Manuel de politiques et procédures

Manuel de politiques et procédures
Manuel de politiques et procédures
Guide pour la mise en place de l’outil CAN-MDS au sein
d’une structure ou d’un ensemble de structures
Avec le soutien financier du programme
DAPHNE III de l’Union européenne
JUST/2012/DAP/AG/325
Ce Manuel fait partie de la « boîte à outils » CAN-MDS réalisée dans le cadre du Programme
DAPHNE III « Réponse coordonnée à la violence et à la négligence envers les enfants (CAN)
via un ensemble minimum de données (MDS) »
Organisation coordinatrice:
Institute of Child Health, Department of Mental Health and Social Welfare - GRECE
George Nikolaidis, Chef de projet
Athanasios Ntinapogias, Coordinateur du projet/enquêteur principal
Antonia Tsirigoti, Chercheuse
Eleni Mihalopoulou, Assistante de projet
Organisations partenaires:
Coördinatiecel Internationaal Kind en Gezin - Kind en Gezin Academie – BELGIQUE
Aneliese Hendrix, Coordinatrice nationale
Bert Van Poyenbroeck, Chercheur
Université du Sud-Ouest "Neofit Rilski", Faculté de santé publique et de sport– BULGARIE
Vaska Stancheva-Popkostadinova, Coordinatrice nationale
Stefka Chincheva et Elina Popova, Chercheuses
Université d’Ulm, Département de psychiatrie et de psycho-pédagogie infanto-juvénile - ALLEMAGNE
Lutz Goldbeck, Coordinateur national
Andreas Witt, Chercheur
Observatoire national de l'enfance en danger (ONED) – FRANCE
Gilles Séraphin, Coordinateur national
Flora Bolter et Adeline Renuy, Chargées d’études
Istituto degli Innocenti – ITALIE
Donata Bianchi, Coordinatrice nationale
Silvia Mammini, Silvia Notaro, Ayana Fabris, Cristina Mattiuzzo et Lucia Fagnini, Chercheuses
Université Babes-Bolyai, Département de sociologie et de travail social – ROUMANIE
Maria Roth, Coordinatrice nationale
Imola Antal et Gabriela Tonk, Chercheuses
Partenaire associé
Université de sciences et arts appliqués de Lucerne, École de travail social– SUISSE
Andreas Jud, Coordinateur national
Expert pour les questions éthiques
Paul Durning
Évaluatrice externe du projet
Jenny Gray
Cette publication a été réalisée avec le soutien financier du programme DAPHNE III de la Commission
européenne. Le contenu de la publication relève de la seule responsabilité des auteurs et ne peut
aucunement être considéré comme reflétant les opinions de la Commission européenne.
2
Table des matières
Page(s)
Préface
Synthèse
Système de surveillance CAN-MDS
Vision
Mission
Politiques
Cadre politique international
Cadre politique national
CAN-MDS: Brève description et caractéristiques
Procédures
A– Structure et gouvernance
B – Boîte à outils & application
C – Sources des données & ressources humaines
D – Développement des compétences
E – Gestion de l’information
Annexes
Rapport descriptif par pays
____________________________________
Ressources
Boîte à outils CAN-MDS (CD/USB, y compris d’autres supports, rapports etc.)
3
MANUEL DE POLITIQUES &
PROCÉDURES DE L’OUTIL CAN-MDS
VALEURS FONDAMENTALES
L’ENFANT EST UN DETENTEUR DE DROITS ET NON UN BENEFICIAIRE DES
ACTIVITES BIENVEILLANTES DES ADULTES (APPROCHE SELON LES DROITS
DE L’ENFANT)
L’INTERET SUPERIEUR DE L’ENFANT DOIT ETRE UNE CONSIDERATION
PRIMORDIALE
LE DROIT DE L’ENFANT D’ETRE PROTEGE CONTRE TOUTES LES FORMES
DE VIOLENCE
4
PRÉFACE
Foreword by Ms Margaret Tuite, European Commission coordinator for the rights of the child
As set out in the UN Convention on the rights of the child (UNCRC) which has been ratified by almost
all countries in the world, all children have the right to protection from all forms of violence (Article
19). Realisation of that right requires concerted efforts, effective procedures and coordination and
cooperation in integrated child protection systems.
The Coordinated response to child abuse and neglect (CAN) via a minimum data set (MDS) led by the
Institute of Child Health in Greece, was co-funded by the EU DAPHNE programme1, which focuses on
the prevention of and responses to violence against children, young people and women.
Data collection is essential to inform prevention, identification, reporting, referral, investigation,
treatment, judicial involvement and follow-up of cases and to prevent re-victimisation of children.
Aggregated data is essential to identify trends, measure responses and feed into policy development.
It makes sense to develop tools to facilitate speedy coordination and cooperation among
professionals.
CAN-MDS has a clear European added value as it tackled challenges that are common to many EU
Member States, including the use of common definitions and terms, a ready to use e-registry to
record incidents and risks to children, and to share information across sectors and among
professionals on a need-to-know basis. The registry allows for linkages of all incidents relating to a
particular child. Lastly, the tool serves as a means to provide comparable and reliable data and
statistics. I particularly welcome the fact that there was broad consultation of experts during the
project and that the work was based on standards (UNCRC Article 19 and General Comment No 13 of
the UN Committee on the rights of the child) and ISO standards. The tool was developed in English
and has already been adapted for use in seven partner countries. A recent EU study to collect data on
children's involvement in criminal judicial proceedings shows that in 2010 there was comparable data
on child victims of violent crime in only 11 out of 28 EU Member States.2
At the 9th European Forum on the rights of the child in June 20153, we focused on coordination and
cooperation in integrated child protection systems and proposed 10 principles.4 CAN-MDS supports
implementation of these 10 principles.
CAN-MDS can help to make great strides forward in preventing and responding to violence against
children and I encourage Member States to adopt and use it, adapting it to their own governance
structure where necessary.5
1
http://ec.europa.eu/justice/fundamental-rights/programme/daphne-programme/index_en.htm
http://bookshop.europa.eu/en/summary-of-contextual-overviews-on-children-s-involvement-in-criminaljudicial-proceedings-in-the-28-member-states-of-the-european-unionpbDS0313659/?CatalogCategoryID=WTQKABsteF0AAAEjKpEY4e5L
3
http://ec.europa.eu/justice/fundamental-rights/rights-child/european-forum/ninth-meeting/index_en.htm
4
http://ec.europa.eu/justice/fundamental-rights/files/2015_forum_roc_background_en.pdf
2
5
Foreword by Marta Santos-Pais, UN Special Representative of the Secretary General on Violence
against Children
Violence against girls and boys cuts across all boundaries of age, race, culture, wealth and geography.
It takes place in the home, on the streets, in schools, online, in the workplace, in detention centres
and in institutions for the care of children. For countless girls and boys the world over, childhood is
described by one word: fear.
Children’s exposure to violence, abuse, neglect and exploitation manifests itself in many forms and
their suffering goes hand in hand with deprivation, high risks of poor health and risky behavior, poor
school performance, long term welfare dependency, limited opportunities for future employment
and loss of earnings in adulthood. For very young children it may have irreversible consequences on
brain development and opportunities to thrive later in life. In addition, violence is often associated
with poor rule of law and a culture of impunity; and it has far-reaching costs for society, slowing
economic development and eroding nations’ human and social capital.
As Special Representative of the UN Secretary General on Violence against Children, I have been
privileged to undertake numerous field missions in different parts of the world and I always come
back pressed by an ever growing sense of urgency! While much is being achieved around the globe to
protect children, much more needs to be done to ensure every boy and girl enjoys a childhood free
from violence. One crucial dimension of safeguarding children’s right to freedom from all forms of
violence is data collection and analysis, and its use to inform laws, policies, budgetary decisions and
action.
We must measure what we treasure! Adequate data are crucial to end the invisibility of violence,
challenge its social acceptance, understand its causes and enhance protection for children at risk.
Data is vital to support government policy, planning and budgeting for universal and effective child
protection services, and to inform the development of evidence-based legislation, policies and
implementation processes.
In 2013, my office conducted a Global Survey which confirms that information on violence against
children remains scarce and fragmented around the world, with limited data available on its extent
and impact, and on the risk factors and underlying attitudes and social norms that perpetuate this
phenomenon. Findings indicate that within a single country there may be a range of institutions
gathering and handling dispersed information based on different definitions and indicators. Where a
central institution is in place, information is often collected from limited sources, or fails to address
all types of violence against children or all settings in which it occurs.
Moreover, the Global Survey found that there is often little or no coordination between national
statistical bodies and the institutions responsible for policies, programmes and allocation of
resources to protect children from violence. In line with the 2006 UN Study, the Global Survey
recommends that governments must recognize the crucial importance of building strong data
systems and sound evidence to prevent and address violence against children and that monitoring
tools and indicators be developed to capture children’s exposure to incidents of violence.
5
As of June 2015, the e-registry is now ready to use for the training of professionals/future operators in the
seven partner countries, and can be piloted in any of those countries. For additional countries, once countryspecific adaptations are made and it is translated if not already available in the language of the country, it could
also be used there.
6
In this regard, I warmly welcome the Coordinated Response to Child Abuse & Neglect (CAN) via a
Minimum Data Set (MDS). Its development recognizes the necessity for data collection on child
abuse and neglect and highlights the importance of gathering data in this area as a global priority,
and in the 28-EU member states in particular.
The CAN-MDS is an innovative Surveillance System for child abuse and neglect incidents using a
common methodology across countries and, critically, across different sectors, services and
professional specialties within countries. It will significantly fill the gap in our knowledge on the
magnitude of this problem, enable us to have a better understanding of its nature and consequences
and therefore to better prevent violence against children.
The CAN-MDS is being issued at a time when Member States of the United Nations are shaping a
global post-2015 sustainable development agenda. Building upon the Millennium Development Goals
(MDGs), the Sustainable Development Goals (SDG’s) foresee a distinct target on ending all forms of
violence, abuse, neglect and exploitation of children. This is a significant achievement which will give
enormous impetus to the protection of children’s rights around the world.
The intersectoral approach to data collection by the CAN-MDS tool will not only serve to help and
support child victims, and those at risk of being (re-)victimized: it will crucially contribute to
monitoring and reporting on progress of the SDG’s by the 28-EU member states. In particular, it will
significantly contribute data for annual country incidence reports, indicating current needs for
services in the field, highlighting the relationship between specific factors and types of child
maltreatment, and the prioritization of actions to be taken at local, national and international levels.
The use of this important tool will support States in the fulfilment of their international obligations
and in effectively implementing and reporting on progress towards eliminating violence against
children in the post-2015 era.
7
SYNTHESE
Le Manuel de politique et de procédures CAN-MDS s’adresse en premier lieu aux centres de prises
de décision et aux acteurs actifs dans tout secteur concerné par la gestion des cas de violence et de
négligence envers les enfants ainsi qu’à tous ceux qui se préoccupent de la prévention de ces cas.
Par son contenu, le Manuel offre un aperçu du système de surveillance CAN-MDS, qui vient d’être
élaboré, ainsi que sa vision, sa mission et les axes de politique internationale et nationale qui
soutiennent sa mise en œuvre. En outre, y sont décrites les procédures relatives à la structure, à la
gouvernance et à l’application du système de même que les procédures de traitement et de saisie
des données, les ressources humaines et financières nécessaires et surtout la gestion et la diffusion
des informations collectées par un tel système.
La nécessité de la collecte de données sur la violence et la négligence envers les enfants est
universellement reconnue comme une priorité mondiale et particulièrement dans les 28 Etats
membres de l’UE. La violence et la négligence envers les enfants (VNE) est un problème majeur de
santé publique. Les données sur les cas de VNE dans l’UE proviennent de diverses sources et sont
collectées suivant différentes méthodologies, avec comme résultat que leur suivi aux niveaux local et
national souffre d’un manque de coordination entre les secteurs concernés. Au niveau international,
là où existent des systèmes de surveillance, ceux-ci varient de manière considérable rendant les
comparaisons impossibles. L’absence de définitions opérationnelles et de pratiques d’enregistrement
communes représentent des obstacles supplémentaires à une surveillance efficace des cas de VNE.
Le Comité de l’ONU des droits de l’enfant « prend note et se félicite des nombreuses mesures prises
par les gouvernements et d’autres acteurs en vue de prévenir et de réprimer la violence contre les
enfants. Malgré ces efforts, les mesures existantes sont généralement insuffisantes. (…) Les effets des
mesures prises sont limités parce que la violence contre les enfants et ses causes profondes sont mal
comprises et qu’on manque de connaissances et de données sur ce phénomène, parce que les
mesures prises en réaction mettent plus l’accent sur les symptômes et les conséquences que sur les
causes, et parce que les stratégies sont fragmentées au lieu d’être globales. En outre, les ressources
allouées à la lutte contre ce problème sont insuffisantes. » (CRC.C.GC.13, 2011)
Les principales caractéristiques d’un système de surveillance CAN-MDS peuvent être résumées en
deux points : le sujet de la surveillance qui est la violence et la négligence envers les enfants basées
sur les incidents et les valeurs fondamentales de la philosophie et de la pratique du CAN-MDS qui
sont : une approche par les droits de l’enfant selon laquelle l’enfant est un détenteur de droits et non
un bénéficiaire des activités bienveillantes des adultes, l’intérêt supérieur de l’enfant, comme défini
par l’UNCRC (art. 3) et le droit de l’enfant d’être protégé contre toutes les formes de violence (UNCRC,
art. 19 ; CRC.C.GC.13, 2011).
Les principaux défis auxquels le CAN-MDS doit s’atteler – au-delà de ceux de tout système de
surveillance en matière de santé publique – sont résumés ci-dessous :
- Dans l’Union européenne – entre pays : le CAN-MDS cherche à être utilisé dans des pays
comportant différents systèmes de gouvernance. Par conséquent, une mise en œuvre
identique au niveau national peut être impossible et donc nécessiter une adaptation en
fonction des spécificités de chaque pays.
- Dans les pays – entre secteurs : s’agissant d’enfants, les différents secteurs (santé, bien-être,
santé mentale, éducation, justice, forces de l’ordre) relèvent de juridictions différentes et les
enfants sont donc sujets de différentes données (l’accent qui est mis peut dépendre des
spécificités du secteur : enfant-patient, enfant-bénéficiaire des services sociaux, enfantclient, enfant-étudiant, enfant-victime/auteur/témoin)
8
-
-
Au sein des secteurs – entre professionnels d’expérience différente : les différences de
compétences entre professionnels travaillant avec des enfants restreignent le champ des
données que les groupes professionnels concernés ont en commun ; ceci conduit à des
points de vue différents et donc à une compréhension différente des droits de l’enfant en
général, et de la violence et de la négligence envers les enfants en particulier.
Au sein des mêmes groupes professionnels – entre définitions différentes de la violence et
de la négligence envers les enfants : des définitions conceptuelles qui n’ont pas été
convenues et rendues opérationnelles ensemble constituent souvent des obstacles à la
collecte valable, fiable et comparable de données sur la violence et la négligence envers les
enfants.
La réponse de CAN-MDS à ces défis peut se décrire comme suit :
- Au sein des mêmes groupes professionnels – entre définitions différentes de la violence et
de la négligence envers les enfants : le CAN-MDS est un système basé sur des incidents.
Dans ce cadre, l’incident est basé sur l’article 19 de la Convention relative aux droits de
l’enfant de l’ONUi et l’Observation générale n° 13 (2011) du Comité de l’ONU des droits de
l’enfantii. Les définitions de la violence et de la négligence envers les enfants ont été rendues
opérationnelles de telle manière à demander une décision minimale de la part des
opérateurs afin de collecter autant de données normalisées que possible ; les incidents sont
définis soit comme des actes de violence commis à l’encontre d’un enfant, soit comme des
omissions dans la prise en charge d’un enfant. Les définitions de chaque terme sont reprises
dans le Manuel de l’opérateur.
- Au sein des secteurs – entre professionnels d’expérience différente : la boîte à outils de CANMDS s’adresse à tout professionnel travaillant avec des enfants, qui a une autorisation
professionnelle valide ou qui est légalement certifié et qui est soumis à un code éthique ou
de déontologie. Chacun(e) de ces professionnels est personnellement capable d’identifier un
incident de violence ou de négligence envers un enfant ou susceptible d’en être informé(e).
Dans le but d’identifier autant d’incidents que possible, on recourt à la participation de toute
une série de spécialistes ; ceci toutefois augmente le défi de la standardisation des données à
collecter. A cette fin, un ensemble minimum de données fut élaboré reprenant uniquement
les éléments de données qui constituent le dénominateur commun à tous les professionnelsopérateurs potentiels (p. ex. le sexe de l’enfant).
- Dans les pays – entre secteurs : faisant suite aux multiples recommandations émises par les
principales organisations internationales dans le domaine des droits des enfants, on opta
pour une approche intersectorielle pour la collecte de données. C’est pourquoi, les secteurs
de la santé, du bien-être, de la santé mentale, de la justice, de l’éducation et des forces de
l’ordre sont des sources de données éligibles pour le CAN-MDS. Le fait d’étendre le nombre
de sources de données éligibles en incluant tous les secteurs pertinents devrait permettre de
collecter un plus grand nombre de cas de VNE et, par conséquent, d’améliorer la possibilité,
via ces informations, de se faire une idée de l’ampleur du problème. D’autre part, des
éléments de données spécifiques à certains secteurs ont été exclus de l’ensemble minimum
de données ; par exemple, aucun élément de donnée ne fut inclus concernant la situation
socioéconomique de la famille (secteur du bien-être), la gravité de la lésion, l’état de santé et
de santé mentale (secteur de la santé/de la santé mentale), les difficultés d’apprentissage
(secteur de l’éducation), les auteurs ou l’état de la preuve (secteur de la justice/forces de
l’ordre).
- Dans l’Union européenne – entre pays : le CAN-MDS fut élaboré dans le but d’être mis en
œuvre, à l’avenir, dans tous les 28 Etats membres de l’UE ; cependant, même si tous les pays
de l’UE souhaitaient adopter le CAN-MDS, son application ne pourrait pas être identique
partout vu les différences des systèmes de gouvernance (tels que gouvernement national,
gouvernements régionaux) ; c’est pourquoi, il faut de la flexibilité dans la mise en œuvre du
9
CAN-MDS en fonction des spécificités des pays. Afin de relever ce défi, une étude de
faisabilité est réalisée dans les 28 Etats membres de l’UE.
La mise en œuvre du système de surveillance CAN-MDS doit se référer à la boîte à outils qui
consiste en : i) un enregistrement électronique, ii) le Manuel de l’opérateur et iii) le Protocole de
la collecte des données, qui sont communs pour tous les pays. Outre la boîte à outils, le matériel
de soutien et les lignes directrices nécessaires à son adaptation nationale dans tout pays
intéressé sont également disponibles. La boîte à outils a été élaboré selon les principes d’ISO/IEC
11179 sur les enregistrements de métadonnées. Une codification internationale standard
supplémentaire fut utilisée là où c’était possible (telle que ILO, autres codifications ISO). La boîte
à outils ‘originale’ de CAN-MDS est actuellement disponible en anglais et adapté pour sept Etats
membres de l’UE (Bulgarie, Belgique/Flandre, Allemagne, Grèce, France, Italie et Roumanie). Les
opérateurs du système peuvent être des professionnels du travail social, de la santé, de la santé
mentale, de la justice, des forces de l’ordre et de l’éducation actifs dans leurs secteurs respectifs.
Au-delà de son action de surveillance, le CAN-MDS vise à servir d’outil prêt à l’emploi pour les
enquêtes sur et le suivi des enfants victimes de VNE ou ceux en danger d’en être (à nouveau)
victimes, en renforçant l’engagement de toutes les parties concernées.
Les données collectées via le CAN-MDS peuvent être utilisées pour de multiples objectifs tels que
la publication de rapports annuels d’incidence de VNE par pays, l’évaluation des besoins des
services concernés à un moment donné, l’établissement des mesures prioritaires à prendre à
l’encontre de VNE aux niveaux local, national et international et la réallocation des ressources
(limitées) (benchmarking). En outre, les données CAN-MDS peuvent être utilisées comme
références pour évaluer l’efficacité des services et des interventions, l’identification des bonnes
pratiques et la planification des politiques et de la législation futures (prises de décision sur base
de données).
10
La démarche CAN-MDS
La démarche CAN-MDS et ses outils sont le produit d’une initiative visant à développer, dans le cadre
de la santé publique, un mécanisme de surveillance des incidents de violence et de négligence envers
les enfants grâce à une méthodologie commune entre pays et entre différents secteurs, services et
cultures professionnelles dans les pays. Tout en respectant les spécificités sociales, culturelles et
linguistiques de chaque pays, le système vise à combler les lacunes dans notre appréciation de
l’ampleur du problème, à mieux comprendre sa nature et ses conséquences et donc à mieux le
combattre.
Vision
Grâce à un ensemble minimum de données convenu de commun accord, contribuer de manière
importante à combler les lacunes relatives aux données nécessaires en coordonnant les réponses
intersectorielles à la violence et la négligence envers les enfants
- en favorisant la collecte de données normalisées de tous les secteurs concernés par la
gestion des cas de VNE en utilisant un outil commun et convivial d’enregistrement ET en
créant un canal de communication entre ces secteurs et les professionnels y travaillant tout
en améliorant leurs compétences en matière de collecte de données sur la violence et la
négligence envers les enfants
- au niveau de la population concernée par la collecte de données relatives à la surveillance en
matière de santé publique, en permettant les comparaisons dans et entre les pays et en
fournissant des informations constamment mises à jour comme bases pour l’évaluation des
pratiques et des politiques existantes ET, au niveau des cas, en se concentrant sur le suivi des
cas individuels en facilitant leur investigation et leur gestion et en fournissant un feedback
aux professionnels/services autorisés sur les cas déjà connus
- pour les incidents de VNE définis sur base de l’art. 19 de la Convention de l’ONU et de
CRC/C/GC/13 (2011) et mis en œuvre de façon à assurer une compréhension commune entre
des parties concernées hétérogènes ET à favoriser la collecte rapide d’informations sur les
incidents éligibles identifiés par les services, dénoncés par les enfants victimes (présumées)
ou signalés par des tiers, indépendamment de l’état de la preuve
- sur la base d’un ensemble standard d’éléments de données, approuvé par toutes les parties
concernées, évalué quant à l’éthique, la qualité (pertinence, utilité, compréhensibilité,
accessibilité) et la faisabilité (disponibilité, fiabilité, validité, opportunité, confidentialité des
données et des coûts y associés), mis en œuvre et décrit suivant ou utilisant – là où possible –
les normes internationales et équivalent aux systèmes internationaux de codage disponibles
afin de faciliter l’interconnexion du système avec les systèmes déjà existants.
Mission
-
-
au service d’une action relative à des initiatives de santé publique, fournir des informations
globales, fiables et comparables sur les cas d’enfants victimes (présumées) de VNE, qui ont
bénéficié des services sociaux, de santé, éducatifs, judiciaires et de l’ordre public, tant au
niveau national qu’international
fournir des informations relatives au suivi des cas individuels, c.-à-d. servir d’outil prêt à
l’emploi pour les enquêtes sur et le suivi des enfants victimes de VNE ou ceux en danger d’en
être (à nouveau) victimes, en respectant la législation nationale et toutes les règles pour
assurer une collecte et une gestion éthique des données.
11
UNCRC (Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant)iii
Article 3
1.
Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu'elles soient le fait des institutions publiques ou privées de
protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l'intérêt supérieur de
l'enfant d oit être une considération primordiale.
2.
Les Etats parties s'engagent à assurer à l'enfant la protection et les soins nécessaires à son bien-être, compte tenu
des droits et des devoirs de ses parents, de ses tuteurs ou des autres personnes légalement responsables de lui, et
ils prennent à cette fin toutes les mesures législatives et administratives appropriées.
3.
Les Etats parties veillent à ce que le fonctionnement des institutions, services et établissements qui ont la charge
des enfants et assurent leur protection soit conforme aux normes fixées par les autorités compétentes,
particulièrement dans le domaine de la sécurité et de la santé et en ce qui concerne le nombre et la compétence de
leur personnel ainsi que l'existence d'un contrôle approprié.
Article 19
1.
Les Etats parties prennent toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour
protéger l'enfant contre toute forme de violence, d'atteinte ou de brutalités physiques ou mentales, d'abandon ou
de négligence, de mauvais traitements ou d'exploitation, y compris la violence sexuelle, pendant qu'il est sous la
garde de ses parents ou de l'un d'eux, de son ou ses représentants légaux ou de toute autre personne à qui il est
confié.
2.
Ces mesures de protection doivent comprendre, selon qu'il conviendra, des procédures efficaces pour
l'établissement de programmes sociaux visant à fournir l'appui nécessaire à l'enfant et à ceux à qui il est confié,
ainsi que pour d'autres formes de prévention, et aux fins d'identification, de rapport, de renvoi, d'enquête, de
traitement et de suivi pour les cas de mauvais traitements de l'enfant décrits ci-dessus, et comprendre également,
selon qu'il conviendra, des procédures d'intervention judiciaire.
12
POLITIQUES
Cadre politique international
Le cadre politique international en faveur de la nécessaire collecte permanente et systématique des
données sur la violence et la négligence envers les enfants est tracé par des conventions, des lignes
directrices, des résolutions, des plans d’action et des recommandations provenant des principales
organisations internationales actives dans le domaine.
Nations Unies
L’Observation générale n° 13 (2011) du Comité des droits de l’enfant sur l’article 19 de la
Convention relative aux droits de l’enfant note que « l’ampleur et l’intensité de la violence
exercée contre les enfants sont alarmantes ».
Tout au long de son texte, l’Observation générale préconise la collecte de données. Dans
l’analyse juridique de l’article 19.2 de la Convention, l’accent est mis sur la nécessité de
prendre des «mesures de prévention pour les professionnels et les institutions (organisations
gouvernementales et organisations de la société civile) » afin de « déterminer les possibilités
de prévention et appuyer les politiques et la pratique » (art. 47.d.i) et sur le fait que ceci peut
être réalisé grâce à la collecte et à l’analyse systématiques et continues de données. Cette
question est aussi soulignée au sujet des procédures efficaces, où il est recommandé
d’inclure « une coordination intersectorielle », « l’élaboration et la mise en œuvre de
systèmes de collecte et d’analyse systématiques et continues de données » et « l’élaboration
d’indicateurs et d’objectifs mesurables concernant les politiques, les processus et les résultats
obtenus dans les domaines de l’enfance et de la famille » (art. 57.a,b,d). Sous le paragraphe
sur les mesures administratives qui « devraient être le reflet de l’obligation faite aux
États parties», il est suggéré « d’élaborer les politiques, les programmes et les systèmes de
suivi et de surveillance nécessaires pour protéger les enfants contre toutes les formes de
violence (…) aux niveaux national et sous-national » ainsi que d’ « établir un système de
collecte de données complet et fiable pour assurer un suivi et une évaluation systématiques
des systèmes (analyses d’impact), des services, des programmes et des résultats, en se
fondant sur des indicateurs alignés sur les normes universelles et adaptés aux buts et objectifs
définis au niveau local et guidés par eux » (art. 42.a.i-ii,v).
Conseil de l’Europe
Les Lignes directrices sur les stratégies nationales intégrées de protection des enfants
contre la violence adoptées par le Conseil de l’Europe en 2009iv encourageaient
« l'élaboration et la mise en œuvre d'un dispositif national global visant à garantir les droits
des enfants et à les protéger contre tout type de violence. » Ces lignes directrices sont
fondées sur des principes généraux (dont l’intérêt supérieur de l’enfant et sa protection
contre la violence ; les obligations et la participation des Etats et des autres acteurs), ainsi
que sur des principes opérationnels (où l’approche intégrée est préconisée de même que la
coopération intersectorielle et l’approche impliquant toutes les parties prenantes).
Plus spécifiquement au sujet de la collecte de données, dans le cadre de l’action intégrée des
niveaux national, régional et local, il est recommandé que « les compétences des
collectivités territoriales comprennent la collecte de données sur les violences envers les
enfants ; l'élaboration, la mise en œuvre et le suivi de mesures de prévention » (ligne
directrice 3.2.2) ; dans le cadre juridique, qui doit être en conformité avec la CNUDE (5.1), il
est recommandé que « des mesures spécifiques, fondées sur la recherche, les faits observés et
13
l'expérience des enfants devraient être élaborées pour prévenir, détecter et traiter les
violences sur enfants, avec une attention particulière accordée à la protection des groupes
vulnérables » (5.2) ; dans le cadre institutionnel nécessaire à la réalisation de la stratégie,
un des éléments clés proposés est la mise en place d’ « un bureau national de statistiques ou
un établissement de recherches s'occupant de l'enfance » chargé de coordonner la collecte,
l'analyse, la gestion et la diffusion des données sur la violence et la négligence envers les
enfants (5.3.1.d). La ligne directrice 7 est consacrée à la recherche et collecte de données. Il
est noté que « l’adoption d'un programme national de recherche constitue la solution la plus
appropriée pour encourager la mise en place d'une approche systématique et intégrée en
matière de collecte, d'analyse, de diffusion et d'étude des données ».
Selon la même ligne directrice, la surveillance statistique de la violence et la négligence
envers les enfants doit être régulière et basée sur une méthodologie éprouvée aux niveaux
national, régional et local et dans tous les contextes, tandis que les bases de données
nationales doivent opérer conformément aux règles de protection des données (7.a) et
comprendre les cas de violence à l’encontre d’enfants séjournant dans des institutions
résidentielles ou dans des formes alternatives de prises en charge (7.b). Quant à la
coordination, il est recommandé de désigner une instance unique, telle qu’un institut
national de statistiques ou un établissement de recherche, chargée de la collecte et de la
diffusion nationale des données relatives aux enfants et des échanges internationaux
d’informations (7.a). L’accent est aussi mis sur la contribution active de tous les organismes
concernés par la protection de l'enfance à la collecte de données (7.b), ainsi que sur
l’élaboration de normes homogènes, internationalement reconnues afin de faciliter la
comparaison internationale des données (7.4). Enfin, il est souligné que le traitement des
données à caractère personnel aux niveaux national, régional et local devrait respecter les
normes et garanties éthiques internationalement reconnues (ETS n° 108 ; ETS n°181) (7.3).
UNICEF
Dans le document intitulé « Statistiques globales sur la protection des enfants contre la
violence, l’exploitation et l’abus »v où sont résumées les principales activités de surveillance
globale dans lesquelles l’UNICEF a joué un rôle primordial, il est indiqué que malgré
l’importance des grandes enquêtes auprès des ménages, « elles ne conviennent pas pour
surveiller la prévalence et l’incidence de certaines questions particulièrement sensibles ou
illégales, telles l’exploitation sexuelle », car elles ne donnent pas d’informations sur les
enfants qui vivent en dehors d’une famille (p.ex. les enfants des rues et ceux vivant dans des
institutions). Par contre, bien qu’il soit reconnu que « suivre des questions sensibles relatives
à la protection des enfants » comporte des défis importants de méthodologie et d’éthique, il
est cependant mentionné que « plus de recherches et d’études de validation sont des
conditions préalables essentielles pour explorer les méthodologies et les outils de collecte de
données pour combler les lacunes existantes. »
Organisation mondiale de la santé
Le plan d’action publié par le Comité régional de l’Europe de l’OMS intitulé « Investir dans
l’enfance : le plan d’action européen pour la prévention de la maltraitance des enfants
2015-2020 »vi, conformément à Santé 2020 et « Investir dans l’enfance : la stratégie
européenne pour la santé des enfants et des adolescents 2015-2020 » (document
EUR/RC64/12), favorise « à la fois la mise en œuvre d’interventions au niveau de la
population et l’adoption d’approches sélectives et ciblées pour les groupes à haut risque et ce,
en vue de remédier au manque d’égalité » .
14
Le premier objectif du plan d’action est d’« accroître la visibilité des risques sanitaires tels
que la maltraitance des enfants par la mise en place de systèmes d’information dans les
États membres ». Dans le § 10, il est mentionné que « peu de pays collectent régulièrement
des informations fiables sur la prévalence de la maltraitance des enfants et d’autres
expériences négatives vécues pendant l’enfance. Les définitions opérationnelles de la
maltraitance à l’égard des enfants devraient être standardisées ; les informations devraient
être recueillies auprès de divers secteurs et organismes, et diffusées. (…) Les outils normalisés
existants peuvent être utilisés dans le cadre de telles enquêtes, qui répondent au droit des
enfants à être entendus. Les systèmes d’information doivent être utilisés pour évaluer les
programmes de prévention (…) afin de déterminer si les objectifs nationaux sont sur le point
d’être réalisés ; ces évaluations requièrent des outils et méthodes standardisés. Le bien-être
mental et la santé des enfants sont compromis par la maltraitance et par d’autres
expériences négatives. Des enquêtes sur le bien-être mental des enfants, réalisées en milieu
scolaire, pourraient fournir des indicateurs complémentaires ».
Dans le même plan d’action, il est stipulé que « pour atteindre ces objectifs, un appui sera
apporté à tous les États membres (par le Comité régional de l’Europe de l’OMS) de la manière
suivante – entre autres: des conseils pour l’élaboration de rapports et plans d’action
nationaux, avec certaines normes pour la collecte de données et une surveillance, une
programmation et une évaluation pour contribuer à assurer une cohérence et des
recommandations pour des plans d’action contenant des informations détaillées sur les
objectifs, les interventions proposées (fondées sur des bases factuelles), le calendrier de mise
en œuvre, les parties responsables et des indicateurs pour le suivi et l’évaluation » (§ 21); et
que « l’OMS apportera une aide importante à plusieurs pays afin qu’ils préparent des plans
d’action, des rapports et des activités de surveillance au niveau national et qu’ils mettent en
œuvre des programmes dans ce domaine, notamment par le biais d’accords de collaboration
biennaux » (§22).
Dans le document publié récemment intitulé « Toolkit on mapping legal, health and social
services responses to child maltreatment,vii» (Boîte à outils pour analyser les réponses des
services judiciaires, des services de santé et des services sociaux à la maltraitance des
enfants), au chapitre relatif à la collaboration entre la recherche et la pratique et en
particulier lors de l’analyse des risques pour la participation et les motivations, il est noté que
« la charge de travail pourrait être l’obstacle le plus important à la participation. Les
organismes et le personnel de la protection de l’enfance se battent continuellement afin
d’allouer des ressources limitées aux problèmes les plus urgents. De nombreux acteurs de la
protection de l’enfance estiment qu’ils sont surmenés. Leur charge de travail dépasse souvent
ce qui peut être considéré comme gérable. Du travail supplémentaire pour la collecte de
données entrera en conflit avec le temps consacré aux clients ou avec le temps libre du
travailleur. Outre la perception de celui-ci que l’étude est valable et pertinente, il est par
conséquent essentiel de créer un questionnaire qui couvre les problèmes importants sans être
trop long. (Pour une approche d’un ensemble minimum de données en matière de surveillance
de la maltraitance d’enfants, voir CAN-MDS).
Parlement européen et Conseil de l’Union européenne
La collecte systématique et appropriée des données statistiques est reconnue par le
Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne comme un élément essentiel de
l’efficacité du processus d’élaboration des politiques dans le domaine des droits énoncés
dans la Directive 2012/29/UE.viii Afin de faciliter l'évaluation de l'application de la directive,
les États membres devraient communiquer à la Commission les données statistiques utiles.
Parmi celles-ci peuvent figurer des données enregistrées par les autorités judiciaires et par
les services répressifs, ainsi que, dans la mesure du possible, des données administratives
15
recueillies par les services de soins de santé et de protection sociale et par les organisations
publiques et non gouvernementales d'aide aux victimes ou les services de justice réparatrice
et d'autres organisations venant en aide aux victimes de la criminalité. Les données
judiciaires peuvent comprendre des informations concernant les infractions dénoncées, le
nombre d'affaires faisant l'objet d'une enquête et les personnes poursuivies et condamnées.
Les données administratives relatives aux services fournis peuvent comprendre, dans la
mesure du possible, des données concernant la manière dont les victimes utilisent les
services fournis par les pouvoirs publics et les organismes d'aide publics et privés, par
exemple le nombre de cas dans lesquels la police ou la gendarmerie oriente les victimes vers
des services d'aide aux victimes, le nombre de victimes qui demandent un soutien et
bénéficient ou non d'un soutien ou de mesures de justice réparatrice. Dans les dispositions
finales (Chap. 6, art. 28), en ce qui concerne la communication de données et de statistiques,
il est stipulé que les États membres communiquent à la Commission, au plus tard le 16
novembre 2017 et, par la suite, tous les trois ans, les données disponibles indiquant la
manière dont les victimes ont fait valoir les droits énoncés dans la présente directive.
Commission européenne
La Direction générale Justice de la Commission européenne donne une priorité aux activités
de collecte de données ; les types d’actions qui peuvent être financés par le programme JUST
2014-2020 comprennent, entre autres, la collecte de données et la coopération afin
d’identifier les bonnes pratiques qui peuvent être transférées aux autres pays participants,
les activités de diffusion, de sensibilisation et d’apprentissage.
Parmi les instruments législatifs clés pour les politiques et mesures des Etats membres visant
à promouvoir et à développer une approche intégrée de protection de l’enfantix figure la
directive sur les droits des victimes (2012/29/UE) qui reprend des dispositions étendues en
ce qui concerne les enfants, telles que l’article 28 sur la communication de données et de
statistiques. Il existe aussi des dispositions pour la ventilation des données par âgex.
La Direction Justice C : Droits fondamentaux et citoyenneté de l’Union, Unité C.1 : Droits
fondamentaux et droits de l’enfant appellent les Etats membres à s’investir, entre autres,
pour encore améliorer la collecte, l’analyse et la diffusion de données UE comparables.xi En
outre, elle appelle tous les acteurs à prévenir et à lutter contre toutes les formes de violence
à l’encontre des femmes et des filles mettant l’accent central sur la collecte de données de
prévalence, la formation des professionnels concernés, le soutien aux victimes, la mise en
œuvre de la législation existante de l’UE et la sensibilisation à la question.xii
Au cours du 7ème Forum sur les droits de l’enfant, on eut un meilleur aperçu de certaines
lacunes des systèmes intégrés de protection de l’enfance ; par exemple, la collecte de
données n’était pas encore suffisamment au point pour soutenir l’élaboration de politiques
fondée sur les cas réels.
Dans les conclusions du 8ème Forum européen sur les droits de l’enfantxiii, la nécessité et la
valeur de systèmes intégrés de protection de l’enfant sont soulignées. L’approche de la
protection de l’enfant est considérée comme pouvant efficacement rencontrer les différents
besoins de protection de l’enfant en toutes circonstances. Ces systèmes doivent aider les
divers acteurs à collaborer, à coordonner leurs actions intersectorielles et à utiliser une série
d’instruments et de mesures pour lutter contre la violence et les abus. Une approche
holistique intersectorielle et traversant les divers niveaux de gouvernement doit maintenir
l’enfant au centre et impliquer plusieurs professions qui amènent des expertises et des
perspectives différentes.
Dans le document introductif au 9ème Forum européen sur les droits des enfantsxiv, il est
rappelé que l’objectif primordial des systèmes nationaux de protection de l’enfance est de
16
protéger les enfants contre la violence. Un système intégré de protection de l’enfant est
défini comme « la manière dont tous ceux qui portent des responsabilités (à savoir les
pouvoirs publics représentés par les forces de l’ordre, les autorités judiciaires, les autorités de
l’immigration, les services sociaux, les organismes de protection de l’enfance etc.) et les
éléments du système (p. ex. législations, politiques, ressources, procédures, processus, soussystèmes) collaborent entre secteurs et organismes, partageant les responsabilités afin de
former un environnement protecteur et responsabilisant pour tous les enfants. Dans un
système intégré de protection de l’enfance, les composants et les services sont
pluridisciplinaires, intersectoriels et inter-organismes, et collaborent de manière cohérente ».
Un tel système met l’enfant au centre, et met en place les lois et les politiques, la
gouvernance, les ressources, le suivi et la collecte de données, ainsi que les services de
prévention, de protection, de réponse et de gestion des prises en charge.
Les 10 principes en discussion au Forum sont fondés sur une approche selon les droits de
l’enfant et reconnaissent pleinement les enfants comme détenteurs de droits en tenant
compte des principes transversaux tels l’intérêt supérieur de l’enfant. Plus spécifiquement,
les systèmes de protection de l’enfance doivent comprendre des mesures de prévention
telles que des dispositifs permettant aux enfants de revendiquer leurs droits, des liens avec
les autres domaines politiques, une collecte solide des données (principe 3) ; les systèmes de
protection de l’enfance doivent assurer une prise en charge appropriée : les professionnels
et les praticiens travaillant pour et avec les enfants doivent être formés et conseillés en
matière de droits de l’enfant et au sujet de la législation et des procédures, pour bien
s’engager et être compétents. Afin de faciliter leurs rôles et leurs réponses à la violence
envers les enfants, les protocoles et processus existants doivent être inter- ou
pluridisciplinaires ; les normes, les indicateurs et les outils et les systèmes de suivi et
d’évaluation doivent être en place, « sous les auspices d’un cadre national de coordination ».
Des politiques de protection de l’enfance et des dispositifs de signalement doivent être
présents dans les organismes travaillant directement pour et avec les enfants (principe 6).
Une formation sur l’identification des dangers pour les enfants dans des situations
potentielles de vulnérabilité est aussi dispensée aux enseignants de tous les niveaux du
système de l’éducation, aux travailleurs sociaux, médecins, infirmiers/ères et autres
professionnels de la santé, aux psychologues, avocats, juges, officiers de police, contrôleurs
judiciaires, gardiens de prison, journalistes, animateurs/trices socioculturel(le)s, soignants
résidentiels, fonctionnaires, responsables pour les demandeurs d’asile et leaders
traditionnels et religieux. Les règles pour le signalement des cas de violence à l’encontre des
enfants sont clairement définies et les professionnels, qui en sont chargés, en sont tenus
responsables (principe 9). Des dispositifs de signalement sécurisés, bien connus,
confidentiels et accessibles sont mis en place : des mécanismes sont à disposition des
enfants, de leurs représentants et autres pour le signalement de la violence envers les
enfants, dont l’usage des lignes téléphoniques d’assistance 24/7 et les numéros d’urgence
(principe 10).
ChildONEurope
Dans les Guidelines on Data collection and Monitoring Systems on Child Abusexv (Lignes
directrices pour les systèmes de collecte de données et de suivi en matière de maltraitance
d’enfants), publiées par ChildONEurope (2009), l’obligation de collecter les données, comme
faisant partie de l’engagement international de mettre en œuvre les droits des enfants, est
présentée en détail. Il y est mentionné que « la disponibilité de données sur l’enfance, fiables
et qu’il est possible de partager et de comparer, est un problème crucial et urgent
constamment souligné au niveau européen et au niveau international ». Il est en outre relevé
que « l’absence de données coordonnées et appropriées sur la maltraitance d’enfants est
17
souvent le symptôme d’une faiblesse plus générale de la collecte de données sur les enfants,
ainsi que du suivi des programmes et des politiques qui les concernent ». La nécessité de
développer des systèmes de collecte de données sur la maltraitance et la négligence envers
les enfants se retrouve constamment dans les recommandations et les exigences du Comité
des droits de l’enfant de l’ONU reprises dans les rapports et conclusions pour presque tous
les pays. En outre, des obligations institutionnelles résultent aussi de la signature et la
ratification d’autres instruments juridiques internationaux, tels que la Convention
européenne sur l’exercice des droits des enfants, 1996 (art. 12) ; le Protocole facultatif à la
Convention relative aux droits de l'enfant, concernant la vente d'enfants, la prostitution des
enfants et la pornographie mettant en scène des enfants, 2001 (art. 12) ; la Convention du
Conseil de l’Europe sur la cybercriminalité, 2001 (art. 31) ; la Convention du Conseil de
l'Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains, 2005 (art. 36-38) ; la Convention du
Conseil de l’Europe sur la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels,
2007 (art. 10).
Les lignes directrices mentionnent également que plusieurs accords et études internationaux
sans force obligatoire recommandent, comme bonne pratique, de mettre en place des
systèmes de collecte de données sur la maltraitance d’enfants. De tels documents
constituent des références importantes pour les gouvernements et ont influencé les
stratégies nationales et internationales. Etant donné que la violence et la négligence envers
les enfants révèlent, à l’analyse plus globale, les conditions sociales des enfants, les données
en la matière peuvent être considérées comme des composantes d’un système plus général
d’informations sur le bien-être des enfants. Enfin, il est souligné qu’ « il est de plus en plus
clair que le manque de données appropriées sur le bien-être des enfants et sur la qualité et les
conditions de vie du milieu dans lequel ils grandissent, empêchent d’élaborer et de mettre en
œuvre des politiques efficaces et de décider efficacement de l’allocation des ressources ».
Cadre politique en France
La France est signataire de la Convention internationale des droits de l’enfant. Les
recommandations qui se fondent sur ce texte sont donc bien évidemment applicables à la
situation française. Outre les textes normatifs internationaux et européens, et les
recommandations des instances internationales mentionnées ci-dessus, des
recommandations ont par ailleurs été faites à l’échelon national, avec notamment un travail
important de la Haute autorité de santé sur ce sujet en 2014.
La France s’est par ailleurs dotée de plusieurs mécanismes pour observer les phénomènes
d’enfance en danger et de maltraitance, parmi lesquels figure l’Observatoire national de
l’enfance en danger par le biais de son dispositif de remontée des données.
S’agissant des actions de défense des droits de l’enfant et de leur application concrète, c’est
le Défenseur des droits, par l’intermédiaire de la Défenseure des enfants, qui en est
particulièrement chargé : les recommandations faites à l’occasion d’affaires individuelles de
maltraitance pointent également toutes vers un besoin de connaissance et de meilleure
communication entre les différents acteurs œuvrant à la protection des enfants.
Cadre existant
Comme le montrent les différents systèmes et différentes exigences relatifs à la diversité des
situations professionnelles, même s’il existe une évidente obligation de signaler des
situations de VNE, la manière dont ces informations sont transmises ne va pas de soi. Les
travailleurs sociaux, y compris les travailleurs médico-sociaux, signalent les situations à leur
hiérarchie qui décide alors ce qu’il convient de faire. D’autres codes ne précisent pas auprès
de qui le rapport doit être fait, utilisant le terme générique d’« autorités ».
18
Dans des situations d’extrême et d’évident danger, qui exigent une action immédiate, la
démarche d’alerter le système judiciaire est relativement simple. Mais lorsqu’un
professionnel nourrit des suspicions plutôt que des certitudes ou lorsqu’il existe un danger
mais pas assez pour justifier une action judiciaire, le système judiciaire peut ne pas être
d’une grande utilité : dans ces cas, signaler la situation au système de protection de
l’enfance, pour évaluation, est plus adéquat.
Savoir à qui signaler les situations était autant plus complexe jusqu’en 2007, puisque certains
départements avaient créé des comités interservices spéciaux pour évaluer les situations
tandis que d’autres pas. Étant donné que les services de protection de l’enfance sont
organisés au niveau du département, même si c’est en conformité avec la loi décidée au
niveau national, il y avait et il y a encore des variations considérables dans l’organisation des
services d’un département à l’autre. Jusqu’à la loi du 5 mars 2007 sur la réforme de la
protection des enfants, aucune disposition légale n’existait en vue d’organiser la manière
dont les départements traitaient les rapports.
Afin de porter remède au relatif débordement des services judiciaires dû à cette situation
assez confuse, la loi du 5 mars 2007 modifia le vocabulaire, faisant la distinction entre
signalement - le rapport formel aux services judiciaires, et informations préoccupantes – tous
types d’informations qui justifient une quelconque forme d’évaluation d’une situation par les
services sociaux, même si la personne qui rapporte l’information n’est pas certaine qu’il s’agit
de VNE. Chaque département a mis sur pied sa propre unité d’enregistrement et
d’évaluation, habituellement appelée
CRIP (Cellule de recueil des informations
préoccupantes), ainsi qu’un protocole avec le système judiciaire. Le diagramme suivant
illustre le circuit suivi par les informations préoccupantes :
Bien que le signalement direct vers le système judiciaire existe toujours pour les situations
d’urgence et de danger avéré, le cours normal de l’action est de transmettre les informations
à la CRIP comme «préoccupantes». Ensuite, la CRIP procède à l’évaluation et décide si le cas
doit être renvoyé au système judiciaire, doit faire l’objet d’une intervention ou d’une
investigation plus approfondie par les services sociaux ; ou alors qu’il ne justifie aucune
forme d’action. Si un rapport est soumis directement au système judicaire mais ne requiert
aucune intervention, il est transmis à la CRIP.
Cette réforme a également simplifié la collecte de données au niveau national.
19
La loi du 2 janvier 2004 relative à l’accueil et la protection de l’enfance a créé l’ONED, faisant
partie du GIPED, dans le but de « mieux connaître le champ de l’enfance en danger pour
mieux prévenir et mieux traiter ». Une des missions reprises dans la loi était de collecter les
données relatives à la protection de l’enfance afin d’estimer le nombre d’enfants concernés.
Grâce à la loi du 5 mars 2007, l’institution d’unités CRIP dans chaque département crée de
facto des points d’entrée pour les services de protection de l’enfance. Un autre décret du 28
février 2011 organise le système d’observation de l’ONED autour de l’étude des informations
préoccupantes. La création, autour de l’ONED, d’un réseau d’observatoires départementaux
de la protection de l’enfance (ODPE) par la loi de 2007 démontre aussi la volonté du
législateur de collecter ces données.
Malgré les inévitables difficultés de mise en place du système décrites précédemment, il
existe un cadre solide pour la collecte de données sur les enfants en danger, et parmi elles
sur la violence et la négligence. La sûreté de ce système réside dans le fait qu’il suit les
protocoles de signalement et d’évaluation définis par la loi.
Cadre nécessaire
Le dispositif de remontée de données de l’ONED devrait, à terme, permettre de disposer
d’informations essentielles concernant la maltraitance à enfants, et notamment celles inclues
dans l’outil CAN-MDS.
L’outil CAN-MDS n’est donc pas spécifiquement pensé pour les services départementaux qui
mettent en place le dispositif ONED.
Il est en revanche parfaitement adapté aux besoin de structures reposant sur un travail interdisciplinaire ou/et organisées sur plusieurs lieux, qui peuvent trouver dans une application de
cet outil aussi bien un moyen de pouvoir faire remonter les informations concernant les
situations auxquelles ils sont confrontés qu’un outil permettant la structuration des
information en interne pour le suivi des situations.
20
Système de surveillance CAN-MDS
Brève description & caractéristiques
Boîte à outils CAN-MDS
La boîte à outils6 CAN-MDS s’adresse à tous les utilisateurs potentiels de l’UE28 et des autres pays :
organismes et services actifs dans les domaines du bien-être, de la santé et de la santé mentale, de la
justice, des forces de l’ordre et de l’éducation concernés par la gestion des cas de maltraitance des
enfants, ainsi que les professionnels travaillant dans le domaine de la prévention secondaire et
tertiaire de la VNE, les chercheurs et épidémiologistes du secteur social et de la santé. Toutefois, le
groupe cible principal de la boîte à outils sont les opérateurs d’un système potentiel CAN-MDS.
Structure de la boîte à outils CANMDS
Protocole de collecte de
La boîte à outils comprend trois
données
éléments principaux: a. la première
• qui-quand-comment
version de l’Ensemble Minimum de
Données composé actuellement de
MDS
Guide des opérateurs
• Forme imprimée
18
variables
résultant
d’un
•e-application
processus
très
approfondi
d’évaluation qualitative et de
faisabilité, auquel des acteurs
Eléments du
toolkit
internationaux ont participé ; une
version électronique et une version
imprimée de l’outil CAN-MDS sont
disponibles [principalement à des
fins de formation] ; b. le protocole de collecte de données (annexé au Manuel des opérateurs CANMDS) élaboré sur base du CAN-MDS et qui propose une procédure étape par étape pour l’utilisation
du CAN-MDS ; ce protocole peut être utilisé par tout professionnel déjà formé pour devenir
opérateur ; c. le Guide des opérateurs qui reprend toute information contextuelle utile pour les
professionnels qui répondent aux critères d’éligibilité et aux conditions préalables pour pouvoir
utiliser le système (tel qu’avoir suivi avec succès une session de formation rapide). En dehors de
l’information relative à la nécessité de la surveillance de la maltraitance des enfants dans le pays, une
session spéciale sur les questions d’éthique, de protection de la vie privée et de confidentialité liées à
la collecte des données sur la violence et la négligence envers les enfants est aussi reprise dans le
Guide. La partie essentielle du document est consacrée à la présentation détaillée des variables
incluses dans le CAN-MDS, avec les spécifications techniques et les définitions des éléments de
données.
Au cours de l’élaboration de la boîte à outils CAN-MDS, lorsque c’était possible, on a utilisé des
normes et des classifications internationales telles que les normes ISO pour élaborer les ID des
organismes (avec indication des pays et des régions) et l’ILO-ISCO-08 (pour développer les ID des
opérateurs). Pour d’autres cas, on suivit la logique des normes internationales (telle que la
méthodologie de la pseudonymisation pour assurer la protection des données personnelles sensibles,
6
Note du traducteur : pour des raisons de facilité de lecture, ce terme signifiant boîte à outils a été maintenu
en anglais dans le texte français. Il a été mis arbitrairement au masculin.
21
l’enregistrement des dates et des données secondaires comme les coordonnées de contact). En ce
qui concerne la conception et la description générales du CAN-MDS, on suivit la logique des bureaux
d’enregistrement des métadonnées, comme décrite dans l’ISO/IEC 1179. Comme déjà mentionné,
l’opérationnalisation des définitions de cas fut fondée sur l’article 19 de la Convention de l’ONU
relative aux droits de l’enfant et sur l’Observation générale UN/CRC/GC/C/13 (2011), tandis que les
valeurs acceptables étaient coordonnées – là où possible – avec les systèmes de classification
internationale tels que ICD-9, ICD-10 ainsi que le DSM-5 (2013). Pour les éléments de données, pour
lesquels aucune classification pertinente ne fut identifiée, la codification fut établie sur base de
codes élaborés et convenus dans le cadre du CAN-MDS (comme par exemple pour les organismes et
les secteurs éligibles pour participer dans le CAN-MDS comme sources de données et pour l’octroi
des différents niveaux d’accès aux opérateurs). Les méthodologies suivies dans de tels cas sont
clairement définies afin que toute partie intéressée puisse les utiliser dans le but d’adapter le CANMDS à d’autres environnements ou pour actualiser les informations.
Enfin et surtout, il faut noter que parmi les documents accompagnant la boîte à outils CAN-MDS, il y
a un guide détaillé pour son adaptation nationale dont une série de documents de travail reprenant
les informations nécessaires pour l’adaptation (telles que les dispositions nationales sur la
fréquentation scolaire, sur les vaccinations et sur le rôle de l’ombudsman des enfants).
22
PROCEDURES
A– Structure et gouvernance
Les trois composantes de la structure du CAN-MDS
1. L’autorité administrative nationale
2. Les services-sources de données / les professionnels-opérateurs
3. Le bureau d’enregistrement central
Gouvernance et rôles
1. L’autorité administrative nationale
Le rôle de coordination d’un système national CAN-MDS peut être rempli par une autorité
active dans le domaine des droits des enfants, qui satisfait aux critères suivants : 1. statut
légal : il faut qu’elle soit une institution gouvernementale reconnue officiellement, un institut
de statistiques, un organisme de recherche ou une autorité indépendante ; 2. être
légalement autorisée à conserver et à gérer des données personnels sensibles ; 3. posséder
les ressources humaines et financières ainsi qu’une infrastructure physique suffisantes (ceci
ne signifie cependant pas que des ressources excessives soient demandées ; si une autorité
existante devient administrateur CAN-MDS et alloue une partie de ses ressources disponibles
à la coordination du système, les coûts opérationnels seraient considérablement inférieurs à
ceux d’un service nouvellement créé*) ; 4. enfin et surtout, être en mesure de s’engager à
l’avance à respecter les objectifs et le fonctionnement du système, les règles éthiques de
collecte de données, la conservation et la gestion des données personnelles sensibles
conformément à la législation actuelle et d’assurer la diffusion des informations en temps
opportun.
*Une analyse financière et budgétaire fondée sur les spécificités des pays permettrait de
calculer avec précision les coûts d’installation et opérationnels, les coûts des matières et des
compétences nécessaires ainsi que ceux des ressources humaines requises.
2. Les services-sources de données / les professionnels-opérateurs
Le système de surveillance CAN-MDS vise à collecter des données fiables sur la maltraitance
et la négligence des enfants, couvrant la plus grande partie possible de la population-cible
(enfants jusqu’à 18 ans). C’est pourquoi, le système est orienté vers une base élargie de
sources d’informations possibles,* qui devraient systématiquement fournir au système les
données complètes permettant de décrire parfaitement un nombre limité d’éléments de
données accessibles à toutes les sources (ensemble minimum de données).
Davantage d’informations sur les critères d’éligibilité pour identifier les secteurs et les
groupes professionnels – sources de données sont disponibles dans le rapport « Elaboration
de critères d’éligibilité pour la création des groupes principaux et élargis d’opérateurs CANMDS » et « Les membres éligibles des groupes principaux et élargis d’opérateurs nationaux
CAN-MDS. »
*les secteurs relevant de différentes compétences (santé, santé mentale, protection sociale,
éducation, justice, forces de l’ordre), les services ayant différentes responsabilités
(appartenant à un des secteurs éligibles) et les groupes professionnels de différentes
spécialités (concernés à tout stade de la gestion des cas de maltraitance et de négligence
d’enfants).
3. Le bureau d’enregistrement central
Le bureau d’enregistrement de CAN-MDS est un outil informatique protégé par un mot de
passe qui fut élaboré sur base de l’ensemble minimum de données. Il comprend 18 éléments
23
de données classifiés sous cinq axes : enfant, incident, famille, services et enregistrement.
Chaque opérateur-source de données est demandé de collecter des données sur des cas de
VNE qui seront entrées dans le registre de CAN-MDS et des données qui seront
communiquées à l’autorité administrative (et qui ne seront jamais entrées dans le système
de registre). Les données saisies dans le registre peuvent être de nature primaire (données
brutes sur l’incident, comme la date de l’enregistrement) ou secondaire (données résultant
de calculs fondés sur les données brutes, telles l’âge de l’enfant au moment de
l’enregistrement calculé sur base de la date de naissance ou des systèmes existants de
classification internationale comme la classification internationale des professions ILO-ISCO8). Les données réservées à l’administrateur seul sont surtout des données additionnelles
servant exclusivement à identifier l’enfant et à gérer les cas de maltraitance et de négligence
envers les enfants. Elles ne sont pas liées à des objectifs de surveillance en matière de santé
publique. Dans cette catégorie, sont repris les données personnelles sensibles ou d’autres
identifiants tels que les coordonnées de contact.
Plus d’informations sont disponibles dans le Manuel de l’opérateur CAN-MDS et dans le
Protocole CAN-MDS pour la collecte de données.
Fonctions principales du CAN-MDS
Détection des cas sur base des définitions de cas
- identification par le professionnel-opérateur
- par hasard ou via des questions suivant une suspicion de maltraitance ou d’un
contrôle de routine
-auto-signalement par l’enfant victime (présumée)
-signalement par un tiers
Enregistrement de cas via l’application e-CAN-MDS
Les opérateurs reçoivent une formation rapide sur la manière de procéder pour enregistrer
les cas et, en outre, reçoivent le Protocole CAN-MDS pour la collecte de données (3ème partie
de la boîte à outils).
La saisie de nouvelles données dans le CAN-MDS
La « saisie de nouvelles données » par l’opérateur signifie que celui-ci entame une entrée de
nouvelles données sur un INCIDENT DE MALTRAITANCE D’ENFANT, indépendamment de la
preuve de l’incident et du fait que l’incident spécifique concerne un enfant connu (déjà
existant dans le CAN-MDS) ou un enfant qui est enregistré pour la première fois dans le
système.
Saisie continue de donnéesxvi
La « saisie continue de données » signifie que l’opérateur entre de nouvelles données au
moment où un incident de maltraitance d’enfant est porté à son attention (identifié par
l’opérateur lui/elle-même, signalé par l’enfant victime (présumée) ou par une autre source
d’information).
Confirmation du cas
La « confirmation du cas » ou, en d’autres termes, la preuve avérée de maltraitance n’est pas
une condition préalable à « la saisie de nouvelles données » dans le CAN-MDS. Parmi les
sources de données, SEULS les opérateurs de niveau 1 (services liés à la justice ou à la
protection de l’enfance) ont l’autorisation de procéder à une confirmation de cas ; toutefois,
étant donné l’enregistrement précoce et donc l’absence de données pertinentes, aucun
élément de données relatif à l’état de la confirmation de cas n’est repris dans le CAN-MDS.
24
Feedback
-au niveau de la population (surveillance en matière de santé publique)
- permettant des comparaisons dans et entre pays
- visant les décideurs politiques et les parties prenantes concernées
- leur fournissant des informations constamment tenues à jour comme base
pour
- l’évaluation des pratiques et des politiques existantes et
l’orientation de la
planification de la prévention et des
interventions
-au niveau des cas (suivi des cas individuels)
-facilitant l’enquête sur les cas et la poursuite de leur gestion
-en fonction de critères spécifiques relatifs au niveau d’accès des opérateurs.
Analyse, interprétation et signalement des données
« Analyse, interprétation et signalement des données CAN-MDS » désigne les analyses
périodiques des données agrégées extraites par le CAN-MDS, leur signalement et diffusion à
de multiples niveaux. Les données collectées via un système de surveillance CAN-MDS
peuvent être utilisées pour mesurer périodiquement l’incidence de la VNE et de ses formes
spécifiques, sur base des données provenant des réponses des services aux cas de VNE en
général, par secteur et par type de maltraitance et de négligence. En outre, ces données
peuvent servir à suivre les tendances en matière de maltraitance d’enfants aux niveaux
national et local et à fournir des indications pour en identifier les tendances nouvelles ou
naissantes et pour les populations à risque élevé. Enfin et surtout, ces données peuvent être
utilisées comme références pour l’évaluation des besoins des services (évaluation des
besoins relatifs à la gestion des cas de VNE), de l’efficacité des mesures de prévention et de
l’identification des bonnes pratiques et de l’efficacité des politiques, de la programmation
des futures politiques et de la législation mises en œuvre, ainsi que pour déterminer les
priorités dans l’allocation des ressources nécessaires à la prévention de la VNE. Des rapports
CAN-MDS sont publiés régulièrement (p. ex. tous les 3 mois) et adressés aux
-organismes participant au CAN-MDS (niveau primaire)
-services centraux des secteurs concernés (niveau secondaire) et
-ministères/centres de prises de décisions politiques compétents pour ces secteurs (niveau
tertiaire).
B – Boîte à outils et application
La boîte à outils CAN-MDS
Afin d’assurer la protection des données personnelles sensibles dans le cadre du système de
surveillance CAN-MDS, les dispositions suivantes furent prises : a. utilisation de la technique de la
pseudonymisation (suivant la logique d’ISO/TS 25237 :2008) : aucun identifiant personnel n’est
enregistré dans le registre électronique ; un pseudonyme est plutôt utilisé. Les données
additionnelles reliant le pseudonyme au sujet de l’information (c.-à-d. l’enfant, un adulte
responsable) ne sont accessibles qu’à la SEULE autorité administrative du système (IOM, 2009) ; b.
critères d’éligibilité des opérateurs : seuls les professionnels soumis à un code éthique ou de
déontologie ou équivalent peuvent participer en tant qu’opérateurs du CAN-MDS ; c. accès protégé
par un mot de passe : chaque opérateur éligible reçoit un nom unique d’utilisateur avec un mot de
passe qui contiennent les informations sur son identité (données secondaires relatives à l’organisme
où il/elle travaille, la région géographique de l’organisme, la spécialité du professionnel et son ID
dans l’organisme) ; et d. accès gradué : différents niveaux d’accès aux informations disponibles sont
attribués aux opérateurs en fonction de leurs responsabilités dans le processus de gestion des cas de
maltraitance et de négligence envers les enfants (4 niveaux).
25
Éléments de données et axes CAN-MDS
La démarche CAN-MDS vise, entre autres, à encourager:
-
la description standardisée des données
la compréhension commune, l’harmonisation et la
standardisation des données au sein de et entre
organisations actives dans le même ou dans
différents secteur(s)
Les données reprises dans le registre CAN-MDS
proviennent de 18 éléments de données classifiés (selon la
logique de ISO/IEC 11179) sous 5 grands axes (concepts
d’éléments de données) :
ENREGISTREMENT,
INCIDENT,
ENFANT,
FAMILLE,
SERVICES.
Evaluation des aspects qualitatifs de DE CAN-MDS*
Pertinence :
8,98/10
Utilité :
8,76/10
Compréhensibilité :
9,33/10
Accessibilité :
8,32/10
Evaluation des aspects de faisabilité de DE CAN-MDS**
Disponibilité :
8,14/10
Fiabilité :
7,92/10
Validité :
7,84/10
Opportunité :
8,56/10
Confidentialité :
8,90/10
Coût :
8,92/10
Eléments de données relatifs à “INCIDENT”
DE_I1: ID de l’incident
DE_I2: Date de l’incident
DE_I3: Forme(s) de maltraitance
DE_I4: Lieu de l’incident
Eléments de données relatifs à ”ENFANT”
DE_C1: ID de l’enfant
DE_C2: Sexe de l’enfant
DE_C3: Date de naissance de l’enfant
DE_C4: Citoyenneté de l’enfant
Eléments relatifs à ”FAMILLE”
DE_F1: Composition de la famille
DE_F2: Relation du/des adulte(s) de référence
avec l’enfant
DE_F3: Sexe du/des adulte(s) de référence
DE_F4: Date de naissance du/des adulte(s) de
référence
Eléments relatifs aux ”SERVICES”
DE_S1 : Réponse institutionnelle
DE_S2 : Renvoi(s) vers les services
Eléments relatifs à “ENREGISTREMENT”
DE_R1: ID de l’organisme
DE_R2: ID de l’opérateur
DE_R3: Date de l’enregistrement
DE_R4: Source de l’information
*L’évaluation des aspects qualitatifs du CAN-MDS fut
conduite par les membres du Consortium représentant
sept pays (BG, DE, FR, GR, IT, RO, CH). SEULS les éléments
de données considérés comme « éthiques » furent inclus
dans l’évaluation.
**L’évaluation des aspects de faisabilité du CAN-MDS fut
conduite par un groupe international d’experts dans le
domaine de la collecte de données sur la maltraitance et la
négligence envers les enfants ; les membres de ce groupe
international provenaient de 4 continents (Europe, Asie,
Océanie, Amérique) et de 11 pays (Etats-Unis, Canada,
Australie, Arabie saoudite, Turquie, Israël, Grèce, Italie,
Belgique, Royaume-Uni, Irlande) et de la Direction
générale Justice, Unité C.1 : Droits fondamentaux et droits
de l’enfant.
Notes : Les deux composants d’évaluation ci-dessus
présentent des scores qui sont des moyennes de tous les
éléments de données du CAN-MDS. Il faut noter qu’après
chacune de ces évaluations, de nouvelles modifications du
CAN-MDS furent effectuées afin d’améliorer le MDS en
fonction des résultats de l’évaluation.
26
Application
27
C – Sources des données et ressources humaines
Approche intersectorielle
Le CAN-MDS apprécie la vie et les droits de chaque enfant et afin de lui assurer une protection contre
les expériences négatives vise, comme première étape, la surveillance de son bien-être sur base des
réponses des services face aux cas de maltraitance et de négligence envers les enfants. Ceci facilite la
collaboration intersectorielle entre tous les domaines concernés et les organisations et organismes
respectifs où les enfants bénéficient de services, c.-à-d. l’éducation, la santé et la santé mentale, la
protection sociale, à la fois du secteur privé et du secteur public, ainsi que la justice et l’ordre public.
Qui peut devenir opérateur CAN-MDS ?
Tout professionnel appartenant à un des groupes suivants, ayant une autorisation professionnelle
valide ou légalement certifiée et soumis à un code déontologique professionnel ou à des conditions
similaires, en fonction de la profession.
Professions du secteur social :
Professions du secteur judiciaire :
Professions du secteur de la santé :
Professions du secteur de la santé mentale :
Professions des forces de l’ordre :
Professions du secteur de l’éducation :
Autres professionnels :
Travailleurs sociaux, infirmiers (-ières) visiteurs (euses), soignants en institution, autre personnel (p.
ex. travaillant dans des organismes luttant contre les
trafics, directions du secteur du handicap,
l’ombudsman des enfants etc.)
Juges (tribunaux de la famille, de la jeunesse),
contrôleurs judiciaires, procureurs de la République,
professionnels de médecine légale, avocats et autres
professionnels du domaine judiciaire)
Médecins (généralistes et spécialistes tels que
gynécologues, pédiatres, orthopédistes, radiologues),
sages-femmes, infirmiers (-ières), dentistes
Pédopsychiatres,
psychiatres,
psychologues,
conseillers agréés (conseillers de la jeunesse,
familiaux etc.)
Officiers de police (en général et enquêteurs de police
spécialisés p. ex. en médecine légale pour les crimes
envers les mineurs etc.)
Enseignants/éducateurs (préscolaires, maternelles,
primaires et secondaires, enfants ayant des
problèmes de scolarité), chefs d’établissement
Chercheurs, gestionnaires de données, autre
personnel scolaire (p. ex. surveillants), autres
fonctionnaires (p. ex. employés de ministères), autre
personnel d’ONG (p. ex. bénévoles, prêtres,
religieuses).
Quatre niveaux d’accès différents sont prévus pour un CAN-MDS. L’octroi d’un niveau d’accès à un
opérateur est fonction de ses responsabilités professionnelles en relation avec les incidents de VNE
(si tel est le cas), c.-à-d. si son rôle se concentre exclusivement au signalement de tels incidents (sans
autre implication dans la gestion des cas) ou comprend des responsabilités relatives à cette gestion
(telles que l’évaluation, la prise en charge, le soutien) ou des responsabilités relatives à la prise de
28
décision et ses implications légales.
Rôles des acteurs tels que définis par le niveau d’accès attribué au CAN-MDS
Responsabilités
Niveau d’accès
Gestionnaire du système
Accès total
Prise de décision en matière d’action légale telle que
-retirer l’enfant de sa famille
-retirer les droits parentaux
Accès visuel total (niveau 1)
-décider s’il existe des preuves suffisantes pour
poursuivre les auteurs (présumés)
Implication dans la gestion des cas signalés/détectés & suivi
-conduite d’évaluations initiales pour les cas suspects de VNE
-prestation de services pour les victimes de VNE
(diagnostic/traitement/consultation/prise en charge)
Accès limité (niveau 2)
-prestation de services aux familles des victimes de VNE (soutien)
-suivi des cas de VNE
Pas d’implication véritable dans la gestion des cas signalés/détectés
c.-à-d.
- notification (optionnelle) aux autorités de cas (suspects) de VNE
- signalement obligatoire de cas (suspects) de VNE
- observation de la population infantile générale en vue de VNE
Accès limité (niveau 3)
- prise de mesures urgentes de protection aux victimes de VNE
- offre de conseils juridiques/ consultation/défense en matière de cas de VNE
29
Opérations
Parties
prenantes
-
Opérateurs L1
Opérateurs L2
Opérateurs L2
Opérateurs L3
Opérateurs L3
Opérateurs L3
Chercheurs LR
Administrateur
Soumission de
données
CAN-MDS Gestion
du bureau
d’enregistremnt
Administrateur
Accès visuel
limité aux
données des cas
Administrateur
Accès visuel total
des données des
cas
Administrateur
Edition des
données
agrégées
Créer bd des org.
Organiser formations
Créer bd Opérateurs
Attr.noms util./mots de
passe
Tâches spécifiques et responsabilités
Actual. information
organ./opérateurs
‘ifnormation
Analyse périod. des
données CAN-MDS
Identifier/recevoir
information de
l’incident VNE
Acqu. pseudonyme
Attrib. pseudonyme
Interpr.données
CAN-MDS
Soumettre nouv.
entrée de données sur
l’incident
Offrir assistance
(si nécessaire)
Prod.rapports donn.
CAN-MDS
Envoyer notifications
aux autres organismes
Non impliqué dans
évaluation des cas
Non impliqué dans
gestion des cas
Conserv.des données
Assurer protection bdmaintenir bd des
pseudonymees des cas,
opérateurs, organis.
Contr. de qualité bd
Impliqué dans
évaluation de cas
Impliqué dans
évaluation de cas
Impliqué dans
gestion de cas
Impliqué dans
gestion de cas
Dissémination des
rapports sur
données CAN-MDS
aux niveaux
primaire,
secondaire et
tertiaire
Prendre décisions
pour act. légales
Suivi des cas
spécifiques
Suivi de tout cas
Examiner toutes
données disp.sur
cas spécifiques
Examiner toutes
données disp.sur
tout cas
Actual./réviser MDS
Actual./réviser la boîte à
outils
Figure: CAN-MDS - Parties prenantes, opérations, tâches et responsabilitésxvii
30
D –Développement des compétences
Tout professionnel travaillant avec des enfants peut veiller à leur bien-être et à la défense de leur
droit d’être protégés contre toute forme de maltraitance. Tenant ceci à l’esprit, le CAN-MDS vise à
renforcer la coopération entre secteurs en mettant en place une méthodologie de surveillance dans
le domaine de la santé publique pouvant être adoptée par tous et adaptée selon les spécificités des
pays et qui assure le suivi de la maltraitance d’enfants grâce à des données valables et comparables.
Dans ce cadre, il est nécessaire de développer les compétences des professionnels des services
concernés afin qu’ils puissent apprécier les principales valeurs relatives aux intérêts des enfants, la
nécessité d’une surveillance de la maltraitance d’enfants dans le domaine de la santé publique, la
logique et les aspects opérationnels du CAN-MDS et leur rôle dans une telle surveillance, tout en les
encourageant et les soutenant afin d’assurer une continuité entre théorie et pratique.
Le Groupe principal CAN-MDS est une équipe de vingt professionnels qui représentent toutes les
spécialités professionnelles pouvant être concernées par la gestion d’un cas de violence et de
négligence d’enfant. Ils sont formés pour former d’autres professionnels à devenir de futurs
opérateurs de CAN-MDS (c.-à-d. des groupes élargis d’opérateurs CAN-MDS).
Les Groupes élargis CAN-MDS comprennent tous les professionnels-futurs opérateurs d’un système
CAN-MDS. La combinaison de compétences, d’expériences professionnelles, de responsabilités et
d’expérience de travail de chaque groupe professionnel, ainsi que leur engagement commun envers
les objectifs du CAN-MDS doivent mener à identifier le plus de cas possibles de violence et de
négligence envers les enfants, surmontant ainsi la difficulté de la sous-estimation du problème.
La formation des professionnels avant de devenir opérateurs
Au niveau national, les activités de développement des compétences sont pilotées par l’autorité
administrative nationale en étroite collaboration avec le groupe principal des professionnels du CANMDS.
Le but des formations rapides (« ateliers ») prévues dans le cadre du CAN-MDS est de développer les
compétences des futurs opérateurs CAN-MDS nationaux.
Spécifiquement, la formation vise à informer les futurs opérateurs CAN-MDS du système, de ses
caractéristiques, de son fonctionnement et de ses objectifs et de ce qui est attendu d’eux à l’avenir.
Le but est d’assurer une compréhension commune de chaque élément individuel compris dans le système de
l’ensemble minimum de données, entre professionnels (ayant une expérience et des spécialités diverses,
travaillant dans des services et des secteurs différents, dans un même pays et entre pays).
Formateurs et apprenants pour un processus de formation en cascade
Séminaire du groupe principal CAN-MDS : sur base de critères d’éligibilité, un «Groupe principal
d’opérateurs CAN-MDS» national a été mis en place dans chaque pays et ses membres furent formés
comme Opérateurs et comme Formateurs par le coordinateur national du projet.
Ateliers des groupes CAN-MDS élargis : en utilisant les mêmes critères, des «Groupes élargis
d’opérateurs CAN-MDS» pourraient être mis sur pied en permanence et formés par des membres
déjà formés du Groupe principal.
Contenu des ateliers de formation
Section introductive
Définition du rôle des apprenants comme opérateurs CAN-MDS
Exploration du CAN-MDS : analyse variable par variable
S’assurer de la compréhension du CAN-MDS
31
Les principales questions éthiques relatives à la surveillance VNE.
Objectifs de l’apprentissage
Les professionnels-futurs opérateurs CAN-MDS éligibles acquièrent les connaissances
et compétences nécessaires pour suivre les procédures visant à contribuer à une surveillance de la
VNE via CAN-MDS. Spécifiquement, la formation vise à permettre aux apprenants de :
- identifier les incidents et les cas
- enregistrer les cas (suspects), ainsi que des informations spécifiques (relatives aux
conditions, à l’enfant & la famille)
- enregistrer les informations pour la réponse des services (réponse institutionnelle et renvois
effectués)
- communiquer avec la collectivité et lui offrir un feedback (niveau de santé public), ainsi
qu’aux professionnels-opérateurs (niveau des cas).
Matériel disponible
- La brochure Réponse coordonnée à la violence et à la négligence envers les enfants (VNE) via un
ensemble minimal de données (EMD) : La démarche CAN-MDS, réalisée en mars 2015 pour présenter
la démarche aux professionnels concernés peut servir d’introduction d’ensemble.
Elle
est
accessible
sur
le
site
de
l’ONED
à
l’adresse
http://www.oned.gouv.fr/ressources/presentation-demarche-can-mds
- Les présentations faites à l’occasion de la journée internationale organisée par l’ONED sur le thème
« Observer l’enfance en danger et la protection de l’enfance : apports et limites de différents
dispositifs », qui présentait notamment la démarche Can-MDS, sont également disponibles sur le site
de l’ONED, à l’adresse http://www.oned.gouv.fr/actualite/journee-detude-internationale-organiseepar-loned
- L’ONED a organisé le 9 avril 2015 une journée de formation à l’outil CAN-MDS et dispose de
matériel pour reproduire cette formation autant que de besoin. Ces outils sont disponibles sur
demande à l’adresse canmds@oned.gouv.fr
- Outre le présent manuel de politiques et de procédures, un manuel d’utilisation à l’usage des
opérateurs et opératrices CAN-MDS, plus focalisé sur les questions de définitions et de
d’enregistrement précis des situations, est disponible sur la présente clef usb, ou sur demande à
l’adresse canmds@oned.gouv.fr. il contient le protocole de saisie, qui est également disponible
comme document à part entière.
E – Gestion de l’information
Gestion, entretien et conservation des données
La gestion, l’entretien et la conservation des données de CAN-MDS sont de la responsabilité
principale de l’autorité administrative qui met en œuvre le traitement de données au moyen de
l’outil CAN-MDS. C’est au responsable de traitement que revient l’obligation de s’assurer que les
modalités de traitement et les données enregistrées sont conformes au cadre légal en vigueur.
L’outil CAN-MDS étant destiné à de multiples adaptations, certaines variables présentées peuvent
être considérées comme sensibles dans le cadre français, ce qui implique en cas de mise en
application exhaustive une demande d’autorisation préalable à la Commission nationale
32
informatique et Libertés (CNIL). Une présentation des règles en vigueur se trouve sur le site
www.cnil.fr.
Plus d’informations sur la législation en vigueur sont disponibles dans « Observation de la VNE en France :
rapport sur le profil du pays » (disponible en anglais sur le site www.can-via-mds.eu), chapitre 3. Cadre légal
(3.1. Législation, politiques et mandats relatifs au signalement et à l’enregistrement de cas de VNE dans
différents domaines professionnels et 3.2. Dispositions légales pour la gestion des données personnelles
sensibles (transfert, saisie, édition, conservation, back up, archivage correct des enregistrements du système et
élimination des données).
Cadre de sélection des variables retenues
Les indicateurs ciblés par le CAN-MDS doivent être pertinents du point de vue politique, de manière à
pouvoir fournir des conseils pour les décisions importantes en matière de prévention et de gestion
de la violence et de la négligence envers les enfants. Ils doivent être simples (principalement des
degrés d’incidence), sensibles et continus (capables de montrer les tendances du phénomène dans le
temps).
Incident de violence et de négligence envers les
Exposition à la violence et à la négligence envers les enfants par type/forme de violence/négligence, par
enfants
âge de l’enfant victime (présumée)/par période/par
région géographique (Axes : ENREGISTREMENT et
INCIDENT)
Caractéristiques des enfants victimes (présumées)/des
Exploration des déterminants du risque de violence familles des enfants/de l’adulte ou des adultes de
et de négligence envers les enfants
référence au moment où l’incident s’est produit
(Axes : ENREGISTREMENT et ENFANT et FAMILLE)
Réponse des services et des professionnels
Réponse des services à la violence et à la négligence (immédiate
et
à
long
terme)
pour
envers les enfants
l’enregistrement/l’enquête/l’évaluation/la gestion des
cas de violence et la négligence envers les enfants
(Axes : ENREGISTREMENT et SERVICES et INCIDENT)
E
Utilisations prévues des données collectées via un système de surveillance CAN-MDS
- pour mesurer périodiquement l’incidence de VNE et ses formes spécifiques sur base des données
provenant des réponses des services aux cas de VNE
- en général
- par secteur et service
- par forme spécifique de violence et de négligence, et selon les caractéristiques de l’enfant, de
l’adulte responsable et de la famille
- pour surveiller les tendances dans le domaine de la maltraitance des enfants
- aux niveaux national et local
- par forme spécifique de violence et de négligence, et selon les caractéristiques de l’enfant, de
l’adulte responsable et de la famille
- pour fournir des indications quant à l’identification de
- tendances nouvelles ou émergentes dans le domaine de la maltraitance des enfants
- populations à haut risque
- pour servir de référence pour l’évaluation
- des besoins des services (évaluation des besoins liés à la gestion des cas de VNE) afin d’établir
les
priorités pour l’allocation des ressources pour la prévention primaire, secondaire et tertiaire de
la VNE
- de l’efficacité des pratiques de prévention et d’intervention en matière de violence et de
négligence (et pour identifier les bonnes pratiques)
33
- de l’efficacité des pratiques et des mesures de prévention de la VNE (et identifier les bonnes
pratiques)
- de l’efficacité des politiques de prévention (pour préparer les politiques et législations futures).
Les données collectées via un système de surveillance CAN-MDS pourraient aussi être utilisées
- pour donner un aperçu des pratiques administratives appliquées aux cas de VNE
- pour détecter les changements dans les pratiques administratives des cas de VNE et les effets de
ces changements
- pour servir de canal de communication entre les secteurs impliqués dans la gestion des cas de VNE
- pour faciliter le suivi des cas
- pour servir d’instrument prêt à l’emploi au cours de l’enquête des nouveaux cas ou des cas
suspects par les autorités agréées
- pour offrir un feedback aux services pour les cas déjà connus.
Gestion de l’information
A deux niveaux: surveillance en matière de santé publique ET au niveau des cas (feedback aux
opérateurs selon le niveau d’accès approprié).
Données agrégées en matière de santé publique
L’objectif de l’analyse des données agrégées et de la diffusion des résultats obtenus concerne
principalement la prévention primaire (planification, mise en œuvre et évaluation de l’efficacité des
pratiques et des politiques). Les données épidémiologiques d’un système de surveillance CAN-MDS
seront dégagées et analysées et les rapports respectifs seront diffusés au
- niveau primaire ; les organismes participant au système auront l’opportunité de recevoir les
données concernant leur propre travail en matière de gestion des cas de VNE
- niveau secondaire ; les services centraux du niveau régional/local auront l’opportunité de
recevoir des rapports consolidés relatifs au travail en matière de gestion de cas de VNE
effectué par des organismes individuels appartenant à leur sphère de compétences
- niveau tertiaire ; les centres de décision politique (p.ex. ministères) pourraient avoir
l’opportunité de recevoir des rapports consolidés relatifs au travail en matière de gestion de
cas de VNE effectué par des organismes individuels appartenant à leur sphère de
compétences aux niveaux local et national, dès lors que ces organismes mettent en œuvre la
démarche CAN-MDS. Enfin, si suffisamment d’organismes mettent en place la démarche, les
décideurs pourront faire consolider des rapports globaux reprenant des données agrégées
issues de l’ensemble des services utilisant l’outil et acceptant de partager ces informations.
Toutes les données ci-dessus pourraient être fournies sous forme ventilée par type de VNE, sexe et
âge de l’enfant, sexe et âge de l’adulte/des adultes de référence, région géographique, période,
services fournis et renvois aux services.
Données ventilées par cas
En ce qui concerne les enfants qui sont déjà enregistrés dans le système à cause d’incidents
précédents, les informations existantes seront accessibles aux opérateurs autorisés (sur base de leur
niveau d’accès en fonction de leurs responsabilités). En outre, les informations des professionnels et
des services qui ont déjà travaillé sur le même cas seront aussi fournies. Cela devrait faciliter les
procédures d’enquête et d’évaluation et contribuer à l’amélioration de la gestion des cas individuels.
Ainsi, une plus grande efficacité de la prévention secondaire (re-victimisation) et tertiaire (remédier
aux conséquences de la VNE) pourrait être réalisée.
Renforcer l’engagement des opérateurs en faveur du système
34
Afin de renforcer l’engagement de chaque professionnel-opérateur dans le CAN-MDS, il faut que
soient clairement définis ce qu’il/elle doit apporter au système et, simultanément, ce qu’il/elle peut
en retirer grâce à sa participation.
Contribution de chaque opérateur/trice à la démarche CAN -MDS
- enregistrer de nouvelles situations de violence ou de négligence (enfants inconnus des services), que les faits
soient avérés ou allégués
- ajouter des informations relatives à de nouveaux incidents subis par des enfants déjà connus
- mettre à jour les données enregistrées pour des incidents déjà enregistrés pour affectant des enfants deéjà
connus (suivi)
Ce que la démarche CAN-MDS peut apporter à un/e opérateur/trice
- un outil intuitif pour signaler ou transmettre entre professionnels les informations relatives à des incidents de
VNE (particulièrement lorsque l’obligation de signalement s’applique)
- un outil intuitif pour noter les informations de base relatives aux situations de VNE portées à son attention
- un outil pour connaître le nombre et le profil démographiques des enfants déjà connus (via des rapports
autoproduits)
- un canal de communication avec les autres professionnels travaillant dans le même secteur ou dans d’autres
secteurs sur le même cas
- une information de base sur les incidents déjà identifiés concernant des enfants qu’il accompagne (selon son
niveau d’accès)
- un outil prêt à l’emploi pour
- informer d’autres organismes de la réponse apportée son propre organisme (les actions mises en place
par le service)
- transmettre des informations de base aux organismes compétents (renvois vers les services).
35
Annexes
Rapport descriptif par pays
____________________________________
Ressources
Boîte à outils CAN-MDS (CD/USB, y compris d’autres supports, rapports etc.) :
Ce manuel ainsi que le protocole et le manuel d’utilisation à destination des opérateurs et
opératrices de l’outil CAN-MDS, sont disponible sur clefs usb disponibles sur demande à
canmds@oned.gouv.fr.
Différents outils
Exposure to child abuse and neglect
36
Références
i
Disponible à : http://www.unicef.org.uk/Documents/Publication-pdfs/betterlifeleaflet2012_press.pdf
Disponible à : CRC/C/GC/13 (2011) §19-33 http://www2.ohchr.org/english/bodies/crc/docs/CRC.C.GC.13_en.pdf
iii
Adoptée et ouverte à la signature, ratification et adhésion par l’Assemblée générale dans sa résolution 44/25
du 20 novembre 1989, entrée en vigueur le 2 septembre 1990, conformément à l’article 49
ii
iv
Conseil de l’Europe (2009). Lignes directrices sur les stratégies nationales intégrées de protection des enfants contre la
violence. Une stratégie Intégrée contre la violence.
www.coe.int/t/dg3/children/News/Guidelines/Recommendation%20CM%20A4%20protection%20of%20children%20_EN
G_BD.pdf
v
Cappa, C. (2014). Global Statistics on Children’s Protection from Violence, Exploitation and Abuse. New York: Data and
Analytics Section Division of Data, Research and Policy UNICEF
www.unicef.org/protection/files/1412886011_Global_Statistics_on_CP_Brochure_HR_.pdf
vi
WHO (2014). Investing in children: the European child maltreatment prevention action plan 2015–2020, Written
Evidence. Copenhagen: WHO Regional Office of Europe
www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0009/253728/64wd13e_InvestChildMaltreat_140439.pdf?ua=1
vii
World Health Organization; Lucerne University; Children Research Centre (2015). Toolkit on mapping legal, health and
social services responses to child maltreatment. Geneva: WHO
http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/155237/1/9789241549073_eng.pdf?ua=1&ua=1
viii
Directive 2012/29/UE du Parlement européen et du Conseil du 25 octobre 2012 établissant des normes minimales
concernant les droits, le soutien et la protection des victimes de la criminalité et remplaçant la décision-cadre
2001/220/JAI du Conseil (14.11.2012 Journal officiel de l’Union européenne L 315/61)
ix
Summary list of key EU legislative instruments relevant to child protection (Feb 2015)
http://ec.europa.eu/justice/fundamental-rights/files/cps_annex_eu_legislation.pdf
x
xi
Règlement (CE) n° 862/2007 du Parlement européen et du Conseil du 11 juillet 2007 relatif aux statistiques
communautaires sur la migration et la protection internationale
Council Conclusions of 2 December 2011 on the review of the implementation of the Beijing Platform for Action
Council Conclusions of 5-6 June 2014 on preventing and combating all forms of violence against women and girls,
including female genital mutilation
xiii
8th European Forum on the rights of the child: Towards integrated child protection systems through the implementation
of the EU Agenda for the rights of the child (2013)
xiv
9th European Forum on the rights of the child : Coordination and cooperation in integrated child protection systems
(2015)
http://ec.europa.eu/justice/fundamental-rights/files/2015_forum_roc_background_en.pdf
xv
ChildONEurope (2009). Guidelines on Data Collection and Monitoring Systems on Child Abuse. ChildONEurope Series 1.
Florence: Istituto degli Innocenti
http://www.childoneurope.org/issues/publications/childabuse_guidelines.pdf
xvi
ISO 20252:2012 (2.18) “data entry process step where data collected are converted into computer-readable form”
xvii
Suivant les principes généraux d’ISO/IEC 11179-6:2005(E)
xii
37
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising