termes de references pour le developpement d`outils de formation

termes de references pour le developpement d`outils de formation
TERMES DE REFERENCES POUR LE DEVELOPPEMENT D’OUTILS DE FORMATION
EN LIGNE ET LA CONCEPTION DE E-MODULES
COMPOSANTE 1 :
EFFET 1.A :
PRODUIT 1.A.3
ACTIVITE 1.A.3.b
RESSOURCES 1.A.3.b.3
COMPOSANTE 1 :
EFFET 1.A :
PRODUIT 1.A.6.
Activité 1.A.6.e
RESSOURCES 1.A.6.e.3
COMPOSANTE 2
EFFET 2.A
PRODUIT 2.A.1.
AMELIORATION DE L’EFFICACITE ET DE LA TRANSPARENCE DE LA
GESTION DES FINANCES PUBLIQUES
GESTION DES FINANCES PUBLIQUES PLUS EFFICACE ET EFFICIENTE
ACCROISSEMENT DES MARCHES DU GOUVERNEMENT CENTRAL
MIS EN CONCURRENCE :
. Les acteurs de la passation de marchés publics sont formés sur
le Code des marchés publics et sur l'utilisation du SIGMP
. Les autorités concernées sont formées sur le contrôle à
postériori et les marchés publics dans les régions et au niveau
central font l'objet d'un contrôle à postériori
AMELIORER LA PERFORMANCE DU SYSTEME DE FORMATION
CONSULTANCE POUR INTRODUIRE DANS LE CRV UN MODULE DE
FORMATION CERTIFIANT A DISTANCE
AMELIORATION DE L’EFFICACITE ET DE LA TRANSPARENCE DE LA
GESTION DES FINANCES PUBLIQUES
GESTION DES FINANCES PUBLIQUES PLUS EFFICACE ET
EFFICIENTE
PREVISIBILITE DE L'EXECUTION DU BUDGET AMELIOREE :
-Les agents chargés du suivi des emprunts sont formés sur des
thèmes spécifiques en relation avec leurs missions
-Les régies de recette (DGI, DGD) sont dotés de matériels et
d'outils performants pour le suivi et la gestion des recettes
. Les agents des régies de recettes sont formés sur des thèmes
spécifiques en relation avec leurs missions
. Une nouvelle GRH plus efficace et basée sur la performance est
mise en place au niveau de la DGD
ACCOMPAGNER LA DECONCENTRATION DES SERVICES FISCAUX
A CREER
CONCEPTION DES MODULES EN LIGNE EN PARTENARIAT AVEC
LE CFD
AMELIORATION DE LA GOUVERNANCE LOCALE
EFFICACITE ET TRANSPARENCE DE LA GOUVERNANCE
COMMUNALE AMELIOREES AU NIVEAU DES COMMUNES
D'INTERVENTION
COMMUNES ET CUM APPUYEES DE MANIERE INTEGREE :
.Responsables communaux formés sur la maîtrise d'ouvrage
communal, sur la gestion comptable et financière , et sur la TRS
ACTIVITE 2.A.1.l
RESSOURCES 2.A.1.l.3
COMPOSANTE 3
EFFET A
PRODUIT 3.A.4.
ACTIVITE 3.A.4.c
RESSOURCES 3.A.4.c.1
.Nouvelle base de données fiscales élaborée et FI-PLOF installée
et mise à jour
.Processus de budget participatif mis en œuvre dans les
communes d'intervention
.Des mécanismes de TRS permettant l'information et le recueil
des feed back des citoyens sur la gestion communale sont mis en
place
.Les standards de services et des dispositifs anti-corruption sont
mis en place
FORMER LES AGENTS DE GUICHETS FONCIERS ET AGENTS CRIF
DES 123 COMMUNES OCAI
CONSULTANCE SUR LA CONCEPTION ET PRODUCTION DE DVD
D'AUTOFORMATION
RENFORCEMENT INSTITUTIONNEL ET GESTION DES
CONNAISSANCES
INFORMATIONS ET CONNAISSANCES ACCESSIBLES AUX ACTEURS
DE LA GOUVERNANCE AUGMENTEES
AUTONOMIE FINANCIERE DU CFD AMELIOREE :
.CFD doté des ressources humaines et pédagogiques adéquates
.Stratégie marketing et commerciale développée
.Outils innovants de formation mis en œuvre
APPUYER LE DEVELOPPEMENT D'UN CONTENU DE FORMATION
DE QUALITE LIE AUX REFORMES
PRODUCTION, DUPLICATION ET DIFFUSION DU CONTENU DE
FORMATION DE QUALITE LIE AUX REFORMES
2/19
I.
INFORMATIONS GENERALES ET CONTEXTE DU PROJET
I.1. Contexte général du PGDI.
Le Gouvernement de la République de Madagascar a obtenu un Crédit de l’Association Internationale de
Développement (IDA) en vue de financer le coût du Projet de Gouvernance et de Développement
Institutionnel (PGDI). Depuis plus de 10 ans, le Gouvernement de la République de Madagascar a mis en
œuvre plusieurs projets de gestion publique. Venant à la suite du PASAGE et du PAIGEP et dans le
prolongement du PGDI, le second projet pour la gouvernance et le développement institutionnel a été
négocié en 2008. La mise en œuvre de ce projet a été interrompue par la crise en 2009 et ses activités ont
été suspendues pendant presque deux années, le portefeuille de la Banque Mondiale étant régi par la
directive OP. 7.30 (gouvernement de facto).Toutefois, depuis mai 2011, la Banque Mondiale a assoupli
l’application de cette directive en vue de reprendre le décaissement de son portefeuille sous certaines
conditions. Une de ces conditions est la restructuration du PGDI pour être en phase avec l’évolution de
l’environnement à Madagascar.
Par ailleurs, le Gouvernement, a confirmé son engagement à poursuivre, à renforcer et à accélérer les
actions et les réformes entreprises depuis. Ainsi, la tutelle du PREA, par décret n°2012-661 du 28 juin
2012, a été transférée à la Primature. Celle-ci, dans la continuité de ses actions en faveur du renforcement
de la bonne gouvernance au niveau de l’administration, envisage dès lors de poursuivre la conception et
la mise en œuvre du volet « efficacité » du Programme National de Bonne Gouvernance (PNBG).
Par décret n°2012-660 du 28 juin 2012, le PGDI a également été placé sous tutelle de la Primature et sous
la supervision de la Coordination Générale du PREA. Il continuera à apporter son appui dans la conception
et la mise en œuvre du Programme National de Bonne Gouvernance (PNBG).
La restructuration du projet a considérablement revu le cadre logique du projet tout en maintenant la
gestion des finances publiques et la redevabilité sociale, tant au niveau local que national, comme des
enjeux prioritaires. La durée de vie du projet, a été étendue jusqu’au 31 aout 2014, pour décaisser le
reliquat (équivalent à USD 19 millions) et mettre en œuvre les activités du projet. La restructuration vise
également à recadrer les activités du projet avec la stratégie de la Banque Mondiale pour Madagascar
pour la période 2012-2014 (ISN). Ainsi, la restructuration a retenu pour objectif du projet de renforcer la
gestion des finances publiques et de la redevabilité sociale tant au niveau central que communal. La
restructuration a retenu trois composantes :
Composante 1:Amélioration de l’efficacité et de la transparence de la gestion des finances publiques
Composante 2:Amélioration de la gouvernance locale
Composante 3:Renforcement institutionnel et gestion des connaissances
I.2. L’appui à la réforme de la passation de marchés publics Produits
La réforme de la passation des marchés publics a été appuyée déjà dès 2004 dans le cadre du PGDI 1. En
effet, au vu des constats de manquement grave aux principes de bonne gouvernance (absence de
transparence, d’efficacité et d’efficience, appel à la concurrence très limité) dans l’octroi des marchés
publics à Madagascar, le gouvernement Malagasy a décidé de prendre des mesures pour redresser la
situation et améliorer les pratiques dans la passation de marchés publics. Ainsi, le PGDI 1 apporté son
soutien dans la mise en place d’un cadre institutionnel et organisationnel dans la mise en œuvre de la
réforme au niveau des marchés publics. Cet appui a permis la mise en place et l’opérationnalisation de
l’ARMP (Autorité de Régulation des Marchés Publics), qui est l’organe institutionnel en charge de la mise en
3/19
œuvre des réformes, et a contribué dans l’élaboration et l’implémentation du nouveau Code des Marchés
Publics des textes subséquents.
En conséquence, ce Code des Marchés Publics doit être appliqué par tout organisme public qui manie et
gère les deniers publics à savoir l’Etat et ses services, les Régions ainsi que les Communes.
Cependant, un problème est constaté dans l’application de ce Code par les autorités contractantes prévues
par l’article 3 du Code. En effet, dans la plupart des cas, les membres des organes de l’achat public ne sont
pas des professionnels dans le domaine des marchés publics. Malgré les différentes actions de formation et
de coaching menées par l’ARMP, force est de constater qu’il subsiste des lacunes dans l’application des
procédures de passation de marchés publics et des dérives dans la conduite de ces processus de passation
de marchés.
Aussi, pour atteindre une certaine efficience dans les opérations de l’Administration, il importe, non
seulement que i) le code de passation de marchés publics mis en place soit réellement appliqué et que les
différentes opérations répondent aux principes d’efficacité, de transparence et de concurrence, mais aussi
que ii) une mercuriale de prix puisse servir de référence aux différents acteurs.
En outre l’ARMP a l’intention de mettre à la disposition des acteurs de la commande publique des dispositifs
qui permettra la mise à jour leurs compétences théoriques et opérationnelles. C’est un dispositif en ligne
nommé Centre de Ressources Virtuelles ou CRV. Ce centre virtuel hébergera les informations nécessaires et
indispensables pour assurer la mise en application du code de passation de marchés publics dans l’avenir.
I.3. Les réformes à la Direction Générale des Impôts
Depuis l’année 2004, Madagascar a profondément réformé la Direction Générale des Impôts afin
d’améliorer la mobilisation fiscale. Les reformes ont concerné le renforcement de l’égalité devant l’impôt, la
simplification et la transparence de la norme fiscale et la facilitation des obligations déclaratives par les
contribuables.
Six axes ont été développés depuis le commencement de la réforme notamment :
- La simplification des dispositions du Code général des Impôts ;
- L’informatisation des services, et le développement des télé-procédures de déclaration et de
paiement ;
- La segmentation des catégories de contribuables accompagnée des structures dédiées aux
différentes sortes d’entreprises, grandes, moyennes entreprises et petits contribuables ;
- La facilitation des obligations déclaratives des contribuables par le biais de la mise à disposition de
cellules d’accueil et le rapprochement de l’administration fiscale avec les contribuables ;
- L’amélioration de la couverture du tissu fiscal en adoptant une politique d’implantation de centres
fiscaux au niveau de chaque district ;
- La montée en puissance du contrôle d’activité et d’audit.
L’immatriculation fiscale est le procédé permettant d’identifier, de localiser et de recenser chaque
contribuable afin d’assurer un suivi efficace de son dossier fiscal. Ainsi, le principe prévoit l’attribution d’un
numéro spécifique à chaque contribuable dès lors qu’il exerce une activité. Un assainissement de la base de
données auprès de la direction générale des impôts est prioritaire afin que les autres institutions,
notamment la Direction Générale des Douanes, la Direction de la Comptabilité publique et l’INSTAT, puissent
exploiter les données à leur niveau.
Dans cette optique, la DGI a réalisé, en 2008, un audit du NIF, par un prestataire extérieur, aboutissant,
notamment, à l’élaboration d’un nouveau format du NIF à 10 chiffres, à la conception d’une nouvelle base
de données centralisée contenant toutes les informations relatives à la vie d’une entreprise et à une
4/19
opération de ré-immatriculation de tous les contribuables. Faisant suite à cet audit, la DGI a développé, en
interne, un site web simple, performant et facile à accéder permettant l’immatriculation en ligne, lequel site
est dénommé « NIFONLINE. Le site NIFONLINE est opérationnel depuis le 1er janvier 2011.
A l’aide de ce site web, la base de données est unique, centralisée et permet de gérer tous les contribuables
à Madagascar. Citons un exemple d’une entreprise possédant trois numéros d’identification différents, à
savoir, le NIF (actuellement NIFONLINE), le Numéro Statistique et le Numéro du Registre du Commerce
(RCS), dans la base de données du NIFONLINE de ce fait il devrait être considéré comme la base de
l’identifiant unique. Toute fois une démarche dans le sens d'une convention INSTAT-RCS-DGI sera tentée
mais nous ne pouvons affirmer son aboutissement.
L’appui au projet NIFONLINE de la DGI s’avère donc nécessaire pour la mise en place de cet
identifiant unique des contribuables.
Aussi, du côté de la DGI, des renforcements de capacité des personnels dans l’utilisation des
nouveaux outils et la dotation en matériels (informatiques et connexion internet) étaient réalisé en 2013 afin
de renforcer la compétence des agents des impôts dans la mise en œuvre de la nouvelle immatriculation.
Mais afin de soutenir le renforcement de capacité des responsables Nifonline des modules de formations en
ligne sont envisagés pour assurer la continuité.
I.4. Le PNF et la DRGFD
Le Programme national Foncier : PNF est un organisme d’exécution créé en 2005 par arrêté ministériel
conformément à la Lettre de Politique foncière pour être le « maitre d’œuvre de la politique foncière ». Il
joue un rôle d’appui technique, fédère les soutiens à la réforme foncière et veille à la cohérence et à la
mise en œuvre des quatre axes stratégiques de la politique foncière. Il appuie la révision cadre législatif et
réglementaire introduisant un transfert de compétence vers les échelons communaux et locaux, la
décentralisation de la gestion foncière avec l’implantation de Guichets Fonciers communaux, la
modernisation des Services Fonciers aux niveaux régional et central et le renforcement de capacités des
acteurs du Foncier notamment via la construction de cursus de formation.
La Direction de la Réforme et de la Gestion Foncière Décentralisée (DRGFD) travail à la mise en œuvre de
la politique du gouvernement en matière de Réforme foncière ce qui consiste à l’appui des CTD ainsi que
des Directions, des Domaines et de la propriété Foncière, et des Services Topographiques sur la mise en
œuvre des quatre axes de la Lettre de politique Foncière.
La DRGFD a procédé en avril 2013 à la mise en place d’un « Bureau Spécialisé » dans chacune des
Circonscriptions Domaniales et Topographiques de Madagascar. Ces bureaux composés des agents de
l’Etat sont responsable des relations entre les services fonciers déconcentrés et les Guichets Fonciers
Décentralisés. Les agents des « Bureau Spécialisé » apportent un appui, des conseils et suivent les
guichets fonciers dans leurs activités en vue d’une complémentarité et d’une harmonisation de la
sécurisation foncière.
Conformément à l’axe stratégique 4 de la politique foncière relatif à la création et au renforcement des
compétences nécessaire à la mise en œuvre de la réforme, le PNF a initié en 2010 un travail
d’uniformisation des cursus de formations des agents de guichets foncier.
Le travail de construction des cursus de formation a été conduit en partenariat avec la DRGFD sur les
aspects techniques et avec l’Institut National de la Décentralisation et du Développement Local (INDDL)
(Décret n°2011-230 du 10 mai 2011 ; missionde renforcement des capacités des agents et responsables au
sein des Collectivités Territoriales Décentralisées) pour l’andragogie.
Le 20 février 2013, 23 agents de collectivités décentralisées de 11 régions de Madagascar ont reçu leur
diplôme professionnel d’agent de guichet foncier. Et c’est dans la perspective de continuité et de
5/19
renforcement du processus de standardisation des formations et professionnalisation des métier agents
fonciers des collectivité décentralisée que sont élaboré la présente note conceptuelle.
II. DESCRIPTION DU PROJET
2-1 Objectif
L’objectif principal de ce projet est de renforcer les capacités et de professionnaliser les Agents de l’Etat, les
acteurs de développement et les Agents de guichets fonciers conformément aux stipulations des textes
légaux et règlementaires régissant leur métier en renforçant les STD pour une meilleure gouvernance locale,
en mettant à leur disposition des outils de formation adaptés en ligne et des e-modules.
Plusieurs cursus de formation ont été identifiés pour répondre aux besoins des Agents du MFB et autres
acteurs et des collectivités décentralisées :
 Finance publique pour tous
 NIFONLINE
 Fiscalité à Madagascar
 Procédure de passation des marchés publics
 Gestion foncière décentralisée
Les résultats attendus de ces activités sont les suivants :
 Un catalogue de scénarii pédagogique standard.
 Des modules de formation disponibles sous format en ligne
 Des supports de formation sous format électronique et interactif
 Les apprenants ont reçu des formations et les outils numériques nécessaires à l’accomplissement de
leurs missions.
2-2 Articulation avec la mission de mise en place du Learning Management System initié par le CFD
Le LMS a pour mission de créer une application de formation en ligne pour la gestion des ressources
pédagogiques et du cursus d’apprentissage de chaque « apprenant ». Des documents de formation sous tout
format possible seront disponibles de ce fait pour les participants.
Les activités inscrites dans ce TDR et leurs outputs feront l’objet des ressources utiles au CFD pour alimenter
le LMS :
- Catalogues et scenarii de formation
- Modèle et support informatique
- Suivi du programme de formation
Le Cahier des charges de la plateforme du LMS prend en compte les spécifications techniques et
fonctionnelles déjà mis en place dans ce TDR
6/19
III. DETAILS DES ACTIVITES
Le projet s’aligne sur les priorités des programmes d’activités en matière de mise en œuvre de la Réforme de
la finance publique et de la Réforme Foncière. Il consiste en la réalisation des différentes activités
indépendantes suivantes :
1- Activité 1 : Conception et production de DVD d’autoformation pour la Formation des AGF et ACRIF
des Communes OCAI
Phase I : Enregistrement et tournage vidéo
Les principales activités de la phase I sont :
i)
Assister aux séances de formations
ii)
Faire des prises de vue
iii)
Faire les montages avec les modules de formation (JPEG, document de formation,
illustration)
Phase II : Conception du DVD interactif et d’une application sous format Tablette
Les principales activités de la phase II sont :
ii)
Création de l’espace navigation : écran important du DVD qui requiert une présentation
soignée et différenciée. Les écrans principaux sont typiquement l’écran d'accueil et les
écrans introduisant les grandes sections du DVD.
iii)
Insertion des contenus : Présentation standardisée des contenus suivant les thèmes définis
dans l’espace navigation
iv)
Indexation : la lecture du DVD devrait être facilitée par des options de recherches
thématiques
Le consultant procèdera au développement, dans une base de test, l’application ELMP, aux fins de
validation. Il fournira en même temps les documents techniques de l’E-learning, les supports
d’administration et les supports d’exploitation.
Phase III : Reproduction des DVD
Il s’agit de multiplier les DVD, ornementés des jaquettes validés par DGSF/PNF
Livrables :
Rapport
Critères de qualité
Livraison
Enregistrement
Rush des prises de vue
2 mois après le lancement de la
Version montée avec les formation
modules de formation
DVD d’auto formation
DVD interactif, en version 3 mois après le lancement de la
malagasy et français
formation
Présentant les modules de
formation
Avec une indexation
7/19
2- Activité 2 : l’étude et la mise en place d’une application de la Formation en ligne : e-learning des
Finances Publiques pour Tous (e-FPTous) (en version française et malagasy)
Phase I
Les principales activités de la phase I sont :
1.1. Sur la base de l’application CRV existant, le consultant procèdera à l’analyse des données et traitements,
les diverses règles déjà existantes,
1.2. Respectant les normes en études en ligne, le consultant fournira un prototype E-learning des Finances
Publiques pour Tous (e-FPTous), considérant en même temps la plateforme de l’application déjà en
production. En, parallèle, l’organigramme des données et des traitements du prototype, ainsi que les
différents rapports du prototype (résultat des examens, statistiques …) seront fournis.
1.3. Le consultant proposera par la suite un planning de réalisation de l’application E-learning des Finances
Publiques pour Tous (e-FPTous)
Phase II
Après validation de l’équipe stratégique du CFD, des rapports de la phase I, le consultant entamera cette
phase.
Les principales activités de la phase II sont :
2.1. Le consultant procèdera au développement et à la mise en production, dans une base de test,
l’application e-FPTous, aux fins de validation. Il fournira en même temps les documents techniques de
l’E-learning, les supports d’administration et les supports d’exploitation,
2.2. En collaboration avec l’équipe du CFD, à l’issue des tests, le consultant procèdera à la migration du
module e-FPTous dans le site WEB du CFD, volet «Centre de Ressource Virtuel » ;
Livrables :
Rapport
Rapport unique – dossier
de conception
-
Application fiable et testé
-
Critères de qualité
Analyse des existants
Prototype de E-learning en finance
publique pour tous
Organigramme des données et
traitement du prototype
Plan de réalisation de l’application Elearning
Cahier des charges validé
Charte graphique validé
Une base test de l’application : fiable,
pratique, testé et validé ;
Support
d’administration
et
d’exploitation
Livraison
Fin de l’activité (1.1) de la
phase I - 3 mois après la
notification
6 mois après la notification du
consultant
8/19
3- Activités 3 : Conception et le développement d’un programme d’autoformation en ligne pour
NIFONLINE
Phase I : Conception du programme
Les principales activités de la phase I sont :
i)
Recensement des fonctionnalités de NIFONLINE auprès des responsables de la DGI.
ii)
Appropriation des procédures pour chaque fonctionnalité de NIFONLINE.
iii)
Conception de l’architecture du programme. Le programme devra être simple d’utilisation et
suffisamment léger ne nécessitant pas une connexion Internet haut débit.
iv)
Validation de la solution par les responsables de la DGI.
Phase II : Développement du programme
Les principales activités de la phase II sont :
i)
Création d’une maquette du programme.
ii)
Production d’une version beta pour tests.
iii)
Validation des responsables de la DGI.
iv)
Corrections éventuelles et production de la version définitive du programme.
v)
Production des documents techniques et des supports d’exploitation.
Phase III : Mise en ligne du programme
Le programme est mis en ligne pour exploitation. Le programme pourra être accédé à partir d’un lien
sur le site de NIFONLINE.
Phase IV : Création du DVD
Le programme est gravé sur un DVD pour être consulté localement à partir d’un ordinateur qui n’a
pas accès à Internet. Le DVD sera dupliqué en 120 exemplaires, un exemplaire pour chaque Bureau
Fiscal.
Livrables
Rapport
Conception du programme
Critères de qualité
- Fonctionnalités de NIFONLINE
- Description de la solution adoptée.
Développement du programme - Document technique du programme
- Manuel d’utilisation
Mise en ligne, création et - Lien ajouté dans le site de
duplication du DVD
NIFONLINE
- DVDs contenant le programme pour
consultation hors connexion
Livraison
2 mois après le début du projet
3 mois après la phase de
conception
1 mois après la validation de la
version définitive.
9/19
4- Activités 4 : l’étude et la mise en place d’une application de la Formation en ligne : e-learning de la
fiscalité à Madagascar (ELF)
Phase I
Les principales activités de la phase I sont :
 Sur la base de l’application CRV existant, le consultant procèdera à l’analyse des données et
traitements, les diverses règles déjà existantes,
 Respectant les normes en études en ligne, le consultant fournira un prototype E-learning de
la fiscalité (PELF), considérant en même temps la plateforme de l’application déjà en
production. En, parallèle, l’organigramme des données et des traitements du prototype,
ainsi que les différents rapports du prototype PELF (résultat des examens, statistiques …)
seront fournis.
 Le consultant proposera par la suite un planning de réalisation de l’application E-learning de
la fiscalité (ELF)
Phase II
Après validation de l’équipe stratégique de la DGI, des rapports de la phase I, le consultant entamera cette
phase. Les principales activités de la phase II sont :
 Le consultant procèdera au développement et à la mise en production, dans une base de
test, l’application ELF, aux fins de validation. Il fournira en même temps les documents
techniques de l’E-learning, les supports d’administration et les supports d’exploitation,
En collaboration avec l’équipe de la DGI, à l’issue des tests, le consultant procèdera à la migration du
module ELF dans le site WEB de la DGI, volet «Centre de Ressource Virtuel »
Livrables
Rapport
Conception
programme
du
Développement, Mise
en
ligne,
et
duplication du DVD
Critères de qualité
- Analyse des existants ;
- Prototype de E-learning en fiscalité ;
- Organigramme des données et traitement du
prototype ;
- Plan de réalisation de l’application E-learning
- Cahier des charges validé
- Une application : fiable, pratique, testé et validé ;
- Support d’administration et d’exploitation
Livraison
Après
3
mois
de
notification
consultant
Après 6 mois
notification
consultant
la
du
de
du
5- Activités 5 l’étude et la mise en place d’une application de la Formation en ligne : e-learning des
marchés publics (ELMP) - ARMP
Phase I
Les principales activités de la phase I sont :
 Sur la base de l’application CRV existant, le consultant procèdera à l’analyse des données et
traitements, les diverses règles déjà existantes,
 Respectant les normes en études en ligne, le consultant fournira un prototype E-learning des
marchés publics (PELMP), considérant en même temps la plateforme de l’application déjà en
production. En, parallèle, l’organigramme des données et des traitements du prototype, ainsi que les
différents rapports du prototype PELMP (résultat des examens, statistiques …) seront fournis.
10/19

Le consultant proposera par la suite un planning de réalisation de l’application E-learning des
marchés publics (ELMP)
Phase II
Après validation de l’équipe stratégique de l’ARMP, des rapports de la phase I, le consultant entamera cette
phase. Les principales activités de la phase II sont :

Le consultant procèdera au développement et à la mise en production, dans une base de test,
l’application ELMP, aux fins de validation. Il fournira en même temps les documents techniques de
l’E-learning, les supports d’administration et les supports d’exploitation,
En collaboration avec l’équipe de l’ARMP, à l’issue des tests, le consultant procèdera à la migration du
module ELMP dans le site WEB de l’ARMP, volet «Centre de Ressource Virtuel »
Livrables
Rapport
Rapport unique
Rapport spécifique
Critères de qualité
- Analyse des existants ;
- Prototype de e-learning en marché
public ;
- Organigramme des données et
traitement du prototype ;
- Plan de réalisation de l’application
ELMP
- Une application : fiable, pratique,
testé et validé ;
- Page CRV créée dans le site web
de l’ARMP ;
- Support
d’administration
et
d’exploitation fournis.
Livraison
Fin de l’activité (i) de la phase I,
rapport validé par l’ARMP
Fin des activités (ii) et (iii) de la
phase I
IV. PROFIL DU CONSULTANT
Le consultant sera un bureau d’étude ayant une expérience confirmée en développement d’application web
et de conception d’outil d’autoformation en ligne. Des expériences dans le domaine de la formation et du
transfert de compétences seront un avantage. Pour avoir les compétences, le consortium est nécessaire
mais pas obligatoire.
L’équipe sera principalement composée de :
- Chef de mission : diplômé en Bac +5 en gestion publique ou un diplôme d’ingénieur informatique, 5
ans d’expériences
- Spécialiste en formation : Bac + 4 en sciences sociales, droits ou économie, 5 ans en matière de
ingénierie de formation, parfaite maîtrise de l’andragogie
- Spécialiste en programmation informatique : Bac + 5 en Informatique, 5 ans d’expériences en
programmation et de l’organisation et des méthodes e-learning
- Web master : bac + 4 en Informatique, 5 ans d’expériences dans le domaine de création de sites web
et d’interface intelligent
11/19
Annexe 1
Conception et production de DVD d’autoformation, et création d’une application pour tablette pour la
Formation des AGF et ACRIF des Communes OCAI
I.
Objectifs de la mission :
1. L’Objectif principal de la mission est de créer une application de formation en ligne et sous
format DVD pour donner aux navigateurs et/ou AGF/ACRIF les modules de formation
continue et de formation d’intégration.
2. L’objectif spécifique est de mettre à la disposition de ces « apprenants » la formation en
ligne et sous format interactif
Nota Bene :
La dénomination « apprenants » à qui le cours va s’adresser inclut :
 AGF ou ACRIF nouvellement recrutés
 AGF ou ACRIF déjà opérationnels
 Administrations publiques,
 les personnels des ONG et Agences de développement
 ….
Qui interviennent dans le domaine de la domaine de la Réforme foncière.
Il est à signaler que cette prestation sera fusionnée avec la conception de module informatisée de l’ARMP,
CFD et les Centres fiscaux
II. Description des résultats attendus de la mission :
Création d’un Prototype E-learning du mise en fonctionnement d’un Guichet Foncier et d’un CRIF en
appliquant la norme de l’E-learning, et en considérant des différents niveaux de tests et d’examens, ainsi que
les différents niveaux d’utilisateurs : professionnel, étudiant, formateur, examinateur, administrateur …
VI. Durée et Calendrier indicatif de la mission :
- Le consultant exécutera la mission sur une durée totale de trois (3) mois, répartie comme suit : deux
(2) mois pour la phase I et un (1) mois pour la phase II et III.
- Niveau d’effort : 80 Hj
VII. Documents et services fournis par le client :
Les documents suivants seront mis à la disposition du consultant durant la mission : (i) Les listes des
ouvrages de formation disponibles, (ii) les textes sur la réforme foncière, (iii) cahier de l’agent, (iv) guide de
la gestion foncière décentralisé …
12/19
ANNEXE 2
Etude et la mise en place d’une application de la Formation en ligne : e-learning des Finances Publiques
pour Tous
(e-FPTous) (en version française et malagasy)
Contexte
Dans le cadre de la réalisation de sa mission de fournir des formations utiles et nécessaires dans le cadre des
réformes de l’administration publique à Madagascar, le Centre de Formation pour le Développement – CFD
– Madagascar Development Learning Center mettra en ligne des formations pour appuyer ces réformes. Une
de ces formations sera la formation e-learning Finances Publiques pour Tous ou e-FPTous.
Objectifs de la mission :
L’Objectif principal de la mission est de créer une application de formation en ligne pour donner aux
intéressés, navigateurs et acteurs des finances publiques appelés communément « apprenants » une
maîtrise théorique et opérationnelle des procédures des finances publiques à Madagascar.
L’objectif spécifique est de mettre à la disposition de ces « apprenants » la formation en ligne des Finances
Publiques pour Tous à partir d’un Centre de Ressource Virtuelle (CRV), qui :
a. dans un premier temps, dispense des formations en ligne sur les modules à la
demande, et
b. dans un deuxième temps, fait passer des tests et examens, en vue de l’obtention
d’une attestation/diplôme en Finances Publiques pour Tous.
Nota Bene :
La dénomination « apprenants » à qui le cours va s’adresser inclut :
 tous les acteurs des Finances Publiques, y compris les ministères et institutions publics,
 les étudiants de l’école d’administration,
 les étudiants, désirant à participer aux concours administratifs,
 les personnels d’entreprises, notamment les comptables et financiers
 les cadres des administrations publiques en exercice,
 les personnels des ONG et Agences de développement
 ….
Qui interviennent dans aux Finances Publiques en amont, en cours et en aval.
Description des résultats attendus de la mission :
i.
ii.
Etude de l’existant de l’application CRV actuellement en production, analyse des données et traitements,
Création d’un Prototype e-learning des Finances Publiques pour Tous en appliquant la norme de l’Elearning, et en considérant les différents niveaux de tests et d’examens, ainsi que les différents niveaux
d’utilisateurs : étudiant, formateur, examinateur, administrateur …
iii.
Elaboration de l’organigramme des données et des traitements, incluant toutes les règles de gestion,
surtout dans l’optique statistique des formations
iv.
Proposition de calendrier de réalisation
v.
Réalisation et l’opérationnalisation de l’application E-learning des Finances Publiques pour Tous.
VI. Durée et Calendrier indicatif de la mission :
- Le consultant exécutera la mission sur une durée totale de six (6) mois, repartie comme suit : trois
(3) mois pour la phase I et trois (3) mois pour la phase II.
- Niveau d’effort : 50 Hj
VII. Documents et services fournis par le client :
Les documents suivants seront mis à la disposition du consultant durant la mission :
(i) Les listes des ouvrages de formation disponibles,
13/19
(ii) Les textes en Finances Publiques …
Durant toutes les phases, le CFD mettra à la disposition du consultant deux experts non disponibles à plein
temps : un en formation de finances publiques et un en informatique.
14/19
ANNEXE 3
Conception et le développement d’un programme d’autoformation en ligne pour NIFONLINE
1. Les réformes à la Direction Générale des Impôts
Depuis l’année 2004, Madagascar a profondément réformé la Direction Générale des Impôts afin
d’améliorer la mobilisation fiscale. Les reformes ont concerné le renforcement de l’égalité devant l’impôt, la
simplification et la transparence de la norme fiscale et la facilitation des obligations déclaratives par les
contribuables.
Six axes ont été développés depuis le commencement de la réforme notamment :
- La simplification des dispositions du Code général des Impôts ;
- L’informatisation des services, et le développement des télé-procédures de déclaration et de
paiement ;
- La segmentation des catégories de contribuables accompagnée des structures dédiées aux
différentes sortes d’entreprises, grandes, moyennes entreprises et petits contribuables ;
- La facilitation des obligations déclaratives des contribuables par le biais de la mise à disposition de
cellules d’accueil et le rapprochement de l’administration fiscale avec les contribuables ;
- L’amélioration de la couverture du tissu fiscal en adoptant une politique d’implantation de centres
fiscaux au niveau de chaque district ;
- La montée en puissance du contrôle d’activité et d’audit.
L’immatriculation fiscale est le procédé permettant d’identifier, de localiser et de recenser chaque
contribuable afin d’assurer un suivi efficace de son dossier fiscal. Ainsi, le principe prévoit l’attribution d’un
numéro spécifique à chaque contribuable dès lors qu’il exerce une activité. Un assainissement de la base de
données auprès de la direction générale des impôts est prioritaire afin que les autres institutions,
notamment la Direction Générale des Douanes, la Direction de la Comptabilité publique et l’INSTAT, puissent
exploiter les données à leur niveau.
Dans cette optique, la DGI a réalisé, en 2008, un audit du NIF, par un prestataire extérieur, aboutissant,
notamment, à l’élaboration d’un nouveau format du NIF à 10 chiffres, à la conception d’une nouvelle base
de données centralisée contenant toutes les informations relatives à la vie d’une entreprise et à une
opération de ré-immatriculation de tous les contribuables. Faisant suite à cet audit, la DGI a développé, en
interne, un site web simple, performant et facile à accéder permettant l’immatriculation en ligne, lequel site
est dénommé « NIFONLINE. Le site NIFONLINE est opérationnel depuis le 1er janvier 2011.
A l’aide de ce site web, la base de données est unique, centralisée et permet de gérer tous les contribuables
à Madagascar. Citons un exemple d’une entreprise possédant trois numéros d’identification différents, à
savoir, le NIF (actuellement NIFONLINE), le Numéro Statistique et le Numéro du Registre du Commerce
(RCS), dans la base de données du NIFONLINE de ce fait il devrait être considéré comme la base de
l’identifiant unique. Toute fois une démarche dans le sens d'une convention INSTAT-RCS-DGI sera tentée
mais nous ne pouvons affirmer son aboutissement.
L’appui au projet NIFONLINE de la DGI s’avère donc nécessaire pour la mise en place de cet
identifiant unique des contribuables.
Aussi, du côté de la DGI, des renforcements de capacité des personnels dans l’utilisation des
nouveaux outils et la dotation en matériels (informatiques et connexion internet) étaient réalisé en 2013 afin
de renforcer la compétence des agents des impôts dans la mise en œuvre de la nouvelle immatriculation.
Mais afin de soutenir le renforcement de capacité des responsables Nifonline des modules de formations en
ligne sont envisagés pour assurer la continuité.
2. Objectifs de la mission :
- L’Objectif principal de la mission est de créer une application de formation en ligne et sous format
DVD pour donner aux agents des impôts travaillant sur NIFONLINE les modules de formation
continue.
15/19
-
L’objectif spécifique est de mettre à la disposition de ces agents la possibilité de s’approprier les
fonctionnalités de NIFONLINE ou de renforcer leurs capacités pour une exploitation optimale du site
par un outil accessible n’importe où et n’importe quand.
3. Description des résultats attendus de la mission :
Création d’un programme d’autoformation en ligne destiné aux agents des impôts travaillant sur
NIFONLINE dans les Bureaux Fiscaux pour leur permettre de se former d’une manière continue sur
l’utilisation du site web officiel d’immatriculation fiscale (NIFONLINE).
4. Durée et Calendrier indicatif de la mission :
- Le consultant exécutera la mission sur une durée totale de six (6) mois, repartie comme suit : deux
(2) mois pour la phase de conception, trois (3) mois pour la phase de développement et un (1) mois
pour la phase de mise en ligne et de production des DVDs.
- Niveau d’effort : 80 Hj
5. Documents et services fournis par le client :
i)
Les documents sur NIFONLINE (version papier et version électronique) ;
ii)
La formation des consultants sur les fonctionnalités et les procédures de NIFONLINE ;
16/19
ANNEXE 4
Etude et la mise en place d’une application de la Formation en ligne : e-learning de la fiscalité à
Madagascar (ELF)
I Objectifs de la mission :
L’Objectif principal de la mission est de créer une application de formation en ligne pour donner aux
navigateurs et/ou acteurs de la fiscalité appelés communément « apprenants » une maîtrise théorique et
opérationnelle des processus fiscaux à Madagascar.
L’objectif spécifique est de mettre à la disposition de ces « apprenants » la formation en ligne de la fiscalité
malgache à partir d’un Centre de Ressource Virtuelle (CRV), qui :
c. dans un premier temps, dispense des formations en ligne sur les modules à la
demande, et
d. dans un deuxième temps, fait passer des tests et examens, en vue de l’obtention
d’une attestation/diplôme en FISCALITE.
Nota Bene :
La dénomination « apprenants » à qui le cours va s’adresser inclut :
 tous les acteurs de la fiscalité des ministères et institutions publics,
 les étudiants de l’école d’administration,
 les personnels d’entreprises, notamment les comptables et financiers
 les cadres des administrations publiques,
 les personnels des ONG et Agences de développement
 ….
Qui interviennent dans le domaine de la fiscalité.
II. Description des résultats attendus de la mission :
i. Etude de l’existant de l’application CRV actuellement en production, analyse des données et
traitements,
ii. Création d’un Prototype E-learning de la fiscalité en appliquant la norme de l’E-learning, et en
considérant les différents niveaux de tests et d’examens, ainsi que les différents niveaux
d’utilisateurs : étudiant, formateur, examinateur, administrateur …
iii. Elaboration de l’organigramme des données et des traitements, incluant toutes les règles de gestion,
surtout dans l’optique statistique des formations
iv. Proposition de calendrier de réalisation
v. Réalisation et l’opérationnalisation de l’application E-learning de la fiscalité.
VI. Durée et Calendrier indicatif de la mission :
- Le consultant exécutera la mission sur une durée totale de six (6) mois, repartie comme suit : trois
(3) mois pour la phase I et trois (3) mois pour la phase II.
- Niveau d’effort : 30 Hj
VII. Documents et services fournis par le client :
 Les documents suivants seront mis à la disposition du consultant durant la mission : (i) Les listes des
ouvrages de formation disponibles, (ii) les textes en fiscalité …
 Durant toutes les phases, la DGI mettra à la disposition du consultant deux experts non disponibles à
plein temps : un en formation et un en informatique.
17/19
ANNEXE 5
Etude et la mise en place d’une application de la Formation en ligne : e-learning des marchés publics
(ELMP)
ARMP
1.
L’appui à la réforme de la passation de marchés publics Produits
La réforme de la passation des marchés publics a été appuyée déjà dès 2004 dans le cadre du PGDI 1. En
effet, au vu des constats de manquement grave aux principes de bonne gouvernance (absence de
transparence, d’efficacité et d’efficience, appel à la concurrence très limité) dans l’octroi des marchés
publics à Madagascar, le gouvernement Malagasy a décidé de prendre des mesures pour redresser la
situation et améliorer les pratiques dans la passation de marchés publics. Ainsi, le PGDI 1 apporté son
soutien dans la mise en place d’un cadre institutionnel et organisationnel dans la mise en œuvre de la
réforme au niveau des marchés publics. Cet appui a permis la mise en place et l’opérationnalisation de
l’ARMP (Autorité de Régulation des Marchés Publics), qui est l’organe institutionnel en charge de la mise en
œuvre des réformes, et a contribué dans l’élaboration et l’implémentation du nouveau Code des Marchés
Publics des textes subséquents.
En conséquence, ce Code des Marchés Publics doit être appliqué par tout organisme public qui manie et
gère les deniers publics à savoir l’Etat et ses services, les Régions ainsi que les Communes.
Cependant, un problème est constaté dans l’application de ce Code par les autorités contractantes prévues
par l’article 3 du Code. En effet, dans la plupart des cas, les membres des organes de l’achat public ne sont
pas des professionnels dans le domaine des marchés publics. Malgré les différentes actions de formation et
de coaching menées par l’ARMP, force est de constater qu’il subsiste des lacunes dans l’application des
procédures de passation de marchés publics et des dérives dans la conduite de ces processus de passation
de marchés.
Aussi, pour atteindre une certaine efficience dans les opérations de l’Administration, il importe, non
seulement que i) le code de passation de marchés publics mis en place soit réellement appliqué et que les
différentes opérations répondent aux principes d’efficacité, de transparence et de concurrence, mais aussi
que ii) une mercuriale de prix puisse servir de référence aux différents acteurs.
En outre l’ARMP a l’intention de mettre à la disposition des acteurs de la commande publique des dispositifs
qui permettra la mise à jour leurs compétences théoriques et opérationnelles. C’est un dispositif en ligne
nommé Centre de Ressources Virtuelles ou CRV. Ce centre virtuel hébergera les informations nécessaires et
indispensables pour assurer la mise en application du code de passation de marchés publics dans l’avenir.
2. Objectifs de la mission :
L’Objectif principal de la mission est de créer une application de formation en ligne pour donner aux
navigateurs et/ou acteurs de la commande publique appelés communément « apprenants » une maîtrise
théorique et opérationnelle des processus de passation des marchés.
L’objectif spécifique est de mettre à la disposition de ces « apprenants » la formation en ligne des marchés
publics à partir d’un Centre de Ressource Virtuelle (CRV), qui :
 dans un premier temps, dispense des formations en ligne sur les modules à la demande, et
 dans un deuxième temps, fait passer des tests et examens, en vue de l’obtention d’une
attestation/diplôme en marché public.
Nota Bene :
La dénomination « apprenants » à qui le cours va s’adresser inclut :
 tous les acteurs de la commande publique des ministères et institutions publics,
18/19
 les étudiants de l’école d’administration,
 les personnels d’entreprises,
 les cadres des administrations publiques,
 les personnels des ONG et Agences de développement
 ….
Qui interviennent dans le domaine de la commande publique.
3.





4.
Description des résultats attendus de la mission :
Etude de l’existant de l’application CRV actuellement en production, analyse des données et
traitements,
Création d’un Prototype E-learning du marché public en appliquant la norme de l’E-learning, et en
considérant les différents niveaux de tests et d’examens, ainsi que les différents niveaux
d’utilisateurs : étudiant, formateur, examinateur, administrateur …
Elaboration de l’organigramme des données et des traitements, incluant toutes les règles de gestion,
surtout dans l’optique statistique des formations
Proposition de calendrier de réalisation
Réalisation et l’opérationnalisation de l’application E-learning des marchés publics
Durée et Calendrier indicatif de la mission :
-
Le consultant exécutera la mission sur une durée totale de six (8) mois, repartie comme suit : trois
(5) mois pour la phase I et trois (3) mois pour la phase II.
-
Niveau d’effort : 50 Hj
5.


Documents et services fournis par le client :
Les documents suivants seront mis à la disposition du consultant durant la mission : (i) Les listes des
ouvrages de formation disponibles, (ii) les textes en marchés publics …
Durant toutes les phases, l’ARMP mettra à la disposition du consultant deux experts non disponibles
à plein temps : un en formation et un en informatique.
19/19
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising