version PDF - (La)TeX Navigator

version PDF - (La)TeX Navigator
Laboratoire
LOrrain de
Recherche en
Informatique et ses
Applications
U.M.R. 7503
•C.N.R.S.
Université Henri Poincaré
Institut National
Polytechnique de
Lorraine
Université Nancy 2
I.N.R.I.A.
Guide local (LA)TEX
du LORIA
Millésime 1998
J.-M. Hufflen, D. Roegel, K. Tombre
L ORIA 98-R-214
SEPTEMBRE
1998
LORIA, Campus scientifique, BP 239, F-54506 Vandœuvre-lès-Nancy CEDEX
SOMMAIRE
i
Sommaire
Avant-propos
1
1 LATEX, ses classes et ses packages
1.1 Classes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.2 Packages généraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.3 AMS-LATEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.4 Nouveautés 1997 et 1998 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.5 Les fichiers LATEX2.09 et le mode de compatibilité de LATEX . . . . . . .
1.5.1
Incompatibilité dans la sélection des polices . . . . . . . . . . .
1.5.2
Incompatibilité avec de vieux styles . . . . . . . . . . . . . . . .
1.5.3
Incompatibilité liée à l’utilisation de TEX sur des fichiers MlTEX
1.5.4
Incompatibilité avec les anciennes erreurs . . . . . . . . . . . . .
1.5.5
Comment convertir un fichier LATEX 2.09 en LATEX . . . . . . . .
1.6 LATEX3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.7 Documentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 Extensions de TEX : MlTEX, TEX--XET, ε-TEX, Ω, etc.
2.1 MlTEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.2 TEX--XET . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.3 ε-TEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.4 PDFTEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.5 Ω . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.6 Le futur : NTS, unification, ... . . . . . . . . . . . . . .
2.7 Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
3 Les polices
3.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.1.1
Caractères utilisables dans TEX — METAFONT . . . . . . . . .
3.1.2
Quelles sont les informations nécessaires à TEX pour utiliser une
3.1.3
Hiérarchie des fichiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.1.4
Commandes tournant autour de METAFONT . . . . . . . . . . .
3.2 La gestion des fontes : généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.2.1
Modification du « style » du document . . . . . . . . . . . . . .
3.2.2
Modification de la fonte à l’intérieur du document . . . . . . . .
3.2.3
Déclaration d’une nouvelle fonte . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3 La gestion des polices dans LATEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.1
Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.2
Le codage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.3
Les tables de correspondances . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.4
Les fontes « texte » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.5
Les caractères mathématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.6
Polices PostScript standard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.7
Tests de fontes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.8
Documentation sur NFSS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
3
3
3
6
8
9
9
9
9
10
10
10
11
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
13
13
13
13
14
16
17
18
. . . .
. . . .
fonte?
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
19
19
19
19
20
21
21
21
21
22
22
23
23
24
25
26
27
27
27
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
ii
SOMMAIRE
Polices METAFONT disponibles . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.4.1
Tailles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.4.2
Familles de fontes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.5 Versions Type 1 des polices METAFONT . . . . . . . . . . . . .
3.6 Comment créer et utiliser une nouvelle fonte avec METAFONT
3.6.1
Un exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.6.2
Variables d’environnement . . . . . . . . . . . . . . . .
3.7 Fontes PostScript . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.7.1
Fontes disponibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.7.2
Utilisation des polices PostScript . . . . . . . . . . . .
3.7.3
Polices PostScript non résidentes . . . . . . . . . . . .
3.7.4
Documentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.8 Comment trouver un caractère particulier? . . . . . . . . . . .
3.8.1
Création de tables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.8.2
Accès individuel à un caractère . . . . . . . . . . . . .
3.9 Outils divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.10 Polices et divisions des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.4
4 BIBTEX et les références bibliographiques
4.1 Quelques rappels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.2 Compléments d’information sur BIBTEX . . . . . . . . . . .
4.3 Liste des styles bibliographiques disponibles . . . . . . . . .
4.3.1
Famille plain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.3.2
Famille alpha . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.3.3
Famille long . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.3.4
Divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4 Quelques options ou packages LATEX utiles pour les citations
4.5 Manipuler un fichier BIBTEX . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.6 L’avenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
27
27
27
35
36
36
37
37
37
38
38
39
39
39
39
39
40
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
41
41
42
45
45
46
46
47
47
48
49
5 L’insertion des figures et des dessins
5.1 Écrire du graphique en LATEX pur . . . . . . . . . . .
5.1.1
L’environnement picture . . . . . . . . . . . .
5.1.2
XY-pic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.1.3
Les diagrammes . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.1.4
MusiXTEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.2 Inclure du graphique dans un document . . . . . . . .
5.2.1
BoundingBox . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.2.2
Les packages graphics et graphicx . . . . . . . .
5.2.3
Un cas particulier : la classe seminar . . . . . .
5.2.4
Le package color . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.2.5
PSTricks : les astuces PostScript . . . . . . . .
5.2.6
PSfrag : remettre du LATEX dans du PostScript
5.2.7
Le PostScript littéral . . . . . . . . . . . . . .
5.3 Figures englobées et sous-figures . . . . . . . . . . . .
5.4 Quelques utilitaires associés . . . . . . . . . . . . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
inclus
. . . .
. . . .
. . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
51
51
51
52
53
54
55
55
55
57
58
58
59
59
59
61
6 Les transparents avec LATEX
6.1 La classe slides . . . . . . . .
6.1.1
Transparents colorés
6.1.2
Exemple d’overlay . .
6.2 La classe seminar . . . . . . .
6.3 FoilTEX . . . . . . . . . . . .
6.4 Présentations sur écran . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
65
65
65
66
66
67
68
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
SOMMAIRE
iii
7 Principales règles typographiques
7.1 Typographie française . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.1.1
Espacement et coupure de lignes . . . . . . .
7.1.2
Ponctuation et emploi des polices . . . . . .
7.1.3
Emploi des lettres capitales . . . . . . . . . .
7.2 Typographie anglaise . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.2.1
Espacement et coupure de lignes . . . . . . .
7.2.2
Ponctuation et emploi des polices . . . . . .
7.2.3
Emploi des lettres capitales . . . . . . . . . .
7.3 Écriture des abréviations et principaux signes usuels
7.4 Packages pour les langues . . . . . . . . . . . . . .
7.4.1
Package french . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.4.2
Package babel . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.4.3
Package german . . . . . . . . . . . . . . . .
7.5 Compléments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
8 Personnalisation d’une classe
69
69
69
71
73
74
74
75
76
76
79
79
80
81
81
85
9 La classe de thèse LORIA
9.1 Exemple introductif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.2 Avertissement : le « prêt-à-porter » et le « sur mesure »
9.3 Fonctionnalités offertes par cette classe . . . . . . . . .
9.3.1
Options de la classe . . . . . . . . . . . . . . . .
9.3.2
Généralités sur la mise en page . . . . . . . . .
9.3.3
Page de titre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.3.4
Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.3.5
Résumés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.3.6
Dédicace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.3.7
Sommaire ou table des matières . . . . . . . . .
9.3.8
Têtes de parties, etc. . . . . . . . . . . . . . . .
9.3.9
Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.3.10 Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.3.11 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.3.12 Liste des figures et des tables . . . . . . . . . . .
9.3.13 Notes de bas de page . . . . . . . . . . . . . . .
9.3.14 Divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.4 Comment étendre thloria? . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.5 (In)compatibilités avec d’autres packages . . . . . . . .
9.6 Création d’une version PDF d’une thèse . . . . . . . .
9.7 En cas de problème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.8 Historique et compatibilité avec la classe TheseCRIN . .
9.9 Index des commandes de thloria . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
91
91
93
93
93
94
97
99
99
100
100
103
104
105
106
107
107
107
107
108
108
109
109
110
10 L’environnement de travail LATEX
10.1 TDS (TEX Directory Structure) . . . . . . . . . .
10.2 Chemins d’accès et variables d’environnement . .
10.3 Recherches récursives : pour experts . . . . . . . .
10.4 Répertoire TEX prédéfini chez chaque utilisateur .
10.5 Modification de l’environnement TEX . . . . . . .
10.6 La bibliothèque kpathsea . . . . . . . . . . . . . .
10.7 Où se trouve un fichier? . . . . . . . . . . . . . .
10.8 Les commandes de base . . . . . . . . . . . . . . .
10.9 Programmation documentée . . . . . . . . . . . .
10.10 Créer, éditer, corriger un fichier en TEX ou LATEX
10.11 Manipulation des fichiers Dvi . . . . . . . . . . .
10.11.1 Pour utilisateurs de base . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
113
113
113
114
115
116
117
118
118
119
119
120
120
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
iv
SOMMAIRE
10.11.2 Pour utilisateurs avertis . . . . . . . . . . . .
10.11.3 Pour experts . . . . . . . . . . . . . . . . . .
10.12 Polices de caractères . . . . . . . . . . . . . . . . . .
10.12.1 Pour utilisateurs avertis . . . . . . . . . . . .
10.12.2 Pour experts . . . . . . . . . . . . . . . . . .
10.13 Programmes de manipulation de fichiers PostScript
10.13.1 Pour utilisateurs de base . . . . . . . . . . .
10.13.2 Pour utilisateurs avertis . . . . . . . . . . . .
10.13.3 Pour experts . . . . . . . . . . . . . . . . . .
10.14 Création d’un format, appels-systèmes, etc. . . . . .
10.15 Html, Java, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
10.16 Divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
10.17 Environnements non-Unix . . . . . . . . . . . . . .
10.17.1 PC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
10.17.2 Macintosh . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11 Pour en savoir plus
11.1 La documentation écrite . . . . . . . . .
11.2 Les « FAQ » . . . . . . . . . . . . . . . .
11.3 Les News . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11.4 Sites ftp classiques . . . . . . . . . . . .
11.5 Exemple de recherche sur un site CTAN
11.6 Les mailing lists . . . . . . . . . . . . . .
11.7 WWW : le (LA)TEX navigator . . . . . . .
11.8 Installer TEX, LATEX, etc. . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
121
122
122
122
122
123
123
123
124
124
125
126
127
127
127
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
129
129
129
129
130
130
131
131
131
Glossaire
133
Bibliographie
135
Index
139
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
AVANT-PROPOS
1
Avant-propos
For each computer system, there is a short companion to this book entitled something like Local
Guide to LATEX for the Kludge-499 Computer containing information specific to that system. This
companion will be called the Local Guide. It is distributed with the LATEX software.
[Lamport, 1985, page 2]
LATEX a été installé sur notre site vers 1987, mais
pendant longtemps ses utilisateurs étaient régulièrement bloqués dans leurs recherches de solutions par
des phrases de ce genre, les renvoyant à un guide local,
inexistant sur le site, pour des détails d’implantation
souvent fondamentaux pour bien maîtriser un logiciel
aussi complet. Il y avait bien en ligne des documentations diverses et variées, des livres compléments du
manuel de référence ont fait leur apparition au fil des
ans, puis nous avons installé une archive assez exhaustive du monde (LA)TEX, puisque notre site ftp
est un miroir du réseau Ctan (cf. § 11.4). Cette archive comprend plusieurs manuels et guides locaux
mis au point sur différents sites. Mais même si beaucoup d’environnements se ressemblent, cela ne peut
pas complètement remplacer une description précise
de l’état des lieux local.
Partant de cette constatation, nous avions donc
décidé en 1993 de former un petit groupe chargé de
rédiger enfin une première version de ce fameux guide
local. Après moult pérégrinations, la première version
de ce guide sortait en décembre 1994, suivie rapidement du (LA)TEX navigator sur WWW (cf. § 11.7).
Le succès de ces deux initiatives, tant localement
qu’ailleurs 1 , ainsi que notre légendaire conscience professionnelle (sic), nous ont incités à réactualiser ce
guide local à un rythme qui était au départ annuel.
Le guide tendant peu à peu vers la perfection ( !), les
mises à jour se sont un peu espacées 2. Vous avez actuellement en mains le millésime 1998, qui a quelques
semaines d’avances sur le Beaujolais nouveau. Nous
avons cherché à rester à jour en incluant des notes
sur les dernières évolutions. L’année 1998 a ainsi vu
une remise à jour complète de l’environnement TEX
basée sur la distribution de référence fournie par le
CD-ROM TEXlive 3. Parmi les nombreuses nouveautés, il faut noter les moteurs PDFTEX (pour produire un fichier PDF à partir d’un fichier TEX) et
Ω (pour le traitement de langues typographiquement
complexes). L’utilisateur a de plus en plus de moyens
à sa disposition et il est de plus en plus simple de
particulariser son installation personnelle.
Nous devons avouer que nous sommes plutôt
contents de ce guide, mais notre vraie satisfaction
sera de voir qu’il continue à être utilisé dans la vie
de tous les jours de nos collègues. Malheureusement,
malgré tous nos efforts, nous n’avons pas vraiment
réussi à nous limiter à un guide qu’on puisse qualifier
de « short companion », puisque nous en sommes à
bien plus de 100 pages. Mais nous espérons que ces
pages n’auront pas été rédigées en vain...
Autant que faire se peut, nous souhaitons bien sûr
continuer à maintenir ce guide, en fonction des besoins des utilisateurs et de l’évolution de notre installation. C’est pourquoi nous rappelons la possibilité offerte de faire mail latex@loria.fr (cf. § 10.2) pour
vous permettre de nous faire parvenir toutes suggestions d’amélioration de cet ouvrage. Ce guide est disponible en ligne 3 aux formats PostScript et PDF. Par
ailleurs, si nous trouvons des erreurs ou que certaines
informations changent, nous vous les signalons dans
un errata aussi disponible en ligne.
Bon LATEX, ou plutôt bon LATEX 2ε , bien que ce
soit devenu équivalent 4 ...
Les auteurs
1. Profitons de l’occasion pour remercier les lecteurs des guides précédents, qui ont fait des critiques et propositions très
constructives, et en particulier Bernard Gaulle et Jean Méron.
2. La première édition est parue fin 1994, la seconde fin 1995, la troisième fin 1996. Le guide et ceux qui y contribuent changent.
Nous tenons ici à remercier Jean-Michel Antoine qui a participé aux guides précédents et était pendant longtemps en charge
de l’installation TEX du site LORIA. Cette édition marque aussi la dernière participation de Karl Tombre qui quitte le groupe
LATEX.
3. http://www.loria.fr/tex/guide.html.
4. Ce guide local a été totalement rédigé et compilé en LATEX 2ε . Nous devons avouer que nous sommes de moins en moins
enclins à dépanner des collègues qui persistent à utiliser des versions ou commandes obsolètes de LATEX.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
2
AVANT-PROPOS
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
3
Chapitre 1
LATEX, ses classes et ses packages
LATEX, ou plus précisément LATEX 2ε (depuis juin 1994), est lancé par l’appel de ‘latex’.
Les classes et packages pouvant être utilisés avec LATEX sont très nombreux et ne peuvent pas tous être
détaillés ici. Cent cinquante packages sont décrits dans The LATEX Companion [Goossens et al., 1994]. Nous
ne citons pas ici un certain nombre de packages spécifiques à la gestion des polices, de la bibliographie, de
l’inclusion de figures, etc., qui sont décrits dans les chapitres correspondants.
1.1
Classes
Les classes standard et leurs options sont données ci-dessous :
– Classe article : options a4paper, a5paper, b5paper, letterpaper, legalpaper, executivepaper, landscape, 10pt,
11pt, 12pt, oneside, twoside, draft, final, titlepage, notitlepage, onecolumn, twocolumn, leqno, fleqn, openbib.
– Classes book et report : les mêmes options que la classe article plus openright et openany.
– Classe letter : options a4paper, a5paper, b5paper, letterpaper, legalpaper, executivepaper, 10pt, 11pt, 12pt,
draft, final, oneside, twoside, leqno, fleqn.
– Classe proc (pour les articles destinés à des actes de conférences) : les mêmes options que la classe article,
mais sans les options a5paper, b5paper, titlepage et onecolumn.
– Classe slides : options a4paper, a5paper, b5paper, letterpaper, legalpaper, executivepaper, landscape, clock,
titlepage, notitlepage, draft, final, leqno.
D’autres classes sont disponibles. Parmi elles, signalons :
– acmconf : classe pour les conférences de l’ACM (Association of Computing Machinery).
– cweb : classe correspondant au style de « programmation documentée » CWEB (cf. § 10.9 et les informations données sur le (LA)TEX navigator ).
– kluwer : classe pour les publications de Kluwer Academic Publishers.
– llncs : classe pour les articles paraissant dans la série LNCS (Lecture Notes in Computer Science) de
Springer Verlag.
– seminar : classe pour la réalisation de transparents (cf. chapitre 6).
– thloria : classe de thèse locale (cf. chapitre 9).
1.2
Packages généraux
Voici quelques packages généraux qu’il nous paraît utile de mentionner. On les chargera avec \usepackage.
On pourra trouver des documentations complètes pour la plupart de ces packages sur le (LA)TEX navigator.
– alltt : définition de l’environnement alltt, similaire à l’environnement verbatim, mais où l’on peut
insérer des commandes au moyen de « \ » et où « { » et « } » conservent les fonctions de groupe.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
4
CHAPITRE 1. LATEX, SES CLASSES ET SES PACKAGES
– array : ce package améliore les environnements tabular et array. Il permet par exemple de formater
une seule colonne d’un tableau en italiques, sans avoir à répéter \textit. Une description très complète
est donnée dans The LATEX Companion [Goossens et al., 1994].
– at : pour utiliser le caractère @ comme premier caractère de commandes définies par l’utilisateur.
– babel : permet d’adapter un document aux règles propres à un certain nombre de langues (cf. § 7.4).
– boxproof : permet d’encadrer des preuves.
– caption2 : permet de personnaliser ses légendes de figures et autres environnements flottants.
– calc : permet l’écriture de certaines expressions arithmétiques dans des commandes comme \setlength,
etc.
– changebar : ce package permet de placer des barres de modification en marge de certains passages d’un
document.
– comment : permet de mettre « en commentaires » certaines parties du texte. Documenté dans le code
même du package.
– doafter : définit la commande \doafter qui permet d’exécuter des commandes après un \aftergroup.
– draftcopy : permet d’imprimer le mot DRAFT ou un autre mot de ce genre en arrière-plan sur une, plusieurs
ou toutes les pages d’un document.
– DraTeX : fournit un langage de programmation de bas niveau pour créer des figures en (LA)TEX. AlDraTeX
définit un langage de plus haut niveau à partir de DraTeX.
– enumerate : ajoute un paramètre optionnel à l’environnement enumerate pour modifier le « style » du
compteur.
– fancybox : ce package fournit de nombreuses commandes pour faire des encadrements (en particulier de
texte verbatim), des ombrages, etc.
– fancyhdr : permet de paramétrer facilement les en-têtes d’un document. Remplace l’ancien package fancyheadings de LATEX2.09 en l’adaptant à LATEX.
– flafter : ce package permet de forcer un objet « flottant » (figure ou table) à ne jamais apparaître dans
le texte avant sa référence.
– float : permet de personnaliser la présentation des environnements flottants (encadrés, ou délimités par
des traits horizontaux).
– floatflt : pour englober des figures dans le texte (cf. § 5.3).
– fontenc : ce package permet de sélectionner un ou plusieurs codages pour les polices d’un document,
chaque option correspondant à un codage et la dernière option représentant le codage actif après
\begin{document}. Par exemple, si l’on écrit \usepackage[T1]{fontenc}, le codage T1 est sélectionné pour les polices du document, c’est-à-dire que le codage T1 (Cork) devient le codage par défaut.
En l’absence d’autres directives, ceci sélectionne les polices EC. Ce package est quasi indispensable si
l’on écrit en français. Le codage peut être modifié localement au sein du document, avec la commande
\fontencoding, suivie de \selectfont, par exemple :
\fontencoding{T1}\selectfont
–
–
–
–
–
–
–
Si un codage autre que OT1 et T1 est utilisé, ne serait-ce que localement, dans un document, il doit être
déclaré comme option de fontenc.
french : typographie française (cf. chapitre 7).
geometry : personnalisation de la mise en page.
german : pour écrire en allemand (cf. § 7.4.3).
html : permet d’insérer dans le source LATEX des commandes traitées de manière spéciale par le convertisseur latex2html (cf. § 10.15).
ifthen : implantation de structures de contrôle comme \ifthenelse ou \whiledo.
indxcite : pour indexer automatiquement les noms des auteurs à chaque fois qu’ils apparaissent dans une
référence bibliographique.
inputenc : ce package permet de spécifier le codage des caractères en entrée. Si l’on souhaite utiliser
le codage ISO Latin-1, on indiquera \usepackage[latin1]{inputenc}. Les autres options disponibles
sont ansinew, applemac, ascii, cp1250, cp1252, cp437, cp437de, cp850, cp852, cp865, decmulti,
latin2, latin3, latin5, next ainsi que les options de codage cyrillique (cf. § 3.4.2.10).
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
1.2. PACKAGES GÉNÉRAUX
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
5
Le package inputenc permet de changer localement de codage avec la commande \inputencoding,
mais seulement entre deux alinéas. Cette restriction est supprimée avec le inputenc2 qui est une petite
modification locale.
latexsym : définition de quelques caractères de la fonte lasy (LATEX Symbols), comme \Box (2), \Diamond
(3) ou \rhd ().
lgrind : associé à l’outil de formatage de code source lgrind (cf. § 10.16).
longtable, supertabular : ces deux packages permettent de créer des tableaux s’étendant sur plusieurs
pages.
mapleenv et maplems : packages permettant d’inclure des données exportées par Maple ; voir les sources
de ces fichiers pour les détails.
mathenv : fournit une collection d’environnement mathématiques pour aligner des entités en colonnes ;
en particulier, redéfinition des environnements eqnarray et eqnalign de AMS-LATEX.
mdwlist (fait partie de la série « mdwtools ») : personnalisation de listes.
mdwmath (fait partie de la série « mdwtools ») : quelques (re)définitions pour les expressions mathématiques, principalement une amélioration de la commande \sqrt.
mdwtab (fait partie de la série « mdwtools ») : redéfinition (avec améliorations) des environnements
tabular et array.
minitoc : mini-tables des matières par chapitres, par parties, etc.
multicol : permet d’écrire du texte sur plusieurs colonnes, et en particulier de changer de nombre de
colonnes au milieu d’une page.
pictex : support pour PICTEX.
portland : définit les environnements portrait et landscape.
poster : pour faire des posters et des banners.
prooftree : permet d’écrire des preuves arborescentes (par exemple en logique).
ProTeX : système de programmation documentée, avec sa bibliothèque associée AlProTeX.
QED : permet de placer un petit carré à la fin d’une preuve (documentation dans le source).
qsymbols : fournit des abréviations mnémoniques pour un ensemble de symboles et de flèches des packages
amssymb (cf. § 3.4.2.7) et stmaryrd (cf. § 3.4.2.12). De manière optionnelle, les flèches peuvent être
construites avec XY-pic.
relsize : permet de définir des tailles de police relatives à la taille courante. Les commandes définies sont :
– \relsize : \relsize{n} change la taille de n pas ;
– \smaller : équivaut à \relsize{-1} ;
– \larger : équivaut à \relsize{1} ;
– \textsmaller et \textlarger sont des versions de ces commandes qui prennent un argument ;
– \mathsmaller et \mathlarger sont les variantes des précédentes à utiliser en mode mathématique.
rotating : fournit en particulier l’environnement rotate permettant de tourner un objet d’un angle
donné, ainsi que des environnements de rotation de tables et de figures.
semantic : fournit des commandes pour décrire la sémantique des langages de programmation.
setspace : permet de varier l’interligne et en particulier d’écrire un document en « double interligne »;
ce package améliore le package doublespace.
sverb : ensemble de macros fournissant une alternative au package verbatim.
syntax : fournit des commandes pour décrire des règles syntaxiques (grammaires BNF, diagrammes
syntaxiques. . . ).
syntonly : pour utiliser cette option, il faut mettre \syntaxonly dans le préambule. LATEX ne teste que la
syntaxe, imprimant tout « warning » ou message d’erreur pouvant se produire. Il n’y a pas de formatage
ni de sortie .dvi. L’exécution est évidemment plus rapide.
tracefnt : rend compte du chargement des fontes et de leur changement. Ce package admet plusieurs
options :
– infoshow donne de nombreuses informations sur le chargement des polices.
Font Info: Font shape ‘U/lasy/b/n’ in size <7> not available.
Font
Font shape ‘U/lasy/m/n’ tried instead on input line 47.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
6
CHAPITRE 1. LATEX, SES CLASSES ET SES PACKAGES
– errorshow : seules les erreurs sont affichées. En l’absence d’erreurs, cette option peut être utilisée
pour supprimer les divers messages d’information.
– warningshow : les « warnings » sont transformés en condition d’erreur ; par exemple, un \include
sur un fichier inexistant et non demandé par \includeonly donne :
! No such counter.
\@latexerr ...rcontextlines \m@ne \errmessage {#1}
\endgroup
l.539 \include{essai}
– loading permet de suivre le chargement des polices. Il en résulte des messages comme :
Font Info: Loading external cmr7 at7.0pt as OT1/cmr/m/n/7
Font
on input line 515.
– debugshow inclut l’option infoshow et donne des informations plus complètes sur les changements
de police. Par exemple :
Font Note: Switching to \T1/cmr/m/sc/10 on input line 43.
Font Note: Changing size to 10/12.0pt on input line 43.
– typehtml : permet de placer des fragments de source Html dans un document LATEX.
– vmargin : ce package fournit des commandes pour redéfinir aisément les marges d’un document.
– wrapfig, picinpar, floatfig : ces packages permettent d’« encastrer » une figure dans un paragraphe, sous
certaines conditions (cf. § 5.3).
– xspace : définit une commande \xspace supprimant l’absorption des espaces après une commande.
D’autre part, tous les packages de police PostScript sont utilisables avec LATEX (cf. § 3.3.6).
1.3
AMS-LATEX
AMS-LATEX est un ensemble de packages conférant à LATEX les caractéristiques d’AMS-TEX. Il y a plusieurs
classes principales de documents et leurs options :
– la classe « Article AMS » amsart.
– la classe « Livre AMS » amsbook.
– la classe « Actes de conférence AMS » amsproc.
Ces trois classes admettent un certain nombre d’options décrites dans la documentation. On dispose en
particulier des options 8pt, 9pt, 11pt, et 12pt, la taille par défaut étant de 10pt.
Le package amsmath 5 adapte la majeure partie des commandes mathématiques d’AMS-TEX afin de les
rendre disponibles dans LATEX. Cette « option » diffère néanmoins un peu d’AMS-TEX 2.1 (cf. par exemple
amsldoc.dvi 6, appendice C). Ce package est automatiquement chargé par les classes de document amsart,
amsbook et amsproc. Mais avec la classe article, on écrira
\documentclass{article}
\usepackage{amsmath}
Le package amsmath admet en outre des options complémentaires 7 :
– centertags : cette option centre verticalement le numéro d’une équation dans l’environnement split ;
– fleqn : cette option place les équations à une distance constante de la marge et ne les centre donc pas.
5. Une ancienne version — figée — de ce package existe sous le nom de amstex. Elle ne doit plus être utilisée et ne reste
disponible que pour des raisons de compatibilité.
6. Source sur CTAN dans macros/latex/packages/amslatex ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
7. Les options marquées ‘∗ ’ sont les options par défaut.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
1.3. AMS-LATEX
7
– intlimits : cette option déplace les limites des intégrales depuis la droite vers « au-dessus et au-dessous »;
elle a l’effet inverse de l’option nointlimits ;
– leqno, reqno : ces options permettent de placer les numéros des équations à leur gauche ou à leur droite ;
– namelimits∗ : cette option définit une bascule de telle sorte que les indices inférieurs et supérieurs des
noms d’opérateurs seront du côté droit plutôt qu’au-dessus et au-dessous, dans une équation en mode
display ; elle a l’effet inverse de nonamelimits ;
– noamsfonts : cette option permet de ne pas déclarer les polices AMS ;
– nointlimits∗ : cette option a l’effet inverse de l’option intlimits ;
– nonamelimits : cette option a l’effet inverse de l’option namelimits ;
– nosumlimits : cette option déplace vers le côté la position des limites des sommes et autres opérateurs
cumulatifs ; elle a l’effet inverse de sumlimits ;
– psamsfonts : cette option sélectionne des versions PostScript des polices AMS ;
– sumlimits∗ : cette option a l’effet inverse de l’option nosumlimits ;
– tbtags : cette option s’applique aux environnements split ; elle déplace le numéro de l’équation verticalement (top-bottom tags) par rapport à sa position par défaut.
Le package amsmath charge 8 aussi les packages amstext, amsopn et amsbsy.
On trouve aussi des packages plus spécialisés, pouvant tous être utilisés indépendamment du package
amsmath :
– amsbsy : ce package définit d’une part la commande \boldsymbol qui produit des symboles mathématiques gras lorsque les fontes adéquates existent, d’autre part une commande \pmb (‘poor man’s bold ’)
pouvant être employée lorsqu’une fonte grasse mathématique n’existe pas. Ce package est automatiquement chargé par le package amsmath.
– amscd : ce package adapte à LATEX les commandes d’AMS-TEX pour les diagrammes commutatifs.
– amsfonts : ce package fournit la commande \newsymbol pour définir des symboles mathématiques à
partir des deux fontes mathématiques de la collection AMSfonts. On trouvera plus d’informations dans
le manuel d’AMSfonts (userdoc.tex 9) ; ce package définit aussi la commande \mathbb pour produire
l’alphabet majuscule blackboard bold .
– amsintx : ce package fournira quelques variantes pour l’impression des sommes et des intégrales, mais
n’est pas encore disponible au moment où nous écrivons ces lignes.
– amsopn : ce package fournit les noms des opérateurs usuels comme \log, \max, etc. ; ce package est
automatiquement chargé par le package amsmath.
– amssymb : ce package définit des noms pour tous les symboles des fontes msam et msbm du paquetage
AMSfonts.
– amstext : ce package définit la commande \text qui facilite l’incorporation de fragments de texte dans
une équation ou des indices. Les tailles sont automatiquement agrandies ou diminuées dans les indices.
Ce package est automatiquement chargé par le package amsmath.
– amsthm : ce package est inspiré du package theorem et permet d’étendre les possibilités de l’environnement theorem.
– amsxtra : ce package définit quelques commandes utilisateurs très rarement utilisées.
– upref : ce package a pour effet de mettre les références dans une police romaine, même si le contexte est
italique.
On consultera le guide d’AMS-LATEX (AMS-LATEX User’s Guide, version 1.2, fichier amsldoc.dvi 10) et
les deux fichiers d’exemple testart.dvi et testbook.dvi dans le même répertoire. Ce document donne en
particulier des indications pour la compilation d’anciens fichiers AMS-LATEX. Pour AMS-TEX, on se reportera
à The Joy of TEX [Spivak, 1990]. On pourra aussi se reporter au livre Math into LaTeX : A short course, de
George Grätzer [Grätzer, 1996], dont un extrait sous forme de cours est disponible — au format PDF — sur
le (LA)TEX navigator.
8. L’ancien package amstex chargeait aussi le package amsfonts.
9. Source sur CTAN dans fonts/amsfonts/doc ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
10. Source sur CTAN dans macros/latex/packages/amslatex ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
8
CHAPITRE 1. LATEX, SES CLASSES ET SES PACKAGES
1.4
Nouveautés 1997 et 1998
À l’intention des « anciens », qui n’en sont pas à leur premier guide local, nous avons regroupé ici les
principaux nouveaux packages installés depuis la parution du guide précédent. Sauf exceptions signalées, les
documentations sont sur le (LA)TEX navigator.
– algorithm, algorithmic : ces packages fournissent des commandes et des environnements pour décrire des
algorithmes ;
– bm : ce package fournit la commande \bm pour écrire une expression mathématique en gras, en tenant
compte de divers pièges classiques et en préservant correctement l’espacement ;
– capt-of : ce package permet de mettre des légendes à des objets qui ne sont pas flottants, par exemple
des figures hors d’un environnement « figure »;
– cmtt (fait partie de la série « mdwtools ») : ce package définit un codage spécial pour la police cmtt, ce
qui permet d’utiliser ses caractères sans avoir à employer l’environnement verbatim ;
– easyeqn : ce package introduit des environnements d’équations qui simplifient leur écriture ;
– easymat et easybmat : ces packages permettent d’écrire des matrices blocs ;
– easyvector : ce package propose une syntaxe similaire à celle du langage C pour écrire des vecteurs et
des matrices ;
– easytable : ce package permet d’avoir des tables ayant des colonnes (resp. lignes) de même largeur (resp.
hauteur) ;
– endnotes : permet de placer des notes à la fin des chapitres, à la fin du document, etc. La documentation
de ce package est incluse dans le source ;
– fancyvrb : ce package (décrit dans un article du congrès EuroTEX 1998 [Girou et Rahtz, 1998]) fournit
de nombreuses possibilités pour la typographie verbatim ; le package fvrb-ex l’utilise pour construire
des environnements « exemples »;
– footmisc : ce package permet de particulariser la présentation des notes de bas de page ;
– footnote (fait partie de la série « mdwtools ») : extension de la commande \footnote ;
– hvdashln : ce package permet d’avoir des lignes de séparation horizontales ou verticales hachurées dans
un tableau ;
– hyperref : ce package s’utilise en association avec PDFLATEX (cf. § 2.4), LATEX + dvips + Acrobat
Distiller, ou encore ps2pdf pour produire des fichiers PDF hypertextes. En général, il suffit d’indiquer
\usepackage[pdftex]{hyperref} avec PDFLATEX, \usepackage[dvips]{hyperref} avec dvips ou
\usepackage[ps2pdf]{hyperref} avec ps2pdf. Ce package possède diverses options et certains liens
(comme par exemple ceux de l’index) peuvent être désactivés. Les couleurs des liens peuvent être
changées, etc. Il est possible de créer des forms, etc. Voici sans plus de commentaires un exemple
utilisant deux couleurs, Blue et Red, elles-mêmes définies à l’aide du package color :
\usepackage{color}
\usepackage[colorlinks,plainpages=false,%
linkcolor=Blue,citecolor=Blue,urlcolor=Red,%
pdfstartview=Fit]{hyperref}
...
\definecolor{Blue}{rgb}{0,0,0.8}
\definecolor{Red}{rgb}{0.7,0,0}
–
–
–
–
–
lettrine : ce package permet d’imprimer des lettrines ;
lineno, numline : ces packages permettent de numéroter des lignes dans un document ;
listings : ce package permet de présenter des programmes avec les mots-clés en gras, etc.
maple209, maple2e : ces packages permettent de formater des sorties Maple ;
multirow : ce package permet de définir des entrées de tables s’étendant sur plusieurs lignes ; la documentation se trouve dans le fichier ;
– program : ce package fournit des commandes pour présenter des programmes ou des algorithmes ;
– res, resume, ibm-res : présentation de Curriculi Vitæ ;
– revnum : ce package fournit un environnement de type « reverse-enumerate », où tous les \item sont
numérotés de manière descendante ;
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
1.5. LES FICHIERS LATEX2.09 ET LE MODE DE COMPATIBILITÉ DE LATEX
9
– sectsty : ce package permet de changer le style des sections dans les classes article, book ou report ;
– slashbox : ce package fournit une commande permettant de barrer une entrée dans un tableau ;
– Tabbing : ce package propose une variante de l’environnement « tabbing » qui autorise les lettres accentuées ;
– textpos : ce package facilite le placement de boîtes à des positions absolues sur la page ;
– titlefoot : ce package permet d’ajouter des informations comme des mots-clés, un titre courant, etc. en
note d’un titre ;
– topcapt : ce package permet de placer correctement une légende au-dessus d’une figure.
1.5
Les fichiers LATEX2.09 et le mode de compatibilité de LATEX
Le mode de compatibilité est le mode particulier dans lequel se trouve LATEX au moment où on l’applique à
un ancien fichier LATEX 2.09, la version de LATEX antérieure figée en 1992. Normalement, ces fichiers compilent
sous LATEX. Voici les principales (et rares) exceptions et les conversions nécessaires.
1.5.1
Incompatibilité dans la sélection des polices
Ceci peut se produire si l’ancien fichier (en-tête \documentstyle) accède à des commandes internes de
gestion des polices. Dans ce cas, les macros correspondantes ou les styles utilisés doivent être modifiés ou mis
à jour.
Un cas particulier est celui de l’accès à des commandes comme \sevit, \tenbf, \elvtt, \twfvrm, etc.
C’est par exemple le cas avec les macros de PICTEX. Dans ce cas, il suffit d’ajouter le style mineur rawfonts.
Si l’on choisit de convertir le fichier (c’est-à-dire en commençant par \documentclass), et que ce type d’erreur
persiste, on chargera le package rawfonts, éventuellement en ne demandant de charger que certaines définitions,
comme dans l’exemple suivant où seul \fivrm est défini :
\usepackage[only,fivrm]{rawfonts}
1.5.2
Incompatibilité avec de vieux styles
Certaines erreurs sont dues à l’emploi de styles obsolètes. On essaiera alors de trouver des versions plus
récentes de ces styles.
1.5.3
Incompatibilité liée à l’utilisation de TEX sur des fichiers MlTEX
En utilisant un format LATEX construit sur TEX, il est nécessaire 11 de modifier les polices utilisées dans
les vieux documents 12 écrits en français. Ceci se fait dans la plupart des cas en demandant le chargement des
packages fontenc avec l’option T1 et de inputenc avec l’option latin1.
Il se peut cependant que des polices soient déclarées explicitement, avec \newfont ou \font. Si c’est
le cas, et que ces polices sont utilisées pour des caractères accentués, il faut – si l’on souhaite avoir des
divisions de mots optimales – remplacer ces polices par d’autres. Les substitutions à effectuer sont données
au paragraphe 3.4.2.2. Une solution préférable consiste à utiliser des commandes de plus haut niveau. Dans
ce cas, des commandes comme
\newfont{\one}{cmbxti10}
\newfont{\two}{cmssi10 scaled 1440}
pourront être remplacées par
\DeclareFixedFont{\one}{\encodingdefault}{cmr}{bx}{it}{10}
\DeclareFixedFont{\two}{\encodingdefault}{cmss}{m}{it}{14.4}
On se renseignera, par exemple dans les news locales, pour savoir quels sont les paramètres à donner à
\DeclareFixedFont dans d’autres cas.
11. stricto sensu, ce n’est nécessaire que pour les documents tirant profit de MlTEX, donc ceux qui utilisent des caractères
accentués.
12. c’est-à-dire, commençant avec \documentstyle.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
10
CHAPITRE 1. LATEX, SES CLASSES ET SES PACKAGES
1.5.4
Incompatibilité avec les anciennes erreurs
LATEX s’efforce d’être compatible avec LATEX 2.09, mais cette compatibilité évite de s’appliquer aux erreurs.
En effet, LATEX 2.09 acceptait un certain nombre de constructions que le manuel prohibait. La commande
\verb était parfois tolérée dans une note de bas de page, alors que le manuel dit explicitement de ne pas utiliser
\verb en argument d’une autre commande [Lamport, 1985, p. 66]. Un autre exemple est le chargement de
styles mineurs avant la commande \documentstyle. Ce genre de construction n’est plus accepté avec LATEX.
Il ne s’agit pas d’une incompatibilité, mais de la correction d’anomalies.
1.5.5
Comment convertir un fichier LATEX 2.09 en LATEX
Si l’on souhaite tirer profit des caractéristiques et fonctionnalités de LATEX, il peut être intéressant de
convertir certains fichiers LATEX 2.09 en LATEX. Cette opération dépend de la complexité du document. Nous
supposerons que le document ne fait appel qu’à des fonctionnalités usuelles de LATEX 2.09. Dans ce cas, il
faut procéder de la manière suivante :
1. Si le style majeur utilisé est un style standard (article, book, letter, proc, report, slides,. . . ), il
faut remplacer \documentstyle[...]{hstylei} par \documentclass[...]{hstylei}.
2. Les styles mineurs utilisés doivent tous être sortis du \documentclass sauf ceux qui sont des options
du style majeur. On trouvera au § 1.1 les options autorisées par les classes standard. Les autres styles
mineurs doivent être chargés par la commande \usepackage, après le \documentclass.
Par exemple :
\documentstyle[12pt,array,french]{report}
devient
\documentclass[12pt]{report}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[latin1]{inputenc}
\usepackage{array}
\usepackage{french}
On peut aussi écrire :
\documentclass[12pt]{report}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[latin1]{inputenc}
\usepackage{array,french}
Les packages fontenc et inputenc sont introduits en raison de l’emploi de french. Le reste du document
peut normalement rester inchangé.
3. Si le style majeur n’est pas un style standard, on peut essayer de rechercher une version plus récente
sur le réseau et dans la négative, se résoudre à modifier le style pour en faire une classe.
Il est conseillé à chacun de convertir les anciens fichiers LATEX 2.09 qui sont susceptibles d’être modifiés
par la suite et en particulier les documents en français, pour lesquels le mode de compatibilité de LATEX est
plus aléatoire.
1.6
LATEX3
LATEX3 est un projet qui vise à réécrire entièrement LATEX, afin de rendre son évolution plus simple
et plus modulaire. On lira avec profit The LATEX3 Project de Frank Mittelbach et Chris Rowley (fichier
l3d001.dvi 13). On trouvera aussi au même endroit, de nombreux documents émanant des groupes de travail
consacrés à LATEX3. Quelques documents sont aussi disponibles sur le (LA)TEX navigator. Enfin, une première
version de fichiers expérimentaux autour de la réécriture de LATEX ont été proposés en 1998 14.
13. Source sur CTAN dans info/ltx3pub ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
14. CTAN : macros/latex/packages/expl3.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
1.7. DOCUMENTATION
1.7
11
Documentation
Les principales caractéristiques de LATEX introduites après 1993 sont décrites sommairement dans usrguide.dvi, clsguide.dvi et fntguide.dvi, cfgguide.dvi, tous dans macros/latex/base sur CTAN et
sur le (LA)TEX navigator. Ces fichiers sont mis à jour tous les six mois.
Les classes et packages de LATEX sont documentés dans la distribution et on trouvera de nombreux pointeurs sur le (LA)TEX navigator 15 .
LATEX est décrit dans la seconde édition de LATEX : A Document Preparation System [Lamport, 1994] et
dans The LATEX Companion [Goossens et al., 1994].
15. http://www.loria.fr/tex.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
12
CHAPITRE 1. LATEX, SES CLASSES ET SES PACKAGES
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
13
Chapitre 2
Extensions de TEX : MlTEX, TEX--XET,
ε-TEX, Ω, etc.
TEX est un programme écrit en WEB 16 , une extension de Pascal. TEX a été modifié et étendu de
plusieurs manières, à chaque fois pour résoudre un problème particulier. Nous décrivons ici les principales
extensions.
2.1
MlTEX
Lorsque TEX a été conçu, l’anglais était sa langue privilégiée et les polices étaient adaptées pour cette
langue. Même s’il était possible d’écrire du texte dans une autre langue, les polices disponibles n’étaient pas
dédiées à cette tâche. La principale limitation était l’incapacité de TEX à couper un mot comportant un
ou plusieurs caractères accentués. Cette limitation n’en était pas réellement une car il « suffisait » de créer
des polices spéciales. Malheureusement, avant 1991, ces polices n’existaient pas et une autre solution a été
proposée : la variante MlTEX (Multi-Lingual TEX) de Michael Ferguson. MlTEX diffère de TEX par le fait
qu’il est possible de couper des mots accentués, écrits avec les polices classiques (CM) de TEX.
Depuis l’avènement des polices EC, MlTEX a perdu une grande partie de sa raison d’être. Nous avons
profité de l’installation de LATEX 2ε en 1995 pour faire tourner ce format exclusivement sous le moteur TEX
et non MlTEX.
Les extensions de MlTEX sont intégrées optionnellement dans TEX.
2.2
TEX--XET
TEX--XET (de Peter Breitenlohner) est une évolution de TEX-XET (proposé par Knuth et McKay en 1987)
destinée à traiter le cas de textes comportant des sections écrites de gauche à droite (comme le français,
l’anglais, ...) et/ou des sections écrites de droite à gauche (comme l’arabe ou l’hébreu). TEX--XET permet en
particulier de traiter le cas d’insertions d’une langue dans une autre dont la direction d’écriture est différente
et d’avoir par conséquent un comportement correct en cas de coupure au milieu d’une insertion. Les extensions
de TEX--XET sont intégrées optionnellement dans ε-TEX qui est installé au LORIA. On notera que si l’on ne
fait pas appel à une telle extension, l’écriture de texte arabe peut se faire avec le package arabtex (cf.§ 3.4.2.11),
mais c’est nettement plus lent.
2.3
ε-TEX
ε-TEX 17 est une extension de TEX qui lui ajoute plusieurs dizaines de primitives. ε-TEX intègre MlTEX ainsi
que TEX--XET. La plupart des primitives de ε-TEX sont de bas niveau, et nous en donnons dans la figure 2.1 un
exemple d’utilisation élémentaire, à compiler avec etex. Cet exemple illustre les commandes \eTeXversion et
16. Le système WEB de Knuth est un système de programmation documentée (cf. § 10.9), à ne pas confondre avec le web
Internet.
17. Le manuel de la version 2 (1998) et divers autres documents sont disponibles sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
14
CHAPITRE 2. EXTENSIONS DE TEX : MLTEX, TEX--XET, ε-TEX, Ω, ETC.
\eTeXrevision (qui donnent la version d’ε-TEX), \currentgrouplevel (qui donne le niveau d’emboîtement
au sein d’accolades ou d’environnements), \TeXXeTstate (qui indique si les extensions de TEX--XET sont
activées), \beginR et \endR (qui permettent d’écrire de la droite vers la gauche) et \interactionmode (qui
donne le niveau d’interaction entre ε-TEX et un utilisateur). La commande etex correspond au format plain
TEX alors que la commande elatex correspond au format LATEX. einitex et evirtex correspondent à iniTEX
et VirTEX. Des informations plus complètes sont disponibles sur le (LA)TEX navigator. ε-TEX est la première
concrétisation du projet NTS (cf. § 2.6) et il devrait y avoir une nouvelle version chaque année.
Quelques exemples d’$\varepsilon$-\TeX
\newlinechar=‘^^J
% version:
\message{***\eTeXversion=\the\eTeXversion***^^J}
\message{***\noexpand\eTeXrevision=\eTeXrevision***^^J}
% acces au niveau de groupe
\message{***\currentgrouplevel=\the\currentgrouplevel***^^J}
{
\message{***\currentgrouplevel=\the\currentgrouplevel***^^J}
{
\message{***\currentgrouplevel=\the\currentgrouplevel***^^J}
}
}
\message{***\TeXXeTstate=\the\TeXXeTstate***^^J}
\TeXXeTstate=1 % on autorise les extensions de TeX--XeT
ABC\beginR def\endR GHI
\TeXXeTstate=0
% \beginR ... \endR permet d’ecrire
% de la droite vers la gauche
% on inhibe les extensions de TeX--XeT
% le mode d’interaction est accessible:
\message{***\interactionmode=\the\interactionmode***}
\nonstopmode
\message{***\interactionmode=\the\interactionmode***}
\interactionmode=3
\message{***\interactionmode=\the\interactionmode***}
\bye
Fig. 2.1 – Exemple de fichier ε-TEX.
2.4
PDFTEX
PDFTEX 18 est une extension de TEX permettant de produire un fichier PDF directement à partir d’un
fichier TEX. Le fichier PDF peut être lu avec Adobe AcrobatReader (commande acroread) et éventuellement
modifié avec Acrobat Exchange (commande acroexch 19). Les commandes disponibles sont pdftex pour le
format plain TEX et pdflatex pour le format LATEX. En outre, pdfinitex et pdfvirtex correspondent à
iniTEX et VirTEX.
Si le fichier TEX commence par \pdfoutput=1, la compilation produit un fichier .pdf et non un fichier
.dvi. PDFTEX reste à un stade très expérimental et est encore en pleine évolution. Les principales caractéristiques actuelles sont les suivantes :
– Il est préférable d’utiliser des polices PostScript Type 1 et en particulier les versions Type 1 des polices
Computer Modern, si on utilise ces dernières. PDFTEX essaie d’utiliser les polices Type 1 lorsqu’elles
sont disponibles. Nous indiquons au § 3.5 les polices METAFONT pour lesquelles existent des versions
Type 1.
18. Un manuel est disponible sur le (LA)TEX navigator.
19. Notons toutefois que les possibilités dédition dans l’environnement UNIX sont extrêmement limitées.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
2.4. PDFTEX
15
Les polices bitmaps (produites pas METAFONT) sont utilisables, mais la qualité d’affichage est déplorable
sous AcrobatReader.
Sachant qu’il n’y a pas (encore) d’équivalent PostScript des polices EC, il est suggéré d’utiliser les
polices AE (cf. § 3.4.2.3) qui sont des approximations des polices EC utilisant les polices CM.
Les polices True Type sont en principe utilisables, mais il faut créer des métriques en utilisant ttf2afm.
– Les figures PostScript ne sont pas utilisables et les formats de figures reconnus sont les formats PNG
(Portable Network Graphics), JPEG et PDF. Une prochaine version de PDFTEX pourra inclure des
images au format TIFF. Pour inclure une figure, il faut donc la convertir dans l’un des trois formats
reconnus. Le format que l’on choisira dépendra de la nature du format initial. Par exemple, un fichier
PostScript vectoriel aura intérêt à être converti en PDF (qui est aussi vectoriel) plutôt qu’en PNG
(qui est un format bitmap). Les fichiers PostScript peuvent être convertis au format PNG à l’aide de
programmes auxiliaires, comme par exemple ghostscript ; il faut prendre garde à produire un fichier
PNG non entrelacé ; un exemple de conversion utilisant ghostscript est :
gs -sDEVICE=pnggray -r72 -q -dNOPAUSE -sOutputFile=fic.png -- fic.ps
Pour transformer un fichier EPS en PDF, on pourra utiliser le script epstopdf.
– Lorsque PDFTEX est utilisé avec le package graphics (ou graphicx), une image peut être incluse plusieurs
fois dans un document, sans pour autant qu’elle soit recopiée autant de fois dans le fichier PDF résultant.
Cela est particulièrement intéressant dans le cas de logos volumineux qui apparaissent sur chaque page
d’un document.
– Il est souhaitable d’éviter d’indiquer les extensions des fichiers graphiques pour avoir des fichiers pouvant
être utilisés dans des contextes variés. En écrivant \includegraphics{image}, une compilation avec
latex causera la recherche d’un fichier PostScript tel que image.ps, alors qu’une compilation avec
PDFLATEX pourra faire chercher le fichier image.pdf. Si l’on souhaite que les fichiers .pdf soient
recherchés, on peut ajouter la ligne :
\DeclareGraphicsExtensions{.pdf}
et plus généralement indiquer toutes les extensions susceptibles d’être chargées (à l’exception de celles
génériques des fichiers METAPOST).
– Les figures réalisées avec METAPOST peuvent être insérées sans difficultés (voir figure 2.2).
\pdfoutput=1 % pour produire du PDF
\documentclass{article}
\usepackage[pdftex]{graphicx} % pour que les graphiques soient bien traites
%
\usepackage[dvips]{graphicx} % avec dvips
\begin{document}
% pour que METAPOST (mps) soit le format par defaut
\DeclareGraphicsRule{*}{mps}{*}{}
% pour pouvoir charger des fichier PDF sans indiquer leur extension
\DeclareGraphicsExtensions{.pdf}
\section{Introduction}
In this work, we are interested in the means to obtain correct parallel
programs.
...
\begin{center}
\includegraphics{figure.1}% fichier METAPOST
\includegraphics{image}% fichier PDF
\end{center}
\end{document}
Fig. 2.2 – Exemple de fichier PDFLATEX
Enfin, il est possible de créer directement dans le fichier PDF des liens correspondant aux commandes
\label, \ref, aux notes de bas de page, aux entrées de la table des matières, etc. Il suffit pour cela de
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
16
CHAPITRE 2. EXTENSIONS DE TEX : MLTEX, TEX--XET, ε-TEX, Ω, ETC.
charger le package hyperref (cf. hyperref.dvi 20) avec l’option pdftex. Cette option rend implicite la déclaration \pdfoutput=1. Pour éviter d’ajouter l’option pdftex à plusieurs packages, on pourra ajouter l’option
globalement à la classe.
On notera qu’il est aussi possible de produire un fichier PDF à partir d’un fichier PostScript en utilisant
Acrobat Distiller (cf. § 10.13.2). Ces deux manières de produire un fichier PDF sont en pratique à-peu-près
équivalentes, mais en théorie, le fait de pouvoir produire un fichier PDF directement à partir d’un fichier
TEX ou LATEX doit permettre un marquage plus fin (pouvant par exemple suivre des coupures de lignes),
davantage en phase avec les algorithmes de TEX.
2.5
Ω
Le système Ω 21 (commande omega) est une extension de TEX adaptée au codage Unicode et donc au
traitement de langues ayant des alphabets très vastes comme les langues asiatiques. Ω inclut TEX--XET. Le
format LATEX pour Ω est appelé Λ (commande lambda). Outre les extensions 16 bits, Ω propose une approche
complètement différente aux problèmes de recodages. Ω gère des automates à états finis (appelés Omega
Translation Processes ou OTP) dont voici un exemple très simple (fichier in88595.otp) :
input: 1;
output: 2;
expressions:
@"00-@"A0
@"AD
@"F0
@"FD
@"A1-@"FF
.
=>
=>
=>
=>
=>
=>
\1;
\1;
@"2116;
@"A7;
#(\1+@"360);
@"FFFD;
Ce petit automate explicite le passage du codage ISO-8859-5 (Latin/Cyrillique) au codage Unicode. Les
caractères de codes 0016 à A016 ne sont pas modifiés. Les caractères A116 à FF16 sont incrémentés de 36016 ,
à l’exception des caractères AD16 (qui n’est pas modifié), F016 (qui se retrouve à la position Unicode 211616 )
et FD16 (qui se retrouve en A716 ). Tous les autres caractères sont renvoyés vers FFFD16 .
Ces automates sont utilisés implicitement par certains packages et l’utilisateur n’a normalement pas besoin
de les manipuler. Pour plus de détails sur ces automates, nous renvoyons aux documents se trouvant sur le
(LA)TEX navigator.
Ω reste encore à un niveau très expérimental et certaines de ses caractéristiques ne sont donc pas stables.
Les utilitaires associés à Ω sont :
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
oxdvi : variante de xdvi pour les fichiers produits par Ω ;
odvips : variante de dvips pour les fichiers produits par Ω ;
odvicopy : variante de dvicopy qui permet de dévirtualiser les fichiers produits par Ω ;
odvitype : variante de dvitype pour les fichiers produits par Ω ;
ofm2opl : variante de tftopl ;
opl2ofm : variante de pltotf ;
otangle : variante de tangle ;
otp2ocp : compilation d’un fichier .otp en .ocp ;
outocp : traduction lisible de l’automate correspondant à un fichier .ocp ;
ovf2ovp : variante de vftovp ;
ovp2ovf : variante de vptovf.
Les formats d’Ω peuvent être créés avec iniomega et ces mêmes formats sont lus par viromega.
Un exemple de fichier source arabe pour le format Λ est donné en figure 2.3. Le résultat apparaît figure 2.4.
Le traitement d’un texte arabe est plus rapide que celui obtenu avec le package arabtex (cf. § 3.4.2.11).
20. Source sur CTAN dans macros/latex/contrib/supported/hyperref ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX
navigator.
21. Une description du système et différentes applications sont disponibles sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
2.6. LE FUTUR : NTS, UNIFICATION, ...
17
\documentclass[12pt]{article}
\usepackage{omega}
\begin{document}
\pagedirHR
\title{\begin{arab}’aTfAl AlghAb"t\end{arab}}
\author{}
\date{}
\maketitle
\thispagestyle{empty}
\begin{arab}
kAn l’aHd AlmlUk AlqdmA|| ’akht t‘ysh m‘h fI qSrh, b‘d ’an mAt-t
zUjt-h, wtrkt lh mn Al’awlAd thlAth"t: ’amyryn w’amyr"t. wqd AzdAd Hbb
Almlk
l’awlAd-h, b‘d wfA"t wAldt-hm Almlk"t,
w’aHbbhm HbbA kthyrA; ly‘wwDhm mA fqdUh mn ‘Tf ’ammhm wHbbhA lhm,
wtfkyr hA fyhm; fkAn ys’al ‘nhm kllmA HDr, wyfkkr fyhm kllmA
dkhl, wywSI bhm kllmA khrj, wyTlbhm kllmA jls ltnAwl
T‘Am Al’ifTAr ’aU AlghdA|| ’aU
AlshshAI ’aU Al‘shA||.
mHHm"t
nfs-hA
wsyl"t
’abyhm
’akhyhA l’awlAd-h, wSmm-mt fymA bynhA wbyn
’an t‘ml srrA kll
m-mkn"t l’ib‘Ad-hm ‘n
wAlttkhllS mnhm.
wfI yUm mn Al’ayyAm kAn Al’amyrAn yl‘bAn m‘ ’akht-hmA Al’amyr"t
fI HdA’yq AlqSr b‘d khrUj Almlk, fshUUqt-hm ‘mmt-hm wHbb-bt
’ilyhm Aldhdh-hAb m‘hA ’ilI AlghAb"t l-ll‘Ab fyhA, w-w‘dt-hm ’an tryhm
’ashyA|| jmyl"t w’al‘AbA ldhydh"t sArr"t tHt Al’ashjAr hnAk.
fSddq Al’amyrAn wAl’amyr"t mA qAlt-h ‘mmt-hm, wlm y‘rfUA
mA tkhfyh ‘nhm mn Alshshrr, wdhhbUA m‘hA l-ll‘b wAlrryAD"t fI ’alghAb"t,
wmshAhd"t Al’ashA|| Aljmyl"t fyhA, wr’uy"t Al’al‘Ab Alghryb"t tHt
’ashjArhA.
wqd sh‘r Al’aTfAl bsrUr kthyr ‘nd mAkhrjUA m‘ ‘mmt-hm lhdhh
AlrrHl"t. w’akhdhUA ymshUn m‘hA fI AlghAb"t HttI wSlUA ’ilI wsThA,
f’aHssUA bAltt‘b Alshshdyd, wThrt ‘lAmAt-h fI mshyt-hm, w‘lI
wjUh-hm b‘d hdhh AlrrHl"t AlTTUyl"t Almt‘b"t AlltI lm yjrrbUhA mn qbl.
UlmAA sh‘rt Al‘mm"t bshdd"t t‘bhm, qAlt lhm: nAmUA hnA tHt hdhh
Alshshjr"t HttI tHDr AlHUryyAt ltl‘b ’amAmkm ’al‘AbA lm trUhA,
wstjdUn fI mshAhdt-hA kll ldhdh"t wsrUr.
\end{arab}
\end{document}
Fig. 2.3 – Fichier source arabe pour le format Λ.
2.6
Le futur : NTS, unification, ...
Nous disposons concrètement actuellement de plusieurs extensions de TEX : ε-TEX dont le but est d’étendre
les primitives de TEX pour rendre certaines opérations plus simples, pour accroître la quantité de registres
disponibles, pour pallier des lacunes de TEX et pour écrire de manière bi-directionnelle ; PDFTEX dont le but
est de produire des fichiers PDF d’excellente qualité ; et Ω dont le but est de fournir les moyens de traiter
toutes les langues complexes.
Les extensions ε-TEX et PDFTEX sont orthogonales et un ε-PDFTEX devrait voir le jour très bientôt.
Les extensions ε-TEX et Ω se recoupent sur un certain nombre d’aspects concernant le passage à 16 bits. On
pourrait donc imaginer — et il est certainement souhaitable (du moins lorsque Ω sera plus stable) — qu’il y
ait un rapprochement entre ces deux axes.
Le projet NTS est encore embryonnaire et prévoit une réécriture complète de TEX. Il était initialement
prévu de récrire TEX en CLOS (lisp), mais on s’oriente actuellement vers une réécriture en java. ε-TEX est
un sous-produit du groupe NTS.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
18
CHAPITRE 2. EXTENSIONS DE TEX : MLTEX, TEX--XET, ε-TEX, Ω, ETC.
tpn°¿m ¾n´£c
x»v× ، Öw~א xvnË Îc ‹¬p ، ҏœ· ‘
“ Ö¬Ë ™Û¬v x‡c `nˋ¸¿m ºØÀßm ‹ƒÄ În»
ÍÔv‹¿m× sn³× ‹¬p ، ҊÈ×Ä ½Àßm r
K ƒ ŠmŠm ‹·× . sÛËc× ÑڏÛËc : tzÉz ŠÈ×Äm ÑË Ö¿
nÓ Û¼´v× ، ÍÔ¿ nÔqKƒ× ÍÔËKc µ¤« ÑË Ò׋¸³ nË ÍԟØK¬Û¿ ‫ ؛‬mÛ{» nqKƒ ÍÔqKƒc× ، t¼Àßm
، }‡ nÌÀK» ÍÔp ܛØÚ× ، Á‡Š nÌÀK» ÍÔÛ³ ¼K´Ú× ،  ƒ nÌÀK» ÍÔЫ ¾d”Ú În¼³ ‫ ؛‬ÍÔÛ³
. `n˜¬¿m ×c Ùn˜
K ¿m ×c `m‹°¿m ×c Žn¤³Æm Ên¬£ ¾×nÐw¿ •À~ nÌÀK» ÍÔqÀ¤Ú×
tмÌË tÀÛ“× ÁK» mK“ Á̬v Îc nԔ´Ï €
„ˆ p× nÔÐÛp nÌÛ³ xÌÌK›× ، ҊÈ×Ä nÔۇc t̄
K Ë
. ÍÔÐË ÀKˆwK¿m× ÍÔÛpc Ñ« Íӊn¬pÆ
‹¬p œ¸¿m ¹jm‹ƒ ‘
“ sÛËÄm nÌÔw‡c ­Ë Înq¬ÀÚ ÎmÛËÄm În» ÊnÚKÄm ÑË ÊØÚ ‘
“ ×
ÍÔv‹«×× ، nÔÛ³ on¬ÀK¿ tpn°¿m °g nÔ¬Ë onӍK¿m ÍÔÛ¿g xqqKƒ× ÍÔwÌK« ÍÔw·ØK˜³ ، ½Àßm }׏‡
. ºnÐÓ Žn€—Äm x„v sŽKn“ sÚ¿ npn¬¿c× tÀÛÌ~ `nۗc ÍÔڏv Îc
mØqÓŒ× ، K˜
K ¿m ÑË ÍÔЫ ÖÛ´ˆv nË mس¬Ú × ، ÍÔwÌK« Öw¿n· nË sÛËÄm× ÎmÛËÄm ¶‹Kœ³
tqڏ°¿m on¬¿Äm tÚeŽ× ، nÔÛ³ tÀÛÌ£
§ m `n—Äm s‹Ón˜Ë× ، tpn°¿c ‘
“ tŸnڏK¿m× r¬ÀK¿ nÔ¬Ë
. nӎn€—c x„v
ÎؘÌÚ m׍‡c× . tÀƒK¿m ҍԿ ÍÔwÌK« ­Ë mØ~‡nË ‹Ð« Û{» Ž×”p ¾n´£Äm ¬— ‹·×
ÖvnËÉ« uÔ£× ، ‹Ú‹˜
K ¿m r¬wK¿np mؔ
K ƒd³ ، nÔ¤“× °g mØÀ›× ÜwKƒ tpn°¿m ‘
“
nÔ¬Ë
. Áq· ÑË nÓØpK€Ú  Üw¿Km tq¬wßm tÀÚؤ
K ¿m tÀƒK¿m ÒÓ ‹¬p ÍÔÓØ~× ²«× ، ÍÔwÛ˜Ë ‘
“
 „v ÜwKƒ s€˜
K ¿m ÒÓ x„v nÐÓ mØËnÏ : ÍÔ¿ x¿n· ، ÍÔq¬v s‹K˜p tÌK¬¿m u¬— mnß×
. Ž×“× sK¿ ÁK» nÔv‹Ón˜Ë ‘
“ Î׋€w“× ، nÓ׏v  npn¬¿c ͼËnËc r¬Àw¿ unÚKŽØ£m
Fig. 2.4 – Fichier arabe Λ formaté.
2.7
Résumé
Les commandes correspondant aux formats disponibles sont indiquées ci-dessous. Les formats se trouvent
dans le répertoire /usr/local/tex/texmf/web2c et comportent l’extension .fmt.
amstex : plain AMS-TEX standard 22 , avec coupures anglaises ;
context : format « CONTEXT » (configuration anglaise) documenté sur le (LA)TEX navigator.
tex : plain TEX standard, avec coupures anglaises ;
latex : LATEX standard, avec coupures anglaises, françaises, allemandes et russes ;
etex : format plain standard pour ε-TEX, avec coupures anglaises ;
elatex : format LATEX standard pour ε-TEX, avec coupures anglaises, françaises, allemandes et russes ;
pdftex : format plain standard pour PDFTEX, avec coupures anglaises ;
pdflatex : format LATEX standard pour PDFTEX, avec coupures anglaises, françaises, allemandes et
russes ;
– omega : format plain standard pour Ω, avec coupures anglaises ;
– lambda : format LATEX standard pour Ω, avec coupures anglaises, françaises, allemandes et russes ;
–
–
–
–
–
–
–
–
D’autres formats peuvent être introduits s’il y a une demande. On peut aussi créer soi-même un format
(cf. § 10.14).
22. Par « standard », il est en particulier entendu que les extensions de MlTEX ne sont pas activées.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
19
Chapitre 3
Les polices
Ce chapitre décrit l’environnement TEX du LORIA en matière de polices, indique comment LATEX utilise
une police, quelles sont les polices installées, etc. Nous y donnons de nombreux exemples, ainsi que des
pointeurs pour approfondir chaque question 23 .
3.1
3.1.1
Généralités
Caractères utilisables dans TEX —
METAFONT
À l’origine, les caractères utilisables étaient ceux décrits par un programme METAFONT, le langage de
description de fontes associé à TEX. Voici, pour fixer les idées, un extrait de source METAFONT (tracé d’un
guillemet ouvrant ( ), tiré du fichier guill.mf) 24 :
A
beginchar("A", .7em#, .7ht#, 0);
pickup pencircle;
penpos1(.75,0);penpos2(4,0);penpos3(.75,0);
penpos4(.75,0);penpos5(4,0);penpos6(.75,0);
rt x1 = rt x3 = .5w;rt x4 = rt x6 = w;
top y1 = top y4 = h-u;bot y3 = bot y6 = u;
lft x2= 0; y2 = y5 = .5h; lft x5= .5w;
filldraw z1l--z2l--z3l--z3r--z2r--z1r--cycle;
filldraw z4l--z5l--z6l--z6r--z5r--z4r--cycle;
endchar;
METAFONT est un programme qui engendre des bitmaps pouvant être utilisés par TEX, les visionneuses,
les drivers d’imprimantes, etc. METAFONT, tout comme TEX, est un logiciel pouvant être utilisé soit interactivement, soit à partir d’un fichier. Depuis la version 3.0 de TEX, il est possible d’utiliser les fontes PostScript
de manière très souple grâce au mécanisme des fontes virtuelles 25 .
3.1.2
Quelles sont les informations nécessaires à TEX pour utiliser une fonte?
Dans la mesure où TEX ne gère que le positionnement des caractères, il lui faut uniquement les informations
de taille, les ligatures, le crénage (pair kerning) et les corrections italiques. Ces renseignements figurent dans
23. Dans ce document, nous nous efforçons d’employer les mots « police » et « fonte » dans le sens que leur attribue le
dictionnaire « le Petit Robert »(1993), à savoir :
– En typographie, une « fonte » est un « ensemble de caractères d’un même type (fondus ensemble) ».
– Une « police » est « dans un corps déterminé, [un] assortiment complet [de] caractères de même graisse et de même
famille ».
24. D’autres polices ont des guillemets différents, bien sûr.
25. Il est toutefois inutile de connaître le principe de ces dernières pour utiliser des fontes PostScript.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
20
CHAPITRE 3. LES POLICES
le fichier de métriques hnomi.tfm où hnomi est le nom de la fonte, par exemple, cmr10.tfm pour la fonte par
défaut de (LA)TEX. TEX ne manipule que des boîtes et ne sait pas où ira l’encre.
Rappelons les notions de hauteur, profondeur, largeur et ligne de base pour un caractère :
Point de référence−→•
Ligne de base
↑
|
|
hauteur
|
|
↓
↑
profondeur
↓
(pour plus de détails, cf. The TEXbook [Knuth, 1984, p. 63])
←−− largeur −−→
– Les fichiers .tfm (TEX Font Metrics) standard se trouvent dans des sous-répertoires de /usr/local/tex/texmf/fonts/tfm (cf. chapitre 10).
– On peut en placer ailleurs, mais il faut dans ce cas positionner la variable TFMFONTS (cf. § 3.6.2).
– L’une des erreurs pouvant se produire est que TEX ne trouve pas un fichier .tfm. Le message d’erreur
est similaire à :
! Font \titi=gogo not loadable: Metric (TFM) file not found.
Il y a essentiellement deux causes possibles :
– la variable TFMFONTS est mal positionnée (cf. § 3.6.2),
– le fichier .tfm n’existe pas : il faut alors l’engendrer à partir du source .mf, comme indiqué au § 3.6.1.
Pour obtenir une description plus détaillée des fichiers .tfm, on se reportera à l’appendice F du METAFONTbook [Knuth, 1986b]. On peut aussi consulter un article des journées GUTenberg 1997 [Roegel, 1997]
qui présente la structure interne des fichiers .tfm, .gf, .pk, .vf ainsi que .dvi.
3.1.3
Hiérarchie des fichiers
Le schéma suivant montre les principales interactions entre les fichiers. Certains de ces fichiers seront
décrits ultérieurement. Les fontes virtuelles ne sont pas décrites ici.
Texte source
(.tex)
rrr
%$
'&
%$
!
"#
!
"#
rrtex
rrr
.log; etc:
y
Fonte PS
(.pfa, .pfb, .afm)
'&
tex
afm2tfm
Fonte source
cmr10.mfI
n
II
nnn
nmf
nnn
nnn
ltex
lll
lll
.dvi RRRR dvips
RRR
xdviRRR
RRR
)
/
.ps
%$
"#
"#
dvips cmr10:300pk
o
ecran
%$
"#
llll
III
$
cmr10:300gf
l
llll
llxdvi
'&
!
mfII
gftopk
'&
!
!
lll
lll dvips
v
%$
mf
w
cmr10:tfm
'&
u
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
.log
3.2. LA GESTION DES FONTES : GÉNÉRALITÉS
21
Description des types de fichiers :
Description
Extension
.afm
.dvi
.hxigf
.mf
.pfa
.pfb
.hxipk
.ps
.tex
.tfm
3.1.4
Fichier de métrique des fontes PostScript
(Adobe Font Metric)
Description Device Independent
Generic Font file (bitmaps des caractères)
Fichier source d’une fonte METAFONT
Adobe Type 1 Format Ascii
Adobe Type 1 Format Binaire
Packed bitmaps (.hxigf compressés)
PostScript
Source TEX, LATEX, etc.
Fichier de métrique TEX contenant les tailles des caractères
(TEX Font Metric)
Commandes tournant autour de
METAFONT
Voici quelques pages de man qui comportent d’utiles renseignements : mf, gftopk, dvips, xdvi, gftodvi.
Citons de manière plus générale les utilitaires gftype, pktype, pktogf, tftopl, pltotf. En particulier, les
deux derniers permettent d’aller et venir entre un fichier .tfm et son contenu « en clair ».
3.2
La gestion des fontes : généralités
Il y a plusieurs solutions pour changer de fonte, selon que l’on utilise TEX ou LATEX. On peut changer le
« style » du document, appliquer une commande particulière, déclarer une nouvelle fonte, éventuellement en
en modifiant la taille, etc.
3.2.1
Modification du « style » du document
Chaque association d’une classe, d’options et de packages LATEX détermine une « fonte standard ». Voici
quelques associations typiques :
\documentclass{article} =⇒ cmr10 (Computer Modern Roman 10pt)
\documentclass[12pt]{article} =⇒ cmr12 (Computer Modern Roman 12pt)
\documentclass{article}
=⇒ Times Roman 10pt (fonte PostScript)
\usepackage{times}
Comme les « styles » et options disponibles sont en nombre limité, on ne peut pas — à moins de créer un
nouveau style — utiliser de cette manière une police Computer Modern Roman 13pt par exemple.
3.2.2
–
–
–
–
–
Modification de la fonte à l’intérieur du document
taille (LATEX) : \large, \Large, \Huge, etc.
taille relative (LATEX) : package relsize (cf. page 5).
taille, série, aspect (Plain TEX, PICTEX) : \tenrm, \tenbf, \sevenrm, etc.
style : \bf, \tt, \sc, \sl, \it, etc. (commandes conservées pour la compatibilité avec LATEX 2.09)
famille, série, aspect : \rmfamily, \sffamily, . . . , \bfseries, . . . , \scshape, . . .
Attention : pour obtenir une combinaison telle que du gras italique, il faut utiliser les commandes \bfseries\itshape et non \bf\it (voir en § 3.3.3 et § 3.3.4).
Certains packages fournissent des commandes supplémentaires pour passer d’une fonte à l’autre.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
22
CHAPITRE 3. LES POLICES
3.2.3
Déclaration d’une nouvelle fonte
3.2.3.1
Commandes de bas niveau
On déclarera une nouvelle fonte en général lorsque la fonte en question n’est pas accessible par une
commande prédéfinie. Par exemple, pour accéder à la fonte Computer Modern Sans Serif 12pt, on peut faire :
– en LATEX : \newfont{\toto}{cmss12}.
– en TEX et LATEX : \font\toto=cmss12
puis {\toto un texte sans empattements} qui donne un texte sans empattements en utilisant la fonte
cmss12. NFSS fournit des commandes plus élaborées comme \DeclareFixedFont (cf. § 1.5.3) ou \usefont
(cf. § 3.3.3.2).
Il est possible d’agrandir ou de réduire des fontes lors de la déclaration 26 . Voici quelques exemples :
\font\toto=cmss12 scaled \magstep1 multiplie la taille de cmss12 par 1,2
\font\toto=cmss12 scaled 3141 multiplie la taille de cmss12 par 3,141
\font\titi=cmss12 scaled 900 multiplie la taille de cmss12 par 0,9
\font\lolita=cmr10 at 12pt permet de spécifier la taille finale, plutôt que le facteur à appliquer.
Cette utilisation « brute » d’une fonte présente un inconvénient : la fonte ne s’adapte pas à la taille
environnante. Par exemple, {\Huge\lolita Nabokov} et {\small\lolita Nabokov} donnent exactement le
même résultat car la commande \lolita annule l’effet de \Huge et \small. Pour remédier à cela de manière
simple, on peut faire appel à la nouvelle gestion des polices de LATEX 2ε (cf. § 3.3.3.2).
Un certain nombre de tailles de fontes sont disponibles en standard, c’est-à-dire qu’il leur correspond un
fichier. Pour les autres, c’est au moment de la génération du PostScript par dvips ou de l’image écran par
xdvi que METAFONT est activé pour créer les fichiers manquants. Il faut bien sûr que la fonte que l’on veut
agrandir ou diminuer existe (cf. § 3.4 pour les fontes disponibles et § 3.6 pour en créer d’autres) !
3.2.3.2
Utilisation de packages
De nombreuses fontes viennent avec des packages effectuant toutes les déclarations nécessaires. Par
exemple, pour pouvoir écrire ‘METAFONT’, il nous a suffi de charger le package mflogo et d’écrire \MF. On
trouvera plus loin une liste des fontes disponibles et les packages correspondants, le cas échéant.
3.3
La gestion des polices dans LATEX
LATEX comporte une interface (NFSS, pour New Font Selection Scheme) pour la gestion des polices. Grâce
à cette interface, AMS-LATEX et SliTEX sont des options de LATEX et ne sont plus des formats distincts comme
c’était le cas avant 1994.
Les commandes de modification de fonte comportent un mécanisme d’héritage. Plus précisément, une
fonte est définie par des attributs et ce sont les caractéristiques non explicitement modifiées parmi le type de
codage, la famille, la série, l’aspect, et la taille qui restent identiques lorsque la fonte est changée. D’autre
part, il est possible de substituer une fonte à une fonte demandée, mais non existante.
Grâce à NFSS, il est possible de définir facilement des symboles mathématiques dont la taille varie en
fonction du texte. Les fontes utilisables sont très facilement extensibles.
Au début d’une exécution LATEX typique, les cinq attributs ont les valeurs :
encoding
family
shape
series
size
OT1
cmr
n
m
10pt
Normal TEX encoding
Computer Modern Roman
Normal (upright roman)
Medium weight
26. Le nom des fontes ainsi déclarées ne doit comporter que des lettres. Pour plus de détails, cf. The TEXbook [Knuth, 1984,
pp. 16–17].
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
3.3. LA GESTION DES POLICES DANS LATEX
3.3.1
23
Exemples
1. \fontfamily{ccr}\fontencoding{OT1}\fontseries{c}\fontshape{sl}\selectfont
sélectionne la famille Concrete, codage OT1, série condensed, aspect slanted. La taille n’est pas modifiée.
Les commandes utilisées ici sont des commandes de bas niveau, normalement non utilisées directement.
2. \fontfamily{ccr}\fontencoding{OT1}\fontseries{c}\fontshape{sl}\fontsize{9}{11pt}%
\selectfont, même effet mais en plus, la fonte demandée est de 9 points et l’interligne (défini par
\baselineskip) est de 11 points. Notons qu’en général, \fontsize sélectionne la taille la plus proche
disponible, sauf dans le cas des polices PostScript, où la taille exacte est sélectionnée (parce que ce sont
des polices « vectorielles »).
3. Création d’un nouvel alphabet mathématique :
\documentclass{article}
\DeclareMathAlphabet{\eusm}{U}{}{}{} % Euler script math
\SetMathAlphabet\eusm{normal}{U}{eus}{m}{n}
\SetMathAlphabet\eusm{bold}{U}{eus}{b}{n}
\begin{document}
$\mathcal{ABCDEF}$
$\eusm{ABCDEF}$
\end{document}
donne :
ABCDEF
ABCDEF
\eusm peut maintenant être utilisé en mode mathématique, tout comme \mathcal (remarquons que
dans l’obsolète LATEX 2.09, \cal n’avait pas d’argument).
4. \sf\bf conduit à l’utilisation de la fonte cmbx (« police », \bf écrase \sf, pas d’héritage). En revanche,
on obtient la police cmssbx (« police », héritage) avec \sffamily\bfseries.
3.3.2
Le codage
Le codage d’une fonte indique la position des caractères. Lorsqu’on passe d’un codage à l’autre, certaines
commandes doivent être modifiées. C’est en particulier le cas des commandes d’accentuation. Par exemple,
avec les fontes classiques de TEX (codage dit OT1), la commande \’ superpose un accent aigu au caractère
qui suit. Dans les fontes EC (codage dit T1 ou de Cork), les caractères accentués usuels sont présents. Par
conséquent, on ne fait plus correspondre à \’e la superposition de « ´ » et « e », mais la sélection du caractère
« é ». On pourra examiner avec profit les fichiers ot1enc.def et t1enc.def 27 qui montrent les commandes
modifiées dans les deux codages OT1 et T1.
En résumé, les commandes d’accès aux caractères accentués ou utilisés dans d’autres langues (comme ‘æ’)
sont toujours les mêmes, mais leur définition est fonction du codage.
27. Tous deux dans les répertoires standard ; voir en § 10.7 comment chercher un fichier dans les répertoires standard.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
24
CHAPITRE 3. LES POLICES
3.3.2.1
Codages possibles
Les codages actuellement définis sont les suivants :
OT1
OT2
OT3
OT4
T1
T2A
T2B
T2C
T3
T4
T5
TS1
OML
OMS
OMX
U
X2
Codage des polices texte CM
Codage des polices cyrilliques de l’AMS
Codage des polices phonétiques WSUIPA
Codage texte avec caractères polonais
Codage des polices texte EC
Codage cyrillique standard
id.
id.
Codage des polices phonétiques TIPA
Codage des polices africaines fc
Codage des polices vietnamiennes
Codage des symboles accompagnant le codage T1
Ancien codage des lettres mathématiques
Ancien codage des symboles mathématiques
Ancien codage des symboles mathématiques extensibles
Codage inconnu
Codage cyrillique standard
À l’avenir ils seront complétés pour différentes classes d’alphabets, en particulier pour des extensions des
fontes mathématiques (voir http://www.tug.org/twg/mfg/ pour plus de détails).
Les noms gouvernant ces codages sont décrits dans fntguide.dvi 28.
3.3.2.2
Choix du codage: OT1 ou T1 (Cork)
En général, le codage est imposé par la langue que l’on utilise. Pour écrire en anglais, une police au codage
OT1 convient. En revanche, pour écrire en français, il est préférable d’utiliser une police au codage T1, donc
de charger le package fontenc avec l’option T1 : \usepackage[T1]{fontenc}.
Il arrive aussi que la police impose le codage à employer. Les polices Pandora n’existent par exemple qu’en
OT1. Mais le package pandora sélectionne automatiquement le codage approprié.
Le codage par défaut de LATEX est le codage OT1. Il peut être changé en redéfinissant la commande
\encodingdefault. Par exemple : \renewcommand{\encodingdefault}{T1}.
3.3.3
Les tables de correspondances
Pour que les exemples donnés en introduction fonctionnent, il faut d’une part que les fontes nécessaires
existent, d’autre part fournir à LATEX une table de correspondance entre les attributs des fontes et les fontes
elles-mêmes. Ces tables viennent en général avec les packages qui les nécessitent. Exemple : ot1ccr.fd pour
les fontes de la famille ccr.
Les correspondances usuelles sont connues de LATEX et se trouvent dans des fichiers .fd (font definitions).
Pour en ajouter d’autres, on s’inspirera d’un fichier comme ot1cmr.fd.
Montrons sur un exemple comment ceci peut être utilisé. Imaginons qu’une fonte de petites capitales
grasses ait été créée avec METAFONT, et que son nom soit mycmbxcsc10 (cf. § 3.6.1). On veut faire en
sorte que \bfseries\scshape soit équivalent à \fontencoding{OT1} \fontfamily{cmr} \fontseries{bx}
\fontshape{sc} \selectfont et que ceci sélectionne la fonte mycmbxcsc. Il suffit alors de créer un fichier
boldsc.sty dans lequel on écrira par exemple :
\DeclareFontShape{OT1}{cmr}{bx}{sc}{
<5> <6> <7> <8> <9> <10> <10.95> <12> <14.4> <17.28> <20.74> <24.88>mycmbxcsc10
}{}
28. Source sur CTAN dans macros/latex/base ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
3.3. LA GESTION DES POLICES DANS LATEX
25
Ensuite, on ajoutera boldsc à la liste des packages du document.
Cet exemple conduit à formuler quelques remarques :
– La série donnée est bx (bold extended ) car c’est celle que sélectionne \bfseries (\bfdefault).
– Dans cet exemple, il n’y a qu’un seul fichier source (à savoir mycmbxcsc10), mais on pourrait très bien
faire appel à des fichiers différents lorsqu’on est au-dessous d’une certaine taille par exemple.
– Il faut déclarer avec \DeclareFontFamily une famille de fontes avant de donner une table de correspondances. Un exemple de telle commande (tiré de t1cmss.fd) est \DeclareFontFamily{T1}{cmss}{}.
– Pour les fontes PostScript, c’est beaucoup plus simple. Par exemple, pour définir les petites capitales
Bookman (Bookman Small Caps), et sachant que pbklc8t est le nom de la fonte virtuelle correspondante, il suffit d’écrire :
\DeclareFontShape{T1}{pbk}{m}{sc}{<->pbklc8t}{}
3.3.3.1
Substitution de fontes
– \DeclareFontShape{OT1}{panr}{m}{it}{ sub * panr/m/sl }{} : cette commande fait correspondre
l’italique à l’oblique (slanted).
– \DeclareFontSubstitution{OT1}{panr}{m}{n} : cette commande déclare une fonte par défaut à utiliser si une autre fonte n’est pas trouvée. Si on demande une fonte avec les attributs panr/bx/it et que
ce n’est pas une combinaison connue, la définition \DeclareFontSubstitution conduit à remplacer la
fonte demandée par panr/m/n si le codage OT1 est employé. Ce genre de substitution est intéressant
pour la portabilité du fichier source.
– \DeclareErrorFont : si une fonte n’a pas pu être trouvée, ni aucune déclaration de substitution, on
prend la fonte déclarée par \DeclareErrorFont.
3.3.3.2
Utilisation d’une fonte définie par ses attributs
Outre la sélection « cumulative » des attributs d’une fonte au moyen de \fontfamily, \fontencoding,
\fontseries, \fontshape et \selectfont, on peut sélectionner la fonte en donnant la liste des attributs à
la commande \usefont et écrire par exemple : \newcommand\goth{\usefont{U}{ygoth}{m}{n}}.
3.3.4
Les fontes « texte »
Les différentes fontes pour le texte s’obtiennent avec les commandes suivantes, chacune s’appliquant à un
argument : \textrm, \textsf, \texttt, \textbf, \textit, \textsl, \textsc, etc. Les anciennes commandes
\rm, \tt, etc., sont encore disponibles, mais sont déconseillées. Parmi les arguments importants en faveur des
commandes \text..., nous pouvons citer le fait que ces commandes ayant un paramètre, l’oubli de l’accolade
fermante est détecté plus rapidement et les messages d’erreurs sont de ce fait plus pertinents ; le marquage
avec ces commandes simplifie le traitement de fichiers LATEX par des filtres ; les commandes \text... sont
cumulatives 29 (\textit{\textbf{...}} pour du gras italique), ce qui n’est pas le cas des anciennes commandes ; enfin, ces commandes incluent la correction italique \/. On écrira ainsi \textit{quagmire} au lieu
de {\it quagmire\/}. On dispose aussi de \emph, analogue de l’ancienne commande \em.
Ces commandes sont réservées à de courts passages ne s’étendant pas sur plus d’un paragraphe. Si l’on
veut mettre une grande partie du texte en Computer Modern Typewriter Type, on emploiera \ttfamily en
écrivant :
{\ttfamily ....
<plus d’un paragraphe>
}
L’exemple précédent concerne aussi les commandes \textrm (\rmfamily), \textsf (\sffamily), \textbf
(\bfseries), \textit (\itshape), \textsl (\slshape), \textsc (\scshape), etc.
Enfin, on peut aussi utiliser les environnements correspondant à ces commandes et écrire ainsi :
\begin{ttfamily}
29. De ce fait, il pourra être nécessaire — dans de rares cas — de « réinitialiser » la police courante avec \normalfont.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
26
CHAPITRE 3. LES POLICES
...
\end{ttfamily}
Les noms des environnements sont ceux des commandes sans arguments (c.-à-d. \ttfamily et non
\texttt).
3.3.5
Les caractères mathématiques
En mode mathématique, on dispose des commandes suivantes, dont l’effet se limite au texte, c’est-à-dire
ne s’applique pas aux symboles :
Exemple
\mathnormal
\mathcal
\mathrm
\mathbf
\mathsf
\mathit
\mathtt
Effet
style italique mathématique
ST YLE CALLIGRAPHIQUE
style droit
style gras
style sans empattements
style italique
style machine à écrire
Ces commandes ont toutes un argument (à la différence de l’ancien \cal par exemple). Il ne faut donc plus
écrire ${\bf F}(x)$ mais $\mathbf{F}(x)$ pour obtenir F(x). \mathnormal correspond à l’ancien \mit.
De nombreuses autres commandes sont disponibles. En voici quelques exemples :
– Déclaration d’un nouvel alphabet mathématique et de ses variétés :
\DeclareMathAlphabet{\newmathtt}{OT1}{cmtt}{m}{n}
\SetMathAlphabet\newmathtt{bold}{OT1}{cmr}{bx}{n},
Pour ces commandes et les suivantes, les associations du type OT1/cmtt/m/n doivent déjà être connues.
– Déclaration d’une nouvelle série de symboles mathématiques :
\DeclareSymbolFont{AMSa}{U}{msa}{m}{n}
(comme précédemment, on peut définir des variantes avec \SetSymbolFont :
\DeclareSymbolFont{letters}{OML}{cmm}{b}{it},
\SetSymbolFont{letters}{bold}{OML}{ccm}{m}{it}).
Une fois ces déclarations faites, $\int_{a}^{b}x^2\,dx=\frac{1}{3}(b^3-a^3)$ donne
Z b
1
x2 dx = (b3 − a3 )
3
a
et {\boldmath$\int_{a}^{b}x^2\,dx=\frac{1}{3}(b^3-a^3)$} donne (paradoxalement)
Z b
1 3
2
(b − a 3 ):
x dx =
3
a
L’exemple précédent illustre l’emploi de l’une des catégories mathématiques standard. Outre la famille
« letters », on dispose aussi des familles « operators », « symbols » et « largesymbols ».
– Utilisation de ces familles de symboles :
– déclaration d’un symbole particulier : \DeclareMathSymbol\lozenge{\mathord}{AMSa}{"06}
– utilisation de ces symboles comme un alphabet mathématique :
\DeclareSymbolFontAlphabet{\bbold}{AMSb}.
– Version mathématique : généralement, une police mathématique existe en deux versions : normal et bold.
L’exemple suivant montre comment définir une nouvelle version, appelée euler et la sélectionner :
\DeclareMathVersion{euler}
\SetSymbolFont{operators}{euler}{OT1}{ccr}{m}{n}
\SetSymbolFont{letters}{euler}{OML}{ccm}{m}{it}
\SetSymbolFont{symbols}{euler}{OMS}{cmsy}{m}{n}
\mathversion{euler}
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
3.4. POLICES METAFONT DISPONIBLES
3.3.6
27
Polices PostScript standard
Les polices PostScript standard sont disponibles dans les codages OT1 et T1.
Pour mettre l’écriture romaine (\rmfamily) d’un document en Times Roman, l’écriture linéale (\sffamily)
en Helvetica et l’écriture mécane (\ttfamily) en Courier, on peut mettre dans le préambule :
\renewcommand{\rmdefault}{ptm}
\renewcommand{\sfdefault}{phv}
\renewcommand{\ttdefault}{pcr}
Comme le codage par défaut est OT1, ceci conduit à utiliser la fonte PostScript Times Roman en codage
OT1.
Plus simplement, on peut utiliser l’un des packages suivants : avant (AvantGarde), bookman (Bookman),
courier (Courier), helvet ou helvetic (Helvetica), newcent ou ncs (New Century Schoolbook), palatino (Palatino)
ou times (Times) (cf. § 3.7.2).
À ces packages « classiques », il faut ajouter le package pifont pour les fontes PostScript « symboles »;
ce package définit en particulier les commandes \Pisymbol, \Pifont, \ding, etc., ainsi que les environnements dinglist, dingautolist, qui permettent d’utiliser les symboles des polices Zapf Dingbats ou
Symbol [Goossens et al., 1994, p. 335–338].
Des versions PostScript (Type 1) d’un certain nombre de polices METAFONT sont disponibles (cf. § 3.5).
3.3.7
Tests de fontes
Pour effectuer des tests de fontes, c’est-à-dire pour examiner le « contenu » d’une fonte, on pourra utiliser
le fichier nfssfont.tex, analogue de testfont.tex (cf. § 3.8).
3.3.8
Documentation sur NFSS
Le LATEX Companion [Goossens et al., 1994] et le fichier fntguide.dvi 30 contiennent une description
complète de NFSS, interface pour laquelle il sera aussi profitable de lire l’article de Sebastian Rahtz, paru
dans TUGboat (cf. (LA)TEX navigator ).
3.4
Polices
METAFONT disponibles
Les fichiers sources se trouvent dans des sous-répertoires de /usr/local/tex/texmf/fonts/source. Leurs
noms sont ici donnés sans extension. Il est sous-entendu que .mf est l’extension du fichier source et .tfm
l’extension du fichier de métrique utilisé par TEX.
3.4.1
Tailles
Pour une fonte donnée, les corps disponibles forment en général un sous-ensemble de l’ensemble 5pt, 6pt,
7pt, 8pt, 9pt, 10pt, 12pt, 14pt, 17pt. Mais rien n’empêche d’en créer de plus grandes ou de plus petites
(cf. § 3.2.3.1).
3.4.2
Familles de fontes
Pour simplifier, on qualifiera une famille de fontes de « police ». Pour chaque fonte, une seule taille est
citée ici. Le nom des fontes est donné de telle sorte qu’on puisse en déclarer une par \font\essai=hnomi
(par exemple).
30. Source sur CTAN dans macros/latex/base ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
28
CHAPITRE 3. LES POLICES
cmb10
cmbx10
cmbxsl10
cmbxti10
cmcsc10
cmdunh10
cmitt10
cmr10
cmsl10
cmsltt10
cmss10
−→
−→
−→
−→
−→
−→
−→
−→
−→
−→
−→
ecrb1000
ecbx1000
ecbl1000
ecbi1000
eccc1000
ecdh1000
ecit1000
ecrm1000
ecsl1000
ecst1000
ecss1000
cmssbx10
cmssdc10
cmssi10
cmssq8
cmssqi8
cmtcsc10
cmti10
cmtt10
cmu10
cmvtt10
−→
−→
−→
−→
−→
−→
−→
−→
−→
−→
ecsx1000
ecssdc10
ecsi1000
ecsq8
ecqi8
ectc1000
ecti1000
ectt1000
ecui1000
ecvt1000
cmtt8
icmtt8
lcmss8
lcmssb8
lcmssi8
ilcmss8
ilcmssb8
ilcmssi8
−→
−→
−→
−→
−→
−→
−→
−→
ecltt8
iecltt8
eclq8
eclb8
ecli8
ieclq8
ieclb8
iecli8
Fig. 3.1 – Correspondances entre les polices CM et EC
3.4.2.1
Polices Computer Modern
On se reportera au TEXbook [Knuth, 1984] et au volume E de Computers & Typesetting [Knuth, 1986a],
pour plus de détails sur la conception et l’utilisation de cette famille. Le codage LATEX correspondant à cette
famille est OT1.
(fichiers cmb10, cmbsy10, cmbx10, cmbxsl10, cmbxti10, cmcsc10, cmdunh10, cmex10, cmitt10, cmmi10,
cmmib10, cmr10, cmsl10, cmsltt10, cmss10, cmssbx10, cmssdc10, cmssi10, cmssq8, cmssqi8 31, cmsy10,
cmtcsc10, cmtex10, cmti10, cmtt10, cmu10, cmvtt10, cmff10, cmfi10, cminch, cmfib8).
Nous disposons aussi de certaines fontes ne faisant pas partie de la « distribution standard Computer
Modern ». C’est le cas des petites capitales grasses cmbcsc10. En outre, la distribution AMSfonts complète
les séries de tailles pour quelques-unes de ces fontes (cf. § 3.4.2.7).
Il existe une version Type 1 des polices « CM » utile pour la production de documents PDF (cf. § 3.5).
3.4.2.2
Polices EC
La famille Computer Modern et son codage n’ont jamais eu une prétention d’universalité. Ils étaient avant
tout destinés à la langue anglaise. Suite à une réunion TEX à Cork (Irlande) en 1990, il a été décidé de concevoir
un nouveau codage, plus adapté aux alphabets européens. C’est ce que l’on appelle les polices EC (Extended
Character Set) et il s’agit d’une finalisation des polices DC qui en étaient des versions préliminaires. La
première version des polices EC est sortie en janvier 1997. Les caractères accentués y correspondent à un code
bien précis et ne sont pas formés comme dans les polices CM de l’assemblage d’un caractère non-accentué
et d’un accent. Ceci résout le problème des divisions dans les mots accentués, problème qui avait conduit
Michael Ferguson à développer la variante MlTEX de TEX. Par conséquent, MlTEX n’est plus aussi nécessaire
que par le passé (cf. chapitre 2).
Les fontes EC sont des fontes 8 bits (au codage T1 de LATEX). Elles reprennent presque toute la famille
Computer Modern (sauf les fontes mathématiques) mais les caractères accentués ne sont pour la plupart plus
des caractères composés. Les fontes Concrete — qui ont aussi une variante T1 — sont données plus loin.
Il y a une correspondance entre les noms des fontes CM et les versions EC : on doit cependant distinguer les
différentes versions de ces polices. Dans la version 1.1 des polices DC par exemple, à cmbxsl10 correspondait
dcbxsl10, etc.
Dans les versions 1.2 et 1.3 des polices DC, les suffixes sont différents. Un fichier dont le nom s’achève
par 1000 correspondra à une police 10 pt, ce qui est plus cohérent avec le paramètre scaled de TEX. 1200
correspondra à 12 pt, etc. La plupart des nouvelles polices existent ainsi avec les suffixes suivants : 0500, 0600,
0700, 0800, 0900, 1000, 1095, 1200, 1440, 1728, 2074, 2488, 3583. On aura par exemple dcr1000, dcr1440,
etc.
La correspondance entre les polices CM et EC version 1.0 est donnée dans la figure 3.1.
Pour utiliser les polices EC, on se servira du package fontenc avec l’option T1.
31. Pour accéder aux polices cmssq, c’est-à-dire les polices Computer Modern Sans Serif Quotation, on peut utiliser le package
ssqquote de LATEX. On trouvera plus de détails dans ssqquote.dvi (le source se trouve sur CTAN dans le répertoire macros/latex/contrib/supported/ssqquote et une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator ).
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
3.4. POLICES METAFONT DISPONIBLES
29
Il n’existe pas à ce jour de version Type 1 des polices EC, mais il existe une version Type 1 des polices
DC utile pour la production de documents PDF (cf. § 3.5). Il existe aussi une autre extension au codage T1
des polices CM, à savoir les polices EM, mais celles-ci ne sont pas dans le domaine public.
3.4.2.3
Polices AE
Les polices AE sont des approximations des polices EC utilisant les polices CM. Les polices AE ne couvrent
pas complètement le codage T1 et les caractères suivants ne sont pas disponibles 32 : « (\guillemotleft), »
(\guillemotright), ‹ (\guilsinglleft), › (\guilsinglright), Þ (\TH), Ŋ (\NG), þ (\th), ŋ (\ng), Ð (\DJ),
ž (\dj), Ð (\DH), ð (\dh), %‰ (\textperthousand), %‰‰ (\textpertenthousand).
L’intérêt des polices AE se situe dans le contexte de PDFTEX (cf. § 2.4). En remplaçant la majorité des
polices EC par des polices CM, le fichier PDF produit avec PDFTEX peut utiliser les versions PostScript des
polices CM, palliant l’absence de tels équivalents pour les polices EC.
3.4.2.4
Polices Concrete
Cette famille est une variante de Computer Modern introduite par Knuth pour l’ouvrage Concrete Mathematics [Graham et al., 1989]. Le codage LATEX de cette famille est OT1. Elle existe aussi en 8 bits (codage
T1 pour LATEX) et celle-ci est accompagnée d’une version « Concrete » des polices TC (cf. § 3.4.2.8).
En voici un exemple : ceci est ecrit en Concrete.
– Fichiers 7 bits : cccsc10, ccmi10, ccr5, ccr6, ccr7, ccr8, ccr9, ccr10, ccsl10, ccslc9, ccti10.
– Fichiers 8 bits (European Computer Concrete, ECC) : eorm5, eorm6, eorm7, eorm8, eorm9, eorm10,
eosl9, eosl10, eoti10, eocc10.
Le package ccfonts de LATEX permet d’accéder facilement à ces fontes.
3.4.2.5
Polices Pandora
Exemple : La bo^te de Pandore.
(fichiers pnb10, pnr10, pnsl10, pnsltt9, pnss10, pnssb10, pnssi10, pntt9)
Le package pandora de LATEX permet d’accéder facilement à ces fontes.
3.4.2.6
Polices gothiques
Ces fontes sont destinées à représenter les différentes variantes de l’ancienne écriture allemande.
–
–
–
–
yfrak
ygoth
yswab
yinit
Fraktur Die Niebelungen
Gotisch Siegfried` Tod
Schwabacher Kriemhild Ra…e
Grandes initiales gothiques :
FL
Les packages oldgerm et yfonts de LATEX permettent d’accéder facilement à ces fontes. Le premier ne définit
que les commandes \gothfamily, \swabfamily, \frakfamily, \textgoth, \textswab et \textfrak. Le
package yfonts est plus élaboré et définit en outre une commande \fraklines pour sélectionner un interligne
convenable dans le cas des polices Fraktur et Schwabacher. Pour débuter un alinéa avec une initiale, on peut
utiliser \yinitpar comme dans l’exemple :
\noindent\frakfamily\fraklines\yinitpar{E}in Absatz ...
32. Toutefois, le package aecompl créé localement, complète le package ae avec les caractères manquants, en prenant ces derniers
parmi les polices EC. Notons aussi l’existence du package aeguill, qui ajoute aux polices AE uniquement les guillemets français.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
30
CHAPITRE 3. LES POLICES
3.4.2.7
Polices de l’AMS
La collection AMSfonts est un ensemble de polices réalisées par la société mathématique américaine
(American Mathematical Society) pour ses publications.
Description :
Ces polices se subdivisent en quatre catégories :
– Famille Euler (gothique, script, etc.) : fichiers euex10, eufb10, eufm10, eurb10, eurm10, eusb10, eusm10.
Cette famille a été dessinée par Hermann Zapf.
– Symboles mathématiques supplémentaires, y compris l’alphabet « Blackboard bold » pour les nombres
réels (R), naturels (N), etc. : fichiers msam10, msbm10.
– Alphabet cyrillique : fichiers wncyr10, wncyb10, wncyi10, wncysc10, wncyss10.
– Autres tailles que celles dessinées par Knuth pour cmmib, cmbsy, cmex, cmcsc.
On pourra examiner plus précisément ces fontes en appliquant tex au fichier userdoc.fnt 33.
Utilisation :
– Si on sait dans quel fichier se trouve un caractère recherché, on peut écrire \font\... et y accéder par
son code.
– On peut aussi écrire au début du fichier : \input amssym.def (en TEX ou LATEX)
\input amssym.tex
– Une autre solution est d’utiliser le package amssymb avec LATEX (cf. § 1.3). De plus, les packages euscript
(ou eucal) et eufrak permettent d’accéder aux familles Euler script et fraktur.
Cette solution présente un avantage important : la taille des caractères suit la taille englobante, ce qui
n’est pas le cas avec les deux autres solutions.
Les deux dernières possibilités définissent des commandes pour accéder aux caractères des polices msam,
msbm et eufm. Par exemple, en écrivant $\varnothing$, on obtient ‘∅’. Et $\mathbb{Z}$ (${\Bbb Z}$
avec l’ancienne syntaxe de LATEX 2.09) donne ‘Z’.
– Pour l’emploi des polices cyrilliques de l’AMS, voir § 3.4.2.10.
Installation d’une police mathématique :
Pour installer proprement une police mathématique comme eufm en TEX, on écrira par exemple :
\font\teneufm=eufm10
\font\seveneufm=eufm7
\font\fiveeufm=eufm5
\newfam\eufmfam
\textfont\eufmfam=\teneufm
\scriptfont\eufmfam=\seveneufm
\scriptscriptfont\eufmfam=\fiveeufm
\def\eufm#1{{\fam\eufmfam\relax#1}}
puis \eufm{Texte en eufm}.
L’installation d’une autre famille mathématique en TEX est similaire. L’installation d’une telle police en
LATEX est encore plus simple (cf. chapitre 3).
Il existe une version Type 1 des polices « AMS » utile pour la production de documents PDF (cf. § 3.5).
Documentation :
Le fichier userdoc.tex 33 décrit de manière détaillée cette collection. Il comporte en particulier la liste
de tous les symboles définis dans amssym.tex et précise les conventions à observer pour l’écriture cyrillique.
33. Source sur CTAN dans fonts/amsfonts/doc ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
3.4. POLICES METAFONT DISPONIBLES
3.4.2.8
31
Polices de symboles
1. La police « St Mary’s Road »
(fichiers stmary5, stmary6, stmary7, stmary8, stmary9, stmary10)
Cette police comporte de nombreux symboles comme : O (\bindnasrepma), = (\ogreaterthan), I
(\Rbag), _ (\rightarrowtriangle), (\lightning), b (\bigcurlyvee), etc. Elle est documentée
2.
3.
4.
5.
6.
7.
dans stmaryrd.dvi 34.
Le package stmaryrd définit des commandes pour accéder à ces symboles.
Il existe une version Type 1 des polices « St Mary’s Road » utile pour la production de documents PDF
(cf. § 3.5).
Police Wasy
(fichiers wasy5, wasy6, wasy7, wasy8, wasy9, wasy10, wasyb10)
Cette police contient de nombreux symboles comme : (\clock), (\phone), 8 (\octagon), C
(\davidsstar), (\eighthnote), ◊ (\wasylozenge), / (\frownie), _ (\cancer), etc.
Elle est documentée dans wasydoc.ps 35.
Le package wasysym de LATEX permet d’accéder facilement à ces caractères. Les noms des symboles
peuvent être trouvés dans wasysym.ps 36.
Il existe une version Type 1 des polices « Wasy » utile pour la production de documents PDF (cf. § 3.5).
Police TC : Text Companion Font
Ces polices accompagnent les polices EC. Elles sont accessibles via le package textcomp qui définit
diverses commandes. Elles correspondent au codage TS1. Voici quelques exemples de symboles et les
commandes correspondantes :
¶ (\textparagraph), ˜ (\textpertenthousand), Š (\textdollaroldstyle), ¦ (\textbrokenbar), ¥
(\textyen), n (\textmusicalnote), * (\textcenteredstar), ¿ (\texteuro).
Une table de toutes les commandes est disponible sur le (LA)TEX navigator.
Symbole monétaire Euro
Le package eurosymbol fournit la commande \euro qui produit « e ».
(fichiers eurosymbol*)
Le symbole de l’Euro est dans le codage ISO Latin-9 (ISO-8859-15) et on peut supposer que le package
inputenc sera pourvu prochainement d’une option latin9.
Ralph Smith’s formal script (RSFS)
Cette police fournit une alternative à la police calligraphique usuelle donnée par \mathcal. On l’utilisera
en général par l’entremise du package calrsfs qui redéfinit \mathcal. Par conséquent, $\mathcal{F}$
ne donnera plus « F », mais « F ».
(fichiers rsfs*)
Il existe une version Type 1 de la police « Ralph Smith » utile pour la production de documents PDF
(cf. § 3.5).
Bbold
Cette police est une alternative à l’utilisation des polices AMS pour représenter les ensembles de naturels,
de réels, etc. En voici quelques exemples : N, R, Z (comparez la position des doubles barres avec les
polices de l’AMS).
(fichiers bbold*)
Cette police peut être utilisée naturellement avec LATEX et le package bbold. Celui-ci fournit les commandes \textbb et \mathbb. Ceci s’inscrit dans la lignée des commandes standard (cf. § 3.3.4 et § 3.3.5).
Quelques caractères spéciaux utilisés dans le TEXbook et le METAFONTbook
 %&
(
,
,
,
,
,
,
, etc.)
Tous ces caractères font partie de la police manfnt [Knuth, 1984; Knuth, 1986b].
34. Source sur CTAN dans macros/latex/contrib/supported/stmaryrd ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX
navigator.
35. Source sur CTAN dans fonts/wasy2 ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
36. Source sur CTAN dans macros/latex/contrib/supported/wasysym ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX
navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
32
CHAPITRE 3. LES POLICES
3.4.2.9
Polices phonétiques
Deux ensembles de polices correspondant à l’alphabet phonétique international (IPA, International Phonetic Alphabet ) sont installées au LORIA. Le premier est celui de l’université de Washington et est désormais
obsolète. Il lui manque en particulier un certain nombre de caractères.
1. Polices IPA de l’université de Washington :
(fichiers wbxipa8, wbxipa9, wbxipa10, wbxipa11, wbxipa12, wbxipa17, wslipa8, wslipa9, wslipa10,
wslipa11, wslipa12, wslipa17, wsuipa8, wsuipa9, wsuipa10, wsuipa11, wsuipa12, wsuipa17)
Pour utiliser ces fontes, on chargera les macros de ipamacs.tex par \input ipamacs, ou bien on
utilisera LATEX avec le package ipa (\usepackage{ipa}), ce qui a l’avantage de fournir des symboles
variant en taille et en style.
Ces polices correspondent au codage OT3 de LATEX.
Exemple : la prononciation de « shampooing » est transcrite par [M˜pw˜]
On trouvera de la documentation dans lipaman.ps 37 et ipaman.dvi 38.
2. Polices TIPA :
(fichiers tipa8, tipa9, tipa10, tipa12, tipa17, tipab10, tipabx8, tipabx9, tipabx10, tipabx12,
tipasl8, tipasl9, tipasl10, tipasl12, tipass8, tipass9, tipass10, tipass12, tipass17, xipa10,
xipab10, xipabx10, xipasl10, xipass10)
Ces polices correspondent au codage T3 de LATEX.
Pour les utiliser, on emploiera le package tipa. Celui-ci peut être chargé de plusieurs manières différentes.
L’exemple ci-dessous montre comment il peut être utilisé conjointement avec un texte employant le
codage T1 (les codages T1 et T3 sont utilisés, mais T1 est le codage par défaut).
\documentclass{article}
\usepackage[T3,T1]{fontenc}
\usepackage[noenc]{tipa}
\begin{document}
\textipa{[""Ekspl@"neIS@n]}
\end{document}
donne :
[Ekspl@"neIS@n]
D’autres options sont disponibles et nous renvoyons le lecteur au fichier tipaman.ps 39.
3.4.2.10
Écriture cyrillique
Les polices cyrilliques de l’AMS (cf. § 3.4.2.7) peuvent être utilisées en sélectionnant le codage de fonte
OT2. Le texte est alors entré dans une transcription latine :
\documentclass{article}
\usepackage[OT2,T1]{fontenc}
\newcommand{\cyr}{\fontencoding{OT2}\selectfont}
\begin{document}
{\cyr Mikhail Gorbach\"ev}.
\end{document}
Ces polices ne sont cependant adaptées que pour de courts extraits. Pour écrire des textes plus longs, il est
plus naturel d’utiliser un codage spécial tel que le codage 866 sur PC ou le codage KOI8. Pour les utiliser, on
peut faire appel au package babel avec l’option russian. En outre, on sélectionnera le codage de police X2 avec
le package fontenc (cette configuration utilise les polices LH 40 ) et le codage des caractères avec le package
37. Source sur CTAN dans fonts/wsuipa ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
38. Source sur CTAN dans macros/latex/contrib/other/ipa ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
39. Source sur CTAN dans fonts/tipa ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
40. LH pour les auteurs Lapko et Hodulev.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
3.4. POLICES METAFONT DISPONIBLES
33
inputenc. Le format LATEX standard inclut les règles de coupures cyrilliques. Voici un exemple écrit en codage
KOI8 41 :
\documentclass{article}
% \fr passe en codage d’entree ISO-Latin1
% et codage de polices T1
% \fr ne peut etre utilise’ qu’entre deux alineas
\newcommand{\fr}{\inputencoding{latin1}\renewcommand\latinencoding{T1}%
\fontencoding{T1}\selectfont\selectlanguage{french}}
% on charge le codage X2
\usepackage[X2]{fontenc}
% codages en entree en koi8-r
\usepackage[koi8-r]{inputenc}
% configuration babel anglaise et russe (par defaut)
\usepackage[english,russian]{babel}
\begin{document}
% texte en codage koi8-r
...
{\fr ceci est \’ecrit en fran\c{c}ais ...}
% texte en codage koi8-r
...
\end{document}
Les principaux codages possibles en entrée sont : cp866 (page de code russe de MS-DOS), cp866av (variante
ALT de cp866), cp866mav (variante ALT modifiée de cp866), cp866nav (nouvelle variante ALT modifiée de
cp866), cp1251 (page de code cyrillique de MS-Windows), cp855 (page de code cyrillique de MS-DOS),
koi8-r (page de code russe d’après le document RFC1489), 8859-5 (ISO 8859-5), maccyr (page de code
cyrillique d’Apple Macintosh).
Trois autres codages de fontes, T2A, T2B et T2C seront disponibles prochainement et permettront de
mélanger plus facilement des caractères cyrilliques avec des caractères latins. Toutefois, si le changement de
langue n’est pas explicite, on perd en général la coupure correcte des caractères latins et ce n’est donc pas
une panacée.
Les polices LH, tout comme les codages en entrée et en sortie, sont documentés sur le (LA)TEX navigator.
3.4.2.11
Écriture arabe
Le package arabtex permet d’écrire en arabe avec LATEX. Le texte est codé suivant des règles précises
et nous renvoyons les personnes intéressées à la documentation sur le (LA)TEX navigator. (On pourra aussi
consulter les systèmes TEX--XET (§ 2.2) et Ω (§2.5) adaptés à l’écriture bi-directionnelle.) La figure 3.2 donne
un exemple de fichier en entrée et la figure 3.3 en donne le résultat.
3.4.2.12
Divers
1. Polices de XY-pic
Celles-ci sont utilisées par le package xy (XY-pic) pour le tracé de diagrammes (cf. § 5.1.2) 42 .
(fichiers xyatip10, xybsql10, xybtip10, xycirc10, xycmat10, xycmbt10, xydash10)
Il existe une version Type 1 de la police « XY-pic » utile pour la production de documents PDF (cf.
§ 3.5).
2. Logo METAFONT
Ce logo est disponible en graisse normale, en gras, en oblique et en demi-gras. Notons que les anciennes
versions de ces polices n’avaient pas les lettres « P » et « S ».
41. Le package inputenc ne permet pas de changer de codage au mileu d’un alinéa. Si nécessaire, on utilisera le package inputenc2,
qui est une petite modification locale corrigeant ce problème.
42. Une ancienne version de ce package, encore présente à titre de compatibilité, était nommée xypic.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
34
CHAPITRE 3. LES POLICES
\documentclass[12pt]{article}
\usepackage{arabtex}
\begin{document}
\setarab
\vocalize
\transtrue
\arabtrue
\spreadtrue
%
%
%
%
%
choose the language conventions
diacritics for short vowels on
additionally switch on the transliteration
print arabic text ... is on anyway
spread out caption
\centerline {\RL{^gu.hA wa-.himAruhu}}
\begin{arabtext}
’at_A .sadIquN ’il_A ^gu.hA ya.tlubu minhu .himArahu li-yarkabahu
fI safraTiN qa.sIraTiN wa-qAla lahu:
sawfa ’u‘Iduhu ’ilayka fI al-masA’i, wa-’adfa‘u laka ’u^graTaN. \\
fa-qAla ^gu.hA:
’anA ’AsifuN ^giddaN ’annI lA ’asta.tI‘u ’an ’u.haqqiqa
laka ra.gbataka, fa-al.himAru laysa hunA al-yawma. \\
wa-qabla ’an yutimmu ^gu.hA kalAmahu
bada’a al-.himAru yanhaqu fI i.s.tablihi. \\
fa-qAla lahu .sadIquhu:
’innI ’asma‘u .himAraka yA ^gu.hA yanhaqu. \\
fa-qAla lahu ^gu.hA:
.garIbuN ’amruka yA .sadIqI!
’a-tu.saddiqu al-.himAra wa-tuka_d_dibunI?
\end{arabtext}
\end{document}
Fig. 3.2 – Exemple de fichier source arabtex.
(fichiers logo10, logobf10, logosl10, logod10)
Le package mflogo de LATEX permet d’accéder de manière simple à cette police. En particulier, les
commandes \MF et \MP y sont définies, pour respectivement METAFONT et METAPOST. Ce package est
documenté dans mflogo.ps 43.
Il existe une version Type 1 des polices « logo » utile pour la production de documents PDF (cf. § 3.5).
3. Fichiers propres à METAFONT
Il s’agit des fichiers slant, gray, black qui sont utilisés par METAFONT pour certains modes particuliers
(proof mode, smoke mode), ainsi que par gftodvi.
4. Fontes LATEX
(a) Fontes propres à LATEX : ces fontes sont essentiellement utilisées dans l’environnement picture et
par la classe slides.
(fichiers circle10, circlew10, lasy10, lasyb10, lcircle10, lcirclew10,
lcmss8, lcmssb8, lcmssi8, line10, linew10)
Les polices texte lcm..., au codage OT1, ont aussi un équivalent T1 dans les polices EC.
Il existe une version Type 1 de polices « LATEX » utile pour la production de documents PDF (cf.
§ 3.5).
(b) Fontes invisibles utilisées par la classe slides : ces fontes servent à la classe slides pour établir des
transparents couleurs ou des overlays (cf. chapitre 6). Elles interviennent en particulier dans la commande \invisible de LATEX 2.09 (cf. « LATEX—A document preparation system » [Lamport, 1985,
pp. 136–137]).
Dans LATEX, ces polices sont encore utilisées, mais le texte est rendu invisible par le biais de
\textcolor{white}{...} (package color) [Lamport, 1994, page 82].
43. Source sur CTAN dans macros/latex/contrib/supported/mflogo ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX
navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
3.5. VERSIONS TYPE 1 DES POLICES METAFONT
g
è P AÔ ð
35
c
Am
:
éË
È A¯ ð
è
Q
’¯
Q
é J»
Ë
.
è Q®ƒ
ú¯
g
è P AÔ é JÓ
úÍ @
è Qc @
½Ë
õK Y“
.
c
Am
IÊ¢
.
úG @
,
©¯ X @ ð
Z A‚Ü Ï @
ú¯
½JË @
è YJ« @
òñƒ
.
Ð ñJË @
AJë
 Ë
Ì'
P AÒm
A¯
,
½Ë
õ ®k @
à@
½ JJ« P
.
©J¢ Jƒ @
B
úG @
é ÊJ¢“ @
.
ú¯
õîDK
óƒ @
@ YK
.
éÓ C¿
c
Am
à@
éË
õîDK
c
Am
AK
¼ P AÔ
g
©ÜÞ
…
@
:
?
ú æK Yº K ð
.
Ì'
P AÒm
@
éË
È A®¯
ô Y’ @
c
Am
È A®¯
úG @
é®K Y“
ÉJ¯ ð
.
:
ÕæK
.
AK @
Ì'
P AÒm
@
È A®¯
@ Yg
.
.
c
Am
:
!
ù®K Y“
AK
¼ QÓ @
IK Q«
.
Fig. 3.3 – Source arabtex formaté.
Rappelons que la classe slides remplace l’obsolète format SliTEX.
(fichiers icmex10, icmmi8, icmsy8, icmtt8, ilasy8, ilcmss8, ilcmssb8, ilcmssi8)
Les polices texte ilcm... ont aussi un équivalent dans les polices EC.
5. Fonte calligraphique
(fichier callig15)
6. Fonte manucrÅ
(fichier twcal14)
Cette police peut être utilisée facilement avec le package twcal.
D’autres fichiers sources .mf existent, en particulier pour les alphabets d’autres langues. Citons par
exemple : caractères chinois, hébreux, japonais, sanskrits, pièces du jeu d’échecs, mains, etc. On en trouvera
sur le (LA)TEX navigator une liste très conséquente réalisée par Liam Quin. Les adresses des sites ftp correspondants pourront être trouvées dans les FAQ (Frequently Asked/Answered Questions) pour TEX (cf. §11.2).
3.5
Versions Type 1 des polices
METAFONT
Un certain nombre de versions Type 1 de polices METAFONT sont installées. Ces polices sont des polices
vectorielles et sont préconisées lorsque l’on produit des fichiers PDF (cf. § 10.13.2).
Nous disposons actuellement de versions Type 1 pour les polices suivantes : AMS (extensions de Computer
Modern, Euler, symboles, cyrillique), Computer Modern, DC, polices LATEX (lignes et cercles), logo METAFONT, alphabet calligraphique de Ralph Smith, symboles « St Mary’s Road », symboles Wasy, polices XY-pic.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
36
CHAPITRE 3. LES POLICES
Il n’existe pas à ce jour de version Type 1 des polices EC, principalement parce que leur création représente
un travail considérable. Enfin, des versions Type 1 des polices LH pour le codage cyrillique X2 sont en
préparation.
Les correspondances entre les fichiers tfm et les fichiers Type 1 sont données dans les fichiers .map (sous
/usr/local/tex/texmf/dvips. Par exemple, le fichier correspondant aux polices XY-pic est xypic.map. Si
l’on souhaite que le fichier PostScript produit par dvips contiennent les versions Type 1 uniquement pour
les polices de XY-pic, on créera par exemple un fichier config.xyfonts avec la ligne :
p +xypic.map
Ensuite, il suffira d’appeler dvips avec l’option -Pxyfonts.
En général, toutefois, on sera plutôt intéressé par utiliser toutes les versions Type 1 disponibles. Il suffit
pour cela d’appeler dvips avec l’option -Palltype1 44.
On peut s’attendre à ce que toutes les polices METAFONT soient tôt ou tard converties au format Type 1.
3.6
Comment créer et utiliser une nouvelle fonte
avec METAFONT
La version 2.718 de METAFONT est installée. On y accède par la commande mf. Le principe d’utilisation
est tout à fait similaire à TEX. Un fichier source METAFONT a normalement l’extension .mf. Tout comme un
fichier source TEX, un fichier source METAFONT peut être découpé en plusieurs fichiers. Il y a un fichier racine
et c’est à lui que l’on applique mf. C’est cette hiérarchie de fichiers et l’utilisation de descriptions paramétrées
qui est à la base du concept de méta-fonte.
Pour dessiner soi-même une police METAFONT, on se reportera au METAFONTbook [Knuth, 1986b].
3.6.1
Un exemple
On peut aussi utiliser une méta-fonte et la modifier. Donnons un exemple très simple. Supposons que l’on
veuille engendrer du gras oblique (bold slanted ). Le plus rapide est de reprendre le fichier source (racine) du
gras standard (\bf), à savoir cmbx10.mf, et de modifier son paramètre d’inclinaison. Plus précisément, l’une
des lignes du fichier cmbx10.mf est "slant:=0;". On remplacera par exemple 0 par 0.25.
En renommant 45 ce fichier en mycmbxsl10.mf, en ajoutant la ligne "mode=localfont;" au début et en le
donnant en argument à mf, on obtient mycmbxsl10.tfm et mycmbxsl10.600gf. Puis l’application de gftopk
à mycmbxsl10.600gf donne mycmbxsl10.600pk, utilisable par dvips.
Ces opérations peuvent aussi être réalisées en deux lignes de la manière suivante (sans inclusion de
"mode=localfont;" dans mycmbxsl10.mf) :
mf ’\mode=localfont; input mycmbxsl10.mf’
gftopk mycmbxsl10.600gf
Désormais, on peut écrire en gras oblique (ce n’est pas de l’italique) en écrivant \font\bfsl=mycmbxsl10
au début du fichier TEX, puis {\bfsl un texte gras oblique}.
Il faut toutefois noter que l’on n’a géré qu’une taille et qu’il faudrait en générer d’autres pour rendre cette
police utilisable de manière transparente avec LATEX.
D’autres paramètres que l’inclinaison peuvent être modifiés. On en trouvera une description précise dans
le volume E de la série Computers & Typesetting [Knuth, 1986a]. Des introductions élémentaires à METAFONT sont « METAFONT for beginners » et « How to Create Your Own Symbols in METAFONT and for use
in LATEX documents ». Ces documents sont tous les deux disponibles sur CTAN et le (LA)TEX navigator.
44. config.alltype1 est un fichier créé localement pour faciliter l’inclusion de toutes les polices Type 1 disponibles.
45. Il est bon de prendre l’habitude de donner de nouveaux noms à des fichiers modifiés et d’indiquer en commentaires les
modifications effectuées.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
3.7. FONTES POSTSCRIPT
3.6.2
37
Variables d’environnement
Des variables d’environnement doivent être positionnées si on accède à des fichiers ne figurant pas dans
les chemins de recherche standard. Par exemple, si l’on souhaite accéder à des fichiers .tfm situés dans le
répertoire ~dek/tfm, on écrira ceci :
setenv TFMFONTS ~dek/tfm:
Le « : » à la fin du setenv permet d’inclure les chemins standard, sans les nommer explicitement. Il s’agit
d’une convention que partagent les programmes de la distribution de TEX.
Les différentes variables d’environnement intervenant dans les manipulation de polices sont :
–
–
–
–
TFMFONTS (.tfm) (pour tex ou latex) ;
MFINPUTS (.mf) (pour mf) ;
PKFONTS (.gf ou .pk) (pour xdvi et dvips) ;
VFFONTS (.vf) (pour dvips).
On se reportera au § 10.3 pour ce qui concerne les recherches récursives que les variables d’environnement
rendent possibles.
Les valeurs actuelles (légèrement simplifiées et mises sur plusieurs lignes pour les besoins de la mise en
page) des variables liées aux polices sont les suivantes :
TFMFONTS = .:$HOME/texmf/fonts/tfm//:/usr/local/tex/texmf/fonts/tfm//:
/local/tmpfonts/tfm//
MFINPUTS = .:$HOME/texmf/metafont//:/usr/local/tex/texmf/metafont//:
$HOME/texmf/fonts/source//:/usr/local/tex/texmf/fonts/sources//
PKFONTS = .:{$HOME/texmf/fonts,/usr/local/tex/texmf/fonts,
/local/tmpfonts}/pk/{$MAKETEX_MODE,modeless}//
VFFONTS = .:$HOME/texmf/fonts/vf//:/usr/local/tex/texmf/fonts/vf//
Notes :
– {a,b}/c est équivalent à a/c;b/c dans les définitions de variables d’environnement.
– $MAKETEX_MODE est une variable dont la valeur dépend de la résolution des polices. Au LORIA, elle vaut
cx pour 300 dpi et ljfour pour 600 dpi.
– Les fichiers .pk ne sont pas nécessairement stockés avec le nom que produit gftopk. Ainsi, cmr10.600pk
peut être stocké avec le nom cmr10.pk dans un répertoire dpi600. Ce qui est essentiel, c’est que ce
fichier soit dans un sous-répertoire du bon mode, puisque c’est là le critère de choix du fichier par xdvi
ou dvips.
– Le répertoire modeless dans la définition de PKFONTS correspond à des polices utilisées uniquement
pour la visualisation, par exemple les polices provenant de l’application de gsftopk aux fichiers .gsf
(polices de ghostscript). Ces fichiers ne seront pas utilisés par dvips puisque dans ce cas la définition
de VFFONTS prendra le dessus.
– L’utilisateur de ces variables doit à tout prix éviter de mentionner explicitement les valeurs par défaut,
sous peine de déconvenues futures.
– Les polices générées automatiquement par des appels à METAFONT ou gsftopk sont mises désormais
dans le répertoire /local/tmpfonts accessible pour tout le monde. Ceci diffère de la situation qui
prévalait jusqu’à présent, à savoir où les générations de polices n’étaient non pas globales mais propres
à une machine donnée. La nouvelle situation devrait donc être bénéfique pour tous.
3.7
Fontes PostScript
3.7.1
Fontes disponibles
Les fontes PostScript utilisables sont soit les 35 fontes PostScript résidentes des imprimantes PostScript,
soit celles pour lesquelles on dispose d’un fichier de métrique .afm et d’un fichier .pfa (respectivement .pfb),
c’est-à-dire d’un fichier ASCII (respectivement binaire) d’une fonte PostScript Type 1. LATEX utilise deux
séries de polices PostScript, pour chacun des codages OT1 et T1.
Au total, nous disposons actuellement des polices résidentes AvantGarde, Bookman, Courier, Helvetica,
New Century Schoolbook, Palatino, Symbol, Times, Zapf Chancery et Zapf Dingbats.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
38
CHAPITRE 3. LES POLICES
3.7.2
Utilisation des polices PostScript
3.7.2.1
Commandes de bas niveau
On peut déclarer une telle fonte avec \font ou \newfont, par exemple \newfont{\Courier}{pcrr} puis
l’utiliser simplement avec {\Courier Le facteur}. On peut aussi, de cette manière, modifier la taille des
fontes PostScript avec scaled (cf. § 3.2.3.1).
Il faut noter que les polices PostScript pour TEX existent en plusieurs variétés. Il y a en particulier
les polices « raw », auxquelles correspondaient des noms tels que rpcrr, rptmr, etc. Ces polices n’existent
plus et ont été remplacées en 1995 par des polices dont les noms s’achèvent par 8r, parce qu’il s’agit d’un
codage particulier (8 bits raw ). Ces transformations n’affectent cependant pas l’interface, à savoir les accès
par des noms tels que ptmr ou les divers packages de LATEX. Notons que les suffixes pour les polices virtuelles
PostScript sont 7t pour le codage OT1 et 8t pour le codage T1.
3.7.2.2
Utilisation de packages
À la fois pour les problèmes d’existence de polices et pour ceux de rigidité, on évitera autant que possible
les déclarations explicites de polices dans LATEX. Une meilleure solution est d’utiliser un des packages suivants
(cf. § 3.3.6) :
Packages
avant
bookman
chancery
courier
helvet ou helvetic
newcent ou ncs
palatino
times
pifont
Effet
Texte sf en AvantGarde.
Texte rm en Bookman, sf en AvantGarde et tt en Courier.
Texte en Zapf Chancery.
Texte tt en Courier.
Texte sf en Helvetica.
Texte rm en New Century Schoolbook, sf en AvantGarde et tt en Courier.
Texte rm en Palatino, sf en Helvetica et tt en Courier.
Texte rm en Times, sf en Helvetica et tt en Courier.
Symboles et Zapf Dingbats
Pour avoir un document en Times, on pourra écrire :
\documentclass[11pt]{article}
\usepackage{times}
...
Ces packages ne redéfinissent en fait que les familles \rmfamily, \ttfamily et \sffamily, et toutes les
autres combinaisons s’en déduisent. En revanche le texte italique mathématique — c’est-à-dire ce que l’on
obtient avec \mathnormal — reste en Computer Modern. En cas d’urgence, on peut utiliser la police Times
pour des formules mathématiques grâce au package mathptm, mais le résultat est très moyen car cette police
n’est pas conçue pour la typographie mathématique.
La commande \fontsize peut aussi être utilisée pour sélectionner une taille particulière. Comme les
polices PostScript sont des polices « vectorielles », c’est exactement la taille demandée qui sera choisie et non
plus la taille la plus proche sur une échelle particulière.
3.7.3
Polices PostScript non résidentes
Nous disposons pour le moment d’une seule police PostScript non résidente :
– Police MarVoSym
La police « MarVoSym » (symboles de Martin Vogel) est comme son nom l’indique une police de
symboles. Le package marvosym définit des noms pour chacun d’eux. Voici quelques exemples : *
(\Snowflake), B (\Letter), S (\Leftscissors), c (\EURhv), o (\Football), b (\Writinghand), v
(\Faxmachine), ® (\Bicycle), Ï (\Manfront), Î (\Womanfront), þ (\Womanface), K (\Coffeecup).
(fichier fmvr8x)
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
3.8. COMMENT TROUVER UN CARACTÈRE PARTICULIER ?
3.7.4
39
Documentation
Pour plus de détails sur les fontes PostScript, cf. « Métrique des fontes PostScript » [André et Bur, 1991],
et sur les fontes PostScript virtuelles, cf. « Virtual Fonts : More Fun for Grand Wizards » [Knuth, 1990]. On
consultera aussi avec profit le manuel de dvips sur le (LA)TEX navigator. Enfin, on pourra accéder à un fond
très riche de polices PostScript du domaine public sur WWW 46 .
3.8
Comment trouver un caractère particulier ?
Bien souvent un caractère est accessible par une commande. On se réfèrera aux tables données dans « The
TEXbook » [Knuth, 1984], « LATEX—A Document Preparation System » [Lamport, 1994], . . .
3.8.1
Création de tables
On peut aussi visualiser tous les caractères d’une fonte avec testfont.tex. Voici un exemple d’utilisation
pour engendrer une table de la fonte eurm10, qui fait partie des polices AMS :
tex testfont.tex
This is TeX, Version 3.14159 (Web2C 7.2)
(/usr/local/tex/texmf/tex/plain/misc/testfont.tex
Name of the font to test = eurm10
Now type a test command (\help for help):)
*\help
\init switches to another font;
\end or \bye finishes the run;
\table prints the font layout in tabular format;
...
\help repeats this message;
and you can use ordinary TeX commands (e.g., to \input a file).
*\table
*\end
[1]
Output written on testfont.dvi (1 page, 5748 bytes).
Transcript written on testfont.log.
Ce fichier de test n’est pas adapté à des fontes 8 bits comme les polices EC. On appliquera dans ce cas
LATEX à nfssfont.tex.
3.8.2
Accès individuel à un caractère

On peut aussi accéder à un caractère particulier en donnant simplement son code. Ainsi, pour avoir
, on
peut écrire \font\manual=manfnt puis {\manual\char127}, {\manual\char’177} ou {\manual\char"7F},
suivant que la position du caractère dans la fonte est donnée en décimal, octal ou hexadécimal. On peut aussi
écrire {\manual\symbol{127}}.
3.9
Outils divers
Un certain nombre d’outils de conversion peuvent être utilisés :
46. http://jasper.ora.com/Internet-Font-Archive.html.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
40
CHAPITRE 3. LES POLICES
– bm2font : il s’agit d’un programme permettant de convertir un certain nombre de formats bitmap (PCX,
GIF, BMP, IFF ou LBM, TIFF, IMG, CUT, . . . ) en polices utilisables par TEX, ce qui a en particulier
l’avantage de pouvoir les visualiser avec xdvi. Par exemple :
bm2font -m30 duck.gif
transforme duck.gif en caractères de police TEX de telle sorte que la largeur de l’image résultante
soit 30mm. Cette opération génère duck.tex qui doit être inclus dans le fichier source avec \input.
\setduck (formé de \set et du nom du fichier) sera utilisé pour placer l’image là où on souhaite la faire
apparaître. Il existe de nombreux paramètres permettant d’agir sur les niveaux de gris, etc.
Voici deux exemples :
– bm2font -h600 -v600 -m3 -g -fbart bart2.gif génère bart.tex, barta.600pk et barta.tfm.
Le premier fichier doit être chargé par \input{bart}, le second doit être accessible le driver
(xdvi, dvips, etc.) et le dernier par TEX. L’image créée (barta.600pk) dépend de la résolution,
est obtenue avec
et on a ici choisi une résolution horizontale et verticale de 600 dpi. L’image
\setbart. (Notons que si l’on souhaite réutiliser une image, il faut remplacer \box\bartbox par
\copy\bartbox dans le fichier bart.tex.)
– bm2font -h600 -v600 -m15 -fdr DR.gif génère dr.tex, dra.600pk et dra.tfm. L’image obtenue (dessin original par T. Lambolais) est
Pour de plus amples informations, on se reportera au manuel (bm2fmane.dvi 47). On notera que l’utilitaire pk2bm effectue une opération inverse de celle de bm2font.
– fig2MF : il s’agit d’un programme convertissant un fichier .fig en un fichier METAFONT utilisant les
macros de mfpic. Exemple d’utilisation : si on a un fichier avion.fig, on écrit :
fig2MF avion.fig > avion.mf
mf ’\mode=localfont;input avion’
ce qui donne un fichier avion.tfm directement utilisable par TEX. Si la position du caractère créé est
33, on pourra utiliser le fichier TEX suivant :
\font\test=avion
{\test\char33}
\bye
Pour de plus amples informations, on se reportera au manuel (fig2MFman.dvi 48).
3.10
Polices et divisions des mots
Dans TEX, les mots comportant des caractères accentués composés ne peuvent pas être coupés. Cette
limitation a été supprimée dans MlTEX. Toutefois, l’apparition de nouvelles polices où les caractères accentués
sont monolithiques (les polices EC) permet enfin d’utiliser TEX pour le français. LATEX tourne sur notre site
sur un moteur TEX (cf. chapitres 1 et 2) et on doit donc presque obligatoirement utiliser les polices EC pour
du français. Rappelons que ces polices peuvent être sélectionnées avec \usepackage[T1]{fontenc}.
47. Source sur CTAN dans graphics/bm2font ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
48. Source sur CTAN dans graphics/fig2mf ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
41
Chapitre 4
BIBTEX et les références
bibliographiques
Ce chapitre donne quelques conseils sur l’utilisation conjuguée de BIBTEX et de LATEX et sur la manière
de créer, d’éditer et de gérer correctement des fichiers .bib.
4.1
Quelques rappels
Les utilisateurs novices sont souvent étonnés, voire irrités, par le nombre de passages nécessaires avec
LATEX avant et après un passage de BIBTEX. Cela s’explique pourtant aisément par le fait que LATEX travaille
en une seule passe sur le texte. Prenons un exemple : voici quelques extraits d’un source LATEX ; appelons-le
toto.tex :
\documentclass[twocolumn]{article}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[latin1]{inputenc}
\usepackage{french}
...
\begin{document}
...
\bibliographystyle{plain}
...
... ce qui est encore un problème ouvert~\cite{joseph92a}.
...
\bibliography{image}
\end{document}
Le fichier image.bib correspondant contient quelque part l’enregistrement suivant :
@ARTICLE{joseph92a,
AUTHOR = {S.~H. Joseph and T.~P. Pridmore},
TITLE = {{Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering Drawings}},
YEAR = {1992},
JOURNAL = {IEEE Transactions on PAMI},
PAGES = {928--940},
NUMBER = {9},
VOLUME = {14},
MONTH = sep
}
Au premier passage sur toto.tex, LATEX note le style de présentation souhaité pour les références bibliographiques (plain) et le fait qu’il est fait appel à une référence de clé joseph92a. Celle-ci lui étant pour
l’instant inconnue, vous avez un message d’erreur du genre :
LaTeX Warning: Citation ‘joseph92a’ on page 1 undefined on input line 138.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
42
CHAPITRE 4. BIBTEX ET LES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
Les informations de ce type glanées au passage sont écrites dans le fichier toto.aux, où l’on retrouve donc
entre autres les lignes suivantes :
\bibstyle{plain}
\citation{joseph92a}
...
\bibdata{image}
L’étape suivante est alors de lancer BIBTEX sur le fichier par la commande bibtex toto. BIBTEX va alors
examiner le fichier toto.aux pour trouver les clés demandées, le nom du fichier bibliographique dans lequel
on souhaite chercher les références correspondantes (en l’occurrence image.bib, qui doit se trouver dans un
des chemins donné par la variable d’environnement BIBINPUTS) et le style de présentation choisi par l’auteur,
qui lui permet de choisir le bon fichier de style bibliographique (qu’il recherche dans les répertoires indiqués
par la variable d’environnement BSTINPUTS), en l’occurrence plain.bst, comme indiqué par la commande
\bibliographystyle. Les variables BIBINPUTS et BSTINPUTS ont par défaut les valeurs suivantes :
BIBINPUTS = .:$HOME/texmf/bibtex/bib//:/usr/local/tex/texmf/bibtex/bib//
BSTINPUTS = .:$HOME/texmf/bibtex/bst//:/usr/local/tex/texmf/bibtex/bst//
Pour plus de détails sur la modification des variables d’environnement, voir le chapitre 10.
À partir de toutes ces informations, BIBTEX construit le fichier toto.bbl, qui contiendra donc entre autres
les lignes suivantes 49 :
\bibitem{joseph92a}
S.~H. Joseph and T.~P. Pridmore.
\newblock {Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering
Drawings}.
\newblock {\em IEEE Transactions on PAMI\/}, 14(9):928--940, September 1992.
C’est ce fichier qui est inclus lors d’un passage ultérieur de LATEX, au moment où celui-ci rencontre
l’instruction \bibliography{image}. Or regardons de plus près ce qui se passe au deuxième passage de
LATEX sur toto.tex. Au moment où la citation \cite{joseph92a} est analysée, le fichier toto.bbl n’a pas
encore été inclus et le fichier toto.aux ne contient donc aucune information permettant de remplacer la citation
par le bon numéro. Cette information n’est écrite dans toto.aux qu’à la lecture de toto.bbl, déclenchée par
l’instruction \bibliography :
...
\bibcite{joseph92a}{5}
...
Maintenant le tour est joué 50 , et au troisième passage de LATEX (le deuxième après le passage de BIBTEX),
la citation peut être remplacée par une clé numérique, en l’occurrence [5].
Pour résumer ce mécanisme, le schéma suivant montre quels fichiers sont créés ou changés à chaque étape :
toto.tex
toto.aux
toto.bbl
toto.aux
toto.dvi
−−−−−→ latex −−−−−→ bibtex −−−−−→ latex −−−−−→ latex −−−−−→
x
image.bib 
plain.bst 
4.2
Compléments d’information sur BIBTEX
Pour l’utilisation de BIBTEX, nous renvoyons le lecteur en premier lieu au livre de Lamport [Lamport, 1994]
et au LATEX Companion [Goossens et al., 1994, chapitre 13]. Pour ceux qui ne connaissent de BIBTEX que ce
qu’en disait la première édition de Lamport, il faut savoir que cet outil a évolué depuis ; par conséquent, il
49. Idéalement, le fichier toto.bbl devrait utiliser \emph au lieu de \em, mais malheureusement la plupart des styles bibliographiques n’ont pas encore été mis à jour pour LATEX 2ε .
50. Un bon indice du fait qu’on a fait assez de passages, c’est qu’on n’a plus des messages du genre Rerun to get cross-references
right ou quelque chose de ce genre !
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
4.2. COMPLÉMENTS D’INFORMATION SUR BIBTEX
43
nous semble bon de donner ici quelques « trucs » sur BIBTEX, tirés de la documentation « BIBTEXing », de
Oren Patashnik (fichier btxdoc.tex 51), dont la lecture est vivement conseillée.
– Si vous voulez citer toutes les références d’un fichier (par exemple pour avoir une sortie papier propre
de votre fichier favori biblio.bib), il suffit d’écrire \nocite{*}.
– Concaténation de chaînes :
@STRING{REC = "Le livre des records "}
...
@BOOK{records89,
TITLE = REC # 1989,
...
@BOOK{records92,
TITLE = REC # 1992,
...
– À l’heure actuelle, BIBTEX ne gère pas encore correctement les caractères 8-bits en particulier vis-à-vis
du tri, et il faut donc les accentuer avec les moyens classiques. Les caractères accentués dans un champ
(par exemple AUTHOR), pour être correctement pris en compte dans la construction d’étiquettes, doivent
être mis comme suit :
AUTHOR = {F. L{\’e}otard}
On peut toutefois laisser des caractères 8 bits s’il est sûr que ceux-ci n’interviennent pas dans la construction d’étiquettes ou le tri.
– Les types @PHDTHESIS et @MASTERSTHESIS admettent maintenant un champ TYPE, ce qui permet d’enregistrer une thèse française sans utiliser @TECHREPORT ou @MISC. Il suffit de mettre « Thèse de doctorat »
dans le champ TYPE :
TYPE = {Th{‘e}se de doctorat},
SCHOOL = {Universit{\’e} Henri Poincar{\’e} Nancy~1}
– S’il y a trop d’auteurs pour que l’on désire mettre la liste complète, on peut terminer une liste d’auteurs
par « and others »; les styles standard savent convertir ceci en « et al. » ou quelque chose de ce genre
quand on cite une telle entrée.
Rappelons par ailleurs que dans tous les cas les auteurs doivent être séparés par le mot clé ‘and’ et non
par des virgules, des ‘et’ ou d’autres séparateurs.
– Les caractères de commentaires LATEX (%) ne sont pas des caractères de commentaires dans un fichier
BIBTEX. Toutefois, tout ce qui est compris entre deux enregistrements (et qui ne contient pas le caractère
@) n’est pas traité par BIBTEX.
– Cas des noms d’auteurs compliqués : les trois formes sous lesquelles on peut mettre un nom d’auteur
sont :
– Prénom particule Nom
– particule Nom, Prénom
– particule Nom, Jr, Prénom
BIBTEX distingue une (ou des) particule(s) éventuelle(s) par le fait qu’elle(s) commence(nt) par une
minuscule. La première forme convient en fait dans la grande majorité des cas. Par exemple, on pourra
écrire « Jean de Fresnes », mais il faudra écrire « Du Bois, Jacques » si on ne veut pas que BIBTEX
considère « Jacques » et « Du » comme les deux prénoms de la personne en question.
Nous rencontrons tous régulièrement des cas d’entrées bibliographiques que nous avons du mal à décrire
de manière satisfaisante avec un des types d’enregistrement standard. Voici quelques conseils :
– Les champs PUBLISHER et EDITOR désignent respectivement la maison d’édition et le(s) rédacteur(s)
scientifique(s) d’une compilation d’articles ou d’un ouvrage collectif.
– Pour un article dans un journal, si vous n’avez qu’un numéro, choisissez prioritairement VOLUME plutôt
que NUMBER.
51. Source sur CTAN dans biblio/bibtex/distribs/doc ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
44
CHAPITRE 4. BIBTEX ET LES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
– Si vous notez seulement les initiales des prénoms d’un auteur qui en a plusieurs, séparez de préférence ces
initiales par un blanc insécable entre l’avant-dernière et la dernière initiale. Par exemple : C.~B. Jones.
Si le prénom est composé, indiquez le tiret, comme dans J.-P. Jouannaud.
– Le champ ADDRESS est utilisé pour noter l’adresse de la maison d’édition pour un livre ; pour des actes
de conférence, il sert habituellement à noter le lieu de la conférence, bien que certains puristes préfèrent
mettre celui-ci dans le champ BOOKTITLE, à la suite de l’intitulé de la conférence.
– Des séries comme les Lecture Notes in Computer Science posent problème parce qu’elles servent à la fois
à publier des actes de conférences, des monographies et des ouvrages collectifs. Nous suggérons d’utiliser
le champs SERIES pour indiquer l’appartenance à une telle série. Ainsi, un article dans les actes d’une
conférence pourra être indiqué par :
@INPROCEEDINGS{jones93,
AUTHOR = {C.~B. Jones},
TITLE = {{Constraining Interference in an Object-Based Design Method}},
BOOKTITLE = {TAPSOFT’93 (Theory and Practice of Software Development)},
SERIES = {Lecture Notes in Computer Science},
VOLUME = {668},
PUBLISHER = {Springer Verlag},
YEAR = {1993},
EDITOR = {M.-C. Gaudel and J.-P. Jouannaud},
PAGES = {136--150}
}
alors qu’une monographie dans cette même série sera décrite comme ceci :
@BOOK{lenz90,
AUTHOR = {R. Lenz},
TITLE = {{Group Theoretical Methods in Image Processing}},
YEAR = {1990},
ADDRESS = {Berlin},
PUBLISHER = {Springer Verlag},
VOLUME = {413},
SERIES = {Lecture Notes in Computer Science}
}
– Nous sommes quelquefois amenés à citer une partie d’un ouvrage, par exemple un chapitre d’un livre,
un article d’une encyclopédie, certaines pages d’un livre, etc. La plupart de ces citations entrent dans
deux catégories :
– l’ouvrage complet est une monographie (c’est-à-dire un sujet bien déterminé, traité globalement
par un ou plusieurs auteurs) ;
– l’ouvrage complet est une collection de contributions de divers auteurs.
Dans le premier cas, nous pouvons soit citer l’ouvrage complet (par exemple avec @BOOK) et mettre
en note les parties plus précisément référencées, ou bien utiliser un enregistrement @INBOOK. Dans ce
dernier cas, on ne pourra indiquer que le titre global de l’ouvrage. Enfin, l’extrait peut être indiqué au
moyen du champ CHAPTER (le champ TYPE permettant de référencer d’autres subdivisions en indiquant
leur nom) :
@INBOOK{apt1991,
AUTHOR =
TITLE =
CHAPTER =
PUBLISHER =
YEAR =
SERIES =
PAGES =
}
"Krzysztof R. Apt and Ernst-R{\"u}diger Olderog",
"{Verification of sequential and concurrent programs}",
"‘‘Introduction to Program Verification’’",
"New York : Springer-Verlag",
"1991",
"Texts and monographs in computer science",
"365--429",
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
4.3. LISTE DES STYLES BIBLIOGRAPHIQUES DISPONIBLES
45
Dans le second cas, l’ouvrage a un coordinateur et on utilisera plutôt l’enregistrement @InCollection :
@INCOLLECTION{doggett1992,
AUTHOR =
"Lyle E. Doggett",
TITLE =
"{Calendars}",
BOOKTITLE =
"Explanatory Supplement to the Astronomical Almanac",
YEAR =
"1992",
EDITOR =
"P. K. Seidelman",
CHAPTER =
"",
PAGES =
"575-608",
PUBLISHER =
"University Science Books, Mill Valley, California",
NOTE =
"",
}
4.3
Liste des styles bibliographiques disponibles
Tous les styles bibliographiques sont des fichiers XXXX.bst. Les styles standard se trouvent dans /usr/local/tex/texmf/bibtex/bst. Pour chaque style, les version fXXXX correspondent à des versions francisées
(« rédacteur » au lieu d’« editor », « et » au lieu de « and », etc.). Les styles sont écrits dans un langage à
pile postfixé qui est documenté dans btxhak.tex 51, dont nous conseillons la lecture à ceux qui voudraient
écrire leur propre style bibliographique ou même opérer des modifications non triviales à un style existant
(voir aussi le LATEX Companion [Goossens et al., 1994, § 13.8 et 13.9]). Une autre possibilité est d’utiliser
le programme TEX makebst.tex, qui est installé (il suffit de lancer la commande tex makebst) et dont la
documentation se trouve sur le (LA)TEX navigator. Ce programme vous pose toute une série de questions et
fabrique un style bibliographique sur mesure à partir de vos réponses à ces questions.
Nous passons en revue dans ce qui suit les principaux styles existant sur le site. Parfois, nous illustrons ce
style en montrant le type de présentation qu’il produit sur un exemple. Il va sans dire qu’à moins d’allonger
démesurément ce chapitre, nous ne pouvons pas illustrer toutes les particularités de chaque style et que les
exemples choisis n’en couvrent donc qu’une partie. Nous invitons le lecteur à faire ses propres expériences
pour compléter les « pointeurs » donnés ici.
4.3.1
Famille plain
Les clés engendrées sont des numéros, de la forme [3]. Variantes :
– plain et fplain : version de base :
[5] S. H. Joseph and T. P. Pridmore. Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering Drawings.
IEEE Transactions on PAMI, 14(9) :928–940, September 1992.
– abbrv et fabbrv : version avec abréviations standard définies pour les journaux d’informatique. Un certain
nombre d’abréviations sont prédéfinies ; on peut trouver lesquelles en cherchant les définitions commençant par MACRO dans le fichier .bst correspondant. Notons au passage que les abréviations des mois sont
systématiquement définies dans tous les styles standard ; on n’a donc a priori jamais besoin de mettre
le mois explicitement dans le champ MONTH, il vaut mieux utiliser les abréviations (jan, feb, mar, etc.),
ce qui a l’avantage supplémentaire de donner les mois en français pour les styles francisés et en anglais
pour les styles standard.
– acm : style ACM Transactions, proche de abbrv mais avec les noms en petites capitales et sous la forme
« Nom, initiales », et certaines dates entre parenthèses :
[5] Joseph, S., and Pridmore, T. Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering Drawings.
IEEE Transactions on PAMI 14, 9 (September 1992), 928–940.
– amsplain : une variante de plain par American Mathematical Society ; si plusieurs références qui se suivent
ont les mêmes auteurs, ceux-ci ne sont pas répétés mais remplacés par un trait :
[5] S. H. Joseph and T. P. Pridmore, A System for the Interpretation of Images of Graphics, Pre-proceedings
of IAPR Workshop on Syntactic and Structural Pattern Recognition, Murray Hill, NJ (USA), 1990,
pp. 154–164.
[6]
, Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering Drawings, IEEE Transactions on
PAMI 14 (1992), no. 9, 928–940.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
46
CHAPITRE 4. BIBTEX ET LES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
– unsrt et funsrt : version de plain où les références ne sont pas triées par ordre alphabétique mais apparaissent dans l’ordre dans lequel elles sont citées.
– ieeetr : style correspondant aux IEEE Transactions, proche de unsrt :
[1] S. Joseph and T. Pridmore, “Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering Drawings,”
IEEE Transactions on PAMI, vol. 14, pp. 928–940, September 1992.
– siam : variante de plain, noms en petites capitales, titres en italiques :
[5] S. Joseph and T. Pridmore, Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering Drawings,
IEEE Transactions on PAMI, 14 (1992), pp. 928–940.
4.3.2
Famille alpha
Les clés sont de la forme [ABC92]. Variantes :
– alpha et falpha : un auteur donne [Tom91], deux auteurs [VT90], trois auteurs [ACT90], etc.
[JP92] S. H. Joseph and T. P. Pridmore. Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering Drawings. IEEE Transactions on PAMI, 14(9) :928–940, September 1992.
– alpha3 et falpha3 : on prend les trois premières lettres du premier auteur quel que soit le nombre d’auteurs :
[Jos 92] S. H. Joseph and T. P. Pridmore. Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering
Drawings. IEEE Transactions on PAMI, 14(9) : 928–940, September 1992.
– amsalpha : une variante de alpha par American Mathematical Society :
[JP92] S. H. Joseph and T. P. Pridmore, Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering Drawings, IEEE Transactions on PAMI 14 (1992), no. 9, 928–940.
– beta3, fbeta3 et apbeta3 : une variante de alpha3 sans blanc entre lettres et chiffres ([Jos92]) ; apbeta3
est une toute petite variante supplémentaire (une espace ajoutée avant les numéros de pages).
4.3.3
Famille long
Les clés sont formées par un ou des noms complets d’auteurs. Variantes :
– long et flong : nom complet du premier auteur :
[Joseph 92] S. H. Joseph and T. P. Pridmore. Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering
Drawings. IEEE Transactions on PAMI, 14(9) :928–940, September 1992.
– realfullname et frealfullname : ajoutent et al. s’il y a deux auteurs ou plus. Présentent les auteurs et
certains autres champs différemment de long :
[Joseph et al.92] Joseph (S. H.) et Pridmore (T. P.). – Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical
Engineering Drawings. IEEE Transactions on PAMI, vol. 14 (9), September 1992, pp. 928–
940.
– apalike 52 : pas d’étiquettes dans la bibliographie, mais une liste triée où chaque entrée apparaît de la
manière suivante :
Joseph, S. and Pridmore, T. (1992). Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering Drawings.
IEEE Transactions on PAMI, 14(9) :928–940.
À utiliser avec le package apalike pour que les commandes \cite engendrent des chaînes de la forme
(Joseph and Pridmore, 1992).
Un certain nombre d’autres styles existent dans cette même veine, avec plus ou moins de fonctionnalités
suivant les cas, et des packages associés pour engendrer soit des citations du type précédent, soit des
citations plus courtes, par exemple (1992), (Joseph), etc. grâce à des commandes telles que \fullcite,
\shortcite, \citeyear, etc. Pour plus de précisions, nous vous conseillons de vous reporter au mode
d’emploi de ces packages, qui est habituellement inclus en commentaires au début du fichier. Nous vous
donnons ici les pointeurs uniquement :
• authordate{1,2,3,4}, quatre variantes mineures (voir commentaires dans les fichiers .bst correspondants) à accompagner du package authordate1-4.
52. Like the American Psychology Association.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
4.4. QUELQUES OPTIONS OU PACKAGES LATEX UTILES POUR LES CITATIONS
47
• chicago et sa variante avec annotations chicagoa, à utiliser avec le package chicago.
• theapa et newapa avec les packages de même nom.
– named et fnamed : un peu comme long, avec des clés qui, suivant le nombre d’auteurs, prennent les
formes : [Preiss, 1984], [Joseph and Pridmore, 1992] ou [Tsujio et al., 1992] :
[Joseph and Pridmore, 1992] S. H. Joseph and T. P. Pridmore. Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering Drawings. IEEE Transactions on PAMI, 14(9) :928–940, September 1992.
[Preiss, 1984] K. Preiss. Constructing the Solid Representation from Engineering Projections. Computers and
Graphics, 8(4) :381–389, 1984.
[Tsujio et al., 1992] S. Tsujio, T. Ono, and S.S. Lee. Computer-Aided Drawing Check for CAD Systems —
A Method for the Checking of Dimensions in Multiview Mechanical Drawings. In Proceedings of IEEE
International Conference on Systems Engineering, Kobe (Japan), pages 234–237, September 1992.
À utiliser avec le package named, qui permet de varier les types de citations (cf. § 4.4).
– La famille de styles bibliographiques Harvard a été installée sur notre site. Elle comprend le package
harvard, et six styles bibliographiques, qui peuvent soit être sélectionnés de manière classique par la
commande \bibliographystyle, soit par passage d’option au chargement du package : agsm, dcu, jmr,
jphysicsB, kluwer et nederlands. Les fonctionnalités offertes dans cette famille de styles sont particulièrement complètes : les commandes \citeasnoun, \possessivecite et \citeaffixed permettent des
variantes de citation dans le texte, la commande \citationmode permet de choisir le degré d’emploi
d’abréviations souhaité, les commandes \citeyear et \citeyear permettent les citations, etc. La présentation de la bibliographie est par défaut proche de celle d’apalike, mais on peut sélectionner des
variantes de parenthésage par la commande \harvardparenthesis.
4.3.4
Divers
Voici des styles que nous n’avons pas testés (bogués ou non documentés), mais qui existent sur notre site :
fullname, newalpha. Il existe aussi beaucoup d’autres styles récupérables par ftp sur des sites archives, en
particulier pour répondre aux présentations exigées par un certain nombre de revues.
4.4
Quelques options ou packages LATEX utiles pour les citations
Le choix d’un style bibliographique est bien entendu primordial pour la présentation des références bibliographiques. Mais vous pouvez aussi modifier les présentations de la bibliographie ou des références à celle-ci
par un choix judicieux de packages ou d’options. En voici quelques-uns disponibles sur notre site ; comme
d’habitude, nous ne donnons que quelques pointeurs, et une lecture attentive de la partie commentaire des
fichiers correspondants est souvent conseillée pour une maîtrise complète de leur fonctionnement. Si nous ne
donnons aucune précision, on a affaire par défaut à un package (c’est le cas le plus fréquent) :
breakcites permet la division d’une citation dans le texte, ce qui est très pratique, en particulier avec les styles
engendrant des clés longues.
cite remplace une série de trois ou plus numéros consécutifs par l’intervalle correspondant (par exemple,
[4,5,6,7,9,8] est remplacé par [4-7,9,8]).
citesort est une variante du précédent qui en plus trie les références (par conséquent, sur l’exemple précédent,
le résultat serait [4-9]).
rangecite fait en gros la même chose que citesort.
overcite est une autre variante de cite qui remplace par des intervalles et met la citation en exposant, comme
ici[4−7,9] .
supercite met aussi les citations en exposant, mais sans créer d’intervalles.
draft est un package utile en cours de rédaction qui marque notamment dans la marge les clés de citation
utilisées par un \cite. Il ne sert d’ailleurs pas uniquement à la bibliographie et nous vous conseillons
de lire son en-tête pour une documentation plus détaillée.
named s’utilise en conjonction avec le style bibliographique named ; il permet plusieurs types de citations dans
le texte :
– \cite{key} a le comportement normal → [Joseph and Pridmore, 1992],
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
48
CHAPITRE 4. BIBTEX ET LES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
– \shortcite{key} ne donne que l’année → [1992],
– \citeauthor{key} donne seulement l(es) auteur(s), sans crochets → Joseph and Pridmore,
– \citeyear{key} ne donne que l’année → 1992
Comme indiqué précédemment, le même type de fonctionnalités existe pour un certain nombre d’autres
styles bibliographiques de la famille APA (American Psychology Association) et les packages associés.
harvard a été décrit précédemment ; il offre les nombreuses fonctionnalités de la famille de styles Harvard.
spacecites ajoute des blancs entre les citations quand plusieurs d’entre elles sont incluses dans une même
paire de crochets : [Furu86,Furu87] → [Furu86, Furu87].
openbib est une option et non un package ; elle permet d’insérer un retour à la ligne après chaque bloc principal
dans la bibliographie. Ainsi, avec le style bibliographique plain, l’exemple qui nous accompagne tout au
long de ce chapitre donne avec l’option openbib :
[5] S. H. Joseph and T. P. Pridmore.
Knowledge-Directed Interpretation of Mechanical Engineering Drawings.
IEEE Transactions on PAMI, 14(9) :928–940, September 1992.
Attention : pour que openbib fonctionne, il faut que le style bibliographique que vous utilisez sépare les
différents blocs principaux, dans votre fichier toto.bbl, par l’instruction \newblock, ce qui n’est pas le
cas de tous les styles mentionnés au § 4.3.
chapterbib permet de créer plusieurs bibliographies dans un même ouvrage. Pour cela, chaque partie de votre
source qui doit avoir sa propre bibliographie doit être incluse par une commande \include (pas \input !)
et les commandes \bibliography et \bibliographystyle doivent être données dans ces fichiers inclus
et non dans le fichier maître.
bibunits permet aussi de créer plusieurs bibliographies séparées, une par unité de texte, l’étendue d’une
unité pouvant soit être définie de manière globale par la commande \bibliographyunit (exemple :
\bibliographyunit{\chapter} pour que chaque chapitre soit une unité) ou explicitement en ouvrant
des environnements bibunit.
bibtopics : ce package permet de partager une bibliographie entre plusieurs unités.
authorindex : ce package permet de générer une liste de tous les auteurs cités dans un ouvrage, avec la liste
des pages où les citations en question apparaissent. Le package s’appuye sur un script perl.
easybib : ce package permet d’écrire des bibliographies avec une syntaxe d’AMS-TEX.
footbib : ce package permet de faire apparaître les entrées bibliographiques en notes de bas de page. La
documentation se trouve sur le (LA)TEX navigator.
margbib : ce package positionne les labels des références bibliographiques dans la marge.
4.5
Manipuler un fichier BIBTEX
Pour manipuler un fichier BIBTEX, plusieurs outils sont disponibles sur notre site :
– Le package bibtex sous emacs contient un utilitaire très puissant et convivial 53 pour manipuler des
fichiers de références bibliographiques au format BIBTEX. Pour ajouter aisément des citations bibliographiques dans un fichier LATEX, on aura recours au package RefTeX (cf. § 10.10).
– Il existe un certain nombre de logiciels du domaine public, sous X-Window, pour manipuler des fichiers
BIBTEX. Citons notamment bibcard et bibview. Ce dernier est installé sur le site, et sa documentation
est disponible sur le (LA)TEX navigator.
– Le programme aux2bib permet de créer un fichier .bib à partir d’un fichier .aux, ce qui est un moyen
d’extraire d’un fichier .bib les entrées utilisées effectivement (voir aussi bibtool et tex2bib).
– L’utilitaire bibtool permet un certain nombre de manipulations utiles sur les fichiers BIBTEX, telles
que le formatage (pretty-printing), la vérification d’erreurs de syntaxe, le tri, la génération automatique
de clés, l’extraction de certaines entrées, etc.
Par exemple, si un document main.tex puise des références dans le fichier mabib.bib, il est possible de
ne garder que les références citées en écrivant :
bibtool -x main.aux -o main.bib mabib.bib
53. Pour ceux qui n’ont pas peur de mémoriser les séquences de caractères de contrôle emacs.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
4.6. L’AVENIR
49
et main.bib sera un sous-ensemble de mabib.bib.
La documentation est consultable sur le (LA)TEX navigator .
– bibclean 54 formate de manière agréable un fichier BIBTEX et signale les erreurs de syntaxe éventuelles.
– tex2bib est un script perl qui convertit des commandes \bibitem d’un document vers le format
BIBTEX.
– L’utilitaire printbib permet d’imprimer un fichier de bibliographie.
4.6
L’avenir
BIBTEX rend indéniablement de grands services, mais possède quand même un certain nombre de limitations inhérentes à sa conception et à sa philosophie. On peut entre autres mentionner les points suivants :
– Il reste difficile de gérer plusieurs bibliographies pour un même ouvrage. Nous avons bien quelques
adaptations locales (par exemple pour trier par catégories les publications du laboratoire dans le rapport
scientifique), mais elles restent plutôt du domaine du hack.
– Il est presque impossible de garantir dans une même liste de références bibliographiques que les références
à des ouvrages en français soient données en français (« et » au lieu de « and », mois en français, etc.),
les anglaises en anglais, les allemandes en allemand, etc. Il faut cependant noter que tout le monde n’est
pas d’accord pour souhaiter ce genre de fonctionnalité...
– L’utilisation de plusieurs fichiers de références pose régulièrement le problème des clés non uniques : une
même clé peut faire référence à des enregistrements différents dans deux fichiers.
– On aimerait parfois avoir un index inverse dans la liste des références bibliographiques, renvoyant par
exemple au(x) numéro(s) de page où chaque entrée est référencée 55 .
Dans un avenir que nous espérons proche, nous devrions avoir la version « définitive » (1.0) de BIBTEX,
décrite par son auteur Oren Patashnik dans une communication lors de la conférence annuelle du TUG
(TEX Users Group) de 1994 [Patashnik, 1994]. Les améliorations prévues répondent à une partie de la liste
précédente, et devraient en particulier porter sur la mise à disposition d’un programme Bibsty facilitant
la création de styles bibliographiques personnalisés, la possibilité de gérer un index inverse des références,
une meilleure prise en compte des caractères 8 bits 56 en particulier pour le tri, le support de bibliographies
multiples dans un même document, quelques commandes supplémentaires, en particulier une commande de
modification en cas de nouvelle édition d’un livre pointé par plusieurs références, la possibilité de spécifier le
fichier source dans la commande \cite, en cas d’ambiguïté, un mode d’extraction de la bibliographie citée à
partir d’un fichier plus gros, etc.
D’autres évolutions de BIBTEX commencent aussi à voir le jour, proposant des solutions aux problèmes
mentionnés et diverses extensions de fonctionnalités. Citons en particulier le package Camel [Bennett, 1995b;
Bennett, 1996], qui n’a malheureusement servi pour l’instant qu’à l’écriture d’un module de citations spécialisé
dans le domaine juridique [Bennett, 1995a] 57 .
54. Source sur CTAN dans biblio/bibtex/utils/bibclean ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
55. Des solutions existent pour cette dernière fonctionnalité ; voir les styles de la famille bib-xref.
56. Notons qu’une version 8 bits non officielle de BIBTEX est installée sous le nom bibtex8b.
57. On trouvera plus d’informations sur Camel sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
50
CHAPITRE 4. BIBTEX ET LES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
51
Chapitre 5
L’insertion des figures et des dessins
Cette partie présente les moyens disponibles au LORIA pour créer et insérer une figure ou un dessin
dans un document LATEX. Pour plus d’informations, le lecteur est fortement invité à consulter le livre très
complet intitulé The LATEX Graphics Companion [Goossens et al., 1997] ou à défaut les chapitres 10 (Portable
Graphics in LATEX ) et 11 (Using PostScript) du LATEX Companion [Goossens et al., 1994], le chapitre 7
(Pictures and Colors) du manuel de référence [Lamport, 1994], ou un article récent de Michel Goossens et
Michèle Jouhet [Goossens et Jouhet, 1995].
Rappelons qu’un document (LA)TEX est transformé en un fichier Dvi (device independent ) par les commandes tex ou latex, par exemple. Ensuite, pour que ce fichier puisse être imprimé, il doit être converti
dans le langage de l’imprimante, en l’occurrence PostScript pour toutes les imprimantes de notre site. C’est
la commande dvips qui réalise cette opération (cf. § 10.11.1 et § 10.11.2).
Tout d’abord, LATEX lui-même permet de créer des figures directement, par ses primitives ou par l’intermédiaire de packages disponibles sur notre site. Nous donnerons quelques pointeurs sur ces possibilités, qui
ont l’avantage principal de donner du graphique complètement portable, c’est-à-dire indépendant des moyens
d’impression.
Par ailleurs, la commande dvips permet également d’insérer simplement des figures créées à l’aide des
outils disponibles sur le réseau du LORIA, tels que tgif, xfig ou METAPOST, ou quelque autre graphique
ou image que ce soit disponible sous forme Encapsulated PostScript , ou même PostScript tout court, mais
dans ce dernier cas il faudra parfois préciser les dimensions du graphique. Ces figures sont positionnées dans le
source LATEX grâce à la commande \special, qui peut être employée directement mais qui est habituellement
« encapsulée » dans un package.
5.1
5.1.1
Écrire du graphique en LATEX pur
L’environnement picture
L’environnement picture est disponible en standard en LATEX et permet de réaliser des dessins en traçant
des traits, des flèches, des cercles et des boîtes. Voir le manuel de référence [Lamport, 1994, page 118] ou le
paragraphe 10.2 du LATEX Companion [Goossens et al., 1994].
Les cercles ont un diamètre limité et les pentes des droites ne peuvent pas avoir n’importe quelle valeur
(nombre rationnel dont le numérateur et le dénominateur sont en valeur absolue inférieurs ou égaux à 6, ou
4 pour les flèches) car les lignes sont construites à partir d’un ensemble restreint de segments. Il est bien
sûr possible d’insérer librement du texte dans les dessins, ce texte utilisant par défaut la police courante.
Cependant, les dessins sont limités (pas de courbes, pas de motifs complexes. . . ) et assez fastidieux à définir.
La figure 5.1 donne un exemple de dessin et le code correspondant.
Un certain nombre de packages ont été développés au-dessus de picture. Citons :
– epic qui réduit le nombre de calculs nécessaires pour positionner correctement les objets graphiques
qu’on définit, grâce à des commandes d’un peu plus haut niveau et à une syntaxe plus souple, pour
tracer des traits de différents types. Son extension eepic ajoute des moyens de tracer des cercles, des
ellipses et des splines, de donner des attributs d’épaisseur aux traits et de remplir des zones fermées,
etc. Voir § 10.3 et § 10.4 du LATEX Companion [Goossens et al., 1994] pour plus de détails.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
52
CHAPITRE 5. L’INSERTION DES FIGURES ET DES DESSINS
HH
Y
H
uÆ u
Æ
voiture
cm
1
2
3
4
5
\newcounter{cms}
\setlength{\unitlength}{1mm}
\begin{picture}(50,39)
\put(15,20){\circle{6}}
\put(30,20){\circle{6}}
\put(15,20){\circle*{2}}
\put(30,20){\circle*{2}}
\put(10,24){\framebox(25,8){voiture}}
\put(10,32){\vector(-2,1){10}}
\multiput(10,7)(10,0){5}{\addtocounter{cms}{1}
\makebox(0,0)[b]{\arabic{cms}}}
\put(0,7){\makebox(0,0)[bl]{cm}}
\multiput(1,0)(1,0){49}{\line(0,1){2,5}}
\multiput(5,0)(10,0){5}{\line(0,1){3,5}}
\thicklines
\put(0,0){\line(1,0){50}}
\multiput(0,0)(10,0){6}{\line(0,1){5}}
\end{picture}
Fig. 5.1 – Un exemple de dessin avec l’environnement picture et le code LATEX correspondant.
Nb
30
40
30
20
10
0
15
10
Fév
Mai
5
H
HH
HH
HH
H
Nov
Août
Trimestre
\begin{barenv}
\setdepth{10}
% effet 3-D
\setstretch{1.4}
% éch. verticale
\setnumberpos{up}
% valeur
\setxvaluetyp{month} % mois en X
\setxaxis{2}{12}{3}\setxname{Trimestre}
\setyaxis{0}{40}{10}\setyname{Nb}
\bar{10}{1}
\bar{30}{4}
\bar{15}{6}
\bar{5}{7}
\end{barenv}
Fig. 5.2 – Exemple d’histogramme réalisé avec le package bar.
– bezier définit la commande \bezier pour tracer des courbes du même nom. Il faut noter que cette
commande est incluse en standard dans LATEX 2ε et que ce package n’est plus présent que pour des
besoins de compatibilité.
– trees permet de définir des arbres binaires et ternaires.
– bar permet de réaliser des histogrammes, à l’aide de l’environnement barenv. La figure 5.2 en donne un
exemple. Voir le paragraphe 10.2.4 du LATEX Companion [Goossens et al., 1994] pour une liste complète
des nombreuses fonctionnalités de ce package.
– curves permet de tracer un certain nombre de courbes. Voir le paragraphe 10.2.6 du LATEX Companion [Goossens et al., 1994] pour une description.
– graphpap propose la commande \graphpaper, qui permet de dessiner une grille, bien utile pour la
détermination des coordonnées des objets. Un exemple est donné en figure 5.3.
Tous ces packages sont documentés sur le (LA)TEX navigator.
5.1.2
XY-pic
Le package xy permet de réaliser des schémas de toute sorte. Un exemple d’utilisation de XY-pic est
visible au § 3.1.3. Plutôt qu’un long discours, mieux vaut se reporter au chapitre 5 du LATEX Graphics
Companion [Goossens et al., 1997], ou au fichier xyrefer.dvi 58, qui propose le manuel de référence de XY-pic
58. Source sur CTAN dans macros/generic/diagrams/xypic/doc ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
5.1. ÉCRIRE DU GRAPHIQUE EN LATEX PUR
53
100
\setlength{\unitlength}{0.2mm}
\graphpaper(-75,0)(200,100)
50
0
-75
-25
25
75
125
Fig. 5.3 – Exemple d’utilisation du package graphpap.
(et qui comporte de nombreux exemples et des exercices), et à xyguide.dvi 58, qui est un manuel utilisateur
de XY-pic. Dans des versions antérieures, le nom du package était xypic. L’écriture de \usepackage{xypic}
charge en fait XY-pic en mode de compatibilité avec sa version 2.
5.1.3
Les diagrammes
Le package diagrams permet de réaliser des diagrammes commutatifs. Voici un exemple réalisé à l’aide de
ce package :
A (B (C D))
id assl
-
assl
A B ) (C D)
(
-
assl
A B) C ) D
((
6
assl id
=
?
assl
A ((B C ) D)
-
A (B C )) D
(
qui correspond à :
\def\Id{{\rm id}}\def\Assl{{\rm assl}}%
\begin{diagram}[width=6em]
A*(B*(C*D))&\relax\rTo^\Assl&(A*B)*(C*D)&\relax\rTo^\Assl&((A*B)*C)*D\\
\dTo^{\Id*\Assl} &
&
=
&
&\relax\uTo_{\Assl*\Id}\\
A*((B*C)*D) &
&\relax\rTo^\Assl &
& (A*(B*C))*D\\
\end{diagram}
ou encore ce schéma :
U
H
A @HH
A @ HH x
HH
A(x; y )
H
A @@
R
Hj
H
A
- X
X
Y
Z
A
p
y
A
A
f
A q
A
?
A ?
U
g
- Z
Y
qui est réalisé par cette séquence de commandes :
\begin{diagram}
U \\
&\relax\rdTo~{(x,y)}
\rdTo(4,2)^x
\rdTo(2,4)_y \\
&
& X\times_Z \SEpbk Y & \rTo_p & X
\\
&
& \dTo^q
&
& \dTo_f \\
&
& Y
& \rTo^g & Z
\\
\end{diagram}
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
54
CHAPITRE 5. L’INSERTION DES FIGURES ET DES DESSINS
% extrait de Claude Debussy
\input musixtex
\nopagenumbers
\def\DS{\zchar4\ds}
\musicparskip
\parindent10mm
\generalmeter{\meterfrac44}
\setstaffs1{2}
\interstaff{11}
\setclef1\bass
\startmuflex\startpiece\systemnumbers
\notes\zchar4\qp\ql J%
|\loffset{1.3}{\islurd1e}\ibbu0f0\qb0{gce}\tslur1f\tqh0g\en
\notes\roffset{1.1}{\zhu{.c}}\roffset{1.75}{\itieu1c}\ibslurd0c\ql c%
|\ibsluru2k\upz{11}\zcu j\ibbl0h0\qb0{je}\DS\qb0g\tqb0j\en
\notes\ql b|\upz{11}\zcu k\ibbl0h0\qb0{ke}\DS\qb0g\tqb0k\en
\notes\ql a|\upz{11}\zcu j\ibbl0h0\qb0{je}\DS\qb0g\tqb0j\en
\bar
\notes\ttie1\zqu c\rql b%
|\upz{10}\zcu i\ibbl0h0\qb0{ie}\DS\qb0g\tqb0i\en
\notes\ql c|\upz9\zcu h\ibbl0h0\qb0{he}\DS\qb0g\tqb0h\en
\notes\ql b|\upz8\zcu g\ibbl0f0\qb0{gc}\DS\qb0e\tqb0g\en
\notes\midslur{-5}\tdbslur0a\ql a%
|\tdbslur2g\upz7\zcu f\ibbl0f0\qb0{fc}\DS\qb0e\tqb0f\en
\stoppiece
\vfill
\eject\endmuflex\end
á u
ô
(
b
Fig. 5.4 – Exemple de fichier source pour MusiXTEX
( ( ( ? ? ?
4
(
?
?
?
?
G 4 ( ( I 44 >
‹
¥
*
'
«
Fig. 5.5 – Fichier MusiXTEX après compilation
Pour plus d’informations, on peut consulter le manuel diagrams-manual.dvi 59.
À noter une excellente étude comparative parue dans TUGboat [Feruglio, 1994] de 12 packages ou ensembles de macros ayant tous des fonctionnalités permettant de réaliser des diagrammes commutatifs.
5.1.4
MusiXTEX
Le système MusiXTEX permet d’écrire des partitions comme si l’on écrivait du texte. Un exemple de
fichier source (à compiler avec tex) est donné à la figure 5.4. Le résultat de la compilation est donné à la
figure 5.5.
Pour que les différentes composantes de la partition soient bien disposées, MusiXTEX utilise un programme
auxiliaire musixflx qui fonctionne sur un principe similaire à bibtex ou makeindex. Il existe des préprocesseurs prenant par exemple un format musical MIDI et produisant une sortie utilisable par MusiXTEX. On
consultera la documentation de MusiXTEX sur le (LA)TEX navigator ainsi que le chapitre 7 du LATEX Graphics
Companion [Goossens et al., 1997] pour de plus amples détails.
59. Source sur CTAN dans macros/generic/diagrams/taylor ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
5.2. INCLURE DU GRAPHIQUE DANS UN DOCUMENT
5.2
55
Inclure du graphique dans un document
Nous allons maintenant traiter du cas de l’insertion dans un document LATEX d’un graphique produit par
d’autres moyens. Au fil des années, un certain nombre de méthodes plus ou moins perfectionnées ont été mises
au point et diffusées pour inclure des graphiques (principalement du PostScript) dans un fichier LATEX. La
sortie de LATEX 2ε a été l’occasion de « remettre à plat » ce problème et de proposer une solution générique,
fournie par les packages graphics et graphicx [Reckdahl, 1996].
Le format graphique utilisé à 99% sur notre site étant PostScript, il nous semble utile, avant d’étudier ce
package, de préciser la notion de BoundingBox.
5.2.1
BoundingBox
Pour faciliter l’inclusion de figures PostScript dans des documents composés par des formateurs de texte,
Adobe a défini le format de fichier Encapsulated PostScript (Eps), ayant souvent une extension de fichier
.eps. Ce format définit les règles standard d’importation de fichiers au format PostScript dans d’autres
environnements.
Notre propos n’est pas de documenter complètement ce format Eps, mais d’en expliquer une caractéristique
particulièrement utile pour l’inclusion de figures en LATEX 60 . Le formatage d’une page par LATEX consistant
en un positionnement de boîtes les unes par rapport aux autres, il faut que LATEX connaisse les dimensions
de la boîte à réserver au graphique, pour que le texte englobant ne vienne pas se superposer à celui-ci au
moment de la conversion de Dvi en PostScript. Les packages d’inclusion de graphique ont justement pour
rôle de trouver les dimensions de cette boîte, pour réserver l’espace nécessaire, et d’engendrer des commandes
de type \special pour l’inclusion proprement dite par le driver.
Or, un fichier PostScript classique ne contient pas forcément les informations nécessaires au calcul de
cette boîte. Le format Eps, en revanche, permet de définir les dimensions du graphique à inclure, grâce à la
commande BoundingBox, que l’on utilise de la manière suivante :
%%BoundingBox: llx lly urx ury
Cette ligne indique la taille du document PostScript à inclure, l’unité étant le point PostScript (1/72e de
pouce). Les coordonnées du coin inférieur gauche (respectivement du coin supérieur droit) de la figure sont
llx lly (respectivement urx ury).
Par exemple, pour une figure qui commence en (100, 200), qui est un carré de 4 pouces de côtés (288 points
PostScript), nous aurons :
%%BoundingBox: 100 200 388 488
Il faut noter que deux utilitaires locaux, alltops et bbps, créent la BoundingBox automatiquement
(cf. § 10.13). D’autres utilitaires, tel psfixbb, permettent de corriger une BoundingBox incorrecte.
5.2.2
Les packages graphics et graphicx
Ces deux packages sont en fait issus de la même souche, mais offrent deux interfaces différentes. Ils
fournissent un moyen générique d’inclure du graphique, même non PostScript. L’adaptation à toutes sortes
de formats graphiques se fait grâce à des commandes \DeclareGraphicsRule attachant à un suffixe des
actions particulières. Par exemple :
\DeclareGraphicsRule{.ps}{eps}{.ps.bb}{‘epsfig #1}
\DeclareGraphicsRule{.eps}{eps}{.eps.bb}{‘epsfig #1}
\DeclareGraphicsRule{.ai}{eps}{.ai.bb}{‘epsfig #1}
\DeclareGraphicsRule{.epsi}{eps}{.epsi.bb}{‘epsfig #1}
\DeclareGraphicsRule{.psi}{eps}{.psi.bb}{‘epsfig #1}
dit que les fichiers de suffixe .ps, .eps, .ai, .epsi et .psi sont tous en fait du PostScript encapsulé et que le driver
devra lancer la commande epsfig hnom-du-fichier i. Enfin, ces déclarations donnent l’extension du fichier
contenant la BoundingBox. Quand une extension n’est pas connue, le format pris par défaut est PostScript.
Pour inclure des images au format JPEG dans un fichier LATEX, on pourra utiliser le programme jpeg2ps
grâce à la règle :
\DeclareGraphicsRule{.jpg}{eps}{.jpg.bb}{‘jpeg2ps -h -r 600 #1}
60. Attention : nous ne prétendons absolument pas qu’il suffit d’ajouter une BoundingBox pour qu’un fichier PostScript devienne
un fichier Eps !
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
56
CHAPITRE 5. L’INSERTION DES FIGURES ET DES DESSINS
et en créant un fichier d’extension .jpg.bb avec jpeg2bb.
Dans certains cas, il peut être intéressant de déclarer des extensions qui seront reconnues automatiquement.
Cela peut se faire avec la commande \DeclareGraphicsExtensions et un exemple en est donné au § 2.4
dans le contexte de PDFTEX.
Enfin, si de mêmes fichiers sources sont compilés avec différents moteurs, par exemple avec LATEX et
PDFLATEX, les fichiers graphiques utilisés n’étant en général pas les mêmes, il est souhaitable de ne pas
indiquer l’extension du tout et de laisser le package graphique trouver le fichier adéquat en fonction de ses
règles de recherche.
Au chargement de ces packages, on peut aussi spécifier en option quel driver est utilisé. Par exemple, avec
dvips, on pourra utiliser l’option dvips :
\usepackage[dvips]{graphics}
Le driver par défaut est dvips dans le cas d’une compilation avec LATEX et pdftex dans le cas d’une
compilation avec PDFLATEX (cf. § 2.4).
Voici un exemple d’inclusion de graphique :
\includegraphics{floriane.eps}
Dans cet exemple la taille de la boîte est spécifiée dans le fichier floriane.eps lui-même, par la BoundingBox %%BoundingBox: -65 688 68 846. Si le fichier n’avait pas contenu de BoundingBox, LATEX aurait
produit un message d’erreur, et il aurait fallu spécifier les dimensions dans les options de la commande
\includegraphics.
Il est également possible de spécifier dans la commande \includegraphics les dimensions à réserver
pour la figure. Si celle-ci est plus grande que l’espace réservé, elle va déborder sur le texte avoisinant. Si
on veut au contraire qu’elle soit « découpée » pour tenir dans l’espace spécifié, il faut utiliser la commande
\includegraphics*, comme dans cet exemple :
\includegraphics*[-40,785][40,810]{floriane.eps}
Le package graphics permet également de modifier l’échelle d’un texte grâce aux commandes \scalebox
et \resizebox.
\scalebox permet d’élargir ou de rétrécir un texte par un facteur d’échelle constant :
Ce guide est très grand.
– \scalebox{2}{Ce guide...} →
– Ce guide est normal.
– \scalebox{.5}{Ce guide...} → Ce guide est minable.
Un second argument, optionnel, permet d’appliquer un facteur particulier à l’échelle verticale.
Ce guide vise haut.
\scalebox{0.75}[2]{Ce guide...} →
La commande \resizebox permet de fixer la taille d’un texte. Les deux arguments donnent la largeur et
la hauteur du texte. L’utilisation de ! comme argument permet de ne pas modifier les proportions :
– \resizebox{7cm}{.4cm}{Ce guide...} →
Ce guide est génial.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
5.2. INCLURE DU GRAPHIQUE DANS UN DOCUMENT
– \resizebox{2cm}{!}{Ce guide...} →
57
Ce guide est génial.
Le package graphicx diffère de graphics par la façon dont les options sont indiquées. Avec graphicx, on a
une liste d’options, chacune de la forme « clé = valeur ». Quelques exemples sont donnés ci-après.
Pour plus de précisions sur graphics et graphicx, en particulier sur leurs interfaces respectives, on se
reportera à grfguide.ps 61 et au chapitre 2 du LATEX Graphics Companion [Goossens et al., 1997].
Epsfig
Les utilisateurs locaux ont probablement été habitués dans le passé à utiliser des packages tels que psfig,
epsf ou epsfig. Il n’y a plus de raison d’utiliser ces anciens packages.
Pour ceux qui ont pris l’habitude de l’interface conviviale des anciens packages psfig et de epsfig, un petit
package appelé epsfig est disponible dans la nouvelle distribution ; il se contente d’ajouter à graphicx l’interface
à laquelle vous êtes habitués, à savoir :
\begin{figure}
\epsfig{figure=dessin.ps}
\caption{Titre de la figure.}
\end{figure}
les commandes \psfig et \epsfig étant en l’occurrence équivalentes et correspondant à une simple redéfinition de la commande \includegraphics.
Par exemple, la séquence suivante :
\centerline{\hbox{
\epsfig{figure=rosette,height=2cm,width=4mm}
\epsfig{figure=rosette,height=2cm,width=9mm}
\epsfig{figure=rosette,height=2.5cm}
\epsfig{figure=rosette,height=2.5cm,angle=60}
}}
donne :
Le décalage vers le haut de la dernière figure est expliqué dans [Reckdahl, 1996].
Les commandes équivalentes avec graphicx sont :
\centerline{\hbox{
\includegraphics[height=2cm,width=4mm]{rosette}
\includegraphics[height=2cm,width=9mm]{rosette}
\includegraphics[height=2.5cm]{rosette}
\includegraphics[height=2.5cm,angle=60]{rosette}
}}
5.2.3
Un cas particulier : la classe seminar
La classe seminar (cf. § 6.2) permet de préparer à partir du même fichier source des transparents et un
support de cours, l’ensemble des transparents étant dans ce dernier cas réduits d’une certaine échelle, qui peut
être définie par l’utilisateur. Pour que les graphiques inclus suivent ces réductions, le package d’inclusion de
figures doit gérer correctement le changement d’échelle (scaling). Au départ, epsf était préconisé par l’auteur
de seminar. En fait, l’ancien style mineur de nom epsfig mariait l’interface de psfig avec les capacités de
changement d’échelle de epsf. Mais depuis peu, graphics et graphicx gèrent aussi le changement d’échelle.
61. Source sur CTAN dans macros/latex/packages/graphics ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
58
CHAPITRE 5. L’INSERTION DES FIGURES ET DES DESSINS
Quand vous préparez des transparents avec seminar, vous pouvez donner les ordres suivants pour indiquer
les différences d’échelle entre l’option article et l’option slidesonly de seminar :
\epsfslidesize % pour que le scaling fonctionne
\slidesmag{5}
\articlemag{1}
Les figures se comportent de manière conviviale en utilisant simplement le package graphics ou graphicx. Il
suffit d’écire
\centerline{\includegraphics[height=10cm]{figure=mafigure.eps}}
et les 10 centimètres sont la hauteur sur le transparent (en \slidesmag{5}). Quand on formate ensuite avec
l’option article, les figures sont bien réduites pour rester à la bonne dimension... Cela donne donc une manière
très naturelle de donner ses tailles de figure. On n’oubliera pas de charger les fichiers correctifs seminar.bug
et seminar.bg2 (cf. § 6.2) pour avoir un résultat convenable.
Les interfaces fournies par epsfig et epsf se comportemt de manière analogue.
5.2.4
Le package color
Il est possible de réaliser des documents contenant du texte coloré à l’aide de commandes telles que \color
et \textcolor, fournies par le package color. Exemples 62 :
– ... UNE \textcolor{red}{PIPE} ROUGE. → CECI N’EST PAS UNE PIPE ROUGE.
– {\color{red} CECI ... {\color{black}PIPE} NOIRE.} → CECI N’EST PAS UNE PIPE NOIRE.
Il est également possible d’écrire un texte dans une boîte de couleur grâce à la commande \colorbox :
\colorbox{red}{UNE PIPE ROUGE} → UNE PIPE ROUGE
On peut aussi mettre un cadre de couleur autour d’une boîte d’une autre couleur qui contient elle-même un
texte :
\fcolorbox{blue}{yellow}{UN EXEMPLE} → UN EXEMPLE
Le premier paramètre de \fcolorbox est la couleur du cadre et le second paramètre est la couleur du
fond.
Il est même possible de mettre un fond de couleur à toute une page par la commande \pagecolor{couleur }.
La commande \definecolor permet de définir ses propres couleurs, en plus de celles qui sont définies par
défaut, et ceci selon différents modèles de couleurs : cmyk, rgb ou gray.
Cela étant, on peut vouloir sortir des versions intermédiaires sur une imprimante ne traitant pas la couleur.
Pour cela, il faut utiliser le modèle de couleurs gray à la place de rgb :
Une boîte gris sombre.
Une boîte gris clair.
Pour plus de précisions sur le package color, voir grfguide.ps 63 ou le manuel de Lamport [Lamport, 1994,
chapitre 7]. Un exemple d’utilisation pour les transparents est également donné en § 6.1. Nous conseillons
aussi vivement la lecture d’un article paru dans les Cahiers GUTenberg [Goossens et Rahtz, 1994a], bien
que le package color à proprement parler n’était pas encore disponible au moment où cet article a été écrit.
Et bien sûr, il faut lire le chapitre 9 du LATEX Graphics Companion [Goossens et al., 1997] qui traite plus
généralement de la couleur en LATEX.
5.2.5
PSTricks : les astuces PostScript
Le package pstricks est une collection de macros PostScript pour TEX, LATEX, AMS-TEX, et AMS-LATEX. Il
a été développé par Timothy Van Zandt. On peut trouver une documentation dans le répertoire graphics/pstricks/docs sur CTAN et sur le (LA)TEX navigator. Nous conseillons aussi la lecture d’un article fort
intéressant et très bien illustré dans les Cahiers GUTenberg, consacré à pstricks [Girou, 1994], et de l’excellent
chapitre 4 du LATEX Graphics Companion [Goossens et al., 1997].
62. Si vous ne voyez que du gris dans les exemples donnés, ce n’est pas la faute du package color, mais de l’imprimante ou de
la photocopieuse utilisée. Voir la version PostScript sur le (LA)TEX navigator.
63. Source sur CTAN dans macros/latex/packages/graphics ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
5.3. FIGURES ENGLOBÉES ET SOUS-FIGURES
59
Les commandes de pstricks permettent de manipuler des couleurs 64 , des graphiques, des arbres et des
recouvrements, et de faire des rotations. L’utilisation de ces commandes nécessite l’inclusion d’un ou plusieurs
des packages suivants : pst-node, pst-plot, pst2eps. Le package principal, pstricks, doit être inclus dans tous les
cas.
Mieux qu’une longue énumération, la figure 5.6 donne quelque morceaux choisis réalisés à l’aide de pstricks,
juste pour vous mettre l’eau à la bouche.
5.2.6
PSfrag : remettre du LATEX dans du PostScript inclus
Il est bien pratique de pouvoir inclure du PostScript avec les outils que nous avons vus, mais plus d’une fois
on souhaiterait remplacer le texte inclus dans ce source PostScript par des instructions LATEX. En particulier,
quand on a fait une figure au sein de laquelle se trouve une formule mathématique, on souhaiterait remplacer
la chaîne de caractères en PostScript représentant cette formule par la même formule écrite en LATEX. Cela
est rendu possible par le système PSfrag, qui comprend un package psfrag et un script perl ps2frag. Ce
dernier est lancé sur le fichier PostScript et permet de mémoriser en commentaires dans ce fichier la position
des chaînes de caractères. Le package psfrag définit la commande \psfrag, qui permet d’indiquer les remplacements à effectuer dans un fichier inclus par \includegraphics entre certaines chaînes de caractères et le
code LATEX correspondant. Une documentation de ce système est disponible sur le (LA)TEX navigator .
5.2.7
Le PostScript littéral
Notons pour terminer qu’il est possible d’écrire en PostScript littéral au sein d’un document LATEX, du
moins avec le driver dvips, que nous utilisons sur notre site. Pour cela, il suffit d’utiliser une commande
\special et de la faire débuter par une double quote ("). Par exemple le triangle suivant :
est obtenu par la commande :
\vbox to 100bp{\vss % insertion directe en PostScript
\special{" newpath 0 0 moveto 100 100 lineto 325 0
lineto closepath gsave 0.8 setgray fill grestore stroke}}
5.3
Figures englobées et sous-figures
Une critique injustifiée de LATEX, que nous entendons de temps en temps, est qu’il est difficile de créer
des figures qui ne couvrent pas toute la largeur de la page (ou de la colonne), mais qui soient englobées
dans le texte environnant. Ceux qui s’y essaient passent parfois beaucoup de temps avec des environnements
minipage. Il existe cependant des solutions « prêtes à l’emploi »; comme elles sont largement expliquées dans
The LATEX Companion [Goossens et al., 1994] ou documentées sur le (LA)TEX navigator, nous nous contentons
ici de les indiquer :
– le package picinpar fournit un environnement figwindow qui ouvre une fenêtre de type figure dans un
paragraphe de texte ;
64. Pour utiliser conjointement PSTricks et sa gestion de la couleur, il faut pour l’instant charger le package pstcol à la place
de pstricks, en attendant que ce dernier soit modifié pour s’aligner sur le package color (cf. p. 67).
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
60
CHAPITRE 5. L’INSERTION DES FIGURES ET DES DESSINS
2
1
A droite
A l'envers
Titre
A gauche
-2
Boucle
-1
0
1
2
Y
X
Super ce guide!!!
Fig. 5.6 – Morceaux choisis en PSTricks.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
5.4. QUELQUES UTILITAIRES ASSOCIÉS
61
– le package floatflt définit les environnements floatingfigure et floatingtable, dont les options permettent de forcer une figure ou une table à être placée à droite, à gauche, ou du côté de la marge
extérieure ou intérieure, ainsi que de spécifier la largeur à donner à la figure ou à la table, qui est alors
englobée dans le texte ;
– le package wrapfig définit l’environnement wrapfigure, qui permet de placer une figure non « flottante »
à droite ou à gauche sur la page et de demander au texte de remplir les espaces restants. La documentation se trouve dans le fichier source.
Mentionnons aussi le package subfigure (cf. (LA)TEX navigator ), qui permet de créer des sous-figures (avec
légendes associées) à l’intérieur d’une figure.
5.4
Quelques utilitaires associés
– tgif crée des fichiers qui peuvent être insérés dans un texte à condition de bien les convertir en Eps.
Pour cela, il faut sauvegarder le fichier objet (.obj) par la commande classique de sauvegarde (^S), et
ensuite créer le fichier Eps à l’aide de la commande d’impression (^P) (^ représente la touche CONTROL).
À noter que pour produire des caractères accentués avec tgif, on peut utiliser la touche ESCAPE suivie
d’un autre caractère. Quelques exemples :
Pour produire :
taper Escape puis :
&
&
é
i
à
‘
è
h
ê
j
– xfig est un utilitaire qui permet à un utilisateur de dessiner et manipuler des objets interactivement
à travers un environnement graphique. Les résultats du dessin peuvent être inclus dans un document
LATEX. Pour cela, il y a trois solutions possibles :
– sélectionner un langage adéquat dans le menu export de xfig, le meilleur choix étant bien sûr le
PostScript encapsulé, car il permet une utilisation immédiate de la figure dans LATEX 65 ;
– utiliser fig2MF, qui convertit un fichier .fig en un fichier METAFONT (cf. § 3.9) ;
– utiliser l’outil transfig, qui permet de créer un Makefile automatisant la mise à jour de figures
en utilisant les outils fig2dev (équivalent à fig2ps) et fig2ps2tex. La commande transfig a la
syntaxe suivante :
transfig [options]...[[control]...filename]...
l’option la plus utile étant -L hlangagei, le langage cible pouvant être pictex (pris par défaut),
epic, eepic, eepicemu, latex, ps, psfig, pstex, textyl, tpic, ou null. Pour plus de précisions,
voir la documentation dans manual.dvi 66. Un patch local de transfig ajoute le langage cible
METAPOST.
– gnuplot permet d’engender divers formats, dont PostScript, des environnements picture LATEX, ou
des commandes PSTricks.
– METAPOST est une variante de METAFONT qui engendre du PostScript. Ce programme est accessible
par la commande mpost. Les fichiers utilisés par METAPOST se trouvent dans le répertoire /usr/local/tex/texmf/metapost.
Un exemple simple de programme METAPOST est :
beginfig(1);
path squares[];numeric side;
side=5cm;
squares0=unitsquare scaled side;
draw squares0;
y1=0;x2=side;x1=side/25;y2=x1;
d=angle(z2-z1);r=abs(z2-z1)/side;
for i:=1 upto 30:
squares[i]:=squares[i-1] shifted (-side/2,-side/2)
65. Les formats d’exportation reconnus sont ceux de transfig (et donc de fig2dev).
66. Source sur CTAN dans graphics/transfig ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
62
CHAPITRE 5. L’INSERTION DES FIGURES ET DES DESSINS
rotated d scaled r shifted (side/2,side/2);
draw squares[i] withcolor (i/30)[blue,red];
endfor
endfig;
end
Si ce fichier s’appelle fig.mp, la compilation par METAPOST donne le fichier fig.1 qui peut être inclus
dans un fichier LATEX par :
\includegraphics{fig.1}
ce qui donne :
Cette même figure peut être visualisée indépendamment de la manière suivante :
tex mproof fig.1
dvips -o mproof.ps mproof.dvi
ghostview mproof.ps
METAPOST appelle par défaut tex pour déterminer la place nécessaire aux étiquettes. Pour utiliser un
autre format TEX, par exemple LATEX, on peut
– soit positionner la variable d’environnement TEX :
setenv TEX latex
et ajouter au début du fichier .mp les lignes adéquates :
verbatimtex
\documentclass{...}
\usepackage{...}
...
\begin{document}
etex
– soit indiquer le format utilisé immédiatement après verbatimtex, sous la forme « %&hformat i »,
par exemple :
verbatimtex
%&latex
\documentclass{...}
\usepackage{...}
...
\begin{document}
etex
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
5.4. QUELQUES UTILITAIRES ASSOCIÉS
63
Dans ce cas, la valeur de la variable d’environnement TEX sera ignorée. Cette possibilité a été
introduite dans web2c7. Elle devrait pouvoir être désactivée à partir de web2c7.3.
Signalons qu’une sortie METAPOST peut être produite à partir de xfig grâce à un patch local.
Enfin, le format de figure METAPOST joue un rôle de choix si l’on utilise le programme PDFTEX (cf.
§ 2.4) pour produire des fichiers PDF.
La documentation de METAPOST se trouve sur le (LA)TEX navigator et dans le chapitre 3 du LATEX
Graphics Companion [Goossens et al., 1997].
– bm2font convertit un certain nombre de formats bitmap en polices utilisables par TEX (cf. § 3.9).
– mfpic est un ensemble de macros METAFONT permettant d’engendrer des graphiques sous forme de
polices 67 .
67. Voir sur CTAN dans graphics/mfpic.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
64
CHAPITRE 5. L’INSERTION DES FIGURES ET DES DESSINS
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
65
Chapitre 6
Les transparents avec LATEX
Il existe plusieurs possibilités pour réaliser des transparents avec LATEX. Avant LATEX 2ε , on disposait
de manière standard du format SliTEX. Cette solution est toujours possible, mais il s’agit maintenant de
la classe slides. Une autre solution très en vogue est l’emploi du package seminar, lequel est fortement lié
au package pstricks. Le système FoilTEX a aussi ses adeptes. Nous donnons aussi quelques pistes pour des
systèmes adaptés aux présentations interactives.
6.1
La classe slides
C’est la classe standard pour réaliser des transparents. On notera qu’il y a un certain nombre de différences
par rapport à SliTEX :
– LATEX est utilisé pour compiler les anciens fichiers SliTEX ; auparavant, ceux-ci devaient être compilés
par SliTEX.
– Dans les nouveaux fichiers utilisant la classe slides (commençant donc par \documentclass{slides}),
on n’utilise plus qu’un fichier maître (la commande \blackandwhite a été supprimée).
Cette classe est détaillée dans la seconde édition du manuel de référence [Lamport, 1994]. En voici deux
exemples d’utilisation très simples :
6.1.1
Transparents colorés
On utilise le package color (cf. § 5.2.4).
\documentclass{slides}
\usepackage[dvips]{color}
\usepackage{helvet} % helvetica
\begin{document}
\pagestyle{empty}
\definecolor{light-blue}{rgb}{0.8,0.85,1}
\begin{slide}
{\color{red}This is red...}\\
{\color{green}This is green...}\\
{\color{blue}This is blue...}\\
{\color{light-blue}This is light blue...}\\
{\color[rgb]{0.5,0.8,0.2}What is this ?}\\
{\color[cmyk]{0.5,0.8,0.2,0.6}And what is this ?}\\
{\color[gray]{0.5}Some gray ?}\\
{\color{light-blue}This is light blue (not \colorbox{red}{blue})...}\\
{\color{yellow}Even yellow exists...}\\
Magenta looks like \textcolor{magenta}{this}.
\end{slide}
\end{document}
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
66
CHAPITRE 6. LES TRANSPARENTS AVEC LATEX
L’exemple précédent — réduit d’un facteur deux — donne :
This is red...
This is green...
This is blue...
This is light blue...
What is this ?
And what is this ?
Some gray ?
This is light blue (not blue )...
Even yellow exists...
Magenta looks like this.
6.1.2
Exemple d’overlay
L’environnement overlay permet de superposer son contenu au transparent précédent. Si l’on souhaite
cacher un mot alternativement, on pourra le mettre en blanc (après avoir chargé le package color). Exemple :
\begin{slide}
...
bleu et \textcolor{white}{rouge}
...
\end{slide}
\begin{overlay}
...
\textcolor{white}{bleu} et rouge
...
\end{overlay}
6.2
La classe seminar
La classe seminar est une alternative très séduisante à slides pour réaliser des transparents. Écrite par
Timothy Van Zandt, également l’auteur de packages tels que fancybox ou pstricks (cf. § 5.2.5), elle offre un
grand nombre de possibilités intéressantes.
Cette classe étant fournie avec un manuel d’utilisation très bien fait et plusieurs exemples de transparents 68 , nous n’en dirons pas grand chose ici. Il est cependant bon de savoir que l’utilitaire local xskeltex
(cf. § 10.10) propose un « squelette » assez complet de fichier de classe seminar quand on choisit l’option
adéquate.
Notons quelques caractéristiques de seminar :
– Par défaut, les transparents sont en mode landscape quand ils sont créés avec un environnement slide
et en mode portrait avec l’environnement slide*. L’option portrait permet de faire du mode portrait le
mode par défaut.
– N’est pris en compte, quand on formate les transparents, que ce qui se trouve dans un environnement
slide ou slide*. Mais avec l’option article, les transparents sont réduits par réduction d’échelle (scaling,
cf. § 5.2.3) et ce qui se trouve en-dehors des environnements de type slide est formaté comme un article.
Cela permet donc de préparer un seul fichier avec les transparents et des commentaires supplémentaires,
utiles pour faire un support de cours par exemple.
– L’interfaçage avec fancybox permet de mettre des cadres divers autour des transparents.
– Le package color peut-être employé avec la classe seminar et l’exemple de la section 6.1.1 fonctionne très
bien dans ce cas. Toutefois, si l’on souhaite utiliser l’interface pour les couleurs proposée par PSTricks,
68. Voir sur CTAN dans macros/latex/contrib/other/seminar/doc.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
6.3. FoilTEX
67
et pour des considérations de portabilité, il faut utiliser le package pstcol, mais au prix d’un petit
changement de syntaxe pour les nouvelles couleurs. Exemple :
\documentclass{seminar}
\usepackage{pstcol}
\newrgbcolor{mygreen}{0.5 1 0.7} % commande propre a pstricks
\begin{document}
\begin{slide}
{\green Green!}
{\color{mygreen} My green ?} % et non {\mygreen ...} comme en pstricks
...
– La classe seminar est également bien interfacée avec les inclusions de graphique (le mieux étant d’employer un package contrôlant correctement la réduction d’échelle, dite scaling). Voir à ce sujet la discussion en § 5.2.3. On n’oubliera pas de charger les fichiers correctifs seminar.bug et seminar.bg2 (voir
plus loin).
– La classe fournit une option semhelv permettant de faire de Helvetica la police utilisée dans les transparents. Nous ne pouvons que recommander l’emploi de cette option, une police sans empattements 69
comme Helvetica ou CMSS (option semlcmss) passant beaucoup mieux à la rétro-projection. En effet,
les polices avec empattements (comme Times, etc.) ne laissent pas apparaître leurs détails à grande
distance.
– L’option a4 a remplacé l’option sem-a4 décrite dans certaines versions de la documentation.
En plus du manuel cité précédemment, nous invitons le lecteur à se reporter à un article paru dans les
Cahiers GUTenberg [Goossens et Rahtz, 1994b], qui décrit bien les possibilités offertes par seminar, et le § 9.4
du LATEX Graphics Companion [Goossens et al., 1997], qui s’attarde entre autres sur la couleur dans seminar.
Il faut noter qu’un certain nombre d’erreurs de seminar ont été corrigées non pas dans la classe elle-même
ou les packages associés, mais dans deux fichiers seminar.bug et seminar.bg2 qui doivent être chargés après
tous les packages de seminar avec la commande \input. (xskeltex le fait pour vous.)
Une version remise à jour de seminar, dite Seminar 98, officialisant ces corrections et offrant une meilleure
intégration avec LATEX 2ε , est prévue pour fin 1998. La documentation devrait être également mise à jour à
cette occasion.
6.3
FoilTEX
Jadis, FoilTEX était un format TEX séparé, mais une classe foils est maintenant disponible. On n’appellera
donc plus le script foiltex mais tout simplement LATEX. La classe foils ainsi que l’ancien programme foiltex
sont documentés sur le (LA)TEX navigator.
Voici la traduction (frei nach Schiller ) d’une description de FoilTEX faite par son auteur :
FoilTEX est très simple. Il n’a pas une multitude de gadgets. Il se contente de fournir une
manière très « LATEX » de faire des transparents. Il fournit des fonctionnalités non prévues dans
la classe slides, comme les figures et les références.
FoilTEX attaque le problème des tailles de polices d’un point de vue différent. Il fournit une
nouvelle implantation des déclarations de fontes, avec une police par défaut de type sans serif, et
une taille normalsize de 20pt, qu’on peut néanmoins modifier dans la commande \documentclass
grâce aux options de classe 17pt, 25pt et 30pt. Je me suis efforcé de choisir les tailles de polices
relatives (plus grand, plus petit) de manière à garantir un aspect visuel le plus agréable possible.
Seules les polices de texte ont changé de « look » en FoilTEX ; les mathématiques ont le même
aspect qu’en LATEX standard.
FoilTEX a aussi quelques mécanismes simples pour contrôler la mise en page (vous pourrez
vous passer de choses comme fancyheadings).
69. Sans serif en anglais.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
68
6.4
CHAPITRE 6. LES TRANSPARENTS AVEC LATEX
Présentations sur écran
À partir d’un fichier LATEX faisant appel aux classes de transparents mentionnées précédemment, on peut
produire un fichier PDF qui peut s’avérer intéressant (et rapide) pour une présentation sur écran.
Il est aussi possible d’utiliser un système tel que IBM Techexplorer (cf. § 10.15) pour de telles présentations.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
69
Chapitre 7
Principales règles typographiques
Dans ce petit aide-mémoire pour la rédaction de documents, en particulier de documents à caractère
scientifique, nous n’avons pas voulu nous livrer à une étude comparative des conventions typographiques des
langues – français et anglais – utilisées dans notre communauté, mais avons préféré proposer des mémentos
faciles à consulter, au prix de certaines redites en ce qui concerne les conventions communes aux deux langues.
Aussi, le lecteur trouvera en § 7.1 (resp. § 7.2) les conventions du français (resp. de l’anglais 70 ). Le plan est
à chaque fois identique :
1o règles pour l’espacement, et règles liées à la division des mots 71 ;
2o règles de ponctuation (incluant les citations) et emploi des polices ;
3o emploi des lettres capitales 72 ;
ces diverses rubriques étant illustrées par des exemples de sources LATEX reproduits en utilisant la police de
caractères « machine à écrire ».
Ensuite, nous exposons succinctement au § 7.3 les principes généraux des abréviations et donnons des
tableaux des principales abréviations utilisées. Quant aux facilités offertes par le package french 73 , elles sont
signalées tout au long des paragraphes relatifs aux conventions françaises.
Au § 7.4, nous mentionnons quelques solutions offertes par LATEX 2ε pour l’écriture dans des langues autres
que l’anglais ; on y trouvera aussi comment mélanger, au sein d’un même document, des fragments de textes
écrits dans diverses langues. Enfin, nous donnons dans le § 7.5 des références à l’intention des lecteurs qui
désireraient en savoir plus.
7.1
7.1.1
Typographie française
Espacement et coupure de lignes
Le point et la virgule :
. ,
70. À noter que par « anglais », nous sous-entendons « la langue parlée et écrite dans tous les pays anglophones ». Nous
utiliserons les mots américain et britannique – parfois les symboles « $ » et « £ » – quand nous aurons à différencier les usages
en vigueur aux États-Unis – qui d’ailleurs tendent à s’imposer dans les publications scientifiques – de ceux de la Grande-Bretagne.
71. Précisons un point de terminologie : en nous référant aux définitions données ci-après, il nous semble approprié de parler
de division de mots et non pas de césure, l’usage de ce dernier mot étant impropre dans ce sens :
césure, n.f. Repos à l’intérieur d’un vers après une syllabe accentuée.
division, n.f. [. . . ] 3. typogr. Petit tiret placé en fin de ligne, après une partie d’un mot, pour indiquer que l’autre
partie en est reportée à la ligne suivante. [. . . ]
(Le Petit Robert, 1996.)
72. Ne pas confondre capitale et majuscule : capitale se rapporte à la forme de la lettre (comparer « b », d’une part, « B » et
« b », d’autre part), tandis que majuscule se rapporte à sa taille. L’exemple précédent montre l’existence de petites capitales ;
notons toutefois qu’en l’absence de précision, « capitale » est mis pour « grande capitale ». Quant aux lettres minuscules, elles
forment le bas de casse.
73. Le package french a été développé par Bernard Gaulle, de l’association GUTenberg (Groupe francophone des Utilisateurs de
TEX). Le document de référence est le manuel joint à la distribution [Gaulle, 1998b], des introductions plus générales étant données
dans The LATEX Companion [Goossens et al., 1994, § 9.3.2] et dans le Guide pratique de Christian Rolland [Rolland, 1995, § 9.3].
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
70
CHAPITRE 7. PRINCIPALES RÈGLES TYPOGRAPHIQUES
sont directement collés au mot qu’ils suivent. Par contre, il est d’usage, en français, d’insérer une espace 74
fine insécable 75 avant les points-virgules, points d’exclamation et d’interrogation :
; ! ?
Ce qui peut être effectué par la commande \, comme suit 76 :
Par Jupiter\,!
qui produira :
Par Jupiter !
À noter que l’utilisation du package french rend inutile ce modus operandi : il est alors possible d’écrire
plus simplement :
Par Jupiter !
pour obtenir le résultat précédent. En outre, si la commande \untypedspaces a été activée, l’entrée :
Par Jupiter!
produit elle aussi ce résultat.
L’espace légère insécable est également nécessaire après les guillemets ouvrants et avant les guillemets
fermants :
« Par Jupiter ! »
exemple que l’on peut produire comme suit :
<< Par Jupiter ! >>
si l’on utilise le package french 77 .
En ce qui concerne le deux-points – « : » –, les espaces de part et d’autre de ce caractère doivent être de
même largeur ; en outre, l’espace qui le précède doit être insécable.
Les parenthèses sont quant à elles collées à la portion de texte qu’elles délimitent :
(une aventure d’Astérix le Gaulois)
Par contre une espace normale doit être laissée avant et après les tirets :
Les aventures d’Astérix – écrites par René Goscinny et dessinées par Albert Uderzo – connaissent
un franc succès.
C’est une espace moyenne qui sépare les tranches de chiffres d’un nombre (de 3 en 3 de part et d’autre
de la virgule marquant le début des chiffres décimaux). Cette espace moyenne est produite par la commande
\:, utilisable uniquement en mode mathématique :
$\pi = 3,141\:592\:653\:589\:793$
qui produit :
π = 3, 141 592 653 589 793
Cette espace n’est pas obligatoire pour un nombre entier de quatre chiffres et est inusitée pour un millésime :
14 juillet 1789
Par contre, c’est l’espace à insérer entre une mesure et son unité :
$300\:000\:\mathrm{km/s}$
En ce qui concerne la division en fin de ligne des mots français, il n’est point besoin d’en reproduire les
règles ici : lorsque le fichier des divisions 78 françaises est sélectionné (cf. §§ 7.4.1 & 7.4.2), le résultat est
globalement satisfaisant et ne nécessite qu’exceptionnellement d’intervenir à la main. Mentionnons toutefois
qu’en typographie « pure », on évite autant que possible de couper devant une syllabe muette, c’est-à-dire –
par exemple – de couper :
sylla-be
74. Le mot espace est féminin en français lorsqu’il désigne le caractère d’espacement.
75. C’est-à-dire que cette espace ne peut pas être remplacée par un passage à la ligne suivante.
76. Sans rentrer dans des arcanes trop techniques, mentionnons toutefois que l’espace fine produite par la commande \, est
insécable si elle est suivie d’un signe de ponctuation, mais n’est pas insécable dans le cas général.
77. Une autre possibilité, non exclusive, est d’écrire les guillemets dans le codage ISO Latin-1 en utilisant le package inputenc
avec l’option latin1, ce qui ne manque pas de poser cependant quelques légers problèmes pour l’espacement.
78. Les lecteurs intéressés par le modus operandi de la division des mots en TEX pourront trouver dans un article de Jacques
Désarménien [Désarménien, 1986] une description des principes suivis pour établir les fichiers de coupures de TEX. La représentation de ces fichiers de division est expliquée dans The TEX Book [Knuth, 1984, Appendix H], les motifs des divisions françaises
étant décrits plus précisément dans un article paru dans les Cahiers GUTenberg [Flipo et al., 1994].
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
7.1. TYPOGRAPHIE FRANÇAISE
71
mais Le bon usage [Grevisse, 1988] est le premier à noter qu’il est difficile de suivre scrupuleusement cette
règle. Une autre remarque générale – qui s’applique également à la langue anglaise – est qu’en typographie
soignée, on évite autant que possible de terminer plus de deux lignes consécutives par un mot coupé. Ce point
est une des différences entre les commandes \fussy (activée par défaut) et \sloppy, après l’activation de
laquelle cette règle n’est pas suivie 79 .
Outre les usages des espaces insécables (« ~ » en LATEX) signalés plus haut, la coupure des lignes est
indésirable :
– entre l’avant-dernier prénom et le dernier, entre les éléments d’un nom de famille, et entre une particule
et le mot qui la suit ; The TEX Book [Knuth, 1984, Chapter 14] illustre tous ces usages par l’exemple
suivant :
Charles Louis Xavier~Joseph de~la Vall\’{e}e~Poussin
– entre un prénom et un ordre :
Louis~XVII
7.1.2
Ponctuation et emploi des polices
Les lecteurs intéressés par les règles gouvernant l’emploi des divers signes de ponctuation pourront consulter avec profit La ponctuation maîtrisée [Jacquenod, 1993], très didactique et illustré par de nombreux
exemples. Pour notre propos, nous nous contenterons de rappeler ci-après les cas courants devant lesquels on
peut hésiter.
Le point s’emploie :
– à la fin d’une phrase ;
– dans certaines abréviations (cf. § 7.3) – auquel cas il porte le nom de point abréviatif – ;
– pour séparer les éléments d’une date :
12.11.1998
mais ne s’emploie pas à la fin d’un titre (voyez le titre de ce § 7.1.2).
Le point-virgule distingue les parties importantes d’une phrase, particulièrement lorsque ces parties sont
elles-mêmes ponctuées par des virgules.
Le trait d’union sépare les éléments d’un mot composé. Mentionnons en outre que l’adverbe « non » est
suivi d’un trait d’union lorsqu’il précède un nom, mais pas lorsqu’il précède un adjectif :
un non-sens
une relation non réflexive
Il sépare les éléments d’un prénom composé :
Jean-Jacques Rousseau
et est également utilisé entre les diverses composantes d’un nom de rue 80 :
rue Henri-Poincaré
rue Charles-III
rue des Quatre-Églises
Les parenthèses sont utilisées pour un discours (qu’elle a été laborieuse, la gestation de ce guide local)
dans le discours. Des tirets sont possibles pour le même usage, surtout si le discours est inclus dans une partie
de texte déjà entre parenthèses.
Les crochets droits – « [ » et « ] » – sont employés pour transcrire la prononciation d’un mot à l’aide de
l’alphabet phonétique international, et pour commenter un texte dont on n’est pas l’auteur.
L’écriture française dispose de deux façons de mettre un mot ou un groupe de mots en valeur : ce sont
l’emploi de caractères italiques et l’insertion entre guillemets. La frontière entre ces deux usages est parfois
assez floue, mais voici quelques lignes directrices.
Les deux présentations sont admises pour l’autonymie, c’est-à-dire un mot employé en tant que mot :
Le mot « clé » admet deux orthographes.
79. On pourra trouver dans TEX by Topic [Eijkhout, 1992, Chapter 19] une très bonne description des paramètres contrôlant
la division des lignes opérée par TEX. Revenant à la différence entre les commandes \sloppy et \fussy, disons brièvement
que \sloppy ne provoque pas de débordements dans la marge droite d’un texte, mais produit des sorties considérées comme
moins esthétiques que \fussy. Si cette dernière commande fait déborder un mot dans la marge droite, c’est en réalité pour que
l’utilisateur puisse indiquer où exactement couper le mot coupable lors d’un prochain passage de TEX.
80. Le bon usage [Grevisse, 1988] précise que cet usage n’est pas suivi en Belgique.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
72
CHAPITRE 7. PRINCIPALES RÈGLES TYPOGRAPHIQUES
des caractères italiques étant préférés pour la définition d’un mot :
Un tapis-franc, en argot de vol et de meurtre, signifie un estaminet ou un cabaret du plus bas
étage 81 .
Notons au passage que dans un document à caractère scientifique, on préfèrera pour cet usage l’emploi de
caractères gras : dans la mesure où le mot est davantage mis en valeur, il sera plus aisé pour le lecteur de
retrouver la définition qui lui est associée.
Les caractères italiques sont à employer pour les mots étrangers – cet usage incluant ipso facto les citations
latines –, pour les notes de musique :
Le saxophone alto est un instrument transpositeur en mi bémol.
et pour les titres d’œuvres :
Les nuits fauves
ce dernier usage étant en principe systématique dans les bibliographies françaises où aussi bien les titres
d’œuvres que les titres de collections et d’actes sont mis en caractères italiques.
Les guillemets sont utilisés pour des citations, ou pour des mots qui ont un sens très imagé à l’intérieur
d’une phrase, voire relèvent du registre familier :
Ah ! si je n’avais pas « séché » les cours de typographie !
Selon l’usage le plus courant, les répliques s’indiquent à l’aide de tirets :
— Vous êtes un fat personnage, Monsieur.
— Ventrebleu, vous en êtes un autre, Monsieur.
quoique des guillemets puissent être utilisés :
« Personne ne m’a jusqu’à ce jour adressé ainsi la parole, Monsieur. »
« J’ai grand’peur que cela ne fasse que commencer, Monsieur. »
ou réservés aux seuls début et fin de la transcription d’une conversation :
«Mes témoins attendront les vôtres, Monsieur.
— Soit, puisque vous semblez las de vivre, Monsieur. »
Notons également que lorsque les assemblages « << » et « >> » – fournis par le package french – sont
utilisés, des guillemets ouvrants sont écrits en tête de chaque nouvel alinéa 82 tant qu’un assemblage « << »
n’a pas été « refermé » par un assemblage « >> » correspondant. Si l’on désire éviter cet effet, il convient
d’utiliser les commandes \leftguillemets et \rightguillemets. Ainsi le passage précédent a été tapé :
\leftguillemets Mes t\’{e}moins...
... Monsieur.\rightguillemets
Remplacer « \leftguillemets » par « << » et « \rightguillemets » par « >> » dans l’exemple précédent produit :
« Mes témoins attendront les vôtres, Monsieur.
« — Soit, puisque vous semblez las de vivre, Monsieur. »
Lorsque des délimiteurs (parenthèses ou guillemets) ouvrants et fermants sont utilisés, la règle absolue est
de ne pas utiliser deux signes de ponctuation, l’un avant le délimiteur fermant, l’autre après. Les situations
les plus simples sont :
– une réplique (voyez les deux derniers échanges d’invectives plus haut),
– le cas où une « phrase-mère » introduit une citation de plusieurs phrases :
Voici un exemple de syllogisme : « Ce qui est rare est cher. Un cheval bon marché est rare.
Donc, un cheval bon marché est cher. »
81. Cette phrase est la première des Mystères de Paris, par Eugène Sue.
82. On confond souvent les mots « alinéa » et « paragraphe », d’autant plus qu’ils se traduisent tous deux par « paragraph »
en anglais. Mais :
alinéa (lat. a lineā) [. . . ] s.m. Ligne nouvelle dont le premier mot rentre sur les autres lignes. Par extension,
passage compris entre deux alinéas.
paragraphe (grec παράγραφoς) s.m. Petite section d’un discours, d’un chapitre.
(Le petit Littré, 1990.)
Effectuant la jonction avec
alinéa.
LAT
EX, deux caractères de fin de ligne consécutifs – c’est-à-dire une ligne vide – marquent la fin d’un
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
7.1. TYPOGRAPHIE FRANÇAISE
73
et dans ces deux cas, le signe de ponctuation est placé avant le délimiteur fermant.
Lorsque la citation est toute entière incluse dans une phrase, c’est le signe de ponctuation le plus fort qui
est conservé. C’est-à-dire que l’on écrira :
« Vertufichtre ! » s’exclama-t-il.
car le point d’exclamation fait partie de la citation. Mais on pourra écrire :
— Pourquoi avez-vous crié : « Au voleur »? Aurait-on volé les murs de votre bureau?
car la première phrase reste une interrogation, malgré la citation de ce qui est visiblement une exclamation.
L’application de cette règle « du plus fort » fait disparaître le point final d’une citation incluse dans une
phrase, parfois au détriment d’une virgule qui suit les doubles guillemets fermants :
« Je bois au succès du guide local de LATEX », dit-il et il joignit le geste à la parole.
ou sans remplacement, car le mouvement de la phrase n’en nécessite pas :
Je me souviens avoir dit : « Je bois au succès du guide local de LATEX » et j’ai immédiatement
joint le geste à la parole.
Dans l’exemple suivant :
Vous ne pourrez plus dire : « Je m’y perds dans tous ces TEX, LATEX, LATEX 2ε , etc. »
le point fait partie intégrante de l’abréviation « etc. » (cf. table 7.1). Selon l’usage le plus courant, le signe de
ponctuation est alors omis après les guillemets fermants, mais on peut toutefois en trouver un, cela revient à
considérer que le point abréviatif n’est pas un réel signe de ponctuation.
Du point de vue du look, mentionnons qu’en principe, les seuls guillemets utilisés en français sont “« ” et
“ »”. Les guillemets anglais – « “ » et « ” » – ne s’emploient en français que pour des citations imbriquées à
l’intérieur d’une citation.
Revenant aux tirets, il en existe trois sortes en typographie « pure ». Par ordre de largeur croissante :
– le tiret placé entre deux nombres (appelé range en anglais) :
pp. 1–2
produit en LATEX par « -- »;
– le tiret court, utilisé comme substitut aux parenthèses ;
– le tiret long, produit en LATEX par « --- », en principe réservé aux répliques (voir plus haut).
Le tiret court n’étant pas prédéfini en LATEX, il est souvent remplacé par le tiret long, quoique l’on puisse
observer une tendance actuelle à le remplacer par le range.
Mentionnons également que lorsque les tirets sont employés comme substituts des parenthèses, on peut
omettre le « tiret fermant » en fin de phrase – du reste, il n’est pas indispensable.
Pour les énumérations :
– c’est en principe le tiret long qui les introduit ;
– mais là encore, on observe une tendance à son remplacement par le tiret court ;
– si chaque rubrique est constituée d’une ou de plusieurs phrases, ce sont les règles de ponctuation usuelles
qui s’appliquent ;
– sinon chaque rubrique doit en principe se terminer par un point-virgule ;
– sauf bien entendu la dernière qui peut être close par un point si la phrase ne continue pas après
l’énumération.
Enfin, l’usage français commence tous les alinéas par un retrait à droite, y compris celui qui est placé
immédiatement après un titre de chapitre ou de subdivision de chapitre, mais ce n’est pas une règle absolue :
cela dépend en fait des habitudes de la maison d’édition. Cette « indentation supplémentaire » du premier
alinéa peut être obtenue avec le package indentfirst.
7.1.3
Emploi des lettres capitales
Les capitales s’emploient en début de phrase et en début de citation, mais pas si une phrase reprend après
des points de suspension :
Après une page de publicité. . .
. . . voici la suite du guide local.
ou en cas de suite d’interrogations ou d’exclamations reprenant la même idée :
Que vais-je faire de mon exemplaire de la précédente édition du guide local? le jeter à la poubelle?
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
74
CHAPITRE 7. PRINCIPALES RÈGLES TYPOGRAPHIQUES
Quelle que soit leur place dans une phrase, portent une capitale :
– les noms propres de personnes et de lieux ;
– certains titres :
le Président de la République française
– les noms désignant une nationalité ou les habitants d’un pays, mais pas les adjectifs :
Les Français sont attachés aux usages français.
– les mots tels que Monsieur, Madame, . . . dans une lettre.
Les petites capitales sont utilisées pour les noms d’auteurs dans les énoncés de bibliographies :
Philippe Djian : 37o 2 le matin. Barrault, éditeur.
et pour désigner les siècles, comme le xxe . Par contre, les ordres des rois, empereurs ou papes sont en
capitales :
Napoléon III
En ce qui concerne les titres d’œuvres, il n’y a en principe pas de règle introduisant des capitales supplémentaires. Cependant, on peut observer que quelques maisons d’édition mettent une capitale au(x) mot(s) le(s)
plus significatif(s) d’un titre. Il est toutefois déconseillé d’abuser de cette pratique [André et Grimault, 1990;
André, 1993].
En principe, les accents, trémas et cédilles demeurent sur les capitales.
ET C’EST TOUT AUSSI ESTHÉTIQUE COMME ÇA.
On peut observer une exception en ce qui concerne la préposition « à » placée en début de phrase, car le
« À » a été longtemps considéré comme inesthétique. Il nous semble toutefois meilleur d’être homogène, et
de ne pas tenir compte de ce cas particulier. C’est d’ailleurs ce que préconise la dernière édition du Code
typographique [CT, 1993].
7.2
7.2.1
Typographie anglaise
Espacement et coupure de lignes
En anglais, les virgules, points, points-virgules, deux-points, points d’exclamation et d’interrogation ne
sont jamais précédés d’une espace. Les points terminant une phrase, ainsi que les deux-points, points d’interrogation et d’exclamation, sont suivis d’une espace plus large que l’espace inter-mots 83 . Les parenthèses
sont collées à la portion de texte qu’elles délimitent.
Quant aux tirets, aucune espace n’est laissée, ni à gauche, ni à droite :
Frank’s reflection–distorted, fragmented–stated across the laquer.
La présence d’un tiret l’emporte sur un autre signe de ponctuation. Et de même qu’en français, le « tiret
fermant » est omis à la fin d’une phrase :
Its voice, unlike that of its companion, was light and breathy–a voice of an excited girl.
De même qu’en français, on observe une tendance à remplacer les tirets longs par des ranges. À noter
que pour les répliques, la typographie anglaise n’utilise pas les tirets, mais uniquement les guillemets. La
typographie britannique utilise les guillemets simples (« ‘ » et « ’ »), la typographie américaine les guillemets
doubles (« ‘‘ » et « ’’ ») :
“Is there an English version of your local guide?”
“Not yet, sorry!”
En ce qui concerne les espaces insécables, il est d’usage d’en insérer entre un first name et un middle
name :
Donald~E. Knuth
Edgar~Rice Burroughs
H.~Rider Haggard
et devant un nombre que l’on interprète comme un numéro :
Lemma~10
83. Cet effet est obtenu avec la commande LATEX \nofrenchspacing, activée par défaut. Dans ce cas, un point est suivi d’une
espace plus large, sauf si ce point est précédé d’une majuscule, auquel cas LATEX agit comme si c’était le point abréviatif d’un
middle name (cf. [Lamport, 1994, § 2.2.1]). Le traitement uniforme des espaces suivant un point est obtenu par la commande
\frenchspacing.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
7.2. TYPOGRAPHIE ANGLAISE
75
à moins que ce nombre soit précédé d’un symbole, auquel cas, il doit directement lui être accolé :
#2
£1.99
$500,000
Remarquer que c’est le point décimal qui est utilisé pour indiquer le début des chiffres décimaux, et que les
tranches de 3 chiffres d’un nombre sont séparées par des virgules :
3.141,592,653,589,793
7.2.2
Ponctuation et emploi des polices
De même qu’en français, le point s’emploie à la fin d’une phrase et dans certaines abréviations. Par contre,
la séparation des éléments d’une date est marquée par « / » ou « - ». Au sujet des dates, il convient en outre
de faire remarquer que l’ordre des éléments n’est pas le même en Grande-Bretagne et aux U.S.A. :
(£) 12 novembre 1998
12/11/1998
($) 11 décembre 1998
C’est pourquoi beaucoup de manuels recommandent l’emploi, pour les mois, de chiffres romains alors écrits
en petites capitales, ou d’abréviations :
12/xi/1998
11/xii/1998
12 Nov. 1998
11 Dec. 1998
– la capitale initiale étant indispensable car les noms de mois en portent une en anglais.
À la différence de l’usage français, le mot « non » est toujours suivi d’un trait d’union – ce qui en fait un
véritable préfixe – ou, dans certains cas, directement accolé au mot qu’il précède :
A non-profit-making guide.
Don’t be nonplussed by this rule !
Les seuls cas où « non » est suivi d’une espace correspondent à des citations latines :
A non grata person.
Les caractères italiques s’emploient pour mettre en valeur une phrase ou un morceau de phrase. Ils
s’emploient aussi pour les mots étrangers et les titres d’œuvres. Par contre, leur usage dans les énoncés
de bibliographies est plus subtil qu’en français. Les titres de livres ou de rapports disponibles sous forme
séparée utilisent les caractères italiques, alors que les titres d’extraits sont notés en caractères romains et
apparaissent comme une citation ou une réplique. Ils sont donc encadrés par des guillemets simples selon
l’usage britannique, par des guillemets doubles selon l’usage américain.
Barker, Clive. The Hellbound Heart. Fontana, 1991.
Barker, Clive. ‘The forbidden.’ In: Book of Blood, 5, pp. 1–54. Sphere Books, 1985.
Strickland, Brad. “The Gate of Dreaming.” In: Michael Moorcock’s Elric: Tales of the White
Wolf, edited by Edward E. Kramer, pp. 137–148. Borealis, 1994.
ce qui explique la convention que suivent certains styles de BIBTEX de mettre en caractères italiques les titres
d’actes de conférences (proceedings) et de journaux, mais pas ceux des articles qui y sont cités. Par contre, la
règle impose, pour une référence bibliographique dans une langue étrangère, de respecter la convention de la
langue d’origine. Ainsi, nous devrions écrire :
Blondel, Roger. La guerre du pou. In: Retour à la Terre, 2, edited by Jean-Pierre Andrevon,
pp. 11-29. Présence du futur, no 242. Denoël, 1977.
L’autonymie (mot employé en tant que mot) s’exprime par des guillemets simples, et ce selon les deux
usages (britannique et américain) :
The French word ‘actuel ’ does not mean ‘actual’.
En ce qui concerne la ponctuation en fin de citation, les règles britanniques sont analogues aux règles
françaises (cf. § 7.1.2). Par contre, la typographie américaine, plus répandue dans le domaine scientifique,
adopte les règles suivantes, plus systématiques :
– un signe de ponctuation est toujours placé avant les doubles guillemets fermants :
“I asked you a question,” it said.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
76
CHAPITRE 7. PRINCIPALES RÈGLES TYPOGRAPHIQUES
– s’il y a conflit entre plusieurs signes, c’est le plus fort qui l’emporte – c’est-à-dire que les points d’interrogation et d’exclamation l’emportent sur les autres signes – :
“Do you understand?” the figure beside the first speaker demanded.
Les locutions telles que « that is », « namely », « i.e. », « e.g. » sont en principe suivies d’une virgule
dans l’usage américain 84 .
7.2.3
Emploi des lettres capitales
Portent une capitale, dans tous les cas :
– les noms propres de personnes et de lieux,
– les titres suivis du nom de la personne 85 :
President John F. Kennedy
the president of the U.S.A.
de même pour l’indication de la subdivision d’un texte :
Chapter 7
the chapter about typographic rules
– les noms et adjectifs désignant une nationalité ou les habitants d’un pays,
– les notes de musique, ainsi que les modes (majeur et mineur) :
Gustav Mahler’s Fifth Symphony is in C sharp Minor.
Selon les usages britannique et américain, certains titres d’œuvres portent des capitales supplémentaires.
Plus exactement :
– ($) n’importe quel titre d’œuvre ;
– (£) le titre d’une œuvre disponible sous forme séparée, donc le titre d’un journal, d’un livre, ou d’un
rapport, mais pas celui d’un article inclus dans un journal ou une anthologie 86 .
Dans ce cas, portent une capitale :
– le premier et le dernier mot,
– tous les noms, pronoms (personnels, possessifs ou relatifs), adjectifs (qualificatifs ou possessifs), verbes,
adverbes et conjonctions de subordination.
N’en portent pas :
– les articles, conjonctions de coordination, prépositions, et le « to » des infinitifs ;
à moins, bien entendu, que ces mots soient à la première ou à la dernière place.
A River Runs through It
The Man Who Mistook His Wife for a Hat
En ce qui concerne les mots composés, le premier élément porte toujours une capitale. Pour savoir si les autres
éléments doivent en porter une, il suffit de supprimer mentalement le trait d’union et d’appliquer les règles
précédentes :
A Run-of-the-Mill Detective Story
Long Run-In
7.3
Écriture des abréviations et principaux signes usuels
Nous pouvons observer quelques tendances générales pour l’écriture des abréviations.
– Dans les abréviations utilisées en français, le point abréviatif signifie que la lettre qui le précède n’est
pas la dernière du mot : ainsi « Mme » – pour « Madame » – et « bd » – pour « boulevard » – ne
portent pas de point, car la dernière lettre du mot appartient à l’abréviation. Par contre, « p. » – pour
« page » – porte un point. Il est aisé de se rappeler de cette convention par l’exemple de l’abréviation
de « c’est-à-dire », soit « c.-à-d. »
84. Notons que dans des abréviations telles que « i.e. » ou « e.g. », la présence de cette virgule permet à LATEX de ne pas
considérer le dernier point abréviatif comme un point terminant une phrase : nous expliquons l’incidence sur l’espacement dans
la note 83 en bas de la page 74.
85. Auquel cas l’article défini ne doit pas être utilisé.
86. Voyez l’application de ces deux règles dans les deux derniers exemples de références bibliographiques donnés au § 7.2.2.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
7.3. ÉCRITURE DES ABRÉVIATIONS ET PRINCIPAUX SIGNES USUELS
77
L’usage britannique est analogue, sauf en ce qui concerne l’abréviation « no. » pour numero, qui prend
un point abréviatif. L’usage américain, plus systématique, tend à terminer chaque abréviation par un
point. Ce qui nous donne :
(£) Mr Tony Blair
($) Mr. Bill Clinton
– Les unités de mesure ne portent jamais la marque du pluriel :
300 000 km/s
Pour d’autres abréviations, le pluriel s’obtient souvent en redoublant une ou plusieurs lettres de l’abréviation. Exemple : « M. » pour « Monsieur » et « MM. » pour « Messieurs ». Remarquons que cette
règle est loin d’être homogène : par exemple, le pluriel de « Mme » (pour « Madame ») est « Mmes ».
– Les abréviations désignant une personne ne sont employés que si elles sont suivies du nom d’une personne
dont on parle (voir les deux exemples ci-dessus). Elles sont incorrectes lorsqu’elles ne sont pas suivies
d’un nom :
« Dis, papa, pourquoi le monsieur en uniforme dans la guérite se tient-il si immobile? »
ou si elles désignent quelqu’un à qui l’on s’adresse :
« Bonjour, monsieur Duloria. »
– pas de majuscule à « Monsieur » car il ne s’agit pas d’une lettre – et elles ne doivent pas non plus
être employées devant un titre :
Monsieur le Président de la République,
...
– On n’abrège pas un mot en ne retirant que sa dernière lettre. La seule exception est « loc. » pour le
mot latin loco.
– Le plus souvent, aucune espace n’est laissée entre les divers membres d’une abréviation. Les exceptions
sont des abréviations telles que « av. J.-C. », « ap. J.-C. », et « p. ex. », ainsi que quelques abréviations
dérivées du latin, telles que « ad. loc. », « loc. cit. » ou « op. cit. » – dans ce cas l’espace est insécable.
Si l’abréviation est suivie d’un nombre, elle en est séparée par une espace normale et insécable :
p.~76
– Certaines abréviations très utilisées et qui sont prononcées comme un mot et non par épellation des
lettres qui la composent s’écrivent sans point abréviatif (par exemple, « CEDEX » ou « LORIA »). Si
l’on peut observer une tendance à la suppression du point abréviatif, la règle standard reste toutefois
son utilisation chaque fois que des lettres sont omises.
– Le dernier point d’une abréviation est omis devant le point marquant la fin d’une phrase et devant les
points de suspension. Il demeure devant tout autre signe de ponctuation :
John Kennedy, the president of the U.S.A., . . .
Cette règle peut se combiner avec les règles de ponctuation en fin de citation, comme nous l’avons vu
au § 7.1.2.
Même si cet usage est loin d’être systématique, on peut parfois observer l’emploi de petites capitales
pour les abréviations françaises ne comportant que des capitales. En outre, les abréviations dérivées du latin
sont parfois considérées comme des mots étrangers, et, en tant que tels, mises en caractères italiques. Plus
précisément, on peut observer cette tendance dans des documents d’origine française ou britannique (quoique
les typographes britanniques n’utilisent pas les caractères italiques pour les abréviations « e.g. » et « i.e. »),
mais il semble qu’elle soit totalement inconnue en typographie américaine.
Venons-en aux abréviations elles-mêmes. Nous proposons trois tables :
– la table 7.1 (p. 78) regroupe les abréviations dont l’emploi est commun au français et à l’anglais ;
– la table 7.2 (p. 83) regroupe les principales abréviations et signes particuliers spécifiques au français,
ainsi que les commandes LATEX produisant lesdits signes : en cas de double légende, la première se
rapporte au package french (cf. §7.4.1), la seconde à l’option frenchb du package babel (cf. § 7.4.2) ;
– la table 7.3 (p. 84) propose un choix des principales abréviations anglaises, reproduites selon l’usage
britannique du point abréviatif.
À noter que :
– l’usage du signe « § » pour désigner une section d’un texte semble beaucoup plus courant en français
qu’en anglais 87 , d’où sa mention dans la table 7.2 ;
87. La typographie anglaise emploie parfois le symbole ¶ pour numéroter les alinéas, mais c’est un usage ancien.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
78
CHAPITRE 7. PRINCIPALES RÈGLES TYPOGRAPHIQUES
ad. lib.
ad. loc.
cf.
ch.
Dr
eod. loc.
etc.
ex.
fig.
ibid.
id.
loc. cit.
op. cit.
p.
pp.
P.-S.
vol.
c
&
latin ad libitum, à volonté.
latin ad locum, à la place.
latin confer, compare.
chapitre.
Docteur (mis pour Doctor dans les documents anglais).
latin eodem loco, au même endroit.
latin et cetera, et le reste.
exemple.
figure.
latin ibidem, à la même place.
latin idem, la même chose.
latin loco citato, à l’endroit cité.
latin opere citato, à l’œuvre citée.
page.
pages a .
latin post-scriptum, écrit après.
volume.
copyright.
et b .
Tab. 7.1 – Abréviations utilisées aussi bien en français qu’en anglais.
a « pp. » est parfois utilisée pour désigner des pages consécutives – par exemple, pp. 78–84 – ; pour désigner un nombre de
pages, c’est « p. » qui doit être employée – par exemple, un livre de 200 p. Cette convention est à rapprocher de ce que les
abréviations d’unités de mesure ne portent pas la marque du pluriel.
b Le signe « & » se nomme « perluète » en français et « ampersand » en anglais.
– en ce qui concerne les commandes mentionnées dans la table 7.2 :
– \S est prédéfinie dans LATEX,
– \fup, \ieme, \iemes, \ier, \iere, \ieres, \numero, \Numero, \numeros, \Numeros ne peuvent
être utilisées qu’avec le package french,
– \up, \no, \No s’utilisent avec l’option frenchb du package babel (cf. § 7.4.2),
– \primo, \secundo, \tertio, \quarto sont communes à french et frenchb ;
– si bon nombre des abréviations de la table 7.3 ont une origine latine, ces abréviations sont toutefois
inusitées voire inconnues dans les documents français, c’est pourquoi nous les avons placées dans cette
table 88 .
Le package french permet en outre l’utilisation :
– de la commande \quando, dont l’argument doit être un entier naturel : ainsi, \quando={10} produit
« 10o »;
– de l’environnement order : le texte source suivant :
\begin{order}
\item Les aventuriers de l’arche perdue
\item Indiana Jones et le temple maudit
\item Indiana Jones et la derni\‘{e}re croisade
\end{order}
produit :
1o Les aventuriers de l’arche perdue
2o Indiana Jones et le temple maudit
3o Indiana Jones et la dernière croisade
88. En fait, par « abréviations anglaises », nous sous-entendons « abréviations utilisées dans des documents écrits en anglais ».
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
7.4. PACKAGES POUR LES LANGUES
79
En ce qui concerne les abréviations de prénoms, l’usage français conseille de ne pas couper les digrammes 89 ;
par exemple :
Charles devrait s’abréger en « Ch. »,
Philippe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « Ph. »
Le trait d’union demeure dans une abréviation :
Jean-Jacques Rousseau =⇒ J.-J. Rousseau
À propos de ce dernier exemple, on remarquera que les divers constituants d’un prénom composé n’étant pas
séparés par des traits d’union en anglais, aucun trait d’union ne saurait apparaître dans l’abréviation :
John Fitzgerald Kennedy =⇒ J. F. Kennedy
et mentionnons en outre que l’espace entre « J. » et « F. » est insécable.
Enfin, mentionnons qu’à l’instar des unités de mesure, les abréviations de monnaies ne portent pas la
marque du pluriel :
1000 F
£1000
et signalons le principe d’abréviation utilisé dans les conventions internationales : les deux premières lettres
désignent le pays d’origine, et sont suivies de l’initiale du nom de la monnaie. Exemples :
FRF franc français
GBP livre britannique (pound )
BEF franc belge
USD dollar américain
Profitons de cette petite incursion dans le domaine monétaire pour signaler que LATEX est prêt pour l’euro :
e100
le symbole « e » ayant été produit par la commande \euro, fournie par le package eurosymbol 90 .
7.4
7.4.1
Packages pour les langues
Package french
La nouvelle version du package french offre des possibilités de personnalisation plus poussées que les
précédentes : le lecteur intéressé se reportera à la documentation jointe [Gaulle, 1998b] pour plus de détails.
Pour notre propos, nous allons ci-après indiquer l’utilisation standard de ce package, ainsi que les directions
à suivre pour aller plus loin.
Dans la documentation du package french, il est recommandé de le charger en dernier, auquel cas l’ordre
est :
\usepackage{french}
Cet ordre active cinq parties, que l’on peut piloter séparément par les commandes suivantes :
\frenchhyphenation qui active les motifs de division du français ;
\frenchtypography qui active les conventions typographiques françaises relatives à la ponctuation et aux
guillemets,
\frenchlayout qui gère la mise en pages : retrait des premiers alinéas, appel des notes en bas de page à la
française, etc. ;
\frenchtranslation qui permet que les mots-clés (p. ex., chapitre) et les dates soient affichés en français,
\frenchmacros qui donne l’accès à des commandes supplémentaires, telles que \ier, \ieme, . . . vues au § 7.3 ;
les ordres de désactivations étant respectivement
\nofrenchhyphenation
\nofrenchtypography
\nofrenchlayout
\nofrenchtranslation
\nofrenchmacros
Le package french fournit plusieurs moyens de traiter des documents multilingues. Le plus ad hoc est adapté
à des extraits en anglais : la commande \english du package french permet de repasser dans la configuration
initiale de LATEX, comme si nous n’étions pas en mode français. En particulier, les règles d’espacement autour
des signes de ponctuation tels que les deux-points ou le point-virgule (cf. § 7.1.1) n’ont plus cours et suivent
89. Il est dommage que BIBTEX ne suive pas cette règle.
90. D’autres packages le fournissent.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
80
CHAPITRE 7. PRINCIPALES RÈGLES TYPOGRAPHIQUES
\begin{verbatim}
\usepackage[english,frenchb,catalan,slovak]{babel}
%%
%%
Ici, la langue par d\’{e}faut est le slovaque: elle correspond \‘{a} la
derni\‘{e}re option de l’ordre de chargement de babel.
\begin{document}
Chcete ochutna\v{t} gul\’{a}\v{s}?
\selectlanguage{frenchb}
= Voudriez-vous go\^{u}ter un peu de goulash ?
\foreignlanguage{english}{Do you enjoy it?}
...
\end{verbatim}
Fig. 7.1 – Exemple d’utilisation du package babel.
les conventions « de base » de LATEX. Le mode français peut être restauré par la commande \french. Voyez
l’extrait suivant :
Every inch of its head had been tattoed with an intricate grid, and at every intersection of horizontal
and vertical axes a jewelled pin driven through to the bone91 .
ainsi que la note en bas de page qui s’y rattache. Ils ont été produits par :
\english
\emph{Every inch... through to the bone\footnotemark.}
\french
\footnotetext{Cette citation...}
Signalons également l’existence d’un package multilingue mlp, french étant une option possible pour ce
package.
7.4.2
Package babel
Le package babel est pour l’instant le package le « plus multilingue » dans la mesure où il tente d’homogéneiser le traitement de toutes les langues qu’il connaît, sans que les possibilités pour une langue particulière
soient a priori mises en avant : c’est ce dernier point qui le distingue du package french. Une description
synthétique se trouve dans The LATEX Companion [Goossens et al., 1994, § 9.2]. Rappelons ci-après que ce
package permet :
– l’adaptation d’un style de document à une langue particulière : ainsi les commandes \chaptername,
\contentsname, . . . y sont redéfinies pour chaque langue de ce package ;
– l’utilisation d’un fichier de divisions possibles qui soit ad hoc pour la langue choisie 92 : l’installation
utilisée au LORIA fournit actuellement les motifs de division possibles pour l’anglais 93 , le français,
l’allemand et le russe 94 (se reporter à § 3.4.2.10 pour l’utilisation des fontes associées à la langue
russe) ;
91. Cette citation – ainsi que quatre exemples du § 7.2 – est extraite de The Hellbound Heart, par Clive Barker. Of course, elle
apparaît en caractères italiques à l’intérieur d’un texte français.
92. À condition toutefois que ce fichier soit connu lors de l’installation du package babel.
93. Plus précisément, pour l’américain. Il existe des fichiers pour les règles britanniques de division – davantage fondées sur
l’étymologie et, en fait, très peu différentes en pratique – mais ces fichiers n’ont pas été installés sur notre site.
94. Si vous désirez charger « à la main » un fichier de divisions possibles, il est nécessaire de savoir quel numéro a été associé à
la langue qui vous intéresse lors de l’installation de LATEX. Voici comment sélectionner les quatre fichiers de divisions possibles
qui ont été installés sur notre site :
– \language=0 (par défaut) sélectionne le fichier des divisions anglaises ;
– \language=1 (utilisée par le package french) sélectionne les divisions françaises ;
– \language=2 sélectionne les divisions allemandes ;
– \language=3 sélectionne les divisions russes.
À noter qu’il s’agit d’une solution ad hoc : les numéros peuvent changer en cas de révision de l’installation, et – surtout s’il s’agit
de fichiers que vous envoyez par courrier électronique – vos sources peuvent être intransportables sur un autre site.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
7.5. COMPLÉMENTS
81
– l’écriture multilingue à l’intérieur d’un même document, comme vous le montre la figure 7.1 : la sélection
d’une langue est effectuée soit par défaut, soit par la commande \selectlanguage, quant aux passages
n’excédant pas un alinéa, ils peuvent être traités au moyen de la commande \foreignlanguage.
Ainsi que le montre la figure 7.1, l’ordre de chargement de ce package comprend un certain nombre
d’options qui sont les diverses langues utilisées dans le document. Actuellement – ce qui n’était pas le cas
pour les versions précédentes – le package french peut être utilisé comme une option de babel. Il existe une
option française simplifiée, frenchb 95 , beaucoup plus adaptée à babel 96 . D’un point de vue typographique,
cette option fournit :
– une implantation correcte des règles utilisées pour les deux-points, points-virgules, points d’interrogation
et d’exclamation ;
– l’indentation systématique du premier alinéa ;
– les guillemets français, soit par les commandes \og et \fg, soit par la frappe de « << » et « >> »:
<<\,Venez visiter la tour de Babel !\,>>
(mais ne pas oublier les espaces fines) ;
– les commandes \no, \No, \up, analogues aux commandes \numero, \Numero et \fup du package french :
cf. table 7.2 ;
– ainsi que les commandes \primo, \secundo, \tertio, \quarto : cf. § 7.3.
Pour plus de détails, on se reportera à la documentation de babel [Braams, 1996], le § 19 étant consacré
à l’option frenchb.
7.4.3
Package german
Nous signalons aux utilisateurs germanophones l’existence d’un package german facilitant l’écriture de
documents en allemand, et documenté dans le manuel joint à la distribution [Raichle, 1996]. Ce package
fournit :
– des facilités pour l’écriture des lettres avec tréma (umlaut),
– les coupures allemandes, en prenant en compte les cas particuliers bien connus de cette langue :
– « ck » se divise en « k-k »:
backen
bak-ken
– certaines lettres doublées se voient triplées par la division :
Rolladen
Roll-laden
– la possibilité d’insérer, dans un document écrit avec le package german, des fragments de textes écrits
dans d’autres langues.
Signalons toutefois que ce package n’est pas totalement compatible avec le package babel, l’option de babel à
utiliser pour un document en allemand étant germanb.
7.5
Compléments
Il est clair que l’énoncé de règles grammaticales n’a pas sa place dans ce petit mémento. De bons ouvrages
traitant des règles françaises sont :
Le bon usage [Grevisse, 1988] qui inclut en outre les principales règles typographiques françaises ;
Grammaire pratique du français d’aujourd’hui [Mauger, 1968] davantage destiné à des étrangers en
phase d’apprentissage de la langue de Victor Hugo.
D’un point de vue « écriture de documents en LATEX », on ajoutera à cette liste la documentation du package
french [Gaulle, 1998b]. Le chapitre 9 du Guide pratique de Christian Rolland [Rolland, 1995] en donne une
présentation plus progressive, mais ne tient bien évidemment pas compte des derniers développements que
nous avons signalés au § 7.4.1.
En ce qui concerne la langue anglaise :
Practical English Usage [Swan, 1980] est complet et facilement consultable ;
95. . . . qui a remplacé l’option française précédente, francais.
96. Plusieurs options de babel peuvent s’appliquer à la même langue, et utiliser le même fichier de divisions possibles. Sans
rentrer dans des arcanes trop techniques, il suffit de savoir en pratique que french, frenchb, et francais sont des options de babel,
et que la commande \selectlanguage accepte toute option spécifiée lors du chargement de ce package.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
82
CHAPITRE 7. PRINCIPALES RÈGLES TYPOGRAPHIQUES
The Elements of Style [Strunk Jr. et White, 1979] est peut-être plus orienté vers les questions de style
que vers la justesse grammaticale ;
Practical English Grammar [Thomson et Martinet, 1980] est une grammaire très complète – à noter que
l’achat de sa traduction en français [Thomson et Martinet, 1984] est un bon investissement : tous les
exemples de l’original y sont traduits, avec des indications sur les diverses nuances.
Ajoutons à ces ouvrages purement linguistiques deux outils de travail qui donnent de précieux conseils
pour organiser des index : The Art of Indexing [Bonura, 1994] et Indexing Books [Mulvany, 1994].
À qui voudrait approfondir les subtilités de la ponctuation de la langue française, nous conseillons La
ponctuation maîtrisée [Jacquenod, 1993]. La référence incontournable pour le français est bien sûr le Code
typographique [CT, 1993]. Le lecteur attentif pourra remarquer çà et là quelques divergences entre les trois
ouvrages cités – [Grevisse, 1988] [CT, 1993] [Jacquenod, 1993] – ceci dit, il est clair que la typographie est
autant une affaire d’homogénéité que d’habitudes « visuelles » qu’il est préférable de respecter. L’analyse des
traditions et du goût en matière de typographie n’est d’ailleurs pas exempte de polémiques, ainsi que nous le
montrent brillamment Fernand Baudin [Baudin, 1994] et Jean Méron [Méron, 1997].
Sur des points techniques plus précis, de bons conseils pour l’emploi des capitales et la composition des
titres peuvent être trouvés respectivement dans [André et Grimault, 1990] et [André, 1993].
En ce qui concerne la typographie de la langue anglaise, deux ouvrages nous semblent particulièrement
pertinents.
The Chicago Manual of Style [Chicago, 1993] – Très complet, il inclut beaucoup de tables d’abréviations, et fournit en sus de brèves descriptions des règles de présentation utilisées pour les autres langues
que l’anglais. On peut cependant regretter qu’il ne traite que des règles et normes américaines, ne
mentionnant que rarement les divergences de l’usage britannique.
Copy-Editing [Butcher, 1992] – Il est moins exhaustif et donne moins d’exemples que le précédent, mais les
explications des règles sont très claires, et montrent bien les points communs des usages britannique et
américain, ainsi que leurs différences. En outre, les informaticiens pourront noter la présence du § 13.7,
consacré à la présentation des programmes, que ce soit dans un langage algorithmique, dans un langage
de programmation en logique, ou dans un langage de spécifications formelles.
Ces deux derniers ouvrages donnent en sus de précieuses indications d’ordre général : quels sont les signes
conventionnels utilisés pour annoter une épreuve, comment représenter un copyright, comment imprimer son
livre et le brocher, . . . Qui peut le plus peut le moins. . .
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
7.5. COMPLÉMENTS
1er , 1re , 2e , . . .
1ers , 2es , . . .
1o , 2o
3o , 4o
ap. J.-C.
av. J.-C.
c.-à-d.
bd
CEDEX
C.E.E.
C.Q.F.D.
éd.
env.
M.
Mlle
Mlles
MM.
Mme
Mmes
Me
N.B.
no , No
nos , Nos
p. ex.
P.J.
R.S.V.P.
sect.
sq.
sqq.
S.V.P.
t.
th.
T.S.V.P.
§
a
83
adjectifs ordinaux : premier, première, . . .
adjectifs ordinaux au pluriel.
Les deux premiers. . .
. . . et les deux suivants.
après Jésus-Christ.
avant Jésus-Christ.
c’est-à-dire.
boulevard.
courrier d’entreprise à distribution exceptionnelle.
Communauté Économique Européenne.
ce qu’il fallait démontrer.
éditeur.
environ.
Monsieur.
Mademoiselle.
Mesdemoiselles.
Messieurs.
Madame.
Mesdames.
Maître (avocat ou notaire).
latin nota bene, notez bien.
numéro.
numéros.
par exemple.
pièce jointe a .
répondez, s’il vous plaît.
section.
latin sequente, et suivant(e).
latin sequentes, et suivant(e)s b .
s’il vous plaît.
tome.
théorème.
tournez, s’il vous plaît.
paragraphe.
1\ier, 1\iere, 2\ieme, . . .
1\iers, 2\iemes, . . .
\primo, \secundo
\tertio, \quatro
M\fup{lle} – M\up{lle}
M\fup{lles} – M\up{lles}
M\fup{me} – M\up{me}
M\fup{mes} – M\up{mes}
M\fup{e} – M\up{e}
\numero, \Numero – \no, \No
\numeros, \Numeros
\S
Désigne aussi « police judiciaire » pour les amateurs de polars.
deux abréviations, « sq. » et « sqq. », sont employées après un nombre. Exemples : pp. 83 sq. et pp. 83 sqq.
b Ces
Tab. 7.2 – Abréviations et symboles propres au français.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
84
CHAPITRE 7. PRINCIPALES RÈGLES TYPOGRAPHIQUES
a.d.
a.m.
b.c.
ca
ed.
E.E.C.
e.g.
esp.
et al.
f.
ff.
G.M.T.
i.e.
Mr
Mrs
Ms
no.
Ph.D.
p.m.
Prof.
sec.
ser.
Q.E.D.
U.S.A.
viz.
vs
w.r.t.
#
latin anno domini, littéralement « année du Seigneur », après Jésus-Christ.
latin ante meridiem, avant midi.
before Christ.
latin circa, environ.
editor a .
European Economic Community.
latin exempli gratia, par exemple.
especially.
latin et alii, et d’autres.
and the following page.
and the following pages b .
Greenwich Meridian Time.
latin id est, c’est-à-dire.
Mister.
Mistress.
(prononcé [miz]) : Madame ou Mademoiselle.
numéro.
latin philosophiae doctor, Docteur en Philosophie c .
latin post meridiem, après midi.
Professor.
section.
series.
latin quod erat demonstrandum, ce qu’il fallait démontrer.
United States of America.
d’origine latine (videlicet ), équivalent de namely – et souvent lu ainsi.
latin versus, comparé à.
with respect to.
numéro d .
Tab. 7.3 – Abréviations et symboles propres à l’anglais.
a Rappelons qu’« editor » ne signifie pas « éditeur » – la traduction de ce mot étant « publisher » – mais « rédacteur en
chef » (ou, dans notre communauté, « rédacteur scientifique »).
b Les abréviations « f. » et « ff. » sont d’un emploi analogue à celui de « sq. » et « sqq. » en français, à la différence qu’elles
sont directement accolées au nombre qu’elles suivent :
pp. 84f.
pp. 84ff.
c
d
Désigne en fait, tout titulaire d’un doctorat.
Cette abréviation semble beaucoup plus utilisée aux U.S.A. qu’en Grande-Bretagne.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
85
Chapitre 8
Personnalisation d’une classe
Nous sommes très régulièrement confrontés au problème de la livraison d’articles (conférences, journaux,
ouvrages collectifs) qui doivent respecter un certain nombre de conventions de mise en page. Si certaines
maisons d’édition fournissent en même temps les fichiers de style LATEX, ce n’est pas toujours le cas ; de plus,
il nous est déjà arrivé de voir des maisons d’édition fournir des styles LATEX complètement bogués ou truffés
de « verrues » inélégantes et non génériques.
La plupart du temps, les contraintes demandées par l’éditeur sont cependant tout à fait raisonnables et
quelques redéfinitions suffisent pour s’en sortir, en partant d’une classe existante (article la plupart du temps).
Ce chapitre propose non pas un manuel exhaustif de la personnalisation d’une classe, mais une étude
commentée des solutions trouvées par l’un des auteurs dans un cas réel, forcément incomplet, mais assez
représentatif des demandes formulées par les maisons d’édition.
Pour la simplicité, nous faisons toutes les modifications directement dans le préambule, ce qui nous oblige
dans certains cas à utiliser des commandes telles que \makeatletter et \makeatother (voir The LATEX
Companion [Goossens et al., 1994, pp. 15–16]).
On trouvera ci-après les différentes règles de présentation de l’éditeur et les solutions proposées.
– Texte en Times 11pt.
Je pars de la classe article. J’utilise du papier A4 sur notre site, donc option a4paper. J’appelle le package
times pour écrire en Times (cf. § 3.7). Je risque d’avoir des caractères 8-bits français dans mon texte (ne
serait-ce que mon nom ou mon adresse), donc package inputenc avec option latin1. Je prévois d’inclure
du graphique grâce à graphicx (cf. § 5.2.2). Ici, c’était un article en anglais ; bien sûr, pour un article en
français, il faudrait penser à appeler les packages fontenc (avec l’option T1) et french.
\documentclass[a4paper,11pt]{article}
\usepackage[latin1]{inputenc}
\usepackage{times}
\usepackage[dvips]{graphicx}
\DeclareGraphicsRule{.ps.gz}{eps}{.ps.bb}{‘gunzip -c #1}
\DeclareGraphicsRule{.eps.gz}{eps}{.eps.bb}{‘gunzip -c #1}
– Mise en page : marge gauche 1 pouce, marge du haut 1,25 pouce, texte sur 6,8 pouces de
large et 8,8 de haut.
Pour la forme, on commence par pester intérieurement contre les Américains qui n’ont toujours pas
adopté le système métrique. Mais pas la peine de sortir la calculatrice pour autant ; LATEX comprend
aussi les unités de mesures barbares. Le package vmargin est l’idéal pour positionner ces paramètres.
Un seul petit inconvénient : il ne tient pas compte de l’option globale a4paper, et on est donc obligé
d’indiquer à nouveau les dimensions du papier.
\usepackage{vmargin}
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
86
CHAPITRE 8. PERSONNALISATION D’UNE CLASSE
\setpapersize{A4}
%%% Rappel de la syntaxe :
%%% \setmargins{leftmargin}{topmargin}{textwidth}{textheight}%
%%%
{headheight}{headsep}{footheight}{footskip}
\setmargins{1.0in}{1.25in}{6.8in}{8.8in}{0pt}{0mm}{0pt}{0mm}
– Les en-têtes de \section sont en 16pt, gras, centré. Les en-têtes de \subsection sont en
14pt, gras. Les en-têtes de \subsubsection sont en 12pt, italiques, gras. Le titre général de
l’article est en 18pt, gras.
J’ai de la chance ici ; a priori les tailles nécessaires peuvent être directement sélectionnées (cf. § 3.7.2.2).
Je commence par définir deux commandes raccourcies pour les tailles de 16pt et 18pt.
\newcommand\sixteenpt{\fontsize{16}{19.2}\selectfont}
\newcommand\eighteenpt{\fontsize{18}{23.5}\selectfont}
Maintenant, redéfinissons les trois commandes. Je me contente de recopier la définition des commandes
\section, \subsection et \subsubsection dans le fichier de définition de la classe (article.cls) 97,
puis de modifier la ligne où est définie la présentation de l’en-tête (ligne fléchée dans chaque redéfinition). Je vais avoir besoin d’appeler des commandes internes comprenant le caractère @ (par exemple
\@startsection) ; comme j’ai choisi de ne pas faire de package à part mais de tout définir dans le préambule, il faut « protéger » ces commandes par \makeatletter. On peut noter l’emploi de \centering
pour centrer les en-têtes de paragraphes.
\makeatletter
\renewcommand{\section}{\@startsection {section}{1}{\z@}%
{-3.5ex \@plus -1ex \@minus -.2ex}%
{2.3ex \@plus.2ex}%
{\reset@font\centering\sixteenpt\bfseries}} % <-\renewcommand{\subsection}{\@startsection{subsection}{2}{\z@}%
{-3.25ex\@plus -1ex \@minus -.2ex}%
{1.5ex \@plus .2ex}%
{\reset@font\Large\bfseries}} % <-\renewcommand{\subsubsection}{\@startsection{subsubsection}{3}{\z@}%
{-3.25ex\@plus -1ex \@minus -.2ex}%
{1.5ex \@plus .2ex}%
{\reset@font\large\bfseries\itshape}} % <-Pour une description plus détaillée de la commande \@startsection, on se reportera au LATEX Companion [Goossens et al., 1994, p. 27].
– Les légendes de figures et de tables doivent commencer par « Fig. hnuméroi : » en gras, le
reste de la la figure en normal. Taille de la légende : 10pt.
La commande \small suffit pour passer en 10pt quand la taille globale est de 11pt. En procédant
comme précédemment, il faut redéfinir la commande interne \@makecaption ; rappelons que je suis
toujours protégé par \makeatletter. Après la redéfinition, cette protection peut être désactivée par la
commande \makeatother. Noter aussi la redéfinition de \figurename.
\renewcommand{\@makecaption}[2]{%
\vskip\abovecaptionskip
\sbox\@tempboxa{\small{\bfseries #1:} #2}%
\ifdim \wd\@tempboxa >\hsize
<--
97. Pour trouver un tel fichier, cf. § 10.7.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
87
{\small{\bfseries #1:} #2}\par % <-\else
\global \@minipagefalse
\hbox to\hsize{\hfil\box\@tempboxa\hfil}%
\fi
\vskip\belowcaptionskip}
%% Fin de la zone protegee
\makeatother
\renewcommand{\figurename}{Fig.~}
– Tous les en-têtes de niveau 1 (\section) doivent être écrits en majuscules.
Pour les paragraphes courants, on laissera ce soin à l’auteur. Mais il faut redéfinir en conséquence
l’en-tête automatique résultant de la commande \bibliography
\renewcommand{\refname}{REFERENCES}
– On ne numérote que les \section et les \subsection.
Trivial :
\setcounter{secnumdepth}{2}
– Tous les alinéas doivent être indentés de la même manière.
Il y a un package, indentfirst, pour cela...
\usepackage{indentfirst}
%% Mais en fait, on peut aussi se passer de ce package ; il
%% suffit de recopier son contenu en enlevant les commentaires
%% ci-dessous :
%\makeatletter
%\let\@afterindentfalse\@afterindenttrue
%\@afterindenttrue
%\makeatother
%
– Pas de haut ni de bas de page, pas de numérotation de pages.
J’espère que personne n’a de problèmes pour cela ! On est maintenant prêt à commencer le document
proprement dit.
\pagestyle{empty}
%%%%%%%%%%%%%%%%
\begin{document}
%%%%%%%%%%%%%%%%
– Les références bibliographiques sont indiquées par des numéros ; l’ordre d’apparition dans
la bibliographie est l’ordre de citation.
Il existe un style BIBTEX qui fait cela à merveille : unsrt.
\bibliographystyle{unsrt}
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
88
CHAPITRE 8. PERSONNALISATION D’UNE CLASSE
– Commençons maintenant l’article proprement dit avec le titre, l’auteur, etc. La commande \maketitle
redéfinit le style de la page de titre ; si on veut la garder sans numéro il faut donc utiliser la commande
\thispagestyle.
%%% Pas de date
\date{}
%%% Le titre en 18pt gras
\title{\eighteenpt\bfseries Why I Never Write an Article with Word}
\author{Anybody von LORIA \\
LORIA, B.P. 239 \\
54506 Vand{\oe}uvre-lès-Nancy CEDEX \\
France}
\maketitle
\thispagestyle{empty}
– Résumé en 10pt, avec des marges plus larges.
Les éditeurs donnent souvent des mesures précises pour les marges du résumé ; je dois vous avouer
que je n’en tiens pas compte mais que je me contente de prendre l’environnement quote, qui convient
parfaitement à mon sens. Noter la ligne blanche avant fermeture de l’environnement, pour être sûr que
l’interligne correspondant à \small sera choisi.
\begin{quote}
{\small
This paper explains why it is always a bad idea to write a
scientific article with Word, and proves the clear superiority of
\LaTeX.
}
\end{quote}
– Bon, je ne vais quand même pas écrire votre article. À vous de jouer, donc !
\section{INTRODUCTION}
Here comes your first section, which usually contains an introduction
to your work. Keep on writing it, I hope you don’t expect me to write
your paper, do you? I just give you the template, but for the
technical content you’re on your own.
Your text continues here, of course, as long as you have something to
say.
\section{THIS IS MY SECOND SECTION}
\subsection{This is a subsection}
And so on.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
89
– Pour terminer, il suffit d’appeler la bibliographie (commande \bibliography) et de fermer le document.
\bibliography{mes-refs}
%%%%%%%%%%%%%%
\end{document}
%%%%%%%%%%%%%%
Voilà ! Nous avons sûrement oublié des problèmes typiques, passé sous silence des difficultés endémiques,
proposé des solutions simplistes et pas assez génériques... Bref, nous avons sûrement donné une vision trop
« optimiste » du niveau de difficulté d’une telle personnalisation. Mais si ce chapitre vous a appris au moins
une chose ou vous a permis de gagner du temps au moins une fois, nous ne sommes pas mécontents de l’avoir
écrit.
Notons quand même que si vous avez besoin de réutiliser les mêmes redéfinitions dans plusieurs articles
(ou de les communiquer à des collègues), il peut être plus opportun de mettre l’ensemble de ces commandes
dans un package. Notons aussi qu’un utilisateur plus avancé créerait une nouvelle classe dérivée de article et
emploierait la commande \LoadClass (cf. The LATEX Companion [Goossens et al., 1994, annexe A]).
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
90
CHAPITRE 8. PERSONNALISATION D’UNE CLASSE
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
91
Chapitre 9
La classe de thèse LORIA
Ce chapitre décrit la version v0.88b de la classe thloria et est disponible sous forme séparée (et à jour) sur
http ://www.loria.fr/tex.
La classe thloria propose un standard pour la présentation des thèses du LORIA. Elle se caractérise par
une certaine souplesse, en particulier pour la page de titre et la composition de la table des matières.
9.1
Exemple introductif
Departement de formation doctorale en informatique
UFR STMIA
E cole doctorale IAE + M
Pourquoi le XXI siecle commence
le 1 janvier 2001
e
er
THESE
presentee et soutenue publiquement le 1er janvier 2000
pour l'obtention du
Doctorat de l'universite Henri Poincare { Nancy 1
(specialite informatique)
par
le calendrier
Composition du jury
Francois
Jacques
Catherine
Paul
Examinateurs : Henri
E lodie
President :
Rapporteurs :
Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
92
CHAPITRE 9. LA CLASSE thloria
La figure de la page précédente illustre le début d’une thèse composée avec thloria. Elle correspond aux
commandes suivantes :
\documentclass{thloria}
\begin{document}
\ThesisTitle{Pourquoi le XXI\ieme{} si\‘ecle commence\\
le 1$^{\mathrm{er}}$ janvier 2001} % XXI$^{\mathrm{e}}$ sans french
\ThesisDate{1\ier{} janvier 2000}
% 1$^{\mathrm{er}}$ sans french
\ThesisAuthor{le calendrier}
\ThesisNancyI
\President
= {Fran\c{c}ois}
\Rapporteurs = {Jacques\\
Catherine\\
Paul}
\Examinateurs = {Henri\\
\’Elodie}
\MakeThesisTitlePage
\begin{ThesisAcknowledgments}
Les remerciements.
\end{ThesisAcknowledgments}
\begin{ThesisDedication}
Je d\’edie cette th\‘ese\\
aux saints du calendrier.\\
\end{ThesisDedication}
\tableofcontents
\DontWriteThisInToc
\listoffigures
\mainmatter
\chapter*{Introduction}
...
\begin{ThesisAbstract}
\begin{FrenchAbstract}
Le r\’esum\’e.
\KeyWords{chat, chien, puces.}
\end{FrenchAbstract}
\begin{EnglishAbstract}
The abstract.
\KeyWords{cat, dog, flees.}
\end{EnglishAbstract}
\end{ThesisAbstract}
\end{document}
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
9.2. AVERTISSEMENT : LE « PRÊT-À-PORTER » ET LE « SUR MESURE »
9.2
93
Avertissement : le « prêt-à-porter » et le « sur mesure »
La classe thloria fait partie des classes de la gamme « prêt-à-porter ». Elle satisfait un certain nombre de
besoins, mais pas tous les besoins. C’est une classe faite pour ceux qui veulent utiliser un outil au prix d’un
nombre très restreint (voire nul) de modifications. Celui ou celle qui souhaiterait une classe très particulière,
différant en de nombreux points de ce qu’offre la classe thloria, pourrait bien sûr redéfinir les parties concernées
de la classe mais gagnerait bien plus à se construire sa propre classe. Le « prêt-à-porter » ne vaudra jamais
le « sur mesure ».
9.3
Fonctionnalités offertes par cette classe
La classe thloria hérite de toutes les commandes disponibles dans la classe book, ainsi que dans le package
french, sans cependant reposer sur ces dernières. On lira les documentations correspondantes, par exemple :
– Leslie Lamport : LATEX – A document preparation system, Addison-Wesley, seconde édition, 1994.
– Bernard Gaulle : Notice d’utilisation du style french multilingue pour LATEX (disponible sur
http://www.loria.fr/tex).
Un squelette de document thloria peut être créé au moyen du programme interactif xskeltex ou bien à
partir du fichier d’exemple distribué avec la classe.
9.3.1
Options de la classe
Le document doit commencer par
\documentclass[ [nofrench] [,minfrench] [,mltex]
[,ot1] [,noprintercorrection] [,hautres optionsi] ]{thloria}
– ‘nofrench’ est normalement une option de test à n’utiliser que lorsqu’on suspecte le package french
d’être à l’origine d’une erreur. Cette option supprime les coupures de mots françaises et les commandes
propres à french, comme << ... >>, ne sont plus reconnues.
Dans certains cas, cependant, cette option permet de contourner des problèmes liés à l’ordre de chargement des packages. Comme french est préchargé par thloria, les packages demandés par l’utilisateur
sont en général chargés ultérieurement. Si l’on souhaite par exemple charger le package oz avant le
package french, on écrira :
\documentclass[...,nofrench,...]{thloria}
\usepackage{oz}
\usepackage{french}
...
Enfin, l’option ‘nofrench’ est utile si l’on souhaite utiliser un autre package que french pour la
typographie française. Le plus couramment, il s’agira du package babel :
\documentclass[...,nofrench,...]{thloria}
\usepackage[francais]{babel}
...
– ‘minfrench’ est une option qui a pour effet de charger le minimum nécessaire pour la typographie
française en utilisant le package babel. Pour le moment, ce minimum est réduit aux règles de coupures
des mots et à la traduction de « Table of contents », « Chapter », etc. Si cette option est choisie, le
package french n’est pas chargé.
– ‘mltex’ est une option qui peut être utilisée si le moteur est MlTEX et non TEX. Cette option évite la
sélection du codage T1 pour les polices. La présence de cette option déclenche un avertissement si le
moteur est TEX, et le codage T1 est alors tout de même chargé. Il vous est déconseillé d’utiliser cette
option car elle peut conduire à des problèmes de portabilité.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
94
CHAPITRE 9. LA CLASSE thloria
– ‘ot1’ est une option analogue à ‘mltex’ si ce n’est qu’elle ne passe pas au codage T1 et que toutes les
références au codage T1 dans la classe sont supprimées. En pratique, elle permet de passer au codage
OT1, même si l’on n’utilise pas MlTEX, ce qui peut être utile lorsque l’on écrit une thèse en anglais par
exemple.
– ‘noprintercorrection’ est une option qui supprime la possibilité de corrections fines à l’impression,
via les commandes \ShiftOddPagesRight, etc. Le choix de cette option peut s’avérer nécessaire si l’on
ne possède pas une version de LATEX compatible avec la classe.
– hautres optionsi est une liste d’options reconnues par la classe book. L’option a4paper est sélectionnée
par défaut.
9.3.2
Généralités sur la mise en page
Le format d’impression prévu est le format A4. D’autres formats de page n’ont pas (encore) été implantés.
Par défaut, \textheight vaut approximativement 23 cm (ceci dépend légèrement de la police utilisée, car
c’est un multiple entier de \baselineskip) et \textwidth vaut 160 mm.
9.3.2.1
Marges
L’impression recto-verso est le mode par défaut et les marges sont calculées pour obtenir une superposition
par transparence. Si l’on choisit pour une raison ou une autre de faire une impression recto, on indiquera
l’option oneside comme dans la classe book. Ceci a pour effet de supprimer les pages blanches et de positionner
les marges comme si toutes les pages étaient impaires.
Les marges gauches et droites devraient être changées, si nécessaire, avec \SetRealMargins. Les deux
arguments de cette commande sont les valeurs des marges gauche et droite réelles sur les pages impaires.
Sur les pages paires, les marges seront symétriques. \SetRealMargins{26mm}{16mm} définit par exemple une
marge gauche de 26 mm et une marge droite de 16 mm, ce qui – avec du papier A4 – donne à \textwidth
la valeur 21 cm − 26 mm − 16 mm = 168 mm. \SetRealMargins{30mm}{20mm} fixe les valeurs par défaut.
L’utilisateur veillera à ne pas modifier \textwidth directement.
Les différents paramètres verticaux sont laissés à la discrétion de l’utilisateur. Toutefois, lorsqu’un paramètre de l’en-tête est modifié (par exemple \headsep), on peut vouloir ajuster d’autant la hauteur de la page.
Ceci est réalisé avec la commande \AdjustTextheight, immédiatement après la modification d’un paramètre
de mise en page verticale. Par exemple :
\setlength{\headsep}{30pt}
\AdjustTextheight
9.3.2.2
Décalages horizontaux et verticaux des imprimantes
Les quatre commandes \Shift{Odd|Even}Pages{Right|Down} peuvent être utilisées pour corriger des
défauts de superposition dans les imprimantes recto-verso. Par exemple, si les pages impaires doivent être
décalées à droite de 1 mm et vers le bas de 2 mm afin de correspondre aux pages paires, on pourra écrire :
\ShiftOddPagesRight{1mm}
\ShiftOddPagesDown{2mm}
Remarques :
– les valeurs par défaut sont toutes nulles, ce qui revient à considérer que l’imprimante est parfaite ;
– les décalages peuvent être négatifs ;
– \ShiftOddPagesRight et \ShiftEvenPagesRight doivent être réappliqués après chaque utilisation de
\SetRealMargins ;
– pour le bon fonctionnement de \ShiftOddPagesDown et \ShiftEvenPagesDown, les pages numérotées
impaires doivent toujours être placées sur le même côté ;
– les décalages ne se réduisant pas à des translations ne sont pas traités.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
9.3. FONCTIONNALITÉS OFFERTES PAR CETTE CLASSE
9.3.2.3
95
Pages blanches
L’impression étant supposée recto-verso, des pages blanches sont ajoutées en certains endroits afin de
conserver les pages impaires sur le côté recto. Ces pages blanches sont supprimées grâce à l’option ‘oneside’.
Avec cette option, le document n’est plus adapté à un format recto-verso car l’option modifie aussi les marges.
\documentclass[oneside,...]{thloria}
...
Le style de ces pages blanches est par défaut le style des pages qui les précèdent. Ce style peut être
modifié avec la commande \EmptyPageStyle. Si l’on souhaite par exemple supprimer les en-têtes sur les
pages blanches qui peuvent précéder les chapitres (lorsque ceux-ci commencent sur des pages impaires), il
suffit d’écrire :
\EmptyPageStyle{empty}
avant l’endroit où cette commande doit prendre effet. On notera qu’une page vierge dont le style est celui défini par \EmptyPageStyle peut être insérée avec \EmptyNewPage. Cette commande est utile après
\NoNewPageAfterParts.
9.3.2.4
Marque « version »
\ThesisDraft écrit – sous forme encadrée – « version », la date et le nom du fichier source dans les
« en-têtes ». Les en-têtes normaux restent présents.
Remarques :
– La bannière indiquant la version peut être modifiée en redéfinissant \TheBanner avec \renewcommand.
Par défaut, la définition est :
\newcommand\TheBanner{\textsl{version du \TimeStamp}}
où \TimeStamp est l’indication de la date, incluant le jour de la semaine.
– \ThesisDraft utilise la commande \WeekDay qui donne le jour de la semaine pour une date donnée du
calendrier grégorien. Par exemple, \WeekDay{1}{1}{2101} donne ‘samedi’. Cette commande peut être
utilisée isolément.
9.3.2.5
En-têtes et pieds de page
• Styles d’en-têtes
\FormatHeadingsWith permet de formatter les « en-têtes » avec une commande particulière. Ceci ne
s’applique pas aux numéros de page, que l’on pourra modifier en changeant \thepage. L’exemple
\newcommand\bfheadings[1]{\textbf{#1}}
\FormatHeadingsWith{\bfheadings}
a pour effet de mettre dans les en-têtes les titres courants (chapitres, sections) en gras. L’argument de
\FormatHeadingsWith doit être un unique nom de commande. On peut réutiliser des commandes déjà existantes :
\FormatHeadingsWith{\uppercase}
ou combiner plusieurs formats :
\newcommand\upun[1]{\uppercase{\underline{#1}}}
\FormatHeadingsWith\upun
Les commandes suivantes sont prédéfinies :
– \UppercaseHeadings : les hauts de page sont mis en majuscules. Cette commande est équivalente à
\FormatHeadingsWith{\uppercase}.
– \NormalHeadings : les hauts de page sont inchangés (c’est l’option par défaut).
– \UnderlineHeadings : les hauts de page sont inchangés et soulignés. Cette commande est équivalente
à \FormatHeadingsWith{\underline}.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
96
CHAPITRE 9. LA CLASSE thloria
• Styles de pages
Un certain nombre de styles sont disponibles :
– par défaut, les en-têtes suivent le style StandardHeadings : ce style est équivalent au style headings ;
– \pagestyle{ThesisHeadings} place les numéros de page au bas et au milieu de chaque page et les
autres « en-têtes » là où se trouve le numéro de page avec le style headings ;
– \pagestyle{ThesisHeadingsI} place sur les pages impaires le numéro de page en haut à droite et
le sépare légèrement du titre courant ; sur les pages paires, la présentation est symétrique ; ce style se
rencontre dans un certain nombre d’ouvrages ;
– \pagestyle{ThesisHeadingsII} diffère du style ThesisHeadings par les numéros de page qui sont
placés du côté extérieur ;
– \pagestyle{plain} place simplement les numéros de page en bas et au milieu. Aucune information
n’est placée en haut de la page. Ce style peut être intéressant, localement, par exemple pour la table
des matières. On procédera ainsi :
...
\newpage % pour que le style ‘plain’ n’agisse pas plus tot
\pagestyle{plain}
\tableofcontents
\newpage % remarque analogue pour ‘StandardHeadings’
\pagestyle{StandardHeadings}
...
– \pagestyle{Fancy} permet de personnaliser les en-têtes avec plus de liberté. Pour utiliser ce style, il
faut avoir précédemment défini \OddHead, \EvenHead, \OddFoot et \EvenFoot.
\OddFoot (respectivement \EvenFoot) correspond à ce qui apparaît au bas des pages impaires (respectivement paires). Les valeurs par défaut sont {} et {}. Si l’on souhaite mettre un numéro de page en
bas à droite des pages impaires, et un ‘•’ au milieu, on pourra écrire :
\OddFoot={\hfil$\bullet$\hfil\thepage}
\OddHead (respectivement \EvenHead) correspond à ce qui apparaît au haut des pages impaires (respectivement paires). La syntaxe est différente de celle de \OddFoot et \EvenFoot afin de pouvoir déterminer
automatiquement l’opportunité de la barre de soulignement. \OddHead et \EvenHead ont par défaut la
valeur {{}{}}. Chacune est une liste de deux listes. La première est la composante qui, si elle n’est pas
vide, détermine l’affichage d’une barre. La seconde est la ligne proprement dite. Si l’on souhaite mettre
un numéro de page en haut au milieu des pages paires et ce uniquement si on se trouve dans un chapitre
(\leftmark n’est alors pas vide), on écrira :
\EvenHead={{\leftmark}{\hfil\thepage\hfil}}
De manière générale, les rappels de chapitres sont obtenus par l’emploi de \leftmark, et les rappels de
sections par l’emploi de \rightmark. Dans \OddHead, on emploiera normalement \leftmark\rightmark
pour la première liste.
Voici un exemple complet, équivalent à \pagestyle{ThesisHeadingsII} :
\OddHead={{\leftmark\rightmark}{\hfil\slshape\rightmark}}
\EvenHead={{\leftmark}{{\slshape\leftmark}\hfil}}
\OddFoot={\hfil\thepage}
\EvenFoot={\thepage\hfil}
\pagestyle{Fancy}
Tous ces styles sont en général utilisés pour une grande partie du document, voire pour celui-ci en entier.
Il est cependant d’usage de particulariser le style des premières pages de parties ou de chapitres. Cela peut
se faire très simplement au moyen des commandes \ChapterPageStyle et \PartPageStyle. Ces commandes
prennent les mêmes arguments que \pagestyle, mais ne s’appliquent qu’aux premières pages des parties ou
des chapitres. Le style par défaut pour ces pages est ‘plain’.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
9.3. FONCTIONNALITÉS OFFERTES PAR CETTE CLASSE
97
• Lignes de rappel
Il est possible d’obtenir une ligne soulignant tout l’en-tête. On pourra agir sur \HeadRuleWidth et
\HeadRuleSep. La première variable indique l’épaisseur de la ligne et la seconde est la distance entre l’en-tête
et la ligne. Les valeurs par défaut sont 0 pt et 2 mm. Ces valeurs peuvent être changées avec \setlength
(l’épaisseur usuelle d’une ligne étant de 0,4 pt). Exemple :
\setlength{\HeadRuleWidth}{0.4pt}
Cette ligne ne sera visible que si un nom de chapitre ou de section apparaît au-dessus d’elle. L’utilisateur
veillera à modifier \headsep si nécessaire.
9.3.2.6
Numérotation des pages
Par défaut, les pages sont numérotées dès le début avec des chiffres romains. En général, l’utilisateur changera cette numérotation après l’introduction de sa thèse, avec \mainmatter qui est une nouvelle commande
de LATEX 2ε (\frontmatter et \backmatter ne peuvent pas être utilisés dans thloria). Cette commande est
quasi équivalente à \pagenumbering{arabic}, mais si la dernière page numérotée en chiffres romains est
impaire, une page blanche supplémentaire est ajoutée. Si le document est structuré en plusieurs fichiers, il
faut veiller à ce que \mainmatter figure dans le fichier principal.
La position des numéros de page peut être modifiée en changeant le style de la page (\pagestyle). On
peut ne modifier que le numéro de page en redéfinissant \thepage.
9.3.3
Page de titre
La génération la plus simple de la page de titre n’implique que quelques commandes. En voici un exemple :
\ThesisTitle{Pourquoi les oiseaux ne peuvent pas
voler aussi haut que les jumbo-jets}
\ThesisDate{11 ao\^ut 1999}
\ThesisAuthor{La mouche}
\ThesisNancyI
% Jury:
\President
= {Le pr\’esident &du jury}
\Rapporteurs = {Le rapporteur 1 &du laboratoire\\
Le rapporteur 2\\
Le rapporteur 3}
\Examinateurs = {L’examinateur 1\\
L’examinateur 2}
\MakeThesisTitlePage
9.3.3.1
Commandes générales
Ces commandes n’appellent, pour la plupart, pas de commentaires :
–
–
–
–
Titre : \ThesisTitle
Date : \ThesisDate
Auteur : \ThesisAuthor
Université de la thèse : \ThesisNancyI, \ThesisNancyII ou \ThesisINPL
9.3.3.2
Logos
Un ou plusieurs logos peuvent apparaître sur la première page, ceci dépendant de l’université. Actuellement, seul les logos des universités Henri Poincaré (Nancy 1), Nancy 2, de l’INPL et du LORIA sont
disponibles. Pour que ceci soit effectif, le fichier contenant le logo doit être accessible par LATEX. Le logo
PostScript de l’université Henri Poincaré est contenu dans le fichier tluhp.ps, celui de l’université Nancy 2
dans le fichier tlnancy2.ps, celui de l’INPL dans le fichier tlinpl.ps et celui du LORIA dans le fichier
tlloria.ps qui font partie de la distribution de thloria.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
98
CHAPITRE 9. LA CLASSE thloria
Les logos peuvent tous être désactivés avec la commande \DontShowLogos (avant \begin{document}).
Certains logos peuvent être affichés sélectivement avec les commandes \ShowLogoUHP, \ShowLogoNancyII,
\ShowLogoLORIA ou \ShowLogoINPL. Mais il est clair que le logo de l’INPL n’apparaîtra pas sur une page de
couverture de l’UHP. . .
Note : la commande \ShowLogos qui faisait apparaître les logos est obsolète et n’a plus aucune action.
9.3.3.3
Catégories dans le jury
Le jury est divisé en catégories. Celles qui sont prédéfinies dans thloria sont \President, \Rapporteurs,
\Examinateurs et \Invites. Par défaut, les catégories sont vides.
9.3.3.4
Nouvelles catégories
De nouvelles catégories peuvent être ajoutées par le truchement de la commande \NewJuryCategory. Par
exemple :
\NewJuryCategory{family}{\textit{Membre de la famille :}}%
{\textit{Membres de la famille :}}
Remarques :
– Le premier argument de \NewJuryCategory peut être utilisé pour définir les éléments de la nouvelle
catégorie. Après cette définition, on pourrait écrire : \family={Mon fr\‘ere\\Ma s\oe ur}
– Les second et troisième arguments de \NewJuryCategory sont respectivement les formes singulière et
plurielle du label de la catégorie.
– Une nouvelle catégorie est ajoutée à la fin de la liste des catégories existantes.
– L’ordre des catégories peut être changé en effaçant le jury (avec \ClearJury) et en donnant un nouvel
ensemble de catégories avec \NewJuryCategory. L’exemple suivant montre comment échanger l’ordre
d’apparition des rapporteurs et des examinateurs :
\ClearJury
\NewJuryCategory{President}{\textit{Pr\’esident :}}{\textit{Pr\’esidents :}}
\NewJuryCategory{Examinateurs}{\textit{Examinateur :}}{\textit{Examinateurs :}}
\NewJuryCategory{Rapporteurs}{\textit{Rapporteur :}}{\textit{Rapporteurs :}}
\NewJuryCategory{Invites}{\textit{Invit\’e :}}{\textit{Invit\’es :}}
– Le label faisant face à une catégorie est au singulier ou au pluriel suivant qu’il y a une ou plusieurs
personnes dans cette catégorie.
– On notera qu’il est en particulier possible de créer une (voire plusieurs) catégories sans label. Par
exemple : \NewJuryCategory{nothing}{}{}.
– Le jury est implémenté sous forme d’un tableau à trois colonnes, dont les deuxième et troisième colonnes sont données comme argument des catégories (par exemple \Rapporteurs). Si un élément d’une
catégorie comporte un &, ceci tient lieu de séparation entre le nom et le titre, qui sont placés sur des
colonnes différentes. S’il n’y a pas de &, l’argument de la catégorie est placé tout entier dans la seconde
colonne. Voici un exemple :
\Princes={Albert
&prince h\’eritier\\
Caroline\\
St\’ephanie}
9.3.3.5
La page de titre
La page de titre elle-même est construite avec \MakeThesisTitlePage. Si certains champs essentiels n’ont
pas été remplis, des valeurs par défaut sont choisies et dans certains cas, il apparaît une case indiquant la
commande à utiliser pour la remplir.
La page de titre est indépendante des options de taille (11pt, 12pt) ou de police (par exemple, utilisation
du package times). D’autre part, la commande \MakeThesisTitlePage peut apparaître plusieurs fois dans
le document, éventuellement en changeant certains paramètres.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
9.3. FONCTIONNALITÉS OFFERTES PAR CETTE CLASSE
9.3.3.6
99
La reliure
Normalement, la page de titre est centrée sur la page physique. Toutefois, s’il y a une reliure, on peut
vouloir décaler la page de titre un peu vers la droite. Ceci est réalisé avec \SetBinding{hdécalagei}. Par
exemple : \SetBinding{5mm} spécifie une reliure dont la largeur est de 5mm. La page de titre est alors
centrée sur l’espace restant. Cette commande doit précéder \MakeThesisTitlePage. La valeur par défaut de
la largeur de reliure est 0 mm.
9.3.4
Remerciements
L’environnement ThesisAcknowledgments permet de placer des remerciements sur une page qui leur est
propre. Un exemple simple est :
\begin{ThesisAcknowledgments}
Je vous remercie tous.
\end{ThesisAcknowledgments}
Remarques :
– La position du titre peut être changée avec \AlignTitlesLeft, etc. (cf. § 9.3.8.2)
– Le titre peut être modifié en redéfinissant \AcknowledgmentName. Exemple :
\renewcommand{\AcknowledgmentName}{Ceux que je remercie :}
Cette commande est donc similaire à \partname, \chaptername, etc.
– Par défaut, il n’y a pas d’entrée pour les remerciements dans la table des matières, mais la commande
\WriteThisInToc placée avant l’environnement de remerciements force l’entrée. L’entrée peut aussi
être encadrée (si elle ne l’est pas par défaut par \FrameChaptersInToc) en plaçant \FrameThisInToc
avant l’environnement et à condition que le mode « section spéciale » ait été désactivé (commande
\NormalSection).
– L’entrée des remerciements dans la table des matières est implantée sous forme de « section spéciale »
(cf. § 9.3.7.4).
– L’utilisation de la classe thloria est automatiquement mentionnée sur la seconde page, mais ceci peut
être désactivé avec \nthks.
9.3.5
Résumés
L’environnement ThesisAbstract crée une page pour le(s) résumé(s). L’utilisateur peut y employer les
sous-environnements FrenchAbstract et EnglishAbstract et donner des mots clés par l’intermédiaire de la
commande \KeyWords. Par exemple :
\begin{ThesisAbstract}
\begin{FrenchAbstract}
Le r\’esum\’e.
\KeyWords{chat, chien, puces.}
\end{FrenchAbstract}
\begin{EnglishAbstract}
The abstract.
\KeyWords{cat, dog, flees.}
\end{EnglishAbstract}
\end{ThesisAbstract}
Remarques :
1. \KeyWords ne peut être utilisé que dans les environnements FrenchAbstract ou EnglishAbstract.
2. Au sein de l’environnement EnglishAbstract, les règles typographiques anglo-saxonnes sont observées,
et en particulier les motifs de division de mots anglo-saxons sont utilisés.
3. La position des titres peut être changée avec \AlignTitlesLeft, etc. (cf. § 9.3.8.2)
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
100
CHAPITRE 9. LA CLASSE thloria
4. L’environnement crée deux pages sans numéro de page, de telle sorte que la page de résumé puisse
figurer sur la quatrième de couverture de la thèse. Par défaut, les résumés commencent sur une page
impaire. Il est possible de les faire débuter sur une page paire en écrivant \AbstractsOnEvenPage avant
l’environnement de résumés. On peut revenir à la situation antérieure avec \AbstractsOnOddPage. Les
pages vierges créées ont le style des pages vierges définies par \EmptyPageStyle.
5. La commande \NumberAbstractPages placée devant l’environnement ThesisAbstract entraîne la numérotation des pages du résumé, ou plus précisément l’application du style de première page de chapitre
(éventuellement redéfini avec \ChapterPageStyle). La commande \DontNumberAbstractPages annule
la précédente.
6. Par défaut, il n’y a pas d’entrée dans la table des matières, mais \WriteThisInToc placé avant l’environnement de remerciements force cette entrée.
7. L’entrée des résumés dans la table des matières est implantée sous forme de « section spéciale » (cf.
§ 9.3.7.4).
8. L’environnement est pris en compte dans la numérotation des pages, même si les numéros n’apparaissent
pas sur la page. Ceci permet d’avoir un comportement correct avec \WriteThisInToc. On placera
généralement le(s) résumé(s) à la fin de la thèse.
9. Cet environnement peut être réutilisé à plusieurs reprises, par exemple au début et à la fin de la thèse.
Le plus simple est d’écrire quelque chose comme :
\newcommand{\MonResumeFrancais}{Le r\’esum\’e.
\KeyWords{chat, chien, puces.}}
\newcommand{\MonResumeAnglais}{The abstract.
\KeyWords{cat, dog, flees.}}
...
\begin{ThesisAbstract}
\begin{FrenchAbstract}
\MonResumeFrancais
\end{FrenchAbstract}
\begin{EnglishAbstract}
\MonResumeAnglais
\end{EnglishAbstract}
\end{ThesisAbstract}
...
En procédant ainsi, on peut éventuellement mettre des résumés différents en plusieurs endroits. On peut
aussi placer facilement les résumés français et anglais sur des pages différentes, en n’utilisant à chaque
fois que l’un des sous-environnements FrenchAbstract ou EnglishAbstract.
10. Les entrées de résumé, lorsqu’elles sont présentes dans la table des matières, ne sont jamais encadrées
(elles n’obéissent pas à \FrameChaptersInToc ou \FrameThisInToc).
9.3.6
Dédicace
L’environnement ThesisDedication place la dédicace sur une page isolée, alignée sur le bord droit, à
environ un tiers du haut de la page. Par défaut, c’est la famille de fontes \sfdefault (Sans Serif) en oblique
qui est utilisée. Exemple :
\begin{ThesisDedication}
Je d\’edie ce travail\\
\‘a ma machine.
\end{ThesisDedication}
9.3.7
Sommaire ou table des matières
9.3.7.1
Généralités
– Le titre de la table des matières est par défaut « Sommaire »; traditionnellement, si cette table figure
en fin de document, elle prend le titre « Table des matières ». On redéfinira donc \contentsname si
nécessaire.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
9.3. FONCTIONNALITÉS OFFERTES PAR CETTE CLASSE
101
– Il n’y a jamais d’entrée pour la table des matières dans la table des matières.
– Le rapport entre l’interligne de la table des matières et l’interligne normal est de 1,3. Cette valeur peut
être changée avec \SetTocSpacing, avant \tableofcontents.
Par exemple : \SetTocSpacing{2}.
– Une ligne peut être ajoutée entre deux entrées de la table des matières en écrivant \PutLineInToc à
l’endroit du texte où doit se situer la ligne.
– On peut forcer un saut de page dans la table des matières en écrivant \PutNewPageInToc à l’endroit du
texte où doit se situer ce saut de page.
– La position du titre « Sommaire » peut être changée avec \AlignTitlesLeft, etc. (cf. § 9.3.8.2).
– La pagination des entrées des chapitres et des parties peut être modifiée localement avec les commandes
\NumberThisInToc et \DontNumberThisInToc, qui doivent précéder la commande de sectionnement.
9.3.7.2
Entrées des parties
–
–
–
–
Une entrée est écrite dans la table des matières, à la fois avec \part, et avec \part*.
\WriteThisInToc et \DontWriteThisInToc n’agissent pas sur les entrées \part ou \part*.
\WritePartLabelInToc : ceci ajoute ‘Partie’ devant le numéro de partie dans la table des matières.
\FramePartsInToc : ceci encadre l’entrée des parties (\part et \part*) dans la table des matières, met
le numéro de partie sur une ligne propre et le nom de la partie sur une autre ligne. Cette commande
fonctionne le mieux en conjonction avec \WritePartLabelInToc. Cette commande (tout comme la
suivante) doit être placée après \begin{document}.
\DontFramePartsInToc annule l’effet de \FramePartsInToc pour les parties subséquentes (ou jusqu’au
prochain \FramePartsInToc).
– Lorsqu’une entrée n’est normalement pas encadrée, on peut demander un encadrement uniquement pour
cette entrée en plaçant \FrameThisInToc devant \part.... Cette commande ne prend pas d’argument.
Exemple :
\FrameThisInToc
\part{Une entr\’ee exceptionnellement encadr\’ee}
– Similairement, \DontFrameThisInToc peut être utilisé pour l’effet opposé.
9.3.7.3
Entrées des chapitres
– Une entrée est écrite dans la table des matières, à la fois avec \chapter, et avec \chapter*. Dans ce
dernier cas, cela peut être évité en utilisant \DontWriteStarChaptersInToc. La bibliographie, l’index
et le glossaire sont créés par des commandes \chapter*.
– Les entrées \chapter* peuvent être modifiées localement en utilisant soit \WriteThisInToc, soit
\DontWriteThisInToc avant le chapitre.
– Les entrées de \chapter ne peuvent pas être retirées de la table des matières.
– \WriteChapterLabelInToc : ceci ajoute ‘Chapitre’ devant le numéro de chapitre dans la table des
matières.
– \FrameChaptersInToc : ceci encadre l’entrée des chapitres (\chapter ou \chapter*) dans la table des
matières, met le numéro de chapitre sur une ligne propre et le nom du chapitre sur une autre ligne. Ceci
fonctionne le mieux en conjonction avec \WriteChapterLabelInToc. Cette commande (tout comme la
suivante) doit être placée après \begin{document}.
Attention : ceci peut aussi s’appliquer aux entrées de remerciements, bien que ce soit une section, et ce
lorsque le mode « section spéciale » est désactivé.
\DontFrameChaptersInToc annule l’effet de \FrameChaptersInToc pour les chapitres subséquents (ou
jusqu’au prochain \FrameChaptersInToc).
La commande \DontFrameThisInToc permet de supprimer l’encadré localement et ce pour l’unique
\chapter ou \chapter* qui suit la commande. Le fonctionnement est en tous points analogue à celui
des parties.
– \NoChapterPrefix supprime le numéro du chapitre devant le numéro de section, etc. (aussi dans les
chapitres eux-mêmes). Les labels et les références vers les paragraphes (\section, etc.) ne sont pas
affectés, sauf si \NoChapterNumberInRef est utilisé conjointement. Par contre, le numéro de chapitre
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
102
CHAPITRE 9. LA CLASSE thloria
est supprimé dans les numéros des figures, tables et équations, ainsi que dans les références à ces
environnements.
\ChapterPrefix est le pendant de la commande \NoChapterPrefix.
Ces deux commandes sont appelées automatiquement respectivement au début des chapitres \chapter*
et \chapter.
9.3.7.4
Sections spéciales
Un certain nombre de « parties » sont implantées sous forme de « sections spéciales » avec la commande
\SpecialSection. Il s’agit de parties apparentées à des chapitres mais dont le positionnement dans la table
des matières dépend de la présence effective de parties dans le document. Ainsi, en l’absence de parties, les
sections spéciales sont alignées sur les entrées de chapitres, alors qu’en présence de parties, elles sont alignées
sur ces dernières.
1. Les sections spéciales ne sont jamais encadrées et n’obéissent donc pas aux commandes d’encadrement.
2. Elles sont particulièrement adaptées à l’introduction, la conclusion et thloria les utilise pour la bibliographie, l’index, le glossaire, les listes des figures et des tables, les remerciements et les résumés.
3. Sauf pour les remerciements et les résumés, les sections spéciales figurent toujours dans la table des matières. \DontWriteThisInToc permet de supprimer ces entrées. Dans les deux cas où elles n’apparaissent
pas, il suffit de précéder l’environnement concerné par \WriteThisInToc.
4. Si on souhaite que \listoffigures n’utilise pas une « section spéciale » et donc obéisse aux commandes
d’encadrement, . . . , on écrira :
...
\NormalSection
\listoffigures
...
Par contre, \NormalSection n’agit pas s’il est suivi immédiatement par \SpecialSection, puisque
c’est là un non-sens.
5. \NoChapterPrefix et \ChapterPrefix s’appliquent ici aussi.
9.3.7.5
Entrées des paragraphes
L’entrée des paragraphes numérotés dans la table des matières, peut être modulée par l’emploi de la
commande \DontWriteThisInToc devant les commandes \section, \subsection, etc.
9.3.7.6
Annexes
Les annexes sont en fait des chapitres particuliers, dont la numérotation est quasi indépendante de celle
des chapitres. La commande \chapter est remplacée par la commande \Annex et employée comme dans
l’exemple suivant :
...
\part{...}
\chapter{...}
\chapter{...}
\chapter{...}
\Annexe
\Annex{...}
\part{...}
\chapter{...}
\Annexes
\Annex{...}
\Annex{...}
\Annex{...}
...
Remarques :
1. Les commandes \Annexe et \Annexes sont facultatives et ont comme seul effet d’insérer une ligne
« Annexe » ou « Annexes » dans la table des matières, ceci pour introduire l’ensemble des annexes.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
9.3. FONCTIONNALITÉS OFFERTES PAR CETTE CLASSE
103
2. Les annexes obéissent aux mêmes commandes de formatage que les chapitres : \FrameThisInToc, etc.
3. Les premières versions de thloria permettaient d’écrire
...
\part{...}
\chapter{...}
\chapter{...}
\chapter{...}
\Annexe
\chapter{...}
\part{...}
\chapter{...}
\Annexes
\chapter{...}
\chapter{...}
\chapter{...}
...
c’est-à-dire que les annexes étaient simulées par des chapitres, tout en obtenant le même effet. Cette
manière de faire est désormais à éviter, même si la compatibilité est assurée.
4. Les exemples précédents illustraient l’emploi d’annexes au sein de chaque partie d’un document. On
peut bien sûr utiliser des annexes sans avoir de parties. On peut aussi choisir d’avoir une partie dont le
titre pourrait être « Annexes ».
5. Les annexes sont numérotées par parties et de manière alphabétique. En l’absence de parties, les chapitres annexes sont numérotés comme s’il y avait une unique partie fictive pour tout le document. On
notera que la numérotation des chapitres non annexes n’est pas affectée par la présence des annexes. Les
annexes recommencent à A si et seulement si les chapitres des parties recommencent à 1 (commande
\ResetChaptersAtParts).
9.3.8
Têtes de parties, etc.
9.3.8.1
Têtes de parties
– \AlignTitlesLeft, \CenterTitles, \AlignTitlesRight :
Le numéro et le nom des chapitres est justifié en rapport avec ces commandes.
– La commande \NoNewPageAfterParts supprime le saut de page immédiatement après les titres des
parties. Ceci permet alors d’insérer une introduction immédiatement après le titre. Si le texte ajouté ne
dépasse pas une page, on l’achèvera par \EmptyNewPage qui insère une page vierge de style convenable.
La commande \NewPageAfterParts rétablit le fonctionnement par défaut.
– Le style de la première page d’une partie peut éventuellement être redéfini avec \PartPageStyle,
fonctionnant comme \pagestyle.
9.3.8.2
Têtes de chapitres
– \NoChapterHead :
Avec cette commande, le mot « Chapitre » n’apparaît pas au début d’un chapitre (c’est-à-dire « 3 » au
lieu de « Chapitre 3 »).
– \AlignTitlesLeft, \CenterTitles, \AlignTitlesRight :
Le numéro et le nom des chapitres est justifié en rapport avec ces commandes. Par défaut, on centre.
Ceci s’applique aux titres des environnements de résumé, de remerciements, d’index, de glossaire, de
bibliographie, aux listes des tables et des figures et à la table des matières.
– S’il y a des parties, les chapitres sont normalement numérotés consécutivement mais peuvent être remis
à 1 systématiquement en plaçant \ResetChaptersAtParts, immédiatement après \begin{document}.
– Le style de la première page d’un chapitre peut éventuellement être redéfini avec \ChapterPageStyle,
fonctionnant comme \pagestyle.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
104
CHAPITRE 9. LA CLASSE thloria
9.3.8.3
Têtes de paragraphes
Les commandes \ChapterPrefix et \NoChapterPrefix (cf. § 9.3.7.3) permettent de faire apparaître ou
disparaître le numéro du chapitre devant les numéros de sections, sous-sections, etc. Par défaut, les numéros
apparaissent dans un chapitre \chapter mais pas dans un chapitre \chapter*.
9.3.9
Index
L’environnement d’index se présente comme dans la classe book, mais crée une entrée dans la table des
matières. Cet environnement peut être utilisé soit directement, comme :
\begin{theindex}
...
\item divide and conquer, 15
\item double
\subitem constants, \see{constants}{111}
\subitem data type, 11
...
\end{theindex}
soit par l’intermédiaire de \PrintIndex (ou \printindex), après application de makeindex.
Remarques :
– L’entrée dans la table des matières peut être supprimée si \DontWriteStarChaptersInToc est donné,
ou si \DontWriteThisInToc est utilisé immédiatement avant \PrintIndex.
– L’entrée peut aussi être encadrée (si elle ne l’est pas par défaut par \FrameChaptersInToc) en plaçant
\FrameThisInToc avant l’environnement et à condition que le mode « section spéciale » ait été désactivé
(commande \NormalSection).
– L’entrée de l’index dans la table des matières est implantée sous forme de « section spéciale » (cf.
§ 9.3.7.4).
– On peut ajouter un texte après le titre « Index » et avant la première entrée d’index en utilisant la
commande \BeginIndWith avant \PrintIndex. Exemple :
\BeginIndWith{Dans cet index ne figurent que les pages les
plus importantes.}
\PrintIndex
– L’index est toujours sur deux colonnes.
– Le style de la première page d’index est celui des premières pages de chapitres et peut éventuellement
être redéfini avec \ChapterPageStyle.
– Plusieurs index peuvent être créés au moyen du package index de David M. Jones. Celui-ci introduit
une nouvelle commande \newindex et modifie les commandes \index et \printindex. Si ce package
est chargé, thloria redéfinit \PrintIndex pour être identique à \printindex. On consultera la documentation du package index, par exemple sur le (LA)TEX navigator (http://www.loria.fr/tex), pour
connaître le fonctionnement détaillé des commandes correspondantes. Nous nous contenterons de donner ici un exemple où deux index sont générés, l’un de mots français, l’autre de mots anglais. On notera
que \BeginIndWith peut être réutilisé avant chaque index.
\documentclass{thloria}
\usepackage{index}
\makeindex
% faire makeindex <fichier> apres la compilation
\newindex{English}{edx}{end}{English Index}
% faire makeindex -o <fichier>.end <fichier>.edx apres la compilation
\newcommand\eindex[1]{\index[English]{#1}}
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
9.3. FONCTIONNALITÉS OFFERTES PAR CETTE CLASSE
105
\begin{document}
Hello!
\index{mot1} % mot pour le premier index
\eindex{word1} % mot pour le second index
\BeginIndWith{Premier index}
\printindex
\BeginIndWith{Second index}
\printindex[English]
\end{document}
9.3.10
Glossaire
L’environnement de glossaire est analogue à l’environnement d’index et crée aussi une entrée dans la table
des matières. Cet environnement peut être soit utilisé directement, comme :
\begin{TheGlossary}
...
\item \textbf{Chat} : Animal \‘a poils
\item \textbf{Souris} : Blanche ou grise, selon les go\^uts.
...
\end{TheGlossary}
soit par l’intermédiaire de \PrintGlossary, après application de :
makeindex -s tlglo.ist -o <fichier>.gls <fichier>.glo
On écrirait :
...
\makeglossary
...
\begin{document}
...
\Glossary{Chat}{Animal \‘a poils.}
...
\Glossary{Souris}{Blanche ou grise, selon les go\^uts.}
...
\PrintGlossary
...
Remarques :
– Les commandes \Glossary peuvent se trouver n’importe où dans la thèse. Par défaut, les numéros
de page où apparaîssent les définitions ne sont pas indiqués. Pour les indiquer, on pourra modifier
\Glossary (avec \renewcommand).
Exemple : pour mettre la définition en italiques, ainsi que les numéros de page, on écrirait :
\renewcommand{\Glossary}[3][]{\glossary{#1#2@\textbf{#2} : \textit{#3}}}
La définition précédente autorise un premier paramètre optionnel, dont le but est de forcer le tri. Voici un
exemple, montrant comment mettre « TEX » dans un glossaire, mais sous « TeX » et non sous « \TeX »:
\Glossary[TeX]{\protect\TeX}{Tau Epsilon Chi}
– Le glossaire peut être modifié en changeant certaines commandes dans tlglo.ist (qui fait partie de la
distribution de la classe thloria). On lira à cet effet la documentation de makeindex.
– L’entrée dans la table des matières peut être supprimée si \DontWriteStarChaptersInToc est donné,
ou si \DontWriteThisInToc est utilisé immédiatement avant \PrintGlossary.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
106
CHAPITRE 9. LA CLASSE thloria
– L’entrée peut aussi être encadrée (si elle ne l’est pas par défaut par \FrameChaptersInToc) en plaçant
\FrameThisInToc avant l’environnement et à condition que le mode « section spéciale » ait été désactivé
(commande \NormalSection).
– L’entrée du glossaire dans la table des matières est implantée sous forme de « section spéciale » (cf.
§ 9.3.7.4).
– On peut ajouter un texte après le titre « Glossaire » et avant la première entrée du glossaire en utilisant
la commande \BeginGloWith avant \PrintGlossary. Exemple :
\BeginGloWith{Dans ce glossaire ne figurent que les d\’efinitions
les plus importantes.}
\PrintGlossary
– Le glossaire peut être sur une ou deux colonnes ; pour le mettre sur deux colonnes, on pourra écrire :
...
\BeginGloWith{...}
\twocolumn
\PrintGlossary
...
– Le style de la première page du glossaire est celui des premières pages de chapitres et peut éventuellement
être redéfini avec \ChapterPageStyle.
9.3.11
Bibliographie
L’environnement de bibliographie se présente comme dans la classe book, mais crée une entrée dans la
table des matières. Cet environnement peut être soit utilisé directement, comme :
\begin{thebibliography}
...
\bibitem{backus78}
John Backus.
\newblock {Can Programming Be Liberated from the von Neumann Style?
A Functional Style and Its Algebra of Programs}.
\newblock \emph{CACM}, 21(8):613--641, 1978.
\bibitem{dijkstra72}
Edsger~W. Dijkstra.
\newblock {The Humble Programmer}.
\newblock \emph{CACM}, 15(10):859--866, October 1972.
\bibitem{hoare69}
C.A.R. Hoare.
\newblock {An Axiomatic Basis for Computer Programming}.
\newblock \emph{CACM}, 12(10):576--583, October 1969.
...
\end{thebibliography}
soit par l’intermédiaire de \bibliography, après application de bibtex (cf. chapitre 4).
Remarques :
– L’entrée dans la table des matières peut être supprimée si \DontWriteStarChaptersInToc est donné,
ou si \DontWriteThisInToc est utilisé immédiatement avant \bibliography.
– L’entrée peut aussi être encadrée (si elle ne l’est pas par défaut par \FrameChaptersInToc) en plaçant \FrameThisInToc avant l’environnement thebibliography ou la commande \bibliography et à
condition que le mode « section spéciale » ait été désactivé (commande \NormalSection).
– L’entrée de la bibliographie dans la table des matières est implantée sous forme de « section spéciale »
(cf. § 9.3.7.4).
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
9.4. COMMENT ÉTENDRE thloria?
107
– On peut ajouter un texte après le titre « Bibliographie » et avant la première référence en utilisant la
commande \BeginBibWith avant \bibliography. Exemple :
\BeginBibWith{La partie \‘a gauche de chaque entr\’ee est
ce qui appara\^\i t dans le texte lorsque l’on fait une citation.}
\bibliography{mabiblio}
9.3.12
Liste des figures et des tables
On peut ajouter un texte après le titre « Liste des figures » et avant la première entrée de la liste en
utilisant la commande \BeginLofWith avant \listoffigures. Exemple :
\BeginLofWith{Le num\’ero de page est indiqu\’e \‘a droite
de chaque ligne.}
\listoffigures
– Ces listes figurent par défaut dans la table des matières. Ces entrées peuvent être supprimées avec
\DontWriteThisInToc.
– L’entrée de ces listes dans la table des matières est implantée sous forme de « section spéciale » (cf.
§ 9.3.7.4).
– La position du titre peut être changée avec \AlignTitlesLeft, etc. (cf. § 9.3.8.2).
– \BeginLotWith est la commande analogue pour la liste des tables.
9.3.13
Notes de bas de page
Par défaut, les notes de bas de page sont numérotées de manière consécutive tout au long du document.
On peut cependant les faire repartir à un à chaque chapitre en écrivant \ResetFootnotesAtChapters dans
le préambule.
9.3.14
Divers
– Le codage des caractères en entrée est le code ISO Latin-1.
– La commande \TL donne ‘thloria’
9.4
Comment étendre thloria ?
Comme toute classe, comme tout package, comme tout ensemble de commandes TEX ou LATEX, le comportement de thloria peut-être modifié et étendu.
Cependant, il y a de bonnes et de mauvaises manières de « personnaliser » ou compléter thloria. Une
mauvaise manière serait de faire chez soi une copie du fichier thloria.cls et d’y apporter directement
des modifications. C’est une mauvaise démarche parce qu’elle crée une confusion en cas d’erreurs. Pour cette
raison, l’auteur de thloria se refuse à considérer un quelconque problème apparaissant avec une version modifiée
de cette classe.
La bonne manière consiste à amender la classe thloria au sein du fichier maître qui l’utilise, ou bien
dans un package qui serait chargé par le document principal. C’est typiquement de cette manière que l’on
personnaliserait l’apparence de la première page pour réaliser autre chose qu’un mémoire de thèse. Un certain
nombre de commandes de personnalisation sont d’ailleurs disponibles et on se reportera directement au fichier
thloria.cls pour en savoir plus. Ce n’est pas ici le lieu de les détailler.
L’avantage de conserver le fichier thloria.cls inchangé est aussi de rendre le passage à une version plus
récente de thloria le plus simple possible.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
108
9.5
CHAPITRE 9. LA CLASSE thloria
(In)compatibilités avec d’autres packages
Lorsque la classe thloria est utilisée conjointement avec des packages manipulant la table des matières, les
commandes de sectionnement ou les en-têtes, il se peut que des incompatibilités se fassent jour. Voici quelques
packages dont la compatibilité ou l’incompatibilité mérite d’être signalée :
– fancyhdr et fancyheadings : incompatible. On utilisera les commandes correspondant au style de page
‘Fancy’.
– float : incompatible si la commande \listof est utilisée. On utilisera dans ce cas le package tlfloat
(fourni avec la classe thloria) à la place. On notera que certains package tels algorithm chargent float
et il faudra dans ce cas faire suivre le chargement dudit package par celui de tlfloat.
– hyperref : incompatible. Voir § 9.6.
– index : compatible.
– minitoc : compatible. En cas d’utilisation du package tlhypref, on utilisera minitoc_href à la place
de minitoc.
9.6
Création d’une version PDF d’une thèse
Pour créer une version PDF d’une thèse, on pourra utiliser pdflatex ou distiller. Il est souhaitable
d’utiliser des versions PostScript Type 1 des différentes polices lorsqu’elles sont disponibles, ce qui est le cas
au LORIA pour la plupart des polices.
Avec pdflatex, on ajoutera au début du fichier source la commande \pdfoutput=1, on chargera le package
tlhypref (une adaptation du package hyperref à thloria) avec l’option pdftex, et — si la thèse utilise
normalement les polices EC — le package aeguill (polices AE plus guillemets) qui permet de remplacer
les polices EC par les polices CM, sauf les guillemets qui restent en EC. On peut aussi charger le package
aecompl à la place de aeguill, aecompl complémentant le package ae avec quelques caractères manquants.
Ces packages ne sont pas nécessaires si la thèse utilise une police PostScript telle que Times Roman.
\pdfoutput=1
\documentclass[...]{thloria}
\usepackage[pdftex]{tlhypref}
\usepackage{aeguill}
...
En outre, comme la version actuelle de pdflatex ne peut inclure que des fichiers graphiques PNG, PDF
ou JPEG, il faut que les figures soient transformées en l’un de ces formats. Les logos de la première page sont
disponibles sous forme PDF et leur chargement devrait se faire de manière transparente. De manière générale,
pour pouvoir compiler un document à la fois avec latex et pdflatex avec un minimum de changements, il est
souhaitable de ne pas indiquer l’extension des fichiers graphiques. Celle-ci sera déterminée automatiquement
en fonction du programme. Voyez le chapitre consacré à pdfTEX pour plus de détails.
Deux commandes sont fournies par tlhypref pour corriger d’éventuelles anomalies dans les signets du
fichier PDF. La plus importante est \TLpdfbookmark qui permet de modifier l’intitulé du signet, ce qui est
utile lorsque le titre comporte des commandes ou des symboles spéciaux, inaccessibles depuis les signets. Voici
un exemple d’utilisation de cette commande :
\TLpdfbookmark{Une chose importante : 1+1=2}
\chapter{Une chose \emph{importante} : $1+1=2$}
\TLpdfbookmark peut être utilisé devant n’importe quelle commande de sectionnement et n’agit que sur
celle-ci.
La seconde commande utile est \TLtopbookmark, qui — placée devant un chapitre, une annexe ou une
section spéciale — force le signet à se placer au niveau le plus élevé des signets, ce qui n’est donc utile qu’en
présence de parties. Cette commande est employée comme montré dans l’exemple ci-dessous :
\TLtopbookmark
\chapter{Un chapitre repouss\’e \‘a gauche}
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
9.7. EN CAS DE PROBLÈME
109
Avec distiller, la procédure est la même, si ce n’est que le fichier est un fichier LATEX conventionnel, à
l’exception du package tlhypref qui est chargé avec l’option dvips :
\documentclass[...]{thloria}
\usepackage[dvips]{tlhypref}
...
9.7
En cas de problème
Si thloria ne donne pas le résultat attendu, cela peut être dû à une mauvaise utilisation de certaines
commandes. Relisez bien la documentation pour être sûr que vous n’avez rien oublié.
Si le problème persiste et qu’aucun remède n’a été donné plus haut, la première chose à faire est de classer
l’erreur ou l’anomalie dans l’une des catégories suivantes :
1.
2.
3.
4.
5.
erreur
erreur
erreur
erreur
erreur
dans
dans
dans
dans
dans
thloria.cls ;
book.cls ;
french.sty ou dans les fichiers de babel ;
un autre fichier ;
LATEX.
On avisera ensuite le responsable présumé. On notera que le package french peut être innocenté si l’erreur
persiste lorsqu’on ajoute l’option nofrench dans \documentclass[...]{thloria}.
9.8
Historique et compatibilité avec la classe TheseCRIN
La première version de thloria est apparue le 29 avril 1994. La plus grande partie des développements a été
effectuée entre mai et décembre 1994, sous l’impulsion de Malika Smaïl, Sylvie Coste, Fériel Mouria, Daniel
Chaffiol, Olivier Siohan et quelques autres que l’auteur remercie ici.
Avant la version 0.85, cette classe s’appelait TheseCRIN. Le renommage n’affecte pas les fonctionnalités de
la classe, si ce n’est que toutes les occurences de « TC » en rapport avec TheseCRIN doivent être remplacées
par « TL ». Ceci s’applique à la fois aux commandes et aux fichiers inclus. Les options de version comme
version3 sont désormais ignorées et le comportement de thloria correspond à celui obtenu avec l’option
version3 de la classe TheseCRIN. Enfin, la commande \ShowLogoCRIN a été remplacée par \ShowLogoLORIA
et la commande \InriaProject a été supprimée.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
110
9.9
LA CLASSE thloria
Index des commandes de thloria
\AbstractsOnEvenPage, 100
\AbstractsOnOddPage, 100
\AcknowledgmentName, 99
\AdjustTextheight, 94
\AlignTitlesLeft, 99, 101, 103, 107
\AlignTitlesRight, 103
\Annex, 102
\Annexe, 102
\Annexes, 102
\backmatter, 97
\baselineskip, 94
\BeginBibWith, 107
\BeginGloWith, 106
\BeginIndWith, 104
\BeginLofWith, 107
\BeginLotWith, 107
\bibliography, 106
\CenterTitles, 103
\chapter, 101, 102
\chapter*, 101
\ChapterPageStyle, 96, 100, 103, 104, 106
\ChapterPrefix, 102, 104
\ClearJury, 98
\DontFrameChaptersInToc, 101
\DontFramePartsInToc, 101
\DontFrameThisInToc, 101
\DontNumberAbstractPages, 100
\DontNumberThisInToc, 101
\DontShowLogos, 98
\DontWriteStarChaptersInToc, 101, 104–
106
\DontWriteThisInToc, 92, 101, 102, 104–
107
\EmptyNewPage, 95, 103
\EmptyPageStyle, 95, 100
EnglishAbstract, 92, 99
\EvenFoot, 96
\EvenHead, 96
\Examinateurs, 92, 98
Fancy, 96, 108
\FormatHeadingsWith, 95
\FrameChaptersInToc, 99–101, 104, 106
\FramePartsInToc, 101
\FrameThisInToc, 99–101, 103, 104, 106
FrenchAbstract, 92, 99
\frontmatter, 97
\Glossary, 105
headings, 96
\HeadRuleSep, 97
\HeadRuleWidth, 97
\index, 104
\InriaProject, 109
\Invites, 98
\KeyWords, 92, 99
\leftmark, 96
\listoffigures, 102, 107
\listoftables, 107
\mainmatter, 92, 97
\makeglossary, 105
\MakeThesisTitlePage, 92, 98
minfrench, 93
mltex, 93
\newindex, 104
\NewJuryCategory, 98
\NewPageAfterParts, 103
\NoChapterHead, 103
\NoChapterNumberInRef, 101
\NoChapterPrefix, 101, 102, 104
nofrench, 93
\NoNewPageAfterParts, 95, 103
noprintercorrection, 94
\NormalHeadings, 95
\NormalSection, 99, 102, 104, 106
\nthks, 99
\NumberAbstractPages, 100
\NumberThisInToc, 101
\OddFoot, 96
\OddHead, 96
oneside, 94, 95
ot1, 94
\pagestyle, 97, 103
\part, 101
\part*, 101
\PartPageStyle, 96, 103
\pdfoutput, 108
plain, 96
\President, 92, 98
\PrintGlossary, 105, 106
\PrintIndex, 104
\printindex, 104
\PutLineInToc, 101
\PutNewPageInToc, 101
\Rapporteurs, 92, 98
\ResetChaptersAtParts, 103
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
9.9. INDEX DES COMMANDES DE thloria
\ResetFootnotesAtChapters, 107
\rightmark, 96
\section, 102
\SetBinding, 99
\SetRealMargins, 94
\SetTocSpacing, 101
\sfdefault, 100
\ShiftEvenPagesDown, 94
\ShiftEvenPagesRight, 94
\ShiftOddPagesDown, 94
\ShiftOddPagesRight, 94
\ShowLogoCRIN, 109
\ShowLogoINPL, 98
\ShowLogoLORIA, 98, 109
\ShowLogoNancyII, 98
\ShowLogos, 98
\ShowLogoUHP, 98
\SpecialSection, 102
StandardHeadings, 96
\subsection, 102
\textheight, 94
\textwidth, 94
\TheBanner, 95
thebibliography, 106
TheGlossary, 105
theindex, 104
\thepage, 97
ThesisAbstract, 92, 99
ThesisAcknowledgments, 92, 99
\ThesisAuthor, 92, 97
\ThesisDate, 92, 97
ThesisDedication, 92, 100
\ThesisDraft, 95
ThesisHeadings, 96
ThesisHeadingsI, 96
ThesisHeadingsII, 96
\ThesisINPL, 97
\ThesisNancyI, 92, 97
\ThesisNancyII, 97
\ThesisTitle, 92, 97
\TimeStamp, 95
\TL, 107
\TLpdfbookmark, 108
\TLtopbookmark, 108
\UnderlineHeadings, 95
\UppercaseHeadings, 95
version3, 109
\WeekDay, 95
\WriteChapterLabelInToc, 101
\WritePartLabelInToc, 101
\WriteThisInToc, 99–102
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
111
112
LA CLASSE thloria
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
113
Chapitre 10
L’environnement de travail LATEX
Ce chapitre présente l’environnement UNIX à connaître pour utiliser correctement LATEX, et décrit les
principaux outils associés. Ceci est valable pour toutes les machines « supportées » du réseau loria que ce
soient des SUN à architecture SPARC fonctionnant sous Solaris 2.x (Sun-Os 5.x), des stations Sgi, des
stations Dec Alpha ou des PC sous Linux. À l’exception de quelques exécutables, le même environnement est
aussi disponible sur PC sous WindowsNT.
Nous avons essayé ci-après de faire un double tri parmi les différents outils tournant peu ou prou autour
de TEX et présents sur notre site. Nous avons d’abord distingué plusieurs classes d’outils puis, au sein de
chaque classe, nous avons essayé d’établir une gradation allant des outils pour utilisateur de base aux outils
pour experts et autres gourous.
10.1
TDS (TEX Directory Structure)
L’environnement TEX standard est organisé selon une arborescence conforme à la TDS. La TDS est une
tentative d’uniformisation des différentes hiérarchies TEX, aussi bien sous UNIX que sous MS-DOS, Windows,
Mac-OS, etc. La TDS présente un avantage certain pour la maintenance, car les localisations des fichiers sont
documentées. Les mises à jour en deviennent facilitées, tout comme, pour un utilisateur, le passage d’une
plate-forme à l’autre. La TDS est documentée dans le fichier tds.dvi 98.
L’installation actuelle repose sur la distribution dite « web2c 7 ». Cette version est apparue en janvier
1997 et présente des améliorations majeures par rapport aux précédentes. Ainsi, les programmes comme
TEX et METAFONT n’effectuant pas d’allocations dynamiques de mémoire, il était jusqu’à présent nécessaire
de les recompiler afin d’accroître leurs capacités. Avec web2c 7, cela n’est plus nécessaire et la plupart des
dépassements de capacité rencontrés avec TEX peuvent maintenant être résolus en modifiant une valeur
dans un fichier de ressources. Il y a un fichier de ressources globales (texmf.cnf) et chaque utilisateur peut
l’amender afin d’avoir l’environnement TEX qui correspond le mieux à ses besoins.
10.2
Chemins d’accès et variables d’environnement
Pour pouvoir utiliser LATEX et son environnement, il faut que les répertoires /usr/local/tex/bin et
/usr/local/bin figurent dans votre chemin de recherche. Tous les fichiers utilisés par LATEX se trouvent sous
/usr/local/tex/texmf. C’est là qu’on trouve les classes, les packages, les polices, les formats, etc.
Par défaut tous les outils utilisent des chemins standard, à savoir le répertoire courant (.) et le(s) répertoire(s) correspondant(s) sous l’arborescence /usr/local/tex/texmf. La définition de ces répertoires standard, c’est-à-dire les valeurs par défaut de variables d’environnement telles que TEXINPUTS, TFMFONTS et
TEXFORMATS, est détaillée un peu plus loin. La définition est un peu technique car elle doit gérer les recherches
récursives de fichiers, ou des recherches dépendant de l’exécutable appelé.
Si vous voulez par exemple accéder à des packages qui ne se trouvent ni dans les chemins standard, ni
dans le répertoire courant, il vous suffit d’indiquer le(s) nouveau(x) chemin(s) de la manière suivante :
setenv TEXINPUTS /mon/chemin/a/moi:/son/chemin/a/lui:
98. Source sur CTAN dans tds/draft-standard ; une version formatée est disponible sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
114
CHAPITRE 10. L’ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL LATEX
Dans ce cas, TEX ou LATEX va ajouter ces chemins aux chemins standard, ce qui signifie qu’en fin de
compte il cherchera les packages dans les chemins :
/mon/chemin/a/moi:/son/chemin/a/lui:.:<les chemins standard>
Il suffit de faire de même pour les autres variables d’environnement.
Mais si vous installez tous vos packages et polices chez vous, il est plus simple de les placer sous votre
répertoire ~/texmf comme expliqué en § 10.4.
Note : si vous utilisez un package particulier qui vous semble intéressant pour la communauté, vous pouvez
envoyer un courrier électronique à latex@loria.fr afin que celui-ci soit installé parmi les packages standard.
10.3
Recherches récursives: pour experts
La vraie définition des chemins « standard » actuels pour TEX et LATEX est :
TEXINPUTS.tex =.:$HOME/texmf/tex/plain//:
$HOME/texmf/tex/generic//:
$HOME/texmf/tex//:
/usr/local/tex/texmf/tex/plain//:
/usr/local/tex/texmf/tex/generic//:
/usr/local/tex/texmf/tex//
TEXINPUTS.latex =.:$HOME/texmf/tex/latex//:
$HOME/texmf/tex/generic//:
$HOME/texmf/tex//:
/usr/local/tex/texmf/tex/latex//:
/usr/local/tex/texmf/tex/generic//:
/usr/local/tex/texmf/tex//
(Pour le détail des autres définitions, on pourra se reporter au fichier /usr/local/tex/texmf/web2c/texmf.cnf.)
Ces définitions sont interprétées par une bibliothèque de recherches de fichiers appelée kpathsea dont une
première version a été installée courant 1995. Elles présentent deux particularités :
1. Il y a une variable d’environnement pour chaque exécutable : une pour TEX, une pour LATEX, etc. (en fait,
stricto sensu, il s’agit d’une variable par nom d’exécutable, car TEX, LATEX, etc. sont tous des instances
du même exécutable, anciennement VirTEX). Si on voulait faire partager une variable d’environnement
par plusieurs exécutables, on ne mettrait tout simplement pas de suffixe.
2. Les chemins comportent des //. Ceci correspond à des recherches récursives. Détaillons le premier
exemple :
TEXINPUTS.tex =.:$HOME/texmf/tex/plain//:
$HOME/texmf/tex/generic//:
$HOME/texmf/tex//:
/usr/local/tex/texmf/tex/plain//:
/usr/local/tex/texmf/tex/generic//:
/usr/local/tex/texmf/tex//
signifie que TEX commencera par chercher ses fichiers .tex dans le répertoire courant (.), puis dans
tous les sous-répertoires de $HOME/texmf/tex/plain (cf. § 10.4), puis dans tous les sous-répertoires de
$HOME/texmf/tex/generic, puis sous $HOME/texmf/tex, puis de manière identique sous /usr/local/tex/texmf/tex. Ces recherches récursives sont accélérées par l’existence de fichiers d’index remis à
jour régulièrement (fichiers ls-R).
L’intérêt des recherches récursives et des fichiers d’index est de procurer une plus grande souplesse et une
plus grande rapidité de compilation. Cette plus grande souplesse permet aisément de déplacer de nombreux
fichiers ou répertoires, de faire divers réarrangements, sans pour autant recompiler quoi que ce soit. Cette
plus grande latitude de manœuvre dans l’installation est bénéfique à l’utilisateur, mais peut devenir un piège
s’il joue le jeu de la rigidité.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
10.4. RÉPERTOIRE TEX PRÉDÉFINI CHEZ CHAQUE UTILISATEUR
115
Ainsi, il ne faut pas que l’utilisateur définisse complètement les chemins, en écrivant par exemple :
setenv TEXINPUTS /usr/local/tex/texmf/tex/plain:/monrepertoire/...
L’explication est très simple : il ne faut inclure aucun répertoire standard de manière explicite et rigide
car l’installation peut être modifiée à tout moment ; au lieu de la définition précédente, on écrira :
setenv TEXINPUTS :/monrepertoire/...
ce qui fonctionnera correctement si TEX est appelé, puisque ce sera équivalent à :
setenv TEXINPUTS .:$HOME/texmf/tex/plain//:
...
/usr/local/tex/texmf/tex//:/monrepertoire/...
Par contre, si LATEX est appelé, ce sera équivalent à
setenv TEXINPUTS .:$HOME/texmf/tex/latex//:
...
/usr/local/tex/texmf/tex//:/monrepertoire/...
Ceci démontre clairement l’intérêt de l’inclusion de l’environnement vide « : ».
On notera que l’utilisateur peut aussi définir des recherches récursives, par exemple avec :
setenv TEXINPUTS :/monrepertoire//...
Les exemples précédents ont montré comment modifier les chemins de recherche à la fois pour tex, latex,
etc. La différence entre les chemins de recherche de tex et latex résidait non pas dans les positionnements
de l’utilisateur, mais dans les valeurs par défauts de TEXINPUTS pour tex et latex. Il est possible de définir
explicitement un chemin de recherche pour tex et un autre pour latex. Il suffit de faire suivre TEXINPUTS
de « _hnom de l’exécutablei », où « _ » a la même fonction que « . » dans les exemples donnés plus haut.
Ainsi, on pourra écrire :
setenv TEXINPUTS_tex .:/monrepertoireTeX//...
setenv TEXINPUTS_latex .:/monrepertoireLaTeX//...
De cette manière, tex et latex utilisent des chemins de recherche complètement disjoints, ce qui peut
être un effet désiré.
On pourra aussi appeler la commande kpsewhich avec l’option show-path pour connaître les chemins de
recherche utilisés par les divers programmes. Par exemple, kpsewhich -show-path=tex donne les chemins
de recherche pour les fichiers utilisés par TEX et LATEX. Et l’exemple suivant donne les chemins de recherche
des fichiers de polices PostScript Type 1 :
> kpsewhich -show-path="type1 fonts"
.:/users/team/boss/texmf/fonts/type1//:!!/usr/local/tex/texmf/fonts/type1//:
/users/team/boss/texmf/dvips//:!!/usr/local/tex/texmf/dvips//
Cette même commande, appelée avec l’option expand-var donne les valeurs des variables d’environnements telles qu’utilisées par les divers programmes et les expanse. Voici un exemple d’utilisation :
> kpsewhich -expand-var ’$MPINPUTS’
.:{/users/team/boss/texmf:!!/usr/local/tex/texmf:!!/usr/local/tex/texmf}/metapost//
10.4
Répertoire TEX prédéfini chez chaque utilisateur
Comme cela a été illustré dans les exemples précédents, par défaut, les fichiers utilisés par TEX, METAFONT, etc., sont cherchés tout d’abord chez l’utilisateur, dans le repertoire ~/texmf, puis en standard. La
seule contrainte est que l’arborescence ~/texmf doit respecter la TDS.
Le seul fait de mettre des fichiers à leur bonne place sous ~/texmf les fera trouver. Il sera alors inutile de
changer la valeur de variables telles que TEXINPUTS.
Il faut toutefois prendre garde à ce que le fichier d’index ~/texmf/ls-R soit à jour après l’installation
(ce qui se fait avec texconfig rehash) ou bien que ce fichier soit inexistant. Si ce fichier existe mais est
incomplet, la nouvelle installation ne sera pas détectée.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
116
CHAPITRE 10. L’ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL LATEX
10.5
Modification de l’environnement TEX
Toutes les variables d’environnement ont leurs valeurs par défaut définies dans le fichier /usr/local/tex/texmf/web2c/texmf.cnf. Ce fichier n’est pas modifiable directement par l’utilisateur, mais les variables
telles que TEXINPUTS peuvent être modifiées comme on l’a montré plus haut. Il est en outre possible d’avoir
chez soi son propre fichier de configuration TEX. Il suffira de copier le fichier texmf.cnf standard dans
un répertoire qui sera donné comme valeur à la variable TEXMFCNF. Nous choisissons comme emplacement
pour le fichier de configuration l’emplacement naturel correspondant au répertoire TEX personnel prédéfini
(cf. § 10.4) :
cp /usr/local/tex/texmf/web2c/texmf.cnf ~dupont/texmf/web2c/
setenv TEXMFCNF ~dupont/texmf/web2c
Cependant, en règle générale, on ne recopiera pas tout le fichier texmf.cnf, afin de limiter la sensibilité
aux modifications globales. On pourra mettre dans son propre fichier texmf.cnf uniquement les modifications
à l’environnement global. On écrira alors (notez le « : » final) :
setenv TEXMFCNF ~dupont/texmf/web2c:
afin de prendre en compte les autres valeurs de configuration. Il faut noter que si une variable est définie
plusieurs fois seule la première définition est prise en compte, mais tous les fichiers de configuration trouvés
dans les chemins indiqués par TEXMFCNF sont lus.
Si l’on souhaite par exemple modifier la mémoire disponible pour une page DVI, on augmentera le paramètre extra_mem_bot 99. Le contenu du fichier texmf.cnf local pourrait alors être :
extra_mem_bot = 100000
ce qui ajoutera 100000 mots de mémoire pour ce paramètre, ce que l’on peut vérifier à la fin du fichier .log
en faisant \tracingstats=1.
Toutes les quantités indiquées à la fin d’une exécution de TEX avec \tracingstats=1 peuvent être modifiées. La figure 10.1 indique quelles variables du fichier de configuration agissent sur quels paramètres. De
plus, il faut noter que les différents paramètres ont une valeur minimale et une valeur maximale. Les limites
par défaut sont les suivantes (tirées du fichier tex.ch) :
3000
32000
0
0
20000
200
40
60
500
600
6
max_strings 6
6
pool_size
6
6 extra_mem_bot 6
6
hash_extra
6
6 font_mem_size 6
6
stack_size
6
6
nest_size
6
6
param_size
6
6
buf_size
6
6
save_size
6
65535
10000000
8000000
65535
1000000
3000
400
600
30000
40000
Certaines modifications nécessitent la recréation d’un format. Un exemple de création de format est donné
au § 10.14 et nous vous y référons pour les généralités. Supposons maintenant que nous voulions créer un
format LATEX avec un paramètre main_memory à 7000000 (le maximum étant 8000000). Nous procéderions
comme suit :
1. main_memory = 7000000 est écrit dans un fichier texmf.cnf local (voir plus haut) ; cette ligne servira
à la création du format ; une fois le format créé, elle peut être retirée ou on peut lui redonner sa valeur
précédente ;
2. main_memory.latex = 7000000 est ajouté au fichier texmf.cnf local ; cette ligne servira lors de l’exécution de latex ;
3. le format LATEX est créé en appelant initex sur latex.ltx, ce qui produit latex.fmt ;
4. latex.fmt est installé dans un répertoire tel que $HOME/texmf/web2c où les formats sont cherchés.
99. La signification des paramètres est expliquée dans le fichier de configuration principal.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
10.6. LA BIBLIOTHÈQUE KPATHSEA
117
9830 strings out of 13690 <--------------------------------- max_strings
133345 string characters out of 476858 <-------------------- pool_size
150632 words of memory out of 263001 <---------------------- extra_mem_bot
10000 multiletter control sequences out of 10000+0 <-------- hash_extra
7 words of font info for 0 fonts, out of 300000 for 1000 <-- font_mem_size
14 hyphenation exceptions out of 1000 <--------------------- hyph_size
37i,1n,57p,202b,63s stack positions out of 300i,100n,500p,30000b,4000s
stack_size ---^
^
^
^
^
nest_size ---------^
^
^
^
param_size -------------^
^
^
buf_size ---------------------^
^
save_size ---------------------------^
Fig. 10.1 – Paramètres agissant sur la configuration
10.6
La bibliothèque kpathsea
Un certain nombre de programmes utilisent la bibliothèque kpathsea 100 pour les recherches de fichiers. Les
principaux programmes concernés sont actuellement les suivants : bibtex, dvicopy, dvips, dvitype, etex (et
elatex, etc.), gftodvi, gftopk, gftype, gsftopk, mpost (c.-à-d. METAPOST), mf, mft, omega (et lambda,
etc.) patgen, pdftex (et pdflatex, etc.), pktogf, pktype, pltotf, tangle, tex (et latex, etc.), tftopl,
vftovp, vptovf, weave, xdvi. (À partir de web2c 7, les programmes initex et virtex ont été fusionnés, de
même que inimf et virmf, etc.)
Cette bibliothèque, documentée sur le (LA)TEX navigator, fournit des possibilités de déboguage intéressantes et homogènes. En fait, on peut obtenir des traces, par exemple en ce qui concerne les ouvertures de
fichiers. Le niveau de détail est déterminé par la valeur de la variable d’environnement KPATHSEA_DEBUG. Dans
cette valeur, chaque bit a une signification particulière. Ainsi
setenv KPATHSEA_DEBUG 4
donne toutes les ouvertures de fichiers. Il est aussi possible d’appeler TEX, ou un autre programme utilisant
la bibliothèque, avec l’option -kpathsea-debug, par exemple :
latex -kpathsea-debug=4 fichier.tex
Les significations détaillées des six premiers bits sont les suivantes :
1:
2:
4:
8:
rend compte des appels stats ;
rend compte des consultations de tables de hachage ;
rend compte des ouvertures et fermetures de fichiers ;
rend compte d’informations générales sur les chemins, et comment ceux-ci ont été construits à partir
des valeurs par défaut et des redéfinitions de l’utilisateur ;
16 : rend compte des listes de répertoires consultés ;
32 : rend compte des fichiers qui sont cherchés et non nécessairement trouvés.
On obtient l’ensemble de toutes les informations disponibles en donnant la valeur -1 à cette variable.
Il faut noter que certaines commandes (par exemple dvips) ont une option équivalente au positionnement
de la variable KPATHSEA_DEBUG.
Notons aussi que tous les programmes de la distribution web2c peuvent être appelé avec l’option --help
pour avoir une aide.
Enfin, l’option -version donne la version du programme utilisée. Exemple :
% tex -version
TeX (Web2C 7.2) 3.14159
kpathsea version 3.2
100. Pour Karl Berry’s path search.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
118
CHAPITRE 10. L’ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL LATEX
Copyright (C) 1998 D.E. Knuth.
There is NO warranty. You may redistribute this software
under the terms of the GNU General Public License
and the TeX copyright.
For more information about these matters, see the files
named COPYING and the TeX source.
Primary author of TeX: D.E. Knuth.
10.7
Où se trouve un fichier ?
Quelquefois, il apparaît difficile de trouver où se trouve tel ou tel fichier utilisé par LATEX ou TEX, surtout
si l’on ne connaît pas parfaitement l’organisation hiérarchique des fichiers ou si cette organisation change.
Dans les précédentes éditions de ce guide, nous décrivions un moyen très simple et méconnu : si l’on cherche
un fichier utilisé par TEX ou LATEX, il suffit de demander . . . à TEX ou LATEX de le chercher ! Par exemple,
si vous cherchez le fichier thloria.cls, écrivez latex thloria.cls :
% latex thloria.cls
This is TeX, Version 3.14159 (Web2C 7.2)
(/usr/local/tex/texmf/tex/latex/local/thloria.cls
LaTeX2e <1998/06/01>
Babel <v3.6h> and hyphenation patterns for english, french, german, russian, du
mylang, nohyphenation, loaded.
...
Cette exécution conduit à une erreur, mais vous obtenez ainsi le chemin exact du fichier.
Toutefois, la manière canonique pour localiser un fichier dans l’environnement web2c 7 est d’utiliser le
programme kpsewhich. En voici un exemple :
% kpsewhich thloria.cls
/usr/local/tex/texmf/tex/latex/local/thloria.cls
kpsewhich peut être lancé avec diverses options qui sont indiquées en l’appelant avec l’option -help.
10.8
Les commandes de base
– tex est la commande qui lance plain TEX ; cette commande permet aussi de créer un format lorsqu’elle
est invoquée avec l’option -ini ;
– latex lance LATEX, ou plus précisément LATEX 2ε . LATEX 2.09 n’est plus disponible ;
– etex, pdftex, etc. sont des extensions de tex décrites dans le chapitre 2 ;
– bibtex appelle le programme BIBTEX (cf. chapitre 4) ;
– xlatex permet de lancer une session LATEX (ou TEX) de manière conviviale sous X-Window ;
– xtem est une interface utilisateur plus évoluée que xlatex, écrite en Tcl sous X-Window, dont nous
vous recommandons l’usage, ne serait-ce que pour l’aide en ligne sur LATEX de très bonne facture et très
complète dont elle est munie. La documentation de cet outil se trouve sur le (LA)TEX navigator ;
– LyX (appelé par lyx) est un environnement complet quasiment WYSIWYG pour éditer des documents,
qui utilise LATEX comme formateur. Il permet d’éditer interactivement les figures, les formules mathématiques et les tableaux, et fournit en ensemble de facilités très intéressantes. La documentation se
trouve sur le (LA)TEX navigator , à la rubrique « Environnements ».
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
10.9. PROGRAMMATION DOCUMENTÉE
10.9
119
Programmation documentée
Plusieurs outils sont disponibles autour de la notion de programmation documentée [Knuth, 1992]. Nous
en donnons ici plusieurs, ainsi que des outils pour la présentation de programmes.
– Le système WEB est composé de tangle qui extrait d’un source WEB [Knuth, 1992; Knuth, 1983] la
partie programme en Pascal, et de weave qui en extrait la partie documentation en TEX. TEX, METAFONT et quelques autres programmes sont écrits en WEB. Le nom de ce système est sans rapport direct
avec le web de la toile d’Internet, si ce n’est qu’il y a l’idée sous-jacente d’une ramification dans la
documentation.
– Le système CWEB est composé de ctangle et cweave qui extraient d’un source CWEB [Knuth, 1992;
Knuth et Levy, 1993] les parties en C et de documentation en TEX. Notons qu’il existe une classe cweb
pour LATEX.
– Enfin, le système NOWEB permet d’appliquer le principe de la programmation documentée à des
langages quelconques, voire à des combinaisons de langages. En contrepartie de cette généralité, les
programmes sont souvent formatés en verbatim, bien qu’il existe des formateurs de code (prettyprinter )
tels que pretzel adaptés à NOWEB. Ce système est documenté sur le (LA)TEX navigator. On consultera
aussi les pages ‘man’ de cpif, htmltoc, nodefs, noindex, noroots, notangle, nountangle, noweave,
noweb, nowebfilters, nowebstyle, nuweb2noweb et sl2h.
– tgrind permet de créer des listings de programmes avec mise en page claire et nette avec TEX.
– lgrind fait la même chose avec LATEX.
– src2tex, src2latex sont deux utilitaires permettant de transformer divers codes source (C, Pascal,
Fortran, etc.) en TEX ou LATEX. Il est possible d’inclure du code TEX dans les commentaires des
programmes. Il s’agit donc d’utilitaires apparentés à tgrind et lgrind.
– doc++ est un système de documentation de sources C et C++ produisant au choix une sortie HTML
ou une sortie LATEX. Il doit être utilisé en conjonction avec le package docxx.
Insistons sur le fait que la « programmation documentée » est bien plus qu’une simple présentation sophistiquée d’un programme. Il s’agit en fait d’une méthodologie de développement de programmes, avec l’idée
sous-jacente d’écrire un programme non pas pour une machine, mais pour qu’il soit lu.
10.10
Créer, éditer, corriger un fichier en TEX ou LATEX
– detex enlève les commandes TEX d’un texte, ce qui peut être pratique pour compter des mots, vérifier
l’orthographe, livrer un texte ASCII « nu » quand on vous le demande, etc.
– delatex et l2a font la même chose pour un texte en LATEX.
– lintex est un programme qui supprime les fichiers auxiliaires liés à TEX, tels que les .log, .aux, etc.,
mais uniquement si ces fichiers sont plus récents que les sources TEX ou LATEX dont ils dérivent.
– ortho et ispell sont des correcteurs orthographiques français et anglais. Ils sont interfacés avec emacs.
epelle -latex est un autre vérificateur d’orthographe, mis au point par notre collègue Paul Zimmermann ; voir le man pour plus de détails.
– Le package AUC-TEX sous emacs offre un environnement riche pour créer, éditer et formater des
fichiers source LATEX. Disponible en standard sur notre site depuis la version 19.14 de XEmacs, AUCTEX fournit à la fois des menus proposant la plupart des constructions habituelles, et un mécanisme
puissant de complétion à la demande pour les commandes standards ainsi que pour celles définies dans
un grand nombre de packages de notre installation. Couplé au package RefTeX, il offre également un
environnement interactif très convivial pour créer des citations bibliographiques (\cite), des étiquettes
(\label) et des références à ces étiquettes (\ref). Voir les pages info correspondantes dans le menu
Help de XEmacs, par exemple.
– Pour vérifier la consistance d’un fichier LATEX, on utilisera de préférence ChkTeX (Check TEX ) (appelé
par la commande chktex, documentation sur le (LA)TEX navigator ) ; un outil plus ancien, lacheck, est
aussi disponible.
– Nos systèmes d’exploitation permettent de travailler directement sur des fichiers de caractères 8-bits (cf.
par exemple le french-mode de emacs), mais si vous vous trouvez dans la situation où il faut quand même
avoir un fichier en 7-bits (par exemple parce que vous devez envoyer ce fichier par mail à un collègue
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
120
CHAPITRE 10. L’ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL LATEX
qui n’a pas de mailer passant le huitième bit, et/ou qui n’a pas d’éditeur travaillant avec le codage
ISO Latin-1), vous pouvez toujours utiliser un package emacs tel que french-tex-mode, qui présente des
caractères accentués à l’écran mais qui sauvegarde avec les conventions de LATEX 101 .
– xskeltex, utilitaire local, vous permet de créer un « squelette » de fichiers source LATEX. C’est un outil
interactif et fenêtré, que nous recommandons chaudement.
– tr2tex convertit un texte source troff 102 en source LATEX. Une évolution de cet outil, tr2latex, existe
aussi sur notre site mais n’est pas installée dans les binaires standard 103 .
10.11
Manipulation des fichiers
10.11.1
Pour utilisateurs de base
Dvi
– xdvi permet de visualiser un fichier d’extension .dvi sous X-Window. Il prend un certain nombre d’options dont certaines peuvent être bonnes à connaître (la page de ‘man’ donne davantage de détails) :
• -allowshell est nécessaire dans certains cas où xdvi doit exécuter une commande externe.
• -hushspecials supprime les avertissements (warnings) dûs au non traitement des commandes
\special.
• -bg black -fg white inverse les couleurs par défaut.
• -expert supprime les boutons sur le côté, pour ceux qui connaissent par cœur les raccourcis clavier.
• -thorough évite que du blanc écrase du noir, ce qui peut souvent arriver lorsque des caractères
s’inter-pénètrent légèrement ou dans certains diagrammes flèches.
• -gamma hvaleur i permet de renforcer le contraste, ce qui peut être utile sur une station couleur.
• -l donne les polices chargées par xdvi (utile en cas de débogage).
• -nomakepk inhibe l’appel à mktexpk quand une police n’est pas disponible.
• -noghostscript ou -nopostscript remplace les figures PostScript par des cadres vides, ce qui
accélère la visualisation.
• -mgs1 n donne une dimension de n pixels à la première loupe ; les dimensions des deux autres
loupes peuvent être modifiées avec -mgs2 et -mgs3.
À titre d’exemple, un des auteurs aime lancer xdvi avec les options suivantes :
xdvi -allowshell -thorough -nopostscript -hushspecials -rv -gamma 3 -expert
La plupart de ces options peuvent aussi être définies dans les ressources de X-Window. Par défaut, les
ressources utilisées sont celles du fichier /usr/local/tex/texmf/xdvi/XDvi. Pour les modifier, il suffit
de le faire dans le fichier .Xdefaults ou .Xresources.
– dvips convertit un fichier Dvi en PostScript. Il a de très nombreuses options (cf. § 10.11.2), mais en
utilisation standard on peut se contenter de connaître les suivantes :
• dvips fichier[.dvi] convertit en PostScript et lance l’impression sur l’imprimante par défaut (variable d’environnement PRINTER).
• dvips -P lj3 indique explicitement l’imprimante de sortie.
• dvips -f fichier fait fonctionner dvips comme un filtre, ce qui permet par exemple d’écrire dvips
-f fichier | lpr -h pour ne pas avoir la page d’en-tête fournie par défaut par lpr.
• dvips -o res.ps fichier écrit le résultat PostScript dans le fichier res.ps.
• dvips -p 12 -n 3 demande de commencer à la page 12 et de convertir au maximum 3 pages.
• dvips -p 12 -l 32 commence à la page 12 et termine à la page 32.
• dvips -j1 sélectionne le « partial font downloading » des polices PostScript Type 1, c’est-à-dire
le fait que seul le code des caractères utilisés est inclus dans le fichier PostScript. Par défaut, tous
les caractères sont inclus, car ce mode est très pointilleux et ne fonctionne pas encore avec toutes
les polices PostScript Type 1. Il faut noter que dans le cas de polices bitmaps, dvips ne charge
que le code des caractères utilisés.
101. Attention toutefois : ce package peut devenir très lent quand le fichier est gros et ne donne pas toujours le résultat escompté,
en particulier dans un environnement verbatim.
102. Si vous avez encore des dinosaures de ce type dans vos tiroirs.
103. Voir sur CTAN dans support/tr2latex.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
10.11. MANIPULATION DES FICHIERS DVI
121
Les versions de xdvi et dvips installées sur notre site sont en fait xdvik et dvipsk. Ce sont des variantes
— adaptées à kpathsea — autorisant des recherches de fichiers de polices plus souples et plus rapides.
– dvi2tty convertit un fichier Dvi en Ascii, au cas (malheureux) où vous n’auriez ni imprimante ni
système X-Window pour visualiser le fichier, ou si vous n’avez qu’un fichier Dvi et que vous voulez
récupérer autant que faire se peut le texte Ascii qu’il contient.
– dvi2pdf est un script permettant de convertir un fichier Dvi en PDF, en faisant appel à dvips et
distill. Voir l’emploi de distill en page 124 pour plus de détails.
10.11.2
Pour utilisateurs avertis
– Revenons à dvips pour en donner quelques options supplémentaires :
• -mode indique le mode à utiliser pour la génération de polices. Les modes 104 implicitement utilisés
localement sont cx pour les impressions en 300 dpi (cela correspond aux caractéristiques des moteurs Canon CX), et ljfour pour les impressions en 600 dpi (LaserJet IV). La plupart du temps,
on n’indique pas à dvips quel mode utiliser, mais on laisse la commande le déterminer à partir
des fichiers de configuration. L’option -mode s’utilise de la manière suivante, en conjontion avec
l’option -D : dvips -mode cx -D 300 ou dvips -mode ljfour -D 600.
L’impression à 600 dpi est beaucoup plus fine que celle à 300 dpi et les seules raisons pour générer
des fichiers 300 dpi sont qu’ils sont plus petits et que leur impression peut donc être plus rapide.
À noter que l’option -P choisit la résolution déclarée dans le fichier de configuration de l’imprimante
en question 105 .
• -d hnombre sur 8 bitsi permet d’obtenir diverses informations de débogage, parfois bien utiles. Il
est cependant plus simple d’utiliser les fonctions de trace standard de la bibliothèque kpathsea
(cf. § 10.6).
• -Z demande une compression des polices bitmap avant de les charger, ce qui peut réduire considérablement la taille du fichier PostScript envoyé à l’imprimante, en particulier quand on a des
polices de 600 dpi. Notons toutefois que cette option est sélectionnée par défaut.
• -A ne sort que les pages impaires (-B sort les pages paires).
• -E permet entre autres choses de créer une figure à partir d’une page, la BoundingBox de la figure
étant correctement calculée ; plusieurs figures de ce guide local ont été réalisées de cette manière.
• -M désactive la génération automatique par mktexpk des polices manquantes.
• -O offset déplace l’origine du repère de offset, qui est donné sous une forme telle que .1cm,-.3cm.
Intéressant pour corrections fines de la position du texte sur une imprimante donnée (mais trop
rudimentaire en pratique pour les corrections sur imprimantes recto-verso).
• -pp 3,6,9-11,15 sort uniquement les pages correspondantes.
• -q passe en mode silencieux, où dvips ne sort plus que les erreurs sur stdout.
Les fichiers de configuration des imprimantes se trouvent dans /usr/local/tex/texmf/dvips. C’est
la variable d’environnement TEXCONFIG qui définit leur position. Les headers PostScript nécessaires à
dvips se trouvent dans le même répertoire et sont liés à la variable d’environnement TEXPSHEADERS 106.
Notons aussi pour terminer que vous pouvez personnaliser les options par défaut de dvips grâce au
fichier .dvipsrc dans votre Home Directory. Ainsi, pour se configurer en 300 dpi, on mettra les deux
lignes suivantes dans ce fichier :
M cx
D 300
– dvibook permet de réarranger les pages d’un fichier Dvi en prévision d’une mise en page brochée. Le
résultat de dvibook sera normalement utilisé pour imprimer plusieurs pages Dvi sur une seule page
papier, par exemple au moyen de pstops.
104. Une liste de tous les modes connus de METAFONT peut être obtenue avec l’invocation :
(echo \&mf;echo \?;echo end) | mf | sed ’s@_$@@;/^[T*]/d;’
105. /usr/local/tex/texmf/dvips/config/config.himprimantei.
106. Voir le fichier /usr/local/tex/texmf/web2c/texmf.cnf pour plus de précisions. Anciennement, la variable utilisée pour
cette fonction était plus logiquement nommée DVIPSHEADERS. Le changement de nom semble être une conséquence du fait que
ces chemins sont aussi utilisés pour PDFTEX.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
122
CHAPITRE 10. L’ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL LATEX
– dviconcat concatène plusieurs fichiers Dvi pour en faire un nouveau.
– dvidvi permet de réarranger ou d’extraire des pages d’un fichier Dvi.
– dvired prend les mêmes options que dvips mais produit un fichier PostScript avec deux pages Dvi sur
une page papier.
– dviselect prend une partie d’un fichier Dvi, en extrait une liste de pages donnée pour créer un nouveau
fichier Dvi.
– dvitodvi a des fonctionnalités similaires à dvibook, quoique plus élaborées.
– dvi2fax permet de produire un fichier G3 FAX à partir d’un fichier Dvi. Un tel fichier peut être envoyé
directement à un FAX, avec un modem et un en-tête adéquats.
10.11.3
Pour experts
– dvitype traduit un fichier de type .dvi en une trace lisible par un humain. Cet utilitaire peut servir à vérifier qu’un fichier Dvi est valide, mais son intérêt principal est probablement que c’est un exemple (écrit
par Knuth lui-même) de programme lisant dans un fichier Dvi, pour les programmeurs qui voudraient
manipuler de tels fichiers.
– Les programmes dv2dt et dt2dv permettent de convertir un fichier .dvi en une représentation textuelle
et inversement. La représentation textuelle est différente de celle fournie par dvitype wt peut être
modifiée. C’est donc un moyen pour éditer un fichier .dvi.
– dvicopy copie des pages sélectionnées dans un fichier Dvi et remplace les références à des caractères
existant dans des fontes virtuelles par les instructions permettant d’adresser ces fontes virtuelles.
10.12
Polices de caractères
10.12.1
Pour utilisateurs avertis
– mf : appel de METAFONT (génération des fontes) ; appelée avec l’option -ini, cette commande permet
de créer des bases (fichiers de macros METAFONT précompilés).
– mktexpk : script d’appel de METAFONT, utilisé automatiquement par dvips et par xdvi pour créer les
tailles de polices manquantes.
– mktextfm : script d’appel de METAFONT, utilisé automatiquement par tex pour créer des fichiers .tfm
manquants.
– mktexmf : script d’appel pour créer certains fichiers METAFONT manquants (par exemple pour les polices
EC).
– bm2font convertit un certain nombre de formats bitmap en polices utilisables par TEX (cf. § 3.9).
– fig2MF convertit un fichier .fig en un fichier METAFONT (cf. § 3.9).
10.12.2
Pour experts
Nous rappelons succinctement quelques outils ici. Le lecteur pourra trouver des détails complémentaires
dans les pages de man et au chapitre 3.
–
–
–
–
–
–
afm2tfm : transformation des métriques de fontes .afm en .tfm (Adobe → TEX).
getafm : création d’un fichier .afm à partir d’un police PostScript.
gftopk : transformation .gf à .pk (pk est le format compact des polices).
gftodvi : transformation .gf à .dvi (gf est le format des fichiers de polices engendrées par METAFONT).
gftype : traduit un fichier .gf en quelque chose de plus compréhensible par un humain.
mag : calcul de tailles de polices TEX, suivant la progression géométrique de raison 1,2. Voici deux
exécutions :
% mag -R600 0 0.5 1 2 3 4 5 6
600 657 720 864 1037 1244 1493 1792
% mag -r -R600 600 657 720 864 1037 1244 1493 1792
0 0.500000 1 2 3 4 5 6
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
10.13. PROGRAMMES DE MANIPULATION DE FICHIERS POSTSCRIPT
123
– mftobdf : conversion de polices (.mf) en X-Window (.bdf).
– pk2bm : création d’un fichier bitmap à partir d’une police TEX .pk. Cet utilitaire est donc complémentaire
de bm2font. Voici deux exemples d’exécutions :
pk2bm -cA cmr10.600pk > A.bm
pk2bm -o102 cmr10.600pk > B.bm
–
–
–
–
–
pktogf : inverse de gftopk.
pktype : conversion du format de police .pk en quelque chose de plus compréhensible par un humain.
pltotf : conversion d’une liste de propriétés en fichier de métrique (.tfm).
tftopl : conversion d’une métrique de fonte (.tfm) en une liste de propriétés (inverse de pltotf).
t1ascii : conversion d’une police PostScript Type 1 du format binaire (.pfb) vers le format ASCII
(.pfa).
– t1binary : conversion d’une une police PostScript Type 1 du format ASCII (.pfa) vers le format binaire
(.pfb).
– t1asm : assemblage d’une police PostScript Type 1.
– t1disasm : désassemblage d’une police PostScript Type 1, c’est-à-dire transformation d’un fichier .pfa
ou .pfb en une version lisible.
10.13
Programmes de manipulation de fichiers PostScript
Bien qu’ils ne fassent pas stricto sensu partie de l’environnement LATEX, il nous semble utile de donner
quelques pointeurs sur une partie des outils PostScript disponibles sur le site, puisque nos moyens d’impression
utilisent PostScript et que par conséquent tout utilisateur de LATEX utilise forcément aussi du PostScript,
même s’il n’en est pas conscient.
10.13.1
Pour utilisateurs de base
– gv permet de visualiser un fichier PostScript sous X-Window. Il s’agit en fait d’une interface plus
conviviale de GhostScript, qui est appelé par la commande gs. Notons que ghostview est une ancienne
version de gv.
– psrev inverse l’ordre des pages dans un fichier PostScript.
– alltops 107 est un utilitaire local qui transforme pratiquement tous les formats d’images couleurs,
niveaux de gris ou noir et blanc en PostScript encapsulé.
– jpeg2ps permet de convertir un fichier JPEG en fichier PostScript.
10.13.2
Pour utilisateurs avertis
– pstops est très utile pour amender un fichier PostScript, entre autres pour corriger une mise en page.
Par exemple, si on veut imprimer un document en landscape sur une imprimante recto-verso, on doit
a priori agrafer le document sur le bord de 29,7 cm pour pouvoir le feuilleter facilement. Si on veut
tourner les pages de manière plus « naturelle », et agrafer sur le bord de 21 cm, il est nécessaire de
retourner une page sur deux, ce qui se fait par la commande :
pstops ’2:0,1U(210mm,297mm)’ fichier1.ps fichier2.ps
De même, pour mettre deux pages sur une seule, en recto simple, on pourra écrire :
pstops ’2:0L@.7(21cm,0)+1L@.7(21cm,14.85cm)’
et en recto-verso :
pstops ’4:0L@.7(21cm,0)+1L@.7(21cm,14.85cm),3R@.7(0,14.85cm)+2R@.7(0,29.7cm)’
– psdraft permet d’ajouter un texte (« Confidentiel », « Brouillon », « DRAFT » par défaut. . . ) en
diagonale en travers de chaque page d’un fichier PostScript.
– psnup et psmulti sont deux utilitaires permettant de placer plusieurs pages sur une seule feuille.
– psselect sélectionne certaines pages d’un fichier PostScript pour en faire un nouveau.
107. /local/outils/alltops/alltops.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
124
CHAPITRE 10. L’ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL LATEX
– psbook arrange un certain nombre de pages sur une même page pour préparer l’impression d’un livre.
– psmerge permet de fusionner plusieurs fichiers PostScript à la condition que ceux-ci aient été créés avec
le même outil.
– psresize permet de redimensionner le format de papier utilisé par un fichier PostScript. La commande
suivante permet de convertir un fichier utilisant le format américain « letter » en format standard
« A4 »: psresize -Pletter -pA4 in.ps out.ps.
– bbps est un utilitaire local qui calcule la plus petite BoundingBox possible pour le fichier PostScript de
départ et qui rend une copie de ce fichier munie d’une BoundingBox.
– ps2ascii extrait le texte d’un fichier PostScript.
– pstotext extrait également du texte d’un fichier PostScript ou PDF, de manière plus précise que
ps2ascii pour des codages non standard de fontes. En particulier, l’option -cork correspond au codage
des polices EC.
– ps2epsi prend un fichier PostScript et engendre un fichier au format EPSI (Encapsulated Postscript
Interchange).
– distill (Acrobat Distiller) prend un fichier PostScript et produit un fichier PDF. Pour obtenir des
résultats optimaux, il faut que le fichier PostScript n’emploie pas de polices bitmaps. On utilisera donc
autant que possible des versions PostScript des polices Computer Modern et autres. Le plus simple
est d’appeler dvips avec l’option -Palltype1 qui sélectionne toutes les polices Type 1 (PostScript)
disponibles. Acrobat Distiller peut être lancé avec certains paramètres. Voici un exemple d’exécution :
dvips -Palltype1 fichier.dvi -o fichier.ps
distill -colorres 600 -grayres 600 -colorcompr jpeg:low
-graycompr jpeg:low -maxsubsetpct 99 -compatlevel 3.0 -pairs
fichier.ps fichier.pdf
On peut éviter l’entrée fastidieuse de toutes ces options et appeler simplement le script dvi2pdf (développé localement) qui appelle de manière transparente dvips et distill.
En produisant un fichier PDF, les résultats les plus intéressants sont obtenus en conjonction avec le
package hyperref (cf. page 8).
Une alternative à Acrobat Distiller et au passage par le format PostScript est PDFTEX (cf. § 2.4).
Le fichier PDF peut être lu avec Adobe AcrobatReader (commande acroread) et éventuellement modifié avec Acrobat Exchange (commande acroexch). Les capacités d’édition dans la version UNIX sont
toutefois pour l’instant très limitées.
10.13.3
Pour experts
– psfix permet d’éditer et de modifier directement un certain nombre de paramètres et de données dans
un fichier PostScript. Voir le manuel en ligne pour plus de détails.
– psfixbb permet de donner une BoundingBox à un fichier qui n’en a pas, ou de corriger une BoundingBox
incorrecte.
– epsffit permet d’imposer une contrainte sur les dimensions d’un fichier PostScript encapsulé.
– fixdlsrps, fixfmps, fixmacps, fixwfwps, fixwpps, fixwwps sont des utilitaires permettant de corriger
des fichiers PostScript de diverses origines afin de pouvoir les traiter ensuite avec les utilitaires psbook,
psnup, etc. Insistons particulièrement sur fixfmps qui permet de corriger les fichiers de Framemaker .
– extractres, unpost et includeres sont des utilitaires qui manipulent les ressources d’un fichier PostScript.
10.14
Création d’un format, appels-systèmes, etc.
– Il est possible de créer un format soi-même assez facilement, par exemple pour ajouter les règles de
coupures d’une nouvelle langue ou modifier certains paramètres qui nécessitent la recréation du format.
Voyons comment faire sur un exemple.
Supposons que nous voulions créer un format LATEX incluant les coupures norvégiennes à la place des
coupures cyrilliques. Nous commencerions par copier le fichier language.dat :
cp ‘kpsewhich language.dat‘ ~/
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
10.15. HTML, JAVA, . . .
125
puis nous y commenterions la ligne
russian
ruhyphen.t2
et décommenterions la ligne
%norwegian
nohyphen.tex
Une fois ceci fait, le format peut être créé avec :
initex latex.ini
ou
tex -ini latex.ini
ce qui produit un fichier latex.fmt qu’il suffit de ranger avec le fichier language.dat modifié :
cp latex.fmt ~/texmf/web2c/
cp language.dat ~/texmf/tex/generic/config/
Le prochain appel de LATEX utilisera les coupures norvégiennes et le norvégien pourra être sélectionné
grâce à l’interface du package babel (cf. § 7.4.2).
Il est possible de générer des formats en appelant tex, etex ou pdftex (cf. chapitre 2) avec l’option
-ini ou bien en appelant initex, einitex ou pdfinitex sur les fichiers .ini adéquats. Si l’on souhaite
générer un format incluant les extensions de MlTEX, on ajoutera l’option -ml. Ces formats peuvent être
placés dans un répertoire accessible avec la variable TEXFORMATS ou plus simplement sous ~/texmf/web2c
comme nous venons de le faire.
– Depuis web2c 7, tex peut déclencher des appels-système. Pour ce faire, on peut appeler tex avec l’option
-shell-escape et utiliser \write18 pour les appels-systèmes. Voici deux exemples d’appels-système
dans un fichier LATEX :
\documentclass{article}
\usepackage{verbatim}
\begin{document}
\immediate\write18{ls > ls-output.tex}
\immediate\write18{mail myname < ls-output.tex}
\verbatiminput{ls-output.tex}
\end{document}
Pour que les appels-système soient systématiquement autorisés, il suffit d’ajouter
shell_escape = 1
à votre fichier de configuration texmf.cnf.
Il faut être conscient des risques inhérents à cette possibilité et des problèmes de portabilité que cela
entraine. Ainsi, les deux commandes de cet exemple ne fonctionneront pas sur toutes les architectures.
10.15
Html, Java, . . .
– LATEX2Html (commande latex2html) est un script perl permettant de convertir un document LATEX
en un ensemble de documents Html [Goossens, 1995a; Goossens, 1995b] pouvant être lus par un client
WWW. Une documentation et des pointeurs sont disponibles sur le (LA)TEX navigator.
– HyperLATEX (non installé) est un ensemble de macros emacs permettant aussi de convertir un fichier
LATEX en Html. On pourra trouver un article de Christophe Prud’homme [Prud’homme, 1997] comparant HyperLATEX et LATEX2Html et donnant une bonne idée des problèmes suscités par le choix d’un
convertisseur.
– tex4ht est un système configurable pour produire une sortie Html à partir de fichiers TEX ou LATEX.
Ce système est documenté sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
126
CHAPITRE 10. L’ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL LATEX
– D’autres convertisseurs existent, citons en particulier tth qui transforme du TEX (et une grande partie
de LATEX) en HTML. La documentation se trouve sur le (LA)TEX navigator.
– html2latex permet de transformer une page Html en fichier LATEX.
– Plusieurs outils permettent de produire des fichiers au format PDF [Haralambous, 1995] : dvipdf (passage direct de Dvi à PDF, non installé), dvi2pdf (script local utilisant Acrobat Distiller ), pdftex
(modification du moteur TEX, cf. chapitre 2), ps2pdf (script livré avec gs), etc.
– Certains travaux récents cherchent à récrire certains composants de l’environnement TEX en Java. C’est
le cas en particulier pour idvi, un visualiseur de fichiers Dvi écrit en Java.
– Certains logiciels essaient de pallier les insuffisances de Html pour la représentation des formules en
reconnaissant un sous-ensemble de formules mathématiques de TEX. C’est le cas de IBM Techexplorer ,
un plug-in Netscape qui n’est pour le moment disponible que pour Solaris (Openwindow), IRIX et
Windows 95. Pour l’utiliser, il faut
– ajouter dans son .cshrc :
setenv TECHEXPLORER_HOME /usr/local/lib/techexpl
– sur la machine ou l’on est connecté en console, faire :
xset fp+ /usr/local/lib/techexpl/Fonts
xset fp rehash
– rajouter dans le .mime.types :
type=text/mathml
exts="mml"
– et dans le .mailcap :
text/mathml;;
x-mozilla-flags=plugin:nptchexp.so
Le (LA)TEX navigator donne divers pointeurs rendant compte des évolutions les plus récentes dans ce
domaine.
10.16
Divers
– latexn est un script qui exécute LATEX autant de fois que nécessaire poure résoudre les références
croisées et pour assurer que la table des matières, la bibliographie et l’index (le cas échéant) soient à
jour. Ce script essaie d’éviter de lancer LATEX plus qu’il n’est nécessaire. La documentation se trouve
dans le script.
– xlp est un utilitaire local permettant de lancer et de gérer des impressions de manière très conviviale.
– makeindex permet d’engendrer des index à partir du fichier créé par LATEX en analysant toutes les commandes engendrées par \index dans le texte. Pour plus de précisions, voir le chapitre 12 du LATEX Companion [Goossens et al., 1994]. Cet outil permet aussi de créer des glossaires (commandes \glossary).
À noter que makeindex utilise la variable d’environnement INDEXSTYLE, qui indique les répertoires
dans lesquels chercher le fichier de style souhaité. Sa valeur par défaut est /usr/local/tex/texmf/makeindex.
Le choix des mots et concepts à indexer est laissé à la discrétion de l’utilisateur. On trouvera dans les
ouvrages de Mulvany [Mulvany, 1994] et Bonura [Bonura, 1994] de précieux renseignements sur ce choix
et sur les méthodes classiques de création d’index.
Enfin, signalons l’existence d’un autre utilitaire de gestions d’index, xindy. Cet outil n’est pas installé, mais on pourra trouver des détails à son sujet dans l’article de Roger Kehr présenté à EuroTEX
1998 [Kehr, 1998] et sur le (LA)TEX navigator.
– texindex : cet utilitaire est destiné à trier les index des fichiers utilisant le format TEXinfo.
– glosstex : cet outil permet de préparer automatiquement des glossaires, des listes d’acronymes et des
listes triées pour être utilisés avec LATEX et makeindex.
– le programme patgen permet la génération de motifs pour les divisions de mots.
– transfig permet l’insertion de dessins fig (par exemple produits par xfig), grâce à l’utilitaire fig2dev.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
10.17. ENVIRONNEMENTS NON-UNIX
127
– fig2dev traduit un code fig en langage graphique et fonctionne avec transfig.
– fig2ps2tex engendre un fichier TEX qui inclut lui-même un fichier PostScript (ce programme est associé
à transfig). Pour ces trois dernières commandes, voir aussi le § 5.4.
– Ceux qui souhaitent effectuer des conversions de documents entre le format de LATEX et d’autres formats
(par exemple Word), trouveront sur le (LA)TEX navigator plusieurs pointeurs sur les outils disponibles.
Notons qu’il est quelquefois utile de passer par le format intermédiaire RTF (Rich Text Format ) et le
programme latex2rtf peut alors s’avérer pratique, bien qu’il soit forcément limité.
Nous n’avons sûrement pas été exhaustifs dans cette énumération, mais nous espérons ne pas avoir oublié d’utilitaire vraiment important. Nous sommes bien évidemment reconnaissants pour toutes suggestions
permettant de compléter cette liste.
10.17
Environnements non-Unix
10.17.1
PC
La distribution web2c comporte un portage win32 pour WindowsNT qui a été installé. L’installation
est telle que tous les fichiers utiles à TEX, LATEX, etc. accessibles sous Unix le sont aussi sous Win32. Les
exécutables ne sont toutefois pas tous les mêmes et en particulier, xdvi est remplacé par windvi.
Pour utiliser cette distribution, il faut :
1. monter le répertoire \\SERVEURPC\LaTeX sur le disque T (comme TEX) avec l’explorateur ;
2. valider l’option qui demande le montage à chaque connexion ;
3. ajouter T:\bin à la variable Path en cliquant sur l’icone Système du panneau de configuration puis sur
le menu Environnement :
%Path%;T:\bin
4. cliquer sur Fixer la valeur puis OK.
Les modifications sont enregistrées automatiquement dans le profil utilisateur et n’auront plus à être faites.
On peut ensuite ouvrir l’équivalent d’un xterm sous windows c’est-à-dire une fenêtre MS-DOS (programme
cmd.exe).
On a alors accès aux commandes habituelles : tex, latex, etc.
Pour visualiser du PostScript et l’imprimer, il faut utiliser gsview32 qui est installé en standard sur les
PC sous C:[\Program Files]\gstools\gsview. Le bon répertoire peut être ajouté dans la variable Path.
L’équivalent de xlatex existe également. On a le choix entre texshell et WinShell. Les options des
programmes appelés peuvent être modifiées si besoin est.
Si wingut est installé sur le PC, il faut supprimer les variables TEX définies dans le fichier autoexec.bat
pour pouvoir utiliser la nouvelle distribution.
10.17.2
Macintosh
Les distributions disponibles sont CMacTEX et OzTEX.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
128
CHAPITRE 10. L’ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL LATEX
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
129
Chapitre 11
Pour en savoir plus
Les utilisateurs de TEX ou LATEX sont souvent confrontés aux mêmes petits problèmes. L’étude détaillée
de la documentation standard (ouvrages de Knuth, Lamport, LATEX Companion, manuels en ligne) répond
généralement — mais pas directement — à ces questions. Des informations complémentaires correspondant
à des besoins spécifiques sont disponibles.
11.1
La documentation écrite
Tout au long de ce guide, nous n’avons cessé de vous renvoyer à un certain nombre d’ouvrages ou de
manuels. La plupart de ceux qui sont mentionnés en bibliographie sont disponibles sur notre site, que ce soit
au Centre de Documentation ou directement en ligne. À ces ouvrages, il faut ajouter des publications périodiques comme « La lettre GUTenberg » et les « Cahiers GUTenberg » édités par le groupe des utilisateurs
francophones de TEX, ainsi que la revue TUGboat qui est la publication officielle du TEX Users Group. Ces
revues rendent compte des dernières évolutions concernant TEX.
11.2
Les “FAQ”
Les FAQ (Frequently Asked/Answered Questions) rassemblent sous la forme d’un digest les questions qui
reviennent le plus souvent et les réponses qu’on peut leur apporter. Un FAQ est généralement un fichier
associé à un newsgroup ou une mailing-list.
En cas de problème, ces fichiers sont le premier endroit où regarder. Il est mal vu de poser une question
s’y trouvant.
Plusieurs FAQ sont disponibles sur le (LA)TEX navigator. Signalons en particulier le FAQ du groupe
fr.comp.text.tex (en version ASCII et PostScript), celui du groupe TEX britannique et celui des Cahiers
GUTENBERG [Association GUTenberg, 1996].
11.3
Les News
Les principaux forums qui nous intéressent ici sont :
– loria.mi.logiciels.tex (anciennement « couarail TEX »).
Ce groupe est très lu et il est rare qu’une question n’y trouve pas de réponse. Il est cependant clair que
son audience est très faible, comparée à celle de comp.text.tex.
– fr.comp.text.tex
Il s’agit d’un avatar francophone du forum comp.text.tex.
– comp.text.tex
– comp.fonts
Avant de poser une question dans les news, il faut chercher dans les FAQ.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
130
CHAPITRE 11. POUR EN SAVOIR PLUS
11.4
Sites ftp classiques
Le site ftp le plus riche et le plus proche de nous est :
– LORIA ⇒ ftp ftp.loria.fr, répertoire pub/ctan. Nous y avons fait référence tout au long de ce
document.
Ce site est un miroir des sites du réseau CTAN (Comprehensive TEX Archive Network ) qui sont :
– Boston ⇒ ftp tug2.cs.umb.edu
– Aston ⇒ ftp ftp.tex.ac.uk
– Stuttgart ⇒ ftp ftp.dante.de
En outre, on pourra consulter :
– Stanford ⇒ ftp labrea.stanford.edu qui est le site d’origine pour les sources de TEX et METAFONT.
Pour les fichiers plus particulièrement destinés à la version francisée de TEX ou LATEX, on puisera dans :
– serveur GUT ⇒ ftp ftp.univ-rennes1.fr qui est le site d’origine pour la distribution french.
– Université Paris-Sud, Orsay ⇒ ftp matups.math.u-psud.fr
On trouvera une liste plus complète de sites dans le tex-faq-supplement (cf. § 11.2).
Si vous ramenez des packages n’existant pas ici et que vous estimez intéressants pour la communauté,
faites nous le savoir en utilisant l’adresse latex@loria.fr.
11.5
Exemple de recherche sur un site CTAN
La commande quote site index permet de faire une recherche de fichier sur un site CTAN. Voici un
exemple :
ftp> quote site index metapost
200-index metapost
200-NOTE. This index shows at most 20 lines. for a full list of files,
200-retrieve /pub/archive/FILES.byname
200-1995/04/05 |
1854 | graphics/metapost/MetaPost4OS2/config.mp
200-1995/04/05 |
341740 | graphics/metapost/MetaPost4OS2/emxrt.zip
200-1995/04/05 |
11264 | graphics/metapost/MetaPost4OS2/install
200-1995/04/05 |
110863 | graphics/metapost/MetaPost4OS2/mp_exe.zip
200-1995/04/05 |
82277 | graphics/metapost/MetaPost4OS2/mp_lib1.zip
200-1995/04/05 |
108164 | graphics/metapost/MetaPost4OS2/mp_lib2.zip
200-1995/04/05 |
79848 | graphics/metapost/MetaPost4OS2/mp_test.zip
200-1995/04/05 |
829072 | graphics/metapost/MetaPost4OS2/ms_sh23b.zip
200-1995/04/05 |
4429 | graphics/metapost/MetaPost4OS2/patch.zip
200-1995/04/05 |
43944 | graphics/metapost/MetaPost4OS2/pltotf.zip
200-1995/04/05 |
42569 | graphics/metapost/MetaPost4OS2/tangle.zip
200-1995/04/05 |
27419 | graphics/metapost/MetaPost4OS2/tftopl.zip
200-1995/04/05 |
46384 | graphics/metapost/MetaPost4OS2/web2c.zip
200-1995/05/08 |
2198 | graphics/metapost/contrib/macros/misc/closefrm.mp
200-1995/05/08 |
2578 | graphics/metapost/contrib/macros/misc/gpdata.mp
200-1995/05/08 |
3698 | graphics/metapost/contrib/macros/misc/interpol.mp
200-1995/05/08 |
3693 | graphics/metapost/contrib/macros/misc/testeq.mp
200-1995/07/20 |
1258 | graphics/metapost/contrib/macros/truchet/README
200-*** Truncated ***
200 (end of ’index metapost’)
ftp>
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
11.6. LES MAILING LISTS
11.6
131
Les mailing lists
Voici quelques adresses de mailing lists liées à TEX ou à ce qui tourne autour. La requête d’abonnement
doit faire partie du corps du message.
– INFO-TeX : abonnement avec
mail LISTSERV@SHSU.edu
SUBSCRIBE INFO-TeX "Prenom Nom"
– TeX-Pubs : abonnement avec
mail LISTSERV@SHSU.ed
SUBSCRIBE TeX-Pubs "Prenom Nom"
mail LISTSERV@SHSU.edu
SUBSCRIBE ctt-Digest "Prenom Nom"
– ctt-Digest (comp.text.tex) : abonnement avec
– LITPROG (programmation documentée) : abonnement avec
mail LISTSERV@SHSU.edu
SUBSCRIBE LITPROG "Prenom Nom"
mail listserv@ens.fr
SUBSCRIBE METAFONT "Prenom Nom"
– METAFONT : abonnement avec
mail listserv@ens.fr
SUBSCRIBE omega "Prenom Nom"
– omega (Ω, un successeur de TEX) : abonnement avec
– nts-l (New Typesetting System, un successeur de TEX) : abonnement avec
mail listserv@vm.urz.Uni-Heidelberg.de
subscribe nts-l
mail listserv@ens.fr
SUB GUT "Prenom Nom"
– GUT (Groupe (français) des Utilisateurs de TEX) : abonnement avec
– LaTeX 3 : abonnement avec
mail listserv@vm.urz.uni-heidelberg.de
subscribe LaTeX-L Prenom Nom
– TYPO-L (typographie) : abonnement avec
– Ling-TeX (linguistique) : abonnement avec
– cyrtex-t2 (codage T2 pour le cyrillique) : abonnement avec
– pdftex (PDFTEX) : abonnement avec
11.7
mail listserv@IRLEARN.UCD.IE
SUBSCRIBE TYPO-L "Prenom Nom"
mail ling-tex-request@ifi.uio.no
SUBSCRIBE
mail majordomo@vvv.vsu.ru
SUBSCRIBE cyrtex-t2
mail majordomo@tug.cs.umb.edu
SUBSCRIBE pdftex prenom nom
WWW : le (LA)TEX navigator
On pourra trouver de nombreux pointeurs sur WWW [Dagorn, 1995]. Notre site abrite le (LA)TEX navigator 108 , actuellement l’un des serveurs les plus riches en documentation sur TEX. On y trouve en particulier
des fichiers de documentation de packages de LATEX, des manuels d’outils et beaucoup de guides d’initiation.
Le (LA)TEX navigator propose aussi divers pointeurs vers d’autres sites ainsi qu’une recherche plus pointue
sur les serveurs CTAN.
11.8
Installer TEX, LATEX, etc.
TEX a été porté sur virtuellement tous les types de machine et tous les environnements. Au LORIA, TEX
est installé sur toutes les stations de travail sous Unix, sur les PC (portage Win32 de la distribution Unix) et
sur les Macintosh (OzTEX et CMacTEX).
L’installation de TEX est plus ou moins facile, ceci dépendant de l’architecture de la machine, de l’environnement, de configurations particulières, etc. Pour une installation de base, sans francisation (donc sans
108. http://www.loria.fr/tex.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
132
CHAPITRE 11. POUR EN SAVOIR PLUS
prise en compte des règles de coupure françaises), il suffit de prendre l’une des nombreuses distributions
disponibles 109 . Par exemple, la distribution qui fait actuellement autorité pour l’environnement UNIX est
teTEX de Thomas Esser. Pour MS-DOS, on peut choisir emTEX. Pour Windows 95, MikTEX semble être un
bon choix, mais la version pour Win32 de web2c permet d’y avoir le même environnement que sous UNIX.
Et pour MacOS, on dispose de OzTEX, CMacTEX, etc. Toutes ces distributions sont disponibles sur CTAN
dans systems. Les distributions UNIX (y compris linux) sont aussi disponibles sur le CD-ROM TEXlive distribué par le TUG. Des informations sur le contenu et le prix de ce CD-ROM sont disponibles à l’adresse
http://www.tug.org/texlive.html. Signalons aussi qu’existent plusieurs distributions commerciales dont
on pourra trouver les coordonnées sur le (LA)TEX navigator.
Pour une installation avec francisation, il est possible de prendre une distribution standard et de la
configurer. C’est très simple avec la dernière distribution sous UNIX, mais peut-être pas ailleurs. Il peut être
plus simple de prendre une distribution prête à l’emploi fournie par l’association GUTenberg (Groupe des
Utilisateurs francophones de TEX). Ces distributions sont aussi disponibles sur le CD-ROM TEXlive ou sur
le site ftp de GUT.
L’installation de TEX peut être particularisée d’autres manières et il sera dans certains cas nécessaire de
modifier la configuration d’une distribution existante.
109. On en trouvera une liste sur le (LA)TEX navigator.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
GLOSSAIRE
133
Glossaire
Nous donnons ici quelques acronymes qui interviennent fréquemment dans ce document. Ces acronymes
ne concernent pas uniquement TEX, mais aussi plus généralement son contexte.
AMS : American Mathematical Society
ASCII : American Standard Code for Information Interchange
CD-ROM : Compact Disc Read Only Memory
CTAN : Comprehensive TEX Archive Network
EPS : Encapsulated Postscript
EPSI : Encapsulated Postscript Interchange
HTML : HyperText Markup Language
IBM : International Business Machines
ISO : International Standard Organization
LORIA : laboratoire LOrrain de Recherche en Informatique et ses Applications
MacOS : Macintosh Operating System
MlTEX : Multi-Lingual TEX
MS-DOS : MicroSoft Disk Operating System
MS-Windows : MicroSoft Windows
NFSS : New Font Selection Scheme
NTS : New Typesetting System
OTP : Omega Translation Processes
PC : Personal Computer
PDF : Portable Document Format
PS : PostScript
RTF : Rich Text Format
TDS : TEX Directory Structure
TEX : Tau Epsilon Chi
TUG : TEX Users’ Group
WEB : Extension documentée du langage Pascal
WWW : World Wide Web
WYSIWYG : What You See Is What You Get
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
134
GLOSSAIRE
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
BIBLIOGRAPHIE
135
Bibliographie
[André et Bur, 1991] Jacques André et Justin Bur. Métrique des fontes PostScript. Cahiers GUTenberg,
8 :29–50, Mars 1991.
[André et Grimault, 1990] Jacques André et Jeanine Grimault. Leçons de microtypographie : 1–emploi
des capitales (première partie). Cahiers GUTenberg, 6 :42–50, Juillet 1990.
[André, 1993] Jacques André. Titres : à lire, à voir ou à dire? Cahiers GUTenberg, 15 :33–42, Avril 1993.
[André, 1996a] Jacques André. ISO Latin-1, norme de codage des caractères européens ? trois caractères
français en sont absents ! Cahiers GUTenberg, 25 :65–77, Novembre 1996.
[André, 1996b] Jacques André. Souligné, gras, italique ou couleur ? Le Micro Bulletin, 66 :124–137,
Novembre/Décembre 1996.
[André, 1997] Jacques André. Caractères numériques : introduction. Cahiers GUTenberg, 26 :5–44, Mai
1997.
[Association GUTenberg, 1996] FAQ, Questions souvent posées, volume 23 de Cahiers GUTenberg.
Association GUTenberg, Avril 1996.
[Baudin, 1994] Fernand Baudin. L’effet Gutenberg. Éditions du Cercle de la Librairie, Paris, 1994.
[Bennett, 1995a] Frank G. Bennett, Jr. The Law module for the Camel Bibliography Engine, Juillet 1995.
[Bennett, 1995b] Frank G. Bennett, Jr. User’s Guide to the Camel Citator, Juillet 1995.
[Bennett, 1996] Frank G. Bennett, Jr. CAMEL : Kicking over the bibliographic traces in LATEX. TUGboat,
17(1) :22–28, Mars 1996.
[Bonura, 1994] Larry S. Bonura. The Art of Indexing. John Wiley & Sons, Inc., 1994.
[Bouche, 1996] Thierry Bouche. Sur la diversité des fontes mathématiques. Cahiers GUTenberg, 25 :1–24,
Novembre 1996.
[Bouche, 1997] Thierry Bouche. Minion MM : installer une famille de fontes multi-master . Cahiers
GUTenberg, 26 :45–70, Mai 1997.
[Braams, 1996] Joannes Braams. Babel, a multilingual package for use with LATEX’s standard document
classes, Décembre 1996. Version 3.6h. Voir sur CTAN dans latex/babel.
[Burbank et Thiele, 1996] rédacteurs Mimi Burbank et Christina Thiele. 1996 Annual Meeting
Proceedings, volume 17 (2) de TUGboat. The Communications of the TEX Users Group, Dubna, Russia,
1996. TEX Users Group, San Francisco, USA.
[Butcher, 1992] Judith Butcher. Copy-Editing : the Cambridge Handbook for Editors, Authors, Publishers.
Cambridge University Press, 3e édition, 1992.
[Chicago, 1993] The Chicago Manual of Style. The University of Chicago Press, Chicago, 1993. The 14th
edition of a manual of style revised and expanded.
[CT, 1993] Code typographique. Choix de règles à l’usage des professionnels du livre. Fédération C.G.C. de
la Communication, Paris, Février 1993. 17e édition.
[Dagorn, 1995] François Dagorn. World-Wide-Web, formulaires électroniques, images réactives, etc.
Cahiers GUTenberg, 19 :59–66, Janvier 1995.
[Désarménien, 1986] Jacques Désarménien. La division par ordinateur des mots français : application à
TEX. Technique et Sciences Informatiques, 5(4) :251–265, 1986.
[Donay, 1991] Bernadette Donay. Micro-mémento. Mise en page et typographie. Numéro 4555 dans Micro
Informatique P. S. I. Presses Pocket, 1991.
[Eijkhout, 1992] Victor Eijkhout. TEX by Topic. A TEXnician’s Reference. Addison-Wesley Publishing
Company, 1992.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
136
BIBLIOGRAPHIE
[Feruglio, 1994] Gabriel Valiente Feruglio. Typesetting Commutative Diagrams. TUGboat,
15(4) :466–484, Décembre 1994.
[Flipo et al., 1994] D. Flipo, Bernard Gaulle, et K. K. Vancauwenberghe. Motifs de césure français.
Cahiers GUTenberg, 18, 1994.
[Gaulle, 1998a] Bernard Gaulle. Comment peut-on personnaliser l’extension french de LATEX ? Dans
Cahiers GUTenberg, volume 28–29, pages 143–157, Mars 1998. Congrès EuroTEX.
[Gaulle, 1998b] Bernard Gaulle. Notice d’utilisation du style french multilingue pour LATEX. Rapport
technique, Association GUTenberg, Juin 1998. Version 4.03. Voir le fichier ALIRE.ps, sur CTAN dans
language/french.
[Girou et Rahtz, 1998] Denis Girou et Sebastian Rahtz. Verbatim Revisited — the ‘fancyvrb’ Package.
Dans Cahiers GUTenberg, volume 28–29, pages 158–179, Mars 1998. Congrès EuroTEX.
[Girou, 1994] Denis Girou. Présentation de PSTricks. Cahiers GUTenberg, 16 :21–70, Février 1994.
[Goossens et al., 1994] Michel Goossens, Frank Mittelbach, et Alexander Samarin. The LATEX
Companion. Addison-Wesley, Reading, MA, USA, 1994.
[Goossens et al., 1997] Michel Goossens, Sebastian Rahtz, et Frank Mittelbach. The LATEX Graphics
Companion — Illustrating documents with TEX and PortScript. Addison-Wesley Series on Tools and
Techniques for Computer Typesetting. Addison-Wesley, Reading, MA, USA, 1997.
[Goossens et Jouhet, 1995] Michel Goossens et Michèle Jouhet. Les commandes graphiques en LATEX 2ε .
Cahiers GUTenberg, 21 :5–29, Juin 1995.
[Goossens et Rahtz, 1994a] Michel Goossens et Sebastian Rahtz. Composition en couleur avec LATEX.
Cahiers GUTenberg, 16 :5–20, Février 1994.
[Goossens et Rahtz, 1994b] Michel Goossens et Sebastian Rahtz. Préparer des transparents avec
Seminar. Cahiers GUTenberg, 16 :71–82, Février 1994.
[Goossens et Saarela, 1995a] Michel Goossens et Janne Saarela. A Practical Introduction to SGML.
TUGboat, 16(2) :103–145, 1995.
[Goossens et Saarela, 1995b] Michel Goossens et Janne Saarela. From LATEX to HTML and back.
TUGboat, 16(2) :174–214, 1995.
[Goossens, 1995a] Michel Goossens. Introduction pratique à SGML. Cahiers GUTenberg, 19 :27–58,
Janvier 1995.
[Goossens, 1995b] Michel Goossens. LATEX — HTML aller et retour. Cahiers GUTenberg, 19 :98–120,
Janvier 1995.
[Graham et al., 1989] Ronald L. Graham, Donald E. Knuth, et Oren Patashnik. Concrete Mathematics :
A Foundation for Computer Science. Addison-Wesley, Reading, MA, USA, 1989.
[Grätzer, 1996] George Grätzer. Math into LATEX : an introduction to LATEX and AMS-LATEX.
Birkhäuser, 1996.
[Grevisse, 1988] Maurice Grevisse. Le bon usage. Duculot, 1988. Grammaire française. 12e édition
refondue par André Goosse.
[Haralambous, 1995] Yannis Haralambous. HTML → LATEX → PDF, ou l’entrée de TEX dans l’ère de
l’hypertexte. Cahiers GUTenberg, 19 :127–147, Janvier 1995.
[Jacquenod, 1993] Raymond Jacquenod. La ponctuation maîtrisée. Numéro 8017 dans Savoirs. Marabout,
1993.
[Kehr, 1998] Roger Kehr. xindy — A Flexible Indexing System. Dans Cahiers GUTenberg, volume 28–29,
pages 223–230, Mars 1998. Congrès EuroTEX.
[Knuth et Levy, 1993] Donald E. Knuth et Silvio Levy. The CWEB System of Structured Documentation,
Version 3.0. Addison-Wesley, Reading, MA, USA, 1993.
[Knuth, 1983] Donald E. Knuth. The WEB System of Structured Documentation—version 2.3. Rapport
No. STAN-CS-83-980, Stanford University, Department of Computer Science, 1983.
[Knuth, 1984] Donald E. Knuth. The TEXbook. Addison-Wesley, Reading, MA, USA, 1984.
[Knuth, 1986a] Donald E. Knuth. Computer Modern Typefaces, volume E de Computers and Typesetting.
Addison-Wesley, Reading, MA, USA, 1986.
[Knuth, 1986b] Donald E. Knuth. The METAFONTbook, volume C de Computers and Typesetting.
Addison-Wesley, Reading, MA, USA, 1986.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
BIBLIOGRAPHIE
137
[Knuth, 1990] Donald E. Knuth. Virtual Fonts : More Fun for Grand Wizards. TUGboat, 11(1) :13–23,
Avril 1990.
[Knuth, 1992] Donald E. Knuth. Literate Programming. CSLI Lecture Notes Number 27. Stanford
University Center for the Study of Language and Information, Stanford, CA, USA, 1992.
[Lamport, 1985] Leslie Lamport. LATEX—A Document Preparation System—User’s Guide and Reference
Manual. Addison-Wesley, Reading, MA, USA, 1985.
[Lamport, 1994] Leslie Lamport. LATEX—A Document Preparation System—User’s Guide and Reference
Manual. Addison-Wesley, Reading, MA, USA, 1994. Seconde édition.
[Mauger, 1968] G. Mauger. Grammaire pratique du français d’aujourd’hui, langue parlée, langue écrite.
Hachette, Paris, 1968.
[Méron, 1997] Jean Méron. Qualité et typographie. Études critiques, Mars 1997. Disponible auprès de
l’auteur, La-Ferté-sous-Jouarre.
[Mulvany, 1994] Nancy C. Mulvany. Indexing Books. The University of Chicago Press, Chicago, 1994.
[Patashnik, 1994] Oren Patashnik. BIBTEX 1.0. TUGboat, 15(3) :269–273, Septembre 1994. Annual
Meeting Proceedings.
[Popineau, 1997] Fabrice Popineau. Rapidité et souplesse avec le moteur Web2c7. Cahiers GUTenberg,
26 :96–108, Mai 1997.
[Prud’homme, 1997] Christophe Prud’homme. Comparaison LATEX2HTML, HyperLATEX. Cahiers
GUTenberg, 26 :109–120, Mai 1997.
[Rahtz et Goossens, 1997] Sebastian Rahtz et Michel Goossens. The TEX Live Guide, version 2.
TUGboat, 18(2) :81–112, Juin 1997.
[Raichle, 1996] Bernd Raichle. Kurzbeschreibung — german.sty (Version 2.5). Rapport technique,
DANTE, Deutschprachige Anwendervereinigung TEX e.V., Mai 1996. Voir sur CTAN dans
language/german.
[Reckdahl, 1996] Keith Reckdahl. Using EPS Graphics in LATEX 2ε Documents — Part 1 : The graphics
and graphicx packages. TUGboat, 17(1) :43–53, Mars 1996. Ce document est disponible sur le (LA)TEX
navigator.
[Roegel, 1997] Denis Roegel. Les formats de fichiers DVI, GF, TFM et VF : que contiennent-ils et
comment les visualiser ? Cahiers GUTenberg, 26 :71–95, Mai 1997.
[Rolland, 1993] Christian Rolland. LATEX. Guide pratique. Addison-Wesley France, SA, Juillet 1993.
[Rolland, 1995] Christian Rolland. LATEX. Guide pratique. Addison-Wesley France, SA, 1995.
[Spivak, 1990] Michael D. Spivak. The Joy of TEX—A Gourmet Guide to Typesetting with the AMS-TEX
macro package. American Mathematical Society, Providence, RI, USA, 1990. Seconde édition revue.
[Strunk Jr. et White, 1979] William Strunk Jr. et E. B. White. The Elements of Style. Allyn and
Bacon, Needham Heights, Massachusetts, 3e édition, 1979.
[Swan, 1980] Michael Swan. Practical English Usage. Oxford University Press, 1980.
[Taylor, 1997] Philip Taylor. Présentation du projet ε-TEX. Cahiers GUTenberg, 26 :121–132, Mai 1997.
[Thomson et Martinet, 1980] A. J. Thomson et A. V. Martinet. Practical English Grammar. Oxford
University Press, 1980.
[Thomson et Martinet, 1984] A. J. Thomson et A. V. Martinet. Grammaire de l’anglais d’aujourd’hui.
Numéro 1669 dans Les langues pour tous. Presses Pocket, 1984. Traduction française de
[Thomson et Martinet, 1980] par G. Hardin.
[Zobel, 1997] Justin Zobel. Writing for Computer Science : the art of effective communication. Springer
Verlag, 1997.
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
138
BIBLIOGRAPHIE
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
INDEX
139
Index
Cet index contient des références vers l’ensemble des classes, packages, options, commandes
LATEX ou TEX, commandes Unix, etc., décrites ou
simplement mentionnés dans ce guide. Nous avons
voulu ce guide utile et nous n’avons pas hésité à
répéter certaines entrées pour permettre de les retrouver selon plusieurs critères.
Les commandes propres à la classe thloria ne
sont pas données ici, mais à la fin du chapitre
9, afin que la distinction entre des commandes
« standard », ou à tout le moins répandues, et des
commandes purement locales soit la plus claire possible.
\,, 70
\:, 70
\@makecaption, 86
\@startsection, 86
8pt (option), 6
9pt (option), 6
10pt (option), 3
11pt (option), 3, 6
12pt (option), 3, 6
17pt (option), 67
25pt (option), 67
30pt (option), 67
7t (codage PostScript OT1), 38
8859-5 (codage cyrillique), 33
8859-5 (codage), 31
8r (codage PostScript « brut »), 38
8t (codage PostScript T1), 38
A
a4 (option), 67
a4paper (option), 3, 85
a5paper (option), 3
abbrv (style de bibliographie), 45
accents, 9, 23, 28, 40, 43, 61, 119
acm (style de bibliographie), 45
acmconf (classe), 3
Acrobat, 14, 124, 126
Acrobat Distiller, 16, 124
Acrobat Exchange, 14, 124
Acrobat Reader, 14, 124
acroexch (commande), 14, 124
acroread (commande), 14, 124
AE (police), 29
ae (package), 29
aecompl (package), 29
aeguill (package), 29
afm2tfm (commande), 20, 122
\aftergroup, 4
agsm (style de bibliographie), 47
AlDraTeX (package), 4
algorithm (package), 8
algorithmic (package), 8
alltops (commande), 55, 123
alltt (package), 3
alltt (environnement), 3
alpha (style de bibliographie), 46
alpha3 (style de bibliographie), 46
AlProTeX (package), 5
amsalpha (style de bibliographie), 46
amsart (classe), 6
amsbook (classe), 6
amsbsy (package), 7
amscd (package), 7
amsfonts (package), 7
amsintx (package), 7
AMS-LATEX, 6
amsmath (package), 6, 7
amsopn (package), 7
amsplain (style de bibliographie), 45
amsproc (classe), 6
amssym.def, 30
amssym.tex, 30
amssymb (package), 5, 7, 30
AMS-TEX, 6
amstex (package), 6, 7
amstex (commande), 18
amstext (package), 7
amsthm (package), 7
amsxtra (package), 7
AMS (police), 30
AMS (Type 1) (police), 30
ansinew (codage), 4
apalike (package), 46
apalike (style de bibliographie), 46, 47
apbeta3 (style de bibliographie), 46
applemac (codage), 4
arabe (écriture), 33
arabtex (package), 13, 16, 33
archive, 130
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
140
INDEX
array (package), 4
array (environnement), 4, 5
article (classe), 3, 6, 9, 85, 89
article (option), 58, 66
\articlemag, 58
ascii (codage), 4
at (package), 4
authordate1-4 (package), 46
authordate{1,2,3,4} (style de bibliographie), 46
authorindex (package), 48
automate, 16
aux2bib (commande), 48
avant (package), 27, 38
AvantGarde (police), 38
B
b5paper (option), 3
babel (package), 4, 32, 77, 78, 80, 81, 125
bar (package), 52
barenv (environnement), 52
Bbold (police), 31
bbold (package), 31
bbps (commande), 55, 124
\beginR, 14
beta3 (style de bibliographie), 46
bezier (package), 52
\bezier, 52
\bf, 21, 23
\bfdefault, 25
\bfseries, 21, 23, 25
bibcard (commande), 48
bibclean (commande), 49
BIBINPUTS (variable d’environnement), 42
\bibitem, 49
\bibliography, 41, 42, 48, 87, 89
\bibliographystyle, 41, 42, 47, 48
\bibliographyunit, 48
Bibsty (commande), 49
BIBTEX, 41–49
accents, 43
auteurs multiples, 43
avenir, 49
édition de fichier, 48
évolution, 49
limitations, 49
styles bibliographiques, 45
thèse, 43
bibtex (commande), 42, 54, 117, 118
bibtex8b (commande), 49
bibtool (commande), 48
bibtopics (package), 48
bibunit (environnement), 48
bibunits (package), 48
bibview (commande), 48
\Bicycle, 38
\bigcurlyvee, 31
\bindnasrepma, 31
\blackandwhite, 65
bm (package), 8
\bm, 8
bm2font (commande), 39, 40, 63, 122, 123
\boldmath, 26
\boldsymbol, 7
book (classe), 3, 9
Bookman (police), 38
bookman (package), 27, 38
\Box, 5
breakcites (package), 47
BSTINPUTS (variable d’environnement), 42
C
\cal, 26
calc (package), 4
calligraphique (police), 35
calrsfs (package), 31
Camel, 49
\cancer, 31
capt-of (package), 8
caption2 (package), 4
ccfonts (package), 29
CD-ROM TEXlive, 132
\centering, 86
centertags (option), 6
chancery (package), 38
changebar (package), 4
chapterbib (package), 48
\chaptername, 80
chemins d’accès, 113
chicago (package), 47
chicago (style de bibliographie), 47
chicagoa (style de bibliographie), 47
ChkTeX, 119
chktex (commande), 119
\citationmode, 47
cite (package), 47
\cite, 41, 42, 46, 47, 49, 119
\citeaffixed, 47
\citeasnoun, 47
\citeauthor, 48
citesort (package), 47
\citeyear, 46–48
Classes
acmconf, 3
amsart, 6
amsbook, 6
amsproc, 6
article, 3, 6, 9, 85, 89
book, 3, 9
cweb, 3, 119
foils, 67
kluwer, 3
letter, 3
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
INDEX
141
llncs, 3
proc, 3
report, 3, 9
seminar, 3, 57, 58, 66, 67
slides, 3, 34, 35, 65–67
thloria, 3, 91
clock (option), 3
\clock, 31
CLOS, 17
CM (police), 28
CM (Type 1) (police), 28
CMacTEX, 127, 131
cmd.exe (commande), 127
cmtt (package), 8
Codage
d’une police, 23
Codages
7t (PostScript OT1), 38
8859-5, 31
8859-5 (cyrillique), 33
8r (PostScript « brut »), 38
8t (PostScript T1), 38
ansinew, 4
applemac, 4
ascii, 4
cp1250, 4
cp1251 (cyrillique), 33
cp1252, 4
cp437, 4
cp437de, 4
cp850, 4
cp852, 4
cp855 (cyrillique), 33
cp865, 4
cp866 (cyrillique), 32, 33
cp866av (cyrillique), 33
cp866mav (cyrillique), 33
cp866nav (cyrillique), 33
decmulti, 4
ISO Latin-1, 4, 120
ISO Latin-9, 31
KOI8 (cyrillique), 32, 33
koi8-r (cyrillique), 33
latin1, 4, 9
latin2, 4
latin3, 4
latin5, 4
latin9, 31
maccyr (cyrillique), 33
next, 4
OML (lettres mathématiques), 24
OMS (symboles mathématiques), 24
OMX (symboles d’extension mathématiques), 24
OT1, 4, 22–24, 28, 29, 38
OT2 (cyrillique), 24, 32
OT3 (phonétique), 24, 32
OT4 (polonais), 24
rpcrr (PostScript « brut »), 38
rptmr (PostScript « brut »), 38
T1, 4, 9, 23, 24, 28, 29, 32, 38, 40, 85
T2A (cyrillique), 24, 33
T2B (cyrillique), 24, 33
T2C (cyrillique), 24, 33
T3 (phonétique), 24, 32
T4 (africain), 24
T5 (vietnamien), 24
TS1 (symboles), 24, 31
U (inconnu), 24
X2 (cyrillique), 24, 32, 36
\Coffeecup, 38
color (package), 8, 34, 58, 59, 65, 66
\color, 58
\colorbox, 58
Commandes (LA)TEX
\,, 70
\:, 70
\@makecaption, 86
\@startsection, 86
\aftergroup, 4
\articlemag, 58
\beginR, 14
\bezier, 52
\bf, 21, 23
\bfdefault, 25
\bfseries, 21, 23, 25
\bibitem, 49
\bibliography, 41, 42, 48, 87, 89
\bibliographystyle, 41, 42, 47, 48
\bibliographyunit, 48
\Bicycle, 38
\bigcurlyvee, 31
\bindnasrepma, 31
\blackandwhite, 65
\bm, 8
\boldmath, 26
\boldsymbol, 7
\Box, 5
\cal, 26
\cancer, 31
\centering, 86
\chaptername, 80
\citationmode, 47
\cite, 41, 42, 46, 47, 49, 119
\citeaffixed, 47
\citeasnoun, 47
\citeauthor, 48
\citeyear, 46–48
\clock, 31
\Coffeecup, 38
\color, 58
\colorbox, 58
\contentsname, 80
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
142
INDEX
\currentgrouplevel, 14
\davidsstar, 31
\DeclareErrorFont, 25
\DeclareFixedFont, 9, 22
\DeclareFontFamily, 25
\DeclareFontShape, 25
\DeclareFontSubstitution, 25
\DeclareGraphicsExtensions, 56
\DeclareGraphicsRule, 55
\DeclareMathSymbol, 26
\DeclareMathVersion, 26
\DeclareSymbolFont, 26
\DeclareSymbolFontAlphabet, 26
\definecolor, 58
\DH, 29
\dh, 29
\Diamond, 5
\ding, 27
\DJ, 29
\dj, 29
\doafter, 4
\documentclass, 10, 65, 67
\documentstyle, 9, 10
\eighthnote, 31
\em, 25, 42
\emph, 25, 42
\encodingdefault, 24
\endR, 14
\english, 79
\epsfig, 57
\epsfslidesize, 58
\eTeXrevision, 14
\eTeXversion, 13
\EURhv, 38
\euro, 31, 79
\Faxmachine, 38
\fcolorbox, 58
\fg, 81
\figurename, 86
\font, 9, 38
\fontencoding, 4, 23–25
\fontfamily, 23–25
\fontseries, 23–25
\fontshape, 23–25
\fontsize, 23, 38
\Football, 38
\footnote, 8
\foreignlanguage, 81
\frakfamily, 29
\fraklines, 29
\french, 80
\frenchhyphenation, 79
\frenchlayout, 79
\frenchmacros, 79
\frenchspacing, 74
\frenchtranslation, 79
\frenchtypography, 79
\frownie, 31
\fullcite, 46
\fup, 78, 81, 83
\fussy, 71
\glossary, 126
\gothfamily, 29
\graphpaper, 52
\guillemotleft, 29
\guillemotright, 29
\guilsinglleft, 29
\guilsinglright, 29
\harvardparenthesis, 47
\Huge, 21, 22
\ieme, 78, 79, 83
\iemes, 78, 83
\ier, 78, 79, 83
\iere, 78, 83
\ieres, 78
\iers, 83
\ifthenelse, 4
\include, 48
\includegraphics, 56, 57, 59
\includegraphics*, 56
\index, 126
\input, 48, 67
\inputencoding, 5
\interactionmode, 14
\invisible, 34
\it, 21
\item, 8
\itshape, 21, 25
\label, 15, 119
\language, 80
\Large, 21
\large, 21
\larger, 5
\leftguillemets, 72
\Leftscissors, 38
\Letter, 38
\lightning, 31
\LoadClass, 89
\makeatletter, 85, 86
\makeatother, 85, 86
\maketitle, 88
\Manfront, 38
\mathbb, 7, 30, 31
\mathbf, 26
\mathcal, 26, 31
\mathit, 26
\mathlarger, 5
\mathnormal, 26, 38
\mathrm, 26
\mathsf, 26
\mathsmaller, 5
\mathtt, 26
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
INDEX
143
\mathversion, 26
\MF, 34
\mit, 26
\MP, 34
\newblock, 48
\newfont, 9, 38
\newsymbol, 7
\NG, 29
\ng, 29
\No, 78, 81, 83
\no, 78, 81, 83
\nocite, 43
\nofrenchhyphenation, 79
\nofrenchlayout, 79
\nofrenchmacros, 79
\nofrenchspacing, 74
\nofrenchtranslation, 79
\nofrenchtypography, 79
\normalfont, 25
\Numero, 78, 81, 83
\numero, 78, 81, 83
\Numeros, 78, 83
\numeros, 78, 83
\octagon, 31
\og, 81
\ogreaterthan, 31
\pagecolor, 58
\pdfoutput, 14
\phone, 31
\Pifont, 27
\Pisymbol, 27
\pmb, 7
\possessivecite, 47
\primo, 78, 81, 83
\psfig, 57
\psfrag, 59
\quando, 78
\quarto, 78, 81
\quatro, 83
\Rbag, 31
\ref, 15, 119
\relsize, 5
\resizebox, 56
\rhd, 5
\rightarrowtriangle, 31
\rightguillemets, 72
\rm, 25
\rmdefault, 27
\rmfamily, 21, 25, 27, 38
\S, 78, 83
\sc, 21
\scalebox, 56
\scshape, 21, 25
\section, 86, 87
\secundo, 78, 81, 83
\selectfont, 4, 23–25
\selectlanguage, 80, 81
\setlength, 4
\SetSymbolFont, 26
\sevenrm, 21
\sf, 23
\sfdefault, 27
\sffamily, 21, 23, 25, 27, 38
\shortcite, 46, 48
\sl, 21
\slidesmag, 58
\SLiTeX, 34
\sloppy, 71
\slshape, 25
\small, 22, 86, 88
\smaller, 5
\Snowflake, 38
\special, 51, 55, 59, 120
\sqrt, 5
\subsection, 86, 87
\subsubsection, 86
\swabfamily, 29
\symbol, 39
\tenbf, 21
\tenrm, 21
\tertio, 78, 81, 83
\text, 7
\textbb, 31
\textbf, 25
\textbrokenbar, 31
\textcenteredstar, 31
\textcolor, 58
\textdollaroldstyle, 31
\texteuro, 31
\textfrak, 29
\textgoth, 29
\textit, 4, 25
\textlarger, 5
\textmusicalnote, 31
\textparagraph, 31
\textpertenthousand, 29, 31
\textperthousand, 29
\textrm, 25
\textsc, 25
\textsf, 25
\textsl, 25
\textsmaller, 5
\textswab, 29
\texttt, 25, 26
\textyen, 31
\TeXXeTstate, 14
\TH, 29
\th, 29
\thispagestyle, 88
\tracingstats, 116
\tt, 21, 25
\ttdefault, 27
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
144
INDEX
\ttfamily, 25–27, 38
\untypedspaces, 70
\up, 78, 81
\usefont, 22, 25
\usepackage, 3, 10, 53
\wasylozenge, 31
\whiledo, 4
\Womanface, 38
\Womanfront, 38
\Writinghand, 38
\xspace, 6
\yinitpar, 29
Commandes, logiciels,...
acroexch, 14, 124
acroread, 14, 124
afm2tfm, 20, 122
alltops, 55, 123
amstex, 18
aux2bib, 48
bbps, 55, 124
bibcard, 48
bibclean, 49
Bibsty, 49
bibtex, 42, 54, 117, 118
bibtex8b, 49
bibtool, 48
bibview, 48
bm2font, 39, 40, 63, 122, 123
chktex, 119
cmd.exe, 127
context, 18
cpif, 119
ctangle, 119
cweave, 119
delatex, 119
detex, 119
distill, 121, 124
doc++, 119
dt2dv, 122
dv2dt, 122
dvi2fax, 122
dvi2pdf, 121, 124, 126
dvi2tty, 121
dvibook, 121, 122
dviconcat, 122
dvicopy, 16, 117, 122
dvidvi, 122
dvipdf, 126
dvips, 8, 16, 20–22, 36, 37, 39, 40, 51, 56, 59,
117, 120–122, 124
dvipsk, 121
dvired, 122
dviselect, 122
dvitodvi, 122
dvitype, 16, 117, 122
einitex, 14, 125
elatex, 14, 18, 117
emacs, 125
epelle, 119
epsffit, 124
epsfig, 55
epstopdf, 15
etex, 13, 14, 18, 117, 118, 125
evirtex, 14
extractres, 124
fig2dev, 61, 126, 127
fig2MF, 40, 61, 122
fig2ps, 61
fig2ps2tex, 61, 127
fixdlsrps, 124
fixfmps, 124
fixmacps, 124
fixwfwps, 124
fixwpps, 124
fixwwps, 124
foiltex, 67
ftp, 1, 35, 47, 130
getafm, 122
gftodvi, 21, 34, 117, 122
gftopk, 20, 21, 36, 37, 117, 122, 123
gftype, 21, 117, 122
ghostscript, 15, 37
ghostview, 123
glosstex, 126
gnuplot, 61
gs, 123, 126
gsftopk, 37, 117
gsview32, 127
gv, 123
html2latex, 126
htmltoc, 119
idvi, 126
includeres, 124
inimf, 117
iniomega, 16
initex, 116, 117, 125
ispell, 119
jpeg2bb, 56
jpeg2ps, 55, 123
kpsewhich, 115, 118
l2a, 119
lacheck, 119
lambda, 16, 18, 117
latex, 3, 15, 18, 37, 51, 115, 117, 118, 127
latex2html, 4, 125
latex2rtf, 127
latexn, 126
lgrind, 5, 119
lintex, 119
lpr, 120
lyx, 118
mag, 122
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
INDEX
145
makeindex, 54, 126
man, 21, 119
mf, 20, 21, 36, 37, 117, 122
mft, 117
mftobdf, 123
mktexmf, 122
mktexpk, 120–122
mktextfm, 122
mpost, 61, 117
musixflx, 54
nodefs, 119
noindex, 119
noroots, 119
notangle, 119
nountangle, 119
noweave, 119
noweb, 119
nowebfilters, 119
nowebstyle, 119
nuweb2noweb, 119
odvicopy, 16
odvips, 16
odvitype, 16
ofm2opl, 16
omega, 16, 18, 117
opl2ofm, 16
ortho, 119
otangle, 16
otp2ocp, 16
outocp, 16
ovf2ovp, 16
ovp2ovf, 16
oxdvi, 16
patgen, 117, 126
pdfinitex, 14, 125
pdflatex, 14, 18, 117
pdftex, 14, 18, 117, 118, 125, 126
pdfvirtex, 14
perl, 48, 49, 59, 125
pk2bm, 40, 123
pktogf, 21, 117, 123
pktype, 21, 117, 123
pltotf, 16, 21, 117, 123
pretzel, 119
printbib, 49
ps2ascii, 124
ps2epsi, 124
ps2frag, 59
ps2pdf, 8, 126
psbook, 124
psdraft, 123
psfix, 124
psfixbb, 55, 124
psmerge, 124
psmulti, 123
psnup, 123, 124
psresize, 124
psrev, 123
psselect, 123
pstops, 121, 123
pstotext, 124
setenv, 37, 113
sl2h, 119
src2latex, 119
src2tex, 119
t1ascii, 123
t1asm, 123
t1binary, 123
t1disasm, 123
tangle, 16, 117, 119
techexpl, 126
tex, 18, 20, 30, 37, 51, 54, 62, 115, 117, 118,
122, 125, 127
tex2bib, 48, 49
tex4ht, 125
texindex, 126
texshell, 127
tftopl, 16, 21, 117, 123
tgif, 51, 61
tgrind, 119
tr2latex, 120
tr2tex, 120
transfig, 61, 126, 127
troff, 120
ttf2afm, 15
tth, 126
unpost, 124
vftovp, 16, 117
virmf, 117
viromega, 16
virtex, 117
vptovf, 16, 117
weave, 117, 119
windvi, 127
WinShell, 127
xdvi, 16, 20–22, 37, 40, 117, 120–122, 127
xdvik, 121
xfig, 51, 61, 63, 126
xindy, 126
xlatex, 118, 127
xlp, 126
xskeltex, 66, 67, 120
xtem, 118
comment (package), 4
Computer Modern (police), 28
Concrete (police), 29
\contentsname, 80
context (commande), 18
CONTEXT, 18
Courier (police), 38
courier (package), 27, 38
cp1250 (codage), 4
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
146
INDEX
cp1251 (codage cyrillique), 33
cp1252 (codage), 4
cp437 (codage), 4
cp437de (codage), 4
cp850 (codage), 4
cp852 (codage), 4
cp855 (codage cyrillique), 33
cp865 (codage), 4
cp866 (codage cyrillique), 32, 33
cp866av (codage cyrillique), 33
cp866mav (codage cyrillique), 33
cp866nav (codage cyrillique), 33
cpif (commande), 119
CTAN, 1, 130
ctangle (commande), 119
ctt-Digest (mailing list), 131
\currentgrouplevel, 14
curves (package), 52
cweave (commande), 119
CWEB, 119
cweb (classe), 3, 119
cyrillique (écriture), 32
cyrtex-t2 (mailing list), 131
D
\davidsstar, 31
DC (police), 13, 28, 29
DC (Type 1) (police), 29
dcu (style de bibliographie), 47
déboguage, 117
debugshow (option), 6
\DeclareErrorFont, 25
\DeclareFixedFont, 9, 22
\DeclareFontFamily, 25
\DeclareFontShape, 25
\DeclareFontSubstitution, 25
\DeclareGraphicsExtensions, 56
\DeclareGraphicsRule, 55
\DeclareMathSymbol, 26
\DeclareMathVersion, 26
\DeclareSymbolFont, 26
\DeclareSymbolFontAlphabet, 26
decmulti (codage), 4
\definecolor, 58
delatex (commande), 119
detex (commande), 119
\DH, 29
\dh, 29
diagrammes syntaxiques, 5
diagrams (package), 53
\Diamond, 5
\ding, 27
dingautolist (environnement), 27
dinglist (environnement), 27
distill (commande), 121, 124
\DJ, 29
\dj, 29
doafter (package), 4
\doafter, 4
doc++ (commande), 119
documentée (programmation), 119, 131
\documentclass, 10, 65, 67
\documentstyle, 9, 10
docxx (package), 119
doublespace (package), 5
draft (package), 47
draft (option), 3
draftcopy (package), 4
DraTeX (package), 4
driver, 56
dt2dv (commande), 122
dv2dt (commande), 122
dvi2fax (commande), 122
dvi2pdf (commande), 121, 124, 126
dvi2tty (commande), 121
dvibook (commande), 121, 122
dviconcat (commande), 122
dvicopy (commande), 16, 117, 122
dvidvi (commande), 122
dvipdf (commande), 126
dvips (option), 56
dvips (commande), 8, 16, 20–22, 36, 37, 39, 40, 51,
56, 59, 117, 120–122, 124
dvipsk (commande), 121
dvired (commande), 122
dviselect (commande), 122
dvitodvi (commande), 122
dvitype (commande), 16, 117, 122
E
easybib (package), 48
easybmat (package), 8
easyeqn (package), 8
easymat (package), 8
easytable (package), 8
easyvector (package), 8
EC (police), 13, 28, 34, 35, 40, 122, 124
EC (Type 1) (police), 29, 36
ECC (police), 29
eepic (package), 51
\eighthnote, 31
einitex (commande), 14, 125
ε-LATEX, 18
elatex (commande), 14, 18, 117
\em, 25, 42
EM (Type 1) (police), 29
emTEX, 132
emacs, 119
AUC-TEX, 119
bibtex, 48
french-mode, 119
french-tex-mode, 120
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
INDEX
147
RefTeX, 48, 119
XEmacs, 119
emacs (commande), 125
\emph, 25, 42
\encodingdefault, 24
endnotes (package), 8
\endR, 14
\english, 79
enumerate (package), 4
enumerate (environnement), 4
Environnements LATEX
alltt, 3
array, 4, 5
barenv, 52
bibunit, 48
dingautolist, 27
dinglist, 27
enumerate, 4
eqnalign, 5
eqnarray, 5
figure, 8
figwindow, 59
floatingfigure, 61
floatingtable, 61
landscape, 5
minipage, 59
order, 78
overlay, 66
picture, 34, 51, 61
portrait, 5
quote, 88
rotate, 5
slide, 66
slide*, 66
split, 6, 7
tabbing, 9
tabular, 4, 5
theorem, 7
verbatim, 3, 4, 8, 120
wrapfigure, 61
ε-PDFTEX, 17
epelle (commande), 119
epic (package), 51
epsf (package), 57, 58
epsffit (commande), 124
epsfig (package), 57, 58
\epsfig, 57
epsfig (commande), 55
\epsfslidesize, 58
epstopdf (commande), 15
eqnalign (environnement), 5
eqnarray (environnement), 5
errorshow (option), 6
ε-TEX, 13, 17, 18
etex (commande), 13, 14, 18, 117, 118, 125
\eTeXrevision, 14
\eTeXversion, 13
eucal (package), 30
eufrak (package), 30
\EURhv, 38
Euro (police), 31
\euro, 31, 79
eurosymbol (package), 31, 79
euscript (package), 30
evirtex (commande), 14
executivepaper (option), 3
Extensions
.hxigf, 21
.hxipk, 21
.afm, 20, 21, 37, 122
.aux, 42, 48, 119
.bbl, 42, 48
.bdf, 123
.bib, 41, 42, 48
.bst, 42, 45, 46
.dvi, 5, 20, 21, 120, 122
.eps, 55, 56
.epsi, 55
.fd, 24
.fig, 40, 61, 122
.fmt, 18
.gf, 20, 37, 122
.log, 20, 119
.mf, 20, 21, 27, 35–37, 123
.obj, 61
.ocp, 16
.otp, 16
.pfa, 20, 21, 37, 123
.pfb, 20, 21, 37, 123
.pk, 20, 37, 122, 123
.ps, 20, 21, 55, 120
.psi, 55
.tex, 20, 21, 41, 42
.tfm, 20, 21, 27, 37, 122, 123
.vf, 20, 37
extra_mem_bot (paramètre de configuration), 116
extractres (commande), 124
F
fabbrv (style de bibliographie), 45
falpha (style de bibliographie), 46
falpha3 (style de bibliographie), 46
fancybox (package), 4, 66
fancyhdr (package), 4
fancyheadings (package), 4, 67
fancyvrb (package), 8
FAQ, 129
\Faxmachine, 38
fbeta3 (style de bibliographie), 46
\fcolorbox, 58
\fg, 81
fig2dev (commande), 61, 126, 127
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
148
INDEX
fig2MF (commande), 40, 61, 122
fig2ps (commande), 61
fig2ps2tex (commande), 61, 127
figure (environnement), 8
\figurename, 86
figwindow (environnement), 59
final (option), 3
fixdlsrps (commande), 124
fixfmps (commande), 124
fixmacps (commande), 124
fixwfwps (commande), 124
fixwpps (commande), 124
fixwwps (commande), 124
flafter (package), 4
fleqn (option), 3, 6
float (package), 4
floatfig (package), 6
floatflt (package), 4, 61
floatingfigure (environnement), 61
floatingtable (environnement), 61
flong (style de bibliographie), 46
fnamed (style de bibliographie), 47
foils (classe), 67
foiltex (commande), 67
\font, 9, 38
font_mem_size (paramètre de configuration), 116
fontenc (package), 4, 9, 10, 24, 28, 32, 40, 85
\fontencoding, 4, 23–25
Fontes virtuelles, 39
\fontfamily, 23–25
\fontseries, 23–25
\fontshape, 23–25
\fontsize, 23, 38
\Football, 38
footbib (package), 48
footmisc (package), 8
footnote (package), 8
\footnote, 8
\foreignlanguage, 81
fplain (style de bibliographie), 45
\frakfamily, 29
\fraklines, 29
Framemaker, 124
francais (option), 81
frealfullname (style de bibliographie), 46
french (package), 4, 10, 69, 70, 72, 77–81, 85, 130
french (option), 80, 81
\french, 80
frenchb (option), 77, 78, 81
\frenchhyphenation, 79
\frenchlayout, 79
\frenchmacros, 79
\frenchspacing, 74
\frenchtranslation, 79
\frenchtypography, 79
\frownie, 31
ftp (commande), 1, 35, 47, 130
ftp (sites d’archive), 130
\fullcite, 46
fullname (style de bibliographie), 47
funsrt (style de bibliographie), 46
\fup, 78, 81, 83
\fussy, 71
fvrb-ex (package), 8
G
geometry (package), 4
german (package), iii, 4, 81
germanb (option), 81
getafm (commande), 122
gftodvi (commande), 21, 34, 117, 122
gftopk (commande), 20, 21, 36, 37, 117, 122, 123
gftype (commande), 21, 117, 122
ghostscript (commande), 15, 37
ghostview (commande), 123
\glossary, 126
glosstex (commande), 126
gnuplot (commande), 61
\gothfamily, 29
gothique (police), 29
grammaire, 5
graphics (package), 15, 55–58
graphicx (package), 15, 55, 57, 58, 85
graphpap (package), 52, 53
\graphpaper, 52
gs (commande), 123, 126
gsftopk (commande), 37, 117
gsview32 (commande), 127
\guillemotleft, 29
\guillemotright, 29
\guilsinglleft, 29
\guilsinglright, 29
GUT (mailing list), 131
GUTenberg
association, 129, 132
cahiers, 129
lettre, 129
gv (commande), 123
H
Harvard (famille de styles bibliographiques), 47
harvard (package), 47, 48
\harvardparenthesis, 47
hash_extra (paramètre de configuration), 116
helvet (package), 27, 38
helvetic (package), 27, 38
Helvetica (police), 38, 67
Html, 6, 119, 125, 126
html (package), 4
html2latex (commande), 126
htmltoc (commande), 119
\Huge, 21, 22
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
INDEX
149
hvdashln (package), 8
hyperref (package), 8, 16, 124
hyph_size (paramètre de configuration), 116
I
ibm-res (package), 8
idvi (commande), 126
ieeetr (style de bibliographie), 46
\ieme, 78, 79, 83
\iemes, 78, 83
\ier, 78, 79, 83
\iere, 78, 83
\ieres, 78
\iers, 83
ifthen (package), 4
\ifthenelse, 4
\include, 48
\includegraphics, 56, 57, 59
\includegraphics*, 56
includeres (commande), 124
indentfirst (package), 73, 87
\index, 126
INDEXSTYLE (variable d’environnement), 126
indxcite (package), 4
INFO-TeX (mailing list), 131
infoshow (option), 5, 6
inimf (commande), 117
iniomega (commande), 16
iniTEX, 14, 117
initex (commande), 116, 117, 125
\input, 48, 67
inputenc (package), 4, 5, 9, 10, 31, 33, 70, 85
inputenc2 (package), 5, 33
\inputencoding, 5
installation (de TEX), 131
\interactionmode, 14
intlimits (option), 7
\invisible, 34
IPA (police), 32
ipa (package), 32
ISO Latin-1 (codage), 4, 120
ISO Latin-9 (codage), 31
ispell (commande), 119
\it, 21
\item, 8
\itshape, 21, 25
J
Java, 17, 125, 126
jmr (style de bibliographie), 47
JPEG, 15, 55, 123
jpeg2bb (commande), 56
jpeg2ps (commande), 55, 123
jphysicsB (style de bibliographie), 47
K
kluwer (classe), 3
kluwer (style de bibliographie), 47
KOI8 (codage cyrillique), 32, 33
koi8-r (codage cyrillique), 33
kpathsea (bibliothèque), 117
KPATHSEA_DEBUG (variable d’environnement), 117
kpathsea (bibliothèque), 121
kpsewhich (commande), 115, 118
L
l2a (commande), 119
\label, 15, 119
lacheck (commande), 119
Λ (Lambda), 16, 18
lambda (commande), 16, 18, 117
landscape (option), 3
landscape (environnement), 5
\language, 80
language.dat, 124
\Large, 21
\large, 21
\larger, 5
latex (commande), 3, 15, 18, 37, 51, 115, 117, 118,
127
LATEX 3, 10, 131
LaTeX 3 (mailing list), 131
(LA)TEX navigator, 131
latex2html (commande), 4, 125
latex2rtf (commande), 127
LATEX (police), 34
LATEX (Type 1) (police), 34
latexn (commande), 126
latexsym (package), 5
latin1 (option), 70, 85
latin1 (codage), 4, 9
latin2 (codage), 4
latin3 (codage), 4
latin5 (codage), 4
latin9 (codage), 31
\leftguillemets, 72
\Leftscissors, 38
legalpaper (option), 3
leqno (option), 3, 7
\Letter, 38
letter (classe), 3
letterpaper (option), 3
lettrine (package), 8
lgrind (package), 5
lgrind (commande), 5, 119
LH (polices cyrilliques), 32
\lightning, 31
lineno (package), 8
Ling-TeX (mailing list), 131
lintex (commande), 119
lisp, 17
listings (package), 8
LITPROG (mailing list), 131
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
150
INDEX
llncs (classe), 3
\LoadClass, 89
loading (option), 6
Logo METAFONT (police), 33, 34
Logo METAFONT (Type 1) (police), 34
long (style de bibliographie), 46, 47
longtable (package), 5
lpr (commande), 120
ls-R (fichier d’index), 114, 115
LyX, 118
lyx (commande), 118
M
maccyr (codage cyrillique), 33
Macintosh (environnement TEX), 127
MacOS, 132
mag (commande), 122
mail latex@loria.fr, 1, 114, 130
main_memory (paramètre de configuration), 116
\makeatletter, 85, 86
\makeatother, 85, 86
makebst.tex, 45
makeindex (commande), 54, 126
\maketitle, 88
man (commande), 21, 119
\Manfront, 38
manuscrite (police), 35
Maple, 5, 8
maple209 (package), 8
maple2e (package), 8
mapleenv (package), 5
maplems (package), 5
margbib (package), 48
MarVoSym (police), 38
marvosym (package), 38
\mathbb, 7, 30, 31
\mathbf, 26
\mathcal, 26, 31
mathenv (package), 5
\mathit, 26
\mathlarger, 5
\mathnormal, 26, 38
mathptm (package), 38
\mathrm, 26
\mathsf, 26
\mathsmaller, 5
\mathtt, 26
\mathversion, 26
max_strings (paramètre de configuration), 116
mdwlist (package), 5
mdwmath (package), 5
mdwtab (package), 5
mdwtools, 5, 8
mémoire TEX (augmentation), 116
METAFONT, 19–22, 24, 27, 33, 34, 36, 37, 40, 122,
130
METAFONT (mailing list), 131
METAPOST, 15, 34, 61
\MF, 34
mf (commande), 20, 21, 36, 37, 117, 122
MFINPUTS (variable d’environnement), 37
mflogo (package), 22, 34
mfpic, 63
mft (commande), 117
mftobdf (commande), 123
MIDI (format musical), 54
MikTEX, 132
minipage (environnement), 59
minitoc (package), 5
\mit, 26
mktexmf (commande), 122
mktexpk (commande), 120–122
mktextfm (commande), 122
mlp (package), 80
MlTEX, 9, 13, 28, 40
\MP, 34
mpost (commande), 61, 117
MS Windows NT (environnement TEX), 127
multicol (package), 5
multirow (package), 8
MusiXTEX, 54
musixflx (commande), 54
N
named (package), 47
named (style de bibliographie), 47
namelimits (option), 7
ncs (package), 27, 38
nederlands (style de bibliographie), 47
nest_size (paramètre de configuration), 116
newalpha (style de bibliographie), 47
newapa (style de bibliographie), 47
\newblock, 48
newcent (package), 27, 38
New Century Schoolbook (police), 38
\newfont, 9, 38
\newsymbol, 7
next (codage), 4
NFSS, 22, 39
\NG, 29
\ng, 29
\No, 78, 81, 83
\no, 78, 81, 83
noamsfonts (option), 7
\nocite, 43
nodefs (commande), 119
\nofrenchhyphenation, 79
\nofrenchlayout, 79
\nofrenchmacros, 79
\nofrenchspacing, 74
\nofrenchtranslation, 79
\nofrenchtypography, 79
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
INDEX
151
noindex (commande), 119
nointlimits (option), 7
nonamelimits (option), 7
\normalfont, 25
noroots (commande), 119
nosumlimits (option), 7
notangle (commande), 119
notitlepage (option), 3
nountangle (commande), 119
noweave (commande), 119
NOWEB, 119
noweb (commande), 119
nowebfilters (commande), 119
nowebstyle (commande), 119
NTS, 17
nts-l (mailing list), 131
\Numero, 78, 81, 83
\numero, 78, 81, 83
\Numeros, 78, 83
\numeros, 78, 83
numline (package), 8
nuweb2noweb (commande), 119
O
\octagon, 31
odvicopy (commande), 16
odvips (commande), 16
odvitype (commande), 16
ofm2opl (commande), 16
\og, 81
\ogreaterthan, 31
oldgerm (package), 29
Ω (Omega), 16, 18
omega (mailing list), 131
omega (commande), 16, 18, 117
OML (codage de lettres mathématiques), 24
OMS (codage de symboles mathématiques), 24
OMX (codage de symboles d’extension mathématiques),
24
onecolumn (option), 3
oneside (option), 3
openany (option), 3
openbib (option), 3, 48
openright (option), 3
opl2ofm (commande), 16
Options
de codage, voir Codage
Options (d’une classe ou d’un package)
8pt, 6
9pt, 6
10pt, 3
11pt, 3, 6
12pt, 3, 6
17pt, 67
25pt, 67
30pt, 67
a4, 67
a4paper, 3, 85
a5paper, 3
article, 58, 66
b5paper, 3
centertags, 6
clock, 3
debugshow, 6
draft, 3
dvips, 56
errorshow, 6
executivepaper, 3
final, 3
fleqn, 3, 6
francais, 81
french, 80, 81
frenchb, 77, 78, 81
germanb, 81
infoshow, 5, 6
intlimits, 7
landscape, 3
latin1, 70, 85
legalpaper, 3
leqno, 3, 7
letterpaper, 3
loading, 6
namelimits, 7
noamsfonts, 7
nointlimits, 7
nonamelimits, 7
nosumlimits, 7
notitlepage, 3
onecolumn, 3
oneside, 3
openany, 3
openbib, 3, 48
openright, 3
pdftex, 16, 56
portrait, 66
psamsfonts, 7
reqno, 7
russian, 32
sem-a4, 67
semhelv, 67
semlcmss, 67
slidesonly, 58
sumlimits, 7
tbtags, 7
titlepage, 3
twocolumn, 3
twoside, 3
warningshow, 6
order (environnement), 78
ortho (commande), 119
OT1 (codage), 4, 22–24, 28, 29, 38
OT2 (codage cyrillique), 24, 32
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
152
INDEX
OT3 (codage phonétique), 24, 32
OT4 (codage polonais), 24
otangle (commande), 16
OTP, 16
otp2ocp (commande), 16
outocp (commande), 16
overcite (package), 47
overlay (environnement), 66
ovf2ovp (commande), 16
ovp2ovf (commande), 16
oxdvi (commande), 16
OzTEX, 127, 131
P
Packages
ae, 29
aecompl, 29
aeguill, 29
AlDraTeX, 4
algorithm, 8
algorithmic, 8
alltt, 3
AlProTeX, 5
amsbsy, 7
amscd, 7
amsfonts, 7
amsintx, 7
amsmath, 6, 7
amsopn, 7
amssymb, 5, 7, 30
amstex, 6, 7
amstext, 7
amsthm, 7
amsxtra, 7
apalike, 46
arabtex, 13, 16, 33
array, 4
at, 4
authordate1-4, 46
authorindex, 48
avant, 27, 38
babel, 4, 32, 77, 78, 80, 81, 125
bar, 52
bbold, 31
bezier, 52
bibtopics, 48
bibunits, 48
bm, 8
bookman, 27, 38
breakcites, 47
calc, 4
calrsfs, 31
capt-of, 8
caption2, 4
ccfonts, 29
chancery, 38
changebar, 4
chapterbib, 48
chicago, 47
cite, 47
citesort, 47
cmtt, 8
color, 8, 34, 58, 59, 65, 66
comment, 4
courier, 27, 38
curves, 52
diagrams, 53
doafter, 4
docxx, 119
doublespace, 5
draft, 47
draftcopy, 4
DraTeX, 4
easybib, 48
easybmat, 8
easyeqn, 8
easymat, 8
easytable, 8
easyvector, 8
eepic, 51
endnotes, 8
enumerate, 4
epic, 51
epsf, 57, 58
epsfig, 57, 58
eucal, 30
eufrak, 30
eurosymbol, 31, 79
euscript, 30
fancybox, 4, 66
fancyhdr, 4
fancyheadings, 4, 67
fancyvrb, 8
flafter, 4
float, 4
floatfig, 6
floatflt, 4, 61
fontenc, 4, 9, 10, 24, 28, 32, 40, 85
footbib, 48
footmisc, 8
footnote, 8
french, 4, 10, 69, 70, 72, 77–81, 85, 130
fvrb-ex, 8
geometry, 4
german, iii, 4, 81
graphics, 15, 55–58
graphicx, 15, 55, 57, 58, 85
graphpap, 52, 53
harvard, 47, 48
helvet, 27, 38
helvetic, 27, 38
html, 4
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
INDEX
153
hvdashln, 8
hyperref, 8, 16, 124
ibm-res, 8
ifthen, 4
indentfirst, 73, 87
indxcite, 4
inputenc, 4, 5, 9, 10, 31, 33, 70, 85
inputenc2, 5, 33
ipa, 32
latexsym, 5
lettrine, 8
lgrind, 5
lineno, 8
listings, 8
longtable, 5
maple209, 8
maple2e, 8
mapleenv, 5
maplems, 5
margbib, 48
marvosym, 38
mathenv, 5
mathptm, 38
mdwlist, 5
mdwmath, 5
mdwtab, 5
mflogo, 22, 34
minitoc, 5
mlp, 80
multicol, 5
multirow, 8
named, 47
ncs, 27, 38
newcent, 27, 38
numline, 8
oldgerm, 29
overcite, 47
palatino, 27, 38
pandora, 24, 29
picinpar, 6, 59
pictex, 5
pifont, 27, 38
portland, 5
poster, 5
program, 8
ProTeX, 5
psfig, 57
psfrag, 59
pst-node, 59
pst-plot, 59
pst2eps, 59
pstcol, 59, 67
pstricks, 58, 59, 65, 66
QED, 5
qsymbols, 5
rangecite, 47
rawfonts, 9
relsize, 5, 21
res, 8
resume, 8
revnum, 8
rotating, 5
sectsty, 9
semantic, 5
seminar, 65
setspace, 5
slashbox, 9
spacecites, 48
ssqquote, 28
stmaryrd, 5, 31
subfigure, 61
supercite, 47
supertabular, 5
sverb, 5
syntax, 5
syntonly, 5
Tabbing, 9
textcomp, 31
textpos, 9
theorem, 7
times, 27, 38, 85
tipa, 32
titlefoot, 9
topcapt, 9
tracefnt, 5
trees, 52
twcal, 35
typehtml, 6
upref, 7
verbatim, 5
vmargin, 6, 85
wasysym, 31
wrapfig, 6, 61
xspace, 6
xy, 33, 52
xypic, 33, 53
yfonts, 29
\pagecolor, 58
Palatino (police), 38
palatino (package), 27, 38
Pandora (police), 29
pandora (package), 24, 29
param_size (paramètre de configuration), 116
Pascal, 13
patgen (commande), 117, 126
PC (environnement TEX), 127
PDF, 14–16, 28–31, 33–35, 63, 124, 126
PDF (transparents), 68
pdfinitex (commande), 14, 125
PDFLATEX, 18
pdflatex (commande), 14, 18, 117
\pdfoutput, 14
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
154
INDEX
pdftex (mailing list), 131
PDFTEX, 14, 18, 63
pdftex (option), 16, 56
pdftex (commande), 14, 18, 117, 118, 125, 126
pdfvirtex (commande), 14
perl (commande), 48, 49, 59, 125
phonétique (police), 32
\phone, 31
picinpar (package), 6, 59
PICTEX, 5, 9
pictex (package), 5
picture (environnement), 34, 51, 61
\Pifont, 27
pifont (package), 27, 38
\Pisymbol, 27
pk2bm (commande), 40, 123
PKFONTS (variable d’environnement), 37
pktogf (commande), 21, 117, 123
pktype (commande), 21, 117, 123
plain (style de bibliographie), 45, 46, 48
pltotf (commande), 16, 21, 117, 123
\pmb, 7
PNG (Portable Network Graphics), 15
Polices
AE, 29
AMS, 30
AMS (Type 1), 30
AvantGarde, 38
Bbold, 31
Bookman, 38
calligraphique, 35
CM, 28
CM (Type 1), 28
Computer Modern, 28
Concrete, 29
Courier, 38
DC, 13, 28, 29
DC (Type 1), 29
EC, 13, 28, 34, 35, 40, 122, 124
EC (Type 1), 29, 36
ECC, 29
EM (Type 1), 29
Euro, 31
gothique, 29
Helvetica, 38, 67
IPA, 32
LATEX, 34
LATEX (Type 1), 34
LH (cyrillique), 32
Logo METAFONT, 33, 34
Logo METAFONT (Type 1), 34
manuscrite, 35
MarVoSym, 38
New Century Schoolbook, 38
Palatino, 38
Pandora, 29
phonétique, 32
Ralph Smith’s formal script (RSFS), 31
Ralph Smith’s formal script (RSFS) (Type
1), 31
RSFS, 31
St Mary’s Road, 31
St Mary’s Road (Type 1), 31
TC, 29, 31
Times, 38
TIPA, 32
True Type, 15
Wasy, 31
Wasy (Type 1), 31
XY-pic, 33
XY-pic(Type 1), 33
Zapf Chancery, 38
pool_size (paramètre de configuration), 116
portland (package), 5
portrait (option), 66
portrait (environnement), 5
\possessivecite, 47
poster (package), 5
PostScript, 51, 55–59, 120, 123–127
BoundingBox, 55, 121, 124
changement d’échelle, 57, 66
Encapsulated, 55
pretzel (commande), 119
preuves, 4, 5
\primo, 78, 81, 83
printbib (commande), 49
PRINTER (variable d’environnement), 120
proc (classe), 3
program (package), 8
programmation documentée, 119, 131
ProTeX (package), 5
ps2ascii (commande), 124
ps2epsi (commande), 124
ps2frag (commande), 59
ps2pdf (commande), 8, 126
psamsfonts (option), 7
psbook (commande), 124
psdraft (commande), 123
psfig (package), 57
\psfig, 57
psfix (commande), 124
psfixbb (commande), 55, 124
PSfrag, 59
psfrag (package), 59
\psfrag, 59
psmerge (commande), 124
psmulti (commande), 123
psnup (commande), 123, 124
psresize (commande), 124
psrev (commande), 123
psselect (commande), 123
pst-node (package), 59
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
INDEX
155
pst-plot (package), 59
pst2eps (package), 59
pstcol (package), 59, 67
pstops (commande), 121, 123
pstotext (commande), 124
pstricks (package), 58, 59, 65, 66
Q
QED (package), 5
qsymbols (package), 5
\quando, 78
\quarto, 78, 81
\quatro, 83
quote (environnement), 88
R
Ralph Smith’s formal script (RSFS) (police),
31
Ralph Smith’s formal script (RSFS) (Type 1)
(police), 31
rangecite (package), 47
rawfonts (package), 9
\Rbag, 31
realfullname (style de bibliographie), 46
récursives (recherches), 114
\ref, 15, 119
relsize (package), 5, 21
\relsize, 5
report (classe), 3, 9
reqno (option), 7
res (package), 8
\resizebox, 56
resume (package), 8
revnum (package), 8
\rhd, 5
\rightarrowtriangle, 31
\rightguillemets, 72
\rm, 25
\rmdefault, 27
\rmfamily, 21, 25, 27, 38
rotate (environnement), 5
rotating (package), 5
rpcrr (codage PostScript « brut »), 38
rptmr (codage PostScript « brut »), 38
RSFS (police), 31
russe (écriture), 32
russian (option), 32
S
\S, 78, 83
save_size (paramètre de configuration), 116
\sc, 21
\scalebox, 56
\scshape, 21, 25
\section, 86, 87
sectsty (package), 9
\secundo, 78, 81, 83
\selectfont, 4, 23–25
\selectlanguage, 80, 81
sem-a4 (option), 67
semantic (package), 5
semhelv (option), 67
seminar (package), 65
seminar (classe), 3, 57, 58, 66, 67
semlcmss (option), 67
setenv (commande), 37, 113
\setlength, 4
setspace (package), 5
\SetSymbolFont, 26
\sevenrm, 21
\sf, 23
\sfdefault, 27
\sffamily, 21, 23, 25, 27, 38
\shortcite, 46, 48
siam (style de bibliographie), 46
sites d’archive, 130
\sl, 21
sl2h (commande), 119
slashbox (package), 9
slide (environnement), 66
slide* (environnement), 66
slides (classe), 3, 34, 35, 65–67
\slidesmag, 58
slidesonly (option), 58
\SLiTeX, 34
SliTEX, 65
\sloppy, 71
\slshape, 25
\small, 22, 86, 88
\smaller, 5
\Snowflake, 38
spacecites (package), 48
\special, 51, 55, 59, 120
split (environnement), 6, 7
\sqrt, 5
src2latex (commande), 119
src2tex (commande), 119
ssqquote (package), 28
St Mary’s Road (police), 31
St Mary’s Road (Type 1) (police), 31
stack_size (paramètre de configuration), 116
stmaryrd (package), 5, 31
Styles de bibliographie
abbrv, 45
acm, 45
agsm, 47
alpha, 46
alpha3, 46
amsalpha, 46
amsplain, 45
apalike, 46, 47
apbeta3, 46
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
156
INDEX
authordate{1,2,3,4}, 46
beta3, 46
chicago, 47
chicagoa, 47
dcu, 47
fabbrv, 45
falpha, 46
falpha3, 46
famille Harvard, 47
fbeta3, 46
flong, 46
fnamed, 47
fplain, 45
frealfullname, 46
fullname, 47
funsrt, 46
ieeetr, 46
jmr, 47
jphysicsB, 47
kluwer, 47
long, 46, 47
named, 47
nederlands, 47
newalpha, 47
newapa, 47
plain, 45, 46, 48
realfullname, 46
siam, 46
theapa, 47
unsrt, 46, 87
subfigure (package), 61
\subsection, 86, 87
\subsubsection, 86
sumlimits (option), 7
supercite (package), 47
supertabular (package), 5
sverb (package), 5
\swabfamily, 29
\symbol, 39
syntax (package), 5
syntonly (package), 5
T
T1 (codage), 4, 9, 23, 24, 28, 29, 32, 38, 40, 85
t1ascii (commande), 123
t1asm (commande), 123
t1binary (commande), 123
t1disasm (commande), 123
T2A (codage cyrillique), 24, 33
T2B (codage cyrillique), 24, 33
T2C (codage cyrillique), 24, 33
T3 (codage phonétique), 24, 32
T4 (codage africain), 24
T5 (codage vietnamien), 24
Tabbing (package), 9
tabbing (environnement), 9
tabular (environnement), 4, 5
tangle (commande), 16, 117, 119
tbtags (option), 7
TC (police), 29, 31
TDS, 113
teTEX, 132
techexpl (commande), 126
Techexplorer, 126
\tenbf, 21
\tenrm, 21
\tertio, 78, 81, 83
TEX (variable d’environnement), 62, 63
tex (commande), 18, 20, 30, 37, 51, 54, 62, 115,
117, 118, 122, 125, 127
TeX-Pubs (mailing list), 131
tex2bib (commande), 48, 49
tex4ht (commande), 125
TEXCONFIG (variable d’environnement), 121
TEXFORMATS (variable d’environnement), 113, 125
texindex (commande), 126
TEXINPUTS (variable d’environnement), 113, 115,
116
TEXMFCNF (variable d’environnement), 116
TEXPSHEADERS (variable d’environnement), 121
texshell (commande), 127
\text, 7
\textbb, 31
\textbf, 25
\textbrokenbar, 31
\textcenteredstar, 31
\textcolor, 58
textcomp (package), 31
\textdollaroldstyle, 31
\texteuro, 31
\textfrak, 29
\textgoth, 29
\textit, 4, 25
\textlarger, 5
\textmusicalnote, 31
\textparagraph, 31
\textpertenthousand, 29, 31
\textperthousand, 29
textpos (package), 9
\textrm, 25
\textsc, 25
\textsf, 25
\textsl, 25
\textsmaller, 5
\textswab, 29
\texttt, 25, 26
\textyen, 31
TEX--XET, 13
TEX-XET, 13
\TeXXeTstate, 14
TFMFONTS (variable d’environnement), 20, 37, 113
tftopl (commande), 16, 21, 117, 123
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
INDEX
157
tgif (commande), 51, 61
tgrind (commande), 119
\TH, 29
\th, 29
theapa (style de bibliographie), 47
theorem (package), 7
theorem (environnement), 7
\thispagestyle, 88
thloria (classe), 3, 91
TIFF, 15
Times (police), 38
times (package), 27, 38, 85
TIPA (police), 32
tipa (package), 32
titlefoot (package), 9
titlepage (option), 3
topcapt (package), 9
tr2latex (commande), 120
tr2tex (commande), 120
trace (fonctions de), 117
tracefnt (package), 5
\tracingstats, 116
transfig (commande), 61, 126, 127
trees (package), 52
troff (commande), 120
True Type (polices), 15
TS1 (codage de symboles), 24, 31
\tt, 21, 25
\ttdefault, 27
ttf2afm (commande), 15
\ttfamily, 25–27, 38
tth (commande), 126
TUG, 132
TUGboat, 129
twcal (package), 35
twocolumn (option), 3
twoside (option), 3
Type 1, 28–31, 33, 34, 36, 120
typehtml (package), 6
TYPO-L (mailing list), 131
U
U (codage inconnu), 24
Unicode, 16
Unix, 132
unpost (commande), 124
unsrt (style de bibliographie), 46, 87
\untypedspaces, 70
\up, 78, 81
upref (package), 7
\usefont, 22, 25
\usepackage, 3, 10, 53
V
Variables d’environnement
BIBINPUTS, 42
BSTINPUTS, 42
INDEXSTYLE, 126
KPATHSEA_DEBUG, 117
MFINPUTS, 37
PKFONTS, 37
PRINTER, 120
TEX, 62, 63
TEXCONFIG, 121
TEXFORMATS, 113, 125
TEXINPUTS, 113, 115, 116
TEXMFCNF, 116
TEXPSHEADERS, 121
TFMFONTS, 20, 37, 113
VFFONTS, 37
verbatim (package), 5
verbatim (environnement), 3, 4, 8, 120
VFFONTS (variable d’environnement), 37
vftovp (commande), 16, 117
virmf (commande), 117
viromega (commande), 16
VirTEX, 14, 114, 117
virtex (commande), 117
vmargin (package), 6, 85
vptovf (commande), 16, 117
W
warningshow (option), 6
Wasy (police), 31
Wasy (Type 1) (police), 31
\wasylozenge, 31
wasysym (package), 31
weave (commande), 117, 119
WEB, 13, 119
web2c, 132
\whiledo, 4
Win32, 132
Windows NT (environnement TEX), 127
windvi (commande), 127
WinShell (commande), 127
\Womanface, 38
\Womanfront, 38
Word, 127
wrapfig (package), 6, 61
wrapfigure (environnement), 61
\Writinghand, 38
WWW, 125, 131
X
X2 (codage cyrillique), 24, 32, 36
xdvi (commande), 16, 20–22, 37, 40, 117, 120–122,
127
xdvik (commande), 121
xfig (commande), 51, 61, 63, 126
xindy (commande), 126
xlatex (commande), 118, 127
xlp (commande), 126
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
158
INDEX
xskeltex (commande), 66, 67, 120
xspace (package), 6
\xspace, 6
xtem (commande), 118
xy (package), 33, 52
XY-pic, 5, 52
XY-pic (police), 33
XY-pic(Type 1) (police), 33
xypic (package), 33, 53
Y
yfonts (package), 29
\yinitpar, 29
Z
Zapf Chancery (police), 38
— Guide local (LA)TEX du LORIA – septembre 1998 —
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising