FOIRE AUX QUESTIONS - Portail de l`énergie en Wallonie

FOIRE AUX QUESTIONS - Portail de l`énergie en Wallonie
FOIRE AUX QUESTIONS (janvier 2011)
Performance Energétique des Bâtiments
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
2 | 45
Préambule
Le présent document rassemble les questions fréquemment posées dans
le cadre de la nouvelle réglementation PEB qui est entrée en vigueur le
1er mai 2010.
SOMMAIRE
Lexique ........................................................................................ 7
A. Réglementation PEB wallonne .................................................. 8
A.1. Généralités .......................................................................................................... 8
A.1.1. Où puis-je trouver la méthode de calcul qui permet d'évaluer la Performance Energétique des Bâtiments [PEB] ? .......................................................................................8
A.1.2. Où puis-je télécharger le logiciel PEB ? ................................................................................8
A.1.3. Où puis-je trouver les formulaires pour obtenir les agréments des nouvelles missions
imposées par la PEB ? .............................................................................................................8
A.2. Champ d’application ......................................................................................... 9
A.2.1. Les exigences en matière de performance énergétique des bâtiments sont-elles d'application lorsque les travaux ne font pas l'objet d'une demande de permis ?....9
A.2.2. La réglementation concerne-t-elle également les actes et travaux de minimes
importances = petits permis ?................................................................................................9
A.2.3. Quelles exigences PEB s’appliquent lors de la régularisation d’un permis ? .................9
A.2.4. Lorsqu’un permis a été refusé avant le 1er mai 2010 et est réintroduit maintenant, quelles sont les exigences à respecter ? .............................................................................9
B. Procédures ............................................................................. 10
B.1. Généralité .......................................................................................................... 10
B.1.1. Comment déterminer la procédure à suivre pour la mission PEB ? ............................. 10
B.2. Procédure PEB complète.................................................................................. 10
B.2.1. Quel est le contenu des nouveaux documents PEB ?.................................................... 10
B.2.2. Quand faut-il envoyer les documents PEB ? .................................................................... 11
B.2.3. Quelle est la procédure à suivre pour un gros œuvre fermé réalisé par un promoteur immobilier ? ............................................................................................................................ 11
B.3. Formulaires......................................................................................................... 11
B.3.1. Où télécharger les formulaires 1 et 2 au format .PDF ? .................................................. 11
B.3.2. Qui doit compléter les formulaires dans le cas d'une dérogation de mission
d'architecte accordée par le gouverneur de la province ?........................................ 12
B.3.3. Qui doit compléter les formulaires dans le cas d'un permis dispensé du concours d’une architecte ?................................................................................................................ 12
C. Nouveaux acteurs .................................................................. 13
C.1. Responsable PEB ............................................................................................... 13
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
3 | 45
C.1.1. Quand a-t-on besoin d’un responsable PEB ? ................................................................. 13
C.1.2. Quel est le rôle du responsable PEB ?................................................................................ 13
C.1.3. Qui peut-être responsable PEB ? ........................................................................................ 13
C.1.4. Faut-il suivre une formation pour devenir responsable PEB? ......................................... 14
C.1.5. Qu’en est-il de l’assurance décennale à contracter pour la mission de responsable
PEB ? Les assureurs sont-ils au courant des montants et responsabilités à couvrir dans le cadre de cette nouvelle fonction ?.................................................................... 15
C.1.6. Quelle est la valeur juridique d’une décharge de responsabilité signée par le
responsable PEB dans le cas d’un non respect des exigences PEB ?......................... 15
C.1.7. Peut-on assurer plusieurs rôles dans un projet, en plus de responsable PEB ? ........... 15
C.1.8. L’agrément « conseiller PEB » en Région Bruxelles-Capitale ou « rapporteur PEB » en Flandre sera-t-il utilisable ou transposable en Région Wallonne ?............................... 15
C.1.9. Dans le cadre d’un permis sans architecte, y a-t-il obligation de recourir à un responsable PEB ? ................................................................................................................. 15
C.2. Auteur d’Etude de Faisabilité [EF] .................................................................... 16
C.2.1. Dans quel cas faut-il faire une Etude de Faisabilité [EF] ? ............................................. 16
C.2.2. Quelles sont les conditions d’expérience pour devenir auteur d’étude de faisabilité ?.............................................................................................................................. 16
C.2.3. Quel est le contenu d’une EF ?........................................................................................... 16
C.2.4. Quels moyens ou méthodes de calculs doivent être utilisés pour réaliser l’EF ? ....... 17
C.2.5. Quelles sont les obligations du déclarant PEB à suivre les recommandations de l’auteur ?................................................................................................................................. 17
C.2.6. Faut-il réaliser une EF dans le cas d’un bâtiment industriel faible consommateur d’énergie ?............................................................................................................................. 17
C.2.7. Doit-on réaliser une EF pour un gros œuvre fermé ?...................................................... 17
D. Outils informatiques................................................................ 18
D.1. Logiciel PEB ........................................................................................................ 18
D.1.1. Où télécharger le logiciel PEB ?.......................................................................................... 18
D.1.2. Comment générer les différents formulaires PEB ?.......................................................... 18
D.1.3. Quelles sont les informations à introduire dans le logiciel PEB pour l’engagement PEB
? ................................................................................................................................................ 18
D.1.4. Comment supprimer le message d’erreur « le projet est déjà ouvert dans une autre
instance. Confirmer l’ouverture en lecture seule du projet ?» lors de l’ouverture d’un
fichier sur la version 2.0.1 du logiciel PEB ? ....................................................................... 18
D.2. Base De Données BDD PEB ............................................................................... 19
D.2.1. Comment le responsable PEB peut-il envoyer les documents PEB sur la Base de Données [BD] ?...................................................................................................................... 19
D.2.2. Comment le responsable PEB peut-il consulter les documents PEB sur la Base de Données [BD] ?...................................................................................................................... 19
D.2.3. Qui peut valider les différents formulaires PEB ?............................................................... 19
D.2.4. Que peut-on faire lorsque l’on envoie un document erroné sur la BDD PEB ?.......... 19
D.3. Action « Construire Avec L’Energie » CALE .................................................... 20
D.3.1. Quel est le logiciel à utiliser dans le cadre de l’action « Construire Avec L’Energie » [CALE] depuis le 1er mai 2010 ? ......................................................................................... 20
D.3.2. Quelles sont les exigences à respecter dans le cadre de l’action « Construire Avec
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
4 | 45
L’Energie » [CALE] ? .............................................................................................................. 20
D.3.3. Dans le cadre de l’action « Construire Avec L’Energie » [CALE], le responsable PEB
agréé (qui n’est pas l’architecte) peut-il être porteur du projet ? .............................. 20
E. Exigences PEB ........................................................................ 21
E.1.
Umax .................................................................................................................. 21
E.1.1. Que représente la valeur Umax ?....................................................................................... 21
E.1.2. Lors du remplacement ou traitement du parement de la façade verticale d’une paroi, faut-il respecter la valeur Umax ?........................................................................... 22
E.1.3. Lors du bouchement partiel d’une baie, faut-il isoler l’entièreté du mur considéré ?
.................................................................................................................................................. 22
E.1.4. Comment considère-t-on une paroi mitoyenne avec un garage non chauffé ?.... 22
E.1.5. Lors de la construction d’une maison ayant un mur dont on prévoit une future
mitoyenneté, est-il considéré comme un mur extérieur ou comme une paroi entre 2
volumes protégés situés sur 2 parcelles adjacentes ? ................................................... 23
E.1.6. S’il n’est techniquement pas réalisable de respecter une valeur Umax pour un bâtiment, que faire ?............................................................................................................ 23
E.1.7. Où trouve-t-on les valeurs λ pour le calcul de la valeur U ? .......................................... 23
E.1.8. La fiche technique d’un matériau reconnu « ayant pignon sur rue » est-elle
suffisante pour justifier la valeur λ, sachant qu’il n’a pas d’ATG ?............................... 23
E.1.9. Les valeurs λ des matériaux faisant l’objet d’un ATG en cours de renouvellement
sont-elles valides ? ................................................................................................................ 24
E.2.
Niveau K............................................................................................................. 24
E.2.1. Combien de niveaux K faut-il calculer lors de la construction de logements mitoyens ? Faut-il prendre en compte la paroi mitoyenne pour le calcul du niveau
K ? ............................................................................................................................................ 24
E.2.2. Combien de niveau K faut-il calculer pour des immeubles à appartements ? ........ 24
E.2.3. Si un bâtiment comporte plusieurs parties ayant des destinations différentes, faut-il plusieurs calculs de niveau K ? ........................................................................................... 24
E.3.
Ventilation .......................................................................................................... 25
E.3.1. Quelles sont les exigences en termes de ventilation à respecter pour les bâtiments neufs non résidentiels ? ........................................................................................................ 25
E.3.2. Quelles sont les exigences de ventilation des parties de bâtiments résidentiels
affectés à des bureaux (partie professionnelle) qui peuvent être assimilées au bâtiment résidentiel pour les exigences de consommation en énergie primaire ? . 25
E.3.3. Quelles sont les exigences de ventilation des parties de bâtiments industriels
affectées à des bureaux qui peuvent être assimilées aux bâtiments industriels pour
les exigences en termes d’isolation thermique? ............................................................. 25
E.3.4. Quelles sont les exigences de ventilation pour des salles de bains / douches de
bâtiments non résidentiels ?................................................................................................ 26
E.3.5. Quelles sont les exigences de ventilation pour des locaux de rangement ? ............ 26
F.
Subdivision d’un bâtiment ...................................................... 27
F.1.
Superficie Utile Totale [SUT] .............................................................................. 27
F.1.1. Comment calcule-t-on la Superficie Utile Totale [SUT] ?................................................ 27
F.1.2. Lors de travaux de rénovation, quelle est la Superficie Utile Totale [SUT] à prendre
en compte dans le logiciel PEB ?....................................................................................... 27
F.1.3. Quelle subdivision faut-il faire pour 3 maisons mitoyennes ? Comment calculer la
SUT ?......................................................................................................................................... 28
FOIRE
AUX
QUESTIONS
F.2.
Janvier 2011
5 | 45
Unité PEB............................................................................................................. 28
F.2.1. Qu’est-ce qu’une unité PEB ? ............................................................................................. 28
F.2.2. Comment considérer une piscine dans une habitation ? ............................................. 28
F.2.3. Peut-on rassembler deux zones de bureaux séparées physiquement, mais ayant les mêmes systèmes, en une unité PEB ?................................................................................ 29
F.3.
Destinations........................................................................................................ 29
F.3.1. Quelle est la destination des locaux d’un notaire, d’un architecte, d’une agence
de voyage, d’une agence immobilière ?....................................................................... 29
F.3.2. Quelle destination pour une crèche ? .............................................................................. 29
F.3.3. Quelle est la destination d’un hôtel de police ? ............................................................. 29
F.3.4. Comment considérer les locaux dont la destination n’est pas encore connue au
stade de la déclaration initiale ? ....................................................................................... 29
G. Etude de cas .......................................................................... 30
G.1. Généralité .......................................................................................................... 30
G.1.1. Comment procède-t-on pour déterminer les exigences à appliquer dans le cas
d’un projet ?........................................................................................................................... 30
G.2. Bâtiments neufs ................................................................................................. 33
G.2.1. Quelles sont les exigences dans le cas de la construction d'une habitation
comprenant une partie professionnelle (bureaux) ? ..................................................... 33
G.2.2. Quelles sont les exigences dans le cas de la construction d'un hall industriel, comprenant des bureaux ? ................................................................................................ 34
G.2.3. Quelles sont les exigences dans le cas de la construction d'un bâtiment industriel
chauffé et de sa conciergerie ? ........................................................................................ 35
G.2.4. Quelles sont les exigences dans le cas de la construction d'un bâtiment de services
(musée, maison des jeune, palais des exposition ou hall polyvalent) et de sa conciergerie ? ....................................................................................................................... 35
G.2.5. Quelles sont les exigences à respecter dans le cas de la construction de kots ? D’un gîte ? De chambres d’hôtes ?............................................................................................ 36
G.2.6. Quelles sont les exigences dans le cas de la construction d'une prison ? ................. 37
G.3. Bâtiments assimilés ........................................................................................... 37
G.3.1. Dans le cas où les travaux relatif à un bâtiment répondent à la fois à la définition
du « bâtiment assimilé » et à celle de la « rénovation importante », quelle exigence
prime sur l’autre ?.................................................................................................................. 37
G.3.2. Dans le cas où les travaux relatifs à un bâtiment considéré répondent à la fois à la
définition de « bâtiment assimilé » et celle de « changement d’affectation », quelle
exigence prime sur l’autre ? ............................................................................................... 37
G.3.3. Dans le cas où les travaux relatifs à un bâtiment considéré répondent à la fois à la
définition de « travaux de rénovation importants » et de « changement
d’affectation (visé à l’art. 549 de l’AGW du 17 avril 2008) », quelle exigence prime prime sur l’autre ?.................................................................................................................. 37
G.4. Extension d’unité PEB ........................................................................................ 38
G.4.1. Quelles sont les exigences à respecter lors d’une extension physique (cf. ajout d’un volume) d'une habitation ?................................................................................................. 38
G.4.2. Quelles sont les exigences à respecter lors de l’extension d’une habitation dans un
espace adjacent non chauffé (garage, grenier, grange…) ?.................................... 39
G.5. Création d’unité PEB.......................................................................................... 39
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
6 | 45
G.5.1. Quelles sont les exigences à respecter lorsqu’on crée un logement supplémentaire
dans une habitation ? .......................................................................................................... 39
G.5.2. Quelles sont les exigences à respecter lorsqu’on crée un logement neuf dans une extension d’habitation ?...................................................................................................... 40
G.5.3. Quelles sont les exigences à respecter lors de l’extension d’une habitation avec
création d’une partie professionnelle ?............................................................................ 41
G.5.4. Quelles sont les exigences à respecter lorsqu’on crée un logement neuf dans une partie d’une habitation et une extension ? ..................................................................... 41
G.5.5. Quelles sont les exigences à respecter lors de la réalisation d’une véranda ?......... 42
G.6. Bâtiments classés .............................................................................................. 42
G.6.1. Faut-il respecter les critères Ug,max et Uw,max lors du changement de châssis « à l’identique » sur une façade classée ? ............................................................................. 42
G.6.2. Faut-il respecter les exigences autres que les valeurs Umax dans le cas d’une rénovation d’un bâtiment dont seules les façades sont classées ?............................ 42
G.6.3. Quelles sont exigences à respecter lors d’une rénovation d’annexes situées à
l’arrière d’un bâtiment repris à l’inventaire du patrimoine dont la façade est classée ? ................................................................................................................................. 43
H. Contacts ................................................................................ 44
H.1. Audit Energétique, certificat & PEB.................................................................. 44
H.1.1. Je suis un particulier et je cherche des informations sur la Performance Energétique des Bâtiments [PEB] ou sur la Procédure d'Avis Energétique [PAE]. ............................ 44
H.1.2. Je suis conseiller en énergie dans une administration communale et je cherche des
informations sur la performance énergétique des bâtiments [PEB]. ........................... 44
H.1.3. Je suis responsable d'un bâtiment tertiaire (hall sportif, immeuble de bureaux ou
service, ...) et je souhaite réaliser un audit énergétique de ce bâtiment .................. 44
H.1.4. Je suis certificateur PEB agréé et je souhaite obtenir des informations relatives à la
certification PEB..................................................................................................................... 44
H.2. Facilitateur PEB .................................................................................................. 45
H.2.1. Quel est le rôle d’un facilitateur PEB ? ............................................................................... 45
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
7 | 45
Lexique
Abréviations
AGW | Arrêté du Gouvernement Wallon
BDD PEB | Base de données PEB
BSE | Bureau, Services, Enseignement
DI | Déclaration PEB initiale
DF | Déclaration PEB finale
DGO4 | Direction générale opérationnelle de l’aménagement du territoire, du logement, du
patrimoine et de l’énergie
EANC| Espace adjacent non chauffé
EF | Etude de faisabilité
FAQ | Foire aux questions
HORECA | HOtel, REstaurant, CAfé
PAE | Procédure d’Avis Energétique
PEB | Performance énergétique des bâtiments
PU | Permis d’Urbanisme
SE | Secteur énergétique
SUT | Superficie Utile Totale
UPEB | Unité PEB
VP | Volume protégé
ZV | Zone de ventilation
Symboles
U
max
K
V
| Valeurs Umax : Coefficient de transmission thermique Umax
| Niveau K : Niveau d’isolation thermique globale
| Ventilation :
K45
K45 (bâtiment neuf sauf industriel)
K55
K55 (bâtiment industriel neuf)
K65
K65 (Changement d’affectation)
VV
Ventilation résidentielle selon l’annexe V de l’AGW du 17 avril 2008
VVI
Ventilation NON résidentielle selon l’annexe VI de l’AGW
EW
| Niveau EW : Niveau de consommation d’énergie primaire
E
| Niveau Espec : Consommation caractéristique annuelle d’énergie primaire du bâtiment par m²
de surface de plancher chauffé (résidentiel)
Ioverh
| Indice Ioverh : Risque de surchauffe (résidentiel)
spec
E100
E100
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE A
Janvier 2011
8 | 45
A. Réglementation PEB wallonne
A.1. Généralités
A.1.1. Où puis-je trouver la méthode de calcul qui permet d'évaluer la
Performance Energétique des Bâtiments [PEB] ?
Les annexes de l'arrêté du Gouvernement wallon [AGW] du 17 avril 2008
(téléchargeable à l’adresse suivante : http://energie.wallonie.be/fr/arrete‐du
gouvernement‐wallon‐du‐17‐avril‐2008.html?IDC=6536&IDD=12472) relatif à la
performance énergétique des bâtiments, déterminent la méthode de calcul et les
exigences, les agréments et les sanctions applicables en matière de performance
énergétique et de climat intérieur des bâtiments.
Depuis le 1er mai 2010, sont pris en compte, en fonction de la destination du
bâtiment :
‐
Des critères inchangés :
‐
Des critères renforcés :
‐
De nouveaux critères :
V
K
U
max
EW E
spec
Ioverh
A.1.2. Où puis-je télécharger le logiciel PEB ?
Le logiciel PEB est téléchargeable à l’adresse suivante :
http://energie.wallonie.be/fr/logiciel‐peb.html?IDC=7000
A.1.3. Où puis-je trouver les formulaires pour obtenir les agréments des
nouvelles missions imposées par la PEB ?
Pour pouvoir remplir les nouvelles missions imposées par la PEB, les nouveaux
acteurs doivent disposer d’un agrément dont ils font la demande à l’administration
via les formulaires disponibles sur le portail énergie :
‐ Responsable PEB :
http://energie.wallonie.be/fr/devenir‐responsable‐peb.html?IDC=6994
‐ Auteur d’étude de faisabilité :
http://energie.wallonie.be/fr/devenir‐auteur‐d‐etude‐de
faisabilite.html?IDC=6998
‐ Certificateur PEB :
http://energie.wallonie.be/fr/devenir‐certificateur‐peb‐agree‐de‐batiment
residentiel‐existant.html?IDC=6950
Certaines conditions de titre et de diplôme doivent être remplies pour accéder à ces
nouvelles missions. Le détail est donné dans la partie C de cette FAQ.
PARTIE A
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
9 | 45
A.2. Champ d’application
A.2.1. Les exigences en matière de performance énergétique des bâtiments
sont-elles d'application lorsque les travaux ne font pas l'objet d'une
demande de permis ?
Non, les exigences actuelles sont d'application uniquement si les travaux font l'objet
d'une demande de permis.
A.2.2. La réglementation concerne-t-elle également les actes et travaux de
minimes importances = petits permis ?
DEFINITION
Petits permis = actes et travaux de minime importance
[CWATUPE : art.262 – 265, chapitre IV du titre Ier du livre IV]
On entend par petits permis les actes et travaux de minimes importances,
dispensés :
‐ Art. 262 : de permis d’urbanisme et de déclaration urbanistique préalable
‐ Art. 263 : de permis d’urbanisme. Une déclaration urbanistique est
néanmoins requise
‐ Art. 264 : de l'avis préalable du fonctionnaire délégué. Un avis simple est
rendu par le fonctionnaire délégué dans l'hypothèse d'un permis
"classique", relevant de la compétence du collège.
‐ Art. 265 : du concours d’un architecte. Sous certaines hypothèses (art. 265/1),
la dispense de permis d’urbanisme n’est pas applicable.
Lorsque le petit permis n’est pas exempté de permis d’urbanisme (art. 264 et
265/1 du CWATUPE), la réglementation PEB s’applique. Par contre, elle n’est pas
d'application si il y a dispense de permis, ou dans le cadre d'une déclaration
urbanistique préalable.
A.2.3. Quelles exigences PEB s’appliquent lors de la régularisation d’un
permis ?
Dans le cadre de votre dossier de régularisation, le CWATUPE permet aux
autorités compétentes en matière d’urbanisme de vous donner le choix, soit de
respecter les exigences en vigueur au moment de l’infraction, soit celles en
vigueur au momsent de la demande de régularisation.
A.2.4. Lorsqu’un permis a été refusé avant le 1er mai 2010 et est réintroduit
maintenant, quelles sont les exigences à respecter ?
Il s’agit d’une nouvelle demande de permis qui doit respecter les nouvelles
exigences PEB en vigueur actuellement.
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE B
Janvier 2011
10 | 45
B. Procédures
Une fiche pratique « Procédures PEB » en complément de la FAQ est disponible sur le portail
énergie de Wallonie.
B.1. Généralité
B.1.1. Comment déterminer la procédure à suivre pour la mission PEB ?
Le tableau ci‐dessous détermine pour chaque nature de travaux référencée une des
trois procédures mises en place depuis le 1er mai 2010. Les procédures utilisant les
formulaires 1 et 2 sont sensiblement les mêmes que précédemment. Seule la
procédure complète est une nouveauté à part entière. Sa procédure administrative
ainsi que les documents à fournir sont inédits. Elle est relative aux bâtiments neufs
et rénovations importantes.
Tableau : Choix de la procédure
Mission PEB
Bâtiment neuf
et assimilé
Rénovation
X Procédure complète
Responsable PEB
Importante
Simple
Changement
d’affectation
Utilisation du logiciel
Calcul complet
Calcul des valeurs U
+ ventilation
Documents à fournir
‐ Engagement PEB
‐ Déclaration initiale
‐ Déclaration finale
(BD + courrier papier)
Y Procédure formulaire 2
Auteur de projet
(Pas de responsable PEB)
Calcul des valeurs U
+ ventilation
‐ Formulaire 2
Calcul des valeurs U +
niveau K + ventilation
‐ Formulaire 1
(Dépôt papier*)
CfC
Z Procédure formulaire 1
NC f C
Auteur de projet
(Pas de responsable PEB)
(Dépôt papier*)
* Formulaire soit généré par le logiciel, soit téléchargeable en version PDF sur le portail énergie de la Région
wallonne (lien : http://energie.wallonie.be/fr/appliquer‐la‐reglementation‐wallonne.html?IDC=6148)
B.2. Procédure PEB complète
B.2.1. Quel est le contenu des nouveaux documents PEB ?
‐ L’engagement PEB : Il permet au Mo et au responsable PEB de déclarer avoir
pris connaissance des exigences PEB et des sanctions applicables en cas de non
respect de celles‐ci.
‐ La déclaration PEB initiale : Elle décrit les mesures à mettre en œuvre pour
atteindre ces exigences et estime les résultats attendus (valeurs U, niveau K,
niveau E…). C’est le responsable PEB qui la rédige.
‐ La déclaration PEB finale : Elle décrit les mesures mises en œuvre pour
atteindre ces exigences et annonce les résultats obtenus (valeurs U, niveau K,
niveau E…). Elle est rédigée par le responsable PEB.
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE B
Janvier 2011
11 | 45
B.2.2. Quand faut-il envoyer les documents PEB ?
‐ L’engagement PEB : Il est joint au dossier de demande de permis d’urbanisme
‐ La déclaration PEB initiale : Le titulaire du permis l’envoie au collège
communal et au fonctionnaire délégué minimum 15 jours avant le début des
actes et travaux.
‐ La déclaration PEB finale : Le déclarant PEB l’envoie au collège communal et au
fonctionnaire délégué au plus tard dans les six mois de la réception des actes et
travaux ou, à défaut de réception, dans les dix‐huit mois, soit de l’occupation
du bâtiment, soit de l’achèvement du chantier. La survenance du premier de
ces deux événements constitue le point de départ du délai de dix‐huit mois.
B.2.3. Quelle est la procédure à suivre pour un gros œuvre fermé réalisé par
un promoteur immobilier ?
Le promoteur (= le déclarant PEB) doit transmettre dans les forme et délai les
documents requis par la procédure PEB à savoir :
‐ un engagement PEB lors du dépôt de la demande permis d’urbanisme
‐ la déclaration PEB initiale 15 jours avant le début des travaux.
Dans la déclaration PEB initiale, le responsable doit décrire les mesures à mettre en
œuvre pour atteindre les exigences PEB et estimer les résultats attendus du calcul
de la PEB. Il doit donc évaluer ce qu’il faut mettre en œuvre pour respecter les
exigences.
Si le bâtiment est vendu en cours de chantier, le déclarant PEB devient l’acquéreur
lorsque les conditions suivantes sont simultanément remplies :
‐ a. l’acte de vente précise que l’obligation de notifier la ou les déclarations PEB
initiale ou finale a été transférée à l’acquéreur;
‐ b. l’acte de vente vise et reprend en annexe un rapport signé par le maître
d’ouvrage (cf. ici le promoteur), le responsable PEB et l’acquéreur, qui
comprend :
o soit, lors de la vente sur plan d’un bâtiment à construire, un
descriptif de toutes les mesures qui doivent être mises en
œuvre pour répondre aux exigences PEB
o soit, lors de la vente d’un bâtiment en cours de
construction, un descriptif de toutes les mesures qui ont été
mises en œuvre ou qui doivent être exécutées pour
répondre aux exigences PEB
Si les conditions indiquées ci‐dessus sont remplies, l’acquéreur aura pour mission
de transmettre dans les formes et délais la déclaration PEB finale. Sinon, le
promoteur reste le déclarant PEB et c’est à lui qu’incombe cette obligation.
L’acquéreur a le choix, soit de désigner le responsable PEB du projet, soit de
désigner un autre responsable PEB qui poursuivra la mission.
B.3. Formulaires
B.3.1. Où télécharger les formulaires 1 et 2 au format .PDF ?
Les formulaires 1 et 2 sont téléchargeables sur le portail énergie de la région
wallonne à
l’adresse suivante : http://energie.wallonie.be/fr/appliquer‐la
reglementation‐wallonne.html?IDC=6148
Ces formulaires peuvent également être générés à partir du logiciel PEB version
2.5.2.
PARTIE B
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
12 | 45
B.3.2. Qui doit compléter les formulaires dans le cas d'une dérogation de
mission d'architecte accordée par le gouverneur de la province ?
La personne ayant reçu la mission d'architecte pour le projet est tenue de
compléter les formulaires.
B.3.3. Qui doit compléter les formulaires dans le cas d'un permis dispensé du
concours d’une architecte ?
Le maitre de l’ouvrage est tenu de compléter le formulaire.
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE C
Janvier 2011
13 | 45
C. Nouveaux acteurs
C.1. Responsable PEB
C.1.1. Quand a-t-on besoin d’un responsable PEB ?
Seule la procédure PEB complète fait appel au responsable PEB (Cf. tableau
question B.1.1). Dans les autres cas (formulaires 1 et 2), c’est l’auteur de projet qui
remplit la mission PEB.
C.1.2. Quel est le rôle du responsable PEB ?
Le responsable PEB a pour mission :
‐ la rédaction de l'engagement PEB,
‐ la conception et la description des mesures à mettre en œuvre pour atteindre
les exigences PEB,
‐ le contrôle de l'exécution des travaux relatifs à la PEB,
‐ la rédaction des déclarations PEB initiale et finale et ce pour tous les bâtiments
neufs et assimilés ainsi que pour les rénovations importantes dont la date de
l'accusé de réception du dépôt du permis d'urbanisme est postérieur au 30 avril
2010.
C.1.3. Qui peut-être responsable PEB ?
Le tableau ci‐dessous reprend les 2 possibilités pour devenir responsable PEB.
Tableau : Responsable PEB
Nature des
bâtiments
Responsable PEB
Agrément
Délais
Formation
X Responsable PEB ≠ Auteur de projet
Bâtiments neufs et
assimilés
Formulaire demande
d’agrément
135 jours
(Par courrier)
Optionnelle
Y Responsable PEB = Auteur de projet
Rénovation
Impor
tante
Simple
Changement
d’affectation
Formulaire de
demande de numéro
d’identification
Quelques jours
(Par mail)
Optionnelle
Pas de responsable PEB
(L’auteur de projet doit s’occuper de la mission PEB)
PARTIE C
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
14 | 45
Le responsable PEB peut être :
„ Soit l’architecte du projet
Chaque architecte qui désire encoder des projets PEB et assumer ainsi la mission de
responsable PEB pour ses propres dossiers, doit en faire la demande auprès de
l’Administration régionale. Pour ce faire, un formulaire en ligne se trouve sur le site
portail de la Wallonie (lien : http://energie.wallonie.be/fr/acces‐a‐la‐base‐de
donnees‐peb‐formulaire‐d‐inscription‐en‐ligne‐pour‐les
architectes.html?IDC=7008&IDD=26788). La seule preuve demandée est une
attestation d’inscription à l’Ordre des Architectes (ou un visa de l’Ordre non
périmé). En retour de cette démarche, l’architecte reçoit un numéro
d’identification PEB lui permettant de remplir sa fiche de renseignement sur le
logiciel PEB, de type PEB‐xxxxx‐A (A pour architecte), ainsi qu’un identifiant et un
mot de passe lui permettant d’accéder à la BDD PEB (Cf. paragraphe D.2.).
„ Soit une personne agréée par le Gouvernement wallon
Lorsque le déclarant PEB (maître d’ouvrage) souhaite faire appel à une personne
extérieure pour réaliser la mission de responsable PEB, celle‐ci doit être agréée.
L’agrément peut être demandé par toute personne physique titulaire d'un diplôme
d'architecte, d'ingénieur civil architecte, d'ingénieur civil, d'ingénieur industriel ou
bio‐ingénieur ou toute personne morale comptant parmi son personnel ou ses
collaborateurs au moins une personne titulaire d'un des diplômes précités [Art. 550
AGW 17 avril 2008]. Le responsable agréé doit établir que sa responsabilité
professionnelle, en ce compris sa responsabilité décennale, est couverte par une
assurance [Art. 552]. La demande d’agrément est un formulaire à remplir et à
renvoyer par courrier à l’administration régionale [DGO04]. Elle est téléchargeable
sur le portail énergie à l’adresse suivante :
http://energie.wallonie.be/fr/devenir‐responsable‐peb.html?IDC=6994
L’obtention de cet agrément peut prendre jusqu’à 135 jours. Après accord du
ministre, le responsable PEB reçoit par courrier un numéro d’identification PEB,
de type PEB‐xxxxx‐R (R pour responsable), ainsi qu’un identifiant et un mot de
passe lui permettant d’accéder à la BDD PEB (Cf. paragraphe D.2.). Il est
également inscrit automatiquement sur la liste des responsable PEB agrée
téléchargeable sur le portail énergie de la Région wallonne (lien :
http://energie.wallonie.be/fr/liste‐des‐responsables
peb.html?IDC=7223&IDD=27399)
C.1.4. Faut-il suivre une formation pour devenir responsable PEB?
Aucune formation spécifique n'est imposée. L’obtention de l’agrément de
responsable PEB résulte de la validation du dossier de demande d'agrément,
adressé à l'administration, pour acceptation par le Ministre. Le formulaire est
disponible sur le portail énergie de la Région Wallonne à l’adresse suivante :
http://energie.wallonie.be/fr/devenir‐responsable‐peb.html?IDC=6994
Toutefois, des séminaires de formation à l’attention des (futurs) responsables PEB
sont organisés actuellement, en partenariat des centres IFAPME. Ils sont
recommandés pour faciliter la compréhension de la méthode de calcul des
exigences PEB et de son application dans le nouveau logiciel PEB. Les dates sont
disponibles sur le site portail de l’énergie à l’adresse suivante :
http://energie.wallonie.be/fr/calendrier‐des‐formations
peb.html?IDC=7185&IDD=27046&highlighttext=formation%20PEB
PARTIE C
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
15 | 45
C.1.5. Qu’en est-il de l’assurance décennale à contracter pour la mission de
responsable PEB ? Les assureurs sont-ils au courant des montants et
responsabilités à couvrir dans le cadre de cette nouvelle fonction ?
Le moyen le plus efficace d’obtenir des informations concernant l’assurance
décennale pour le responsable PEB est de contacter votre assureur habituel pour
voir s’il propose ce genre d’assurance.
C.1.6. Quelle est la valeur juridique d’une décharge de responsabilité signée
par le responsable PEB dans le cas d’un non respect des exigences
PEB ?
La décharge de responsabilité n’a aucune valeur légale. Le responsable PEB sera
sanctionné s’il est mis en cause dans le manquement aux obligations PEB. Ces
sanctions seront exclusivement administratives.
C.1.7. Peut-on assurer plusieurs rôles dans un projet, en plus de responsable
PEB ?
Il existe plusieurs cas de figure :
‐ Responsable PEB et Architecte ? L’architecte peut toujours être le responsable
PEB de ses projets. Dans ce cas, il n’est pas obligé d’être agréé.
‐ Responsable PEB et Auteur d’étude de faisabilité ? Si la personne possède les
deux agréments, il est possible qu’elle assure ces deux fonctions pour un même
projet
‐ Responsable PEB et déclarant PEB (maître d’ouvrage) ? Il est permis d’assurer
ces 2 rôles pour un même projet.
C.1.8. L’agrément « conseiller PEB » en Région Bruxelles-Capitale ou
« rapporteur PEB » en Flandre sera-t-il utilisable ou transposable en
Région Wallonne ?
Mission
Suivi et contrôle
des exigences PEB
Région wallonne
Titre
Région Bruxelles C
Région flamande
Responsable PEB
Conseiller PEB
Rapporteur PEB
Etant donné que les conditions d’agrément et les exigences demandées en tant que
responsable PEB en Région wallonne diffèrent de celles du conseiller PEB à
Bruxelles et du rapporteur PEB en Flandre, aucune équivalence ne peut se faire
entre régions. Mais, si vous répondez aux conditions dans chaque Région, vous
pouvez bien évidemment cumuler les 3 fonctions.
C.1.9. Dans le cadre d’un permis sans architecte, y a-t-il obligation de
recourir à un responsable PEB ?
Si le concours d’un architecte n’est pas obligatoire et que des exigences PEB sont
requises, il faudra avoir recours à un responsable PEB dans le cas d’une
construction neuve ou d’un bâtiment faisant l’objet de travaux de rénovation
importants.
PARTIE C
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
16 | 45
C.2. Auteur d’Etude de Faisabilité [EF]
En complément à ces quelques questions concernant l’auteur d’étude de faisabilité une FAQ
entièrement consacrée à l’EF est téléchargeable sur le portail énergie de Wallonie.
C.2.1. Dans quel cas faut-il faire une Etude de Faisabilité [EF] ?
Une étude de faisabilité doit être fournie lors de l’introduction d’un permis de bâtir
d’un bâtiment neuf d’une superficie utile totale > 1000 m² comptabilisée dans le
volume protégé et dans les espaces adjacents non chauffé (Cf. définition § F1).
Pour les natures de travaux autre que bâtiment neuf (ex : bâtiment assimilé à du
neuf, rénovation importante), l’étude de faisabilité n’est pas requise.
NB : Dans le futur, le critère des 1000 m² disparaîtra.
C.2.2. Quelles sont les conditions d’expérience pour devenir auteur d’étude
de faisabilité ?
Il existe deux possibilités pour devenir auteur d’Etude de Faisabilité [EF] :
„ Personne physique ou morale justifiant de titres, de qualifications ou d’une
expérience dans le domaine des systèmes alternatifs de production et
d’utilisation d’énergie tels que :
‐ les systèmes décentralisés d’approvisionnement en énergie basés sur des
sources d’énergie renouvelables
‐ la cogénération à haut rendement
‐ les systèmes de chauffage ou de refroidissement urbains ou collectifs
‐ les pompes à chaleur
Si vous remplissez les conditions, vous devez remplir un formulaire de demande
d’agrément disponible sur le portail énergie de la Région wallonne à l’adresse
suivante :
http://energie.wallonie.be/fr/devenir‐auteur‐d‐etude‐de‐faisabilite.html?IDC=6998
„ Personne agréée AMURE ou UREBA :
Une disposition transitoire permet aux personnes physiques ou morales qui
disposent d'un agrément AMURE/ UREBA valable au 1er mai 2010 d’obtenir
l'agrément 'Auteur d'Etude de Faisabilité' sans autre justificatif.
L’agrément en tant qu' 'Auteur d'Etude de Faisabilité' est dans ce cas, valable du 1er
juin 2010 au 31 mai 2013.
Les auditeurs AMURE/UREBA en ordre au 1/05/2010 qui souhaitent être agréés
doivent faire parvenir leur demande par courrier en complétant le formulaire
disponible sur le site portail de l’énergie de la Région wallonne à l’adresse suivante :
http://energie.wallonie.be/fr/devenir‐auteur‐d‐etude‐de‐faisabilite.html?IDC=6998
C.2.3. Quel est le contenu d’une EF ?
Le contenu d’une étude de faisabilité est libre. Cependant, elle comprend au
minimum les éléments suivants :
‐ La présentation des besoins énergétiques à satisfaire et les consommations
d’énergie
‐ Une estimation du calcul de dimensionnement technique et les grandeurs de
référence ainsi que les hypothèses de travail utilisées pour ce calcul
‐ Le cas échéant, une évaluation des contraintes d’utilisation, notamment en
termes de maintenance, de disponibilité et de type de combustible envisagé
PARTIE C
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
17 | 45
‐ Une évaluation des économies d’énergie
‐ Une estimation du coût économique et du temps de retour
Le formulaire EF à remplir reprend les résultats principaux de l’étude.
Il n’est pas obligatoire d'étudier tous les systèmes mentionnés dans le formulaire.
Vous devez choisir au moins 1 système à analyser pour le bâtiment. Le choix des
systèmes analysés doit être justifié en fonction du projet.
C.2.4. Quels moyens ou méthodes de calculs doivent être utilisés pour
réaliser l’EF ?
Aucune méthode ni outil n’est imposé. Des outils sont disponibles pour les
systèmes solaires thermiques, photovoltaïques et cogénération dans l’onglet
« Etude de faisabilité » du bandeau supérieur du logiciel PEB.
C.2.5. Quelles sont les obligations du déclarant PEB à suivre les
recommandations de l’auteur ?
Il n’y a, à l’heure actuelle, aucune obligation d’intégrer les systèmes étudiés au
projet, quels que soient les résultats de l’étude de faisabilité.
C.2.6. Faut-il réaliser une EF dans le cas d’un bâtiment industriel faible
consommateur d’énergie* ?
Si le bâtiment industriel est considéré comme faible consommateur d’énergie, le
livre IV ne s’applique pas. Il n’y a donc pas d’EF à réaliser.
S’il existe une partie bureau dans le hall industriel, et que la superficie utile totale
de l’ensemble du bâtiment (partie bureau + partie industrielle faible
consommatrice d’énergie) fait plus de 1000 m², alors une étude de faisabilité est
requise (même si la partie bureaux ne représente qu’une petite partie du bâtiment
et fait moins de 1000 m², et cela même si la partie industrie est exemptée
d’exigences).
C.2.7. Doit-on réaliser une EF pour un gros œuvre fermé ?
Oui.
* [Art. 532 AGW 17 avril 2008] : Bâtiment faible consommateur d’énergie = bâtiment dont la puissance totale
des émetteurs thermiques destinés au chauffage (ou à la climatisation) des locaux pour assurer le confort
thermique des personnes, divisée par la surface totale de plancher chauffé (ou climatisé), est < 15 W/m³.
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE D
Janvier 2011
18 | 45
D. Outils informatiques
D.1. Logiciel PEB
D.1.1. Où télécharger le logiciel PEB ?
Le logiciel PEB, relatif à l’application des exigences PEB à partir du 1er Mai 2010, est
téléchargeable sur le portail énergie de la région wallonne à l’adresse suivante :
http://energie.wallonie.be/fr/logiciel‐peb.html?IDC=7000. Un manuel d’utilisation
du logiciel PEB est disponible sur la même page dans l’onglet « télécharger ».
D.1.2. Comment générer les différents formulaires PEB ?
La version actuelle 2.5.2 du logiciel PEB permet de générer les formulaires de la
procédure PEB complète (engagement PEB, déclaration PEB initiale et finale), le
formulaire d’étude de faisabilité et les formulaires 1 et 2.
Par ailleurs, les formulaires 1 et 2 et le formulaire d’étude de faisabilité sont
disponibles au format .pdf sur le portail de l’énergie de la Région wallonne à
l’adresse
suivante :http://energie.wallonie.be/fr/appliquer‐la‐reglementation
wallonne.html?IDC=6148 .
D.1.3. Quelles sont les informations à introduire dans le logiciel PEB pour
l’engagement PEB ?
Les différentes informations à introduire dans le logiciel PEB pour obtenir un
engagement PEB complet sont référencées dans le document d’encodage PEB pas à
pas de l’engagement PEB à l’adresse suivante : http://energie.wallonie.be/fr/aide
pour‐l‐encodage‐dans‐le‐logiciel‐peb.html?IDC=7230.
D.1.4. Comment supprimer le message d’erreur « le projet est déjà ouvert
dans une autre instance. Confirmer l’ouverture en lecture seule du
projet ?» lors de l’ouverture d’un fichier sur la version 2.0.1 du logiciel
PEB ?
A la création d’un projet sous le logiciel PEB, les fichiers suivants sont créés dans le
répertoire où vous avez enregistré votre projet (par défaut, le logiciel créé un
répertoire de sauvegarde) :
‐ Le fichier du projet avec l’extension .peb (ex : « projet maison.peb »)
‐ Un fichier de hachage du même nom avec l’extension .md5 (ex : « projet
maison.peb.md5 »)
‐ Un fichier de protection du même nom avec l’extension .lock (ex : « projet
maison.peb.lock »)
Le fichier de protection doit normalement se supprimer automatiquement lors de
la fermeture du projet, mais s’il y a une interruption inattendue du logiciel, il se
peut que ce fichier ne soit pas supprimé. Dans ce cas, le message d’erreur « le
projet est déjà ouvert dans une autre instance. Confirmer l’ouverture en lecture
seule du projet ?» apparaît lors d’une ouverture ultérieure du fichier dans le logiciel
PEB. Si vous répondez par l’affirmative à ce message, votre document s’ouvre mais
vous ne pouvez pas enregistrer les modifications réalisées. Pour qu’il n’apparaisse
plus, il existe deux solutions :
‐ Vous pouvez enregistrer votre document sous un autre nom. (ex : vous pouvez
enregistrer le projet sous le nom « projet maison v.02.peb »)
‐ Si vous souhaitez garder le même nom de projet, vous devez supprimer le
PARTIE D
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
19 | 45
fichier de protection (.lock) contenu dans le dossier où vous avez enregistré le
projet.
D.2. Base De Données BDD PEB
D.2.1. Comment le responsable PEB peut-il envoyer les documents PEB sur la
Base de Données [BD] ?
Qu’il soit agréé ou non, lorsque le responsable PEB demande son numéro
d’enregistrement (Cf. C.1.3), il reçoit également un identifiant et un mot de passe
pour accéder à son profil dans la BDD PEB.
Lorsqu’il encode un projet PEB, le responsable PEB peut enregistrer les différents
formulaires de la procédure sur la BDD PEB via le bouton « Envoyer à
l’administration » du logiciel PEB (Cf. « encodage engagement PEB pas à pas » lien :
http://energie.wallonie.be/fr/aide‐pour‐l‐encodage‐dans‐le‐logiciel
peb.html?IDC=7230 ). Il peut aller vérifier l’avancement de ses projets sur son profil
quand il le souhaite.
D.2.2. Comment le responsable PEB peut-il consulter les documents PEB sur
la Base de Données [BD] ?
La base de données est consultable à l’adresse : http://peb.energie.wallonie.be
Dès l’écran d’accueil, vous devez vous identifier à l’aide de votre login
« Utilisateur » et votre « Mot de passe » que vous avez reçu avec votre numéro
d’identification :
Ces renseignements vous ont été fournis par
l’Administration
régionale.
Le
login
« Utilisateur » est du format PEB‐xxxxx. Pour
rappel, ce n° d’utilisateur est tout
simplement le n° d’identification utilisé dans
le logiciel, sans la terminaison ‐A ou ‐R.
Un mot de passe aléatoire vous est attribué
lors de la création de votre profil par
l’Administration. Nous vous conseillons de
changer ce mot de passe lors de votre 1ère
connexion.
Une fois connecté, vous pouvez consulter les dossiers déjà déposés dans l’onglet
HOME.
D.2.3. Qui peut valider les différents formulaires PEB ?
Chaque document reçu doit être accepté ou refusé par la commune, sauf s’il s’agit
d’une demande de permis visée par l’art. 127 du CWATUPE, auquel cas c’est le
fonctionnaire délégué qui doit accepter ou refuser les documents.
Attention : si l’engagement est irrecevable, le Permis d’Urbanisme peut être refusé.
D.2.4. Que peut-on faire lorsque l’on envoie un document erroné sur la BDD
PEB ?
Il y a plusieurs possibilités :
„ Le document a été refusé par la commune : Un document envoyé dans la BDD PEB
ne peut être remplacé, sauf quand il a reçu le statut "refusé". Dans ce cas, le
responsable PEB peut remplacer le document erroné.
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE D
Janvier 2011
20 | 45
„ Le document n’est pas encore accepté par la commune : Lorsqu’il se rend compte
de son erreur, le responsable PEB peut prendre les devants et contacter la
commune pour qu’elle refuse le document PEB, lui permettant ainsi de le
remplacer dans la BDD PEB
„ Le document a été accepté par la commune : Le responsable PEB ne peut plus faire
de modification dans le document PEB accepté, mais il peut conserver les
corrections à faire pour le document PEB suivant, s’il en existe un (ex :
l’engagement PEB a été rendu avec une erreur dans la Superficie Utile Totale, celle‐
ci peut être corrigée dans la déclaration PEB initiale). Il doit cependant signaler les
corrections qu’il a effectuées via un courrier annexe qu’il doit joindre au document
PEB.
D.3. Action « Construire Avec L’Energie » CALE
D.3.1. Quel est le logiciel à utiliser dans le cadre de l’action « Construire
Avec L’Energie » [CALE] depuis le 1er mai 2010 ?
La performance énergétique des dossiers CALE dont la demande de permis
d’urbanisme est postérieure au 30 avril 2010 doit être évaluée avec le logiciel PEB
au lieu de l’outil CALE développé pour les bâtiments résidentiels.
Pour les demandes de Permis d’Urbanisme antérieure à cette date, le logiciel CALE
est toujours d’application. Deux versions de cet outil coexistent, la version "CALE
v.3.2." combinée à l'outil "Calculateur U" qui est muni d'une interface conviviale
pour la saisie des compositions de parois et le calcul des coefficients de
transmission thermique (valeur U), et la version "CALE v.2.1" qui n'intègre pas de
calculateur automatique des valeurs U (versions téléchargeable à l’adresse :
http://energie.wallonie.be/fr/les‐outils‐et‐elements‐de‐calcul.html?IDC=6543).
D.3.2. Quelles sont les exigences à respecter dans le cadre de l’action
« Construire Avec L’Energie » [CALE] ?
Depuis le 1er janvier 2010, les exigences de l’action CALE sont renforcées :
‐
‐
‐
‐
‐
Umax + Niveau K ≤ 35
Ew ≤ 70
Espec ≤ 120 kWh/m²an
Ioverh ≤ 17 500 Kh
Débit de fuite : v̊50 ≤ 6 m³/h.m²
D.3.3. Dans le cadre de l’action « Construire Avec L’Energie » [CALE], le
responsable PEB agréé (qui n’est pas l’architecte) peut-il être porteur
du projet ?
Seul l’architecte chargé de la conception du bâtiment et du contrôle de sa
construction peut être porteur du projet. Il doit être partenaire de l’action CALE et
doit obligatoirement être chargé de la mission PEB pour ce projet. C’est donc à lui
qu’il revient d’introduire le dossier initial et le dossier de demande d’attestation.
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE E
Janvier 2011
21 | 45
E. Exigences PEB E.1. Umax U
max
E.1.1. Que représente la valeur Umax ?
La valeur Umax est la valeur maximale admissible du coefficient de transmission
thermique des éléments de construction qui entourent le volume protégé. La
valeur U représente la quantité de chaleur traversant une paroi en régime
permanent, par unité de temps, par unité de surface et par unité de différence de
température entre les ambiances de part et d’autre de cette paroi. Plus la valeur U
est faible, plus l'élément est isolant.
Les coefficients de transmission thermique U doivent être calculés conformément à
l’annexe VII de l’AGW du 17 avril 2008. La nouvelle méthode détaille plus
précisément le calcul des valeurs U des murs avec des couches non homogènes
(ex : structure bois), des toitures inversées, des parois en contacts avec des espaces
adjacents non chauffés ou avec le sol… Les valeurs Umax sont reprises dans
l’annexe III de l’AGW du 17 avril 2008 (Cf. tableau B1).
Tableau B1 : Extrait de l’Annexe III de l’AGW du 17 avril 2008
Parois de la surface de déperdition du bâtiment
Umax
Rmin
[W/m²K]
[m²K/W]
1. Parois délimitant le volume protégé (VP),
à l’exception des parois formant la séparation avec un volume protégé adjacent
1.1. Parois transparentes/translucides,
à l’exception des portes et portes de garage (voir 1.3), des façades légères (voir 1.4) et des
parois en briques de verre (voir 1.5)
− Valeur U centrale du vitrage de chaque élément Ug,max
− Valeur globale pour l’élément Uw,max
1.6
2.5
1.2. Parois opaques,
à l’exception des portes et portes de garage (voir 1.3) et des façades légères (voir 1.4)
− 1.2.1. Toitures et plafonds
− 1.2.2. Murs non en contact avec le sol, excepté en contact avec un vide
ventilé [VV] ou une cave en dehors du volume protégé [VP] (1.2.4.)
− 1.2.3. Murs en contact avec le sol
− 1.2.4. Parois verticales et en pente en contact avec un vide sanitaire ou
avec une cave en dehors du volume protégé
0.3
0.4*
1*
1*
− 1.2.5. Plancher en contact avec l’environnement extérieur
0.6
− 1.2.6. Autres planchers (planchers sur terre‐plein, au‐dessus d’un VV /
d’une cave en dehors du VP, planchers de cave enterré)
0.4*
1.3. Portes et portes de garage (cadre inclus)
1.4. Façades légères
2.9
− Valeur U centrale du vitrage de chaque élément Ug,max
− Valeur globale pour l’élément Ucw,max
1.6
2.9
1*
2. Parois entre deux VP situés sur des parcelles adjacentes
− 2. Parois entre 2 VP
1
3. Parois opaques suivantes à l’intérieur du VP ou adjacentes à un VP sur la même parcelle
à l’exception des portes et portes de garages
* Valeurs modifiées depuis
er
le 1 mai 2010
−
−
−
−
3.1. Entre unités d’habitation distinctes
3.2. Entre unités d’habitation et espaces communs (cage d’escalier…)
3.3. Entre unités d’habitation et espaces à affectation non résidentielle
3.4. Entre espaces à affectation industrielle et espaces à affectation
non industrielle
1
PARTIE E
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
22 | 45
Remarques :
‐ Il n’est pas obligatoire de satisfaire aux exigences Umax pour un maximum de
2% de l’ensemble des surfaces de déperdition AT.
‐ On ne parle plus d’espace non chauffé à l’abri du gel ou non à l’abri du gel.
Tous les espaces non chauffés en dehors du volume protégé, excepté les caves
et les vides ventilés, sont regroupés sous la dénomination Espaces Adjacents
Non Chauffés [EANC].
‐ …
E.1.2. Lors du remplacement ou traitement du parement de la façade
verticale d’une paroi, faut-il respecter la valeur Umax ?
Lors du remplacement ou du traitement du parement de façade (ex : brique de
parement, crépi de façade, sablage), la performance énergétique du bâtiment n'est
pas modifiée car il n’y a pas de modification fondamentale de la composition de la
paroi. Il n’y a donc pas d’exigence à respecter.
E.1.3. Lors du bouchement partiel d’une baie, faut-il isoler l’entièreté du mur
considéré ?
D’après la réglementation, seules les parois ou parties de parois modifiées sont
soumises aux exigences PEB. Dans le cas du bouchement partiel ou total d’une
baie, seule la portion de mur refermant la baie doit respecter l’exigence Umax ≤ 0,4
W/m²K (rubrique 1.2.2 du tableau B1). Il est possible de déroger à cette exigence si
la surface à boucher est inférieure à 2% de la surface totale de toutes les parois
auxquelles des exigences sont imposées dans la case 1 du tableau B1 ci‐dessus.
E.1.4. Comment considère-t-on une paroi mitoyenne avec un garage non
chauffé ?
CONVENTION
Murs mitoyens
[Annexe III AGW 17 avril 2008]
D’après la convention imposée
dans l’annexe III de l’AGW du
17 avril 2008, tous les locaux
des bâtiments situés sur une
parcelle adjacente sont
considérés comme chauffés.
EXIGENCES Bâtiment 1 : Si l’on se place dans le cas du bâtiment 1, le volume
protégé [VP1] n’englobe pas le garage car celui‐ci n’est pas chauffé.
Le mur séparant le garage et le bâtiment 2 (trait orange sur le dessin) n’est soumis
à aucune exigence étant donné que le garage ne fait pas partie du VP,
contrairement au mur mitoyen séparant le VP1 et le bâtiment 2 (trait bordeau sur
le dessin) qui doit respecter une valeur Umax ≤ 1 W/m²K (rubrique 2. du tableau
B1).
Remarques : Les parois séparant le VP1 et le garage doivent respecter l’exigence
Umax ≤ 0.4 m²K/W (rubrique 1.2.2 du tableau B1).
EXIGENCES Bâtiment 2 : pour le bâtiment 2, dont le volume protégé [VP2] s’étend
sur tout le mitoyen, l’entièreté du mur mitoyen adjacent au bâtiment voisin est
soumis aux exigences Umax ≤ 1W/m²K (trait orange + bordeau), d’après la
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE E
Janvier 2011
23 | 45
convention ci‐dessus. Quant au mur mitoyen donnant sur la parcelle adjacente
(trait jaune), il doit respecter les exigences Umax ≤ 0,4 W/m²K (rubrique 1.2.2. du
tableau B1).
E.1.5. Lors de la construction d’une maison ayant un mur dont on prévoit
une future mitoyenneté, est-il considéré comme un mur extérieur ou
comme une paroi entre 2 volumes protégés situés sur 2 parcelles
adjacentes ?
Si le mitoyen n’est pas encore construit, lors de la déclaration initiale, le mur doit
être considéré comme un mur extérieur (Rubrique 1.2.2. du tableau B1 : Umax ≤
0.4 W/m²K). Lors de la déclaration finale, si le mitoyen n’est toujours pas construit,
on respecte la même exigence Umax, si par contre il a été construit entre temps, le
mur est considéré comme une paroi entre 2 volume protégés (Rubrique 2 du
tableau B1 : Umax ≤ 1 W/m²K).
E.1.6. S’il n’est techniquement pas réalisable de respecter une valeur Umax
pour un bâtiment, que faire ?
Il est permis, selon l’annexe III de l’AGW du 17 avril 2008, de ne pas satisfaire aux
exigences imposées dans la case 1 du tableau B1 pour un maximum de 2% de la
surface totale de toutes les parois auxquelles des exigences sont imposées dans
cette case.
E.1.7. Où trouve-t-on les valeurs λ pour le calcul de la valeur U ?
Les valeurs λ par défaut à utiliser pour le calcul du coefficient de transmission
thermique U se trouvent dans l’annexe VII de l’AGW du 17 avril 2008. Lorsque le
matériau que l’on souhaite utiliser n’est pas référencé dans l’annexe VII, on peut
utiliser la valeur λ de la norme NBN B 62‐002(2008) quand elle existe.
Le matériau peut néanmoins avoir un λ reconnu dont la valeur plus favorable peut
être utilisée dans le calcul réglementaire de la valeur U, si celui‐ci répond à une des
conditions suivantes :
‐
‐
‐
‐
Se situer dans la base de données www.epbd.be
Obtenir un marquage CE conforme donnant une valeur λD (déclarée)
Disposer d’un agrément technique (ATG) www.ubatc.be
Disposer d’un agrément technique européen
Remarque : Les valeurs λ qui figurent dans l’annexe VII de l’AGW du 17 avril 2008
ainsi que celles qui figurent dans la base de données epbd sont reprises dans la
bibliothèque du logiciel PEB version 2.5.2.
E.1.8. La fiche technique d’un matériau reconnu « ayant pignon sur rue »
est-elle suffisante pour justifier la valeur λ, sachant qu’il n’a pas
d’ATG ?
En aucun cas il ne peut y avoir une dérogation sur un matériau qui ne présente pas
les conditions requises pour être reconnu, même si celui‐ci a « pignon sur rue ».
Dans ce cas on prendra les valeurs λ par défaut établies dans l’annexe VII de l’AGW
du 17 Avril 2008.
PARTIE E
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
24 | 45
E.1.9. Les valeurs λ des matériaux faisant l’objet d’un ATG en cours de
renouvellement sont-elles valides ?
Dans la justification des valeurs λ, les ATG en renouvellement ne sont pas valides,
sauf si ce matériau figure dans la base de données epbd ou fait l’objet d’un
marquage CE conforme.
E.2. Niveau K K
E.2.1. Combien de niveaux K faut-il calculer lors de la construction de
logements mitoyens ? Faut-il prendre en compte la paroi mitoyenne
pour le calcul du niveau K ?
Les logements dont la mitoyenneté est réalisée par un ou plusieurs murs mitoyens
nécessitent un calcul de niveau K par logement, même si l'exigence est la même.
Cependant, dans le calcul du niveau K, on ne tient pas compte de la paroi
mitoyenne en contact avec un espace adjacent étant donné que l’on considère qu’il
n’y a pas de déperdition thermique. Cette paroi doit néanmoins respecter une
valeur Umax ≤ 1 W/m²K. (Voir également question 1.6)
E.2.2. Combien de niveau K faut-il calculer pour des immeubles à
appartements ?
Pour les immeubles appartements, dont l’accès est commun (hall commun ou
coursives), un seul calcul du niveau K est requis, mais chaque appartement doit
avoir son propre calcul du Ew.
E.2.3. Si un bâtiment comporte plusieurs parties ayant des destinations
différentes, faut-il plusieurs calculs de niveau K ?
Si les exigences concernant le niveau K sont identiques pour les différentes
affectations des locaux (ex : Bâtiment neuf comportant une partie résidentielle,
bureau et/ou commerce), il faut effectuer un seul calcul de niveau K pour
l'ensemble du bâtiment. Si les exigences ne sont pas les mêmes (bâtiment neuf
comportant une partie résidentielle ‐ K45 ‐ et un entrepôt chauffé ‐ K55 ‐), alors il
faut calculer plusieurs niveaux K.
PARTIE E
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
25 | 45
E.3. Ventilation V
E.3.1. Quelles sont les exigences en termes de ventilation à respecter pour
les bâtiments neufs non résidentiels ?
Il n'y a pas d'exigence en termes de ventilation pour les bâtiments industriels.
Les immeubles de bureaux et services, les bâtiments destinés à l'enseignement, les
hébergements collectifs, hôpitaux, commerces, horeca, installations sportives, ...
doivent répondre aux exigences reprises dans l'annexe VI de l'AGW [17 avril 2008].
Ces exigences consistent notamment à respecter des débits de ventilation selon la
destination des locaux au moyen de dispositifs de ventilation adéquats.
E.3.2. Quelles sont les exigences de ventilation des parties de bâtiments
résidentiels affectés à des bureaux (partie professionnelle) qui
peuvent être assimilées au bâtiment résidentiel pour les exigences de
consommation en énergie primaire ?
Pour le calcul de la consommation en énergie primaire, il est possible, d’après
certaines conditions énoncées dans l’art. 541 de l’AGW [17 avril 2008] (Cf. encadré
ci‐dessous), de faire abstraction de l’affectation de bureaux ou de services situés
dans un bâtiment nouvellement construit à destination résidentielle et de réaliser
un seul calcul de niveau Ew pour l’ensemble du bâtiment. Cependant, même si le
volume de la partie bureau est « négligeable » par rapport à celui de la destination
principale du bâtiment, les exigences de ventilation seront différentes. La partie
résidentielle devra répondre aux exigences de l’annexe V de l’AGW du 17 avril
2008, quant à la partie bureaux et services, à celles de l’annexe VI de l’AGW du 17
avril 2008.
DEROGATION
Partie bureau ou de services dans un bâtiment résidentiel neuf
[Art. 541 de l’AGW du 17 avril 2008]
Le niveau de consommation d’énergie primaire de la partie affectée à des
bureaux ou services d’un bâtiment résidentiel nouvellement construit, est
déterminé conformément à l’article 540 (niveau de consommation d’énergie
primaire des bâtiments résidentiels), lorsque les conditions suivantes sont
réunies :
1° la partie du bâtiment réservée aux bureaux ou services est inférieure ou égale
à 40 % du volume protégé global ;
2° la partie du bâtiment réservée aux bureaux ou services représente un volume
protégé inférieur ou égal à 800 m³.
E.3.3. Quelles sont les exigences de ventilation des parties de bâtiments
industriels affectées à des bureaux qui peuvent être assimilées aux
bâtiments industriels pour les exigences en termes d’isolation
thermique?
Pour le calcul du niveau d’isolation thermique globale, il est possible, d’après
certaines conditions énoncées dans l’art. 535 de l’AGW [17 avril 2008] (cf. encadré
ci‐dessous), de faire abstraction de l’affectation de bureaux ou de services situés
dans un bâtiment nouvellement construit à destination industrielle et d’appliquer
les exigences des bâtiments industriels à l’ensemble du bâtiment. Cependant,
même si le volume de la partie bureau est « négligeable » par rapport à celui de la
PARTIE E
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
26 | 45
destination principale du bâtiment, les exigences de ventilation seront différentes.
La partie industrielle ne doit répondre à aucune exigence de ventilation, quant à la
partie bureaux et services, elle devra répondre aux exigences de l’annexe VI de
l’AGW du 17 avril 2008.
DEROGATION
Partie bureau ou de services dans un bâtiment industriel neuf
[Art. 535 §2 de l’AGW du 17 avril 2008]
Les exigences déterminées au §1er (niveau d’isolation thermique globale +
valeurs Umax) s’appliquent également à la partie affectée à des bureaux ou
services d’un bâtiment industriel nouvellement construit, lorsque les conditions
suivantes sont réunies :
1° le volume protégé de la partie du bâtiment affectée aux bureaux ou services
est inférieur à 800 m³ ;
2° la partie du bâtiment réservée aux bureaux ou services est inférieure ou égale
à 40 % du volume protégé global.
E.3.4. Quelles sont les exigences de ventilation pour des salles de bains /
douches de bâtiments non résidentiels ?
Les salles de bains, douches… sont des espaces non destinés à occupation
humaine selon l’Annexe VI de l’AGW du 17 avril 2008.
E.3.5. Quelles sont les exigences de ventilation pour des locaux de
rangement ?
Les locaux de rangement de petite taille peuvent être considérés plutôt comme des
placards et dans ce cas, ne pas être muni d’un système de ventilation spécifique.
Les locaux de rangement de taille plus importante sont soumis aux exigences des
espaces non destinés à l’occupation humaine selon l’annexe VII de l’AGW du 17
avril 2008.
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE F
Janvier 2011
27 | 45
F. Subdivision d’un bâtiment
F.1. Superficie Utile Totale [SUT]
F.1.1. Comment calcule-t-on la Superficie Utile Totale [SUT] ?
La définition de la superficie utile totale figure dans le décret cadre du
gouvernement wallon du 19 avril 2007 (art. 237/1 3°).
SUPERFICIE UTILE TOTALE [SUT]
Superficie Utile Totale [SUT]
[Art. 237/1 3° du décret‐cadre du 19 avril 2007]
« La superficie utile totale est la somme des surfaces des différents niveaux
du bâtiment calculées entre les murs ou parois existantes, l'épaisseur de ces
murs ou parois n'est pas prise en compte dans cette somme »
A cette définition, on peut ajouter que la superficie utile totale comprend la
surface des différents niveaux de ce bâtiment, y compris les espaces
adjacents non chauffés (caves, garage, grenier, atelier…). Les vides dans le
plancher sont décomptés, sauf quand il s’agit d’une trémie d’escalier. Elle
doit être comptabilisée par bâtiment et non pas pour l’ensemble des
bâtiments d’un projet. Dans le cas de bâtiments mitoyens, s’il n’existe aucun
accès entre les bâtiments, la SUT est calculée de manière séparée pour
chaque bâtiment.
F.1.2. Lors de travaux de rénovation, quelle est la Superficie Utile Totale [SUT]
à prendre en compte dans le logiciel PEB ?
La Superficie Utile Totale [SUT] à encoder dans le logiciel PEB est la SUT avant
travaux. Elle indique les exigences applicables :
‐
Si la SUT du bâtiment à rénover est inférieure ou égale à 1000 m², alors les
exigences sont celles des rénovation simples
‐
Si la SUT deu bâtiment à rénover est supérieure à 1000 m² et que les travaux
répondent à la défintion des travaux de rénotation importants (cf. encadré ci‐
dessous), alors les exigences sont celles d’une rénovation importantes.
RENOVATION IMPORTANTE
Bâtiment existant faisant l’objet de travaux de rénovation
importants
[Art. 530/3° de l’AGW du 17 avril 2008]
« Tout bâtiment, pour autant qu’il soit soumis à permis, d’une superficie
utile totale supérieure à mille mètres carrés, qui fait objet de travaux de
rénovation importants, c’est‐à‐dire :
‐ soit, lorsqu’il fait l’objet de travaux portant sur au moins un quart de son
enveloppe
‐ soit, lorsque le coût total de la rénovation portant sur l’enveloppe ou sur les
installations énergétiques est supérieure à vingt‐cinq pourcents de la valeur
du bâtiment ; la valeur du bâtiment ne comprend pas la valeur du terrain sur
lequel le bâtiment est sis »
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE F
Janvier 2011
28 | 45
Exemple : dans le cas de travaux de reconstruction au cours desquels la SUT passe
de > 1000 m² à < 1000m² (et que ces travaux répondent à la définition de travaux
de rénovation importants), les exigences qui s’appliquent sont celles d’une
rénovation importante. Dans le cas contraire (SUT avant travaux < 1000 m² et après
travaux > à 1000 m²), on reste en rénovation simple.
F.1.3. Quelle subdivision faut-il faire pour 3 maisons mitoyennes ? Comment
calculer la SUT ?
A condition qu’il n’y ait aucun accès direct entre les maisons dans les murs
mitoyens, vous devez considérer chaque logement comme étant un bâtiment.
L’encodage dans le logiciel se fait tel que présenté dans l’arbre énergétique ci‐
contre. Concernant la Superficie Utile Totale [SUT], celle‐ci se calcule logement par
logement.
S’il existe un accès entre les différentes maisons (ex : caves, garage ou couloirs
d’accès communs, porte dans le mur mitoyen…), alors vous devez considérer un
seul bâtiment avec 1 niveau K inférieur ou égal à 45 et 3 unités PEB (chaque maison
mitoyenne est considérée comme une unité PEB résidentielle = 1 logement).
Concernant la Superficie Utile Totale [SUT], celle‐ci est calculée pour l’ensemble du
bâtiment, y compris les espaces adjacents non chauffés.
F.2. Unité PEB
F.2.1. Qu’est-ce qu’une unité PEB ?
Il s’agit d’un ensemble de locaux adjacents et communiquant se trouvant dans un
même volume K et ayant la même destination (ex. : 1 appartement = 1 unité PEB).
F.2.2. Comment considérer une piscine dans une habitation ?
Ce cas de figure est traité au cas par cas, soit il s’agit de 2 unités distinctes, soit
d’une seule. Si la piscine est séparée physiquement de l’habitation, alors il s’agit
bien évidemment de 2 unités PEB.
PARTIE F
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
29 | 45
F.2.3. Peut-on rassembler deux zones de bureaux séparées physiquement,
mais ayant les mêmes systèmes, en une unité PEB ?
Non, il faut créer deux unités PEB
séparées car elles on des parois
adjacentes avec l’unité industrie qu’il faut
prendre en compte.
F.3. Destinations
F.3.1. Quelle est la destination des locaux d’un notaire, d’un architecte,
d’une agence de voyage, d’une agence immobilière ?
Ce sont des services. Ils sont considérés comme « immeuble de bureaux et de
services ».
F.3.2. Quelle destination pour une crèche ?
La crèche est considérée comme «un bâtiment ayant une autre destination ».
F.3.3. Quelle est la destination d’un hôtel de police ?
Il s’agit d’un « immeuble de bureaux et services ».
F.3.4. Comment considérer les locaux dont la destination n’est pas encore
connue au stade de la déclaration initiale ?
Lorsqu’au stade de la déclaration PEB initiale, certaines destinations ne sont pas
connues, le responsable PEB doit définir pour chaque espace une destination
plausible. Si celle‐ci venait à changer en cours de projet, la destination réelle
définitive apparaitra dans la déclaration PEB finale.
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE G
Janvier 2011
30 | 45
G. Etude de cas
G.1. Généralité
G.1.1. Comment procède-t-on pour déterminer les exigences à appliquer
dans le cas d’un projet ?
Les exigences applicables aux différents cas de bâtiments énoncés dans ce chapitre
sont déterminées sur base de l’un des 4 tableaux des exigences ci‐dessous, selon
leur destination et la nature de leurs travaux. De plus, un arbre d’aide à la décision
s’ajoute aux tableaux pour aider le responsable PEB dans le choix du tableau
d’exigences à appliquer dans le cadre de son projet.
Tableau E1 : Arbre d’aide à la décision
Bâtiments
neufs et
assimilés (1)
Bâtiments
rénovés
Tab.
1
Rénovation
simple (2)
Rénovation
importante (3)
Tab.
2
CfC*
Bâtiments
changeant
d’affectation
NC f C
Tab.
Art. 549 §1 **
3
Résidentiel ou
BSE
Bâtiment
industriel
Art. 549 §2 **
Autre
destination
Tab.
4
CfC*
NC f C
Tab.
2
Art. 549 §1 **
Tab.
3
(1) Bâtiment assimilé : tout bâtiment qui fait l’objet de travaux de reconstruction ou extension soumis à
permis qui consistent à créer une unité d’habitation ou un volume protégé supérieur à 800 m OU tout
bâtiment existant de + de 1 000 m² lorsque sa structure portante est conservée, mais que les installations
visées par la méthode de calcul de la PEB et au moins 75% de l’enveloppe sont remplacés
(2) Rénovation simple : tout bâtiment existant faisant l’objet d’actes ou de travaux de transformation soumis
à permis autres que les travaux de rénovation importants, qui sont de nature à influencer la PEB
(3) Rénovation importante : tout bâtiment d’une superficie utile totale > 1 000 m², soit, qui fait l’objet de
travaux portant sur au moins ¼ de son enveloppe, soit, lorsque le coût total de la rénovation portant sur
l’enveloppe ou sur les installations énergétique > 25% de la valeur du bâtiment, la valeur du bâtiment ne
comprend pas la valeur du terrain sur lequel le bâtiment est sis.
* Bâtiments repris dans la définition des rénovations simples ou importantes (exclut art. 549)
NC : non chauffé
C : Chauffé
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE G
Janvier 2011
31 | 45
** DEROGATION
Changement d’affectation
[Art. 549 de l’AGW du 17 avril 2008]
„ §1 : Les bâtiments ou partie de bâtiments qui, par changement d’affectation, acquièrent
une nouvelle destination, sont soumis aux exigences suivantes, pour la partie du
bâtiment subissant un changement d’affectation, lorsque, contrairement à la situation
antérieure, de l’énergie est consommée pour les besoins des personnes, en vue
d’obtenir une température intérieure spécifique :
K65 U
max
VVI
„ §2 : Les bâtiments industriels qui, par changement d’affectation, acquièrent la
destination de bâtiment résidentiel, d’immeuble de bureaux et de services ou de
bâtiment destiné à l’enseignement (NON résidentiel), sont soumis aux exigences du §1.
Tab.
1
Tableau 1 : Bâtiments neufs et assimilés
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE G
Janvier 2011
32 | 45
Tableau 2 : Bâtiments rénovés
Tab.
Rénovations simples et importantes, certains changements d’affectation C f C
2
Tableau 3 : Bâtiments changeant d’affectation
Tab.
3
Visé à l’Art. 549 §1 de l’AGW du 17 avril 2008
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE G
Tab.
4
Janvier 2011
33 | 45
Tableau 4 : Bâtiments industriels changeant d’affectation
(Visé à l’Art. 549 §2 de l’AGW du 17 avril 2008)
G.2. Bâtiments neufs
G.2.1. Quelles sont les exigences dans le cas de la construction d'une
habitation comprenant une partie professionnelle (bureaux) ?
D’après l’art. 541 de l’arrêté du Gouvernement Wallon du 17 Avril 2008, si la partie
de l'habitation réservée aux bureaux ou services est inférieure ou égale à 40% du
volume protégé global et que le volume protégé de cette partie est inférieur à 800
m³, alors celle‐ci est assimilée dans l’unité d’habitation. Les exigences PEB
d’application sont celles d’un bâtiment résidentiel neuf, soit :
K45 U
max
VV E100 E
spec
Ioverh
NB 1 : Pour la ventilation de la partie professionnelle, c’est l’annexe VI qui est
d’application. Dans le logiciel PEB version 2.5.2, il faut créer un « espace non
résidentiel » dans le nœud énergétique « ventilation » / « espace » et encoder le
débit de conception minimal calculé selon l’annexe VI.
NB 2 : En cas d’assimilation, la paroi séparant le résidentiel du non résidentiel n’a
pas d’exigences de valeurs Umax car elle est au sein d’une même unité PEB.
Dans le cas où l’art. 541 de l’AGW du 17 avril 2008 n’est pas d’application, deux
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE G
Janvier 2011
34 | 45
unités PEB sont à envisager, l’une comprenant la partie résidentielle (elle respecte
donc les exigences du tableau 1 intitulé « résidentiel »), l’autre étant la partie
professionnelle (les exigences d’application se trouvent dans le tableau 1 intitulé
« BSE – bureau, services et enseignement »).
G.2.2. Quelles sont les exigences dans le cas de la construction d'un hall
industriel, comprenant des bureaux ?
Plusieurs cas sont à envisager :
1| industrie chauffée – Bureau :
Dans le cas d’une industrie chauffée, la partie industrielle doit répondre aux
exigences des bâtiments neufs industriels, soit :
K55 U
max
Concernant la partie bureau, si son volume protégé est inférieur à 800m³ et est
inférieur ou égal à 40% du volume protégé global, alors cette partie peut être
assimilée à la partie industrielle [art. 535 §2 de l’AGW du 17 avril 2008]. L'ensemble
du bâtiment doit alors répondre aux exigences en termes d’isolation thermique des
bâtiments industriels.
Les exigences de ventilation sont uniquement applicables à la partie bureau du
bâtiment.
VVI
Si la partie bureau ne rentre pas dans les conditions d’assimilation, le bâtiment est
divisé en deux volumes K :
‐
la partie industrielle qui doit répondre aux exigences des bâtiments industriels,
soit :
K55 U
max
‐
la partie bureaux qui doit répondre aux exigences des immeubles de bureaux
et services neufs, soit :
K45 U
max
VVI E100
2| industrie faible consommatrice – Bureau chauffé ou non :
Si la partie industrielle est non chauffée ou si elle est considérée comme faible
consommatrice d’énergie [Art. 532 AGW 17 avril 2008] (Cf. encadré), alors aucune
exigence PEB n’est à respecter pour cette partie de bâtiment.
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE G
Janvier 2011
35 | 45
DEFINITION
Faibles consommateurs d’énergie
[Art. 532 AGW 17 avril 2008 remplacé par l’Art. 7 de l’AGW du 18 juin 2009]
« On entend par bâtiments faibles consommateurs d’énergie, les bâtiments
industriels, ateliers ou bâtiments agricoles non résidentiels :
‐ lorsqu’ils ne sont pas chauffés ou climatisés pour les besoins de l’homme
OU,
‐ lorsque la puissance totale des émetteurs thermiques destinés au
chauffage des locaux pour assurer le confort thermique des personnes divisée
par le volume, chauffé est inférieure à 15W/m3 et/ou la puissance totale des
émetteurs thermiques destinés à la climatisation des locaux pour assurer le
confort thermique des personnes, divisée par le volume climatisé, est
inférieure à 15W/m³. »
Concernant la partie bureau, elle doit répondre aux exigences des immeubles de
bureaux et services neufs, soit :
K45 U
max
VVI E100
Remarque : Si la partie industrielle est faible consommatrice d’énergie, mais qu’elle
respecte quand même les exigences d’un bâtiment industriel chauffé, alors il est
permis d’assimiler la partie bureau (selon les conditions énoncées ci‐dessus) à la
partie industrielle pour les exigences en termes d’isolation thermique
K55 U
max
Les exigences de ventilation sont uniquement applicables à la partie bureau du
bâtiment.
VVI
G.2.3. Quelles sont les exigences dans le cas de la construction d'un
bâtiment industriel chauffé et de sa conciergerie ?
Etant donné que les exigences relatives au niveau K sont différentes pour ces deux
destinations de bâtiments, il faut calculer deux niveaux K. Les exigences pour le
bâtiment industriel chauffé sont un niveau K55 + Umax, tandis que pour la partie
résidentielle, les exigences sont les suivantes :
K45 U
max
VV E100 E
spec
Ioverh
G.2.4. Quelles sont les exigences dans le cas de la construction d'un
bâtiment de services (musée, maison des jeune, palais des exposition
ou hall polyvalent) et de sa conciergerie ?
Les exigences en termes d'isolation thermique (niveau K et Umax) sont les mêmes
pour les 2 destinations (service + résidentielle). Il est donc permis de ne faire qu'un
seul calcul de niveau K comprenant tout le volume protégé.
K45 U
max
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE G
Janvier 2011
36 | 45
Cependant des exigences spécifiques sont applicables à chaque destination :
‐
pour la partie service :
VVI E100
‐
pour la partie résidentielle :
VV E100 E
spec
Ioverh
En ce qui concerne les exigences de ventilation, les annexes V ou VI de l'arrêté du
17 avril 2008 sont donc respectivement d'application pour la partie résidentielle et
la partie de services.
G.2.5. Quelles sont les exigences à respecter dans le cas de la construction
de kots ? D’un gîte ? De chambres d’hôtes ?
Kots : Deux cas de figures se présentent :
‐
S’il y a une partie commune (cuisine, salle, sdb, etc.) à plusieurs kots, hormis le
hall d’entrée, alors il s’agit d’un logement collectif. Dans ce cas, les exigences
sont :
K45 U
max
‐
VVI
S’il n’y a pas de partie commune, hormis le hall d’entrée, alors il s’agit d’un
logement individuel. Dans ce cas, les exigences sont :
K45 U
max
VV E100 E
spec
Ioverh
Gîtes : Trois cas de figures se présentent :
‐
Si le gîte fonctionne de manière autonome, alors il est considéré comme un
logement résidentiel individuel. Dans ce cas, les exigences sont :
K45 U
max
‐
spec
Ioverh
Si le gîte à une partie commune avec d’autres gites (type hébergement
touristique), alors il s’agit d’un logement collectif. Dans ce cas, les exigences
sont :
K45 U
max
‐
VV E100 E
VVI
Si le gîte à une partie commune avec une habitation individuelle, alors il y a une
seule unité PEB résidentielle. Dans ce cas, les exigences sont :
K45 U
max
VV E100 E
spec
Ioverh
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE G
Janvier 2011
37 | 45
Chambre d’hôtes :
‐
Les chambres d’hôtes ont une partie commune avec une habitation
individuelle, il y a une seule unité PEB résidentielle. Dans ce cas, les exigences
sont :
K45 U
max
VV E100 E
spec
Ioverh
NB : Les exigences pour le logement collectif et le logement individuel diffèrent. Les
logements collectifs n’ont pas d’exigences pour le niveau Ew, le Espec, ni l’indicateur
de surchauffe. De plus, les exigences de ventilation qui s’appliquent pour les
logements collectifs sont décrites dans l’annexe VI de l’AGW du 17 avril 2008, alors
que celles des logements individuels sont décrites dans l’annexe V de l’AGW du 17
avril 2008.
G.2.6. Quelles sont les exigences dans le cas de la construction d'une prison
?
Les prisons sont considérées comme de l’hébergement collectif dont les exigences
sont :
K45 U
max
VVI
Si la prison comporte une partie bureau qui est inférieure ou égale à 40% du
volume protégé global et que le volume protégé de cette partie est inférieur à 800
m³ (art. 541 AGW 17 avril 2008), alors elle est assimilée à la partie logement
collectif pour les exigences. Sinon, ce sont les exigences des immeubles de bureaux
et services qui s’appliquent à cette partie de bâtiment.
Si la prison contient une conciergerie, celle‐ci doit respecter les exigences des
habitations individuelles neuves.
G.3. Bâtiments assimilés
G.3.1. Dans le cas où les travaux relatif à un bâtiment répondent à la fois à
la définition du « bâtiment assimilé » et à celle de la « rénovation
importante », quelle exigence prime sur l’autre ?
Si les travaux répondent à la fois à la définition de « travaux de rénovation
importants » et de « bâtiments assimilés », alors ce sont les exigences les plus
fortes qui l’emportent, à savoir, « assimilés à du neuf » (cf. Tableau 1 « bâtiment
neuf et assimilé »).
G.3.2. Dans le cas où les travaux relatifs à un bâtiment considéré répondent
à la fois à la définition de « bâtiment assimilé » et celle de
« changement d’affectation », quelle exigence prime sur l’autre ?
Le Bâtiment assimilé prime sur changement d’affectation.
G.3.3. Dans le cas où les travaux relatifs à un bâtiment considéré répondent
à la fois à la définition de « travaux de rénovation importants » et de
« changement d’affectation (visé à l’art. 549 de l’AGW du 17 avril
2008) », quelle exigence prime prime sur l’autre ?
Les exigences du changement d’affectation priment sur celles des travaux de
rénovation importants. En ce qui concerne la procédure, ce sont les formulaires à
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE G
Janvier 2011
38 | 45
rentrer lors du dépôt de la demande de PU qui s’appliquent et non la procédure
complète avec responsable PEB (engagement PEB + déclarations PEB initiale et
finale).
G.4. Extension d’unité PEB
G.4.1. Quelles sont les exigences à respecter lors d’une extension physique
(cf. ajout d’un volume) d'une habitation ?
Plusieurs cas sont à envisager :
1| Extension d’un logement de moins de 800m³ :
Deux cas de figure se présentent :
‐
Si cette extension fait moins de 800 m³ et consiste en un agrandissement du
logement existant (Ex : agrandissement du séjour) alors :
‐ 800 m³
Exigences à respecter : tab. 2 Umax VV
Nature des travaux : rénovation simple (ou rénovation importante)
Procédure : Formulaire 2 (ou procédure PEB complète pour rénov. importante)
‐
Si cette extension fait moins de 800 m³ et consiste à la création d’une nouvelle
unité d’habitation (Ex : création d’un studio, d’un appartement) alors :
‐ 800 m³
Exigences à respecter : tab. 1 K45 Umax VV E100 Espec Ioverh
Nature des travaux : assimilé à un bâtiment neuf
Procédure : PEB complète (engagement, déclaration PEB initiale et finale)
PARTIE G
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
39 | 45
2| Extension d’un logement de plus de 800m³ :
Si l’extension fait plus de 800m³, quelle que soit sa destination, celle‐ci est
considérée comme assimilée à un bâtiment neuf. Dans le cas de l’extension d’un
bâtiment, on aura :
Exigences à respecter : tab. 1, selon la destination du l’extension
Nature des travaux : assimilé neuf
Procédure : PEB complète (engagement, déclaration PEB initiale et finale)
G.4.2. Quelles sont les exigences à respecter lors de l’extension d’une
habitation dans un espace adjacent non chauffé (garage, grenier,
grange…) ?
L’extension d’un logement dans un EANC1 (ex : cave, garage, grenier, grange, atelier
de menuiserie), sans extension physique extérieure (cf. construction), est soumise
aux exigences d’une rénovation simple ou importante (si les conditions sont
réunies), soit :
Exigences à respecter : tab. 2
U
max
VV
Nature des travaux : rénovation simple (ou rénovation importante)
Procédure : Formulaire 2 (ou procédure PEB complète pour rénov. importante)
NB : Lorsque l’extension n’est pas physique, il n’est pas question de bâtiment
assimilé à du neuf (Cf. art. 543 AGW 17 avril 2008)
G.5. Création d’unité PEB
G.5.1. Quelles sont les exigences à respecter lorsqu’on crée un logement
supplémentaire dans une habitation ?
Lors de la création d’un second logement au sein du volume protégé du bâtiment
considéré, et dans le cas où un permis d’urbanisme est requis, on est dans la
configuration d’une rénovation. Les exigences à appliquer sont :
1 EANC : Espace Adjacent Non Chauffé
PARTIE G
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
40 | 45
Exigences à respecter : tab. 2 Umax VV
Nature des travaux : rénovation simple (ou rénovation importante)
Procédure : Formulaire 2 (ou procédure PEB complète pour rénov. importante)
G.5.2. Quelles sont les exigences à respecter lorsqu’on crée un logement
neuf dans une extension d’habitation ?
Plusieurs cas sont à envisager :
1| Acces direct depuis l’habitation existante :
Lorsque la nouvelle unité d’habitation est strictement comprise dans l’extension, on
a création d’une unité d’habitation. Au sens de l’art. 543 de l’AGW du 17 avril 2008,
le nouveau logement est assimilé à du neuf et doit respecter les exigences suivante,
quel que soit le volume de l’extension :
Exigences à respecter : tab. 1 K45 Umax VV E100 Espec Ioverh
Nature des travaux : Assimilé à du neuf
Procédure : PEB complète (engagement, déclaration PEB initiale et finale)
2| pas d’acces direct au travers du mur mitoyen :
Lorsque la nouvelle unité d’habitation est strictement comprise dans l’extension,
qu’il n’y a pas d’accès direct entre les deux habitations, et si qu’elles sont séparées
par un ou plusieurs murs mitoyens, alors elles doivent être considérées
séparément, comme des maisons mitoyennes. Le nouveau logement sera alors
considéré comme un bâtiment neuf et respectera les exigences suivantes :
Exigences à respecter : tab. 1 K45 Umax VV E100 Espec Ioverh
Nature des travaux : Neuf
Procédure : PEB complète (engagement, déclaration PEB initiale et finale)
PARTIE G
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
41 | 45
Si la mitoyenneté est composée de plancher séparant les deux logements, le
nouveau logement est considéré comme assimilé à un bâtiment neuf.
Exigences à respecter : tab. 1 K45 Umax VV E100 Espec Ioverh
Nature des travaux : Neuf
Procédure : PEB complète (engagement, déclaration PEB initiale et finale)
3| Réalisation d’une cage d’escalier commune séparant les deux logements :
Si une cage d’escalier réalisée dans l’extension permet la distribution des accès aux
deux logements, l’extension est considérée comme un bâtiment assimilé à du neuf.
Le hall commun doit respecter les exigences Umax.
G.5.3. Quelles sont les exigences à respecter lors de l’extension d’une
habitation avec création d’une partie professionnelle ?
Plusieurs cas sont à envisager :
1| Passage direct entre l’habitation et la partie professionnelle :
Si l’extension considérée fait moins de 800m³ et a une fonction différente de la
fonction principale du bâtiment existant, elle sera considérée comme une
rénovation simple (ou une rénovation importante si elle répond à la définition).
Si l’extension fait plus de 800m³, elle sera assimilé à du neuf, soit :
+ 800 m³
f
Exigences à respecter : tab. 1 K45 Umax VVI E100
Nature des travaux : Bâtiment assimilé à du neuf
Procédure : PEB complète (engagement, déclaration PEB initiale et finale)
2| Pas de passage direct entre l’habitation et la partie professionnelle :
Lorsque la partie professionnelle a un accès indépendant par rapport à l’habitation,
celle‐ci est considéreé comme un bâtiment mitoyen neuf. Par exemple, si cette
partie est un bureau, il devra respecter les exigences suivantes
Exigences à respecter : tab. 1 K45 Umax VVI E100
Nature des travaux : Neuf
Procédure : PEB complète (engagement, déclaration PEB initiale et finale)
G.5.4. Quelles sont les exigences à respecter lorsqu’on crée un logement
neuf dans une partie d’une habitation et une extension ?
Si le logement 2 fait l’objet d’actes et travaux d’extension ou de reconstruction
soumis à permis, il s’agit d’une rénovation simple, soit :
PARTIE G
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
42 | 45
Exigences à respecter : tab. 2 Umax VV
Nature des travaux : rénovation simple (ou rénovation importante)
Procédure : Formulaire 2 (ou procédure PEB complète pour rénov. importante)
G.5.5. Quelles sont les exigences à respecter lors de la réalisation d’une
véranda ?
Plusieurs cas sont à envisager :
1| La véranda est chauffée : Dans ce cas, elle est considérée comme une extension
de l’habitation et doit respecter les exigences énoncées au point G.4.1.
2| La véranda n’est pas chauffée : Il doit y avoir alors une séparation physique avec
le reste de la maison qui constitue le volume protégé. Comme celle‐ci est en dehors
du volume protégé, il est obligatoire,de respecter les valeurs Umax pour les parois
neuves ou modifiées qui séparent la maison de l’Espace Adjacent Non Chauffé (ex :
la porte nouvellement créée séparant les deux environnements doit avoir un
coefficient de transmission thermique U ≤ 2,9 W/m²K(=Umax(porte)).
Attention : Même si pour les extensions ou certaines créations d’habitations, les seules
exigences à respecter sont les valeurs Umax et les dispositifs de ventilation, il est
intéressant d’aller plus loin dans la préoccupation énergétique pour l’obtention d’un
certificat le plus performant.
G.6. Bâtiments classés
G.6.1. Faut-il respecter les critères Ug,max et Uw,max lors du changement
de châssis « à l’identique » sur une façade classée ?
Vous devez respecter l’exigence Umax lors d’un changement de châssis sur une
façade classée, sauf si les exigences PEB sont de nature à modifier leur caractère ou
leur apparence de manière incompatible avec les objectifs poursuivis par les
mesures de protection. Dans ce cas, vous devez motiver votre demande
d’exemption des exigences PEB.
G.6.2. Faut-il respecter les exigences autres que les valeurs Umax dans le
cas d’une rénovation d’un bâtiment dont seules les façades
sont classées ?
Seules les exigences compatibles avec la destination du bien doivent être
respectées.
PARTIE G
FOIRE
AUX
QUESTIONS
Janvier 2011
43 | 45
G.6.3. Quelles sont exigences à respecter lors d’une rénovation
d’annexes situées à l’arrière d’un bâtiment repris à l’inventaire
du patrimoine dont la façade est classée ?
L’extension rénovée est soumise à l’ensemble des exigences PEB applicables dans
ce cas. L’exception ne porte que sur ce qui est classé.
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE G
Janvier 2011
44 | 45
H. Contacts H.1. Audit Energétique, certificat & PEB
H.1.1. Je suis un particulier et je cherche des informations sur la Performance
Energétique des Bâtiments [PEB] ou sur la Procédure d'Avis
Energétique [PAE].
Vous pouvez vous adresser au guichet de l'énergie de votre région.
Lien des guichets de l’énergie :
http://energie.wallonie.be/fr/les‐guichets‐de‐l‐energie.html?IDC=6060&IDD=11672
H.1.2. Je suis conseiller en énergie dans une administration communale et je
cherche des informations sur la performance énergétique des
bâtiments [PEB].
Vous pouvez vous adresser à la cellule Energie de l'Union des Villes et Communes
de Wallonie (Contact : Marianne.Duquesne@uvcw.be)
H.1.3. Je suis responsable d'un bâtiment tertiaire (hall sportif, immeuble de
bureaux ou service, ...) et je souhaite réaliser un audit énergétique de
ce bâtiment
Vous pouvez prendre contact avec le facilitateur tertiaire. Vous pouvez aussi
consulter la liste des bureaux d'études agréés par la Région wallonne pour réaliser
des audits énergétiques.
Facilitateur tertiaire (assuré par l’asbl ICEDD): facilitateur.tertiaire@icedd.be (Tel :
081|250 480)
H.1.4. Je suis certificateur PEB agréé et je souhaite obtenir des informations
relatives à la certification PEB.
Pour obtenir une réponse à vos questions, vous pouvez les envoyer via la
procédure disponible sur le site portail de l'énergie de la Région wallonne à
l'adresse suivante : http://energie.wallonie.be/fr/posez‐vos‐questions‐relatives‐a
la‐certification.html?IDC=7267.
Vous trouverez dans le bas de cette page un formulaire spécifique prévu pour les
questions des certificateurs PEB agréés relatives à la certification.
Vous pouvez également téléphoner aux facilitateurs certification 078| 15 15 40
Permanences téléphoniques :
Lundi après‐midi : 14h‐17h
Mercredi matin : 9h‐12h
FOIRE
AUX
QUESTIONS
PARTIE G
Janvier 2011
45 | 45 H.2. Facilitateur PEB
H.2.1. Quel est le rôle d’un facilitateur PEB ?
Les facilitateurs PEB sont chargés, par la Région wallonne, de mener des actions de sensibilisation, d'information et de conseil auprès des professionnels (architectes, bureaux d'études et les entreprises) pour aider à la mise en œuvre de la nouvelle réglementation, ainsi que d'assurer une guidance personnalisée pour le suivi des aspects PEB des projets de ces acteurs Permanences téléphoniques : Lundi matin : 9h‐12h Mercredi après‐midi : 14h‐17h Vendredi matin : 9h‐12h Facilitateur PEB UMons (Pôle énergie de l’Université de Mons) : E‐mail facilitateurpeb@umons.ac.be Téléphone 065|37 44 56 Facilitateur PEB ULg (Service Energie et Développement Durable de l’Université de Liège) : E‐mail facilitateurpeb@ulg.ac.be Téléphone 04|366 95 00 
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising