guide des achats durables de produits de santé

guide des achats durables de produits de santé
GUIDE DES ACHATS DURABLES
DE PRODUITS DE SANTÉ
GROUPE D’ÉTUDE DES MARCHÉS PRODUITS DE SANTÉ
GEM-PS
JUILLET 2011
1 SOMMAIRE
AVERTISSEMENT ....................................................................................................3
INTRODUCTION : DÉVELOPPEMENT DURABLE, MARCHÉS PUBLICS ET PRODUITS DE SANTÉ .....4
Objectifs et contenu de ce guide .....................................................................................................................4
Les principes généraux ......................................................................................................................................5
L’application aux produits de santé .................................................................................................................5
A – CE QU’IL FAUT SAVOIR AVANT DE COMMENCER .....................................6
CHAPITRE 1 : DISPOSITIONS GÉNÉRALES ET LEUR APPLICATION RÈGLEMENTAIRE ..................6
1.1
1.2
Marchés publics et développement durable ......................................................................................6
Le développement durable dans la certification des Etablissements Publics de Santé.............11
CHAPITRE 2 : LES NORMES ..............................................................................................................................12
2.1.
2.2.
2.3.
Principes généraux ..............................................................................................................................12
L’application des normes....................................................................................................................12
La conformité aux normes .................................................................................................................12
B – CE QU’IL EST POSSIBLE DE FAIRE..............................................................14
CHAPITRE 3 : INTÉGRATION DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN PRATIQUE ................................14
3.1
3.2
Définition de la stratégie de développement durable ....................................................................14
Critères ou spécifications, quels choix ? ..........................................................................................15
CHAPITRE 4 : SUGGESTIONS DE QUESTIONNAIRES TYPE ...................................................................18
4.1
4.2
4.3
4.4
4.5
Précisions pour une bonne utilisation des questionnaires.............................................................18
Questionnaires communs ...................................................................................................................20
Questionnaire équipements ...............................................................................................................21
Questionnaire dispositifs médicaux et dispositifs médicaux in vitro ............................................24
Questionnaire médicaments ..............................................................................................................25
C – CE QU’IL FAUT ÉVITER DE FAIRE ..............................................................26
CHAPITRE 5 : QUESTIONS À ÉCARTER ........................................................................................................26
5.1
5.2
Thèmes inappropriés ..........................................................................................................................26
Considérations hors périmètre des produits de santé ...................................................................29
D – FICHES DE SYNTHÈSE..................................................................................30
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
CONSIDÉRATIONS SOCIALES ........................................................................................................................30
NORMES CONCERNANT LE DD ......................................................................................................................31
EMBALLAGES ..................................................................................................................................................38
ORGANISATION DES COMMANDES ET LIVRAISONS......................................................................................43
DECHETS D’EQUIPEMENTS ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES ....................................................................44
PILES ET ACCUMULATEURS ...........................................................................................................................50
MAINTENANCE ...............................................................................................................................................54
DÉSINFECTANTS ............................................................................................................................................54
PHTALATES ....................................................................................................................................................55
DEFINITIONS...................................................................................................................................................59
LEXIQUE..........................................................................................................................................................62
CONTRIBUTIONS ...........................................................................................................................................45
COMITE DE LECTURE .……………………………… ……………………………………………………….….…68
2 AVERTISSEMENT
Les établissements publics de santé sont particulièrement concernés par la question du développement
durable, étant fortement consommateurs d’eau, d’énergie et de dispositifs médicaux à usage unique, et
générateurs d’un volume important de déchets.
L’objet de ce guide n’est pas de donner des recommandations sur la politique à mettre en
œuvre par les hôpitaux en matière de développement durable, et plus particulièrement de choix
entre dispositifs réutilisables et à usage unique.
Ceci relève d’une réflexion de politique générale, faisant la part entre les objectifs de sécurité des soins et
ceux du développement durable, à définir par chaque établissement hospitalier.
L’impact sur l’élimination des déchets, sur le coût global d’un acte, est largement traité par ailleurs pour ne
pas être repris dans le présent guide.
3 INTRODUCTION
Développement durable, marchés publics et produits de santé
Objectifs et contenu de ce guide
•
Objectifs
« L’hôpital a, par sa vocation, ses missions et ses activités, une plus grande responsabilité et un devoir
d’exemplarité dans la mise en place d’une stratégie de développement durable »1.
Les obligations environnementales et sociales mentionnées dans le Code des Marchés Publics (CMP), font
également des achats hospitaliers un contributeur au sujet. Les produits de santé, qui représentent un
volume d’achat conséquent, apparaissent tout particulièrement concernés.
Mais comme tout sujet nouveau, il est difficile à cerner et chacun tente de le décliner à sa manière. Aussi
est-il apparu intéressant que des industriels et des acheteurs définissent en commun les éléments pertinents
à retenir dans la rédaction des dossiers de consultation des entreprises (DCE). Tel est l’objet de ce guide.
Le but est de mettre à disposition des acheteurs de produits de santé et des industriels :
-
un rappel des dispositions générales et leurs applications règlementaires ;
-
des propositions d’éléments à retenir pour la constitution de questionnaires ;
-
des grilles types à adapter en fonction des produits ;
-
des fiches de synthèse sur des thèmes qui nécessitent un éclairage particulier.
Le présent guide comporte
-
d’une part des éléments de présentation générale assortis de fiches permettant d’approfondir
certains thèmes ;
-
d’autre part des recommandations pratiques destinées à faciliter la constitution des dossiers de
consultation et les réponses des fournisseurs aux demandes des acheteurs.
•
Contenu
Ce guide aborde quasi exclusivement les « piliers » environnementaux et économiques du développement
durable.
Les considérations sociales relèvent plus des marchés de services qui ne sont pas représentatifs dans ce
segment d’achat. Cependant certains thèmes ont pu être insérés dans ce guide.
Une fiche de synthèse apporte quelques éléments de réflexion sur ce sujet.
1
34ème Congrès de la fédération internationale des Hôpitaux – Nice 2005
4 Les principes généraux
Le développement durable repose sur trois piliers : l’efficacité économique, l’équité sociale, la préservation de
l’environnement.
En principe indissociables, leur mise en application globale peut s’avérer difficile dans le domaine des achats
publics de produits de santé (médicaments, dispositifs médicaux, dispositifs médicaux de diagnostic in vitro,
équipements).
Le développement durable fait partie des obligations inscrites dans le CMP. Les considérations
environnementales et sociales doivent être prises en compte depuis la définition du besoin à satisfaire
jusqu’au jugement des offres.
Selon la réponse du Ministère des finances (11/01/2007) à la question de B. Piras (sénateur) :
-
lors de la définition de son besoin « le pouvoir adjudicateur a l'obligation de s'interroger sur la
possibilité d'intégrer dans son marché (spécifications techniques, cahier des charges, conditions
d'exécution) ou dans la procédure de passation (sélection des candidatures ou critères de sélection
des offres) des exigences en termes de développement durable, à partir d'un seul ou de l'ensemble
des trois piliers » ;
-
le pouvoir adjudicateur doit être en mesure de justifier à tout moment, à l'égard des organismes de
contrôle du marché, de son impossibilité de prendre en compte de tels objectifs de développement
durable. Le pouvoir adjudicateur peut notamment utiliser le rapport de présentation prévu à l'article
79 du CMP pour expliquer sa décision.
Ne pas prévoir d’éléments relevant de considérations environnementales et sociales dans les procédures de
marchés publics constitue donc une exception.
L’application aux produits de santé
Des recommandations et des guides sont disponibles dans les domaines suivants :
-
déchets ;
-
fournitures hôtelières ;
-
Haute Qualité Environnementale (HQE) ®.
Pour certains de ces domaines, il est même possible de se référer à des écolabels.
En revanche, aucun document de ce type n’existe pour les achats des produits de santé et des équipements
médicaux. Il est intéressant de noter que si les « équipements utilisés dans le secteur de la santé » figurent
bien parmi les dix secteurs prioritaires retenus en 2008 par l’Union Européenne, ils restent le seul domaine
encore en attente de la définition de critères communs et de méthodes de mesure.
Ceci pourrait être interprété comme étant le signe d’une difficulté particulière d’application du développement
durable à ce domaine.
Ceci étant, des acheteurs des établissements hospitaliers ont commencé à intégrer des critères de
développement durable dans leurs consultations, tandis que des groupes et associations s’attachent à traiter
de thématiques transversales (par exemple : polychlorure de vinyle (PVC), phtalates, bisphénol A).
5 A – Ce qu’il faut savoir avant de commencer
CHAPITRE 1
Dispositions générales et leur application règlementaire
1.1 Marchés publics et développement durable2 1.1.1. En Europe
Le développement durable est devenu un des objectifs majeurs de la politique de l’Union Européenne. Cela
se traduit sous différentes formes selon les domaines.
Dans les marchés publics, d’incitative, l’intégration du développement durable est devenue obligatoire par la
règlementation et la jurisprudence.
1.1.1.1.
•
Commission Européenne
En 2001
Les considérations environnementales ne sont pas encore mentionnées dans la législation européenne
relative aux marchés publics. La Commission Européenne publie une Communication3 indiquant les
possibilités offertes par le cadre juridique communautaire de l’époque pour intégrer des considérations
environnementales dans les marchés publics.
La définition de l’objet du marché permet de tenir compte de considérations environnementales, mais ces
possibilités diffèrent d’un type de marché à un autre, et semblent plus nombreuses pour les marchés publics
de travaux ou de services.
En se basant sur la directive des marchés publics de l’époque, la Commission Européenne indique les étapes
auxquelles le pouvoir adjudicateur peut intégrer les considérations environnementales.
Spécifications techniques du marché et possibilités de définir des exigences relatives à la
performance environnementale :
-
prescription de matériaux de base ou primaires ;
-
exigences d’utilisation d’un processus de production particulier ;
-
référence à des labels écologiques ;
-
variantes.
2
Concernant les spécificités des marchés publics de produits de santé, vous pouvez consulter « Le guide de l’achat public des produits
de santé en établissement hospitalier » sur le site de l’Observatoire Economique de l’Achat Public (OEAP), rubrique « documents GEM »
3
COM(2001) 274
6 La Commission Européenne rappelle notamment que les spécifications techniques « détaillent les
caractéristiques du marché de façon objective et mesurable et doivent être liées à [son] objet. ».
Sélection des candidats :
-
motifs d’exclusion :
lorsque la législation qualifie de délit affectant la moralité professionnelle le non respect de la
législation environnementale.
-
capacité technique des candidats :
expérience environnementale particulière ;
Système de Management Environnemental (SME).
Passation des marchés :
-
offre économiquement la plus avantageuse ;
-
prise en compte de tous les coûts engendrés par le produit durant l’ensemble de son cycle de vie.
Exécution du contrat :
Exemples de conditions particulières supplémentaires :
-
livraison/emballage en vrac plutôt que par unité distincte ;
-
récupération ou réutilisation des matériaux d'emballage et des produits usagés par le fournisseur ;
-
livraison des marchandises dans des conteneurs réutilisables ;
-
collecte, recyclage (reprise ou réutilisation), par le fournisseur, des déchets produits pendant ou
après l'utilisation ou la consommation d'un produit.
•
En 2008
La Commission Européenne publie une nouvelle communication4, qui va inciter à faire évoluer les marchés
publics dans un sens plus écologique. Intitulée « des marchés publics pour un environnement meilleur », elle
donne naissance au concept des Marchés Publics Ecologiques (MPE).
Qu’est-ce qu’un Marché Public Ecologique ?
C’est un marché dont le processus d’achat a permis d’obtenir des biens, services ou travaux avec une
incidence environnementale moindre sur toute la durée de vie du marché, que dans le cadre d’un processus
de passation classique.
Tous les marchés sont concernés, quel que soit le seuil.
L’idée est de définir des spécifications techniques minimales, des critères de sélection et d’attribution (15 %
seraient significatifs), tout en se conformant à la législation européenne, dans le respect de la concurrence
au sein du marché européen.
MPE, mise en œuvre
10 secteurs prioritaires ont été déterminés, dont les équipements utilisés dans le secteur de la santé : des
critères communs et des méthodes de mesure ont déjà été définis, sauf pour le secteur précité.
Il existe 2 niveaux de critères :
o
Les critères essentiels
Ils sont axés sur la performance environnementale. Ils visent à réduire les coûts administratifs pour les
entreprises5.
4
COM(2008) 400 final
5
Grâce à une grille commune, pour des types de produits dans des secteurs définis comme prioritaires, avec des thèmes prédéfinis
auxquels les soumissionnaires pourront se préparer
7 o
Les critères complets
Ils prennent en compte un niveau supérieur de performance environnementale.
Les MPE ont une approche par le cycle de vie, c’est-à-dire les éléments qui affectent l’ensemble de la chaîne
d'approvisionnement :
-
utilisation des matières premières ;
-
méthodes de production ;
-
types d’emballages utilisés ;
-
respect de conditions de reprise…
La Commission Européenne proposait un objectif ambitieux : qu’à l’horizon 2010, « 50 % des procédures
soient d’adjudication écologiques », c’est-à-dire respectent les critères « essentiels ».
Selon la Commission Européenne, un des obstacles à la mise en place des MPE serait l’insécurité juridique
perçue sur certains points. Aussi des lignes directrices juridiques et opérationnelles devraient être proposées
par chaque état membre.
1.1.1.2.
Jurisprudence
Arrêt Beentjes, Cour de Justice des Communautés Européennes (CJCE) 20 septembre 1988 :
Les considérations sociales représentent une condition d’exécution du marché compatible avec la directive si
elle n’a pas d’incidence discriminatoire directe ou indirecte. Elle a été qualifiée de « condition particulière
supplémentaire »6.
Arrêt Concordia, CJCE 17 septembre 2002 :
Les considérations environnementales peuvent être des :
-
conditions d’exécution du marché :
si les principes fondamentaux du marché et les règles procédurales des marchés publics sont
respectés ;
-
critères d’attribution du marché :
si les principes fondamentaux du marché et les règles procédurales des marchés publics sont
respectés ;
s’ils sont utilisés pour déterminer l’offre économiquement la plus avantageuse7 pour le
pouvoir adjudicateur (donc en lien avec l’objet du marché).
Arrêt Wienstrom, CJCE 4 décembre 2003 :
Le choix des critères d’attribution et le taux de pondération8 sont libres.
1.1.2. En France
Le CMP 2001, le CMP offrait la possibilité d’intégrer des considérations environnementales à différentes
étapes de la consultation. Dans la version 2006, il s’agit d’une obligation, puisque toute absence doit faire
l’objet d’une justification9. Cette orientation de la réglementation française a été renforcée par les nouveaux
6
En France, la jurisprudence du Conseil d’Etat a rejeté le critère d’attribution à vocation sociale car jugé sans rapport avec l’objet du
marché ou avec ses conditions d’exécution (dans un marché de réhabilitation d’une décharge, critère de sélection relatif aux propositions
faites par les soumissionnaires en matière de création d’emplois, d’insertion et de formation). Ce critère a alors été qualifié de critère
additionnel (CE 25 juillet 2001, Commune de Gravelines)
7
Chaque critère pris individuellement n’a pas nécessairement à jouer ce rôle
8
S’il permet l’évaluation synthétique des critères retenus afin d’identifier l’offre économiquement la plus avantageuse
9
Cf. la réponse du Ministère des finances (11/01/2007) à la question de B. Piras (sénateur), dans le chapitre introduction de ce guide
8 cahiers des clauses administratives générales (CCAG), dans lesquels ont été introduits des articles à
caractère environnemental ou social.
1.1.2.1.
•
Le Code des Marchés Publics10
La détermination des besoins à satisfaire
L’article 5 précise clairement que la détermination des besoins à satisfaire doit prendre en compte des
objectifs de développement durable « avant tout appel à la concurrence ou toute négociation non précédée
d'un appel à la concurrence ».
•
Les spécifications techniques
Selon l’article 6, elles peuvent prendre la forme de performances ou exigences fonctionnelles, qui incluent
des caractéristiques environnementales.
•
Les conditions d’exécution du marché
En vertu de l’article 14, elles peuvent inclure des éléments à caractère social ou environnemental, s’il n’y a
pas d’effet discriminatoire. Elles doivent être indiquées dans l’avis d’appel public à la concurrence (AAPC) ou
le DCE.
•
L’attribution des marchés
Lorsqu’elle se fait selon des critères non discriminatoires, liés à l’objet du marché, en vertu de l’article 53, ces
critères peuvent prendre en compte :
-
des performances en matière de protection de l’environnement ;
-
des performances en matière d’insertion professionnelle des publics en difficulté ;
-
le coût global d’utilisation.
A noter : le CMP fait également référence au développement durable, que ce soit dans sa dimension sociale
et/ou environnementale aux articles 15, 43 et 45. Mais ceux-ci apparaissent peu adaptés aux spécificités des
marchés de produits de santé.
1.1.2.2.
CCAG - Fournitures Courantes et Services (FCS)
Le cahier des clauses administratives générales des marchés publics de fournitures courantes et de services11
a introduit un certain nombre d’articles orientés sur des considérations sociales et environnementales ou qui
peuvent s’y apparenter :
•
Protection de la main d’œuvre et conditions de travail – art. 6
Les obligations du titulaire sont :
-
respecter les lois et les règlements du pays où la main d’œuvre est employée et respecter les
dispositions des 8 conventions fondamentales de l’Organisation Internationale du Travail (OIT)12, si
elles ne sont pas intégrées dans les lois et règlements de ce pays ;
10
Pour rappel, l’acheteur public fixe ses conditions dans son DCE : le fournisseur ne peut pas opposer ses conditions générales de vente
- cf par exemple la fiche de synthèse sur les Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques (DEEE)
11
Arrêté du 19 janvier 2009 publié au JORF du 19 mars 2009
12
Se reporter à l’arrêté pour connaître la liste de ces conventions
9 -
pouvoir en justifier sur simple demande du pouvoir adjudicateur : en cours d'exécution du marché et
pendant la période de garantie des prestations. Les modalités d'application de ces textes sont
prévues par le Cahier des Clauses Administratives Particulières (CCAP)13 ;
-
la responsabilité du respect de ces obligations par ses sous-traitants.
•
Protection de l’environnement – art. 7
-
Le respect des prescriptions législatives et réglementaires en vigueur en matière d'environnement, de
sécurité et de santé des personnes, et de préservation du voisinage lors des prestations effectuées
par le titulaire ;
-
La justification du respect de ces prescriptions sur simple demande du pouvoir adjudicateur : en
cours d'exécution du marché et pendant la période de garantie des prestations.
A noter : pour ces 2 articles, si la législation évolue en cours d’exécution du marché, le pouvoir
adjudicateur peut demander des modifications en conséquence, qui feront l’objet d’un avenant.
•
Livraison – art. 20
-
Un sursis peut être accordé au titulaire, s’il justifie de mesures et précautions particulières pour
réduire les impacts environnementaux liés aux transports et aux modalités de livraison.
•
Résiliation pour faute du titulaire – art. 32
-
Le titulaire contrevient aux obligations légales ou réglementaires relatives au travail ou à la
protection de l'environnement.
•
Stockage, emballage et transport – art. 19
-
Les emballages restent la propriété du titulaire14.
1.1.2.3.
Les recommandations de la Commission des Marchés Publics de l'État
15
Les modalités d’intégration des préoccupations environnementales doivent tenir compte des conditions de
concurrence et du niveau d’exigence souhaitée par l’acheteur public :
-
si la concurrence est importante, l’intégration de ces préoccupations peut se faire dans les
spécifications techniques16 ;
-
si la concurrence est faible, il est préférable de les intégrer dans les critères de jugement des
offres17.
De même, l’acheteur public peut traduire dans un critère de jugement des offres sa volonté d’obtenir un
niveau de performance environnementale.
13
Dans son rapport d’activité 2009, la commission des marchés publics de l'État conseille de décrire avec précision dans les CCAP les
documents à fournir par le titulaire pour justifier du respect de ces conventions
14
Selon la direction des affaires juridiques du ministère des finances, cet article vise tous les types d’emballage. Il est possible, dans le
CCAP, de spécifier les emballages dont le titulaire du marché restera propriétaire de ceux qui seront laissés au pouvoir adjudicateur
15
Commission des marchés publics de l'État (CMPE), devenu Commission consultative des marchés publics (CCMP)
16
La spécification a un caractère obligatoire, son non respect entraîne le rejet de l’offre - voir chapitre 3
17
Le critère de jugement permet d’évaluer l’offre, il ne peut pas entraîner de rejet de l’offre - voir chapitre 3
10 1.1.3. Conclusion : ce qu’il faut retenir
Depuis 2001, le développement durable occupe une place de plus en plus importante dans les
règlementations européennes et nationales des marchés publics, cependant l’introduction du développement
durable dans les marchés publics ne doit pas entraver les règles incontournables suivantes :
le respect des principes fondamentaux du droit communautaire ;
le respect des règles des marchés publics.18
Les considérations sociales et/ou environnementales doivent donc toujours avoir un lien avec
l’objet du marché et ne pas être discriminatoires.
1.2 Le développement durable dans la certification des Etablissements
Publics de Santé
Le manuel de certification V201019 comporte un critère spécifique (1 b) relatif à « l’engagement dans le
développement durable ». L’objectif est de promouvoir le développement durable dans la stratégie des
établissements de santé et d’intégrer les enjeux liés au développement durable dans :
-
les valeurs, missions et activités d’un établissement de santé ;
-
la démarche d’amélioration continue de la qualité ;
-
la gestion des risques élargie aux risques environnementaux.
Ce thème se retrouve dans plusieurs autres critères du manuel de certification HAS V2010, de façon explicite
(6f) ou implicite (7a, b, c, e), en lien avec l’achat public de produits de santé20 :
6 f – Achats éco-responsables et approvisionnements : l’objectif est de favoriser l’utilisation des produits
ayant un impact moindre sur l’environnement et d’intégrer des clauses sociales et environnementales dans
les cahiers des charges. Le principe de l’achat éco-responsable est à décliner dans la politique d’achat et à
mettre en œuvre dans la démarche d’achat.
7 a – Gestion de l’eau : outre l’évaluation des risques, l’objectif est d’engager les établissements dans une
démarche d’économie d’eau et de maîtrise des effluents.
7 b – Gestion de l’air : outre la recherche de la qualité de l’air, l’objectif est de prévenir et maîtriser les
sources de pollution.
7 c – Gestion de l’énergie : l’objectif est de mieux utiliser l’énergie consommée, mais également de participer
au développement durable en respectant l’environnement.
7 e – Gestion des déchets : l’objectif est, notamment, d’optimiser le dispositif de gestion des déchets en
intégrant l’enjeu environnemental.
Même si, pour l’heure, aucun de ces critères ne constitue une Pratique Exigible Prioritaire (PEP), le nombre
de critères concernés par le développement durable confirme l’engagement attendu des établissements dans
ce domaine.
18
Consulter le guide de l’achat public « produits de santé en établissement hospitalier »
19
De la Haute Autorité en Santé (HAS)
20
Le développement durable est présent dans d’autres critères du manuel, mais qui peuvent ne pas être liés à l’achat public de produits
de santé (exemple : 7d)
11 CHAPITRE 2
Les normes
2.1.
Principes généraux
Selon la définition du guide 2 de l’International Standardization Organisation / International Electro-technical
Commission (ISO/IEC) (2004), une norme est un « document, établi par consensus et approuvé par un
organisme reconnu, qui fournit, pour des usages communs et répétés, des règles, des lignes directrices ou
des caractéristiques, pour des activités ou leurs résultats, garantissant un niveau d'ordre optimal dans un
contexte donné ».
La norme est donc un document de référence, qui permet de définir un langage commun.
En France, l’Association Française de NORmalisation (AFNOR) « oriente et coordonne l'élaboration des
normes nationales et la participation à l'élaboration des normes européennes et internationales »21.
2.2.
L’application des normes
La norme est en principe d’application volontaire, mais elle peut être rendue obligatoire par une
réglementation.
Le domaine d’application d’une norme peut porter sur un processus (un organisme dans sa totalité, ou
seulement un secteur d’activité de cet organisme) ou un produit.
2.3.
La conformité aux normes
Il existe 2 possibilités :
-
l’auto-déclaration : le soumissionnaire s’engage à respecter le référentiel de normalisation ;
-
la certification : le soumissionnaire a opté pour un contrôle par un organisme tiers (exemple :
organisme de certification), qui lui délivre un certificat de conformité.
Exemple : application dans l’entreprise d’un système de management environnemental basé sur l’ISO
14001, il peut s’agir d’une auto-déclaration (dans ce cas l’entreprise apportera les éléments nécessaires
démontrant sa conformité au référentiel) ou il peut s‘agir d’une certification par un organisme tiers (dans
ce cas l’entreprise produira un certificat).
21
Décret n° 2009-697 du 16 juin 2009 relatif à la normalisation
12 2.4.
Certification22 : ce qu’il faut vérifier impérativement
Lorsqu’un certificat est fourni comme preuve :
-
la période de validité couvre-t-elle a minima la période de la procédure de consultation ?
-
l’objet du certificat s’applique-t-il à l’objet du marché ?
-
le lieu de l’organisme (entreprise) certifié, est-il bien le lieu de fabrication des produits faisant l’objet
de la consultation ?
A noter : si le soumissionnaire présente une auto-déclaration, les mêmes points sont à vérifier.
Attention : les normes ISO 9001 et 13485 ne certifient pas à ce jour une démarche environnementale ou de
développement durable.
Pour plus d’informations, consulter les fiches de synthèse « Normes concernant le DD »
22
ou équivalent
13 B – Ce qu’il est possible de faire
CHAPITRE 3
Intégration du développement durable en pratique
3.1 Définition de la stratégie de développement durable
L’intégration d’éléments afférents au développement durable dans les marchés publics de produits de santé :
-
suppose une réflexion préalable pour s’assurer que la demande entre bien dans le champ
requis,
-
va permettre d’obtenir les réponses aux questions posées,
-
ne doit pas créer de distorsion de concurrence.
Cette réflexion trouve sa place dans les points suivants, sur lesquels il convient de s’interroger avant la mise
en place de toute procédure d’achat.
3.1.1 La politique de l’établissement
Etat des lieux des pratiques de l’établissement :
Il est nécessaire de s’interroger sur les pratiques en matière de logistique et de traitement de fin de
vie des produits (élimination, valorisation, réemploi…) pour s’assurer de ce qu’il est possible de
demander (questionnaire), voire d’exiger (spécifications), et éventuellement réfléchir à ce qui peut
être amélioré en synergie avec les parties prenantes (utilisateurs et candidats potentiels).
Vérifier la cohérence des demandes faites au titre du développement durable avec la politique
d’achats responsables de l’établissement et les objectifs en la matière.
Les objectifs fixés par l’établissement peuvent orienter les choix lors de la détermination des
besoins : réduction des emballages carton, retrait des produits contenant certaines substances
(exemple : phtalates)…
3.1.2 Les besoins
La prise en compte d’objectifs de développement durable au moment de la détermination des
besoins à satisfaire doit se faire « avant tout appel à la concurrence ou toute négociation non
précédée d’un appel à la concurrence », selon l’article 5 du CMP (voir le chapitre 1 de ce guide sur
les dispositions générales).
Concertation acheteur / professionnel utilisateur du domaine :
Lorsque cela est possible, il est préférable d’avoir l’avis des utilisateurs afin de poser des questions
adaptées.
Exemple : pour un produit qui doit être éliminé par la filière des déchets d’activités de soins à risque
infectieux (DASRI), il n’est pas utile de demander s’il est recyclable.
14 Prospection de l’offre industrielle par rapport aux attentes développement durable (DD) :
Que ce soit pour des spécifications ou des critères, il faut veiller à ce que la demande soit disponible
ou réalisable par les futurs soumissionnaires, pour éviter que les exigences de développement
durable ne soient discriminatoires et/ou entraînent un nombre limité de réponses.
Si l’établissement a choisi d’intégrer un questionnaire dans son DCE, il convient de l’adapter à
chaque procédure en fonction des produits concernés.
-
Pour les Appels d’Offres (AO) : Il peut s’avérer nécessaire de rencontrer les candidats
potentiels pour juger de leur maturité dans ce domaine.
-
Marchés Négociés (MN) ou Marchés à Procédure Adaptée (MAPA) : le questionnaire peut être
un point d’entrée pour des discussions avec les soumissionnaires, notamment concernant le
conditionnement et l’approvisionnement.
Par exemple : tarifs incitatifs selon la fréquence de livraison.
-
Marché négocié sans mise en concurrence (MNSC) : le questionnaire peut être joint à titre
informatif. Ce sera une opportunité pour le fournisseur de mettre en évidence ses actions à
ce titre ou de discuter d’axes d’amélioration.
3.1.3 Définitions des critères et spécifications
Vérifier si les spécifications techniques ou critères d’attribution environnementaux sont pertinents,
quantifiables et liés à l’objet du marché.
Comme pour les autres critères, celui du développement durable doit apparaître dans l’avis de
marché distinctement si c’est un critère à part entière. Cependant il n’est pas obligatoire de détailler
les sous-critères de notation.
En revanche, si le développement durable est un sous-critère d’un critère plus général, il est
préférable de le citer, ceci afin d’attirer l’attention des soumissionnaires et de faire connaître la
volonté de l’établissement de mettre en avant cette dimension dans ses procédures.
Concernant les preuves ou les déclarations attendues, il faut être le plus précis possible (sans être
discriminatoire), surtout dans le cadre d’un questionnaire, sinon la comparaison ou la notation peut
s’avérer difficile.
3.2 Critères ou spécifications, quels choix ?
Le pouvoir adjudicateur doit s’interroger en premier lieu sur ce qui peut relever de « spécifications
techniques » ou de « critères de choix ».
Ainsi s’agissant de la composition des produits, cela peut relever de spécifications. Si on prend le cas des
phtalates, l’établissement, après avoir vérifié que plusieurs fournisseurs disposent de produits sans phtalates,
peut définir un lot sans phtalates. Si l’offre industrielle n’est pas suffisamment certaine, il peut opter pour
une variante « sans phtalates ».
15 3.2.1 Spécifications obligatoires
La spécification est une exigence de base du cahier des charges et ne fait normalement pas l’objet
d’une notation. Son non respect entraîne le rejet de l’offre du candidat. Il faut donc veiller à
n’exprimer en spécification que des demandes :
soit correspondant à une obligation réglementaire opposable à tout candidat ;
soit répondant à un besoin impératif de l’acheteur, dans ce cas il faut s’assurer que les candidats
potentiels sont en mesure de satisfaire cette spécification afin de ne pas fausser la mise en
concurrence. Il est bien sûr possible de demander une spécification à laquelle ne peuvent pas
répondre tous les candidats si on a décidé d’avoir un niveau d’exigence élevé sur ce point, mais dans
ce cas les risques inhérents sont de fausser la concurrence (si un seul candidat sait répondre à cette
exigence) et d’écarter des offres potentiellement intéressantes sur d’autres critères. Il appartient
donc à l’acheteur de vérifier que son niveau d’exigence est cohérent avec l’offre industrielle et avec
les règles de l’achat public.
A titre d’exemple, on peut exiger que les parties plastiques d’un matériel soient recyclables au minimum à
60%. Le candidat en apportera la preuve par la fourniture d’un certificat du fabricant des matières
plastiques. L’offre d’un candidat qui ne sera pas en mesure d’apporter cette preuve sera irrégulière et donc
rejetée.
A titre d’exemple de spécification à caractère règlementaire, il peut être exigé que le fournisseur s’engage à
vérifier auprès de ses sous-traitants les éléments figurant dans le CCAG :
Article 6 Protection de la main-d'œuvre et conditions de travail.
6.4. Le titulaire avise ses sous-traitants que les obligations énoncées au présent article leur sont
applicables et reste responsable du respect de celles-ci.
Article 7 Protection de l'environnement : aucune mention du sous-traitant ne figure dans cet article,
mais rien n’empêche de le demander.
D’autres exemples de spécifications sont indiqués dans les fiches de synthèse, lorsqu’il a été possible d’en
introduire pour les produits de santé.
3.2.2 Critères d’évaluation
Les critères non discriminatoires et liés à l’objet du marché servent à noter l’offre des candidats et à établir
un classement des offres. Ils n’ont donc pas le caractère éliminatoire de la spécification, lorsque celle-ci n’est
pas satisfaite. Il est donc possible d’exprimer dans le questionnaire :
des demandes auxquelles la non réponse ne signifiera pas pour autant que l’offre n’est pas conforme
aux besoins de l’acheteur ;
des demandes permettant d’évaluer et comparer les offres, ce qui sous-entend que l’acheteur sera
en mesure d’évaluer les réponses des candidats sur ces critères.
A ce titre, il est possible de noter dans un critère la réponse à une demande faite en spécification. Ainsi on
pourra discriminer les offres reçues et conformes aux spécifications. Dans le cas cité précédemment, tout
candidat qui fournirait un certificat prouvant que le taux de recyclabilité est supérieur à 60% pourrait se voir
attribuer des points supplémentaires.
16 Attention, toutes ces demandes doivent cependant rester en lien avec l’objet du marché, il faut donc veiller à
ne pas poser de questions dont le rapport avec l’objet du marché serait difficile à démontrer.
L’évaluation d’une fonctionnalité dans le cadre du critère développement durable n’exclut pas son évaluation
dans un autre critère s’il s’avère que l’on ne note pas deux fois le même aspect de cette fonctionnalité.
Exemple : la consommation d’un équipement peut être notée à la fois dans le critère développement durable,
au titre de l’économie d’énergie, et dans le critère technique, au titre de contraintes d’installations moindres,
voire dans le critère financier s’il y a un impact sur le coût de fonctionnement ou sur le coût des travaux
préalables. Autre exemple : le volume de consommables liés au fonctionnement d’un équipement sera évalué
dans le critère développement durable au titre du volume et de la fréquence des livraisons, et dans le critère
financier pour les coûts de fonctionnement.
Enfin, le critère de choix ne peut être lié à l’origine ou à l’implantation géographique (préférence locale) des
soumissionnaires. A ce sujet, voir la réponse faite en juillet 2010 à la question parlementaire n° 77003 posée
par Mme la député Zimmermann. Le Ministre du budget lui rappelle la jurisprudence en la matière.
17 CHAPITRE 4
Suggestions de questionnaires type
4.1 Précisions pour une bonne utilisation des questionnaires
Deux questionnaires communs, sur les thèmes de l’emballage et de la livraison, ont été élaborés pour
pouvoir en principe être intégrés dans tous les types de consultation.
Des questionnaires spécifiques ont été réalisés en fonction des différents types de produits de santé.
Seul le questionnaire sur les médicaments a été traité à part, en raison des contraintes réglementaires
fortes : il intègre à la fois les questions spécifiques à ce secteur et les questions sur les emballages et la
livraison.
Recommandations :
Quel que soit le questionnaire utilisé, il est nécessaire de vérifier que chaque question
correspond aux besoins de l’acheteur et aux produits qui font l’objet de la consultation.
De plus une réflexion doit être menée sur la pertinence des questions en fonction de l’allotissement :
l’hétérogénéité des types de produits dans une consultation peut rendre la tâche complexe tant pour
répondre que pour noter.
Il faut également penser à :
-
donner les définitions (notamment des emballages) ;
-
intégrer le type d’exigence en matière de preuves et les modalités de leur présentation.
4.1.1 Questions et qualité des réponses
La qualité des réponses et la capacité à donner une notation cohérente et reproductible est étroitement
corrélée à la qualité des questions et à leur précision.
Plus les questions sont spécifiques et inhabituelles plus le fournisseur aura des difficultés à apporter des
réponses précises dans les délais impartis. En effet, il peut être dans ce cas nécessaire de solliciter le
fabricant qui peut ne pas disposer lui-même des réponses. Aussi, il sera préférable dans la mesure du
possible d’adopter des questionnaires simples et pertinents.
4.1.2 Notation
A l’instar des autres critères, la pondération du critère de développement durable est à déterminer par
l’acheteur en fonction de la stratégie de son établissement et des produits qui font l’objet de la consultation.
Actuellement la pratique pour les achats de produits de santé est de pondérer le critère de développement
durable entre 2 et 10%, et plus exceptionnellement à 15%.
D’autre part, il est possible de valoriser les dossiers de bonne qualité, mais cela doit être noté au même titre
que les autres questions, et être clairement indiqué dans le questionnaire.
L’évaluation, comme pour un questionnaire technique, peut en partie se faire sur du déclaratif, à condition
que cela reste vérifiable et contrôlable à tout moment.
18 4.1.3 Définitions
Fabricant : (Article R5211-4 du code de la santé publique)
« la personne physique ou morale responsable de la conception, de la fabrication, du conditionnement et de
l'étiquetage d'un dispositif médical en vue de sa mise sur le marché en son nom propre, que ces opérations
soient effectuées par cette personne ou pour son compte par une autre personne (sous-traitant) ; les
obligations qui s'imposent au fabricant en vertu du présent titre s'imposent également à la personne
physique ou morale qui assemble, conditionne, traite, remet à neuf ou étiquette des dispositifs médicaux, ou
assigne à des produits préfabriqués la destination de dispositifs médicaux, en vue de les mettre sur le
marché en son nom propre. Elles ne s'appliquent pas à la personne qui, sans être fabricant, assemble ou
adapte pour un patient déterminé, conformément à leur destination, des dispositifs déjà mis sur le marché ».
Distributeur : (Article R5211-4 du code de la santé publique)
« toute personne physique ou morale se livrant au stockage de dispositifs médicaux et à leur distribution ou
à leur exportation, à l'exclusion de la vente au public ».
Le terme fournisseur sera préféré dans le cadre d’un appel d’offres. Il peut se substituer à la notion à la
fois de fabricant ou de distributeur, cela permet d’identifier simplement la personne qui répond à la
consultation.
Le terme à utiliser pour le médicament sera celui d’exploitant.
Marque et Gamme :
Les demandes faites dans le cadre d’un appel d’offres portent sur la référence produit (code produit).
Il pourra être utile de proposer aux fournisseurs de répondre sur les critères et spécifications de
développement durable une seule fois pour un même lot si les réponses sont communes pour une gamme
(désignation utilisée pour regrouper un ensemble de produit homogène) ou pour une marque (il peut s’agir
du nom de marque du produit ou de la gamme).
19 4.2 Questionnaires communs
Question
EMBALLAGES
Avez-vous défini une politique de réduction / d'amélioration des
emballages primaires23 ?
Type de réponse attendue
Preuve à demander
Oui/Non certificat ou descriptif
Avez-vous défini une politique de réduction / d'amélioration des
emballages secondaires23?
Oui/Non certificat ou descriptif
Des matériaux recyclés ou labellisés FSC ou PEFC (ou équivalent)
entrent-ils dans la composition des emballages secondaires23 ?
Des matériaux recyclables entrent-ils dans la composition des
emballages secondaires23 ?
Oui/Non certificat ou descriptif
Oui/Non certificat ou descriptif
Utilisez-vous des produits de calage dans vos emballages
secondaires23 ?
Si c'est le cas, quelle en est la composition ? Précisez s'il s'agit de
matériaux recyclés ou labellisés FSC ou PEFC (ou équivalent) ou
recyclables.
LIVRAISON24
Avez-vous mis en oeuvre une politique d'optimisation des livraisons et du
transport des produits proposés du lieu de production jusqu'à la livraison
finale (type de transport utilisé, véhicules à faibles émissions de CO2,
définition d'exigences environnementales auprès de vos prestataires…) ?
Avez-vous défini une politique de réduction / d'amélioration des
conditionnements de transport ?
Oui/Non
certificat ou descriptif
Oui/Non descriptif, contrats avec
prestataires, etc.
Oui/Non certificat ou descriptif
Des matériaux recyclés ou labellisés FSC ou PEFC (ou équivalent)
entrent-ils dans la composition des conditionnements de transport ?
Des matériaux recyclables entrent-ils dans la composition des
conditionnements de transport ?
Oui/Non certificat ou descriptif
Oui/Non certificat ou descriptif
Conseils pratiques, informations… consulter les fiches de synthèse sur ces thèmes.
23
Penser à définir ces termes dans le questionnaire
24
Ces questions peuvent êtres posées lorsque la livraison fait partie de l’objet du marché
20 4.3 Questionnaire équipements
Ces questionnaires sont à utiliser également pour les équipements des DM et des DMDIV
Question
Conception/Production
Le fabricant des produits proposés a-t-il mis en place un
Système de Management de l'Environnement (SME) ?
Les sous-traitants éventuels du fabricant des produits
proposés ont-ils mis en place un Système de
Management de l'Environnement (SME) ?
Le fabricant des produits proposés a-t-il mis en place un
système de gestion de la santé et de la sécurité au
travail ?
Les sous-traitants éventuels du fabricant des produits
proposés ont-ils mis en place un système de Gestion de
la santé et de la sécurité au travail ?
QUESTIONS DE BASE
Type de réponse attendue
Preuve à demander
Oui/Non
Oui/Non + préciser quels soustraitants pour quelles prestations
Attestation, certification norme Peut-être mis en option
OHSAS 18001 ou équivalente
Oui/Non
Attestation, certification norme Peut-être mis en option
OHSAS 18001 ou équivalente
Documents techniques
Oui (décrire)/Non
Programme de la formation,
extraits du manuel d'utilisation
Existence d'un passeport de fin de
vie ou d'un document équivalent
Passeport de fin de vie ou
document précisant la nature et
la proportion des substances,
préparations et composants
contenus dans l'équipement et
concernés par la réglementation
sur les DEEE
Attestation, certification norme Si le fournisseur n'est pas le fabricant, il doit
ISO 14001 ou équivalente
obtenir cette information auprès de ce dernier.
Attestation, certification norme Vérifier la date de validité et le périmètre de la
certification
ISO 14001 ou équivalente
Oui/Non
Vie du produit/Utilisation
Consommation électrique en fonctionnement
La formation des utilisateurs et le mode d'emploi
contiennent-ils une sensibilisation à la protection de
l'environnement dans l'utilisation de l'équipement ?
Elimination
Dans le cadre de la gestion des Déchets des
Equipements Electriques et Electroniques (DEEE)
préciser les informations disponibles pour permettre le
traitement de l'équipement proposé
21 Commentaires
Selon l'objet de la consultation, il est possible
de demander d'autres consommations (eau,
fluides, etc.)
Cette question n'est à poser que dans le cas
où l'acheteur souhaite que la responsabilité de
l'élimination de l'équipement concerné lui soit
transférée par le fournisseur. Dans le cas
contraire, ces documents ne sont pas
nécessaires
à
l'acheteur.
Voir fiche de synthèse DEEE
Autres actions concernant les produits proposés
Décrire les avantages supplémentaires en matière de
développement durable des produits proposés, et qui
ne figureraient pas dans les réponses apportées aux
autres questions sur ce thème
Question
Conception/Production
Des matériaux ou matériels recyclés ou réutilisés
entrent-ils dans la composition du produit proposé ? Si
oui, préciser lesquels et dans quelle proportion par
rapport au produit final
Préciser en quoi les produits / nouveaux produits
bénéficient d'une éco-conception ?
Descriptif
Question ouverte permettant d'attribuer des
points supplémentaires si l'offre présente
d'autres
avantages
en
termes
de
développement durable
Type de réponse attendue
Déclaration du candidat et/ou du
fabricant des composants et/ou d’un
organisme indépendant
QUESTIONS EN OPTIONS
Commentaires
Si cette question n'est pas posée dans le
questionnaire, la fourniture par le candidat de
telles informations entrera dans le cadre de la
question concernant les "Autres actions
concernant les produits proposés"
Descriptif
Vie du produit/Utilisation
Consommation électrique en mode veille
Documents techniques
L'équipement dispose-t-il d'un système automatique de
mise en veille ?
Valeur sonore maximale mesurée à 1 mètre
Oui/Non
Documents techniques
Db
Maintenance
Fréquence des maintenances préventives réalisées sur
site
Périodicité ou nombre par an
Preuve à demander
22 A limiter aux équipements sur lesquels ces
données peuvent présenter un intérêt.
Selon l'objet de la consultation, il est possible
de demander d'autres consommations (eau,
fluides, etc.)
A limiter aux équipements sur lesquels cette
donnée peut représenter un avantage
fiche technique
Si la question n'est pas posée dans le
questionnaire technique et n'est pas contraire
à la réglementation applicable
Protocoles
On considère qu'un nombre moins important
de déplacements sur site d'un technicien
minimisera
les
conséquences
environnementales de ces déplacements
Existence de télémaintenance
- préventive
- curative
Oui/Non
Préciser
Avez-vous mis en place une protection des travailleurs
dans le cadre des risques infectieux lors de la
maintenance ?
Oui/Non
Descriptif
Oui/Non
Document de preuve
Elimination
L'équipement proposé utilise-t-il des piles ou
accumulateurs industriels ?
Si oui, préciser les modalités de collecte et d'élimination
mises en place
A limiter aux équipements susceptibles d'en
bénéficier
Pas de question concernant les piles et
accumulateurs portables puisque l'adhésion
du producteur à un éco-organisme est
réglementaire.
Il n'est en revanche pas prévu d'écoorganisme dans le cas des piles et
accumulateurs
industriels,
d'où
une
possibilité de réponses différentes.
Conseils pratiques, informations… consulter les fiches de synthèse sur les thèmes des DEEE, des piles et accumulateurs et de la maintenance.
23 4.4 Questionnaire dispositifs médicaux et dispositifs médicaux in vitro
Question
Conception/Production
Le fabricant des produits proposés a-t-il mis en place un
Système de Management de l'Environnement (SME) ?
QUESTIONS DE BASE
Type de réponse attendue
Preuve à demander
Commentaires
Attestation, certification norme Si le fournisseur n'est pas le fabricant, il doit
ISO 14001 ou équivalente
obtenir cette information auprès de ce
Les sous-traitants éventuels du fabricant des produits
Oui/Non + préciser quels sous-traitants Attestation, certification norme dernier.
Vérifier la date de validité et le périmètre de
proposés ont-ils mis en place un Système de Management
pour quelles prestations
ISO 14001 ou équivalente
la certification
de l'Environnement (SME) ?
Le fabricant des produits proposés a-t-il mis en place un
système de gestion de la santé et de la sécurité au travail ?
Les sous-traitants éventuels du fabricant des produits
proposés ont-ils mis en place un système de Gestion de la
santé et de la sécurité au travail ?
Vie du produit/Utilisation
Des matériaux ou matériels recyclés ou réutilisés entrentils dans la composition du produit proposé ? Si oui,
préciser lesquels et dans quelle proportion par rapport au
produit final.
Le produit proposé est-il recyclable ?
La formation des utilisateurs et le mode d'emploi
contiennent-ils une sensibilisation à la protection de
l'environnement dans l'utilisation de l'équipement ?
Question
Elimination
Fournissez-vous des recommandations sur le traitement
en fin de vie des produits ?
Oui/Non
Oui/Non
Attestation, certification norme Peut-être mis en option
OHSAS 18001 ou équivalente
Attestation, certification norme Peut-être mis en option
OHSAS 18001 ou équivalente
Oui/Non
Déclaration du candidat et/ou du
fabricant des composants et/ou d’un
organisme indépendant
Non applicable aux médicaments et aux
DMDIV
Oui (décrire)/Non
Non applicable aux produits qui deviennent
des DASRI
Oui (décrire)/Non
Programme de la formation,
extraits du manuel d'utilisation
QUESTIONS EN OPTIONS
Type de réponse attendue
Preuve à demander
Oui (décrire)/Non
Conseils pratiques, informations… consulter les fiches de synthèse sur les thèmes des désinfectants et des phtalates.
24 Commentaires
A adapter selon les produits
4.5 Questionnaire médicaments
Question
CONCEPTION/PRODUCTION
L’exploitant des produits proposés a-t-il mis en place un
Système de Management de l'Environnement (SME)
Les sous-traitants éventuels de l’exploitant fabricant des
produits proposés ont-ils mis en place un Système de
Management de l'Environnement (SME)
L’exploitant des produits proposés a-t-il mis en place un
système de Gestion de la santé et de la sécurité au travail
Les sous-traitants éventuels de l’exploitant des produits
proposés ont-ils mis en place un système de Gestion de la
santé et de la sécurité au travail
EMBALLAGES
Des matériaux recyclés ou labellisés FSC ou PEFC (ou
équivalent) entrent-ils dans la composition des emballages
secondaires?
Des matériaux recyclables entrent-ils dans la composition
des emballages secondaires?
Question
ELIMINATION
Fournissez-vous des recommandations sur le traitement en
fin de vie des produits ?
LIVRAISON 24
Avez-vous mis en oeuvre une politique d'optimisation des
livraisons et du transport des produits proposés du lieu de
production jusqu'à la livraison finale (type de transport utilisé,
véhicules à faibles émissions de CO2, définition d'exigences
environnementales auprès de vos prestataires…) ?
Avez-vous défini une politique de réduction / d'amélioration
des conditionnements de transport ?
QUESTIONS DE BASE
Type de réponse attendue
Preuve à demander
Oui/Non
Oui/Non + préciser quels soustraitants pour quelles prestations
Oui/Non
Oui/Non
25 Attestation, certification norme Si le fournisseur n'est pas le fabricant, il
ISO 14001 ou équivalente
doit obtenir cette information auprès de ce
Attestation, certification norme dernier.
Vérifier la date de validité et le périmètre
ISO 14001 ou équivalente
de la certification
Attestation, certification norme Peut-être mis en option
OHSAS 18001 ou équivalente
Attestation, certification norme Peut-être mis en option
OHSAS 18001 ou équivalente
Oui/Non
certificat ou descriptif
Oui/Non
certificat ou descriptif
QUESTIONS EN OPTIONS
Type de réponse attendue
Preuve à demander
Commentaires
A adapter selon les produits
Oui (décrire)/Non
Oui/Non
Descriptif,
contrats
prestataires, etc.
Oui/Non
certificat ou descriptif
Commentaires
avec
C – Ce qu’il faut éviter de faire
CHAPITRE 5
Questions à écarter
5.1 Thèmes inappropriés
Les thèmes suivants sont considérés comme inappropriés pour les raisons suivantes :
-
La thématique carbone n’a pas de lien avec l’objet du marché.
-
L’analyse du cycle de vie (ACV) est trop complexe à évaluer.
-
Le bisphénol A : l’état des connaissances ne permet pas d’émettre des recommandations
concernant les produits de santé. En tout état de cause, ce thème est couvert par la
réglementation REACH, mais il n’y a pas de spécificité pour les produits de santé.
-
La réglementation REACH est d’ordre strictement règlementaire.
-
La directive RoHS n’est pas applicable pour les produits de santé actuellement.
-
Les DASRI font l’objet de traitements spécifiques.
5.1.1 Carbone
•
Bilan Carbone
Le bilan des émissions de gaz à effet de serre est une obligation du code de l’environnement25 faite à
certaines personnes de droit privé et de droit public (en fonction de la taille de la structure notamment).
Il doit être réalisé pour le 31 décembre 2012.
Le bilan Carbone® est une marque déposée par l’ADEME. Il s’agit d’une méthode pour quantifier les
émissions de gaz à effet de serre (GES). Pour se faire, l’ADEME a développé des outils pour permettre
aux organismes publics et privés de réaliser leur évaluation des émissions directes ou induites par une
activité (économique ou non) ou un territoire.
Pour autant, un acheteur public qui réalise son bilan carbone ne peut exiger dans ses procédures de
consultations que le soumissionnaire ait réalisé le bilan carbone pour les fournitures inscrites dans le
marché. L’acheteur pourra le demander éventuellement à titre informatif, mais ne pourra pas s’en servir
comme critère de jugement de l’offre et encore moins l’intégrer dans une spécification.
•
Compensation Carbone
Comment la démarche de compensation carbone s’effectue-t-elle ?
Les émissions de CO2 non substituables peuvent être compensées de deux façons :
-
l’achat de « crédits carbones » à un tiers ;
-
le financement d’un projet minimisant la quantité de CO2 émise ou un projet de séquestration du
carbone en un autre lieu.
25
Articles L.229-25 et 26
26 En pratique, la deuxième solution est largement préférée.
Concrètement, elle consiste à financer un projet de réduction des émissions de gaz à effet de serre qui
permettra de réduire, dans un autre lieu, un même volume de gaz à effet de serre. Les projets de
compensation carbone ont surtout lieu dans les pays en développement. Ils concernent l’efficacité
énergétique (distribution d’ampoules basses consommation), les énergies renouvelables (fours solaires,
parcs éoliens, barrages électriques) ou la sobriété énergétique (réduction des besoins).
D’autres projets consistent à la séquestration du carbone par la reforestation. En effet, les végétaux
absorbent du carbone dans leur phase de croissance et en stockent tant qu’ils ne sont ni décomposés, ni
brûlés. Ainsi, en augmentant la quantité d’arbres, on diminue la quantité de carbone dans l’atmosphère
pendant la durée de vie des arbres.
La démarche de compensation carbone présente-t-elle des limites ?
La compensation carbone permet généralement de limiter les émissions de CO2 ailleurs que dans le pays
d’origine des émissions et incite un acteur économique à développer un projet permettant d'économiser
une quantité de CO2.
Cependant, cette opération, de nature économique, comporte des risques :
-
que le projet ne génère pas les réductions d'émissions attendues ;
-
que la même tonne de CO2 puisse être vendue à plusieurs acteurs ;
-
que le prix auquel le crédit est vendu ne corresponde pas à un prix de marché.
Ainsi est-il préférable de faire appel à des opérateurs certifiés et disposant de chartes éthiques pour
s’assurer du bon déroulement de la démarche mise en œuvre.
La compensation n’est pas une substitution
La compensation carbone n’est pas un « droit » de polluer mais un contre-balancement d’émissions
difficilement évitables par le principe de « neutralité géographique », issu du Protocole de Kyoto, afin de
réduire notre empreinte écologique.
La compensation est aujourd’hui controversée car certains craignent qu’elle ne remplace les efforts pour
réduire les émissions. En effet, l’ADEME souligne que la compensation n'a de sens qu'après avoir mesuré
ses émissions et mis en œuvre un plan d'actions visant à la limiter à la source.
5.1.2 Analyse du cycle de vie (ACV)
Selon la définition de l’ADEME, l’ACV permet de quantifier les impacts environnementaux d’un produit
(bien, service ou procédé) depuis l’extraction des matières premières qui le composent jusqu’à son
élimination en fin de vie en passant par les phases de distribution et d’utilisation.
Les impacts environnementaux couramment retenus sont l’effet de serre, l’acidification, l’épuisement des
ressources naturelles, l’eutrophisation…
Toutefois la complexité des phénomènes en jeu et de leurs interactions est source d’incertitude sur la
valeur réelle des impacts sur l’environnement.
Certains logiciels permettent d'effectuer des ACV, mais ils doivent explicitement être en conformité à la
série des normes ISO 14040 décrivant la méthodologie et la déontologie que doivent suivre les études
ACV.
De plus, dans le cadre d’une consultation portant sur un bien précis, et dans la mesure où l’évaluation
doit toujours rester liée à l’objet du marché, il paraît difficile pour un candidat de fournir une analyse du
cycle de vie d’un bien particulier. La vérification des données fournies par le candidat semblant
27 extrêmement difficile, l’analyse du cycle de vie d’un dispositif est à ce titre un sous critère
inapproprié du critère développement durable.
5.1.3 Bisphénol A
Le Bisphénol A, présent dans certains polycarbonates et dans les résines époxy, n’est ni une substance
de type CMR 1 ou 2 ni une substance de type Substance of Very High Concern (SVHC).
Les polycarbonates sont très utilisés pour leurs propriétés mécaniques : résistance, transparence,
absence de dégradation aux rayons gamma, pas de changement de couleur, compatibles avec de
nombreux désinfectants.
Les polycarbonates sont présents dans de très nombreux dispositifs médicaux.
Ils ne relarguent pas de bisphénol A (à part les résidus de polymérisation mais en très faible quantité),
sauf à température élevée.
La question du bisphénol A est inappropriée aux produits de santé.
5.1.4 REACH
Entré en vigueur en juin 2007, REACH est le règlement européen sur l’enregistrement, l’évaluation,
l’autorisation et la restriction des substances chimiques. Il oblige les entreprises qui fabriquent,
importent, mettent sur le marché ou utilisent des substances chimiques à évaluer les risques résultant de
leur utilisation et à prendre les mesures nécessaires pour gérer tout risque identifié. REACH est donc de
nature réglementaire.
5.1.5 RoHS
La directive européenne 2002/95/CE « Restriction of the use of certain Hazardous Substances in
electrical and electronic equipment », c'est-à-dire « restriction de l'utilisation de certaines substances
dangereuses dans les équipements électriques et électroniques » est une directive qui vise à limiter
l'utilisation
de
six
substances
dangereuses
(plomb,
mercure,
cadmium,
chrome
hexavalent,
polybromobiphényles (PBB) ou polybromodiphényléthers (PBDE)) dans les équipements électriques et
électroniques.
Cette directive a été transposée en droit français est applicable pour huit catégories de produits. Les
dispositifs médicaux sont actuellement exclus du champ d’application de ce texte.
5.1.6 DASRI 26
Les déchets d’activités de soins (DAS) suivent 3 filières distinctes, selon leur nature :
-
déchets d'activités de soins non dangereux assimilés aux déchets ménagers ;
-
déchets d'activités de soins à risques, qui peuvent être soient infectieux (DASRI), soient
radioactifs, soient chimiques et toxiques (DRCT) ;
-
pièces anatomiques.
Les déchets d'activités de soins sont les déchets issus des activités de diagnostic, de suivi et de
traitement préventif, curatif ou palliatif, dans les domaines de la médecine humaine et vétérinaire (article
R1335-1 du Code de la Santé Publique).
Les DASRI sont les déchets de soins à risques infectieux et assimilés.
26
Consulter le guide « Déchets d’activité de soins à risques 2009 » édité par le ministère de la santé et des sports
28 Le Code de la Santé Publique impose les modalités d’élimination des DASRI :
-
soit par incinération ;
-
soit par prétraitement par désinfection avant de rejoindre la filière des déchets non dangereux
assimilés à des déchets ménagers (hors compostage).
Il est donc inutile d’interroger les soumissionnaires sur la recyclabilité des consommables et
des contenants, si ces produits sont destinés à être éliminés dans la filière DASRI.
5.2 Considérations hors périmètre des produits de santé
5.2.1 Fiche de déclaration environnementale et sanitaire (FDES)
La fiche de déclaration environnementale et sanitaire est réservée au domaine de la construction. Un
bilan
environnemental
est
réalisé
selon
la
norme
NF
P01-010
Décembre
2004
« Qualité
environnementale des produits de construction - Déclaration environnementale et sanitaire des produits
de construction ».
Elle ne peut donc en aucun cas être présentée comme justificatif pour les produits de santé.
5.2.2 Etiquetage environnemental
La loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement dite loi « Grenelle II » fait
mention de l’étiquetage carbone à l’article 228.
•
Que nous dit la loi ?
A partir du 1er juillet 2011 et ce, sur une période minimale d’un an, une expérimentation sera menée
pour informer le consommateur sur le contenu en équivalent carbone des produits et de leur emballage
ainsi que sur la consommation de ressources naturelles et l’impact sur les milieux naturels imputables à
ces produits au cours de leur cycle de vie.
Un bilan de cette expérimentation sera transmis au Parlement qui évaluera sa généralisation éventuelle.
En cas de généralisation, un décret précisera le cadre de ce dispositif (dont notamment la nature de
l’information et les catégories de produits visés).
•
Qu’en est-il de l’étiquetage des produits de santé ?
A ce jour, les produits de santé ne sont pas concernés par l’étiquetage environnemental.
5.2.3 Logo Poubelle barrée
Conformément à l’article Article R543-177 du code de l’environnement, chaque équipement électrique et
électronique mis sur le marché après le 13 août 2005 doit être revêtu d'un marquage permettant
d'identifier son producteur et de déterminer qu'il a été mis sur le marché après cette date. Toutefois, la
présence du pictogramme poubelle barrée n’est pas obligatoire pour les DEEE professionnels.
29 D – Fiches de synthèse
1. Considérations sociales
•
Ce qui est obligatoire
Nouveauté du CCAG/FCS du 19/01/2009 : respect des 8 conventions fondamentales de l’OIT.
DC 6 : Déclaration relative à la lutte contre le travail dissimulé.
Elle est à compléter par le candidat auquel sera attribué le marché, que le soumissionnaire soit
établi en France, ou établi ou domicilié dans un État étranger et qui intervient en France.
•
Les difficultés
Caractéristiques des marchés et opérateurs économiques :
Marchés de fournitures et de services de haute technologie / technicité (nécessitent
globalement une haute qualification).
Opérateurs économiques soumissionnaires faisant partie de groupes internationaux.
En majorité, les sites de production sont localisés en dehors du territoire français.
Conséquences :
Marchés adaptés / droit de préférence (art. 53).
Les entreprises adaptées ou les ESAT27 travaillent rarement pour notre secteur d’activité, ou
pour un sous-traitant des opérateurs économiques, tout comme les structures citées dans le
droit de préférence. De plus elles sont spécifiques au territoire national. Elles concernent
donc plus les marchés de services.
Interdictions de soumissionner.
Les spécificités des marchés de produits de santé (marchés de fournitures avec fabrication
hors du territoire national) rendent compliquée l’intégration de clauses sociales en faveur
des publics en difficulté (exemple : demander à un fabricant d’employer des travailleurs
handicapés, de respecter la loi sur l’égalité des chances, alors que son usine de production
est située en dehors du territoire européen).
Insertion professionnelle des publics en difficulté.
La clause d’insertion ne peut être exigible pour les marchés des produits de santé, compte
tenu des spécificités techniques et de la localisation des entreprises.
Cependant plusieurs possibilités d’intégration sont à étudier :
Clause d’exécution : rappel de la possibilité de vérification offerte par le CCAG.
Norme OHSAS/OHS ou équivalent28.
Point bonus aux opérateurs économiques qui ont des actions sociales (attention au lien avec les
produits faisant l’objet de la consultation et au principe d’égalité des soumissionnaires).
27
Etablissements et services d’aide par le travail
28
Voir fiche de synthèse « normes concernant le DD », chapitre 2.4
30 2. Normes concernant le DD
Les normes concernant le développement durable sont d’application volontaire. Elles ne font pas l’objet
d’une obligation règlementaire (cf chapitre 2). Il est donc préférable de les intégrer dans le questionnaire
pour s’en référer dans le critère de pondération. En effet, en faire une exigence dans les spécifications,
pourrait conduire à rejeter un nombre substantiel d’offres.
2.1
ISO 14001
L’ESSENTIEL
L’ISO 14001 est un Système de Management Environnemental (SME) qui fournit les outils pour mesurer et
améliorer l'impact environnemental d'une organisation. Cette norme partage avec l’ISO 9001 plusieurs
exigences dont l'amélioration continue, mais ces 2 systèmes diffèrent aussi dans leur approche et dans le
degré de prescription.
L'ISO 14001 est une norme internationale qui spécifie les exigences relatives à un SME permettant à tout
organisme de développer et de mettre en œuvre une politique et des objectifs, qui prennent en compte
l’ensemble des exigences (légales et autres) ainsi que les informations relatives aux aspects
environnementaux significatifs (que l'organisme a identifiés comme étant ceux qu'il a les moyens de
maîtriser). Elle n'instaure pas en elle-même de critères spécifiques de performance environnementale. Le
degré d'application dépend de divers facteurs, tels que la politique environnementale de l'organisme, la
nature de ses activités, produits et services, sa localisation et les conditions dans lesquelles il fonctionne.
La certification ISO 14001 permet de faire reconnaître les bonnes pratiques environnementales auprès de
toutes les parties intéressées : clients, investisseurs, assureurs, fournisseurs, riverains ou pouvoirs publics.
POUR ALLER PLUS LOIN
•
A qui s’adresse cette norme ?
Partout dans le monde, l'impact environnemental devient un enjeu de plus en plus important ; plusieurs
sources encouragent une réduction de cet impact, notamment : les gouvernements locaux et nationaux,
les autorités de réglementation, les associations de professionnels, les clients, les employés et les
partenaires.
Des pressions sociales émanent également du nombre croissant de partenaires, tels que les associations
de consommateurs, les organisations non gouvernementales (ONG) de défense de l'environnement et
des minorités, les milieux universitaires et le voisinage.
L'ISO 14001 concerne donc toute entreprise :
les petites entreprises comme les multinationales ;
les prestataires de services représentant un faible risque comme les entreprises à haut risque ;
les industries de la fabrication, de la transformation et des services, y compris les
gouvernements locaux ;
tous les secteurs industriels, privés ou publics ;
les fabricants manufacturiers et leurs fournisseurs.
•
Les bénéfices de la démarche
D'après le Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement : « 'la prise en main des
problèmes par les entreprises est un moteur essentiel des progrès nécessaires pour la protection de
31 l'environnement. Les pouvoirs publics souhaitent que les entreprises adoptent les instruments de
management environnemental comme elles le font pour le management de la qualité. ».
Une entreprise qui détermine sa politique en matière de protection de l'environnement est en effet un
partenaire préoccupé par les obligations environnementales, et qui contribuent fortement à la prévention
des pollutions et risques.
•
Les gains attendus par les entreprises
Cette démarche n'est pas sans conséquences à court terme pour l'entreprise. Mais les gains attendus ne
sont pas négligeable dès lors que la certification est obtenue à court, moyen ou long terme. Quels sontils ?
-
vecteur d'image, la certification ISO 14001 démontre leur engagement en tant qu'entreprises
citoyennes ;
-
outil de dialogue, le SME renforce la confiance de leurs partenaires (clients, donneurs d'ordre,
administrations, investisseurs, riverains, associations de protection de l'environnement,
assureurs…) ;
-
prévention, un possible retour sur investissement par une meilleure économie des
consommations et des rejets/déchets, une amélioration de l'image de l'entreprise, une
motivation particulière du personnel (souvent plus facile qu'avec l'assurance qualité) ;
-
outil de mobilisation des collaborateurs, il fédère le personnel autour d'un projet commun qui
permet l'amélioration direct de leur contexte professionnel (santé, sécurité…) ;
-
outil d'anticipation du volet environnemental du développement durable, il fait bénéficier
l’entreprise d'une longueur d'avance sur ses concurrents.
•
Démarche d'une certification ISO 14001
Elle est réalisée en plusieurs étapes sur une durée de temps plus ou moins longue selon le point de
départ de l'entreprise.
1- Analyse environnementale initiale du site
Il s'agit de réaliser un point sur les activités de l’entreprise, sur son implantation en terme de géologie,
de risques naturels (sismique, inondation...), de milieux environnants, de faire un inventaire des
réglementations applicables et des impacts des activités du site. Parmi ces impacts, il faut sélectionner
ceux que l'entreprise peut maîtriser et qui sont significatifs en termes de conséquences sur
l’environnement.
2- Définition d'une politique environnementale
C'est un document dans lequel la direction s’engage par écrit à se conformer aux réglementations et à
améliorer de façon continue les résultats environnementaux de l'entreprise. Il doit être distribué à
l'ensemble du personnel et accessible à toute personne qui en fait la demande.
3- Etablissement d'un plan d’actions
Ce plan d'actions est la traduction concrète de la volonté exprimée dans la politique environnementale. Il
indique notamment les objectifs précis avec les mesures envisagées pour les atteindre, un responsable
de l’action, un échéancier de mise en œuvre, les moyens humains et techniques prévus, le pourcentage
d’avancement de l’action et les budgets alloués.
4- Mise en place du système de management
Pour atteindre les objectifs fixés dans le programme, il faut mettre en place une organisation et des
structures qui assurent l'efficacité du système. Cela consiste, par exemple, à rédiger des procédures pour
définir les responsabilités en matière d'environnement, prévoir les actions de formation, suivre les
consommations en ressources, programmer des audits internes, ..., se faire certifier.
32 Autrement dit, cela nécessite d’identifier tous les aspects de l’activité qui influent sur l'environnement et
de comprendre la législation relative aux activités de l’entreprise. L'étape suivante consiste à définir des
objectifs d'amélioration, ainsi qu'un programme de gestion, ponctué d'inspections contribuant à une
amélioration continue. Le système est ensuite audité périodiquement et, s'il s'avère conforme,
l’entreprise ou le site est certifié selon l'ISO 14001.
A partir d’analyses environnementales des différentes activités de l’entreprise, il faut identifier les aspects
environnementaux significatifs (déchets, eau, énergie, réglementation...).
Le plan de management environnemental (PME) reprend les conclusions de ces analyses et met en place
des objectifs et les actions nécessaires pour atteindre les objectifs.
La maîtrise opérationnelle permet de maîtriser les risques identifiés.
Les situations d’urgence sont prises en compte et testées pour définir les actions à mener en cas de
survenue de ces situations d’urgence.
Enfin, il faut démontrer l’amélioration continue du système par l’implication de la Direction et de
l’ensemble du personnel et par l’atteinte des objectifs.
•
Principes et implications de la norme NF EN ISO 14001
La traçabilité
Introduire une norme ISO, qu’il s’agisse de la série 9000 ou de la série 14000, part du même principe :
la norme décrit l’organisation de l’entreprise, la rend connue de tous. A partir de là, la gestion de
l’organisation devient plus aisée parce que chacun sait qui fait quoi et comment les choses fonctionnent.
Pour rendre ceci parfaitement opérationnel, chaque élément doit être enregistré.
Ces enregistrements font partie de la documentation. On peut résumer ceci par la phrase éloquente
suivante : « écrire ce que l’on fait ; faire ce que l’on a écrit ». Tout nouvel arrivant dans l’entreprise sait
exactement où il peut aller chercher l’information et quel rôle il joue dans chaque activité.
En décrivant et documentant toutes ses activités et en répertoriant l’information, chacun a la possibilité
de connaître les impacts environnementaux potentiels de l’entreprise et de réduire en connaissance de
causes les pollutions de toutes sortes en participant à la mise en œuvre et à l’amélioration du SME.
Les conditions imposées
La norme ISO 14001 ne précise pas les performances environnementales à atteindre. Ces prescriptions
sont données dans la législation et dans la politique environnementale définie par la direction de la
société.
Par contre, elle spécifie les lignes de conduite pour appliquer un management environnemental le plus
adapté possible à l’entreprise et suivi au mieux. Elle ne fournit pas de modèle préétabli afin que chaque
entreprise puisse adapter la mise en œuvre selon la taille et l’importance des impacts environnementaux
associés à ses activités (une activité de bureau mettra en place un SME plus "léger" qu'une industrie
chimique).
De manière générale, le management de l’environnement selon ISO 14001 impose à l’entreprise quatre
conditions fondamentales :
respecter les exigences légales et les dispositions des autorités ;
assurer l’amélioration permanente de la protection de l’environnement à l’intérieur de l’entreprise
par les éléments suivants : concevoir, mettre en pratique, surveiller, évaluer et améliorer
systématiquement tous les processus et les produits dans l’optique d’une utilisation économe des
matières premières et d’une limitation des émissions et des risques ;
renforcer la responsabilité écologique propre de l’entreprise ;
réaliser une politique d’information ouverte sur la protection de l’environnement.
33 •
Les différentes normes de la série ISO 14000
NORME
OBJET
SPECIFICATIONS
NF EN ISO Systèmes de management environnemental
14001
– Spécifications et lignes directrices pour son
Exigences du système de management qui peuvent
être objectivement auditées.
NF EN ISO Systèmes de management environnemental
14004
– Lignes directrices générales concernant les
Ne permettent pas la certification, fourni une
assistance générique pour la mise en place ou
l’amélioration du système.
C’est un outil de management interne
principes, les systèmes et les techniques de
mise en œuvre
NF EN ISO Lignes directrices pour l’audit
14010
environnemental – Principes généraux
Principes généraux de l’audit environnemental
NF EN ISO Lignes directrices pour l’audit
14011
environnemental – Procédures d’audit –
Procédures permettant de conduire les audits
environnementaux
Audit des systèmes de management
environnemental
NF EN ISO Lignes directrices pour l’audit
14012
environnemental – Critères de qualification
pour les auditeurs environnementaux
2.2
Explique les fonctions et les responsabilités de chaque
partie intervenant dans un audit.
Elle donne quelques exigences sur les différentes
phases de réalisation d’un audit. Ainsi, les auditeurs
internes doivent acquérir un niveau de compétences
selon la taille, la nature, la complexité et les impacts
de l’activité
EMAS
Le règlement EMAS (« Eco Management and Audit Scheme »), ou SMEA en français (« Système de
Management Environnemental et d'Audit »), ou encore éco-audit est un système d’audit et de
management environnemental de l’Union Européenne destiné à tous les types d’organisation. EMAS
permet d’évaluer, d’améliorer et de rendre compte de la politique environnementale de l’organisation.
EMAS a été proposé aux entreprises du secteur industriel dès 1995. Il était à l’époque limité aux
entreprises du secteur industriel. Depuis 2001 (règlement (CE) N° 761/2001), EMAS est disponible pour
tous les secteurs de l’économie, tant dans le secteur privé que public. Il a été revu en 2009 (règlement
(CE) N°1221/2009).
Les entreprises désireuses d’obtenir un enregistrement EMAS doivent soumettre leur système de
management environnemental à un contrôle et leur rapport environnemental doit faire l’objet d’une
validation par un tiers et doit être communiqué au public. C’est le point principal qui différencie les
normes ISO 14001 et EMAS.
Par ailleurs, les exigences en matière de système de management environnemental énumérées dans le
règlement EMAS sont identiques à celles d’ISO 14001, bien qu’EMAS accorde une importance particulière
aux éléments suivants : respect de la législation, amélioration des résultats en matière d'environnement,
communication avec le monde extérieur et implication du personnel.
Le règlement EMAS décrit séparément les exigences portant sur le rapport environnemental.
Une organisation qui dispose d’une certification ISO 14001 peut, dans la pratique, obtenir un
enregistrement EMAS en faisant en plus valider le rapport environnemental (voir ci-dessus). ISO 14001
n’exige pas qu’une organisation publie périodiquement des informations concernant ses résultats
environnementaux, au contraire d'EMAS.
34 2.3
ISO 26000
L’ESSENTIEL
L’ISO 26000 est une méthodologie internationale de mise en œuvre et de régulation de la responsabilité
sociétale pour tout type d’organisation (entreprise, collectivité, association etc.). Elle constitue un outil
de pilotage et d’aide à la décision dans une logique d’intégration des parties prenantes et de progrès
continus. Cette norme ne vise pas à être certifiée, contrairement à l’ISO 9001 ou l’ISO 14001.
POUR ALLER PLUS LOIN
L’ISO 26000 doit devenir un instrument de régulation de la responsabilité sociétale pour tout type
d’organisation : entreprises, collectivités territoriales, associations, etc. Elle est l’aboutissement d’un
travail collaboratif entre experts de 99 pays depuis 5 ans.
•
Définition de l’ISO 26000
L’ISO 26000 est un document qui décrit ce qu’est la responsabilité sociétale d’une organisation, les
principes et thèmes qui la définissent et la mise en œuvre de sa démarche. La norme conseille deux
approches concomitantes. D'une part, elle recommande d'identifier toutes les parties prenantes ayant un
intérêt dans les décisions ou activités de l'organisation afin d'entamer un dialogue avec elles, susceptible
d'éclairer en amont toutes les décisions. D'autre part, la norme invite à mener une réflexion approfondie
concernant les impacts directs et indirects des activités en prenant en compte les sept problématiques,
préalablement identifiées et intrinsèques à la notion de responsabilité sociétale : les droits de l'Homme,
les conditions de travail, l'environnement, les bonnes pratiques des affaires, les consommateurs, la
contribution au développement local, et la gouvernance de l'organisation qui s'applique aux six
précédemment citées.
Chacune des actions engagées doit ainsi se traduire par un comportement transparent et éthique qui
prend en compte les attentes des parties prenantes et instaure un dialogue continu avec elles.
source : www.iso.org
35 L’ISO 26000 s’inscrit avant tout comme des guidelines et ne possède donc pas d’objectifs en terme de
certification tels que l’ISO 9001 ou l’ISO 14001 (elle reste néanmoins cohérente avec ces référentiels) et
constitue alors un outil de pilotage et d’aide à la décision dans une logique de progrès continus et d’un
cadre partagé au niveau international.
•
La démarche ISO 26000
source : www.iso.org
La norme ISO 26000 n’est pas certifiable. Cependant elle peut faire l’objet d’une évaluation par une
tierce partie, qui pourra lui délivrer alors un bilan.
2.4
OHSAS 18001
L’ESSENTIEL
OHSAS = Occupational Health and Safety Assessment Series.
L'OHSAS est le seul référentiel de reconnaissance internationale qui a pour objectif d'avoir une gestion
rigoureuse et efficace de la santé et de la sécurité au travail. L'OHSAS se décompose en deux textes
avec les références suivantes :
- OHSAS 18001 : "Gestion de la santé et de la sécurité au travail".
- OHSAS 18002 : "Guide de mise en place".
Un audit peut être réalisé par un organisme agréé qui délivre, en cas de réussite, un certificat attestant
la conformité du système de sécurité de l'entreprise avec les exigences du référentiel OHSAS 18001. De
tels certificats ont normalement une validité de 3 années, au bout desquels le système entier sera revu.
POUR ALLER PLUS LOIN
•
Historique
Faute d'avoir pu établir une norme ISO 18001 suite aux désaccords au sein de l'ISO (International
Standardisation Organisation), un référentiel dénommé OHSAS 18001 a été créé.
36 Ce référentiel s'impose désormais comme le référentiel sécurité de l'entreprise et a pour objectif d'avoir
une gestion rigoureuse et efficace de la santé et de la sécurité au travail (management de la sécurité).
L'OHSAS est le seul référentiel permettant cette approche et bénéficie d’une reconnaissance
internationale. L’OHSAS 18001 est un référentiel issu du secteur privé et a été élaboré à partir de
normes nationales existantes (British Standards Institute: BS 8800, Espagne: UNE 81900, Norme VCA).
En juillet 2007, l'OHSAS 18001 a été revu et devient l'OHSAS 18001:2007. La version OHSAS
18001:1999 est restée effective jusqu'au 1er juillet 2009.
Dans une perspective de management intégré QSE (Qualité, sécurité, environnement), le référentiel
OHSAS 18001 est entièrement compatible avec les référentiels ISO 9001 (qualité) et ISO 14001
(environnement).
•
Diagnostic
Les objectifs principaux d'un diagnostic préalable au lancement d'un projet OHSAS 18001 sont d'évaluer
l'organisation existante de la sécurité par rapport au référentiel OHSAS 18001.
Il s’agit également d'établir le périmètre de la certification de l'OHSAS 18001 en fonction des priorités, de
planifier précisément des actions à réaliser pour être conforme au référentiel et d'évaluer les ressources
nécessaires au projet : interviews (responsables de la sécurité, direction, encadrement, maîtrise,
responsable environnement…), revues documentaires, visites sur le terrain et inspections.
Il s'agit d'un état des lieux vis-à-vis de l'OHSAS 18001, paragraphe par paragraphe, souvent réalisé par
une société externe. A la fin, une synthèse du diagnostic aura lieu avec la direction et un comité de
pilotage OHSAS 18001 est constitué.
•
Etapes de la mise en place
Evaluation des risques.
Identification des exigences légales et des autres exigences.
Définition de la politique de santé et de sécurité.
Etablissement du programme du système de management de la sécurité.
Mise en place d'indicateurs.
Evaluation des fournisseurs et prestataires.
Etudes techniques et réglementaires.
Formations diverses (formation encadrement & maîtrise, auditeurs internes, exercices
opérationnels des procédures d'urgence, sensibilisation du personnel,…).
Rédaction du manuel et du système documentaire, validation de procédures.
Organisation du comité de pilotage OHSAS par le responsable à la sécurité.
Préparation et déroulement des audits internes.
Intégration éventuelle dans les systèmes qualité et environnement.
•
Audit
L'audit est réalisé par un organisme agréé qui délivre, en cas de réussite, un certificat attestant la
conformité du système de sécurité de l'entreprise avec les exigences du référentiel OHSAS 18001.
De tels certificats ont normalement une validité de 3 années, au bout desquels le système entier sera
revu.
Chaque année, des audits de contrôle ont lieu au cours duquel les auditeurs ne vérifient en général
qu'une partie du système.
37 •
Maintenance du système
La maintenance du système inclut :
Veille réglementaire de la sécurité.
Suivi des non-conformités, actions correctives et préventives.
Révisions par la direction.
Audits internes.
Mise
à
jour
du
système
documentaire
(manuel,
procédures,
modes
opératoires
et
enregistrements, objectifs, formations).
3. Emballages
L’ESSENTIEL
L’emballage a un impact sur l’environnement qui est plus ou moins important :
•
•
•
production de l’emballage :
-
Utilisation de matières premières : impact important.
-
Utilisation de matières recyclées : impact moindre.
transport de l’emballage :
-
Volume important de l’emballage, utilisation de matériaux lourds : impact important.
-
Volume de l’emballage réduit, poids allégé : impact moindre.
déchet de l’emballage :
-
Matières non recyclables, non valorisables, matières mélangées : impact important.
-
Emballages réutilisables, matières recyclables, valorisation énergétique : impact moindre.
Les leviers possibles
-
réduction à la source : volume, poids,
-
reprise des emballages de transport (palettes, caisses) pour multi-rotations ou consigne,
-
recyclable / recyclé.
Les impératifs dus à la réglementation et au produit diffèrent selon le domaine d’utilisation.
•
type d’emballage et type de produit
3 types d’emballages :
-
Le conditionnement du produit, plus ou moins en contact avec le produit lui-même :
Pour les médicaments et les produits stérilisés, la réglementation ne permet aucune latitude et
donc toute question sur les matériaux est injustifiée.
Pour les autres types de produits, il faut s’interroger sur la pertinence de poser des questions sur la
composition des matériaux (recyclés, recyclables…). Ce type de question nécessite une bonne
connaissance de la part de l’acheteur.
D’une manière générale, cette question pour ce type d’emballage peut s’avérer délicate, si
l’acheteur n’a pas une parfaite connaissance du produit.
En revanche, une question concernant la taille d’emballage par rapport à la taille du produit – sauf
pour les médicaments – parait plus indiquée, d’autant plus que cela est facilement vérifiable.
-
L’emballage qui permet de grouper plusieurs produits :
Pour les DM stérilisés, ce type d’emballage comprend plusieurs produits dont chacun a son propre
38 système d’emballage (au sens de la norme NF ISO 1160729).
Il s’agit du type d’emballage où effectivement les questions, concernant tant les matériaux que les
volumes et les usages lors de la livraison, semblent les plus pertinentes.
-
L’emballage de transport :
Ce type d’emballage est traité dans le chapitre livraison.
•
Emballage et déchets d’emballage : exigences de la réglementation30
Les exigences concernent la fabrication et la fin de vie :
-
Concentration maximum autorisée des métaux lourds dans la composition des emballages.
Il existe des dérogations, notamment pour les caisses et palettes en plastique, et les dispositifs
médicaux peuvent ne pas y être soumis (a priori principalement pour les conditionnements en
contact avec le produit et les boîtes de médicaments).
-
Conception, fabrication et composition de l’emballage : limitation (volume et poids) de l’emballage
au minimum nécessaire et minimisation des substances dangereuses pour l’environnement.
-
Réutilisation des emballages.
-
Valorisation de l’emballage : caractéristiques différentes selon le type de valorisation.
Le fabricant (s’il appartient à un pays membre de l’Union Européenne) ou la personne responsable de la
mise sur le marché d’un emballage doit pouvoir fournir la déclaration écrite de la conformité des
emballages.
Il existe un modèle de déclaration de conformité, élaboré sous l’égide du conseil national de l’emballage.
•
Spécifications possibles
1- Reprise des emballages :
Variable en fonction des produits de la consultation.
Préciser les emballages qui peuvent faire l’objet d’une reprise :
caisse, palettes, films plastiques, … (cf. annexe),
emballage spécifique : conteneur pour produit froid, pour produit radioactif.
Pour le cartonnage tout dépend du volume de livraison et de l’organisation de l’établissement en
matière de filières d’élimination des déchets.
2- Emballage recyclé - labellisé et/ou recyclabilité :
S’adresse aux emballages secondaires (non en contact direct avec le produit).
Doit tenir compte du type de produit conditionné : radioactif, produit à conserver à température
contrôlée, autre...
•
Conseils pratiques
-
Bien définir les notions d’emballage à chaque consultation, afin que le soumissionnaire comprenne
bien la demande de l’acheteur (les notions pouvant différer d’un secteur et d’un pays à un autre,
voire d’un fabricant à un distributeur).
-
Veiller à la pertinence des questions au regard du produit et du fonctionnement de l’établissement.
De la livraison au stockage dans le service et jusqu’au système de traitement des déchets, il est
nécessaire de faire le point sur tout le circuit, avant d’envisager une spécification sur la reprise
29
Cf. annexe, les différentes définitions de l’emballage et les subtilités selon les catégories de produits
30
Directive 94/62/CE, annexe II - Code de l’environnement, article R543-47 et suivants
39 d’emballage ou d’utiliser l’article 19.2.2 du CCAG-FCS qui précise que « les emballages restent la
propriété du titulaire »31.
-
Si l’établissement est doté d’une filière de déchets carton, et afin de faciliter le tri sélectif, il pourra
décider d’attribuer un point bonus si la composition des emballages secondaires et celle des
produits de calage sont constituées toutes les deux de matières cellulosiques. Il faudra le préciser
alors dans le questionnaire « emballages ».
-
Essayer d’intégrer cette réflexion dans la majorité des consultations, car l’emballage représente une
économie tant financière qu’écologique, aussi bien pour le fournisseur potentiel que pour l’acheteur
public.
POUR ALLER PLUS LOIN
3.1
3.1.1
Définitions
Code de l’environnement32
Emballage = « tout objet, quelle que soit la nature des matériaux dont il est constitué, destiné à
contenir et à protéger des marchandises, à permettre leur manutention et leur acheminement du
producteur au consommateur ou à l'utilisateur, et à assurer leur présentation. Tous les articles "à jeter"
utilisés aux mêmes fins doivent être considérés comme des emballages. ».
L'emballage est constitué uniquement de :
1° l'emballage de vente ou emballage primaire, c'est-à-dire l'emballage conçu de manière à
constituer, au point de vente, un article destiné à l'utilisateur final ou au consommateur ;
2° l'emballage groupé ou emballage secondaire, c'est-à-dire l'emballage conçu de manière à
constituer, au point de vente, un groupe d'un certain nombre d'articles, qu'il soit vendu à
l'utilisateur final ou au consommateur, ou qu'il serve seulement à garnir les présentoirs aux
points de vente. Il peut être séparé des marchandises qu'il contient ou protège sans en modifier
les caractéristiques ;
3° l’emballage de transport ou emballage tertiaire, c'est-à-dire l'emballage conçu de manière à
faciliter la manutention et le transport d'un certain nombre d'articles ou d'emballages groupés en
vue d'éviter leur manipulation physique et les dommages liés au transport. L'emballage de
transport ne comprend pas les conteneurs de transport routier, ferroviaire, fluvial, maritime ou
aérien.
NB : ces définitions reprennent à quelques termes près celles de la directive 94/62/CE.
3.1.2
Code de la santé publique
Pour les médicaments à usage humain, l’emballage est défini comme suit :
-
conditionnement primaire : le récipient ou toute autre forme de conditionnement avec lequel
le médicament se trouve en contact direct ;
-
conditionnement extérieur ou secondaire : l'emballage dans lequel est placé le
conditionnement primaire.
31
Selon la direction des affaires juridiques du ministère des finances, cet article vise tous les types d’emballage. Il est possible,
dans le CCAP, de spécifier les emballages dont le titulaire du marché restera propriétaire de ceux qui seront laissés au pouvoir
adjudicateur
32
Article R543-43
40 3.1.3
Norme NF EN ISO 11607
Norme « Emballages des dispositifs médicaux stérilisés au stade terminal ».
Partie 1 : exigences relatives aux matériaux, aux systèmes de barrière stériles et aux systèmes
d'emballage.
Partie 2 : exigences de validation pour les procédés de formage, scellage et assemblage.
NB : Cette norme n’est pas certifiable
Système de barrière stérile
Emballage minimal qui empêche la pénétration des micro-organismes et permet la présentation
aseptique du produit au point d’utilisation.
-
Système de barrière stérile préformé : système de barrière stérile qui est fourni partiellement
assemblé pour remplissage et fermeture finale ou scellage.
-
Intégrité du scellage : propriété du scellage d’empêcher la pénétration des micro-organismes
dans les conditions spécifiées.
-
Conteneur réutilisable : système de barrière stérile rigide conçu pour être utilisé de manière
répétée.
Emballage de protection
Configuration de matériaux conçue pour éviter tout dommage au système de barrière stérile et à son
contenu depuis leur assemblage jusqu’au point d’utilisation.
Système d’emballage
Combinaison du système de barrière stérile et de l’emballage de protection.
3.1.4
Les exigences essentielles des directives européennes
Les dispositifs médicaux stériles
Les conditions d’emballages doivent répondre à l’exigence essentielle 8.3 de l’Annexe I de la directive
93/42/CE : les dispositifs qui sont délivrés en état stérile doivent être conçus, fabriqués et conditionnés
dans un emballage non réutilisable et/ou selon des procédures appropriées de façon à ce qu'ils soient
stériles lors de leur mise sur le marché et qu'ils maintiennent, dans les conditions prévues de stockage et
de transport, cette qualité jusqu'à ce que la protection assurant la stérilisation soit endommagée ou
ouverte.
Les dispositifs médicaux non stériles
Les conditions d’emballages doivent répondre à l’exigence essentielle 8.6 de l’Annexe I de la directive
93/42/CE : les systèmes d'emballage destinés aux dispositifs non stériles doivent être de nature à
conserver le produit sans détérioration au niveau de propreté prévu et, s'ils sont destinés à être stérilisés
avant leur utilisation, à minimiser le risque de contamination microbienne; le système d'emballage doit
être approprié compte tenu de la méthode de stérilisation indiquée par le fabricant.
3.2
Les signes distinctifs de l’emballage (labels / logos)
NB : cette liste n’est pas exhaustive (il existe beaucoup de labels internationaux), mais tente de
récapituler les labels et logos les plus usuels.
3.2.1
•
Les labels et logos qui peuvent être pris en compte
Symbole du recyclage
L’anneau de Moebius est basé sur une auto-déclaration environnementale selon la norme Internationale
ISO 14021 : il n’y a pas de certification par un organisme tiers.
41 l’emballage est recyclable
l’emballage comporte x% de matériau recyclé correspondant
•
Symbole de consigne
•
Symboles par type de matériaux
Ces sigles permettent d'identifier le matériau en présence et la possibilité de le valoriser.
Acier
Aluminium
Plastiques
1- PETE (PET) : Polyéthylène téréphthalate
2- HDPE (PEHD) : Polyéthylène haute densité
3- V (PVC) : Polychlorure de vinyle
4- LDPE (PEBD) : Polyéthylène basse densité
5- PP : Polypropylène
6- PS : Polystyrène
7- AUTRES : autres matières plastiques, telles que l’acrylique, le
nylon et les polycarbonates.
3.2.2
Les labels et logos à ne pas prendre en compte
Le logo Point Vert concerne les emballages ménagers. Ce logo ne garantit pas le caractère recyclé ou
recyclable de l’emballage. Il indique seulement que l’entreprise adhère au dispositif de valorisation des
emballages, en versant une contribution à un éco-organisme.
Organisme de reprise et de recyclage des emballages ménagers papier-carton issus du circuit municipal
•
Simples recommandations
Jeter à la poubelle
Ne pas jeter à la poubelle
Tri sélectif
42 3.2.3
Système d’identification des matériaux d’emballage33
Sur l’emballage est indiqué la nature des matériaux utilisés afin d’en permettre l’identification et
l’utilisation.
Matériau
Plastiques :
Polyéthylène téréphtalate
Polyéthylène à haute densité
Polychlorure de vinyle
Polyéthylène à faible densité
Polypropylène
Polystyrène
Carton (ondulé ou non)
Papier
Acier
Aluminium
Bois
Liège
Coton
Jute
Verre
Emballages composites
Abréviation
Numérotation
1 à 19
PET
HDPE
PVC
LDPE
PP
PS
PAP
20 à 39
FE
ALU
FOR
40 à 49
TEX
60 à 69
GL
C plus abréviation correspondant au
matériau dominant (C/.)
70 à 79
80 à 99
50 à 59
4. Organisation des commandes et livraisons
Le rythme des commandes et les souhaits de l’acheteur peuvent avoir un impact environnemental :
-
commande urgente ;
-
commande cadencée pour ne pas avoir un stock trop important dans l’établissement ou parce
que la date de péremption des périssables le nécessite.
C’est essentiellement sur les transports « classiques » qu’il est possible d’intervenir pour limiter l’impact
sur l’environnement (principalement réduction des émissions de CO2).
En effet, il faut prendre en compte le fait que certains produits de santé exigent des conditions de
transport réglementairement définies :
-
transport à température contrôlée (produits soumis à la chaîne du froid, produits devant être
conservés au congélateur) ;
-
transport de produits radioactifs ;
-
transport des produits dangereux.
L’industriel peut exécuter ou faire exécuter la prestation en y intégrant des considérations
environnementales.
33
Directive 94/62/CE, annexe II
43 5. Déchets d’équipements électriques et électroniques 34
L’ESSENTIEL
Pour ce chapitre, il est particulièrement nécessaire de faire le point sur le fonctionnement de
l’établissement : ce qui est déjà mis en place et ce qui pourrait l’être afin que les demandes concernant
les DEEE soient pertinentes.
•
Les obligations des producteurs
-
Organisation et financement de l’enlèvement et du traitement sauf convention avec l’utilisateur
prévue dans le contrat de vente. Possibilité d’adhérer à un éco organisme qui prend alors en
charge l’enlèvement et le traitement (Article R543-196).
NB : Les DEEE sont à la charge de l’utilisateur pour les équipements électriques et électroniques
mis sur le marché avant le 13 août 2005, sauf convention avec les producteurs.
-
Obligation du producteur de mettre à disposition des exploitants d’installations chargées du
traitement des DEEE les informations nécessaires à ce traitement. (Article R543-178).
-
Modalités de traitement (Article R543-200 et 201) :
dans une installation conforme (respectant la réglementation relative aux installations
classées pour la protection de l'environnement, les exigences de dépollution des DEEE),
en France, UE ou autre état,
valorisation = traitement sélectif des matières, composants et substances des DEEE. La
valorisation, notamment la réutilisation, est préférée à la destruction.
-
Suivi et contrôle : le registre DEEE (Article R543-202) :
Les producteurs doivent déclarer au registre tenu par l’ADEME :
les quantités d’équipements électriques et électroniques mises sur le marché national,
les quantités DEEE collectées en France puis traitées en France ou à l’étranger.
NB : dans le cas d’un transfert d’obligation de traitement à l’utilisateur, les quantités de
déchets concernées ne sont pas déclarées au registre.
Les acquéreurs et les distributeurs peuvent demander aux producteurs les documents indiquant qu’ils
remplissent leurs obligations (Article R543-203).
•
L’achat d’équipement électrique et électronique
Plusieurs cas de figure sont possibles :
1- L’équipement est un premier achat (ne venant pas en remplacer un existant).
L’acheteur doit réfléchir uniquement aux modalités de l’élimination future de cet équipement.
2- L’équipement doit remplacer un matériel existant.
L’acheteur devra réfléchir aux modalités de l’élimination :
du matériel remplacé :
- s’il a été mis sur le marché avant le 13 août 2005, l’élimination est de la responsabilité de
l’acheteur ;
- s’il a été mis sur le marché après le 13 août 2005, l’élimination relève de la Responsabilité
Elargie du Producteur (REP), c’est-à-dire qu’elle est à la charge du responsable de la mise sur
le marché.
de l’équipement acheté qui relève de la REP.
34
Article R543-172 à 206 du code de l’environnement
44 • Conseils pratiques
Le soumissionnaire n’a aucune obligation règlementaire de gérer les DEEE issus d’équipements d’autres
producteurs.
Aujourd’hui, il n’existe pas d’éco-organisme de gestion des DEEE professionnels pour les dispositifs
médicaux.
Il reste donc 2 possibilités à l’acheteur :
1- Bénéficier de la REP pour gérer le traitement de ses DEEE.
Dans ce cadre, l’acheteur aura alors à contacter pour chaque équipement le metteur sur le
marché concerné avec les difficultés de gestion que cela peut impliquer : entreposage du
matériel remplacé, disparition ou changement de coordonnées du fournisseur (le déchet pouvant
être géré 15 ans après l’achat du matériel)…
2- Demander de prendre à sa charge le traitement des DEEE, lorsque cela est techniquement
possible.
Dans ce cas, l’acheteur doit en fixer les conditions dans son CCTP.
Il pourra demander à ce que le prix d’élimination soit séparé du prix d’achat et donc déduit du
prix du marché.
L’acheteur sera alors responsable de l’équipement, à ce titre :
Il exigera les informations nécessaires au traitement de l’équipement, pour le transmettre luimême au prestataire chargé du traitement ;
Il assurera la traçabilité de l’élimination de l’équipement, en exigeant les documents
nécessaires auprès du prestataire chargé du traitement. En revanche, le producteur de
l’équipement, n’étant plus responsable, n’a pas à exiger ces documents auprès de
l’utilisateur ;
Il n’aura pas à déclarer au registre de l’ADEME la collecte ni le traitement.
Aujourd’hui il semblerait que ce soit la solution la plus simple tant pour les fournisseurs que pour les
utilisateurs, en attendant la mise en place d’un éco-organisme.
C’est pourquoi il est recommandé de demander le « passeport de recyclage »35 dans les spécifications
techniques du CCTP, si l’acheteur prend en charge le traitement des DEEE. L’acheteur pourra l’intégrer
dans ses critères s’il a choisi de bénéficier de la REP.
• Spécifications possibles
Le fournisseur apporte la preuve qu’il est enregistré auprès de l’ADEME au registre national des
producteurs.
Lorsque l’établissement souhaite éliminer dans sa propre filière les DEEE, il doit le spécifier. Dans ce cas
il demande au fournisseur de lui communiquer les informations indispensables au démantèlement,
prévues à l’article R543-178 du code de l’environnement, afin de les transmettre à son prestataire
chargé du traitement des produits.
Lorsque la collecte et l’élimination sont réalisées par le producteur, l’acheteur demande au
soumissionnaire d’indiquer les modalités de reprise.
•
Cas particulier du dentaire
Recydent organise la reprise des équipements électriques et électroniques dentaires, c'est-à-dire des
appareils en fin de vie, pour les acheminer vers des lieux de valorisation où, ils seront démontés,
dépollués afin d'être valorisés en toute sécurité et conformément à la réglementation française en
vigueur.
Le schéma de la filière et les coûts en fonction du type d’appareil est disponible à l’adresse suivante :
http://www.recydent.fr/fonctionnement.htm.
35
Le terme de « passeport de recyclage » ou de « passeport de fin de vie » n’est pas un terme officiel. Cependant il est
généralement usité pour définir les documents nécessaires pour le traitement des DEEE
45 POUR ALLER PLUS LOIN
5.1
5.1.1
Règlementation
Textes Européens et transposition
source : DEEE, synthèse 2009, ADEME
•
36
Directive RoHS
Directive 2002/95/CE du 27 janvier 2003 relative à la limitation de l’utilisation de certaines
substances dangereuses dans les équipements électriques et électroniques.
•
Directive WEEE37
Directive 2002/96/CE du 27 janvier 2003 relative aux DEEE, applicable au 13 août 2005.
5.1.2
Code de l’environnement
La collecte des déchets est définie comme « toute opération de ramassage des déchets en vue de leur
transport vers une installation de traitement des déchets » (article L 541-1-1)
Le traitement des déchets est défini comme « toute opération de valorisation ou d'élimination, y compris
la préparation qui précède la valorisation ou l'élimination » (article L 541-1-1)
Définition producteur / distributeur (Article R543-174)
- « Est considérée comme producteur toute personne qui fabrique, importe ou introduit sur le
marché national à titre professionnel des équipements électriques et électroniques, sauf si ces
équipements sont vendus sous la seule marque d'un revendeur. Dans ce cas, le revendeur est
considéré comme producteur ».
36
Restriction of Hazardous Substances
37
Waste Electrical and Electronic Equipment
46 - « Est considérée comme distributeur toute personne qui, quelle que soit la technique de
distribution utilisée, y compris par communication à distance, fournit à titre commercial des
équipements électriques et électroniques à celui qui va les utiliser ».
Champ d’application (Article R543-172)
Les équipements électriques et électroniques relèvent de 10 catégories, dont :
Dispositifs médicaux (à l’exception de tous les produits implantés ou infectés) = catégorie 8.
Les DEEE inclus:
-
les composants,
-
les sous-ensembles,
-
les produits consommables.
5.2
qui font partie du produit au
moment de la mise au rebut.
Schémas des solutions possibles d’application de la REP
1- Le producteur assure le traitement par ses propres moyens
Il met alors en place une filière individuelle ou mutualisée (type Recydent) de collecte, traitement et
élimination. Concrètement le producteur, ou un mandataire récupère le dispositif en fin de vie et va se
charger de son élimination/revalorisation.
Transport
Transfert des
déchets
Transfert des
déchets
Démontage
Nettoyage
Plateforme
du client
TRAITEMENT
Plateforme de
l’installation de
traitement
Traitement
Valorisation
Destruction
ENLEVEMENT
Transfert des
déchets
DESINSTALLATION
Le nettoyage de l’équipement est de la responsabilité du client.
La désinstallation n’est pas couverte par le décret et est donc définie contractuellement
entre les parties.
L’enlèvement, le traitement et la valorisation des déchets sont à la charge du producteur.
2- Le producteur transfère l’intégralité de ses obligations à l’acheteur (celui-ci devra assurer toutes les
opérations pour l’élimination des déchets dans les conditions définies aux articles 21 et 22), dans le
cadre du contrat de vente directe de l’équipement.
Cette solution peut être intéressante dans le cadre de bien d’équipement dont la durée de vie est longue
(15 ans et plus…).
Dans ce cas précis, lorsqu’interviennent plusieurs ventes successives, il devient alors critique de s’assurer
que les différents détenteurs au cours de la vie du produit soient informés des modalités de collecte et
47 de traitement prévues à l’origine avec le producteur et le cas échéant de la capacité du revendeur à
prendre en charge les exigences attenantes au producteur.
Transport
Transfert des
déchets
Transfert des
déchets
Démontage
Nettoyage
Plateforme
du client
TRAITEMENT
Plateforme de
l’installation
de traitement
Traitement
Valorisation
Destruction
ENLEVEMENT
Transfert des
déchets
DESINSTALLATION
Le nettoyage de l’équipement est de la responsabilité du client.
La désinstallation n’est pas couverte par le décret et est donc définie
contractuellement entre les parties.
L’enlèvement, le traitement et la valorisation sont à la charge du client.
48 3- Le producteur assure seulement une partie de ses obligations et met une partie à la charge de
l’acheteur
Transport
Transfert des
déchets
Transfert des
déchets
Démontage
Nettoyage
Plateforme
du client
TRAITEMENT
Plateforme de
l’installation
de traitement
Traitement
Valorisation
Destruction
ENLEVEMENT
Transfert des
déchets
DESINSTALLATION
Le nettoyage de l’équipement est de la responsabilité du client.
La désinstallation n’est pas couverte par le décret et est donc définie contractuellement
entre les parties.
L’enlèvement est à la charge du client.
Le traitement et la valorisation des déchets sont à la charge du producteur.
49 6. Piles et accumulateurs38
L’ESSENTIEL
•
Règlementation
Depuis 1991, les piles et accumulateurs sont classés dans la catégorie des déchets dangereux. La
collecte sélective est obligatoire.
La réglementation française a connu une dernière évolution avec le décret n°2009-1139 relatif à la mise
sur le marché des piles et accumulateurs et à l'élimination des piles et accumulateurs usagés39.
Les principales mesures sont :
-
une nouvelle segmentation : portables, automobiles, industriels (auparavant : ménages / autres
que les ménages) ;
-
le producteur est le seul responsable de la collecte et du traitement des piles et accumulateurs
qu’il met sur le marché, quelle que soit la catégorie. Pour les piles et accumulateurs portables et
automobiles, il peut adhérer à un éco-organisme ou mettre en place un système individuel. Pour
le secteur industriel, il peut mettre en place un système individuel ou transférer la responsabilité
aux utilisateurs en passant des accords directs ; pour cette catégorie, aucun éco-organisme n’est
prévu par le décret.
Consulter l’annexe pour connaître les différentes définitions et le détail des responsabilités selon les
catégories et le cheminement des déchets selon le système choisi.
•
Conseils pratiques
La plupart des piles et accumulateurs utilisés dans les équipements des produits de santé relèvent de la
catégorie piles et accumulateurs portables. Les établissements de santé devront donc organiser en
interne une collecte spécifique et faire appel à un des 2 éco-organismes agréés (Corepile, Screlec) pour
ce type de déchets, afin de les faire enlever et traiter gratuitement.
Concernant les piles et accumulateurs industriels, il s’agit d’une catégorie très peu utilisée dans les
produits de santé. S’il le souhaite, l’acheteur pourra indiquer en spécification technique qu’il se réserve le
droit de vérifier en cours d’exécution du marché les modalités de traitement de ces déchets.
Il est à noter que quelle que soit la catégorie de piles et accumulateurs, leur élimination n’est pas à la
charge financière des utilisateurs. Dans le cadre d’un transfert d’obligation à l’utilisateur pour la catégorie
piles et accumulateurs industriels, il est donc possible de demander dans le cahier des charges à ce que
le prix d’élimination soit séparé du prix d’achat et donc déduit du prix du marché.
•
Spécifications possibles
Le fournisseur apporte la preuve qu’il est enregistré auprès de l’Agence de développement de
l’environnement et de maîtrise de l’énergie (ADEME) au registre national des producteurs.
Lorsque le dispositif médical contient des piles portables, le fournisseur apporte la preuve qu’il adhère à
un éco-organisme.
Lorsque le dispositif médical contient des piles ou accumulateurs professionnels, le fournisseur indique
les modalités de reprise de ces piles.
38
Code environnement R543-124 à 134
39
Transposition de la directive 2006/66/CE
50 POUR ALLER PLUS LOIN
6.1
6.1.1
Définitions
Pile et accumulateur40
Toute source d'énergie électrique obtenue par transformation directe d'énergie chimique, constituée d'un
ou de plusieurs éléments primaires (non rechargeables) ou d'un ou de plusieurs éléments secondaires
(rechargeables).
Pile ou accumulateur portable : toute pile, pile bouton, assemblage en batterie ou
accumulateur qui est scellé et susceptible d'être porté à la main et qui n'est par ailleurs ni une
pile ou un accumulateur industriel ni une pile ou un accumulateur automobile.
Pile bouton : toute pile ou accumulateur portable de la forme d'un disque de petite taille, dont
le diamètre est plus grand que la hauteur.
Pile ou accumulateur automobile : toute pile ou accumulateur destiné à alimenter un
système de démarrage, d'éclairage ou d'allumage.
Pile ou accumulateur industriel : toute pile ou accumulateur conçu à des fins exclusivement
industrielles ou professionnelles ou utilisé dans tout type de véhicule électrique.
Assemblage en batteries : toute série de piles ou d'accumulateurs interconnectés ou
enfermés dans un boîtier pour former une seule et même entité complète que l'utilisateur final
n'est pas censé démanteler ou ouvrir.
6.1.2
Producteur – Distributeur
Producteur : fabricant, importateur, introducteur41 ou revendeur (produits de sa seule marque)
à titre professionnel.
Distributeur : fournisseur à titre commercial (quelle que soit la technique de distribution
utilisée, y compris par communication à distance).
-
6.2
Catégories et responsabilité
6.2.1
Piles et accumulateurs portables
Reprise gratuite, information, points de collecte et conteneurs : responsabilité du distributeur et
des collectivités.
-
Stockage, élimination et traitement, déclaration au registre : responsabilité de l’industriel, qui
peut être transférée à l’éco-organisme. Il existe 2 éco-organismes pour traiter ces déchets.
6.2.1
-
Piles et accumulateurs industriels
Reprise gratuite, information, points de collecte et conteneurs, stockage, élimination et
traitement, déclaration au registre : l’industriel porte l’intégralité de la responsabilité.
Aucun éco-organisme n’est prévu par le décret.
6.3
Circuit selon les types de filières
40
Source : Décret n° 2009-1139 du 22 septembre 2009.
41
Met sur le marché des produits d’origine européenne (tandis que l’importateur : origine internationale)
51 6.3.1
Filière gérée par un éco-organisme
Industriels
€
Eco organisme
€
Etablissement
Point d’apport
volontaire
Collecteurs
Point d’apport
volontaire
Etablissement
€
Centre de tri
Traitement
Circuit déchets
€
Flux financier lié aux déchets
Acteur de la filière
Circuit BSD
52 6.3.2
Transfert des obligations à l’établissement de santé
NB : ce flux correspond également à la gestion organisée pour les déchets piles et accumulateurs professionnels durant la précédente réglementation.
Industriels
Etablissement
Quelle délégation entre
industriels et hôpitaux ?
€
Collecteurs
€
Centre de tri
Circuit déchets
€
Traitement
Flux financier lié aux déchets
Circuit BSD
Acteur de la filière
53 7. Maintenance
•
Télémaintenance :
La télémaintenance repose sur une liaison informatique entre l’équipement et l’opérateur de
maintenance. Dans les configurations les plus simples, elle peut être utilisée en consultation uniquement,
et permet par exemple de réaliser un diagnostic à distance. Dans des configurations plus sophistiquées,
l’opérateur de maintenance peut prendre la main sur l’informatique de l’équipement et effectuer
certaines opérations de maintenance. La télémaintenance peut également être utilisée pour réaliser des
mises à jour logicielles.
Les équipements d’imagerie et de laboratoire ont été les premiers à bénéficier de cette technologie, et à
ce jour une grande partie des équipements pilotés par de l’informatique sont concernés.
Du fait de la diminution des déplacements sur site des techniciens ou ingénieurs de maintenance, ce
mode de maintenance est tout à fait susceptible de faire l’objet d’une notation dans le cadre du critère
de développement durable. En raison de son intérêt sur le plan technique (diminution du délai de
résolution des dysfonctionnements, augmentation de la disponibilité des équipements), cette
fonctionnalité pourra également faire l’objet d’une notation dans le cadre du critère technique.
•
Fréquence des opérations de maintenance :
De la même façon, le nombre annuel de visites préventives recommandées par le fabricant pour un
équipement pourra être noté dans le cadre du développement durable, puisqu’un nombre moindre de
déplacements sera nécessaire. De plus, cela permettra une meilleure disponibilité de l’équipement, voire
des coûts de maintenance moins élevés.
8. Désinfectants
•
Définition
Selon la nature du support sur lequel ils agissent, les désinfectants prennent un nom différent
(désinfectant ou antiseptique).
-
Les désinfectants s’utilisent sur des milieux inertes, comme par exemple le matériel à usage
médical. Ils ont le statut de DM, lorsqu’ils sont utilisés sur un DM.
-
L’antiseptique s’utilise sur un milieu vivant, en application sur les patients. Il nécessite une
autorisation de mise sur le marché (AMM).
•
Réglementation
Les désinfectants forment un des quatre groupes (désinfectants, produits de protection, produits
antiparasitaires, autres produits) de produits Biocides au sens de la Directive 98/8/CE concernant la mise
sur le marché des produits biocides.
Les produits désinfectants dépendent aujourd’hui d’une réglementation gigogne extrêmement
contraignante : la directive REACH, présentant plusieurs interconnexions avec la réglementation
Biocides, la Pharmacopée….
Pour s’assurer de l’efficacité des produits et s’y retrouver selon le niveau d’exigence déterminé, il faut se
référer aux nombreuses normes européennes couvrant ce domaine.
54 9. Phtalates
L’ESSENTIEL
Phtalates de type CMR 1 & 2 et dispositifs médicaux La directive 2007/47/CE modifie les directives 93/42/CEE, relative aux dispositifs médicaux, et
90/385/CEE relative aux dispositifs médicaux implantables actifs.
Cette directive a été transposée en droit français et est applicable depuis le 21 mars 2010.
Pour les dispositifs médicaux relevant de la directive 93/42/CEE (les dispositifs médicaux implantables
actifs et les dispositifs de diagnostic in vitro ne sont pas concernés) :
-
obligation d’étiquetage dans certaines conditions pour les dispositifs médicaux contenant des
phtalates de type CMR1 et 2 ;
-
obligations d’information dans la notice d’utilisation sur les risques résiduels et les précautions à
prendre pour certaines populations à risques.
•
Les obligations du fabricant
1- Etiquetage des dispositifs médicaux
Conformément au point 7.5 de l’annexe I de la directive 93/42/CEE modifié par la directive
2007/47/CE, les dispositifs médicaux ou les parties d’un dispositif médical destinés à
administrer dans l’organisme ou à retirer de l’organisme des médicaments, des liquides
biologiques ou autres substances ou des dispositifs destinés au transport et au stockage de
ces liquides ou substances et qui contiennent des phtalates classés comme cancérogènes,
mutagènes ou toxiques pour la reproduction de la classe 1 ou 2 conformément à l’annexe I
de la directive 67/548/CEE (celle-ci été amendée et abrogée par le Règlement (CE)
N°1272/2008), doivent être étiquetés sur le dispositif lui même et/ou sur l’emballage de
chaque unité ou le cas échéant sur l’emballage de vente en tant que dispositif contenant des
phtalates.
On entend par phtalates dans les paragraphes ci-dessous les phtalates classés comme
cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction de la classe 1 ou 2
conformément à l’annexe I de la directive 67/548/CEE.
Quand faut-il étiqueter le dispositif ?42
L’étiquetage des dispositifs médicaux est exigé lorsque les quatre conditions suivantes sont
remplies :
Le dispositif contient des phtalates comme composants à part entière du dispositif
médical (ce ne sont pas des contaminants ou des résidus).
ET
Ces phtalates sont classés comme cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la
reproduction de type 1 ou 2 conformément à l’annexe I de la directive 67/548/EEC
amendée.
ET
Ce dispositif est destiné à administrer et/ou à extraire des médicaments, des liquides
corporels ou à administrer d’autres substances dans le corps et/ou à extraire celles-ci du
42
Source : « guide pratique sur les phtalates », Europharmat
55 corps ou destiné à transporter et conserver des fluides corporels.
ET
Les phtalates sont présents dans la partie du dispositif qui est destinée à administrer
et/ou à extraire des médicaments, des liquides corporels ou à administrer d’autres
substances dans le corps et/ou à extraire celles-ci du corps ou destinée à transporter et
conserver des fluides corporels.
Quand faut-il ne pas étiqueter le dispositif ?
La présence de phtalates n’implique pas automatiquement un étiquetage
« phtalates ». Ainsi, si la réponse est non à l’une des 4 conditions du paragraphe
précédent ou si les phtalates ne sont pas un des composants de la formulation du
dispositif médical mais un contaminant par exemple, l’étiquetage « phtalates » n’est
pas requis.
2- Information pour les patients à risques
Lorsque l’utilisation prévue de ces dispositifs qui contiennent des phtalates
inclut le
traitement d’enfant ou le traitement de femmes enceintes ou allaitant, le fabricant doit
fournir dans la notice d’utilisation, des informations sur les risques résiduels pour ces
groupes de patients et le cas échéant sur les mesures de précaution appropriées.
Il relève de la responsabilité de chaque fabricant de faire une analyse en fonction du risque
et de proposer dans la notice d’utilisation des mesures de précaution ou de restriction de
durée d’utilisation par exemple. L’analyse des risques pourra se baser sur des éléments tels
que :
Contact par les orifices naturels, l’administration intraveineuse, entérale ou par
inhalation.
Le type de contact : liquide corporel, gaz, tissus.
La durée du contact : long terme, court terme, unique, répété.
La quantité de phtalates susceptible d’être relarguée au patient.
•
Spécifications possibles
La décision de faire de ce sujet une spécification dépend de la réflexion menée lors de la définition des
besoins, des services utilisateurs et/ou de la politique de l’établissement.
Il est possible de définir une offre de base et une variante sans phtalates ou de choisir un allotissement
particulier : un lot avec et un lot sans phtalates, lorsque les deux besoins sont identifiés.
•
Ce qui peut être demandé dans le cadre des critères d’une consultation
-
Présence de phtalates de type CMR 1 et 2 pour les dispositifs médicaux (DM) destinés à
administrer, contenir ou retirer des substances.
-
Possibilité de substitution.
POUR ALLER PLUS LOIN
9.1
Règlementation
Le point 7.5 de la directive 93/42/CEE est remplacé par le texte suivant, applicable depuis le 21 mars
2010 :
« 7.5. Les dispositifs doivent être conçus et fabriqués de manière à réduire au minimum les risques
découlant des substances dégagées par le dispositif. Une attention particulière doit être accordée aux
substances cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction conformément à l'annexe I de la
56 directive 67/548/CEE du Conseil du 27 juin 1967 concernant le rapprochement des dispositions
législatives, réglementaires et administratives relatives à la classification, l'emballage et l'étiquetage des
substances dangereuses.
Si des parties d'un dispositif (ou un dispositif lui-même) destiné à administrer dans l'organisme et/ou à
retirer de l'organisme des médicaments, des liquides biologiques ou autres substances ou des dispositifs
destinés au transport et au stockage de ces liquides ou substances, contiennent des phtalates classés
comme cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction, de la classe 1 ou 2 conformément à
l'annexe I de la directive 67/548/CEE, ces dispositifs doivent être étiquetés sur le dispositif lui-même
et/ou sur l'emballage de chaque unité ou, le cas échéant, sur l'emballage de vente, en tant que dispositif
contenant des phtalates.
Si l'utilisation prévue de ces dispositifs inclut le traitement d'enfants ou le traitement de femmes
enceintes ou allaitant, le fabricant doit fournir une justification spécifique pour l'utilisation de ces
substances en ce qui concerne le respect des exigences essentielles, notamment du présent paragraphe,
dans la documentation technique et, dans la notice d'utilisation, des informations sur les risques
résiduels pour ces groupes de patients et, le cas échéant, sur des mesures de précaution appropriées. »
Cette modification du point 7.5 intervient alors que de nombreux états membres avaient émis des
recommandations en vue de réduire ou de limiter l'utilisation, chez les enfants, les femmes enceintes ou
allaitantes et autres patients à risque, des dispositifs médicaux contenant des phtalates de type CMR 1 et
2. Il parait opportun, afin de permettre au corps médical d'éviter de tels risques, d’étiqueter en
conséquence les dispositifs susceptibles de libérer des phtalates dans l'organisme des patients
(considérant 28 de la directive 2007/47/CE).
9.2
Contenu de l’étiquetage
Lorsque l’étiquetage phtalates est nécessaire, le symbole harmonisé (actuellement décrit dans le projet
de norme Pr EN 15986) est préférable à une description. Le symbole doit être expliqué dans la notice
d’utilisation.
Le symbole doit être placé sur le dispositif médical lui-même et/ou sur l’emballage de chaque unité ou
lorsque cela est approprié sur le conditionnement de vente.
La communication de l’information doit avant tout se faire sur la présence de phtalates.
Le symbole proposé est un symbole générique « contient PHT » accompagné du nom du phtalate classé
CMR 1 ou 2 (ex DEHP). Le nom du phtalate doit être adjacent au symbole générique.
Le SNITEM et l’EUCOMED recommandent l’utilisation de ce symbole dans l’attente de l’adoption de la
norme.
Exemples
-
Symbole
pour
«
CONTIENT
DES
PHTALATES
ethylhexyl)phthalate (DEHP)
ou
57 OU
PRESENCE
DE
PHTALATES
»
Bis(2-
- Symbole pour « CONTIENT DES PHTALATES OU PRESENCE DE PHTALATES » Dibutyl phthalate (DBP)
ou
- Symbole pour « CONTIENT DES PHTALATES OU PRESENCE DE PHTALATES » benzyl butyl phthalate
(BBP)
ou
- Symbole pour « CONTIENT DES PHTALATES OU PRESENCE DE PHTALATES »
ethylhexyl)phthalate (DEHP), Dibutyl phthalate (DBP) and benzyl butyl phthalate (BBP)
58 Bis(2-
DEFINITIONS
Aspect environnemental
Elément
des
activités,
produits
ou
services
d’un
organisme
susceptible
d’interactions
avec
l’environnement.
Impact environnemental
Toute modification de l’environnement, négative ou bénéfique, résultant totalement ou partiellement des
activités, produits ou services d’un organisme.
Biodégradabilité
Elle s'apprécie en prenant en compte à la fois le degré de décomposition d'une substance et le temps
nécessaire pour obtenir cette décomposition43.
Cofrac
Mis en place en avril 1994 par les pouvoirs publics à l'initiative de l'ensemble des opérateurs
économiques, et conçu en tous points conformes aux exigences européennes et internationales, le
Cofrac, comité français d'accréditation, permet aux laboratoires et organismes qu'il accrédite d'apporter
la preuve de leur compétence et de leur impartialité. Il offre ainsi aux entreprises, mais aussi aux
consommateurs et aux pouvoirs publics, une réelle garantie de confiance dans les prestations effectuées
par les accrédités.
Obtenir une accréditation n'est pas une simple formalité, cela passe par un processus rigoureux. De la
réception de la demande d'accréditation jusqu'à la décision, les étapes à franchir sont bien identifiées :
analyse préalable de la demande, constitution de l'équipe d'audit, évaluation, rédaction du rapport
d'audit, analyse et validation du rapport, décision et délivrance de l'accréditation.
Conditions d’exécution (ou clauses)
Ce sont des prescriptions (conditions contractuelles) que l’offre doit respecter ; dans le cas contraire,
l’offre est rejetée (offre irrégulière).
Considérations sociales / environnementales
Elles désignent les aspects qui peuvent être pris en compte sous forme de conditions d’exécution, de
critère ou de spécifications.
Critère d’attribution (ou d’appréciation)
Il sert à juger l’offre.
A déterminer : dans quel cas accepter du déclaratif et dans quel cas demander des preuves.
Cycle de vie d’un produit
Ensemble des activités associées à un produit, ou à un service, depuis l’extraction des matières
premières jusqu'à l'élimination des déchets (normes ISO 14040,-41,-42,-43).
Ce concept se réfère aux processus de création et de vie d'un produit en comparaison avec un être
vivant : gestation, jeunesse, croissance, maturité, déclin.
43
Source : JO 12/04/2009, Avis
59 phase 1 : identification du besoin ;
phase 2 : prospection de la faisabilité ;
phase 3 : conception préliminaire (cette phase est aussi appelée phase d'avant-projet) ;
phase 4 : développement (marché d'étude, réalisation de prototypes, étude d'industrialisation) ;
phase 5 : industrialisation (mise en place de l’outil de production, des procédés et des moyens
de contrôle) ;
phase 6 : production ;
phase 7 : mise en service - exploitation - retrait de service.
Le coût du cycle de vie doit intégrer le prix d'achat et les coûts associés (livraison, installation, mise en
service…), les coûts de fonctionnement (énergie, remplacement de pièces, entretien) et les coûts de fin
de cycle tels que la mise à l'arrêt, le retrait et l'évacuation44.
Développement durable
Du terme anglais « sustainable development » : traduction de croissance soutenue.
Elle consiste en une « politique et stratégie visant à assurer la continuité dans le temps du
développement économique et social, dans le respect de l’environnement, et sans compromettre les
ressources naturelles indispensables à l’activité humaine ».
Ecolabel
Il garantit qu’un produit ou un service répond à des exigences environnementales définies tout au long
de son cycle de vie.
ISO
L'organisation internationale de normalisation (ISO) est une fédération mondiale d'organismes nationaux
de normalisation de quelque 140 pays, à raison d'un organisme par pays.
L'ISO est une organisation non gouvernementale, créée en 1947. Elle a pour mission de favoriser le
développement de la normalisation et des activités connexes dans le monde, en vue de faciliter entre les
nations les échanges de biens et de services et de développer la coopération dans les domaines
intellectuel, scientifique, technique et économique.
Les travaux de l'ISO aboutissent à des accords internationaux qui sont publiés sous la forme de Normes
internationales.
En outre, le nom ISO est utilisé dans le monde entier pour désigner l'Organisation, ce qui évite la
pléthore de sigles qui découlerait de la traduction de l'expression "Organisation internationale de
normalisation" dans les langues nationales des différents membres de l'Organisation, par exemple OIN
en français ou IOS en anglais (pour International Organization for Standardization). Quel que soit le
pays, la forme abrégée du nom de l'Organisation est toujours ISO.
Norme
Les normes sont des accords documentés contenant des spécifications techniques ou autres critères
précis destinés à être utilisés systématiquement en tant que règles, lignes directrices ou définitions de
caractéristiques pour assurer que des matériaux, produits, processus et services sont aptes à leur
emploi.
44
Communication de la Commission Européenne – MPE, 16.7.2008
60 Politique environnementale
Déclaration par l’organisme de ses intentions et de ses principes relativement à sa performance
environnementale globale qui fournit un cadre à l’action et à l’établissement de ses objectifs et cibles
environnementaux.
Recyclable
Qui peut être recyclé.
Recyclabilité
Aptitude à la valorisation matière d’un emballage, compte tenu des critères amonts et avals de
recyclage45.
Recyclage
Retraitement dans un processus de production des déchets aux fins de leur fonction initiale ou à d'autres
fins, y compris le recyclage organique, mais à l'exclusion de la valorisation énergétique46.
Ensemble des techniques de transformation des déchets après récupération, visant à en réintroduire tout
ou partie dans un cycle de production47.
Recyclé
Qui est traité de nouveau grâce à un procédé de production de déchets et est utilisé dans le but initial ou
d’autres buts48.
Ex : du papier a été utilisé pour fabriquer du papier, ou des bouteilles en plastique ont été utilisées pour
fabriquer des polaires ou des stylos.
Réutilisation
L’emballage est rempli à nouveau ou réutilisé pour un usage identique à celui pour lequel il a été conçu,
avec ou sans le recours à des produits auxiliaires présents sur le marché qui permettent le reremplissage de l'emballage même.
L’emballage a été conçu et créé pour pouvoir accomplir pendant son cycle de vie un nombre minimal de
trajets ou de rotations. L’emballage réutilisé deviendra un déchet d'emballage lorsqu'il ne sera plus
réutilisé46.
Spécifications techniques
Elles détaillent les caractéristiques du marché de façon objective et mesurable et doivent être liées à
l’objet du marché. Elles peuvent être définies par des performances à atteindre ou des exigences
fonctionnelles.
A noter : si quelque chose est normé, on peut l’exiger.
Valorisation énergétique
L’utilisation de déchets d'emballages combustibles en tant que moyen de production d'énergie, par
incinération directe avec ou sans autres déchets, mais avec récupération de la chaleur46.
45
Source : LNE 2008 - « conception des emballages : guide pour l’amélioration de leur recyclabilité »
46
Source : Directive 94/62/CE
47
Source : JO 12/04/2009, Avis
48
Source : norme NF EN ISO 11607-1
61 LEXIQUE
AAPC
Avis d’appel public à la concurrence
ACV
Analyse du cycle de vie
ADEME
Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie
AFIB
Association française des ingénieurs biomédicaux
AGEPS
Agence générale des équipements et produits de santé
AMM
Autorisation de mise sur le marché
AO
Appel d’offres
APPAMED
Syndicat de l’industrie des dispositifs de soins médicaux
BROKER
Courtier, intermédiaire
BSD
Bordereau de suivi des déchets
C2DS
Comité pour le développement durable en santé
CCAG
Cahier des clauses administratives générales
CCTP
Cahier des clauses administratives techniques
CMP
Code des marchés publics
CMR
Cancérogène, mutagène et repro-toxique
CSP
Code de la santé publique
DAOM
Déchets assimilés aux ordures ménagères
DASRI
Déchets d’activités de soins à risques infectieux
DCE
Dossier de consultation des entreprises
DD
Développement durable
DEEE
Déchets d’équipements électriques et électroniques
DM
Dispositifs médicaux
DMDIV
Dispositifs médicaux de diagnostic in vitro
ESAT
Etablissement et service d’aide par le travail
EUCOMED
représente 4500 concepteurs, fabricants et fournisseurs de technologies médicales
utilisées
dans le diagnostic, la prévention, le traitement de la maladie et l'invalidité
FDES
Fiche de déclaration environnementale et sanitaire
FSC
Forest stewardship council
GES
Gaz à effet de serre
HAS
Haute Autorité de Santé
HQE
Haute qualité environnementale
62 ICPE
Installation classée pour la protection de l’environnement
ISO 11607
Emballage des dispositifs médicaux stérilisés
ISO 14001
Définit les exigences relatives à un système de management environnemental
ISO 26000
Instrument de régulation de la responsabilité sociétale des organisations
LEEM
Les entreprises du médicament
MAPA
Marché à procédure adaptée
MN
Marché négocié
MNSC
Marchés négociés sans concurrence
MPE
Marchés publics écologiques
OEAP
Observatoire Economique de l’Achat Public
OHSAS
Occupational Health and Safety Assessment Series
OIT
Organisation internationale du travail
PEFC
Program for the Endorsement of Forest Certification
PVC
Polychlorure de vinyle
QSE
Qualité, sécurité, environnement
REACH
Règlement européen sur l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et les restrictions
des substances chimiques
RECYDENT
Filière des DEEE dentaires
ROHS
Restriction de l’utilisation de certaines substances dangereuses
SFRL
Syndicat de l’industrie du diagnostic in vitro
SME
Système de management environnemental
SNITEM
Syndicat national de l’industrie des technologies médicales
SVHC
Substance of Very High Concern
UGAP
Union des groupements d’achats publics
63 CONTRIBUTIONS
Comité de rédaction
Mme Elisabeth AOUN – Président du GROUPE D’ETUDE DES MARCHES PRODUITS DE SANTE
Directeur des Achats de l’Agence Générale des Equipements et Produits de Santé (AGEPS)
Assistance Publique Hôpitaux de Paris
Membres du Groupe
Elisabeth Valette : responsable de la coordination du développement durable à la Direction des Achats
de l’AGEPS – coordinatrice du présent groupe de travail
Pascale Blangarin : représentante SFRL
Pascale Cousin : Directeur des Affaires Technico-réglementaire - SNITEM
Delphine Caroff : Chargée de mission Responsabilité Sociétale des Entreprises - LEEM
Hélène De Labrousse : Représentante APPAMED
Serge Hombert : Chargé de mission développement durable - UGAP
Dominique Napoli : représentant AFIB
Coordonateur OEAP : Yves Nicolas, Service des achats de l’Etat
64 Comité de lecture
- Pascal Paubel, pharmacien des hôpitaux / chef de service, CH Sainte-Anne, Paris
- Marie-Agnès Urbina, pharmacien des hôpitaux / chef de service, CH Valenciennes
- Stéphanie WINICKI : relecteur pour l’AFIB - Sandrine QUILAN : relecteur pour l’AFIB
- Pierre WICART : relecteur pour l’AFIB - Mélanie BANNIER : relecteur pour l’APPAMED
- Sandrine NIVAUX : relecteur pour l’APPAMED
- Valérie INDART : relecteur pour le LEEM
- Claude BOUGE : relecteur pour le LEEM
- Odile DELMAS : relecteur pour le SFRL
- Michel ZITOUN : relecteur pour le SNITEM
- Claire JEGOU : relecteur pour le SNITEM
- Philippe DUMONT : relecteur pour le SNITEM
- Chérifa RIGHI : relecteur pour l’UGAP
- Valérie WEINLING : relecteur pour l’UGAP
- Julie Bourgueil, Directrice Adjointe Uni-HA, relecteur pour Uni-Ha
- Commandant Jean-Pierre Pugnetti, Chef du bureau Achat public, relecteur pour la Direction centrale du
service de santé des armées
Le chapitre des DEEE a été relu par Mme Fabre, Chargée de mission filières déchets d'équipements
électriques et électroniques, piles et accumulateurs au Ministère de l'écologie, de l'énergie, du
développement durable et de l'aménagement du territoire (MEEDDAT)
65 
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising