Les quotas d`émissions de CO 2

Les quotas d`émissions de CO 2
LES QUOTAS D’EMISSIONS DE CO2
Définitions :
Quota : Au sens de la
directive 2003/87/CE,
c’est le quota autorisant
à émettre une tonne
d’équivalent-dioxyde de
carbone au cours d’une
période
spécifiée,
valable uniquement
pour respecter les exigences de la directive, et
transférable conformément aux dispositions de
la directive.
■
Tonne d’équivalentdioxyde de carbone :
c’est une tonne métrique
de dioxyde de carbone
(CO 2) ou une quantité
de toute autre gaz à
effet de serre visé à l’annexe II de la directive
ayant un potentiel de
réchauffement planétaire équivalent.
■
Suite à la ratification du protocole de Kyoto par la Russie fin 2004, les Etats
adhérant à Kyoto pèsent aujourd’hui plus de 55 % des émissions de gaz à
effet de serre (GES) mondiales, ceci malgré le refus des Etats-Unis, qui ont
décidé dès 2001 de ne pas y participer.
Cet engagement fort des Etats industrialisés démontre leur préoccupation grandissante concernant le réchauffement de la planète.
Il se traduit en Europe depuis début 2005 par l’application de la
directive européenne 2003/87/CE du 13 octobre 2003, officialisant le début du combat contre l’effet de serre.
Cette directive établit un système d’échange de quotas
d’émission des GES dans la Communauté Européenne.
La première phase de 3 ans, relativement expérimentale, à partir
de 2005, ne visera que le CO2 (dioxyde de carbone), responsable à lui seul de 55% des émissions en France. La seconde
phase, correspondant à la période des objectifs de Kyoto (20082012) étendra vraisemblablement son champs d’actions à
d’autres secteurs d’activités et à d’autres GES à impacts significatifs comme le méthane (CH4), le protoxyde d’azote (N2O), les
chlorofluorocarbones (CFC), les hydrocarbures fluorés (HFC) et
perfluorés (PFC), les hexafluorures de soufre (SF6)...
février 2005 par le préfet, le montant des quotas qui lui sont
affectés pour son ou ses installations pour la période 20052007. Les quotas sont gérés par la Caisse des dépôts et consignations à travers un registre national.
Les objectifs sont clairement établis. Les Etats signataires du
protocole de Kyoto doivent promouvoir les énergies
renouvelables, inciter le monde industriel à développer des
technologies propres et utiliser les meilleures techniques
disponibles (MTD) pour réduire les émissions de CO2, et autres
55 %
GES.
Les contraintes appliquées au secteurCO2
industriel ne sont qu’une
étape du protocole, qui prévoit que l’Europe doit réduire ses
émissions de 8 % entre 1990 et 2008. L’objectif pour la France
est une stabilisation au niveau de 1990.
■ Teneur du registre
national : Ce rôle est
assuré par la Caisse des
dépôts et consignations.
CO2 = Dioxyde de carbone
CH4 = Méthane
N2O = Protoxyde d ‘azote
CFC = Chlorofluorocarbone
Répartition des
émissions de gaz à effet
de serre en France en
1997. Source : CITEPA
Les secteurs d’activités visés sont les industries manufacturières
et énergétiques, auxquelles se sont rajoutés fin 2004 après
l’élaboration d’un 2ème Plan National d’Allocation de Quotas
(PNAQ) à champs élargi, les établissements disposant de
générateurs d’énergie ou de chaudières d’au moins 20
mégawatts, incluant ainsi de nombreuses usines de
l’agroalimentaire, de la chimie, des centres hospitaliers...
Chaque Etat a publié la liste des entreprises impliquées par ce
marché des quotas, en précisant le nombre de quotas alloués à
chacune.
En France, 1126 sites sont concernés avec un nombre total de
quotas alloués de 150,74 millions de tonnes de CO2.
Après plusieurs consultations publiques successives des PNAQ,
leur notification à la Commission européenne puis l’acceptation
du PNAQ définitif, chaque exploitant s’est vu notifier le 28
Bien que les établissements à vocation industrielle et énergétique, représentant à eux seuls un tiers des émissions, les aient
réduites de 15 % entre 1990 et 2001, les dérapages du transport (+21 %) et de l’habitat (+17 %) suscitent une interrogation légitime quant à la réalisation des objectifs de la France.
EMISSIONS DE CO2 EN 2002 POUR LA FRANCE :
496 MILLIONS
DE TONNES
■
■
■
27 % Transport routier
23 % Résidentiel tertiaire
21 % Industrie manufacturière
■
15 % Agriculture / syviculture
■
11 % Transformation d’énergie
■
■
2 % Autres transports
1 % Autres
Source : CITEPA
CODLOR ENVIRONNEMENT LORRAINE N° 50 / 3
Pour mieux comprendre ce mécanisme
commercial, suivons l’explication des
Echos :
“Pour comprendre le dispositif,
supposons que les entreprises A et B
émettent 100.000 tonnes de CO2 par an,
que le gouvernement leur octroie à
chacune 95.000 quotas d’émission et que
le prix sur le marché de la tonne de CO2
soit de 10 €.
L’usine A peut réduire ses émissions pour
un coût de 5 € par tonne et parvient à les
abaisser de 10.000 tonnes. A investit
donc 50.000 €, et pourra vendre sur le
marché 5.000 tonnes de surplus à 10 €,
ce qui lui permettra de compenser
complètement son investissement. Sans
l’existence du dispositif, elle aurait dû
dépenser 25.000 € pour se conformer
aux objectifs fixés.“
LE PRINCIPE DU SYSTEME D’ECHANGE
DE QUOTAS
“Pour B, au contraire, le coût interne
d’une réduction s’élève à 15 € par tonne,
elle choisit donc d’acheter sur le marché
5.000 tonnes, ce qui lui coûte 50.000 €.
A comparer à une dépense de 75.000 €
si l’entreprise n’avait pas pu se fournir sur
le marché. Au global, la réduction
d’émission est bien de 10.000 tonnes,
comme l’a souhaité le gouvernement “.
■ L’Etat alloue des quotas pour une période donnée (3 ans pour la première période, puis
5 ans pour les périodes suivantes) à l’exploitant d’une installation concernée par le
système.
■ L’exploitant doit surveiller ses émissions, les faire vérifier et les déclarer annuellement au
préfet au plus tard le 15 février de chaque année.
■ Délivrance des quotas au plus tard le 28 février de chaque année (inscription au
compte des exploitants par le teneur du registre).
A savoir que les quotas seront octroyés gratuitement par les Etats membres aux entreprises pour la première période (2005-2007). Au cours de la seconde période, les Etats
membres alloueront 90 % des quotas gratuitement et la méthode appliquée au 10 %
restants sera définie ultérieurement.
■ L’exploitant est obligé de restituer annuellement la quantité de quotas consommés,
représentant les émissions réelles vérifiées par un organisme accrédité. La restitution
s’effectue au plus tard le 30 avril de chaque année n pour l’année n-1
■ En cas de dépassement des quotas alloués, l’exploitant encourt des sanctions financières
non libératoires ; c’est à dire que non seulement, il devra s’acquitter d’une pénalité
financière, mais en plus il devra restituer les quotas manquants l’année suivante.
La pénalité financière a été fixée :
Pour la période 2005-2007 à 40 € par tonne de CO2 éq.
●
●
Pour la période 2008-2012 à 100 € par tonne de CO2 éq.
La procédure est la suivante :
● Le teneur du registre adresse un rapport au préfet (copie au MEDD)
● L’inspection des installations classées dresse Procès Verbal
● Le préfet notifie le Procès Verbal à l’exploitant et le met en demeure de restituer les
quotas dans un délai d’un mois sous peine d’amende.
■ Choix pour l’exploitant (en fonction du prix du marché et des projections d’émissions) :
● investir dans une technologie moins polluante,
● acheter ou vendre sur le marché.
CODLOR ENVIRONNEMENT LORRAINE N° 50 / 4
LEGISLATION
L’application de la Directive 2003/87/CE
est encadrée par les textes réglementaires
suivants, consultables dans leur intégralité
sur les sites :
● http://www.legifrance.gouv.fr
● http://www.ecologie.gouv.fr
● http://aida.ineris.fr
●http://europa.eu.int/eurlex/fr/index.html
■ Directive 2003/87/CE du Parlement européen et du Conseil du
13 octobre 2003
Elle établit un système d’échange de
quotas d’émission de gaz à effet de serre
dans la Communauté et modifie la directive 96/61/CE du Conseil. Son application doit favoriser la réduction des gaz à
effet de serre dans des conditions économiquement efficaces et performantes.
Elle définit respectivement à travers les
annexes I et II les secteurs d’activités et
les gaz à effet de serre concernés.
■ Communication de la
Commission du 7 janvier 2004
Elle donne les orientations visant à aider
les Etats membres à mettre en œuvre les
critères qui figurent à l’annexe III de la
directive 2003/87/CE, et les conditions
Pôle Environnement 54
53 rue Stanislas - B.P. 4226
54042 NANCY Cedex
Alain EVEN
E-mail : [email protected]
Tél. : 00 33 (0)3 83 85 54 63
Fax. : 00 33 (0)3 83 85 54 50
URL : http://www.nancy.cci.fr
MAITRISE DES EMISSIONS ATMOSPHERIQUES A SOVAB (RENAULT)
Comme toute activité industrielle, la fabrication de véhicules
utilitaires à Sovab (filiale Renault située à Batilly 54)
conduit à des impacts sur l’environnement .
Entre 1993 et 2004, Sovab a réduit ses émissions polluantes
atmosphériques en kg de COV par véhicule de 40% (COV
= Composés Organiques Volatils)
Cela par :
■ la diminution des quantités de solvants utilisées pour le
nettoyage des installations de peinture,
■ l’amélioration des rendements d’application,
■ l’incinération des étuves de cuisson.
Ainsi, à Sovab, toutes les étuves sont pourvues d’incinérateurs récupératifs ou régénératifs (cataphorése, mastics,
apprêts, laques), permettant de réduire de plus de 95 %
leurs émissions de COV, limitant ainsi les rejets dans les
fumées au dessous du seuil réglementaire.
Avec les autres actions (nettoyage, rendement d’application)
les rejets COV de la Sovab sont inférieurs de 36,3 % par
rapport au seuil autorisé.
Sovab ne se satisfait cependant pas de ces bons résultats et
reste en continuelle recherche de pistes de réductions des
émissions polluantes, citons le fonctionnement en rafales de
teintes limitant le rinçage des tuyauteries à chaque changement de teinte, le regroupement de fonctions peinture, évolution matière, les dispositifs de nettoyages économes
comme le revêtement antiadhésif ou le nettoyage plus précis des pistolets à peinture, la récupération des solvants de
purges.
La chaufferie principale de la Sovab à fait l’objet fin 2003
d’équipements visant à réduire les émissions NOx (Oxydes
d’Azote) par le remplacement d’un ancien brûleur gaz par
un brûleur bas NOx (puissance 10 000 kW) et de l’installation d’analyseurs en continu de fumées (NOx, O2, CO).
En 2005, la chaufferie process du traitement de surface (4
000 kW) sera équipée d’une chaudière bas NOx.
Ces améliorations représentent une part de plus en plus
importante du plan d’investissement de la Sovab (plus de
335 k€ en 2004)
Robot intérieur laque (RENAUT SOVAB BATILLY)
dans lesquelles il y a force majeure.
■ Décision 2004/156/CE du
29 janvier 2004 concernant
l’adoption de lignes directrices
pour la surveillance (article 14
Directive 2003/87/CE)
Les lignes directrices pour la surveillance et
la déclaration des émissions de gaz à effet
de serre résultant des activités
mentionnées à l’annexe I de la directive
2003/87/CE et dont il est fait référence à
l’article 14 de celle-ci, sont présentées
dans les annexes de la présente décision.
Ces lignes directrices se fondent sur les
principes définis à l’annexe IV de la
directive 2003/87/CE.
■ Décision 2004/280/CE du
Parlement européen et du
Conseil du 11 février 2004
relative à un mécanisme de
surveillance des émissions de
GES dans l’UE et pour la mise en
œuvre du protocole de Kyoto
Cette décision a pour objectif de surveiller
étroitement et d’évaluer régulièrement les
émissions de gaz à effet de serre de la
Communauté Européenne. L’objectif de la
Commission est de réaliser un inventaire et
un rapport annuel.
■ Ordonnance du 15 avril 2004 (JO
du 17/04/04)
C’est la transposition en droit français de
la directive n°2003/87 du 13 octobre
2003. Elle définit le mécanisme d’affectation des quotas. La partie législative du
Code de l’Environnement est ainsi modifiée (insertion des art. L 229-5 à L
229-19) afin de permettre l’application du
marché européen de permis d’émissions
de dioxyde de carbone en France, à partir
du 1er janvier 2005. Les établissements
visés étant des ICPE soumis à autorisation, l’autorisation d’exploiter délivrée par
le préfet tiendra également lieu d’autorisation d’émissions de gaz à effet de serre.
CODLOR ENVIRONNEMENT LORRAINE N° 50 / 5
PLAN NATIONAL
D’ALLOCATIONS
DES QUOTAS
(PNAQ)
Les autorités nationales compétentes
attribuent à chaque installation entrant
dans le champ d’application de la directive
des quotas. Ces derniers les autorisent à
émettre du dioxyde de carbone en fonction
d’un plan national d’octroi, approuvé par la
Commission de Bruxelles tout en
respectant des critères précis destinés à
éviter les distorsions de concurrence.
Le PNAQ liste les établissements visés avec
leurs émissions de référence pour
l’attribution des quotas (tCO2), l’allocation
annuelle de quotas (tCO2) et l’allocation de
quotas pour la période concernée, en
l’occurrence 2005-2007.
■ Décret du 19 août 2004
Ce décret s’applique aux installations classées pour la protection de l’environnement
produisant ou transformant des métaux ferreux, produisant de l’énergie, des produits
minéraux, du papier ou de la pâte à papier et répondant aux critères fixés dans l’annexe
du présent décret, au titre de leurs rejets de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, à
l’exception des installations ou parties d’installations utilisées pour la recherche, le
développement et l’expérimentation de nouveaux produits et procédés. Il définit la
démarche globale d’affectation des quotas :
- Projet de plan national pluriannuel d’affectation des quotas d’émissions de gaz à effet de
serre
- Affectation et délivrance des quotas par décret après approbation
- Comment bénéficier de quotas supplémentaires ?
- Cessation d’activités
- Déclaration des émissions et restitution des quotas
- Mise en commun des quotas
- Recours administratifs en cas de litige
- Sanctions et dispositions transitoires.
■ Directive 2004/101/CE du Parlement européen et du Conseil du 27 octobre
2004
Elle modifie la directive 2003/87/CE et établit un système d’échange de quotas d’émission
de gaz à effet de serre dans la Communauté, au titre des mécanismes de projet du
protocole de Kyoto. La transposition de la directive dans les législations des Etats-membres
doit être effectuée avant le 13/11/2005.
■ Décret n° 2004-1412 du 23 décembre 2004 relatif au registre national des
quotas d’émission de gaz à effet de serre prévu par l’article L. 229-16 du
code de l’environnement
■ Décret n°2005-189 du 25 février 2005
Il modifie le décret n°2004-832 du 19 août 2004 relatif au système d’échange de quotas
d’émissions de GES pour en élargir le champ d’application.
■ Arrêté du 25 février 2005
Il fixe la liste des exploitants et le montant des quotas qui leur sont affectés.
■ Décret n°2005-190 du 25 février 2005
Il approuve le PNAQ établi pour la période 2005-2007.
CODLOR ENVIRONNEMENT LORRAINE N° 50 / 6
Les PNAQ doivent respecter 11 critères
fixés à l’annexe III de la directive
2003/87/CE, certains obligatoires,
d’autres optionnels :
1 - respect du protocole de Kyoto
2 - évaluations des progrès réels et prévus
dans la réalisation des contributions
des Etats membres aux engagements
de la Communauté Européenne,
3 - potentiel de réduction des émissions
des activités couvertes par le système,
4 - autres instruments législatifs et politiques communautaires,
5 - non discrimination entre entreprises ou
secteurs,
6 - soutien aux nouveaux Etats membres
pour participer au système communautaire dans l’Etat membre en question,
7 - prise en compte des mesures prises à
un stade précoce pour la mise en
œuvre des meilleures techniques disponibles (MTD),
8 - prise en compte des technologies
propres,
9 - prise en compte des observations du
public,
10 - publication de la liste des installations
couvertes par la présente directive
avec pour chacune d’elles les quotas
que l’on souhaite lui allouer,
11 - prise en compte de l’existence d’une
concurrence de la part des pays ou
entités extérieurs à l’Union
Européenne.
La France fait partie des pays européens
dont le plan de quotas a été officiellement
approuvé par Bruxelles, après qu’elle ait
revu sa copie pour une interprétation
initiale trop restrictive (Décision de la
Commission du 7 juillet 2004) de la
directive qui l’avait conduit à élaborer un 1er PNAQ comptant environ 643 établissements
contre 1319 dans un 2ème PNAQ, avant d’en valider un définitif avec 1126 entreprises.
Ainsi, les entreprises retenues dans le PNAQ définitif pourront rejeter au total 150, 74
Mt CO2 par an pour chacune des 3 années considérées.
Nota : Une réserve d’un peu plus de 5 Mt CO2 est prévue pour la création de nouvelles
entreprises ou l’extension d’installations existantes.
Les industries concernées sont celles du verre, du ciment, du papier, des céramiques, des
tuiles et briques, de la chaux, de la sidérurgie, de la production d’énergie, du transport de
gaz, ainsi que toutes les chaudières importantes alimentant notamment des aéroports, des
hôpitaux ou des universités.
CHAMP D’APPLICATION DE LA
DIRECTIVE QUOTAS 2003/87/CE
Quelques
explications (MEDD
Octobre 2004) :
Les secteurs retenus sont les suivants :
PNAQ
RUBRIQUES DIRECTIVE
SECTEURS RETENUS
La directive 2003/87/CE du 13
octobre 2003 donne aux
exploitants des quotas au titre
de leurs installations. Quels
équipements recouvrent
l’installation au sens de cette
directive ?
La définition des installations dans cette
directive est la suivante :
“Article 3e) : “installation”, est une
unité technique fixe où se déroulent une
ou plusieurs activités indiquées à l’annexe I
ainsi que toute autre activité s’y rapportant
directement qui est liée techniquement aux
activités exercées sur le site et qui est
susceptible d’avoir des incidences sur les
émissions et la pollution ;“
En règle générale, les émissions de
l’installation, au sens de cette directive,
correspondent donc à celles des différents
équipements de l’établissement.
Qu’entend-t-on par établissement ? On
entend par établissement un ensemble
d’installations, visées ou non à l’annexe I,
exploitées par un même exploitant sur un
même site ou faisant l’objet d’une seule
autorisation préfectorale au titre de la
réglementation des installations classées.
Le cas général est celui où l’établissement
ne comporte que des installations visées à
l’annexe I.
La définition de l’installation implique que
l’ensemble des activités associées au
procédé soient incluses dans l’installation
(en prenant l’exemple du verre, on devra
inclure les installations annexe de préchauffage du fuel, feeders, arches de
recuisson).
Cela signifie également qu’une même
installation peut recouvrir plusieurs
équipements différents faisant partie d’un
cycle de production. Les quotas d’émission
de la société exploitante correspondront
aux émissions additionnées provenant de
l’ensemble de ces équipements.
■
Energie
Raffineries
Installations de
combustion> 20 MW
Activités dans
le secteur de l’énergie
Industrie
Métaux ferreux
Industrie minérale
Autres activités
Installations de combustion de plus de
20 MW des autres secteurs (champ élargi)
Industries
Tertiaire
Production d’électricité
Transport du gaz
Chauffage urbain
Production d’énergie
externalisée (énergie)
Production d’énergie
externalisée (industrie)
Cokeries
Fonte/ acier
Ciment / clinker
Chaux
Verre
Céramique
Tuile et brique
Pâte / papier / carton
Industries agroalimentaires
Chimie
Textile
Combustion externalisée
Métaux non ferreux
Automobile
Autres
Hôpitaux
Universités /
établissements d’enseignement
Aéroports
Autres
CODLOR ENVIRONNEMENT LORRAINE N° 50 / 7
Les habits verts du cimentier VICAT
Pôle Environnement 54
53 rue Stanislas - B.P. 4226
54042 NANCY Cedex
Alain EVEN
E-mail : [email protected]
Tél. : 00 33 (0)3 83 85 54 63
Fax. : 00 33 (0)3 83 85 54 50
URL : http://www.nancy.cci.fr
Valorisations des déchets utilisés comme combustibles, diminutions des poussières et des rejets de CO2,
insonorisations, bassins de décantation, depuis dix ans la cimenterie de Xeuilley s’implique dans le
développement durable.
“Nous voulons jouer notre rôle de cimentier avec un esprit
citoyen.“ Gilles Benveniste directeur de l’usine Vicat de Xeuilley ne
cède pas à un effet de mode. Il souligne les efforts accomplis par
cette cimenterie, la seule de Meurthe-et-Moselle, tant au niveau
des rejets que de la protection de l’environnement. Avec même un
fameux plus : une solution pertinente de valorisation des déchets
utilisés comme combustibles. L’image d’Epinal véhiculée dans l’esprit populaire sur les cimenteries, bruyantes, sales et nappant d’un
voile blanchâtre arbres, maisons et habitants a du plomb dans l’aile. Le dernier geste significatif en matière d’environnement date
de 2005 avec la signature d’une convention Natura 2000 pour
reboiser, revégétaliser les zones exploitées et maintenir les espèces
protégées autour de la carrière de Xeuilley. Et pourtant, ce site de
fabrication sortant annuellement 600 000 tonnes de ciment avec
l’aide d’une centaine de salariés dont des sous-traitants liés aux
activités de mécanique et d’électricité tient bien son rang. Une
production distribuée dans un rayon de 150 km dont une petite
partie est destinée à l’Allemagne. Il n’y a pas d’arrêt sur image
pour les investissements ciblés aussi bien sur de nouveaux bassins
de décantation pour la collecte des eaux pluviales traversant carrières et usines que sur les nouvelles filières de traitement de
combustibles ou l’insonorisation des ateliers.
Réduction du coût énergétique
Les matières premières, marne argileuse et calcaires nécessaires à
la fabrication des cinq qualités de ciment produites sur ce site sont
extraites quasiment au pied de la cimenterie. Concassés, séchés,
broyés en farine, homogénéisés, dépoussiérés ils passent dans un
four à grille avant de sortir sous forme d’un minéral appelé clinker.
Ce clinker mélangé par broyage à quelques pour cent de gypse
produit du ciment. L’essentiel du process se passe dans un gigantesque four rotatif long de 80 m et d’un diamètre de 4,80 m qui
métamorphose la “farine“ en clinker en chauffant à 1450° C.
Pour alimenter la flamme, les cimentiers utilisent des combustibles
traditionnels dits nobles : fuel, coke de charbon ou coke de pétrole. Avec l’arrêt des mines de charbon lorrain, il a fallu se tourner
vers d’autres sources d’approvisionnement plus onéreuses :
Afrique du Sud, Norvège, Pologne mais aussi modifier le brûleur.
“Depuis dix ans nous cherchons à réduire notre coût en énergie.
En moyenne nous utilisons jusqu’à 80 % de combustibles secondaires “ précise le directeur de Xeuilley.
CODLOR ENVIRONNEMENT LORRAINE N° 50 / 8
Ces fameux combustibles secondaires quels sont-ils ? “Ils sont soit
solides, soit liquides : huiles et eaux usées, solvants, farines animales, sciures imprégnées de résidus de peintures, des déchets
industriels non dangereux comme des papiers, du plastique ou
des textiles. Actuellement, nous faisons des essais avec des RBA
(résidus de broyage automobile) comme les mousses de sièges et
les plastiques. Enfin, nous voulons collaborer avec le syndicat de
communes afin de brûler des boues d’épuration après séchage. Si
les tonnages sont encore réduits leur montée en puissance est flagrante. Cette valorisation des déchets est passée de 20 à 80 % en
quelques années” ajoute le directeur du site.
Des quotas très encadrés
“Notre défi consiste à réduire la dépense de KW en optimisant
les combustibles secondaires tout en limitant les rejets de CO2,
de poussière et de bruit. Nous avons divisé par dix le volume de
poussière rejetée par la cheminée grâce à des filtres. La cheminée
du four est équipée d’analyseurs qui nous fournissent des indications en continu sur nos principaux rejets. En outre, une station
Airlor installée à Frolois mesure les retombées sur ce village voisin de la cimenterie. Nous avons ainsi deux lectures
indépendantes de nos valeurs d’émission qui restent très en dessous des normes françaises et européennes les plus sévères. Nous
allons investir un million d’euros pour une installation consacrée
au traitement des déchets industriels non dangereux. Depuis
1990, la quantité de CO2 émise par tonne de ciment produite a
baissé de 15 %. Le chauffage du calcaire produit du CO2. Il n’y a
pas d’échappatoire, et, malheureusement deux tiers de ces émissions de CO2 sont incompressibles “ souligne Bernard Troquet,
directeur Environnement du Groupe Vicat.
La gestion des quantités de CO2 rejetées est gérée par un compte
commun réunissant les six sites du groupe Vicat répartis en
France. Ces quotas autorisés sont devenus des produits financiers.
Des cabinets d’audits épluchent avec sévérité les chiffres des
industriels. Une solution pour réduire ces rejets peut venir de nouvelles voies comme la biomasse car leur CO2 n’est pas pris en
compte. Bernard Troquet ne peut s’empêcher de s’interroger : “
nous valorisons des déchets en les brûlant. Seulement les rejets de
CO2 qu’ils émettent nous sont comptés. S’ils avaient terminé leur
vie dans un incinérateur, ce qui a un coût, leurs rejets, par contre,
n’auraient pas été comptabilisés. Pourquoi deux poids, deux
mesures ?
❊ Raffineries de pétrole - Cokeries
Autres secteurs que l’énergie
- Production et transformation des
métaux ferreux
> Installations de grillage ou de frittage de
minerai métallique, y compris le minerai
sulfuré
> Installations pour la production de fonte
ou d’acier, y compris les équipements
pour coulée continue d’une capacité de
plus de 2,5 tonnes par heure
> Sont exclues :
❊ La transformation à chaud lorsqu’elle
est pratiquée sur un site isolé (par
opposition à un site de fabrication
d’acier électrique ou hauts fourneaux)
❊ La fabrication des ferro silicium et
ferroalliages
❊ Les fonderies (fabrication de produits
moulés)
●
Par ailleurs, compte-tenu de la faible importance des émissions et consommations
d’énergie liées au chauffage des locaux industriels et plus largement des équipements
périphériques utilisés au sein de l’établissement pour le fonctionnement de l’installation, il
est prévu de ne pas les distinguer et de les inclure dans le périmètre de l’installation.
Cas particulier :
Un même établissement peut contenir des installations servant à des activités entrant
dans le champ de la directive et d’autres n’entrant pas. Seules les émissions des
installations concernées, auxquelles on ajoute par soucis de simplicité les émissions
annexes liées au chauffage des locaux, sont à prendre en compte. Soit les installations
font l’objet de compteurs de mesure de consommation d’énergie distincts, soit ce n’est
pas le cas et l’exploitant évalue la proportion de la consommation attribuable à chaque
partie d’installation qu’il est en mesure de justifier.
Les émissions à déclarer et entrant dans le calcul des quotas
comprennent :
● Les émissions constatées dans les phases d’arrêt, de démarrage ou toutes situations
anormales doivent être déclarées
● Pour les activités de l’annexe I de la directive 2003/87/CE, les installations de
combustion de plus ou moins 20 MW.
■
En revanche, les sources mobiles (tous les engins de transport) ne sont pas incluses dans
le champ de la directive (cf : Unité technique “fixe“).
- Industrie minérale
Installations destinées à la fabrication de
ciment clinker, de chaux, du verre, de
produits céramiques (tuiles, pierres
réfractaires, carrelages, grès, porcelaine)
sous certaines conditions de capacités de
production.
- Autres activités
Installations destinées à la fabrication de :
- Pâte à papier à partir du bois ou d’autres
matières fibreuses
- Papier et carton dont la capacité de
production est supérieure à 20 tonnes
par jour.
■
●
■
Activités concernées par la directive :
Secteur de l’énergie :
- Installations de combustion :
> Installations répondant à la définition de la directive du 23 octobre 2001 (Arrêté
ministériel du 20 juin 2002 et du 30 juillet 2003).
> Sont exclues :
❊ Les installations de recherche et développement
❊ Les chaudières de secours
❊ Les installations utilisant de façon directe le produit de combustion (fours industriels,
centrales d’enrobages) dans les procédés de fabrication
❊ Les installations d’incinération de déchets
●
●
Activités exclues de la directive :
Toute activité autre que celle citée dans
le tableau ci-dessus
Les
installations
ou
parties
d’installations utilisées pour la
recherche, le développement et
l’expérimentation de nouveaux
produits et procédés ne sont pas
soumises aux obligations prévues par
les articles L.229-6 à L.229-18 (crées
par l’Ordonnance n° 2004-330 du 15
avril 2004) du code de l’environnement
9
CODLOR
CODLOR ENVIRONNEMENT
ENVIRONNEMENT LORRAINE
LORRAINE N°
N° 50
50 /
/ 9
Comment appliquer les seuils ?
Les seuils cités à l’annexe I de la directive
2003/87/CE se rapportent soit à des
capacités de production, soit à des
coefficients techniques. Si un même
exploitant exerce plusieurs activités
relevant de la même rubrique dans une
même installation ou sur un même site, les
capacités de ces activités ou les
puissances calorifiques de combustion de
ces installations s’additionnent. Pour les
installations de combustion en revanche,
on n’additionne pas les puissances
d’installations isolées entre elles : une
installation de 15 MW totalement séparée
d’une autre de 10 MW ne font pas une
installation de 25 MW. Le regroupement
d’installations de combustion existe
lorsqu’elles sont exploitées par un même
opérateur et situées sur un même site
industriel, et sont ou peuvent être
techniquement et économiquement
raccordées à une même cheminée
commune.
■
■
●
●
●
Comment calculer les quotas ?
Année de référence (émission
historique sur la période d’enquête
1996-2002 : moyenne des 3 plus fortes
années sur cette période) déterminée de
la même manière pour toutes les
installations d’un même secteur
d’activité
Coefficient de 0,95 : facteur correctif
fixe pour corriger le fait que les
émissions de référence ainsi
déterminées soient particulièrement
élevées
Coefficient de progrès représente le
potentiel d’amélioration technologique
jugé atteignable à des coûts acceptables
pour une branche d’activité
CODLOR ENVIRONNEMENT LORRAINE N° 50 / 10
●
Coefficient de croissance (prévision) a
été estimé pour chaque branche
d’activités par les prévisions des
fédérations industrielles et des
différentes études menées par des
organismes compétents
Affectation = Emission
historique x 0,95
x coefficient de croissance
x coefficient de progrès
RESPONSABILITES
ET ORGANISATION
■ REGISTRE NATIONAL DES
QUOTAS D’ÉMISSION
La
Caisse
des
Dépôts et
Consignations est chargée de la mise en
place et de la tenue du registre national
des quotas d’émission de gaz à effet de
serre mentionné à l’article L. 229-16 du
code de l’environnement dans le but
d’assurer la comptabilisation des quotas
d’émission de gaz à effet de serre affectés,
délivrés, détenus, transférés et annulés
dans le cadre de la directive 2003/87/CE,
ainsi que de toute autre unité créée par
l’État dans le cadre de sa politique de lutte
contre le changement climatique ou
reconnue par l’État dans le cadre de ses
engagements internationaux.
Ce registre est un système informatisé,
géré par le logiciel Seringas, permettant
d’enregistrer en temps réel les
mouvements affectant les comptes des
détenteurs de quotas.
Remarque : La Caisse des Dépôts et des
Consignations (CDC) organise des
formations d’une journée au logiciel
Seringas, outil de gestion du registre
français des émissions de gaz à effet de
serre. Ces formations s’adressent aux
exploitants des installations concernées
par le système d’échange de quotas de gaz
à effet de serre.
Cette mission lui a été confiée par le décret
n°2004-1412 du 23 décembre 2004. Les
frais de tenue des comptes seront assurés
par les personnes détentrices de comptes,
au premier rang desquels les exploitants
des secteurs concernés par l’application de
la directive.
Cette mission consiste à :
● Développer des systèmes d’informations
destinés à exploiter le registre et leur
sécurisation
● Suivre l’ouverture et la tenue des
comptes des détenteurs de quotas
● Enregistrer toutes les opérations portant
sur les quotas
● Enregistrer les précédentes opérations
portant sur toutes les quantités
échangeables émises dans le cadre du
protocole de Kyoto
● Bloquer un compte, sur instruction du
ministre de l’environnement
● Mettre à disposition du public, sur un
site internet spécialisé des informations
que le teneur du compte est tenu de
rendre publiques
● Transmettre au ministre chargé de
l’environnement des informations que
l’Etat est tenu de communiquer à la
Commission européenne
QUEL OUTIL
UTILISER
POUR
COMPTABILISER SES
EMISSIONS ET
IDENTIFIER DES AXES
D’AMELIORATIONS ?
(Source : ADEME)
■ MINISTÈRES
RESPONSABLES
● Ministère
de l’écologie et du
développement durable
● Ministère de l’économie, des finances et
de l’industrie
● Cabinet du Premier Ministre
■ RESPONSABLES
RÉGIONAUX
● Direction
Régionale de l’Industrie, de la
Recherche et de l’Environnement
(DRIRE)
● Préfet
PLANIFICATION
L’ADEME (Agence de l’Environnement et
de Maîtrise de l’Energie) a développé la
méthode Bilan Carbone® afin de
permettre
aux
entreprises
de
comptabiliser leurs émissions de GES,
notamment les émissions de CO2, et
d’identifier les actions possibles à mettre
en place afin de les réduire.
■ UN OUTIL
OPÉRATIONNEL
Le Bilan Carbone® permet de
comptabiliser les émissions de GES, de
comparer leur évolution d’une année à
l’autre et d’évaluer le potentiel des actions
de réduction. Élaborée en 2001 par
l’ADEME avec le bureau d’études
Manicore, cette méthode a d’abord été
testée, en partenariat avec la Mission
interministérielle de l’effet de serre, dans
dix entreprises de différents secteurs
d’activité pour pouvoir y apporter des
améliorations. Depuis fin 2003, l’ADEME
met le logiciel et le manuel d’utilisation de
Bilan Carbone® à la disposition de toute
entreprise ayant suivi la formation à la
méthode. À l’issue des deux journées
organisées par l’ADEME (2 000 €HT),
l’entreprise sera en mesure de réaliser son
Bilan Carbone®. L’ADEME travaille
actuellement à l’élaboration d’un Bilan
Carbone® destiné aux collectivités locales.
■ UNE ANALYSE
COMPLÈTE
Le Bilan Carbone® prend donc en compte
toutes les émissions (directes ou induites)
des différents GES engendrés par l’activité
étudiée, qu’elles soient dues à des
procédés
internes
(combustion,
chauffage) ou au transport des
marchandises et des personnes, à la
fabrication des matières premières, au
traitement des déchets...
■ DE MULTIPLES INTÉRÊTS
Calculer les émissions de GES permet aux
entreprises ayant un système de management environnemental d’y inclure un
objectif de réduction. Celles soumises à la
directive “permis’’ relative au système
d’échange de quotas de CO 2 peuvent
extraire les émissions correspondant à
leur périmètre. Dans tous les cas, ces
chiffres peuvent servir à une communication sur les engagements pris. “L’entreprise a tout intérêt à rendre progressivement son activité moins “riche” en émissions de GES. D’abord parce que cela
peut lui permettre de réaliser des économies, en réduisant par exemple sa
consommation d’énergie, mais aussi à
titre préventif, de se préparer à une vraisemblable augmentation des obligations
réglementaires en la matière et de se
couvrir contre les hausses futures du coût
des combustibles fossiles“, précise Elisabeth Gaillarde du service économie de
l’ADEME.
■ LE SOUTIEN DE L’ADEME
Pour les entreprises qui ne souhaitent pas
acquérir la méthode Bilan Carbone® par la
formation délivréeaprés
par l’ADEME,
il est égale
lement possible
d’avoir
30/04
2006 recours à un
prestataire référencé (ayant lui-même suivi
la formation) pour faire réaliser son Bilan
Carbone®. Dans ce cas, l’intervention du
prestataire peut être subventionnée par
l’ADEME
Paiement des sanctions pour
les quotas de l'année 2005
Pour en savoir plus :
www.ademe.fr/bilan-carbone
CODLOR ENVIRONNEMENT LORRAINE N° 50 / 11
CONCLUSION
●
La Directive européenne fixe un objectif
“promouvoir la réduction des
émissions des GES de manière
économiquement efficace“, mais
laisse aux Etats membres le choix des
moyens pour l’atteindre.
●
Les établissements soumis au PNAQ se
voient soumis à une double contrainte
financière :
- Coûts liés à la réduction des émissions
de CO2
- Augmentation des coûts énergétiques
Les réductions des émissions de CO2
seront vraisemblablement limitées à
court terme pour ces raisons technicoéconomiques
●
La donnée carbone est devenue
incontournable dans la stratégie de
production des industriels. Cette
contrainte fait désormais partie
intégrante dans les choix des outils de
production. Ces derniers devront,
lorsque le coût financier le permettra, se
tourner vers les technologies propres et
les MTD (les Meilleures Techniques
Disponibles).
tous les Français peuvent se mobiliser et
s’impliquer concrètement, et ainsi entraîner
une vraie participation citoyenne. Chaque
action se veut donc la plus concrète
possible et proche de la vie quotidienne.
Le PNAQ s’inscrit dans les mesures du
Plan Climat.
Le Plan Climat est le plan d’actions du
gouvernement pour être à la hauteur du
défi majeur que constitue le changement
climatique, dès 2010, en respectant
l’objectif du protocole de Kyoto, voire en le
dépassant légèrement. A cet effet, il
regroupe des mesures dans tous les
secteurs de l’économie et de la vie
quotidienne des Français, en vue
d’économiser 54 millions de tonnes
d’équivalent CO2 par an à l’horizon 2010,
ce qui infléchirait significativement la
tendance. Sa vocation est de proposer des
actions claires et simples, pour lesquelles
Ce Plan Climat propose huit
orientations fortes :
- Campagne nationale sur le changement
climatique et adaptation
- Transports durables
- Bâtiment et écohabitat
- Industrie, énergie et déchets
Sur la base d’engagements volontaires,
les industriels ont récemment réalisé des
progrès significatifs. Ils seront encore
accrus à travers :
❊ la mise en place d’un marché de
quotas d’émissions de carbone, qui
permettra aux industriels de réaliser
des économies de CO2 à moindre
coût ;
●
Pôle Environnement 54
53 rue Stanislas - B.P. 4226
54042 NANCY Cedex
Alain EVEN
E-mail : [email protected]
Tél. : 00 33 (0)3 83 85 54 63
Fax. : 00 33 (0)3 83 85 54 50
URL : http://www.nancy.cci.fr
❊ le renforcement des mesures de
réduction d’un certain nombre de gaz
à effet de serre dans des processus
industriels.
Par ailleurs, la France s’engage résolument
dans la maîtrise de la demande en
énergie et dans le développement
des énergies renouvelables pour la
production d’électricité, notamment à
partir d’énergie éolienne, et la production
de chaleur à partir d’énergie solaire, de
biomasse ou de géothermie.
- Agriculture durable et forêts
- Climatisation durable
- Plans climats territoriaux et Etat
exemplaire
- Recherche, international et prospective
après 2010.
(extrait du Plan Climat 2004 édité par le Ministère de
l’Ecologie et du Développement Durable)
BRASSERIE KRONENBOURG
La Brasserie de Champigneulles brasse entre 2 et 2,2 millions d’hectolitres de bière par an. Elle fait partie du groupe britannique
Scottish and Newcastle (S & N) qui produit 8 millions d’hl en France et 30 millions en Europe.
L’unité lorraine est concernée par la mise en oeuvre du protocole de Kyoto, car elle possède une chaufferie d’une capacité supérieure
à 50 méga watts.
Les quotas ont été fixés sur une base déclarative historique de production. Par ailleurs, au niveau du Royaume-Uni, le groupe S & N
s’est engagé auprès des autorités à faire partager les meilleures pratiques des usines du groupe, une sorte de benchmarking menant
à un programme d’optimisation de l’utilisation de l’énergie.
Si l’impact de Kyoto reste assez neutre vis à vis de la production, le groupe et la direction restent vigilants vis à vis de l’évolution de
la législation.
Contact :
M. Guillaume DESROUSSEAUX, Directeur de la Brasserie KRONENBOURG à Champigneulles
CODLOR ENVIRONNEMENT LORRAINE N° 50 / 12
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement