5 Utilisation de RPG Explorer - Cours en Ligne

5 Utilisation de RPG Explorer - Cours en Ligne
RPG Explorer
Version 1.8.24- Juin 2015
Notice d’utilisation
Auteurs : F. Levavasseur, P. Martin et O. Scheurer
Contact : pmartin@agroparistech.fr
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Avant-propos
L’utilisation et la diffusion des résultats obtenus avec RPG Explorer n’engagent
que l’utilisateur. Dans le cadre de l’utilisation de l’outil, une expertise
agronomique est indispensable et un regard critique sur les résultats est
nécessaire avant toute utilisation et/ou diffusion des résultats produits.
La responsabilité des organismes mentionnés en première page n’est en rien
engagée par le contenu de cette notice, qui reflète uniquement le travail et les
réflexions engagés par les auteurs de la notice.
2
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Table des matières
1
Contexte .......................................................................................................................................... 8
2
Présentation du RPG ..................................................................................................................... 10
3
4
5
2.1
Présentation générale ........................................................................................................... 10
2.2
L’îlot, unité cartographique de base des données RPG ........................................................ 11
2.3
Description détaillée des fichiers de données ASP de niveau 4 ............................................ 12
2.4
Signification des codes de groupe de cultures ...................................................................... 15
2.5
Principales limites à l’utilisation des données ASP brutes .................................................... 17
2.5.1
Changement d’identifiant ............................................................................................. 17
2.5.2
Difficulté pour déterminer les séquences de groupes de cultures ............................... 17
2.5.3
Agglomération des cultures en groupe de cultures ...................................................... 18
Description sommaire du logiciel .................................................................................................. 19
3.1
Principales fonctions ............................................................................................................. 19
3.2
Comment faire pour… ........................................................................................................... 19
3.3
Ce que RPG Explorer ne fait pas ou pas encore .................................................................... 20
Installation de RPG Explorer .......................................................................................................... 21
4.1
Installation de l’outil de valorisation des données du RPG ................................................... 21
4.2
Réglages supplémentaires..................................................................................................... 21
Utilisation de RPG Explorer ........................................................................................................... 22
5.1
Démarrage / prise en main de l’interface ............................................................................. 22
5.2
Description d’une chaîne de traitements .............................................................................. 24
5.2.1
Etape 0 : Préparation des données ............................................................................... 24
5.2.2
Etape 1 : Intégration des fichiers ASP............................................................................ 26
5.2.3
Etape 2 : Filiation des îlots ............................................................................................. 30
5.2.4
Etape 3 : Reconnaissance des séquences ...................................................................... 41
5.2.5
Etape 4 (optionnelle) : Affectation d’une typologie d’exploitation agricole ................. 47
5.2.6
Etape 5 : Affectation des cultures aux identifiants ASP ................................................ 57
5.2.7
Etape 6 : Génération des assolements de rotations ..................................................... 62
5.2.8
Etape 7 (optionnelle) : Affectation des assolements de rotations aux sols .................. 76
5.3
Processus complémentaires .................................................................................................. 83
5.3.1
Paramètres de l’usager.................................................................................................. 83
5.3.2
Caractérisation de l’évolution des territoires d’exploitation ........................................ 85
3
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
6
5.3.3
Exportation des données PostgreSql............................................................................. 85
5.3.4
Ajout d’informations ..................................................................................................... 86
5.3.5
Indicateurs ..................................................................................................................... 87
Résolution des problèmes ............................................................................................................. 92
Table des figures
Figure 1 : Parcelles cadastrales et culturales (source : Géoportail). ..................................................... 11
Figure 2 : Ilots PAC et parcelles culturales. ........................................................................................... 12
Figure 3 : Identification d’un îlot sous SIG............................................................................................. 14
Figure 4 : Recherche des informations sur l’îlot et l’exploitation dans le fichier « ILOTS-ANONYMESNIVEAU4_YYY_date.csv » ...................................................................................................................... 14
Figure 5 : Recherche des informations sur les surfaces de groupes de cultures de l’îlot dans le fichier
« ILOTS-ANONYMES-GROUPES-CULTURE_YYY_date.csv » ................................................................... 15
Figure 6 : Diagramme de l’outil ............................................................................................................. 22
Figure 7 : Menu de l’outil ...................................................................................................................... 23
Figure 8 : Exemple d’arborescence de dossiers à respecter ................................................................. 25
Figure 9 : Interface d’intégration des fichiers ASP ................................................................................ 27
Figure 10 : Fenêtres intermédiaire pendant l’intégration des fichiers ASP .......................................... 28
Figure 11 : Fenêtre de résultats de l’étape d’intégration des fichiers ASP. Le nombre d’îlots dans
chaque table importée est indiqué, ainsi que la surface correspondante pour les tables SIG. ............ 29
Figure 12 : Exemple de la transformation du fichier de groupes de cultures réalisé par RPG Explorer 29
Figure 13 : Exemple d’application : représentation du pourcentage de prairies permanentes par îlot30
Figure 14 : Déroulement de la filiation des îlots ................................................................................... 32
Figure 15 : Méthode de sélection des îlots pour la filiation .................................................................. 34
Figure 16 : Fenêtre de filiation des îlots ................................................................................................ 38
Figure 17 : Fenêtre d’import du fichier SIG de l’espace écologique ..................................................... 38
Figure 18 : Retour sur la fenêtre de filiation des îlots après import de l’espace écologique ............... 39
Figure 19 : Exemple de visualisation sous SIG d’un fichier de filiation ................................................. 40
Figure 20 : Fenêtre de reconnaissance des séquences ......................................................................... 45
Figure 21 : Fenêtre de résultats de la reconnaissance des séquences – onglet statistiques ................ 46
Figure 22 : Visualisation de la première table de séquences sous SIG ................................................. 46
Figure 23 : Extrait de la seconde table de séquences ........................................................................... 47
Figure 24 : Exemple d’un arbre typologique simple.............................................................................. 48
4
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 25 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole (1) ...................................... 51
Figure 26 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole - informations.................... 51
Figure 27 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole – correspondance
identifiants ASP / cultures ..................................................................................................................... 52
Figure 31 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole – ajout des composantes .. 53
Figure 32 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole – ajout des critères............ 54
Figure 33 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole – arbre typologique........... 55
Figure 34 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole (2) ...................................... 55
Figure 35 : Extrait de la fenêtre de résultats de l’affectation d’une typologie agricole........................ 56
Figure 36 : Exemple de cartographie des types d’exploitations agricoles produites à partir de RPG
Explorer ................................................................................................................................................. 56
Figure 37 : Fenêtre d’affectation des cultures aux identifiants ASP – méthode 1 ................................ 59
Figure 38 : Fenêtre d’affectation des cultures aux identifiants ASP – méthode 2 (1) .......................... 59
Figure 39 : Fenêtre d’affectation des cultures aux identifiants ASP – méthode 2 (2) .......................... 60
Figure 40 : Fenêtre d’affectation des cultures aux identifiants ASP – méthode 2 (3) .......................... 61
Figure 41 : Visualisation d’une table de séquences de cultures ........................................................... 61
Figure 42 : Représentation schématique du modèle de rotation ......................................................... 64
Figure 43 : Fenêtre de génération des assolements de rotation .......................................................... 68
Figure 44 : Fenêtre de gestion de l’expertise agronomique (1) ............................................................ 69
Figure 45 : Fenêtre de gestion de l’expertise agronomique (2) ............................................................ 70
Figure 46 : Fenêtre de génération des assolements de rotations (2) ................................................... 71
Figure 47 : Fenêtre de génération des assolements de rotations (3) ................................................... 72
Figure 48 : Visualisation des assolements de rotations ........................................................................ 72
Figure 49 : Visualisation des modifications des valeurs agronomiques des couples réalisées pendant
l’optimisation......................................................................................................................................... 73
Figure 50 : Vérification des fréquences observées et générées ........................................................... 73
Figure 51 : Visualisation et export des rotations................................................................................... 74
Figure 52 : Extrait d’un fichier de résultats exporté visualisé sous un tableur ..................................... 75
Figure 53 : Cartographie de la proportion de la rotation colza-blé-tournesol-blé par UCS sur un bassin
d’alimentation de captage .................................................................................................................... 75
Figure 54 : Concept de paysage pédologique ....................................................................................... 76
Figure 55 : Représentation schématique du modèle de répartition des rotations par UTS ................. 78
Figure 56 : Fenêtre d’affectation des assolements de rotations aux sols (1) ....................................... 79
Figure 57 : Fenêtre d’affectation des assolements de rotations aux sols (2) ....................................... 80
5
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 58 : Fenêtre d’affectation des assolements de rotations aux sols (3) ....................................... 80
Figure 59 : Fenêtre d’affectation des assolements de rotations aux sols (4) ....................................... 81
Figure 60 : Fenêtre d’affectation des assolements de rotations aux sols (5) ....................................... 81
Figure 61 : Résultats de l’affectation des assolements de rotations aux sols – notes des rotations .... 82
Figure 62 : Résultats de l’affectation des assolements de rotations aux sols – proportions par UTS .. 82
Figure 62 : Ajout d’une nouvelle culture ............................................................................................... 83
Figure 62 : Ajout d’un nouvel agrégat de cultures (1)........................................................................... 84
Figure 62 : Ajout d’un nouvel agrégat de cultures (2)........................................................................... 84
Figure 63 : Fenêtre d’exportation des données PostgreSql .................................................................. 85
Figure 64 : Fenêtre d’ajout d’informations ........................................................................................... 86
Figure 65 : Fenêtre indicateurs sur les données ASP ............................................................................ 89
Figure 66 : Fenêtre de statistiques (2)................................................................................................... 90
Figure 67 : Visualisation des statistiques sur les exploitations. ............................................................ 91
Figure 68 : Visualisation des statistiques sur les séquences ................................................................. 91
Liste des tableaux
Tableau 1 : Différents niveaux d’information des données ASP ........................................................... 10
Tableau 2 : Nom et description des fichiers de données ASP de niveau 4 ........................................... 13
Tableau 3 : Signification des codes de groupe de cultures ................................................................... 15
Tableau 4 : Exemple d’évolution des codes d’îlot et d’exploitation pour un même îlot ...................... 17
Tableau 5 : Exemple de détermination d’une séquence de cultures dans le cas d’un îlot simple avec
un seul groupe de cultures .................................................................................................................... 17
Tableau 6 : Exemple de séquences de groupes de cultures possibles dans le cas d’un îlot contenant
plusieurs groupes de cultures ............................................................................................................... 18
Tableau 7 : Description des principaux boutons du logiciel .................................................................. 23
Tableau 8 : Description sommaire des fichiers ASP avant et après 2009 ............................................. 25
Tableau 9 : Type de qualification pour la filiation avec la méthode Paris............................................. 33
Tableau 10 : Type de reconnaissance de séquences et exemples ........................................................ 42
Tableau 11 : Exemple de table de correspondance groupes de cultures ASP – cultures, par type
d’exploitation ........................................................................................................................................ 58
6
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Table des annexes
Annexe 1.
Reprojection des données RPG ..................................................................................... 93
Annexe 2.
Glossaire des fichiers ..................................................................................................... 96
Annexe 3.
Expertise agronomique ............................................................................................... 104
Annexe 4.
Caractéristiques des types de sols............................................................................... 106
Annexe 5.
Formalisation de la notation des cultures dans les rotations ..................................... 108
7
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
1 Contexte
Les territoires agricoles sont des espaces dynamiques. Cette dynamique peut être considérée à
plusieurs niveaux. Les systèmes de culture présentent une dynamique qui fait que sur les parcelles
agricoles se succèdent d’une année à l’autres des cultures auxquelles sont affectées au fil d’une
année des itinéraires techniques. Il y a aussi une dynamique plus lente des évolutions des parcellaires
agricoles qui fait que les territoires d’exploitation se reconfigurent par la disparition de certaines
exploitations au profit d’autres mais aussi au profit du développement des espaces urbains.
Ces différentes dynamiques sont importantes à étudier à plus d’un titre. La dynamique des systèmes
de culture peut permettre d’appréhender les évolutions du milieu que ce soit pour évaluer les
impacts environnementaux (risque de pollution des eaux par les nitrates ou les produits
phytosanitaires) mais aussi les services environnementaux (stockage de carbone dans les sols) rendus
par les exploitations. Cette connaissance peut aussi permettre d’estimer les possibilités d’intégrer
une nouvelle culture dans un territoire pour peu qu’on sache comment elle pourrait s’intégrer dans
les successions de cultures locales. La dynamique des exploitations agricoles quant à elle permet
d’avoir une idée de la dynamique agricole locale et des relations avec le territoire urbain voisin ceci
dans le souci d’un développement équilibré des territoires. Va-t-on vers une réduction forte du
nombre d’exploitations d’un certain type au profit d’un autre ? A-t-on des perturbations importantes
des parcellaires d’exploitation liées au développement des villes ? Ceci constitue quelques questions
que les aménageurs se posent de plus en plus compte tenu des enjeux liés à l’emploi et au cadre de
vie.
Jusqu’à récemment pour répondre à ces questions la principale méthode disponible consistait à
réaliser des enquêtes de terrain auprès des agriculteurs concernés. La situation a changé depuis le
milieu des années 2000 avec l’émergence d’une base de données spatialisée : le Registre Parcellaire
Graphique ou RPG développé dans le cadre du suivi des aides PAC données aux agriculteurs. Le RPG
est un système d’information géographique permettant l’identification des parcelles agricoles et des
cultures qui y sont assolées, ainsi que d’obtenir certaines informations sur les exploitations agricoles
concernées. Ces informations sont disponibles sur la France entière, de manière exhaustive sur les
surfaces déclarées à la PAC, soit la quasi-totalité des surfaces en herbe et cultivées, à l’exception des
cultures pérennes pour lesquelles les informations sont plus fragmentaires.
De fait le RPG constitue une mine d’informations très importante qui permet potentiellement de
répondre à toute une série de questions telles que :
-
Quelles sont les principales cultures d’un territoire donné ? Comment évolue l’assolement de
ce territoire au cours du temps ?
-
Quelles sont les principales successions culturales d’un territoire ? Comment peut-on les
représenter sous forme de rotations ? Comment s’organisent ces rotations dans l’espace ?
Comment se distribuent-elles par type de sols ?
-
Quelles sont les principales exploitations d’un territoire donné ? A quel niveau sont-elles
individuellement concernées par ce territoire ? Quels assolements et rotations appliquentelles sur ce territoire ?
-
Comment évoluent les exploitations du territoire ? Peut-on observer des changements
d’orientation technique ? Observe-t-on une concentration des exploitations agricoles ?
8
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
La difficulté est que le RPG est une base de données qui n’a pas été conçue pour répondre à toutes
ces questions. Son but étant uniquement d’assurer un contrôle des surfaces éligibles aux aides PAC
en accord avec la réglementation européenne. Les informations qui permettent de répondre aux
questions sont pourtant bien présentes mais difficiles à exploiter ce qui fait que très souvent elles ne
sont pas mobilisées ailleurs que dans les équipes de recherche.
Conscient de ce problème une petite équipe de chercheurs a choisi de développer un outil gratuit
baptisé RPG Explorer qui permet de rendre plus accessible le traitement des données du RPG. Cet
outil est présenté dans les pages qui suivent. La version présentée comporte déjà un certain nombre
de modules utiles aux acteurs du territoire mais il est prévu de continuer le développement d’autres
modules au fil des programmes de recherche et des interactions avec les utilisateurs de l’outil.
Merci donc de tester l’outil et de nous faire vos retours pour nous permettre de l’améliorer.
9
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
2 Présentation du RPG
2.1 Présentation générale
Source : site Internet de l’ASP : http://www.asp-public.fr/?q=node/856
« Conformément à la réglementation communautaire (n° 1593/2000), la France a mis en place
depuis 2002, le Registre Parcellaire Graphique (RPG) qui est un système d’information géographique
permettant l’identification des parcelles agricoles.
Ce dispositif, administré par l’Agence de Services et de Paiement (ASP), est utilisé pour la gestion des
aides européennes à la surface. Il contient environ 6 millions d’îlots, soit plus de 27 millions
d’hectares, déclarés annuellement par près de 400 000 agriculteurs.
Toute mise à disposition de données s'accompagne d'une convention/licence type décrivant les
données mises à disposition et l’usage qui en sera fait. La diffusion de ces données se fait à titre
payant exception faite des services centraux et déconcentrés de l’Etat »
On distingue plusieurs niveaux d’information pour les données mises à disposition (Tableau 1). On
retrouve ainsi, quel que soit le niveau, la donnée graphique (contour des îlots PAC), puis selon les
niveaux, des informations concernant les îlots, les cultures qui y sont déclarées, les exploitations
déclarant les îlots.
Selon l’utilisation souhaitée de RPG Explorer, le niveau d’information minimal requis est variable :
-
les données ASP de niveau 4 sont nécessaires pour le fonctionnement de l’ensemble des
fonctionnalités de RPG Explorer,
-
les données ASP de niveau 2 peuvent être suffisantes pour une utilisation partielle de RPG
Explorer (pas de prise en compte des types d’exploitation pour la définition des rotations,
pas d’analyse possible des territoires d’exploitations agricoles et de leur évolution).
A noter que les données effectivement mises à disposition par l’ASP ne concernent que les années
2006 et suivantes, et qu’en 2006, seul le niveau 2 est disponible.
Tableau 1 : Différents niveaux d’information des données ASP
Information
Niveau 1
Niveau 2
Niveau 3
Niveau 4
Données graphiques
X
X
X
X
Identifiant numérique et non significatif par îlot
X
X
X
X
Commune de localisation de l’îlot
X
X
X
Cultures de l’îlot regroupées selon une
nomenclature de 28 groupes
X
X
X
Surfaces des regroupements obtenus
X
X
X
Surface de référence de l'îlot
X
X
Caractère irrigué ou non de l'îlot (jusqu’en 2009)
X
X
10
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Information
Niveau 1
Niveau 2
Niveau 3
Niveau 4
Forme juridique de l'exploitation
X
X
Surface déclarée de l'exploitation
X
X
Département de rattachement administratif du
dossier
X
X
Classe d'âge pour les exploitants individuels
X
X
Identifiant numérique non significatif de
l'exploitation
X
2.2 L’îlot, unité cartographique de base des données RPG
Comme précisé précédemment, les données RPG sont disponibles à l’échelle des îlots PAC, tandis
que les cultures sont mises en place par les exploitations agricoles sur des parcelles culturales. Ces
parcelles culturales s’appuient elles-mêmes sur des parcelles cadastrales appartenant à des
propriétaires.
Parcelle cadastrale : Portion de terrain d'un seul tenant, appartenant au même propriétaire, et
constituant une unité du cadastre (Source : Larousse agricole, édition 2002).
Parcelle culturale : unité de gestion la plus fine d’un agriculteur, présentant une occupation du sol
unique et sur laquelle l’agriculteur applique en général un itinéraire technique unique.
Une parcelle culturale peut s’étaler sur plusieurs parcelles cadastrales et vice-versa.
Gauche : plusieurs parcelles culturales (limites rouges) dans une parcelle cadastrale (limite noire). Droite :
plusieurs parcelles cadastrales (limite noire) dans une parcelle culturale (limite rouge)
Figure 1 : Parcelles cadastrales et culturales (source : Géoportail).
Ilot PAC : Un îlot est un ensemble de parcelles culturales contiguës exploitées par une même
exploitation, portant une ou plusieurs cultures, délimité par des éléments permanents facilement
repérables (chemin, route, ruisseau...) ou par d'autres exploitations (source : adaptée de la Notice
explicative Comment renseigner votre dossier PAC ? Ministère de l’Agriculture). Il sert d’unité
géographique de base pour les déclarations de surface agricoles dans le cadre de la gestion des aides
européennes.
11
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Gauche : un îlot (limite bleue) contenant plusieurs parcelles culturales (limite rouge). Droite : deux îlots
contenant chacun une seule parcelle culturale
Figure 2 : Ilots PAC et parcelles culturales.
2.3 Description détaillée des fichiers de données ASP de niveau 4
Les données mises à disposition par l’ASP sont rendues anonymes. Ces données sont constituées de
trois lots de fichiers, contenant chacun un ensemble d’informations (Tableau 2). Les noms de ces
fichiers ont été modifiés à partir de l’année 2010.
12
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Tableau 2 : Nom et description des fichiers de données ASP de niveau 4
Nom fichiers
2006-2009 :
ilot-description_XXXX_YYY .csv
2010-2012 :
ILOTS-ANONYMES-NIVEAU4_YYY_date.csv
2006-2009 :
ilot_groupe_culture_XXXX_YYY .csv
2010-2012 :
ILOTS-ANONYMES-GROUPES-CULTURE_YYY_date.csv
Description
Exemple
Renseignements administratifs
sur l’îlot et l’exploitation agricole
qui l’exploite (une ligne par îlot)
Détail des surfaces de groupes de
cultures présents sur chaque îlot
(plusieurs lignes par îlot si
plusieurs groupes de cultures la
même année sur l’îlot)
Fichiers SIG (shapefile, =4 fichiers) :
2006-2009 :
 ilot_XXXX_YYY.dbf
 ilot_XXXX_YYY.prj
 ilot_XXXX_YYY.shp
 ilot_XXXX_YYY.shx
2010-2012 :
 SURFACES-XXXX-ILOTS_ANONYMES_YYY_date.dbf
 SURFACES-XXXX-ILOTS_ANONYMES_YYY_date.prj
 SURFACES-XXX-ILOTS_ANONYMES_YYY_date.shp
 SURFACES-XXXX-ILOTS_ANONYMES_YYY_date.shx
Contour des îlots : un polygone
par îlot, correspondant à une
ligne de la table attributaire
(fichier .dbf) contenant
l’identifiant d’îlot.
13
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Les fichiers .csv peuvent être lus avec un éditeur de texte (bloc-notes…) ou un tableur (LibreOffice
Calc, Excel…) pour une lecture plus aisée, tandis que les fichiers shapefiles peuvent être visualisés
sous un logiciel SIG (Qgis…). Leur visualisation peut permettre d’obtenir manuellement diverses
informations comme indiqué ci-dessous.
La visualisation des fichiers shapefile permet d’observer la géométrie des îlots d’un territoire et
d’obtenir leur identifiant (Figure 3).
Figure 3 : Identification d’un îlot sous SIG
On peut alors rechercher les informations concernant cet îlot dans la table « ILOTS-ANONYMESGROUPES-CULTURE_YYY_date.csv » (Figure 4) :
-
l’îlot est rattaché à la commune de code INSEE 79285,
-
il est exploité par un GAEC, dont la classe d’âge des exploitants n’est pas précisée,
-
la surface totale déclarée des îlots de l’exploitation est de 410,71 ha,
-
le département de rattachement de l’exploitation est le 79,
-
la surface de référence de l’îlot et de 3,63 ha,
-
l’identifiant unique de l’exploitation est le 079-3262.
Figure 4 : Recherche des informations sur l’îlot et l’exploitation dans le fichier « ILOTS-ANONYMESNIVEAU4_YYY_date.csv »
On peut également rechercher les informations concernant les groupes de cultures déclarés sur cet
îlot pour l’année considérée dans la table « ILOTS-ANONYMES-GROUPES-CULTURE_YYY_date.csv »
(Figure 5). On s’aperçoit alors que 3,23 ha étaient déclarés en groupe de cultures 2 (maïs grain et ensilage) et
0,40 ha en groupe de cultures 19 (prairies temporaires). Il est important de remarquer qu’un îlot PAC peut
contenir plusieurs groupes de cultures, qui ne sont pas spatialisés à l’intérieur de celui-ci.
14
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 5 : Recherche des informations sur les surfaces de groupes de cultures de l’îlot dans le fichier « ILOTSANONYMES-GROUPES-CULTURE_YYY_date.csv »
Il est possible d’associer les données de la table « ILOTS-ANONYMES-NIVEAU4_YYY_date.csv » à la
donnée cartographique « SURFACES-XXXX-ILOTS_ANONYMES_YYY_date » afin d’avoir accès
directement sous SIG aux informations concernant l’îlot et son exploitation. A l’inverse, il est
impossible de faire de même avec le fichier des groupes de cultures « ILOTS-ANONYMES-GROUPESCULTURE_YYY_date.csv », du fait que plusieurs lignes peuvent décrire un même îlot dans ce fichier
(cf. Figure 5, une ligne par groupe de cultures par îlot). L’association directe du .CSV au shape
conduirait à ne plus avoir pour chaque îlot que l’information sur le premier groupe de cultures listé
(groupe 2 avec 3.23 ha pour l’îlot encadré sur la Figure 5).
2.4 Signification des codes de groupe de cultures
Les données fournies par l’ASP concernant les cultures déclarées sont regroupées en une
nomenclature en 28 « groupes de cultures ». Le nom des cultures donné dans le tableau l’est à titre
indicatif et non exhaustif. Des variations pouvant exister d’un département à l’autre quant au
contenu exact d’un même groupe de cultures.
Tableau 3 : Signification des codes de groupe de cultures
Groupe de cultures
Cultures
Numéro
Nom
1
Blé tendre
Blé tendre d’hiver, blé tendre de printemps
2
Maïs grain et ensilage
Maïs grain, maïs ensilage, maïs doux
3
Orge
Orge d’hiver, orge de printemps
4
Autres céréales
Alpiste, avoine, blé dur, épeautre, millet, seigle, sorgho,
sarrasin, triticale…
5
Colza
Colza d’hiver, colza de printemps
6
Tournesol
Tournesol
7
Autres oléagineux
Lin oléagineux, chanvre oléagineux, œillette, soja,
navette…
8
Protéagineux
Fèves, féveroles, lupin doux, pois d’hiver, pois de
printemps, protéagineux fourragers…
9
Plantes à fibre
Chanvre, lin
15
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Groupe de cultures
Cultures
Numéro
Nom
10
Semences
Semences de cultures diverses (céréales, maïs, chanvre,
riz…)
11
Gel (surfaces gelées sans
production)
Surfaces gelées sans production (jachère, gel sans
production)
12
Gel industriel
Colza, tournesol, céréales, taillis à courte rotation,
plantes à parfum, etc., sous contrat de gel industriel
(usage non alimentaire)
13
Autres gels
Gel vert (boisement), gel légumineuses…
14
Riz
Riz
15
Légumineuses à graines
Lentilles, pois chiches, vesces
16
Fourrage
Luzerne déshydratée, betteraves fourragère, moha,
colza fourrager, fourrages de céréales…
17
Estives landes
Estives, alpages, landes, parcours
18
Prairies permanentes
Prairies naturelles, prairies temporaires de plus de 5 ans
19
Prairies temporaires
Prairies temporaires et artificielles
20
Vergers
Vergers
21
Vignes
Vignes (raisins de table et de cuve)
22
Fruits à coque
Amande, noisette, noix, châtaigne
23
Oliviers
Oliviers
24
Autres cultures industrielles
Betterave sucrière, chicorée, houblon, moutarde,
plantes médicinales, plantes à parfum, tabac
25
Légumes – fleurs
Pomme de terre (plants, fécule, consommation),
légumes de plein champ, maraîchage sous serre, fleurs,
26
Canne à sucre
Canne à sucre
27
Arboriculture
Agrumes, banane, café, ananas…
28
Divers
Autres cultures, bois, cultures énergétiques, haies,
mare…
16
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
2.5 Principales limites à l’utilisation des données ASP brutes
2.5.1 Changement d’identifiant
Une des limites importantes à l’utilisation des données du RPG sur plusieurs années consécutives vient du fait
que les identifiants uniques d’îlots varient d’une année à l’autre. Il en est de même des identifiants
d’exploitations, ce qui rend impossible toute mise en relation directe des données d’une année à
l’autre sur la seule base de ces identifiants. Par exemple, une exploitation codée « 079-34915 » en
année n est codée « 079-5420143 » en année n+1. On ne peut donc pas automatiquement retrouver
les parcellaires ou territoires d’exploitation d’une année à l’autre. Il n’est également pas possible de
reconstituer facilement les séquences de cultures pour un îlot, son identifiant étant différent d’une
année à l’autre.
Tableau 4 : Exemple d’évolution des codes d’îlot et d’exploitation pour un même îlot
Année n
Année n+1
Numéro d’îlot
079-34915
Numéro d’exploitation
079-3262
Pas d’égalité
Numéro d’îlot
079-5420143
Numéro d’exploitation
079-359531
Pour dépasser ce problème des identifiants différents d’une année à l’autre on est amené à travailler
directement sur la position des îlots projetés sur une carte. Le suivi d’un même îlot d’une année à
l’autre se fera ainsi par la superposition spatiale à l’identique de deux îlots des deux années
considérées. On qualifie cette opération de filiation des îlots.
2.5.2 Difficulté pour déterminer les séquences de groupes de cultures
Si les îlots ne contenaient qu’une seule parcelle culturale et donc un seul groupe de cultures, la
filiation des îlots présentée ci-dessus suffirait à établir les séquences de groupes cultures (Tableau 5).
Tableau 5 : Exemple de détermination d’une séquence de cultures dans le cas d’un îlot simple avec un seul
groupe de cultures
Groupes de cultures présents sur l’îlot
Année n
Année n+1
6 (Tournesol)
1 (Blé tendre)
Séquences de groupes de cultures
6 (Tournesol) (année n)
1 (Blé tendre) (année n+1)
Il est malheureusement fréquent d’avoir plusieurs groupes de cultures au sein d’un même îlot. Ce cas
correspond aux situations où on a plusieurs parcelles culturales dans un îlot. La détermination des
séquences de groupes de cultures est alors plus difficile car on ne dispose d’aucune information sur
la localisation géographique de ces cultures au sein des îlots. Le Tableau 6 présente l’exemple d’un
îlot identifié sur 2 années contenant plusieurs groupes de cultures chaque année. Vu qu’aucun
identifiant ni localisation géographique ne permet de faire le lien entre groupes de culture d’une
année sur l’autre, plusieurs successions de groupes de cultures sont possibles dans ce cas, dont une
partie est présentée dans le Tableau 6.
17
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Pour contourner cette difficulté on sera amené à établir des règles sur la manière dont les groupes
de cultures s’apparient d’une année à l’autre en s’appuyant sur la connaissance des surfaces
déclarées dans l’îlot considéré d’une année à l’autre (ce point sera présenté dans le paragraphe 5.2.4
sur la reconnaissance des séquences).
Tableau 6 : Exemple de séquences de groupes de cultures possibles dans le cas d’un îlot contenant plusieurs
groupes de cultures
Groupes de cultures présents sur l’îlot
Année n
Année n+1
5 (Colza)
1 (Blé tendre)
1 (Blé tendre)
6 (Tournesol)
Exemples de séquences de groupes de cultures possibles
5 : Colza (année n)
1 : Blé tendre (année n+1)
1 : Blé tendre (année n)
5 : Colza (année n)
6 : Tournesol (année n+1)
6 : Tournesol (année n+1)
1 : Blé tendre (année n)
5 : Colza (année n)
1 : Blé tendre (année n+1)
1 : Blé tendre (année n+1)
1 : Blé tendre (année n)
6 : Tournesol (année n+1)
1 : Blé tendre (année n)
1 : Blé tendre (année n+1)
2.5.3 Agglomération des cultures en groupe de cultures
Les données ASP ne renseignent pas directement sur les cultures présentes dans l’îlot, mais sur des
groupes de cultures selon une nomenclature en 28 classes (Tableau 3). Pour certains groupes,
l’imprécision résultante sur la culture est faible à nulle (groupe 6 par exemple dans lequel on a une
seule culture : tournesol), tandis que pour d’autres, l’imprécision peut être plus importante (groupe
2 : maïs ensilage et maïs grain, groupe 12 : colza, tournesol, etc., en gel industriel, groupe 19 : prairie
temporaire, qui peut correspondre à une luzerne ou à une prairie à base de graminées…).
Dans RPG Explorer on associe des cultures aux groupes de cultures en s’appuyant sur des
informations extérieures aux données ASP. Ce peut être des statistiques annuelles sur les
assolements départementaux ou des résultats d’enquêtes en exploitation agricole. Ce point sera
développé dans le paragraphe 5.2.6 (Affectation des cultures aux identifiants ASP).
18
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
3 Description sommaire du logiciel
3.1 Principales fonctions
Au vu de l’utilité limité des données ASP brutes (cf. paragraphe 2.5), RPG Explorer a été développé
avec l’objectif de faciliter l’exploitation et l’analyse de ces données RPG de l’ASP. Ainsi il permet de
réaliser un ensemble de fonctions facilement, sans connaissance particulière en SIG et traitements de
données :
-
extraire les données RPG sur un espace donné (bassin versant, aire d’alimentation de
captage, zone Natura 2000…) et pour plusieurs années,
-
établir la filiation des îlots pour un espace défini et une série d’années données,
-
établir les assolements par année au sein de l’espace écologique considéré,
-
établir les séquences de groupes de cultures, puis de cultures au sein des îlots PAC,
-
fournir un cadre à l’utilisateur pour définir des typologies d’exploitation agricole en fonction
des assolements par exploitation,
-
modéliser les rotations de cultures, par type d’exploitation agricole et/ou sous-parties de
l’espace écologique, et de les répartir par type de sol,
-
établir des statistiques de synthèse sur les exploitations agricoles de l’espace écologique,
-
caractériser les dynamiques des territoires d’exploitation sur un espace écologique (module
en développement).
3.2 Comment faire pour…
Selon l’objectif poursuivi, différentes fonctions pourront être mobilisées. La préparation des
données, leur intégration dans la base et la filiation des îlots (étape 0 à 2) est a minima nécessaire
dans tous les cas de figure.
Objectif
Etapes et paragraphes
Obtenir les successions de culture par îlot sur un
territoire à partir de plusieurs années de données RPG
Etapes 0 à 3 (paragraphes 5.2.1 à 5.2.4).
Réaliser une typologie des exploitations agricoles
basée sur les assolements
Etapes 0 à 4 (paragraphes 5.2.1 à 5.2.5).
Modéliser les rotations culturales à l’échelle d’un
territoire
Etapes 0 à 7 (paragraphes 5.2.1 à 5.2.8).
Etudier les dynamiques des territoires
d’exploitations sur un territoire
Etapes 0 à 7 (paragraphes 5.2.1 à 5.2.5, puis
5.3.1).
Module en développement
19
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
3.3 Ce que RPG Explorer ne fait pas ou pas encore

L’outil ne fournit pas les données ASP, leur acquisition est un prérequis à son utilisation.

L’outil ne dispose pas d’une interface de visualisation cartographique des données RPG. Pour
cela, il est nécessaire d’exporter les données sous un SIG1.

Les séquences de cultures déterminées par l’outil ne sont pas certaines. Leur détermination
repose en effet sur un certain nombre d’hypothèses qui peuvent être invalidées dans
certains cas.

L’outil ne reproduit pas exhaustivement les rotations de cultures d’un territoire : le module
proposé repose sur un modèle, il s’agit donc d’une simplification de la réalité observée,
respectant un ensemble de contraintes agronomiques et d’occurrence des cultures et/ou des
couples précédents-suivants et/ou des triplets de culture sur un territoire donné.

L’outil ne définit pas une rotation à l’échelle de l’îlot : les rotations sont définies en termes de
proportion surfacique sur un espace écologique ou ses sous-parties.

L’outil n’intègre à l’heure actuelle qu’un seul modèle de génération des assolements de
rotation. D’autres approches basées sur la classification des successions de culture,
développées notamment à l’UMR AGIR (Toulouse), pourraient cependant être intégrées à
terme.

Le module de « caractérisation de l’évolution des territoires d’exploitation » est actuellement
en développement. Les résultats fournis sont encore incomplets et nécessitent une
validation. Cette fonctionnalité sera développée dans une prochaine version.
1
Nous donnons dans ce guide des indications permettant d’utiliser un SIG gratuit (QGis) pour cette
visualisation.
20
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
4 Installation de RPG Explorer
4.1 Installation de l’outil de valorisation des données du RPG
Décompresser l’archive (fichier .rar) contenant le fichier d’installation du logiciel. Si vous n’avez pas
le logiciel adapté pour décompresser le fichier, vous pouvez en télécharger un gratuitement à partir
d’Internet (par exemple, 7zip).
Une fois l’archive décompressée, double-cliquer sur l’icône du fichier d’installation
« RPGdataExtraction(Version_1.8.24).exe ». Suivez les étapes jusqu’à l’installation complète.
L’installation du logiciel inclut l’installation d’une base de données PostgreSql/Postgis, qui est le
support de l’ensemble des données gérées par le logiciel. Le logiciel permet un interfaçage de la base
de données qui rend non nécessaire la manipulation directe de cette base.
Il peut s’avérer nécessaire de disposer d’une connexion internet pendant l’installation de l’outil. En
effet, si certains composants nécessaires au fonctionnement du logiciel sont absents sur l’ordinateur,
l’installateur téléchargera ces composants à partir d’internet.
Il est possible d’installer RPG Explorer à différents emplacements de l’ordinateur, y compris sur des
lecteurs USB externes. Choisissez un disque disposant d’un espace disque disponible important : de
l’ordre de quelques Go pour un travail sur un petit espace sur un département unique, à une
centaine de Go pour un travail sur plusieurs grands espaces, s’étalant sur plusieurs départements. De
fait l’utilisation de RPG Explorer génère une base très volumineuse, pouvant atteindre plusieurs
dizaines de Go. L’installation sur un disque dur externe permet de ne pas saturer l’espace disque de
votre ordinateur. Cette solution peut toutefois ralentir les traitements du fait de la connexion USB.
4.2 Réglages supplémentaires
Afin de garantir le bon fonctionnement de RPG Explorer, il est nécessaire que Windows reconnaisse
le « . » comme symbole décimal. Suivre la procédure suivante sous Windows 7 : aller dans Menu
démarrer / Panneau de configuration / Modifier les claviers ou les autres méthodes d’entrée (sous
Horloge, langue et région) / onglet Format / bouton Paramètres supplémentaires : renseigner « . »
dans la case « Symbole décimal ».
21
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5 Utilisation de RPG Explorer
5.1 Démarrage / prise en main de l’interface
RPG Explorer s’ouvre sur le diagramme de l’outil qui représente la chaîne des différents traitements
des données ASP réalisables par le logiciel. On y repère des processus, des données d’entrée et de
sortie (Figure 6).
Les paragraphes suivants 5.2 et 5.3 détaillent ces processus un à un.
Figure 6 : Diagramme de l’outil
Une fois sur ce diagramme, il est possible d’accéder directement à l’interface d’un processus donné
en cliquant sur son nom, ou bien de simplement fermer la fenêtre du diagramme pour arriver sur la
fenêtre du menu de l’outil.
Une fois sur la fenêtre du menu de l’outil (Figure 7), on peut vérifier différentes informations sur la
configuration du système, de RPG Explorer, PostgreSql et Postgis (cadre 1, Figure 7).
Chacun des processus (ainsi que le diagramme de l’outil) est accessible via le menu de l’outil (cadre 2,
Figure 7). Quand ce menu est caché, il est possible de le faire apparaître avec le bouton « afficher le
menu » situé en haut de la fenêtre (cadre 3, Figure 7).
22
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 7 : Menu de l’outil
L’ensemble des étapes de RPG Explorer présente des boutons communs. Leur signification est
indiquée dans le Tableau 7.
Tableau 7 : Description des principaux boutons du logiciel
Bouton
Description
Bouton ajouter : créer un dossier pour l’enregistrement des tables (hormis à
l’étape d’intégration des fichiers ASP où ce bouton sert également à ajouter le
contenu d’un dossier dans la liste des fichiers à importer)
Bouton supprimer : supprimer un dossier de la base de données, une table…
Bouton dupliquer : dupliquer une table
Bouton modifier : modifier le nom d’une table, son contenu…
Bouton visualiser : visualiser les données d’une table. Une fois sur la fenêtre de
visualisation, il faut cocher la table à visualiser pour effectivement visualiser la
table.
Par défaut, seules les 200 premières lignes sont affichées.
L’affichage d’un grand nombre de lignes peut en effet faire
« planter » le logiciel. Il est cependant possible d’ajuster
manuellement le nombre de lignes à afficher.
Bouton sauvegarder : sauvegarder les modifications des tables spécifiques à
RPG Explorer, éditables directement dans le logiciel (contraintes
agronomiques…).
Bouton exporter : exporter une table de la base de données, soit dans le
format par défaut, soit dans un format spécifique si précisé (Excel, dbf…).
23
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Bouton
Description
Bouton importer : importer une table dans la base de données, soit dans le
format par défaut, soit dans un format spécifique si précisé (Excel, dbf…). Cette
option permet de repartir de données existantes (table de filiation existante,
table de séquences existante, table de contraintes agronomiques…).
Nom de table sur fond rouge : lors de la paramétrisation d’un processus,
signifie que la table n’est pas adaptée en donnée d’entrée du processus.
Nom de table sur fond vert : lors de la paramétrisation d’un processus, signifie
que la table est adaptée en donnée d’entrée du processus.
5.2 Description d’une chaîne de traitements
La description d’une chaîne de traitements typique avec ses différentes étapes fait l’objet des
paragraphes suivants (5.2.1 à 5.2.8). Chacune des étapes est décrite selon un cadre plus ou moins
constant :
-
une description sommaire, présentant ses sous-étapes, les entrées et sorties,
-
une méthodologie détaillée pour les étapes complexes, explicitant les concepts de l’étape,
-
les entrées, sorties, options et paramètres de l’étape sous forme d’un tableau récapitulatif
détaillé,
-
le déroulement pas à pas, présentant le fonctionnement informatique de l’étape (où
cliquer…), avec de nombreuses captures d’écran,
-
la visualisation des résultats et des exemples d’application.
Les premières étapes 0 et 1 étant relativement simples et particulières à la fois, leur description ne
suit pas tout à fait ce cadre.
5.2.1 Etape 0 : Préparation des données
Les données RPG telles que livrées par l’ASP demandent très peu de préparation pour pouvoir être
intégrées dans RPG Explorer. La préparation peut concerner selon les années, la modification des
noms des fichiers, le changement de systèmes de projection des shapefiles ou l’ordonnancement des
fichiers dans les dossiers,
5.2.1.1 Description sommaire
Modifier le nom des fichiers ASP pour qu’il soit reconnu automatiquement par l’outil
SOUSETAPE(S)
Reprojeter les données cartographiques dans le même système de projection
Ordonner les fichiers de l’ASP dans une arborescence de dossiers compatible avec
l’outil.
ENTREE(S)
Données RPG brutes de l’ASP
SORTIE(S)
Données RPG de l’ASP dans un format compatible avec l’outil
24
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.2.1.2 Ordonnancement des fichiers dans un dossier
Afin de permettre la bonne intégration des fichiers ASP dans l’outil, les fichiers d’un unique
département doivent être présentes dans un dossier donné. Le dossier peut par contre contenir
directement les fichiers de l’ensemble des années à importer, ou bien les fichiers regroupés par
année dans des sous-dossiers séparés.
Figure 8 : Exemple d’arborescence de dossiers à respecter
5.2.1.3 Nom de fichiers
Les données de base livrées par l’ASP concernent une année XXXX et un département YYY. Elles sont
constituées de 3 lots d’information (Tableau 8).
A partir de 2010, les noms des fichiers ASP changent (correspondance entre les noms de fichier dans
le Tableau 8). L’outil est conçu pour reconnaître les noms de fichiers selon le modèle 2006-2009. Il
convient donc de renommer les fichiers des années 2010 et postérieures selon la convention des
noms de fichiers 2006-2009.
Tableau 8 : Description sommaire des fichiers ASP avant et après 2009
Fichiers 2006-2009
ilot-description_XXXX_YYY .csv
ilot_groupe_culture_XXXX_YYY .csv
Fichiers SIG (shapefile, =4 fichiers) :
 ilot_XXXX_YYY.dbf
 ilot_XXXX_YYY.prj
 ilot_XXXX_YYY.shp
 ilot_XXXX_YYY.shx
Fichiers 2010-2012
ILOTS-ANONYMES-NIVEAU4_YYY_date.csv
ILOTS-ANONYMES-GROUPES-CULTURE_YYY_date
Fichiers SIG (shapefile, =4 fichiers) :
 SURFACES-XXXX-ILOTS_ANONYMES_YYY_date.dbf
 SURFACES-XXXX-ILOTS_ANONYMES_YYY_date.prj
 SURFACES-XXXX-ILOTS_ANONYMES_YYY_date.shp
 SURFACES-XXXX-ILOTS_ANONYMES_YYY_date.shx
5.2.1.4 Système de projection des données SIG
La projection cartographique permet de représenter des données spatiales de la surface de la
terre (assimilée à une sphère ou une ellipsoïde) sur un plan. Un système de projection définit
les paramètres permettant cette représentation sur plan. Plusieurs systèmes de projection
peuvent être utilisés pour représenter des données sur une même zone. Des îlots identiques
représentés dans des systèmes de projection différents ne se superposeront pas, rendant
impossible la filiation des îlots. Il est donc impératif que toutes les données spatiales
intégrées dans l’outil pour une étude donnée soient dans le même système de projection.
25
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Pour les années 2006 à 2008, le système de projection des données géographiques de l’ASP est le
Lambert 2 étendu, codé avec le SRID 77772 dans l’outil.
A partir de 2009, le système de projection change et devient le Lambert 93, codé avec le SRID 2154
dans l’outil.
L’outil peut seulement traiter des données qui sont dans le même système de projection. Ainsi, dans
le cas d’utilisation de données à la fois antérieures et postérieures à 2009, il convient de reprojeter
une partie des données cartographiques afin que l’ensemble des données soient dans le même
système de projection : soit l’ensemble des données en Lambert 2 étendu, soit l’ensemble des
données en Lambert 93.
Dans la version 1.8.24, seul le Lambert 2 étendu (codé 7777) est supporté par l’outil.
Ainsi, dans le cas d’utilisation de données à la fois antérieures (Lambert 2 étendu) et
postérieures à 2009 (Lambert 93), il convient de reprojeter les données postérieures à
2009 en Lambert 2 étendu
Un exemple de procédure à suivre pour réaliser ces reprojections de données SIG de manière simple
à l’aide d’un logiciel libre est présenté en Annexe 1.
5.2.2 Etape 1 : Intégration des fichiers ASP
RPG Explorer s’appuie sur une base de données PostgreSql/Postgis pour le traitement des
données. Il est nécessaire d’intégrer les fichiers ASP dans cette base avant toute autre
opération.
5.2.2.1 Description
SOUSETAPE(S)
OPTION(S)
Intégrer les informations tabulaires des fichiers ASP dans la base de données de l’outil.
Intégrer les informations géographiques des fichiers ASP dans la base de données de
l’outil.
SRID : Système de projection des données ASP à renseigner (7777 pour Lambert 2 étendu,
2154 pour Lambert 93).
Dans la version 1.8.16, seul le lambert 2 étendu codé 7777 est supporté.
Données pré-traitées de l’ASP issues de l’étape 0 (XXXX étant l’année, YYY le département) :
ENTREE(S)

ilot-description_XXXX_YYY

ilot_groupe_culture_XXXX_YYY

ilot_XXXX_YYY (même système de projection pour tous les fichiers de ce type)
Données de l’ASP intégrées à la base de données de l’outil (XXXX étant l’année, YYY le
département)
SORTIE(S)

ilot-description_XXXX_YYY

ilot_groupe_culture_XXXX_YYY

ilot_groupe_culture_XXXX_YYY_init

ilot_XXXX_YYY
2
Le système de projection utilisé pour les données ASP de 2006 à 2008 n’est pas reconnu comme un « vrai »
Lambert 2 étendu, d’où son codage en 7777 plutôt qu’en 27572 utilisé traditionnellement.
26
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.2.2.2 Déroulement pas à pas
Afin de débuter l’intégration des fichiers ASP dans l’outil, cliquer sur l’onglet « Intégration des fichiers
ASP » dans le menu de l’outil. Dans la fenêtre qui apparaît, suivre les étapes suivantes :
1) Sélectionner le dossier d’enregistrement des données dans la base de données PostgreSql
(ou créer le avec le bouton vert +) (cadre 1, Figure 9) en respectant la convention d’un seul
département par dossier d’enregistrement.
2) Rechercher ensuite le(s) répertoires(s) où sont stockées les fichiers ASP à l’aide du bouton
« parcourir » (cadre 2, Figure 9),
3) Ajouter les fichiers de(s) répertoires(s) sélectionnés à la liste des fichiers à intégrer à la base
avec le bouton vert + (cadre 3, Figure 9) (opération à répéter pour chaque répertoire
sélectionné).
4) Vérifier que les fichiers sélectionnés sont bien reconnus par l’outil. Dans le cas contraire,
vérifier que les fichiers respectent le modèle pour les noms de fichier (cf. paragraphe
5.2.1.2). Normalement, chacun des trois types de fichier ASP doit apparaître dans la fenêtre
(cadres 4, Figure 9)
5) Appuyer enfin sur le bouton « Lancer l’étape d’import des fichiers ASP » (cadre 5, Figure 9).
Figure 9 : Interface d’intégration des fichiers ASP
6) Une fenêtre d’informations sur l’import des fichiers ASP s’ouvre alors, fermer la après l’avoir
lue (cadre 6, Figure 10).
7) Une seconde fenêtre s’ouvre pour réaliser l’import des fichiers SIG (shapefile) de l’ASP dans
l’outil. Commencer par appuyer sur « Add file » (cadre 7, Figure 10), puis rechercher et
sélectionner les fichiers shapefile de l’ASP (.shp).
27
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
8) Renseigner alors le système de projection (SRID) de chacun des fichiers (cadre 8, Figure 10).
Pour rappel, celui-ci doit être identique pour toutes les données à importer et seul le
lambert 2 étendu codé 7777 est supporté dans la version 1.8.24 (cf. paragraphe 5.2.1.4).
Bien veiller à valider la saisie (touche « entrée » ou cliquer en dehors du cadre des SRID)
(cadre 8) pour que celle-ci soit prise en compte.
9) Une fois tous les fichiers SIG ajoutés à la liste et les SRID renseignés, cliquer sur le bouton
« Import » (cadre 9, Figure 10).
10) Une barre de progression pour l’import de chaque fichier s’affiche. Une fois l’import terminé,
ces barres se referment automatiquement. Vérifier le bon import des fichiers dans la fenêtre
« Log window » (cadre 10, Figure 10).
11) Fermer alors la fenêtre d’import des fichiers SIG (cadre 11, Figure 10).
Figure 10 : Fenêtres intermédiaire pendant l’intégration des fichiers ASP
12) Une fenêtre de progression d’import des fichiers ASP s’affiche. Une fois le processus terminé,
la fenêtre présente automatiquement l’onglet « Sorties statistiques ». Cocher la table
statistiques (cadre 12, Figure 11) pour vérifier le bon import de l’ensemble des fichiers (cadre
13, Figure 11).
28
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
13) Vous pouvez également retourner sur l’onglet de « Progression de l’étape » pour revoir les
différentes actions réalisées.
14) Enfin, vous pouvez accéder au « Rapport d’erreurs » pour vérifier l’absence d’erreurs
problématiques (cadre 15, Figure 11). Par défaut, l’outil affiche un certain nombre d’erreurs
à l’import des fichiers ASP correspondant au non import des lignes d’en-têtes des fichiers
(erreur normale).
Figure 11 : Fenêtre de résultats de l’étape d’intégration des fichiers ASP. Le nombre d’îlots dans chaque table
importée est indiqué, ainsi que la surface correspondante pour les tables SIG.
5.2.2.3 Visualisation des résultats / exemple(s) d’application
A ce niveau d’avancement, les données produites par l’outil sont une copie conforme des données
brutes ASP, à l’exception du fichier « ilot_groupe_culture_XXXX_YYY » (la copie conforme du fichier
ASP éponyme étant « ilot_groupe_culture_XXXX_YYY_init »).
Le fichier ilot_groupe_culture_XXXX_YYY transforme ainsi le fichier ASP éponyme en indiquant
toujours pour chaque îlot la surface de chaque groupe de cultures, mais avec un îlot par ligne et les
groupes de cultures par colonne. Ce formalisme d’un îlot par ligne, au contraire du fichier d’origine
qui comprend plusieurs lignes pour un même îlot, permet la bonne intégration du fichier sous SIG. En
l’absence de cette transformation, pour des îlots comportant plusieurs groupes de cultures, seule la
première donnée de groupe de cultures serait prise en compte, les autres groupes de cultures
seraient ignorés. Le fichier initial est toutefois intégré dans la base sous le nom
« ilot_groupe_culture_XXXX_YYY_init ».
Figure 12 : Exemple de la transformation du fichier de groupes de cultures réalisé par RPG Explorer
L’export de cette table (cf. paragraphe 0) permet ainsi, en la reliant sous SIG au shapefile de l’ASP, de
faire des représentations de l’assolement (Figure 13).
29
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 13 : Exemple d’application : représentation du pourcentage de prairies permanentes par îlot
5.2.3 Etape 2 : Filiation des îlots
Préalablement à toute autre opération, il est nécessaire d’extraire des bases
départementales les données correspondant à la zone d’intérêt. Ensuite, afin d’étudier les
évolutions de parcellaire, de territoire d’exploitation et/ou les successions de cultures, il est
nécessaire de pouvoir faire un lien entre les données RPG de l’ASP d’une année à l’autre.
Hors, les identifiants des îlots et des exploitations agricoles changent d’une année à l’autre
dans les données ASP, ne permettant pas de les relier directement. Il est donc nécessaire de
réaliser une filiation de ces îlots pour recréer ce lien.
5.2.3.1 Description sommaire
Extraire les îlots des bases départementales sur une zone d’intérêt
SOUSETAPE(S)
Pur cette zone, réaliser une intersection cartographique des fichiers SIG de l’ASP
pour recréer le lien entre les îlots des différents fichiers d’une année sur l’autre
(filiation)
ENTREE(S)
Tables des données ASP importées à l’étape 1
SORTIE(S)
Tables de filiation, indiquant la correspondance d’une année sur l’autre des
identifiants d’îlots de la zone d’intérêt
5.2.3.2 Méthodologie détaillée
Le principe général de la filiation des îlots repose sur l’intersection géographique de la géométrie des
îlots des différentes années afin de recréer un lien entre eux. Par exemple, pour un îlot donné en
année n, on recherche le ou les îlots présents « au même endroit » en année n+1.
Ce principe général peut être mis en œuvre de plusieurs façons différentes. La méthode de filiation
proposé par RPG Explorer est appelée méthode Paris. Elle repose sur un ensemble d’opérations dont
le principe est schématisé en Figure 14 et expliqué ci-dessous :
1) Les îlots dans l’espace considéré sont sélectionnés pour chaque année, selon des modalités
prédéfinies par l’utilisateur (cf. modalités explicitées plus bas dans ce même paragraphe et
Figure 15).
30
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
2) Une intersection géométrique des îlots sélectionnés des différentes années est réalisée
(intersection deux à deux des années quand plus de deux années) (l’intersection de deux
ensembles A et B étant l’ensemble des éléments communs à A et B). L’intersection sert à
réaliser la filiation mais également à créer des îlots d’intersection : les îlots d’intersection
correspondent à la plus petite surface commune entre îlots des différentes années. Dans le
cas d’un îlot se divisant en deux d’une année à l’autre, l’intersection reprendra cette division
dans la géométrie des îlots produits.
Un des intérêts de cette méthode Paris est de permettre l’étude de l’évolution des parcellaires
d’îlots. Elle permet aussi dans l’étape suivante de reconnaissance des séquences de localiser
plus précisément les séquences de cultures dans le cas où des modifications d’îlots ont lieu
(par exemple, séquence attribuée à l’îlot d’intersection plutôt qu’à l’îlot de l’année de
référence dans le cas d’une division d’îlot/fusion d’îlots).
Les intersections successives des couches de RPG conduisent à la suppression des îlots et portions
d’îlots qui ne sont pas présents sur l’ensemble de la période considérée. L’outil propose deux
opérations supplémentaires pour « récupérer » ces îlots et portions d’îlots :
3) Une différence symétrique des couches de RPG permet de récupérer les portions d’îlots
apparaissant ou disparaissant (la différence symétrique de deux ensembles A et B étant
l’ensemble des éléments contenus dans A et pas dans B et des éléments contenus dans B et
pas dans A).
4) Les îlots d’une année donnée dont l’identifiant est absent dans le résultat de l’intersection
sont ajoutés à ce résultat, ce qui permet de récupérer les îlots entiers apparaissant et
disparaissant.
Cette méthode de filiation par intersections successives a l’inconvénient de produire des polygones
surnuméraires en partie parce que les limites des îlots peuvent être modifiées d’une année à l’autre
sans que cela corresponde à une réalité physique. Les polygones surnuméraires ainsi créés sont alors
de très petite taille et souvent peu larges et très allongés (cas du décalage de quelques mètres d’une
limite d’îlot). Quand on croise 2 années successives on a généralement un doublement du nombre de
polygones par rapport à ce qui existait sur chacune des deux années.
5) Pour résoudre cet artefact de la méthode, un « nettoyage » de la couche d’îlots
d’intersection est réalisé. Ce nettoyage repose sur deux opérations : l’élimination des
polygones de très petites dimensions (500 m² par défaut) et des polygones très allongés et
très peu larges (seuil IF=surface/(périmètre²), fixé par défaut à 0,005). Ce nettoyage vise à
ramener le nombre de polygones à un nombre voisin de ce qu’il est pour chaque année en
éliminant moins de 1 % des surfaces.
Quand une filiation est réalisée sur plus de deux années, les opérations décrites ci-dessus sont mises
en œuvre de façon itérative : une filiation est d’abord réalisée entre les années n et n-1, puis entre le
résultat de cette première filiation et l’année n-2, etc.
Les polygones issus de l’étape de filiation seront appelés des îlots de filiation.
31
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 14 : Déroulement de la filiation des îlots
32
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Finalement, on qualifie la méthode de filiation pour chaque îlot d’une année à l’autre. Cela permet
de renseigner si les îlots sont stables, fusionnent, etc. (Tableau 9). Cette qualification permet de
suivre l’évolution du parcellaire sur un territoire.
Tableau 9 : Type de qualification pour la filiation avec la méthode Paris
Qualification
Exemple (année n -> année n+1)
Description
Les limites de l’îlot restent inchangées
de l’année n à l’année n+1.
Stable
Division
L’îlot de l’année n se divise en
plusieurs îlots en année n+1.
Fusion
Plusieurs îlots de l’année n fusionnent
en un seul îlot en année n+1.
Division fusion
Plusieurs îlots de l’année n se
recombinent pour donner plusieurs
îlots aux limites différentes en année
n+1
Apparition
Apparition de l’îlot en année n+1.
Disparition
Disparition de l’îlot en année n+1.
Absence de l’îlot deux années
consécutives (mais présence au moins
une autre année (n+2…) de la période)
Absence
Comme indiqué précédemment, la filiation sélectionne les îlots sur un territoire donné. Ce territoire
peut être :

l’ensemble de la base de données importée à l’étape 1 (département entier par exemple),

les îlots intersectant l’emprise d’un espace écologique (aire d’alimentation de captage…)
(Figure 15),

l’ensemble des îlots des exploitations (territoires d’exploitation) exploitant au moins un îlot
dans l’emprise de l’espace écologique (Figure 15).
33
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Pour cette dernière option, une année de référence des territoires d’exploitation doit être
sélectionnée. Par exemple, pour une filiation 2007-2008, si 2007 est sélectionnée, l’ensemble des
îlots exploités par les exploitations agricoles (territoires d’exploitation) ayant au moins un îlot sur
l’espace écologique en 2007 seront sélectionnés. Par contre, si un îlot de l’espace écologique est
récupéré en 2008 par une nouvelle exploitation qui n’exploitait aucun îlot sur l’espace écologique en
2007, les autres îlots de cette exploitation ne seront pas considérés. Le choix d’une année de
référence repose sur l’hypothèse de stabilité dans le temps des territoires d’exploitation. Il est
également possible de choisir toutes les années comme référence, permettant ainsi d’extraire
l’ensemble des territoires d’exploitations pour chaque année considérée..
Figure 15 : Méthode de sélection des îlots pour la filiation
A partir de 2010, l’identifiant d’une exploitation présente dans deux départements est différent
dans les données ASP des deux départements. Deux méthodes implémentées dans RPG Explorer
permettent de contourner ce problème :
-
les îlots à la frontière de deux départements sont présents dans les données ASP des deux
départements, cette redondance est utilisée pour identifier le code des exploitations
concernées dans les données des deux départements, et donc de finalement les associer à la
même exploitation,
-
les informations descriptives des exploitations (forme juridique, classe d’âge, surface
déclarée de l’exploitation, département de rattachement de l’exploitation) contenues dans
les données ASP des différents départements considérés sont utilisés pour identifier les
identifiants d’exploitations correspondant à une unique exploitation.
34
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.2.3.3 Entrées, sorties, options et paramètres
ENTREES


Tables des données de l’ASP intégrées à l’outil, regroupées par année.
Optionnel : fichier SIG de l’espace écologique (aire d’alimentation de captage, carte des sols…) à
importer. Le fichier doit être dans le même système de projection que les données SIG de
l’ASP importées précédemment (uniquement Lambert 2 étendu codé 7777 pour la version
1.8.16) et contenir une colonne d’identifiant unique dans le cas d’un espace composé de
plusieurs polygones (par exemple, identifiant des unités cartographiques de sol)
OPTIONS ET PARAMETRES
Onglet Territoire de la filiation
Années
Année à prendre en compte pour réaliser la filiation : au
minimum 2, voire 3 si on veut considérer la proportion de
triplets de cultures dans la définition des rotations (cf.
paragraphe 5.2.7).
Plus le nombre d’années sélectionnées sera important, plus la proportion de séquences
non déterminées dans l’étape suivante risque d’être importante (cf. paragraphe 5.2.4.2).
Sélectionner l’intégralité du Option à sélectionner si on souhaite réaliser la filiation des îlots
territoire
des
BDDs
Asp sur l’ensemble des îlots des fichiers ASP importés à l’étape 1 (un
sélectionnés
ou plusieurs départements entiers par exemple)
Intersecter les données Asp avec A sélectionner si on veut travailler sur une ou des sous-parties
un espace écologique
de la base importée à l’étape 1 (aire d’alimentation de captage,
unités cartographique de sols)
Choix de l’espace écologique Sélection de la table d’espace écologique à considérer. Le fichier
(optionnel), si option ci-dessus doit avoir été importé. Cet espace peut ne contenir qu’un
est cochée
polygone (limite d’une aire d’alimentation de captage) ou un
ensemble de polygones (carte des sols…). Il convient également
de sélectionner quelle colonne contient un identifiant unique
permettant de différencier les éventuels multiples polygones
(sous-parties) de l’espace écologique.
Sélectionner tous les îlots ayant A sélectionner si on souhaite travailler sur l’ensemble des îlots
une surface intersectant le chevauchant l’emprise de la zone d’intérêt (tout îlot à
territoire
l’extérieur de la zone ne sera pas pris en compte même s’il est
exploité par une exploitation agricole ayant des îlots dans la
zone d’intérêt) (Figure 15)
Sélection
des
territoires Si sélectionnée, l’ensemble des îlots exploités par une
d’exploitation dont une parcelle exploitation agricole (territoire d’exploitation) qui exploite au
appartient
au
territoire moins un îlot sur la zone d’intérêt seront considérés (Figure 15).
sélectionné
Cette option doit être activée si on souhaite travailler sur les territoires d’exploitation (cf.
paragraphe 5.3.1) ou définir des typologies d’exploitations qui pourront servir à affiner la
détermination des rotations (cf. paragraphe 5.2.5).
35
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Année de référence du territoire Année de référence pour les territoires d’exploitation.
d’EA
Pour l’utilisation des données de filiation dans le module d’évolution des territoires
d’exploitation (cf. paragraphe 5.3.1), l’option « toutes les années » doit être choisie afin
que les territoires d’exploitation dans leur ensemble soient extraits pour chaque année.
Identifier les ilots à la frontière, A partir de 2010, l’identifiant d’une exploitation présente dans
communs aux départements
deux départements est différent dans les données ASP des deux
départements. Cette option permet d’identifier cette
exploitation dans les deux départements et de la réunir en une
seule exploitation avec un identifiant unique grâce aux îlots
présents à la frontière des deux départements qui sont inclus
dans les données ASP des deux départements.
Identifier
avec
infos
de A partir de 2010, l’identifiant d’une exploitation présente dans
descriptions des Eas
deux départements est différents dans les données ASP des
deux départements. Cette option permet d’identifier cette
exploitation dans les deux départements et de la réunir en une
seule exploitation avec un identifiant unique grâce aux
informations descriptives des données ASP des deux
départements (forme juridique, classe d’âge, surface déclarée
de l’exploitation, département de rattachement de
l’exploitation).
Onglet Paramètres de la filiation
Pour rappel, l’intersection de couches de RPG successifs conduit à la production de
polygones surnuméraires qui ne correspondent pas à une réalité physique. Le
« nettoyage » de ces îlots est assuré par deux opérations : suppression des très petits
polygones et des polygones à la forme très allongée. Ces deux opérations sont
paramétrables à l’aide des deux seuils indiqués ci-dessous. Il est recommandé de ne pas
modifier les paramètres du choix des seuils sans une certaine expérience. Cependant,
dans le cas de parcellaire présentant de très petites parcelles ou des parcelles très
allongées, il peut s’avérer nécessaire de modifier ces paramètres pour ne pas supprimer
trop de parcelles ayant une réalité terrain.
Seuil de suppression des petites Définit en dessous de quelle surface seuil les îlots créés par les
surfaces
intersections sont supprimés (par défaut 500 m²).
Seuil de suppression des îlots Définit en dessous de quel seuil d’indice de forme
allongés
(IF=surface/(périmètre²)) les îlots créés par les intersections
sont supprimés (fixé par défaut à 0,005, ce qui équivaut pour
une surface de 500 m² à éliminer toute forme rectangulaire de
plus de 155 m de long et moins de 3 m de large).
36
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Ordre chronologique
d’intersection des années
Permet de réaliser les intersections géographiques successives
de la méthode Paris par ordre chronologique. Par défaut
l’intersection se fait en partant de l’année la plus récente et en
remontant le temps. L’option par défaut vise à attribuer à une
année récente des informations de type successions de cultures
et assolements de rotation. L’ordre chronologique permet
d’effectuer un suivi du devenir des îlots pour travailler par
exemple sur l’évolution des parcellaires d’exploitation (module
en cours de développement).
Ajouter
des
îlots
qui Activée par défaut. Exemple si désactivée : pour une filiation sur
apparaissent/disparaissent
deux années, un îlot présent une des deux années seulement ne
intégralement
sera pas ajouté au résultat de la filiation.
Ajouter les portions d’îlots qui Activée par défaut. Exemple si désactivée : pour une filiation sur
apparaissent/disparaissent
deux années, une portion d’îlot présente une des deux années
seulement ne sera pas ajoutée au résultat de la filiation.
Cette option peut engendrer des temps de calcul importants, voire faire « planter » le
logiciel. A désactiver en cas de problème.
SORTIES
Une table de filiation (voir Annexe 2 pour la convention sur le nom de la table produite), indiquant
entre autres, pour chaque polygone l’identifiant de l’îlot pour chaque année et la qualification de la
filiation (îlot stable, division…)
5.2.3.4 Déroulement pas à pas
Cliquer sur « Filiation des îlots » dans le menu de l’outil pour faire apparaître la fenêtre
correspondante, puis :
1) Commencer par sélectionner dans quel(s) dossier(s) de la base de données sont stockés les
données que vous avez importées à l’étape précédente (cadre 1, Figure 16). Il est possible de
sélectionner plusieurs départements.
2) Sélectionner les années sur lesquelles la filiation doit être réalisée (cadre 2, Figure 16).
3) Sélectionner ensuite si la filiation doit être réalisée sur l’ensemble de l’emprise des données
importées, ou bien seulement sur une zone d’intérêt, appelée « Espace écologique » (cadre
3, Figure 16).
4) Dans le cas où un espace écologique doit être utilisé, procéder à son import avec le bouton
représentant une flèche verte descendante (cadre 4, Figure 16).
37
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 16 : Fenêtre de filiation des îlots
5) Une fenêtre d’import apparait alors. Procéder de la même façon que pour l’import des
fichiers SIG de l’ASP (cadres 5 à 9, Figure 17), en veillant à bien renseigner le système de
projection (cadre 6). Pour rappel, le système de projection de l’espace écologique doit être le
même que celui des données ASP, obligatoirement le Lambert 2 étendu codé 7777 dans la
version 1.8.16 de RPG Explorer.
Figure 17 : Fenêtre d’import du fichier SIG de l’espace écologique
38
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
6) Une fois la fenêtre d’import refermée, sélectionner le fichier importé comme espace
écologique (cadre 10, Figure 18).
7) Renseigner quelle sera la colonne d’identifiant qui sera utilisée pour nommer les différentes
sous-parties de l’espace écologique (polygones du fichier importé) (cadre 11, Figure 18).
8) Indiquer ensuite quelle méthode de sélection des îlots doit être utilisée (cadre 12, Figure 18),
ainsi que les spécificités pour la sélection des territoires d’exploitation (cadre 13, Figure 18) si
l’option correspondante a été cochée au cadre 12.
9) Modifier si nécessaire les paramètres par défaut de la filiation (cadre 14, Figure 18), en vous
référant au paragraphe 5.2.3.3 pour leurs significations.
10) Sélectionner le dossier (ou créer le avec le bouton vert +) dans lequel la table de filiation sera
enregistrée (cadre 15, Figure 18).
11) Lancer la filiation avec le bouton « Filiation des îlots » (cadre 16, Figure 18).
Figure 18 : Retour sur la fenêtre de filiation des îlots après import de l’espace écologique
12) Si la colonne d’identifiant du fichier d’espace écologique contient des caractères non
supportées par postgreSql, une fenêtre vous invitera à modifier l’identifiant en question.
13) Une fenêtre de progression de l’étape de filiation apparaît alors.
L’étape de filiation peut durer de quelques secondes (deux années, territoire de l’ordre
de 1 000 ha sans considérer les territoires d’exploitation) à plusieurs heures (sept ans,
territoire de l’ordre de 10 000 ha en considérant les territoires d’exploitation). Le temps
de calcul est par ailleurs très dépendant de la « puissance » de l’ordinateur et des
paramètres choisis. Cette étape est la plus longue de l’ensemble des traitements.
39
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
14) Une fois l’étape terminée, l’onglet « Sorties statistiques » est affiché. Comme à l’étape
précédente, on peut afficher un certain nombre de tables statistiques (en les cochant dans le
menu à gauche), ce qui permet de vérifier le bon déroulement de l’étape (nombre d’îlots…).
Egalement comme à l’étape précédente, on peut avoir accès au rapport d’erreurs et revoir la
progression de l’étape en sélectionnant les onglets correspondant dans la fenêtre de
résultats.
5.2.3.5 Visualisation des résultats / exemple(s) d’application
Une fois exportée (cf. paragraphe 5.3.3) et affichée dans un logiciel SIG, la table de filiation permet
de faire aisément la correspondance entre numéros d'îlot d'une année sur l'autre (grâce aux champs
IDILOTXXXX), et de voir les éventuelles transformations de l'îlot au cours du temps (apparition,
disparition, reconfiguration…) avec le champ QUALIF_FIL (par ordre chronologique, même si les
intersections successives de la filiation sont réalisées par ordre antéchronologique (Figure 19).
Figure 19 : Exemple de visualisation sous SIG d’un fichier de filiation
40
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.2.4 Etape 3 : Reconnaissance des séquences
La connaissance des séquences de cultures sur un territoire présente un fort intérêt pour
l’étude des systèmes de cultures, d’un point de vue agronomique, économique,
environnemental…
Les données RPG résultant de la filiation dans RPG Explorer (étape 2) permettent de faire un
lien entre les îlots des différentes années. Un îlot peut cependant contenir plusieurs groupes
de cultures, ce qui rend impossible la détermination directe des séquences de groupes de
cultures.
Les pages qui suivent décrivent la procédure utilisée par RPG Explorer pour reconstituer les
séquences de groupes de cultures. Dans un 2ème temps nous verrons comment RPG Explorer
permet de passer des séquences de groupes de cultures aux séquences de cultures.
5.2.4.1 Description sommaire
SOUSETAPE(S)
Retrouver la séquence de groupes de cultures sur une période donnée pour chaque
îlot de filiation grâce à une procédure itérative identifiant les correspondances de
surfaces de groupes de cultures d’une année à l’autre.
ENTREE(S)
Table de filiation issue de l’étape 2
SORTIE(S)
Deux tables d’identification des séquences de groupes de cultures.
5.2.4.2 Méthodologie détaillée
La reconnaissance des séquences repose sur une méthode d’analyse des surfaces de groupes de
cultures au sein de chaque îlot. Cette méthode est inspirée d’une méthode développée par l’UMR
AGIR à Toulouse. Le principe de base est de considérer qu’à une surface de groupe de cultures
donnée correspond une unique parcelle culturale : si on a similarité des surfaces entre deux groupes
de cultures d’une année à l’autre, ces deux groupes de cultures correspondent à la même parcelle
culturale (ou groupe de parcelles culturales) et forment donc une succession de groupes de cultures
(types 2 et 4, Tableau 10). On étend ce principe aux cas d’agrégation/désagrégation de groupes de
cultures (types 3, 5 et 6, Tableau 10). Enfin, il reste les cas les plus simples où une seule culture est
présente dans l’îlot, dès le début (type 1, Tableau 10), ou une fois les autres séquences déterminées
(type 7, Tableau 10).
Seule la méthode 1 peut être considérée comme donnant des résultats certains, non sous-tendus par
des hypothèses. Les méthodes 2 et 3 sont portées par des hypothèses solides mais qui peuvent
quand même être prises en défaut. A partir de la méthode 4, la probabilité d’erreur dans
l’identification de la séquence va en augmentant. Dans la mesure du possible, il est conseillé de
vérifier la cohérence des séquences produites à l’aide de données terrain.
41
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Tableau 10 : Type de reconnaissance de séquences et exemples
Type
1 : une culture
par îlot et par
an
2 : surface égale
entre les années
3 : Agrégation /
désagrégation
surface égale
4 : Surface
similaire à X %
5 : Agrégation /
désagrégation
surface égale
Exemple d’évolution année n à année n+1 (1)
Séquence(s)
Explications
+ 19(1) = 1 -> 2
Une seule culture dans l’îlot les années n et n+1 (quelle que soit sa surface),
correspondant à une unique séquence de type 1 : 19 ha (2) d’une culture 1 en année
n suivis d’une culture 2 en année n+1.
+ 9(2) = 1 -> 5
+ 10(2) = 2 -> 2
+ 9(3) = 1 -> 5
Deux cultures par an, réparties sur des surfaces égales d’une année à l’autre (9 ha ->
9 ha, 10 -> 10ha) mais différentes l’une de l’autre (9 ha ≠ de 10 ha), correspondant à
deux séquences de type 2 :
+ 11,8(4) = 2 -> 2
+ 18(4) = 2 -> 2
+ 0,1(5) = 2-> 5
+ 0,9(5) = 1-> 5
9 ha d’une culture 1 en année n suivis d’une culture 5 en année n+1,
-
10 ha de culture 2 en année n suivis d’une culture 2 en année n +1.
Une culture en année n se « désagrège » en deux cultures en année n+1, de surface
totale égale, correspondant à deux séquences de type 3 :
+ 10(3) = 1 -> 2
+ 7(4) = 1-> 5
-
-
9 ha d’une culture 1 en année n suivis d’une culture 5 en année n+1,
-
10 ha d’une culture 1 en année n suivis d’une culture 2 en année n+1.
Deux cultures par an, réparties sur des surfaces différentes (7 ha ≠ 7,1 ha et 12 ha ≠
11,8 ha) mais similaires à X % près d’une année sur l’autre, correspondant à deux
séquences de type 4 :
-
7 ha (2) d’une culture 1 en année n suivis d’une culture 5 en année n+1,
-
11,8 ha (2) d’une culture 2 en année n suivis d’une culture 2 en année n +1.
Après avoir déterminé une séquence de type 1 à 4 (ici type 4, 18 ha (2) d’une culture
2 en année n suivis d’une culture 2 en année n+1), il se peut qu’il devienne possible
d’agréger à surface égale, il s’agit alors d’une séquence de type de 5 : 0,1 ha(2) d’une
culture 2 (restant des 18,1 ha de culture 2 en année n suivis des 18 ha de culture 2
en année n+1) et 0,9 ha d’une culture 1 en année n suivis de 1 ha de culture 5 (0,1 +
0,9) en année n + 1.
42
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Type
6 : Agrégation /
désagrégation
surface à X %
7 : une culture
par îlot et par
an (restant
après
détermination
des autres
séquences)
8 : non classé
Exemple d’évolution année n à année n+1 (1)
Séquence(s)
Explications
+ 8,9(6) = 1 -> 5
2 séquences de type 6 (une culture en année n se « désagrège » en deux cultures en
année n+1, de surface totale égale à X % près) :
+ 9.8(6) = 1 -> 2
+ 10(2) = 2 -> 2
+ 7(7) = 1 -> 5
-
8,9 ha (2) de culture 1 en année n puis 8,9 ha de culture 5 en année n+1
-
9,8 ha (2) de culture 1 en année n et 9,8 ha de culture 2 en année n +1
Après avoir déterminé une séquence de type 1 à 6 (ici type 2, 10 ha d’une culture 2
en année n suivis d’une culture 2 en année n+1), il se peut qu’il ne reste plus qu’une
culture par îlot par année mais dont on ne peut pas reconnaître de similarité de
surface (pas d’égalité exacte ou à 5 %), il s’agit alors d’une séquence de type de 7 :
7 ha(2) d’une culture 1 en année n suivi d’une culture 5 en année n + 1.
Le cas présenté ici correspond à une réduction de la surface de l’îlot entre les
années n et n+1.
+ 19(8)=
Deux cultures par îlot par année présentent exactement les mêmes surfaces, il n’est
pas possible de déterminer si 9,5 ha d’une culture 1 en année n sont suivis d’une
culture 5 en année n+1 ou d’une culture 2.
+19(8)
Trois cultures sont présentes dans l’îlot en année n puis deux seulement en année
n+1, sans qu’aucune correspondance de surface ne soit possible, que ce soit
directement (égalité) ou par agrégation/désagrégation.
+ 6,5(8)=
+ 12(4) = 2 -> 2
Après avoir déterminé une séquence de type 1 à 6 (ici type 4, 12 ha * d’une culture 1
en année n suivi d’une culture 1 en année n+1), il reste 7 ha d’une culture 1 en
année n suivi de 3 ha de culture 5 et 3,5 ha de culture 3 en année n+1, l’écart de
surface entre les années n et n+1 pour les surfaces restantes est trop important
pour déterminer une séquence (différence de surface supérieure à X %)..
(1)
Le rectangle représente les contours d’un îlot, les tirets représentent les limites entre parcelles culturales à l’intérieur de l’îlot (les données ASP précisent uniquement les
surfaces de chaque groupe de cultures dans l’îlot, sans représenter ces limites, elles sont représentés ici pour faciliter la compréhension)
(2)
quand la surface varie à X % près d’une année l’autre, la surface minimale est retenue pour la surface de la séquence
43
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.2.4.3 Entrées, sorties, options et paramètres
ENTREES
Table de filiation des îlots produite par l’étape 2
OPTIONS ET PARAMETRES
Onglet Etapes de la reconnaissance des séquences
1 à 8 + nom de l’étape de Etapes à activer ou à désactiver lors de la reconnaissance des
reconnaissance des séquences
séquences (cf. Tableau 10).
Dans la version 1.8.24 de RPG Explorer, une étape 9 expérimentale existe,
correspondant à ajouter des hypothèses sur la possibilité de séquences de cultures
pérennes d’une année à l’autre même sans correspondance des surfaces. Il est conseillé
de laisser désactivée cette option (choix par défaut).
Onglet Seuils mobilisés dans les étapes
Etapes 3 – 5 : Cultures agrégées Nombre maximal de cultures qu’il est possible d’agréger dans
afin
de
déterminer
les les étapes 3 et 5. Par exemple, si on a 10 ha de colza, 10 ha de
regroupements de parcelles
maïs et 10 ha de pois en année n, puis 30 ha de blé en année
n+1, il est nécessaire d’agréger 3 cultures.
Etape 4 : Seuil mobilisé étape 4 Seuil en % pour considérer des surfaces similaires dans la
(surfaces identiques entre les reconnaissance des séquences. Par exemple, si 5 % est défini, si
années)
un îlot présente 10 ha de blé (groupe 1) en année n puis 10,2 ha
d’orge (groupe 3) en année n+1, la séquence blé - > orge sera
reconnue sur 10 ha car les surfaces sont similaires à 5 % près.
Etape 6 : Seuil mobilisé étape 6 Idem que ci-dessus pour l’étape 4 mais pour la similarité de
(Agrégation / désagrégation)
surfaces lors de l’agrégation / désagrégation de l’étape 6.
Etape 6 : Cultures agrégées afin Idem que ci-dessus pour les étapes 3 et 5 mais pour la similarité
de
déterminer
les de surfaces lors de l’agrégation / désagrégation de l’étape 6.
regroupements de parcelles
Pour l’ensemble de ces paramètres, il n’est conseillé de modifier les valeurs par défaut
qu’avec un minimum d’expertise sur le logiciel.
SORTIES
Table de séquences de groupes de
cultures non spécifique, du même
nom que la table de filiation :
« nom_table_filiation »
Table de séquences de groupes de
cultures spécifique de nom :
« nom_table_filiation_spe »
Table reprenant les informations de la table de filiation
avec une ligne par îlot (visualisable sous SIG) et une
colonne unique pour l’ensemble des séquences reconnues
dans l’îlot (séquences concaténées séparées par un +)
Table présentant une ligne par séquence (plusieurs lignes
par îlot, donc non visualisable sous SIG), avec une colonne
par année indiquant le groupe de cultures. C’est cette table
qui sera utilisée pour la détermination des assolements de
rotation.
44
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.2.4.4 Déroulement pas à pas
Cliquer sur « Reconnaissance des séquences » dans le menu de l’outil pour faire apparaître la fenêtre
correspondante, puis :
1) Commencer par sélectionner dans quel dossier de la base données sont stockés les résultats
de l’étape de filiation des îlots (cadre 1, Figure 20).
2) Sélectionner ensuite la table sur laquelle doit être réalisée la reconnaissance des séquences
(cadre 2, Figure 20).
3) Sélectionner les étapes de l’algorithme de reconnaissance des séquences qui doivent être
activées (cf. Tableau 10). Dans la version 1.8.16 de RPG Explorer, toutes les étapes de 1 à 8
doivent être activées. Il est par contre déconseillé d’activer l’étape 9 encore expérimentale.
4) Modifier si nécessaire les options et paramètres de la reconnaissance des séquences dans
l’onglet correspondant (cadre 4, Figure 20), en vous référant au paragraphe 5.2.4.3 pour
leurs significations.
5) Sélectionner dans quel dossier doivent être enregistrées les tables de séquences, ou créer un
nouveau dossier à l’aide du bouton + vert (cadre 4, Figure 20).
6) Appuyer enfin sur le bouton « Reconnaissance des séquences » (cadre 5, Figure 20).
Figure 20 : Fenêtre de reconnaissance des séquences
7) Une fenêtre de progression de l’étape apparaît alors. Une fois l’étape terminée, l’onglet
« Sorties statistiques » est affiché. Comme aux étapes précédentes, on peut afficher un
certain nombre de tables statistiques (en les cochant dans le menu à gauche), ce qui permet
45
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
de vérifier le bon déroulement de l’étape. On peut par exemple visualiser la proportion de
chaque type de séquences reconnues sur le territoire considéré (Figure 21).
Figure 21 : Fenêtre de résultats de la reconnaissance des séquences – onglet statistiques
5.2.4.5 Visualisation des résultats / exemple(s) d’application
Les deux tables crées peuvent être exportées (cf. paragraphe 5.3.3) pour une utilisation en dehors de
RPG Explorer.
La table de séquences sans suffixe « spe » est une table spatiale, visualisable directement sous SIG
(export en shapefile). En interrogeant un îlot de la couche, on peut visualiser les séquences
reconnues au sein de l’îlot. L’exemple de la Figure 22 présente ainsi des séquences « + 10(2)= 1->5 +
4(3)= 10->2 + 4.45(3)= 10->24 », ce qui signifie 10 hectares (séquence de type 2) correspondant au
groupe de cultures 1 suivi du groupe de cultures 5, 4 hectares (séquence de type 3) correspondant au
groupe de cultures 10 suivi du groupe de cultures 2, et 4,45 hectares (séquence de type 3)
correspondant au groupe de cultures 10 suivi du groupe de cultures 24.
Figure 22 : Visualisation de la première table de séquences sous SIG
La table de séquence avec le suffixe « _spe » peut être visualisée sous un tableur (export en .csv). On
retrouve une séquence par ligne. Un îlot peut donc correspondre à plusieurs lignes. On visualise dans
la première colonne l’identifiant unique de l’îlot, la qualification de la séquence dans la seconde
colonne, puis la surface de la séquence et le groupe de cultures pour chaque année considérée. Cette
table peut également servir à des traitements statistiques des séquences.
46
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 23 : Extrait de la seconde table de séquences
5.2.5 Etape 4 (optionnelle) : Affectation d’une typologie d’exploitation agricole
L’orientation technico-économique des exploitations agricoles peut conditionner la variété
des cultures et des rotations de cultures qu’elles mettent en œuvre dans leur parcellaire. Le
recours à une typologie d’exploitation constitue une aide à la détermination (1) des cultures
présentes dans les îlots (en lieu et place des groupes de culture) (2) des rotations de cultures
pouvant être spécifiques de tel ou tel type d’exploitation.
Cette étape reste optionnelle. Elle n’est nécessaire que si l’on souhaite par la suite
différencier les correspondances groupes de cultures/cultures et/ou les rotations de cultures
par type d’exploitation (cf. paragraphe 5.3.7), ou bien si la réalisation d’une typologie des
exploitations agricoles sur un territoire est un objectif en soi.
5.2.5.1 Description sommaire
SOUSETAPE(S)
ENTREE(S)
SORTIE(S)
Indiquer la correspondance entre groupes de cultures et cultures en moyenne pour
toutes les exploitations agricoles.
Définir un arbre de décision intégrant des critères sur les assolements de cultures
par exploitation qui permettent de différencier les types d’exploitation.
Table de séquences issue de l’étape 3
Une table par année renseignant le type d’exploitation agricole
Tables de séquences complétées avec une colonne type d’exploitation
5.2.5.2 Méthodologie détaillée
Les typologies d’exploitations agricoles utilisées dans RPG Explorer sont basées sur un arbre de
décision qui permet de distinguer les différents types d’exploitations selon leur assolement de
cultures.
L’arbre de décision est organisé de la sorte (Figure 24) :

Les branches de l’arbre sont des « Critères », et ses feuilles sont les « types » d’exploitation
agricole affectés aux critères successivement appliqués.
47
Manuel d’utilisation de RPG Explorer

Les « Critères » sont des successions de « Phrases de comparaisons », séparées par des
« Opérateurs Logiques » (ET/OU).

Les « Phrases de comparaison » se composent de deux « Composantes » comparées entre
elles par un « Opérateur de comparaison » (>,=…)

Les « Composantes » sont des successions d'« Informations », séparées entre elles par un
« Opérateur Mathématique » (+,-,*,/).

Les « Informations » sont les cultures, groupes de cultures, valeur numérique.
Exemple de construction d’un arbre : Typologie simpliste (et fictive) où les éleveurs auraient plus de
20 % de surfaces fourragères principales dans leur assolement et les céréaliers moins de 20 %.
Figure 24 : Exemple d’un arbre typologique simple

On définit la correspondance groupe de cultures ASP – cultures. Pour le groupe 2 (maïs), on
définit la proportion observée sur le territoire (50 % maïs ensilage, 50 % maïs grain).

On définit un groupe de cultures surface totale (SAU) (somme de toutes les cultures par
exploitation) et un groupe surface fourragère principale (SFP) (prairies permanentes +
prairies temporaires + fourrages + estives + maïs ensilage).

On définit la composante des critères de l’arbre : 20 % SAU (composée des informations SAU,
0,2 et séparées par l’opérateur « * »).

On définit les deux critères de l’arbre : SFP < 20 % SAU et SFP >= 20 % SAU, chacun composé
d’une seule phrase de comparaison.

On définit l’arbre, composés de deux critères, menant chacun à une feuille, céréalier (SFP <
20 % SAU) et éleveur d’autre part (SFP >=20 % SAU).
Correspondance groupes de culture / cultures et tirages
Afin de classer les exploitations selon leur assolement, il convient de passer des identifiants ASP de
groupe de cultures (par exemple, 4 : autres céréales) aux cultures (par exemple, avoine). En effet, la
typologie peut se construire sur des critères impliquant des pourcentages de cultures (% de blé, % de
maïs ensilage…) et non pas de groupes de cultures. La correspondance n’est cependant pas la même
pour toutes les exploitations (par exemple, le groupe 2 pourra correspondre majoritairement à du
maïs ensilage pour des éleveurs et à du maïs grain pour les autres). On indiquera ici la répartition
moyenne observée sur le territoire pour l’ensemble des exploitations (par exemple, groupe 2 : 50 %
de maïs ensilage, 50 % de maïs grain). Pour chaque exploitation, l’assolement sera alors déterminé
48
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
en réalisant des tirages aléatoires entre les différentes cultures composant le groupe. La probabilité
de tirer une culture donnée dans un groupe sera égale à sa proportion dans le groupe. On peut alors
obtenir un type d’exploitation différent pour chaque tirage. Au final, le type majoritaire est retenu.
Par exemple :

pour une exploitation de 100 ha, ayant 17 ha de prairies, estives et fourrages et 10 ha de
maïs, la proportion de maïs ensilage peut varier entre 0 et 10 ha selon les tirages (le reste
étant du maïs grain), l’espérance mathématique de la surface en maïs ensilage étant de 5 ha
(proportion 50 % / 50 % entre ensilage et grain), celle de la SFP est de 17 ha + 5 ha = 22 ha, le
type majoritaire sera donc probablement « éleveur » (22 ha >= 20 % SAU).

pour une exploitation de 100 ha, ayant 3 ha de prairies, estives et fourrages et 25 ha de maïs,
la proportion de maïs ensilage peut varier entre 0 et 25 ha selon les tirages (le reste étant du
maïs grain), l’espérance mathématique de la surface en maïs ensilage étant de 12,5 ha, celle
de la SFP est de 3 ha + 12,5 ha = 15,5 ha, le type majoritaire sera donc probablement
« céréalier » (15,5 ha < 20 % SAU).
A noter que plus le nombre de tirages est élevé, plus la probabilité de se rapprocher de l’espérance
mathématique (égale à la proportion de la culture dans le groupe de cultures ASP) pour la surface de
chaque culture est élevée.
5.2.5.3 Entrées, sorties, options et paramètres
ENTREES
Table de séquences (sans suffixe « _spe ») produite à l’étape 3
OPTIONS ET PARAMETRES
Onglet Choix de la typologie
Plage temporelle choisie
Nombre de tirages réalisés
Typologie d’exploitation
Année de début : année à partir de laquelle la typologie sera
appliquée.
Année de fin : année jusqu’à laquelle la typologie sera
appliquée.
Année de référence : le résultat de la typologie pour l’année de
référence sera ajouté dans la table de séquences.
Nombre de tirages à réaliser pour déterminer la surface de
chaque culture par exploitation quand un groupe de culture ASP
contient plusieurs cultures.
Choix de la typologie d’exploitation à appliquer
Onglet 1 : Informations
Correspondance
entre Table de correspondance, qui donne la proportion des
identifiants Asp et les cultures
différentes cultures inclues dans chaque groupe de cultures ASP
(valeurs par défaut, à modifier par l’utilisateur)
Fenêtre correspondance entre identifiant Asp et cultures
Liste des correspondances
Aperçu des correspondances entre groupes de cultures ASP et
cultures.
Nom culture (dans la liste des Nom des cultures associées au groupe de cultures ASP (une
cultures associées)
culture par ligne)
49
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Pourcentage (dans la liste des Proportion de la culture considérée dans le groupe de cultures
cultures associées)
ASP considéré (entre 0 et 100), la somme de cultures du groupe
devant être égale à 100.
Onglet 2 : Ajout composantes
Construction de la composante
Choix et agencement des informations (valeur numérique,
culture, groupe de cultures) pour créer des composantes
(exemple : seuil de 10 % de SAU…)
Onglet 3 : Ajout Critères
Description du critère en cours
Choix et agencement des composantes pour créer des critères
(ex : surfaces en prairies < 10 % SAU)
Onglet 3 : Arbre typologique
Arbre typologique
Choix et agencement des critères pour former un arbre de
décision permettant de classer les exploitations agricoles. Un
type est associé à chaque feuille de l’arbre.
SORTIES
Une table de typologie par année de nom :
Une table de typologie par année, indiquant le type
d’exploitation agricole pour chaque tirage réalisé
« nom_table_filiation_eas_gr_typo_XXXX »
(pour la prise en compte de l’incertitude sur la nature
XXXX étant l’année
des cultures au vu des regroupements ASP dans
l’élaboration de la typologie), et le type majoritaire.
Table de séquences de groupes de cultures Table complétée avec le type d’exploitation
sans le suffixe « _spe » complétée
majoritaire pour l’année de référence.
Table de séquences de groupes de culture Table complétée avec le type d’exploitation
avec le suffixe « _spe » complétée
majoritaire pour l’année de référence.
5.2.5.4 Déroulement pas à pas
Cliquer sur « Affectation d’une typologie d’exploitation agricole » dans le menu de l’outil pour faire
apparaître la fenêtre correspondante, puis :
1) Cliquer sur ajouter pour créer une nouvelle typologie d’exploitation (cadre 1, Figure 25). Si
une typologie existante peut être réutilisée, aller directement au point 22) ci-dessous.
50
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 25 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole (1)
2) Donner un nom à la typologie qui sera créée (cadre 2, Figure 26).
3) Ajouter ensuite une nouvelle table de correspondance identifiants ASP – cultures (cadre 3,
Figure 26).
Figure 26 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole - informations
4) Renommer la table de correspondance (cadre 4, Figure 27).
5) Une correspondance par défaut est proposée entre les identifiants ASP et les cultures.
L’expertise locale peut permettre de modifier cette correspondance. Par exemple
l’identifiant ASP 2 correspond par défaut à 100 % de maïs grain. On peut modifier cette
correspondance pour obtenir par exemple 50 % de maïs ensilage et 50 % de maïs grain. Pour
51
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
modifier cette correspondance, cliquer d’abord sur la ligne à modifier (cadre 5, Figure 27),
puis sur le bouton modifier (cadre 6, Figure 27).
6) Commencer par modifier la proportion de maïs grain (cadre 7). Puis ajouter une nouvelle
culture avec le bouton ajouter (cadre 8). Sélectionner le maïs ensilage dans la liste
déroulante (cadre 9) et modifier sa proportion (cadre 10). Valider les modifications faites sur
le groupe de cultures (cadre 11).
Si la culture à ajouter n’est pas recensée, se reporter au paragraphe 5.3.1.
7) Ajuster la proportion des cultures dans le groupe ASP en sélectionnant d’abord la culture
(cadre 9), puis en modifiant et validant la proportion de la culture dans le groupe ASP (cadre
10 et 11). Répéter cette opération pour l’ensemble des cultures du groupe afin d’obtenir une
somme de 100 %.
8) Valider les modifications puis quitter cette fenêtre (cadres 12 et 13)
Figure 27 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole – correspondance identifiants ASP /
cultures
9) Sélectionner alors la table de correspondance créée pour décrire la typologie (bouton dédié
« sélectionner » dans l’onglet 1 informations).
10) Dans l’onglet 2 : Ajout composantes, créer les composantes nécessaires à l’élaboration de la
typologie. Par exemple, si un critère de la typologie est la part des prairies supérieure à 20 %
de la surface totale de l’exploitation, il faut créer une composante 20 % de la surface totale.
Commencer par choisir « valeur numérique » (cadre 14, Figure 28), puis renseigner la valeur
voulue, par exemple 0.2 pour 20 % (cadre 15) avant d’ajouter l’information à la composante
(cadre 16).
52
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
11) Recommencer l’opération pour ajouter les autres informations de la composante (par
exemple, sélectionner agrégat de cultures dans le cadre 14, puis surface_totale dans le cadre
15).
12) Une fois l’ensemble des informations ajouté à la composante, choisir l’opérateur
mathématique à appliquer entre les informations (par exemple « * » pour 20 % de la surface
totale avec 0.2*surface totale) (cadre 17, Figure 28).
13) Nommer ensuite la composante à créer (cadre 18, Figure 28) avant d’ajouter la composante à
la liste des composantes créées (cadre 19).
14) Recommencer les trois opérations précédentes pour chacune des composantes à créer.
15) Sauvegarder les modifications effectuées (cadre 20, Figure 28).
Figure 28 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole – ajout des composantes
16) Créer ensuite les critères nécessaires à l’élaboration de la typologie. Par exemple, si un
critère de la typologie est la part des prairies supérieure à 20 % de la surface totale de
l’exploitation, il faut créer le critère « prairies > 20 % surface totale ». Commencer par
sélectionner l’ensemble de cultures « prairies » en première partie du critère (cadre 21,
Figure 29), l’opérateur de comparaison dans le cadre 22 (ici, « >= ») et la composante « 20 %
SAU » créée précédemment (cadre 23).
17) Si le critère à créer se compose de plusieurs phrases de comparaison (par exemple prairies >
20 % SAU et prairies < 50 % SAU), ajouter une seconde ligne au critère avec le bouton plus
vert (cadre 24, Figure 29), sélectionner l’opérateur logique entre les deux phrases de
comparaison (ET si les deux phrases de comparaison doivent se vérifier en même temps, OU
si l’un ou l’autre entraîne la vérification du critère, cadre 25).
18) Ajouter le critère à l’aide du bouton dédié (cadre 26, Figure 29) et sauvegarder les
modifications (cadre 27). Vous pouvez vérifier et modifier les critères créés dans l’onglet
« visualisation critères » (cadre 28).
53
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 29 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole – ajout des critères
19) Une fois les critères créés, il devient possible de créer l’arbre typologique. Commencer par
sélectionner la racine de l’arbre (cadre 29, Figure 30) où sera ajouté le premier critère.
Sélectionner ensuite le critère à ajouter (cadre 30) et ajouter le avec le bouton dédié (cadre
31).
20) Une fois un critère ajouté à l’arbre, sélectionner l’embranchement créé dans l’arbre (cadre
32) pour donner un nom et une abréviation au type d’exploitation correspondant (cadre 33,
valider l’ajout avec le bouton dédié, cadre 34)
21) Recommencer ces opérations pour l’ensemble des critères à ajouter jusqu’à obtenir l’arbre
voulu. Sauvegarder les modifications avec le bouton dédié (cadre 35) avant de revenir à
l’onglet de choix de la typologie (cadre 36).
Pour définir une typologie, au moins un critère et sa réciproque doivent être définis. Par
exemple, si on définit un critère « prairies > 20 % SAU » pour un type, un second critère
« prairies ≤ 20 % SAU » avec un type associé doit aussi être défini.
54
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 30 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole – arbre typologique
22) Une fois l’arbre créé, il est possible d’appliquer la typologie à la table de séquences de
groupes de cultures. Commencer par sélectionner le dossier où est enregistrée la table de
séquences (sans suffixe « _spe ») sur laquelle appliquer la typologie et la table elle-même
(cadres 37 et 38, Figure 31).
23) Sélectionner la typologie créée à appliquer (cadre 39), le nombre de tirages à réaliser (cadre
40), la plage temporelle à considérer (cadre 41) et enfin le dossier d’enregistrement (cadre
42) avant de lancer le processus (cadre 43). Le processus va alors calculer pour chaque tirage
l’assolement par exploitation et lui attribuer un type en conséquence d’après l’arbre défini.
Figure 31 : Fenêtre d’affectation d’une typologie d’exploitation agricole (2)
55
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
24) Une fenêtre de progression de l’étape apparaît. Une fois l’étape terminée, l’onglet « Sorties
statistiques » est affiché. Comme aux étapes précédentes, on peut afficher un certain
nombre de tables statistiques (en les cochant dans le menu à gauche), ce qui permet de
vérifier le bon déroulement de l’étape. On peut par exemple visualiser le nombre
d’exploitations agricoles par type, par année, le nombre d’îlots correspondant, etc. (Figure
32).
Figure 32 : Extrait de la fenêtre de résultats de l’affectation d’une typologie agricole
5.2.5.5 Visualisation des résultats / exemple(s) d’application
Il est possible d’exporter (cf. paragraphe 5.3.3) la table de séquences géographique (sans suffixe
« _spe ») à laquelle a été ajoutée une colonne avec le type d’exploitation majoritaire pour l’année de
référence sélectionnée. On peut alors cartographier sous SIG les îlots PAC du territoire selon le type
d’exploitation auquel ils sont rattachés.
Figure 33 : Exemple de cartographie des types d’exploitations agricoles produites à partir de RPG Explorer
56
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.2.6 Etape 5 : Affectation des cultures aux identifiants ASP
A l’issue des étapes précédentes, on a obtenu une table de séquences de groupes de cultures.
Pour rappel, les données ASP regroupent les cultures en 28 groupes de cultures (par exemple
groupe 4, autres céréales : blé dur, avoine, triticale…).
Il peut être utile d’affiner ces tables de séquences en y injectant de la connaissance locale sur
la répartition des cultures par groupe de cultures. On pourra ainsi par la suite fournir des
assolements et des successions non plus de groupes de cultures, mais directement de
cultures.
5.2.6.1 Description sommaire
Définir par groupe de cultures la proportion de chaque culture les composant, en se
basant sur une expertise locale.
SOUSETAPE(S)
Affiner cette répartition des cultures par groupe de cultures par type d’exploitation
(optionnel).
Affecter les cultures aux groupes de cultures dans les séquences de groupes de
cultures générées à l’étape 3.
ENTREE(S)
Table de séquence de groupes de cultures issue de l’étape 3 ou 4 (avec suffixe
« _spe »)
Table de types d’exploitations issue de l’étape 4 (optionnelle)
SORTIE(S)
Une table des séquences de cultures.
5.2.6.2 Méthodologie détaillée
Pour affecter des cultures aux identifiants de groupes de cultures ASP, deux méthodes sont
possibles :
-
la méthode 1 si on ne connait pas le type d’exploitation (ou que l’on ne souhaite pas utiliser
le type d’exploitation pour différencier la correspondance entre groupes de cultures ASP et
cultures),
-
la méthode 2 qui prend en compte la typologie d’exploitation agricole pour affecter les
cultures aux groupes de cultures ASP.
Pour la méthode 1, une table avec une correspondance unique groupes de cultures ASP / cultures est
utilisée. Cette table peut être issue de statistiques agricoles annuelles régionales ou départementales
(par exemple : https://stats.agriculture.gouv.fr/disar/)
Dans la méthode 2, une table détaillant la correspondance par type d’exploitation agricole est
utilisée.
Dans les deux cas l’outil effectue pour chaque îlot et chaque année, un tirage au sort des cultures
incluses dans chaque groupe de cultures ASP, en respectant une probabilité pour chaque culture
égale à sa proportion dans le groupe de cultures ASP considéré.
57
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Exemple :
Tableau 11 : Exemple de table de correspondance groupes de cultures ASP – cultures, par type d’exploitation
Groupe de cultures
2 : Maïs
4 : Autres céréales
Eleveurs
50 % maïs grain / 50 % maïs ensilage
50 % blé dur / 50 % triticale
Céréaliers
100 % maïs grain
100 % blé dur
Un groupe de culture 2 aura ainsi 50 % de chance d’être affecté à un maïs grain et 50 % de chance
d’être affecté à un maïs ensilage pour un éleveur, contre 100 % en maïs grain pour un céréalier.
Dans le cas où des îlots changeraient de types d’exploitation sur la période considérée
(changement d’exploitation ou changement de type d’exploitation à exploitation
constante), seule l’année de référence sélectionnée pendant l’établissement de la typologie sera
considérée pour le type d’exploitation lors de la correspondance groupes de cultures ASP – cultures.
5.2.6.3 Entrées, sorties, options et paramètres
ENTREES


Table de séquences de groupes de cultures avec le suffixe « _spe » produite à l’étape 3
Table des types d’exploitations agricoles (optionnelle) produite à l’étape 4
OPTIONS ET PARAMETRES
Table de correspondance
Table de correspondance entre groupes de culture ASP et
cultures
SORTIES
Table de séquences de cultures de nom :
« nom_table_filiation_seq_spe_cult »
Table de séquence de cultures avec une ligne par
séquence et une colonne par année comportant le nom
de la culture
5.2.6.4 Déroulement pas à pas
Méthode 1 : Correspondance entre groupes de cultures ASP et cultures homogène pour l’ensemble
des îlots (pas de prise en compte des typologies d’exploitation agricole)
1) Commencer par sélectionner l’onglet de la méthode (cadre 1, Figure 34) puis ajouter une
nouvelle table de correspondance avec le bouton dédié (cadre 2) ou sélectionner une table
de correspondance existante adaptée (aller directement au point 3) ci-dessous).
2) Une fenêtre de correspondance des groupes de cultures ASP et des cultures s’ouvre alors,
similaire à celle utilisée pour les typologies d’exploitation (Figure 27). Suivre les mêmes
étapes que décrites aux points 4) à 8) du paragraphe 5.2.5.4 pour modifier la table de
correspondance proposée par défaut.
3) Une fois la table de correspondance créée, sélectionner la (cadre 3, Figure 34), puis
sélectionner le dossier dans lequel se trouve la table de séquences (cadre 4) puis la table de
séquences elle-même (avec le suffixe « _seq_spe ») (cadre 5).
4) Sélectionner le dossier d’enregistrement de la table de séquences des cultures à créer (cadre
6) avant de lancer le processus avec le bouton dédié (cadre 7).
58
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 34 : Fenêtre d’affectation des cultures aux identifiants ASP – méthode 1
5) Une fenêtre de progression de l’étape apparaît alors. Une fois l’étape terminée, l’onglet
« Progression de l’étape » indique simplement que l’étape est terminée.
Méthode 2 : Correspondance entre groupes de cultures ASP et cultures différenciée selon le type
d’exploitation agricole
1) Commencer par sélectionner l’onglet de la méthode 2 (cadre 1, Figure 35). Ajouter une
nouvelle table de correspondance groupe de cultures ASP – cultures par type d’exploitation
avec le bouton dédié (cadre 2) ou sélectionner une table existante adaptée (dans ce cas, aller
directement au point 8) ci-dessous).
Figure 35 : Fenêtre d’affectation des cultures aux identifiants ASP – méthode 2 (1)
59
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
2) Renommer la table de correspondance par type d’exploitation qui va être créée (cadre 3,
Figure 36).
3) Sélectionner ensuite la table de correspondance existante qui a servi à l’élaboration de la
typologie (cadres 4, puis 5, Figure 36). Elle servira de base à la table de correspondance par
type d’exploitation. Si aucune table n’existe (cas où la typologie a été importée plutôt que
créée dans l’outil), en créer une à l’aide du bouton vert + puis se référer aux points 4) à 8) du
paragraphe 5.2.5.4 pour modifier la table de correspondance proposée par défaut.
4) Sélectionner le dossier (cadre 6, Figure 36) où se trouve la table des types d’exploitation pour
l’année de référence, puis la table elle-même (cadre 7).
5) Valider la sélection de la table de séquences (cadre 8, Figure 36) avant d’initialiser la table de
correspondance par type d’exploitation à partir des deux fichiers sélectionnés (table de
correspondance globale et table de séquences avec types) (cadre 9, Figure 36).
Figure 36 : Fenêtre d’affectation des cultures aux identifiants ASP – méthode 2 (2)
6) Afficher l’onglet permettant d’ajuster la correspondance entre groupes de cultures ASP et
cultures selon les types d’exploitation (cadre 11, Figure 37). Cliquer alors sur la case
correspondant aux proportions de cultures à modifier pour un type d’exploitation donné
(cadre 12).
7) Une nouvelle fenêtre s’affiche (cadre 13, Figure 37), permettant de modifier les proportions
de chaque culture pour le groupe de cultures ASP (un par ligne) et le type d’exploitation (un
par colonne) sélectionnés. Modifier les cultures et leur proportion comme indiqué au
paragraphe 5.2.5.4.
60
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Attention la première colonne ne correspond à aucun type, ce sont les pourcentages de la
table de correspondance réalisée lors de la typologie.
8) Enregistrer les modifications effectuées (cadre 14, Figure 37), puis retourner sur l’onglet de la
méthode 2 (cadre 15) et lancer le processus en suivant la même procédure que pour la
méthode 1 (points 3), 4) et 5) de la méthode 1 ci-dessus).
Figure 37 : Fenêtre d’affectation des cultures aux identifiants ASP – méthode 2 (3)
5.2.6.5 Visualisation des résultats / exemple(s) d’application
La table de séquences de cultures produites peut être exportée (cf. paragraphe 0) pour être
visualisée sous un tableur. On retrouve une séquence de cultures par ligne (un îlot peut être décrit
par plusieurs lignes). Cette table peut servir de base à une analyse des séquences de cultures sur un
territoire.
Figure 38 : Visualisation d’une table de séquences de cultures
61
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.2.7 Etape 6 : Génération des assolements de rotations
Les étapes précédentes ont permis de déterminer les séquences de cultures (ou successions)
sur les îlots d’un territoire. La grande diversité de ces séquences rend généralement difficile
leur interprétation.
La rotation culturale est un cas particulier de succession culturale correspondant à une
alternance de cultures se suivant régulièrement, dans un ordre toujours identique. La
représentation des très nombreuses successions culturales d’un territoire sous forme d’un
nombre réduit de rotations culturales permet de simplifier la réalité observée. Ces données
simplifiées peuvent aider à conduire un diagnostic de territoire mais elles permettent aussi
d’alimenter des modèles de bilan de matière organique (SIMEOS-AMG) ou de fuite de
nitrates (SYST’N) par exemple. RPG Explorer associe aux rotations culturales la part du
territoire qu’elles occupent. Ces deux informations (énoncé des rotations et de la part du
territoire qu’elles occupent) constituent des assolements de rotations. Notons que les
assolements de rotations sont générés en jouant sur un certain nombre de paramètres (voir
plus loin). Les résultats obtenus devront être confrontés à l’expertise locale afin d’ajuster au
mieux ces paramètres.
5.2.7.1 Description sommaire
SOUSETAPE(S)
Définir les paramètres de l’optimisation linéaire à la base du modèle de rotations,
notamment le poids relatif entre la maximisation de la valeur agronomique des
rotations à générer et le respect des proportions « observées » de chaque culture,
couples précédent suivant et triplets de cultures.
Renseigner l’expertise agronomique sur (1) les délais de retour et fréquences des
cultures dans les rotations (2) la valeur des couples précédant-suivant qui permet de
calculer la valeur agronomique des rotations.
Définir sur quel espace (territoire entier, sous-partie du territoire, type
d’exploitation) seront modélisés les assolements de rotations.
ENTREE(S)
SORTIE(S)
Table de séquences de cultures issue de l’étape 5.
Fichier d’expertise agronomique.
Table statistiques donnant l’assolement de rotations retenu par le modèle
d’optimisation.
5.2.7.2 Méthodologie détaillée
La génération des assolements de rotation repose sur une méthodologie dérivée du modèle
CropRota (Schönhart, M., Schmid, E., Schneider U. A., 2011. CropRota – A crop rotation model to
support integrated land use assesments. European Journal of Agronomy (34), 263-277). La
méthodologie détaillée ci-dessous vulgarise le fonctionnement du modèle. Pour des informations
détaillées sur les équations sous-jacentes au modèle, se reporter à l’article cité.
62
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
La méthodologie suit les étapes suivantes :
1) La valeur agronomique de chaque couple-précédent suivant est tout d’abord établie par
l’utilisateur (cf. Annexe 3).
2) Le modèle définit ensuite l’ensemble des rotations possibles en combinant les cultures
présentes sur l’espace considéré.
3) La valeur agronomique de chaque rotation est définie comme la moyenne des valeurs
agronomiques des couples précédent-suivant la composant, pondérée par un facteur
correctif pour les monocultures (pour prendre en compte que la répétition successive d’une
culture peut pénaliser la valeur agronomique au-delà de la valeur du couple précédentsuivant).
4) Le modèle cherche alors à maximiser la valeur agronomique totale sur l’espace écologique
considéré en optimisant les proportions de chaque rotation :

la valeur agronomique totale étant calculée comme la moyenne des valeurs
agronomiques de chaque rotation pondérée par sa surface relative,

cette optimisation étant faite sous deux contraintes :
a) respecter la proportion observée dans les séquences de chaque culture sur
l’espace écologique considéré et/ou celle de chaque couple précédantsuivant et/ou celle de chaque triplet de cultures,
b) limiter l’occurrence de certaines cultures dans les rotations modélisées grâce
à deux paramètres par culture définis par l’utilisateur (cf. Annexe 3) :
-
une fréquence maximale de chaque culture dans les rotations (par
exemple pas plus de 50 % de blé dans la rotation).
-
un délai de retour minimal de chaque culture dans les rotations (par
exemple, retour du colza au minimum tous les deux ans).
Afin d’accorder une plus ou moins grande importance à la valeur agronomique et au respect des
proportions observées dans les séquences, le modèle permet de définir des poids (pénalités) sur
chacune de ces contraintes et objectifs.
La Figure 39 schématise le modèle d’optimisation linéaire.
En addition à ce fonctionnement de base, le modèle laisse l’opportunité d’un fonctionnement
itératif. A chaque itération, les proportions modélisées dans les rotations et observées dans les
séquences des couples précédant-suivant sont comparées. Si cette différence est supérieure à un
seuil donné, le modèle autorisera la modification des potentiels des couples précédant-suivant pour
une nouvelle optimisation à l’itération suivante et ainsi de suite, jusqu’au nombre maximum
d’itérations.
63
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 39 : Représentation schématique du modèle de rotation
La génération des assolements de rotation proposée dans RPG Explorer est un modèle. RPG
Explorer va chercher à « ressembler le plus possible » à une réalité observée, selon un
certain nombre de critères approchant la notion d’assolements de rotation (contraintes
agronomiques, fréquences observées des cultures, des couples…). Cette approche de modélisation
comporte certaines limites qu’il est important de souligner.
-
La pertinence des rotations générées dépend de la qualité de l’expertise agronomique
externe apportée par l’utilisateur (fréquence maximale de retour des cultures…).
-
La représentativité des rotations dépendra également fortement de la part des séquences
reconstituées sur le territoire étudié.
-
L’outil n’a pas vocation à reproduire toutes les rotations observées, il propose un ensemble
de rotations qui permettent de reproduire les observations tout en respectant des
contraintes agronomiques.
-
L’outil peut générer des rotations inexistantes sur le territoire, mais qui respectent les
contraintes en entrée du modèle (fréquences observées, valeur agronomiques…),
-
L’outil générera des rotations sur un territoire, même si des rotations au sens propre du
terme ne sont pas observables sur tout ou partie du territoire ; par exemple dans un cas où
aucun cycle régulier de cultures n’existe (grande diversité de têtes d’assolement, forte
adaptation annuelle des assolements aux contraintes du marché…).
64
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Ce modèle d’optimisation peut être utilisé à différentes échelles :
-
globalement sur l’ensemble des îlots d’un espace écologique,
-
par groupe d’îlots : chaque îlot est décrit par plusieurs facteurs (type d’exploitation, sol…)
pouvant prendre chacun plusieurs modalités (éleveurs/polyculteurs, sol 1/sol 2). Pour
chaque groupe d’îlots présentant la même combinaison de modalités (éleveurs X sol 1,
polyculteurs X sol 2, etc.), un assolement de rotations peut être modélisé.
Il est important de noter que plus on raffine l’échelle de travail, moins on aura de
séquences pour chaque optimisation, ce qui limitera la fiabilité des résultats (et peut
même n’aboutir à aucun résultat). Le nombre de séquences dépend également des contraintes
sélectionnées (proportions des cultures uniquement, des couples ou des triplets). Il n’est pas
conseillé de réaliser une optimisation sur un espace où le nombre de séquences serait inférieur à
100.
5.2.7.3 Entrées, sorties, options et paramètres
ENTREES


Table de séquences de cultures (avec le suffixe « _spe_cult ») produite à l’étape 5
Tables contenant la valeur agronomique de chaque couple précédent/suivant, le délai de
retour minimal et la fréquence maximale de chaque culture dans les rotations
Cette table est obtenue par expertise. Un exemple pour cette table est indiqué en
Annexe 3. Les valeurs contenues dans cette table conditionnent fortement les
rotations que l’on obtiendra, notamment dans le cas où l’optimisation ne sera réalisée
que sur les assolements (pas de prise en compte des couples et/ou des triplets). Il est
donc important de les ajuster grâce à une certaine connaissance du territoire pour
obtenir des rotations pertinentes.
OPTIONS ET PARAMETRES
Onglet Paramètres généraux
Plage temporelle
Plage temporelle sur laquelle doit être réalisée l’optimisation. Si
la plage temporelle recouvre une période supérieure aux
besoins de l’optimisation (2 ou 3 ans selon que les triplets sont
pris en compte ou non), des moyennes des proportions des
cultures, couples et/ou triplets sont pris en compte.
Gams / LpSolve
Choix de l’algorithme pour l’optimisation linéaire (laisser
LpSolve proposé par défaut pour une utilisation classique)
L’utilisation de l’option « Gams » nécessite d’avoir
préalablement installé Gams sur l’ordinateur et d’avoir activé
une licence (non fournie avec RPG Explorer).
Afficher le code source
Afficher le code source de l’optimisation.
Longueur
des
rotations Nombre d’années maximal des rotations à modéliser (les
souhaitées
rotations produites pourront être plus courtes que le nombre
indiqué, mais jamais plus longues)
65
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Obtenir un assolement
rotation de 100 %
de Il est possible que les rotations modélisées ne représentent pas
100 % du territoire (cas où des couples précédents/suivants ont
été négligés, voir options ci-dessous). Dans ce cas, il est possible
de recalculer les proportions des rotations pour que leur somme
soit égale à 100 %.
Mettre à 0 les potentiels Les couples précédents/suivants dont la fréquence observée est
agronomiques dont l’occurrence inférieure à la valeur renseignée ne seront pas retenus dans les
est inférieure à
rotations modélisées.
Mettre à 0 les potentiels Les couples précédents/suivants dont le potentiel agronomique
agronomiques inférieurs à
est inférieur à la valeur renseignée ne seront pas retenus dans
les rotations modélisées.
Onglet Paramètres spécifiques
Contraintes sur les cultures
Indique si les proportions observées des cultures doivent être
intégrées dans l’optimisation
Pénalité distance aux cultures
Pénalité à appliquer à la moyenne des différences entre
proportions observées et modélisées des cultures. Plus la
pénalité est élevée, plus les rotations modélisées respecteront
les observations (plus l’optimisation sera contrainte).
Contraintes
sur
les Indique si les proportions observées des couples
précédents/suivants
précédents/suivants doivent être intégrées dans l’optimisation :
cela a pour effet le cas échéant de modéliser des rotations plus
vraisemblables qu’avec les cultures seules.
Pénalité
distance
aux Pénalité à appliquer à la moyenne des différences entre
précédents/suivants
proportions observées et modélisées des couples précédentssuivants. Plus la pénalité est élevée, plus les rotations
modélisées respecteront les observations (plus l’optimisation
sera contrainte).
Contraintes sur les triplets
Indique si les triplets de culture doivent être intégrées dans
l’optimisation : cela a pour effet le cas échéant de modéliser des
rotations plus vraisemblables, mais nécessite de travailler sur un
jeu de données représentant au minimum 3 ans.
Pénalité distance aux triplets
Pénalité à appliquer à la moyenne des différences entre
proportions observées et modélisées des triplets de cultures.
Plus la pénalité est élevée, plus les rotations modélisées
respecteront les observations (plus l’optimisation sera
contrainte).
Fréquence d’apparition minimum Fréquence minimum des triplets de cultures en deçà de laquelle
ils ne sont pas pris en compte dans l’optimisation.
Plus la fréquence renseignée est basse, plus de triplets seront pris en compte, ce qui
favorisera la représentativité des rotations, mais alourdira d’autant plus la
modélisation. Il n’est donc conseillé d’abaisser ce seuil que si des écarts importants
sont observés sur certains triplets non pris en compte par défaut.
66
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Pénalité sur les monocultures
Pénalité longueur rotations
Déviation minimum nécessaire à
la modification des potentiels
agronomiques de la table
Nombre de précédents/suivants
dont la valeur du potentiel sera
éventuellement modifiée
Nombre
d’itérations
de
l’optimisation, avec modification
des potentiels
Facteur de correction permettant d’ajuster la valeur
agronomique d’une rotation incluant une monoculture (simule
une diminution de la valeur du couple précédent/suivant quand
celui est répété)
A pour effet de limiter le nombre de rotations produites, en
forçant l’algorithme à simuler des rotations courtes suboptimales du point de vue des autres contraintes (un écart plus
important aux observations peut être accepté sous conditions
que la rotation soit plus courte).
Si la fréquence observée d’un couple précédent-suivant lors
d’une itération dévie de plus de X % (X étant le seuil renseigné),
alors l’optimisation autorise la modification des potentiels
agronomiques dans l’itération suivante, permettant de se
rapprocher davantage de la fréquence observée.
Nombre de précédents/suivants dont la valeur du potentiel sera
éventuellement modifiée lors des itérations (si le nombre des
itérations est supérieur à 1)
A chaque nouvelle itération, le potentiel agronomique des
couples précédents/suivants pourra être modifié afin de
pouvoir se rapprocher davantage des observations (fréquences
des cultures, des couples…)
Onglet Assolements multiples
Ajout d’une colonne
Sélection des colonnes qui servent à créer les combinaisons de
modalirés pour lesquelles une optimisation doit être réalisée :
des rotations différentes seront optimisées pour chaque
combinaison. Une ou plusieurs colonnes peuvent être
sélectionnées, correspondant à des types d’exploitations, des
unités de sol, etc.
Combinaisons disponibles des Sélection des combinaisons pour lesquels une optimisation doit
colonnes choisies
être réalisée. Des rotations différentes seront optimisées pour
chaque combinaison.
Une combinaison résulte du croisement entre les différentes
modalités des colonnes ajoutées.
Onglet Catégorie des séquences
Sélection des catégories de Choix des catégories de reconnaissance de séquences à
reconnaissance
d’îlot
pour mobiliser pour l’optimisation linéaire des rotations (il peut être
l’optimisation linéaire
choisi de ne travailler que sur des séquences jugées plus
certaines, de 1 à 3 par exemple)
SORTIES
Table statistiques sur la répartition des rotations (nom libre à renseigner)
67
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.2.7.4 Déroulement pas à pas
Cliquer sur « Génération des assolements de rotation » dans le menu de l’outil pour ouvrir la fenêtre
correspondante.
1) Commencer par cliquer sur l’onglet permettant la génération des assolements de rotation
(cadre 1, Figure 40) (le premier onglet servant à visualiser les résultats).
2) Sélectionner le dossier dans lequel se situe la table de séquences de cultures (avec suffixe
« _seq_spe_cult ») qui servira à la génération des rotations (cadre 2, Figure 40), puis la table
elle-même (cadre 3).
3) Initialiser la table d’expertise agronomique à partir de la table de séquences que vous avez
sélectionnée précédemment en cliquant sur le bouton dédié (cadre 4, Figure 40) ou importer
une table existante à l’aide du bouton dédié (cadre 5) (dans ce cas, aller directement au point
8) ci-dessous).
Figure 40 : Fenêtre de génération des assolements de rotation
4) La fenêtre de gestion de l’expertise agronomique s’ouvre alors (Figure 41). Le premier onglet
(« Contraintes sur les précédents-suivants ») de cette fenêtre permet de définir la valeur
agronomique de chaque couple. Par défaut, toutes les valeurs sont à 0. La modification
manuelle de cette table pouvant être fastidieuse, il est conseillé de refermer cette fenêtre,
d’exporter la table, de la modifier sous Excel puis de l’importer (bouton import/export Excel,
cadre 5, Figure 40). Il est aussi possible de modifier cette table dans le logiciel (points 5), 6) et
7) ci-dessous).
68
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5) Pour modifier la table dans le logiciel, il suffit de cliquer successivement sur la valeur d’un
couple pour l’augmenter de 1 en 1, jusqu’à 10 (le maximum) (cadre 7, Figure 41). Une fois
toutes les modifications effectuées, sauvegarder les avec le bouton dédié (cadre 8).
Figure 41 : Fenêtre de gestion de l’expertise agronomique (1)
6) Le deuxième onglet de la fenêtre de gestion de l’expertise agronomique (Figure 42)
(« Contraintes sur les délais de retour et la fréquence des cultures ») présente en première
colonne le pourcentage de chaque culture dans l’assolement (moyenne des années
considérées). Cette colonne n’a qu’une utilité informative. La seconde colonne permet de
définir le délai de retour de chaque culture (par exemple, 0 signifie que deux années de la
même culture peuvent se suivre, 1 signifie au minimum 1 autre culture entre deux années de
la même culture…). La troisième colonne permet de préciser la fréquence maximale de
chaque culture dans les rotations modélisées (par exemple 0.5 pour 50 % d’une culture au
maximum dans une rotation). Commencer par cliquer sur le nom de l’onglet pour afficher la
table correspondante (cadre 9, Figure 42). Modifier alors les fréquences maximales pour
chacune des cultures (par défaut égales à 0) (cadre 10).
Fréquence des cultures dans les rotations et délai de retour des cultures sont deux
notions complémentaires. Il convient de correctement renseigner les deux colonnes.
7) Sauvegarder les modifications (cadre 11, Figure 42), avant de refermer la fenêtre (cadre 12).
69
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 42 : Fenêtre de gestion de l’expertise agronomique (2)
8) Une fois l’expertise agronomique renseignée, modifier si besoin les paramètres spécifiques
de l’optimisation proposés par défaut dans l’onglet correspondant (cadre 13, Figure 43), ainsi
que les catégories de reconnaissance de séquences à intégrer dans l’optimisation (cadre 14).
9) Si plusieurs assolements de rotation doivent être générés (par type d’exploitation et/ou par
type de sol, etc.), afficher l’onglet « Assolements multiples » (cadre 15, Figure 43).
Sélectionner alors les colonnes qui contiennent les modalités qui permettent de « grouper »
les îlots entre eux (type d’exploitation, sols…) (cadre 16) et les ajouter (cadre 17).
Sélectionner les modalités de ces colonnes à utiliser pour créer les combinaisons (cadre 18)
(cf. paragraphe 5.2.7.2). Actualiser alors la liste des combinaisons de modalités possibles
(cadre 19) et sélectionner les combinaisons pour lesquelles un assolement de rotation doit
être modélisé (cadre 20).
Si on souhaite réaliser des assolements selon les modalités d’une seule colonne (type de sol
par exemple), il suffit de ne sélectionner que cette colonne et de créer les combinaisons à
partir de celle-ci uniquement.
10) Revenir enfin sur l’onglet des « paramètres généraux » (cadre 21) pour finaliser la
paramétrisation de l’optimisation.
70
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 43 : Fenêtre de génération des assolements de rotations (2)
11) Une fois revenu sur la fenêtre de génération des assolements de rotation, bien vérifier que le
dossier de la table de séquences de cultures et la table sont sélectionnés (cadres 22 et 23,
Figure 44), ainsi que la table d’expertise agronomique (cadre 24).
12) Modifier si besoin les paramètres généraux de l’optimisation (cadre 25).
13) Donner un nom à l’assolement de rotations qui sera généré (cadre 26), sélectionner le
dossier d’enregistrement (cadre 27), avant de lancer la génération des assolements de
rotation avec le bouton dédié (cadre 28).
71
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 44 : Fenêtre de génération des assolements de rotations (3)
14) Une fenêtre s’ouvre présentant l’avancement de l’étape. Une fois l’étape terminée, il est
proposée d’enregistrer le fichier de résultats. Une fois ce fichier sauvegardé, la fenêtre de
résultats s’affiche. On peut alors visualiser les rotations modélisées en cochant la/les table(s)
correspondantes (cadre 29, Figure 45 : rotations pour les polyculteurs sur l’UCS 122). Pour
faciliter la lecture, on peut trier les rotations selon leur proportion dans l’assolement de
rotations généré (cadre 30).
Figure 45 : Visualisation des assolements de rotations
15) La fenêtre de résultats permet également de visualiser les modifications éventuelles réalisées
sur les valeurs agronomiques des couples à chaque itération (Figure 46, les proportions de
chaque couple et la valeur ajustée (ou non) de la valeur agronomique des couples sont
affichées, ici 0.4 % d’un couple de valeur agronomique 6/10).
72
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 46 : Visualisation des modifications des valeurs agronomiques des couples réalisées pendant
l’optimisation
16) La fenêtre de résultats permet enfin de vérifier la concordance entre assolements observés
et générés, entre les fréquences des couples précédents/suivants observées et générées
entre les fréquences des triplets observées et générées. On peut visualiser une table
contenant toutes ces fréquences (table avec suffixe « opt_stat », cadre 31) ou uniquement
celles mal modélisées (table avec suffixe « opt_pb », cadre 32). On peut observer la surface
de chaque culture, couple et triplet (cadre 30), les fréquences observées (cadre 34) et
générées (cadre 35), par combinaison (ici pour les éleveurs sur l’UCS 122). Deux statistiques
synthétisent les écarts entre fréquences observées et générées : moyenne des valeurs
absolues des différences (cadre 36), moyenne des différences au carré (cadre 37). Un écart
supérieur à 1 % est considéré comme important.
17) A l’issue de cette étape, il est primordial de vérifier la pertinence des rotations générées : il
faut à la fois étudier les rotations générées (vérifier qu’il n’y a pas de cultures ou successions
incohérentes) et comparer les fréquences observées aux fréquences obtenues (point 16) cidessus).
Dans la version 1.8.24 de RPG Explorer, les statistiques d’écart moyen et les fréquences
dans les rotations pour les triplets sont erronés.
Figure 47 : Vérification des fréquences observées et générées
73
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
18) Une fois la fenêtre de résultats fermée, il est possible de visualiser et/ou exporter les
résultats. Retourner pour cela sur le premier onglet « Assolements de rotations » de la
fenêtre de génération des assolements de rotation (cadre 38, Figure 48). Sélectionner
ensuite le fichier de résultats (cadre 39) et les informations désirées (cadre 40) avant de
visualiser et/ou exporter ces résultats avec les boutons dédiés (cadre 41).
Figure 48 : Visualisation et export des rotations
5.2.7.5 Visualisation des résultats / exemple(s) d’application
Les fichiers de résultats exportés (cf. paragraphe 5.3.3) peuvent être visualisés sous un tableur. La
connaissance des assolements de rotations peut alors servir de données d’entrée dans certains
modèles d’évaluation environnementale des systèmes de culture (évaluation des pertes d’azote à
l’échelle de la rotation, évaluation du stockage de carbone…).
74
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 49 : Extrait d’un fichier de résultats exporté visualisé sous un tableur
Des représentations cartographiques des rotations peuvent être réalisées sur la base des résultats
produits (Figure 50).
Les données présentées ne sont que des illustrations et n’ont pas été validées
Figure 50 : Cartographie de la proportion de la rotation colza-blé-tournesol-blé par UCS sur un bassin
d’alimentation de captage
75
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.2.8 Etape 7 (optionnelle) : Affectation des assolements de rotations aux sols
A l’issue des étapes précédentes, on a obtenu des assolements de rotations établis au niveau
d’espaces prédéfinis : aire d’alimentation de captage, types d’exploitations, unité
cartographiques de sol (UCS)… L’étape 7 ne concerne que le cas où ces assolements de
rotations ont été définis à l’échelle d’Unités Cartographiques de Sols (UCS).
Les UCS peuvent comprendre plusieurs Unités Typologiques de Sols (UTS), avec chacune des
propriétés propres. Les propriétés des UTS peuvent orienter l’affectation des rotations à l’une
ou l’autre de ces UTS compte-tenu des sensibilités des cultures au type de sol. Notons qu’on
ne connaît des UTS que leur proportion au sein des UCS et pas leur localisation.
De nombreux processus biophysiques (lixiviation des nitrates, stockage de carbone…) étant
dépendant à la fois des rotations et des types de sol, il peut être souhaitable d’estimer la
distribution des rotations par UTS au sein de chaque UCS, afin d’obtenir des couples
rotations-types de sols.
5.2.8.1 Rappels sur les UCS et UTS
Source : GIS Sol (http://www.gissol.fr/programme/bdgsf/contenu.php)
« Le continuum pédologique est discrétisé en objets distincts que sont les types de sols et que nous
pouvons identifier dans le paysage. L'inventaire qui en est fait constitue une liste d'Unités
Typologiques de Sols (UTS).
Cependant, à l'échelle à laquelle nous travaillons […], il n'est pas possible de localiser et de délimiter
toutes ces UTS. Des regroupements sont donc nécessaires et définissent des Unités Cartographiques
de Sols (UCS). Ces UCS sont des objets que l'on sait localiser dans l'espace et qui sont composés
d'UTS bien identifiées (Figure 51).
Figure 51 : Concept de paysage pédologique
76
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Les UTS sont chacune décrites par une série de variables codées (environ 40 attributs) caractérisant
la nature et les propriétés des sols, en surface comme en profondeur : par exemples la texture, le
régime hydrique, la charge en cailloux, le matériau originel, etc.. Un dictionnaire donne la définition
de chaque occurrence de variable.
Les UCS quant à elles, sont chacune décrites par leur géométrie d'une part, et par leur composition
en terme d'UTS d'autre part. La géométrie d'une UCS est un ensemble de polygones décrits chacun
par leur forme et leur position géographique. Sa composition est un ensemble d'UTS dont on ne
connait que les parts relatives dans l'UCS. »
5.2.8.2 Description sommaire
Répartir les rotations de chaque UCS par types de sols en se basant sur la proportion
de chaque rotation par UCS calculé à l’étape 5 et des informations à renseigner par
l’utilisateur :
SOUSETAPE(S)
-
la répartition des types de sols (UTS) au sein de chaque UCS,
-
les propriétés de ces UTS,
-
la note agronomique de chaque culture selon les propriétés des sols.
Fichier d’assolement de rotations par UCS produit à l’étape 6.
ENTREE(S)
Tables de paramétrage des sols et des notes agronomiques des cultures selon les
propriétés des sols
SORTIE(S)
Fichier d’assolement de rotations par UTS et UCS
5.2.8.3 Méthodologie détaillée
Cette étape concerne uniquement les cas où les assolements de rotations définis à l’étape 6 l’ont été
à l’échelle d’UCS. L’objectif est alors de distribuer les rotations par UTS au sein de chaque UCS, afin
d’obtenir des couples rotation-UTS. Pour cela, on mobilise à nouveau un algorithme d’optimisation
linéaire pour répartir les rotations par UTS.
On donne une note agronomique qui caractérise l’adéquation de chacune des rotations obtenues à
l’étape 6 aux UTS de l’UCS concernée. On cherche alors à maximiser sur chaque UCS la note
agronomique globale en affectant à chaque UTS les meilleures proportions de chaque rotation :

la note agronomique totale étant calculée comme la moyenne des notes
agronomiques de chaque rotation par UTS pondérée par sa surface relative (les
notes des rotations étant elles-mêmes calculées en fonction des notes des cultures
variant d’une UTS à une autre),

cette optimisation étant faite sous deux contraintes :
a) respecter la proportion de chaque rotation par UCS,
b) respecter la proportion de chaque UTS par UCS.
De même qu’à l’étape précédente, cette répartition des rotations par UTS est un modèle. Il ne s’agit
pas d’une image exacte de la réalité.
La Figure 52 représente schématiquement le modèle.
77
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 52 : Représentation schématique du modèle de répartition des rotations par UTS
La répartition des assolements de rotations par type de sol demande une importante expertise
agronomique et pédologique de la part de l’utilisateur. En effet il est nécessaire d’indiquer les
propriétés des types de sol, leurs proportions dans les UCS, le pourcentage de drainage de chaque
UCS, le caractère irrigué ou non des UCS, le caractère irrigué ou non des rotations et les notes des
différentes cultures selon les caractéristiques des sols.
Un guide pour appliquer cette expertise est présenté en Annexe 4 et Annexe 5.
5.2.8.4 Entrées, sorties, options et paramètres
ENTREES


Fichier d’assolement de rotations produit à l’étape 6.
Tables de paramétrage des sols : Tables contenant les caractéristiques des sols (UTS), la
proportion des UTS par UCS, la notation des cultures par UTS, le caractère irrigué ou drainé
des UTS et des rotations.
La table de paramétrage des sols est obtenue par expertise. Les caractéristiques des
sols à renseigner sont présentées en Annexe 4 tandis qu’un exemple de notation des
cultures dans les UTS est présenté en Annexe 5.
OPTIONS ET PARAMETRES
Gams / LpSolve
Choix de l’algorithme pour l’optimisation linéaire (laisser
LpSolve proposé par défaut pour une utilisation classique).
L’utilisation de l’option « Gams » nécessite d’avoir
préalablement installé Gams sur l’ordinateur et d’avoir activé
une licence (non fournie avec RPG Explorer).
Afficher le code source
Afficher le code source de l’optimisation.
Pénalité sur la proportion des Pénalité à appliquer à la moyenne des différences entre
rotations
proportions des rotations par UCS (issues de l’étape 6
précédente) et les proportions obtenues en agrégeant par
rotation et UCS les proportions des rotations par UTS. Plus la
pénalité est élevée, plus les proportions des rotations par UCS
seront respectées.
78
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Pénalité sur la proportion des Pénalité à appliquer à la moyenne des différences entre les
sols
proportions réelles des UTS et les proportions obtenues en
agrégeant par UTS les proportions des rotations par UTS. Plus la
pénalité est élevée, plus les proportions des UTS seront
respectées.
Agréger les sols identiques
Option à activer afin que la répartition des rotations se fasse de
manière équitable entre deux UTS ayant les mêmes propriétés
(dans lesquels les rotations auront les mêmes notes)
SORTIES
Table statistiques sur la répartition des rotations par UTS
5.2.8.5 Déroulement pas à pas
Cliquer sur « Affectation des assolements de rotations aux sols » dans le menu de l’outil pour ouvrir
la fenêtre correspondante.
1) Commencer par cliquer sur l’onglet « répartir un assol. de rot. par type de sol » (cadre 1,
Figure 53) (le premier onglet servant à visualiser les résultats).
2) Sélectionner l’assolement de rotations produit à l’étape précédente à répartir sur les UTS
(cadre 2) puis cliquer sur « Initialiser le paramétrage d’affectation des rotations aux types de
sols » (cadre 3).
3) Une fenêtre apparaît demandant si on souhaite qualifier les rotations selon chaque
optimisation linéaire. « Oui » impliquera de renseigner pour chaque rotation dans chaque
UCS si elle est irriguée (à privilégier si l’irrigation est localisée à certaine UCS), « non »
impliquera de renseigner cette information sur l’irrigation des rotations de manière globale
pour toutes les UCS.
Figure 53 : Fenêtre d’affectation des assolements de rotations aux sols (1)
79
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
4) Une fois répondu à la question de la fenêtre précédente, une nouvelle fenêtre de
paramétrage apparait. Sur l’onglet « Paramètres des types de sol », exporter la table vide à
l’aide du bouton dédié (cadre 4, Figure 54). La compléter sous un tableur avec une ligne par
UTS. Importer ensuite la table complétée à l’aide du bouton dédié (cadre 5). Une fenêtre
apparaît alors pour demander si les sols existants doivent être écrasés ou non. Renseigner
« oui » si aucun sol existant à conserver n’est présent dans la base (cadre 6). Cet import des
paramètres de type de sols va remplir non seulement l’onglet paramètres, mais va
également permettre de pré-remplir les onglets suivants qui étaient vides jusqu’à alors.
Figure 54 : Fenêtre d’affectation des assolements de rotations aux sols (2)
5) Renseigner les proportions des UTS par UCS dans l’onglet correspondant (cadre 7). Modifier
les proportions par défaut (0) en cliquant dans les cases correspondantes (cadre 8).
Figure 55 : Fenêtre d’affectation des assolements de rotations aux sols (3)
6) Sur l’onglet de notation des cultures selon les sols (cadre 9, Figure 56), modifier la note
agronomique des cultures selon les propriétés des sols (cadre 10).
7) Modifier enfin le caractère irrigué ou drainé des UCS (cadre 11) et le caractère irrigué ou non
des rotations (cadre 12) dans les onglets correspondants. Modifier si besoin le nom de la
table de paramétrage (cadre 13) et sauvegarder ensuite les modifications (cadre 14) avant de
fermer la fenêtre.
80
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 56 : Fenêtre d’affectation des assolements de rotations aux sols (4)
8) Sélectionner l’assolement de rotations à répartir par UTS (cadre 15, Figure 57), la table de
paramétrage (cadre 16). Modifier si besoin les paramètres de l’optimisation linéaire (cadre
17), le nom du fichier d’assolement de rotations par UTS à créer et le dossier
d’enregistrement (cadres 18 et 19). Lancer alors le processus à l’aide du bouton dédié (cadre
20).
Figure 57 : Fenêtre d’affectation des assolements de rotations aux sols (5)
9) Une fois le processus terminé, une fenêtre demande si l’on souhaite visualiser les données
d’entrées et les résultats du processus. On peut alors visualiser les notes des rotations par
UTS ainsi que les proportions de chaque rotation par UTS et UCS (Figure 58, Figure 59).
81
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Figure 58 : Résultats de l’affectation des assolements de rotations aux sols – notes des rotations
Figure 59 : Résultats de l’affectation des assolements de rotations aux sols – proportions par UTS
5.2.8.6 Visualisation des résultats / exemple(s) d’application
De même qu’à l’étape précédente, les fichiers de résultats exportés peuvent être visualisés sous un
tableur. La connaissance des assolements de rotations peut alors servir de données d’entrée dans
certains modèles d’évaluation environnementale des systèmes de culture, avec l’intérêt
supplémentaire ici que des couples pertinents rotations – types de sols peuvent être considérés.
82
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.3 Processus complémentaires
En addition de la chaîne de traitements type présentée au paragraphe précédent qui aboutit à la
production d’un assolement de rotations, des processus complémentaires sont implémentés dans
l’outil et permettent de réaliser des tâches diverses.
5.3.1 Paramètres de l’usager
5.3.1.1 Cultures
Les paramètres de l’usager permettent d’ajouter des cultures à la liste proposée par défaut, ce qui
permet de considérer des cultures supplémentaires lors de la définition des typologies
d’exploitations et lors de l’affectation des cultures aux groupes de cultures ASP.
Pour ajouter une culture, commencer par sélectionner l’onglet cultures du menu paramètres de
l’usager (cadre 1, Figure 60). Cliquer ensuite sur le bouton ajouter (cadre 2), renseigner le nom et le
surnom (abréviation) de la nouvelle culture (cadres 3 et 4) avant de valider l’ajout avec le bouton
dédié (cadre 5).
Il est également possible de modifier ou de supprimer une culture existante : sélectionner la culture
(cadre 6), puis cliquer sur les boutons dédiés (cadre 7 pour modifier, cadre 8 pour supprimer).
La modification ou l’ajout d’une culture n’est pas pris automatiquement en compte dans les
agrégats de culture. Il convient de modifier manuellement l’agrégat correspondant (par
exemple, ajouter la nouvelle culture dans l’agrégat surface totale). Ces modifications peuvent
perturber le fonctionnement de typologie d’exploitation existante, il est donc conseillé de construire
correctement la liste des cultures et des agrégats de cultures avant de réaliser les correspondances
groupes de cultures-> cultures et les typologies d’exploitations.
Figure 60 : Ajout d’une nouvelle culture
5.3.1.2 Agrégats de cultures
Les paramètres de l’usager permettent d’ajouter des agrégats de cultures à la liste proposée par
défaut, ce qui permet de considérer des agrégats de cultures supplémentaires lors de la définition
des typologies d’exploitations.
Pour ajouter un agrégat de cultures, commencer par sélectionner l’onglet agrégats de cultures du
menu paramètres de l’usager (cadre 1, Figure 61). Cliquer ensuite sur le bouton ajouter (cadre 2),
renseigner le nom et le surnom (abréviation) du nouvel agrégat (cadres 3 et 4) avant de valider
l’ajout avec le bouton dédié (cadre 5).
83
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Sélectionner ensuite l’agrégat créé (cadre 6, Figure 62), puis cliquer sur le bouton modifier (cadre 7)
pour pouvoir ajouter des cultures à l’agrégat. Sélectionner les cultures à ajouter (cadre 8) avant de
valider l’ajout avec le bouton dédié (cadre 9).
Il est également possible de modifier ou de supprimer un agrégat existant : sélectionner l’agrégat
(cadre 6), puis cliquer sur les boutons dédiés (cadre 7 pour modifier, cadre 10 pour supprimer).
La modification ou l’ajout d’un agrégat de cultures n’est pas pris automatiquement en
compte dans les typologies d’exploitations existantes. Il est donc conseillé de construire
correctement la liste des cultures et des agrégats de cultures avant de réaliser les correspondances
groupes de cultures-> cultures et les typologies d’exploitations.
Figure 61 : Ajout d’un nouvel agrégat de cultures (1)
Figure 62 : Ajout d’un nouvel agrégat de cultures (2)
84
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.3.2 Caractérisation de l’évolution des territoires d’exploitation
Processus expérimental actuellement en développement.
5.3.3 Exportation des données PostgreSql
L’exportation des données est possible directement dans chaque processus à l’aide des boutons
dédiés (flèches rouges ascendantes, cadre 1 de la Figure 63) qu’on retrouve sur chaque fenêtre. Il est
ainsi possible d’exporter les tables produites dans un format compatible avec un tableur (bouton
Excel). Dans le cas d’une table spatiale, le bouton DBF permet d’exporter directement un shapefile
qui sera visualisable sous SIG (le shapefile étant composé de trois fichiers indépendants, le dbf étant
un des trois et correspondant à la table attributaire du shapefile).
Un processus dédié à l’exportation complète ces fonctionnalités en y ajoutant quelques options.
Une fois sélectionné ce processus dans le menu de l’outil, il faut d’abord sélectionner le dossier
contenant la table à exporter puis la table elle-même (cadres 1 et 2, Figure 63).
On peut alors visualiser la structure de la table sélectionnée et désélectionner des colonnes qu’on ne
souhaiterait pas exporter (cadre 3). A l’inverse, il est ici possible de rajouter des informations non
inclues par défaut à la table exportée (cadre 4) : ajout de la forme juridique de l’exploitation dans
une table de séquences, ajout des surfaces de groupes de cultures par année et par îlot dans une
table de filiation...
Le nom de la table à exporter peut être modifié (cadre 5), ainsi que le système de projection (cadre
6) (cas des données SIG) avant de lancer l’export (cadre 7).
Figure 63 : Fenêtre d’exportation des données PostgreSql
85
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.3.4 Ajout d’informations
Module non fonctionnel pour l’ajout d’informations avec intersection d’espaces
écologiques dans la version 1.8.24.
Ce processus permet l’ajout d’informations à des tables existantes. Les informations peuvent être
des identifiants d’espaces écologiques ou des identifiants d’exploitations agricoles. Dans le cas des
identifiants d’espaces écologiques, l’ajout se fait grâce à une intersection géographique des données
(la table doit donc être une table SIG). Dans le cas des identifiants d’exploitation, l’ajout se fait grâce
au numéro d’îlot (la table ne doit pas forcément être une table SIG).
Cette fonctionnalité est utile dans le cas où l’on souhaiterait rajouter a posteriori des informations
qui n’avaient pas été sélectionnées durant l’étape de filiation.
Après avoir sélectionné le processus dans le menu de l’outil, puis le dossier et la table souhaités
(cadres 1 et 2, Figure 64), sélectionner le type d’information à ajouter : identifiants d’espace
écologique (cadre 3) ou d’exploitation (cadre 4). Renseigner le nom de la nouvelle table à créer et
son dossier d’enregistrement avant de lancer le processus (cadre 5).
Figure 64 : Fenêtre d’ajout d’informations
86
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.3.5 Indicateurs
5.3.5.1 Description sommaire
OBJECTIF
Obtenir certaines statistiques synthétiques décrivant les exploitations, les
exploitations ou les séquences de cultures d’un territoire
ENTREE(S)
Table de filiation et/ou de séquences
SORTIE(S)
Tables statistiques
.
5.3.5.2 Entrées, sorties, options et paramètres
ENTREES



Données ASP pour les statistiques sur les assolements, les exploitations
Table de filiation et/ou de séquences (sans le suffixe « _spe ») pour des statistiques sur les
évolutions des territoires d’exploitation.
Table de séquences de groupes de cultures (avec le suffixes « _spe ») ou de cultures (avec le
suffixe « _spe_cult ») pour des statistiques sur les séquences.
OPTIONS ET PARAMETRES
Indicateurs sur les données ASP
Méthode d’intersection du territoire
Choix du territoire
Territoire et années pour lesquels seront produits les
indicateurs (cf. paragraphe 5.2.3 sur la filiation pour la
signification des options).
Calculer des indicateurs sur
identifiants ASP (onglet Id. Asp)
les Produit une table statistique par année, décrivant
l’assolement de groupes de cultures de l’espace
écologique sélectionné.
Calculer les indicateurs sur les cultures Produit une table statistique par année, décrivant
(onglet Cultures)
l’assolement de cultures de l’espace écologique
sélectionné.
Assolement des identifiants Asp dans Produit une table statistique par année, décrivant
l’espace
écologique
(onglet l’assolement par exploitation et par année des îlots
Exploitations agricoles)
contenus dans l’espace écologique.
Assolement des identifiants Asp (onglet Produit une table statistique par année, décrivant
Exploitations agricoles)
l’assolement par exploitation et par année de l’ensemble
des îlots des exploitations.
Nombre d’exploitations dans l’espace Produit une table statistique indiquant le nombre
écologique
(onglet
Exploitations d’exploitations et la surface correspondante dans l’espace
agricoles)
écologique, par année.
Nombre d’exploitations ayant plus de X Produit une table statistique indiquant le nombre
% de leur SAU dans l’espace écologique d’exploitations ayant plus de X % de leur SAU dans
(onglet Exploitations agricoles)
l’espace écologique (X étant à renseigner) et la surface
correspondante, par année.
Calcul du ratio entre la surface des Produit une table statistique par année indiquant la
exploitations dans et hors de l’espace surface et le ratio de chaque exploitation dans l’espace
87
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
écologique
(onglet
Exploitations écologique et la surface en dehors.
agricoles)
Calculer des indicateurs sur la typologie Classe les exploitations selon une typologie prédéfinie (cf.
des Eas (onglet Typologie)
paragraphe 5.2.5 pour l’établissement d’une typologie).
Indicateurs sur les données de filiation - Séquences
Année de début/de fin
Longueur des séquences souhaitées
Afficher les surfaces en pourcentage
Afficher par ordre croissant de surface
Année de début et de fin de la période à considérer pour la
compilation des statistiques sur les séquences
Longueur des séquences dont la proportion dans
l’assolement va être calculée (par exemple, si la longueur
est de deux, il sera calculé la proportion de tous les
couples précédents suivants).
Si la longueur est inférieure à la durée de la période, la
proportion moyenne des séquences sur la période sera
calculée.
Affiche la proportion (en % des surfaces) de chaque
séquence
Affiche les séquences par ordre décroissant de surface (par
défaut, affichage par ordre alphabétique des cultures).
Indicateurs sur les données de filiation – Evolution des territoires d’exploitations agricoles
En développement
SORTIES
« union_selection_ » + nom du territoire +
« eas_gen »
« union_selection_ » + nom du territoire +
« _in_ID_ » + XXXX » (XXXX étant l’année, ID
étant l’identifiant de la sous-partie de l’espace
écologique)
« union_selection_ » + nom du territoire +
« _eas_sasp_tot » + XXXX » (XXXX étant l’année)
« union_selection_ » + nom du territoire +
« _eas_sasp_in_ID_ » + XXXX » (XXXX étant
l’année, ID étant l’identifiant de la sous-partie
de l’espace écologique)
« nom_table_séquence_s_ » + « longueur des
séquences » + « année de début_année de fin »
Table
statistique
décrivant
le
nombre
d’exploitations sur l’espace écologique par année,
ainsi que le nombre d’exploitations ayant plus
d’une certaine proportion de leur SAU dans
l’espace écologique, et surfaces correspondantes
Table statistique décrivant la part de chaque
exploitation agricole dans chaque sous partie de
l’espace écologique pour l’année XXXX
Table statistique décrivant l’assolement par
exploitation pour l’année XXXX
Table statistique décrivant l’assolement par
exploitation pour l’année XXXX des îlots contenus
dans la sous-partie de l’espace écologique
d’identifiant ID.
Table statistique décrivant la proportion
surfacique de chaque séquence de cultures ou
groupes de cultures.
88
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
5.3.5.3 Déroulement pas à pas
Indicateurs sur les données ASP
1) Après avoir sélectionné « Indicateurs » dans le menu de l’outil, sélectionner « Indicateurs sur
les données ASP » (cadre 1, Figure 65) pour calculer des statistiques sur ce thème.
2) Sélectionner ensuite les départements (cadre 2) et les années (cadre 3), l’espace écologique
(cadre 4) et la méthode d’intersection (cadre 5) (avec ou sans prise en compte des territoires
d’exploitations) avec lesquels seront calculés indicateurs. Se reporter au paragraphe sur la
filiation des îlots pour la signification des options.
3) Sélectionner ensuite dans les onglets « Id. Asp. », « Cultures », « Exploitations agricoles » et
« Typologie » (cadre 6) les indicateurs à calculer. Se référer au paragraphe sur l’affectation
des cultures aux groupes cultures et sur les typologies pour la signification des options.
Plusieurs indicateurs peuvent être calculés à la fois.
4) Sélectionner enfin le dossier d’enregistrement (cadre 7) avant de lancer le processus (cadre
8).
Figure 65 : Fenêtre indicateurs sur les données ASP
Indicateurs sur les données de filiation - Séquences
5) Pour des statistiques sur les séquences, sélectionner « Indicateurs sur les données de
filiation » (cadre 9, Figure 66).
6) Sélectionner le dossier de la table de séquences, puis la table de séquences (cadres 10 et 11).
7) Sélectionner « calculer les indicateurs sur les séquences » (cadre 12).
89
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
8) Paramétrer les statistiques à calculer (cadre 13).
9) Sélectionner le dossier où enregistrer les statistiques puis lancer le module (cadres 14 et 15).
10) Une fois la génération des statistiques terminée, fermer la fenêtre de déroulement du
processus. Les statistiques sont visualisables soit directement dans l’outil (les rechercher
dans le dossier d’enregistrement renseigné) ou après les avoir exportées.
Figure 66 : Fenêtre de statistiques (2)
5.3.5.4 Visualisation des résultats
Les statistiques produites peuvent être visualisées dans l’outil (Figure 67, Figure 68) ou exportées
pour être visualisées sous un tableur.
90
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
1 : part de chaque exploitation dans et en dehors de l’espace écologique. 2 : Exploitations dans l’espace
écologique (ou à plus de 50 % dans l’espace écologique). 3 : Assolement par exploitation (une colonne par
groupe de cultures).
Figure 67 : Visualisation des statistiques sur les exploitations.
La séquence la plus fréquente est 18 -> 18 -> 18 (3 années de prairies permanentes), pour une surface
de 3161,09 ha (12,4 % des surfaces), suivie de la séquence 1 -> 6 -> 1 (blé -> tournesol -> blé) pour une
surface de 1908,59 ha (7,5 % des surfaces).
Figure 68 : Visualisation des statistiques sur les séquences
91
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
6 Résolution des problèmes
Les informations ci-dessous visent à répondre à des problèmes plus ou moins courant identifiés. Pour
la résolution de problèmes non recensés, merci de faire remonter la description des problèmes à
pmartin@agroparistech.fr.
Au démarrage de l’outil, une fenêtre d’erreur apparaît indiquant qu’un problème est survenu lors de
la création du serveur local. Comme indiqué dans le message, il est nécessaire de reconnecter
manuellement le serveur local. Pour ce faire, cliquer sur « Reconnexion au serveur » dans la fenêtre
du menu de l’outil.
Sur de « petits » écrans, l’affichage de la fenêtre du logiciel peut être tronqué. Il est alors nécessaire
d’augmenter la résolution de l’écran dans le panneau de configuration de Windows pour pouvoir
afficher la fenêtre dans sa globalité. L’utilisation optimale du logiciel peut cependant rester difficile
avec des petits écrans.
Si malgré une résolution d’écran adéquate, des problèmes d’affichage persiste, vérifier la valeur du
paramètre ppp dans le panneau de configuration de Windows : taper « ppp » dans la barre
rechercher. Sélectionner « rendre le texte et d’autres éléments plus petits ou plus grands ».
Sélectionner une valeur de 100 % pour le paramètre.
La fenêtre de l’outil se fige pendant qu’un processus tourne : certains processus demandent des
ressources importantes et peuvent durer de nombreuses minutes voire plusieurs heures (filiation sur
de très grands territoires et une période longue par exemple). Dans ce cas, il est fréquent que
l’affichage fige. En attendant quelques instants, l’affichage devrait se réactiver ce qui permet de
vérifier l’avancement du processus.
Aucun îlot n’est produit lors de la filiation : vérifier que les systèmes de projection des données ASP
et de l’espace écologique concordent et qu’ils ont bien été renseignés dans l’outil.
L’étape de filiation fige : essayer de désactiver l’option « ajouter les portions d’îlots qui
apparaissent/disparaissent » dans les paramètres de la filiation. Cette option fait en effet appel à la
différence symétrique, gourmande en ressource. L’option « toutes les années » pour la référence des
territoires d’exploitation peut également alourdir fortement cette étape.
92
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Annexe 1.
Reprojection des données RPG
La procédure pour reprojeter les couches SIG de l’ASP est décrite pour la version 2.6.1 de Quantum
GIS. Quantum GIS (ou Qgis) est un logiciel SIG libre et simple d’utilisation. Il est téléchargeable
gratuitement (www.qgis.org).
Pour rappel, toutes les données utilisées dans RPG Explorer doivent être dans le même système de
projection. L’utilisateur à le choix de reprojeter les données 2009 et postérieures en Lambert 2
étendu ou les données 2006 à 2008 en Lambert 93.
Cas de la reprojection des données 2009 et postérieures en Lambert 2 étendu.
1) Une fois Qgis ouvert, commencer par charger la couche SIG à reprojeter. Pour cela cliquer sur
le bouton « Ajouter une couche vecteur » (cadre 1). Une boîte de dialogue apparaît. Cliquer
sur parcourir pour rechercher le fichier à charger (le fichier .shp).
Chargement de la couche SIG à reprojeter dans Qgis
Les couches SIG de l’ASP de 2006 à 2008 sont dans un système de projection proche du Lambert 2
étendu, mais non reconnu comme tel par les logiciels SIG. Si l’on souhaite reprojeter les données de
2009 et postérieures dans le même système que celles de 2006-2008, il convient donc de charger
également une couche SIG de 2006, 2007 ou 2008 et de se servir de son système de projection
comme référence pour la reprojection des données de 2009 et postérieures.
2) Charger donc la couche 2006, 2007 ou 2008 qui servira de référence de système de
projection. Suivez les même étapes que décrites ci-dessus pour l’import de la couche à
reprojeter.
3) Vérifier comment est codé dans Qgis le système de projection de la couche de référence (ici
2008). Pour cela double-cliquer sur le nom de la couche (ici ilot_2008_079). Dans la fenêtre
des propriétés de la couche, onglet « Général », le système de projection est visible dans la
case « Système de coordonnées de référence (SCR) ». On voit que le système reconnu est le
USER :10000.
93
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Vérification du système de projection de la couche de référence
4) Refermer la fenêtre des propriétés, puis faire un clic droit sur le nom de la couche à
reprojeter. Sélectionner « Sauvegarder sous » dans le menu qui apparaît.
5) Dans la fenêtre qui apparaît, cliquer sur parcourir (cadre 4) pour rechercher le dossier où
enregistrer le nouvelle couche et renseigner un nom pour celle-ci (en respectant la
convention pour les noms de fichiers en entrée de RPG Explorer, cf. paragraphe 5.2.1.3).
6) Choisir le système de projection de la couche à enregistrer à l’aide du bouton « Modifier » au
niveau de la section SCR (cadre 5).
7) Dans la fenêtre qui apparaît, rechercher le système de projection de référence
précédemment identifié, ici USER :100000 (cadre 6), puis cliquer sur « OK » (cadre 7).
8) Valider l’enregistrement de la nouvelle couche reprojetée avec le bouton OK (cadre 8).
Reprojection et renommage de la couche
94
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Cas de la reprojection des données 2006 à 2008 en Lambert 93.
Le système de projection des données 2009 et suivantes est un « vrai » Lambert 93, reconnu comme
tel par un logiciel SIG (codé 2154). La procédure est donc plus simple dans ce cas, il suffit seulement
de charger la couche à reprojeter (point 1) précédent), puis suivre les points 4) à 8) ci-dessus pour
reprojeter la couche, en choisissant ici le SCR codé 2154 comme système de projection cible
(cadre 10), en utilisant si besoin le filtre pour retrouver ce système (cadre 11).
Reprojection en Lambert 93 des couches SIG 2006 à 2008
95
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Annexe 2.
Glossaire des fichiers
96
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Nom
Description simple
Champs
Type
Nom
Description
Intégration des fichiers ASP
ilot_XXXX_YYY
(XXXX étant l’année, YYY le département)
Copie dans la base de données de
l’outil du fichier ASP éponyme,
Table
idilotXXXX
correspondant à la couche SIG des îlots spatiale
avec un identifiant unique par îlot
Identifiant unique de l’îlot (transformé en
numérique pour les années 2010 et suivantes,
en supprimant le « - »
Filiation des îlots
Nom de table concaténant, séparé par des
«_»:

Un extrait du nom du(des) dossier(s) des
fichiers ASP »

Un texte renseignant le type de filiation
(vide pour tout le territoire, « inters »
pour une intersection simple avec un
espace écologique, « tea » + année de
référence pour une sélection des
territoires d’exploitation sur un espace
écologique)

Un extrait du nom d’espace écologique

Le texte « fp » pour la méthode de
filiation Paris, « ft » pour la méthode
Toulouse,

BDD
Nom de la base de données source des îlots
(département)
Id_terr_il
Concaténation des identifiant des sous-parties
de l’espace écologique dans lesquelles se situe
l’îlot (pas d’identifiant si l’îlot est en dehors de
l’espace)
Table
issue
de
l’intersection
cartographique des fichiers ASP des
Id_t_il_mj
années d’une période considérée,
Table
permettant de recréer le lien entre les
spatiale
îlots des différents fichiers d’une année
sur l’autre (filiation)
Id_terr_ea
Les années de début et de fin
97
Identifiant de la sous-partie de l’espace
écologique dans laquelle se situe
majoritairement l’îlot (pas d’identifiant si l’îlot
est en dehors de l’espace)
Concaténation des identifiants des sous-parties
de l’espace écologique dans lesquelles se
situent les îlots de l’exploitation
Id_ea *
Identifiant de l’exploitation agricole à laquelle
appartient l’îlot pour l’année de référence
qualif_fil
Suite de mots caractérisant l’évolution de l’îlot
sur la période considérée (apparition de l’îlot,
division….), par ordre chronologique
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Nom
Description simple
Type
Champs
Nom
fil_method
Description
Méthode utilisée (intersection des données,
ajout des îlots qui apparaissent…)
IdilotXXXX (un
Identifiant de l’îlot pour l’année X
champ par année)
Id_unique
Identifiant unique de l’îlot de filiation,
correspondant à la concaténation des
identifiants d’îlot
* peut-être absent selon les paramètres de filiation utilisés
Reconnaissance des séquences
champs de la table cf. description des champs de la table de
de filiation
filiation
nom_table_filiation
Table de filiation complétée par une
colonne indiquant les séquences de
groupes de cultures par îlot (une ligne
par îlot)
Table
spatiale
sequences
Champ concaténant l’ensemble des séquences
de l’îlot, selon le formalisme suivant,
concaténant par séquence : + surface de la
séquence (qualification de la séquence) groupe
de culture année n -> groupe de cultures année
n +1
champs de la table cf. description des champs de la table de
de filiation
filiation
nom_table_filiation_spe
Table avec une ligne par séquence,
indiquant dans une colonne par année
le groupe de cultures de la séquence
98
Table
qualif_seq
Qualification de la séquence (cf. Tableau 10,
page 42)
seq_surf
Surface de la séquence considérée
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Nom
Description simple
Champs
Type
Nom
Description
Groupes de culture de la séquence considérée
seq_idXXXX (un
pour l’année XXXX (vide si séquence non
champ par année)
déterminée)
Affectation d’une typologie d’exploitation agricole
id_ea
nom_table_filiation_eas_gr_typo_XXXX
XXXX étant l’année
nom_table_filiation
(modification de la table de séquence existante)
nom_table_filiations_spe
(modification de la table de séquence existante)
Une table par année XXXX présentant le
résultat de la typologie avec une ligne Table
par exploitation
gp_typo_tn (n
étant le numéro de Résultat de la typologie pour le tirage n
tirage)
typeea_maj
Type d’exploitation majoritaire à l’issue des n
tirages
typeea_maj_p
Proportion du type d’exploitation majoritaire
sur les n tirages
champs de la table
Table de séquence complétée avec une
de séquence
colonne indiquant le type de
Table
l’exploitation à laquelle appartient l’îlot spatiale
type_ea_maj
(un îlot par ligne)
Table de séquence complétée avec une
colonne indiquant le type de
Table
l’exploitation à laquelle appartient l’îlot
(une séquence par ligne)
99
Identifiant d’exploitation
cf. description des champs de la table de
séquence correspondante
Type d’exploitation majoritaire de l’exploitation
à laquelle appartient l’îlot
champs de la table cf. description des champs de la table de
de séquence
séquence correspondante
type_ea_maj
Type d’exploitation majoritaire de l’exploitation
à laquelle appartient l’îlot de la séquence
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Nom
Description simple
Type
Champs
Nom
Description
Affectation des cultures aux identifiants ASP
nom_table_filiation_spe_cult
champs de la table cf. description des champs de la table de
de séquence
séquence correspondante
Table de séquence de cultures,
identique à la table éponyme sans le
suffixe « _cult » mais remplaçant les
groupes de cultures par les cultures
Table
Fichier xml contenant l’ensemble des
entrées et sorties de l’étape. Utilité
limitée pour l’utilisateur.
Fichier
xml
seq_cXXXX (un
champ par année
XXXX)
Culture de la séquence considérée pour l’année
XXXX (vide si séquence non déterminée)
Sans objet
Sans objet
rotation
Nom de la rotation
proportion
Proportion de la rotation
cultureN
Culture en année N de la rotation
prop_to100
Proportion de la rotation pour obtenir un
assolement de rotation de 100 % (cf.
paragraphe 5.2.7.3, page 65)
surface
Surface représentée par la rotation
information
Type d’information (culture, couple, triplets,
moyenne…
surf_obs…
Surface observée dans les séquences pour
l’information correspondante (surface de
culture…)
Génération des assolements de rotation
nom_rotation.lor
(nom_rotation étant libre et renseigné par
l’utilisateur)
opt_nom_espace_rots_it_N
(pour des rotations modélisées sur un
territoire contenant plusieurs espaces)
nom_table_sequence_rots_it_N
(pour des rotations modélisées globalement
sur un territoire)
nom_rotation_opt_stat
(nom_rotation étant libre et renseigné par
l’utilisateur)
Table contenant la proportion de
chaque rotation modélisée à l’itération Table
N
Table contenant les surfaces et
proportions des cultures, couples
Table
précédent suivant et triplets de
cultures, dans les séquences d’une part,
et dans les rotations modélisées
100
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Nom
Description simple
Type
Champs
Nom
d’autre part.
nom_rotation_opt_pb
(nom_rotation étant libre et renseigné par
l’utilisateur)
Idem que la table ci-dessus mais
uniquement pour les cultures, couples
et triplets « à problème » (écarts des
Table
proportions entre séquence et rotation
supérieurs 1 %)
Description
freq_obs_
Fréquence (proportion) observée dans les
séquences pour l’information correspondante
(surface de culture…)
It_N_...
Fréquence (proportion) observée dans les
rotations modélisées pour l’itération N pour
l’information correspondante (surface de
culture…)
Idem que la table
ci-dessus
Idem que la table ci-dessus
Sans objet
Sans objet
Type de sol
Nom de l’UTS
Proportion
Proportion de l’UTS dans l’UCS
rotation
Nom de la rotation
frequence
Fréquence globale de la rotation dans l’UCS
surface
Surface globale de la rotation dans l’UCS
irrigation
Caractère irrigué ou non de la rotation
Affectation des assolements de rotation aux sols
nom_rotation_par_uts
(nom_rotation_par_uts étant libre et
renseigné par l’utilisateur)
Fichier xml contenant l’ensemble des
entrées et sorties de l’étape. Peut ête
affiché dans l’outil et servir à la
génération de tables de résultats à
exporter.
Fichier
xml
soils_prop_ucs_ZZZZ
Proportion modélisées des UTS pour
l’UCS ZZZZ
Table
rots_not_sols_it_N_ucs_ZZZZ
Note des rotations par UTS à l’itération
Table
N pour l’UCS ZZZZ
101
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Nom
rots_sols_prop_ucs_ZZZZ
Description simple
Champs
Type
Proportions des rotations par UTS pour
Table
l’UCS ZZZZ
Nom
Description
nom UTS (une
colonne par UTS)
Note de la rotation pour l’UTS considérée
rotation
Nom de la rotation
proportion
Proportion globale de la rotation dans l’UCS
surface
Surface globale de la rotation dans l’UCS
nom UTS (une
colonne par UTS)
Proportion de la rotation dans l’UTS
(relativement à la surface totale de l’UCS)
in_esp_ec
Selon la ligne, nombre d’exploitation ou surface
dans l’espace écologique répondant aux critères
mentionnés par ligne
out_esp_ec
Selon la ligne, nombre d’exploitation ou surface
en dehors de l’espace écologique répondant aux
critères mentionnés par ligne
Surface
Selon la ligne, nombre d’exploitation total ou
surface totale répondant aux critères
mentionnés par ligne
surf_dans
Surface par exploitation dans l’espace
écologique
surf_hors
Surface par exploitation en dehors de l’espace
écologique
ratio
Ratio par exploitation entre les surfaces dans et
en dehors de l’espace écologique
Statistiques
« union_selection_ » + nom du territoire +
« eas_gen »
« union_selection_ » + nom du territoire +
« _in_ID_ » + XXXX » (XXXX étant l’année, ID
étant l’identifiant de la sous-partie de
l’espace écologique)
Table statistique décrivant le nombre
d’exploitations sur l’espace écologique
par année, ainsi que le nombre
d’exploitations ayant plus d’une
certaine proportion de leur SAU dans
l’espace écologique, et surfaces
correspondantes
Table statistique décrivant la part de
chaque exploitation agricole dans
l’espace écologique pour l’année XXXX
(une exploitation par ligne)
102
Table
Table
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Nom
« union_selection_ » + nom du territoire +
« _eas_sasp_tot » + XXXX » (XXXX étant
l’année)
« union_selection_ » + nom du territoire +
« _eas_sasp_in_ID_ » + XXXX » (XXXX étant
l’année, ID étant l’identifiant de la souspartie de l’espace écologique)
« nom_table_séquence_s_ » + « longueur
des séquences » + « année de début_année
de fin »
Description simple
Type
Table statistique décrivant l’assolement
par exploitation pour l’année XXXX (une
exploitation par ligne)
Table
Table statistique décrivant l’assolement
par exploitation pour l’année XXXX des
îlots contenus dans la sous-partie de
l’espace écologique d’identifiant ID.
Table
Table
statistique
décrivant
la
proportion de chaque séquence de
cultures ou groupes de cultures (une
séquence par ligne)
Table
103
Champs
Nom
Description
id_ea_XXXX
Identifiant de l’exploitation pour l’année XXXX
id_asp_N (une
colonne par
groupe de
cultures)
Surface de l’exploitation pour le groupe de
cultures N et l’année XXXX
id_ea_XXXX
Identifiant de l’exploitation pour l’année XXXX
id_asp_N (une
colonne par
groupe de
cultures)
Surface de l’exploitation pour le groupe de
cultures N et l’année XXXX comprise dans
l’espace écologique considéré
seq_surf
Surface de la séquence considérée
seq_idN
Groupe de cultures ou cultures de la séquence
considérée pour l’année N
seq_surf_p
Proportion surfacique de la séquence
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Annexe 3.
Expertise agronomique
Les tables ci-dessous ne sont données qu’en guise d’exemple. Elles doivent être
adaptées à chaque contexte et ne peuvent être réutilisées directement dans l’outil,
spécialement pour les fréquences maximales des cultures.
Exemple de fréquence de retour maximale des cultures dans les rotations :
Culture
autres_legumes(aut_leg)
betterave_fourragere(bett_f)
betterave_sucriere(bett_s)
ble(ble)
chanvre(chanvre)
colza(col)
divers(div)
escourgeon(esc)
estives_landes(estives)
feverole(fev)
jachere(jach)
legumineuses_grains(leg_gr)
lin(lin)
mais_ensilage(m_e)
mais_grain(m_gr)
orge_printemps(o_pr)
pois(pois)
pomme_de_terre_conso(pdt_c)
pomme_de_terre_fecule(pdt_f)
prairie_permanente(pp)
prairie_temporaire(pt)
semences(sem)
sorgho(sorgh)
tournesol(tourn)
tritical(tri)
verger(verg)
vigne(vin)
Délai minimal *
Tardenois (Aisne)
Alsace
3
3
2
2
2
2
0
1
5
5
1
2
0
0
0
1
0
0
4
4
0
0
3
3
5
5
0
0
0
0
1
1
4
4
3
3
3
3
0
0
0
0
3
3
1
1
4
4
1
1
0
0
0
0
Fréquence maximale
Tardenois (Aisne)
Alsace
0.25
0.25
0.35
0.35
0.35
0.35
1
0.5
0.17
0.17
0.5
0.35
1
1
0.9
0.5
1
1
0.2
0.2
1
1
0.25
0.25
0.17
0.17
1
1
1
1
0.5
0.5
0.2
0.2
0.25
0.25
0.25
0.25
1
1
1
1
0.25
0.25
0.5
0.5
0.2
0.2
0.5
0.5
1
1
1
1
* Un délai de 0 signifie que la même culture peut se suivre deux années de suite
Page suivante : exemple des valeurs agronomiques des principaux couples précédents-suivants
utilisés dans le Tardenois (Aisne)
La définition des valeurs agronomiques des couples fait appel à la notion d’« effet précédent ».
Définition du précédent cultural et de l’effet précédent : Culture précédant immédiatement dans le
temps celle dont on parle. La nature du précédent cultural ainsi que la manière dont il a été cultivé
influencent l'état du champ cultivé pour la culture qui suit. On appelle effet précédent les
transformations du champ (tassements, modifications des quantités d'éléments minéraux dans le sol,
etc.) liées à la présence d'un précédent cultural.
104
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
105
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Annexe 4.
Caractéristiques des types de sols
Les caractéristiques sélectionnées pour la description des sols dans RPG Explorer sont ceux
susceptibles d’agir sur la présence d’une culture sur un type de sol ou sur la diminution de
rendement. Ont donc été sélectionnés :
-
le pourcentage d’argile (%),
-
le taux de calcaire (CaCO3) (g/kg),
-
le pourcentage d’éléments grossiers (cailloux) (%),
-
l’hydromorphie (excès d’eau) (9 classes),
-
la réserve utile (RUm) (mm).
Le choix des seuils pour chacune des caractéristiques, ainsi que la présence ou l’exclusion de
certaines cultures selon certains caractéristiques, est établie à partir du travail de Marion Vigot (basé
sur l’analyse de la base de données AzoFert Loiret et sur des enquêtes) et des données issues du
document Optabiom (Picardie) de 2010 (Caractérisation des exploitations agricoles et évaluation des
potentiels de production de biomasse sur un territoire – Annexe E – Juin 2010).
Caractéristiques
Unité
Classes
< 30
Argile
%
30– 45
> 45
< 10
Cailloux
%
10 – 20
> 20
0
CaCO3
g/kg
1 – 50
> 50
< 100
RUm
mm
100 – 150
> 150
1à4
Excès d’eau
Classes
5
6à9
106
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Les classes d’hydromorphie utilisées correspondent aux classes définies dans la base de données sol
d’Alsace (Donesol) :
Code
Signification
1
Drainage excessif (évacuation très rapide de l’eau dans le sol. Milieu très poreux)
2
Drainage favorable (évacuation très rapide de l’eau dans le sol. Pas de phénomènes
d’oxydoréduction)
3
4
Drainage modéré (phénomènes d’oxydoréduction peu marqués. Horizon de pseudogley
apparaissant en dessous de 80 cm).
Drainage imparfait (phénomènes d’oxydoréduction modérément marqués. Horizon de
pseudogley apparaissant entre 40 et 80 cm).
Drainage faible (phénomènes d’oxydoréduction nettement marqués ; l’aspect est bariolé.
5
Horizon de pseudogley apparaissant à moins de 40 cm et pouvant même atteindre la
surface).
6
Drainage assez pauvre (phénomènes d’oxydoréduction nettement marqués dès la surface
et/ou un horizon de gley apparaît en dessous de 80 cm).
7
Drainage pauvre (phénomènes d’oxydoréduction très fortement marqués dès la surface
et/ou un horizon de gley apparaît entre 40 et 80 cm).
8
Drainage très pauvre (phénomènes d’oxydoréduction très fortement marqués dès la
surface et/ou un horizon de gley apparaît à moins de 40 cm).
9
Submergé (l’eau se situe à la surface du sol ou au-dessus durant de longues périodes).
107
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Annexe 5.
Formalisation de la notation des cultures dans les
rotations
La mise en place de 2 seuils permet la création de trois modalités par critère, ainsi chaque culture
peut obtenir au maximum trois notes différentes par critère :
-
si une modalité empêche la mise en place d’une culture, alors cette culture aura la note 0
pour cette modalité,
-
si au contraire la modalité n’impacte pas la présence de la culture alors la culture sera notée
1 pour cette modalité,
-
si la modalité n’exclue pas la culture mais a un fort impact sur sa présence (par exemple une
réserve utile faible) la culture sera noté 0.01 pour cette modalité,
-
si la modalité impact sur le rendement de la culture sans pour autant l’exclure alors la note
attribuée sera 0.6 ou 0.8 selon la culture considérée :
o si la culture est une culture à forte valeur ajoutée (pomme de terre, betterave
sucrière…), ou qu’elle est très sensible au critère considéré (maïs pour le critère
RUm…) alors la note sera de 0.6,
o si la culture n’est pas une culture à forte valeur ajoutée (orge de printemps, maïs
ensilage) alors la note sera de 0.8.
En première approche, on admet que les 5 critères peuvent déterminer l’exclusion d’une culture. On
admet en revanche que lorsque la culture n’est pas exclue, la RUm est le déterminant majeur du
potentiel de rendement.
Un exemple de matrice qu’on peut obtenir est présenté en page suivante.
108
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Exemple des notes des cultures selon les propriétés des sols
Culture
0 à29 %
arboriculture(arbo)
1
autres_legumes(aut_leg)
1
autres_oleagineux(aut_o)
1
avoine(av)
1
betterave_fourragere(bett_f)
1
betterave_sucriere(bett_s)
1
ble(ble)
1
chanvre(chanv)
1
colza(col)
1
divers(div)
1
escourgeon(esc)
1
estives_landes(estives)
1
feverole(fev)
1
fruits_coques(fr_coq)
1
jachere(jach)
1
legumineuses_grains(leg_gr)
1
lin(lin)
1
mais_ensilage(m_e)
1
mais_grain(m_gr)
1
orge_printemps(o_pr)
1
pois(pois)
1
pomme_de_terre_conso(pdt_c)
1
pomme_de_terre_fecule(pdt_fec)
1
prairie_permanente(pp)
1
prairie_temporaire(pt)
1
Argile
30 à
46 à
0à9%
45 % 100 %
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
0
1
1
0
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
0
1
1
0
1
1
1
1
1
1
1
Cailloux
10 à
20 %
1
1
1
1
0
0
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
0
1
1
1
1
0
0
1
1
21 à
100 %
1
0
1
1
0
0
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
0
1
1
1
0
0
0
1
1
109
CaCO3
RUm
Excès d’eau
1à
51 à
0à
100 à
151 à
Classes
Classes
0 g/kg
Classe 5
50 g/kg 100 g/kg 99 mm 150 mm 1000 mm 1 à 4
6à9
1
1
1
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
1
0.01
0.6
1
1
0
0
1
1
1
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
1
1
1
1
1
1
0
1
1
1
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
1
0.01
0.6
1
1
0
0
1
1
1
1
1
1
1
1
0
1
1
1
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
1
1
1
1
1
1
0
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
0
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
1
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
1
0.01
0.6
1
1
0
0
1
1
1
0.01
0.8
1
1
1
1
1
1
1
0.01
0.6
1
1
1
1
1
1
1
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
1
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
1
0.01
0.6
1
1
0
0
1
1
1
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Culture
semences(sem)
soja(soja)
sorgho(sorg)
tabac(tab)
tournesol(tourn)
triticale(tri)
verger(verg)
vignes(vign)
0 à29 %
1
1
1
1
1
1
1
1
Argile
30 à
46 à
0à9%
45 % 100 %
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
Cailloux
10 à
20 %
1
1
1
1
1
1
1
1
21 à
100 %
1
1
1
1
1
1
1
1
110
CaCO3
RUm
Excès d’eau
1à
51 à
0à
100 à
151 à
Classes
Classes
0 g/kg
Classe 5
50 g/kg 100 g/kg 99 mm 150 mm 1000 mm 1 à 4
6à9
1
1
1
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
0
0.01
0.6
1
1
0
0
1
1
0
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
1
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
1
0.8
1
1
1
1
0
1
1
1
1
1
1
1
1
0
1
1
1
0.01
0.8
1
1
0
0
1
1
1
1
1
1
1
0
0
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
L’irrigation est un facteur important qui va fortement influer sur les notes obtenues par les cultures
pour le critère RUm : lorsque la culture est irriguée la RUm n’est plus un facteur limitant (note = 1).
Le drainage va pour sa part modifier les caractéristiques de l’UTS en diminuant l’excès d’eau.
Les notes obtenues par les cultures sur une UTS sont le produit des notes obtenues pour chaque
critère.
Les notes obtenues par les rotations sur une UTS distinguent 2 cas :
-
si une au moins des cultures de la rotation est notée 0 pour l’UTS note de la rotation = 0,
-
si aucune culture de la rotation n’est notée 0  note de la rotation = moyenne des notes des
cultures.
Exemple
On considère les rotations suivantes :
-
Pdt-blé-bett-blé,
-
Bett-blé-maïs- blé-escourgeon,
-
Colza-blé-orge de printemps,
-
Féverole-blé-colza-blé-orge de printemps,
-
Maïs ensilage-blé-escourgeon.
Ces rotations font intervenir 9 cultures : Blé, pdt, betterave, maïs grain, maïs ensilage, escourgeon,
colza, féverole, orge de printemps.
Pour l’exemple on considère une seule UCS composé de 3 UTS :
Critères
UTS
Argile
CaCo3
Cailloux
Hydromorphie
RU
UTS1
35
0
0
8
100
UTS2
25
150
15
2
160
UTS3
5
0
0
4
80
On considère que l’UCS est irrigable (sur la base d’un croisement spatial = UCS / communes
irriguées selon le RGA)
a - Sans drainage dans l’UCS :
 Notation des différentes cultures sur les 3 UTS
Culture
UTS1
UTS2
UTS3
Blé
1*1*1*0*1 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*1 = 1
Pdt
1*1*1*0*0.6 = 0
1*1*0*1*1 = 0
1*1*1*1*0.01 = 0.01
Betterave
1*1*1*0*0.6 = 0
1*1*0*1*1 = 0
1*1*1*1*0.01 = 0.01
Orge
1*1*1*0*0.8 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*0.01 = 0.01
Escourgeon
1*1*1*0*1 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*1 = 1
111
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Culture
UTS1
UTS2
UTS3
Maïs grain
1*1*1*0*0.6 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*0.01 = 0.01
Maïs ensilage
1*1*1*0*0.8 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*0.01 = 0.01
Colza
1*1*1*0*1 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*1 = 1
Féverole
1*1*1*0*1 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*0.01 = 0.01
Remarque : la présence d’une hydromorphie trop importante dans l’UTS1 (classe 8) ne permet la mise
en place d’aucune culture. Pour que cette UTS soit praticable il faudrait qu’il soit drainé.
 Note des rotations :
Rotation
UTS1
UTS2
UTS3
Pdt -blé-bett -blé
moy (0 ;0 ;0 ;0) = 0
moy (0 ;1 ;0 ;1) = 0
moy (0.01 ;1 ;0.01 ;1) = 0.50
Bett -blé-maïs - blé escourgeon
moy (0 ;0 ;0 ;0 ;0) = 0
moy (0 ;1 ;1 ;1 ;1) = 0
moy (0.01 ;1 ;0.01 ;1 ;1) = 0.64
Colza-blé-orge
moy (0 ;0 ;0) = 0
moy (1 ;1 ;1) = 1
moy (1 ;1 ;0.01) = 0.67
Féverole -blé-colzablé-orge
moy (0 ;0 ;0 ;0 ;0) = 0
moy (1 ;1 ;1 ;1 ;1) = 1
moy (0.01 ;1 ;1;1 ;0.01) = 0.64
Maïs ensilage -bléescourgeon
moy (0 ;0 ;0) = 0
moy (1 ;1 ;1) = 1
moy (0.01 ;1 ;1) = 0.67

Modification des notes selon l’irrigation :
D’après les cultures présentes dans la rotation on détermine les rotations irriguées et non irriguées
afin de connaitre les cultures irriguées ou non :
-
Pdt-blé-bett-blé  Irriguée
Bett-blé-maïs- blé -escourgeon  Irriguée
Colza-blé-orge  Non irriguée
Féverole-blé-colza-blé-orge  Non irriguée
Maïs ensilage-blé-escourgeon  Non irriguée
Lorsque la rotation est irriguée la RU n’est plus un facteur limitant, ainsi si ça note était comprise
entre 0.01 et 0.99 on lui attribue la note de 1.
Rotation
UTS1
UTS2
UTS3
Pdt -blé-bett -blé
moy (0 ;0 ;0 ;0) = 0
moy (0 ;1 ;0 ;1) = 0
moy (0.01 ;1 ;0.01 ;1) =
0.50 1
Bett -blé-maïs - blé escourgeon
moy (0 ;0 ;0 ;0 ;0) = 0
moy (0 ;1 ;1 ;1 ;1) = 0
moy
(0.01 ;1 ;0.01 ;1 ;1) =
0.64  1
Colza-blé-orge
moy (0 ;0 ;0) = 0
moy (1 ;1 ;1) = 1
moy (1 ;1 ;0.01) = 0.67
112
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
Rotation
UTS1
UTS2
UTS3
Féverole -blé-colzablé-orge
moy (0 ;0 ;0 ;0 ;0) = 0
moy (1 ;1 ;1 ;1 ;1) = 1
moy (0.01 ;1 ;1;1 ;0.01)
= 0.64
Maïs ensilage -bléescourgeon
moy (0 ;0 ;0) = 0
moy (1 ;1 ;1) = 1
moy (0.01 ;1 ;1) = 0.67
b - Avec drainage dans l’UCS :
 Notation des différentes cultures sur les 3 UTS
Attention l’UCS étant drainé et l’UTS 1 étant drainable, il ya création d’un nouveau sol : l’UTS1 dr 
Pas d’excès d’eau, donc équivalente à une classe non ou peu hydromorphe.
Culture
UTS1 dr
UTS1
UTS2
UTS3
Blé
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*0*1 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*1 = 1
Pdt
1*1*1*1*0.6 = 0.6
1*1*1*0*0.6 = 0
1*1*0*1*1 = 0
1*1*1*1*0.01 = 0.01
Betterave
1*1*1*1*0.6 = 0.6
1*1*1*0*0.6 = 0
1*1*0*1*1 = 0
1*1*1*1*0.01 = 0.01
Orge
1*1*1*1*0.8 = 0.8
1*1*1*0*0.8 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*0.01 = 0.01
Escourgeon
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*0*1 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*1 = 1
Maïs grain
*1*1*1*0.6 = 0.6
1*1*1*0*0.6 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*0.01 = 0.01
Maïs ensilage
1*1*1*1*0.8 = 0.8
1*1*1*0*0.8 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*0.01 = 0.01
Colza
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*0*1 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*1 = 1
Féverole
1*1*1*1*0.8 = 0.8
1*1*1*0*1 = 0
1*1*1*1*1 = 1
1*1*1*1*0.01 = 0.01
 Note des rotations :
Rotation
UTS1
UTS1 dr
UTS2
UTS3
Pdt -blé-bett blé
moy (0 ;0 ;0 ;0) = 0
moy (0.6 ;1 ;0.6 ;1) = 0.8
moy (0 ;1 ;0 ;1) = 0
moy (0.01 ;1 ;0.01 ;1)
= 0.50
Bett -blé-maïs blé -escourgeon
moy (0 ;0 ;0 ;0 ;0) = 0
moy (0.6 ;1 ;0.6 ;1 ;1) =
0.84
moy (0 ;1 ;1 ;1 ;1) =
0
moy
(0.01 ;1 ;0.01 ;1 ;1) =
0.64
Colza-blé-orge
moy (0 ;0 ;0) = 0
moy (1 ;1 ;0.8) = 0.93
moy (1 ;1 ;1) = 1
moy (1 ;1 ;0.01) =
0.67
Féverole -blécolza-blé-orge
moy (0 ;0 ;0 ;0 ;0) = 0
moy (0.8 ;1 ;1 ;1 ;0.8) =
0.92
moy (1 ;1 ;1 ;1 ;1) =
1
moy
(0.01 ;1 ;1;1 ;0.01) =
0.64
Maïs ensilage blé-escourgeon
moy (0 ;0 ;0) = 0
moy (0.8 ;1 ;1) = 0.93
moy (1 ;1 ;1) = 1
moy (0.01 ;1 ;1) =
0.67
113
Manuel d’utilisation de RPG Explorer
 Modification des notes selon l’irrigation :
D’après les cultures présentes dans la rotation on détermine les rotations irriguées et non irriguées
afin de connaitre les cultures irriguées ou non :
-
Pdt-blé-bett-blé  Irriguée
Bett-blé-maïs- blé -escourgeon  Irriguée
Colza-blé-orge  non irriguée
Féverole-blé-colza-blé-orge  Non irriguée
Maïs ensilage-blé-escourgeon  Non irriguée
Lorsque la rotation est irriguée la RU n’est plus un facteur limitant, ainsi si ça note était comprise
entre 0.01 et 0.99 on lui attribue la note de 1.
Rotation
UTS1
UTS1dr
UTS2
UTS3
moy (0 ;0 ;0 ;0) = 0
moy (0.6 ;1 ;0.6 ;1) =
0.8
moy (0 ;1 ;0 ;1)
=0
moy
(0.01 ;1 ;0.01 ;1) =
0.50 1
Bett -blé-maïs - blé escourgeon
moy (0 ;0 ;0 ;0 ;0) = 0
moy (0.6 ;1 ;0.6 ;1 ;1)
= 0.84
moy
(0 ;1 ;1 ;1 ;1) = 0
moy
(0.01 ;1 ;0.01 ;1 ;1)
= 0.64  1
Colza-blé-orge
moy (0 ;0 ;0) = 0
moy (1 ;1 ;0.8) = 0.93
moy (1 ;1 ;1) = 1
moy (1 ;1 ;0.01) =
0.67
Féverole -blé-colzablé-orge
moy (0 ;0 ;0 ;0 ;0) = 0
moy (0.8 ;1 ;1 ;1 ;0.8)
= 0.92
moy
(1 ;1 ;1 ;1 ;1) = 1
moy
(0.01 ;1 ;1;1 ;0.01)
= 0.64
Maïs ensilage -bléescourgeon
moy (0 ;0 ;0) = 0
moy (0.8 ;1 ;1) = 0.93
moy (1 ;1 ;1) = 1
moy (0.01 ;1 ;1) =
0.67
Pdt -blé-bett -blé
Si l’on considère que l’UCS n’est pas irriguée alors aucune rotation n’est irrigable et les notes ne
sont pas modifiées.
114
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising