Télécharger l`article au format

Télécharger l`article au format
Aves 47/1
www.observations.be
2010
37-41
:
quatre conseils d’utilisation pour le printemps
J.-S. Rousseau-Piot
Jean-Yves Paquet
Résumé - Depuis le lancement du portail www.observations.be, les ornithologues sont très nombreux à utiliser quotidiennement cette interface pour la gestion et la transmission de leurs observations courantes. Comme l’illustre encore la Chronique saisonnière publiée dans ce même numéro,
la quantité de données ainsi accumulées est sans commune mesure avec ce qui était collecté par
le passé via les traditionnels rapports mensuels d’observation. En parallèle, on observe aussi une
évolution du type de données transmises : autrefois, elles étaient plus synthétiques et, bien que
moins nombreuses, elles permettaient sans doute des interprétations plus faciles, plus directes,
dans le cadre des traitements faunistiques tels que les chroniques ornithologiques. Aujourd’hui,
les données récoltées par les systèmes d’encodage en ligne sont plus « brutes », moins « interprétées » par les observateurs eux-mêmes, mais leur quantité et leur précision géographique ouvrent
de nouvelles perspectives dans la compréhension des phénomènes ornithologiques.
Mais comment optimaliser la saisie de ses données ornithologiques quotidiennes pour en garantir
le plus large spectre de traitement possible ? Voici quatre petits conseils d’utilisation, à méditer
avant le printemps qui s’annonce… Ces conseils sont inspirés d’un examen préliminaire des observations ornithologiques encodées dans www.observations.be en 2009. Ils s’appuient sur le masque
d’encodage du portail (Fig. 1), auquel nous faisons référence dans le texte.
Conseil n°1 : Localiser
précisément les observations
Une des « valeurs ajoutées » des systèmes d’encodage des données biologiques en ligne, c’est
la facilité avec laquelle les observations peuvent
être transmises avec une haute précision géographique. Dans le système www.observations.be,
le pointage via la fenêtre Google ( 1 sur la Fig. 1)
adapte automatiquement le contenu du champs
Aves 47/1
2010
« Site », qui indique toujours le contours du site
le plus précis disponible dans le système (la localité ou la réserve naturelle par exemple) à l’intérieur duquel l’observateur a pointé l’oiseau. Dans
le courant 2009, la qualité des images transmises
via Google pour la Belgique a été améliorée et elles
permettent de positionner facilement les observations avec précision.
Parmi les applications directes de cette géolocalisation, on peut citer l’apport de données justifiant
la prise de mesures de protection pour un site (voir
par exemple www.aves.be/coa/natura2000).
37
Si l’on ne pointe pas avec la fenêtre Google et que
l’on choisit uniquement le site sur base de son toponyme dans la liste des sites disponibles, les coordonnées associées à l’observation seront celles du
centre du site choisi. Il est parfois utile de procéder
ainsi, par exemple pour renseigner une impression
générale (« faible densité de l’espèce ») dans le
champs « Remarques » (voir conseil n° 3).
Dans observations.be, les sites disponibles dans le
système sont uniquement définis par le gestionnaire
et certains utilisateurs sont donc parfois frustrés de
ne pas y trouver leur « local spot » voire même parfois
certaines petites localités. Deux solutions existent :
• contacter info@observations.be pour demander
l’ajout d’un nouveau site ;
• utiliser la possibilité de créer ses sites personnels
(seulement visible par l’utilisateur qui les crée :
on peut ainsi ajouter son jardin, sa prairie…) ;
accès via le menu « Mon observations.be », puis
« Mes sites ».
Bien entendu, un pointage précis des localisations
est moins important, voire superflu, dans le cas
d’observations d’oiseaux en migration active, ou
dans le cas de remise de liste complète d’observations (voir Conseil n°4).
Conseil n°2 : Utiliser le
champ « Comportement »
La majorité (55 %) des observations sont encodées
sans que l’utilisateur ne se serve de la liste déroulante qui s’affiche lorsqu’on clique sur le champs
« Comportement » (voir 2 ). Or, cette liste standardisée permet d’apporter aisément une plus-value à
l’observation que l’on encode. Au printemps, cela
permet surtout de distinguer par la suite les données se rapportant à de « simples observations » ou
à des nicheurs potentiels. Le Tableau 1 détaille les
comportements disponibles dans la liste proposée
et donne une idée des circonstances d’observation
auxquelles ils peuvent être associés.
Remarquons que la sélection de certains comportements dans la liste (en italique dans le Tableau 1)
sous-entend un sens différent donné à la quantité
renseignée dans le champ « Nombre ». Certains
38
éléments (en gras) représentent les comportements
associés à une nidification possible, probable ou
certaine.
Conseil n°3 : Utiliser le
champ « Remarques »
Le champ « Remarques » (voir 3 sur la Fig. 1)
permet d’apporter de l’information sur l’observation sous la forme d’un « texte libre », où tous les
détails sur l’oiseau ou sur l’observation peuvent
être donnés (par exemple, sur l’intérêt particulier
de l’observation : « première observation ce printemps »…). Bien entendu, ces informations ne
Cacher les observations sensibles ?
Dans le cas de nicheurs sensibles ou d’observations dans des sites sensibles, il est recommandé, plutôt que renseigner une « fausse »
localisation, de la pointer normalement et d’utiliser alors les outils « embargo » ou « flou » pour
rendre l’observation « invisible » aux autres
utilisateurs du système (voir 4 sur la Fig. 1).
Rappelons que l’embargo cache complètement
la donnée aux autres utilisateurs jusqu’à la date
indiquée (utile par exemple pour protéger une
donnée délicate pendant la nidification), alors
que cocher la case « flou » revient à cacher uniquement la localisation précise, mais de manière
permanente. Il est aussi possible de demander
aux administrateurs du site (info@observations.
be) un embargo « par défaut » d’une espèce
particulière sur un site donné (pour éviter qu’un
autre observateur moins prudent ne publie l’information par inadvertance). Enfin, certaines
espèces (Râle des genêts Crex crex, Grand-duc
Bubo bubo) sont en situation de « flou par défaut » : les localisations précises n’apparaissent
jamais pour ces espèces.
L’embargo et le « flou » n’empêchent pas l’utilisation de la donnée pour mettre en place, si
nécessaire et envisageable, des mesures de
protection (par exemple, action en collaboration
avec le DNF et un agriculteur pour la protection
du Râle des genêts).
Aves 47/1
2010
Tableau 1 - Comportements disponibles dans observations.be (liste 2 ). En italique, les champs dont la sélection
sous-entend une interprétation différente du champ Nombre. En gras, les comportements associés à une nidification
possible, probable ou certaine.
Comportement
Sur place
Cherchant de la nourriture
Criant
Paradant / chantant
Passant en vol
Trouvé mort
Capture
Alarmant
En halte
Comportement territorial
Territoire établi
(couple nicheur)
En chasse
S’envolant
Se reposant
Dortoir
Portant bagues de couleur
Traces
Victime de la circulation
Nid(s) occupé(s)
Couple(s) dans un habitat
potentiel de nidification
Individu(s) dans un habitat
potentiel de nidification
Signification
Comportement « par défaut », absence de comportement observé
Tout comportement alimentaire
Oiseau émettant un cri sans autre particularité
Oiseau manifestant une activité territoriale par le chant ou par une parade (selon les
espèces, ce sera un cas ou l’autre ou les deux)
Oiseau en vol, peut être ou non associé à une direction de vol
Cadavre
Oiseau observé dans le cadre d’une activité de baguage scientifique
Oiseau émettant des cris d’alarme (pas nécessairement associés à une nidification)
Oiseau probablement en halte migratoire (qualification résultant d’une interprétation de
l’observateur)
Oiseau manifestant une activité territoriale, mais pas nécessairement par le chant ou les
parades (agressivité intra-spécifique, alarmes…)
Correspond à un « nicheur probable » dans les classifications atlas ; les deux membres
du couple ne doivent pas nécessairement avoir été observés, mais les comportements
des oiseaux doivent réellement indiquer une nidification (compléter avec le champ
remarque, voir Conseil n°3) ; le nombre indiquera ici en principe le nombre de « territoires », pas d’individus
S’applique aux prédateurs
Oiseau levé par l’observateur ou simplement décollant pendant l’observation
Au repos (par exemple, canard avec « le bec dans les plumes »)
Indique un comportement de dortoirs communautaires ; le nombre indiquera alors le
nombre d’individus estimés présents ou rejoignant le dortoir.
Détailler la description de la bague dans le champ « remarques »
Observation indirecte (plumes, traces, fientes… identifiables)
Cadavre trouvé le long d’une route
Observation d’un ou plusieurs nids apparemment occupés (par exemple, les nids d’une
colonie de Corbeau freux Corvus frugilegus) ; ici, le nombre indique le nombre de nids et
pas celui des oiseaux présents
Correspond à un « nicheur possible » dans les classifications atlas ; présence d’un
couple mais pas de preuve certaine de nidification ; le nombre renseigne la quantité de
couples, pas d’individus
Correspond à un « nicheur possible » dans les classifications atlas ; présence d’un
individu dans un habitat favorable mais pas de preuve certaine de nidification.
peuvent pas être traitées d’une manière systématique (c’est pourquoi on utilisera aussi si possible le
champ « Comportement » 2 ), mais elles peuvent
éclairer les autres observateurs ou même l’utilisateur lui-même, lorsqu’il reverra ses données par la
suite, sur les circonstances ou l’intérêt de l’observation. Ce champ permet également de donner des
indications utiles aux rédacteurs des chroniques
ornithologiques, comme des impressions générales d’abondance ou de rareté particulière d’une
espèce. Enfin, en cas d’observation d’espèce rare,
il permet de renseigner directement les validateurs
Aves 47/1
2010
sur les critères utilisés (ou d’expliquer pourquoi on
a décoché la case « certain » en cas d’identification
incertaine).
Au printemps 2009, 85 % des observations ornithologiques encodées sur observations.be ne présentaient
aucune information dans ce champ « Remarques ».
Les champs « Remarques sur le site » est plutôt
prévu pour donner des indications pratiques sur
comment retrouver l’oiseau si on souhaite l’indiquer
aux autres observateurs.
39
Conseil n°4 : À l’occasion, remplir
des listes complètes par site
Une possibilité méconnue de l’utilisation d’observations.be est d’utiliser les « listes par site », qui
permettent en quelques clics de remplir une liste
complète d’espèces observées lors d’une visite sur
un site.
La procédure pour avoir accès à cette liste à remplir
est la suivante. Tout d’abord, se positionner sur la
page du site inventorié (par exemple via le menu
« Vue d’ensemble », puis « Sites », puis en cherchant dans la liste des sites disponibles). Dans la
boîte appelée « À propos de ce site » en haut à
droite de la page, sélectionner la fonction « Ajouter
les observations pour la zone complète ». La liste
à compléter apparaît alors (voir Fig. 2). Il est aisé
d’indiquer un nombre pour chaque espèce vue ou
de cocher la case si l’espèce était présente mais
Fig. 1 - Le formulaire
d’encodage principal.
2
3
1
4
Fig. 2 - La fenêtre d’encodage
des listes par site (ici, l’étang
de Virelles).
40
Aves 47/1
2010
non dénombrée. Lorsqu’on enregistre cette page
(« OK » tout en bas), les observations sont toutes
automatiquement ajoutées à la liste de l’utilisateur.
La coordonnée géographique associée à toutes ces
observations est alors celle du centre du site. Il est
conseillé, dans le cas d’une observation particulièrement intéressante dans la liste, d’aller modifier ensuite la donnée, pour préciser les comportements,
préciser la localisation et ajouter les remarques.
Une autre possibilité pour ceux qui sont équipés
est d’utiliser une application gratuite pour PDA ou
smartphone, permettant un encodage sur le terrain.
Le manuel d’utilisation (disponible sur demande à
info@observations.be) a été traduit en français par
Dirk Verroken.
de suivis de type « points d’écoute »). En guise
d’exemple, la Fig. 3 montre comment une analyse
de type « liste d’observations » sur les données
du site www.observations.be permet de décrire la
phénologie du retour printanier de deux migrateurs
transsahariens dans notre région. La qualité des utilisations possibles serait grandement améliorée si
plus d’observateurs rentraient des listes complètes
après leurs sorties ornithologiques (et pas simplement les observations les plus remarquables).
L’équipe d’observations.be vous remercie de votre
collaboration et pour vos commentaires constructifs
tout au long de l’année. Bonnes observations printanières !
Dans beaucoup d’autres systèmes d’encodage en
ligne (comme le système américain « eBirds » ou
anglais « BirdTrack »), la saisie de listes complètes d’observations est fortement encouragée. Plusieurs publications démontrent en effet l’intérêt de
la collection de telles listes pour les études phénologiques voire même certaines analyses de tendances (moins précises toutefois que les programmes
Jean-Yves Paquet
Département Études Aves-Natagora
Rue du Wisconsin 3
B - 5000 Namur
jean-yves.paquet@aves.be
Aves 47/1
2010
30 avr
25 avr
20 avr
15 avr
10 avr
5 avr
31 mars
26 mars
21 mars
16 mars
11 mars
6 mars
1 mars
Proportion de listes où l'espèce est présente
Fig. 3 - Évolution
70%
de la fréquence
Hirondelle rustique
d’apparition de deux
Pouillot fitis
60%
migrateurs
transsahariens dans les
listes d’observations,
50%
l’Hirondelle rustique
(Hirundo rustica) et
40%
le Pouillot fitis (Phylloscopus trochilus),
30%
au cours du printemps 2009. La « liste
20%
d’observations »
considérées ici est
10%
la liste des espèces
observées par un ob0%
servateur donné au
cours d’une journée,
indépendamment
des sites visités
(seules les listes de
plus de 10 espèces sont ici prises en compte). Les courbes sont dérivées de l’application d’une moyenne mobile de
5 jours. Le retour des Hirondelles rustiques a débuté à la mi-mars et culminait à la fin du mois, moment où 50 %
des observateurs renseignaient cette espèce dans leur liste journalière. Le retour du Pouillot fitis est plus tardif, mais
aussi plus « groupé » : une semaine suffit pour atteindre le maximum de fréquence observé de l’espèce dans les
listes. La diminution de la fréquence après le 12 avril pourrait signifier la fin du passage migratoire prénuptial dans
notre région.
41
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising