MIP 2A - Canadian Sport Parachuting Association

MIP 2A - Canadian Sport Parachuting Association
MAN
M
NU
UELL
D NF
D'I
FOR
RM
MATTIO
ON
DU PA
P RA
ACH
HUTTIS
STE
E
MIP
P 2A
A
Tecchniques fondamen
ntale
es
Associa
ation canadienne de
e parachuttisme sporrtif
(A.C.P.S
S.) 300, ch
hemin Forcced
Russell, Ontario
Canada
a
K4R 1A
A1
ps.ca/
http:///www.acp
Dernière mise à jour : 26/06/2011 2:43
MIP2A - 2011
Page 2 de 200
AVANT-PROPOS
Cette version de 2009 du MIP 2A est une adaptation de la version de 1993. Le format électronique
de ce manuel en facilite maintenant la mise à jour, le suivi des changements et la distribution sur le
Web. Toutes les personnes qui lisent ce manuel sont invitées à transmettre suggestions,
commentaires, mises à jour, idées nouvelles et améliorations techniques visant à le garder à l'avantgarde du monde du parachutisme. La soumission de graphiques est encouragée. Il s'agit d'un
document en évolution constante pour laquelle votre contribution est essentielle.
Si vous avez des questions, des suggestions, des corrections ou du matériel supplémentaire
pertinent à propos de ce manuel, veuillez écrire à cwc@cspa.ca pour que vos idées puissent être
intégrées.
LE MANUEL
Le but de cette partie du manuel est de fournir à l'élève en parachutisme des renseignements
relatifs à la progression au moyen du tableau des compétences fondamentales en parachutisme et
la préparation de l'examen du brevet « A », d'où le nom « Partie A - Techniques fondamentales ». Le
MIP 2B - Techniques de parachutisme récréatif contient des renseignements relatifs au brevet « B »
et la partie C traite des sujets avancés.
La disposition du manuel suit l'ordre typique des techniques de préparation au saut, de
l'équipement, en montée, en chute libre et du contrôle de la voilure, qui est relié de près au tableau
des compétences fondamentales en parachutisme. Les connaissances techniques sont regroupées
à la fin du chapitre approprié. De plus, le manuel comprend des chapitres sur l'auto-supervision, les
procédures d'urgence et les aspects médicaux liés au parachutisme.
Le chapitre sur l'histoire du parachutisme a été retiré du manuel et est disponible sur le site Web de
l'ACPS à l'adresse http://cspa.ca/fr/renseignements/parachutisme-au-canada/historique-de-lacps .
Des renseignements techniques et des ressources, disponibles sur le site Web de l'ACPS à l'adresse
http://www.acps.ca/ complètent ce manuel.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 3 de 200
REMERCIEMENTS
La version 2009 de ce manuel a été traduite en français par Lucie Plamondon. Nous tenons
également à remercier Gabrielle Chabot pour son aide précieuse pour la révision française.
La version du MIP 2A de 1993 avait été préparée et écrite par le comité de travail sur l'entraînement
(CTE), composé des membres suivants : Tony Mercer, John Moore, Duncan Grant, Gary Butchart, Rob
Hutchinson, Rob Laidlaw et Tom Pfeifer.
La version 2009 a été révisée par Scott McEown du CTE. Nous sommes reconnaissants de l'aide
que les personnes suivantes ont apporté pour la révision, la mise à jour et leur contribution à des
parties du manuel : Jeff Dean, Brian diCenzo et Grieg McCreery. Nous remercions aussi Sarah
Canon, Johanne Chantigny, Bart Krzysztofek, Olga Kuznetsova, Ky Kvisle, Jody Bevan, Amanda Hoff,
Chris Kotscha pour la révision et les membres actuels du CTE Derek Orr actuel et Mario Prévost pour
leur soutien.
DÉSISTEMENT ET DROIT D'AUTEUR
L'Association canadienne de parachutisme sportif stipule que cette publication a été préparée à titre
d'information générale seulement. Les lecteurs sont avisés qu'ils ne doivent pas se fier à
l'information publiée dans ce manuel à moins d'avoir été conseillés par des autorités compétentes
au préalable concernant sa pertinence pour une application particulière. L'omission de respecter les
règles et les recommandations peut entraîner des blessures ou la mort.
L'usage ou la reproduction des renseignements contenus dans ce manuel est défendu à moins
d'avoir obtenu au préalable le consentement écrit de l'Association canadienne de parachutisme
sportif. Toute personne qui utilise ou reproduit l'information contenue dans ce manuel sans le
consentement écrit de l'ACPS sera responsable des pertes ou dommages résultant de l'usage ou de
la reproduction de ces renseignements, peu importe la cause.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 4 de 200
TABLE DES MATIÈRES
CHAPITRE UN
INTRODUCTION ET VUE D'ENSEMBLE ....................................5
CHAPITRE DEUX
PRÉPARATION : Mentale et physique .......................................... 11
CHAPITRE TROIS
ÉQUIPEMENT
CHAPITRE QUATRE
TECHNIQUES EN MONTÉE .................................................... 58
CHAPITRE CINQ
TECHNIQUES DE CHUTE LIBRE ............................................ 75
CHAPITRE SIX
TECHNIQUES DE CONTRÔLE DE LA VOILURE ................... 125
CHAPITRE SEPT
CERTIFICATION SOLO .......................................................... 178
CHAPITRE HUIT
ASPECTS MÉDICAUX ........................................................... 182
Annexe
Aperçu des compétences fondamentales du sport .......... 196
Annexe
Abréviations utilisées dans ce manuel .............................. 198
Annexe
Historique des changements ............................................. 200
................................................... 26
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 5 de 200
CHAPITRE 1 : Introduction et vue d'ensemble
1.1 MODÈLE D’APPRENTISSAGE DES TECHNIQUES....................... 5
1.2 TABLEAU DES COMPÉTENCES ................................................... 5
Suivant – Chapitre 2 - Préparation
1.1 MODÈLE D'APPRENTISSAGE DES TECHNIQUES
Ce manuel présente l'information à apprendre dans le cadre d'un programme de
progression normale en vue de l'obtention du brevet A de l'ACPS. Les compétences dont
vous aurez besoin dans le programme de progression sont divisées selon les étapes
suivantes :
• la préparation;
• l'équipement;
• la montée;
• la chute libre;
• le contrôle de la voilure;
• les connaissances techniques.
Ce modèle fournit les grandes lignes de l'apprentissage des techniques et chaque étape
s'ajoute aux techniques apprises lors des sauts précédents.
Bien que ce manuel comporte des instructions, la présence d'un entraîneur ou d'un
instructeur est nécessaire pour faciliter votre acquisition de ces habiletés, vous offrir des
conseils et vous aider à progresser dans un milieu sécuritaire sans prendre des habitudes
potentiellement mauvaises.
1.2
Tableau des compétences
Le tableau des compétences représente le programme de progression du niveau élève au
certificat Solo et du brevet A au brevet B. Chaque section représente la séquence générale
de progression fondée sur des années d'expérience. Nous vous recommandons de
progresser dans l'ordre proposé. Bien que vous puissiez progresser plus rapidement dans
une étape par rapport à une autre, il vous faudra terminer chaque section afin d'être prêt à
atteindre le brevet de compétence pertinent.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 6 de 200
Le tableau des compétences est disposé selon l'ordre des tâches pour chaque étape ou
chaque colonne. Déterminez à quel niveau vous vous situez, puis descendez dans le
tableau pour trouver la prochaine compétence sur laquelle vous devriez travailler.
Lorsque vous utilisez le tableau, il est intéressant de noter que :
• celui-ci est disposé à la verticale et présente les techniques des plus simples aux
plus complexes;
• il n'est pas nécessaire de se trouver au même niveau dans tous les secteurs de
compétence (ou les étapes) – la parité horizontale n'est pas requise;
• l'information nécessaire pour acquérir les compétences est présentée dans le
MIP 2A;
• tout au long de votre progression dans le tableau des compétences, vous répétez
certaines des tâches; à mesure que vous acquérez de l'expérience, vous devez
améliorer la qualité d'exécution des tâches et approfondir vos techniques une fois les
principes de base maîtrisés.
• les techniques présentées plus tard dans la progression exigent habituellement une
certaine compétence avec les techniques précédentes dans le tableau.
La sixième étape du tableau que vous devriez connaître en acquérant de l'expérience est
celle des connaissances techniques. Elle comporte des sujets comme les raisons des
résultats de certaines actions et les procédures recommandées en cas de circonstances
anormales dans l'avion, en chute libre, sous voilure ou en préparation à un saut.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 20
011
Page 7 de 200
© 2011, Associatioon canadienne de pparachutisme sporttif, tous droits rééservés.
Grille de progression des habiletés de l’ACPS
La progression de chacune des 6 sections est indépendante des autres, cependant toutes les étapes doivent être terminées avant d’obtenir un brevet.
PRÉPARATION Section
ÉQUIPEMENT
DANS l’AVION EN VOL
CHUTE LIBRE
CONTRÔLE SOUS VOILURE
CONNAISSANCE
2
Section 3
Section 4
Section 5
Section 6
TECHNIQUE Sections 2
-6
NIVEAU PRÉPARATOIRE............ Introduction au premier saut.................IC
Répétition physique
Composantes et fonction
Placement et mouvement
Position arquée
Identification du parachute
Situations inhabituelles:
Déclenchement du
Sortie assistée
Test de navigabilité
Dans l’avion en vol
parachute de secours
Test de manoeuvrabilité
Sous voilure
<endossement des
procédures de secours>
Relaxation
Observation des vents au sol
Techniques d’atterrissage
Assistance de l’instructeur radio
au sol
Progression de l’élève au certificat Solo..........instructeur largueur (IL) ou IPAC
Réglage et montage de
Vérification des poignées
Position de la boîte
Tournants classiques complets
l’altimètre
avant la sortie
en spirale au-dessus de 2000'
Au sol
Position de la boîte
Répétition mentale
Procédures pour mettre son
équipement et l’ajuster
Revue orale
Cercle d’observation
Assistance partielle à partir du
sol
Situations inhabituelles
en chute libre
Rappel et vigilance
Réglage de l’altimètre
sonore
Réglage du DDA
Orientation par rapport au sol
Utilisation de l’altimètre
Observation de la dérive
Modèles théoriques
Repérage (observé)
déclenchement
Vérification complète de
l’équipement
Assistance au repérage
Contrôle du cap
Introduction au pliage
Instructions au pilote
Exercices avec les bras
Repérage non assisté
Exercices avec les jambes
Aucune assistance à partir du
sol
Pratique de décrochage et
rétablissement au-dessus de
2000'
Tournants avec élévateurs
arrière
Circuit d’atterrissage classique
Auto évaluation
Instruction autodidacte
Etablissement de buts
Identification des
composantes
Tournants à 900/1800 à
gauche et à droite
Contrôle de la rotation
autour de l’axe vertical
Tournants à plat
Tournants de 3600 à gauche
et à droite
Contrôle de la rotation
autour de l’axe vertical
Turbulence
Saut de qualification Solo … instructeur largueur (IL), IPAC
Sortie sur le dos pieds devant Saut de qualification Solo
Circuit d’atterrissage classique
CERTIFICATION SOLO
Repérage
Contrôle en chute
libre
Mathématiques de
la chute libre
Vol sous voilure (tout
droit, tournants et
décrochages)
Contrôle en chute
libre
Tournants de 360°
<revue des procédures
d’urgences au niveau
Solo>
PRÉPARATION
ÉQUIPEMENT
DANS L’AVION EN VOL
CHUTE LIBRE
CONTRÔLE SOUS VOILURE
CONNAISSANCE
TECHNIQUE
Progression du débutant – partie fondamentale.....................Entraîneur 1 (E1)
Réchauffement &
étirement
Pliage avec assistance
Sorties (ex. Plongée, flotteur
arrière)
Salto arrière (rotation de
360° autour de l’axe latéral)
Spirales avec les élévateurs
arrière (au-dessus de 2000')
Modèles de théories
Concentration
Pliage sans assistance
observé
Sorties (ex. contre le vent
relatif, flotteur avant)
Salto avant (rotation de
360° autour de l’axe latéral)
Approche selon la ligne de vol
Contrôle en chute
libre – salto arrière
Anticipation
Pliage : défaire les
emmêlements
Sortie intentionnelle instable
Établir une évaluation
Approche selon la
ligne de vol
Répétition pratique au
sol (préparation de la
séquence)
Inspection de l’équipement
pendant le pliage
Indicateur de dérive du vent
(IDV). Rapport météo
Tonneau D/G (rotation de
0
360 autour de l’axe
longitudinal)
Delta, plongée en delta
Tournants avec les élévateurs
avant
Contrôle en chute
libre – salto avant
Tournants à plat
Établir une évaluation
concernant la ligne de vent
Contrôle en chute
libre - tonneau
<endossement de saut
de nuit> [entraînement
optionnel]
Progression du débutant – Partie avancée..............…Entraîneur 2 (E2)
Être en forme
<Endossement de pliage >
Plongée pour sortie en delta
Planification du saut
Techniques de contrôle du
déploiement
Sortie de flotteur en position
« track »
Relaxation avancée
Équipement accessoire
Tournant au taux un
Voltige et manoeuvres
avec séries
Techniques
d’entraînement mental
Choix d’une combinaison
de saut
Repérage par passe « vent
arrière »
Vol relatif un à un
Utilisation de lest (poids)
Repérage pour vol relatif
Arrimage en proximité
Sorties serrées un à un
Procédures d’arrêt de vol
relatif
Spirales avec élévateurs
avant
Arrondi et décrochage avec
élévateurs arrière
Contrôle du niveau
Techniques d’évitement
Répétition avec relaxation
« free style » de base en
solo, Vol inversé ou
artistique ex. tonneau
français, « stag », T,
« daffy », assis, debout
Manœuvres combinées
Procédures d’arrimage
Brevet A obtenu
Tournants lors d’un
décrochage
<endossement pour
saut à l’eau>
Contrôle de l’angle
d’approche
<non requis pour un
brevet>
Évaluer et critiquer l’approche
pour l’atterrissage d’une
voilure
Manœuvres avec élévateurs
Modèle d’approche
pour la précision à
l’atterrissage
Position du corps
avancée pour VR
(mantis)
<revue A pour voilure
sportive >
<revue A pour les
procédures d’urgence>
PRÉPARATION
ÉQUIPEMENT
DANS L’AVION EN VOL
CHUTE LIBRE
CONTRÔLE SOUS VOILURE
CONNAISSANE
TECHNIQUE
Progression du parachutiste intermédiaire............ENTRAÎNEUR 2 (E2) / ENTRAÎNEUR 2 pour Discipline particulière (E2 DP)
Mémorisation
Variations sur les techniques
de pliage
Sorties serrées un à un
Agrippements en chute libre
Atterrissage avec arrondi à
l’aide des élévateurs
Modèle pour les trois
types de tournants
Répétition au sol en
groupe
Planification d’un saut
(revue)
Contrôle du stress
(écrire les variations)
(variations)
Tourner et s’arrimer
Maintenance de routine
(LISTE des variations)
Glisser de côté et s’arrimer
Évaluation des conditions
météo
Évaluation du terrain
Manière d’entreposer
Ordre de sortie
Arrimage en diagonale
Approche lors d’un VR, règles
du VR, approche vers un groupe
Séminaire sur l’équipement
Sortie en petit groupe, sortie
sans agrippements
Combinaison de
mouvements (ex. tourner
et glisser de côté en
même temps)
Tournants en S
Modèle pour chute
libre en groupe
Modèle pour sortie en
groupe
Règles à suivre en
VR, courtoisie en
chute libre
Vérification
périodique de
l’équipement
Sortie en petit groupe, sortie
avec agrippements
Sorties pour premier VR
Contrôle de la vitesse relative
Glissade en S courts répétés
Voler avec la base
Vol en parallèle avec autre
voilure
Embarquement et repérage
pour les gros avions
Séquentiel avec partenaire
Approche typique vers un grand
groupe
Développement
autodidacte d’habiletés
Répétition d’un saut
(revue)
Établissement de buts,
technique de revue : buts
à court et à long terme
Habiletés avancées en solo
0
Ex. Assis/inversé 360
Séparation horizontale
« tracking » à plat
VR en groupe
Arrondi en survitesse
Flotteur en position « track »
Rétablissement
<Endossement pour saut en
groupe>
Brevet B obtenu
Maintenir le taux de
chute
Sécurité pour le VR
en groupe
Caractéristiques et
sélection d’un
équipement
<revue B pour
voilures sportive>
<revue B pour
procédures d’urgence
>
MIP2A - 2011
Page 11 of 200
CHAPITRE 2 PRÉPARATION : Mentale et physique
2.1
2.2
INTRODUCTION ................................................................... 11
PRÉPARATION PHYSIQUE ................................................... 12
2.2.1 Répétition physique - pratique au sol ......................... 12
2.2.2 Échauffement et étirements ..................................... 12
2.2.3 Forme physique ......................................................... 14
2.2.4 Planification du saut ................................................. 14
2.3
PRÉPARATION MENTALE .................................................... 15
2.3.1 Relaxation – base ...................................................... 16
2.3.2 Répétition mentale ......................................................... 16
2.3.3 Rappel et conscience – auto-évaluation.................. 17
2.3.4 Développement autonome des techniques ............ 17
2.3.5 Détermination des objectifs ..................................... 19
2.3.6 Concentration ............................................................ 20
2.3.7 Anticipation ................................................................ 21
2.4
TECHNIQUES D'ENTRAÎNEMENT MENTAL......................... 21
2.4.1 Stress ......................................................................... 21
2.4.2 Contrôle du stress ..................................................... 23
2.4.3 Visualisation .............................................................. 23
2.4.4 Réponse de relaxation .............................................. 24
2.5
CARNET DE SAUTS ............................................................. 25
Précédent : Chapitre 1 - Introduction Suivant : Chapitre 3 - Équipement
2.1
INTRODUCTION
Que devriez-vous faire pour vous préparer à votre prochain saut? Les techniques
fondamentales de la préparation sont des activités qui devraient devenir des habitudes dès
le début de votre « carrière » de parachutiste car elles sont à la base de la réussite dans ce
sport.
Il y a deux principaux types de techniques de préparation : la préparation physique et la
préparation mentale. La préparation physique comprend l'échauffement et les étirements,
la planification du saut et la répétition au sol des manœuvres que vous ferez dans le ciel
(couramment appelée « pratique au sol »). La préparation mentale comprend
l'apprentissage de la relaxation, la visualisation ou la répétition mentale du saut et
l'acquisition de techniques de concentration et d'anticipation.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 20
011
2.2
Page 12 de
d 200
P
PRÉPARA
ATION PH
HYSIQUE
E
2.2.1 Répétition
R
e - pratiqu
ue au sol
physique
La révisio
on de chaqu
ue étape d'u
un saut, app
pelée répétittion physiqu
ue ou pratique au sol,
permet de
d simuler au
a sol les mouvements que vous fe
erez dans le
e ciel. La pra
atique au so
ol
peut com
mmencer pa
ar la planificcation de la position dan
ns l'avion, une
u répétitio
on de la sorttie,
les manœ
œuvres de la chute libre et les man
nœuvres sous voilure. Au début, la
a répétition se
fait sanss équipemen
nt, mais vou
us pouvez po
orter la com
mbinaison po
our la reconnaissance
visuelle. L'accent esst mis sur le
es mouveme
ents physiqu
ues et vos points
p
de vue pour
l'orientattion et les décisions à prendre.
p
Tout sau
ut doit être précédé
p
d'au
u moins une
e répétition finale
f
avec l'équipemen
nt complet
avant de
e monter à bord
b
de l'avion. Les rép
pétitions fina
ales se font à vitesse rééelle, sans
directive
e ni correctio
on. La façon
n dont vous vous pratiq
quez au sol reflète
r
génééralement ce
e qui
se produ
uira dans le ciel pendan
nt le saut véritable.
2.2.2 Échauffem
É
ment et étirements
e bonne idée de s'échauffer au déb
but de chaq
que journée de sauts ett avant chaq
que
C'est une
saut. Il existe
e
de no
ombreux pro
ogrammes d'exercices
d
e vous avezz peut-être appris
et
a
à faire
des étire
ements par l'entremise
l
d'un autre sport
s
que vo
ous pratique
ez. Voici quelques
avantage
es de l'écha
auffement en
n parachutissme :
•
•
une améliora
ation de la flexibilité et de
d l'agilité;
la
a possibilité de réduire les blessure
es;
© 2011, Associaation canadienne de
d parachutisme spportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
Page 13 de 200
une augmentation de l'énergie et de l'éveil.
Un exemple de séquence d'échauffement commence par un jogging léger ou une autre
activité qui augmente la température du corps. Une fois les muscles échauffés, commencez
par étirer les extrémités (les doigts, les orteils) puis allez vers le centre, exercez chaque
articulation et étirez les principaux muscles le long de chaque membre. Souvenez-vous de
commencer lentement lorsque vous vous étirez et de garder chaque mouvement pendant
10 secondes pour les petits muscles et 30 secondes pour les gros muscles et d'effectuer
une série complète de mouvements à chaque articulation. Évitez de rebondir, ce qui force
l'amplitude des mouvements, et évitez de vous étirer lorsque votre corps est froid. Si une
douleur vive survient - ARRÊTEZ. Portez des vêtements confortables qui vous gardent au
chaud et qui ne gênent pas vos mouvements.
Voici quelques conseils généraux relatifs aux programmes d'échauffement et d'étirements :
•
•
•
•
•
•
•
•
échauffez-vous par un jogging léger ou le saut à la corde et portez des vêtements
appropriés;
la séquence des étirements consiste à commencer par les extrémités et d'aller vers
le centre, en étirant chaque articulation vers l'intérieur le long de chaque membre;
commencez lentement lorsque vous vous étirez et gardez chaque mouvement de 10
à 30 secondes selon la taille du muscle;
effectuez une série complète de mouvements à chaque articulation;
faites-en une habitude; étirez-vous quotidiennement et avant chaque saut;
étirez-vous sans rebondir, car cela peut déchirer le muscle;
si une douleur survient, arrêtez!
laissez du temps après un repas avant de vous échauffer.
Effectuez des exercices de puissance comme des redressements assis
ou des extensions des bras vers la fin de l'échauffement et des
étirements. Ces exercices resserrent les muscles et s'effectuent mieux
quand un certain degré de chaleur est obtenu dans le système
musculaire. © 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 14 de 200
2.2.3 Forme physique
Un niveau accru d'équilibre, de flexibilité, d'agilité et de force peut faire une différence
significative en parachutisme. La force et l'endurance d'une personne peuvent être
éprouvées par une journée complète de parachutisme. Voici quelques points clés à noter.
1. L'étirement avant de sauter vous permet de conserver davantage de mobilité après
avoir été assis dans l'avion et peut réduire les risques de blessure après un mauvais
atterrissage.
2. La nourriture et l'eau sont nécessaires pour passer à travers la journée.
3. Le corps utilise des micronutriments et des vitamines dans la production de
l'adrénaline.
4. Un stress auto-infligé, comme un manque de sommeil, peut grandement nuire à la
qualité et à la sécurité d'un saut en parachute.
2.2.4 Planification du saut
Une bonne planification de votre prochain saut est une étape très importante pour la qualité
de celui-ci. Une planification adéquate vous permet de faire avancer l'atteinte de vos
objectifs, donne une certaine mesure à vos sauts et rehausse la sécurité de vos sauts et,
plus important encore, le niveau de plaisir.
Peu importe si vous sautez seul ou avec un groupe de 20 personnes, chaque saut doit
commencer par un plan.
Première étape : Décidez ce que vous ferez pendant votre saut
La première étape consiste à décider ce que vous ferez pendant ce saut. Ferez-vous un
saut en solo pour pratiquer vos saltos avant? Ferez-vous une formation à 2 avec un
entraîneur 2?
Deuxième étape : Déterminez les détails du saut
La deuxième étape consiste à planifier votre saut de façon plus détaillée. Pendant cette
étape, vous devriez déterminer :
•
•
•
•
•
le point de sortie (l'endroit d'où vous quitterez l'avion);
le délai requis entre les sorties;
la façon dont vous sortirez de l'avion;
la séquence des manœuvres en chute libre et sous voilure;
les moments pendant la séquence de manœuvres où vous vérifierez votre altimètre;
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
•
•
Page 15 de 200
les procédures de séparation (y compris l'altitude de séparation, la direction générale
de la dérive et l'altitude de déploiement de la voilure);
votre aire d'atterrissage prévue et la trajectoire de vol que vous devez emprunter
pour vous y rendre;
les personnes dont vous avez besoin pour analyser votre saut (par exemple, vous
aurez peut-être besoin d'un caméraman pour capturer vos manœuvres en chute libre
ou d'un entraîneur pour observer votre atterrissage);
la façon dont vous allez mesurer votre degré de réussite et identifier les points à
améliorer.
Troisième étape : Rassemblez votre équipement
La troisième étape consiste à vous assurer que vous avez tout l'équipement nécessaire pour
un saut réussi en un seul endroit. Choisissez votre combinaison de saut et l'équipement
que vous utiliserez. Assurez-vous que votre altimètre visuel soit mis à zéro et que votre
altimètre sonore soit réglé à l'altitude désirée. Allumez votre dispositif de déclenchement
automatique. Réunissez tous les accessoires dont vous pouvez avoir besoin pour votre
saut, comme des poids.
Une fois votre équipement prêt et la préparation effectuée, il est temps d'effectuer la
répétition, y compris la sortie, la séparation en chute libre et le contrôle sous voilure.
2.3 PRÉPARATION MENTALE
2.3.1 Relaxation – base
À vos débuts dans le parachutisme, ce sport peut certainement vous sembler contre-nature.
Il est courant de se sentir nerveux pendant la montée en altitude, quand la porte s'ouvre et
que les autres personnes avant vous sautent de l'avion. Vous pouvez employer des
techniques de détente pour vous aider à vous concentrer sur les aspects techniques du
saut. Voici deux exercices qui vous peuvent aider à vous détendre :
1. Prenez trois grandes respirations contrôlées. Inspirez lentement à fond, faites une
pause pendant une ou deux secondes, puis expirez lentement; répétez trois fois.
Pendant que vous expirez, rappelez-vous de vous détendre. Vos rythmes cardiaques
et respiratoires devraient réduire remarquablement.
2. Imaginez une scène très relaxante (par ex. : vous relaxer sur une plage) tout en
prenant de profondes respirations.
Au début, vous devriez employer cette technique dans un endroit plutôt calme. Ne vous
attendez pas à un succès instantané; il faut du temps et de la pratique pour apprendre à la
contrôler efficacement! Avec le temps, vous pourrez bénéficier de cette technique de
relaxation même dans un environnement bruyant, comme à bord de l'avion.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 16 de 200
2.3.2 RÉPÉTITION MENTALE
La préparation mentale est un entraînement qui incite l'esprit à travailler avec le corps dans
diverses situations sportives en lui évitant d'aller à l'encontre du corps. La répétition
mentale devrait rehausser la pratique physique du saut (par ex. : la pratique au sol). En
vous imaginant exécuter correctement les différentes étapes du saut ou des procédures
d'urgence, vous améliorez grandement la probabilité que le saut soit réussi ou que vous
réagissiez correctement en cas d'urgence. Cela vous aide à vous rappeler la série
d'événements de votre prochain saut ainsi que les mouvements physiques requis pour
chaque manœuvre.
Pendant la répétition mentale, vous devriez revoir les principaux faits ou les principales
manœuvres du saut dans l'ordre prévu. Vous devriez vous concentrer sur les points où le
niveau de stress est élevé et où le temps est limité, tels que :
•
•
•
•
•
•
la sortie, y compris la position que vous prendrez juste avant le départ et la façon
dont vous vous lancerez;
les techniques de chute libre, y compris la séquence des manœuvres que vous
effectuerez et les mouvements à faire pour les initier;
la séparation et le déploiement, y compris l'altitude de séparation, la direction de la
dérive et l'altitude de déploiement;
les procédures d'urgence, y compris les procédures en cas de mauvais
fonctionnement total et partiel;
les manœuvres sous voilure, y compris l'altitude à laquelle vous cesserez ces
activités;
la trajectoire prévue pour revenir au-dessus du centre de sauts, y compris les tests
de vent et la direction prévue de l'atterrissage.
Vous devriez utiliser la répétition mentale :
•
•
•
après l'instruction d'une technique;
après avoir endossé l'équipement;
pendant la montée en altitude, à des altitudes déterminées à l'avance.
Quand vous utilisez la répétition mentale, vous devriez :
•
•
•
•
vous rappeler les événements dans le bon ordre : fermez les yeux et visualisez-vous
dans le saut. Vous pouvez faire cet exercice de votre point de vue ou du point de vue
d'une autre personne. Imaginez que vous effectuez les manœuvres avec succès;
répéter le saut en entier, de la sortie à l'atterrissage;
imaginer l'événement en temps réel, puis plus rapidement et plus lentement;
imaginer les sensations associées à chaque action.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 17 de 200
2.3.3 Rappel et conscience – auto-évaluation
Le rappel est une technique de parachutisme importante parce qu'il vous aide à analyser ce
que vous avez fait, ce qui vous aidera à trouver des points à améliorer. Dès votre tout
premier saut, votre instructeur vous encourage à développer la capacité de vous rappeler
les événements de la sortie, de la chute libre et de la descente sous voilure après avoir
effectué le saut. Quelques points clés contribueront à votre succès :
1. Après votre saut, assoyez-vous calmement pendant quelques minutes et réfléchissez
aux événements du saut, en prenant des notes écrites au besoin. Vous augmenterez
ainsi le nombre de détails dont vous vous souvenez.
2. Décomposez la séquence des événements dans votre tête ou sur papier. Pensez aux
étapes de la sortie, de la chute libre et de la descente sous voilure.
3. Parlez à votre entraîneur. Celui-ci pourra vous poser des questions, vous faire des
commentaires et clarifier les événements du saut tels qu'ils se sont déroulés.
4. Enfin, détendez-vous et laissez votre esprit vagabonder entre les périodes de
concentration. Après vous être occupé à autre chose pendant un moment, revoyez le
saut de nouveau.
Concentrez-vous sur ce qui a été fait correctement.
Restez positif!
2.3.4 Développement autonome des techniques
Au moment où vous obtiendrez votre brevet Solo, vous aurez une bonne compréhension des
techniques de base du parachutisme et vous serez en mesure de fonctionner par vousmême, donc vous devrez accepter une plus grande responsabilité liée à votre progression.
Cependant, vous devez être conscient de vos limites. Vous devez savoir comment obtenir
l'aide d'un entraîneur qualifié et comment utiliser les Manuels d'information du parachutiste
(MIP). Après l'obtention du brevet Solo, vous deviendrez de plus en plus responsable de
votre propre acquisition de compétences et d'information liées au parachutisme.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 18 de 200
Il est de plus en plus de votre responsabilité de fixer des sessions d'instruction avant de
vous inscrire au manifeste pour votre prochain saut. Au début, un instructeur surveillera vos
sauts et votre progression jusqu'à l'obtention du brevet Solo. Un entraîneur 1 vous aidera à
acquérir les techniques fondamentales du parachutisme. Un entraîneur 2 vous apprendra
le vol relatif avec d'autres parachutistes et à bien contrôler votre voilure. Tous les
entraîneurs contribuent à l'amélioration des compétences des parachutistes récréatifs en
l’aidant à établir des objectifs de performance.
Comment saurez-vous ce que vous devez faire ensuite? Posez-vous les questions
suivantes :
•
•
•
•
•
Qui peut m'enseigner? Qui, à mon centre de parachutisme, a les qualifications
appropriées pour m'aider?
Qui est disponible aujourd'hui? Pour connaître la disponibilité du personnel,
demandez au « manifeste ».
Quelle est l'étape suivante? Regardez le tableau de progression des compétences.
Où est-ce que je me situe maintenant dans ma progression?
Y a-t-il un guide de formation complémentaire? Un programme de progression écrit
est-il offert à mon centre de parachutisme?
Où puis-je obtenir une copie des MIP et d'autres ressources? http://www.acps.ca/
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 19 de 200
Entraîneur 1 (niveau débutant de la formation de l'ACE) : L'entraîneur 1 aide les détenteurs
d'un brevet Solo et des brevets supérieurs à acquérir des techniques fondamentales de
parachutisme individuel sur une base quotidienne. L'entraîneur 1 possède l'information la
plus à jour sur la façon d'entraîner, ce qui fait de lui une excellente première ressource.
Entraîneur 2 (niveau intermédiaire de la formation de l'ACE) : L'entraîneur 2 aide les
parachutistes qui travaillent à l'obtention de leur brevet A et B à atteindre un niveau avancé
de techniques générales en établissant des objectifs de rendement.
Cet entraîneur aide les parachutistes à parfaire leurs compétences fondamentales et
présente diverses techniques complexes à ceux qui ont déjà de l'expérience en
parachutisme et qui font preuve d'un bon degré de compétence dans le sport. L'entraîneur
fournit des instructions personnalisées en fonction des caractéristiques de performance
propres à chaque parachutiste.
Entraîneur 2DS – Entraîneur 2 pour une discipline spécifique : L'E2DS a été introduit en
2009. Il s'agit d'un expert spécialisé dans un secteur spécifique du sport, tel que :
•
•
•
•
le vol relatif (VR4, VR8);
les événements artistiques comme le freefly et le freestyle;
les formations sous voilure (FSV);
la voltige et la précision.
2.3.5 Détermination des objectifs
Comme vous le savez probablement déjà, le parachutisme comporte de nombreuses
disciplines. Pour devenir compétent dans l'une ou l'autre des disciplines du parachutisme,
vous devez établir des objectifs à long terme et à court terme. Lorsque vous aurez
déterminé un objectif à long terme, un entraîneur pourra vous aider à déterminer des
objectifs à court terme pour la fin de semaine, le mois et la saison. La consultation de votre
entraîneur et l'établissement d'objectifs vous guideront et vous aideront à conserver votre
motivation pour le sport.
En tant qu'athlète, vous serez en mesure de décrire vos objectifs lorsque vous vous posez
les questions suivantes :
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
•
Page 20 de 200
Qu'est-ce que j'aimerais vraiment accomplir?
Comment puis-je y arriver?
Quand est-ce que j'aimerais y arriver?
Au début de votre progression, vos entraîneurs et vos instructeurs ont déterminé des
objectifs que vous avez atteints. Comme vous êtes de plus en plus responsable de votre
progression, vous commencez à reconnaître où se situent vos compétences maintenant
(votre point de départ) et à établir les objectifs à long terme que vous voulez atteindre. Il
peut s'agir d'objectifs saisonniers, d'objectifs de compétition ou de n'importe quel
accomplissement que vous souhaitez réaliser en parachutisme.
Vos objectifs à long terme détermineront vos objectifs à court terme. Par exemple, si vous
voulez faire du VR4, vous devrez être capable d'effectuer des vols relatifs avec d'autres
parachutistes. En fonction de votre niveau de compétence, vos objectifs à court terme pour
la première fin de semaine pourraient consister à descendre à la même vitesse qu'un autre
parachutiste et à faire de petits mouvements contrôlés vers l'avant, vers l'arrière et de côté.
Lorsque vous aurez déterminé vos objectifs à long terme, parlez-en à un entraîneur.
L'entraîneur vous aidera en fournissant une évaluation franche de votre point de départ et
en suggérant des objectifs à court terme. Il équilibrera vos « désirs » avec les compétences
« requises » pour atteindre ces objectifs.
En général, les athlètes qui se fixent efficacement des objectifs :
•
•
•
•
•
souffrent peu d'anxiété et de stress;
se concentrent sur la tâche à accomplir;
croient en leurs capacités et ont une bonne confiance en soi;
maîtrisent bien le processus de rendement;
sont heureux des résultats de leur rendement.
2.3.6 Concentration
La concentration se définit comme l'attention exclusive portée envers un objet. En
parachutisme, une bonne concentration avant et pendant un saut peut vous aider à tirer
profit des précieux instants que vous passez dans les airs. La concentration s'améliore avec
la pratique. Les conseils suivants vous aideront à maximiser votre concentration.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 21 de 200
Préparez votre esprit en dormant suffisamment. Vous aurez plus de facilité à vous
concentrer si vous êtes bien reposé.
• De temps en temps, changez votre attention entre le saut dans son ensemble et des
détails importants.
• Évitez de vous concentrer sur vos erreurs ou sur tout point qui ne contribue pas à
votre succès.
• Faites-vous des rappels de sécurité - cela est particulièrement important pour les
quelques secondes avant l'atterrissage.
2.3.7 Anticipation
L'anticipation signifie « suivre le rythme des activités durant le saut » et « garder une
longueur d'avance sur ce qui se passe ». Autrement dit, il s'agit d'être prêt à agir le moment
venu. Quand vous faites une pratique au sol, vous voyez comment se passera la séquence
du saut. En sachant à l'avance ce qui va se passer, vous pouvez vous assurer d'être au bon
endroit au bon moment pour effectuer un mouvement ou présenter une prise, plutôt que de
combler constamment des retards. Vous pouvez améliorer vos habiletés d'anticipation si
vous apprenez des techniques de parachutisme et que vous les pratiquez dans le bon ordre
et si vous répétez mentalement et physiquement le saut et vos procédures d'urgence.
Comme vous acquérez de l'indépendance dans votre progression, vous devriez commencer
à pratiquer ces techniques sans que votre entraîneur ne vous y encourage avant le saut.
2.4
TECHNIQUES D'ENTRAÎNEMENT MENTAL
2.4.1 Stress
Le stress découle de la perception d'une personne et de sa façon de réagir face à une
situation. Comme le stress dépend du point de vue d'une personne, le niveau de stress de
deux personnes dans une même situation peut être très différent. Certains facteurs créent
ou augmentent le stress d'une personne :
• des expériences et des activités nouvelles et inconnues, l'incertitude;
• une menace à sa sécurité personnelle;
• le besoin de réussir ou d'exceller;
• le doute de soi-même;
• le manque de temps pour réussir.
L'environnement physique peut s'ajouter au niveau de stress d'une personne. Des éléments
de l'environnement peuvent produire cet effet dans la vie de tous les jours, comme en
parachutisme. En voici quelques exemples :
• un bruit fort;
• le froid;
• un vent fort;
• un délai d'attente.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 22 de 200
Vous ne pouvez pas toujours changer ni contrôler votre environnement physique, mais vous
pouvez modifier votre perception de la situation.
Le parachutisme est, bien sûr, un sport d'adrénaline et, en particulier pour les élèves et les
sauteurs de peu d'expérience, le niveau de stimulation est assez élevé. Une certaine
stimulation est bonne pour rester vigilant. Mais un niveau de stimulation ou d'adrénaline
trop élevé peut avoir des conséquences néfastes.
Quand l'adrénaline se manifeste-t-elle? Dans les situations où nous sentons que nous ne
sommes pas en plein contrôle; où nous percevons que le risque est trop élevé pour nos
capacités personnelles.
Il y a trois réactions inhérentes et génétiques à une telle poussée d'adrénaline :
1. L'attaque ou l'affrontement
2. L'abandon, la fuite
3. L'immobilisation, l'effet du « cerf devant les phares »
C'est une combinaison de l'effet de l'adrénaline et de l'évolution humaine ou animale. Les
instructeurs ont parfois affaire à un élève qui fige pendant un saut d'entraînement – celui-ci
ne bouge plus les bras, est raide comme une barre, ne tourne pas la tête, ne réagit pas aux
commandes visuelles ni physiques, a les yeux ouverts, mais n'est plus présent. Ceci arrive
assez couramment.
Souvent, les élèves qui en sont à leur premier saut sont assaillis de pensées négatives, par
exemple « et si mon parachute ne s'ouvre pas? » ou « et si la radio tombe en panne? ».
Cela est tout à fait normal. Mais d'ici la fin du cours de premier saut, ils trouvent une
réponse satisfaisante à la plupart de leurs questions. Ils disposent désormais de solutions
aux problèmes perçus. Cependant, qu'en est-il de la personne qui demeure prisonnière de
ses pensées négatives? De telles pensées négatives sont contre-productives, font
accumuler les craintes et peuvent entraîner une « surcharge ».
Un instructeur ou un entraîneur peut aider à atténuer la plupart des craintes en expliquant
ce qui se passe, pourquoi cela se produit et comment corriger les problèmes. Pendant votre
apprentissage, posez des questions et faites part de vos inquiétudes. Chassez les idées du
genre « Oh! Cela va être effrayant! » et dites-vous plutôt « Wow! Cela va être amusant! ».
Apprenez à remplacer vos pensées négatives par des pensées positives.
On dit que si vous vous concentrez sur le seul arbre près de l'aire d'atterrissage pendant
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 23 de 200
votre approche d'atterrissage, vous frapperez cet arbre. Pourquoi? Parce que votre esprit
se concentre sur l'arbre, et le corps suit l'esprit. Au lieu de cela, laissez cette pensée de côté
et dites-vous plutôt « Il y a un arbre... je crois que je vais me diriger par ici, là où le terrain est
dégagé ». Concentrez-vous sur ce que vous voulez faire. Laissez votre esprit vous mener là
où vous voulez aller!
« Notre vie est ce qu'en font nos pensées. »
« Nos pensées ont le pouvoir de changer notre vie. »
Marc-Aurèle, philosophe romain
2.4.2 Contrôle du stress
Il est connu qu'un niveau de stress élevé diminue la capacité de rendement d'une personne.
Il en va de même pour un niveau de stress très bas. Une personne très détendue pourrait
avoir un rendement inférieur à son potentiel. Par conséquent, il doit y avoir ou un niveau de
stress optimal qui vous permette d'obtenir votre meilleur rendement.
Votre expérience en tant que parachutiste pourrait vous amener à croire que la majorité des
personnes qui débutent dans ce sport ont un niveau de stress trop élevé. Les recherches
disponibles appuient cette opinion. Pour cette raison, l'accent sera mis sur des techniques
de réduction du niveau de stress. Ce sont les techniques de relaxation. Vous pourrez
trouver de la documentation sur les techniques d'éveil, qui aident à élever volontairement le
niveau de stress d'une personne.
Voici quelques techniques de contrôle du stress qui sont propres au parachutisme :
•
•
•
•
•
qualifiez le saut de situation contrôlée, en soulignant les mesures de sécurité mises
en place;
mettez l'accent sur votre capacité à contrôler la situation et votre degré d'autonomie;
parlez de vos inquiétudes avec votre entraîneur ou votre instructeur – ils sont là pour
vous écouter et vous aider;
faites preuve de régularité dans le déroulement de vos activités, réduisez les retards
et évitez d'avoir à vous dépêcher;
voyez les contraintes de l'environnement de façon positive ou attrayante (par
exemple, dites-vous que vous aller jouer avec le vent, au lieu de penser que le temps
est venteux).
2.4.3 Visualisation
La visualisation fait référence à l'habileté de créer systématiquement des images mentales
positives et vives et d'utiliser les sens pour créer ou recréer des images ou des sensations
dans le cerveau. Le cerveau ne peut pas faire la distinction entre la performance réelle
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 24 de 200
d'une compétence de parachutisme et la visualisation vive de cette même compétence. En
parachutisme, on utilise le terme répétition mentale pour décrire cette habileté.
C'est une habileté importante qu'un parachutiste débutant doit développer. Le temps de
chute libre étant court, il est très coûteux de pratiquer les techniques de chute libre
seulement pendant la chute libre. Il en va de même pour les techniques de sortie, ainsi que
celles de l'approche finale jusqu'au centre de la cible. Chaque technique ne dure que
quelques secondes et ne revient qu'une fois chaque saut. Il est dans votre intérêt de
pouvoir exercer ces techniques à d'autres moments. Ainsi, vous serez prêt à exécuter les
techniques correctement le moment venu. La probabilité de succès est beaucoup plus
grande si vous utilisez la visualisation pour développer la technique.
Pour développer cette compétence, il vous faut un lieu tranquille et propice à la détente.
Pour faire de la visualisation, vous devez vider votre esprit de toute pensée, puis imaginer
l'exécution de la technique. Il est important que vous compreniez la méthode et la
séquence correctes (par exemple, par l'entraînement, l'utilisation d'un vidéo, la
démonstration) avant d'utiliser la visualisation, parce que le résultat du véritable saut
dépendra de l'image mentale que vous faites de ce que la technique devrait donner. Il est à
noter que cette habileté mentale ne nécessite aucun mouvement physique.
2.4.4 Réponse de relaxation
L'esprit et le corps humains ont beaucoup de capacités « programmées ». Un élève à son
premier saut avance vers la porte, puis, pendant un instant, lutte contre l'envie de
redescendre à bord de l'avion. Finalement, il contrôle sa peur, sort et saute. Pendant cet
instant, l'élève fait face à la réaction instinctive « d'attaque ou de fuite » : les paumes
transpirent, la respiration s'accélère, l'adrénaline coule dans le sang et les yeux sont grands
ouverts.
Pour combattre ce stress, imaginez une journée agréable et ensoleillée sur la plage; prenez
une profonde inspiration et sentez l'air salé de l'océan; détendez vos épaules; pensez à
l'odeur du pain fraîchement cuit. Le rythme cardiaque ralentit.
Il est possible d'apprendre à évoquer une réponse de relaxation. Au début, il faut beaucoup
d'efforts et un long processus pour y arriver de façon régulière. Avec l'expérience, il est
possible d'amener la réponse en évoquant des images ou des sensations qui la
« déclenchent ». À ce point, la réponse de relaxation est « automatisée » et peut être
utilisée n'importe où, même juste avant une sortie. Les entraîneurs indiquent qu'une
grande partie de nos stratégies « d'avant match » sont axées sur le contrôle de notre éveil.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
2.5
Page 25 de 200
CARNET DE SAUTS
L'enregistrement des sauts est important pour de nombreuses raisons. Vous serez en
mesure de prouver vos capacités en montrant l'enregistrement de vos réalisations. Le
carnet de sauts est aussi important pour l'obtention des brevets de compétence. Un
enregistrement continuel vous aidera à planifier votre progression, identifier les tendances
de vos sauts et établir de nouveaux objectifs. Il est aussi amusant, pour des raisons
sentimentales, d'avoir un journal de vos réalisations et de vous rappeler ces bons moments
avec de vieux amis.
Les renseignements dans le carnet de sauts contiennent une description des détails du
saut et doivent être entrés pour chaque saut. La description est le plan du saut et ce qui
s'est réellement passé. La signature est d'importance capitale afin que chaque saut soit
validé. Avec l'utilisation répandue de la comptabilisation électronique des sauts, la
description et la signature sont souvent absents. Si vous travaillez à l'atteinte d'un objectif
spécifique, comme un brevet ou un classement particulier, il est important que vous
mainteniez un journal écrit de vos sauts et de vos manœuvres sous voilure.
Voici un exemple de carnet de sauts avec les renseignements minimaux proposés :
Date
Avion
Centre de sauts
Voilure/équipement
o
Saut n
Altitude de sortie
Délai de chute libre (hh:mm:ss)
Délais accumulés (hh:mm:ss)
Vitesse du vent
Distance de la cible (précision)
Type de saut (solo, VR, FSV, VRV, wingsuit, voltige, précision, etc.)
Description
• les manœuvres ou les points prévus;
• le nombre de personnes et leurs noms;
• le nombre de manœuvres réussies ou le temps ou le pointage des manœuvres;
• les compétences sous voilure effectuées;
• les éléments du saut qui se sont bien passés;
• les éléments à améliorer;
• les objectifs ou la progression possibles pour le prochain saut.
Signature d'un témoin et no de brevet (et qualification au besoin)
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 26 de 200
CHAPITRE 3 ÉQUIPEMENT
3.1
3.2
3.3
3.4
3.5
3.6
3.7
3.8
3.9
3.10
3.11
INTRODUCTION ........................................................................................... 26
COMPOSANTES ET FONCTION DE L'ÉQUIPEMENT ............... .................. 26
ACTIVATION DE LA VOILURE DE RÉSERVE (procédures d'urgence) ......... 28
3.3.1 Situations de base pouvant être corrigées ....................... ................... 33
3.3.2 Situations avancées pouvant être corrigées ..................... ................... 34
RÉGLAGE DU DISPOSITIF DE DÉCLENCHEMENT AUTOMATIQUE (DDA) .. 35
3.4.1 Caractéristiques du FXC 12000 .................................... .................. 36
3.4.2 DDA électronique .................................................................... ................... 38
SANGLE D'OUVERTURE AUTOMATIQUE DU RÉSERVE (SOAR) ................. 40
3.5.1 Système Skyhook .................................................................... ................... 42
RÉGLAGE ET PORT DE L'ALTIMÈTRE ....................................... .................. 42
3.6.1 Altimètre visuel ........................................................................ ................... 42
3.6.2 Altimètre sonore ...................................................................... ................... 44
MÉTHODES POUR ENDOSSER L'ÉQUIPEMENT ...................... .................. 44
3.7.1 Vérification de sécurité ........................................................... ................... 45
PLIAGE ...................................................................................... .................. 47
3.8.1 Observation..................................................................... .................. 47
3.8.2 Défaire les emmêlements .................................................. ................... 48
3.8.3 Inspection de la voilure .................................................. .................. 49
3.8.4 Contrôle du déploiement ............................................... .................. 50
SÉLECTION DE LA COMBINAISON DE SAUT ........................... .................. 51
UTILISATION DE POIDS ............................................................ .................. 52
TRANSITION D'ÉQUIPMENT .......................................................... ................... 53
3.11.1 Changement de système ............................................... .................. 53
3.11.2 Réduction de la taille de la voilure ................................ .................. 54
Précédent : Chapitre 2 – Préparation Suivant : Chapitre 4 – Techniques en montée
3.1
INTRODUCTION
Dans ce chapitre, vous examinerez les compétences et les connaissances requises pour
préparer et utiliser l'équipement de parachutisme, soit le harnais, le conteneur et les
accessoires, ainsi que les procédures de pliage.
3.2
COMPOSANTES ET FONCTION DE L'ÉQUIPEMENT
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 27 de 200
Vous devez être en mesure d'identifier et de décrire les fonctions de chacune des
principales composantes de l'équipement :
•
•
•
•
•
•
harnais : relie le conteneur et les voilures au parachutiste;
conteneur : contient le parachute principal et la réserve;
extracteur (à lancer, à traction ou à ressort) : active la voilure principale ou de
réserve;
poignée de libération ou la poignée de réserve : libère la voilure principale ou active
la voilure de réserve;
système de libération à 3 anneaux;
aiguille de fermeture du parachute principal et aiguille de fermeture de la réserve.
Par ailleurs, votre conteneur peut contenir les deux articles supplémentaires suivants, dont
il sera question plus tard :
•
•
dispositif de déclenchement automatique (DDA) : dispositif sécuritaire d'activation de
la voilure de réserve;
sangle d'ouverture automatique de la réserve (SOAR) : dispositif sécuritaire qui
seconde la libération et l'ouverture de la réserve.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 28 de 200
3.3 ACTIVATION DE LA VOILURE DE RÉSERVE (procédures
d'urgence)
Les procédures d'urgence sont enseignées pendant le cours de premier saut (CPS) et la
fiche d'annotations doit être signée par l'instructeur en classe à la fin du CPS.
La procédure est différente selon le type d'activation de réserve dont est muni l'équipement
(c.-à-d. le système à poignée unique (SOS) ou le système à deux poignées (TAS)). Par
conséquent, une formation s'impose avant de passer à un nouveau type d'équipement. Il
n'est pas conseillé de changer plusieurs fois de système d'activation de réserve. Cela est
particulièrement pertinent pour les élèves qui font l'essai d'un nouvel équipement ou qui
visitent un autre centre de sauts, dans lequel ils louent un équipement.
Si vous avez besoin de formation ou si vous avez des questions au sujet des procédures d'urgence, adressez‐vous à un instructeur en classe (IC) ou à un instructeur B (IB). Ne vous fiez pas aux conseils de n'importe quel parachutiste à moins qu'il n’ait la formation et les annotations adéquates (RGS #1) pour la formation sur les procédures d'urgence. Annotation
Exigé pour
Signé par
Procédures d'urgence Solo IC, IB – Devrait être fait après le cours de PS Saut de qualification Solo Solo
IL, IPAC, IA Révision des procédures d'urgence Solo Solo
IL, IC, IB VR2 A
E2
Procédures d'urgence – Révision A A
IL, IC, E2, IB Pliage de la voilure principale A
IL, IC, E2, GA, IA Voilure sportive – Révision A A
E2, IB Procédures d'urgence – Révision B B
E2, IB VR en groupe B
E2
Voilure sportive – Révision B B
E2, IB Procédures d'urgence – Révision C C E2, IB Saut de nuit Saut de nuit IB
Saut à l'eau Saut à l'eau IB
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 29 de 200
Vous devriez constamment revoir les procédures d'urgence. Cette compétence est
indiscutablement la compétence de sécurité la plus importante que vous apprendrez.
Trois procédures d'urgence sont recommandées pour un système à deux poignées. Dans
tous les cas, il est important de REGARDER les poignées, parce que dans un grand nombre
de situation d'urgence (par exemple, un mauvais fonctionnement à haute vitesse), les
poignées ne sont plus à leur position normale.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 30 de 200
Méthode d'activation de la réserve 1
Arquez! Regardez vos poignées.
Saisissez la poignée de libération
avec votre main droite et accrochez
votre pouce gauche dans la
poignée de réserve.
Tirez sur la poignée de libération
jusqu'à l'extension complète de
votre bras et jetez la poignée de
libération.
Placez votre main droite sur
votre main gauche et accrochez
votre pouce droit dans la
poignée de réserve.
Tirez sur la poignée de réserve
jusqu'à l'extension complète de
votre bras.
Reprenez votre position cambrée.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 31 de 200
Méthode d'activation de la réserve 2
Arquez! Regardez où sont vos
poignées. Placez votre main
droite sur la poignée de
libération et accrochez votre
pouce gauche dans la poignée
de réserve.
Enfin, reprenez votre position
cambrée.
Tirez sur la poignée de libération
jusqu'à l'extension complète de
votre bras.
Tirez sur la poignée de réserve
jusqu'à l'extension complète de
votre bras.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 32 de 200
Méthode d'activation de la réserve 3
Arquez! Regardez où se
trouve la poignée de libération.
Placez vos deux mains sur la
poignée de libération.
Localisez visuellement la poignée
de réserve avant de tirer sur la
poignée de libération. Tirez sur la poignée de libération
jusqu'à l'extension complète de
votre bras et jetez la poignée de
libération.
Transférez vos deux mains sur
la poignée de réserve.
Tirez sur la poignée de réserve
jusqu'à l'extension complète de
votre bras.
Reprenez votre position
cambrée.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 33 de 200
Évaluez – Pensez – Réagissez
Vous devez utiliser votre parachute de réserve dans toute situation où votre voilure
principale n'est pas tout à fait fonctionnelle! Évaluez – Pensez – Réagissez! Si votre voilure a
un mauvais fonctionnement que vous ne pouvez pas corriger (c.-à-d., elle n'est pas là, elle
n'est pas rectangulaire ou elle est déchirée), alors vous devez la libérer.
En général, les mauvais fonctionnements se classent en deux catégories : les mauvais
fonctionnements à HAUTE VITESSE (problèmes de gonflement, extracteur en remorque, sac
bloqué, etc.) et ceux à BASSE VITESSE (emmêlement des suspentes, déchirure, suspente
cassée). Un mauvais fonctionnement à haute vitesse exige une réaction immédiate, mais,
en général, il est évident que l'utilisation du parachute de réserve est requise. À l'inverse,
un mauvais fonctionnement à basse vitesse présente un danger très sérieux par le fait que
le parachutiste peut passer trop de temps à essayer en vain de corriger une situation, et au
moment où il prend la décision d'utiliser son parachute de réserve, il risque d'être trop bas
pour le faire de manière sécuritaire. Peu importe l'apparence ou la cause, l'action est la
même : exécutez les procédures d'urgence MAINTENANT!!!
Il est fortement recommandé de lire, réviser et pratiquer vos procédures d'urgence
régulièrement. Les meilleurs moments pour pratiquer sont :
•
•
au sol, après avoir endossé votre équipement ou avant l'embarquement;
en montée, comme étape de la vérification routinière de l'équipement avant la sortie.
Vérifiez l'extracteur et faites une pratique des procédures d'urgence; saisissez vos
poignées et faites semblant d'effectuer les procédures d'urgence.
Consultez un instructeur en classe (IC) pour toute question concernant votre équipement,
les procédures d'urgence ou les procédures propres au centre de sauts.
3.3.1 Situations de base pouvant être corrigées
Pendant le cours de premier saut, vous avez appris à chercher des situations de mauvais
fonctionnement de voilure pouvant être corrigées, comme des torsades, des cellules
extérieures fermées et un glisseur élevé. Ces situations ont été présentées comme pouvant
être corrigées et étant faciles à reconnaître.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 34 de 200
Suspentes torsadées
• Observation : les suspentes de la voilure présentent une ou plusieurs torsades; ainsi,
la voilure est gonflée et vole, mais les commandes ne sont pas utilisables. Il est à
noter que les élévateurs peuvent aussi être torsadés.
• Mesures correctives : si les torsades sont à moins de la moitié de la longueur des
suspentes et que la voilure vole en ligne droite, saisissez les élévateurs des deux
mains et séparez-les autant que possible. En même temps, donnez des coups de
pied en ciseaux en faisant basculer une jambe devant l'autre pour provoquer une
rotation inverse. Continuez jusqu'à ce que les torsades soient disparues et que les
élévateurs soient séparés. Ce processus ne devrait pas prendre plus de 5 à 10
secondes.
• Si vous ne voyez aucune amélioration ou si le processus prend plus de temps,
exécutez les procédures d'urgence.
Cellules extérieures fermées
• Observation : les cellules à une ou aux deux extrémités de la voilure ne se gonflent
pas et semblent battre au vent.
• Mesures correctives : d'abord, vérifiez la présence de torsades et démêlez-les.
Lorsqu'il n'y a plus de torsades, tirez sur LES DEUX poignées de contrôle à fond
(jusqu'à l'entrejambe), maintenez-les en place de 2 à 3 secondes, puis remontez-les
doucement jusqu'aux élévateurs. Vérifiez si les cellules extérieures sont gonflées et
si la voilure vole en ligne droite. Répétez ce processus deux fois seulement.
• Si vous ne voyez aucune amélioration, exécutez les procédures d'urgence.
Glisseur accroché
• Observation : cela peut se produire lors d'une ouverture normale ou après des
suspentes torsadées. Le glisseur reste pris au moins à mi-chemin des suspentes,
donc la voilure peut se déployer.
• Mesures correctives : si les suspentes sont torsadées, démêlez-les. Lorsqu'il n'y a
plus de torsades, prenez les manettes de direction et tirez à fond jusqu'à
l'entrejambe, maintenez-les en place de 2 à 3 secondes, puis remontez-les
doucement jusqu'aux élévateurs. Répétez ce processus deux fois. Regardez si la
voilure vole en ligne droite.
o Si le glisseur descend, effectuez un test en vol complet.
• Si vous ne voyez aucune amélioration, exécutez les procédures d'urgence.
3.3.2 Situations avancées pouvant être corrigées
Au fur et à mesure que vous prenez de l'expérience, vous pouvez ajouter à votre liste des
situations pouvant être corrigées. Les situations suivantes peuvent être corrigées, mais
elles ne sont pas présentées dans le cours de premier saut pour la simple raison qu'elles
pourraient masquer un problème grave qui, lui, ne peut pas être corrigé. Avec l'expérience,
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 35 de 200
ces évaluations deviennent plus claires. Veuillez consulter un instructeur pour obtenir de
l'information sur le moment auquel vous pouvez commencer à utiliser ces méthodes.
Quand vous évaluez une situation et que vous tentez de la corriger, si le problème n'est pas
résolu après deux essais, vous devez exécuter les procédures d'urgence. Par ailleurs,
gardez toujours votre altitude critique à l'esprit. Il s'agit de l'altitude à laquelle vous devez
avoir pris une décision au sujet de l'utilité du parachute au-dessus de votre tête, et endessous de laquelle il n'est pas judicieux d'effectuer une libération, parce qu'il ne resterait
pas suffisamment de temps pour le gonflement du parachute de réserve. Si vous n'avez
pas corrigé la situation à votre altitude critique (même si vous n'avez pas essayé ou si vous
avez essayé seulement une fois), vous devez exécuter les procédures d'urgence. Il est
préférable de libérer une voilure douteuse à 1500 pieds que se rendre compte à 500 pieds
que le parachute que vous avez tenté de rétablir a un problème qui ne peut manifestement
pas être corrigé. Consultez votre instructeur en classe pour déterminer une altitude critique
selon votre niveau d'expérience.
Libération prématurée des freins
• Observation : la voilure tourne à l'ouverture.
• Mesures correctives : relâchez les deux freins, tirez sur les deux commandes à fond
et également, puis relevez-les jusqu'en haut.
• Si vous ne voyez aucune amélioration, exécutez les procédures d'urgence.
Emmêlements mineurs des commandes
• Observation : emmêlements visibles des commandes qui peuvent causer des
problèmes de direction.
• Mesures correctives : tirez une fois sur la commande ou tirez brusquement sur la
suspente (n'essayez cette mesure que deux fois).
• Si vous ne voyez aucune amélioration, exécutez les procédures d'urgence.
Ouverture lente
• Observation : la voilure et le glisseur sont très petits, juste au-dessus de vous.
• Mesures correctives : tirez autant que possible sur les élévateurs arrière une fois,
puis relâchez-les.
• S'il n'y a aucun changement, exécutez les procédures d'urgence.
o Il est à noter que dans cette situation, vous perdez de l'altitude rapidement,
donc vous devez exécuter les procédures d'urgence sans tarder si vous ne
pouvez pas corriger la situation.
Extracteur par-dessus le bord d'attaque (nez)
• Observation : l'extracteur est visible sous la voilure et la drisse passe par-dessus le
bord d'attaque de la voilure et reste dans les suspentes.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
Page 36 de 200
Mesures correctives : vérifiez si vous avez le contrôle de la voilure et effectuez des
virages délicats, car la vitesse relative élevée pendant des virages brusques pourrait
faire en sorte que l'extracteur nuise à la forme du parachute.
Si la voilure n'est pas contrôlable, exécutez les procédures d'urgence.
3.4 RÉGLAGE DU DISPOSITIF DE DÉCLENCHEMENT
AUTOMATIQUE (DDA)
Il y a deux types de dispositifs de déclenchement automatique :
• mécanique;
• électronique.
3.4.1 Caractéristiques du FXC 12000
Le FXC 12000 est un système à 3 parties : le boîtier de contrôle mécanique de l'altitude (qui
ne nécessite aucune pièce électrique, soit ni pile, ni dispositif pyrotechnique), le boîtier
principal et le système de libération d'aiguilles. Le système fonctionne à l'aide d'un dispositif
anéroïde double qui détecte l'altitude et la vitesse de descente. Le FXC 12000 peut être
utilisé avec le parachute principal ou de réserve d'un conteneur double (à deux voilures) ou
avec un parachute de réserve ventral. Le système est armé par l'ascension et se déclenche
si la vitesse de descente dépasse 72 km/h ou 45 mi/h (65 pi/sec) sous une altitude
préréglée qui est ajustée au sol. Lors du déclenchement, le système de libération d'aiguilles
se rétracte de 5 cm (2 po) avec une force de 36 kg (80 lb). Il est recommandé de fixer le
boîtier de contrôle de l'altitude sur l'épaule. S'assurer que la bouclette de verrouillage du
système de libération, fixée à l'aiguille, soit bien serrée. Les câbles en acier doivent être
couverts pour empêcher les accrochages et s'assurer que le fil de traction soit directement
acheminé jusqu'à l'aiguille. La cheville blanche placée entre les fils à la sortie du câble doit
être présente et non fissurée. Si l'équipement est réglé en conséquence, un gréeur A
installe le dispositif selon les instructions du fabricant. Si l'installation nécessite une
fabrication, c'est un gréeur B ou un maître gréeur de la FAA qui s'en charge.
Les paramètres de l'altitude du FXC doivent être PRÉRÉGLÉS avant l'embarquement, à
CHAQUE SAUT. Ne jamais calibrer le FXC 12000 à bord d'un avion en vol. Cela peut causer
des blessures graves ou la mort.
Le contrôle de l'altitude du FXC 12000 peut être réglé de 1000 à 4000 pieds au-dessus du
niveau du sol (AGL). Le niveau du sol peut se situer n'importe où entre le niveau de la mer
et une élévation de 10 000 pieds. Le contrôle de l'altitude, au sol, se lit directement en
pieds au-dessus du niveau du sol à la hauteur à laquelle il a été réglé pour fonctionner. Il
n’est pas nécessaire de connaître l'élévation du terrain et la pression barométrique.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 37 de 200
Le FXC 12000 comprend un bouton de verrouillage de sécurité. Le parachutiste, avant de
monter dans l'avion, doit régler le bouton à « JUMP ». Si le saut est interrompu pour une
raison quelconque, le bouton doit être remis à la position « OFF ». Ceci permet d'éviter le
risque de déclenchement du dispositif à bord de l'avion pendant sa descente rapide sous
l'altitude d'ouverture programmée.
Dans des conditions normales, le FXC 12000 ne se déclenche pas, parce que le
parachutiste a déployé sa voilure principale, ce qui ralentit le taux de descente à moins de
12 m/s (40 pi/s), avant d'atteindre l'altitude d'ouverture programmée du FXC 12000.
Effectuer des spirales brusques risque un dépassement de la vitesse d'activation et ainsi un
déploiement du parachute de réserve. Évitez de faire des manœuvres brusques à moins de
2000 pieds sous voilure quand vous utilisez un FXC.
Au début, avec le modèle 4000, le taux de descente du mécanisme de déclenchement de la
libération était réglé en usine de manière à ne pas se déclencher à 12 m/s et à toujours se
déclencher à 20 m/s. Le modèle 12000 NE SE DÉCLENCHE PAS quand le parachutiste se
trouve au-dessus de l'altitude déterminée, peu importe le taux de descente.
Le modèle 12000 NE SE DÉCLENCHE PAS quand le parachutiste atteint l'altitude
déterminée avec un taux de descente inférieur à 12 m/s (40 pi/s).
Le modèle 12000 SE DÉCLENCHE quand le parachutiste atteint l'altitude déterminée avec
un taux de descente supérieur à 20 m/s (65 pi/s).
Le modèle 12000 SE DÉCLENCHE si le parachutiste atteint l'altitude déterminée ou est audessous de celle-ci et le taux de descente passe de moins de 12 m/s à plus de 20 m/s.
Exemples typiques :
Si le FXC 12000 est réglé pour un déclenchement à 1000 pi AGL et le parachutiste ouvre sa
voilure principale à 2 500 pi, le FXC 12000 ne se déclenche pas à 1000 pi parce que le taux
de descente du parachutiste n'est pas assez rapide.
Un parachutiste a un parachute de réserve muni d'un FXC 12000, préréglé à 1 500 pi AGL.
Le parachutiste ouvre sa voilure principale à 3 000 pi et descend sous une voilure ouverte à
l’altitude de 1500 pi. À ce taux de descente lent, le FXC 12000 ne se déclenche pas.
Toutefois, à 1200 pi, une collision en vol se produit, et la voilure se dégonfle. Aussitôt que
le taux de descente chute à plus de 20 m/s, le FXC 12000 se déclenche et tire sur l'aiguille
de la réserve.
C'est pourquoi, en sautant avec ce dispositif, le parachutiste ne doit pas exécuter de spirale
sous voilure à moins de 2000 pieds.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 38 de 200
Réglage du dispositif
• Au sol, mettez le dispositif en marche.
• Déterminez l'altitude d'activation, en général à environ 1200 pieds.
• Note : Le fabricant recommande l'ouverture du parachute principal à au moins
1500 pieds au-dessus de l'altitude d'activation réglée sur le FXC.
• L'altitude minimale est de 1000 pieds.
Une fois activé et configuré, le dispositif peut rester allumé toute la journée.
Règles
• Usage civil seulement.
• Testé à chaque cycle de pliage dans un caisson d'altitude.
• Doit avoir subi la révision « J » du manufacturier.
• Recalibré à tous les 2 ans par FXC.
• Lors de l'essai, il faut provoquer le déclenchement avec une charge sur le câble, car
un déclenchement sans charge risque d'endommager l'appareil.
Entretien :
Retourner l'appareil au centre de réparation si :
• celui-ci montre une défaillance;
• de la boue ou de la saleté encombre ses prises d'air;
• celui-ci a été immergé dans l'eau (à moins qu'il ne soit étanche);
• celui-ci a été échappé ou s'est déclenché sans charge;
• celui-ci a subi des dommages physiques ou des aiguilles sont cassées;
• celui doit être recalibré selon son calendrier.
* Vous n'êtes pas autorisé à ouvrir le boîtier.
Activation / désactivation : Tourner le bouton de verrouillage de sécurité à
« JUMP/OFF/JUMP » à bord d'un avion en vol est sécuritaire et n'a aucun effet sur l'altitude
préréglée ni sur le mécanisme. Ce n'est pas le cas pour les DDA électroniques.
3.4.2 DDA électronique
La plupart des DDA électroniques sont réglés en usine à 750 pi AGL. Cette altitude laisse
1500 pieds entre l'altitude d'ouverture minimale (2200 pi) et l'altitude de déclenchement du
DDA. Mis en marche, l'appareil démarre, effectue un autocontrôle et se calibre à partir de
l'élévation actuelle pour le niveau du sol (0 pi AGL). C'est pourquoi il faut mettre le dispositif
en marche au centre de sauts et jamais à bord d'un avion en vol. Assurez-vous que le
démarrage du dispositif se fait sans code d'erreur.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 39 de 200
Les principaux types de DDA électroniques actuellement sur le marché (au moment de cette
publication) sont les suivants :
• CYPRES (Cybernetic Parachute Release System);
• Vigil;
• Argus.
Pour obtenir des détails sur chacun de ces types de DDA, veuillez vous informer auprès du
site Web du fabricant ou de votre gréeur local. Voici quelques unes de leurs
caractéristiques communes :
• autocontrôle à la mise en marche;
• calibrage automatique à zéro à l'élévation actuelle de la mise en marche;
• Cypres 2 et Argus sont imperméables; Vigil ne l'est pas (au moment de cette
publication);
• modèles Student, Tandem, Expert et Swoop offerts, avec des altitudes d'activation et
un taux de descente variables;
• Cypres, Vigil et Argus s'éteignent automatiquement 14 heures après leur activation.
o Note : ce n'est pas 14 heures après le dernier saut, il est donc très important
de redémarrer votre DDA si vous avez une très longue journée de sauts, si
vous avez sauté toute la journée et allez faire des sauts de nuit ou si votre
DDA est encore en marche le matin;
• cycle d'entretien de 4 ans pour le Cypres ;
• durée de vie du Cypres de 12 ans; Vigil a une durée de vie recommandée de 20 ans;
• autonomie des piles : les piles perdent environ 1 % par année et durent environ 700
sauts ou 4 ans;
• exemple de vitesse : Vigil, réglé en mode Expert, s'active à 317 m (1040 pi) si la
vitesse de chute libre est égale ou supérieure à 20 m/s (72 km/h ou 45 mi/h).
• un DDA comme Cypres ou Vigil, conçu pour être porté à l'intérieur du conteneur, est
constamment exposé à un système de basse pression causé par la turbulence créée
par le corps dans la position face au sol. Par conséquent, le dispositif est conçu pour
s'activer à l'altitude préréglée parce qu'il est dans cette turbulence. Si un
parachutiste est en position debout ou dos au sol, le DDA n'est plus dans cette zone
dépressionnaire et calcule une altitude plus basse qu'en réalité, ce qui peut causer
un déclenchement à une altitude plus élevée par rapport au niveau du sol qu'en
position face au sol. Il se déclenchera à approximativement 250 pieds plus haut que
l'altitude réglée;
• la capacité de programmer un décalage pour l'élévation du niveau du sol à l’aire
d’atterrissage. Ceci est important pour les sauts où l'aéroport est à une élévation
différente de celle de l'aire d'atterrissage.
Activation et désactivation
La plupart des DDA électroniques peuvent être laissés en marche pendant une descente à
bord d'un avion. Toutefois, il est recommandé d'éteindre certains modèles, comme le
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 40 de 200
Cypres 2 Student, pendant une descente à bord d'un avion en raison de la vitesse
d'activation réduite. Vous devriez connaître l'approche recommandée pour l'équipement
que vous utilisez.
3.5
SANGLE D'OUVERTURE AUTOMATIQUE DE LA RÉSERVE
La sangle d'ouverture automatique de la réserve (SAOR) est un système qui active le
parachute de secours à la libération du parachute principal. Cette sangle relie un élévateur
du parachute principal et le système d'activation du parachute de secours. En vous
séparant de la voilure libérée, la sangle déclenche l'ouverture du parachute de secours.
Méthodes d'activation du parachute de secours
La sangle d'ouverture automatique de la réserve (SAOR) peut partir d'un élévateur, des deux
élévateurs reliés par une sangle ou des deux élévateurs pour un conteneur de réserve à 2
aiguilles. L'autre extrémité est attachée directement à l'aiguille de réserve ou au câble
d'ouverture du parachute de secours.
Inspection générale et vérification
Tout système d'activation du parachute de secours devrait avoir assez de jeu et être retenu
et dissimulé pour ne pas être accroché ou risquer une activation prématurée du parachute
de secours. La SAOR devrait être bien fixée au point de libération et à l'élévateur. Le
système de libération de la voilure principale (3 anneaux) doit être maintenu et opérable.
Consultez les instructions du fabricant pour l'installation conforme à chaque système. Il est
à noter que les fabricants installent des systèmes spécifiques à leur équipement. Seul un
gréeur B de l'ACPS ou un maître gréeur de la FAA peut effectuer des modifications à la
SAOR.
La bonne poignée de libération doit être installée. La plupart des fabricants installent les
câbles de libération à des longueurs différentes, de sorte que le côté avec la SAOR se libère
en dernier. Si vous changez votre poignée de libération, assurez-vous que la longueur des
câbles convienne à la SAOR. Bien que cela soit très peu probable, ce système est l'objet de
la préoccupation suivante : si l'élévateur qui n'est pas relié à la SAOR restait attaché, pour
une raison quelconque, l'élévateur attaché à la SAOR pourrait activer le parachute de
secours alors que la libération n'aurait pas été effectuée correctement.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 41 de 200
Deux élévateurs — entretoise (cross connector)
Vérifiez l'acheminement de l'entretoise tel que spécifié par le fabricant. Une préoccupation
existe au sujet de ce type de système, concernant le risque que le parachutiste déploie son
parachute de secours avant ou en même temps que le déploiement de son parachute
principal. Dans un tel cas, le parachute de secours se déploierait entre les deux élévateurs
principaux et se retrouverait devant le parachute principal. L'entretoise de la SAOR, qui
s'étend entre les deux principaux élévateurs, serait alors enveloppée autour de l'avant des
suspentes de réserve; ainsi, l'entretoise, les élévateurs principaux, les suspentes et la
voilure renfermeraient la voilure de réserve déployée. Une libération de la voilure principale
pourrait causer un étouffement et un dégonflement de la voilure de réserve.
Deux élévateurs avec deux SOAR
Ce système est conçu pour traiter les problèmes associés à une libération sur un élévateur
qui activerait la réserve avant la libération de l'autre côté, en raison de l'entretoise qui fait
interférence avec la libération dans une situation à deux voilures ouvertes. Avec ce
système, les deux élévateurs doivent effectuer la libération avant que la SOAR n’active le
parachute de secours. Les procédures d'inspection sont les mêmes que pour la SOAR
simple, mais effectuées de chaque côté du système. Les câbles de libération devraient
avoir la même longueur.
Les élèves ne devraient jamais détacher la SOAR sous voilure. Ceci peut être très
dangereux. Il est de loin préférable que le parachute de secours soit malencontreusement
activé au sol en raison d'une libération par vents violents que de subir une libération à
basse altitude avec une SOAR débranchée. Point intéressant, il est très peu probable que le
parachute de secours se gonfle à moins de vents très violents (plus de 65 km/h ou 40 mi/h)
et, dans un tel cas, les sauts ne devraient pas avoir lieu. Beaucoup de centres utilisent une
sangle reliant les élévateurs qui ne peut pas être libérée dans les airs.
Toutefois, si le saut est effectué aux limites d'un plan d'eau, la SOAR doit être libérée en cas
d'atterrissage dans l'eau imminent, et cette procédure doit être enseignée dans le cadre de
la procédure d'atterrissage d'urgence dans l'eau.
Si une école utilise un maillon rapide ou un mousqueton resserré, il doit y avoir une clé à
molette à bord de l'avion pour une déconnexion en cas d'activation accidentelle d'une
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 42 de 200
voilure principale avant la sortie. Ces types de SOAR ne devraient pas être utilisés près des
plans d'eau, car ils ne peuvent pas être déconnectés dans les airs.
Enfin, si un système de SOAR à entretoise est utilisé, les élèves devraient être formés de
façon à ne pas effectuer de libération en cas de situation à deux voilures. Ils devront atterrir
avec les deux voilures ou détacher l'entretoise avant de libérer la voilure principale.
3.5.1 Système Skyhook
Le Skyhook est une forme modifiée de SOAR. Au lieu de tirer seulement sur l'aiguille de
réserve, la voilure principale libérée tire sur l'aiguille de réserve et extrait directement le
parachute de secours, agissant comme un très gros extracteur pour la voilure de réserve.
Le temps nécessaire pour le déploiement du parachute de secours est ainsi
considérablement réduit après la libération du parachute principal. Dans une situation de
mauvais fonctionnement complet, l'extracteur de la voilure de réserve fonctionne tout de
même, sans dépendre sur la voilure principale pour l'activation de la réserve. Le terme
Skyhook est le nom du système d'extraction directe développé par United Parachute
Technologies. D'autres fabricants de conteneurs développent leur propre version du
système Skyhook. Pour de plus amples renseignements sur la SOAR à extraction directe,
veuillez consulter votre gréeur.
3.6
RÉGLAGE ET PORT DE L'ALTIMÈTRE
Réglez votre altimètre visuel à zéro pour l'aire d'atterrissage prévue. Des différences de
lecture peuvent survenir d'un appareil à l'autre pendant la montée. Ceci est courant et
généralement acceptable si la différence est approximativement de 300 pi (90 m), pourvu
que vous preniez soin de votre altimètre.
3.6.1 Altimètre visuel
Vous pouvez porter un altimètre visuel à trois endroits différents :
•
•
•
sur la main ou au poignet;
sur la sangle de poitrine;
sur la sangle verticale avant du harnais.
L'altimètre doit :
•
•
•
être visible quand le corps est cambré;
est fixé de manière sécuritaire, de façon à ne pas vibrer ni cacher le cadran;
ne pas gêner le fonctionnement de l'équipement, y compris les poignées de
libération et de réserve;
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
Page 43 de 200
être dégagé de toute pièce d'équipement (par exemple, la manche de votre
combinaison) afin de vous permettre de voir clairement l'altimètre;
être situé directement dans le vent relatif.
L'altimètre peut afficher une lecture inexacte dans deux cas :
•
•
en quittant l'avion, pendant l'accélération jusqu'à la vitesse terminale, l'altimètre peut
être « décalé » et indiquer une altitude plus élevée;
quand l'altimètre est placé en zone dépressionnaire (par exemple, dans le cas
d'un altimètre fixé sur la sangle de poitrine d'un parachutiste qui vole sur le dos),
il peut également indiquer une altitude plus élevée.
Dans le cas d'une variation entre l'élévation de l'aéroport et de l'aire d'atterrissage, ajustez
l'altimètre de sorte qu'il affiche une lecture de zéro au niveau du sol à l’aire d'atterrissage.
Si l'aéroport est plus bas que l’aire d'atterrissage, l'aiguille de l'altimètre doit être réglée à
moins de zéro de par la différence entre les deux altitudes; si l'aéroport est plus haut que
l’aire d'atterrissage, l'aiguille doit être réglée au-dessus de zéro de par la différence entre les
deux élévations.
EXEMPLE :
L'élévation de l’aire d’atterrissage est de 800 pi (240 m) au-dessus du niveau de la
mer (ASL).
L'élévation de l'aéroport est de 300 pi (90 m) ASL.
Réglez l'aiguille 500 pi (150 m) plus bas que le niveau du sol.
La combinaison entre un altimètre visuel et un altimètre sonore est acceptable et fournit un
niveau supplémentaire de conscience de l'altitude. Quelle que soit la combinaison utilisée,
activez TOUJOURS votre parachute selon l'altimètre qui indique l'altitude la plus BASSE. Une
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 44 de 200
vérification de l'altitude doit comprendre une consultation des instruments et un contrôle
visuel par rapport au sol.
3.6.2 Altimètre sonore
Un altimètre sonore émet des tonalités différentes à des altitudes prédéterminées, ce qui
vous rend conscient de votre position approximative par rapport au sol. Voici quelques
conseils généraux d'utilisation :
•
•
•
•
•
•
•
•
Assurez-vous que l'altimètre soit allumé avant chaque saut. Certains altimètres
sonores ne s'allument pas automatiquement; vérifiez-le avant de sauter.
Utilisez un altimètre sonore comme outil de rappel pour vérifier votre altimètre et non
comme appareil principal pour connaître votre altitude.
Un altimètre sonore devrait être porté près de l'oreille, mais il se peut que le bruit du
vent de la chute libre étouffe sa tonalité.
Préréglez votre altimètre sonore de 500 à 1000 pieds au-dessus de l'altitude
d'ouverture.
Les appareils différents ont leurs propres caractéristiques.
Assurez-vous que le haut-parleur soit près de l'oreille.
Avec l'âge, il se peut que vous ayez à réduire la hauteur de la fréquence.
Un casque full-face peut provoquer un léger décalage.
Soyez conscient que les instruments ne sont jamais fiables à 100 %. De nombreux
parachutistes, en particulier les amateurs de freefly, utilisent deux altimètres sonores pour
s'assurer de ne pas perdre conscience de l'altitude. Le meilleur altimètre est votre propre
conscience, en utilisant à la fois vos yeux pour regarder le sol et votre notion du temps.
Cette conscience se développera avec l'expérience.
Combinaisons d'instruments : quelle que soit la combinaison utilisée, activez toujours votre
parachute selon l'instrument (y compris vos yeux) qui indique l'altitude la plus BASSE. Une
vérification de l'altitude doit toujours comprendre une consultation des instruments et un
contrôle visuel par rapport au sol.
3.7
MÉTHODES POUR ENDOSSER L'ÉQUIPEMENT
L'équipement comporte de trois à sept points d'ajustement au harnais. L'équipement d'élève a le plus de points d'ajustement parce qu'il est utilisé par beaucoup de personnes.
Les points d'ajustement du harnais
La séquence à suivre pour un bon ajustement du harnais est la suivante :
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 45 de 200
1. Desserrez tous les ajustements.
2. Mettez vos pieds dans les boucles formées par
les sangles cuissardes et montez l'équipement sur vos
épaules. Attachez la sangle de poitrine, mais ne la
serrez pas tout de suite.
3. Ajustez les sangles verticales avant du harnais à
la bonne longueur de façon à ce que le système de
libération de la voilure (les trois anneaux) arrive à la
hauteur de la clavicule et que le point de jonction des
sangles cuissardes arrive sur l'os de la hanche (ne tenez
pas compte de cette étape si le harnais est de longueur
fixe).
4. Serrez les sangles cuissardes (fixez d'abord les
mousquetons B12, le cas échéant).
5. Serrez la sangle de poitrine suffisamment pour
que les sangles verticales avant du harnais restent
parallèles sur la poitrine sans faire de « V » vers
l'intérieur. Les sangles verticales devraient descendre
en ligne droite des épaules aux hanches, sans torsades.
6. Serrez l'ajustement latéral pour relever le sac et le resserrer contre votre dos (ne
tenez pas compte de cette étape si le harnais n'a pas d'ajustement latéral).
7. Rangez les bouts de sangles qui dépassent.
Un harnais dont l'ajustement n'est pas assez serré peut entraîner :
• des contusions à l'entrejambe – sangles cuissardes desserrées;
• une sangle de poitrine trop haute – sangles verticales avant du harnais trop longues;
• des contusions aux biceps – sangle de poitrine desserrée.
Un bon ajustement du harnais réduit les risques de contusions et augmente votre sécurité
en gardant toutes les poignées raisonnablement proche de l'endroit où vous vous attendez
de les trouver. Toutefois, même avec un harnais bien ajusté, les poignées peuvent se
déplacer lors d'un mauvais fonctionnement à haute vitesse, d'où l'importance de bien
regarder vos poignées pendant les procédures d'urgence. Un bon ajustement du harnais
augmente votre stabilité à l'ouverture du parachute et vous permet une ouverture dans l'axe
tout en douceur. Ceci est extrêmement important lors d'un saut avec une voilure à haute
performance.
3.7.1 Vérification de sécurité
Vous participerez à la vérification de sécurité (vérification de l'équipement et des aiguilles).
Observez la séquence de vérification de sécurité employée par l'instructeur et identifiez les
principaux points. Au fur et à mesure que vous prenez de l'expérience, ajoutez des détails
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 46 de 200
jusqu'à la vérification complète. La vérification de sécurité est une inspection systématique
de l'équipement :
• vérifiez de haut en bas et de gauche à droite;
• d'abord en avant;
• ensuite en arrière.
Vous devez vous souvenir de trois points seulement en vérifiant chaque pièce :
• l'ajustement : la pièce est solide et bien en place;
• la fonction : la pièce fonctionnera comme il faut;
• la solidité de sa structure : la pièce ne déchirera pas et ne cassera pas avec la
pression.
Une liste de vérification doit couvrir les points suivants :
• les élévateurs – rangés, sous leurs rabats;
• la SOAR – convenablement fixée;
• le système de libération de la voilure – les anneaux sont placés correctement, la
boucle de retenue est acheminée convenablement, les câbles passent au travers de
la boucle de retenue et sont rangés sous leurs rabats;
• la sangle de poitrine – acheminée correctement dans la boucle et le bout est rangé
dans un élastique ou une bande avec Velcro;
• la poignée de libération – bien en place;
• la poignée de la réserve – placée correctement dans sa pochette, le bout du câble
est libre;
• la sangle principale – bien ajustée et les bouts rangés;
• les sangles cuissardes – attachées également et les bouts rangés;
• les ajustements latéraux – serrés et les bouts rangés;
• le dispositif de déclenchement automatique – en marche;
• le rabat du parachute de réserve et les aiguilles – les aiguilles sont à la position ¾, le
câble glisse dans la gaine, le DDA est attaché; s'il y a une SOAR, vous assurer que la
sangle soit convenablement placée, que la bouclette de verrouillage soit serrée et en
bon état (pas effilochée) et que le rabat soit fermé solidement;
• l'aiguille principale – à la position ¾;
• la bouclette de verrouillage – serrée et en bon état (pas effilochée);
• la sangle de liaison de la réserve – acheminée et sans obstruction de l'aiguille à la
gaine de l'extracteur;
• le rabat principal – fermé solidement;
• les chaussures, la combinaison, les lunettes et les gants – bien ajustés et en bon
état;
• les instruments – l'altimètre est réglé à zéro selon l'élévation de l'aire d'atterrissage,
le DDA est en marche, l'altimètre sonore est allumé et réglé aux altitudes
appropriées;
• le casque – bien ajusté.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
3.8
Page 47 de 200
PLIAGE
3.8.1 Observation
À première vue, le pliage d'un parachute peut sembler être un processus compliqué. Au fur
et à mesure que vous prendrez de l'expérience, vous verrez qu'il s'agit simplement d'une
série d'étapes faciles. Pour plier un parachute, il faut tirer sur les suspentes jusqu'à ce
qu'elles soient toutes tendues, empiler les suspentes et la voilure, tirer sur les extrémités de
la voilure vers l'extérieur et la placer dans le sac de déploiement. Pour apprendre à plier un
parachute, vous devrez d'abord observer quelques pliages et identifier les étapes du
processus. La plupart des parachutistes sont en mesure de répondre à vos questions
pendant leur pliage.
Les manuels d'instructions du fabricant de la voilure et du conteneur et les gréeurs sont
d'excellents guides pour apprendre à plier.
Voici une procédure générique de pliage à plat :
• choisissez un endroit propre et utilisez un tapis de pliage;
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Page 48 de 200
placez le sac-harnais sur le sol, orienté comme si la personne qui le porte est
couchée sur le ventre; détortillez les suspentes;
étendez la voilure et les suspentes; trouvez une cellule extérieure;
pliez la voilure en accordéon en utilisant le bord d'attaque ou les languettes, selon
votre préférence;
couchez la voilure à plat au sol (sur le côté);
vérifiez la continuité des suspentes, surtout les suspentes de freins; prenez-les entre
vos doigts à la voilure et marchez jusqu'au sac-harnais pour vous assurer qu'elles ne
sont pas tordues. Avec la pratique, vous pourrez le faire visuellement;
pliez le nez, empilez les groupes de suspentes de A en dessous jusqu'à D sur le
dessus; séparez la queue, dégagez les stabilisateurs;
allez au sac-harnais, attachez les freins, dégagez le glisseur;
ramenez le glisseur jusqu'à la voilure;
enveloppez la voilure dans la queue et rangez le glisseur (si nécessaire);
pliez ou empilez la voilure également, non pas en paquet, de manière à ce qu'elle
entre bien dans le sac de déploiement;
fermez le sac, lovez les suspentes;
mettez le sac dans le conteneur de manière à ce que les suspentes lovées soient au
fond, ensuite placez et rangez les élévateurs;
fermez le conteneur, rangez l'extracteur selon le type d'équipement;
rentrez tous les rabats, couvrez les élévateurs avec les cache-élévateurs;
mettez votre équipement à l'ombre ou couvrez-le pour le protéger du soleil (par
exemple, avec votre combinaison).
Vous trouverez de plus amples renseignements sur le pliage de parachute dans le MIP 2B.
Après avoir pratiqué cette technique plusieurs fois, une inspection des points d'usure doit
faire partie de la routine de pliage.
En apprenant à plier, vous utiliserez l'acronyme « PINT » (Plier, Inspecter, Nommer les
composantes et Trouver les emmêlements). Au début, vous apprendrez le pliage et le nom
des composantes par des démonstrations et des pratiques.
3.8.2 Défaire les emmêlements
Reconnaître les emmêlements et les défaire peut représenter un défi. Peu importe la
technique de pliage, la progression et les suggestions suivantes s'appliquent.
Posez la voilure à plat et vérifiez la continuité des suspentes pour déterminer le problème.
Déplacer le glisseur peut aider à déterminer si les suspentes sont mêlées au-dessus ou audessous du glisseur. Demandez à un entraîneur de vous aider à trouver les emmêlements
et à les défaire. Le secret pour défaire des emmêlements réside dans les suspentes de
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 49 de 200
contrôle. En commençant à la queue de la voilure et en suivant les suspentes de contrôle
vers le conteneur, vous arriverez à déterminer où se situent les emmêlements.
Voici quelques exemples de types d'emmêlements :
• conteneur passé à travers les élévateurs, en bas du glisseur (par l'avant ou l'arrière);
• conteneur passé à travers les élévateurs, en haut du glisseur (par l'avant ou l'arrière);
• conteneur passé à travers les suspentes, en haut du glisseur;
• conteneur passé à travers les suspentes, en bas du glisseur;
• conteneur passé à travers les suspentes, en haut du glisseur ET à travers les
élévateurs, en bas du glisseur (par l'avant ou l'arrière);
• conteneur passé à travers les suspentes, en bas du glisseur ET à travers les
élévateurs, en haut du glisseur (par l'avant ou l'arrière).
Voici quelques conseils pour vous aider à démêler un parachute :
• demandez de l'aide! Cela rend la tâche beaucoup plus facile et plus rapide;
• étendez la voilure à plat;
• déterminez le type d'emmêlement;
• enlevez les manettes de contrôle de l'emmêlement;
• maintenez une tension sur les suspentes pour mettre en évidence les problèmes.
3.8.3 Inspection de la voilure
Le point important est de chercher des signes d'usure de l'équipement. Établissez une
routine, qui commence par l'extracteur de la voilure principale déployée, pour pouvoir
combiner l'inspection avec le pliage de la voilure. Voici quelques exemples d'usure :
• marques d'abrasion;
• petits trous;
• points de couture défaits;
• taches;
• tissu qui sort d'une couture;
• effilochage de la voilure, des suspentes, des boucles de fermeture;
• plis dus à une tension;
• plis, égratignures, marques de corrosion ou séparation des pièces de métal.
Voici les points spécifiques à vérifier pour constater l'usure :
• extracteur – brûlures dans le tissu, déchirures dans le filet et déformation;
• drisse – point de fixation de l'aiguille, fixation à la voilure;
• sac de déploiement – œillets, brûlures dans le tissu, usure du Velcro;
• voilure – fixation de la drisse et des stabilisateurs, butoirs du glisseur, tissu;
• suspentes – coutures des cascades, fixation aux anneaux;
• suspentes de contrôle – fixation à la voilure, boucles des freins, nœuds dans les
commandes, effilochage ou points d'usure (près du Velcro);
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
•
•
Page 50 de 200
glisseur – les œillets devraient être lisses, sans bavures, le tissu ne doit pas avoir
d'usure ni de déchirures;
élévateurs – anneaux, Velcro, système de freins, raideur aux trois anneaux, œillets;
système de libération à trois anneaux – boucles d'ancrage, gaines et quincaillerie,
câbles, anneaux;
conteneur – Velcro, bouclette de verrouillage, abrasion, rabats du renfort.
o Il est ESSENTIEL d'avoir une bouclette de verrouillage en bon état!!! Les
bouclettes de verrouillage sont faciles à remplacer, ce qui devrait être fait dès
les premiers signes d'usure; demandez l'aide d'un gréeur.
Si vous doutez de l'état d'une pièce de votre équipement, demandez une inspection à un
gréeur certifié et qualifié.
L'inspection d'un équipement à des fins d'assemblage et de compatibilité (par exemple, un
nouvel équipement) devrait se faire sous la supervision d'un gréeur. Il en est de même lors
de la réparation ou du remplacement de pièces.
Les exigences pour l'annotation « Pliage de la voilure principale » sont les suivantes :
•
•
10 pliages SUPERVISÉS et signés par un entraîneur 1;
un examen de pliage, comprenant des emmêlements raisonnables, signé par un
instructeur largueur, un instructeur en classe, un entraîneur 2 ou un instructeur B.
3.8.4 Contrôle du déploiement
Le pliage peut avoir un effet sur la rapidité et la stabilité de l'ouverture de la voilure. Voici
quelques moyens de contrôler cet effet :
• utiliser un extracteur de grande envergure – la force d'extraction est supérieure;
• étendre le glisseur – plus de surface offerte au vent relatif à l'ouverture ralentit la
descente du glisseur et assure une ouverture en douceur;
• serrer les élastiques – cela ralentit le délovage des suspentes, pour une ouverture en
douceur;
• rouler le nez plus serré – pour une ouverture en douceur;
• rouler la queue plus serré – pour une ouverture en douceur;
• bien lisser la queue – ceci améliore la constance et réduit le temps d'ouverture;
• bien lisser les stabilisateurs avec les mains jusqu'en haut – ceci améliore le contrôle
de l'axe et réduit l'usure.
Causes possibles d'une ouverture inhabituelle :
• le dernier lovage est trop serré – suspentes torsadées ou virages à l'ouverture;
• les deux premiers lovages (qui ferment le sac de déploiement) sont inégaux –
suspentes torsadées ou virages à l'ouverture;
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
Page 51 de 200
la distance entre le dernier lovage et le haut des élévateurs est trop courte (il devrait
y avoir au moins 45 cm (18 po))– suspentes torsadées, virages à l'ouverture ou
suspente accrochée dans le sac de déploiement;
le lovage n'est pas assez serré – ouverture très brusque (line dump), risque de
mauvais fonctionnement.
Pendant le pliage, le tissu de la voilure peut se gonfler pendant que vous faites sortir l'air.
Ceci peut déplacer les suspentes D et les suspentes de contrôle vers l'extérieur de la
voilure. Pendant le gonflement, les suspentes peuvent entraîner des dommages au
matériel ou un mauvais fonctionnement.
Avec une voilure à haute performance, de petits détails dans le pliage peuvent avoir un
impact énorme sur l'ouverture, ce qui entraîne parfois de mauvais fonctionnements. Pour
savoir comment plier une petite voilure ou une voilure elliptique, veuillez consulter un gréeur
ou un entraîneur expérimenté avec ce type de voilure et de conteneur.
3.9
SÉLECTION DE LA COMBINAISON DE SAUT
La combinaison de saut est le principal outil pour améliorer votre inclinaison ou votre angle
de descente dans les airs, le taux de descente et l'efficacité de vos virages, en plus de
fournir des prises que les autres parachutistes peuvent agripper. Voici quelques
caractéristiques dont il faut tenir compte en ce qui concerne les combinaisons de saut :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
une combinaison ample en coton ralentit le taux de descente – convient aux
personnes plus lourdes;
une combinaison serrée en nylon accélère le taux de descente – convient aux
personnes très légères;
d'autres tissus, comme le poly-coton, procurent un taux de descente qui varie
entre celui du coton et du nylon;
la combinaison doit permettre au parachutiste d'avoir une position neutre, de varier
l'angle d'inclinaison tant vers l'avant que vers l'arrière;
les femmes ont parfois besoin d'une coupe plus ample aux jambes (hanches et
cuisses plus larges);
les hommes ont souvent besoin d'une coupe plus ample aux bras (épaules plus
larges);
les prises et les booties sont recommandées en vol relatif;
les prises ne sont pas recommandées pour les épreuves artistiques, car elles créent
trop de résistance à l'air;
les Velcros aux poignets et aux chevilles sont recommandés pour le freefly pour
empêcher l'air d'entrer;
les combinaisons de nylon sont plus confortables avec une doublure de coton.
Portez une combinaison de saut qui convient à votre morphologie.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 52 de 200
Le parachutiste débutant étant confronté à de nombreux choix dans le sport, il peut être
difficile de choisir une combinaison de saut. Demandez des conseils à votre entraîneur.
3.10 UTILISATION DE POIDS
Les poids doivent être utilisés en dernier recours pour contribuer à accélérer le taux de
descente d'une personne légère. Avant d'utiliser des poids, vous devriez vérifier les points
suivants :
• vous portez une combinaison de saut dont le tissu et l'ajustement conviennent;
• vous prenez la bonne position, c'est-à-dire, plate, neutre et confortable. Jusqu'à ce
que vous ayez une bonne position, vous ne devriez pas utiliser des poids.
Les poids sont utilisés avec une combinaison de saut bien choisie pour améliorer le taux de
descente et l'inclinaison. Les poids doivent être placés de manière appropriée pour
améliorer le taux de descente sans créer de problèmes d'inclinaison. Les poids se portent
normalement à l'avant du corps pour maintenir un centre de gravité bas. Évitez de mettre
des poids dans le conteneur ou sur votre dos.
Utilisez d’abord des poids légers, par exemple, 1,8 kg (4 lb) et augmentez progressivement
pour atteindre le taux de descente moyen. L'objectif consiste à maintenir le taux de
descente moyen (approximativement 193 km/h (120 mi/h) dans une position plate et
neutre) et de réussir à ajuster votre position en arquant pour descendre ou en décambrant
pour monter. Par la suite, utilisez une quantité constante de poids avec cette combinaison
de saut. Ceci vous permet d'établir une constance dans la position de la boîte pour que
vous puissiez évaluer si les poids et la position d'ensemble vous conviennent.
Au sol, ne mettez les poids qu'au moment d'endosser votre équipement ou de vous diriger
vers l'avion, et après l'atterrissage, enlevez les poids dès que vous revenez à l'aire de pliage.
Vous vous éviterez ainsi des tensions excessives au dos ou aux jambes.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 53 de 200
3.11 TRANSITION D'ÉQUIPEMENT
La transition d'équipement fait principalement référence aux changements de système de
sac-harnais, puisque cette transition peut avoir un effet sur les méthodes de déploiement
de la voilure principale et les procédures d'urgence. Voici quelques exemples de ces
changements :
• passer d'un système à poignée unique à un système à deux poignées;
• passer d'un extracteur sur sangle ventrale à un extracteur sur la sangle cuissarde;
• passer d'un extracteur à lancer à un extracteur à traction;
• réduire la taille de la voilure utilisée.
3.11.1 Changement de système
Avant de discuter des méthodes de formation pour le changement de système, il est
important de comprendre l'importance de la formation à la transition. Les premières
techniques de déploiement du parachute principal et de réserve que nous apprenons
deviennent une habitude ancrée, de sorte que le parachutiste réagit de manière instinctive.
Lors d'une urgence ou d'une situation stressante, les gens réagissent instinctivement en
utilisant les méthodes qu'ils connaissent le mieux. Dans une telle situation, une position
différente des poignées ou la nécessité d'utiliser des procédures d'urgence différentes peut
être mortel. L'histoire démontre que « la transition peut être fatale ». Une bonne formation
à la transition peut réduire ce risque.
Formation à la transition
Regardez la nouvelle méthode et déterminez les différences.
Demandez l'aide d'un entraîneur ou d'un instructeur.
Un instructeur doit donner la formation pour la transition d'un système à poignée unique
à un système à deux poignées ou d'un extracteur à sangle ventrale à un extracteur dans
une pochette au bas du conteneur.
Effectuez de nombreuses répétitions (plus de 20) avec des outils de formation réalistes
et avec des contraintes de temps.
Incluez toutes les sensations nouvelles que vous pouvez ressentir.
Revoyez les méthodes supplémentaires pour la vérification des aiguilles.
Les dernières pratiques devraient être faites sous pression pour que l'instructeur puisse
vous évaluer.
Vous devez « désapprendre » les anciennes procédures en apprenant la nouvelle
procédure.
Si vous n'avez pas atteint la norme pour la nouvelle technique, continuez à vous entraîner,
puis refaites votre évaluation. Il est commun, pour une bonne formation à la transition,
d'effectuer jusqu'à 100 répétitions.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 54 de 200
Une fois la transition effectuée, vous devrez continuellement pratiquer ces méthodes pour
vous tenir à jour.
Après la formation à la transition, il est conseillé de faire un saut axé uniquement sur la
nouvelle méthode (par exemple, vous pourriez faire un saut dans lequel vous effectuez
seulement des pratiques d'ouverture). Prévoyez ouvrir votre parachute plus haut qu'à
l'habitude. On peut concevoir des sauts similaires pour le changement des procédures
d'urgence en faisant des vérifications de poignées en chute libre plutôt que des pratiques
d'ouverture.
Les actions à prendre après avoir tiré sur l'extracteur diffèrent selon qu'il s'agisse d'un
extracteur à lancer ou d'un extracteur à traction directe.
• Extracteur à lancer : d'ordinaire, l'extracteur est situé dans une pochette au bas du
conteneur. Il est parfois situé sur une sangle ventrale ou à l'arrière d'une sangle
cuissarde. Pour l'activer, tirez sur l'extracteur en ligne droite par rapport à la
pochette jusqu'à une extension complète de votre bras et relâchez l'extracteur en le
lançant de côté vers l'arrière. Vous devez lâcher l'extracteur après l'avoir sorti de sa
pochette pour éviter un déploiement hors séquence.
• Extracteur à traction directe : La poignée se situe en général à la même position que
celle d'un extracteur à lancer. Toutefois, la poignée est reliée directement à l'aiguille
principale et indirectement au fond de l'extracteur, qui est lové sous les rabats
principaux (il n'y a pas de pochette au bas du conteneur). L'action de base est la
même que pour l'extracteur à lancer. Saisissez la poignée fermement et tirez vers le
côté dans un mouvement de balayage. Ceci l'extraira avec l'aiguille et ouvrira le
conteneur. Continuer la traction fera sortir l'extracteur du conteneur. Quand
l'extracteur gonflé commence à tirer la poignée, vous devez la lâcher immédiatement
pour éviter qu'il ne s'accroche à votre bras.
3.11.2 Réduction de la taille de la voilure
Chaque personne a ses propres règles quant à la réduction de la taille de la voilure.
Toutefois, il faut suivre certaines lignes directrices. Après l'obtention de votre certificat Solo,
il se peut que vous décidiez d'essayer des voilures de tailles différentes. Ceci est en général
encouragé, mais souvenez-vous que l'essai de voilures différentes est la cause d'un grand
nombre de blessures chez les parachutistes expérimentés. Il est important de toujours
sauter avec une voilure qui convient à vos aptitudes. Avant de penser à réduire la taille de
votre voilure, vous devez maîtriser la taille de la voilure avec laquelle vous volez
actuellement. Pour cela, vous devez être très honnête envers vous-même.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 55 de 200
Si vous répondez oui à deux de ces questions, alors vous pouvez considérer réduire la taille
de votre voilure :
• Pouvez-vous voler régulièrement jusqu'à l'aire d'atterrissage désignée et atterrir à
moins de 20 mètres du centre de la cible?
• Atterrissez-vous régulièrement debout?
• Obtenez-vous les mêmes résultats avec des conditions de vent variables?
• Pouvez-vous atterrir avec un vent de côté au besoin?
Voici d'autres questions que vous devez vous poser avant de réduire la taille de votre
voilure.
Êtes-vous prêt à accepter les risques d'une voilure plus petite? Connaissez-vous ces
risques? Les points suivants sont à considérer avec une voilure de taille réduite :
• plus petite marge d'erreur;
• atterrissage plus rapide;
• moins de temps pour faire face à un conflit de trafic;
• moins de temps pour chercher une autre aire d'atterrissage potentielle pendant un
atterrissage hors zone;
• des situations qui pouvaient précédemment être corrigées peuvent devenir des
mauvais fonctionnements à haute vitesse (par exemple, suspentes torsadées).
Êtes-vous prêt à atterrir ce petit parachute à l'extérieur du territoire du centre de sauts
sur un terrain plus restreint?
Posez-vous la question très importante suivante : « Pourquoi voudrais-je veux réduire la
taille de ma voilure? » À l’achat de votre première voilure, il est compréhensible que vous
vouliez sauter avec une voilure sportive qui n'a pas la taille d'une voilure d’élève, mais qui
convienne à votre poids et à votre niveau de compétence. Toutefois, si l'envie de réduire
tient du désir d'améliorer votre performance à l'atterrissage, n'oubliez pas qu'un bon swoop
est le résultat d'un bon pilotage et d'années d'expérience, pas du fait de voler avec une
petite voilure. Apprendre à obtenir la meilleure performance possible avec votre voilure
actuelle avant de réduire la taille fera de vous un bien meilleur pilote de voilure (et indemne)
à long terme.
Si vous voulez tout de même réduire la taille de votre voilure, voici quelques règles à suivre.
• Si vous changez une voilure carrée pour une voilure elliptique, conservez la même
superficie.
• Réduisez d'une taille à la fois (par exemple, si vous utilisez une 210, réduisez
seulement à 190).
• Si vous changez une voilure rectangulaire pour une voilure elliptique, conservez la
même superficie. Par exemple, si vous sautiez avec une 170 rectangulaire, vous
devriez changer pour une 170 elliptique, avant de réduire la taille de la voilure
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
•
Page 56 de 200
elliptique. Lors du premier saut avec une voilure elliptique, ouvrez tôt et exécutez les
principes de direction fondamentaux de la voilure : apprenez le nouveau point
d'arrondi, les caractéristiques de décrochage, la vitesse de virage, le contrôle des
élévateurs et ressentez et voyez combien d'altitude vous perdez pendant un virage.
Lors de votre premier saut avec une nouvelle voilure, la chose la plus importante à
faire consiste à apprendre la distance sur laquelle vous devez tirer sur les
commandes avant le décrochage de la voilure. Vous devez pratiquer l'arrondi de
l'atterrissage plusieurs fois à haute altitude. Ressentez comment la voilure réagit.
Usez de douceur et d'uniformité dans vos manœuvres et évitez les mouvements
saccadés. Un mouvement brusque des commandes peut causer des torsades aux
suspentes d'un parachute ouvert, avec de graves conséquences à basse altitude.
Suivez une approche standard vers la droite ou vers la gauche, sans virage brusque,
seulement avec des corrections mineures à l'approche finale.
Idéalement, les vents lors de votre premier saut devraient être faibles et constants (environ
8 à 13 km/h ou 5 à 8 mi/h) et vous devriez ouvrir votre parachute au-dessus de 5000 pi.
Avant de penser réduire encore une fois la taille de votre voilure, vous devriez vous posez
les questions présentées ci-dessus. Informez toujours le pilote si vous prévoyez ouvrir à une
altitude plus élevée qu'à la normale.
Une voilure elliptique est plus nerveuse qu'une voilure carrée de la même taille. Elle tourne
plus vite et perd plus d'altitude pendant les virages qu'une voilure carrée. De plus, une
voilure elliptique produit plus de portance lors du freinage qu'une voilure carrée.
En réduisant la superficie de la voilure, il est préférable de calculer la différence de taille en
pourcentage plutôt qu'en pieds carrés. S'il faut définir une règle pour réduire la taille d'une
voilure, nous réduirons de seulement une taille de voilure à la fois. Ceci permet une plus
grande différence de taille pour les grandes voilures et une plus petite différence de taille
pour les voilures de petite taille.
Il est important de comprendre que la charge alaire n'est pas le seul point à tenir compte au
moment de réduire la taille d'une voilure. Une charge alaire de 1:1 pour une voilure de 210
pi2 n'équivaut pas à une charge alaire de 1:1 pour une voilure de 120 pi2. La petite voilure
est plus rapide et plus réactive que la grande en raison de la traînée moindre des suspentes
plus courtes et de la quantité inférieure de tissu. De même, la distance plus courte entre le
parachutiste et la voilure a un effet sur la façon d'effectuer un virage et un arrondi. Une
spirale effectuée sous une voilure dont la charge alaire est élevée fait perdre 1000 pi en
trois ou quatre tours.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 57 de 200
Avec une charge alaire de 1,2 ou plus, une voilure est considérée à haute performance, et
c'est là où la plupart des accidents se produisent. Une réduction trop rapide de la taille de
la voilure en est la première cause. Conservez une voilure de grande taille aussi longtemps
que possible pour acquérir de l'expérience et vous exercer. Ne vous pressez pas pour
réduire la taille de votre voilure : vous éviterez ainsi de faire gonfler les statistiques.
Il peut être amusant et exaltant de voler avec une petite voilure, mais cela peut aussi être
dangereux si ce n'est pas fait correctement. Réduisez la taille de votre voilure de façon
conservatrice et demandez toujours les conseils d'un parachutiste expérimenté dans le
pilotage de voilure avant d'essayer un nouveau parachute de taille réduite. Si un entraîneur
ou un instructeur vous offre des conseils sur vos techniques de pilotage, écoutez-les
respectueusement et suivez-les– ceux-ci pourraient vous épargner des blessures.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 58 de 200
CHAPITRE 4 TECHNIQUES EN MONTÉE
4.1
4.2
4.3
4.4
4.5
4.6
4.7
4.8
4.9
INTRODUCTION ................................................................................................58
ATTRIBUTION DES PLACES ET MOUVEMENTS ...............................................58
INSTRUCTIONS AU PILOTE ..............................................................................60
REVUE VERBALE ..............................................................................................60
REPÉRAGE ........................................................................................................60
4.5.1 Orientation par rapport au sol ...............................................................60
4.5.2 Observation du repérage .......................................................................61
4.5.3 Repérage assisté ....................................................................................62
4.5.5 Repérage non assisté ............................................................................64
VÉRIFICATION DE L'ÉQUIPEMENT EN MONTÉE : Poignées et aiguilles .........68
TYPES DE SORTIES (en équilibre, dynamique, suspendue, en plongée) .....70
SORTIE INSTABLE INTENTIONNELLE : Sortie sur le dos, pieds devant ........71
SITUATIONS INHABITUELLES EN MONTÉE .....................................................72
Précédent : Chapitre 3 – Équipement Suivant : Chapitre 5 – Techniques de chute libre
4.1
INTRODUCTION
Les techniques en montée sont toutes les activités réalisées à bord de l'avion et autour de
celui-ci. Elles comprennent l'attribution des places dans l'avion, le repérage, l'ordre de
sortie et la sortie.
4.2
ATTRIBUTION DES PLACES ET MOUVEMENTS
Bien que le centre de parachutisme attribue les places dans l'avion en fonction du type
d'appareil, les places sont généralement déterminées selon les facteurs suivants :
• la nécessité de maintenir le centre de gravité pour l'équilibre et le contrôle de l'avion;
• la nécessité de maintenir la communication entre le pilote et l'instructeur largueur;
• la nécessité de minimiser l'encombrement durant la sortie;
• le type de saut, l'ordre de sortie.
À bord d'un petit avion, comme un C-182 ou un C-206, il est important d'attribuer les places
de façon à équilibrer le poids sous les ailes pour obtenir le meilleur centre de gravité
possible. Quand l'attribution des places fait en sorte que les sauteurs les plus lourds sont à
l'avant de l'avion, il est inutile de se pencher vers l'avant, ou pire, de se lever en se penchant
vers l'avant, car tout le monde se trouve ainsi dans une position dangereuse. Le seul cas où
il peut être nécessaire de se pencher vers l'avant est si une personne plus lourde (comme
un instructeur tandem avec son équipement) doit s'asseoir à l'arrière de l'avion. Dans un tel
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 59 de 200
cas, cette personne peut s'agenouiller tout en portant sa ceinture pour aider les autres à se
pencher vers l'avant tout en restant en sécurité dans l'avion.
L'ordre de sortie détermine également l'attribution des places, en particulier à bord des plus
gros avions. L'ordre de sortie standard, selon le centre de parachutisme, est le suivant :
• parachutistes en formation sous voilure : généralement loin en amont de la zone
d'atterrissage;
• parachutistes en planche/surf : doivent s'asseoir près de la porte en raison de leur
équipement;
• grosse formation de VR;
• petit groupe de VR ou parachutistes solo;
• gros groupe de freefly ou de chute assise;
• petit groupe ou parachutistes solo en freefly ou en chute assise;
• élèves PAC : ouverture typique autour de 4000 pi;
• tandems : ouverture typique autour de 5000 pi;
• parachutistes en wing suit : en général, ils sont les derniers à ouvrir en raison d'une
plus longue chute libre;
• parachutistes qui ouvrent à haute altitude (au-delà de 5000 pi);
• parachutistes qui ouvrent à des altitudes différentes (par exemple, 2500 pi par
rapport à 3500 pi).
Une fois assis, vous devriez rester à votre place, votre ceinture de sécurité et votre casque
bien attachés pour le décollage jusqu'à environ 1500 pi, et vous concentrer sur vos
techniques de répétition mentale et de visualisation pour améliorer vos techniques de
parachutisme.
L'espace à bord de l'avion peut être très restreint. Informez les autres que vous allez vous
déplacer (par exemple, vous lever) afin de leur permettre de faire de la place et protéger
leurs poignées. Souvenez-vous de bouger de manière à ce que votre équipement ne
s'accroche pas sur quoi que ce soit. Lorsqu'une autre personne se déplace, faites-lui de la
place tout en protégeant vos propres poignées.
Enfin, à bord d'un avion plus petit, comme un Cessna 182 ou 206, vous devriez
synchroniser vos actions avec celles des autres de façon à ce qu'une seule personne se lève
à la fois. Ceci peut ne pas sembler réaliste à bord d'un gros avion, comme un Twin Otter,
mais, tout au moins, vous devriez éviter de vous lever en même temps que la personne à
côté de vous ou devant vous.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 60 de 200
En se préparant à la sortie avant l'ouverture de la porte, tous les parachutistes doivent
effectuer une vérification complète de leur équipement (par exemple, sangles serrées et
rangées), mettre leur casque et leurs lunettes et se préparer à sauter.
Lorsque les autres se déplacent dans l'avion, protégez vos poignées de libération et
de réserve. Pour ce faire, placez votre main droite par-dessus la poignée de réserve
et votre coude sur la poignée de libération.
4.3 INSTRUCTIONS AU PILOTE
Vous avez probablement entendu votre instructeur largueur donner des instructions au
pilote à chacun de vos sauts précédents. À l'étape de préparation, vous devriez demander
de l'information au sujet des instructions à donner au pilote. Voici les points clés pour les
directives au pilote :
• le nombre de passes et les altitudes du saut;
• la direction spécifique de la passe, en utilisant des repères au sol;
• les types de sortie et la vitesse de vent - le cas échéant;
• les détails de chaque passe pour une sortie solo ou en groupe;
• les altitudes d'ouverture si au-delà de 4000 pi au-dessus du sol.
Les instruments de l'avion sont très utiles au parachutisme sportif. Une fois qu'ils vous sont
familiers, vous pouvez discerner la situation de l'avion à tout moment sans distraire le
pilote. Un parachutiste devrait connaître l'emplacement et la fonction des instruments
suivants : jauge et sélecteur de carburant, altimètre, horizon artificiel, anémomètre,
variomètre et indicateur de virage et d'inclinaison latérale. Demandez à un pilote de votre
centre de parachutisme de vous expliquer le fonctionnement de ces instruments.
4.4
REVUE VERBALE
Après le décollage de l'avion, l'instructeur largueur reverra avec vous les principaux
événements du saut. Une fois votre revue verbale terminée, revoyez les autres techniques
nécessaires en montée. Dans les premiers sauts, les points clés de la chute libre sont une
position en boîte détendue, arquée, et une bonne conscience de l'altitude. Les autres
éléments varient selon l'exercice ou la tâche à effectuer.
4.5 REPÉRAGE
Le terme « repérage » comprend trois tâches. Chaque fois que vous faites du repérage,
vous effectuez quelques unes ou l'ensemble de ces tâches :
1. Déterminer les vents au sol et en altitude pour estimer un point d'ouverture
approprié, qui vous permettra de retourner à l’aire d’atterrissage sous voilure, et un
point de sortie approprié, qui vous fera dériver jusqu'au point d'ouverture pendant la
chute libre.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 61 de 200
2. Le point de sortie connu, diriger l'avion afin de passer directement au-dessus de ce
point, généralement en volant face au vent.
3. Effectuer un contrôle final de sécurité pour vous assurer que vous ne sautez pas
dans les nuages, au-dessus d'un plan d'eau, etc. et qu'il n'y a pas d'autres avions
dans le secteur.
Nous reviendrons sur ces points au chapitre suivant.
4.5.1 Orientation par rapport au sol
Lors des premiers sauts du programme classique d’accès à la chute libre (DAI ou SOA), vous
devriez commencer à observer l'aire d’atterrissage avant la sortie à 3000 à 3500 pieds. Si
vous suivez le PAC, vous pouvez faire cette observation pendant la montée à 1500, 3000 et
4500 pieds.
Au cours des sauts suivants, lorsque vous monterez plus haut, l’aire d'atterrissage paraîtra
plus petite, peut-être plus loin, et sera plus difficile à trouver. Vous devrez apprendre à
trouver les principaux repères autour de l'aéroport, à identifier le nord et à connaître la
direction du vent au sol à partir d'une altitude de 5000 pieds pour que vous puissiez vérifier
la trajectoire de vol de la voilure. Demandez que l’on vous indique des repères qui vous
aideront à trouver l’aire d'atterrissage.
4.5.2 Observation du repérage
L'observation du repérage consiste simplement à regarder votre instructeur repérer. Dès le
début de votre progression, vous devriez observer votre instructeur pendant le repérage. Le
pilote et l'instructeur largueur vont diriger la passe de largage face au vent au-dessus de
l’aire d'atterrissage et le premier parachutiste va sortir en amont de l’aire d'atterrissage.
Soyez au courant de la passe.
Déterminez un ou deux repères au sol et observez le mouvement de l'avion par rapport au
sol vers le POINT DE SORTIE.
Le point de sortie est le point de référence au sol au-dessus duquel le parachutiste souhaite
commencer la chute libre. Le point de sortie tient compte de ces trois variables, et, par
conséquent, ne se situe pas au-dessus de l'aire d'atterrissage souhaitée :
• la projection avant de l'avion;
• le temps d'exposition aux vents;
• la direction et la force du vent.
Projection avant
Lorsque vous êtes accroché à l'avion, vous vous déplacez horizontalement à la même
vitesse que celui-ci. Après avoir quitté l’avion, vous continuez à avancer pendant environ 5
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 62 de 200
secondes sur une courte distance. La projection avant est plus apparente dans les
situations suivantes :
• conditions de vent léger;
• passes avec vent arrière, utilisées lors de compétitions de voltige;
• vitesses de sortie plus élevées, utilisées à haute altitude et par les gros avions (par
exemple, King Air).
Temps d'exposition aux vents
Tous les objets en vol, qui descendent dans l'air et sous voilure, sont soumis au vent. La
distance de dérive en chute libre ou sous voilure se calcule selon la force observée du vent
et le temps d'exposition à celui-ci. La vitesse de descente d’une voilure moyenne est de
1000 pieds à la minute. Avec une hauteur d'ouverture de 3000 pieds et des vents de 24
km/h (15 mi/h), nous dérivons de 1,2 km (¾ de mile).
La dérive en chute libre et sous voilure se calcule à l'aide de la même formule après avoir
observé les vents.
Direction du vent
Pour la plupart des sauts, la passe de largage se fait face au vent. Dans ces cas, l'avion
survole l'aire d'atterrissage et fait directement face aux vents en altitude. Ceci permet de
réduire :
• l'effet de la projection avant;
• la vitesse par rapport au sol;
• la dérive latérale de l'avion.
Une vitesse plus lente par rapport au sol permet une certaine latitude pour juger si l’avion
se trouve directement au-dessus du point de sortie projeté. L'alignement avec les vents en
altitude facilite également cette tâche. Il est difficile de compenser pour un vent de côté
lors de sa première tentative de repérage.
4.5.3 Repérage assisté
Vous devrez pratiquer le repérage assisté plusieurs fois afin d'acquérir suffisamment de
confiance pour passer au repérage non assisté. Les instructeurs vous apprendront les
techniques pour évaluer les vents afin de calculer le point d'ouverture et le point de sortie.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 63 de 200
Techniques de repérage
Le pilote contrôle l'ouverture de la porte de l'avion. Pour une question de sécurité, chaque
type de porte doit être ouvert à une vitesse déterminée. Demandez toujours la permission
du pilote avant d'ouvrir la porte, même si ce n'est que pour l'entrouvrir. (L’ouverture de la
porte devrait respecter les règles du centre de parachutisme.)
Les techniques de repérage sont les suivantes :
1. Prenez position devant la porte de l'avion et demandez la permission avant de
l'ouvrir (selon les règles du centre).
2. Sortez votre tête de l'avion pour regarder le sol en ligne droite (à la verticale).
3. Déterminez la position actuelle de l'avion par rapport à l'aire d'atterrissage.
4. Placez votre main de façon à ce que le pilote puisse la voir pour indiquer les
corrections à faire, pointez dans la direction où l'avion doit tourner et indiquez
d'arrêter le virage au besoin. L'avion devrait faire face au vent (en d'autres
termes, vous ne devriez observer aucun mouvement de côté) et il devrait passer
directement au-dessus de l'aire d'atterrissage.
5. Surveillez l'effet (environ 10 secondes) et indiquez d'arrêter le virage quand c'est
nécessaire,
6. Lorsque vous approchez du point de sortie, informez tout le monde de se tenir prêt et
demandez au pilote de vérifier la vitesse et de « mettre les freins », si nécessaire.
7. Commencez à sortir.
Si vous vous êtes trompé dans le repérage, l'instructeur interviendra et fournira des
corrections. Ceci vous empêchera de sortir au mauvais endroit et diminuera vos risques
d'atterrir dans un lieu étranger et de vous blesser.
Erreurs courantes
Vous devriez connaître certaines erreurs de repérage courantes.
Ne pas regarder le sol avec une ligne de visée verticale cause les erreurs suivantes au
moment de déterminer la position de l'avion par rapport au sol. Note : les erreurs sont plus
grandes à des altitudes élevées et sont souvent attribuables à l'assiette (inclinaison) de
l'avion au moment d'établir une ligne visuelle.
• Regarder devant ou avec le nez élevé : repère trop proche
• Regarder derrière ou avec le nez abaissé : repère trop loin
• Regarder à gauche ou avec l'avion incliné à droite : à droite du repère
• Regarder à droite ou avec l'avion incliné à gauche : à gauche du repère
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
L B
Page 64 de 200
V L A
V
B
A ‐ Position réelle relativement au sol B ‐ Position présumée relativement au sol A L
L
B B
V
A
V ‐ Ligne verticale du vol
L ‐ Ligne de visée réelle
Sécurité en repérage
La plupart des centres de sauts paraissent dans les NOTAM (NOtice To AirMen ou Avis aux
navigants) publiés par le ministère des Transports, mais la circulation aérienne au-dessus
du centre est tout de même possible. Éviter un avion en vol est la responsabilité du
parachutiste, puisque sa visibilité et sa manœuvrabilité sont supérieures.
• Faites toujours une VÉRIFICATION VISUELLE minutieuse pour voir s'il y a d'autres
avions dans les environs avant de sortir de l'avion.
• Un avion volant vers l’aire d’atterrissage à 195 km/h (120 mi/h) à votre départ sera,
en 60 secondes, directement au-dessus de l’aire d’atterrissage et possiblement sous
vous au moment de l'ouverture.
4.5.5 Repérage non assisté
Vous faites du repérage non assisté quand vous acceptez la responsabilité de l'observation
des vents, du calcul du point de sortie et d'ouverture et de la direction de l'avion jusqu'à ce
point.
Le repérage est une habileté qui s'acquiert avec de la pratique. Un repérage précis aide à
éviter d'atterrir dans un secteur dangereux. Une sélection aléatoire du point de sortie peut,
dans le meilleur des cas, entraîner de longues marches dans la campagne et susciter la
colère des autres parachutistes.
Choix du point d'ouverture
Chaque jour, nous observons les vents afin de calculer où nous devons ouvrir notre
parachute pour pouvoir atterrir sur l’aire d’atterrissage. Essentiellement, nous déterminons
approximativement la distance à laquelle nous dériverions en 2 minutes (la durée
approximative sous le parachute de secours en cas de mauvais fonctionnement) et la
direction de notre dérive. Pour ce faire, nous devons connaître les vents au sol, de même
qu'à diverses altitudes, jusqu'à l'altitude d'ouverture. Ainsi, nous observons un indicateur de
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 65 de 200
dérive de vent, un fanion et un anémomètre et nous exécutons des virages au taux un de
1000 à 2000 pieds lors de la montée.
Indicateur de dérive de vent
La méthode la plus précise pour évaluer la dérive sous voilure est l'utilisation d'un indicateur
de dérive de vent (IDV). L'IDV est une grande banderole de papier crêpé qui descend à
environ 1000 pieds à la minute.
Il est lancé à 2000 pieds, soit un peu plus bas que l'altitude d'ouverture, directement audessus de la cible (A) et il dérive dans le sens du vent jusqu'à (B). Un point de référence au
sol (C) est choisi à égale distance de (B), contre le vent. Le point de référence au sol (C)
représente le point où le parachutiste devrait ouvrir son parachute. C'est le point
d'ouverture.
LANCER UN INDICATEUR DE DÉRIVE
Pendant votre progression au repérage, vous êtes appelé à observer les vents. Vous
pourriez même demander de lancer un IDV avant de sauter. Informez le pilote que vous
allez lancer un IDV à 2000 pieds au-dessus du sol (AGL).
Préparez l'IDV en déroulant deux à trois pieds de papier. Lancez l'IDV directement audessus de la cible et observez sa descente. Demandez au pilote de faire des cercles
pendant que vous observez la descente de l'IDV (un virage à droite est nécessaire si vous
regardez l'IDV). Une petite photo aérienne dans l'avion est très utile pour montrer aux
autres parachutistes où l'IDV a atterri et où le repère devrait se trouver.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 66 de 200
Fabrication : un IDV est fabriqué d'un morceau de papier crêpe d'environ 25 cm par 6 m
(10 po x 20 pi), lesté à une extrémité par 7 pages de magazine roulées, le tout solidement
enroulé afin d'être apporté en toute sécurité dans l'avion.
Avec cette technique, l'IDV devrait arriver au sol en 2 minutes. L'avantage d'une pesée
en papier est que l'indicateur se désagrège rapidement et complètement une fois exposé
aux intempéries. Les pesées faites avec un cintre ou une baguette de soudure risquent
d'endommager les machines agricoles ou de blesser les animaux d'élevage. Un IDV doit
être clairement visible de 3000 pieds ou même de plus haut dans diverses conditions ou
avec divers arrière-plans. Pour améliorer la visibilité, lancez deux IDV de couleurs
différentes (par exemple, rouge et jaune). Vous pouvez utiliser des IDV de couleurs
différentes selon les saisons et les types de paysage :
• l'été : jaune, rouge ou orange;
• sur la neige : rouge, bleu ou violet;
• sur un champ de culture : rouge, bleu ou violet;
• sur l'eau : jaune, orange ou blanc.
Le dériveur de vent devrait descendre à environ 300 m/min (1000 pi/min). Pour s'assurer
d'un repérage précis, vous pouvez minuter l'IDV pour vérifier si le temps de descente est
correct. S'il diffère de 10 à 15 secondes, faites les ajustements suivants :
• Descente rapide : ajoutez à la distance selon le temps qu'il manque; l'IDV n'a pas
dérivé aussi loin qu'un parachutiste sous une voilure normale.
• Descente lente : soustrayez de la distance en proportion du temps additionnel; l'IDV
a dérivé plus loin qu'un parachutiste sous une voilure normale.
Choix du point de sortie
La distance de dérive d'un objet est relative au temps dans l'air et à la vitesse et à la
direction de l'air au-dessus du sol. Les méthodes que vous pouvez utiliser pour juger la
dérive en chute libre sont :
• les rapports météorologiques (MetRep) - vitesse du vent à différentes altitudes;
• la dérive de l'avion - virage au taux un ou parcours de précision;
• le mouvement des nuages – à partir du sol ou dans l'air.
Les rapports météorologiques sont une prévision des vents attendus que les pilotes
obtiennent généralement de Nav Canada. Ils comprennent souvent de l'information en
temps réel des autres aéroports et peuvent fournir des prédictions crédibles des conditions
météorologiques locales. (http://www.navcanada.ca/)
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 20
011
Page 67 de
d 200
Un virage
e au taux un
n est un vira
age standard de 360° qui
q s'effectu
ue en 2 minutes. Le pillote
débute le
e virage au--dessus d'un
n point de rééférence au sol et main
ntient un tau
ux de virage
e
constantt. À la fin du
u virage de 360°
3
en 2 minutes,
m
le point
p
en desssous de l'avion est
identifié.. La distancce entre le point
p
de dép
part et celui de la fin estt la distance
e approxima
ative
de votre dérive en étant exposéé à ces ventss pendant 2 minutes. Cette
C
métho
ode peut aussi
être utilissée à des alltitudes pluss basses po
our détermin
ner le point d'ouverture
d
, puisque la
dérive pe
endant le virage de 2 minutes
m
s'ap
pproche de la dérive sou
us voilure pe
endant une
descente
e de 2 minu
utes.
ut s'observer très efficacement à pa
artir de l'avion. Il est
Le mouvvement des nuages peu
possible de mesurer la direction
n et la vitesse des omb
brages de nu
uages. Du sol,
s on peut
observerr la direction
n des nuage
es et avoir une indicatio
on approxim
mative de leu
ur vitesse.
Pour effe
ectuer un parcours
p
de précision, ili faut faire voler l'avion
n dans deux directionss afin
de triangguler la passse de largagge. Le parco
ours de préccision se faiit comme su
uit :
• volezz vers le N ou
o le S du co
ompas et co
ontrôlez la dérive latérale;
• volezz vers l'E ou l'O du comp
pas et contrrôlez la dérivve latérale;
• tourn
nez en augmentant l'a
altitude et effectuez
e
le
es correctio
ons pour éliminer la dérive
d
latéra
ale;
• volezz à 90° en
e augmen
ntant l'altittude pendant 45 se
econdes, puis
p
tracezz un
paralllélogramme
e pour déterrminer la disstance de dérive en chu
ute libre.
L'observa
ation des au
utres parach
hutistes peu
ut égalemen
nt fournir de
e précieux re
enseigneme
ents.
Détermin
nation du re
epère
• déterrminez le re
epère de ba
as en haut : point d'attterrissage, point d'ouvverture, poin
nt de
sortie
e;
• sachez où vous atterrirez
a
ett l'endroit ap
pproximatif où vous ouvvrirez votre parachute avant
a
m
à bord
d de l'avion;;
de monter
• déterrminez exacctement où se
s situe le point
p
d'ouve
erture lorsqu
ue vous vole
ez à 2000 piieds;
© 2011, Associaation canadienne de
d parachutisme spportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
•
Page 68 de 200
déterminez exactement où se situe le point de sortie lorsque vous atteignez l'altitude
désirée;
la passe de largage se fait dans les vents en altitude, en suivant une ligne qui traverse le
point d'ouverture;
prévoyez du temps pour la sortie, en tenant compte de la projection avant en fonction de
l'intensité des vents en altitude.
Conseils
• suivez de près le repérage; même si vous êtes assis à l'arrière, sachez où se situe le
point de largage;
• sachez où vous êtes au moins 1 min et 30 sec avant la sortie;
• utilisez vos ressources pour le repérage, c.-à-d. le pilote et les parachutistes qui ont de
l'expérience en repérage;
• faites un exercice de repérage en 3 dimensions avec votre entraîneur pour vous aider à
apprendre et à comprendre le repérage.
4.6 VÉRIFICATION DE L'ÉQUIPEMENT EN MONTÉE : poignées et
aiguilles
Avant la sortie, les parachutistes doivent passer de leur position assise à une position à
genoux, prêts pour la sortie. Pendant cette période de mouvements, il est risqué
d'accrocher accidentellement l'équipement. Une vérification de l'équipement à bord de
l'avion vous permet de confirmer que votre équipement est toujours sécuritaire et
fonctionnel. Avant la sortie, effectuez une vérification des trois poignées (si vous avez un
système TAS : l'extracteur, la poignée de libération, la poignée de réserve). Touchez à
chaque poignée et confirmez :
• son emplacement;
• qu'elle tient bien en place;
• qu'elle est correctement positionnée.
Pour renforcer l'ordre d'utilisation approprié, touchez aux poignées avec la bonne main,
dans l'ordre auquel vous les utiliseriez pendant la séquence d'ouverture.
1. Le déploiement du principal (extracteur ou poignée d'ouverture) : la poignée est
accessible et n'est pas obstruée.
a. Faites semblant de tirer sur votre extracteur comme vous le feriez en chute
libre.
2. Vérifiez que la poignée de libération est bien rentrée dans le Velcro, qu'elle est
clairement visible et qu'elle n'est ni couverte, ni pliée sous la sangle verticale avant
du harnais.
3. Vérifiez que la poignée de la réserve est bien rentrée dans le Velcro et clairement
visible
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 69 de 200
a. Faites semblant de tirer sur la poignée de libération à fond jusqu'à
l'entrejambe.
b. Faites semblant de tirer sur la poignée de la réserve à fond jusqu'à
l'entrejambe.
4. Pensez à reprendre la position arquée et à ce que vous ferez avec les poignées.
Intégrez ces étapes à une routine établie que vous utiliserez à chaque saut de votre
« carrière » de parachutiste.
Avant de sortir de l'avion, vérifiez vos poignées :
1. Extracteur
2. Poignée de libération
3. Poignée de réserve
De plus, vérifiez les points suivants :
• les altimètres devraient tous indiquer à peu près la même altitude;
• les aiguilles de réserve devraient être à la position ¾, le rabat rentré;
• l'aiguille principale devrait à la position ¾, le rabat rentré;
• l'acheminement de la drisse — bien rentrée dans sa position et pas d'obstruction;
• l'apparence générale est encore bonne;
• lunettes et casque mis.
Certains altimètres sonores peuvent être ajustés à bord de l'avion.
Certains éléments n'ont pas à être vérifiés en vol :
• de nombreux DDA sont placés à des endroits où il est impossible de les vérifier à
bord;
• il est difficile de vérifier si le câble de réserve glisse dans sa gaine;
• l'ajustement du harnais est difficile à vérifier en raison de votre position assise, mais
assurez-vous que les sangles soient serrées et que les bouts soient rentrés.
Quand vous vérifiez les aiguilles d'une autre personne, évitez, comme le veut la pratique
courante, de donner une tape sur le rabat de l'aiguille pour indiquer que tout a été vérifié.
Vous risquez ainsi de déplacer involontairement quelque chose, qui vient juste d'avoir été
vérifié!
Il est préférable de dire à la personne que tout est en ordre ou de lui taper l'épaule.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 70 de 200
4.7 TYPES DE SORTIES (en équilibre, dynamique, suspendue, en
plongée)
Peu importe le type de sortie, il est important de rester dans l'axe. Pour garder un cap
déterminé, présentez le haut du corps face au vent relatif, formez un arc symétrique et
contrez tout virage qui s'amorce. Dès les premiers instants, regardez vers le haut et utilisez
l'avion comme référence. Quand l'effet de la projection avant s'atténue, déterminez une
référence à l'horizon.
Quatre positions de sortie solo sont couramment utilisées à la plupart des centres de sauts :
• en équilibre;
• dynamique;
• suspendue;
• en plongée.
Chaque sortie est examinée en trois étapes : la sortie de l'avion, le positionnement et le
départ. Les descriptions qui suivent se font à partir d'un Cessna 182 ou 206 ou d'un autre
avion similaire.
Sortie en équilibre : sortez de l'avion et tenez-vous à l'extérieur de la porte sur le
marchepied, dans le vent relatif. Placez les deux mains sur le hauban et gardez le haut du
corps centré vers l'avant, entre les mains. Les épaules sont plus hautes que le hauban et le
haut du corps est au même niveau que l'horizon, les coudes sont fléchis et vous regardez
l'horizon droit devant. La jambe droite devrait flotter dans le vent. Le mouvement de départ
consiste à vous avancer légèrement, puis à revenir vers l'arrière et vers la droite. Pour
l'accentuer, ce mouvement doit s'accompagner du balancement de la jambe droite. Pour
continuer ce mouvement en position arquée, gardez la tête haute et poussez le bassin vers
l'avant.
D'un gros avion, sortez et tournez-vous face à l'avion, en vous tenant soit à la barre
intérieure ou à la barre extérieure au-dessus du cadre de porte. Tenez-vous en équilibre sur
le pied droit, avec la jambe gauche qui balance. La jambe gauche servira au balancement
pour le décompte et sera tournée face au vent. Relâchez le bras gauche et balancez
simultanément le corps en vous tournant directement face au vent. Écartez les bras et les
jambes le plus possible et poussez le bassin vers l'avant. Vous devriez vous retrouver
« debout » dans le vent et regarder l'aile en vous lançant.
Sortie dynamique : préparez-vous à sortir à partir d'une position à genoux dans la porte.
Agrippez l'avant du cadre de porte avec une main et l'arrière de l'autre, mettez le pied
gauche sur le marchepied et allez poser votre main gauche sur le hauban. Appuyez votre
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 71 de 200
pied droit sur le cadre de porte à l'arrière. Accroupissez-vous en vous tenant en équilibre sur
votre pied gauche en transférant votre poids sur celui-ci. Votre bassin doit se trouver bien
au-dessus de votre pied droit, ce qui fournit la poussée nécessaire pour garder l'équilibre
sous la pression du vent. Les épaules devraient être perpendiculaires le plus possible avec
le vent relatif. Pour quitter l'avion, en balançant le pied droit, faites un « swing » de côté en
vous dirigeant vers le bout de l'aile. Gardez ce mouvement en ouvrant grand, en poussant
le bassin vers l'avant et en regardant vers le haut.
Sortie suspendue : la sortie commence de la même façon que la sortie en équilibre. Une
fois dans la position en équilibre, mettez les deux mains aussi loin que possible sur le
hauban, contractez les muscles de vos bras pour vous préparer à soutenir votre poids et
sortez lentement pour vous placer en position suspendue, loin de la marche pour éviter tout
risque de contact au moment du départ. Maintenez solidement le hauban, vos doigts
autour du bord avant du hauban. Serrez les fesses (ceci pousse le bassin vers l'avant),
écartez légèrement les jambes, pointez les orteils vers le bas et relevez la tête vers l'arrière
pour voir vos bras (ceci amène votre poitrine vers l'avant). À ce point, vous êtes
essentiellement en position arquée. Lâchez prise, continuez à regarder le bout de l'aile en
quittant l'avion et ouvrez grand les bras vers l'arrière, au maximum, dans une position de
grand aigle.
Sortie en plongée : cette sortie commence différemment des autres. Placez-vous dans la
porte à côté du pilote, face à la queue de l'avion. Placez-vous à genoux, le pied gauche à
l'extérieur sur le marchepied, selon le type d'avion. Assurez-vous que votre équipement
n'accroche pas les commandes (carburant, volets, manette des gaz) et le cadre de porte.
Penchez-vous vers l'avant, environ 45°, pour que vos épaules soient plus basses que votre
bassin. Le départ se fait en dépliant par un roulement de la jambe gauche, sans poussée,
suivi d'un mouvement de plongée du haut du corps. Étirez les bras au-dessus de la tête,
comme pour faire un appui renversé et ramenez vos pieds contre vos fesses. Lorsque l'effet
de la projection avant cesse, prenez la position arquée. Maintenez un contact visuel avec
l'horizon pour évaluer votre contrôle du cap.
4.8 SORTIE INSTABLE INTENTIONNELLE – Sortie sur le dos, pieds
devant (Ride the slide)
Le but d'une sortie instable intentionnelle est de vous donner confiance. Après avoir réussi
cette tâche, vous saurez que votre position arquée est efficace et vous serez plus conscient
et détendu. Pour effectuer une sortie instable, vous pourriez faire un salto arrière ou avant
dès que vous passez la porte de l'avion ou vous tenir un pied avec la main opposée. C'est
amusant!
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 72 de 200
Pour quitter l'avion avec cette sortie, tournez-vous vers la queue, les pieds vers le sol. C'est
votre dos, plutôt que votre poitrine, qui fait face au vent relatif. La position de départ est la
même que pour la sortie en plongée, mais vous placez le pied droit sur la marche, près du
pied gauche. Vous devriez saisir l'arrière du cadre de porte avec votre main droite et vous
pouvez saisir le hauban avec votre main gauche pour un soutien supplémentaire. Pour le
départ, faites un grand pas en avant, vers la queue de l'avion. Placez les bras allongés sur
les côtés, les paumes tournées vers le bas et l'arrière. Vos genoux et votre bassin sont
légèrement pliés et vos genoux sont bien écartés. Tout de suite après le départ, vous serez
probablement dans une position verticale, les pieds vers le sol. Après un court laps de
temps, vous vous retrouverez sans doute dos au sol. Si vous êtes debout, vous pouvez
utiliser un point à l'horizon pour évaluer le contrôle de votre cap. Toutefois, cela sera
difficile si vous êtes dos au sol.
Parmi les exigences pour l'obtention du brevet Solo, vous devez effectuer une sortie sur le
dos, pieds devant (aussi appelée Ride the slide) et garder cette position pendant 5
secondes avant de vous retourner ventre face au sol. Cette sortie devrait vous être
expliquée et vous devriez pouvoir la pratiquer au sol avant l'embarquement.
4.9 SITUATIONS INHABITUELLES EN MONTÉE
Des problèmes météorologiques peuvent parfois vous forcer à modifier l'altitude de sortie et
le point de sortie prévus pour le saut. Puisque les sauts sont effectués en vertu des règles
de vol à vue (VFR), votre pilote n'est pas autorisé à voler au-dessus d'une couche de nuages
fragmentés (50 % couvert). Le pilote peut voler au-dessus des nuages s'ils sont dispersés
pourvu qu'il maintienne une séparation horizontale de 2000 pieds et une séparation
verticale de 500 pieds de tout nuage.
Si le temps se détériore au point où sortir à l'altitude et au repère projetés pour le saut
contrevient aux règles de vol à vue, vous devez alors modifier votre saut. Vous pouvez
toujours faire un saut sous le plafond avec une courte chute libre. Ce saut ne peut être
considéré que s'il peut être effectué en toute sécurité. Après avoir consulté le pilote et lui
avoir donné vos instructions, vous devez prendre une décision rapidement.
Si vous décidez de faire le saut à une altitude plus basse, réduisez le nombre de tâches ou
de répétitions proportionnellement à la réduction d'altitude.
Si le saut doit être annulé en raison des nuages bas ou des vents forts, assoyez-vous
confortablement pour la descente et attachez votre ceinture. Si vous avez un DDA
mécanique, comme le FXC 12000, mettez-le à « OFF ». Certains DDA électroniques, comme
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 73 de 200
le Cypres en mode Student, devraient aussi être éteints, si possible. Vous devriez connaître
la procédure à suivre pour l'équipement que vous utilisez.
Les problèmes d'équipement dans l'avion doivent être réglés rapidement. Voici quelques
exemples :
• une sangle cuissarde qui se desserre;
• un extracteur un peu sorti;
• une poignée qui se déplace;
• un parachute partiellement déployé.
Vous devez également aviser les autres parachutistes si vous éprouvez un problème grave
ou si vous voyez un problème grave avec leur équipement. Le seul cas où vous devez agir
immédiatement et indépendamment, c'est si vous voyez un parachute principal ou de
réserve sortir par la porte – POUSSEZ LA PERSONNE en dehors de l'avion. Cette personne
n'est peut-être pas consciente du problème et il est préférable d'être dans l'air qu'à bord de
l'avion quand un extracteur sort de la porte.
Les problèmes physiques, comme une jambe engourdie à cause d'une sangle cuissarde trop
serrée, doivent également être réglés. Étirez, pliez et remuez le membre engourdi. Vous
devriez être en mesure de maîtriser la situation facilement.
L'avion peut avoir des difficultés mécaniques. Dans un tel cas, vous devez écouter les
commandements du pilote et suivre ses instructions aussi vite que possible. Il n'y a que
deux choix :
« préparation à un atterrissage d'urgence »
ou
« sortie d'urgence »
Si vous êtes à moins de 1500 pieds, attendez-vous à un atterrissage d'urgence. Attachez
votre casque et bouclez votre ceinture de sécurité, mettez-vous à genoux ou assoyez-vous,
rentrez la tête entre les genoux et joignez les mains derrière la nuque tel qu'on vous l'a
enseigné dans le cours de premier saut.
Dans le cas d'une sortie d'urgence :
1. N'agissez pas de votre propre chef, sauf pour attacher votre casque. Soyez prêt à
agir, mais restez IMMOBILE pour permettre au pilote de maintenir la stabilité de
l'avion.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 74 de 200
2. Attendez que le pilote ordonne : « Sortie d'urgence! Sortez! » ou un commandement
du genre.
3. Si vous devez quitter, ouvrez la porte et effectuez une sortie en plongée rapide – tout
le monde doit sortir rapidement.
4. Activez votre parachute principal (au-dessus de 2500 pieds) ou de réserve (entre
1500 et 2500 pieds).
Il est important que tout le monde écoute les commandes du pilote et s’y conforme. Ouvrir
la porte de l'avion à une vitesse de vol trop élevée peut endommager l'avion, ce qui risque
d'empirer une situation déjà difficile. Beaucoup de situations d'urgence peuvent nécessiter
une accélération de l'appareil. Par exemple, dans le cas d'un incendie de moteur, le pilote
fera plonger l'avion pour éteindre le feu. Le pilote vous informera quand il est sécuritaire
d'ouvrir la porte. Ne jamais ouvrir la porte pendant un incendie de moteur, car ceci fera
augmenter la quantité d'oxygène dans la cabine, ce qui risque d'empirer les choses.
Écoutez le pilote!
Si un problème mineur (par exemple, panne d'essence éventuelle) survient au-dessus de
l'altitude d'ouverture normale, le pilote peut choisir de faire une passe de largage pendant la
descente en vol plané. Dans un tel cas, vous seriez probablement en mesure de sortir audessus du repère et d'utiliser votre parachute principal. Vous pourriez avoir besoin d'ouvrir
plus haut que prévu si vous êtes loin de la zone d'atterrissage.
Puisque des difficultés mécaniques sont très probables, vous devez être bien préparé. Ce
sujet fait partie du cours de premier saut et comprend l'information prescrite par Transports
Canada.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 75 de 200
CHAPITRE 5 TECHNIQUES DE CHUTE LIBRE
5.1
5.2
5.3
5.4
5.5
5.6
5.7
5.8
5.9
5.10
5.11
5.12
5.13
5.14
5.15
5.16
5.17
5.18
5.19
5.20
5.21
5.22
INTRODUCTION ............................................................................... 76
POSITION ARQUÉE : arc stable et position de la « boîte »............ 76
COMPTE AU DÉPLOIEMENT ............................................................ 78
MANŒUVRE D’OUVERTURE ........................................................... 78
UTILISATION DE L'ALTIMÈTRE ........................................................ 79
MAINTIEN DU CAP - Virages ........................................................... 81
VIRAGES : 90° ET 180° ................................................................... 81
VIRAGES : FIGURE EN 8 .................................................................. 83
EXCERCICES DES BRAS ET DES JAMBES ...................................... 83
CERCLE D'OBSERVATION .............................................................. 83
SALTO ARRIÈRE ............................................................................... 84
SALTO AVANT .................................................................................. 87
TONNEAU ......................................................................................... 89
DELTA ET GLISSADE ARRIÈRE ........................................................ 90
VIRAGES AVANCÉS .......................................................................... 92
MANŒUVRES COMBINÉES ............................................................. 92
ANNOTATION DE VOL RELATIF À 2 ................................................ 94
5.17.1 Pratique d'appontage ............................................................ 94
5.17.2 Proximité ................................................................................ 94
5.17.3 Contrôle du niveau ................................................................ 96
5.17.4 Maintien du taux de descente .............................................. 98
5.17.5 Signaux en vol relatif............................................................. 99
5.17.6 Prises en chute libre ............................................................ 99
5.17.7 Règles et courtoisie en VR ................................................. 100
5.17.8 Questions théoriques sur le VR .......................................... 102
SÉPARATION ET DÉRIVE ............................................................... 103
MODÈLE THÉORIQUE DU CONTRÔLE EN CHUTE LIBRE ............. 107
EXÉCUTION DU MODÈLE DE CHUTE LIBRE ................................. 111
MATHÉMATIQUES DE CHUTE LIBRE ............................................ 117
SITUATIONS INHABITUELLES EN CHUTE LIBRE .......................... 123
Précédent – Chapitre 4 Techniques en montée Suivant – Chapitre 6 Techniques de contrôle
de la voilure
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
5.1
Page 76 de 200
INTRODUCTION
Ce chapitre décrit les actions qui se succèdent dès la sortie de l'avion jusqu'au déploiement
de la voilure. À la fin de ce chapitre, vous trouverez le modèle théorique du contrôle en
chute libre et l'exécution du modèle de chute libre. Les techniques sont présentées en ordre
de difficulté, c'est-à-dire de la plus simple à la plus complexe.
5.2
POSITION ARQUÉE
ARC STABLE
Une position cambrée en forme de « X » a été introduite pour le premier saut (DAI/SOA ou
PAC). Cette position rappelle un aigle aux ailes écartées. Pour prendre cette position :
•
•
•
•
•
arquez au niveau des hanches en serrant les fesses et en poussant énergiquement
le bassin vers l'avant;
ouvrez grand les bras à environ 45° par rapport aux épaules, les paumes face au
vent vers l'horizon, comme pour attraper un ballon géant;
positionnez les pieds pour qu'ils soient légèrement plus espacés que les épaules et
pointez les orteils en pliant légèrement les genoux;
ramenez la tête le plus possible vers l'arrière, ce qui contribuera à accentuer la
cambrure;
gardez une position tout en souplesse; la cambrure exige un peu de tension, mais
n'exagérez pas.
Après 5 secondes de chute libre, quand l'effet de la projection avant a cessé, vous pouvez
prendre la position de la boîte, qui est plus détendue.
POSITION DE LA BOÎTE
La position de la boîte est importante pour le vol relatif séquentiel. C'est une position de
chute écartée et symétrique. En adoptant une position de chute neutre, le corps est
légèrement arqué, ce qui permet une déviation d'air tout en restant sur place. Pour prendre
la position de la boîte, arquez en gardant les bras pliés dans un angle de 90° aux coudes et
poussez contre le vent relatif avec les coudes et les paumes. Ceci ramène les mains à
l'avant, devant la tête. Les genoux sont légèrement pliés, les pieds et le bas des jambes
poussent légèrement contre le vent relatif (voir le diagramme ci-dessous) et le tronc est
légèrement cambré en poussant le bassin. Cette position équilibre la traînée
horizontalement et verticalement. De plus, cette position permet une chute parfaitement
verticale, parce qu'elle ne produit aucune inclinaison (l'inclinaison, comme nous
l'apprendrons plus tard, est ce qui nous permet de nous déplacer dans l'air). La position de
la boîte étant plus étroite et exigeant une courbure du haut du corps moins prononcée à la
hauteur des hanches que la position en « X », elle permet d'échanger de la stabilité pour
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 77 de 200
une meilleure manœuvrabilité. Pour améliorer vos déplacements en chute libre, il est très
important d’acquérir dès le début une bonne position équilibrée avant d'effectuer vos
mouvements. Vous devriez reprendre la position de boîte entre chaque mouvement.
L'adoption d'une bonne position corporelle est importante tout au long de votre « carrière »
de parachutiste.
Position de la boîte
•
•
•
étendez les bras et les jambes de côté en pliant les genoux et les coudes à 90°;
ouvrez les mains, les paumes tournées vers le bas dans le vent et pointez les orteils;
ayez une position détendue; le contrôle de la position arquée exige une légère
tension, mais les membres ne devraient pas être tendus.
Quand vous pratiquez la position de la boîte au sol ou sur une planche à roulettes,
vous devriez garder les bras – les coudes et les mains – par terre chaque fois que
vous êtes immobile. Appuyez légèrement avec les hanches (l'os du bassin) contre le
sol ou la planche à roulettes pour sentir la pression, tout en vous sentant confortable.
Vous ne devriez pas soulever les bras du sol, car, dans le ciel, vous devrez à l'opposé
pousser contre le vent relatif pour produire un effet de portance sur le haut de votre
corps.
Cette position comporte les avantages suivants pour le vol relatif.
1. La position carrée permet de réaliser certaines séquences par un simple virage sur
l'axe central effectué sur place.
2. La largeur de la position permet une meilleure stabilité latérale (de côté) pendant la
chute libre. De plus, la solidité de cette position de chute libre permet d'encaisser un
appontage difficile sans que le parachutiste ou la formation ne soit projeté dans une
position instable.
3. Placer les mains au niveau de la tête ou devant la tête permet d'apponter ou de faire
des prises sans changer la position du corps.
4. Cette position donne aux formations une intégrité géométrique et structurelle qui leur
permet de se grouper et voler correctement.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 78 de 200
5. En position de la boîte, un simple mouvement des articulations permet de se
déplacer efficacement en raison de l'effet de déviation de l'air sur l'ensemble du
corps (par exemple, si vous pivotez au niveau de la taille (twist)).
5.3 COMPTE AU DÉPLOIEMENT
« ARC mille
mille et un
mille et deux
mille et trois
mille et quatre
CHECK voilure ».
Lors de l’ouverture, il est important d'acquérir la notion du temps. C'est un élément clé pour
déterminer si votre voilure s'est ouverte. Le compte commence dès que l'extracteur est
lancé. Si vous effectuez une longue chute libre à déploiement retardé, il se peut que votre
instructeur raccourcisse le compte en raison de la vitesse relative plus élevée. Vous devriez
compter clairement et à voix haute pour vous assurer un compte d'une durée adéquate.
Veuillez noter que le compte comprend deux rappels importants : « ARC » et « CHECK »
(vérification). Tout au long de votre progression, les différentes tâches que vous effectuerez
entraîneront des variations dans le compte au déploiement.
5.4
MANŒUVRE D’OUVERTURE
Pour déployer la voilure principale, vous devez demeurer stable durant la manœuvre
d’ouverture et le déploiement. Toutefois, ne sacrifiez pas l'altitude pour la stabilité. Si vous
utilisez une poignée témoin, suivez les directives de votre instructeur.
Gardez une position détendue – suivez à la lettre la séquence de la manœuvre d’ouverture,
tirez posément dans un mouvement continu.
Restez stable – concentrez-vous sur votre cambrure du haut du corps pendant la manœuvre
d’ouverture. Gardez un contact visuel avec l'horizon pour vous aider à rester stable et
restez conscient de votre position.
Saisissez l'extracteur – déplacez symétriquement les deux bras pour garder le cap et
l'équilibre. D'un grand mouvement, ramenez la main droite vers l'extérieur, en traçant un
arc de cercle jusqu’à l’extracteur, tout en faisant le même arc de cercle avec le bras gauche
pour venir placer votre main ouverte à 30 cm (1 pi) au-dessus de la tête ou devant celle-ci
(comme pour protéger vos yeux du soleil). Pour renforcer le synchronisme du mouvement,
pensez à bouger vos deux bras de façon simultanée.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 79 de 200
Lancez l'extracteur – saisissez fermement la poignée de l'extracteur, ramenez vos bras en
position « T » et relâchez la poignée loin derrière vous. Cette manœuvre envoie l'extracteur
le plus loin possible du corps et assure une position de base large et solide. Assurez-vous
de retourner la paume de la main droite vers le ciel pour éliminer les risques d'emmêlement
de l'extracteur. Pour renforcer le synchronisme du mouvement, pensez à bouger vos deux
bras de façon simultanée.
Arquez, détendez-vous et comptez – restez arqué et effectuez le compte au déploiement. La
voilure prend quelques secondes pour se déployer et gonfler.
5.5
UTILISATION DE L'ALTIMÈTRE
La conscience de l'altitude doit devenir comme un instinct de survie en parachutisme.
L'altimètre visuel se porte sur la poitrine ou au poignet. En chute libre, effectuez la
séquence suivante pour vérifier votre altimètre :
1.
2.
3.
4.
5.
Gardez votre stabilité.
Trouvez votre altimètre en bougeant uniquement votre tête sans bouger les bras.
Assurez-vous de bien lire l'altitude.
Jetez-y un bref coup d'œil, juste assez pour lire l'altitude.
Ramenez la tête vers l'avant.
La conscience de l'altitude est votre principale habileté de survie.
Il est également important de développer les habiletés suivantes concernant la conscience
de l'altitude.
La notion du temps : pour devenir un bon parachutiste autonome, il est essentiel d'acquérir
la notion du temps en chute libre. La notion du temps est ce qui fait que le parachutiste
détourne son attention de la tâche qu'il exécute pour vérifier où il est ou se demander
pourquoi la voilure ne s'est pas déployée dans le délai normal. Une fois rendu à des délais
plus longs (plus de 10 secondes), vous devriez avoir acquis cette notion.
Le « coup d'œil » : c’est un complément à la notion du temps qui est la faculté de juger
l’altitude avec les yeux. Cette habileté est difficile à parfaire et sert de contre-vérification de
l'altimètre. Au début, concentrez-vous pour reconnaître quand vous êtes à 3000 pi AGL. Il
vous sera très utile de réussir à confirmer visuellement si vous vous situez au-dessus ou en
dessous de cette altitude. Vous pouvez également faire ceci pendant votre montée dans
l'avion.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 80 de 200
Votre vue de l'horizon devrait être pratiquement la même à n'importe quel centre de
parachutisme à une altitude spécifique (à moins de sauter dans une étroite vallée bordée de
hautes montagnes).
À la plupart des centres durant l'été, la brume pose certains problèmes. Dépendant de son
importance, elle réduit la visibilité et empêche de voir l'horizon ou tout le secteur à
l'exception de l'espace directement sous vous. Elle peut affecter l'observation verticale ou
angulaire du terrain et causer de la difficulté à voir les repères habituellement visibles.
L'acquisition de la notion du temps et du « coup d'œil » exige une participation régulière et
active à ce sport et non pas un saut de temps à autre. Ces deux facultés de perception et le
jugement, qui s'acquièrent en même temps, vous sauveront de très précieuses secondes en
situation d'urgence. Le « coup d'œil » que vous avez acquis à votre centre habituel ne sera
pas le même ailleurs car les points de repères, la taille des champs, la topographie et la
longueur des pistes seront différents. Mais le « coup d'œil » et la notion du temps combinés
vous aideront à prendre les bonnes décisions.
Sensation d'accélération (ground rush) : il s'agit d'une illusion d'optique qui se produit
lorsque vous fixez un point au sol. Comme les objets grossissent, ils semblent se précipiter
vers vous et causent une sensation d'accélération. Cette illusion peut être très captivante et
entraîner une distraction momentanée de la tâche à accomplir, c'est-à-dire prendre note de
l'altitude. Si vous regardez en bas et vous éprouvez une sensation d'accélération extrême,
OUVREZ votre parachute immédiatement!
Bien qu'on ne devrait pas se fier uniquement aux références visuelles pour juger l'altitude,
l'apparition soudaine de la sensation d'accélération est un indice de manque d'altitude et le
parachutiste devrait ouvrir son parachute immédiatement, peu importe la lecture de son
altimètre. Dans le doute, ouvrez votre parachute!
Combinaisons d'instruments : quelle que soit la combinaison utilisée (par ex. : altimètre
visuel et sonore), activez TOUJOURS votre parachute selon l'altimètre qui indique l'altitude la
plus basse. Vous devriez toujours effectuer un contrôle visuel du sol quand vous vérifiez
votre altimètre.
Il est fréquent de voir des parachutistes porter un altimètre au poignet « pour eux-mêmes »
et un autre à la poitrine « pour leurs amis ».
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 81 de 200
5.6 MAINTIEN DU CAP - Virages
Le maintien du cap est une technique complémentaire aux virages intentionnels en chute
libre. Autrement dit, il s'agit de descendre en chute libre sans tourner de façon incontrôlée.
Pour y arriver, vous devez choisir un point de référence pour déterminer si vous tournez et
arrêter le virage le cas échéant. En tant que parachutiste débutant, il se peut que vous ayez
de la difficulté à maintenir le cap en raison d'un manque de symétrie dans votre position ou
d'une tension musculaire exagérée pour tenir la position arquée. Si vous avez de la
difficulté à maintenir le cap :
•
•
•
•
•
effectuez une vérification mentale et physique de la symétrie du haut de votre corps
d'abord, puis de vos bras et vos jambes et, ensuite, exécutez des exercices des bras
ou des jambes au besoin;
relevez la tête et déterminez la direction du virage;
inclinez le haut de vos épaules dans la direction opposée jusqu'à ce que le
mouvement s'arrête. L'inversion du virage involontaire doit se faire en douceur et
être assez prononcée pour arrêter complètement le mouvement de rotation. Cela
peut prendre un peu de temps;
reprenez une position neutre, soit la position de la boîte, arquée, symétrique et
détendue;
si vous n'arrivez pas à arrêter le virage ou si vous avez l'impression de tourner plus
vite (ce qui s'appelle une vrille à plat), vous pouvez essayer quelques unes des
solutions suivantes pour reprendre le contrôle dans la position de la boîte :
o repliez-vous rapidement en boule, puis étirez-vous immédiatement pour
prendre la position en forme de « X » et enfin reprenez la position de la boîte.
Vérifiez l'altitude;
o autrement, effectuez un delta de courte durée (si l'altitude le permet); celui-ci
devrait arrêter la rotation. Reprenez ensuite la position de la boîte. Vérifiez
l'altitude.
5.7 VIRAGES : 90° ET 180°
Cet exercice permet de pratiquer l'amorce et l'arrêt de petits virages avant d'effectuer de
grands virages. En parachutisme, beaucoup de mouvements produisent un élan. Utilisez le
principe « amorce - transition - arrêt » pour maîtriser l'élan.
Pour effectuer un virage intentionnel, vous devez déterminer un point de référence à
l'horizon ou au sol que vous regarderez et que vous utiliserez pour évaluer la situation.
Suivez votre plan de saut pour la sortie, faites un cercle d'observation et choisissez un point
au sol à 45° (ou plus) devant vous. L'exemple qui suit explique un virage de 90° vers la
gauche.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 82 de 200
1. Maintenez la position de la boîte et détendez-vous.
2. Regardez à gauche et choisissez un point de référence.
3. Amorcez le virage en baissant l'épaule gauche; ceci fait incliner tout le haut du corps.
L'air dévié par votre poitrine vous déplace.
4. Pour faire la transition, ramenez vos épaules à la position neutre. L'élan de votre
corps suffira à continuer la rotation.
5. Inversez la rotation pour arrêter dans l’axe prévu, ou au moins près de celui-ci, en
baissant l'épaule droite pour faire dévier l'air de l'autre côté. Le mouvement
d'inversion devrait se faire en douceur, mais assez fermement pour arrêter
complètement la rotation.
6. Reprenez la position de la boîte, évaluez votre maintien du cap et évaluez l'altitude.
Si l'altitude le permet, vous pouvez effectuer plusieurs virages. Souvenez-vous de votre plan
de saut et réagissez en fonction de l'altitude.
À ce point, il vous suffit de réussir de courts virages lents et contrôlés. À mesure que vous
verrez des améliorations dans votre technique et votre capacité à juger le résultat, vous
pourrez effectuer des virages plus énergiques. Pour obtenir des résultats positifs dans
l'apprentissage des virages, vous pouvez utiliser un accessoire (par ex., une planche à
roulettes).
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 83 de 200
Prévoyez investir de 2 à 5 minutes de temps de chute libre pour apprendre les virages. Ceci
vous permet d'acquérir une certaine régularité dans vos virages. Commencez par effectuer
des virages de 90°, puis 180° et enfin 360°, en plusieurs sauts et à mesure que vous vous
sentez à l'aise de faire des rotations complètes et rapides.
5.8 VIRAGES : FIGURE EN 8
Lorsque vous arrivez à faire des virages contrôlés de 360° à un rythme régulier, vous devriez
facilement réussir une figure en 8 (deux virages contrôlés dans les deux directions qui
s'enchaînent). Comme pour un virage simple, choisissez un repère au sol, amorcez le
premier virage, arrêtez face à ce repère et amorcez le deuxième virage. N'oubliez pas
d'effectuer un cercle d'observation après cette tâche.
5.9
EXERCICES DES BRAS ET DES JAMBES
Le but de ces exercices est d'explorer la gamme complète de mouvements des bras et des
jambes et l'effet d'inclinaison (assiette) obtenu en chute libre. Observez les causes et les
effets suivants.
•
•
Relever les coudes (arquer) – inclinaison, tête vers le bas
Pousser les bras vers le bas (décambrer) – inclinaison, tête vers le haut
•
•
Avancer les mains (bras allongés) – inclinaison, tête vers le haut
Reculer les bras – inclinaison, tête vers le bas
•
Étendre complètement les jambes (orteils pointés) – légère inclinaison, tête vers le
bas
Plier les genoux - inclinaison, tête vers le haut
•
Ces exercices sont souvent utilisés pour aider un parachutiste à avoir une position plus
détendue en chute libre. Ils favorisent les compétences physiques reliées au sport, la
relaxation et la conscience du corps.
5.10 CERCLE D'OBSERVATION
On l'appelle aussi le cercle de conscience. Regardez à droite, à gauche, vérifiez l'altimètre et
regardez le sol ou l'horizon. Au début, vous devriez répéter ce cercle après chaque tâche.
Avec l'acquisition de la notion du temps, vous aurez tendance à le répéter moins souvent
dans la première moitié du saut.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 84 de 200
5.11 SALTO ARRIÈRE
Les techniques du salto arrière, du salto avant et du tonneau sont amusantes à effectuer, et
ce sont les premiers mouvements « récréatifs » à apprendre. Ces techniques font appel aux
deux axes de rotation qui restent :
•
•
latéral (salto, l'axe passe par le bassin);
longitudinal (tonneau, l'axe passe par le corps, de la tête aux pieds).
Vous pouvez apprendre le salto avant ou le salto arrière (axe latéral) ou le tonneau (axe
longitudinal) dans n'importe quel ordre. Pour obtenir des conseils, veuillez consulter un
entraîneur qui connaît votre expérience et vos capacités. Pour effectuer ces trois
techniques, vous devez utiliser une gamme complète de mouvements (savoir-faire
physique) et prendre des décisions quant à votre altitude et à votre assiette.
Voici les étapes clés à suivre pour le salto arrière de base :
Prenez une position arquée détendue.
Amorcez le salto en pliant à la taille et en ramenant les genoux à la poitrine d'un seul coup;
pensez que vous essayez de toucher vos épaules avec vos genoux; évitez tout contact avec
votre visage. Gardez les genoux contre votre poitrine jusqu'à ce que le haut de votre corps
soit à la verticale.
• Relevez les genoux rapidement pour aider votre corps à continuer le salto. Pensez à
frapper les genoux contre chaque épaule, ce qui crée l'élan.
• En résultat, vous tournerez ou vous roulerez vers l'arrière.
• Plus vite vous effectuerez la transition de la position arquée à la position groupée et
vice-versa, plus votre salto sera précis.
• Regardez l'horizon. Quand les genoux arrivent à la hauteur de la poitrine, la tête
devrait se replier naturellement contre la poitrine. Cela est correct.
• Note : bien qu'il s'agisse d'une erreur courante, il est incorrect de « projeter » la tête
vers l'arrière pendant un salto. Évitez d'ailleurs de le faire à tout moment. Ceci vous
fait perdre votre centre d'équilibre et nuit même à l'effet de rotation que vous
essayez de produire avec vos jambes. Continuez de regarder vers l'avant et laissez
le menton contre la poitrine.
• Un bon exercice pour tourner plus vite consiste à faire une roulade arrière sur un
trampoline. Laissez-vous tomber sur le dos jusqu'aux épaules, puis ramenez très
rapidement les pieds et les genoux par-dessus la tête pour rouler vers l'arrière et
revenir sur vos pieds. En fait, quand vous faites un salto arrière, vous devriez
ramener les pieds au-dessus de votre tête pour tourner, et non pas laisser tomber la
tête et les épaules.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
Page 85 de 200
Gardez les bras vers l'avant dans la position de la boîte. Lorsque les genoux
s'approchent de la poitrine, les bras vont naturellement se positionner le long du
corps. Gardez-les sur les côtés tout au long de la rotation.
Si vous êtes débutant, vous pouvez écarter les bras sur les côtés pour élargir votre
position et ainsi augmenter votre stabilité; toutefois, il est aussi correct de laisser les
bras à l'avant.
Gardez cette position jusqu'à ce que vous ayez effectué une rotation d'au moins 270°. Vous
verrez le sol directement au-dessous de vous et vous sentirez le vent qui commence à vous
frapper la poitrine.
Arrêtez la rotation en étendant les jambes.
• Étirez les jambes vers l'arrière pour prendre une position étendue et résister autant
que possible à l'air pour inverser la rotation en revenant à la position horizontale.
• Gardez les bras rentrés sur les côtés du corps et à l'abri du vent, jusqu'à ce que la
rotation soit terminée.
• Une fois la rotation terminée, ramenez les bras à la position de la boîte et détendezvous.
L'élan produit en ramenant les genoux à la poitrine devrait fournir une impulsion suffisante
pour compléter le salto. Si le haut de votre corps remonte plus haut que l'horizon, cela
signifie que votre élan était trop grand pour un salto et soit a) vous avez ouvert la position
trop tard ou b) vous avez écarté les bras trop tôt, ce qui les a fait résister à l'air et a élevé
l'avant de votre corps. Comme perfectionnement, vous pouvez ramener les bras sur les
côtés pendant la transition ou amorcer le salto avec une moins grande impulsion.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 20
011
Page 86 de
d 200
Salto arrière
a
de ba
ase
Commencez par une
u position neutre et
détend
due.
Amorce
ez le salto avec
a
les gen
noux. Plus vous
v
ramenez les genoux rapideme
ent contre la
a
e rotation esst rapide.
poitrine, plus votre
ommence à tourner,
t
la tête
t
Quand le corps co
n
ent contre la
a
devraitt se replier naturelleme
poitrine. Les brass devraient se
s positionn
ner
nature
ellement surr les côtés du corps
pendant sa rotatio
on. Les genoux devraie
ent
être bie
en rentrés contre
c
la poitrine en
positio
on groupée.
Quand vous voyezz le sol, à 27
70°, lâchez la
positio
on en allongeant complèètement less
jambess. Gardez le
es bras renttrés le long des
d
côtés du
d corps. Utilisez seule
ement les
jambess pour arrêtter la rotatio
on.
© 2011, Associaation canadienne de parachutisme spportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 87 de 200
Voici des techniques plus avancées que vous pouvez apprendre :
• Arrondissez les bras pour faire flotter le haut du corps et augmenter la vitesse du
salto.
• Lancez les bras vers l'avant et vers le bas pour augmenter la vitesse du salto.
• Repliez-vous en boule après l'amorce du salto pour l'accélérer. C'est une bonne
technique pour faire un enchaînement de saltos pour vous amuser.
• Pour augmenter l'impulsion, étendez les bras vers l'avant et poussez légèrement vers
le bas en même temps que vous rentrez les genoux. Ainsi, le salto sera beaucoup
plus rapide.
Il existe d'autres styles de saltos arrière :
• le salto groupé multiple;
• le salto en position carpée;
• le salto ouvert.
Lorsque vous réussissez le salto arrière en vous repliant en boule, vous pouvez essayer la
position carpée. Les genoux restent droits tout au long du salto. Ceci exige beaucoup de
souplesse dans l'arrière des jambes. Modifiez votre synchronisme. Exercez-vous à attendre
avant de vous replier pour le faire plus haut et tourner plus longtemps avec le corps droit,
puis dépliez-vous rapidement. De cette façon, vous prolongez la durée du salto. Pliez-vous
énergiquement (pour une rotation rapide) et dépliez-vous tôt. Vous trouvez de plus amples
renseignements sur les différents saltos dans les MIP 2B et 2C.
5.12 SALTO AVANT
Un salto avant ressemble à une culbute. Voici les étapes pour compléter un salto avant :
Prenez une position arquée détendue.
AMORCE
• Pliez énergiquement le corps à la taille pour faire tomber le haut du corps tout droit
vers le sol ou plus loin. En même temps, ramenez vos bras pour saisir vos genoux.
• L'erreur la plus courante pendant le salto avant est de lancer la tête vers le sol. Au
lieu de cela, poussez le haut du corps vers le bas en direction des jambes, à partir de
la taille, tout en maintenant une position de la tête neutre.
• Quand le corps commence à tourner et que le vent frappe le dos, rentrez les genoux
contre la poitrine pour les enlever du vent pendant que la rotation continue. Ceci
préserve l'élan, ce qui accélère la rotation.
TRANSITION : Restez en position groupée jusqu'à ce que le corps passe la position verticale,
à environ 270°. Vous pouvez saisir vos genoux pour rester en boule serrée.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 88 de 200
ARRÊT : Dépliez-vous et reprenez la position arquée, les bras d'abord pour arrêter la rotation.
Une fois la rotation terminée, ramenez les jambes à la position de la boîte.
La rotation du salto avant est plus rapide si les jambes sont allongées pendant l'amorce.
Le salto avant de base :
Commencez par la position de la boîte.
Amorcez le salto en vous penchant vers l'avant
et, d'un grand mouvement, ramenez les bras
sur les côtés.
Rentrez les genoux contre la poitrine. Vous
pouvez saisir vos genoux au besoin. Serrez les
jambes contre le corps pour aider la rotation.
À 270°, dépliez le haut du corps et étendez les
bras. Cela augmentera votre résistance à l'air
et arrêtera la rotation. Quand la rotation
s'arrête, étendez les jambes pour reprendre la
position de la boîte.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 89 de 200
5.13 TONNEAU
Pour effectuer un tonneau, il faut appliquer de la traînée
d'un côté de l'axe de rotation. Pour ce faire, il faut
déplacer les bras d'un côté à l'autre. Voici les étapes à
suivre :
PRÉPARATION : À partir de la position de la boîte,
allongez les jambes pour qu'elles soient bien droites, les
orteils pointés, et le haut du corps doit redevenir droit
(plat). Vous devriez vous sentir comme si vous étiez
couché à plat ventre sur le sol.
AMORCE :
• Ramenez un bras contre la poitrine, comme si
vous alliez frapper l'autre épaule.
• En même temps, poussez fortement vers le bas
contre l'air avec le bras tendu, tout comme vous
le feriez pour vous retourner en étant couché par
terre.
• Quand vous avez fait une rotation de 180°,
laissez le bras allongé qui pousse l'air se replier
naturellement contre votre corps.
ARRÊT : entre 270° et 300°, allongez le bras plié et
ramenez-le dans une position arquée détendue. Une fois
les bras étendus, cambrez de nouveau le haut du corps.
Deux observations se font couramment pendant ce type
de tonneau :
•
•
Comme les jambes sont étendues pour donner
une position allongée au corps afin de réaliser le
tonneau, le corps a tendance à tomber
légèrement « la tête en bas ». C'est tout à fait
naturel.
Ce type de tonneau a tendance à faire perdre le
cap. Cette réaction se produit surtout quand les
jambes ne sont pas complètement dépliées avant
l'amorce. Si vous êtes moindrement fléchi, vous
perdrez le cap pendant le tonneau. Gardez les jambes droites.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 90 de 200
Ce type de tonneau peut être appelé tonneau « King Kong » ou « flip-flap » en raison du
mouvement du bras. Cette technique dépend de la traînée asymétrique pour produire le
tonneau; aussi, vous devez effectuer les mouvements de bras très rapidement pour
exécuter un tonneau avec précision. Le tonneau est parfois enseigné comme un
mouvement passif : ainsi, en étendant un bras et en contractant l'autre, le vent devrait vous
retourner (vous faire rouler). Cependant, un tonneau dynamique produit de meilleurs
résultats; plus vous poussez contre l'air avec le bras allongé, plus le tonneau est rapide.
Le tonneau français est un autre type de tonneau. Pour celui-ci, vous devez redresser le
haut du corps et jeter les bras au-dessus de la tête dans un mouvement de torsion. Il a
l'avantage de faciliter le maintien du cap. [Voir MIP 2B]
La clé consiste à garder les jambes droites.
5.14 DELTA ET GLISSADE ARRIÈRE
Le delta est utile pour réduire d'importantes différences d'altitude et de distance entre des
parachutistes. Une glissade arrière permet d'arrêter la vitesse et l'élan d'un delta et peut
servir de mouvement autonome pour s'éloigner d'une formation en reculant. La vitesse et
l'inclinaison (l’angle) d'un delta peuvent varier grandement. Voici les étapes pour vous
exercer à faire un delta et une glissade arrière simples :
Delta
Prenez la position neutre de la boîte. Regardez l'horizon.
AMORCE
• De la position arquée, étendez le bas des jambes pour les déplier complètement et
pointez les orteils. Gardez les genoux écartés.
• D'un grand mouvement, ramenez les bras vers l'arrière en douceur.
• En maintenant la poitrine cambrée, poussez-la fermement vers l'avant pour diriger le
corps dans le vent relatif. Le haut de votre corps s'inclinera et votre vitesse avant
augmentera significativement.
TRANSITION : Maintenez la position pendant quelques secondes pour prendre de la vitesse.
Si vous vous dirigez vers une cible (par exemple l'entraîneur ou une formation à 4), visez un
côté, jamais directement la cible. Il en va de votre sécurité, afin d'éviter des collisions
potentielles.
ARRÊT : Il y a deux façons d'arrêter un delta : à plusieurs mètres au-dessus de la cible,
reprenez la position de la boîte et maintenez-la de 5 à 10 secondes pour ralentir jusqu'à une
vitesse « normale » ou effectuez une glissade arrière.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 91 de 200
Glissade arrière
Vous pouvez effectuer une glissade arrière sans avoir d'abord exécuté un delta. Elle est
utilisée pour arrêter l'élan d'un delta ou simplement reculer devant une cible dans l'air. La
glissade arrière peut aussi être appelée « cabrage », décrit plus loin.
AMORCE
• Pliez fermement les genoux pour ramener les pieds contre les fesses.
• D'un grand mouvement, étirez les bras loin en avant de la tête. Ces mouvements
créent une inclinaison vers l'arrière qui inverse le mouvement vers l'avant du delta.
• Pour récupérer d'un delta, les mouvements combinés des jambes rentrées et des
bras vers le haut vous font pivoter perpendiculairement au vent relatif produit par le
delta, ce qui permet de freiner.
TRANSITION : Maintenez la position tant que l'inclinaison arrière contre l'élan avant ou
jusqu'à ce que vous ayez reculé de la cible voulue.
ARRÊT : Reprenez la position de la boîte.
Voler en delta dans le ciel fait partie des activités les plus excitantes en parachutisme. Vous
pouvez exécuter des virages, des tonneaux et des saltos et obtenir des résultats étonnants.
Gérez votre élan avec le principe « amorce - transition - arrêt » (si vous êtes en vol relatif).
Prenez le temps de ralentir complètement avant de tirer sur votre extracteur et vérifiez
l'altitude plus souvent en raison du taux de descente accéléré.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 92 de 200
5.15 VIRAGES AVANCÉS
Une fois que vous avez maîtrisé les virages fondamentaux, vous pouvez apprendre d'autres
types de virages. Ces types de virages sont :
i) VIRAGE AVEC LE GENOU : amorcé par le haut
du corps, la rotation se fait autour des genoux
(virage fondamental, expliqué précédemment);
ii) VIRAGE AVEC LA POITRINE : amorcé par le bas
du corps, la rotation se fait autour de la poitrine;
iii) VIRAGE SUR L'AXE CENTRAL : amorcé par tout
le corps ou la poitrine et les genoux, la rotation
se fait sur l'axe central du corps.
On peut pratiquer ces virages plus tard en
combinaison avec d'autres manœuvres solo ou
en participant à des VR ou à un entraînement de
voltige avec un entraîneur 2.
5.16 MANŒUVRES COMBINÉES
Le but de cet exercice est de développer votre contrôle en chute libre et votre conscience de
l'altitude. Les manœuvres combinées sont une séquence de 2 à 6 mouvements effectués
dans au moins un des trois axes du corps. Voici votre objectif :
• montrer que vous pouvez contrôler votre corps en chute libre;
• exécuter précisément et rapidement des rotations dans un, deux et trois axes;
• exécuter d'autres mouvements de translation.
De plus, ces exercices servent de formation pour toutes les disciplines du parachutisme,
puisque les techniques développées incluent l'anticipation, le temps de réaction, la
conscience, le rétablissement, la mémorisation, la précision, l'agilité et la vitesse, toutes
nécessaires pour le contrôle en chute libre. Le temps consacré efficacement à cette étape
augmentera certainement vos chances de succès lors de vos premiers vols relatifs.
On exécute les rotations sur un cap prédéterminé. Les sauts se font en général à une
altitude qui assure suffisamment de temps pour travailler, mais il n'est pas nécessaire de
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 93 de 200
sauter à la plus haute altitude possible. Par exemple, 7500 pi ou 30 secondes devraient
suffire amplement. Commencez votre séquence quand vous êtes stable dans le vent relatif
et que vous avez atteint la vitesse terminale pour utiliser la vitesse relative maximum.
Choisissez un ensemble de tâches que vous pouvez répéter une ou deux fois en toute
sécurité pendant le même saut. Au début, il est préférable de répéter des exercices simples
plutôt que de créer des combinaisons compliquées. Voici quelques principes de
développement à suivre :
• commencez par des rotations dans un sens et puis dans l'autre dans le même plan
(par ex. : virage à gauche et à droite / manœuvres jumelées);
• progressez aux combinaisons comprenant deux axes (par ex. : virage, salto, virage);
• pour les combinaisons dans les trois axes, vous devriez commencer par des paires
de rotations (par ex. : 2 virages, ensuite 2 saltos, ensuite 2 tonneaux), puis passez
aux manœuvres individuelles (une idée amusante à cette étape consiste à piger au
hasard des manœuvres parmi toutes les manœuvres fondamentales pour créer des
sauts de 3 à 6 points ou rotations);
• pour les manœuvres individuelles, commencez par 2 ou 3 combinaisons. Au fur et à
mesure que vous progressez, ajoutez des manœuvres, pour un total de 6 à 8 par
saut;
• incluez dans cet exercice le delta, la glissade arrière, la cambrure inverse, la position
profilée, le cabrage et d'autres manœuvres solo que vous avez maîtrisées;
• vous pouvez répéter souvent, à ce point, la procédure de séparation (voir Procédure
de séparation dans ce chapitre).
Voici des recommandations générales pour toutes vos combinaisons de manœuvres :
• mettez d'abord l'accent sur la précision, puis augmentez la vitesse des rotations;
commencez lentement;
• utilisez la position de la boîte comme point de départ pour toutes les manœuvres;
redressez la position du corps entre les manœuvres pour obtenir des amorces
symétriques;
• arrêtez le mouvement dans le premier axe avant de commencer à tourner dans un
deuxième axe;
• gardez une position constante tout au long d'une série de rotations; soyez conscient
du contrôle des jambes et de la tension.
Le MIP 2B traite des manœuvres combinées plus en détails et comprend des explications
illustrées d'exemples spécifiques.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 94 de 200
5.17 ANNOTATION DE VOL RELATIF À 2
5.17.1 Pratique d'appontage
[Inspiré du MIP 2B]
Lorsque vous aurez complété les exercices solo, il serait bon d'appliquer ces techniques à
l'exécution de manœuvres en vol relatif. Pour apprendre à exécuter des manœuvres en vol
relatif, aussi appelées formation en chute libre, vous pouvez suivre une progression
d'exercices afin de développer vos compétences. En ce moment, votre objectif est d'obtenir
l'annotation de vol relatif à 2 pour que vous puissiez sauter avec d'autres gens qualifiés. La
prochaine partie de ce manuel traite de l'annotation de VR2 et les parties sur les
connaissances techniques serviront à vous préparer pour le VR.
Voici quelques unes des conditions préalables recommandées avant de commencer la
formation au VR 1:1 :
• brevet A;
• sorties stables variées (en équilibre, en plongée);
• manœuvres fondamentales (SA, SR, VD, VG, TD, TG),
• position stable du corps (position de la boîte);
• rappel et conscience;
• conscience de l'altitude;
• capacité d'avancer en chute libre;
• contrôle de la voilure;
• précision à l'atterrissage.
On peut apprendre et maîtriser toutes ces techniques en suivant en ordre les étapes du
tableau des compétences à partir de l'étape 5. Pour apprendre les techniques
adéquatement, il faudrait faire au moins 2 sauts par étape. Un entraîneur 2 vous aidera à
obtenir votre annotation de vol relatif à 2.
À cette étape, vous apprendrez les techniques suivantes :
• pratique d'appontage et proximité;
• procédures de séparation;
• signaux en VR.
5.17.2 Proximité
Le but de cet exercice est d'apprendre comment apponter une autre personne en chute
libre en sécurité. L'entraîneur se place devant l'élève qui pratiquera le parcourt d'une courte
distance pour ensuite apponter. L'entraîneur compense pour les petites différences de
niveau à l'appontage. Les procédures de séparation sont exécutées du début à la fin sous la
supervision de l'entraîneur.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 95 de 200
Comme norme de progression, on recommande d'exécuter la pratique d'appontage de 3 à 4
fois dans un saut à une altitude de 9500 pi. L'appontage consiste à faire une ronde à deux.
En tant qu'élève, vous devez apprendre où vous positionner, comment faire votre approche,
la vitesse à laquelle vous devez approcher votre entraîneur et comment faire les prises. En
travaillant avec votre entraîneur, vous choisissez la position de sortie la plus confortable et
vous faites le décompte et le mouvement de départ. Une fois sorti, vous devriez suivre les
étapes suivantes :
• efforcez-vous de rester stable en suivant le cap de l'avion;
• détendez-vous;
• repérez l'entraîneur 2.
L'entraîneur devrait être devant vous, à une distance horizontale de 2 à 4 mètres et sous
vous, à une distance verticale de 1 à 2 mètres. Le niveau choisi par l'entraîneur peut varier.
Une fois en position, votre entraîneur vous fait signe d'approcher (voir la partie sur les
signaux, plus bas). Pendant que vous approchez l'entraîneur, celui-ci reste passif, à
l'exception d'ajustements de niveau. Ce que vous devez faire pour apponter :
• détendez-vous;
• allongez les jambes pour avancer;
• une fois en mouvement, arrêtez d'avancer et prenez la position de la boîte;
• volez en ligne droite;
• augmentez la cambrure du haut du corps au besoin, en élevant les coudes audessus des épaules dans la position de la boîte;
• allongez les bras pour arrêter et ramenez-les immédiatement à la position neutre
juste avant d'arriver;
• portez attention et répondez aux signaux;
• soyez conscient de l'altitude.
À proximité, il faut limiter tout mouvement à de légers ajustements à partir de la position
neutre de la boîte. Tout proche, servez-vous uniquement des jambes pour avancer. De 2 à
4 mètres de la base (l'entraîneur), vos bras doivent être dans la position de la boîte. Pour
reculer ou arrêter lorsque vous êtes proche, servez-vous uniquement des jambes.
Une fois l'appontage réussi, vérifiez votre altimètre. Votre entraîneur reculera jusqu'à la
position initiale; si vous avez assez de temps, répétez l'exercice. Plus vous progressez, plus
votre entraîneur se positionnera à une distance éloignée de vous. Comme la distance que
vous devez parcourir augmente, divisez votre approche en étapes :
• amorce;
• transition et évaluation;
• arrêt.
Vous aurez la responsabilité de terminer l'exercice à tous les sauts.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 96 de 200
5.17.3 Contrôle du niveau (hauteur)
Le contrôle du niveau et les procédures d'appontage sont d'autres techniques. Le but de
cet exercice est d'apprendre comment effectuer les manœuvres pour contrôler le niveau.
Vous devriez pratiquer des approches d'un angle faible puis d’un angle plus prononcé. Cet
exercice vous permet de reconnaître quelles positions prendre pour garder le même taux de
descente que votre partenaire. L'exercice débute de la même façon que la pratique
d'appontage. Une fois votre entraîneur en position, il peut ensuite descendre ou flotter et
vous devez prendre la bonne position profilée pour descendre ou la bonne cambrure inverse
pour flotter. Ceci peut nécessiter quelques sauts. Vous pouvez planifier une séquence à
l'avance, ou tout simplement suivre votre entraîneur en chute libre.
Profilage (descendre, position groupée, cambrure extrême)
Une position profilée permet d'atteindre une vitesse limite supérieure grâce à une résistance
à l'air réduite. Pour cette position, les genoux sont plus hauts que les hanches, les coudes
sont plus hauts que les épaules avec une cambrure exagérée au niveau du bassin. Gardez
une position symétrique. On s'en sert pour parcourir de courtes distances verticales ou bien
pour augmenter le taux de descente d'une formation, ce qui peut permettre aux personnes
plus lourdes d'apponter plus tard. En faisant cet exercice, vous augmentez votre niveau de
conscience et votre capacité d'exécuter cette technique au maximum afin d'en connaître les
effets.
Une autre façon d'augmenter le taux de descente, surtout pour les personnes légères ou
petites, est de « laisser aller ». Il s'agit littéralement de laisser aller les bras et les jambes,
qui seront repoussés par le vent relatif. En enlevant toute résistance, une petite personne
peut perdre beaucoup d'altitude relative sans faire trop d'efforts. Bien sûr, elle doit
continuer de cambrer au niveau des hanches pour augmenter son taux de descente.
Cambrure inverse : (monter, chute lente, flotter)
On ralentit la chute au maximum en inversant la cambrure du bassin. Gardez une position
symétrique. Relevez le bassin le plus possible, ce qui crée une poche d'air. Cette position
augmente la résistance à l'air, ce qui ralentit le taux de descente. Pour accroître cet effet,
allongez les bras devant la tête et compensez tout mouvement arrière en allongeant les
jambes de sorte qu'elles soient plus droites et rapprochées. La manœuvrabilité est limitée,
mais vous pouvez bouger horizontalement en allongeant ou en relevant les jambes. Relever
les jambes est également une technique pour ralentir la vitesse verticale en approche
(cabrage).
En chute libre, l'entraîneur se place devant vous et vous vous pratiquez à rester au même
niveau que lui alors qu'il varie le taux de descente par une position profilée et une cambrure
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 97 de 200
inverse (descendre, descendre, monter, monter). Les descentes de niveau sont d'environ 1
à 2 mètres et les montées de niveau sont d'environ 1 mètre. Vous donnez le signal de
séparation et exécutez la bonne procédure de séparation.
Comme norme de progression, on recommande d'être capable de rester au même niveau
que l'entraîneur deux fois par technique (profilage et cambrure inverse), dans un saut à
9500 pi.
Procédure d'appontage avec contrôle des niveaux :
Le but de cet exercice est d'apprendre comment exécuter les approches de différents
angles tout en contrôlant le niveau. Cette technique comprend les deux précédentes, la
pratique d'appontage et le contrôle du niveau. Vous devriez pratiquer l'appontage d'un
angle faible puis d’un angle plus prononcé. L'exercice débute de la même façon que la
pratique d'appontage. Une fois votre entraîneur en position, il peut descendre ou flotter et
vous devez réagir correctement. Vous devrez exécuter les bons mouvements pour monter
et descendre ainsi que ceux pour avancer ou reculer. L'apprentissage de cette technique
peut prendre quelques sauts. Vous pouvez planifier une séquence à l'avance, ou tout
simplement suivre votre entraîneur en chute libre.
En chute libre, vous approchez la base (l'entraîneur) et appontez. L'entraîneur se recule
ensuite et vous l'approchez de nouveau encore. Comme vous approchez, votre entraîneur
maintient son taux de descente et vous devez ajuster votre taux de descente et votre niveau
avant d'apponter. Vous donnez le signal de séparation et exécutez la bonne procédure de
séparation.
Pour apponter sur une formation plus basse que vous, vous descendez en même temps que
vous avancez. Arrêtez tout mouvement horizontal et vertical tout juste avant d'apponter en
cabrant brièvement en cambrure inverse. Préparez-vous à arrêter de niveau en freinant audessus de votre partenaire afin de vous arrêter à son niveau. Prenez la position neutre
immédiatement afin de ne pas reculer. Maintenant que vous êtes de niveau et juste
devant, allongez les jambes et appontez. Appontez une fois arrêté et de niveau. Souvenezvous d'amorcer, faire la transition et arrêter. Vous devriez utiliser la position de la boîte pour
apponter.
Pour apponter sur une formation au-dessus de vous, vous avancez en même temps que
vous montez. La priorité est de monter, ensuite vous avancez. Montez d'environ ½ à 1
mètre au-dessus de la base à une distance horizontale d'environ 2 mètres. Arrêtez
d'avancer et de monter en effectuant une glissade arrière et en arquant brièvement. Prenez
la position neutre immédiatement afin de ne pas reculer. Maintenant, descendez et
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 98 de 200
avancez un peu pour apponter. N'oubliez pas, appontez seulement une fois arrêté et au
même niveau.
On appelle la ZONE D'APPROCHE FINALE l'aire de niveau qui commence à environ 3 mètres
des prises de la personne cible. Ces exercices d'appontage vous permettent de développer
le contrôle dans la zone d'approche finale.
Contrôle de la relativité
Le contrôle de la relativité est la capacité à rester dans la zone définie et au même niveau
par rapport à un autre sauteur. Le contrôle de la relativité exige que la chute libre se fasse
dans la position de la boîte, que l'on appelle souvent position neutre.
Le but de cet exercice est d'apprendre comment rester en place en chute libre, sans aucun
mouvement dans aucune direction. Cet exercice est utile si vous avez de la difficulté avec le
contrôle de la relativité aux autres niveaux de formation de chute libre de base. En effet,
cette technique est essentielle à la maîtrise des virages et de l'appontage.
Effectuez une sortie serrée et restez bien en face sans contact, mains sur mains (½ ronde
sans contact). Effectuez la procédure de séparation correcte à la fin du saut.
Comme norme de progression, on recommande un appontage réussi en dedans de 15
secondes, une bonne position de la boîte et la relativité jusqu'à la séparation.
L’apprentissage de ces techniques vous sera utile en VR tout au long de votre « carrière »
de parachutiste.
5.17.4 Maintien du taux de descente
Le maintien du taux de descente se fait seulement avec le bassin et le haut du corps, soit
en cambrant ou décambrant avec très peu de changement à la symétrie de la position. En
vol relatif séquentiel, le taux de descente change continuellement. À chaque virage ou
glissade dans n'importe quelle direction, une déviation d'air augmente le taux de descente.
Lors de ces mouvements, vous devez neutraliser l'effet du déversement d'air ou bien
espérer que la base va le faire pour vous. La base se déplace seulement dans le cas
d'équipes, qui planifient à l'avance de telles compensations pour aider un coéquipier qui a
un long parcours à faire. Comme chaque mouvement entraîne une déviation d'air, il faut
idéalement que la base commence avec un bon taux de descente et le maintienne. Une
fois ce taux de descente atteint, il faut s’efforcer de le maintenir tout au long du saut. La
base devient ainsi pour les flakers (parachutistes qui appontent sur la base) une cible
constante dont l'emplacement peut être anticipé. Tout changement et réglage du taux de
descente se fait en variant très peu la symétrie de la position de la boîte. La discipline du
positionnement du corps est fondamentale à la maîtrise de la formation en chute libre.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 99 de 200
5.17.5 Signaux en vol relatif
Les signaux des mains et les mouvements visuels sont des aides précieuses à la formation
en chute libre. Voici une liste des signaux les plus couramment utilisés avec leur
interprétation.
• croisements et décroisements répétés des bras -- séparation
• geste pour avancer -- approche
• les bras allongés devant soi, les paumes à la verticale comme pour pousser quelque
chose -- arrêtez
• battement des bras (imiter), puis démonstration de la technique - imitez
• les pouces en l'air – tout est beau, procédez ou remontez à ce niveau;
• les pouces en bas – descendez à ce niveau ou arquez plus;
• au revoir de la main – c'est le moment de procéder à la séparation ou attention, je
vais ouvrir mon parachute maintenant;
• pointer du doigt – regardez ou déplacez-vous dans la direction indiquée;
• se toucher la tête d'une main – pensez / détendez-vous;
• pointer vers un altimètre – vérifiez l'altitude;
• la main en l'air, le pouce et le petit doigt étendus et en battement – vérifiez vos bras;
• le bout des deux index pointés l'un vers l'autre, possiblement dans la direction du
mouvement – rapprochez les genoux;
• les deux index éloignés l'un de l'autre, possiblement en mouvement – écartez les
genoux;
• battre des coudes – levez ou descendez les coudes; imitez le dernier mouvement de
l'entraîneur;
• rentrer ou allonger les bras de façon répétée – imitez le dernier mouvement de
l'entraîneur;
• l'entraîneur quitte lors d'un saut de vol relatif fondamental 1:1 – déployez
immédiatement; ne dérivez pas puisque vous risquez d'être trop bas! Ceci veut dire
qu'au prochain saut, vous devrez améliorer votre conscience de l'altitude. Soyez
conscient de l'altitude la prochaine fois!
• l'entraîneur déploie lors d'un saut de vol relatif fondamental 1:1 – déployez
immédiatement! Ceci indique que vous pouvez définitivement être trop bas!
5.17.6 Prises en chute libre
Il y a beaucoup de façons de faire des prises en chute libre. Tout d'abord, vous devez
toujours apponter à la position qui vous a été désignée dans la formation. Vous pouvez
prendre le haut ou le bas des prises sur les bras et les jambes. Prenez les prises ainsi qu'il
en a été planifié dans la pratique au sol. Appontez de façon à ne pas déranger la formation
ni gêner les autres parachutistes. Après avoir pris les prises, soyez attentif et volez de façon
à éliminer toute tension dans la formation. À vos débuts en VR, il est bon d'arrêter à une
position où vous pouvez mettre les mains sur les prises de votre entraîneur sans toutefois
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 100 de 200
les saisir. Cela peut sembler difficile au début mais vous améliorerez votre position neutre
rapidement puisque vous devrez voler tout le temps!
Voici quelques trucs pour vous aider à apponter une formation. Lorsque vous faites face au
centre de la formation, allongez légèrement les jambes et cambrez le haut du corps. Ceci
amène une légère pression vers le centre de la formation. Compensez toute tension;
autrement dit, allongez légèrement les jambes pour avancer vers le centre de la formation.
Prenez vos prises sans vous y accrocher et assurez-vous d'être dans la position de la boîte
avec les coudes et les mains élevés. Le fait de vous appliquer et d'utiliser ces méthodes
contribue à maintenir le taux de descente de la formation.
Plusieurs termes sont utilisés pour parler des prises. Présenter signifie que vous placez
votre membre d'une certaine manière pour permettre à une autre personne de la prendre.
Vous prenez une prise. Raidir le bras est une technique utilisée pour absorber le choc d'un
appontage brusque. Le bras est tendu et se replie à la position de la boîte lorsque la main
qui saisit frappe la prise présentée. Pendant cette courte période, essayez d'absorber la
force de l'appontage. Il est à souhaiter que vous aurez à présenter et à prendre vos prises
sans trop raidir les bras durant vos sauts!
Comme norme de progression, on recommande d'être capable de se rapprocher
verticalement et horizontalement en même temps et de terminer en appontant en douceur
trois fois dans un même saut (deux appontages vers le bas et un appontage vers le haut) à
9500 pieds. Pour obtenir l'annotation de VR, vous devez être capable d'exécuter la
procédure d'appontage avec le contrôle du quadrant.
Pour continuer votre progression après le brevet A, vous trouverez de plus amples
renseignements sur les techniques de vol relatif dans le MIP 2B.
5.17.7 Règles et courtoisie en VR
Quelques grandes règles s'imposent en VR.
Voler lentement signifie rester en contrôle sans excéder vos limites, ce qui permet
d'exécuter vos tâches correctement du premier coup à chaque fois. N'oubliez pas qu'aller
lentement, c'est aller en douceur et qu'aller en douceur permet d'aller vite. Vous devenez
bon en premier, puis vous devenez rapide! Ensuite vous êtes bon et rapide!
Entrer de manière contrôlée veut dire apponter toujours de manière à ne pas déranger la
formation. Tout élan ou poussée venant de n'importe quelle direction dans la formation
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 101 de 200
risque de faire onduler ou débouler la formation. N'oubliez pas la bonne façon d'apponter,
de niveau et en contrôle.
Voler avec la formation signifie de continuer de voler même après avoir apponté. Soyez
conscient de ce que vous devez faire et de ce que fait votre partenaire. Soyez attentif et
prenez un point de référence à travers le centre de la formation.
Tourner et dériver à la séparation est essentiel pour l'ouverture sécuritaire de tous les
parachutes. Chacun a trois responsabilités à l'altitude désignée de séparation :
1) S’assurer de ne pas être au-dessus de quelqu'un.
2) S’assurer qu'il n'y ait personne au-dessus de soi avant de déployer.
3) Ne pas ouvrir directement à côté de quelqu'un. Effectuer une dérive pour libérer l'espace
et dériver jusqu'à l'altitude désignée.
Une autre personne pourrait éprouver des difficultés ou le caméraman pourrait avoir besoin
de l'espace. Il ne devrait pas y avoir de collision en chute libre ou sous voilure si tout le
monde suit cette procédure. Il est essentiel de dériver afin d'assurer une séparation
sécuritaire.
Souvenez-vous que le vol relatif est un effort de groupe; la formation prime sur l'individu.
Courtoisie en VR
• Écoutez et respectez les organisateurs! Ils sont les responsables.
• Soyez prévenant envers les autres - ne leur faites pas perdre leur temps et tenez
compte de leurs émotions.
• Soyez prêt en même temps que le groupe.
• Coopérez avec les responsables du manifeste et les pilotes; sans eux vous ne
sauterez pas beaucoup.
• Si vous êtes plus bas que la formation, éloignez-vous dans votre quadrant, remontez
au-dessus de la formation et approchez de nouveau comme il faut. Ne restez jamais
sous la formation ou sous une zone d'approche.
• Approchez votre quadrant quand vous êtes encore haut, approchez face à votre
position et restez dans votre quadrant en tout temps; ne faites jamais le tour de la
formation, vous allez couper les autres dans leur approche.
• Exécutez vos tâches telles que planifiées, prenez la position qu'on vous a assignée et
exécutez votre tâche et seulement celle-ci. Suivez toujours le plan de saut; il n'existe
pas de plan B.
• Ouvrez à l'altitude désignée ou requise.
• Suivez le circuit d'atterrissage prévu, regardez tout autour pour voir les autres
voilures dans le circuit d'approche.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
•
•
Page 102 de 200
Après l'atterrissage, rejoignez le groupe pour le débriefing; reconnaissez vos propres
erreurs; ne soulignez jamais les erreurs des autres personnes – ce n'est pas à vous
d'en parler.
Canalisez votre énergie afin de vous préparer à un autre saut – améliorez-vous plutôt
que de revivre un mauvais saut.
Soyez positif et pensez à ce que vous pouvez améliorer, ce qui vous permettra de
meilleures réalisations à long terme; évitez les pensées négatives puisqu'elles
ralentiront votre progrès.
Souvenez-vous que les autres doivent apprendre, tout comme vous l'avez déjà fait.
5.17.8 Questions théoriques sur le VR
Information théorique : vous devez connaître les réponses aux questions ci-dessous pour
obtenir l'annotation de VR.
1. Définissez l'amorce, la transition, l'arrêt et la zone d'approche finale.
2. Décrivez correctement la séquence de la procédure de séparation et l'altitude à laquelle
il est recommandé de l'effectuer.
3. Nommez les quatre positions de sortie courantes d'un avion de type Cessna 180/182.
Nommez celles d'un plus gros avion.
4. Après un saut de formation en chute libre, est-il sécuritaire de faire de la formation sous
voilure non planifiée et sinon, pourquoi?
5. Les RGS (règlements généraux sur la sécurité) ont rapport aux accidents mortels. Est-ce
que participer à un vol relatif sans avoir obtenu l'annotation de VR est une infraction aux
RGS?
6. En participant à un saut de VR, la formation commence à débouler. Décrivez ce que
vous devez faire.
7. En commençant votre approche de précision, vous remarquez que l'approche et l'aire
d'atterrissage sont congestionnées. Que devez-vous faire pour assurer un atterrissage
sécuritaire?
8. Pour parcourir une longue distance verticale lors d'un saut de VR, quel type de saut
devriez-vous effectuer? Où devriez-vous piquer pour minimiser les risques de collision
dans les airs?
9. Pendant un saut de VR 5, vous êtes plus bas que la formation et vous commencez à
glisser en-dessous. Décrivez ce que vous faites immédiatement.
10. À titre de détenteur de brevet B, pouvez-vous faire des sauts de VR avec le détenteur
d'un brevet A? Expliquez votre réponse.
11. Durant votre dérive après la séparation, vous remarquez qu'un parachutiste dérive juste
en dessous de vous. Que pouvez-vous faire pour éviter un accident?
12. En participant à un saut de VR 4, vous remarquez que le groupe est considérablement
plus bas que l'altitude de séparation. Décrivez ce que vous faites immédiatement.
13. Immédiatement après le déploiement de votre voilure lors d'un saut de VR, vous
remarquez qu'une autre voilure va entrer en collision horizontale avec la vôtre. Décrivez
ce que vous faites immédiatement.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 103 de 200
14. À partir de votre apprentissage des techniques fondamentales de VR, expliquez
pourquoi les grosses formations ne sont pas nécessairement à privilégier.
15. Décrivez des procédures à suivre avant un saut de VR et durant la montée pour
améliorer la performance de votre saut.
Techniques pratiques : Vos techniques pratiques seront évaluées lors de sauts d'évaluation
semblables au saut décrit ci-dessous. Les techniques doivent être exécutées à un taux de
réussite d'au moins 80 %.
1. Démontrez la préparation au sol et les routines de sécurité fondamentales.
2. Démontrez les bonnes procédures de sortie et les sorties en vol libre (sans prise) bien
synchronisées et avec une bonne position dans l'air (stabilité).
3. Démontrez le contrôle directionnel en chute libre et exécutez au moins 3 appontages à
partir de 9500 pi AGL durant le même saut.
4. Démontrez que vous êtes conscient de l'altitude, suivez correctement la procédure de
séparation et ouvrez votre parachute de façon stable à l'altitude requise.
5. Démontrez les techniques de contrôle de la voilure et d'évitement de collision ainsi que
votre conscience du trafic.
6. Démontrez que vous êtes conscient du saut en entier et que vous êtes capable de le
documenter complètement avec précision.
Une fois que vous aurez passé l'examen et que vous aurez fait le saut d'évaluation, faites
inscrire dans votre carnet de sauts que vous avez obtenu l'annotation de VR. Un
entraîneur 2 doit signer aux endroits appropriés. Maintenant que vous avez l'annotation de
VR, continuez de vous perfectionner pour remplir les exigences du brevet B. Voyez un
administrateur de brevets aussitôt que possible en vue de l’obtention de votre brevet B.
Ensuite, suivez la progression logique de VR décrite dans la partie sur la chute libre de ce
manuel.
5.18 SÉPARATION ET DÉRIVE
Pendant la formation pour l'annotation de VR des brevets Solo et A, il convient de montrer
les compétences suivantes :
• avancer à l'aide des jambes;
• maintenir le cap;
• vérifier l'espace aérien avant d'ouvrir;
• ouvrir à temps.
Une fois que vous aurez démontré de façon satisfaisante la capacité de vous éloigner du
centre d'une formation en ligne droite et parcourir une courte distance, vous devez
apprendre la dérive, qui permet de maximiser la séparation entre les parachutistes.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 104 de 200
La dérive ressemble au delta puisqu'elle crée un mouvement avant. La dérive est plus
efficace que le delta pour avancer sans perdre beaucoup d'altitude. La différence entre les
deux techniques est que le delta s'effectue en maintenant la cambrure, tandis que la dérive
s'exécute avec une cambrure inverse ou une position à plat (la dérive comprend les
techniques de mouvement avant et de cambrure inverse que vous avez apprises
individuellement auparavant). Une position de dérive profilée procure la plus grande vitesse
avant, soit d'environ 110 km/h (70 mi/h). En dérive, votre vitesse horizontale peut être de
moyenne à élevée, avec une faible augmentation de la vitesse verticale, selon votre
compétence. La dérive est principalement utilisée pour effectuer la séparation à la fin d'un
saut de VR. Vous devez contrôler votre direction en premier, puis votre vitesse. En raison
de la vitesse élevée atteinte en dérive, la prudence est de mise.
La séparation et la dérive regroupent diverses techniques (virage, dérive tout en regardant
autour, ajustement de la direction au besoin, regard, cabrage, signal d'au revoir et
ouverture) et sont essentielles au vol relatif (VR). La procédure de séparation sert à se
séparer horizontalement des autres parachutistes à la fin d'un saut de VR pour libérer son
espace aérien afin de déployer en toute sécurité. Il est très important, pour la sécurité de
tous, d'acquérir une bonne attitude qui met en valeur la conscience de l'altitude et la
possibilité de problèmes de circulation. Lorsque vous apprenez la procédure de séparation,
commencez-la à au moins 1500 pi au-dessus de votre altitude normale d'ouverture, puis
diminuez progressivement, jusqu'à au moins 1000 pi au-dessus de votre altitude normale
d'ouverture. La séquence suivante doit faire partie de chaque saut de VR :
•
•
•
•
•
donnez une petite secousse ou faites le signal de séparation à l'altitude désignée
(une secousse ou un signal seulement);
effectuez une rotation de 180° par rapport au centre et arrêtez le virage;
dérivez pendant 3 à 5 secondes et parcourez une distance horizontale aussi grande
que possible, tout en regardant en avant et de côté;
d'un mouvement simultané, cabrez, regardez directement au-dessus de votre tête et
signalez aux autres que vous allez ouvrir;
ouvrez à votre altitude normale d'ouverture (ou à celle désignée par l'organisateur de
saut, l'entraîneur ou les règles du centre de parachutisme).
Vous avez trois responsabilités lors de la séparation. Assurez-vous que :
1. vous n'êtes pas au-dessus d'une autre personne;
2. il n'y a personne au-dessus de vous;
3. vous ne vous trouvez pas directement à côté d'une autre personne. Dérivez pour
libérer l'espace et dérivez jusqu'à l'altitude désignée.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 105 de 200
Si tous les parachutistes de VR font ces vérifications à la séparation, il ne devrait pas y avoir
de collision en chute libre ou sous voilure
La procédure de séparation devrait s'effectuer complètement en environ 7 secondes. Pour
obtenir l'annotation de VR de groupe et votre brevet B, vous devez pouvoir exécuter
régulièrement la procédure de séparation avec une séparation adéquate.
Plusieurs sauts pendant la progression au brevet B permettent de confirmer les techniques
de séparation et de dérive.
VIRAGE
D'abord, restez conscient de l'altitude et quittez la formation au bon moment. Si vous êtes
le premier à partir, un signe d'au revoir rapide confirme aux autres qu'il est temps
d'effectuer la procédure de séparation. Il est inacceptable de dépendre du signal des autres
pour effectuer la procédure de séparation.
Ensuite, tournez-vous dans le sens inverse de la formation et choisissez un cap qui place le
groupe directement derrière vous. Cela devient extrêmement important lorsque vous
commencez à faire du VR en petit groupe. Idéalement, vous devriez viser un angle de 180°
par rapport au centre de la formation. Plus la formation est grande et plus la direction de la
dérive est importante.
DÉRIVE
La dérive N'EST PAS la même technique que le delta et ne devrait pas être décrite en
relation avec celle-ci.
•
•
•
•
La dérive crée un mouvement avant SANS perte d'altitude.
La dérive se fait à la FIN du saut afin de créer une séparation entre les parachutistes
avant le moment d'ouverture.
La dérive doit être exécutée efficacement de façon à produire un maximum de
vitesse avant et un minimum de perte d'altitude.
Effectuée correctement, la dérive donne l'effet de remonter par rapport à la
formation.
La position du corps en dérive est la suivante :
•
•
•
les jambes sont allongées et rapprochées, les talons se touchent;
décambrez fermement le corps à la hauteur des hanches pour produire de la
portance;
roulez les épaules vers l'avant pour augmenter votre résistance à l'air;
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
Page 106 de 200
les bras sont collés contre les côtés pour réduire le taux de descente;
votre tête est enlignée avec votre dos.
La combinaison de la position étroite et la décambrure rend la position de dérive difficile à
équilibrer d'un côté à l'autre. Une légère déviation dans l'inclinaison d'un côté ou de l'autre
peut produire un important glissement. La vitesse horizontale de la dérive peut varier un
peu, jusqu'à 110 km/h (70 mi/h).
Pour effectuer un exercice de dérive, placez-vous dans la position de la boîte et regardez un
point fixe à l'horizon. Puis, suivez ces étapes :
AMORCE
1. Décambrez légèrement le corps à la hauteur de la taille et des hanches.
2. Allongez complètement les jambes et ramenez-les à la largeur des épaules ou plus
près. Pointez les orteils. (C'est à cette étape-ci que les booties entrent vraiment en
jeu.)
3. Roulez les épaules vers l'intérieur et rentrez le ventre.
4. D'un grand mouvement, ramenez les bras sur les côtés, à quelques pouces du corps.
Arrondissez les mains.
TRANSITION : Plus la position du corps est profilée, plus la dérive est efficace et donc rapide.
Le profilage s'effectue grâce à l'étroitesse de la position. En échange, le contrôle
directionnel est réduit. Assurez-vous d’avoir le contrôle de votre direction avant
d'augmenter la vitesse. Maintenez la position de dérive pour continuer le mouvement aussi
loin que nécessaire (de 3 à 5 secondes). Pour maintenir le cap, vous pouvez diriger votre
corps en rentrant légèrement les épaules, en compensant avec les bras de façon à produire
un léger virage et en allongeant ou en pliant une jambe.
ARRÊT : À une altitude suffisante, ramenez doucement les bras en position arquée et
effectuez une glissade arrière pour arrêter. Note : Assurez-vous que le mouvement avant de
la dérive ait complètement cessé avant de déployer votre parachute.
Cabrage : La position du cabrage est la même que celle de la glissade arrière, sauf que pour
cabrer, on prend une cambrure inverse. On se sert de cette position pour arrêter une
dérive, un delta ou un piqué. En changeant la position du corps, on élimine la vitesse avant
et de descente, ce qui produit un freinage. Pour exécuter le cabrage :
1. Arrêtez la dérive, le delta ou le piqué et prenez la position de la boîte.
2. Adoptez immédiatement une cambrure inverse maximum ou, simultanément, la
position de la glissade arrière.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 107 de 200
3. Gardez la position jusqu'à l'arrêt du mouvement à inverser.
4. Reprenez la position de la boîte.
REGARDER ET SIGNALER
Avec le contrôle de votre cap et une bonne distance de séparation, il ne devrait pas y avoir
d'autres parachutistes autour de vous. En principe, personne ne devrait être près de vous
en ce moment. Néanmoins, il est nécessaire d'effectuer un contrôle rapide pour vous
assurer que l'espace au-dessus de vous est libre. Pendant que vous ramenez les bras vers
l'avant pour prendre la position de la glissade arrière, regardez vers le haut et au-dessus de
vos deux épaules. Le signal d'au revoir s'effectue avec les bras dans la position de la
glissade arrière.
5.19 MODÈLE THÉORIQUE DU CONTRÔLE EN CHUTE LIBRE
Les facteurs présentés seront les suivants :
• cambrure (position arquée);
• écart (largeur de la position arquée);
• équilibre et inclinaison;
• vitesse aérodynamique.
Cambrure ou position arquée
On peut démontrer la stabilité positive à l'aide d'un volant de badminton. Un corps en chute
libre dont le ventre est arqué se retournera face au sol, même s'il n'est pas stable au départ.
L'air vous bascule dans la position qui produit la plus faible traînée. Ainsi, le centre de
gravité est dans la position la plus basse possible.
Si votre corps est cambré (très arqué), il risque moins d'être retourné qu'en position à plat.
Une cambrure inversée risque de vous retourner. Plus votre centre de gravité est bas, plus
vous êtes stable. Le novice se cambre pour être aussi stable que possible.
Un arc très prononcé (le bassin poussé vers l'avant) affecte la manœuvrabilité. Les actions
physiques pour effectuer un salto ou un tonneau prennent beaucoup plus de temps.
Pour effectuer un virage avec le genou (voir les types de virage), l'air est partiellement dévié
des deux côtés du corps.
En position arquée neutre ou à plat, la manœuvrabilité est accrue en raison de la courte
action physique nécessaire pour effectuer un salto ou un tonneau et de l'efficacité de la
surface de contrôle (la poitrine). Le centre de gravité se situe au milieu de la base de
soutien. La position redeviendra stable si l'effet d'inclinaison n'est pas trop grand.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 108 de 200
Avec une cambrure inversée), la manœuvrabilité est grandement réduite. Toutes les
surfaces de contrôle (haut du corps) sont présentées au vent et vos membres sont
idéalement placés de façon à résister à l'air. Si vous inclinez, vous risquez de renverser. Le
centre de gravité se situe au-dessus de la base de soutien. Même une petite inclinaison ou
un léger manque de symétrie peut causer des effets dramatiques.
L'écart fait référence à la largeur de l'écartement des bras et des jambes. Un grand
écartement des membres donne de la stabilité dans les axes latéral et longitudinal. La
distance à parcourir est plus longue pour exécuter un tonneau ou un salto. Une position
étroite sur un axe (par ex., en dérive) facilite grandement l'inclinaison par rapport à cet axe
et la rotation autour de l'axe stable.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 109 de 200
Écart large - stable
Écart étroit - instable
Équilibre et inclinaison
Vus de haut, le corps et l'air qui le supporte peuvent se diviser en quatre quadrants : haut
gauche, haut droit, bas gauche et bas droit.
L'équilibre est le terme utilisé pour décrire les quantités relatives de traînée en comparant le
haut et le bas ET la gauche et la droite du corps. Si la traînée est égale dans les quatre
quadrants, aucun mouvement évident ne se fait sentir et vous êtes considéré en
« équilibre » dans l'air.
De niveau neutre
L'inclinaison est le niveau relatif du corps (ou d'une partie du corps, comme une épaule ou
une jambe) par rapport au vent. Le résultat est une déviation de l'air, ce qui provoque
ensuite un déplacement. Si votre position en chute libre est inclinée, vous vous dirigerez
vers le quadrant le plus bas le long d'une ligne à partir de la partie la plus élevée de
l'inclinaison. En comparant la position inclinée par rapport à la position équilibrée, vous
saurez ce à quoi vous attendre. L'inverse est également vrai; en cas de résultat inattendu
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 110 de 200
en chute libre, vous pouvez analyser ce résultat et en déduire la cause. Cela peut être
compliqué s'il y a une inclinaison dans plus d'un quadrant, par ex. : une épaule inclinée et
les jambes allongées.
Inclinaison la tête relevée (causée par les bras allongés et les jambes pliées plus qu'à la
verticale)
Vous pouvez incliner votre corps pour avancer, reculer, vous déplacer de côté ou vous
tourner. Cambrer, décambrer, allonger les jambes ou faire tomber une épaule peuvent tous
causer une telle inclinaison.
Inclinaison la tête baissée (causée par les jambes allongées, les bras rentrés)
Diagramme #1 : Stabilité maximale
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 111 de 200
Diagramme #2 : Une certaine stabilité
Vitesse aérodynamique
La vitesse aérodynamique a aussi un effet sur le contrôle en chute libre. L'augmentation du
taux de descente ou de la vitesse aérodynamique vous donne tout simplement une plus
grande puissance. Plus vous descendez vite, plus la réaction de votre corps est rapide.
Sommaire
Maintenant, vous connaissez le « secret » du contrôle en chute libre. Vous échangez la
stabilité pour obtenir de meilleures surfaces de contrôle; vous adoptez une position étroite
pour rouler plus vite; vous vous inclinez pour glisser; vous arquez plus pour tomber plus vite.
Ces échanges peuvent être spécifique à un mouvement ou avoir un effet général sur
l'ensemble de vos techniques. Dans un cas comme dans l'autre, vous devriez consulter
votre entraîneur et discuter de vos besoins spécifiques.
5.20 EXÉCUTION DU MODÈLE DE CHUTE LIBRE
Après avoir bien compris le modèle de chute libre, vous pourriez trouver utile d'établir des
liens entre cette information et le parachutisme de tous les jours. Voici quelques exemples
de façons d'appliquer le modèle de contrôle en chute libre :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Virage
Salto
Tonneau
Monter et descendre
Avancer et reculer
Déplacement latéral
Vent relatif
Sommaire
Vous pouvez exécuter plusieurs manœuvres en chute libre. Vous pouvez descendre,
monter, avancer, reculer et tourner, parmi tant d'autres mouvements. Il vous suffit de les
apprendre et savoir quand les faire.
Dans l'apprentissage des positions de base, le point clé demeure toujours le haut du corps
(torse). Dû à sa grandeur, c'est lui qui fait dévier le plus l'air. Sans augmenter sa superficie,
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 112 de 200
le parachutiste peut augmenter ou réduire sa traînée pour provoquer une inclinaison (taux
de descente et inclinaison) avec la plus grande surface disponible, soit le milieu du corps.
Les extrémités augmentent la déviation effectuée par la principale surface du corps.
1) Virage (technique de base) :
En « twistant » simplement le haut du corps pour désaligner les épaules du bassin, le
sauteur prend la forme d'une hélice. Lorsque l'épaule droite est plus haute que l'épaule
gauche, le sauteur déplace l'air à droite, ce qui pousse le haut du corps à gauche. Les
hanches inclinées également dans la direction opposée (la hanche gauche plus élevée que
la hanche droite), le bas du corps est poussé à droite. Ceci résulte en un virage sur l'axe
central du corps. Se servir du haut du corps seulement causera un virage autour des
genoux et utiliser le bas du corps seulement causera un virage autour de la poitrine. Les
trois types de virages (centre, genou et poitrine) sont décrits à la partie sur les manœuvres
de ce chapitre, de même que dans le MIP 2B.
Virage sur l'axe central
2) Salto : un salto s'exécute en tournant autour d'un axe latéral. Les saltos avant et arrière
résultent de l'extrême différence de pression qui existe soit devant ou derrière le centre
d'équilibre du corps, de la force physique et de la coordination du sauteur. Le succès de ces
manœuvres dépend de :
• la vitesse et l'impulsion de l'amorce;
• le point d'arrêt pour retourner en position cambrée;
• le maintien de la stabilité latérale.
3) Tonneau : un tonneau est une rotation autour de l'axe longitudinal. On exécute un
tonneau en tournant le haut du corps, ce qui fait varier la pression d'air d'un côté du corps à
l'autre.
4) Monter et descendre (ralentir/accélérer)
a) Monter : en chute libre, le taux de descente est déterminé par la résistance du corps à
l'air. Pour changer votre taux de descente, vous devez changer la résistance. Pour
descendre plus lentement, augmentez la résistance. Ceci se fait d'abord en décambrant le
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 113 de 200
bassin. Couchez-vous à plat ventre par terre et prenez la position de la boîte avec les bras
et les genoux appuyés légèrement contre le sol, puis décambrez en élevant seulement le
bassin aussi haut du sol que possible. Ceci devrait créer un espace sous votre bassin. Ce
simple mouvement suffit à offrir suffisamment de résistance pour ralentir considérablement
votre taux de descente. En poussant les mains devant la tête et en redressant les jambes,
vous augmentez encore plus votre résistance. Ceci diminue le taux de descente et vous fait
« monter » par rapport à quelqu'un d'autre.
Décambrez le bassin pour « monter ».
b) Descendre : pour accélérer et rattraper les autres parachutistes sous vous, diminuez la
résistance à l'air en cambrant. Poussez le bassin vers l'avant, arquez le dos et ramenez les
mains au-dessus des épaules et les pieds au-dessus du bassin pour réduire la traînée. Le
déplacement d'air devient plus égal et vous accélérez. Vous descendez.
Arquez au niveau du bassin pour descendre.
5) Avancer et reculer
a) Avancer : si votre corps est incliné en chute libre, vous glissez dans la direction de
l'inclinaison. Pour avancer, inclinez votre corps de façon à ce que votre tête soit penchée.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 114 de 200
Vous vous dirigez alors droit devant vous. Pour prendre cette position inclinée avec la tête
penchée, étendez les jambes pour augmenter la résistance sur la partie arrière du corps.
Plus vous allongez les jambes (et abaissez les pieds), plus vous êtes incliné et plus vous
glissez rapidement. Pour augmenter l'inclinaison encore plus, ramenez les bras, ce qui
réduit la résistance sur le devant du corps (delta). La superficie est aussi réduite avec une
forte inclinaison. Ceci rehausse le profilage, ce qui augmente le taux de descente et cause
une glissade. C'est un échange. Pour avancer, vous devez aussi descendre (à moins de
compenser cette perte de résistance, par ex. : par une dérive).
b) Reculer : il est rare qu'un parachutiste en chute libre veuille réellement voler à reculons.
Nous aimons voir où nous allons. Cependant, incliner le corps pour que la tête soit plus
élevée que les pieds (les coudes et les épaules plus hauts que les genoux et le bassin) vous
permet de freiner si vous étiez en train d'avancer. Cette technique est souvent employée.
Pour incliner le corps la tête vers le haut, vous devez augmenter la résistance en avant en
poussant les coudes plus bas que les épaules. Pour plus d'inclinaison, diminuez la
résistance à l'arrière en relevant les pieds et les genoux plus haut que le bassin pour
améliorer le profilage. Plus vous êtes incliné, plus vous reculez ou freinez rapidement.
6) Déplacement latéral : si votre corps est incliné en chute libre, vous glissez dans la
direction de l'inclinaison. Pour vous déplacer de côté, inclinez votre corps pour que le bras
et la jambe d'un même côté soient baissés et vous vous déplacerez du côté de l'inclinaison.
Pour une inclinaison plus profonde, étendez le bras et la jambe du côté opposé pour avoir
plus de résistance du côté élevé du corps. Plus vous allongez les bras et les jambes, plus
vous êtes incliné et plus vous glissez rapidement. Pour augmenter l'inclinaison encore plus,
ramenez le bras et la jambe abaissés vers le corps pour réduire la résistance de ce côté du
corps. En glissant de côté, vous déplacez plus d'air qu'autrement. Ceci rehausse le
profilage, ce qui augmente le taux de descente et cause une glissade. Comme pour
avancer, vous devez aussi descendre pour vous déplacer de côté (à moins de compenser la
perte de résistance).
7) Vent relatif : c'est la direction du vent qui nous frappe quand nous passons à travers l'air
en chute libre. En changeant de direction en chute libre, le vent change aussi, d'où le terme
« vent relatif ». Connaître la direction d'où vient le vent relatif peut être utile dans deux
occasions, soit :
- la transition de la sortie à la chute libre stable;
- le freinage (après un delta, une dérive ou un piqué).
a) Transition de la sortie à la chute libre stable : à la sortie de l'avion, le vent vient
directement de l'avant; aucun vent ne vient d'en-dessous. En quittant l'avion, le corps
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 115 de 200
devrait être presque droit relativement au sol. Une fois sorti de l'avion, la direction du vent
change. En gardant le corps en position arquée détendue, l'angle du parachutiste par
rapport au sol change au fur et à mesure que la direction du vent change. Le corps réagit à
la résistance ou à la pression du vent, et non pas directement à la gravité. Le corps prend
environ 5 secondes pour être de niveau, face au sol; dès lors, le vent vient directement d'endessous.
En sortant de l'avion, la gravité crée un taux de descente croissant tandis que la résistance
à l'air cause une perte de mouvement avant. Le vent relatif change de direction; au lieu de
venir du long de l'avion, il vient maintenant du sol. Si vous maintenez la position du corps et
que cette dernière est détendue, vous restez directement dans le vent relatif et par
conséquent, vous êtes stable.
b) Freinage : en vous déplaçant dans l'air, le vent change aussi de direction. La direction du
vent relatif varie selon la direction du mouvement.
Pour ralentir ou arrêter un mouvement, vous devez freiner dans le vent. Revenir à la
cambrure durant un piqué permet de mettre votre corps dans le vent. Quand vous faites un
delta ou une dérive, vous devez arrêter un certain mouvement avant. Vous devez freiner
directement dans le vent relatif. Pour freiner efficacement, vous devez vous relever contre
le vent. Plus le vent est fort, plus vous devez vous redresser. C'est avec l'expérience et
l'habitude d'être dans les airs que vous apprendrez à en juger au moyen d'un repère visuel
(une cible).
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 116 de 200
Vent relatif
8) Sommaire : les positions décrites précédemment devraient vous fournir une bonne
connaissance du vol. Un mouvement est créé en déviant la pression d'un côté à l'autre du
corps. Cambrer ou faire dévier l'air dans une direction déplace le corps dans la direction
opposée. Ces positions sont les manœuvres fondamentales qui font avancer, reculer,
monter et descendre ou les manœuvres de stabilité exagérée qui comportent des rotations
entières (virage de 360°, salto et tonneau).
Une fois que les techniques pour effectuer les positions de base et que la transition aux
positions avancées se font naturellement, les inclinaisons du corps et les différents axes
rendent possibles les déplacements latéraux et diagonaux. Ces positions deviennent plus
faciles au fur et à mesure que vous vous détendez en chute libre et que vous apprivoisez
l’air. Lorsque vous maîtriserez parfaitement les manœuvres fondamentales en solo, vous
pourrez combiner ces techniques afin d'effectuer des vols relatifs ou profiter autant que
possible de vos chutes libres en combinant diverses manœuvres. Faites preuve
d'imagination et tirez profit de ce grand terrain de jeu qu’est le ciel. Un entraîneur 2 peut
vous enseigner ces techniques.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 117 de 200
5.21 MATHÉMATIQUES DE CHUTE LIBRE
Même si les calculs ne sont pas nécessaires pour la plupart des sauts, il y a des situations
où vous pourriez trouver ces renseignements utiles. Ces situations comprennent :
• si vous n'atteignez pas l'altitude désirée du saut;
• l'enregistrement précis du temps en chute libre.
Les abréviations suivantes sont utilisées dans les calculs :
s - secondes
pi - pieds
m - mètres
Dans de telles situations, il faut connaître la distance de chute durant la période
d'accélération (sous-limite) et la distance de chute à la seconde (vitesse limite de chute), le
corps en position stable. Ce sont :
• le temps nécessaire pour atteindre la vitesse limite de chute - 12 s
• la distance de chute pour atteindre la vitesse limite de chute - 1483 pi (450 m)
• la vitesse limite de chute - 174 pi/s (53 m/s)
Tableau 1 - Distance de chute à la seconde jusqu'à la vitesse limite
Secondes
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
Distance
(m)
5
14
23
32
38
42
45
48
50
51
52
53
Distance
(pi)
16
45
76
104
124
138
148
156
163
167
171
174
S'il faut modifier l'altitude de sortie durant le vol, vous n'aurez ni temps ni les ressources
nécessaires pour calculer le temps d'exécution disponible en chute libre.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 118 de 200
Une méthode rapide et simple est d'arrondir les chiffres pour obtenir le temps approximatif
de votre chute libre. Voici les renseignements nécessaires :
• 1500 pi (500 m) est la distance sous-limite donnant approximativement 15 secondes (15
pour 15);
• chaque 1000 pi (300 m) suivant donne 5 s supplémentaires de chute libre.
Exemple : comme l'avion monte vers l'altitude désirée, le plafond baisse de 8000 pi
(2500 m). L'altitude d'ouverture projetée est de 2500 pi (762 m).
• altitude de sortie = 8000 pi (2500 m)
• soustraire 1500 pi (452 m), 15 s
• soustraire l'altitude d'ouverture, 2500 pi (762 m)
Altitude disponible pour la chute libre = 4017 pi (1224 m)
• 4000 pi /1000 pi x 5 sec (ou 1100 m/300 m x 5 sec) = 20 s (18,3 s)
15 s + 20 s = 35 secondes de chute libre
Vous pouvez faire un calcul mental dans l'avion. En faisant ce calcul, le temps qui résulte
doit toujours être arrondi au chiffre le plus près pour laisser une marge de sécurité. Cette
méthode peut donner environ 6 secondes de moins de temps d'exécution que vous pourriez
avoir en réalité. Vous devez vous rappeler que le taux de descente varie selon les
différentes manœuvres et que l'altitude, non pas le temps, est de première importance dans
les calculs. Surveillez votre altitude en vérifiant régulièrement votre altimètre.
Si vous désirez des calculs plus précis pour l'enregistrement de vos sauts, tenez compte de
l'altitude de l’aire d’atterrissage au-dessus du niveau de la mer et des facteurs physiques
énumérés précédemment. Plus l’aire d’atterrissage est élevée au-dessus du niveau de la
mer (ASL), plus l'air est raréfié et par conséquent plus votre chute est rapide. Pour chaque
1000 pi (300 m) ASL, vous devez ajouter 10 % de ce nombre à l'altitude normale du saut.
Si votre l’aire d’atterrissage est à 2500 pi (750 m) ASL, vous devez ajouter 250 pi (75 m) à
l'altitude du saut pour obtenir le même délai que celui au niveau de la mer.
Pour les calculs précis, les modèles suivants sont utiles.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 119 de 200
1) Pour déterminer l'altitude de saut au-dessus du sol pour un certain délai :
• choisissez la durée du délai (en secondes) et soustrayez les 12 s de chute sous limite pour
obtenir les secondes qui restent de chute à la vitesse limite;
• multipliez les secondes qui restent du délai projeté par 174 pi/s (53 m/s);
• ajoutez la distance de chute des premières 12 s (1483 pi ou 450 m);
• ajoutez l'altitude d'activation;
• ajoutez 10 % de l'élévation de l’aire d’atterrissage par rapport au niveau de la mer;
• déterminez l'altitude totale;
• arrondissez le chiffre au 500 pi (100 m) supérieur le plus près par mesure sécuritaire.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 120 de 200
Tableau 2 Distance totale de chute (cumulative) en tranches d'une seconde
Distance Distance
Distance Distance
Distance Distance
Sec
(m)
(pi)
Sec
(m)
(pi)
Sec
(m)
(pi)
1
5
16
21
930
3049
41
1991
6529
2
19
62
22
983
3223
42
2044
6703
3
42
138
23
1036
3397
43
2097
6877
4
74
242
24
1089
3571
44
2151
7051
5
112
366
25
1142
3745
45
2204
7225
6
154
504
26
1195
3919
46
2257
7399
7
199
652
27
1248
4093
47
2310
7573
8
246
808
28
1301
4267
48
2363
7747
9
296
971
29
1355
4441
48
2416
7921
10
347
1133
30
1408
4615
50
2469
8095
11
399
1309
31
1451
4789
51
2522
8269
12
452
1483
32
1514
4963
52
2575
8443
13
505
1657
33
1567
5137
53
2628
8617
14
558
1831
34
1620
5377
54
2681
8791
15
612
2005
35
1673
5485
55
2734
8965
16
665
2179
36
1726
5659
56
2787
9139
17
718
2353
37
1779
5833
57
2840
9313
18
771
2527
38
1832
6007
58
2894
9487
19
824
2701
39
1885
6181
59
2947
9661
20
877
2875
40
1938
6355
60
3000
9835
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 121 de 200
EXEMPLE : un délai de 25 s à une aire d’atterrissage à 1500 pi ASL et une activation
projetée à 2200 pi AGL.
• délai de 25 s = 12 s de sous-limite + 13 s de vitesse limite de chute
• 13 s x 174 pi/s = 2262 pi
•
+ 1483 pi
•
+ 2200 pi
•
+ 150 pi
• altitude totale = 6095 pi
• l'altitude sécuritaire de saut est de 6500 pi AGL (arrondie par mesure sécuritaire)
EXEMPLE : un délai de 25 s à une aire d’atterrissage à 500 m ASL et une activation projetée
à 750 m AGL.
• délai de 25 s = 12 s de sous-limite + 13 s de vitesse limite de chute
• 13 s x 53 m/s = 689 m
•
+ 450 m
•
+ 750 m
•
+ 50 m
• altitude totale = 1939 m
• l'altitude sécuritaire de saut est de 2000 m AGL (arrondie par mesure sécuritaire)
2) Pour déterminer les secondes de délai à une altitude connue (à la seconde la plus
sécuritaire) :
• choisissez l'altitude de sortie;
• soustrayez 10 % de l'élévation de l’aire d’atterrissage par rapport au niveau de la mer;
• soustrayez l'altitude d'activation;
• soustrayez la distance de chute des premières 12 s (1483 pi ou 450 m);
• divisez le reste de l'altitude par la vitesse limite de chute, 174 pi/s (53 m/s);
• ajoutez 12 s plus les secondes de vitesse limite de chute libre pour obtenir le temps total
du délai;
• arrondissez au plus bas nombre sécuritaire de secondes.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 122 de 200
EXEMPLE : une sortie à 11 000 pi AGL à une aire d’atterrissage à 2500 pi ASL et une
activation projetée à 2200 pi AGL.
•
11 000 pi
•
- 250 pi
•
- 2200 pi
•
- 1483 pi
•
7067 pi ÷ 174 pi/s = 40,61 s
• délai total 12 s + 40,61 s = 52,61 s
• délai total de saut sécuritaire à 11 000 pi
= 52 secondes
EXEMPLE : une sortie à 3500 m AGL à une aire d’atterrissage à 75 m ASL et une activation
projetée à 750 m AGL.
•
3500 m
•
- 75 m
•
- 750 m
•
- 450 m
•
2225 m ÷ 53 m/s = 41,98 s
• délai total 12 s + 41,98 s = 53,98 s
• délai total de saut sécuritaire à 3500 m = 53 secondes
Pour obtenir des délais de moins de 12 secondes, il est plus facile de mémoriser les
distances suivantes :
• 5 s de délai = 366 pi (110 m)
• 8 s de délai = 808 pi (250 m)
• 10 s de délai = 1138 pi (350 m)
• 12 s de délai = 1483 pi (450 m)
Vous devriez apprendre les deux méthodes de calcul. Il est utile de connaître la méthode
générale et, pour les examens de brevet, vous devrez savoir comment faire les calculs
précis.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 123 de 200
5.22 SITUATIONS INHABITUELLES EN CHUTE LIBRE
Vous pouvez avoir de la difficulté à ouvrir votre parachute pour diverses raisons. Une
poignée qui résiste ou qui est cachée sont deux de ces difficultés. Ce sont des mauvais
fonctionnements à haute vitesse et vous devez être conscient que vous risquez de manquer
de temps. La procédure est la suivante :
1. prenez une grande respiration pour évacuer la tension;
2. regardez et identifiez la poignée clairement;
3. essayez une deuxième fois. Si vous ne réussissez pas, regardez la poignée du
parachute de réserve et tirez. N'essayez de déployer votre parachute principal que
DEUX FOIS SEULEMENT.
Un problème de stabilité peut survenir à la sortie ou à tout moment pendant la chute libre.
Si vous ressentez une sensation anormale, renforcez et maintenez la cambrure. Si vous ne
pouvez pas redevenir stable, rappelez-vous que vous ne devez « jamais sacrifier l'altitude
pour la stabilité ». Une fois que vous aurez atteint l'altitude à laquelle vous devez tirez la
poignée, le moment est venu de déployer l'un ou l'autre parachute, peu importe votre
orientation. Si vous êtes instable à une haute altitude et que vous ne pouvez pas reprendre
votre stabilité, alors lancez l'extracteur peu importe l'altitude. Il vaut mieux déployer votre
parachute à une altitude élevée que risquer de perdre toute conscience de l'altitude. Peu
importe la cause de votre instabilité :
1. prenez une grande respiration pour évacuer la tension et vérifiez votre stabilité;
2. accentuez la cambrure et l'écart. Si vous tournez, contrez le mouvement
vigoureusement;
3. que vous soyez stable ou non, ouvrez à votre altitude standard d'ouverture. Quand le
moment est venu d'ouvrir son parachute, c'est ce qu'il faut faire.
Si l'altitude le permet et que la cambrure n'aide pas ou prend trop de temps, un delta aidera
à regagner très rapidement de la stabilité. Une fois dans la position du delta, reprenez la
position de la boîte. Mais ne sacrifiez jamais l'altitude pour la stabilité!
Un problème de visibilité peut être causé par le bris ou la perte des lunettes protectrices. Si
elles se brisent, enlevez-les. Continuez vos manœuvres de chute libre si possible; sinon,
signalez votre intention d'ouvrir avant de faire la manœuvre d’ouverture. Si vous éprouvez
un problème de visibilité, rappelez-vous : « dans le doute, ouvrez votre parachute ».
Un problème avec un instrument peut survenir, par exemple, si votre altimètre est penché
de sorte que vous ne pouvez pas le voir. Dans une telle situation, essayez de l'attraper et
de le retourner vers vous. S'il vous est encore impossible d'en faire la lecture ou s'il est
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 124 de 200
brisé, regardez le sol pour estimer votre altitude. Si vous êtes très haut (juste à la sortie de
l'avion), vous pouvez continuer le saut projeté pendant quelques secondes seulement, puis
ouvrez votre parachute.
Votre main est prise dans la drisse de l'extracteur : tentez de lancer l'extracteur ou de libérer
votre main de la drisse en étirant votre bras tout droit vers le haut, à l'abri du vent relatif, et
en le secouant deux fois. Si la drisse ne se libère pas la deuxième fois, exécutez les
procédures d'urgence.
L'extracteur ne se gonfle pas : pour vous assurer que l'extracteur évitera toute turbulence,
suivez la bonne méthode de lancement de l'extracteur. S'il ne se gonfle pas, libérez-le en
regardant au-dessus des deux épaules pour faire « twister » le haut du corps, ce qui
permettra à l'air de balayer votre dos, de gonfler et libérer l'extracteur.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 125 de 200
CHAPITRE 6 TECHNIQUES DE CONTRÔLE DE LA VOILURE
6.1
6.2
6.3
6.4
6.5
6.6
6.7
6.8
6.9
6.10
6.11
6.12
6.13
6.14
6.15
6.16
6.17
INTRODUCTION ......................................................................126
VÉRIFICATION DE LA VOILURE – Contrôle visuel..................126
TEST EN VOL ..........................................................................126
OBSERVATION DE LA DÉRIVE ................................................126
OBSERVATION DES VENTS DE SURFACE .............................127
CONTROLE DE LA VOILURE ET MANOEUVRES .....................127
6.6.1 Virage en plein vol plané et spirale .............................127
6.6.2 Pratique du décrochage ...............................................128
6.6.3 Virage avec un élévateur arrière .................................129
6.6.4 Spirale avec un élévateur arrière ................................130
6.6.5 Décrochage avec les élévateurs arrière......................131
6.6.6 Atterrissage avec les élévateurs arrière .....................131
6.6.7 Virage avec un élévateur avant ...................................132
6.6.8 Spirale avec un élévateur avant ..................................133
6.6.9 Piqué avec les élévateurs avant ..................................133
6.6.10 Virage plat .....................................................................134
6.6.11 Virage avec arrondi ......................................................135
6.6.12 Virage en « S » ..............................................................135
6.6.13 Virage en zigzag (sashay) ............................................136
6.6.14 Vol parallèle ..................................................................136
TECHNIQUE D'ATTERRISSAGE...............................................137
ÉVALUATION DE L'APPROCHE FINALE ..................................139
APPROCHE FINALE D'ATTERRISSAGE ...................................139
APPROCHE CONTRÔLÉE EN LIGNE DE VOL .........................143
CONTRÔLE DE L'ANGLE D'APPROCHE ..................................143
TECHNIQUE D'ÉVITEMENT .....................................................144
MODÈLE D'APPROCHE DE PRÉCISION ..................................145
MODÈLE THÉORIQUE DU CONTRÔLE DE LA VOILURE .........146
VOILURES RECTANGULAIRES À HAUTE PERFORMANCE.....153
RÈGLEMENTS DE L'AIR ..........................................................156
SITUATIONS INHABITUELLES SOUS VOILURE ET AU SOL ....157
6.17.1 Mauvais fonctionnement de voilure....................................... 157
6.17.2 Situations à deux voilures ....................................................... 161
6.17.3 Collisions sous voilure ............................................................. 164
6.17.4 Dangers près du sol ................................................................ 168
6.17.5 Problèmes d'atterrissage et solutions.................................... 172
6.17.6 Difficultés au sol ...................................................................... 176
Précédent – Chapitre 5 Techniques de chute libre Suivant – Chapitre 7 Certification Solo
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
6.1
Page 126 de 200
INTRODUCTION
Ce chapitre explique l'exécution des techniques fondamentales à partir du gonflement de la
voilure jusqu'à l'atterrissage en passant par les techniques de récupération (ou
rétablissement).
6.2
VÉRIFICATION DE LA VOILURE- Contrôle visuel
Vous devez pouvoir reconnaître une voilure parfaitement ouverte (par ex. de forme
rectangulaire et contrôlable) et prendre la décision de procéder aux actions d'un saut
normal. Ces techniques sont enseignées dès le premier saut et vous devriez les renforcer à
chacun de vos sauts. La liste de points à vérifier s'allonge au fur et à mesure que vous vous
familiarisez avec le nom des composantes clés et leur apparence normale et anormale. Dès
les premiers sauts, mettez l'accent sur les points clés suivants :
• vérifiez la forme de la voilure (bords de fuite et d'attaque), les suspentes, le glisseur
(descendu plus qu'à la moitié), les élévateurs et les commandes;
• sur le harnais, vérifiez le système de libération à 3 anneaux, la poignée de libération
et la poignée du parachute de réserve pour vous assurer qu'ils sont fixés solidement.
Une fois sous voilure au cours des sauts suivants :
• repérez l'extracteur et le sac de déploiement;
• distinguez les suspentes et les suspentes de contrôle;
• vérifiez les connecteurs de suspentes (maillons rapides, maillons souples, etc.);
• vérifiez l'espace entre le harnais et vos épaules (est-il bien ajusté?);
• sur le système de libération à 3 anneaux, assurez-vous qu'il n'y ait aucune tension
sur les gaines, les câbles ou les boucles d'ancrage.
Note : Pour des renseignements concernant le mauvais fonctionnement de la voilure,
consultez la partie SITUATIONS INHABITUELLES SOUS VOILURE à la page 157.
6.3
TEST EN VOL
Vous devriez faire cette vérification à chaque saut, immédiatement après avoir ouvert votre
parachute, en autant qu'il n'y ait pas d'autres voilures autour de vous. Le but est de
confirmer que votre voilure est fonctionnelle ou d'évaluer si vous pourrez atterrir malgré un
problème mineur (par ex. : une suspente cassée, un emmêlement mineur). La procédure va
comme suit :
• relâchez les freins; confirmez visuellement que les commandes sont libres;
• freinez au maximum avec les commandes, puis ramenez-les en haut (vous pouvez
répéter cette étape);
• regardez, puis faites un virage de 180o à droite ou à gauche avec la commande
complètement baissée, puis arrêtez (un virage dans chaque direction suffit);
• exécutez un arrondi (freinez au maximum).
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 127 de 200
Les virages et le freinage confirment que le parachute répond bien ou permettent d'évaluer
un mauvais fonctionnement mineur.
6.4
OBSERVATION DE LA DÉRIVE
Pendant que vous volez en haute altitude, nous vous encourageons à observer la dérive de
votre voilure par rapport au sol. Rappelez-vous que la voilure avance toujours dans le vent
relatif, ce qui ne change pas, car c’est sa vitesse dans l’air. Cependant, l'air qui se déplace
au-dessus du sol peut changer de vitesse ou de direction. Pour observer la dérive,
choisissez un cap, adaptez-vous à celui-ci et attendez deux ou trois secondes jusqu'à ce que
vous voliez directement vers la cible sous la voilure (c.-à-d. jusqu'à ce que vous cessiez de
balancer sous votre voilure). Regardez en ligne droite vers le sol entre vos pieds et observez
la dérive pendant environ cinq secondes. Le mouvement que vous observez est une
combinaison de la vitesse avant de la voilure et de l'effet du vent. Le vent peut augmenter
ou neutraliser la vitesse avant de la voilure. La dérive peut se faire en angle. Vous pouvez
remarquer un glissement ou une dérive latérale, ainsi qu'un certain mouvement avant.
Estimez la vitesse et la direction du vent; faites un virage de 90°, observez et évaluez à
nouveau. Répétez trois fois pour une rotation complète de 360°. Remarquez la différence
de dérive avec le vent de dos et le vent de face.
6.5
OBSERVATION DES VENTS DE SURFACE
La technique d'évaluation de la direction et de la vitesse des vents au sol peut vous être
précieuse au cours de votre « carrière » de parachutiste. Au début, vous devriez être
capable de trouver la manche à air et les drapeaux et d'interpréter leur mouvement. Après
cet apprentissage, identifiez d'autres objets qui peuvent indiquer la direction des vents au
sol. Par exemple, de la fumée, des vêtements étendus sur une corde à linge, les vagues sur
un lac et le mouvement de longues herbes. Trouvez autant d'indications que possible.
6.6 CONTROLE DE LA VOILURE ET MANOEUVRES
6.6.1 Virage en plein vol plané
Un virage en plein vol plané se fait à partir de la position de plein vol plané, les commandes
complètement relevées. Plus vous tirez sur une commande, plus la voilure s'incline de ce
côté et plus le virage obtenu est rapide. Comme la voilure s'incline, elle accélère vers le
centre du virage, et vous balancez du côté extérieur du virage. De petites corrections
suffisent pour rester relativement au niveau et perdre le moins d'altitude possible. Un
virage plus raide causera plus d'inclinaison et fera perdre plus d'altitude.
Les virages en spirale vous permettent de vous amuser et d’avoir des sensations fortes
durant votre descente sous voilure. Pour exécuter un tel virage, tirez une commande à bout
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 128 de 200
de bras et tenez-la dans cette position jusqu'à ce que vous ayez effectué un virage de 360°.
Si vous tenez la spirale plus longtemps, le temps nécessaire pour effectuer chaque virage
diminuera progressivement. Le degré d'inclinaison de la voilure augmentera graduellement.
Après plusieurs rotations, la voilure fera des spirales et vous balancerez horizontalement,
face au sol. Exécutez des virages à droite, à gauche, ainsi que quelques virages de 360°
consécutifs dans une seule direction. Vous sentirez la pression ou la charge augmenter
contre le harnais et vous sentirez peut-être la commande plus difficile. Après 4 ou 5
virages, retournez graduellement la commande à sa place. Allez-y doucement et
uniformément dans vos manœuvres pour amorcer le virage et retourner la commande à sa
place.
Note : n'effectuez pas cette manœuvre à moins de 1000 pieds au-dessus du sol.
Avant d'exécuter tout virage, regardez en dessous de vous et derrière vous. S'il y a des
voilures autour de vous, attendez que les environs soient libres, dirigez-vous vers un endroit
libre ou renoncez à effectuer cette manœuvre. Évitez les descentes en spirale en basse
altitude, surtout au-dessus du lieu d'atterrissage, car plusieurs voilures s'y dirigent, ou si
vous disposez d'un DDA. Il y va particulièrement de votre intérêt quand il y a plus d'un avion
qui largue les parachutistes. De plus, à la fin de plusieurs spirales, relâchez lentement la
commande et soyez conscient des voilures en avant de vous et au même niveau. La voilure
aura une plus grande vitesse avant et un taux de descente plus lent pendant quelques
secondes après la fin du virage. Notez que dans une spirale, la voilure a un taux de
descente considérablement plus élevé que lors d'un vol normal. À cette vitesse vous
risqueriez de vous blesser ou de vous tuer à l'atterrissage.
6.6.2 PRATIQUE DU DÉCROCHAGE
Vous devez pratiquer le décrochage et le retour à la position stable (appelé aussi
récupération ou rétablissement) jusqu'à ce que vous puissiez répéter cette manœuvre et ne
subir qu'un léger mouvement ou balancement avant et arrière. L'impression de bondir vers
l'avant survient quand la voilure reprend son vol normal, ce qui peut se contrôler en ne
relâchant les freins qu'un peu pendant le retour à la position stable.
Toutes les voilures ont un point de décrochage différent, qui dépend de la conception de la
voilure et de la longueur des commandes. En règle générale, le décrochage devrait se
produire quand les bras sont complètement en bas. Le décrochage de la voilure exige que
vous tiriez les deux commandes à bout de bras. Tenez-les dans cette position pendant
quelques secondes; vous éprouvez une légère perte de contrôle directionnel et une
sensation de tomber vers l'arrière.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 129 de 200
Gardez la voilure en décrochage pendant quelques secondes. Pour reprendre une position
stable après un décrochage, remontez les commandes lentement, juste assez haut pour
arrêter le décrochage, puis laissez la voilure reprendre son vol en relevant les commandes
d'environ 15 ou 20 cm (6 ou 8 po), soit jusqu'au nombril, puis jusqu'en haut complètement.
Assurez-vous de lever les mains lentement. Reprendre une position stable trop rapidement
fera balancer la voilure vers l'avant et plonger pour reprendre sa vitesse relative. Apprenez
à revenir en vol stable avec grâce pour éviter tout mouvement brusque avant de la voilure
ou de balancer au bout des suspentes. Ceci est très important près du sol, où une
récupération brusque après un décrochage accidentel pourrait propulser la voilure et son
pilote contre le sol.
En volant en ligne droite et de manière stable, avec le même poids suspendu, le point de
décrochage de votre voilure sera semblable chaque fois. Vous devriez découvrir ce point,
pour éviter de le franchir par inadvertance. Lors de toute manœuvre à vitesse plus élevée,
comme les virages, les spirales, les atterrissages en survitesse (swoop) ou toute manœuvre
qui vous donne l'impression d'être plus lourd dans votre harnais, le point de décrochage
s'effectuera avec les commandes en position plus élevée. Pratiquez-vous en haute altitude
pour savoir où se situe le point de décrochage de votre voilure.
Après avoir pris de l'expérience avec le décrochage, vous pourrez en augmenter la durée et
aussi lever les commandes légèrement plus haut en reprenant la position de vol normal.
Ces deux manœuvres augmenteront le bond avant de la voilure durant sa reprise du vol.
Vous devez vous exercer au décrochage et à la reprise de la position stable chaque fois
vous changez de voilure. Découvrez le point de décrochage et la façon de reprendre
votre position stable avec grâce.
6.6.3 MANŒUVRES AVEC LES ÉLÉVATEURS ARRIÈRE
[Inspiré du MIP 2B]
Lorsque vous exécutez n'importe quelle manœuvre avec les élévateurs, vous ne devez pas
lâcher les commandes. Les suspentes des commandes devraient être fixées de telle façon
que vous puissiez atteindre les élévateurs avant et arrière sans un trop grand effet. Si ce
n'est pas le cas, les suspentes de vos commandes sont peut-être trop courtes.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 130 de 200
Vous pouvez faire quatre types de manœuvres avec les élévateurs :
• virages;
• spirales;
• décrochage;
• arrondi.
Une manœuvre peut être appropriée dans certaines circonstances, tandis qu'elle peut être
inappropriée, voire dangereuse dans d'autres circonstances. Nous vous encourageons à
pratiquer ces manœuvres avec les élévateurs bien au-dessus du sol de sorte que vous
sachiez, au besoin, quand et comment exécuter chaque manœuvre et comment réagit votre
voilure. De plus, vous devez effectuer ces manœuvres chaque fois que vous changez de
voilure afin de comprendre les caractéristiques de performance de chaque voilure.
Virage avec un élévateur arrière
Un virage avec un élévateur arrière s'effectue en abaissant un ou l'autre des élévateurs
arrière. Saisissez l'élévateur aussi haut que possible avec une main ou les deux mains, puis
tirez-le fermement vers le bas. La vitesse du virage est reliée au degré d'abaissement de
l'élévateur. Tirer un élévateur exige plus de force que tirer une commande, parce qu'il est
raccordé à une plus grande partie de la voilure (environ ¼, plutôt qu'au bord de fuite
seulement).
Vous pourriez avoir besoin d'utiliser cette technique durant le déploiement pour éviter une
collision avec une autre voilure – voir la partie 6.12, Technique d'évitement, à la page 144.
Cette manœuvre est plus rapide que tenter de trouver une commande, relâcher le frein, puis
faire un virage. Vous pouvez aussi utiliser cette technique si vous ne pouvez pas relâcher
un frein ou si une commande s'est brisée durant le déploiement. En d'autres termes, vous
pouvez contrôler la voilure à l'aide des élévateurs arrière seulement.
6.6.4 Spirale avec un élévateur arrière
Cette technique s'exécute de la même manière qu'un virage avec un élévateur, sauf que
vous devez tenir l'élévateur plus longtemps. Abaissez et retenez fermement l'élévateur. La
voilure s'inclinera du côté de l'élévateur abaissé et votre corps balancera du côté opposé.
La vitesse des rotations augmentera aussi longtemps que vous tiendrez l'élévateur abaissé.
ATTENTION : Assurez-vous de n'effectuer cette manœuvre qu'au-dessus de 2000 pieds.
Avant de faire un virage en spirale, regardez au dessous de vous et derrière vous dans les
airs. S'il y a des voilures autour de vous, attendez que les environs soient libres, dirigez-
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 131 de 200
vous vers un endroit libre ou renoncez à effectuer cette manœuvre. Évitez les descentes en
spirale en basse altitude (sous 2000 pieds), surtout aux environs du lieu d'atterrissage, car
plusieurs voilures s'y dirigent. Il y va particulièrement de votre intérêt quand il y a plus d'un
avion qui largue les parachutistes. De plus, à la fin de plusieurs spirales, relâchez
lentement l'élévateur et soyez conscient des voilures en avant de vous et au même niveau.
La voilure aura une plus grande vitesse avant et un taux de descente plus lent pendant
quelques secondes après la fin du virage. Notez que dans une spirale, la voilure a un taux
de descente plus élevé que lors d'un vol de configuration régulière et que celui-ci est trop
élevé pour atterrir en sécurité.
6.6.5 Décrochage avec les élévateurs arrière
Pour exécuter cette technique, vous devez abaisser les deux élévateurs arrière en même
temps. Habituellement, il faut les abaisser aussi bas que possible pour faire décrocher la
voilure. Le décrochage donne la sensation de tomber vers l'arrière. Le décrochage avec les
élévateurs est habituellement beaucoup plus brusque qu'avec les commandes. En
regardant la voilure, il peut vous sembler que les cellules sont gonflées partiellement;
l'extracteur et le sac peuvent être restés accrochés en avant du bord d'attaque.
La principale raison de pratiquer cette technique consiste à apprendre où se situe le point
de décrochage pour l'éventualité où vous auriez à atterrir en freinant avec vos élévateurs
arrière. Comme le décrochage se produit de façon plus subite qu'un décrochage avec les
commandes, il est encore plus important de vous familiariser avec le point de décrochage
avant d'avoir à l'utiliser pour atterrir. Dans certaines situations, cette technique peut être
utilisée pour perdre de l'altitude sans prendre de vitesse avant excessive.
6.6.6 Atterrissage avec les élévateurs arrière
Pour atterrir en freinant avec les élévateurs arrière, vous devez abaisser les deux élévateurs
arrière juste avant l'atterrissage pour arrêter la descente verticale et ralentir la vitesse
horizontale. C'est une solution de rechange à l'atterrissage normal en freinant avec les
commandes. Faites une approche finale normale dans l’axe de l'aire d'atterrissage; laissez
un peu de distance supplémentaire en avant ou en arrière du point d'atterrissage prévu.
Sans lâcher les commandes, saisissez fermement les deux élévateurs arrière (faites une
vérification visuelle). À la hauteur habituelle au-dessus du sol (3 à 4,5 m ou 10 à 15 pi),
abaissez fermement et également les deux élévateurs arrière. La voilure freinera et la
descente se changera en portance. La voilure flottera et atterrira un peu plus loin que le
point d'atterrissage prévu. S'il est bien fait, l'atterrissage sera très doux. Soyez prudent
lorsque vous effectuez un atterrissage avec les élévateurs arrière, car le point de
décrochage arrive subitement et la voilure peut décrocher de façon inattendue.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 132 de 200
Cette technique peut être utilisée pour atterrir si une commande se brise. Vous pouvez la
pratiquer en tout temps, mais un vent de 11 à 16 km/h (7 à 10 mi/h) vous aidera les
premières fois. Essayez de freiner en altitude quelques fois afin de savoir jusqu'à quel point
vous devez abaisser les élévateurs pour obtenir un vol plat et où se situe le point de
décrochage. Trop les abaisser cause un décrochage, ne pas les abaisser suffisamment ne
cause pas de freinage; d'une manière ou d'une autre, l'atterrissage pourrait être assez rude.
Une mise en garde s'impose quand vous saisissez les élévateurs arrière : regardez-les. Par
le passé, il est arrivé que des parachutistes aient saisi par inadvertance les élévateurs avant
ou un élévateur avant et un élévateur arrière, causant ainsi des blessures à l'atterrissage.
6.6.7 MANOEUVRES AVEC LES ÉLÉVATEURS AVANT
Virage avec un élévateur avant
Ce virage s'exécute de façon similaire au virage avec un élévateur arrière, en saisissant
l'élévateur avant gauche ou droit. Encore une fois, vous ne devez pas lâcher les
commandes quand vous effectuez ces manœuvres. Vous remarquerez qu'il faut beaucoup
plus de force pour tirer sur un élévateur avant que pour tirer sur les commandes ou un
élévateur arrière. Ceci est attribuable au fait que l'élévateur relie une section beaucoup plus
grande à l'avant de la voilure et qu'il supporte une plus grande quantité du poids suspendu.
Le virage obtenu est un piqué qui accélère sensiblement votre vitesse avant. Ce virage fait
habituellement perdre de l'altitude beaucoup plus rapidement qu'un virage avec un
élévateur arrière. Le taux de rotation peut être égal à celui d'un virage avec une commande
ou un élévateur arrière. Un virage avec un élévateur avant peut créer une importante
accélération du taux de descente par rapport à la descente normale sous voilure. C'est
pourquoi vous devez l'effectuer au-dessus de 2000 pieds pour éviter le déclenchement de
votre DDA. Plus vous abaissez l'élévateur, plus le taux de descente sera élevé.
Ce type de virage est utilisé pour une descente rapide de la voilure, pour avoir suffisamment
d'espace pour faire une approche de précision ou pour faire de la formation sous voilure
avec une autre voilure à un niveau plus bas. Il faut absolument éviter cette technique à
basse altitude (<2000 pi) ou à proximité d'autres parachutes.
Avec un grand nombre de voilures aux alentours, tenter d'effectuer un virage avec les
élévateurs avant sans d'abord relâcher les freins pourrait provoquer des comportements
inhabituels (comme des secousses) et une tension trop forte sur les élévateurs. Il en est
ainsi parce que l’air fait déjà dévier la queue et vous essayez de faire dévier le nez, ce qui
crée un profil d'aile indésirable. Pour cette raison, en plus de la force accrue nécessaire
pour exécuter le virage et la vitesse avant accrue acquise durant le virage, le virage avec un
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 133 de 200
élévateur avant n'est généralement pas utilisé pour éviter d'autres voilures à l'ouverture
(utilisez un élévateur arrière, tel que décrit plus haut).
Un virage avec un élévateur avant (de même qu'un virage avec le harnais) est en général la
façon privilégiée d'exécuter un virage pour un atterrissage en survitesse (swoop). Toute
tentative de cette technique avancée doit d'abord faire l'objet d'une discussion avec un
entraîneur ou un instructeur, et les débutants doivent comprendre qu'un virage brusque
avec une commande ou un élévateur arrière près du sol n'est pas une façon d'apprendre à
effectuer un atterrissage en survitesse, mais plutôt un bon moyen de se casser les jambes,
voire pire.
6.6.8 Spirale avec un élévateur avant
Cette technique est obtenue lorsqu'on maintient l'élévateur avant baissé lors d'un virage.
Saisissez un seul élévateur avant haut, près des maillons de connexion, et abaissez-le
fermement. Avec beaucoup de voilures, il suffit de tirer quelques centimètres pour amorcer
le virage, et il peut être très difficile de tirer plus loin. En tirant sur un élévateur avant, le
dessus de la voilure prend la forme d'un escalier et l'écoulement d'air ne se fait plus de
façon régulière. Par conséquent, tirez seulement sur l'élévateur avant aussi loin que
nécessaire pour amorcer le virage.
NOTE : avant d'amorcer le virage, assurez-vous qu'il n'y a aucune autre voilure dans les
environs. La vitesse du virage augmente dès les premières rotations. Si vous ressentez des
secousses ou des turbulences, relâchez légèrement l'élévateur que vous avez abaissé.
ATTENTION : dans la turbulence, des virages extrêmes avec un élévateur avant causent
l'affaissement momentané de certaines voilures. Évitez en tout temps cette technique lors
de turbulences.
Cette technique sert à perdre de l'altitude rapidement pour se séparer d'une autre voilure en
préparation d'une approche de précision. La perte d'altitude est importante durant une
spirale avec un élévateur avant et la vitesse avant est considérable à la suite du virage. La
prudence est de mise à basse altitude et dans les secteurs congestionnés autour de la cible
où les gens atterrissent et ramassent leur parachute.
6.6.9 Piqué avec les élévateurs avant
Pour exécuter cette technique, vous devez abaisser les deux élévateurs avant en même
temps. Sans lâcher les commandes, saisissez les deux élévateurs avant et abaissez-les
aussi bas que possible. La vitesse avant et le taux de descente de la voilure augmenteront.
Le parachutiste utilise cette technique lorsqu'il veut augmenter sa vitesse avant et que
l'altitude n'est pas un facteur critique. Cette technique peut également servir si vous êtes
légèrement en aval de la cible par grands vents ou si vous essayez d'avancer par vents forts.
Vous pouvez aussi l'utiliser pour une approche de précision si vous trouvez que vous
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 134 de 200
n'avancez pas suffisamment pour atteindre la cible. Dans le cas d'une voilure à haute
performance à allongement élevé, la perte d'altitude peut être rapide. Par conséquent,
soyez prudent en exécutant cette manœuvre près du sol. Évitez en tout temps cette
technique lors de turbulences. Le swoop et les hook turns ne sont pas recommandés aux
parachutistes peu expérimentés. Consultez un entraîneur ou un pilote de voilure très
expérimenté avant de tenter un piqué avec les élévateurs avant près du sol. Évitez en tout
temps cette technique lors de turbulences.
Si vous apprenez les techniques d'atterrissage avec une voilure à haute performance, vous
devriez commencer par appliquer une légère pression sur les élévateurs avant au moment
de l'approche finale pour accélérer votre vitesse relative sans effectuer de virage. Cette
approche vous donnera de l'expérience avec l'accélération de la vitesse d'atterrissage et les
changements dans les contrôles, sans qu'un virage bas ne soit nécessaire. Assurez-vous de
relâcher les élévateurs alors qu'il reste suffisamment d'altitude pour freiner avec les
commandes. Prenez les conseils d'un instructeur ou d'un entraîneur avant de tenter de
telles manœuvres.
6.6.10 Virage plat
Le virage plat vous permet de corriger votre approche finale de manière sécuritaire. Ce
virage maintient votre voilure au-dessus de votre tête et non pas inclinée de côté. De plus,
la voilure conserve un taux de descente constant.
Le virage plat doit être appris; il ne s'agit pas d'une réaction intuitive à une situation
inhabituelle. L'instinct nous dicte de tirer rapidement sur une commande afin de tourner
pour éviter un obstacle près du sol ou une autre voilure. Cette approche en deux étapes
consiste d'abord à arrêter la descente (freiner à ½ ou aux ¾), puis à tourner avec une
inclinaison minimale de la voilure et un balancement réduit de côté. Pendant un virage plat,
le corps du parachutiste doit toujours rester sous la voilure et le balancement de côté doit
être très limité.
Pour effectuer un virage plat, freinez à ½ ou aux ¾, puis remontez une des commandes (ou
abaissez un peu plus l'autre). Ce type de virage augmente la sécurité et la précision tout en
réduisant le mouvement pendulaire. Ceci permet de diminuer l'inclinaison de la voilure et
de maintenir un taux de descente plus lent pendant le virage, ce qui réduit le risque de
désorientation.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 135 de 200
Le virage plat est une des manœuvres sécuritaires sous voilure les plus importantes que
vous puissiez utiliser près du sol. Comprenez-la! Mettez-la en pratique! Utilisez-la!
6.6.11 Virage avec arrondi
Bien que le virage plat est très approprié pour tourner sans trop perdre d'altitude, tel que
lors de l'approche finale afin d'éviter un obstacle au sol que l’on aperçoit au dernier
moment. Il arrive parfois que le temps requis pour amorcer le virage plat est trop long dans
une situation d'évitement de collision soudaine. Pour tourner rapidement, le pilote doit
créer un mouvement pendulaire important pour incliner la voilure. Ceci entraîne en général
une perte d'altitude rapide, qui peut être mortelle à basse altitude. Toutefois, un virage avec
arrondi permet de freiner la voilure pendant le virage pour empêcher la perte d'altitude.
Pour amorcer un virage avec arrondi, abaissez la commande appropriée. Tout de suite
après le début de l'inclinaison de la voilure, commencez à abaisser l'autre commande (vous
tirez maintenant sur les deux commandes, dont une est plus basse de quelques
centimètres). Lorsque vous êtes dans la direction désirée, en général après un virage de
90⁰, arrêtez de tirer sur la commande la plus abaissée et tirez sur celle qui est la plus élevée
pour ramener les deux à égalité. Cette manœuvre arrête le virage, et vous vous trouvez en
situation de vol freiné lent. Si vous êtes près du sol, continuez de freiner et exécutez un
roulé-boulé. Si l'altitude le permet, reprenez lentement votre position de plein vol.
Comme pour le virage plat, il est extrêmement important (et amusant), de pratiquer ce
virage à haute altitude afin qu'il devienne automatique. Essayez cette manœuvre pendant
que vous volez près d'un entraîneur pour observer votre changement d'altitude.
6.6.12 Virage en « S »
[Inspiré du MIP 2B]
Ceci est une technique de précision à l'atterrissage et de formation sous voilure qui a pour
but de maintenir une position sans perte d'altitude excessive. Faites un virage de 45⁰ à 90⁰
d'un côté; ceci doit être exécuté en douceur en ne freinant pas les commandes à plus de ¾.
Une fois le virage complété, exécutez un second virage du côté opposé; le cap changera de
90⁰ à 180⁰ pour le second virage. Exécutez des virages successifs en douceur jusqu'à ce
que la position soit correcte par rapport à la cible (cible ou autre voilure). Vu d'en haut, le
vol est une série de virages en « S » en douceur.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 136 de 200
6.6.13 Virage en zigzag (sashay)
[Inspiré du MIP 2B]
Cette technique de formation sous voilure a pour but de perdre de l'altitude rapidement.
Elle diminue le mouvement avant et réduit l'altitude. Pour exécuter cette technique,
abaissez une des commandes au maximum; ensuite, lorsque votre corps est balancé sur le
côté, remontez la commande à sa position élevée. Faites une brève pause pendant que la
voilure revient au centre et avance en position de léger piqué. Abaissez ensuite l'autre
commande aussi bas que possible, jusqu'à ce que vous ayez balancé loin de l'autre côté.
Rendu à ce point, remontez la commande à la position la plus élevée et répétez la
manœuvre en abaissant la commande d'un côté, puis la commande de l'autre côté, tour à
tour. Le virage en zigzag limite le mouvement avant (au-dessus du sol) et produit une
grande perte d'altitude. C'est une des nombreuses techniques de la formation sous voilure.
Pour en savoir davantage sur la formation sous voilure, consultez un entraîneur 2 ayant de
l'expérience à cet effet.
6.6.14 Vol parallèle
[Inspiré du MIP 2B]
Voler à proximité d'une autre voilure est une situation dans laquelle vous pouvez vous
retrouver en faisant de la formation sous voilure ou après une formation en chute libre,
particulièrement lors de grosses formations, mais aussi lors de sauts en solo à des centres
de parachutisme qui disposent de gros avions ou de plus d'un avion. À la limite, vous
pourriez même voler près d'un autre parachutiste en faisant rebondir vos cellules
extérieures contre les siennes. C'est ainsi que débute la formation sous voilure. Un
parachutiste qui ne veut pas faire de formation sous voilure doit quand même être à l'aise
avec le vol parallèle lorsque l'approche à l'aire d'atterrissage est encombrée.
Pour exécuter cette manœuvre, discutez-en avec un entraîneur 2 ayant l'expérience dans la
formation sous voilure. Pratiquez-vous lors d'un saut où vous pouvez ouvrir votre parachute
à haute altitude (de préférence à plus de 4000 pi) et cessez tout vol parallèle inutile en
dessous de 2000 pieds. Après l'ouverture et la vérification de votre voilure, repérez l'autre
voilure. Le parachutiste dont la voilure est plus haute doit faire un piqué avec les élévateurs
avant, un virage en zigzag ou une spirale avec les élévateurs avant pour arriver au même
niveau. Le parachutiste dont la voilure est la plus basse choisit la direction de vol en tenant
compte de la position de la voilure la plus haute et en freinant généralement à ½. Lorsque
les voilures sont au même niveau, rapprochez-vous en convergeant l'un vers l'autre à un
angle de pas plus de 60⁰. Au fur et à mesure que les voilures se rapprochent, amenez-les à
de plus petits angles de convergence jusqu'à ce que vous ayez atteint le vol parallèle.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 137 de 200
Rappelez-vous que vous devez travailler en équipe pour exécuter cette manœuvre. Gardez
les voilures côte à côte au moyen des freins ou des élévateurs avant si nécessaire. Évitez
que les cellules extérieures ne se frappent fortement, ce qui pourrait causer l'affaissement
d'une cellule extérieure sur une voilure à allongement élevé.
6.7
TECHNIQUE D'ATTERRISSAGE
La technique d'atterrissage de la voilure comporte deux éléments :
• la position du corps sous la voilure;
• le vol de la voilure.
Pour exécuter un bon atterrissage, vous devez exécuter ces deux éléments correctement.
Position du corps :
Dans une bonne position du corps, les jambes sont ensemble et les genoux sont pliés
légèrement. Le corps est vertical, les pieds directement sous le bassin. Les pieds sont
rapprochés à environ 15 cm (6 po) l'un de l'autre. Les bras sont élevés pour faire voler la
voilure à pleine vitesse avant l'arrondi.
Vol de la voilure :
La voilure doit être dans la ligne de vent dans la direction de la cible d'atterrissage à environ
200 pieds au-dessus du sol, soit approximativement 10 secondes avant l'atterrissage.
Faites des mouvements légers pour corriger ou maintenir ce cap. Les commandes sont
contre les élévateurs pour éviter une tension sur les suspentes de contrôle et pour que la
voilure vole à pleine vitesse.
Chaque situation diffère et de nombreux facteurs entre en jeu pour déterminer la hauteur à
laquelle commencer l'arrondi, mais c'est en général à environ 4,5 m (15 pi) au-dessus du
sol. Tirez les commandes vers le bas uniformément et en douceur jusqu'à l'extension
complète des bras; cette action prend de 2 à 3 secondes. Vos jambes et vos pieds sont
ensemble. Dès que vous prenez contact avec le sol, poussez contre la pression que vous
sentez du sol. Il se peut que vous ayez à faire un pas en avant tant l'atterrissage se fera en
douceur. Une fois vos pieds au sol, dégonflez immédiatement votre voilure pour éviter de
nuire aux autres voilures en approche.
Réussir son arrondi :
Concentrez-vous sur la réussite de votre arrondi; cela augmentera grandement votre plaisir
dans le sport. Pour comprendre la technique et son fonctionnement, demandez à votre
entraîneur.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 138 de 200
L'arrondi à l'atterrissage comporte deux principaux objectifs :
1. Arrêter la descente.
2. Ralentir la vitesse avant.
Arrêtez la descente en appliquant la règle des 10 secondes : assurez-vous de prendre au
moins 10 secondes à l'approche finale (après le dernier virage) pendant lesquelles vous
volez à pleine vitesse. Ainsi, vous vous assurez de commencer l'arrondi avec une vitesse
aérodynamique suffisante, tout en conservant un taux de descente relativement faible
(rappelez-vous que le taux de descente augmente grandement pendant un virage) et de
vous trouver sous votre voilure et non d'un côté, où il vous faudrait beaucoup plus de
portance pour vous stabiliser. Pour commencer l'arrondi, tirez sur les commandes jusqu'à
un point qui arrête le mouvement descendant de la voilure. Ce point varie en fonction de la
vitesse à laquelle vous tirez sur les commandes, et vous pouvez ajuster l'altitude à laquelle
commencer. Par exemple, si vous commencez un arrondi et vous vous rendez compte que
vous êtes un peu bas, augmentez la vitesse de l'arrondi et vous aurez plus de portance pour
arrêter la descente plus tôt. Si vous exécutez l'arrondi très lentement, il se peut que vous
atteigniez le point de décrochage avant d'avoir complètement arrêté le mouvement
descendant de la voilure. Si vous gardiez les commandes dans cette position sans effectuer
aucune autre manœuvre, la voilure volerait de niveau un court moment pendant le vol en
palier, puis elle commencerait à perdre de la vitesse aérodynamique et à descendre à
nouveau.
Pour ralentir la vitesse avant tout en gardant la voilure en vol en palier, vous devez continuer
l'arrondi (tirer sur les commandes à fond) pendant que la voilure ralentit. À un certain point,
la vitesse au sol sera assez réduite pour que vous puissiez poser les pieds au sol et terminer
l'atterrissage. Essayez d'utiliser la plage de contrôle autant que possible. Par vents faibles,
donnez-vous comme objectif de finir cette séquence d'atterrissage au moment où vous
atteignez le point de décrochage.
Voici une notion utile pour vous aider à améliorer l'arrondi à l'atterrissage : essayez de
retarder l’atterrissage aussi longtemps que possible. Voyez-le comme un jeu : « Combien
de temps peut s'écouler entre le moment où je commence l'arrondi et le moment où je
touche au sol? » Ceci vous encouragera à utiliser toute la plage de contrôle qui s'offre à
vous et vous aidera à éviter les mauvaises habitudes comme celle de chercher à atteindre le
sol avec un pied.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 139 de 200
VITESSE = PORTANCE
Vous n'avez pas à avoir peur de la vitesse avant de la voilure. La vitesse avant est ce qui
vous procure une bonne portance, donc un meilleur atterrissage.
Cette technique prend du temps et de la pratique, y compris des exercices à l'altitude
d'ouverture ainsi qu'à chaque atterrissage. L'essentiel à comprendre, c'est de laisser voler
votre voilure... et vous ferez les atterrissages les mieux réussis.
Pour de plus amples renseignements, consultez la partie 6.17.4, Dangers près du sol, à la
page 168.
6.8
ÉVALUATION DE L'APPROCHE FINALE
Vous devrez mettre beaucoup de temps pour apprendre cette technique et la meilleure
façon d'y arriver consiste à observer les autres parachutistes qui s'approchent de la cible.
Utilisez l'information de la partie Observation de la dérive à bon escient.
L'approche finale s'effectue à environ de 200 à 400 pieds et c'est à ce point que vous
tournez la voilure en ligne de contrôle de vol. Le choix du moment pour commencer votre
approche dépend de votre expérience à observer la dérive et les vents de surface et de votre
conscience des autres parachutistes. Bien évaluer votre approche finale vous permet
d'atterrir près de la cible (à + ou – 10 m). Vous devez vous concentrer sur un atterrissage
correct et sécuritaire sans penser exclusivement à atteindre la cible. Si vous manquez la
cible, ce n'est pas grave; vous aurez bien d'autres sauts pour tenter de l'atteindre à
nouveau. La voilure doit être à pleine vitesse (les mains complètement relevées) à au moins
100 pieds au-dessus du sol et vous freinez au maximum pour atterrir.
6.9
APPROCHE FINALE D'ATTERRISSAGE
Tout comme le pilotage d'un avion, le pilotage d'une voilure doit se faire selon un circuit
d’atterrissage établi au préalable. En général, ce modèle est constitué de virages à gauche;
il s'agit de garder la cible à votre gauche jusqu'à l'approche finale et de faire uniquement
des virages à gauche pendant l'approche. Comme le circuit d’atterrissage pourrait être
différent à votre centre de sauts, informez-vous toujours à ce sujet. Pour apprendre
comment voler vers la cible, commencez par déterminer un plan de vol avant le saut. Pour
cela, vous examinez une carte aérienne, puis allez sur le terrain d'atterrissage afin de définir
les obstacles. Ensuite, choisissez votre parcours et vos repères au sol pour les sections
vent arrière, parcours de base et approche finale, avec l'aide d'un entraîneur au besoin. S'il
n'y a aucun point de référence, il peut être utile de placer trois ou quatre marqueurs visibles,
comme des cônes de signalisation routière. Lorsque vous avez déterminé un plan
d'ensemble, rappelez-vous des points clés suivants :
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 140 de 200
1. Une fois sous une bonne voilure (déterminée à la suite d'une vérification de la voilure
et d'un test en vol), évaluez votre point d'ouverture, la dérive que vous subissez à
cause du vent et les vents au sol.
2. Pendant la première moitié de la descente, vous devriez tester le freinage et le
décrochage de votre voilure. Vous pouvez effectuer d'autres exercices jusqu'à
environ 1500 pieds. Sous cette altitude, toute manœuvre irrégulière doit être
interrompue et vous devez vous concentrer sur le circuit d'atterrissage.
3. Gardez la voilure freinée à 50 %.
4. Dirigez la voilure conformément aux repères et aux altitudes établies.
Voici les altitudes suggérées pour le circuit d’atterrissage :
Virages en parcours
1. vent arrière à 1000 - 1200 pi;
2. de base (vent de côté) à 500 - 600 pi;
3. approche finale à 200 à 300 pi.
Durant votre parcours, référez-vous périodiquement aux indicateurs de direction du vent
pour effectuer les corrections nécessaires. Si la vitesse ou la direction du vent a changé,
évaluez la nouvelle approche d'atterrissage et la direction à 1000 pieds plutôt que
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 141 de 200
d'attendre à 100 pieds. Au moment du virage en approche finale, restez face au vent jusqu'à
l'atterrissage. Vérifiez toute dérive latérale et faites de légères corrections pour rester en
ligne avec le vent. Relâchez les commandes et reprenez la pleine vitesse d'atterrissage.
Comparez l'approche d'atterrissage à une piste d'avion et non à un jeu de fléchettes! ☺
Pour faire une autre analogie, comparez-la à une allée de quille... vous devez faire tomber la
quille qui reste sans tomber dans le dalot.
Voici quelques conseils de sécurité :
• effectuez votre virage final entre 200 et 300 pieds, même si vous n'êtes pas dans le
secteur d'atterrissage souhaité;
• identifiez les obstacles et choisissez un terrain d'atterrissage libre d'obstacles;
• assurez-vous que le terrain sous le parcours final soit suffisamment long;
• ayez toujours le contrôle de votre voilure jusqu'à l'atterrissage;
• prenez garde aux autres voilures.
Évaluation du terrain
[Inspiré du MIP 2B]
L'évaluation du terrain consiste à recueillir deux types d'informations utiles. D'abord, le vol
de la voilure et l'identification de courants d'air ascendant et descendant. Ensuite,
l'atterrissage de la voilure. Il est important de pouvoir identifier les masses d'air calme
permettant un atterrissage sécuritaire, tout en reconnaissant les zones de turbulences que
vous devez éviter.
En général, les surfaces de couleur foncée et les constructions (édifices, pavage) sont des
sources d'air ascendant les jours ensoleillés. L'air au-dessus des lacs, des arbres, des
marais et des marécages est le plus souvent stable ou descendant. De plus, un
changement de niveau tel un faîte ou une colline cause des courants d'air ascendants.
La turbulence est habituellement associée au mélange de deux courants d'air ou à la
perturbation d'un courant d'air. Ce genre de turbulence est le plus souvent associé à des
caractéristiques de surface telles qu'un grand bâtiment (par exemple, un hangar) ou des
éléments du paysage comme une colline ou une rangée de grands arbres. Le courant d'air
devant (en amont) ce genre de caractéristiques est tout à fait stable. L'air en arrière ou en
aval de ce genre de caractéristique culbute ou tourne autour. C'est un très mauvais endroit
pour tenter d'atterrir (ou dégonfler) sa voilure. Évitez d'atterrir immédiatement en aval de
grands bâtiments, de rangées d'arbres, etc. De même, il y a de la turbulence
immédiatement derrière le faîte d'une montagne ou d'une colline; évitez aussi d'atterrir à
ces endroits.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 142 de 200
APPROCHE D'ATTERRISSAGE D'UNE FORMATION EN CHUTE LIBRE
[Inspiré du MIP 2B]
Vous devez être conscient des autres parachutistes sous voilure en approche finale. Si vous
êtes près d'autres voilures, éloignez-vous pour pratiquer vos techniques de contrôle de
voilure. Au fur et à mesure que vous perdez de l'altitude, le nombre de parachutistes et de
voilures augmente dans un espace plus restreint (effet d’entonnoir). Sachez où ils sont.
Lorsque vous êtes dans les airs avec plusieurs autres parachutistes, il vaut mieux vous
éloigner verticalement de ceux-ci. Ceci facilitera votre approche finale et votre atterrissage.
Si vous êtes au-dessus d'un parachutiste sous voilure, maintenez cette séparation verticale.
Si vous êtes au même niveau, l'un ou l'autre devra décider d'accélérer sa descente.
ATTENTION : n'utiliser la séparation verticale que si l'altitude le permet. Il est très dangereux
d'augmenter sa séparation verticale au moyen de spirales quand la circulation de voilure est
dense, en raison des vitesses accrues et de la réduction de la conscience périphérique.
Pour effectuer la séparation verticale, laissez les voilures plus rapides passer devant en
appliquant les freins; descendez les commandes à quelques centimètres du point de
décrochage (en cas de turbulence, ne tirez pas autant sur vos commandes). Ceci ralentira
votre descente verticale et donnera du temps et de l'espace aux voilures plus rapides pour
effectuer leur atterrissage.
Voici d'autres règles :
• si votre voilure converge vers une autre, la voilure de droite a priorité;
• cédez le passage aux voilures plus basses, aux voilures moins manœuvrables, à un
parachute de réserve, aux tandems, aux caméramen et aux élèves;
• si vous vous retrouvez derrière une autre voilure, dirigez-vous immédiatement du
côté droit (vérifiez si l'espace est libre) afin d'éviter une collision sous voilure en
raison de la turbulence;
• regardez dans la direction de votre virage avant de le faire. S'il n'y a personne, faites
votre virage;
• ne faites aucune manœuvre brusque;
• lors de l'approche finale, ne faites pas de virage en « S » et ne freinez pas trop
fermement. Il y a probablement des gens derrière vous et vous pourriez causer une
collision;
• si l'aire d'atterrissage est congestionnée, choisissez un autre endroit;
• laissez la priorité aux voilures qui ont déjà atterri et si vous devez atterrir près de ces
parachutistes, lancez-leur un cri;
• une fois au sol, affaissez votre voilure immédiatement et quittez l'aire d'atterrissage
pour éviter des problèmes de congestion. Surveillez les autres voilures.
Ce sont les règles générales, mais rappelez-vous que d'autres situations peuvent se
présenter et vous forcer à prendre d'autres mesures.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 143 de 200
6.10 APPROCHE CONTROLÉE EN LIGNE DE VOL
L'approche contrôlée en ligne de vol est la première technique exigée pour exécuter une
approche précise. On utilise ce terme pour décrire une ligne qui passe au centre de la cible
et qui suit la direction du vent. La ligne commence à environ 500 pieds du parcours vent
arrière et continue au-delà de la cible. La largeur du corridor de la ligne diminue au fur et à
mesure que la compétence du parachutiste augmente.
En faisant une approche pour démontrer le contrôle de la ligne de vol, tenez les épaules, le
bassin et les pieds en ligne droite. La position du corps ne doit pas changer à l'exception
des bras. Les commandes doivent être à peu près à ¼ de la position de freinage. L'objectif
est d'atterrir le long de la ligne qui traverse la cible. Atterrir devant ou derrière la cible n'a
pas d'importance à ce point.
6.11 CONTRÔLE DE L'ANGLE D'APPROCHE
Le terme angle s'applique à l'angle de descente de la voilure durant l'approche finale, soit
les derniers 300 à 500 pieds de vol de la voilure. Pour mesurer l'angle, il faut utiliser le sol
comme plan horizontal et tirer une ligne imaginaire de la cible au parachutiste.
L'angle d'approche est le troisième élément de l'approche de précision, après la position du
corps et le contrôle de la ligne (partie 6.10). Vous devriez avoir un degré raisonnable de
compétence avec les deux premiers éléments avant de commencer à travailler sur le
contrôle de l'angle. Avant de pratiquer le contrôle de l'angle, alignez-vous comme
d'habitude à une distance de 75 à 100 mètres (250 à 300 pieds) en aval de la cible.
Commencez avec les commandes freinées à ½. Vous remarquerez que l'inclinaison de
l'angle est plus raide; le point d'atterrissage est maintenant plus près de vous. Retenez les
commandes à ½ si vous allez atterrir sur la cible. Sinon, remontez les commandes jusqu'au
¼ et freinez pour atterrir. Si vous manquez la cible, réglez le point d'alignement de
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 144 de 200
l'approche finale selon la distance à laquelle vous étiez avant ou après la cible. Répétez cet
exercice plusieurs fois pour vous familiariser avec l'approche finale par vent faible, moyen et
fort.
Vous avez probablement remarqué qu'il faut beaucoup de force pour retenir la voilure
freinée à ½ ou aux ¾ durant toute l'approche finale. Les commandes ne sont peut-être pas
aux bonnes positions pour employer le maximum de votre force; votre approche est peutêtre plus longue qu'il ne le faut (ex. 1000 pi) ou vous avez peut-être besoin de faire des
exercices pour renforcer vos bras.
Avertissement : si vous remontez les commandes trop rapidement, la voilure va bondir vers
l'avant; ainsi, vous ne pourrez pas freiner et vous risquez de vous blesser gravement. Vous
devriez ramener les commandes à la plus haute position à au moins 100 pieds pour
effectuer un arrondi efficace. N'essayez pas d'atterrir avec les freins à ½ sous une voilure
ordinaire.
6.12 TECHNIQUE D'ÉVITEMENT
[Inspiré du MIP 2B]
La technique d'évitement consiste à faire un virage de 90° avec un élévateur arrière dans
une direction, immédiatement après avoir ouvert votre parachute. Ceci permet d'améliorer
la conscience et le temps de réaction pour prévenir les collisions à l’ouverture après tout
type de saut. Vous devriez pratiquer ces virages avec les élévateurs droit et gauche quand
vous apprenez à faire de la formation en chute libre et quand vous faites des sauts en solo.
Gardez à l'esprit que les techniques d'évitement de voilure peuvent être nécessaires à
n'importe quel saut, même en solo si, par exemple, un autre groupe ouvre près de vous. Si
deux voilures volent directement l'une vers l'autre, les deux devraient faire un virage à droite
pour éviter une collision. Pour tourner immédiatement après l'ouverture, on utilise les
élévateurs arrière au lieu de perdre un temps considérable à détacher les commandes.
Pour effectuer un virage à droite, utilisez un élévateur arrière. Rappelez-vous de toujours
tourner à droite pour éviter une collision. Les voilures plus basses ont toujours priorité.
Vous devriez maintenant lire et apprendre les règles de priorité de passage qu'on trouve à la
partie 6.16, Règlements de l'air à la page 156.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 20
011
Page 145 de
d 200
6.13 MODÈLE
M
D'APPRO
D
OCHE DE PRÉCISIION
[Inspiré du
d MIP 2B]
[Accuraccy par Craig Winning, Ca
anPara©, Asssociation canadienne
c
de parachu
utisme sporttif,
1980]
Utilisez ces
c techniqu
ues lorsque vous avez libre accès à la cible et non lorsqu'un groupe est
e
en appro
oche. Le priincipal élém
ment de l'app
proche de précision estt l'approche finale jusqu
u'à la
cible. La
a technique comprend la
l position du
d corps, le contrôle de
e la ligne et le contrôle de
d
l'angle dont il était question
q
auxx parties 6.1
10 et 6.11. L'approche
e finale s'exéécute d'une
position un peu en aval
a de la cible jusqu'au
u centre de la cible. L'a
approche fin
nale se fait à
environ 500 pi
5
au-de
essus du so
ol; les parachutistes exp
périmentés commencent souvent leur
l
approche
e finale à un
ne altitude plus
p basse.
L'objectiff de l'approcche de préccision est de
e voler en liggne droite à partir du déébut de
l'approch
he finale jussqu'au centrre de la cible
e, en avançant à une viitesse consttante.
L'approcche s'exécute à une vite
esse d'enviro
on 6 km/h (4
( mi/h), soit une vitessse de march
he
normale. Gardez less command
des dans une plage de contrôle
c
qui vous permettra
d'augme
enter ou de diminuer
d
la vitesse de la
l voilure. Votre
V
corps, suspendu sous
s
la voilu
ure,
doit être pratiqueme
ent immobile, les mainss à hauteur égale (de ½ aux ¾ frein
né); le haut du
d
corps do
oit être déten
ndu et en liggne droite avec
a
la voilure. Si vous balancez so
ous la voilurre ou
vous vou
us tournez dans
d
la direcction de vol,, vous aurezz une fausse
e impression
n du
mouvem
ment réel. Piilotez la voilure jusqu'au
u sol, en gardant les pie
eds sous vo
ous à
l'atterrisssage. Le fait d'allongerr les jambess vous incite
e à cesser de
e piloter vottre voilure
plusieurss pieds au-d
dessus du so
ol et cause habituellem
ment des ble
essures.
Entre l'ou
uverture et le début de l'approche finale, faite
es ce qui suit :
© 2011, Associaation canadienne de
d parachutisme spportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 146 de 200
• faites un test en vol et trouvez le point de décrochage;
• observez les vents de surface, choisissez un repère pour le début de l'approche finale;
• laissez la voilure dériver vers ce point, ce qui vous permettra de reposer vos bras (mais ne
lâchez jamais vos commandes).
Posez-vous les questions suivantes pendant votre approche sous voilure :
• La voilure est-elle alignée avec le centre de la cible? (vérifiez la manche à air)
• La voilure peut-elle atterrir avant le centre de la cible? Peut-elle le dépasser?
• La position de mon corps est-elle détendue et en ligne droite avec la voilure?
• Est-ce que je pilote ma voilure jusqu'au sol? Continuez de la piloter!
L'approche de précision ne comporte ni secrets, ni trucs. Il s'agit d'approcher la cible
lentement en faisant de petites corrections tout en surveillant dans quelle direction vous
vous dirigez. Ce genre d'approche de précision est pour ceux qui ont une voilure de
précision.
6.14 MODÈLE THÉORIQUE DU CONTRÔLE DE LA VOILURE
Pour appuyer toutes ces explications, il est utile d'avoir un modèle pour illustrer les
différents facteurs qui ont un effet sur le vol. Voici trois principaux facteurs et la façon dont
ils affectent le vol et le contrôle de la voilure :
1. la gravité ou la charge;
2. la traînée;
3. la portance.
Gravité :
C'est la force d'attraction produite par le champ gravitationnel de la terre. Le parachutiste
est une charge sous la voilure et la tire constamment vers le bas. La voilure descend dans
l'air en raison de la charge (le poids du parachutiste + l'équipement + le poids de la voilure
elle-même); ce mouvement descendant crée un vent relatif qui fait gonfler la voilure (après
son ouverture) et contribue à son vol une fois qu'elle est gonflée. Le mouvement avant du
parachute résulte de sa descente dans l'air combinée avec l'assiette de sa voilure.
L'assiette est l’angle que fait l’axe longitudinal avec l’horizontale. Celle-ci détermine la
vitesse relative de la voilure en plein vol. L'assiette est conçue de sorte que la voilure vole
en toute sécurité au-delà de sa vitesse de décrochage, mais assez bas pour permettre la
transition au vol en palier durant l'atterrissage. Les suspentes avant de la voilure sont plus
courtes que les suspentes rattachées à la moitié arrière pour que la voilure pique du nez.
La descente crée alors un mouvement avant. Comme la charge (gravité) tire la voilure vers
le sol, l'air qui frappe le dessous de la voilure est détourné vers l'arrière du parachute. Il en
résulte un déplacement de la voilure vers l'avant.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 147 de 200
Voici les forces exercées sur un parachute rectangulaire :
Portance
La portance résulte du mouvement avant de la voilure dans l'air. Une fois la voilure gonflée
par l'air, son profil ressemble à celui d'une aile d'avion. La superficie de la partie supérieure
(intrados) de la voilure est plus grande que celle de la partie inférieure. L'air qui se déplace
sur le dessus de la voilure a une plus grande distance à parcourir, donc il se déplace à un
taux plus rapide que l'air en dessous de la voilure. L'air qui se déplace à haute vitesse crée
une dépression sur le dessus de la voilure. La différence entre la haute pression en
dessous de la voilure et la basse pression sur le dessus produit la portance. La portance
que la voilure crée en se déplaçant vers l'avant ne fait pas nécessairement monter le
parachute, mais le fait descendre plus lentement. La voilure peut monter momentanément
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 148 de 200
en convertissant son élan avant par un accroissement de la portance, mais cet effet n'est
pas durable sans propulsion, comme un moteur. Certains types de voilures de conception
spéciale, comme le parapente (qui ne sont pas utilisés en parachutisme), ont très peu de
traînée et un angle de vol beaucoup moins prononcé. Ceux-ci peuvent s'élever dans les
courants d'air ascendants, appelés thermiques. La voilure vole à un angle descendant la
plupart du temps; elle peut seulement voler en palier très brièvement, puis elle perd trop de
vitesse relative et recommence à descendre. Empêcher la voilure d'avancer la fera
descendre plus rapidement.
Traînée
Il s'agit de la résistance de la voilure au mouvement dans l'air à cause de la friction. La
traînée est causée par la superficie du parachutiste, des suspentes et de la voilure en soi.
De même, la traînée est augmentée en tirant sur une commande ou les deux car la queue
de la voilure se retrouve plus basse que la surface inférieure du parachute offrant plus de
résistance dans l’air.
Le vecteur qui résulte des trois facteurs affectant le vol de la voilure détermine la vitesse
avant et l'angle du vol de la voilure.
Vol de la voilure
En lisant l'information qui suit, rappelez-vous les trois facteurs ci-dessus. Cette information
concerne les manœuvres du parachutiste pour contrôler la voilure et l'effet de ces
manœuvres sur le parachute. Les sujets suivants sont pris en considération :
•la dynamique du contrôle;
•le vol dans l'air;
•l'atterrissage de la voilure.
Dynamique du contrôle : pour contrôler la voilure, il s'agit de régler la direction dans laquelle
elle fait face. On peut exécuter ce réglage en augmentant ou en diminuant la traînée créée
par les surfaces de contrôle ou en changeant l'assiette de la voilure, ce qui se fait en tirant
sur les élévateurs avant.
Descendez la commande pour effectuer un virage; ramenez-la en haut pour arrêter le virage
(avec certaines voilures, il faut tirer dans la direction opposée avec l'autre commande pour
arrêter un virage). La force que vous exercez sur les commandes détermine le taux ou la
vitesse du virage. Tirez la commande jusqu'au niveau de la poitrine pour effectuer un virage
normal; si vous tirez plus bas, votre virage sera plus rapide. Tirez la commande à mi-chemin
vers le bas pour exécuter un virage lent. L'augmentation de la traînée d'un côté de la voilure
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 149 de 200
en baissant la queue ou le bord de fuite crée un virage. Ce côté de la voilure vole alors plus
lentement et l'autre côté vole autour, causant ainsi un changement de direction.
L'utilisation des commandes n'est pas la seule manœuvre qui fera tourner la voilure. Tirer
sur un ou l'autre des élévateurs aura le même résultat. Tirer sur un des élévateurs arrière
exige un peu plus de force que tirer les commandes. Les virages qui suivront seront faits en
douceur et d'un mouvement normal, mais si vous abaissez considérablement l'élévateur, un
virage à pic et incliné pourrait s'ensuivre. Tirer sur un élévateur avant causera une
augmentation rapide du taux de descente et de la vitesse relative de la voilure en raison du
changement de son assiette, plutôt que si vous produisez de la traînée (par exemple, par un
virage avec les commandes). Selon la conception de la voilure, tirer sur un élévateur avant
peut produire un virage plus à pic et incliné qu'un mouvement semblable exécuté avec un
élévateur arrière, mais ce n'est pas toujours le cas.
Baisser les deux commandes augmente la traînée et ralentit le mouvement avant du
parachute. Tirer sur les deux commandes à bout de bras sans décrochage ralentit la voilure
au maximum; le taux de descente le plus lent de la voilure se situe juste avant le point de
décrochage. Baisser les deux commandes pour atteindre un vol en palier momentané est
ce qu'on appelle l'arrondi.
Tirer sur les deux élévateurs arrière fera aussi ralentir la descente de la voilure, d'autant
plus que cela redresse l'assiette de la voilure en ajoutant de la traînée. L'assiette étant trop
peu prononcée, la voilure volera beaucoup plus lentement et peut s'approcher du point de
décrochage.
Tirer sur l'arrière de la voilure change l'angle d'attaque. [l'angle d'attaque est l'angle de l’aile
dans le vent relatif. Avec un parachute rectangulaire, l'angle d'attaque change quand on
applique les freins. Durant le freinage, tirer sur les freins de la voilure pour la ralentir a pour
résultat d'augmenter l'angle d'attaque et de réduire le taux de descente. Pendant un
décrochage, l'angle d'attaque d'une aile devient trop élevé pour soutenir la portance, ce qui
cause le décrochage de l'aile]. Ceci augmente la portance, mais aussi la traînée. Le résultat
est un ralentissement de la vitesse avant et une augmentation de la portance. Si on réduit
trop la vitesse, la perte de portance fera descendre la voilure encore plus rapidement. Plus
la voilure est ralentie, plus la perte de portance est grande et plus la vitesse de descente
augmente.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 150 de 200
Contrôle maximal
Contrôle minimal
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 151 de 200
Tirer sur les deux élévateurs avant augmentera la vitesse de descente de la voilure tout en
augmentant sa vitesse avant à cause du changement de l'angle d'attaque.
Vol dans l'air
Le vol sous la voilure ne se fait pas en parfaite douceur. Le parachute s'incline lorsqu'il vire
et vous fait balancer de côté. L'air est formé de courants et en descendant, vous ressentez
parfois des secousses causées par ceux-ci. Il se peut qu'une cellule extérieure se ferme en
traversant une turbulence (parce que la voilure est moins pressurisée d'un côté). Pour
rectifier une telle situation, vous devez baisser les deux commandes jusqu'à la taille, les
retenir pendant 2 ou 3 secondes et les relever lentement (2 secondes). Rappelez-vous de
faire la même manœuvre si une ou les deux cellules extérieures restent fermées à
l'ouverture.
Le contrôle de la voilure dépend de la charge suspendue (le pilote) qui se balance d'un côté
à l'autre pour incliner la voilure dans un virage et qui subit une poussée vers l'avant pendant
le freinage, ainsi le nez est cabré vers le haut, ce qui est nécessaire pour augmenter la
portance (angle d'attaque plus élevé). Toutefois, la voilure et le parachutiste sont retenus
ensemble par environ 3 m (10 pi) de suspentes flexibles. À cause de la distance entre la
voilure et le parachutiste, il en résulte un délai de reprise entre l'action (mouvement des
commandes), le mouvement de la charge sous la voilure et la réaction de la voilure. Quand
un virage est amorcé, il faut du temps à la charge pour se balancer à l'extérieur du virage, ce
qui est nécessaire pour incliner la voilure et en obtenir une réaction complète. Le même
phénomène se produit pour arrêter un virage. Le retour à une position stable sous la voilure
prend un certain temps une fois le virage terminé. Lorsque la voilure passe à travers de la
turbulence, un laps de temps s'écoule avant que le parachutiste le ressente.
Il est important de savoir que la voilure a un délai de réaction lorsque vous exécutez des
manœuvres de contrôle et essayez d'évaluer la situation durant la descente sous voilure.
Chaque manœuvre doit être tenue durant quelques secondes avant d'être nécessaire tandis
que les décisions, dépendant d'où vous êtes dans les airs, doivent être retardées à la suite
d'une manœuvre de contrôle jusqu'à ce que vous soyez installé, relativement immobile sous
votre voilure.
Vous devez tenir compte que le poids ou la taille de la charge a un effet sur la performance
de la voilure. Les voilures sont fabriquées à l'intention d'une charge particulière ou d'une
gamme de charges, habituellement appelée « charge alaire ». [La charge alaire est le
rapport entre le poids soutenu par un parachute et sa superficie. Divisez votre poids à la
sortie en livres par la superficie en pieds carrés de la voilure.] Vous devez en tenir compte
lorsque vous achetez ou empruntez une voilure.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 20
011
Page 152 de
d 200
Atterrissage
urte
Nous nous servons de la techniique appeléée « arrondi » pour atterrrir. L'arrondi est la cou
o le mouve
ement desce
endant de la
a voilure arrrête, avant que
q la vitessse de desce
ente
période où
ne comm
mence à auggmenter. L'a
arrondi est décrit
d
à la partie
p
Contrô
ôle de la voilure. Au po
oint
de vue te
echnique, il s'agit de la conversion de la vitessse avant en portance en
n augmenta
ant
la courbe
e du profil d'aile
d
pour produire de la portance ainsi que de
e la traînée,, ralentissan
nt
ainsi la vitesse
v
de descente et du
d mouvem
ment avant de
d la voilure. La portance produite par
le freinagge ne dure que
q quelque
es secondess. Certainess voilures flo
ottent de tro
ois à cinq
seconde
es, tandis qu
ue les plus petites
p
ailes, plus rapide
es, peuventt produire un
ne portance
e de
plus courte durée. Une
U fois que
e la portancce créée s'esst dissipée, la voilure co
ommence à
descendre plus rapidement. Si les comma
andes ne réa
agissent plu
us pour arrêtter cette
e, vous êtess en « décrochage ». Po
our reprendre votre possition à la su
uite d'un
descente
décrocha
age, levez le
es command
des légèrem
ment (aux ¾ du frein). Ceci
C fera voler le parach
hute
de nouve
eau, produissant une léggère portancce. Il peut y avoir suffissamment de
e portance à ce
moment-là pour rendre l'atterrisssage plus confortable
c
qu'un décro
ochage. Dans tous les cas,
tenez vos pieds et vos
v genoux ensemble
e
(p
position du roulé-boulé)
r
) pour préve
enir les
blessure
es causées par
p un dur atterrissage.
a
.
Roulé-bo
oulé
Dans le cours
c
de pre
emier saut, beaucoup d'écoles
d
s'ab
bstiennent d'enseigner
d
aux élèves
commen
nt exécuter convenablem
c
ment un rou
ulé-boulé. Ce
ela peut-être
e en raison du fait que les
élèves rééussissent si
s facilement à atterrir debout
d
ou en raison de l'aspect « te
endance » –
certains trouvent qu
u’il est moins cool d’utiliser cette méthode
m
archaïque. C'e
est une erreur.
Dans ce sport, voulo
oir être cool peut vous tuer.
t
Point à la ligne! Tous
T
les élèvves et les
parachuttistes expérrimentés devvraient apprendre à exéécuter un ro
oulé-boulé à partir d'une
e
chaise ou d'un bancc. C'est une question de
e sécurité!
© 2011, Associaation canadienne de
d parachutisme spportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 153 de 200
1. Des élèves peuvent se trouver dans une situation où ils frapperont durement le sol,
c'est pourquoi ils doivent savoir comment réagir en exécutant un roulé-boulé.
2. Un atterrissage difficile peut survenir à tout moment, notamment en raison de
turbulences, d'un atterrissage dos au vent pour éviter un obstacle ou d'un
atterrissage par vents forts.
Ceux qui savent comment exécuter un roulé-boulé s'en sortiront probablement indemnes.
Ceux qui l'ignorent s'en sortiront probablement sur une civière.
6.15 VOILURES RECTANGULAIRES À HAUTE PERFORMANCE
La transition d'une grande voilure rectangulaire d'élève à une voilure rectangulaire plus
petite oblige à spécifier clairement ce qui constitue une formation convenable pour les
voilures rectangulaires. Même si le cours de premier saut offre suffisamment d'information
pour utiliser une voilure rectangulaire d'élève de façon sécuritaire, vous aurez besoin d'une
formation et de renseignements plus approfondis pour passer de la voilure docile d'élève à
une voilure haute performance, qui est plus nerveuse.
Information et formation
Ces renseignements sur les voilures rectangulaires sont beaucoup plus élaborés que ceux
offerts dans le cours de premier saut. Le parachutiste doit maîtriser les techniques
suivantes avant d'utiliser une voilure plus performante que celle d'un élève. Veuillez noter
que toutes ces techniques sont nécessaires à l'auto-supervision et que vous les trouverez
dans la partie 6.6, Contrôle de voilure et manœuvres, à la page 127 de ce manuel.
Un entraîneur 1 vous donnera toute l'information nécessaire sur les techniques de pliage,
les méthodes d'entreposage, l'entretien de routine, les techniques de contrôle du
déploiement et le pliage supervisé. Le manuel d'utilisation du fabricant de votre équipement
fournit les caractéristiques et autre information (voilure principale) et les spécifications de la
voilure (gamme de poids et poids suspendu maximal recommandés).
Voilures à haute performance
Voici quelques caractéristiques et renseignements généraux à propos des voilures à haute
performance :
• elles ont habituellement 7 ou 9 cellules dont l'allongement est élevé (certaines ont
des renforts en « V » (structure à caissons croisés); ainsi, chaque cellule est divisée
en 3 parties, d'où leur appellation à 21 ou 27 cellules);
• elles sont habituellement faites de tissu à zéro porosité;
• leur charge alaire est de 1,2 ou plus;
• leur vitesse relative avant est plus élevée que la normale;
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Page 154 de 200
elles peuvent se balancer violemment lors des virages avec les commandes et les
élévateurs;
les techniques d'atterrissage à haute performance peuvent atteindre des vitesses qui
dépassent 70 km/h (50 mi/h);
certaines voilures, lors de virages en spirale, doivent être inclinées légèrement en
effectuant une légère pression sur les commandes pour obtenir un élan dans cette
direction avant de lancer la spirale brusquement;
le lancement brusque d'une spirale provoque en général des torsades qui peuvent
être assez importantes pour coincer la commande en bas et provoquer un mauvais
fonctionnement à haute vitesse;
les manœuvres brusques au-dessous de 1000 pi AGL ne sont pas recommandées;
un décrochage peut survenir subitement avec les freins à fond;
elles peuvent produire une portance excessive lors d'une technique d'approche
d'atterrissage normale;
pour des raisons de sécurité, assurez-vous que le rapport entre votre poids, la taille
de votre voilure, votre niveau d'expérience et l'élévation du centre de sauts est
approprié. Des erreurs de calcul peuvent être désastreuses;
les voilures à performances plus élevées peuvent avoir des mauvais
fonctionnements très rapides créant une force G supérieure à la normale dans
certaines situations.
Sécurité
La sécurité est un problème qui prend sans cesse de l'ampleur en ce qui a trait au contrôle
de la voilure. Voici des conseils de sécurité à respecter :
• Ne jamais emprunter un équipement pour un saut où vous prévoyez essayer une
manœuvre nouvelle, compliquée ou qui risque de vous distraire. Ceci s'applique
surtout au débutant ou à l'intermédiaire qui a peut-être fait l'acquisition d'un nouvel
équipement au même moment où il commence le vol relatif. Il n'est pas
recommandé d'emprunter ni de changer régulièrement d'équipement et de système,
peu importe votre niveau d'expérience. Par ailleurs, il n'est pas recommandé de
connaître plusieurs procédures d'urgence et plusieurs procédures de déploiement du
parachute principal. Quand vient le temps d'ouvrir le parachute ou lorsque survient
une urgence, vous risquez de perdre un temps précieux par votre confusion à
déterminer quel système vous portez et comment réagir pour l'utiliser. L'histoire
nous révèle clairement que le port d'équipement emprunté peut être la cause de
blessures graves et même de décès.
•
RGS #1 stipule : « Aucun parachutiste ne prendra part aux activités de parachutisme
et n'utilisera d'équipement à moins d'avoir reçu la formation nécessaire et d'avoir été
accrédité au besoin. » Quand vous empruntez ou vous achetez une voilure ou un
équipement neuf ou usagé, vous avez la responsabilité de recevoir la formation
nécessaire pour l'équipement et la voilure, d'en connaître les caractéristiques de
performance du vol et de l'atterrissage et les méthodes de déploiement du parachute
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 155 de 200
principal et du parachute de réserve. De même, si vous prêtez ou vendez votre
équipement ou votre voilure à quelqu'un, vous avez aussi la responsabilité de voir à
ce que cette personne ait reçu la formation requise et que les normes de sécurité
soient observées. Pour la personne qui emprunte ou qui achète un équipement ou
une voilure, ces recommandations peuvent prévenir des blessures. Pour la personne
qui prête ou qui vend un équipement ou une voilure, ces recommandations peuvent
éviter une poursuite judiciaire, une enquête du coroner ou même les deux.
•
Un virage en crochet, aussi appelé hook turn, à basse altitude peut provoquer de
graves blessures ou la mort. Un grand nombre de parachutistes d'expérience
exécutent régulièrement cette manœuvre avec grâce et habileté. Pourtant, même
pour ces parachutistes extrêmement expérimentés, la plus petite erreur peut
entraîner une fracture, telle au fémur ou à la nuque, de même que la mort. En tant
que novice, vous devez comprendre que ces parachutistes ont fait des centaines et
peut-être des milliers d'atterrissages de voilure avant de perfectionner cette
manœuvre pour en arriver aux atterrissages à haute performance que vous observez
maintenant. Leur expérience est d'ailleurs enrichie des facteurs suivants :
o de nombreuses heures sous voilure;
o des centaines d'atterrissages dans divers vents et conditions
atmosphériques;
o l'apprentissage des habiletés motrices jusqu'au point de l'automatisme;
o une grande capacité d'évaluation, une conscience et un jugement supérieurs
qui sont le résultat d'une longue expérience. Essayer d'exécuter cette
manœuvre sans avoir suffisamment d'expérience sous voilure ou une assez
longue période de formation se traduit presque assurément par une blessure
grave ou la mort.
•
Plusieurs nouveautés relatives aux techniques et aux styles d'équipement sont
apparues récemment et font l'objet de préoccupations en matière de sécurité.
Mettre le glisseur en place, enlever ses booties et ouvrir la fermeture éclair de son
wing suit sont des exemples de distractions qui augmentent les risques d’une
mauvaise évaluation de la voilure et de collisions sous voilure. Reconnaître que vous
avez un mauvais fonctionnement à basse vitesse après avoir mis le glisseur en place
peut être dangereux si vous avez l'intention d'exécuter une libération (perte de
temps, altitude trop basse, accrochage possible de la voilure). Également, quand
plusieurs nouvelles voilures performantes sont dans le ciel en même temps, les
positions relatives changent rapidement et une collision peut survenir extrêmement
rapidement. Une collision peut arriver subitement pendant que vous mettez le
glisseur en place ou que vous enlevez un bootie. La plupart des voilures à haute
performance ont des micro-suspentes et une collision ou un entortillage (wrap) peut
causer des coupures graves ou même une mutilation.
Les parachutistes qui se placent dans la direction du vent pour effectuer un hook turn de
270° regardent en bas au moment d'exécuter le virage. Le risque d'entrer en collision
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 156 de 200
frontale avec une personne qui exécute une approche d'atterrissage normale est très élevé avec cette technique d'atterrissage. Une collision près du niveau du sol est assurément
désastreuse.
Le ground swooping ou le turf-surfing est très populaire auprès des parachutistes
expérimentés avec des skim boards qui parcourent de longues distances à vitesse élevée.
Malheureusement, certains parachutistes effectuent ces atterrissages avec un moins grand
contrôle et en tenant peu compte des autres; ces atterrissages se font parfois vent de côté,
parfois même dos au vent, ce qui accroît la congestion de voilures et les risques auprès des
autres parachutistes sous voilure et au sol.
Il est fortement recommandé de faire preuve de prudence, de bon sens, d'auto-discipline,
de contrôle, de vigilance et d'un grand jugement pour assurer une constante sécurité sous
voilure. Ne jamais tenter une quelconque manœuvre qui dépasse votre niveau de
compétence ou sans d'abord consulter un entraîneur certifié expérimenté dans cette
discipline.
6.16 RÈGLEMENTS DE L'AIR
Ces règles de priorité de passage, tirées du manuel Parachuting : The Skydiver's Handbook,
par Dan Poynter, sont des règles de bon sens que tout parachutiste devrait connaître. Nous
les expliquons en profondeur, car elles s'appliquent aux parachutistes en chute libre et sous
voilure. Veuillez noter qu'il s'agit de règles générales. Les règles locales peuvent être
différentes.
1. Une voilure de réserve a priorité de passage sur toutes les voilures principales.
2. Si deux voilures convergent : la voilure (à votre niveau) à votre droite a la priorité de
passage.
3. Les aéronefs les moins manœuvrables ont le droit de passage sur ceux qui sont plus
faciles à manœuvrer. Une montgolfière aurait la priorité de passage sur un
parachute, et un parachute aurait la priorité de passage sur un planeur, un
deltaplane, un aérostat, un aéronef et un giravion, dans cet ordre.
4. Un tandem a priorité de passage sur un sauteur solo, autant en chute libre que sous
voilure.
5. Un caméraman a priorité de passage sur un sauteur solo, autant en chute libre que
sous voilure. Toutefois, ce n'est pas parce que vous portez une caméra sur votre
casque que vous pouvez supposer que les autres parachutistes vous céderont le
passage.
6. Une voilure ronde moins manœuvrable a la priorité de passage sur une voilure
rectangulaire.
7. Les élèves ont la priorité de passage sur les parachutistes d'expérience.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 157 de 200
8. Deux voilures qui s'approchent l'une face à l'autre doivent tourner à droite pour
passer. Si vous vous dirigez vers une autre voilure après l'ouverture, tournez à
droite. Si vous ne pouvez pas éviter une collision, écartez les bras et les jambes pour
éviter de passer au travers des suspentes.
9. Dépassez les autres voilures par la droite. Évitez l'air turbulent derrière et au-dessus
des autres voilures (appelé turbulence de sillage).
10. Sous voilure, la voilure la plus basse a la priorité de passage. Cédez le passage à la
voilure la plus basse, tant en altitude que près du sol. Les voilures plus basses ne
doivent pas faire de virages hook turn devant d'autres voilures en approche finale. Si
vous êtes la voilure du bas, criez pour informer les autres de votre présence.
11. Approchez la cible en suivant un parcours par la gauche à moins qu'il n'en soit
indiqué autrement par les règles locales.
12. Après l'atterrissage, libérez l'aire d'atterrissage immédiatement pour les autres
voilures.
6.17 SITUATIONS INHABITUELLES SOUS VOILURE ET AU SOL
Problèmes sous voilure
De nombreuses raisons peuvent expliquer un mauvais fonctionnement de la voilure. Peu
importe la cause, le procédé à suivre est le même :
1. ÉVALUEZ : vérifiez la situation, respirez à fond
2. PENSEZ : décidez si vous allez garder la voilure principale ou vous servir de la voilure
de réserve
3. RÉAGISSEZ : libérez la voilure principale et activez la voilure de réserve
6.17.1 Mauvais fonctionnement de voilure et situations inhabituelles
Un mauvais fonctionnement de voilure se produit lorsque celle-ci a une forme gonflée, mais
n'est pas rectangulaire ou contrôlable.
1) Un mauvais fonctionnement à haute vitesse est celui où l'extracteur a été lancé et la
séquence de déploiement est rendue au point où la voilure principale doit se déployer mais
reste dans le sac (blocage du sac) ou la voilure est sortie du sac mais ne se gonfle pas
(torche). Vous devez donc régler ce problème immédiatement, sans hésiter, car votre taux
de descente est très rapide. Vous pouvez essayer de corriger ce mauvais fonctionnement
en tirant brusquement sur les élévateurs arrière pour les abaisser et aider l'air à entrer dans
votre voilure. Cependant, ne faites cette manœuvre que deux fois. Si la voilure ne se gonfle
pas immédiatement, libérez-la et activez la voilure de réserve. Ces mauvais
fonctionnements exigent une réaction immédiate. Comme ils sont évidents, ils sont donc
faciles à évaluer.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 158 de 200
2) Une difficulté de direction est causée par une voilure qui est rectangulaire mais qui
tourne continuellement ou refuse de tourner. La première chose à faire est un test en vol
(virage à gauche, virage à droite, freinage). Si le problème est résolu, continuez; mais si la
réaction de la voilure n'est pas satisfaisante, libérez-la et activez la voilure de réserve. Un
relâchement prématuré des freins peut survenir durant le déploiement et causer un
tournoiement incontrôlé lors du gonflement. La première manœuvre consiste à relâcher les
deux commandes, ce qui devrait rectifier la situation. Un emmêlement des commandes est
visible et vous pouvez essayer de les démêler en tirant brusquement sur l'élévateur arrière.
Si vous n'avez pas réussi après la deuxième fois, exécutez les procédures d'urgence.
3) Un glisseur accroché, peut causer un mauvais fonctionnement à haute vitesse s'il est
solidement accroché assez haut et doit être traité comme tel. Si le glisseur est seulement
partiellement baissé, il est probable qu'il soit accroché aux cascades de suspentes. Levez et
abaissez les commandes ou les élévateurs arrière plusieurs fois, ce qui devrait le faire
descendre. Si vous ne réussissez pas, exécutez les procédures d'urgence.
4) L'extracteur est emmêlé. Il peut être tombé devant la voilure et traîner librement sous la
surface inférieure de la voilure sans causer de problème ou s'être emmêlé avec un ou
plusieurs groupes de suspentes et causer un problème de direction. Faites un test en vol
pour évaluer la situation. La voilure peut voler normalement ou peut-être avec une certaine
compensation avec les commandes. Si vous êtes dans l'impossibilité de la contrôler,
exécutez les procédures d'urgence.
5) Les suspentes cassées se détectent habituellement par une distorsion de la voilure.
Faites un test en vol pour évaluer l'état de la voilure. Certaines suspentes ont un effet sur le
contrôle de la voilure. Si vous êtes dans l'impossibilité de la contrôler normalement ou par
compensation, exécutez les procédures d'urgence.
6) Le blocage des freins peut survenir quand vous tentez de relâcher les commandes. Dans
un tel cas, vous pouvez maintenir le contrôle de la direction en utilisant la commande du
côté fonctionnel et l'élévateur arrière du côté bloqué. Pour voler en ligne droite, freinez à ½
la commande libre. Vous pouvez aussi utiliser les deux élévateurs arrière pour freiner à
l'atterrissage, mais préparez-vous à faire un roulé-boulé. Vous devriez vous exercer à
quelques reprises à haute altitude pour arriver à freiner en ligne droite, sans virage.
7) Des torsades se démêlent en écartant les élévateurs et en balançant vos jambes dans la
direction opposée des torsades.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 159 de 200
Note : laissez les freins rangés jusqu'à ce que les torsades soient défaites. Si la voilure vire
ou tourne, les suspentes se tortilleront encore plus. Dans un tel cas, exécutez les
procédures d'urgence.
8) Des cellules extérieures fermées se corrigent habituellement en baissant les commandes
à la position de freinage. Retenez-les pendant quelques secondes, puis remettez-les
graduellement à la position de plein vol. Si la voilure réagit violemment ou de manière
imprévisible, exécutez les procédures d'urgence.
9) La turbulence durant la descente peut causer un problème, particulièrement durant la
préparation à l'atterrissage. En général, il est recommandé de garder les commandes bien
en haut et de traverser la turbulence en gardant la pleine vitesse. Si vous balancez ou
glissez latéralement près du sol, freinez un peu (¼) et retenez les freins jusqu'à ce que vous
soyez quasiment prêt à atterrir et passez ensuite au freinage maximal.
10) Vous n'arrivez pas à localiser l'aire d'atterrissage ni les repères. Pour localiser l'aire
d'atterrissage, regardez droit en bas, sous vos pieds. Ensuite, tout en observant la
circulation des voilures, faites lentement un virage de 360° et scrutez les alentours en
formant des arcs jusqu'à ce que vous trouviez l'aire d'atterrissage. Cherchez d'abord l'aire
d'atterrissage ou la piste de décollage. Vous pouvez aussi regarder les autres voilures pour
voir si elles se dirigent toutes vers un secteur commun. Une fois que vous avez trouvé les
principaux repères, vous devriez y diriger votre voilure. Au fur et à mesure que vous vous
approchez, vous devriez trouver d'autres repères (par ex., un point désigné ou un point
d'atterrissage).
Si vous ne trouvez pas l'aire d'atterrissage après 30 secondes à 1 minute, il est temps de
choisir un autre lieu d'atterrissage et suivre la méthode détaillée à la partie Atterrissage hors
zone.
Si vous avez trouvé l'aire d'atterrissage et que vous y dirigez, surveillez votre altitude. Si
vous êtes à basse altitude, abandonnez votre point désigné, virez pour faire face au vent,
choisissez une zone libre et atterrissez. Il vaut mieux atterrir sûrement face au vent, loin de
votre point d'atterrissage, que d’atterrir en catastrophe, vent arrière, en tentant d'atteindre
la cible.
11) Vous ne trouvez pas les commandes. Si vous ne trouvez pas les commandes, faites un
test en vol complet avec les élévateurs arrière et dirigez-vous vers l'aire d'atterrissage. Une
fois dans la bonne direction, cherchez les commandes encore une fois. Elles sont
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 160 de 200
habituellement à l'arrière des élévateurs arrière. Si vous ne les trouvez pas, continuez votre
approche avec les élévateurs arrière et atterrissez en freinant avec les élévateurs arrière.
12) Problèmes de contact radio. Si vous êtes guidé par une radio et que vous n'avez pas
reçu de message dans les 30 secondes qui suivent le déploiement, vérifiez brièvement votre
radio pour voir s'il y a quelque chose que vous pouvez rectifier. Ne perdez pas trop de
temps à essayer de corriger le problème. Vous pouvez commencer par vérifier le bouton de
test, s'il y en a un. Si vous n'entendez aucun son, débloquez vos oreilles (par ex., bâillez),
puis vérifiez si la radio est allumée et si le volume est à fond. Si tout est en ordre, vous
pouvez vérifier que le couvercle du compartiment des piles est fermé et enfin, vérifiez le
raccord de l'antenne. Si la difficulté est causée par l'un ou l'autre de ces articles, vous aurez
une réception intermittente.
La vérification devrait se faire rapidement. Si vous ne réussissez pas, portez alors votre
attention à votre retour à la cible. Suivez la « loi du deux fois » : Essayez deux fois, puis
cherchez une autre solution.
Note : Ces techniques ne s'appliquent pas à toutes les radios. Si rien ne fonctionne,
atterrissez au milieu d'un grand champ libre.
13) Contrôle de la voilure de réserve : Les élèves et les parachutistes intermédiaires qui
utilisent ou projettent d'acheter une voilure de réserve ronde doivent sauter une ou deux
fois avec une telle voilure (par ex., Para-Commander), s'ils en ont l'occasion, afin de se
familiariser avec les voilures rondes.
Une fois la voilure principale activée, le parachutiste est laissé à lui-même jusqu'à
l'atterrissage. Toutefois, si vous voyez qu'un autre parachutiste éprouve des difficultés,
surveillez ses manœuvres. Quelqu'un doit suivre cette personne jusqu'à son atterrissage et
les autres doivent surveiller où la voilure principale (et possiblement le sac de réserve)
atterrit. Si vous ne vous sentez pas à l'aise avec un atterrissage hors zone, vous ne devriez
pas suivre l'autre parachutiste. Si vous deviez vous blesser, cela ne ferait qu'empirer le
problème. Si vous l'avez suivi, aidez-le à ramasser son équipement et retournez à pied
ensemble. Si l'atterrissage est le moindrement éloigné, quelqu'un au centre de
parachutisme prendra les mesures nécessaires pour aller vous chercher. Vous pouvez
également suivre la voilure principale. N'essayez pas de l'attraper, parce qu'elle pourrait
s'enrouler autour de votre voilure ou vous amener en downplane (voilure en piqué). Une
telle manœuvre a déjà conduit à des accidents mortels dans le passé.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 161 de 200
6.17.2 Situations à deux voilures 1
Vous devriez discuter de cette partie avec un entraîneur 2 ou une personne très
expérimentée dans la formation sous voilure afin de bien en saisir le contenu. Il est à noter
que les situations présentées sont les configurations les plus courantes, mais que de
nombreuses autres combinaisons inconnues peuvent survenir dans une situation à deux
voilures.
Les situations à deux voilures comportent certaines causes communes :
• l'aiguille de réserve sortie (une bonne raison de toujours faire vérifier vos aiguilles
avant de sortir de l'avion!);
• une collision en chute libre;
• une activation du DDA (mauvais réglage ou déploiement du parachute principal à
trop basse altitude);
• l'extracteur en remorque.
Le résultat sera deux voilures qui cherchent leur espace aérien. Rappelez-vous que
l'extracteur peut partir dans n'importe quelle direction et prendre n'importe quel chemin
pour trouver de l'espace; ceci n'a pas toujours pour résultat un déploiement impeccable des
deux voilures et le risque d'emmêlement des suspentes ou des élévateurs est élevé.
Voici les cinq configurations à deux voilures courantes :
1. côte à côte (side-by-side);
2. biplan;
3. « entre deux »;
4. down-plane;
5. déploiement partiel.
1. Configuration côte à côte
La plupart du temps, les voilures adoptent une configuration côte à côte. Il n'est pas
recommandé d'effectuer une libération dans le cas d'une configuration côte à côte. L'angle
de descente avec les deux voilures ouvertes est assez plat.
D'abord, assurez-vous qu'il n'y ait pas d'emmêlements. Prenez le temps de REGARDER!
Repérez les 8 élévateurs pour vous assurer qu'ils soient libres, jusqu'aux glisseurs, et suivez
visuellement les suspentes jusqu'à chaque voilure. Les élévateurs pourraient être emmêlés;
regardez vers le haut et suivez chaque élévateur pour vous assurer qu'ils ne soient pas pris
les uns dans les autres.
1
Renseignements sur les situations à deux voilures et les collisions sous voilure basés sur les
recherches, les études, les observations et les expériences de l'US Army par Golden Nights, Rusty Vest
et des séminaires de présentation par Jim Cowan du symposium de la Parachute Industry Association,
Reno Nevada, 2009.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 162 de 200
Ne relâchez pas les freins!
Si vous avez déjà relâché les freins d'une voilure, freinez-la à ½ pour aider à compenser la
vitesse et permettre aux deux voilures de rester ensemble.
Volez à l'aide des élévateurs arrière. Pour vous diriger, faites tourner doucement une voilure
à l'aide de l'élévateur arrière pour qu’elle suive l'autre voilure pour obtenir un vol parallèle et
éviter une situation de down-plane. « Poussez » doucement l'autre voilure dans la direction
désirée – assurez-vous de toujours pousser et non tirer quand vous vous dirigez. Ainsi, vous
ne pourrez tourner que dans une direction. Si les voilures s'éloignent l'une de l'autre (ce qui
peut arriver s'il y a des torsades dans les suspentes), utilisez les élévateurs arrière pour
maintenir les voilures en contact au-dessus de vous.
Si les voilures ou les élévateurs SONT emmêlés, si vous êtes à moins de 1000 pi AGL ou si
vous n'arrivez pas à déterminer votre altitude (par ex. : un saut de nuit), dirigez la voilure qui
semble en meilleur état avec les élévateurs arrière. La voilure en meilleur état n'a pas de
torsades dans ses suspentes, ses cellules extérieures sont ouvertes et son glisseur est au
plus bas; ainsi, vous aurez un meilleur contrôle de celle-ci. Quand vous atterrissez avec deux voilures, ne freinez pas! Préparez-vous à faire un rouléboulé. L'axe de descente avec deux voilures déployées est beaucoup plus horizontal, donc
vous atterrirez à un angle plus faible.
2. Configuration biplan
Une telle situation se produit quand une voilure vole directement devant l'autre. Le nez de
la voilure à l'arrière a tendance à s’appuyer ou pousser dans les suspentes de la voilure
avant. Ne libérez JAMAIS votre voilure principale si elle est à l'avant.
D'abord, assurez-vous qu'il n'y ait pas d'emmêlements. Prenez le temps de REGARDER!
Repérez les 8 élévateurs pour vous assurez qu'ils soient libres jusqu'aux glisseurs, et suivez
visuellement les suspentes jusqu'à chaque voilure. Les élévateurs pourraient être emmêlés;
regardez vers le haut et suivez chaque élévateur pour vous assurer qu'ils ne soient pas pris
les uns dans les autres.
Ne relâchez pas les freins!
Si les voilures ou les élévateurs sont emmêlés (ce qui peut se produire si la réserve est
propulsée contre la voilure principale pendant le déploiement), si vous êtes à moins de
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 163 de 200
1000 pieds ou si vous êtes incertain, dirigez très doucement la voilure À L'AVANT à l'aide
des élévateurs arrière. Les voilures de tailles similaires voleront de façon compatible.
Essayez d'éviter de partir en down-plane.
Si les voilures ne sont pas emmêlées, vous pouvez utiliser les élévateurs arrière de la voilure
À L'ARRIÈRE et les diriger de façon à obtenir une configuration côte à côte. Ensuite, suivez
les étapes ci-dessus pour une configuration côte à côte.
À l'atterrissage, NE FREINEZ PAS et préparez-vous à effectuer un roulé-boulé. Le taux de
descente de deux voilures ouvertes est plus lent qu'avec une seule voilure.
3. Configuration « entre deux »
Cette configuration semble se situer entre la configuration côte à côte et la configuration
biplan. D'abord, assurez-vous qu'il n'y ait pas d'emmêlements. Si les voilures et les
élévateurs ne sont pas emmêlés, utilisez les élévateurs arrière de la voilure à l'arrière pour
déplacer les deux voilures de façon à obtenir une configuration côte à côte; suivez les
étapes ci-dessus pour une configuration côte à côte.
S'il y a des emmêlements, si vous êtes à moins de 1000 pieds ou si vous êtes incertain,
dirigez très doucement la voilure DE DEVANT à l'aide de SES élévateurs arrière. Tournez la
voilure de devant vers l'autre voilure pour la pousser dans une seule direction. Dirigez les
deux voilures dans le vent si vous le pouvez. Ne freinez pas à l'atterrissage et exécutez un
roulé-boulé.
4. Configuration down plane (en piqué)
Ceci se produit si les deux voilures tirent chacune de leur côté et quelles piquent tout droit
vers le sol à un taux de descente supérieur à la normale. Les suspentes d'une voilure sont
généralement torsadées, ce qui maintient le down plane.
D'abord, assurez-vous qu'il n'y ait pas d'emmêlements. S'il n'y a pas d'emmêlements,
effectuez une libération. Éliminez toutes les torsades de la voilure de réserve.
Si les voilures sont emmêlées, essayez de les diriger ensemble. Ceci peut exiger un virage
continu, surtout si des suspentes sont torsadées. Dirigez les voilures l'une vers l'autre à
l'aide des élévateurs arrière. Pour cela, il se peut que vous ayez à tourner une voilure en
sens inverse pour les rapprocher l'une de l'autre et les empêcher de se poursuivre. Essayez
de ramener les deux voilures au-dessus de votre tête.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 164 de 200
Vous pourriez relâcher une commande de la voilure dont des suspentes sont torsadées en
espérant qu'elle s'auto-dirige, puis ramener les deux voilures ensemble.
Il est à noter qu'une configuration face à face est préférable à une configuration dos à dos.
En dernier recours, tirez la poignée de libération; soyez conscient qu'il y a un risque
d'emmêlement.
5. Déploiement partiel
Ceci se produit quand une voilure est ouverte et que l'autre pend en-dessous, toujours dans
son sac de déploiement. Laissez les freins rangés pour maintenir le vol lent, ou, si vous
avez déjà relâché les freins, volez avec les freins à ½ pour éviter une trop grande vitesse qui
pourrait faire sortir du sac la voilure pendante.
Si la voilure principale ne s'est pas gonflée, commencez par vous assurer que les élévateurs
ne soient pas emmêlés, effectuez une libération de la voilure principale et libérez les
élévateurs (tirez-les manuellement par-dessus vos épaules pour vous assurer qu'ils soient
complètement libres).
Si la deuxième voilure commence à se gonfler, assurez-vous qu'il n'y ait pas d'emmêlement
dans les suspentes pendant le gonflement; laissez les voilures prendre l'une des
configurations décrites ci-dessus, scrutez la présence d'emmêlements des suspentes ou
des élévateurs et suivez les étapes associées à l'une des configurations précédentes.
Si la voilure de réserve ne s'est pas gonflée, rassemblez les suspentes et soulevez le sac
LENTEMENT! Prenez le sac de déploiement dans vos mains et agrippez-le solidement. Ne
vous préoccupez pas de l'extracteur – laissez-le traîner. Dirigez-vous en effectuant un virage
avec le harnais, ou dirigez-vous avec une seule main, mais tenez fermement le sac.
À 4,5 m (15 pi) au-dessus du sol, laissez tomber le sac, freinez avec les élévateurs arrière et
préparez-vous à effectuer un roulé-boulé.
6.17.3 Collisions sous voilure
Selon les statistiques de la USPA, 6 décès de parachutistes étaient associés à des collisions
sous voilures en 2007 et 4 en 2008, dont un parachutiste canadien.
Quand vous commencez à travailler avec un entraîneur 2 pour l’obtention de l'annotation
VR2, vous devriez obtenir une formation sur les techniques d'évitement de voilure et les
collisions sous voilure.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 165 de 200
La technique d'évitement de voilure consiste à saisir l'élévateur arrière et à le tirer vers le
bas juste avant que la voilure soit totalement gonflée pour faire tourner la voilure à 90° afin
d'éviter une autre voilure en approche.
Les collisions peuvent être évitées à l'aide des élévateurs arrière. Il est essentiel d'insister
sur l’importance d'éviter le contact corps à corps puisque cela entraîne généralement de
graves blessures ou la mort. Il est préférable de frapper les suspentes ou le tissu de la
voilure. Pour éviter une collision avec contact corps à corps, il se peut qu'une des deux
personnes ait à se « balancer » sous sa voilure.
En cas de collision imminente sous voilure, le parachutiste au niveau le plus bas a la priorité
de passage. Si vous ne pouvez éviter la collision, écartez les jambes et le bras droit
(position en « X ») afin de couvrir une superficie aussi grande que possible. Le bras
GAUCHE devrait couvrir la poitrine pour protéger les poignées de libération et de réserve,
avec la main gauche prête à saisir la poignée de libération au besoin.
Deux voilures qui convergent l'une vers l'autre produiront un impact à haute vitesse. Une
voilure d'élève vole à une vitesse approximative de 32 km/h (20 mi/h), donc la vitesse
d'impact de deux voilures qui entrent en collision frontale équivaut à 64 km/h (40 mi/h).
Voici un autre exemple : un parachutiste de 86 kg (190 lb) qui pilote une voilure
rectangulaire de 150 pi2 se déplace à environ 55 km/h (34 mi/h) quand les freins sont
rangés et à 70 km/h (44 mi/h) en plein vol; deux parachutistes qui entrent en collision à
cette vitesse auront un impact équivalent à 140 km/h (88 mi/h), ce qui est trop rapide pour
survivre. Les plus petites voilures volent à une vitesse beaucoup plus rapide. À des
vitesses aussi élevées, les suspentes deviennent aussi tranchantes que des rasoirs et
peuvent couper presque n'importe quoi, même un casque. De plus, les suspentes peuvent
s'enrouler autour d'une personne et l'étouffer.
D'abord, évaluez attentivement la situation. Communiquez l'altitude régulièrement. Utilisez
des commandes POSITIVES seulement : « Fais ceci… ». Dites seulement « libération » si
vous voulez que L'AUTRE personne le fasse, pas vous. Si vous effectuez une libération,
dites « Bye bye! » ou « Je m'en vais » au moment où vous partez. Si vous êtes pris dans les
suspentes ou les élévateurs, il se peut que vous ayez à vous en extraire.
Il y a deux types d'emmêlement de voilures :
1. un emmêlement ou un enroulement de tissu (souvent appelé wrap);
2. un emmêlement des suspentes.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 166 de 200
S'il s'agit d'un emmêlement de tissu, c'est en général la personne du bas (qui n'est pas dans
l'enroulement) qui libère sa voilure la première. S'il s'agit d'un emmêlement de suspentes,
c'est en général la personne du haut (celle qui est prise dans les suspentes) qui libère sa
voilure la première pour s'extraire des suspentes.
1. Emmêlement ou enroulement de tissu (wrap)
La voilure du parachutiste du bas peut s’enrouler autour du parachutiste du haut, laissant le
premier sans voilure. Si cela se produit au-dessus de 1000 pieds, le sauteur du haut a
probablement encore une voilure fonctionnelle au-dessus de lui. Le parachutiste du haut
doit protéger ses poignées (le bras gauche protégeant la poignée de libération) et tenter de
se sortir de l'emmêlement. Une fois sorti, il doit vérifier que TOUT l'équipement, y compris
les poignées de libération et de réserve, soit resté bien en place, que la sangle du harnais
ne soit pas coupée, qu'il n'y ait pas de suspente cassée ni de dommages à la voilure, puis
faire un test en vol.
Le parachutiste du bas, bien qu'il se soit sorti de l'emmêlement, n'est pas sous une voilure
fonctionnelle. La communication est essentielle pour résoudre cette situation en toute
sécurité. Le parachutiste du bas doit :
• demander au parachutiste du haut : « Que veux-tu que je fasse? »;
• indiquer continuellement l'altitude au parachutiste du haut, qui ne peut sans doute
pas voir son altimètre;
• aider à diriger le parachutiste du haut pour le positionner face au vent en lui
indiquant à quelle distance tourner.
Si le parachutiste du haut ne répond pas, il est peut-être étouffé par des suspentes autour
de son cou ou inconscient à la suite de l'impact. Si la situation se résout d'elle-même et que
les voilures se démêlent, le parachutiste du bas doit effectuer une vérification complète de
l'équipement, y compris une observation de la voilure « au-dessus » pour s'assurer qu'il n'y
ait pas de déchirure sur le dessus de la voilure.
Si le parachutiste du haut indique au parachutiste du bas d'effectuer une libération, le
parachutiste du bas devrait aider à diriger le parachutiste du haut dans la ligne de vent, puis
dire « Bye bye! » au moment d'effectuer la libération. Le parachutiste du haut doit continuer
à éloigner la voilure de son visage pour voir où il est.
Si le problème survient SOUS 1000 pieds, N'EFFECTUEZ PAS DE LIBÉRATION! Le
parachutiste du haut doit protéger ses poignées pour éviter que des suspentes ne s'y
accrochent et continuer à tenir le parachutiste du bas sous la seule voilure jusqu'à
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 167 de 200
l'atterrissage. Le parachutiste du haut devrait faire des virages très lents. Les deux
devraient s'attendre à un atterrissage brusque et rapide et se préparer à faire un rouléboulé. Le parachutiste du bas, qui surveille l'altitude (n'oubliez pas que celui du haut peut
être aveuglé par la voilure), devrait dire « Tiens-moi bien! » si l'altitude est à moins de
1000 pieds. (Rappelez-vous d'utiliser uniquement des phrases affirmatives positives.) Si vous atterrissez sans avoir réussi à sortir de l'enroulement, et que a) la vitesse est très
élevée étant donné que deux personnes sont sous une seule petite voilure ou que b) une
voilure part en spirales, il est possible que le parachutiste du bas n'ait d'autre choix que de
déclencher sa voilure de réserve. Deux parachutes seront ainsi déployés pour ralentir la
descente ou stopper la spirale. Dans un cas comme dans l'autre, il sera préférable d'avoir
deux parachutes.
2. Emmêlement des suspentes
Si l'emmêlement se produit AU-DESSUS DE 1000 pieds, le parachutiste du haut risque
d'être pris dans les suspentes et d'avoir aussi une mauvaise voilure. Première règle,
protégez les poignées avec le bras gauche qui couvre à la fois les poignées de réserve et de
libération, la main gauche étant placée par-dessus la poignée de libération. Essayez de
vous extraire des suspentes ou des élévateurs; grimpez sur la voilure pour en sortir au
besoin.
Si vous vous libérez, effectuez un contrôle complet de l'équipement, y compris les poignées,
la sangle de harnais, les suspentes et la voilure.
Le parachutiste du bas devrait demander : « Que veux-tu que je fasse? ». La
communication est essentielle. Le parachutiste du bas devrait continuellement donner
l'altitude.
Si le parachutiste du haut décide d'effectuer une libération, celui-ci devrait dire « Bye bye, je
m'en vais ». Débranchez la SOAR. Il est possible que la tension exercée sur la suspente
aide l'autre personne à se libérer des lignes et à tomber en chute libre, ce qui permettra de
déployer la voilure de réserve. Il est parfois nécessaire que la personne se débatte ou
grimpe pour sortir des suspentes. Dans tous les cas, le contact de corps à corps doit être
évité.
Pourquoi le parachutiste du bas n'effectue-t-il PAS de libération? (Après tout, le
parachutiste du bas n'est pas en danger, n'est-ce pas?....C'EST FAUX!) Si le parachutiste du
bas libère sa voilure, cela élimine la tension dans les suspentes et le parachutiste du haut
va se retrouver prisonnier dans ces suspentes; gardez à l'esprit que le parachutiste du haut
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 168 de 200
a probablement une voilure non fonctionnelle ou ne peut déployer sa voilure de réserve s'il
est pris dans les suspentes. Néanmoins, si le parachutiste du bas effectue une libération, sa
voilure fait l'effet d'une ancre et tire sur les suspentes, qui peuvent s'emmêler autour du cou
du parachutiste du haut ou causer un down plane ou une spirale.
Si l'emmêlement se produit sous 1000 pieds et que le parachutiste du haut est pris dans
les suspentes, il est probable que la voilure ne soit pas fonctionnelle. Règle no 1 : Protégez
vos poignées! Essayez de contrôler la voilure autant que possible, mais n'effectuez PAS de
libération. Si le parachutiste du haut est incapable de contrôler sa voilure (par ex., en cas
de spirale), il pourrait, en dernier recours, ouvrir sa voilure de réserve, en supposant que ce
soit libre derrière pour permettre à l'extracteur de se gonfler.
À moins de 1000 pieds, le parachutiste du bas devrait continuellement donner l'altitude. En
cas de descente rapide (par ex., deux personnes sous une petite voilure) ou de spirale, la
voilure de réserve peut aider à ralentir le taux de descente ou arrêter une spirale. Le
parachutiste du bas doit essayer de contrôler la voilure du mieux qu'il peut; il se peut aussi
que sa seule option consiste à déprendre le plus possible le tissu du parachute pour le faire
prendre dans l'air.
Le coupe-suspentes (hook knife) devrait être utilisé seulement en dernier recours, comme
dans le cas où une suspente s'enroule autour du cou et étouffe le sauteur ou si elle
s'enroule autour du harnais. Si le parachutiste commence à couper des suspentes, il doit se
rappeler qu'il coupe les suspentes de la voilure du parachutiste du bas.
Voici deux recommandations pour éviter les collisions sous voilure :
1. si vous êtes à haute altitude, au-dessus de 1000 pieds, surtout à haute vitesse, virez
puis freinez;
2. si vous êtes à basse altitude, sous 1000 pieds, freinez puis virez (souvenez-vous de
ne pas effectuer de virages brusques près du sol!).
Pour d'autres conseils et une formation, veuillez consulter un entraîneur 2.
6.17.4 Dangers près du sol
Un obstacle dans l'aire d'atterrissage pose un problème si vous vous dirigez vers celui-ci.
Pour l’éviter, virez légèrement d'un côté ou de l'autre et choisissez un nouveau couloir
d'atterrissage libre d'obstacles. En cas d'obstacle, suivez ce processus : évitez l'obstacle protégez votre corps - préparez-vous à atterrir.
Éviter un obstacle
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 169 de 200
Le saut n'est pas terminé tant que vous n'avez pas les deux pieds au sol et que vous n'êtes
pas solidement debout. Pour y arriver, vous devez connaître les dangers qui existent dans
le secteur et faire votre possible pour les éviter. Pour réduire les risques de vous retrouver
en présence d'un danger, observez ce qui suit.
•
•
•
•
Apprenez à connaître l'aire d'atterrissage. Avant de sauter, familiarisez-vous avec
l'aire d'atterrissage et ses dangers. Cherchez les dangers les moins évidents tels
que les clôtures et les lignes à haute tension. Identifiez votre aire d'atterrissage et
tout autre secteur où vous pouvez atterrir au besoin. La cible n'est pas le seul lieu
d'atterrissage sécuritaire.
Apprenez à contrôler votre voilure. Il est très important d'apprendre comment diriger
correctement votre parachute pour revenir à l'aire d'atterrissage. Vous devez savoir
où se trouvent les commandes, comment faire un virage et augmenter ou diminuer
la vitesse avant de la voilure. Vous devez aussi savoir comment repérer la cible et
ajuster votre modèle de vol et être familier avec les points de repères déterminés au
préalable. Assurez-vous de bien comprendre et de pouvoir exécuter ces techniques,
puisqu'elles vous aideront à éviter les obstacles.
Regardez droit devant vous. Bien évidemment, gardez quand même une vue
d’ensemble. Rappelez-vous que la direction dans laquelle vous pointez votre voilure
n'est pas nécessairement la direction dans laquelle vous irez. Comprenez bien que
la dérive latérale ou le crabbing peut vous aider à déterminer si vous vous dirigez
vers quelque chose que vous souhaitez éviter. Rappelez-vous aussi que peu importe
la direction que vous choisirez elle sera préférable que de foncer directement dans
l'obstacle.
Regardez le lieu où vous voulez atterrir et non ce que vous voulez éviter. Si vous
regardez l'arbre que vous essayez de ne pas frapper, vous augmentez vos risques de
le frapper!
Protéger votre corps à l'atterrissage
Puisque la plupart des aires d'atterrissage sont dans des régions rurales, on y retrouve ces
obstacles communs :
• arbres;
• bâtiments;
• fils et pylônes;
• eau;
• clôtures, automobiles, machineries agricoles et routes;
• regroupement de plusieurs types d’obstacles;
• animaux d'élevage.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 170 de 200
Arbres :
• faites votre possible pour éviter les arbres et la forêt;
• faites face au vent;
• visez un espace entre 2 ou 3 arbres, non pas le centre d'un arbre;
• les pieds et les genoux ensemble, les orteils non pointés; tenez les jambes serrées;
• freinez la voilure juste avant de prendre contact avec les arbres;
• ramenez les bras devant votre visage;
• préparez-vous à toucher le sol et roulez.
Les lignes à haute tension et les fils de téléphone :
• faites votre possible pour éviter les fils en virant d'un côté ou de l'autre pour que
votre vol soit parallèle aux fils;
• si c'est impossible, visez un espace entre 2 fils. N'essayez pas de saisir un fil pour
éviter l'électrocution;
• les pieds et les genoux ensemble, les pieds à plat; tenez les jambes serrées;
• ramenez les bras devant votre visage;
• freinez la voilure aux ¾ juste avant de prendre contact avec les fils;
• préparez-vous à toucher le sol et roulez.
Eau
•
•
•
•
•
•
•
faites votre possible pour éviter l'eau;
desserrez toutes les sangles et détachez complètement la sangle de poitrine;
faites face au vent;
les pieds et les genoux ensemble, les pieds à plat; tenez les jambes serrées;
approchez l'eau en freinant à ½ et freinez dès que vos pieds touchent l'eau;
laissez-vous tomber par en avant et nagez pour sortir des sangles cuissardes;
n'effectuez JAMAIS une libération au-dessus de l'eau; il est très difficile d'évaluer
votre hauteur et vous pourriez libérer votre voilure trop haut et vous blesser ou
même vous tuer.
Toits et bâtiments
• faites votre possible pour éviter le bâtiment; approchez-le en le longeant;
• restez face au vent ou légèrement vent de côté si nécessaire pour éviter une
approche directe;
• les pieds et les genoux ensemble, placez vos pieds devant avec les genoux pliés pour
absorber une partie de l'impact. Cela peut vous sauver les fémurs!
• freinez la voilure juste avant de prendre contact avec le bâtiment;
• préparez-vous à prendre contact avec le sol et roulez;
• si l’impact est imminent, il est préférable d'arriver avec un angle faible qu'à 90⁰.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 171 de 200
Clôtures, automobiles et routes
• faites votre possible pour éviter l'obstacle; approchez-le de côté;
• restez face au vent ou le vent légèrement de côté si nécessaire pour éviter une
approche directe;
• les pieds et les genoux ensemble, les pieds à plat; tenez les jambes serrées;
• freinez la voilure juste avant le contact avec l'obstacle, utilisez vos pieds pour
prendre contact et poussez contre l'obstacle.
• préparez-vous à prendre contact avec le sol et roulez.
Regroupement de plusieurs types d’obstacles.
Plusieurs obstacles peuvent se retrouver au même endroit et il peut être impossible de
choisir une procédure d'atterrissage. Il est difficile de décider quel danger a priorité. Voici
les étapes à suivre dans ce cas :
• trouvez un endroit libre d'obstacles, sans tenir compte de la direction du vent;
• dirigez-vous vers cet endroit, préparez-vous à atterrir (les pieds et les genoux
ensemble);
• freinez et roulez si nécessaire;
• si vous ne pouvez pas éviter tous les obstacles, essayez de choisir le moins
dangereux.
Vous pouvez prévenir la plupart de ces problèmes en évaluant les conditions
atmosphériques avant l’embarquement, en déterminant avec soin les vents en altitude et le
bon repère, en planifiant votre atterrissage et en suivant un circuit d'approche sous voilure.
Les méthodes recommandées en cas d'un atterrissage vent arrière ou par vent fort sont les
suivantes :
Atterrissage vent arrière :
• faites votre possible pour virer face au vent au moyen de la technique du virage plat
(½ frein); évitez les virages à pleines commandes, car ceux-ci causent presque
toujours de graves blessures ou la mort;
• tournez pour être face au vent ou vent de biais autant que possible, sans faire de
virage oscillant;
• tenez les pieds et les genoux ensemble, les pieds à plat; tenez les jambes serrées;
• freinez la voilure juste avant de toucher le sol;
• préparez-vous à toucher le sol et soulevez les deux jambes bien haut pour glisser sur
les fesses (comme l'atterrissage d'un tandem). L'atterrissage sur les fesses, effectué
avec une bonne technique de freinage, devrait vous poser au sol doucement, en
autant que le terrain soit plat et dépourvu de petits obstacles. Cette méthode est
plus sûre que tenter d'effectuer un roulé-boulé.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 172 de 200
Si vous ne savez pas comment exécuter un roulé-boulé, demandez à un instructeur de vous
l'enseigner… ceci pourrait vous éviter de vous casser une jambe un jour ou l'autre!
Atterrissage par vent fort :
• tournez face au vent, laissez la voilure voler à pleine vitesse, les commandes aussi
élevées que possible;
• les pieds et les genoux ensemble, les pieds à plat; tenez les jambes serrées;
• freinez la voilure légèrement seulement, juste avant de prendre contact avec le sol;
• préparez-vous à prendre contact avec le sol et roulez;
• relevez-vous et faites le tour de la voilure pour la dégonfler (il faut que le vent pousse
la voilure vers vous) ou tirez sur une commande ou un élévateur arrière tant que
vous pouvez jusqu’à atteindre le bord de fuite s’il le faut, ce qui fera tourner la
voilure face au sol et la dégonflera;
• si la voilure vous traîne, libérez votre voilure principale seulement si la SOAR est
débranchée.
6.17.5 Problèmes d'atterrissage et solutions
Faible arrondi (freinage insuffisant)
Ce problème survient quand un arrondi est effectué de manière lente, tardive ou avec une
force insuffisante. D'ordinaire, un faible arrondi est associé à une crainte d'atterrir, mais
parfois à un problème de force. Pire, il pourrait s'agir d'une mauvaise habitude acquise au
départ et qui n'a jamais été corrigée, comme celle de freiner trop haut ou de ne jamais
compléter le mouvement de freinage.
Il faut pratiquer diverses techniques de freinage dans les airs, comme un freinage lent pris
de haut et un freinage de dernière minute pour comprendre la réaction et les
caractéristiques du parachute.
Solutions pour un faible arrondi : Exercez-vous! Pratiquez la technique de l'arrondi pendant
un vol en parallèle avec votre entraîneur; cette référence visuelle vous permettra de
constater la réaction de votre voilure. Essayez un freinage lent pour faire planer la voilure et
terminez en abaissant complètement les commandes avant l'arrêt complet. Essayez un
arrondi brusque et observez la réaction de votre voilure par rapport à celle de la voilure de
votre entraîneur. Essayez de freiner les yeux fermés pour mieux ressentir le changement : la
sensation du vent et la pression sur les jambes. Si vous manquez de force dans les bras,
un programme de musculation dans un centre vous serait probablement bénéfique. Il est
erroné de croire que la transition vers une voilure plus petite aiderait; elle risque plutôt de
causer le même problème mais à vitesse plus élevée, ce qui accroît les risques de blessure.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 173 de 200
Arrondi incomplet
Un arrondi incomplet empêche la voilure de s'arrêter complètement; en général, les mains
descendent à la position ½ et restent là, sans jamais atteindre le niveau de l'entrejambe
pour arrêter le mouvement avant. Cela se traduit par une plus grande vitesse à
l'atterrissage, qui vous fera probablement culbuter (avec plus ou moins de grâce) au
moment de toucher le sol.
La solution consiste à s'exercer à tenir les freins à fond à haute altitude (au-delà de 2000 pi)
et à les tenir tant que vous sentez l'action de freinage et ne sentez plus l’effet du vent.
Observez à ce moment la réaction de la voilure. Tenez-vous en au freinage, ne dépassez
pas le point de décrochage. Tout en tenant les freins abaissés à fond, détendez-vous et
prenez quelques respirations profondes. Pendant que la voilure est toujours freinée à
100 %, pratiquez quelques virages (sans atteindre le point de décrochage).
Vous pouvez aussi faire une pratique de décrochage et rétablissement. Atteignez le point
de décrochage, remontez les commandes seulement de quelques centimètres et arrêtez en
gardant la tension. Regardez si la voilure s'est arrêtée directement au-dessus de la tête. Si
la voilure a fait un bond vers l'avant, vous avez levé les bras trop rapidement ou trop haut.
Si vous avez de la difficulté à tenir cette position, vous devez améliorer votre état physique.
Freinage prématuré ou excessif
Un freinage prématuré ou excessif provoque un arrondi trop haut ce qui peut regonfler la
voilure et la faire remonter, puis la faire bondir vers l'avant. Ceci causera assurément un
atterrissage « face première ». Ce problème peut être causé par une difficulté de juger la
hauteur (c.-à-d. ne pas freiner au bon moment) ou par de la nervosité associée à
l'atterrissage.
En vous exerçant à freiner en altitude, intégrez des exercices de respiration et des
techniques de détente. Regardez devant vous, vers l'horizon ou vers le lieu d'atterrissage et
non sous vos pieds. Vous devez comprendre que la voilure se déplace vers l'avant à
l'atterrissage et non vers le bas.
Pour corriger un freinage prématuré ou excessif, vous pouvez vous exercer à freiner en
altitude, peut-être avec un entraîneur qui vole en parallèle pour vous servir de référence
visuelle.
Fixer le sol, atterrissage inégal
Un autre problème courant consiste à fixer le sol pendant l'arrondi. Dès le cours de premier
saut, les élèves se font dire de « garder la tête haute, et de regarder en avant ». En fixant le
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 174 de 200
sol juste avant l’arrivée, le parachutiste a tendance à vouloir mettre les pieds au sol ou
relâcher les commandes, ce qui peut faire bondir la voilure vers l’avant. Souvent, il oublie de
garder son corps droit, notamment s'il cherche à mettre un seul pied au sol… Pour d’autres,
on dirait que les pieds sont « connectés » avec les bras. Les mouvements de leurs bras sont
directement reliés aux mouvements de leurs jambes.
La solution consiste à garder la tête haute, regarder vers l'avant et comprendre que,
contrairement à ce que plusieurs pensent, à l'atterrissage le parachute avance plus qu’il ne
descend. Vous pouvez vous pratiquer à atterrir en altitude, avec une respiration détendue,
les yeux devant, la tête relevée; de même, vous pouvez vous y exercer les yeux fermés, en
visualisant le mouvement avant du sol pendant la séquence d'atterrissage finale. Optez
pour l'idée qui dit qu'au lieu d'atterrir le plus tôt possible, vous devriez survoler (ou frôler) le
sol le plus longtemps et sur la plus longue distance possible. Laissez la voilure voler!
Stabiliser trop haut
Dans certains cas, la personne freine un peu tôt et plane sur une bonne distance en étant
beaucoup plus haut qu'elle ne le devrait. La fin du plané donne l'impression de tomber;
souvent, comme les jambes cherchent à toucher le sol, les bras remontent (Nous avons
tous vu ceci à maintes reprises : quand les mains descendent pour freiner, les jambes
remontent... l'inverse est aussi vrai, quand les jambes descendent, les mains montent... et
vous tombez face première!) Bien effectué, votre plané devrait se terminer en posant un
pied au sol, sans chercher à l'atteindre.
Pour corriger ce problème qui porte à freiner trop haut et à tomber, travaillez votre relaxation
et votre respiration tout en vous exerçant à freiner à haute altitude. Apprenez à être patient.
Si vous savez que vous freinez toujours trop tôt, attendez une ou plusieurs secondes la
prochaine fois et effectuez un arrondi lent (mais pas trop!) et régulier. Exercez-vous à
effectuer différents types de freinage : plané sur une longue distance, plané court et
prononcé freiné au dernier moment et essayez de trouver le juste milieu. Exercez-vous à
effectuer un freinage précoce, à remonter les commandes au niveau de la poitrine, puis à
refreiner. Regardez devant, vers le point d'atterrissage visé.
Essayer de rester debout lors d'un mauvais atterrissage? --- Mauvaise idée!
Si vous n'avez pas déjà appris comment effectuer un roulé-boulé, demandez à un instructeur
de vous l'enseigner. Vous en aurez besoin. Certains centres de parachutisme n’enseignent
plus le roulé-boulé, ce qui est tout à fait regrettable. Un jour ou l'autre, chacun doit en faire
un pour terminer un atterrissage raide et le roulé-boulé pourrait être ce qui fait la différence
entre le parachutiste qui s'en sort indemne et celui qui part en ambulance. Pour un
atterrissage par vent fort ou vent arrière, il est recommandé d'atterrir sur les fesses.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 175 de 200
Se pencher en arrière à l'atterrissage
À l'atterrissage, certains ont tendance à se pencher en arrière dans leur harnais pour
toucher au sol. En général, c'est parce qu'ils cherchent à atteindre le sol avec les jambes.
Ceci peut causer, au mieux, un atterrissage sur les fesses, au pire, une blessure à la cheville
ou au coccyx. Souvent, ceci est attribuable à un freinage mal terminé.
Pour corriger cette situation, après le test en vol, desserrez la sangle de poitrine pour tenir
les élévateurs élevés et être moins serré dans le harnais. Quand vous pratiquez vos
atterrissages en altitude, penchez-vous vers l'avant contre la sangle de poitrine pendant
l'exercice de l'arrondi.
Atterrir sur les deux pieds
Au lieu de marcher à l'atterrissage, certaines personnes déposent les deux pieds au sol en
même temps, ce qui se termine souvent par un atterrissage face première. Pour corriger
cette situation, vous devez vous préparer à marcher à l'atterrissage; exercez-vous en
atterrissant avec les pieds séparés, l'un devant l'autre, comme en marchant et en vous
penchant vers l'avant contre la sangle de poitrine pendant le freinage.
Virage bas inapproprié
Dans le cours de premier saut, on insiste sur le fait de ne JAMAIS effectuer un virage près
du sol. Il arrive toutefois qu'il soit nécessaire d'effectuer un virage pour éviter un obstacle
ou un autre parachutiste qui atterrit dans le même secteur. Le virage plat est la méthode
appropriée qu'il faut utiliser. Les parachutistes inexpérimentés réagissent parfois de façon
excessive et tournent trop brusquement, trop près du sol. Ce comportement de panique
peut avoir des résultats catastrophiques.
Dans la progression standard des habiletés sous voilure, il faut apprendre, pratiquer et
utiliser le virage plat. À l'atterrissage, la voilure doit toujours rester au-dessus de la tête,
jamais sur le côté. Pour effectuer un virage plat, tirez les deux commandes à la position ½
ou ¾, puis remontez légèrement pour contourner un obstacle; vous pouvez également
effectuer un virage avec le harnais. Bien qu'il soit important d'éviter les collisions corps-àcorps, un virage brusque près du sol peut provoquer une fracture du fémur, une blessure à
la tête ou même la mort.
Selon des statistiques publiées par la USPA en 2007, 1 décès de parachutiste était
attribuable à un virage bas intentionnel (par ex. : un swoop, un hook turn, un atterrissage
avec une voilure à haute performance ou une mauvaise évaluation du virage) et 2 décès
étaient causés par des virages bas involontaires (p. ex. : tentative d'éviter un obstacle,
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 176 de 200
tentative de se retourner au dernier moment pour se replacer face au vent). En 2008, les
statistiques de la USPA faisaient état de 3 décès associés à des virages bas intentionnels et
de 4 décès attribuables à des virages bas involontaires. En 2008, l'ACPS rapportait 1 décès
en raison d'un virage bas intentionnel, 1 associé à un virage bas involontaire et 1 causé par
une collision sous voilure.
6.17.6 Difficultés au sol
Si vous avez de la difficulté avec votre équipement ou en vous préparant pour un saut,
consultez un entraîneur, un instructeur ou un gréeur selon la nature du problème. N'hésitez
jamais à demander de l'aide. Il est dans votre intérêt d'établir de solides relations de travail
avec les entraîneurs, les instructeurs et les gréeurs. Cherchez une réponse à vos
interrogations avant qu'elles ne deviennent des problèmes. Ceci prévient les incidents, les
accidents ou les mauvais fonctionnements.
a) Blessures lors de l'atterrissage
Si vous vous blessez, restez étendu puisque c'est le signal indiquant qu'on devrait venir
vous aider. En agissant ainsi, les autres parachutistes verront à ce que les mesures
nécessaires soient prises immédiatement. Si vous n'êtes pas blessé, levez-vous pour
signaler que tout va bien. Si un autre parachutiste est blessé à la suite d'un atterrissage,
occupez-vous-en. Assurez-vous qu'il reçoive les premiers soins, que quelqu'un ramasse et
rapporte son équipement, que quelqu'un appelle une ambulance au besoin et qu'il soit au
chaud et au sec. Si vous n'avez pas de formation ou de certification en secourisme,
assurez-vous qu'on fasse appel à une personne qualifiée et qu'on lui fournisse le matériel
nécessaire.
Si on soupçonne des blessures sérieuses, comme un traumatisme crânien ou une fracture
de la colonne vertébrale ou du fémur, il ne faut pas déplacer la personne, ni lui enlever son
casque et son équipement.
b) Atterrissage hors zone
Si vous voyez un parachutiste atterrir hors zone, observez où il atterrit pour qu'on puisse le
repérer rapidement. Envoyez de l'aide ou une automobile. Si vous êtes le parachutiste qui
atterrira hors de l'aire d'atterrissage, évitez premièrement d'atterrir près d'une route ou sur
le bord d'un champ puisqu'il existe habituellement des obstacles tels que lignes électriques,
fossés et clôtures. Vous devez faire ce qui suit :
1. trouvez un endroit libre d'obstacle (un espace libre, long ou étroit);
2. faites face au vent et atterrissez.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 177 de 200
c) Atterrissage avec la voilure de réserve
Si vous atterrissez sous une voilure de réserve ronde, vous devez vous préparer à faire un
roulé-boulé convenable. La méthode est la suivante :
• faites face au vent;
• collez les pieds et les genoux, pliez légèrement les genoux;
• les muscles des jambes doivent être tendus sans être raides;
• levez les bras le long des élévateurs, coudes en avant et serrés ensemble;
• regardez l'horizon et non pas le sol;
• en touchant au sol, faites un roulé-boulé et le choc sera absorbé dans l'ordre
suivant : la plante des pieds, le côté des mollets et des cuisses; les fesses et les
jambes en position carpée aideront à basculer sur le côté opposé du premier contact.
Sommaire
Apprenez en détail les méthodes à suivre dans des situations anormales, avant d'avoir à y
faire face. Un instructeur sénior vous enseignera ces méthodes qui comprennent les
procédures d'urgence appropriées à votre centre. Vous devez pratiquer ces manœuvres à
quelques occasions, par exemple pendant votre formation initiale, au début de chaque
saison pour les réviser ou à tout autre moment. Faites part au personnel de votre école de
tout problème que vous avez rencontré et qui n'est pas décrit dans ce chapitre. Si vous
croyez bon d'écrire à l'ACPS pour décrire la situation, votre expérience profitera aux autres
parachutistes.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 178 de 200
CHAPITRE 7 Certification Solo
7.1
7.2
7.3
INTRODUCTION .................................................................178
RÉVISION DES PROCÉDURES D'URGENCE ......................178
SAUT D'ÉVALUATION .........................................................179
Précédent – Chapitre 6 Techniques de contrôle de la voilure Suivant – Chapitre 8 Aspects
médicaux
7.1
INTRODUCTION
L'auto-supervision est probablement l'étape la plus importante de votre progression, car
vous êtes maintenant un sauteur autonome. En devenant parachutiste, et peu importe ce
qui se passera dans votre vie, vous aurez accompli quelque chose que peu de gens ont fait.
Vous méritez les privilèges et les responsabilités d'un parachutiste solo. À partir de
maintenant, vous travaillez avec les entraîneurs pour établir des objectifs et vous avez plus
de latitude quant à la suite de votre progression. Vous portez aussi maintenant l'entière
responsabilité de votre sécurité. Par conséquent, vous devez, avec votre entraîneur ou votre
instructeur, évaluer de façon approfondie vos procédures de sécurité et vos compétences en
parachutisme.
Les compétences et les connaissances que vous évaluez exigent une solide compréhension
fondamentale du sport ainsi que le respect des règlements et des recommandations de
sécurité. Pour ce faire, vous devez connaître les cinq domaines de compétence en plus
d'avoir des connaissances techniques, une compréhension des responsabilités, une
connaissance de vos capacités et limites et le jugement nécessaire pour poser des
questions à votre entraîneur au besoin. Parmi leurs autres fonctions les membres du
réseau technique de l'ACPS (instructeurs, entraîneurs, gréeurs, responsables de la sécurité)
sont là pour assister les parachutistes débutants et intermédiaires. Vous devez savoir qu'un
tel réseau existe et que les membres locaux de ce réseau sont disponibles si vous désirez
les consulter sur n'importe quel sujet concernant le parachutisme. Nous vous
recommandons de faire équipe avec un entraîneur 1 pour vous assurer d'une progression
logique et continue.
Veuillez revoir le MIP 1, chapitre 6, partie 2, Méthode d'évaluation ainsi que la partie 6.1,
Certificat Solo.
7.2 Révision des procédures d'urgence
La révision des procédures d'urgence Solo doit être adaptée au matériel utilisé. Les cinq
domaines du tableau des compétences doivent être couverts :
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 179 de 200
Préparation
Conditions météorologiques
Équipement (par. ex. : établir une routine de vérification de votre équipement pour éviter de
vous retrouver à bord de l'avion sans altimètre)
En montée
Situations d'urgence dans l'avion
Altitudes de sortie d'urgence pour le parachute principal et de réserve
Quand éteindre le DDA en cas de descente imprévue à bord de l'avion
Malaise
Déploiement du parachute principal ou de réserve à bord de l'avion ou à la sortie
Chute libre
Mauvais fonctionnement
Autre équipement (altimètre, lunettes)
Stabilité à l'ouverture
Problème de trafic
Contrôle de la voilure
Situation pouvant être corrigée
Mauvais fonctionnement à basse vitesse
Situation à deux voilure
Trafic à l'ouverture, trafic à l'atterrissage
Obstacles
Turbulence
Atterrissage dans la mauvaise direction
Qui peut vous apprendre à faire des atterrissages en survitesse (swoop)
Équipement
Équipement mal ajusté
Dommages à l'ouverture
Défectuosité du DDA
7.3 SAUT D'ÉVALUATION
Une fois votre formation terminée, vous devez faire un saut d'évaluation devant un
instructeur pour démontrer que vous pouvez vous auto-superviser. Vous devrez exécuter un
saut incluant les 25 points suivants ou un saut semblable avec une note de passage de
80 % et réussir les parties obligatoires.
Toutes compétences énumérées dans les paragraphes sur la formation et son contenu, les
tests et le saut d'évaluation doivent être inscrits en détails dans votre carnet de sauts et
signés par un instructeur de l'ACPS. Assurez-vous que votre fiche d'annotations soit signée
pour l'auto-supervision par un instructeur de l'ACPS après avoir réussi le test. Consultez le
MIP 1 pour toute information concernant les exigences d'un brevet A (et pour l'adhésion à
l'ACPS si vous n'êtes pas déjà membre).
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 180 de 200
Saut de qualification Solo
Saut # ________
1. Planifiez votre saut – vous pouvez demander l'aide d'un entraîneur
2. Pratiquez votre saut
3. Inscrivez-vous au « manifeste »
4. Évaluez les conditions atmosphériques (voilure/repérage)
5. Vérifiez votre équipement
6. Endossez votre équipement
7. Assurez-vous de recevoir une vérification de sécurité et faites la
vérification de sécurité d'un autre parachutiste
8. Faites la dernière répétition au simulateur
*
9. Montez à bord de l'avion de manière sécuritaire et donnez vos
instructions au pilote
10. Routine d'envolée – casque, ceinture, attitude sécuritaire à bord
11. Faites une répétition mentale durant l'envolée
12. Vérifiez les poignées avant la sortie
*
13. Assurez-vous de recevoir une vérification des aiguilles
*
14. Repérez la position de l'avion (déterminez le repère)
15. Sortez sans aide
16. Faites une sortie stable
17. Faites une figure en 8 précise selon un cap choisi (peut être déjà fait)
18. Soyez conscient de l'altitude
*
19. Ouvrez votre parachute à l'altitude prévue en maintenant le cap et la
stabilité
20. Faites une vérification de la voilure et un test en vol
*
21. Suivez un circuit de vol jusqu'à l'aire d'atterrissage
22. Atterrissez sur l'aire d'atterrissage de manière sécuritaire face au vent
23. Remettez tout l'équipement à sa place
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 181 de 200
24. Montrez que vous êtes conscient et que vous vous rappelez des détails
du saut
25. Remplissez votre carnet de sauts de manière précise et complète
Note finale : (Note de passage = 20/25, y compris les points * obligatoires pour
passer le saut de qualification) Pour obtenir de l'information plus avancée et poursuivre votre progression, consultez le
MIP 2B.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 182 de 200
CHAPITRE 8 ASPECTS MÉDICAUX
8.1
8.2
8.3
RECOMMANDATIONS ................................................................................... 182
PHYSIOLOGIE ET EFFETS DES DROGUES ET DES MÉDICAMENTS ............ 183
PREMIERS SOINS.......................................................................................... 186
Précédent : Chapitre 7 – Certification Solo
8.1
RECOMMANDATIONS
Vous devez obtenir un certificat médical tous les deux ans. Si vous avez plus de 35 ans,
vous devez obtenir un certificat médical et passer un électrocardiogramme chaque année.
Les maladies suivantes peuvent rendre une personne inapte au parachutisme. Un élève ou
n'importe quel parachutiste qui a une de ces maladies doit obtenir un certificat médical
annuel de son médecin attestant son état de santé.
Note : le médecin a la responsabilité, en tant que professionnel, de déterminer si son
patient est apte à participer à des activités de parachutisme sportif.
a. Épilepsie : si vous n'avez pas souffert d'attaques d'épilepsie depuis deux (2) ans ou plus,
vous pouvez faire du parachutisme pourvu que vous ayez un dispositif de
déclenchement automatique (DDA).
b. Diabète de type 1 : si le diabète est contrôlé, vous pouvez sauter si vous avez un
dispositif de déclenchement automatique et vous passez un examen médical annuel.
c. Maladies du cœur : vous devez passer un examen médical annuel et avoir un dispositif
de déclenchement automatique.
d. Alcoolisme et toxicomanie : il vous est interdit de sauter.
e. Obésité : selon le degré d'obésité, cette dernière peut restreindre vos capacités et
réduire votre sécurité.
f. Maladie chronique des reins : vous devez passer un examen médical annuel et avoir un
dispositif de déclenchement automatique.
g. Maux d'oreilles chroniques ou congestion des sinus : des cas graves peuvent causer des
problèmes. Vous devriez obtenir des explications concernant les problèmes en chute
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 183 de 200
libre et à l'ouverture du parachute. Si l'altitude vous désoriente, vous ne devez pas
sauter.
h. Malformation : selon le type et la gravité de la malformation, un certificat médical
spécifique peut être exigé.
i.
Maux de dos chroniques : une évaluation médicale est exigée et la décision dépend de la
gravité.
j.
Dislocation chronique de l'épaule : votre participation dépend de la gravité du problème.
Vous ne devriez pas effectuer de sortie « suspendue ». Certaines manœuvres en vol
relatif peuvent représenter un danger.
k. Maladie mentale : un certificat médical annuel est exigé et vous devez avoir un dispositif
de déclenchement automatique. Si vous avez déjà eu une maladie mentale, il serait
préférable de consulter un médecin avant de faire du parachutisme.
l.
Maladie pulmonaire : l'asthme ou les maladies pulmonaires chroniques doivent être
identifiées par un médecin durant votre examen médical annuel.
Note : si vous doutez des restrictions face à votre état de santé, demandez à un médecin de
spécifier par écrit la difficulté et votre capacité de participer à des activités de parachutisme
sportif.
8.2 PHYSIOLOGIE ET EFFETS DES DROGUES ET DES
MÉDICAMENTS
1- PHYSIOLOGIE
Définitions
a. Saturation du sang artériel en oxygène : le pourcentage d'hémoglobine dans le sang
artériel qui est complètement saturé en oxygène.
b. Hémoglobine : la substance protéique des globules rouges du sang qui assure le
transport de l'oxygène dans le sang.
c. Sang artériel : le sang des artères qui circule du cœur aux tissus périphériques.
d. Hypoxie : diminution de la saturation du sang artériel en oxygène, ce qui cause une
privation d'oxygène au cerveau. Survient à de hautes altitudes en raison de la basse
pression d'air.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 184 de 200
e. Bâtonnets de la rétine : cellules évoluées particulières de la rétine qui réagissent à de
très faibles intensités lumineuses (par ex. : le soir).
Les deux principaux facteurs de la physiologie en ce qui a trait à l’aéronautique sont la
saturation du sang artériel en oxygène et la durée d'exposition aux faibles niveaux
d'oxygène. Quand l'avion prend de l'altitude, la pression atmosphérique diminue et la
saturation du sang artériel en oxygène diminue en conséquence. En raison de divers
facteurs, ce n'est pas une relation linéaire. La saturation en oxygène varie selon l'altitude et
selon que vous respirez de l'air et de l'oxygène pur. Le premier effet de l'hypoxie est une
diminution de la vision nocturne parce que les bâtonnets de la rétine sont très sensibles à la
réduction d'oxygène. Les effets commencent à 1500 m (5000 pi).
À 12 000 pi (4000 m) ou à environ 91 % de saturation en oxygène, la somnolence, la
lassitude, la fatigue mentale, les maux de tête et parfois l'euphorie se font sentir. Ces
malaises continuent d'augmenter jusqu'à 23 000 pi (7000 m) d'altitude, où les convulsions
et le coma peuvent survenir. Cependant, le deuxième facteur, soit la durée d'exposition à
cette altitude, est très important dans la pratique du parachutisme sportif.
Un parachutiste peut conserver presque totalement ses facultés mentales et motrices
jusqu'à 15 000 pi (5000 m) d'altitude, pour une période maximale de 10 à 15 minutes.
Après une heure, les facultés diminuent d'environ 50 % et après 18 heures, 80 % sous la
normale.
Une personne qui porte un masque approprié, relié à une alimentation en oxygène, peut
monter à une altitude de 35 000 pi (11 000 m) sans problème. Toutes ces raisons
expliquent pourquoi on recommande une altitude maximale de 16 000 pi (5000 m) pour
tout saut fait sans équipement d'oxygène. Un autre facteur qui devrait être mentionné est la
cigarette. La fumée de cigarette contient du monoxyde de carbone, qui se combine
facilement à l'hémoglobine dans le sang. Par conséquent, si vous fumez immédiatement
avant de sauter, la saturation en oxygène sera équivalente à la saturation à 5000 pi
(1500 m). Lorsque vous atteignez 15 000 pi (5000 m), la saturation en oxygène sera à peu
près équivalente à la saturation à 18 000 pi (5500 m).
2- EFFETS DES DROGUES ET DES MÉDICAMENTS
En général, les drogues et les médicaments, légaux et illégaux, se classent en quatre
catégories. La liste suivante comprend les drogues et médicaments variés courants de
chaque catégorie.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 185 de 200
Dépresseurs
• Stupéfiants — codéine, morphine, Démérol, héroïne
• Anxiolytique — valium, vivol, diazépam, Librium, Serax, Dalmane
• Antipsychotiques — Largactil, Mellaril, chlorpromazine
• Barbituriques — Seconal, Nembutal, Phénolbarbital, Noludar
• Alcool — bière, alcool, vin
• Antihistaminiques et antiémétiques (antivomitifs) — Chlor-Tripolon, Benadryl,
bromphéniramine, Gravol, Dramamine, Stemetil (La plupart des médicaments pour le
rhume en vente libre en contiennent.)
Effets : les dépresseurs ralentissent les fonctions cérébrales, provoquent la somnolence et
affectent l'équilibre, la coordination et le temps de réaction. Ne faites pas de parachutisme
si vous en utilisez.
Stimulants
• Amphétamines — speed, Dexedrine, méthamphétamine (autrefois dans les
comprimés pour réduire l'appétit)
• Nicotine — présente dans les cigarettes
• Décongestionnants — phényléphine, pseudoéphédrine, éphédrine (présente dans la
plupart des remèdes contre le rhume)
• Cocaïne
• Adrénergiques— Adrénaline, Isuprel, salbutamol (Ventolin) (couramment utilisé pour
le traitement de l'asthme) Caféine — caféine, théophylline, aminophylline (présente dans le café, le thé, le cola
— aussi utilisée dans le traitement de l'asthme)
Effets : les stimulants produisent l'euphorie, l'insomnie et une fausse confiance. Ils
affectent aussi l'équilibre, la coordination et le temps de réaction. Ne faites pas de
parachutisme si vous en utilisez. Le décongestionnant phényléphine est particulièrement
dangereux et ne doit absolument pas être utilisé en parachutisme car il augmente à
l'extrême la pression artérielle.
c) Hallucinogènes — la plupart de ces drogues sont illégales
• LSD
• Marijuana — pot, haschisch, herbe, cannabis
• Psilocybine — champignons magiques
• Mescaline — peyotl, cactus
• Atropine — alcaloïdes de belladone (présentes dans certains champignons)
• Muscarine — présente dans certains champignons
• DMT, STP, MDA, etc. — toutes des drogues apparentées au LSD et comportant des
effets semblables.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 186 de 200
Effets - les hallucinogènes produisent une sensation d'euphorie, une distorsion de la réalité
et peuvent causer des hallucinations. Ils affectent aussi l'équilibre, la coordination et le
temps de réaction. Ne faites pas de parachutisme si vous en utilisez.
Autres
• aspirine
• laxatifs
• antibiotiques
• antiacides
• et plusieurs autres
Effets : ces médicaments ne nuisent pas nécessairement aux fonctions cérébrales.
Toutefois, il est préférable d'éviter la prise de médicaments avant de faire du parachutisme
sportif.
8.3
PREMIERS SOINS
Toute activité sportive comporte des risques, y compris le parachutisme. Vous pouvez
minimiser ces risques par un engagement personnel envers la sécurité. Un tel engagement
comprend une évaluation des risques d'accidents, la planification de l'activité, une
formation pour la tâche à effectuer, l'utilisation d'équipement de protection et une formation
de secourisme par un organisme certifié. N'administrez pas de premiers soins à une
personne gravement blessée à moins que vous n'ayez reçu une formation adéquate.
Les blessures causées par le parachutisme se classent en deux catégories : graves ou
mineures.
• Les blessures graves sont celles qui menacent la vie ou les fonctions vitales.
• Les blessures mineures sont celles qui ne menacent aucunement la vie ni les
fonctions vitales.
Les premiers soins au centre de parachutisme 2
Une personne au centre de parachutisme est probablement familière avec les exigences
médicales fondamentales. Il est fortement encouragé que chacun suive une formation de
secourisme auprès d’un organisme certifié.
Situations demandant des premiers soins dans un centre de parachutisme :
1. blessure à la suite d'un faible impact;
2. blessure à la suite d'un fort impact;
2
Une partie de l'information qui suit a été fournie par Dr. Werner Oberholzer de Skydive South
Saskatchewan. Utilisé avec permission. Merci.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 187 de 200
3. situation inhabituelle qui entraîne une blessure.
Blessure à la suite d'un faible impact
La plupart des blessures sont à la suite d'un faible impact, et l'attitude fondamentale à
adopter est le simple bon sens. Les blessures légères comptent pour environ 95 % des
blessures causées par le parachutisme. La plupart des blessures se produisent aux
membres inférieurs.
• 37,7 % de l'ensemble des blessures causées par le parachutisme militaire sont des
entorses ou des foulures;
• 30,1 % sont des contusions;
• 14,7% sont des lacérations.
Traitement des entorses ou des foulures :
• Évaluez la gravité de la blessure.
• Si le parachutiste peut marcher sans trop de mal, aidez-le jusqu'au centre.
• PER : Pression, élévation, repos + glace sont les mots clés dans une telle situation.
• Attelez le membre affecté, appliquez de la glace, mettez un pansement, soulevez la
blessure et conseillez au parachutiste d'obtenir un avis médical.
Contusion :
• Ceci s'applique aux bosses.
• Traitez comme une entorse ou une foulure.
• Pression, élévation, repos + glace.
Lacération :
• Évaluez la gravité – si du sang jaillit d'une artère principale, vous faites face à une
situation grave. Pour arrêter l'hémorragie, vous devrez appliquer une pression ferme
directement sur la source de l'hémorragie, sans arrêter jusqu'à ce qu'un
professionnel de la santé ne prenne le blessé en charge. Si vous devez vous rendre
à la salle des urgences avec le blessé, faites-le.
• Pour toute autre coupure moins grave, prenez un tampon de gaze stérilisée,
appliquez de la pression et mettez un pansement au besoin.
• Ensuite, conseillez au parachutiste de consulter un établissement de santé – même
si la blessure ne nécessite pas de points de suture, un autre traitement pourrait être
requis, comme une injection antitétanique ou des anti-infectieux.
Fracture légère :
Celle-ci peut être au niveau du poignet, de l'avant-bras, de la cheville, des orteils ou des
pieds.
• Assurez-vous que la douleur de la blessure ne distraie pas le parachutiste d'une
autre blessure plus grave sur une autre partie du corps.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
•
•
•
Page 188 de 200
Appliquez une attelle avec un bandage.
N'essayez pas de replacer une déformation.
Si la fracture se situe au niveau de la cheville ou du pied, n'enlevez pas la chaussure
ou la botte. À l'aide de votre coupe-suspentes, coupez les lacets pour laisser place à
l'enflure.
Ne donnez pas d'eau, de médicament, ni d'alcool au parachutiste, car il aura peutêtre besoin d'une chirurgie.
Fracture grave :
Celle-ci peut être au niveau de la jambe inférieure ou supérieure, du haut du bras, du bassin
ou de la colonne vertébrale (il est question de fracture à la colonne vertébrale à la partie sur
les blessures à la suite d'un fort impact).
• Une fois de plus, ne vous laissez pas distraire par la blessure apparente – assurezvous qu'il n'y ait pas une autre blessure plus grave!
• Si la blessure est au niveau des jambes, ne déplacez pas le parachutiste, à moins
que les lieux ne présentent une menace sérieuse et immédiate pour sa vie. Assurezvous que la personne soit aussi confortable que possible et appelez les services
médicaux d'urgence.
• Disposez des oreillers ou un soutien autour de la blessure, pour la soutenir sans la
bouger.
• Ne donnez aucun liquide ni médicament au parachutiste.
• Asseyez-vous tranquillement avec la personne et demandez-lui des renseignements
(que vous écrirez si possible) concernant son nom, son adresse, les numéros de
personnes à contacter, les médicaments pris, ses allergies, etc. Donnez ces
renseignements aux SPU (services préhospitaliers d'urgence) à leur arrivée.
Blessure à la suite d'un fort impact
La grande majorité des blessures se produisent sous une voilure entièrement gonflée et
mettent en cause des parachutistes expérimentés. La plupart des blessures sont causées
par des manœuvres à haute vitesse près du sol, la plupart du temps près de l'aire
d'atterrissage.
Intervention initiale :
• Demandez de l'aide et faites le 911 immédiatement. En général, plusieurs
spectateurs assistent à une blessure à la suite d'un fort impact et peuvent en être
bouleversés; ce qui peut semer la confusion pouvant influencer les interventions
requises.
• D'abord – restez calme. Agenouillez-vous aux côtés du parachutiste blessé et posezlui des questions sur son état.
• Si celui-ci ne répond pas ou répond faiblement, demandez de l'aide, et avertissez la
personne en charge d'appeler le 911 que la réponse est faible ou inexistante.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 189 de 200
Évaluation
Évaluez l’état du blessé de haut en bas avant de toucher à quoi que ce soit.
• Respire-t-il?
• A-t-il subi une déformation physique évidente?
• Quelle région semble la plus atteinte?
Voici la procédure d'intervention dans le cas d'une blessure à la suite d'un fort impact :
1- Voies respiratoires
2- Respiration
3- Circulation sanguine
4- Blessure de la colonne vertébrale
Voies respiratoires
• Le parachutiste respire-t-il? Regardez les mouvements de la poitrine, la bouche et la
gorge.
• Enlevez des voies respiratoires tout ce qui peut les encombrer – sang, débris ou
vomi.
• Il y a toujours des discussions à savoir s'il faut retourner la personne blessée sur le
côté pour aider à sa respiration.
o Dans le cas d'une fracture au niveau de la colonne cervicale, cela risque de
causer des dommages.
o Pourtant, si la personne blessée ne peut pas respirer, ces précautions sont
inutiles!
• S'il y a un risque de blessure à la colonne cervicale, comme le malade qui est
inconscient à la suite d'une blessure à la tête, il faut libérer les voies respiratoires au
moyen d'une manœuvre qui ne nécessite aucun mouvement du cou, soit une
« traction mandibulaire ».
Respiration
• S'il n'y a pas de respiration, commencez la réanimation cardio-respiratoire.
• À cet effet, un entraîneur qui détient un certificat en RCR ou une personne
possédant une formation médicale au centre de parachutisme devrait prendre la
situation en charge.
• La traction mandibulaire peut suffire pour aider à la respiration.
Circulation sanguine
La circulation sanguine fait référence à la capacité du cœur à faire circuler le sang.
• Une blessure à la suite d'un fort impact peut être associée à de graves blessures
internes qui causent une hémorragie pouvant produire un état de choc.
Un état de choc survient quand une blessure au cœur l'empêche de pomper le sang ou
quand le volume sanguin ne suffit plus à remplir le cœur et que la pression artérielle ne
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 190 de 200
peut pas être maintenue. L'état de choc peut aussi menacer la vie et survenir à la suite
d'une blessure ou d'une maladie restreignant la circulation du sang aux tissus organiques.
L'état de choc se caractérise par :
• une respiration rapide;
• la peau pâle, froide et moite;
• un pouls faible et rapide;
• l'agitation ou l'anxiété du blessé.
Les premiers soins consistent à détacher tout vêtement serré, couvrir la personne pour la
garder au chaud et la coucher à plat en élevant les jambes de 30 à 45 cm (12 à 18 po).
• Si vous ne sentez pas de pouls carotide et si vous avez une formation en RCR,
commencez la réanimation cardio-pulmonaire selon le protocole.
• Si vous n'avez aucune formation, assistez la personne désignée pour la réanimation.
Blessure de la colonne vertébrale
• Présumez toujours une blessure de la colonne vertébrale lors d'un accident à haute
vitesse.
• N'enlevez pas le casque à moins que vous ne jugiez cela nécessaire pour la
respiration!
• Pour soutenir le cou, la meilleure intervention primaire est de prendre la position
pour la traction mandibulaire et de la maintenir en tenant doucement la tête et le
cou jusqu'à l'arrivée des secours.
• N'essayez pas de soutenir le cou à moins d'être qualifié pour le faire!
Blessure à la tête
• Avec la réglementation relative au port du casque protecteur pour la plupart des
brevets, les blessures à la tête sont rares.
• N'enlevez pas le casque à moins que cela ne soit essentiel à la respiration.
• Détachez la sangle qui passe sous le menton sans déplacer la tête ni le cou (utilisez
votre coupe-suspentes au besoin).
• Stabilisez le cou et attendez les secours.
o Commotion - si le blessé semble étourdi, confus ou s'il a des pertes de
mémoire, une vision floue, des maux de tête, des nausées ou des
vomissements, il doit consulter un médecin.
Blessures inhabituelles
Électrocution
• Appelez la société de distribution de l'électricité et indiquez l'emplacement exact du
fil tombé ou du parachutiste suspendu.
• Restez à une distance minimale de 10 mètres (33 pieds) des fils ou de tout objet
pouvant entrer en contact avec ceux-ci et informez les autres du danger.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
Page 191 de 200
Il faut toujours présumer que les fils sont sous tension. Il est difficile de distinguer
une ligne à haute tension d'un fil de tout autre service public (par ex. : un fil de
téléphone ou de câble) et le courant transporté peut vous blesser.
La gravité d'une blessure par électrocution dépend :
• de la quantité de courant qui traverse le corps;
• de la durée du courant;
• des tissus atteints par le courant.
Bien que la gravité de la blessure soit directement reliée à l'intensité du courant, nous ne
connaissons souvent que la tension. En général, une basse tension cause moins de
blessures, mais une tension aussi basse que 50 V peut entraîner la mort.
• Des tissus peuvent être endommagés par la chaleur qui s'en dégage.
• Une perte de conscience survient habituellement à la phase initiale.
• Beaucoup en survivent, même dans les cas où les premiers signes pronostiques sont
mauvais (par ex. : pupilles dilatées et fixes).
• Un décès immédiat est généralement dû à un arrêt cardiaque (systole ou fibrillation
ventriculaire).
• Soyez prêt à procéder à la réanimation cardio-respiratoire.
Atterrissage dans l'eau ou noyade
• Rappelez-vous que le parachutiste pourrait être entré en contact avec l'eau
brutalement et à une certaine vitesse; il y a donc un risque de blessure à la colonne
cervicale.
• Les voies respiratoires sont les plus importantes et peuvent nécessiter des
manœuvres continues.
• Toute submersion comporte un risque d'hypothermie.
• Recommandation cruciale aux sauveteurs : ne pas abandonner prématurément les
manœuvres sur une personne qui semble s'être noyée dans de l'eau glacée. Un
phénomène appelé « bradycardie du plongeur » semblerait nous protéger contre la
noyade en eau froide. Toute personne qui survit à une submersion doit être
emmenée à l'hôpital pour évaluation.
Brûlure
• Bien que cela soit rare, un parachutiste ivre peut occasionnel tomber dans le feu.
Les feux d'artifice et la pyrotechnie aérienne peuvent également présenter un
problème.
• SOYEZ PRUDENT! Le sauveteur ne devrait pas risquer de se faire brûler pour tenter
de sauver la victime.
• Pour traiter une brûlure, il faut d'abord arrêter l'effet du feu. Refroidissez la zone
brûlée en laissant couler de l'eau froide pendant plusieurs minutes. Si une
ambulance est en route, laissez couler l'eau jusqu'à son arrivée.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
Page 192 de 200
Cherchez la présence de cloque, d'escarre ou de carbonisation (noircissement) sur la
peau. Une cloque ou une escarre (peau qui se détache) indique que la couche
superficielle de la peau est complètement endommagée et qu'il y a un risque de
complication. Une carbonisation indique des dommages encore plus profonds aux
trois couches de la peau.
Blessure à l'œil
• Ne touchez pas à l'œil, n'y appliquez pas de pression et ne le frottez pas.
• N'essayez pas d'enlever tout corps étranger, sauf par rinçage, en raison du risque
d'égratignure de la surface de l'œil, en particulier la cornée.
• Penchez la personne au-dessus d'un bassin ou d'un évier avec l'œil atteint en bas et
tirez doucement la paupière inférieure en demandant à la personne d'ouvrir ses yeux
aussi grand que possible.
• À l'aide d'un pichet ou d'un robinet, versez délicatement de l'eau tiède (ne faites pas
chauffer l'eau) sur l'œil.
• Rincez pendant 15 minutes, en examinant l'œil à toutes les 5 minutes pour voir si le
corps étranger est encore présent.
• Comme une particule peut égratigner la cornée et causer une infection, un médecin
devrait examiner l'œil si l'irritation persiste.
• Un corps étranger qui est toujours présent malgré le rinçage devra sans doute être
retiré par un professionnel de la santé qualifié.
Note : Puisque la plupart des centres de parachutisme sont situés près d'un hôpital, le
blessé souffrira probablement moins si vous voyez simplement à ce qu'il soit à l'aise en
attendant l'ambulance.
Effectuez un suivi par :
• des déclarations ou des photographies de la victime, de l'équipement et du territoire;
• une inspection de l'équipement par un gréeur qualifié de l'ACPS;
• la transmission d'un rapport A.I.D. à l'ACPS dans les 10 jours ouvrables suivants (5
jours ouvrables dans le cas d'un décès);
• la transmission d'un avis à l'ACPS.
Il est fortement encouragé que chacun suive une formation de secourisme
par un organisme certifié.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 193 de 200
Étapes à suivre en cas de blessure
Étape 1 : Contrôler l'environnement pour protéger des autres dangers
potentiels
Arrêter tous les participants. Vous protéger si vous soupçonnez un saignement (mettre des gants). Si vous êtes à l'extérieur, protéger le blessé des éléments et de toute circulation. Étape 2 : Faire une évaluation primaire de la situation
Si le blessé : ne respire pas; n'a pas de pouls; saigne abondamment; a des troubles de la conscience; a une blessure au dos, au cou ou à la tête; a un traumatisme majeur visible à un membre; ne peut pas bouger ses bras ou ses jambes ou a perdu toute sensation dans ceux‐ci. Étape 3 : Faire une évaluation secondaire de la situation
Rassembler les faits en interrogeant le blessé de même que tout témoin de l'incident. Rester avec le blessé et essayer de lui faire garder son calme; le ton de votre voix et le langage de votre corps sont critiques. Si possible, demander au blessé de se déplacer. Ne pas essayer de déplacer un blessé. Étape 4 : Évaluer la blessure
Demander à une personne ayant une formation de secourisme d'évaluer
la blessure et de décider comment procéder.
Si la personne formée en secourisme n'est pas sûre de la gravité de la blessure ou si aucune personne formée en secourisme n'est disponible, mettre en marche un plan d'intervention. Si la personne qui évalue est certaine que la blessure est mineure, passer à l'étape 5. Étape 5 : Sécuriser le retour à l'activité
Permettre au participant de reprendre l'activité après une blessure légère, sauf s'il y a : • une enflure; • une déformation; • un saignement continu; • une réduction de l'amplitude des mouvements; • des douleurs à l'utilisation de la partie atteinte. Étape 6 : Signaler la blessure au moyen d'un formulaire de rapport
d'accident (A.I.D.)
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 194 de 200
La liste des numéros de téléphone d'urgence doit être clairement affichée près du
téléphone :
• ambulance;
• pompiers;
• police;
• médecin;
• compagnie d'électricité.
Demandez au responsable de votre centre de parachutisme de vous faire part du plan
d'intervention d'urgence spécifique au centre.
Trousse de premiers soins
Une trousse de premiers soins complète est essentielle. Cette trousse doit être
soigneusement préparée pour traiter les blessures les plus communes. De plus, elle doit
être accessible aux responsables de l'équipe. Voici une liste de ce que doit contenir une
trousse de premiers soins.
Contenu
Dossier médical
°
Désinfectants
• savon antiseptique doux
• crème antiseptique
• solution antiseptique
• peroxyde
Pansements
• oculaires
• aseptiques (gaze stérile,
rouleaux de 50, 75, 100 mm)
• pansements adhésifs
(de type « Band-Aid » et diachylons
de rapprochement)
• bandages élastiques (100 et 150 mm)
• pansements triangulaires
et épingles de sûreté
Médicaments et onguents
• onguent de zinc
Utilisation
renseignements importants en cas
d'urgence
°
°
toutes les lésions cutanées
lacération nécessitant un nettoyage
avant l'application d'un pansement
°
°
couvrir et fermer l'œil
compresse sèche
°
protection des lésions mineures
°
°
compresse
usages multiples, mais surtout pour
servir de soutien au bras
en cas de fracture
°
égratignures et ampoules
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
•
Page 195 de 200
pulvérisateur de lignocaïne
Autres articles utiles
• solution de nettoyage pour
les corps étrangers
• ciseaux
• abaisse-langue
• thermomètre corporel
•
•
•
•
•
compresses froides chimiques
(sauf si vous avez accès à de la glace)
sacs en plastique
liste de numéros de téléphone
(téléphone cellulaire, stylo, pièces de
25 cents, papier, fiches d'urgence
des participants)
outils
ruban adhésif (37,5 mm)
°
brûlure douloureuse
°
déloger les corps étrangers
°
°
°
usage courant
usages multiples
vérifier la température corporelle en
cas de traumatisme
°
°
pour les glaçons
assure une réponse rapide
°
°
réparation mineure de l'équipement
soutenir des articulations blessées
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 196 de 200
Annexe - APERÇU DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES
DU SPORT
Préparation :
1 répétition physique
2 relaxation
3 répétition mentale
4 rappel et conscience
5 développement autonome des
compétences
6 échauffement
7 concentration
8 anticipation
9 préparation de la séquence
Montée :
1 attribution des places et mouvements
2 vérification des poignées
3 revue verbale
4 orientation
5 progression au repérage
6 sortie avec contrôle du cap
7 instructions au pilote
8 types de sortie
9 sortie instable intentionnelle
10 lancer un indicateur de dérive
Chute libre
1 position stable
2 lancer l'extracteur
3 altimètre
4 cercle d'observation
5 position de la boîte
6 contrôle de la position
7 exercices des bras
8 exercices des jambes
9 virages de 90° et 180°
10 figure en 8
11
12
13
14
15
16
conscience de l'altitude
salto arrière
salto avant
tonneau
delta
dérive
Contrôle de la voilure
1 vérification de la voilure
2 test en vol
3 réaction à la direction de la voilure
4 virage plat
5 techniques d'atterrissage
6 virage en plein vol plané
7 observation de la dérive
8 pratique de décrochage
9 observation des vents de surface
10 virage avec un élévateur arrière
11 approche d'atterrissage
12 spirale avec un élévateur arrière
13 approche contrôlée en ligne de vol
14 évaluation de l'approche finale
15 virage avec un élévateur avant
16 approche finale contrôlée en ligne de
vol
Équipement
1 composantes et fonctions de
l'équipement
2 ouverture du parachute de secours
3 réglage et port de l'altimètre
4 endossement et ajustement de
l'équipement
5 vérification de sécurité
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
6
7
8
9
Page 197 de 200
réglage de l'altimètre sonore
pliage
inspection de l'équipement
défaire les emmêlements (voilure)
Connaissances techniques :
Partie A : Situations inhabituelles
1) en montée
2) sous voilure
3) en chute libre
4) au sol
Partie B : Modèles théoriques
1) repérage
2) descente sous voilure
3) mathématiques de chute libre
4) contrôle en chute libre
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 198 de 200
Annexe – Abréviations utilisées dans ce manuel
ACE ................. Association canadienne des entraîneurs
ACPS............... Association canadienne de parachutisme sportif
AGL ................. Au-dessus du sol
ASL ................. Au-dessus du niveau de la mer
C de G ............ Centre de gravité
Cypres ............ Acronyme pour « Cybernetic Parachute Release System »
DDA ................ Dispositif de déclenchement automatique (Cypres, Vigil, Argus, etc.)
E1 ................... Entraîneur 1
E2 ................... Entraîneur 2
E2DS .............. Entraîneur 2 pour une discipline spécifique (introduit en 2009)
FSV ................. Formation sous voilure
IB .................... Instructeur B
IC .................... Instructeur en classe
IDV .................. Indicateur de dérive de vent
IE .................... Instructeur examinateur
IL..................... Instructeur largueur (DAI, SOA) DAI .................. Déploiement assisté par l'instructeur
IR .................... Instructeur radio au sol
MetRep .......... Rapport météorologique
MIP ................. Manuel d'information du parachutiste
NOTAM ........... NOtice to AirMen (Avis aux navigants)
PAC ................. Programme assisté de chute libre
PINT ................ Plier, Inspecter, Nommer les composantes et Trouver les emmêlements
RGS ................ Règlements généraux de sécurité
SDA................. Système à double action (système d'activation de réserve)
SOA................. Sangle d'ouverture automatique
SOAR .............. Sangle d'ouverture automatique de la réserve
SOS ................ Système à poignée unique (système d'activation de réserve)
USPA .............. United States Parachuting Association
VFR ................. Visual Flight Rules (règles de vol à vue)
VR ................... Vol relatif
VRV ................. Vol relatif vertical
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 199 de 200
Allongement : Le rapport entre la longueur (côté à côté) et la largeur (avant à arrière) d'une
voilure. En général, les voilures à sept cellules ont un allongement d'environ
2,2 pour 1, tandis que les voilures à neuf cellules ont habituellement un
allongement entre 2,8 et 3,0 pour 1.
Angle d'attaque : L'angle auquel l'aile est présentée au vent relatif. Avec un parachute
rectangulaire, l'angle d'attaque change quand on applique les freins.
Angle d'incidence : L'angle auquel la voilure est inclinée pour planer dans l'air.
Arrondi : Action de ralentir la voilure en tirant sur les freins, ce qui augmente l'angle
d'attaque et réduit le taux de descente.
Charge alaire : Rapport entre le poids suspendu à une voilure et sa superficie. Divisez votre
poids à la sortie (en livres) par la superficie de la voilure (en pieds carrés).
Décrochage : Quand l'angle d'attaque d'une aile devient trop élevé pour soutenir la portance,
l'aile entre en décrochage.
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
MIP2A - 2011
Page 200 de 200
Annexe – Historique des changements
Version originale, 1993
Mise à jour : 2009 (SM). Matériel sur le VR inspiré du MIP 2B.
Version francaise: 06/2011
© 2011, Association canadienne de parachutisme sportif, tous droits réservés.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising