cette chaleur pour au moins
12 heures.
Les résidus solides seront étiquetés « résidus chimiques » et doivent être confiés au
service de gestion des déchets de l’Université de Montréal (a/s Suzanne Deguire, local
G-535, téléphone 343-6111, poste 4000) qui s’occupera de les faire acheminer vers un
site d’enfouissement approprié. Une preuve de prise en charge des résidus de sols doit
être envoyé au responsable de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (voir cidessous).
Pour des questions contacter Sébastien Sauvé (local D-646).
Pour obtenir un permis :
Louis-Alix André
Agence canadienne d’inspection des aliments
Importation/protection des végétaux
7101 Jean-Talon est, Suite 600
Anjou, QC, H1M 3N7
Tel : 514 493-6674 poste 232
Fax : 514 493-6154
Page 11 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
1.6. Préparation des solutions standards
Par: Luc Lavoie
Dernière révision: 24 avril 2002
Source initiale : n/a
1. But
2. Contexte
Les instruments d’analyse (ex. AAS, ICP–AES, etc.) ne donnent pas les résultats
directement en unités de concentration des métaux analysés. Pour obtenir ces
concentrations, il est nécessaire de construire les courbes d’étalonnage qui donnent la
relation entre les indications des appareils et la concentration du métal analysé.
3. Procédures
4. Préparation des solutions standards de Cu;
•
•
La teneur des sols étudiés en Cu est entre 20 et 200 ppm (mg / kg de sol).
Le domaine de linéarité de l’analyse du Cu par Absorption Atomique sur
l’appareil Perkin-Elmer 703 va de 0.077 mg/L à 5 mg/L pour λ = 324.8 nm
(manuel Perkin-Elmer, January 1982)
Préparation du standard 5 mg/L. On verse quelques ml de la solution étalon de cuivre
dans un bécher 10 ml et on prélève à la micropipette 500 µl de cet étalon dans une fiole
jaugée 100 ml identifiée. On complète au trait de jauge avec environ 100 ml de solution
HNO3 20%.
Préparation du standard 2.5 mg/L. On prélève 50 ml du standard 5 ppm à la pipette de
50 ml que l’on transfère dans une autre fiole jaugée 100 ml identifiée. On complète au
trait de jauge avec environ 50 ml de solution HNO3 20%. Il reste donc 50 ml de la
solution standard 5 mg/L.
Préparation du standard 1 mg/L. On prélève 20 ml du standard 5 mg/L à la pipette de
20 ml et on transfère dans une troisième fiole jaugée 100 ml identifiée. On complète au
Page 12 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
trait de jauge avec environ 80 ml de solution HNO3 20%. Il reste alors 30 ml de la
solution standard 5 mg/L.
Préparation du standard 0.5 mg/L. On prélève 20 ml du standard 2.5 mg/L à la pipette
de 20 ml et on transfère dans une quatrième fiole jaugée 100 ml identifiée. On
complète au trait de jauge avec environ 80 ml de solution HNO3 20%. Il reste alors 80
ml de la solution standard 2.5 mg/L.
Préparation du standard 0.25 mg/L. On prélève 50 ml du standard 0.5 mg/L à la pipette
de 50 ml et on transfère dans une cinquième fiole jaugée 100 ml identifiée. On
complète au trait de jauge avec environ 50 ml de solution HNO3 20%. Il reste
finalement 50 ml de la solution standard 0.5 mg/L et 100 ml de la solution standard 0.25
mg/L.
5. Préparation des solutions standards de Cd;
•
•
La teneur des sols étudiés en Cd est entre 0.3 et 1.6 ppm (mg / kg de sol).
Le domaine de linéarité de l’analyse du Cd par Absorption Atomique sur
l’appareil Perkin-Elmer 703 va de 0.028 mg/L à 2 mg/L pour λ = 228.8 nm
(manuel Perkin-Elmer, January 1982).
Préparation du standard 2 mg/L. On verse quelques ml de la solution étalon de
cadmium dans un bécher 10 ml, et on prélève à la micropipette 200 µl de cet étalon de
cadmium que l’on transfère dans une fiole jaugée 100 ml identifiée. On complète au
trait de jauge avec environ 100 ml de solution HNO3 20%.
Préparation du standard 1 mg/L. On prélève 50 ml du standard 2 mg/L à la pipette de
50 ml que l’on transfère dans une autre fiole jaugée 100 ml identifiée. On complète au
trait de jauge avec environ 50 ml de solution HNO3 20%. Il reste donc 50 ml de la
solution standard 2 mg/L.
Préparation du standard 0.5 mg/L. On prélève 50 ml du standard 1 mg/L à la pipette de
50 ml et on transfère dans une troisième fiole jaugée 100 ml identifiée. On complète au
trait de jauge avec environ 50 ml de solution HNO3 20%. Il reste alors 50 ml de la
solution standard 1 mg/L.
Préparation du standard 0.1 mg/L. On prélève 20 ml du standard 0.5 mg/L à la pipette
de 20 ml et on transfère dans une quatrième fiole jaugée 100 ml identifiée. On
complète au trait de jauge avec environ 80 ml de solution HNO3 20%. Il reste alors 80
ml de la solution standard 0.5 mg/L.
Préparation du standard 0.05 mg/L. On prélève 50 ml de la solution standard 0.1 mg/L
à la pipette de 50 ml et on transfère dans une cinquième fiole jaugée 100 ml identifiée.
On complète au trait de jauge avec environ 50 ml de solution HNO3 20%. Il reste
finalement 50 ml de la solution standard 0.1 mg/L et 100 ml de la solution standard 0.05
mg/L.
Page 13 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
Les solutions sont ensuite transférées dans des bouteilles de plastique de type
Nalgene.
6. Exemple de calcul : préparation du standard 5 mg/L de Cu :
De la solution étalon stock de 1000 mg/L, on veut obtenir une solution 5 mg/L de 100
mL. Le facteur de dilution de sera de : 1000 mg/L / 5 mg/L = 200
De
C1·V1 = C2·V2 , on a
1000 mg/L · V1 = 5 mg/L · 100 mL
où:
C1 = 1000 mg/L (concentration de l’étalon de cuivre)
V1 , le volume d’étalon Cu à prélever pour obtenir 100 mL de solution 5 mg/L
C2 = 5 mg/L, la concentration de la solution standard que l’on vise à obtenir
V2 = 100 mL, le volume de la solution standard que l’on vise à obtenir
On détermine V1;
C2
V1 = ---- · V2 =
C1
5 mg/L
---------- · 100 mL = 500 mL
1000 mg/L
Donc, en ajoutant 500 mL de l’étalon de cuivre 1000 mg/L dans une fiole jaugée 100
mL et en complétant le volume au trait de jauge avec 100 mL d’acide nitrique 20%
(matrice), on obtient 100 mL de standard 5 mg/L de cuivre.
Page 14 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
2. Traitements d’échantillons
Page 15 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
2.1. Digestion acide de sols pour métaux totaux récupérables
(total-recoverable) sur plaque chauffante
Par: Sébastien Sauvé, Michel Villena et Luc Lavoie
Dernière révision: 9 février 2004
Source initiale: n/a
1. But et application
Préparation des échantillons pour la détermination de la quantité totale des éléments
dans les eaux souterraines, les eaux de surface, l'eau potable, les eaux résiduelles et à
l’exception de la silice, dans les sédiments, les boues et les déchets solides.
Dans ce cas, le but est de transformer la quasi-totalité des éléments traces présents
dans une matrice solide et de solubiliser dans un acide concentré. Comme on cherche
à obtenir la concentration exacte, il est important de bien mesurer le poids sec exact de
la matrice utilisée (e.g. même un sol qui à l’air pas mal sec pourrait avoir 15% p/p
d’humidité). Comme c’est un rapport de masse sur le volume d’acide, il est aussi
critique de récupérer totalement l’acide utilisé (sans perte par vapeur ou autre).
2. Précautions
L’usage des gants, sarrau, et lunettes de protection est obligatoire.
3. Matériels
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
1 plaque chauffante
Papier aluminium
1 cylindre gradué 10 ml
Pipettes
Béchers 100 mL
Verres de montre de 9 cm
Spatules de plastique
Flacon laveur d’eau distillée
Entonnoirs à filtration de plastique de 7,2 cm
Support à entonnoirs en bois
Filtres de papier Whatman No. 41 ou Fisher 5
Page 16 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
•
•
•
Fioles jaugées: 50 mL, 100 mL ou 200 mL
Membranes 0.45 µm
Support à membranes
4. Réactifs
•
•
•
Acide nitrique concentré, (qualité Fisher-Trace metal grade ou supérieur).
Eau déionisée (DI)
échantillon(s) de sol(s) préalablement séché(s) et broyé(s).
5. Manipulations
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Tout le matériel doit être propre et préalablement lavé au savon de laboratoire,
trempé dans l’acide nitrique dilué (1 nuit) et rincé abondamment à l’eau
déionisée.
Mélanger l’échantillon préalablement séché dans une étuve (70ºC), pour
l’homogénéiser.
Peser exactement environ 0,5000 g (de 0,3 à 1,0 g) par échantillon, on utilise
moins d’échantillon quand c’est très contaminé et inversement quand on est
proches des limites de détection. Il est aussi préférable de diminuer la masse
utilisée pour les échantillons très organiques qui pourraient faire des bouillons et
de l’écume.
Transférer l’échantillon dans un bécher de 100 mL. Utiliser un papier de pesée si
nécessaire.
Ajouter 10 mL d’acide nitrique concentré et ensuite couvrir avec un verre de
montre.
Déposer les béchers préparés sur la plaque chauffante et amener graduellement
la température juste sous le point d’ébullition (assez pour voir quelques bulles
fines se former dans l’acide mais sans avoir de gros bouillons). Maintenir juste
sous le point d’ébullition pendant 1 heure.
Lors de la digestion quelques bulles peuvent apparaître mais la forte ébullition
doit être évitée. Si ça se produit, tenter de tournoyer légèrement les béchers pour
vous assurer qu’il n’y ait pas de résidus qui collent sur les parois du bécher sans
être dans l’acide.
Note : Pour l’ajustement et le contrôle de la température de la plaque chauffante,
un bécher rempli d’eau découvert placé au centre de la plaque chauffante doit
être maintenu à une température d’environ 85ºC (au maximum).
Laisser refroidir les échantillons sur la plaque avant de les manipuler, l’acide
bouillante est très corrosif.
Un papier filtre est installé sur un entonnoir et on fixe cet entonnoir sur le support
à entonnoirs avec une fiole jaugée de 50 ml ou 100 mL identifiée en-dessous. Le
papier filtre se plie en 4 et après est mouillé légèrement à l’aide du flacon laveur
Page 17 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
•
•
•
•
•
•
•
•
d’eau DI. Le contenu du bécher est ensuite filtré par gravité dans la fiole jaugée
de 50 ml (ou 100 mL).
On veille à bien recueillir tout l’acide du bécher et sur le verre de montre à l’aide
du flacon laveur. Une fois l’acide filtré et complètement refroidit, on rince le
papier filtre avec le flacon laveur et on complète le volume de la fiole jaugée au
trait (N’oubliez pas que la densité et le volume changent avec la température).
Si la solution est turbide, il peut s’avérer nécessaire de filtrer la solution avec des
membranes 0.45 µm placée sur un support de plastique approprié.
On transfère une quantité suffisante d’acide dans des contenants de plastiques
de type Nalgene bien fermés et identifiés. Les solutions sont suffisamment
concentrées en acide qu’elles n’ont pas besoin d’être conservées au frigo. On ne
laisse pas les digestions dans les ballons jaugés, on dispose de l’acide en
surplus et on les lave pour usage ultérieur.
L’échantillon est maintenant prêt à être soumis à une analyse par spectroscopie
d’absorption atomique ou si les concentrations sont plus basses par
spectrométrie d’émission atomique par plasma (ICP), ou une autre méthode de
détection appropriée.
Pour une analyse par ICP, pipeter 10 mL de l’échantillon dans une fiole 50 mL et
si l’échantillon est trop concentré, compléter au volume avec l’eau et agiter (la
solution finale devrait être à 2% HNO3 ou même 0.2% selon le cas).
Pour chaque série de 8 échantillons, inclure un blanc d’acide (donc un bécher
traité de façon identique à tous les échantillons mais dans lequel il n’y a que
l’acide) et un échantillon de contrôle de qualité d’une matrice similaire mais pour
laquelle vous avez des valeurs de concentrations certifiées.
Les digestions acides des sols doivent être faites en duplicata ou en triplicata
selon le niveau de variabilité attendue (et la disponibilité de l’échantillon). Donc
pour chaque sol, on pèse deux ou trois aliquots et on effectue la digestion acide
sur chacun de ces aliquots.
Pour éviter les effets de matrice sur la stabilité des échantillons dilués, les
analyses doivent être faites le plus tôt possible après la fin de la préparation des
échantillons. Les solutions de digestion d’acides concentrés devraient cependant
se conserver assez longtemps.
6. Calculs
Formule générale:
mg ⋅ L−1 M ⋅ V
mg ⋅ kg M =
m
−1
où :
M = métal
Page 18 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
mg.L –1= valeur lue par AAS /ICP- AES
V = volume flacon jaugé (mL)
m= la masse du sol pesé (g)
7. Exemple :
1.0733 g de sol sec sont digérés avec 10 mL de HNO3 conc. et complété à 50 mL avec
de l’eau déionisée et la concentration de cuivre est ensuite mesurée absorption
atomique ou autre.
La concentration de la solution en mg/L (ppm) doit être corrigée pour le blanc (digestion
de l’acide seul).
Par exemple, une concentration en solution dans l’échantillon de 0.3685 mg/L et une
concentration dans le blanc de 0.0021 mg/L va donc donner 0.3664 mg/L de cuivre
dans l’acide de la digestion de l’échantillon.
Or on veut trouver la concentration en Cu dans le sol (en mg/kg de sol sec).
On trouve la quantité de cuivre dans la solution 50.0 mL est de :
0.3664
mg
mg
⋅ 50.0 ml est équivalent à 0.3664
⋅ 0.0500 l ou encore
l
l
0.0183 mg de cuivre dans l’échantillon.
Comme on avait au départ 1.0733g de sol sec, on a donc :
0.0183 mg de Cu
1.0733g de sol sec
En assumant une digestion complète, on a alors une concentration de :
0.0183 mg de Cu 1000 g
⋅
= 17.05 mg Cu / kg sol sec
1.0733g de sol sec 1 kg
Page 19 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
2.2. Digestion acide « eau régale-aqua regia » d’un sol au four
à micro-ondes « Milestone »
Par: Sébastien Sauvé
Dernière révision: 31 Mai 2004
Source initiale: Digestion Application Report # 03-001 (du Manuel Milestone)
1. But et application
Le but de cette expérience est d’effectuer une digestion acide d’un sol (ou une autre
matrice) à haute température et pression. À préférer à la plaque chauffante si on tient à
analyser les éléments volatils (eg. Se, Hg) ou encore si on cherche à solubiliser une
portion des silicates ou qu’on a affaire à une matrice ou un analyte récalcitrant (eg. Pt)
où encore que les masses à analyser sont petites et que les blancs doivent êtres
excessivement propres.
2. Matériels et réactifs
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
HNO3 concentré (Trace metal grade).
HCl concentré (Trace metal grade).
Sol à étudier.
Ballons jaugés.
Four à micro-ondes Milestone.
Rotor à 12 monoblocs pour digestion.
Agitateur magnétique de Teflon.
Bombe de digestion de Teflon.
Flacon laveur d’eau distillée
Entonnoirs à filtration de plastique de 7,2 cm
Support à entonnoirs en bois
Filtres de papier Whatman No. 41 ou Fisher 5
Fioles jaugées: 50 mL, 100 mL ou 200 mL
Membranes 0.45 µm
Support à membranes
Page 20 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
3. Précautions
•
Pour des raisons de sécurité, il est impératif de veiller à n’utiliser que du matériel
Milestone pour acide
Toutes les manipulations, avant et après la digestion, doivent être effectuées
sous la hotte.
La sonde du thermomètre est très fragile et très dispendieuse (+ de 1000$). Il
faut prendre beaucoup de précautions en la manipulant : pour cela, on ne
l’installe qu’en dernier, et on l’enlève en premier dès que la digestion est
terminée.
Chaque élément de monobloc est numéroté de 0 (température de référence) à
12 (il n’y a pas de numéro 1) : veiller à ne pas intervertir ces éléments entre eux.
•
•
•
4. Manipulations
Dans un flacon de Teflon (TFM), peser exactement environ 0.3000 g de sol sec broyé
(voir méthode). Faites attention d’utiliser l’ensemble de bombes de Teflon dédié aux
digestions acide et non l’ensemble pour extraction avec solvants organiques.
À l’aide d’une éprouvette de verre graduée, ajouter lentement 9.0 mL d’HNO3 concentré
(Trace metal grade), puis 3.0 mL d’HCl concentré (Trace metal grade).
Placer un agitateur magnétique Milestone « spécial acide ».
Refermer le flacon, remonter l’ensemble des pièces dans le segment monobloc, puis le
serrer à l’aide de la clé dynamométrique.
Placer le tout dans le four à micro-ondes.
5. Programmation du four
NB : La puissance utilisée dépend du nombre d’échantillon ; au delà de 4 échantillons, il
est préférable de laisser la puissance du four à micro-ondes à 1000 W.
Étape
Temps
Puissance
Température
1
5 min
1000 W
220 °C
2
10 min
1000 W
220 °C
6. Précautions
• L’acide chaud est maintenant sous haute pression.
• Pour des raisons de sécurité, il faut d’abord refroidir chacun des segments
(jusqu’à ce qu’on soit capable de les manipuler à main nue).
Page 21 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Une fois la paroi extérieure du cylindre refroidie à température ambiante, l’acide
à l’intérieur est toujours chaud et sous pression : il faut dévisser le segment très
lentement, et en gardant le côté le plus large tourné vers soi, en cas de
projections d’acide.
Un papier filtre est installé sur un entonnoir et on fixe cet entonnoir sur le support
à entonnoirs avec une fiole jaugée de 50 ml ou 100 mL identifiée en dessous. Le
papier filtre se plie en 4 et il est ensuite mouillé légèrement à l’aide du flacon
laveur d’eau DI. Le contenu du bécher est ensuite filtré par gravité dans la fiole
jaugée de 50 ml (ou 100 mL).
On veille à bien recueillir tout l’acide du bécher et sur le verre de montre à l’aide
du flacon laveur. Une fois l’acide filtré et complètement refroidit, on rince le
papier filtre avec le flacon laveur et on complète le volume de la fiole jaugée au
trait (N’oubliez pas que la densité et le volume changent avec la température).
Si la solution est turbide, il peut s’avérer nécessaire de filtrer la solution avec des
membranes 0.45 µm placée sur un support de plastique approprié.
On transfère une quantité suffisante d’acide dans des contenants de plastiques
de type Nalgene bien fermés et identifiés. Les solutions sont suffisamment
concentrées en acide qu’elles n’ont pas besoin d’être conservées au frigo. On ne
laisse pas les digestions dans les ballons jaugés, on dispose de l’acide en
surplus et on les lave pour usage ultérieur.
L’échantillon est maintenant prêt à être soumis à une analyse par spectroscopie
d’absorption atomique ou si les concentrations sont plus basses par
spectrométrie d’émission atomique par plasma (ICP), ou une autre méthode de
détection appropriée.
Pour une analyse par ICP, pipeter 10 mL de l’échantillon dans une fiole 50 mL et
si l’échantillon est trop concentré, compléter au volume avec l’eau et agiter (la
solution finale devrait être au maximum 5% HNO3 pour l’ICP-AES, ou bien 2% ou
même 0.2% pour l’ICP-MS).
Pour chaque série de 12 échantillons, inclure un blanc d’acide (donc une bombe
traitée de façon identique à tous les échantillons mais dans lequel il n’y a que
l’acide) et un échantillon de contrôle de qualité d’une matrice similaire mais pour
laquelle vous avez des valeurs de concentrations certifiées.
Les digestions acides des sols doivent être faites en duplicata ou en triplicata
selon le niveau de variabilité attendue (et la disponibilité de l’échantillon). Donc
pour chaque sol, on pèse deux ou trois aliquots et on effectue la digestion acide
sur chacun de ces aliquots.
Pour éviter les effets de matrice sur la stabilité des échantillons dilués, les
analyses doivent être faites le plus tôt possible après la fin de la préparation des
échantillons. Les solutions de digestion d’acides concentrés devraient cependant
se conserver assez longtemps.
Page 22 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
7. Calculs
Formule générale:
mg ⋅ L−1 M ⋅ V
mg ⋅ kg M =
m
−1
où :
M = métal
mg.L –1= valeur lue par AAS /ICP- AES
V = volume flacon jaugé (mL)
m= la masse du sol pesé (g)
8. Exemple :
1.0733 g de sol sec sont digérés avec 10 mL de HNO3 conc. et complété à 50 mL avec
de l’eau déionisée et la concentration de cuivre est ensuite mesurée absorption
atomique ou autre.
La concentration de la solution en mg/L (ppm) doit être corrigée pour le blanc (digestion
de l’acide seul).
Par exemple, une concentration en solution dans l’échantillon de 0.3685 mg/L et une
concentration dans le blanc de 0.0021 mg/L va donc donner 0.3664 mg/L de cuivre
dans l’acide de la digestion de l’échantillon.
Or on veut trouver la concentration en Cu dans le sol (en mg/kg de sol sec).
On trouve la quantité de cuivre dans la solution 50.0 mL est de :
0.3664
mg
mg
⋅ 50.0 ml est équivalent à 0.3664
⋅ 0.0500 l ou encore
l
l
0.0183 mg de cuivre dans l’échantillon.
Comme on avait au départ 1.0733g de sol sec, on a donc :
0.0183 mg de Cu
1.0733 g de sol sec
En assumant une digestion complète, on a alors une concentration de :
0.0183 mg de Cu 1000 g
⋅
= 17.05 mg Cu / kg sol sec
1.0733 g de sol sec 1 kg
Page 23 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
9. Lavage
On lave d’abord les flacons à l’aide d’une brosse, à l’eau chaude et au savon. On rince
abondamment à l’eau distillée.
On utilise ensuite la même méthode que pour la digestion (mêmes acides, mêmes
volumes, mêmes températures, et mêmes temps). Mais sans échantillons, il faut utiliser
la puissance du four au maximum. On rince ensuite au moins fois fois avec de l’eau
déionisée.
Page 24 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
2.3. Extraction d’une solution de sol pour détermination des
métaux dissous
Par: Sébastien Sauvé
Dernière révision: 28 avril 2003
Source initiale: Sauvé S. 2002. Speciation of metals in soils. IN Bioavailability of
Metals in Terrestrial Ecosystems: Importance of Partitioning for Bioavailability to
Invertebrates, Microbes and Plants. H. E. Allen. (ED). Society for Environmental
Toxicology and Chemistry Pensacola, FL, USA. pp. 7-58.
1. But
Obtenir une solution représentative d’un pseudo équilibre entre la phase solide et la
phase liquide d’un échantillon de sol.
2. Matériel
•
•
•
•
•
•
•
Tubes de centrifugeuses de 50 ml (capacité maximale ∼40 ml).
Support de tubes de centrifugeuse
Centrifugeuse modèle
Support de filtre membrane de 2.5 cm
Membrane cellulosique de 0.45 µm
Seringues
Agitateur/rotateur
3. Manipulations
Sachant connaissant le % humidité, on prend l’équivalent de 10 g de sol sec pour
environ 20 mL de KNO3 0.01 M mis dans un tube de centrifugation.
Exemple : avec 20%
approximativement :
d’humidité
pour
un
sol
donné,
il
faudra
prendre
10 g (sec) / (100% - 20%) = 10 g / 0.80 = 12 grammes
Ce 12 g (10 g ≈ 10 mL de sol, 2 mL d’eau) sera mélangé avec 18 mL de KNO3 0.01 M.
Pour les sols et médium organiques (>20-30% C), on utilisera un ratio solide:liquide de
1:10 au lieu de 1:2, donc 2 g de solides pour 20 mL de solution.
Page 25 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
Les tubes de centrifugation sont disposés horizontalement sur un agitateur mécanique.
On fait l’agitation pendant au moins 12 h (overnight).
Les tubes sont ensuite centrifugés à 11000 RPM (10000 g) pendant 15 min, 30 min, si
l’échantillon est organique. Les surnageants sont transférés dans des béchers, on jette
les dépôts solides décantés.
Les pH des surnageants sont mesurés au pH-mètre.
Les surnageants sont transférés dans une seringue de 30 mL en plastique. Une
membrane filtre 0.45 µm est fixée sur le support approprié et utilisée pour filtrer le
surnageant.
Le filtrat peut ensuite être utilisé pour le pH, la détermination du pCu2+, pour l’analyse
par polarographie, pour la conductivité ou pour les métaux totaux dissous.
Page 26 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
2.4. Broyage de sol en poudre
Par: Luc Lavoie et Sébastien Sauvé
Dernière révision: 9 Février 2004
Source initiale: n/a
1. But
Obtenir un échantillon de sol broyé pour analyse ultérieure.
2. Matériel
•
•
•
Un mortier et un pilon inerte (en diamonite (de couleur rose) ou en agate),
environ 50 ml de capacité, et environ 10 cm de long (La céramique est à
proscrire, elle contaminera l’échantillon).
Un contenant ou un sac approprié pour conserver l’échantillon broyé.
Papier de pesée.
3. Manipulations
Le mortier et pilon sont nettoyés à la brosse et à l’eau chaude, trempés quelques
secondes dans l’acide nitrique 10%, rincés abondamment à l’eau déionisée (DI), puis
asséchés avec des mouchoirs, ou avec un peu d’acétone, si on doit aller rapidement.
La coupelle contenant l’échantillon de sol sec est vidée au complet dans le mortier, et le
sol est broyé en poudre par l’action du pilon (utiliser des gants en latex non-poudrés
afin d’éviter une contamination provenant des mains).
Le sol broyé est alors transféré dans un nouveau contenant. On peut, si nécessaire, on
peut déposer l’échantillon broyé sur un papier de pesée pour faciliter le transfert dans le
contenant ou le sac de l’échantillon.
Le mortier et le pilon sont ensuite nettoyés à nouveau et on recommence avec
l’échantillon suivant (voir étape 3.1).
Page 27 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
2.5. Ajustement du taux d’humidité d’un sol
Par: Sébastien Sauvé
Dernière révision: 28 avril 2003
Source initiale: n/a
1. But
Obtenir un échantillon de sol à un taux d’humidité prédéterminé.
2. Procédures
Déterminer la teneur en eau initiale du sol.
Calculer la masse équivalente en sol sec de l’échantillon.
Calculer la masse d’eau totale requise dans l’échantillon selon la masse sèche
équivalente.
Soustraire la masse d’eau déjà présente de la masse d’eau à ajouter.
Ajouter l’eau nécessaire à l’échantillon.
Le taux d’humidité d’un sol exposé à l’air varie en fonction de l’humidité relative et va se
dessécher ou s’humidifier au gré des variations ambiantes.
3. Calculs
Prenons 130 g d’un échantillon de sol avec une teneur initiale en eau de 12% (12 g
H2O pour 100 g de sol sec-voir méthode).
La quantité de sol sec est la différence du poids total moins la teneur en eau. L’algèbre
est un peu amusante, c’est probablement plus simple de faire les calculs par essaiserreurs dans un chiffrier Excel.
Cet échantillon contiendrait donc 13.9 g d’eau et 116.1 g de sol sec. (Et NON pas
130*0.12≈15.6 g d’H2O parce que 15.6 g d’eau sur (130-15.6) g = 13.6%).
Page 28 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
Exemple :
% humidité
Masse sol
humide
Masse H2O
Masse sol
sec
11.9724376 ‘=13.9/116.1
130 g
13.9 g
116.1 g
Page 29 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
2.6. Mesures du pH d’un sol
Par: Sébastien Sauvé
Dernière révision: 28 avril 2003
Source initiale: Hendershot et al. ??
1. But
Page 30 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
2.7. Fractionnement des extraits organiques en composants
aliphatiques et aromatiques
Par: Pedro Segura et Mireille Gaudreault
Dernière révision: 8 avril 2004
Source initiale: Rhodes, I. “The Total Petroleum Hydrocarbon Criteria Working Group
(TPHCWG) Analytical Method: Characterization of C6 to C35 Petroleum Hydrocarbons in
Environmental Samples” dans Risk-Based Methodologies for Evaluating Petroleum
Hydrocarbon Impacts at Oil and Natural Gas E&P Sites, s.l., s.d., [ http://apiep.api.org/filelibrary/tphcwg.pdf ], (8 Avril 2004). 379K.
1. But
Séparer les hydrocarbures aliphatiques des aromatiques dans un extrait organique.
2. Matériel
•
•
•
•
Micro-colonne de 1cm de diamètre avec fritté et robinet en téflon
Gel de silice 200-425 Mesh
Na2SO4 préalablement laissé dans l’étuve
Ballons jaugé de 10mL
3. Manipulations
1. Peser environ 2g de gel de silice et le mélanger avec 10ml d’acétonedichlorométhane 1:1 (AC-DCM). Transvider le tout dans la micro-colonne.
Laisser le robinet ouvert et pousser avec de l’air. Rendre la silice plus compacte
en frappant légèrement la colonne à petits coups répétés. Ajouter des portions
de 5ml de DCM, si nécessaire, pour nettoyer les parois de la colonne qui
pourraient avoir de la silice collée. Évacuer le solvant jusqu’à ce que son niveau
atteigne la surface de la silice qui doit toujours être humectée.
2. Ajouter 0.5cm de Na2SO4 sur le dessus de la silice. Rincer la colonne avec
10mL de DCM puis 10mL de hexanes. Laisser couler le solvant jusqu’à la
surface de la silice. La colonne est prête pour fractionner l’échantillon.
3. N’évacuez pas les solvants trop vite! Si non la colonne contiendra des
impuretés.
4. Ajouter 1mL de l’extrait sur la colonne. L’introduire dans la silice en poussant
avec de l’air à un flux constant de ∼ 1 goutte par second. Recueillir le solvant
qui sort de la colonne avec un ballon jaugé de 10mL. Ajouter 1mL d’hexanes et
Page 31 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
pousser avec de l’air. Recueillez. Procédez de la même façon en ajoutant des
portions de 2mL jusqu’à un volume total de 7mL d’ hexanes. Compléter le
volume du ballon avec l’hexane jusqu’au trait de jauge. Cette portion est la
fraction des aliphatiques.
5. Changez de ballon. Procédez de la même façon qu’en 3.3 mais en utilisant un
mélange acétone-dichlorométhane 1:1 (AC-DCM) comme éluant. Le volume de
solvant utilisé doit totaliser 8mL. Appliquez le AC-DCM sur la colonne en 4
portions de 2mL. Compléter le volume du ballon avec l’hexane jusqu’au trait de
jauge. Cette portion est la fraction des aromatiques.
6. Pour réutiliser la colonne, il faut la nettoyer en utilisant 10mL AC-DCM, 10mL de
DCM et 10 mL d’hexanes. La colonne pourra être ainsi utilisée un maximum de
quatre fois. Après avoir fractionné quatre échantillons changer la colonne.
Page 32 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
3. Procédures et équipements analytiques
Page 33 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
3.1. Détermination de la teneur en eau d’un échantillon solide
Par: Luc Lavoie
Dernière révision: 28 avril 2003
Source initiale: n/a
1. But
Déterminer le % d’humidité d’un sol ou d’une autre matrice solide.
2. Matériel
•
•
•
Spatule de plastique
Contenant d’aluminium
Étuve
3. Manipulations
A l’aide d’une spatule en plastique bien propre, on prélève et pèse exactement environ
5.0000 à 6.0000 grammes de terre dans une coupelle d’aluminium identifiée et tarée.
Donc, on note la masse de la coupelle d’aluminium seule, et la masse de la coupelle +
l’échantillon de terre humide.
On répète cette opération pour chaque échantillon de sol que l’on désire analyser.
Ces échantillons de sols sont ensuite séchés à l’étuve à 75°C jusqu’à ce qu’ils
atteignent une masse constante (environ 12 à 24 heures requises)
On obtient alors pour chaque échantillon de sol sec une masse finale (masse de la
coupelle + échantillon de terre sec).
4. Calculs
Le % d’humidité du sol est alors déterminé par la formule suivante :
(masse de terre humide - masse de terre sèche)
% d’humidité = ------------------------------------------------------------ x 100%
masse de terre sèche
Page 34 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
Exemple :
Masse de la coupelle = 1.324 g
Masse de la coupelle + sol humide = 6.556g
Masse de la coupelle + sol sec = 5.432g
(6.556 – 1.324) - (5.432 – 1.324)
% d’humidité = ------------------------------------------ x 100 %
(5.432 – 1.324)
5.232 - 4.108
% d’humidité = ----------------------------- x 100
4.108
= 27.36 %
* Les % typiques vont de 1% (sols poudreux sec) à 30% (sols granuleux).
Page 35 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
3.2. Détermination du cuivre libre par électrode à ion
spécifique
Par: Sébastien Sauvé et Julien Rachou
Dernière révision: Février 2004
Source initiale: Sauvé, S. (1999). Chemical speciation, solubility and bioavailability of
lead, copper and cadmium in contaminated soils. Ph.D. Dissertation, Department of Soil,
Crop, and Atmospheric Sciences, Cornell University. Ithaca, NY, USA, 174p.
1. But et application
Préparation des étalons et des échantillons pour la détermination de la quantité totale
de cuivre libre divalent dans une solution de sol.
2. Matériel
•
•
Électrode à ion sélectif de cuivre
pH-mètre (ionomètre)
3. Réactifs
On prépare 5 solutions mères :
-
Solution de tampon IDA (iminodiacetic acid
disodium) à 0.05 M.
-
Solution de KHC8H4O4 (potassium acid
phthalate) à 0.125 M.
-
Solution de Cu(NO3)2⋅3H2O à 5.0.10-3 M
-
Solution de NaOH à 0.3 M.
-
Solution de KNO3 (ou CaCl2) à O.5 M.
4. Calibration
On procède à la calibration de l’électrode de cuivre en prélevant 10 mL de chaque
solution mère et diluant à 500 mL avec H2O MQ. On divise en 10 solutions d’environ 50
mL chacune et on acidifie avec différentes quantités (quelques gouttes) de HNO3 à 5%
et 10%.
Page 36 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
On laisse équilibrer ces solutions étalons overnight.
On mesure le potentiel E (mV) de chaque solution ainsi que leur pH. Le potentiel est
considéré stable quand sa variation est inférieure à 0.3 mV en 3 mn. Le temps requis
est variable (plusieurs heures pour les concentrations les plus faibles!). Pour une
meilleure rapidité et stabilité, toujours procédé par autre décroissant de pCu2+ (du
moins concentré au plus concentré).
Les pCu2+ de ces dix solutions sont alors déduits (si on a utilisé CaCl2) à l’aide de
l’équation (1) :
pCu2+ = 0.587 pH + 0.0799 pH2 - 0.00263 (pH)3 + 2.85
(1)
ou de l’équation (2) (si on a utilisé KNO3) :
pCu2+ =
4.8413 ⋅ pH – 2.00631 ⋅ pH2 + 0.47175 ⋅ pH3 – 0.050602 ⋅ pH4
+ 0.00198 ⋅ pH5 – 0.22205
(2)
Connaissant alors les pCu2+ des dix solutions étalons et leurs potentiels E (mV), et on
peut déterminer les paramètres a et b de l’équation de la droite :
pCu2+ = a E (mV) + b
(3)
où;
E : les potentiels des solutions mesurées (mV)
a : la pente (mV –1)
b : l’ordonnée à l’origine
Les potentiels des solutions inconnues sont alors mesurés, et les pCu2+ sont déduits de
l’équation (3). Des triplicatas doivent être effectués. Si possible, toujours procéder par
ordre décroissant de pCu2+. Entre chaque mesure, l’électrode doit être abondamment
rincée et essuyé légèrement avec des mouchoirs de laboratoire (Kimwipes). En fin de
journée, l’électrode est polie avec un bout de feuille d’oxyde d’aluminium 3 µm pendant
30 s, puis successivement trempé dans H2SO4 0.025M et Na4EDTA 0.1 M pendant 5
mn.
Page 37 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
3.3. Détermination des Cu et Cd totaux dans les échantillons
de sols contaminés via l’absorption atomique (AAS)
Par: Luc Lavoie
Dernière révision: 24 avril 2003
Source initiale: n/a
1. But et application
On vise à mesurer les métaux totaux dans des solutions d’extraction acide de sols.
Une flamme acétylène-air atomise la matrice et les analytes (ici, les métaux): ces
métaux absorberont la radiation d’une lampe à cathode creuse à une longueur d’onde
caractéristique pour cet analyte. L’absorbance de la radiation permet (via
l’établissement d’une courbe d’étalonnage) de mesurer la quantité totale d’analyte en
solution (en mol/L), et donc d’en calculer la concentration dans les sols (en mg / kg de
sol).
2. Matériel
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Spectrophotomère d’absorption atomique
10 fioles jaugées de 100 ml
4 pipettes 20 ml
4 pipettes 50 ml
1 pipette 1 ml
2 béchers 10 ml
Flacon laveur d’eau DI
Pipettes 200 µl et 500 µl, avec embouts jetables
Cylindre gradué 500 mL
Cylindre gradué 100 mL
Erlenmeyer 500 mL
3. Réactifs
•
•
•
Solution étalon de cuivre 1000 ppm dans HNO3 5%
Solution étalon de cadmium 1000 ppm dans HNO3 5%
Acide nitrique concentré de grade Trace Métal ( 75 mL pour chaque étalon de
métaux à préparer).
Page 38 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
On prépare environ 5 solutions standards de chaque élément à doser (par exemple, Cu
et Cd).
La verrerie est conditionnée à l’acide nitrique 10% (voir méthode).
Préparation de la solution HNO3 20%: à préparer pour chaque étalon de métal.
Dans le cylindre gradué 500 mL, on mesure environ 300 mL d’eau déionisée. Ce
volume d’eau est transféré dans l’erlenmeyer 500 mL.
Dans le cylindre gradué de 75 mL, on mesure environ 75 mL de HNO3 concentré, et on
transfère lentement cet acide dans l’erlenmeyer.
On agite l’erlenmeyer pour
homogénéiser le mélange.
Attention: il y aura production d’un exotherme lors de l’addition de l’acide. Toujours
ajouter le volume d’acide dans l’eau ET NON LE VOLUME D’EAU DANS L’ACIDE !
Page 39 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
3.4. Préparation de gels diffusifs et gels de résine (DGT)
Par: Julien Rachou et Luc Lavoie
Dernière révision: 2003
Source initiale: Communication personnelle Richard Goulet
(Laboratoire d’André Tessier, INRS-ETE, Québec)
1. But et application
Préparation d’un gel de Fye 15% T, 5% C et gel avec résine
2. Matériel
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Montage (plaques) en plexiglass
Micropipettes 100µL et 1 mL
2 Entonnoirs à col large
Spatule en plastique stérile (low metal)
Verre de montre
2 cylindres gradués : 50 mL et 100 mL
2 fioles jaugées 100 mL
2 béchers: 10 mL et 100 mL
Erlenmeyer à vide 100 mL
Bac en plastique
Barreau aimanté
Plaque agitatrice
3. Réactifs :
•
•
•
•
•
•
Persulfate d’ammonium
Acrylamide
Bis-acrylamide
TEMED
Eau déionisée
Résine Chelex 100 Na-form 100-200 mesh
Page 40 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
4. Mode opératoire
Le matériel est conditionné à l’acide nitrique 10% (voir procédure).
5. Solution stock de monomères acrylamide / bis-acrylamide
On sort du frigo les bouteilles de bis-acrylamide et d’acrylamide, laisse revenir à la
température ambiante, et on pèse exactement environ 2.0000g de bis-acrylamide sur
un verre de montre. Le bis-acrylamide est transféré dans une fiole jaugée de 100 mL à
l’aide d’un entonnoir. On dissout au maximum en ajoutant de l’eau milliQ (environ 60
mL). Il est nécessaire d’agiter sur une plaque agitatrice avec un barreau aimantée (30
minutes) sinon cela peut prendre quelques heures. On complète au trait de jauge avec
de l’eau milliQ. On obtient une solution de bis-acrylamide 2% (w/v).
Dans un bécher de 100 mL, on pèse exactement environ 23.8000 g d’acrylamide, on
les transfère dans une fiole jaugée 100 mL avec un entonnoir, et on ajoute au cylindre
gradué 63 mL de solution homogène de bis-acrylamide 2%. On agite à la main pour
dissoudre (dissolution facile). On complète au trait avec de l’eau milliQ. On obtient une
solution stock 25.1% T et 5% C (C’est la solution de monomères).
6. Solution d’APS 10% (w/v) - initiateur
On pèse dans un bécher 10 mL exactement environ 0.1000g de persulfate
d’ammonium, puis on dissout le tout dans 1 mL d’eau milliQ à partir de la micropipette
1000 µL (dissolution facile). Cette solution doit être vieille d’au plus 1 jour.
7. Préparation de 75 mL de gel 15% T, 5% C - gel sans résine
Montage du moule: On installe les plaques de plexiglass parallèlement entre elles,
séparées par le tube en caoutchouc, et fixées solidement en bas et des côtés gauche et
droit par les clips en plastique.
Dégazage de la solution stock: On verse dans un erlenmeyer à vide 100 mL, 45 mL de
solution stock de monomères et 29.25 mL d’eau milliQ (avec un cylindre gradué). Cette
solution est dégazée sous vide via une trompe à eau pendant 25 minutes afin d’en
enlever l’oxygène.
Amorce de la polymérisation et moulage: On ajoute à cette solution dans l’erlenmeyer
0.525 mL de la solution d’initiateur APS 10% (via la micropipette 1 mL). On verse
quelques gouttes de TEMED (tetraméthyldiaminoéthyl) sous la hotte et on en ajoute
150 µL (via la micropipette 200 µL) dans l’erlenmeyer. On agite quelques secondes à
la main sans faire de bulles, et on coule la solution (gel en formation) entre les plaques
du montage. A faire en moins de 5 minutes. Faire attention à d’éventuelles fuites entre
les plaques. Dès que l’on constate un épaississement du gel, le montage est laissé
presque à l’horizontal pendant 40 minutes.
Page 41 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
Démoulage du gel et dialyse: Après 40 minutes, le montage est démonté pour en
dégager le gel. A l’aide d’une spatule en plastique, on le transfère dans un bain d’eau
milliQ (grand bac en plastique), y met une pincée de résine Chelex 100 Na-form 100200 mesh. L’eau est renouvelée entre 5 à 10 fois, avec au moins 15 minutes entre
chaque changement, de manière à abaisser le pH de 10.5 à 7. (Ici, on y fait sortir le
TEMED du gel par dialyse). En pratique il peut être difficile d’abaisser le pH en bas de
8.
Le gel obtenu (sans résine) est prêt pour la DGT.
8. Préparation de 75 mL de gel avec résine Chelex 100 Na-form 100-200
mesh
Les étapes sont pour la plupart les mêmes que pour la préparation du gel sans résine.
Montage du moule: On nettoie, reconditionne le montage, et installe les plaques de
plexiglass parallèlement entre elles, séparées par le tube en caoutchouc, et fixées
solidement en bas et des côtés gauche et droit par les clips en plastique.
Dégazage de la solution stock: On verse dans un erlenmeyer à vide 100 mL, 45 mL de
solution stock de monomères et 29.25 mL d’eau déionisée (avec un cylindre gradué).
Cette solution est dégazée sous vide via une trompe à eau pendant 25 minutes afin
d’en enlever l’oxygène. Étape identique à 8.2
Amorce de la polymérisation, ajout de la résine et moulage: On ajoute à cette solution
dans l’erlenmeyer 0.400 mL de la solution d’initiateur APS 10% (via la micropipette 1
mL). On verse quelques gouttes de TEMED (tetraméthyldiaminoéthyl) sous la hotte et
on en ajoute 150 µL (via la micropipette 200 µL) dans l’erlenmeyer. On ajoute 2
grammes de résine Chelex 100 Na-form 100-200 mesh pour 10 mL de gel, soit 15 g de
résine pour 75 mL de résine. On agite quelques secondes à la main sans faire de
bulles, et on coule la solution (gel en formation) entre les plaques du montage. Faire
attention à d’éventuelles fuites entre les plaques. Cette fois, le durcissement du gel
prendra entre 30 minutes 2 heures. Le montage est placé presque à l’horizontal après
quelques minutes afin d’éviter de perturber l’homogénéité de la distribution de la résine
due à la gravité.
Démoulage du gel et dialyse: Une fois le gel solidifié, le montage est démonté pour en
dégager le gel. A l’aide d’une spatule en plastique, on le transfère dans un bain d’eau
déionisée (grand bac en plastique), y met une pincée de résine Chelex 100 Na-form
100-200 mesh. L’eau est renouvelée entre 5 à 10 fois, avec au moins 15 minutes entre
chaque changement, de manière à abaisser le pH de 10.5 à 7. (Ici, on y fait sortir le
TEMED du gel par dialyse). En pratique il peut être difficile d’abaisser le pH en bas de
8.
Le gel obtenu (avec résine) est prêt pour la DGT.
Page 42 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
3.5. Utilisation de l’appareil TOC pour les échantillons solides
(Carbone total dans les sols)
Par: Raphaël Lambert
Dernière révision: 14 août 2003
Source initiale: n/a
1. But
Déterminer la quantité de carbone totale dans un sol par combustion. Les échantillons
sont mis dans un four à haute température, le carbone organique et inorganique est
transformé en CO2, ce dernier est ensuite détecté par un détecteur infra-rouge.
2. Matériel
•
•
•
•
•
Analyseur de carbone Tekmar Dohrmann Apollo 9000, ainsi que le module à
échantillon solide Rosemount Model 183 Dohrmann TOC Boat Sampler
Balance analytique
Seringue de 100µL
Solution standard de carbone 1000ppm
Acide phosphorique
3. Manipulations
Mass d’échantillon: 2-100mg (Les sols doivent absolument être broyés)
Masse en carbone: 0-160µg
A) Ouvrir le programme
• Ouvrez d’abord le programme « TOC talk ».
Le nom d’utilisateur est
« Administrator » (la première lettre doit être en majuscule). Le mot de passe
est: folio1 (tout en minuscule).
• Dans Système, cliquez sur “Instrument”. Dans la fenêtre qui apparaît, dans la
case « Systeme », mettez l’appareil en mode “Ready”.
Dans la case
Préférence, mettez “Without autosampler” à Sample Introduction. Le temps
maximum d’intégration est le temps maximum que le programme peut attendre
Page 43 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
avant que le signal retourne à la ligne de base après un pic. Si ce temps est
atteint, le programme fera l’intégration automatiquement, même si le signal
n’est pas revenu à la ligne de base. Cela fausse inévitablement les données.
La valeur par défaut est de 4 min. Il est conseillé d’augmenter un peu cette
valeur. Le temps maximum pour la stabilisation de la ligne de base est fixé à
60 sec par défaut. Le reste ne nécessite pas d’ajustement pour ce type
d’expérience. Cliquez sur OK.
•
•
•
•
•
•
B) Préparer l’appareil
La fiole de barbotage (en position centrale) à l’avant du module à échantillon
solide doit être remplie d’eau millipore à la moitié de la distance entre le fond de
la fiole et le bouchon horizontal gris. On doit aussi y ajouter deux ou trois
gouttes d’acide phosphorique H3PO4 jusqu’à pH 2.
Assurez-vous que tout le système de tubulure est bien clos: Sous le plateau de
où glisse l’aimant, il y a deux tubes, un en haut et un en bas. Vérifiez que le
tube du haut entre bien dans le tube en verre à droite. Celui du bas sera
ultérieurement relié à l’analyseur de carbone. Le tube sortant du four à gauche
du module doit se rendre à l’orifice du haut de la fiole à barbotage à l’avant de
l’appareil. Un petit tube doit relier le trou restant de la fiole à barbotage à
l’orifice du haut de la fiole à condensation (cette dernière se trouve à gauche,
sous l’interrupteur “Boat gas on”). Le tube sortant de cette fiole à condensation
doit entrer dans le module à solide. Il reste généralement un petit tube qui sort
de l’avant de l’appareil. Ce n’est pas nécessaire qu’il soit branché quelque part.
À L’AIDE DE PINCETTE (NE TOUCHEZ JAMAIS LA CUPULE AVEC VOS
DOIGTS), sortez la cupule de platine de la boîte à introduction d’échantillons.
SOYEZ DÉLICATS, CAR LES COMPOSANTES DE L’APPAREIL SONT TRÈS
FRAGILES. Prenez l’habitude de laisser la porte ouverte le moins longtemps
possible. Il est conseillé de mettre un peu de laine de silice (Silice wool) dans le
fond du bateau (cupule). Cela permet une meilleure aération des échantillons,
et ainsi une meilleure combustion. Cette laine se trouve dans un petit sachet
dans une boîte en carton dans un tiroir dans le meuble sous l’analyseur de
carbone. Ne confondez pas avec “Pyrex wool”. Suite à cela, remettez le
bateau dans son socle et refermez la porte.
Le tube en verre horizontal du module à solide est muni d’un petit trou vertical à
côté de la boîte d’introduction des échantillons. Ce trou doit être bouché par un
petit bouchon en caoutchouc orange. La porte de la boîte d’introduction des
échantillons doit être bien fermée. Assurez-vous qu’il y a un peu de graisse
“High Vacuum Silicone” sur le tour du clapet de la boîte d’introduction
d’échantillon. La graisse se trouve dans une boîte en carton dans un tiroir dans
le meuble sous l’analyseur de carbone.
Ouvrir l’arrivée de gaz sur le tube à l’arrière du module pour échantillons solides.
Ouvrir la bombonne de gaz qui alimente le module solide. NE MODIFIEZ PAS
LE DÉBIT.
Page 44 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
• Mettez l’interrupteur “Boat gas on” en position haut afin de faire circuler le gaz.
L’autre interrupteur doit être en position bas.
• Vérifiez que le gaz circule bien en mettant le bout du tube du bas qui se trouve
sous le plateau de l’appareil à solide dans un peu d’eau. On doit voir des
bulles. Une fois cela fait, enlevez le tube vert à l’avant de l’analyseur de
carbone de sa position (du côté gauche du U en verre (là où il y a le cuivre)).
Remplacer ce tube par celui sortant du module solide (le tube du bas sous le
plateau où il y a l’aimant qui n’avait pas été utilisé tout à l’heure).
• Laissez circuler le gaz au moins une heure avant d’allumer le module solide.
Cela permet de purger l’appareil et d’obtenir une ligne de base stable.
•
•
•
•
C) Préparer une courbe d’étalonnage
Pendant que l’appareil se purge, vous pouvez préparer votre courbe de
calibration.
Allez dans: Système/Calibration/Standards. Une fenêtre apparaît. Dans “File”,
cliquez sur New, et entrez le nom de votre analyse. Entrez ensuite carbone ou
azote dans la fenêtre qui apparaît.
Sur la première ligne, c’est la concentration zéro. Indiquez le nom du produit (ex:
eau MQ). Inscrivez la concentration de la solution (ex: 0). Dans Méthode ID,
mettre à “Boat sampler”. À ce moment, le nombre de µg apparaît dans la case
µg C/N (ex: 0). Cette quantité représente le nombre de carbone total escompté
dans le volume de solution standards ajouté (l’appareil fait toujours les calculs à
partir d’un volume de 40µL). Pour ajouter une ligne à votre courbe de
calibration, vous n’avez qu’à appuyer sur la flèche par en bas sur le clavier.
Entrez encore le nom (ex: standard 25µg). Entrez la concentration de la
solution (exemple 600ppm). À Méthode ID, mettez toujours à “Boat sampler”.
À ce moment, le nombre de microgramme total de carbone du deuxième étalon
apparaît. Cette quantité tient toujours compte du fait qu’une quantité de 40µL
est ajoutée (cette valeur est inscrite dans le programme, on ne peut la
changer). Si vous ne voulez pas préparer de solution standards, vous pouvez
indiquer une fausse concentration de manière à avoir le masse de carbone
désirée (ex: si vous voulez 25ug de carbone, vous n’avez qu’à indiquer une
concentration de 625ppm x 40µL = 25ug de carbone; alors qu’en vérité, vous
ajouterez 25uL de la solution de 1000ppm).
N’OUBLIEZ PAS QUE
L’APPAREIL MESURE DES QUANTITÉES TOTALES, ET NON DES
CONCENTRATIONS.
Une fois les données de votre courbe de calibration entrées, cliquez sur Ok.
Immédiatement, Système/Calibration/Set active apparaît. Cliquez sur set active
et “TOC curve”, même si ce n’est pas votre type de courbe (pour une raison
inconnue, il semble que ce soit la seule façon d’enregistrer la courbe). Une
fenêtre apparaît: Le mode (ex:TC mode)- Active calibration curve. À range 5,
sélectionnez le nom de votre courbe. Tous les autres “range” doivent être à
“défault”.
Cliquer sur ok.
Immédiatement après, cliquez sur
Système/Calibration/set active, et choisissez le véritable type de courbe que
Page 45 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
vous voulez utiliser. La même fenêtre que précédemment apparaît: Le mode
(ex:TC mode)- Active calibration curve. À « range » 5, sélectionnez encore le
nom de votre courbe. Tous les autres « ranges » doivent être à « défault ».
Cliquer sur ok.
• Cliquez ensuite sur “Run”. Trois fenêtres apparaissent: “Strip Chart”, “Analysis
results” et “Sample analysis”. Dans “Sample analysis”, cliquez sur “Sample
setup”. Dans la fenêtre qui apparaît, entrez le nom du standard (ex: eau MQ,
25ug, etc). À Sample type, mettez le type de standard: TOC standard, TC
standard, etc que vous aviez déjà choisi. Une fenêtre apparaît: “Choose
range”. Choisissez 5, puis ok. Une autre fenêtre apparaît: « Select calibrator ».
Choisissez la ligne qui correspond au standard que vous voulez faire (ex: pour
le zéro, cliquez sur la première ligne qui se met alors en bleu). Cliquer sur Exit.
Vous revenez à la fenêtre “Without autosampler analysis”. Number of reapeats
indique le nombre d’essais que vous désirez faire pour cet étalon. Il est
fortement conseillé de faire au moins trois réplicats.
À méthode ID,
sélectionnez Boat sampler. À « Calibration curve », le nom de votre courbe
devrait être inscrit. Le mode est régi par l’appareil, vous n’avez rien à y faire.
Cliquez finalement sur Save/Use.
D) Se préparer à faire la courbe de calibration
• Après environ 45 minutes de purge, vous pouvez mettre le module solide en
marche. Vous n’avez qu’à pousser le bouton noir à l’avant de l’appareil. La
température du four est généralement réglée à 800°C. Lorsque la température
est stable, un témoin lumineux vert à l’avant de l’appareil apparaît.
• Lorsque le signal de base est constant (en ayant pesé sur “Run”, le détecteur se
met immédiatement en marche et vous pouvez alors voir le signal dans la
fenêtre “Strip Chart”) et que la lumière verte est allumée, introduisez le bateau
dans le four en déplaçant l’aimant rouge. IL FAUT Y ALLER DOUCEMENT ET
LENTEMENT, LA TIGE EST TRÈS FRAGILE. Il est normal que l’aimant n’aille
pas jusqu’au bout. Vous devriez normalement voir le signal dans la fenêtre
« Strip chart » augmenter. Laissez le bateau dans le four jusqu’à ce que le
signal revienne à la ligne de base. Cette étape vise à éliminer le carbone qu’il
pourrait y avoir sur le bateau. Vous pouvez sortir le bateau du four et le
réintroduire quelques fois jusqu’à ce que le signal de base ne varie plus.
E) Faire une courbe de calibration
• Pesez sur « Start ». Une fenêtre apparaît indiquant : Load boat now, then clic
OK. Introduisez votre standard liquide dans cupule ou la cupule dans le porte
échantillon, puis cliquez sur ok. Cette étape doit se faire le plus vite possible
afin de ne pas laisser entrer trop d’air.
• Une fois que vous avez cliqué sur ok, le programme prévoit un temps d’attente
qui permet au signal de base de se stabiliser. L’ouverture de la porte a fait
entrer de l’air et par conséquent du CO2 qui fera augmenter le signal. Il faut
donc attendre que ce signal soit redescendu à son niveau de base. C’est ici
Page 46 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
•
•
•
•
•
que l’ajustement fait au début sur le temps maximum d’attente de stabilisation
du signal de base peut faire une différence. Un temps court peut réduire le
temps d’analyse, mais si le signal n’est pas revenu à son point de base avant
de commencer l’analyse, les résultats seront faussés. En effet, après avoir
atteint le temps maximum, une autre fenêtre apparaît vous demandant
d’introduire l’échantillon (Push boat in now). Même si le signal de base n’est
pas revenu à son niveau de base, cette fenêtre apparaîtra. Il est fortement
conseillé de vérifier visuellement sur le graphique que le signal est bien
redescendu à son niveau de base avant d’introduire l’échantillon. On peut
vérifier de plus près le signal en diminuant l’échelle des minivolts. Pour ce faire,
cliquez deux fois sur la règle (sur l’axe lui-même) des minivolts et diminuez
l’échelle. Donc, une fois la fenêtre “Push boat in now” apparu et le signal de
base stable, cliquez sur ok, puis déplacez l’échantillon dans le four. ALLEZ-Y
DOUCEMENT. La combustion est présentement en cours et vous n’avez plus
qu’à attendre.
Une fois que l’analyse d’un échantillon est terminée, le résultat apparaît dans la
fenêtre: “Analysis results”. À ce moment, vous pouvez retirer la cupule du four
en glissant doucement l’aimant.
De façon automatique, le programme vous demande de remettre un l’échantillon
dans la cupule (Load boat now, then clic OK). Vous devez attendre que le porte
échantillon soit refroidi avant de remettre un deuxième échantillon. Répétez les
étapes précédentes afin de compléter vos essais. Une fois le nombre d’essai
complété, le programme compile les résultats et indique la moyenne dans la
fenêtre “Analysis results”. Lorsque la moyenne est apparue dans la fenêtre
“Analysis results”, deux autres fenêtres apparaissent: “Calibration Curve” avec
votre courbe de calibration et une autre fenêtre affichant les résultats. Cliquez
sur “Exit” pour fermer ces deux fenêtres, vous n’en avez pas besoin pour le
moment. Si vous n’êtes pas satisfait des résultats que vous avez obtenus (par
ce que la déviation standard est trop grande par exemple), cliquez sur “Start” de
nouveau dans la fenêtre “Sample analysis”. Si au lieu de “Start”, vous avez
“Stop”, ne vous inquiéter pas, attendez un peu que l’appareil finisse ses
mesures. Donc, en cliquant sur “Start”, vous reprendrez vos trois essais sans
pour autant effacer ceux que vous aviez déjà.
Une fois le premier standard terminé, cliquez sur “Sample setup” dans la fenêtre
« Sample analysis ». Si l’appareil n’a pas fini ses mesures, attendez un peu
que le bouton “Start” réapparaisse. Dans la fenêtre qui apparaît, changez le
nom de l’échantillon (ex: 25ug votre deuxième standard). Resélectionnez
“Sample type”, range 5, ainsi que la deuxième ligne du tableau de votre courbe
de calibration (ex: 25ug), puis cliquez sur “Exit”. Appuyez sur “Start » afin de
faire votre deuxième standard.
Recommencez les étapes précédentes jusqu’à ce que votre courbe d’étalonnage
soit terminée.
Une fois que tous les échantillons de la courbe d’étalonnage ont été passés et
que les résultats vous satisfont, restez dans la fenêtre “Calibration curve”. Si
vous l’avez déjà fermée, vous pouvez y accéder en allant dans
Page 47 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
“Results/Calibration”. À ce moment, vous pouvez maximiser votre courbe en
sélectionnant les points de la courbe que vous voulez garder. Dans la colonne
“Use”, cliquez sur les points que vous voulez conserver, puis cliquez sur
“Recalc”. Dans la fenêtre comportant le graphique, un chiffre apparaît (ex:: rsqr = 94765). Plus ce chiffre est élevé, plus votre courbe est linéaire. Faites
donc quelques essais avec quelques combinaisons de point de manière à ce
que ce chiffre soit le plus élevé possible. À chaque nouvelle combinaison, vous
devez cliquer sur “Recalc”. Quand la valeur vous convient, cliquez sur “Save as
new version”, puis “Exit”. Vous êtes maintenant prêts à commencer vos
analyses.
•
•
•
•
•
F) Faire les analyses
Cliquez sur “Sample setup” dans la fenêtre “Sample analysis”, puis à “Sample
type”, cliquez sur “Sample”. Faites “Save/use”.
Allez peser votre échantillon. Pour ce faire, sortez la cupule de platine de
l’appareil à l’aide des pincettes.
Déposez-la dans une petite assiette
d’aluminium avec un verre de montre dessus. N’oubliez pas de refermer la
porte de l’appareil. Rendez-vous à la balance et pesez votre échantillon.
Essayez de disposer l’échantillon le plus uniformément possible dans la cupule.
Pour faire l’analyse, cliquez sur “Start” afin de valider vos nouveaux paramètres.
Le programme vous demande d’entrer la masse ou le volume de votre
échantillon. Faites-le en utilisant la lettre “u” pour le signe “µ“. Ne mettez pas
d’espace entre le chiffre et les unités de mesure. Le programme demande de
mettre l’échantillon dans le bateau (Load boat now, then clic OK). Introduisez la
cupule dans le porte échantillon avec le petit trou du bateau vers l’aimant.
Refermez immédiatement la porte et attendez d’autres instructions. La fenêtre
“Push boat in now” apparaît (après environ une minute). Cliquez sur ok, puis
introduisez l’échantillon dans le four. (assurez-vous que la ligne de base est
bien redescendue à son niveau le plus bas). Attendez que l’analyse se fasse.
Quand le résultat apparaît dans la fenêtre “Analysis results”, sortez la cupule du
four et attendez un moment avant de la sortir de l’appareil. Une fois le premier
essai fait pour le premier échantillon, vous n’avez pas à cliquer sur “Start” de
nouveau pour faire le deuxième essai, le programme s’en charge.
Recommencez les étapes précédentes pour tous vos essais du même
échantillon.
Si vous voulez faire un deuxième échantillon, vous n’avez qu’à changer le nom
dans « Sample set up ». Sinon, il y aura de la confusion. Cliquez ensuite sur
“Start”.
Si vous voulez voir les détails de vos résultats, allez dans : “Results/sample”.
Sélectionnez un résultat et double-cliquez dessus afin d’obtenir les détails.
G) Fermer l’appareil
• Une fois toutes vos analyses terminées, sortez le tube de l’appareil à solide de
l’analyseur de carbone, puis remettez le tube vert de l’analyseur de carbone à
Page 48 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
sa place. Mettez le module solide à « off » afin de fermer le four. Laissez
circuler le gaz un moment avant de fermer la bonbonne. Débranchez le tube du
haut de la fiole à barbotage. Fermez le programme.
Page 49 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
3.6. Utilisation de ICP-AES IRIS
Par: Marie-Claude Turmel
Dernière révision: 2003
Source initiale: n/a
1. Utilisation
L'utilisation du ICP par un nouvel utilisateur doit se faire au minimum sous la
supervision du responsable du laboratoire ou d'un membre de l'équipe qui a
l'expérience de l'appareil. Comme il s'agit d'un appareil en grande demande, il est
essentiel de respecter certaines règles de base afin d'éviter certains inconvénients:
1) Réserver le temps de travail sur le calendrier prévu à cet effet;
2) Compléter le log book pour chaque période d'utilisation;
3) Avertir le responsable du laboratoire de tous bris ou défectuosité du système ou
encore des besoins en consommables (argon, azote, tubes...);
4) Garder l'espace de travail propre et libre pour les prochains utilisateurs;
Avant l'utilisation du ICP-AES, la lecture de ces pages synthèses s'avère essentielle. Il
s'agit uniquement d'un aide-mémoire qui permet de suivre les grandes étapes pour
obtenir des résultats de qualité sans problèmes.
Il est fortement recommandé d'approfondir les connaissances sur l'appareil et le logiciel
qui le contrôle en lisant les cartables fournis par la compagnie. Ces informations ne sont
malheureusement pas complètes, mais elles peuvent aider à la compréhension du
logiciel qui lui n'est pas toujours simple d'utilisation.
2. Procédure d'allumage de l’ICP-AES
Selon que l'appareil est déjà allumé ou non, des étapes importantes sont à suivre pour
éviter certains problèmes. Si le ICP est éteint, il faut suivre la procédure collée devant
l'appareil; sans quoi des dommages permanents de la caméra peuvent survenir. Une
fois cette procédure complétée, suivre les étapes suivantes pour l'allumage de la
torche.
Vérifier le temps de purge requis pour l'azote, certaines informations reçues indiquent
qu'il faut une purge d'au moins 6 heures !
Page 50 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
Dans le cas où l'appareil est déjà allumé, suivre les étapes suivantes:
1) Vérifier que le niveau d'azote est suffisant pour travailler. En temps
normal une bouteille d'azote a une durée de vie d'environ deux semaines.
L'azote sert au refroidissement de certains éléments du ICP; son contrôle
est donc crucial.
NOTE: Pour les analyses d'anions dans les basses longueurs d'onde
(<220 nm), une purge à plus fort débit est nécessaire. Se référer à la
procédure d'analyse des anions pour plus de détails.
2) Vérifier que le niveau d'argon est suffisant pour le travail à effectuer. Si
la bouteille n'est pas ouverte, l'ouvrir et vérifier les différentes pressions
(sur la bouteille, sur le manomètre à la sortie de la bouteille 60 psi et sur
l'appareil XXXX psi). En moyenne, une bouteille a une durée de vie de 8
heures.
NOTE: Éviter que la torche ne s'éteigne par manque d'argon.
Pour ce qui est de l'argon liquide, la bouteille durera de 10 à 12 jours pour
une utilisation quotidienne continue. L'achat d'argon liquide n'est
recommandé que pour des périodes intenses d'analyse, étant donné les
fuites d'argon lorsque le système est éteint.
3) Vérifier le niveau de liquide dans le contenant de rejet. Il ne faut pas
oublier que celui-ci contient des acides dilués qui peuvent endommager
le plancher et les objets environnants. Si le niveau est élevé, vider le
contenu dans l'évier: l'Université est doté d'un bon bassin de dilution
pour ce genre de rejet.
4) Entrer dans le dossier TJA et ouvrir la filière ''Diagnostic'' afin de
vérifier les températures du ''CID'' (-45) et du ''FPA'' (30). Si le CID n'a pas
une température de -45, vérifier le niveau d'azote et la purge de celui-ci.
5) Effectuer un ''reset'' du CID (toujours dans le logiciel Thermo-Spec).
HARD RESET: À faire en début de journée et ne jamais faire cette
manoeuvre lorsque la torche est allumée. Attendre le message qui
indique que le ''reset'' a été complété avec succès avant de poursuivre.
SOFT RESET: À faire en début de journée ou lorsque des problèmes de
communication entre l'ordinateur et l'appareil surviennent en cours
d'analyse. Cela peut aider à rétablir la communication. Attendre le
message qui indique que le ''reset'' a été complété avec succès avant de
poursuivre.
Page 51 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
6) Repositionner l'aiguille dans la station de rinçage en respectant la
marque noire sur l'aiguille. Pour ce faire, dévisser la vis qui retient
l'aiguille sur le bras de l'échantillonneur. Il est important que l'aiguille soit
dans le liquide lors de l'allumage car celui-ci ne fonctionnera pas.
S'assurer que la bouteille de la station de rinçage contient suffisamment
d'acide nitrique 2% (Trace Metal Grade).
NOTE: Normalement l'aiguille ne doit jamais demeurer dans le liquide de
la station de rinçage lorsque le ICP n'est pas en opération. Si l'aiguille y
demeure longtemps, le liquide va monter dans la chambre de nébulisation
par capillarité et il faudra bien assécher le tout avant le prochain allumage
de la torche.
7) Mettre les tubes de la pompe péristaltique sous tension. S'assurer
qu'ils ne soient pas trop usés (dépôts noirs, tubes trop souples...), qu'ils
soient bien tendus sur les rouleaux et chacun dans sa position. La
tension appliquée sur les tubes peut varier dans le temps. L'étape 9
explique comment ajuster cette tension.
Tous les tubes doivent idéalement être changés en même temps afin
d'éviter des fluctuations de débit. Il faut aussi respecter les couleurs
présentes
(jaune-jaune
et
rouge-rouge).
Ces
codes-couleurs
correspondent à des débits bien précis et si les couleurs sont changées,
il faudra changer les codes-couleurs sélectionnées dans les méthodes.
NOTE: La sortie de la chambre de nébulisation doit avoir un débit plus
rapide que l'entrée afin d'éviter toute accumulation de liquide dans la
chambre de nébulisation.
8) Fermer la fenêtre ''Diagnostic'' et ouvrir ''Spec-CID''. Sélectionner la
méthode à utiliser. Si la méthode n'existe pas encore, passer à la section
.... pour y développer votre méthode. Ne pas allumer la torche si votre
méthode n'est pas encore développée.
Allumer la torche en sélectionnant le symbole de la torche du logiciel
(Ignit Plasma). Vérifier les paramètres y figurant :
Ignit power
1150 W
Auxiliary flow
0.5
Nebulizer flow
25
Pump
110 ou 130 rpm
Page 52 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
Purge time
90 sec.
Idéalement la vitesse de la pompe doit être à 130 rpm pour l'allumage et
les analyses afin d'obtenir une meilleure sensibilité des lectures. Pour
des raisons obscures, la vitesse revient souvent à 110 rpm même pour
des méthodes où la vitesse sélectionnée est de 130 rpm (???).
Il se peut que plusieurs tentatives d'allumage soient nécessaires. Si la
première tentative échoue on peut changer, uniquement pour l'allumage,
la puissance d'allumage (1350 ou 1550 W) et le ''auxiliary flow'' (1 au lieu
de 0.5). Une fois l'allumage complété, il faut revenir aux conditions
initiales (voir ci-haut) en utilisant l'option ''change settings''.
9) Ajuster la tension appliquée sur les tubes de la pompe. Il est important
de bien ajuster cette tension afin d'avoir une bonne nébulisation et une
meilleure sensibilité des lectures possibles.
Arrêter la pompe en utilisant l'option ''change settings''. Enlever la
tension sur les tubes. Relever l'aiguille de la station de rinçage afin de
laisser une bulle d'air monter dans le capillaire. Remettre la tension sur le
tube de sorte que la bulle soit immobilisée et ajouter deux crans à cette
tension. Ajuster tous les tubes à cette même tension.
10) Laisser au minimum le système se réchauffer 30 minutes avant d'y
effectuer une optimisation. S'assurer que la température de 90 C est
respectée (chiffre vert près de la chambre de nébulisation).
NOTE: Il est important que cette température y demeure le plus constant
possible et le plus près possible de 90oC. Une variation de quelques
dixièmes de degrés influencera directement les lectures. Durant la
période hivernale, il est possible d'ouvrir une fenêtre ou la fenêtre
d'aération du climatiseur. Pour l'été, l'utilisation d'un climatiseur peut
réduire la surchauffe de la pièce et de l'appareil.
3. Procédure d'arrêt de L’ICP-AES
Tout comme à l'allumage, deux procédures existent. Une première
procédure consiste à éteindre la torche à la fin d'une journée de travail et
une deuxième consiste à éteindre le ICP-AES. Cette procédure est
nécessaire si l'on sait que l'appareil ne sera pas en fonction pour
plusieurs jours (une semaine et plus) ou si l'on doit changer le cylindre
d'azote.
Page 53 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
1) Lorsque les analyses sont complétées, laisser le système se rincer
dans la station de rinçage (HNO3 2%) pour au moins 15 minutes. Cela
permet d'éliminer tous les dépôts qui pourraient précipiter et causer des
problèmes lors des prochaines analyses. Si les matrices sont très
chargées, augmenter sans gène ce temps de rinçage.
2) Retourner au symbole de la torche ''Ignit plasma'' et sélectionner
''Shutdown''. Après quelques secondes la torche s'éteindra.
3) Retirer l'aiguille de la station de rinçage. En dévissant la vis. il est
possible de remonter l'aiguille et la fixer à un niveau plus élevé.
4) Libérer les tubes de leur tension. Des tubes qui demeurent sous
tension auront une durée de vie beaucoup moins longue.
5) Enlever tous les échantillons ou standards de l'échantillonneur.
6) Fermer les fenêtres ou la trappe d'aération du climatiseur.
7) Fermer le cylindre d'argon.
8) Une fois la torche éteinte, il faut savoir si le ICP doit demeurer allumé
ou non. Si le ICP doit demeurer ouvert, il faut figurer la quantité d'azote
nécessaire pour la période d'inactivité. Si l'azote n'est pas suffisant il faut
prévoir un changement de bouteille. Cette procédure est indiqué sur le
devant de l'appareil et peut prendre jusqu'à une heure (temps
d'installation et de purge adéquate).
Cette même procédure est aussi bonne pour le cas où l'on voudrait
éteindre le ICP-AES pour une longue période.
4. Optimisation de l’appareil (mapping)
(doit être complétée !)
Comment développer une méthode
Il est possible d'utiliser une méthode existante. Avant de procéder de la sorte, s'assurer
auprès des personnes concernées si cela est possible.
L'idéal est de concevoir sa propre méthode, car les données y seront conservées
pendant un certain temps et si des re-calibrations sont nécessaires après examen des
résultats, en tout temps il sera possible d'y retourner et d'y refaire les calculs.
Page 54 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
Selon le niveau de compréhension du logiciel et le support technique, deux façons de
bâtir des méthodes se posent:
- ou bien on passe à travers les différents menus du logiciel et on tente de créer sa
propre méthode;
- ou bien on se base sur les informations contenues dans les cartables sur la procédure
à suivre pour monter sa méthode.
Voici ici quelques points de repères ou aide-mémoire:
- Paramètres de base couramment utilisés mais qui peuvent varier selon le type
d'analyse:
•
•
•
•
•
•
Rinçage de 60 secondes entre chaque échantillon;
Trois lectures par échantillon ce qui nécessite environ 10 ml ou moins de
solution;
Vitesse de la pompe à 130 rpm;
''Flush time'' ou temps de pré-exposition 60 secondes;
Exposition à basse longueur d'onde de 30 secondes (LWL);
Exposition à haute longueur d'onde de 15 secondes (HWL).
- Il faut sélectionner les éléments à analyser (tableau périodique), les
raies d'intérêt (en respectant les interférences analytiques connues du
logiciel ou de l'analyste). Il est possible d'ajouter des raies qui ne figurent
pas dans les choix (voir cartables).
- Créer des tables de standards avec les éléments analysés et les
concentrations. Attention, s'assurer que les unités utilisées pour les
standards correspondent aux unités sélectionnées par la méthode.
- Dans le menu Setup/Automated output il faut y choisir le format de
fichier dans lequel les données seront exportées. Voici un exemple
d'informations qu'on y retrouve et pour lesquelles il faut faire des choix.
Unk
QC
Blk
STD
Reco no
Store
Yes
Print*
yes
Virtual
no
Export
yes
no
no
yes
no
no
no
yes
no
no
no
no
no
no
no
yes
no
Page 55 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
- Une fois que les analyses vont bon train, il est possible d'enlever la
fonction d'impression afin de réduire la quantité de papier utilisée. La
création de fichier texte va permettre de récupérer les données à la fin
des analyses.
- Il faut changer le nom du fichier à chaque jour d'analyse. Pour ce faire
utiliser les initiales de l'analyste ainsi que la date d'analyse. Il est
important de travailler en mode ''append'' et non ''overwrite''. Le mode
''overwrite'' enregistre uniquement la dernière analyse effectuée, alors
que le mode ''append'' enregistre l'ensemble des analyses de la journée.
Exemple: Filename: MC030316.txt
- Dans le fichier nommé MC0300316.txt on y retrouvera uniquement les
moyennes des réplica. Il existe un fichier du même nom, mais précédé
d'un 0 (0MC030316.txt) qui lui contient chacune des lectures. Cela permet
de vérifier s'il n'y a pas eu des variations entre les lectures.
- Il faut aussi sélectionner certaines informations comme ''include rep'' et
surtout ''include imagedata''. Cette dernière option permet de voir les
résultats graphiques des analyses (intégration des pics).
- Ne pas oublier de sélectionner la fonction ''autoprint std report''. Cela
nous permet de vérifier si la standardisation s'est bien effectuée avant de
poursuivre les analyses de la journée. On retrouvera les pentes les
lectures en concentration et le graphique de la calibration. L'ensemble
des équations de régression et les R2 s'y retrouveront également.
5. Analyse en mode automatique
Il existe des méthodes qui nous permettent de travailler en mode manuel
ou automatique. Le mode automatique est souvent favorisé afin
d'accélérer le travail. Voici un résumé des étapes à suivre.
1) Développer une méthode analytique (voir section précédente);
2) Faire la liste des échantillons en y incluant les informations sur les
échantillons, dans le ''sample file''. Sauvegarder le fichier par date. On
peut imprimer cette table de sorte qu'on peut suivre la séquence
d'analyse et y noter les changements de position des échantillons. Une
fois que les analyses sont démarrées il est impossible de changer
l'information sur les échantillons.
Page 56 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
3) Se rendre dans le menu et y retrouver ''automated analysis'' et de là,
sélectionner le protocole d'analyse. Normalement le protocole STD-SAMP
est utilisé. Ce protocole effectue une calibration en début de journée et
poursuit avec les échantillons.
4) Sélectionner le ''sample file'' créée à l'étape deux ci-haut. Vérifier que le
nombre d'échantillon apparaissant correspond bien au nombre
d'échantillon enregistré.
5) Pour les standards, le fichier standard sélectionné dans la méthode
sera celui utilisé. Vérifier si l'information du fichier correspond bel et bien
avec les standards à utiliser.
6) Lorsque tout semble prêt, standards et échantillons en bonne position,
sélectionner la fonction ''Run'' et de là faire une dernière vérification en
sélectionnant Set Up. Cela nous permet de voir si les standards sont au
même nombre et s'ils sont bien positionnés dans l'échantillonneur
(support en forme de L avec les tubes de 30 ml de Nalgene) et de même
pour les échantillons (support avec petit tube de 12 ml). S'assurer qu'il
s'agit bien du bon format de support.
NOTE: Si les analyses sont nombreuses (plus de 10 échantillons), il est
recommandé de faire une calibration en début de journée, poursuivre les
analyses avec les échantillons en incluant les standards avec les
échantillons à tous les 10 échantillons. Si une dérive de plus de 10%
survient au cours de l'analyse, il sera possible à la fin de la journée de
recalibrer et refaire les calculs avec les nouveaux paramètres pour les
échantillons. Pour ce faire ce référer au cartable qui nous indiqueront les
différentes étapes à suivre pour les recalculs.
6. Entretien de l’instrument
Un minimum d'entretien est requis pour conserver des conditions
optimales d'analyse. Le responsable du laboratoire ou le log book pourra
nous indiquer les derniers entretiens effectués et les détails de celui-ci.
Normalement suite à des analyses effectuées sur des échantillons ayant
une matrice chargée, un nettoyage de la torche sera nécessaire. Ne vous
lancer pas dans cette manœuvre si vous n'avez pas l'expérience requis.
Le responsable du laboratoire vous donnera un coup de main.
Idéalement des tests de performance doivent être effectués afin de
s'assurer que le signal est meilleur ou aussi bon que ce que vous aviez
avant le nettoyage. Si le signal est moins bon, des petits ajustements
seront peut être nécessaire.
Page 57 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
Pour effectuer un test de performance, deux options se posent. Ou bien
on analyse un standard couramment utilisé et on compare les lectures
obtenues en intensité avant et après l'entretien du système. Ou encore on
utilise la méthode TJA-test qui mesure la sensibilité d'une série
d'élément. Cette méthode est développée selon un article de J.M. Mermet
(voir cartable près de l'ordinateur).
7. Nouvelle matrice?
Le développement pour l'analyse d'un nouveau type de matrice requiert
des étapes importantes. JAMAIS des analyses à l'aveugle doivent être
effectuées que la matrice soit complexe (ex BaCl2 0.01M, pyrophosphate
de Na 0.01 M, oxalate 0.01M) ou simple (H20).
Voici quelques points de repères qui vous aideront à planifier votre
travail:
- Type d'échantillon: eaux de surface, extraits de sol?
- Échantillon filtré? Sinon il faut s'assurer de ne pas bloquer le nébuliseur
($$$$). Certains nébuliseurs à plus grande ouverture existent pour éviter
un tel problème.
- Les standards doivent avoir la même concentration que l’extractant
utilisé pour les échantillons. Si ces derniers sont dilués, il faudra prévoir
diluer la matrice des standards.
- Utilisation de contrôle externe dans la mesure du possible. Cela permet
de valider la calibration et de voir si l'ensemble des éléments analysés ne
présente d'interférence analytique ou chimique.
- Utilisation de contrôle interne dans le cas où les contrôles externes
n'existent pas. Il s'agit d'ajouter aux standards et aux échantillons, en
concentration uniforme, un élément quasi inexistant des échantillons et
de voir si l'intensité de celui-ci demeure constante entre les standards
(conditions pures et matrice simple) et les échantillons (matrice
complexe).
- Utilisation d'échantillons enrichis. Cette étape permet d'évaluer si les
éléments mesurés ne sont pas interférés par la matrice. Il s'agit d'ajouter
à un échantillon une concentration équivalente à 20% de la concentration
connue. Par la suite un calcul de recouvrement signalera si la matrice
interfère avec l'élément mesuré.
Page 58 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
- Mesure de la limite de détection. Les LD obtenues pour des eaux de
surface acidifiées seront beaucoup plus basses que pour des extraits de
sol effectués avec un sel. Ainsi pour chaque type de matrice, un calcul de
LD doit être effectué. Il existe plusieurs façons d'obtenir cette mesure.
Normalement on peut exposer le plus faible standard de 3 à 10 fois (plus
on l'expose de fois, meilleure sera la LD mais elle sera moins réaliste) et
multiplié l'écart type de ces lectures par 3 et ainsi obtenir la LD. On peut
ensuite vérifier cette information en comparant avec des échantillons
s'approchant de cette limite. Si l'allure du pic et son intégration sont
raisonnables, on peut conserver cette LD, si non on peut reprendre ce
test avec un standard plus élevé.
Page 59 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
3.7. Détermination de l’activité de la déshydrogénase dans
les sols
Par: Benoit Cloutier-Hurteau
Dernière révision: 29 juin 2004
Source initiale: Tabatabai MA. 1994. Soil enzymes. In: Mickelson SH (ed.) Methods
of Soil Analysis: Part 2 – Microbiological and biochemical properties, number 5, Soil
Science Society of America, Madison, pp.775-833.
1. Application
L’enzyme déshydrogénase est une enzyme présente chez tous les organismes vivants.
Elle permet d’oxyder les composés organiques par le processus de déshydrogénation :
XH2 + A → X + AH2
XH2 est le composé organique exprimé dans cet exemple comme un donneur
d’hydrogène tandis que A est une molécule acceptant cet hydrogène. Cette réaction
chimique est produite chez les organismes vivants par l’enzyme déshydrogénase. Cette
enzyme se retrouve à l’intérieur des organismes vivants et se dégrade facilement à
l’extérieur de l’organisme (Tabatabai 1994). De ce fait, il s’agit d’un indicateur pertinent
pour l’étude de l’activité des microorganismes actifs dans les sols (Alef 1995, Tabatabai
1994).
La mesure de l’activité en déshydrogénase se fait par l’analyse de colorimétrie du TPF.
Cette substance provient de la réduction du TTC par les microorganismes grâce à la
déshydrogénase. En effet, le TTC, substance chimique artificielle, possède un potentiel
redox élevé (-0,08V). De ce fait, le TTC agit comme un accepteur d’électron et se
transforme en TPF. Il est important de noter que cette technique n’est pas fonctionnelle
en présence de grandes concentrations de cuivre puisque celui-ci interfère avec le TPF
et réduit la lecture d’absorbance (Chander et Brookes 1991). Cette méthode fut
développée par Lenhard (1956) qui est inspirée de Mattson et al. (1947), mais le
protocole actualisé de Tabatabai (1994) sera plutôt utilisé.
2. Matériel
•
•
•
Éprouvettes de verre (16 mm par 150 mm) ou équivalent en plastique (volume
de 50 ml)
Spectrophotomètre analysant à 485 nm
Bouchons pour sceller les éprouvettes (résistant au méthanol)
Page 60 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
•
•
•
•
•
•
•
•
Filtres Fisherbrand Q8 ou l’équivalent
Balance (3 décimales)
Papier à peser
papier d’aluminium (si nécessaire)
Mélangeur de type « vortex »
Ballons jaugés de 100 mL
Incubateur pouvant contrôler la température à 37°C
Le sol à tester doit être bien homogénéisé
3. Réactifs:
•
•
•
•
•
Carbonate de calcium (CaCO3)
2,3,5-Triphényltetrazolium chloride (TTC)
Méthanol
Triphényl formazan (TPF)
Eau ultrapure (UP)
Les réactifs sont sensibles à la lumière, le contact avec la lumière doit être limité1.
1) Préparer une solution de 2,3,5- Triphenyl tetrazolium chloride (TTC) de 0.0896 M
(30 g/L) (3%) : Dissoudre 3 g de TTC (334.81 g/mol) dans de l’eau UP, faire le
volume jusqu’à 100 ml dans un ballon jaugé.
2) Préparer une solution mère de Triphenyl formazan (TPF) de 8.32 x10-4 M (1
mg/L): Dissoudre 250 mg de TPF (300.36 g/mol) dans du méthanol, faire le
volume avec du méthanol jusqu’à 250 ml dans un ballon jaugé.
4. Mode opératoire
•
Faire chauffer l’incubateur avant de débuter les manipulations pour qu’il ait le
temps d’atteindre la température requise (37°C).
Préparation des échantillons
(1)
Peser 1 g de sol humide. Faire sécher à 105°C durant 24 heures. Peser
le sol sec.
(2)
Incorporer au sol humide du carbonate de calcium (CaCO3) selon un
ratio 1 :100 (CaCO3 : sol). Pour un échantillon, on mélange 0.06 g de CaCO3
dans 5.94 g (équivalent sol sec) de sol humide et on l’insère dans une
éprouvette. Préparer au moins trois réplications.
1
L’effet de la lumière sur les réactifs se fait sentir par l’apparition d’une couleur jaune foncée.
Page 61 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
(3)
Ajouter, dans l’éprouvette, 1ml de la solution de TTC à 3% ainsi que
2.5ml d’eau UP (pour un test de toxicité de lixiviat, remplacer le 2.5 ml d’eau
avec 10 ml du lixiviat à tester). Mélanger le tout avec une tige de verre et sceller
l’éprouvette avec un bouchon. Il est important d’ajouter des blancs contenant
uniquement de l’eau UP ainsi qu’un contrôle ayant une concentration
d’exactement environ 50 µg/ml de TPF.
(4)
Pour un contrôle négatif, on utilise un sol préalablement contaminé avec
du Ag2SO4 à 500 mg/kg sol sec. On prépare une certaine quantité à l’avance.
Ensuite répéter les mêmes manipulations que pour le point 2) mais avec le sol
contaminé à l’argent.
(5)
Pour le contrôle positif on utilise le sol traité avec 10 mL d’eau déionisée
au lieu du lixiviat et on fait suivre la même procédure utilisée pour les
échantillons.
(6)
Incuber les éprouvettes à 37°C pendant 24 heures à la noirceur.
Extraction du TPF
(7)
Après l’incubation, ajouter 30ml de méthanol et agiter à la main, avec
une tige de verre, pendant une minute. Il faut bien rincer la tige de verre entre
les échantillons.
(8)
Filtrer le tout avec des filtres Fisherbrand Q8 dans des volumes
adéquats. Il est important de déposer le sol de l’éprouvette dans le papier filtre.
Si le sol est encore rouge (signe qu’il reste du TPF), ajouter, à coup de 10ml, du
méthanol dans l’entonnoir jusqu’à ce que la couleur rouge disparaisse du papier
filtre.
Analyse du contenu en TPF
(9)
Préparer trois standards de 5, 10 et 15 µg de TPF ml-1 à l’aide de la
solution mère de 1000 µg/ml. Bien mélanger ces solutions.
(10) Mesurer l’absorbance, sur un spectrophotomètre à une longueur d’onde
de 485nm, des standards (mesurés au début, au milieu et à la fin de
l’expérience) et des solutions filtrées. Cet appareil permettra de mesurer
l’intensité de la couleur rouge des échantillons. Il est important de brasser les
échantillons avant d’analyser sur le spectrophotomètre.
(11) Faire une courbe de calibration grâce aux mesures d’absorbances des
standards. La valeur lue sur le spectrophotomètre, pour un échantillon, sera
insérée sur la courbe de calibration afin de déduire la concentration de TPF.
Page 62 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
(12) Pour connaître l’activité de la déshydrogénase, on doit convertir la
concentration en solution de TPF (µg ml-1) vers une activité dans le sol (en µg
de TPF g-1 de sol sec⎯formule 2).
5. Conversion de la concentration liquide de TPF en activité de
déshydrogénase
Activité de déshydrogénase =
[TPF ]*Volume de solution
masse de sol sec
où :
L’activité en déshydrogénase est en µg de TPF g-1 de sol sec / 24 h
[TPF] est la concentration de TPF en µg/mL
Le volume de solution ajoutée au sol est en mL
La masse de sol sec est en g.
6. Références
•
•
•
•
•
Alef K. 1995. Dehydrogenase activity. In: Alef K et Nannipieri P. (eds.). Methods
in applied soil microbiology and biochemistry, Academic Press, London, pp.397404.
Chander K, Brookes PC. 1991. Is the dehydrogenase assay invalid as a method
to estimate microbial activity in copper-contaminated soils? Soil Biology and
Biochemistry 23:909-915.
Lenhard G. 1956. Die Dehydrogenaseaktivität des Bodens als Mass für die
Mikroorganismentätigkeit im Boden, Z. Pflanzenernaehr. Dueng. Bodenkd. 73:111.
Mattson AM, Jensen CO, Dutcher RA. 1947. Triphenyltetrazolium chloride as a
dye for vital tissues, Science, (September) 26:294-295.
Tabatabai MA. 1994. Soil enzymes. In: Mickelson SH. (ed.). Methods of Soil
Analysis : Part 2 – Microbiological and biochemical properties, number 5, Soil
Science Society of America, Madison, pp. 775-833.
Page 63 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
3.8. Détermination de l’activité de l’uréase dans les sols
Par: Carmen Donisa et Sébastien Sauvé
Dernière révision: 29 juin 2004
Source initiale: Alef K. 1995. Urease activity. In: Alef K et Nannipieri P. (eds.).
Methods in applied soil microbiology and biochemistry, Academic Press, London,
pp. 316-320.
1. Application
L’enzyme uréase catalyse l’hydrolyse de l’urée en CO2 et NH3 par un mécanisme de
réaction basé sur la formation de carbamate comme intermédiaire :
H2N-CO-NH2 + H2O → NH3 + CO2
Cet enzyme est largement répandu dans l’environnement, présent dans les cellules des
microorganismes, des plantes et des animaux. L’uréase catalyse l’hydrolyse de
l’hydroxyurée, la dihydroxyurée et les semicarbazides. L’uréase contient du nickel et
son poids moléculaire varie de 151,000 to 480,000 Da (Blakeley et Zerner, 1984).
L’uréase dans les sols est fortement retenu à la matière organique et aux minéraux et
les valeurs Km correspondantes variant entre 1.3 et 213 mM (Lai et Tabatabai 1992).
Principe
La détermination de l’activité de l’uréase est basée sur la quantification par colorimétrie
de l’ammoniaque produite lors de l’incubation de sol en présence d’une solution d’urée
pendant deux heures à 37°C. La quantification repose sur la réaction du salicylate de
sodium avec NH3 en présence de dichloroisocyanurate de sodium qui forme un
complexe vert sous conditions alcalines. Le nitriprusside de sodium est utilisé comme
catalyseur pour augmenter la sensibilité de la méthode par un ordre de grandeur.
2. Matériel
•
•
•
•
•
Incubateur ajustable à 37°C
Agitateur
Papier filtres Fisherbrand Q8 ou l’équivalent
Spectrophotomètre analysant à 690 nm
Ballons jaugés (100, 500, 1000 mL)
Page 64 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
•
•
•
•
•
Erlenmeyers (50, 100 mL)
Balance (3 décimales)
Papier à peser
Eau déionisée
Le sol à tester doit être bien homogénéisé
3. Réactifs:
•
•
•
•
•
•
•
•
Solution d’urée (79.9 mM H2N-CO-NH2)⎯dissoudre 2.4 g urée et faire le volume
à 500 mL avec de l’eau déionisée (préparer une solution fraîche
quotidiennement).
Chlorure de potassium (2.0 M KCl)⎯dissoudre 74.6 g de KCl dans de l’eau
déionisée, ajouter 10 ml de HCl 1M et faire le volume à 1000mL avec de l’eau
déionisée.
Hydroxyde de sodium (0.3 M NaOH)⎯dissoudre 12.0 g de NaOH dans de l’eau
déionisée et faire le volume à 1000mL avec de l’eau déionisée.
Salicylate de sodium (1.06 M)⎯dissoudre17.0 g de salicylate de sodium et 120
mg de nitroprusside de sodium dans de l’eau déionisée et faire le volume à 100
mL.
Salicylate de sodium/NaOH⎯Mélanger des volumes égaux de NaOH, de Nasalicylate solutions et d’eau déionisée (⅓-⅓-⅓), préparer une solution fraîche
quotidiennement.
Dichloroisocyanure de sodium (0,1 %)⎯dissoudre 0.1 g de dichloroisocyanure
de sodium dans 100 mL d’eau déionisée (préparer la solution juste avant de
l’utiliser).
Standard d’ammonium :
Solution I: Dissoudre 3.82 g de NH4Cl dans de l’eau déionisée et faire le volume
à 1000 mL (1000 µg NH4-N mL-1).
Solution II: Pipeter 0.0, 1.0, 1.5, 2.0, 2.5 de la solution I dans des ballons jaugés
de 100 mL et faire le volume à avec la solution de KCl.
4. Mode opératoire
•
Faire chauffer l’incubateur avant de débuter les manipulations pour qu’il ait le
temps d’atteindre la température requise (37°C).
Préparation des échantillons
(1)
Peser 1 g de sol humide. Faire sécher à 105°C durant 24 heures. Peser
le sol sec.
Page 65 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
(2)
Déposer 5 g de sol humide dans un erlenmeyer de 100 mL et ajouter 2.5
mL de solution d’urée. Pour les tests de lixiviats, ajouter 2.5 ml du lixiviat à
tester. Fermer les erlenmeyers et incuber à 37 oC pendant 2 heures sans
agitation.
(3)
Après l’incubation, ajouter 50 ml de solution KCl et brasser les
erlenmeyers sur un agitateur rotatif pendant 30 min.
(4)
Filtrer ensuite les suspensions sur papier filtre.
(5)
Les filtrats sont ensuite analysés pour doser l’ammonium. Réaliser des
blancs selon la même procédure, sans le sol et en utilisant 2.5 mL d’eau
déionisée au lieu du lixiviat. Trois réplicats sont minimalement recommandés.
(6)
Pour un contrôle négatif, on utilise un sol préalablement contaminé avec
du Ag2SO4 à 500 mg/kg de sol sec. On prépare une certaine quantité à
l’avance.
(7)
Pour le contrôle positif, on utilise le sol traité avec 2.5 mL d’eau
déionisée au lieu du lixiviat en ajoutant la solution d’urée à la fin de l’incubation
et immédiatement avant l’ajout de KCl.
•
•
Dosage de l’ammonium
Pipeter 1 mL de filtrat dans un erlenmeyer de 50 mL et ajouter 9 ml d’eau
déionisée, 5 mL de solution de salicylate de sodium/NaOH solution et 2 ml de
dichloroisocyanure de sodium et laisser reposer à la température de la pièce
pour 30 min avant de mesurer la densité optique à 690 nm.
Calibration
Pipeter 1 mL de solution d’ammonium dans les tubes de verre, diluer avec 9 mL
d’eau déionisée et déterminer ensuite les concentrations d’ammonium (0.0, 1.0,
1.5, 2.0, 2.5 µg NH4-N mL-1).
5. Calcul activité de l’uréase
Corriger les données pour les blancs et calculer:
Activité de l ' uréase =
[µg NH
4
]
− N mL−1 * V * 10 * m
M sec
Où l’activité de l’uréase est en (µg NH4-N mL-1), la concentration d’azote ammoniacal
est multipliée à V, le volume total de solution, 10 est le facteur de dilution, m est le poids
de sol humide utilisé pour l’essai et Msec est la masse sèche de 1 g de sol humide.
Page 66 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
6. Références
•
•
•
Alef, K. 1995. Ureas activity. In: Alef K et Nannipieri P. (eds.) Methods in applied
soil microbiology and biochemistry, Academic Press, London, 316-320.
Blakeley RL, Zerner B. 1984. Jack bean urease: the first nickel enzyme. J. Mol.
Catal. 23:263-292.
Lai CM, Tabatabai MA. 1992. Kinetic parameters of immobilised urease. Soil
Biol. Biochem. 24:225-228.
Page 67 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
3.9. Mesure du potentiel de nitrification dans les sols
Par : Sophie Chaperon
Date : 26 mai 2004
Source initiale: Sauvé S. et al., Nitrification potential in field-collected soils
contaminated with Pb or Cu, Applied Soil Ecology 1999, 12, 29-39.
1. But
La nitrification est un processus microbien dans lequel NH4+ est converti en NO3- en
deux étapes :
+
NH 4 + 1 O2 → NH 2OH + H +
2
1)
Catalyseur :Enzyme Ammonia Monooxygénase
−
NH 2OH +O2 → NO 2 +H + + H 2O
Bactéries
Nitrosomas
europae
Catalyseur : Enzyme Hydroxylamine oxidoréductase
−
−
NO2 + H 2O → NO3 + 2H +
2)
Bactéries
Nitrobacter
Catalyseur : Enzyme nitrite oxidoréductase
La spécificité des bactéries invoquées fait en sorte que le potentiel de nitrification est un
indicateur sensible à la contamination métallique d’un sol. Par contre, bien que dans la
majorité des cas la nitrification soit effectuée par des bactéries, d’autres
microorganismes hétérotrophes sont aussi capables d’effectuer la nitrification.
Pour quantifier le processus de nitrification, un essai microbien simple a été développé
dans lequel des mesures de nitrites sont effectuées par colorimétrie. Par contre, il est
très important de bien réaliser que les mesures de nitrification sont très sensibles aux
variations de pH et de matière organique dans les sols (comme plusieurs processus
microbiens, mais possiblement encore plus). Pour l’application écotoxicologique de ce
test, voir Sauvé et al. (1999) ainsi que Smolders et al. (2003).
2. Matériel
•
•
•
•
Incubateur à 28° C
Erlenmeyers de 125 mL
Tubes de centrifugation
Seringues à filtration
Page 68 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
•
•
Filtres 0.45µM en cellulose
Spectrophotomètre UV-VIS à 520nM
3. Réactifs et solutions
40 mM de NH4+ sous forme de sulfate d’ammonium ((NH4 )2SO4)
30 mM azoture de sodium (NaN3)
2 mM de NH4+ sous forme de (NH4 )2SO4
2 mM de NH4+ sous forme de (NH4 )2SO4 et 3 mM de NaN3
Solution mère 1000 ppm NO2- -N de nitrite de sodium (NaNO2)
Solution intermédiaire 10 ppm NO2- -N de nitrite de sodium (NaNO2)
Courbe de calibration avec 0, 0.1, 0.2, 0.5 et 1.0 ppm NO2- -N
Réactif colorant : 10g/L Sulfanilamide
Réactif colorant : 1g/L N-(1-Naphtyl)ethylenediamide dihydrochloride
Acide phosphorique à 85 %
4. Manipulations
Information préliminaire : Les échantillons doivent être effectués en quadruple. La
séquence des échantillons doit inclure un contrôle (+), un contrôle (-) et les échantillons
désirés. Le contrôle (+) est un échantillon de sol non contaminé qui suit le même
traitement que les autres échantillons. Le contrôle (-) utilise l’azoture d’ammonium, un
biocide.
Étape préliminaire : Décontaminer toute la vaisselle dans du HCl 10 % et non dans du
HNO3 .
Nitrification
Dans des erlenmeyers de 125 mL, peser 10 g de sol humide (équivalent de sol sec).
Ajouter 10 mL d’eau déionisée pour tous les contrôles et échantillons puis placer à
l’incubateur à 28 °C avec une agitation rotative de 110 rpm pour 16h. Ensuite, pour 4
échantillons ajouter 10 mL de la solution 4 (fait à partir des solutions 1 et 2), ceci
constitue le contrôle (-). Pour tous les autres échantillons, incluant le contrôle (+),
ajouter 10 mL de la solution 3 (fait à partir de la solution 1). Le rapport final sol:solution
doit être environ 1:2. Toutefois, si les sols contiennent beaucoup de matières
organiques une quantité plus importante de solution sera nécessaire. Incuber les sols
pendant 4h à 28 °C avec une agitation rotative de 110 rpm. Transférer les échantillons
dans des tubes de centrifugation, centrifuger à 10 000g pendant 15 min et filtrer les
échantillons avec les seringues et les filtres de 0.45µM en cellulose dans des fioles
jetables.
Mesure des nitrites par colorimétrie
Préparation du réactif colorant : Dans un ballon jaugé de 100 mL, peser 1 g de
sulfanilamide et dissoudre dans environ 50 mL d’eau et 10 mL H3PO4. Ajouter 0.1 g de
Page 69 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
N-(1-Naphtyl)ethylenediamide dihydrochloride et compléter au trait de jauge. Cette
solution est stable un mois au réfrigérateur dans un contenant en verre ambré.
Calibration : Prendre 1, 2, 5 et 10 mL de la solution intermédiaire de NaNO2 et diluer
avec de l’eau déionisée dans des ballons jaugés de 100 mL. Mettre 1 mL de chacune
des solutions dans des tubes en verre, ajouter 4 mL d’eau déionisée et 0.2mL du réactif
colorant (vous avez maintenant une dilution d’un facteur 5). Effectuer un blanc avec 5
mL d’eau et 0.2 mL du réactif colorant. Refaire les mélanges avec le réactif colorant 2
fois pour obtenir chaque point de calibration en triple. Attendre 15 minutes avant de
prendre les lectures d’absorbance.
Échantillons : Selon la quantité de NO2- présente dans les échantillons les dilutions
seront différentes. Par exemple, pour le sol valbo 2, 4 mL de chacun des filtrats ont été
mélangés avec 1 mL d’eau et 0.2 mL du réactif colorant. Ensuite, mesurer l’absorbance
d’un standard avant de débuter la mesure des échantillons, puis mesurer l’absorbance
du même standard à tous les 8 échantillons et à la fin de l’analyse.
5. Calculs
Faire une courbe de calibration de l’absorbance en fonction des concentrations
standards de NO2-, déterminer l’équation de la droite et à partir des lectures
d’absorbances des inconnus trouver la concentration de NO2-. Attention aux facteurs de
dilution.
6. Exemple
Courbe de calibration
[NaNO2]
g/L
[NaNO2]
mol/L
[NaNO2-N]
mg/L
[NO2-]
mg/L
Solution mère de NaNO2
5,352
7,757E-02
1086
3569
Solution intermédiaire de NaNO2
Calibration avec : 0, 1, 2, 5 et 10 ml de la
solution intermédiaire
0,0535
7,76E-04
10,9
35,7
Page 70 de 80
Procédures expérimentales⎯Laboratoire de chimie analytique environnementale (Sauvé)
# Standard
[NO2-]
(mg/L)
[NO2-]
(µmol/L)
Dilution
0
1
Blanc
0,357
7,76
5X
0
moyenne
15,5
5X
38,8
5X
moyenne
moyenne
0,264
0,282
0,288
0,278
3,57
4
0,098
0,094
0,107
0,100
1,78
3
0,041
0,047
0,040
0,043
0,714
2
Absorbance
à 520 nm
77,6
moyenne
5X
0,556
0,556
0,544
0,552
0,600
Absorbance
0,500
0,400
y = 0,1586x - 0,0113
R2 = 0,9996
0,300
0,200
0,100
0,000
0,00
1,00
2,00
3,00
4,00
-
Concentration NO2 (m g/L)
Page 71 de 80
Mesure des échantillons
# échantillon
Abs/
520 nm
[ NO2-]
mg/L
0,098
Contrôle (+) avec NH4
Contrôle (+) avec NH4
Contrôle (+) avec NH4
Contrôle (+) avec NH4
5x
1,25 x
1,25 x
1,25 x
1,25 x
0,126
0,102
0,101
0,087
0,689
0,866
0,714
0,708
0,620
Contrôle (-) avec NH4 + NaN3
Contrôle (-) avec NH4 + NaN3
Contrôle (-) avec NH4 + NaN3
Contrôle (-) avec NH4 + NaN3
1,25 x
1,25 x
1,25 x
1,25 x
-0,009
0,007
-0,011
-0,013
0,0145
0,115
0,00189
-0,0107
Description
STD 2
1
2
3
4
Dilution
Correction
dilution
[ NO2-]
mg/L
[ NO2-]
[ NO2-]
mol/L
mol/Kg
0,216
0,179
0,177
0,155
1,50E-05
4,70E-06
3,88E-06
3,85E-06
3,37E-06
8,96E-06
7,47E-06
7,38E-06
6,42E-06
0,004
0,029
0,000
-0,003
7,88E-08
6,27E-07
1,03E-08
-5,82E-08
1,54E-07
1,21E-06
1,97E-08
-1,12E-07
Moyenne
Écart-type
5
6
7
8
Moyenne
Écart-type
STD 2
9
10
11
12
Moyenne
Écart-type
STD 2
Échantillon x
Échantillon x
Échantillon x
Échantillon x
5x
1,25 x
1,25 x
1,25 x
1,25 x
5x
0,098
x
x
x
x
0,098
0,689
x
x
x
x
0,689
x
x
x
x
1,50E-05
x
x
x
x
x
x
x
x
[ NO2-]
[ NO2-]
µmol/Kg µmol/Kg*d
9
7
7
6
8
1
0
1
0
0
0
1
x
x
x
x
x
x
54
45
44
39
45
6
1
7
0
-1
2
4
x
x
x
x
x
x
1,50E-05
*À noter que la correction pour la dilution est effectuée en fonction de la courbe de calibration pour laquelle les standards ont
une absorbance diluée 5x.
7. Références
•
•
•
•
•
•
Sauvé S, Dumestre A, McBride M, Gillett J, Berthelin J, and Hendershot W.
1999. Nitrification potential in field-collected soils contaminated with Pb and Cu.
Applied Soil Ecology 12:29-39.
APHA, AWWA, WEF, 4500-NO2- Nitrogen (Nitrite) dans : Standard Methods
For The Examination of Water and Wastewater, 20th ed, APHA, Washington DC,
1998, 4-112 à 4-114
Smolders E, McGrath SP, Lombi E, Karman CK, Bernhard R, Cools D, Van den
Brande K, Van Os B, Walrave N. 2003. Comparison of zinc toxicity for soil
microbial processes between laboratory-contaminated and polluted field soils.
Environ. Toxicol. Chem. 22: 2592-2598.
Prosser JI. 1986., Nitrification, The Society for General Microbiology, Oxford,
Washington DC, USA.
Beelen P. van, Doelman P. 1997. Significance and Application of Microbial
Toxicity Tests in Assessing Ecotoxicological Risks of Contaminants in Soil and
Sediment, Chemosphere 34: 455-499
Shen Q.R, Ran W., Cao Z.H. 2003. Mechanisms of nitrite accumulation occurring
in soil nitrification, Chemosphere 50: 747-753
Procédures expérimentales
Laboratoire de chimie environnementale (Sauvé)
3.10.
20/10/2005
La respiration induite
Par : Carmen Donisa
Dernier révision : 29 juin 2004
Source initiale : Test de minéralisation en microcosmes, protocole standard
d’opération A10, École Polytechnique, Université de Montréal
1. But
Les cellules vivantes ont besoin d’un apport constant en énergie qui, pour la microflore
hétérotrophique, provient de la transformation des matières organiques comme la
cellulose, les protéines, les nucléotides et les composés humifiés. Les réactions qui se
passent dans les cellules vivantes sont des réactions d’oxydoréduction basées sur le
transfert des électrons d’un donneur à un accepteur. Lors de la respiration, soit
l’oxydation de la matière organique par les microorganismes aérobiques, les groupes
fonctionnels oxygénés sont les groupements finaux accepteurs des électrons. Les
produits finaux de ce processus sont le CO2 et H2O. L’activité métabolique des
microorganismes du sol peut être quantifiée en mesurant la production du CO2 ou la
consommation d’oxygène (Nannipieri et al., 1990).
La respiration des sols est une des premières méthodes pour quantifier l’activité
microbienne des sols et elle demeure encore très utilisée. La respiration basale est
définie comme étant la respiration déterminée sans l’ajout de substrats organiques alors
que la respiration induite est la respiration mesurée en présence de substrats ajoutés
comme le glucose, les acides aminés, les feuilles, etc.
Brève description
Pour déterminer la biodégradabilité du glucose dans les sols, on ajoute du glucose
radioactif dans un microcosme contenant la matrice d’intérêt et on vérifie s’il y a
minéralisation de la part des micro-organismes présents (Samson et al., 1991; Millette
et al., 1995, Otte et al., 1994). La biodégradation ultime du glucose est appelée la
minéralisation et implique que le glucose est complètement transformé en CO2.
Un poids de 20 g de sol est déposé dans une bouteille sérologique de 120 ml. La
solution de glucose marqué au carbone-14 est utilisée pour obtenir dans les
microcosmes une activité totale de 100 000 dpm (désintégrations/minute). Chacun des
microcosmes est muni d’une trappe à CO2 constituée de 1 ml de KOH 1 N déposé dans
un tube de verre de 5 ml à l’intérieur de la bouteille. Le microcosme est scellé et incubé
sans agitation à 22°C dans la matrice au moment de l’échantillonnage. Après 24 h, le
KOH contenant le [14C]CO2 est échantillonné et déposé dans un vial pour le comptage
de la radioactivité dans un compteur à scintillation. La minéralisation du glucose
Page 74 de 80
Procédures expérimentales
Laboratoire de chimie environnementale (Sauvé)
20/10/2005
radiomarqué est ainsi mesurée par la production de [14 C]CO2 qui a réagi avec la
solution de KOH selon la réaction chimique suivante:
CO2 (aq) + 2 KOH <=> K2CO3 + H2O
La radioactivité enregistrée représente donc le CO2 qui a été minéralisé par les microorganismes.
Par ailleurs, afin de tenir compte des pertes abiotiques des composés radioactifs, des
témoins empoisonnés contenant 0.02% (p/p) d’azoture de sodium doivent être
préparés.
Figure 1: Principe de minéralisation en microcosme.
Page 75 de 80
Procédures expérimentales
Laboratoire de chimie environnementale (Sauvé)
20/10/2005
2. Matériel
•
•
•
Appareils
Compteur à scintillation Wallac 1409 avec unité de disquette 3.5 et imprimante
Epson LX300 (Fisher Scientific);
Cocktail à scintillation OptiPhase Hisafe 3 (Fisher Scientific);
Support pour vials à scintillation (Fisher Scientific);
Balance analytique (précision de ±0.002 g);
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Verrerie
-Bouteilles sérologiques 120 ml (Fisher Scientific);
Valves mininert avec septums (pour les composés volatils) (Supelco); ou
Septums étanches avec anneaux métalliques (Fisher Scientific);
Tubes en verre de 5 ml (diamètre 10 ou 12 mm) (Fisher Scientific);
Vials à scintillation en verre de 20 ml avec bouchons (Fisher Scientific);
Papier absorbant;
Resserreur de bouchon « crimper »;
Seringues en verre Gastight de 1, 10, 50, 100, 250 et 1000 µl;
Seringues en plastique de 30 ml et 5 ml;
Aiguille en acier inoxydable de 6 ’’;
Vial ambré de 1.8 ml avec bouchon contenant un septum.
•
3. Réactifs
•
•
•
Glucose radioactif [U 14C] (Sigma);
KOH (Anachemia);
Azoture de sodium (NaN3) (Anachemia);
4. Manipulations
Préparation de la solution radioactive
Avant même de débuter le test de minéralisation en microcosmes, il faut préparer la
solution radioactive qui servira de substrat aux micro-organismes.
•
Étapes préliminaires
Prévoir le nombre d’échantillons de l’expérience et le nombre de fois que l’on
vérifiera la solution radioactive avec des contrôles (avant l’expérience et
Page 76 de 80
Procédures expérimentales
Laboratoire de chimie environnementale (Sauvé)
•
•
20/10/2005
pendant l’ajout dans les microcosmes afin de vérifier la stabilité de la solution et
la reproductibilité des manipulations, environ à tous les 6 microcosmes);
Effectuer une estimation de la quantité de dpm requise pour l'expérience. En
général, une injection spontanée de 100 000 dpm / microcosme est choisie (ex.:
pour 10 microcosmes, il faut une solution mère ayant au moins 1 000 000 de
dpm);
Calculer le volume de solution mère requis pour effectuer la solution de travail.
* Il est courant d’utiliser une injection instantanée de 10 µL de solution radioactive
contenant 100 000 dpm par microcosme. Le 10 µL est issu d'un choix personnel basé
sur la facilité de manipulation et la reproductibilité de l'injection. Une quantité entre 5 et
100 µL peut quand même être utilisée.
Préparation de la solution radioactive de travail
Tous les produits radiomarqués sont entreposés dans la boîte en plexiglas dans le
réfrigérateur à 4 o C.
1. Réserver la hotte radioactive pour la période de travail;
2. Installer un papier absorbant dans la hotte utilisée pour les manipulations
radioactives (hotte A) et fixer le papier à l’aide de ruban gommé;
3. Aller chercher le produit radioactif à 4°C et déposer la boîte qui le contient sur le
papier absorbant dans la hotte, baisser la vitre de la hotte;
4. Préparer un vial en verre de 20 ml avec le solvant propre avec lequel on veut
diluer un certain volume de la solution mère. Prévoir un second vial dans lequel
sera déposé le solvant-déchet (solvant utilisé pour le rinçage des seringues);
5. Déposer la quantité de solvant, préalablement calculée dans un vial ambré en
verre de 1.8 ml à l’aide d’une seringue en verre Gastight préalablement rincée
trois fois au solvant propre et mettre le bouchon en téflon;
6. Prendre la quantité nécessaire de produit radioactif à l’aide d’une seringue en
verre (se trouvant dans la hotte A) rincée trois fois au solvant propre et déposer
dans le même vial ambré de 1.8 ml. Boucher le vial de 1.8 ml avec un bouchon
à couverture de téflon et bien agiter;
7. Vérifier le nombre de dpm / µL de cette solution de travail en injectant 1 µL
(quantité minimale) dans un vial à scintillation contenant 10 mL de cocktail à
scintillation puis en mesurant au compteur à l’aide du protocole EASY COUNT
(00) pour une lecture de 1 min par vial;
8. Identifier la bouteille en indiquant combien de dpm / µL qu’elle contient et
indiquer la quantité de produit radioactif utilisée dans la feuille d’inventaire.
•
4.3. Préparation des microcosmes
Peser 20 g de sol ou 20 mL d'eau selon le cas dans des bouteilles sérologiques
bien identifiées (120 ml). Effectuer l’ajout de glucose marqué;
Page 77 de 80
Procédures expérimentales
Laboratoire de chimie environnementale (Sauvé)
•
•
•
•
•
•
•
•
•
20/10/2005
Ajouter l’azoture de sodium (NaN3) 0.2% (p/p) soit 0.04 g, dans les microcosmes
témoins à la toute fin. Ceux-ci constitueront les témoins abiotiques;
Placer le tube de verre de 5 ml contenant 1 ml de KOH 1N à l’intérieur du
microcosme;
Installer les microcosmes sur un chariot recouvert de papier absorbant près de la
hotte de travail;
Injecter la quantité de solution radioactive de travail requise (généralement 10
µL) dans le microsome à l’aide d’une seringue en verre Gastight préalablement
rincée trois fois au solvant propre.
Effectuer des contrôles (environ un à chaque 6 microcosmes) en injectant 10 µl
de la solution radioactive de travail dans un vial à scintillation contenant 10 ml de
cocktail.
Sceller le microcosme avec la valve mininert contenant un septum (produit
radioactif volatil) ou bien avec un septum recouvert de téflon et son anneau
métallique à l’aide du resserreur de bouchon et passer au microcosme suivant;
Entreposer les microcosmes à 22°C, à la noirceur si nécessaire (cabinet gris
d’entreposage des microcosmes radioactifs).
Placer tous les vials contenant les contrôles dans le support à vials et ajouter
une languette identifiée PROTOCOLE 1 sur le côté du support marqué d’un point
rouge;
Faire compter dans le compteur à scintillation liquide en plaçant le support point
rouge vers la droite;
Échantillonnage des microcosmes
L’échantillonnage des microcosmes s’effectue de façon périodique pouvant aller d’un
échantillonnage aux heures à un échantillonnage hebdomadaire dépendamment du
polluant en question de même que de la matrice.
1.
2.
3.
4.
Préparer une solution de KOH 1N (56.11 g/l d’eau distillée);
Porter en tout temps sarrau et deux paires de gants + lunettes;
Réserver la hotte radioactive pour la période de travail;
Installer un papier absorbant dans la hotte utilisée pour les manipulations
radioactives (hotte A) et fixer le papier à l’aide de ruban gommé;
5. Installer dans la hotte les deux béchers identifiées EAU DE RINÇAGE et EAU
REJETÉE. Remplir le premier avec de l’eau distillée (utiliser l’évier réservé pour
la radioactivité);
6. Retirer les microcosmes du lieu d’entreposage et installer les microcosmes sur
un chariot recouvert de papier absorbant près de la hotte de travail;
7. Numéroter tous les bouchons avec le numéro de microcosme, vos initiales, le
numéro d’échantillonnage et la date;
Page 78 de 80
Procédures expérimentales
Laboratoire de chimie environnementale (Sauvé)
20/10/2005
8. Placer les vials à scintillation dans le support noir en commençant par le côté
opposé au point rouge sur le support;
9. Amener le support contenant les vials de même que les bouchons dans la hotte;
10. Remplir la seringue en plastique de 30 cc avec la solution de KOH 1N et la
déposer dans la hotte après avoir retiré l’aiguille;
11. Effectuer un blanc en déposant 10 ml du cocktail à scintillation (à l’aide du
distributeur) dans le premier vial de 20 ml et en y ajoutant 2 ml de KOH 1N à
l’aide de la seringue en plastique;
12. Effectuer l’échantillonnage du premier microcosme: prélever la solution de KOH
en introduisant une aiguille en acier inoxydable de 6’’ connectée à une seringue
de 5 ml dans le tube se trouvant à l’intérieur du microcosme;
13. Vider la trappe à l’aide de la seringue;
14. Retirer la seringue en laissant l’aiguille dans le microcosme;
15. Mettre le contenu de la seringue dans un vial à scintillation. Moucher la dernière
goutte sur le côté du vial;
16. Rincer la trappe avec 1 ml de KOH frais en utilisant toujours l’aiguille insérée et
additionner ce volume au même vial;
17. Ajouter 1 ml de KOH frais dans la trappe et enlever la seringue (ce KOH sera
prélevé au prochain échantillonnage);
18. Laisser équilibrer les pressions intérieures et extérieures avec l’aiguille puis
reconnecter la seringue à l’aiguille et déposer celles-ci dans le bécher contenant
l’eau de rinçage;
19. Ajouter 10 ml de cocktail à scintillation au vial à scintillation et mettre le bouchon;
20. Agiter bien le vial à scintillation (contenant le [14 C]CO2);
21. Recommencer les étapes 12 à 21 pour tous les autres microcosmes en prenant
soin de rincer la seringue de 5 ml à l’eau distillée trois fois entre chaque
microcosme et à la toute fin.
22. Placer tous les vials dans le support à vials et ajouter une languette identifiée
PROTOCOLE 1 sur le côté du support marqué d’un point rouge;
23. Faire compter dans le compteur à scintillation liquide en plaçant le support point
rouge vers la droite;
24. Bien indiquer les échantillons sur la feuille d’inventaire du compteur en notant
aussi le numéro de fichier.
25. Entreposer à nouveau les microcosmes à la température voulue, à la noirceur si
nécessaire (cabinet gris d’entreposage des microcosmes radioactifs) jusqu’au
prochain échantillonnage;
5. Calculs
Pour calculer la concentration de glucose marqué minéralisé/consommé, on utilise
les relations suivantes:
Page 79 de 80
Procédures expérimentales
Laboratoire de chimie environnementale (Sauvé)
20/10/2005
a. 1µCi =2,2*106 dpm
b. 33.9 µCi/ mg D-glucose [U 14C]
Pour calculer le pourcentage de minéralisation:
% de minéralisation= nb de dpm au temps X * 100
+ % min. au temps X-1
nb de dpm moyen dans les contrôles de départ
Références
•
•
•
•
Millette, D., Baker, J., Comeau, Y. Butler, B. Frind, E. O. Clément, B. et Samson,
R. (1995) Substrate interaction during aerobic biodegradation of creosote-related
compounds : a factorial experiment Environ. Sci : Technol. 29: 1744-1952.
Nannipieri P., Grego S., Ceccanti B. (1990) Ecological significance of the
biological activity in soil. In Soil Biochemistry, vol.6, Bollag J-M, Stotzky G. (eds.),
Marcel Dekker, New York, Basel, pp.293-355.
Otte, M - P. Gagnon, J. Comeau,Y. Matte, N. Greer, C. W. et Samson,R. (1994)
Activation of an indigenous microbial consortium for bioaugmentation of
pentachlorophenol / creosote contaminated soil. Applied Microbiology and
biotechnology, 40: 926-932.
Samson, R.Cseh, T. Hawari, J. Demeter , A. Al-Bashir et B. Leduc. (1991) Effect
of redox conditions, soil / contaminant interaction and chemical structure on the
biodegradation of polycyclic aromatic hydrocarbons (PAH) in flooded soil World
Environment, Acta Press, Calgary.
Page 80 de 80
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement