Un simulateur au service du RJH*

Un simulateur au service du RJH*
Recherche & Développement
Un simulateur au service du RJH*
* Réacteur Jules Horowitz
C
omment apprendre à se servir d’une
machine qui n’existe pas encore? La
question, en forme de boutade, ne
peut être que très partiellement résolue par
un simple mode d’emploi, aussi détaillé et
complet soit-il… D’autant que, pour rédiger un
bon mode d’emploi, encore faudrait-il savoir
se servir de la machine en question. Quand
on touche à l’exploitation nucléaire, ce genre
d’ énigme ne peut
rester sans réponse.
C’est pourquoi, pendant que le Réacteur
Jules-Horowitz sort
de terre, un service
est notamment chargé
d’élaborer toutes les
règles (documents de
conduite) qui vont permettre de s’en servir,
et de former toutes les
personnes qui vont les utiliser. C’est l’une des
missions du Service RJH.
Le RJH est un réacteur expérimental complexe, équipé de technologies nouvelles
afin d’obtenir des performances élevées.
Le tout, bien sûr, avec un niveau de sûreté
comparable aux réacteurs de nouvelle génération de type EPR. Ces données d’entrée
constituent un ensemble de contraintes qui
doivent être parfaitement maîtrisées pour
que les équipes soient prêtes pour exploiter le
réacteur. Pour y parvenir, un des moyens est
l’utilisation d’un simulateur de fonctionnement, en plus des opérations d’appropriation
de la machine qui seront réalisées lors de la
phase de construction et de mise en service
du RJH.
En dehors de PHENIX, le CEA n’avait jusquelà jamais fait appel à un simulateur de
formation dédié au fonctionnement normal,
incidentel et accidentel d’un réacteur expérimental, comportant des modèles physiques
réalistes de neutronique et de thermohydraulique.
Une première version du simulateur du
RJH fonctionne
pourtant bel et bien
à Cadarache depuis
le mois de novembre
2013, indiquent JeanMarc Le Ru et Pascal
Gosset, ingénieurs
d ’e x p l o i t a t i o n d u
SRJH qui ont été en
charge de sa recette.
Développé par Areva
et la société grenobloise Corys, il permettra aux équipes de
commencer à s’approprier une partie de
l’installation avant de passer à la rédaction
des règles et consignes de conduite et de
débuter la formation des futurs exploitants.
Cette formation aura pour objectif d’entraîner
les équipes à plusieurs reprises à la gestion
de toutes les situations. En effet, compte-tenu
de la complexité du RJH, ce ne sont pas moins
de 3000 alarmes qui seront susceptibles de
se déclencher, ce qui nécessite un entrainement pour avoir la bonne réaction…
« L’intérêt de ce premier simulateur réside
précisément dans l’interconnexion de tous
les systèmes », précise Jérôme Estrade,
chef du service SRJH. « Cela nous permet de
Jean-Marc Le Ru et Pascal Gosset, ingénieurs
d’exploitation du SRJH, autour du simulateur.
mener de front la validation des stratégies de
conduite et d’initier la formation des équipes
en cours de gréement ». Ce travail va se poursuivre durant toute l’année 2014. En 2016, une
deuxième version du simulateur, permettra
progressivement de toucher au but : soit
près de 80 personnes formées et entraînées
à l’ensemble des procédures de conduite du
réacteur.
La construction du RJH est le
fruit d’une collaboration regroupant
13 partenaires européens et internationaux. Après une phase d’essais et
de mise en service, la phase d’exploitation emploiera près de 130 personnes
(exploitant et expérimentateur). Ce
réacteur expérimental servira au développement et à la qualification des
matériaux et des combustibles utilisés
dans les centrales actuelles et futures.
Il produira également des radio-isotopes utilisés par le secteur médical,
par exemple, pour réaliser des scintigraphies.
à tout Cadarache
N°37 // avril 2014
09
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising