Guide de damage de pistes à l`usage des gestionnaires et des

Guide de damage de pistes à l`usage des gestionnaires et des
DIRECTIVES DE FORMATION DES
OPÉRATEURS DE DAMEUSES DE
PISTES DE MOTONEIGES
Guide de damage de pistes à l’usage
des gestionnaires et des opérateurs
d’équipements
Élaboré en 2005 par
Traduit de l'anglais et adapté par
2006
1
DIRECTIVES de FORMATION DES OPÉRATEURS
DE DAMEUSES DE PISTES DE MOTONEIGES
Directeur de projet (version originale anglaise) : Kim Raap – Trails Work Consulting
Directeur de projet (traduction française) : Mario Côté – administrateur FCMQ
La fédération des clubs de motoneigistes du Québec désire remercier les partenaires
suivants qui ont contribué à financer les coûts de la traduction de ce document:
Ce document est diffusé dans le but d’échanger des renseignements. La Fédération
des clubs de motoneigistes du Québec n’assume aucune responsabilité quant à son
contenu ou à son usage. Ce manuel ne constitue ni une norme, ni une spécification,
ni un règlement.
Ce document peut être obtenu en version électronique (format Adobe PDF) auprès de la
FCMQ à info@fcmq.qc.ca (une version imprimée peut aussi être commandée)
2
REMERCIEMENTS
Ce guide a été élaboré grâce à une aide financière obtenue dans le cadre du programme
Recreational Trails Program, administré par la Federal Highway Administration (FHWA)
américaine, ainsi qu’à des fonds supplémentaires provenant de l’International Association of
Snowmobile Administrators (IASA).
Soulignons ici la participation au développement de ce guide de l’International Association of
Snowmobile Administrators et de l’American Council of Snowmobile Associations (ACSA),
ainsi que des personnes agissant pour le compte de ces organisations et autres organismes, qui ont
apporté leurs connaissances, assuré la coordination du projet, offert leur assistance et fait part de
leurs suggestions. Mentionnons tout particulièrement l’intervention de Kim Raap et de Trails
Work Consulting, qui ont assuré la direction de projet, la rédaction et pris les photographies.
Un merci tout particulier aux responsables des programmes d’aménagement de pistes de
motoneiges des états de Californie, du Colorado, du Michigan, du New Hampshire, de New York,
du Dakota du Sud et du Wyoming, ainsi qu’aux provinces de l’Alberta et de l’Ontario, pour avoir
mis à disposition leur matériel didactique en matière de damage de pistes de motoneiges et avoir
permis de les intégrer à ce projet. Soulignons également la contribution à ce projet des
nombreuses compagnies dont les photos et/ou la documentation ont été utilisées comme moyens
d’illustration. Les commanditaires de ce projet ne recommandent pas nécessairement des produits
ou des fabricants. Les marques et les noms de fabricants mentionnés dans ce document ont été
choisis uniquement parce qu’ils étaient considérés comme les plus représentatifs.
Cette publication n’a qu’un rôle didactique, sans autre but que de développer la base de
connaissances des professionnels de la motoneige et du damage de pistes. Le lecteur doit savoir
que tous les participants à ce projet ne sont pas nécessairement d’accord avec tous les mots pris
un à un, qui ne représentent que des avis. Les auteurs, les participants, la FHWA, Trails Work
Consulting, l’IASA, l’ACSA et leurs membres n’acceptent aucune responsabilité résultant de
l’application ou de la non-application des procédures ou recommandations ici mentionnées, ou
quant à l’exactitude ou à la complétude des renseignements donnés ici.
Nous attirons l’attention du motoneigiste sur le fait qu’une piste de motoneige n’est pas une voie
de circulation spécialement aménagée et que, en conséquence, elle ne fait pas toujours l’objet
d’un entretien uniforme et peut comporter certains dangers. Les conducteurs et passagers de
motoneiges doivent prendre leurs responsabilités en matière de sécurité de la conduite, en ne
perdant jamais de vue qu’une randonnée en motoneige se déroule dans un environnement naturel
imprévisible et en ayant conscience des effets des intempéries sur les pistes.
La publication de ce document a comme objectif d’offrir aux entités concernées par le damage de
pistes de motoneiges un cadre de travail pour la formation et la certification de leurs opérateurs
d’équipements. Cependant, les décisions sur le contenu local en matière de formation
d’opérateurs, ainsi que les exigences de certification, appartiennent aux autorités compétentes
locales et aux gestionnaires locaux de travaux de damage de pistes, qui doivent tenir compte des
priorités et des ressources locales.
Copyright © 2005 Propriété de l’International Association of Snowmobile Administrators
Tous droits réservés.
3
TABLE DES MATIÈRES
Remerciements …………………………………………………………….....…………...…..….3
CHAPITRE UN – INTRODUCTION AU DAMAGE DE PISTES ……………..…………....6
Objet de ce guide ………………………………………………………………...……....6
Formation des opérateurs de dameuses – Liste des éléments essentiels ...…….…8
Introduction au damage de pistes de motoneiges …………………………………….11
Objectif du damage de piste ...…………………………………………………………14
La physique de la neige et la préparation de surface de la neige ...………………….15
Formation de la neige ...…………………………………………………………15
La neige accumulée et ses modifications ...…………………………..................15
Damage de la neige, propriétés physiques et métamorphose ...…………………18
Références supplémentaires sur la physique et la métamorphose de la neige .....20
Principes du damage de piste ...……………………………………….……………….21
Formation de bosses ...………………………………...………………………...21
Les quatre étapes du damage de piste ...………………………………………………23
Étape 1 − Enlèvement des bosses ...……………………………………………..23
Étape 2 − Traitement de la neige ...……………………………………………...24
Étape 3 − Compression de la neige traitée ...……………………………………26
Étape 4 − Stabilisation de la piste ...…………………………………………….27
Questionnaire sur le chapitre ...………………………………………………………..30
CHAPITRE DEUX − ÉQUIPEMENTS DE DAMAGE ...……………………………………31
Traîneaux niveleurs ...………………………………………………………………….32
Traîneaux niveleurs à lames multiples ...……………………………………..33
Largeur et longueur d’un traîneau niveleur ...…………………………..34
Caractéristiques typiques d’un traîneau niveleur à lames multiples ...…35
Châssis ...……………………………………………………….35
Longerons latéraux et lames escamotables à ressorts ...………..35
Lames de raclage et flèches d’attelage ...………………………36
Plaques de compacteur et lames antidérapantes ...……………..37
Plaques vibrantes ...…………………………………………….38
Roues et dispositifs de sécurité ...………………………………39
Traîneaux niveleurs à lame simple ...…………………………………………40
Mélangeurs ...…………………………………………………………………………...41
Barres de compactage ...………………………………………………………………..43
Tracteurs de damage ...…………………………………………………………………44
Composants d’un tracteur de damage ...………………………………………...46
Chenilles ………………………………………………………………..46
Direction, moteur et cabine de tracteur ...………………………………47
Lame avant et porte-charge ...…………………………………………..48
Caractéristiques importantes des tracteurs de damage ...………………………..49
Pression au sol et poids total ...…………………………………………49
Puissance et couple du moteur ...……………………………………….50
Centre de gravité, effort de traction et coefficient de frottement ...…….50
Motoneiges et VTT utilisés comme tracteurs de damage ...………………………….52
Questionnaire sur le chapitre ...………………………………………………………..54
4
CHAPITRE TROIS − GESTION DES OPÉRATIONS DE DAMAGE,
ÉQUIPEMENTS ET SÉCURITÉ ...……………………………………………………..….…56
Le gestionnaire du programme de damage ...………………………………….….….56
Définition des priorités en matière de damage ...……………………………………..57
Sélection et formation des opérateurs ...………………………………………….…...58
Sécurité des opérateurs …………………………………………………………….…..59
Directives et politique générales relatives aux opérateurs ...…………………….…..65
Préparation de la piste ...………………………………………………………….……67
Questionnaire sur le chapitre ...…………………………………………………….….69
CHAPITRE QUATRE − UTILISATION DES ÉQUIPEMENTS DE DAMAGE ...…….…71
Directives d’utilisation générales ...……………………………………………………71
Notions de base du damage ...………………………………………………………….73
Conseils pour un damage efficace avec un traîneau niveleur ...……………………..76
Utilisation adéquate de la lame avant ...………………………………………………85
Conseils pour un damage avec un mélangeur ...……………………………………...87
Conseils d’utilisation des véhicules à chenilles ...……………………………………..91
Conseils pour éviter d’endommager les équipements ...………………………….…..92
Usez sans en abuser! − Les dix erreurs courantes de l’opérateur ...………………...93
Questionnaire sur le chapitre ...………………………………………………………..96
CHAPITRE CINQ − ENTRETIEN DES ÉQUIPEMENTS DE DAMAGE ...…………….100
Entretien préventif ...………………………………………………………………….100
Types d’entretien ...……………………………………………………………………101
Conseils d’entretien général d’un tracteur ...………………………………………..104
Questionnaire sur le chapitre ...………………………………………………………105
CHAPITRE SIX − TENUE DES DOSSIERS ...……………………………...……………...106
Formulaires recommandés ……………………………………………….…………..106
Questionnaire sur le chapitre ...………………………………………………………107
CHAPITRE SEPT − RECOMMANDATIONS RELATIVES À LA CERTIFICATION
DES OPÉRATEURS DE DAMAGE ...………………………………………………….……108
Objet et Qui doit être certifié? .....................................................................................108
Quelle doit être la durée de validité de la certification? ............................................108
Niveaux de certification d’un opérateur ...…………………………………………..109
Principaux éléments de certification d’un opérateur ...…………………………….109
GLOSSAIRE DES TERMES …………………………………………………………………111
RESSOURCES ...………………………………………………………………………………113
RÉFÉRENCES ...………………………………………………………………………………116
ANNEXE − SPÉCIMENS DE FORMULAIRES ...………………………………………….117
Programme de damage hebdomadaire ...……………………………………………118
Journal de damage quotidien ...………………………………………………….…...119
Rapport sur les véhicules et équipements ...…………………………………………120
Dossiers d’entretien mensuel des véhicules/équipements ...………………………...121
Demandes d’entretien d’équipements de damage ...………………………………...122
Demande d’action corrective ....……………………………………………………...123
Dossier de formation d’opérateur de dameuse ……………………………………...124
5
Chapitre Un :
INTRODUCTION AU DAMAGE
Objet de ce guide
Ce guide est destiné à fournir aux organismes, associations et clubs de motoneiges des
directives s'appliquant :
• au damage de pistes de motoneiges à usage récréatif, en vue d’améliorer la qualité des
pistes, ainsi que l’efficacité des opérations de damage et le contrôle des dépenses;
• à la formation des opérateurs de dameuses de pistes de motoneiges en matière
d’utilisation et d’entretien des équipements de damage, aux objectifs, principes et
pratiques du damage de pistes, ainsi qu’aux mesures de sécurité à prendre lors du
damage et
• à une plus grande sensibilisation de la communauté aux exigences et pratiques de
damage de pistes de motoneiges, incluant notamment la nécessité pour le public de
laisser suffisamment de temps à une piste fraîchement damée pour se stabiliser et les
attitudes de conduite sécuritaire à adopter par les motoneigistes lorsqu’ils rencontrent
une dameuse sur la piste.
Photo 1.1 La circulation des motoneiges rend les pistes cahoteuses, ce qui nécessite un damage
On rencontre aujourd’hui de plus en plus de motoneiges, d’où la nécessité d'avoir des
pistes uniformes pour une circulation en toute sécurité. Il devient alors indispensable
d’optimiser l’utilisation du personnel et des équipements de damage de pistes.
L’augmentation des coûts d’exploitation a également nécessité la mise en place de
contrôles plus serrés des opérations de damage, afin de maximiser la rentabilité des
investissements. Il n’est certainement ni avantageux, ni efficace de damer une piste de
motoneige dans des conditions ne permettant pas une bonne stabilisation. Ce guide vise à
aider les gestionnaires des opérations de damage et les opérateurs à identifier divers
scénarios et ainsi à optimiser leur rendement dans des conditions hivernales aussi
nombreuses que possible.
6
Photo 1.2 Le damage permet d’uniformiser et de raffermir les pistes
Le passé nous montre que les prises de décisions concernant la planification des
opérations de damage sont parfois basées sur des éléments comme « le public exige que
le damage se fasse le jour, afin que la dameuse soit visible » ou « les opérateurs de
dameuses sont des volontaires qui doivent donc travailler vite pour rentrer à la maison ».
Une planification du damage sur ces bases ne peut aboutir à un travail efficace. La
planification d’opérations de damage productives et efficaces peut représenter un défi,
particulièrement dans les endroits où il n’y a pas de « période de ralentissement » et dans
lesquels l’intensité de la circulation des motoneiges est aussi élevée tout au long de la
semaine. Les gestionnaires des opérations de damage sont continuellement poussés à
exiger un peu plus des ressources mises à leur disposition afin de répondre à une
demande sans cesse croissante pour des pistes uniformes.
Ce guide n’est qu’un outil parmi d’autres, visant à faciliter la mise en place et l’entretien
de pistes de motoneiges plus sûres et uniformes. Les renseignements qu’il contient sont
des directives générales, qui peuvent ne pas s’appliquer à toutes les situations ou
conditions locales et qui ne sauraient d’ailleurs englober tous les cas rencontrés. Mais en
même temps, le guide traite des notions et principes fondamentaux du damage, donc
importants, et fournit également de précieux conseils, susceptibles d’aider les
responsables à améliorer la qualité et la durabilité de leurs réseaux de pistes.
Les durées, fréquences et méthodes de damage de pistes dépendent de plusieurs
variables : température, type et épaisseur de la neige, terrain, intensité de la circulation
des motoneiges et mode d’utilisation de ces dernières, vent, tempêtes présentes ou
futures, ainsi que danger d’avalanches ou traversées de cours d’eau. Les décisions sur le
moment du damage et les moyens à mettre en œuvre doivent être basées sur l’avis
autorisé du gestionnaire local des opérations, en suivant les directives et principes définis
dans ce guide, ainsi que les indications et les dispositions prises dans le cadre de
programmes établis par les autorités compétentes ou les administrateurs de programmes
gouvernementaux, qui contrôlent habituellement le financement local.
La section Formation des opérateurs de dameuses − Liste des éléments essentiels, dans
les pages suivantes, présente les sujets d’importance que les opérateurs de dameuses
doivent connaître et comprendre, ainsi qu’un aperçu des sujets traités plus en détail dans
ce guide.
7
FORMATION DES OPÉRATEURS
Liste des éléments essentiels
Un opérateur de dameuse doit être en mesure de :
1. Montrer qu’il comprend les notions de base du damage de pistes de motoneiges.
• Compréhension de la raison d’être, des objectifs, des principes et des pratiques du
damage de pistes, ainsi que des termes courants utilisés dans ce domaine.
• Compréhension des caractéristiques de base et de la mécanique de la neige.
• Compréhension du rôle et de l’importance des gestionnaires des opérations de
damage et de la planification correspondante.
• Connaissance de la source et du niveau de financement relatifs aux pistes de
motoneiges.
2. Connaître les équipements de damage qu’il utilise et d’en identifier les
commandes, caractéristiques et composants essentiels.
• Connaissance des capacités, caractéristiques et limites de son tracteur de damage
et de sa lame avant.
• Identification des commandes et composants principaux de son tracteur de
damage et de sa lame avant (direction, accélérateur, freins, feux, rétroviseurs,
circuits hydrauliques, chenilles, moteur, attelage, etc.)
• Connaissance des capacités, caractéristiques et limites de ses accessoires de
damage (traîneau niveleur, mélangeur ou barre de compactage selon les cas).
• Identification des principales caractéristiques de ses accessoires de damage
(châssis, lames, roues, barres d’attelage, circuits hydrauliques, lames
antidérapantes, plaque, peignes, tambour, feux, etc. selon les cas).
3. Faire démarrer, utiliser et contrôler la dameuse.
• Effectuer une inspection visuelle avant et après utilisation.
• Utiliser et comprendre les commandes, instruments et indicateurs situés dans la
cabine.
• Faire démarrer, arrêter et garer le véhicule.
• Faire reculer le véhicule et y atteler des accessoires.
• Conduire le véhicule du côté droit de la piste.
• Connaître la technique de dégagement d’un véhicule bloqué.
• Connaître les fonctions et l’utilisation de la lame avant.
• Connaître les fonctions et l’utilisation des accessoires arrière.
8
4. Montrer une bonne connaissance des mesures de sécurité à suivre.
• Préparation, par le transport d’outils et d’équipement de sécurité, ainsi que le port
de vêtements appropriés.
• Rendre les équipements de damage visibles au moyen de feux et de signaux
réfléchissants.
• Port de la ceinture de sécurité et précautions lors de l’utilisation de la lame avant.
• Confirmer l’itinéraire prévu et maintenir la communication avec le responsable ou
le directeur.
• Arrêter et garer en sécurité les équipements de damage sur la piste.
• Mise en sécurité des équipements qui tombent en panne sur la piste.
• Vérifier les équipements avant le départ.
• Transport de panneaux de signalisation supplémentaires pour les installer lorsqu’il
en manque.
5. Démontrer qu’il connaît les techniques et procédures d’utilisation des
équipements.
• Compréhension des directives générales en matière de damage, incluant
notamment la profondeur minimale de neige, le meilleur moment pour le damage,
la plage de température optimale de damage et les procédures à suivre lorsque la
visibilité est faible.
• Compréhension des notions de base du damage : surveillance continue de la piste
derrière la dameuse; ne pas laisser de trous, de débris ou de piles de neige sur la
piste et connaissance suffisante de sa piste afin de prévoir les besoins et
ajustements se rapportant au damage.
• Connaissance de la bonne vitesse de damage et des problèmes résultant d’un
damage trop rapide.
• Connaissance des techniques de damage des courbes, des côtes et des ponts.
• Compréhension de la différence entre la construction et l’entretien d’une base de
piste.
• Savoir ce qu’il faut faire lorsqu’on rencontre des motoneiges sur la piste.
• Connaissance de la largeur de damage adéquate et de la direction du déplacement.
• Connaissance des techniques de damage à l’aide d’un traîneau niveleur.
• Connaissance des techniques de damage à l’aide d’un mélangeur.
• Connaissance des techniques d’utilisation d’une lame avant.
• Connaissance des techniques et des trucs d’utilisation d’un véhicule à chenilles.
• Connaissance des dix erreurs les plus courantes de l’opérateur.
6. D’effectuer une inspection et un entretien adéquats des équipements.
• Compréhension de l’importance de l’entretien préventif.
• Mise en pratique des quatre éléments de l’entretien préventif.
• Faire le plein et lubrifier les équipements.
• Inspection et entretien avant le travail de quart.
• Arrêts périodiques de la dameuse et inspection en faisant le tour durant le quart de
travail.
• Inspection et entretien après le quart de travail.
9
•
•
Transmission au gestionnaire des opérations de damage des besoins en entretien
des équipements.
Participation aux travaux d’entretien d’avant saison, d’après saison et
normalement planifiés.
7. Tenir à jour les dossiers.
• Remplir le journal de damage quotidien et les listes de vérification avant et après
utilisation.
• Tenir à jour les dossiers d’utilisation et d’entretien des équipements.
• Soumettre les formulaires de demande d'entretien d’équipement et d’action
corrective.
8. Connaître la région et les procédures locales.
• Connaissance des tracés des pistes locales et possession des cartes à l’usage des
motoneigistes.
• Connaissance des directives de signalisation des pistes locales.
• Connaissance des lois locales et de toute disposition particulière concernant les
régions vulnérables.
• Connaissance des procédures d’urgence locales et des informations sur les
personnes-ressources.
10
Introduction au damage de pistes de
motoneiges
Lorsqu’une couche lisse et uniforme de neige recouvre la piste empruntée par un
motoneigiste, ce dernier a beaucoup plus d’agrément lors de sa randonnée, et cela en
toute sécurité.
Le « damage de pistes » est l’action de produire une surface de neige lisse, d’une masse
volumique élevée et uniforme,
au moyen d’équipements
mécaniques. Les pistes
deviennent cahoteuses,
essentiellement sous les effets
cumulatifs de la circulation des
motoneiges.
Les intempéries influent aussi
considérablement sur la qualité
d’une piste, tout comme les
autres utilisateurs de la piste,
l’écoulement des eaux,
l’exploitation forestière, etc.
Photo 1.3 Pour les motoneigistes, le damage des pistes est essentiel
Les conducteurs de motoneiges sont très conscients de l’importance du damage de pistes
car cette opération influe grandement sur le plaisir qu’ils retirent de leurs randonnées. Par
conséquent, dans la communauté motoneigiste, un bon damage des pistes présente un
intérêt évident et cela vaut également pour les entreprises ayant les motoneigistes comme
clients. En parallèle, les conducteurs de motoneiges, de par leurs actions et les
équipements qu’ils utilisent − démarrage ou arrêt rapide, accélération dans les courbes,
lisses au carbure, chenilles à haut profil et moteurs puissants − peuvent avoir une
influence déterminante sur l’état des pistes, qui peuvent être ainsi détruites en très peu de
temps.
Photo 1.4 Les démarrages rapides et les accélérations dans les courbes ont des impacts sur les
pistes
11
Le damage représente habituellement la seule dépense importante à laquelle doit faire
face l’exploitant d’un réseau de pistes de motoneiges, tant du point de vue des coûts en
capital, lors de l’achat d’équipements coûteux, que du point de vue des coûts permanents
d’exploitation et d’entretien de ces équipements dans des conditions hivernales difficiles.
Dans plusieurs régions, le damage des pistes constitue souvent l’essentiel des activités
des clubs ou associations de motoneigistes. Pour un organisme ou une association
responsable de la mise en œuvre d’un programme relié à la motoneige, le damage peut
représenter de 50 % à 75 % des dépenses totales. C’est une grosse affaire.
Photo 1.5 L’histoire des tracteurs de damage de pistes de motoneiges est reliée à celle des
déplacements dans l’Antarctique
L’histoire des équipements de damage de pistes de motoneiges est étroitement associée à
celle des véhicules à chenilles développés à l’origine pour les déplacements dans
l’Antarctique et l’industrie du ski alpin. Cependant, au milieu des années 1980, les
tracteurs et les traîneaux niveleurs utilisés pour le damage de pistes de motoneiges ont
fait l’objet d’un certain nombre de changements qui ont largement amélioré l’efficacité
des équipements de damage d’aujourd’hui. Bien qu’il existe encore un certain nombre de
points communs entre les équipements de damage de pistes de motoneiges et de ski alpin,
les équipements de damage de pistes de motoneiges ont évolué pour devenir des produits
spécialisés et classés à part.
Photo 1.6 Équipements de damage de pistes de motoneiges modernes à usage spécialisé, de
type courant
12
Le tracteur de damage est un véhicule pour service intensif, à deux ou quatre chenilles,
dont la fonction principale consiste à fournir la puissance nécessaire pour tirer un
accessoire (traîneau niveleur), faire fonctionner un mélangeur ou déplacer une barre de
compactage à la partie supérieure de la couche de neige. On peut également l’utiliser
avec une lame avant. Dans certaines régions, on utilise aussi des tracteurs agricoles
équipés de chenilles pour tirer des traîneaux niveleurs.
Photo 1.7 Exemples d’équipements de damage de pistes de motoneiges modernes
Le véritable travail de damage de la neige sur le lit de la piste est effectué par une lame
avant, utilisée en même temps que des accessoires, comme un traîneau niveleur ou un
mélangeur, soit remorqué, soit porté derrière le tracteur. Bien que certains fabricants
désignent un traîneau de damage par traîneau niveleur ou de nivellement, nous
emploierons simplement le terme de traîneau niveleur dans ce document. Les tracteurs,
mélangeurs, traîneaux niveleurs et autres accessoires de damage seront traités en détail
dans le chapitre 2.
13
Objectif du damage de piste
L’objectif général du damage de piste consiste à offrir des pistes lisses convenant aux
conducteurs de motoneiges de tous niveaux. Le damage peut comprendre plusieurs
opérations : création d’une base de piste au début de la saison, rétablissement d’une piste
après que cette dernière ait disparu sous l’effet d’une forte chute de neige et/ou de vents
violents, ou encore transformer la surface pleine de bosses d’une piste en une surface
lisse (c’est ce que l’on appelle aussi la « restauration » de la piste).
Durant la saison, la clé d’un damage de piste réussi consiste à former une « chaussée » de
neige à base massive et résistante, utilisable par les motoneiges et les équipements de
damage. La base de la piste damée est fermement tassée à partir du sol, alors que la neige
située à côté de la piste, généralement molle, peut atteindre plusieurs pieds de profondeur.
Autrement dit, les motoneiges et les équipements de damage peuvent s’enliser dans la
neige profonde s’ils s’aventurent en dehors de la base compactée de la piste. Opérateur de
dameuse, la piste est votre amie − sachez où elle se trouve et ne la quittez pas!
Il est important de bien saisir la notion de niveau minimal de « fréquence de damage » ou
de « norme de damage » des pistes, défini dans une région donnée. Ce niveau dépend
toujours du budget disponible et fait partie des priorités à établir. Il s’en suit que toutes
les pistes d’une région donnée ne feront probablement pas l’objet du même niveau
minimal de damage dans une semaine. Dans certaines régions, les pistes sont classées
selon les niveaux 1, 2 ou 3. Dans cet exemple, les pistes de niveau 1 ou « minimal » ne
font l’objet d’aucune garantie de damage. Les pistes de niveau 2 ou « préférentiel » sont
entièrement « restaurées » au moins une fois tous les cinq jours. Les pistes de niveau 3 ou
« extensif » sont entièrement restaurées au moins une fois tous les trois jours. Lorsque de
telles catégories sont définies, il est important 1) que les opérateurs d’équipements et les
motoneigistes de la région comprennent bien les attentes correspondantes et 2) que le
programme de damage soit établi en conséquence et que les opérateurs s’engagent à le
respecter.
Photo 1.8 Le damage de piste sert à former une base résistante et compactée
14
LA PHYSIQUE DE LA NEIGE et LA
PRÉPARATION DE SURFACE DE LA NEIGE
Il est utile pour un gestionnaire des opérations de damage et un opérateur d’équipement
d’avoir des connaissances de base sur les propriétés de la neige, en vue de former et
d’entretenir une piste durable. Du fait que la neige (ou la glace) à la surface du sol se
trouve très près de sa température de fusion, elle ne ressemble pas au sol ou autre
matériau de construction servant à construire ou former la surface des pistes. Cette
section donne une vue d’ensemble de la manière dont la neige se forme dans
l’atmosphère, dont elle réagit avec l’environnement et traite des charges extérieures
importantes à considérer en matière de damage de pistes de motoneiges.
Formation de la neige
La structure de base de la neige ou de la glace est un cristal hexagonal (à six côtés), dans
les conditions de pression et température de l’atmosphère terrestre (voir figure 1.1). Trois
axes « a » sont perpendiculaires à l’axe « c » et à 60° les uns des autres. La direction de la
croissance du cristal, le long de l’axe « c » ou des axes « a », dépend de la température.
C’est parce que cette croissance dépend de la température que l’on obtient des cristaux
dont les formes géométriques sont très variées, comme les cristaux en étoile, en plaque,
les dendrites, aiguilles, colonnes, etc. La rotation prolongée d’un cristal de neige dans
l’atmosphère produit des agrégations de formes plus irrégulières de cristaux, comme la
neige roulée ou les granules de glace.
Figure 1.1 La structure de base de la neige formée dans l’atmosphère est un cristal hexagonal.
La croissance selon les axes « a » produit un cristal en étoile ou « flocon de neige ».
La neige accumulée et ses modifications
Une fois la neige déposée sur le sol, elle commence à se modifier ou à se métamorphoser.
La gravité entraîne un compactage naturel et un déplacement (ou fluage). La vapeur d'eau
se déplace des zones de haute température ou haute pression vers les zones de basse
15
température ou basse pression. Il peut y avoir de l’eau dans la neige accumulée et le
rayonnement solaire peut modifier la surface de la neige.
Il est important pour l’opérateur de dameuse de comprendre les trois types fondamentaux
de modifications de la neige accumulée, c’est-à-dire la métamorphose de la neige. Ces
modifications dépendent essentiellement de la température de la neige, permettant à la
vapeur d’eau de s’écouler dans la neige accumulée ou à l’eau de migrer dans cette neige.
Il est important de savoir que la température de la neige, même en surface ou sous la
surface, n’est habituellement pas la même que la température ambiante de l’air.
La métamorphose d’isothermie se produit dans les régions où la température dans la
neige accumulée est « égale » ou uniforme. Ce phénomène entraîne un haut degré de
frittage (croissance des ponts de glace et agglomération des grains), produisant une neige
de plus haute résistance. Les cristaux de neige croissent, s’arrondissent et se collent les
uns aux autres, au détriment de formes possédant plus de facettes, du fait du transport de
la vapeur d’eau.
Dans des conditions de température uniforme, le transport de la vapeur d’eau est un
processus soumis à la pression (voir figure 1.2). La pression de la vapeur d’eau est plus
élevée sur les surfaces convexes, tandis qu’elle est plus faible sur les surfaces concaves.
La vapeur d’eau à haute pression se déplace vers les régions de basse pression, se
condense, forme des rouleaux et se colle. C’est la condition voulue pour obtenir une
surface de neige plus résistante et durable.
Figure 1.2 Métamorphose d’isothermie. Les grains de neige
s’arrondissent et se collent les uns aux autres, pour former
une neige de plus grande résistance.
La métamorphose de fort gradient entraîne la
formation d’un cristal (de métamorphose à fort gradient) à facettes, mal collé,
habituellement désigné par « neige granulée de profondeur ». On trouve habituellement
ce genre de cristal à la base de la neige accumulée ou en dessous d’une croûte de glace.
Une couche résultant de la métamorphose de fort gradient se forme habituellement dans
la neige accumulée de faible profondeur par une nuit froide et claire. Les pertes
thermiques dans l’atmosphère par la surface de la neige et par rayonnement, produisent
un fort gradient (ou différence) de température dans la neige accumulée. La température
16
du sol est plus élevée que la température de surface de la neige. Une couche creuse de
faible résistance se forme à la base de la neige et y demeure.
En présence d’un gradient de température, le transport de la vapeur d’eau est soumis à la
température (voir figure 1.3 à la page suivante). La vapeur d’eau à la température du sol,
plus élevée, monte vers la surface de la neige à plus basse température ou, plus
simplement, le chaud se déplace vers le froid. Lorsque le transport net de vapeur
s’effectue vers la surface de la neige, des cristaux à facettes sans cohésion se forment
rapidement, du fait de la masse volumique excessive de la vapeur. Il est important pour
l’opérateur de dameuse de noter la présence de nuits froides et claires, en même temps
que de neige accumulée de faible profondeur au début de la saison; c’est vrai en
particulier dans les régions montagneuses, du fait que l’existence d’une couche due à un
fort gradient de température à la base de la neige accumulée peut finir par déclencher une
avalanche.
Figure 1.3 Métamorphose de fort gradient. L’écoulement de la vapeur d’eau vers la surface de la
neige, plus froide, entraîne la croissance de la « neige granulée de profondeur » de faible
résistance.
Les nuits froides et claires, après le passage d’un front, peuvent également modifier la
surface de la neige. Du givre se forme en surface lorsqu’un gradient (ou différence) de
température s’établit, entre l’atmosphère et la surface de la neige. Là encore, le chaud se
déplace vers le froid, de sorte que la vapeur d’eau se déplace de l’atmosphère vers la
surface de la neige refroidissante, avec formation de cristaux de givre de surface à
facettes sans cohésion (voir figure 1.4). Une fois de plus, ces cristaux ont une grande
stabilité dans la neige accumulée et une couche de tels cristaux faibles peut demeurer en
place tout l’hiver.
Figure 1.4 Des cristaux de gelée de surface se forment
en surface de la neige durant les nuits froides et claires.
La métamorphose de neige humide se produit
lorsqu’il y a de l’eau liquide dans la neige accumulée.
La présence d’eau liquide peut être due à une pluie ou
une fonte en surface par suite du rayonnement
solaire. L’eau libre descend lentement dans la neige
(percolation) accumulée et gèle dans une zone plus froide. Près de la surface de la neige,
les grains les plus petits fondent et l’eau de fonte est retenue par la tension superficielle
17
des grains les plus gros. Le regel forme des amas polygranulaires plus gros. La résistance
de la neige dépend de plus en plus du degré de regel. La neige fondue-gelée peut se
transformer en glace massive ou se séparer complètement selon sa température.
Damage de la neige, propriétés physiques et métamorphose
Les différences régionales et saisonnières dans la qualité de la neige (c’est-à-dire les
propriétés physiques de la neige, comme la taille des particules, le degré hygrométrique,
la masse volumique, la température, etc.) influencent la technique idéale de préparation
de la piste. De manière générale, le damage d’une piste a pour but de réduire la taille des
particules de neige et de former des particules de différentes tailles, afin de maximiser le
nombre de sites de « collage » ou de frittage dans la neige. Par mélange, il est également
possible de produire temporairement une température uniforme dans une couche de
neige, du moins dans une certaine mesure. Autrement dit, l’objectif consiste à préparer
une couche de neige dans laquelle il y a maximisation de la métamorphose d’isothermie,
et à laisser suffisamment de temps aux ponts pour se former entre les grains de neige,
c’est-à-dire pour une « stabilisation ». Par conséquent, la qualité globale ou les propriétés
physiques de la neige avant et après damage ont une certaine importance.
En matière de damage, les propriétés les plus importantes de la neige, servant
d’indicateurs, sont la taille des particules, la température, le degré hygrométrique, ainsi
que la pureté (ou la résistance) finale. La masse volumique, ou encore la masse par unité
de volume, de la neige n’est pas nécessairement un bon indicateur de résistance, du fait
que de la neige très humide, non « collée », fondue-gelée, peut avoir une masse
volumique très élevée mais une très faible résistance.
Pour déterminer la taille des particules et les classer, il suffit d’examiner la neige avant
l’opération de damage. L’idéal est d’avoir une plage de dimensions de particules de 1/32
po à 3/16 po (0,5 mm à 4,5 mm). En présence de particules de grande taille ou de mottes,
dues par exemple à un gel-dégel (métamorphose de neige humide), il peut falloir utiliser
une technique de damage agressive, comme le mélange de la neige. Dans plusieurs
régions, la neige tombe sous forme de petites particules de masse volumique relativement
faible et la neige accumulée reste sèche. Dans ces régions, un traîneau niveleur à lames
multiples peut suffire à remélanger la surface de la neige. Il est important pour
l’opérateur de dameuse de se familiariser avec les variations de taille des particules de
neige dans sa région et pour les conditions d’enneigement correspondantes, afin de
choisir la technique de damage appropriée.
Pour qu’il y ait collage, la température de la neige doit être inférieure au point de
congélation, c’est-à-dire à 32°F ou 0 °C. Rappelons que la métamorphose d’isothermie
est un processus soumis à la pression de la vapeur d’eau, de sorte qu’il y a probablement
plus de vapeur d’eau à transporter dans de la neige chaude. Cela signifie simplement que
le collage peut s’effectuer plus rapidement lorsque la neige traitée se trouve seulement à
quelques degrés en dessous du point de congélation. Il est possible d’obtenir une neige
bien collée à très basse température (moins de -40 °F ou -40 °C). Le fait de laisser à la
neige suffisamment de temps pour se « fritter » ou se « stabiliser » constitue un facteur
déterminant. Il est fortement recommandé de damer après le coucher du soleil, car la
18
surface de la neige absorbe une partie du rayonnement solaire durant le jour, ce qui
augmente la température de surface. Après le coucher du soleil, il est en effet plus facile
d’obtenir une métamorphose d’isothermie et par conséquent de meilleures conditions de
stabilisation de la piste.
On trouve dans le commerce des thermomètres numériques à réponse rapide et
relativement bon marché pour mesurer la température de la neige. On ne recommande pas
les sondes de température infrarouges, car le rayonnement solaire, la réflexion de la
surface de la neige et l’échappement du véhicule de damage peuvent fausser la mesure.
Le contenu en eau liquide, ou degré hygrométrique de la neige, peut avoir une influence
sur le choix de la meilleure méthode de traitement. Le meilleur moyen de déterminer
cette propriété consiste à mesurer la température de la neige. L’opérateur de dameuse doit
examiner l’état de la neige, en essayant par exemple de faire une boule de neige. Une
neige très chaude, humide ou saturée n’a pas de cohésion. Cependant, en cas de chute de
température, la neige humide peut geler à nouveau au cours de la nuit. De plus, une neige
fraîchement tombée, froide et sèche ne colle pas facilement. Cependant, le damage et le
compactage de ce type de neige facilitent la formation de ponts ou encore la
« stabilisation ».
La dureté représente le meilleur indicateur de la résistance de la neige. Il existe plusieurs
moyens de mesure de la dureté, comme les pénétromètres à cône, les pénétromètres à
bouton, les épreuves de chute, etc. Pour avoir une idée de la résistance à la compression
de la neige, il suffit à l’opérateur de dameuse de faire un « essai à la botte » (voir photo
1.9) en marchant sur la neige ou en la piétinant. Lorsque l’empreinte des bottes est
profonde, la neige est molle. Une empreinte légère
est l’indice d’une neige de résistance moyenne.
Lorsqu’il est difficile de laisser une empreinte sur la
neige, la piste peut être considérée comme dure et le
damage se déroule bien. Un autre moyen simple
pour l’opérateur de dameuse d’avoir une idée de la
résistance de la neige, à partir de la cabine du
tracteur, consiste à observer l’empreinte des skis de
la dernière motoneige à être passée sur la piste.
Lorsque le corps des skis s’enfonce dans la surface,
c’est que la piste est molle. Si, au contraire, il reste
à la surface, c’est que la piste est dure.
Après un damage, laisser suffisamment de temps à
la piste pour se fritter ou se « stabiliser », de
préférence la nuit.
Photo 1.9 Exemple « d’essai à la botte »
révélant une piste molle
19
Références supplémentaires sur la physique et la
métamorphose de la neige
Pour de plus amples informations sur la physique de la neige, se reporter aux documents
suivants :
International Classification for Seasonal Snow on the Ground; COLBECK, S.C., ET AL.
Int. Commission on Snow and ice of the Int. Assn. of Sci. Hydrology 37 pp. 1990.
www.crrel.usace.army.mil/techpub/CRREL_Reports/reports/Seasonal_Snow.pdf
Snow Roads and Runways; ABELE, G. CRREL monograph 90-3, 100 p. 1990.
Processing Snow for High Strength Roads and Runways; LANG, R.M., BLAISDELL,
G.L., D'URSO C., REINEMER, G., LESHER, M. Cold Regions Sci. & Tech., Vol. 25,
Issue 1, pp 17-31. 1997.
Pour une présentation plus détaillée de la métamorphose de la neige, se reporter à : The
Avalanche Handbook; MCCLUNG, D.M. AND SCHEARER, P. The Mountaineers, 266
pp. 1993.
20
PRINCIPES DU DAMAGE DE PISTE
Il est important de bien comprendre les principes de base du damage de piste de
motoneige, afin d’utiliser adéquatement les équipements de damage et ainsi d’obtenir des
pistes lisses et fermes. Redonner une surface lisse à une piste parsemée de nombreuses
bosses, et cela de façon durable, constitue probablement l’une des tâches les plus
difficiles en matière de damage de piste. Pour réussir cette opération, il est important de
connaître les caractéristiques des bosses.
Formation de bosses
La formation continue de bosses, résultant de la circulation des motoneiges, constitue la
raison d’être première du damage de piste. Les bosses sont formées par une série de
buttes et de creux dans la surface de la neige, disposés perpendiculairement au
déplacement des motoneiges.
Les bosses dans une piste sont dues au passage des motoneiges, tout comme la « tôle
ondulée ou planche à laver » est due au passage des véhicules sur une route en gravier.
Les routes en gravier doivent être régulièrement nivelées. De la même manière, une piste
de motoneige doit être régulièrement damée. Les bosses sont aussi indésirables pour un
motoneigiste que la tôle ondulée pour un automobiliste.
La figure 1.5 illustre la formation des bosses. Dans la vue du haut, une petite dépression a
été formée dans la piste par une motoneige qui a freiné trop brusquement ou accéléré trop
rapidement. Les vues 2, 3 et 4 montrent comment la dépression se transforme en une
série de bosses, au fur et à mesure que les suspensions des motoneiges successives
réagissent à la surface inégale de la piste, les effets des différentes motoneiges étant
cumulatifs.
Figure 1.5 Formation de bosses
21
La motoneige moderne d’aujourd’hui, avec ses lisses antidérapantes au carbure qui
coupent la surface de la neige, et ses crampons de chenilles atteignant deux pouces et qui
délogent la neige, constitue une machine de creusage efficace sans que personne ne l’ait
voulu. Il s’en suit que les conducteurs de motoneiges détruisent sans le faire exprès la
surface qu’ils voudraient conserver lisse. Les bosses ont tendance à se former aux
endroits où les motoneiges accélèrent trop rapidement ou ralentissent trop brusquement.
Ces endroits se trouvent avant et après les courbes, à l'approche des panneaux de
signalisation et après, avant et après les ponts ou encore sur les fortes pentes. Tous ces
endroits nécessitent de la part de l’opérateur de dameuse une attention particulière.
Photo 1.10 Les courbes et les endroits où les motoneiges traversent les pistes exigent une
attention particulière
Les bosses ont également tendance à se former dans des lignes droites ou des tronçons
longs et cohérents sur des sections de pistes ouvertes et relativement plates. Chaque
motoneige qui passe, du fait que sa suspension s’allonge et se contracte, augmente la
hauteur des buttes et la profondeur des creux, à égale distance les uns des autres, selon un
rythme constant et permanent, secouant à la fois la machine et le conducteur et rendant la
randonnée des plus désagréables. De plus, les suspensions s’allongent et se contractent
d’autant plus que la vitesse est élevée. Dans ces endroits, il peut-être judicieux d’utiliser
un traîneau niveleur, avec sa longueur et son action de nivellement, pour niveler la piste,
plutôt que de « damer » avec la
lame avant du tracteur, souvent
susceptible d’accentuer le
rythme de formation de ce type
de bosses.
Les bosses peuvent aussi se
former « naturellement » dans
les cas où la neige repose sur
un sol chaud ou sur un
ruisseau, ainsi que sous les
effets alternés du soleil et de
l’ombre.
Photo 1.11 Les skis, la chenille et la suspension d’une motoneige
sont autant d’éléments contribuant à la formation de bosses
22
Les quatre étapes du damage de piste
Le damage consiste avant tout à enlever les bosses et à compacter la base de la piste. Il ne
s’agit pas simplement d’abattre en partie une butte pour remplir le creux adjacent de
neige déplacée. Une opération de damage consistant à « couper et remplir » produit une
neige dont la masse volumique est inégale, ce qui peut nuire à la qualité de la conduite.
Même si, à première vue, la piste peut sembler lisse, il est très probable que les bosses
réapparaîtront rapidement, au fur et à mesure que les motoneiges chasseront la neige
molle des creux remplis.
Un damage de piste adéquat et durable comprend quatre opérations de base : étape 1 –
Enlèvement des bosses; étape 2 – Traitement de la neige; étape 3 – Compression de la
neige traitée et étape 4 – Stabilisation de la piste. Dans la plupart des cas, les résultats
obtenus par damage avec un traîneau niveleur à lames multiples sont supérieurs à ceux
obtenus avec un traîneau niveleur à lame simple ou un mélangeur du fait qu’un traîneau
niveleur à lames multiples permet généralement de bien exécuter les quatre étapes, alors
qu’un traîneau niveleur à lame simple ou un mélangeur permet d’exécuter certaines
étapes mieux que d’autres. C’est pour cette raison que nous avons choisi un traîneau
niveleur à lames multiples pour illustrer les quatre étapes du damage.
Étape 1 – Enlèvement des bosses
Idéalement, les bosses doivent être entièrement détachées de la neige formant la base de
la piste. Ne pas perdre de vue que si l’on se contente de couper le haut d’une butte et de
mettre la neige dans la dépression formée par le creux adjacent, la même bosse peut
réapparaître en un rien de temps. En éliminant complètement la butte, jusqu’au bas du
creux adjacent, le profil de cette butte disparaît de la piste.
Il faut cependant aussi faire attention de ne pas mordre dans la couche de neige formant
la base comprimée de la piste, en dessous du bas d’un creux. Enlever la bosse, mais pas la
base de la piste massive qui se trouve dessous; il faut donc faire attention de ne pas
couper plus bas que le bas des creux situés à côté des bosses. Cela signifie que
l’opérateur de dameuse doit continuellement surveiller et régler la profondeur de coupe.
Certaines conditions peuvent empêcher d’enlever une bosse totalement : 1) lorsqu’un sol
nu apparaît au bas des creux, ne pas essayer de couper entièrement la butte, car cette
opération pourrait endommager les équipements et détruire la base de la piste durcie
éventuellement présente; 2) lorsqu’on utilise un traîneau niveleur à lame simple et que les
bosses sont hautes, il est probable que de la neige se perde par les côtés du traîneau
niveleur lorsqu’on veut couper à une profondeur suffisante pour enlever entièrement la
bosse. Dans ce cas, il vaut mieux « conserver » la neige sur la base de la piste plutôt que
de la déverser sur le côté, ou elle risque de se « perdre » et ne plus pouvoir servir au
damage; 3) lorsqu’on utilise un mélangeur, la lame avant sur le tracteur constitue l’outil
d’enlèvement des bosses le plus efficace, avant traitement de la neige avec le mélangeur.
Il y a cependant des limites, car cet outil ne permet pas de niveler comme on le ferait
avec un traîneau niveleur et 4) lorsqu’on utilise un traîneau niveleur à lames multiples, il
23
n’est pas possible de couper plus profondément que la profondeur à laquelle se trouvent
les lames de raclage par rapport au bas des longerons latéraux du traîneau niveleur en
position entièrement abaissée. Lorsque le lit de la piste trop mou, les longerons latéraux
peuvent mordre dedans. Par contre, si le lit de la piste est trop dur, les longerons se
déplacent habituellement sur le dessus, limitant la profondeur de coupe. Dans tous les
cas, il s'agit d'enlever toutes les bosses, ou le plus grand nombre possible, afin d'obtenir
une piste ayant une meilleure résistance à la circulation des motoneiges. Pour y arriver, il
est souvent nécessaire d’effectuer un damage en plusieurs passes.
Avec un traîneau niveleur à lames multiples, l’enlèvement des bosses s’effectue en
mordant dans celles-ci au moyen de jeux multiples de lames de raclage inclinées. Comme
illustré par la figure 1.6, la profondeur de coupe pré-réglée des lames de raclage
augmente habituellement légèrement de l’avant à l’arrière du traîneau niveleur, la
profondeur de coupe la plus grande étant obtenue lorsque le traîneau niveleur est
entièrement abaissé, de sorte qu’il se déplace à plat sur les longerons latéraux. Là encore,
si la hauteur des bosses dépasse la profondeur des lames de traîneau niveleur,
l’enlèvement complet des bosses peut nécessiter plusieurs passes.
Figure 1.6 Étape 1 : enlèvement des bosses. La profondeur de coupe de la lame de raclage doit
correspondre au creux des bosses, mais pas à la base compactée de la piste.
Lorsque de la neige profonde et fraîche recouvre les bosses sur la piste, il peut ne pas être
toujours possible ou commode d’enlever entièrement les bosses. Dans ce cas, il est
essentiel d’apporter une attention supplémentaire aux étapes 2, 3 et 4 ci-dessous car il
faut alors créer une nouvelle base de piste durcie pour recouvrir les vieilles bosses situées
en dessous de la nouvelle couche de neige.
Étape 2 – Traitement de la neige
À un moment donné, il peut y avoir plusieurs sortes de neige sur une piste de motoneiges
– neige dure compactée, neige molle, neige humide, neige sèche, glace, neige
fraîchement tombée, neige chassée par le vent, habituellement constituée de petits
granules et d’un peu de neige plus dure, ou encore de la neige tassée par les motoneiges
et travaillée si intensément par les dameuses qu’elle n’a plus beaucoup de consistance. Il
est essentiel que toutes les sortes de neige soient « traitées » pour une bonne compression
et une stabilisation adéquate de la piste.
24
Comme illustré par la figure 1.7, le traitement de la neige s’effectue par un roulage ou un
malaxage à l’avant des lames, au fur et à mesure qu’elles avancent à une vitesse adéquate
et constante. Plusieurs traîneaux niveleurs sont conçus avec des lames multiples
inclinées, de sorte que la neige se déplace d’un bord à l’autre, augmentant l’effet de
mélange et d’homogénéisation. Lors du mélange, il y a également élimination de l’air (la
neige devient plus dense par évacuation de l’air situé entre les particules). Lorsqu’on
utilise un traîneau niveleur à lame simple, cette action de roulage devient vitale car il n’y
a qu’une seule lame et le traitement de la neige doit être réussi du premier coup. Bien
qu’un mélangeur convienne parfaitement au traitement de la neige, il peut être limité par
la profondeur de ses peignes.
Figure 1.7 Étape 2 : traitement de la neige. Un effet de malaxage doit être créé à l’avant de la
lame de raclage afin de faciliter le traitement de la neige compactée, les bosses se transformant
en granules de tailles diverses.
Cette action de malaxage, de culbutage ou de mélange évacue l’air de la neige et, en
même temps, concasse la neige compactée formant les bosses pour la transformer en
granules plus petits de diverses tailles. Il y a également rupture des aiguilles, des flocons
individuels, de sorte qu’il est possible de les comprimer plus fortement.
L’effet mécanique du malaxage et du culbutage joue un autre rôle important, en ce sens
qu’il permet d’humidifier le mélange de neige par suite du frottement. Ce frottement
élève en fait la température de la neige, ne serait-ce que d’une petite fraction de degré,
introduisant une petite quantité d’humidité dans la neige traitée. C’est particulièrement
utile lorsque la neige est très sèche. L’ajout de cette humidité dans la neige traitée est
également très important pour la réussite de l’étape 4, permettant une bonne
« stabilisation » de la piste.
L’action de roulage et de malaxage est essentielle. Lorsque la neige bourre ou laboure à
l’avant des lames sans ce phénomène de roulage, le traitement n’est pas adéquat (aucune
évacuation d'air, aucun mélange ni rupture d’aiguilles, aucun frottement). Cela peut être
dû à une vitesse trop élevée du tracteur (temps insuffisant pour un bon roulage et un bon
traitement de la neige), à des conditions de damage trop chaudes ou trop humides, ou
25
encore à une hauteur inadéquate des lames de traîneau niveleur (lames réglées trop
profond en cas de « labourage » ou trop haut lorsqu’il n’y a pas de neige dans la lame).
Pour un bon traitement de la neige, la hauteur de la lame du traîneau niveleur est d’une
importance vitale. Lorsque la piste est relativement lisse ou qu’il y a peu de bosses, il
suffit de traiter un minimum de neige, car il n’est pas souhaitable de mordre dans la base
de la piste plus qu’il ne faut pour enlever les bosses. Dans de telles situations, il suffit
d'avoir un malaxage de la neige dans les jeux de lames arrière d'un traîneau niveleur à
lames multiples ou une lame remplie partiellement sur un traîneau niveleur à lame
simple. S'il y a beaucoup de bosses sur la piste ou lorsqu’il y a une grande quantité de
neige fraîche, il faut généralement ajouter des lames, dans le cas d'un traîneau niveleur à
lames multiples, ou augmenter la profondeur dans le cas d'un traîneau niveleur à lame
simple. Point important à ne pas oublier − appliquer un traitement de la neige suffisant
pour enlever les bosses, mais pas plus.
Il est également essentiel d’avoir une bonne vitesse au sol pour un traitement adéquat de
la neige. Lorsque la vitesse est trop faible, il n’est pas possible de créer le malaxage, le
roulage et le mélange susceptibles de produire le frottement nécessaire à une meilleure
stabilisation de la piste. Lorsque la vitesse est trop grande, plusieurs facteurs nuisent à un
bon damage, particulièrement dans le cas d’un traîneau niveleur à lames multiples. Tout
d’abord, en cas de vitesse au sol trop élevée, les lames inclinées pulvérisent la neige sur
les côtés du traîneau niveleur, celle-ci étant perdue et gaspillée car non utilisable pour le
damage. La neige a une grande valeur pour les opérations de damage et, dans la plupart
des régions, on ne peut se permettre de la jeter délibérément en dehors de la piste.
Deuxièmement, le roulage et le malaxage dépendent en partie des forces de gravité, de
sorte qu’il faut donner le temps à la neige de rouler, d’être malaxée et de retomber.
Troisièmement, en allant trop vite, on peut parfois trop traiter la neige et l’user
prématurément. Lorsqu'on traite la neige, c’est un peu comme si on utilisait un mélangeur
− à basse et moyenne vitesses, on obtient un bon malaxage et un bon mélange, mais en
réglant la vitesse trop haut, on peut modifier la consistance et même liquéfier le produit
sur lequel on travaille. Il en est de même avec le damage, en ce sens que la qualité de la
neige peut diminuer lorsqu’on va trop vite. Quatrièmement, que le damage soit effectué à
l’aide d’une lame simple, de lames multiples ou d’un mélangeur, une vitesse au sol trop
élevée entraîne un basculement latéral, la piste finie étant cahoteuse et non lisse.
Indépendamment du type de dameuse, la meilleure qualité de piste, tant du point de vue
de l’uniformité que de la durabilité, s’obtient à une vitesse comprise entre 5 et 7 miles à
l'heure (8 à 11 km à l'heure).
Une fois que la neige traitée est passée dans le dernier jeu de lames ou dans le mélangeur,
on doit disposer d'un mélange uniforme de particules folles, prêtes à comprimer.
Étape 3 – Compression de la neige traitée
La neige humide et folle résultant de l’étape de traitement doit être « compressée » en un
revêtement de masse volumique uniforme et lisse en surface. Lors de ce processus,
l’évacuation de l’air se poursuit et on obtient une surface de piste plus dense. Comme
26
illustré par la figure 1.8, à cette étape, on utilise une plaque de compactage/compression à
l’arrière du traîneau niveleur.
Figure 1.8 Étape 3 : compression de la neige traitée. La neige folle obtenue par raclage et
malaxage sous l’effet des lames, est répartie par la plaque d’épandage, puis comprimée pour
former une nouvelle couche de neige compactée sur le lit de la piste.
Sur un traîneau niveleur à lames multiples, l’avant de la plaque est incliné, de sorte que la
neige folle contenue par les longerons latéraux soit recueillie puis amenée sous la plaque
d’épandage, où elle est alors comprimée par le poids du traîneau niveleur en mouvement.
Dans le cas d’un traîneau niveleur à lames simples, du fait qu’il n’y a pas de longerons
latéraux, la neige doit obligatoirement passer sous la lame simple de la machine pour
ensuite être comprimée par la plaque du traîneau niveleur. Lorsque la lame simple
transporte trop de neige, cette dernière se déverse par les côtés. Cette différence signifie
que le traîneau niveleur à lames multiples augmente la profondeur/la base de neige finie
de la piste à chaque passe, tandis que le traîneau niveleur à lame simple n'augmente la
profondeur de la piste que s’il y a une accumulation de neige fraîche (sur cette piste).
Alors qu’avec un mélangeur, on peut exercer une certaine pression vers le bas lors du
traitement de la neige, il y a généralement très peu de compression et celle-ci provient
uniquement du peigne en plastique du véhicule.
Étape 4 – Stabilisation de la piste
La stabilisation consiste simplement à laisser suffisamment de temps à la neige pour geler
de nouveau, après que cette dernière ait été coupée, traitée et comprimée. En général, plus
le temps de stabilisation est long, plus la piste et la surface lisse nouvellement créée sont
durables.
Après passage du traîneau niveleur ou du mélangeur, la neige provenant des bosses doit
avoir été complètement enlevée, traitée et redistribuée, sous la forme d’une nouvelle
« chaussée de neige » plus dense et plus lisse.
Dans la dernière étape de l’opération de damage, on laisse l’humidité formée à l’étape de
traitement regeler. Il se crée ainsi une forte liaison entre les granules de neige fortement
27
comprimés, avec formation d’une surface dure ayant une bien meilleure résistance à la
circulation.
La durée de stabilisation d’une
piste peut varier de deux à six ou
même plus de dix heures, selon
la température et la teneur de la
neige en humidité. La
stabilisation d’une piste
ressemble un peu à la
congélation d’un plateau de
cubes de glace − au bout de peu
de temps il peut y avoir une
croûte, mais les cubes ne sont
pas entièrement solides et il faut
généralement quelques heures
avant qu'ils soient vraiment
fermes. Il en est de même pour
une piste de motoneiges. Par
conséquent, il est essentiel que
l’on touche le moins possible à la
piste durant cette période de
stabilisation, pour obtenir une
piste plus ferme et de meilleure
qualité qui résistera plus
longtemps à la circulation des
motoneiges.
Photo 1.12 Piste fraîchement damée nécessitant une stabilisation.
Idéalement, une piste de motoneiges devrait être fermée durant la stabilisation, mais ce
n’est pas pratique. En conséquence, le meilleur moment pour damer une piste est
habituellement la nuit, lorsque la circulation est moins intense et que la température de
l'air est généralement plus basse.
Pour une meilleure stabilisation, il est fortement recommandé que le damage s’effectue la
nuit, lorsque la circulation des motoneiges diminue. Cette période permet également
d’utiliser les dameuses en toute sécurité, ainsi que les motoneiges, du fait que l’on voit
mieux les phares des véhicules circulant en sens inverse et les balises. Plus important
encore, le damage de nuit est plus efficace, car la chaussée de la piste a généralement plus
de temps pour geler fermement avant que la circulation ne reprenne, ce qui permet aussi
de maximiser la rentabilité des sommes dépensées pour le damage dans la région.
Il est recommandé que le damage de jour ne soit effectué que dans les régions dans
lesquelles il y a peu ou pas de circulation de motoneiges sur les pistes sur lesquelles on
travaille. Les autres exceptions correspondent à des circonstances particulières, comme le
fait que l’opérateur a une meilleure visibilité de jour lors des travaux de mise en forme et
d'établissement des pistes tôt dans la saison ou encore lors de la restauration d’une piste
28
après une forte tempête, une très forte chute de neige et/ou après le passage de vents
violents.
Photo 1.13 Essayez autant que possible de damer lorsque les
motoneigistes ne suivent pas la dameuse, pour une meilleure
stabilisation.
29
QUESTIONNAIRE SUR LE CHAPITRE
1. Le damage d’une piste de motoneiges, c’est :
a) le plus gros poste de dépenses dans le cadre d’un programme d'entretien de pistes
de motoneiges
b) l’utilisation d’équipement mécanique afin de produire une surface de neige de
grande masse volumique
c) un travail très exigeant, nécessitant une attention soutenue de tous les instants
d) toutes les réponses ci-dessus
2. Les bosses sont :
a) similaires à de la tôle ondulée sur une route de gravier
b) un ensemble de buttes et de creux qui se forment dans la surface de neige d’une
piste, perpendiculairement au sens de déplacement des motoneiges
c) agréables à franchir
d) indésirables pour les motoneigistes
e) réponses a, b et d ci-dessus
f) toutes les réponses ci-dessus
3. Les bosses doivent être :
a) coupées à la partie supérieure, pour remplir les creux
b) entièrement coupées
c) améliorées à l’aide de la lame avant
d) toutes les réponses ci-dessus
4. Les quatre opérations de base du damage d’une piste sont l’enlèvement des bosses, le
traitement et la compression de la neige, ainsi que la stabilisation.
Vrai
Faux
5. La neige doit rouler ou être malaxée pour être traitée à l’aide d’un traîneau niveleur.
Vrai
Faux
6. La stabilisation d’une piste est un peu semblable à la congélation d’un plateau de cubes
de glace – au bout d’une heure, on obtient une croûte à la surface du cube de glace,
mais le centre n’est toujours pas gelé, de sorte qu’il faut attendre quelques heures de
plus pour que les cubes de glace ou la piste gèle entièrement.
Vrai
Faux
7. Il faut généralement deux heures ou plus de repos à la neige, pour qu’elle puisse coller
et atteindre une résistance maximale.
Vrai
Faux
8. La durée de stabilisation d’une piste peut varier de deux à six ou même plus de dix
heures, selon la température et la teneur de la neige en humidité.
Vrai
Faux
30
Chapitre deux :
ÉQUIPEMENTS DE DAMAGE
L’objet de cette section est de donner un aperçu général des divers types d’équipements
offerts pour le damage de piste, en vue d’aider les opérateurs à comprendre les
caractéristiques générales des équipements qu'ils utilisent. Pour de plus amples
informations sur un équipement de damage de piste spécifique, il est conseillé à
l’opérateur de se renseigner auprès du fabricant de cet équipement et de se reporter au
manuel de l’utilisateur correspondant.
Comme nous l’avons mentionné dans le chapitre un, le tracteur de damage est
généralement un véhicule pour service intensif, à deux ou quatre chenilles, dont la
fonction principale est de fournir la puissance voulue pour tirer un traîneau niveleur,
entraîner un mélangeur ou encore transporter une barre de compactage sur le dessus de la
neige. Dans certaines régions, on utilise aussi des tracteurs agricoles, avec ou sans
chenille, pour tirer des traîneaux niveleurs. Dans d’autres endroits, on utilise une
motoneige utilitaire munie de larges chenilles ou un VTT à chenilles pour tirer un
traîneau niveleur miniature.
Plusieurs compagnies fabriquent des véhicules à chenilles spécialement conçus pour le
damage de pistes de motoneiges. Parmi ces compagnies, citons, sans que la liste soit
exhaustive : Tucker Sno-Cat, Pisten Bully, Camoplast Industrial (autrefois Bombardier),
Centaur, Lamtrac et VMC. Dans certaines régions on continue aussi à utiliser des
modèles qui ne sont plus fabriqués, autrefois produits par ASV et Thiokol/DMC/LMC.
En outre, des trousses de conversion à chenilles pour tracteurs agricoles sont offertes
commercialement par Soucy, Gilbert, Marcel, Sur Trac, Arrow Trac et par des entreprises
de plus en plus nombreuses. Le tracteur de damage doit être d’une taille suffisante et
avoir la puissance nécessaire à la manipulation des accessoires de damage utilisés sur les
pistes, sans être plus lourd ni large qu’il ne le faut pour la région considérée, afin de
maintenir les coûts d’exploitation à un niveau raisonnable.
Le véritable travail de damage de la neige sur le lit de la piste est effectué par le traîneau
niveleur remorqué par le tracteur ou par le mélangeur. On trouve dans le commerce de
nombreuses marques de traîneaux niveleurs (damage de piste); citons, sans que la liste
soit exhaustive : TSI Mogul Master, Trailmaster, Arrowhead, AFMI Trailmaker, Maxey,
Sur Trac, Sno-Plane, Sno Boss, Trail Plane, Spooner Machine, Easy Pull et LaCross. En
outre, plusieurs traîneaux niveleurs maison sont également utilisés. Les mélangeurs sont
généralement prévus pour se monter sur des tracteurs Bombardier/Camoplast, Pisten
Bully et Tucker Sno-Cat. Les barres de compactage sont offertes commercialement par
The Shop Industrial (TSI), Tucker Sno-Cat, Pisten Bully et Bombardier/Camoplast.
31
Traîneaux niveleurs
La présentation des étapes du damage, dans le chapitre un, montre clairement qu’un
traîneau niveleur joue un rôle essentiel dans la réussite du damage d’une piste. De fait, le
traîneau représente souvent l'élément le plus important de l’équation du damage et
compte généralement beaucoup plus dans la réussite du damage d’une piste que le
tracteur servant à le tirer. Le domaine des traîneaux niveleurs a connu d’énormes progrès
depuis les simples « sommiers à ressorts » et « traîneaux à tuyaux » utilisés au début par
les clubs de motoneigistes dans les années 1960 et 1970 pour les premières tentatives
d’égalisation de la surface des pistes. La plupart des traîneaux modernes sont des
appareils techniquement évolués, désignés par « traîneaux niveleurs à lames multiples »
par opposition à l’ancienne génération de « traîneaux niveleurs à lame simple ».
Traîneaux niveleurs à lames multiples
Indépendamment du fabricant ou des détails de conception, les traîneaux niveleurs à
lames multiples constituent maintenant la norme pour la plupart des organisations
utilisant des traîneaux. De fait, ils représentent un élément tellement important de la boîte
à outils utilisée en damage que bien des gens pensent qu’un bon traîneau à lames
multiples constitue le seul ingrédient important d’un programme de damage de piste
digne de ce nom. L’achat d’un tel traîneau par une région qui n’en a pas pourrait
constituer le meilleur investissement dans le cadre du programme de damage. La
conception à lames multiples étant de loin supérieure aux autres, cette section sera
consacrée à une présentation détaillée des caractéristiques et de l’utilisation d’un traîneau
à lames multiples; en effet, un tel traîneau pour service intensif, entièrement équipé, doit
être adéquatement utilisé pour être efficace.
Comme son nom l’indique, le traîneau à lames multiples possède au moins deux ou
souvent trois ou quatre jeux de
lames de raclage, pour
supprimer complètement les
bosses et effectuer l’importante
opération de traitement de la
neige (voir photo 2.1).
Les figures 2.1 et 2.2 illustrent
les vues de dessus et de côté
d’un traîneau à lames multiples
de type courant. Bien que les
détails de conception diffèrent
d’un fabricant à l'autre, cette
unité classique illustre bien les
principes de base.
Photo 2.1 Traîneau niveleur à lames multiples de type courant
32
Figure 2.1 Conception de traîneau niveleur à lames multiples de type courant — vue de dessus
Figure 2.2 Conception de traîneau niveleur à lames multiples de type courant — vue de côté
avec vue agrandie des lames de raclage
Largeur d’un traîneau niveleur
La largeur d’un traîneau niveleur dépend grandement de celle des pistes à damer et de
celle des chenilles du tracteur qui tire le traîneau. Lorsque la largeur des chenilles du
véhicule est de 8 pieds (2,4 mètres), le traîneau doit également avoir une largeur d’au
moins 8 pieds (2,4 mètres). La largeur dépend également de la largeur nette de passage la
plus petite (entre les arbres, les poteaux de portes ou les entrées de ponts) sur le réseau de
33
pistes à damer. Si la largeur d’un pont n’est que de 8 pi 6 po (2,6 m), le tracteur et le
traîneau doivent être moins larges, même si le reste du réseau de pistes a 10 pi (3 m) de
largeur, à moins que le traîneau ne soit muni d’ailes que l’on peut lever et abaisser
hydrauliquement, comme celui illustré par la photo 2.2.
Dans plusieurs régions, on utilise couramment des traîneaux de 8 à 12 pieds (2,4 à 3,7 m)
de largeur, car ils permettent de damer une piste en une seule passe. Cependant, sur une
piste étroite avec faible visibilité,
il peut être souhaitable
d’employer un traîneau de
largeur moindre, afin de créer un
couloir de circulation sécuritaire
pour les motoneiges. Une piste
nécessitant un « doublage » (il
n’y a aucune possibilité de
damage en suivant une boucle; il
faut se rendre jusqu’à un cul de
sac puis revenir sur la même
piste) peut aussi être un endroit
où il est préférable d’utiliser un
traîneau moins large, du fait que
le damage doit se faire en deux
passes. Dans ce cas, il est plus
efficace de damer sur une plus
faible largeur, en positionnant la
chenille gauche du tracteur dans
l’axe de la piste, pour compacter
la neige.
Photo 2.2 Traîneau niveleur équipé d’ailes hydrauliques
Longueur d’un traîneau niveleur
La longueur d’un traîneau a de l’importance en ce sens que, plus celui-ci est long, moins
il a tendance à suivre le contour de la piste, du fait qu’il relie les points hauts, remplissant
au passage les dépressions, d’où une piste plus lisse. Ce point est important et c’est là
l’un des principaux avantages d’un traîneau par rapport à un mélangeur. Cependant,
comme un traîneau doit pouvoir prendre des virages serrés, cela en limite la longueur
totale.
En général, plus le traîneau est lourd (mais sans poids excessif qui nuirait au
remorquage), mieux il est en mesure de couper des bosses et de comprimer la neige folle,
une fois cette dernière traitée par les lames de raclage. Cependant, les charges sur le
tracteur de damage augmentent substantiellement lorsque la largeur, la longueur et le
poids du traîneau augmentent, à un point tel que ce dernier peut devenir trop lourd à tirer
pour le tracteur. S’assurer que le tracteur ne soit pas surchargé par un trop gros traîneau.
34
Caractéristiques typiques d’un traîneau niveleur à lames
multiples
Voici une brève description des caractéristiques types d’un traîneau niveleur à lames
multiples :
Châssis
Le châssis, habituellement fabriqué à partir de tuyaux en acier soudé, est peint pour une
protection contre la rouille. Le châssis constitue une fondation rigide sur laquelle les
divers composants sont rattachés, de sorte qu’ils ne subissent pas de flexion ni de torsion
excessive lors de l’utilisation du traîneau. En cas de flexion ou de torsion excessive du
châssis, le traîneau ne racle pas ou ne compacte pas de manière uniforme. Par
conséquent, il est important de vérifier et d’entretenir régulièrement le châssis.
L'essentiel du poids total de l’unité provient du châssis; c’est donc un important critère de
conception. La photo 2.3 montre des exemples de châssis de traîneaux niveleurs à lames
multiples de type courant.
Photo 2.3 Châssis à lames multiples de type courant et modèle de lames
Longerons latéraux
Les bords extérieurs du châssis forment les surfaces sur lesquelles le traîneau glisse et on
les désigne par l’expression « longerons latéraux ». Les longerons latéraux sont
importants en ce sens qu’ils retiennent la neige en cours de traitement dans le châssis du
traîneau. Le traîneau à lame simple ne possède pas de longerons latéraux, ce qui constitue
une importante différence avec le traîneau à lames multiples.
Photo 2.4 Le longeron latéral sur un traîneau niveleur à lames multiples facilite la retenue de la
neige dans le traîneau.
35
Lames escamotables à ressorts
Lorsque les lames raclent les bosses, elles butent souvent sur des pierres, des souches ou
autres objets fixes enfouis dans la neige. Bien
que tous les traîneaux ne soient pas munis de
lames escamotables à ressorts (ces lames sont
plutôt fixes, de sorte qu’elles ne « sautent »
pas lors d’un choc avec un objet solide
enfoui), il est hautement souhaitable que
chacune des lames de coupe soient munies de
ressorts (voir photo 2.5), de sorte qu’elles
puissent se dégager en cas de choc avec un
objet enfoui. On peut ainsi éviter
d’endommager le traîneau, le tracteur et aussi
de blesser l’opérateur.
Photo 2.5 Lames escamotables à ressorts
Sur certains traîneaux, les lames de raclage sont
montées sur des bras à ressorts, similaires à ceux
utilisés en agriculture sur les cultivateurs et les
arracheuses (voir photo 2.6).
Photo 2.6 Lames à bras à ressort
Lames de raclage
Il est souhaitable que les lames de raclage soient légèrement inclinées, de sorte qu’elles
coupent les bosses, plutôt que d’être montées à la verticale car, dans ce cas, elles
glisseraient simplement sur le dessus des bosses (voir photo 2.7). Elles sont
habituellement montées avec un « décalage » vertical, de sorte que la rangée avant se
trouve à 5/8 po (1,6 cm) en dessous du longeron latéral et la rangée arrière à un maximum
de ¾ po (1,9 cm) en dessous de ce longeron. On augmente ainsi la profondeur de coupe
lorsque le châssis est abaissé. Noter également que les lames sont généralement montées
obliquement, pour un transfert de la neige de l’extérieur au centre de la piste, là où
l’usure due à la circulation des motoneiges est habituellement la plus forte.
Photo 2.7 Lames de raclage inclinées
Photo 2.8 Lames de raclage dentelées
36
Certains traîneaux sont pourvus de lames dentelées (voir photo 2.8) dans les rangées
avant, ce qui facilite la coupe sur une piste dure ou glacée.
Flèche d’attelage
Sur plusieurs traîneaux niveleurs, la flèche d’attelage est articulée et se déplace vers le
haut et vers le bas par rapport au châssis, mais pas d’un côté à l’autre (voir photo 2.9). Le
déplacement de haut en bas est contrôlé par un vérin hydraulique commandé à partir de la
cabine du tracteur, ce qui permet un réglage simultané et continu de la profondeur de
coupe sur les traîneaux à lames multiples. La flèche d’attelage se rattache au tracteur, soit
à l’aide d’un crochet d’attelage, soit au moyen d’une sellette d’attelage, du type semicaravane. D’autres traîneaux, en particulier ceux tirés par des tracteurs agricoles, sont
dirigés hydrauliquement au moyen d'un attelage rigide (voir photo 2.10).
Photo 2.9 Flèche d’attelage pivotante
Photo 2.10 Attelage rigide
Plaque de compactage
La plaque de compactage doit permettre un lissage sur toute la largeur, la surface finie de
la piste étant exempte de trous et de mottes. L’avant de la plaque est inclinée vers l’avant
pour absorber la neige traitée et la répartir uniformément en dessous, d’un bord à l’autre
(voir photo 2.11). L’arrière de la plaque est muni d’une lèvre à grand rayon, qui facilite la
« remontée » du traîneau sur la neige, lorsqu’on recule dans de la neige folle sans l’aide
des roues (voir photo 2.12).
Photo 2.11 Avant oblique de la plaque
Photo 2.12 Rebord à rayons à l’arrière de la plaque
37
Sur un traîneau à lames multiples, le bas de la plaque de compactage est habituellement
en acier plat, et comprend des lisses d’usure situées sur les deux bords extérieurs. Deux
ou trois lisses d’usure supplémentaires, remplaçables, sont souvent également espacées
par rapport à l’axe du dessous, pour protéger la surface de la plaque. La surface de
certaines plaques est munie soit d’un peigne en matière plastique, soit d’une feuille
d’acier ondulé. Cependant, pour un bas de plaque, l’acier plat ou l’acier ondulé se montre
supérieur à la matière plastique, car l’acier produit ce frottement si important pour la
stabilisation d’une piste.
Lames antidérapantes
Des lames antidérapantes (lisses)
en acier durci, remplaçables, se
montent normalement au bas de
la plaque de compactage. Ces
lames antidérapantes réduisent le
glissement latéral du traîneau
niveleur sur une pente et
empêchent la plaque de
compactage de s’user
prématurément. Ces lames
revêtent une importance
particulière pour une dameuse
avec « traîneau directeur », le
traîneau servant de direction à
l’ensemble du véhicule. La photo
2.13 illustre des marques de
lames antidérapantes d’une
plaque de compactage.
Photo 2.13 Marques de lames antidérapantes sur une piste fraîchement damée
Plaques vibrantes
Les plaques vibrantes sont un équipement relativement nouveau sur les traîneaux à lames
multiples. Elles comportent une
vanne de régulation de débit et un
système de retour permettant de
faire « vibrer » hydrauliquement la
plaque arrière, afin d’accroître la
compression et de faciliter la
stabilisation de la piste. Le
montage du vibrateur hydraulique
est tel qu’il isole les vibrations vers
l’arrière, dans la surface de la
piste, et du traîneau lui-même. Ces
plaques s’utilisent la plupart du
temps avec des tracteurs agricoles,
38
ces derniers étant déjà équipés d’un système hydraulique adapté à la commande d’une
plaque vibrante (voir photo 2.14).
Photo 2.14 Plaques vibrantes arrière
de type courant
Roues
Les roues forment un ensemble, monté soit à l’arrière du traîneau, soit dans les limites
intérieures du châssis (voir photo 2.15), que l’on peut lever et abaisser au moyen d’une
commande hydraulique à partir de la cabine du tracteur. Lors du damage normal, les
roues sont levées et donc dégagées. À la traversée d’une route ou d’une voie de chemin
de fer, on abaisse les roues afin d’éloigner le traîneau du sol. Les roues sont également
utiles pour faire reculer le traîneau.
Photo 2.15 Roues de type courant
Certains traîneaux niveleurs sont munis d’un
rouleau à tambour arrière plutôt que de roues.
Le tambour se commande habituellement de la
même manière que des roues, car on peut le
lever et l’abaisser hydrauliquement (voir photo
2.16). Le rouleau sert également à faciliter la
compression et le compactage de la piste.
Photo 2.16 Rouleau à tambour arrière de type courant
39
Dispositifs de sécurité
Des objets immobiles, comme des souches ou des pierres, peuvent se trouver sur le trajet
du traîneau, risquant d’endommager ce
dernier ou le tracteur, ou encore de
blesser l’opérateur. Par conséquent,
l’attelage comprend habituellement un
boulon de cisaillement, qui se casse
avant que d’importants dommages ne
se produisent (voir photo 2.17 - à
droite du crochet d’attelage). Les
flexibles hydrauliques sont munis de
raccords rapides, empêchant un
arrachement du système hydraulique,
en cas de rupture de la goupille de
cisaillement et de séparation du
traîneau (du tracteur).
Photo 2.17 Raccords rapides et goupille de
cisaillement dans la flèche du crochet d’attelage
Traîneaux niveleurs à lame simple
Photo 2.18 Traîneau niveleur à lame simple de type courant
Plusieurs traîneaux niveleurs de conception ancienne, toujours utilisés dans certaines
régions, comprenaient une simple lame de raclage sur toute la largeur, cette lame étant
censée transporter la neige et remplir ainsi les dépressions. Certains modèles étaient
également munis d’un rouleau à tambour à l’avant de la plaque de compactage arrière. Ce
type de traîneau convient aux régions dans lesquelles les chutes de neige sont fréquentes
et abondantes, là où il faut damer pratiquement en permanence pour construire une base
nouvelle, par suite des chutes de neige fréquentes. Cependant, dans les endroits où il y a
beaucoup de bosses, l’efficacité d’un traîneau à lame simple diminue, du fait que sa
capacité à couper et à traiter les bosses est limitée. Dans ce cas, il est important que le
tracteur soit équipé d’une lame avant pour faciliter le traitement des bosses.
40
Mis à part le nombre et la configuration des lames, les composants d’un traîneau à lame
simple sont très similaires à ceux d’un traîneau à lames multiples. Un traîneau à lame
simple s’utilise différemment d’un traîneau à lames multiples en ce sens que la hauteur de
la lame de raclage est
réglée au moyen d’un
vérin hydraulique au lieu
de l’attelage. En outre, du
fait que ce genre de
traîneau ne possède pas
de longerons latéraux
pour retenir la neige,
l’opérateur peut
facilement gaspiller cette
neige en la rejetant sur les
côtés, lorsqu’il tente de
racler et de transporter
trop de neige avec la
lame de raclage simple.
Photo 2.19 Lame de raclage simple de type courant
Mélangeurs
Un mélangeur se monte à
l’arrière d’un tracteur de
damage et il est commandé
par un circuit hydrostatique
(voir photo 2.20). Un
mélangeur s’utilise
habituellement dans de la
neige profonde et sert à
casser la surface de la neige
compactée, pour réduire la
taille des mottes de neige et
de glace et mélanger la
vieille neige et la neige
fraîche.
Photo 2.20 Mélangeur monté à l’arrière de type courant
Le mélangeur par lui-même, similaire à un rotoculteur de jardin, comprend un arbre
rotatif (barre de coupe), muni de multiples peignes généralement d’une longueur de trois
à cinq pouces (7,6 à 12,7 cm), qui conditionnent la neige lorsqu’il tourne à haut régime,
41
ainsi qu’un peigne en matière
plastique ou « finisseur de
neige » (voir photo 2.21). Le
tracteur doit avoir une
puissance suffisante pour
faire fonctionner le
mélangeur.
Photo 2.21 Vue de dessous
d’un mélangeur
Parmi les avantages offerts par un tracteur équipé d’un mélangeur, citons l’extrême
mobilité, la facilité de recul, l’aisance dans les virages et la facilité d’élimination des
bancs de neige. En outre, l’unité se stocke facilement et se transporte aisément sur un
camion ou dans une remorque.
Un mélangeur fonctionne bien dans de la neige humide mais, s’il y a de la neige
poudreuse sèche, il est parfois difficile d’obtenir une piste de bonne qualité, du fait de
l’instabilité de l’ensemble neige/piste. Par conséquent, il est important d’avoir une bonne
teneur en humidité dans la neige, pour obtenir de bons résultats et une « chaussée de
neige » qui dure.
Si la piste comporte de nombreuses bosses, il peut falloir plusieurs passes, du fait qu’un
mélangeur ne peut traiter la neige sur une profondeur supérieure à la longueur de ses
peignes (lorsque cette longueur est de trois pouces [7,6 cm], cela correspond à la
profondeur maximale de traitement; si cette longueur est de cinq pouces [12,7 cm], la
profondeur maximale de traitement est de cinq pouces [12,7 cm], etc.). Dans de tels cas,
il est indispensable d’avoir une bonne lame avant sur le tracteur, ainsi qu’un opérateur
capable de couper les bosses avec la lame avant, pour une alimentation en neige
suffisante du mélangeur, en vue du traitement et dans le but d’obtenir une piste lisse.
Avec un mélangeur, il est facile de former une piste lisse, mais pas nécessairement de
niveau, du fait que l’unité se déplace par à coups vers le haut et vers le bas, en suivant le
mouvement des chenilles du tracteur. Il peut aussi parfois osciller d’un côté à l’autre.
Pour cette raison, on obtient de meilleurs résultats sur une piste comportant des
ondulations et des virages fréquents, ainsi que des hauts et des bas, plutôt que sur une
piste comportant de longues sections droites.
Il est recommandé que les régions possèdent aussi un traîneau niveleur, en complément
au damage de piste avec un mélangeur, car il est rare que, tout au long de la saison, les
conditions de damage (temps, chutes de neige, humidité et circulation) favorisent
l’utilisation d’un mélangeur seul.
42
Photo 2.22 Mélangeur flexible réglé en position rigide (droite)
à l’aide du dispositif de verrouillage illustré ci-dessous
Les mélangeurs flexibles pivotent (ou
fléchissent) au centre et on les utilise
habituellement sur les pentes de ski pour
modeler la surface du terrain. Certains
fabricants fournissent un mécanisme de
verrouillage permettant de verrouiller un
mélangeur flexible en position
rigide/droite, nécessaire au damage
d’une surface de piste de motoneige
plate.
Photo 2.23 Dispositif de verrouillage d’un mélangeur flexible
Barres de compactage
Photo 2.24 Barres de compactage de type courant
43
Une barre de compactage, communément appelée « barre de tassement », est un
accessoire très simple et léger, de faible longueur, rattaché à l’arrière d’un tracteur, que
l’on peut lever hydrauliquement au-dessus de la neige pour permettre au véhicule à
chenilles de reculer et/ou de tourner rapidement dans les endroits exigus. Certains
modèles exercent une pression hydraulique vers le bas pour accroître le compactage.
Cette barre, utilisée au début d’une saison de damage, réduit considérablement le temps,
les efforts et les coûts consacrés à l’ouverture d’une piste de motoneige en compactant la
neige sur la piste en vue d’établir une base ferme pour damage futur au moyen d’un
traîneau niveleur. Dans une zone marécageuse, elle facilite le compactage et la descente
du gel dans le sol, d’où un gel plus rapide (du sol marécageux). En utilisant une barre de
tassement, on réduit généralement l’usure d’un traîneau au début de la saison de mise en
place des pistes et on améliore la maniabilité du tracteur.
On peut aussi utiliser une barre de compactage après une chute de neige
exceptionnellement forte, durant la saison ou dans des endroits où il y a de nombreuses
congères, un traîneau étant alors trop difficile à manier efficacement avec le tracteur.
Certaines barres de tassement sont conçues pour se monter sur le tracteur, en même
temps que l’on attache un traîneau niveleur au crochet d’attelage du tracteur. Une telle
configuration permet à l’opérateur de damer avec le traîneau jusqu’au point de la piste où
se trouve de fortes congères, décrocher le traîneau puis continuer à travailler dans la zone
uniquement avec la lame avant du véhicule et la barre de tassement, afin d’établir une
base de piste initiale. Il peut alors revenir au traîneau, le raccrocher au tracteur et avancer
tout en « finissant » la piste à l'aide du traîneau.
Dans certaines régions, on trace un chemin sur la piste en « tassant à l’aide des
chenilles », en utilisant le tracteur sans traîneau, après une forte chute de neige au début
de la saison, lorsque la neige est profonde et qu’aucun chemin n’est tracé pour la piste.
Un tassement à l’aide des chenilles peut être également bénéfique en début de saison,
lorsque les chutes de neige sont faibles, car l’effet « d'aplatissement » des chenilles
facilite la stabilisation de la neige accumulée. En utilisant une barre de compactage,
spécialement lorsque la neige est profonde, on augmente largement l’efficacité du
damage lorsqu’il est nécessaire de tasser à l’aide des chenilles.
TRACTEURS DE DAMAGE
L’expression « tracteur de damage » s’applique à une vaste gamme de véhicules à
chenilles et partiellement à chenilles, utilisés pour tirer des traîneaux niveleurs ou porter
des mélangeurs et des barres de compactage. « Tracteur » est un terme générique
définissant le rôle du véhicule, consistant à tirer, fournir de l'énergie ou déplacer un
accessoire de damage de piste; ne pas le confondre avec un tracteur agricole transformé,
que l'on utilise parfois comme tracteur de damage. Dans certaines régions, on désigne
aussi les tracteurs de damage par l’expression « dispositifs d’entraînement primaires ».
44
Des échantillons de tracteurs de damage de type courant sont illustrés ci-dessous, en
guise d’introduction :
Photo 2.25 Tracteurs de damage de type courant
45
Figure 2.3 Composants classiques d’un tracteur de damage
La figure 2.3 illustre les vues de côté et de face d’un tracteur de damage de type courant à
deux chenilles. Bien que les détails de conception diffèrent entre un véhicule à deux
chenilles et un véhicule à quatre chenilles, ainsi que d’un fabricant à l’autre, ce véhicule
classique illustre bien les composants de base d’un tracteur de damage.
Composants d’un tracteur de damage
Chenilles
Sur un tracteur, les chenilles assurent au véhicule la « flottabilité » voulue pour demeurer
à la surface (ou très près de cette surface) de la neige (plutôt que de s’enfoncer dedans)
(voir Pression au sol, page 49), tout en procurant une traction suffisante pour tirer un
lourd traîneau niveleur ou transporter un accessoire comme un mélangeur.
Historiquement, la plupart des chenilles de tracteurs de damage étaient munies de
traverses constituées par des barres droites en acier ou en aluminium (voir photo 2.26 à la
page suivante). Pour éviter d’endommager ces chenilles, le véhicule devait être utilisé
dans de la neige profonde. Il arrivait souvent qu’on installe des pics à glace ou des
crampons sur ces chenilles, pour empêcher tout dérapage latéral et tout patinage sur les
pentes.
Plusieurs tracteurs de damage contemporains sont équipés de chenilles entièrement en
caoutchouc, ce qui permet d’utiliser les véhicules sur tous les types de terrain sans
endommager les chenilles. Certaines chenilles en caoutchouc possèdent des barres
droites, tandis que d’autres sont équipées de barres en Z (chevrons), pour empêcher le
46
dérapage latéral et augmenter la traction (voir photo 2.27). Une machine équipée de
chenilles en caoutchouc peut rouler sur une chaussée sèche, une route sale, dans de la
boue, dans de l’eau et dans la neige poudreuse profonde, ce qui en augmente de beaucoup
la polyvalence. Bien que ces machines coûtent plus cher à l’achat, elles se caractérisent
habituellement par une meilleure qualité de conduite, ce qui améliore le confort et
diminue la fatigue de l’opérateur, tout en réduisant les coûts d’entretien et les dommages
au véhicule dus aux vibrations.
Photo 2.27 Exemple de chenille en
caoutchouc
Photo 2.26 Exemple de chenille à traverses en
acier
Direction
Sur certains modèles à deux chenilles, la fonction de direction est obtenue par freinage
sur l’une des chenilles, de la même manière que sur un bulldozer. Sur d'autres modèles à
deux chenilles, la fonction de direction est assurée par une commande individuelle de la
vitesse des chenilles, au moyen d’un système d’entraînement hydrostatique. La plupart
des modèles à quatre chenilles sont articulés, de telle sorte que l’un des jeux de chenilles
tourne vers l’intérieur, tandis que l’autre tourne vers l’extérieur. Sur un tracteur agricole
transformé, on utilise généralement le traîneau niveleur comme gouvernail.
Moteur
Un gros moteur diesel ou à essence industriel fournit la puissance motrice au tracteur de
damage. Du fait que le moteur est généralement lourd, son emplacement a de
l’importance lors de la détermination du centre de gravité du véhicule (voir Centre de
gravité, à la page 50).
Cabine de tracteur
La cabine d’un tracteur de damage offre à l'opérateur un environnement protégé.
Plusieurs cabines sont également équipées d’un siège de passager, utile pour la formation
ou utilisable par un opérateur de relève lorsque la piste est trop longue. La plupart des
tracteurs de damage possèdent des instruments complexes servant à la conduite, ainsi que
des commandes hydrauliques faisant fonctionner le traîneau niveleur, la lame avant, le
mélangeur et autres accessoires. Il est important que les opérateurs se familiarisent avec
les commandes, pour une utilisation efficace et en toute sécurité des équipements. Un
47
véhicule équipé d’une cabine avancée offre à l’opérateur une meilleure visibilité vers
l’avant, en particulier lorsqu’on utilise une lame avant.
Photo 2.28 Commandes classiques dans une cabine de tracteur
Lame avant
Plusieurs tracteurs sont équipés d’une lame avant, accessoire utile pour casser les bancs
de neige ou les congères, ainsi que pour remplir de neige les traversées de ruisseaux ou
les grandes dépressions dans le lit d’une piste. Une lame est également utile pour éliminer
des intersections de routes et des entrées de garages la neige déposée lors du damage, afin
de ne pas mettre en danger les automobilistes ou de ne pas créer d’obstacles sur les
propriétés adjacentes. Il est également essentiel d’avoir une lame avant lorsqu’on trace
une piste le long d’une pente dans une zone de neige profonde ou lorsqu’on utilise un
mélangeur.
Une erreur courante consiste à penser
qu’on peut utiliser un tracteur de
damage muni d’une lame avant
comme un bulldozer. Ce n’est pas vrai
et une telle utilisation peut entraîner de
graves avaries et d’importantes
réparations. La lame avant sur un
tracteur de damage n’est généralement
pas aussi résistante que la lame d’un
bulldozer; c’est pourquoi il ne faut
jamais l’utiliser pour pousser de
grosses pierres, de grosses souches ou
de gros arbres.
Photo 2.29 Lame avant classique à l’œuvre
48
Plateforme de rangement
La plupart des tracteurs de damage possèdent une plateforme de rangement arrière pour
transporter des charges utiles, comme des outils, des tronçonneuses, une réserve de
carburant, des panneaux de signalisation pour pistes, etc. L’opérateur doit savoir qu’en
surchargeant la plateforme du tracteur, il modifie le poids, la flottabilité et le centre de
gravité du véhicule; c’est pourquoi il faut veiller à ne pas le charger incorrectement.
Photo 2.30 Plateforme arrière de type courant utilisée pour le transport des outils, des panneaux
de signalisation de rechange et de la réserve de carburant
Caractéristiques importantes des tracteurs de
damage
Plusieurs caractéristiques sont importantes pour une bonne compréhension des capacités
et d’une utilisation adéquate d’un tracteur de damage. Parmi ces caractéristiques, citons :
Pression au sol
Un véhicule conçu pour travailler dans la neige doit demeurer sur la surface (ou très près
de celle-ci) de la neige, plutôt que de s’y enfoncer et de la labourer. À cette fin, il s’agit
de répartir le poids du véhicule sur les chenilles, tout comme les raquettes répartissent le
poids d’un raquetteur.
Techniquement, la capacité d’un véhicule à répartir le poids se mesure par la pression au
sol. La pression au sol se calcule en divisant le poids total du véhicule par la surface
totale des chenilles restant en contact permanent avec la neige; elle s’exprime le plus
souvent en livres par pouce carré (psi) ou en kilogrammes-forces par centimètre carré
(kgf/cm2).
49
Pour un tracteur de damage modérément léger à lourd, la pression au sol varie
habituellement de 0.8 psi (0,056 kgf/cm2) à 1.2 psi (0,84 kgf/cm2). Il est très important
que la pression au sol exercée par le tracteur ne dépasse pas cette limite. Si la pression au
sol est trop élevée, le véhicule s’enfonce dans la neige, plutôt que de rester en surface. Si
la pression au sol est trop faible, l’unité peut ne pas créer une traction suffisante pour tirer
un traîneau en montant une pente ou dans de la neige profonde et lourde.
Poids total
Dans des limites raisonnables, il est possible de compenser le poids total du tracteur par
une surface de chenilles appropriée. Cependant, le poids total est un facteur dont il faut
tenir compte en fonction des limites de charge des ponts existants et de la possibilité de
traverser des plans d’eau gelés. Comme les véhicules de damage sont habituellement très
lourds, il est recommandé de ne jamais les utiliser sur des plans d’eau gelés sans une
planification spéciale, des essais et une formation particulière, car une telle opération
pourrait endommager les équipements ou causer des blessures graves ou mortelles.
Puissance et couple du moteur
Qu’un moteur diesel ou à essence ait été installé sur un tracteur donné, la capacité de ce
moteur se mesure essentiellement par sa puissance et son couple. Lors d’une comparaison
de puissances, toujours utiliser la même mesure, car il existe plusieurs puissances : brute,
nette et à la prise de force (PTO). La puissance au frein brute constitue une bonne unité
de base pour comparer les puissances des moteurs.
Le couple est une caractéristique d’un moteur dont on ne tient pas assez compte, mais qui
est très importante pour un tracteur de damage. Le couple se rapporte à la capacité du
tracteur à déplacer un lourd traîneau niveleur. Les traîneaux à lames multiples modernes
ayant une charge statique élevée, le moteur doit produire un couple élevé pour mettre en
mouvement un traîneau arrêté.
Centre de gravité
Le centre de gravité d’un véhicule est un point par rapport auquel il y a équilibre du poids
(de ce véhicule). La figure 2.4 illustre un exemple de centre de gravité pour un tracteur de
damage à deux chenilles de type courant.
50
Figure 2.4 Centre de gravité d’un tracteur de damage à deux chenilles, de type courant
Le centre de gravité d’un véhicule prend de l’importance à chaque fois qu’on utilise ce
véhicule sur une surface qui n’est pas de niveau, comme lors de la montée ou de la
descente sur une pente raide ou encore lors d’un déplacement à flanc de colline. Du point
de vue de la stabilité, plus le centre de gravité de l’unité se trouve près du sol, plus le
véhicule est stable sur une surface qui n’est pas de niveau. Les opérateurs ne doivent pas
oublier ce point afin de ne pas se retrouver dans une situation dangereuse.
Effort de traction et coefficient de frottement
L’effort de traction se définit comme étant la valeur du couple que l’on peut appliquer à
une chenille avant que celle-ci ne perde sa traction et patine sans faire avancer le
véhicule.
Le coefficient de frottement entre la chenille et le sol ou la neige constitue le facteur de
limitation définissant le moment où les chenilles perdent leur traction. Le coefficient de
frottement se détermine par le poids total du véhicule, la surface de la chenille sur le sol,
la conception de la chenille (barres en Z ou non) et la répartition du poids sur la longueur
de la chenille en contact avec la surface. La répartition de poids idéale sur les chenilles
correspond à un point d'équilibre, de l’avant à l’arrière du véhicule, situé au centre (ou à
proximité) de la longueur de chenilles, comme illustré par la figure 2.4 ci-dessus.
51
Lorsqu’une chenille perd sa traction, elle cisaille la neige sous l’effet de la force que les
barres transversales exercent dessus. De la neige fraîche, non tassée, se cisaille beaucoup
plus facilement que de la neige dure compactée. Lorsqu’un véhicule perd sa traction,
patine et s’enlise, cela est dû au fait que la force nécessaire au cisaillement de la neige est
inférieure à la force requise pour tirer la charge. Cette charge est constituée à la fois par le
traîneau niveleur et le tracteur.
Motoneiges et VTT utilisés comme
tracteurs de damage
Dans certaines régions, on utilise soit une motoneige d’un modèle à chenilles
larges/utilitaire, soit un VTT à chenilles pour damer les pistes de motoneiges. Dans de
tels cas, la motoneige ou le VTT servent normalement à tirer un petit traîneau niveleur
(habituellement d’une largeur ne dépassant pas environ 4 pieds [1,2 mètre]), lorsque la
largeur des pistes est limitée, ce qui interdit d’utiliser un gros tracteur. Lorsque la région
fait l’objet d’un financement limité, interdisant les dépenses en capital nécessitées par de
gros équipements, on peut devoir utiliser une motoneige ou un VTT. Bien qu’il y ait des
limites au damage que l’on peut réaliser avec une motoneige ou un VTT, ces véhicules
peuvent jouer un rôle très valable. L’une des clés de la réussite consiste à damer
fréquemment, pour compenser les limites d’un petit traîneau niveleur en matière de
raclage et de compression.
Photo 2.31 Dameuse classique tractée par une motoneige
Le traîneau niveleur se commande habituellement à l’aide d’un interrupteur électriquehydraulique depuis le siège de la motoneige ou du VTT. L’opérateur peut ainsi régler le
traîneau de la même manière que s’il se trouvait dans une cabine de tracteur de taille
normale.
52
Du fait que l’opérateur est en contact direct avec les éléments, il est important que des
mesures de sécurité supplémentaires soient prises pour l’opérateur et que ce dernier
emmène des vêtements secs. Il est
également important d’emporter sur la
motoneige ou le VTT un câble de
remorquage et une pelle, car ces véhicules
s’enlisent facilement. Dans le cas d’une
motoneige, emporter également une
courroie d’entraînement de rechange, car
le fait de tirer une charge lors du damage
met à rude épreuve l’embrayage et la
courroie d’entraînement. Les autres
principes s’appliquant au damage et à la
sécurité demeurent valables, mais à une
plus petite échelle.
Photo 2.32 Dameuse de type courant tractée par un VTT
53
QUESTIONNAIRE SUR LE CHAPITRE
1. Les accessoires de damage comprennent :
a) les traîneaux niveleurs et les lames de raclage
b) les tracteurs
c) les mélangeurs et les barres de compactage
d) a et c ci-dessus
e) a, b et c ci-dessus
2. Sur un tracteur de damage, la lame avant sert à dégager les pierres, les souches et les
arbres tombés sur la piste, pour la rendre sécuritaire.
Vrai Faux
3. Le rôle principal d’un tracteur de damage est de fournir la puissance nécessaire pour
tirer un accessoire de damage, comme un traîneau niveleur, faire fonctionner un
mélangeur ou déplacer une barre de compactage sur le dessus de la neige.
Vrai Faux
4. Le tracteur est l'élément le plus important de l’équation « damage » et le bon damage
d’une piste dépend plus du tracteur que du traîneau niveleur ou du mélangeur
accroché derrière.
Vrai Faux
5. Si vous ne deviez utiliser qu’un seul accessoire de damage pour former une piste qui
soit à la fois lisse et de niveau, ce serait dans la plupart des cas :
a) un mélangeur
b) un traîneau niveleur à lames multiples
c) une barre de compactage
d) un traîneau niveleur à lame simple
e) une lame avant
6. Un accessoire très simple et léger, qui soit très manœuvrable et utile lors de la
préparation initiale d’une piste en début de saison ou en neige profonde est le
suivant :
a) un mélangeur
b) un traîneau niveleur à lames multiples
c) une barre de compactage
d) un traîneau niveleur à lame simple
e) une lame avant
7. Le fait de surcharger la plateforme de rangement sur un tracteur de damage peut influer
sur le poids, la flottabilité et le centre de gravité du véhicule.
Vrai Faux
8. Lorsque la pression au sol exercée par un tracteur de damage est trop faible, le tracteur
peut s’enfoncer dans la neige, plutôt que de demeurer sur le dessus.
Vrai Faux
54
9. Le châssis d’un traîneau niveleur doit être rigide et d’équerre, pour éviter un raclage ou
un compactage non uniforme.
Vrai Faux
10. Sur un traîneau niveleur à lames multiples, les lames de raclage sont habituellement
montées en position « décalée », de plus en plus bas de l’avant à l’arrière.
Vrai Faux
11. La largeur maximale d’un accessoire de damage comme un traîneau niveleur ou un
mélangeur est :
a) dictée par la largeur maximale de la piste à damer
b) dictée par la largeur et la puissance du tracteur
c) sans importance
d) généralement plus faible que celle du tracteur
e) a e b ci-dessus
f) aucune des réponses ci-dessus
12. Sur un tracteur de damage, les chenilles doivent être suffisamment grandes pour
maintenir le tracteur sur la surface de la neige (ou à proximité).
Vrai Faux
13. Un tracteur dont le centre de gravité est élevé demeure stable et s’utilise en toute
sécurité sur les flancs de pentes raides.
Vrai Faux
14. Lorsqu’un véhicule perd sa traction, patine et s’enlise, cela est dû au fait que la force
nécessaire au cisaillement de la neige est inférieure à la force requise pour tirer la
charge.
Vrai Faux
15. Le poids total d’un tracteur de damage :
a) est sans importance
b) peut être compensé par la surface des chenilles
c) peut causer des problèmes lors de la traversée d’un pont et d’un plan d’eau glacé
d) b et c ci-dessus
e) aucune des réponses ci-dessus
55
Chapitre trois
GESTION DES OPÉRATIONS DE
DAMAGE, ÉQUIPEMENTS ET SÉCURITÉ
Les opérations de damage représentent habituellement la plus grande partie du budget
d’une organisation, en termes de coûts en capital pour l'achat des équipements, de coûts
d’exploitation durant le damage et de coûts associés aux réparations et à l’entretien.
Bien qu’il n’existe pas de façon parfaite de gérer les opérations de damage, cette section
fournit des indications de base en matière de gestion des équipements et opérations de
damage de piste. Quels équipements acheter, qui va les utiliser, selon quel calendrier, où
seront-ils entreposés et comment seront-ils entretenus : voilà autant de décisions
essentielles à prendre pour gérer adéquatement des équipements de damage. Bien que
certaines de ces décisions soient très loin de concerner un opérateur d'équipements de
damage, lorsque celui-ci possède des notions de base sur « l’ensemble des opérations », il
travaille mieux et plus efficacement.
Le gestionnaire du programme de damage
Un damage de bonne qualité n’est pas le fruit du hasard et il ne suffit pas d’avoir acquis
des équipements du dernier cri, sophistiqués ou coûteux dans le cadre du programme de
damage. Un programme de damage réussi suppose beaucoup de planification et une
excellente gestion. De plus, les bons équipements ne remplacent pas les mauvais
opérateurs.
Indépendamment de leur envergure, il est recommandé de confier la responsabilité des
opérations de damage quotidiennes à un gestionnaire qualifié, connaissant bien
l’utilisation et l’entretien du matériel lourd, les principes et pratiques du damage de piste,
ainsi que la mécanique de la neige. L’aptitude à travailler avec un groupe diversifié de
personnes bénévoles et d’employés, tout en parvenant à un équilibre entre leadership et
autorité, constitue un atout supplémentaire pour ce poste.
Il est important d’utiliser le titre de « gestionnaire du programme de damage », car il
définit clairement le rôle de la personne occupant le poste. Le terme « damage » identifie
clairement l’essentiel de ce poste. Le terme « programme » signifie que le damage est une
activité planifiée et coordonnée, que l’on ne peut laisser au hasard. Le terme
« gestionnaire » définit le rôle de coordination et de direction concernant tous les aspects
du programme de damage.
En particulier, lorsqu’il s’agit d’opérations de damage menées par un club de bénévoles,
s’il n’existe pas de candidat convenable dans l’organisation existante, il faut en recruter
ou en embaucher un. En général, les gestionnaires d’équipements lourds qualifiés qui,
souvent ne travaillent pas l’hiver, sont de bons candidats. Lorsqu’une personne d’un
56
organisme de bénévoles décide de « prendre » ce travail « parce que personne d’autre
n’en veut », on court droit à la catastrophe et il faut éviter à tout prix ce genre de
situation.
Définition des priorités en matière de
damage
Les motoneigistes voudraient bien circuler chaque jour sur des pistes damées et lisses
comme un dessus de table. Les ressources affectées aux opérations de damage sont
toutefois limitées, pour ce qui est des équipements disponibles et du budget existant, de
sorte que des priorités doivent être établies (en matière de damage). Les calendriers de
damage doivent être établis en découpant les réseaux de pistes en sections faciles à gérer,
tenant compte du budget et des ressources en bénévoles ou en main-d’œuvre disponible.
Une fois que l’on a défini des priorités pour chaque section de piste, en tenant compte de
la circulation des motoneiges, il est possible de dresser un calendrier hebdomadaire
permettant d’affecter les équipements de damage et les opérateurs (voir en annexe un
spécimen de Programme de damage hebdomadaire). Ne pas oublier que, même si un
calendrier est très utile pour planifier l’utilisation des ressources, les plans les mieux
élaborés peuvent être remis en cause par le temps et des modifications de la circulation.
Le gestionnaire des opérations de damage doit demeurer vigilant et rester assez souple
pour que les priorités les plus élevées soient respectées en cas de changement des
conditions.
Facteurs à prendre en compte
Un certain nombre de facteurs doivent être pris en compte lors de la définition des
priorités et de l’élaboration des calendriers :
• Où se trouve la « base des opérations » dans le cadre du Programme de damage? Estce qu’elle se trouve au centre du réseau de pistes ou à l’une des extrémités du réseau?
Combien y a-t-il de milles/kilomètres de pistes à damer?
• Comment utilise-t-on normalement le réseau de pistes? Est-ce que la circulation des
motoneiges est habituellement plus intense les fins de semaine seulement ou est-ce
qu’il y a beaucoup de circulation tous les jours de la semaine? La circulation de nuit
est-elle habituellement intense ou est-ce que les motoneigistes quittent les pistes dès
qu’il fait noir? Le matin, vers quelle heure les motoneigistes arrivent-ils sur les pistes?
• Y a-t-il un grand nombre de motoneigistes sur les pistes, sur une base quotidienne ou
régulière, du fait que des gîtes, motels, hôtels ou autres établissements du même genre
se trouvent sur le réseau? Le réseau de pistes comporte-t-il des points d’intérêt
entraînant une augmentation de la circulation par rapport à d’autres endroits du
réseau? Y a-t-il des aires de départ ou des terrains de stationnement, souvent plus
utilisés que les autres endroits?
• Combien dispose-t-on de dameuses pour le réseau? Lorsqu’il y en a deux ou plus dans
la région, peut-on les répartir en différents endroits ou doit-on les utiliser à partir de la
57
même base? Combien de milles/kilomètres de pistes peut-on damer efficacement avec
chaque véhicule par jour/nuit, compte tenu du temps de préparation à respecter pour
éviter les heures de forte circulation des motoneiges, la vitesse moyenne de damage,
ainsi que les conditions climatiques et les températures normales?
• Durant combien de semaines y aura-t-il suffisamment de neige et de circulation pour
justifier les dépenses reliées aux opérations de damage dans la région? Le damage des
pistes devrait-il être plus important durant certaines semaines plutôt que d’autres (à la
mi-saison ou aux fêtes, par exemple)?
• Quel est le coût du damage d’un mille/kilomètre de piste (une seule passe) (carburant,
entretien, réparations, dépréciation des équipements et main-d’œuvre selon les cas)?
De combien de dollars dispose-t-on pour couvrir ces coûts durant la saison? Est-ce
que toute la main-d’œuvre sera de la main-d’œuvre « payée » ou y aura-t-il de la
main-d’œuvre bénévole permettant d’alléger les coûts d’exploitation? Lorsqu’on
dispose d’une main-d’œuvre bénévole, combien d’heures par semaine celle-ci est-elle
prête à faire sur une base garantie et régulière? Combien de milles/kilomètres au total
ces ressources permettront-elles de damer chaque semaine?
Les réponses à ces questions permettent de définir des priorités et d’établir des
calendriers de damage répondant aussi efficacement que possible aux besoins.
Dans les zones où il y a généralement peu de circulation, la nuit et les jours de semaine,
on dispose d’une plus grande souplesse pour un damage efficace et le maintien des pistes
en bon état ne nécessite que quelques damages par semaine.
Lorsque la circulation est intense tous les jours de la semaine, les régions doivent
examiner de près les facteurs permettant d’établir les calendriers, pour un maximum
d’efficacité compte tenu des dépenses en matière de damage. Il est probable qu’il faudra
de trois à cinq ou même sept damages par semaine pour maintenir les pistes en bon état.
De plus, il peut être nécessaire d’avoir plusieurs dameuses, situées à différents endroits,
car une distance de 40 à 60 milles (65 à 95 kilomètres) représente le maximum que l’on
peut damer efficacement avec un seul véhicule par nuit, sans que la durée/la circulation/la
température ne nuisent à la productivité. Bien que dans certaines régions où la circulation
est intense, on décide de damer à la mi-journée pour empêcher les bosses de trop grossir,
cette façon de faire ne saurait remplacer un damage régulier la nuit (également) ou
lorsqu’il y a peu de circulation, afin de laisser aux pistes suffisamment de temps pour se
stabiliser, phénomène qui ne peut se produire en milieu de journée à cause de la
circulation.
Sélection et formation des opérateurs
Pour essentiellement les mêmes raisons qu’un programme de damage doit être coordonné
par un gestionnaire de programme de damage compétent, des opérateurs d’équipements
de damage compétents doivent être soigneusement sélectionnés et formés. Un opérateur
d’équipements de damage doit être sélectionné en se basant sur son aptitude à utiliser des
équipements lourds, puis dûment formé et testé sur les caractéristiques de fonctionnement
58
des équipements, les principes et procédures de damage, les calendriers d’entretien et les
procédures d’utilisation en sécurité.
Un opérateur doit connaître les pratiques du damage et posséder d’assez grandes
compétences en mécanique, car les réparations et les réglages en cours de piste sont
inévitables, même avec l’équipement le meilleur et le plus récent.
Pour une formation efficace et homogène des opérateurs, utiliser une liste de vérification
de formation de l’opérateur. Les sujets abordés durant la formation doivent être définis à
la demande par le
gestionnaire de damage,
pour tenir compte des
particularités locales, mais
les sujets d’ordre général
doivent également être
traités, comme les
pratiques de damage, les
caractéristiques des
véhicules et l’utilisation
des véhicules. En suivant
cette méthode, on assure
une formation complète et
approfondie de l’opérateur
(voir en annexe un
spécimen de liste de
vérification pour
formation).
Photo 3.1 La formation des opérateurs est importante et doit
comprendre des travaux pratiques à l’atelier.
Sécurité des opérateurs
La sécurité des opérateurs d’équipements doit constituer la première priorité du
programme de damage. Bien que les conditions de travail varient d’une région à l’autre,
un certain nombre de mesures de sécurité doivent être prises de façon universelle. Le
texte qui suit contient une liste d’éléments courants à prendre en compte lorsqu’il s’agit
de la sécurité des opérateurs. Les organismes locaux chargés du damage sont invités à
ajouter des mesures tenant compte de leurs besoins et des conditions locales.
Toujours porter une ceinture de sécurité
L’opérateur et le passager doivent porter une ceinture de sécurité en permanence, car il
n’est pas rare qu’un équipement de damage s’arrête brusquement lorsqu’il heurte un objet
fixe, comme une grosse pierre, une souche, avec risque de projection de l’opérateur ou du
passager tête première dans le pare-brise ou le tableau de bord. Toujours agir avec
prudence lorsqu’on utilise un équipement de damage, car un arrêt soudain et dangereux
peut entraîner de graves blessures.
59
Demeurer visible pour les motoneigistes
Faire en sorte que le véhicule soit très visible de jour comme de nuit, au moyen de
surfaces réfléchissantes et en allumant en permanence les feux de gabarit de la cabine, les
phares avant et arrière, ainsi qu’un gyrophare ambre constamment en fonction (« ON »)
(de jour comme de nuit). De plus, se servir d'un radiophare dans le tracteur.
Attendez-vous à des pannes
Il est certain qu’un équipement de damage pourra ne pas fonctionner correctement,
tomber en panne ou s’enliser. Considérer les problèmes possibles et prévoir les
procédures, outils, pièces de rechange et fournitures pour les résoudre. Fournir aux
opérateurs des trousses de premiers soins et assurer leur formation. Ne pas oublier qu’ils
peuvent aussi rencontrer des membres du public ayant besoin d’aide. Une unité GPS est
très commode pour se guider en présence d’un voile blanc et pour indiquer les
coordonnées de l’endroit d’un sauvetage. Les opérateurs doivent être préparés à utiliser
les techniques de survie en hiver, au cas où ils seraient bloqués dans un endroit reculé,
dans lequel ils devraient passer la nuit. Lorsqu’on travaille dans une région montagneuse,
il est également bon d’avoir une balise d’avalanches et une sonde d’avalanches (comme
moyens d’aide en cas de sauvetage).
Toujours emporter les outils essentiels suivants : hache, tronçonneuse, cric, pelle à neige,
chaîne/câble de remorquage, corde et lampe de poche.
Prévoir dans la dameuse un certain nombre d’équipements standards de
sécurité/d’intervention en cas d’urgence. Parmi ces articles, citons :
- Trousse de premiers
soins
- Couverture aluminisée
- Fusées éclairantes
- Vêtements de rechange
- Pelles
- Détergent pour les mains
- Huile
- Masse
- Batteries de rechange
- Allumettes à l’épreuve des
intempéries
- Flexibles/Raccords
hydrauliques
- Outils
- Raclette à neige
- Cric de grande capacité
- Réserve de carburant
- Peinture à pulvériser orange
- Extincteur
- Chaînes
- Levier
- Papier
- Plaque d’appui pour le cric
- Sangle pour arbre
- Pieux
- Torche/Réchaud à butane
Il est recommandé d’avoir dans un tracteur de damage un minimum de quatre balises de
déviation réfléchissantes, à haute visibilité, de 14 pouces (36 cm). S’en servir pour
identifier les dangers possibles, comme une dameuse tombée en panne ou des câbles de
treuil, des chaînes ou encore des cordes tendues temporairement en travers d’une piste.
L’opérateur de dameuse doit toujours se préparer en emportant une certaine quantité
d’aliments énergétiques, ainsi que de l’eau potable, dans le tracteur, au cas où il se
trouverait en situation de détresse. Ne jamais partir de la maison sans emporter un
copieux repas!
60
Éviter de damer sur de la glace
Dans le cadre de certains programmes nationaux ou provinciaux, il est interdit que les
pistes damées traversent un lac gelé ou autres étendues de glace importantes. S’il est
indispensable de damer sur de la glace, des procédures (épaisseur, mode de vérification,
de surveillance, etc.) doivent être élaborées afin de déterminer si la qualité et l’épaisseur
de la glace sont adéquates avant de traverser. Certains fabricants installent des trappes de
sortie (toit ouvrant) dans leurs véhicules, afin que l'opérateur puisse plus facilement sortir
en urgence de la cabine, au cas où le véhicule traverserait la glace.
Demeurer en communication et appliquer le plan
Les radios FM modernes, ainsi que les téléphones cellulaires ou mobiles GSN permettent
aux opérateurs de rester plus facilement en contact fréquent avec leur base. Toujours
mettre en dossier un « plan du trajet » avant de débuter une tournée de damage.
S’entendre sur un horaire régulier de contact entre l’opérateur de dameuse et la base,
ainsi que sur la procédure à suivre en cas de perte de contact. Établir un plan à suivre en
cas de retard dans les contacts ou lorsqu’on rapporte une situation d’urgence, puis s’en
tenir au plan.
Emporter des panneaux de signalisation de rechange
Emporter dans le tracteur de damage une certaine quantité de panneaux de signalisation
(pour piste) supplémentaires, de pieux et d’attaches, afin de pouvoir remplacer les
panneaux ou les pieux manquants, du fait que l’opérateur de dameuse est souvent le
mieux placé pour savoir où ces panneaux doivent se trouver. En remplaçant les panneaux
de signalisation manquants, spécialement ceux concernant la sécurité et la
réglementation, on s’assure que, lors de leurs prochains passages dans cette zone, les
motoneigistes et l’opérateur de dameuse emprunteront une piste sécuritaire.
Entretien préventif
Ne pas sous-estimer l’importance d’un programme d’entretien préventif efficace pour la
sécurité. En effet, un opérateur a beaucoup moins de chance de se blesser ou de se
retrouver dans une situation dangereuse lorsqu’il utilise un équipement bien entretenu. Le
fait de ne pas exécuter des procédures d’entretien préventif doit être considéré comme
une violation des règles de sécurité, plutôt qu’une omission.
Vérifier l'équipement avant le départ
Vérifier soigneusement le tracteur avant le début d’une tournée de damage. Vérifier les
niveaux de carburant et de liquides. Vérifier si des pièces ne sont pas fissurées ou
cassées. Vérifier les chenilles. Vérifier les conduites hydrauliques. Vérifier la lampe de
poche et que les outils, ainsi que les trousses d’urgence sont ensemble. Emporter avec soi
des vêtements appropriés, au cas où la chaufferette ou le tracteur tomberait en panne. NE
PAS partir avant d’avoir vérifié que tous ces éléments étaient en bon état et à leur place.
61
Prendre des précautions lorsqu’on s’arrête ou lorsqu’on se gare sur la
piste
Toujours faire attention lorsqu’on s’arrête ou lorsqu’on se gare sur la piste, de sorte que
la dameuse ne représente pas un danger pour les motoneigistes. Il existe deux types
principaux d’arrêts : planifiés et non planifiés.
Arrêts planifiés : un « arrêt planifié » est effectué par un opérateur de dameuse lorsque
ce dernier maîtrise parfaitement le moment et l’endroit de l’arrêt. Toujours faire preuve
de bon sens dans le choix de l’endroit d’un arrêt sur la piste et s’assurer que la dameuse
est garée suffisamment à l’écart de la partie de la piste la plus fréquentée, dans la mesure
du possible. S’y prendre à l’avance et sortir dans une zone minimisant le danger pour la
circulation. Sortir complètement de la piste dans une ligne droite, à une intersection ou
dans un terrain de stationnement, lorsque c’est possible, afin de ne pas avoir à s’arrêter
sur la piste et ainsi créer un danger.
Il est bon de créer dans le réseau de pistes des endroits où l’on peut effectuer en toute
sécurité un arrêt planifié et/ou un demi-tour, ces endroits demeurant recouverts de neige
tassée tout l’hiver.
Voici un exemple où il est avantageux de prévoir un arrêt planifié : lorsque les
motoneigistes rattrapent la dameuse sur une piste étroite sinueuse. Les avertir d’attendre
avant de dépasser la dameuse jusqu’à ce que vous ayez trouvé un endroit sécuritaire pour
arrêter. Une fois la dameuse arrêtée et lorsqu’il n’y a rien devant, leur faire signe de
passer.
Arrêts complets non planifiés : un arrêt complet non planifié est un arrêt effectué par un
opérateur de dameuse, lorsque ce dernier ne peut pas décider de l'endroit de l'arrêt. Ces
arrêts peuvent être dus à la rencontre de motoneiges sur une piste très étroite, à des
motoneigistes arrêtant la dameuse pour avoir des renseignements, se trouver en présence
d’encombrements de neige par les rafales de vent ou autres situations nécessitant un
entretien de la piste, une panne mécanique de la dameuse, la rencontre d’une motoneige
en panne ou encore lorsqu’on se retrouve sur le lieu d’un accident. L’opérateur doit
utiliser son bon sens pour évaluer l’endroit de l’arrêt non planifié. Est-ce que cet endroit
est sécuritaire ou non pour un arrêt de la dameuse?
Si vous jugez qu’à cet endroit la visibilité est bonne, qu’il ne vous faudra pas trop de
temps pour reprendre le trajet normal et que, tout compte fait, vous pouvez vous arrêter
en sécurité, arrêtez-vous brièvement pour corriger le problème, régler la question ou
donner les informations voulues, mais aussi vite que possible, et reprenez votre route.
Si vous pensez que l’endroit n’est pas sécuritaire à cause de son emplacement et/ou de la
visibilité, envisagez d’autres possibilités et, dans la mesure du possible, faites preuve
d’une extrême prudence lorsque vous vous arrêtez à un endroit plus sûr.
Voici quelques consignes d’ordre général à suivre lors d’un arrêt non planifié :
62
Motoneiges s’approchant de la dameuse par l’avant (en sens inverse) : lorsque des
motoneigistes s’approchent de la dameuse par l’avant sur une piste étroite, se diriger vers
l’extrême droite de la piste aussi rapidement que possible et s’arrêter. Après avoir vérifié
que personne ne circule en sens inverse, faire signe aux motoneigistes de dépasser la
dameuse.
Arrêt d’un motoneigiste à la recherche de renseignements : indiquer au motoneigiste que
cet endroit n'est pas sécuritaire pour s’arrêter. Lui demander de suivre la dameuse le long
de la piste, jusqu’à un endroit plus sûr, où vous pourrez vous arrêter et répondre à ses
questions.
Réparations de la piste ou enlèvement d’objets abattus par le vent : si vous ne prévoyez
pas vous arrêter très longtemps
pour ôter les débris ou des objets
tombés, ou encore pour réparer la
piste, assurez-vous que vos feux de
détresse soient allumés, apportez
les corrections nécessaires, puis
reprenez votre route. Lorsque
l’arrêt doit durer plus longtemps,
mettez en place des dispositifs de
mise en garde, comme ceux
illustrés par la figure 3.1, sur la
piste, pour avertir les
motoneigistes de la présence de la
dameuse.
Photo 3.2 Ne s’arrêter qu’aux
endroits d’où l’on peut voir assez loin
Figure 3.1 Utiliser des dispositif de mise en garde,
comme des balises de déviation, des torches, des
bâtons croisés ou des drapeaux pour signaler aux
motoneigistes la présence de dameuses garées et les
dangers sur les pistes.
Panne mécanique ou enlisement de la dameuse sur la piste : si la dameuse tombe en
panne ou s’enlise sur la piste et ne peut plus être déplacée, mettre rapidement en place
des dispositifs de mise en garde à l’avant et à l’arrière, pour avertir les motoneigistes du
danger. Lorsque la dameuse doit rester longtemps sur la piste, installer des dispositifs de
mise en garde ou des panneaux de signalisation supplémentaires indiquant la présence de
la dameuse.
63
Photo 3.3 Mettre en place des cônes ou autres dispositifs de mise en garde autour et à l’avant
d’une dameuse tombée en panne sur la piste et que l’on doit immobiliser durant une période
prolongée.
Aide à un motoneigiste en panne : si vous prévoyez rester longtemps à l’emplacement de
la motoneige en panne, garez la dameuse le plus loin possible à droite de la piste, sans
compromettre la sécurité, et mettez en place des dispositifs de mise en garde à l’avant et à
l’arrière de la dameuse. Si vous disposez d’un moyen de communication, demandez de
l’aide pour le motoneigiste et reprenez votre route aussi rapidement que possible.
Arrêt faisant suite à une collision : lorsque vous arrivez sur le lieu d’une collision,
considérez qu’il s’agit probablement d’un « endroit dangereux ». NE RIEN FAIRE tant
que cet endroit n’a pas été sécurisé!
Commencez par garer la dameuse
aussi loin que possible à droite de la
piste, sans compromettre la sécurité,
et mettre en place des dispositifs de
mise en garde sur la piste pour
avertir les motoneigistes du danger.
Une fois le site sécurisé, évaluez la
situation pour savoir s’il y a des
blessés et, si c’est le cas, de quel
type de blessures il s’agit et quel est
le nombre de personnes concernées.
Si l’accident résulte d’une collision
entre une motoneige et la dameuse,
ne pas déplacer l’équipement − se
contenter de sécuriser le site et
d’évaluer les besoins.
Photo 3.4 Ne pas oublier que des collisions
peuvent se produire avec la dameuse!
Lors de votre évaluation de la situation sur la scène de l’accident, vérifiez si les
ressources disponibles sur place sont suffisantes pour intervenir en urgence. Si la réponse
est « oui » − apportez votre aide et demeurez sur le site jusqu’à ce que la piste ait été
dégagée.
64
Si la réponse est « non » − si les ressources sur place ne sont pas suffisantes pour
intervenir dans cette situation d’urgence, prenez les choses en main et :
a. Appelez les responsables locaux ou le 911, si vous disposez d’un
téléphone ou de la radio. Dans le cas contraire, envoyez quelqu’un
demander de l’aide.
b. Présentez le problème ou la situation.
c. Indiquez le nombre de blessés, le cas échéant.
d. Précisez l’endroit, le numéro de la piste ou le nom de la piste.
e. Si vous le connaissez, indiquez le meilleur chemin pour l’arrivée des
secours.
f. Restez calme et ne parlez pas trop.
g. Ne déplacez pas une personne blessée, mais protégez les victimes et gardez les
personnes blessées au chaud.
h. Si d’autres personnes sont présentes, demandez-leur soit de fermer la piste, soit de
diriger la circulation en attendant une aide supplémentaire.
i. Faites le point avec le personnel d’intervention d’urgence dès son arrivée.
j. DOCUMENTEZ, DOCUMENTEZ, DOCUMENTEZ! Une fois que le personnel
d’urgence a pris en main la situation, notez tout ce que vous avez pu observer et qui a
pu se manifester lorsque vous étiez sur la scène de l'accident.
Directives et politique générales relatives
aux opérateurs
Pour le bien des opérateurs et/ou la bonne application du programme de damage,
plusieurs régions définissent des directives ou une politique concernant la sécurité de
l’opérateur, les pratiques à adopter ou le comportement à suivre :
Ni alcool ni drogue
Plusieurs régions adoptent une politique de tolérance zéro concernant
la consommation d’alcool ou de drogue par un opérateur en service.
Dans d’autres régions, on définit aussi une période avant le quart de
travail, durant laquelle un opérateur ne peut consommer d’alcool, afin
que ce dernier ne se présente pas au travail alors que ses facultés sont
affaiblies sous l’influence de l’alcool ou de drogue. Dans certaines régions, on va même
jusqu’à interdire à un opérateur ayant la gueule de bois de se présenter au travail, les
gestionnaires du damage considérant qu’il s’agit d’un « affaiblissement » de l'opérateur et
par conséquent d’une situation dangereuse. La tolérance zéro signifie qu’il n’est pas
possible de se reprendre − l’opérateur est mis à pied dès la première infraction car,
lorsqu’un opérateur de dameuse travaille alors que ses facultés sont affaiblies, les
responsabilités et les risques pour la sécurité peuvent avoir une extrême importance.
65
Photo 3.5 Les opérateurs de cette
dameuse fumaient de la
marijuana et sont sortis du
pont.
Interdiction de fumer
Dans plusieurs régions, on interdit de fumer dans un équipement de damage, un atelier et
une zone réservée à l’entretien. Il est bien certain qu’il doit être interdit de fumer dans les
endroits où l’on fait le plein de carburant. L’interdiction de fumer vise à maintenir la
santé et la sécurité de l'opérateur. Lorsqu’on fume dans la cabine d’un tracteur de
damage, sa valeur de revente peut aussi diminuer.
Armes à feu
Dans plusieurs régions, on interdit à l'opérateur de porter une arme à feu dans la cabine
du tracteur, pour une question de sécurité et de responsabilité. En outre, plusieurs
organismes gouvernementaux intervenant dans le domaine du damage de piste appliquent
une politique interdisant aux employés de chasser lorsqu’ils sont en service.
Passagers dans une dameuse
Tandis que dans certaines régions, il y a habituellement deux personnes dans la cabine du
tracteur de damage (un conducteur et un aide), dans d’autres régions on interdit à
l’opérateur de transporter des passagers non concernés par le travail de damage. Le fait
d’autoriser ou non le transport de passagers est avant tout une question de sécurité.
Premièrement, est-ce que l’opérateur est suffisamment compétent pour ne pas se laisser
distraire par un passager? Deuxièmement, le gestionnaire doit savoir à l’avance qu’il y a
un passager, de sorte que, en cas d’urgence, les sauveteurs sachent combien de personnes
rechercher.
Communications
La réussite d’un programme de damage dépend tellement des communications que, dans
plusieurs régions, on a établi une politique et des procédures formelles de
communications. Elles sont toutes basées sur le besoin de communiquer, communiquer et
communiquer encore! Un opérateur doit communiquer pour informer les autres
opérateurs et le gestionnaire sur l’état de l’équipement. Il doit également communiquer
aux opérateurs assurant la relève et au gestionnaire l’état des pistes qu’il a parcourues. Il
doit communiquer avec le gestionnaire pour l’informer de tout élément (temps, groupes
importants, état des pistes, dangers, etc.), qu’il considère comme intéressant le
moindrement le programme de damage. Il doit communiquer avec quelqu’un
(responsable, famille ou gestionnaire) au début d’une tournée de damage, pour l'informer
66
de l’itinéraire planifié, ainsi que de son retour sain et sauf. Et, en cas de doute, il ne doit
pas se gêner pour DEMANDER, car il n’existe pas de question idiote!
Dans le cadre d’un programme de damage, il faut investir dans un bon matériel de
communication − qu’il s’agisse de téléphones cellulaires, de téléphones mobiles GSM ou
d’appareils radios émetteurs-récepteurs − pour des communications fiables et efficaces.
Préparation de la piste
Ôter les bosses, les trous et les débris avant la première chute de neige
La préparation d’une piste avant le gel et la première chute de neige constitue l’élément
le plus important pour une piste lisse et stable en hiver. La base de la piste doit être aussi
lisse que possible, car les bosses et les trous dans le sol forment également des bosses
après une chute de neige. Par conséquent, il faut atténuer ou éliminer les trous et les
bosses dans le sol avant une chute de neige, avec les équipements dont on dispose, car il
est beaucoup plus difficile de travailler une fois le sol gelé ou recouvert de neige. Les
bosses situées sous la piste enneigée réapparaissent sous forme de bosses/de creux sur les
pistes à circulation intense, presque immédiatement après un damage.
Photo 3.6 Il est possible d’assurer une meilleure uniformité des pistes l’hiver en les entretenant
avant les chutes de neige.
Les arbustes, souches et débris doivent également être retirés de la piste, ainsi que du
bord de cette piste, dans les endroits où ils représentent un danger pour la circulation ou
nuisent à la visibilité. Une piste large, lisse et exempte d’arbustes facilite le damage. En
éliminant les débris de la piste, on élimine les dangers, ainsi que la fonte prématurée de la
base de la piste, du fait que les débris attirent la chaleur et accélèrent par conséquent la
fonte de la neige située autour. Il est également bon de mettre en place des repères et des
panneaux de signalisation sur la piste, que l’on enfonce dans le sol avant que ce dernier
gèle.
67
Photo 3.7
Les souches, les
arbustes et les débris
s’enlèvent plus
facilement avant que
la neige commence à
s’accumuler.
Préparation d’une piste en début de saison
La neige accumulée lors des premières chutes de neige et que l’on traite sur la piste
constitue souvent une base pour le reste de l’hiver. En créant très tôt une base de neige
résistante et lisse, il est plus facile de maintenir la piste lisse tout le reste de l’hiver. Les
premières neiges contiennent plus d’eau libre et se compactent bien. Par conséquent, il
est souvent important de bien lisser et de compacter fortement les premières neiges
tombées. Une couche de neige fraîchement tombée doit être (dans le cas idéal) raclée à
6 pouces (15 centimètres) ou moins, avant compactage, afin de compacter la couche sur
toute son épaisseur. Une couche épaisse de neige fraîchement tombée est généralement
difficile à compacter.
Dans les zones qui ont tendance à être humides, comme les traversées de marécages, il
est avantageux de maintenir l’épaisseur de neige au minimum au début de l’hiver. Cela
permet au sol sous-jacent de geler et de se stabiliser. Cette couche de terre gelée permet
également de maintenir la résistance de la piste plus longtemps au printemps. Comme la
neige est un excellent isolant, la couche de neige doit rester mince dans ces zones, pour
que le sol ne dégèle pas. Les bancs de neige peuvent servir à remplir ces zones plus tard
dans la saison, lorsqu'il n'y a plus de neige à certains endroits.
Certains endroits humides, comme les sources ou les zones d’infiltration, ne gèlent jamais
et doivent faire l’objet d’une attention particulière tout au long de la saison, en particulier
s’il y a écoulement de glace. On recouvre parfois ces endroits de copeaux de bois ou d’un
matériau similaire, pour minimiser l’entraînement de boue et de saleté sur la surface de la
piste adjacente. Cependant, avant d’utiliser des copeaux de bois ou un matériau similaire,
obtenir l’approbation de l’organisme chargé de l’aménagement des terres. La meilleure
solution consiste, dans la mesure du possible, à éviter de faire passer la piste par ces
endroits.
68
QUESTIONNAIRE SUR LE CHAPITRE
a. Les dispositions permettant d’assurer la sécurité d’un opérateur comprennent :
a) assurer qu’il soit prêt à faire face à des problèmes en lui demandant de transporter
du matériel de sécurité et d’intervention d’urgence
b) lui fournir du matériel de communication et lui demander de remettre un « plan de
trajet »
c) un bon programme d'entretien préventif
d) exiger qu’il porte une ceinture de sécurité
e) a et b ci-dessus
f) a, b, c et d ci-dessus
b. Un équipement neuf permet de se contenter d’un mauvais opérateur.
Vrai
Faux
c. Lors de l’élaboration et du suivi des calendriers hebdomadaires de damage, tenir
compte du budget, du temps et du genre de circulation.
Vrai
Faux
d. Un opérateur ne doit jamais utiliser une dameuse lorsqu’il est sous l’influence de
drogue ou de l’alcool, car ses facultés et son jugement s’en trouvent affaiblis.
Vrai
Faux
e. Lorsque la dameuse est garée sur une piste, toujours éteindre les feux pour éviter
d’aveugler ou de distraire les motoneiges qui circulent.
Vrai
Faux
f. Un gestionnaire de damage :
a) est une personne dirigeant toutes les activités dans le cadre d’un programme de
damage et qui établit les priorités et les calendriers
b) occupe un poste important, nécessaire à la réussite d’un programme de damage
c) correspond à toute personne qui veut bien occuper ce poste
d) doit bien comprendre l’utilisation et l’entretien des équipements lourds,
comprendre la mécanique de la neige et pouvoir travailler avec les gens
e) a, b et d ci-dessus
f) toutes les réponses ci-dessus
g. Dans une zone de circulation intense, il peut être utile de damer en milieu de journée,
pour éviter que les bosses ne deviennent trop grosses, mais il faut prévoir un second
damage dans la nuit qui suit, pour de meilleures conditions et une durée suffisante en
vue d’une stabilisation efficace de la piste.
Vrai
Faux
69
h. Lors de la définition des priorités en damage, tenir compte des facteurs suivants :
a)
b)
c)
d)
e)
f)
g)
main-d’œuvre disponible et budget d’exploitation
nombre de dameuses disponibles
nombre total de milles/kilomètres de pistes à damer
mode de circulation des motoneiges
emplacements des commerces, terrains de stationnement et points d’intérêt
longueur de la saison, état de la neige et conditions climatiques
toutes les réponses ci-dessus
70
Chapitre quatre :
UTILISATION DES ÉQUIPEMENTS DE
DAMAGE
Comme nous l’avons mentionné dans le chapitre deux, il existe une très grande diversité
de types et de modèles de tracteurs de damage, de traîneaux niveleurs et d’accessoires.
Chacun de ces équipements est accompagné de ses propres procédures et exigences
d’utilisation, de sorte qu’il est essentiel de se familiariser avec les particularités d’un
équipement donné en lisant le manuel d’utilisation correspondant. Les conseils qui
suivent constituent des directives très valables pour un opérateur, en plus des consignes et
instructions particulières à un équipement, fournies par le fabricant.
Directives d’utilisation générales
Quelle quantité de neige faut-il pour débuter les opérations de damage?
L'épaisseur de neige nécessaire pour débuter des opérations de damage varie selon la
région, ainsi que le type de terrain et le genre de neige. Ne pas oublier qu’il faut
beaucoup plus de neige pour utiliser efficacement et en sécurité une dameuse qu’il n’en
faut pour conduire une motoneige. D’ailleurs, c’est une bonne chose de commencer par
laisser passer les motoneiges sur la neige, avant de débuter le damage, car on amorce
ainsi le processus d’évacuation de l’air et de compression. Il suffit généralement d'avoir
un minimum de 8 à 12 pouces (20 à 30 centimètres) de neige humide sur un terrain lisse
comme une route pour pouvoir débuter le damage. Cependant, si la neige est sèche, ou si
le terrain est cahoteux ou inégal, il faut au moins de 12 à 18 pouces (30 à 45 centimètres)
de neige (ou même plus) pour pouvoir débuter les opérations de damage en toute sécurité.
Température de damage
De manière générale, lorsqu’on utilise un traîneau niveleur, les opérations de damage
doivent être interrompues lorsque la température est inférieure à -25 degrés Fahrenheit (32 degrés Celsius) ou supérieure à +40 degrés Fahrenheit (+5 degrés Celsius), car la
neige peut alors coller sur les lames ou s’accumuler sur la plaque de tassement assez
longtemps pour rendre impossible le damage d’une piste lisse.
Le vent et l’ombre peuvent faciliter le damage
Tenir également compte du vent et de l’emplacement ou de l'aspect de la piste à damer.
Le vent, en soufflant de la nouvelle neige sur la piste, ainsi qu'un ciel ouvert ou des
endroits ombragés sur la piste, dont la température est plus basse, ont souvent un effet
bénéfique sur l'efficacité du damage.
71
Maintenir les lames en bon état de propreté
Il peut être nécessaire de s’arrêter et de gratter la glace ou la neige accumulée sur les
lames, lorsqu’elles ne se nettoient pas d’elles-mêmes (autonettoyage). {Si le problème
revient trop souvent, recouvrir la partie versoir des lames – et non le bord de coupe – de
polyéthylène de masse moléculaire très élevée (UHMW) ou d’une matière plastique
similaire assurant en permanence un autonettoyage et empêchant le givre ou la neige de
s’accumuler.} Lorsqu’il n’est plus possible d’obtenir une piste de bonne qualité, contacter
le gestionnaire de damage et arrêter les opérations jusqu’à ce que les conditions
s’améliorent. Le damage de nuit peut être le meilleur moyen de minimiser ces
phénomènes dus au temps.
Restez sur la piste!
Il est essentiel de maintenir en permanence les équipements de damage sur la base de la
piste. Lorsqu’il est nécessaire de refaire le damage d’une section de piste, trouver un
endroit où faire demi-tour, offrant suffisamment de place pour manœuvrer et dans lequel
la base de neige est suffisante pour supporter les équipements. En cas de doute, sortir et
marcher pour évaluer la profondeur de la neige. Lorsqu’on essaie de faire demi-tour dans
un endroit où il y a de la neige folle profonde, on risque fortement de s’enliser. Dans la
mesure du possible, choisir un endroit où l’on a déjà fait demi-tour.
S’arrêter en cas de mauvaise visibilité
Il arrive parfois que l’on soit obligé de s’arrêter sur la piste, à cause d’une mauvaise
visibilité due à des vents violents, une forte chute de neige, à du brouillard ou à une
combinaison de ces éléments. Il suffit d’arrêter la dameuse à l’endroit où elle se trouve et
de laisser les feux allumés, le moteur tournant au ralenti. Si possible, contacter le
gestionnaire de damage ou le responsable pour les mettre au courant de la situation et leur
indiquer l’emplacement. Toujours demeurer sur ses gardes, car on peut facilement se
retrouver en dehors de la piste dans ce genre de situation et devoir faire face à des
problèmes. Demeurer à l’intérieur du véhicule et attendre que les conditions s’améliorent.
Attention aux motoneiges
Lorsqu’on utilise des équipements de damage, toujours faire attention aux motoneiges
circulant en sens inverse. Plus particulièrement, lorsque la piste est étroite ou sinueuse,
garder sa droite, ralentir et, si nécessaire, s’arrêter lorsqu’un groupe important approche.
À l’approche d’une courbe serrée ou sans visibilité, toujours s'attendre à ce que des
motoneiges arrivent en sens inverse et s’apprêter à prendre les dispositions nécessaires.
Faire également attention aux motoneiges qui rattrapent la dameuse. Là encore, garder sa
droite pour les laisser passer. Lorsque la piste est étroite ou sinueuse, rechercher un
endroit où l’on peut s’écarter suffisamment de la piste en toute sécurité, pour les laisser
passer. Au besoin, s’arrêter à un emplacement où les motoneiges peuvent passer en
sécurité et où l’on peut leur faire signe de continuer.
72
Notions de base du damage
Construction de la base d’une piste et entretien de la base d’une piste
Lorsqu’il y a de la « nouvelle » neige à travailler, soit après une récente chute de neige,
soit de la neige soufflée par le vent, soit de la neige provenant des côtés de la piste, le
damage renforce (augmente) la base/la profondeur de la piste. Lorsqu’on ne dispose pas
de « nouvelle » neige, le damage ne fait qu’entretenir la base de la piste, situation
beaucoup moins intéressante. Ne pas oublier que, pour construire ou entretenir une piste,
les lames d’un traîneau niveleur doivent toujours être remplies de neige.
Largeur idéale d’une piste damée
Dans la plupart des régions, la largeur idéale d’une piste damée est de 1½ à 2 fois la
largeur de la dameuse (généralement de 12 à 18 pieds ou de 3,7 à 5,5 mètres). Cependant,
ce sont les conditions locales et la largeur des équipements qui permettent d’interpréter la
signification de cette donnée pour un tronçon donné de piste. Dans certaines zones
boisées, la largeur nette de passage peut correspondre à une largeur simple de traîneau
niveleur, tandis que d'autres pistes situées sur des itinéraires améliorés peuvent avoir
jusqu'à 60 pieds (18 mètres) de largeur. Cependant, sur ces pistes de grande largeur, ne
pas damer trop large. Choisir un itinéraire et s’y tenir, afin d’assurer que la base de la
piste parte bien du niveau du sol. Sur une piste de grande largeur, lorsqu’on change
d’itinéraire de damage, il se forme des poches de neige molle et la piste devient
cahoteuse, du fait qu’elle n’a pas toujours été compactée au même endroit. En choisissant
de damer une piste de grande largeur sur une bande plus étroite, il est possible de durcir
le milieu de la piste et ainsi obtenir une piste de meilleure qualité.
Garder sa droite
Toujours damer à droite de la piste,
dans le sens de la circulation des
motoneiges. Garder la droite de la
piste en permanence. Inverser ensuite
le sens du damage, afin d’élargir la
piste, plutôt que de damer en sens
inverse de la circulation des
motoneiges, du mauvais côté (gauche).
Ne jamais damer en sens inverse de la
circulation sur une piste à une seule
voie.
Photo 4.1 Toujours damer du côté droit de la piste
Toujours surveiller derrière
À l’aide des rétroviseurs, surveiller le produit fini sur la piste, derrière la dameuse.
Lorsqu’on utilise un traîneau niveleur, c’est particulièrement important du fait que les
73
lames du traîneau peuvent se vider rapidement et entièrement,
alors qu’elles étaient pleines, en quelques secondes ou sur une
longueur de moins de 15 pieds (4,5 mètres de piste). Cela suppose
que l’on peut passer 75 % de son temps à surveiller ce qui se passe
derrière le tracteur plutôt que devant. Descendre du tracteur de
temps en temps et aller derrière la dameuse pour vérifier la qualité
de la surface de la piste finie, particulièrement la nuit.
Photo 4.2 Se servir des rétroviseurs pour surveiller en permanence l’état
de la piste finie à l’arrière de la dameuse
Connaissance de la piste et planification
L’opérateur doit connaître sa piste pour être en mesure de prévoir
le supplément de neige à transporter, soit avec la lame avant du
tracteur, soit dans le traîneau niveleur, lorsqu’il s’approche d’un
endroit dépourvu de neige ou dans lequel il faut ajouter de la neige
pour établir une bonne base de piste. Un tel endroit peut être une
traversée de ruisseau, un flanc de colline dénudé, une zone balayée
par le vent ou ensoleillée, un endroit où le terrain est cahoteux ou
rocheux, le sommet ou le voisinage d’une colline, le bas d’une
courbe, etc. Lorsque l'opérateur ne prévoit et ne planifie pas
suffisamment à l’avance, il sera trop tard pour corriger un défaut
de la piste une fois rendu à cet endroit. Aussi, lorsque l’opérateur
passe dans un creux, une dépression ou un fossé dont la largeur est
inférieure à la longueur du traîneau niveleur, il doit penser à
abaisser les lames du traîneau avant d’arriver à un tel endroit pour
ramasser de la neige. Au contraire, à l’approche d’une zone de congères ou de neige
profonde, d’une forte pente, d’un virage en épingle ou d’une intersection de routes,
penser à remonter les lames (avant et/ou de traîneau niveleur), avant d’arriver à un tel
endroit, pour éviter de patiner ou de s’enliser.
Faire attention aux courbes
Faire particulièrement attention à l’accotement dans les courbes et travailler en
descendant sur les bords extérieurs élevés. Faire attention de ne pas chevaucher ces
accotements où le dessous du tracteur pourrait se retrouver sur une butte. Un traîneau
niveleur ne reste pas habituellement sur la neige formant l’accotement d’une courbe
serrée. Ainsi, le traîneau niveleur se trouve soit en haut, soit en bas, au fond de la courbe.
Il est souvent préférable de déplacer la neige vers le bas de la courbe avec la lame avant
du tracteur, puis de travailler la nouvelle neige au bas de la courbe à l’aide du traîneau
niveleur ou du mélangeur.
Prenez le temps de bien faire les choses
Prenez le temps qu’il faut pour obtenir une piste lisse en réglant adéquatement la vitesse
du tracteur et la profondeur de raclage de l’accessoire, en tenant compte de l’état de la
piste et des besoins en damage. Lorsqu’on tombe sur un endroit très cahoteux et qu’il y a
suffisamment d’espace pour faire demi-tour, damer la piste une deuxième fois.
74
Ôtez les tas formés lors du recul
Lorsque vous devez reculer sur la piste,
n’oubliez pas d’ôter le tas de neige ou
d’éliminer les traces laissées par les
pneus, car ces tas peuvent devenir
extrêmement dangereux pour les
motoneigistes, en particulier lorsqu’ils
sont gelés. Il faut alors soit
recommencer le damage de cette partie
de la piste, soit enlever le tas de neige à
la pelle.
Photo 4.3 : Enlever les tas de neige formés lors
du recul! Utiliser un panneau de signalisation
« Véhicule lent »
Pensez visibilité!
Lorsqu’on utilise un tracteur de damage, le gyrophare/le faisceau lumineux et les feux
doivent être allumés en permanence, afin de rendre le véhicule plus visible par les
motoneigistes circulant sur la piste. Installer un panneau de signalisation « Véhicule
lent » à l'arrière d'une dameuse, car cette dernière fait pratiquement du sur-place par
rapport à une motoneige arrivant à grande vitesse.
Prenez garde à la neige sale
Ne pas oublier que la neige sale peut se détériorer rapidement à la lumière solaire
(rayonnement solaire), nuisant ainsi à la fermeté et à la qualité de la base de la piste.
Utiliser la neige sur les côtés de la piste pour recouvrir la neige sale et la mélanger avec la
vieille neige déjà sur la piste. On y parvient parfois au moyen de la lame avant. Par
ailleurs, il suffit souvent de déporter les chenilles du tracteur d’environ quatre pouces à
droite, sur l’accotement extérieur, pour ramener de la « nouvelle » neige sur la piste.
Ne laissez pas de trous dans la piste
Ne jamais laisser de trous dus à un enlisement, un mauvais fonctionnement du traîneau
niveleur ou à une erreur de l'opérateur au milieu de la piste, car ces trous représentent un
danger et peuvent blesser un motoneigiste qui ne s’attend pas à les trouver sur son
chemin.
Recouvrez la glace
Dans la mesure du possible, recouvrir de neige les endroits glacés. Il est parfois possible
de rayer une surface glacée à l’aide d’une lame de scarificateur, pour faciliter la traction
et la direction, ainsi que le mélange de la glace avec de la neige accumulée.
75
Photo 4.4 Ne pas laisser de trous dans la
piste
Damez les ponts
Damez les ponts! Il arrive trop souvent
qu’un opérateur oublie de damer un
pont. Ce genre d’oubli peut rendre les parties de la piste situées avant le pont, dessus et
après, très cahoteuses et dangereuses. Au début de la saison, il suffit de commencer par
« aplatir » la partie située sur le pont, afin de ne pas endommager le tablier. Si nécessaire,
amener de la neige sur le pont à l’aide de la dameuse et ainsi finir par construire une base
de piste suffisamment épaisse pour que l’on puisse la damer régulièrement.
Conseils pour un damage efficace avec un
traîneau niveleur
Évacuez l’air des circuits hydrauliques et réparez les fuites
Après avoir accroché le traîneau niveleur au tracteur, lever et abaisser plusieurs fois le
traîneau au moyen des commandes hydrauliques dans la cabine pour évacuer l’air qui
aurait pu entrer dans les flexibles et les vérins hydrauliques. Vérifier si les raccords ne
fuient pas. S’il y a une fuite, même minime, la répare sans délai, pour éviter de répandre
du fluide hydraulique sur la neige tassée, ce qui risquerait de nuire à l’environnement.
Tant qu’une fuite n’a pas été réparée, ne pas oublier que le manque de pression peut
entraîner un tassement des composants, ce qui peut obliger l’opérateur à compenser en
permanence en réglant (levant) le composant du traîneau niveleur commandé par le
circuit hydraulique qui fuit.
Vérifiez s’il y a suffisamment de dégagement et s’il n’y a pas de
coincement lorsque vous tournez
Vérifier soigneusement que les flexibles hydrauliques ne sont pas coincés et n'entrent pas
en contact avec d'autres pièces (interférence), lorsqu’on tourne avec le tracteur. Vérifier
que les dégagements sont suffisants entre l’extérieur des chenilles et l’avant extérieur du
traîneau lorsque le tracteur est braqué à fond.
Restez attentif!
La conduite d’un véhicule de damage de piste est une tâche exigeante, nécessitant de la
part de l’opérateur une attention de tous les instants. S’il est important de surveiller la
partie de la piste située devant, afin d’observer un changement éventuel des conditions, il
76
est presque plus important de vérifier ce que fait le traîneau niveleur derrière. Il ne suffit
pas d’abaisser le traîneau et de ne plus y penser. Au contraire, il est indispensable que
l'opérateur réagisse en permanence et s’adapte à l’état de la piste et de la neige, en
perpétuel changement.
Conservez les rétroviseurs en bon état de propreté et utilisez-les
Maintenir en bon état de propreté les rétroviseurs sur le tracteur, afin de pouvoir
surveiller en permanence le comportement de la neige dans les lames du traîneau
niveleur, ainsi que la surface finie derrière la dameuse.
Descendez et vérifiez l’état de la piste
Descendre du tracteur de temps en temps et marcher sur la surface damée. Vérifier la
résistance de la piste en l’éraflant avec une botte. Si l’opérateur s’enfonce, revérifier les
réglages de la dameuse pour assurer une compression et un traitement adéquats de la
neige.
Enlevez les bosses entièrement
Les bosses et les congères doivent être entièrement séparées de la base de neige de la
piste par raclage. Lorsqu’une bosse n’a pas été entièrement raclée, elle peut réapparaître
rapidement à cause du manque d’uniformité de la masse volumique. Les courbes et autres
endroits dans lesquels les creux sont profonds, nécessitent habituellement la plus grande
profondeur de raclage.
Surveillez la vitesse
La vitesse de damage efficace, lorsqu’on utilise un traîneau niveleur, est habituellement
comprise entre 5 et 7 milles à l’heure (8 à 11 kilomètres à l’heure) et dépend avant tout de
la manière dont le traîneau traite la neige. Lorsque la vitesse est trop faible, il n’y a pas de
roulage adéquat à l’avant de la lame. Lorsque la vitesse est trop élevée, le traîneau
niveleur rebondit, ce qui nuit à la qualité de la piste damée. Dans ce cas, il y a aussi
projection de neige à l’extérieur du traîneau niveleur, et donc gaspillage. En allant trop
vite, on empêche les lames de racler
correctement les bosses et la neige n’a
pas le temps de retomber dans les creux
ou les trous. Ralentir et prendre le temps
de réaliser un bon produit fini d’une
meilleure résistance à la circulation. Un
damage trop rapide est beaucoup plus
nuisible que la plupart des opérateurs ne
le pensent et peut entraîner un énorme
gaspillage des ressources affectées aux
opérations de damage.
Photo 4.5 Conserver la neige traitée à l’intérieur
du traîneau niveleur!
77
Ralentissez lorsque vous utilisez les roues
Utiliser les roues de la dameuse pour franchir les parties d’une piste sans neige. Rouler
lentement, car il peut y avoir beaucoup de torsion dans le châssis du traîneau niveleur
lorsqu’on se déplace sur un sol cahoteux. En se déplaçant trop vite lorsqu’on utilise les
roues, on risque de provoquer des fractures sous l’effet de contraintes trop importantes
dans l’attelage et dans le châssis ou tordre suffisamment le châssis du traîneau niveleur
pour qu’il ne soit plus d’équerre.
Damez la nuit ou lorsqu’il y a peu de circulation
Toujours s’efforcer de damer lorsque l’intensité de la circulation est à son minimum,
habituellement de nuit. Il y a alors suffisamment de temps pour une bonne stabilisation de
la piste et la sécurité s'améliore lors du damage et lorsque les motoneigistes circulent. Sur
une piste très fréquentée, il peut être nécessaire de damer sur une courte période,
comprise entre 2 h et 6 h (du matin) les fins de semaine. C’est en damant de nuit que l’on
obtient généralement la meilleure qualité de piste, car la température est plus basse, ce
qui favorise l’écoulement et un meilleur durcissement de la neige. Cependant, la clé d’un
damage efficace consiste à travailler lorsqu’il y a peu de circulation. S’il y a trop de
circulation, damer à un autre moment.
Précautions à prendre en début de saison
Lorsqu’il est prévu plus d’un traîneau niveleur dans le cadre du programme de damage,
préparer la piste en début de saison à l’aide d’un vieux traîneau, pour ne pas endommager
les équipements en meilleur état. Conduire plus lentement que d’habitude, car on risque
de heurter des objets cachés. Il vaut parfois mieux « passer la plaque d’épandage » ou
utiliser une barre de compactage, dans de telles conditions, au lieu de racler au moyen des
lames de traîneau.
Ramenez la neige au milieu de la piste
Lorsqu’il manque de la neige au milieu de la piste, ce qui arrive souvent car c’est là que
les motoneiges circulent la plupart du temps, ramener la neige située sur le bord extérieur
de la piste à l’aide de la lame avant ou passer le traîneau niveleur sur le bord extérieur. La
bande de deux à trois pieds (0,6 à 0,9 mètre) située à l’extérieur de la piste est souvent
plus molle que le milieu, du fait que la circulation des motoneiges favorise le compactage
de cette dernière partie.
Retirez les débris de la piste
S’arrêter pour ôter les plus grosses pierres, billes de bois, branches tombées ou autres
débris qui se trouvent sur la surface de la piste. Les débris représentent non seulement un
danger, mais ils attirent également la chaleur, entraînant la fonte de la neige située en
surface autour de ces débris.
Surveillez la température
Pour un damage à l’aide d’un traîneau niveleur, la meilleure température se situe
généralement entre +5 et +25 degrés Fahrenheit (-15 et -4 degrés Celsius). En général, la
78
neige humide se dame mieux la nuit et la
neige sèche le jour, s’il y a peu de
circulation. Il arrive souvent qu’en début de
soirée la température soit idéale pour un
damage efficace.
Photo 4.6 Retirer les débris de la piste.
Utilisez de la cire ou pulvérisez un produit à base de silicone pour un
bon autonettoyage des lames
Par temps chaud, mettre de la cire pour chasse-neige ou pulvériser un produit à base de
silicone sur les lames de traîneau niveleur, pour empêcher temporairement la neige de
coller. Lorsque l’air est beaucoup plus froid que la neige, il peut également y avoir
formation de givre sur les lames, ce qui empêche l'autonettoyage. Ce problème est encore
plus grave dans le cas d’un traîneau niveleur à lame simple, car il doit y avoir
autonettoyage de cette lame pour un bon fonctionnement du traîneau. Un traîneau
niveleur à lames multiples a plus tendance à s’autonettoyer. Lorsque ce genre de
problème revient continuellement dans le secteur, revêtir la partie versoir des lames de
polyéthylène de masse moléculaire très élevée (UHMW) ou d'une matière plastique
similaire, empêchant la neige de coller. Lorsqu'il fait soit trop chaud, soit trop froid, et
que la neige colle continuellement aux lames et qu'il n'y a pas d'autonettoyage, arrêter les
opérations de damage.
Ne déversez pas de neige sur une intersection de routes ou une entrée de
garage
Faire attention de ne pas traîner ou
déverser de la neige sur les routes
ou les entrées de garage lorsqu’on
les traverse avec un équipement de
damage. Les tas de neige gelés
représentent un danger sur les
routes pour les automobilistes et
sont un indice de mauvaise volonté
envers les motoneigistes. De la
même manière, lorsqu’on déverse
des tas de neige dans les entrées de
propriétés, cela complique l’accès et
nuit aux bonnes relations avec les
propriétaires.
Photo 4.7 Ne jamais laisser de tas de neige sur les routes
79
Toujours prendre des précautions lorsqu’on traverse une route ou une entrée de propriété
et faire attention aux véhicules qui arrivent. Lors de la traversée d’une route, les roues
d’un traîneau niveleur doivent toujours être ABAISSÉES. Lorsqu'il y a un tas de neige
sur la route, l’opérateur peut devoir s’arrêter et dégager la route ou l’entrée de la propriété
à la pelle, mais en faisant attention à la circulation.
Ne déversez pas de neige sur
un passage à niveau ou une
voie de chemin de fer
Lorsqu’on traverse un passage à
niveau ou une voie ferrée avec un
équipement de damage, faire
attention de ne pas y traîner ni
déverser de neige. La présence de tas
de neige/glace gelés sur une voie
ferrée peut entraîner le déraillement
d’un train et provoquer de graves
Photo 4.8 Toujours lever le traîneau niveleur pour traverser une route
dommages matériels. L’opérateur
peut devoir s’arrêter et dégager la
voie à la pelle. Prendre des
précautions lors de la traversée d’une
voie ferrée et faire attention à un
train qui arrive, car une dameuse est
très lente par rapport à un train à
grande vitesse.
Photo 4.9 Faire attention de ne pas créer d’accumulation
de neige/glace sur une voie de chemin de fer
Ne réglez pas les lames d’un traîneau niveleur trop bas sur une piste
lisse
Lors du damage d’une piste recouverte d’une faible épaisseur de neige fraîche et
pratiquement sans bosses, ne pas régler le traîneau niveleur trop bas, car ce serait
travailler inutilement la neige tassée de la base de la piste. Ne pas racler plus bas que les
« creux » situés entre les bosses. Lorsque la piste est relativement lisse, se contenter de la
racler ou de « l’écrémer » avec le jeu de lames arrière. En appliquant cette méthode, on
construit la base de la piste tassée en augmentant sa profondeur.
80
Photo 4.10 Utiliser uniquement les lames arrière de la dameuse lorsqu’il y a peu de bosses sur la
piste.
Une neige profonde fraîchement tombée peut vous obliger à
recommencer
Il est généralement impossible d’ôter complètement les bosses situées sous une couche de
neige épaisse fraîchement tombée. Traiter la neige fraîche et la compacter pour former
une nouvelle base lisse sur le dessus des bosses. Il peut être nécessaire de passer deux
fois pour une compression et un traitement suffisants, lorsque la neige fraîchement
tombée est très profonde. La durée de stabilisation doit être augmentée.
Damage de la neige humide
Le traitement d’une neige humide et lourde, plus compliqué, exige de la part de
l'opérateur un certain doigté, car la tension superficielle de la neige est plus grande et
cette dernière ne s’écoule pas aussi bien qu’une neige froide et sèche. Pour damer en
présence d’humidité, régler le
traîneau niveleur un peu plus haut
que lorsqu’il gèle et augmenter
légèrement la vitesse du tracteur.
S’assurer que la neige s’écoule
librement. Lorsque la neige
commence à s’accumuler dans le
traîneau niveleur, lever celui-ci
suffisamment pour dégager la
neige et l’abaisser ensuite, mais
faire attention, lors de cette
opération, de ne pas déposer un tas
de neige dangereux sur la piste.
Photo 4.11 Ne pas laisser de tas de neige dangereux sur
la piste lors du réglage du traîneau niveleur
81
Surveiller en permanence les lames du traîneau niveleur
En particulier lors du damage d’une piste relativement lisse et avec peu de bosses,
l’opérateur doit régler en permanence la hauteur de raclage du traîneau niveleur. Il y a des
différences entre le réglage d’un traîneau niveleur à lames multiples et celui d’un traîneau
niveleur à lame simple :
Traîneau à lames multiples : le poids du traîneau entraîne un tassement naturel,
obligeant les lames de raclage à descendre au fur et à mesure que le châssis et les
longerons latéraux se tassent. Cela exige de la part de l’opérateur une surveillance de la
hauteur et un réglage du traîneau niveleur vers le haut au besoin.
Traîneau à lame simple : la lame doit exercer en permanence une pression vers le bas
sur la surface de la neige. Lorsque la piste est relativement lisse, une force de réaction a
tendance à faire remonter la lame simple. Par conséquent, l'opérateur doit exercer une
surveillance et régler la lame vers le bas au besoin. En outre, lorsqu'il utilise un traîneau
niveleur à lame simple, l’opérateur doit savoir que la forme généralement concave de la
lame entraîne une dérive et une aspiration vers le bas, en particulier en présence d’une
poche de neige molle dans la base de la piste. Il faut savoir que, dans ce cas, les ressorts
peuvent déclencher et des bosses allongées peuvent se former dans la piste.
Réglage de la hauteur de lame
La méthode de réglage de la hauteur d’une lame varie légèrement selon qu’il s’agit d’un
traîneau niveleur à lames multiples ou à lame simple :
Traîneau niveleur à lame simple : régler la lame de traîneau pour racler ou creuser
suffisamment pour que la zone située à l’avant de la plaque soit constamment remplie de
neige, mais pas trop, afin d’éviter que la neige soit éjectée par les côtés du traîneau et
ainsi gaspillée. À l’avant de la lame, la neige doit rouler ou se déplacer en permanence.
La profondeur de la lame varie habituellement de ¼ pouce (0,6 cm) à un maximum
d’environ 2 pouces (5 cm). Une rapide et brève poussée sur le levier de commande
hydraulique suffit à lever ou abaisser la lame de ¼ pouce (0,6 cm) à ½ pouce (1,3 cm), ce
qui convient la plupart du temps. Lorsqu’on lève la lame trop haut et trop rapidement,
une bosse peut apparaître dans la piste. Ne pas oublier également que la plaque de
tassement d’un traîneau niveleur à lame simple monte et passe sur tout ce qui se retrouve
en dessous de la lame arrière. Il faut par conséquent faire attention de ne pas créer par
inadvertance des bosses allongées dans la piste en levant la lame trop rapidement.
Traîneau niveleur à lames multiples : une « rapide et brève poussée » est plus que
suffisante pour régler la hauteur de raclage d’un traîneau niveleur à lames multiples. Il
suffit pratiquement d’ouvrir à peine le tiroir hydraulique, jusqu’à ce qu’il y ait un léger
« sifflement », pour avoir le réglage nécessaire. Du fait que la profondeur de raclage des
lames est préréglée avec décalage vers le bas de l'avant à l’arrière du traîneau niveleur, il
suffit d’abaisser ou de lever les longerons latéraux d’une fraction de pouce/centimètre
pour modifier substantiellement la profondeur de raclage. De plus, comme les longerons
latéraux retiennent la neige dans le traîneau niveleur, au lieu de l’éjecter par les côtés, il
est bon de conserver une importante réserve de neige à l’avant de la plaque d’épandage
82
arrière, car cela facilite la construction permanente de la base de la piste par
augmentation de son épaisseur et il n’y a pas de risque de formation de « bosses
allongées » comme dans le cas d’une lame simple.
Lorsque vous transportez trop de neige cela équivaut à la gaspiller
Dans le cas d’un traîneau niveleur à lame simple en particulier, lorsque la neige
accumulée à l'avant de la lame ne roule pas ou ne se malaxe pas, ou encore se gaspille par
les côtés, c’est que le traîneau transporte trop de neige et ne fonctionne donc pas
efficacement. Dans la plupart des cas, il suffit d’effleurer légèrement le levier de
commande pour modifier substantiellement la partie de la base de la piste raclée par le
traîneau niveleur, ce qui permet de corriger cette situation.
Damage d’une côte
Les côtes constituent un autre défi particulier pour un opérateur de dameuse. Il est fort
probable qu’il manque de la neige au
sommet d’une côte et qu’il y en ait trop
au bas. Il arrive souvent que le côté
d’une côte soit glacé ou même dépourvu
de neige, du fait que les motoneigistes
font patiner leurs chenilles lorsqu’ils
montent. Il peut aussi y avoir un manque
de neige par suite d’une exposition au
sud. Comme partout ailleurs, une côte
est un endroit nécessitant de la part de
l'opérateur de la prévoyance et de la
planification. De plus, toujours garder sa
droite, pour ne pas que la dameuse
représente un danger.
Photo 4.12 Il faut souvent mettre de la neige sur le
sommet d’une côte
Lorsqu’on commence à monter une côte, il peut falloir lever le traîneau niveleur. Sur la
photo 4.11, les chenilles du tracteur ont
patiné et creusé des tranchées, dans
lesquelles le traîneau niveleur peut
tomber, à moins qu’il ne soit plus large
que le tracteur. Noter que les longerons
latéraux du traîneau niveleur ont presque
disparu sous la surface de la piste, ce qui
peut entraîner un enlisement rapide du
tracteur lorsqu’il tire le traîneau dans la
montée. Prévoir cette situation à
l’avance et régler la hauteur de raclage
du traîneau vers le haut pour alléger la
charge.
Photo 4.13 Faire attention aux tranchées creusées par
des chenilles patinant sur place
83
Damage des courbes
Une courbe peut représenter un défi particulier, car il y a habituellement une faible
épaisseur de neige ou pas de neige au bas d’une courbe serrée. En même temps, des bancs
de trois à cinq pieds (0,9 à 1,5 mètre) de hauteur (ou plus) peuvent se former sur le bord
extérieur d’une courbe lorsque celle-ci n’est pas régulièrement damée et remise en forme.
Tout d’abord, ne jamais oublier qu’il peut être dangereux pour la circulation des
motoneiges en sens inverse de descendre trop près de l'axe d’une courbe serrée ou sans
visibilité. Par conséquent, ne jamais dépasser l’axe mythique de la piste de plus de
quelques pieds, afin de laisser suffisamment de place à une motoneige arrivant en sens
inverse pour croiser la dameuse dans la courbe. Ensuite, si la dameuse monte trop haut
sur le bord extérieur du banc de neige, elle risque de se retrouver à cheval dessus et de
rester bloquée dans cette position. Ramener la neige de l’accotement extérieur dans le bas
de la courbe au moyen de la lame
avant du tracteur. En même
temps, bien comprendre qu’il est
difficile de « transporter »
beaucoup de neige dans une
courbe à l’aide d’un traîneau
niveleur à lames multiples, car ce
dernier a plutôt tendance à
augmenter la profondeur de la
piste plutôt que de « transporter
et déverser » la neige, comme on
le fait avec un traîneau niveleur à
lame simple.
Photo 4.14 Dans une courbe serrée, il y a généralement
peu de neige à l’intérieur/au bas
Un autre point à ne pas oublier lorsqu’il s’agit du damage d’une courbe est qu’il existe un
seul endroit dans lequel il y a un « supplément » de neige utilisable par le traîneau
niveleur pour remplir le bas de la courbe, dépourvu de neige. Cet endroit est le côté
extérieur de la courbe et, il est parfois possible d’en récupérer un peu lors de la passe de
damage suivante en sens inverse. Cela s’explique de la manière suivante : imaginons que
la courbe soit un U renversé, comme ceci : ∩. Le sens de déplacement et de damage est
contraire à celui des aiguilles d’une montre, sur le bord extérieur/supérieur de la courbe,
ce qui signifie que tout « supplément » de neige se trouve déposé par le traîneau niveleur,
durant cette passe de damage, à l’extrémité du coin supérieur gauche du ∩, au point de
transition entre la courbe et la ligne droite. Si on inverse le sens de damage lors du quart
de travail suivant (en damant la boucle de la piste dans le sens des aiguilles d’une
montre), la dameuse se retrouve à l’intérieur/au bas de la courbe, à l’entrée de celle-ci. En
se déplaçant vers la gauche de quelques pieds/d’un demi-mètre (mais pas plus pour ne
pas créer de danger pour la sécurité!), lorsque la dameuse s’approche de la courbe, il est
possible de faire basculer légèrement le traîneau niveleur dans la zone où se trouve le
supplément de neige, soit légèrement avant le coin extérieur gauche du ∩. Ensuite, en
redescendant dans le bas de la courbe, la dameuse dépose la neige recueillie par le
84
traîneau dans le bas de la courbe. C’est un processus lent mais, en le poursuivant, il est
possible d’améliorer lentement l’état d’une piste dans les courbes.
Exécution d’une double passe
Lorsqu’on peut faire demi-tour en toute sécurité dans un endroit suffisamment ferme, il
peut être souhaitable d’exécuter un damage en « deux passes » dans une zone
particulièrement cahoteuse et renfermant de nombreuses bosses. Du fait que cette section
de la piste reçoit essentiellement trois damages lors de l’exécution d’une double passe,
utiliser la méthode suivante pour un maximum d’efficacité : lors de la passe numéro un
(selon l’itinéraire normal dans la section), aller un peu plus vite que la normale,
descendre dans le bas des courbes et ne pas passer trop de temps en damage. Lors de la
passe numéro deux (sur le chemin de retour après le demi-tour), là encore se déplacer
rapidement, sans damer plus qu’il ne faut. Lors de la passe numéro trois (retour sur la
section originale cahoteuse), bien ralentir, travailler la piste soigneusement et faire varier
la position de la dameuse pour utiliser judicieusement les cordons/bancs de neige formés
lors des passes numéros un et deux.
Utilisation adéquate de la lame avant
Ne faites pas un usage excessif de la lame avant
Lorsqu’on utilise un traîneau niveleur, la lame avant du tracteur de damage est surtout
efficace pour niveler les congères ou ramener de la nouvelle neige sur la piste. La neige
ainsi travaillée par la lame avant est ensuite traitée, comprimée et mise de niveau par le
traîneau niveleur. L’opérateur doit être mis en garde contre un « excès de damage » par
soulèvement et abaissement continuels de la lame avant, ce qui se traduit par une
accentuation des creux et des ondulations dans la surface de la piste. Au contraire, c’est
en utilisant l’effet d’aplatissement d’un traîneau niveleur tiré par un tracteur que l’on
arrive le mieux à mettre de niveau une piste. Lorsqu’on utilise un mélangeur, la lame
avant doit être réservée à d’importantes opérations consistant à éliminer les bosses, de
sorte que cette lame doit servir pratiquement en permanence. Là encore, un excès de
manipulation (levage et abaissement trop fréquents) de la lame entraîne un manque
d’uniformité de la surface de la piste et doit donc être évité. Utiliser plutôt le réglage
d’inclinaison.
Faites attention aux dangers
Lorsqu’on travaille avec la lame avant, faire extrêmement attention aux grosses pierres et
aux souches d’arbres. Lorsque le tracteur les heurte, il est soumis à d’importantes
contraintes, en particulier sur les mécanismes de direction (de certains véhicules).
Lorsque la lame ou les chenilles du véhicule heurtent quelque chose, relâcher le volant
momentanément – on peut ainsi réduire les contraintes sur les pièces vitales en laissant un
peu aller la direction.
Tracé d’un chemin sur le flanc d’une colline
Sur un tracteur, la lame avant sert aussi à tracer un nouveau chemin dans de la neige
profonde sur une pente inclinée. La méthode la plus efficace consiste à aborder
85
transversalement la partie supérieure de la pente fortement inclinée et à pousser la neige
latéralement à l’aide de la lame articulée, créant ainsi un chemin plat devant le tracteur.
Commencer par utiliser une petite quantité de neige et l’augmenter au fur et à mesure que
le tracteur progresse. La neige repoussée en aval de la pente élargit le chemin, ce qui
améliore la sécurité.
Utilisation de la lame à la vitesse de damage
Lorsqu’on utilise un tracteur à la vitesse de damage et que l’on tire un traîneau niveleur,
il est recommandé de régler le bas de la lame avant à environ 4 pouces (10 cm) au-dessus
du bas des chenilles, et non au niveau du sol. On peut ainsi racler le dessus des congères
allongées ou en coussins, tout en conservant une distance de sécurité au-dessus du lit de
la piste et à l’écart des grosses
pierres, souches et autres objets
dangereux. Observer l’arrière de
la lame avant pour en surveiller
la hauteur par rapport au bas des
chenilles. Lorsqu’il est
nécessaire d’utiliser la lame
avant de manière intensive pour
repousser une grande quantité de
neige ou construire une piste sur
une pente latérale avec congères,
ralentir et travailler en prenant
des précautions.
Photo 4.15 Observer l’arrière de la lame avant pour en
surveiller la hauteur par rapport à la chenille
Lorsqu’on utilise un mélangeur, il est recommandé de toujours conserver de la neige dans
la lame avant, car cette lame doit éliminer les bosses en les raclant. La lame alimente
ensuite le mélangeur en neige à traiter. Il est important de connaître la piste et l’épaisseur
de la neige. Si la chute de neige est peu importante ou lorsqu’il y a un doute sur
l’emplacement de la piste et les dangers possibles, ralentir et travailler en prenant des
précautions.
Pour aplanir de petites bosses ou de petites ondulations (rides), conduire le véhicule en
plaçant la lame avant en position de « flottement », selon l’appellation courante. Dans
cette position, la lame est ouverte et la force exercée sur le sol est due à son propre poids,
aucune pression hydraulique vers le bas n’étant créée.
Attaquer les bosses plus grosses à environ la moitié de leur hauteur et pas dans la position
de flottement, de sorte que la neige retombe dans les creux situés derrière. Dans la
mesure du possible, régler la profondeur de raclage au moyen du vérin d’inclinaison sur
la lame et de préférence en ne déplaçant pas la lame vers le haut ou vers le bas. Cette
méthode permet d’obtenir une surface lisse, tandis qu’un réglage « haut-bas » se traduit
par une surface cahoteuse ou ondulée.
86
Utilisation de la lame avant dans une montée
Lorsqu’on travaille une neige fraîchement tombée et profonde, la lame avant est très
commode pour bien répartir le poids, particulièrement lorsqu’on utilise un mélangeur,
ainsi que pour avoir une bonne pression de contact sur la neige avec le véhicule de
damage. La lame avant peut être très utile lors de la montée d’une pente raide, lorsque
l’opérateur s’arrête juste avant que le véhicule ne s’enfonce. Ensuite, l’opérateur recule,
la lame étant abaissée, ce qui permet d’atténuer la « marche ». Lorsqu’il repart et que la
lame est relevée, le conducteur se rend habituellement un peu plus loin, ce qui lui permet
de gravir de fortes pentes sur lesquelles il serait autrement difficile de se déplacer.
Lors de la descente d’une pente raide, la lame avant peut également servir de frein.
Conseils pour un damage avec un
mélangeur
Préparation de la neige fraîche
Au début, une neige fraîche crée une microstructure cristalline généreuse, plus ou moins
dentelée. La neige fraîche doit être travaillée aussi en douceur que possible, car on détruit
les cristaux de neige en utilisant un mélangeur de manière trop agressive, ces cristaux ne
se collant plus les uns aux autres, ce qui produit de la bouillie de neige. La neige
fraîche/poudreuse se compose de cristaux qui ne sont pas étroitement reliés entre eux; ce
genre de neige renferme par conséquent beaucoup d’air. Lors de la préparation de ce type
de neige, une partie de l’air est évacuée et les cristaux se rapprochent par compression, ce
qui confère à la neige une couche susceptible de porter une charge.
Traitement des bosses
Les bosses se présentent parfois sous la forme de cristaux de neige fondus par suite de la
formation d’un film d’eau résultant de la circulation sur les pistes. Ce phénomène
débouche sur une combinaison de plaques de glace et de zones plus molles (bosses), au
fur et à mesure que les motoneiges rompent la couche supérieure de neige. Dans le cas
idéal, on obtenir une piste durable en mélangeant les neiges vieille et relativement
« fraîche » (cristaux de neige). Lorsque la température est suffisamment basse, la neige
gèle en morceaux.
Les dents du mélangeur transforment les morceaux de neige en bouillie en les écrasant,
remplissant les espaces à la surface de la piste. Cette neige/bouillie de neige traitée est
ensuite mise en forme par le finisseur/peigne et agglomérée par formation d’un film
d’eau. Lors de l’écrasement des morceaux de neige, il y a également destruction des
cristaux; c’est pourquoi le collage est limité. C’est la raison pour laquelle on ne peut
obtenir de bouillie de neige qu’à partir de la glace mais jamais à partir de neige
poudreuse.
Il n’est possible de produire une surface de neige durable qu’en mélangeant la neige
traitée avec de la neige fraîche et/ou en mélangeant la neige sur le dessus de la piste avec
87
de la vieille neige que l’on retrouve à des niveaux inférieurs, en dessous de la surface
supérieure de la piste, et que l’on n’a pas encore utilisée.
Traitement d’une surface glacée
On ne doit ouvrir une surface de piste glacée que si la couche de neige est suffisamment
résistante ou s’il est tombé de la neige fraîche. La bouillie de neige ainsi formée ne colle
que sur de la neige fraîche ou de l’eau – avec nouvelle formation de glace. Les plaques de
glace qui se forment dans une surface de neige qui, par ailleurs, est de bonne qualité, se
traitent en les mélangeant avec les cristaux de neige situés dans la neige, en profondeur.
Cependant, plus on retourne souvent la neige, plus les cristaux sont détruits et moins ces
derniers se collent les uns aux autres.
Traitement de la neige humide
Une couche relativement dure peut se former à la surface de la neige, sous l’effet d’une
forte humidité, ce qui entraîne la formation d’un film d’eau sur le finisseur/le peigne. On
fait parfois basculer le mélangeur pour contrer ce phénomène et ainsi éliminer cet effet de
surface polie.
Traitement de la neige de profondeur fortement granulée
Lorsqu’on dame de la neige de profondeur fortement granulée (très fine, sèche),
particulièrement au printemps, il est souhaitable d’utiliser uniquement une plaque à lisser.
Lorsqu’on se sert du mélangeur dans ces conditions, il peut y avoir formation de « parois
latérales » provenant de bancs de neige sur les côtés du mélangeur. Lorsque la neige
granulée de profondeur est tombée, il est difficile de créer une surface de neige durable. Il
est donc conseillé de laisser la neige à elle-même durant deux ou trois heures, jusqu’à ce
que la température change et que les cristaux se forment.
Contrôle de la vitesse au sol
Le damage d’une piste a pour but de créer une surface de neige lisse et uniforme. Lorsque
l’on conduit le tracteur trop vite, les chenilles projettent de la neige sur le côté et pardessus le mélangeur, sur la surface de neige que l’on vient de préparer. De plus, lorsqu’on
travaille à trop grande vitesse, le mélangeur rebondit et se balance, d’où une surface
inégale.
Ne travaillez que lorsque la couverture de neige est suffisante
Ne jamais se servir du mélangeur tant que la couverture de neige n’est pas suffisamment
épaisse, afin de ne pas endommager la couche de terrain sous-jacente et le véhicule de
damage. Dans la mesure du possible, créer des réserves de neige dans les endroits
sensibles, là où la neige peut fondre et mettre le sol à nu.
Profondeur adéquate du mélangeur
Parmi les indices d’un bon réglage de la profondeur du mélangeur, citons :
•
•
une surface de neige parfaitement propre derrière le mélangeur
une base ferme subsiste sous la surface de la neige
88
•
•
une utilisation économique du véhicule de damage
une charge raisonnable sur le tracteur et le mélangeur
Parmi les indices d’un mauvais réglage de la profondeur du mélangeur, citons :
•
•
•
•
•
un arbre rotatif réglé trop haut : rien de visible ne sort derrière le mélangeur
aucune marque sur les points durs de la surface de la neige
un arbre rotatif réglé trop bas : trop peu de neige passe dans le mélangeur, de sorte
que celle-ci sort par le côté et forme une paroi latérale
le collage des cristaux de neige et la qualité de la base se détériorent
il est nécessaire d’utiliser une puissance importante – opération non économique
Parois latérales formées par le mélangeur
Les parois latérales formées à gauche et à droite du mélangeur sont l’indice :
•
•
•
•
•
•
•
d’une vitesse au sol excessive
d’un régime moteur excessif
d’une profondeur de mélangeur réglée trop grande
d’une pression de contact réglée à la position « MARCHE (ON) », plutôt qu’à la
position « flottement (Float) »
d’un réglage de support d’accessoires de cylindre
d’un arbre rotatif à l’arrêt
d’un finisseur/d’un peigne latéral qui doit chevaucher la piste préparée pour assurer
une transition nette entre les parties de piste
Ne laissez pas de trous ni de tas de neige
Les trous dans la surface de la piste et/ou les tas de neige formés lorsque l’on conduit le
véhicule ou que l’on tourne, doivent être remplis et aplanis aussi rapidement que
possible.
La surface de la piste n’a pas un bel aspect
Lorsque des parties de la piste n’ont pas un bel aspect, comme si elles n’avaient pas été
traitées et finies adéquatement, cela indique :
•
•
•
•
•
que le mélangeur est réglé trop haut – vérifier de réglage de profondeur de l’arbre
que le régime moteur est trop faible
que le levier n’est pas dans la position enclenchée
(flottement)
que la vitesse au sol est excessive
que l’on n’utilise pas la lame avant du tracteur
pour créer une surface uniforme sur la piste, de
sorte que le mélangeur repose « ouvert » sur les
bosses
Photo 4.16 Bonne finition de piste
89
Ôtez la neige du véhicule
Ôtez régulièrement la neige qui s’accumule sur la plateforme de chargement/de
rangement du tracteur, car l’augmentation de poids accroît la consommation de carburant
et modifie le centre de gravité du véhicule.
La dameuse est presque à l’arrêt
Lorsque le véhicule est presque à l’arrêt, cela peut être l’indice :
•
•
•
•
•
d’un mélangeur réglé trop bas – vérifier le réglage de la profondeur de l’arbre
d’un régime moteur excessif
d’un réglage de support d’équipement de cylindre effectué par erreur
d’un sens de rotation du mélangeur réglé à l’envers
d’un arbre rotatif à l’arrêt (coincé, écrasé, gelé)
Fortes vibrations lors de la mise en marche du mélangeur
Lorsqu’il y a de fortes vibrations dans le véhicule lors de la mise en marche (ON) du
mélangeur, cela peut être l'indice :
•
•
•
d’un arbre déséquilibré
de la perte d’une vitesse dans la boîte d'engrenages par suite d’un mauvais entretien
de la présence de neige gelée sur l’arbre
Un déséquilibre entraîne des vibrations – les vis se desserrent d’elles-mêmes et il y a
risque de destruction des roulements. C’est une situation dangereuse, de sorte qu’il faut
TOUJOURS corriger immédiatement tout déséquilibre.
Conduite sur une colline ou une pente raide
Lorsque l’on monte une pente, toujours conduire en utilisant la puissance juste nécessaire
et surveiller la prise/la traction des chenilles. Lorsqu’on utilise trop de puissance, les
chenilles patinent et/ou la machine s’enfonce. Lorsque les chenilles commencent à
s’enfoncer, arrêter immédiatement et choisir un autre chemin.
Lorsque l’on descend une pente, toujours conduire à une vitesse modérée pour éviter que
le moteur s’emballe, que le véhicule dérive sur le côté de manière incontrôlable et qu’il
ne déplace pas de neige à l’arrière. Conduire en tournant le volant le moins possible, tout
en s’assurant que les deux chenilles tournent. Lorsque l’on conduit sur le sommet d’une
colline, réduire la vitesse pour maîtriser le basculement de la machine vers l’avant et
éviter ainsi que la lame avant ne se « plante dans le sol » et que les chenilles glissent.
Lorsque, lors de la descente d’une pente, le tracteur se met à glisser et à dériver sur le
côté gauche ou droit (l’axe longitudinal du véhicule se trouvant à angle droit par rapport à
la ligne de pente de la colline), contrebraquer immédiatement jusqu’à un point où les
chenilles tournent en sens inverse (en tournant le volant de direction à gauche ou à droite
jusqu’à ce qu’il se bloque), afin de ramener l’axe longitudinal du véhicule dans le sens de
la ligne de pente. Accélérer brièvement lors de cette opération. Lorsque le véhicule glisse
suivant la ligne de pente, réduire le phénomène en modifiant le sens de rotation de l’arbre
90
(en l’inversant) du mélangeur et en utilisant la lame avant, avec précaution, comme point
d’ancrage. Continuer jusqu’à ce que le véhicule se stabilise.
Conseils d’utilisation des véhicules à
chenilles
Maintenez le véhicule sur le dessus de la neige
La croûte de neige située sur le dessus peut être plus dure que la base sous-jacente, par
suite de divers gel-dégel ou d’un tassement par le vent. L’opérateur a avantage à
maintenir la dameuse sur le dessus. Essayez dans la mesure du possible de ne pas
traverser cette croûte avec les chenilles.
En cas d’enlisement, ne patinez pas
Lorsque la dameuse s’enlise, NE FAITES PAS patiner les chenilles. Il est important de
ne pas oublier qu’il est rare qu’un tracteur s’enlise dans une position de niveau, à moins
qu’il n’ait patiné lors de la montée d’une pente sur une piste tassée et glacée. On se sort
souvent de cette situation en levant l’accessoire et en faisant reculer le véhicule dans la
descente. Sinon, la dameuse est enlisée : prendre alors des précautions.
Le plus souvent, le tracteur est incliné vers la droite/le bord extérieur de la piste, car il a
quitté la base compactée. Il s’agit en premier de remettre le tracteur de niveau. C’est
particulièrement vrai dans le cas d’un tracteur à commande par engrenage, car les
lubrifiants risquent de sortir du différentiel pour s’écouler dans les tubes d’essieu situés
plus bas, la couronne dentée et le pignon d’attaque risquant de ne plus être lubrifiés. Dans
de tels cas, faire patiner les chenilles est bien la dernière chose à faire, car on risque
d’endommager gravement le tracteur. Protéger ce dernier en le remettant de niveau. À ce
stade, la meilleure amie de l’opérateur est une pelle en matière plastique à long manche et
il n’y a plus qu’à creuser. Dans la plupart des cas, le dessous du tracteur repose sur un tas
de neige, de sorte qu’il est indispensable d’enlever la neige du dessous de la lame avant,
du châssis et du train de roulement.
Une fois le tracteur remis de niveau, faire basculer doucement le véhicule vers l’avant et
vers l’arrière, pour faciliter le tassement de la neige. Il vaut mieux décrocher un traîneau
niveleur trop tôt que trop tard – en effet, cela permet de gagner beaucoup de temps,
d’économiser beaucoup d’efforts ou même d’éviter d’endommager les équipements. Si
ces interventions ne suffisent pas, il peut être nécessaire de dégager le véhicule à l’aide
d’un treuil ou d’un palan à chaîne. Autrement, l’opérateur doit pelleter un peu plus.
Profitez du contour d’une colline ou utilisez un treuil
Lorsque la pente à gravir est trop raide, se déplacer dans la mesure du possible
obliquement autour de la colline en utilisant le profil du terrain à son avantage. Regarder
devant et planifier son trajet. Lorsque le véhicule est équipé d'une lame avant, incliner
cette lame vers le haut de la pente pour déplacer de la neige vers le bas de cette pente. On
amène ainsi de la neige sous la chenille aval et on construit un banc sur lequel on peut se
91
déplacer. Lorsque ce n’est pas possible, utiliser un treuil sur la dameuse pour gravir la
pente.
Descendez en basse vitesse
Dans la descente d’une pente raide, utiliser une vitesse suffisamment basse et toujours
laisser tourner les chenilles pour assurer la direction. Une bonne règle pratique consiste à
utiliser la même vitesse pour descendre une pente raide que pour la gravir.
Levez le traîneau niveleur dans de la neige profonde
Dans de la neige profonde ou dans des congères, comme celle que l’on retrouve le long
des clôtures ou dans un fossé de route, lever le traîneau niveleur pour empêcher toute
accumulation trop importante de neige. Ôtez également la neige accumulée de la plaque.
Lorsque les chenilles glissent, imprimer une torsion au véhicule dans la zone de neige de
profondeur excessive.
Tenez-vous à l’écart des zones situées autour des arbres
Ne pas oublier que la neige située près des zones autour des arbres peut être molle par
suite de la fonte et du manque de stabilité des parois latérales. Lorsque la dameuse glisse
dans un de ces endroits, elle s’enlise rapidement; c’est pourquoi il faut s’en éloigner le
plus possible. La meilleure solution consiste à vérifier la résistance du rebord en faisant
une « marche autour ».
Conseils pour éviter d’endommager les
équipements
Suivez toujours les recommandations du fabricant
Toujours prendre connaissance des directives du fabricant concernant l’utilisation et
l’entretien et les suivre. Il est en effet plus facile de préserver ce que l’on a que de
remettre en état ce que l’on a perdu.
Tension de chenille adéquate
Sur un véhicule à chenilles, il est toujours possible qu’une chenille finisse par sauter. Ce
problème survient le plus souvent lors de la montée agressive d’une pente ou à la suite
d’un choc avec le bord d’une souche, d’une grosse pierre ou d’un fossé. C’est pourquoi,
pour ne pas perdre une chenille, le réglage de la tension est particulièrement important.
Réchauffez le moteur
Lors du démarrage d’un moteur diesel à turbocompresseur, à l’aide de la commande
manuelle du volet de départ, le faire tourner juste au-dessus du régime de ralenti durant
quelques minutes, avant de se servir de la machine. (Un moteur diesel ne se réchauffe pas
bien s’il tourne juste au ralenti; c’est pourquoi il faut le faire tourner juste au-dessus du
ralenti). Ne jamais faire fonctionner le moteur à forte puissance juste après un démarrage
à froid. De plus, toujours laisser tourner le moteur au ralenti pendant dix minutes avant de
l’arrêter, afin que les paliers du turbocompresseur puissent se refroidir sous l’effet de la
92
circulation de l’huile dans le moteur. Enfin, faire fonctionner le moteur à un régime de
ralenti rapide, sans feux ni charge électriques, avant de l’arrêter, pour recharger les
batteries.
Respectez le couple
Un véhicule à chenilles est conçu aussi léger que possible, afin d’avoir une pression au
sol adéquate. Cependant, ce véhicule produit aussi un couple substantiel, afin de tirer les
charges voulues. Il faut respecter le couple élevé dont on dispose, car il est facile
d’engendrer des contraintes excessives sur le véhicule, entraînant des fissures ou des
défauts d’alignement. Faire particulièrement attention lorsque le véhicule est enlisé ou
lorsqu’on déplace de grosses pierres ou des arbres en dehors de la piste. (À ne pas oublier
– le tracteur n’est pas un bulldozer et c’est pourquoi ce genre d’utilisation N'EST PAS
RECOMMANDÉ. Lorsqu’on ne peut pas faire autrement, prendre beaucoup de
précautions pour ne pas endommager le tracteur).
N’utilisez pas les circuits hydrauliques à une pression supérieure à la
pression de tarage de la soupape de décharge
Ne pas utiliser les circuits hydrauliques à une pression supérieure à la pression de tarage
de la soupape de décharge, en service normal. Lorsqu’il y a un sifflement dans les
composants hydrauliques, ramener la commande en arrière. En faisant fonctionner les
composants hydrauliques au-delà de leur limite (en dépassant la pression de tarage), on
provoque un dégagement de chaleur excessif et cela risque d’entraîner divers problèmes
mécaniques.
Arrêtez-vous complètement avant de passer en marche arrière
Ne pas passer de la marche avant à la marche arrière lorsque le véhicule est en
mouvement. Ce genre de changement de vitesse peut entraîner une défaillance de la boîte
de vitesses, de la transmission, des joints universels, des chenilles ou des différentiels.
Toujours laisser le moteur revenir à son régime de ralenti avant de passer de la marche
avant à la marche arrière.
Utilisez manuellement les boîtes de vitesses automatiques
Ne pas forcer le moteur du tracteur. Pour de meilleures performances, il est préférable de
le faire fonctionner au sommet des courbes de puissance et de couple. À cet effet,
changer manuellement de vitesse sur une boîte automatique, de sorte que le régime du
moteur se maintienne en permanence entre 2 000 et 2 200 r/min.
USEZ SANS EN ABUSER!
Les dix erreurs courantes de l’opérateur
Voici les dix erreurs courantes de l’opérateur de véhicules à chenilles utilisés pour le
damage de la neige, et susceptibles d’entraîner une usure prématurée et une défaillance
des équipements :
93
1.
Aucun réchauffage adéquat n’est effectué.
Lorsqu’on néglige les procédures de réchauffage, cela nuit aux réactions des
commandes et diminue la durée de vie du moteur et de la boîte de vitesses. Faire
démarrer le véhicule et vérifier la direction, les circuits hydrauliques, les freins, les
chenilles, le châssis, les accessoires, etc. pendant qu’il se réchauffe, au moins 5 à
10 minutes.
2.
Aucune inspection en faisant le tour du véhicule.
Rien ne saurait remplacer une inspection quotidienne lors du démarrage.
L’opérateur doit être très familier avec la machine. Grâce aux inspections
quotidiennes, l’opérateur a la possibilité de vérifier si des raccords, des boulons ne
sont pas desserrés, s’il n’y a pas de fuite d’huile et d’autres anomalies que l’on peut
facilement corriger et ainsi empêcher un problème beaucoup plus important
d’apparaître. Établir une liste de vérification pour chaque véhicule. En outre,
s’arrêter toutes les heures et faire le tour de la machine pour une inspection visuelle
générale.
3.
Utilisation d’un véhicule alors que des réparations devraient être faites.
Lorsqu’on utilise un véhicule sur lequel il y a des problèmes connus, même
mineurs, on met inutilement en danger l’intégrité du véhicule et la sécurité de
l’opérateur.
4.
Utilisation d’un véhicule sans formation adéquate.
Un opérateur non formé ou même un opérateur d’équipements expérimenté mais
non familier avec le véhicule, peut surcharger les équipements et ainsi créer des
contraintes et entraîner des dommages au véhicule. Un aspect important de la
formation d’un opérateur consiste à lire et à bien comprendre le manuel de
l’utilisateur avant de se servir d’un équipement. L’opérateur doit constamment faire
attention aux bruits inhabituels et à la réaction du véhicule aux commandes.
5.
Mauvais choix d’équipement pour le travail à effectuer.
On utilise trop souvent un véhicule à chenilles dans un but pour lequel il n’a pas été
conçu. En effet, un véhicule de damage n’est pas un bulldozer et ne doit pas être
utilisé dans ce but. Il est important de connaître et de respecter les limites du
véhicule pour prolonger la durée de vie utile du tracteur et protéger la sécurité de
l’opérateur.
6.
Conduite à trop grande vitesse.
Un véhicule à chenilles est conçu pour tirer de lourdes charges à une vitesse
relativement faible. Lorsque l’on conduit un tel véhicule à trop grande vitesse sur
un terrain cahoteux, on endommage les chenilles ou le groupe motopropulseur et on
engendre aussi des vibrations excessives nuisibles au châssis et aux composants du
tracteur. En outre, en utilisant la boîte à une trop haute vitesse, on surcharge et on
surchauffe cette dernière. Par ailleurs, le damage de la piste est de mauvaise qualité.
Un opérateur qui a pris l’habitude de damer à une vitesse trop élevée doit être
94
remplacé, car il met les équipements en danger et produit des pistes de mauvaise
qualité offrant une faible résistance à la circulation.
7.
Modifications non autorisées.
Certains opérateurs pensent qu’ils font une bonne affaire en apportant des
modifications à leur équipement, par exemple en modifiant le réglage des pressions
hydrauliques ou en corrigeant les caractéristiques de la pompe à carburant pour
augmenter la puissance. En réalité, ce genre de modifications non autorisées
engendre souvent des contraintes sur le véhicule au-delà des limites admissibles. Il
peut d’ailleurs s’en suivre une annulation de garantie en cas de défaillance ou de
raccourcissement du cycle de vie normal du véhicule. Toujours se renseigner auprès
du fabricant avant d’effectuer une modification d’un équipement de damage.
8.
Arrêt à haute température.
Lorsqu’on ne laisse pas la température du moteur se stabiliser avant l’arrêt, on peut
endommager le turbocompresseur et provoquer une usure prématurée du moteur.
Toujours laisser le moteur tourner au ralenti de 5 à 10 minutes avant de l’arrêter.
C’est aussi le bon moment pour effectuer une « inspection d’arrêt » en faisant le
tour du véhicule, ainsi que pour réchauffer le véhicule de l'opérateur avant le retour
à la maison.
9.
Manque de connaissance de la piste.
Un opérateur non familier avec une piste risque de se retrouver face à des dangers
inattendus, comme de grosses pierres, des arbres, des zones humides et des pentes
raides, susceptibles de représenter une menace pour lui-même et le véhicule. Un
opérateur qui a participé à la construction de la piste ou à l’entretien d’été
représente un atout valable, car il sait à quoi ressemble le secteur sans couverture de
neige. C’est également la meilleure personne à laquelle on peut confier la
préparation des bords extérieurs de la piste damée au début de la saison. Il faut donc
connaître la piste et y rester. Suivre un plan de damage et s’y tenir. Un opérateur
doit respecter les panneaux de signalisation de la piste et NE JAMAIS suivre les
traces des motoneiges dans des zones ouvertes, à moins qu'il ne soit absolument sûr
que c'est là que la piste se trouve. En effet, les motoneigistes utilisent souvent des
raccourcis et coupent les courbes de la piste, de sorte que la dameuse peut se
retrouver dans une situation très difficile si l’opérateur s’aventure hors piste derrière
un motoneigiste.
10.
Mauvaise utilisation des accessoires.
Même s’il est possible d’éliminer en une seule passe une grosse congère, effectuer
plusieurs passes plus petites et engendrant moins de contraintes. Scier les branches
maîtresses en plusieurs petits morceaux avant de les dégager de la piste à l’aide de
la lame avant. Usez sans en abuser!
95
QUESTIONNAIRE SUR LE CHAPITRE
1.
La pression au sol et le poids d'un tracteur de damage permettent à ce dernier de
traverser en sécurité des étendues d'eau gelées.
Vrai
Faux
2.
Plus la vitesse de damage est élevée, meilleure est la qualité de la piste et plus
grande est sa durabilité.
Vrai
Faux
3.
L’épaisseur de neige nécessaire au démarrage des opérations de damage varie selon
la région et dépend du type de terrain, ainsi que du type de neige. En général, il doit
y avoir au moins ____ de neige pour débuter des opérations de damage qui soient
efficaces et qui justifient le coût prévu :
a) 2 pouces (5 centimètres)
b) 6 pouces (15 centimètres)
c) 12 pouces (30 centimètres)
d) 18 pouces (45 centimètres)
4.
Plus la vitesse de damage est grande, meilleure est la qualité de la piste et plus
grande est sa durabilité.
Vrai
Faux
5.
Un opérateur de dameuse doit faire particulièrement attention aux accotements des
courbes et travailler le plus possible en bas des côtés extérieurs situés en hauteur.
Vrai
Faux
6.
Il est normal de damer en sens inverse de la circulation des motoneiges sur le côté
gauche de la piste, lorsque ce côté est plus cahoteux que le côté droit de la piste.
Vrai
Faux
7.
La meilleure température pour une opération de damage avec un traîneau niveleur
est comprise entre 5 et 25 degrés F (-15 et -4 degrés C).
Vrai Faux
8.
Avec un traîneau niveleur, la vitesse de damage la plus efficace est :
a) 3 à 4 mi/h (5 à 6,5 km/h)
b) 5 à 7 mi/h (8 à 11 km/h)
c) 8 à 10 mi/h (13 à 16 km/h)
d) 10 à 12 mi/h (16 à 19 km/h)
9.
En damant la nuit, on obtient généralement la meilleure qualité de piste, car les
températures sont habituellement plus basses, de sorte que la neige s’écoule mieux
et durcit mieux en se stabilisant; de plus, il y a également très peu de circulation, ce
qui assure une durée de stabilisation suffisante.
Vrai
Faux
96
10.
Sur un tracteur, les rétroviseurs sont généralement inutiles et sans importance, car il
n’est pas nécessaire de voir ce qui se passe derrière le tracteur.
Vrai
Faux
11.
Il est normal de déverser de la neige provenant de la dameuse sur les routes et les
entrées de propriétés, car cela permet d’avertir les automobilistes et les propriétaires
qu’ils traversent une piste de motoneiges.
Vrai
Faux
12.
Un tracteur doit descendre une pente raide sur la même vitesse que celle utilisée
pour gravir cette pente.
Vrai
Faux
13.
Normalement, une piste ne doit jamais être damée sur une largeur supérieure à deux
fois celle de l’équipement de damage.
Vrai
Faux
14.
Lorsque le tracteur de damage s’enlise :
a) accélérer rapidement et faire patiner les chenilles
b) ne pas faire patiner les chenilles
c) faire basculer doucement le véhicule vers l’arrière et vers l’avant, en tassant la
neige
d) décrocher le traîneau niveleur – plus tôt que tard
e) une pelle peut être nécessaire
f)
toutes les réponses ci-dessus sauf a
g) a, c, d, e et f ci-dessus
15.
Lorsqu’on recule avec un traîneau niveleur sur la piste, on forme souvent un tas de
neige. On peut laisser ce tas de neige sur la piste, car les motoneiges vont le racler.
Vrai
Faux
16.
Lors du damage d’une piste, toujours :
a) rester sur la piste avec l'équipement de damage
b) ne pas hésiter à emprunter de nouveaux itinéraires pour une plus grande
variété, du fait que la dameuse peut passer partout
c) faire demi-tour uniquement lorsqu’il y a suffisamment de place pour le faire et
que l’on sait que la base de la neige est suffisamment résistante pour supporter
l’équipement, en utilisant de préférence des endroits déjà utilisés pour faire
des demi-tours
d) a et c ci-dessus
e) a, b et c ci-dessus
17.
Lorsqu’il manque de neige nouvelle au milieu de la piste, les possibilités sont les
suivantes :
a) régler les lames du traîneau niveleur pour ramener la neige à partir des bords
de la piste
b) se servir de la lame avant du tracteur pour ramener la neige à partir du bord
droit de la piste
97
c)
d)
e)
f)
ne pas se soucier du damage – abaisser les roues jusqu’à ce que l’on retrouve
de la neige
utiliser la dameuse sur le bord extérieur de la piste
a, b et d ci-dessus
b et d ci-dessus
18.
Ne jamais s’arrêter pour ôter les grosses pierres, les billes de bois, les grosses
branches ou autres débris qui se trouvent sur la surface de la piste, car ce sont des
matériaux de remplissage résistants qui augmentent la durée de vie de la piste.
Vrai
Faux
19.
Lorsque de la neige est éjectée par les côtés d’un traîneau niveleur, cela veut dire
que le traîneau transporte trop de neige, qu’il est probablement réglé trop bas et
qu’il ne fonctionne pas efficacement.
Vrai
Faux
20.
Un opérateur de dameuse doit faire très attention avant de suivre une piste de
motoneiges dans une aire ouverte.
Vrai
Faux
21.
Parmi les erreurs courantes de l’opérateur d’un équipement à chenilles, citons :
a) conduite trop lente
b) temps passé à réchauffer le moteur trop long
c) inspections avant utilisation du matériel non garanties
d) modifications non autorisées
e) aucune des réponses ci-dessus
f)
a, b, c et d ci-dessus
22.
Les conditions d’une utilisation adéquate d’un mélangeur pour le damage d’une
piste de motoneige sont les suivantes :
a) un tracteur d’une puissance suffisante
b) un bon opérateur de lame avant
c) une couverture de neige épaisse
d) aucune des réponses ci-dessus
e) a, b et c ci-dessus
23.
Lorsque la visibilité est mauvaise, à cause de vents violents, d’une forte chute de
neige, de brouillard ou d'une combinaison de ces éléments et qu’il est difficile de
savoir où damer, un opérateur de dameuse doit :
a) s’arrêter tout simplement là où il se trouve, en laissant les feux allumés et le
moteur tourner au ralenti
b) contacter son gestionnaire de damage ou un responsable pour l’avertir de la
situation et de l’emplacement où il se trouve
c) rester dans le véhicule et attendre que la visibilité s’améliore
d) sortir et marcher
e) a, b et c ci-dessus
f)
aucune des réponses ci-dessus
98
24.
Ce n’est jamais une bonne idée de sortir du tracteur et de marcher derrière pour
vérifier l’état de la piste, particulièrement lorsqu’on est seul la nuit.
Vrai
Faux
25.
Lorsqu’on utilise un mélangeur et que l’aspect de certaines parties de la piste n’est
pas bon, comme si ces parties n’avaient pas été traitées ni finies adéquatement, cela
peut être l’indice :
a) d’un réglage du mélangeur trop haut
b) d’un régime moteur trop bas sur le tracteur
c) d’une absence de réglage du mélangeur en position de flottement
d) d’une vitesse au sol excessive du tracteur
e) d’une non-utilisation de la lame avant du tracteur pour racler les bosses et
ainsi créer une surface uniforme sur la piste, de sorte que le mélangeur soi
« ouvert » sur les bosses
f)
toutes les réponses ci-dessus
26.
Lorsqu’on utilise un mélangeur et que l’on conduit le tracteur trop vite, les chenilles
projettent de la neige sur les côtés et sur le dessus du mélangeur, sur la surface de la
neige déjà préparée.
Vrai
Faux
99
Chapitre cinq
ENTRETIEN DES ÉQUIPEMENTS DE
DAMAGE
Entretien préventif
Un équipement de damage est fait pour être utilisé sur les pistes – et non pour se
retrouver dans un atelier de réparation, en attente de pièces de rechange, ou encore en
panne sur une piste à cause d’un composant dont l’entretien n’a pas été fait. Il existe déjà
suffisamment de problèmes potentiels qui peuvent survenir lors d’une opération de
damage normale, sans qu’il soit nécessaire d’aggraver la situation par un manque
d’entretien.
Pour réduire à un minimum absolu le risque d’arrêt et de réparations d’urgence et
conserver les équipements en état de fonctionnement sécuritaire, la clé réside dans
l’élaboration d’un programme d’entretien préventif complet. Comme nous l’avons déjà
mentionné, il est beaucoup plus facile de préserver ce que l’on a que de remettre en état
ce que l’on a perdu.
Indépendamment du genre de travail effectué, un entretien doit obligatoirement
comporter les quatre éléments suivants :
Les quatre éléments d’un entretien préventif
a. Inspection
Il est possible d’en savoir beaucoup sur l’état d’un véhicule en utilisant les quatre
sens que sont la vue, l’ouïe, l'odorat et le toucher. Bien qu'une surveillance
générale ait son importance, les endroits habituellement à l'origine de pannes
doivent être identifiés et les critères et méthodes d'inspection doivent être décrits
en détail. Un bon opérateur ne doit pas nécessairement être un bon mécanicien.
Par contre, un bon opérateur doit avoir le sens de l’observation et une conscience
aigue des sons et de l’apparence de sa machine.
b. Lubrification
Dans un véhicule à chenilles, il est extrêmement important d’avoir des lubrifiants
frais et des réservoirs pleins. Tout comme la lubrification, le fait de renouveler les
lubrifiants permet d’évacuer l’eau, la saleté et les lubrifiants usés accumulés dans
des endroits où ils ne devraient pas se retrouver.
c. Réglages
Sur un véhicule à chenilles, un certain nombre de réglages permettent de
compenser l’usure et de corriger les défauts d’alignement. Le meilleur moyen
100
d’éviter sur le terrain des pannes nuisibles et ayant de graves conséquences pour
l’opérateur, consiste à s’assurer que les réglages mécaniques soient effectués pour
maintenir les caractéristiques spécifiques au véhicule.
d. Réparations
Toute pièce ou tout système endommagé, usé ou ne remplissant plus ses
fonctions, doit être réparé sans délai par une personne qualifiée.
Types d’entretien
Il existe un certain nombre d’entretiens à effectuer à différents moments et pour diverses
raisons. Un programme d’entretien complet et bien pensé doit comprendre les éléments
suivants :
-
inspection d’un véhicule neuf avant la première mise en service
inspection et entretien avant le début de la saison
inspection et entretien avant mise en service
inspection et entretien après utilisation
inspection et entretien périodiques
procédure d’entreposage hors saison
Le but recherché étant différent selon le type d’entretien, des procédures doivent être
élaborées pour chaque type, en tenant également compte du genre d’équipements. Il
existe une telle variété de tracteurs de damage, de traîneaux niveleurs, de mélangeurs et
d’accessoires offerts aujourd’hui, qu’il est impossible de mettre au point des méthodes
d’entretien préventif génériques convenant à toutes les situations. Par conséquent, nous
nous limiterons à indiquer les éléments que l’on doit retrouver dans chaque méthode
d’entretien.
Première mise en service d’un véhicule neuf
Il est important, à la fois pour le véhicule et la sécurité de l’opérateur, de ne pas aller trop
vite lors de la première utilisation d’un véhicule neuf (ou d’un « nouveau véhicule
d’occasion »).
Bien que le manuel d’utilisation contienne des procédures détaillées, suivre les
procédures de base ci-après, lorsqu’on utilise un véhicule la première fois :
•
•
•
•
•
Inspection visuelle, à l’intérieur et à l’extérieur.
Vérification des niveaux de carburant et d’huile; faire l’appoint si nécessaire.
Familiarisation avec les commandes et fonctions, sans oublier les recommandations
du manuel d’utilisation.
Le moteur étant en marche, vérifier que les instruments fonctionnent et que les
valeurs indiquées correspondent aux limites spécifiées.
Procéder très lentement, pour acquérir la sensation du véhicule et de ses
caractéristiques.
101
•
Au bout des dix premières heures d’utilisation ou selon les prescriptions du manuel,
vérifier si des boulons, écrous, raccords, etc. ne sont pas desserrés.
Inspection et entretien avant le début de la saison
Lorsque les recommandations ci-dessous ont été suivies en dehors de la saison, la
préparation du véhicule au début d’une nouvelle saison devient relativement facile :
•
•
•
•
•
Se reporter au dossier d’entretien et s’assurer que les travaux nécessaires ont été
exécutés.
Vérifier les niveaux des liquides et regarder s’il n’y a pas de fuites.
Installer et/ou régler les chenilles.
Vérifier qu’il n’y a pas de fissures dans les joints soudés et les zones soumises à des
contraintes.
Inspecter les roulements, les joints et les pièces mobiles.
Inspection et entretien avant une opération de damage
Avant une nouvelle journée de damage, l’opérateur doit effectuer une inspection avant
utilisation. Un programme doit être élaboré pour chaque équipement, en tenant compte
des recommandations du fabricant. Voir à cet effet le spécimen de Journal de damage
quotidien en annexe, contenant un exemple de liste de vérification avant utilisation.
Inspection et entretien après une opération de damage
Comme nous l’avons déjà mentionné, on risque d’endommager le moteur lorsque l’on se
contente simplement d’arrêter un véhicule à chenilles à la fin d’une journée de travail.
Élaborer une méthode d’arrêt du véhicule à la fin d’une tournée, en se basant sur les
recommandations du fabricant. Cette période consacrée à l’arrêt/au refroidissement
convient parfaitement a une inspection visuelle en faisant le tour de l’équipement, ainsi
qu’à un plein de carburant. C’est souvent aussi une bonne idée d’ôter l’excès de neige et
de glace accumulé sur l’équipement lors de la tournée de damage. Se reporter au Journal
de damage quotidien en annexe, qui contient une liste de vérification après utilisation.
Inspection et entretien périodiques en atelier
En plus de l’entretien régulier en service, décrit dans les deux sections ci-dessus, la
plupart des véhicules à chenilles ont besoin d’une inspection et d’un entretien périodiques
et fréquents en atelier. Un programme d’entretien périodique doit être élaboré pour
chaque machine et les opérateurs doivent recevoir des directives sur le moment
d’effectuer un entretien en atelier. Un journal d’entretien sert d’aide-mémoire et facilite
le suivi d’un tel entretien. Se reporter au spécimen Rapport sur les véhicules et
équipements, au formulaire Dossiers d’entretien des véhicules/équipements et au
formulaire Demandes d’entretien d’équipement de damage en annexe, qui contiennent
des listes de vérification utiles dans le cas des tracteurs. Le tableau 5.1 fournit un
spécimen de liste de vérification utilisable pour l’entretien d’un traîneau niveleur.
102
Traîneau niveleur – Exemples d’éléments devant faire l’objet d’un
entretien
Inspection autour du véhicule
Retirer et vérifier le boulon de cisaillement
Vérifier si le système hydraulique ne fuit pas
Vérifier la tension de ressort de lame
Vérifier l’état de la lame de raclage
Nettoyer la face des lames et la plaque de tassement en ôtant la glace et
la neige accumulées
Enlever la neige de l’arrière de la plaque de tassement
Vérifier la pression de gonflage des pneus arrière (22 psi)
Inspecter les bandes d’usure sous les longerons latéraux
Vérifier les lisses antidérapantes arrière
Serrer les boulons de fixation de lame (150 pi•lb)
Serrer les écrous de roues (70 pi•lb)
Graisser les points d’articulation de lame
Retirer, nettoyer et lubrifier la barre de traction
Vérifier et regraisser les roulements de roues arrière
Retouches de peinture au besoin
Vérifier le réglage de hauteur de lame (se reporter au manuel
d’utilisation)
Fréquence
quotidienne
quotidienne
quotidienne
quotidienne
quotidienne
quotidienne
quotidienne
quotidienne
hebdomadaire
hebdomadaire
mensuelle
mensuelle
mensuelle
mensuelle
annuelle
annuelle
annuelle
Tableau 5.1 Liste de vérification d’entretien de traîneau niveleur — Spécimen
Procédures d’entreposage hors saison
La plupart des véhicules à chenilles sont entièrement immobilisés une bonne partie de
l’année. Prendre le temps et les précautions nécessaires pour un entreposage en bonne et
due forme relève du bons sens pour la protection d’un tel investissement. Même si un
programme d’entretien hors saison particulier à chaque véhicule doit être élaboré en
tenant compte des recommandations du fabricant, les directives générales ci-après
doivent être suivies de manière universelle :
•
•
•
•
•
•
Nettoyer et entretenir la batterie et le compartiment recevant celle-ci.
Vidanger l’huile, le liquide de transmission, les fluides hydrauliques et changer les
filtres.
Remplir les graisseurs de graisse pour évacuer l’eau et la graisse usée.
Vérifier s’il y a des points d’usure : courroies de chenilles et composants connexes,
usure des roues, fissures dans le support et le châssis, composants hydrauliques, etc.
Vérifier le compartiment moteur : usure, tension et alignement des courroies;
tringlerie et ressorts d’accélérateur; fils électriques cassés ou usés, etc.
Nettoyer l’intérieur et l’extérieur.
103
•
•
•
Utiliser un garage dans la mesure du possible.
En cas d’exposition aux intempéries, retirer les chenilles ou les recouvrir pour
protéger le caoutchouc contre les dommages dus aux rayons ultraviolets. En cas
d’entreposage sans démontage des chenilles, réduire la tension de ces dernières.
Un moteur, qu’il soit à essence ou diesel, doit tourner au moins 15 minutes par mois,
pour maintenir une couche d’huile sur les tiges de soupapes et modifier la position
des pièces mobiles.
Conseils d’entretien général d’un tracteur
•
Dans la mesure du possible, faire dégeler entièrement le tracteur de damage à chaque
session d’entretien programmée, même si une telle opération est ingrate et demande
du temps. C’est en effet le seul moyen de découvrir des fissures éventuelles dans les
soudures, de petites pièces manquantes comme les écrous et les vis, etc., et aussi de
minimiser les temps d’arrêt par la suite.
•
Lever chaque chenille à l’aide d’un cric pour le graissage des paliers lisses, la
vérification de la tension et le réglage. Il est indispensable de graisser vraiment à fond
les paliers de chenilles - c’est facile de ne pas graisser suffisamment mais
pratiquement impossible de trop graisser.
•
Il arrive souvent que les traverses de chenilles en aluminium ou en acier soient trop
serrées lorsqu’on les fixe aux courroies de chenilles, ce qui peut entraîner une usure
prématurée de ces courroies. Lors du serrage de ces traverses, toujours utiliser une clé
dynamométrique, car les fabricants préconisent habituellement un serrage des écrous
à un couple de 25 pieds•livres (34 newtons•mètres).
•
Toujours faire le plein du tracteur de damage à la fin d’une tournée. On s’assure ainsi
que le véhicule sera prêt à partir la prochaine fois ou en cas d’urgence. On évite aussi
la formation de condensation dans un réservoir de carburant vide, avec risque de gel
des conduites de carburant et/ou de problèmes de fonctionnement du moteur.
104
QUESTIONNAIRE SUR LE CHAPITRE
1.
L’entretien préventif minimise le temps d’arrêt (pannes) et assure une sécurité
d’utilisation de l’équipement. Les quatre principaux éléments d’un bon programme
d’entretien préventif sont les suivants :
a)
b)
c)
d)
mesure, plein de carburant, raffistolage et remplacement
surveillance, graissage, mise au point et remise à neuf
inspection, lubrification, réglage et réparations
surveillance, entretien courant, alignement et reconditionnement
2.
Avant d’utiliser un équipement de damage, toujours vérifier les niveaux des
liquides et s’il y a des fuites.
Vrai
Faux
3.
Si vous découvrez une réparation à faire lorsque vous effectuez une inspection
avant utilisation, continuez et faites votre tournée de damage; rapportez l’anomalie
au gestionnaire de damage à votre retour.
Vrai
Faux
4.
Lorsque vous utilisez un véhicule pour la première fois, conduisez-le aussi vite que
vous le pouvez pour savoir s’il a assez de puissance.
Vrai
Faux
5.
Après un quart de travail, toujours arrêter un tracteur aussi rapidement que possible
afin d’économiser le carburant.
Vrai
Faux
6.
Ne jamais retirer la glace ou la neige accumulée sur un équipement de damage, car
cette opération pourrait endommager l’équipement; de plus, le poids supplémentaire
(de glace ou de neige) facilite le compactage de la piste.
Vrai
Faux
7.
Entreposer un tracteur de damage à l’intérieur ou en ôter les chenilles hors saison,
afin d’éviter tout dommage aux chenilles et courroies en caoutchouc sous l’effet des
rayons ultraviolets.
Vrai
Faux
105
Chapitre six
TENUE DES DOSSIERS
On ne saurait trop insister sur l’importance de la tenue de dossiers précis et complets sur
tous les aspects d’un programme de damage. En effet, un bon dossier représente un
important outil de gestion, facilite l’application des procédures et peut servir à limiter les
responsabilités en cas de problèmes.
Il est de la responsabilité de chacun de tenir les dossiers. Comme nous l’avons souligné
dans le chapitre cinq, un bon programme d’entretien préventif est un important outil de
gestion de la sécurité, de sorte qu’une tenue adéquate des dossiers est incontournable. On
ne doit pas tolérer l’attitude cavalière d’une personne négligeant la tenue de bons dossiers
facilitant l’entretien préventif.
Parallèlement, lorsqu’on tient des dossiers, il faut bien entendu les utiliser! Se servir des
dossiers pour analyser les résultats du programme de damage et comme points de repère
pour évaluer les améliorations. Il ne suffit donc pas de les « classer et de les oublier ».
Formulaires recommandés
Les responsables d’un programme de damage sont invités à élaborer des formulaires
répondant à leurs besoins particuliers. Le texte qui suit décrit brièvement divers
formulaires qui peuvent avoir de l’importance dans la gestion réussie d'un programme de
damage. Des spécimens sont joints en annexe.
Journal de damage quotidien
Pour le gestionnaire d’un programme de damage, il est important d’avoir un journal tenu
à jour pour chaque véhicule et indiquant où et quand il a été utilisé. L’heure et le
kilométrage fournissent des données utiles et on peut utiliser les sections des remarques
pour enregistrer tout événement inhabituel lors d’une tournée, pour référence future.
Certains journaux quotidiens comprennent aussi une liste de vérifications quotidiennes
avant et après utilisation, comme sur le spécimen de journal joint en annexe. On
recommande également de joindre au journal quotidien une carte du réseau de pistes, sur
laquelle les segments damés sont surlignés, pour savoir quelles pistes ont été traitées.
Demandes d’entretien d’équipements de damage
L’opérateur de dameuse joue un rôle important dans l’entretien préventif des
équipements. Cependant, cet opérateur n’étant pas nécessairement un mécanicien, il a
besoin de recevoir des consignes claires sur ce qu’il faut vérifier et sur la façon de savoir
ce qui est bon ou mauvais. Une liste de vérification comme celle représentée par les
spécimens en annexe constitue pour l'opérateur un outil facile à utiliser, pour transmettre
aux gestionnaires de damage et aux mécaniciens les besoins en entretien d'un
équipement.
106
Rapports et dossiers d’entretien sur les véhicules/équipements
Chaque véhicule ou équipement doit être accompagné de son propre journal, pour le suivi
quotidien des heures d’utilisation, du kilométrage, de la consommation de carburant, de
l’entretien et des réparations. Il est possible de combiner les exemples en annexe sur une
seule feuille (verso et recto) pour faciliter le suivi mensuel de l’utilisation et de
l’entretien.
Formulaire d’actions correctives
Pour le réseau de pistes, un opérateur de dameuse représente souvent les meilleurs « yeux
et oreilles », étant donné la régularité et la fréquence auxquelles il sillonne les pistes de la
région. Lors d’une opération de damage, un opérateur est à même d’identifier des
anomalies sur la piste ou juste à côté, et qui nécessitent des corrections. Un tel formulaire
constitue un moyen de faire un rapport sur ces anomalies, de documenter le moment où
les corrections ont été effectuées et il représente donc un outil important pour la gestion
globale de la sécurité et des risques sur les pistes.
QUESTIONNAIRE SUR LE CHAPITRE
1.
La seule tâche d’un opérateur de dameuse étant de damer les pistes, il ne doit pas se
soucier des situations dangereuses ou des panneaux de signalisation manquants le
long des pistes ou encore de rapporter ces situations au gestionnaire de damage.
Vrai
Faux
2.
La tenue des dossiers, c’est bien, mais ne doit être effectuée que lorsqu’un opérateur
en a le temps.
Vrai
Faux
3.
Il est important d’effectuer un suivi des coûts en carburant, en main-d’œuvre, en
entretien et en exploitation, ainsi que du nombre d’heures nécessaire au damage des
pistes d’une région, afin d’établir les coûts de damage à l’heure ou au
mille/kilomètre.
Vrai
Faux
4.
Un journal quotidien de l’opérateur peut :
a) représenter une perte de temps
b) permettre de documenter les pistes damées, les événements inhabituels et
l’utilisation des équipements
c) augmenter les responsabilités
d) aucune des réponses ci-dessus
107
Chapitre sept
RECOMMANDATIONS RELATIVES À LA
CERTIFICATION DES OPÉRATEURS DE
DAMAGE
Objet
Il est recommandé qu’un opérateur de dameuse soit certifié, afin d’assurer une bonne
utilisation et un entretien adéquat des équipements de damage de pistes de motoneiges.
La certification doit comporter à la fois une formation et des tests, pour assurer qu’un
opérateur d'équipements comprenne bien les aspects essentiels, techniques et procédures
de damage, ainsi que les autres questions pertinentes s’y rapportant. Une certification
aide également à garantir que les fonds dépensés en damage permettront d’obtenir des
pistes lisses, qui soient sécuritaires et résistent le plus longtemps possible à la circulation
des motoneiges.
Qui doit être certifié?
Bien que les exigences de certification d’un opérateur de dameuse relèvent en fin de
compte de la responsabilité de chaque état, province, territoire ou parties de ceux-ci, il est
recommandé qu’un opérateur de dameuse reçoive un minimum de formation et soit
certifié selon un niveau minimum. Dans certaines régions, la certification des opérateurs
de damage peut être obligatoire pour une question d’assurance responsabilité. Dans tous
les cas, la certification d’un opérateur peut être un excellent outil de gestion des risques;
c’est pourquoi une telle certification doit être universellement favorisée.
Du fait que même un opérateur de dameuse expérimenté peut profiter d’une formation
périodique et de cours d’appoint, il est recommandé que, lorsqu’on exige une certification
dans une région, tous les opérateurs reçoivent la formation initiale, ainsi que la
certification initiale, indépendamment de leur expérience ou du fait qu’ils soient
employés, bénévoles ou entrepreneurs.
Quelle doit être la durée de validité de la
certification?
Bien que la durée de validité de la certification d’un opérateur de dameuse relève d’une
décision locale, il est recommandé que cette durée ne dépasse pas quatre ans, lorsque
l’opérateur continue à utiliser le même type d’équipement. Par contre, lorsqu’on
remplace un équipement de damage, soit par un nouveau modèle, soit par un autre type
de tracteur et/ou d’accessoires, la formation et la certification de l’opérateur doivent être
108
mises à jour à ce moment-là, pour tenir compte des exigences relatives au nouvel
équipement.
Niveaux de certification d’un opérateur
Il est recommandé de prévoir deux niveaux dans le cadre d’un Programme de
certification d’opérateur de dameuse :
Niveau 1 – Stagiaire : concerne les opérateurs ayant suivi un minimum de quatre heures
de cours en classe et réussi un examen écrit.
Niveau 2 – Opérateur de dameuse certifié : concerne les opérateurs ayant satisfait aux
exigences du niveau 1 et ayant utilisé sous supervision un équipement de damage sur une
piste durant un minimum de 16 heures.
Il est recommandé qu’un opérateur stagiaire de niveau 1 ne puisse utiliser un tracteur de
damage sans la présence à ses côtés d’un opérateur de niveau 2 ou d’un
gestionnaire/instructeur de damage. Il est recommandé qu’un opérateur de niveau 2 serve
d’instructeur à un stagiaire de niveau 1, lors de la formation d’un minimum de 16 heures
à l’utilisation d’un équipement, dans le tracteur.
Principaux éléments de certification d’un
opérateur
Il est recommandé que la certification d’un opérateur de dameuse porte sur les principaux
sujets énumérés dans le chapitre un et traités dans ce guide de ressources, ainsi que sur
les éléments représentatifs des conditions et des procédures locales. La liste de
vérification contenue dans le spécimen de Dossier de formation d’opérateur de dameuse
en annexe indique aussi en détail les sujets possibles à prendre en compte pour une
formation et une certification. En outre, les responsables peuvent se servir des
questionnaires sur les chapitres de ce guide comme base de rédaction des examens de
certification locaux, selon les besoins. Parmi les principaux éléments à considérer lors
d’une certification, citons :
•
•
•
Introduction au damage : glossaire des termes; objectifs, principes et étapes du
damage, notions de base de physique de la neige; gestionnaire et calendrier de
damage et source de financement du programme de damage local.
Caractéristiques des équipements de damage : vue d’ensemble des tracteurs;
composants et caractéristiques d’un tracteur; lame avant; vue d’ensemble des
accessoires; caractéristiques d’un traîneau niveleur; mélangeur; barre de compactage
et motoneige utilisée comme dameuse.
Directives d’utilisation des équipements : sécurité de l’opérateur, directives
générales d’utilisation; notions de base de damage; conseils pour un damage efficace
à l’aide d’un traîneau niveleur; utilisation adéquate de la lame avant; conseils
d’utilisation d’un véhicule à chenilles; conseils pour éviter d’endommager les
équipements et les dix erreurs courantes de l’opérateur.
109
•
•
•
•
Entretien des équipements : les quatre éléments de l’entretien préventif; première
utilisation d’un véhicule neuf; inspection et entretien avant le début de la saison;
inspection avant et après utilisation; entretien périodique et entreposage hors saison.
Tenue des dossiers : traiter des journaux et rapports exigés dans le cadre du
programme de damage local.
Questions d’intérêt local : cartes des pistes locales, tracés des pistes, endroits
particuliers ou zones vulnérables, lois et réglementations locales, contacts et
procédures en cas d’urgence.
Pratiques de l’utilisation et de la vérification des équipements : instruments et
indicateurs dans la cabine, recul d’un tracteur, accrochage des accessoires à un
tracteur, démarrage et arrêt, travail sur le côté droit de la piste, travail sur le flanc
d’une colline, utilisation de la lame avant, utilisation d’un accessoire, comment faire
un plein de carburant, inspections visuelles avant et après utilisation.
110
GLOSSAIRE DES TERMES
Barre de compactage (barre de tassement) : barre montée à l’arrière, munie d’un
peigne en matière plastique, utilisée pour comprimer de la neige profonde fraîchement
tombée (plus de 18 po / 46 cm), avant le damage de la piste avec un traîneau niveleur ou
pour la préparation de la piste en début de saison.
Bosses : ensemble de buttes, de creux et d'ornières dans une piste.
Damage de pistes : activité consistant à produire une surface de neige lisse et
uniformément compactée, de masse volumique uniforme, au moyen d’un équipement
mécanique.
Dameuse : tracteur de damage équipé d’accessoires (traîneau niveleur, mélangeur ou
barre de compactage).
Gestionnaire de damage : responsable local ou membre d’un club chargé de la
coordination des activités de damage, incluant notamment l’élaboration de calendriers et
la définition des priorités. Dans certaines régions, cette personne s’appelle le maître de
piste ou le coordonnateur de damage.
Heures effectives : temps réellement passé par le tracteur de damage à damer les pistes,
non nécessairement enregistré par le compteur horaire.
IASA : International Association of Snowmobile Administrators, regroupant des
autorités nationales, provinciales, régionales et du gouvernement fédéral, chargées de
l'administration des pistes de motoneiges et de la sécurité sur les réseaux de pistes et/ou
de la mise en application des programmes correspondants.
Journal des opérations : sert à enregistrer la date, les heures de travail, les milles de
pistes damées selon les indications du compteur kilométrique du véhicule, les heures
d’arrivée et de départ, les parties du réseau de pistes damées, ainsi que les commentaires
généraux concernant les dossiers de réparation et d’entretien.
Lame avant : lame montée à l’avant, servant à pousser des congères de neige, à ramener
de la nouvelle neige sur une piste à partir des bords et à préparer adéquatement la surface
d’une piste en vue du traitement de la neige à l’aide des accessoires de damage montés à
l’arrière.
Lit de piste : surface de neige compactée d’une piste.
Mélangeur : accessoire monté à l’arrière, à commande hydraulique, similaire à un
rotoculteur, qui traite et mélange la neige mécaniquement.
Milles damés : total des milles traités par la dameuse lors du processus de damage du
réseau de pistes.
111
Milles de piste : longueur en milles des pistes d’un réseau, incluant les boucles et les
culs-de-sac.
Milles en cul-de-sac : voyage de retour sur la même piste, par suite de la présence d’un
cul-de-sac.
Opérateur de damage : employé ou bénévole assurant un contrôle physique du tracteur
de damage lors de son utilisation.
Piste de motoneige : route de neige compactée à l’usage des motoneiges et autres
véhicules autorisés à se déplacer sur la neige.
Préparer, soigner (« groom ») : se placer dans un état propre à atteindre un objectif
donné; soigner l’apparence de; bien ranger et mettre en ordre quelque chose = entretien
d’une piste; transformation mécanique de la neige en vue d’obtenir une surface de
circulation lisse et sécuritaire.
Scarificateur : lame utilisée pour rayer une surface glacée, afin de la rendre rugueuse,
habituellement montée dans la rangée avant d’un traîneau à lames multiples ou au bas de
la lame avant du tracteur.
Tassement à l’aide des chenilles : utilisation des chenilles du tracteur de damage, pour
tasser la neige, sans accessoires de damage.
Tracteur de damage (tracteur) : véhicule pour utilisation intensive, à deux ou quatre
chenilles, dont la principale fonction est de fournir la puissance de traction nécessaire
pour déplacer les accessoires de damage. On l’appelle aussi dispositif d’entraînement
primaire.
Traîneau niveleur (traîneau) : accessoire tiré par le tracteur de damage, qui effectue le
damage proprement dit de la neige sur le lit de la piste. Certains fabricants emploient
aussi le terme « surfaceur » pour désigner cet accessoire.
Vitesse de damage : vitesse de déplacement de la dameuse sur la piste, lors d’une
opération de damage (on recommande habituellement une vitesse de 5 à 7 mi/h / 8 à 11
km/h).
112
RESSOURCES
A.F.M. Industrial – fabricant de Trailmaker Drag et fournisseur de véhicules convertis et
d’équipements d’occasion John Deere. Smith Falls, Ontario; sans frais 800-325-7929 ou 613-2834001. www.afmi.ca
Aspen Equipment – dameuses Bombardier neuves et équipements d’occasion. Haut Midwest
américain : Bloomington, Minnesota – 952-888-2525; Duluth, Minnesota – 218-624-1111;
Ankeny, Iowa – 515-965-1000; Omaha, Nebraska – 402-894-9300. www.aspenequipment.com
ASV – fabricant de véhicules Track Truck, DX et Posi-Track. Grand Rapids, Minnesota; sans
frais 800-346-5954 ou 218-327-3434. www.asvi.com
Camoplast Industrial (autrefois Bombardier Industriel) – fabricant de dameuses Bombardier.
Siège social – Granby, Québec 450-776-3600; Nord-Est des États-Unis et Canada – Granby,
Québec 612-759-0405; Ouest canadien – Calgary, Alberta 403-279-7271; Inter-Mountain, aux
États-Unis – Salt Lake City, Utah 801-364-8266; Montagnes Rocheuses américaines – Grand
Junction, Colorado 970-242-7150; Far West américain – Reno, Nevada 775-359-7517.
www.industrial.camoplast.com
Charles Vogel Enterprises – fabricant de dameuses Arrowhead et de chenilles Ultra Arrow. St.
Germain, Wisconsin; sans frais 888-412-1722 ou 715-479-4200.
www.charlesvogelent.com/groomers
Cook’s Equipment – Concessionnaire Tucker Sno-Cat, équipements d’occasion et pièces.
Newport, Vermont; 802-334-7779. www.cooksequipment.com
Custom Snow Cat, Thiokol, DMC and LMC Parts – par le machiniste Pat Foster. Wallace,
Idaho; 208-556-0153. http://wallace-id.com/foster.html
Ebert Welding – fabricant de dameuses Sur-Trac. New Liskeard, Ontario; sans frais 866-4766899 ou 705-647-6896. www.ebertwelding.com
Easy Pull Trail Groomer – dameuse à tirer par une motoneige. Two Harbors, Minnesota; 218834-2485. www.angelfire.com/biz/easypull/
Fall Line Corporation – pièces sur le marché des accessoires et pièces de rechange, ainsi que
récupération de roues dentées d’entraînement. Reno, Nevada; sans frais 800-325-5463 ou 775827-6400. www.fallline.com
Hans-Hall – fournisseur de courroies, de traverses, de guides et autres pièces de chenilles.
Murray, Utah; 801-747-1110. www.hans-hall.com
HICO (Hydraulic Industries Corporation) – fournisseur de tous types de pièces de dameuses à
neige. Vaudreuil, Québec; 450-424-5411. www.hico.ca
Institute for Snow Research – Michigan Technological University, Keweenaw Research Center;
recherche sur les chaussées de neige. Houghton, Michigan; 906-487-2750. www.mtukrc.org
113
JACA – équipements de damage à tirer par une motoneige. Jemseg, Nouveau-Brunswick; 506488-2075. www.jacatrax.com
LaCross Enterprises – fabricant de dameuses et lame avant LaCross. East Jordan, Michigan;
231-536-7142. www.lacrossgroomer.com
Lamtrac, Inc. – fabricant de dameuses Lamtrac. Haut-Lameque, Nouveau-Brunswick; sans frais
888-526-8722 ou 506-344-1130. www.lamtrac.com
Marcel Grooming Equipment – dameuses pour tracteurs convertis et équipements d’occasion.
New Liskeard, Ontario; 705-647-5444. www.marcelgrooming.com
Mattracks – systèmes de conversion de chenilles en caoutchouc. Karlstad, Minnesota; 218-4367000. www.mattracks.com
Maxey Manufacturing – fabricant de traîneaux niveleurs Maxey. Fort Collins, Colorado; sans
frais 800-456-2939 ou 970-482-1202. www.maxeymfg.com
Minnesota Outdoor Sports Specialties – équipements d’occasion. Brainerd, Minnesota; 218828-7876. www.mn-outdoors.com
Mohawk, Ltd. – concessionnaire Pisten Bully et équipements d’occasion. Chadwicks, New
York; 315-737-5456. www.mohawkltd.com
Mountain Grooming – fabricant de traîneaux niveleurs Mtn. Concessionnaire de dameuses SurTrac et équipements d’occasion. Waitsfield, VT; 802-496-3836. http://mountaingrooming.com
Oak Creek Golf & Turf, Inc. – Concessionnaire Pisten Bully. Calgary, Alberta; sans frais 888773-7335 ou 403-279-2907. www.oakcreekgolf.com
Okner’s Supply Company, Inc. – Pièces de rechange pour dameuses à neige. Denver, CO; sans
frais 800-294-3579 ou 303-294-9291. www.okners.com
Permagroomer Snowgrooming Products (Industrial Tires Limited) – produits sur mesure en
uréthane pour dameuses à neige. Mississauga, Ontario; sans frais 800-668-4725 ou 905-6251600. www.industrialtires.com/products/permagroomer.html
Peterson Equipment – Concessionnaire Pisten Bully et équipements d’occasion. Logan, Utah –
435-752-5110 et Seattle, Washington – 253-815-6899. www.petersonequipment.com
Véhicules tout-terrain Pisten Bully / Kassbohrer – fabricant d’équipement de damage Pisten
Bully. Bureaux : Grand Junction, Colorado 970-245-9331; Lewiston, Maine – 207-777-7300;
Burnsville, Minnesota – 952-345-3330; Reno, Nevada – 775-857-5014. www.katvpb.com
Ski Tech Products (Engineered Filtration, Inc.) – fournisseur de produits d’entretien de
véhicules sur neige. Manchester, Connecticut; 860-432-0248. www.skitech-products.com
Sno Boss Groomers (Olson Manufacturing, Inc.) – fabricant de traîneaux niveleurs Sno Boss. St.
Germain, Wisconsin; 715-479-3006.
114
Snow Country Groomers – concessionnaire de traîneaux niveleurs Arrowhead, Arrow Trak, de
traîneaux niveleurs Marcel, de trousses de conversion de tracteurs et d’équipements d’occasion.
Lena, Wisconsin; 920-829-5196. www.snowcountrygroomers.com
Snow Groomers.Net – fabricant de dameuses à tirer par une motoneige Sno-Master. Harbor
Springs, Michigan; sans frais 800-430-7120 ou 231-526-7120. www.snowgroomers.net
Snow Track, LLC – concessionnaire d’équipements de damage Sur-Trac. Wausau, Wisconsin;
715-675-7554. www.ebertwelding.com
Spooner Machine, Inc. – fabricant de traîneaux niveleurs Spooner. Spooner, Wisconsin; sans
frais 888-552-0835 ou 715-635-3220. www.spoonermachine.com
Soucy Track (Soucy Group) – fabricant de trousses de conversion de tracteurs. Drumondville,
Québec; 450-474-6666. www.soucy-group.com
Team Track – fabricant de trousses de conversion de tracteurs à quatre roues, de lames avant et
de traîneaux niveleurs Team Track. Plessisville, Québec; sans frais 866-363-1688 ou 819-3622221. www.go-track.com
The Resort Bone Yard – équipements de damage d’occasion. Chadwicks, New York; sans frais
800-225-6642 poste 265. www.resortboneyard.com
The Shop Industrial – fabricant de traîneaux niveleurs Mogul Master et de barres de compactage
TSI; également concessionnaire d’équipements de damage Tucker Sno-Cat, Bombardier, Argo et
Centaur, ainsi que d’équipements d’occasion. Lively, Ontario; sans frais 800-663-DRAG ou 705682-1522. www.mogulmaster.ca
Track, Inc. – concessionnaire Tucker Sno-Cat, équipements d’occasion, pièces et service.
Bloomington, Minnesota; 952-888-7372. www.trackinc.com
Tucker Sno-Cat Corporation – fabricant de dameuses Tucker Sno-Cat groomers. Medford,
Oregon; sans frais 866-SNO-CAT1 ou 541-779-3731. www.sno-cat.com
VMC Right Track, Inc. – fabricant de dameuses VMC. Lachine, Québec; sans frais 800-9858665. www.vmcrighttrack.com
115
RÉFÉRENCES
Black Hills Snowmobile Program Operations Manual; South Dakota Department of Game, Fish
& Parks – Division of Parks & Recreation. 2004.
California Snowmobile Trail Grooming; California Department of Parks and Recreation – OffHighway Motor Vehicle Recreation Division. 1997.
California Trail Grooming Operator Certification and Training Handbook; California Dept. of
Parks and Recreation – Off-Highway Motor Vehicle Rec. Division. Nov. 1999.
General Guidelines for Snowmobile Trails Grooming – Training Manual and Workbook; New
York State Office of Parks, Recreation & Historic Preservation – Bureau of Marine &
Recreational Vehicles. Mai 1999.
Groomer Operations Manual and Trail Signing Guide; Colorado State Parks and the Colorado
Snowmobile Association. 2003.
Gullett, W. (Tony); Wyoming State Trails Program, personal communication – grooming
equipment operation, practices, and tips. Mars 2005.
Lang, R.M.; The Physics of Snow and Snow Surface Preparation. Mai 2005.
Pisten Bully 100 Operating Manual; Kassbohrer All Terrain Vehicles. 2004.
Snowmobile Groomer Operator Awareness Program; New Hampshire Dept. of Resources and
Economic Development, Div. of Parks and Recreation – Bureau of Trails. 2004.
Snowmobile Trail Development Manual – Chapter 6: Trail Grooming; Alberta Snowmobile
Association. Octobre 1999.
Snowmobile Trail Development Manual – Chapter 7: Trail Grooming; Ontario Federation of
Snowmobile Clubs. 1996.
Snowmobile Trail Grooming Guidelines; New Hampshire Department of Resources and
Economic Development, Division of Parks and Recreation – Bureau of Trails. Novembre 2002.
Snowmobile Trail Grooming Handbook; Michigan Department of Natural Resources. Septembre
2000.
The Shop Industrial – Mogul Master Multi-Blade Planer Operating Manual. 2001.
Wells, Chuck; Idaho Department of Parks and Recreation, personal communication – tillers.
Février 2005.
Wyoming Snowmobile Program Operating Manual; Wyoming Division of State Parks & Historic
Sites – Trails Program. 2002.
116
Annexes :
SPÉCIMENS DE FORMULAIRES
Cette annexe contient plusieurs spécimens de formulaires visant à aider les gestionnaires
de damage et les opérateurs dans leur importante tâche de tenue des dossiers. Chaque
formulaire répond à un besoin précis et tous les exemples donnés ne s’appliquent pas
nécessairement à toutes les régions. Ces spécimens doivent servir aux gestionnaires de
damage à élaborer les formulaires qui s’appliquent le mieux à leur région et qui
répondent au mieux à leurs besoins. Cette annexe contient les spécimens de formulaires
suivants :
•
•
•
•
•
•
•
Programme de damage hebdomadaire
Journal de damage quotidien
Rapport sur les véhicules et équipements
Dossiers d'entretien mensuel des véhicules/équipements (peut être recopié au verso
du rapport sur les véhicules)
Demandes d’entretien d’équipements de damage
Demande d’action corrective
Dossier de formation d’opérateur de dameuse
117
118
DIMANCHE
SAMEDI
VENDREDI
JEUDI
À
MERCREDI
DE
HEURE
OPÉRATEUR
ÉQUIPEMENT
DE
PRIMAIRE
DE DAMAGE
DÉPART
MARDI
SECTION
OU
NUMÉRO
DE PISTE
LUNDI
PROGRAMME DE DAMAGE HEBDOMADAIRE
TOURNÉES OU
PASSES
SPÉCIALES/
SUPPLÉMENTAIRES
JOURNAL DE DAMAGE QUOTIDIEN
Date ______________ Secteur _______________________ Opérateur __________________
Séquence des pites damées ______________________________________________________
Tracteur __________________ Accessoires ________________________ Largeur _______
Heures opérateur : Début _______ Fin _______ Total des heures opérateur ________
Compteur kilométrique - Début ______ Compteur kilométrique - Fin ______ Total des milles damés _____
Compteur horaire - Début ________ Compteur horaire - Fin ________ Total heures tracteur _________
Plage de température _______________ Pouces de nouvelle neige _______ Circulation ___________
Temps (encercler ce qui s’applique) : Clair Nuageux Ensoleillé Venteux Neigeux Pluvieux Autre : ____
Remarques : ______________________________________________________________________
Liste de vérification avant le quart de travail (réchauffer le tracteur au moins 10 minutes)
___ Réservoir de carburant plein: ____ qté ajoutée ___ Courroies ___ Instruments ___ Crampons de chenilles
___ Huile moteur : _____ qté ajoutée ___ Feux
___ Essuie-glaces ___ Courroies de chenilles
___ Huile hydraulique: _____ qté ajoutée ___ Batterie ___ Rétroviseurs ___ Tension de chenilles
___ Antigel :_____ qté ajoutée
___ Gyrophare
___ Lave-glace _____ qté ajoutée ___ Outils
___ Radio/Téléphone
___ Roues de chenilles
___ Pelle
___ Flexibles hydrauliques
___ Extincteur ___ Grattoir à glace ___ Lampe de poche ___ Accessoires
___ Nécessaire de survie
Vérifié par : ____________________________________
Liste de vérification après le quart de travail/lors de l’arrêt (faire tourner le tracteur au ralenti au
moins 10 minutes)
___ Remplir réservoir de carburant: _____ qté ajoutée ___ Séparateur à eau vérifié ___ Neige pelletée
___ Accessoires en position basse ___ Freins serrés
___ Radio/Téléphone éteints
___ Branchement
___ Besoins en entretien enregistrés
Lectures moyennes sur les instruments durant la tournée :
___ Clé retirée
___ Journal quotidien rempli
Régime moteur (tr/min.) _________
Température du moteur ______
Pression d’huile __________
Température de l’huile hydraulique _________
Vérifié par : _________________________________
Notes particulières, commentaires généraux, travaux de réparation nécessaires, raisons des arrêts
éventuels, etc. - utiliser l’espace ci-dessous :
119
RAPPORT SUR LES VÉHICULES ET ÉQUIPEMENTS
Rapport - mois/année ____________ Description du véhicule/de l’équipement ______
Marque _______________ Modèle ______________ Année _______ N° d’unité __________
DATE
OPÉRATEUR
GALLONS DE
CARBURANT
HEURE DE
DÉBUT
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Totaux :
Gallons de carburant
Heures:
120
HEURE
DE FIN
DESCRIPTION DES
ACTIVITÉS
DOSSIERS D’ENTRETIEN MENSUEL DES VÉHICULES/ÉQUIPEMENTS – enregistrer les dates,
les quantités, les coûts
Huile moteur : vidanger et faire
l’appoint
Huile de transmission automatique
Graissage et lubrification
Antigel
Lave-glace
Fluides – Coût total $ :
Filtre à huile
Filtre à liquide de transmission
Filtre à air nettoyé
Filtre à air remplacé
Filtre à carburant
Filtres – Coût total $ :
Essieu
Jeu de roulements
Rondelles
Petites
Grandes
Roue en bogie – petite
Roue en bogie – grande
Roue de brise-glace
Entraînement à roue dentée
Courroie de chenilles
Traverse de chenilles
Boulon de tendeur
Boulon de chenilles
Boulon de connecteur
Boulon de ressorts
Chenilles – Coût total $ :
Extrémités de tirants
Palier
Bloc en nylon
Arbre d’entraînement et joint
universel
Petit
Grand
Direction et groupe motopropulseur – Coût total $ :
Pompe à eau
Thermostat
Alternateur
Feux
Feu clignotant
Contacteur
Essuie-glaces et balais
Réchauffeur de boîte de vitesses
Batterie
Composants du moteur – Coût total $ :
Faisceau large
Faisceau étroit
Électricité – Coût total $ :
Pompe hydraulique
Flexibles et raccords
Circuits hydrauliques – Coût total $ :
Entretien majeur/révision
Autre
Main-d’œuvre
Coût $
Coût $
Coût $
Coût total d’entretien mensuel :
121
DEMANDES D’ENTRETIEN D’ÉQUIPEMENTS DE DAMAGE
Nom/numéro de l’équipement : ________________ Date : _______ Demandé par : _____
Lecture au compteur horaire ______ Lecture au compteur kilométrique ______
ARTICLE
BON
MAUVAIS
COMMENTAIRES
ARTICLE
Carburant
Direction
Huile moteur
Huile
hydraulique
Liquide de
transmission
Antigel
Lave-glace
Liquide pour
freins
Circuits
hydrauliques
Boîte de vitesses
Freins
Commandes
Chaufferette/
climatiseur
Rétroviseurs
Essuie-glace
Commandes
Gyrophare
Alarme de
recul
Glaces
Extrémité
arrière
Chenilles/pneus
Température
du moteur
Température
de l’huile
hydraulique
Température
de la boîte
de vitesses
Instruments
Lame avant
Courroie
d’entraînement
Alternateur
Flexibles
Radio/
Téléphone
Filtre à air
Avertisseur
sonore
Signalisation
véhicule lent
Intérieur de
la cabine
Neige/glace
enlevées
Pelle
Extincteur
Échappement
Fuites
Boulons
desserrés
Objets desserrés
Dents/bords
Tringlerie/tirants
Axes
d’articulation
Attelage
Trousses de
premiers
soins et de
survie
Outils, câble
de
remorquage,
etc.
Autre
Feux
Ceintures de
sécurité
122
BON
MAUVAIS
COMMENTAIRES
DEMANDE D’ACTION CORRECTIVE
PARTIE 1 – Anomalie ou problème exigeant une
attention :
Emplacement :
Action recommandée :
Rapporté par :
Date :
PARTIE 2 – Action corrective exécutée :
Vérifié par :
Date :
123
DOSSIER DE FORMATION D’OPÉRATEUR DE DAMEUSE
Nom de l’opérateur ___________________________________ Date ___________________
Instructeur ______________________ Équipement certifié ________________________
Signature de l’opérateur – Confirmation de la formation _______________________
Introduction au damage
Glossaire des termes
Objectifs du damage
Principes du damage
Pratiques du damage
Notions de base de mécanique de la neige
√
Utilisation de l’équipement
Sécurité de l’opérateur
Directives générales d’utilisation
Notions de base de damage
Conseils pour un damage effectif
Conseils d’utilisation d’un véhicule à
chenilles
Conseils pour ne pas endommager
l’équipement
Dix erreurs courantes de l’opérateur
Conseils sur l’utilisation de la lame avant
√
√
Entretien de l’équipement
Quatre éléments d’entretien préventif
Première utilisation d’un véhicule neuf
Inspection et entretien avant le début de la
saison
Inspection avant utilisation/quart de travail
Inspection après utilisation/quart de travail
Entretien périodique
Entreposage hors saison
√
Tenue des dossiers
Journaux et rapports nécessaires
√
Tournée de vérification du véhicule
Instruments et indicateurs dans la cabine
Attelage d’un accessoire et recul
Démarrage et arrêt
Utilisation sur le côté droit de la piste
Utilisation de la lame avant
Utilisation d’un accessoire
Plein de carburant
Inspection visuelle avant et après utilisation
√
Gestionnaire de damage
Calendriers de damage
Source de financement
Caractéristiques de l’équipement de damage
Vue d’ensemble des tracteurs
Composants d’un tracteur
Caractéristiques d’un tracteur
Lames avant
Vue d’ensemble des accessoires
Caractéristiques d’un traîneau niveleur
Mélangeurs
Barres de compactage
Motoneiges utilisées comme dameuses
Questions locales
Cartes des pistes
Directives sur la signalisation
Zones particulières ou vulnérables
Lois locales
Procédures d’urgence
√
124
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising