Télécharger le guide d`utilisation .

Télécharger le guide d`utilisation .
CS
asbl
Réalisation : Cultures & Santé asbl
Texte : Émilie Danchin, Charlotte Sax
Illustration, Graphisme & mise en page : Jérôme Legros
Éditeur responsable : Jasira Ammi, 148 rue d’Anderlecht B-1000 Bruxelles
EP 2009
D/2010/4825/12
Avec le soutien
de la Communauté française
ET SI LE QUARTIER
ÉTAIT UN ANIMAL ?
Naissance du photolangage
La création du photolangage « Et si le quartier était un animal ? » s’inscrit dans un projet plus
vaste intitulé « La Baguette magique. Comment vous sentez-vous dans votre quartier ? Votre point
de vue nous intéresse ! ! ! ». Initié par Cultures&Santé, ce projet rassemble des acteurs - habitants et
travailleurs - d’un quartier défavorisé du centre de Bruxelles autour d’une mission photographique
dans leur quartier. L’atelier photographique est l’occasion d’interroger collectivement la façon dont
ces personnes se représentent leur quartier, au sens propre comme au figuré. La photographie étant
à la fois symbolique et concrète, elle permet d’explorer, de manière inédite et indirecte, les sentiments
que le quartier suscite chez les participants.
La première étape du projet a consisté en une interview individuelle des participants sur le
quartier. Ce fut l’occasion pour eux de s’exprimer librement sur leur quartier, tout en s’intégrant au
processus de l’atelier, en s’immergeant dans le cadre de réflexion de celui-ci. Le questionnaire alternait
des questions ouvertes et fermées. Certaines permettaient au participant de puiser directement dans
ses ressources imaginaires : « Si le quartier était un animal ? », « Demain vous gagnez au Lotto, … » ou
encore « Imaginez que je vous donne une baguette magique et que vous pouvez réaliser un vœu dans le
quartier … ». L’atelier associe de la sorte un outil de stratégie de changement (la « baguette magique »,
un ensemble de questions permettant de puiser dans les ressources imaginaires des participants) à
un moyen d’expression artistique (la photographie).
5
Enregistrées et retranscrites, ces interviews ont servi à préparer les animations de groupe,
prévues pour alimenter la réflexion des participants et ainsi soutenir les activités photographiques. Par
exemple, lors de la première animation, les participants ont été regroupés autour d’une gigantesque
carte du quartier. Munis de marqueurs, ils ont indiqué où ils se situent dans le quartier. Ensuite, ils ont
partagé avec le groupe leur réponse à la seconde question de l’enquête « Où commence et termine le
quartier pour vous ? ». Ils sont parvenus à délimiter ensemble une zone géographique qui convienne
à tous, zone qu’ils se sont alors apprêtés à couvrir photographiquement. De cette façon, dès la
première animation, les participants ont réalisé que leur entretien respectif servait dans le processus
d’animation de l’atelier. Eux-mêmes étaient la source de l’action et de la réflexion, au centre du
processus.
Lors des interviews, puis lors des échanges collectifs, les questions faisant appel à l’imagination
ont réellement facilité la communication. Bien perçues et accessibles à tous, elles ont d’abord
déconcerté pour ensuite déclencher rire, bonne humeur et détente. De plus, elles ont révélé des
capacités d’analyse critique et des facultés de mise en perspective avec des situations concrètes. Elles
ont ouvert la voie à la créativité et ont facilité la prise de conscience des réalités ainsi énoncées et
jaugées. De là est née l’idée de créer un outil d’animation à partir d’une de ces questions imaginatives,
dans le cadre du programme d’Éducation permanente de Cultures&Santé.
La question « Et si le quartier était un animal ? » s’est avérée plus particulièrement intéressante.
Cette question est d’ailleurs utilisée auprès de personnes et de groupes cibles en communication
externe (publicité et marketing) et interne (communication d’entreprise) ou en psychologie sociale.
C’est une question privilégiée, un outil de communication efficace pour procéder à l’analyse d’un
6
objet, qu’il s’agisse d’un produit, d’un service, d’un environnement, d’une problématique de société,
etc. Dans le cadre des interviews, elle a permis aux participants de livrer des témoignages qui, mine
de rien, se sont avérés être des observations critiques et nuancées des réalités du quartier.
Voici quelques exemples pour en témoigner …
Et si le quartier était un animal, quel serait-il ?
> Une habitante hongroise, la quarantaine, raconte :
« Un chat ! Qui ronronne … Parce que je sens une certaine
sensualité ici dans le quartier malgré tout. Sensualité et
sensibilité. Je crois que ce sont des gens sensibles qui habitent
ici dans ce quartier, qui veulent rester dans le coin, des êtres
humains qui ne se réfugient pas dans les forêts, dans des beaux
quartiers. Je crois qu’on a accepté de vivre dans un milieu
multiculturel où il y a un peu tous les extrêmes, des gens couchés au sol ou des gens qui font des
émissions à la télévision. Il y a un peu de tout, de tout le monde. Et je ne sens pas l’indifférence des
gens ici, donc autant quand je peux, j’accoste un sans-abri parce que certains veulent avoir des
contacts. Ça je vois. Et alors on se dit bonjour et on parle deux minutes pour échanger quelque chose
si c’est possible. Et le chat, il voit tout. Le chat est très alerte … il y a toutes les facettes du chat. Ça fait
de l’angora jusqu’au chat de gouttière ».
7
> Un belge d’origine maghrébine, d’une trentaine d’années,
explique que, d’après lui, le quartier serait :
« Un vautour, parce qu’il a l’aspect du vautour. Ça mange
les carcasses des morts. Pour moi, ça n’a pas de conscience …
Une partie vautour et une partie panda, parce qu’il y a des
gens rares dans le quartier. Il y a du quitte ou double moi je
dirais, pas de juste milieu. Vautour, je le rattache au mal et le
panda aux gens biens, qui décident de s’en sortir. Des gens
qui décident de se
battre même s’ils
ont des difficultés.
Tu as des gens
qui n’ont pas fait
d’études et qui
se battent pour
trouver du travail,
pour rouler en taxi
et il y en a qui n’ont
rien et qui préfèrent
casser pour payer
leurs chaussures et
c’est ça … ».
8
Dans ce photolangage « Et si le quartier était un animal ? », la question et la vingtaine de réponses
qui l’illustrent sont extraites de la phase d’interview du projet « La Baguette magique ». Les réponses
ont été intégralement retranscrites, en veillant à respecter l’anonymat des participants. Leur contenu
est restitué dans un set de cartes sous forme de cartes images (les cartes « animal ») et de cartes textes
(les cartes « témoignages d’habitants »). Afin de laisser libre cours à l’imagination des participants, des
cartes vierges ont été prévues ( les cartes « totem » ).
Cet outil permet d’animer une réflexion de groupe sur un quartier, de manière ludique et
dépotante. Il s’utilise de diverses façons, explicitées dans la partie Utilisation de ce manuel.
Le blaireau
Le chien
Homme d’orig
ine maghrébin
Le lion
A vécu toute
e, la trenta
t sse
ine.
sa jeune
Le cha
dans le quart
Travaille comm
ier et n’y habit
e taximan
e plus.
« Un lion parc
Le canari
: Jasira Ammi, 148 ru
les cartes « animal »
La panthère
Le vautour
L’âne
e que le lion
c’est la famille
tois
Le puest
un
des
neivor
carn
La hyè
es ! Ce que j’app félin et le félin,
c’est
ndaqu’il man
Le pa
ge qua
récie
dans le lion,
nd il a faim
même s’il n’a
. Par cont
pas faim, il
va quand mêm re l’être humain,
vois le truc
? ! Bon ici, il
e aller manger.
y a plus de
Des zèbres, parc
Tu
zèbresLe koala
e
En fait, on estogneque les zèbrLa pie
es se font man que de lions !
La cig un peu dan
ger
tout
le temps.
L’ours a un peu
de tout et l’ani s une jungle et dans la
jungle, il y
mal qu’on trou
zèbre. On est
ve en premier,
des zèbres…
c’est le
»
Le zèbre
les cartes
« témoignages d’habitants »
CS
CS
8 rue d’Anderlech
t, 1000 Bruxelles
I E.P. I 2009
I 2009
0 Bruxelles I E.P. e d’Anderlecht, 100
Le zèbre
Éditeur responsable
Le zèbre
Le singe
L’éléphant
Le serpent
Éditeur respons
able : Jasira A
mmi, 14
CS
La poule
Le perroquet
Le loup
>ĞƟŐƌĞ
Carte Totem
les cartes « totem »
Pourquoi un photolangage ?
… Faciliter l’expression et la verbalisation des représentations individuelles
De manière générale, le photolangage est un excellent support pour animer une discussion
de groupe car il facilite l’expression orale. Partir de la question « Et si le quartier était un animal ? »
en utilisant des cartes « animal » est un moyen efficace et ludique pour explorer les représentations
individuelles des acteurs d’un quartier.
Le simple fait d’avoir une carte en main facilite l’expression. Pour partager ses représentations
du quartier avec le groupe, le participant peut à la fois s’appuyer sur les éléments identifiables du
dessin représentant l’animal choisi ainsi que sur les multiples facettes que l’on peut prêter à cet
animal et qui ne figurent pas explicitement sur l’illustration. Le choix de la carte image permet à
chaque participant d’exprimer indirectement la façon dont il se représente le quartier, à partir de la
carte « animal » sélectionnée. Ce choix permet aussi de se positionner vis-à-vis du quartier au sein
du groupe, sans se sentir trop à découvert ou en danger. L’image sert de médiateur puisque les
participants s’expriment sur elle et à partir d’elle. Elle sert également de miroir puisqu’ils peuvent s’y
projeter. Par exemple, un homme, la septantaine passée, est oppressé par la prostitution masculine
dans le quartier. Il habite au-dessus d’un bar gay et les va-et-vient dans sa cage d’escalier la nuit
sont très fréquents. Il raconte qu’il a été abordé à de nombreuses reprises dans le quartier. Il semble
10
dépassé par cette réalité, démuni et effrayé. Sa peur et un fond d’épouvante ressortent au travers de
l’image du lion « qui dévore les gens, oui ! Ce que je viens de dire. C’est comme ça ». Il ajoute « Si t’étais pas
assez costaud pour te défaire de ça, eh bien beaucoup de gens qui … il y en avait qui … eh bien on se fait
manger oui ».
Les participants peuvent également prendre une carte totem pour parler d’un animal qui n’est pas
représenté dans les cartes « animal » ; ou dessiner eux-mêmes les animaux sur une feuille de papier.
11
De plus, la question « Et si le quartier était un animal ? » n’implique pas de bonnes et de mauvaises
réponses. Tous les membres du groupe sont donc placés au même niveau et ne se sentent pas en
compétition. Ils ont tous leur propre connaissance et expertise du quartier. Grâce à la verbalisation,
chacun prend conscience de ses propres représentations du quartier et peut alors les mettre en
perspective avec celles des autres.
Si la question fait certes appel à l’imaginaire et au symbolique, les représentations exprimées
seront en lien avec des expériences concrètes et personnelles de chacun. Cela confère un éclairage
particulier aux opinions et aux prises de position des uns et des autres. Imaginative, la question
suscite des réponses qui favorisent une compréhension plus fine de chacun et une meilleure
communication entre tous. L’empathie et la synergie de groupe sont de ce fait renforcées.
… Partager et confronter ses représentations
Verbaliser au sein d’un groupe la façon dont on se représente les choses permet de créer un
espace commun de rencontre et de confrontation des représentations des uns et des autres, avec
ce que chacune porte de symbolique, d’imaginaire et d’expériences personnelles. Les participants
mobilisent leur esprit critique et prennent leur place dans un débat. Ils sont invités à élargir leurs
représentations et à les enrichir au contact de celles des autres. Leurs représentations individuelles
deviennent des sujets de réflexions collectives. Les participants sont véritablement acteurs de
l’animation, ils sont source de réactions, d’interactions et d’interrogations réciproques. Chacun
va ainsi être amené à modifier les représentations du quartier qu’il avait jusque-là et par ce biais,
modifier l’expérience même qu’il fait du quartier.
12
Il est important que le groupe soit à l’écoute de ce qui est formulé. Chacun peut poser des
questions et essayer de reformuler ce qui est dit afin de s’assurer d’avoir bien compris ce qui est
exprimé. Prévoir un moment de synthèse à la fin de l’animation est judicieux. En effet, la synthèse
viendra renforcer le sentiment d’avoir intégré quelque chose, à commencer par la possibilité même
d’accéder à des ressources insoupçonnées ainsi que celle d’élargir le champ de ses représentations,
en créant du lien avec les autres et en échangeant des points de vue.
… Perspectives
Le photolangage peut être utilisé de diverses manières. On peut donc multiplier les expériences,
en fonction des caractéristiques du groupe notamment.
Toutefois, le photolangage « Et si le quartier était un animal ? » suscitant des échanges colorés et
une certaine implication personnelle, cela vaut la peine de l’inscrire dans un projet à plus long terme.
Par exemple, il peut être considéré comme l’étape fondatrice dans la recherche d’une définition
collective du quartier et de ses problématiques, dans le but d’entreprendre des actions sur ce quartier.
Les membres du groupe pourront alors se concevoir comme acteurs de changement. La suite peut
par exemple être la recherche collective d’un animal et de caractéristiques qui fassent consensus.
L’animateur peut également proposer au groupe une ballade prospective dans le quartier afin d’en
construire une expérience commune. Il veillera alors à confronter les éléments de la synthèse au
quartier in situ, afin que le groupe analyse le quartier de manière critique.
Pourquoi cette question « Et si le quartier était un
animal ? »
De manière générale, la question « Et si le quartier était un animal … ? » permet de détendre
l’atmosphère car elle est plutôt inattendue et surprenante. Moyen d’introspection qui pourtant
garantit une certaine distance, elle déclenche généralement le rire au sein du groupe.
… Une question indirecte
À la question « Et si le quartier était un animal ? », il est théoriquement impossible de ne pas
pouvoir répondre. Et pratiquement, on aura tendance à en dire plus que si la question était posée
directement « Mais, dites-moi, que pensez-vous de votre quartier ? ». Trouver une accroche personnelle
et détournée est un principe bien connu en communication pour recueillir des données auprès de
groupes de consommateurs ou d’individus. On choisit volontairement des sujets auxquels tout le
monde peut s’identifier rapidement, qui rendent plutôt bavard et de bonne humeur, comme les
animaux, la voiture ou encore la maison.
Questionner de manière indirecte permet de court-circuiter la pudeur, les inhibitions ou les
tabous. Cela permet de s’exprimer librement sans s’en rendre compte ou sans en être trop gêné.
Poser la question de façon imagée est parfois aussi la seule façon d’accéder à une réalité et de mettre
14
des mots dessus. Et ceci en particulier s’il faut s’exprimer au sein d’un groupe, si l’on perd ses moyens
quand on doit verbaliser ou encore si le sujet évoqué a une dimension tabou.
Il arrive aussi que des personnes éprouvent de la répugnance à exprimer des choses négatives.
Elles peuvent trouver là un moyen détourné d’exprimer du négatif. Une dame dit ainsi : « Si le quartier
était un animal, il y a des fois, ce serait peut-être un serpent parce que quelquefois, il y a des
agressivités ! Oui, moi je trouve que ça serait un serpent et un serpent venimeux parce
que tu vois, les gens, ils t’engueulent et en même temps, ils te souhaitent du mal !
Oui, souvent, ce n’est pas très net ! ».
Cela permet également de s’exprimer tout court à propos de choses
sombres, voire dramatiques en conservant une forme de distance nécessaire.
Une femme exprime ainsi son très vif dégoût du quartier au travers d’animaux :
« Un putois. Je n’aime pas les putois. Ou une hyène. Il n’y a personne qui aime ces
animaux. Donc voilà, une hyène ou un putois. De toute façon, ce sont des animaux
que je n’aime pas et ils sont dégueulasses, pour des raisons différentes. Le putois, il
paraît qu’il pue et la hyène se nourrit de cadavres, donc ce n’est rien de
très réjouissant. On n’a pas du tout envie de les adopter, ni de les mettre dans son
divan ou dans son lit. Et donc voilà, c’est à cela que cela me ferait penser ».
La question lui permet de dissocier ce qu’elle perçoit d’absolument détestable
dans le quartier et les habitants. Ayant déchargé ses émotions négatives au
travers des animaux, elle poursuit sur le quartier en s’identifiant sans réserve
aux habitants. « Dans un premier temps, je me dis que j’ai une chance inouïe de ne
15
pas y habiter. Et parallèlement, c’est un sentiment de révolte qu’un quartier comme cela existe et que
des gens doivent y vivre au quotidien. Donc, je me dis mon dieu, si par hasard de temps en temps, ils
ont la chance de partir en vacances ou de retourner, pour les marocains, dans leur pays où le ciel est
bleu, les maisons blanches. Quand ils reviennent dans ce quartier, il y a de quoi se pendre. Donc je
trouve que c’est vraiment un quartier sordide et sinistre ». Trouver le moyen de parler de ce qui est
difficile en conservant de la distance est essentiel, surtout lorsque le quartier évoqué est dur et que
l’on est amené à aborder la grande précarité, la criminalité, la violence, etc. La distance permet alors
d’être nuancé, sans se censurer.
Le recours à l’image pour parler de la réalité est l’occasion de faire de nouveaux apprentissages.
Cela favorise la prise de conscience de certains aspects de cette réalité et permet de les ancrer, tout
en prenant conscience également des capacités d’action individuelles et collectives.
…Une question qui n’attend pas de « bonne » réponse
La question des animaux peut être posée à tout le monde sans restriction. Elle favorise des
échanges spontanés, car non seulement elle est facile et personnelle, mais elle fait appel à l’imagination.
Autrement dit, il n’y a pas de réponse idiote ou de mauvaise réponse, et on peut s’exprimer très
librement sans avoir peur d’être jugé ou de dire des bêtises. On peut même inventer !
La question « Et si le quartier était un animal ? » est simple, imagée et drôle. Elle réduit le risque
de sentiment d’infériorité, que ce soit vis-à-vis du groupe ou de l’animateur. Les participants ne se
sentent pas tenus de dire des choses intelligentes ou vraies. Ils enregistrent implicitement qu’ils
16
peuvent parler librement, sans crainte, puisque la barre ne semble pas placée haut et que c’est
l’imagination qui prime. La question génère beaucoup de souplesse, d’humour et des réponses
inédites, plutôt que de la timidité, des complexes ou des réponses stéréotypées.
Un homme d’une trentaine d’années fait cette remarque surprenante : « Ce que j’apprécie dans le
lion, c’est qu’il mange quand il a faim. Par contre l’être humain, même s’il n’a pas faim, il va quand même
aller manger. Tu vois le truc ? ! ».
… Faire appel au cerveau émotionnel
En posant la question « Et si le quartier était un animal ? », on déforce le recours au raisonnement
logique des participants car on stimule le recours à l’image et la mobilisation du cerveau émotionnel.
Parfois, le simple fait de parler d’un événement est insuffisant pour pouvoir s’en détacher ensuite, par
exemple s’il représente une source de stress. Pour ce faire, il est important de convoquer le « noyau
émotionnel » de cet événement car il permettra une intégration complète du fait, indispensable pour
s’en détacher par après. Or, le registre verbal ne permet pas toujours d’accéder aux émotions, d’où
l’utilité de faire appel au cerveau émotionnel au moyen d’un outil de communication. Cela facilitera
des prises de conscience et permettra plus facilement d’engendrer des sentiments positifs, de
modifier des croyances et des comportements1.
1
C’est d’ailleurs ce qui est pratiqué en EMDR, thérapie brève spécialisée dans le traitement de syndrome de stress post-traumatique.
17
La question a été posée à un réfugié politique. Il est en situation de grande précarité car il est
à la rue depuis 6 mois. Sa réponse surprend. Pour lui, le quartier est un canari « parce que le canari
ça bouge toujours et parce qu’il y a des gens différents. Parfois, même la nuit, quand tu pars là-bas, il y a
des gens … comme le canari, il ne dort pas, il chante ». Lorsqu’on lui fait remarquer que le
canari est un oiseau en cage, il se rebelle et il dit : « Mais non il n’est pas en cage. Il y en a
en liberté … ». Il réfléchit et ajoute : « Oui ! Même en cage il chante ! ». L’image est forte,
elle permet de synthétiser de multiples aspects de sa réalité. Former une image est
l’occasion de structurer divers éléments de manière cohérente et ce, dans le cas exposé
ici, malgré une profonde détresse.
De plus, exprimée en groupe, cette image est suffisamment explicite pour être intégrée
par les autres participants.
… Se représenter concrètement les choses
La question « Et si le quartier était un animal ? » s’appuie largement sur la faculté à imaginer et à
se représenter les choses. Elle vise à se figurer concrètement les choses en multipliant les modalités
sensorielles, tout en en parlant. Poser une question en regardant des images ou en dessinant revient
à se représenter des éléments de réalité, des situations en 3D2. Evidemment, cela favorise le ressenti
affectif, émotionnel et sensoriel, ainsi que l’impression d’être actif, vivant et d’avoir un certain contrôle
sur les événements. Prenons par exemple un handicapé qui a été agressé dans le quartier. Il exprime
simultanément sa peur, son sentiment de vulnérabilité et son besoin d’être rassuré. Il parle d’abord
2
3D : est l’abréviation de « 3 dimensions » : largeur, longueur, profondeur, afin de donner du volume à l’objet que l’on veut présenter.
18
d’un gros chien : « Tu as vu comme il a de grosses jambes ». Puis il
parle de l’escargot : « Un escargot, c’est doux ! Ca ne mord pas ! ».
Ayant dit cela, il penche sa tête vers un participant comme s’il
cherchait une forme de protection et ajoute « On peut lui faire des
câlins ».
En joignant l’image (cartes animaux) ou carrément le geste
(dessin) à la parole, la pensée devient concrète. Elle se charge
émotionnellement. Plutôt que d’être dissociée des événements et de leur impact émotionnel,
elle s’harmonise et s’intègre dans le corps. Cela permet de décharger les émotions. D’autre part, la
pensée devient pragmatique lorsqu’elle se poursuit concrètement en dessinant. Elle apporte des
éléments neufs3. En effet, en dessinant ou en regardant des images, on se figure les choses autrement
que lorsqu’on articule des pensées et que l’on raisonne. Cela véhicule des nouvelles idées et des
solutions
… Une question étonnante
Evidemment, le quartier n’est pas un animal et poser cette question « Et si le quartier était un
animal ? » va inciter le participant à faire appel à son imaginaire. Elle permet d’élargir la manière
de penser, de s’éloigner du mode rationnel. Puiser dans d’autres ressources que celles habituelles
permet de se découvrir, de s’aventurer dans de nouvelles voies, d’ouvrir de nouvelles perspectives.
Autrement dit, le passage par l’imaginaire permet de s’adonner à un exercice critique de la réalité,
3
Voir notamment la seconde variante de jeu proposée, « dessine-moi un animal », dans la partie UTILISATION de ce manuel.
19
hors jugement et hors sentiers battus. Une jeune infirmière de rue répond à la question, puis se
demande pourquoi cet animal-là et s’étonne de ce qu’elle découvre dans sa propre réponse « Et moi,
je verrais plus un reptile … Oui, un reptile. Il se faufile, il rampe … Pourquoi un reptile ? Pour son sangfroid ! ».
Au travers du recours à l’imaginaire symbolique et à l’image, la curiosité, la capacité à s’étonner,
à découvrir d’autres points de vue et à chercher des solutions sont avantagées. C’est l’occasion de
réévaluer la réalité, d’intégrer des informations différemment.
Références bibliographiques
> À l’écoute du sentiment d’insécurité- rapport général sur le sentiment d’insécurité,
Fondation Roi Baudouin, 2006
> HALEY J., Un thérapeute hors du commun : Milton H. Erickson, Broché, 1967
> MELCHIOR T., Créer le réel, Seuil, 2008
> VAN ZELE K., HENNEMAN H., DOUCET I. & BRUYNEEL G., Samenlevingsopbouw Brussel
vzw, Bruxelles, 2008
> WINNICOTT D.W., Jeu et réalité, l’espace potentiel, Folio, 2004
> La crainte de l’effondrement, Gallimard, 2000
> Agressivité, culpabilité et réparation, Payot-poche, 2004
UTILISATION
22
Publics
Professionnels
> Cet outil est destiné aux professionnels des champs psycho-médico-sociaux, animateurs,
assistants sociaux, éducateurs, travailleurs de rue, psychologues, etc. qui souhaitent mener
une réflexion collective sur un quartier. Le photolangage peut être utilisé dans des contextes
variés comme les associations, les services d’aide en milieu ouvert, les maisons de retraite, les
écoles, les maisons maternelles …
> Cet outil sera judicieux, en particulier si :
- Les participants éprouvent des difficultés à verbaliser leur vécu, leurs émotions ;
- Les participants éprouvent des difficultés à s’exprimer librement en groupe ;
- Le quartier est réputé difficile.
Participants à l’animation
> Le photolangage « Et si le quartier était un animal ? » s’utilise en groupe, jusqu’à 10 – 15 personnes.
Il peut être utilisé avec tout public, peu importe l’origine socioculturelle et les situations de vie
des participants. Il n’est pas nécessaire de savoir lire ou écrire pour participer.
23
Objectif
> L’objectif général de l’outil « Et si le quartier était un animal ? » est d’encourager les participants
à exprimer leurs représentations individuelles du quartier afin de faire de celles-ci des sujets
de réflexion et de permettre aux participants de les mettre en perspective, en les confrontant
à celles des autres.
> L’utilisation de ce photolangage sera l’occasion de :
-
prendre la parole en public ;
verbaliser ses propres représentations du quartier et en prendre conscience ;
confronter ses représentations à celles des autres participants ;
modifier et enrichir ses représentations ;
faciliter la prise de conscience de réalités multiples / diverses ;
approfondir son point de vue en favorisant l’imagination, la créativité ;
se représenter le quartier avec la distance symbolique et l’humour ;
créer des liens avec d’autres acteurs du quartier.
24
Durée de l’animation
> La durée de l’animation dépendra de la manière dont l’outil sera exploité, ainsi que du nombre
de participants et de leurs caractéristiques. Toutefois, il est préférable de disposer d’un temps
minimal d’1h30.
Contenu de l’outil
> Cet outil se compose de :
-
23 cartes images « cartes «animal »
23 cartes textes « témoignages d’habitants »
5 cartes totem vierges
1 manuel d’utilisation pour animateur
25
Matériel à prévoir
> Pour jouer à la deuxième variante intitulée « dessine-moi un animal »,
l’animateur devra prévoir en plus :
- des feuilles de papier
- des crayons
Quelques consignes
> Avant de débuter l’animation, il est important que l’animateur en donne le sens aux
participants, afin que ceux-ci ne se sentent pas infantilisés par la question « Et si le quartier
était un animal ? »
> Ensuite, il est préférable de rappeler aux participants :
- Quelle est la signification des cartes totem (elles permettent de choisir un animal qui
n’est pas représenté) ;
- Que le silence est préférable durant la phase de choix d’un animal (pour ne pas influencer
26
les réponses des autres) ;
- Qu’il ne faut pas prendre de carte en main avant que chacun ait fait son choix ;
- Que chacun est tenu d’écouter et de respecter les autres participants.
> Pour sa part, l’animateur veillera à ce que chacun puisse s’exprimer sans faire l’objet de critique
de la part des autres membres du groupe. Lui-même veillera à accueillir tous les propos de
manière ouverte, à ne pas être trop dirigiste afin que toutes les représentations puissent être
dites.
> Les cartes textes « témoignages d’habitants » sont ornées d’un sigle. L’animal cité est repris en
petit pour ceux qui ne savent pas lire 4. L’animateur lira éventuellement lui-même les citations
pour encourager la participation des membres du groupe, pour stimuler leur imaginaire.
4
Cela permettra notamment aux participants ne sachant pas lire de tout de même jouer à la variante n°4 Jeu de paires.
27
Les variantes
> Quatre variantes sont proposées pour exploiter cet outil « Et si le quartier était un animal ? ».
> Selon les caractéristiques de son groupe, l’animateur choisit celle sur laquelle baser
l’animation.
> Toutes les variantes commencent de la même manière :
- Accueillir les participants qui s’installent en cercle ;
- Expliquer qu’à partir des cartes, l’objectif de l’animation est de discuter ensemble du
quartier et d’échanger des points de vue;
- Demander aux participants de se présenter brièvement en déclinant : le prénom et
depuis quand ils habitent, travaillent ou fréquentent le quartier ;
- Donner l’exemple : « Je m’appelle X, j’ai Y ans et je travaille dans le quartier depuis Z
années »
28
Première variante :
choix individuel d’une carte « animal » représentant le quartier (photolangage classique)
> Principe : Chaque participant choisit une carte « animal » qui représente le quartier selon lui.
Ensuite, il expliquera son choix au groupe. Avant de commencer, l’animateur explique au
groupe que les cartes totem permettent de choisir un animal qui n’est pas représenté sur une
carte. L’animateur peut rappeler qu’il n’y a pas de bon ou de mauvais animal. Afin de ne pas
influencer les choix, il est préférable que les participants ne communiquent pas entre eux
durant la sélection des cartes. Pour plus de précision, l’animateur peut indiquer quel sera le
temps accordé pour chaque étape de l’animation.
> Première étape : (une dizaine de minutes)
-
L’animateur dispose toutes les illustrations sur la table ;
Il pose la question « Et si le quartier était un animal, lequel serait-il ? » ;
Il invite chaque participant à observer les illustrations ;
Il leur demande d’en choisir mentalement une et de réfléchir ensuite quelques instants
aux éléments qui ont guidé leur choix.
> Ensuite, proposer un tour de table autour des choix des participants (en fonction du nombre
de participants, prévoir environ 3 min par participant)
- Expliquer que si deux personnes ont choisi la même carte, ce n’est pas un problème car
leur motivation sera certainement différente ;
29
- les inviter, chacun à tour de rôle, à prendre la « carte animal » qu’ils ont choisi et à
expliquer leur choix au groupe ;
- une fois l’explication livrée, le groupe peut éventuellement poser des questions,
demander des précisions sur les caractéristiques de l’animal, sans poser de jugement.
> Le tour de table terminé, l’animateur peut procéder avec le groupe, à une synthèse des
éléments cités (Environ 30 min)
- proposer que chacun cite les éléments qui ont retenu son attention ;
- les noter au tableau ou sur un grand panneau, en affichant les cartes choisies si cela
peut aider à la compréhension ;
- éventuellement, proposer de classer les éléments retenus dans des colonnes, selon
leurs points communs, leurs différences, etc. ;
- éventuellement, dégager une thématique particulière sur laquelle le groupe souhaite
travailler ;
-…
> Pour clore l’animation, l’animateur peut proposer aux participants de s’exprimer sur ce qu’ils
ont ressenti aux différentes étapes du processus. (En fonction du nombre de participants. Prévoir
1 à 2 min par participant)
-
ont-ils le sentiment d’avoir été écoutés ?
ont-ils été intéressés, interpellés par les propos des autres participants ?
les cartes leur ont-elles permis de s’exprimer plus facilement dans le groupe ?
…
30
Deuxième variante :
« Dessine-moi un animal »
> Cette version s’inspire de la technique du « squiggle », dessin que l’on complète en bavardant,
de D. W. Winnicott (pédiatre, psychiatre et psychanalyste britannique. 1896 – 1971)
En la transposant au photolangage « Et si le quartier était un animal ? », on propose aux
participants de parler de leur quartier en dessinant un animal qui lui ressemble. Une fois qu’ils
l’ont tous dessiné, on les encourage à poursuivre leur réflexion en complétant le dessin en
fonction de la discussion qu’ils ont eue sur le quartier avec les autres membres du groupe.
La technique du « squiggle », est efficace pour générer de nouveaux points de vue, voire pour
trouver des solutions.
Pour illustrer cette technique, voici un exemple fourni par une psychologue : une petite fille
de 8 ans a été témoin du sac-jacking de sa maman. Assise à l’arrière de la voiture, elle a été
terrorisée par cet évènement. En psychothérapie, elle se met à le raconter, en le dessinant sur
une première feuille. Elle prend ensuite une seconde feuille sur laquelle elle règle son compte
au voleur. De manière très précise, elle le représente enfermé dans une prison aux très hauts
murs ; comme cela, dit-elle « il ne pourra plus jamais sortir ». Elle a eu l’idée de neutraliser
l’agresseur en dessinant et cela semble la soulager d’un grand poids. Cette solution est certes
imaginaire. Toutefois, peu importe son degré de réalité, car ce qui est réellement expérimenté
est l’accès à des ressources intérieures et la possibilité même de trouver une solution. C’est
particulièrement significatif lorsque l’on aborde le sentiment d’insécurité ou la peur qui
31
reposent en partie sur des faits objectifs, mais aussi sur notre imaginaire. C’est comme cela
qu’un ensemble de détails peut parfois concourir à créer un sentiment d’insécurité en dehors
d’une agression réelle. Le dessin, les images sont un excellent moyen pour agir sur cette part
imaginaire.
> Principe du jeu : chacun va dessiner son animal représentant le quartier et le faire deviner
aux autres. Ensuite, au fil des discussions entre participants, chacun ajoutera à son dessin des
caractéristiques qui le feront correspondre plus précisément à sa représentation du quartier.
- L’animateur demande que chacun réfléchisse de son côté à l’animal qu’il va dessiner et
fasse un signe quand il l’a trouvé ;
- Il demande ensuite que chacun dessine son animal sur une feuille :
t il peut faire un « gribouillis » pour montrer que tout le monde sait dessiner ;
t il peut proposer que les participants demandent de l’aide à leurs voisins ;
t il précise que l’on peut dessiner juste l’animal ou l’animal dans son contexte ;
- chacun pose son dessin devant soi, les autres participants vont devoir deviner de quel animal
il s’agit ;
- chacun pose des questions, jusqu’au moment où l’animal est reconnu
t le dessinateur a le droit de parler, mimer, compléter le dessin, mais il ne peut
jamais nommer l’animal ;
- dès que quelqu’un trouve, on note en-dessous du dessin le nom de l’animal ;
- on passe au dessin suivant.
32
> Procéder à un tour de table autour des dessins d’animaux représentatifs du quartier
- chacun explique pourquoi il a choisi cet animal-là ;
- l’animateur encourage les échanges à partir du dessin :
t il peut par exemple relever les analogies, les oppositions ;
t il peut également s’appuyer sur les effets de surprise, les réactions du groupe ;
- Il encourage ensuite la recherche de caractéristiques supplémentaires de l’animal :
t si l’animal ne correspond plus au quartier, trouver un autre animal et le dessiner
sur une autre feuille.
> Le tour de table terminé, l’animateur peut procéder avec le groupe, à une synthèse des
éléments cités.
- faire la synthèse des caractéristiques des animaux qui décrivent le quartier ;
- noter les mots clefs en-dessous du dessin ;
- choisir 2 ou 3 caractéristiques clefs du quartier et les noter, par exemple sous forme de
petites phrases : « Si le quartier... était un animal, ce serait un... parce que ... » ;
- éventuellement, dégager une thématique particulière sur laquelle le groupe souhaite
travailler.
33
Troisième variante :
sur un mode de jeu, « Mon animal-totem du quartier »
> Maximum 6 joueurs
> Principe du jeu : Chaque participant reçoit 3 cartes « animal ». À chaque tour, il doit essayer
de se débarrasser d’une de ses cartes en disant en quoi l’animal représenté correspond au
quartier. Le premier joueur a s’être débarrassé de toutes ses cartes aura gagné la partie et sera
le premier à livrer son animal totem du quartier, l’animal-totem étant l’animal qui incarne le
mieux le quartier selon le joueur.
> Un participant bat les cartes « animal » et en distribue 3 à chacun.
> On joue dans le sens des aiguilles d’une montre. Chacun à son tour peut se débarrasser d’une
de ses cartes s’il peut dire en quoi elle ressemble au quartier. Par exemple, on abat la carte
Chat en disant : « Si le quartier était un animal, ça serait le chat, parce qu’il a des griffes et fait des
dégâts ».
> Lorsqu’un joueur a abattu toutes ses cartes, il prend une carte totem. Il a alors le temps d’un
tour pour réfléchir à son « animal-totem » qui représente au mieux le quartier selon lui.
- Le joueur est inspiré par ses cartes :
t il se débarrasse d’une carte en disant : « Si le quartier était un animal, ça serait …,
parce que… »
34
- Le joueur n’est pas inspiré par ses cartes :
t Il change une carte et passe son tour
t Il montre une carte et demande de l’aide aux autres joueurs :
… Les autres joueurs ne sont pas inspirés : la carte est retournée sur la table
(elle compte « pour du beurre » car elle n’inspire personne). Le joueur
pioche une nouvelle carte « animal » ;
… Un joueur est inspiré : il prend la carte et la dépose devant lui et il dit : « Si le
quartier était un animal, ça serait …, parce que … ». Et c’est directement à lui
de jouer (les autres passent leur tour si c’était à eux de jouer avant lui).
- Le joueur qui a abattu toutes ses cartes a gagné la partie !
- Il peut choisir son « animal-totem », c’est-à-dire l’animal qui représente pour lui le
quartier :
t Le joueur explique au groupe quel est l’animal qui, selon lui, représente le mieux
le quartier en explicitant son choix ;
t Chacun à son tour fait de même, s’aidant des cartes « animal » s’il veut.
- L’animateur propose aux participants de faire une synthèse. Chacun peut par exemple
reprendre une caractéristique citée durant la partie qui, selon lui, correspond bien au
quartier.
Quatrième variante :
Jeu de paires
> Principe du jeu : reconstituer les paires à partir des cartes «animal» et des cartes témoignages
d’habitants.
> Un participant mélange les cartes « animal » et les cartes témoignages d’habitants. Il les étale
sur la table, de sorte que l’on ne puisse voir que leur dos.
> Chacun à son tour retourne 2 cartes au hasard – une carte « animal » et une carte témoignages
d’habitants – et tente de regrouper les paires :
- Si certains participants ne savent pas lire, ils peuvent jouer en repérant les petits logos
animaux dans le coin des cartes « animal » ;
- Chaque fois qu’une paire est constituée, l’animateur propose que quelqu’un lise la carte
« témoignages d’habitants » ;
- Il demande ensuite si les participants auraient justifié le choix de l’animal de la même
manière que celle figurant sur la carte « témoignages d’habitants », étant donné la réalité
de leur propre quartier.
> Lorsque toutes les paires ont été reconstituées, l’animateur demande aux participants « Si
le quartier était un animal, ce serait … ? » Il ajoute des cartes totem aux cartes maintenant
retournées et indique qu’elles sont là pour permettre de choisir un animal qui ne figure pas
sur les illustrations. Il fait un tour de table et demande à chaque participant d’expliciter son
choix. Le groupe peut ensuite choisir collectivement un animal qui, selon tous, représente au
mieux le quartier.
35
Cultures Santé
UXHG¶$QGHUOHFKW
%%UX[HOOHV
+32 (0)2 558 88 10
LQIR#FXOWXUHVVDQWHEH
ZZZFXOWXUHVVDQWHEH
CS
>ĞƟŐƌĞ
Le loup
Le perroquet
L’éléphant
Le zèbre
Le singe
La panthère
Le canari
L’âne
Le vautour
Le blaireau
Le panda
L’ours
La poule
Le chien
Le chat
La hyène
La cigogne
Le serpent
Le lion
Le putois
La pie
Le koala
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising