Document View

Document View
Travail de Master pour l’obtention du titre de Master of Science
Unité « Sciences du Mouvement et du Sport »
Département de médecine, Université de Fribourg
Etude comparative entre deux moyens de récupération
appliqués à un muscle courbaturé : l’électromyostimulation
et la récupération passive
« Mesure de l’effet à moyen terme d’un programme d’électromyostimulation sur le
processus de récupération consécutif à une charge intense et inhabituelle appliquée
au muscle gastrocnémien »
Travail réalisé par Baptiste Jaquet
Conseiller : Prof. Dr. Wolfgang Taube
Co-conseiller : Alain Rouvenaz
Septembre 2013
Sommaire
Résumé................................................................................................................................................. 4
1. Introduction ...................................................................................................................................... 5
1.1 Contexte de départ ........................................................................................................... 5
1.2 Problématique et questions de recherche ....................................................................... 6
2. Approche théorique......................................................................................................................... 7
2.1 Le muscle strié squelettique ............................................................................................. 7
2.1.1 Fonctions et propriétés...................................................................................................... 7
2.1.2 Du système nerveux central au muscle squelettique .................................................... 8
2.1.3 Composition musculaire .................................................................................................... 8
2.1.4 Typologie des fibres musculaires .................................................................................... 9
2.1.5 Contraction musculaire ................................................................................................... 10
2.2 Modalités de la force ...................................................................................................... 11
2.4 Courbatures .................................................................................................................... 14
2.4.1 Prévention et traitement des courbatures ..................................................................... 18
2.5 L’électrostimulation ......................................................................................................... 19
2.5.1 Historique de l’électrostimulation ................................................................................... 19
2.5.2 Définition et champs d’application de l’électromyostimulation ................................... 21
2.5.3 Types de courant électrique ........................................................................................... 22
2.5.4 Les paramètres de la stimulation électrique ................................................................. 22
2.5.5 Recrutement des fibres musculaires sous électromyostimulation ............................ 24
2.6 Effets escomptés de l’électromyostimulation sur la récupération post-effort d’un muscle
.............................................................................................................................................. 26
2.6.1 Etat actuel de la recherche sur le sujet ......................................................................... 27
3. Méthodologie ................................................................................................................................. 31
3.1 Population de l’étude ...................................................................................................... 31
3.2 Protocole de test............................................................................................................. 32
3.3 Evaluations et instruments de recherche ....................................................................... 33
3.3.1 Questionnaire perceptif de la douleur ........................................................................... 33
3.3.2 Instruments de mesure de la force du mollet ............................................................... 35
3.3.3 Induction des courbatures sur le tapis de course ........................................................ 38
3.4 Récupération par électromyostimulation........................................................................ 40
3.4.1 Modèles d’appareil d’électrostimulation et récupération active ................................. 40
3.4.2 Paramètres de la séance d’électromyostimulation ...................................................... 42
2
3.4.3 Protocole de la séance d’électromyostimulation et de la période de récupération
passive ........................................................................................................................................ 43
3.5 Traitement et analyse statistique des données ............................................................. 44
4. Résultats......................................................................................................................................... 45
4.1 Résultats de la force maximale sur la jambe forte ......................................................... 45
4.2 Résultats de la force maximale sur la jambe faible ....................................................... 46
4.3 Résultats de la force explosive sur la jambe forte ......................................................... 47
4.4 Résultats de la force explosive sur la jambe faible ........................................................ 49
4.5 Résultats de la hauteur de saut des CMJ ...................................................................... 50
4.6 Résultats de la force minimale des CMJ ........................................................................ 51
4.7 Résultats de la force maximale des CMJ....................................................................... 52
4.8 Résultats de l’évaluation de la perception de la douleur ............................................... 54
5. Discussion ...................................................................................................................................... 55
5.1 Liens avec les connaissances actuelles ........................................................................ 59
5.2 Limites de la recherche .................................................................................................. 60
5.3 Points forts de la recherche............................................................................................ 61
5.4
Propositions d’axes de recherches pour des études futures .................................... 62
6. Conclusion ..................................................................................................................................... 64
7. Bibliographie .................................................................................................................................. 65
8. Tables des illustrations ................................................................................................................. 69
9. Déclaration personnelle ................................................................................................................ 71
10. Droits d’auteur ............................................................................................................................. 72
11. Annexes ....................................................................................................................................... 73
12. Remerciements ........................................................................................................................... 82
3
Résumé
Introduction : il est établi que s’il veut retrouver l’entier de ses fonctionnalités après
avoir subi un effort lui induisant des courbatures, le muscle de l’être humain a besoin
d’une période de récupération. Plusieurs méthodes sont utilisées dans le but
d’écourter cette période de récupération et de reprendre un travail musculaire optimal
le plus rapidement possible. Parmi celles-ci, l’application de courants électriques sur
la zone lésée a été de plus en plus pratiquée depuis ces vingt dernières années.
Plusieurs études ont tenté de prouver l’efficacité d’une telle méthode sur un ou
plusieurs muscles courbaturés, mais devant l’hétérogénéité des méthodologies
utilisées dans ces recherches il est difficile de relever des résultats concluants. Cette
étude cherche donc à apporter des précisions quant à l’éventuel effet bénéfique d’un
tel procédé, appliqué sur le muscle du gastrocnémien, en utilisant des variables à la
fois physiologiques et perceptives.
Méthode : trente sujets masculins divisés en deux groupes effectuent une course de
dix minutes à huit km/h en marche arrière sur un tapis de course incliné de quatorze
pourcent. Selon Law & Herbert (2007), ce type de charge est supposé induire de
fortes courbatures au muscle gastrocnémien. Après ce test initial, le groupe Contrôle,
composé de la moitié des sujets, prend part à une récupération passive. Le groupe
Expérimental, constitué de l’autre moitié des sujets, récupère activement par le biais
de l’application de courants électriques de basses fréquences, à raison d’une séance
d’électromyostimulation par jour à la suite du test initial. Parallèlement, l’examinateur
procède à une première évaluation des qualités physiologique et perceptive
(sensation de douleur) de base du muscle gastrocnémien de chaque sujet juste
avant l’induction des courbatures. Ensuite, ces mêmes évaluations sont répétées
quelques minutes, un, trois et cinq jours après le test initial.
Résultats/conclusion :
les
huit
variables
dépendantes
représentant
l’état
physiologique et perceptif du mollet utilisées dans cette recherche ne révèlent pas de
résultats concluants. Hormis quelques tendances aperçues à des endroits isolés
grâce à l’analyse des variances et au test de Student, la comparaison des résultats
entre les groupes C et E n’est statistiquement pas significative. Dans ce cas il en
ressort qu’une méthode de récupération n’est significativement pas plus efficace que
l’autre aux niveaux physiologique et perceptif. Aucun effet placebo n’est à relever.
4
1. Introduction
1.1 Contexte de départ
En sport de haut niveau, la concurrence est grande et les résultats des compétiteurs
se jouent souvent sur le soin apporté aux détails. Cela est permis grâce à la
constante amélioration qualitative et quantitative du programme d’entraînement de
l’athlète, composé de périodes d’entraînement et de périodes de repos. Ainsi, les
techniques d’entraînement sont-elles constamment améliorées. S’agissant de la
phase de récupération, l’objectif est de faire disparaître la fatigue le plus rapidement
possible afin que l’athlète puisse s’astreindre à une nouvelle charge au plus vite.
Avec l’avancée de la technologie, couplée au savoir et à l’expérience dans le
domaine de la récupération, il existe aujourd’hui différentes méthodes de
récupération. Au niveau musculaire, les techniques les plus répandues sont
thérapeutiques (massages, utilisations de courants électriques ou d’ultrasons, bains
d’eau chaude ou froide). La prise de médicaments ou encore la supplémentation
d’antioxydants comme des vitamines (Barnett, 2006 ; Bennett et al. 2010 ; Carcano
et al. 2010 ; Connolly et al. 2003 ; Coudreuse et al. 2004 ; Herbert & Gabriel, 2002 ;
Herbert et al. 2011) sont également des moyens couramment utilisés.
Alors que l’efficacité de certaines de ces méthodes (massages, stretching) semble
controversée (Barnett, 2006 ; Carcano et al. 2010 ; Coudreuse et al. 2004 ; Herbert
et al. 2002, 2011), d’autres, comme l’électromyostimulation, n’ont pas encore
clairement démontré leurs propriétés régénératrices (Butterfield et al. 1997 ; Cortis et
al. 2010 ; Lattier et al. 2004 ; Tessitore et al. 2007). En effet, depuis une vingtaine
d’années, l’application d’un courant électrique sur un ou plusieurs muscles tend à se
« banaliser » et est utilisée à une échelle de plus en plus large (athlètes et sportifs
amateurs). Auparavant, cette pratique était beaucoup moins répandue 1. Cependant,
si les vertus de l’électromyostimulation en rééducation sont validées (Crépon et al.
2007 ; Decherchi et al. 2003 ; Maffiuletti, 2006 ; Vanderthommen et Crielaard, 2001),
l’efficacité souhaitée par les concepteurs de cette technologie (aujourd’hui réduite
dans un boîtier électronique de quelques centimètres cube) dans le domaine de la
récupération après un effort n’a jamais été complètement validée par la communauté
1
Vente de plusieurs dizaines de milliers d’appareils électrostimulateurs de la marque Compex dans le sport et
sur le marché suisse depuis 1996, ainsi que plusieurs centaines de milliers dans le monde.
5
scientifique (Babault et al. 2011). Un certain nombre d’études ont déjà été réalisées,
mais il est a priori difficile de tirer des conclusions définitives ; les méthodes utilisées
dans ces travaux sont trop dissemblables pour pouvoir comparer des résultats entre
eux. A l’heure actuelle, la communauté scientifique continue de porter un intérêt
certain au domaine de l’électrostimulation et à son utilisation dans la pratique
sportive ; il tente de prouver les bénéfices réels de cette méthode de récupération,
loués par les concepteurs qui continuent pour leur part d’innover dans ce domaine,
en proposant toujours plus de produits et de possibilités d’utilisation.
1.2 Problématique et questions de recherche
L’électrostimulation est utilisée dans plusieurs buts, mais ici, c’est son effet sur la
récupération post-effort qui nous intéresse. Peu d’études (Allen et al. 1999 ; Babault
et al. 2011 ; Butterfield et al. 1997 ; Craig et al. 1996 ; Martin et al. 2004 ; McLoughlin
et al. 2004 ; Vanderthommen et al. 2007, 2010) ont été menées et encore moins de
résultats concluants ont été trouvés sur l’influence de l’électromyostimulation en tant
que moyen de récupération sur un muscle courbaturé après un effort intense et
inhabituel. L’objectif est donc de mesurer l’efficacité de ce procédé sur la
récupération consécutive à l’effort susmentionné, afin de peut-être contribuer à une
évolution dans ce domaine précis. Le but principal de ce travail est de découvrir et
d’analyser les effets et les influences que peut avoir un programme de récupération
par électromyostimulation du muscle courbaturé, après un effort intense et inhabituel,
et les comparer à ceux obtenus par le biais d’un programme de récupération passive.
L’hypothèse proposée est la suivante :
L’application répétée d’un programme de récupération par électromyostimulation
après un effort intense et inhabituel sur un muscle courbaturé provoque une
régénération accélérée à moyen terme. Voici les questions de recherches qui en
découlent :

L’électromyostimulation provoque-t-elle une accélération du processus de
récupération du muscle du gastrocnémien courbaturé à la suite d’un effort
intense et inhabituel ?
6

L’électromyostimulation
permet-elle
de
diminuer
significativement
les
sensations de douleur accompagnant le muscle du gastrocnémien courbaturé
à moyen terme ?
Le présent travail débute par une approche théorique développant le savoir
nécessaire à la compréhension du sujet traité par la suite dans cette recherche.
2. Approche théorique
2.1 Le muscle strié squelettique
2.1.1 Fonctions et propriétés
Selon la définition du mot dans le dictionnaire Le Petit Robert (1987), le muscle est
une « Structure organique contractile qui assure les mouvements » (p. 1246). C’est
cette structure organique qui permet à l’être humain de se mouvoir dans l’espace,
d’attraper des choses, de maintenir des attitudes ou des postures. Il a également
comme fonction de stabiliser les articulations du corps et de produire de la chaleur.
Un muscle est une structure organique dite « excitable » ; elle répond de façon
spécifique à une stimulation. Le stimulus, qui peut-être de nature électrique,
thermique, chimique ou mécanique, détermine une réponse mécanique. Il y a alors
contraction du muscle.
Le muscle comporte également une propriété « extensible ». En effet il se déforme
et peut s’allonger lorsqu’une force extérieure le sollicite. Sa capacité « élastique » lui
permet de retrouver sa forme de base une fois que cette force disparaît.
Quatrième propriété principale du muscle, la « contractilité » est la capacité de cet
organe à se raccourcir.
Enfin, la « plasticité » est une propriété qui permet au muscle de procéder à des
changements cyto-architecturaux des fibres musculaires qui le composent, en
réponse à des changements de types et de taux d’activités.
Dans le cas de notre étude, il est important de disposer des connaissances de base
sur la structure organique du muscle squelettique afin de mieux comprendre le sujet
traité par la suite.
7
2.1.2 Du système nerveux central au muscle squelettique
Pour reprendre l’image exposée dans l’ouvrage de Nguyen et Bourouina (2010), le
système nerveux est comparable à un circuit électrique. On met le doigt sur
l’interrupteur d’une lampe, le courant électrique s’active et longe le circuit, finissant
par allumer la lampe. L’élément déclenchant ce processus est le stimulus. Dès lors la
cellule excitable appelée alors « neurone » s’active et produit un influx nerveux, qui
va parcourir le circuit nerveux composé d’un ou plusieurs neurones « attachés » les
uns aux autres, jusqu’à l’organe effecteur (le muscle). Ce dernier exécute enfin
l’ordre demandé. L’influx est constitué de signaux électriques créés par des
changements temporaires du potentiel membranaire de repos
2
de la cellule
nerveuse. Les changements très rapides de ce potentiel membranaire sont nommés
« potentiel d’action ».
Le système nerveux central est composé de l’encéphale (tronc cérébral, cervelet,
cerveau) et de la moelle épinière. C’est dans celle-ci que se situent notamment les
« motoneurones α », cellules nerveuses qui innervent l’ensemble des muscles du
corps. Le système périphérique, lui, est constitué de nerfs divisés en deux types de
fibres nerveuses différentes : les fibres nerveuses afférentes, qui acheminent
l’information de la périphérie en direction du système nerveux central (stimulus,
retour sensoriel de l’état de tension, d’étirement ou encore de contraction du muscle),
et les fibres nerveuses efférentes, qui conduisent l’information depuis le système
nerveux central jusque dans la périphérie (réponse musculaire).
2.1.3 Composition musculaire
Le muscle squelettique est composé d’un groupe de fibres musculaires liées les unes
aux autres par un tissu conjonctif. Une fibre correspond à une cellule qui peut
contenir jusqu’à plusieurs centaines de noyaux et qui peut mesurer jusqu’à vingt cm.
Elle est elle-même constituée d’un groupe de centaines de fibrilles contractiles que
l’on nomme « myofibrilles » (voir Fig. 1).
2
De part et d’autre de la membrane cellulaire, l’intérieur est constitué d’ions chargés négativement (Cl-), alors
que l’extérieur est composé d’ions chargés positivement (Na+ et K+)
8
Fig. 1: composition structurelle du muscle
Si nous rentrons encore un peu plus profondément dans le muscle, nous nous
apercevons que les myofibrilles sont constituées de myofilaments fins (composés d’
« actine », protéine contractile) et épais (composés d’une autre protéine contractile,
la « myosine »). Ces différents filaments sont alignés sur toute la longueur de la fibre
musculaire de manière régulière. Les lignes dites « Z » font office de frontière entre
chaque unité : c’est le « sarcomère », la plus petite unité contractile du muscle
(Millet, Perrey, 2005).
2.1.4 Typologie des fibres musculaires
Dans notre corps, il existe deux différents types de fibres musculaires striées. Leur
vitesse de raccourcissement n’est pas identique ; elle dépend de la vitesse avec
laquelle l’ATP (source énergétique du muscle) est métabolisée et de l’équipement
enzymatique3 que chaque type de fibre possède pour le faire (Nguyen, Bourouina,
2010).
Les fibres I, appelées également fibres rouges ou lentes, ont un métabolisme
principalement oxydatif (utilisation de l’oxygène). Elles sont généralement peu
nombreuses dans leur unité motrice4 et sont activées par un motoneurone α de
diamètre petit à moyen, ce qui signifie que la vitesse de conduction est moindre.
Lorsqu’elles s’activent, ces fibres se contractent lentement et leur amplitude est
3
Une enzyme est une protéine qui joue un rôle de catalyseur biologique, c’est-à-dire qui facilite une réaction
biochimique sans en modifier les produits. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Enzyme, consulté le 17 janvier
2013.
4
Cf. Fig. 2
9
faible. En contrepartie, elles sont résistantes à la fatigue, ce qui permet au sportif
d’effectuer des exercices de longues durées.
Au contraire les fibres II (fibres blanches ou rapides) ont un métabolisme davantage
glycolytique. Une unité motrice de fibres II en contient généralement un très grand
nombre et est commandée par un motoneurone α de grand diamètre. Lors du
processus de contraction, ces fibres s’activent très rapidement et fournissent une
tension élevée. Cependant elles se fatiguent vite. Elles sont donc davantage
sollicitées dans des exercices intenses, mais brefs (Monod, Flandrois, Vandewalle,
2007).
Dans le cas de notre étude, il est essentiel de savoir que lors d’un exercice, plus la
force à développer est grande, plus conséquent sera le nombre de fibres musculaires
et d’unités motrices recrutées. Cela s’appelle la « sommation spatiale ». Lors de
l’augmentation progressive de la force, les petites unités motrices (fibres lentes) sont
activées avant les grosses (fibres rapides). En effet plus le diamètre du corps
cellulaire du motoneurone est petit, plus le neurone se dépolarisera facilement. C’est
le principe de Henneman. Il est utile de préciser qu’il existe une intensité de
stimulation minimale dite « liminaire » (seuil d’excitabilité) en dessous de laquelle une
fibre musculaire ne se dépolarise pas. Ce seuil d’excitabilité varie notamment en
fonction du muscle et du type de fibre stimulée (les fibres lentes possédant un seuil
d’excitabilité plus bas que les fibres rapides).
Enfin, la « sommation temporelle », c’est lorsque l’on joue sur la fréquence de
stimulation pour augmenter la « vitesse de montée en force » (Millet, Perrey, 2005, p.
46-47).
2.1.5 Contraction musculaire
Au niveau mécanique, la contraction musculaire se produit lorsqu’il y a liaison entre
les myofilaments de myosine et d’actine, puis glissement les uns contre les autres :
le sarcomère se « contracte ».
Pour faire le lien entre le chapitre 2.1.2 et 2.1.5 de cette étude, le potentiel d’action,
parti des hautes instances d’initiation et de contrôle du mouvement et passant par la
moelle épinière (motoneurone), se dirige vers la jonction neuromusculaire. Ici l’influx
est transféré chimiquement. Un potentiel d’action se crée alors dans le muscle et se
10
propage sur le sarcolemme et dans les tubules transverses. Une vague de calcium
(stocké en grande quantité dans le muscle) est alors libérée et parée à activer le
mécanisme de contraction du sarcomère.
Il est important de préciser qu’en arrivant près du muscle, l’axone du motoneurone se
divise en une multitude de petites branches. Chacune de ces ramifications va se
greffer à une fibre musculaire. Un motoneurone innerve donc plusieurs fibres (jusqu’à
150 en moyenne). Cet ensemble est alors appelé « unité motrice » (voir Fig. 2).
Fig. 2: représentation d'une unité motrice
2.2 Modalités de la force
Il est avant tout indispensable de définir le terme de « force ». En physique, la force
est l’interaction entre deux objets ou systèmes ; elle représente une action
mécanique capable d’imposer une accélération, ce qui engendre une modification du
vecteur vitesse. La force musculaire est la capacité d’un muscle à exercer une force
contre une résistance.
Selon « Manuel d’entraînement » de Weineck (1997), il existe trois principales
modalités (formes) de la force: force maximale, force-vitesse (ou force explosive) et
force-endurance. Les deux premières formes vont être utilisées lors de l’analyse des
résultats du test de cette recherche.
La
force
maximale
correspond
au
maximum
de
force
que
le
système
neuromusculaire peut développer en une seule contraction maximale volontaire. La
force-vitesse est la capacité du système neuromusculaire à surpasser des
11
résistances en ayant la plus grande vitesse de contraction possible (force de sprint,
force de saut, force de tir, force de lancer, force de frappe notamment). Enfin la
force-endurance correspond à la capacité de résistance à la fatigue de l’organisme
pour un effort de longue durée.
On distingue également plusieurs régimes de contraction musculaire :
« Le travail musculaire propulseur concentrique, prépondérant dans la majorité des
activités sportives, permet, par le raccourcissement musculaire, de propulser le poids
du corps ou des poids extérieurs dans une direction donnée, ou encore de surmonter
une résistance. » Voici un exemple facile à comprendre : un individu soulève à l’aide
de ses mains un simple objet posé sur une table contre lui.
« Le travail musculaire frénateur excentrique intervient dans la phase
d’amortissement des sauts et dans l’exécution des mouvements de démarrage. Il est
caractérisé par un accroissement en longueur du muscle (étirement) à travers une
force active de réaction. » Dans notre exemple, lorsque le coude de l’individu s’étend
pour poser un objet très lourd sur une table, les filaments d’actine de son biceps
brachial s’éloignent du centre du sarcomère en l’étirant.
« Le travail statique sert à la fixation des segments corporels ou du corps dans son
ensemble, dans une position déterminée. Il se caractérise par une contraction
musculaire sans raccourcissement. » (Weineck, 1997, p. 182) Pour reprendre une
dernière fois l’exemple précédent, l’individu essaie de soulever un objet trop lourd ou
de porter un objet lourd, coude fléchi. Dans les deux cas, l’individu sent ses muscles
se contracter, mais ceux-ci sont incapables de déplacer l’objet et donc ne peuvent se
raccourcir (Wilmore, Costill, Kenney, 2009).
2.3 Fatigue et récupération
Le terme de fatigue musculaire englobe tous les phénomènes qui limitent la
poursuite d’une activité physique ou qui ralentissent la restauration de la capacité de
travail en une période de temps normal. Comme une certaine fatigue plus ou moins
marquée est généralement perçue à la suite d’un entraînement, le corps doit se
reposer et se régénérer avant de reprendre l’exercice : c’est la récupération. Bien
que les limites de la fatigue soient repoussées avec l’entraînement, la récupération
12
qui s’ensuit est partie intégrante de la performance et malheureusement souvent
sous-estimée des sportifs. Dans le cas où l’on négligerait la période de récupération
au profit d’une période d’entraînement plus conséquente, les réserves d’énergie
s’épuiseraient bien vite et les performances chuteraient rapidement. De plus,
l’efficacité de l’entraînement sera d’autant meilleure si l’alternance entre la charge et
la récupération est bien réfléchie et appliquée. Selon Weineck, dans son ouvrage
« Manuel d’entraînement »(1997), la récupération se fait à plusieurs niveaux ;
pendant l’effort, immédiatement après l’effort et tardivement après l’effort. C’est cette
dernière récupération qui nous intéresse dans le cadre du présent travail :
La récupération tardive après l’effort : après des efforts importants, les réserves
de glycogène hépatique5 et musculaire diminuent progressivement, et les structures
protéiques6 de la cellule se dégradent. Dans le cas d’une blessure musculaire,
différents composants du muscle peuvent être endommagés à plus ou moins long
terme. Cela peut prendre bien des heures, voire des jours avant que les réserves
d’énergie soient à nouveau pleines et que la régénération musculaire soit complète.
Il existe des modalités de récupération qui peuvent être mises en œuvre dans le but
de récupérer plus rapidement. Des méthodes peuvent être utilisées par les
pratiquants occasionnels, mais également et surtout par des athlètes, en vue de
restaurer les réserves énergétiques et les propriétés physiologiques du muscle au
plus vite et pouvoir ainsi s’astreindre à une nouvelle charge. Ces moyens de
récupération peuvent être actifs (exemple : course) ou passifs (exemples :
massages, sauna, bains massants, etc.) et n’ont pas tous la même efficacité. Le
résultat des recherches tend à démontrer que la manière active était apparemment
plus efficace que la méthode passive, à l’image des résultats d’une étude réalisée
par Heyman et al. (2007) (abstraction faite de la nature de la charge). En effet
quelques méthodes précises de récupération à court terme ont été testées sur des
grimpeurs ; en ce qui concerne la vitesse de diminution du taux de lactate dans le
sang, la récupération active (vélo) a été la meilleure, suivie par l’immersion dans
l’eau froide. L’application de courant électrique sur la zone touchée et la récupération
passive ont semblé inutiles. De même du côté des athlètes, une revue d’études a été
5
Qui appartient au foie.
Ce sont ici en grande partie des enzymes, utilisés dans le but de transformer l’ATP pour libérer l’énergie utile à
la contraction musculaire (Millet, Perrey, 2005).
6
13
réalisée par Barnett (2006), relevant le manque de preuve d’une réelle efficacité de
méthodes comme le massage, les étirements, l’immersion dans l’eau ou encore
l’application de courant électrique lors de phases de repos entre les charges de
travail.
2.4 Courbatures
Les douleurs musculaires d’apparition retardée ou DOMS en anglais (Delayed Onset
Muscle Soreness) apparaissent régulièrement lors de la pratique du sport. Elles sont
plus communément nommées « courbatures ». Elles augmentent dans les premières
vingt-quatre heures après un exercice, restent fortement actives entre vingt-quatre et
septante-deux heures, puis disparaissent progressivement entre le cinquième et le
septième jour post-exercice. Ce genre de douleurs apparaît généralement après un
travail musculaire inhabituel et intense. Ces dernières peuvent également survenir
après une course de longue distance comme un marathon (Tiidus, 2008). Elles ne
sont cependant pas à confondre avec des blessures de type élongation du muscle
ou claquage7 .
Pour la première fois en 1902, Hough (cité par Komi, 2011, p. 185) suggère que la
douleur musculaire induite par un exercice est due à une rupture à l’intérieur du
muscle. En 1951, Hill (cité par Komi, 2011, p. 185) pense que la douleur est la cause
d’une blessure mécanique, distribuée à un niveau microscopique dans tout le
muscle. De leur côté, Boje et Asmussen (cité par Komi, 2011, p. 185) suggèrent en
1956 que la production de douleurs se fait par le biais de dépôt de substances dans
les différents tissus intramusculaires après des exercices qui étirent les muscles.
Aujourd’hui encore le fonctionnement exact de la production de courbatures n’est
pas avéré. Cependant, certaines théories fondées prennent la direction d’une
explication relativement universelle, qui sera développée dans ce chapitre.
Asmussen remarqua, en 1956, qu’après des exercices en régime excentrique
effectués sur le triceps brachial et le quadriceps femoris, des courbatures étaient à
chaque fois présentes entre un et deux jours après l’exercice. Cela n’était pas le cas
lorsque les participants exécutaient un travail musculaire de même intensité, mais en
régime concentrique. Par la suite, la majorité des études réalisées montrèrent des
7
Déchirure subite d’une certaine quantité (selon la gravité) de fibres musculaires durant un exercice
généralement intense.
14
résultats similaires, comme celle de Komi et Rusko en 1974 (cité par Komi, 2011, p.
185). En effet il s’est avéré qu’en régime excentrique « freinateur », la force
maximale développée est beaucoup plus grande que lors de contractions maximales
en isométrique ou en concentrique avec la même vitesse angulaire (résistance à
l’étirement des composantes élastiques du muscle). Le travail excentrique utilise
également beaucoup moins d’énergie. Cela s’explique par le nombre réduit d’unités
motrices recrutées à un niveau de force donné, mais également par la rupture
mécanique de plusieurs ponts d’actomyosine (qui est causée par la force d’étirement
sans dépense d’ATP).
Cependant une pratique d’exercices en régime excentrique prolongée et inhabituelle
peut faire apparaître des microlésions (rupture des sarcomères, spécialement au
niveau des lignes « Z »). La résorption de ces microlésions nécessite le
développement d’un processus inflammatoire qui s’accompagne très souvent d’une
sensation de douleurs ; au repos le sujet ressentira une douleur généralement
diffuse au toucher. La même sensation est ressentie lors de contractions et
d’étirements passifs. Cette douleur s’accompagne elle-même de déficiences
proprioceptives, d’une perte importante de force maximale (jusqu’à quarante
pourcent) et d’une diminution de l’amplitude articulaire. Un œdème peut apparaître
dans la zone lésée. Un taux de lactate élevé a longtemps été considéré comme la
cause principale de l’apparition des courbatures ; cette hypothèse n’est plus
d’actualité (Coudreuse et al. 2004).
Selon Connolly et al. (2003), la réponse inflammatoire qui accompagne les
microlésions amènerait à une synthèse de prostaglandines8 et de leucotriènes9. La
prostaglandine causerait la sensation de douleur en sensibilisant les nocicepteurs
appartenant au groupe d’afférences de type III et IV, issues de terminaisons
nerveuses libres. Les leucotriènes, eux, augmenteraient la perméabilité vasculaire et
attireraient les neutrophiles10 dans la zone endommagée. L’action de ces derniers
8
Ce sont des métabolites de l’acide arachidonique, destinés à la sécrétion dans le milieu cellulaire. Source :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Prostaglandine, consulté le 4 décembre 2012.
9
Ce sont des lipides possédant un rôle chimiotactique pour les leucocytes sur des sites d’inflammation.
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Leucotri%C3%A8ne, consulté le 4 décembre 2012.
10
Ils sont un type de leucocytes responsables de la défense lors de processus inflammatoires. Source :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Leucocyte, consulté le 4 décembre 2012.
15
générerait des radicaux libres11 qui pourraient accentuer les dommages de la
membrane cellulaire. Le gonflement du muscle résulte du mouvement de cellules et
de fluides dans le flux sanguin et pourrait contribuer à la sensation de douleur (voir
Fig. 3).
Fig. 3: résumé du processus de courbatures selon Connolly et al. (2003. p. 198)
Durant la période de courbatures, il est aussi possible de remarquer dans le sang
une présence élevée d’enzymes musculaires comme la créatine kinaze12.
Dans leur revue scientifique intitulée « Delayed post effort muscle soreness »
Coudreuse et al. (2004) soutiennent les propos de nombreuses études (dont Cheung
et al. 2003) quant à la période de récupération fonctionnelle dite « biphasique »
après un exercice intense produisant des dommages musculaires et des
courbatures. Cette dernière commence par d’importantes réductions immédiates des
performances neuromusculaires et de la proprioception. Il s’ensuit une récupération
partielle, voire totale, dans les trois heures après le travail musculaire. Puis de
nouvelles baisses surviennent durant plusieurs jours (voir Fig. 4). On dit que ce n’est
qu’après dix à quatorze jours que les fonctions et structures du muscle sont à
nouveau à cent pourcent fonctionnelles (Komi, 2011).
11
Ce sont des molécules instables endommageant les principaux constituants des cellules de l’organisme.
Source : http://www.medecine-anti-age.com/site/definition-54.html?idGlossaire=22, consulté le 04 décembre
2012.
12
La créatine kinaze est une enzyme libérée dans le sang lors de lésions tissulaires. Source :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9atine_kinase, consulté le 24 mai 2013.
16
Fig. 4: parallèle de l'évolution dans le temps entre le niveau de performance et le niveau de courbatures ressenti
(Komi, 2001. p. 193)
Enfin, il est important de souligner que les courbatures, étant en réalité un des
symptômes du dommage musculaire, ne sont pas directement corrélées à cette
lésion musculaire ; Il est envisageable de subir de fortes courbatures alors que les
dommages sont moindres. L’inverse est également possible. La figure suivante
démontre clairement ce phénomène, grâce à l’étude de l’évolution dans le temps des
markers des différents symptômes du dommage musculaire (voir Fig. 5). Ce n’est
finalement pas parce que la douleur a disparu que le muscle est totalement rétabli
d’un point de vue structurel et fonctionnel. Le risque de blessure à ce moment-là est
plus élevé. Le message qui nous est envoyé par les courbatures est toujours
interprété de manière différente encore aujourd’hui. Certains pensent que c’est un
signal d’alarme avant une blessure potentiellement plus grave, alors que d’autres
n’en prennent pas garde (Tiidus, 2008).
17
Fig. 5: évolution dans le temps des niveaux des markers des différents symptômes après un exercice causant
des dommages musculaires (Soreness :douleur, Strengh :force, ROM :amplitude articulaire,
Swelling :gonflement, CK :créatine kinaze, MRI/US : images magnétiques) (Tiidus, 2008. p.66)
2.4.1 Prévention et traitement des courbatures
Lors d’une expérience réalisée en 1985 déjà, Byrnes et al. ont découvert que la
plupart des participants montraient des symptômes moins élevés de dommages
musculaires après une deuxième session d’exercices excentriques. En effet
l’intensité des courbatures et les taux de créatine kinaze et de myoglobine étaient
plus bas qu’après la première session d’exercices trois ou six semaines plus tôt. De
nombreuses autres études tendent à confirmer ces dires (Foley et al. 1999, McHugh,
2003, Pizza et al. 1999, cités par Tiidus, 2008, p. 69). Il existe donc une certaine
adaptation du muscle à l’exercice excentrique répété, qui se nomme en anglais
« Repeated-Bout Effect ». Deux autres moyens de prévention efficaces restent un
échauffement adapté avant l’effort ainsi qu’une association de travail concentrique à
tout exercice excentrique. Enfin une augmentation progressive des charges de travail
évite certainement le développement de courbatures trop intenses.
De nombreux traitements contre les courbatures sont en vogue de nos jours :
cryothérapie, étirements, ultrasons, anti-inflammatoires, compressions, massages,
oxygénothérapie hyperbare, etc. Il est important de souligner que ces méthodes
n’ont jamais été réellement validées. Leurs vertus restent à prouver dans la grosse
majorité des cas. Dans leur revue scientifique de 2003, Connolly et al. décrètent que
seuls les anti-inflammatoires et les antioxydants ont un effet sur le traitement des
18
courbatures. Concernant le dernier nommé, l’oxygénothérapie, un article publié en
2010 (Bennett et al.) montre l’insuffisance de résultats concluant à l’influence de
cette technique sur les courbatures. Dans son ouvrage, Tiidus (2008) reflète le
succès de cette méthode sur des cas animaux, mais pas humains. Du côté des
étirements, qu’ils soient réalisés avant, après, ou avant et après l’exercice, les
résultats ne sont pas suffisamment significatifs concernant les douleurs musculaires
d’apparition retardée et les performances neuromusculaires (Herbert et al. 2002,
2011).
Les résultats d’études ayant pour sujet le massage comme traitement des
dommages musculaires et des courbatures sont également mitigés. Dans sa revue
scientifique intitulée « Using Recovery Modalities between Training Sessions in Elite
Athletes, Does it Help ? » Barnett (2006) relate que le massage n’est pas un bon
moyen d’accélérer la circulation sanguine dans le but de nettoyer plus rapidement la
zone endommagée. Celui-là n’est apparemment pas non plus efficace contre la perte
de force. De plus, l’auteur fait remarquer que dans le cas de grosses lésions, le
massage pourrait même être néfaste et empirer la situation. La diminution de
courbatures et l’amélioration du bien-être grâce à l’application de massages ont
néanmoins été relevées dans plusieurs autres études (Carcano et al. 2010). Enfin,
associé à une autre technique de récupération comme le bain d’eau froide ou
chaude, le massage pourrait avoir un effet bénéfique (Coudreuse et al. 2004).
Il existe une autre méthode de traitement qui nous intéresse tout particulièrement et
qui
fait
beaucoup
parler
d’elle
depuis
une
vingtaine
d’années :
l’électromyostimulation (la stimulation électrique du muscle). Elle est régulièrement
utilisée dans plusieurs contextes et pas seulement dans le cadre de la récupération.
Le chapitre suivant lui est consacré.
2.5 L’électrostimulation
2.5.1 Historique de l’électrostimulation
C’est durant la période de la Grèce antique que surviennent les premiers faits se
rapportant à l’utilisation de poissons électriques (la torpille) comme agent
thérapeutique, par engourdissement de la zone douloureuse. Cependant, l’électricité
étant difficile à produire en quantité suffisante par l’homme à cette époque, il faut
19
attendre le XVIIème siècle pour que des progrès soient effectués dans ce domaine. En
1746, Musschenbrock (1692-1761), professeur à l’Université de Leyde, présente sa
bouteille, condensateur capable de stocker de l’énergie électrique. C’est depuis cette
période que l’électricité est régulièrement utilisée en médecine. L. Galvani13,
décrivant l’électricité animale et A. Volta14, travaillant lui, sur l’électricité bimétallique
et la pile voltaïque, créent un nouvel élan dans les vertus curatives du Galvanisme15.
Plusieurs traités vantant l’efficacité de cette méthode sur de nombreuses pathologies
sont publiés. Malgré un accès plus pratique et plus facile à l’électricité grâce
notamment à cette nouvelle pile, l’électrothérapie tombe en désuétude. Cette
dernière retrouve du crédit lors de la découverte des phénomènes magnétoélectriques et des actions d’induction par Faraday16 (créer de l’électricité avec le
magnétisme) au début du XIXème siècle. De nombreux appareils plus perfectionnés et
accessibles aux médecins sont mis au point, notamment par Duchenne de Boulogne
(1806-1875), homme français étudiant longtemps la physiologie des mouvements de
l’homme au moyen de l’électrisation localisée et considéré comme le pionnier de
l’électrothérapie (Gondin et al. 2011). Vers la fin du XIXème siècle déjà, de nombreux
ouvrages d’électrothérapie et appareils portatifs voient le jour.
Dans la première moitié du XXème siècle, les recherches en électro-neurophysiologie
se développent parallèlement à celles effectuées en électro-radiologie. Arsène
D’Arsonval17 marque notamment l’histoire de l’électricité médicale en dotant cette
dernière de courants à haute fréquence. A partir de la moitié du XXème siècle, les
progrès de l’électronique et du traitement informatique, accompagnés de la
miniaturisation des appareils médicaux permettent à l’électrostimulation de se
développer massivement en médecine physique et de réadaptation (Dolhem, 2008).
De nos jours, cette pratique se retrouve notamment à la portée non plus seulement
de médecins ou de physiothérapeutes, mais également d’entraîneurs, d’athlètes,
voire même de sportifs amateurs.
13
Luigi Galvani, 1737-1798, médecin et physicien italien. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Luigi_Galvani,
consulté le 14 février 2013.
14
Alessandro Volta, 1745-1827, physicien italien. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Alessandro_Volta,
consulté le 14 février 2013.
15
Le Galvanisme est la contraction d’un muscle stimulé par un courant électrique. Source :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Galvanisme, consulté le 14 février 2013.
16
Michael Faraday, 1791-1867, un physicien et un chimiste britannique. Source :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Faraday, consulté le 14 février 2013.
17
Arsène D’Arsonval, 1851-1940, médecin, physicien et inventeur français. Source :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ars%C3%A8ne_d'Arsonval, consulté le 14 février 2013.
20
2.5.2 Définition et champs d’application de l’électromyostimulation
En physiothérapie, le but est d’utiliser des agents physiques naturels ou artificiels,
comme l’eau, le froid, la chaleur, les mouvements, à des fins thérapeutiques. Le
courant électrique fait partie de ces agents et est régulièrement appliqué au niveau
médical. L’application de courants électriques comme moyen thérapeutique est
désignée par le terme d’« électrophysiothérapie ». L’électromyostimulation est une
des techniques de l’électrophysiothérapie. Elle consiste à stimuler la partie terminale
des fibres nerveuses motrices par le biais d’un courant électrique appliqué sur la
peau dans le but de provoquer la genèse d’un potentiel d’action (Vanderthommen &
Crielaard, 2001). Comme nous l’avons déjà vu, ce dernier finit par engendrer une
contraction musculaire. On fera ici abstraction de toutes les phases antérieures
réalisées lors du processus d’une contraction musculaire volontaire (voir Fig. 6).
Fig. 6: influx nerveux lors d'une contraction émise par un courant électrique
Dans les dernières décennies, cette pratique s’est élargie, au point de ne plus
seulement faire partie du domaine de l’électrophysiothérapie ; son champ
d’application se diversifie toujours davantage ; elle reste bien sûr couramment
utilisée en rééducation (fonctionnelle, respiratoire, neurologique, périnéale),
notamment pour la prévention et le traitement des atrophies de non-utilisation ou de
dénervation du muscle (Crépond et al. 2007 ; Vanderthommen & Crielaard, 2001).
Son utilisation se fait également dans le domaine de l’entraînement et du
renforcement musculaire (Dehail et al. 2008 ; Gondin et al. 2011 ; Maffiuletti, 2006 ;
21
Paillard et al. 2005 ; Vanderthommen & Crielaard, 2001). Enfin elle est de plus en
plus sollicitée pour ses prétendues vertus antalgiques et en tant que moyen de
récupération après un effort (Crépon et al. 2007 ; Babault et al. 2011 ; Ziltener &
Chantraine, 1997).
Afin que l’utilisation de l’électrostimulation soit la plus efficace et la plus confortable
possible dans chacun des domaines d’application ci-dessus, certains paramètres, le
protocole et la méthodologie doivent être respectés. Voici la présentation et
l’explication
des
différents
éléments
constituant
la
stimulation
électrique
transcutanée :
2.5.3 Types de courant électrique
Un courant électrique18 peut être constant, cela signifie qu’il est continu et que son
intensité est constante. A l’inverse, il peut être à l’état variable ; son intensité varie,
du coup des impulsions19 sont créées. Il a aussi la propriété d’être soit unidirectionnel
(les électrons circulent dans le même sens, du pôle négatif vers le pôle positif), soit
bidirectionnel. Ce dernier est dépolarisé ; après chaque impulsion le pôle négatif et le
pôle positif s’inversent. Il est davantage sollicité en électrostimulation, car il est plus
efficace, plus confortable pour le patient et ne comprend pas de gros risques de
brûlure chimique contrairement au courant unidirectionnel (Crépon et al. 2007).
2.5.4 Les paramètres de la stimulation électrique
Les trois principaux paramètres à prendre en compte sont : l’amplitude, la durée et la
fréquence des chocs (impulsions) électriques (voir Fig. 7). L’amplitude, mesurée en
milliampère20 (mA), est l’intensité du courant délivré, alors que la durée correspond à
la durée de la phase (Decherchi et al. 2003).
18
Définition : un courant électrique est un déplacement d’ensemble de porteurs de charge électrique,
généralement des électrons, au sein d’un matériau conducteur. Source :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Courant_%C3%A9lectrique, consulté le 8 janvier 2013.
19
Définition : une impulsion est une variation de courte durée d’une grandeur physique avec retour à l’état
initial. Source : Crépon et al, 2011, Electrothérapie, Electrostimulation. Kinésithérapie-Médecine physiqueRéadaptation, p. 2.
20
Un courant d’un ampère correspond au transport d’une charge électrique d’un coulomb par seconde à
travers une surface. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Amp%C3%A8re_(unit%C3%A9), consulté le 7 janvier
2013.
22
Fig. 7: représentation graphique d'un courant électrique bidirectionnel avec l’amplitude, la durée de la phase et du
choc, et la fréquence (i.i) (Decherchi et al.2003. p. 255)
L’impulsion électrique peut également être de deux sortes : l’impulsion progressive et
l’impulsion rectangulaire ou à début brusque. La première impulsion a tendance à
être beaucoup moins utilisée en électromyostimulation. En effet si les impulsions ne
progressent pas suffisamment vite, il y a des risques que le courant atteigne des
intensités élevées sans provoquer d’excitation, alors que, pour ces mêmes intensités,
une impulsion s’établissant instantanément atteint le seuil.
La cellule nerveuse suit la loi du « tout ou rien » ; aucun potentiel d’action ne survient
si l’intensité du stimulus ne dépasse pas le seuil d’excitabilité (qui peut différer selon
la fibre stimulée). Dès le moment où l’intensité atteint ou dépasse ce seuil, la
dépolarisation qui reste, elle, d’une amplitude constante, apparaît. La valeur
minimale de l’intensité d’une impulsion rectangulaire susceptible de provoquer un
potentiel d’action s’appelle la « rhéobase ».
Lors de la stimulation électrique d’une fibre, on cherchera alors à faire passer le
courant moyen le plus bas capable d’atteindre le seuil d’excitabilité, dans le but de
créer un potentiel d’action. L’objectif principal étant de limiter d’éventuelles lésions et
permettre au sujet d’avoir le meilleur confort possible. Le seuil peut être atteint en
augmentant la durée et en diminuant l’intensité et vice-versa. Cette courbe de
relation intensité-durée est spécifique pour chaque tissu et dépend de la profondeur
de ce même tissu (Decherchi et al. 2003).
23
Fig. 8: graphe représentant la relation intensité-durée du stimulus électrique
La fréquence de stimulation (voir Fig. 7, p.20) est le nombre de chocs (impulsions)
générés par seconde (unité : Hertz). Plus la fréquence est haute, plus le nombre de
potentiels d’action déclenchés au cours de la stimulation est élevé. Que la fréquence
soit élevée ou non, le même nombre de fibres est recruté. Cependant l’augmentation
accrue de la fréquence provoque une élévation de la tension générée dans le muscle
(contraction d’intensité plus grande). Lors d’un potentiel d’action, l’excitabilité de la
cellule est totalement modifiée : durant un court laps de temps, la fibre nerveuse
n’est absolument plus excitable. Cette période de temps s’appelle la « période
réfractaire ». Cette dernière est le facteur qui limite alors le nombre d’influx produit
par le motoneurone (Decherchi et al. 2003).
2.5.5 Recrutement des fibres musculaires sous électromyostimulation
Il convient de rappeler que lors d’un travail musculaire volontaire d’intensité
croissante, les fibres musculaires de type I sont recrutées avant celles de type II. En
effet le diamètre du motoneurone d’un réseau de fibres lentes est plus petit, ce qui
facilite sa dépolarisation ; c’est le principe de Henneman21. Comme l’expliquent
plusieurs auteurs dans leur article (Dehail et al. 2008 ; Feiereisen et al. 1997 ;
Maffiuletti et al. 2010), le recrutement des fibres sous électrostimulation a dans un
premier temps été expliqué comme étant simplement l’inverse du principe de
Henneman. En effet les axones des motoneurones de fibres II ayant un diamètre
plus grand, ils étaient plus facilement excitables par une source externe d’électricité.
Cette théorie a notamment été soutenue dans plusieurs études (Cabric et al. 1988 ;
Heyters et al. 1994 ; Trimble & Enoka. 1991, cités par Maffiuletti et al. 2010, p. 227).
21
Cf. chapitre 2.1.4
24
Le principal bénéfice était de pouvoir sélectionner et entraîner un certain type de
fibres (ici les fibres rapides).
Dans un deuxième temps, cette théorie a été remise en question et des études ont
été menées dans le but d’éclaircir ce point (Crépon et al. 2007 ; Dehail et al. 2008 ;
Feiereisen et al. 1997 ; Gregory & Bickel, 2005 ; Maffiuletti et al. 2010). Afin
d’essayer de discriminer au mieux le recrutement des fibres musculaires, les auteurs
se sont basés sur divers critères, dont voici les principaux : le degré d’excitabilité, la
vitesse de conduction, le degré de fatigabilité (Thépaut-Mathieu, 1998).
Ils ont découvert que la contraction musculaire induite par l’électricité était
caractérisée par une sollicitation métabolique élevée dans les zones superficielles du
muscle, par rapport aux zones profondes. Cela prouve que le recrutement spatial
s’opère superficiellement. Ce phénomène résulte de la propagation du courant
électrique d’abord dans les tissus localisés sous l’électrode. Plus intense sera le
courant, plus profond se fera le recrutement d’unités motrices (voir Fig.9).
Fig. 9: recrutement spatial des fibres selon l'intensité du courant (Crépon et al. 2007. p. 7)
De plus, comparée à une contraction volontaire lors d’un développement de force, la
contraction électro-induite provoque une sollicitation énergétique beaucoup plus
importante. Cela n’est apparemment pas expliqué par une sollicitation accrue des
fibres
rapides
(plus
rapidement
fatigable
que
les
fibres
lentes)
sous
électromyostimulation, mais par ces différents points :
-
Sous électromyostimulation, la même population d’unités motrices est
recrutée en continu durant l’intégralité de l’exercice, alors qu’en temps normal,
25
le système nerveux alterne de manière régulière le pool des unités motrices
en activité ;
-
La fréquence de stimulation utilisée est généralement proche de la fréquence
maximale de décharge naturelle des unités motrices les plus rapides ;
-
Lors d’un exercice physique volontaire, l’activation du muscle se fait de
manière asynchrone ; au contraire l’électromyostimulation recrute les axones
motoneuraux de manière synchrone (Crépon et al. 2007).
Selon Gregory & Bickel (2005) et Maffiuletti et al. (2010), il semble donc erroné de
penser
que
le
principe
de
recrutement
des
fibres
musculaires
sous
électromyostimulation est simplement l’inverse de celui de Henneman. Les fibres
rapides et les fibres lentes sont recrutées de manière non sélective aussi bien lors
d’une basse que lors d’une haute intensité de stimulation. Il ne faut en outre pas
oublier de prendre conscience de l’importance du placement et de la taille des
électrodes, qui peuvent jouer un rôle prépondérant ; de petites électrodes tendent à
concentrer le courant sur une zone ciblée du muscle, contrairement aux plus
grandes.
2.6 Effets escomptés de l’électromyostimulation
récupération post-effort d’un muscle
sur
la
Après un effort physique, les sportifs amateurs ou professionnels peuvent utiliser un
appareil électrostimulateur dans le but d’accélérer la récupération du ou des muscles
fatigués ou courbaturés. Les deux principaux effets attendus sont les suivants :
-
La propagation de courants électriques dans le muscle provoque la
contraction de ce dernier, ce qui accélère la circulation sanguine locale. Cela,
à l’image d’une technique de récupération active comme un léger footing,
permettrait alors d’éliminer plus rapidement les métabolites produits par les
contractions répétées du muscle durant l’effort. Ce phénomène accélérerait la
régénération neuromusculaire du muscle (Babault et al. 2011 ; Barnett, 2006 ;
Lattier et al. 2004)
-
La deuxième vertu de l’électromyostimulation se trouverait dans la réduction
de la douleur musculaire post-effort. En effet le courant électrique stimulerait
les fibres nerveuses sensorielles, ce qui causerait une inhibition sensitive au
26
niveau de la moelle épinière. Dans un autre mécanisme, ce même courant
provoquerait la libération d’endorphines, neurotransmetteurs ayant une
propriété analgésique (Babault et al. 2011 ; Crépon et al. 2007 ; DeSantana et
al. 2008 ; Rushton, 2002 ; Tiidus, 2008).
2.6.1 Etat actuel de la recherche sur le sujet
Dans le cadre de ce travail, nous avons les moyens nécessaires de mettre au point
un test pour lequel il s’agit de mesurer l’efficacité de l’électromyostimulation en tant
que technique de récupération à moyen terme sur un muscle courbaturé. Plus
précisément, nous avons l’opportunité de pouvoir mesurer la hauteur de saut, la
force maximale et explosive (facteurs neuromusculaire ou physiologique) d’un
groupe de muscles et la perception de la douleur chez des sujets. Ce sujet de
recherche a déjà plusieurs fois été étudié par le passé, mais rares sont les travaux
contenant des résultats significatifs nets et révélateurs. Surtout, les méthodes
utilisées
sont
difficilement
comparables,
essentiellement
concernant
les
paramétrages utilisés.
Alors que pour Crépon et al. (2007) le plus efficace et confortable des courants
électriques sollicités pour la récupération après des courbatures est un courant
bidirectionnel, à impulsion rectangulaire, à durée d’impulsion brève et à basse voire
très basse fréquence (de l’ordre de 2 à 50 Hz), il n’en est pas de même pour tous les
auteurs ayant effectué des recherches sur le sujet. Dans leur étude Allen et al.
(1999) ont utilisé des micro-courants avec des fréquences comprises entre 0.3 et 30
Hz (en anglais : MENS). Butterfield et al. (1997) ont eux sollicité des courants à
haute fréquence (jusqu’à 120 Hz) dans leurs recherches (en anglais : HVPC). En
2004 McLoughlin et al. ont fait appel à un courant unidirectionnel à haute fréquence
(120 Hz), abrégé en anglais MHVS. Un autre type de courant est plus régulièrement
utilisé dans les études sur le sujet : la stimulation électrique transcutanée (Denegar &
Perrin, 1992 ; DeSantana et al. 2008 ; Vanderthommen et al. 2007). Le TENS (en
anglais) est un courant à basse ou haute fréquence et à durée d’impulsion longue
(200 µs). Enfin, un des types de stimulations les plus employés ces dernières années
(Lattier et al. 2004 ; Tessitore et al. 2007, 2008) se trouve être la stimulation
électrique à basse fréquence et à durée d’impulsion élevée (250 µs) (en anglais :
LFES).
27
Le schéma ci-dessous résume de manière claire et simplifiée les effets connus et
attendus à l’application de ces différents types de courants électriques.
Fig. 10: aperçu schématique des différents types de courants appliqués et leurs effets connus (flèches pleines) et
attendus (flèches traitillées) (Babault et al. 2011. p. 2503)
Cependant entre les effets à ce jour connus et attendus, quels sont ceux qui ont été
testés et complètement approuvés ?
S’agissant de la récupération des paramètres neuromusculaires (dans notre cas la
force maximale), force est de constater que dans toutes les principales études
menées sur le sujet, l’effet escompté n’apparaît pas. En effet, dans leurs études,
Vanderthommen et al. (2007,2010) n’ont trouvé aucune différence entre une
technique de récupération par stimulation électrique à basse fréquence (LFES) et
une technique de récupération active ou même passive. Denegar & Perrin (1992)
partagent la même conclusion, malgré l’application dans leur cas d’une stimulation
électrique transcutanée (TENS).
Ces études-là n’appliquaient ces différentes techniques de récupération qu’une seule
fois et immédiatement après la session d’exercices fatigants. McLoughlin et al.
(2004) ont de leur côté appliqué une séance de stimulation, à l’aide d’un courant
unidirectionnel à haute fréquence (MHVS), à huit reprises dans les cinq jours suivant
une session d’exercices fatigant les muscles fléchisseurs du coude. Mais de
nouveau, les résultats ne sont pas significatifs. Butterfield et al. (1997), Lattier et al.
(2004), et Martin et al. (2004, cité par Babault et al. 2011, p. 2504) ont tous fait leurs
28
recherches sur les muscles extenseurs du genou. Les premiers ont utilisé des
courants à haute fréquence (HVPC), alors que Lattier et son équipe ont eu recours à
des stimulations électriques à basse fréquence. Dans tous les cas, la méthode de
récupération par stimulation électrique n’était pas significativement meilleure que les
méthodes actives ou passives sur ce groupe de muscles. Dans de très rares cas,
comme dans les études de Vanderthommen et al. (2007) et Beaven et al. (2013), des
résultats démontrent que le taux de créatine kinaze dans le sang tend à diminuer
légèrement
durant
la
période
de
récupération
grâce
à
l’utilisation
de
l’électromyostimulation. Cette diminution peut être perçue comme une réduction de la
réponse inflammatoire qui accompagne les lésions musculaires.
Dans un second registre, l’application d’un courant électrique aurait la faculté de
réduire la sensation de douleur provoquée par les courbatures. Encore une fois
plusieurs types de courant sont utilisés, cependant dans la plupart des cas les
résultats sont contradictoires.
Dans leur étude en 1992, Denegar & Perrin affirment qu’une stimulation électrique
transcutanée (TENS) à haute fréquence est plus efficace qu’une technique de
récupération passive et en conditions « placebo ». Quatre ans plus tard Craig et al.
(1996) contredisent l’étude précédente en découvrant que le TENS, utilisé à haute
ou basse fréquence sur les muscles fléchisseurs du coude, n’a pas plus d’effet
qu’une simple récupération passive. Dans leur revue, DeSantana et al. (2008) font la
synthèse des dernières études (2005 à 2008) menées sur le traitement de toutes
sortes de douleurs par le TENS. Ils restent convaincus que les paramètres de
stimulation sont un facteur prépondérant, principalement l’intensité ; elle devrait être
élevée (intensité maximum tolérée par le patient). Selon Allen et al. (1999),
l’utilisation de MENS dans les jours suivants l’induction de courbatures dans le
muscle du biceps brachii ne semble pas accélérer ou modifier la réduction de la
douleur. Au contraire ce type de courant induit un effet analgésique temporaire selon
Denegar et al. (1992, cité par Babault et al. 2011, p. 2505) entre vingt-quatre et
quarante-huit heures après l’induction des courbatures. Butterfield et al. (1997)
concluent dans leur étude que le HVPC est tout autant inefficace que le MENS, alors
que McLoughlin et al. (2004) affirment que le MHVS a un effet notoire, à condition
qu’il soit appliqué tôt et à de nombreuses reprises après l’induction des courbatures.
Enfin le LFES semble avoir un manque d’effets positifs dans plusieurs études (Martin
29
et al. 2004, cité par Babault et al. 2011 ; Tessitore et al. 2008 ; Vanderthommen et al.
2007, 2010). Seule une étude de Tessitore et al. (2007) relève un effet positif sur la
diminution de la douleur.
Tous ces résultats contradictoires semblent être la conséquence d’une grosse
hétérogénéité dans les méthodes utilisées. Outre l’application de différents types de
courant électrique (avec une intensité souvent négligée), les exercices induisant les
courbatures sont rarement semblables et sont appliqués sur différents groupes
musculaires. De plus, certaines études suivent un protocole précis dans la manière
de fatiguer les muscles ou de leur induire des courbatures (McLoughlin et al. 2004 ;
Vanderthommen et al. 2010), alors que d’autres réalisent leurs expériences en
situations sportives habituelles (Heyman et al. 2009 ; Tessitore et al. 2008). Enfin,
l’évaluation de la perception de la douleur est un paramètre subjectif, néanmoins
c’est dans ce domaine que les effets les plus positifs ont été trouvés. Selon Babault
et al. (2011), l’électromyostimulation ne comble pas les attentes d’un point de vue
neuromusculaire, mais apparaît comme étant une bonne alternative à une méthode
de récupération post-effort lorsque la douleur est le facteur limitant le plus important.
Sur la base de la partie théorique ainsi que des résultats et conclusions exposés
dans les études susmentionnées, il va s’agir à présent de mesurer les effets de
l’application de l’électrostimulation comme moyen de récupération sur un muscle
courbaturé après un effort intense et inhabituel, d’un point de vue physiologique,
mais aussi perceptif (sensation de douleur). Ceci est rendu possible principalement
grâce à la disponibilité d’une population de trente individus et à l’utilisation de
moyens d’évaluation et d’instruments de recherche mis à disposition par l’Université
de Fribourg et décrits dans la partie méthodologique qui suit.
30
3. Méthodologie
3.1 Population de l’étude
Dans le cadre de cette étude, il a été décidé de retenir des individus de sexe
masculin, moyennement sportifs dont le volume de pratique sportive se situe entre
deux et huit heures d’activité physique par semaine. L’âge des participants est
également un critère qui a été pris en considération (> 18 et > 30 ans). D’autres
conditions étaient liées au respect du protocole :
-
Le sujet n’a pas réalisé d’activité physique intense et/ou inhabituelle dans les
dernières vingt-quatre heures ;
-
il n’a pas ressenti de quelconques courbatures dans les mollets dans les deux
dernières semaines ;
-
il n’est pas sous l’emprise de suppléments ou de médicaments administrés
dans le but de lutter contre de quelconques courbatures et/ou de favoriser une
régénération musculaire accélérée ;
-
il n’a pas été malade, ni atteint par un virus dans les quinze derniers jours, y
compris le jour du test ;
-
enfin, il ne ressent aucune douleur musculaire susceptible de nuire au bon
déroulement du test.
Les critères et les conditions à respecter étaient vérifiés le premier jour du test par un
document officiel issu de Swiss Olympic Medical Centers : le questionnaire de
préparation d’avant test22. Il convient de préciser que cette liste de contrôle a été
complétée au niveau du dernier point de son contenu, dans l’optique de pouvoir
examiner toutes les conditions préalablement citées.
Les sujets de l’expérience étaient scindés en deux groupes : une moitié des individus
formait le groupe « Contrôle » (C) et l’autre constituait le groupe « Expérimental »
(E).
Concernant la première condition susmentionnée, cinq sujets avaient effectué un
effort la veille du premier jour du test. Cependant dans tous les cas, l’effort était
habituel et n’était pas particulièrement intense ; les sujets en question ne
22
Cf. annexe 11.1
31
ressentaient donc aucune fatigue accrue ou courbature quelconque le premier jour
du test. En outre, personne n’a souffert de courbature dans les quinze jours
précédents le premier jour du test, à l’exception de quatre sujets. Après discussion
avec les quatre intéressés, il s’est avéré que ces courbatures n’ont pas duré plus de
vingt-quatre heures et qu’elles consistaient en de très légères douleurs musculaires
diffuses dans les gros muscles des membres inférieurs.
Trois sujets ont annoncé avoir subi un léger rhume dans les deux dernières
semaines avant le début du test, alors qu’un sujet a été victime d’une gastroentérite.
Ce dernier sujet a toutefois signalé que le processus de guérison était terminé depuis
une semaine et qu’il avait déjà recommencé la pratique d’activités physiques durant
les quelques jours précédant le début du test. Enfin, trois sujets ont déclaré avoir de
légers maux de dos ou de cheville le premier jour du test ; ces douleurs ne les ont
pas empêchés d’effectuer le test de manière optimale.
Après vérification des conditions de base, aucun sujet n’a donc été écarté du test.
Tous étaient aptes à effectuer l’entier du test dans les meilleures dispositions.
3.2 Protocole de test
Afin que l’organisation et le déroulement du test se passent au mieux et que le timing
prévu soit respecté, un tableau exposant le protocole en détail a été élaboré. Il a été
remis et décrit à chaque sujet en tout début de test (voir Tab. 1).
Tab. 1: présentation du protocole en détail
Planification
Méthodologie
Explications/informations
date
Les sujets n’ont pas effectué d’activité physique intense durant les 24h avant le début du test. Ils n’ont
également eu aucune courbature au mollet dans les deux semaines précédant le test. Lieu : labo et salle de
tests du fitness de Pérolles II
1) Accueil des sujets, transmission
1 ère étape
Date à convenir
d’informations utiles, Evaluation
perceptive de la douleur (questionnaire)
2) Mesure des forces sur les mollets
3) échauffement protocolé de 4’ sur tapis de
course
4) 10’ de course à pied en marche arrière
sur tapis de course incliné de 14%, à une
vitesse de 8 km/h
5) 10’ de repos et évaluation perceptive de
la douleur (questionnaire)
6) Mesure des forces sur les mollets
7) Explications de la méthodologie à
adopter pour les deux groupes (E et C)
8) Début de la phase de récupération pour
ère
les deux groupes (1 séance d’EMS le
32
2ème étape
1)
2)
3ème étape
1)
2)
4ème étape
1)
2)
soir même)
Evaluation perceptive de la douleur
(questionnaire) pour les groupes E et C
Mesure des forces sur les mollets pour
les groupes E et C.
Evaluation perceptive de la douleur
(questionnaire) pour les groupes E et C.
Mesure des forces sur les mollets pour
les groupes E et C.
Evaluation perceptive de la douleur
(questionnaire) pour les groupes E et C.
Mesure des forces sur les mollets pour
les groupes E et C.
1 jour après le test
physique (24h)
3 jours après le test
physique (72h)
5 jours après le test
physique (120h)
A la fin du premier jour du test, les sujets des deux groupes se sont vus remettre un
journal de bord, dont le contenu leur a permis de les accompagner et les guider tout
au long des six jours du test. Ce journal comprenait notamment les rappels quant aux
heures d’applications du courant électrique ainsi que trois conditions à prendre en
compte, en vue de ne pas fausser les résultats finaux de l’étude. Il y figurait
également une marche à suivre aidant les sujets du groupe E à disposer
correctement de l’appareil électro stimulateur23
Les jours un, trois et cinq suivant le premier jour du test, tous les sujets revenaient au
laboratoire à la même heure ; celle à laquelle ils avaient débuté le test du premier
jour. La disponibilité limitée de certains sujets pendant la semaine du test a causé
quelques modifications de l’heure de certains rendez-vous. En effet une marge
d’erreur de plus ou moins trente minutes a été observée dans quelques cas.
Toujours selon la disponibilité des sujets, les tests se sont déroulés entre dix et vingt
et une heures, généralement du lundi au samedi.
3.3 Evaluations et instruments de recherche
3.3.1 Questionnaire perceptif de la douleur
Après avoir reçu, pris connaissance et rempli les documents nécessaires au test, les
sujets ont dû remplir une première fois un questionnaire relatif à la perception de la
sensation de douleur ressentie dans les mollets.
La douleur est une expérience subjective et multidimensionnelle propre à chaque
individu ; cette dernière peut avoir des aspects sensoriels, émotionnels et cognitifs. Il
existe différents moyens de la mesurer, mais elle reste néanmoins relativement
23
Cf. annexes 11.3, 11.4 et 11.5
33
approximative selon la personne effectuant l’évaluation. Dans le cas de notre étude,
plusieurs types d’échelles ont été combinés afin de tenter d’être le plus explicite et le
plus précis possible lors de l’évaluation de la perception de la douleur. L’instrument
ci-dessous a été principalement réalisé sur la base d’un document appelé «Universal
Pain Assessment Tool »24 et modifié dans le but d’être le plus clair possible
s’agissant de l’état dans lequel se trouvent les mollets des sujets.
En français :
Aucune
douleur
Légère
douleur lors
de
mouvement
(spéciale
ment
marche),
pouvant
être ignorée
Douleur
modérée, en
mouvement,
interférant
avec les
tâches
Douleur forte,
interférant
avec la
concentration
lors de simples
mouvements
Douleur
sévère,
interférant
avec les
besoins de
base lors de
simples
mouvements
La pire
douleur
possible,
requérant
un repos
total, sans
bouger.
Cet instrument permet au sujet de communiquer l’intensité de sa douleur, au moyen
de plusieurs échelles. Ici l’échelle numérique, allant de un à dix et permettant au
sujet de donner une note sur la douleur ressentie, est combinée avec une échelle
verbale simple. Cette dernière permet un ressenti de la douleur par paliers. Cet
instrument est complété par l’échelle des visages « smilies » et une description de la
tolérance à l’activité pour chaque palier.
24
Disponible sur : http://www.pamz.com/Physical_Assessment/assessment.htm
34
3.3.2 Instruments de mesure de la force du mollet
Afin de mesurer le plus précisément possible les différentes
variables liées à la force maximale qu’émet la contraction
simultanée des muscles gastrocnémien et soléaire d’un sujet, une
salle de laboratoire dans le bâtiment de Physique de Pérolles II à
l’université de Fribourg met à disposition deux instruments de
mesure (voir Fig. 11).
Le premier instrument est un dispositif complexe, spécialement
fabriqué par le Prof. Dr. Wolfgang Taube et son équipe. Il s’agit
d’un outil conçu pour mesurer, entre autres, la force maximale
Fig. 11: représentation
du muscle du soléaire
et des deux chefs du
muscle gastrocnémien
de contraction du mollet d’un individu.
Description de la position à adopter en
vue
d’une
utilisation
adéquate
de
l’instrument : comme il est visible sur
l’image ci-contre (voir Fig.12), le sujet se
tient les fesses appuyées contre une table
avec la jambe (droite) d’appui au sol. La
jambe
gauche
est
déposée
sur
le
dispositif de manière à placer le talon et le
bout du pied aux endroits prévus à cet
effet. Durant toute la prise de mesures le
sujet appuie ses bras et le haut de son
corps sur le
montant
métallique
de
l’instrument afin d’éviter que ce dernier ne
bouge. Enfin pour une meilleure stabilité
de la jambe dont le pied est déposé sur
Fig. 12: position à adopter sur l'instrument
l’instrument, une ceinture immobilise
cette dernière.
Déroulement de la prise de mesures : à l’avertissement sonore de l’examinateur,
le sujet effectue de toutes ses forces une flexion plantaire du pied gauche déposé
sur l’instrument pendant deux à trois secondes. Cette opération est répétée à cinq
35
reprises, espacées les unes des autres de dix secondes de repos. Une fois cette
séquence terminée, le sujet en fait de même avec sa jambe droite.
Variable calculée lors de l’exécution d’une flexion plantaire
-
Force maximale (Force max) en Newton (N) de la jambe forte et de la jambe
faible
-
Force explosive (Force exp) en Newton par milliseconde (N/ms) de la jambe
forte et de la jambe faible
Fig.13: graphe représentant l'évolution de la force en fonction du temps (trait noir) calculée lors d'une exécution
de la tâche demandée sur l'instrument de recherche conçu pour mesurer la force du mollet d'un individu. En
rouge, les deux variables mesurées sur cet instrument : la force explosive (qui correspond au degré d’inclinaison
de la pente) et la force maximale émises par le mollet du sujet.
Le second instrument de recherche, complémentaire au premier, est une plateforme
de force de forme rectangulaire sur laquelle un individu peut procéder à plusieurs
types de sauts. Cet outil, au nom scientifique de OR6-7 et d’une surface de 508/464
mm, a été conçu par Advanced Mechanical Technology Inc., Watertown, MA, USA. Il
permet de mesurer de nombreuses variables. Les plus importantes sont les
suivantes : Hauteur (cm), Vitesse (cm/s), Force (N) et Force explosive (N/ms).
Description de la technique de saut à adopter en vue d’une utilisation adéquate
de l’instrument : le sujet effectue un saut de détente (Counter Movement Jump en
anglais). Pour cela, il commence par se tenir debout et immobile, le regard dirigé
vers l’avant et les mains posées sur les hanches. Au moment de débuter l’exécution
du saut, le sujet prend un certain élan en fléchissant les genoux, puis les tend
36
énergiquement et saute en gardant une trajectoire verticale. Ses mains restent
posées sur ses hanches du début à la fin du saut. Le but, dans notre cas, étant
d’aller chercher la hauteur maximale de saut. Le sujet amortit la réception de son
saut et se replace dans sa position initiale (voir Fig. 14).
Fig. 14: déroulement d'un saut de détente (CMJ)
Déroulement de la prise de mesures : à l’avertissement sonore de l’examinateur,
le sujet effectue un saut de détente. Cette opération est répétée à cinq reprises,
espacées les unes des autres de cinq secondes.
Variable calculée lors de l’exécution d’un saut:
-
Hauteur en mètre (m), calculée à partir du temps de vol en milliseconde
-
Force maximale (Force max) en Newton (N)
-
Force minimale (Force min) en Newton (N)
37
Fig.15: graphe représentant l'évolution de la force en fonction du temps (trait noir) lors de l'exécution d’un saut de
type CMJ sur la plateforme de force. En rouge, les trois variables mesurées sur cet instrument : la force minimale,
la force maximale et la hauteur de saut (calculée à partir du temps de vol en milliseconde).
Toutes les données étaient traitées et enregistrées par le biais d’un programme
informatique (Imago, conçu par la Compagnie Pfitec). Elles étaient enregistrées avec
une fréquence de deux cents Hertz et étaient stockées dans la mémoire informatique
des deux ordinateurs utilisés dans le cadre du test.
Remarque : pour obtenir des variables précises et valides lors des tests,
l’examinateur expliquait et démontrait, ou simplement rappelait la technique à
adopter au sujet avant chaque exécution sur les deux instruments susmentionnés.
Après un essai « à vide » réussi de la part du sujet, ce dernier s’installait et débutait
la prise de mesure avec un avertissement sonore de l’examinateur comme point de
départ.
3.3.3 Induction des courbatures sur le tapis de course
L’évaluation perceptive de la douleur ainsi que les prises des différentes mesures
étaient effectuées dans le laboratoire. Pour parvenir à induire des courbatures
suffisamment intenses dans le mollet du sujet, il a fallu avoir recours à un protocole
de course spécifique, qui ne pouvait être appliqué que sur un tapis de course à la
salle de fitness de Pérolles II. Ce protocole, utilisé en 2007 par Law & Herbert et
proposé par le co-conseiller de ce travail Alain Rouvenaz, a été testé à plusieurs
reprises par l’examinateur avant d’être validé et utilisé sur les sujets.
38
Description du dispositif : la partie arrière d’un tapis de course de la marque
« Kettler Traveller » a été surélevée à l’aide d’un step et d’une planche en bois dans
le but de créer une pente égale à quatorze pourcent. Une fois le dispositif prêt à
l’emploi, le sujet y prenait place et pouvait débuter sa course en marche arrière.
Fig. 16: aperçu du dispositif en situation de test
Dans cette tâche, chaque pas exécuté vers l’arrière et en
descente force le sujet à gérer et freiner son mouvement dans
l’optique de courir sans arrêt et à vitesse constante. Le sujet
exerce donc un travail excentrique ; il y a mise en tension durant
l’allongement du muscle du gastrocnémien. Il s’est avéré que la
partie supérieure du muscle était la plus touchée par les
courbatures les jours suivant l’exécution de la tâche (voir Fig.
17).
Déroulement du test de course : le sujet effectuait un
échauffement de course protocolé ; il exécutait une course de
quatre minutes en marche avant sur un tapis de course réglé à
la vitesse de huit km/h. Puis, sans transition notable, il
entamait la course en marche arrière d’une durée de dix
39
Fig. 17: zone du mollet la
plus touchée par les
courbatures
minutes à une vitesse de huit km/h sur le dispositif susmentionné.
Remarque : comme l’exercice à réaliser sur le dispositif était inhabituel, voire
inconnu, l’examinateur procédait à une mise en route progressive du tapis de course
dans un but d’adaptation du sujet. Il augmentait la vitesse de course du sujet durant
une minute et trente secondes jusqu’à atteindre la vitesse de croisière de huit km/h.
3.4 Récupération par électromyostimulation
Cette étude n’aurait pas pu être mise sur pied sans la participation de la société
Compex Médical SA. C’est en effet elle, par l’intermédiaire de l’un de ses
représentants M. Donato Stefanelli, qui a fourni les appareils électro stimulateurs
permettant au groupe E de cette étude de suivre une récupération active. Il convient
de présenter cette société en quelques lignes.
Cette marque, d’origine suisse, est active dans les domaines de la rééducation, du
traitement de la douleur et de l’entraînement sportif depuis plus de vingt ans. Avec
les années, l’électrostimulation, produit phare de la société, s’est approprié une place
de choix aux côtés des professionnels de la santé et des sportifs les plus exigeants.
Outre la rééducation et le traitement de la douleur, l’électrostimulation est une
technique d’entraînement utilisée pour la préparation physique, la prévention des
blessures et la récupération musculaire.
3.4.1 Modèles d’appareil d’électrostimulation et récupération active
Les derniers appareils électro stimulateurs en vogue de la marque Compex
proposent un certain nombre de programmes dans un but de récupération
musculaire. Les modèles prêtés par la société étaient le « Compex Mi-Sport » et le
« Compex Performance ».
40
Fig. 18: modèles des appareils prêtés par la firme Compex
Sous la fonction « Récupération » de ces appareils, quatre programmes étaient à
choix :
1) Récupération active
2) Massage relaxant
3) Massage régénérant
4) Décrassage
Après lecture des présentations et des objectifs de ces différents programmes de
récupération dans le manuel d’utilisation officiel25 des appareils de la société,
l’utilisation de la fonction « Récupération active » se révélait être la plus appropriée
dans le cadre de cette étude. C’est ce qu’a confirmé par la suite M. Donato Stefanelli.
Voici les effets bénéfiques attendus par l’utilisation d’un tel programme selon la
société :
1) Le débit sanguin local augmente fortement, ce qui permet un meilleur
drainage des toxines26 musculaires.
2) Il y a augmentation de la production d’endorphine, une substance naturelle
aux
propriétés
antalgiques,
provoquant
une
réduction
des
douleurs
musculaires.
25
26
Disponible sur : http://www.electrostimulateurs-manuels.fr/manuels-compex/manuels-compex.php
Métabolites produits par les contractions répétées du muscle durant l’effort
41
3) Réduction de la tension musculaire par un effet relaxant des fibres
musculaires.
Compex Médical SA rajoute que, à l’inverse des programmes de renforcement
musculaire,
le
programme
de
récupération
active
de
leurs
appareils
d’électrostimulation n’engendre pas de puissantes contractions ; il provoque des
secousses musculaires élémentaires induisant une sensation de massage.
3.4.2 Paramètres de la séance d’électromyostimulation
L’intensité du courant électrique était totalement gérée par le sujet lui-même du
début à la fin de la séance. Toujours selon le manuel officiel de la marque, le sujet
devait veiller à maintenir des intensités de stimulation aptes à fournir des secousses
musculaires visibles et bien prononcées27. L’examinateur complétait cette consigne
en précisant au sujet qu’il pouvait réguler l’intensité selon sa propre tolérance à la
douleur et au bien-être.
La fréquence émise par l’appareil électro
stimulateur
dans
le
programme
de
récupération évolue au cours de la séance.
Elle débute à une valeur de neuf Hertz, puis
au fil des minutes ralentit jusqu’à obtenir une
valeur de un Hertz en fin de séance.
Les électrodes sont placées sur les points
moteurs des muscles. Dans notre cas ce
sont les endroits du muscle les plus touchés
par les courbatures, là où la douleur se fait le
plus ressentir (Vanderthommen & Crielaard ;
Ziltener & Chantraine, 1997). Gondin et al.
(2011) précisent également qu’il faut être
attentif à ne pas appliquer les électrodes sur
d’autres muscles (antagonistes) ou des
27
Fig. 19: aperçu de la position des électrodes sur les
mollets
Les termes « visibles » et « bien prononcées » signifient que de l’extérieur le sujet apercevait le mouvement
de contraction de son mollet et devait ressentir une contraction globale, c’est-à-dire de l’entier du muscle du
gastrocnémien
42
tendons. Un schéma indiquant la connexion ainsi que la position des électrodes sur
les mollets était représenté sur les documents remis aux sujets du groupe E28.
3.4.3 Protocole de la séance d’électromyostimulation et de la période de
récupération passive
A l’issue du premier jour du test, on expliquait et démontrait aux sujets du groupe E
la méthodologie à adopter en vue d’accomplir une récupération active conforme au
protocole. Il leur était demandé de réaliser une séance d’électromyostimulation avec
le programme « récupération active » le jour même du test initial ainsi que les cinq
jours suivant celui-ci, à l’image des études réalisées par Butterfield et al. (1997) et
McLoughlin et al. (2004). En effet ces auteurs et leur équipe ont trouvé dans leur
étude un effet notoire sur la récupération de la force maximale et sur la diminution de
la douleur, à condition d’appliquer le courant électrique à plusieurs reprises dans les
jours suivant l’induction des courbatures.
L’examinateur veillait à ne pas oublier de leur communiquer oralement les trois
conditions à prendre impérativement en compte dans le but de suivre le protocole de
récupération active:
1) Les sujets étaient priés de n’avoir recours à aucun autre moyen de
récupération que celui qui leur avait été imposé pour toute la durée de la
phase de récupération.
2) La séance d’électromyostimulation devait être effectuée à la même heure
chaque jour dans la mesure du possible. La marge d’erreur tolérée était d’une
heure.
3) Lors des jours un, trois et cinq suivant le test initial sur le tapis de course, la
séance d’électromyostimulation devait être effectuée avant le rendez-vous au
laboratoire avec l’examinateur.
Ces trois conditions figuraient sur les documents remis aux sujets du groupe E à la
fin du premier jour du test, à la suite du journal de bord 29.
Positionnement du corps durant l’électromyostimulation : comme le programme
« Récupération active » de l’appareil induit de simples secousses musculaires, il est
28
29
Cf. annexe 11.5
Cf. annexe 11.4
43
stipulé que le sujet peut se positionner de la manière la plus confortable qui soit
durant toute la durée de la séance (soit vingt-quatre minutes et vingt secondes, un
temps prédéfini par l’appareil). Il doit néanmoins faire attention à laisser son mollet
au repos durant toute la durée de la séance. Cette dernière a donc été réalisée
généralement en position assise ou couchée sur le ventre.
Les sujets du groupe C étaient, eux, informés du comportement à adopter
concernant la phase de récupération passive. Ils étaient priés d’appliquer la première
des trois conditions susmentionnées pendant toute la durée du test.
3.5 Traitement et analyse statistique des données
A l’issue des tests, toutes les données numériques ont été relevées et retranscrites
dans un fichier Excel. Les valeurs exprimées dans l’étude sont des moyennes. Dans
un premier temps, une analyse des variances à un facteur (ANOVA) a été utilisée
pour évaluer les changements dans le temps entre les deux variables dépendantes
(récupération passive ou groupe C versus récupération avec l’électromyostimulation
ou groupe E). Puis, pour chaque variable dépendante, les différences entre deux
valeurs moyennes obtenues à tout point dans le temps entre les deux groupes
étaient examinées grâce à l’utilisation du test-t de Student (bilatéral). Dans tous les
cas l’indice p < 0.05 était considéré comme statistiquement significatif, alors que p <
0.10 représentait une tendance.
44
4. Résultats
4.1 Résultats de la force maximale sur la jambe forte
Comparaison force max sur la jambe forte
force max jambe forte en %
180
160
140
120
100
Groupe C
80
Groupe E
60
40
20
0
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
force max jambe forte en %
160
140
120
100
80
Groupe C
60
Groupe E
40
20
0
p = 0.95
pré test
post test
p = 0.68
1 j. post t.
p = 0.8
p = 0.88
3 j. post t.
5 j. post t.
Groupe C
100
99.42227795 109.5252749 119.9151624 122.4478675
Groupe E
100
98.88295313 104.9800828 116.8789967 124.1849128
Fig. 20: représentations graphiques des résultats de la variable "force max jambe forte" pour le groupe C (orange)
et le groupe E (violet)
Pour la variable « force max sur la jambe forte », l’indice « p » élevé de l’analyse des
variances (0.85) démontre que l’on est loin de relever une différence statistique dans
le temps entre les courbes du groupe C et E (Fig. 20 p. 45). Elles sont presque
identiques et se superposent sur la grosse majorité du graphe. La courbe du groupe
C se distingue de celle du groupe E à la hauteur des stades trois et quatre du test, là
où l’indice « p » du test de Student est égal à 0.68 et 0.8 respectivement. Cependant
une différence aussi minime entre les valeurs (C = 109.52 ± 35.5 % ; E = 104.98 ±
45
23.2 % et C = 119.91 ± 40.6 % ; E = 116.87 ± 26 %) ne laisse place à aucune
significativité statistique, ni même à une tendance.
Remarque : pour cette variable et les trois prochaines, l’unité de l’axe vertical des
graphes est en « pourcent » de la force maximale (N) ou explosive (N/ms) du stade
pré test, étant donné que les deux groupes n’avaient pas les mêmes forces
maximales et explosives moyennes pour les deux jambes avant l’induction des
courbatures.
4.2 Résultats de la force maximale sur la jambe faible
Comparaison force max sur la jambe faible
force max jambe faible en %
180
160
140
120
100
Groupe C
80
Groupe E
60
40
20
0
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
force max jambe faible en %
180
160
140
120
100
80
Groupe C
60
Groupe E
40
20
0
p = 0.44
pré test
post test
p = 0.13
p = 0.36
p = 0.7
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
Groupe C
100
101.194722 113.055575 127.030199 133.200116
Groupe E
100
94.7637112 98.4682796 116.702955 128.819842
Fig. 21: représentations graphiques des résultats de la variable "force max jambe faible" pour le groupe C
(orange) et le groupe E (violet)
46
Concernant la variable « force max sur la jambe faible », l’analyse des variances (p =
0.46) ne révèle pas plus de significativité statistique que dans le cas de la variable
« force max sur la jambe forte », malgré une différence visuelle plus prononcée
visible sur le graphe inférieur de la Fig. 21 (p. 46). En effet aux stades deux, trois et
quatre du test le groupe C possède des valeurs sensiblement supérieures au groupe
E, avec une différence maximum au stade trois (C = 113.05 ± 33.1 % ; E = 98.46 ±
14.3 %), soit un jour après l’induction des courbatures. Néanmoins l’écart se rétrécit
fortement à l’ultime stade du test (C = 133.2 ± 33.9 % ; E = 128.81 ± 28.7 %).
L’analyse des valeurs moyennes des deux groupes à chaque stade du test ne reflète
aucune différence significative ; les indices « p » du test de Student sont compris
entre 0.13 et 0.7.
Remarque : Dans les deux variables précédemment analysées, la moyenne de la
force maximale du stade pré test est inférieure à la majorité des moyennes de la
force maximale des stades suivants.
4.3 Résultats de la force explosive sur la jambe forte
Comparaison force exp jambe forte
force exp jambe forte en %
180
160
140
120
100
Groupe C
80
Groupe E
60
40
20
0
pré test
post test
1 j. post t.
47
3 j. post t.
5 j. post t.
180
force exp jambe forte en %
160
140
120
100
80
Groupe C
60
Groupe E
40
20
0
pré test
p = 0.76
p = 0.96
p = 0.48
p = 0.9
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
Groupe C
100
96.282431 103.319091 97.8898288 112.596115
Groupe E
100
92.0572637 102.761151 110.846382 114.659569
Fig. 22: représentations graphiques des résultats de la variable "force exp jambe forte" pour le groupe C (orange)
et le groupe E (violet)
Les deux graphes (Fig. 22 p. 48) représentant cette variable dépendante sont encore
une fois révélateurs ; les valeurs moyennes des deux groupes à chaque stade du
test sont, de manière générale, très proches. Cette tendance est confirmée par un
indice « p » élevé de l’analyse des variances (0.68). Du début à la fin du test les
deux courbes de la Fig. 22 (p. 48) se superposent, à l’exception du stade quatre, où
une différence négligeable se dessine ; trois jours après l’induction des courbatures,
le groupe E (110.84 ± 53.4 %) possède une force explosive moyenne légèrement
plus haute que celle du groupe C (97.88 ± 45.9 %). Cet écart se traduit par un indice
p = 0.48 du test de Student ; l’indice le plus bas concernant cette variable.
48
4.4 Résultats de la force explosive sur la jambe faible
Comparaison force exp jambe faible
force exp jambe faible en %
180
160
140
120
100
Groupe C
80
Groupe E
60
40
20
0
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
180
force exp jambe faible en %
160
140
120
100
80
Groupe C
60
Groupe E
40
20
0
pré test
p = 0.45
p = 0.65
p = 0.53
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
p = 0.29
5 j. post t.
Groupe C
100
85.5730533 101.567183 102.210741 104.670556
Groupe E
100
92.5954923 96.0065815 94.1659806 122.116414
Fig. 23: représentations graphiques des résultats de la variable "force exp jambe faible" pour le groupe C
(orange) et le groupe E (violet)
Du côté de la jambe faible, l’indice « p » de l’analyse des variances (0.74) montre
que l’évolution dans le temps de la force explosive moyenne entre les deux groupes
n’est pas plus significative que pour la variable « force exp sur la jambe forte ». La
trajectoire des courbes représentatives des deux groupes (Fig. 23 p. 49) ne semble
cependant pas aussi identique que dans le cas de la force explosive sur la jambe
forte, particulièrement en fin de test. En effet la différence la plus flagrante se trouve
à la hauteur de l’ultime stade du test. L’indice « p » du test de Student (0.29) indique
qu’il existe à ce stade une plus grande différence, mais qui est toutefois loin d’être
49
significative ; le groupe E (122.11 ± 48.5 %) termine le test avec une force explosive
moyenne plus élevée que le celle du group C (104.67 ± 41.4 %).
4.5 Résultats de la hauteur de saut des CMJ
Comparaison Hauteur des CMJ
0.38
hauteur des CMJ en m
0.36
0.34
0.32
0.3
Groupe C
0.28
Groupe E
0.26
0.24
0.22
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
0.38
hauteur des CMJ en m
0.36
0.34
0.32
0.3
0.28
Groupe C
0.26
Groupe E
0.24
0.22
0.2
p = 0.45
pré test
p = 0.72
post test
p = 0.89
p = 0.85
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
p = 0.57
Groupe C 0.3193333
0.3113333
0.292
0.2946667
0.3126667
Groupe E 0.3073333
0.3053333
0.2893333
0.2913333
0.3026667
Fig. 24: représentations graphiques des résultats de la variable "hauteur des CMJ" pour le groupe C (orange) et
le groupe E (violet)
Sur le graphe inférieur de la figure ci-dessus (Fig. 24 p. 50), les courbes du groupe C
et E décrivent une trajectoire parallèle et quasiment identique. Le léger décalage
entre les deux courbes provient du fait que les deux groupes n’avaient pas
exactement la même hauteur moyenne de saut mesurée avant l’induction des
courbatures. L’analyse des variances (p = 0.32) indique, dans un premier temps, que
de manière générale il n’y a pas de différence significative entre les deux groupes
50
dans le temps. Dans un deuxième temps, l’analyse des valeurs moyennes des deux
différents groupes à chaque stade du test confirme le résultat révélé par l’ANOVA ;
les indices « p » oscillent entre des valeurs de 0.45 et 0.89. Dans ce cas, il n’existe
donc pas de tendance, et encore moins de significativité statistique.
4.6 Résultats de la force minimale des CMJ
Comparaison force min des CMJ
160
force min des CMJ en %
140
120
100
80
Groupe C
60
Groupe E
40
20
0
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
160
force min des CMJ en %
140
120
100
Groupe C
80
Groupe E
60
40
pré test
p = 0.39
p = 0.89
p = 0.69
p = 0.2
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
Groupe C
100
101.7432003 106.3757108 104.0217085 89.29530233
Groupe E
100
109.0649214 107.4256848 108.9218298 102.3014169
Fig. 25: représentations graphiques des résultats de la variable "force min des CMJ" pour le groupe C (orange) et
le groupe E (violet)
Avec un indice p = 0.16, l’analyse des variances montre qu’aucune différence
statistique n’est à relever entre l’évolution dans le temps de la force minimale du
groupe C et celle du groupe E pour cette variable dépendante. En effet les deux
51
courbes représentées sur la Fig. 25 (p. 51) semblent prendre une trajectoire
identique à quelques détails près. La courbe du groupe C évolue légèrement en
dessous de celle du groupe E, avec une différence maximum au stade ultime du
test ; l’indice « p » du test de Student (0.2) démontre qu’une différence est
perceptible à ce stade du test entre les deux groupes (C = 89.29 ± 19.6 % ; E =
102.3 ± 33.4 %). Néanmoins une fois de plus, aucun indice ne permet de justifier une
réelle significativité statistique, ni même une tendance. Dans ce cas, l’interprétation
des résultats peut se faire de la manière suivante : les sujets vont plus ou moins plier
les genoux selon la douleur ressentie dans les mollets. Si les valeurs sont élevées,
cela signifie que les sujets ont eu une faible amplitude de flexion des genoux, et
inversement.
Remarque : pour cette variable et la prochaine, l’unité de l’axe vertical des graphes
est en « pourcent » de la force minimale ou maximale (N) du stade pré test, étant
donné que les deux groupes n’avaient pas les mêmes forces minimales et
maximales moyennes avant l’induction des courbatures sur la plateforme de force.
4.7 Résultats de la force maximale des CMJ
Comparaison force max des CMJ
140
force max des CMJ en %
120
100
80
Groupe C
60
Groupe E
40
20
0
pré test
post test
1 j. post t.
52
3 j. post t.
5 j. post t.
force max des CMJ en %
120
110
100
90
Groupe C
80
Groupe E
70
60
pré test
p = 0.15
p = 0.33
p = 0.62
p = 0.64
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
Groupe C
100
104.8867291 101.1376339 101.1916561 103.3620084
Groupe E
100
100.0914962 98.21927356 99.34814335 101.53178
Fig. 26: représentations graphiques des résultats de la variable "force max des CMJ" pour le groupe C (orange)
et le groupe E (violet)
Dans le cas de « la force max des CMJ », les courbes représentatives du groupe C
et E (Fig. 26 p. 53) suivent une trajectoire à nouveau presque identique, à la
différence près que cette fois-ci la courbe du groupe E évolue légèrement en
dessous de celle du groupe C. Malgré un indice « p » très proche du seuil de
significativité (0.058), l’analyse des variances indique qu’il n’existe toutefois pas de
significativité statistique entre les deux groupes. L’indice « p » du test de Student le
plus bas pour cette variable dépendante (0.15) concerne le stade deux du test ;
quelques minutes après l’induction des courbatures, la moyenne du groupe C
(104.88 ± 10.9 %) est plus élevée que celle du groupe E (100.09 ± 5.9 %).
Néanmoins encore une fois aucune différence statistique n’est à noter dans ce cas.
53
4.8 Résultats de l’évaluation de la perception de la douleur
indice sur l'échelle numérique de la
douleur
8
7
6
5
4
Groupe C
3
Groupe E
2
1
0
-1
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
indice sur l'échelle numérique de la
douleur
8
7
6
5
4
3
Groupe C
2
Groupe E
1
0
-1
p = 0.34
p = 0.84
p = 0.74
pré test
post test
1 j. post t.
Groupe C 0.33333333 2.66666667 5.53333333
Groupe E
0.2
2.8
5.73333333
p = 0.7
p = 0.09
3 j. post t.
5 j. post t.
5.2
2.33333333
5
1.66666667
Fig. 27: représentations graphiques des résultats de la variable "perception de la douleur" pour le groupe C
(orange) et le groupe E (violet)
Dans le cas de la perception de la douleur musculaire, l’indice « p » (0.92) de
l’analyse des variances est sans équivoque ; il n’y a aucune différence significative
dans le temps entre les groupes C et E. Sur la représentation ci-dessus (Fig. 27 p.
54), il est évident que les deux courbes se confondent presque sur la totalité du
graphe. Seul le stade cinq du test présente un indice « p » (0.09) du test de Student
synonyme de tendance ; au cinquième jour après l’induction des courbatures, le
groupe E (indice sur l’échelle numérique de la douleur = 1.66 ± 0.72) perçoit en
moyenne une douleur moins prononcée que le groupe C (indice = 2.33 ± 1.29). Cette
54
différence n’est toutefois pas suffisante pour qu’il y ait une réelle significativité
statistique.
5. Discussion
Avant de donner une réponse à la première des deux questions de recherche
posées en introduction de ce travail, il est nécessaire d’apporter quelques précisions.
Tout d’abord, le choix de travailler avec des pourcentages, par opposition aux
valeurs absolues, des valeurs de la majorité des variables utilisées dans la
réalisation du test s’est imposé de lui-même. En effet les deux groupes de tests,
n’ayant pas les mêmes prédispositions physiologiques et musculaires, n’étaient pas
homogènes avant le test. Selon les variables étudiées, le groupe Contrôle présentait
des valeurs moyennes pré test plus élevées que le groupe Expérimental (hauteur
des CMJ ; C = 0.319 ± 0.04 m, E = 0.307 ± 0.04 m, force maximale des CMJ ; C =
1643.2 ± 326 N, E = 1601 ± 298.8 N), ou inversement (force maximale sur la jambe
forte ; C = 500.5 ± 156.4 N, E = 557.4 ± 175.2 N, force maximale sur la jambe faible ;
C = 433.18 ± 125.4 N, E = 488.8 ± 129.5 N, force explosive sur la jambe forte ; C =
1804.4 ± 679.4 N/ms, E = 1950.1 ± 860.6 N/ms, force explosive sur la jambe faible ;
C = 1642.5 ± 489.1 N/ms, E = 1896.1 ± 608 N/ms, et la force minimale des CMJ ; C
= 305.1 ± 112.1 N, E = 369.1 ± 138.3 N). Dès lors, un pourcentage par rapport à la
valeur moyenne en pré test était calculé pour les moyennes de chaque stade du test
(pour toutes les variables physiologiques 30 à l’exception de la hauteur des CMJ).
Cette méthode a déjà été utilisée à plusieurs reprises, notamment dans le cadre de
l’étude de Vanderthommen et al. (2007). Dans la mesure où cette méthode n’aurait
pas été exploitée dans le cas présent, les résultats de l’analyse des variances ou du
test de Student auraient certainement été biaisés.
Outre ce choix d’utilisation de pourcentage, il a été décidé de regrouper les valeurs
des variables mesurées sur l’instrument de recherche, conçu pour étudier les forces
du mollet, en forces maximale et explosive sur les jambes forte et faible, et non pas
les jambes gauche et droite. Après lecture visuelle générale des graphiques
représentant l’évolution de la force en fonction du temps sur cet instrument de
30
Elles concernent toutes les variables analysées dans cette étude, à l’exception de la variable de la perception
de la douleur, qui sera, elle, classée de variable « perceptive ».
55
mesure, force a été de constater que les sujets avaient en moyenne une force
maximale et explosive plus élevées dans le mollet de leur jambe forte que de leur
jambe faible31. Cette différence peut s’expliquer par le fait que, selon le sport de
prédilection pratiqué par le sujet, ce dernier présente davantage de force maximale
et explosive dans le mollet de sa jambe d’appel que dans celui de sa jambe d’appui.
Une autre interprétation, plus proche de cette recherche, verrait davantage cette
différence de force comme une conséquence de l’exercice induisant les courbatures
aux sujets ; une adaptation rapide « forcée » sur le tapis de course aurait poussé les
sujets à trouver rapidement une séquence de mouvements leur permettant de
réaliser l’exercice demandé sans l’interrompre. Cependant il se peut que dans la
majorité des cas, l’urgence du moment ait contraint les sujets à adopter une posture
provoquant une modification de leur pas de course habituel en marche arrière, les
obligeant à faire travailler davantage un mollet que l’autre. Un muscle du
gastrocnémien plus lésé que celui de la jambe opposée se traduirait donc par une
perte de force maximale et explosive plus grande dans un mollet que dans l’autre.
Tout en prenant en considération ces quelques précisions, il est temps à présent de
répondre à la première question de recherche posée dans le cadre de cette étude, à
savoir :

L’électromyostimulation provoque-t-elle une accélération du processus de
récupération du muscle du gastrocnémien courbaturé à la suite d’un effort
intense et inhabituel.
Nous sommes en mesure de répondre négativement à cette question ; ni l’analyse
des variances, ni l’utilisation du test de Student n’ont permis de trouver de résultats
significatifs au niveau statistique. Concernant les variables d’ordre physiologique,
aucun indice « p » égal ou inférieur à 0.05 (seuil de significativité) n’a été découvert
lors des comparaisons des moyennes entre les deux groupes à chaque stade du
test.
De manière générale, les graphes représentant en parallèle les courbes des deux
groupes étaient nets et révélateurs ; celles-ci prenaient une trajectoire presque
identique et se confondaient en certains points (Fig. 22 p. 48 et Fig. 26 p. 53). Dans
31
Cf. annexe 11.9
56
le cas de la force maximale sur la jambe forte et la hauteur des CMJ (Fig. 20 p. 45 et
Fig. 24 p. 50), les courbes se confondaient même sur la presque totalité du graphe.
Sans pour autant être synonyme de significativité statistique, la courbe du groupe C
se trouvait même très légèrement en dessus de celle du groupe E dans la majorité
des variables physiologiques suivantes : la force maximale sur la jambe forte et faible
(Fig. 20 p. 45 et Fig. 21 p. 46) et la force maximale et la hauteur des CMJ (Fig. 26 p.
53 et Fig. 24 p. 50). Dans le cas de la force maximale des CMJ, les écarts types sont
restreints et réguliers, et la distinction entre les deux courbes est telle que l’analyse
des variances indique une tendance (p = 0.058). Toutes ces petites distinctions
auraient donc tendance à nous amener vers l’hypothèse inverse formulée dans cette
recherche, à savoir que le processus de récupération du muscle courbaturé serait
plus rapide sans l’utilisation de l’électromyostimulation. Cependant, de si faibles
différences ne permettent en aucun cas de soutenir cette tendance.
Les différences les plus marquantes se retrouvent à de rares stades du test de
quelques variables physiologiques, à savoir au stade trois du test de la force
maximale sur la jambe faible (p = 0.13), au stade cinq du test pour la variable de la
force explosive sur la jambe faible (p = 0.29), au stade cinq du test de la force
minimale des CMJ (p = 0.2) et au stade deux du test de la force maximale des CMJ
(p = 0.15). Néanmoins ces valeurs de l’indice « p » du test de Student restent
considérablement isolées et ne permettent donc pas de dégager une tendance
générale quelconque.
Enfin, il semble nécessaire de revenir sur un aspect déjà brièvement mentionné dans
la partie des résultats. A l’image des études menées par Denegar et Perrin (1992),
McLoughlin et al. (2004), Tessitore et al. (2008) ou encore Vanderthommen et al.
(2007), nous nous attendions à trouver nous aussi une performance pré test
référence plus élevée que les performances mesurées dans les stades suivants du
test, et ceci pour toutes les variables physiologiques (à l’exception de la variable de
la force minimale des CMJ). Manifestement, pour toutes les variables concernées
(force maximale et explosive sur la jambe forte et faible et la force maximale des
CMJ), cela n’a pas été le cas. Au contraire dans certains cas la performance pré test
était même la plus faible enregistrée sur toute la durée du test (Fig. 20 p. 45 et Fig.
21 p. 46). La raison la plus plausible de ces résultats inattendus provient
57
certainement de ce que l’on nomme communément l’apprentissage de la tâche. Pour
reprendre de manière très superficielle la théorie de l’approche cognitiviste
(Delignières & Nourrit, 1997), l’apprentissage se déroule comme une succession
d’étapes. D’abord, le sujet essaie de comprendre l’objectif de la tâche et cherche une
réponse appropriée. Il réussit à exécuter la tâche, mais très souvent de manière
approximative. Dans une deuxième étape associative, il procède à un affinement
progressif du programme moteur, diminue ses erreurs et sa performance devient
meilleure. Ces deux étapes permettraient donc d’expliquer l’amélioration rapide des
performances des sujets sur les deux instruments de mesure lors des différentes
étapes successives du test.
La deuxième question de recherche exposée dans ce travail est formulée ainsi :

L’électromyostimulation
permet-elle
de
diminuer
significativement
les
sensations de douleur accompagnant le muscle du gastrocnémien courbaturé
à moyen terme ?
Dans cette recherche une seule variable permettait de donner une réponse à cette
question, à savoir la variable de la perception de la douleur. Les sujets
communiquaient à l’examinateur, par l’intermédiaire d’un questionnaire élaboré pour
la circonstance, le niveau de douleur ressentie dans les mollets aux cinq stades du
test. Comme annoncée dans la partie des résultats, une fois de plus la comparaison
entre les deux courbes représentant les deux groupes (Fig. 27 p. 54) ne révèle rien
de significatif, hormis une tendance qui se dégage au stade cinq du test (p = 0.09).
En effet cinq jours après l’induction des courbatures la valeur moyenne du groupe E
(indice = 1.66 ± 0.72) est moins élevée que la valeur moyenne du groupe C (indice =
2.33 ± 1.2). Malgré cette tendance, nous sommes en droit d’apporter une réponse à
nouveau négative à cette deuxième question de recherche.
En analysant les quinze valeurs qui composent la valeur moyenne de la perception
de la douleur au stade cinq pour le groupe C (indice = 2.33 ± 1.2), il a été flagrant de
remarquer que deux de ces valeurs tirent de façon non négligeable cette moyenne
vers le haut32 ; cela signifie que chez deux sujets du groupe C, la douleur était
encore vivement présente même cinq jours après l’induction des courbatures. Ce
32
Cf. annexe 11.9
58
phénomène ne s’est toutefois pas passé dans le groupe E, ce qui se traduit par une
valeur moyenne moins élevée au stade cinq du test (indice = 1.66 ± 0.72). Cette
observation
pourrait
nous
amener
à
penser
que
l’application
de
l’électromyostimulation en récupération à des courbatures ne diminue pas de façon
distincte l’intensité de la douleur, mais évite une présence prolongée anormale de la
douleur, comme cela pourrait être le cas dans une récupération passive.
En outre, les résultats du questionnaire de la perception de la douleur ont pu être
influencés selon le moment durant lequel les sujets répondaient à la question ;
certaines études (Babault et al. 2011 ; Denegar et al. 1992 ; McLoughlin et al. 2004)
rapportent qu’un effet analgésique transitoire est perceptible sur la zone de douleur
suite à une séance d’électromyostimulation. Dans notre étude, certains sujets du
groupe E répondaient au questionnaire seulement quelques minutes après la séance
d’électromyostimulation, alors que d’autres le faisaient plusieurs heures après
l’application quotidienne de courant électrique dans les muscles. Dans le deuxième
cas, il est possible que l’effet analgésique de la séance d’électromyostimulation avait
déjà disparu ou du moins diminué fortement à l’heure de répondre au questionnaire.
Enfin, il est utile de préciser que, selon la disponibilité des sujets en semaine de test,
ce dernier a pu dans certains cas être réalisé tôt le matin. Un réveil musculaire
incomplet pourrait être à l’origine d’une perception de la douleur plus importante lors
de la prise de mesures aux stades suivant celui de l’induction des courbatures (le
muscle n’étant généralement pas autant chaud tôt le matin qu’en fin de journée).
5.1 Liens avec les connaissances actuelles
Concernant le facteur physiologique (ou neuromusculaire) de notre étude, les
résultats semblent clairs et révélateurs ; aucune différence significative entre le
groupe C et le groupe E n’a été décelée. Ces résultats s’accordent à tous ceux qui
ont déjà été trouvés dans les études menées à ce sujet. Les paramètres
d’électromyostimulation utilisés dans cette recherche, décrits comme étant les plus
efficaces dans ce cas de récupération selon Crépon et al. (2007), n’ont pas été à la
hauteur de nos attentes.
Les résultats liés à la perception de la douleur dans les muscles courbaturés ne sont
pas plus significatifs que les précédents, malgré une tendance en toute fin de test. Ils
59
tendent donc à contredire les conclusions des études de Denegar & Perrin (1992),
McLoughlin et al. (2004) ou encore Tessitore et al. (2007), qui prêtent à
l’électromyostimulation la faculté de diminuer sensiblement la perception de la
douleur dans les muscles courbaturés les jours suivant le test initial. Néanmoins les
résultats de cette étude s’accordent à la grosse majorité des recherches qui
prétendent qu’aucun effet notoire n’est perçu sur la diminution de la perception de la
douleur à moyen terme (Allen et al. 1996 ; Butterfield et al. 1997 ; Craig et al. 1996 ;
Martin et al. 2004, cité par Babault et al. 2011 ; Tessitore et al. 2008 ;
Vanderthommen et al. 2007, 2010).
Comme il a déjà été mentionné dans la partie théorique de ce travail, les
paramétrages utilisés dans les tests des différentes études sont très divers
(fréquence, intensité, placement des électrodes). De plus, la méthodologie mise en
place diffère très souvent d’une étude à l’autre (choix du groupe musculaire traité,
type d’effort induisant les courbatures, nombre de séances d’électromyostimulation
suivant l’induction des courbatures). La comparaison des résultats de cette
recherche avec ceux relevés dans d’autres études reste donc délicate à réaliser et
les éventuels résultats divergents doivent être perçus avec prudence.
5.2 Limites de la recherche
C’est pendant et juste après la réalisation de cette étude que s’est faite la découverte
de quelques points susceptibles d’être améliorés dans le but de reproduire une telle
recherche avec un maximum de rigueur.
Les trente individus de sexe masculin admis au test de cette recherche étaient
répartis dans deux groupes totalement hétérogènes ; mis à part un âge compris entre
dix-huit et trente ans et une pratique sportive régulière (deux à huit heures d’activité
physique par semaine), les sujets possédaient des données anthropométriques
diverses. De plus, certains d’entre eux pratiquaient des sports plus dynamiques que
d’autres, dans lesquels l’exécution de sauts ou de démarrages sont fréquents. Or il
est possible que ce type de sportifs, potentiellement plus nombreux dans le groupe
C, présente une tendance à récupérer plus rapidement dans les formes d’exercices
demandées lors des stades du test suivant l’induction des courbatures. Enfin, la
bonne condition physique, le régime équilibré et un cycle veille-sommeil adapté et
régulier de certains sujets peuvent avoir plus d’impact sur le processus de
60
récupération que les deux méthodes de récupération utilisées dans cette étude. Tous
ces facteurs d’influence sont également relevés dans les études de Tessitore et al.
(2007, 2008). Cependant avec les moyens et le temps mis à disposition pour cette
recherche il n’a pas été aisé de trouver des sujets disponibles davantage
homogènes.
Les valeurs des variables de la hauteur, de la force maximale et de la force minimale
des CMJ étaient calculées par le biais de l’exécution de saut de détente (CMJ) sur la
plateforme de force. En partant de la constatation, après feedback des sujets, que la
zone lésée lors du test était très localisée, il est légitime de se poser la question de
savoir si un tel moyen de mesure était approprié dans le cas présent. En effet
plusieurs groupes musculaires sont impliqués lors cet exercice, en particulier les
quadriceps. De plus, comme il a déjà été mentionné dans la partie théorique, le
muscle perd au maximum quarante pourcent de sa force maximale de base lorsqu’il
est touché par des courbatures. Une simple perte de quelques dizaines de pourcent
de force maximale dans une zone très ciblée du muscle du gastrocnémien dans le
mollet (dans le cas de cette étude) n’est donc peut-être pas suffisante pour relever
une différence significative des performances dans le temps des trois variables en
question.
Au niveau musculaire et à une échelle microscopique maintenant, l’objectif de la
course en marche arrière sur le tapis de course incliné était d’induire des
courbatures, donc de léser les sarcomères d’un certain nombre de fibres
musculaires. L’effort demandé n’étant pas suffisamment intensif, il est probable que
seules les fibres lentes aient été touchées par cette lésion. Or ce sont les fibres
rapides qui sont les plus sollicitées lors des exercices entrepris à tous les stades du
test suivant l’induction des courbatures. La méthode censée induire des courbatures
se doit donc d’être plus dynamique et intensive dans le but de léser des fibres
rapides et non pas des fibres lentes, à l’image de l’étude de Craig et al. (1996).
5.3 Points forts de la recherche
A défaut d’avoir obtenu des sujets davantage homogènes pour réaliser les tests de
cette étude, le temps à disposition a permis de trouver un nombre conséquent
d’individus disponibles et motivés (avec une moyenne de huit sur dix sur l’échelle de
la motivation). Les deux groupes de quinze sujets chacun forment donc un
61
échantillon de taille suffisamment élevée pour que les résultats de l’étude soient
considérés comme étant significatifs au niveau statistique. En outre, aucun sujet n’a
été écarté de l’étude ; tous présentaient les conditions de base nécessaires pour
participer au test.
Du point de vue du matériel utilisé afin de mesurer les différentes variables
dépendantes, la faculté des sciences du sport et de la motricité de l’Université de
Fribourg dispose de deux instruments de recherche de hautes technologies (l’outil
conçu pour mesurer différentes forces dans le mollet et la plateforme de force).
L’exploitation d’un tel matériel a permis de produire des données précises,
accompagnées d’une marge d’erreur négligeable. Le traitement et l’analyse des
résultats se reposent donc sur une base de données fiable.
5.4 Propositions d’axes de recherches pour des études futures
1) La première proposition serait de réunir non pas deux groupes formés de
sujets distincts, mais de former un seul groupe de sujets qui participent deux
fois au test ; une première fois en procédant à une récupération par
l’électromyostimulation et une seconde fois en suivant une récupération
passive. Ce procédé a déjà été utilisé dans les études de McLoughlin et al.
(2004) et Vanderthommen et al. (2007). Dans l’optique d’éviter le « repeatedbout effect », il est néanmoins indispensable d’observer une période de pause
suffisamment longue entre les deux tests ; selon Tiidus (2008), cette période
devrait durer trois à six semaines minimum. Ce procédé permettrait de
comparer des résultats plus fiables, particulièrement pour la variable de la
perception de la douleur, qui contiendrait des valeurs moins subjectives.
2) La deuxième proposition consisterait à introduire un autre moyen de mesurer
l’évolution des courbatures ; celui de mesurer le taux de créatine kinaze dans
le sang. Ce moyen est certes plus coûteux, mais c’est celui qui a révélé les
résultats les plus prometteurs dans certaines études, dont celles de Beaven et
al. (2013) et Vanderthommen et al. (2007). Un intérêt particulier de ce moyen
de mesure est qu’il est davantage corrélé à l’état de la lésion musculaire plutôt
qu’au niveau d’intensité de la douleur due à la réponse inflammatoire qui
accompagne la lésion.
62
3) Il a déjà été relevé que dans de nombreuses études, les paramètres de la
séance d’électrostimulation étaient la plupart du temps trop hétérogènes,
particulièrement
concernant
l’intensité du courant
électrique appliqué
(DeSantana et al. 2008). Cette diversité de paramétrage peut en partie être la
cause de sociétés comme celle de Compex, qui proposent des appareils
électro stimulateurs munis de programmes de récupération prédéfinis, dans
lesquels le niveau d’intensité du courant est totalement géré par l’utilisateur de
l’appareil. Dans le cas de cette recherche, c’est justement un de ces
programmes qui a été utilisé par les sujets. En outre, la consigne donnée était
d’appliquer une intensité de courant dans la limite de tolérance à la douleur.
L’analyse des feedbacks oraux des sujets du groupe E a permis de relever
une certaine disparité entre les niveaux d’intensités des courants appliqués.
En effet alors que certains sujets ne montaient pas plus haut que le niveau
d’intensité correspondant à cinquante sur l’appareil Compex, d’autres
atteignaient des intensités de cent huitante. Or selon DeSantana et al. (2008),
le niveau d’intensité appliqué devrait à tout prix être le plus élevé possible afin
d’obtenir des résultats concluants. La dernière proposition serait donc de fixer
une intensité commune ou un intervalle d’intensités dans lequel il existe une
intensité minimum et maximum à ne pas transgresser. Au contraire, il existe
aussi la possibilité de réaliser des tests comprenant un groupe récupérant de
manière active grâce à l’application d’un courant électrique de basse, voire
très basse intensité, et un groupe récupérant activement à l’aide d’un courant
de très haute intensité.
63
6. Conclusion
Cette étude touchant à sa fin, il est temps de faire un bref retour sur les différents
objectifs énoncés en début de travail et d’effectuer une synthèse rapide des résultats
trouvés. Notre hypothèse générale voulait que l’application d’un programme de
récupération par électromyostimulation à plusieurs reprises après un effort intense et
inhabituel sur un muscle courbaturé provoque une régénération accélérée à moyen
terme.
Nous sommes à présent en mesure de réfuter cette hypothèse. D’un point de vue
physiologique et d’un point de vue perceptif, les variables dépendantes utilisées dans
le test pour vérifier cette hypothèse ne nous ont montré aucun résultat significatif au
niveau statistique. Certes, quelques tendances ont été relevées çà et là, néanmoins
elles restent isolées et ne constituent en aucun cas des valeurs marquantes à
prendre en compte. Concernant les résultats d’ordre physiologique, cette étude
rejoint celles qui ont déjà été réalisées sur ce sujet (Butterfield et al. 1997 ; Denegar
& Perrin. 1992 ; Lattier et al. 2004 ; Martin et al. 2004 ; McLoughlin et al. 2004 ;
Tessitore et al. 2007, 2008 ; Vanderthommen et al. 2007, 2010). Quant aux résultats
d’ordre perceptif, cette recherche confirme les conclusions d’études comme celles
d’Allen et al. (1999), de Craig et al. (1996), Tessitore et al. (2008), Vanderthommen
et al. (2007, 2010), à savoir que l’intensité de la douleur ressentie dans le muscle
lésé
ne
diminue
pas
de
manière
significative
grâce
à
l’application
de
l’électromyostimulation. Au contraire, nos résultats contredisent quelques études
(Denegar & Perrin, 1992 ; McLoughlin et al. 2004 ; Tessitore et al. 2007) qui
approuvent un certain effet bénéfique de l’électromyostimulation sur la douleur.
Au final cette méthode de récupération n’a donc pas montré de véritables valeurs
scientifiques, mais peut apparaître comme étant un moyen de récupération valide
lorsque la douleur est le facteur limitant le plus important. Au vu des résultats non
concluants de cette étude, Il est capital de prendre en compte les limites de la
recherche et les propositions d’axe de recherches dans le but de développer et
poursuivre de nouvelles études sur ce sujet.
64
7. Bibliographie
Ouvrages généraux
Millet, G. & Perrey, S. (2005). Physiologie de l’exercice musculaire. Paris : Ellipses.
Monod, H., Flandrois, R. & Vandewalle, H. (2007). Physiologie du sport : bases
physiologiques des activités physiques et sportives. (6e éd.) Issy-les-Moulineaux :
Elsevier Masson.
Nguyen, S., Bourouina, R. & Allin-Pfister A.-C. (2010). Manuel d’anatomie et de
physiologie. (5e éd.) Rueil-Malmaison : Lamarre.
Komi, P.V. (2011). Neuromuscular aspects of sport performance. Oxford : WileyBlackwell.
Tiidus, P.M. (2008). Skeletal Muscle Damage and Repair. Leeds : Human Kinetics.
Weineck, J. (1997). Manuel d’entraînement. (4e éd.) Paris : Vigot.
Wilmore, J.H., Costill, D.L. & Kenney, W.L. (2009). Physiologie du sport et de
l’exercice. (4e éd.) Bruxelles : De Boeck.
Articles scientifiques
Allen, J.D. & Mattacola, C.G. & Perrin, D.H. (1999). Effect of microcurrent stimulation
on delayed-onset muscle soreness : a double-blind comparison. Journal of Athletic
Training, 34 (4), 334-337.
Babault, N. & Cometti, C. & Maffiuletti, N.A. & Deley, G. (2011). Does electrical
stimulation enhance post-exercice performance recovery ?. European Journal of
Applied Physiology, 111, 2501-2507.
Barnett, A. (2006). Using recovery modalities between training sessions in elite athletes,
does it help ?. Sports Med, 36, 781-796.
Beaven, C.M. & Cook, C. & Gray, D. & Downes, P. & Murphy, I. & Drawer, S. & Ingram,
J.R. & Kilduff, L.P. & Gill, N. (2013). Electrostimulation’s enhancement of recovery
during a rugby preseason. International Journal of Sports Physiology and Performance,
8 (1), 92-98.
65
Bennett, M.H. & Best, T.M. & Babul-Wellar, S. & Taunton, J.E. (2010). Hyperbaric
oxygen therapy for delayed onset muscle soreness and closed soft tissue injury. The
Cochrane Library, 6.
Butterfield, D.L. & Draper, D.O. & Ricard, M.D. & Myrer, J.W. & Durrant, E. &
Schulthies, S.S. (1997). The effects of high-volt pulsed current electrical stimulation on
delayed-onset muscle soreness. Journal of Athletic Training, 32 (1), 15-20.
Byrnes, W.C. & Clarkson, P.M. & White, J.S. & Hsieh, S.S. & Frykman, P.M. &
Maughan, R.J. (1985). Delayed onset muscle soreness following repeated bouts of
downhill running. Journal of Applied Physiology, 59 (3), 710-715.
Carcano, Y. & Isembrand, B. & Wieczorek, G. & Boudjemaa, B. (2010). Le ressenti de
sportifs lors d’un massage de récupération en termes de douleur et fatigue musculaires
et bien-être. Kinésithérapie la revue, 104-105, 46-50.
Connolly, D.AJ. & Sayers, S.P. & McHugh, M.P. (2003). Treatment and prevention of
delayed onset muscle soreness. Journal of Strength and Conditioning Research, 17,
197-208.
Coudreuse, J.M. & Dupont, P. & Nicol, C. (2004). Douleurs musculaires posteffort.
Annales de réadaptation et de médecine physique, 47, 290-298.
Craig, J.A. & Cunningham, M.B. & Walsh, D.M. & Baxter, G.D. & Allen, J.M. (1996).
Lack of effect of transcutaneous electrical nerve stimulation upon experimentally
indueced delayed onset muscle soreness in humans. Pain, 67, 285-289.
Crépon, F. & Doubrère, J.-F. & Vanderthommen, M. & Castel-Kremer, E. & Cadet, G.
(2007). Electrothérapie. Electrostimulation. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris),
Kinésithérapie-médecine physique-réadaptation, 26-145-A-10.
Decherchi, P. & Dousset, E. & Marqueste, T. & Berthelin, F. & Hug, F. & Jammes, Y. &
Grélot, L. (2003). Electromyostimulation et récupération fonctionnelle d’un muscle
dénervé. Science et Sports, 18, 253-263.
Dehail, P. & Duclos, C. & Barat, M. (2008). Electrostimulation et gain de force
musculaire. Annales de réadaptation et de médecine physique, 51, 441-451.
66
Delignières, D. & Nourrit, D. (1997). Neuere Entwicklungen und aktuelle Perspektiven
der Forschung zum Motorischen Lernen in Frankreich. Sportwissenschaft in
Deutschland und Frankreich, 143-146.
Denegar, C.R. & Perrin, D.H. (1992). Effect of transcutaneous electrical nerve
stimulation, cold, and a combination treatment on pain, decreased range of motion, and
strength loss associated with delayed onset muscle soreness. Journal of Athletic
training, 27 (3), 200-206.
DeSantana, J.M. & Walsh, D.M. & Vance, C. & Rakel, B.A. & Sluka, K.A. (2008).
Effectiveness of transcutaneous
electrical nerve stimulation for treatment
of
hyperalgesia and pain. Curr Rheumatol Rep., 10 (6), 492-499.
Dolhem, R. (2008). Histoire de l’électrostimulation en médecine et en rééducation.
Annales de réadaptation et de médecine physique, 51, 427-431.
Feiereisen, P. & Duchateau, J. & Hainaut, K. (1997). Motor unit recruitement order
during voluntary and electrically induced contractions in the tibialis anterior.
Experimental Brain Research, 114, 117-123.
Gondin, J. & Cozzone, P.J. & Bendahan, D. (2011). Is high-frequency neuromuscular
electrical stimulation a suitable tool for muscle performance improvement in both
healthy and humans and athletes ? European Journal of Applied Physiology, 111, 24732487.
Gregory, C.M. & Bickel, S.C. (2005). Recruitment patterns in human muscle during
electrical stimulation. Journal of the American Physical Therapy association, 85, 358364.
Herbert, R.D. & De Noronha, M. & Kamper, S.J. (2011). Stretching to prevent or reduce
muscle soreness after exercise. The Cochrane Library, 7.
Herbert, R.D. & Gabriel, M. (2002). Effects of stretching before and after exercising on
muscle soreness and risk of injury : systematic review. BMJ , 325-468.
Heyman, E. & De Geus, B. & Mertens, I. & Meeusen, R. (2009). Effects of four recovery
methods on repeated maximal rock climbing performance. Medicine & Science in
Sports & Exercise, 41 (6), 1303-1310.
67
Lattier, G. & Millet, G.Y. & Martin, A. & Martin, V. (2004). Fatigue and recovery after
high-intensity exercise Part II: recovery interventions. Journal of Sports Medicine, 25,
509-515.
Law, RY. & Herbert, RD. (2007). Warm-up reduces delayed onset muscle soreness but
cool-down does not: a randomised controlled trial. Australian Journal of Physiotherapy,
53 (2), 91-95.
Maffiuletti, N.A. (2006). The use of electrostimulation exercise in competitive sport.
International Journal of Sports Physiology and Performance, 1, 406-407.
Maffiuletti, N.A. (2010). Physiological and methodological considerations for the use of
neuromuscular electrical stimulation. European Journal of Applied Physiology, 110, 223234.
McLoughlin, T.J. & Snyder, A.R. & Brolinson, P.G. & Pizza F.X. (2004). Sensory level
electrical muscle stimulation : effect on markers of muscle injury. Br J Sports Med, 38,
725-729.
Paillard, T. & Noé, F. & Edeline, O. (2005). Effets neuromusculaires de
l’électrostimulation transcutanée surimposée et combinée à l’activité volontaire : une
revue. Annales de réadaptation et de médecine physique, 48, 126-137.
Rushton, D.R. (2002). Electrical stimulation in the treatment of pain. Disability and
rehabilitation, 24 (8), 407-415.
Sesboüé, B. & Guincestre, J.Y. (2006). La fatigue musculaire. Annales de réadaptation
et de médecine physique, 49, 257-264.
Tessitore, A. & Meeusen, R. & Cortis, C. & Capranica, L. (2007) Effects of different
recovery interventions on anaerobic performances following preseason soccer training.
Journal of Strength and Conditioning Research, 21 (3), 745-750.
Tessitore, A. & Meeusen, R. & Pagano, R. & Benvenuti, C. & Tiberi, M. & Capranica, L.
(2008). Effectiveness of active versus passive recovery strategies after futsal games.
Journal of Strength and Conditioning Research, 22, 1402-1412.
Thépaut-Mathieu, C. (1998). Electrostimulation et recrutement différentiel des unités
motrices. Annales de Kinésithérapie, 25, 115-118.
68
Tubez, F. & Jidovsteff, B. & Wang, F.C. & Vanderthommen, M. (2010). Analyse
comparative de différentes modalités d’électrostimulation du quadriceps fémoral.
Kinésithérapie la revue, 107, 36-40.
Vanderthommen, M. & Crielaard, J.M. (2001). Eletromyostimulation en médecine du
sport. Rev Med Liège, 56 (5), 391-395.
Vanderthommen, M. & Makrof, S. & Demoulin, C. (2010). Comparison of active and
electrostimulated recovery strategies after fatiguing exercise. Journal of Sports Science
and Medicine, 9, 164-169.
Vanderthommen, M. & Soltani, K. & Maquet, D. & Crielaard, J.M. & Croisier, J.L. (2007).
Does neuromuscular electrical stimulation influence muscle recovery after maximal
isokinetic exercise ?. Isokinetics and exercise science, 15, 143-149.
Ziltener, J.L. & Chantraine, A. (1997). Méthodologie de la stimulation électrique
fonctionnelle. Annales de réadaptation et de médecine physique, 40, 43-48.
Document électronique
Compex « Performance » - Manuel d’utilisation. Consulté le 25 février 2013. Disponible
sur :
http://www.electrostimulateur.fr/telecharger-manuels-electrostimulateurs/tous-les-
manuels.html
8. Tables des illustrations
Figures
Fig. 1: composition structurelle du muscle ....................................................................................... 9
Disponible sur : http://www.premiumwanadoo.com/ivanborcard/physiologie.htm
Fig. 2: représentation d'une unité motrice ...................................................................................... 11
Disponible sur : http://www.premiumwanadoo.com/ivanborcard/physiologie.htm
Fig. 3: résumé du processus de courbatures selon Connolly et al. (2003. p. 198) .................. 16
Fig. 4: parallèle de l'évolution dans le temps entre le niveau de performance et le niveau de
courbatures ressenti (Komi, 2001. p. 193) ..................................................................................... 17
Fig. 5: évolution dans le temps des niveaux des markers des différents symptômes après un
exercice causant des dommages musculaires (Soreness :douleur, Strengh :force,
ROM :amplitude articulaire, Swelling :gonflement, CK :créatine kinaze, MRI/US : images
magnétiques) (Tiidus, 2008. p.66)................................................................................................... 18
Fig. 6: influx nerveux lors d'une contraction émise par un courant électrique ........................... 21
69
Fig. 7: représentation graphique d'un courant électrique bidirectionnel avec l’amplitude, la
durée de la phase et du choc, et la fréquence (i.i) (Decherchi et al.2003. p. 255) ................... 23
Fig. 8: graphe représentant la relation intensité-durée du stimulus électrique.......................... 24
Fig. 9: recrutement spatial des fibres selon l'intensité du courant (Crépon et al. 2007. p. 7) . 25
Fig. 10: aperçu schématique des différents types de courants appliqués et leurs effets
connus (flèches pleines) et attendus (flèches traitillées) (Babault et al. 2011. p. 2503) .......... 28
Fig. 11: représentation du muscle du soléaire et des 2 chefs du muscle gastrocnémien ....... 35
Disponible sur : www.medecin.skyrock.com
Fig. 12: position à adopter sur l'instrument .................................................................................... 35
Fig.13: graphe représentant l'évolution de la force en fonction du temps (trait noir) calculée
lors d'une exécution de la tâche demandée sur l'instrument de recherche conçu pour
mesurer la force du mollet d'un individu. En rouge, les deux variables mesurées sur cet
instrument : la force explosive (qui correspond au degré d’inclinaison de la pente) et la force
maximale émises par le mollet du sujet. ........................................................................................ 36
Fig. 14: déroulement d'un saut de détente (CMJ) ......................................................................... 37
Fig.15: graphe représentant l'évolution de la force en fonction du temps (trait noir) lors de
l'exécution d’un saut de type CMJ sur la plateforme de force. En rouge, les trois variables
mesurées sur cet instrument : la force minimale, la force maximale et la hauteur de saut
(calculée à partir du temps de vol en milliseconde). ..................................................................... 38
Fig. 16: aperçu du dispositif en situation de test ........................................................................... 39
Fig. 17: zone du mollet la plus touchée par les courbatures ....................................................... 39
Fig. 18: modèles des appareils prêtés par la firme Compex ....................................................... 41
Fig. 19: aperçu de la position des électrodes sur les mollets ...................................................... 42
Fig. 20: représentations graphiques des résultats de la variable "force max jambe forte" pour
le groupes C (orange) et le groupe E (violet) ................................................................................. 45
Fig. 21: représentations graphiques des résultats de la variable "force max jambe faible" pour
le groupe C (orange) et le groupe E (violet)................................................................................... 46
Fig. 22: représentations graphiques des résultats de la variable "force exp jambe forte" pour
le groupe C (orange) et le groupe E (violet)................................................................................... 48
Fig. 23: représentations graphiques des résultats de la variable "force exp jambe faible" pour
le groupe C (orange) et le groupe E (violet)................................................................................... 49
Fig. 24: représentations graphiques des résultats de la variable "hauteur des CMJ" pour le
groupe C (orange) et le groupe E (violet) ....................................................................................... 50
Fig. 25: représentations graphiques des résultats de la variable "force min des CMJ" pour le
groupe C (orange) et le groupe E (violet) ....................................................................................... 51
Fig. 26: représentations graphiques des résultats de la variable "force max des CMJ" pour le
groupe C (orange) et le groupe E (violet) ....................................................................................... 53
Fig. 27: représentations graphiques des résultats de la variable "perception de la douleur"
pour le groupe C (orange) et le groupe E (violet) .......................................................................... 54
Tableau
Tab. 1: présentation du protocole en détail .................................................................................... 32
70
9. Déclaration personnelle
« Je soussigné certifie avoir réalisé le présent travail de façon autonome, sans aide
illicite quelconque. Tout élément emprunté littéralement ou mutatis mutandis à des
publications ou à des sources inconnues, a été rendu reconnaissable comme tel. »
Fribourg, le 9 septembre 2013
71
10. Droits d’auteur
« Je soussigné reconnais que le présent travail est une partie constituante de la
formation en Sciences du Mouvement et du Sport à l’Université de Fribourg. Je
m’engage donc à céder entièrement les droits d’auteur – y compris les droits de
publication et autres droits liés à des fins commerciales ou bénévoles – à l’Université de
Fribourg.
La cession à tiers des droits d’auteur par l’Université est soumise à l’accord du
soussigné uniquement.
Cet accord ne peut faire l’objet d’aucune rétribution financière. »
Fribourg, le 9 septembre 2013
72
11. Annexes
Table des annexes
Annexe 1 : Liste de contrôle des conditions de base
Annexe 2 : Protocole
Annexe 3 : Journal de bord à remettre pour les participants du groupe E
Annexe 4 : Conditions importantes
Annexe 5 : Rappel d’utilisation de l’appareil électro stimulateur
Annexe 6 : Evaluation de la perception de la douleur
Annexe 7 : Lettre de décharge
Annexe 8 : Consentement des sujets
Annexe 9 : Table des données pour chacune des huit variables analysées
73
Annexe 1 :
74
Annexe 2 :
Planification
Méthodologie
Explications/informations
date
Les sujets n’ont pas effectué d’activité physique intense durant les 24h avant le début du test. Ils n’ont également eu
aucune courbature au mollet dans les 2 semaines précédant le test. Lieu : salle de tests du fitness de Pérolles II et
laboratoire
9)
Accueil
des
sujets,
transmission
1 ère étape
Date à convenir
d’informations utiles, Evaluation
perceptive de la douleur (questionnaire)
10) Mesure des différentes forces sur les
mollets
11) échauffement protocolé de 4’ sur tapis de
course
12) 10’ de course à pied en marche arrière
sur tapis de course incliné de 14%, à une
vitesse de 8 km/h
13) 10’ de repos et évaluation perceptive de
la douleur (questionnaire)
14) Mesure des forces sur les mollets
15) Explications de la méthodologie à
adopter pour les deux groupes (E et C)
16) Début de la phase de récupération pour
ère
les deux groupes (1 séance d’EMS le
soir même)
3) Evaluation perceptive de la douleur
2ème étape
1 jour après le test
(questionnaire) pour les groupes E et C
physique (24h)
4) Mesure des forces sur les mollets pour
les groupes E et C.
3) Evaluation perceptive de la douleur
3ème étape
3 jours après le test
(questionnaire) pour les groupes E et C.
physique (72h)
4) Mesure des forces sur les mollets pour
les groupes E et C.
5)
Evaluation perceptive de la douleur
4ème étape
5 jours après le test
(questionnaire) pour les groupes E et C.
physique (120h)
6) Mesure des forces sur les mollets pour
les groupes E et C.
Annexe 3 :
Prénom et nom du participant : …………………………….. Date du test : ………………………
Jours suivant le test 
Jour 1
Jour 2
Jour 3
Jour 4
Date 
Heure de la séance d’EMS 
(électromyostimulation)
Heure de rendez-vous au fitness 
Pas de rendez-vous
Pas de rendez-vous
ce jour-ci
ce jour-ci
Nom de l’appareil électrostimulateur Compex : ……………………………………..
75
Jour 5
Annexe 4 :
1. Prière de ne pas avoir recours à toute autre forme de moyen de récupération que celui
qui vous a été administré durant toute la phase de récupération.
2. Essayer d’effectuer la séance d’EMS à la même heure chaque jour dans la mesure du
possible.
3. Effectuer la séance d’EMS avant le rendez-vous au fitness avec le testeur.
Annexe 5 :
En enclenchant l’appareil, plusieurs programmes sont à disposition. A l’aide des touches +/-, choisir le
programme nommé « sport » puis « récupération active » ou directement « récupération active », et
cliquer sur la touche + (à droite) pour le sélectionner. Il s’agit ensuite de sélectionner la partie du corps
que l’on veut traiter (ici les mollets). Enfin taper « Start ».
Il faut dès le début augmenter progressivement les intensités de stimulation, grâce aux touches +/correspondantes, jusqu’à obtenir des secousses musculaires bien prononcées. Pendant la séance, il est
possible que l’appareil vous demande d’augmenter le niveau des intensités (« bips » et le symbole « + »
clignote). Si vous ne supportez pas de monter les intensités, il suffit d’ignorer ce message. A la fin de la
séance, un petit drapeau s’illustre. Presser sur la touche « Stop ».
Placement des électrodes : Placer une petite électrode (connexion rouge) sur le point le plus douloureux
du muscle à la palpation et une grande électrode (connexion transparente) à l’extrémité du muscle,
comme indiqué sur l’image ci-dessous. Raser les surfaces de peau si les poils empêchent une bonne
transmission du courant. Placer son corps de manière confortable (assis, couché), mais toujours dans la
même position, et pas debout.
Pour plus d’informations : http://www.electrostimulateurs-manuels.fr/fichiers/manuels/Compex/ThetaStim/compex-theta-stim-manuel.pdf
76
Annexe 6 :
Nom et prénom du participant : ………………………………………………………………….
1) Quel est le niveau de douleur ressentie dans les mollets, avant le test (crayon brun), après le test
(crayon violet), 1 jour après le test (crayon bleu), 3 jours après le test (crayon vert) et 5 jours après le
test (crayon jaune) ? Remplissez le questionnaire en entourant simplement le chiffre de l’échelle
numérique approprié.
Annexe 7 :
Je soussigné Monsieur (Madame),………………………………………………….. déclare par la présente :
Je reconnais avoir recours à l’utilisation d’un appareil électrostimulateur de la gamme « ……………… »
appartenant à la marque COMPEX dans le cadre de l’étude susmentionnée. Je m’engage à emprunter
ce matériel et le restituer au fournisseur en fin de test dans l’état dans lequel il m’a été confié en
début de test.
Fait à Fribourg, le …………………………………..
Lu et approuvé : …………………………………….
77
Annexe 8 :
Unité de Sport - Université de Fribourg
Consentement pour l’étude sur les courbatures et l’électromyostimulation effectuée par Baptiste
Jaquet dans le cadre de son travail de Master.
Je, soussigné, certifie :
 avoir compris et accepté les informations données
 avoir pu poser toutes les questions souhaitées et avoir reçu des réponses satisfaisantes.
 être informé que toutes les données personnelles et les résultats obtenus à mon sujet, ainsi
que ma participation à l’étude sont confidentiels et ne seront disponibles qu’aux
chercheurs directement impliqués dans cette étude.
 être informé que les résultats obtenus lors de l’étude seront publiés de manière anonyme,
et sous une forme qui ne peut pas m’identifier, dans une ou plusieurs publications
scientifiques. J’y ai donné mon accord.
 consentir à participer volontairement à l’étude susmentionnée comme sujet.
Sujet de l’étude
Nom:
Prénom:
Signature:
Personne ayant conduit l’entretien de consentement
Je confirme avoir personnellement expliqué au sujet désigné ci-dessus la nature, le but, la
durée et les effets et risques prévisibles de l’étude
Nom:
Prénom:
Signature:
78
Annexe 9 :
Douleur (indice sur l'échelle numérique)
Hauteur des CMJ
(m)
Fexp - jambe forte
(N/msec)
en % de la force exp en pré test
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
0
0
0
0
0
2
0
0
1
0
0
2
0
0
0
2
3
0
6
0
7
2
2
3
3
2
4
2
2
2
8
6
4
8
4
8
5
4
6
4
4
8
6
4
4
6
4
4
7
3
6
7
6
5
4
4
7
7
4
4
3
2
1
2
1
2
3
5
1
1
2
5
2
2
3
0.27
0.3
0.32
0.29
0.31
0.28
0.28
0.38
0.29
0.41
0.29
0.33
0.37
0.36
0.31
0.3
0.32
0.32
0.28
0.3
0.23
0.28
0.39
0.25
0.36
0.31
0.31
0.37
0.35
0.3
0.25
0.31
0.31
0.29
0.29
0.12
0.27
0.35
0.26
0.34
0.32
0.28
0.37
0.35
0.27
0.25
0.31
0.32
0.28
0.29
0.17
0.29
0.34
0.25
0.29
0.32
0.3
0.36
0.36
0.29
0.25
0.34
0.34
0.27
0.29
0.22
0.29
0.34
0.27
0.34
0.33
0.32
0.4
0.38
0.31
1340.32
921.71
969.31
1041.01
1948.68
2215.38
2129.83
1316
1657.09
3334.22
1544.89
2080.71
1611.52
2158.55
2797.52
982.42
1958.4
1520.85
988.42
1611.52
746.14
2454.44
2094.11
1202.44
2123.1
1636.14
1562.23
1832.21
986.94
1097.34
2145.1
1550.76
1418.73
1350.46
1619.48
660.22
1829.37
1912.93
1656.05
2390.77
2223.71
1504.41
1694.69
1310.1
1328.96
953.44
1883.95
1083.67
1080.44
1681.87
604.88
2355.79
1962.63
1175.88
1857.81
2465.6
1485.58
1758.14
1825.83
1469.06
1511.95
2025.6
1876.33
1078.7
1847.42
906.96
2656.99
1975.24
1327.76
2571.36
2593.41
2154.27
1667.83
1399.1
1444.24
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
73.2974215
212.47464
156.900269
94.9481753
82.6980315
33.6800007
115.241123
159.1269
72.563349
63.6760622
105.906569
75.0815827
113.694524
45.7223599
39.2254568
160.04387
168.248147
146.36494
129.725939
83.1065131
29.8016593
85.8927708
145.359422
99.9372394
71.7040267
143.939698
72.3027236
105.160966
60.6935211
47.5049329
71.1352513
204.397262
111.798083
103.787668
86.3081676
27.303668
110.609297
149.136018
70.9605393
55.7194786
159.597123
71.397744
109.098243
84.5859489
52.51294
112.805151
219.765436
193.573779
103.620522
94.803662
40.939252
124.751271
150.094225
80.126004
77.120286
167.870204
103.535332
103.494217
64.8166593
51.6257256
1639.716 1576.30467 1802.47733
430.79745 522.925972 541.331329
100
0
96.282431 103.319091 97.8898288 112.596115
49.5699882 43.4467875 45.9558733 51.1731365
1060.19
2074.83
825.26
1671.71
3351.89
964.47
1816.69
1263.18
1907.18
1702.17
2296.52
2365.92
2019.84
2139.9
2490.86
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
124.035103
90.8790768
104.369248
111.440168
75.1431091
112.682458
87.1825841
68.5611813
88.5113231
93.9154558
101.534246
73.2547428
69.3939259
126.821834
53.1345002
100
0
92.0572637 102.761151 110.846382 114.659569
21.6054329 34.1197957 53.4840563 41.9338027
Groupe C
sujet 1
sujet 2
sujet 3
sujet 4
sujet 5
sujet 6
sujet 7
sujet 8
sujet 9
sujet 10
sujet 11
sujet 12
sujet 13
sujet 14
sujet 15
Moyenne groupe C
écartypes groupe C
0.33333333 2.66666667 5.53333333
5.2 2.33333333
0.72374686 1.87718127 1.72654348 1.42427927 1.29099445
0.31933333 0.31133333
0.292 0.29466667 0.31266667
0.04216747 0.04340287 0.05978533 0.04778922 0.0483243
1804.44933
1519.78
679.467562 508.070234
Groupe E
sujet 1
sujet 2
sujet 3
sujet 4
sujet 5
sujet 6
sujet 7
sujet 8
sujet 9
sujet 10
sujet 11
sujet 12
sujet 13
sujet 14
sujet 15
1
0
0
0
0
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
6
1
2
5
4
0
1
3
5
3
0
1
3
4
4
8
5
7
7
8
5
2
6
7
6
7
4
4
5
5
6
4
6
2
7
5
4
7
6
4
4
6
3
6
5
2
2
3
1
2
2
0
2
2
2
1
1
1
2
2
0.38
0.38
0.28
0.26
0.29
0.31
0.31
0.3
0.24
0.29
0.35
0.34
0.35
0.29
0.24
0.35
0.41
0.28
0.24
0.29
0.3
0.31
0.28
0.23
0.31
0.35
0.34
0.35
0.31
0.23
0.35
0.37
0.28
0.26
0.26
0.3
0.29
0.24
0.22
0.3
0.33
0.31
0.35
0.29
0.19
0.39
0.36
0.29
0.26
0.25
0.28
0.31
0.22
0.25
0.29
0.33
0.29
0.35
0.3
0.2
0.4
0.34
0.3
0.28
0.25
0.29
0.31
0.25
0.24
0.32
0.34
0.36
0.34
0.3
0.22
810.19
2017.23
1167.02
1544.82
3651.06
1914.14
1018.38
1402.47
1702.72
1986.18
1675.09
2572.83
2698.68
1443.6
3647.95
1004.92
1833.24
1218.01
1721.55
2743.52
2156.9
887.85
961.55
1507.1
1865.33
1700.79
1884.72
1872.72
1830.8
1938.32
1006.86
1855.56
1171.17
2359.15
2893.41
905.06
2695.75
890.87
1931.34
1744.31
1714.11
1823.18
2392.52
2503.87
3723.14
1214.07
1989.47
1445.75
1897.78
2879.61
1623.67
1816.69
1179.39
3114.24
1849.57
1695.21
2282.99
2011.27
2764.39
2427.05
Moyenne groupe E
Ecartypes groupe E
0.2
2.8
5.73333333
5
1.66666667
0.56061191 1.8973666 1.66761878 1.46385011 0.72374686
0.30733333 0.30533333 0.28933333 0.29133333 0.30266667
0.044955 0.05026596 0.05006662 0.05194319 0.04949266
1950.15733 1675.15467 1863.374
1974.02 2012.74333
860.625057 494.931447 662.954158 805.542598 583.050802
Test Student
0.57747193 0.84798267 0.74932629 0.70736046 0.09501286
0.45715058 0.72908128 0.89561026 0.85619923 0.57999801
0.6110515 0.40341367 0.28410602 0.12181161 0.31484915
79
130.856959
102.855401
70.7151548
108.213902
91.8059413
50.3865966
178.390188
90.0682368
112.007846
85.7006918
137.098305
91.957883
74.84548
148.233583
68.2810894
124.274553
91.9855445
100.355607
152.713585
79.2484922
47.2828529
264.709637
63.5215014
113.426752
87.8223525
102.329427
70.8628242
88.6551944
173.446245
102.061158
0.7654422 0.96909082 0.48271962
149.850035
98.6238555
123.883909
122.847969
78.8705198
84.8250389
178.390188
84.0937774
182.897952
93.1219728
101.201129
88.7345841
74.5279174
191.492796
66.5318878
0.90475
Fexp - jambe faible
(N/msec)
en % de la force exp en pré test
pré test
post test 1 j. post t. 3 j. post t. 5 j. post t.
1502.06
1644.13
889.46
1174.15
1980.33
1442.47
1810.11
1012.04
1667.47
2420.59
1467.09
1685.67
1555.87
1598.12
2789.39
1093.14
1283.28
1094.13
860.6
725
769.24
2222
1342.13
1151.55
2334.12
1115.36
1767.06
1753.17
1279.6
1452.18
1370.29
1419.73
1620.52
1388.49
960.22
829.91
2373.63
1502.65
1084.05
2408
1706.36
1291.56
2527.18
1374.47
1506.18
1360.94
1605.03
1133
1119.46
1360.56
898.03
2076.78
2164.32
1321.48
2068.22
2269.94
1544.52
1668.74
1356.48
1659.24
892.71
1461.74
1593.68
986.09
1655.45
1032.6
2647.61
1915.26
1682.16
2045.94
2220.47
1465.61
1620.06
1215.17
1785.29
1642.59667 1349.504 1557.54933 1573.78267 1614.656
489.122522 483.925346 511.201169 414.727072 478.573537
958.07
1430.37
1236.95
1795.04
2643.24
1508.1
1773.98
1977.48
1533.31
2491.18
2017.11
2063.31
1692.31
1897.81
3424.15
945.89
1495.1
775.9
1841.33
2955.69
2048.33
1316.26
1397.09
1755.54
1811.3
2095.18
2036.7
1564.34
1755.21
1820.79
984.78
1864.41
743.15
1963.85
2143.6
1845.2
1780.61
1205.79
1783.62
1931.41
1892.87
1498.43
1815.6
2447.38
2606.51
1358.76
1609.49
1034.01
1768.97
2712.19
1494.41
1862.5
869.71
1968.54
1259.08
2224.13
1333.03
2177.84
1799.97
1643.62
1860.82
2113.79
898.99
2008.53
2886.18
1052.54
3660.82
1677.87
2709.02
1452.73
2941.78
1767.46
2719.95
2581.43
2456.29
1896.16067 1707.64333 1767.14733 1674.41667 2185.88
608.076838 516.988194 496.904408 482.782819 759.66432
0.21910525 0.06021409 0.26449722 0.54533944 0.02142329
pré test
Force max - jambe forte
(N)
en % de la fore max en pré test
post test 1 j. post t. 3 j. post t. 5 j. post t.
pré test
post test 1 j. post t. 3 j. post t. 5 j. post t.
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
72.7760542
78.0522221
123.010591
73.2955755
36.6100599
53.3279722
122.754971
132.6163
69.0597132
96.4277304
76.0253291
104.828347
112.681008
80.0690812
52.0608448
366.39
327.67
391.81
330.5
642.44
398.65
831.96
522.08
471.16
516.88
365.86
576.34
441.16
788.99
536.59
427.38
631.56
276.82
424.98
602.37
243.2
714.22
454.1
434.64
516.15
380.48
531.36
510.25
631.38
381.66
100
0
85.5730533 101.567183 102.210741 104.670556
28.7177852 40.8286867 39.6472078 41.4761297
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
98.7286941
104.525403
62.7268685
102.578773
111.82072
135.821895
74.1981308
70.6500192
114.493481
72.7085156
103.870389
98.7103247
92.4381467
92.4860761
53.1749485
100
0
92.5954923 96.0065815 94.1659806 122.116414
22.0769461 23.5616427 30.4735278 48.5208073
557.432667 537.724667 571.794 634.980667 668.56
175.274536 139.879299 176.714055 190.640436 183.369464
0.45942144 0.65217295 0.5386074 0.29908248
0.35658705 0.2352756 0.42736774 0.43963849 0.18801331
91.2273811
86.3514442
182.191442
118.254908
48.4878783
57.5339522
131.13181
148.477333
65.0116644
99.4798789
116.309156
76.619979
162.428738
86.0054314
53.996752
102.787897
130.344596
60.0792271
109.404247
81.097441
122.352629
100.373736
60.9760908
116.324814
77.5299256
93.8406929
72.6226306
107.285308
128.958115
76.1213732
90.6049026
97.6218426
127.380658
95.3421624
68.7037009
62.2564074
114.732254
213.85716
79.2506012
85.4428053
154.723977
91.6264749
107.254462
84.8797337
59.4839732
141.822623
112.522634
83.5935163
98.5476647
102.608541
99.0922353
104.98991
43.9807229
128.384997
50.5415104
110.263198
64.6063849
128.69037
94.844584
48.0008177
59.4323795
88.906595
179.173881
83.9833071
83.5946534
71.5855442
146.267906
189.247461
100.880975
84.5223685
151.351996
86.9452503
104.125666
76.037469
64.0028824
194.225892
147.779246
72.6779579
111.893328
109.190993
69.7924541
206.361966
84.8488986
176.677906
58.3149351
145.841327
85.6613887
160.724099
136.02152
71.734299
484.27
651.33
504.08
457.07
538.82
197.54
684.95
666.47
483.75
496.55
474.96
523.65
464.36
857.25
366.18
440.5
711.15
422.22
522.78
653.6
181.08
859.34
697.13
505.27
403.88
512.62
659.7
740.34
924.94
464.39
pré test
451.14
713.55
516.39
436.91
627.3
316.09
796
602.05
527
531.88
603.06
743.41
594.76
851.77
496.62
500.565333 477.37 523.415333 579.929333 587.195333
156.406053 132.538805 151.176181 193.959997 144.073645
309.19
424.84
406.22
518.35
744.21
624.27
548.93
471.71
750.84
621.41
474.26
978.52
658.38
455.99
374.37
367.43
486.57
294.29
584.05
800.85
550.85
605.54
367.5
576.52
552.56
574.36
751.22
649.9
483.99
420.24
371.69
482.18
309.01
532.92
978.8
493.06
809.29
376.88
712.3
570.31
534.7
714.53
647.5
528.67
515.07
367.68
456.61
455.67
733.78
1008.13
505.93
878.8
401.93
589.98
653.08
583.36
874.2
795.69
658.17
561.7
419.57
562.22
510.39
603.24
884.84
542.45
980.19
513.81
767.13
790.63
551.41
768.87
787.67
919.75
426.23
80
Force max - jambe faible
(N)
en % de la Fmax en pré test
post test 1 j. post t. 3 j. post t. 5 j. post t.
pré test
post test 1 j. post t. 3 j. post t. 5 j. post t.
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
116.646197
192.742698
70.6515913
128.586989
93.7628417
61.0058949
85.8478773
86.979007
92.2489176
99.858768
103.996064
92.195579
115.660985
80.0238279
71.1269312
550.5
260.25
372.07
457.28
452.85
321.92
508.48
369.45
388.08
452.08
313.83
717.43
259.63
516.5
557.41
436.18
397.01
230.89
523.68
314.56
286.62
662.04
312.4
406.56
425.47
286.38
671.63
380.51
737.86
351.98
100
0
99.4222779 109.525275 119.915162 122.447867
31.7310782 35.5641773 40.6587552 33.9158637
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
118.836314
114.530176
72.4459652
112.674834
107.610755
88.2390632
110.31279
77.9080367
76.783336
88.9203585
121.106566
76.771042
98.71199
106.140486
112.252584
100
0
98.8829531 104.980083 116.878997 124.184913
17.1007053 23.2102348 26.0430157 31.2184095
488.844 465.204667 481.442667 563.733333 619.470667
129.578596 140.755837 136.190726 156.083505 177.393821
0.95432488 0.68216673 0.80967341 0.88501733
0.24206743 0.4990857 0.82139676 0.4850015 0.22510667
132.173367
198.776208
128.654195
138.29652
83.8708673
49.5522388
82.3296793
127.656681
102.672128
96.0667853
129.82015
90.857827
105.258863
108.651567
68.242047
120.214108
113.496846
76.0696174
102.810842
131.522017
78.9818508
147.430456
79.8965466
94.8670822
91.7767657
112.744064
73.0215019
98.3474589
115.938946
137.58314
120.22708
217.03238
107.761415
158.178517
101.737127
45.4233036
103.291024
133.529344
107.239579
78.1380591
140.113705
114.463685
167.816665
117.23089
86.5446617
118.917171
107.478109
112.173207
141.560722
135.463109
81.0434588
160.093272
85.2070128
78.5759949
105.096474
123.004259
89.3390018
120.855737
144.338692
150.038732
123.13109
217.764824
131.796024
132.196672
97.6433597
79.2901041
95.6776768
115.317576
111.8516
102.902028
164.833543
128.988097
134.8173
107.957008
92.5511098
135.699732
132.33688
125.64374
116.376965
118.896548
86.8934916
178.563751
108.924975
102.16957
127.231618
116.267448
78.5747864
119.637595
201.703985
113.852606
518.62
451.38
471.51
601.7
421.7
178.47
752.34
531.81
389.79
503.59
414.24
523.96
349.4
585.28
360.39
454.9
441.51
468.96
637.38
488.91
208.36
768.14
607.21
494.28
469.8
526.44
699.95
503.17
707.97
402.27
518.07
492.29
589.74
495.57
607.04
296.81
832.28
552.07
528.5
598.49
454.38
649.24
487.86
685.06
468.82
433.184 428.251333 470.278667 525.283333 550.414667
125.47337 154.446897 132.111041 141.095107 121.429689
296.67
401.47
309.88
527.34
634.14
469.97
519.46
352.47
715.61
501.64
522.18
721.61
505.69
452.22
402.31
294.61
370.43
236.64
529.86
748.68
454.14
593.71
341.83
543.95
470.91
478.59
669.64
508.93
396.9
339.25
244.18
478.83
248.81
552.07
709.96
528.63
607.28
337.16
627.23
441.51
402.69
605.96
553.75
452.67
430.91
437.54
509.07
385.78
753.7
858.82
508.96
690.85
427.11
704.1
422.71
580.71
701.24
667.24
471.26
336.91
445.1
581.09
336.74
609.27
852.99
458.71
997.14
537.14
744.59
684.26
615.41
631
720.08
706.4
372.14
pré test
post test 1 j. post t. 3 j. post t. 5 j. post t.
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
79.2334242
152.549472
62.0555272
114.520644
69.4622944
89.0345427
130.199811
84.5581269
104.761905
94.1138737
91.2532263
93.6161019
146.558564
142.857696
63.1456199
94.208901
173.440922
126.726154
131.5824
93.1213426
55.4392396
147.958622
143.946407
100.440631
111.394001
131.995029
73.0329091
134.576128
113.316554
64.6543837
100
0
101.194722 113.055575 127.030199 133.200116
29.9553261 33.1118118 38.5329592 33.9759297
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
99.3056258
92.2684136
76.3650445
100.47787
118.062258
96.6316999
114.29369
96.9813034
76.0120736
93.874093
91.6523038
92.7980488
100.640709
87.7670161
84.3255201
100
0
94.7637112 98.4682796 116.702955 128.819842
11.61611 14.3440502 20.3156897 28.7744732
82.3069404
119.269186
80.2923712
104.689574
111.95635
112.481648
116.906018
95.6563679
87.6496975
88.0133163
77.1170861
83.9733374
109.503846
100.099509
107.108946
82.6339691
169.648415
126.040799
139.385059
107.962902
64.7241551
151.065922
164.355122
127.365492
103.91966
167.746869
97.5635254
193.802719
137.070668
72.1677042
147.483736
126.801504
124.493352
142.924868
135.430662
108.296274
132.993878
121.17627
98.391582
84.2656088
111.208779
97.1771455
131.946449
104.21034
83.7438791
94.1089918
189.160423
158.502432
108.373425
134.048802
92.1999254
163.679987
149.430234
136.183261
132.385861
144.785393
90.49524
187.905866
132.635044
84.1068513
150.032022
144.740578
108.667871
115.536466
134.511307
97.6041024
191.957032
152.393111
104.049692
136.404593
117.853997
87.4433558
142.395539
156.207156
92.5008078
0.44820411 0.13387233 0.36883119 0.70613483
Force min CMJ
(N)
en % de la Fmin en pré test
Force max CMJ
(N)
en % de la fmax en pré test
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
pré test
post test
1 j. post t.
3 j. post t.
5 j. post t.
212.45
497.64
221.38
349.19
510.32
402.1
301.08
181.01
371.02
352.57
253.07
314.94
106.79
241.66
262.63
266.18
599.12
258.41
234.9
477.64
299.77
329.69
162.18
364.95
445.21
223.18
340.75
137.03
164.9
293.21
266.03
630.09
321.87
320.56
484.65
366.32
217.67
263.67
383
428.21
212.75
369.39
92.01
215.93
265.31
249.5
608.29
359.72
250.14
450.22
285.23
335.87
224.26
375.1
392.37
188.23
426.23
101.28
178.85
265.17
271.87
512.77
221.08
295.76
397.6
285.96
235.11
196.67
345.94
342.84
196.71
374.3
77.15
153.49
171.42
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
125.290657
120.392251
116.726895
67.2699676
93.5961749
74.5511067
109.502458
89.5972598
98.3639696
126.275633
88.1890386
108.195212
128.317258
68.2363651
111.643757
125.220052
126.615626
145.392538
91.8010252
94.9698229
91.101716
72.2963996
145.665985
103.228936
121.453896
84.0676493
117.289007
86.1597528
89.3528097
101.020447
117.439398
122.234949
162.489836
71.6343538
88.2230757
70.9350908
111.555068
123.893708
101.099671
111.288538
74.3786304
135.33689
94.8403409
74.0089382
100.96714
127.968934
103.04035
99.8644864
84.6988745
77.9118984
71.1166377
78.08888
108.651456
93.2402566
97.2402643
77.729482
118.848035
72.2445922
63.5148556
65.2705327
1057.26
1811
2343.66
1722.94
1706.37
1218.16
1654.32
1848.53
1444.76
1584.82
1706.44
1427.21
2143.87
1522.78
1457
1432.9
1705.64
2385.01
1798.97
1783.62
1223.22
1631.35
2001.5
1466.81
1592.89
1869.67
1457.76
1916.54
1831.29
1488.84
1328.82
1745.4
2222.64
1615.79
1846.79
1098.42
1660.26
1921.39
1485.9
1561.32
1801.65
1414.83
1986.09
1626.05
1430.56
1431.54
1707.03
2054.71
1650.36
1801
1128.52
1659.7
1872.98
1522.68
1502.09
1817.66
1363.56
2009.31
1617.01
1497.49
1404.39
1668.4
2185.15
1605.82
1778.39
1266.11
1772.64
1775.85
1518.47
1545.93
1770.4
1477.51
2108.68
1778.43
1494.7
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
135.529576
94.1822198
101.764334
104.412806
104.527154
100.415381
98.6115141
108.275224
101.526205
100.509206
109.565528
102.14054
89.3962787
120.259657
102.185312
125.685262
96.3776919
94.8362817
93.780979
108.229165
90.170421
100.35906
103.94151
102.847532
98.5171818
105.579452
99.1325733
92.640412
106.781676
98.1853123
135.400942
94.2589729
87.6709932
95.7874331
105.545691
92.6413607
100.325209
101.322673
105.393283
94.7798488
106.517663
95.5402499
93.7235
106.188025
102.778998
132.832983
92.1258973
93.236647
93.202317
104.220656
103.936265
107.152183
96.0682272
105.101885
97.5460936
103.748154
103.524359
98.3585758
116.788374
102.587509
100
0
101.7432 106.375711 104.021709 89.2953023
20.8638639 22.5976585 26.3089884 19.6324553
1642.376
247.86935
1676.72467
247.328698
100
0
104.886729 101.137634 101.191656 103.362008
10.9479098 8.637223 11.1018362 10.3926194
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
106.249617
80.7095219
102.449068
105.98474
116.230068
92.3582961
142.831044
116.201743
88.9993174
113.716389
61.5985816
111.124681
126.910247
170.520521
100.089986
1221.92
1416.23
1674.21
1488.98
1683.53
1896.1
1410.51
1681.96
1378.56
1557.34
1399.24
1562.82
1426.72
2100.69
1739.96
1281.08
1468.79
1718.51
1587.26
1711.36
1958.29
1467.88
1782.72
1425.71
1504.54
1413.78
1692.11
1391.81
1978.59
1701.45
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
97.2623294
102.17153
101.2624
101.622549
98.1523392
104.691808
92.3125406
107.840967
110.890469
97.965499
97.3152751
94.3451754
108.928042
94.3405794
92.2709401
100
0
109.064921 107.425685 108.92183 102.301417
25.6961698 21.4139197 39.7196689 33.4981451
1601.01467 1593.816 1561.74733 1575.918
1605.592
298.854301 257.189741 242.984665 226.143667 207.690754
100
0
100.091496 98.2192736 99.3481433 101.53178
5.95050706 7.53491914 9.1461724 11.0399877
0.39918216 0.89701126 0.69385557 0.20759811
0.71416609 0.26906866 0.37035752 0.44948535 0.40110234
305.19
306.474667 322.497333 312.697333 271.911333
112.155899 126.804409 130.19212 127.89879 111.12412
163.05
356.86
553.68
503.28
368.76
431.71
273.68
410.82
366.25
437.36
276.37
278.39
320.77
139.86
655.66
369.1
138.34332
173.24
288.02
567.24
533.4
428.61
398.72
390.9
477.38
325.96
497.35
170.24
309.36
407.09
238.49
656.25
152.62
224.33
620.01
578.88
379.39
375
366.8
563.14
317
467.25
235.42
336.22
425.47
177.84
707.66
119.35
236.4
537.88
578.26
383.23
370.82
414.62
563.35
286.45
475.83
182.9
255.13
448.94
302.84
672.54
127.2
242.15
510.53
537.5
308.56
387.94
359.06
509.49
280.41
486.89
155.34
227.89
447.34
262.63
706.16
390.816667 395.135333 388.569333 369.939333
142.2056 166.496558 159.298335 161.522521
0.17599574 0.09763953
0.1945261 0.16191608 0.06426969
93.6031892
62.8621869
111.979844
115.021459
102.882634
86.8638669
134.025139
137.077065
86.552901
106.834187
85.182907
120.773016
132.640209
127.155727
107.93094
73.1984054
66.2444656
97.1463661
114.898267
103.923961
85.8956244
151.4981
137.128183
78.2116041
108.795958
66.1793972
91.6448148
139.956979
216.530817
102.574505
1643.27467 1705.734 1649.72733
326.091369 285.591464 284.460359
78.0128795
67.8557417
92.2066898
106.799396
83.675019
89.8612494
131.197018
124.017818
76.5624573
111.324767
56.2072584
81.8599806
139.458179
187.780638
107.702163
1412.88
1422.96
1582.7
1509.97
1696.74
1922.5
1507.26
1427.63
1182.41
1602.85
1416.16
1661.59
1348.56
2405.9
1915.11
81
1374.2
1453.86
1602.68
1534.47
1665.39
2012.7
1391.39
1539.57
1311.18
1570.24
1378.14
1567.63
1468.96
2269.74
1767.09
1195
1431.71
1544.75
1570.44
1656.22
1972.8
1415.91
1554.83
1311.04
1535.99
1485.07
1556.54
1357.35
2152.45
1686.11
84.5790159
100.614915
97.6021988
104.004715
97.611891
102.616385
93.9393336
108.909872
110.878629
95.8286802
104.865976
93.6777424
100.651806
89.4654807
88.0424623
86.484344
99.5270422
105.781892
98.6099062
99.2214482
98.626788
93.5810676
117.81484
116.589
97.1606825
98.8052197
94.0556936
105.795812
87.3141028
90.8543112
90.6715362
103.220751
108.580906
105.118645
100.861652
101.861638
97.3873121
124.872691
120.576619
93.8665502
99.8319399
101.836795
103.207125
82.2390789
88.8434607
0.15055931 0.33267818 0.62364681 0.64376483
12. Remerciements
Ce projet d’étude n’aurait pas pu être réalisé sans le soutien de plusieurs personnes. Je
tiens tout d’abord à remercier mon co-conseiller M. Alain Rouvenaz, qui m’a toujours
fort bien guidé et conseillé tout au long du travail. Ces remerciements vont aussi à mon
conseiller M. Wolfgang Taube pour son soutien à l’ensemble du projet. Un énorme
merci aux trente sujets qui ont répondu positivement à l’annonce et ont accepté de
participer au test de cette étude, malgré les inconvénients que cette expérience
pouvaient engendrer. Je remercie également la faculté des Sciences du Mouvement et
du Sport, du Département de médecine de l’Université de Fribourg d’avoir mis à
disposition le matériel et l’espace indispensables à la réalisation de ce projet. Je tiens
en particulier à adresser de sincères remerciements à M. Martin Keller, qui m’a aidé à
utiliser les instruments de recherche et à traiter de nombreuses données statistiques.
Un merci tout spécial s’adresse également à Donato Stefanelli, de la firme Compex
Médical SA, qui m’a généreusement fourni les appareils d’électrostimulation
nécessaires à la réalisation du test de cette étude. Enfin, j’aimerais remercier
chaleureusement ma famille et mes amis qui m’ont soutenu de quelque manière que ce
soit tout au long de cette expérience.
82
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising