Traitd`U 02/03 FR xp - Association de la Ville et des Communes de

Traitd`U 02/03 FR xp - Association de la Ville et des Communes de
Ed. Resp. Marc Thoulen - N°7317
Traitd’Union
Ville et Communes de Bruxelles-Capitale
N° 2003/02 - 6 mars 2003
Du zinneke au chihuahua
Notre pays, c'est à dire et ses gouvernants et son peuple, toutes
nuances confondues, a clairement manifesté sa préférence à
l'égard d'un règlement pacifique du contentieux iraquien.
Ceci en ignorant les pressions, le chantage et l'insulte de celui
qui, cherchant à marquer de sa patte le début de ce
millénaire, aboyait le plus fort mais n'avait pas convaincu.
Une position qui ne manque pas de mordant.
A la laisse de la vieille Europe ? Oui, certes, pour autant
qu'on ne réfère pas à des nations, mais à des idées. Celles de
l'humanisme classique et du siècle des lumières, de la primauté
de la pensée sur la force et du dialogue sur l'affrontement.
Mais nom d'un chien, cette attitude s'enracine tout autant
dans les traditions profondes de notre pays, terre de bon sens et
de générosité, pour qui ce sont d'abord les gens qui importent,
qui cultive l'art du compromis et de la négociation, pour
arriver au mieux vivre ensemble, terre de fronde aussi, qui
s'est toujours opposée aux abus des seigneurs et des
conquérants.
Ces valeurs sont aussi celles qui sous-tendent historiquement les
rapports des pouvoirs locaux avec d'autres molosses
institutionnels. Les communes, au plus près de la sagesse
populaire, ont de tous temps refusé la toute-puissance des
puissants, mais accepté avec eux un dialogue d'égal à égal,
pour construire ensemble. Un projet qui a du chien.
EDITO
Terre de communes, la Belgique, convaincue que les petits
pays avaient aussi leur rôle à jouer dans l'équilibre du monde,
bien décidée à ne pas se laisser museler, a compris ce message
et l'a porté à l'extérieur.
Et si ce petit roquet est celui qui partout, au dedans comme
au dehors, est à l'écoute des hommes, de l'esprit qui les inspire
et des liens qui les unissent, alors oui, je suis fier d'être un
chihuahua.
L’ASSOCIATION EN ACTION
Ce 6 février s'est tenue l'Assemblée générale des CPAS bruxellois,
consacrée, après la présentation du rapport d'activités 2002 de la
Section par son Président, Monsieur Michel Colson, à l’assurance
autonomie. Monsieur Jean-Marc Rombeaux, conseiller à la Section,
a exposé les enjeux d’une assurance autonomie fédérale pour les
CPAS, Monsieur Steenkiste, Chef de cabinet de Madame Vogels,
Ministre flamande de la Santé, a fait une présentation très complète
de la "zorgverzekering", et enfin, Monsieur Léonard, responsable
"recherche et développement" aux Mutualités chrétiennes, a fait part
de diverses réflexions concernant l’assurance autonomie. Ces exposés ont enchaîné sur un large débat nourri notamment par Madame
Laurence Bovy, chef de cabinet de la Vice-Première Ministre et
Ministre de l’Emploi, Madame Laurette Onkelinx.
Le 11 février, l'Association organisait en marge du Forum pour le
développement durable et en partenariat avec nos associations sœurs
fédérale et flamande, l’Institut bruxellois pour la Gestion de
l'Environnement, le Conseil des Communes et Régions d'Europe, et
le Service public fédéral pour la Santé publique, la Sécurité de la
chaîne alimentaire et l’Environnement, un séminaire consacré au
système de management et audit environnemental EMAS. Sous le
Suite page 2
SOMMAIRE
page
A l’agenda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
Un deuxième regard sur les pouvoirs de police
du bourgmestre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
Lu pour vous . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 et 13
La représentation des femmes au niveau local . . . . . . . . . . . . 9
Législation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Marchés publics : de nouvelles règles en matière de
retard de paiement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
La Directive-cadre sur l’eau : quels liens avec les
autorités locales ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
Uccle aménage une aire de lavage pour véhicules . . . . . . . . . 18
Où qu’est la « bonne police » ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
e
Suit
L’ASSOCIATION EN ACTION
titre « EMAS – Quel intérêt pour les autorités locales ? », celuici s'adressait à l’ensemble des communes de Belgique.
Initialement conçu pour les entreprises désireuses d’évaluer,
gérer et améliorer leurs résultats sur le plan de l’environnement, ce système est accessible aux administrations publiques
depuis 2001, et leur donne de nouveaux moyens de gérer les
questions environnementales qui se multiplient et se compliquent sans cesse. Les intervenants, en provenance d’autorités
locales et fédérales, ont présenté leurs expériences pratiques de
gestion environnementale interne ainsi que les étapes qui ont
mené à l’enregistrement EMAS de leur administration. De
quoi inspirer et aider nos communes désireuses de se lancer
dans l’aventure !
Dans le cadre du programme de coopération internationale
communale 2003, ce ne sont pas moins de 11 nouveaux projets de partenariat qui sont arrivés sur les bureaux de notre
Association, laquelle les a présentés au comité de sélection de
la Direction générale de la Coopération au Développement.
Celui-ci en a présélectionné 6 au début du mois de février
(Anderlecht, Evere, Saint-Gilles, Schaerbeek, Bruxelles-Ville et
Molenbeek-Saint-Jean). Afin de garantir la bonne exécution
de ces projets, l’Association a aussitôt démarré une formation
consacrée à la gestion de projets de développement. Celle-ci
s'étend sur quatre jours: le module théorique était organisé ces
12 et 13 février, le module pratique doit se dérouler durant la
première quinzaine de mars.
Last but not least, l'Association signait ce 12 février avec ses
associations sœurs et l'aval de la Conférence des bourgmestres,
une démarche adressée au Premier Ministre Monsieur Guy
Verhofstadt relativement à la réforme de la police. Il s'agissait
d'abord de s'assurer de l'adaptation à l'indice santé et de l'inscription budgétaire des dotations complémentaires de 39,45 et
28 millions d'euros obtenues sur la dotation nationale, de
même que de la prise en charge des surcoûts liés à la statutarisation des CALOG. Par ailleurs, il a été demandé que la commission d'accompagnement de la réforme des polices débute
sans plus attendre ses travaux et suggéré quelques points prioritaires: simplification des procédures administratives, état des
lieux des normes budgétaires et fonctionnelles, fonctionnement du secrétariat social, modalités du transfert des bâtiments de l'ex-gendarmerie, collaboration et répartition des
tâches entre polices fédérale et locale, et mise en place
d'ASTRID.
Marc Thoulen
A L’AGENDA
Vous organisez un événement, lancez un appel à projets, mettez sur pied une formation ou simplement
êtes au courant d’évènements qui ne sont pas annoncés dans nos colonnes !
Contactez-nous pour nous permettre d’offrir la meilleure information possible à nos lecteurs.
Une version complétée et mise à jour de cet agenda est disponible depuis peu sur notre site www.avcb-vsgb.be
Date/Où
2
Quoi ?
Renseignements
8/3
Journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix
internationale
Résolution 32/142 du 16/12/1977
Voir aussi article dans ce Trait d’Union
11/3
Bruxelles
Palais des
Congrès
Sustainable Mobility for all
European Mobility Week Conference
ACCESS EUROCITIES for a New Mobility Culture
18, Square de Meêus - 1050 - Bruxelles
Tél. : 02 552 08 74 - Fax : 02 552 08 89
[email protected] ou [email protected]
www.mobilityweek-europe.org - www.access-eurocities.org
11/3 Wépion
Centre Culturel
Marcel Hicter –
La Marlagne
Maisons de Repos et Maisons de Repos et de Soins Qualité du bâti
et qualité de vie, quelles relations ? Quelle réalité économique ?
Formation pour les gestionnaires de maisons de repos, organisée
par Habitat et Participation asbl et Espace Environnement
Françoise Jadoul
Tél. : 071/300.300
ou Pascale Thys
Tél. : 010/45.06.04
13/3 Bruxelles
La Fondation
Universitaire
How e-government is transforming the public sector
Séminaire organisé par 4Instance
4Instance - Rue Bosquet 67 - 1060 Bruxelles
Tél. 02/534 94 51 - Fax. 02/534 84 41
[email protected]
13-14/3
Espagne
Terrassa
Le compromis des villes en matière d’égalité des chance entre les
femmes et les hommes. Conférence internationale dans le cadre
du projet City-Dona
[email protected]
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
e
Suit
A L’AGENDA
Date/Où
Quoi ?
Renseignements
Parlement citoyen sur la consommation durable
IBGE – CRIOC – ACRR - Observatoire Bruxellois
de la Consommation Durable
IBGE - Tél. : 02.775.75.92 - Fax : 02.775.76.21 - [email protected]
http://www.ibgebim.be/EVENTS/FR/parlementcitoyen/index.htm
ou OBCD - Rue des Chevalliers 18, 1050 Bruxelles
Tél.: 02/547.06.83 - Fax: 02/547.06.01 - [email protected]
http://www.observ.org/FR
14/3
Deadline
Mise en œuvre de la décision du Conseil du 20
décembre 2000 relative à un programme concernant la
stratégie-cadre communautaire en matière d'égalité
entre les femmes et les hommes (2001-2005)
Appel à propositions ouvert VP/2002/6 - Direction
générale "Emploi et affaires sociales"
Journal officiel, série C (2002/C 291/08) - Commission européenne
DG «Emploi et affaires sociales» - Unité «Égalité entre femmes et
hommes» - Rue Joseph II, 37 - 1049 Bruxelles - Fax : 02.299 80 83
[email protected]
http://europa.eu.int/comm/employment_social/equ_opp/index_fr.htm
15/3
Journée internationale des Consommateurs
Organisé depuis 1983 par «Consumer international»
Le thème de cette édition est « Control of the Food Chain - The GM
Link » - http://www.consumersinternational.org/
En Belgique, voir aussi http://www.oivo-crioc.org
17-23/3
Fête de l’Internet
19/3
Bruxelles
Salle Sippelberg
Discrimination et marché de l'emploi - Quelles sont les
mesures en faveur de l'intégration professionnelle de
tous ? Débat dans le cadre de la bourse de l'emploi Organisé par la commune de Molenbeek
14-15/3
Bruxelles
19/3 Bruxelles
Le nouveau paysage immobilier commercial
Auditoire Jacques Séminaire organisé par la S.A. Editions &
Thierry - BBL
Séminaires
Fête de l'Internet ASBL - rue Antoine Gautier 25 - 1040 Bruxelles
Tél. : 0497/44 79 40 - Fax 02/735 51 06
[email protected] - www.fete-internet.be
Mariem Bouselmati - Echevine de l'Emploi et des Classes Moyennes
20 rue Comte de Flandre - 1080 Bruxelles
Tél. : 02.412.37.40 - Fax : 02.412.36.93
[email protected]
Stéphanie de Hemptinne - S.A. Editions & Séminaires
Avenue des Eglantiers, 2b - 1180 Bruxelles
Tél. : 02.649.25.75 - Fax : 02.649.11.58 - [email protected]
19/3
Malines
De uitbesteding van de controle op het betalend parkeren – jurisdische en organisatorische aspecten
Symposium organisé par la VVSG, Tradelec et
Optimal Parking Control
Peter Lamens - 58 Tildonksesteenweg - 3020 Herent
Tél. : 016.23.56.09 - Fax : 016.29.08.64
[email protected] - www.parkeren.be
19/3
Anvers
Arbeidsreglement in de openbare secto
Formation organisée par SD Opleidingen
Marijke Konings ou Johan Van Duyse
SD Opleidingen - Brouwersvliet, 5 - 2000 Anvers
Tél. : 03.201.72.66 - [email protected] - www.sdopleidingen.be
20/3
Journée internationale de la francophonie.
Organisation internationale de la Francophonie (OIF)
http://20mars.francophonie.org et http://agence.francophonie.org/
21/3
Journée Internationale pour l’élimination de la discrimination raciale
Nations Unies - résolution 2142 de 1966
http://www.un.org/french/events/ref41.html
21/3
La Haye
Safety First in City Traffic
Séminaire organisé par ACCESS
www.access-eurocities.org
21-22/3, 4-5/4
et 24/5
Bruxelles
La communication et le management intégrant les
questions d'égalité des chances
Formation pour les élues communales
Gratia Pungu - Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale
Egalité des chances - Tél. : 02.800.32.02
21/3
Deadline
Actions indirectes à réaliser dans le cadre du programme communautaire pluriannuel visant à encourager le
développement et l'utilisation du contenu numérique
européen sur les réseaux mondiaux ainsi qu'à promouvoir la diversité linguistique dans la société de l'information (2001 à 2005) (Programme e-Contenu)
Appel à propositions
25/3 Bruxelles
La Fondation
Universitaire
Le leasing pour le secteur public
Séminaire organisé par 4Instance
Journal officiel – série C (2002/C 320/13) - Commission européenne
Direction générale «Société de l'information»
Programme e-Contenu
Bâtiment Jean Monnet, bureau EUFO 1181
L-2920 Luxembourg.
[email protected]
http://www.cordis.lu/econtent/call201202.htm
4Instance - Rue Bosquetstraat 67 - 1060 Brussel-Bruxelles
Tél. 02/534 94 51 - Fax. 02/534 84 41
[email protected]
jusqu’au 31/3
Bruxelles Halles
Saint-Géry
Planète à vivre ou à jeter
Exposition créée par l’Association des Cités et
Régions pour le recyclage (ACRR)
IBGE - Tél. : 02.775.75.75
[email protected]
www.ibgebim.be
1 /4
Gand
Arbeidsreglement in de openbare sector
Formation organisée par SD Opleidingen
Marijke Konings ou Johan Van Duyse - SD Opleidingen
Brouwersvliet, 5 - 2000 Anvers - Tél. : 03.201.72.66
[email protected] - www.sdopleidingen.be
4/4
Deadline
E-government award 2003
Commission européenne et EIPA
Ann Stoffels - Information Officer
eEurope Awards Project Management Secretariat
European Institute of Public Administration (EIPA)
Tél. : 00.31-43-329-6-329 - www.e-europeawards.org
Suite en page 19
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
3
SOUS LA LOUPE
UN DEUXIEME REGARD SUR LES POUVOIRS DE
POLICE DU BOURGMESTRE
Dans un précédent numéro 1, nous vous exposions les premiers enseignements que l’on pouvait tirer des
articles 134ter et 134quater, alors récemment insérés dans la Nouvelle loi communale. Deux ans ont passé,
de nouveaux cas d’application se sont présentés, de nouvelles réflexions ont émergé, de nouveaux enseignements peuvent en être tirés.
Nous vous commentons donc ci-dessous quelques cas d’application d’arrêtés de police qui nous semblent
typiques de la difficulté qu’ont ces deux nouvelles dispositions à s’insérer dans l’arsenal juridique et dans les
pratiques communales.
1. Un établissement à troubles
multiples
Le premier cas examiné nous emmène dans l’univers de la
restauration rapide “made in Brussels”.
Un rapport de police du 17 septembre 1999 indique, sur la
base de pas moins de 23 constatations, que la clientèle d’une
friterie est la source de nombreux troubles sur la voie
publique : attroupements, rixes, agressions, nuisances environnementales, tapage, vols et vandalisme. Les riverains,
excédés, ont fait circuler une pétition demandant des
mesures pour faire cesser ces troubles.
Par ailleurs il est constaté que l’établissement ne respecte pas
les heures d’ouverture (et surtout de fermeture !) prévues
dans le permis.
Le responsable de l’établissement a été entendu le 23 septembre 1999 dans le cadre d’une procédure de fermeture de
l’établissement ; mais le 26 septembre, des faits similaires
étaient à nouveau constatés. A la suite de quoi, le bourgmestre prend le 28 septembre un arrêté de fermeture partielle (entre 20h00 et 8h00) d’une durée de trois mois. Cet
arrêté est motivé en droit par les articles 133, 134ter et
134quater NLC.
voici apparemment un bel exemple d’application de l’article
134quater. Certes, on peut toujours argumenter pour savoir
si les activités en question se déroulent bien à l’intérieur (il
n’est pas précisé si la friterie est un simple comptoir ou si les
clients peuvent y pénétrer), mais il nous semble que le cas ne
devrait pas donner lieu à discussions… s’il n’était une formulation peu heureuse de la motivation. On lit en effet dans
les considérants de l’arrêté du bourgmestre : “Considérant
que la clientèle […] provoque régulièrement sur la voie
publique 2 des attroupements, […]” puis “Considérant que
l’ordre public autour de l’établissement est troublé du fait des
comportements de la clientèle à l’intérieur 3 de cet établissement” ; or, selon que l’on se trouve dans l’un ou l’autre cas,
la base légale sera différente. Et, bien plus, certaines conditions devront ou non être respectées : la confirmation par le
collège et la durée maximale de trois mois. Attention donc
à bien motiver l’arrêté, à en indiquer clairement la base légale et, le cas échéant, l’accomplissement des formalités prescrites.
Discussion
Un deuxième fait est reproché à l’exploitant de l’établissement : ne pas respecter les conditions d’exploitation, ce qui
donne lieu à une mesure de fermeture partielle basée sur
l’article 134ter 4. Rappelons que la mise en œuvre de cet
article réclame les conditions de fond suivantes : le risque de
dommage sérieux, le non-respect des conditions d’exploitation et l’absence de recours organisé en extrême urgence par
une autre réglementation. Les conditions de forme requises
sont l’audition de la personne et la confirmation par le collège des bourgmestre et échevins. Enfin, la durée maximale
de la mesure est de trois mois.
Une activité permise, mais qui suscite des troubles à l’extérieur, sans que rien de particulier soit signalé à l’intérieur :
Le seul point délicat, dans la présente, est de déterminer si
un retard éventuel dans l’intervention du bourgmestre
L’arrêté a été confirmé par le collège à sa première séance.
1 V. RAMELOT, « En route vers un véritable contentieux administratif communal ? », in Trait d’Union, 2001/02, pp 3-9.
2 C’est nous qui mettons en évidence.
3 Idem.
4 Sur l’impossibilité dans certains cas d’utiliser conjointement des articles 134ter et 134quater, voir infra.
4
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
e
Suit
SOUS LA LOUPE
aurait causé “un dommage sérieux”. L’arrêté motive ce dernier en se référant à la pétition des riverains et au trouble
qu’ils endurent. Même si ce type de motivation ne nous
semble pas être celui que le législateur avait en tête lorsqu’il
inséra cet article dans la Nouvelle loi communale, on ne
peut pas, à notre sens, considérer l’arrêté comme mal motivé sur ce point, ni, a fortiori, illégal.
Enfin, notons que le collège a confirmé l’“arrêté de police
fondé sur les articles 133, 134ter et 134quater”… alors que
le collège n’a aucune compétence pour examiner – ni, par
voie de conséquence, pour confirmer – les arrêtés de police
fondés sur l’article 133.
2. Le mieux est l’ennemi du bien
Un établissement organise régulièrement des séances de
karaoké, ce qui est source de tapages. Vingt-neuf constatations effectuées par la police attestent de ces tapages ainsi
que de “comportements de l’exploitant et des clients, musique,
chants et cris, à l’intérieur de l’établissement provoquant des
troubles de l’ordre public autour de l’établissement”. Ces dérangements font l’objet de plaintes de la part des riverains.
L’organisation de spectacles de karaoké est interdite par le
permis d’urbanisme de l’établissement.
Le responsable de l’établissement est entendu le 30 octobre
1999 ; entre-temps, de nouveaux faits se produisent.
En conséquence de quoi, le bourgmestre prend le 2 mai
2000 un arrêté de fermeture partielle de l’établissement,
entre 20h00 et 8h00, pour une durée de trois mois, motivé
en droit par les articles 133, alinéa 2, 134ter, 134quater et
135, §2, NLC.
Cet arrêté a été confirmé par le collège à sa première séance.
Discussion
Si la Nouvelle loi communale donne au bourgmestre trois bases juridiques pour intervenir (à
savoir : 133 et 135 combinés, 134ter, 134quater),
c’est qu’elles ont pour objet trois cas de figure différents, qui peuvent éventuellement se recouper,
mais qui visent donc par hypothèse trois types
d’intervention différents 5. La différence la plus nette existe
entre l’article 134ter (activités illégales ou non-permises) et
l’article 134quater (activités licites mais entraînant un
trouble à l’extérieur) ; 134quater venant après 134ter ( !),
c’est que les cas visés par 134quater ne sont pas rencontrés
par 134ter, donc que les activités dans l’établissement ne
posent en elles-mêmes pas de problème (par opposition à
134ter). Donc par définition une même situation ne peut
donner lieu à l’application des deux articles !
Par ailleurs, l’article 134ter se différencie des articles 133 et
135 en ce que ces derniers concernent des troubles à l’ordre
public, tandis que le premier ne semble pas requérir comme
condition d’application de tels troubles. Donc deux cas
d’application différents mais pas exclusifs : il est parfaitement possible qu’une activité non autorisée par la loi ou le
permis (et rencontrant les autres conditions de fond de
134ter : urgence, risque de dommage sérieux) constitue également un trouble de l’ordre public donnant lieu ainsi à l’intervention du bourgmestre sur la base des articles 133 et
135, de manière concurrente.
Essayons de classer ces différentes bases d’intervention 6 :
- Soit il y a une activité non-conforme, sans plus : c’est
l’article 134ter qui peut s’appliquer ;
- Soit il y a un trouble de l’ordre public à l’intérieur, sans
plus : on appliquera les articles 133 et 135 ;
- Soit il y a un trouble de l’ordre public à l’intérieur et à
l’extérieur : les articles 133 et 135 suffisent, sans qu’il
soit besoin de s’embarrasser des conditions plus strictes
de l’article 134quater 7 ;
- Soit il y a une activité licite mais entraînant à l’extérieur
des troubles de l’ordre public : seul l’article 134quater
peut être utilisé ;
- Soit il y a activité non-conforme et un trouble à l’intérieur : les articles 134ter, ou 133 et 135 peuvent être utilisés concurremment, sans pour autant que cela soit
nécessaire.
Trouble
Oui
Non
Activité conforme
Lieu
oui
non
Intérieur
133 et 135
134quater ou 133 et 135
Intérieur et extérieur
133 et 135
/
Extérieur
134quater
Hors sujet
/
134ter
5 Voir b.v.b.a. Horex / Stad Hasselt, R. v. St., 6 september 1999, arrest nr. 82.188, n° 4.3.2.
6 Voir VAN HERCK P., « Bevoegdheid van de burgemeester om instellingen te sluiten na de inwerkingtreding van de wet van 13 mei 1999 tot invoering van gemeentelijke
administratieve sancties », in Binnenband, janvier 2000, 17, p. 27.
7 L’utilisation des deux base légales ne permettrait d’ailleurs pas d’adopter une mesure plus sévère que ce que permettent déjà les articles 133 et 135.
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
5
SOUS LA LOUPE
Mais il ne peut y avoir utilisation conjointe des articles
134ter et 134quater (en tout cas pour le même fait), puisque
cela signifierait que l’activité n’est pas conforme aux conditions d’exploitation et que dans le même temps elle est
permise mais qu’elle entraîne des troubles à l’extérieur…
Dans le cas d’espèce, l’activité non-autorisée est prouvée ;
reste à établir que la mesure doit être prise d’urgence sous
peine de voir des dommages sérieux (qui, comme nous
l’avons déjà rappelé 8, doivent être vus comme autre chose
que de simples dommages). Si cette deuxième condition est
rencontrée – mais cela ne ressort guère de la motivation de
l’arrêté – l’article 134ter peut servir de base à l’intervention
du bourgmestre.
D’autre part, les troubles à l’ordre public sont également
démontrés : les plaintes des habitants en attestent. En revanche,
la motivation de l’arrêté énonce des « comportements de l’exploitant et des clients, musique, chants et cris, à l’intérieur de
l’établissement provoquant des troubles de l’ordre public
autour de l’établissement » (sans pour autant dire quels sont ces
troubles à l’extérieur de l’établissement), ce qui s’apparente à la
justification de l’application de 134quater…
Comme quoi les différentes bases légales ne se complètent
pas forcément pour rencontrer une situation de fait ! Et à
trop vouloir les imbriquer l’une dans l’autre, l’autorité
risque de dénaturer cette base légale ou de se contredire dans
sa motivation.
3. Dans les méandres de la
circulation routière
Des travaux importants de rénovation et d’extension d’un
immeuble communal perturbent la circulation dans les
quartiers environnants : une des artères bordant l’immeuble
est réservée à la circulation du chantier, des locaux mobiles
sont installés le long d’une autre voirie, de telle sorte que le
bâtiment n’a plus d’issue que sur une seule artère. En conséquence, la circulation et le stationnement s’y font plus
denses, voire anarchiques. Le bourgmestre décide donc de
réguler circulation et stationnement et adopte le 13 août
2001 une ordonnance de police mettant à sens unique certaines rues, interdisant toute circulation dans telle artère,
organisant un système de cartes de riverains pour les habi-
e
Suit
tants de telle autre, organisant le stationnement alterné et
déplaçant un arrêt de bus.
Le 21 septembre 2001, le bourgmestre adopte une deuxième ordonnance complétant la première en instaurant une
zone de stationnement interdit d’un côté de la rue dans
laquelle se trouve la seule issue du bâtiment en travaux.
Les deux ordonnances sont motivées en droit par la loi relative à la police de la circulation routière, le règlement général sur la police de la circulation routière (le code de la route)
et les articles 119, 134, 135 et 179 NLC.
Discussion
Il appartient au bourgmestre de prendre toutes les mesures
nécessaires au maintien de l’ordre public. Il dispose à cet
égard de deux instruments : l’arrêté de police (basé sur les
articles 133 et 135, 134ter ou 134quater NLC) et l’ordonnance de police (basée sur l’article 134 NLC). Ces deux instruments ne se confondent pas et interviennent dans des cas
de figure différents :
- l’arrêté de police est quasiment toujours de portée individuelle, c’est-à-dire qu’il ne s’applique qu’à une personne
ou une catégorie restreinte de personnes, à un endroit précis de la commune et pour une durée déterminée ou déterminable 9 ; cet arrêté de police ne peut pas s’analyser
comme l’exercice du pouvoir réglementaire communal
(qui n’appartient en règle qu’au conseil communal) mais
comme l’exercice de la police administrative générale,
c’est-à-dire une mesure destinée à prévenir ou remédier à
un trouble de l’ordre public ;
- l’ordonnance de police est un instrument exceptionnel (du
moins en théorie) qui permet au bourgmestre d’adopter
des règlements de police à la place du conseil communal ;
exceptionnel parce qu’elle requiert des conditions de fond
très spéciales, limitativement énumérées à l’article 134 10
ainsi que des conditions de forme 11. En tant qu’exercice
du pouvoir réglementaire, elle jouit de toutes les caractéristiques de l’ordonnance de police du conseil : elle peut
imposer ou interdire des comportements et prévoir des
sanctions pour la violation de ces dispositions.
Par ailleurs, on sait qu’en vertu de l’article 135, §2, alinéa 2,
1°, NLC, “la police de la circulation routière, en tant qu’elle
s’applique à des situations permanentes ou périodiques”, ne
peut pas faire l’objet d’un règlement de police mais unique-
8 V. RAMELOT, loc. cit., p. 8.
9 J. ROBERT, « Police administrative – Compétences respectives du bourgmestre et du conseil communal », in Mouv. Comm., 1999/2, p. 115.
10 Catastrophe, émeute, danger de grande ampleur, ou tout autre événement imprévu, lorsque le moindre retard dans la prise de mesure contre ces événements risque de mettre
en danger la sécurité des habitants.
11 Le bourgmestre doit en donner communication immédiate et motivée au conseil communal ; et l’ordonnance cesse de produire ses effets si elle n’est pas confirmée par le
conseil à sa première séance.
6
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
e
Suit
SOUS LA LOUPE
ment d’un règlement complémentaire relatif aux voies
publiques basé sur l’article 2 de la loi relative à la police de
la circulation routière, coordonnée par l’arrêté royal du 16
mars 1968. Ne restent donc de compétence “purement”
communale que les situations qui ne sont ni périodiques, ni
permanentes, soit les situations temporaires et exceptionnelles. Celles-ci pourront faire l’objet d’un arrêté de police
(par exemple, pour interdire à la circulation une rue dont
une ou plusieurs maisons risquent de s’effondrer) voire, si les
conditions sont rencontrées et pour autant que la mesure
soit limitée dans le temps 12, d’une ordonnance de police du
bourgmestre.
Une fois ces règles légales rappelées, attachons-nous à analyser la mesure prise par le bourgmestre.
Dans le cas présent, à quoi avons-nous affaire : un arrêté ou
une ordonnance ? Certes, l’“ordonnance” impose des
mesures assez contraignantes et vise plus d’un individu ; et
elle n’indique aucune date au-delà de laquelle les mesures
cesseront d’avoir effet. Elle comporte également des dispositions constituant des interdictions (interdiction de stationner aux endroits délimités, interdiction à tout véhicule
étranger au chantier d’accéder à telle rue,…) dont la violation constitue une infraction de roulage. Enfin, elle prévoit
un mode de publicité par affichage tel qu’organisé par l’article 112 NLC.
Cependant, il nous semble qu’elle réunit davantage les
caractéristiques de l’arrêté de police :
- le quartier visé est parfaitement délimité et ne constitue
qu’une toute petite portion du territoire communal ;
- les populations visées sont les seuls usagers de ce quartier ;
- bien que cela ne soit pas formellement mentionné, il
découle des considérants que ces mesures n’ont de sens que
pour la durée du chantier et qu’elles seront appelées à
prendre fin avec celui-ci ;
- aucune urgence impérieuse ne semble devoir imposer
l’adoption d’une ordonnance de police par le bourgmestre.
De plus, la motivation se réfère à l’article 134 NLC mais il
n’y a aucune trace de confirmation de la mesure par le
conseil communal.
Pour ajouter à la confusion, l’ordonnance vise la loi sur la
police de la circulation routière… qui ne peut pas servir de
fondement à une ordonnance de police communale !
Bref, nous sommes en présence d’un des nombreux cas de
confusion de compétences, qui amène le bourgmestre à
prendre une ordonnance de police là où un arrêté aurait
suffi 13.
(Relevons enfin que l’article 179 NLC, mentionné dans le
visa de l’ordonnance de police, a été abrogé en 1992, soit près
de dix ans avant l’adoption de l’ordonnance examinée…)
4. La prévention peut-elle être
répressive ?
Le 9 mai 2000, à la suite de faits de racolage par le personnel d’un établissement exploitant une terrasse, consignés par
procès-verbal, un avertissement est adressé par lettre à l’exploitant, l’informant que des mesures plus sévères seraient
prises en cas de récidive.
Le 15 mai 2000, un procès-verbal est dressé pour des faits
similaires, à la suite de quoi l’autorisation de terrasse de
l’établissement est retirée pour une durée de 7 jours.
Deux nouveaux procès-verbaux sont dressés pour les mêmes
raisons le 10 août 2000 et le 29 août 2000. L’exploitant et
un membre du personnel ont en conséquence été entendus ;
une troisième personne concernée par les faits visés, entretemps licenciée, a également été convoquée mais ne s’est pas
présentée. Cependant, un nouveau P-V a été dressé pour
faits de racolage le 20 septembre 2000, en pleine procédure
liée à la mesure de police examinée.
En conséquence, l’autorisation de terrasse est retirée pour
une période d’un mois.
Discussion
Les arrêtés de police que peut prendre le bourgmestre, sur la
base des articles 133, alinéa 2, et 135, §2, de la Nouvelle loi
communale, ont pour objet de maintenir ou de rétablir
l’ordre public 14. Ils n’ont pas pour fonction de servir de
sanction à un comportement interdit – même s’ils s’appliquent à des faits incriminés par exemple par un règlement
communal – puisque la sanction de ces comportements ne
peut être infligée que par l’autorité légalement désignée à cet
effet, et selon les formes légalement prescrites. Lorsque le
fait visé constitue une infraction à un règlement de police,
c’est soit le juge, soit le fonctionnaire communal, soit le collège des bourgmestre et échevins qui peut adopter ladite
sanction.
12 A défaut de quoi elle établirait une situation permanente.
13 Pour d’autres exemples, voir J. ROBERT, loc. cit., p. 116.
14 Il en va de même des arrêtés basés sur les articles 134ter ou 134quater.
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
7
SOUS LA LOUPE
Si le fait de racolage est effectivement incriminé par le règlement de police de la commune, il peut être sanctionné d’une
peine de police ou d’une sanction administrative. Si ce
même fait constitue également un trouble à l’ordre public
(atteinte à la tranquillité publique, à la sécurité publique ou
à la commodité du passage), même léger, il peut faire l’objet
d’un arrêté de police circonstancié. Mais un arrêté de police
« sanctionnant » un comportement infractionnel constituerait une illégalité manifeste : “Noch onder de oude regime [les
articles 133 et 135] noch onder het nieuwe regime [les articles
134ter et 134quater] beschikt de burgemeester over de mogelijkheid administratieve sancties te nemen. Politiemaatregelen
met dergelijke finaliteit dienen dan ook net als voorheen door
de Raad van State te worden vernietigd”.15
En l’occurrence, les termes utilisés dans le procès-verbal
(infraction, récidive,…), le manque de proportion entre les
faits reprochés et la mesure adoptée, mais également le
défaut pour l’auteur de la mesure de démontrer véritablement un trouble de l’ordre public, ne laissent guère planer
e
Suit
de doute quant à la véritable nature de l’arrêté de police, à
savoir un arrêté-sanction.
De tels arrêtés doivent être évités.
5. En conclusion
Pour paraphraser le dessinateur Sempé, on pourrait dire
qu’avant la modification du 13 mai 1999, rien n’était simple,
et qu’avec l’adjonction des articles 134ter et 134quater, tout
s’est compliqué. Identifier la règle applicable pour prévenir ou
remédier à une situation de troubles ou de désordres, parfois
dans l’urgence, est évidemment une tâche ingrate ; d’autant
plus ingrate qu’à trop vouloir bien faire, l’autorité administrative risque de ruiner la validité de l’acte qu’elle adopte. On ne
saurait à cet égard trop insister sur l’importance de la motivation – en fait et en droit – de la mesure envisagée : une motivation soignée éclaire non seulement le destinataire de la mesure mais aussi, en premier lieu, son auteur sur sa teneur réelle.
15 S. VAN GARSSE, « De administratieve politiebevoegdheid van de burgemeester », in T.B.P., mars 2001, p. 145.
Vincent Ramelot
LU POUR VOUS
Mouvement communal
N°1/2003
T. De Schutter présente les grandes lignes d’un projet de loi du gouvernement fédéral qui prévoit la constitution d’une base de données
relative aux déplacements domicile-travail de l’ensemble des travailleurs d’entreprises, d’organisations ou d’administrations de plus
de 100 personnes. Ce projet a pour ambition de poser un véritable
diagnostic en matière de mobilité des générateurs importants de trafic que sont les pôles d’emplois.
Les fêtes de l’Internet approchent et Chaudfontaine prouve par son
expérience que les communes n’entendent pas rater le coche du
numérique. Elle vient d’inaugurer son Virtuel Private network, outil
qui interconnecte tous les bâtiments publics, ainsi que les domiciles
des échevins pour leur permettre de réaliser chez eux une partie de
leur travail.
En novembre prochain se tiendra la 2e conférence belge de la qualité
dans les services publics. En attendant cet événement, P. Van Wersch
revient sur la dernière conférence internationale sur la qualité, qui
8
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
s’est tenue à Copenhague et où la Belgique, bien représentée a pu
mettre en valeur ses bonnes pratiques
Lokaal nr. 3
Vijf jaar asielbeleid in vogelvlucht. F. Crauwels maakt een balans op
van de voornaamste wijzigingen in het vreemdelingenbeleid. Zij
belicht achtereenvolgens de asielprocedure, het spreidingsplan, de
materiële opvang, de financiële steun en de lokale opvanginitiatieven.
Met de Lokale Emancipatie Effecten Rapportage (LEER) kunnen de
lokale beleidsmakers hun sportbeleid evalueren op gender, teneinde
discriminatie op te sporen en op te heffen. L. Decalf schetst de vier
stappen van de evaluatie.
Lokaal nr. 4
Mystery shopping is een techniek waarbij een anonieme klant een
dienst bezoekt en nadien zijn ervaringen rapporteert. Kortrijk is het
eerste openbaar bestuur dat een dergelijk onderzoek op touw zet, naar
analogie met gangbare praktijken in de privé-sector. T. Delmotte bespreekt deze meting van de klantvriendelijkheid.
ÉCHO DE LA RÉGION
Le 8 mars est la journée de Nations unies pour les droits de la femme. A cette occasion et dans la foulée de
l’Assemblée des élues locales organisée par l’Union des Villes et Communes belges, qui s’est tenue le 28 janvier dernier à l’hôtel de ville de Bruxelles, nous publions une contribution de Madame Gratia Pungu, de la
cellule Égalité des Chances mise en place par la Région.
LA REPRÉSENTATION DES FEMMES
AU NIVEAU LOCAL
Bruxelles, terrain favorable
des axes majeurs de la politique communautaire visant à
renforcer la place des femmes dans la prise de décision.
La participation politique équilibrée des hommes et des
femmes est, depuis la fin des années 80, l’un des chevaux de
bataille des deux Ministres fédérales de l’égalité qui se sont
succédées, Miet Smet et Laurette Onkelinx. C’est aussi un
La volonté d’augmenter la proportion de femmes en politique s’appuie entre autres sur l’idée d’améliorer la représentation démocratique et de mieux prendre en compte les
besoins spécifiques des hommes et des femmes dans les poli-
En début de législature, le gouvernement régional se promettait d’accorder une attention toute particulière à l’égalité des chances. Dans cette optique, une cellule chargée de cette question a été créée à l’Administration des Pouvoirs
Locaux. Sa première mission a consisté à établir un bilan des politiques menées jusqu’alors en Région bruxelloise.
Une enquête, encore inédite, réalisée en 2001 par le Ministère de l’Emploi et du Travail et soutenue par
l’Administration des Pouvoirs Locaux, permet d’établir un diagnostic des actions menées en faveur de l’égalité au
niveau local. Elle donne un aperçu du travail accompli et des résultats obtenus en matière d’actions positives en
faveur du personnel communal et de politique locale d’émancipation en faveur de la population. Nous en présenterons les résultats dans un prochain numéro.
La seconde tâche de la cellule consiste à sensibiliser à la politique locale d’égalité des chances le personnel des communes et les mandataires. Une formation à l’exercice du mandat communal intégrant l’égalité des chances a donc
été organisée pour les élues, et a notamment permis de présenter un exposé de Valérie Verzele sur les résultats des
femmes aux dernières élections. Ce dernier s’appuyait sur une étude réalisée par le Ministère de l’emploi et du
Travail, qui analyse les résultats des élections du 8 octobre 2000 1.
Les élues sont venues de toute la Belgique pour se rencontrer le 28 janvier dernier et échanger leur expérience.
1 « Vers une démocratie paritaire. Analyse des élections communales et provinciales du 8 octobre 2000 ». Étude réalisée par Claudine Marissal et Ingrid Hansen sous la direction d’Eliane Gubin et Leen Van Molle ; Ministère fédéral de l’Emploi et du Travail. Direction de l’égalité des chances.
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
9
e
Suit
ÉCHO DE LA RÉGION
tiques, notamment locales. Cependant, il ne faut pas pour
autant considérer l’augmentation du nombre de femmes
comme une condition suffisante pour assurer l’égalité de fait
dans la gestion politique.
La loi “Smet-Tobback” du 24 mai 1994, a introduit pour la
première fois dans notre système électoral un timide système de quotas en ce qui concerne la répartition des candidats
sur les listes électorales. Ces dernières ne pouvaient dorénavant pas contenir plus de 2/3 de candidats d’un même sexe.
Communes
Bruxelles
Flandre
Wallonie
Candidates
(% des listes)
2000
44
39
40
1994
40
32
31
Élues
(% du conseil)
2000
38
27
26
1994
28
20
18
On voit dans le tableau que, dès 1994, la moyenne du
nombre de candidates atteignait déjà ce tiers.
On considère généralement que pour qu’un groupe puisse
peser sur une décision ou influencer une politique, il doit
représenter une masse critique d’un tiers de ses membres.
Les résultats des deux dernières élections communales permettent de mesurer l’évolution de la féminisation des organes
communaux et d’opérer une comparaison régionale 2.
Echevines 3
2000
31
20
18
1994
23
15
10
Collège exclusivement masculin
2000
0
27
36
1994
Non communiqué
La situation des femmes à Bruxelles est particulièrement
encourageante, quoique l’on note, à l’instar des autres
régions, une chute marquée de proportion entre le nombre
de candidates et celui d’élues et ensuite entre celui d’élues et
celui d’échevines. A Bruxelles la commune de WoluweSaint-Lambert est, depuis longtemps, la plus féminisée de la
capitale, autant par son nombre de conseillères que par celui
d’échevines.
Autre enseignement de cette étude, les différences entre la
Flandre et la Wallonie se sont estompées.
“Vers une démocratie paritaire”, fourmille d’informations
chiffrées de ce type, ventilées par Région ou par parti, d’éléments d’explication ou d’hypothèses d’interprétation des
différences, mais aussi de pistes pour améliorer la représentation des femmes. Ainsi le vote en faveur des femmes est-il
influencé par une série de critères au rang desquels on relève
la densité de la population, la présence d’étrangers, le pourcentage relatif d’hommes et de femmes dans la population
électrice ou encore le niveau de revenus.
Mandé pour l’égalité
A cet égard une autre enquête à paraître, menée par le
Service Égalité des Chances de la Région, et sur laquelle
nous reviendrons dans un prochain numéro, révèle que 8
communes disposent d’un mandataire (échevin ou bourg2 Les données sont issues de l’ouvrage « Vers une démocratie paritaire – Analyse des élections communales et provinciales du 8 octobre 2000 ». Nous avions déjà abordé la matière dans Trait d’Union. Pour une mise en perspective au niveau européen, voir Philippe Delvaux, « Il n’y a pas de mère de l’Europe », in Trait d’Union 2000/6, page 15-16.
Pour une analyse de la situation dans les 19 communes, voir Philippe Delvaux, « meilleure représentation féminine : vraiment ? », in Trait d’Union 2001-3, page 15-17 et
2001-4, page 19 (erratum). Notons que les études divergent légèrement quant à leurs résultats. On veillera donc à comparer ceux-ci avec la plus grande prudence.
3 Il s’agit bien des pourcentages des seules échevines, à l’exclusion des femmes bourgmestres.
10
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
e
Suit
ÉCHO DE LA RÉGION
mestre) responsable de l’égalité des chances (Berchem,
Bruxelles, Etterbeek, Ganshoren, Jette, Koekelberg, Uccle,
Saint-Gilles et Woluwe-Saint-Lambert). Sur l’ensemble, les
différentes familles politiques sont représentées. Quatrevingt huit communes flamandes, sur 308, disposent d’un
mandataire ayant l’Égalité des chances dans ses attributions
et la Wallonie en compte 24 pour 261 communes.
Ces mandataires cumulent l’Égalité des chances à d’autres
attributions très diversifiées : affaires sociales, enseignement,
jeunesse, emploi, urbanisme, citoyenneté, état civil.
Cependant, le cumul ne se produit jamais avec les finances,
l’aide sociale, le personnel, la mobilité, le sport ou le logement … Pourtant cette dernière matière appelle une attention particulière pour les femmes. Ne pensons qu’au cas des
familles monoparentales, constituées dans leur écrasante
majorité de femmes et qui réunissent 16,18% des ménages
avec enfants 4. On peut regretter le manque de convergence
avec la mobilité puisque les femmes disposent moins souvent de véhicules, et plus elles sont âgées plus cette affirmation se confirme, elles se déplacent en fonction d’impératifs
plus divers (courses, garde des enfants… ).5
Notons qu’en 1994, aucun mandataire de l’égalité des
chances n’avait été désigné.
La position exceptionnelle de Bruxelles, manifeste au vu de
ces données, qu’il s’agisse du pourcentage de femmes ou de
celui des mandataires responsables de l’égalité, même si ce
terme peut revêtir plusieurs réalités et public cibles bien différents, permet d’espérer que notre région se révèlera un terrain propice et novateur pour l’égalité entre hommes et
femmes.
Gratia Pungu
4 « Hommes et Femmes à l’aube du 21ème siècle. Un manuel d’utilisation des statistiques sous l’angle du genre. » ; Ministère fédéral de l’Emploi et du Travail.
5 On trouve des éléments d’une analyse sexuée des déplacements dans l’Enquête
nationale sur la mobilité des ménages. Cette étude, menée par les Services fédéraux
de Affaires scientifiques (SSTC) et dont nous avons déjà parlé (Trait d’Union 20008 et 2001-8), vient de faire l’objet d’une publication.
Plus de renseignements
Gratia Pungu
Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale
Administration des pouvoirs locaux
Service de l’Égalité des chances
Tél. : 02.800.32.02
[email protected]
Voir aussi les formations reprises à notre agenda ou sur
www.avcb-vsgb.be
L E C T U R E
- “Vers une démocratie
paritaire. Analyse des élections communales et provinciales du 8 octobre
2000”. Étude réalisée par
Claudine Marissal et
Ingrid Hansen sous la
direction d’Eliane Gubin
et Leen Van Molle.
Ministère fédéral de
l’Emploi et du Travail.
Direction de l’égalité des
chances, 2001, 154 pages;
épuisé.
- “Hommes et Femmes à
l’aube du 21ème siècle. Un
manuel d’utilisation des statistiques sous l’angle du genre”,
Ministère fédéral de l’Emploi et du Travail.
- “Les femmes et la politique. Le profil des candidates aux élections du 13
juin 1999”. Direction de
l’égalité des chancesMinistère fédéral de
l’Emploi et du Travail,
2001, 40 pages.
Cette étude analyse le
profil des candidates aux
élections du 13 juin
1999. On y trouve par
appartenance politique,
leur parcours politique,
la composition de leur
ménage, leur profil scolaire, leurs opinions sur les femmes en politique ou sur
les quotas…
Ces divers ouvrages peuvent être consultés ou commandés à
l’espace Info du Ministère fédéral de l’Emploi et du Travail.
Rue Belliard 51-53 - 1040 Bruxelles
Tél. : 02/233.42.14
[email protected]
Rapido
Dans quelques jours se clôt l’appel à propositions VP/2002/6
en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Vous trouverez
plus d’informations sur ce programme sur le site de la commission
http://europa.eu.int/comm/employment_social/equ_opp/fund_fr.html
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
11
LEGISLATION
publiée au Moniteur belge du 22.01.03 au 14.02.03
AFFAIRES SOCIALES
Ordonnance du 20.12.2002 mod. 20 le Chapitre XIIbis
de la loi du 08.07.1976 organique des centres publics
d’aide sociale.
M.B. 29.01.2003 –
182474
ACCCF 2002/n° 147 du 12.12.2002 rel. aux conventions de partenariat conclues entre l'Institut bruxellois
francophone pour la Formation professionnelle et les
organismes d'insertion socioprofessionnelle, pris en exécution de l'art. 4, par. 2, du décret de la Commission communautaire française du 27.04.1995 rel. à l'agrément de
certains organismes d'insertion socioprofessionnelle et au
subventionnement de leurs activités de formation professionnelle en vue d'accroître les chances des demandeurs
d'emploi inoccupés et peu qualifiés de trouver ou de
retrouver du travail dans le cadre de dispositifs coordonnés d'insertion socioprofessionnelle.
M.B. 31.01.2003 –
182538
AR du 24.01.2003 pris en exécution de l'art. 12 de la loi
du 02.04.1965 rel. à la prise en charge des secours
accordés par les centres publics d'aide sociale.
M.B. 03.02.2003 –
182574
AR du 24.01.2003 pris en exécution de l'art. 44 de la loi
du 26.05.2002 concernant le droit à l'intégration sociale. M.B. 03.02.2003 –
182566
Avis - Arrêt n° 141/2002 du 9.10.2002 de la Cour
d’Arbitrage - La question préjudicielle rel. à l'art. 2, par.
1er, al. 1er, 2°, de la loi du 07.08.1974 instituant le droit
à un minimum de moyens d'existence.
M.B. 03.02.2003 –
180479
AM du 29.01.2003 abrogeant l'AM du 14.12.2000 pris
en exécution de l'art. 34, par. 2, de l'AR du 30.10.1974
portant règlement général en matière de minimum de
moyens d'existence et de l'art. 2 de l'AR du 13.05.1994
pris en exécution de l'art. 12 de la loi du 02.04.1965 rel.
à la prise en charge des secours accordés par les centres
publics d'aide sociale.
M.B. 10.02.2003 –
182713
AR du 30.01.2003 mod. l'AR du 13.05.1994 pris en
exécution de l'art. 12 de la loi du 02.04.1965 rel. à la
prise en charge des secours accordés par les centres
publics d'aide sociale.
M.B. 10.02.2003 –
182709
AR du 30.01.2003 abrogeant l'AR du 22.05.2001 pris en
exécution de l'art. 5, par. 4, al. 5, de la loi du 02.04.1965
rel. à la prise en charge des secours accordés par les
centres publics d'aide sociale.
M.B. 10.02.2003 –
182706
ETAT CIVIL / POPULATION
AR du 02.12.2002 réglant l'accès au registre d'attente
dans le chef de la Banque-carrefour de la sécurité sociale
et de certaines autorités administratives et institutions de
sécurité sociale.
M.B. 27.01.2003 –
182395
FINANCES / TAXES
AR du 23.01.2003 modifiant, en ce qui concerne le coefficient de revalorisation pour les revenus cadastraux,
l’AR/CIR 92.
M.B. 06.02.2003 –
13133
12
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
GESTION COMMUNALE
Avis - Arrêt n° 151/2002 du 15.10.2002 de la Cour
d’Arbitrage - La question préjudicielle rel. à l'art. 80
NLC (AR de codification du 24.06.1988).
M.B. 10.02.2003 –
180656
PERSONNEL
AR du 5.11.2002 accordant une aide financière à certaines villes et communes pour le recrutement de personnel supplémentaire chargé de la prévention de la criminalité et de l'accueil en matière de toxicomanie.
M.B. 23.01.2003 –
164667
AR du 23.12.2002 apportant diverses mod. à la loi du
05.04.1994 régissant le cumul des pensions du secteur
public avec des revenus provenant de l'exercice d'une activité professionnelle ou avec un revenu de remplacement.
M.B. 24.01.2003 –
182359
AR du 23.01.2003 pris en exécution des art. 15 et 17 de
la loi du 05.09.2001 visant à améliorer le taux d'emploi
des travailleurs.
M.B. 11.02.2003 –
182748
AM du 05.12.2002 accordant une prolongation de l'aide
financière de l'Etat à certaines communes dans le domaine de la sécurité et de la prévention du cambriolage.
M.B. 06.02.2003 –
182654
Circ. GPI 32L du 29.01.2003 concernant les directives
et les formalités à suivre dans le cadre de la procédure de
statutarisation des membres du personnel du cadre
administratif et logistique des services de police.
M.B. 07.02.2003 –
182685
AR du 10.12.2002 mod. l'AR du 25.04.1997 portant
exécution de l'art. 71, par. 1bis, des lois coordonnées rel.
aux allocations familiales pour travailleurs salariés.
M.B. 11.02.2003 –
182575
Loi du 20.01.2003 rel. au renforcement de la législation
contre le racisme.
M.B. 12.02.2003 –
182766
Circ. GPI 15quater du 29.01.2003 portant des éclaircissements en ce qui concerne l'application de la réglementation sur la position juridique en matière d'engagement
externe de personnel CALog dans la police intégrée,
structurée à deux niveaux.
M.B. 13.02.2003 –
182815
AR du 03.02.2003 portant diverses mesures réglementaires en vue de simplifier certaines procédures de contrôle administratif.
M.B. 12.02.2003 –
182783
AR du 16.01.2003 accordant une prime Copernic à certains membres du personnel du cadre administratif et
logistique de la police intégrée, structurée à deux niveaux.
M.B. 13.02.2003 –
182813
POLICE / SÉCURITÉ
AR du 15.01.2003 fixant les règles particulières de calcul
et de répartition des dotations communales au sein
d'une zone de police pluricommunale.
M.B. 13.02.2003 –
182811
AM du 10.01.2003 réglant les communications entre les
centrales de gardiennage et le point de contact policier.
M.B. 22.01.2003 –
182305
AR du 5.11.2002
➡ Personnel
Directive MFO-5 du 23.12.2002 rel. aux missions à
caractère fédéral à exécuter par la police locale lors des
missions de protection spéciale des personnes et des
biens mobiliers et immobiliers.
M.B. 27.01.2003 –
182397
Circ. du 03.01.2003 rel. au ravitaillement des personnes en état d'arrestation, à l'exclusion de celles qui
font l'objet d'un écrou dans un établissement pénitentiaire. M.B. 28.01.2003 –
182433
Circ. GPI 11bis. du 15.10.2002 : Directives complémentaires en matière d'évaluation du personnel.
M.B. 29.01.2003 –
182476
Ordonnance du 20.12.2002 mod. l'ordonnance du
19.07.2001 organisant la tutelle administrative sur les
zones de police pluricommunales de la Région de
Bruxelles-Capitale.
M.B. 29.01.2003 –
182468
AR du 31.01.2003 rel. à l'octroi d'une subvention fédérale au profit des zones de police excédentaires.
M.B. 04.02.2003 –
182593
AR du 15.01.2003 portant l'octroi d'une allocation
fédérale complémentaire aux communes en vue du financement du coût supplémentaire statutaire durant l'année
2001.
M.B. 04.02.2003 –
182591
URBANISME / CADRE DE VIE
AGRBC du 19.12.2002 fixant l'entrée en vigueur de
l'ordonnance du 18.07.2002 rel. au droit de
préemption. M.B. 29.01.2003 –
182472
AGRBC du 12.12.2002 déterminant la liste des actes et
travaux d'utilité publique pour lesquels les certificats
d'urbanisme et les permis d'urbanisme sont délivrés par
le fonctionnaire délégué.
M.B. 29.01.2003, err. –
182470
Ordonnance du 14 juin 2001 relative aux vide-ordures
servant à l'évacuation des déchets ménagers, erratum
M.B., 29.01.2003 –
173764
Circ. n° 18 du 12.12.2002 rel. à la limitation des emplacements de parcage.
M.B. 11.02.2003 –
182755
Nous reviendrons dans un prochain numéro sur cette circulaire.
TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION
ET DE LA COMMUNICATION
Loi-programme du 24.12.2002 - Simplification administrative et E-government (art. 409).
M.B. 07.02.2003, err. –
181478
LU POUR VOUS
Ordre public
ou ordres publics ?
Ce livre entend refaire le point sur la notion d’ordre public à la lumière
des évolutions récentes en la matière. Les thèmes généraux abordés sont
primo de savoir si l’ordre public a le même contenu, les mêmes fonctions
dans les différentes disciplines juridiques qui l’utilisent, et secundo d’interroger ces disciplines sur la manière dont elles perçoivent les relations
entre l’ordre public et les droits fondamentaux.
On retiendra plus particulièrement, parmi les contributions d’éminents
spécialistes du droit public :
1. “Introduction générale : la fonction de l’ordre public dans l’ordre juridique”, dans laquelle l’auteur, Etienne Picard, aborde dans une première partie la question des rapports entre le contenu de l’ordre public
et son fondement. Il tente d’abord d’en déterminer le contenu, très
divers selon la discipline à laquelle il s’applique, puis d’identifier le «
contenant » qu’il peut constituer, pour enfin examiner son fondement. Dans la deuxième partie de son exposé, M. Picard établit les
rapports entre les fondements de l’ordre public et son sens.
2. “Ordre public, droit pénal et droits fondamentaux”, par Agnès Cerf.
L’auteur examine d’une part les différents rôles de l’ordre public en
droit pénal (on voit ainsi qu’il sert tout en même temps de critères
d’incrimination, de sanction et de règles procédurales dérogatoires) et
d’autre part ses divers degrés en droit pénal, la diversité de ces degrés
dépendant tantôt des sources des règles pénales, tantôt du régime des
règles pénales.
3. “Ordre public et domaine public”. L’auteur, Etienne Fatôme, passe
d’abord en revue les rapports unissant ces deux notions ; il examine
ensuite le contenu de l’ordre public, en regard spécialement du domaine public ; il se penche enfin sur la poursuite du maintien de l’ordre
par des autorités autres que celles de police.
4. “L’obligation d’agir pour la protection de l’ordre public : la question
d’un droit à la sécurité”, par Didier Truchet. M. Truchet identifie
d’abord deux catégories d’obligations d’agir pour la protection de
l’ordre public : celle d’identification des risques et celle de réagir (obligation de prévention et de précaution). Il analyse ensuite deux aspects
du droit à la sécurité pour les citoyens : l’objet même de ce droit (vivre
dans un environnement sûr, la confrontation aux risques) et la sanction
du droit à la sécurité (la recherche d’une réparation ou d’une sanction).
5. “Ordre public et dignité de la personne humaine : un problème de
frontière”, par Gilles Lebreton. La première constatation de l’auteur
est que la dignité de la personne humaine, à la fois composante et concurrente de la
moralité publique, perturbe la
notion
d’ordre
public.
Deuxième constat : la dignité
de la personne humaine transforme potentiellement l’ordre
public, qui est tout à la fois un
instrument du maintien de la
paix sociale et un instrument
d’instauration d’un ordre
moral, en instrument d’oppression des libertés.
REDOR Marie-Joëlle (s.l.d.) ;
“L’ordre public : Ordre public
ou ordres publics ? Ordre public
et droits fondamentaux” ; Actes
du colloque de Caen des jeudi
11 et vendredi 12 mai 2000,
Bruylant, Bruxelles, 2001, 434
pages, ISBN 2-8027-1452-X
De bevoegdheidsverdeling in
het federale België
La répartition des compétences entre
l'État fédéral et les Régions est le résultat
d'une série de réformes de notre paysage
institutionnel, qui ont commencé en
1970 et se sont développées au cours des
années. Certains mécanismes ont survécus aux remises en question, tandis que
d’autres sont plus récents. Certaines
règles ont été modifiées et affinées au
long des diverses réformes.
Toutes ces modifications ne facilitent
pas l'application de la législation, tant les
remises en question sont parfois régulières et radicales. Le praticien affronte la
double difficulté de devoir perpétuellement se tenir au courant et de discerner
les solutions dans un amas d’informations et de constructions pas toujours
clair. En outre, on ne dispose à ce jour
toujours pas d'un commentaire systématique de l'ensemble de la législation
institutionnelle.
"De bevoegdheidsverdeling in het federale België", série des éditions Die Keure
publiée depuis 1999, tente de combler cette lacune en établissant un commentaire des articles des principales dispositions fixant la répartition des compétences. On peut situer l'ouvrage entre une publication à feuillets mobiles et un
livre, car chaque partie de la série peut être lue séparément. Pour l'ensemble de
la série, l'éditeur a fait appel à des auteurs experts en la matière et qui adaptent
régulièrement les monographies à l'évolution de la législation et de la jurisprudence.
A titre d’exemple, nous recensons ici le premier volume : "Leefmilieu en waterbeleid", dû à Luc Lavrysen, référence en matière de droit de l'environnement.
Référendaire à la Cour d'arbitrage et professeur en droit de l'environnement à
l'université de Gand, il a acquis une expérience considérable. Il examine tous les
aspects de la répartition des compétences relatives à l'environnement et à la gestion de l'eau dans la Belgique fédérale, comme les questions relatives aux
normes imposées par les régions en matière de bruit causé par les avions ou les
moyens d'obliger les sociétés de distribution d'eau à fournir un minimum d'eau
potable gratuitement.
L’ouvrage comprend un commentaire sur les dispositions relatives à la répartition des compétences. Une présentation des dispositions légales précède un
aperçu historique et une liste de références. Ensuite, des passages des travaux
parlementaires explicitent les dispositions, enfin, la jurisprudence et des commentaires en précisent la portée. Le dernier chapitre se clôt par une bibliographie. Bref, tout ce dont l'utilisateur a besoin, est rassemblé.
Les règles sont examinées selon une nouvelle approche. Au lieu d'étudier par
Région chaque matière, l’analyse est transversale aux trois Régions et à l'État
fédéral. C'est un outil très utile pour les administrations qui doivent connaître
et appliquer les règles légales. Bref, un ouvrage à conseiller à ceux qui doivent
jongler avec la réglementation environnementale dans leur travail quotidien.
De bevoegdheidsverdeling in het federale België; Brugge; Die Keure – Plusieurs
volumes – Disponibles uniquement en néerlandais. – Pour le volume ici recensé :
L. Lavrysen & G. van Haegendoren; Leefmilieu en waterbeheer, 1999, 114 pages.
Titre des autres volumes : Huisvesting, Openbare werken en verkeer, Strafrechtelijke
bevoegdheid van gemeenschappen en gewesten, Media, Wetenschappelijk onderzoek,
Energiebeleid, Migrantenbeleid, Jeugdbescherming, Gezondheidsbeleid,
Lambermont: de staatshervorming van 2001, et enfin Gebruik van de talen.
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
13
ACTUALITÉ
Marchés publics :
de nouvelles règles en matière de retard de paiement
Le 21 décembre dernier est paru au Moniteur belge un arrêté royal 1 modifiant la réglementation belge en matière de
marchés publics pour la mettre en conformité avec la directive du Parlement et du Conseil européens 2000/35/CE
concernant la lutte contre le retard de paiement dans les
transactions commerciales.
Les modifications en question sont apportées à l’arrêté royal
du 26 septembre 1996 établissant les règles générales d’exécution des marchés publics et des concessions de travaux
publics et à son annexe (le cahier général des charges).
En deux mots 2, il s’agit :
1. d’inscrire dans la réglementation la règle que le paiement
doit se faire dans un délai de soixante jours, à défaut de
quoi les intérêts commencent à courir. Attention, ces dispositions ne concernent que les marchés de travaux !
Pour les cas de paiement unique ou de paiement du solde
des travaux, la disposition selon laquelle l’adjudicataire
dispose d’un délai de nonante jours pour payer (article
15, §1er, 3°, alinéa 2) est abrogée, ainsi que l’alinéa 3 de
la même disposition. Les nouveaux alinéas remplaçant
ceux abrogés reprennent en fait les mêmes dispositions
mais les articulent différemment : désormais, en cas de
paiement unique ou de paiement du solde, le pouvoir
adjudicateur dispose de trente jours pour procéder aux
vérifications visées au §1er, 2° ; puis, à la fin de ce délai
de trente jours, s’ouvre le délai de soixante jours pour
procéder au paiement. Trente + soixante au lieu de
nonante, donc…
Par ailleurs, pour éviter que le cahier spécial des charges
prévoie des délais de paiement plus longs que ceux fixés à
l’article 15 du cahier général de charges, l’article 3, §§1er
et 2 de l’arrêté royal a été modifié par l’adjonction de la
disposition suivante : “Quel que soit le marché, les délais
dans lesquels les paiements sont organisés à l’article 15 du
cahier général des charges ne peuvent en aucun cas être rendus plus longs par le cahier spécial des charges. Toute disposition contraire du cahier spécial des charges est réputée non
écrite.” Rappelons que, comme le cahier des charges ne
vaut que pour les marchés de travaux dont le montant est
supérieur à 5500 euros HTVA, cette disposition ne leur
est pas applicable (article 3, §3, de l’arrêté).
2. de modifier le mode de calcul du taux des intérêts de
retard.
C’est un tout nouvel article 15, §4, du cahier général des
charges qui est introduit. Dorénavant, le taux des intérêts
de retard sera celui appliqué par la Banque centrale européenne “à son opération principale de refinancement la plus
récente effectuée avant le premier jour de calendrier du
semestre en question lorsque la transaction concernée a été
effectuée selon une procédure d’appel d’offres à taux fixe 3.”
Le taux est majoré de 7 % et arrondi au demi point de
pourcentage supérieur.
Une possibilité de réduction subsiste, à charge pour le pouvoir adjudicateur de démontrer dans le cahier spécial des
charges ou les documents contractuels que des raisons
objectives permettent de considérer que cette réduction ne
constitue pas un abus manifeste à l’égard de l’adjudicataire.
Enfin, les intérêts de retard ne sont pas dus lorsqu’ils sont
inférieurs à 5 euros par paiement (au lieu de 55 euros
actuellement).
Dernière remarque : l’arrêté royal produit ses effets au 8
août 2002 (date à laquelle la directive devait être transposée), les marchés conclus avant cette date restant soumis aux
dispositions réglementaires antérieures.
Vincent Ramelot
1 Arrêté royal du 17 décembre 2002 modifiant, en ce qui concerne la lutte contre les retards de paiement dans le cadre de marchés publics et de concessions de travaux
publics, l’arrêté royal du 26 septembre 1996 établissant les règles générales d’exécution des marchés publics et des concessions de travaux publics, Inforum n°181.802.
2 Pour plus de renseignements, voir S. POURVOYEUR, « Retard de paiements: principes pour les marchés publics de travaux », in Construction, 16-29 janvier 2003, (1),
pp 12-13.
3 S’il s’agit d’une procédure d’appel d’offres à taux variable, le taux à prendre en considération est le taux d’intérêt marginal résultant de cet appel d’offres.
Cumuls de revenus politiques Depuis 2001, de nouvelles règles sont intervenues en matière de cumuls de mandats politiques (art.
20bis NLC et art. 38 de la loi du 8.7.1976 organique des CPAS). En effet, pour les bourgmestres et échevins, la somme de leur traitement de mandataire
local avec les revenus issus d'une fonction politique ne peut plus être supérieure à une fois et demie le montant de l'indemnité parlementaire perçue par les
membres de la Chambre des représentants et du Sénat.
Ce montant vient à nouveau d'être adapté 1. Le plafond de 150 %, est donc à présent de 138.636,06 euros (à l'indice 1,2936). Pour rappel, l'exercice d'une
activité professionnelle de type privé (indépendant, salarié, fonctionnaire) n'entre pas en ligne de compte.
Patricia Despretz
1 Chambres législatives – Avis officiel C-2003 – 18.003, MB 22.1.2003, p. 2169 – Inforum 167.727. Le montant repris au Moniteur équivaut à la moitié de l’indemnité parlementaire. Il suffit donc de
le multiplier par trois pour obtenir le cumul maximum pour les bourgmestres et échevins, ce qui nous permet d’obtenir la somme de 138.636,06 euros.
14
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
ACTUALITÉ
En janvier dernier, l’Association organisait en collaboration avec le WWF, un séminaire sur l’eau à l’intention des communes, et ce, dans le cadre de l’année internationale de l’eau douce. Philippe Weiler, responsable de l’unité « eau douce » du WWF nous expose les moyens d’action des pouvoirs locaux pour la mise
en œuvre de la directive-cadre sur l’eau dont la transposition dans l’ordre juridique belge est actuellement
en cours.
La Directive-cadre sur l’eau : quels liens avec
les autorités locales ?
C’est dans le cadre d’un projet subsidié par la Commission
européenne que l’Unité eau douce du WWF-Belgium a
mené une réflexion sur la gestion intégrée de l’eau à l’échelon local 1. Un angle d’approche qui prend tout son sens au
regard de ce qu’impose la Directive-cadre communautaire
dans le domaine de l’eau. Par ailleurs, le rôle des autorités et
des autres partenaires locaux s’est imposé comme un élément essentiel dans le développement et la gestion de projets environnementaux au travers de nombreux projets
menés depuis des années par notre ONG dans différentes
parties de l’Europe.
Pour poursuivre la réflexion, une fructueuse collaboration
entre l’Association de la Ville et des Communes de la
Région de Bruxelles-Capitale et le WWF a permis l’organisation du séminaire “Pour une gestion intégrée de l’eau à
Bruxelles”, centré sur la situation de la Région bruxelloise.
Une directive européenne
tournée vers l’avenir
La Directive-cadre communautaire dans le domaine de l’eau 2
(DCE) est un instrument audacieux et résolument orienté
vers le futur, aux vastes implications pour la gestion des ressources en eau et des écosystèmes aquatiques partout en
Europe. Appliquée de manière exhaustive et opportune, la
DCE peut devenir la première directive de “développement
durable” de l’UE. Elle oblige les pays d’Europe à mettre en
place une gestion intégrée au niveau des bassins hydrographiques : il s’agit essentiellement de concilier l’ensemble des
processus naturels et des activités humaines qui influencent le
cycle de l’eau dans un bassin hydrographique donné.
hydrographiques en tant qu’unité de base de toutes les
actions de planification et de gestion des ressources en eau.
La DCE reconnaît que l’eau respecte les limites physiques et
hydrologiques des bassins, et non les frontières politiques et
administratives.
Principalement par le développement et la mise en œuvre
des plans de gestion de bassins hydrographiques, la DCE
tend de manière générale à réaliser en 15 ans (à l’horizon
2015) l’objectif de ‘bon état’ pour toutes les eaux de surface
et souterraines européennes.
La commune, un acteur de
changement
La commune dispose d’un ensemble d'outils qui lui permettent de mener une action positive pour la protection de
l’eau, participant ainsi à la réalisation de l’objectif environnemental de ‘bon état’ de toutes les eaux, tel qu’il est fixé par
la DCE. Quatre thèmes prioritaires peuvent être dégagés
C’est une assistance particulièrement nombreuse et intéressée qui
a suivi les divers exposés.
La caractéristique principale de la DCE, qui détermine tous
les autres éléments du texte, est l’utilisation des bassins
1 Une brochure intitulée ‘Guide pour une gestion intégrée de l’eau au niveau local » a d’ailleurs été éditée par le WWF. Elle est principalement destinée aux autorités locales
de la Région wallonne mais contient de nombreuses informations qui peuvent être utiles au-delà des frontières régionales.
2 Directive établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau (communément appelée « Directive-cadre sur l’eau »), parlement européen,
2000/60/CE, 23/10/2000, JOCE série L 327 (22/12/2000)
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
15
ACTUALITÉ
pour le niveau local à titre d’exemples :
1. L’aménagement écologique des cours d’eau, des zones
humides et des plaines inondables est un des éléments
centraux dans une politique de gestion intégrée de l’eau. En
Belgique pendant plusieurs années, c’est une politique
d’aménagements durs des cours d’eau qui a été menée :
nombreux sont les cours d’eau rectifiés et canalisés ; les
berges bétonnées, les bras morts disparus, les zones humides
remblayées, … Or, aujourd’hui, en vertu de la DCE, le gouvernement et les autorités locales doivent exploiter les zones
humides et les plaines inondables dans le cadre d’une
approche alternative et durable de lutte contre les inondations. Pour tenter de résoudre ces problèmes au niveau local,
voici quelques exemples d’actions :
- la “renaturation” des berges de cours d’eau par techniques
de génie végétal ;
- le développement d’un règlement communal de protection des zones humides ;
- le maintien ou le développement d’un couvert forestier
favorable, par nature, à l’objectif de la rétention des eaux
en amont et dans les sols ;
- une plantation de haies et de bosquets bien réfléchie ;
- la prévention du ruissellement urbain en interdisant le
recouvrement des fossés ou en remettant les fossés en service.
méables dans les nouvelles
zones à urbaniser, une taxe sur
les surfaces imperméables
reliées aux égouts, l’interdiction de connecter l’eau de
pluie au système de collecte
des eaux usées dans les nouvelles zones d’urbanisme,
des primes pour déconnecter l’eau de pluie du réseau
d’égouts dans les maisons
existantes, ….
e
Suit
Depuis janvie
r dernier,
l’IBDE fait figur
er sur les factures d’eau un
reprenant l’évo graphique
lution de la
consommation
des
pour les cinq ménages
années (en litre dernières
s
Elle indique auss par jour).
i la consommation moyenne
jo
régionale, ce qu urnalière
i permet à
chacun de se
situer. Cette
nouvelle mesure
a pour but
de responsabilis
er et d’inciter
les Bruxellois à
surveiller leur
consommation.
3. Troisième axe d’action,
les communes ont un rôle
important à jouer dans la prévention
et la réduction de la pollution de nos eaux de surfaces et
souterraines. La création des égouts publics est, sans doute,
l'une des compétences les plus connues des communes.
Mais les communes peuvent être particulièrement actives
dans bien d’autres domaines, tels que l’épuration individuelle, les connections des particuliers au réseau d’égouttage, le «découplement» des deux réseaux, le fait d’éviter l’utilisation de produits nocifs pour l’environnement (engrais
chimiques, pesticides, matériaux de constructions composés
de métaux lourds...) et finalement la sensibilisation relative
aux sujets décrits ci-dessus.
2. Deuxième axe important, l’utilisation rationnelle de
l’eau. Une grande partie de l’eau disponible est nécessaire au
4. Enfin, quatrième axe pour les autorités locales, l’article
maintien des écosystèmes aquatiques, qu’il s’agisse de cours
14 de la DCE énonce l’obligation générale pour les Etats
d’eau ou de systèmes terrestres tels que les zones humides.
membres “d’encourager la participation active de toutes
En Belgique, plus de 40 % de la totalité de l'eau disponible
les parties concernées à la mise en œuvre de la directive …”.
est utilisée. Cependant, la consommation domestique repréSi la diffusion – ouverte et opportune – d’information
sente environ un tiers de la consommation totale du pays.
constitue une première étape importante, elle ne suffit pas
Pour enrayer ce phénomène, plusieurs possibilités,
pour obtenir une réelle ‘participasouvent simples, s’offrent au niveau
tion’ impliquant un processus
ecdir
la
local telles que :
interactif et dynamique. De même,
sur
ails
dét
de
s
plu
On obtiendra
ticle de
l’ar
nt
certaines ‘consultations’ du public
lisa
en
u
l’ea
sur
tive-cadre
ive-cadre du
ect
dir
- l’utilisation rationnelle de l’eau dans
n’offrent que difficilement - voire
“La
ert
esb
-G
im
Na
E.
une politique
les maisons, les PME et les bâtimême pas du tout - aux consultés
23 octobre 2000 pour
domaine de
ments communaux ;
la possibilité de participer pleinecommunautaire dans le
de novembre
ro
mé
nu
le
s
dan
u
par
- l’utilisation de l’eau de pluie ;
ment et d’influencer concrètement
u”,
l’ea
énagement –
2002 de la revue Am
- l’infiltration de l’eau de pluie ;
les processus de planification et de
Environnement.
- l’utilisation de toitures végétales.
décision.
spécialement
Ce numéro est d’ailleurs
Concrètement, la commune peut
Il est donc important de reconcontribudes
lie
pub
et
u
consacré à l’ea
n
tio
émettre une série de mesures incitatives
naître que les différents groupes
ges
la
à
tions relatives notamment
à
,
ues
hiq
ou obligatoires telles que des camqui composent ‘le public’ auront
rap
rog
hyd
des eaux par bassins
anfin
du
et
es
pagnes de sensibilisation, des permis
leurs propres opinions, besoins,
enc
pét
com
l’évolution des
e et des
ttag
gou
d’é
e
d’urbanisme obligeant l’installation
priorités et attentes. Pour garantir
tièr
ma
en
cement
s en matière
tive
stra
ini
d’une citerne et l’utilisation de l’eau de
le succès, les processus d’informaadm
ns
tio
iga
obl
usées, de propluie, des primes pour l’installation,
tion, de consultation et de partid’assainissement des eaux
rapport entre
l’obligation de créer des surfaces percipation devront être adaptés :
tection des eaux, et du
la nature.
l’eau et la conservation de
16
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
e
Suit
ACTUALITÉ
- aux groupes cibles spécifiques : la participation des groupes
d’intérêts particuliers devrait opérer à un
niveau stratégique, par exemple par la représentation au sein des comités consultatifs des
bassins. Les communautés locales devraient
par contre davantage chercher et valoriser
une participation au niveau des programmes
d’action et sur le terrain.
- et à l’échelle territoriale : de cette manière, la
participation au niveau du bassin hydrographique sera différente de celle du sous-bassin
hydrographique.
La commune, en tant que plus petite entité
administrative du pays, joue un rôle primordial dans la participation du public et ce, à
deux niveaux :
- de la commune vers la Région : l’apport des connaissances
et des inquiétudes des communes dans le plan de gestion et
dans le programme de mesures des bassins et sous-bassins
hydrographiques ;
M. Weiler présente la directive-cadre
sur l’eau.
- de la commune vers ses habitants : la participation du
public (les habitants, les associations locales...) dans la gestion locale.
Philippe Weiler
’
e
l
a
u
s
Vivon
Cet intitulé est celui de la campagne de sensibilisation à l’utilisation
rationnelle et à la protection de l’eau, menée dernièrement par le
WWF. Parmi les outils développés, on retient le guide pratique
“Vivons l’eau” destiné aux particuliers, professionnels et gestionnaires. Il est divisé en deux parties qui s’attachent, l’une à la réduction des quantités d’eau utilisées, l’autre à la qualité de l’eau. La brochure mêle informations pratiques et explications scientifiques avec
un souci pédagogique prononcé.
Le deuxième volet de la campagne porte sur les autorités locales. Le
WWF prépare actuellement un manuel dans lequel il sera question
de leur rôle dans la mise en œuvre de la Directive-cadre Eau de l'UE
qui demande aux Etats membre de prendre toutes les mesures nécessaires pour atteindre l'objectif de “bon état” de toutes les eaux de
surface et souterraines, pour 2015 au plus tard. Ceci implique
notamment le développement et la mise en œuvre de plans de gestion des bassins hydrographiques.
En attendant le manuel pour les communes, la brochure « Vivons
l’eau » est disponible au WWF-Belgique, en version papier… ou
électronique sur le site http://www.wwf.be
WWF-Belgique
Bd E. Jacqmain - 1000 Bruxelles
Tél. : 02.340.09.99 - Fax : 02.340.09.33
[email protected]
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
17
DANS NOS COMMUNES
Pour rendre plus directement visible les questions relatives à l’eau, nous faisons suivre la présentation de la
directive-cadre par un exemple de bonne pratique. Geoffroy Marinus, Conseiller en Environnement à Uccle
explique comment la commune intègre l’utilisation rationnelle d’eau lors du réaménagement d’une installation de lavage.
Uccle aménage une aire de lavage pour véhicules
Les autorités communales de la Région de Bruxelles-Capitale mènent certainement quantité d’actions en
matière d’utilisation rationnelle de l’eau. Nombre de projets communaux sont réalisés sans savoir qu’ils
entrent dans le cadre de la Directive-cadre sur l’Eau. Tel est bien le cas de cet exemple ucclois.
Ce projet de gestion intégrée de l’eau concerne un site
annexe à la maison communale, qui abrite de nombreux services administratifs et techniques au rang desquels le garage
communal. Ce dernier dispose d’une cour intérieure où se
trouve actuellement une installation temporaire de nettoyage manuel à haute pression des véhicules. A l’arrière, une
aire de parking donne directement sur la voirie.
Les objectifs
Les objectifs visaient une gestion intégrée de l’eau, dont :
- une amélioration quantitative (réduction de la consommation, recours à l’eau de pluie) ;
- une amélioration qualitative (en termes de nature, de charge et de pollution des eaux) ;
- une amélioration financière ;
- la création d’un réservoir tampon, rendu nécessaire par la
surface imperméabilisée, soit environ 600 m2 ;
- une amélioration du coefficient ruissellement / infiltration, notamment par des plantations ;
- un réaménagement des installations du garage communal.
Chacun de ces objectifs s’inscrit dans un contexte précis :
- la Commune d’Uccle a adhéré en 2000 à la Charte
“Entreprise Eco-dynamique” proposée par l’IBGE ;
- ce site communal a obtenu en 2002 un Label “Entreprise
Eco-dynamique” d’une étoile pour récompenser la qualité
de sa gestion environnementale ;
- une demande de permis d’environnement de classe 1B est
en cours ;
- une augmentation régulière des consommations d’eau a pu
être observée lors d’un audit interne. La consommation,
qui atteignait quelques 1.100 m3 en 1999, augmente de
10 % environ chaque année.
Cette réflexion s’imposait pour que la commune reste en
adéquation avec la charte qu’elle a ratifiée, et dont le chapitre “Eau” l’engage à “assurer un contrôle et une réduction
18
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
progressive des consommations d’eau, par l’utilisation rationnelle, la maintenance, le recours à l’eau de pluie et à des équipements de faible consommation ; [et à] améliorer la qualité de
l’eau rejetée, par des mesures préventives et un traitement optimal, visant en particulier la réduction de l’utilisation de certains produits nocifs”.
La première étape du projet
Les travaux “obligatoires” prévoyaient d’asphalter une partie
du parking arrière, le solde de la surface étant bétonné et
destiné au nettoyage des véhicules. Les deux surfaces sont
séparées par un mur de blocs de béton alvéolaires remplis de
plantes tombantes.
La pente naturelle du terrain permet la récupération, à l’aide de caniveaux transversaux, des eaux de nettoyage des
véhicules, mais aussi des eaux de pluie tombées sur le parking. Ces eaux sont mélangées à celles récupérées sur les
toits des divers bâtiments qui bordent le parking. Elles sont
ensuite traitées dans un débourbeur et un séparateur d’hydrocarbures, avant d’être stockées dans des citernes d’une
capacité de 12 m3. Elles servent à alimenter le nettoyeur à
haute pression, ainsi qu’une dizaine de chasses d’eau via une
pompe de rehausse. Le trop-plein est raccordé à l’égout.
L’installation fonctionne à présent et donne entière satisfaction.
La seconde étape
La cour intérieure, débarrassée de l’aire de nettoyage des
véhicules, sera refaite au printemps. Les cuves d’une ancienne station-service, aujourd’hui hors d’usage, seront excavées.
L’une d’elles, en parfait état, sera reconvertie en citerne d’eau
de pluie. Elle recevra les eaux de la cour, mais aussi du reste
des toitures. Celles-ci alimenteront le solde des chasses d’eau
et serviront à l’entretien de la propreté de la cour.
e
Suit
DANS NOS COMMUNES
Au vu de l’audit interne, on peut espérer à terme une réduction de 15 à 20 % de la consommation d’eau de distribution. La concrétisation de cette étape permettra d’atteindre
une gestion intégrée de toutes les eaux sur ce site.
Le coût
Dans ce type de projet, il faut différencier les coûts obligatoires liés à la gestion de l’eau, des coûts facultatifs. La création d’un réservoir tampon est de toute façon indispensable.
Les seuls surcoûts liés à la gestion intégrée de l’eau sont le
séparateur d’hydrocarbures et le débourbeur, la pompe et les
canalisations qui vont aux chasses.
Le surcoût total est évalué à moins de 10-15 % du budget.
Mais n’est-ce pas le prix à payer pour protéger notre environnement et une ressource aussi fondamentale que l’eau ?
Ce surcoût permet d’inscrire ce projet dans une approche
rationnelle et économiquement acceptable de l’environnement !
La formation du personnel
Le projet pourrait ne consister qu’en ces quelques aménagements … mais ne serait-ce pas là se donner bonne conscience environnementale et aller droit à l’échec ? Pour pleinement réussir, il faut aussi prévoir une formation, et afficher
des informations récurrentes afin de garantir la bonne utilisation et la bonne compréhension des motivations par l’utilisateur. Une réduction du fossé d’incompréhension qui
existe entre concepteur et utilisateur est d’autant plus vitale
dès lors que la dimension environnementale, trop souvent
abstraite, vient se surimposer.
Conclusion
Nous n’avons pas encore suffisamment de recul pour évaluer
ce projet et en tirer de réelles conclusions. Toutefois l’introduction de ce type de démarche - si simple au sein des services communaux - est un signe positif et encourageant
pour l’avenir, même si cela reste malheureusement encore
trop rare.
Les dimensions novatrices et d’originalité y sont sans doute
pour beaucoup. Le challenge motive, mais osera-t-on s’en
plaindre dans cette quête ardue vers le changement des mentalités et l’intégration de l’environnement dans les choix
techniques et politiques ?
Une troisième étape s’annonce : la révision des types de
détergents utilisés pour le nettoyage des véhicules … Affaire
à suivre. N’est-ce pas là la philosophie du label : viser une
amélioration permanente ?
Geoffroy Marinus
En rapport avec ce thème, quelques dates à retenir...
Date/Où
Quoi ?
Renseignements
9/3
Journée mondiale de l’énergie
Nations Unies
14/3
Bruxelles
Karreveld
Conférence sur le thème de l’eau
Organisée par la commune de Molenbeek
Service Eco-Conseil - Aïcha Boulbayem - 7 rue du Niveau
Tél. : 02.412.36.86 - Fax : 02.412.37.68
[email protected]
14, 21, 28/3 et
4, 11/4
Grivegnée
Espace Belvaux
Formation sur le développement durable
Organisée par le CRIE et l’Institut d’Eco-pédagogie
Vanessa Rasquinet - Centre Régional d'Initiation à l'Environnement
Rue Fusch, 3 - 4000 Liège - Tél. : 04 250 95 83
[email protected]
www.education-environnement.be/crie
22/3
Journée mondiale de l’eau
Résolution 47/193 du 22 décembre 1992 - Assemblée générale des
Nations Unies
http://www.un.org/french/events/ref41.html
3-4/4
Cracovie
Gestion énergétique durable des bâtiments et équipements municipaux
8e conférence Energie-Cités
Energie-Cités - Nathalie Moroge - Tél. : 00.33.3.81.65.36.81
[email protected]
www.energie-cites.org
Tr a i t d ’ U n i o n 2 0 0 3 / 0 2
19
Où qu’est la “bonne police” ?
Trait d’Union
Tout potache un peu frotté au grec ancien répondra : à la gare ! Tout autre que ce potache restera
perplexe devant cette réponse : la police à deux niveaux n'a-t-elle pas eu quelques difficultés à intégrer la police des gares justement ?
Restons sérieux ! Voilà quand même une bonne occasion de rappeler le lien étroit entre la “cité” au
sens grec du terme et la police. “Police citoyenne” ne serait donc qu'un pléonasme offert par la nuit
des temps. La Révolution a pris le relais en chargeant le pouvoir communal de “faire jouir les habitants des avantages d'une bonne police …”. Sur son chemin, la “bonne police” a croisé “l'intérêt
communal”, autre expression goûteuse qui a séduit, elle, le constituant belge de 1830. La police
communale pouvait-elle trouver meilleurs géniteurs pour sa croissance et sa prospérité ?
Bien entendu, des exemples d'indifférence voire de maltraitance ont existé mais globalement l'enfant ne se portait pas trop mal en cette fin de 20ème siècle. Ce n'était, en tout cas, pas le plus disgracieux de la famille. Octopus coupa le cordon ombilical : de l'intérêt communal la police s'émancipa vers l'intérêt général. La “bonne police”, dont la responsabilité continue à peser sur les épaules
des mandataires communaux, justifia cependant l'octroi d'une pension alimentaire appelée dotation. Le municipaliste en garde un “coût” amer.
A l'occasion de cette “re-naissance”, il est apparu que le développement harmonieux du nouvel
enfant était perturbé par quelques soucis ancillaires : papiers sales, excréments canins, légères disputes citoyennes …. ! Ces phénomènes de trottoir empêchaient la police nouvelle d'être dans la rue.
Le Gouvernement, père adoptif de cette nouvelle police, trouva les “y a qu'à” adéquats :
- Y a qu'à élargir les compétences des sociétés privées de gardiennage d'une part et des agents de
Prévention et de Sécurité d'autre part (en abrégé APS).
- Y a qu'à leur donner compétence pour constater - sans verbaliser bien entendu !! - ces dérangements en telle sorte que la police qui ne devra plus verbaliser - puisque constat a été dressé ! - pourra mener une gestion un peu sérieuse de la vraie insécurité.
Cela m'interpelle quelque part dans mon vécu comme on dit dans mon quartier.
La police communale n'existe plus, nous le savons ! Le législateur s'est cependant prononcé pour le
maintien de sa culture historique : la police doit être citoyenne, la police doit être de "proximité",
la police doit être le reflet de la communauté (community policing). Ce vœu sera-t-il respecté en
déchargeant largement les forces de l'ordre locales de la responsabilité du maintien d'une "bonne
police" des espaces publics de la cité ?
Publié avec le soutien
de la Région de Bruxelles-Capitale,
de Dexia et de la SMAP
A chacun d'y répondre et à l'avenir de juger. Soyons cependant clair : si les sociétés privées et les
agents de Prévention et de Sécurité permettent au municipaliste de répondre adéquatement aux
petites misères qui préoccupent les citoyens, il y a un risque majeur de désinvestissement dans la
police locale.
N° 2003/02
6 mars 2003
Bien entendu une double obligation légale pèse sur l'autorité communale : payer sa dotation fixée
par le pouvoir fédéral et couvrir le déficit des zones… des fois que la subvention fédérale ne suffirait pas !
Direction
Marc Thoulen
Limiter l'intervention des élus communaux, représentant la société civile, à cette stricte obligation
alimentaire sans véritable compétence dans l'organisation et la gestion de la police locale, c'est évidemment courir le risque d'alimenter et d'amplifier la remise en cause de ce mode de financement.
C'est évidemment aussi courir le risque d'une bonne police à x vitesses en fonction de la rentabilité des sociétés privées ou de la richesse des 589 communes belges.
“Avec leurs tenues blanches à la coloniale, leurs calibres 38 à la ceinture, leurs BMW 750 neuves et leurs
lunettes noires façon “flics de Miami”, les 180 policiers municipaux cannois agacent prodigieusement les
gendarmes locaux. Mais ils génèrent un véritable pactole. Les PV qu'ils distribuent aux estivants mal
garés le long de la Croisette rapporte à la ville 15 millions de francs par an soit 52 fois plus qu'à Sarcelles,
une commune qui compte presque autant d'habitants ! ” 1. Remplacez, pour voir, les mots “les 180
policiers municipaux cannois” par “les 180 agents de Prévention et de Sécurité de la commune X”
et “PV” par “constats” ! Bien entendu, il faudra également supprimer les mots “leurs calibres 38 …”
mais pour combien de temps encore ?
Mais c'est vrai aussi que la loi sur la police intégrée n'a comme ambition que de garantir “aux autorités
et aux citoyens un service minimal équivalent sur l'ensemble du territoire du Royaume” Rien n'empêcherait donc d'instaurer un service maximal différent.
Jacques Bouvier,
Secrétaire communal de Schaerbeek
1 Capital n° 98 de novembre 1999 sous le titre "Votre ville est-elle bien gérée ?" p. 150
20
Association
de la Ville et des Communes
de la Région
de Bruxelles-Capitale
asbl
Rue d’ Arlon 53/4 - 1040 Bruxelles
Tél. 02/ 233.20.04
Fax 02/ 280.60.90
[email protected]
Rédaction : [email protected]
www.avcb-vsgb.be
Coordination
Philippe Delvaux
Rédaction
Jacques Bouvier, Philippe Delvaux,
Patricia Despretz, Céline Lecocq,
Geoffroy Marinus, Gratia Pungu,
Vincent Ramelot, Hildegard Schmidt,
Marc Thoulen, Philippe Weiler
Traduction
Liesbeth Vankelecom, Kevin Cuppens,
Karen Foelen
Secrétariat
Michel De Greef, Céline Lecocq,
Alain Veys
Trait d’Union est imprimé
sur papier recyclé à 50 %
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement