CC-XXII signature page

CC-XXII signature page
CCAMLR-XXII
COMMISSION POUR LA CONSERVATION DE
LA FAUNE ET LA FLORE MARINES DE L'ANTARCTIQUE
RAPPORT DE LA VINGT-DEUXIÈME RÉUNION
DE LA COMMISSION
HOBART, AUSTRALIE
27 OCTOBRE – 7 NOVEMBRE 2003
CCAMLR
PO Box 213
North Hobart 7002
Tasmania AUSTRALIA
______________________
Téléphone : 61 3 6231 0366
Fac-similé : 61 3 6234 9965
E-mail :
ccamlr@ccamlr.org
Président de la Commission
Site Web :
www.ccamlr.org
Novembre 2003
_____________________________________________________________________________________
Ce document est publié dans les quatre langues officielles de la Commission : anglais, espagnol, français et
russe. Des exemplaires peuvent en être obtenus sur demande auprès du secrétariat de la CCAMLR à l'adresse
indiquée ci-dessus.
Résumé
Ce document contient le procès-verbal adopté de la vingt-deuxième
réunion de la Commission pour la conservation de la faune et la flore
marines de l'Antarctique qui s'est tenue à Hobart, en Australie, du
27 octobre au 7 novembre 2003. Parmi les questions discutées lors de
la réunion, il convient de noter principalement : l'examen du rapport
du Comité scientifique, la pêche illicite, non déclarée et non
réglementée dans la zone de la Convention, l'évaluation et la
prévention de la mortalité accidentelle des ressources marines
vivantes de l'Antarctique, les pêcheries nouvelles et exploratoires, le
fonctionnement actuel des systèmes de contrôle et d'observation
scientifique internationale, le respect des mesures de conservation en
vigueur, l'examen des mesures de conservation existantes et l'adoption
de nouvelles mesures de conservation ainsi que la gestion dans des
conditions d'incertitude et la collaboration avec d'autres organisations
internationales, notamment le système du traité sur l'Antarctique et de
la CITES. Les rapports du Comité permanent sur l'administration et
les finances et du Comité permanent sur l'application et l'observation
de la réglementation figurent en annexes.
ISSN 1031 – 881X
TABLE DES MATIÈRES
Page
OUVERTURE DE LA RÉUNION ..................................................................
1
ORGANISATION DE LA RÉUNION..............................................................
Adoption de l'ordre du jour .........................................................................
Rapport du président .................................................................................
2
2
3
FINANCES ET ADMINISTRATION ..............................................................
Examen des états financiers révisés de 2002 ...................................................
Type d'audit requis pour les états financiers de 2003 .........................................
Plan stratégique du secrétariat .....................................................................
Services du secrétariat ...............................................................................
Recrutement international ..........................................................................
Examen du budget de 2003 ........................................................................
Recouvrement des frais .............................................................................
Fonds de réserve ......................................................................................
Budget de 2004 .......................................................................................
Contributions des Membres ........................................................................
Prévisions budgétaires pour 2005 .................................................................
Fonds spéciaux........................................................................................
Président et vice-président du SCAF .............................................................
4
4
4
4
4
5
6
6
7
8
9
9
9
10
COMITÉ SCIENTIFIQUE ............................................................................
Activités de la période d'intersession ............................................................
Système international d'observation scientifique de la CCAMLR.........................
Contrôle et gestion de l'écosystème ..............................................................
Etat et tendances de l'écosystème centré sur le krill ......................................
Ecosystème non centré sur le krill ............................................................
Sous-groupe consultatif sur les zones protégées ...........................................
Prochains travaux du WG-EMM ..............................................................
Espèces exploitées ...................................................................................
Pêche au krill ......................................................................................
Ressources de poisson...........................................................................
Légine ...........................................................................................
Poisson des glaces ............................................................................
Autres espèces de poissons .................................................................
Espèces des captures accessoires ..........................................................
Ressource de crabes ..........................................................................
Ressource de calmars ........................................................................
Prochains travaux.................................................................................
Exemption pour la recherche scientifique .......................................................
Activités bénéficiant du soutien du secrétariat .................................................
Publications ............................................................................................
Activités du Comité scientifique ..................................................................
Invitation des observateurs à la prochaine réunion............................................
Autres questions ......................................................................................
10
10
11
12
14
15
15
16
16
17
18
18
20
21
21
22
23
23
23
24
24
25
25
25
ÉVALUATION ET ÉVITEM ENT DE LA MORTALITÉ ACCIDENTELLE
DES RESSOURCES MARIN ES VIVANTES DE L'ANTARCTIQUE .....................
Mortalité accidentelle des animaux marins pendant les opérations de pêche ...........
Débris marins .........................................................................................
26
26
31
APPLICATION ET RESPECT DE LA RÉGLEMENTATION ...............................
Rapport du SCIC .....................................................................................
Groupe mixte d'évaluation .........................................................................
Système de contrôle .................................................................................
Fonctionnement du système international d'observation scientifique .....................
Conformité aux mesures de conservation .......................................................
32
32
32
34
35
36
SYSTÈME DE DOCUMENTATION DES CAPTURES
DE DISSOSTICHUS SPP. (SDC) ..........................................
Avis du SCIC .........................................................................................
Développement du SDC électronique sur le Web .............................................
Améliorations à apporter au SDC .................................................................
Rapports récapitulatifs annuels du SDC .........................................................
Publication des données récapitulatives du SDC ..............................................
38
38
39
40
40
40
PÊCHE ILLICITE, NON DÉCLARÉE ET NON RÉGLEMENTÉE (IUU)
DANS LA ZONE DE LA CONVENTION ........................................................
Niveau actuel de pêche IUU .......................................................................
Coopération avec des parties non contractantes ...............................................
Coopération avec des organisations internationales ..........................................
Listes des navires IUU ..............................................................................
Autres informations considérées ..................................................................
41
41
43
43
44
53
PÊCHERIES NOUVELLES ET EXPLORATOIRES ...........................................
Pêcheries nouvelles et exploratoires en 2002/03 ..............................................
Pêcheries nouvelles et exploratoires notifiées pour 2003/04 ................................
Limites des unités de recherche à petite échelle (SSRU) ....................................
Futurs travaux .........................................................................................
54
54
56
57
59
MESURES DE CONSERVATION..................................................................
Examen des mesures de conservation et résolutions existantes ............................
Mesures de conservation révisées.............................................................
Respect de la réglementation...............................................................
Système centralisé de sur veillance des navires.........................................
Questions générales de pêche ..............................................................
Déclaration des données .................................................................
Recherche et expérimentation..........................................................
Réduction de la mortalité accidentelle ...............................................
Saisons de pêche, zones fermées et interdiction de pêche ........................
Résolutions révisées .............................................................................
Nouvelles mesures de conservation ..........................................................
Questions générales de pêche ..............................................................
Recherche et expérimentation..........................................................
Saisons de pêche, zones fermées et interdiction de pêche ........................
Limites des captures accessoires ......................................................
60
60
61
61
62
64
64
65
65
65
66
66
66
66
66
67
(ii)
Légine .......................................................................................
Poisson des glaces ........................................................................
Autres poissons ............................................................................
Crabes .......................................................................................
Calmar .......................................................................................
Nouvelles résolutions ............................................................................
Questions d'ordre général...........................................................................
68
71
72
72
73
73
73
GESTION DE LA PÊCHE ET CONSERVATION
DANS DES CONDITIONS D'INCERTITUDE ..................................................
Plans de pêche ........................................................................................
Dissostichus eleginoides – océan Indien ........................................................
73
73
74
DONNÉES : ACCÈS ET SÉCURITÉ...............................................................
Projet de règle s d'accès et d'utilisation des données de la CCAMLR .....................
Procédures pour le traitement et la sécurité des données ....................................
74
74
75
COOPÉRATION AVEC D'AUTRES ÉLÉMENTS
DU SYSTÈME DU TRAITÉ SUR L'ANTARCTIQUE ........................................
Vingt-sixième réunion des Parties consultatives
au Traité sur l'Antarctique ........................................................................
Coopération avec le SCAR.........................................................................
COOPÉRATION AVEC D'AUTRES ORGANISATIONS INTERNATIONALES ......
Rapports des observateurs d'organisations internationales ..................................
Organisations intergouvernementales ........................................................
CITES ...........................................................................................
FAO .............................................................................................
UICN ............................................................................................
CBI ..............................................................................................
Organisations non gouvernementales ........................................................
ASOC ...........................................................................................
COLTO .........................................................................................
Comptes rendus des représentants de la CCAMLR
aux réunions d'organisations internationales en 2002/03 ...................................
Deuxième Forum international des pêcheurs ...............................................
Conférence internationale contre la pêche illicite,
non déclarée et non réglementée .............................................................
20e session du CWP sur les statistiques des pêches .......................................
25e session du COFI .............................................................................
Troisième réunion des ORP de la FAO ......................................................
Comité sur le commerce et l'environnement de l'OMC ..................................
CICTA ..............................................................................................
Conférence "Deep Sea 2003" ..................................................................
CITT ................................................................................................
CBI ..................................................................................................
Nomination des observateurs aux réunions de 2003/04
d'organisations internationales ...................................................................
Quatrième Congrès mondial sur la pêche ...................................................
76
76
79
80
80
80
80
84
84
86
87
87
88
94
94
94
95
95
96
97
97
97
97
97
98
99
(iii)
MISE EN ŒUVRE DES OBJECTIFS DE LA CONVEN TION ..............................
99
ÉLECTION DU VICE-PRÉSIDENT DE LA COMMISSION ................................
100
PROCHAINE RÉUNION..............................................................................
Invitation des observateurs à la prochaine réunion............................................
Dates et lieu de la prochaine réunion ............................................................
Organisation de la prochaine réunion ............................................................
100
100
101
102
AUTRES QUESTIONS ................................................................................
Recensement de la vie marine de l'Antarctique ................................................
Autorité de l'État du pavillon en haute mer .....................................................
Autres questions ......................................................................................
103
103
104
104
RAPPORT DE LA VINGT-DEUXIÈME RÉUNION DE LA COMMISSION............
104
CLÔTURE DE LA RÉUNION .......................................................................
105
ANNEXE 1 :
Liste des participants ...............................................................
107
ANNEXE 2 :
Liste des documents ................................................................
129
ANNEXE 3 :
Ordre du jour de la vingt-deuxième réunion de la Commission...........
145
ANNEXE 4 :
Rapport du Comité permanent sur l'administration
et les finances (SCAF) .............................................................
149
Rapport du Comité permanent sur l'application
et l'observation de la réglementation (SCIC) .................................
161
ANNEXE 6 :
Groupe mixte ad hoc d'évaluation (JAG) – Projet d'attributions ..........
211
ANNEXE 7 :
Projet de mesure de conservation 10-06
Système visant à promouvoir le respect des mesures de conservation
de la CCAMLR par les navires des Parties contractantes ..................
215
Clarification des procédures établies
par la mesure de conservation 10-06 ............................................
223
Projet de mesure de conservation 10-04
Systèmes automatiques de surveillance des navires
par satellite (VMS)..................................................................
229
ANNEXE 5 :
ANNEXE 8 :
ANNEXE 9 :
(iv)
RAPPORT DE LA VINGT-DEUXIÈME RÉUNION
DE LA COMMISSION
(Hobart, Australie, du 27 octobre au 7 novembre 2003)
OUVERTURE DE LA RÉUNION
1.1
La vingt-deuxième réunion annuelle de la Commission pour la conservation de la
faune et la flore marines de l'Antarctique s'est tenue à Hobart (Tasmanie, Australie), du
27 octobre au 7 novembre 2003, sous la présidence de Kunio Yonezawa (Japon).
1.2
Les 24 membres de la Commission sont tous représentés : Afrique du Sud, Allemagne,
Argentine, Australie, Belgique, Brésil, Chili, Communauté européenne, République de Corée,
Espagne, États-Unis d'Amérique, France, Inde, Italie, Japon, Namibie, Norvège, NouvelleZélande, Pologne, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, Fédération de
Russie, Suède, Ukraine et Uruguay.
1.3
Les autres parties contractantes, la Bulgarie, le Canada, la Finlande, la Grèce, les
Pays-Bas, le Pérou et le Vanuatu, ont été invitées à assister à la réunion à titre d'observateurs.
Le Canada, la Grèce, les Pays-Bas et le Pérou y ont assisté.
1.4
La Coalition sur l'Antarctique et l'océan Austral (ASOC), la Commission pour la
conservation du thon rouge du sud (CCSBT), la Commission baleinière internationale (CBI),
la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA), la
Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées
d'extinction (CITES), la Commission interaméricaine de thon tropical (CITT), la Commission
océanographique intergouvernementale (COI), le Comité pour la protection de
l'environnement (CPE), la Commission permanente du Pacifique Sud (CPPS), le Secrétariat
de la Communauté du Pacifique (CPS), l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation
et l'agriculture (FAO), l'Agence des pêches du Forum (FFA), le Programme des Nations
Unies pour l'environnement (PNUE), le Comité scientifique pour la recherche antarctique
(SCAR), le Comité scientifique sur la recherche océanique (SCOR) et l'Union mondiale pour
la nature (UICN) ont été invités à assister à la réunion en tant qu'observateurs. La
Commission a également adressé une invitation tardive à la Coopération des opérateurs
légaux de légine (COLTO). L'ASOC, la CBI, la COLTO, le CPE, la CPPS, la FAO, le SCAR
et l'UICN y sont représentés.
1.5
Il avait été décidé l'année dernière d'inviter à CCAMLR-XXII, en tant qu'observateurs
(paragraphe 17.1 de CCAMLR-XXI), l'Angola, le Bélize, la République populaire de Chine,
la Colombie, l'Indonésie, le Kenya, Madagascar, la Malaisie, Maurice, le Mexique, le
Mozambique, le Panama, les Philippines, Sao Tome et Principe, les Seychelles, Singapour,
St-Vincent et les Grenadines, la Thaïlande et le Togo, pays reconnus pour l'intérêt qu'ils
portent à la pêche ou à la vente de Dissostichus spp. La République populaire de Chine,
l'Indonésie, Maurice et les Seychelles sont représentés à la réunion.
1.6
La liste des participants figure à l'annexe 1 du présent rapport et la liste des documents
présentés à la réunion, à l'annexe 2.
1.7
Le président accueille tous les Membres et observateurs et notamment le Canada (Etat
adhérent), l'Indonésie (Partie non-contractante), la CITES, la COLTO et la CPPS qui sont
représentés pour la première fois.
1.8
C'est avec regret que la Commission fait part du décès en Espagne de Monsieur
Esteban de Salas, secrétaire exécutif de la CCAMLR de 1993 à 2002, qui nous a quittés
soudainement en mai 2003. Les membres de la Commission adressent toutes leurs
condoléances à la famille de M. de Salas.
1.9
Le président a ensuite l'honneur de présenter Madame Sharman Stone, secrétaire
parlementaire au Ministère de l'environnement et du patrimoine.
1.10 Pour le compte du gouvernement de l'Australie, S. Stone, accueille chaleureusement
tous les délégués en Tasmanie, tout particulièrement ceux de pays et d'organisations qui sont
représentés pour la première fois. Dans son discours, elle indique que le gouvernement de
l'Australie, en sa qualité de dépositaire de la Convention CAMLR, est fier que le siège de
cette organisation internationale prestigieuse se trouve à Hobart, porte de l'Australie sur
l'Antarctique. Cette présence constitue un atout supplémentaire dans la tradition de recherche
et de politique marines déjà bien implantée dans cette ville. La recherche sur l'océan Austral
est un aspect important et intégral de Hobart et de la communauté australienne en général.
1.11 S. Stone parle des progrès réalisés par la CCAMLR depuis l'entrée en vigueur de la
Commission en 1980 dont, en particulier, l'instauration d'un régime de gestion du krill et
l'approche suivie pour l'exploitation durable des ressources marines vivantes sur la base des
meilleur s avis scientifiques disponibles. La CCAMLR, cependant, a dû faire face à des défis
considérables ces dernières années, plus particulièrement face à la grave menace posée par la
pêche illicite, non réglementée et non déclarée (pêche IUU) qui met en jeu le s objectifs de
conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique.
1.12 S. Stone constate que la CCAMLR, loin de craindre les défis, se tourne vers l'avenir,
notamment en abordant, à la présente réunion, la question ardue de la pêche IUU. Elle estime
que cette continuité, dans la tradition de la CCAMLR, de coopération, de bonne volonté et
d'engagement parmi tous les Membres et les pays qui coopèrent avec elle, est essentielle à
l'accomplissement de son objectif de conservation des ressources marines vivantes de
l'Antarctique.
1.13 S. Stone considère que l'ordre du jour de la Commission est bien rempli, mais s'avère
complexe. Elle souhaite à toutes les délégations des délibérations fructueuses.
ORGANISATION DE LA RÉUNION
Adoption de l'ordre du jour
2.1
L'ordre du jour provisoire (CCAMLR-XXII/1), qui a été distribué avant la réunion, est
adopté sans modification (annexe 3).
2
2.2
Le président renvoie la question 3 de l'ordre du jour au Comité permanent sur
l'administration et les finances (SCAF) et les questions 5 et 8 au Comité permanent sur
l'application et l'observation de la réglementation (SCIC). Les rapports du SCAF et du SCIC
font respectivement l'objet des annexes 4 et 5.
Rapport du président
2.3
Le président fait le compte rendu des activités de la période d'intersession. Il informe
la réunion qu'il n'y a pas eu de nouveaux membres de la CCAMLR cette année. Il constate
que la Commission n'a pas connu les problèmes budgétaires de ces dernières années.
2.4
Deux groupes de travail du Comité scientifique, leurs sous-groupes et ateliers se sont
réunis pendant la période d'intersession; la question 4 de l'ordre du jour traite de ces réunions.
2.5
Pendant la saison 2002/03, 27 contrôleurs ont été nommés dans le cadre du Système
de contrôle de la CCAMLR par l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni.
En 2002/03, des contrôleurs de la CCAMLR, tous nommés par le Royaume-Uni, ont présenté
huit rapports.
2.6
Conformément au Système international d'observation scientifique de la CCAMLR,
les navires menant des opérations de pêche à la légine ont tous embarqué des observateurs.
En tout, 54 campagnes de pêche au poisson se sont déroulées avec des observateurs
internationaux (37 à bord de palangriers et 17 à bord de chalutiers) et sept observateurs
nationaux/internationaux ont embarqué sur des chalutiers à krill.
2.7
Pendant la saison 2002/03, les membres de la CCAMLR ont participé activement à
12 pêcheries de la zone de la Convention. Les navires menant des opérations de pêche aux
termes des mesures de conservation en vigueur en 2002/03 avaient déclaré, au 30 septembre
2003, un total de 110 333 tonnes de krill, 15 931 tonnes de légine et 4 498 tonnes de poisson
des glaces, ainsi que d'autres espèces faisant partie des captures accessoires.
2.8
Le Système de documentation des captures de Dissostichus spp. (SDC) est
opérationnel depuis plus de quatre ans. Outre les membres de la CCAMLR, il compte
maintenant la participation de cinq parties non contractantes à la CCAMLR : la République
populaire de Chine, l'Indonésie, Maurice, les Seychelles et Singapour. Au 30 septembre
2003, le secrétariat avait reçu et traité plus de 20 000 certificats de capture (à savoir,
certificats de débarquement, d'exportation et de réexportation).
2.9
Cette année, la Commission et le Comité scientifique ont été représentés par des
observateurs à plusieurs réunions internationales (sections 13 et 14; section 9 de
SC-CAMLR-XXII).
3
FINANCES ET ADMINISTRATION
3.1
La Commission reçoit le rapport du SCAF (annexe 4) exposant les conclusions de ses
discussions et prend note des recommandations avancées en vue des décisions qu'elle devra
prendre.
Examen des états financiers révisés de 2002
3.2
Notant qu'un audit partiel a été effectué sur les états financiers de 2002 et qu'un
rapport inconditionnel a été fourni par le commissaire aux comptes, la Commission accepte
les états financiers vérifiés de 2002.
Type d'audit requis pour les états financiers de 2003
3.3
Seul un audit partiel ayant été réalisé sur les états financiers de 2002, et compte tenu
de l'adoption du système de comptabilité d'exercice et du nouveau format budgétaire, la
Commission décide d'exiger un audit intégral des états financiers de 2003.
Plan stratégique du secrétariat
3.4
En prenant note de la conception par le secrétariat d'un système d'évaluation de la
performance, d'un contrat standard du personnel et d'une politique de confidentialité, la
Commission approuve l'avis du SCAF sur l'à propos de ces travaux. Elle reconnaît qu'ils sont
essentiels à la mise en œuvre du pla n stratégique du secrétariat et que leur incorporation dans
une structure de gestion du personnel a facilité la révision des salaires du personnel des
services généraux qui avait été prévue à la réunion de l'année dernière (CCAMLR-XXI,
paragraphe 3.16). La Commission approuve les résultats de la révision des salaires et inclut
les salaires révisés dans le budget de 2004.
3.5
La Commission note avec satisfaction les activités positives et efficaces menées par le
secrétariat pendant la période d'intersession et durant la réunion, lesquelles assurent un
soutien précieux pour les travaux de la Commission. Elle rappelle que les activités du
secrétariat suivent les directives générales adoptées par la Commission.
Services du secrétariat
3.6
La Commission rappelle les inquiétudes qu'elle a exprimées lors de la réunion de
l'année dernière quant au manque de temps disponible pour la considération des documents
avant leur examen par la réunion, en raison des dates de leur soumission. Pour veiller à ce
que tous les documents puissent faire l'objet d'une considération adéquate aux prochaines
réunions, la Commission adopte les règles de soumission des documents de réunion
présentées dans le document CCAMLR-XXII/5 Rév. 1, mais convient à ce stade de limiter
leur application uniquement aux documents de la Commission.
4
3.7
Les rapports annuels d'activités des Membres dans la zone de la Convention sont
placés sur les pages du site Web de la CCAMLR accessibles au grand public. En vue
d'accroître l'intérêt de ces rapports, la Commission charge le secrétariat de rédiger un
document suggérant des améliorations, et mentionnant les suggestions formulées par les
Membres, en vue d'une discussion lors de la prochaine réunion.
3.8
La Commission partage les préoccupations du SCAF quant aux difficulté financières
rencontrées par les Etats en développement invités, lesquelles les empêchent souvent
d'assister aux réunions annuelles de la Commission. La Commission confirme qu'il convient
d'étudier la possibilité d'avoir recours à des fonds spécifiquement dédiés à de telles causes
dans le système des Nations Unies. La Norvège attire l'attention de la réunion sur un fonds
particulier, associé à l'Accord des Nations Unies sur les stocks de poissons, dont la création
est prévue dans un proche avenir. La Commission convient que cette question devrait être
étudiée par le SCAF à la réunion de l'année prochaine.
3.9
Le Royaume-Uni attire l'attention de la Commission sur l'intérêt d'inviter les Parties
non contractantes à participer à ses réunions. Cette disposition, mentionnée à la Règle 30 c)
du Règlement intérieur, a engendré une coopération importante entre la CCAMLR et de tels
Etats, notamment relativement à la mise en œuvre du SDC.
3.10 Le Royaume-Uni suggère que le rapport du secrétariat à la XXVIIe RCTA attire
l'attention de cette réunion sur les avantages présentés à la CCAMLR par la contribution des
Parties non contractantes à ses travaux. Une telle mention pourrait aider les Parties au Traité
à considérer si les procédures suivies par la CCAMLR à cet égard conviendraient également à
la RCTA.
3.11 La Commission charge le secrétariat de créer un kit éducatif sur le Web dans toutes les
langues de la Commission, selon la proposition suggérée dans CCAMLR-XXII/11. En outre,
elle charge le secrétaire exécutif de rechercher des possibilités de parrainage pour une version
imprimée dans l'espoir que les résultats de ces deux projets soient examinés par la
Commission lors de sa prochaine réunion.
3.12 La Commission charge le secrétariat d'établir des procédures par lesquelles les mots de
passe donnant accès aux pages sécurisées de la Commission sur le site Web de la CCAMLR
seront communiqués directement non seulement aux contacts officiels de la Commission,
mais également aux représentants autorisés des Etats Membres et aux chefs de délégation aux
réunions. Elle confirme que, pour des raisons de sécurité, ce sont les Membres et non le
secrétariat qui sont responsables de la dissémination des mots de passe.
Recrutement international
3.13 A sa réunion de 2002 la Commission a chargé le secrétariat d'ébaucher des procédures
de recrutement international des cadres pour encourager la sélection des meilleurs candidats
parmi les ressortissants de tous les pays Membres de la Commission (CCAMLR-XXI,
paragraphe 3.18). La Commission adopte les procédures présentées dans CCAMLR-XXII/44.
5
Examen du budget de 2003
3.14 La Commission approuve les changements apportés à la structure fonctionnelle du
secrétariat en 2003 et convient que le format du budget devrait être révisé pour refléter ce
changement.
3.15 La Commission, prenant note de l'augmentation imprévue des dépenses budgétaires de
2003 en raison du volume accru des rapports de réunion, approuve la révision du budget
présentée à l'appendice II de l'annexe 4, y compris une augmentation des dépenses s'élevant à
A$8 010, ce qui équivaut au surplus imprévu de 2002.
Recouvrement des frais
3.16 Suite aux débats ayant eu lieu à la réunion de la Commission de l'année dernière, le
SCAF a rendu des avis sur l'adoption d'un système de recouvrement des frais associés aux
pêcheries nouvelles et exploratoires. La Commission adopte le système suivant, aux
caractéristiques décrites dans le paragraphe 15 de l'annexe 4, comprenant des frais de
A$3 000 et une somme supplémentaire de A$5 000 :
1.
2.
La notification d'un projet de pêche nouvelle ou exploratoire en vertu des
mesures de conservation 21-01 et 21-02, sera accompagnée d'un montant de
A$8 000, correspondant à :
i)
une somme de A$3 000, représentant le recouvrement des frais
d'administration;
ii)
une somme de A$5 000, qui sera remboursée lorsque le Membre aura
commencé les opérations de pêche dans cette pêcherie pour la saison
conformément aux mesures déterminées par la Commission1 .
Si le versement mentionné au paragraphe 1 n'est pas effectué en même temps
que la notification de projet de pêche, cette demande ne sera pas traitée, et par
conséquent, aucun avis de réception ne sera distribué par le secrétariat et la
notification ne sera pas renvoyée au Comité scientifique ou à ses groupes de
travail en vue d'examen.
3.17 En élaborant le système de recouvrement des frais, la Commission reconnaît les
problèmes que pourraient rencontrer plusieurs Membres pour :
1
6
i)
assurer le versement des frais dans les dates limites;
ii)
éviter d'encourir d'autres frais découlant du versement (et, le cas échéant, du
remboursement) de ces montants;
Au cas où la Commission déciderait qu'une pêcherie notifiée ne devrait pas avoir lieu en une année donnée,
cette somme serait remboursée.
iii)
3.18
veiller à ce qu'il soit clairement indiqué et compris que les armements de pêche
souhaitant mettre en œuvre chaque pêcherie seraient tenus de verser les sommes
requises pour le recouvrement des frais, et que ces armements pourraient être
nommés dans la notification de projet de pêche.
Certains Membres notent également :
i)
qu'il convient d'examiner de près le niveau des versements des pays en
développement;
ii)
qu'il conviendrait d'accorder un délai d'un mois après la date de notification pour
le versement du montant exigé, tout en reconnaissant que celle-ci ne serait pas
examinée tant que le paiement n'aurait pas été reçu par le secrétariat.
3.19 La Commission confirme que c'est aux Membres qu'il incombe d'adresser ces
notifications. Elle reconnaît que les versements mêmes doivent être payés par les armements
de pêche souhaitant mettre en œuvre chaque pêcherie et que ces armements peuvent être
nommés dans la notification ou dans toute autre correspondance entre le Membre qui soumet
la notification et le secrétariat. Les paiements pourraient être effectués par n'importe quelle
procédure ou n'importe quel moyen opportun et rentable pour le Membre en question.
3.20 En ce qui concerne le paragraphe 3.19 ci-dessus, l'Ukraine confirme qu'elle comprend
que, selon la procédure proposée, il serait possible, à l'égard du paiement d'aviser le
secrétariat, dans une notification de projet de pêche, du nom et des coordonnées des
armements de pêche concernés auxquels le secrétariat enverrait directement une facture.
3.21 Le Chili déclare que le secrétariat de la CCAMLR ne devrait entrer en communication
avec un armement de pêche concernant le versement de frais de soumission de notification de
pêcheries nouvelles et exploratoires que sur l'autorisation du Membre ayant fait la demande.
3.22 La Commission convient de verser les sommes collectées dans le Fonds d'exploitation
générale et tous les revenus des garanties confisquées, dans le Fonds de réserve.
3.23 Le Brésil est entièrement d'accord avec la création et la mise en œuvre d'une procédure
de recouvrement des frais associés à la soumission de notification de projets de pêche
nouvelle et exploratoire. Il réserve toutefois sa position en ce qui concerne sa réponse aux
exigences mentionnées au paragraphe 3.16 jusqu'à ce que ses autorités nationales aient donné
leur approbation.
Fonds de réserve
3.24 La Commission approuve le paiement en 2003 de A$4 500 en provena nce du Fonds de
réserve pour couvrir la participation du Chargé de l'administration et des finances aux
discussions sur l'établissement du secrétariat du Traité sur l'Antarctique. Elle accepte l'avis du
SCAF selon lequel il conviendrait de tenter de fixer le solde du Fonds à A$110 000.
7
3.25 Pour réduire au minimum les incertitudes concernant les dépenses associées aux
réunions ad hoc, la Commission convient que le mandat de toute réunion d'intersession
devrait être clairement défini d'avance. Il conviendra de préciser la gestion des documents de
réunion, les déplacements et l'hébergement nécessaires, les frais de location (salles de réunion
et équipement), le soutien administratif et le soutien procuré par le secrétariat, la participation
de ce dernier, la gestion du rapport et les besoins en traduction à l'égard de ce rapport.
3.26 La Commission fait remarquer que si la réunion de 2004 devait se dérouler en un
nouveau lieu, le déménagement nécessiterait peut-être l'utilisation d'un montant du Fonds de
réserve (paragraphe 17.8).
Budget de 2004
3.27 Tout en confirmant le principe général de croissance réelle nulle, la Commission note
que l'augmentation importante du budget de 2004 du Comité scientifique est due à une
augmentation de ses travaux dont elle reconnaît l'importance, précisant qu'ils sont
fondamentaux dans le processus de prise de décision par la Commission. Elle accepte
d'intégrer le budget du Comité scientifique, tel qu'il est présenté dans son rapport, dans le
budget de 2004 de la Commission.
3.28 La Commission accepte la recommandation du SCAF selon laquelle, aucun Membre
n'ayant offert de faire participer des experts à la révision de la structure des salaires des cadres
suivant la demande qu'elle a émise lors de sa réunion de 2002, elle devrait poursuivre la
révision des salaires des cadres en prenant la structure des salaires du tout récent secrétariat de
la RCTA comme point de référence.
3.29 En ce qui concerne les inquiétudes du SCAF quant aux frais possibles d'une
participation de la CCAMLR dans un partenariat FIGIS-FIRMS, la Commission fait
remarquer sa décision de s'en tenir, à ce stade, à un simple dossier de surveillance sur le
développement du système (paragraphe 14.50), ce qui n'entraînerait aucune dépense
supplémentaire en 2004.
3.30 La Commission adopte le budget de 2004 tel qu'il est présenté à l'appendice II de
l'annexe 4. Elle note que l'augmentation des activités du Comité scientifique en 2004 ne
pourrait être absorbée, dans la limite de croissance réelle nulle, que par l'inclusion des
économies générées par la mise en œuvre d'une politique de recouvrement des coûts relatifs
aux notifications de projets de pêche nouvelle et exploratoire. Reconnaissant qu'il convient
de continuer à chercher à réaliser des économies, elle charge le s Membres et le secrétariat
d'identifier tout particulièrement comment il serait possible de raccourcir les rapports et les
documents de réunion ou d'en réduire le nombre.
3.31 La Russie rappelle sa position, exprimée au sein du Comité scientifique, selon
laquelle, si suffisamment de fonds n'étaient pas disponibles pour toutes les dépenses
proposées, il conviendrait d'accorder la priorité à celles qui auraient fait l'objet d'un consensus
clair.
8
Contributions des Membres
3.32 En vertu de la Règle 5.6 du Règlement financier, la Commission accorde à l'Argentine,
la Corée, l'Espagne, le Japon et l'Uruguay un délai pour le versement de leur contribution de
2004. Elle prend note de l'avis du SCAF selon lequel les Membres concernés devraient
continuer à rechercher un manière de résoudre de telles difficultés de procédure dans les
années qui viennent; le SCAF continuera à envisager la possibilité de facturer des intérêts de
retard ou de prendre d'autres mesures qui encourageraient le prompt versement des
contributio ns.
Prévisions budgétaires pour 2005
3.33 En prenant note des prévisions budgétaires pour 2005, la Commission réitère qu'il
convient de s'efforcer de maintenir une croissance réelle nulle.
Fonds spéciaux
3.34 Sur l'avis du SCAF et du comité d'examen du Fonds du SDC, la Commission approuve
la dépense de A$73 400 du Fonds du SDC en 2003 pour couvrir la mise en place du SDC
électronique sur le Web (E-SDC).
3.35 La Commission approuve la dépense de A$54 000 du Fonds du SDC pour couvrir le
solde des frais d'établissement et de maintenance du système de E-SDC au secrétariat pour les
trois années à venir. Tout en approuvant ces dépenses du Fonds du SDC, la Commission fait
remarquer que l'utilisation de ce Fonds est réglée en vertu de dispositions convenues par la
Commission (CCAMLR-XX, paragraphe 3.28). En conséquence, elle réitère son avis selon
lequel l'utilisation du Fonds du SDC est réservée à des projets spécifiques, et toute dépense
subséquente qu'occasionnerait le E-SDC à l'avenir serait couverte par le Fonds d'exploitation
générale.
3.36 La Commission convient que, s'il est décidé d'établir un système centralisé de contrôle
des navires (C-VMS), il faudra faire couvrir les frais de fonctionnement de la première année
(estimés au total à A$182 500) par la totalité des sommes disponibles dans les deux Fonds
américains : le Fonds spécial du VMS des Etats-Unis et le Fonds spécial des Etats-Unis sur le
respect de la réglementation, et de faire couvrir le solde de A$39 900 par le Fonds du SDC.
Elle charge le Comité d'examen du Fonds du SDC d'émettre des commentaires au cas où des
modifications importantes seraient apportées à la proposition, et de reprendre l'évaluation. En
ce qui concerne les coûts récurrents d'un C-VMS, la formule de contribution qu'adoptera la
Commission l'année prochaine devrait tenir compte de ce qui précède en examinant la quotepart des Membres menant des activités de pêche.
3.37 La Commission consent à la demande de la RCTA selon laquelle le secrétariat
recevrait et aurait la garde temporaire des contributions volontaires de la RCTA. Elle note
que ceci ne devrait pas avoir de répercussions budgétaires pour elle- même.
9
Président et vice-président du SCAF
3.38 La Commission note que l'Allemagne a été élue à la présidence du SCAF pour les
deux années à venir, et l'Afrique du Sud à la vice-présidence.
COMITÉ SCIENTIFIQUE
4.1
Le président du Comité scientifique, Rennie Holt (Etats-Unis) rend compte de la
réunion de ce Comité. La Commission note les recommandations générales, les avis, ainsi
que les impératifs de recherche et de données avancés par le Comité scientifique. Les
questions importantes résultant des délibérations du Comité scientifique ont fait l'objet de
discussions dans d'autres sections de l'ordre du jour de la Commission : évaluation et
prévention de la mortalité accidentelle (section 6); pêche IUU (section 8); pêcheries nouvelles
et exploratoires (section 9); gestion de la pêche et conservation dans des conditions
d'incertitude (section 11); données: accès et sécurité (section 12) et collaboration avec d'autres
organisations internationales (section 14). La Commission remercie R. Holt de son rapport
détaillé.
Activités de la période d'intersession
4.2
Les réunions suivantes ont eu lieu pendant la période d'intersession 2002/03 :
i)
La neuvième réunion du Groupe de travail sur le contrôle et la gestion de
l'écosystème (WG- EMM), à laquelle ont pris part 38 participants représentant
11 Membres, s'est déroulée du 18 au 29 août 2003 à Cambridge, (Royaume-Uni)
sous la direction de R. Hewitt.
ii)
L'atelier sur la révision du CEMP s'est réuni du 18 au 22 août 2003 pendant la
première semaine du WG-EMM. Les participants comptaient deux experts
invités, E. Hofmann et Tim Gerrodette (Etats-Unis). L'atelier était placé sous la
co-responsabilité de John Croxall (Royaume-Uni) et de Colin Southwell
(Australie).
iii)
La réunion du Groupe de travail chargé de l'évaluation des stocks de poissons
(WG-FSA), à laquelle ont pris part 46 participants représentant 13 Membres,
s'est déroulée du 13 au 23 octobre 2003 à Hobart, juste avant celle du Comité
scientifique, sous la direction d'Inigo Everson (Royaume-Uni).
Deux sous-groupes du WG-FSA se sont réunis pendant la période
d'intersession :
•
10
Le sous-groupe sur les méthodes d'évaluation (WG-FSA-SAM) sous la
direction d'Andrew Constable (Australie) – du 12 au 15 août 2003,
Londres, Royaume-Uni;
•
iv)
Le sous-groupe sur l'acoustique des pêches (WG-FSA-SFA) sous la
direction de Martin Collins (Royaume-Uni) et Pavel Gasiukov (Russie)
– du 18 au 22 août 2003, Cambridge, Royaume-Uni.
Le Groupe de travail ad hoc sur la mortalité accidentelle liée à la pêche
(WG-IMAF) s'est réuni pendant la réunion du WG-FSA-03, sous la direction de
J. Croxall.
4.3
La Commission se joint au Comité scientifique pour remercier les responsables de ces
groupes de travail et sous-groupes de leurs contributions aux travaux de la CCAMLR.
Système international d'observation
scientifique de la CCAMLR
4.4
La Commission note que des observateurs scientifiques ont mené 37 campagnes de
d'observation sur des palangriers, 10 sur des chalutiers et six sur des navires visant le krill au
chalut au cours de la saison 2002/03, jusqu'en octobre 2003. Tous les carnets et rapports ont
été soumis sous forme électronique. Toutefois, la plupart des observateurs de la sous-zone
48.3 n'ont pas utilisé le nouveau format des comptes rendus des campagnes qui avait été
convenu en 2002. Bien que les observateurs n'aient pas tenu compte du nouveau format de
présentation, la qualité et la résolution des données requises de la pêcherie n'ont pas été
grandement affectées. Toutefois, la Commission soutient l'avis du Comité scientifique et
encourage les Membres à utiliser le nouveau format lorsqu'ils soumettront des données
d'observation en 2003/04 (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 2.2 et 2.3).
4.5
La Commission prend également note des autres questions examinées par le Comité
scientifique (SC-CAMLR-XXII, 2.4 à 2.10), notamment :
• Plusieurs observateurs ont apporté des commentaires sur les questions de sécurité
concernant les navires menant des opérations de pêche dans les zones de haute
latitude; le Comité scientifique a renvoyé cette question à la Commission (voir
paragraphes 6.17 à 6.19).
• Les observateurs scientifiques travaillent au maximum de leurs capacités et le
Comité scientifique soutient la recommandation du WG-FSA selon laquelle le
WG-FSA-SAM devra identifier les types de données d'observateurs qui sont
essentielles pour l'évaluation des stocks.
• Le Comité scientifique a approuvé une révision importante du contenu et de la
structure du Manuel de l'observateur scientifique et a recommandé de faire
effectuer cette révision pendant la période d'intersession par un groupe constitué
des coordinateurs techniques et des membres du WG-FSA et coordonné par le
secrétariat.
11
Contrôle et gestion de l'écosystème
4.6
La Commission note les nouveaux progrès qui ont été réalisés par le Comité
scientifique et le WG-EMM concernant le développement d'un système de gestion par
rétroaction pour la pêche au krill. A cet effet, pendant la réunion WG- EMM-03, un atelier de
révision du CEMP s'est tenu sous la direction de J. Croxall et C. Southwell.
4.7
La Commission rappelle que le CEMP a été établi en 1987 pour :
i)
déceler et enregistrer les changements importants dans les éléments critiq ues de
l'écosystème;
ii)
distinguer les changements dus à l'exploitation des ressources marines de ceux
qui proviennent de la variabilité environnementale.
4.8
L'atelier sur la révision du CEMP a examiné les questions suivantes (SC-CAMLR-XX,
paragraphes 4.2 à 4.7) :
i)
La nature et l'utilisation des données existantes du CEMP satisfont-elles toujours
aux objectifs d'origine ?
ii)
Ces objectifs sont- ils toujours valables et/ou suffisants ?
iii)
Dispose-t-on de nouvelles données qui devraient être intégrées dans le CEMP ou
utilisées avec les données du CEMP ?
iv)
Peut-on obtenir des avis de gestion utiles du CEMP ou ceux-ci peuvent- ils être
utilisés avec les données du CEMP ?
4.9
A l'égard de la première attribution (paragraphe 4.8 i)), la Commission note que les
données du CEMP sont appropriées pour détecter et enregistrer un changement important
dans certains éléments critiques de l'écosystème, mais qu'une nouvelle évaluation critique de
la nature, de l'ampleur et de l'importance statistique des changements indiqués par ces
données est nécessaire. Il reste à déterminer dans quelle mesure les sites du CEMP sont
représentatifs de leur secteur ou région (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 3.11).
4.10 A l'égard de la deuxième attribution (paragraphe 4.8 ii)), la Commissio n note que les
objectifs originaux du CEMP sont toujours pertinents, mais qu'un troisième objectif, à savoir
"de tirer des avis de gestion pertinents des données du CEMP ou liées au CEMP" devrait être
ajouté (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 3.14 i)).
4.11
La Commission convient que ce troisième objectif devrait être ajouté au CEMP.
4.12 A l'égard de la troisième attribution (paragraphe 4.8 iii)), la Commission note que de
nombreuses séries chronologiques de données non-CEMP contiennent des informations
précieuses qui serviraient les objectifs du CEMP. Le secrétariat est chargé de tenir un registre
12
du large éventail de données des séries chronologiques non-CEMP utiles à l'atelier et qui
pourraient servir à d'autres ateliers s'inscrivant dans les travaux du WG-EMM. Ces données
comprennent des jeux de données dérivés des programmes de contrôle sud-africains et
français menés sur les oiseaux de mer et les pinnipèdes dans le secteur sud de l'océan Indien
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 3.14 ii)).
4.13 La Commission note également que des indices supplémentaires et utiles de la
disponibilité de krill pour les prédateurs basés à terre pourraient être dérivés des données
dépendant des pêcheries et, qu'avec les indices dérivés des données du poisson des glaces, ils
pourraient s'avérer utiles pour le contrôle du krill dans certaines régions et devraient être
soumis aux mêmes analyses que celles réalisées sur les données du CEMP
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 3.14 iii)).
4.14 A l'égard de la quatrième attribution (paragraphe 4.8 iv)), la Commission note que
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 3.14 iv)) :
•
les réponses fonctionnelles liant les prédateurs à leurs proies pourraient s'avérer
utiles dans le contexte de la gestion;
•
les modèles comportementaux fondés sur les interactions entre les aspects de
l'environnement, le krill, les prédateurs de krill et une pêcherie de krill peuvent
également s'avérer utiles dans le contexte de la gestion;
•
les études par simulation menées pendant l'atelier indiquent qu'en tenant compte
de la nature de la variabilité des estimations de la disponibilité du krill et de la
performance des prédateurs, on pourrait améliorer la capacité à détecter les
anomalies.
4.15 La Commission note également les autres conclusions de l'atelier (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 3.9, 3.10 et 3.15).
4.16 La Commission estime que l'atelier devrait être considéré comme la première phase de
la révision du CEMP et note que le Comité scientifique a établi un plan pour les prochains
travaux du WG-EMM à cet égard (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 3.16). Les tâches les plus
importantes sont les suivantes :
i)
l'aboutissement de l'étude des sources et de l'importance de la variabilité des
paramètres de réponse des prédateurs;
ii)
l'examen de l'utilité des indices dérivés des données de capture par unité d'effort
(CPUE) par trait pour remplacer les mesures directes de la disponibilité de krill;
iii)
l'étude d'autres méthodes de détection des anomalies et de prédiction de
l'abondance du krill, au moyen des courbes de réponse des prédateurs.
13
4.17 Le Comité scientifique estime qu'il ne sera peut-être jamais possible d'attribuer sans
ambiguïté les changements dans l'écosystème indépendamment aux actions de la pêche au
krill ou aux changements environnementaux. Par conséquent, il a sollicité l'avis de la
Commission sur la politique de gestion à suivre lorsqu'un ou des changements sont détectés
dans l'écosystème sans qu'un facteur de cause puisse être identifié (SC-CAMLR-XXII,
paragraphe 3.12).
4.18 La Commission fait savoir que le Comité scientifique devra continuer à travailler sur
cette question dans le contexte du développement d'une procédure de gestion pour la pêche au
krill. Entre-temps, la Commission reconnaît qu'il faudra appliquer des niveaux de précaution
adéquats lors de la prise de décisions relatives à l'impact de la pêche au krill sur l'écosystème.
4.19 La Commission se joint au Comité scientifique pour remercier les responsables de
l'atelier sur la révision du CEMP, J. Croxall et C. Southwell, ainsi que le secrétariat, pour les
travaux qu'ils ont accomplis dans la préparation de l'atelier. Elle remercie également les
Etats-Unis d'avoir contribué financièrement aux déplacements des experts invités.
Etat et tendances de l'écosystème centré sur le krill
4.20 La Commission note que le Comité scientifique et le WG-EMM ont examiné l'état et
les tendances apparentes dans les indices du CEMP et constate que pour la plupart, rien
n'indique avec certitude une déviation à grande échelle de la moyenne à long terme des
indices (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 3.20).
4.21
La Commission note par ailleurs que :
• d'autres méthodes de présentation des indices du CEMP seront examinés pendant la
période d'intersession (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 3.22);
• de nouvelles analyses sont nécessaires pour mieux comprendre la contribution
relative du flux et de la rétention locale de krill dans différentes régions, et que ces
résultats pourraient s'avérer importants pour l'allocation de limites de capture de
précaution aux SSMU, et pourraient avoir des conséquences pour la méthode de
calcul du rendement de précaution à long terme du krill, qui, actuellement, est
fondée sur l'hypothèse selon laquelle il n'y a qu'une seule population de krill
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 3.24);
• il pourrait s'avérer approprié que le Comité scientifique produise une vue
d'ensemble cohérente de la variabilité de l'océan Austral causée par
l'environnement et étudie différents cas de changements susceptibles d'influer sur
les relations écologiques et, en conséquence, la gestion des pêcheries
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 3.27);
• l'évaluation des relations écologiques et des interactions trophiques concernant les
stocks de poissons exploités pourrait bénéficier d'une collaboration plus étroite
entre le WG-EMM et le WG-FSA. Le Comité scientifique émettrait un avis sur la
14
manière d'incorporer cette question
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 3.29).
dans
les
travaux
de
ces
groupes
4.22 La Commission constate que quatre options ont été examinées pour la subdivision
entre les SSMU de la limite de capture de précaution applicable au krill de la zone 48. Le
Comité scientifique a demandé l'élaboration de nouvelles propositions durant la période
d'intersession en vue d'émettre une recommandation lors de CCAMLR-XXIII
(SC-CAMLR-XXII, paragraphes 3.32 à 3.43).
Ecosystème non centré sur le krill
4.23 La Commission note que le Comité scientifique s'attache, également, à examiner les
voies écologiques centrées sur le poisson (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 3.55 à 3.61).
4.24 A cet égard, le Comité scientifique a encouragé l'élaboration de méthodes d'insertion
des données sur les interactions entre le poisson des glaces et les prédateurs du niveau
trophique supérieur dans les procédures d'évaluation et dans les modèles de l'écosystème
portant sur le poisson des glaces.
4.25 De plus, les séries chronologiques de données sur le régime alimentaire du cormoran
antarctique pourraient fournir des informations sur la dynamique des écosystèmes qui seraient
utiles pour les travaux du Comité scientifique.
Sous-groupe consultatif sur les zones protégées
4.26 La Commission approuve les attributions suivantes du sous-groupe consultatif sur les
zones protégées établi par le Comité scientifique :
i)
examiner les propositions concernant la désignation et la protection des sites de
contrôle du CEMP et les plans de gestion du CEMP, compte tenu des détails
requis conformément à la mesure de conservation 91-01;
ii)
examiner et réviser régulièrement, si besoin est, les directives pour la création de
cartes des zones protégées pertinentes pour la CCAMLR;
iii)
élaborer et réviser régulièrement, si besoin est, la méthode d'évaluation des
propositions de zones marines protégées qui lui auront été adressées
conformément à l'Article 6(2) de l'Annexe V au Protocole au Traité sur
l'Antarctique relatif à la protection de l'environnement;
iv)
émettre un avis sur les zones marines protégées dont la désignation en tant que
Zones spécialement protégées de l'Antarctique (ZSPA) ou Zones spécialement
gérées de l'Antarctique (ZSGA) est recherchée en vertu du Traité sur
l'Antarctique;
15
v)
émettre un avis sur la désignation des zones marines protégées qui seraient
proposées conformément aux dispositions de l'Article IX.2 (g) de la Convention,
y compris "l'ouverture ou la fermeture de zones, secteurs ou sous-secteurs à des
fins d'étude scientifique ou de conservation, y compris celle de zones spéciales
destinées à la protection et à l'étude scientifique".
4.27 La Commission note que la Nouvelle-Zélande a l'intention de soumettre au WG-EMM
en 2004 une proposition de ZSPA autour des îles Balleny.
4.28 Le Brésil reçoit favorablement l'avis de nouvelles propositions de zones protégées
comprenant un secteur marin ou de zones marines protégées car celles-ci sont un outil
important pour la préservation des espèces, des habitats ou des écosystèmes, ainsi que de la
diversité biologique en Antarctique.
Prochains travaux du WG-EMM
4.29 La Commission approuve le plan de travail à long terme du WG-EMM
(SC-CAMLR-XXII, tableau 1). Ce plan s'articule autour de cinq axes généraux :
i)
ii)
iii)
iv)
v)
la subdivision de la limite de capture de précaution de krill dans la zone 48;
la nouvelle procédure de gestion du krill;
l'évaluation des besoins des prédateurs;
la subdivision des grandes zones statistiques de la FAO;
la planification stratégique.
4.30 La Commission note que ces plans demanderont un travail énorme qu'il faudra
effectuer pendant la période d'intersession. De ce fait, le Comité scientifique a indiqué que
les travaux sur la mise en place d'une procédure de gestion du krill devront en être à un stade
bien avancé avant que ne soient entamés les travaux sur d'autres programmes importants. La
Commission note également que les travaux sur la spécification du CEMP pour l'avenir
devraient débuter en 2005 par des discussions sur les procédures de gestion lorsque le
contrôle sera une considération importante (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 3.52).
Espèces exploitées
4.31 Les pays membres de la CCAMLR ont mené des opérations de pêche en vertu des
mesures de conservation en vigueur dans les huit pêcheries suivantes au cours de la
saison 2002/03 (du 1er décembre 2002 au 30 novembre 2003) :
•
•
•
•
•
•
16
la pêcherie au chalut de Champsocephalus gunnari de la sous- zone 48.3;
la pêcherie au chalut de C. gunnari de la division 58.5.2;
la pêcherie à la palangre de Dissostichus eleginoides de la sous-zone 48.3;
la pêcherie au chalut et à la palangre de D. eleginoides de la division 58.5.2;
la pêcherie exploratoire à la palangre de Dissostichus spp. de la division 58.4.2;
la pêcherie exploratoire à la palangre de Dissostichus spp. de la sous- zone 88.1;
• la pêcherie exploratoire à la palangre de Dissostichus spp. de la sous- zone 88.2;
• la pêcherie au chalut d'Euphausia superba de la zone 48.
4.32 Par ailleurs, quatre autres pêcheries ont été mises en œuvre dans les ZEE de la zone de
la Convention :
• la pêcherie à la palangre de D. eleginoides de la division 58.5.1 (ZEE française);
• la pêcherie à la palangre de D. eleginoides de la sous- zone 58.6 (ZEE française);
• la pêcherie à la palangre de D. eleginoides de la sous- zone 58.6 (ZEE
sud-africaine);
• la pêcherie à la palangre de D. eleginoides de la sous- zone 58.7 (ZEE
sud-africaine).
4.33 Quatorze pays membres ont mené des opérations de pêche pendant la saison 2002/03 :
l'Afrique du Sud, l'Australie, le Chili, la France, l'Espagne, les États-Unis, la Fédération de
Russie, la République de Corée, le Japon, la Nouvelle- Zélande, la Pologne, le Royaume-Uni,
l'Ukraine et l'Uruguay.
Pêche au krill
4.34 Pendant la saison 2002/03, les opérations de pêche au krill ont été menées dans les
sous- zones 48.1, 48.2 et 48.3, pour une capture déclarée, au 3 octobre 2003, de
110 334 tonnes (SC-CAMLR-XXII, tableau 2). Il semblerait qu'une fois que la capture des
mois restants de 2003 aura été déclarée, la capture de 2002/03 soit proche de celle déclarée en
2001/02 (125 987 tonnes) (SC-CAMLR-XXII, tableau 3).
4.35 La Commission note que la capture de krill prévue pour la saison 2003/04 dépasse de
30% la capture totale prévue pour la saison 2002/03 (SC-CAMLR-XXII, tableau 4). Cette
augmentation prévue est d'autant plus importante que ces dernières années, les niveaux de
capture totale indiqués au Comité scientifique étaient généralement égaux ou inférieurs aux
niveaux de capture existants.
4.36 La Commission constate que le Comité scientifique et le WG-EMM n'ont pas été en
mesure d'évaluer la situation de la pêcherie de krill du fait que les Membres n'ont fourni que
des informations incomplètes ou non confirmées sur les plans de pêche, à l'exception de la
Pologne qui a procuré, dans son Rapport d'activités de Membre, des informations détaillées
sur ses prochaines activités de pêche au krill. En conséquence, le Comité scientifique a conçu
un formulaire que les Membres devront utiliser à titre volontaire pour soumettre des
informations sur leurs plans de pêche pour la prochaine saison (SC-CAMLR-XXII, annexe 6).
4.37 La Commission approuve la procédure de notification mise au point par le Comité
scientifique (SC-CAMLR-XXII, annexe 6) et incite fortement les Membres ayant l'intention
17
de mener des opérations de pêche sur le krill pendant la saison à venir à remplir leur
notification avant la réunion annuelle du WG- EMM. Les notifications doivent être soumises
au secrétariat.
4.38 La Commission reconnaît que certains Membres pourraient considérer que les
demandes d'informations sur le traitement du krill après l'exploitation constituent une
infraction à la confidentialité commerciale. Elle estime toutefois que les informations sur les
produits de krill proposés sont importantes pour mieux comprendre l'état actuel et les
tendances de la pêcherie.
4.39 La Commission convient que la soumission par les Membres d'informations dans la
notification serait faite sur une base volontaire.
Ressources de poisson
Légine
4.40 Au total, 15 931 tonnes de Dissostichus spp. ont été capturées dans la zone de la
Convention au cours de la saison 2002/03 (jusqu'au 3 octobre 2003) par rapport à
15 302 tonnes la saison précédente (SC-CAMLR-XXII, tableaux 2 et 3).
4.41 Selon les données déclarées par le biais du SDC, les captures réalisées en dehors de la
zone de la Convention étaient de 18 919 tonnes pour la saison 2002/03 (jusqu'au 3 octobre
2003), alors que la saison précédente, elles s'élevaient à 35 484 tonnes (SC-CAMLR-XXII,
annexe 5, tableau 3.1). La Commission note que selon les déclarations, les captures
proviendraient, pour la plupart, des zones 41, 47, 51, 57 et 87 (SC-CAMLR-XXII,
paragraphe 4.18).
4.42 Le Comité scientifique prend note des progrès réalisés dans le développement des
méthodes d'évaluation par le WG-FSA-SAM et le WG-FSA-SFA lors de leurs réunions
d'intersession en août 2003. Les deux sous-groupes ont largement contribué à l'amélioration
des méthodes et procédures d'évaluation utilisées lors de la réunion du WG-FSA cette année.
La Commission se joint au Comité scientifique pour remercier les participants à l'atelier et le
responsable et l'hôte du WG-FSA-SAM, A. Constable et Geoff Kirkwood (Royaume-Uni),
ainsi que les responsables du WG-FSA-SFA, M. Collins et P. Gasiukov (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 4.32 et 4.33).
4.43 La Commission note que les évaluations de D. eleginoides réalisées en 2003
respectent les procédures établies par le Comité scientifique et le WG-FSA.
4.44 La Commission note, toutefois, avec inquiétude que de nombreux problèmes ont été
relevés par le WG-FSA lors d'une révision des estimations de recrutement utilisées dans
l'évaluation de D. eleginoides de la sous- zone 48.3 en 2002 (SC-CAMLR-XXII, annexe 5,
paragraphes 5.104 à 5.111). Une erreur a notamment été relevée dans les extractions de
données de la campagne d'évaluation menée en 2002 par le Royaume-Uni, qui a abouti à une
surestimation considérable du recrutement de 2001, 2002 et 2003.
18
4.45 Des incohérences ont également été relevées dans les analyses des données de la
campagne d'évaluation menée en 1990 par le Royaume-Uni. Les estimations de recrutement
correspondantes calculées en 2002 étaient donc trop élevées et les estimations de recrutement
tirées de la campagne 1990 ont pu avoir une incidence sur les estimations de recrut ement
antérieures à 2002 (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.47).
4.46 La Commission note que la limite de capture de précaution de D. eleginoides dans la
sous- zone 48.3 pour la saison 2003/04, dérivée de l'utilisation de la série originale de
recrutement de 2002, s'élevait à 7 813 tonnes, ce qui s'aligne sur l'estimation de l'année
dernière. Toutefois, lorsque la série de recrutement révisée en fonction de la campagne
d'évaluation de 2002 a été utilisée, la limite de capture de précaution n'atteignait plus que
5 524 tonnes. Lorsque les séries révisées en fonction des campagnes d'évaluation de 1990 et
2002 ont été utilisées, la limite de capture de précaution avait encore baissé et atteignait
1 979 tonnes (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.58).
4.47 Toutefois, il est noté que le chiffre de 1 979 tonnes risque de ne pas être correct en
raison d'erreurs dans les analyses pertinentes qui ont généré des chiffres qui pourraient
maintenant, s'avérer trop faibles (SC-CAMLR-XXII, annexe 5, paragraphe 5.121;
SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.59).
4.48 La Commission rappelle ses discussions de l'année dernière lorsqu'elle elle a augmenté
la limite de capture pour la saison 2002/03, et les inquiétudes exprimées par certains Membres
(CCAMLR-XXI, paragraphes 11.43 et 11.44).
4.49 A la lumière des préoccupations exprimées l'année dernière et des erreurs d'évaluation
relevées cette année, la Commission reconnaît les incertitudes sur lesquelles repose l'avis
rendu par le Comité scientifique sur la limite de capture de D. eleginoides de la
sous- zone 48.3 pour la saison 2003/04 (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 4.65 et 4.70).
4.50 Toutefois, la Commission constate que, du fait que les limites de capture de
D. eleginoides sont des limites de capture de précaution à long terme applicables à une espèce
à vie longue, l'impossibilité de fournir une estimation fiable de rendement de précaution en
une année serait moins grave que dans le cas d'une pêcherie soumise à des évaluations
annuelles de rendement optimal. Une fois que le WG-FSA aura déterminé une série révisée
de recrutement pour la sous-zone 48.3 l'année prochaine, il deviendra évident que, par le
passé, les captures ont ou n'ont pas dépassé celles qui auraient été calculées traditionnellement
en tant que rendements de précaution à partir de cette série de recrutement. La Commission
note que si les captures ont dépassé le niveau des rendements de précaution, il en sera tenu
compte dans les calculs de prochains rendements de précaution (SC-CAMLR-XXII, annexe 5,
paragraphe 5.123).
4.51 La Commission se montre satisfaite que, pour que se poursuive l'amélioration des
procédures du contrôle de la qualité du processus d'évaluation, le Comité scientifique ait
accepté la recommandation du WG-FSA selon laquelle il conviendrait de développer des
procédures de va lidation pour toutes les extractions de données et des procédures analytiques
et de les appliquer systématiquement pendant le processus d'évaluation (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 4.48 et 4.49).
19
4.52 La Commission prend également note de la quantité importante de travail effectué par
le WG-FSA pendant ses réunions, et du fait que les évaluations deviennent de plus en plus
complexes. Elle constate, en outre, que le processus actuel d'évaluation permet la
contribution directe d'un plus grand nombre de participants, et que cette approche collective
présente davantage de rigueur et de transparence à l'égard des évaluations réalisées par le
groupe de travail (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.56).
4.53 La Commission prend note de l'avis du Comité scientifique concernant les stocks de
D. eleginoides dans les sous-zones 48.4, 58.6 et 58.7 et la division 58.5.2 (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 4.78, 4.89, 4.90, 4.93, 4.94, 4.96 et 4.97).
4.54 Concernant le stock de D. eleginoides dans la division 58.5.1, la Commission
remarque l' augmentation considérable du total des prélèvements depuis 2000 et le déclin
correspondant de la CPUE normalisée. En outre, elle note que l'augmentation du total des
prélèvements et la baisse de la CPUE sont dues, non pas à des captures licites effectuées par
des navires français, mais à un accroissement des captures IUU. Elle appuie l'avis du Comité
scientifique, selon lequel il est impératif de prendre des mesures pour réduire
considérablement le niveau du total des prélèvements atteint en 2003 (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 4.82 et 4.83). Par conséquent, la Commission encourage vivement la France à
prendre les mesures nécessaires relativement aux activités de pêche dans sa ZEE.
Poisson des glaces
4.55 Au total, 4 498 tonnes de C. gunnari ont été capturées dans la zone de la Convention
de la CCAMLR au cours de la saison 2002/03 (jusqu'au 3 octobre 2003) par rapport à
3 532 tonnes la saison précédente (SC-CAMLR-XXII, tableaux 2 et 3).
4.56 La Commission note que, suite aux travaux effectués par le WG-FSA-SFA, le
WG-FSA a convenu d'incorporer dans l'évaluation les résultats d'une campagne d'évaluation
acoustique réalisée en 2002 à partir de laquelle on a estimé la composante de la biomasse
pélagique de C. gunnari dans l'intervalle de profondeur 8–58 m au dessus du fond
(SC-CAMLR-XXII, annexe 5, paragraphes 5.148 à 5.152).
4.57 La Commission constate également que le groupe de travail a réalisé deux évaluations
de la limite de capture de précaution de C. gunnari en 2003/04 (SC-CAMLR-XXII, annexe 5,
paragraphes 5.169 à 5.172). La première évaluation tient compte des poissons de la cohorte
d'âge 1+ de 2001/02 et a pour résultat un rendement prévu de 3 570 tonnes pour la
saison 2003/04. L'évaluation qui exclut la cohorte d'âge 1+ de 2001/02 produit un rendement
prévu de 2 205 tonnes pour la saison 2003/04 (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.101). Le
WG-FSA n'est pas arrivé à fixer une limite de capture unique.
4.58 La Commission prend note de l'avis du Comité scientifique selon lequel une limite de
précaution adéquate pour C. gunnari de la sous-zone 48.3 pour la sous- zone 2003/04 se
trouverait dans l'intervalle entre les résultats des deux évaluations effectuées par le WG-FSA
(2 205–3 570 tonnes). Toutefois, compte tenu des incertitudes entourant les taux de mortalité
naturelle présumés dans l'évaluation qui comprend dans ses projections les poissons d'âge 1
20
(SC-CAMLR-XXII, paragraphes 4.101 à 4.109), et d'autres incertitudes (SC-CAMLR-XXII,
annexe 5, paragraphes 5.170 à 5.172), le Comité scientifique n'a pas été en mesure de
recommander une limite de capture de précaution précise dans cet intervalle
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.110).
4.59 La Commission note également que le Comité scientifique ne disposait pas
d'informations sur lesquelles fonder un examen ou une révision de l'avis qu'il a rendu à l'égard
de la limitation saisonnière de la pêcherie de C. gunnari de la sous- zone 48.3
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.111).
4.60 La Commission convient de maintenir la fermeture de la pêcherie de C. gunnari dans
la ZEE française de la division 58.5.1 au cours de la saison 2003/04 et ce, jusqu'à ce qu'une
campagne puisse fournir des informations sur l'état du stock (SC-CAMLR-XXII,
paragraphe 4.112).
4.61 La Commission appuie l'avis du Comité scientifique en ce qui concerne la pêcherie de
C. gunnari de la division 58.5.2 (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 4.117 et 4.118). Elle note
également qu'en raison des fluctuations importantes de l'abondance de cette espèce, le Comité
scientifique s'est efforcé de trouver des moyens d'assurer des captures stables d'une année à
l'autre. Il a, de plus, cherché à éviter l'exploitation des poissons d'âge 2 qui entrent dans la
pêcherie chaque saison. Pour résoudre ce dernier problème, il a été suggéré d'envisager une
longueur minimale de 290 mm à partir de mai 2004 (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.119).
Autres espèces de poissons
4.62 La Commission approuve l'avis du Comité scientifique sur les pêcheries d'autres
poissons, notamment celui selon lequel il convient de fermer la pêcherie de
Electrona carlsbergi de la sous-zone 48.3 et de ne pas la rouvrir tant qu'une révision de
l'évaluation à long terme du rendement de cette espèce n'aura pas été réalisée par le WG-FSA
(SC-CAMLR-XXII, paragraphes 4.121, 4.123 et 4.124).
Espèces des captures accessoires
4.63 La Commission prend note des progrès réalisés par le Comité scientifique en matière
d'évaluation à long terme de l'état des taxons de la capture accessoire liée à la pêche à la
palangre et au chalut (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 4.128 à 4.149). Elle note également
que le WG-FSA examinera, à sa prochaine réunion, des questions de capture accessoire d'un
intérêt mutuel potentiel pour le WG-FSA et le WG-IMAF ad hoc.
4.64
La Commission note tout particulièrement que :
• le manque d'informations biologiques sur les rajidés (raies) a empêché toute
évaluation de ces taxons (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.131).
21
• en ce qui concerne les macrouridés (grenadiers), autre groupe d'espèces prioritaire,
les données biologiques disponibles n'ont pas été suffisantes pour estimer lors du
WG-FSA la valeur de γ pour les trois espèces de Macrourus rencontrées dans les
pêcheries de la zone de la Convention, valeur qui indique que ces espèces, d'une
productivité relativement faible, risquent la surexploitation (SC-CAMLR-XXII,
paragraphe 4.132);
• pour M. carinatus de la division 58.5.2, une estimation de la biomasse (B0 ) était
disponible, ce qui a permis au Comité scientifique d'établir la meilleure estimation
disponible de la limite de précaution de la capture accessoire (SC-CAMLR-XXII,
paragraphe 4.134);
• pour Macrourus spp. des sous- zones 48.3 et 88.1, on ne disposait d'aucune
estimation de B0 et, en conséquence, aucun rendement de précaution n'a pu être
calculé (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.133);
• les limites de capture accessoire, du fait de l'incertitude qui leur est inhérente, ne
devraient pas être utilisées pour indiquer un rendement durable à long terme et une
capture accessoire qui atteindrait de tels niveaux pendant plusieurs années
nécessiterait une révision de l'évaluation (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.135);
• la mise en place de mesures d'évitement et d'atténuation des captures accessoires
devrait être une tâche hautement prioritaire (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.136);
• le WG-FSA a tenté d'estimer la quantité de la capture accessoire qui était détachée
de la palangre au couteau ou en était tombée avant la remontée à bord; il a
également effectué une première tentative d'estimation du taux de survie de ces
poissons, lors du processus de capture et de relâche (SC-CAMLR-XXII, annexe 5,
paragraphes 5.273 à 5.279). Le Comité scientifique encourage de nouvelles études
sur la survie des raies (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.143);
• il existe des différences affectant la capture accessoire selon qu'elle est déclarée
dans les données STATLANT, les données par trait ou les déclarations de capture
et d'effort de pêche que les Membres soumettent régulièrement au secrétariat
(SC-CAMLR-XXII, paragraphes 4.146 et 4.147).
4.65 La Commission prend note des avis de gestion présentés par le Comité scientifique et
demande instamment à tous les Membres de déclarer avec précision la capture accessoire
lorsqu'ils soumettent les données STATLANT, les données par trait ou les déclarations de
capture et d'effort de pêche.
Ressource de crabes
4.66 La Commission note qu'aucune pêche de crabes n'a été menée dans la sous- zone 48.3
pendant la saison 2002/03 et qu'elle n'a pas reçu de proposition d'exploitation des crabes pour
22
la saison 2003/04. Elle accepte les avis de gestion présentés par le Comité scientifique
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.221).
Ressource de calmars
4.67 La Commission note qu'aucune pêche dirigée de Martialia hyadesi n'a été menée dans
la sous-zone 48.3 en 2002/03 et qu'elle n'a pas reçu de proposition d'exploitation de cette
espèce pour la saison 2003/04. Elle accepte les avis de gestion présentés par le Comité
scientifique (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.222).
Prochains travaux
4.68 La Commission approuve le programme de travail du WG-FSA – organe du Comité
scientifique (SC-CAMLR-XXII, annexe 5, paragraphes 9.1 à 9.25). A cet égard, elle indique
que les prochains travaux d'évaluation devront tenir compte des recommandations du
WG-FSA-SAM.
4.69 La Commission note que ce programme de travail comprend un examen complet et
une révision de la série de recrutement de D. eleginoides de la sous-zone 48.3 à réaliser
pendant la période d'intersession. Le Comité scientifique, conscient de l'importance d'une
série de recrutement cohérente et fiable pour l'évaluation du stock de D. eleginoides dans la
sous- zone 48.3, a demandé que celle-ci lui soit soumise pour examen à la réunion de 2004
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.73).
Exemption pour la recherche scientifique
4.70 La Commission note que les campagnes de recherche notifiées au secrétariat en vertu
de la mesure de conservation 24-01 sont placées sur le site de la CCAMLR, qui est mis à jour
régulièrement. Les notifications des projets de campagnes d'évaluation parvenues au
secrétariat pour 2003/04 figurent dans CCAMLR-XXII/BG/8 Rév. 1.
4.71 La Commission rappelle qu'elle a chargé le Comité scientifique de revoir la liste des
taxons et leurs niveaux de capture prévue figurant à l'annexe B de la mesure de
conservation 24-01, compte tenu des seuils attendus en deçà desquels une notification ne
serait plus requise (CCAMLR-XXI, paragraphe 11.26).
4.72 En revoyant la liste des taxons et leurs niveaux de capture prévue, le Comité
scientifique a noté que des captures de C. gunnari dépassant 10 tonnes par chalutage d'une
demi-heure ont été effectuées de temps à autre au cours des campagnes de recherche menées
par chalutages et qu'à l'avenir, les chaluts pélagiques utilisés parallèlement aux campagnes
d'évaluation acoustique pourraient également effectuer des captures dépassant 10 tonnes. Le
Comité scientifique estime qu'une limite de 50 tonnes de C. gunnari est acceptable pour la
recherche scientifique (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 8.6).
23
4.73 La Commission approuve les avis du Comité scientifique et note que ce dernier
réexaminera régulièrement l'annexe B de la mesure de conserva tion 24-01.
Activités bénéficiant du soutien du secrétariat
4.74 La Commission prend note des activités relatives à la gestion des données que le
secrétariat a menées à bien en 2002/03 (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 12.1 à 12.8)
4.75 La Commission note par ailleurs que le Comité scientifique a examiné le projet de
règles pour la soumission des documents de réunion de la CCAMLR (CCAMLR-XXII/5
Rév. 1) et reconnaît que le projet de règles ne décrit pas correctement les conditions de
soumission des documents au Comité scientifique. Ce dernier a, par conséquent, proposé à la
Commission d'examiner, dans le cadre de ses débats cette année, uniquement le projet de
règles concernant la soumission des documents à la Commission (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 12.31 et 12.32; paragraphe 3.6 du présent rapport).
Publications
4.76 En plus des rapports annuels de la CCAMLR, la Commission note que les documents
suivants ont également été publiés en 2003 :
i)
les Résumés scientifiques de la CCAMLR qui couvrent les résumés des
documents présentés en 2002;
ii)
CCAMLR Science, volume 10 (distribué à la réunion);
iii)
Bulletin Statistique, volume 15;
iv)
Révisions apportées au Manuel pour inspecteurs et Manuel de l'observateur
scientifique.
4.77 La Commission rappelle qu'en 2002, le Comité scientifique avait convenu de prendre
des mesures pour surmonter les difficultés liées aux problèmes linguistiques qui se présentent
lorsque des scientifiques rédigent des articles en anglais pour CCAMLR Science et que
l'anglais n'est pas leur langue maternelle, ce qui nécessite parfois une révision plus rigoureuse
(SC-CAMLR-XXI, paragraphes 12.17 et 12.19 à 12.21). Par conséquent, des fonds
supplémentaires avaient été approuvés par la Commission pour assurer le soutien linguistique
de CCAMLR Science.
4.78 La Commission accepte les directives sur le soutien linguistique à apporter aux
manuscrits dont la première évaluation menée par le rédacteur en chef de CCAMLR Science
révèle de grosses difficultés dans le texte anglais (SC-CAMLR-XXII, annexe 7).
24
Activités du Comité scientifique
4.79 La Commission note que le Comité scientifique a prévu les réunions ci-dessous pour
2003/04 :
• WG-EMM, Sienne, Italie, du 12 au 23 juillet 2004, y compris l'atelier sur les
modèles d'écosystème plausibles pour tester les approches de gestion du krill;
• WG-FSA, y compris WG-IMAF ad hoc, Hobart, Australie, du 11 au 22 octobre
2004;
• WG-FSA-SAM, Sienne, Italie, du 5 au 9 juillet 2004, juste avant le WG- EMM-04.
4.80 La Commission note que, ainsi qu'il en a été convenu l'année dernière, I. Everson va
quitter le son poste de responsable du WG-FSA à la fin de la présente réunion en faveur de S.
Hanchet (Nouvelle-Zélande).
4.81 La Commission se joint au Comité scientifique pour faire savoir à I. Everson combien
a été appréciée sa contribution remarquable aux travaux de la CCAMLR. I. Everson participe
depuis CCAMLR-III, en 1984, aux réunions de la Commission, du Comité scientifique et de
ses groupes de travail. Il a présidé le Comité scientifique de 1987 à 1990 et a assumé la
responsabilité du WG-EMM de sa première réunion en 1995 à 1999 et celle du WG-FSA en
1993 et 1994 puis de nouveau en 2002 et cette année. La Commission et le Comité
scientifique souhaitent à I. Everson une retraite heureuse et des plus satisfaisantes.
4.82 La Commission se joint au Comité scientifique pour accueillir chaleureusement le
nouveau responsable du WG-FSA, S. Hanchet.
Invitation des observateurs à la prochaine réunion
4.83 La Commission note que le Comité scientifique a accepté d'inviter
SC-CAMLR-XXIII tous les observateurs qui étaient invités à la présente réunion.
à
Autres questions
4.84 La Commission note que le secrétariat a soumis deux résumés au quatrième Congrès
mondial sur la pêche (CCAMLR-XXII/BG/22). Dans ces résumés, le secrétariat décrit les
travaux que la CCAMLR réalise pour remplir les objectifs de la Convention ainsi que son
approche de gestion de la capture accessoire. La Commission note que le Comité scientifique
a fait part de son inquiétude, notamment en ce qui concerne le dernier résumé, au sujet de la
présentation et de la publication possible des informations scientifiques obtenues à partir des
travaux principaux des groupes de travail du Comité scientifique sans qu'ait été demandée au
préalable la permission des responsables des travaux réalisés dans ces groupes. Le Comité
scientifique s'inquiète également du chevauchement possible entre le contenu de l'intervention
sur la capture accessoire et celui de l'intervention des responsables du WG-EMM et du
25
WG-FSA, intervention qui a déjà été approuvée par le Comité scientifique et qui est présentée
à la même réunion. Cette question a été renvoyée au secrétariat pour examen immédiat en
consultation avec le président du Comité scientifique et les responsables des groupes de
travail et à la Commission à l'égard de toutes les questions de principe concernées
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 15.8) (voir aussi les paragraphes 14.61 et 14.62).
ÉVALUATION ET ÉVITEM ENT DE LA MORTALITÉ ACCIDENTELLE
DES RESSOURCES MARIN ES VIVANTES DE L'ANTARCTIQUE
Mortalité accidentelle des animaux marins
pendant les opérations de pêche
5.1
La Commission examine le rapport du Comité scientifique sur l'évaluation et
l'évitement de la mortalité accidentelle des ressources marines vivantes de l'Antarctique
(SC-CAMLR-XXII, paragraphes 5.1 à 5.58). Elle accepte le rapport, ses conclusions et ses
avis (dont en particulier ceux des paragraphes 5.56 à 5.58 de SC-CAMLR-XXII), sous
réserve des commentaires ci-dessous.
5.2
La Commission note qu'à l'exception des ZEE françaises de la sous- zone 58.6 et de la
division 58.5.1, le niveau de capture accidentelle d'oiseaux de mer est le plus faible jamais
relevé dans la zone de la Convention (15 oiseaux de mer). Ceci dénote un progrès
considérable de la part de toutes les parties conc ernées, notamment si l'on compare la
situation actuelle à celle de 1997, lorsque 6 589 oiseaux de mer avaient été déclarés tués,
époque à laquelle la CCAMLR mettait en place ses premières mesures de conservation à cet
égard.
5.3
A l'égard des ZEE françaises de la sous-zone 58.6 et de la division 58.5.1, la
Commission note avec inquiétude que :
i)
les données pertinentes n'ont pas été soumises sous le format voulu pour 2002 et
2003 (CCAMLR-XXI, paragraphe 6.10; SC-CAMLR-XXI, paragraphe 5.5;
SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.4);
ii)
les niveaux de capture accidentelle d'oiseaux de mer dans ces régions en 2002 et
2003 (atteignant 25 841 oiseaux de mer, des pétrels à menton blanc pour la
plupart), étaient les plus élevés jamais enregistrés dans la zone de la Conventio n
et que les taux de capture accidentelle, bien qu'en baisse en 2003, étaient
toujours parmi les plus élevés jamais déclarés dans la zone de la Convention
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.6).
La Commission accepte l'avis du Comité scientifique sur la mise en application de mesures
d'atténuation de la capture accidentelle d'oiseaux de mer, l'expérimentation de nouvelles
mesures et la collaboration entre les Membres de la CCAMLR pour faire face à cette situation
dans ces secteurs.
26
5.4
En réponse, la France indique que :
i)
elle regrette profondément de ne pas avoir été en mesure de soumettre les
données, en raison de difficultés administratives et techniques, mais indique que
les données pertinentes seront soumises au secrétariat dans les prochaines
semaines;
ii)
elle a fait participer un scientifique à la réunion du WG-IMAF ad hoc pour qu'il
présente un récapitulatif des données françaises et des nombreux efforts
déployés par la France pour faire face au problème;
iii)
elle a présenté un compte rendu de l'élaboration et de la mise en œuvre récentes
de toute une série de mesures d'atténuation de la capture accidentelle d'oiseaux
de mer (CCAMLR-XXII/57), prouvant ainsi que les armateurs de pêche sont
fermement décidés à mettre en œuvre les mesures requises et à expérimenter de
nouvelles techniques d'atténuation;
iv)
elle accepte de mettre en œuvre, à titre expérimental, les procédures spécifiées
dans la mesure de conservation 25-02, sans perdre de vue les considérations de
sécurité de l'équipage et des observateurs;
v)
elle a décidé de fermer la pêcherie pendant un mois en 2004, lors du pic de la
saison de reproduction des pétrels à menton blanc (voir aussi SC-CAMLR-XXII,
paragraphe 5.8);
vi)
elle fait un accueil chaleureux à la coopération offerte par les Membres de la
CCAMLR dotés d'expérience dans le domaine de l'élaboration et de la mise en
œuvre des mesures d'atténuation de la capture accidentelle d'oiseaux de mer,
notamment dans les régions affectées par une capture accidentelle d'oiseaux de
mer des mêmes espèces;
vii)
elle estime que les mesures utilisées en 2003/04 devraient produire une
réduction notable des niveaux et taux de capture accidentelle d'oiseaux de mer
par rapport à 2002/03.
5.5
La Commission se félicite de la déclaration française, encourage l'expérimentation de
nouvelles mesures d'atténuation de la capture accidentelle d'oiseaux de mer, ainsi que
l'application par la France en 2003/04 de mesures au moins aussi strictes que celles de la
mesure de conservation 25-02, y compris à l'égard du lestage des palangres automatiques, et
encourage la France à présenter un compte rendu complet des résultats à la CCAMLR l'année
prochaine.
5.6
A l'égard de son engagement vis-à-vis de l'application de mesures au moins aussi
strictes que la mesure de conservation 25-02 et comportant des dispositions supplémentaires
sur le lestage des lignes automatiques (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.9), la France indique
que pour 2003/04, elle limitera ses opérations comme suit :
27
i)
ouverture de la saison de pêche 2003/04 le 1er septembre 2003;
ii)
des palangres auto-plombées ne seront disponibles pour l'expérimentation sur un
palangrier automatique qu'en janvier 2004;
iii)
les autres palangriers automatiques risquent de ne pas pouvoir mettre en œuvre
un régime de plus de 8 kg tous les 250 m.
La France manifeste donc son intention d'appliquer les dispositions de la mesure de
conservation 25-02 pour les navires de type espagnol et, pour 2003/04, de s'efforcer de les
appliquer, dans la limite du possible, sur les palangriers automatiques.
5.7
La Commission prend note des progrès réalisés en matière de respect de la mesure de
conservation 25-02 et du nombre nettement plus élevé de navires jugés avoir appliqué cette
mesure en 2003/04 (48%) par rapport à l'année dernière (14%) (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 5.11 et 5.13).
5.8
A l'égard du paragraphe 5.12 de SC-CAMLR-XXII, l'Afrique du Sud informe la
Commission qu'elle a l'intention de prendre les mesures qui s'imposent envers la déclaration
de non-respect de la réglementation sur le rejet des déchets de poisson par le Southern
Princess et qu'elle en rendra compte l'année prochaine.
5.9
La Commission note que le Comité scientifique reconnaît la nécessité de revoir la
mesure de conservation 25-02, sur la base d'une révision générale des dispositions actuelles
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.17; SC-CAMLR-XXII, annexe 5, paragraphes 6.92 à 6.108
et appendice F).
5.10 La Commission se félicite des résultats de l'expérimentation des palangres autoplombées réalisée sur l'initiative de scientifiques australiens, de pêcheurs néo- zélandais et
d'un fabricant d'engins norvégien (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 5.14 et 5.15). Elle
approuve les essais proposés de palangres auto-plombées dans la zone de la Convention en
2003/04 et demande aux Membres d'étudier la possibilité d'utilisation de ce type de palangres
dans leurs pêcheries (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 5.15 et 5.16).
5.11 La Commission prend note de l'application d'une méthode améliorée pour l'estimation
de la capture accidentelle d'oiseaux de mer associée à la pêche IUU, des résultats estimés pour
2003/04 (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.20 iii)) et des estimations révisées remontant à
1997. Elle fait sien l'avis du Comité scientifique selon lequel, bien que la nouvelle méthode
produise toujours des estimations plus faibles, ces niveaux de mortalité restent totalement
insoutenables pour les populations d'oiseaux de mer concernées. Ceci souligne de nouveau
l'importance de mesures strictes pour lutter contre la pêche IUU (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 5.21 et 5.22).
5.12 La Commission note qu'aucune donnée n'a été déclarée sur la mortalité accidentelle
des oiseaux de mer dans les activités de pêche palangrière menées en dehors de la zone de la
28
Convention (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.24). Elle demande donc aux Membres de se
soumettre à cette demande permanente l'année prochaine.
5.13 La Commission note que l'Accord sur la conservation des albatros et des pétrels
(ACAP) devrait entrer en vigueur trois mois après la cinquième ratification, celle, imminente,
de l'Afrique du Sud (paragraphe 13.9). Les Membres de la CCAMLR qui n'ont pas encore
ratifié l'ACAP sont encouragés à y procéder au plus tôt; les Membres qui assistent à la
première réunion des parties de l'ACAP sont priés de s'assurer que les travaux de la
CCAMLR dans ce domaine reçoivent tout le soutien et toute la reconnaissance qui leur sont
dus.
5.14 L'ASOC se félicite de l'annonce de la ratification et de l'entrée en vigueur imminente
de l'ACAP, ainsi que de l'offre avancée par la Nouvelle-Zélande et l'Australie de prêter
assistance aux pêcheurs français pour qu'ils surmontent leur problème de capture accidentelle
d'oiseaux de mer. L'ASOC prie instamment la France d'envisager de mettre en place un Plan
d'action national visant à réduire les captures accidentelles d'oiseaux de mer dans les
pêcheries à la palangre (PAN-oiseaux de mer).
5.15 La Commission prend note du résumé de l'état d'avancement de certains PAN-oiseaux
de mer, compilé par le Comité scientifique (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 5.28 et 5.29);
elle réalise que leur mise en œuvre est encore très lente.
5.16 En ce qui concerne la question de son PAN-oiseaux de mer (SC-CAMLR-XXII,
paragraphe 5.33), la Communauté européenne répond qu'elle a soumis son projet au Comité
des pêches de la FAO (COFI) en 2001. Elle termine actuellement son évaluation interne
conformément au Plan d'action international (PAI) et a l'intention de soumettre officiellement
son plan national au COFI en 2005.
5.17 La Commission rappelle son intention de collaborer avec les Organisations régio nales
de gestion de la pêche (ORGP) dont la compétence s'étend aux régions adjacentes à la zone de
la Convention, là où des oiseaux de mer sont ou pourraient être tués. En effet, elle cherche à
promouvoir l'adoption par ces ORGP de mesures d'atténuation appropriées de la capture
accidentelle dans les pêcheries concernées actuellement ou qui le seront à l'avenir. L'année
dernière, la Commission avait noté que les contacts avec ces ORGP avaient été plutôt limités
et peu satisfaisants (CCAMLR-XXI, paragraphe 6.16).
5.18 La Commission se dit satisfaite des informations relatives aux échanges avec l'IOTC et
la Convention des pêches du Pacifique Centre-Ouest (WCPFC pour Western and Central
Pacific Fisheries Convention en anglais) (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.28 iii) et v)). Il
encourage l'IATTC à développer des programmes d'observation dans les pêcheries situées
dans les secteurs plus au sud dans lesquels les interactions avec les oiseaux de mer de la zone
de la Convention sont plus susceptibles de se produire.
5.19 En ce qui concerne la CICTA, la Commission se réjouit de la résolution adoptée à sa
réunion de 2002 (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.28 ii)) encourageant la collecte
d'informations sur les interactions oiseaux de mer–pêcheries, y compris les captures
accidentelles. Toutefois, il note qu'une activité menée volontairement et ne tenant pas compte
29
d'un calendrier pour la mise en application était peu susceptible d'aboutir à des données utiles.
Dans l'intervalle, il encourage fortement les Membres de la CCAMLR qui sont aussi membres
de la CICTA à adopter des règles qui rendraient obligatoires l'utilisation de mesures
d'atténuation sur tous les navires de pêche de thon, d'espadon et d'espèces associées dans les
eaux au sud de 30°S, comme l'avait fait l'Espagne l'année dernière (CCAMLR-XXI,
paragraphe 6.12) et comme l'exige le Japon pour ses pêcheries dans le cadre de la CCSBT
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.30).
5.20 La Commission note que dans les pêcheries nouvelles et exploratoires qui ont été
mises en œuvre en 2002/03 (sous- zones 88.1 et 88.2 et division 58.4.2), aucune capture
accidentelle d'oiseaux de mer n'a été déclarée (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.34). Elle
note également que :
i)
le Comité scientifique a approuvé la révision de l'évaluation du risque
d'interaction des oiseaux de mer et des pêcheries à la palangre pour toutes les
zones statistiques de la zone de la Convention (SC-CAMLR-XXII/BG/17);
ii)
pratiquement toutes les questions identifiées lors de la révision des
31 propositions de pêche nouvelle ou exploratoire présentées pour 2003/04 ont
été résolues en ce qui concerne la capture accidentelle d'oiseaux de mer
(SC-CAMLR-XXII, paragraphes 5.35 et 5.36).
5.21 La Commission prend note des comptes rendus sur la mortalité accidentelle des
oiseaux et des mammifères marins dans les pêcheries autres que celles à la palangre
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.40 à 5.52). Elle note que des otaries de Kerguelen ont été
tuées ou ont pu être tuées pendant des opérations de pêche au krill menées au chalut
(SC-CAMLR-XXII, paragraphes 5.40 iii) et 5.42). Elle approuve la demande faite aux
Membres dotés d'expérience dans l'évitement de la capture de phoques dans leurs engins de
pêche, et qui ont pu relâcher ceux qui se font prendre dans ces engins, de faire part de leur
expertise, en particulier aux Membres devant faire face à ce genre de problèmes dans cette
zone (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 5.42 et 5.43).
5.22
La Nouvelle-Zélande fait part de son intention de prêter son assistance à cet égard.
5.23 L'Ukraine déclare qu'aucune capture accidentelle d'oiseaux ou de mammifères marins
n'a été associée aux opérations de pêche au krill qu'elle a menées au chalut en 2002/03 et que
ceci est peut-être dû à la courte durée des traits ou à la taille des chaluts.
5.24 La Pologne fait savoir que son rapport d'activités de Membre indique qu'aucun oiseau
de mer n'a été capturé pendant ses opérations de pêche au krill dans la zone 48.
5.25 En ce qui concerne la pêcherie de poisson des glaces au chalut dans la sous-zone 48.3,
la Commission note :
30
i)
le niveau de capture accidentelle d'oiseaux de mer en 2003, en baisse de 40% par
rapport à celui de 2001, bien que les taux de capture accidentelle correspondants
ne démontrent aucune tendance nette (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 5.45 iii));
ii)
une quantité considérable de nouvelles données et d'informations sur
l'atténuation des captures accidentelles dans cette pêcherie recueillie par les
observateurs scientifiques (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.45 iv));
iii)
les recommandations du Comité scientifique de poursuivre la collecte de
données (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.46 i)), de réviser la mesure de
conservation 25-03 (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.46 ii)), de revoir si
possible la limite provisoire de capture accidentelle d'oiseaux de mer
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.46 iii)) et de revoir les mesures régissant
l'utilisation des chaluts de fond (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.46 iv) et 5.49
à 5.51).
Débris marins
5.26 La Commission prend note du rapport rédigé par le secrétariat et examiné par le
Comité scientifique sur la situation actuelle des campagnes d'évaluation nationales des débris
marins et de leur impact sur les mammifères et oiseaux marins dans la zone de la Convention
(SC-CAMLR-XXII/BG/25; SC-CAMLR-XXII, paragraphes 6.1 à 6.16).
5.27 Il est noté que les Membres mènent des programmes sur les débris marins à 11 sites de
la zone 48 conformément aux méthodes standard de la CCAMLR. Ces données sont
soumises au secrétariat et saisies dans la base de données des débris marins. A l'heure
actuelle, divers Membres mènent des programmes, dont les données sur les débris marins et
leur impact sur les ressources marines vivantes couvrent au moins trois ans :
i)
débris marins échoués sur les plages : Chili (Cap Shirreff, île Livingston, îles
Shetland du Sud – de 1993 à 1997), Royaume-Uni (île Bird, Géorgie du Sud –
de 1989 jusqu'à ce jour et île Signy, Orcades du Sud – de 1991 jusqu'à ce jour) et
Uruguay (île du Roi George, îles Shetland du Sud – de 2001 à ce jour)
ii)
débris marins associés aux colonies d'oiseaux de mer : Royaume-Uni (île Bird –
de 1993 jusqu'à ce jour);
iii)
enchevêtrement de mammifères marins dans des débris marins : Royaume-Uni
(île Bird – de 1991 jusqu'à ce jour, et île Signy – de 1997 jusqu'à ce jour);
iv)
souillures d'hydrocarbures : Royaume-Uni (île Bird – de 1993 jusqu'à ce jour).
5.28 La Commission prend note du résumé des informations sur les tendances
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 6.3), et fait part de ses inquiétudes quant à la hausse des
31
enchevêtrements de mammifères marins dans des débris marins et du nombre de débris
présents dans les colonies d'oiseaux de mer enregistré récemment.
5.29 La Commission note l'avis du Comité scientifique (SC-CAMLR-XXII,
paragraphe 6.14) selon lequel très peu de Membres ont, jusqu'à présent, fourni des
informations et soumis des données sur les débris marins en utilisant les formulaires de
déclaration types de la CCAMLR. Elle encourage par conséquent tous les Membres à
participer plus activement aux programmes concernant les débris marins menés dans la zo ne
de la Convention pour que le Comité scientifique puisse examiner plus facilement l'état et les
tendances des débris marins. La Commission rappelle également aux Membres que toutes les
données collectées devront être soumises au secrétariat sous les formats standard.
5.30 La Commission se félicite de l'avis du Chili selon lequel l'INACH (Instituto Antártico
Chileno) et l'université de Magellan ont proposé de développer un plan éducatif et de
recherche pour résoudre les questions des débris marins dans la région de Magellan en suivant
les protocoles mis en place par la CCAMLR (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 6.15).
APPLICATION ET RESPECT DE LA RÉGLEMENTATION
Rapport du SCIC
6.1
La première réunion du SCIC s'est déroulée du 27 au 31 octobre 2003 sous la
présidence de Yann Becouarn (France). Tous les Membres de la Commission et les
observateurs invités par la CCAMLR étaient présents.
6.2
Le président du SCIC présente le rapport du Comité (annexe 5) en trois parties
correspondant aux questions 6, 7 et 8 de l'ordre du jour de la Commission.
Groupe mixte d'évaluation
6.3
Suite aux discussions menées lors de CCAMLR-XXI (CCAMLR-XXI,
paragraphes 8.10 à 8.14), une réunion du JAG s'est tenue au siège de la CCAMLR les 23 et
24 octobre 2003. A la réunion, présidée par le responsable du groupe, E. Spencer Garrett
(Etats-Unis), ont assisté le président du Comité scientifique, le président du SCIC et les
responsables du WG-FSA et du WG-IMAF ad hoc. Y assistaient également des représentants
de l'Australie, du Brésil, de la Communauté européenne, de l'Espagne, du Japon, de la
Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni, de la Russie et de l'Ukraine.
6.4
La Commission note que le JAG a convenu qu'il aurait un statut ad hoc, sous réserve
d'une décision du SCIC, de la Commission et du Comité scientifique (annexe 5,
paragraphe 3.4).
6.5
La Commission note également que le JAG ad hoc a rappelé combien il est important
de combiner les conclusions du Comité scientifique et celles du SCIC pour évaluer le total des
prélèvements de légine et recommande qu'à la présente réunion, elle détermine, en étroite
32
collaboration avec le président du Comité scientifique et les responsables du WG-FSA et du
WG-IMAF ad hoc, la meilleure manière de faire avancer ces questions (annexe 5,
paragraphe 3.6).
6.6
La Commission constate que le JAG ad hoc a élaboré des propositions d'attributions,
de procédures associées et de plans de travail pour les deux tâches principales suivantes
qu'elle lui avait renvoyées (CCAMLR-XXI, paragraphes 8.10 à 8.14) :
i)
développer des méthodes d'estimation du total des prélèvements de légine;
ii)
développer une méthodologie comparative pour évaluer le respect des mesures
de conservation.
6.7
La Commission tient compte des avis du SCIC sur les attributions préparées par le
JAG ad hoc et estime qu'elles pourront servir à planifier les travaux relatifs aux tâches
susmentionnées sous réserve d'un certain nombre de recommandations spécifiques avancées
par le SCIC (annexe 5, paragraphe 3.9).
6.8
Le Royaume-Uni propose, à titre de référence, que les attributions mises au point par
le SCIC soient annexées au rapport de la Commission en deux parties, chacune correspondant
à l'une des tâches spécifiques mentionnées ci-dessus.
6.9
La Commission approuve les attributions et envisage diverses options pour organiser
les travaux à effectuer sur ces tâches, en tenant compte des éléments temporels et des besoins
en ressources. Les attributions sont annexées au rapport dont elles forment l'annexe 6.
6.10 La Commission prend également note des plans de travail élaborés par le JAG ad hoc
(annexe 5, paragraphe 3.5). Il est décidé que ces plans serviraient de lignes directrices pour, à
l'avenir, aider tout organe subsidiaire dans les travaux qu'il mènera aux termes des attributions
définies au paragraphe 6.6.
6.11 En ce qui concerne l'organisation future des travaux liés aux attributions rédigées par
le JAG ad hoc, le Royaume-Uni estime que, bien que l'estimation du total des prélèvements
consiste en deux éléments totalement différents, la procédure à suivre dans les deux cas
pourrait être la même. L'estimation pourrait être effectuée en deux étapes : i) le
développement de méthodes d'estimation de chacun des éléments et ii) la mise en œuvre de
ces méthodes sur une base récurrente.
6.12
En conséquence, la Commission décide:
i)
d'assigner la tâche liée au respect de la réglementation au SCIC car cette
question fait clairement partie de ses attributions;
ii)
d'allouer en 2004 à la réunion du SCIC jusqu'à cinq jours de travail avec un
minimum de chevauchement avec la réunion du SCAF, ce qui permettra aux
petites délégations d'assister à la plus grande partie des deux réunions;
33
iii)
d'étendre la journée de travail du SCIC de 30 minutes;
iv)
de faire préparer au secrétariat, au début de l'année, un ordre du jour provisoire
pour le SCIC et de le distribuer aux Membres pour commentaires pour optimiser
sa structure et son contenu;
v)
de faire distribuer pendant la période d'intersession, avec les ordres du jour
préliminaires, le calendrier proposé des réunions de la Commission, du Comité
scientifique, du SCIC et du SCAF;
vi)
de tenter, en consultant le président du Comité scientifique et les responsables
des groupes de travail, d'organiser les travaux à réaliser pendant la période
d'intersession sur la conception d'une méthode d'estimation des prélèvements
totaux sans toutefois exclure la possibilité d'une réunion des parties intéressées,
dans le cadre de la réunion du WG-EMM;
vii)
de faire examiner, lors de CCAMLR-XXIII, l'organisation des travaux sur la
seconde tâche, à savo ir, de mettre au point une méthode d'estimation des
prélèvements totaux de légine;
viii) que dans l'intervalle, le secrétariat continuera à évaluer les captures licites et les
captures IUU à partir de la méthode approuvée actuellement par la Commission,
le Comité scientifique et le WG-FSA;
ix)
que, du fait de l'extension des travaux du SCIC, son président pourrait demander
aux délégués de nommer des rapporteurs pour certaines questions de l'ordre du
jour. Cette pratique est commune au sein du Comité scient ifique et de ses
groupes de travail;
x)
de faire spécifier clairement le statut et la liste des Membres de tout groupe
subsidiaire dont les tâches seront assignées par le JAG ad hoc et qui aura été
établi conjointement par la Commission et le Comité scientifique;
xi)
de nommer les prochains organes conjoints de sorte que leur appellation reflète
clairement les tâches qui leur sont confiées.
Système de contrôle
6.13 La Commission note que le SCIC a examiné les résultats des contrôles effectués par
des contrôleurs de la CCAMLR au cours de la saison 2002/03 (annexe 5, paragraphes 3.57
à 3.62; CCAMLR-XXII/BG/16).
6.14 La Commission note que huit rapports de contrôle ont été adressés par des contrôleurs
de la CCAMLR, tous nommés par le Royaume-Uni, pendant la saison 2002/03. Tous les
contrôles ont eu lieu dans la sous-zone 48.3. Aucune infraction n'a été signalée, à l'exception
34
d'une déclaration relative au navire, Argos Helena, battant pavillon britannique, qui
mentionnait une légère infraction possible au régime de lestage des lignes. Le Royaume-Uni
a indiqué au SCIC que le contrôleur avait reconnu que la mer était mauvaise lors du contrôle,
ce qui aurait pu fausser les mesures de lests des palangres, par rapport aux résultats obtenus
lorsque le navire avait été contrôlé au port et aux informations rapportées par l'observateur
scientifique (annexe 5, paragraphes 3.58 et 3.59).
6.15 Aucune proposition visant à améliorer le système de contrôle n'a été soumise par les
Membres au SCIC.
Fonctionnement du système international d'observation scientifique
6.16 La Commission prend note d'un résumé de tous les programmes d'observation
scientifique menés en vertu du système (SC-CAMLR-XXII/BG/16). Au total, 37 campagnes
de pêche à la palangre et 10 campagnes au chalut visant le poisson ont été réalisées dans la
zone de la Convention pendant la saison 2002/03; tous les navires ont embarqué des
observateurs scientifiques nationaux et internationaux. De plus, six campagnes d'observation
ont été réalisées à bord des chalutiers pêchant le krill dans la sous-zone 48.3.
6.17 La Commission prend note des avis formulés par le Comité scientifique sur un certain
nombre de propositions visant à apporter des améliorations au fonctionnement du système et à
l'utilisation des données collectées par les observateurs scientifiques (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 2.8 à 2.10). En particulier, il est noté que :
i)
certains éléments relatifs aux tâches des observateurs devraient être supprimés
du Manuel de l'observateur scientifique;
ii)
pour augmenter la valeur des données collectées par les observateurs,
notamment pour les évaluations des espèces-cibles et de l'impact sur les
populations des espèces de la capture accessoire, il conviendrait de les classer
par ordre de priorité;
iii)
plusieurs ajouts et modifications ont été proposés à l'égard du Manuel de
l'observateur scientifique;
iv)
la nécessité d'une révision majeure du Manuel de l'observateur scientifique est
reconnue par le Comité scientifique.
6.18 Le Comité scientifique ayant avisé que plusieurs observateurs ont apporté des
commentaires sur les questions de sécurité concernant les navires menant des opérations de
pêche dans les zones de hautes latitudes (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 2.7), la NouvelleZélande présente une proposition selon laque lle tous les navires autorisés à pêcher dans les
zones de la CCAMLR au sud de 60°S devraient être renforcés, conformément à des normes
minimum, pour naviguer dans les mers couvertes de glace (CCAMLR-XXII/BG/40). La
proposition comprendrait des amendements à la mesure de conservation 10-02 "Obligations
35
des parties contractantes à l'égard de la délivrance de licences aux navires battant leur
pavillon qu'ils autorisent à pêcher dans la zone de la Convention".
6.19
Cette proposition est soutenue par tous les Membres. De plus, :
i)
le Chili suggère qu'un renvoi aux dispositions relatives au renforcement de la
coque des navires contre les glaces soit ajouté aux mesures de conservation
relatives à chacune des pêcheries dans la zone de la Convention;
ii)
la Russie note que si une telle condition devait être insérée, elle devrait l'être
conformément au droit international et, en particulier, aux responsabilités des
Etats du pavillon;
iii)
le Japon, qui soutient la Russie, considère que la CCAMLR n'est peut-être pas
l'organe qui se prête le mieux à la discussion de cette question qui devrait être
examinée dans d'autres forums, comme, par exemple, l'Organisation maritime
internationale (OMI);
iv)
l'Ukraine se rallie à la Russie et au Japon et note que les questions de sécurité de
l'équipage sont la prérogative d'autres organisations internationales;
v)
l'Espagne indique que la licence qu'elle octroie comporte une clause selon
laquelle les navires menant des opérations de pêche en hautes latitudes sont
tenus de respecter les normes de vérification du renforcement de la coque contre
les glaces stipulées par les Règles de classification des navires de Det Norske
Veritas (DNV).
6.20 La Commission examine une proposition sur les normes de renforcement contre les
glaces des navires de pêche opérant en hautes latitudes (paragraphe 10.71).
Conformité aux mesures de conservation
6.21 En ce qui concerne le développement des méthodes relatives à l'évaluation de la
conformité, la Commission note et adopte l'avis du Comité scientifique qui propose une
méthode d'évaluation exhaustive du respect des mesures (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 7.2
à 7.5; CCAMLR-XXII/52).
6.22 La Commission appuie l'avis du Comité scientifique selon lequel l'examen de
méthodes qui permettraient l'évaluation du respect de la réglementation ne se borne pas à la
simple élaboration d'une nouvelle approche. Toute nouvelle méthode nécessiterait de
procéder à une évaluation détaillée des dispositions de toutes les mesures de conservation, des
instructions destinées aux observateurs et aux contrôleurs, de la nature, de l'envergure et du
contenu des mécanismes de déclaration et du détail des protocoles de validation, d'analyse et
d'évaluation des données (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 7.4).
36
6.23 La Commission reconnaît avec le Comité scientifique que les discussions relatives au
développement des procédures d'évaluation du respect des mesures de conservation devraient
reposer sur un dialogue continu entre le SCIC et le Comité scientifique ou ses groupes de
travail (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 7.5).
6.24 La Russie fait remarquer que les mesures de conservation ne peuvent être évaluées que
si elles sont soit pleinement observées, soit non observées et que, par conséquent, la méthode
visant à évaluer la conformité n'est pas claire. Elle attire également l'attention de la
Commission sur le fait que toute nouvelle fonction imposée aux observateurs scientifiques ne
devrait pas compromettre l'intégrité des observations scientifiques ainsi qu'il est établi dans le
Système international d'observation scientifique de la CCAMLR.
6.25 La Communauté européenne avise la Commission qu'elle poursuivra pendant la
période d'intersession les travaux relatifs au développement d'une proposition ayant pour objet
l'évaluation de la conformité ainsi que le document CCAMLR-XXII/52 en fait état. Tous les
Membres qui s'intéressent à ces travaux pourraient communiquer entre eux par
correspondance et, une fois révisée, la proposition sera soumise à la prochaine réunion de la
Commission.
6.26 La Commission examine les avis du SCIC sur le respect des mesures de conservation
en vigueur et sur les propositions relatives à leur amélioration (annexe 5, paragraphes 3.16
à 3.56). Les détails relatifs à la mise en application des mesures liées à la conformité et des
mesures relatives à la gestion de la pêche et à la soumission des données figurent
respectivement aux documents CCAMLR-XXII/BG/16 et BG/8 Rév. 1 et la Commission en a
tenu compte dans le développement de plusieurs mesures présentées à la section 10.
6.27 La Commission note en particulier la déclaration du Comité scientifique concernant la
grande amélioration du respect, par les navires, de la mesure de conservation 25-02, 14 des
29 navires s'étant apparemment pleinement conformés à tous les éléments de ladite mesure à
tout moment dans toute la zone de la Convention (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 5.11
à 5.13; annexe 5, paragraphe 3.23).
6.28 La Commission prend note de l'avis du SCIC et encourage les Membres à poursuivre
leurs efforts afin que tous les navires se conforment à 100% à la mesure de
conservation 25-02 (annexe 5, paragraphe 3.24).
6.29 A cet égard, ayant noté que le SCIC a pris note de l'avis du Comité scientifique, la
Commission décide que la saison de pêche pour les navires de pêche menant des opérations
de pêche à la palangre dans la sous- zone 48.3 serait prolongée en septembre (annexe 5,
paragraphe 3.25).
6.30 La Namibie donne des détails relatifs à sa décision de refuser une demande
d'autorisation de débarquer de la légine, adressée par un navire, le Virgin of Carmen battant
pavillon des Antilles néerlandaises (annexe 5, paragraphes 3.18 et 3.19). Le navire a été
contrôlé conformément à la mesure de conservation 10-05. Le débarquement a été refusé car
le navire ne détenait ni permis de pêche, ni document de capture et n'avait ni VMS, ni
observateur scientifique à bord.
37
6.31 La Russie apporte des commentaires sur une section du rapport du SCIC qui décrit la
prétendue incapacité d'un navire russe à remplir les conditions obligatoires de recherche
stipulées dans la mesure de conservation 41-01 (annexe 5, paragraphe 3.26). Des
informations de la même nature figuraient dans les rapports du Comité scientifique et du
WG-FSA (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 4.162 et 11.2 et annexe 5, paragraphe 5.9). La
Russie propose de clarifier l'allégation en comparant les données C2 déclarées par le navire
avec les données d'un carnet de l'observateur scientifique international embarqué à bord du
navire. Le secrétariat a fourni la clarification nécessaire pendant la réunion.
6.32 La Commission note l'avis du SCIC concernant une proposition visant à établir un
C-VMS, avancée par l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les Etats-Unis (annexe 5,
paragraphes 3.27 à 3.53; CCAMLR-XXII/54 et BG/21). L'Australie souligne combien il est
important que la Commission adopte cette proposition afin de garantir un meilleur respect des
mesures de conservation. Elle incite fortement les Parties contractantes à mettre en œuvre un
C-VMS en reconnaissance de la nécessité du soutien à apporter aux États du pavillon dans
l'exercice d'un contrôle efficace sur leurs navires. Le projet de mesure de conservation qui est
annexé au rapport du SCIC a été développé en tenant compte des inquiétudes exprimées par
les Membres (annexe 5, paragraphes 3.32 à 3.41) et examinées par la Commission
(paragraphes 10.12 à 10.23).
6.33 La Commission note également une proposition soumise par la Nouvelle-Zélande sur
un système de déclaration journalière des captures et de l'effort de pêche à mettre à l'essai
dans la sous-zone 88.1 au cours de la saison 2003/04. Elle note aussi les commentaires de la
Russie sur la proposition (annexe 5, paragraphe 3.56).
6.34
La proposition est examinée par la Commission (paragraphes 10.24 et 10.25).
SYSTÈME DE DOCUMENTATION DES CAPTURES
DE DISSOSTICHUS SPP. (SDC)
Avis du SCIC
7.1
La Commission examine les informations présentées par le président du SCIC sur la
mise en place et le fonctionnement du SDC pendant la période d'intersession 2003 (annexe 5,
paragraphes 4.1 à 4.8).
7.2
En particulier, la Commission se félicite de l'avis émis au SCIC par Canada sur son
intention de mettre en œuvre le SDC; le Canada sera en mesure d'informer la CCAMLR des
progrès à cet égard avant la prochaine réunion.
7.3
Plusieurs Parties indiquent qu'elles ont mis en œuvre et appliqué le SDC pendant la
période d'intersession 2003 (CCAMLR-XXII/BG/18 Rév. 1). Le Brésil attire l'attention de la
Commission sur CCAMLR-XXII/BG/31 qui décrit à gros traits la mise en œuvre intégrale du
SDC au Brésil.
L'Argentine porte à l'attention de la Commission le document
CCAMLR-XXII/BG/36 qui rend compte de la création d'un comité consultatif ayant la
compétence voulue pour participer à la vérification des débarquements.
38
7.4
La République populaire de Chine annonce que l'Association des pêches de Chine a
récemment été autorisée à signer les certificats de débarquement de légine déchargée dans les
ports de son pays. Le personnel de l'Association des pêches de la Chine ne serait pas en
mesure d'être présent lors du déchargement des navires mais signerait les certificats de
débarquement en fonction d'informations provenant de déclarations douanières.
7.5
Les
Etats-Unis
présentent
un
document
d'informations
générales
(CCAMLR-XXII/BG/39) sur des mesures d'exécution prises l'année dernière pour lutter
contre l'importation illicite de légine dans ce pays. Ce document rend compte de la
coopération exemplaire de l'Afrique du Sud menant à la mise en accusation de cinq personnes
impliquées dans une conspiration visant à importer de la légine et du homard, ainsi que de
celle de l'Australie ayant pour résultat la confiscation d'environ 31 tonnes de légine pêchée
par l'Arvisa I. En outre, il donne le détail d'un nouveau système de sanctions mis en place par
les Etats-Unis pour faire face à des infractions mineures de la réglementation concernant le
SDC.
7.6
La Commission note que, pendant la période d'intersession 2003, aucun débarquement
de légine dans ports de Parties non contractantes ne participant pas au SDC n'a été déclaré.
Un certain nombre de Parties non contractantes identifiées en tant qu'Etats impliqués dans le
commerce de légine ont reçu des informations sur le SDC et ont été invitées à se joindre à la
CCAMLR.
Développement du SDC électronique sur le Web
7.7
La Commission examine l'avis du SCIC sur le développement du E-SDC. L'essai du
système proposé a commencé en 2003. Les Membres suivants ont été choisis et invités à
participer à l'essai : Etats de pavillon (l'Afrique du Sud, l'Australie, le Chili et le RoyaumeUni (territoires d'out re- mer)); Etats du port/exportateurs (l'Afrique du Sud, l'Australie, le
Chili, l'Espagne et le Royaume-Uni (territoires d'outre- mer)) et Etats importateurs (les EtatsUnis et le Japon). Toutefois, la courte durée de la période d'essai a empêché certains de ces
Membres de se familiariser suffisamment avec ce système.
7.8
La Commission estime que la période d'essai du SDC électronique était insuffisante
pour recommander sa mise en œuvre intégrale (annexe 5, paragraphe s 4.26 à 4.32). Elle
convient donc de prolonger la période d'essai d'une année et d'inviter toutes les Parties
intéressées à participer.
7.9
Selon les Etats-Unis, la déclaration électronique est la voie de l'avenir. Ils espèrent
que la CCAMLR sera en mesure, l'année prochaine, de mettre en œuvr e le SDC électronique
de manière intégrale.
7.10 L'Ukraine souligne que pour y parvenir, le manuel d'utilisation du E-CDS devrait être
traduit au plus tôt dans les quatre langues de la Commission.
7.11 Le SCAF et le SCIC ont recommandé à la Commission d'approuver l'allocation
budgétaire proposée pour la mise au point du E-SDC (annexe 4, paragraphe 34; annexe 5,
39
paragraphe 4.32).
paragraphe 3.34).
La Commission a approuvée cette allocation (voir également le
Améliorations à apporter au SDC
7.12 La Commissio n note par ailleurs que les Etats-Unis ont soumis des propositions
d'amendement de l'annexe A de la mesure de conservation 10-05 et de renforcement de la
résolution 15/XIX (paragraphes 10.8 et 10.33 à 10.35).
Rapports récapitulatifs annuels du SDC
7.13 La Commission examine les informations présentées par le SCIC sur la déclaration
annuelle des données du SDC à ce comité (annexe 5, paragraphes 4.9 à 4.12).
7.14 La Commission note que, comme elle l'avait demandé l'année dernière, le rapport
récapitulatif du SDC préparé par le secrétariat a été amélioré (CCAMLR-XXI,
paragraphe 7 i)).
7.15 Le rapport du SCIC met en évidence le fait que les différences liées aux périodes et
aux sources de déclaration, aux définitions d'exportateurs et d'importateurs, à l'identification
des espèces et au manque d'harmonisation des codes douaniers peuvent causer des
incohérences importantes entre les statistiques commerciales nationales et les données de
SDC (annexe 5, paragraphe 4.12).
Publication des données récapitulatives du SDC
7.16 Lors de CCAMLR-XXI, la Commission avait convenu de compiler un jeu de données
du SDC cumulées qui serait publié chaque année par le secrétariat dans le Bulletin statistique,
ou placé sur le site Web de la CCAMLR. L'élaboration de ce jeu de données nécessiterait la
participation d'autres organisations internationales qui apporteraient leur opinion sur le type
de données qui conviendrait à leurs travaux (CCAMLR-XXI, paragraphe 7.11 ii)).
7.17 La Commission constate qu'un jeu de données préliminaire a bien été préparé par le
secrétariat et que plusieurs organisations internationales ont été consultées à l'égard de la
publication des données du SDC dans le Bulletin statistique de la CCAMLR.
7.18 De plus, l'UICN a présenté le document CCAMLR-XXII/BG/26 qui contient un
certain nombre de recommandations à l'égard des données du SDC que publiera la CCAMLR
(voir également paragraphe 14.21).
7.19 L'Australie fait remarquer que le document présenté par l'UICN couvre de nombreuses
questions qu'elle aimerait considérer quant à la publication des données du SDC. Elle estime
40
que la proposition avancée par l'UICN constitue un point de référence pour la publication de
ces données.
7.20 Le secrétaire exécutif attire l'attention des Membres sur le fait qu'une méthode
d'analyse des statistiques du SDC et des statistiques commerciales sera examinée par un
organe subsidiaire qui sera établi conjointement par la Commission et le Comité scientifique.
Il recommande donc d'attendre que cette méthode soit conçue et approuvée par la
Commission pour décider des catégories et du niveau de précision des données du SDC qu'il
conviendra de publier.
7.21 Dans l'intervalle, la Commission charge le secrétariat d'étudier les recommandations
de l'UICN dans le but de revoir les catégories et le niveau de détail des données qu'il est
proposé de publier et leur utilité pour une analyse comparative des données du SDC et des
statistiques commerciales en vue d'une évaluation de la performance du SDC à l'égard du
commerce mondial de la légine. Le secrétariat devra réaliser cette étude pendant la période
d'intersession, afin que les résultats puissent être présentés à la prochaine réunion de la
Commission.
7.22 La Commission fait également référence à la décision qu'elle a prise à l'égard du
développement de "Règles [standard] d'accès et d'utilisation des données de la CCAMLR" qui
devraient inclure les données du SDC (annexe 5, paragraphes 4.18 à 4.22). Elle prend note de
l'avis du SCIC selon lequel il sera nécessaire d'élaborer ces règles en vue de garantir que les
"Règles [en vigueur] d'accès aux données du SDC" (CCAMLR-XIX, paragraphe 5.23) sont
dûment prises en considération dans les nouvelles "Règles [standard] d'accès et d'utilisation
des données de la CCAMLR". En attendant, la Commission estime qu'il conviendra de
conserver en parallèle les "Règles d'accès aux données du SDC" et les "Règles d'accès et
d'utilisation des données de la CCAMLR" (paragraphes 12.1 à 12.6).
PÊCHE ILLICITE, NON DÉCLARÉE ET NON RÉGLEMENTÉE (IUU)
DANS LA ZONE DE LA CONVENTION
Niveau actuel de pêche IUU
8.1
La Commission prend note de l'avis du Comité scientifique et du SCIC sur le niveau
actuel de pêche IUU et sur les estimations de captures IUU dans la zone de la Convention
(SC-CAMLR-XXII, paragraphes 7.6 à 7.10; anne xe 5, paragraphes 2.1 à 2.14).
8.2
Compte tenu des estimations des captures IUU préparées par le secrétariat
(SCIC-03/13 Rév. 1) et des estimations de prélèvements totaux préparés par le WG-FSA
(SC-CAMLR-XXII, annexe 5, tableaux 3.1 à 3.3), la Commission note que (annexe 5,
paragraphe 2.12) :
i)
la capture IUU totale (10 070 tonnes) aurait légèrement diminué dans la zone de
la Convention pendant la saison de pêche 2002/03. Toutefois, au vu des
informations actuelles sur les populations de légine dans la zo ne de la
Convention, elle reste toujours trop élevée et ne peut pas être durable;
41
ii)
les captures en haute mer déclarées en provenance de la zone 47 ont augmenté
au cours de ces trois dernières années (76 tonnes en 2000/01, 655 tonnes en
2001/02 et 2 852 tonnes jusqu'à présent en 2002/03);
iii)
les captures de la saison 2002/03 dans les zones 51 et 57 sont moins élevées
qu'en 2001/02 (3 643 tonnes en 2002/03 par rapport à 10 620 tonnes en 2001/02
dans la zone 51 et 858 tonnes en 2002/03 par rapport à 3 803 tonnes en 2001/02
dans la zone 57) mais ces chiffres pourraient être le résultat d'une déclaration
incomplète des données;
iv)
certaines captures déclarées par le biais du SDC pourraient représenter des
captures IUU effectuées dans la zone de la Convention et déclarées
incorrectement comme provenant des zones de haute mer en dehors de la zone
de la Convention.
8.3
La Commission prend note de l'avis du Comité scientifique selon lequel les niveaux
actuels de pêche IUU ne sont pas durables et que les Membres devraient continuer de prendre
des mesures strictes pour combattre la pêche IUU dans la zone de la Convention
(SC-CAMLR-XXII, paragraphes 5.21 i) et 7.13).
8.4
La Commission prend également note de l'avis du Comité scientifique selon lequel les
niveaux toujours élevés de mortalité par pêche IUU dans la zone de la Convention continuent
d'être non-durables pour les populations d'albatros, de pétrels géants et de pétrels à menton
blanc qui se reproduisent dans la zone de la Convention. Nombre de ces populatio ns sont à
des niveaux très faibles et certaines sont en danger d'extinction. La Commission approuve le
Comité qui lui demande de prendre des mesures urgentes pour empêcher l'aggravation de la
mortalité d'oiseaux de mer due aux navires non réglementés au cours de la saison prochaine
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.21 ii), voir également le paragraphe 5.11).
8.5
En ce qui concerne les captures de légine déclarées en provenance de la haute mer au
nord de la zone de la Convention, la Commission note la déclaration de la République de
Corée selon laquelle les navires battant son pavillon mènent des opérations de pêche licites
dans les zones 51 et 57 de la FAO depuis 2000. La Corée a également indiquée qu'elle était
disposée à mettre les données VMS, et toute autre information complémentaire indiquant la
position de pêche des navires battant son pavillon, à la disposition de tous les Membres de la
CCAMLR si nécessaire (annexe 5, paragraphe 2.14).
8.6
L'Espagne déclare que, conformément au droit international, les captures effectuées en
haute mer, au nord de la zone de la Convention, ne devraient pas être qualifiées de captures
illicites. Elle avise la Commission que l'un de ses navires a reçu une licence l'autorisant à
mener des opérations de pêche à la légine en ha ute mer dans la zone 51. Un observateur
scientifique se trouve à bord de ce navire. Un rapport de campagne sera soumis au WG-FSA
l'année prochaine.
8.7
L'Afrique du Sud rappelle l'avis selon lequel toutes les captures effectuées par les
navires sud-africains dans la zone 51 proviennent des eaux situées à l'intérieur de la ZEE
entourant les îles du Prince Edouard et l'île Marion.
42
Coopération avec des parties non contractantes
8.8
La Commission note que le SCIC a examiné les informations soumises par le
secrétariat sur la coopération avec les parties non contractantes (annexe 5, paragraphes 3.63
à 3.67; CCAMLR-XXII/BG/17).
8.9
La République populaire de Chine déclare qu'elle met en œuvre le SDC depuis
juillet 2001 sur une base volontaire. Elle avise qu'elle a réexporté 2 400 tonnes de légine de
janvier à septembre 2003.
8.10 Les Seychelles informent la Commission qu'elles ne sont plus impliquées dans la
pêche à la légine depuis qu'elles ont annulé l'immatriculation des quatre palangriers à qui elles
avaient attribué un permis de pêche en haute mer au nord de la zone de la Convention. De
plus, elles n'autoriseront plus les navires battant leur pavillon à exploiter la légine à l'avenir.
Même en possession d'un VMS pleinement opérationnel et bien maintenu, elles ont trouvé
qu'il n'est pas toujours possible d'exercer un contrôle sur ces navires. Elles annoncent que
leur registre et leurs ports sont désormais fermés à tout navire qui aurait par le passé été
impliqué dans des activités IUU. Les Seychelles continueront à coopérer avec la CCAMLR
sur les questions de conservation des ressources marines vivantes.
8.11 Les Etats-Unis demandent à l'observateur de la République populaire de Chine d'une
part, de fournir des informations sur le fait que la Région administrative spéciale de Hong
Kong (SAR) ne coopère toujours pas avec la CCAMLR dans la mise en œuvre du SDC et
d'autre part, plus particulièrement, s'il existe des informations sur l'ampleur du commerce de
légine à Hong Kong.
8.12 L'observateur de la Républiq ue populaire de Chine avise que la SAR de Hong Kong a
une administration indépendante de celle de la République populaire de Chine et qu'en
conséquence, il n'est pas possible d'indiquer le volume de légine arrivant à Hong Kong. Il
avise toutefois que la République populaire de Chine a reçu des informations selon lesquelles
la quantité serait minime.
8.13 La Commission note les informations du président du SCIC à l'égard de la
participation limitée de Singapour au SDC. Elle constate par ailleurs que des navires signalés
comme ayant mené une pêche IUU dans la zone de la Convention battent le pavillon de
plusieurs autres parties non contractantes, à savoir, le Belize, la Bolivie, le Ghana, la Guinée
équatoriale, St-Vincent et les Grenadines et le Togo.
Coopération avec des organisations internationales
8.14 La Commission note que le SCIC a examiné les informations soumises par le
secrétariat dans un grand nombre de documents sur la coopération avec des organisations
internationales
(annexe
5,
paragraphes
3.63
à
3.67;
CCAMLR-XXII/9;
CCAMLR-XXII/BG/19, BG/25 et BG/26). La Commission note en particulier que le
secrétariat a présenté un projet de plan d'action (CCAMLR-XXII/112 Rév. 1) en soutien du
43
PAI de la FAO visant à prévenir, à contrecarrer et à éliminer la pêche IUU (PAI-IUU). Ce
projet a été préparé à la demande de la Commission (CCAMLR-XXI, paragraphe 8.15).
8.15 La Commission se rallie à l'avis du SCIC selon lequel le développement du plan cidessus reste une question de haute priorité pour la CCAMLR. Elle accepte, de plus, le fait
qu'elle doive émettre d'autres avis sur la préparation du plan pendant la période d'intersession
prochaine (annexe 5, paragraphes 3.70 et 3.71).
8.16 Le Chili considère que le projet de plan est clair et sans équivoque et que la
Commission devait discuter de la manière de poursuivre et de terminer les travaux à son égard
avant CCAMLR-XXIII.
8.17 Le secrétaire exécutif indique que le plan tient compte de certains commentaires
adressés par les Membres pendant la période d'intersession, mais que du fait des
commentaires adressés récemment par la Communauté européenne, il devra peut-être être
repris pour changer de format.
8.18 La Communauté européenne confirme que ses commentaires suggèrent d'adopter une
approche différente pour la rédaction du plan. Elle convient d'étudier si le projet de plan
requis pourrait être préparé pendant la période d'intersession, voire par elle- même, avant
CCAMLR-XXIII. La Commission accepte cette suggestion.
Listes des navires IUU
8.19 La Commission exa mine les informations présentées par le SCIC sur la compilation de
la Liste proposée des navires des parties contractantes et sur la Liste proposée des navires des
parties non contractantes (annexe 5, paragraphes 2.17 à 2.71).
8.20 La Commission accepte le s recommandations unanimes du SCIC sur les navires à
conserver sur les Listes provisoires et ceux à en radier (les références données entre
parenthèses renvoient aux paragraphes de l'annexe 5) :
i)
Les navires supprimés des Listes provisoires sont les suivants : le Lena,
(paragraphes 2.41 à 2.43), l' Osiris (paragraphes 2.54 et 2.55) et le Santo Antero
(paragraphes 2.20 à 2.22).
ii)
Les navires retenus sur les Listes provisoires sont les suivants : l' Eternal
(paragraphes 2.23 à 2.26), le Lugalpesca (paragraphes 2.32 à 2.35), le Viarsa I
(paragraphes 2.36 à 2.40), l'Alos (paragraphes 2.66 à 2.68), le Magnus
(paragraphes 2.27 à 2.31), le Lucky Star (paragraphes 2.62 à 2.65), le Lome
(paragraphes 2.56 à 2.59) et le Notre Dame (paragraphes 2.60 à 2.61).
8.21 La Commission note que le SCIC n'a pas été en mesure de décider par consensus si les
navires Strela, Volga et Zarya (navires de parties contractantes) et Inca (navire de partie non
contractante) devraient être retenus ou supprimés des Listes.
44
8.22 L'Australie est d'avis qu'il serait dommage de ne pas atteindre un consensus sur
l'inclusion de certains navires sur les Listes proposées, du fait d'un manque apparent de
preuves quand, en fait, la Commission a reçu des preuves flagrantes du contraire.
8.23 Le Chili note que le cas du navire Santo Antero battant pavillon portugais a été
examiné vis-à-vis de la Liste provisoire des navires des parties contractantes. Il avise qu'il
aurait dû être porté sur la Liste provisoire des navires des parties non contractantes du fait que
le Portugal n'est pas une partie contractante à la CCAMLR.
8.24
La Norvège fait la déclaration suivante :
"Sur la Liste provisoire des navires IUU de parties contractantes dressée par le SCIC,
l'Etat du pavillon mentionné pour le navire Santo Antero est la Communauté
européenne (pour le compte du Portugal). La Norvège trouve cette situation
préoccupante.
Lors de CCAMLR-XVIII (1999), la Communauté européenne a avisé qu'un navire
battant pavillon portugais prendrait part à la pêcherie exploratoire de Dissostichus spp.
dans plusieurs divisions et sous- zones. De nombreuses parties contractantes à la
CCAMLR se sont montrées réticentes face à cette notification. A leur avis, le Portugal
n'était pas une partie contractante à la CCAMLR. Des démarches ont été entreprises
tant à Bruxelles qu'à Lisbonne. L'argument principal avancé était que si les États
membres de la Communauté européenne ont transféré leur compétence en matière de
pêche, ils ne peuvent toutefois déléguer les responsabilités d'Etats du pavillon qui leur
sont conférées par la Convention. Ces obligations, dans le contexte de la Convention,
reviennent aux seuls Etats du pavillon.
La Norvège souhaite faire référence au paragraphe 9.46 du rapport de
CCAMLR-XVIII dans lequel "Les membres de la Commission invitent le Portugal à
bien vouloir considérer la possibilité d'adhérer, au plus tôt, à la Convention". Or, le
Portugal n'a toujours pas adhéré à la Convention et, à l'heure actuelle, d'autres États
membres de la Communauté européenne se trouvent dans la même catégorie. La
situation ne peut qu'empirer en mai prochain quand plusieurs nations menant des
activités de pêche vont entrer dans la Communauté européenne, à savoir l'Estonie, la
Lettonie et la Lithuanie. La Norvège reste sur sa positio n quant au rôle de la
Communauté européenne dans le contexte de la CCAMLR et aux navires battant
pavillon d'États membres de la Communauté européenne qui ne sont pas parties à la
Convention. A l'égard de la possibilité de notifications de navires battant pavillon de
parties non contractantes qui sont des États membres de la Communauté européenne,
la Commission devrait noter dans son rapport que la liste figurant à l'appendice III du
rapport du SCIC ne crée pas de précédent à cet égard."
8.25 La Communauté européenne fait remarquer que le débat sur le Portugal a déjà pris
place il y a trois ans et que sa position sur cette question n'a pas changé. Elle déclare que ce
débat est totalement hors de propos.
45
8.26 L'Argentine s'associe à l'opinion exprimée par le Chili sur ce sujet, tout en remerciant
la Norvège d'avoir rappelé les délibérations qui avaient eu lieu lors de la réunion de la
Commission en 1999, ainsi que les conclusions qui en avaient été tirées.
8.27 Se référant à l'avis du SCIC sur le Volna (anne xe 5, paragraphes 2.4 à 2.6), la Russie
note qu'elle a entretenu une correspondance détaillée avec les autorités néo-zélandaises. Elle
considère que son navire n'a pas enfreint la mesure de conservation 41-02. Elle avise qu'elle
entend soumettre une proposition d'amendement de la version actuelle de la mesure.
8.28 La Nouvelle-Zélande estime que la version actuelle de la mesure de
conservation 41-02 ne devrait pas présenter d'ambiguïtés. Elle est de l'opinion que lorsqu'une
unité de recherche à petite échelle (SSRU) est fermée à la pêche, elle l'est entièrement.
8.29 La Communauté européenne rappelle que la Russie a offert de présenter un
complément d'informations au SCIC à l'égard des navires Volga, Strela et Zarya pour lesquels
le SCIC n'a pu émettre de recommandations (annexe 5, paragraphes 2.47, 2.52 et 2.53).
8.30 A l'égard de l'avis reçu du SCIC (annexe 5, paragraphes 2.47 à 2.50), la Russie fait la
déclaration suivante :
"La Fédération de Russie souhaite réitérer que la documentation qu'elle a procurée
précédemment montre clairement que ce pays n'a rien à voir avec les produits de
poisson à bord des navires Strela et Zarya, lesquels appartenaient aux anciens
propriétaires.
Chronologie des événements :
46
i)
les contrats d'achat des deux navires datent du 27 juillet 2002;
ii)
les certificats de propriété et les certificats de navigation sous pavillon de
la Fédération de Russie ont été délivrés au port de Kaliningrad (Russie) le
2 septembre 2002;
iii)
les deux navires sont arrivés à Jakarta (Indonésie) pour le transfert de
propriété entre les anciens propriétaires boliviens et les nouveaux
propriétaires russes le 27 septembre 2002;
iv)
la Russie a délivré des licences de pêche générale aux deux navires le
2 octobre 2002 (sous réserve d'autres licences précisant des pêcheries et
des espèces spécifiques);
v)
la Russie estime que le rapport transmis par l'Indonésie est incorrect pour
les raisons suivantes : i) les dates d'entrée des deux navires dans le port
sont erronées; ii) il est prétendu que les navires étaient en possession de
documents de capture alors que la Russie n'en avait jamais délivrés et
iii) un fonctionnaire russe a certifié que des débarquements avaient été
effectués alors que ce n'était certainement pas le cas;
vi)
par manque d'évidence à l'appui de l'implication présumée du navire Strela
battant pavillon russe, dans la lettre de l'Indonésie, la Russie suggère que
ce navire soit supprimé de la liste provisoire des navires IUU
conformément au paragraphe 10 c) de la mesure de conservation 10-06;
vii)
la déclaration de la Russie à l'égard du Strela est également valable pour le
Zarya; de ce fait, ce navire devrait également être supprimé de la liste
provisoire des navires IUU conformément au paragraphe 10 c) de la
mesure de conservation 10-06.
De plus, la Russie ayant annulé
l'immatriculation du Zarya, celui-ci devrait être rayé de la Liste provisoire
des navires IUU, aux termes du paragraphe 10 d) de la mesure de
conservation 10-06"
8.31 La Russie confirme par ailleurs que les navires battaient pavillon russe pendant
20 jours avant d'entrer dans Tanjung Priok. Pendant cette période, les navires ont uniquement
fait route sur le port et, pour des raisons opérationnelles, n'ont pas pu mener d'activités de
pêche. La Russie avise, de plus, que l'immatriculation du Zarya a été annulée le 4 août 2003,
preuve que ce pays a pris les actions qui s'imposaient contre le navire.
8.32 La Russie ajoute que l'immatriculation du Volga sera annulée dès l'aboutissement de
l'audience du tribunal australien. Le Volga devrait être radié de la liste provisoire des
navires IUU conformément au paragraphe 10 d) de la mesure de conservation 10-06.
8.33 La Communauté européenne se dit convaincue que la Commission devrait adopter des
normes de diligence rigoureuses lorsqu'elle traite des Listes des navires IUU. Elle note, par
exemple, que l'Indonésie a soumis des informations très détaillées sur les circonstances du
déchargement du Strela et du Zarya, débarquements que personne ne met en doute. Elle
rappelle les opinions exprimées par le Chili à l'égard de la responsabilité des Etats du pavillon
et constate que le Strela et le Zarya ont changé de pavillon avant de débarquer leur capture,
alors qu'ils étaient encore en mer. Elle estime que la Russie aurait dû prendre des mesures
appropriées, notamment du fait que le Strela et le Zarya, qui battaient précédemment pavillon
bolivien et portaient les noms respectifs de Hunter et Georgia, avaient été mentionnés ces
dernières années car ils faisaient partie d'une flottille soupçonnée de pêche illicite. Des
informations selon lesquelles ces navires étaient soupçonnés d'avoir mené des activités IUU
avaient déjà été présentées aux Membres lors de CCAMLR-XXI (CCAMLR-XXI,
paragraphe 8.40).
8.34 La Russie note que la lettre de l'Indoné sie ne rapporte aucune évidence documentée.
Elle demande que ce pays soit chargé de fournir des preuves à l'appui des informations
contenues dans sa lettre, telles que des copies des certificats délivrés par le port ou les
douanes sur la légine débarquée.
47
8.35 Selon le Royaume-Uni, quelle que soit l'époque à laquelle ils ont changé de pavillon,
le Strela et le Zarya étaient indiscutablement des navires battant pavillon russe à l'époque du
déchargement non documenté et qu'ils devraient de ce fait être examinés en fonction de la
mesure de conservation 10-06. Il note que les conditions du paragraphe 10 de la mesure de
conservation 10-06, relativement à la radiation des navires de la Liste, n'ont pas encore été
remplies. En l'absence d'un consensus en faveur de cette radiation, les navires doivent rester
sur la Liste proposée des navires des parties contractantes.
8.36 La Nouvelle-Zélande appuie la déclaration du Royaume-Uni et note que la Russie a
informé la Commission qu'elle était bien l'État du pavillon des navires Strela et Zarya
20 jours avant leur entrée au port. La Russie n'a pas, non plus, nié que ces navires
transportaient de la légine quand ils sont entrés au port. La Russie était l'État du pavillon du
Strela et du Zarya quand ils ont débarqué 800 tonnes de légine. Aucun certificat de capture
n'a été délivré pour le débarquement de cette légine qui, de ce fait, ne peut être traitée que
comme de la légine provenant de captures IUU. En conséquence le Strela et le Zarya doivent
être traités comme des navires de pêche IUU.
8.37 L'Australie rappelle qu'elle a présenté des preuves irréfutables des activités de
pêche IUU à l'égard du Strela et que ce navire devrait figurer sur la Liste proposée des navires
des parties contractantes.
8.38 Le Chili déclare que la mesure de conservation 10-06 est compatible avec la
responsabilité de l'Etat du pavillon définie à l'article 94 de la Convention sur le droit de la mer
(LOSC). Ces responsabilités exigent d'un État du pavillon qu'il exerce efficacement sa
juridiction et un contrôle sur ses navires, et qu'il maintienne un registre public des navires
battant son pavillon. Cette juridiction doit être assurée dans le cadre de la législation
nationale de l'Etat du pavillon même et en vertu du droit international. Il conviendrait donc
d'examiner tout particulièrement le paragraphe 6 de l'article 94 auquel il est fait référence cidessus. Aux termes de ce paragraphe, un Etat, lorsqu'il a eu des raisons de croire qu'une
juridiction et/ou un contrôle n'ont pas été exercés correctement sur un navire, est habilité à
rapporter les faits à l'Etat du pavillon concerné. Ce dernier est alors dans l'obligation de
mener une enquête sur la question et de prendre les mesures qui s'imposent. Ainsi, une
organisation internationale constituée d'Etats souverains, telle que la CCAMLR, a le droit de
s'attendre à ce que ses Membres agissent avec la responsabilité d'un État du pavillon et
exercent un contrôle efficace sur leurs navires de pêche.
8.39 La Russie déclare qu'elle a, à plusieurs reprises, attiré l'attention de la Commission sur
le fait que dans le cas du Strela et du Zarya, les licences de pêche commerciale de catégorie
générale (sous réserve d'autres licences précisant des pêcheries et des espèces-cibles
spécifiques) ont été délivrées le 2 octobre 2002. De ce fait, avant cette date, l'État du pavillon
ne pouvait être tenu responsable des activités de pêche menées par ces navires, que ce soit sur
le plan légal ou sur le plan pratique. La Russie a présenté les documents délivrés par les
autorités portuaires de Kaohsiung, lesquels prouvent sans le moindre doute que, pour des
raisons logistiques, le Strela ne pouvait se trouver dans la région dans laquelle l'Australie
l'aurait observé (paragraphe 8.47).
48
8.40 L'Australie annonce qu'elle a vu les preuves fournies par la Russie, mais qu'elle n'est
pas convaincue que ces preuves fournissent une indication indubitable de la position du Strela
aux dates données par la Russie.
8.41 La Communauté européenne s'associe à la déclaration du Chili concernant les
responsabilités des États du pavillon. Les États du pavillon devraient prendre des mesures
responsables envers les navires qui ont été signalés aux termes de la mesure de
conservation 10-06, notamment ceux dont les activités de pêche IUU sont connues.
8.42
L'Espagne fait la déclaration suivante :
"L'Espagne se déclare préoccupée des effets collatéraux découlant de l'élaboration des
listes de navires IUU. Il semble que cette mesure pousse les parties contractantes à
annuler rapidement l'immatriculation de leurs navires IUU. En conséquence, ces
navires et les armements qui leur sont associés vont opérer sous des pavillons de nonconformité, connus également sous le nom de pavillons de complaisance ou de libre
immatriculation. Ces pays n'honorent pas les responsabilités que leur confère le droit
international à l'égard de leur juridiction et du contrôle de leurs navires.
En agissant de la sorte, nous exportons le problème en dehors de la Commission, mais
les actions dévastatrices de ces navires et compagnies IUU continuent à affecter
l'océan Austral.
L'Espagne, en soulignant combien il importe que la Commission s'attaque à cette
menace croissante et continue, rappelle l'existence de la résolution 19/XXI adoptée
l'année dernière sur les pavillons de non-conformité. A cet égard, il est urgent
d'identifier les pays concernés si l'on tient à être efficaces dans notre lutte contre la
pêche IUU."
8.43 Comme le faisait observer l'Espagne, la Russie estime que la vente rapide d'un navire
et le changement de son pavillon pourraient constituer un piège juridique pour un nouvel État
du pavillon.
8.44 A l'égard de l'avis formulé par le SCIC (annexe 5, paragraphes 2.47 à 2.50), la Russie
fait la déclaration suivante :
"En déclarant que, dans la mesure de conservation 10-06, l'équilibre entre les intérêts
des "Etats responsables des déclarations" et des États du pavillon est gravement mis en
jeu, la Fédération de Russie fait part ici- même à la Commission de sa préoccupation.
Elle considère, en effet, que le fait de placer un navire dans le projet de Liste proposée
des navires IUU conformément à la mesure de conservation ci-dessus est lourd de
conséquences pour ce navire, entraînant son exclusion des pêcheries la saison
suivante. Pour cette raison, à la lumière de l'analyse de l'utilisation qui a été faite de la
mesure de conservation 10-06 pendant la période examinée et des conclusions des
délibérations du SCIC, la Fédération de Russie a l'honneur d'adresser à la Commission
les recommandations suivantes :
49
i)
La mesure de conservation 10-06 enfreint l'équilibre des droits et devoirs
d'un Etat du pavillon. L'interprétation juridique de cette mesure de
conservation permet au secrétariat de porter un navire sur la Liste
provisoire proposée de navires IUU, sur la base pure et simple
d'informations rapportées sur une infraction présumée de cette mesure de
conservation. Par ailleurs, certains Etats considèrent acceptable de fournir
ce type d'informations le plus tard possible avant la réunion de la
CCAMLR, si ce n'est pendant cette réunion, empêchant ainsi l'État du
pavillon d'analyser, de mener une enquête et de préparer une réponse
adéquate. Aux termes de cette mesure de conservation la charge de la
preuve que ce navire n'a pas pris part à des activités de pêche IUU, et donc
la charge de la preuve de son innocence est imputée à l'État du pavillon.
En d'autres termes, le navire est présumé coupable tant que l'État du
pavillon ne prouve pas son innocence. Ainsi, une telle "présomption de
culpabilité" met l'État du pavillon dans une position inégale, du fait que la
Commission seule est autorisée à radier le navire de la Liste provisoire des
navires IUU proposée et ce, uniquement par consensus, alors que ce navire
est porté sur la Liste provisoire des navires IUU proposée par le secrétariat
sur la base de n'importe quelle information provenant de n'importe quel
Etat, sans discussion préliminaire de cette question lors de la réunion de la
CCAMLR ou de ses organes subsidiaires.
ii)
Compte tenu de ce qui précède, la Fédération de Russie estime que la
version actuelle de la mesure de conservation 10-06 ne respecte pas
l'équilibre entre les intérêts d'un État du pavillon et ceux d'un "Etat
responsable des déclarations", qu'elle s'attaque aux intérêts légitimes des
armateurs licites menant, dans la zone de la Convention, des activités de
pêche légales reposant sur une base scientifique solide. Nous demandons
instamment aux États membres de la CCAMLR de se consulter en vue de
revoir et d'amender la mesure de conservation 10-06.
iii)
La Fédération de Russie a l'honneur de proposer une base de principes
généraux sur laquelle ces changements pourraient être envisager :
• L'inclusion de tout navire sur le projet de Liste des navires IUU
proposée devrait être discutée par la Commission sur la base des
recommandations du SCIC fondées sur des informations soumises et
distribuées par le secrétariat au moins 3 mois avant la réunion de la
CCAMLR. L'État du pavillon disposerait ainsi du temps nécessaire
pour répondre comme il le souhaite à ces informations.
• La Commission, par consensus, devrait abandonner l'inclusion de
navires sur la Liste IUU."
8.45 Pour donner suite à sa déclaration, la Russie a préparé, à l'intention de la Commission,
une proposition de révision de la mesure de conservation 10-06 et demandé qu'elle soit
annexée au rapport de la Commission et examinée à CCAMLR-XXIII (annexe 7).
50
8.46 En ce qui concerne le point i) de la déclaration ci-dessus, l'Australie fait remarquer
qu'elle a fourni des preuves importantes démontrant que les trois navires battant pavillon russe
devraient être inclus sur la Liste proposée des navires des parties contractantes et que ces
informations avaient été mises à la disposition de tous les Membres bien avant la présente
réunion de la CCAMLR. Les informations relatives à l'observation du navire Strela dans la
division 58.5.2 ont été distribuées à tous les Membres et placées sur le site Web de la
CCAMLR. L'Australie a également transmis ces informations directement à la Russie et a
reçu une réponse qu'elle estime peu satisfaisante déclarant que le Comité d'Etat pour la pêche
de la Fédération russe n'avait aucune preuve à fournir. L'Australie fait également remarquer
qu'elle avait demandé à la Russie de lui fournir des données VMS pour le navire Strela pour
la période de cinq jours précédant l'observation du navire à l'intérieur de la division 58.5.2 de
la zone de la Convention, mais qu'elle ne les avait pas reçues. En ce qui concerne le Volga et
le Lena, l'Australie note que la Russie n'a pas encore répondu aux demandes d'informations
qui lui ont été adressées en avril 2002.
8.47 La Russie répond que, selon elle, toutes les informations demandées ont été fournies.
En ce qui concerne l'observation présumée du Strela dans la division 58.5.2 le 26 juin 2003, la
Russie a fourni un document attestant que le Strela était au port de Kaohsiung le 8 juillet 2003
et que, par conséquent, il ne pouvait pas se trouver dans la division 58.5.2 le 26 juin pour des
raisons logistiques. Suite à la distribution du document CCAMLR-XXII/BG/48, la Russie
rappelle sa position et fait la déclaration suivante :
"i)
L'Australie a déclaré avoir observé un navire présumé battre pavillon russe, le
Strela. Tout l'accent de cette déclaration portait sur le navire présumé battre
pavillon russe qui, selon la déclaration australienne, a été photographié, et dont
les photos ont été comparées à celles du Strela (ces photos ont été prises en
Indonésie, à Tanjung Priok). L'Australie, unilatéralement, a annoncé que ces
photos correspondaient, bien qu'elles n'affichent aucune date.
ii)
La Fédération russe voudrait attirer l'attention de la Commission sur le fait que
la déclaration australienne ne fait pas mention d'un autre navire, qui a pourtant
été observé à peu près en même temps, et qu'aucune autre déclaration portant sur
d'autres navires présumés en pêche IUU dans cette région n'a été soumise cette
année. L'Australie n'est pas parvenue à identifier ce navire, à prendre des
photographies et à les faire correspondre aux navires connus."
8.48 L'Afrique du Sud, l'Allemagne, l'Australie, la Belgique, le Brésil, le Chili, la
Communauté européenne, l'Espagne, les États-Unis, la France, l'Italie, la Norvège, la
Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, la Pologne, le Royaume-Uni et la Suède demandent que leur
déclaration soit incluse dans le rapport de la Commission (annexe 8).
8.49 L'Australie note que, même si un navire change de pavillon entre la date de l'incident
et la date de l'examen de cet incident par la Commission, le navire devrait être inclus sur la
liste correspondant à son pavillon au moment de l'examen par la Commission. La
Commission note que le SCIC a suivi cette approche à l’égard du navire Magnus
(anciennement Dorita) qui était passé de la liste proposée des navires des parties contractantes
à la liste proposée des navires des parties non-contractantes.
51
8.50 La Communauté européenne suggère, si le consensus ne peut être atteint à l'égard de
certains navires, que le rapport de la réunion en donne clairement les raisons. Elle est d'avis
que la Commission n'a pas été en mesure d'atteindre le consensus du fait de l'opposition d'un
Membre, l'État du pavillon des navires concernés. Elle note que cette situation est regrettable,
d'autant plus que le débarquement non documenté de plus de 800 tonnes de légine traitée par
deux de ces navires à Tanjung Priok est un fait qui n'a pas été contesté. Ce chiffre en soi
représente plus de 10% du total des captures IUU estimées de légine dans la zone de la
Convention (paragraphe 8.2). La Communauté européenne se déclare gravement préoccupée
du fait qu'aucune action ne peut être prise contre ces navires en vertu du paragraphe 14 de la
mesure de conservation 10-06, par manque de consensus sur cette liste.
8.51 Le Chili se rallie à l'opinion de la Communauté européenne. Il espère que des travaux
pourront être entrepris sur les règles de procédure pour une meilleure application de la mesure
de conservation 10-06. Il note qu'alors que la Commission n'a pas convenu de maintenir les
navires sur la Liste proposée, elle n'a pas non plus décidé de les en supprimer.
8.52 L'Australie appuie sans réserve les commentaires exprimés par la Communauté
européenne et le Chili et prend note du fait que la Fédération de Russie est seule à s'opposer
au consensus. Elle rappelle que les preuves soumises à l'égard des activités IUU des navires
Strela et Zarya sont écrasantes et irréfutables.
8.53 La Nouvelle-Zélande s'associe aux avis exprimés par la Communauté européenne, le
Chili et l'Australie.
8.54 L'Afrique du Sud se rallie aux opinions de la Communauté européenne et du Chili et
ajoute qu'elle considère que la mesure de conservation 10-06 est une mesure extrêmement
utile pour renforcer les objectifs de la CCAMLR. Elle se dit inquiète du manque de volonté
politique de certains membres de la CCAMLR quand il s'agit de réagir de manière efficace
face à la pêche IUU. Elle demande instamment à tous les Membres de s'efforcer sans relâche
de s'attaquer à ce problème.
8.55 La Russie indique qu'à son opinion, il ne devrait pas y avo ir de concept de "consensus
moins un". Elle tient à ce que le rapport ne suggère pas que le consensus n'a pas pu être
atteint du fait de l'objection de l'État du pavillon des navires concernés. Elle fait, par ailleurs,
remarquer que personne ne peut mettre en doute la volonté de la Russie de coopérer avec la
CCAMLR en tant que partie contractante à la Convention. Elle indique qu'elle a imposé des
sanctions appropriées aux six navires qu'elle a, comme elle en a fait part, radié de son registre.
Toutefois, elle ne peut accepter que le Strela et le Zarya soient portés sur la Liste proposée sur
la base d'une lettre et de quelques photographies.
8.56 La Communauté européenne réitère que tous les Membres sauf la Russie ont convenu
que le Strela et le Zarya devraient figurer sur la Liste proposée des navires des parties
contractantes du fait que les preuves avancées non seulement par l'Indonésie, mais également
par l'Australie ont été considérées comme convaincantes.
8.57 La Communauté européenne avise qu'elle a l'intention de suivre de près les activités de
ces navires et qu'elle ne manquera pas de faire valoir les mesures de conservation 10-06
52
et 10-07, le cas échéant, si cela est justifié par de nouvelles informations qui permettraient
d'établir un lien entre ces navires et la pêche IUU. Elle conseille vivement aux autres
Membres d'en faire de même.
8.58 Le secrétaire exécutif avise que conformément au paragraphe 15 de la mesure de
conservation 10-06 et au paragraphe 12 de la mesure de conservation 10-07, la Liste des
navires des parties contractantes et celle des parties non contractantes, une fois approuvées
par la Commission, seraient placées sur une page sécurisée du site Web de la CCAMLR.
8.59 Le Japon note que le paragraphe 15 de la mesure de conservation 10-06 et le
paragraphe 12 de la mesure de conservation 10-07 ne devraient pas être interprétés comme
empêchant les parties contractantes de mettre les Listes des navires IUU à la disposition du
grand public.
Autres informations considérées
8.60 De nouvelles informations relatives à plusieurs autres navires des parties contractantes
ont été soumises au SCIC par certains Membres après la date limite de 30 jours avant la
réunion annuelle de la CCAMLR (annexe 5, paragraphes 2.73 à 2.79). Conformément au
paragraphe 8 de la mesure de conservation 10-06, l'inscription de ces navires sur la Liste
proposée des navires des parties contractantes n'a pu être considérée. Toutefois, le SCIC
recommande aux Membres de noter le nom de ces navires et de surveiller de près leurs
activités. Ces navires sont les suivants : Atlantic 52, Austin-1, Boston-1, Champion-1,
Darvin-1, Eva-1 et Florens-1.
8.61 La Commission note également que le SCIC a recommandé aux États du pavillon,
lorsqu'ils procèdent à l'annulation de l'immatriculation de ces navires, d'informer la
Commission et de lui fournir le plus d'informations possible sur le nouveau pavillon et le
nouveau propriétaire du navire.
8.62
La Communauté européenne fait la déclaration suivante :
"La Communauté européenne a attiré l'attention des Membres sur les informations
fournies au SCIC par Maurice relativement à la visite de navires de pêche de légine et
au transbordement de légine sur son territoire (SCIC-03/12, tableau 2). Elle remercie
Maurice d'avoir fourni ces informations qui signalaient, entre autres, les activités
poursuivies par certains des navires cités dans le cadre des mesures de conservation
10-06 et 10-07 comme des navires de pêche IUU. Elle demande à Maurice de fournir
toutes les informations dont elle dispose sur ces navires, ainsi que sur tout autre
incident mettant en jeu des navires transportant de la légine ou en ayant transbordé en
mer sans trace des CCD exigés. Afin d'assurer que les Etats du pavillon ont les
moyens nécessaires pour prendre des mesures en temps voulu, il est demandé que ces
informations soient présentées au secrétariat au cas par cas et distribué aux Membres
et autres Etats du pavillon ou du port concernés."
53
8.63 La Russie informe la Commission que les navires Austin-1, Boston-1, Champion-1,
Darvin-1 et Zarya ont été rayés du registre russe. Elle ajoute que les navires Eva-1et
Florens-1 ont récemment été vendus et qu'ils seront donc rayés du registre prochainement.
8.64 A l'égard du paragraphe 2.79 du rapport du SCIC (annexe 5), l'Argentine fait la
déclaration suivante :
"L'Argentine estime que c'est sur une base équitable qu'il devrait être procédé à
l'examen de la situation des navires IUU lors des réunions. Il semble paradoxal qu'une
proposition telle que celle portant sur le Virgin of Carmen sur lequel plusieurs
délégations ont fourni un complément d'informations, et connu pour ses activités de
pêche IUU, ne soit pas débattue comme elle le devrait."
8.65
L'Argentine ajoute encore la déclaration suivante :
"A l'égard de la participation à la poursuite et à l'arraisonnement du navire Viarsa I,
l'Argentine rejette l'exercice des pouvoirs britanniques de répression en haute mer, à
partir des îles Malouines, de la Géorgie du Sud et des îles Sandwich du Sud, ainsi que
sur les espaces maritimes les entourant qui font partie du territoire national argentin.
Elle rejette également toutes les autres actions menées sous le prétexte de l'occupation
illégitime de ces territoires.
De plus, l'Argentine rappelle que ces territoires font l'objet d'une dispute de
souveraineté entre elle- même et le Royaume-Uni, dispute reconnue par la
communauté internationale et une série de résolutions des Nations Unies et de
déclarations de l'Organisation des Etats américains exhortant les deux pays à reprendre
les négociations afin de trouver une solution pacifique et définitive à ce différend."
8.66
Le Royaume-Uni soumet la déclaration suivante :
"En réponse à l'intervention de l'Argentine, le Royaume-Uni réitère sa position notoire
et affirme qu'il n'a aucun doute sur sa propre souveraineté sur les îles Malouines
(Falkland), la Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud et sur les aires marines
adjacentes."
8.67
L'Argentine rejette l'opinion du Royaume-Uni et réitère sa position.
PÊCHERIES NOUVELLES ET EXPLORATOIRES
Pêcheries nouvelles et exploratoires en 2002/03
9.1
La Commission note que six mesures de conservation relatives à huit pêcheries
exploratoires étaient en vigueur en 2002/03, mais des opérations de pêche n'ont été menées
qu'à l'égard de quatre pêcheries (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 4.157, 4.158 et 4.160) :
54
• un total de 1 792 tonnes de Dissostichus spp. a été capturé dans la sous-zone 88.1
pour une limite de capture de 3 760 tonnes. Cette pêche a été menée tant au nord
de 65°S qu'au sud de 65°S;
• un total de 106 tonnes de Dissostichus spp. a été capturé dans la sous-zone 88.2
pour une limite de capture de 375 tonnes;
• un total de 117 tonnes de Dissostichus spp. a été capturé dans la division 58.4.2
pour une limite de capture de 500 tonnes.
Dans la sous- zone 88.1, la pêche ayant été restreinte par les icebergs et les glaces de mer, les
navires n'ont pas pêché au sud de 72°30'S pour raisons de sécurité.
9.2
La Commission note également que bien que la capture totale ne corresponde qu'à
environ 50% de la limite de capture applicable à la sous-zone 88.1, les limites de capture de
deux rectangles à échelle précise ont été dépassées de 3%, et celle de la SSRU 881C, de
106 tonnes (13%). Il est noté que ces dépassements sont le résultat de taux de capture élevés
et de la fermeture tardive des zones inhérente au système de déclaration par période de cinq
jours (CCAMLR-XXII/BG/8, Rév. 1).
9.3
La Commission note également que pour chaque pêcherie exploratoire active, le
secrétariat transmet un compte rendu tous les cinq jours aux Membres engagés dans cette
pêcherie et leur fournit une mise à jour de la capture totale de l'espèce visée par rectangle à
échelle précise, SSRU et pour la pêcherie dans son ensemble. Le secrétariat ne prévoit
toutefois que les dates de fermeture de la pêcherie dans son ensemble (par exemple, la
pêcherie à la palangre dans la sous- zone 88.1 au sud de 65°S), et ne cherche pas à prévoir
celle des rectangles à échelle précise ou des SSRU (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.159).
9.4
Le Comité scientifique a avisé la Commission que parmi tous les navires qui ont
exploité les pêcheries nouvelles et exploratoires en 2002/03, un seul n'a pas complété son
quota de poses de recherche (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.162).
9.5
Le Comité scientifique avise que plusieurs Membres ont éprouvé des difficultés avec
certaines dispositions des mesures de conservation 10-04 et 24-02, en ce sens qu'elles se
contredisent à l'égard des conditions liées aux licences de pêche (SC-CAMLR-XXII,
paragraphe 4.175). Cette questio n est examinée à nouveau dans la section 10.
9.6
La Commission constate que seuls le Japon (à l'égard de cinq pêcheries) et la
Nouvelle-Zélande (à l'égard d'une pêcherie) lui ont notifié leur intention de ne pas exploiter
une pêcherie alors qu'en vertu du paragraphe 9 de la mesure de conservation 41-01, tous les
Membres qui décident de ne pas pêcher sont tenus de l'en aviser (SC-CAMLR-XXII,
paragraphe 4.161).
55
Pêcheries nouvelles et exploratoires notifiées pour 2003/04
9.7
La Commission note que 31 notifications ont été déposées par 14 Membres pour les
pêcheries exploratoires en 2003/04 et qu'aucune notification n'a été déposée pour les
pêcheries nouvelles. Quatre notifications étaient incomplètes ou n'ont pas été soumises dans
les délais prescrits (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 4.163, 4.164 et 4.172).
9.8
Vingt- neuf notifications ont été déposées par des navires spécifiques pour les
pêcheries exploratoires à la palangre de Dissostichus spp. et une notification pour la pêcherie
exploratoire au chalut visant Dissostichus spp. et Macrourus spp. Ces notifications
couvraient la plupart des sous- zones et divisions statistiques de la zone de la Convention, y
compris la sous- zone 48.3 et les ZEE des divisions 58.5.1 et 58.5.2 qui font l'objet de
pêcheries évaluées de D. eleginoides et les sous- zones 48.1, 48.2, 58.6 et 58.7 et la
division 58.4.4 qui sont fermées à la pêche dirigée jusqu'aux prochaines campagnes
d'évaluation (mesures de conservation 32-02, 32-03, 32-10, 32-11 et 32-12). La dernière
notification concernait la pêche exploratoire au chalut visant Chaenodraco wilsoni,
Trematomus eulepidotus, Lepidonotothen kempi et Pleuragramma antarcticum dans la
division 58.4.2 (SC-CAMLR-XXII/BG/5 Rév. 1).
9.9
La Commission réaffirme que les sous-zones 48.1, 48.2, 58.6 et 58.7 et la
division 58.4.4 (en dehors des ZEE) resteraient fermées à la pêche de Dissostichus spp.
jusqu'à ce qu'une campagne d'évaluation ait été effectuée, les résultats soient analysés et la
pêcherie soit rouverte sur l'avis du Comité scientifique.
9.10
56
La Commission note également que (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 4.167 à 4.170) :
i)
le Comité scientifique demande une clarification sur le rôle du WG-FSA
lorsqu'il s'agit d'évaluer des notifications qui concernent des zones fermées, qui
sont incomplètes ou qui n'ont pas été soumises à temps;
ii)
les notifications entrent dans deux catégories :
•
les notifications de l'intention d'exploiter une pêcherie exploratoire dans
laquelle des opérations de pêche ont été menées au cours de la saison
précédente et dont les détails opérationnels sont conformes aux mesures en
vigueur;
•
les notifications de l'intention de pêcher dans les sous- zones et divisions
actuellement fermées à la pêche conformément aux mesures de
conservation et/ou dont les détails opérationnels n'ont pas été fournis ou ne
sont pas conformes aux mesures en vigueur;
iii)
le Comité scientifique s'inquiète du fait que le grand nombre de notifications
donne au WG-FSA et au WG-IMAF un surcroît considérable de travail;
iv)
le Comité scientifique recommande aux Membres de suivre les procédures
stipulées dans la mesure de conservation 24-01 (Application des mesures de
conservation à la recherche scientifique) s'ils souhaitent mener des opérations de
pêche exploratoire dans des sous-zones ou divisions actuellement fermées en
vertu des mesures de conservation.
9.11 La Commission reconnaît que le grand nombre de notifications donne au WG-FSA, au
WG-IMAF et au Comité scientifique un surcroît considérable de travail. Par conséquent, elle
convient qu'à l'avenir, le Comité scientifique et ses groupes de travail ne devraient considérer
que les notifications complètes et déposées avant la date limite. Les notifications déposées
après la date limite et celles qui étaient incomplètes à la date limite ne seraient pas acceptées.
Le coût du traitement des notifications est examiné à la section 3.
9.12 La Commission convient également que les Membres devraient suivre les procédures
stipulées dans la mesure de conservation 24-01 s'ils souhaitent mener des opérations de pêche
exploratoire dans des sous- zones ou divisions actuellement fermées en vertu des mesures de
conservation. Pour ce faire, un plan de recherche devra être soumis au secrétariat au moins
six mois avant la date de commencement prévue.
9.13 Certains secteurs font l'objet de nombreuses notifications de projets de pêche. Cela
suggère que, selon les limites de capture de précaution fixées, si tous les navires sont actifs
dans la pêcherie, la capture disponible par navire risque d'être inférieure à celle qui serait
nécessaire pour une pêche rentable, surtout pour les navires qui mènent des opérations dans
les régions de haute latitude où la pêche est soumise à des conditions opérationnelles
difficiles.
9.14 La Commission note l'avis de gestion du Comité scientifique selon lequel le rendement
estimé par analogie avec celui de la sous- zone 48.3 ne devrait plus être utilisé pour déterminer
les rendements des sous-zones 88.1 et 88.2. Il n'est pas en mesure d'émettre d'avis spécifique
sur les limites de capture de Dissostichus spp. des sous-zones 88.1 ou 88.2. Toutefois, en tant
que mesure de précaution, le Comité scientifique recommande de ne pas excéder les limites
de capture actuelles dans ces deux sous-zones (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.212). Il
recommande que la division de toute limite de capture convenue par la Commission pour la
sous- zone 88.1 suive les proportions données au tableau 6 de SC-CAMLR-XXII.
9.15 La Commission note le débat du Comité scientifique concernant l'établissement des
limites de capture dans les SSRU des divisions 58.4.1 et 58.4.2 (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 4.204 et 4.205). Cette question est à nouveau examinée à la section 10.
Limites des unités de recherche à petite échelle (SSRU)
9.16 La Commission approuve la révision des SSRU de la sous- zone 88.1 effectuée par le
Comité scientifique pour mieux capturer les formes irrégulières des caractéristiques
bathymétriques et des lieux de pêche rencontrés dans la sous- zone. Cette révision a abouti à
12 nouvelles SSRU dont la taille est plus proche de celle des autres zones de la CCAMLR
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.177).
57
9.17 Le Comité scientifique a également examiné la nécessité d'imposer des limites de
capture dans les rectangles à échelle précise de la sous-zone 88.1, leur gestion étant devenue
difficile en raison du nombre accru de navires y menant des opérations de pêche. Il estime
que l'accroissement du nombre de SSRU, en même temps que la suppression des limites de
capture dans les rectangles à échelle précise, résoudront une grande partie des problèmes
rencontrés actuellement avec la fermeture des zones. Pour une meilleure gestion des limites
de capture applicables aux SSRU, on pourrait réduire la quantité d'effort de pêche déployé
dans ces zones, déclarer plus régulièrement les captur es et arriver à prévoir les fermetures
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.178).
9.18 La Commission examine une proposition visant à introduire un système de déclaration
journalière des captures et de l'effort de pêche dans les pêcheries exploratoires
(paragraphe s 10.24 et 10.25).
9.19 La Commission reconnaît que la limite de capture dans les rectangles à échelle précise
devrait être supprimée dans la sous-zone 88.1 et que les limites de capture dans les SSRU
seraient mieux gérées si l'on pouvait prévoir la fermeture de ces unités. Toutefois, elle note
que des informations sur les mouvements des navires entrant et sortant de la zone gérée sont
nécessaires pour utiliser la méthode de prévision que le secrétariat suit actuellement. Par
conséquent, pour prévoir la fermeture des SSRU, le secrétariat devra avoir accès aux
informations sur le mouvement des navires entrant et sortant des SSRU.
9.20 La Commission demande au secrétariat de mettre au point, pendant la période
d'intersession, une procédure de prévision des fermetures de SSRU, en tenant compte des
coûts impliqués et de rendre compte de ses résultats à CCAMLR-XXIII.
9.21 Sur l'avis du Comité scientifique concernant l'établissement des SSRU dans toutes les
sous- zones et divisions faisant l'objet de pêcheries exp loratoires, la Commission décide de
supprimer les limites de capture dans tous les rectangles à échelle précise (voir
paragraphe 9.19).
9.22 La Commission adopte l'avis de gestion du Comité scientifique (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 4.214 à 4.220), y compris :
58
•
le maintien des plans de recherche dans les pêcheries des sous-zones 88.1 et 88.2
en limitant toutefois les poses de recherche à 10 dans les SSRU où la surface de
fond marin exploitable est inférieure à 15 000 km2 et en ajoutant le programme
de marqua ge–recapture;
•
la mise en place de SSRU de 10° de longitude dans les divisions 58.4.1 et 58.4.2
et d'une SSRU unique dans la division 58.4.1 au nord de 60°S;
•
la reconduction de la disposition en vigueur dans les divisions 58.4.1 et 58.4.2
interdisant la pêche dans les eaux de moins de 550 m de profondeur;
•
la mise en place d'une limite de capture de 159 tonnes de Macrourus spp. dans la
division 58.4.3a et à 26 tonnes dans la division 58.4.3b;
•
la reconduction pour la saison à venir, à l'égard de la sous- zone 48.6, des
dispositions de la mesure de conservation 41-04, compte tenu des avis émis sur
la pose des lignes (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 5.38).
9.23 La Commission recommande d'ajouter au Manuel de l'observateur scientifique le
nouveau protocole de marquage relatif aux pêcheries nouvelles et exploratoires.
Futurs travaux
9.24 Lors de la réunion de l'année dernière, la Commission a chargé les Membres
d'effectuer de nouvelles recherches sur les méthodes de contrôle de l'abondance de
Dissostichus spp. dans les sous-zones 88.1 et 88.2 (CCAMLR-XXI, paragraphe 9.18). La
Commission est satisfaite de noter les faits nouveaux ci-dessous (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 4.190 à 4.194) :
i)
Pendant la période d'intersession, la Nouvelle-Zélande s'est penchée sur diverses
approches, entre autres, la faisabilité de l'acoustique, l'analyse de la CPUE
normalisée, l'étude par simulation des poses de recherche et une étude de la
faisabilité du marquage. De toutes ces approches, la Nouvelle-Zélande
considère que la mise en place d'une expérience de marquage–recapture de
conception appropriée serait la plus susceptible d'aboutir à des résultats
fructueux.
ii)
Le Comité scientifique a examiné les avantages relatifs des campagnes
d'évaluation par chalutages, des études de marquage, des expériences
d'épuisement et de la gestion expérimentale de l'effort de pêche et a convenu de
mettre en place des programmes de marquage.
iii)
Le Comité scientifique considère que d'autres méthodes seront nécessaires pour
fournir des estimations de biomasse à court ou moyen terme et recommande la
mise en œuvre, pendant la période d'intersession, du programme suivant par les
Membres menant des opérations de pêche dans la sous- zone 88.1 :
a)
des études de marquage par simulation, selon les détails donnés à
l'appendice D de l'annexe 5 du rapport de SC-CAMLR-XXII, pour
déterminer la meilleure méthode de marquage dans la sous-zone 88.1 qui
puisse mener à une évaluation;
b)
un examen des aspects pratiques et des modèles de recherche possibles
pour la réalisation d'une campagne d'évaluation au chalut des juvéniles de
Dissostichus spp. en mer de Ross;
59
c)
des études par simulation pour déterminer les meilleurs moyens de diriger
l'effort de pêche, tant sur une année que d'une année à l'autre, pour obtenir
le contraste nécessaire dans les paramètres de la pêcherie et des stocks qui
pourraient mener à une évaluation.
9.25 La Commission reconnaît que, même avec la participation de l'industrie de pêche à un
programme étendu de marquage et de recapture, il faudrait au moins 10 ans pour obtenir une
estimation précise de l'abondance. Elle note également que différentes méthodes d'obtention
des données nécessaires ne s'excluent pas forcément mutuellement. Par exemple, une
expérience combinant un programme intensif de marquage et la gestion de l'effort de pêche
dans quelques SSRU pendant deux ou trois ans pourrait constituer un outil puissant pour
estimer l'abondance de la population et d'autres paramètres d'entrée nécessaires pour une
évaluation indépendante du rendement (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 4.195 et 4.198).
9.26 La Commission approuve le programme de travail d'intersession, et encourage
vivement le Comité scientifique à mettre en œuvre, de toute urgence, un programme de
recherche qui fournirait les données nécessaires pour effectuer une évaluation à long terme
des stocks de Dissostichus spp. dans la sous- zone 88.1. Elle se déclare inquiète du nombre
croissant de navires participant à cette pêcherie, et du peu d'informations sur lesquelles est
fondé actuellement l'avis scientifique.
MESURES DE CONSERVATION
10.1 Les mesures de conservation adoptées à CCAMLR-XXII seront publiées dans la Liste
officielle des mesures de conservation en vigueur – 2003/04.
Examen des mesures de conservation
et résolutions existantes
10.2 La Commission décide que les mesures de conservation2 32-09 (2002), 33-02 (2002),
33-03 (2002), 41-01 (2002), 41-02 (2002), 41-04 (2002), 41-05 (2002), 41-06 (2002), 41-07
(2002), 41-08 (2002), 41-09 (2002), 41-10 (2002), 42-01 (2002), 42-02 (2002), 43-01 (2002),
52-01 (2002), 52-02 (2002) et 61-01 (2002) deviendront caduques le 30 novembre 2003. Ces
mesures de conservation traitent de questions générales de pêche pour la saison 2002/03.
10.3 La Commission décide de reconduire pour 2003/04 les mesures de conservation4
suivantes :
respect de la réglementation :
10-01 (1998), 10-02 (2001), 10-03 (2002), 10-04 (2002) et 10-06 (2002);
2
60
Les réserves concernant ces mesures figurent dans la Liste des mesures de conservation en vigueur en
2001/02.
questions générales de pêche :
21-01 (2002), 21-02 (2002), 22-01 (1986), 22-02 (1984), 22-03 (1990), 23-02
(1993), 23-03 (1991), 23-04 (2000), 23-05 (2000), 23-06 (2002), 25-01 (1996),
31-01 (1986), 32-01 (2001), 32-02 (1998), 32-03 (1998), 32-04 (1986), 32-05
(1986), 32-06 (1985), 32-07 (1999), 32-08 (1997), 32-10 (2002), 32-11 (2002),
32-12 (1998), 33-01 (1995), 41-03 (1999), 51-01 (2002), 51-02 (2002) et 51-03
(2002);
zones protégées :
91-01 (2000), 91-02 (2000) et 91-03 (2000).
10.4 En reconduisant les mesures de conservation 21-01 (Notification qu'un Membre
envisage la mise en exploitation d'une nouvelle pêcherie) et 21-02 (Pêcheries exploratoires),
la Commission convient qu'à l'avenir, un système de recouvrement des frais serait appliqué
aux notifications de pêcheries nouvelles et exploratoires (paragraphes 3.16 à 3.23).
10.5 La Commission convient de reconduire pour 2003/04 les résolutions 7/IX, 10/XII,
14/XIX, 16/XIX, 17/XX, 18/XXI et 19/XXI.
10.6 La Commission, en considérant la mise en œuvre d'un C-VMS, a fait des progrès
importants bien qu'elle ne soit pas parvenue à un consensus à la présente réunion. En
conséquence, la mesure de conservation 10-04 et la résolution 16/XIX resteront en vigueur.
Mesures de conservation révisées
10.7
Les mesures de conservation suivantes4 ont été révisées par la Commission :
respect de la réglementation :
10-05 (2002) et 10-07 (2002);
questions générales de pêche :
23-01 (2000), 24-01 (2002), 24-02 (2002), 25-02 (2002) et 25-03 (1999).
Respect de la réglementation
10.8 La Commission révise l'annexe A du Système de documentation des captures (mesure
de conservation 10-05) conformément aux avis du SCIC (paragraphe 7.12; annexe 5,
paragraphe 4.25). En conséquence, la mesure de conservation révisée est adoptée en tant que
mesure de conservation 10-05 (2003).
10.9 Le Japon déclare qu'il lui semble que l'amendement apporté aux paragraphe s A.5 ii)
et A.9 i) n'affecteront pas son attitude vis-à-vis de l'Association des pêches de Chine qu'il
considère comme une autorité compétente en ce qui concerne le SDC. A cet égard, la Russie
partage l'opinion du Japon (paragraphe 7.4).
61
10.10 Les Etats-Unis et plusieurs autres Membres indiquent qu'ils n'accepteront pas les CCD
autorisés par l'Association des pêches de Chine.
10.11 La Commission fait remarquer que la révision de la mesure de conservation 10-07
effectuée l'année dernière a eu pour résultat des erreurs dans cette mesure. Les références
erronées ayant été corrigées, la mesure révisée est adoptée en tant que mesure de
conservation 10-07 (2003).
Système centralisé de surveillance des navires
10.12 La Commission n'est pas en mesure d'adopter une proposition de C-VMS à la présente
réunion malgré le soutien enthousiaste de presque tous les Membres.
10.13 En raison de l'appui général exprimé par la majorité des Membres, la Commission
convient de donner son aval à l'essai du C-VMS qui résiderait au secrétaria t et serait ouvert à
tous ceux qui souhaiteraient y participer. Les lignes directrices de l'essai, fondées sur la
dernière version de la mesure de conservation 10-04 (annexe 9) proposée peuvent être
distribuées par le secrétariat aux intéressés.
10.14 Les Etats-Unis fait remarquer qu'un tel système est essentiel pour le renforcement du
respect de la réglementation et encouragent d'ailleurs les Parties à y participer. A cet égard,
ils expriment leur intention de ne pas accepter de documents de capture accompagnant des
importations de légine qui n'auraient pas été créés et traités par le biais du E-SDC.
10.15 Le Chili exprime son satisfaction vis-à-vis de la proposition des Etats-Unis, et
convient de participer au projet d'essai de C-VMS. Il serait heureux d'avoir l'occasion
d'examiner les protocoles du projet, notamment en ce concerne le caractère confidentiel des
données. Il demande en outre qu'à l'égard de l'application de la mesure de conservation 10-04
en vigueur, le secrétariat demande aux Etats membres de lui fournir les spécifications
techniques des systèmes de VMS qu'ils emploient à l'heure actuelle.
10.16 L'Afrique du Sud, l'Argentine, l'Australie, les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande,
l'Ukraine et l'Uruguay ont offert de participer à l'essai de C-VMS et certains autres Membres,
notamment la Communauté européenne, envisagent de le faire.
10.17 Le secrétaire exécutif explique qu'à ce stade de développement, le C-VMS incorpore
déjà les dispositions requises de sécurité et de confidentialité. En outre, le personnel du
secrétariat responsable des données relatives au respect de la réglementation est assujetti à
l'engagement de confidentialité du Règlement du personnel de la CCAMLR et se comporte en
plein accord avec les dispositions de la mesure de conservation 10-04 et les Règles d'accès et
d'utilisation des données de la CCAMLR.
10.18 Le secrétaire exécutif note par ailleurs que le secrétariat ne sera en mesure d'établir et
de mettre en œuvre le C-VMS qu'à condition que la Commission reçoive les fonds
nécessaires. Ces fonds pourraient provenir du Fonds spécial du VMS des Etats-Unis, du
62
Fonds des Etats-Unis sur le respect de la réglementation et la répression des infractions et du
solde du Fonds du SDC, ce dernier étant fonction de l'approbation par le Comité d'examen du
Fonds du SDC (paragraphe 3.34).
10.19 L'Australie fait la déclaration suivante :
"Le programme de travail de la Commission ces derniers jours et, à vrai dire, ces
dernières années, met largement l'accent sur le problème urgent et considérable de la
pêche IUU. Nous avons tous reconnu qu'il s'agit là d'un défi majeur. Si elle ne peut
résoudre le problème de la pêche IUU, la Commission aura manqué à son devoir de
conservation des écosystèmes de l'océan Austral, remettant en jeu sa crédibilité face
aux objectifs de la Convention, à savoir la conservation, utilisation rationnelle
comprise, des ressources marines vivantes de l'Antarctique.
Nous nous colletons avec ce problème depuis sept années sans être parvenus à
empêcher efficacement la pêche illicite dans la zone de la Convention ou diminuer son
impact sur les stocks de légine.
Vous ne serez donc pas surpris d'apprendre que ma délégation est extrêmement déçue
de l'inaptitude de la Commission à atteindre un consensus sur un système centralisé de
surveillance des navires. Ceci est d'autant plus décevant qu'il n'est pas une seule
délégation présente à cette réunion qui ait mis en doute le fait qu'un C-VMS représente
un outil efficace pour lutter contre la pêche IUU. Nous sommes conscients que la
technologie existe, nous sommes conscients que tous les Membres sont capables de
mettre en œuvre un système (tant il est vrai que de nombreux Membres mettent déjà
en œuvre de tels systèmes dans d'autres régions) et nous sommes conscients du fait
que les ressources sont à notre disposition.
Il s'est avéré évident cette semaine que la proposition de C-VMS a été fortement
appuyée par la grande majorité des Membres de la Commission. L'Australie et
plusieurs autres Membres se sont efforcés à grand peine et au prix de compromis
importants de s'accorder sur cette question critique. Néanmoins, le consensus nous
échappe. Il semblerait que nos différences se ramènent à la manière dont les données
pourraient (et je dis bien "pourraient") être utilisées – certains semblent considérer que
les données pourraient servir à d'autres fins que le combat efficace contre la pêche
IUU. L'Australie estime qu'il n'y a pas lieu de juger que tel est le cas. Elle estime qu'il
n'est pas dans l'intérêt des objectifs de conservation de cette Commission d'introduire
dans ce débat des questions qui ne sont pas en rapport direct avec les travaux de la
Commission.
L'Australie reste engagée à trouver des solutions efficaces pour éliminer la pêche IUU
et reste convaincue que le C-VMS est un outil puissant et peu coûteux. Tout en étant
déçue que cette initiative ne soit pas adoptée lors de la présente réunion, elle
continuera à œuvrer en coopérant avec tous les Membres pendant la période
d'intersession pour résoudre les différends entres les parties afin d'atteindre ce but à la
réunion de l'année prochaine. Elle exhorte tous les Membres de bonne foi à adopter le
consensus à l'égard de cette initiative importante."
63
10.20 L'Argentine, qui a elle- même également offert de participer au E-SDC, remercie la
Commission de sa proposition. Elle remercie les Etats-Unis d'avoir proposé que la
Commission fasse un essai de C-VMS qui, avec le E-SDC (une autre initiative des Etats-Unis
à laquelle l'Argentine souhaite participer), devrait certainement contribuer à la réduction de la
pêche IUU. Elle note que l'application de la proposition américaine devrait être élargie pour
tenir compte des opinions discordantes et elle exprime son désir de participer à ce processus.
10.21 Dans le contexte de la proposition de C-VMS, l'Argentine déclare que la résolution
exhaustive de cette question n'est possible que si toutes les Parties en jeu acceptent un
compromis et , à cet effet, le différend entre elle- même et le Royaume-Uni sur l'application et
l'interprétation de la Convention et de la déclaration du président du 19 mai 1980, dans le
contexte, en fait, de l'Article XXV de la Convention, ainsi que la résolution définitive de la
question de souveraineté entre les deux pays à l'égard des îles Malouines, de la Géorgie du
Sud, des îles Sandwich du Sud et des zones marines adjacentes faciliteront certainement
l'atteinte des objectifs de la Convention.
10.22 En réponse à la déclaration faite par l'Argentine dans le contexte du C-VMS proposé, à
l'égard du différend conc ernant des questions de souveraineté qui oppose l'Argentine et le
Royaume-Uni, ce dernier estime que l'Article IV de la Convention et la déclaration du
président du 19 mai 1980 protègent adéquatement les positions respectives des deux pays. Il
ajoute qu'à son avis, la dispute quant à la souveraineté ne constitue nullement un obstacle à
l'atteinte des objectifs de la Convention, comme le sous-entend l'Argentine, ni même un
obstacle à l'adoption d'un C-VMS par la Commission.
10.23 En rappelant sa position lé gale bien connue, l'Argentine fait remarquer qu'elle ne
partage pas l'opinion du Royaume-Uni et réitère sa déclaration.
Questions générales de pêche
Déclaration des données
10.24 La Commission envisage deux solutions pour réduire les délais de déclaration des
captures effectuées dans le cadre de la pêche exploratoire de Dissostichus spp. effectuées dans
les unités de recherche à petite échelle (SSRU) afin d'améliorer la surveillance et la prévision
des dates de fermeture. La première, un système de déclaration journalière de la capture et de
l'effort de pêche proposé par la Nouvelle-Zélande pour la pêcherie de la sous-zone 88.1
(CCAMLR-XXII/55), a été examinée par le SCIC (annexe 5, paragraphe 3.55). La seconde
consiste à réviser l'intervalle de la période de déclaration dans le système de déclaration de la
capture et de l'effort de pêche par période de cinq jours (mesure de conservation 23-01).
10.25 La Commission accepte la deuxième solution et réduit le délai de déclaration de cinq à
deux jours ouvrables à compter de la fin de la période de déclaration, à l'égard des pêcheries
exploratoires. La mesure est révisée et adoptée en tant que mesure de conservation 23-01
(2003).
64
Recherche et expérimentation
10.26 La Commission, sur l'avis du Comité scientifique (paragraphes 4.72 et 4.73), convient
d'ajouter C. gunnari à l'annexe B de la mesure de conservation 24-01 (Application des
mesures de conservation à la recherche scientifique). La limite pour cette espèce est fixée à
50 tonnes. La mesure révisée est adoptée en tant que mesure de conservation 24-01 (2003).
10.27 La Commission rappelle l'avis du Comité scientifique à l'égard des demandes relatives
à la pose des palangres de jour dans les divisions 58.4.1, 58.4.3a et 58.4.3b
(SC-CAMLR-XXI, paragraphe 5.38). La Commission accepte d'inclure ces divisions dans la
mesure de conservation 24-02 (Essais expérimentaux de lestage). En examinant cette
révision, la Commission décide d'inclure également la division 58.5.2 dans laquelle la pêche à
la palangre est autorisée depuis peu. La mesure révisée est adoptée en tant que mesure de
conservation 24-02 (2003).
Réduction de la mortalité accidentelle
10.28 La Commission, s'alignant sur l'avis du Comité scientifique (paragraphes 5.9 et 5.25),
consent à réviser les mesures de conservation 25-02 (Réduction de la mortalité accidentelle
des oiseaux de mer dans les activités de pêche à la palangre, expérimentale ou non, menées
dans la zone de la Convention) et 25-03 (Réduction de la mortalité accidentelle des oiseaux et
des mammifères marins dans les opérations de pêche au chalut menées dans la zone de la
Convention).
10.29 Les mesures révisées sont adoptées en tant que mesures de conservation 25-02 (2003)
et 25-03 (2003).
Saisons de pêche, zones fermées et interdiction de pêche
10.30 Conformément à l'Article IX de la Convention, la Commission adopte la mesure de
conservation 32-09 (2003) interdisant la pêche dirigée sur Dissostichus spp. à moins de
mesures de conservation l'autorisant spécifiquement pendant la saison 2003/04. Cette
interdiction s'applique à la sous- zone 48.5.
10.31 Les autres sous- zones et divisions dans lesquelles la pêche dirigée sur
Dissostichus spp. était interdite pendant la saison 2002/03 et les saisons précédentes sont
maintenant couvertes par d'autres mesures en vigueur (voir les "Nouvelles mesures de
conservation").
10.32 Compte tenu de cette approche qui interdit la pêche dirigée à moins de mesures de
conservation spécifiques, et de l'obligation de notifier les pêcheries nouvelles et exploratoires
avant de les mettre en œuvre, l'Australie suggère à la Commission d'examiner lors de la
prochaine réunion comment cette approche pourrait être appliquée, d'une manière générale,
aux pêcheries spécifiées.
65
Résolutions révisées
10.33 Sur l'avis du SCIC (annexe 5, paragraphe 3.54), la Commission révise la
résolution 15/XIX sur l'utilisation de ports qui ne mettent pas en œuvre le SDC. En
conséquence, la résolution révisée est adoptée en tant que résolution 15/XXII.
10.34 L'Australie tient à ce que la Commission prenne note du fait qu'à l'heure actuelle, ses
navires détenteurs de permis de pêche de Dissostichus spp. débarquent leurs captures à Port
Louis (Maurice). Ces débarquements sont surveillés et validés tant pour le quota que pour le
SDC par des agents de pêche du gouvernement australien.
10.35 L'Australie avise la Commission que, pendant la période d'intersession, elle s'attachera
avec Maurice en toute priorité à faire appliquer pleinement le SDC prochainement sur l'île.
Elle indique qu'elle fera part de ses progrès l'année prochaine à la Commission.
Nouvelles mesures de conservation
Questions générales de pêche
Recherche et expérimentation
10.36 La Commission rappelle l'avis du Comité scientifique sur les essais expérimentaux de
lignes auto-plombées dans les sous- zones 88.1 et 88.2 pendant la saison 2003/04
(paragraphe 5.10). En conséquence, la Commission adopte la mesure de conservation 24-03
(2003).
Saisons de pêche, zones fermées et interdiction de pêche
10.37 La Commission rappelle que le Comité scientifique a formulé des avis sur la fermeture
de la division 58.5.1, en dehors de la ZEE française, à la pêche dirigée de D. eleginoides
(SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.83). Le Comité scientifique a par ailleurs avisé que la
sous- zone 88.3 resterait fermée à la pêche tant que l'on n'aura pas acquis d'avantage
d'expérience dans la gestion des pêcheries exploratoires (SC-CAMLR-XX,
paragraphe 5.100).
10.38 De plus, la Commission convient également que les Membres devraient suivre les
procédures prévues par la mesure de conservation 24-01 s'ils souhaitent mener des opérations
de pêche exploratoire dans des sous- zones ou divisions actuellement fermées en vertu de
mesures de conservation (paragraphe 9.12).
10.39 En conséquence, la Commission adopte quatre nouvelles mesures interdisant la pêche
dirigée de Dissostichus spp. dans :
• la division 58.5.1 en dehors des secteurs de juridiction nationale – mesure de
conservation 32-13 (2003);
66
• la division 58.5.2 à l'est de 79°20'E et en dehors de la ZEE à l'ouest de 79°20'E –
mesure de conservation 32-14 (2003);
• la sous-zone 88.2 au nord de 65°S – mesure de conservation 32-15 (2003);
• la sous-zone 88.3 – mesure de conservation 32-16 (2003).
10.40 Dans chacune de ces régions, l'interdiction restera en vigueur jusqu'à ce qu'une
campagne d'évaluation du stock de Dissostichus spp. soit effectuée, que ses résultats soient
déclarés et analysés par le WG-FSA et que la Commission, sur l'avis du Comité scientifique,
décide de rouvrir la pêcherie.
10.41 Sur l'avis du Comité scientifique, la Commission accepte que la pêcherie de
E. carlsbergi de la sous- zone 48.3 a été abandonnée.
En adoptant la mesure de
conservation 32-17 (2003), la Commission s'est accordée pour interdire la pêche dirigée sur
cette espèce dans cette sous- zone tant que de nouvelles recherches n'auront pas été menées et
que la Commission, sur la base de l'avis du Comité scientifique, n'aura pas rouvert la
pêcherie.
Limites des captures accessoires
10.42 La limite de capture accessoire de Macrourus spp. dans la division 58.5.2 est révisée
pour passer à 360 tonnes pendant la saison 2003/04 (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.150).
En conséquence, la Commission adopte la mesure de conservation 33-02 (2003).
10.43 Les limites et les dispositions relatives à la capture accessoire dans les pêcheries
nouvelles et exploratoires sont également révisées. La Commission décide de conserver les
règles en vigueur en ce qui concerne les limites applicables aux espèces des captures
accessoires, telles qu'elles sont fixées par l'annexe A de la mesure de conservation 33-03;
cependant, elle révise l'application de ces règles aux SSRU. Il est convenu que ces règles
devraient s'appliquer à l'établissement des limites de capture sur toute la zone d'opération de
chaque pêcherie. Ces limites de capture sont définies dans l'annexe 33-03/A. De plus, la
Commission décide que, dans le cadre même de ces limites de capture, la capture totale des
espèces des captures accessoires, dans chaque SSRU, ne dépassera pas les limites suivantes :
• raies – 5% de la limite de capture de Dissostichus spp. ou 50 tonnes, selon la valeur
la plus élevée;
• Macrourus spp. – 16% de la limite de capture de Dissostichus spp. ou 20 tonnes,
selon la valeur la plus élevée;
• TOUTES les autres espèces combinées – 20 tonnes.
En conséquence, la Commission adopte la mesure de conservation 33-03 (2003).
67
Légine
10.44 La Commission prend note de l'avis du Comité scientifique sur les mesures générales
relatives aux pêcheries exploratoires de Dissostichus spp. qui seront mises en œuvr e en
2003/04 et sur les progrès réalisés à l'égard des méthodes d'évaluation (section 9). Elle
convient d'apporter les révisions suivantes aux mesures générales actuelles :
• suppression des limites de capture dans les rectangles à échelle précise;
• introduction des déclarations au niveau des SSRU;
• suppression des contraintes relatives à la vitesse d'immersion des palangres;
• révision des limites des SSRU et introduction de nouvelles SSRU;
• établissement d'une limite de capture de 100 tonnes de Dissostichus spp. dans les
SSRU pour lesquelles il n'a pas été spécifiquement défini de limite, à l'exception de
la sous-zone 88.2;
• mise en place d'un programme de marquage.
10.45 En présentant le programme de marquage de la saison 2003/04, la Commission
indique que certains Membres pourraient avoir des difficultés à se procurer des marques dès
le début de la saison. Elle adresse ses remerciements à la délégation néo-zélandaise qui offre
de fournir des marques et de l'aide aux Membres menant des activités de pêche dans les souszones 88.1 et 88.2 cette saison.
10.46 La Commission adopte la mesure de conservation 41-01 (2003).
10.47 La Commission prend note des problèmes rencontrés par le Comité scientifique et le
WG-FSA lors de l'évaluation d'une limite de capture pour D. eleginoides dans la souszone 48.3 pendant la saison 2003/04 (paragraphes 4.44 à 4.50). Toutefois, elle se rallie à
l'avis du Comité scientifique préconisant une limite de capture de 4 420 tonnes pour cette
espèce. La Commission décide que toute capture de D. eleginoides effectuée dans d'autres
pêcheries de la sous- zone 48.3 seraient comptées dans cette limite de capture. En outre, elle
accepte d'appliquer de nouveau les limites fixées provisoirement pour la capture accessoire
des raies et de Macrourus spp. (CCAMLR-XX, paragraphe 9.41). En conséquence, la mesure
de conservation 41-02 (2003) est adoptée.
10.48 La Commission convient de limiter la pêche exploratoire de Dissostichus spp. de la
sous- zone 48.6 en 2003/04 aux navires utilisant des palangres et battant pavillon de l'Afrique
du Sud, de l'Argentine, de l'Espagne, du Japon, de la Namibie et de la Nouvelle-Zélande, à
condition qu'il n'y ait jamais plus d'un navire par pays menant des activités de pêche dans
cette sous- zone. La Commission décide également que la pose des palangres de jour serait
autorisée dans toute la sous-zone 48.6 sous réserve de l'application des mesures de
conservation 24-02 et 25-02 et d'une limite de capture accidentelle d'oiseaux de mer fixée à
68
trois (3) oiseaux par navire. En conséquence, la mesure de conservation 41-04 (2003) est
adoptée.
10.49 La Commission convient de limiter la pêche exploratoire de Dissostichus spp. dans la
division 58.4.2 en 2003/04 aux navires utilisant des palangres et battant pavillon de
l'Argentine, de l'Australie, des Etats-Unis, de la Russie et de l'Ukraine. Elle décide également
que la pose des palangres de jour serait autorisée dans cette division sous réserve de
l'application des mesures de conservation 24-02 et 25-02 et d'une limite de capture
accidentelle d'oiseaux de mer fixée à trois (3) oiseaux par navire. La Commission prend note
de la discussion du Comité scientifique sur la manière dont les captures pourraient être
réparties cette année dans la pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la division 58.4.2
(SC-CAMLR-XXII, paragraphes 4.204 et 4.205). Elle note, de plus, que selon le président du
Comité scientifique, les membres de ce comité appuient davantage le paragraphe 4.204 que le
paragraphe 4.205. La Commission demande au Comité scientifique d'examiner de plus près
ces opinions lors de la réunion de 2004. En conséquence, la mesure de conservation 41-05
(2003) est adoptée.
10.50 La Commission convient de limiter la pêche exploratoire de Dissostichus spp. dans la
division 58.4.3a en 2003/04 aux navires utilisant des palangres et battant pavillon de
l'Argentine, de l'Australie, des Etats-Unis, de la Russie et de l'Ukraine, à condition qu'il n'y ait
jamais plus d'un navire par pays menant des activités de pêche dans cette division. La
Commission décide également que la pose des palangres de jour serait autorisée dans la
division 58.4.3a sous réserve de l'application des mesures de conservation 24-02 et 25-02 et
d'une limite de capture accidentelle d'oiseaux de mer fixée à trois (3) oiseaux par navire. En
conséquence, la mesure de conservation 41-06 (2003) est adoptée.
10.51 La Commission convient de limiter la pêche exploratoire de Dissostichus spp. dans la
division 58.4.3b en 2003/04 aux navires utilisant des palangres et battant pavillon de
l'Argentine, de l'Australie, des Etats-Unis, de la Russie et de l'Ukraine, à condition qu'il n'y ait
jamais plus d'un navire par pays menant des activités de pêche dans cette division. La
Commission décide également que la pose des palangres de jour serait autorisée dans la
division 58.4.3a sous réserve de l'application des mesures de conservation 24-02 et 25-02 et
d'une limite de capture accidentelle d'oiseaux de mer fixée à trois (3) oiseaux par navire. En
conséquence, la mesure de conservation 41-07 (2003) est adoptée.
10.52 La Commission approuve l'avis du Comité scientifique sur les pêcheries au chalut et à
la palangre de D. eleginoides de la division 58.5.2 pour la saison 2003/04 (paragraphe 4.53;
SC-CAMLR-XXII, paragraphe 4.89).
L'avis comportait une limite de capture de
2 873 tonnes applicable à l'ouest de 79°20'E. De plus, pour la pêcherie au chalut, la saison de
pêche est la période comprise entre le 1er décembre 2003 et le 30 novembre 2004, à moins que
la limite de capture ne soit atteinte plus tôt, et pour la pêcherie à la palangre, elle s'entend du
1er mai au 31 août 2004, à moins que la limite ne soit atteinte plus tôt. La saison de pêche à la
palangre pourra être prolongée jusqu'au 14 septembre 2004 pour tout navire qui aura
pleinement observé la mesure de conservation 25-02 pendant la saison 2002/03 (voir
(SC-CAMLR-XXII, annexe 5, tableau 6.7). En conséquence, la mesure de conservation
41-08 (2003) est adoptée.
69
10.53 La Commission convient que, pendant la saison 2003/04, la pêche exploratoire de
Dissostichus spp. dans la sous-zone 88.1 sera effectuée exclusivement à la palangre par des
navires battant pavillon argentin (2), britannique (1), coréen (2), espagnol (2), des Etats-Unis
(2), japonais (1), néo- zélandais (6), norvégien (1), russe (2), sud-africain (2), ukrainien (3) et
uruguayen (2).
10.54 La Commission prend note de l'avis du Comité scientifique sur l'établissement d'une
limite de capture pour l'ensemble de la pêcherie et de limites pour chacune des SSRU de la
sous- zone 88.1 (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 4.182 à 4.186 et tableau 6). Il est convenu
que la limite de capture de Dissostichus spp. serait fixée, pour la pêcherie exploratoire de la
sous- zone 88.1, à 3 250 tonnes. Pour déterminer cette limite, on a appliqué une réduction à la
limite fixée pour 2002/03. La limite de capture applicable aux SSRU est calculée au prorata
de la surface de fond marin et de l'effort de pêche qui, par le passé, a été déployé dans cette
pêcherie. Les SSRU dans lesquelles la limite de capture était inférieure à 50 tonnes ont été
fermées à la pêche et le solde de la limite de capture a été redistribué entre les autres SSRU.
10.55 De plus, la Commission convient que la pose de jour des palangres serait autorisée
dans la sous-zone 88.1, sous réserve de l'application des mesures de conservation 24-02
et 25-02 et d'une limite de capture accidentelle de trois (3) oiseaux de mer par navire. En
conséquence, la mesure de conservation 41-09 (2003) est adoptée.
10.56 La Commission convient que, pendant la saison 2003/04, la pêche exploratoire de
Dissostichus spp. dans la sous-zone 88.2 sera effectuée exclusivement à la palangre par des
navires battant pavillon argentin (2), coréen (2), néo-zélandais (6), norvégien (1), russe (2),
sud-africain (2) et ukrainien (3).
10.57 La Commission prend note de l'avis du Comité scientifique sur l'établissement de
limites de capture pour la pêcherie et chacune des SSRU (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 4.187 à 4.189). Il est convenu que la limite de capture de Dissostichus spp., dans
la sous-zone 88.2, serait de nouveau fixée à 375 tonnes au sud de 65°S. Il est de plus convenu
d'exempter la sous-zone 88.2 de la limite de capture générale de 100 tonnes par SSRU
(mesure de conservation 41-01) car la limite de capture dans cette sous-zone a été fixée avant
la limite généralisée. La Commission décide par ailleurs de fermer le secteur situé au nord de
65°S (voir mesure de conservation 32-15).
10.58 De plus, la Commission convient que la pose de jour des palangres serait autorisée
dans la sous-zone 88.2, sous réserve de l'application des mesures de conservation 24-02 et
25-02 et d'une limite de capture accidentelle de trois (3) oiseaux de mer par navire. En
conséquence, la mesure de conservation 41-10 (2003) est adoptée.
10.59 La Commission convient que, pendant la saison 2003/04, la pêche exploratoire de
Dissostichus spp. de la division 58.4.1 sera effectuée exclusivement à la palangre par des
navires battant pavillon de l'Argentine, de l'Australie et des Etats-Unis. Elle décide également
que la pose des palangres de jour serait autorisée dans cette division sous réserve de
l'application des mesures de conservation 24-02 et 25-02 et d'une limite de capture
accidentelle d'oiseaux de mer fixée à trois (3) oiseaux par navire. A l'égard de cette division,
la Commission rappelle que lors de CCAMLR-XIX, elle a accepté la recommandation du
70
Comité scientifique selon laquelle "tant qu'il n'aura pas obtenu davantage d'informations sur
les secteurs faisant actuellement l'objet d'une pêche de Dissostichus spp. dans le cadre de
régimes de pêche nouvelle ou exploratoire, et qu'il n'aura pas mieux cerné le fonctionnement
des SSRU, il ne sera pas question d'ouvrir la pêche de Dissostichus spp. dans des secteurs qui
n'ont jamais été exploités, ou de rouvrir des secteurs qui n'ont pas fait l'objet d'une pêche de
Dissostichus spp. ces dernières années" (CCAMLR-XIX, paragraphe 9.60). A cette fin, la
Commission décide de veiller à ce que l'ouverture éventuelle de pêcheries dans ces régions ne
soit autorisée que s'il est tenu compte de la nécessité d'une mise en place méthodique, si les
dispositions de la mesure de conservation 21-02 peuvent être respectées et si les données
acquises mènent à une évaluation. Elle note qu'il est essentiel de tenir compte des avis rendus
par le Comité scientifique au cours des années et qu'elle aura approuvés pour les pêcheries de
haute latitude, de l'évolution des approches concernant la sous- zone 88.1 et des difficultés
opérationnelles auxquelles doit faire face le secrétariat pour gérer les petites limites de
capture. Pour cette raison, elle approuve la mesure de conservation pour un an, avant de faire
revoir les données produites par ces activités par le Comité scientifique en 2004. En
conséquence, la mesure de conservation 41-11 (2003) est adoptée.
10.60 En adoptant les mesures relatives aux pêcheries exploratoires de 2003/04, la
Commission rappelle que certains Membres ont connu des difficultés à l'égard des conditions
de délivrance de licences, notamment en ce qui concerne les exemptions possibles aux
exigences de la pose de nuit. Pour être exempté, il a été convenu qu'un navire devrait
démontrer sa capacité à remplir les conditions des expériences de lestage prévues par la
mesure de conservation 24-02 avant que sa licence ne devienne valable et avant qu'il entre
dans la zone de la Convention. Toutes les mesures pertinentes ont été libellées à cet effet.
10.61 Afin que la délivrance de licences et le contrôle des navires soient conformes aux
mesures de conservation, la Commission convient qu'il est nécessaire de revoir la mesure de
conservation 24-02 pour garantir qu'elle s'aligne bien sur la mesure de conservation 10-02 à
l'égard de la mise en œuvre des pêcheries nouvelles et exploratoires.
10.62 En adoptant les mesures de conservation 41-05 et 41-11 concernant les pêcheries
exploratoires de Dissostichus spp. des divisions 58.4.1 et 58.4.2, la Commission décide que
ces mesures resteront en vigueur pendant un an et que les données tirées des activités de
pêche seront revues par le Comité scientifique en 2004.
10.63 La Commission se dit préoccupée du grand nombre de navires de pêche qui seraient
autorisés dans les pêcheries exploratoires pendant la saison 2003/04. Dans de nombreuses
pêcheries, ce nombre dépasse celui qui serait dicté par une expansion méthodique des
pêcheries. La Commission demande au Comité scientifique de lui adresser d'urgence des avis
sur le développement des pêcheries exploratoires pour que celui-ci garantisse la durabilité des
stocks de Dissostichus spp. et la collecte de données qui permettraient d'effectuer des
évaluations à long terme.
Poisson des glaces
10.64 La Commission note l'avis du Comité scientifique sur la pêcherie au chalut de
C. gunnari de la sous- zone 48.3 pour la saison 2003/04 (paragraphes 4.56 à 4.59). Le Comité
71
scientifique a produit deux limites de capture résultant de deux évaluations de la limite de
capture de précaution de cette espèce. La Commission, dans l'impossibilité de se prononcer
entre ces deux vale urs, adopte une valeur intermédiaire de 2 887 tonnes. Elle convient de
conserver les autres éléments de cette mesure, autorisant une pêche limitée pendant la période
de frai (du 1er mars au 31 mai), limitant le nombre total d'oiseaux de mer pouvant être
capturés par accident pendant la pêche et imposant des conditions de recherche fondée sur la
pêche pour la saison de frai. Pendant cette période, la limite de capture est fixée à 25% de la
limite annuelle. En conséquence, la mesure de conservation 42-01 (2003) est adoptée.
10.65 La Commission se rallie à l'avis du Comité scientifique sur la pêcherie au chalut de
C. gunnari du plateau de l'île Heard, dans la division 58.5.2, pendant la saison 2003/04
(paragraphe 4.61). Il y est préconisé de fixer la limite de capture de C. gunnari à 292 tonnes.
En conséquence, la mesure de conservation 42-02 (2003) est adoptée.
Autres poissons
10.66 La Commission s'accorde sur le fait que la pêcherie exploratoire de Macrourus spp. de
la division 58.4.3a, en 2003/04, ne serait ouverte qu'à un chalutier battant pavillon australien.
Elle se rallie à l'avis du Comité scientifique selon lequel la limite de capture de ces espèces
serait fixée à 26 tonnes et toute capture de Macrourus spp. dans d'autres pêcheries de la
division 58.4.3a serait comptée dans ladite limite de capture. En conséquence, la mesure de
conservation 43-02 (2003) est adoptée.
10.67 La Commission s'accorde sur le fait que la pêcherie exploratoire de Macrourus spp. de
la division 58.4.3b, en 2003/04, ne serait ouverte qu'à un chalutier battant pavillon australien.
Elle se rallie à l'avis du Comité scientifique selon lequel la limite de capture de ces espèces
serait fixée à 26 tonnes et toute capture de Macrourus spp. dans d'autres pêcheries de la
division 58.4.3b serait comptée dans ladite limite de capture. En conséquence, la mesure de
conservation 43-03 (2003) est adoptée.
10.68 La Commission note l'avis qu'avait donné le Comité scientifique (voir la mesure de
conservation 237/XX) sur la pêcherie au chalut de C. wilsoni, L. kempi, T. eulepidotus et
P. antarcticum dans la division 58.4.2. Elle convient d'une limite de capture totale de
précaution de 2 000 tonnes consistant en 1 000 tonnes de C. wilsoni et 500 tonnes pour
chacune des autres espèces. La Commission convient, de plus, que cette mesure sera en
vigueur pendant une année et que les données provenant des activités de pêche seront revues
par le Comité scientifique en 2004. En conséquence, la mesure de conservation 43-04 (2003)
est adoptée.
Crabes
10.69 La Commission accepte l'avis du Comité scientifique à l'égard de la pêcherie de crabes
de la sous-zone 48.3. En conséquence, les mesures de conservation 52-01 (2003) et 52-02
(2003) sont adoptées.
72
Calmar
10.70 La Commission convient que le régime de gestion actuel de la pêcherie exploratoire à
la turlutte de M. hyadesi de la sous- zone 48.3 devrait être maintenu en vigueur pendant la
saison 2003/04. En conséquence, la mesure de conservation 61-02 (2003) est adoptée.
Nouvelles résolutions
10.71 La Commission rappelle que la sécurité des navires de pêche opérant dans les hautes
latitudes reste préoccupante. Elle convient qu'il serait bon, tant pour améliorer la santé et la
sûreté de l'équipage et des observateurs scientifiques à bord et pour réduire le risque
d'accidents et de pollution dans ces latitudes, de préciser quelles seraient les spécifications
souhaitables. En conséquence, la Commission adopte la résolution 20/XXII sur les normes de
renforcement contre les glaces des navires de pêche opérant dans les pêcheries de hautes
latitudes de la zone de la Convention.
Questions d'ordre général
10.72 L'Australie tient à aviser la Commission que toute activité de pêche ou de recherche
halieutique dans les secteurs des divisions 58.4.3 et 58.5.2 qui forment la ZEE australienne
autour du territoire australien des îles Heard et McDonald requiert l'approbation préalable des
autorités australiennes. La ZEE australienne s'étend jusqu'à 200 milles nautiques du territoire.
L'Australie considère que toute pêche non autorisée dans ses eaux constitue une grave offense
qui met en jeu les efforts déployés pour garantir que la pêche ne se déroule que sur une base
écologique durable. Elle sollicite l'aide des autres membres de la CCAMLR et leur demande
de s'assurer que le urs ressortissants et leurs navires sont au courant des limites de la ZEE
australienne et de la nécessité d'obtenir une autorisation avant d'y pêcher. Elle applique des
contrôles rigoureux pour s'assurer que la pêche dans sa ZEE ne se déroule que sur une base
durable. Parmi ces contrôles, on note une limite du nombre de licences délivrées. A présent,
toutes les licences de pêche ont été délivrées et aucune autre concession n'est disponible pour
2003/04. La législation australienne prévoit de lourdes peines pour les pêcheurs illicites dans
la ZEE australienne, dont, entre autres, la confiscation immédiate des navires étrangers
menant de telles activités. Toute demande d'informations sur la pêche dans la ZEE
australienne doit être adressée en premier lieu à l'Australian Fisheries Management Authority.
GESTION DE LA PÊCHE ET CONSERVATION
DANS DES CONDITIONS D'INCERTITUDE
Plans de pêche
11.1 La Commission prend note des plans des pêcheries mis à jour, examinés par le Comité
scientifique et ses groupes de travail (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 7.1).
73
Dissostichus eleginoides – océan Indien
11.2 La Commission note que le Comité scientifique a débattu des résultats d'études
récentes qui indiquent que, dans l'océan Indien, il est probable que D. eleginoides forme une
métapopulation avec un échange d'individus entre les régions de plateau de l'est à l'ouest de
l'océan Indien et un transport de larves de l'ouest vers l'est (SC-CAMLR-XXII, annexe 5,
paragraphes 5.143, 7.6 et 7.7). Il est noté que le Comité scientifique partage l'opinion selon
laquelle cette métapopulation s'étend probablement sur l'ensemble de l'aire de répartition de
D. eleginoides dans l'océan Indien, de part et d'autre de la limite de la zone de la Convention
de la CCAMLR (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 7.11 à 7.13). Il a, par ailleurs, été noté
durant l'adoption du rapport du Comité scientifique que les scientifiques de plusieurs États
membres n'avaient pu s'entendre sur l'acception du terme "stock chevauchant" qui, dans ledit
rapport (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 7.11 ii), décrit cette structure de métapopulation et
que d'autres travaux seraient nécessaires avant que puissent être tirées des conclusions sur
cette structure (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 7.14).
11.3 La Commission rappelle que l'usage actuel visant à fixer des limites de capture repose
sur l'hypothèse que les stocks de D. eleginoides dans la zone de la Convention sont des stocks
distincts. Si, à l'avenir, la Commission décidait de traiter les stocks de légine de l'océan
Indien en tant que métapopulation, elle devrait alors tenir compte de ce fait en fixant ses
limites de capture et devrait le faire de sorte que les stocks soient durables sur tout l'intervalle
de répartition de la métapopulation. Dans l'océan Indien, cet intervalle pourrait comprendre
des secteurs situés dans les ZEE et des secteurs de haute mer dans la zone de la Convention
ou en dehors de celle-ci.
DONNÉES : ACCÈS ET SÉCURITÉ
Projet de règles d'accès et d'utilisation des données de la CCAMLR
12.1 La Commission prend note du projet de règles d'accès et d'utilisation des données de la
CCAMLR (CCAMLR-XXII/8, Rév. 1) qui a été préparé par le secrétariat en suivant les
directives établies l'année dernière (CCAMLR-XXI, paragraphe 4.69). Le projet de règles a
été discuté par le Comité scientifique, le WG-EMM et le WG-FSA (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 12.12 à 12.17).
12.2 La Commission note que le projet de règles a été distribué aux Membres (COMM
CIRC 03/55) et élaboré grâce à leurs commentaires. La Nouvelle-Zélande a fourni des
commentaires que le Comité scientifique a examinés (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 12.16).
12.3 Dans ce contexte, il est noté que le Comité scientifique estime que la question des jeux
de données qui seront considérés comme "appartenant en permanence au domaine public" est
traitée comme elle le devrait au paragraphe 8 du projet de série de règles.
12.4 Sur l'avis du Comité scientifique (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 12.14), la Commission
estime que le paragraphe 5 du projet de règles a besoin d'être clarifié par rapport aux types de
données concernées. La nouvelle formulation qui a été convenue est la suivante :
74
"5.
L'inclusion de données détenues dans le Centre des données de la CCAMLR
ou dans toute publication, en dehors de la CCAMLR, constitue un passage dans le
domaine public."
12.5 Il est également convenu que le paragraphe décrivant la limitation de responsabilité
sur la page de couverture de tous les documents de travail (paragraphe 11 du projet du jeu de
règles) devrait donner des indications sur la distribution des documents à toutes les personnes
qui ne sont pas directement concernées par les réunions de la CCAMLR, y compris celles des
réunions des groupes de travail. En conséquence, ce paragraphe est libellé comme suit :
"Ce document soumis pour examen à la CCAMLR peut contenir des données,
analyses et/ou conclusions non publiées susceptibles d'être modifiées. Ces données ne
seront ni citées ni utilisées pour des besoins autres que ceux des travaux effectués par
la Commission, le Comité scientifique ou leurs orga nes auxiliaires, sans l'autorisation
préalable des auteurs et/ou propriétaires de ces données".
12.6 Finalement, la Commission charge le secrétariat de produire un organigramme
illustrant le processus de demande, d'accès et de réception des données.
Procédures pour le traitement et la sécurité des données
12.7 La Commission note que le secrétariat a revu ses procédures de traitement et de
sécurité des données et a tenu compte des besoins futurs pour maintenir la sécurité des
données lorsqu'elles sont communiquées en dehors du secrétariat (CCAMLR-XXII/13).
12.8 La Commission note de plus que conformément au Règlement du personnel, le
secrétariat fait appliquer à tout son personnel les dispositions spécifiques de confidentialité à
l'égard des informations (CCAMLR-XXII/BG/15).
12 9 La Commission note que les données de la CCAMLR sont détenues en toute sécurité
dans la base des données du secrétariat. Ce système est maintenu régulièrement pour assurer
l'efficacité du fonctionnement des bases de données et veiller à ce que les mesures relatives à
la sécurité des données, sauvegardes comprises, répondent bien aux spécifications. Un apport
stratégique est fourni pour garantir que la maintenance des données est conforme à la
meilleure pratique en cours et aux normes de l'industrie. Le maintien de la sécurité des
données de la CCAMLR nécessite, et continuera de nécessiter, un financement adéquat dans
le budget annuel du secrétariat.
12.10 La Commission note l'avis du Comité scientifique (SC-CAMLR-XXII,
paragraphe 12.20) selon lequel, pour les organisateurs des réunions, la nécessité s'impose
d'assurer en permanence la sécurité des données de la CCAMLR et d'autres informations
détenues dans des réseaux autres que ceux du secrétariat. Ces réseaux doivent être sécurisés,
protégés par un pare- feu, à l'abri des virus, et doivent assurer chaque jour la sauvegarde des
fichiers. La responsabilité de ces dispositions de sûreté incombe aux organisateurs locaux des
réunions.
75
12.11 Pour finir, la Commission prend note de l'avis du Comité scientifique selon lequel la
question de la confidentialité des données s'applique concerne également les membres des
groupes de travail participant aux réunions pendant lesquelles les données de la CCAMLR
sont analysées (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 12.16 iii)). Cette question n'a pas encore été
suffisamment examinée. Pour cette raison, le Comité scientifique a convenu que de nouvelles
mesures devraient être prises pour que tous les participants des groupes de travail soient tenus
de respecter les règles de confidentialité des données de la CCAMLR. La Commission
confirme que tous les participants aux réunions approuvées par la CCAMLR devraient être
officiellement nommés par les Membres ou invités par la Commission ou le Comité
scientifique. La Commission, sur l'avis du Comité scientifique (SC-CAMLR-XXII,
paragraphe 12.16 iii)), reconnaît que des conflits d'intérêt peuvent survenir lorsque des
représentants de groupes ayant des intérêts commerciaux (par ex., l'industrie de pêche)
participent aux réunions.
COOPÉRATION AVEC D'AUTRES ÉLÉMENTS
DU SYSTÈME DU TRAITÉ SUR L'ANTARCTIQUE
Vingt-sixième réunion des Parties consultatives
au Traité sur l'Antarctique
13.1 Le secrétaire exécutif fait le compte rendu de sa participation à la XXVI e RCTA
(CCAMLR-XXII/BG/5, CCAMLR-XXII/BG/14). Conformément à l'article 9 du Traité sur
l'Antarctique, un rapport sur les activités menées par la CCAMLR en 2002/03 a été présenté.
13.2 Les principaux points d'intérêt pour CCAMLR-XXII abordés lors de la XXVI e RCTA
concernent :
76
i)
la Décision 2, qui reconnaît le rôle du secrétariat de la CCAMLR qui, au nom
des Parties consultatives, offre son aide en ouvrant un compte temporaire porteur
d'intérêts pour le dépôt des contributions volontaires versées en vue de
l'établissement du secrétariat de la RCTA;
ii)
la Résolution 2 en soutien à la RCTA sur l'Année polaire internationale
2007/2008;
iii)
la Résolution 4 en soutien à la conservation des albatros et des pétrels, qui
encourage vivement les Parties au Traité sur l'Antarctique, en particulier, à
ratifier l'ACAP;
iv)
la Mesure 2 sur les "plans de gestion pour les zones spécialement protégées",
renfermant des plans de gestion révisés pour les zones protégées, notamment
celles comportant des zones marines approuvées par la CCAMLR;
v)
de nouveaux travaux envisagés par le CPE sur la révision de l'annexe II au
Protocole relatif à l'environnement, notamment une proposition de révision de
son ancien titre, "Conservation de la faune et de la flore de l'Antarctique" pour le
remplacer par "Conservation des organismes vivants de l'Antarctique";
vi)
des travaux du CPE sur les espèces spécialement protégées, notamment la mise
en place de procédures et de directives pour la désignation d'espèces nécessitant
l'assistance de la CCAMLR dans les mêmes conditions que celles établies en
vertu de l'annexe V du Protocole relatif à l'environnement;
vii)
l'établissement par le CPE d'un groupe d'intersession qui sera chargé d'envisager
la rédaction du Rapport sur l'état de l'environnement en Antarctique (SAER)
viii) la question de la prospection biologique en Antarctique.
13.3 Le président du Comité scientifique présente un compte rendu de sa participation à la
VIe CPE, réunion à laquelle fait déjà mention le rapport du Comité scientifique
(SC-CAMLR-XXII, paragraphes 9.2 et 9.3).
13.4 Le président du Comité scientifique note qu'en plus du rapport du secrétaire exécutif, il
souhaite faire remarquer deux points :
i)
Le CPE a de nouveau abordé la question de l'établissement des "Espèces
spécialement protégées" et a décidé d'entamer les premières démarches pour
obtenir, entre autres, l'accord de la CCAMLR. Toutefois, le CPE n'a pas encore
convenu des procédures à suivre. La CCAMLR ne doit pas perdre de vue ce
développement.
ii)
Le Groupe de contact d'intersessio n du CPE (ou ICG pour International Contact
Group, en anglais) sur l'état de l'environnement en Antarctique a été chargé de
poursuivre ses travaux, notamment à l'égard du développement d'un projet pilote
sur la sélection des indicateurs de l'impact anthropique. Le président du Comité
scientifique a été invité à prendre part aux travaux de ce groupe. En
conséquence, le Comité scientifique a approuvé cette participation.
13.5 Lors de la discussion des deux rapports, le Royaume-Uni note que le rapport du
secrétaire exécutif a laissé une impression favorable à la XXVIe RCTA. La contribution du
secrétaire exécutif de la CCAMLR et du chargé de l'administration et des finances a été
particulièrement appréciée en ce qui concerne les questions financières et opérationnelles
liées à l'établissement du secrétariat du Traité sur l'Antarctique à Buenos Aires. Se référant à
la procédure convenue par la RCTA pour la désignation des zones protégées comprenant des
éléments marins, laquelle doit au préalable être examinée par la CCAMLR, le Royaume-Uni
estime qu'il conviendrait de fonder sur les mêmes principes la procédure de désignation des
espèces spécialement protégées.
13.6 Anthony Press (Australie), président du CPE et observateur du CPE auprès du
SC-CAMLR, fait remarquer le haut degré de coopération qui se développe entre le CPE et le
Comité scientifique de la CCAMLR. Il se félicite de la contribution de ce dernier aux débats
77
du CPE et prend note des commentaires du Royaume-Uni sur l'élaboration de règles de
procédure applicables à la désignation des espèces spécialement protégées qui s'aligneraient
sur celles adoptées pour les ZSPA et les ZSGA comprenant des éléments marins.
13.7 La Norvège, s'associant aux commentaires du Royaume-Uni, met l'accent sur la
contribution du secrétaire exécutif et du chargé de l'administration et des finances à
l'établissement d'un secrétariat permanent du Traité sur l'Antarctique. Elle appuie, en outre, la
participation du président du Comité scientifique à l'ICG sur l'état de l'environnement en
Antarctique. A l'égard de la prospection biologique, la Norvège note qu'elle mettrait en jeu
des questions politiques et diplomatiques complexes. La CCAMLR devrait garder à l'esprit le
fait que 2007/08 sera l'Année polaire internationale et qu'elle pourrait porter cette question à
l'ordre du jour de ses prochaines réunions. Elle attire également l'attention de la Commission
sur le fait que la CCAMLR se doit de prendre part au projet d'établissement d'un code de
navigation dans les eaux antarctiq ues de la RCTA et l'OMI. Elle avise la Commission qu'une
réunion de spécialistes du Tourisme se tiendra en Norvège du 22 au 26 mars 2004.
13.8 Soutenant les opinions exprimées ci-dessus, l'Espagne met plus particulièrement en
relief la résolution de la RC TA en soutien à l'ACAP. Du fait qu'elle a récemment ratifié
l'ACAP, il ne manque plus que la ratification d'un pays à cet accord pour qu'il entre en
vigueur. Elle incite vivement les Membres qui ont signé l'accord sans toutefois l'avoir ratifié
de s'y prêter au plus tôt.
13.9 La délégation sud-africaine est heureuse d'annoncer que son pays sera le cinquième à
ratifier l'ACAP le 6 novembre 2003. L'Accord entrera donc en vigueur trois mois après cette
date.
13.10 La Commission se félicite des déclarations de l'Espagne et de l'Afrique du Sud.
13.11 La Nouvelle-Zélande partage les opinions des derniers intervenants sur la participation
de la CCAMLR à l'établissement du secrétariat de la RCTA, sur la désignation des ZSGA et
des ZSPA comprenant des éléments marins et sur la demande de ratification de l'ACAP, tout
en insistant sur l'importance de la coopération entre la CCAMLR et la RCTA vis-à-vis du
rapport sur l'état de l'environnement en Antarctique.
13.12 La Suède se réfère aux interventions qu'elle a faites l'année dernière (CCAMLR-XXI,
paragraphes 13.7 à 13.11), soutient les commentaires de la Norvège et se dit grandement
satisfaite de la coopération croissante entre la CCAMLR, la RCTA et le CPE.
13.13 L'Argentine remercie le secrétariat de la CCAMLR pour son soutien et sa
collaboration à l'établissement du secrétariat du traité sur l'Antarctique à Buenos Aires. Elle
exprime également sa reconnaissance à l'Australie pour l'aide et l'appui qu'elle a fournis en
faisant part de son expérience en qualité de pays-hôte de la CCAMLR. A l'égard de la
procédure de désignation des espèces spécialement protégées, elle indique que la disposition
d'accord préalable de la CCAMLR ne sera pas applicable en raison d'un certain nombre de
raisons politiques, tenant compte des objectifs de la CCAMLR et de la liste de ses membres.
78
13.14 L'Afrique du Sud remercie l'Espagne de son accueil et de son hospitalité en soutien à
la XXVIe RCTA. Elle informe la Commission que la XXVIIe RCTA se tiendra au Cap en
Afrique du Sud du 24 mai au 4 juin 2004. Le site Web du secrétariat du Traité sur
l'Antarctique sera mis à jour pour inclure des informations sur le lieu de réunion et les autres
dispositions relatives à la XXVIIe réunion de la RCTA.
13.15 La Commission approuve la représentation de la CCAMLR à la XXVIIe RCTA. Le
secrétaire exécutif sera présent à la réunion des Parties consultatives et le président du Comité
scientifique assistera à la VIIe réunion du CPE.
Coopération avec le SCAR
13.16 L'observateur du SCAR/CCAMLR, Edith Fanta (Brésil), présente un récapitulatif des
activités entreprises par le SCAR pendant la période d'intersession (CCAMLR-XXII/BG/32),
et avise que des avis détaillés ont également été fournis au Comité scientifique
(SC-CAMLR-XXII/BG/32; SC-CAMLR-XXII, paragraphe 9.4).
13.17 E. Fanta déclare que la réorganisation du SCAR se poursuivra en 2004 avec la
XXVIIIe réunion du SCAR qui sera divisée en deux sessions; i) Semaine de la science à
Brême, en Allemagne, du 25 au 31 juillet 2004; et ii) Réunion des délégués à Bremerhaven,
en Allemagne, du 3 au 9 octobre 2004. E. Fanta note qu'une des propositions du plan de
réorganisation est d'établir des liens plus étroits entre le SCAR et d'autres organisations
comme la CCAMLR et précise que la CCAMLR et le SCAR pourraient béné ficier d'une
participation conjointe dans les campagnes d'évaluation, les expéditions scientifiques, la
recherche, les ateliers et les symposiums.
13.18 Pendant la période d'intersession, le SCAR a mené les activités suivantes qui ont un
intérêt particulier pour la CCAMLR :
i)
L'atelier du groupe scientifique permanent du SCAR sur les sciences de la vie
(LSSSG) sur la biologie évolutive des organismes antarctiques sur "l'adaptation
évolutive des organismes marins antarctiques" qui s'est tenu en décembre 2002.
Les résultats de l'atelier seront publiés dans Antarctic Science en 2004.
ii)
Trois groupes du programme scientifique sont actuellement en cours ("Ecologie
de la zone de la glace de mer" (EASIZ), "Otaries de la banquise antarctique"
(APIS) et "Biologie évolutive des organismes antarctiques" (EVOLANTA)) qui
partagent certains intérêts de la CCAMLR.
Les travaux scientifiques
d'EVOLANTA peuvent être intégrés aux travaux de recherche sur l'identité des
stocks effectués par les groupes de la CCAMLR.
iii)
Un atelier du groupe de planification du programme scientifique sur la biologie
évolutive en Antarctique s'est tenu à Cambridge (Royaume-Uni), en février 2003
pour définir les attributions d'un programme SCAR-LSSSG intégré sur
l'"Evolution et la biodiversité en Antarctique : réponses de la vie aux
changements", programme qui regroupe les programmes scientifiques existants.
79
iv)
Les groupes d'experts sur la biologie humaine, la biologie des phoques et des
oiseaux de mer et la médecine ont poursuivi leurs travaux pendant la période
d'intersession afin de fournir des avis scientifiques au Système du traité de
l'Antarctique sur les espèces spécialement protégées. Habituellement, les
groupes sur les phoques et les oiseaux transmettent des données et des
informations à la CCAMLR.
v)
Un atelier du groupe d'experts sur la biologie humaine et la médecine s'est tenu à
Plymouth (Royaume-Uni), en mai 2003 pour établir ses attributions. Cet atelier
a été suivi d'un symposium sur "la médecine extrême en Antarctique".
vi)
Le SCAR, qui a été représenté à la XXVIe RCTA à Madrid, en Espagne, en juin
2003, a apporté des commentaires sur plusieurs aspects scientifiques des
évaluations détaillées de l'environnement et sur les plans de gestion provisoires
des ZSPA. Ces travaux pourraient intéresser tout particulièrement le WG-EMM.
vii)
Un soutien financier a été accordé à cinq jeunes scientifiques choisis pour
entreprendre un projet de recherche dans un pays du SCAR en dehors de leur
propre pays. Ce soutien financier est conçu pour encourager les jeunes
scientifiques à mener des projets de recherche en Antarctique. Les jeunes
scientifiques des pays Membres de la CCAMLR qui sont aussi membres du
SCAR sont invités à poser leur candidature pour ces projets à l'avenir.
viii) La nouvelle proposition relative à la mise en place d'un réseau d'informations sur
la biodiversité marine ayant pour but de contribuer à la compilation, à la
dissémination et à l'intégration d'informations fondamentales sur la biodiversité
biologique marine antarctique à des fins scientifiques, de contrôle de la gestion
et de conservation. A l'avenir, la CCAMLR pourrait avoir recours à ce réseau
pour le contrôle et la gestion dans le cadre de l'approche de l'écosystème.
13.19 La Commission se félicite de ce rapport. Elle attire l'attention du SCAR sur l'avis
émis par le Comité scientifique à l'égard du développement de réseaux d'informations sur la
biodiversité marine (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 9.5).
COOPÉRATION AVEC D'AUTRES ORGANISATIONS INTERNATIONALES
Rapports des observateurs d'organisations internationales
Organisations intergouvernementales
CITES
14.1 L'observateur de la CITES (J. Armstrong) informe la Commission qu'il n'est pas
habituel, bien que cela ne soit pas sans précédent, que la CITES soit tenue d'entrer en contact
avec des organes de gestion régionaux, notamment lorsque les espèces réglementées par ces
organes ne sont pas inscrites aux annexes de la CITES et, par conséquent, ne sont pas
réglementées par sa Convention. La conférence des Parties à la CITES (CdP12) a adopté en
80
novembre 2002 la résolution 12.4 (voir CCAMLR-XXII/BG/19 présenté par le Chili) et les
décisions 12.57 à 12.59 (présentées en détail dans le document CCAMLR-XXII/9).
L'observateur de la CITES précise que ces "règles dites douces", à savoir, les résolutions et
les décisions qui sont adoptées aux réunions de la Convention, n'engagent pas les Parties à la
CITES, par contre, elles engagent le secrétariat de la CITES. En conséquence, le secrétariat
de la CITES estime que l'invitation de la CCAMLR à participer à sa XXIIe réunion donnera
l'occasion de forger des liens de coopération plus étroits entre la CITES et la CCAMLR.
14.2 Conformément à la résolution et aux décisions indiquées ci-dessus, les Parties à la
CITES engagées dans la capture légale et le commerce de légine sont tenues de suivre les
procédures du SDC de la CCAMLR. Elles sont également tenues de déclarer au secrétariat de
la CITES qu'elles ont appliqué ces procédures pour qu'il puisse en informer la CCAMLR. En
conséquence, l'observateur de la CITES fait part à la Commission des progrès réalisés en ce
sens.
14.3 En vertu de la résolution et des décisions adoptées lors la 12e CdP, le secrétariat de la
CITES a fait part à toutes les Parties à la CITES de sa collaboration avec la CCAMLR,
notamment concernant la mise en application du SDC par les Parties à la CITES. La
documentation relative au SDC a été placée sur le site Web de la CITES et les Parties ont été
priées de bien vouloir apporter leurs contributions sur l'utilisation de celle-ci. A ce jour, les
Parties à la CITES n'ont envoyé aucun commentaire. L'observateur de la CITES estime que,
même si cela indique que rien ne mérite d'être déclaré à ce stade, il rappelle toutefois que le
secrétariat est tout de même tenu de communiquer tous les résultats de cette interaction à la
13e Conférence des Parties en octobre 2004.
14.4 L'observateur de la CITES ajoute qu'il serait peut-être utile d'expliquer comment une
pression supplémentaire pourrait être exercée sur les Parties à la CITES pour que celles-ci
appliquent fermement la résolution et les décisions adoptées lors de la CdP12. Dans ce
contexte, toute Partie à la CITES est invitée à proposer toute espèce dont la survie pourrait
être compromise par une exploitation commerciale de manière à ce que cette espèce soit
inscrite à l'Annexe III de la CITES. Si ceci devait se produire, il ne serait plus nécessaire
d'obtenir une majorité de deux tiers pour prendre une décision sur cette inscription comme il
en serait le cas pour une proposition d'inscription à l'Annexe I ou II. En d'autres termes,
l'inscription d'une espèce à l'Annexe III de la CITES reste à la discrétion du pays concerné.
14.5 L'inscription à l'Annexe III de la CITES obligerait que toutes les Parties participant au
commerce d'espèces inscrites à délivrer des "certificats d'origine". Si ces certificats n'étaient
pas fournis, les pays importateurs de la CITES seraient en mesure d'interdire l'importation des
espèces inscrites et/ou ses produits. En ce qui concerne les espèces qui préoccupent tout
particulièrement la CCAMLR, en particulier, la légine, l'observateur de la CITES estime qu'il
serait opportun que la documentation relative au SDC devienne de fait un certificat d'origine.
Les conditions de la CITES seraient ainsi remplies et le SDC serait plus largement mis en
oeuvre.
14.6 Les Etats-Unis demandent des précisions sur ces points de vue dans le cadre de la
résolution 12.4 de la CITES.
81
14.7 En réponse, l'observateur de la CITES note que la question soulevée par les États-Unis
renvoie essentiellement à la condition selon laquelle les Parties à la CITES seraient tenues
d'utiliser le SDC de la CCAMLR. Il indique que, dans les paragraphes 14.4 et 14.5, son
intention n'était pas de déclarer que le secrétariat de la CITES encourageait la CCAMLR à
adopter l'approche de l'Annexe III. Il n'avait pour but que de décrire les mécanismes de la
Convention de la CITES dont les Parties à la CCAMLR devraient prendre conscience et
mieux comprendre. Il répète que si les résolutions et les décisions adoptées lors de la CdP12
n'engageaient pas les Parties à la CITES, elles engageaient toutefois le secrétariat de la
CITES. Par conséquent, et ainsi qu'il en a été instruit, le secrétariat de la CITES a tenté de
collaborer avec le secrétariat de la CCAMLR. Toutefois, il semblerait que la CCAMLR n'ait
pas encore autorisé son secrétariat à engager des discussions avec le secrétariat de la CITES.
Ceci devrait être résolu au cours de discussions à la présente réunion.
14.8 L'observateur de la CITES ajoute qu'à l'Annexe III, une condition pourrait être ajoutée
selon laquelle les Parties à la CITES seraient tenues d'utiliser le SDC de la CCAMLR; ainsi, il
n'y aurait pas de difficulté à déterminer à qui incomberait la responsabilité de la
réglementation de ces pêcheries. Le secrétariat de la CITES n'exerce aucune autorité dans le
cadre de cette réglementation. Toutefois, les Parties à la CITES, préoccupées par le problème
de conservation que risque de causer le commerce illicite de la légine, pourraient agir pour
que la CITES prête assistance à la CCAMLR par le biais d'une inscription à l'Annexe III qui
exigerait que les Parties à la CITES (dans le contexte de la Convention) utilisent cette
documentation. A présent, il est demandé aux Parties à la CITES d'utiliser le SDC, mais elles
ne sont liées par aucune obligation. A ce jour, aucune communication relative à l'application
du SDC par des Parties à la CITES n'a été fournie au secrétariat de cette organisation et, par
conséquent, celui-ci n'est pas en mesure de rendre compte de l'efficacité de la résolution 12 de
la CdP (paragraphe 14.3). L'observateur de la CITES ajoute que ceci ne devrait pas empêcher
une Partie à la CITES qui s'inquiéterait du commerce illicite de légine de demander que cette
espèce soit inscrite à l'annexe III de la CITES, ce qui exigerait que les Parties à la CITES
utilisent la documentation du SDC à la place d'un certificat d'origine (voir les
paragraphes 14.4 et 14.5)
14.9 Le Chili se réfère à la décision de la Commission concernant l'Article XXII de la
Convention sur la coopération avec la CITES prise lors de la XXIe réunion de la CCAMLR.
Il estime que la Résolution 12.4 de la CdP12 a été adoptée par les Parties à la CITES sans
objection et que par conséquent, la CITES a une obligation de l'appliquer. Bien que les deux
organisations suivent des concepts différents et aient des mécanismes différents concernant
l'application de leurs décisions, l'échange nécessaire d'informations entre elles pourrait être
établi. Le Chili fait également savoir qu'il n'est pas en mesure d'examiner les options relatives
à l'inscription de la légine aux annexes de la CITES.
14.10 La Suède se réfère à la Décision 12.57 de la CITES selon laquelle les Parties à la
CITES sont tenues de rendre compte avant la fin de 2003 de leur utilisation du SDC et des
conditions qu'elles auront mises en place pour vérifier les certificats de capture de
Dissostichus. Elle demande si cette décision a été rappelée aux Parties à la CITES et souhaite
savoir ce qui pourrait être fait pour accélérer ces démarches au cours des deux derniers mois
de 2003.
82
14.11 L'observateur de la CITES répond qu'un rappel concernant cette décision sera adressé
aux Parties à la CITES et que toute information reçue sera transmise à la CCAMLR.
14.12 L'ASOC remercie l'observateur de la CITES et réaffirme sa position selon laquelle le
meilleur moyen d'encourager la coopération entre la CCAMLR et la CITES serait d'inscrire la
légine à l'Annexe II de la CITES. Les Parties à la CITES comprenne nt actuellement tous les
Etats engagés dans le commerce de légine ou favorisant les transactions commerciales de
cette espèce. Par conséquent, quasiment toutes les Parties à la CITES engagées dans
l'exploitation, le débarquement ou le commerce de légine pourraient vérifier si le poisson
ayant fait l'objet des opérations commerciales transitant par leurs frontières a été capturé
conformément aux mesures de conservation de la CCAMLR.
14.13 Les États-Unis font remarquer que le SDC est une mesure qui a été mise en place dans
le cadre d'une série de mesures pour lutter contre la pêche IUU de légine dans la zone de la
Convention. Lors de la présente réunion, les Membres ont avancé deux propositions
importantes qui pourraient considérablement améliorer l'efficacité du SDC actuel. Ces
mesures ont pour objectif de convertir le SDC fonctionnant sur papier en un système
électronique sur le Web et d'adopter un C-VMS. Par conséquent, les Membres devraient être
encouragés à examiner ces propositions en vue de leur adoption. Si la Commission ne se
décide pas à agir vis-à-vis de ces propositions et si elle ne progresse pas, les demandes
d'intervention seront plutôt dirigées vers la CITES que vers la CCAMLR.
14.14 La Communauté européenne rappelle qu'il est important d'examiner l'organisation de
la coopération entre les secrétariats de la CCAMLR et de la CITES. Elle avise que la CdP13
se tiendra à Bangkok (Thaïlande) du 2 au 14 octobre 2004 et suggère que les Membres de la
CCAMLR entrent en communication au cours de la période d'intersession afin d'adopter une
position commune sur les différentes options de coopération avec la CITES, notamment sur la
possibilité d'inscription de la légine à l'Annexe III de la CITES.
14.15 En réponse aux commentaires de la Communauté européenne, l'observateur de la
CITES précise que toute proposition relative à l'inscription de la légine à cette annexe devra
être soumise à la CITES 150 jours avant la CdP13 (c'est-à-dire, le 5 mai 2004). Toute
proposition qui sera reçue sera communiquée à la FAO, aux autres ORGP et à la CCAMLR
pour commentaires.
14.16 La Norvège indique que, selon elle, le E-SDC et le C-VMS électroniques proposés
devraient consolider l'application du SDC. En réponse aux commentaires de la Communauté
européenne, elle fait remarquer que toute proposition relative à la coopération avec la CITES
devrait faire l'objet de discussions aux réunions de la CCAMLR plutôt que l'objet de
communications pendant la période d'intersession. En réponse au commentaire des ÉtatsUnis rappelant que tout Membre peut coopérer unilatéralement avec les organisations
internationales en sa qualité de Partie à la Convention, la Norvège répond qu'aucun Membre
ne devrait prendre de décision concernant la légine sans l'accord consensuel de la
Commission conformément à l'Article XXIII de la Convention.
14.17 Le secrétaire exécutif de la CCAMLR attire l'attention de la Commission sur le
document CCAMLR-XXII/9 qui fournit des informations sur la collaboration du secrétariat
83
de la CCAMLR avec la CITES depuis la CdP12. Ce document est invoqué en raison des
réponses faites aux COMM CIRC 03/32 et 03/39 concernant le projet de coopération avec la
CITES. Dans ce document, quatre questions sont soulevées et devront être examinées par la
Commission, à savoir, l'identification des procédures qui devront régir les liens de
coopération entre la CCAMLR et la CITES; le ciblage possible des Parties à la CITES
(notamment les Parties non-contractantes à la CCAMLR) en vue d'améliorer leurs
compétences dans l'application du SDC; les procédures des échanges d'informations entre la
CCAMLR et la CITES et toute autre considération relative à la formalisation des liens de
coopération entre la CCAMLR et la CITES.
14.18 En conclusion, le secrétaire exécutif indique que, selon l'interprétation du secrétariat,
dans l'attente d'une décision relative à la coopération formelle avec la CITES sur les questions
relatives à la Résolution 12.4, les échanges d'informations avec le secrétariat de la CITES
pourraient se poursuivre sur :
i)
diverses mesures prises par la CITES sur la mise en application du SDC par les
Parties à la CITES;
ii)
la mise en application du SDC et autres mesures de la CCAMLR ayant pour
objectif d'éliminer la pêche IUU dans la zone de la Convention;
iii)
la communication de toute autre question utile aux deux organisations en vue
d'améliorer leur coopération.
14.19 Aucune objection n'a été émise concernant ces démarches.
FAO
14.20 L'observateur de la FAO (R. Shotton) rend compte des activités de son organisation
relativement aux questions auxquelles doit faire face la CCAMLR actuellement
(CCAMLR-XXII/BG/30). Parmi elles, on note les négociations avec la CITES sur les critères
d'inscription sur ses listes et sur une future collaboration, les négociations pour la création
d'une commission des pêches pour le sud-ouest de l'océan Indien, le problème de la
surcapacité de la flottille, l'entrée en vigueur de l'Accord de la FAO pour le respect des
mesures internationales, les consultations des organes régionaux de pêche (ORP) post-COFI,
la plus grande utilisation du VMS et la prochaine Conférence "Deep Sea 2003" en
décembre 2003 en Nouvelle-Zélande.
UICN
14.21 L'observatrice de l'UICN (A. Willock) fait la déclaration suivante :
"L'UICN est heureuse de l'occasion qui lui est offerte d'assister à la vingt-deuxième
réunion de la Commission et de pouvoir faire une communication orale. Les travaux
84
de l'UICN englobent toute une variété de questions relatives à la conservation des
ressources mondiales vis-à-vis desquelles je souhaite attirer l'attention de la
Commission sur deux points. Le premier traite de l'état d'avancement dans le monde
des zones marines protégées et le second, des efforts déployés à l'échelle mondiale
pour prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche IUU.
La valeur des zo nes marines protégées comme outils puissants pour la préservation de
la biodiversité et les pêcheries durables a été soulignée dans de nombreux colloques
internationaux récemment, notamment lors du cinquième Congrès mondial sur les
parcs et du Sommet mondial sur le développement durable. Sur le plan pratique, une
première mesure, identifiée lors du Congrès mondial sur les parcs et élaborée dans le
cadre de la Stratégie sur dix ans destiné à promouvoir un système d'aires marines
protégées en haute mer, cons iste à identifier les zones marines qui devraient être
examinées en priorité et à établir des critères et des directives à l'égard d'un système
représentatif des zones marines protégées. C'est avec plaisir que je procurerai des
copies de cette stratégie aux délégués. L'année dernière, l'UICN a par ailleurs
organisé un Atelier d'experts sur les zones marines protégées de haute mer. Copie du
rapport récapitulatif et des actes complets de l'Atelier est consultable sur le site de
l'UICN.
L'UICN loue les efforts déployés à ce jour par les Membres pour établir des zones
marines protégées et se félicite de la recommandation du Comité scientifique de
prendre des mesures, par l'intermédiaire du sous- groupe consultatif sur les zones
protégées dans le but de revoir les travaux effectués récemment dans ce domaine et de
solliciter des avis sur l'application des zones marines protégées dans la zone de la
Convention. L'UICN offre son aide à la CCAMLR et à ses Membres à cet effet.
Sur la base de cette recommandation, l'UICN prie instamment la CCAMLR
d'envisager, conjointement avec le Comité pour la protection de l'environnement, le
SCAR, l'UICN et d'autres parties intéressées, de convoquer une réunion pour faire la
synthèse et évaluer les informations scientifiques pertinentes à l'identification des sites
auxquels la protection devrait être accordée en priorité et à la définition d'un réseau
approprié de zones marines protégées dans l'océan Austral. La réunion servirait par
ailleurs à déterminer, à cet effet, quels seront les besoins en recherche, et d'en établir la
priorité.
Une autre question soulignée par les spécialistes de la mer, lors du Congrès mondial
sur les parcs, est la multitude d'espèces uniques vivant sur certains sites
caractéristiques des eaux profondes, tels que des hauts- fonds et des coraux d'eaux
froides, et la vulnérabilité de ces espèces à la perturbation causée par les chalutages
sur les fonds marins. En 2002, l'assemblée générale des Nations Unies a adopté une
résolution demandant au système de l'ONU de "considérer d'urgence" les "risques
pour la biodiversité des hauts- fonds" et d'autres secteurs. En juin dernier, les
Consultations informelles de l'ONU sur les océans et le droit de la mer ont réitéré cette
demande en l'élaborant. Cette question a de nouveau été débattue en juillet, lors de la
réunion des Etats parties à l'Accord de l'ONU sur les stocks de poisson.
85
L'UICN demande à la CCAMLR, en sa qualité de leader mondial en matière de
conservation, de se prononcer en faveur d'une mesure de conserva tion instaurant un
moratoire sur les chalutages de fond sur les hauts- fonds et les récifs de corail d'eaux
froides dans la zone de la Convention, tant que des mesures ne seront pas en place
pour protéger spécifiquement ces secteurs.
Les efforts déployés pour mettre en place un réseau de zones marines protégées
représentatives, pour protéger les caractéristiques et les communautés d'eaux
profondes des effets de la pêche et, bien évidemment, pour protéger les stocks de
poisson visés par l'industrie licite, ne porteront pleinement leurs fruits que lorsque la
pêche IUU ne constituera plus une menace. La CCAMLR doit agir promptement pour
renforcer ses mesures de conservation et de gestion afin de garantir que la pêche IUU
ne continuera pas à ébranler le régime de la Commission en menaçant directement la
durabilité à long terme des stocks de légine dans la zone de la Convention ainsi que la
survie de plusieurs espèces d'oiseaux de mer.
L'UICN incite donc vivement la CCAMLR à adopter une approche de coopération
avec la CITES qui garantira que l'expertise des deux organisations sera utilisée d'une
manière qui tirera le mieux possible parti de la contribution de chacune pour lutter
contre la pêche IUU. Cette coopération devrait reposer sur la Résolution Conf. 12.4 et
les Décisions 12.57 à 12.59 de la CITES.
L'UICN demande par ailleurs à la Commission de se pencher sur les recommandations
contenues dans le document CCAMLR-XXII/BG/26 et de veiller à ce que le format de
présentation au public des données du Système de documentation des captures
permette une comparaison analytique avec les données commerciales internationales
disponibles."
14.22 Le Royaume-Uni, notant que la communication orale de l'UICN met en relief
plusieurs points clés, souligne qu'il importerait que les observateurs présentent leurs rapports
au début de la réunion pour que les informations qu'ils contiennent puissent être dûment
considérées. Il attire l'attention des Membres sur la question des Zones marines protégées, à
la lumière de la nouvelle stratégie sur 10 ans de l'UICN concernant la protection de
l'environnement qu'il conviendrait d'accorder aux zones de haute mer qui a été discutée lors
du Congrès mondial sur les parcs qui s'est tenu récemment en Afrique du Sud. Le RoyaumeUni estime qu'il s'agit ici d'une stratégie exhaustive méritant que les Membres de la CCAMLR
y prêtent attention. Il se félicite du fait que le sous-groupe consultatif du Comité scientifique
sur les zones protégées reverra cette question et les initiatives qui y sont rattachées afin de
résumer les progrès réalisés à l'intention de la CCAMLR (SC-CAMLR-XXII,
paragraphe 3.67).
CBI
14.23 L'observateur de la CBI auprès de la CCAMLR (Bo Fernholm), se référant à
CCAMLR-XXII/BG/3 et BG/9, attire l'attention des Membres sur les informations
nombreuses et intéressantes figurant dans le rapport du Comité scientifique sur la coopération
entre la CCAMLR et la CBI (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 9.6). Il déclare, de plus, qu'à
86
l'égard de la suggestion mentionnée dans SC-CAMLR-XXII/BG/9, la CCAMLR souhaiterait
peut-être établir une coopération plus officielle avec la CBI, bien que cette dernière ait décidé
d'établir un Comité sur la conservation, comité qui ne serait opérationnel qu'à la prochaine
réunion annuelle de la CBI. A ce stade, on ne peut donc que mentionner la volonté de la
CCAMLR de poursuivre sa coopération étroite avec la CBI.
Organisations non gouvernementales
ASOC
14.24 L'observateur de l'ASOC (M. Stevens) fait la déclaration suivante :
"Il y a à peine quelques mois, nous avons tous suivi – avec grand intérêt – la poursuite
mouvementée et l'arraisonnement du Viarsa I, navire de pêche battant pavillon
uruguayen. Cet événement suivait la poursuite non moins spectaculaire et coûteuse du
South Tome en 2002.
L'ASOC estime qu'il doit exister un moyen plus pratique et moins coûteux de limiter
la pêche illicite, non déclarée et non réglementée de légine. Le document
CCAMLR-XXII/BG/27 contient plusieurs propositions innovatrices et censées visant
à réduire la pêche illicite, non déclarée et non réglementée et à mener à une gestion de
précaution de l'écosystème marin de l'Antarctique.
Étant certain que vous avez tous déjà lu le document, je vais me contenter de vous
rappeler nos propositions les plus importantes.
i)
C-VMS – À l'heure actuelle, les Parties à la CCAMLR comptent sur les
Etats du pavillon pour contrôler et vérifier les données du VMS. Ce
système ne donne pas les résultats escomptés. Nous incitons vivement la
Commission à adopter un C-VMS qui fournisse les données de ce
système directement au secrétariat de la CCAMLR en temps réel et qui
en assure la stricte confidentialité.
ii)
Liste noire des navires – Nous incitons vivement la Commission à
adopter une liste des navires qui ont mené des activités de pêche en
contravention des mesures de conservation de la CCAMLR et contre
lesquels les Parties pourraient souhaiter imposer des sanctions. Sur cette
liste devraient figurer les navires battant pavillon tant des parties
contractantes que des parties non contractantes.
iii)
L'ASOC a compilé une liste rouge des navires qui ont compromis
l'efficacité des mesures de conservation de la CCAMLR. La COLTO –
que nous sommes heureux d'accueillir parmi les observateurs – a
également compilé un "Fichier des pirates". Il est temps que la
CCAMLR en fasse de même.
87
iv)
Krill – La deuxième génération de la pêcherie de krill est en plein essor.
A son taux de croissance actuel, la capture annuelle pourrait atteindre le
seuil limite de 620 000 tonnes d'ici cinq ou six ans. Les Parties prenant
part à la pêcherie doivent non seulement fournir des données de capture
détaillées, mais également des informations qui permettraient au
WG-EMM de prédire les tendances de cette pêcherie.
v)
Enfin, la CITES – Nous sommes heureux d'accueillir le représentant de
la CITES à Hobart et attendons avec impatience la discussion productive
sur la coopération entre cette organisation et la CCAMLR. La
Conférence des Parties à la CITES a adopté une résolution incitant les
Parties à participer au Système de documentation des captures de la
CCAMLR et à rendre compte de cette participation au secrétariat de la
CITES. Elle priait également le secrétariat de la CITES de communiquer
ces données avec la CCAMLR. Nous demandons instamment à la
Commission de passer une convention officielle avec la CITES pour
officialiser cette coopération et cette collaboration."
COLTO
14.25 L'observateur de la COLTO, en présentant le document "Fichier des pirates – le
nouveau visage de la pêche IUU de légine" explique à la Commission que la COLTO est une
organisation de l'industrie constituée de 29 compagnies spécialisées dans le commerce de la
légine, dans 10 États membres de la CCAMLR. Créée en mai 2003, la COLTO a pour
objectif de travailler avec les Membres de la CCAMLR et autres autorités pour éliminer la
pêche IUU de légine, afin de maintenir les stocks de légine, les populations d'oiseaux de mer
et les moyens d'existence des pêcheurs licites. La COLTO explique que l'organisation a été
mise sur pied pour contrecarrer la lenteur des gouvernements à prendre des mesures efficaces
contre la pêche IUU de légine.
14.26 La COLTO indique que l'organisation a déjà fourni une quantité importante
d'informations sur la pêche IUU aux autorités compétentes et qu'elle a souligné le problème
de la pêche IUU par le biais d'une campagne d'affichage d'un poster "Demande de
renseignements" et d'un site Web. Elle ajoute qu'en tant que groupe de l'industrie, elle est
particulièrement bien placée pour fournir des détails et des informations sur la pêche IUU aux
gouvernements qui n'y auraient probablement pas accès ou dont les agences mettraient trop
longtemps à les collecter.
14.27 La COLTO déclare que son organisation continuera à œuvrer avec les gouvernements,
l'industrie, les organisations non gouvernementales et tout autre partie afin d'éliminer la pêche
IUU de légine et de promouvoir une pêche durable effectuée d'une manière responsable sur le
plan de l'environnement. La COLTO décrit les difficultés rencontrées par le passé par
l'industrie de pêche à l'égard des organisations non gouvernementales qui font des
déclarations non corroborées et constate avec regret que cela empêche parfois les
gouvernements de prendre les questions soulevées plus sérieusement. La COLTO, pourtant,
vise à travailler d'une manière constructive avec de nombreuses organisations non
88
gouvernementales pour que toutes les parties en jeu soient traitées équitablement et avec
respect. La COLTO, du fait de ses gros intérêts dans la pêcherie de légine, est impatiente de
travailler avec la CCAMLR et de prendre part à ses prochaines réunions.
14.28 L'Uruguay fait la déclaration suivante :
"La délégation uruguayenne, invoquant la Règle 34 c) du Règlement intérieur de la
Commission, objecte au fait que le document soumis par la COLTO soit considéré
comme un document de la Commission. Bien qu'il soutienne les intentions exprimées
par le représentant de la COLTO, l'Uruguay rejette ledit document car il contient des
accusations irréfléchies et faites à la va- vite. Le document accuse des institutions
officielles et des représentants officiels de 12 Etats (pour la plupart Membres de la
CCAMLR) de complicité avec les activités d'armements de pêche illicite connus. À
une époque où la communauté internationale est particulièrement soucieuse du respect
des principes juridiques acceptés sur le plan international, il n'est pas acceptable
qu'une organisation qui n'est pas tenue par des instruments internationaux en vigueur
comme le sont les Etats susnommés accuse les institutions et les représentants officiels
de l'Uruguay et des 11 autres Etats (qui, comme cela est mentionné plus haut, sont,
pour la plupart, membres de la CCAMLR) d'être impliqués dans ces activités, sans
preuves valables et, de toute évidence, sans impartialité.
De plus, aucune accusation ne devrait être faite sans preuve valable et sans l'obligation
de la retirer si l'on ne dispose pas de preuves à l'appui."
14.29 La République populaire de Chine fait la déclaration suivante :
"Ma délégation est déçue de voir le document de la COLTO, à savoir le "Fichier des
pirates" distribué par le secrétariat hier encore.
La Chine note l'inquiétude que soulève la soumission tardive des documents qui ne
laisse plus assez de temps pour les examiner, comme cela est déjà mentionné dans
CCAMLR-XXII/5 Rév. 1, document sur les règles provisoires de soumission des
documents de réunion. La Chine partage cette préoccupation.
Nous comprenons que chaque observateur a le droit de soumettre des documents au
secrétariat, mais nous estimons que seules des informations vraies et dignes de
confiance peuvent aider au déroulement de la présente réunion. Les informations qui
ne reposent pas sur une base saine et solide ne peuvent être que trompeuses et
inacceptables.
Le document accuse la Chine et d'autres Parties contractantes de soutenir les activités
de pêche IUU. Il est estimé qu'un tel document porte atteinte à la crédibilité de la
Commission, ainsi qu'à celle de la Chine, pays responsable qui, de son plein gré, met
en œuvre le SDC depuis juillet 2001.
89
Les autorités de pêche de la Chine s'efforcent, par tous les moyens possibles et
pratiques, de coopérer avec la Commission dans la lutte contre les activités de pêche
IUU. La Chine ne délivre de document de réexportation qu'après avoir reçu
confirmation de la part du secrétariat de l'authenticité des CCD.
Nous rappelons notre engagement à renforcer la coopération avec la CCAMLR, mais
nous demandons également à la Commission de prendre les mesures qui s'imposent
vis-à-vis de ce document. Nous appuyons les interventions de l'Uruguay, du Chili et
de la Russie et d'autres Parties contractantes qui demandent à la Commission de ne pas
discuter de ce document et de ne pas le présenter.
Nous réitérons que les divers gouvernements ne devraient pas adresser d'autres
commentaires sur ce document."
14.30 Le Chili exprime sa reconnaissance aux organisations non gouvernementales qui
s'efforcent de coopérer avec la Commission pour éliminer la pêche illicite, non déclarée et
non réglementée. Il partage les opinions exprimées dans les déclarations qu'ont faites d'autres
délégations et, sans préjudice de la demande avancée par le délégué uruguayen de ne pas
examiner le document présenté par la COLTO, exprime sa préoccupation à l'égard d'une
section de ce document qui mentionne l'armement de pêche PESCA CISNE S.A. Le Chili
indique que le document de la COLTO mentionne que les propriétaires ou opérateurs de cet
armement de pêche qui est basé au Chili, font partie d'un syndicat de Galice et qu'ils
participent à des activités IUU. A cet égard, le Chili souligne que sa réglementation en
vigueur est stricte en vue d'assurer un lien authentique entre l'État du pavillon et les navires
qui y sont enregistrés. Le Chili déclare que PESCA CISNE S.A. est une entreprise soutenue
presque entièrement par des capitaux chiliens, ce qui, selon la législation de ce pays, en fait
une compagnie chilienne. PESCA CISNE S.A. est propriétaire de deux navires immatriculés
(Cisne Blanco et Cisne Verde), tous deux autorisés à pêcher dans la ZEE chilienne et dans la
sous- zone 48.3 de la CCAMLR. Le Chili insiste que ni l'un ni l'autre de ces navires n'a été
impliqué dans des activités IUU.
14.31 La République de Corée indique qu'elle est reconnaissante des efforts déployés par la
COLTO pour aider la CCAMLR à combattre la pêche IUU de légine. Elle comprend par
ailleurs qu'il est urgent d'éliminer toute forme de pêche IUU, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur
de la zone de la Convention. A cet égard, elle fait également remarquer que combattre la
pêche IUU est l'une des préoccupations nationales de la Corée tant dans les eaux nationales
que dans les pêcheries de haute mer. Toutefois, elle souhaite clarifier les informations citées
dans le document de la COLTO. Tout d'abord, le navire de pêche Golden Sun n'était pas sous
juridiction coréenne, ce qui rend inexactes les informations portées dans le document de la
COLTO. Deuxièmement, le document de la COLTO ne fournit aucune preuve à l'égard des
deux autres navires battant pavillon coréen que le document accuse de pêche IUU. Ce
manque total de responsabilité de la part de la COLTO ne peut que détruire la crédibilité de
cette organisation. La Corée se déclare prête à coopérer à toutes les activités entreprises par
la CCAMLR pour éliminer la pêche IUU, mais, avant d'entamer des enquêtes, elle demande
que toute accusation soit étayée par des preuves à l'appui.
90
14.32 La Russie fait la déclaration suivante:
"La délégation russe est alarmée de voir le document présenté par la délégation de
COLTO, représentant en qualité d'observatrice l'organisation non gouvernementale.
Ce document a malencontreusement été distribué tardivement. De plus, il contient des
allégations non vérifiées contre plusieurs Parties à la CCAMLR dont la Fédération de
Russie, quant au soutien qu'elles auraient offert aux activités IUU.
Nous désirons appuyer la proposition, exprimée par plusieurs délégations dont, entre
autres, le Chili et la Chine, visant à empêcher que le document de la COLTO soit
discuté par la Commission. En effet, à notre opinion et à celles exprimées par d'autres
délégations, ce document porte atteinte à la crédibilité de la CCAMLR et de ses États
membres quant à la réduction de l'activité IUU et met en danger l'unité de la
CCAMLR.
Le gouvernement de la Fédération de Russie s'est engagé à lutter contre les pêcheries
IUU et, à cette fin, à utiliser le VMS et le SDC. Nous soutenons le concept d'un
C-VMS.
Selon l'opinion de la délégation russe, la COLTO emploie des méthodes douteuses de
compétition malhonnête. Nous sommes déçus de ces méthodes et de l'absence de base
juridique à ces accusations.
A l'instar des déclarations d'autres Parties contractantes et des délégations
d'observateurs de divers gouvernements, la délégation russe prie instamment la
Commission de rejeter le document de la COLTO.
Nous estimons fermement que le document, compilé de manière inappropriée par la
COLTO, ne mérite pas de réponse de la part des Parties contractantes respectueuses et
des délégations d'observateurs des divers gouvernements.
14.33 L'Espagne note que la COLTO pourrait aider à atteindre les objectifs de la
Commission en renforçant la confiance entre la Commission et l'industrie de pêche, mais que
ceci ne peut être atteint par des accusations sans fondement envers les Membres de la
Commission. Elle ajoute, par ailleurs, que le document de la COLTO fait une référence peu
flatteuse à un syndicat de Galice, ce qui est injuste vis-à-vis de l'industrie halieutique légale
de Galice qui soutient fermement le combat contre la pêche IUU.
14.34 Les Etats-Unis, en accueillant en tant qu'observatrice la COLTO, organisation de
navires de pêche licites, font remarquer que les efforts de pêche IUU mettent en doute la
crédibilité de la CCAMLR. Ils prient instamment les Parties dont des navires figurent parmi
ceux soupçonnés de pêche IUU, de décrire leurs efforts visant à couper court ou à remédier à
ces activités. A cet égard, ils attirent l'attention de la réunion sur leur document
CCAMLR-XXII/BG/39.
91
14.35 La Namibie fait la déclaration suivante :
"La Namibie a pris note du document soumis par la COLTO sur ses initiatives dans le
cadre de la lutte contre la pêche IUU. Elle note également la référence de la COLTO à
la Namibie, parmi les Etats ayant une tradition de ports ouverts et des autorités
manquant de fermeté pour régler les questions de pêche IUU. A l'égard du document
soumis par la COLTO, et compte tenu du fait que la Namibie était, par le passé, l'une
des victimes de la pêche IUU, la Namibie s'efforce depuis lors de soutenir tous les
efforts visant à éliminer la pêche IUU dans le monde entier.
Tous les navires transportant de la légine et abordant les ports namibiens dans le but
de débarquer ce poisson ont été contrôlés conformément aux mesures de conservation
de la CCAMLR en vigueur. Les navires qui n'étaient pas en règle se sont vu refuser la
permission de débarquer leur poisson. Conformément avec la politique d'ouverture et
de transparence pratiquée par la Namibie, les parties concernées ont été invitées à
assister au contrôle des navires visant la légine dans ce pays. Par ailleurs, les États
membres sont informés, par le biais du secrétariat de la CCAMLR, du nom des navires
de légine à qui la Namibie a refusé une autorisation de débarquement.
Pour cette raison, la référence de la COLTO à la Namibie en tant qu'Etat du port avec
une tradition de port ouvert et d'autorités manquant de fermeté repose sur des
informations erronées et déformées et est trompeuse.
14.36 La Communauté européenne déclare que la transparence est importante au sein de la
CCAMLR et que la contribution des observateurs est toujours la bienvenue aux réunions de la
CCAMLR. Elle ajoute que la pêche IUU constitue, sans nul doute, un grave problème qui ne
peut être combattu que par des efforts croissants. De ce fait, elle est de l'opinion que toute
information visant à résoudre le problème de la pêche IUU est utile. Elle note toutefois que
certaines des allégations renfermées dans le document de la COLTO ne sont pas fondées et
insiste sur l'importance de la validation de ces informations et d'une justification par des
preuves à l'appui.
14.37 La Nouvelle-Zélande se rallie aux commentaires des Etats-Unis. Elle conclut que la
COLTO devrait fournir des preuves sans équivoques de ses allégations et que quiconque s'y
opposerait devrait les réfuter par écrit.
14.38 L'Argentine fait savoir que le navire Arcos, auquel il est fait référence dans le
document de la COLTO, ne bat plus pavillon argentin depuis le 1er mars 2003.
14.39 Maurice fait la déclaration suivante :
"Le représentant de Maurice remercie le président de lui permettre de s'adresser à la
Commission et la Commission d'avoir invité Maurice à la réunion en qualité
d'observateur.
92
Maurice appuie les déclarations faites par les intervenants précédents sur le document
de la COLTO et objecte fermement à la référence faite à son pays comme étant un
"port de complaisance".
Maurice, en tant que nation non contractante coopérant avec la CCAMLR, a rempli
son rôle et ses obligations du mieux qu'elle le pouvait à l'égard du suivi et du contrôle
des navires de pêche de légine dans son port comme en témoignent les documents
CCAMLR-XXII/BG/28 et SCIC-03/12.
Maurice avise que les remarques présentées dans le document de la COLTO sont
injustifiées."
14.40 La France s'associe aux déclarations faites par les Etats-Unis, la Communauté
européenne et la Nouvelle-Zélande. Elle note que le document de la COLTO apporte une
contribution intéressante à la réunion et qu'il peut aider à progresser dans la lutte contre la
pêche IUU. Elle estime que ces informations doivent être fiables et correctes et ajoute
qu'alors que la plupart des informations rapportées dans le document de la COLTO lui
semblent des informations factuelles correctes, d'autres paraissent incongrues pour ne pas dire
farfelues. La France est en faveur de la cont ribution de la COLTO aux travaux de la
CCAMLR, mais lui demande de ne pas avancer d'informations qu'elle ne peut justifier.
L'Australie se rallie à cette opinion.
14.41 Le Royaume-Uni, notant que l'Uruguay a invoqué l'Article 34 c) du Règlement
intérieur de la Commission, indique que bien que, juridiquement, une telle procédure puisse
être applicable, une telle proposition présume que la Commission a mis en place un
mécanisme pour évaluer et juger les informations soumises par les observateurs. En réalité, la
Commission ne dispose pas d'une telle procédure et il n'a pas, non plus, été d'usage de filtrer
ou de bloquer ces rapports. Dans l'opinion du Royaume-Uni, l'invocation de l'Article 34 c)
pour faire obstacle au document soumis par la COLTO est regrettable.
14.42 Le Royaume-Uni note qu'alors que les termes employés dans le document de la
COLTO sont d'une franchise excessive, il démontre clairement non seulement le niveau de
frustration rencontré par l'industrie de pêche légale, mais aussi l'engagement de la COLTO
dans la lutte contre la pêche IUU. A cet égard, l'objectif de la COLTO n'est pas différent de
celui même de la Commission.
14.43 La COLTO fait la déclaration suivante :
"En conséquence de toutes les interventions et afin d'éviter de créer un précédent
malheureux, la COLTO décide de retirer son document et suggère que, dans le texte
provisoire de la Commission, il soit fait référence au "document de la COLTO", ce qui
devrait constituer une solution pragmatique et permettre de faire avancer les choses.
93
Pour éviter que cette situation se représente à l'avenir, la COLTO a l'intention de :
i)
fournir des informations détaillées, précises et opportunes à la Commission à
l'intention des Membres à l'égard de la liste noire de la pêche IUU et d'autres
questions s'y rapportant;
ii)
fournir des détails sur notre acte d'association et la liste de nos membres à la
Commission le plus tôt possible.
Comptes rendus des représentants de la CCAMLR aux réunions
d'organisations internationales en 2002/03
Deuxième Forum international des pêcheurs
14.44 Les Etats-Unis, observateurs de la CCAMLR à l'IFF2, présentent leur compte rendu de
la réunion qui s'est tenue à Hawaii (Etats-Unis) du 19 au 22 novembre 2002
(CCAMLR-XXII/BG/37). Ce forum a réuni des participants de l' industrie de pêche,
d'agences gouvernementales, d'organisations non gouvernementales et d'autres parties
intéressées pour discuter les problèmes de capture accessoire et de mortalité accidentelle des
oiseaux de mer et des tortues dans les pêcheries à la palangre pélagique. Les Etats-Unis
incitent vivement les Membres à lire le compte rendu et à prendre note du prochain forum qui
aura lieu dans deux ans.
14.45 Le secrétaire exécutif avise que lui- même et l'Analyste des données des observateurs
scientifiques ont également assisté à l'IFF2, sur l'invitation et à la charge des organisateurs.
Un compte rendu figure dans CCAMLR-XXII/BG/6. Les points clés de ce document sont
renfermés dans CCAMLR-XXII/14. Il est réconfortant et encourageant de réaliser que la
CCAMLR est perçue comme une organisation modèle qui élabore et applique avec succès des
mesures d'atténuation de la capture accidentelle d'oiseaux de mer.
Conférence internationale contre la pêche illicite,
non déclarée et non réglementée
14.46 L'Espagne fait un exposé sur la Conférence contre la pêche IUU qui s'est tenue en
novembre 2002 à Saint-Jacques de Compostelle, capitale de la Galice (Espagne). A cette
conférence ont assisté 43 Etats et, pour la première fois, des représentants d'organisations non
gouvernementales et de l'industrie ont eu le droit, au même titre que les autres délégations, de
faire des communications.
14.47 La conférence soulignait les effets pernicieux de la pêche IUU sur la conservation et la
gestion de l'écosystème marin. En réponse à la tendance croissante à la globalisation des
activités halieutiques et en l'absence de contraintes légales en place, la conférence a mis
l'accent sur deux facteurs principaux :
94
i)
le manque de contrôle effectif de l'État du pavillon sur les navires de pêche, en
particulier ceux battant pavillon de complaisance;
ii)
le manque de mesures consensuelles, efficaces et rigoureuses des Etats du port.
14.48 Depuis la conférence, des progrès ont été réalisés à l'échelle internationale, la FAO
ayant organisé deux consultations d'experts, l'une sur les mesures relatives aux Etats du port,
l'autre sur les navires de pêche de libre immatriculation.
14.49 A. Press avise qu'il a représenté l'Australie à la réunion de Saint-Jacques de
Compostelle. Il félicite l'Espagne d'avoir si bien organisé la réunion et son rapport. Il
s'agissait d'une réunion des plus importantes à l'échelle internationale et l'Australie est
reconnaissante à l'Espagne de s'en être fait l'hôte et d'avoir produit de si bons résultats.
20e sessio n du CWP sur les statistiques des pêches
14.50 Le secrétaire exécutif avise que cette question a fait l'objet de longues discussions lors
de la réunion du Comité scientifique (SC-CAMLR-XXII, paragraphes 9.10 à 9.14) et qu'elle
n'en mérite pas davantage. A l'égard de FIGIS-FIRMS, le Comité scientifique a répété l'avis
qu'il avait formulé l'année dernière, à savoir que le partenariat proposé n'aurait
vraisemblablement que peu d'intérêt pour la Commission (SC-CAMLR-XXII,
paragraphes 9.15 à 9.17). Il indique que la question, toujours à l'ordre du jour, du FIGIS
(Système mondial d'information sur les pêches), et plus particulièrement du FIRMS (Système
de surveillance des ressources halieutiques) présente également de l'intérêt pour la
Commission, comme le prouve CCAMLR-XXII/45. Il souligne le parti que pourrait en tirer
la CCAMLR. En conclusion, il semble qu'il serait utile d'ouvrir un dossier de surveillance sur
le développement du FIRMS pour que le Comité scientifique et la Commission reçoivent
toutes les informations qui pourraient les éclairer sur les avantages possibles de la mise en
œuvre de cette initiative.
25e session du COFI
14.51 Le secrétaire exécutif a assisté à la 25e session du COFI et, à cet égard, renvoie les
Membres aux documents CCAMLR-XXII/14 et BG/4. Parmi les principaux thèmes abordés
par le COFI, on note :
i)
la nécessité croissante d'une action globale pour lutter contre la pêche IUU;
ii)
la discussion de la mise en œuvre de l'accord de 1995 sur les stocks de poisson;
iii)
un rapport d'avancement des progrès de la mise en œuvre du Code de conduite
pour une pêche responsable et des PAI connexes, notamment du PAI relatif à la
pêche IUU;
95
iv)
la discussion de la coopération entre le COFI et la CITES;
v)
la discussion de diverses questions dont l'approche de la gestion de la pêche
reposant sur l'écosystème.
Troisième réunion des ORP de la FAO
14.52 Le secrétaire exécutif a par ailleurs assisté à la réunion susmentionnée des ORP
(CCAMLR-XXII/14 et BG/4). Parmi les points clés, on note :
i)
la nécessité de poursuivre l'effort d'harmonisation et de développement des plans
d'action régionaux en soutien aux PAI. Les deux plans les plus pertinents pour
la CCAMLR sont le PAI-IUU et le PAI-Oiseaux de mer;
ii)
la reconnaissance du rôle des ORP dans l'établissement de la liste des navires qui
ont mené des activités de pêche soit illicites (liste noire), soit conformes et
complémentaires à la réglementation des pêcheries régionales (liste blanche);
iii)
la discussion du renforcement de la mise en œuvre par les ORP de l'Accord
visant à favoriser le respect de la réglementation par les navires de pêche, en
vigueur actuellement;
iv)
l'urgence d'une coopération internationale pour faire des VMS un outil de suivi,
de contrôle et de surveillance plus efficace;
v)
la nécessité d'harmoniser la certification des captures au sein des divers ORP;
vi)
la coopération avec la CITES;
vii)
les répercussions d'une approche de la gestion des pêcheries fondée sur
l'écosystème;
viii) la nécessité de faire entrer en vigueur les PAI sur la pêche IUU à une échelle
régionale en 2004.
14.53 Le secrétaire exécutif avise qu'il est maintenant président des ORP pour la prochaine
réunion, en 2005.
14.54 C'est avec intérêt que la Commission prend note du COFI-25 et des développements
concernant les ORP.
96
Comité sur le commerce et l'environnement de l'OMC
14.55 La Nouvelle-Zélande, en sa qualité d'observatrice aux réunions du CCE de l'OMC,
renvoie les Membres à son rapport portant la référence CCAMLR-XXII/BG/25.
CICTA
14.56 La Communauté européenne a assisté à la 17e réunion ordinaire de la CICTA qui s'est
tenue à Bilbao (Espagne) du 28 octobre au 4 novembre 2002. Les discussions ayant eu lieu
lors de la réunion sont rapportées dans CCAMLR-XXII/BG/29.
Conférence "Deep Sea 2003"
14.57 Le secrétaire exécutif indique que cette réunion n'a pas encore eu lieu. Il rappelle à la
Commission que, conformément au paragraphe 14.19 de CCAMLR-XXI, la CCAMLR fait
partie du comité de direction et du comité d'organisation de cette conférence qu'elle parraine
en partie.
CITT
14.58 Les Etats-Unis, en leur qualité d'observateur à la réunion annuelle de la CITT qui s'est
tenue à Antigua (Guatemala), du 17 au 28 juin 2003, renvoient les Membres à leur compte
rendu figurant dans le document CCAMLR-XXII/BG/35 et notent qu'au terme de cinq années
de pourparlers, la CITT a été en mesure de renégocier sa Convention, ce qu'elle fait tous les
cinq ans. Il convient également de noter que la CITT a adopté une "Liste positive" de navires
de pêche.
CBI
14.59 L'Allemagne, l'observateur de la CCAMLR à la 55e réunion annuelle de la CBI qui
s'est tenue à Berlin (Allemagne) du 16 au 19 juin 2003, présente son rapport
(CCAMLR-XXII/BG/3). La question prédominante de la réunion était "l'initiative de Berlin",
à savoir l'établissement d'un comité de conservation ouvert à toutes les parties contractantes
chargé notamment d'examiner les menaces anthropogéniques pesant sur les cétacés (comme la
pollution, les changements climatiques, la capture accessoire dans les pêcheries, la navigation,
le bruit sous-marin, les activités au large, par ex.). L'initiative a été approuvée, bien que
quelques-uns des opposants aient déclaré leur intention de ne pas participer aux travaux de ce
comité car ils estiment que la nature de la CBI en serait changée. Parmi les autres points
d'intérêt, on note le moratoire sur la chasse à la baleine commerciale, le dépôt de motions
visant à créer des sanctuaires pour les baleines dans le Pacifique sud et l'Atlantique sud, les
délibérations sur le système de gestion révisé, la chasse à la baleine en vertu de permis
spéciaux pour la recherche scientifique et les quotas de capture pour la chasse de subsistance
des autochtones.
97
Nomination des observateurs aux réunions de 2003/04
d'organisations internationales
14.60 Les observateurs suivants ont été nommés pour représenter la CCAMLR aux réunions
d'organisations internationales de 2003/04 :
• Réunion internationale des conventions et des plans d'action des mers régionales,
du 25 au 27 novembre 2003, Nairobi (Kenya) – aucune nomination.
• Conférence sur les systèmes de contrôle des navires, Asie et Pacifique 2003, les
27 et 28 novembre 2003 – l'Australie.
• Réunion annuelle de la Coalition internationale des associations de pêche (ICFA)
en 2003, du 26 au 28 novembre, Auckland (Nouvelle-Zélande) – aucune
nomination.
• Neuvième session du Sous-comité du COFI sur la commercialisation du poisson,
du 10 au 14 février 2004, Rome (Italie) – l'Italie.
• Atelier sur les pêches illicites, non réglementées et non déclarées (accueilli par le
Comité des pêcheries de l'OCDE), atelier de deux jours entre le 19 et le 23 avril
2004, (lieu à déterminer) – la France (si convoqué en France).
• RCTA-XXVII, du 24 mai au 4 juin 2004, Le Cap (Afrique du Sud) – le secrétaire
exécutif.
• CPE-VII – Traité sur l'Antarctique, du 24 mai au 4 juin 2004, Le Cap (Afrique du
Sud) – le président du Comité scientifique.
• Consultation technique de la FAO pour examiner les progrès et promouvoir la mise
en œuvre intégrale des plans d'action internationaux : Pla n d'action international de
la FAO visant à prévenir, à contrecarrer et à éliminer la pêche illicite, non déclarée
et non réglementée (PAI-IUU) et celui sur la gestion de la capacité de pêche
(PAI-capacité), juin 2004, Rome (Italie) – le Japon.
• 56e réunion annuelle de la CBI, du 19 au 22 juillet 2004, Sorrente (Italie) – l'Italie.
• Consultation technique de la FAO chargée d'examiner des questions d'importance
se rapportant au rôle que peuvent jouer les Etats du port en vue de prévenir,
contrecarrer et éliminer la pêche IUU, du 20 au 24 septembre 2004, Rome (Italie) –
la Norvège.
• 13e réunion de la Conférence des parties à la CITES, du 2 au 14 octobre 2004,
Bangkok (Thaïlande) – les Etats-Unis.
98
• XXVIIIe réunion des délégués au SCAR, du 3 au 9 octobre 2004, Bremerhaven
(Allemagne) – le Brésil
• XIe réunion annuelle de la CCSBT, du 19 au 22 octobre 2004, Corée – la
République de Corée.
• 18e réunion ordinaire de la CICTA, du 17 au 24 novembre 2003, Dublin (Irlande) –
la Communauté européenne.
• Réunions annuelles de 2004 de la CITT, (dates et lieu restant à préciser) – aucune
nomination.
• Comité sur le commerce et l'environnement de l'OMC, (dates à préciser), Genève
(Suisse) – la Nouvelle-Zélande.
Quatrième Congrès mondial sur la pêche
14.61 Le quatrième Congrès mondial sur la pêche se tiendra en mai 2004 à Vancouver
(Canada). Le secrétaire exécutif attire l'attention des Membres sur le paragraphe 15.8 de
SC-CAMLR-XXII, ainsi que sur CCAMLR-XXII/BG/22. Conformément à l'autorité que lui
confère la Commission (CCAMLR-XXI, paragraphe 3.14 et annexe 4, paragraphes 11 et 12),
le secrétaire exécutif a répondu à une invitation à ce congrès. La question de principe est de
déterminer si le secrétariat devrait, au nom de la Commission, être représenté à cette réunion
et la forme que devrait ou ne devrait pas prendre cette représentation.
14.62 Les Etats-Unis répondent que, comme les responsables du WG-FSA et du WG-EMM
assisteront à ce congrès, ils devraient coordonner cette représentation. Ils estiment que les
deux responsables ou un représentant de ces organes pourraient assurer de manière adéquate
cette représentation.
MISE EN ŒUVRE DES OBJECTIFS DE LA CONVEN TION
15.1 Le Chili rappelle que lors de la dernière réunion, l'Australie et lui- même avaient
proposé d'orga niser un symposium en août 2003 à Valdivia (Chili). Il n'a malheureusement
pas été possible de s'en tenir à cette date et la réunion est maintenant repoussée à avril 2005.
Le Chili, dans le document CCAMLR-XXII/BG/49 qu'il a présenté, expose les questions qui
seront à l'ordre du jour de ce symposium qui fera partie des préparatifs de l'Année polaire
internationale et de la célébration des 25 ans de la CCAMLR.
15.2 Le Chili note que grâce à ce délai prolongé, les Membres pourront mieux préparer le
symposium et seront en mesure de présenter davantage de matériel pour y contribuer. De
plus, il devient maintenant possible de prévoir et de financer la participation du secrétaire
exécutif.
99
15.3 Les Membres se félicitent de cette initiative et expriment leur soutien quant à la
direction proposée du symposium qui est décrite dans CCAMLR-XXII/BG/49. Il est estimé
que cette réunion offrira une occasion particulièrement précieuse d'examiner les questions
d'ordre général que devra aborder la Commission, notamment dans le cadre des problèmes
d'actualité auxquels cette dernière doit faire face. Lors des réunions annuelles, la charge de
travail ne permet pas à la Commission d'accorder suffisamment de temps à la discussion de
ces questions. Au vu de réunions du même type organisées dans le cadre de la RCTA, il
semble que celles-ci s'avèrent utiles pour attirer l'attention des Membres sur les questions
importantes qui se doivent d'être abordées.
15.4 Le Chili remercie tous les Membres qui ont exprimé leur soutien à l'initiative de
l'Australie et du Chili et note que l'établissement de nouvelles ORGP au bord de l'océan
Austral, ainsi qu'il est mentionné dans le rapport de l'observateur de la CPPS, permet de
progresser vers l'objectif de la Convention (CCAMLR-XXII/BG/45).
15.5 A l'égard des propositions visant à ce que la Commission répartisse l'effort de pêche,
l'Argentine note qu'à l'époque de l'entrée en vigueur de la Convention, les ressources marines
vivantes de l'Antarctique étaient ouvertes à tous. La CCAMLR est parve nue à se distinguer
en tant qu'élément important du système du Traité sur l'Antarctique de par l'autorité morale
que lui confère son approche reposant strictement sur la conservation. Si cette approche
devait être abandonnée au profit d'un processus d'allocation d'effort et de quotas de pêche, la
CCAMLR serait considérée, au moins par les Parties non contractantes, comme une
organisation intéressée, au détriment de son prestige.
15.6 L'Argentine note que, d'un point de vue pratique, un armement de pêche dont les
navires se sont vu refuser l'accès à la pêcherie pourrait, tout simplement en adoptant le
pavillon d'une partie non contractante, obtenir un accès légal à la pêcherie tout en continuant à
compromettre les objectifs de la Convention.
ÉLECTION DU VICE-PRÉSIDENT DE LA COMMISSION
16.1 La Commission nomme les Etats-Unis à la vice-présidence de la Commission à
compter de la fin de la présente réunion et jusqu'à la fin de celle de 2005.
16.2 En nommant les Etats-Unis, la Commission fait remarquer qu'elle n'est pas en mesure
de suivre l'usage établi, lequel consiste à désigner un Membre qui ne mène pas d'activités de
pêche en tant que vice-président si la présidence est assurée par un Membre pêcheur.
PROCHAINE RÉUNION
Invitation des observateurs à la prochaine réunion
17.1 La Commission invite les États suivants à assister à la vingt-troisième réunion de la
Commission à titre d'observateurs :
100
• États adhérents : la Bulgarie, le Canada, la Finlande, la Grèce, les Pays-Bas, le
Pérou et le Vanuatu;
• Parties non contractantes participant au SDC et prenant part à l'exploitation ou au
débarquement et/ou commerce de légine : la République populaire de Chine,
Maurice, les Seychelles et Singapour;
• Parties non contractantes ne participant pas au SDC, mais prenant probablement
part à l'exploitation ou au débarquement et/ou commerce de légine : l'Angola, le
Belize, la Bolivie, la Colombie, l'Indonésie, le Kenya, Madagascar, la Malaisie, le
Mexique, le Mozambique, le Panama, les Philippines, Sao Tome et Principe, StVincent et les Grenadines, la Thaïlande et le Togo.
17.2 Les organisations internationales ci-après sont également invitées : l'ASOC, la
CCSBT, la CBI, la CICTA, la CITES, la COI, le CPE, la CPPS, la CPS, la FAO, le FFA, la
CITT, le PNUE, le SCAR, le SCOR et l'UICN. Il est convenu que si la COLTO prenait
contact avec la CCAMLR pour lui demander le droit d'assister à CCAMLR-XXIII, la
question serait traitée en stricte conformité avec le règlement intérieur de la Commission
régissant la participation des observateurs.
Dates et lieu de la prochaine réunion
17.3 Le Royaume-Uni rappelle la demande exprimée par la Commission il y a deux ans :
"La Commission charge le […] secrétaire exécutif, avec l'aide que l'Australie a offerte au
cours de la réunion du SCAF, d'examiner au plus tôt le meilleur emplacement possible des
prochaines réunions." (CCAMLR-XX, paragraphe 17.6). Les efforts n'ont pas encore produit
de résultats tangibles et, à mesure que les réunions deviennent plus importantes et complexes,
les problèmes associés au lieu de réunion actuel s'aggravent.
17.4 Le secrétaire exécutif indique que le secrétariat a fait bien des efforts ces deux
dernières années pour résoudre cette question et que le gouvernement australien se concentre
à l'heure actuelle sur la dernière proposition qui a également été débattue en consultation avec
des membres du Comité de surveillance du projet lors la réunion de la RCTA en mai 2003. Il
attire l'attention des Membres sur le fait que, s'il n'est pas certain qu'un autre lieu de réunion
puisse être trouvé pour l'année prochaine, il sera nécessaire d'assurer la disponibilité du lieu
actuel en versant un acompte, ce qui réduira le montant budgétaire qui aurait pu servir à
couvrir les frais d'un nouveau lieu de réunion.
17.5 L'Australie déclare qu'elle est reconnaissante aux autres Membres d'avoir exprimer des
avis et inquiétudes exprimés au cours de la réunion et assure à la Commission qu'elle s'occupe
d'urgence de la question. Les procédures à suivre doivent cependant remplir certaines
conditions internes du gouvernement australien. Ce dernier s'engage à trouver au plus tôt une
solution satisfaisante. Il s'engage également à tenir la Commission au courant des résultats à
mesure de la résolution des problèmes.
101
17.6 L'Afrique du Sud met en relief la disposition de la Convention qui fait le lien entre le
siège de la Commission et le lieu de réunion. L'Australie fait savoir qu'elle coopère
activement en examinant toutes les possibilités de locaux pour le siège de la Commission,
compte tenu de la nécessité de trouver un lieu de réunion plus adéquat que celui utilisé en ce
moment, de bonne foi, bien qu'elle estime que seul le siège relève de sa responsabilité.
17.7 Le secrétaire exécutif assure à la Commission que le secrétariat continuera à prêter
toute l'assistance possible à l'Australie pour lui faciliter la tâche, notamment pour aider
l'Australie dans l'évaluation, à laquelle elle a récemment fait référence, de la commodité du
bâtiment occupé en ce moment par le secrétariat en tant que siège de la CCAMLR.
17.8 La Commission partage l'inquiétude du SCAF face aux conditions d'incertitude
entourant l'identification d'un lieu souhaitable pour les réunions annuelles à l'avenir. Elle
invite le secrétariat et l'Australie à s'attacher à résoudre cette question au plus tôt pour
permettre à la réunion annuelle de se dérouler dans un autre lieu l'année prochaine, ce qui
nécessitera la prise d'une décision dans les prochains mois. Dans l'attente de l'aboutissement
des négociations auxquelles il est fait référence plus haut, la Commission estime que le
secrétariat devrait faire une réservation provisoire à l'hôtel Wrest Point pour
CCAMLR-XXIII. Elle fait remarquer qu'au cas où le secrétariat encourrait des frais associés
à un déménagement éventuel, des fonds pourraient provenir du Fonds de réserve,
conformément aux dispositions en vigueur régissant l'utilisation de ce fonds.
17.9 La Commission demande à l'Australie de tenir les Membres au courant de ses progrès
relatifs à la recherche d'un lieu de réunion possible.
17.10 Reconnaissant qu'il est peu probable qu'un autre lieu de réunion soit disponible pour la
prochaine réunion, il est noté que la vingt-troisième réunion de la Commission, convoquée
pour la période du 25 octobre au 5 novembre 2004, à Hobart, en Australie, se tiendra encore
une fois au lieu actuel, à savoir à l'hôtel Wrest Point. La présence des chefs de délégation est
requise à Hobart pour une réunion qui se tiendra le 24 octobre 2004.
Organisation de la prochaine réunion
17.11 La Commission rappelle l'avis présenté par ses sous-comités en 2001, selon lequel
ceux-ci auraient besoin de davantage de temps pour étudier comme elles devraient l'être les
questions que leur renvoie Commission.
17.12 L'Afrique du Sud déclare que :
"La délégation de l'Afrique du Sud a toujours compris que le rôle des comités
permanents et du Comité scientifique était de rendre à la Commission des
recommandations claires. Toutefois, l'Afrique du Sud s'inquiète du fait que plusieurs
questions importantes ne font pas l'objet d'un examen assez approfondi au sein de ces
comités. Elle comprend la situation des présidents de ces comités qui se voient confier
la tâche peu enviable de s'efforcer de résoudre des questions difficiles de l'ordre du
jour. Il est regrettable que des questions importantes non résolues aient été renvoyées
102
au groupe de préparation des mesures de conservation pour que leur examen soit
conclu. La délégation de l'Afrique du Sud et conscient de la lourdeur de la tâche
confiée en ce moment à David Agnew (Royaume-Uni), le président de ce groupe. Elle
espère que cette situation ne créera pas un précédent pour les prochaines réunions et
conseille vivement d'accorder, à l'avenir, la priorité à ces questions pour qu'elles soient
abordées en début de réunion afin qu'il soit possible de rendre des recommandations
claires en vue des délibérations de la Commission. Ainsi serait renforcée l'efficacité
des travaux de cette Commission".
17.13 La Communauté européenne, le Royaume-Uni et les Etats-Unis s'associent aux
opinions exprimées par l'Afrique du Sud.
17.14 La Commission tient compte de ces inquiétudes en examinant les aspects logistiques,
entre autres, des travaux du SCIC pour l'année prochaine (paragraphe 6.12).
AUTRES QUESTIONS
Recensement de la vie marine de l'Antarctique
18.1 L'Australie attire l'attention de la Commission sur le projet de recensement de la vie
marine de l'Antarctique présenté dans CCAMLR-XXII/BG/46 "Recensement de la vie marine
de l'Antarctique". Constatant que le Japon, la France et la Nouvelle-Zélande ont déjà convenu
de se joindre à l'Australie pour participer au recensement, l'Australie encourage d'autres
Membres à envisager d'y participer.
18.2 Le Royaume-Uni se félicite de la proposition présentée par l'Australie et note qu'à
l'heure actuelle, des scientifiques des Etats-Unis, de France et du Royaume-Uni, entre autres,
préparent d'autres initiatives soutenues par le programme CoML (pour Census of marine life,
en anglais) qui pourraient s'avérer complémentaires. Il s'agit notamment de programmes
similaires au programme existant de CoML-Marquage des prédateurs du Pacifique (ou TOPP
pour Tagging of Pacific Predators, en anglais) et de l'occasion offerte par l'Année polaire
internationale (IPY pour International Polar Year, en anglais). Le Royaume-Uni encourage la
collaboration voulue pour mettre au point une série de programmes qui offriraient aux
communautés pertinentes de recherche biologique marine l'occasion de participer grandement
à l'IPY. Il note que le SCAR se lancerait lui aussi dans des activités de biodiversité marine
qui pourraient s'inscrire dans le programme CoML (SC-CAMLR-XXII, paragraphe 9.4 iv)).
En outre, de nombreux objectifs exposés dans SC-CAMLR-XXII/BG/46 sont aussi pertinents
aux travaux du SCAR qu'à ceux de la CCAMLR. Le Royaume-Uni suggère qu'il serait utile
de soumettre des propositions de programmes entièrement développés au SCAR et à la
CCAMLR.
18.3 L'Allemagne fait bon accueil à l'initiative intéressante de l'Australie. Elle estime que
l'IPY offre une excellente occasion de mener une étude intensive internationale sur la vie
marine de l'Antarctique. Elle va s'efforcer de participer aux principales activités de recherche
menées pendant l'IPY.
103
18.4 Soutenue par les Etats-Unis, l'Allemagne suggère que la Commission encourage le
Comité scientifique et ses groupes de travail à développer les plans d'un éventuel programme
de recherche pour l'IPY, qui s'inscrirait dans les objectifs de la CCAMLR et contribuerait aux
initiatives décrites plus haut. Elle fait remarquer qu'un tel exercice permettrait de sensibiliser
le public au rôle de la CCAMLR vis-à-vis de la recherche sur l'écosystème marin de
l'Antarctique et de l'utilisation rationnelle des ressources marines vivantes qu'il renferme.
Autorité de l'État du pavillon en haute mer
18.5 La Norvège attire l'attention de la Commission sur le tableau présenté dans
CCAMLR-XXII/BG/33. Ce tableau identifie les Etats et organisations d'intégration
économique régionales qui ont déposé des instruments de ratification de l' Accord de l'ONU
sur les stocks de poisson, 1995 et sur l'Accord de la FAO visant à favoriser le respect par les
navires de pêche des mesures internationales, 1993. Il est indiqué que seuls, cinq Membres
de la Commission ont déposé des instruments pour ces deux accords.
18.6 Plusieurs Membres indiquent qu'ils ont ratifié l'un des accords et ont engagé des
procédures de ratification de l'autre. D'autres Membres notent que, bien qu'ils n'aient pas
ratifié l'accord de 1993, ils en appliquent les termes.
18.7
La Norvège encourage tous les Membres à ratifier les deux accords au plus tôt.
Autres questions
18.8 L'Argentine constate qu'à l'égard des textes juridiques acceptés et adoptés lors de
CCAMLR-XXII, elle réserve sa position quant aux droits de souveraineté sur les îles
Malouines (Falkland), les îles de Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud et les eaux
adjacentes et rappelle qu'elle ne reconnaît le Royaume-Uni en tant qu'Etat côtier ni dans le
sud-ouest de l'Atlantique ni dans la zone de la Convention.
18.9 Le Royaume-Uni prend note des déclarations de l'Argentine à l'égard des références
mentionnées dans l'annexe 5 de SC-CAMLR-XXII et ailleurs. La position du Royaume-Uni
sur la question est bien connue; le Royaume-Uni déclare qu'il n'a aucun doute sur sa propre
souveraineté sur les îles Malouines (Falkland), la Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud
et sur les aires marines adjacentes.
18.10 L'Argentine rejette l'opinion du Royaume-Uni et réitère sa position légale.
RAPPORT DE LA VINGT-DEUXIÈME RÉUNION DE LA COMMISSION
19.1
104
Le rapport de la vingt-deuxième réunion est adopté.
CLÔTURE DE LA RÉUNION
20.1 En clôturant la réunion, le président exprime son appréciation sincère, au nom de la
Commission, à D. Miller et au personnel de son secrétariat, aux interprètes et autres membres
du personnel administratif, à R. Holt et aux Membres du Comité scientifique, à Hermann Pott
(Allemagne) et aux membres du SCAF, à Y. Becouarn et aux membres du SCIC, ainsi qu'à
D. Agnew et au groupe de préparation des mesures de conservation pour leur travail assidu et
leur contribution des plus valables. Il fait également part de sa gratitude non feinte à tous les
délégués qui l'ont guidé tout au long de ces deux semaines et dont le soutien a permis à la
réunion de se dérouler sans problèmes notables de procédure.
20.2 D. Miller remercie le personnel du secrétariat pour son dévouement, son attitude
professionnelle et son travail sans relâche.
20.3 Au nom de la Commission A. Press remercie K. Yonezawa de la conduite brillante de
cette réunion qui s'est avérée particulièrement difficile. Il exprime, de plus, sa sincère
gratitude à K. Yonezawa qui est parvenu à guider la réunion.
20.4
Le président de la Commission clôture alors la vingt-deuxième réunion.
105
ANNEXE 1
LISTE DES PARTICIPANTS
LISTE DES PARTICIPANTS
PRÉSIDENT
Mr Kunio Yonezawa
Special Assistant to the Minister of Foreign Affairs
Ministry of Foreign Affairs
Tokyo, Japan
PRÉSIDENT,
COMITÉ SCIENTIFIQUE
Dr Rennie Holt
Southwest Fisheries Science Center
National Marine Fisheries Service
La Jolla, California, USA
AFRIQUE DU SUD
Représentant :
Ms Theressa Akkers
Marine and Coastal Management
Department of Environmental Affairs and Tourism
Cape Town
Représentants suppléants :
Mr Christian Badenhorst
Department of Foreign Affairs
Pretoria
Mr Marius Diemont
Marine and Coastal Management
Department of Environmental Affairs and Tourism
Cape Town
Conseillers :
Mr Marcel Kroese
Marine and Coastal Management
Department of Environmental Affairs and Tourism
Cape Town
Mr Pheobius Mullins
Marine and Coastal Management
Department of Environmental Affairs and Tourism
Cape Town
Mr Barry Watkins
Marine and Coastal Management
Department of Environmental Affairs and Tourism
Cape Town
109
Dr Anton Boonzaier
ASOC
Mowbray
Mr Barrie Rose
Industry Representative
Cape Town
ALLEMAGNE
Représentant :
Mr Hermann Pott
Federal Ministry of Consumer Protection,
Food and Agriculture
Bonn
Représentant suppléant :
(1ère semaine seulement)
Mr Sven Krauspe
German Foreign office
Berlin
Conseiller :
Dr Karl-Hermann Kock
Federal Research Centre for Fisheries
Institute of Sea Fisheries
Hamburg
ARGENTINE
Représentant :
Ministro Ariel R. Mansi
Ministerio de Relaciones Exteriores,
Comercio Internacional y Culto
Buenos Aires
Représentants suppléants :
Dr. Enrique R. Marschoff
Instituto Antártico Argentino
Buenos Aires
Dr. Esteban Barrera-Oro
Instituto Antártico Argentino
Buenos Aires
Conseillers :
110
Dr. Otto Wöhler
Instituto Nacional de Investigación
y Desarrollo Pesquero
Mar del Plata
Dr. Leszek Bruno Prenski
Cámara de Armadores Pesqueros Congeladores
de la Argentina
Buenos Aires
AUSTRALIE
Représentant :
Dr Anthony Press
Australian Antarctic Division
Department of Environment and Heritage
Tasmania
Représentants suppléants :
Dr Andrew Constable
Australian Antarctic Division
Department of Environment and Heritage
Tasmania
Mr John Davis
Australian Fisheries Management Authority
Canberra
Ms Viki O’Brien
Australian Fisheries Management Authority
Canberra
Ms Gillian Slocum
Australian Antarctic Division
Department of Environment and Heritage
Tasmania
Mr Arthur Spyrou
Department of Foreign Affairs and Trade
Canberra
Ms Sachi Wimmer
Department of Agriculture, Fisheries and Forestry
Canberra
Conseillers :
Mr Steve Campbell
Australian Antarctic Division
Department of Environment and Heritage
Tasmania
Ms Sarah Chapman
Australian Antarctic Division
Department of Environment and Heritage
Tasmania
111
Dr Campbell Davies
Australian Antarctic Division
Department of Environment and Heritage
Tasmania
Mr Nicholas Edgerton
Australian Antarctic Division
Department of Environment and Heritage
Tasmania
Mr Ben Galbraith
Representative of State and Territory Government
Antarctic Tasmania
Department of Economic Development
Tasmania
(1ère semaine seulement)
Mr Justin Gilligan
Department of Agriculture, Fisheries and Forestry
Canberra
Mr Alistair Graham
Representative of Conservation Organisations
Tasmania
Mr Andrew Jackson
Australian Antarctic Division
Department of Environment and Heritage
Tasmania
(2ème semaine seulement)
Mr Keith Johnson
Australian Customs Service
Canberra
(1ère semaine seulement)
Mr Tom Marshall
Australian Customs Service
Canberra
Mr Robin Nair
Department of Foreign Affairs and Trade
Tasmania
Ms Marina Tsirbas
Legal Branch
Department of Foreign Affairs and Trade
Canberra
112
Mr Rohan Wilson
Australian Fisheries Management Authority
Canberra
Mr Les Scott
Representative of Australian Fishing Industry
East Devonport
BELGIQUE
Représentant :
Mr Daan Delbare
Department of Sea Fisheries
Oostende
Représentant suppléant :
Mr Bruno Georges
Royal Belgian Embassy
Canberra, Australia
BRÉSIL
Représentant :
Dr Edith Fanta
Departamento Biologia Celular
Universidade Federal do Paraná
Curitiba
CHILI
Représentant :
(2ème semaine seulement)
Embajador Jorge Berguño
Instituto Antártico Chileno
Santiago
Représentant suppléant :
Sra. Valeria Carvajal
Subsecretaría de Pesca
Ministerio de Economía
Valparaíso
Conseillers :
Sr. Alejandro Covarrubias
Servicio Nacional de Pesca
Valparaíso
Mr Rafael González
Embassy of Chile
Canberra, Australia
113
Prof. Carlos Moreno
Instituto de Ecología y Evolución
Universidad Austral de Chile
Valdivia
Prof. Daniel Torres
Instituto Antártico Chileno
Punta Arenas
COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE
Représentant :
Ms Fuensanta Candela Castillo
Directorate-General for Fisheries
of the European Commission
Brussels
Représentant suppléant :
Mr Staffan Ekwall
Directorate-General for Fisheries
of the European Commission
Brussels
Conseillers :
Dr Volker Siegel
Sea Fisheries Research Institute
Hamburg
Mr Jean-Pierre Vergine
Directorate-General for Fisheries
of the European Commission
Brussels
CORÉE, RÉPUBLIQUE DE
Représentant :
(2ème semaine seulement)
Mr Heung-Kyeong Park
Embassy of the Republic of Korea
Canberra, Australia
Représentants suppléants :
Ms Sarah Ahn
International Lega l Affairs Division
Ministry of Foreign Affairs and Trade
Seoul
Dr Seok-Gwan Choi
National Fisheries Research
and Development Institute
Busan
114
Mr Sung Nam Joh
Division of Distant Water Fishery
Ministry of Maritime Affairs and Fisheries
Seoul
Dr SungKwon Soh
Office of International Cooperation
Ministry of Maritime Affairs and Fisheries
Seoul
Conseillers :
Dr Hyoung-Chul Shin
Korea Polar Research Institute
Seoul
Mr Choon Ok Ku
Dong Yang Fisheries Co. Ltd
Seoul
Mr Jong Koo Lee
Dongwon Ind ustries Co. Ltd.
Seoul
Mr Doo Sik Oh
Insung Corporation
Seoul
ESPAGNE
Représentant :
Sra. Carmen-Paz Martí
Secretaría General de Pesca Marítima
Madrid
Conseillers :
Sr. Luis López Abellán
Instituto Español de Oceanografía
Centro Oceanográfico de Canarias
Santa Cruz de Tenerife
Sr. José Amoedo
Industry Representative
Vigo
Sr. José Ramón Pérez Ojeda
Industry Representative
Vigo
115
ETATS-UNIS D'AMÉRIQUE
Représentant :
Mr Raymond V. Arnaudo
Office of Oceans Affairs
US Department of State
Washington, DC
Représentant suppléant :
Ms Robin Tuttle
Office of Science and Technology
National Marine Fisheries Service
Silver Spring, Maryland
Conseillers :
Mr Matthew Cassetta
Office of Oceans Affairs
US Department of State
Washington, DC
Ms Kimberly Dawson
National Seafood Inspection Laboratory
National Marine Fisheries Service
National Oceanic and Atmospheric Administration
Pascagoula, Mississippi
Mr E. Spencer Garrett
National Seafood Inspection Laboratory
National Marine Fisheries Service
National Oceanic and Atmospheric Administration
Pascagoula, Mississippi
Mr Michael Gonzales
Office of Law Enforcement
National Marine Fisheries Service
Long Beach, California
Dr Roger Hewitt
Southwest Fisheries Science Center
Natio nal Marine Fisheries Service
La Jolla, California
Dr Christopher D. Jones
Southwest Fisheries Science Centre
National Marine Fisheries Service
La Jolla, California
Mr Paul Ortiz
Office of General Counsel
National Oceanic and Atmospheric Administratio n
Long Beach, California
116
Dr Polly Penhale
Office of Polar Programs
National Science Foundation
Arlington, Virginia
Mrs Beth Clark
Springfield, Virginia
Mr Eldon Greenberg
Garvey Schubert Barer
Washington, DC
Ms Andrea Kavanagh
National Environmental Trust/ASOC
Washington, DC
Mr Lawrence Lasarow
Seaport Management Services, LLC
Mukilteo, Washington
FRANCE
Représentant :
M. Michel Trinquier
Ministère des Affaires Etrangères
Paris
Représentant suppléant :
M. Michel Brumeaux
Ministère des Affaires Etrangères
Paris
Conseillers :
M. Yann Becouarn
Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation,
de la Pêche et des Affaires Rurales
Paris
Prof. Guy Duhamel
Muséum National d'Histoire Naturelle
Paris
M. Emmanuel Reuillard
Chargé de mission auprès de l'Administrateur
Supérieur des Terres Australes
et Antarctiques Françaises
La Réunion
117
M. Jacques Albin
Cap Bourbon S.A.
La Réunion
M. Marc Ghiglia
Union des Armateurs à la Pêche de France
Paris
INDE
Représentant :
(1ère semaine seulement)
(2ème semaine seulement)
Représentant suppléant :
Mr V. Ravindranathan
Department of Ocean Development
Centre for Marine Living Resources and Ecology
Kochi
Dr S.P. Seth
Department of Ocean Development
New Delhi
Mr P.K. Pattana ik
Ministry of Agriculture
New Delhi
ITALIE
Représentant :
Ambassador Luchino Cortese
Ministry of Foreign Affairs
Rome
Représentant suppléant :
Prof. Silvano Focardi
Department of Environmental Sciences
University of Siena
Siena
Conseillers :
Dr Nicola Sasanelli
Embassy of Italy
Canberra, Australia
Dr Marino Vacchi
Museo Nazionale dell’Antartide
University of Genoa
Genoa
118
JAPON
Représentant :
Mr Satoru Goto
Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries
Tokyo
Représentant suppléant :
Ms Keiko Suzuki
Fishery Division, Economic Affairs Bureau
Ministry of Foreign Affairs
Tokyo
Conseillers :
Prof. Mitsuo Fukuchi
Center for Antarctic Environment Monitoring
National Institute of Polar Research
Tokyo
Mr Katsumasa Miyauchi
International Affairs Division, Fisheries Agency
Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries
Tokyo
Dr Mikio Naganobu
National Research Institute of Far Seas Fisheries
Shizuoka
Mr Ichiro Shimizu
Trade and Economic Cooperation Bureau
Ministry of Economy, Trade and Industry
Tokyo
Dr Kenji Taki
National Research Institute of Far Seas Fisheries
Shizuoka
Mr Atsushi Harada
Japan Deep Sea Trawlers Association
Tokyo
Mr Tetsuo Inoue
Japan Deep Sea Trawlers Association
Tokyo
Mr Ryoichi Sagae
Japan Deep Sea Trawlers Association
Tokyo
119
NAMIBIE
Représentant :
Mr Peter Amutenya
Ministry of Fisheries and Marine Resources
Windhoek
Représentant suppléant :
Mr Peter Schivute
Ministry of Fisheries and Marine Resources
Walvis Ba y
Conseillers :
Mr Roy Marsden
Industry Representative
Walvis Bay
(2ème semaine seulement)
Mr Angel Tordesillas
Industry Representative
Lüderitz
NORVÈGE
Représentant :
Ambassador Jan Tore Holvik
Royal Ministry of Foreign Affairs
Oslo
Représentant suppléant :
Mr Terje Løbach
Directorate of Fisheries
Bergen
Conseiller :
Mr Svein Iversen
Institute of Marine Research
Department of Marine Resources
Bergen
NOUVELLE-ZÉLANDE
120
Représentant :
Mr Trevor Hughes
Ministry of Foreign Affairs and Trade
Wellington
Représentant suppléant :
Mr Grant Bryden
Ministry of Foreign Affairs and Trade
Wellington
Conseillers :
Mr Michael Donoghue
Department of Conservation
Wellington
Ms Alexandra Edgar
Ministry of Fisheries
Wellington
Mr Grahame Morton
Ministry of Foreign Affairs and Trade
Wellington
Mr Damien Rogers
Ministry of Fisheries
Wellington
Dr Kevin Sullivan
Ministry of Fisheries
Wellington
Ms Sarah Wynn-Williams
Ministry of Foreign Affairs and Trade
Wellington
Mr Greg Johansson
Industry Representative
Timaru
Mr Chris Ludeke
Industry Representative
Lyttelton
POLOGNE
Représentant :
Mr Dariusz M. Chmiel
Consulate General of the Republic of Poland
Sydney, Australia
ROYAUME-UNI
Représentant :
Dr Mike Richardson
Polar Regions Unit
Overseas Territories Department
Foreign and Commonwealth Office
London
Représentant suppléant :
Ms Helen Mulvein
Foreign and Commonwealth Office
London
121
Conseillers :
Dr David Agnew
Renewable Resources Assessment Group
Imperial College
London
Mr Harvey Bell
Polar Regions Unit
Overseas Territories Department
Foreign and Commonwealth Office
London
Prof. John Croxall
British Antarctic Survey
Cambridge
Ms Harriet Hall
c/o Foreign and Commonwealth Office
London
Ms Indrani Lutchman
World Wide Fund for Nature
Barbados
(2ème semaine seulement)
Ms Jacqui Richards
British High Commission
Canberra, Australia
Ms Jane Rumble
Polar Regions Unit
Overseas Territories Department
Foreign and Commonwealth Office
London
RUSSIE, FÉDÉRATION DE
122
Représentant :
(2ème semaine seulement)
Mr Leonid Kholod
State Committee for Fisheries
of the Russian Federation
Moscow
Conseillers :
Mr Gennady Boltenko
Department of International Cooperation
State Committee of Russian Federation
for Fisheries
Moscow
Mr Vadim Brukhis
‘Natzrybresursy’
Moscow
Mr Dimitry Gonchar
Ministry of Foreign Affairs
Moscow
Dr Elena Kuznetsova
VNIRO
Moscow
Dr Alexei Orlov
VNIRO
Moscow
Mr Vladimir Senyukov
PINRO
Murmansk
Dr Vyacheslav Sushin
AtlantNIRO
Kaliningrad
Mr Nikita Demin
Industry Representative
Petropavlovsk-Kamchatsky
Mr Alexei Kuzmichev
Industry Representative
Petropavlovsk-Kamchatsky
SUÈDE
Représentant :
Ambassador Greger Widgren
Ministry for Foreign Affairs
Stockholm
Représentant suppléant :
(2ème semaine seulement)
Dr Rolf Åkesson
Ministry of Agriculture Food and Fisheries
Stockholm
Conseiller :
Prof. Bo Fernholm
Swedish Museum of Natural History
Stockholm
123
UKRAINE
Représentant :
Dr Volodymyr Herasymchuk
State Department for Fisheries of Ukraine
Ministry of Agricultural Policy of Ukraine
Kiev
Représentant suppléant :
Dr Leonid Pshenichnov
YugNIRO
Kerch
URUGUAY
Représentant :
Mr Edgardo Cardozo
Ministerio de Ganadería, Agricultura y Pesca
Montevideo
Représentant suppléant :
Capt. Julio Lamarthée
Ministerio de Relaciones Exteriores
Comisión Interministerial CCRVMA-Uruguay
Montevideo
Conseillers :
Sr. Jorge Cambiasso
Dirección Nacional de Recursos Acuáticos
Ministerio de Ganaderia, Agricultura y Pesca
Montevideo
C/N Aldo Felici
Instituto Antártico Uruguayo
Montevideo
Sr. Alberto T. Lozano
Ministerio de Relaciones Exteriores
Coordinador Técnico de la Comisión
Interministerial de la CCRVMA-Uruguay
Montevideo
Dr. Hebert Nion
Dirección Nacional de Recursos Acuáticos
Montevideo
Sr. Roberto Puceiro
Ministerio de Relaciones Exteriores
Montevideo
124
ÉTATS OBSERVATEURS – ÉTATS ADHÉRENTES
CANADA
Mr Sam Baird
Office of the Special Envoy for Asia-Pacific
Fisheries and Oceans Canada
Vancouver, Canada
GRÈCE
Dr Alexis Pittas
Embassy of Greece
Canberra, Australia
PAYS-BAS
Dr Erik Jaap Molenaar
Institute of Antarctic and Southern Ocean Studies
University of Tasmania
Tasmania, Australia
PÉROU
Mrs Esther Bartra
Tasmania, Australia
ÉTATS OBSERVATEURS – PARTIES NON CONTRACTANTES
CHINE,
RÉPUBLIQUE POPULAIRE DE
Mr Yan Dong
International Fisheries Corporation
China National Fisheries Corporation
Beijing
Ms Ting Li
Ministry of Foreign Affairs
Beijing
Mr Wenliang Wei
Chinese Arctic and Antarctic Administration
Beijing
Mr Jun Wu
Chinese Arctic and Antarctic Administration
Beijing
Mr Gang Zhao
Bureau of Fisheries
Ministry of Agriculture
Beijing
INDONÉSIE
Dr Irsan Soemantri Brodjonegoro
Ministry of Marine Affairs and Fisheries
Jakarta
125
MAURICE
Mr Ismet Jehangeer
Ministry of Fisheries
Port Louis
SEYCHELLES
Mr Philippe Michaud
Seychelles Fishing Authority
Victoria, Mahé
OBSERVATEURS – ORGANISATIONS INTERGOUVERNEMENTALES
CBI
Prof. Bo Fernholm
Swedish Museum of Natural History
Stockholm, Sweden
Dr Karl-Hermann Kock
Federal Research Centre for Fisheries
Institute of Sea Fisheries
Hamburg, Germany
CITES
(2ème semaine seulement)
Dr Jim Armstrong
Convention on International Trade
in Endangered Species
Geneva, Switzerland
CPE
Dr Anthony Press
Australian Antarctic Division
Department of Environment and Heritage
Kingston, Australia
CPPS
(2ème semaine seulement )
Sr. Gonzalo Pereira Puchy
Permanent Commission for the South Pacific
Guayaquil, Ecuador
FAO
(2ème semaine seulement)
Dr Ross Shotton
Fishery Resources Division
Food and Agriculture Organization
of the United Nations
Rome, Italy
SCAR
Dr Edith Fanta
Universidade Federal do Paraná
Curitiba, Brazil
126
UICN
Ms Anita Sancho
TRAFFIC South America
Quito, Ecuador
Ms Anna Willock
TRAFFIC International
Cambridge, UK
OBSERVATEURS – ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES
ASOC
(2ème semaine seulement)
Dr Alan Hemmings
ASOC
Canberra
Dr Cristian Pérez Muñoz
ASOC Latin America
Santiago, Chile
Mr Mark Stevens
National Environmental Trust
Washington, DC, USA
Dr Rodolfo Werner
ASOC
Madrid, Spain
COLTO
Mr David Carter
Coalition of Legal Toothfish Operators
Wembley, Western Australia
Mr Martin Exel
Coalition of Legal Toothfish Operators
Wemble y, Western Australia
127
SECRÉTARIAT
Secrétaire exécutif
Science/Respect de la réglementation et
de la répression des infractions
Chargé des affaires scientifiques/du respect de la
réglementation
Analyste des données des observateurs scientifiques
Coordinatrice, application de la réglementation
Assistante au CDS
Denzil Miller
Eugene Sabourenkov
Eric Appleyard
Natasha Slicer
Jacque Turner
Gestion des données
Directeur des données
Spécialiste de la saisie de données
David Ramm
Lydia Millar
Administration et finances
Chargé de l'administration et des finances
Aide-comptable
Réceptionniste
Jim Rossiter
Christina Macha
Rita Mendelson
Communications
Coordinatrice des communications
Assistante à la publication et au site Web
Traductrice/coordinatrice (équipe française)
Traductrice (équipe française)
Traductrice (équipe française)
Traductrice (équipe française)
Traductrice/coordinatrice (équipe russe)
Traductrice (équipe russe)
Traducteur (équipe russe)
Traductrice/coordinatrice (équipe espagnole)
Traductrice (équipe espagnole)
Traductrice (équipe espagnole)
Genevieve Tanner
Doro Forck
Gillian von Bertouch
Bénédicte Graham
Floride Pavlovic
Michèle Roger
Natalia Sokolova
Ludmilla Thornett
Vasily Smirnov
Anamaría Merino
Margarita Fernández
Marcia Fernández
Site Web et ressources informatiques
Administratrice du site Web et des ressources informatiques
Assistante, ressources informatiques
Rosalie Marazas
Philippa McCulloch
Réseau informatique
Technicien (réseau informatique)
Support technique (réseau informatique)
Fernando Cariaga
Simon Morgan
Interprètes
Lucy Barua
Hulus Hulusi
Rosa Kamenev
Roslyn Lacey
Jay Lloyd-Southwell
128
Ludmila Stern
Philippe Tanguy
Irene Ulman
Emy Watt
ANNEXE 2
LISTE DES DOCUMENTS
LISTE DES DOCUMENTS
CCAMLR-XXII/1
Ordre du jour provisoire de la vingt-deuxième réunion de la
Commission pour la conservation de la faune et la flore
marines de l'Antarctique
CCAMLR-XXII/2
Ordre du jour provisoire annoté de la vingt-deuxième réunion
de la Commission pour la conservation de la faune et la flore
marines de l'Antarctique
CCAMLR-XXII/3
Examen des états financiers révisés de 2002
Secrétaire exécutif
CCAMLR-XXII/4
Examen du budget de 2003, projet de budget pour 2004
et prévisions budgétaires pour 2005
Secrétaire exécutif
CCAMLR-XXII/5 Rév. 1
Conditions proposées pour la soumission
des documents de réunion de la CCAMLR
Secrétariat
CCAMLR-XXII/6
Notification de l'intention de la Russie de poursuivre
une pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. dans
les sous- zones 88.1 et 88.2 de la CCAMLR
pendant la saison 2003/04
Délégation russe
CCAMLR-XXII/7
Notification de l'intention de l'Espagne de mettre en place
des pêcheries exploratoires de légines (Dissostichus spp.)
dans les sous-zones 48.6 et 88.1 de la CCAMLR
pendant la saison 2003/04
Délégation espagnole
CCAMLR-XXII/8 Rév. 1
Projet de règles d'accès et d'utilisation
des données de la CCAMLR
Secrétariat
CCAMLR-XXII/9
Coopération entre la CCAMLR et la CITES
Secrétariat
CCAMLR-XXII/10
Rapports des activités des Membres
Secrétariat
CCAMLR-XXII/11
Matériel éducatif proposé par la CCAMLR
Secrétariat
131
CCAMLR-XXII/12 Rév. 1
Projet de plan d'action de la Commission pour la conservation
de la faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR)
visant à prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche illicite,
non déclarée et non réglementée (IUU)
Secrétariat
CCAMLR-XXII/13
Traitement et sécurité des données de la CCAMLR
Secrétariat
CCAMLR-XXII/14
Questions potentielles émanant des réunions de IFF2, COFI-25
et RCTA-XXVI portées à l'attention de la Commission
Secrétariat
CCAMLR-XXII/15
Notification de l'intention de l'Argentine de mener des activités
de pêche exploratoires de Dissostichus spp.
dans les zones de la CCAMLR (sous-zones 48.1, 48.2, 58.6,
58.7, 88.3 et divisions 58.4.1, 58.4.4)
Délégation argentine
CCAMLR-XXII/16
Notification de l'intention de l'Argentine de mener des activités
de pêche exploratoires de Dissostichus spp.
dans les zones de la CCAMLR (sous-zone 48.6)
Délégation argentine
CCAMLR-XXII/17
Notification de l'intention de l'Argentine de mener des activités
de pêche exploratoires de Dissostichus spp. dans les zones
de la CCAMLR (division 58.4.2)
Délégation argentine
CCAMLR-XXII/18
Notification de l'intention de l'Argentine de mener des activités
de pêche exploratoires de Dissostichus spp.
dans les zones de la CCAMLR (divisions 58.4.3a, 58.4.3b)
Délégation argentine
CCAMLR-XXII/19
Notification de l'intention de l'Argentine de mener des activités
de pêche exploratoires de Dissostichus spp. dans les zones
de la CCAMLR (division 58.5.2 à l'ouest de 79°20'E)
Délégation argentine
CCAMLR-XXII/20
Notification de l'intention de l'Argentine de mener des activités
de pêche exploratoires de Dissostichus spp. dans les zones de
la CCAMLR (divisions 58.5.1, 58.5.2 à l'est de 79°20'E)
Délégation argentine
CCAMLR-XXII/21
Notification de l'intention de l'Argentine de mener des activités
de pêche exploratoires de Dissostichus spp. dans les zones
de la CCAMLR (sous- zones 88.1, 88.2)
Délégation argentine
132
CCAMLR-XXII/22
Notification de l'intention de l'Australie
de mener des activités de pêche exploratoire à la palangre
de Dissostichus spp. dans la division 58.4.1
Délégation australienne
CCAMLR-XXII/23
Notification de l'intention de l'Australie de mener des activités
de pêche exploratoire à la palangre de Dissostichus spp.
dans la division 58.4.2
Délégation australienne
CCAMLR-XXII/24
Notification de l'intention de l'Australie
de mener des activités de pêche exploratoire à la palangre
de Dissostichus spp. dans la division 58.4.3a et b
Délégation australienne
CCAMLR-XXII/25
Notification de l'intention de l'Australie
de mener des activités de pêche exploratoire à la palangre
de Dissostichus spp. et Macrourus spp.
dans la division 58.4.3a et b
Délégation australienne
CCAMLR-XXII/26
Notification de l'intention du Japon d'entamer des activités
de pêche exploratoire à la palangre de Dissostichus spp.
dans les sous-zones 48.6 et 88.1
Délégation japonaise
CCAMLR-XXII/27
Notification du projet de pêcheries exploratoires à la palangre
de Dissostichus spp. pour les sous-zones 88.1 et 88.2
Délégation de la République de Corée
CCAMLR-XXII/28
Notification de projets de pêches nouvelles et exploratoires à la
palangre de Dissostichus spp. pour la sous-zone 48.6
et les divisions 58.4.4, 58.5.1 et 58.5.2
Délégation namibienne
CCAMLR-XXII/29
RETIRÉ le 29 octobre 2003
Notification de projets de pêcheries exploratoires à la palangre
de Dissostichus spp. pour les sous-zones 48.3, 48.6, 58.7, 88.1
et 88.2 et les divisions 58.4.2, 58.4.3, 58.4.4 et 58.5.2
Délégation namibienne
CCAMLR-XXII/30
Notification de projets de pêcheries nouvelles et exploratoires
à la palangre de Dissostichus spp. pour la sous- zone 48.6
Délégation namibienne
133
ADDENDA
CCAMLR-XXII/30
ADDENDA
Notification de projets de pêcheries nouvelles et exploratoires
à la palangre de Dissostichus spp. pour la sous- zone 48.6
Délégation namibienne
CCAMLR-XXII/31
RETIRÉ le 29 octobre 2003
Notification de projets de pêcheries à la palangre
de Dissostichus spp. pour la division 58.4.1
en dehors de la juridiction nationale
Délégation namibienne
CCAMLR-XXII/32
Notification de l'intention de poursuivre
la pêche exploratoire à la palangre de Dissostichus spp.
dans la sous- zone 48.6
Délégation néo- zélandaise
CCAMLR-XXII/33
Notification de l'intention de poursuivre
la pêche exploratoire à la palangre de Dissostichus spp.
dans les sous-zones 88.1 et 88.2
Délégation néo- zélandaise
CCAMLR-XXII/34
Notification de l'intention de poursuivre
la pêche exploratoire à la palangre
de Dissostichus spp. dans la division 58.4.2
Délégation ukrainienne
CCAMLR-XXII/35
Notification de l'intention de poursuivre
la pêche exploratoire à la palangre de Dissostichus spp.
dans les divisions 58.4.3a et 58.4.3b
Délégation ukrainienne
ADDENDA
CCAMLR-XXII/35
Notification de l'intention de poursuivre
la pêche exploratoire à la palangre de Dissostichus spp.
dans les divisions 58.4.3a et 58.4.3b
Délégation ukrainienne
CCAMLR-XXII/36
Notification de l'intention de poursuivre
la pêche exploratoire à la palangre de Dissostichus spp.
dans les sous-zones 88.1 et 88.2
Délégation ukrainienne
ADDENDA
CCAMLR-XXII/34
CCAMLR-XXII/35
CCAMLR-XXII/36
Notification de l'intention de poursuivre
la pêche exploratoire à la palangre de Dissostichus spp. dans
la division 58.4.2 (CCAMLR-XXII/34),
les divisions 58.4.3a et 58.4.3b (CCAMLR-XXII/35) et
les sous- zones 88.1 et 88.2 (CCAMLR-XXII/36)
Délégation ukrainienne
134
CCAMLR-XXII/37
Notification de l'intention de poursuivre
la pêche exploratoire à la palangre de Dissostichus spp.
dans les divisions 58.4.2 et 58.4.3a, 58.4.3b
Délégation russe
CCAMLR-XXII/38
Notification de l'intention de mener des activités de pêche
exploratoire au chalut d'espèces de poisson néritiques
(Chaenodraco wilsoni, Trematomus eulepidotus,
Lepidonotothen kempi, Pleurogramma antarcticum et autres)
dans la division 58.4.2
Délégation russe
CCAMLR-XXII/39
Notification de projets de pêches exploratoires
de Dissostichus spp.
Délégation sud-africaine
CCAMLR-XXII/40
Notification de l'intention de prendre part à la pêche
exploratoire de Dissostichus spp. dans la sous-zone 88.1
Délégation britannique
CCAMLR-XXII/41
Notification de l'intention de mener des pêcheries nouvelles
et exploratoires à la palangre
Délégation des Etats-Unis
CCAMLR-XXII/42
Notification d'un projet de pêche exploratoire
de Dissostichus spp. pour la sous-zone 88.1
Délégation uruguayenne
CCAMLR-XXII/43
Etats en développement et la CCAMLR
Secrétariat
CCAMLR-XXII/44
Procédure de recrutement du personnel cadre
Secrétariat
CCAMLR-XXII/45
Mise en place d'un système international de surveillance
des ressources halieutiques (FIRMS)
Dossier de surveillance et proposition
Secrétariat
CCAMLR-XXII/46
Secrétariat de la CCAMLR
Révision des salaires du personnel des services généraux –
juillet 2003
Secrétaire exécutif
CCAMLR-XXII/47 Rév. 1
Listes provisoires des navires IUU préparée
conformément aux mesures de conservation 10-06 et 10-07
Secrétariat
135
CCAMLR-XXII/48
Rapport du secrétaire exécutif au SCAF 2003
Secrétaire exécutif
CCAMLR-XXII/49
Lieux de réunion des prochaines réunions annuelles de la
Commission et du Comité scientifique
Secrétariat
CCAMLR-XXII/50
Questions relatives aux dépenses budgétaires
Secrétariat
CCAMLR-XXII/51
Notification de projets de pêcheries exploratoires
de Dissostichus spp. pour la saison 2003/04
Délégation norvégienne
CCAMLR-XXII/52
Evaluation du respect des mesures de conservation par les
navires de pêche
Délégation de la Communauté européenne
CCAMLR-XXII/53
Développement et essai du SDC électronique sur le web
Secrétariat
CCAMLR-XXII/54
Proposition d'établissement d'un système centralisé de
surveillance des navires (cVMS)
Délégations de l'Australie, des Etats-Unis
et de la Nouvelle-Zélande
CCAMLR-XXII/55
Proposition d'essai d'un système de déclaration journalière
de la capture et de l'effort de pêche dans les pêcheries
exploratoires de la CCAMLR
Délégation néo- zélandaise
CCAMLR-XXII/56
Prélèvement de frais de soumission pour les projets
de pêcherie nouvelle et exploratoire de légine
Délégation de la Communauté européenne
CCAMLR-XXII/57
État des mesures mises en oeuvre par les armements à la pêche
impliqués dans la pêcherie palangrière de légine des TAAF,
pour maîtriser la mortalité accidentelle d'oiseaux
Délégation française
CCAMLR-XXII/58
Rapport du Comité permanent sur l'administration et les
finances (SCAF)
CCAMLR-XXII/58
ERRATA
Rapport du Comité permanent sur l'administration et les
finances (SCAF)
136
CCAMLR-XXII/59
Rapport du Comité permanent sur l'application et l'observation
de la réglementation (SCIC)
**********
CCAMLR-XXII/BG/1
Liste des documents
CCAMLR-XXII/BG/2
List of participants
CCAMLR-XXII/BG/3
Observer’s report of the 55th Annual Meeting of the
International Whaling Commission (16 to 19 June 2003,
Berlin, Germany)
CCAMLR Observer (H. Pott, Germany)
CCAMLR-XXII/BG/4
Report of attendance at the Twenty- fifth Meeting of the FAO
Committee on Fisheries (COFI) and the Third Meeting of
Regional Fisheries Bodies (RFBs)
Executive Secretary
CCAMLR-XXII/BG/5
Report of the CCAMLR Observer to ATCM-XXVI
(Madrid, Spain, 9 to 20 June 2003)
Executive Secretary
CCAMLR-XXII/BG/6
Observer’s Report on the Second International Fishers Forum
(Hawaii, USA, 19 to 22 November 2002)
CCAMLR Observer (Secretariat)
CCAMLR-XXII/BG/7
Summary of current conservation measures and resolutions
in force 2002/03
Secretariat
CCAMLR-XXII/BG/8
Rev. 1
Implementation of fishery conservation measures in 2002/03
Secretariat
CCAMLR-XXII/BG/9
Cooperation with the International Whaling Commission
Secretariat
CCAMLR-XXII/BG/10
Évaluation de la pêche illicite dans les eaux françaises
adjacentes aux îles Kerguelen et Crozet pour la saison
2002/2003 (1er juillet 2002 – 30 juin 2003)
Informations générales sur la zone CCAMLR 58
Délégation française
CCAMLR-XXII/BG/11
Report on attendance at the Sixth Meeting of the Committee
for Environmental Protection Under the Madrid Protocol
Chair of the CCAMLR Scientific Committee
137
CCAMLR-XXII/BG/12
Rev. 1
Calendar of meetings of relevance to the Commission
in 2003/04
Secretariat
CCAMLR-XXII/BG/13
Vacant
CCAMLR-XXII/BG/14
CCAMLR Secretariat – Performance Management
and Appraisal System
Executive Secretary
CCAMLR-XXII/BG/15
CCAMLR Secretariat – confidentiality of information
Executive Secretary
CCAMLR-XXII/BG/16
Implementation of the System of Inspection and other
CCAMLR enforcement provisions in 2002/03
Secretariat
CCAMLR-XXII/BG/17
Cooperation with non-Contracting Parties on the
implementation of CDS and IUU-related measures
Secretariat
CCAMLR-XXII/BG/18
Rev. 1
Implementation and operation of the Catch Documentation
Scheme in 2002/03
Secretariat
CCAMLR-XXII/BG/19
Report of CCAMLR’s observer to the XII Meeting of the
Conference of the Parties Convention on International trade
in Endangered Species of Wild Fauna and Flora (CITES)
CCAMLR Observer (Chile)
CCAMLR-XXII/BG/20
Illegal, unregulated, unreported Patagonian toothfish catch
estimate for the Australian EEZ around Heard and McDonald
Island – 1 December 2002 to 10 October 2003
Delegation of Australia
CCAMLR-XXII/BG/21
Functional specifications for a CCAMLR centralised vessel
monitoring system (cVMS)
Delegations of Australia, New Zealand and the USA
CCAMLR-XXII/BG/22
Secretariat participation in the Fourth World Fisheries
Congress
Secretariat
CCAMLR-XXII/BG/22
APPENDIX
Secretariat participation in the Fourth World Fisheries
Congress
Secretariat
138
CCAMLR-XXII/BG/23
Additional information for provisional IUU vessel list
of Contracting Parties
Delegation of the European Community
CCAMLR-XXII/BG/24
Additional information for proposed IUU vessel list
of non-Contracting Parties
Delegation of the European Community
CCAMLR-XXII/BG/25
Observer’s Report on the WTO Committee on Trade
and Environment (WTO CTE) 2003
CCAMLR Observer (New Zealand)
CCAMLR-XXII/BG/26
Recommendations on the format of annual summaries of data
compiled from the CCAMLR Catch Documentation Scheme
Submitted by the IUCN-World Conservation Union
CCAMLR-XXII/BG/27
Priorities, issues and recommendations of the Antarctic
and Southern Ocean Coalition (ASOC) for the XXII Meeting
of the Convention on the Conservation of Antarctic Marine
Living Resources
Submitted by ASOC
CCAMLR-XXII/BG/28
Monitoring of toothfish fishing vessels calling at Port Louis
Submitted by the Republic of Mauritius
CCAMLR-XXII/BG/29
Observer’s Report on the 2002 Annual Meeting
of the International Commission for the Conservation
of Atlantic Tunas
CCAMLR Observer (European Community)
CCAMLR-XXII/BG/30
FAO Observer’s Report
FAO Observer (R. Shotton)
CCAMLR-XXII/BG/31
Implementation of the CDS system in Brazil
Delegation of Brazil
CCAMLR-XXII/BG/32
Report on activities of the Scientific Committee on Antarctic
Research – SCAR
CCAMLR Observer at SCAR, SCAR Observer at CCAMLR
E. Fanta (Brazil)
CCAMLR-XXII/BG/33
Flag state jurisdiction and control over fishing vessels on the
high seas
Delegation of Norway
139
CCAMLR-XXII/BG/34
Project funding proposal for the establishment of a centralised
vessel monitoring system (cVMS)
Delegations of Australia, New Zealand and United States
of America
CCAMLR-XXII/BG/35
Report to CCAMLR of the 70th Meeting of the InterAmerican Tropical Tuna Commission (24 to 27 June, Antigua,
Guatemala) and the 71st Meeting of the IATTC
(6 and 7 October, San Diego, California)
CCAMLR Observer (USA)
CCAMLR-XXII/BG/36
El Manejo de la Pesquería Argentina de Merluza Negra
(Dissostichus eleginoides)
Delegación de Argentina
CCAMLR-XXII/BG/37
Report to CCAMLR of the Second International Fishers
Forum
(19 to 22 November 2002, Honolulu, Hawaii)
CCAMLR Observer (USA)
CCAMLR-XXII/BG/38
Conclusions de la conférence internationale de Santiago de
Compostela sur la pêche illicite, non déclarée
et non réglementée
Délégation espagnole
Disponible en anglais, français et espagnol
CCAMLR-XXII/BG/39
Overview of enforcement actions and international
cooperation efforts related to the importation of Patagonian
toothfish into the United States, 2002–2003
Delegation of the USA
CCAMLR-XXII/BG/40
Ice strengthening standards for vessels licensed to fish
in high latitudes
Delegation of New Zealand
CCAMLR-XXII/BG/41
Brief update on marine acoustic technology and the Antarctic
environment
Submitted by ASOC
CCAMLR-XXII/BG/42
Withdrawn
CCAMLR-XXII/BG/43
Report of the Scientific Committee Chair to the Commission
CCAMLR-XXII/BG/44
Report of the IUCN – World Conservation Union
Submitted by the IUCN – World Conservation Union
140
CCAMLR-XXII/BG/45
Intervención del Subsecretario de la Comisión Permanente del
Pacífico Sur (CPPS) en la 22a reunión de la Comisión para la
Conservación de los Recursos Vivos Marinos Antárticos
(CCRVMA)
Presentada por la Comisión Permanente del Pacífico Sur
(CPPS)
CCAMLR-XXII/BG/46
Draft proposal for a census of Antarctic marine life
Delegation of Australia
CCAMLR-XXII/BG/47
A tagging protocol for toothfish (Dissostichus spp.)
in CCAMLR new and exploratory fisheries
Delegations of Australia, New Zealand and
the United Kingdom
CCAMLR-XXII/BG/48
Vessel sighting CCAMLR Statistical Area 58.5.2
Delegation of Australia
CCAMLR-XXII/BG/49
CCAMLR Symposium
Delegations of Chile and Australia
**********
SC-CAMLR-XXII/1
Ordre du jour provisoire de la vingt-deuxième réunion du
Comité scientifique pour la conservation de la faune et la flore
marines de l'Antarctique
SC-CAMLR-XXII/2
Ordre du jour provisoire annoté de la vingt-deuxième réunion
du Comité scientifique pour la conservation de la faune et la
flore marines de l'Antarctique
SC-CAMLR-XXII/3
Rapport du Groupe de travail sur le contrôle
et la gestion de l'écosystème
(Cambridge, Royaume-Uni, du 18 au 29 août 2003)
SC-CAMLR-XXII/4
Rapport du Groupe de travail chargé de l'évaluation
des stocks de poissons
(Hobart, Australie, du 13 au 23 octobre 2003)
**********
SC-CAMLR-XXII/BG/1
Catches in the Convention Area in the 2001/02
and 2002/03 seasons
Secretariat
141
SC-CAMLR-XXII/BG/2
Observer’s Report from the 55th Meeting of the Scient ific
Committee of the International Whaling Commission
(Berlin, Germany, 26 May to 6 June 2003)
CCAMLR Observer (K.-H. Kock, Germany)
SC-CAMLR-XXII/BG/3
Data Management: report on activities during 2002/03
Secretariat
SC-CAMLR-XXII/BG/4
Report on the 20th Session of the Coordinating Working Party
on Fisheries Statistics (CWP)
Secretariat
SC-CAMLR-XXII/BG/5
Rev. 1
Summary of notifications of new and exploratory fisheries
in 2003/04
Secretariat
SC-CAMLR-XXII/BG/6
Synopses of papers submitted to WG-EMM-03
Secretariat
SC-CAMLR-XXII/BG/7
Changes to the Statistical Bulletin
Secretariat
SC-CAMLR-XXII/BG/8
Calendar of meetings of relevance to the Scientific Committee
in 2003/04
Secretariat
SC-CAMLR-XXII/BG/9
Fishing gear, marine debris and oil associated with seabirds
at Bird Island, South Georgia, 2002/03
Delegation of the United Kingdom
SC-CAMLR-XXII/BG/10
Beach debris survey – Main Bay, Bird Island, South Georgia,
2001/02
Delegation of the United Kingdom
SC-CAMLR-XXII/BG/11
Entanglement of Antarctic fur seals (Arctocephalus gazella)
in man- made debris at Bird Island, South Georgia, during the
2002 winter and 2002/03 breeding season
Delegation of the United Kingdom
SC-CAMLR-XXII/BG/12
Beach debris survey Signy Island, South Orkney Islands,
2002/03
Delegation of the United Kingdom
SC-CAMLR-XXII/BG/13
Entanglement of Antarctic fur seals Arctocephalus gazella
in man- made debris at Signy Island, South Orkney Islands,
2002/03
Delegation of the United Kingdom
142
SC-CAMLR-XXII/BG/14
Management plan for ASPA No. 145 [SSSI No. 27]
Delegation of Chile
SC-CAMLR-XXII/BG/15
Report of the Convener of WG-EMM-03 to SC-CAMLR-XXII
SC-CAMLR-XXII/BG/16
Summary of scientific observation programmes during
the 2002/03 season
Secretariat
SC-CAMLR-XXII/BG/17
IMAF assessment of new and exploratory fisheries by
statistical area
Ad Hoc Working Group on Incidental Mortality Arising
from Fishing (WG-IMAF)
SC-CAMLR-XXII/BG/18
Summary of population data, conservation status and foraging
range of seabird species at risk from longline fisheries in the
Convention Area
Ad Hoc Working Group on Incidental Mortality Arising
from Fishing (WG-IMAF)
SC-CAMLR-XXII/BG/19
Incidental mortality of seabirds during unregulated longline
fishing in the Convention Area
Ad Hoc Working Group on Incidental Mortality Arising
from Fishing (WG-IMAF)
SC-CAMLR-XXII/BG/20
Relevamiento de desechos marinos en la costa septentrional
de la Base Científica Antártica Artigas (BCAA) en la Isla Rey
Jorge/25 de Mayo – temporada 2002/03
Delegación de Uruguay
SC-CAMLR-XXII/BG/21
Report of the Fourth Meeting of the Ecologically Related
Species Working Group
Submitted by the CCSBT
SC-CAMLR-XXII/BG/22
Report from the 2003 ICES Annual Science Conference
CCAMLR Observer (Belgium)
SC-CAMLR-XXII/BG/23
Vacant
SC-CAMLR-XXII/BG/24
WG-FSA-03 assessment documents
Working Group on Fish Stock Assessment (WG-FSA)
SC-CAMLR-XXII/BG/25
Review of CCAMLR activities on monitoring marine debris in
the Convention Area
Secretariat
143
SC-CAMLR-XXII/BG/26
Information on the biology, ecology and demography of
Antarctic fish species contained in papers tabled at WG-FSA
2003
Working Group on Fish Stock Assessment (WG-FSA)
SC-CAMLR-XXII/BG/27
Background information supporting the Report of the
Meeting of WG-FSA
13 to 23 October 2003 (SC-CAMLR-XXII/4)
Working Group on Fish Stock Assessment
SC-CAMLR-XXII/BG/28
Trawling operations on vessels fishing for icefish in
Subarea 48.3
Working Group on Fish Stock Assessment
SC-CAMLR-XXII/BG/29
Report of the Convener of WG-FSA to SC-CAMLR-XXII,
October 2003
SC-CAMLR-XXII/BG/30
Ad Hoc WG-IMAF Convener’s summary for the Scientific
Committee 2003
SC-CAMLR-XXII/BG/31
Minimisation of accidental mortality in longline fisheries
outside the CCAMLR area
Delegation of Brazil
SC-CAMLR-XXII/BG/32
Report on the activities of the Life Sciences Standing
Scientific Group – LSSSG of the Scientific Committee on
Antarctic Research – SCAR
CCAMLR Observer at SCAR, SCAR Observer at CCAMLR
E. Fanta (Brazil)
144
ANNEXE 3
ORDRE DU JOUR DE LA VINGT-DEUXIÈME RÉUNION
DE LA COMMISSION
ORDRE DU JOUR DE LA VINGT-DEUXIÈME
RÉUNION DE LA COMMISSION
1.
Ouverture de la réunion
2.
Organisation de la réunion
i)
Adoption de l'ordre du jour
ii)
Rapport du président
3.
Finances et administration
i)
Rapport du SCAF
ii)
États financiers vérifiés de 2002
iii)
Type d'audit requis pour les états financiers de 2003
iv)
Questions liées au secrétariat
v)
Fonds de réserve
vi)
Budgets de 2003, 2004 et 2005
vii)
Contributions des Membres
4.
Comité scientifique
5.
Évaluation et prévention de la mortalité accidentelle
des ressources marines vivantes de l'Antarctique
i)
Débris marins
ii)
Mortalité accidentelle des animaux marins dans les opérations de pêche
6.
Application et observation de la réglementation
i)
Rapport du SCIC
ii)
Fonctionnement du Système de contrôle
iii)
Fonctionnement du Système international d'observation scientifique
iv)
Respect des mesures de conservation
v)
Examen de l'organisation des travaux du SCIC
7.
Système de documentation des captures de Dissostichus spp. (SDC)
i)
Rapport du SCIC
ii)
Rapport récapitulatif annuel du SDC
iii)
Utilisation du Fonds du SDC
iv)
Développement d'un SDC électronique sur le Web sans papier (E-SDC)
a)
Examen de l'essai du E-SDC
b)
Future mise en place du E-SDC
v)
Perfectionnement du SDC
8.
Pêche illicite, non réglementée et non déclarée (pêche IUU)
dans la zone de la Convention
i)
Rapport du SCIC
ii)
Rapport du groupe mixte d'évaluation
147
iii)
Examen des mesures en vigueur visant à l'élimination de la pêche IUU
a)
Coopération avec les Parties non-contractantes
b) Liste des navires IUU
c)
Autres mesures de conservation et résolutions liées au SDC
iv)
Examen des nouvelles mesures
a)
Plan d'action de la CCAMLR contre la pêche IUU (PAC-IUU)
b) Autres mesures (y compris tout fait nouveau dans l'application du VMS)
9.
Pêcheries nouvelles et exploratoires
10.
Mesures de conservation
i)
Examen des mesures en vigueur
ii)
Étude de nouvelles mesures et d'autres impératifs de conservation
11.
Gestion des pêches et conservation dans des conditions d'incertitude
12.
Données : accès et sécurité
13.
Collaboration avec d'autres éléments du Système du Traité sur l'Antarctique
i)
Coopération avec les Parties consultatives au Traité sur l'Antarctique
ii)
Coopération avec le SCAR
iii)
Évaluation des propositions de zones de l'Antarctique spécialement protégées et
spécialement gérées comprenant des zones marines
14.
Collaboration avec d'autres organisations internationales
i)
Rapports des observateurs d'organisations internationales
ii)
Rapports des représentants de la CCAMLR aux réunions de 2002/03
d'organisations internationales
iii)
Coopération avec la CITES
iv)
Nomination des représentants aux réunions de 2003/04 d'organisations
internationales
15.
Mise en œuvre des objectifs de la Convention
16.
Élection du vice-président de la Commission
17.
Prochaine réunion
i)
Invitation des observateurs à la prochaine réunion
ii)
Organisation des prochaines réunions
18.
Autres questions
i)
Soumission des documents de réunion
19.
Rapport de la vingt-deuxième réunion de la Commission
20.
Clôture de la réunion.
148
ANNEXE 4
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)
TABLE DES MATIÈRES
Page
EXAMEN DES ÉTATS FINANCIERS RÉVISÉS DE 2002 ..................................
151
TYPE D'AUDIT REQUIS POUR LES ÉTATS FINANCIERS DE 2003 ...................
151
PLAN STRATÉGIQUE DU SECRETARIAT ....................................................
151
SERVICES DU SECRÉTARIAT ....................................................................
152
RECRUTEMENT INTERNATIONAL .............................................................
153
EXAMEN DU BUDGET DE 2003 ..................................................................
153
RECOUVREMENT DES FRAIS ....................................................................
153
FONDS DE RÉSERVE.................................................................................
154
BUDGET DE 2004 ......................................................................................
Budget du Comité scientifique ....................................................................
Salaire des cadres ....................................................................................
Dispositions relatives aux prochaines réunions ................................................
Déclaration journalière des captures et de l'effort de pêche .................................
Autres dépenses possibles ..........................................................................
154
155
155
155
156
156
CONTRIBUTIONS DES MEMBRES ..............................................................
156
PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES POUR 2005 .....................................................
156
FONDS SPÉCIAUX ....................................................................................
157
ÉLECTION DU PRÉSIDEN T ET DU VICE-PRÉSIDENT DU SCAF .....................
158
CLÔTURE DE LA RÉUNION .......................................................................
158
APPENDICE I :
Ordre du jour .................................................................
159
APPENDICE II :
Examen du budget 2003, budget 2004
et prévisions budgétaires 2005 ...........................................
160
150
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)
La Commission a renvoyé la question 3 (Questions financières et administratives) de
son ordre du jour (CCAMLR-XXII/1, appendice A) au SCAF. L'ordre du jour du Comité est
adopté (appendice I).
EXAMEN DES ÉTATS FINANCIERS RÉVISÉS DE 2002
2.
Le Comité note que seul un audit partiel a été réalisé sur les états financiers de 2002,
ce qui n'a pas procuré le même degré d'assurance qu'un audit intégral. Le rapport n'a mis en
évidence aucun cas de non-respect du Règlement financier ou des Normes comptables
internationales. Le Comité recommande à la Commission d'accepter les états financiers
présentés dans CCAMLR-XXII/3.
TYPE D'AUDIT REQUIS POUR LES ÉTATS FINANCIERS DE 2003
3.
Le Comité note que la Commission avait décidé en 1994 qu'un audit complet devait
être effectué en moyenne tous les deux ans, et en 1995, au moins tous les trois ans. Il évoque
l'avis qu'il a émis à l'intention de la Commission en 2002, à savoir qu'il sera nécessaire
d'effectuer sur les états financiers de 2003 un audit complet du fait du système de comptabilité
d'exercice adopté et du nouveau format budgétaire. Il recommande à la Commission
d'exiger un audit intégral des états financiers de 2003.
PLAN STRATÉGIQUE DU SECRETARIAT
4.
Le secrétaire exécutif présente son rapport (résumé dans le document
CCAMLR-XXII/48). Le Comité constate que ce rapport représente un élément important de
l'évaluation annuelle de la performance du secrétaire exécutif.
Il exprime plus
particulièrement sa satisfaction devant l'évolution du Plan stratégique du secrétariat et la mise
en place d'une structure de gestion du personnel, entre autres la conception d'un système
d'évaluation de la performance, un contrat standard du personnel et une politique de
confidentialité. Ayant considéré toutes ces questions dans le détail, le Comité se félicite des
diverses mesures prises par le secrétaire exécutif.
5.
A l'égard de la révision des salaires du personnel des services généraux présenté par le
secrétaire exécutif dans le document CCAMLR-XXII/46, le Comité recommande à la
Commission d'approuver les ré sultats de la révision des salaires et d'inclure les salaires
révisés dans le budget de 2004.
6.
Enfin, the Comité prend note des références mentionnées dans le rapport du secrétaire
exécutif à l'égard des documents de réunion présentés sur le traitement et la sécurité des
151
données de la CCAMLR (CCAMLR-XXII/13), les questions liées à l'IFF2, au COFI-25 et à
la RCTA-XXVI (CCAMLR-XXII/14) ainsi que sur la participation au quatrième Congrès
mondial sur la pêche (CCAMLR-XXII/BG/22).
SERVICES DU SECRÉTARIAT
7.
Le Comité examine les règles proposées pour la soumission et la distribution des
documents des réunions annuelles. Il estime qu'il est important que les documents
d'informations générales soient disponibles pendant la réunion, au moment opportun. Les
règles sont révisées pour veiller à ce que cela soit possible et le Comité recommande à la
Commission d'adopter les règles présentées dans le document CCAMLR-XXII/5 Rév. 1.
8.
Le SCAF se rallie à l'avis du secrétariat selon lequel il serait possible de mieux tirer
parti des rapports annuels d'activités des Membres dans la zone de la Convention. Il
recommande à la Commission de charger le secrétariat de rédiger un document sur la
question, en mentionnant les commentaires formulés par les Membres, en vue d'une
discussion lors de CCAMLR-XXIII.
9.
Le Comité scientifique avise le Comité qu'un certain nombre d'Etats invités par la
Commission à participer aux réunions annuelles en qualité d'observateur ont répondu que leur
participation était entravée par un manque de ressources financières. Le SCAF estime que la
présence de certains États en développement qui ne sont pas en mesure d'envoyer un
représentant par manque de moyens financiers pourrait s'avérer utile et que les États membres
pourraient envisager de les aider en ce sens. Attirant l'attention de la Commission sur la
question, le Comité mentionne l'existence d'un fonds spécial dans le système des Nations
Unies auquel il serait possible d'avoir recours à cet effet. Il avise que la Commission
pourrait vouloir étudier cette information dans l'intérêt d'une meilleure application de
ses travaux.
10.
En examinant le projet de création d'un kit éducatif de la CCAMLR, le Comité estime
que cette initiative constituerait un outil de valeur pour présenter, de manière équilibrée, tous
les aspects des activités de la Commission et du Comité scientifique. Ce kit serait
particulièrement important car il permettrait aux Membres et au secrétariat de répondre
positivement aux demandes de renseignements adressées par le grand public (notamment des
élèves et étudiants) et de faire connaître le travail positif réalisé par la CCAMLR en sa qualité
d'organisation internationale. Le SCAF recommande que la Commission approuve la
proposition du secrétariat sur la création d'un kit éducatif sur le Web dans toutes les
langues de la Commission et charge le secrétaire exécutif de rechercher des occasions de
parrainage pour une version imprimée dans l'espoir que les résultats de ces deux projets
seront examinés par la Commission lors de sa prochaine réunion.
11.
Le Comité recommande à la Commission de charger le secrétariat d'établir des
procédures par lesquelles les mots de passe donnant accès aux pages sécurisées de la
Commission sur le site Web de la CCAMLR seraient communiqués directement non
seulement aux contacts officiels de la Commission, mais également aux représentants
autorisés des Etats Membres et aux chefs de délégation aux réunions. Il souligne que,
pour des raisons de sécurité, ce sont les Membres et non le secrétariat qui sont responsables
de la dissémination des mots de passe.
152
RECRUTEMENT INTERNATIONAL
12.
En réponse à la Commission qui exige le recrutement à chances égales dans tous les
pays Membres des meilleurs candidats pour ses postes cadres (CCAMLR-XXI,
paragraphe 3.18), le Comité recommande à la Commission d'adopter, pour ce
recrutement, des procédures transparentes telles que celles présentées dans
CCAMLR-XXII/44.
EXAMEN DU BUDGET DE 2003
13.
Le SCAF prend note des changements apportés à la structure fonctionnelle du
secrétariat en 2003 et de la révision proposée au format du budget pour refléter ce
changement. Il recommande à la Commission d'adopter le format de budget révisé tel
qu'il est présenté à l'appendice II.
14.
Le Comité constate que le rapport du WG-FSA est beaucoup plus long cette année,
augmentation imprévue, notamment sur le plan budgétaire. Par ailleurs, aucune disposition
n'avait été prise dans le budget pour le soutien au Groupe mixte d'évaluation ad hoc (JAG) de
la pêche IUU en 2003 du fait que sa convocation a été décidée une fois le budget de 2003
adopté. Le Comité note que les revenus de 2003 comportent la somme de A$8 010, revenu
non prévu dans le budget provenant d'un surplus de 2002, somme qui pourrait être utilisée
pour couvrir les dépenses ci-dessus et ainsi éviter que les Membres aient à verser une
contribution supplémentaire. Il recommande à la Commission d'adopter le budget révisé
de 2003, tel qu'il est présenté à l'appendice II, y compris cette augmentation des
dépenses.
RECOUVREMENT DES FRAIS
15.
Suite à ses débats de l'année dernière (CCAMLR-XXI, annexe 4, paragraphe 25) et
aux informations présentées par le secrétariat dans le document CCAMLR-XXII/50 sur les
frais liés au traitement des notifications, le comité envisage la possibilité d'exiger un paiement
pour le traitement des notifications de projets de pêcheries nouvelles et exploratoires et
recommande à la Commission d'envisager l'adoption d'un tel système, aux
caractéristiques suivantes :
Une notification se caractérise par une soumission unique par un Membre
individuel à l'égard d'une année, d'un groupe d'espèces et d'une
sous -zone/division.
Pour la soumission d'une demande relative à une pêcherie nouvelle ou
exploratoire par une partie contractante, l'armement de pêche souhaitant mettre
en œuvre la pêcherie serait tenu de verser une somme calculée selon la formule
suivante :
•
une somme minimale;
153
•
une garantie qui serait remboursée quand la Commission aurait approuvé la
notification, le Membre concerné l'aurait autorisée et la pêcherie aurait été
mise en œuvre.
Les notifications dont le paiement n'aurait pas été reçu par le secrétariat ne
seraient pas examinées. Ce paiement devrait être adressé directement au
secrétariat par un quelconque moyen applicable.
16.
Le Comité recommande de verser les sommes collectées dans le Fonds
d'exploitation générale et tous les revenus des garanties confisquées, dans le Fonds de
réserve.
FONDS DE RÉSERVE
17.
Le Comité note que les procédures établies par la Commission l'année dernière ont été
suivies en ce qui concerne l'utilisation du Fonds de réserve pour couvrir la participation du
Chargé de l'administration et des finances aux discussions sur l'établissement du secrétariat du
Traité sur l'Antarctique. Il recommande que la Commission approuve le paiement
en 2003 de A$4 500 en provenance du Fonds de réserve.
18.
Comme cela a été constaté l'année dernière, l'adoption de la méthode de la
comptabilité d'exercice a introduit un degré accru d'incertitude dans le processus budgétaire,
tout particulièrement à l'égard de la désignation des revenus, lesquels sont désormais
enregistrés lorsqu'ils sont acquis plutôt que l'année suivante, comme c'était le cas
précédemment. Bien que la Commission et le Comité scientifique s'efforcent de contrôler le
degré de variabilité dans les dépenses réelles, le Comité note que les ressources du secrétariat
font toujours l'objet de demandes fréquentes et imprévues qui ne peuvent toutes être
absorbées dans les frais d'exploitation ordinaires. En conséquence de cette situation qui
perdure et de l'expérience acquise avant l'établissement du Fonds de réserve, le Comité estime
qu'il serait approprié de fixer le solde du Fonds à A$110 000.
19.
Le Comité prend note de l'avis du secrétaire exécutif selon lequel, lorsqu'il est décidé
d'organiser des réunions d'intersession ad hoc, tout manque de clarté dans les attributions peut
occasionner des inefficacités considérables, notamment dans le soutien attendu du secrétariat.
Le SCAF recommande à la Commission d'exiger que ces réunions soient clairement
définies et au responsable de documenter au préalable le mandat et les besoins de la
réunion, en consultant le secrétaire exécutif sur, au minimum, la gestion des documents
de réunion, les déplacements et l'hébergement nécessaires, les frais de location (salles de
réunion et équipement), le soutien administratif et le soutien procuré par le secrétariat,
la participation, la gestion du rapport et les besoins en traduction à l'égard de ce
rapport.
BUDGET DE 2004
20.
Le Comité recommande à la Commission de confirmer à nouveau qu'elle
maintient pour principe son objectif de croissance réelle nulle.
154
Budget du Comité scientifique
21.
Le président du Comité scientifique, en présentant le budget de son Comité, souligne
que l'augmentation du travail de celui-ci et de ses groupes de travail a provoqué une hausse
des exigences budgétaires. Il s'agit, entre autres, de A$20 000 pour les travaux d'intersession
fondés sur des documents rédigés par le WG-FSA pour 2004, lesquels permettraient au
Comité scient ifique de contrôler ces coûts dans les années à venir.
22.
Le SCAF prend note de l'augmentation de 21% du budget de 2004 du Comité
scientifique, par rapport à 2003, mais il reconnaît qu'il est important de financer au mieux les
travaux de ce comité qui sont fondamentaux dans le processus de prise de décision par la
Commission.
Tout en rappelant son objectif de croissance réelle nulle, le SCAF
recommande à la Commission d'accepter cette augmentation et d'intégrer le budget du
Comité scientifique, A$214 600 selon les chiffres présentés, dans le budget de 2004 de la
Commission.
Salaire des cadres
23.
Aucun Membre n'ayant offert de faire participer des experts à la révision de la
structure des salaires des cadres, le SCAF recommande à la Commission de poursuivre la
révision des salaires des cadres et de prendre la structure des salaires du tout récent
secrétariat de la RTCA comme point de référence.
Dispositions relatives aux prochaines réunions
24.
L'Australie, en sa qualité de gouvernement hôte, fait un compte rendu des
consultations en cours sur l'évaluation des propositions de déménagement du secrétariat dans
un bâtiment qui disposerait de ses propres salles de réunion. Alors qu'il n'est possible de
prévoir ni la fin ni l'aboutissement de ces discussions, l'Australie confirme que cette question
reçoit la plus grande attention.
25.
Le Comité accepte l'avis du secrétaire exécutif selon lequel cet exercice est mené avec
bonne volonté et transparence par toutes les parties en jeu, bien que des délais répétés soient à
déplorer. Le SCAF prend note de la nécessité continue et urgente pour les délégués et autres
représentants assistant à la réunion annuelle de la Commission de disposer de conditions de
travail adéquates pendant la longue période de la réunion. Le SCAF recommande à la
Commission d'exprimer son inquiétude face aux conditions d'incertitude entourant
l'identification d'un lieu de réunion souhaitable. Il lui recommande également d'inviter
le secrétariat et l'Australie à s'attacher à résoudre cette question au plus tôt pour
permettre à la réunion annuelle de se dérouler dans un autre lieu l'année prochaine.
26.
Dans l'attente de la clôture des négociations auxquelles il est fait référence plus haut,
le secrétariat devrait faire une réservation provisoire à Wrest Point pour CCAMLR-XXIII.
155
Déclaration journalière des captures et de l'effort de pêche
27.
Le SCAF note qu'une expérience de déclaration journalière de capture et d'effort de
pêche dans la sous-zone 88.1, si la Commission l'approuvait, entraînerait une dépense
supplémentaire de A$30 000.
Autres dépenses possibles
28.
Le Comité identifie trois domaines dans lesquels des dépenses supplémentaires
pourraient survenir pour 2004, dont les exigences et l'ampleur ne seront pas déterminées tant
que la Commission n'en aura pas discuté. Il s'agit de la participation du secrétaire exécutif à
un symposium de la CCAMLR, de la participation de la CCAMLR au partenariat FIGISFIRMS et du déménagement des bureaux du secrétariat. Sous réserve de ce qui précède, le
Comité recommande à la Commission d'adopter le budget de 2004 tel qu'il est présenté à
l'appendice II.
29.
Il est noté que l'augmentation des activités de la Commission et du Comité scientifique
en 2004 pourrait être absorbée dans la limite de croissance réelle nulle par la seule inclusion
des économies générées par la mise en œuvre d'une politique de recouvrement des coûts
relatifs aux notifications de pêcheries nouvelles et exploratoires. Le Comité recommande à
la Commission de continuer à explorer les possibilités de réduction des dépenses. Les
Membres et le secrétariat devraient notamment chercher comment il serait possible de
raccourcir les rapports et les documents de réunion produits et distribués ou d'en
réduire le nombre.
CONTRIBUTIONS DES MEMBRES
30.
L'Argentine, la République de Corée, l'Espagne, le Japon et l'Uruguay avisent le
Comité que des difficultés de procédure les empêcheront de se conformer à la date du 1er mars
pour le versement de leur contribution de 2004. Le SCAF recommande que seuls ces
Membres se voient accorder un délai en vertu de la Règle 5.6 du Règlement financier et
prend note de l'avis des autres Membres selon lequel les Membres concernés devraient
continuer à s'efforcer de résoudre ces difficultés de procédure dans les années qui viennent.
Le Comité note qu'il continuera à envisager la possibilité de facturer des intérêts de retard ou
de prendre d'autres mesures qui encourageraient le prompt versement des contributions.
PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES POUR 2005
31.
Le président du Comité scientifique avise le SCAF que trois autres dépenses possibles
pourraient s'inscrire au budget de 2005, en sus de celles présentées dans CCAMLR-XXII/4.
Il s'agit de A$5 000 pour le Réseau Otolithes (prévu pour 2004 puis reporté), A$16 000 pour
les experts invités au WG-EMM et A$20 000 pour la révision du Manuel de l'observateur
scientifique. Ces sommes étant incluses, le Comité recommande à la Commission de
prendre note des prévisions budgétaires pour 2005.
156
32.
Le SCAF réitère l'avis selon lequel la Commission devrait exiger que l'on continue à
s'efforcer de maintenir une croissance réelle nulle.
FONDS SPÉCIAUX
33.
Le Comité note que l'année dernière, la Commission a approuvé le versement de
A$89 000 du Fonds du SDC pour couvrir la mise en place d'un SDC électronique (E-SDC).
Bien que le séminaire de formation envisagé n'ait pas eu lieu, il a fallu appliquer une partie de
la dépense qui y était allouée à la documentation du logiciel du E-SDC. Le Comité reconnaît
que cette utilisation était appropriée et, avec l'accord du comité chargé de l'examen du Fonds
du SDC, il recommande à la Commission d'approuver la dépense réelle de A$73 400 à
partir du Fonds du SDC en 2003.
34.
Le président du SCIC avise que son Comité recommande à la Commission d'étendre le
projet pilote de E-SDC en 2004. Avec l'accord du comité chargé de l'examen du Fonds du
SDC, le SCAF recommande de sortir A$54 000 du Fonds du SDC pour couvrir le solde
des frais d'établissement et de maintenance des systèmes du E-SDC au secrétariat pour
les trois années à venir. Le comité note que l'utilisation du Fonds du SDC est réservée à des
projets spécifiques et prévoit que les dépenses qu'occasionnera le E-SDC à l'avenir seront
couvertes par le Fonds général.
35.
Le président du SCIC avise que son Comité n'est pas en mesure d'aviser la
Commission quant à l'à-propos de l'établissement d'un Système centralisé de surveillance des
navires établi par la CCAMLR (C-VMS). Le SCAF recommande à la Commission, s'il est
décidé d'établir ce C-VMS, de faire couvrir les frais de fonctionnement de la première
année (estimés au total à A$182 500) par la totalité des sommes disponibles dans les deux
fonds des Etats-Unis : le Fonds spécial du VMS et le Fonds spécial sur le respect de la
réglementation, et de faire couv rir le solde de A$39 900 par le Fonds du SDC avec
l'accord du comité chargé de l'examen de ce fonds. Le comité chargé du Fonds du SDC
indique qu'il a évalué la proposition telle qu'elle est présentée dans CCAMLR-XXII/54
et BG/34 et que si des modifications importantes y sont apportées, il devra porter un nouveau
jugement.
36.
Le Comité note qu'en dépit du fait que les deux premiers fonds seraient épuisés, ils ne
cesseraient pas d'exister.
37.
Le Comité note que les coûts récurrents d'un C-VMS seraient couverts par le Fonds
d'exploitation générale et qu'ils seraient directement liés à la pêche. A cette fin, il
recommande, dans le cas de l'établissement d'un C-VMS, que la formule de contribution
qu'adoptera la Commission l'année prochaine tienne compte de ce qui précède en
examinant la quote-part des Membres menant des activités de pêche.
38.
Le Comité note que la garde des fonds de la RCTA, pendant le processus
d'établissement du secrétariat de la RCTA, ne devrait pas avoir de répercussions budgétaires
pour la CCAMLR et recommande que la Commission accepte que le secrétariat reçoive et
ait la garde temporaire des contributions volontaires de la RCTA, comme l'a demandé
cette dernière.
157
ÉLECTION DU PRÉSIDEN T ET DU VICE-PRÉSIDENT DU SCAF
39.
Le Comité nomme l'Allemagne à la présidence du SCAF et l'Afrique du Sud à la viceprésidence, de la fin de la réunion de 2003 à la fin de la réunion de 2005.
CLÔTURE DE LA RÉUNION
40.
Le Comité adresse des remerciements chaleureux à M. Hermann Pott (Allemagne) qui
a si bien su présider la réunion après avoir été prévenu particulièrement tard du rôle qui lui
revenait.
158
APPENDICE I
ORDRE DU JOUR
Comité permanent sur l'administration et les finances (SCAF)
(Hobart, Australie, du 27 au 31 octobre 2003)
1.
Organisation de la réunion
2.
Examen des états financiers révisés de 2002
3.
Type d'audit requis pour les états financiers de 2003
4.
Plan stratégique du secrétariat
5.
Services du secrétariat
6.
Recrutement international
7.
Examen du budget de 2003
8.
Recouvrement des frais
9.
Fonds de réserve
10.
Budget de 2004
i)
Salaires des cadres
ii)
Examen des dispositions relatives aux prochaines réunions
iii)
Proposition de VMS centralisé
iv)
Budget du Comité scientifique
v)
Avis rendu par le SCIC
11.
Contributions des Memb res
i)
Dates de versement des contributions des Membres
ii)
Mise en œuvre de la formule de contribution
12.
Prévisions budgétaires pour 2005
13.
Fonds du SDC
14.
Autres questions renvoyées par la Commission
15.
Élection du président et du vice-président du SCAF
16.
Adoption du rapport.
159
APPENDICE II
EXAMEN DU BUDGET 2003, BUDGET 2004 ET PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES 2005
(tous les montants sont en dollars australiens )
Budget de 2003
Adopté
en 2002
Révisé
Budget
provisoire
2004
Variance
Prévisions
2005
REVENUS
2 435 000
0
(8 100)
44 700
386 100
0
2 857 700
2 435 000
0
(8 100)
44 700
386 100
8 010
2 865 710
0
0
0
0
8 010
8 010
Contributions annuelles des
Membres
Contribution des nouveaux Membres
Du (vers) fonds spéciaux
Intérêts
Imposition du personnel
Excédent de l'année précédente
2 508 600
0
(8 100)
43 400
410 500
0
2 954 400
2 604 100
0
0
44 700
420 300
0
3 069 100
505 600
505 500
650 200
289 000
255 400
748 700
2 954 400
520 800
527 200
669 700
314 600
259 000
777 800
3 069 100
2 127 200
143 100
46 800
32 500
248 500
130 800
54 000
86 600
84 900
2 954 400
2 190 400
147 400
48 200
33 500
256 000
158 800
69 200
89 200
76 400
3 069 100
DÉPENSES
494 900
495 700
911 900
0
244 000
711 200
2 857 700
494 900
495 700
642 610
277 300
244 000
711 200
2 865 710
0
0
(269 290)
277 300
0
0
8 010
Gestion des données
Respect de la réglementation
Communications
Services information
Technologie de l'information
Administration
Dépenses par sous-poste
(Type de dépenses)
2 060 300
136 500
45 400
31 600
242 900
133 300
60 000
86 900
60 800
2 857 700
160
2 068 310
136 500
45 400
31 600
242 900
133 300
60 000
86 900
60 800
2 865 710
8 010
0
0
0
0
0
0
0
0
8 010
Salaires et primes
Crédit bail de l'équipement
Assurance et maintenance
Formation
Salles et équipement de réunion
Déplacements
Impression et photocopie
Communication
Divers
ANNEXE 5
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
SUR L'APPLICATION ET L'OBSERVATION
DE LA RÉGLEMENTATION (SCIC)
TABLE DES MATIÈRES
Page
I.
II.
OUVERTURE DE LA RÉUNION ...........................................................
165
PÊCHE IUU DANS LA ZONE DE LA CONVENTION ...............................
Rapports en vertu des articles X, XXI, XXII et XXIV .......................................
Niveaux actuels de la pêche IUU .................................................................
Procédures d'estimation des captures IUU ......................................................
Listes des navires IUU ..............................................................................
Navires des Parties contractantes .................................................................
Santo Antero (Portugal) .........................................................................
Eternal (Pays-Bas – immatriculé aux Antilles néerlandaises) ..........................
Dorita (Uruguay) .................................................................................
Lugalpesca (Uruguay) ...........................................................................
Viarsa I (Uruguay) ...............................................................................
Lena (Russie) ......................................................................................
Volga (Russie) ....................................................................................
Strela et Zarya (Russie) .........................................................................
Projet de Liste des navires des Parties non contractantes ....................................
Lince (Seychelles) ................................................................................
Noemie (Belize) ...................................................................................
Notre Dame (Bolivie) ............................................................................
Praslin (Seychelles) ..............................................................................
Alos – ex Lena (Ghana – auparavant arborant le pavillon des Seychelles) ...........
Inca – ex Viking (Belize, auparavant arborant le pavillon des Seychelles) ..........
Informations supplémentaires soumises au Comité ...........................................
165
165
166
167
168
169
169
169
169
170
171
171
171
172
173
173
173
174
174
174
174
175
III.
EXAMEN DES MESURES ET POLITIQUES RELATIVES AU RESPECT
ET À LA MISE EN APPLICATION DE LA RÉGLEM ENTATION ................
Groupe d'évaluation mixte .........................................................................
Procédures d'évaluation du respect de la réglementation ....................................
Mesures de conservation en vigueur .............................................................
Système centralisé de surveillance des navires ................................................
Projet d'essai d'un système de déclaration journalière des captures .......................
Système de contrôle .................................................................................
Coopération avec les Parties non contractantes ................................................
Coopération avec des organisations internationales ..........................................
177
177
178
179
180
184
184
185
185
IV. EXAMEN DU SYSTÈME DE DOCUMENTATION DES CAPTURES ...........
Fonctionnement du SDC en vigueur, avec certificats de capture sur papier .............
Comptes rendus récapitulatifs annuels sur le SDC ............................................
Publication des données récapitulées du SDC .................................................
Projet de règles d'accès et d'ut ilisation des données de la CCAMLR .....................
Propositions visant à l'amélioration du fonctionnement du SDC ..........................
Développement et essai du SDC électronique sur le Web ...................................
Etablissement d'un SDC électronique généralisé ..............................................
186
186
187
187
188
189
189
190
163
V.
SYSTÈME INTERNATIONAL D'OBSERVATION SCIENTIFIQUE .............
190
VI.
AUTRES QUESTIONS.........................................................................
190
VII. ÉLECTION DU VICE-PRÉSIDENT DU COMITÉ .....................................
191
VIII. AVIS À LA COMMISSION ..................................................................
191
IX.
193
ADOPTION DU RAPPORT ET CLÔTURE DE LA RÉUNION .....................
APPENDICE I :
Ordre du jour ...................................................................
194
APPENDICE II :
Liste des documents ..........................................................
196
APPENDICE III :
Listes proposées des navires des Parties contractantes
et non contractantes (mesures de conservation 10-06 et 10-07) ....
201
Ébauche des mesures de conservation 10-04
et 10-05 proposées ...........................................................
205
APPENDICE IV :
164
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT SUR L'APPLICATION
ET L'OBSERVATION DE LA RÉGLEMENTATION (SCIC)
I.
OUVERTURE DE LA RÉUNION
1.1
La réunion du Comité permanent sur l'application et l'observation de la réglementation
(SCIC) s'est déroulée du 27 au 31 octobre 2003 sous la présidence de Yann Becouarn
(France). Tous les membres de la Commission ont participé à cette réunion. Aucun Membre
n'a invoqué de décision en vertu de la règle 32 b) du Règlement intérieur de la Commission.
Par conséquent, les observateurs du Canada, de l'Indonésie, de la République Populaire de
Chine, de Maurice, des Pays-Bas et des Seychelles, de la Coalition sur l'Antarctique et l'océan
Austral (ASOC), de l'Union Internationale pour la conservation de la nature et de ses
ressources (UICN) et de la Coalition des opérateurs lé gaux de légines (COLTO) ont participé
à la réunion.
1.2
Le Comité a adopté l'ordre du jour qui figure dans les documents CCAMLR-XXII/1
et SCIC-03/1.
1.3
L'ordre du jour et la liste des documents examinés par le Comité figurent
respectivement aux appendices I et II.
II.
PÊCHE IUU DANS LA ZONE DE LA CONVENTION
Rapports en vertu des articles X, XXI, XXII et XXIV
2.1
Le secrétariat présente un récapitulatif des rapports transmis par les Membres
(CCAMLR-XXII/BG/16).
2.2
Le Comité note que, conformément aux articles X et XXII de la Convention, des
rapports ont été reçus de l'Afrique du Sud, de l'Australie, de la France, ainsi que des
Seychelles en sa qualité de Partie participant au système de documentation des captures de
Dissostichus spp. (SDC). Les rapports comprennent des informations sur les repérages et
l'arraisonnement des navires dans la zone de la Convention de la CCAMLR.
2.3
L'Australie présente un résumé des informations sur les repérages et l'arraisonnement
des navires de pêche illicite, non réglementée et non déclarée (IUU) dans la zone de la
Convention (CCAMLR-XXII/BG/20). L'Australie signale qu'un navire arborant le pavillon
de la Russie, le Strela, a été repéré dans la division 58.5.2; un navire arborant le pavillon de
l'Uruguay, le Viarsa I, a été pris en chasse et arraisonné après avoir été repéré dans la ZEE de
l'Australie à l'intérieur de la division 58.5.2 et un navire arborant le pavillon du Ghana, l'Alos,
a été repéré dans la division 58.5.2. L'Australie déclare également disposer des preuve s d'une
pêche IUU accrue dans la division 58.4.2. Elle estime que le repérage du Viarsa I est
représentatif du problème des navires qui, en manipulant délibérément leur système de
surveillance des navires (VMS), déclarent une position fausse.
2.4
La Nouvelle-Zélande présente au Comité des informations en expliquant qu'un
patrouilleur de surveillance a repéré, en date du 7 mars 2003, un navire arborant le pavillon de
165
la Russie, le Volna. Ce navire menait des activités de pêche à l'intérieur d'un rectangle à
échelle précise qui était fermé à la pêche depuis le 25 février 2003.
2.5
En réponse à la déclaration de la Nouvelle-Zélande sur le repérage du navire battant
pavillon russe, le Volna, à l'intérieur d'un rectangle à échelle précise fermé à la pêche, la
Russie fait part des conclusions de son enquête, à savoir que le navire ne menait pas
d'opérations de pêche en violation de la mesure de conservation 41-01 car il remontait la
palangre dont la partie centrale était située dans le rectangle à échelle précise adjacent qui, lui,
était ouvert, ainsi qu'il est décrit au paragraphe 4 ii) de la mesure de conservation 41-01. Par
conséquent, la Russie estime que le Volna a respecté la mesure de conservation 41-01.
2.6
La Russie indique également que d'autres membres de la Commission ont eu des
difficultés à interpréter les dispositions de la mesure de conservation 41-01, ainsi qu'il est
indiqué à la page 6 du document CCAMLR-XXII/BG/8 Rév. 1.
2.7
La France signale l'arraisonnement du Lince, navire arborant le pavillon des
Seychelles, ainsi que les repérages du Praslin (pavillon des Seychelles), du Lugalpesca
(pavillon de l'Uruguay) (CCAMLR-XXII/BG/10) et du Lome (pavillon du Belize ou du
Togo), précédemment connu sous le nom de Noemi.
2.8
La France fait également part de trois tendances observées récemment dans les
stratégies adoptées par les opérateurs IUU :
i)
Un plus grand nombre de transbordements en mer, ceux-ci permettant aux
captures d'être déchargées dans les ports à proximité des marchés asiatiques dans
lesquels aucun contrôle n'est assuré;
ii)
l'utilisation croissante de faux documents de capture et de VMS;
iii)
l'activité IUU s'étend aux zones adjacentes au continent antarctique.
2.9
L'Afrique du Sud présente des informations sur les repérages du Praslin (pavillon des
Seychelles), du Lugalpesca et du Viarsa I (pavillons de l'Uruguay) dans la ZEE sud-africaine
à l'intérieur de la sous-zone 58.7, près des îles du Prince Edouard au début du mois de
décembre 2002. L'Afrique du Sud signale également les mesures prises contre le Viola, qui
avait déchargé une quantité de légine à Beira au Mozambique pendant la période
d'intersession 2001/02.
Niveaux actuels de la pêche IUU
2.10 Le président du Comité scientifique avise le SCIC que le Groupe de travail chargé de
l'évaluation des stocks de poissons (WG-FSA) a révisé les estimations des captures IUU qui
ont été soumises par le secrétariat (SCIC-03/5 Rév. 1). La méthode déterministe utilisée
actuellement par le secrétariat pour estimer les captures IUU est la même que celle utilisée par
le groupe de travail ces dernières années. Cette méthode repose sur les informations soumises
par les Membres sur plusieurs navires repérés et les informations sur les campagnes de pêche
et les taux de captures obtenus à partir des données de la CCAMLR sur les navires sous
licence.
166
2.11 Ces estimations de captures IUU pour la période du 1er décembre 2002 au 1er octobre
2003 ont ensuite été calculées au prorata jusqu'à la fin de la saison (30 novembre 2003).
2.12 Le Comité a reçu des informations du président du Comité scientifique sur les
captures IUU des saisons 2001/02 et 2002/03 et note que :
i)
la capture IUU totale estimée (10 070 tonnes) indique que la capture IUU totale
pourrait avoir été un peu moins élevée dans la zone de la Convention pour la
saison 2002/03. Toutefois, elle reste toujours trop élevée et ne peut être durable
dans le contexte des informations actuelles sur les populations de légine dans la
zone de la Convention;
ii)
les captures en haute mer déclarées en provena nce de la zone 47 ont augmenté
ces trois dernières années (76 tonnes en 2000/01, 655 tonnes en 2001/02 et
2 852 tonnes jusqu'à présent en 2002/03);
iii)
les captures de la saison de pêche 2002/03 dans les zones 51 et 57 sont moins
élevées qu'en 2001/02 (3 643 tonnes en 2002/03 par rapport à 10 620 tonnes en
2001/02 dans la zone 51 et 858 tonnes en 2002/03 par rapport à 3 803 tonnes en
2001/02 dans la zone 57) mais ces chiffres pourraient être le résultat d'une
déclaration incomplète des données;
iv)
certaines captures déclarées par le biais du SDC pourraient représenter des
captures IUU effectuées dans la zone de la Convention et faussement déclarées
comme provenant des zones de haute mer en dehors de la zone de la Convention.
2.13 Le Comité prend également note de l'avis du Comité scientifique selon lequel les
niveaux de mortalité causée par la pêche IUU dans la zone de la Convention continuent d'être
non durables pour les populations d'albatros, de pétrels géants et de pétrels à menton blanc qui
se reproduisent dans la zone de la Convention. Un grand nombre d'espèces d'albatros et de
pétrels sont menacés d'extinction par la pêche à la palangre. Le Comité approuve la demande
du Comité scientifique à la Commission quant aux mesures à prendre d'urgence pour enrayer
la saison prochaine la mortalité des oiseaux de mer causée par les navires non réglementés
(SC-CAMLR-XXII, annexe 5).
2.14 La République de Corée partage l'inquiétude générale concernant les captures de la
zone 57 et la possibilité de pêche IUU en dehors de la zone de la Convention. Elle fait savoir
que les navires battant son pavillon mènent des opérations de pêche dans les zones 51 et 57 de
la FAO depuis 2000 et qu'elle est disposée à mettre les données VMS, et toute autre
information destinée à déterminer la position de pêche de ses navires, à la disposition de tous
les Membres de la CCAMLR si nécessaire. Elle avise par ailleurs que ces navires ont déposé
une notification de pêche exploratoire pour la saison prochaine.
Procédures d'estimation des captures IUU
2.15 Le président du Comité scientifique estime que la méthode utilisée actuellement par le
secrétariat pour estimer les captures IUU pourrait être améliorée en tenant formellement
compte à la fois des navires IUU "vus" et "non vus", en utilisant un modèle de simulation
pour obtenir des estimations et des intervalles de confiance rigoureux sur le plan statistique
167
des captures effectuées par les navires IUU. Cette approche a été mise à l'essai en se basant
sur les données de la sous-zone 48.3 et a été présentée au WG-FSA l'année dernière
(WG-FSA-02/4). Le SCIC note que le WG-FSA a également relevé l'utilité des données du
SDC pour déterminer les tendances des captures de légine et encourage le groupe d'évaluation
mixte (JAG) à incorporer d'autres données, les données commerciales par exemple, pour
vérifier la quantité de légine commercialisée par recoupement avec les documents de capture
(SCIC-03/13 Rév. 1).
2.16 Le Comité note que ces questions font partie intégrante des attributions élaborées par
le JAG et qu'elles ont été soumises à la Commission pour examen et approbation (SCIC-03/13
Rév. 1).
Listes des navires IUU
2.17 Le Comité examine une Liste provisoire des navires IUU des Parties contractantes
ainsi qu'un projet de Liste des navires IUU des Parties non contractantes, dressées par le
secrétariat conformément aux mesures de conservation 10-06 et 10-07 (CCAMLR-XXII/47
Rév. 1). Le Comité tient compte du fait que toutes les informations relatives à la compilation
par le secrétariat du projet de Liste des navires des Parties contractantes ont été distribuées
aux Membres avant le 30 juillet 2003 conformément au paragraphe 7 de la mesure de
conservation 10-06. Lorsque les Membres ont transmis des informations supplémentaires
moins de 30 jours avant CCAMLR-XXII, ces informations ont été placées sur le site Internet
de la CCAMLR et les Membres ont été notifiés en conséquence. Les informations
supplémentaires fournies par les Membres au moment de la réunion se trouvent dans les
documents CCAMLR-XXII/BG/23 et 24, SCIC-03/15, 16, 17 et 18.
2.18 Le Comité examine les listes et prépare les Listes proposées de navires IUU
conformément aux mesures de conservation 10-06 et 10-07 pour que la Commission puisse
les examiner (appendice III). Chaque navir e est examiné séparément en tenant compte de
toutes les informations soumises par les Membres, ainsi que des commentaires que les Etats
du pavillon ont transmis pendant la période d'intersession et pendant la réunion. Dans les cas
où un navire a, par la suite, changé de pavillon ou été radié du registre d'immatriculation, le
navire a été classé sous son pavillon et son nom actuels, mais il est fait mention du nom et du
pavillon sous lesquels il menait les opérations de pêche au moment où l'incident IUU a été
déclaré.
2.19 Un résumé des discussions du Comité est donné ci-dessous pour chaque navire
apparaissant sur la Liste provisoire des navires IUU des Parties contractantes et sur le projet
de Liste des navires IUU des Parties non contractantes. Dans les paragraphes suivants, le
pavillon mentionné est celui que le navire arborait au moment où l'incident a été signalé.
168
Navires des Parties contractantes
Santo Antero (Portugal)
2.20 En 2002, le ministère de la pêche du Mozambique a déclaré que le navire avait
déchargé une cargaison de légine le 21 février et le 6 mars 2002 à Maputo (Mozambique). Le
navire n'était pas en possession d'un document de capture.
2.21 La Communauté européenne avise qu'elle a entamé une enquête pour déterminer la
position du navire pendant la période en question. Après avoir examiné les carnets de pêche
du navire et la documentation relative aux captures, les autorités portugaises ont établi que
l'espèce déchargée était une espèce hautement migratoire comme le thon. La Communauté
européenne a distribué les copies de la correspondance échangée avec les autorités du
Mozambique dans lesquelles celles-ci indiquaient qu'elles ne pouvaient avec certitude
confirmer si la capture déchargée était une capture de légine (SCIC-03/17).
2.22 Par conséquent, le Comité recommande que le Santo Antero soit retiré de la Liste
provisoire des navires des Parties contractantes.
Eternal (Pays-Bas – immatriculé aux Antilles néerlandaises)
2.23 En date du 10 janvier 2002, un navire de recherche australien a repéré et photographié
un navire dans la division 58.4.2. Le navire s'est fait connaître sous le nom de Kambott,
navire battant pavillon mauritanien. Le navire a par la suite été identifié dans le rapport
indépendant d'un ingénieur maritime comme étant l' Arvisa I, plus tard rebaptisé Eternal.
2.24 L'Eternal a été arraisonné le 19 juillet 2002 par la France pour activités de pêche dans
la ZEE française à l'intérieur de la division 58.5.1. La France a fait savoir que le navire avait
été saisi par les autorités françaises après l'arraisonnement.
Si la France décide
éventuellement de procéder au sabordage de l' Eternal, elle proposera en temps utile le retrait
de l'Eternal de la Liste des navires des Parties contractantes.
2.25 Le 13 janvier 2003, les autorités néerlandaises ont envoyé un rapport à la CCAMLR
sur la décision de radier le navire des registres d'immatriculation et la date d'échéance de sa
licence provisoire.
2.26 Le Comité recommande de conserver l' Eternal sur la Liste provisoire des navires des
Parties contractantes.
Dorita (Uruguay)
2.27 En date du 10 janvier 2002, un navire a été repéré et photographié dans la
division 58.4.2 par un navire de recherche australien. Le navire se déclare sous le nom de
Nova Tuna 1, arborant le pavillon du Ghana. Le même jour, le navire de recherche australien
a repéré des engins de pêche dans l'eau dans cette zone. Le rapport indépendant d'un
ingénieur maritime a permis plus tard d'identifier le navire sous le nom de Dorita.
169
2.28 L'Uruguay fait savoir qu'il a mené une enquête et que, d'après ses conclusions, les
positions déclarées par le navire de recherche australien ne correspondent pas aux données
VMS de l'Uruguay pour le Dorita. Il fait également savoir que le Dorita a fait l'objet d'une
inspection portuaire en décembre 2001 selon laquelle ses bouées n'étaient pas équipées d'un
Système de positionnement universel (GPS). Il avise par ailleurs que, du 5 au 7 février 2002,
le Dorita avait transité par les limites nord-est des divisions 58.5.1 et 58.5.2. L'Uruguay avise
que, d'après les données de VMS mises à sa disposition, le navire se serait trouvé dans la zone
statistique 57 de la FAO lors du repérage en janvier 2002. Il confirme que le Dorita a par la
suite déchargé une cargaison de légine à Mombassa au Kenya et qu'un contrôle portuaire
effectué alors révèle que les scellés apposés sur le VMS du navire n'ont pas été manipulés.
L'Uruguay estime que les preuves photographiques présentées par l'Australie à l'égard du
navire photographié le 10 janvier 2002 ne permettent pas de confirmer qu'il s'agit
indiscutablement du Dorita.
2.29 Les arguments avancés par l'Uruguay n'ont pas réussi à convaincre la plupart des
Membres.
2.30 L'Uruguay informe le Comité qu'il n'a pas renouvelé le permis de pêche du Dorita, car
l'armateur de ce navire est aussi armateur du Viarsa I. Il a également envoyé un document
officiel informant que, le 17 octobre 2002, le navire avait changé de pavillon pour battre
désormais celui de St Vincent et des Grenadines sous le nom de Magnus.
2.31 Le Comité recommande de conserver le Dorita/Magnus, mais de le placer sur le projet
de Liste des navires des Parties non contractantes.
Lugalpesca (Uruguay)
2.32 Le Comité examine les informations transmises en février 2002 par les Seychelles
déclarant que le navire Lena (maintenant Alos) était entré dans la division 58.5.1 dans le but
de livrer des pièces détachées à un navire battant pavillon de l'Uruguay, le Lugalpesca.
2.33 L'Uruguay note que, d'après les données VMS mises à sa disposition, le navire se
trouvait dans la zone statistique 51 de la FAO les 2 et 3 décembre 2002. Le 15 janvier 2003,
il a fait savoir que ce navire n'avait pas de permis pour mener des opérations de pêche à
l'intérieur de la zone de la Convention et qu'il n'avait reçu aucune information de la part de ce
navire indiquant qu'il avait eu des problèmes mécaniques. Il propose que le navire soit
maintenu sur la Liste des navires des Parties contractantes, indiquant qu'il serait contrôlé
minutieusement et que l'équipage serait interrogé au cours de la prochaine escale.
2.34 La France avise que le Lugalpesca a aussi été repéré, pris en chasse et photographié
dans la division 58.5.1 en date du 4 juin 2003 (SCIC-03/18).
2.35 Compte tenu des informations indiquées ci-dessus, le Comité recommande de
maintenir le Lugalpesca sur la Liste provisoire des navires des Parties contractantes.
170
Viarsa I (Uruguay)
2.36 L'Afrique du Sud avise que, la France l'ayant informé qu'elle avait repéré le Viarsa I
dans la ZEE sud-africaine à l'intérieur de la sous- zone 58.7 le 3 décembre 2002, elle a fait part
de cet incident au secrétariat de la CCAMLR. De plus, la France avise qu'elle a également
repéré le Viarsa I le 21 décembre 2002 dans la ZEE française dans la division 58.5.1
(SCIC-03/18).
2.37 L'Uruguay avise que, n'ayant reçu aucune information factuelle sur le repérage qui a
eu lieu dans la sous- zone 58.7, il estime que ce repérage ne constitue pas nécessairement la
preuve d'une opération de pêche. Il avise que le 28 janvier 2003, le navire a déchargé une
cargaison de légine à Port Louis (Maurice), en présence d'un contrôleur uruguayen et que
cette inspection n'a révélé aucune irrégularité. Un certificat de capture et un certificat de
débarquement ont par conséquent été délivrés au navire.
2.38 De plus, le Viarsa I a été repéré le 7 août 2003 par les autorités australiennes menant
des activités de pêche IUU dans la ZEE australienne dans la division 58.5.2. Le navire a été
pris en chasse et arraisonné le 28 août 2003.
2.39 L'Uruguay confirme et reconnaît les irrégularités des données VMS du navire au
moment de l'arraisonnement. Il avise le Comité qu'il continuera à apporter sa coopération et,
dans la mesure du possible, transmettra des précisions sur le Viarsa I. Il rappelle qu'il
respecte les mesures de conservation de la CCAMLR et le droit international.
2.40 Le Comité recommande de conserver le Viarsa I sur la Liste provisoire des navires des
Parties contractantes.
Lena (Russie)
2.41 Le Lena, qui menait des activités de pêche IUU dans la ZEE australienne à l'intérieur
de la division 58.5.2, a été arraisonné par les autorités australiennes le 6 février 2002.
2.42 La Russie avise que le navire ne devrait pas être considéré comme un navire arborant
le pavillon de la Russie car il a été radié du registre des navires russes à la suite de son
arraisonnement et de sa saisie par l'Australie. L'Australie avise qu'elle a, depuis, procédé au
sabordage du navire.
2.43 Le Comité recommande le retrait du Lena de la Liste provisoire des navires des Parties
contractantes, ce navire ayant été sabordé à la suite des poursuites engagées par l'Australie en
vertu de la législation australienne.
Volga (Russie)
2.44 Le Volga, observé en pêche dans la ZEE australienne à l'intérieur de la division 58.5.2,
a été arraisonné en dehors de la zone de la Convention le 7 février 2002, après avoir été pris
en chasse par les autorités australiennes.
171
2.45 La Russie note que les poursuites judiciaires australiennes sont toujours en instance et
indique que le navire ne devrait pas être porté sur la liste tant que les résultats des poursuites
judiciaires ne seront pas connus. Elle avise également qu'elle prévoit de radier le navire de
son registre dans un proche avenir et que si ce navire est poursuivi en justice, il ne sera plus
autorisé à mener d'opérations de pêche.
2.46 En réponse, d'autres Membres du Comité font remarquer que toute décision sur le
navire ne devrait être fondée que sur les dispositions de la mesure de conservation 10-06. Ils
font également remarquer qu'un navire devrait rester sur la liste, à moins que la Partie
concernée puisse remplir les conditions stipulées au paragraphe 10 de la mesure de
conservation 10-06.
2.47 En l'absence d'un accord consensuel, le Comité ne peut recommander le retrait du
Volga de la Liste provisoire des navires des Parties contractantes. Cette question est renvoyée
à la Commission.
Strela et Zarya (Russie)
2.48 Le ministère indonésien de la marine et de la pêche a déclaré que le Strela et le Lena
avaient déchargé une cargaison de légine à Jakarta, en Indonésie, en septembre 2002. Bien
que les autorités indonésiennes aient déclaré que les navires avaient présenté des licences de
pêche et des certificats de capture, le secrétariat déclare qu'il n'a jamais reçu ces informations
sur les navires, et qu'il ignore si les certificats de capture leur ont été délivrés par la Bolivie ou
la Russie.
2.49 La Russie estime que le rapport transmis par l'Indonésie est incorrect pour les raisons
suivantes : i) il contient des dates erronées d'entrée des deux navires dans le port; ii) il prétend
que les navires étaient en possession de documents de capture alors que la Russie n'en a
jamais délivrés et iii) qu'un fonctionnaire russe a certifié que des débarquements avaient été
effectués, alors que ce n'était certainement pas le cas.
2.50 La Russie fournit au Comité les noms des nouveaux et anciens propriétaires. Le
contrat d'achat des navires a été conclu le 27 juillet, alors que les navires étaient encore en
mer. Dans ce contrat, il n'était pas question de l'achat des poissons qui auraient pu être à bord
du navire. La cargaison de poisson à bord des deux navires a été déchargée par la suite et les
anciens propriétaires en ont pris possession. Par conséquent, la cargaison ne concernait
nullement le nouveau capitaine russe et son équipage. La Russie est consciente qu'elle est
responsable, en vertu du droit international, des navires auxquels elle accorde son pavillon,
mais les circonstances exposées ci-dessus démontrent clairement que la Russie n'est en rien
concernée par la légine présente à bord de ces navires. Elle propose de transmettre à la
Commission la documentation relative à la propriété et au changement de pavillon de ces
navires.
2.51 En outre, l'Australie a soumis des informations sur un navire repéré le 27 juin 2003 à
l'intérieur de la ZEE australienne de la division 58.5.2. Le navire a été identifié comme étant
le Strela dans le rapport d'un ingénieur maritime indépendant.
2.52 La Russie avise qu'elle souhaite mener une enquête indépendante et demande aux
autorités australiennes de lui fournir la documentation en question. Elle déclare par ailleurs
172
qu'elle est en possession d'une documentation contredisant le procès-verbal établi par
l'Australie et propose de la mettre à la disposition de la Commission.
2.53 En l'absence d'un accord consensuel, le Comité ne peut recommander le retrait du
Strela et du Zarya de la Liste provisoire des Parties contractantes. Cette question est
renvoyée à la Commission.
Projet de Liste des navires des Parties non cont ractantes
Lince (Seychelles)
2.54 Le Lince a été arraisonné par la France alors qu'il menait des opérations de pêche IUU
dans la ZEE française dans la division 58.5.1. Les Seychelles avisent que le navire a été radié
des registres d'immatriculation le 13 mars 2003. La France avise que le navire, rebaptisé
Osiris, appartient désormais au gouvernement français et qu'à l'avenir, il servira de navire de
patrouille (SCIC-03/18).
2.55 Compte tenu du nouveau statut du navire, le Comité recommande le retrait du Lince du
projet de Liste des navires des Parties non contractantes.
Noemie (Belize)
2.56 L'Afrique du Sud avise que le Noemi, navire arborant le pavillon du Belize, a déchargé
une cargaison de légine à Beira (Mozambique) en septembre 2002. Le navire n'était pas en
possession d'un certificat de capture. Il est entré plus tard dans le port de Durban (Afrique du
Sud) où ses carnets électroniques ont été examinés par les autorités sud-africaines. Ces
carnets révèlent que le navire avait mené des opérations de pêche dans la division 58.5.1. Ces
faits sont corroborés par la France.
2.57 Le Belize a été avisé de l'inscription du navire sur le projet de Liste des navires des
Parties non contractantes. Il a répondu que le navire avait été radié du registre du Be lize. De
toute façon, le Belize estime que le navire ne devrait pas rester sur le projet de Liste des
Parties non contractantes, aucune évidence concernant cet incident n'ayant été soumise aux
autorités du Belize. Il note également qu'il a fait à plusieurs reprises des demandes aux
autorités sud-africaines à cet égard.
2.58 En outre, la France avise qu'en date du 21 octobre 2003, un navire qui pourrait être le
Noemi mais qui se disait être le Lome a été observé dans la division 58.5.1 (SCIC-03/18).
2.59 Le Comité recommande de conserver le Noemi/Lome sur le projet de Liste des navires
des Parties non contractantes.
173
Notre Dame (Bolivie)
2.60 Le navire Notre Dame aurait déchargé une cargaison de légine en mars 2002 au
Mozambique sans certificat de capture. La Bolivie a été avisée que le navire avait été inscrit
sur le projet de Liste des navires des parties non contractantes. Aucune réponse n'a été reçue.
2.61 Le Comité recommande de conserver le Notre Dame sur le projet de Liste des navires
des parties non contractantes.
Praslin (Seychelles)
2.62 En décembre 2002, le Praslin a été repéré par les autorités françaises à l'intérieur de la
ZEE sud-africaine dans la sous-zone 58.7. Le navire a été pris en chasse et filmé et des
engins de pêche ont été trouvés dans l'eau (SCIC-03/18).
2.63 L'État du pavillon a radié le navire des registres d'immatriculation en mars 2003 et n'a
pas certifié le document de capture, en vue du rejet du débarquement. Le Comité est avisé
que le Praslin a été rebaptisé Lucky Star et arbore désormais le pavillon de la Guinée
équatoriale.
2.64 La Guinée équatoriale a été avisée que le navire avait été inscrit sur le projet de Liste
des navires des Parties non contractantes. Aucune réponse n'a été reçue.
2.65 Le Comité recommande de conserver le Lucky Star (ex Praslin) sur le projet de Liste
des navires des Parties non contractantes.
Alos – ex Lena (Ghana – auparavant arborant le pavillon des Seychelles)
2.66 Ce navire arborant le pavillon des Seychelles aurait été repéré dans la sous-zone 58.6
et la division 58.5.1 en décembre 2002. Arborant maintenant le pavillon du Ghana, ce même
navire a été observé en pêche dans la ZEE australienne dans la division 58.5.2 le
21 septembre 2003 (SCIC-03/18).
2.67 Le Ghana a été avisé que le navire avait été inscrit sur le projet de Liste des
navires IUU. Aucune réponse n'a été reçue.
2.68 Le Comité recommande de conserver l'Alos sur le projet de Liste des navires des
Parties non contractantes.
Inca – ex Viking (Belize, auparavant arborant le pavillon des Seychelles)
2.69 La Communauté européenne soumet des informations (CCAMLR-XXII/BG/24) tirées
des preuves relevées lors de l'arraisonnement du Lince, à savoir que le Viking, navire arborant
le pavillon des Seychelles, l'avait ravitaillé en gazole.
174
2.70 La Communauté européenne avise également que, d'après le document SCIC-03/12,
une cargaison non documentée de 93,342 tonnes de légine se trouvait à bord du Viking lors de
son escale à Maurice le 3 mars 2003.
2.71 En l'absence d'un accord consensuel, le Comité ne peut recommander le retrait du
navire Inca/Viking du projet de Liste des navires des Parties non contractantes. Cette question
est renvoyée à la Commission.
2.72 En conclusion, le Comité a préparé, à l'intention de la Commission, une Liste proposée
des navires IUU des Parties contractantes et une Liste proposée des navires IUU des Parties
non contractantes qu'il lui recommande d'approuver selon les commentaires qui auront été
exprimés dans la dernière colonne des Listes proposées qui se trouvent à l'appendice III.
Informations supplémentaires soumises au Comité
2.73 Certains Membres ont soumis de nouvelles informations au Comité sur plusieurs
autres navires des Parties contractantes (CCAMLR-XXII/BG/23 et BG/24, et SCIC-03/18).
L'inclusion de ces navires sur la Liste provisoire des navires des Parties contractantes n'a pas
été proposée, conformément au paragraphe 8 de la mesure de conservation 10-06.
2.74 Le Comité recommande aux Membres de noter les noms de ces navires et de surveiller
de près leurs activités futures. Les navires mentionnés sont énumérés dans les paragraphes
ci-après (CCAMLR-XXII/BG/23). Si ces navires sont radiés des registres d'immatriculation,
les États des pavillons devront également en informer la Commission et lui fournir le plus
d'informations possibles sur le changement de pavillon et les propriétaires.
2.75 La Communauté européenne fait savoir qu'un navire repéré par un navire de patrouille
français près de la zone de la Convention CCAMLR s'est fait connaître sous le nom d'Antic 5,
battant pavillon du Panama mais qu'au moment du repérage, il affichait le nom d'Atlantic 52,
du port de Montevideo. Toutefois, l'Uruguay estime que les informations fournies dans le
document CCAMLR-XXII/BG/23 ne correspondent pas aux informations qu'il a fournies. Il
note en particulier que l'indicatif d'appel déclaré par la Communauté européenne ne
correspond pas à celui qui est enregistré dans le registre uruguayen. L'Uruguay fait savoir
qu'il est disposé à obtenir de plus amples informations pour accompagner les mesures qui
pourraient être prises.
2.76 La Communauté européenne se réfère au paragraphe 8.40 du rapport de
CCAMLR-XXI et demande que soit transmise au secrétariat de la CCAMLR toute
information relative au statut actuel ou futur de l'immatriculation des navires Austin-1,
Boston-1, Champion-1, Darvin-1, Eva-1 et Florens-1 et à qui ces navires appartiennent, afin
qu'ils puissent être saisis dans la base de données de la CCAMLR sur les navires. Le Comité
approuve cette démarche.
2.77 L'Australie soumet des informations concernant le navire arborant le pavillon russe, le
Florens-1, qui a ravitaillé le Lena en gazole lors d'un repérage et d'une poursuite en
février 2002. Elle propose que le Florens-1 soit inclus dans la Liste provisoire des navires
IUU des Parties contractantes. Elle rappelle aussi le nom de cinq autres navires arborant le
pavillon russe : l' Austin-1, le Boston-1, le Champion-1, le Darvin-1 et l'Eva-1
(CCAMLR-XXI, paragraphe 8.40).
175
2.78 La Russie s'oppose à ce qu'une référence soit faite aux six navires arborant le pavillon
russe dans le rapport du Comité. Elle déclare que les discussions concernant ces navires ne
sont pas conformes au paragraphe 8 de la mesure de conservation 10-06 et que l'Australie n'a
pas soumis par écrit d'informations concernant leurs activités. Elle avise que, de toute façon,
les six navires en question seront prochainement vendus et radiés du registre
d'immatriculation. Le Comité encourage la Russie à fournir le plus d'informations possibles
en vertu de la législation de l'État du pavillon sur le changement de pavillon et les nouveaux
propriétaires.
2.79 La proposition de l'Australie concernant le navire Virgin of Carmen
(CCAMLR-XXII/47 et SCIC-03/16) n'a pas été examinée par le Comité. À l'adoption du
rapport, certains Membres ont fait savoir que la situation de ce navire n'était toujours pas
claire et qu'elle devrait être à nouveau examinée.
2.80 Afin que la Commission puisse mieux lutter contre la pêche IUU, l'Australie
encourage les Parties contractantes à fournir des informations pertinentes si possible lorsqu'ils
soumettent des propositions d'inclusion de navires sur la Liste des navires IUU de la
CCAMLR. Ils devraient notamment fournir :
i)
le pavillon et le nom du navire (y compris le détail de tous les changements de
pavillon et de nom);
ii)
le numéro de la Lloyds/OMI;
iii)
les détails des rapports et allégations de pêche IUU;
iv)
le nom des membres de l'équipage des navires, responsables compris;
v)
les détails sur l'armateur/l'affréteur du navire;
vi)
les détails sur le propriétaire du navire, si ce n'est l'armateur;
vii)
les détails sur le propriétaire usufruitier ou toute autre partie bénéficiaire ou
ayant des intérêts majoritaires dans le contrôle du navire et/ou de ses captures;
viii) les informations sur les débarquements, transbordements,
commerciales des produits provenant d'activités présumées IUU.
transactions
2.81 Le Comité, reconnaissant que le processus d'examen des listes IUU est un nouveau
processus, encourage toutes les Parties à transmettre toutes les informations disponibles par
écrit pour que celles-ci soient utilisées lors de délibérations futures.
176
III.
EXAMEN DES MESURES ET POLITIQUES RELATIVES AU RESPECT
ET À LA MISE EN APPLICATION DE LA RÉGLEM ENTATION
Groupe d'évaluation mixte
3.1
Suite aux discussions menées lors de CCAMLR-XXI (paragraphes 8.10 à 8.14), une
réunion du Groupe d'évaluation mixte (JAG, pour Joint Assessment Group, en anglais) a été
organisée au siège de la CCAMLR les 23 et 24 octobre 2003.
3.2
A la réunion, présidée par le responsable du groupe, M. E. Spencer Garrett
(Etats-Unis), ont assisté le président du Comité scientifique, le président du Comité
permanent sur le contrôle et l'application de la réglementation (SCIC) et les responsables du
WG-FSA et du WG-IMAF ad hoc. Y assistaient également des représentants de l'Australie,
du Brésil, de la Communauté européenne, de l'Espagne, du Japon, de la Nouvelle-Zélande, du
Royaume-Uni, de la Russie et de l'Ukraine.
3.3
Un rapport de la réunion présenté par le responsable du JAG a été examiné par le
Comité. Copie de ce rapport figure dans le document SCIC-03/13 Rév. 1.
3.4
Le Comité note que pour sa première réunion, le JAG a convenu qu'il aurait un statut
ad hoc, sous réserve d'une décision du SCIC, de la Commission et du Comité scientifique. Il
est recommandé que la liste des membres du Groupe ad hoc soit ouverte et regroupe, en
particulier, des représentants du Comité scientifique, du WG-FSA, du WG-IMAF ad hoc et
du SCIC.
3.5
Le JAG ad hoc a élaboré des propositions d'attributions et de procédures à suivre pour
ses travaux. Il a de plus mis en place un plan de travail pour développer :
• des méthodes d'estimation du total des prélèvements de légine; et
• une méthode comparative pour évaluer le respect des mesures de conservation.
3.6
Le Comité note en particulier que le JAG ad hoc a rappelé l'importance des
contributions tant du Comité scientifique que du SCIC pour évaluer le total des prélèvements
et recommandé que la Commission, à sa présente réunion, détermine, en étroite collaboration
avec le président du Comité scientifique et les responsables du WG-FSA et du WG-IMAF ad
hoc, la meilleure manière de faire avancer ces questions. De plus, il est noté que le JAG ad
hoc recommande que le SCIC s'attache tout particulièrement à effectuer une évaluation du
risque associé à la précision de l'estimation de la pêche IUU dans les régions de bassins
océaniques pour déterminer quels changements pourraient être introduits dans les procédures
actuelles de gestion de la pêche, en fonction de divers niveaux plausibles de captures IUU que
pourraient produire des évaluations ajustées.
3.7
Le Comité constate que certains aspects des attributions et plans de travail proposés
portent sur des questions de respect de la réglementation et sont, de ce fait, du ressort du
SCIC. Les travaux sur d'autres points nécessiteraient des experts tant dans le domaine du
respect de la réglementation que dans le domaine scientifique.
3.8
Il est de plus constaté que les attributions et les plans de travail proposés comportent
des tâches tant récurrentes que non récurrentes. Le travail d'élaboration de méthodes
177
d'estimation du total des prélèvements et d'évaluation du respect des mesures de conservation
serait non récurrent, alors que l'estimation du total des prélèvements et l'évaluation du respect
des mesures de conservation seraient des tâches récurrentes.
3.9
Ayant examiné les attributions préparées par le JAG ad hoc, le Comité recommande de
les faire adopter avec quelques changements éditoriaux minimes (SCIC-03/13 Rév. 1) par la
Commission, sous réserve des recommandations spécifiques suivantes :
i)
l'élaboration d'une méthode comparative pour déterminer le respect des mesures
de conservation devrait relever de la compétence du SCIC;
ii)
l'élaboration de méthodes d'estimation du total des prélèvements nécessiterait la
contribution d'experts du SCIC et du Comité scientifique; elle pourrait donc être
réalisée par le JAG ad hoc ou tout autre organe subsidiaire établi à cette fin par
la Commissio n et le Comité scientifique;
iii)
l'estimation récurrente du total des prélèvements nécessiterait la création d'un
organe subsidiaire dont le statut, la liste de participants et les dispositions de
travail seraient bien définis, y compris à l'égard de la date de ses réunions;
iv)
l'évaluation du respect des mesures de conservation par une méthode qui serait
par la suite adoptée par la Commission serait accomplie par le SCIC avec la
participation, le cas échéant, d'experts du Comité scientifique;
v)
le SCIC pourrait devoir établir un groupe de travail spécial pour gérer cette tâche
pendant ses réunions annuelles;
vi)
la Commission devrait envisager d'allouer davantage de temps aux réunions
annuelles du SCIC pour lui permettre d'évaluer le respect des mesures de
conservation;
vii)
les plans de travail développés par le JAG ad hoc (SCIC-03/13 Rév. 1) sont
notés. La Commission pourrait s'en servir comme directives pour aider les
organes subsidiaires à mener à bien leurs travaux.
Procédures d'évaluation du respect de la réglementation
3.10 Le président du Comité scientifique déclare que son comité a examiné la proposition
avancée par la Communauté européenne (CCAMLR-XXII/52) sur une méthode d'évaluation
du respect de la réglementation par un système de notation.
3.11 Dans ses commentaires qu'il a mis à la disposition du SCIC (SC-CAMLR-XXII,
annexe 5, paragraphes 5.302 à 5.305 et 6.58 à 6.65), le WG-FSA fait remarquer que la
méthode proposée pour dériver un nombre total de points relativement au respect de la
réglementation est fonction de la pondération des divers éléments des mesures de
conservation. Il ajoute qu'il serait difficile, sur la base des informations disponibles
actuellement, d'émettre des commentaires sur les priorités et la pondération des questions de
respect de la réglementation. Le plus souvent, les avis du WG-FSA sont présentés en bloc
plutôt que sous la forme de priorités régies par un système de pondération. Cependant, la
178
procédure de communication qu'il est proposé d'établir entre le SCIC, le Comité scientifique,
le WG-FSA et vraisemblablement le JAG devrait convenir pour l'examen de ces questions.
3.12 Le Comité note que le WG-FSA s'inquiète de la possibilité, dans le cas d'un seuil de
notation du respect de la réglementation qui serait infé rieur à 100%, que les pêcheurs
respectent davantage certaines mesures de conservation que d'autres en fonction de leur
pondération pour atteindre le nombre de points requis. De plus, la méthode proposée n'aborde
pas la question de la distinction entre les navires en infraction qui atteignent presque le seuil
nécessaire et ceux qui en sont très loin.
3.13 Le Comité est avisé que le WG-FSA n'est pas certain de la manière dont la notation du
respect de la réglementation serait interprétée ou de l'usage qui en serait fait. Cette
considération est importante si l'on veut que la méthode soit évaluée correctement et
comparée à d'autres approches possibles.
3.14 La Communauté européenne annonce qu'elle poursuivra l'élaboration de cette
proposition pendant la période d'intersession, en consultant les Membres qui souhaitent
prendre part à ce projet.
3.15 Le Comité note que la question de la mise en place d'une méthode d'évaluation du
respect des mesures de conservation fait partie des attributions fixées par le JAG ad hoc.
Mesures de conservation en vigueur
3.16 Le Comité examine les informations préparées par le secrétariat sur le respect des
mesures de conservation en vigueur. Le document CCAMLR-XXII/BG/8 Rév. 1 présente des
informations sur le respect des mesures de gestion de la pêche et la soumission des données
de pêche, et le document CCAMLR-XXII/BG/16, sur le respect des mesures de conservation
relatives à la répression des infractions.
3.17 Le Comité constate que les données de pêche ne sont pas toujours soumises dans les
délais impartis et que certains Membres se déclarent préoccupés par l'application de la mesure
de conservation 41-01 relativement aux limites de capture dans les rectangles à échelle précise
(CCAMLR-XXII/BG/8 Rév. 1, tableaux 2 et 3).
3.18 La Namibie, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et l'Uruguay font des comptes
rendus de contrôles portuaires effectués conformément aux mesures de conservation 10-03
et 10-05. Les navires contrôlés battaient pavillon australien, de la République de Corée,
néerlandais (des Antilles néerlandaises), sud-africain et uruguayen. La Namibie annonce
qu'elle a refusé l'autorisation de débarquer à un navire, le Virgin of Carmen battant pavillon
des Antilles néerlandaises en avril 2003. Aucune autre infraction n'a été déclarée.
3.19 Le Comité prend note, en particulier, du fait que les Antilles néerlandaises ont avisé en
mai 2003 qu'elles mettaient désormais en œuvre le SDC. Par la suite, elles ont signalé, à
l'égard de deux navires battant leur pavillon et autorisés à pêcher la légine, qu'elles avaient
annulé l'immatriculation de l'Eternal et que le Virgin de Carmen avait annulé son
immatriculation.
179
3.20 Le Comité note par ailleurs que les Seychelles, une partie non contractante à la
CCAMLR, ont avisé qu'elles avaient annulé les licences de ses quatre navires qui étaient
autorisés à exploiter la légine en haute mer et qu'elles avaient ensuite radié ces navires de son
registre. Les navires en question étaient le Lince, le Praslin, le Rubin et le Viking. Le Comité
note que le Lince a été appréhendé en pêche IUU dans la division 58.5.1 en 2003 et que le
Praslin a été renommé Lucky Star et bat maintenant pavillon de la Guinée équatoriale. Le
Rubin a été renommé Typhoon I et a reçu une immatriculation temporaire du Belize qui
expirait le 29 juillet 2003, à la suite de quoi le navire a adopté le pavillon togolais. Le Viking
a été renommé Inca et conserve son immatriculation du Belize.
3.21 Le Comité note que la base de données sur les navires de la CCAMLR est devenue un
outil de valeur tant pour le secrétariat que pour les Membres à l'égard de la vérification des
informations déclarées non seulement sur les navires signalés pour leurs activités IUU, mais
également conformément aux exigences de plusieurs mesures de conserva tion en vigueur,
telles que celles sur les licences délivrées aux navires, les contrôles portuaires, le VMS, le
SDC et, le cas échéant, les projets de pêcheries nouvelles ou exploratoires.
3.22 Le Comité note que, conformément à la mesure de conservation 10-04, ce sont
90 déclarations de déplacements de navires entre les zones, sous-zones et divisions de la zone
de la Convention qui ont été soumises. C'est avec satisfaction que le Comité constate par
ailleurs que la République de Corée, le Japon, la Pologne et l'Ukraine ont, à titre volontaire,
soumis des rapports de VMS à l'égard de leurs navires pêchant le krill.
3.23 Le président du Comité scientifique rend compte des progrès notables réalisés à l'égard
du respect de la mesure de conservation 25-02 par les navires, notant qu'en 2002/03, sur les
29 navires présents dans l'ensemble de la zone de la Convention, 14 en ont respecté toutes les
dispositions, à tout moment (SC-CAMLR-XXII, annexe 5, paragraphe 6.45).
3.24 Le Comité note une amélioration sensible par rapport à la saison 2001/02 et prie
instamment les Membres de poursuivre leurs efforts pour parvenir à un respect total (100%)
de la mesure de conservation 25-02 par les navires.
3.25 Le Comité approuve l'avis du Comité scientifique selon lequel, si la Commission
devait décider de prolonger la saison de pêche dans la sous-zone 48.3 pour les navires ayant
respecté les mesures à 100%, l'extension accordée devrait avoir lieu en septembre.
3.26 La Nouvelle-Zélande note que l'avis du président du Comité scientifique se rapporte
au paragraphe 5.9 de l'annexe 5 de SC-CAMLR-XXII qui décrit l'incapacité d'un navire à
remplir les conditions obligatoires de recherche stipulées dans la mesure de
conservation 41-01. Elle charge le secrétariat de procurer à la Commission, à la présente
réunion, tous les détails du non-respect de la réglementation décrit audit paragraphe.
Système centralisé de surveillance des navires
3.27 Le Comité examine une proposition avancée par l'Australie, les Etats-Unis et la
Nouvelle-Zélande visant à faire adopter par la CCAMLR un système centralisé de
surveillance des navires (C-VMS) dont le secrétariat aurait la charge (CCAMLR-XXII/54
et BG/21).
180
3.28
L'Australie déclare que la proposition de C-VMS a pour objectifs de :
i)
promouvoir l'intégrité du SDC;
ii)
renforcer l'administration efficace des mesures de conservation et de gestion
établies par la CCAMLR;
iii)
soutenir les Etats du pavillon dans l'exercice de leur contrôle sur leurs navires;
iv)
renforcer la structure du respect de la régleme ntation établie par la CCAMLR et
réduire les frais de détection et d'appréhension encourus par les Etats dans leur
combat contre la pêche IUU.
3.29 La proposition avancée recommande que tous les navires souhaitant participer au SDC
fournissent les données de VMS au secrétariat situé à Hobart. Ces données seraient fournies
par le biais des Etats du pavillon, ou directement par le navire si tel est le souhait de l'Etat du
pavillon. L'Australie, les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande se déclarent confiants que la
proposition est conforme au droit international.
3.30 Les Etats-Unis indiquent que l'éloignement des secteurs de pêche font du C-VMS une
mesure de respect de la réglementation efficace à moindre coût qui aiderait les parties
contractantes à concentrer les ressources sur leurs activités de respect de la réglementation.
3.31 Le renforcement du VMS s'est attiré un soutien général et de nombreux Membres
appuient les raisons sous-jacentes de la proposition de C-VMS.
3.32 Le Japon indique que bien qu'il partage l'opinion de l'Australie quant aux actions qui
devraient être prises en dehors de la zone de la Convention pour éradiquer les navires IUU qui
mettent en jeu l'efficacité des mesures de conservation de la CCAMLR en vigueur
relativement à la légine, il considère, à la lumière des règles du droit international, que la
Convention n'autorise pas la Commission à étendre son autorité au-delà des limites de la zone
de la Convention. Il se dit, de plus, préoccupé de la possibilité de frictions avec
l'Organisation des pêches de l'Atlantique Sud-Est (SEAFO) ou la future Commission de pêche
du secteur Indien de l'océan Austral (SIOFC).
3.33
Cette déclaration reçoit le soutien de la Russie et de la République de Corée.
3.34 Le Chili annonce que les raisons sous-jacentes de la proposition de C-VMS ne laissent
aucun doute. Il reconnaît pleinement que le système actuel n'est pas sans failles. Le VMS n'a
pas fonctionné tel que l'avaient prévu les Membres de la Commission.
3.35 Le Chili se déclare prêt à fournir toutes les informations que pourrait requérir le
secrétariat sur l'un de ses navires, à tout moment, si un problème survenait dans la zone de la
Convention.
3.36 La Nouvelle-Zélande, tout en notant que la confidentialité des données est un facteur
important, se dit confiante que toutes les préoccupations à cet égard pourraient être résolues.
Elle fait par ailleurs remarquer que le C-VMS proposé est en fait une extension du VMS
actuel et qu'il ne diminue en rien la responsabilité de l'Etat du pavillon. La Nouvelle-Zélande
ajoute que des C-VMS sont déjà en place dans nombre d'autres Organisations régionales de
gestion de la pêche (ORGP) et que ce système n'a rien de nouveau ou de litigieux.
181
3.37 Le Chili note que de nombreux Membres de la Commission ont réussi à appliquer les
mesures de conservation de la CCAMLR et que ceux-ci ne devraient pas être considérés sous
le même angle que les Membres qui n'auraient pas pleinement respecté les mesures de
conservation en vigueur. Il demande instamment à tous les Membres de respecter pleinement
toutes les mesures de conservation. Considérant que son propre VMS ne lui pose aucun
problème et qu'il fonctionne avec succès, il insiste pour que les autres Membres opèrent
pleinement des VMS nationaux dans toutes les eaux et qu'ils fournissent au secrétariat les
spécifications techniques de leurs systèmes de VMS, les protocoles de leur VMS national et le
détail de la maintenance des centres de surveillance pour garantir le respect intégral de la
mesure de conservation 10-04.
3.38 L'Argentine partage, en termes généraux, l'opinion du Chili. Elle estime qu'en dépit
des infractions passées, la Commission devrait compter sur le système actuel de VMS et sur le
mécanisme de mise en application des mesures et d'imposition de sanctions offert par la
législation nationale. L'efficacité de ce mécanisme devrait faire l'objet d'une étude plus
approfondie.
3.39 Alors que l'Argentine n'est pas en faveur de l'établissement d'un C-VMS, elle rappelle
qu'elle fait appliquer la mesure de conservation 10-04 à titre volontaire dans la zone de la
Convention à ses navires menant des opérations de pêche en haute mer et dans les eaux
placées sous sa juridiction, à l'exception des navires de moins de 25 m de longueur.
3.40 L'Argentine estime que le traitement d'informations confidentielles est une question
des plus préoccupantes et qu'il devrait être tenu compte du fait que les données fournies par le
C-VMS pourraient être utilisées à mauvais escient, pour des raisons autres que celles qui sont
inhérentes au régime multilatéral de la Convention, en permettant, par exemple, la mise en
place des "contrôles doubles", question déjà débattue lors d'autres réunions, mais qui reste à
l'ordre du jour. De plus, l'Argentine fait remarquer qu'afin de prévenir d'autres infractions, le
Système de contrôle et le Système International d'observation scientifique devraient tous deux
être renforcés.
3.41 Afin d'avoir un système efficace qui dissuade les pêcheurs de mener une pêche IUU,
l'Argentine estime qu'il conviendrait d'examiner de plus près l'exigence selon laquelle chaque
navire devrait être équipé d'un ordinateur et d'un GPS scellés qui enregistreraient sa position,
son cap et sa vitesse à intervalles prédéterminés, à savoir ses déplacements. Ces informations
devraient être communiquées au secrétariat de la CCAMLR par l'État du pavillon dès l'arrivée
du navire au port pour que le secrétariat soit en mesure de vérifier les informations fournies
par le biais du SDC. L'Argentine estime qu'un tel dispositif empêcherait les fa usses
déclarations et la manipulation des données de VMS, ainsi que l'utilisation des informations
du VMS à mauvais escient.
3.42 Le Comité souligne combien il est important de garantir que le VMS de toutes les
parties contractantes ne pourra être trafiqué. Des enquêtes menées sur les activités IUU de
certains navires ont indiqué que les informations transmises par VMS peuvent être altérées
par les armateurs, afin de faire une déclaration frauduleuse de la position des navires. Le
système proposé contient des mécanismes spécifiquement destinés à détecter toute altération
des unités de VMS.
3.43 Le Comité reconnaît que le C-VMS proposé devrait être parfaitement conforme au
droit international et qu'il ne devrait pas entraîner de transfert des responsabilités de l'État du
182
pavillon, telles qu'elles sont établies par la Convention des Nations Unies sur le droit de la
mer (UNCLOS). Dans cette optique, certains Membres du Comité se déclarent préoccupés à
l'idée d'appliquer un C-VMS, même sur une base volontaire, dans des régions situées en
dehors de la zone de la Convention. La situation pourrait encore se compliquer s'il devenait
obligatoire de coordonner le contrôle des navires avec des ORGP (telles que la SEAFO) en
haute mer directement au nord de la zone de la Convention.
3.44 Les Etats-Unis indiquent que, bien que l'application des C-VMS soit volontaire dans
les secteurs situés en dehors de la zone de la Convention, l'accès aux marchés de légine de
certains Membres de la CCAMLR pourrait être limité aux navires contrôlés par le C-VMS.
3.45 La République de Corée indique que jusqu'à 12 de ses navires pêchant dans la zone 41
ont effectué, en 2002, une capture accessoire de légine peu importante, inférieure à 40 tonnes.
Elle demande que ces navires soient exemptés de la déclaration des données de VMS à la
CCAMLR.
3.46 Les Etats-Unis expliquent que, pour les navires opérant en dehors de la zone de la
Convention, il existe une disposition du même type à l'égard de l'application du SDC pour la
capture accessoire de légine (mesure de conservation 10-05, annexe 10-05/A, paragraphe A3).
3.47 Le Japon et la République de Corée estiment que le C-VMS proposé devrait comporter
une exemption pour les navires pêchant le krill, telle que celle mentionnée dans la mesure de
conservation 10-04 en vigueur sur les VMS.
3.48 Le Japon met en doute la confidentialité des informations des VMS. Il souligne le
risque de fuite d'informations sur la position des navires, lesquelles seraient de grande valeur
pour la compétition, notamment les navires IUU. Il déclare que la proposition australienne
cherche à apporter une réponse aux préoccupations du Japon, ce dont il est reconnaissant. Il
estime toutefois que le rôle et la fonction de l'employé de la CCAMLR responsable des
données du C-VMS devrait être clairement défini.
3.49 Certains Membres soulignent par ailleurs qu'il serait nécessaire de définir le rôle et les
responsabilités du secrétariat pour garantir la confidentialité des données de C-VMS.
Pourtant ils estiment que cette tâche pourrait être accomplie par le secrétariat qui a déjà su
mener à bien, d'une manière responsable, le traitement d'autres données confidentielles de la
CCAMLR.
3.50 Certains Membres soulignent les coûts qu'entraînerait un C-VMS pour les Membres de
la Commission. Ils considèrent que les mesures telles que le C-VMS visant à éliminer les
activités IUU dans la zone de la Convention concernent pareillement tous les Membres. Les
Membres font référence à un nouveau système en cours d'élaboration pour calculer les
contributions des Membres en tenant compte des fonds à allouer au C-VMS. Certains
Membres ajoutent que ces coûts devraient être couverts par les contributions de tous les
Membres et non des pays pêcheurs uniquement.
3.51 L'Australie explique, qu'à son avis, la proposition est peu coûteuse si l'on considère les
avantages qu'il serait possible d'en tirer.
3.52 Le Comité ayant, par ailleurs, fait remarquer que la mise en œuvre du C-VMS pourrait
nécessiter d'amender la législation nationale, certains Membres s'inquiètent du fait qu'il risque
183
de leur être difficile d'appliquer ce système dans les six mois qui suivent la date d'adoption,
comme cela est proposé actuellement.
3.53 Il est convenu que le Comité devrait aviser le Comité permanent sur l'administration et
les finances (SCAF), le cas échéant, des répercussions budgétaires du C-VMS proposé et des
opinions exprimées par le Membres sur les diverses possibilités de financement de la mise en
place et du fonctionnement du système.
3.54 Prenant note du projet de mesure de conservation 10-04 présenté par l'Australie, les
Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande (appendice IV), le Comité recommande à la Commission
d'approfondir cette question.
Projet d'essai d'un système de déclaration journalière des captures
3.55 A l'égard du document CCAMLR-XXII/55 soumis par la Nouvelle-Zélande, le Comité
note qu'il contient une proposition de mise à l'essai d'un système de déclaration journalière
des captures et de l'effort de pêche dans la sous- zone 88.1 pendant la saison 2003/04. Il fait
remarquer que la question des déclarations journalières sera approfondie par la Commission
dans le cadre de la mise en place de nouvelles mesures de conservation relatives aux pêcheries
exploratoires de 2003/04. La Nouvelle-Zélande constate que le secrétariat a estimé le coût de
l'essai d'un tel système dans la sous-zone 88.1 pendant la saison 2003/04 à 30 000 dollars
australiens.
3.56 La Russie déclare qu'à cet égard, elle considère que le système de déclaration par
période de cinq jours devrait déjà satisfaire les exigences de la Commission. Elle ajoute que
s'il était décidé de mettre en œuvre un système de déclaration journalière des captures, il
devrait l'être dans l'ensemble de la zone de la Convention et non dans la seule sous-zone 88.1.
Système de contrôle
3.57 Le secrétariat indique que 27 contrôleurs ont été nommés par l'Australie, la NouvelleZélande et le Royaume-Uni pendant la saison 2002/03. En tout, trois contrôleurs de la
CCAMLR nommés par le Royaume-Uni ont été placés dans la sous- zone 48.3 pendant la
saison 2002/03.
3.58 Pendant la saison 2002/03, huit rapports de contrôle ont été adressés par des
contrôleurs de la CCAMLR, tous nommés par le Royaume-Uni. Tous les contrôles ont eu
lieu dans la sous- zone 48.3. Les navires contrôlés battaient pavillon britannique, chilien,
espagnol, japonais, russe et sud-africain. Aucune infraction n'a été déclarée, à l'exception
d'une déclaration relative au navire battant pavillon britannique Argos Helena qui mentionnait
une légère infraction à la mesure de conservation 25-02 à l'égard du lestage des lignes.
3.59 Le Royaume-Uni indique qu'il se peut que le navire ait enfreint la mesure de
conservation 25-02, mais que le contrôleur a reconnu que la mer était mauvaise lors du
contrôle, ce qui pourrait avoir faussé les mesures des lests des palangres, par rapport aux
résultats obtenus lorsque le navire avait été contrôlé au port et aux informations rapportées par
l'observateur scientifique.
184
3.60 Le Chili indique que les poursuites engagées à l'égard des navires Chaval, Mar del
Sur, Ercilla et Puerto Ballena qui ont enfreint les mesures de conservation de la CCAMLR en
vigueur pendant la période antérieure à 1996 suivent leur cours. Il annonce qu'aucune
nouvelle poursuite n'a été entamée depuis 1996.
3.61 L'Argentine informe le Comité que les poursuites engagées à la suite d'une infraction à
une mesure de conservation et à la législation nationale de ce pays par le navire Antartic I ont
maintenant abouti et que des sanctions ont été imposées.
3.62 A l'heure de l'adoption du rapport du Comité, le Royaume-Uni rappelle que,
conformément au paragraphe XII du Système de contrôle, les Membres devraient soumettre
des copies papier de leurs rapports sur les résultats des poursuites et les sanctions imposées.
Coopération avec les Parties non contractantes
3.63 Le secrétariat fait un compte rendu du travail d'intersession relatif à plusieurs Parties
non contractantes à la CCAMLR dont il est déclaré que des navires ont mené des activités de
pêche IUU dans la zone de la Convention ou étaient engagés dans l'exploitation ou la vente de
légine. Le détail des travaux entrepris pendant la période d'intersession est donné dans
CCAMLR-XXII/BG/17.
3.64 Le Comité note que la République populaire de Chine, Maurice, les Seychelles et
Singapour coopèrent avec la CCAMLR en appliquant tout ou partie du SDC.
3.65 Le Comité note que la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong n'a pas
encore décidé de mettre en œuvre le SDC, bien qu'elle ait récemment mis en œuvre des codes
douaniers pour le commerce de légine.
3.66 Le Comité déplore le fait que Singapour limite sa participation au SDC, ne l'appliquant
qu'aux exportations et réexportations, et non aux débarquements. Il est noté qu'un
débarquement de légine, sans documentation, a eu lieu à Singapour en 2002.
3.67 Le Comité note que nombre de navires battant pavillon d'autres Parties non
contractantes ont mené des activités de pêche IUU dans la zone de la Convention. Les pays
en question sont le Belize, la Bolivie, la Guinée équatoriale, le Ghana, St-Vincent et les
Grenadines et le Togo.
Coopération avec des organisations internationales
3.68 Le secrétariat fait brièvement l'exposé de plusieurs documents sur la coopération avec
des organisations internationales, lesquels contiennent des informations pertinentes aux
questions de respect de la réglementation, notamment CCAMLR-XXII/9, BG/19, BG/25
et BG/26. Parmi les informations présentées dans ces rapports, le Comité note en particulier
que le secrétariat a présenté un projet de plan d'action de la CCAMLR visant à prévenir, à
contrecarrer et à éliminer la pêche IUU (CCAMLR-XXII/12 Rév. 1). Le projet a été préparé
à la demande de la Commission (CCAMLR-XXI, paragraphe 8.15).
185
3.69 Le projet a été distribué aux Membres pour commentaires (COMM CIRC 03/64) et la
Communauté européenne a adressé une réponse (COMM CIRC 03/77 et CCAMLR-XXII/12
Rév. 1).
3.70 Alors que le Comité ne dispose pas du temps nécessaire pour examiner en détail le
projet de plan ou les commentaires qui s'y rapportent, il reconnaît que l'élaboration d'un tel
plan reste une tâche prioritaire pour la CCAMLR.
3.71 Le Comité recommande à la Commission d'examiner le projet présenté par le
secrétariat, et les commentaires afférents, en vue d'émettre des avis sur sa préparation pendant
la prochaine période d'intersession.
IV.
EXAMEN DU SYSTÈM E DE DOCUMENTATION DES CAPTURES
Fonctionnement du SDC en vigueur, avec certificats de capture sur papier
4.1
Le secrétariat fait le compte rendu de la mise en œuvre et du fonctionnement du SDC
en 2002/03 (CCAMLR-XXII/BG/18 Rév. 1).
4.2
Le Comité constate que la non-participation au SDC du Canada, une partie
contractante à la CCAMLR, reste une source de préoccupation. Suite à une décision prise par
la Commission lors de CCAMLR-XXI (CCAMLR-XXI, paragraphes 7.4 à 7.7), plusieurs
Membres ont entamé des démarches diplomatiques communes par le biais des Ambassades à
Ottawa pour persuader le Canada de mettre en œuvre le SDC dès que possible.
4.3
L'observateur du Canada indique au Comité que la mise en œuvre du SDC par le
Canada se fera en deux phases : i) la collecte des données sur les importations de légine
débutera en janvier/février 2004; et ii) parallèlement, une réglementation nationale pertinente
à la mise en œuvre du SDC sera établie (environ 8 à 12 mois). A la prochaine réunion
annuelle, le Canada sera en mesure d'informer la CCAMLR de la date à laquelle il pourra
appliquer le SDC.
4.4
Le Comité note par ailleurs qu'en avril 2003, les Antilles néerlandaises ont avisé
qu'elles mettaient désormais en œuvre le SDC. A la demande du secrétariat, les Pays-Bas ont
par la suite confirmé que leur adhésion à la Convention s'appliquait également aux Antilles
néerlandaises.
4.5
A cet égard, l'Argentine déclare que les références aux Antilles néerlandaises dans les
documents de la CCAMLR ne devraient pas mentionner ce territoire en tant que partie
contractante en soi.
4.6
186
Le Comité note par ailleurs que pendant la période d'intersession de 2003 :
i)
aucun débarquement de légine dans les ports des Etats ne participant pas au SDC
n'a été déclaré;
ii)
la Bolivie, la RAS de Hong Kong, l'Indonésie, le Kenya, le Mozambique et Sao
Tome et Principe ont reçu des informations sur le SDC et ont été invités à se
joindre à la CCAMLR pour le mettre en œuvre;
iii)
un certain nombre de Parties non contractantes identifiées en tant qu'Etats du
port ou Etats prenant part au commerce de légine ont été invitées à mettre en
œuvre le SDC.
4.7
Plusieurs difficultés liées au fonctionnement actuel du SDC sont identifiées par le
secrétariat. La plupart ont été résolues en consultant les responsables nationaux des questions
de SDC.
4.8
En règle générale, le Comité reconnaît que pour maintenir le niveau de performance
voulu, il conviendrait d'améliorer certaines procédures du SDC (vo ir paragraphes 4.23 à 4.25).
Comptes rendus récapitulatifs annuels sur le SDC
4.9
Le compte rendu récapitulatif sur le SDC pour 2003 figure dans SCIC-03/7. Son
format et son contenu ont été modifiés comme l'avait demandé la Commission l'année
dernière (CCAMLR-XXI, paragraphe 7 i)).
4.10 Le secrétariat attire l'attention du Comité sur le fait que, conformément aux normes de
déclaration des données commerciales, la période utilisée pour les déclarations du SDC est
l'année civile. De ce fait, le jeu de données présenté pour 2003 est incomplet. De plus,
certaines des données de SDC reçues et saisies dans la base des données du SDC pour les
derniers mois écoulés de 2003 n'ont pas encore été validées.
4.11 Depuis 2002, il est également demandé aux auteurs de données de présenter davantage
d'informations dans le champ "zone de capture" sur le certificat de capture, ce qui a provoqué
une augmentation des déclarations mentionnant des activités de pêche se déroulant dans plus
d'une sous- zone. Il en découle d'une no uvelle source d'incertitude dans la déclaration du
poids du poisson débarqué lors des exportations et réexportations suivantes.
4.12 Les statistiques commerciales nationales, lorsqu'elles sont disponibles, ont également
été collectées par le secrétariat. Elles ont été collectées pour les Etats-Unis, le Canada, la
Communauté européenne et le Japon. Il est noté que des différences liées aux périodes et aux
sources de déclaration, aux définitions d'exportateurs et d'importateurs, à l'identification des
espèces et au manque d'harmonisation des codes douaniers peuvent causer des incohérences
entre les statistiques commerciales nationales et les données de SDC. Plusieurs autres sources
d'écarts de ce type ont également été mentionnées à la réunion du JAG ad hoc qui s'est tenue
les 23 et 24 octobre 2003.
Publication des données récapitulées du SDC
4.13 Lors de CCAMLR-XXI, la Commission a convenu de compiler un jeu standard de
données cumulées du SDC qui serait publié chaque année par le secrétariat dans le cadre du
Bulletin statistique, ou placé sur le site Web de la CCAMLR. L'élaboration de ce jeu de
données nécessiterait des consultations avec d'autres organisations internationales sur le type
de données à déclarer qui, selon elles, conviendrait à leurs travaux (CCAMLR-XXI,
paragraphe 7.11 ii)).
187
4.14 Par la suite, le secrétariat a ébauché le contenu et le format des statistiques
récapitulatives du SDC en vue de leur publication dans le Bulletin statistique de la CCAMLR.
Comme cela avait été demandé, il a été adressé pour commentaires aux organisations
internationales et non gouvernementales suivantes : FAO, SEAFO, CICTA, CITT, IOTC,
CCSBT, SCAR, UICN, PNUE, OMC et ASOC.
4.15 Il a été demandé auxdites organisations de répondre avant le 1er septembre 2003.
Toutefois, à cette date, seule la CITT avait répondu pour aviser qu'elle n'avait aucun
commentaire à apporter. En conséquence, aucun autre changement n'a été effectué sur le
projet d'origine qui est présenté dans SCIC-03/8.
4.16 Le Comité note qu'à l'heure de CCAMLR-XXII, l'UICN a également adressé des
commentaires (CCAMLR-XXII/BG/26).
4.17 Le Comité n'est pas en mesure, dans les limites du temps disponible, d'examiner le
projet proposé. Il est convenu que le contenu et le format des statistiques récapitulatives du
SDC tels qu'ils sont proposés en vue de leur publication devraient être discutés par la
Commission à sa présente réunion.
Projet de règles d'accès et d'utilisation des données de la CCAMLR
4.18 Le Comité note que le secrétariat a présenté des documents sur la révision des règles
générales d'accès et d'utilisation des données de la CCAMLR (CCAMLR-XXII/8 Rév.1) et le
traitement et la sécurité de ces mêmes données (CCAMLR-XXII/13). Ces deux documents
répondent à la demande formulée par la Commission à sa dernière réunion (CCAMLR-XXI,
paragraphes 4.67, 4.68 et 4.70 respectivement).
4.19 Le Comité prend également note des "Règles actuelles d'accès aux données du
Système de documentation des captures" (SCIC-03/09).
4.20 La Nouvelle-Zélande a fourni des commentaires à l'appui du document du secrétariat
(CCAMLR-XXII/8 Rév. 1, supplément).
4.21 Le projet de règles a également été renvoyé au WG-EMM, au WG-FSA et au Comité
scientifique pour commentaires. À l'heure de la réunion du Comité, seul le WG-EMM a
examiné cette question (SC-CAMLR-XXII, annexe 4, paragraphes 7.15 à 7.17) et il n'a pas
émis de commentaires significatifs.
4.22 Compte tenu de ce qui précède, le Comité estime qu'il pourrait être nécessaire de
développer davantage le projet de règles. Dans ces circonstances, il avise la Commission qu'il
conviendrait de tenir compte des "Règles actuelles d'accès aux données du Système de
documentation des captures" (SCIC-03/09) pour garantir que leurs dispositions seront prises
en considération à l'avenir, lors de l'élaboration des règles.
188
Propositions visant à l'amélioration du fonctionnement du SDC
4.23 Lors de CCAMLR-XXI, la Commission a convenu de normaliser les procédures de
validation et de vérification des certificats de capture pour toutes les parties au SDC et pour
toutes les phases du cycle commercial (CCAMLR-XXI, paragraphe 7.11 ix)).
4.24 Le Comité examine un certain nombre de propositions soumises par les Etats-Unis et
visant à l'amélioration du fonctionnement du SDC (SCIC-03/6). Les Etats-Unis notent en
particulier deux exemples exposés dans CCAMLR-XXII/BG/17 "Coopération avec des
Parties non contractantes sur la mise en œuvre du SDC et de mesures relatives à la
pêche IUU" qui illustrent la nécessité des amendements proposés à la mesure de
conservation 10-05 à l'égard de l'autorité compétente lors des débarquements dans un port qui
a mis en œuvre le SDC.
4.25 Le Comité n'est pas en mesure, dans les limites du temps disponible, d'examiner
pleinement le projet proposé. Après consultation, il s'accorde sur un amendement qui
clarifierait, dans la mesure de conservation 10-05, les procédures de certification des
débarquements et qui pourrait être mis au point à la présente réunion de la Commission
(appendice IV).
La proposition nécessiterait d'amender, dans la mesure de
conservation 10-05, les paragraphes A5 ii et iii) et A9 i et ii) de l'annexe 10-05A. Le Comité
décide de recommander à la Commission de poursuivre l'examen de cette question.
Développement et essai du SDC électronique sur le Web
4.26 Le secrétariat présente un rapport sur le développement et l'essai du SDC électronique
sur le Web (E-SDC) (CCAMLR-XXII/53). Ce système a été développé à l'aide d'un progiciel
conçu spécifiquement et dont le secrétariat a les droits de propriété. Le programme du E-SDC
se compose d'un module permettant d'accéder aux certificats électroniques de capture de
Dissostichus (E-CCD) et de s'en faire délivrer par le biais d'une interface Web. Ce système
utilise également un processus d'encryptage SSL (secure socket layer) 128 bits, équivalant à
celui appliqué par les banques sur leur site Web.
4.27 Les participants au E-SDC ont été sélectionnés de manière à représenter différents cas
de débarquement/transbordement/vente (CCAMLR-XXI, paragraphe 7.18). Les Membres
suivants ont été choisis et invités à participer :
• Etats de pavillon : l'Afrique du Sud, l'Australie, le Chili et le Royaume-Uni
(territoires d'outre- mer);
• Etats du port/exportateurs : l'Afrique du Sud, l'Australie, le Chili, l'Espagne et le
Royaume-Uni (territoires d'outre- mer);
• Etats importateurs : les Etats-Unis et le Japon.
Toutefois, pour des raisons opérationnelles, certains des Membres sélectionnés n'ont pu
participer à l'essai.
4.28 Les participants à cet essai ont généralement adressé des commentaires positifs sur le
logiciel et ne l'ont pas trouvé d'utilisation plus complexe que la version papier du SDC.
189
4.29 Le Comité reconnaît que des améliorations doivent être apportées au SDC
électronique, notamment :
• un système de notification automatique des responsables pertinents du SDC du
maillon suivant de la chaîne commerciale pour chaque opération relative à un CCD;
• l'inclusion de tous les codes douaniers nationaux utilisés dans les échanges
commerciaux de légine;
• d'autres choix de langues, à savoir le français et le russe;
• la traduction du manuel d'utilisation du E-SDC en espagnol, en français et en russe.
Etablissement d'un SDC électronique généralisé
4.30 Le Comité examine les résultats de l'essai et estime que, vu la courte durée de la
période d'essai du E-SDC et le peu d'opérations de débarquement, de transbordement,
d'exportation et d'importation traitées, il n'est pas en mesure de recommander sa mise en
œuvre intégrale.
4.31 Le Comité convient de recommander à la Commission de prolonger d'une année la
période d'essai, et d'y faire participer toute Partie qui le souhaiterait.
4.32 Le Comité recommande toutefois à la Commission et au SCAF d'approuver une
allocation budgétaire pour la mise au point du E-SDC et l'obtention du matériel nécessaire
selon les précisions données dans le document CCAMLR-XXII/53.
V.
SYSTÈME INTERNATIONAL D'OBSERVATION SCIENTIFIQUE
5.1
Tous les programmes d'observation scientifique menés en vertu du système sont
récapitulés dans le document SC-CAMLR-XXII/BG/16.
5.2
Un total de 37 campagnes de pêche à la palangre et 10 campagnes au chalut visant le
poisson ont été réalisées dans la zone de la Convention pendant la saison 2002/03; tous les
navires ont embarqué des observateurs scientifiques nationaux et internationaux. De plus, six
programmes d'observation ont été réalisés à bord de chalutiers pêchant le krill dans la souszone 48.3.
5.3
Le Comité prend note de l'avis du Comité scientifique sur les améliorations à apporter
aux carnets d'observation et au format du compte rendu de campagne.
VI.
AUTRES QUESTIONS
6.1
La Nouvelle-Zélande charge le secrétariat d'enregistrer les caractéristiques des navires
faisant l'objet d'une notification de participation aux pêcheries nouvelles et exploratoires et
190
des dates auxquelles ces détails ont été reçus. Elle demande que ces informations soient
fournies à la Commission à la présente réunion.
6.2
L'Argentine déclare qu'elle réserve sa position légale à l'égard des références
incorrectes faites à la présente réunion du Comité, tant dans les documents soumis que les
présentations relativement au statut territorial des îles Malouines, de la Géorgie du Sud et des
îles Sandwich du Sud. Elle réaffirme ses droits de souveraineté sur ces îles et les zones
marines adjacentes.
6.3
Le Royaume-Uni prend note des déclarations de l'Argentine à l'égard des références
mentionnées dans SC-CAMLR-XXII, annexe 5, et dans d'autres documents. La position du
Royaume-Uni sur la question est bien connue : le Royaume-Uni n'a aucun doute sur sa propre
souveraineté sur les îles Malouines (Falkland), la Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud
et sur les aires marines adjacentes.
6.4
L'Argentine rejette l'opinion du Royaume-Uni et réitère sa position.
VII.
ÉLECTION DU VIC E-PRÉSIDENT DU COMITÉ
7.1
L'Australie nomme Valeria Carvajal (Chili).
l'Argentine, la Nouvelle-Zélande et l'Espagne.
VIII.
Sa nomination est appuyée par
AVIS À LA COMMISSION
8.1
Un résumé des avis à la Commission figure ci-après. Il devra être lu conjointement
avec le rapport.
8.2
Le Comité émet les recommandations suivantes, à savoir que la Commission :
Impact des activités IUU continues dans la zone de la Convention –
i)
note les estimations de captures IUU préparées par le secrétariat, revues et
commentées par le Comité scientifique (paragraphe 2.12);
ii)
approuve la demande du Comité scientifique selon laquelle les Membres
devraient continuer à prendre des mesures urgentes pour enrayer la mortalité des
oiseaux de mer liée aux navires non réglementés, au cours de la saison prochaine
(paragraphe 2.13);
Listes proposées des navires IUU des Parties contractantes et non contractantes –
iii)
supprime des listes les navires mentionnés aux paragraphes 2.22, 2.31, 2.43
et 2.55;
iv)
conserve sur les listes les navires mentionnés aux paragraphes 2.26, 2.35, 2.40,
2.59, 2.65 et 2.68;
191
v)
examine le statut des navires pour lesquels le Comité n'a pas été en mesure
d'émettre des recommandations (paragraphes 2.47, 2.53 et 2.71);
vi)
examine pour approbation
(paragraphe 2.72);
vii)
note les noms des navires énumérés aux paragraphes 2.75 à 2.77 et demande aux
Membres de surveiller de près leurs activités futures (paragraphe 2.74);
les
Listes
proposées
des
navires
IUU
viii) encourage les Parties à transmettre sans tarder toutes les informations
disponibles par écrit sur les propositions de révisions des listes des navires
(paragraphe 2.81);
Examen des mesures et règles relatives au respect et à la mise en application de la
réglementation –
ix)
adopte les attributions proposées par le JAG ad hoc en vue de l'examen de deux
tâches importantes concernant le total des prélèvements de légine et le respect
des mesures de conservation sous réserve des recommandations spécifiques du
Comité (paragraphe 3.9);
x)
prie instamment les Membres de poursuivre leurs efforts pour parvenir à un
respect total (100%) de la mesure de conservation 25-02 par tous les navires
(paragraphe 3.24);
xi)
approuve l'avis du Comité scientifique selon lequel la prolongation de la saison
de pêche dans la sous- zone 48.3, pour les navires ayant respecté les mesures à
100%, devrait avoir lieu en septembre (paragraphe 3.25);
xii)
poursuive le développement du projet de C-VMS en tenant compte des
répercussions budgétaires de sa mise en application et de son fonctionnement
(paragraphes 3.53 et 3.54);
Coopératio n avec des organisations internationales –
xiii) examine le projet de Plan d'action CCAMLR visant à prévenir, à contrecarrer et
à éliminer la pêche IUU présenté par le secrétariat et émettre des avis sur sa
préparation (paragraphe 3.71);
Examen du SDC –
xiv) discute du contenu et du format des statistiques récapitulatives du SDC en vue
de leur publication dans le Bulletin statistique de la CCAMLR
(paragraphe 4.17);
xv)
garantisse qu'il sera tenu compte des Règles actuelles d'accès aux données du
SDC lors de l'élaboration du projet de Règles d'accès et d'utilisation des données
de la CCAMLR (paragraphe 4.22);
xvi) reprenne l'examen du projet de révision de la mesure de conservation 10-05,
annexe 10-05/A, paragraphes A5 ii, iii) et A9 i, ii) (paragraphe 4.25);
192
xvii) prolonge d'un an la période d'essai du E-SDC et approuve toute dépense
supplémentaire associée à cet essai (paragraphes 4.31 et 4.32).
IX.
ADOPTION DU RAPPORT ET CLÔTURE DE LA RÉUNION
9.1
Le rapport du SCIC est adopté et la réunion clôturée. Le président félicite le Comité
de son excellent travail au cours de la semaine et remercie le secrétariat. Le Comité remercie
le président et le félicite de ses efforts et de son travail assidu.
193
APPENDICE I
ORDRE DU JOUR
Comité permanent sur l'application et l'observation de la réglementation (SCIC)
(Hobart, Australie, du 27 au 31 octobre 2003)
1.
Ouverture de la réunion
i)
Adoption de l'ordre du jour
ii)
Organisation de la réunion
2.
Rapports reçus sur l'application et l'observation de la réglementation
i)
Rapports en vertu des articles X, XXI, XXII et XXIV
ii)
Rapports en vertu du Système de contrôle
iii)
Rapports en vertu des mesures de conservation portant sur le respect de la
réglementation
iv)
Coopération avec les organisations internationales
v)
Coopération avec les Parties non contractantes
3.
Pêche IUU dans la zone de la Convention
i)
Niveau actuel de la pêche IUU
ii)
Procédure d'estimation des captures IUU
iii)
Listes des navires IUU
iv)
Avis à la Commission
4.
Examen des mesures et politiques liées à l'application et à l'observation de la
réglementation
i)
Procédure d'évaluation du respect de la réglementation
ii)
Mesures de conservation en vigueur
iii)
Système de contrôle
iv)
Coopération avec les Parties non contractantes
v)
Coopération avec les organisations internationales
vi)
Avis à la Commission
5.
Examen du Système de documentation des captures (SDC)
i)
Fonctionnement du SDC actuel avec certificats de capture sur papier
ii)
Développement et essai du E-SDC
iii)
Mise en œuvre intégrale du E-SDC
iv)
Avis à la Commission
6.
Système international d'observation scientifique
i)
Avis du Comité scientifique
ii)
Examen des impératifs de fonctionnement du Système
iii)
Avis à la Commission
7.
Élection du vice-président du Comité
194
8.
Ordre du jour de la prochaine réunion
9.
Autres questions
10.
Avis à la Commission
11.
Adoption du rapport
12.
Clôture de la réunion.
195
APPENDICE II
LISTE DES DOCUMENTS
Comité permanent sur l'application et l'observation de la réglementation (SCIC)
(Hobart, Australie, du 27 au 31 octobre 2003)
SCIC-03/1
Ordre du jour
SCIC-03/2
SCIC Terms of Reference
Secretariat
SCIC-03/3
List of Documents
SCIC-03/4
Reports of CCAMLR inspectors submitted in accordance with
the CCAMLR System of Inspection for 2002/03
Secretariat
SCIC-03/5 Rev. 1
Estimation of IUU catches of Dissostichus spp. taken inside
the Convention Area during the 2002/03 fishing season
Secretariat
SCIC-03/6
Standardisation of catch document validation and verification
procedures
Delegation of the USA
SCIC-03/7
Annual summary reports under Conservation Measure 10-05
(2002)
Secretariat
SCIC-03/8
Publication of CDS summary statistics in the CCAMLR
Statistical Bulletin
Secretariat
SCIC-03/9
Current rules for access to Catch Documentation Scheme data
Secretariat
SCIC-03/10
Fiscalizacione del cumplimiento de las medidas de
conservación y resoluciones vigentes de la CCRVMA
temporada 2003
Chile
SCIC-03/11
Aplicación del Sistema de Documentación de capturas de
Dissostichus spp. en Chile. Aplicación de la MC 10-05/XXI
de la CCAMLR
Chile
196
SCIC-03/12
Report on calls of toothfish fishing vessels and transhipment
of toothfish in Mauritius
Republic of Mauritius
SCIC-03/13 Rev. 1
Ad Hoc Joint Assessment Group, 2003
23 and 24 October 2003, Hobart, Australia
SCIC-03/14
Offal in toothfish stomachs in Subarea 88.1
Delegation of New Zealand
SCIC-03/15
IUU vessels draft list
Delegation of the Russian Federation
SCIC-03/16
Provisional IUU vessel list
Information from the Netherlands
SCIC-03/17
Informatio n received from Mozambique
Delegation of the European Community
SCIC-03-18
Additional information for the Provisional IUU Vessel List of
Contracting Parties and the Proposed List of Non-Contracting
Party Vessels
Delegation of France
**********
Autres documents
CCAMLR-XXII/8 Rév. 1
Projet de règles d'accès et d'utilisation
des données de la CCAMLR
Secrétariat
CCAMLR-XXII/9
Coopération entre la CCAMLR et la CITES
Secrétariat
CCAMLR-XXII/12 Rév. 1
Projet de plan d'action de la Commission pour la conservation
de la faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR)
visant à prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche illicite,
non déclarée et non réglementée (IUU)
Secrétariat
CCAMLR-XXII/13
Traitement et sécurité des données de la CCAMLR
Secrétariat
CCAMLR-XXII/47
Listes provisoires des navires IUU préparée
conformément aux mesures de conservation 10-06 et 10-07
Secrétariat
197
CCAMLR-XXII/52
Evaluation du respect des mesures de conservation par les
navires de pêche
Délégation de la Communauté européenne
CCAMLR-XXII/53
Développement et essai du SDC électronique sur le Web
Secrétariat
CCAMLR-XXII/54
Proposition d'établissement d'un système centralisé de
surveillance des navires (cVMS)
Délégations de l'Australie, des Etats-Unis
et de la Nouvelle-Zélande
**********
CCAMLR-XXII/BG/4
Report of attendance at the Twenty- fifth Meeting of the FAO
Committee on Fisheries (COFI) and the Third Meeting of
Regional Fisheries Bodies (RFBs)
Executive Secretary
CCAMLR-XXII/BG/8
Rev. 1
Implementation of fishery conservation measures in 2002/03
Secretariat
CCAMLR-XXII/BG/10
Évaluation de la pêche illicite dans les eaux françaises
adjacentes aux îles Kerguelen et Crozet pour la saison
2002/2003 (1er juillet 2002 – 30 juin 2003)
Informations générales sur la zone CCAMLR 58
Délégation française
CCAMLR-XXII/BG/16
Implementation of the System of Inspection and other
CCAMLR enforcement provisions in 2002/03
Secretariat
CCAMLR-XXII/BG/17
Cooperation with non-Contracting Parties on the
implementation of CDS and IUU-related measures
Secretariat
CCAMLR-XXII/BG/18
Implementation and operation of the Catch Documentation
Scheme in 2002/03
Secretariat
CCAMLR-XXII/BG/20
Illegal, unregulated, unreported Patagonian toothfish catch
estimate for the Australian EEZ around Heard and McDonald
Island – 1 December 2002 to 10 October 2003
Delegation of Australia
CCAMLR-XXII/BG/21
Functional specifications for a CCAMLR centralised vessel
monitoring system (cVMS)
Delegations of Australia, New Zealand and the USA
198
CCAMLR-XXII/BG/23
Additional information for Provisional IUU Vessel List of
Contracting Parties
Delegation of the European Community
CCAMLR-XXII/BG/24
Additional information for Proposed IUU Vessel List of
non-Contracting Parties
Delegation of the European Community
CCAMLR-XXII/BG/28
Monitoring of toothfish fishing vessels calling at Port Louis
Submitted by the Republic of Mauritius
CCAMLR-XXII/BG/34
Project funding proposal for the establishment of a centralised
vessel monitoring system (cVMS)
Delegations of Australia, New Zealand and the USA
**********
SC-CAMLR-XXII,
Annexe 5
(SC-CAMLR-XXII/4)
Rapport du Groupe de travail chargé de l'évaluation des stocks
de poissons (WG-FSA)
(Hobart, Australie, du 13 au 23 octobre 2003)
**********
SC-CAMLR-XXII/BG/16
Summary of scientific observation programmes during the
2002/03 season
Secretariat
199
APPENDICE III
LISTES PROPOSÉES DES NAVIRES
DES PARTIES CONTRACTANTES ET NON CONTRACTANTES
(MESURES DE CONSERVATION 10-06 ET 10-07)
LISTE PROPOSÉE DES NAVIRES DES PARTIES CONTRACTANTES (MESURE DE CONSERVATION 10-06)
Nom actuel
Pavillon
actuel
Numéro
Lloyds/OMI
Nom du
navire au
moment de
l'incident
Pavillon au
moment de
l'incident
Indicatif
d'appel au
moment de
l'incident
Désignation des
activités
Date de
l'incident
Mesure de
conservation
appliquée
Décision du SCIC
Santo Antero
Communauté 9030292
européenne
(Portugal)
Santo
Antero
Communauté
européenne
(Portugal)
CUIX
Débarquement sans
certificat
21 fév. 02,
6 mars 02
10-06
Rayer de la liste
Lena
Radié
inconnu
Lena
Russie
UBXW
Arraisonné 58.5.2
6 fév. 02
10-06
Rayer de la liste
Eternal
Radié
8608470
Eternal
Pays-Bas
inconnu
(Antilles
néerlandaises)
Signalé 58.4.2
Arraisonné 58.5.1
10 janv. 01
19 juill. 02
10-06
Conserver sur la liste
Lugalpesca
Uruguay
inconnu
Lugalpesca Uruguay
CXYT
Signalé 58.5.1
1 déc. 02
Repéré dans dans 58.5.1 4 juin 03
10-06
Conserver sur la liste
Viarsa I
Uruguay
8011335
Viarsa I
Uruguay
CXYU
Arraisonné 58.5.2
7 août 03
10-06
Conserver sur la liste
Volga
Russie
inconnu
Volga
Russie
UBXH
Arraisonné 58.5.2
7 fév. 02
10-06
Manque de consensus pour le
rayer de la liste
Strela
Russie
8924288
Strela
Russie
inconnu
Débarquement sans
certificat
Repéré dans 58.5.2
sept. 02
10-06
Manque de consensus pour le
rayer de la liste
Zarya
Russie
9262376
Zarya
Russie
UCLC
Débarquement sans
certificat
sept. 02
10-06
Manque de consensus pour le
rayer de la liste
LISTE PROPOSÉE DES NAVIRES DES PARTIES NON CONTRACTANTES (MESURE DE CONSERVATION 10-07)
Nom actuel
Pavillon
actuel
Numéro
Lloyds/OMI
Nom du
navire au
moment de
l'incident
Pavillon au
moment de
l'incident
Indicatif
d'appel au
moment de
l'incident
Désignation des
activités
Date de
l'incident
Mesure de
conservation
appliquée
Déliberations du SCIC
Osiris
France
inconnu
Lince
Seychelles
S70K
Arraisonné 58.5.1
13 janv. 03
10-07
Rayer de la liste
Alos
Ghana
7388267
Lena/Alos
Seychelles/
Ghana
S7PM non
confirmé
Signalé 58.6/58.5.1
Repéré 58.5.2
21 déc. 02
21 sept. 03
10-07
Conserver sur la liste
Magnus
St-Vincent
et les
Grenadines
7322897?
Dorita
Uruguay
CXMX
Repéré 58.4.2
9 janv. 02
10-06
Conserver sur la liste
Lucky Star
Ghana
7930034
Praslin
Seychelles
inconnu
Repéré 58.5.1
(ex S7ME) Débarquement sans
certificat
21 déc. 02
24 fév. 03
10-07
Conserver sur la liste
Lome
Togo
7036345
Lome/Noemi
Belize
V3QW2
Repéré 58.5.1
Débarquement sans
certificat, est entré
dans 58.5.1
21 oct. 03
24 sept. 02
10-07
Conserver sur la liste
Notre Dame
Bolovie
inconnu
Notre Dame
Bolovie
CDB-536
Débarquement sans
certificat
14 mars 02
10-07
Conserver sur la liste
Inca
Belize
6818930
Viking
Seychelles
S70L
A ravitaillé le Lince en
gazole
janv. 03
10-07
Manque de consensus pour le
rayer de la liste
203
APPENDICE IV
ÉBAUCHE DES MESURES DE CONSERVATION 10-04
ET 10-05 PROPOSÉES
PROJET DE MESURE DE CONSERVATION 10-04
Systèmes automatiques de surveillance des navires par satellite (VMS)
1.
Chaque Partie contractante veille à ce que ses navires de pêche sous licence
conformément à la mesure de conservation 10-02 et/ou qui appliquent le Système de
documentation des captures en vertu de la mesure de conservation 10-05 soient équipés
d'un dispositif de surveillance par satellite déclarant en permanence leur position pour la
durée de la licence délivrée par l'État du pavillon. Le système de surveillance par
satellite communiquera automatiquement, au moins toutes les deux heures, à un centre
de surveillance des pêches (FMC pour Fisheries Monitoring Centre, en anglais) de l'État
du pavillon du navire, les données suivantes :
a)
identification du navire de pêche;
b)
position géographique actuelle (latitude et longitude) du navire; l'erreur de
position devant être inférieure à 500 m et l'intervalle de confiance devant atteindre
99%;
c)
date et heure (exprimée en UTC) de la lecture de ladite position du navire;
d)
vitesse et cap du navire.
2.
Chaque Partie contractante doit veiller à ce que les dispositifs de surveillance par
satellite placés à bord des navires soient à l'abri de manipulations frauduleuses, c'est-àdire qu'ils soient d'un modèle et d'une configuration qui empêchent l'entrée ou la sortie
de faux rapports de positions, et qu'ils ne peuvent être altérés en commande manuelle,
électronique ou autre. [spécifications à ajouter si possible]
3.
Une Partie contractante ne délivre de licences en vertu de la mesure de
conservation 10-02 et/ou de certificats de capture en vertu de la mesure de
conservation 10-05 que s'il se trouve à bord un dispositif de surveillance par satellite qui
soit conforme à toutes les dispositions des paragraphes 1 et 2.
4.
Chaque Partie contractante veille à ce que son FMC reçoive les rapports et messages du
Système de surveillance des navires (VMS) et qu'il soit équipé de matériel et de
logiciels informatiques permettant le traitement automatique et la transmission
électronique des données. Elle doit prévoir des procédures de sauvegarde et de
récupération en cas de panne du système.
5.
Les capitaines et propriétaires/détenteurs de licences des navires soumis à un VMS
veillent à ce que le dispositif de surveillance par satellite placé à bord de leurs navires
soit opérationnel à tout moment et que les données visées au paragraphe 1 soient
transmises à l'État du pavillon. Les capitaines et propriétaires/détenteurs de licences
doivent en particulier veiller à ce que :
a)
les rapports et messages du VMS ne soient pas altérés de quelque manière que ce
soit;
207
b)
les antennes connectées au dispositif de surveillance par satellite ne soient pas
obstruées de quelque manière que ce soit;
c)
l'alimentation électrique du dispositif de surveillance par satellite ne soit pas
interrompue de quelque manière que ce soit;
d)
le dispositif de surveillance par satellite ne soit pas enlevé du navire.
6.
Le dispositif de surveillance par satellite doit fonctionner à tout moment pendant toute
la durée de la licence délivrée par l'État du pavillon. Il peut, toutefois, être débranché
quand le navire de pêche est au port pendant une période de plus d'une semaine, sous
réserve d'une notification préalable à l'État du pavillon et que le premier rapport de
position généré lorsque le dispositif est remis en marche indique que le navire de pêche
n'a pas changé de position par rapport au dernier rapport.
7.
En cas de panne technique ou d'arrêt du dispositif de surveillance par satellite placé à
bord du navire de pêche, le capitaine ou le propriétaire du navire de pêche, ou leur
représentant, doit communiquer à l'État du pavillon toutes les quatre heures, à compter
de l'heure à laquelle la panne ou l'arrêt a été détecté ou notifié conformément au
paragraphe 9, la position géographique à jour du navire par moyens électroniques
(e-mail, télécopie, télex, message téléphonique, radio).
8.
Les navires dont le dispositif de surveillance par satellite est défectue ux doivent
entreprendre immédiatement les démarches nécessaires pour faire réparer ou remplacer
le dispositif dès que possible et, en tout cas, dans les deux mois qui suivent la panne. Si
dans ces délais, le navire rentre au port, il ne sera pas autorisé à entamer une nouvelle
campagne de pêche tant qu'il n'aura pas procédé à la réparation ou au remplacement de
l'instrument défectueux.
9.
Si une Partie contractante ne reçoit pas, pendant 12 heures, de transmissions des
données citées aux paragraphes 1 et 7, ou si elle a des raisons de douter de la véracité de
la transmission des données susmentionnées, elle doit aviser au plus tôt le capitaine ou
le propriétaire ou son représentant. Si cette situation se produit plus de trois fois
pendant une période d'un an, à l'égard d'un navire donné, la Partie contractante du navire
devra faire vérifier le dispositif de surveillance par satellite du navire en question et
examinera la question afin d'établir si l'équipement a été manipulé à des fins
frauduleuses.
10.
Chaque Partie contractante communique au secrétariat de la CCAMLR, dès que
possible dans les deux heures suivant leur réception en vertu des paragraphes 1 et 7, les
rapports et messages reçus relativement à ses navires qui mènent des opérations de
pêche conformément à une autorisation pour la zone de la Convention et/ou qui
appliquent le Système de documentation des captures aux termes de la mesure de
conservation 10-05. Si la Partie contractante le désire, elle s'assure que chacun de ses
navires communique ces rapports, en parallèle, au secrétariat de la CCAMLR.
11.
Chaque Partie contractante veille à ce que les rapports et messages qu'elle ou ses navires
de pêche ont transmis au secrétariat de la CCAMLR soient sous un format lisible par
ordinateur dans le format d'échange des données exposé à l'annexe 1 (annexe à
développer).
208
12.
De plus, chaque Partie contractante notifie au secrétariat de la CCAMLR dès que
possible les entrées et sorties de la zone de la Convention de chacun de ses navires de
pêche.
13.
Chaque Partie contractante notifie au secrétariat de la CCAMLR le nom, l'adresse l'email, les numéros de téléphone et de fac-similé, ainsi que l'adresse électronique des
autorités responsables de son FMC avant le 1er janvier 2004, et par la suite, sans tarder,
tout changement éventuel.
14.
Au cas où la transmission au secrétariat de la CCAMLR des données auxquelles il est
fait référence au paragraphe 10 serait interrompue pendant [48] heures d'affilée, le
secrétariat en aviserait promptement la Partie contractante du navire et lui demanderait
une explication. Il informe au plus tôt la Commission si la transmission des données en
question n'est pas reprise dans les [48] heures suivant la notification à l'Etat du pavillon.
15.
Le secrétariat de la CCAMLR traite tous les messages et rapports reçus en vertu du
paragraphe 10 d'une manière confidentielle s'alignant sur les règles de confidentialité
établies par la Commission. Les données de chaque navire ne seront utilisées qu'à des
fins de vérification de l'observation de la réglementation et ne seront communiquées à
une Partie contractante autre que l'État du pavillon que pour des besoins de surveillance
et/ou des contrôles et pour vérifier le contenu d'un certificat de capture de Dissostichus.
16.
Le secrétariat de la CCAMLR place une liste des navires soumettant des rapports et
messages conformément à la présente mesure de conservation sur une section sécurisée
du site Web de la CCAMLR. Cette liste sera divisée en sous-zones et divisions, sans
indication de la position exacte du navire et sera mise à jour régulièrement. Si une
Partie contractante repère dans la zone de la Convention un navire qui ne figure pas sur
cette liste ou qui devrait mener des activités de pêche en dehors de la zone de la
Convention, elle le notifie immédiatement au secrétariat de la CCAMLR, qui en
informe l'Etat du pavillon.
17.
Le secrétariat de la CCAMLR rend compte à la Commission, chaque année avant le
30 septembre, de l'application de la présente mesure de conservation.
18.
Chaque Partie contractante doit couvrir ses coûts associés à la présente mesure de
conservation.
209
PROJET DE MESURE DE CONSERVATION 10-05
Système de documentation des captures de Dissostichus spp.
Annexe 10-05/A
A5. Le capitaine d'un navire qui a reçu un ou plusieurs certificats de capture de Dissostichus
suit la procédure suivante dès la fin de chaque débarquement ou transbordement de ces
espèces :
i)
dans le cas d'un transbordement, le capitaine fait confirmer le transbordement en
faisant apposer sur le certificat de capture de Dissostichus la signature du
capitaine du navire sur lequel la capture est transbordée;
ii)
dans le cas d'un débarquement, le capitaine ou son représentant habilité fait
confirmer le débarquement en faisant apposer sur le certificat de capture de
Dissostichus la validation signée et tamponnée d'un agent officiel de l'Etat du port
de débarquement ou de la zone de libre-échange, qui est habilité et compétent en
ce qui concerne la vérification des biens débarqués, importés, exportés ou
réexportés;
iii)
dans le cas d'un débarquement, le capitaine ou son représentant habilité fait
apposer sur le certificat de capture de Dissostichus la signature de la personne qui
reçoit la capture au port de débarquement ou dans la zone de libre échange;
iv)
si la capture est divisée au débarquement, le capitaine ou le représentant habilité
présente une copie du certificat de capture de Dissostichus à chaque personne qui
reçoit une partie de la capture au port de débarquement ou dans la zone de libre
échange. Il inscrit sur la copie du certificat ainsi remis la quantité et l'origine de la
capture que cette personne a reçue et recueille sa signature.
A9. Le capitaine d'un navire sur lequel une capture est transbordée (le navire qui reçoit la
capture) suit la procédure ci-dessous dès la fin du débarquement de cette capture, afin
de remplir chaque certificat de capture de Dissostichus adressé par les navires qui
effectuent le transbordement :
210
i)
le capitaine du navire qui reçoit la capture fait confirmer le débarquement en
faisant apposer sur le certificat de capture de Dissostichus une validation signée et
tamponnée par un agent officiel de l'Etat du port de débarquement ou de la zone
de libre-échange, qui est habilité et compétent en ce qui concerne la
vérification des biens débarqués, importés, exportés ou réexportés;
ii)
le capitaine du navire qui reçoit la capture fait également apposer sur le certificat
de capture de Dissostichus la signature de la personne qui reçoit la capture au port
de débarquement ou dans la zone de libre-échange ;
iii)
si la capture est divisée au débarquement, le capitaine du navire qui reçoit la
capture doit présenter une copie du certificat de capture de Dissostichus à chaque
personne qui reçoit une partie de la capture au port de débarquement ou dans la
zone de libre-échange. Il inscrit sur la copie du certificat ainsi remis la quantité et
l'origine de la capture que cette personne a reçue et recueille sa signature.
ANNEXE 6
GROUPE MIXTE AD HOC D'ÉVALUATION (JAG)
PROJET D'ATTRIBUTIONS
GROUPE MIXTE AD HOC D'ÉVALUATION (JAG)
PROJET D'ATTRIBUTIONS
Les attributions ci-dessous ont été préparées par le Groupe mixte ad hoc d'évaluation
(JAG) en 2003 en vue des travaux à entreprendre sur les deux principales tâches mentionnées
par la Commission (CCAMLR-XXI, paragraphes 8.10 à 8.14) :
Tâche I – mettre au point des méthodes d'estimation du total des prélèvements de légine (à
savoir, le cas échéant, tant les captures licites que les captures IUU), dans le but de :
• déterminer si ces méthodes donnent de meilleures estimations que celles préparées
actuellement par le secrétariat et utilisées par le WG-FSA;
• déterminer les besoins en données pour chaque méthode et chaque composante du total
des prélèvements;
• identifier les origines, la disponibilité et les niveaux de fiabilité de ces données pour
toutes les régions de l'aire de répartition de la légine;
• faire des recommandations au Comité scientifique et au SCIC sur les changements à
apporter aux méthodes actuelles d'estimation du total des prélèvements de légine.
Tâche II – mettre au point une méthode comparative pour évaluer le respect des mesures de
conservation de la CCAMLR. A cet effet, il convient de tenir compte des facteurs suivants :
• le respect de toutes les mesures pertinentes;
• les sources d'informations et leurs niveaux de fiabilité et/ou leur précision et leur
objectivité. Elles peuvent compter (mais pas exclusivement) les rapports des
observateurs et contrôle urs nommés dans le cadre de la CCAMLR, les fiches de
données soumises par ces observateurs et les comptes rendus des contrôles portuaires
conformes aux mesures de conservation 10-06 (2002), 10-07 (2002) et 10-03 (2002), les
informations provenant du SDC et toute autre source d'information pertinente;
• les informations requises et les méthodes disponibles pour déterminer l'importance
relative des divers aspects des mesures de conservation, et le degré auquel ils sont
observés, vis-à-vis de l'atteinte des objectifs de la Commission (à savoir, l'applicabilité
d'un système de pondération de l'évaluation du respect des mesures).
213
ANNEXE 7
PROJET DE MESURE DE CONSERVATION 10-06
Système visant à promouvoir le respect des mesures de conservation
de la CCAMLR par les navires des Parties contractantes
(Proposition de la Russie)
PROJET DE MESURE DE CONSERVATION 10-06
Système visant à promouvoir le respect des mesures de conservation
de la CCAMLR par les navires des Parties contractantes
(Proposition de la Russie)
La Russie propose de réviser comme suit la mesure de conservation 10-06 (CCAMLR-XXII,
paragraphes 8.44 et 8.45).
______________________________
PROJET DE MESURE DE CONSERVATION 10-06
Système visant à promouvoir le respect
des mesures de conservation de la CCAMLR
par les navires des parties contractantes
Espèces
Zones
Saisons
Engins
toutes
toutes
toutes
tous
La Commission,
Convaincue que la pêche illicite, non réglementée et non déclarée (pêche IUU) compromet
les objectifs essentiels de la Convention,
Consciente que de nombreux navires immatriculés auprès de Parties et de non-Parties sont
engagés dans des opérations de pêche dans la zone de la Convention qui diminuent
l'efficacité des mesures de conservation de la CCAMLR,
Rappelant que les Parties sont tenues de coopérer en prenant les mesures qui s'imposent
pour dissuader toute activité de pêche qui ne serait pas conforme à l'objectif de la
Convention,
Résolue à renforcer ses mesures administratives et politiques visant à éliminer la pêche
IUU dans la zone de la Convention,
Fermement décidée à adhérer au principe selon lequel nul n'est coupable jusqu'à
preuve du contraire,
adopte, par la présente, la mesure de conservation ci-après en vertu de l'Article IX.2(i) de la
Convention :
1.
Lors de chaque réunion annuelle, la Commission, sur la base des recommandations
du SCIC, identifie les Parties non contractantes dont les navires ont mené des activités
de pêche IUU dans la zone de la Convention qui diminuent l'efficacité des mesures de
conservation de la CCAMLR. Elle dresse une liste de ces navires (Liste des
navires IUU), conformément aux procédures et critères formulés ci-après.
2.
Cette identification sera documentée, entre autres, dans les rapports ayant trait à
l'application de la mesure de conservation 10-03, dans les informations commerciales
obtenues sur la base de l'application de la mesure de conservation 10-05 et dans les
statistiques commerciales pertinentes, telles que celles de la FAO et autres statistiques
217
nationales ou internationales vérifiables, ainsi que dans toute autre information procurée
par les Etats du port et/ou rapportée des lieux de pêche sur laquelle on dispose d'une
documentation suffisante. Ces informations seront soumises au secrétariat au
minimum trois (3) mois avant la réunion de la CCAMLR pour permettre à l'État
du pavillon de présenter une réponse adéquate.
3.
4.
218
Pour les besoins de cette mesure de conservation, sont considérées comme ayant mené
des activités de pêche qui ont diminué l'efficacité des mesures de conservation adoptées
par la Commission les Parties contractantes :
a)
qui ne veillent pas à ce que leurs navires respectent les mesures de conservation
adoptées par la Commission et en vigueur, à l'égard des pêcheries auxquelles ils
participent et qui sont de la compétence de la CCAMLR;
b)
dont les navires ont, à plusieurs reprises, été portés sur la Liste de la CCAMLR
des navires des Parties contractantes identifiés comme ayant mené des activités de
pêche IUU conformément aux critères et procédures établis dans la présente
mesure de conservation.
Afin de dresser la Liste des navires IUU, il sera demandé des preuves, rassemblées en
vertu du paragraphe 2, selon lesquelles les navires de pêche arborant le pavillon de la
partie contractante concernée :
a)
mènent des activités de pêche dans la zone de la Convention sans qu'un permis
leur ait été délivré conformément à la mesure de conservation 10-02, ou en
contrevenant aux conditions régissant la délivrance de ce permis relativement aux
secteurs, espèces et dates autorisées; ou
b)
n'enregistrent pas ou ne déclarent pas leurs captures effectuées dans la zone de la
Convention en vertu du système de déclaration applicable aux pêcheries
auxquelles ils prennent part, ou font de fausses déclarations; ou
c)
mènent des opérations de pêche lorsque la pêche est fermée ou dans des régions
fermées, contrevenant aux mesures de conservation de la CCAMLR; ou
d)
utilisent des engins interdits, en violation des mesures de conservation applicables
de la CCAMLR; ou
e)
transbordent des captures ou prennent part à des opérations de pêche en
collaboration avec d'autres navires reconnus par la CCAMLR comme menant des
opérations de pêche IUU (à savoir, figurant sur la Liste des navires IUU ou dans
la mesure de conservation 10-07); ou
f)
mènent des activités de pêche, d'une manière qui compromet la réalisation des
objectifs de la Convention dans les eaux adjacentes aux îles, dans la zone couverte
par la Convention, sur laquelle la souveraineté des Etats est reconnue par toutes
les Parties contractantes, dans les termes de la déclaration faite par le président le
19 mai 1980; ou
g)
mènent des activités contraires à toute autre mesure de conservation de la
CCAMLR d'une manière qui compromet la réalisation des objectifs de la
Convention conformément à l'Article XXII de la Convention.
5.
Le secrétaire exécutif dresse, avant le 30 avril de chaque année, une liste provisoire des
navires des Parties contractantes qui, sur la base des informations rassemblées
conformément au paragraphe 2, des critères définis au paragraphe 4 et de toute
information que le secrétariat pourrait avoir obtenue à cet égard, seraient présumés avoir
mené des activités de pêche IUU dans la zone de la Convention de la CCAMLR
pendant la saison précédente. La Liste est immédiatement distribuée aux Parties
contractantes concernées.
6.
Les Parties contractantes dont les navires figurent sur la liste provisoire dressée par le
secrétariat transmettent à la CCAMLR, avant le 30 juin, leurs commentaires, s'il y a lieu
en y ajoutant des données vérifiables de VMS et autres informations de support
démontrant que les navires portés sur la liste n'ont pas mené d'activités de pêche en
contravention aux mesures de conservation et de gestion de la CCAMLR et qu'ils n'ont
pas non plus eu la possibilité de mener des activités de pêche dans la zone de la
Convention.
7.
Sur la base des informations reçues conformément au paragraphe 6, le secrétaire
exécutif distribue la Liste provisoire et tous les commentaires reçus en tant que Liste
provisoire des navires IUU qui sera transmise avant le 31 juillet à toutes les Parties
contractantes avec tous les commentaires et informations de support fournis.
8.
Les Parties contractantes peuvent, à tout moment, soumettre au secrétaire exécutif des
informations pertinentes à l'établissement de la Liste des navires IUU. Celui-ci
distribue les informations, accompagnées de toutes les preuves à l'appui, au plus tard
30 jours avant la réunion annuelle à toutes les Parties contractantes.
9.
Le Comité permanent sur le contrôle et l'application de la réglementation (SCIC)
examine, chaque année, la Liste provisoire des navires IUU ainsi que les commentaires
et informations reçus, ainsi que toute autre information fournie pendant ses
délibérations annuelles qui pourrait sembler pertinente à cet examen.
10.
Le SCIC recommande à la Commission de supprimer de d'inscrire des navires sur la
Liste provisoire des navires IUU, si elle la partie contractante a pu prouver :
a)
que le navire n'a pas pris part à des activités de pêche IUU dont la description est
formulée au paragraphe 1.; ou
b)
qu'il a pris des mesures efficaces en réponse aux activités de pêche IUU en
question, entre autres en lançant des poursuites ou en imposant des sanctions
d'une sévérité adéquate; ou
c)
que le navire a changé de propriétaire et que le nouvel armement peut établir que
le propriétaire précédent n'a plus d'intérêts juridiques, financiers ou de fait dans
le navire, ni n'exerce de contrôle sur celui- ci et que le nouveau propriétaire n'a
pas été impliqué dans la pêche IUU; ou
219
d)
qu'elle a pris des mesures considérées comme suffisantes pour s'assurer que si
elle attribue son pavillon au navire, cela n'aura pas pour conséquence d'entraîner
une pêche IUU.
11.
A la suite de l'examen auquel il est fait référence au paragraphe 9, Le SCIC soumet à
l'approbation de la Commission la Liste des navires IUU qu'il propose.
12.
En approuvant la Liste des navires IUU, la Commission demande aux Parties
contractantes dont les navires sont cités sur la liste, de prendre toutes les mesures
nécessaires pour faire cesser les activités de pêche IUU des navires arborant leur
pavillon, notamment, s'il y a lieu, en retirant l'immatriculation ou les permis de pêche de
ces navires, en annulant les certificats de capture pertinents et en leur refusant tout accès
ultérieur au SDC, ainsi qu'en informant la Commission des mesures prises à cet égard.
13.
Le secrétaire exécutif, le SCIC et la Commission mettent en œuvre chaque année les
procédures formulées aux paragraphes 5 à 12 pour ajouter ou radier des navires de la
Liste des navires IUU.
14.
Les Parties contractantes prennent toutes les mesures nécessaires en leur pouvoir en
vertu de leur législation applicable, pour que :
220
a)
la délivrance d'un permis à un navire mentionné sur la Liste des navires IUU,
l'autorisant à pêcher dans la zone de la Convention, soit interdite;
b)
la délivrance d'un permis à un navire mentionné sur la Liste des navires IUU,
l'autorisant à pêcher dans les eaux couvertes par leur juridiction de pêche, soit
interdite;
c)
les navires de pêche, navires de support, navires- mères et navires de charge
battant leur pavillon ne prennent pas part à des transbordements ou des
opérations de pêche en collaboration avec des navires enregistrés sur la Liste des
navires IUU;
d)
les navires cités sur la Liste des navires IUU qui entrent dans des ports ne soient
pas autorisés à y débarquer ou à y transborder leurs captures et qu'ils soient
contrôlés conformément à la mesure de conservation 10-03 dès leur entrée dans
le port;
e)
l'affrètement d'un navire figurant sur la Liste des navires IUU soit interdit;
f)
les navires figurant sur la Liste des navires IUU ne se voient pas accorder le
droit de battre leur pavillon;
g)
les importations de Dissostichus spp. provenant de navires cités sur la Liste des
navires IUU soient interdites;
h)
"la validation de l'exportation ou de la réexportation par les autorités
compétentes du gouvernement" ne soit pas certifiée lorsqu'il est déclaré que la
cargaison (de Dissostichus spp.) a été capturée par un navire figurant sur la liste
des navires IUU;
i)
les importateurs, transporteurs et autres Parties concernées soient encouragées à
s'abstenir de négocier et de transborder du poisson capturé par les navires
figurant sur la Liste des navires IUU; et
j)
toutes les informations sur lesquelles on dispose d'une documentation suffisante
soient rassemblées et échangées avec d'autres Parties contractantes ou Parties
non contractantes coopérantes, avec des entités ou entités de pêche, dans le but
de détecter, de contrôler et d'éviter l'utilisation de faux certificats
d'importation/exportation concernant le poisson des navires figurant sur la Liste
des navires IUU.
15.
Le secrétaire exécutif place la Liste des navires IUU approuvée par la Commission sur
une section sécurisée du site Web de la CCAMLR.
16.
Sans préjudice des droits des Etats du pavillon et des Etats côtiers de prendre les actions
voulues en vertu du droit international, les Parties contractantes ne doivent pas prendre
de mesures commerciales ou autres sanctions qui ne sont pas conformes à leurs
obligations internationales. contre des navires, en fondant leurs actions sur le fait que le
ou les navire(s) a (ont) été porté(s) sur la liste provisoire dressée par le secrétariat,
conformément au paragraphe 5.
17.
Le président de la Commission demande aux Parties non contractantes identifiées
conformément au paragraphe 1 de prendre immédiatement toutes les mesures
nécessaires pour éviter que les activités de leurs navires compromettent l'efficacité des
mesures de conservation de la CCAMLR et informent la Commission des mesures
prises à cet égard.
18.
La Commission examine, le cas échéant, lors des réunions annuelles suivantes, les
mesures prises par les Parties non contractantes ayant fait l'objet de requêtes
conformément au paragraphe 17 et identifie celles qui n'ont pas rectifié leurs activités de
pêche.
19.
La Commission décide des mesures qu'il convient de prendre vis-à-vis de
Dissostichus spp. pour résoudre ces difficultés avec les Parties contractantes identifiées.
A cet égard, les Parties contractantes peuvent coopérer pour adopter des mesures
commerciales multilatérales appropriées et acceptées, conformes à l'Organisation
mondiale du commerce (OMC), qui pourraient s'avérer nécessaires pour prévenir,
contrecarrer et éliminer les activités de pêche IUU identifiées par la Commission. Les
mesures commerciales multilatérales peuvent servir à soutenir les efforts de coopération
afin d'assurer que le commerce de Dissostichus spp. et de ses produits ne puisse
nullement encourager la pêche IUU ou compromettre de quelle que manière que ce soit
l'efficacité des mesures de conservation de la CCAMLR qui sont conformes à la
Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982.
221
ANNEXE 8
CLARIFICATION DES PROCÉDURES ÉTABLIES
PAR LA MESURE DE CONSERVATION 10-06
(Proposition avancée par la Communauté européenne, l'Afrique du Sud, l'Allemagne,
l'Australie, le Brésil, la Belgique, le Chili, l'Espagne, les Etats-Unis, la France,
l'Italie, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège,
la Pologne, le Royaume-Uni et la Suède)
CLARIFICATION DES PROCÉDURES ÉTABLIES
PAR LA MESURE DE CONSERVATION 10-06
(Proposition avancée par la Communauté européenne, l'Afrique du Sud, l'Allemagne,
l'Australie, le Brésil, la Belgique, le Chili, l'Espagne, les Etats-Unis, la France,
l'Italie, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège,
la Pologne, le Royaume-Uni et la Suède)
La discussion de la Liste des navires IUU à établir en vertu de la mesur e de conservation
10-06 a soulevé plusieurs questions de procédure. Afin de résoudre ces questions, la
Communauté européenne, l'Afrique du Sud, l'Allemagne, l'Australie, le Brésil, la Belgique, le
Chili, l'Espagne, les Etats-Unis, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la
Norvège, la Pologne, le Royaume-Uni et la Suède estiment que ces procédures, établies par la
mesure de conservation 10-06, devraient être clarifiées comme suit (CCAMLR-XXII,
paragraphe 8.48):
i)
Le secrétariat établira les listes des navires IUU, tant le projet de liste que la liste
provisoire, à partir des informations fournies par les Parties contractantes et les
Parties non contractantes coopérant avec la Commission et remontant à, au plus,
30 jours avant le début de la réunion annuelle précédente de la CCAMLR. Les
Parties contractantes devraient indiquer que les informations sont fournies pour
les besoins de la mesure de conservation 10-06 et présenter des preuves à
l'appui.
ii)
Les navires ne seront considérés pour l' inclusion sur la Liste des navires IUU
que a) s'ils étaient cités sur la Liste provisoire des navires IUU ou b) si des
informations et des preuves concernant ces navires ont été distribuées par le
secrétariat au moins 30 jours avant le début de la réunion annuelle de la
CCAMLR.
iii)
Le projet de liste, la Liste provisoire des navires IUU, la Liste proposée des
navires IUU et la Liste des navires IUU (les Listes) comporteront chacune deux
sections intitulées 1) Navires des Parties contractantes et 2) Navires des Parties
non contractantes. Les navires seront cités dans la section correspondant au
pavillon qu'ils battent au moment où ces listes sont arrêtées. Pour chacune des
sections, les listes comporteront les colonnes suivantes :
a)
nom et, le cas échéant, anciens noms du navire l'année civile précédente;
b)
pavillon et, le cas échéant, anciens pavillons du navire l'année civile
précédente;
c)
propriétaire et, le cas échéant, anciens propriétaires du navire l'année civile
précédente;
d)
armateur et, le cas échéant, anciens armateurs du navire l'année civile
précédente;
225
indicatif d'appel et, le cas échéant, anciens indicatifs d'appel du navire
l'année civile précédente;
f)
numéro d'immatriculation Lloyds/OMI;
g)
bref exposé des activités qui justifient l' inclusion du navire sur la Liste,
ainsi que références à tous les documents pertinents décrivant et prouvant
ces activités.
iv)
En distribuant la Liste provisoire des navires IUU, le secrétariat devra également
distribuer aux Parties contractantes et aux Parties non contractantes coopérant
avec la Commission en participant au Système de documentation des captures de
Dissostichus spp. la Liste des navires IUU acceptée lors de la réunion annuelle
précédente de la CCAMLR, ainsi que toute information ou preuve reçue depuis
cette réunion à l'égard des navires figurant sur cette Liste. Lorsqu'elles reçoivent
des informations ou évidences justifiant de maintenir ou de supprimer un navire
de la Liste des navires IUU, les Parties contractantes devraient les soumettre au
secrétaire exécutif au minimum 30 jours avant le début de la réunion annuelle de
la CCAMLR pour que celui-ci les distribue à toutes les Parties contractantes. Le
secrétaire exécutif devrait inviter les Parties non contractantes coopérant avec la
Commission de la manière indiquée ci-dessus, à soumettre des informations et
évidences pertinentes aux navires figurant sur la Liste des navires IUU et
communiquer ces informations aux Parties contractantes dans les mêmes délais.
v)
A chaque réunion annuelle de la CCAMLR, le Comité permanent sur
l'application et l'observation de la réglementation (SCIC) examinera :
vi)
226
e)
a)
la Liste provisoire des navires IUU et les informations et preuves
concernant ces navires, qui auront été distribuées au moins 30 jours avant
le début de la réunion annuelle de la CCAMLR; il adoptera par consensus
une décision sur une recommandation à présenter à la Commission quant
aux navires qu'elle devrait ajouter à la Liste des navires IUU (la Liste des
navires IUU proposée);
b)
la Liste des navires IUU adoptée à la réunion annuelle précédente; il
adoptera par consensus une décision sur une recommandation à présenter à
la Commission quant aux navires qu'elle devrait supprimer de la Liste des
navires IUU.
À chaque réunion annuelle de la CCAMLR, la Commission décidera, par
consensus :
a)
si elle souhaite ajouter des navires cités sur la Liste proposée des navires
IUU. Au cas où elle ne pourrait atteindre un consensus, ces navires ne
seraient pas inscrits sur la Liste;
b)
si elle souhaite ajouter des navires qui ne figurent pas sur la Liste proposée
des navires IUU du fait que le SCIC n'a pas réussi à atteindre un consensus
à leur égard;
c)
vii)
si elle souhaite supprimer des navires cités sur la Liste des navires IUU
adoptée à la réunion annuelle précédente de la CCAMLR. Au cas où elle
ne pourrait atteindre un consensus, ces navires resteraient sur la Liste.
Afin de faciliter les travaux du SCIC et de la Commission, le secrétariat
préparera, pour chaque réunion annuelle de la CCAMLR, un document
récapitulatif qui comportera en annexe toutes les informations, preuves et
commentaires soumis à l'égard de chaque navire à examiner.
227
ANNEXE 9
PROJET DE MESURE DE CONSERVATION 10-04
Systèmes automatiques de surveillance des navires par satellite (VMS)
PROJET DE MESURE DE CONSERVATION 10-04
Systèmes automatiques de surveillance des navires par satellite (VMS)
La mesure de conservation 10-04 révisée comme suit constitue la dernière version du projet
de mesure dont dispose le secrétariat, qui a été discuté par le Groupe de préparation des
mesures (CCAMLR-XXII, paragraphes 10.12 et 10.13).
______________________________
PROJET DE MESURE DE CONSERVATION 10-04
Systèmes automatiques de surveillance
des navires par satellite (VMS)
Espèces
Zones
Saisons
Engins
toutes sauf le krill
toutes
toutes
toutes
La Commission,
Reconnaissant qu'afin de promouvoir les objectifs de la Convention et de renforcer le
respect des mesures de conservation pertinentes,
Convaincue que la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (pêche IUU) met en
danger l'objectif de la Convention,
Rappelant que les Parties contractantes sont tenues de coopérer en prena nt les mesures qui
s'imposent pour contrecarrer toutes les activités de pêche qui ne s'alignent pas sur
l'objectif de la Convention,
Soucieuse des droits et obligations des États du pavillon et des Etats du port de promouvoir
l'efficacité des mesures de conservation,
Désireuse de renforcer les mesures de conservation déjà adoptées par la Commission,
Reconnaissant les obligations et responsabilités des Parties contractantes en vertu du
Système de documentation des captures,
Rappelant les dispositions prises à l'Article XXIV de la Convention,
Fermement résolue à prendre des mesures compatibles avec le droit international pour
identifier l'origine de Dissostichus spp. arrivant sur les marchés des Parties
contractantes et déterminer si Dissostichus spp. pêché dans la zone de la Convention et
importé sur leurs territoires a été capturé conformément aux mesures de conservation de
la CCAMLR,
adopte, par le présent acte, la mesure de conservation ci-après, en vertu de l'Article IX de la
Convention :
1.
1
Chaque Partie contractante veille à ce que ses navires de pêche sous licence1
conformément à la mesure de conservation 10-02 soient équipés d'un dispositif de
Ou permis
231
surveillance par satellite déclarant en permanence leur position dans la zone de la
Convention2,3 pour la durée de la licence délivrée par l'État du pavillon. Le système de
surveillance par satellite communiquera automatiquement, au moins toutes les quatre
heures, à un centre de surveillance des pêches (FMC pour Fisheries Monitoring Centre,
en anglais) de l'État du pavillon du navire, les données suivantes :
i)
identification du navire de pêche;
ii)
position géographique actuelle (latitude et longitude) du navire; l'erreur de
position devant être inférieure à 500 m et l'intervalle de confiance devant atteindre
99%;
iii)
date et heure (exprimée en UTC) de la lecture de ladite position du navire;
iv)
vitesse et cap du navire.
2.
La mise en application du/des dispositif(s) de surveillance par satellite sur les navires ne
participant qu'à la pêcherie de krill n'est pas obligatoire à l'heure actuelle.
3.
Chaque Partie contractante, en sa qualité d'Etat du pavillon, doit veiller à ce que les
dispositifs de surveillance par satellite placés à bord de ses navires soient à l'abri de
manipulations frauduleuses, c'est-à-dire qu'ils soient d'un modèle et d'une configuration
qui empêchent l'entrée ou la sortie de faux rapports de positions, et qu'ils ne peuvent
être altérés en commande manuelle, électronique ou autre. A cette fin, le dispositif de
surveillance par satellite doit :
i)
être placé dans un réceptacle scellé;
ii)
être protégé par des sceaux (ou mécanismes) officiels d'un type qui indique si le
réceptacle a été ouvert ou altéré.
4.
Au cas où une Partie contractante soupçonnerait que les dispositifs de surveillance des
navires placés à bord ont été altérés, elle devrait immédiatement en aviser le secrétariat
et l'État du pavillon du navire.
5.
Une Partie contractante ne délivre de licences en vertu de la mesure de
conservation 10-02 ou de certificats de capture en vertu de la mesure de
conservation 10-05 aux navires battant son pavillon que si le dispositif de surveillance
par satellite est conforme à toutes les dispositions des paragraphes 1 et 3.
6.
Chaque Partie contractante veille à ce que son FMC reçoive les rapports et messages du
Système de surveillance des navires (VMS) et qu'il soit équipé de matériel et de
logiciels informatiques permettant le traitement automatique et la transmission
électronique des données. Elle doit prévoir des procédures de sauvegarde et de
récupération en cas de panne du système.
2
3
À l'exception des eaux adjacentes aux îles Kerguelen et Crozet.
Applicable sur une base volontaire aux navires pêchant dans la Zone économique exclusive de leur Etat de
pavillon et/ou dans les zones de haute mer, en dehors de la zone de la Convention.
232
7.
Les capitaines et propriétaires/détenteurs de licences des navires soumis à un VMS
veillent à ce que le dispositif de surveillance par satellite placé à bord de leurs navires
circulant dans la zone de la Convention soit opérationnel à tout moment, comme
l'indique le paragraphe 1 et que les données soient transmises à l'État du pavillon. Les
capitaines et propriétaires/détenteurs de licences doivent notamment s'assurer que :
i)
les rapports et messages du VMS ne sont pas altérés de quelque manière que ce
soit;
ii)
les antennes connectées au dispositif de surveillance par satellite ne sont pas
obstruées de quelque manière que ce soit;
iii)
l'alimentation électrique du dispositif de surveillance par satellite n'est pas
interrompue de quelque manière que ce soit;
iv)
le dispositif de surveillance par satellite n'est pas enlevé du navire.
8.
Le dispositif de surveillance par satellite doit fonctionner à tout moment pendant toute
la durée de la licence délivrée par l'État du pavillon comme l'indique le paragraphe 1. Il
peut, toutefois, être débranché quand le navire de pêche est au port pendant une période
de plus d'une semaine, sous réserve d'une notification préalable à l'État du pavillon et
que le premier rapport de position généré lorsque le dispositif est remis en marche
indique que le navire de pêche n'a pas changé de position par rapport au dernier rapport.
9.
En cas de panne technique ou d'arrêt du dispositif de surveillance par satellite placé à
bord du navire de pêche, le capitaine ou le propriétaire du navire de pêche, ou leur
représentant, doit communiquer à l'État du pavillon toutes les six heures, à compter de
l'heure à laquelle la panne ou l'arrêt a été détecté ou notifié conformément au
paragraphe 11, la position géographique à jour du navire par moyens électroniques
(e-mail, fac-similé, télex, message téléphonique, radio).
10.
Les navires dont le dispositif de surveillance par satellite est défectueux doivent
entreprendre immédiatement les démarches nécessaires pour faire réparer ou remplacer
le dispositif dès que possible et, en tout cas, dans les deux mois qui suivent la panne. Si
dans ces délais, le navire rentre au port, il ne sera pas autorisé à entamer une nouvelle
campagne de pêche tant qu'il n'aur a pas procédé à la réparation ou au remplacement de
l'instrument défectueux.
11.
Si l'État du pavillon ne reçoit pas, pendant 12 heures, de transmissions des données
citées aux paragraphes 1 et 9, ou s'il a des raisons de douter de la véracité de la
transmission des données susmentionnées, il doit aviser au plus tôt, pendant ses jours
ouvrables, le capitaine ou le propriétaire ou son représentant. Si cette situation se
produit plus de deux fois pendant une période d'un an, à l'égard d'un navire donné, l'État
du pavillon du navire doit examiner la question, et un de ses agents habilités doit
vérifier le dispositif en question afin d'établir si l'équipement a été manipulé à des fins
frauduleuses. Les résultats de l'enquête doivent être communiqués au secrétariat de la
CCAMLR dans les 30 jours suivant la fin de l'enquête.
12.
Chaque Partie contractante communique les rapports et messages reçus au secrétariat de
la CCAMLR, dès que possible dans les quatre heures suivant leur réception en vertu du
233
paragraphe 1. Sans préjudice de ses responsabilités d'Etat du pavillon, si la Partie
contractante le désire, elle s'assure que chacun de ses navires communique ces rapports,
en parallèle, au secrétariat de la CCAMLR. A l'égard du paragraphe 9, chaque Partie
contractante doit communiquer, le plus tôt possible dans les deux jours ouvrables qui
suivent, les rapports et messages accumulés au secrétariat.
13.
Chaque Etat du pavillon veille à ce que les rapports et messages transmis par la Partie
contractante ou ses navires de pêche au secrétariat de la CCAMLR soient sous un
format lisible par ordinateur dans le format d'échange des données exposé à
l'annexe 10-04/A.
14.
De plus, chaque Etat du pavillon notifie au secrétariat de la CCAMLR dès que possible
les entrées et sorties de la zone de la Convention de chacun de ses navires de pêche,
sous le format exposé à l'annexe 10-04/B.
15.
Chaque Etat du pavillon notifie au secrétariat de la CCAMLR le nom, l'adresse l'e- mail,
les numéros de téléphone et de fac-similé, ainsi que l' adresse électronique des autorités
responsables de son FMC avant le 1er janvier 2004, et par la suite, sans tarder, tout
changement éventuel.
16.
Au cas où la transmission au secrétariat de la CCAMLR des données auxquelles il est
fait référence au paragraphe 12 serait interrompue pendant 48 heures d'affilée, le
secrétariat en aviserait promptement l'État du pavillon du navire et lui demanderait une
explication. Il informe au plus tôt la Commission si la Partie contractante ne transmet
pas les données en question dans les deux jours ouvrables qui suivent.
17.
Le secrétariat de la CCAMLR traite tous les messages et rapports reçus en vertu du
paragraphe 12 d'une manière confidentielle s'alignant sur les règles de confidentialité
établies par la Commission et exposées à l'annexe 10-04/C. Les données de chaque
navire ne seront utilisées qu'à des fins de vérification de l'observation de la
réglementation et ne seront communiquées à une Partie contractante autre que l'État du
pavillon que pour :
i)
une présence active pour des besoins de surveillance et/ou des contrôles dans une
zone, sous-zone ou division précise de la zone de la CCAMLR que la Partie
contractante en question a l'intention de surveiller; ou
ii)
la vérification du contenu d'un certificat de capture de Dissostichus; il convient de
noter que pour que des données de VMS soient communiquées à une partie non
contractante, le secrétariat de la CCAMLR doit avoir obtenu l'autorisation écrite
de l'État du pavillon.
18.
Le secrétariat de la CCAMLR place une liste des navires soumettant des rapports et
messages conformément à la présente mesure de conservation sur une section sécurisée
du site Web de la CCAMLR. Cette liste sera divisée en sous-zones et divisions, sans
indication de la position exacte du navire; elle sera mise à jour lorsqu'un navire
changera de sous- zone ou de division.
19.
Le secrétariat de la CCAMLR rend compte à la Commission, chaque année avant le
30 septembre, de l'application et de l'observation de la présente mesure de conservation.
234
ANNEXE 10-04/A
FORMAT DES DONNÉES DU VMS
Élément de données
Code du Obligatoire/
champ
facultatif
Remarques
Début de
l'enregistrement
SR
O
Détail sur le système; indique le début de l'enregistrement.
A partir de
FR
O
Adresse de la Partie qui transmet (Partie contractante).
Adresse
AD
O
Détail sur le message; destination; "CCA" pour secrétariat de la
CCAMLR.
Numéro séquentiel
SQ
F
Détail sur le message; numéro séquentiel du message pour
l'année en cours.
Type de message
TM
O
Détail sur le message; type de message, ‘POS’ pour
rapport/message de position à faire communiquer par VMS ou
autre moyen par les navires dont le dispositif de suivi par
satellite est défectueux.
Indicatif d'appel radio
RC
O
Détail sur l'immatriculation du navire; indicatif international
d'appel radio du navire.
Numéro de la sortie
TN
F
Détail sur les activités; numéro séquentiel de la campagne de
pêche pour l'année en cours.
Nom du navire
NA
O
Détail sur l'immatriculation du navire; nom du navire.
Numéro d'immatriculation extérieur
XR
O
Détail sur l'immatriculation du navire; numéro figurant sur le
flanc du navire.
Latitude
LA
O
Détail sur les activités; position au moment de la transmission.
Longitude
LO
O
Détail sur les activités; position au moment de la transmission.
Vitesse
SP
O
Vitesse du navire en dixièmes de nœuds.
Cours
CO
O
Cours du navire sur une échelle de 360°.
Date
DA
O
Détail sur le message; date de la transmission.
Heure
TI
O
Détail sur le message; heure de la transmission.
Date de
l'enregistrement
RD
O
Année, mois et jour.
Heure de
l'enregistrement
RT
O
Heures et minutes en UTC.
Numéro
d'enregistrement
RN
O
Numéro séquentiel de l'enregistrement pour l'année pertinente.
Fin de l'enregistrement
ER
O
Détail sur le système; indique la fin de l'enregistrement.
Chaque transmission de données a la structure suivante :
• barre oblique double (‘//’) et les caractères ‘SR’ indiquent le début d'un message;
• une barre oblique double (‘//’) et un code de champ indiquent le début d'un élément de données;
• une barre oblique (‘/’) sépare le code de champ des données;
• lorsqu'il y a deux données, celles-ci sont séparées par un espace;
• les caractères ‘ER’ et barre oblique double (‘//’) indiquent la fin d'un enregistrement.
235
ANNEXE 10-04/B
RAPPORTS D'ENTRÉE ET DE SORTIE
Rapport d' "ENTRÉE"
Élément de données
Code de
champ
Obligatoire
/facultatif
Début de
l'enregistrement
SR
O
Détail sur le système; indique le début de
l'enregistrement.
Adresse
AD
O
Détail sur le message; destination, ‘CCA’ pour
CCAMLR.
Numéro séquentiel
SQ
O
Détail sur le message; numéro séquentiel du
message pour l'année en cours.
Type de message
TM
O
Détail sur le message; ‘ENT’ pour rapport d'entrée.
Indicatif d'appel
radio
RC
O
Détail sur l'immatriculation du navire; indicatif
international d'appel radio du navire.
Nom du navire
NA
F
Détail sur l'immatriculation du navire; nom du
navire.
Numéro de référence
interne de la Partie
contractante
IR
F
Détail sur l'immatriculation du navire. Numéro
unique du navire de la Partie contractante en tant que
code ISO-3 de l'État du pavillon suivi d'un numéro.
Numéro d'immatriculation extérieur
XR
F
Détail sur l'immatriculation du navire; numéro
figurant sur le flanc du navire.
Latitude
LA
O1
Détail sur les activités; position au moment de la
transmission.
Longitude
LO
O1
Détail sur les activités; position au moment de la
transmission.
Date
DA
O
Détail sur le message; date de la transmission.
Heure
TI
O
Détail sur le message; heure de la transmission.
Fin de
l'enregistrement
ER
O
Détail sur le système; indique la fin de
l'enregistrement.
236
Remarques
Rapport de "SORTIE"
Élément de données
1
Code de
champ
Obligatoire
/facultatif
Remarques
Début de
l'enregistrement
SR
O
Détail sur le système; indique le début de
l'enregistrement.
Adresse
AD
O
Détail sur le message; destination, ‘CCA’ pour
CCAMLR.
Numéro séquentiel
SQ
O
Détail sur le message; numéro séquentiel du
message pour l'année en cours.
Type de message
TM
O
Détail sur le message; ‘EXI’ pour rapport de Sortie.
Indicatif d'appel
radio
RC
O
Détail sur l'immatriculation du navire; indicatif
international d'appel radio du navire.
Nom du navire
NA
F
Détail sur l'immatriculation du navire; nom du
navire.
Numéro de référence
interne de la Partie
contractante
IR
F
Détail sur l'immatriculation du navire. Numéro
unique d'un navire de Partie contractante en tant que
code ISO-3 de l'État du pavillon suivi d'un numéro.
Numéro d'immatriculation extérieur
XR
F
Détail sur l'immatriculation du navire; numéro
figurant sur le flanc du navire.
Latitude
LA
O1
Détail sur les activités; position au moment de la
transmission.
Longitude
LO
O1
Détail sur les activités; position au moment de la
transmission.
Date
DA
O
Détail sur le message; date de la transmission.
Heure
TI
O
Détail sur le message; heure de la transmis sion.
Fin de
l'enregistrement
ER
O
Détail sur le système; indique la fin de
l'enregistrement.
Facultatif si un navire est suivi par satellite conformément à la mesure de conservation 10-04.
237
ANNEXE 10-04/C
DISPOSITIONS SUR LE TRAITEMENT SÛR ET CONFIDENTIEL
DES DÉCLARATIONS ET MESSAGES ÉLECTRONIQUES TRANSMIS
CONFORMÉMENT À LA MESURE DE CONSERVATION 10-04
1.
Domaine d'application
1.1
Les dispositions exposées ci-dessous sont applicables à tous les rapports et messages
électroniques transmis et reçus conformément à la mesure de conservation 10-04, ci-après
désignés "déclarations et messages".
2.
Dispositions générales
2.1
Le secrétariat de la CCAMLR et les autorités compétentes des Parties contractantes
transmettant et recevant les rapports et messages prennent toutes les mesures nécessaires pour
respecter les dispositions de sécurité et de confidentialité exposées aux sections 3 et 4.
2.2
Le secrétariat de la CCAMLR informe toutes les Parties contractantes des mesures
qu'il aura prises au sein de ses bureaux pour respecter ces dispositions de sécurité et de
confidentialité.
2.3
Le secrétariat de la CCAMLR prend toutes les mesures nécessaires pour garantir que
les dispositions relatives à la suppression des déclarations et messages qu'il traite sont
respectées.
2.4
Chaque Partie contractante garantit au secrétariat de la CCAMLR le droit de
demander, si nécessaire, la rectification ou la suppression des rapports et messages qui
n'auraient pas été traités conformément aux dispositions de la mesure de conservatio n 10-04.
3.
Dispositions sur la confidentialité
3.1
Toutes les demandes de données de C-VMS doivent être adressées par écrit au
secrétariat de la CCAMLR.
3.2
Les déclarations et messages ne sont communiqués et utilisés qu'aux fins visées au
paragraphe 17 de la mesure de conservation 10-04.
3.3
Les déclarations et messages communiqués conformément au paragraphe 17 de la
mesure de conservation 10-04 doivent comporter divers détails : le nom du navire, la date et
l'heure de la déclaration de la position, le latitude et la longitude de la position à l'heure de la
déclaration, la vitesse du navire.
3.4
Chaque Partie contractante menant un contrôle ne communique les rapports et
messages qu'à ses moyens de contrôle et à ses contrôleurs désignés dans le cadre du système
de contrôle de la CCAMLR. Les rapports et messages sont communiqués aux plates- formes
de contrôle et aux contrôleurs au plus tôt 48 heures avant l'entrée dans la zone statistique de la
238
CCAMLR lorsque la surveillance doit être effectuée par la Partie contractante. Les Parties
contractantes doivent veiller à ce que les rapports et messages soient traités
confidentiellement par tous les contrôleurs nommés dans le cadre du Système de controle de
la CCAMLR.
3.5
Le secrétariat de la CCAMLR supprime tous les rapports et messages, auxquels il est
fait référence dans la section 1, de la base des données du secrétariat de la CCAMLR avant la
fin du premier mois civil suivant la troisième année écoulée depuis la transmission de ces
déclarations et messages. Par la suite, les informations en rapport avec la capture et les
déplacements des navires de pêche ne sont conservées que par le secrétariat de la CCAMLR,
et des mesures sont prises pour garantir que l'identité des navires ne puisse plus être établie.
3.6
Le secrétariat de la CCAMLR ne communique les rapports ou messages qu'aux parties
explicitement spécifiées au paragraphe 17 de la mesure de conservation 10-04, à moins que
l'État du pavillon lui ait donné l'autorisation écrite de communiquer certaines données de
VMS précises à un tiers pour valider les certificats de capture de Dissostichus.
3.7
Les Parties contractantes qui mènent des contrôles peuvent conserver et archiver les
rapports et messages transmis par le secrétariat au maximum 24 heures après que les navires
auxquels ils se rapportent ont quitté la zone de la Convention de la CCAMLR sans y revenir.
Il est considéré que le départ a lieu six heures après la transmission de l'intention de sortir de
la zone de la Convention de la CCAMLR.
4.
Dispositions sur la sécurité
4.1
Vue d'ensemble
4.1.1 Les Parties contractantes qui mènent des contrôles et le secrétariat de la CCAMLR
veillent à ce que les rapports et messages soient traités en toute sécurité dans leurs systèmes
respectifs de traitement électronique des données, notamment lorsque ce traitement nécessite
la transmission des données sur un réseau. Les Parties contractantes et le secrétariat de la
CCAMLR doivent mettre en œuvre des mesures techniques et d'organisation qui protègent
adéquatement les rapports et messages contre la destruction accidentelle ou illicite, la perte
accidentelle, l'altération, la diffusion ou l'accès non autorisé, ainsi que contre toute forme de
traitement illicite.
4.1.2 Les questions de sécurité ci-dessous doivent être traitées dès le début :
•
Contrôle de l'accès au système :
Le système doit s'avérer résistant en cas de tentative d'effraction de la part de
personnes non autorisées.
•
Authenticité et contrôle de l'accès aux données :
Le système doit pouvoir limiter l'accès des parties autorisées à un jeu de données
prédéfini.
•
Sécurité en matière de communication :
Il convient de garantir que les rapports et messages sont communiqués de manière
sûre.
239
•
Sécurité des données :
Il importe de garantir que tous les rapports et messages entrés dans le système
sont stockés de manière sûre pendant la période requise et qu'ils ne seront pas
altérés frauduleusement.
•
Procédures de sécurité :
Les procédures de sécurité doivent prendre en compte l'accès au système (tant au
matériel qu'aux logiciels), l'administration et la maintenance, la sauvegarde et
l'usage général du système.
4.1.3 Ces mesures, qui seront fonction des techniques de pointe et des coûts qui y seront
associés, devront garantir un niveau de sécurité approprié pour faire face aux risques
représentés par le traitement des rapports et messages.
4.1.4 Les mesures de sécurité sont décrites plus en détail aux paragraphes suivants.
4.2
Contrôle de l'accès au système
4.2.1 Les caractéristiques ci-dessous correspondent aux exigences requises pour le C-VMS
de la CCAMLR situé au centre de données de la CCAMLR :
4.3
•
Un système rigoureux de mot de passe et d'authentification : chaque utilisateur du
système se voit assigner un code unique d'identification de l'utilisateur et un mot
de passe qui y est associé. Chaque fois que l'utilisateur se connecte au système, il
doit fournir le mot de passe correct. Même une fois connecté au système,
l'utilisateur n'a accès qu'aux fonctions et aux données dont l'accès lui a été accordé
lors de la configuration. Seul un utilisateur privilégié a accès à toutes les données.
•
L'accès physique au système informatique est contrôlé.
•
Audit : enregistrements d'événements sélectionnés en vue d'une analyse et de la
détection des manquements aux règles de sécurité.
•
Contrôle temporel de l'accès : l'accès au système peut être limité pour chaque
utilisateur à certaines heures du jour ou à certains jours de la semaine.
•
Contrôle de l'accès au terminal : spécifier pour chaque poste de travail quels
utilisateurs sont autorisés à avoir accès.
Authenticité et sécurité de l'accès aux données
4.3.1 La communication entre les Parties contractantes et le secrétariat de la CCAMLR pour
les besoins de la mesure de conservation 10-04 se fera par le biais des protocoles
d'Internet X.25 ou cryptés.
240
4.4
Sécurité des données
4.4.1 La limitation de l'accès aux données doit être sécurisée par un mécanisme flexible
d'identification de l'utilisateur et de mot de passe. Chaque utilisateur ne se voit accorder
l'accès qu'aux données nécessaires à la tâche qu'il doit effectuer.
4.5
Procédures de sécurité
4.5.1 Chaque Partie contractante et le secrétariat de la CCAMLR nomment un
administrateur du système de sécurité. Cet administrateur examine les dossiers historiques
générés par le logiciel, maintient en état la sécurité du système, restreint l'accès au système
comme il se doit et sert d'intermédiaire avec le secrétariat pour résoudre les questions de
sécurité.
241
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising