ÉDITION EFFICACITÉ NB

ÉDITION EFFICACITÉ NB
www.efficacitenb.ca
PHONE
PO Box 2349
142 East Jewett Boulevard
White Salmon, WA 98672
(509) 493-4468 | FAX (509) 493-4078
Édition Efficacité NB
PHONE
1331 Washington Street
Vancouver, WA 98660
(360) 567-0950 | FAX (360) 213-1065
GUIDE DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
SANS FRAIS
Efficacité NB
35, rue Charlotte, suite 101
Saint John (N.-B.) E2L 2H3
1-866-643-8833 | TÉLÉCOPIEUR 506-643-7835
ÉDITION EFFICACITÉ NB
info@newbuildings.org
www.newbuildings.org
www.advancedbuildings.net
Version 1.00
Accès aux documents de référence en ligne
Les personnes qui participent aux formations sur le haut rendement éconergétique ou qui achètent le Guide de haut rendement
éconergétique ont un accès exclusif d’un an à une bibliothèque de documents de référence continuellement mise à jour. Les
documents incluent de l’information technique précise, des spécifications de système et de l’information spécialisée sur le
processus de conception, l’enveloppe, l’éclairage et l’éclairage naturel, les systèmes de CVCA et l’alimentation. Pour avoir accès
à cette information, il vous suffit de vous rendre au www.advancedbuildings.net/refmaterials.htm et d’entrer votre adresse
de courriel et le code d’autorisation suivant : ABcpgY20108 (distinction entre les majuscules et les minuscules). Veuillez adresser
vos questions à coreperformance@newbuildings.org.
La New Buildings Institute est dans l’impossibilité de confirmer l’exactitude technique d’une version traduite du Guide de haut
rendement éconergétique.
PHOTO COUVERTURE : Saint John Energy. Saint John, N.-B.
Guide de haut rendement éconergétique, version 1.02 | Édition Efficacité NB, version 1.00
Guide de haut rendement
éconergétique
Édition Efficacité NB, version 1.00
Un programme normatif pour la réalisation d’économies substantielles et
prévisibles dans les nouveaux immeubles commerciaux
SANS FRAIS
Efficacité NB
35, rue Charlotte, suite 101
Saint John (N.-B.) E2L 2H3
1-866-643-8833 | TÉLÉCOPIEUR 506-643-7835
www.efficacitenb.ca
Advanced Buildings et haut rendement éconergétique sont des marques de commerce déposées du New Buildings Institute
www.newbuildings.org
Date de publication : Juillet 2007
ISBN 0-9742969-5-3
© Tous droits réservés, New Buildings Institute, Inc., 2007
Tous droits réservés, Advanced Buildings et haut rendement éconergétique sont des
marques déposées du New Buildings Institute, Inc. Les demandes de permission
de reproduction et les demandes de renseignements devraient être adressées au
New Buildings Institute, Inc., C.P. 2349, White Salmon, WA 98672, ou à
www.newbuildings.org.
Certaines parties du document sont la propriété de ASHRAE, www.ashrae.org.
Reproduit avec la permission de l’American Society of Heating, Refrigerating and
Air-Conditioning Engineers, Inc., extrait de la norme ANSI, ASHRAE, IESNA
90.1-2001. Ce document ne peut pas être reproduit ou diff usé en format papier ou
électronique sans la permission d’ASHRAE.
Certaines parties du document sont la propriété du Consortium for Energy
Efficiency, www.cee1.org.
Le Consortium for Energy Efficiency (CEE) est un organisme sans but lucratif
dont les membres sont des administrateurs de services publics et d’autres
organisations, et des intervenants du secteur public qui œuvrent aux programmes
d’efficacité énergétique. Les spécifications du CEE présentées dans ce document
ont été mises au point par des membres du CEE et d’autres participants aux
initiatives du CEE. Elles sont en vigueur depuis le 22 janvier 2007 et peuvent être
modifiées ou retirées à tout moment par le CEE. Toutes ces spécifications sont
protégées et sont la propriété du CEE, et non du New Buildings Institute. Il est
possible d’obtenir de l’information sur l’état actuel des spécifications du CEE sur
le site Web de l’organisation, au www.cee1.org, en cliquant sur l’initiative voulue.
UN MESSAGE D ’EFFIC ACITÉ NB
Un des principaux éléments du mandat d’Efficacité NB en tant qu’organisme de promotion de l’efficacité énergétique
consiste à aider les propriétaires d’immeubles commerciaux à maximiser leurs économies énergétiques. À cette
fin, nous avons mis sur pied des programmes dans le cadre desquels nous proposons des mesures incitatives aux
propriétaires qui désirent améliorer leurs immeubles et leur éclairage, ou qui envisagent de construire des immeubles
à haut rendement énergétique. Notre objectif est de proposer des solutions sur mesure qui aideront les propriétaires
d’immeubles commerciaux et les promoteurs immobiliers à gérer et à réduire leur consommation énergétique.
Nous sommes heureux de vous présenter le Guide de haut rendement éconergétique d’Advanced Buildings, édition
Efficacité Nouveau-Brunswick. Efficacité NB est le premier organisme à adapter le Guide de haut rendement
éconergétique pour le territoire canadien et à le proposer dans les deux langues officielles. Ce guide est un
précieux outil qui facilitera la conception et la construction d’immeubles écologiques et éconergétiques au
Nouveau­-Brunswick.
Efficacité NB a travaillé à la préparation de ce guide dans le but de répondre aux besoins des concepteurs et des
promoteurs du Nouveau-Brunswick. Le guide facilitera la conception et la construction d’immeubles commerciaux
durables et à haut rendement énergétique de petite et de moyenne taille dans la province, et favorisera également la
participation à notre programme Partez du bon pied. L’approche actuelle au rendement adoptée dans le cadre du
programme Partez du bon pied exige que les immeubles soient conçus selon le Code modèle national de l’énergie
pour les bâtiments (CMNÉB 1997), indique un rendement de 30 p. 100 et plus par rapport aux normes énergétiques
minimales et estime de même l’évitement des coûts énergétiques annuels. Nous convenons que le processus peut être
difficile, surtout dans le cas des immeubles de petite et de moyenne taille qui s’inscrivent mal dans le programme
actuel de rendement énergétique. L’édition Efficacité NB du Guide de haut rendement éconergétique a été conçue selon
une méthode normative simplifiée où les mesures éprouvées qui s’appliquent aux petits et grands immeubles sont
énumérées de façon à en faciliter la conception éconergétique sans avoir recours à la modélisation énergétique.
La communauté de la conception et de la construction du Nouveau-Brunswick peut mettre en œuvre le programme
de haut rendement éconergétique étape par étape et profiter des mesures incitatives d’Efficacité NB, afin de réaliser des
économies au moins 30 p. 100 supérieures au CMNÉB (1997). En règle générale, les exigences de haut rendement
éconergétique conviennent mieux aux nouveaux immeubles et aux rénovations importantes qui visent une superficie
de 900 m2 à 6 500 m2 pour les locaux à bureaux, les entrepôts, les écoles et les commerces au détail. Les concepts
présentés peuvent toutefois s’appliquer à des immeubles de toute taille et de tout type. Le programme est divisé en
quatre catégories : le processus de conception, le haut rendement éconergétique, les stratégies pour l’amélioration du
rendement et la modélisation énergétique.
Efficacité NB a établi les économies d’énergie approximatives et les mesures incitatives offertes par le programme de
haut rendement éconergétique en fonction du type d’immeuble, du système de CVCA, de la superficie de bâtiment
et des stratégies pour l’amélioration du rendement. Cela permettra aux concepteurs de savoir quelles mesures
de rendement sont admissibles, la quantité d’énergie que ces améliorations du rendement devraient permettre
d’économiser et les incitatifs financiers auxquels ils peuvent s’attendre si les 7 stratégies des procédés de conception
(section 1) et les 13 exigences de haut rendement éconergétique (section 2) sont incluses dans l’immeuble. D’autres
économies d’énergie et mesures incitatives sont possibles si certaines ou toutes les stratégies d’amélioration du
rendement facultatives (section 3) sont mises en œuvre ou si la méthode facultative de modélisation de l’énergie
(section 4) est suivie. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les programmes et les mesures incitatives
d’Efficacité NB, veuillez vous rendre sur www.efficacitenb.ca ou téléphoner au 1 866-643-8833.
Ce guide adapté est le fruit d’un effort concerté d’Efficacité NB dans le but d’aider les Néo-Brunswickois à intégrer la
conception éconergétique aux pratiques de construction commerciale actuelles, à renforcer la capacité éconergétique
des concepteurs, des constructeurs, des exploitants et des propriétaires, et à réduire la consommation énergétique et les
émissions de GES.
Je vous prie d’agréer mes salutations distinguées.
Elizabeth Weir,
Présidente et chef de la direction
Efficacité NB
REMERCIEMENTS
À PROP OS DU NEW BUILDINGS INS TITUTE
Le New Buildings Institute (NBI) est un organisme sans but lucratif dont le mandat consiste à améliorer les
immeubles pour les personnes et l’environnement. Le NBI appuie des politiques, accélère l’adoption de nouvelles
technologies et pratiques, et permet la réalisation d’études sur le terrain qui augmentent le rendement énergétique des
nouveaux immeubles commerciaux.
Le NBI collabore avec des organisations nationales et régionales, ainsi qu’avec des services publics et des concepteurs
professionnels dans le but de concrétiser sa mission. Le NBI coordonne étroitement ses recherches sur les immeubles,
ses lignes directrices en matière de conception et ses efforts ayant trait aux politiques de façon à ce que tous les
éléments d’un immeuble bien conçu soient intégrés aux produits et aux services qu’il offre aux programmes
éconergétiques et aux professionnels de la construction partout au pays.
LE NBI E S T S OUTENU PAR
California Energy Commission
Northeast Energy Efficiency Partnerships
Efficiency New Brunswick
Northwest Energy Efficiency Alliance
Efficiency Vermont
NSTAR
Energy Foundation
Pacific Gas & Electric
Iowa Energy Center
Sacramento Municipal Utility District
National Grid, USA
Southern California Edison
New York State Energy Research and
Development Authority
U.S. Environmental Protection Agency
Nous tenons à remercier la U.S. Environmental Protection Agency pour son soutien et sa contribution financière à la préparation
de ce guide.
ÉQUIPE DE PROJE T DU HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE D ’ADVANCED BUILDINGS
AUTEUR
Jeff Cole, Konstruct, Inc.
Mark Frankel, directeur technique,
New Buildings Institute
Scott Criswell, SAC Software Solutions Inc.
Dave Hewitt, New Buildings Institute
Kevin Madison, Madison Engineering P.S.
CO LL ABO R ATEUR S TECHNI QUE S
Howdy Reichmuth, New Buildings Institute
Mark Cherniack, New Buildings Institute
Cathy Turner, New Buildings Institute
Terry Egnor, MicroGrid
REMERCIEMENT S AUX COLL ABOR ATEUR S
Nous tenons à témoigner notre gratitude aux personnes suivantes pour leur contribution à l’élaboration du Guide de
haut rendement éconergétique d’Advanced Buildings.
Marge Anderson, Energy Center of Wisconsin
Brendan Owens, U.S. Green Building Council
Fran Boucher, National Grid, USA
Mike Rosenberg, Oregon Department of Energy
Karen Butler, Environmental Protection Agency
Marcus Sheffer, 7group
Charlie Grist, Northwest Power and
Conservation Council
Brian Thornton, Thornton Energy Consulting
Jon Heller, Ecotope
Mira Vowles, Bonneville Power Administration
REMERCIEMENT S AUX RÉ VISEUR S
Nous tenons à remercier les personnes suivantes qui ont consacré du temps et de l’énergie à la révision de cette
publication. Leurs commentaires nous ont permis de nous assurer que le Guide de haut rendement est utile et
facile à utiliser.
Douglas Baston, North Atlantic Energy
John Jennings, Northwest Energy Efficiency Alliance
Roseann Brusco, NSTAR
Mike Bujold, Efficiency New Brunswick
Jonathan Kleinman, Optimal Energy, Inc.
John Burns, Cape Light Compact
Mark McGinnis, Tweedie and Associates Consulting
Engineers Ltd.
Kate Butler, Efficiency New Brunswick
Michael McAteer, National Grid, USA
Dave Cowan, MCW Maricor
Marc Melanson, MCW Maricor
Lee DeBaillie, Energy Center of Wisconsin
Nelson Medeiros, NSTAR
Martine Dion, Symmes Maini & McKee Associates
Charles Michal, Weller & Michal Architects, Inc.
Kim Dragoo, KeySpan Energy
Curt Nichols, Idaho Power
Mark Eggers, New York State Energy Research and
Development Authority
Jay Pilliod, Vermont Energy Investment Corporation
David B. Goldstein, Natural Resources Defense
Council
Gena Tsakiris, NSTAR
Robin Rocca, Efficiency New Brunswick
Frank Gundal, NSTAR
Stephen Tweedie, Tweedie & Associates Consulting
Engineers Ltd.
Jeff Harris, Northwest Energy Efficiency Alliance
Abby Vogen Horn, Energy Center of Wisconsin
Curt Hepting, EnerSys Analytics Inc.
Tate Walker, Energy Center of Wisconsin
John Hogan, City of Seattle
Nancy Yap, BC Hydro
PRO CE SSUS D ’ÉL ABOR ATION DU PRO GR A MME DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE D ’ADVANCED BUILDINGS
Les critères et l’information fournis dans le Guide de haut rendement éconergétique d’Advanced Buildings sont
fondés sur l’ancien protocole de référence d’Advanced Buildings. Le New Buildings Institute a établi une norme
conforme à un ensemble d’exigences fondées en grande partie sur les procédures ANSI pour l’établissement et la
coordination des normes nationales des États-Unis©.
Un comité national d’examen des critères constitué de responsables des codes, du personnel de la construction
des nouveaux services publics et de représentants des communautés de la conception, de la construction, de
l’immobilier et de la fabrication ont voté et approuvé la norme conformément à ces exigences.
Comme nouvelle version de la norme, le programme de haut rendement éconergétique a conservé une bonne partie
des processus et des priorités de la publication originale. Nous avons toutefois réorganisé et mis à jour certains
renseignements fournis dans le Guide de haut rendement en raison de la manière dont les personnes utilisent la norme.
Nous voulons remercier l’auteur de la norme, Jeff Johnson, qui est l’ancien directeur général du NBI. Son
dévouement à la cause de la construction d’immeubles à haut rendement a rendu possibles l’établissement de la
norme et l’élaboration du programme Advanced Buildings. Nous aimerions en outre remercier l’Energy Center
of Wisconsin pour leur collaboration à ce projet. Enfi n, nous remercions les membres du comité d’examen des
critères de la norme pour les innombrables heures qu’ils ont consacrées à ce processus.
AUTORISATION
Le New Buildings Institute, Inc. (« NBI ») vous autorise à lire le Guide de haut rendement éconergétique d’Advanced
Buildings de juillet 2007 (« Guide de haut rendement ») à des fins personnelles seulement. Il est interdit de reproduire
ou de diff user l’ensemble ou une partie du Guide de haut rendement sans la permission écrite du NBI.
S TIPUL ATION D ’E XONÉR ATION DE G AR ANTIE S
Les parties suivantes ont participé au financement, à la création ou à la préparation du Guide de haut rendement
éconergétique : le NBI, la Energy Foundation, la California Energy Commission, Cape Light Compact, Efficacité
NB, Efficiency Vermont, National Grid USA, Ressources naturelles Canada, la New York State Energy Research
and Development Authority, la Northwest Energy Efficiency Alliance, NSTAR, le Sacramento Municipal Utility
District, Southern California Edison et la U.S. Environmental Protection Agency (collectivement appelées « les Parties
» aux présentes). Le Guide de haut rendement éconergétique est offert tel quel et est diff usé uniquement à des fins
d’information. Aucune construction ne devrait être entreprise sans qu’un entrepreneur autorisé ou un professionnel de
la construction ne soit consulté au préalable.
Les Parties ne garantissent pas l’exactitude, l’adéquation ou l’exhaustivité du Guide de haut rendement éconergétique,
et déclinent expressément toute responsabilité en cas d’erreur ou d’omission. LES PARTIES NE FOURNISSENT
AUCUNE GARANTIE IMPLICITE, EXPLICITE OU PRÉVUE PAR LA LOI, EN EXISTENCE OU DANS
LE FUTUR, CE QUI INCLUT, SANS S’Y LIMITER, LES GARANTIES DE NON-VIOLATION DES
DROITS D’UN TIERS, DE TITRE, DE QUALITÉ MARCHANDE ET D’UTILISATION DANS UN BUT
PARTICULIER. LES PARTIES N’ASSUMENT AUCUNE RESPONSABILITÉ RELATIVE À LA QUALITÉ
DU GUIDE DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE. LES PARTIES NE GARANTISSENT PAS QUE
LE RAPPORT DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE CONVIENDRA AUX UTILISATIONS EN VUE
DESQUELLES VOUS VOUS PROCUREZ LE GUIDE DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE.
LIMITATION DE RESP ONSABILITÉ
Les Parties n’assument pas la responsabilité des dommages (ce qui inclut les dommages indirects) qui peuvent découler
de l’utilisation du Guide de haut rendement éconergétique. En utilisant le Guide de haut rendement éconergétique,
vous vous engagez à ne pas poursuivre les Parties, et vous les dégagez de toutes responsabilités. Vous vous engagez
également à renoncer à toute réclamation, demande ou action à l’endroit des Parties.
Table des matières
Introduction
Programme de haut rendement éconergétique
11
Guide de démarrage rapide
18
Intégration du haut rendement éconergétique au programme LEED du CBDCa
26
Partie 1 : Stratégies de conception
1.1
Déterminer l’intention de conception
33
1.2
Communiquer l’intention de conception
34
1.3
Configuration d’immeuble
37
1.4
Conception du système mécanique
38
1.5
Certification de construction (essais de réception)
39
1.6
Formation des opérateurs et documentation
42
1.7
Examen des données sur le rendement
44
Partie 2 : Pré-Requis de haut rendement éconergétique
2.1
Conformité au code de l’énergie
49
2.2
Rendement du pare-air
50
2.3
Rendement minimal de la QAI
52
2.4
Rendement de l’enveloppe opaque
53
2.5
Rendement du fenêtrage
55
2.6
Commandes d’éclairage
57
2.7
Densité de puissance de l’éclairage
60
2.8
Exigences relatives au rendement de l’équipement mécanique
64
2.9
Systèmes mécaniques spécialisés
69
2.10
Contrôle de la ventilation selon la demande
70
2.11
Efficacité des systèmes d’eau chaude domestiques
72
2.12
Rendement de base de l’économiseur
73
2.13
Récupération de la chaleur
75
2.14
Remise à l’état initial de la température de l’air de soufflage (débit d’air variable)
76
Table des matières
Partie 3 : Stratégies de haut rendement
3.1
Éclairage naturel et commandes d’arrêt à la lumière du jour
79
3.2
Réductions supplémentaires de la puissance d’éclairage
81
3.3
Charges des prises électriques et efficacité des appareils électroménagers
82
3.4
Ventilation de nuit
84
3.5
Rendement optimal de l’économiseur
85
3.6
Commande de variation de vitesse
87
3.7
Immeubles à la demande (réduction de la puissance de pointe)
88
3.8
Approvisionnement sur place en énergie renouvelable
89
3.9
Autres stratégies de mise en service
90
3.10
Détection des défauts et diagnostics
92
Partie 4 : Modélisation de l’énergie
4.1
Déterminer le rendement au moyen de la modélisation de l’énergie
99
Annexes
Annexe A : Exigences en matière d’approbation pour les immeubles à haut rendement éconergétique
103
Annexe B : Acronymes et définitions
123
Vous trouverez des documents de référence sur les différents critères et le programme de haut
rendement éconergétique sur le site d’Advanced Buildings au www.advancedbuildings.net.
Introduction
Introduction
Programme de haut rendement éconergétique
Guide de démarrage rapide
Intégration du haut rendement éconergétique au programme LEED du CBDCa
La section suivante présente le programme de haut
rendement éconergétique et la façon dont il a été
élaboré. Vous y trouverez aussi le Guide de
démarrage rapide, qui offre un aperçu
du programme.
Programme de haut rendement éconergétique
Introduction
Stratégies de conception
INTRODUC TION AU HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE D ’ADVANCED BUILDINGS
Le haut rendement éconergétique d’Advanced Buildings est un programme normatif conçu pour
vous aider à réaliser des économies énergétiques substantielles et prévisibles dans la construction
de nouveaux immeubles commerciaux. Le programme propose une série de stratégies de
conception simples, discrètes et intégrées, et de caractéristiques de construction. Lorsque
l’ensemble des stratégies sont mises en œuvre, elles entraînent des économies d’énergie d’au
moins 25 p. 100 à 35 p. 100 par rapport à un immeuble conforme aux normes du Code modèle
national de l’énergie pour les bâtiments (CMNÉB) de 1997. Le programme est fondé sur le
programme de haut rendement éconergétique suivi par des services publics et d’autres organisations
des États-Unis. Il s’agit d’une version révisée du programme de la norme d’Advanced Buildings.
Outre les adaptations visant la conformité au code canadien, les unités de mesure et les références
ont été converties au système métrique.
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
Les différents éléments du programme peuvent être appliqués à des projets de construction
d’immeubles commerciaux de toute taille, mais les critères et les analyses sur lesquels s’appuie
le programme ont été conçus pour des projets commerciaux d’une superficie de 900 m2 (10
000 pi2) à 6 500 m2 (70 000 pi2). La complexité des systèmes de CVCA des immeubles de
grande taille peut donner lieu à des économies d’énergie supplémentaires qui ne sont pas prises
en considération par un programme normatif. Toutefois, les projets d’une taille beaucoup plus
importante pourvus de systèmes mécaniques simples peuvent bénéficier des stratégies d’économie
de haut rendement éconergétique. Dans le cas des petits projets, les immeubles dotés d’éclairage
et de systèmes de CVCA de type commercial peuvent également bénéficier du programme. Les
stratégies d’économie d’énergie visant l’enveloppe et le système d’éclairage présentées dans le
Guide de haut rendement éconergétique peuvent être adaptées à des projets de toute taille.
Le programme repose sur les résultats obtenus au moyen d’un protocole détaillé de modélisation
de l’énergie utilisé pour établir des stratégies cohérentes qui permettent de réaliser les économies
prévues dans tous les climats. Ces stratégies sont regroupées dans une ligne directrice normative
pour les nouvelles constructions dans le but de guider les améliorations relatives au rendement
énergétique. Les analyses incluent des évaluations des trois principaux modèles d’immeuble,
soit les immeubles de bureaux, les immeubles à commerces de détail et les entrepôts. Différentes
permutations ont été appliquées à chaque modèle. Les permutations ont été évaluées dans
deux villes du NouveauBrunswick représentatives des variations climatiques de la province. Le
programme inclut aussi des lignes directrices sur la mise en œuvre des processus de conception
améliorés de façon à favoriser l’intégration conceptuelle et à améliorer du même coup les
possibilités relatives au rendement global des immeubles. Ces stratégies préparent le terrain pour
de nouvelles améliorations du rendement global des immeubles qui s’ajoutent aux normes de base
du programme.
Un des aspects les plus importants du programme de haut rendement éconergétique est que les
stratégies du programme sont des technologies et des pratiques établies auxquelles l’industrie de
la construction peut facilement avoir accès et dont le coût-efficacité a été démontré.
Le principal élément du programme est le Guide de haut rendement éconergétique (le présent
document), qui présente les différentes stratégies du programme de haut rendement éconergétique.
Les équipes de conception peuvent se servir du Guide pour déterminer et mettre en œuvre toutes
les stratégies (appelées « critères ») nécessaires pour se conformer aux exigences du programme.
Le Guide présente aussi d’autres stratégies qui peuvent être mises en œuvre pour aller au-delà des
objectifs élémentaires de rendement du programme de haut rendement éconergétique.
11
En soutien au programme de haut rendement éconergétique, nous vous proposons également
toute une série de documents de référence supplémentaires sur la mise en œuvre, les pratiques
de conception, les recherches, des stratégies supplémentaires et des pratiques évoluées pour une
utilisation plus efficace du Guide de haut rendement éconergétique. Ces documents peuvent être
consultés et téléchargés par les participants du programme au www.advancedbuildings.net/
refmaterials.htm. Le mot de passe qui vous permettra d’accéder à ces documents est inscrit sur
le plat intérieur du guide.
Le programme de haut rendement éconergétique est également soutenu par un vaste programme de
formation dispensé périodiquement par les partenaires du programme d’Advanced Buildings (AB)
dans diverses régions du continent. Vous trouverez aussi les renseignements sur le calendrier de
formation et l’inscription sur le site Web d’Advanced Buildings (www.advancedbuildings.net).
Le programme d’Advanced Buildings est également offert par un nombre de plus en plus
important de services publics qui fournissent du soutien technique et financier aux propriétaires,
aux concepteurs et aux constructeurs travaillant à des projets d’Advanced Buildings. Vous
trouverez la liste à jour des commanditaires et des abonnés du programme Advanced Buildings
sur le site Web. L’information sur la mise en œuvre locale du programme se trouve quant à elle
au www.efficacitenb.ca.
INTRODUC TION AU HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE D ’ADVANCED BUILDINGS
Les critères de rendement sont divisés en quatre catégories : les stratégies de conception, les
pré-requis de haut rendement éconergétique, les stratégies de haut rendement et la modélisation
de l’énergie.
S TR ATÉG IE S D E CO NCEP TI O N
Les stratégies de conception sont conçues pour augmenter l’efficacité du processus de
conception, ce qui conduit à une augmentation de l’intégration des conceptions. Cette
catégorie définit les étapes précises qui doivent être suivies afin de se conformer aux exigences
du programme. Ces dernières incluent la définition de l’intention de conception en ce qui a
trait au rendement énergétique, une évaluation de la charge partielle des charges mécaniques,
La conception intégrée est un
processus itératif dans lequel les
décisions prises à chaque étape
doivent être considérées du point
de vue de leur incidence sur tous
les éléments de conception.
12
INTRODUCTION  PROGRAMME DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
les essais de réception et la surveillance à long terme du rendement. Toutes les stratégies de
conception doivent être mises en œuvre pour qu’un projet soit entièrement conforme aux
exigences du programme de haut rendement éconergétique.
Les recherches indiquent que ces stratégies de conception permettent d’améliorer le rendement
d’un immeuble. Il est toutefois difficile de quantifier les répercussions énergétiques sur un
immeuble donné. Ces résultats ne sont pas quantifiés ou inclus lorsqu’on parle de l’estimation
des « économies comparées au CMNÉB ».
E X IG ENCE S DE HAUT R E N D E M E NT É CO N E RG É TI Q U E
La deuxième catégorie constitue le coeur du programme de haut rendement éconergétique.
Elle inclut des normes précises en matière de rendement qui dépassent les normes du code
de l’énergie, mènent à des économies d’énergie mesurables et permettent de maintenir ces
économies dans chaque type d’immeuble. Les mesures de rendement de cette catégorie sont
incluses parce qu’elles entraînent des économies d’énergie constantes et prévisibles, peu
importe le type de projet et le climat. Tous les pré-requis de haut rendement éconergétique
présentés dans cette section doivent être respectés pour qu’un projet soit conforme aux
exigences du programme.
STR ATÉGIES DE HAUT RENDEMENT
La troisième catégorie du programme de haut rendement éconergétique est le haut rendement.
Cette catégorie inclut des mesures qui ne conviennent qu’à certains types de systèmes et
d’immeubles, ou à certains climats, ainsi que des stratégies de rendement qui sont relativement
nouvelles sur le marché. Ces stratégies ouvrent la voie à d’importantes possibilités d’économie
d’énergie, mais leur application doit être envisagée au cas par cas. Ces mesures visent des
projets qui devraient dépasser les exigences minimales du programme de haut rendement
éconergétique et ceux qui exigent une approche personnalisée à la liste de mesures. La partie sur
le rendement amélioré inclut aussi des systèmes d’énergie de remplacement et des stratégies de
mise en service évoluées.
MODÉLISATION DE L’ÉNERGIE
La quatrième partie du Guide de haut rendement éconergétique porte sur la modélisation de
l’énergie. On peut utiliser la modélisation de l’énergie pour viser un rendement énergétique plus
élevé et pour déterminer les stratégies de haut rendement susceptibles d’être les plus efficaces
dans un projet donné. On peut aussi se servir de la modélisation de l’énergie dans certains
projets pour démontrer un rendement équivalant à celui de la norme prescrite avec plus de
souplesse. Les responsables de projets qui ne peuvent remplir certains critères de haut rendement
éconergétique peuvent choisir de recourir à la modélisation de l’énergie pour prouver que des
solutions de rechange permettent d’obtenir le même rendement énergétique. On peut également
utiliser la modélisation de l’énergie pour personnaliser la liste de haut rendement éconergétique, en
remplaçant certains éléments de la partie sur le haut rendement éconergétique par des stratégies de
la partie sur le haut rendement, en fonction des conditions particulières d’un projet.
INTRODUCTION  PROGRAMME DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
13
Étant donné que le programme de haut rendement éconergétique est fondé sur un protocole de
modélisation de l’énergie approfondi, les critères inclus dans le programme constituent un
excellent point de départ pour les projets dans le cadre desquels on procède à une modélisation
de l’énergie. L’utilisation des critères de haut rendement éconergétique comme référence dans un
exercice de modélisation de l’énergie permet de réduire de façon substantielle la complexité de
la modélisation.
Efficacité NB offre aussi le programme d’encouragement à la construction d’immeubles
commerciaux éconergétiques. Il s’agit d’un programme basé sur le rendement dans lequel une
simulation informatique est requise pour démontrer qu’un rendement au moins 30 p. 100
supérieur au CMNÉB sera obtenu. Veuillez communiquer avec Efficacité NB pour obtenir de
plus amples renseignements sur ce projet et déterminer si le programme ou le Guide de haut
rendement éconergétique répondent aux besoins de votre projet.
POUR UN APERÇU DES EXIGENCES ET DES ÉLÉMENTS DU PROGR AMME DE HAUT RENDEMENT
ÉCONÉNERGÉTIQUE, VEUILLEZ CONSULTER LE GUIDE DE DÉMARRAGE RAPIDE QUI SUIT L’INTRODUC TION
AU PRÉSENT GUIDE.
HAUT RENDEMENT ÉCONÉNERGÉTIQUE E T LEED
Il existe un certain nombre de stratégies parallèles entre le programme de haut rendement
éconergétique d’Advanced Buildings et le programme LEED du Conseil du bâtiment durable
du Canada (CBDCa). Certains critères du programme de haut rendement éconergétique sont
directement inspirés des crédits du programme LEED et représentent des stratégies qui
permettent d’obtenir de façon partielle ou complète des crédits du programme LEED.
Dans le Guide de haut rendement éconergétique, le rapport entre des critères particuliers et les
exigences du LEED NC 2009 sont indiqués dans la marge, à la fin de chaque critère. Cette
information indique les crédits LEED qui coïncident avec des critères de rendement. Les mesures
prises dans le but de satisfaire aux exigences de haut rendement éconergétique contribueront
directement à l’obtention des crédits LEED. On recommande aux utilisateurs de consulter le
Guide de référence LEED pour déterminer les exigences précises et les crédits possibles.
Le programme de haut rendement éconergétique représente aussi une approche globale aux
éléments du programme LEED relatifs au rendement énergétique. Le CBDCa a adopté le
programme de haut rendement éconergétique comme chemin de réalisation normatif pour son
programme LEED 2009. Le programme LEED du CBDCa renvoie à la version américaine
du programme de haut rendement éconergétique, qui est similaire à la version canadienne du
programme, sans toutefois y être identique. D’ici à ce que le CBDCa se reporte à la version
canadienne du programme de haut rendement éconergétique, les responsables des projets qui
utilisent le programme pour la conformité au LEED devraient toujours se reporter à la version
américaine du programme de haut rendement éconergétique et confirmer leurs interprétations
directement auprès du CBDCa. Les exigences précises concernant l’utilisation du programme
de haut rendement éconergétique dans le cadre du LEED sont décrites plus loin dans la présente
section (se reporter à la page 26).
14
INTRODUCTION  PROGRAMME DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
ANALYSE S S OUTENANT LE PROGR AMME DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
On a mis en œuvre un protocole de modélisation de l’énergie détaillé pour soutenir le
développement du programme de haut rendement éconergétique d’Advanced Buildings. On a évalué
les résultats de milliers de passages en machine de la modélisation de l’énergie avec le logiciel
eQUEST pour exécuter DOE-2. Les résultats ont été évalués au moyen du protocole d’analyse
par lots, intégré à l’outil de modélisation de l’énergie eQUEST.
Pour chaque modèle d’immeuble, on a défini entre quatre et sept systèmes mécaniques classiques
représentatifs des pratiques de construction habituelles. On a utilisé deux villes du NouveauBrunswick représentatives des variations climatiques de la province. On a défini un immeuble
de référence conforme aux normes du CBDCa de 1997 pour chaque permutation des critères
mentionnés plus haut (type d’immeuble, type de système et climat).
On a apporté des modifications au logiciel d’analyse par lots de eQUEST de façon à établir
l’ordre des mesures éconergétiques modélisées dans le cadre du projet. L’analyse comporte entre
14 et 16 mesures du rendement énergétique séparées (selon la configuration du système) qui
peuvent être appliquées à chaque modèle de référence. Le protocole d’analyse par lots a appliqué
chacune de ces mesures de façon individuelle au modèle de référence et a permis de déterminer
celles qui influent le plus sur les économies d’énergie.
On a ensuite comparé les résultats de l’analyse aux différents modèles d’immeubles, aux types
de systèmes et aux climats, afin de déterminer les mesures qui ont l’incidence la plus soutenue
sur ces variantes. Les mesures les plus cohérentes ont ensuite formé la base des exigences
relatives aux critères du programme de haut rendement éconergétique.
D’autres mesures qui pouvaient être appliquées à un sous-ensemble des variantes ou qui
présentaient des avantages pour certains climats ou systèmes ont été incluses dans la section
sur le rendement amélioré. La figure 1 illustre l’importance de déterminer les stratégies les
plus efficaces du point de vue des économies d’énergie. Au fur et à mesure que des stratégies
d’économie d’énergie sont ajoutées au modèle de référence, leur impact sur le rendement
énergétique s’amenuise. Le fait de ne pas considérer l’impact des mesures dans leur ensemble
peut conduire à une surestimation des économies liées à chaque mesure.
La figure 1 ci-dessous montre les économies d’énergie moyennes prévues selon les exigences
normatives de l’ASHRAE 90.1-2004 au fur et à mesure que les mesures modélisées dans le
cadre du programme de haut rendement éconergétique sont incorporées à l’analyse. Chaque ligne
du graphique représente une des permutations représentatives modélisées selon les critères
de haut rendement éconergétique (il faut noter que certains des critères du programme ne
concernent pas directement la consommation énergétique modélisée et ne sont pas illustrés
dans le graphique). Vous trouverez de plus amples renseignements sur le protocole d’analyse et
les résultats au www.advancedbuildings.net.
INTRODUCTION  PROGRAMME DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
15
FIGURE 1 – EFFE T CUMUL ATIF DES MESURES ÉCONERGÉTIQUES
40%
Pourcentage d’économies
35%
30%
25%
20%
15%
10%
5%
0%
Mesures éconergétiques cumulatives
APPLIC ABILITÉ DU HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
En règle générale, les exigences du programme de haut rendement éconergétique conviennent
mieux aux immeubles dont la superficie se situe entre 900 m2 et 6 500 m2 (c.-à-d., entre 10 000
pi2 et 70 000 pi2). En ce qui concerne les projets de plus grande taille, le programme offre un bon
ensemble de lignes directrices en matière de stratégies de conception et de mesures de rendement.
En ce qui concerne les immeubles de plus grande taille, Efficacité NB promeut les immeubles
éconergétiques dans le cadre de son programme de rendement énergétique Partez du bon pied.
Rendez-vous au www.efficacitenb.ca pour obtenir plus d’information à ce sujet.
TAILLE DE L’IM MEUBLE
Le programme de haut rendement éconergétique vise avant tout les immeubles de petite et de
moyenne taille, mais les stratégies d’économie d’énergie du programme peuvent être appliquées
à des immeubles de plus grande taille. Les stratégies de conception et la plupart des mesures
relatives à l’enveloppe, à l’éclairage et aux systèmes du programme de haut rendement éconergétique
peuvent être mises en œuvre dans des projets de toute taille. Les immeubles de plus grande taille
sont toutefois susceptibles d’adopter des systèmes et des stratégies de conservation de l’énergie plus
complexes, qu’une norme prescriptive ne peut prédire avec autant de précision. Les immeubles de
plus grande taille présentent plus de possibilités d’installation de systèmes et de commandes plus
solides, et sont susceptibles de profiter d’une modélisation de l’énergie à échelle réelle.
T Y PE D ’IM MEUBLE
Le programme de haut rendement éconergétique a été développé en fonction de l’analyse de
plusieurs catégories importantes de projet. Les immeubles modèles utilisés dans le cadre
des analyses représentent un important pourcentage des types d’immeubles commerciaux
classiques. En outre, un certain nombre d’autres types de projets ont des ressemblances
importantes avec ces types de projets en ce qui concerne les mesures de rendement énergétique
du programme de haut rendement éconergétique.
16
INTRODUCTION  PROGRAMME DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
Le tableau ci-dessous montre l’applicabilité générale du programme de haut rendement éconergétique
aux différents types de projets. Dans le cas des projets considérés partiellement compatibles avec
le programme de haut rendement éconergétique, il peut être nécessaire d’établir un sous-ensemble
de critères de haut rendement éconergétique qui convient au contexte du projet. Tous les projets
peuvent poser des conditions particulières. L’équipe de projet doit alors se servir de son jugement
professionnel pour déterminer quels critères de haut rendement éconergétique s’appliquent.
TABLE AU 1 – APPLIC ABILITÉ DU PROGR AMME DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
PAR T Y PE DE PROJE T
VA LIDITÉ D ’APPLIC AT ION DU P R O G R A M M E D E H AU T R E N D E M E N T É CO N E R G É T I Q U E
S E LO N L E T YP E D E P R O J E T
T Y PE D ’IMMEUBLE
COM PAT I B I L I T É
AV EC L E
PR O GR AM M E D E
HAUT R EN D EM ENT
ÉCO N ERGÉ TI Q U E
N OT E S
On s’est occupé de tous les principaux éléments de l’immeuble.
ÉDUC AT I O N


É TAB L ISSE M EN T D E
R ÉU N I O N

On s’est occupé de tous les principaux éléments de l’immeuble.
COM M ERC E D E
D É TAI L

On s’est occupé de tous les principaux éléments de l’immeuble;
certains immeubles à commerces de détail peuvent avoir des charges
particulières.
ENTR EP ÔT

On s’est occupé de tous les principaux éléments de l’immeuble;
certains types de projets peuvent avoir des charges ou des exigences de
climatisation particulières.
B U R E AU X
MAINTIEN DE
L’O R D R E
On s’est occupé de tous les principaux éléments de l’immeuble.

On s’est occupé de tous les principaux éléments de l’immeuble; certains
immeubles à commerces de détail peuvent avoir une charge particulière.

Le programme de haut rendement éconergétique traite de plusieurs aspects
de ces projets, mais les besoins et les systèmes particuliers relatifs aux
soins de santé doivent être évalués individuellement. Certains aspects
du programme de haut rendement éconergétique peuvent ne pas convenir
aux hôpitaux et aux consultations externes spécialisées.
A L I M E N TAT I O N

Le programme de haut rendement éconergétique ne traite pas des charges
associées aux cuisines et à la préparation de nourriture.
HÉBERGE M ENT

Seuls quelques éléments du programme de haut rendement éconergétique
s’appliquent directement à l’hébergement.
AU T R E

Évaluer la validité d’application au cas par cas.
SANTÉ
INTRODUCTION  PROGRAMME DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
17
Guide de démarrage rapide
Introduction
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Le programme de haut rendement éconergétique repose sur les exigences en matière de processus et
de rendement indiquées dans les différents critères dont est composé le programme. Les critères
en question sont divisés en trois catégories :
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
Les stratégies de conception, qui décrivent les exigences du programme relatives à la
coordination, à la mise en œuvre et à la vérification.
Les exigences du programme de haut rendement éconergétique qui incluent les exigences
élémentaires relatives aux différents éléments d’un immeuble.
Les stratégies de haut rendement, qui incluent des mesures d’augmentation du rendement
supplémentaires pouvant convenir à des projets particuliers dans lesquels on espère réaliser des
économies d’énergie supplémentaires.
Le programme comporte une quatrième catégorie, la modélisation de l’énergie, pour les projets
qui nécessitent une analyse plus approfondie des possibilités d’amélioration du rendement d’un
projet donné. On peut utiliser la modélisation de l’énergie pour viser un rendement énergétique
plus important ou pour établir l’ordre de priorité des stratégies de la partie sur le rendement
amélioré susceptibles d’être particulièrement efficaces pour un projet en particulier.
Les exigences liées à chaque critère sont décrites dans le Guide de haut rendement éconergétique.
Vous trouverez cidessous une brève description de chaque critère. Les utilisateurs devraient
consulter les exigences liées à chaque critère du Guide de haut rendement éconergétique pour
déterminer les exigences précises et complètes relatives à chaque critère.
Vous trouverez des documents de référence supplémentaires sur l’application et les stratégies de
mise en œuvre au www.advancedbuildings.net.
1-S TR ATÉG IE S DE CO NCEP TI O N
Le critère présenté dans cette section consiste en une description des étapes que l’équipe de
conception doit suivre pour mettre en œuvre de façon efficace le programme de haut rendement
éconergétique. Ces stratégies fournissent un cadre pour une intégration conceptuelle et des
protocoles réussis dans le but de vérifier l’intention, la mise en œuvre et les résultats du
processus de conception.
1.1 DÉ TER MINER L’INTENTION DE CO NCEPTION
Organiser une réunion d’équipe pour établir les principaux objectifs énergétiques du projet et
coordonner les efforts subséquents des membres de l’équipe.
1.2 COMMUNIQUER L’INTENTION DE CO NCEPTION
Préparer l’information clé sur les exigences du projet en matière de rendement de façon à
s’assurer que les objectifs de conception sont pris en considération tout au long du processus de
conception. Les objectifs de projet sont convertis en documents incorporés à chaque phase dans
le but d’orienter la conception, la séquence des opérations, les spécifications, les soumissions, les
essais de réception et la construction.
1.3 CO NFIGUR AT IO N D ’IMMEUB L E
Tenir compte des implications attribuables à différentes configurations d’immeuble
possibles pour maximiser le rendement énergétique, la fonctionnalité et l’éclairage naturel.
Déterminer les pour et les contre de plusieurs configurations d’immeuble différentes en se
servant des outils d’analyse existants, et en consultant des experts-conseils, des documents
de référence ou d’autres ressources.
18
1.4 CO NCEPTION DE SYSTÈME MÉC ANIQUE
Utiliser des calculs de charge adaptés au projet en fonction des exigences du programme de haut
rendement éconergétique et des conditions de charge partielle de façon à mettre à dimension
l’équipement mécanique, plutôt que de se fier à un critère de mise à dimension générique.
1. 5 CERT IFIC AT ION DE CO NS TRUC TION ( E SSAIS DE RÉCEPT ION )
Mettre en œuvre un protocole d’essai de réception pour tester les caractéristiques de
fonctionnement des systèmes installés. Noter que les systèmes installés fonctionnent
correctement avant d’autoriser l’occupation de l’immeuble. Il incombe à l’équipe de projet de
déterminer les principaux systèmes qui doivent être mis à l’essai et vérifiés, afin de s’assurer que
le projet remplit les objectifs de rendement fixés par le propriétaire et l’équipe de conception.
On peut trouver des conseils précis sur les protocoles d’essai à l’annexe A. Les responsables de
projets qui désirent obtenir la certification LEED doivent noter que des étapes et des conditions
supplémentaires sont nécessaires pour remplir les conditions du programme LEED préalables à
la mise en service. Se reporter aussi aux critères du point 3.9 sur les stratégies de mise en service
supplémentaires afin de mieux harmoniser le projet avec les exigences du programme LEED.
1.6 F O R M AT ION DE S E XPLOITANTS E T DOCUMENTATION
Réunir un ensemble complet de documents de construction et de spécifications, de manuels
sur les systèmes, d’exigences en matière d’entretien et de calibration, de protocoles de contrôle,
etc., dont pourra se servir l’équipe de construction. Organiser une séance de formation
destinée aux exploitants de l’immeuble pour s’assurer que ceux-ci comprennent les systèmes
et le fonctionnement de l’immeuble. L’information devrait être regroupée dans une série de
manuels conçus de manière à faciliter l’exploitation de l’immeuble et la communication de cette
information à un nouvel exploitant éventuel. Travailler avec le propriétaire de l’immeuble pour
déterminer la meilleure façon de recueillir, de conserver et de distribuer cette information.
1.7 E X AMEN DE S DONNÉE S SUR LE RENDEMENT
Installer des compteurs numériques capables de recueillir des données horaires sur la
consommation. Mettre en place un protocole avec un tiers ou le service public local pour la
collecte de données sur le site. Le personnel responsable de l’exploitation de l’immeuble devrait
relire l’information tous les 3 mois. L’information devrait être incluse dans le manuel d’entretien
afin de pouvoir établir les tendances de rendement à long terme de l’immeuble et relever des
problèmes de rendement possibles ayant trait aux systèmes. Certains gestionnaires d’immeubles
peuvent décider d’examiner les données de façon plus fréquente pour soutenir l’amélioration
continue du fonctionnement et de l’entretien.
2- E X IGENCES DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
Tous les critères énumérés dans cette section sont des éléments obligatoires du programme de
haut rendement éconergétique. Les prévisions d’économie d’énergie sont basées sur la mise en
œuvre de toutes les mesures applicables présentées dans cette section.
INTRODUCTION  GUIDE DE DÉMARRAGE RAPIDE
19
2.1 CO NF OR MITÉ AU CO DE DE L’ÉNERGIE
Outre la mise en application des exigences du programme de haut rendement éconergétique, les
projets réalisés dans le cadre du programme doivent respecter les normes du code d’énergie local ou
les normes de l’ASHRAE 90.1-2004 ou du CMNÉB de 1997 (les plus contraignantes des deux).
2.2 RENDEMENT DU PARE-AIR
Durant les travaux de conception et de construction, élaborer et mettre en œuvre les détails et les
protocoles relatifs au pare-air pour réduire les déplacements d’air incontrôlés à travers l’enveloppe
du bâtiment et dans les systèmes de gaines.
2.3 RENDEMENT MINIMAL DE L A QAI
Mettre en œuvre des protocoles pour garantir une qualité d’air intérieur acceptable, ce qui
inclut la conformité à la norme 62-2001 de l’ASHRAE, l’élaboration et la mise en œuvre de
plans de gestion de la qualité de l’air pour la construction et l’exploitation, et la purge de l’air de
l’immeuble avant l’occupation.
2.4 RENDEMENT DE L’ENVELO PPE OPAQUE
Remplir les critères d’isolation relatifs aux différents types d’enveloppes.
2.5 RENDEMENT DU FENÊ T R AGE
Remplir les critères de rendement relatifs à la valeur U et au coefficient d’apport par rayonnement
solaire des fenêtres en fonction des indices CSA A440.2 du NFRC. Les exigences de rendement
sont déterminées par l’ensemble des fenêtres, et non seulement par le vitrage.
2.6 COMM ANDE S D’ÉCL AIR AGE
Installer des systèmes de commande partout dans l’immeuble, y compris des capteurs de
présence et des commandes de chronomètre. On recommande d’incorporer des commandes
d’arrêt automatique à la lumière du jour dans les endroits qui reçoivent de l’éclairage naturel.
Ces endroits doivent au moins être dotés d’interrupteurs séparés pour faciliter l’incorporation
subséquente de systèmes de commande d’arrêt automatique à la lumière du jour.
2.7 DENSITÉ DE PUISSANCE DE L’ÉCL AIR AGE
La puissance de l’éclairage d’un projet ne devrait pas dépasser les limites indiquées dans ce critère.
2.8 E XIGENCE S REL ATIVE S AU RENDEMENT DE L’ÉQUIPE MENT MÉC ANIQUE
L’équipement mécanique doit être conforme aux critères de rendement adoptés par le
Consortium for Energy Efficiency (CEE) et étiquetés comme étant des exigences de rendement
de niveau 2.
2.9 SYS T È ME S MÉC ANIQUE S SPÉCIAL ISÉ S
Les locaux de l’immeuble qui ont une charge de procédé particulière, ou qui nécessitent une
climatisation bien différente de celle des principaux locaux, doivent être munis d’un système
mécanique spécialisé et séparé conçu spécialement pour les charges en question.
20
INTRODUCTION  GUIDE DE DÉMARRAGE RAPIDE
2.10 CO NTRÔLE DE L A VENTIL AT ION SELO N L A DEMANDE
Le débit d’air extérieur devrait être établi par un système qui mesure le CO2 et qui assure un
approvisionnement en air en fonction de la densité d’occupation mesurée par le capteur de CO2.
2.11 EFFIC ACITÉ DE S SYSTÈME S D’E AU CHAUDE
L’approvisionnement en eau chaude devrait être assuré par des chauffe-eau fonctionnant sur
demande ou des appareils à condensation à haut rendement.
2.12 RENDEMENT DE BA SE DE L’ÉCONOMISEUR
Ce critère inclut une liste des caractéristiques et des stratégies de vérification du rendement qui
permettent d’assurer que l’économiseur fonctionne correctement et efficacement.
2.13 RÉCUPÉR ATION DE L A CHAL EUR
Incorporer un système de récupération de la chaleur au flux d’éjection de l’air de ventilation dans
les locaux à forte occupation ou qui nécessitent un bon approvisionnement en air extérieur.
2.14 REMISE À L’É TAT INITIAL DE L A TEMPÉR AT URE DE L’AIR DE SOUFFL AGE ( DÉBIT D’AIR VARIAB LE)
Les systèmes à débit d’air variable doivent permettre de remettre la température de l’air d’alimentation
à la position la plus chaude qui respectera la charge de refroidissement de toutes les zones.
3-STR ATÉGIES DE RENDEMENT A MÉLIORÉES
Les critères de cette section ne font pas partie des exigences de base du programme de haut
rendement éconergétique. Les stratégies proposées dans cette section représentent des possibilités
d’économie d’énergie supplémentaires importantes qui dépassent les exigences de base du
programme. Les critères individuels de cette section devraient être considérés du point de vue des
caractéristiques du projet et des conditions climatiques.
3.1 ÉCL AIR AGE NATUREL E T COMM ANDE S D’ARRÊ T À L A LUMIÈRE DU JOUR
Incorporer l’éclairage naturel et des commandes d’arrêt à la lumière du jour pour profiter de
l’éclairage naturel et réduire les charges d’éclairage électrique.
3.2 RÉDUC TIONS SUPPL ÉMENTAIRE S DE L A PUISSANCE D’ÉCL AIR AGE
Réduire les charges d’éclairage branché afin de réduire la consommation d’environ 40 p. 100 par
rapport à la norme 90.1-2001 de l’ASHRAE.
3.3 CHARGE S DE S PRISE S ÉLEC TRIQUE S E T EFFIC ACITÉ DE S APPAREIL S ÉLEC TROMÉNAGER S
Utiliser des appareils ENERGY STAR (électroménagers, ordinateurs et autres appareils). Adopter
un plan d’achat à long terme selon lequel les nouveaux appareils doivent respecter des normes de
rendement. Mettre en œuvre des stratégies de gestion de la consommation du matériel.
3. 5 VENTIL AT ION DE NUIT
Installer un système de commande capable de mettre en œuvre un protocole de ventilation de
nuit qui utilise l’air extérieur pour rafraîchir d’avance la masse intérieure de l’immeuble lorsque
la température est fraîche la nuit. Cette stratégie permet de réduire la consommation d’énergie de
pointe et quotidienne à des fins de refroidissement en saison chaude.
INTRODUCTION  GUIDE DE DÉMARRAGE RAPIDE
21
3. 5 RENDEMENT OPTIMAL DE L’ÉCONOMISEUR
Inclure des commandes des fonctions de vérification supplémentaires à l’économiseur de
l’immeuble.
3.6 COMM ANDE DE VARIAT ION DE VITE SSE
Veiller à ce que les systèmes d’air et de fluides entraînés par des pompes et des ventilateurs d’une
puissance de 5 hp et plus fonctionnent à une vitesse variable.
3.7 IMMEUBLE S À L A DEMANDE ( RÉDUC TION DE L A PUISSANCE DE POINTE)
Mettre en œuvre des systèmes et des stratégies de commande qui permettent de réduire la
consommation énergétique dans l’immeuble durant les périodes de demande de pointe indiquées
par le service public local.
3.8 APPROVISIONNEMENT SUR PL ACE EN ÉNERGIE RENOUVEL ABLE
Installer des systèmes d’énergie renouvelable sur place pour fournir 10 p. 100 ou plus de la
charge électrique ou thermique de l’immeuble.
3.9 AUTRE S STR ATÉGIE S DE MISE EN SERVICE
Engager un spécialiste de la mise en service tiers et le faire participer aux examens de conception
du processus de conception. Envisager l’utilisation d’un spécialiste de la mise en service tiers
comme responsable principal de la mise en service pour l’ensemble du projet. Une telle stratégie
permet un alignement plus direct sur les exigences du LEED en matière de mise en service.
3.10 DÉ TEC T ION DE S DÉFAUTS E T DIAGNOSTIC S
Inclure des systèmes de surveillance intégrés à l’équipement de CVCA installé sur le toit pour
garantir un rendement optimal du système.
4 - MODÉLISATION DE L’ÉNERGIE
On peut utiliser la modélisation de l’énergie comme solution de rechange pour atteindre ou
dépasser les objectifs du programme de haut rendement éconergétique. Les stratégies présentées
dans les sections précédentes devraient être mises en œuvre dans la mesure du possible et la
modélisation de l’énergie devrait être utilisée pour déterminer les autres possibilités d’économie.
4.1 DÉ TER MINER LE RENDEMENT AU MOYEN DE L A MODÉLISATION DE L’ÉNERGIE
Utiliser un outil de simulation de la consommation horaire pour incorporer des caractéristiques
de construction qui dépassent les exigences du CMNÉB de 30 p. 100 et plus. On peut également
se servir de la modélisation de l’énergie pour déterminer les stratégies de haut rendement les plus
prometteuses pour un projet donné.
22
INTRODUCTION  GUIDE DE DÉMARRAGE RAPIDE
E XP LO ITAT IO N
ACH È V E M E N T D E L A
CONS T R UC T IO N
CONS T R UC T IO N
S O UM IS S IO N
DOCUMENTS DE
CONS T R UC T IO N
CONC E P T IO N E T
DÉ VE LO P P E M E NT
PHASE DE
CONCE PT ION
P R É CO NC E P T IO N
PHA SE S DE CONCEP TION PRINCIPALES P OUR L A MISE EN APPLIC ATION DES
CRITÈRES DU PROGR AMME DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
S T R AT É G I E S R E Q U I S E S ( S E C T I O N S 1 E T 2 )
1. 1
1. 3
DÉ T E R MI NE R L’I N T E N T I ON D E CON C E P T I ON
CO NFI GU R AT I ON D ’I M M E U B L E
1. 2
CO MMU NI C AT I ON D E L’I N T E N T I ON D E CON C E P T I ON
1. 4
2.1
2.4
2.5
2.7
CO NC E P T I O N D U S YS T È M E M É C A N I QU E
CONFORMITÉ AU CODE DE L’ÉNERGIE
RENDEMENT DE L’ENVELOPPE OPAQUE
RENDEMENT DU FENESTR AGE
DE N S I T É D E P U I S S A N C E D E L’É C L A I R AGE
2.8
E X I G E N C E S R E L AT I V E S AU R E N D E M E N T D U M AT É R I E L
MÉCANIQUE
2. 9
2.10
2.13
2.6
2. 11
1. 5
2. 2
2.3
2. 12
SYST È ME S M É C A N I QU E S S PÉ C I A L I S É S
V E N T I L AT I O N S E LON L A D E M A N D E
R É C U P É R AT I O N D E L A C H A L E U R
CO M M A N D E S D ’É C L A I R AGE
E FFI C AC I T É D E S S YS T È M E S D ’E AU C H AU D E
C E RT I FI C AT I ON D E CON S T RU C T I ON
RE ND E ME N T D U PA RE - A I R
RE N D E M E N T M I N I M A L D E L A Q A I
R E N D E ME N T D E B A S E D E L’É CON OM I S E U R
R E MI S E À L’É TAT I N I T I A L D E L A T E M PÉ R AT U RE D E
L’A I R D E S O U F F L AGE
FO R MAT I O N D E S E X PLOI TA N TS
E X A ME N D E S D ON N É E S S U R L E RE N D E M E N T
2.14
1. 6
1. 7
S T R AT É G I E S D E R E N D E M E N T A M É L I O R É E S
3.9
3.4
3.1
3.2
3.7
3.8
3. 6
3. 5
3.3
AUTRES STR ATÉGIES DE MISE EN SERVICE
VE N T I L AT I O N D E N U I T
É C L A I R AGE N AT U R E L E T COM M A N D E S D ’A R R Ê T À L A
LUMIÈRE DU JOUR
R É D U C T I O N S S U PPL É M E N TA I RE S D E L A PU I S S A N CE
D ’É C L A I R AGE
IMMEUBLES À LA DEMANDE
ÉNERGIE RENOUVELABLE
CO MMAND E D E V I T E S S E VA RI A B L E
RE ND E ME N T OP T I M A L D E L’É CON OM I S E U R
CHARGES DES PRISES ÉLECTRIQUES ET EFFIC ACITÉ
DES APPA REILS ÉLECTROMÉNAGERS
STR ATÉGIES MISES EN ŒUVRE DANS CET T E PHASE
P HAS E C LÉ DE L A M I S E E N ŒU V RE D E L A S T R AT É G IE
INTRODUCTION  GUIDE DE DÉMARRAGE RAPIDE
23
OCCUPA NTS
GESTIONNAIRE DE
L’IMMEUBLE
SERVICE PUBLIC
SPÉCIALISTE DE LA
M IS E E N S E R VIC E
ENTREPRENEUR
CONCE PT E UR
D ’É CL A IR AG E
INGÉNIEUR EN
MÉC A NIQUE
ARCHITECTE
P R O P R I É TA I R E
RÔLE DES MEMBRES DE L’ÉQUIPE DE PROJET DANS L A MISE EN ŒU VRE DES CRITÈRES DU
PRO GR A MME DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
P R O P R I É TA I R E
1 .1
DÉ T E RM I N E R L’I N T E N T I O N DE CONCE PT ION
COM M U N I C AT I ON D E L’INT E NT ION DE
1.2
CON C E PT I ON
1 .6
FORM AT I ON D E S E X P LOITA NTS
1 .7
E X A M E N D E S D ON N É E S SUR LE R E NDE ME NT
CHARGES DES PRISES ÉLECTRIQUES ET
3.3
E F F I C AC I T É D E S A P PA REILS É LE CT R OMÉ NAGE R S
ARCHITECTE
1 .1
DÉ T E RM I N E R L’I N T E N T I O N DE CONCE PT ION
COM M U N I C AT I ON D E L’INT E NT ION DE
1.2
CON C E PT I ON
1 .3
CON F I G U R AT I ON D ’I M M EUBLE
2.1
CONFORMITÉ AU CODE DE L’ÉNERGIE
2 .2
RE N D E M E N T D U PA RE - A IR
2.4
RENDEMENT DE L’ENVELOPPE OPAQUE
2.5
RENDEMENT DU FENESTR AGE
É C L A I R AGE N AT U R E L E T COM M A N D E S D ’A R R Ê T À
3.1
L A LU M I È R E D U J O U R
3.4
VE N T I L AT I O N D E N U I T
3.8
ÉNERGIE RENOUVELABLE
I N G É N I E U R E N M É C A N I QU E
1 .1
DÉ T E RM I N E R L’I N T E N T I O N DE CONCE PT ION
COM M U N I C AT I ON D E L’INT E NT ION DE
1.2
CON C E PT I ON
1 .4
CON C E PT I ON D U S YS T È ME MÉ C A NIQUE
2.1
CONFORMITÉ AU CODE DE L’ÉNERGIE
2 .9
SYST È M E S M É C A N I QU E S SPÉ CIALISÉ S
2 . 1 0 V E N T I L AT I O N S E LON L A D E M A N D E
2 .1 1 E F F I C AC I T É D E S S YS T È ME S D ’E AU CH AUDE
2 . 1 3 R É C U P É R AT I O N D E L A C H A L E U R
2.3
RE N D E M E N T M I N I M A L D E L A Q A I
E X I G E N C E S R E L AT I V E S AU R E N D E M E N T D U
2.8
M AT É RI E L M É C A N I QU E
I S E À L’É TAT I N I T I A L D E L A T E M P É R AT U R E
2 . 1 4 RD EE ML’A
I R D E S OU F F L AGE
3 .6
COM M A N D E D E V I T E S S E VA R IABLE
3.4
VE N T I L AT I O N D E N U I T
3.7
IMMEUBLES À LA DEMANDE
3.8
ÉNERGIE RENOUVELABLE
JOUE UN RÔLE DANS CET T E STR ATÉGIE
EST LE PRINCIPA L RESPONSABLE DE CET T E STR ATÉGIE
24
INTRODUCTION  GUIDE DE DÉMARRAGE RAPIDE
OCCUPA NTS
GESTIONNAIRE DE
L’IMMEUBLE
SERVICE PUBLIC
SPÉCIALISTE DE LA
M IS E E N S E R VIC E
ENTREPRENEUR
CONCE PT E UR
D ’É CL A IR AG E
INGÉNIEUR EN
MÉC A NIQUE
ARCHITECTE
P R O P R I É TA I R E
RÔLE DES MEMBRES DE L’ÉQUIPE DE PROJET DANS L A MISE EN ŒU VRE DES CRITÈRES DU
PRO GR A MME DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE ( SUITE )
CON C E P T E U R D ’É C L A I R AG E
1.1
DÉ T E R MI N E R L’I N T E N T I ON D E CON C E P T I ON
COMMU N I C AT I ON D E L’I N T E N T I ON D E
1.2
CON C E P T I O N
2.1
CONFORMITÉ AU CODE DE L’ÉNERGIE
2.6
CO M M A N D E S D ’É C L A I R AGE
2.7
DE N S I T É D E P U I S S A N C E D E L’É C L A I R AGE
É C L A I R AGE N AT U R E L E T COM M A N D E S D ’A R R Ê T À
3.1
L A LU M I È R E D U J O U R
R É D U C T I O N S S U PPL É M E N TA I RE S D E L A PU I S S A N C E
3.2
D ’É C L A I R AGE
ENTREPRENEUR
1.1
DÉ T E R MI N E R L’I N T E N T I ON D E CON C E P T I ON
1.6
FO R MAT I O N DE S E X PLOI TA N TS
2.12 R E ND E ME N T D E B A S E D E L’É CON OM I S E U R
2.2
RE N D E ME N T D U PA RE - A I R
2.3
RE N D E M E N T M I N I M A L D E L A Q A I
3.5
RE N D E ME N T OPT I M A L D E L’É CON OM I S E U R
SP ÉCI A LI STE D E L A M I S E E N S E R VI C E
1.5
C E RT I FI C AT I O N D E CON S T RU C T I ON
3.9
AUTRES STR ATÉGIES DE MISE EN SERVICE
REP RÉSENTA NT D U S E R VI C E P U B L I C
1.1
DÉ T E R MI N E R L’I N T E N T I ON D E CON C E P T I ON
1.7
E X A ME N D E S D ON N É E S S U R L E RE N D E M E N T
GESTI O NNA I RE D E L’I M M E U B L E
1.6
FO R MAT I O N DE S E X PLOI TA N TS
1.7
E X A ME N D E S D ON N É E S S U R L E RE N D E M E N T
3.7
IMMEUBLES À LA DEMANDE
OCCUPA NTS
CHARGES DES PRISES ÉLECTRIQUES ET
3.3
EFFIC ACITÉ DES APPA REILS ÉLECTROMÉNAGERS
JOUE UN RÔLE DANS CET T E STR ATÉGIE
EST LE PRINCIPA L RESPONSABLE DE CET T E STR ATÉGIE
INTRODUCTION  GUIDE DE DÉMARRAGE RAPIDE
25
Introduction
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
Intégration du haut
rendement éconergétique au programme LEED du CBDCa
Le CBDCa a adopté le programme de haut rendement éconergétique comme solution
normative pour se conformer aux exigences du programme LEED Canada NC 2.0
(2009) en matière de rendement énergétique. On peut utiliser le programme au lieu de la
modélisation de l’énergie pour prouver la conformité au pré-requis EA 2 et l’admissibilité au
crédit EA 1 (optimisation du rendement énergétique) de la manière suivante :
Dans le cas des projets pour lesquels on utilise le programme LEED Canada NC 2.0 (2009),
le programme de haut rendement éconergétique est conforme aux pré-requis d’EAp2 et vaut de
1 à 3 points de EAc1 de plus, selon les conditions de projet et la manière dont on utilise le
programme. Tous les projets qui ont recours au programme de haut rendement éconergétique
pour le LEED doivent respecter toutes les exigences des sections 1 (stratégies de conception) et
2 (exigences de haut rendement éconergétique) du Guide de haut rendement éconergétique. Les
substitutions et les échanges pour respecter ces exigences ne sont pas permis. Les responsables
de projets dont la superficie dépasse 9 200 m 2 (100 000 pi 2) ne peuvent pas se servir du
programme de haut rendement éconergétique pour obtenir des points LEED.
Les responsables de projets de tout type, sauf les projets de services de santé, d’entrepôt et
de laboratoire, peuvent se servir du programme de haut rendement éconergétique pour obtenir
des points à l’aide du programme NC 2.0. Tous les projets admissibles au programme
peuvent respecter le pré-requis (EAp2). Les types de projets cibles, qui incluent les projets
d’immeuble à bureaux, d’immeuble à commerces de détail, d’école et d’établissement
de réunion peuvent également recevoir un point additionnel en vertu de EAc1 pour leur
conformité aux exigences des parties 1 et 2 du programme de haut rendement éconergétique.
Les projets pour lesquels on utilise le programme de haut rendement éconergétique peuvent
également recevoir jusqu’à deux points supplémentaires (qui s’ajoutent aux points décrits
plus haut) en vertu de EAc1 pour la mise en œuvre des stratégies facultatives présentées
dans le Guide de haut rendement éconergétique. Les stratégies en question sont présentées
dans la section sur le haut rendement (partie 3) du guide. Un point EAc1 supplémentaire
est accordé pour chaque groupe de trois stratégies de haut rendement mises en œuvre.
Certaines des stratégies de haut rendement ne sont toutefois pas admissibles au LEED et ne
permettent pas d’obtenir des points EAc1 additionnels. Il s’agit de 3.4 Ventilation de nuit,
et 3.9 Autres stratégies de mise en service. Ces mesures sont abordées dans d’autres éléments
du programme LEED.
Le CBDCa a adopté la version américaine du programme de haut rendement éconergétique,
qui ressemble à la version canadienne sans toutefois y être identique. Les responsables des
projets devraient consulter le CBDCa pour s’assurer que la version canadienne du programme
de haut rendement éconergétique a été adoptée. Si ce n’est pas le cas, ils devraient examiner
les exigences de la version américaine du programme de haut rendement éconergétique. Le
CBDCa peut changer la manière dont le LEED utilise le programme de haut rendement
éconergétique. Les équipes de projet devraient donc s’assurer que les exigences du CBDCa
décrites dans le présent document n’ont pas été modifiées.
26
HAR MONISATION DES CRITÈRES DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE AVEC LE S CRÉDIT S
NC DU LEED *
RENDEMENT DE L’ENVELOPPE OPAQUE
2.5
RENDEMENT DU FENESTR AGE
2.6
CO M M A N D E S D ’É C L A I R AGE
2 .7
DE N S I T É D E P U I S S A N C E D E L’É C L A I R AGE
2.8
2 .10
E X I G E N C E S R E L AT I V E S AU R E N D E M E N T D U
MAT É R I E L M É C A N I QU E
V E N T I L AT I O N S E LON L A D E M A N D E
2 .11
E F F I C AC I T É D E S S YS T È M E S D ’E AU C H AU D E
2 .13
R É C U P É R AT I O N D E L A C H A L E U R
2 .14
R E MI S E À L’É TAT I N I T I A L D E L A T E M PÉ R AT UR E DE
L’AI R D E S OU F F L AGE ( D É B I T D ”A I R VA RI A B LE )
3.1
É C L A I R AGE N AT U R E L E T COM M A N D E S D ’A R R Ê T À
L A LU M I È R E D U J O U R
R É D U C T I O N S S U P P L É M E N TA I R E S D E L A
P U I S S A N C E D ’É C L A I R AGE
CHARGES DES PRISES ÉLECTRIQUES ET
EFFIC ACITÉ DES APPA REILS ÉLECTROMÉNAGERS
VE N T I L AT I O N D E N U I T
3. 2
3. 3
3. 4
3. 6
3.9
COMMANDE DE VITESSE VA RIABLE
A P P R OVI S I O N N E M E N T S U R P L AC E E N É N E R G I E
RENOUVELABLE
AU T R E S S T R AT ÉG I E S D E M I S E E N S E R V I C E
4.1
D É T E R M I N E R LE R E N D E M E N T AU M OY E N D E L A
M O D É LIS AT I O N D E L’ É N E R G I E
3. 8
SSC7.2
RE N D E M E N T M I N I M A L D E L A Q A I
2.4
EQC8.1
2.3
EQC3.2
CONFORMITÉ AU CODE DE L’ÉNERGIE
EQC3.1
2 .1
SS
EQC1
E X A ME N D E S D ON N É E S S U R L E RE N D E M E N T
EQP1
1.7
CCE5
FORMATION DES EXPLOITA NTS
CCE3
C E RT I F I C AT I ON D E CON S T RU C T I ON
1. 6
CCE2
1. 5
CCE1**
COMMUNICATION DE L’INTENTION DE CONCEPTION
EQ
PAE3
1. 2
EA
PAE2
NOM
PAE1
CRITÈRES
* Le tableau ci-dessous montre quels crédits LEED sont harmonisés avec quels critères de haut rendement
éconergétique. L’harmonisation des deux normes ne signifie pas que les conditions d’une norme correspondent
aux exigences de l’autre. Les exigences individuelles doivent être examinées dans le contexte de chaque norme.
** Les mesures énumérées contribuent à améliorer le rendement énergétique dans la mesure où la modélisation
de l’énergie LEED est réalisée. Les projets dans le cadre desquels on ne réalise pas la modélisation de l’énergie
LEED obtiennent des points par défaut pour le crédit 1 EA, tel que l’établit l’USGBC.
INTRODUCTION  INTÉGRATION DU HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE AU PROGRAMME LEED DU CBDCa
27
Grandes lignes du programme de haut rendement éconergétique
PAR TIE 1
E X IGENCES REL ATIVES AU PRO CESSUS DE CO NCEP TION
1.1
1. 2
1. 3
1. 4
1. 5
1.6
1.7
DÉTER MINER L’INTENTION DE CO NCEP TION
CO MMUNIC ATION DE L’INTENTION DE CO NCEP TION
CO NFIGUR ATION D ’IMMEUBLE
CO NCEP TION DU S YS TÈME MÉC ANIQUE
CER TIFIC ATION DE CO NSTRUC TION ( E SSAIS DE RÉCEP TION )
FO R M ATI O N D E S E X PLO I TAN T S E T D O C UM E N TATI O N
E X A MEN DES D O NNÉES SUR LE RENDEMENT
PAR TIE 2
E X IGENCES EN M ATIÈRE DE HAUT R EN D EM ENT ÉCO N ERGÉ TI Q U E
2 .1
2.2
2.3
2.4
2.5
2.6
2 .7
2 .14
CO NFO R MITÉ AU CO DE DE L’ÉNERG IE
RENDEMENT DU PARE-AIR
RENDEMENT MINIM AL DE L A Q AI
RENDEMENT DE L’ENVELO PPE OPAQUE
RENDEMENT DU FENÊTR AG E
CO M M ANDE S D ’ÉCL AIR AG E
DENSITÉ DE PUISSANCE DE L’ÉCL AIR AG E
E X IGENCES REL ATIVES AU RENDEMENT DE L’ÉQUIPEMENT
MÉC ANIQUE
S YS TÈ ME S MÉC ANI QUE S SPÉCIALISÉ S
CO NTRÔLE DE L A VENTIL ATION SELO N L A DEM ANDE
EFFIC ACITÉ DES S YSTÈMES D ’E AU CHAUDE
RENDEMENT DE BA SE DE L’ÉCONOMISEUR
RÉCUPÉR ATION DE L A CHALEUR
REMISE À L’ÉTAT INITIAL DE L A TEMPÉR ATURE DE L’AIR DE
S OUFFL AG E ( DÉBIT D ’AIR VARIABLE )
PAR TIE 3
AUTRE S S TR ATÉG IE S
3.1
ÉCL AIR AG E NATUREL ET CO MM ANDES D ’ARRÊT À L A LUMIÈRE
DU JOUR
RÉDUC TI O NS SUPPLÉMENTAIRE S DE L A PUISS ANCE
D ’ÉCL AIR AG E
CHARGES DES PRISES ÉLEC TRIQUES ET EFFIC ACITÉ DES
APPAREIL S ÉLEC TROMÉNAG ER S
VENTIL ATION DE NUIT
RENDEMENT OP TIM AL DE L’ÉCONOMISEUR
CO MM ANDE DE VARIATION DE VITESSE
IMMEUBLE S À L A DEM ANDE ( RÉDUC TION DE L A PUISSANCE DE
P O INTE )
APPROV ISI O NNEMENT SUR PL ACE EN ÉNERG IE REN OU V EL ABLE
AUTRE S S TR ATÉGIE S DE MISE EN SERV ICE
DÉTEC TION DES DÉFAUT S ET DIAG NOSTIC S
2.8
2 .9
2 .10
2 .11
2 .12
2 .13
3. 2
3. 3
3. 4
3. 5
3.6
3.7
3. 8
3.9
3.10
PAR TIE 4
4.1
MODÉLISATION DE L’ÉNERGIE
DÉTER MINER LE RENDEMENT AU MOY EN DE L A MODÉLISATION
DE L’ÉNERGIE
1.1 Déterminer l’intention de conception
1.2 Communiquer l’intention de conception
1.3 Configuration d’immeuble
1.4 Conception du système mécanique
1.5 Certification de construction (essais de réception)
1.6 Formation des exploitants et documentation
1.7 Examen des données sur le rendement
Les critères présentés dans cette section consistent en une
description des étapes que l’équipe de conception doit suivre
pour mettre en œuvre de façon efficace le programme de haut
rendement éconergétique. Ces stratégies fournissent un cadre
pour une intégration conceptuelle et des protocoles réussis dans
le but de vérifier l’intention, la mise en œuvre et les résultats du
processus de conception.
Stratégies de conception
Partie 1 :
Stratégies de conception
Introduction
1.1 Déterminer l’intention de conception
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
OB JET
Stratégies de haut rendement
Rallier les membres de l’équipe de projet et le propriétaire à un consensus en ce qui concerne
les objectifs de rendement, et déterminer les stratégies de conception pour l’atteinte de ces
objectifs. S’assurer que les éléments conceptuels sont définis d’une manière qui permet
d’atteindre les objectifs du programme de construction, ce qui comprend les besoins en énergie
et les besoins environnementaux. Discuter des exigences du programme de haut rendement
éconergétique d’Advanced Buildings et déterminer les stratégies de mise en œuvre.
Modélisation de l’énergie
Annexes
CRITÈRE S
L’équipe de projet doit organiser une réunion pour fi xer les principaux objectifs et principes
énergétiques et environnementaux. La réunion devrait prendre la forme d’un débat animé
avant la conclusion du processus de conception. Le débat devrait porter sur la détermination
des stratégies de haut rendement éconergétique qui seront employées dans le cadre du projet
et sur la manière dont elles seront mises en œuvre. Si le programme de haut rendement
éconergétique est amorcé plus tard dans le processus de conception, il faut procéder à cette
étape dès que possible.
Tous les principaux membres de l’équipe de projet devraient participer à la réunion, ce qui
inclut les personnes suivantes :









Propriétaire
Architecte
Ingénieur en mécanique
Ingénieur électricien et concepteur d’éclairage
Entrepreneur général (s’il y en a un)
Représentant du service programme
Agent d’administration en location (s’il s’agit d’un projet spéculatif)
Gestionnaire d’installation
Représentant des utilisateurs finaux
33
Introduction
Stratégies de conception
1.2 Communiquer l’intention de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
OB JET
S’assurer que l’intention de conception et les critères de rendement de la conception sont bien
documentés et communiqués tout au long du processus de conception. Ils doivent être indiqués à
l’équipe de construction pour faciliter le déroulement du projet.
CRITÈRE S
L’équipe de conception doit préparer les cinq documents et composantes décrits ci-dessous
dans le cadre du processus de conception. Tous les documents décrits doivent être préparés
durant l’étape de conception décrite, mis à jour à chaque étape subséquente et inclus dans
le dossier de documentation final faisant partie des
documents intégrés qui seront remis au propriétaire.
Une copie de ces documents devrait être jointe au
manuel d’exploitation du projet.
1- CO MP TE-RENDU DE L A RÉUNION SUR LE S INTENTIONS DE
CO NCEP TI O N
Saint John Energy
a incorporé de
nombreuses mesures
éconergétiques dans
la conception de
son immeuble pour
obtenir un rendement
30 p. 100 supérieur
au CMNÉB (1997).
Référence
photographique :
Noel Chenier
34
Rédiger un compte-rendu des conclusions de la réunion
sur les intentions de conception décrites dans les critères
du point 1.1. Le compte-rendu devrait orienter les
décisions subséquentes relatives aux caractéristiques
de conception et aux critères de rendement tout au
long du processus de conception. Il faut également
inclure une description des possibilités de configuration
présentées dans les critères du point 1.3, ainsi qu’une
description de la configuration d’immeuble privilégiée.
Achever ce document avant la fin de l’étape de conception. Si le programme de haut rendement
éconergétique est amorcé plus tard dans le processus de conception, il faut terminer la
préparation de ces documents dès que possible.
2-SPÉCIFIC ATIONS DE REND EMENT DE FONC TIONNEMENT
Ce document explique comment l’immeuble est censé fonctionner. Il devrait prendre la forme
d’un énoncé circonstancié, avant l’achèvement de l’étape d’élaboration de la conception. Le
document doit décrire ce qui suit :

Les objectifs de rendement de fonctionnement, une explication détaillée des idées, des
concepts et des critères que le propriétaire considère comme importants.
 Une description de la base de conception des systèmes, ce qui inclut tous les
renseignements nécessaires à la préparation d’un plan pour obtenir le rendement
opérationnel.
 Une description de la manière dont l’équipe de projet a réduit au maximum la
consommation et la demande énergétiques en commençant par réduire les charges au
maximum, puis en concevant un système mécanique qui convient aux charges dans
différentes conditions d’exploitation.
 Une description de la séquence d’opération des systèmes et de leur interaction avec
d’autres systèmes.

Une description des systèmes, ce qui comprend la capacité et le rendement prévu de
l’équipement et des systèmes.
 Un ensemble de directives selon lesquelles il faut préciser l’incidence que les substitutions
proposées ont sur les paramètres opérationnels décrits plus haut.
3- E X IGENCES CO NCERNANT LE S ESSAIS DE RÉCEP TION
Il faut préparer un plan d’essais de réception dans lequel on expose le processus qui permettra de
satisfaire aux exigences du propriétaire. Ce document doit expliquer le processus qui sera mis en
œuvre afin de satisfaire aux exigences des critères du point 1.5 (certification de la construction).
On recommande d’élaborer le plan dans le cadre de l’étape de préparation des documents
de construction et de le joindre aux documents de soumission comme exigence de projet. Ce
document doit décrire :

Un processus de vérification de la coordination des systèmes et des éléments
de construction, de même que des entrepreneurs, des sous-traitants, des
fournisseurs et des fabricants d’équipement et d’éléments de construction.
 Une liste de l’équipement clé qui doit être soumis à des essais, et l’étape de
construction durant laquelle les essais auront lieu.
 On peut utiliser la description des exigences en matière d’essais et la note de
passage pour s’assurer que l’équipement fonctionne correctement et que les
commandes sont bien réglées.
 Une liste des documents sur les résultats des essais et des formulaires requis aux
fins d’examen avant la réception finale des systèmes.
Vous trouverez de l’information supplémentaire sur les exigences relatives aux essais de réception
aux critères des points 1.5 et 3.9, et à l’annexe A. Veuillez noter que les essais de réception
constituent une forme de mise en service qui peut être effectuée par l’équipe de construction. Le
propriétaire du projet peut envisager la mise en œuvre d’un protocole de mise en service complet
en faisant appel aux services d’un tiers.
4 - D O C UMENT S DE CO NS TRUC TI O N
Les documents de construction doivent contenir une description de l’enveloppe, ce qui inclut
le pare-air, du système de chauffage, de ventilation et de conditionnement d’air (CVCA), de
l’eau chaude de service, de l’éclairage, des réseaux de distribution d’énergie électrique et des
caractéristiques de fonctionnement et des commandes de ces derniers. Tous les plans relatifs
au système de CVCA et aux réseaux de distribution d’énergie électrique doivent décrire la
disposition et les dimensions des systèmes et de l’équipement, les spécifications relatives aux
systèmes, les exigences en matière de rendement et la séquence de fonctionnement des systèmes.
Les documents de construction doivent confirmer que la mise en ordre des charges de
l’immeuble repose sur des suppositions conformes au haut rendement éconergétique ou indiquer
pourquoi elle est fondée sur un autre type de supposition.
Chaque sous-section des spécifications doit comprendre une description des systèmes et
de l’équipement qui ont une incidence sur le rendement énergétique de l’immeuble. La
description doit indiquer les exigences de rendement de l’équipement et des systèmes, et
STRATÉGIES DE CONCEPTION  1.2 COMMUNIQUER L’INTENTION DE CONCEPTION
35
inclure une liste des paramètres de rendement qui doivent accompagner toute demande de
substitution durant le processus de construction.
Les projets de conception-construction qui exigent peu de documents doivent eux aussi
comporter des critères de rendement qui décrivent l’information sur le rendement énergétique
utilisée pour sélectionner, dimensionner et installer l’équipement, ce qui comprend la
documentation de l’état définitif à l’intention des exploitants de l’immeuble.
Pour être acceptés, les documents de construction doivent comprendre les manuels d’utilisation
et d’entretien, ainsi qu’une description du format dans lequel ils sont fournis et de leur contenu.
Le manuel d’utilisation doit contenir toute l’information nécessaire au fonctionnement et à la
gestion des différents systèmes. Le manuel d’entretien doit décrire l’ensemble de l’équipement et
soutenir le programme d’entretien. La réception finale dépend de la soumission des dessins de
l’ouvrage et des documents de contrôle. (Se reporter aux critères du point 1.6).
5-E X IGENCES REL ATIVES À L A PRÉSENTATION D ’UNE S OUMISSION
Les documents de construction doivent comprendre les exigences précises établies par
l’entrepreneur relativement à la présentation d’une soumission et aux demandes de modification.
Ces exigences doivent garantir que les soumissions comprennent l’évaluation comparative du
rendement énergétique. On pourra examiner cette information et s’assurer qu’elle correspond
à ce qui est indiqué dans les documents de construction. On examinera les changements afin
de s’assurer qu’ils sont conformes aux exigences de rendement opérationnel et à l’énoncé des
objectifs et des principes du projet. Il faudra démontrer que les solutions de remplacement
fournissent un rendement énergétique et une qualité d’air intérieur égaux ou supérieurs
à l’élément indiqué dans le document de construction original. On considérera que les
modifications proposées pour lesquelles on ne peut pas prouver un rendement énergétique
équivalent ne sont pas des solutions de remplacement acceptables.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
pré-req. 1
MR
EQ
36
STRATÉGIES DE CONCEPTION  1.2 COMMUNIQUER L’INTENTION DE CONCEPTION
Introduction
1.3 Configuration d’immeuble
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
OB JET
Stratégies de haut rendement
Envisager des configurations d’immeuble qui permettent de réduire la consommation
énergétique en tirant le maximum de l’éclairage naturel, de l’ombrage, de la ventilation
transversale et par colonnes, et d’autres caractéristiques passives qui offrent un maximum de
possibilités de conception adaptée au climat dans le but de réduire les charges de climatisation.
Modélisation de l’énergie
Annexes
CRITÈRE S
Élaborer et analyser au moins trois configurations d’immeuble pour profiter au maximum des
possibilités de stratégies passives de réduction de la consommation énergétique de l’immeuble.
Considérer la capacité d’autres stratégies de réduction de la consommation et des possibilités
de climatisation passive à réduire la consommation énergétique de l’immeuble. Déterminer et
noter les avantages et les inconvénients associés à chaque plan envisagé dans les documents sur
l’intention de conception préparés pour le critère 1.2.
RENSEIGNEMENT S GÉNÉR AUX
Les décisions qui ont trait à la configuration de l’immeuble peuvent avoir une incidence
importante sur la consommation énergétique de l’immeuble. Les concepteurs ont accès à de
nombreuses ressources pour déterminer l’incidence des solutions de configuration de rechange
sur la consommation énergétique de l’immeuble. Ils peuvent se servir d’un logiciel d’analyse
énergétique d’immeuble dans le cadre des premiers travaux de conception ou d’autres outils
d’évaluation pour comparer les solutions et déterminer les économies possibles sans avoir à
investir une somme importante dans une modélisation de l’énergie à échelle réelle.
L’outil Web Green Building StudioMC permet
d’évaluer rapidement les conséquences d’une
configuration d’immeuble donnée sur le
rendement énergétique. Cet outil fait appel
aux données de CAO ou de modélisation de
l’information sur un bâtiment d’un logiciel
de création architecturale pour prédire le
rendement énergétique à l’aide d’outils de
modélisation évolués. L’information produite par
ces outils peut aider à déterminer rapidement
les conséquences relatives des différents plans
de conception sur le rendement. Les équipes de
projet qui se servent de ces outils peuvent aussi
continuer à conduire les analyses décrites sur le
www.advancedbuildings.net.
Parmi les autres outils qui peuvent être utiles
pour ce type d’analyse, mentionnons Energy
Scheming et IES Virtual Environment. Reportezvous au répertoire des outils énergétiques de
construction US DOE-2 pour trouver d’autres
outils pouvant être utiles à ce genre d’analyse.
Le bureau de district de Bathurst (NouveauBrunswick) du ministère des Ressources naturelles
a été construit de façon à en maximiser le
rendement énergétique et l’ éclairage naturel en
fonction de l’action du soleil sur l’ immeuble.
Photo gracieuseté du ministère de
l’Approvisionnement et des Services du
Nouveau-Brunswick
37
Introduction
1.4 Conception du système mécanique
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
OB JET
S’assurer que le système mécanique est conçu pour réduire au minimum la consommation
d’énergie et optimiser le confort des occupants dans toutes les conditions de fonctionnement.
Annexes
CRITÈRE S
Adopter des pratiques exemplaires pour améliorer la performance du système et se conformer à la
norme 55 de l’ASHRAE. L’ingénieur concepteur doit documenter les éléments du processus de
conception suivants :

Lorsqu’on calibre l’équipement de chauffage et de climatisation, il faut faire les calculs
selon des hypothèses de l’enveloppe de bâtiment et de la charge intérieure qui sont
conformes aux exigences de haut rendement éconergétique d’Advanced Buildings. Il faut
inclure une caractérisation précise de l’éclairage, des charges solaires, du rendement du
vitrage, de l’occupation et des charges de ventilation en fonction des caractéristiques de
conception du projet.
 Lorsqu’on calibre les systèmes de ventilation et de distribution d’air, il faut appuyer les
calculs de calibrage de ventilateur avec les calculs de charge de chaque zone. Calculer
la perte de pression du chemin critique du conduit d’approvisionnement. Comparer
les choix de raccords pour la gaine de dérivation critique, afin de réduire au minimum
la puissance du ventilateur. Utiliser des conduits ronds ou ovales, dans la mesure du
possible, pour réduire les fuites et les pertes de pression, et éviter, autant que possible,
les systèmes de gaines à haute pression. Diviser tous les raccords du système de gaines à
haute et moyenne pression en conduits de plusieurs diamètres pour réduire les effets des
systèmes. Utiliser des ventilateurs auxiliaires comme ventilateurs de reprise, si possible,
et installer des registres automatiques sur l’évacuation au lieu de registres barométriques
pour réduire la puissance des ventilateurs et accroître la surpression barométrique.
 Effectuer une deuxième série de calculs avec des conditions de charge partielle (charge
maximale vraisemblable ou conditions normales de fonctionnement). Cela inclut les
données de référence, les températures moyennes de jour ainsi que les gains d’énergie
solaire hors période de pointe, et les autres hypothèses pour définir les conditions de
charge partielle du système de chauffage et de climatisation. Indiquer les facteurs de
diversité des charges internes et autres qui permettront une évaluation correcte du
fonctionnement en charge partielle.
 Expliquer le fonctionnement du système en charge partielle et décrire les caractéristiques
de la conception qui faciliteront son efficacité dans de telles conditions de charge
partielle. Dans les critères du point 1.2, documenter la façon dont le système fournira
l’air de ventilation, maintiendra le confort conformément à la norme 55 de l’ASHRAE
et fonctionnera de façon éconergétique.
38
Les pratiques de conception décrites plus haut mèneront à des capacités de systèmes installés qui
correspondront plus précisément aux charges réelles des bâtiments. Cela permettra de réduire
la capacité excessive des systèmes installés et les coûts de revient de base du matériel. Avec
un dimensionnement qui correspond plus précisément aux charges réelles des bâtiments, les
caractéristiques de fonctionnement du système correspondent plus précisément aux courbes et
aux caractéristiques de rendement prévues dans la documentation du fabricant. Cela augmente
l’efficacité de fonctionnement, réduit les frais de fonctionnement et prolonge la vie utile du
matériel. Il est possible d’effectuer des économies supplémentaires en adoptant les normes
adaptatives de confort décrites dans la norme 55 de l’ASHRAE.
Introduction
1.5 Certification de construction (essais de réception)
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
OB JET
Stratégies de haut rendement
Vérifier la performance du système pour s’assurer que la conception est bien mise en œuvre et en
service conformément à ce que prévoient les documents de construction.
Modélisation de l’énergie
Annexes
CRITÈRE S
La construction sera menée de manière à livrer un bâtiment qui respecte ou dépasse les
exigences du propriétaire telles qu’elles sont présentées dans les « Spécifications de rendement de
fonctionnement » et le plan d’essais de réception établis conformément aux critères du point 1.2
et dans les documents de construction. Le processus comprendra les éléments suivants :

Des essais d’homologation seront menés sur le matériel suivant, s’il est installé :
 Systèmes d’air atmosphérique
 Systèmes de distribution de l’air
 Systèmes à eau chaude
 Systèmes à débit d’air variable
 Systèmes autonomes de toit
 Économiseurs
 Systèmes d’eau froide
 Systèmes de ventilation contrôlée à la demande
 Contrôles automatiques de l’éclairage naturel
 Contrôles automatiques de l’heure du jour
 Capteurs de présence
 Systèmes de contrôle de bâtiment

On examinera les demandes de changement afin de s’assurer qu’elles sont
conformes aux exigences de rendement opérationnel et à l’énoncé des
objectifs et des principes du projet. Il faudra démontrer que les solutions de
remplacement sont au moins équivalentes afin de s’assurer d’un rendement
égal ou supérieur tant sur le plan énergétique que sur celui de la qualité de
l’air intérieur par rapport à la conception originale certifiée. Si on utilise
une méthode de modélisation de l’énergie du Guide de haut rendement
éconergétique (conformément à la partie 4), il faudra refaire les simulations avec
les solutions de remplacement pour démontrer qu’elles correspondent bien aux
économies modélisées prévues.
La ou les entreprises effectuant l’installation, l’ingénieur responsable du dossier ou l’agent du
propriétaire devront attester que les procédures énumérées à l’annexe A ont été suivies et que le
matériel s’est comporté conformément aux spécifications. En ce qui concerne l’équipement qui
n’est pas mentionné plus haut, l’équipe de conception fournira des résultats d’essais acceptables
et l’entrepreneur attestera que ces essais ont été effectués et que le matériel se comporte
conformément aux spécifications.
Un rapport d’essais de réception sera préparé pour étayer les résultats du procédé de construction,
comprenant notamment :

Les déficiences révélées par les essais requis par la présente partie qui n’avaient
pas été corrigées au moment de la rédaction du rapport, ainsi que la date prévue
pour la correction.
39

Les essais différés qui n’ont pas pu être effectués au moment de la préparation
du rapport en raison des conditions climatiques.
 Les conditions climatiques nécessaires pour effectuer les essais différés et la date
prévue pour chacun de ces derniers.
 Terminer la certification de construction avant de faire la demande de permis
d’occupation définitif (mais pas obligatoirement avant l’occupation temporaire
des locaux).
FIGURE 1. 5.1
Le graphique ci-dessus, qui a été construit à partir de diff érentes études sur le terrain, montre à quelle fréquence
certains aspects du rendement de l’ équipement de CVCA installé sur le toit se sont révélés défectueux. Il faut
noter que plus de 70 p. 100 des économiseurs d’appareils montés sur le toit depuis moins de 5 ans ont disparu
ou ne fonctionnent pas!
Le graphique ci-dessus, qui a été construit à partir de différentes études sur le terrain, montre à
quelle fréquence certains aspects du rendement de l’équipement de CVCA installé sur le toit se
sont révélés défectueux. Il faut noter que plus de 70 p. 100 des économiseurs d’appareils montés
sur le toit depuis moins de 5 ans ont disparu ou ne fonctionnent pas!
RENSEIGNEMENT S GÉNÉR AUX
Les documents de certification de construction prouvent que l’entrepreneur effectuant
l’installation, l’ingénieur responsable du dossier technique ou l’agent du propriétaire :



40
examine l’installation;
effectue les essais d’homologation et documente les résultats;
documente le fonctionnement et l’entretien ainsi que les résultats des essais
relatifs à la certification de construction.
STRATÉGIES DE CONCEPTION  1.5 CERTIFICATION DE CONSTRUCTION (ESSAIS DE RÉCEPTION)
L’entreprise effectuant l’installation, l’ingénieur responsable du dossier ou l’agent du propriétaire
auront la responsabilité de documenter les résultats des procédures d’essais de réception en
fournissant des exemplaires papier et électroniques de toutes les mesures et de tous les résultats
de suivi. Ils auront la responsabilité de mener l’analyse des données, le calcul des indices de
rendement et la contre-vérification des résultats par rapport aux exigences de haut rendement
éconergétique.
L’entreprise effectuant l’installation, l’ingénieur responsable du dossier ou l’agent du propriétaire,
après avoir suivi toutes les procédures d’essais de réception nécessaires, indiqueront leur
numéro de permis et leur numéro de certificat d’autorisation professionnelle ou autre numéro
d’identification professionnelle sur chacune des attestations qu’ils délivreront.
Le propriétaire du bâtiment peut choisir de faire appel à un spécialiste de la mise en service tiers
pour effectuer ce travail, tel que mentionné dans les critères du point 3.9.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
pré-req. 1
MR
EQ
STRATÉGIES DE CONCEPTION  1.5 CERTIFICATION DE CONSTRUCTION (ESSAIS DE RÉCEPTION)
41
Introduction
1.6 Formation des exploitants et documentation
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
OB JET
S’assurer que l’équipe de construction comprend comment l’immeuble est censé fonctionner et
dispose des ressources pour en surveiller et comprendre les caractéristiques de fonctionnement.
Annexes
CRITÈRE S
Mettre en œuvre un programme de formation pour les exploitants de l’immeuble et fournir
tous les documents sur les caractéristiques de construction, l’équipement, le fonctionnement, les
commandes et les protocoles d’entretien et de surveillance. S’assurer que les mesures suivantes
ont été prises avant l’occupation de l’immeuble :





La formation des exploitants a été dispensée par l’équipe de construction et de
conception de l’immeuble.
Les manuels sur les systèmes et un ensemble complet de documents de
conception et d’installation ont été remis à l’équipe de construction qui les a
acceptés. Cette information doit comprendre une description de la séquence des
opérations de construction.
Les calendriers d’entretien et les exigences de calibrage ont été joints au manuel
d’utilisation.
Une description de l’utilisation des commandes d’éclairage, de ventilation et du
thermostat.
Des protocoles de contrôle et de collecte de données ont été mis en place et
l’équipe d’exploitation de l’immeuble les comprend.
L’information sur l’immeuble doit être recueillie et remise à l’équipe d’exploitation de
l’immeuble.
Cette information ne doit pas se limiter à l’information du fabricant sur l’équipement installé.
Elle devrait également inclure une description du fonctionnement du système et des procédures
d’entretien, ainsi que tous les documents de conception. L’information devrait également
comprendre une description de l’intention de conception et les protocoles d’exploitation de
Même les systèmes de
commande de l’ immeuble
relativement simples peuvent
maintenant comporter
une interface numérique à
l’ intention des exploitants.
42
l’immeuble (avec des renseignements sur le fonctionnement du système de commande). Les
calendriers d’entretien et les renseignements relatifs à la commande de pièces devraient aussi
y être joints. Toute l’information devrait être bien organisée et marquée de façon à ce que
les exploitants de l’immeuble puissent consulter les manuels. On recommande de filmer la
formation pour consultation future.
La formation des exploitants devrait comprendre une visite virtuelle et une séance de formation
dans le but de permettre aux membres de l’équipe d’exploitation de l’immeuble d’avoir une
expérience pratique des sujets abordés et de poser des questions à l’équipe d’installation.
La formation des exploitants devrait comprendre de l’information sur les fonctionnalités
de surveillance et les protocoles intégrés au projet (se reporter au critère 1.7). Les manuels
d’exploitation des systèmes devraient comprendre une description des protocoles de collecte de
données dont on se servira pour vérifier la performance du système et la fréquence à laquelle
les données seront recueillies et examinées. Au fil du temps, les rapports de surveillance de
l’immeuble et des activités d’entretien devraient aussi être joints aux manuels d’exploitation.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 3
MR
EQ
STRATÉGIES DE CONCEPTION  1.6 FORMATION DES EXPLOITANTS ET DOCUMENTATION
43
Introduction
1.7 Examen des données sur le rendement
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
OB JE T
Garantir l’alimentation continuelle en énergie et les avantages environnementaux de l’immeuble
grâce à la collecte et à l’examen continus des données sur le rendement énergétique.
Annexes
CRITÈRES
Mettre en œuvre un protocole de collecte et d’analyse des données sur la consommation
d’énergie et l’occupation de l’immeuble. Réviser et mettre à jour cette information au minimum
à chaque trimestre et inclure un rapport trimestriel dans le manuel d’exploitation de l’immeuble.
Les exigences relatives à la collecte des données incluent les éléments suivants :
Les tableaux de
densité de puissance
qui assurent le suivi
de la consommation
énergétique par pied
carré permettent de
détecter rapidement
les anomalies
d’exploitation.
¢
¢
Les données sur la consommation d’électricité et de gaz mesurée.
De l’information sur les tendances d’occupation et les heures d’utilisation de
l’immeuble, mise à jour régulièrement.
Mar.
Lun.
Dim.
Sam.
Ven.
Jeu.
Mer.
Mar.
Heure du jour
Jour de la semaine
Il faut installer de l’équipement de mesure (compteurs à impulsions) pour recueillir les données
sur la consommation énergétique. Les données relatives à la consommation énergétique
devraient être recueillies au moyen d’un système de collecte de données automatisé doté de
fonctions d’enregistrement chronologique et de transmission des données. Les données sont
classées dans une base de données qui recueille également les données sur la température locale
d’un site régional et produit un rapport
trimestriel sur le rendement de l’immeuble.
Puissance normalisée, W/m2
Ce rapport devrait être examiné par
Lun.
l’équipe d’exploitation, puis comparé aux
Dim.
Sam.
tendances d’occupation de l’immeuble
Ven.
et joint au manuel d’exploitation pour
Jeu.
consultation future.
Mer.
0.5-0.6
0.4-0.5
0.3-0.4
0.2-0.3
0.1-0.2
0.0-0.1
Vous trouverez de l’information sur les
protocoles et l’équipement qui peuvent
être utilisés afin de remplir ces critères
dans la section sur les références du
www.advancedbuildings.net.
Vous trouverez de l’information sur la
participation des services publics à l’examen
des données au www.efficacitenb.ca.
RENSEIGNEMENT S GÉNÉR AUX
Les tendances en matière de consommation énergétique quotidienne et annuelle reflètent le
véritable rendement énergétique d’un immeuble. Bien que le programme de haut rendement
éconergétique soit conçu pour incorporer des caractéristiques éconergétiques à l’immeuble, des
facteurs imprévus peuvent nuire au rendement énergétique global de ce dernier. Pour s’assurer
que l’immeuble obtient le rendement prévu par les concepteurs, ce critère exige la collecte et
l’examen de la consommation énergétique réelle de l’immeuble pour déceler les problèmes
possibles. On peut obtenir des renseignements diagnostiques en comparant la consommation
énergétique, la température extérieure et l’utilisation de l’immeuble au fil du temps. Bien qu’on
44
doive recueillir des données saisonnières pendant une année avant d’avoir une idée claire du
rendement de l’immeuble, l’examen des données dès le début de l’exploitation peut aider à
détecter et à comprendre les problèmes de rendement.
Les renseignements recueillis dans le cadre de ce processus peuvent également permettre de
comparer l’immeuble à d’autres constructions du même type, utilisées à des fins similaires et
construites dans un climat comparable.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 5
MR
EQ
STRATÉGIES DE CONCEPTION  1.7 EXAMEN DES DONNÉES SUR LE RENDEMENT
45
Partie 2 :
Pré-requis de haut rendement éconergétique
2.1 Conformité au code de l’énergie
2.2 Rendement du pare-air
2.4 Rendement de l’enveloppe opaque
2.5 Rendement du fenêtrage
2.6 Commandes d’éclairage
2.7 Densité de puissance de l’éclairage
2.8 Exigences relatives à l’équipement mécanique
2.9 Systèmes mécaniques spécialisés
2.10 Contrôle de la ventilation selon la demande
2.11 Efficacité des systèmes d’eau chaude domestiques
2.12 Rendement de base de l’économiseur
2.13 Récupération de la chaleur
Tous les critères énumérés dans cette section sont
des éléments obligatoires du programme de haut
rendement éconergétique. Les prévisions d’économies
d’énergie sont fondées sur la mise en œuvre de toutes
les mesures applicables présentées dans cette partie.
Pré-requis de haut rendement
éconergétique
2.3 Rendement minimal de la QAI
Introduction
2.1 Conformité au code de l’énergie
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
OB JE T
Définir le niveau minimal de rendement acceptable pour les mesures non spécifiées dans le
Guide de haut rendement éconergétique.
Modélisation de l’énergie
Annexes
CRITÈRES
Tous les bâtiments doivent, au minimum, satisfaire aux codes énergétiques fédéraux,
provinciaux et locaux. Si les codes provinciaux et locaux sont moins rigoureux que la norme
90.1-2004 de l’ASHRAE ou les exigences du CMNÉB, les caractéristiques des éléments
du bâtiment non décrits dans le Guide de haut rendement éconergétique devront au moins
satisfaire à la norme 90.1-2004 de l’ANSI/ASHRAE/IESNA ou à l’International Energy
Conservation Code (IECC), 2006.
Lien avec le LEED
SS
WE
Somerset Square, Saint John, N.-B. Photo gracieuseté de Commercial Properties Limited
EA
pré-req. 2
MR
EQ
49
Introduction
Stratégies de conception
2.2 Rendement du pare-air
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
OB JET
Réduire les déplacements d’air incontrôlés à travers l’enveloppe du bâtiment.
CRITÈRE S
L’enveloppe du bâtiment doit être dotée d’un système pare-air continu pour limiter les
déplacements d’air dans le local climatisé de l’intérieur vers l’extérieur et vice-versa. Un système
pare-air peut aussi équiper les cloisons internes entre le local climatisé et un local conçu pour
maintenir une température ou des taux d’humidité qui diff èrent de plus de 50 p. 100 des
conditions de température et d’humidité désirées dans la partie climatisée. Le pare-air présentera
les caractéristiques suivantes :


Il doit être continu, tous ses joints étant étanches.
Les matériaux utilisés pour le système pare-air doivent avoir un facteur de
perméabilité à l’air qui ne dépasse pas 0,02 l/s.m2 à 75 Pa (0,004 cfm/pi2 à une
pression différentielle de 0,3 po d’eau) lorsqu’ils sont testés conformément à la
norme ASTM E 2178.
TYPE CONTREPLAQUÉ EXT.
TYPE CHARPENTE,
TRAITÉ SOUS PRESSION
BANDE D’ÉTANCHÉITÉ DE TOITURE
REVÊTEMENT D’ÉTANCHÉITÉ
PARE-AIR
BORDURE ALU
ATTACHE SANS JOINTURE
Le souci du détail
est primordial
pour tous les
joints et toutes les
ouvertures afin de
garantir l’ intégrité
du pare-air.
Détail :
Gracieuseté
de l’État du
Massachusetts et de
Wagdy Anis, FAIA.
POSE DE BANDES D’ÉTANCHÉITÉ À RECOUVREMENT
SUR LA MEMBRANE PARE-AIR/VAPEUR,
FIXATION PAR ADHÉSIF DE TOITURE
ÉVENTS
CORNIÈRE
JOINT ÉLASTIQUE À RECOUVREMENT
PARE-VAPEUR
SUPPORT MÉTALLIQUE
MEMBRANE PARE-AIR/VAPEUR
ISOLANT RIGIDE
SABLIÈRE À DÉFLEXION
OSSATURE D’ACIER
PLACAGE D’ANCRAGE
PLAQUE DE PLÂTRE
COFFRAGE
LAME D’AIR
BRIQUE DE PAREMENT
VARIABLE
DÉTAIL AU NIVEAU DE LA RIVE DU TOIT
50
PRÉCISION SUR LA RÉFÉRENCE : FAIRE EXAMINER PAR UN PROFESSIONNEL INSCRIT AVANT UTILISATION






Il doit pouvoir résister à la combinaison des pressions positives et négatives exercées
par le vent, la ventilation et le tirage sur l’enveloppe, sans subir de dommage ni de
déformation, et doit transférer la charge sur la structure. Il ne doit pas déformer les
matériaux adjacents en pleine charge.
Il doit être durable ou facile d’entretien.
Le matériau du pare-air de l’enveloppe doit être joint de façon étanche et souple au
matériau pare-air des éléments contigus pour permettre le mouvement relatif de ces
éléments et composants consécutif aux variations de température et d’humidité, à la
reptation et au fléchissement structural.
Vérifier si les étapes de la construction permettent l’installation d’un pare-air continu.
Tous les raccords des gaines des locaux non climatisés doivent être scellés par du mastic.
Il faut créer un joint entre :
 les fondations et les murs;
 les murs, les portes et les fenêtres;
 les différents ensembles de murs;
 les murs et le toit;
 le mur et le toit au-dessus d’un local non climatisé;
 les murs, le sol et le toit à travers les joints de construction, de retrait et de dilatation;
 les murs, les sols et le toit et les ouvertures d’alimentation, de conduites et de gaines.
Toutes les ouvertures au travers du système pare-air ainsi que les voies d’infiltration et
d’exfiltration doivent être étanchéisées.
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.2 RENDEMENT DU PARE-AIR
51
Introduction
Stratégies de conception
2.3 Rendement minimal de la QAI
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
OB JET
Fournir aux occupants une qualité acceptable d’air intérieur.
CRITÈRE S
Concevoir et construire le bâtiment pour satisfaire au minimum à la norme 62-2004 de
l’ASHRAE, à savoir :

Concevoir et mettre en œuvre une technique de contrôle de l’air extérieur
conforme à la norme 62 de l’ASHRAE.
 Établir et mettre en œuvre un plan de gestion de la QAI pour contrôler les
contaminants et la poussière durant la construction.
 Renouveler entièrement l’air du bâtiment en admettant 100 p. 100 de la
quantité prévue d’air extérieur avant son occupation et après avoir terminé tous
les travaux de la liste des malfaçons apparentes.
 Établir et mettre en œuvre un plan de gestion de la QAI pour l’exploitation de
l’immeuble.
Il est plus simple de maintenir les volumes d’air extérieur dans les systèmes à volume constant que dans les
systèmes à débit d’air variable. Vous trouverez de l’ information complémentaire sur les choix en matière de
contrôle de l’air extérieur pour les systèmes à débit d’air variable à l’adresse www.advancedbuildings.net.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
MR
EQ
52
pré-req. 1
crédit 3.1
crédit 3.2
Commercial Properties Limited, Somerset Square, Saint John, N.-B. Référence photographique : Noel Chenier
Introduction
Stratégies de conception
2.4 Rendement de l’enveloppe opaque
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
OB JET
Modélisation de l’énergie
Réduire les répercussions sur l’environnement et les coûts d’exploitation associés à la conductivité
thermique à travers l’enveloppe de bâtiment.
Annexes
CRITÈRE S
Les murs, les toits, les planchers et les dalles sur terre-plein qui font partie de l’enveloppe des
immeubles dont la surface des fenêtres et des portes vitrées ne dépasse pas 40 p. 100 de la
superficie brute des murs au-dessus du niveau du sol doivent remplir les critères du tableau 2.4.1.
Les immeubles dont la surface des fenêtres et des portes vitrées représente plus de 40 p. 100
de la superficie brute des murs doivent montrer un rendement énergétique conforme à la
modélisation de l’énergie. Les exigences concernant la modélisation de l’énergie sont décrites
dans la quatrième partie.
Vous trouverez de l’information supplémentaire sur les stratégies de rendement visant l’enveloppe
de bâtiment dans les documents de référence sur l’avis relatif aux critères de rendement de
l’enveloppe à l’adresse www.advancedbuildings.net. Pour obtenir une description des
protocoles de calcul de la valeur U, reportez-vous aux documents de référence de l’ASHRAE.
TABLE AU 2.4.1 – VALEUR S R D ’IS OL ATION MINIM ALE S
ZO NE CLIM ATI QUE
6
VALEUR R
( PI2•H•° F / BTU )
VALEUR R SI
( M 2•°C / W )
VALEUR U
( W / M².°C )
R-30 ic
RSI-5,3 ic
U-0,18
R-30 + R-6 ic
RSI-3,3 + RSI-1,8 ic
U-0,22
R-49
RSI-8,6
U-0,11
R-11,5
RSI-2,0
U-0,44
TO IT S
Isolation entièrement au-dessus du
platelage
Immeubles métalliques (avec des
isolants thermiques R-51)
Grenier et autre 2, 3
MUR S, AU - DE SSUS DU NI V E AU DU S O L
Masse, isolation extérieure
Masse, isolation intérieure
R-19
RSI-3,3
U-0,34
Immeuble métallique
R-10 + R-13
RSI-1,8 + RSI-2,3
U-0,34
Cadre métallique 4
R-13 + R-5 ic
RSI-2,3 + RSI-0,7 ic
U-0,43
R-13 + R-3,8 ic
RSI-2,3 + RSI-0,7 ic
U-0,36
R-7.5 ic
RSI-1,3 ic
C-0,68
R-19
RSI-3,3
C-0,36
Cadre en bois et autre
MUR S, EN DE SS OUS DU NIVE AU DU S O L
Masse, isolation extérieure 5
Masse, isolation intérieure
5
53
ZO NE CLIM ATI QUE
6
VALEUR R
( PI2•H•° F / BTU )
VALEUR R SI
( M 2•°C / W )
VALEUR U
( W / M².°C )
R-10
RSI-1,8
U-0,43
Solive métallique
R-38
RSI-6,7
U-0,18
Solive, cadre de bois
R-30
RSI-5,3
U-0,18
R-10 pour 24 po
RSI-1,8 pour 610 mm
F-0,93
R-15 pour 36 po + R-5
ic en dessous
RSI-2,6 pour 914 mm +
RSI-0,9 ic en dessous
F-1,00
S.O.
S.O.
U-2,10
R-4,75
RSI-0,8
U-3,01
PL ANCHER S
Masse
PL ANCHER S DALLE S SUR TERRE-PLEIN
Dalles non chauffées
Dalles chauffées
P O R TE S O PAQUE S
Portes battantes
Sectionnelles ou coulissantes
Certaines autorités locales ont des exigences qui dépassent certaines des valeurs indiquées ici. Il faut comparer
ces exigences en matière d’ isolation aux exigences et aux directives locales.
IC – IS OL ATION CO NTINUE
AE – AUCUNE E X IGENCE
1
Les isolants thermiques sont des panneaux isolants de 0,9 RSI (R-5) rigides, qui dépassent de 2,5 cm (1 po) de chaque côté de
la panne, et qui sont perpendiculaires à la panne.
2
Lorsqu’on utilise un isolant perméable à la vapeur dans une zone climatique de 4 et plus, la température des bacs de
condensation devrait être maintenue au-dessus du point de rosée de l’air intérieur, tel que décrit dans le texte ci-dessus.
3
Dans tout local de type « grenier » rempli d’isolant soufflé ou pulvérisé, il faut ajouter une couche de RSI-1,9 (R-11)
supplémentaire si l’immeuble se trouve dans une zone climatique de 5 et plus.
4
On recommande d’utiliser de l’isolation rigide continue RSI-1,8 (R-10) dans les régions avec plus de 8056 HDD18 (C) (14500
HDD65 (F)).
5
Lorsque les dalles chauffées se trouvent sous le niveau du sol, les murs sous le niveau du sol doivent être conformes aux
exigences relatives à l’isolation extérieure du périmètre en fonction de la construction « dalles sur terre-plein » chauffées.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 1
MR
EQ
54
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.4 RENDEMENT DE L’ENVELOPPE OPAQUE
Introduction
Stratégies de conception
2.5 Rendement du fenêtrage
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
OB JET
Promouvoir l’installation de systèmes de vitrage à haut rendement et l’utilisation d’un système de
classement du rendement uniforme pour ces produits.
Modélisation de l’énergie
Annexes
CRITÈRE S
Les systèmes de vitrage qui font partie de l’enveloppe des immeubles dont la superficie des
fenêtres et des portes vitrées représente moins de 40 p. 100 de la superficie brute des murs
au-dessus du niveau du sol doivent remplir les critères indiqués dans le tableau 2.5.1. Chaque
système de fenêtrage vertical doit être conforme au facteur U, au coefficient CARS du facteur de
projection correspondant et à la spécification TLV. On peut calculer le rendement du fenêtrage
vertical en fonction de sa superficie et de son rendement pour tenir compte des fenêtres mobiles
et des autres composantes qui ont un moins bon rendement. Le rendement global du système
doit toutefois être conforme aux exigences indiquées.
Les systèmes de puits de lumière qui font partie de la toiture et qui représentent 5 p. 100 ou
moins de la superficie du toit doivent remplir les critères indiqués dans le tableau 2.5.2. Chaque
système de fenêtrage horizontal doit être conforme aux exigences relatives au facteur U et au
coefficient CARS.
Remarque : Les immeubles dont la superficie des fenêtres et des portes vitrées représente plus de
40 p. 100 de la superficie brute des murs au-dessus du niveau du sol ou dont la superficie des puits
de lumière représente plus de 5 p. 100 de la superficie de toit brute doivent faire l’objet d’une
modélisation de l’ énergie et montrer un rendement équivalent.
Tout le fenêtrage (fenêtres, puits de lumière et portes) doit être coté selon les exigences de
la norme A440.2 de la CSA ou du National Fenestration Rating Council (NFRC) relatives
FIGURE 2. 5.1
On applique souvent
des surfaces sélectives
sur les unités de
vitrage pour «
accorder » le verre de
façon à ce qu’ il laisse
passer les longueurs
d’ondes lumineuses
voulues et réfléchisse
la chaleur solaire
indésirable. Ce genre
de surface contribue
aussi à la rétention
de chaleur dans les
immeubles en hiver.
La figure montre un
vitrage de coefficient
CARS de 0.30 et
TLV de 0.72.
55
au rendement du fenêtrage dans les catégories de la valeur U, du coefficient d’apport par
rayonnement solaire et de la transmittance de la lumière visible, et du taux de déplacement
d’air. Ces cotes tiennent compte du rendement de l’ensemble du système de cadres, de meneaux,
d’intercalaires et de vitrage.
SPÉCIFIC ATION DE S CRITÈRE S :
TABLE AU 2. 5.1 – FENÊ TRES ( W WR M A X . 4 0 P. 10 0 )
fenêtres assemblées (c.-à-d., pas seulement le vitrage ou les vitres individuelles)
ZO NE CLIM ATIQUE
6 SEC
6 HUMIDE
(BtTU / pi2•h•° F)
( W / m²•°C )
(BTU / pi2•h•° F)
( W / m²•° C )
AUTRE C ADRE
PRO DUIT S
FAC TEUR U
0.35
1.99
0.35
1.99
C ADRE MÉ TALLI QUE
PRO DUIT S
FAC TEUR U
0.42
2.39
0.45
2.56
TOUS LE S PRODUIT S
R APP O R T TLV- C AR S
> 1.5
> 1.5
> 1.5
> 1.5
C AR S = CO EFFICIENT D ’APP O R T PAR R AYO NNEMENT S O L AIRE FP = FAC TEUR D E PRÉ V ISI O N
TLV = TR ANSMIT TANCE DE L A LUMIÈRE VISIBLE
TABLE AU 2. 5. 2 – PUIT S DE LUMIÈRE ( M A X . 5 P. 10 0 DE L A SURFACE DE TOIT )
ZO NE CLIM ATI QUE
6
( B t u / p i2• h •° F )
( W / m²•° C )
0.45
2.56
0.54
3.07
> 1.25
> 1.25
PRO DUIT S DE FENE S TR AG E
A SSEMBLÉ S EN USINE*
FAC TEUR U
VERRE, PA S DE COSTIÈRE
FAC TEUR U
Lien avec le LEED
VERRE, AV EC COSTIÈRE
SS
FAC TEUR U
WE
EA
MR
EQ
56
R APP O R T TLV- C AR S
R APP O R T TLV- C AR S
crédit 1
0.67
3.81
> 1.25
> 1.25
Reproduit avec la permission de la American Society of Heating, Refrigerating and Air-Conditioning Engineers, Inc., tiré
de la norme 90.1-2001 de l’ANSI, ASHRAE, IESNA. Tous droits réservés ASHRAE 2001 (www.ashrae.org).
* Les produits de puits de lumière conçus pour capter l’ éclairage naturel à l’aide de capteurs solaires orientables, de
réfl ecteurs, etc. doivent satisfaire aux exigences relatives à la valeur U, mais sont exemptés des exigences relatives
au CARS.
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.5 RENDEMENT DU FENÊTRAGE
Introduction
Stratégies de conception
2.6 Commandes d’éclairage
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
OB JET
Réduire la consommation d’énergie aux fins d’éclairage en installant des commandes d’éclairage
automatiques et en mettant en œuvre des stratégies de niveaux d’éclairage réglables.
Modélisation de l’énergie
Annexes
CRITÈRE S
Les trois stratégies de mise sous tension et de commande suivantes doivent être mises en œuvre
dans toutes les parties de l’immeuble :
1- BI -MISE S OUS TENSION DE NIVE AU
Le ou les dispositifs de commande installés dans tous les espaces occupés doivent permettre aux
occupants de réduire la charge d’éclairage branché d’au moins 50 p. 100 (ou de 40 p. 100 dans le
cas des lampadaires DHI) dans un plan d’éclairage assez uniforme.
2- MISE S OUS TENSION SÉPARÉE DANS LE S ESPACES QUI REÇO IVENT DE L’ÉCL AIR AG E NATUREL
Les commandes d’éclairage des endroits de l’immeuble qui reçoivent de l’éclairage naturel
doivent être séparées de celles des autres locaux, peu importe si des commandes d’arrêt
automatique à la lumière du jour ont été installées. Si aucune commande d’arrêt automatique à la
lumière du jour n’a été installée dans les endroits qui reçoivent de l’éclairage naturel, la mise sous
tension doit permettre de réduire les niveaux d’éclairage de 50 p. 100 à 100 p. 100, de façon à ce
que les occupants puissent réagir aux variations d’éclairage naturel. Les endroits qui reçoivent de
l’éclairage naturel sont habituellement des espaces vitrés et dont la hauteur sous plafond est de
1,5 fois la hauteur sous plafond du périmètre de l’immeuble, ainsi que les locaux à l’intérieur de
0,75 fois la hauteur sous plafond au-delà de la bordure des puits de lumière.
3- CO M M ANDE S AUTO M ATI QUE S
Il faut installer des commandes d’éclairage automatiques partout dans l’immeuble pour
réduire la consommation d’énergie aux fins d’éclairage. Les commandes automatiques peuvent
comprendre des détecteurs de présence, des commandes d’arrêt automatique à la lumière du
jour ou des commandes avec minuteries. Ces dispositifs sont décrits plus bas. (Des détecteurs
de présence doivent être installés dans les locaux indiqués dans la section ci-dessous.) Les
commandes doivent être installées dans tous les locaux de l’immeuble, sauf dans ceux qui sont
indiqués à la fin des présents critères. Outre la mise en œuvre des stratégies de commande cidessous, tous les espaces de l’immeuble doivent satisfaire aux exigences en matière de commandes
automatiques énumérées dans la section 9.4.1 de la norme 90.1- 2004 de l’ASHRAE.
Stratégies de commandes automatiques acceptables :
A - DÉTEC TEUR S DE PRÉSENCE
Des détecteurs de présence doivent être installés dans toutes les classes, les salles de réunion,
les salles de repos et de repas des employés, les bureaux, les toilettes, les salles d’entreposage,
les locaux d’entretien et les autres espaces de moins de 28 m2 fermés par des cloisons
qui montent jusqu’au plafond. Ces dispositifs de commande automatique doivent être
programmés pour éteindre les lumières dans les 30 minutes suivant le départ du dernier
occupant, sauf dans les locaux équipés d’une commande multiscène.
57
Ces commandes peuvent convenir à d’autres types de locaux. Les besoins devraient être
évalués individuellement. Dans bien des cas, on peut installer des détecteurs de présence
au plafond des locaux à bureaux ouverts. Il n’est pas nécessaire d’installer des détecteurs de
présence dans les locaux dotés de commandes d’arrêt automatique à lumière du jour. On
peut toutefois installer des commandes doubles ou intégrées pour réaliser des économies
d’énergie supplémentaires.
B - CO MM ANDES D ’ARRÊT AUTOM ATIQUE À L A LUMIÈRE DU JOUR
Les commandes d’arrêt automatique à la lumière du jour doivent remplir les critères suivants :

Commande de l’éclairage séparée dans les locaux qui reçoivent de l’éclairage
naturel et dans les autres espaces.
 Réduction automatique de la puissance d’éclairage en réaction à l’éclairage
naturel d’un local d’une des deux manières suivantes :
 Gradation continue au moyen d’une combinaison de ballasts de gradation
et de capteurs automatiques d’éclairage naturel capables de réduire
automatiquement la puissance d’éclairage général dans l’espace recevant de
l’éclairage naturel de façon continue à moins de 35 p. 100 de la puissance
nominale maximale d’éclairage.
FIGURE 2.6.1
Les détecteurs de présence peuvent aider à économiser une quantité importante d’ énergie en éteignant les
lumières lorsque le local est inoccupé. Le graphique ci-dessus montre la consommation énergétique relative
d’une minuterie préprogrammée, par rapport à un détecteur de présence avec un délai de 20 minutes utilisé
dans une salle de cours selon des heures d’occupation normales.
58
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.6 COMMANDES D’ÉCLAIRAGE

Gradation par étapes au moyen d’une combinaison de commandes à
niveaux multiples et de capteurs d’éclairage naturel capables de réduire
la puissance d’éclairage de façon automatique. Un tel système devrait
comporter au moins deux canaux de commande par zone et être installé
de manière à ce qu’au moins une étape de commande réduise l’éclairage
général de la zone recevant de l’éclairage naturel de 30 p. 100 à 50 p. 100
par rapport à la puissance nominale, et qu’une autre étape de commande
la réduise de 65 p. 100 à 100 p. 100. Ce type de commande doit pouvoir
réduire automatiquement l’éclairage naturel du local recevant de l’éclairage
naturel de façon graduelle en réaction à l’éclairage naturel reçu, tout en
maintenant un niveau d’éclairage adéquat. La gradation par étapes ne
convient pas aux espaces qui sont toujours occupés et dont la hauteur sous
le plafond est inférieure à 4,3 m (14 pi).
 Chaque zone de commande en fonction de l’éclairage naturel ne doit pas
avoir une superficie de plus de 237 m2 (2 500 pi2).
 Le personnel autorisé doit avoir accès aux commandes pour les réglages du
calibrage des dispositifs de commande de l’éclairage.
C - MINUTERIES
La commande automatique de l’éclairage peut être assurée par des minuteries programmées
dans les locaux où les détecteurs de présence, dont les locaux ouverts, comme les
locaux à bureaux ou de vente au détail ouverts où des cloisons et d’autres obstacles
peuvent nuire à l’efficacité des détecteurs. On recommande d’installer des interrupteurs
prioritaires clairement indiqués permettant de contourner la minuterie pendant des
incréments maximaux de quatre heures dans ces zones. Ces espaces devraient être évalués
individuellement afin de déterminer s’il est possible d’utiliser des détecteurs de présence
avant d’installer un système de chronomètre pour en commander l’éclairage.
Exceptions aux exigences en matière de commandes automatiques :









l’éclairage prescrit par une loi, une ordonnance ou un règlement pour des
questions de santé ou de sécurité, ce qui inclut l’éclairage d’urgence, sans
toutefois s’y limiter;
l’éclairage à des fins artistiques, ce qui inclut les spectacles et les productions
cinématographiques et vidéo;
l’éclairage conçu pour fonctionner de façon permanente;
l’éclairage d’urgence;
jusqu’à 50 p. 100 des lampadaires installés dans des corridors fermés par des
cloisons qui vont du plancher au plafond peuvent être branchés à un dispositif
d’arrêt automatique;
les salles publiques;
les chambres des malades;
l’éclairage utilisé dans la production industrielle;
les chambres d’hôte.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 1
MR
EQ
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.6 COMMANDES D’ÉCLAIRAGE
59
Introduction
Stratégies de conception
2.7 Densité de puissance de l’éclairage
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
OB JET
Modélisation de l’énergie
Annexes
Réduire les répercussions environnementales et les coûts liés à la consommation énergétique des
systèmes d’éclairage.
CRITÈRE S
La densité de puissance du matériel d’éclairage installé ne doit pas dépasser celle de l’équipement
d’éclairage (DPE) indiquée dans le tableau 2.7.1. Ces DPE doivent être calculées en fonction du
rendement des luminaires, ce qui comprend les lampes et les ballasts.
TABLE AU 2.7.1 – PUISSANCE DE L’ÉCL AIR AGE INTÉRIEUR
Pour les types d’utilisation qui ne sont pas montrés, il faut se reporter aux exigences du CMNÉB en matière de
DPE. Reportez-vous aux articles 4.3.2 et 4.3.3 du CMNÉB pour une description de l’application des critères
de calcul pour l’ensemble d’un immeuble et les diff érents locaux qui le composent.
C ATÉG O RIE D ’UTILIS ATI O N
T Y PE S D ’ESPACES COUR ANT S
Concessionnaire de
camions Peterbilt.
Moncton (N.-B.)
WAT T S E T M 2 DE
L’ENSEMBLE DE
L’IM MEUBLE
S.O.
Entreposage actif
Atrium – Trois premiers étages
Atrium – Chaque étage supplémentaire
Salle de cours
Salle de réunion, salle polyvalente
Corridor, passage
Local électrique, local technique
Préparation alimentaire
Entreposage inactif
Hall de réception
Toilettes
Escalier
CENTRE DE CO NGRÈ S
8.45
6.34
2.11
13.74
11.62
5.28
11.62
12.68
2.11
11.62
8.45
6.34
12.68
Espace d’exposition
Estrades
PAL AIS DE JUS TICE
Estrades
Salle d’audience
Cellules d’isolement
Cabinets des juges
Vestiaire, salle d’essayage
WAT TS ET M 2
DES DIFFÉRENTS
ESPACES
13.74
9.51
12.68
9.51
20.08
9.51
13.74
6.34
Remarque : Les densités de puissance d’ éclairage indiquées dans ce tableau incluent
les allocations pour les terminaux à écran, l’ éclairage décoratif et l’ éclairage des
présentoirs. Aucune puissance d’ éclairage supplémentaire n’est prévue pour ces
utilisations. L’ éclairage direct n’est pas inclus dans ces limites de DPE.
60
C ATÉG O RIE D ’UTILIS ATI O N
RE S TAUR ATI O N : BAR , S ALO N, LO ISIR
WAT T S E T M 2 DE
L’ENSEMBLE DE
L’IM MEUBLE
13.74
Salle à manger, de loisir
R E S TAUR AT I O N : C AFÉ T É R I A ,
RE S TAUR ATI O N R APIDE
RE S TAUR ATI O N : FA MILLE
14.79
14.79
16.91
Salle à manger
Cuisine
D O R TO IR
14.79
12.68
10.57
Logements
Chambre à coucher
Salle d’étude
CENTRE D ’AC TIVITÉ S PH YSIQUE S
11.62
5.28
14.79
10.57
Vestiaire, salle d’essayage
Estrades
Zone d’exercice
Zone d’exercice, gymnase
DÉTAIL : SUPER M ARCHÉ
G YMNA SE
6.34
3.17
9.51
9.51
13.74
11.62
Vestiaire, salle d’essayage
Estrades
Aire de jeu
Zone d’exercice
CLINI QUE DE S O INS DE S ANTÉ
WAT TS ET M 2
DES DIFFÉRENTS
ESPACES
6.34
4.23
14.79
9.51
10.57
Corridors où des patients attendent de passer un
examen
10.57
Examen, traitement
Urgence
Salle d’attente et salon du personnel
Fournitures médicales
Hôpital – Pouponnière
Station d’infirmière
Physiothérapie
Chambre de patient
Pharmacie
Hôpital, radiologie
Salle d’opération
Salle de réveil
Entreposage actif
Buanderie
15.85
28.53
8.45
14.79
6.34
10.57
9.51
7.4
12.68
4.23
23.25
8.45
9.51
6.34
Remarque : Les densités de puissance d’ éclairage indiquées dans ce tableau incluent
les allocations pour les terminaux à écran, l’ éclairage décoratif et l’ éclairage des
présentoirs. Aucune puissance d’ éclairage supplémentaire n’est prévue pour ces
utilisations. L’ éclairage direct n’est pas inclus dans ces limites de DPE.
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.7 DENSITÉ DE PUISSANCE DE L’ÉCLAIRAGE
61
TABLE AU 2.7.1 – PUISSANCE DE L’ÉCL AIR AGE INTÉRIEUR ( SUITE )
C ATÉG O RIE D ’UTILIS ATI O N
HÔTEL
WAT T S E T M 2 DE
L’ENSEMBLE DE
L’IM MEUBLE
10.57
Coin-repas
Chambres d’hôtes
Réception, attente
Hall de réception
13.74
11.62
26.42
11.624
BIBLI OTHÈQUE
13.74
Bibliothèque et audiovisuel
Cheminées
Classeur de fiches et catalogage
Salle de lecture
MOTEL
7.40
17.96
11.62
12.68
10.57
Coin-repas
Logements
Réception, attente
12.68
11.62
22.19
CINÉM A
12.68
Estrades
Hall de réception
12.68
10.57
MUSÉE
11.62
Entreposage actif
Exposition générale
Restauration
8.45
10.57
17.96
BURE AU X
9.51
Fermé
Espace fonctionnel
10.57
10.57
S ALLE DE SPEC TACLE
16.91
Estrades
Foyer
Vestiaire, salle d’essayage
27.47
34.87
11.62
P OS TE DE P O LICE
C A SERNE DE P O MPIER S
Salle des machines
Dortoir
Estrades
Laboratoire
WAT TS ET M 2
DES DIFFÉRENTS
ESPACES
10.57
8.45
8.45
3.17
8.45
14.79
Remarque : Les densités de puissance d’ éclairage indiquées dans ce tableau incluent
les allocations pour les terminaux à écran, l’ éclairage décoratif et l’ éclairage des
présentoirs. Aucune puissance d’ éclairage supplémentaire n’est prévue pour ces
utilisations. L’ éclairage direct n’est pas inclus dans ces limites de DPE.
62
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.7 DENSITÉ DE PUISSANCE DE L’ÉCLAIRAGE
TABLE AU 2.7.1 – PUISSANCE DE L’ÉCL AIR AGE INTÉRIEUR ( SUITE )
C ATÉG O RIE D ’UTILIS ATI O N
BURE AU DE P OS TE
WAT T S E T M 2 DE
L’ENSEMBLE DE
L’IM MEUBLE
11.62
Salle de triage
Entrée
BÂTIMENT S RELIG IEU X
12.68
10.57
13.74
Entrée
Chaire, chœur, office
CO MMERCE DE DÉTAIL
6.34
25.36
13.74
Surface de vente de grand magasin
Surface de vente de magasin spécialisé
Surface de vente de boutique de produits de luxe
Surface de vente de supermarché
Surface de vente de services personnels
Surface de vente de marchandisage de masse
Hall de centre commercial
ÉCO LE , UNI V ER SITÉ
13.74
19.02
30.64
13.74
13.74
13.74
17.96
12.68
Salle de cours
Public
Salle à manger
Bureau
Corridor
Entreposage
Laboratoire
DÉ TAIL : M AG A SIN SPÉCIALISÉ
H ÔTEL DE V ILLE
TR ANSP OR T
13.74
7.4
11.62
11.62
5.28
5.28
11.62
16.91
11.62
10.57
Coin-repas
Aire de bagages
Aéroport – Salle des pas perdus
Aérogare – Billetterie
Réception, attente
ENTREP ÔT
22.19
10.57
6.34
15.85
5.28
6.34
Matériau fin
Matériaux moyens, encombrants
ATELIER
WAT TS ET M 2
DES DIFFÉRENTS
ESPACES
14.79
14.79
6.34
20.08
Remarque : Les densités de puissance d’ éclairage indiquées dans ce tableau incluent
les allocations pour les terminaux à écran, l’ éclairage décoratif et l’ éclairage des
présentoirs. Aucune puissance d’ éclairage supplémentaire n’est prévue pour ces
utilisations. L’ éclairage direct n’est pas inclus dans ces limites de DPE.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 1
MR
EQ
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.7 DENSITÉ DE PUISSANCE DE L’ÉCLAIRAGE
63
Introduction
Stratégies de conception
2.8 Exigences relatives à l’équipement mécanique
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
OB JET
Réduire les répercussions environnementales et les coûts d’exploitation liés à la consommation
énergétique des appareils de chauffage, de ventilation et de climatisation.
CRITÈRE S
L’équipement mécanique doit satisfaire aux exigences suivantes :

Les appareils monobloc doivent satisfaire aux exigences minimales en matière de
rendement présentées dans les tableaux 2.8.1 et 2.8.2 et être étiquetés ENERGY STAR.

Les appareils de chauffage au gaz doivent inclure un dispositif d’allumage intermittent
et une ventilation électrique ou un registre de tirage clapet. L’efficacité annuelle
d’utilisation de combustible des appareils de chauffage au gaz de < 66 kW (225 000
BTU/h) devrait être d’au moins 90. Les appareils de chauffage au gaz qui font partie de
l’équipement de toit monobloc devraient avoir une efficacité annuelle d’utilisation de
combustible d’au moins 80.

Les thermopompes et les climatiseurs terminaux autonomes doivent satisfaire aux
exigences minimales de rendement indiquées dans le tableau 2.8.3.

Les chaudières doivent satisfaire aux exigences minimales de rendement indiquées dans
le tableau 2.8.4.

Les refroidisseurs électriques doivent satisfaire aux exigences minimales de rendement
indiquées dans le tableau 2.8.5.

Les refroidisseurs à absorption doivent satisfaire aux exigences minimales de rendement
indiquées dans le tableau 2.8.6.

L’équipement qui n’est pas mentionné doit remplir les critères ENERGY STAR,
s’il y a lieu.
Le campus St Andrews du CCNB est
constitué de salles de cours, de bureaux,
de laboratoires et de locaux de service.
La ventilation de l’ immeuble est assurée
par 3 ventilateurs-récupérateurs de
chaleur qui contiennent des serpentins
de chauff age à eau chaude. L’air de
ventilation est acheminé à des pompes à
chaleur eau-air qui assurent le chauff age
et la climatisation de l’ immeuble.
L’ immeuble est modélisé comme un
système de chauff age thermodynamique
réparti.
64
Photo gracieuseté du campus St Andrew
du Collège communautaire du NouveauBrunswick
L’aspect le plus important du rendement d’un système de CVCA est l’efficacité globale de
l’ensemble du système en ce qui a trait à la climatisation des locaux, et non seulement à
l’efficacité des composantes énumérées dans les tableaux qui suivent. L’utilisation des principes
de conception exposés dans les critères du point 1.4 sur la conception du système mécanique
contribuera à garantir que les différentes composantes du système (tuyaux, conduites, pompes,
ventilateurs, etc.) ont une incidence positive sur l’efficacité totale du système et que le système
est calibré pour fournir un rendement optimal.
Le campus St Andrews du CCNB est constitué de salles de cours, de bureaux, de laboratoires
et de locaux de service. La ventilation de l’immeuble est assurée par 3 ventilateursrécupérateurs de chaleur qui contiennent des serpentins de chauffage à eau chaude. L’air
de ventilation est acheminé à des pompes à chaleur eau-air qui assurent le chauffage et la
climatisation de l’immeuble. L’immeuble est modélisé comme un système de chauffage
thermodynamique réparti.
SPÉCIFIC ATION DES CRITÈRES REL ATIFS AU S YSTÈME MÉC ANIQUE :
TABLE AU 2. 8.1 – CLIM ATISEUR S AUTONOME S E T GROUPE S COMPRE SSEUR- CONDENSEUR À
ALIMENTATION ÉLEC TRIQUE
(Directives volontaires utilisées dans le cadre des programmes de rendement énergétique. Pour connaître les
conditions d’utilisation, veuillez consulter le site Web du CEE au www.cee1.org.)
T Y PE D ’APPAREIL
CLIM ATISEUR S,
REFROIDIS PAR AIR
CLIM ATISEUR S, REFROIDIS PAR
E AU E T PAR É VAP O R ATI O N
TAILLE
S OUS - C ATÉG O RIE
OU CO NDITION DE
CER TIFIC ATION
19 kW (65 000 BTU/h)
Appareils bibloc
RENDEMENT
E X IG É
≥ 19 kW (65 000 Btu/h) et
< 40 kW (135 000 BTU/h)
Appareils bibloc et
monobloc
SEER 14,0
EER 12,0
SEER 14,0
EER 11,6
EER 11,5
VICP 11,9
≥ 40 kW (135 000 BTU/h) et
< 70 kW (240 000 BTU/h)
Appareils bibloc et
monobloc
EER 11,5
VICP 11,9
≥ 70 kW (240 000 BTU/h)
Appareils bibloc et
monobloc
EER 10,5
VICP 10,9
Toutes les tailles
Appareils bibloc et
monobloc
EER 14,0
Appareils monobloc
Source : Consortium for Energy Efficiency (juin 2008). Les spécifications de haut rendement
énergétique du CEE sont révisées périodiquement. Pour obtenir la version la plus récente, veuillez
vous reporter au site Web du CEE au www.cee1.org/com/hecac/hecac-main.php3
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.8 EXIGENCES RELATIVES À L’ÉQUIPEMENT MÉCANIQUE
65
TABLE AU 2. 8. 2 – THER MOP OMPE S INDIVIDUELLE S E T APPLIQUÉE S À ALIMENTATION
ÉLEC TRIQUE
(Directives volontaires utilisées dans le cadre des programmes de rendement énergétique. Pour connaître les
conditions d’utilisation, veuillez consulter le site Web du CEE au www.cee1.org.)
T Y PE D ’APPAREIL
TAILLE
S OUS - C ATÉG O RIE
OU CO NDITION DE
CER TIFIC ATION
REFROIDI PAR AIR
( MO DE REFRO ID ISSEMENT )
< 19 kW (65 000 BTU/h)
Appareils bibloc
Appareils monobloc
REFROIDI PAR AIR
( MO DE CHAUFFAG E )
SEER 15,0*
EER 12,5
SEER 15,0*
EER 12*
EER 11,5
VICP 11,9
≥ 19 kW (65 000 BTU/h) et
< 40 kW (135 000 BTU/h)
Appareils bibloc et monobloc
≥ 140 kW (135 000 BTU/h) et
< 70 kW (240 000 BTU/h)
Appareils bibloc et monobloc
EER 11,5
VICP 11,9
≥ 70 kW (240 000 BTU/h)
Appareils bibloc et monobloc
EER 10,5
VICP 10,9
< 19 kW (65 000 BTU/h)
(puissance frigorifique)
Appareils bibloc
HSPF 8,5
Appareils monobloc
HSPF 8,0
Air extérieur 47°F dB/43° F Wb
COP 3,4
Air extérieur 17 °F dB/15 °F Wb
COP 2,4
≥ 19 kW (65 000 BTU/h) et
< 40 kW (135 000 BTU/h)
(puissance frigorifique)
≥ 40 kW (135 000 BTU/h)
(puissance frigorifique)
S OURCE D ’E AU
( MO DE REFRO ID ISSEMENT )
S OURCE D ’E AU
( MO DE CHAUFFAG E )
RENDEMENT
E X IG É
Air extérieur 47 °F dB/43 °F Wb
COP 3,2
Air extérieur 17 °F dB/15 °F Wb
COP 2,1
< 40 kW (135 000 BTU/h)
(puissance frigorifique)
Eau à l’entrée 85 °F
EER 14,0
< 40 kW (135 000 BTU/h)
(puissance frigorifique)
Eau à l’entrée 70 °F
COP 4,6
Source : Consortium for Energy Efficiency (juin 2008). Les spécifications de haut rendement
énergétique du CEE sont révisées périodiquement. Pour obtenir la version la plus récente, veuillez
vous reporter au site Web du CEE au www.cee1.org/com/hecac/hecac-main.php3
* Ces valeurs du CEE de niveau 2 (en date de juin 2008) ont été incorporées à la version 1.02 du
programme de haut rendement éconergétique en décembre 2008.
TABLE AU 2. 8. 3 – CLIM ATISEUR S E T THER MOP OMPE S MONOBLO C S TER MINAUX , À
ALIMENTATION ÉLEC TRIQUE
T Y PE D ’APPAREIL
CLIM ATISEUR S
E T THER M O P O MPE S
( MO DE REFRO ID ISSEMENT )
66
TAILLE
RENDEMENT E X IGÉ
< 2 kW (7 000 BTU/h)
EER 11,9
≥ 2 kW (7 000 BTU/h) et < 2,9 kW (10 000 BTU/h)
EER 11,3
≥ 2,9 kW (10 000 BTU/h) et < 3,8 kW (13 000 BTU/h)
EER 10,7
≥ 3,8 kW (13 000 BTU/h)
EER 9,5
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.8 EXIGENCES RELATIVES À L’ÉQUIPEMENT MÉCANIQUE
TABLE AU 2. 8.4 – CHAUDIÈRE S
T Y PE D ’APPAREIL
G A Z E AU CHAUDE
G A Z VAPEUR
M A ZOUT
TAILLE
PRO CÉDURE D ’E SS AI
RENDEMENT
E X IG É
< 88 kW (300 000 BTU/h)
10 CFR, part 430, DOE
Rt 90 %
≥ 388 kW (300 000 BTU/h) et
< 733 kW (2,5 mBTU/h)
10 CFR, part 431, DOE
Rt 89 %
< 88 kW (300 000 BTU/h)
10 CFR, part 430, DOE
Rt 89 %
≥ 88 kW (300 000 BTU/h)
10 CFR, part 431, DOE
Rt 89 %
< 88 kW (300 000 BTU/h)
10 CFR, part 430, DOE
Rt 90 %
≥ 88 kW (300 000 BTU/h)
10 CFR, part 431, DOE
Rt 89 %
Rt = rendement thermique
* Les systèmes doivent être conçus en fonction de températures de fonctionnement d’eau chaude de < 66 °C (< 150 °F) et
utiliser la remise à zéro de l’eau chaude pour profiter du rendement beaucoup plus élevé des chaudières à condensation.
TABLE AU 2. 8. 5 – REFROIDISSEUR S
T Y PE
D ’APPAREIL
REFROIDI
PAR AIR AV EC
CO NDENSEUR
REFROIDI PAR
AIR S ANS
CO NDENSEUR
REFROIDI PAR
E AU, ALTERNATIF
REFROIDI PAR
E AU, ROTATIF À
V IS, À SPIR ALE
E T À PIS TO N
REFROIDI PAR
E AU, CENTRIFUGE
TAILLE
c.
VO IE DE CO NFO R MITÉ
FAC ULTATI V E –
REFROIDISSEUR S À E V V
PLEINE CHARGE
VICP
(KW/T)
(KW/T )
PLEINE CHARGE
(KW/T)
VICP
(KW/T )
Tous
1,2
1,0
S.O.
S.O.
Tous
1,08
1,08
S.O.
S.O.
Tous
0,840
0,630
S.O.
S.O.
< 90 tonnes
0,780
0,600
S.O.
S.O.
0,730
0,550
S.O.
S.O.
0,610
0,510
S.O.
S.O.
≥ 90 tonnes et
< 150 tonnes
≥ 150 tonnes et
≤ 300 tonnes
> 300 tonnes
< 150 tonnes
≥ 150 tonnes et
≤ 300 tonnes
> 300 tonnes et
≤ 600 tonnes
> 600 tonnes
a.
b.
RENDEMENT
E X IG É- REFRO ID ISSEUR S
0,600
0,490
S.O.
S.O.
0,610
0,620
0,630
0,400
0,590
0,560
0,600
0,400
0,570
0,510
0,580
0,400
0,550
0,510
0,550
0,400
La conformité aux valeurs de rendement et de VICP à pleine charge est requise.
On ne peut utiliser la voie de conformité facultative en matière de rendement que dans le cas des refroidisseurs à
entraînement à vitesse variable (EVV).
Les appareils monobloc de refroidissement d’eau refroidis par eau qui ne sont pas conçus pour fonctionner
dans les conditions d’essais de la norme ARI 550/590 (et qui ne peuvent par conséquent être jugés conformes
aux exigences du tableau 2.5.5) de 44 °F pour l’eau refroidie de sortie et de 85 °F pour l’eau à l’entrée du
condenseur doivent satisfaire aux exigences à pleine charge de VICP et NPLV.
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.8 EXIGENCES RELATIVES À L’ÉQUIPEMENT MÉCANIQUE
67
TABLE AU 2. 8.6 – REFROIDISSEUR S À ABS ORP TION
T Y PE D ’APPAREIL
CO P DE RENDEMENT À PLEINE CHARGE E X IGÉ ( V ICP)
REFRO ID I PAR AIR , EFFE T SIMPLE
0,60,
mais seulement permis dans des utilisations de récupération de chaleur
REFRO ID I PAR E AU, EFFE T SIMPLE
0,70,
mais seulement permis dans des utilisations de récupération de chaleur
EFFE T D OUBLE – À FEU D IREC T
EFFE T D OUBLE – À FEU IND IREC T
1,0(1,05)
1,20
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 1
MR
EQ
68
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.8 EXIGENCES RELATIVES À L’ÉQUIPEMENT MÉCANIQUE
Introduction
Stratégies de conception
2.9 Systèmes mécaniques spécialisés
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
OB JET
Isoler les systèmes assurant la charge de procédés de ceux des zones nécessitant simplement de la
climatisation pour le confort.
Modélisation de l’énergie
Annexes
CRITÈRE S
Les zones nécessitant une température ou un degré d’humidité particuliers pour répondre aux
exigences de procédés devraient être dotées de systèmes de distribution de l’air distincts de
ceux des zones nécessitant uniquement la climatisation ou de systèmes munis de commandes
supplémentaires distinctes de sorte que, à partir des systèmes primaires, on puisse commander
spécifiquement la climatisation.
Lorsque le projet comprend des zones précises dont les profi ls de charge sont nettement
différents de ceux de l’immeuble principal (salles de serveurs, locaux techniques, etc.), celles-ci
devraient être alimentées par un système distinct, spécialement conçu pour cette zone et cette
charge. Il ne devrait pas être nécessaire d’utiliser les systèmes de l’immeuble principal pour
satisfaire à ces charges.
Exception : Les zones nécessitant uniquement la climatisation peuvent être alimentées par un système
de charge lié au procédé, à condition que l’alimentation totale en air dans ces zones n’excède pas 25 p.
100 de l’alimentation totale en air du système de charge liée au procédé et que la zone totale climatisée
des zones de confort soit inférieure à 95 m2 (1 000 pi2).
69
Introduction
Stratégies de conception
2.10 Contrôle de la ventilation selon la demande
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
OB JET
Réduire l’énergie nécessaire au chauffage et au refroidissement de l’air extérieur dépassant le débit
de ventilation nécessaire à l’occupation de l’immeuble, tout en préservant la haute qualité de l’air
intérieur pour les occupants.
CRITÈRE S
Installer un système de contrôle de la ventilation selon la demande pour surveiller la
concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans les espaces occupés du bâtiment, et diminuer
ou augmenter le débit d’air extérieur en fonction de la densité d’occupation et de la qualité de
l’air intérieur, déterminée par les capteurs de CO2.
La commande de l’économiseur devrait être configurée de sorte que, lorsqu’il y a un besoin de
refroidissement par l’économiseur, la commande de l’air par registre réponde aux réglages de
l’économiseur plutôt qu’aux capteurs de CO2.
USGBC
Conférence et expo sur le bâtiment écologique
12-14 novembre 2002
1800
1700
Fin de la
ppm de CO2
réception
Données provenant de 7
1600
1500
capteurs temporaires de
1400
démonstration installés
1300
Registres d’air ext.
durant la conférence.
plus ouverts
1200
1100
Début de la
1000
réception
Fin de la
900
réception
800
700
600
Échec du renouvelle500
Fin de la
ment de nuit
conférence
400
300
11/12/02 11/12/02 11/12/02 11/13/02 11/13/02 11/13/02 11/13/02 11/14/02 11/14/02 11/14/02 11/14/02
6:00 AM 12:00 PM 6:00 PM 12:00 AM 6:00 AM 12:00 PM 6:00 PM 12:00 AM 6:00 AM 12:00 PM 6:00 PM
HEURE DU JOUR
70
La ventilation régulée à la demande, utilisant le taux de CO2 comme indicateur, est un excellent
moyen pour réguler la ventilation dans les zones dont l’occupation varie, comme les gymnases,
les auditoriums et les salles d’exposition. Ce graphique de diagnostic indique clairement que les
contrôles ordinaires existants, qui répondaient uniquement à la température, sous-estimaient
sérieusement les besoins en air ventilé par rapport à l’espace durant la réception du 12 novembre
2002, à partir de 17 h. Il fallait actionner la commande manuellement pour pallier le manque de
contrôle du CO2 afin de ramener le local dans la gamme de valeurs recommandées.
Le point de consigne du CO2 devrait être fixé pour commencer à augmenter la ventilation à une
concentration en CO2 de 800 ppm, et permettre une concentration maximale en CO2 de 950
ppm dans le local. Si un point de consigne différentiel est établi avec les conditions extérieures, le
point de consigne devrait maintenir un écart de CO2 entre l’intérieur et l’extérieur n’excédant pas
530 ppm. (La concentration habituelle de l’air extérieur en CO2 est de 430 ppm.)
Dans les types de locaux présentant des contaminants précis (comme des commerces de
détail dont certaines marchandises comportent des composés organiques volatils), la densité
d’occupation ne convient pas comme base de contrôle du taux de ventilation. Le contrôle du
CO2 est particulièrement utile dans les zones où l’occupation est très variable et irrégulière,
comme les salles de réunion, les studios photographiques, les théâtres, les installations scolaires,
etc. Le contrôle du CO2 devrait permettre tant une diminution du débit de l’air extérieur lorsque
l’occupation est faible qu’une augmentation au-delà des points de consigne minimaux lorsque
l’occupation est importante.
La norme 62 de l’ASHRAE reconnaît les taux de ventilation basés sur la surveillance de la
qualité de l’air intérieur comme satisfaisant à l’objectif de cette norme de maintenir la qualité de
l’air intérieur et une ventilation minimale pour les occupants.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
MR
EQ
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.10 CONTRÔLE DE LA VENTILATION SELON LA DEMANDE
crédit 1
71
Introduction
Stratégies de conception
2.11Efficacitédessystèmesd’eauchaudedomestiques
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
OB JE T
Réduire les pertes et l’inefficacité qui leur est associée tout en maintenant une réserve constante
d’eau chaude pour l’usage domestique.
CRITÈRES
La demande d’eau chaude domestique devrait être alimentée
par des systèmes à gaz de chauffage de l’eau selon la demande
(ou chauffe-eau sans réservoir), des chauffe-eau à accumulation
à haute efficacité ou des chauffe-eau à combustion étanche. Les
systèmes de chauffe-eau à accumulation à haute efficacité devraient
comporter une isolation du réservoir RSI-2.5 (R-14) et des pièges
à chaleur pour éviter le phénomène de thermosiphon. Pour les
systèmes alimentés par des combustibles fossiles qui ne sont pas à
combustion étanche, il faut prévoir des registres de tirage à clapet.
Pour limiter la consommation d’eau chaude, installer des aérateurs
et des pommes de douche à faible débit dans les locaux sanitaires et
réservés au personnel.
Ce chauffe-eau au gaz a un
rendement de 94 p. 100.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
MR
EQ
72
crédit 1
Introduction
Stratégies de conception
2.12 Rendement de base de l’économiseur
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
OB JET
Modélisation de l’énergie
Veiller à ce que les économiseurs d’air extérieur (AE) fonctionnent correctement afin de réaliser
des économies d’énergie optimales.
Annexes
CRITÈRE S
Les économiseurs installés devraient avoir les caractéristiques ci-dessous. Le rendement offert par
ces caractéristiques devrait être vérifié à la fin du projet. Les économiseurs sont obligatoires sur
tous les appareils d’une puissance de plus de 33 000 BTU/h (9,7 kW).
 Éc o n o m i s e u r p r é i n s t a l l é.







Les économiseurs préinstallés sont habituellement plus fiables
que les économiseurs installés sur place. Dans certaines conditions, il est nécessaire de
les installer sur place.
M o t e u r d e r e g i s t r e ave c m é c a n i s m e d e m o d u l a t i o n . Un moteur de registre avec
mécanisme de modulation est nécessaire pour réguler la température du mélange d’air
de façon adéquate et maximiser les heures de fonctionnement de l’économiseur.
M é c a n i s m e d ’e n t r a î n e m e n t d u r e g i s t r e. Pour fonctionner de manière fiable,
l’économiseur a besoin d’un actionneur à modulation directe avec des interconnexions
entraînées par pignons. Les registres extérieurs et de retour doivent aussi être munis de
bagues ou de coussinets lubrifiés en permanence.
Co m m a n d e d e r e g i s t r e p r o p o r t i o n n e l l e. Pour les serpentins de refroidissement par
caloporteur, il faut installer un capteur analogique en amont du serpentin refroidisseur
où l’air de reprise et l’air extérieur sont bien mélangés pour commander les registres de
modulation de l’économiseur. Lorsque des serpentins refroidisseurs à détente directe
sont présents, il faut installer le capteur analogique en aval du serpentin refroidisseur
pour commander les registres de modulation de l’économiseur.
Co m m a n d e c o o r d o n n é e. Veille à ce que l’économiseur ne fonctionne que lorsqu’il y a
une demande de refroidissement.
Co m m a n d e d ’ i nve r s i o n . Le contrôleur de l’économiseur doit utiliser une bande neutre
entre la mise en marche et l’arrêt de l’économiseur qui ne doit pas dépasser 1 °C (2 °F)
lorsqu’un thermomètre sec est utilisé et 1 900 J/kg (2 Btu/lb) dans une fonction chaleur
à pression constante.
Co m m a n d e d e l ’é c o n o m i s e u r. Les économiseurs peuvent être de type thermomètre sec,
thermomètre sec fixe, enthalpie différentielle ou régulation de la température en fonction
du point de rosée ou d’un thermomètre sec. Les conditions climatiques devraient dicter
le type de stratégie de régulation et de capteur le plus approprié.
R e g i s t r e d e m o d u l a t i o n d ’e xc é d e n t d ’a i r e t d ’a i r d e r e t o u r. Assure l’apport en air
de décharge au moyen d’une soupape barométrique installée dans le conduit d’air de
retour, en amont du registre d’air de retour, d’un registre d’air évacué motorisé ou d’un
ventilateur d’extraction muni de registres antirefoulement. Des hottes d’évacuation
d’air de retour et d’aspiration d’air extérieur doivent être installées pour permettre aux
registres auxiliaires de fonctionner librement.
 M e s u r e m i n i m u m d e l ’a i r d e v e n t i l a t i o n e x t é r i e u r e n f o n c t i o n d e l a
t e m p é r a t u r e. Vérifier le point de consigne minimum de l’AE en mesurant la
température de l’air mélangé, de l’air de reprise et de l’air extérieur afi n de
73
calculer le pourcentage d’air extérieur. Cette mesure doit être prise durant
les essais de réception et peut également être utilisée comme valeur de
réglage permanente.
 L e s r e g i s t r e s d ’a i r e x t é r i e u r d e s é c o n o m i s e u r s d o i ve n t ê t r e i s o l é s .
RENSEIGNEMENT S GÉNÉR AUX
Lorsqu’il y a des charges de refroidissement alors que l’air extérieur est suffisamment froid,
l’économiseur d’air extérieur permet de climatiser l’immeuble à l’aide de l’air extérieur, plutôt que
de façon mécanique. Sous certains climats, l’utilisation d’un économiseur permet de réduire de 20
p. 100 à 60 p. 100 la quantité d’énergie requise pour la climatisation mécanique. La combinaison
d’un certain nombre de conditions de conception détermine le rendement de l’économiseur
: l’économiseur doit être raccordé au refroidissement mécanique de façon à n’être utilisé que
lorsqu’il y a une demande en climatisation; une commande d’inversion doit remettre les registres
d’air extérieur à la position de ventilation minimum lorsque l’air extérieur est trop chaud pour la
climatisation; le niveau d’intégration des commandes de l’économiseur détermine la capacité à
exploiter au maximum l’air extérieur avant de faire appel à la climatisation mécanique.
74
PRÉ-REQUIS DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE  2.12 RENDEMENT DE BASE DE L’ÉCONOMISEUR
Introduction
Stratégies de conception
2.13 Récupération de la chaleur
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
OB JET
Réduire la consommation énergétique liée aux besoins en climatisation en récupérant la chaleur
résiduelle de l’air vicié.
Modélisation de l’énergie
Annexes
CRITÈRE S
Un système de ventilation à récupération d’énergie permet de récupérer la chaleur résiduelle
dans l’air frais d’entrée. Le système de récupération de chaleur devrait comprendre un dispositif
de récupération de la chaleur latente avec un taux d’efficacité de 70 p. 100 et plus (de type roue
thermique), sauf dans les cas où les conditions de commande de l’humidité locale ou interne
empêchent la récupération de la chaleur latente. Dans un tel cas, il faut installer un système de
récupération de l’air sensible air-air dont le taux d’efficacité est d’au moins 20 p. 100. Tous les
appareils devraient figurer sur la liste du Air Conditioning and Refrigeration Institute (ARI).
RENSEIGNEMENT S GÉNÉR AUX
Bien qu’il soit nécessaire d’installer des systèmes de récupération de la chaleur dans certaines
conditions en vertu de la norme 90.1-2004 de l’ASHRAE, ce type de système permet
d’économiser une quantité importante d’énergie dans une variété de conditions qui ne sont pas
mentionnées dans la norme 90.1. L’installation de systèmes de ventilation à récupération de
chaleur devrait être envisagée lorsqu’une des conditions suivantes est prévue :

l’immeuble sera exploité pendant des heures prolongées, ce qui fera augmenter
le nombre d’heures où il y a une différence marquée entre les conditions internes
et externes;
 immeubles situés dans une région au climat froid;
 immeubles ou systèmes dont le taux de ventilation provenant de l’air extérieur
représente un pourcentage important du débit d’air total;
 immeubles dont la forte densité d’occupation fait augmenter les taux de
ventilation.
Certaines composantes de système mécanique sont conçues pour récupérer la chaleur et coûtent
moins cher que les systèmes autonomes spécialisés. L’utilisation d’appareils dotés d’une fonction
de récupération de chaleur en conjonction avec d’autres systèmes sera considérée. La capacité du
système de CVCA devrait être recalculée en fonction des charges réduites grâce au système de
récupération de la chaleur.
De façon à consommer moins d’énergie, les systèmes de récupération de la chaleur devraient
comprendre un mécanisme de dérivation de serpentin permettant de laisser passer librement l’air
au-delà du serpentin de récupération de chaleur quand l’immeuble est en mode « économiseur »
ou que le système de récupération de chaleur ne fonctionne pas.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 1
MR
EQ
75
Introduction
2.14 Remise à l’état initial de la température
de l’air de soufflage (débit d’air variable)
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
OB JET
Réduire l’utilisation d’énergie liée aux systèmes de refroidissement faisant partie d’une
configuration de débit d’air variable lorsqu’il faut réchauffer l’air soufflé central pour maintenir la
température dans certaines zones.
CRITÈRE S
Employer une stratégie de régulation qui remet la température de l’air soufflé de refroidissement
à son état initial en saisons intermédiaires et froides. Lorsque le mode de remise à zéro est
enclenché, employer une commande en fonction de la demande qui utilise le réglage de
température d’air soufflé central le plus chaud répondant aux besoins en refroidissement de toutes
les zones, de façon à limiter le besoin de réchauffer l’air.
RENSEIGNEMENT S GÉNÉR AUX
Le point de consigne habituel pour la température de l’air soufflé de refroidissement (13 °C
ou 55 °F) ne s’applique souvent que dans les conditions de refroidissement conceptuelles, c.à-d., les mois d’été. En saison froide, le point de consigne de la température de l’air soufflé de
refroidissement peut entraîner une augmentation de la consommation énergétique des systèmes
à débit d’air variable, car certaines zones nécessitent alors davantage de refroidissement et de
réchauffement, notamment les zones situées sur le périmètre de l’immeuble. On peut diminuer la
consommation énergétique aux fins de refroidissement et de réchauffement en réglant le point de
consigne de la température de l’air soufflé à une valeur plus élevée dans ces conditions.
Une stratégie couramment utilisée consiste à régler la température de l’air soufflé de
refroidissement au point de consigne le plus chaud qui répond aux besoins en refroidissement de
la zone la plus chaude à n’importe quel moment donné. Ce point de consigne de la température
peut osciller entre 13 °C et 18 °C (55 °F à 65 °F) en saison froide, tout en répondant à la
demande en refroidissement de l’immeuble. Cette stratégie de remise à zéro de l’air soufflé de
refroidissement permet aussi d’exploiter au maximum le potentiel de refroidissement gratuit de
l’économiseur en élargissant la gamme de ce dernier. Cela est particulièrement utile dans le cas
des systèmes de ventilation par déplacement d’air dont la température d’air de refroidissement est
plus élevée.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
MR
EQ
76
crédit 1
Les conditions extérieures humides nuisent à la faisabilité de la remise au point de consigne de la
température d’air soufflé. Dans un climat humide, on recommande d’utiliser la surveillance du
taux d’humidité en conjonction avec la rétroaction des boîtes de jonction pour déterminer si la
remise à zéro est possible.
En saison chaude, on perd les avantages de la remise à zéro de la température de l’air soufflé. Un
point de consigne unique offre alors un meilleur rendement.
Partie 3 :
Stratégies de haut rendement
3.1 Commandes d’arrêt à la lumière du jour
3.2 Réductions supplémentaires de la puissance d’éclairage
3.3 Charges des prises électriques/Efficacité des appareils électroménagers
3.4 Remise à l’état initial de la température de l’air de soufflage (débit d’air variable)
3.5 Ventilation de nuit
3.6 Rendement optimal de l’économiseur
3.7 Commande de variation de vitesse
3.8 Immeubles à la demande (réduction de la puissance de pointe)
3.10 Autres stratégies de mise en service
3.11 Détection des défauts et diagnostics
Les critères de cette partie ne font pas partie des exigences
de base du programme de haut rendement éconergétique.
Les stratégies présentées ici représentent toutefois
d’excellentes occasions de réaliser des économies d’énergie
supplémentaires. Les critères individuels devraient être
considérés du point de vue des caractéristiques du projet et
des conditions climatiques.
Stratégies de haut rendement
3.9 Approvisionnement sur place en énergie renouvelable
Introduction
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
3.1 Commandes d’arrêt à la lumière du jour
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
OB JET
Annexes
Incorporer des systèmes de commande d’arrêt à la lumière du jour dans le but de réduire la
consommation d’énergie aux fins d’éclairage et d’améliorer l’éclairage intérieur.
CRITÈRE S







Installer des puits de lumière dans les locaux occupés pour laisser entrer la lumière du
jour. Les aires ouvertes et les espaces clos de plus de 95 m2 (1 000 pi2) devraient être
dotés de puits de lumière. La superficie des puits de lumière ne devrait pas dépasser 3 p.
100 à 5 p. 100 de la surface de plancher.
Installer des commandes d’arrêt à la lumière du jour dans toutes les zones éclairées par
des puits de lumière. Les zones éclairées par des puits de lumière sont habituellement
considérées comme étant l’espace qui se trouve à 0,75 fois la hauteur sous le plafond
au-delà de la bordure du puits de lumière. S’assurer que les zones et les commandes
correspondent aux critères du point 2.6 en matière de commandes d’éclairage.
Installer des commandes d’arrêt à la lumière du jour dans les espaces qui reçoivent de
l’éclairage naturel de tous les côtés. Dans le cas des locaux périphériques dotés de vitrage
vertical, on considère habituellement que les zones qui reçoivent l’éclairage naturel
incluent les espaces à l’intérieur de 1,5 fois la hauteur sous le plafond du mur extérieur,
ou de 2 fois la hauteur de tête des fenêtres. S’assurer que les zones et les commandes
correspondent aux critères du point 2.6 en matière de commandes d’éclairage.
Les commandes d’arrêt à la lumière du jour devraient permettre de réduire les niveaux
d’éclairage d’au moins 50 p. 100 en fonction de l’éclairage naturel. On recommande la
gradation continue dans les locaux occupés dont le plafond a une hauteur de 4,3 m (14
pi) ou moins.
Le vitrage conçu pour l’éclairage naturel ne devrait pas entraîner le dépassement de la
limite prévue pour la surface de vitrage par rapport à la surface de mur de l’immeuble (la
surface de vitrage ne doit pas représenter plus de 40 p. 100 de la surface de mur), comme
il est indiqué dans les critères du point 2.5 sur le rendement du fenêtrage.
Le vitrage conçu pour l’éclairage naturel doit être conçu de façon à limiter la lumière
solaire directe qui entre dans un local occupé. Le vitrage horizontal devrait être conçu
de façon à pouvoir empêcher la lumière du soleil directe de pénétrer dans un local
occupé. Le vitrage horizontal qui se trouve à plus de 2,1 m (7 pi) doit être muni d’un
dispositif d’ombrage fixe ou actionnable qui peut être commandé séparément du vitrage
de vision. En règle générale, les systèmes de vitrage orientés vers le sud devraient être
conçus de façon à filtrer la lumière solaire directe du midi entre l’équinoxe du printemps
et l’équinoxe d’automne. Le vitrage orienté vers l’est et l’ouest devrait être limité au
minimum et conçu pour filtrer la lumière solaire directe entre 10 h et 14 h, de l’équinoxe
du printemps à l’équinoxe d’automne.
Toutes les commandes d’arrêt à la lumière du jour devraient être réglées et essayées au
moment où elles sont installées, conformément aux instructions de mise en service du
fabricant, afin de s’assurer que les systèmes fonctionnent correctement. (Se reporter aux
critères du point 1.5.)
79
On recommande d’évaluer le rendement du système d’éclairage naturel de l’immeuble au moyen
de la modélisation de l’éclairage naturel. Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur
la conception de systèmes d’éclairage naturel et des commandes d’arrêt à la lumière du jour,
veuillez vous reporter au www.advancedbuildings.net.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 1
MR
EQ
80
crédit 8.1
STRATÉGIES DE HAUT RENDEMENT  3.1 COMMANDES D’ARRÊT À LA LUMIÈRE DU JOUR
Introduction
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
3.2 Réductions supplémentaires de la puissance d’éclairage
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
OB JET
Annexes
Réduire la charge d’éclairage afin de réaliser des économies plus importantes que celles des
critères du point 2.7.
CRITÈRE S
Réduire la charge d’éclairage d’au moins 40 p. 100 par rapport aux niveaux prévus par la norme
90.1 de l’ASHRAE.
RENSEIGNEMENT S GÉNÉR AUX
Saint John Energy.
Saint John, N.-B.
Référence
photographique :
Noel Chenier
Le but de ces critères est de réduire la charge d’éclairage de 40
p. 100, ce qui représente une réduction approximative de 20
p. 100 par rapport aux exigences indiquées dans les critères du
point 2.7. Les cibles précises sont indiquées dans le tableau de
DPE de gauche. Elles proviennent du tableau 9.3.1.1 sur les
exigences caractéristiques en matière de DPE de la norme 90.1
2001 de l’ASHRAE. Il faut noter que les valeurs indiquées dans
ce tableau ne représentent qu’une partie des types de locaux et
ne sont fournies qu’à titre de référence.
TABLE AU 3. 2.1 – E X IGENCE S APPROX IM ATIVE S P OUR
L’AT TEINTE DE L’EPAC T05
T Y PE DE LO C AL
CENTRE DE CO NGRÈS
R E S TAUR AT I O N
CENTRE D ’AC TIVITÉS PH YSIQUES
G YMNA SE
H Ô PITAL , S O INS D E S AN T É
BIBLI OTHÈQUE
BURE AU X
SALLE DE SPEC TACLE
P OS TE DE P O LICE , C A SERNE DE
P O MPIER S
BÂTIMENT RELIG IEU X
CO MMERCE DE DÉTAIL
ÉCO LE , UNI V ER SITÉ
H Ô T E L D E V ILLE
ENTREP ÔT
CIBLE DE RÉDUC TION DE 4 0 %
DE L A DENSITÉ DE PUISSANCE
D ’ÉCL AIR AG E ( WAT T S / M 2 )
8,98
9,51-12,15
8,98
10,57
10,04
9,51
8,24
9,51
8,24
13,95
12,15
9,51
8,98
7,61
(Se reporter au tableau 9.3.1.1 de la norme 90.1-2001 de l’ASHRAE 90.1-2001)
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 1
MR
EQ
81
Introduction
Stratégies de conception
3.3 Charges des prises électriques /
Efficacité des appareils électroménagers
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
OB JET
Annexes
Réduire l’utilisation d’énergie liée aux appareils installés ou situés dans le bâtiment.
CRITÈRE S
Déterminer le choix d’appareils et les stratégies de contrôle pour diminuer la consommation
énergétique liée aux appareils installés ou utilisés dans le bâtiment. Acheter et installer
uniquement du matériel homologué ENERGY STAR, le cas échéant. Instaurer des stratégies de
contrôle de l’équipement pour réduire les périodes de fonctionnement des appareils.
Pour tous les types d’appareils pour lesquels il existe une cote ENERGY STAR, utiliser
uniquement des appareils homologués ENERGY STAR. (Les types d’appareils spécifiques
figurant ci-dessous doivent satisfaire aux exigences énumérées.) Pour tous les types d’appareils
sans cote ENERGY STAR, comparer les caractéristiques d’utilisation énergétique des différents
choix possibles et viser l’acquisition d’appareils dont la consommation est la plus faible.
Installer une commande des écrans d’ordinateur en réseau, ou veiller à ce qu’au moins 90 p. 100
de ceux-ci soient de type écran plat LCD à basse consommation. Activer les réglages de gestion
de l’énergie sur tous les postes de travail, et envisager des stratégies tierces de gestion centralisée
de l’énergie pour diminuer la consommation énergétique des appareils.
Des critères de rendement ont été établis dans le cadre du programme ENERGY STAR de l’EPA
(agence américaine pour la protection de l’environnement) pour une vaste gamme d’appareils,
allant de l’équipement de bureau à l’électroménager, en passant par les appareils domestiques,
jusqu’aux appareils de cuisine commerciale. Tout matériel acheté pour être utilisé dans un
Advanced Building devrait satisfaire aux critères de rendement fixés par ENERGY STAR.
Les tableaux qui suivent indiquent les exigences spécifiques en matière de rendement pour
les appareils commerciaux de réfrigération et pour la fabrication de la glace qui dépassent les
exigences de base d’ENERGY STAR en matière de rendement et qui devraient être visées pour
ce type d’appareil.
TABLE AU 3. 3.1 – SPÉCIFIC ATION DE S CRITÈRES POUR LE RENDEMENT DU M ATÉRIEL DE
RÉFRIGÉR ATION DE 2 e NIVE AU
NI V E AU
SPÉCIFIC ATION DE BA SE
CO RRE SP O NDANTE
UTILISATION
QUOTID IENNE
M A X IM ALE D ’ÉNERG IE /
J O UR ( K WH / J O UR )
AR MO IRE FRIG O RIFI QUE À P O R TE
PLEINE
2
ENERGY STAR + 40 %
1 699 V + 1,22
CO NG ÉL ATEUR D ’É TAL AG E À
P O R TE PLEINE
2
ENERGY STAR + 30 %
7 928 V + 0,97
APPAREIL
82
V = VO LUME INTÉRIEUR EN CENTIMÈTRES CUBE S / NOR ME A SHR AE 117-20 02 / 17 °C
TABLE AU 3. 3. 2 – SPÉCIFIC ATIONS DES CRITÈRES DE RENDEMENT D ’APPAREIL S DE
FABRIC ATION DE L A GL ACE DE NIVE AU 2
T YPE
D ’APPAREIL
TAUX DE
RÉCOLTE (45
KG (10 0 LB )
GL ACE / 24 H )
NIVE AU
SPÉCIFIC ATION
DE BA SE
CORRESPONDANTE
CONSOMMATION
QUOTIDIENNE
MA XIMALE
D ’ÉNERGIE
( K WH PAR 45
KG (10 0 LB ) DE
GL ACE )
UTILISATION
QUOTIDIENNE
MA XIMALE
D ’E AU
( GALLONS PAR
45 KG (10 0 LB )
DE GL ACE )
TÊTE DE
FABRIC ATION
DE LA GLACE
< 225 kg (500 lb)
/ jour
2
20 % inférieur au
PFGE
6,24 - 0,0044R
200 - 0,022R
REFROIDI
PAR EAU
> 225 kg (500 lb)
/ jour
2
20 % inférieur au
PFGE
4,46 - 0,0009R
200 - 0,022R
TÊTE DE
FABRIC ATION
DE LA GLACE
< 203 kg (450 lb)
/ jour
2
20 % inférieur au
PFGE
8,21 - 0,0069R
Sans objet
REFROIDI
PAR AIR
> 203 kg (450 lb)
/ jour
2
20 % inférieur au
PFGE
5,51 - 0,0009R
Sans objet
CONDENSATION
À DISTANCE
< 450 kg (1000 lb)
/ jour
2
20 % inférieur au
PFGE
7,08 - 0,0030R
Sans objet
REFROIDI
PAR AIR
> 450 kg (1000 lb)
/ jour
2
20 % inférieur au
PFGE
4,08
Sans objet
AUTONOME
< 90 kg (200 lb)
/ jour
2
20 % inférieur au
PFGE
9,12 - 0,0152H
191 - 0,0315H
REFROIDI
PAR EAU
> 90 kg (200 lb)
/ jour
2
20 % inférieur au
PFGE
6,08
191 - 0,0315H
AUTONOME
< 79 kg (175 lb)
/ jour
2
20 % inférieur au
PFGE
14,4 – 0,375R
Sans objet
REFROIDI
PAR AIR
> 79 kg (175 lb)
/ jour
S.O.
Sans objet
Sans objet
Sans objet
R = TAUX DE CO NS OMM ATION DE GL ACE ( KG / 24 H ) , NOR ME 29 -198 8 ( R 9 9 ) DE L’A SHR AE
Federal Energy Management Program (FEMP) : www.eren.doe.gov/femp/procurement/ice_makers.html
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 1
MR
EQ
STRATÉGIES DE HAUT RENDEMENT  3.3 CHARGES DES PRISES ÉLECTRIQUES / EFFICACITÉ DES APPAREILS ÉLECTROMÉNAGERS
83
Introduction
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
3.4 Ventilation de nuit
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
OB JET
Se servir de la masse thermique intrinsèque à l’immeuble pour réduire la demande de
refroidissement en période de pointe en faisant circuler l’air frais pendant la nuit afin de
prérefroidir l’immeuble avant l’arrivée des occupants en saison chaude.
CRITÈRE S
Installer un système de commande pour faire fonctionner les ventilateurs en mode économiseur,
selon un horaire fixe en saison chaude. Régler les commandes pour que les ventilateurs fassent
entrer l’air extérieur pendant les quelques heures précédant l’occupation des locaux chaque
matin, afin de rafraîchir d’avance l’immeuble et de réduire la demande de refroidissement en
période de pointe.
Cette stratégie nécessite l’intégration des éléments de masse interne du bâtiment (c.-à-d., les
éléments intérieurs en béton ou en maçonnerie). La ventilation de nuit devrait être réglée de
manière à éviter une augmentation des besoins matinaux en énergie pour le chauffage en hiver
ou en mi-saison. Le fonctionnement excessif ou prolongé du ventilateur annulera les économies
d’énergie de refroidissement. Il convient donc d’envisager la mise en œuvre de stratégies de
ventilation de nuit à faible débit ou de durée plus courte. Des conditions d’humidité nocturne
peuvent annuler l’efficacité de cette stratégie.
La masse de l’immeuble peut être utilisée en conjonction avec une stratégie de ventilation de nuit
afin de réduire la demande de refroidissement des différents locaux en période de pointe.
Masse faible (construction à ossature bois)
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
La masse de
l’ immeuble peut
être utilisée en
conjonction avec
une stratégie de
ventilation de nuit
afin de réduire
la demande de
refroidissement des
diff érents locaux
en période de
pointe.
Période d’attente
Charge de
pointe
Température extérieure
Charge de
refroidissement
Heure du jour
Masse importante (construction en béton)
crédit 1
Période d’attente
MR
EQ
Température extérieure
Charge de
pointe
Charge de
refroidissement
84
Heure du jour
Introduction
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
3.5 Rendement optimal de l’économiseur
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
OB JET
Annexes
Accroître les économies liées aux systèmes d’économiseur en y ajoutant des fonctions de
commande et de vérification.
CRITÈRE S
Outre les exigences de base relatives à l’économiseur indiquées dans les critères du point 2.12, la
conception et la mise en œuvre des économiseurs doivent comprendre les éléments suivants :

Platine de thermostat spécialisée pour l’économiseur. Pour réaliser des
économies d’énergie maximales, l’économiseur doit fournir le refroidissement
avant la mise en marche du compresseur de refroidissement.

Inversion différentielle avec capteurs d’air de retour et d’air extérieur. La plupart
des contrôleurs d’économiseur sont dotés d’une logique différentielle intégrée.
L’ajout d’un capteur d’air de retour à thermomètre sec (combiné à l’utilisation
d’un capteur d’air extérieur) permet d’augmenter les économies.

Utilisation d’un thermomètre sec dans les climats secs de l’Ouest et de capteurs
d’enthalpie dans les régions plus humides de l’Est. Dans les climats de l’Ouest,
le taux d’humidité est rarement élevé lors des changements de températures,
et les capteurs à thermomètre sec sont plus fiables et coûtent moins cher. Les
capteurs à enthalpie conviennent aux régions plus humides.

L’emplacement du détecteur de commandes devrait être dans la position de
l’air évacué, en amont du serpentin refroidisseur dans la position d’air mélangé
lorsque des serpentins refroidis à l’eau sont utilisés, et en aval du serpentin
refroidisseur dans un système à détente directe (DX).

Verrouillage du compresseur d’air extérieur ambiant pour empêcher le
compresseur de fonctionner lorsque l’air extérieur est sous le point de consigne.
Cette stratégie peut entraîner un défaut de l’économiseur, des plaintes pour
cause d’inconfort en raison d’une température élevée, et de demandes de service.
L’économiseur peut, par conséquent, avoir besoin de réparations plus souvent.

Formation en installation portant sur le fonctionnement et les commandes de
base et avancées de la marque d’économiseur installé.

Vérification systématique et documentée.

Débit d’air minimum. Le changement de température du serpentin refroidisseur
en refroidissement total ne doit pas dépasser 11 °C (25 °F) ni être inférieur à 4,5
°C (25 °F), ce qui indique que le débit d’air est adéquat.
RENSEIGNEMENT S GÉNÉR AUX
IMPLIC ATI O NS REL ATI V E S AU THER MOS TAT E T AU X CO M M ANDE S
Les exigences de rendement optimal de l’économiseur préconisent un thermostat programmable
à deux niveaux de refroidissement. Même un thermostat à deux niveaux rudimentaire permet
85
une intégration en alternance, la meilleure intégration du compresseur et de l’économiseur
possible avec un compresseur à un niveau.
Les thermostats programmables sophistiqués incluent une commande à microprocesseur et
aident à l’intégration totale de l’économiseur aux appareils montés sur le toit qui utilisent
un compresseur multi-niveaux ou une commande à fréquence variable, ce qui signifie que
l’économiseur peut satisfaire aux demandes de refroidissement partielles, même quand le
compresseur est en marche. Certains thermostats dotés d’un microprocesseur sont suffisamment
« intelligents » pour offrir une régulation proportionnelle et intégrale, et une certaine capacité
d’anticiper est intégrée à leurs algorithmes de flux de commandes.
NIVE AU X D ’INTÉGR ATION DES CO MM ANDES DE L’ÉCONOMISEUR
Par « intégration », on entend la capacité d’un économiseur à assurer un refroidissement
partiel même lorsqu’un refroidissement mécanique est requis pour répondre aux besoins de
refroidissement (ASHRAE 2004, 38). Il existe 5 niveaux d’intégration distincts, ce qui inclut
la « non-intégration ». Dans le cas des deux premiers niveaux, on utilise un thermostat de
refroidissement à un étage, alors qu’on utilise un étage de thermostat dédié à l’économiseur dans
les trois autres niveaux.
86

Fonctionnement non intégré ou exclusif. Seul l’économiseur fonctionne sous
le point d’inversion. Au-dessus du point d’inversion, seul le refroidissement
mécanique fonctionne.

Intégration temporisée. Lorsqu’il y a demande de refroidissement, l’économiseur
fonctionne pendant une période prédéfinie (habituellement 5 minutes). Le
serpentin de refroidissement se met en marche s’il y a toujours une demande
de refroidissement au terme de cette période. Les registres reviennent à la
ventilation minimale une fois la demande en refroidissement satisfaite.

Intégration en alternance. Il s’agit du meilleur niveau d’intégration possible
pour un appareil de refroidissement monoétagé à détente directe. Le premier
niveau de refroidissement déclenche la mise en marche de l’économiseur.
Lorsque le deuxième niveau est déclenché, le compresseur de refroidissement
se met en marche et les registres de l’économiseur réduisent la quantité d’air
soufflé extérieur de façon à éviter l’inconfort causé par de l’air soufflé trop froid.

Intégration partielle. L’intégration est améliorée grâce à un appareil de
refroidissement à détente directe à compresseur multiétagé ou à vitesse variable
capable de fournir un refroidissement partiel. Le refroidissement mécanique
partiel occasionne moins de baisses de température lorsque le compresseur est en
marche, et l’économiseur peut être réglé à une température d’air extérieur plus
basse et assurer un meilleur refroidissement grâce à l’air extérieur que dans une
configuration d’intégration en alternance.

Intégration totale. Un serpentin de refroidissement refroidi à l’eau par
caloporteur peut être réglé en fonction de n’importe quelle puissance de
climatisation, ce qui permet à l’économiseur de s’ouvrir complètement lorsque
de la climatisation supplémentaire est requise.
STRATÉGIES DE HAUT RENDEMENT  3.5 RENDEMENT OPTIMAL DE L’ÉCONOMISEUR
Introduction
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
3.6 Commande de variation de vitesse
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
OB JET
Annexes
Obtenir un rendement énergétique plus élevé grâce à une commande de variation de vitesse de
l’air et à un débit fluide.
CRITÈRE S
Les pompes utilisées en conjonction avec des systèmes à débit variable et des ventilateurs à débit
d’air variable dotés d’un moteur de 5 hp et plus doivent être équipées de commandes ou de
dispositifs (comme une Commande de variation de vitesse) qui limiteront la puissance requise
pour les pompes et le moteur des ventilateurs à 30 p. 100 de la puissance de conception et à 50 p.
100 du débit de conception.
RENSEIGNEMENT S GÉNÉR AUX
Les entraînements à vitesse variable font varier la demande en l’électricité de la climatisation, en
réaction à un signal électrique. Lorsque l’appareil est raccordé à un ventilateur ou à un moteur
de pompe, le changement de fréquence entraîne un changement équivalent dans la vitesse
du moteur. Puisque la puissance requise pour faire fonctionner un ventilateur ou une pompe
centrifuge est proportionnelle à la vitesse du ventilateur ou de la pompe, le fonctionnement d’une
pompe ou d’un ventilateur à une vitesse réduite permet de réduire de beaucoup la consommation
d’électricité.
Les entraînements à vitesse variable sont surtout utilisés avec les ventilateurs de reprise et les
ventilateurs soufflants de systèmes à volume d’air variable, les pompes de circulation de systèmes
à eau et les pompes de gavage à eau domestique d’immeubles de grande hauteur. Dans de
nombreux cas, les moteurs sont réglés pour maintenir une pression constante à l’intérieur des
conduits d’air et des conduites d’eau. Un capteur de pression installé dans le conduit envoie
un signal au système de contrôle automatique de l’immeuble, qui envoie à son tour un signal
électrique à l’entraînement. Ainsi, lorsque les valves et les registres se ferment, la pression
augmente, ce qui réduit du même coup le débit. Le capteur doit être installé près de la fin de la
boucle de distribution.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 1
MR
EQ
87
Introduction
Stratégies de conception
3.7 Immeubles à la demande
(réduction de la puissance de pointe)
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
OB JET
Créer des immeubles qui facilitent la gestion de la consommation de services publics par leur
réaction en période de pointe (de l’immeuble ou d’un système) grâce à du matériel et à des
stratégies de conception permettant de réduire la consommation électrique ou de remplacer
l’alimentation en électricité.
CRITÈRE S
Déterminer les installations techniques des immeubles dont le fonctionnement peut être
interrompu en cas de forte demande en électricité, et concevoir les systèmes électriques et de
commande de façon à ce qu’ils puissent être éteints en période de pointe. L’équipe de conception
estimera le pourcentage de réduction possible pour l’immeuble. Elle en informera le service
public local. À l’heure actuelle, les services publics n’offrent pas de service d’alerte automatique
de consommation de pointe. Les capacités de réduction de la consommation de pointe de
l’immeuble seront donc gérées manuellement en attendant que des systèmes de gestion de la
consommation spécifiques soient mis en place à une échelle régionale. Les stratégies de réduction
de la consommation en période de pointe peuvent inclure les éléments suivants :


Réduire la consommation électrique des équipements mécaniques.
Réduire la consommation électrique du matériel d’éclairage sans compromettre
l’éclairage des zones critiques. Les zones critiques incluent les locaux où l’on
effectue des tâches qui exigent une moyenne ou une grande acuité visuelle (c.à-d., les catégories d’éclairage E et plus de l’IESNA).
 Stockage de l’énergie thermique.
La production d’énergie sur place au moyen de ressources non renouvelables ne satisfait pas à ces
exigences.
Remarque : Aucune mesure incitative pour la réduction de la consommation n’est off erte pour
l’ instant. Reportez-vous au www.Efficiencynb.ca pour connaître les plus récentes nouvelles
concernant les mesures incitatives off ertes.
88
Introduction
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
3.8 Approvisionnement sur place en énergie renouvelable
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
OBJE T
Annexes
Promouvoir l’utilisation d’énergie renouvelable dans les immeubles.
CR I T ÈR E S
Incorporer un système d’énergie renouvelable capable de répondre à 5 p. 100 ou plus des besoins
en électricité de l’immeuble. On peut remplir ce critère en installant des systèmes de production
d’électricité ou des systèmes de conversion photothermique de l’énergie solaire qui réduisent
directement la charge de chauffage de 5 p. 100 par rapport à la consommation électrique de
l’immeuble. Une analyse de RETScreen doit être fournie.
Remarque : L’ éclairage naturel
ne fait pas partie de ces critères.
Les systèmes de pompes à chaleur
géothermiques ne sont pas inclus
dans ce critère, mais d’autres
mesures incitatives peuvent être
off ertes pour ceux-ci. Reportezvous au www.efficacitenb.ca
pour obtenir plus d’ information
à ce sujet.
Bureau de district de Florenceville (N.-B.) du ministère des
Ressources naturelles. On a installé une éolienne de 10 kW
d’une puissance de sortie triphasée de 208 V correspondant aux
caractéristiques de puissance de l’ immeuble. Elle a été installée au
point le plus élevé du site. Elle a été montée sur pylône à treillis
en acier galvanisé de façon à être davantage exposée au vent et à
garantir que les immeubles et les arbres à proximité ne nuisent pas
à son rendement. Le système de gestion local de l’ immeuble surveille
et vérifie l’ électricité produite par l’ éolienne. On l’a raccordée au
réseau électrique et elle produit actuellement la quantité d’ énergie
prévue. Photo gracieuseté de Keith Minchin
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 1
MR
EQ
89
Introduction
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
3.9 Autres stratégies de mise en service
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
OB JET
Soutenir le propriétaire, les équipes de conception, de construction et des opérations, en veillant à
ce que les objectifs de conception du projet soient atteints, de la conception jusqu’à l’exploitation.
CRITÈRE S

Une tierce personne, spécialiste de la mise en service, indépendante des équipes
de gestion de la conception et de la construction, fournit au propriétaire de
l’immeuble un support pour la mise en service. Ce spécialiste doit détenir une
certification valide, délivrée par la Building Commissioning Association ou par
un organisme équivalent.

Le spécialiste analyse les étapes de la conception, les documents relatifs à la
construction, les spécifications et les soumissions. Il examine la documentation
établie pour décrire l’objectif de conception sous les critères du point 1.2 et
atteste que l’avant-projet final répond à l’objectif défini dans ces documents. Il
établit un plan de mise en service tel que décrit dans les critères du point 1.5.
De plus, il participe à la formation de l’opérateur conformément aux critères du
point 1.6.
Température
1
Qualité de l’air
Éclairage
5
2
1
1 1
0%
inconfortable
90
10%
7
5
20%
9
16
6
3
6
5
8
7
1
9
11
2
Insonorisation
Ensemble de
l’immeuble
7
3
9
30%
40%
neutre
50%
6
10
60%
70%
80%
90%
100%
confortable
Les données de l’enquête sur le confort des occupants permettent de cerner des problèmes de fonctionnement des
bâtiments. Le site Web d’Advanced Buildings présente des informations complémentaires sur les enquêtes sur les
occupants du bâtiment.
Le spécialiste doit assister aux réunions régulières avec l’agent du propriétaire pour examiner
l’avancement des travaux, les exigences des essais préalables et certifier les résultats des essais
de réception. Il doit vérifier les résultats des tests et remplir toute la documentation requise
sur les critères du point 1.5. Le spécialiste de la mise en service a la responsabilité d’examiner
le rapport final de mise en service avec l’agent du propriétaire et de vérifier que les critères du
point 1.5 sont remplis.
RENSEIGNEMENT S GÉNÉR AUX
Les critères des points 1.2, 1.5 et 1.6 servent de cadre à d’autres essais pour qu’un tiers certifié et
indépendant puisse offrir du support lors de la mise en service du bâtiment. Le fait de confier en
sous-traitance la mise en service à un professionnel distinct, indépendant ou aux employés du
propriétaire, permet à l’agent de mise en service de se concentrer sur le processus et d’éviter les
conflits d’intérêts potentiels.
Dans certains cas, ce spécialiste peut être un employé, un associé ou un partenaire de l’architecte,
de l’ingénieur ou de la société de gestion des travaux, mais il ne devrait pas faire partie de
l’équipe de la conception ou de la construction. Lorsque c’est le propriétaire qui le choisit, le
spécialiste devrait se tenir à l’écart du groupe de conception ou du bureau de gestion des travaux,
afin d’assurer au propriétaire l’indépendance nécessaire pour mener à bien le processus de mise
en service et éviter tout conflit d’intérêts.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 3
MR
EQ
STRATÉGIES DE HAUT RENDEMENT  3.9 AUTRES STRATÉGIES DE MISE EN SERVICE
91
Introduction
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
3.10 Détection des défauts et diagnostics
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
OB JET
Fournir les outils de vérification et de maintien du rendement opérationnel à long terme de
l’équipement de chauffage, de ventilation et de conditionnement d’air (CVCA) installé sur le
toit, en surveillant les principaux paramètres de rendement.
CRITÈRE S
Intégrer les fonctions de détection des défauts et de diagnostic (DDD) à toute installation de
CVCA de toit pour surveiller son rendement dans les catégories suivantes :
 CHARGE DE FRIG ORIGÈNE
 DÉBIT D ’AIR
 FONC TIONNEMENT DE L’ÉCON OMISEUR
 INFO R M ATION SUR L A DURÉE DU C YCLE
Chaque fabricant de matériel peut intégrer le suivi de DDD de différentes données et
caractéristiques de fonctionnement pour déterminer l’information ci-dessus. La plupart des
fabricants de matériel intègrent les options de DDD et les fonctions d’avertisseur en cas de défaut
des systèmes de commande des appareils.
RENSEIGNEMENT S GÉNÉR AUX
Pour maintenir le niveau d’efficacité énergétique du système de CVCA, la surveillance
permanente du matériel ou du système est essentielle, ainsi que l’entretien régulier une fois que le
matériel est correctement dimensionné, installé et mis en service. Des défauts de fonctionnement
potentiels peuvent se produire à tout moment, dans tous les systèmes de CVCA. Certains
défauts peuvent être graves et entraîner l’arrêt d’une partie, voire de l’ensemble du système ou de
l’appareil. D’autres défauts causent une dégradation du rendement opérationnel et de l’efficacité.
Le système ou l’appareil fonctionne toujours, mais il gaspille de l’énergie, réduit la durée de vie
du matériel et compromet le confort des occupants.
Ces critères améliorés ont pour but de reconnaître les avantages de la détection intégrée et
automatisée des défauts et, dans la mesure du possible, du diagnostic des défauts courants
de dégradation du fonctionnement des systèmes de CVCA installés sur le toit et des pompes
à chaleur de 5 à 50 tonnes. Outre les fonctions de détection des défauts et de diagnostic,
tous les systèmes de diagnostic comprennent un canal de signalement des données vers
une source externe pour que les mesures correctives permettant de rétablir le rendement
énergétique et environnemental optimal du système (qualité de l’air intérieur et émissions liées
à la consommation énergétique) puissent être apportées. En réalité, les diagnostics intégrés
constituent un outil de mise en service permanent et automatisé, qui fonctionne 24 h par jour, 7
jours par semaine.
92
La fonction de détection des défauts et de diagnostic (DDD) est foncièrement complémentaire
du système global de commande. Les fonctions de DDD surveillent différents éléments du
système (p. ex., le niveau de charge du frigorigène) et du matériel (p. ex., l’état des capteurs),
tandis que certains composants sont directement liés aux fonctions et aux réglages des
commandes (p. ex., le fonctionnement de l’économiseur). Pour les appareils plus importants
montés sur le toit, la plupart des fabricants proposent en option des modules de communication
pour transmettre les diagnostics au niveau de l’appareil à un système de gestion de l’énergie à
commande numérique directe.
AUTRES AVANTAGES DE L A DDD
 Co û t s d e f o n c t i o n n e m e n t e t d ’e n t r e t i e n r é d u i t s .
Le maintien du rendement
optimal du système est synonyme d’économies d’énergie pour la durée de vie
du système. En outre, les fonctions de détection des défauts peuvent réduire les
coûts d’entretien pour le propriétaire du bâtiment en supprimant les dépenses
inutiles. Les automobiles haut de gamme et les parcs de camions intègrent
désormais ce type de système; ces véhicules enregistrent es habitudes de
conduite et le rendement du moteur, puis échelonnent leur calendrier d’entretien
selon le fonctionnement réel.
 Durée de vie du matériel.
Le maintien optimal de l’efficacité de
fonctionnement se traduit par une durée de vie plus longue du système, en
particulier du compresseur.
 Q u a l i t é d e l ’a i r i n t é r i e u r e t c o n f o r t d e s o c c u p a n t s .
À le fait de maintenir un
débit d’air extérieur satisfaisant aux exigences en matière de qualité de l’air et
de confort thermique est directement lié aux conditions de fonctionnement du
système et aux bris qui peuvent surgir.
 G e s t i o n i m m o b i l i è r e.
Les organisations qui gèrent beaucoup de propriétés
tireront un avantage important de l’automatisation de cette partie de l’entretien
de l’immeuble.
QUELQUES -UNS DES CRITÈRES DE DDD
Les grandes lignes de DDD ci-après devraient être examinées et comparées aux fonctions de
DDD déjà intégrées par les fabricants à des appareils de CVCA de toutes tailles et de tous
niveaux d’efficacité, ou proposées en option. Elles devraient être également comparées aux offres
des fournisseurs externes de matériel de DDD.
Cette liste des fonctions de diagnostic n’est pas exhaustive. Elle couvre les fonctions de base,
notamment le cycle de réfrigération, l’économiseur et les commandes. Il s’agit des avertisseurs
minimaux de défauts à préciser dans les spécifications des offres de matériel de CVCA. À l’heure
actuelle, il existe peu de modèles qui possèdent 100 p. 100 des fonctions de DDD énumérées.
Toutefois, le matériel de CVCA qui satisfait aux critères du point 2.8 « Efficacité de l’équipement
mécanique » (2e niveau du CEI) possède au moins de 60 à 70 p. 100 de ces fonctions. Les
manuels techniques des fabricants décrivent en détail les fonctions d’avertisseurs de défauts
intégrées et optionnelles.
STRATÉGIES DE HAUT RENDEMENT  3.10 DÉTECTION DES DÉFAUTS ET DIAGNOSTICS
93
Les moyens et méthodes de calcul, qui décrivent et rapportent les défauts, sont laissés à la
discrétion du fabricant de produits de DDD. L’information suivante offre plus de détails sur les
capacités des systèmes de FDD généralement attendues :

Comprend un mécanisme automatisé d’alerte lorsque l’appareil doit être
réparé, ainsi que la description du problème. Les mécanismes d’alerte sont,
par exemple, une lampe témoin ou un avis électronique visibles dans les
locaux et indiquant que l’appareil a un défaut, un canal de transmission des
communications par courriel, téléavertisseur, téléphone ou par le Web, ou une
fonction de communication bilatérale. La description des problèmes est laissée à
la discrétion des fabricants.
 Indique la nature de la réparation nécessaire pour rétablir le bon rendement,
sachant que certains défauts peuvent avoir plusieurs causes potentielles.
 Fournit un compte rendu sur la réparation effectuée pour en valider l’efficacité.
Le contrôleur de l’appareil diagnostique et envoie un signal de défaut pour les états suivants :
D É FAU T S G R AV E S





Compresseur défectueux
Défaut du moteur du ventilateur de l’évaporateur
Défaut de la courroie du ventilateur de l’évaporateur
Défaut du moteur du ventilateur du condenseur
Défaut du capteur
DÉFAUT S DE DÉGR ADATION
Option A : témoin de l’ état stationnaire de l’efficacité du refroidissement
Le système de DDD évalue et rapporte une efficacité stable du refroidissement à + ou -10 p.
100 de la valeur réelle et indique un défaut lorsque l’efficacité estimée de l’appareil est inférieure
à un seuil configurable par l’utilisateur. Une telle méthode fournit une indication directe du
rendement énergétique. Une lecture en dehors du seuil d’alerte indique un problème quelque part
dans le système, qui doit être examiné par le personnel d’entretien.
Option B : témoin des défectuosités
Le système de DDD devrait détecter et signaler, autant que possible, les défectuosités des soussystèmes et composants de la liste suivante.
Commandes

Fonctionnement en courts cycles – à l’heure (moins de 5 minutes, ou 10 fois ou
plus en 24 heures)
 Défaut du registre auxiliaire
 Chauffage et refroidissement simultanés
 L’économiseur n’est pas en marche lorsque les conditions sont favorables à son
94
STRATÉGIES DE HAUT RENDEMENT  3.10 DÉTECTION DES DÉFAUTS ET DIAGNOSTICS
fonctionnement
 L’économiseur est en marche lorsque les conditions sont défavorables à son
fonctionnement
Cycle et système de réfrigération
La surchauffe et le sous-refroidissement doivent être dans une fourchette indiquant que la
charge est correcte, en supposant que les autres défauts ont été corrigés.




Charge faible de frigorigène
Charge élevée de frigorigène
Air dans la boucle de refroidissement
Obstruction dans la boucle de refroidissement
S YSTÈME DE PRISE EN CHARGE ET CIRCUL ATION DE L’AIR
Ces défectuosités influencent la qualité de l’air intérieur et diminuent l’efficacité du cycle de
refroidissement :





Filtre à air contaminé
Serpentin d’évaporateur contaminé
Serpentin de condenseur contaminé
Débit d’air réduit
Débit d’air excessif
Une nouvelle génération de systèmes de diagnostic de rattrapage arrive sur le marché. Ils
offrent une interface utilisateur Web, avec un accès 24 heures par jour, 7 jours par semaine au
rendement individuel des appareils et au diagnostic.
STRATÉGIES DE HAUT RENDEMENT  3.10 DÉTECTION DES DÉFAUTS ET DIAGNOSTICS
95
Partie 4 :
Modélisation de l’énergie
4.1 Déterminer le rendement au moyen de la modélisation de l’énergie
Modélisation de l’énergie
On peut se servir de la modélisation de l’énergie pour viser
des niveaux de rendement pour l’ensemble de l’immeuble
supérieurs aux exigences de base du programme de haut
rendement éconergétique. La modélisation de l’énergie
comme voie de conformité au programme de haut rendement
éconergétique peut aussi être utilisée dans le cadre d’un projet
pour démontrer un rendement équivalent au moyen d’autres
stratégies d’économie d’énergie. Les stratégies présentées
dans le Guide de haut rendement éconergétique constituent
un excellent point de départ pour les projets qui visent des
économies d’énergie plus importantes.
Introduction
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
4.1 Déterminer le rendement
au moyen de la modélisation de l’énergie
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
OB JET
Proposer une méthode de remplacement pour démontrer que le projet atteint ou dépasse les
objectifs de haut rendement éconergétique et permettre de personnaliser le projet à l’intérieur de
ces objectifs.
CRITÈRE S
Des logiciels de modélisation de l’énergie sophistiqués comme eQUEST, EE4, PowerDOE ou
Energy Plus peuvent être utilisés pour prouver que le projet a dépassé de 30 p. 100 ou plus les
exigences du CMNÉB.
Consommation d’électricité (kWh)
Jan
Jan
Essai
Essai
Essai
Essai
Essai
Fév
Fév
Mar
Mar
Avr
Avr
Mai
Mai
Juin
Juin
Juil
Juil
Août
Août
Sep
Sep
Oct
Oct
Nov
Nov
Déc
Déc
Total
1
2
3
4
5
Base de référence
Proposé
Les bons
programmes de
modélisation
indiquent les
diff érences entre
les scénarios de
façon visuelle et
statistique. On
compare ici la
consommation
énergétique
mensuelle d’un
scénario de
référence à celle
de l’ immeuble
proposé.
Consommation de gaz (BTU)
Jan
Jan
Essai
Essai
Essai
Essai
Essai
Fév
Fév
Mar
Mar
Avr
Avr
Mai
Mai
Juin
Juin
Juil
Juil
Août
Août
Sep
Sep
Oct
Oct
Nov
Nov
Déc
Déc
Total
1
2
3
4
5
Consommation énergétique mensuelle totale
99
RENSEIGNEMENT S GÉNÉR AUX
On peut utiliser la modélisation de l’énergie comme solution de rechange à la méthode
normative décrite dans les sections précédentes du Guide de haut rendement éconergétique. La
modélisation de l’énergie peut convenir à des projets complexes ou inhabituels qui visent des
niveaux d’économie d’énergie comparables.
Étant donné que des analyses de modélisation de l’énergie approfondies ont déjà été réalisées
pour valider les stratégies présentées dans le Guide de haut rendement éconergétique, ces
mesures représentent un excellent point de départ pour une analyse personnalisée des conditions
particulières d’un projet. On peut se servir de la modélisation pour trouver des solutions de
rechange comparables aux stratégies du guide ou pour déterminer les utilisations appropriées des
mesures de haut rendement.
Outre la voie complète de modélisation décrite plus haut, les responsables des projets peuvent
dans certains cas utiliser les outils de modélisation et de calcul pour démontrer l’équivalence de
mesures de programme modifiées ou de remplacement. Ces mesures seront évaluées de façon
individuelle. Communiquez avec Efficacité NB pour obtenir plus d’information.
Lien avec le LEED
SS
WE
EA
crédit 1
MR
EQ
100
MODÉLISATION DE L’ÉNERGIE  4.1 DÉTERMINER LE RENDEMENT AU MOYEN DE LA MODÉLISATION DE L’ÉNERGIE
Annexes
Annexe A : Exigences en matière d’approbation pour les immeubles à haut rendement éconergétique
Annexe B : Acronymes et définitions
Annexes
Introduction
Stratégies de conception
Annexe A :
Exigences en matière d’approbation pour les immeubles
à haut rendement éconergétique
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
OB JEC TIF ET POR TÉE
L’annexe suivante définit les procédures d’essais de réception indiquées dans les critères du point
1.5 qui doivent être suivies dans le cadre du programme de haut rendement éconergétique.
INTRODUC TION
Les exigences en matière d’approbation sont définies comme étant les vérifications et les essais
permettant de déterminer si les différents éléments fonctionnels, le matériel, les systèmes et
les interfaces entre les systèmes sont conformes aux critères établis dans le Guide de haut
rendement éconergétique et les documents de construction pertinents (plans et spécifications).
Les exigences en matière d’essais peuvent réellement améliorer le rendement d’un immeuble et
aident à déterminer si le matériel remplit les objectifs opérationnels et si on doit lui apporter des
ajustements afin d’en augmenter l’efficacité et l’efficience.
Cette partie présente une description du processus à suivre pour satisfaire aux exigences en
matière d’approbation. Le processus comporte les étapes suivantes :

Plans indiquant l’emplacement des capteurs et des dispositifs, séquences de
contrôle, notes, points de consigne et calendriers de remise à zéro (c.-à-d., la
remise à zéro de la température de l’air soufflé extérieur), s’il y a lieu.
 Examen de l’installation, mise à l’essai et documentation des résultats.
 Cueillette d’information sur le fonctionnement et l’entretien, indication des
résultats des essais sur la certification de construction et soumission du certificat
à l’organisme chargé de la mise en œuvre avant l’approbation finale du projet.
Les essais de réception ne sont pas conçus pour remplacer la mise en service ou pour mettre
au point et équilibrer les procédures qu’un propriétaire d’immeuble pourrait incorporer à
un projet de construction. Il s’agit d’un processus additionnel qui ne vise qu’à démontrer le
rendement du matériel.
L’entrepreneur responsable de l’installation, l’ingénieur responsable du dossier ou l’agent du
propriétaire est tenu de réviser les plans et les spécifications pour s’assurer qu’ils sont conformes
aux exigences des essais de réception. Cela se fait habituellement avant la signature d’une
certification de la conception.
L’entrepreneur responsable de l’installation, l’ingénieur responsable du dossier ou l’agent du
propriétaire est tenu de fournir tous les instruments, les mesures et la surveillance nécessaires,
et de lancer les procédures relatives aux essais de réception. Il est responsable de corriger tous
les défauts de performance et de mettre de nouveau en œuvre les procédures relatives aux
essais de réception jusqu’à ce que tous les systèmes concernés fonctionnent conformément aux
différents critères.
103
L’entreprise effectuant l’installation, l’ingénieur responsable du dossier ou l’agent du propriétaire
a la responsabilité de documenter les résultats des procédures d’essais de réception en fournissant
des documents écrits et électroniques concernant toutes les mesures et tous les résultats du suivi.
Il a la responsabilité d’effectuer l’analyse des données, le calcul des indices de rendement et la
contre-vérification des résultats par rapport aux exigences relatives aux critères individuels. Il est
responsable de l’émission du certificat d’approbation. Les organismes retenus pour la mise en
œuvre ne peuvent pas approuver un projet tant et aussi longtemps qu’un certificat attestant que
les systèmes et le matériel indiqués fonctionnent conformément aux critères n’a pas été soumis.
L’entreprise effectuant l’installation, l’ingénieur responsable du dossier ou l’agent du propriétaire,
après avoir suivi toutes les procédures nécessaires, doit indiquer son numéro de permis ou son
numéro de certificat d’autorisation professionnelle sur chacune des attestations qu’il délivre.
104
A.1 Air extérieur
A .1.1 RÉCEP TION DES S YSTÈMES À DÉBIT D ’AIR E X TÉRIEUR VARIABLE
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de réception, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :

Le poste de régulation du débit d’air est calibré OU une courbe de calibrage de
l’air extérieur par rapport à l’emplacement du registre d’air extérieur, au signal
de l’aubage directeur ou au signal de la commande à fréquence variable, a été
définie durant les procédures de mise à l’essai et d’équilibrage.
D É M AR R AG E DU M AT ÉR IEL
Ét a p e 1 : Si le système comporte un économiseur d’air extérieur, il faut forcer la limite
supérieure pour désactiver la commande de l’économiseur (p. ex., pour la limite supérieure
d’un thermomètre sec fixe, on abaissera le point de consigne sous la température actuelle de l’air
extérieur).
Ét a p e 2 : Faire fonctionner toutes les boîtes à débit d’air variable au débit d’air minimum ou
à 30 p. 100 du débit d’air total de conception (choisir la valeur la plus importante). Vérifier et
documenter ce qui suit :

Le nombre de m3/min du débit d’air extérieur mesuré correspond à au moins 90
p. 100 de la valeur totale déterminée dans le crédit 2.3.
 Le fonctionnement du système se stabilise dans les 15 minutes suivant le début
des procédures d’essai (aucune recherche d’équilibre).
Ét a p e 3 : Faire fonctionner toutes les boîtes à débit d’air variable de façon à obtenir le débit d’air
visé. Vérifier et noter ce qui suit :

Le nombre de m3/min du débit d’air extérieur mesuré correspond à au moins 90
p. 100 de la valeur totale déterminée dans le crédit 2.3.
 Le fonctionnement du système se stabilise dans les 15 minutes suivant le début
des procédures d’essai (aucune recherche d’équilibre).
A .1. 2 RÉCEP TION DES S YSTÈMES À DÉBIT D ’AIR E X TÉRIEUR CONS TANT
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de réception, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :

Le système est doté d’un registre d’air extérieur minimum fixe ou motorisé ou
d’un économiseur capable de maintenir une position de registre d’air extérieur
minimum.
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Si le système comporte un économiseur d’air extérieur, il faut forcer la limite
supérieure pour désactiver la commande de l’économiseur (p. ex., pour la limite supérieure
d’un thermomètre sec fixe, on abaissera le point de consigne sous la température actuelle de l’air
extérieur).

Le nombre de m3/min du débit d’air extérieur mesuré avec le registre en
position minimale correspond à au moins 90 p. 100 de la valeur totale
déterminée dans le crédit 2.3.
105
A.2 Systèmes de CVCA intégrés
Les exigences relatives aux essais de réception ne s’appliquent qu’à des systèmes à détente directe
intégrés à un générateur d’air chaud à gaz ou à une thermopompe.
A . 2.1 RÉCEP TION DES S YSTÈMES DE C VC A À VOLUME CONSTANT INTÉGRÉS
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de rendement, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :





Le thermostat se trouve dans la zone où le système de CVCA est utilisé.
Le thermostat de pièce a été étalonné en usine (preuve nécessaire) ou sur le terrain.
La température de zone morte correcte a été programmée.
Les horaires réels d’occupation, d’inoccupation et de congé ont été programmés.
Une purge devant être faite une heure avant l’arrivée des occupants a été
programmée.
 S’il y a lieu, le détecteur de commande de verrouillage de l’économiseur a été
étalonné en usine (preuve nécessaire) ou sur le terrain, et le point de consigne a été
correctement programmé (se reporter à la section sur les exigences de réception
des économiseurs pour obtenir des renseignements plus détaillés).
 S’il y a lieu, le contrôleur de ventilation à la demande a été étalonné en usine
(preuve nécessaire) ou sur le terrain, et le point de consigne a été correctement
programmé (se reporter à la partie sur les exigences de réception des systèmes de
ventilation contrôlée à la demande pour obtenir des renseignements plus détaillés).
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Simuler la demande en chauffage lorsque l’immeuble est occupé (p. ex., en
programmant les heures réelles à l’horaire et en réglant le point de consigne du thermostat sous
la température réelle). Vérifier et noter ce qui suit :


Les ventilateurs fonctionnent constamment durant les heures d’occupation.
S’il y a lieu, les étapes de la fournaise à gaz, de la thermopompe ou du radiateur
électrique sont programmées.
 Le registre d’air extérieur est ouvert en position minimum.
Ét a p e 2 : Simuler l’absence de charge lorsque l’immeuble est occupé (p. ex., en incorporant les
heures réelles au calendrier d’utilisation et en réglant les points de consigne de chauffage du
thermostat au-dessus de la température réelle et le point de consigne de climatisation sous la
température réelle). Vérifier et noter ce qui suit :

Les ventilateurs de soufflage fonctionnent constamment durant les heures
d’occupation.
 L’appareil ne fournit pas de chauffage ou de climatisation.
 Le registre d’air extérieur est ouvert en position minimum.
Ét a p e 3 : S’il y a un économiseur, il faut simuler la demande de refroidissement et le
fonctionnement de l’économiseur, s’il y a lieu, durant les heures d’occupation (p. ex., en
programmant les heures réelles à l’horaire et en réglant le point de consigne au-dessus de la
température réelle). Vérifier et documenter ce qui suit :


106
Les ventilateurs fonctionnent constamment durant les heures d’occupation.
Se reporter aux exigences relatives aux essais de réception des économiseurs
pour connaître les protocoles d’essai.
Ét a p e 4 : S’il n’y a pas d’économiseur, il faut simuler la demande de refroidissement durant les
heures d’occupation (p. ex., en programmant les heures réelles à l’horaire et en réglant le point de
consigne au-dessus de la température réelle). Vérifier et documenter ce qui suit :



Les ventilateurs fonctionnent constamment durant les heures d’occupation.
Le ou les compresseurs sont activés.
Le registre d’air extérieur est ouvert en position minimum.
Ét a p e 5 : Changer l’horaire selon lequel l’appareil est forcé en mode inoccupé. Vérifier et
documenter ce qui suit :


Le ventilateur s’éteint.
Le registre d’air extérieur se ferme complètement.
Ét a p e 6 : Simuler la demande de chauffage durant les conditions de remise au point de consigne
(p. ex., en excluant les heures réelles de l’horaire d’utilisation et en réglant le point de consigne
sous la température réelle). Vérifier et documenter ce qui suit :


Le ventilateur se met en marche.
S’il y a lieu, la fournaise à gaz, la thermopompe ou les radiateurs électriques sont
programmés.
 Le ventilateur s’éteint lorsque le matériel de chauffage est désactivé.
Ét a p e 7 : S’il y a un économiseur, il faut simuler la demande de refroidissement et le
fonctionnement de l’économiseur, s’il y a lieu, durant les heures d’inoccupation (p. ex., en
excluant les heures réelles de l’horaire d’utilisation et en réglant le point de consigne au-dessus de
la température réelle). Vérifier et documenter ce qui suit :


Le ventilateur se met en marche.
Se reporter aux exigences relatives aux essais de réception des économiseurs pour
connaître les protocoles d’essai.
 Le ventilateur s’éteint lorsque la demande en climatisation a été satisfaite (ce qui
peut être simulé en abaissant le point de consigne sous la température réelle).
 Le registre d’air extérieur se ferme lorsque l’appareil s’éteint.
Ét a p e 8 : S’il n’y a pas d’économiseur, il faut simuler la demande de refroidissement dans les
conditions d’installation (p. ex., en excluant les heures réelles de l’horaire d’utilisation et en réglant
le point de consigne au-dessus de la température réelle). Vérifier et documenter ce qui suit :


Le ventilateur se met en marche.
Le ou les compresseurs sont réglés de façon à atteindre le point de consigne de
climatisation des locaux.
 Le ventilateur s’éteint lorsque le matériel de climatisation est désactivé.
Ét a p e 9 : Simuler l’interruption manuelle durant les heures d’inoccupation (p. ex., en excluant
les heures réelles de l’horaire d’utilisation ou en appuyant sur l’interrupteur). Vérifier et
documenter ce qui suit :

Le système passe en mode « occupé » et fonctionne de la manière décrite
plus haut en fonction de la demande (chauffage, climatisation ou absence de
demande).
 Le système s’éteint lorsque la période d’interruption manuelle prend fin.
107
A.3 Systèmes de distribution de l’air
Les exigences relatives aux essais de réception ne s’appliquent qu’aux systèmes intégrés.
A . 3.1 RÉCEP TION DES S YSTÈMES DE DISTRIBUTION DE L’AIR
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de rendement, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :






Les courroies d’étirage sont soit des colliers à serrage par vis sans fin en acier
inoxydable ou des attaches de conduit en nylon anti-UV.
Les conduits flexibles ne sont comprimés d’aucune façon (p. ex., écrasés contre
des objets fixes ou introduits dans des ouvertures trop serrées).
Les essais d’étanchéité des conduits doivent être effectués avant que l’accès au
réseau de gaines et aux raccords pertinents ne soit bloqué par des matériaux de
construction installés de façon permanente.
Les joints ne sont pas scellés au moyen d’un ruban adhésif en toile caoutchoutée,
à moins que ce dernier ne soit utilisé avec du mastic et des courroies d’étirage.
Les valeurs R des conduits ont été vérifiées.
L’isolation est protégée contre les dommages et convient à une utilisation
extérieure, s’il y a lieu.
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Effectuer un essai d’étanchéité des conduits pour confirmer que les fuites sont de moins
de 6 p. 100 pour les nouveaux immeubles, et de moins de 12 p. 100 pour les réseaux de gaines
existants.
Ét a p e 2 : Faire faire une vérification sur le terrain par une tierce personne.
108
A.4 Systèmes de commande de lumière
On effectue des essais des commandes d’éclairage sur :




les commandes manuelles d’arrêt à la lumière du jour;
les commandes automatiques d’arrêt à la lumière du jour;
les détecteurs de présence;
les commandes automatiques de minuterie.
A .4.1 RÉCEP TION DES COMM ANDES D ’ARRÊT AUTOM ATIQUE À L A LUMIÈRE DU JOUR
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de rendement, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :

Tous les dispositifs de commande (récepteurs photoélectriques) ont été installés
au bon endroit, étalonnés en usine (preuve requise) ou sur le terrain, et réglés
aux points de consigne et aux niveaux d’éclairage appropriés.
 L’installateur a fourni les documents sur les points de consigne, le réglage et la
programmation de chaque dispositif.
 Les luminaires se trouvent dans une ou des zones horizontales ou verticales
recevant de l’éclairage naturel et sont alimentés par des circuits d’éclairage
distincts de ceux des zones qui ne reçoivent pas d’éclairage naturel.
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Systèmes de commande de gradation continue
Ét a p e 1 : Simuler des conditions de clarté pour un système de commande de gradation continue.
Vérifier et documenter ce qui suit :






La réduction de la puissance d’éclairage est d’au moins 65 p. 100 par rapport
aux conditions de réduction maximale de l’éclairage.
Au moins une étape de commande permet de réduire la puissance d’éclairage
d’au moins 30 p. 100.
Seuls les luminaires qui se trouvent dans une zone recevant de l’éclairage
naturel sont visés par la commande d’arrêt à la lumière du jour.
Le système d’arrêt automatique à la lumière du jour permet de réduire la
quantité d’éclairage diff usé de façon uniforme.
Le système de commande de gradation permet de réduire le vacillement de
l’éclairage dans toute la plage de fonctionnement.
Les mesures de l’éclairage dans les locaux, l’endroit où les mesures sont prises et
les réglages des dispositifs et des programmes, ainsi que les autres mesures sont
notés.
Ét a p e 2 : Simuler des conditions d’obscurité pour un système de commande de gradation
continue. Vérifier et documenter ce qui suit :

Le système d’arrêt automatique à la lumière du jour permet d’augmenter la
quantité d’éclairage diff usé de façon uniforme.
 Le système de commande de gradation permet de réduire le vacillement de
l’éclairage dans toute la plage de fonctionnement.
 Les mesures de l’éclairage dans les locaux, l’endroit où les mesures sont prises et
les réglages des dispositifs et des programmes, ainsi que les autres mesures sont
notés.
109
Systèmes de commande de gradation par étapes
Ét a p e 1 : Simuler des conditions de clarté pour un système de commande de gradation par
étapes. Vérifier et documenter ce qui suit :






La réduction de la puissance d’éclairage est d’au moins 50 p. 100 par rapport
aux conditions de réduction maximale de l’éclairage.
Seuls les luminaires qui se trouvent dans une zone recevant de l’éclairage
naturel sont visés par la commande d’arrêt à la lumière du jour.
Le système d’arrêt automatique à la lumière du jour permet de réduire la
quantité d’éclairage diff usé de façon relativement uniforme.
Le système d’arrêt automatique à la lumière du jour permet de réduire la
quantité de lumière diffusée dans les locaux conformément aux spécifications du
fabricant relatives au niveau de puissance par rapport au niveau d’éclairage.
Le délai minimum entre les changements d’étape est de 3 minutes, ce qui
permet d’éviter le fonctionnement en courts cycles.
Les mesures de l’éclairage dans les locaux, l’endroit où les mesures sont prises et
les réglages des dispositifs et des programmes, ainsi que les autres mesures sont
notés.
Ét a p e 2 : Simuler des conditions d’obscurité pour un système de commande de gradation par
étapes. Vérifier et documenter ce qui suit :

Le système d’arrêt automatique à la lumière du jour permet d’augmenter la
quantité de lumière diffusée dans les locaux conformément aux spécifications du
fabricant relatives au niveau de puissance par rapport au niveau d’éclairage.
 Le système de commande de gradation par étapes permet de réduire le
vacillement de l’éclairage dans toute la plage de fonctionnement.
 Le délai minimum entre les changements d’étape est de 3 minutes, ce qui
permet d’éviter le fonctionnement en courts cycles.
 Les mesures de l’éclairage dans les locaux, l’endroit où les mesures sont prises et
les réglages des dispositifs et des programmes, ainsi que les autres mesures sont
notés.
Systèmes de commande de commutation par étapes
Ét a p e 1 : Simuler des conditions de clarté pour un système de commande de commutation par
étapes. Vérifier et documenter ce qui suit :






110
La réduction de la puissance d’éclairage est d’au moins 50 p. 100 par rapport
aux conditions de commutation maximale de l’éclairage.
Seuls les luminaires qui se trouvent dans une zone recevant de l’éclairage
naturel sont visés par la commande d’arrêt à la lumière du jour.
Le système d’arrêt automatique à la lumière du jour permet de réduire la
quantité d’éclairage diff usé de façon relativement uniforme.
Le système d’arrêt automatique à la lumière du jour permet de réduire la
quantité de lumière diffusée dans les locaux conformément aux spécifications du
fabricant relatives au niveau de puissance par rapport au niveau d’éclairage.
Les commandes de commutation à une ou à plusieurs étapes offrent une zone
morte d’au moins trois minutes entre les seuils de commutation, de façon à
éviter le fonctionnement en courts cycles.
Les mesures de l’éclairage dans les locaux, l’endroit où les mesures sont prises et
les réglages des dispositifs et des programmes, ainsi que les autres mesures sont
notés.
Ét a p e 2 : Simuler des conditions d’obscurité pour un système de commande de commutation par
étapes. Vérifier et documenter ce qui suit :

Le système d’arrêt automatique à la lumière du jour permet d’augmenter la
quantité de lumière diffusée dans les locaux conformément aux spécifications du
fabricant relatives au niveau de puissance par rapport au niveau d’éclairage.
 Les commandes de commutation à une ou à plusieurs étapes offrent une zone
morte d’au moins trois minutes entre les seuils de commutation, de façon à
éviter le fonctionnement en courts cycles.
 Les mesures de l’éclairage dans les locaux, l’endroit où les mesures sont prises et
les réglages des dispositifs et des programmes, ainsi que les autres mesures sont
notés.
A .4. 2 RÉCEP TION DES DÉTEC TEUR S D ’O CCUPATION
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de rendement, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :

Les détecteurs de présence ont été placés à des endroits appropriés de façon à
réduire au minimum les faux signaux.
 Les détecteurs de présence ne rencontrent pas d’obstacles qui pourraient nuire à
leur rendement.
 Les détecteurs de présence n’émettent pas de sons audibles.
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Simuler l’inoccupation de l’immeuble pour obtenir un échantillon représentatif des
locaux. Vérifier et documenter ce qui suit :

Les lumières commandées par des détecteurs de présence ne s’éteignent pas plus
de 30 minutes après le départ du dernier occupant.
 Le capteur de présence n’allume pas de lumière s’il y a du mouvement dans une
pièce près du local de simulation ou en raison du fonctionnement du système de
CVCA.
 La sensibilité du signal permet d’obtenir le degré de commande souhaité.
Ét a p e 2 : Simuler l’occupation de l’immeuble pour obtenir un échantillon représentatif des
locaux. Vérifier et documenter ce qui suit :


L’indicateur d’état ou l’avertisseur fonctionne correctement.
Les lumières commandées par un détecteur de présence s’allument
immédiatement lorsque le local est occupé OU quand le détecteur indique que
le local est occupé et que les lumières sont allumées manuellement (stratégie de
commande d’extinction automatique et d’allumage manuel).
111
A .4. 3 RÉCEP TION DES COMM ANDES D ’ARRÊT M ANUEL À L A LUMIÈRE DU JOUR
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de rendement, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :

Si des ballasts de gradation doivent être installés aux ensembles d’éclairage dans
la zone recevant de l’éclairage naturel, il faut s’assurer qu’ils répondent à toutes
les normes, ce qui inclut le fonctionnement à vacillement réduit dans le cas des
systèmes de commande manuelle de la gradation.
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Effectuer l’essai de l’interrupteur manuel. Vérifier et documenter ce qui suit :

La commande d’interruption ou de gradation manuelle permet de réduire d’au
moins 50 p. 100 la puissance d’éclairage.
 La quantité de lumière émise dans le local est réduite de façon uniforme.
A .4.4 RÉCEP TION DES COMM ANDES AUTOM ATIQUES DE MINUTERIE
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de rendement, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :





Les commandes automatiques de minuterie sont programmées selon les jours de
semaine, les fins de semaine et les congés (s’il y a lieu).
Consigner par écrit l’horaire de minuterie programmé (jours de la semaine, fins
de semaine et congés), ainsi que la configuration et les réglages à l’intention du
propriétaire.
S’assurer que la minuterie est réglée à la bonne heure et à la bonne date.
S’assurer qu’il y a une pile chargée dans la minuterie.
La limite maximum de temps de surpassement est de 2 heures.
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Simuler l’occupation de l’immeuble. Vérifier et documenter ce qui suit :

Toutes les lumières peuvent être allumées et éteintes par leur minuterie
respective.
 S’assurer que les minuteries ne commandent que l’éclairage de la zone
cloisonnée où elles sont installées.
Ét a p e 2 : Simuler l’inoccupation de l’immeuble. Vérifier et documenter ce qui suit :


Toutes les lumières qui sont branchées à la minuterie s’éteignent.
L’interrupteur de surpassement manuel ne permet d’allumer ou de laisser
allumées que les lumières de la zone dans laquelle il est branché jusqu’à la
prochaine extinction programmée.
 Toutes les lumières qui sont branchées à la minuterie s’éteignent.
112
A.5 Commandes des économiseurs d’air
Les essais des économiseurs sont effectués sur tous les systèmes séparés et les systèmes monobloc.
Tous les économiseurs installés par le fabricant du système de CVCA et dont l’étalonnage et
l’essai en usine est certifié n’ont pas besoin d’être soumis à des essais sur le terrain.
A . 5.1 RÉCEP TION DES ÉCONOMISEUR S
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de rendement, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :


Le point de verrouillage des économiseurs est conforme aux critères du point 2.12.
Les commandes du système sont branchées de façon à garantir l’intégration
complète de l’économiseur (c.-à-d., que l’économiseur fonctionne lorsque la
climatisation mécanique est enclenchée).
 L’emplacement du détecteur de commande de verrouillage de l’économiseur est
adéquat (exposé à l’air, mais pas à la lumière directe du soleil ou situé dans un
endroit fermé; loin des sorties de ventilation de l’immeuble; au moins à 8 m (25
pi) des tours de refroidissement).
 Le système de ventilateurs auxiliaires (s’il y a lieu) ne fonctionne que lorsque
l’économiseur est en marche.
 Si aucun système de ventilateurs auxiliaires n’est installé, des soupapes
barométriques ont été installées pour évacuer la pression de l’immeuble lorsque
l’économiseur est en marche.
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Simuler une charge de refroidissement et mettre en marche l’économiseur en réglant le
point de consigne de la commande de verrouillage (capteur fixe, thermomètre différentiel sec ou
capteur à enthalpie, selon le type de système). Vérifier et documenter ce qui suit :






Le registre de l’économiseur s’ouvre en position maximum pour permettre
d’atteindre le point de consigne de climatisation du local.
Le registre d’air de retour se ferme et demeure complètement fermé lorsque le
registre de l’économiseur est complètement ouvert.
Le registre de l’économiseur est complètement ouvert avant la mise en marche
de la climatisation mécanique.
Le ventilateur auxiliaire fonctionne ou les registres auxiliaires s’ouvrent
librement.
La climatisation mécanique ne se met en marche que si le point de consigne
de température de climatisation n’est pas atteint lorsque l’économiseur est
complètement ouvert.
Les portes ne sont pas ouvertes à cause d’une pressurisation excessive.
Ét a p e 2 : Poursuivre l’étape 1 et éteindre l’économiseur en réglant le point de consigne de la
commande de verrouillage (capteur fixe, thermomètre différentiel sec ou capteur à enthalpie,
selon le type de système). Vérifier et documenter ce qui suit :




Le registre de l’économiseur se ferme à la position minimum.
Le registre d’air de retour s’ouvre à la position de fonctionnement normale.
Le ventilateur auxiliaire s’éteint ou les registres auxiliaires se ferment.
La climatisation mécanique continue de fonctionner jusqu’à ce que le point de
consigne de température de climatisation soit atteint.
113
A.6 Systèmes de ventilation selon la demande
A .6.1 RÉCEP TION DES S YSTÈMES INTÉGRÉS DE VENTIL ATION SELON L A DEM ANDE I
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de rendement, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :

Le détecteur de commande de dioxyde de carbone a été étalonné en usine
(preuve requise) ou sur le terrain. Sa précision est d’au moins 75 ppm.
 Le détecteur est installé dans le local entre 1 pi et 6 pi au-dessus du plancher.
 Les commandes du système sont bien connectées de façon à garantir une
régulation adéquate du système de registres d’air extérieur.
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Simuler une charge élevée de CO2 et mettre en marche la ventilation selon la demande
en réglant le point de consigne du contrôleur de ventilation selon la demande sous les niveaux de
CO2 ambiant. Vérifier et documenter ce qui suit :

Le registre d’air extérieur s’ouvre, conformément aux normes, en position
maximum de façon à satisfaire aux exigences en matière d’air extérieur précisées
dans les critères du point 2.3.
Ét a p e 2 : Poursuivre l’étape 1 et éteindre la ventilation selon la demande en réglant le point de
consigne du contrôleur de ventilation à la demande au-dessus des niveaux de CO2 ambiant.
Vérifier et documenter ce qui suit :

114
Le registre d’air extérieur se ferme à la position minimum.
A.7 Systèmes d’entraînement à vitesse variable
A .7.1 COMM ANDES DE DÉBIT VARIABLE DU VENTIL ATEUR DE SOUFFL AGE
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de rendement, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :

Le capteur de pression statique d’air soufflé a été étalonné en usine (preuve
nécessaire) ou sur le terrain avec une source secondaire.
 Désactiver les séquences de remise à zéro de la pression statique de l’air soufflé
pour empêcher des interactions indésirables durant les essais.
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Faire fonctionner toutes les boîtes à débit d’air variable de façon à obtenir le débit d’air
visé. Vérifier et documenter ce qui suit :

S’assurer que le ventilateur d’air soufflé se comporte de la bonne manière (p.
ex., l’entraînement à fréquence variable atteint la vitesse maximale, l’aubage
directeur s’ouvre complètement).
 Le ventilateur de soufflage maintient la pression statique de l’air soufflé à +/-10
p. 100 du point de consigne.
 Le débit d’air maximum mesuré correspond à la conception ou le rapport
d’essai, réglage et équilibrage est à +/-10 p. 100.
 Le fonctionnement du système se stabilise dans un délai raisonnable après le
début des procédures d’essai (aucune recherche d’équilibre).
Ét a p e 2 : Faire fonctionner toutes les boîtes à débit d’air variable au débit minimum ou à 30
p. 100 du débit total de conception (choisir la valeur la plus élevée). Vérifier et documenter
ce qui suit :

S’assurer que le ventilateur de soufflage se comporte normalement
(l’entraînement à fréquence variable ralentit la vitesse du ventilateur, l’aubage
directeur se ferme).
 Le ventilateur de soufflage maintient la pression statique de l’air soufflé à +/-10
p. 100 du point de consigne.
 Le fonctionnement du système se stabilise dans un délai raisonnable après le
début des procédures d’essai (aucune recherche d’équilibre).
115
A.8 Réception des commandes du système à eau chaude
Des essais de réception des commandes du système à eau chaude doivent être effectués sur les
éléments suivants :





Commandes de débit variable
Commandes d’isolement automatique
Commandes de remise à zéro de la température de l’eau de distribution
Commandes de pompe à chaleur sur boucle d’eau
Commandes d’entraînement à fréquence variable
A . 8.1 COMM ANDES DE DÉBIT VARIABLE
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de réception, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :

Les soupapes et la tuyauterie ont été installées conformément aux plans de
conception de façon à satisfaire aux exigences relatives à la réduction du débit.
 La capacité de pression des soupapes et des raccords du système à eau chaude est
conforme aux spécifications.
 Les caractéristiques de couple mécanique du bouton-poussoir correspondent aux
spécifications.
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Ouvrir toutes les soupapes de commande. Vérifier et documenter ce qui suit :

Le système fonctionne conformément aux conditions de conception.
Ét a p e 2 : Lancer la fermeture des soupapes de commande. Vérifier et documenter ce qui suit :

La stratégie de régulation du débit de pompage permet de satisfaire aux
exigences relatives à la réduction du débit.
 S’assurer que toutes les soupapes fonctionnent correctement dans les conditions
de débit de pression minimum du système.
A . 8. 2 COMM ANDES D ’IS OLEMENT AUTOM ATIQUES
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de réception, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :

Les soupapes et la tuyauterie ont été installées conformément aux plans de
conception de façon à satisfaire aux exigences relatives à l’isolement du matériel.
 La capacité de pression des soupapes et des raccords du système à eau chaude est
conforme aux spécifications.
 Les caractéristiques de couple mécanique du bouton-poussoir correspondent aux
spécifications.
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Ouvrir toutes les soupapes de commande. Vérifier et documenter ce qui suit :

Le système fonctionne conformément aux conditions de conception.
Ét a p e 2 : Lancer l’arrêt d’éléments individuels de matériel. Vérifier et documenter ce qui suit :
116

La stratégie de commande de conception satisfait automatiquement aux
exigences d’isolement lorsque le matériel est éteint.
 S’assurer que toutes les soupapes fonctionnent correctement dans les conditions
de pression du système lorsque ce dernier est éteint.
A . 8. 3 COMM ANDES DE REMISE À ZÉRO DE L A TEMPÉR ATURE DE L’E AU DE DISTRIBUTION
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de réception, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :



Tous les capteurs ont été étalonnés.
L’emplacement des capteurs permet d’obtenir des mesures précises.
Les capteurs installés sont conformes aux spécifications.
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Changer manuellement la variable de contrôle au point de consigne maximum. Vérifier
et documenter ce qui suit :

Le point de consigne de la température de l’eau froide et de l’eau chaude est
remis à la valeur adéquate.
 La température réelle de l’air de soufflage change de façon à correspondre au
point de consigne.
Ét a p e 2 : Changer manuellement la variable de contrôle au point de consigne minimum. Vérifier
et documenter ce qui suit :

Le point de consigne de la température de l’eau froide et de l’eau chaude est
remis à la valeur adéquate.
 La température réelle de l’air de soufflage change de façon à correspondre au
point de consigne.
A . 8.4 COMM ANDES DE POMPE À CHALEUR SUR BOUCLE D ’E AU
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de réception, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :







Les soupapes ont été installées conformément aux plans de conception de façon
à satisfaire aux exigences relatives à l’isolement du matériel.
La capacité de pression des soupapes et des raccords du système à eau chaude est
conforme aux spécifications.
Les caractéristiques de couple mécanique du bouton-poussoir correspondent aux
spécifications.
L’emplacement de tous les capteurs correspond aux plans de conception.
Tous les capteurs ont été étalonnés.
Le point de consigne de vitesse minimum de l’entraînement à fréquence variable
dépasse les exigences du fabricant du moteur.
Le point de consigne de vitesse minimum de l’entraînement à fréquence
variable ne devrait pas être inférieur au point d’inflexion de la courbe d’énergie
de pompage (c.-à-d., qu’une combinaison pompage, moteur et efficacité de
l’entraînement à fréquence variable à une charge réduite peut entraîner une
augmentation de la puissance nécessaire si la charge est réduite davantage).
117
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Ouvrir toutes les soupapes de commande. Vérifier et documenter ce qui suit :

Le système fonctionne conformément aux conditions de conception, à +/- 5 p.
100.
 L’entraînement à fréquence variable fonctionne à une vitesse maximale dans des
conditions de débit maximum.
Ét a p e 2 : Lancer l’arrêt de chaque pompe à chaleur. Vérifier et documenter ce qui suit :

Les soupapes d’isolement se ferment automatiquement lorsque l’appareil est
éteint.
 S’assurer que toutes les soupapes fonctionnent correctement dans les conditions
de pression du système lorsque ce dernier est éteint.
 S’assurer que l’entraînement à vitesse variable se comporte normalement (la
vitesse diminue lorsque les soupapes se ferment).
 Le fonctionnement du système se stabilise dans les 5 minutes suivant le début
des procédures d’essai (aucune recherche d’équilibre).
Ét a p e 3 : Régler le fonctionnement du système de façon à obtenir un débit de 50 p. 100. Vérifier
et documenter ce qui suit :

S’assurer que la puissance d’entrée de l’entraînement à fréquence variable est de
moins de 30 p. 100 de ce qui était prévu à l’étape de conception.
Ét a p e 4 : Régler le fonctionnement du système de façon à obtenir un débit en vertu duquel
l’entraînement à fréquence variable fonctionnera sous le point de consigne de la vitesse
minimum. Vérifier et documenter ce qui suit :

S’assurer que l’entraînement à fréquence variable demeure au point de consigne
de vitesse minimum, peu importe le point de débit de fonctionnement du
système.
A . 8. 5 COMM ANDE S D ’ENTR AÎNEMENT À FRÉQUENCE VARIABLE
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de réception, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :





118
Les soupapes, les capteurs et le matériel ont été installés conformément aux
plans de conception.
Les soupapes, les capteurs et le matériel installés sont conformes aux
spécifications.
Tous les capteurs ont été étalonnés.
Le point de consigne de vitesse minimum de l’entraînement à fréquence variable
dépasse les exigences du fabricant du moteur.
Le point de consigne de vitesse minimum de l’entraînement à fréquence variable
ne devrait pas être inférieur au point d’inflexion de la courbe d’énergie de
pompage (c.-à-d., qu’une combinaison pompage, moteur et caractéristiques
d’efficacité de l’entraînement à fréquence variable à une charge réduite peut
entraîner une augmentation de la puissance d’entrée si la charge est réduite
davantage).
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Ét a p e 1 : Ouvrir toutes les soupapes de commande. Vérifier et documenter ce qui suit :

Le système fonctionne conformément aux conditions de conception, à +/- 5 p.
100.
 L’entraînement à fréquence variable fonctionne à une vitesse maximale dans des
conditions de débit maximum.
Ét a p e 2 : Fermer les soupapes de commande. Vérifier et documenter ce qui suit :





S’assurer que toutes les soupapes fonctionnent correctement dans les conditions
de fonctionnement du système.
S’assurer que l’entraînement à vitesse variable se comporte normalement (la
vitesse diminue lorsque les soupapes se ferment).
Le fonctionnement du système se stabilise dans les 5 minutes suivant le début
des procédures d’essai (aucune recherche d’équilibre).
Régler le fonctionnement du système de façon à obtenir un débit de 50 p. 100.
Vérifier et documenter ce qui suit :
S’assurer que la puissance d’entrée de l’entraînement à fréquence variable est de
moins de 30 p. 100 de ce qui était prévu à l’étape de conception.
Ét a p e 4 : Régler le fonctionnement du système de façon à obtenir un débit en vertu duquel
l’entraînement à fréquence variable fonctionnera sous le point de consigne de la vitesse
minimum. Vérifier et documenter ce qui suit :

S’assurer que l’entraînement à fréquence variable demeure au point de consigne
de vitesse minimum, peu importe le point de débit de fonctionnement du
système.
119
A.9 Spécifications relatives au suivi des tendances
Des essais de réception du suivi des tendances doivent être effectués sur les pièces d’équipement
critiques suivantes :



Appareils de traitement d’air
Boîtes de débit d’air variable
Refroidisseurs
Les exigences génériques présentées dans les parties sur les inspections de la construction cidessous s’appliquent à tous les systèmes. Les procédures d’essai de réception propres à chaque
appareil sont indiquées dans la partie sur la mise à l’essai du matériel.
A .9.1 MISE À L’E SSAI DU S YSTÈME DE COMM ANDE
I NSPE C T I O N D E L A CO NS T R U C T I O N
Avant de procéder aux essais de réception, il faut vérifier et documenter les éléments suivants :



Tous les capteurs installés sont conformes aux spécifications.
Tous les capteurs ont été installés conformément aux plans de conception.
Les prises d’essai et d’étalonnage ont été installées conformément aux plans de
conception.
 Tous les capteurs ont été étalonnés (c.-à-d., étalonnage en trois points, étalonnage relatif,
examen des certificats d’étalonnage, vérification ponctuelle aléatoire des capteurs, etc.).
 Vérification point par point réalisée sur tous les capteurs dont la tendance sera suivie.
MISE À L’E SSAI DE L’ÉQUIPE MENT
Appareils de traitement d’air
Ét a p e 1 : S’assurer que les points suivants sont suivis selon l’intervalle de temps spécifié :





Températures – air extérieur, air de retour, air mélangé, air soufflé, en aval du serpentin
de chauffage, en aval du serpentin refroidisseur.
Points de consigne – température de l’air soufflé, pression de l’air soufflé, température de
l’air mélangé (s’il y a lieu), débit de ventilation minimum.
Débit – débit de ventilation minimum.
Pression – pression de l’air soufflé.
État – commande de la soupape du serpentin refroidisseur, commande de la soupape du
serpentin de chauffage.
Ét a p e 2 : Analyser les données de tendance. Vérifier et documenter ce qui suit :






120
S’assurer que les exigences minimales relatives à l’air de ventilation extérieur sont
satisfaites.
S’assurer que la température de l’air soufflé correspond au point de consigne sans
recherche d’équilibre.
S’assurer que le point de consigne de la température de l’air soufflé est remis à son état
initial conformément aux séquences de commande (s’il y a lieu).
S’assurer que l’économiseur fonctionne conformément aux séquences de commande de
conception.
S’assurer que la soupape du serpentin de chauffage est fermée avant que le débit d’air
dépasse les exigences de ventilation minimales.
S’assurer que la soupape du serpentin de chauffage, l’économiseur et la soupape du
serpentin refroidisseur sont modulés selon la séquence de commande de conception sans
recherche d’équilibre.

S’assurer que la soupape du serpentin de chauffage ne fuit pas, en comparant la position
de la soupape à la température de l’air en aval du serpentin de chauffage.
 S’assurer que la soupape du serpentin refroidisseur ne fuit pas, en comparant la position
de la soupape à la température de l’air en aval du serpentin refroidisseur.
 S’assurer que la pression de l’air soufflé correspond au point de consigne sans recherche
d’équilibre.
Boîtes de débit d’air variable
Ét a p e 1 : S’assurer que les points suivants sont suivis selon l’intervalle de temps spécifié :


Températures – air des locaux, air soufflé.
Points de consigne – air des locaux occupés et inoccupés, débits de climatisation
minimum et maximum, débits de chauffage minimum et maximum.
 Débit – débits de climatisation minimum et maximum, débits de chauffage minimum
et maximum.
 État – commande du registre d’air principal, commande de la soupape du serpentin de
chauffage (s’il y a lieu), commande de ventilateur (s’il y a lieu).
Ét a p e 2 : Analyser les données de suivi des tendances. Vérifier et documenter ce qui suit :






S’assurer que les débits de climatisation minimum et maximum correspondent aux plans
de conception.
S’assurer que les débits de chauffage minimum et maximum correspondent aux plans de
conception.
S’assurer que la température de l’air soufflé correspond au point de consigne des locaux
occupés et inoccupés sans recherche d’équilibre.
S’assurer que le débit d’air principal est au point de climatisation minimum avant
l’ouverture de la soupape du serpentin de chauffage.
S’assurer que la boîte de débit d’air variable réagit conformément aux séquences de
commande de conception durant les heures d’inoccupation (p. ex., arrêt du ventilateur,
registre d’air principal fermé, etc.).
S’assurer que le ventilateur de la boîte de débit d’air variable (s’il y a lieu) réagit
conformément aux séquences de commande de conception et aux spécifications du
fabricant.
Refroidisseurs
É t a p e 1 : S’assurer que les points suivants sont suivis selon l’intervalle de temps spécifié :

Températures – alimentation en eau réfrigérée, retour d’eau réfrigérée, alimentation en
eau du condenseur, retour d’eau du condenseur.
 Points de consigne – alimentation en eau réfrigérée. Retour d’eau du condenseur.
 Pression – différentiel de l’évaporateur, différentiel du condenseur.
 Puissance (ou points permettant de calculer la puissance) – puissance d’entrée en kW.
É t a p e 2 : Analyser les données de tendance. Vérifier et documenter ce qui suit :

S’assurer que la température de l’alimentation en eau réfrigérée correspond au point de
consigne sans recherche d’équilibre.
 S’assurer que le point de consigne de la température de l’alimentation en eau réfrigérée
est remis à son état initial conformément aux séquences de commande.
 S’assurer que la température du retour d’eau du condenseur correspond au point
de consigne sans recherche d’équilibre.
 S’assurer que le point de consigne de la température du retour d’eau du condenseur est
remis à son état initial conformément aux séquences de commande (s’il y a lieu).
121
É t a p e 3 : Faire les calculs suivants :

Tendance de la température de l’alimentation en eau réfrigérée, de la température du
retour d’eau réfrigérée, de la pression différentielle de l’évaporateur et de la puissance
d’entrée du refroidisseur en kW.
 Utiliser les données du fabricant afin de déterminer le débit de l’eau réfrigérée
en fonction de la baisse de pression de l’évaporateur.
 Calculer la charge d’eau réfrigérée en fonction de la différence de température et
du débit.
 Utiliser la charge d’eau réfrigérée et la puissance d’entrée en kW pour surveiller
le rendement du système (kW/tonne).
122
Introduction
Stratégies de conception
Pré-Requis
de haut rendement éconergétique
Annexe B :
Acronymes et définitions
Stratégies de haut rendement
Modélisation de l’énergie
Annexes
Les définitions suivantes sont valables pour l’ensemble des lignes directrices :
1.1 ACRON YME S
A SHR AE – American Society of Heating, Refrigerating and Air-conditioning Engineers
CBD C A – Conseil du bâtiment durable du Canada
C MNÉB – Code modèle national de l’énergie pour les bâtiments – Canada
C VC A – Chauffage, ventilation et conditionnement d’air
E V V – Entraînement à vitesse variable
IECC – International Energy Conservation Code
IE SNA – Illuminating Engineering Society of North America
LEED – Leadership in Energy and Environmental Design
RE T S CREEN – RETScreen Clean Energy Project Analysis Software
US G BC – US Green Buildings Council
VAV – Débit d’air variable
1. 2 DÉFINITIONS
A i r e x t é r i e u r : L’air qui se trouve à l’extérieur de l’enveloppe de bâtiment ou qui est pris à
l’extérieur de l’immeuble, et qui n’a pas encore circulé dans l’immeuble.
B a l l a s t : Un dispositif utilisé avec une lampe à décharge électrique. Le ballast fait en sorte que la
lampe s’allume et fonctionne dans l’état de circuit approprié (puissance, courant, forme d’onde,
chaleur d’électrode, etc.).
C h a u d i è r e : Un appareil autonome à basse pression qui fournit de la vapeur ou de l’eau chaude.
Co e f f i c i e n t d ’a p p o r t p a r r ayo n n e m e n t s o l a i r e ( C AR S ) : Le rapport entre l’apport en chaleur
solaire qui pénètre dans un local par le fenêtrage et le rayonnement solaire incident. L’apport par
rayonnement solaire inclut la chaleur solaire transmise directement et le rayonnement solaire
absorbé, puis réémis et transmis jusqu’au local. (Se reporter à « superficie de fenêtrage »)
Co e f f i c i e n t d e r e n d e m e n t ( CO P ) – c l i m a t i s a t i o n : Le rapport entre le taux d’évacuation
de la chaleur et le taux d’intrant énergétique, exprimé en unités uniformes, d’un système de
climatisation complet ou d’une portion précise dans des conditions de fonctionnement spécifiées.
Co e f f i c i e n t d e p e r f o r m a n c e s a i s o n n i e r e n p é r i o d e d e c h a u f f e ( HSPF ) : La mesure totale de
l’efficacité énergétique d’une thermopompe au cours d’une période de chauffage (en BTU)
divisée par la puissance électrique totale (en kWh) durant la même période.
123
Co n c e p t i o n p r o p o s é e : Une représentation informatique de la conception proposée pour
l’immeuble (ou pour une partie de l’immeuble) utilisée comme point de départ pour le calcul des
coûts énergétiques de conception.
Co n d i t i o n n e u r d ’a i r m o n o b l o c : Un appareil comportant des éléments de climatisation et de
chauffage choisis par le fabricant, conçu pour climatiser une zone ou une pièce.
Co n d i t i o n s d e c o n c e p t i o n : Les conditions environnementales spécifiées, comme la température
et l’intensité lumineuse, qui doivent être produites par un système et dans lesquelles ce même
système doit fonctionner.
Co n d u c t a n c e : Se reporter à « conductance thermique ».
Co t e d e r e n d e m e n t é n e r g é t i q u e : La consommation énergétique d’un immeuble proposé
dans des conditions d’exploitation simulées et normalisées pour une variable donnée. On peut
utiliser les prévisions de consommation énergétique d’un immeuble dans le cadre du processus
de conception et de construction. Voici quelques exemples : kWh/semaine, kWh/année, $/
ventes brutes, Energy Performance Rating Score (US EPA) et d’autres mesures du rendement
énergétique.
D é b i t d ’a i r v a r i a b l e ( VAV ) : Un système conçu pour ne fournir que le volume d’air climatisé
nécessaire pour satisfaire à la charge thermique ou la demande de ventilation d’un local, ce qui
permet d’économiser de l’énergie de ventilation.
D e m a n d e : La plus grande quantité d’électricité (moyenne de kW sur un intervalle de temps
donné) mesurée pour un immeuble ou une installation au cours d’une période donnée.
D e n s i t é d e p u i s s a n c e d e l ’é c l a i r a g e ( DPÉ ) : La puissance de la charge d’éclairage (en watts)
par unité de surface. Le calcul de la DPÉ comprend la consommation énergétique des systèmes
de lampes et de ballasts. Elle est habituellement caractérisée en fonction du type d’immeuble
et d’utilisation des locaux, et est utilisée comme valeur limite de code d’énergie pour un type
d’immeuble ou une utilisation de local donné.
D e s s i n s d e l ’o u v r a g e : Les dessins qui indiquent les conditions du projet tel qu’il a été construit.
Ils incluent les améliorations apportées à la construction et le dossier de soumission (aussi appelés
dessins conformes à l’exécution).
D é t e c t e u r d e p r é s e n c e : Un dispositif qui détecte la présence de personnes dans un local.
D é t e c t i o n d e s d é f a u t s e t d e d i a g n o s t i c ( D D D ) : Un logiciel habituellement intégré à un logiciel
d’exploitation d’immeuble qui permet de déterminer et, le cas échéant, de diagnostiquer les
défauts du matériel ou du fonctionnement d’un immeuble. Certains logiciels de DDD peuvent
également mettre en œuvre des solutions de façon automatique.
D i s p o s i t i f d e c o m m a n d e : Un dispositif spécialisé qui permet de régler le fonctionnement d’un
appareil.
D o c u m e n t s d e c o n s t r u c t i o n : Les devis et les spécifications dont on se sert pour construire, en
tout ou en partie, un immeuble ou une installation technique.
DX – D é t e n t e d i r e c t e : Se rapporte aux systèmes de climatisation qui font circuler l’air à refroidir
directement au-dessus de serpentins refroidisseurs au lieu d’un fluide intermédiaire comme de l’eau.
Éc o n o m i s e u r d ’a i r : Un système de conduits, de registres et de commandes automatiques
qui permet d’utiliser directement l’air extérieur de façon à réduire ou à éliminer le besoin de
climatisation mécanique lorsque la température est fraîche ou froide.
124
E f f i c a c i t é t h e r m i q u e ( É T ) : L’intrant énergétique brut divisé par le rendement énergétique. Cette
mesure inclut la chaleur perdue par la surface externe des chaudières.
É n e r g i e : La capacité de faire un travail. Elle peut revêtir différentes formes (thermique [chaleur],
mécanique [travail], électrique et chimique) et passer d’une forme à une autre. Les unités
habituellement utilisées pour mesurer l’énergie sont les unités thermiques britanniques (BTU) et
les wattheures (Wh). 1 Wh = 3,413 BTU.
E n t r a î n e m e n t à v i t e s s e v a r i a b l e, à f r é q u e n c e v a r i a b l e, o u à v i t e s s e r é g l a b l e : Un régulateur
électronique qui permet à un moteur de fonctionner à différentes vitesses.
E nve l o p p e d e b â t i m e n t : Les éléments d’un immeuble qui entourent un local clos à travers
lesquels l’énergie thermique peut être transférée (de l’intérieur à l’extérieur, et vice-versa, ainsi
que d’un local non climatisé ou vers un local non climatisé).
E nve l o p p e o p a q u e : Toutes les parties de l’enveloppe de bâtiment (à l’exception du fenêtrage
et ouvertures de service, comme les prises d’air et les grilles à air). (Se reporter à « enveloppe de
bâtiment » et à « fenêtrage ».)
E s s a i e t é q u i l i b r a g e : Le processus de vérification et de calibrage du débit d’air d’un système de
climatisation d’immeuble dans différentes conditions de fonctionnement.
É t i q u e t é : Le matériel et les matériaux auxquels le fabricant a apposé un symbole ou une marque
pour indiquer la conformité à une norme ou le rendement.
E x i g e n c e s d e r e n d e m e n t o p é r a t i o n n e l : Un document écrit qui spécifie les exigences
fonctionnelles d’un projet et les attentes relatives à leur utilisation et à leur mise en œuvre. Elles
comprennent les objectifs de projet et de conception, les critères de rendement mesurables, les
budgets, les calendriers, les critères de réussite et d’autres renseignements utiles.
É m i t t a n c e : Le rapport entre le flux lumineux émis par un échantillon et celui émise par un
corps noir à la même température et dans les mêmes conditions.
Fa c t e u r d e p r o j e c t i o n ( FP ) : Le ratio calculé à partir de la profondeur horizontale de la
projection de l’ombrage extérieure, divisée par la somme de la hauteur du fenêtrage et de la
distance entre le haut du fenêtrage et le bas du point de la projection d’ombrage extérieur le plus
éloigné, en unités constantes.
Fa c t e u r d e r é f l e x i o n : Le pourcentage de la lumière réfléchie par une surface par rapport à la
lumière reçue.
Fa c t e u r U ( Co e f f i c i e n t d e t r a n s m i s s i o n t h e r m i q u e ) : Transmission de chaleur à l’intérieur
d’une période définie à travers un matériau ou une construction donnée, et les couches limites,
provoquée par la différence de température entre les environnements qui se trouvent de chaque
côté. Les unités de valeur U sont : W/m2•° C (BTU/h•pi2•° F).
Fe n ê t r a g e : Toutes les zones (incluant les cadres) dans l’enveloppe de bâtiment qui laissent entrer
de la lumière, ce qui inclut les fenêtres, les panneaux de plastique, les claires-voies, les portes qui
sont faites de verre à au moins 50 p. 100 et les murs fabriqués en briques de verre. (Se reporter à
« enveloppe de bâtiment » et à « porte ») Un puits de lumière est une surface de fenêtrage dont
l’inclinaison est de moins de 60 degrés par rapport au plan horizontal. On considère que tous les
autres types de fenêtrage montés sur le toit d’un immeuble sont du fenêtrage vertical.
I n f i l t r a t i o n : Les fuites d’air non maîtrisées dans un immeuble causées par une différence de
pression entre ces éléments due à des facteurs comme le vent, les différences de température entre
l’intérieur et l’extérieur (effet cheminée) et un déséquilibre entre les systèmes d’air de soufflage et
de retour.
125
I s o l a t i o n c o n t i n u e ( i s o. c o n t . o u IC ) : De l’isolation qui est posée de façon continue sur tous les
éléments de charpente sans autre pont thermique que des attaches et des ouvertures de service.
Ce type d’isolation est posé à l’intérieur, à l’extérieur ou est intégré à une surface opaque de
l’enveloppe de bâtiment.
K i l ow a t t ( k W ) : L’unité de mesure de base de la puissance électrique égale à 1 000 W et à 3 413
BTU/h.
L a m p e : Un terme générique qui désigne une source de lumière artificielle aussi appelée ampoule
ou tube.
( a ) L a m p e f l u o r e s c e n t e c o m p a c t e : Une lampe fluorescente de petite taille à base unique
qui assure la fonction de support mécanique.
( b ) L a m p e f l u o r e s c e n t e : Une lampe à décharge électrique à basse pression dans laquelle
une couche fluorescente transforme une portion de l’énergie ultraviolette produite par la
décharge en lumière.
( c ) L u m i n a i r e : Une catégorie de lampes à incandescence qui diff use de la lumière dans
presque toutes les directions. Les luminaires se caractérisent habituellement par une
forme d’ampoule de type A (normal), S (à flanc droit), F (flamme), G (globe) et PS
(piriforme à col droit).
( d ) L a m p e s à d é c h a r g e à h a u t e i n te n s i t é ( DHI ) : Une lampe à décharge électrique qui
produit de la lumière lorsqu’un arc électrique est déchargé à travers un métal vaporisé
comme du mercure ou du sodium. Certaines lampes à DHI peuvent aussi comporter une
couche de luminophore qui facilite la production de lumière ou en augmente l’intensité.
( e ) L a m p e à i n c a n d e s c e n c e : Une lampe dans laquelle un filament chauffé au point
d’incandescence par un courant électrique produit de la lumière.
( f ) L a m p e à r é f l e c t e u r : Une catégorie de lampes à incandescence dotées d’un réflecteur
interne qui permet d’orienter la lumière. Les lampes à réflecteur se caractérisent
habituellement par des formes de réflecteur comme R (réflecteur), ER (réflecteur
ellipsoïdal), PAR (réflecteur métallique de forme parabolique), MR (réflecteur à
multiples facettes), etc.
L o c a l : Un lieu fermé à l’intérieur d’un immeuble. Lorsqu’il faut déterminer les exigences
relatives à l’enveloppe de bâtiment, on définit les catégories de locaux comme suit :
( a ) L o c a l c l i m a t i s é : Un local chauffé ou refroidi (ou les deux) dans un immeuble qui est,
s’il y a lieu, humidifié ou déshumidifié, de façon à être conforme aux normes de confort
établies par la norme 55 de l’ASHRAE.
( b ) L o c a l n o n c l i m a t i s é : Tout local qui n’est pas climatisé.
L u m i n a i r e : La partie d’un dispositif d’éclairage où sont fi xées les lampes (et les ballasts, le cas
échéant), qui permet d’orienter les lampes, de les abriter et de diffuser la lumière. Le luminaire
permet également de brancher les lampes à l’alimentation électrique.
M a t é r i e l m o n o b l o c : Un ou plusieurs appareils fabriqués en usine qui incluent habituellement un
évaporateur ou un serpentin refroidisseur, un ensemble de compresseurs et de condenseurs. Cela
comprend aussi les appareils capables de remplir une fonction de chauffage.
M o d é l i s a t i o n d e l ’ i n f o r m a t i o n d u b â t i m e n t : Un outil de modélisation et d’information sur
le bâtiment mis au point pour l’industrie de la construction dans le but d’aider au partage de
l’information entre tous les fournisseurs et les intervenants d’un projet à l’aide d’une base de
données commune. On peut se procurer cet outil auprès de plusieurs fournisseurs.
126
M é c a n i s m e d ’e n t r a î n e m e n t à v i t e s s e v a r i a b l e, à f r é q u e n c e v a r i a b l e o u à v i t e s s e a j u s t a b l e :
Un dispositif de contrôle électronique qui permet à un moteur de fonctionner à diverses vitesses.
On trouve habituellement ce type de mécanisme dans les ventilateurs et les pompes utilisés dans
un système à débit variable.
O r i e n t a t i o n : La direction dans laquelle un élément de l’enveloppe est orienté par rapport à un
point fixe, comme le nord géographique, c.-à-d., la direction relative d’un vecteur perpendiculaire
à la surface extérieure de l’élément.
Pé r i o d e d e d e m a n d e c r i t i q u e : La période de demande de pointe d’électricité ou de gaz,
définie par un tarif de service public, qui détermine la charge de pointe annuelle d’un
système. La période de demande critique est différente des périodes de demande habituelles
traditionnellement définies par les tarifs de service public.
P i³ / m i n : Pieds carrés par minute.
Po r t e s : Toutes les ouvertures utilisables (autres que des fenêtres) dans l’enveloppe du bâtiment,
ce qui inclut les portes battantes, les portes-rideaux, les portes coupe-feu et les trappes d’accès.
Les portes qui sont faites de verre à plus de 50 p. 100 sont considérées comme des fenêtres.
(Se reporter à « fenêtrage ») Lorsqu’il faut déterminer les exigences relatives à l’enveloppe de
bâtiment, on définit les catégories de porte comme suit :
( a ) Po r t e s n o n - b a t t a n t e s : les portes-rideaux, les portes coulissantes et toutes les
autres portes qui ne sont pas des portes battantes.
( b ) Po r t e s b a t t a n t e s : Tous les panneaux opaques utilisables munis de pentures et
les portes tournantes opaques.
P u i t s d e l u m i è r e : Se reporter à « fenêtrage ».
Ré c h a u f f e m e n t : Augmentation de la température d’un local jusqu’au point de consigne en
condition d’occupation après une période d’arrêt ou de refroidissement.
Re f r o i d i s s e m e n t m é c a n i q u e : Réduction de la température d’un gaz ou d’un liquide
par compression de vapeur, absorption, déshumidification par dessiccant combinée à un
refroidissement par évaporation, ou un autre type de cycle thermodynamique alimenté par de
l’électricité. On considère que le refroidissement par évaporation direct ou indirect uniquement
ne constitue pas une forme de refroidissement mécanique.
Re g i s t r e d e t i r a g e c l a p e t : Un dispositif installé dans la sortie de conduit de fumée ou dans le
régulateur de tirage d’un appareil à combustible fossile commandé de façon automatique (ou en
amont de celui-ci) et conçu pour ouvrir automatiquement la sortie de conduit de fumée durant
le fonctionnement de l’appareil et pour fermer automatiquement la sortie de conduit de fumée
lorsque l’appareil est en attente.
Ré g u l a t e u r t h e r m o s t a t i q u e : Un dispositif ou un système de commande automatique dont on
se sert pour maintenir la température à un point de consigne fixe ou ajustable.
Re n d e m e n t é n e r g é t i q u e s a i s o n n i e r ( SEER ) : La mesure totale de refroidissement d’un
climatiseur au cours de sa période normale d’utilisation à des fins de climatisation (en BTU)
divisée par la puissance électrique totale (en kWh) durant la même période.
Re n d e m e n t : Le rendement réel comparé au rendement idéal dans les conditions de
fonctionnement spécifiées.
Ré s e a u d e d i s t r i b u t i o n : Moyens, comme des conduits, des conduites, des tuyaux et des câbles,
permettant d’acheminer de l’énergie jusqu’à un point d’utilisation. Le réseau de distribution
comprend du matériel auxiliaire comme des ventilateurs, des pompes et des transformateurs.
127
R é s i s t a n c e t h e r m i q u e ( v a l e u r R SI ) : L’inverse du taux horaire du flux de chaleur à travers une
unité de surface provoqué par une différence de température entre deux surfaces de matériaux
définies dans des conditions stables. La valeur RSI est exprimée en m2•° C/W (la valeur R est
exprimée en h•pi2•°F/BTU).
S e r v i c e p u b l i c : Le matériel qui sert à l’acheminement de l’énergie depuis la source ou le système
de distribution jusqu’à l’endroit où l’énergie est consommée.
S u p e r f i c i e d e f e n ê t r e : L’aire totale d’une fenêtre mesurée en fonction de l’ouverture brute. La
superficie comprend également le vitrage, le châssis et le cadre. Dans le cas des portes dont la
surface de vision représente moins de 50 p. 100 de la superficie totale, la superficie de fenêtre est
la surface de vision vitrée. Dans le cas des autres portes, on considère que la superficie de fenêtre
est la même que la superficie de porte.
S u p e r f i c i e d e m u r b r u t e : La superficie d’un mur mesurée sur la face extérieure à partir du
dessus du plancher jusqu’au dessous du toit.
S u p e r f i c i e d e p o r t e : L’aire totale d’une porte mesurée en fonction de l’ouverture brute. La
superficie comprend également le seuil et le cadre de la porte. (Se reporter à « superficie de
fenêtrage ».)
Sy s t è m e à z o n e u n i q u e : Un système de CVCA qui chauffe et climatise une seule zone.
Sy s t è m e d ’é c l a i r a g e : Un ensemble de luminaires en circuit ou commandés pour assurer une
fonction particulière.
Sy s t è m e d e C VC A : Système de chauffage, ventilation et climatisation; le matériel, les systèmes de
distribution et les terminaux qui assurent, collectivement et individuellement, les processus de
chauffage, de ventilation et de climatisation d’un immeuble ou d’une partie d’un immeuble.
Sy s t è m e : Une combinaison de matériel et de dispositifs auxiliaires (p. ex., commandes,
accessoires, moyens d’interconnexion et terminaux) grâce auxquels l’énergie est transformée de
façon à remplir une fonction précise comme le CVCA, le chauffage de l’eau ou l’éclairage.
Ta u x d e r e n d e m e n t é n e r g é t i q u e ( EER ) : Le rapport entre la capacité de refroidissement nette
en BTU/h et le taux de puissance en watts dans des conditions de fonctionnement données. (Se
reporter à « coefficient de rendement » (COP) – climatisation.)
Te i n t é : (pour désigner un fenêtrage) Coloration intégrée au matériau de vitrage. Le vitrage teinté
n’inclut pas les pellicules appliquées à une surface comme une couche réfléchissante, appliquées
sur le terrain ou durant le processus de fabrication.
To i t : La portion horizontale sur le dessus de l’enveloppe de bâtiment qui inclut les surfaces
opaques et le fenêtrage horizontaux ou inclinés à moins de 60 degrés par rapport au plan
horizontal.
To n n e : Une unité de refroidissement égale à 12 000 BTU. Dérivée de la quantité de chaleur
absorbée par une tonne de glace avant qu’elle ne fonde complètement.
Tr a n s m i t t a n c e d e l a l u m i è r e v i s i b l e : Une mesure du pourcentage de lumière visible transmis
par le vitrage (peut varier entre 0 et 100 p. 100).
Va l e u r F : La valeur de la chaleur perdue aux extrémités et le corps d’un plancher de béton,
exprimée en W/°C (BTU/h*°C) par mètre (ou par pied) de périmètre. Elle représente l’ensemble
des endroits où la chaleur traverse les dalles.
128
Va l e u r i n t é g r é e à c h a r g e p a r t i e l l e ( V I C P ) : Une valeur du mérite (à un chiffre) en fonction
de l’EER à charge partielle, du COP ou du rendement à charge partielle exprimé en kW/tonne
pour le matériel de climatisation et de pompage de chaleur selon le fonctionnement pondéré de
différentes capacités de charge du matériel.
Va l e u r R d ’ i s o l a t i o n : La résistance thermique de l’isolation spécifiée par le fabricant et exprimée
en h•pi2•°F/BTU à une température moyenne de 75 °F. La valeur R ne se rapporte qu’à la
résistance thermique de l’isolation ajoutée dans les parois murales ou concerne le revêtement
isolant, et ne comprend pas la résistance thermique des autres éléments de l’immeuble ou des
films d’air. (Se reporter à « résistance thermique »)
Ve n t i l a t i o n à r é c u p é r a t i o n d ’é n e r g i e ( ER V ) : Un dispositif qui utilise des échangeurs de chaleur
et d’humidité pour transférer la chaleur latente et sensible de l’air soufflé à l’air de retour de
façon à réduire au minimum la consommation énergétique et accroître le confort. Se reporter à «
ventilation à récupération de chaleur ».
Ve n t i l a t i o n à r é c u p é r a t i o n d e c h a l e u r ( HR V ) : Un dispositif qui utilise un échangeur de chaleur
pour transférer la chaleur sensible de l’air soufflé à l’air de retour de façon à réduire au minimum
la consommation énergétique et accroître le confort. Se reporter à « ventilation à récupération
d’énergie ».
Ve n t i l a t i o n s e l o n l a d e m a n d e : Un système de régulation fondé sur la surveillance du
dioxyde de carbone (CO2) dans le but de garantir la qualité de l’air intérieur ou de réduire la
consommation d’énergie dans des locaux inoccupés.
Ve n t i l a t i o n : Le processus par lequel de l’air frais est acheminé, par des moyens mécaniques,
d’un local à un autre.
V i t r a g e d ’é c l a i r a g e d e j o u r : Vitrage extérieur d’une hauteur de plus de 1,8 m (6 pi) au-dessus
d’un plancher fini.
Z o n e r e c e v a n t d e l ’é c l a i r a g e n a t u r e l : La surface de plancher d’un immeuble à proximité d’un
vitrage exposé à la lumière du soleil. On définit habituellement la zone recevant de l’éclairage
naturel par rapport au vitrage de la manière suivante :
( a ) V i t r a g e ve r t ic a l : La zone recevant de l’éclairage naturel est perpendiculaire
au mur et s’étend à 1,5 fois la hauteur de tête du vitrage, ou jusqu’à la cloison
opaque d’une hauteur minimale de 1,5 m (60 po) la plus près; sa largeur
correspond à la largeur du vitrage, plus 60 cm (2 pi) de chaque côté du vitrage.
( b ) V i t r a g e h o r i z o n t a l : La zone recevant de l’éclairage naturel correspond à la
superficie au sol du puits de lumière, à laquelle on ajoute (de tous les côtés) un
facteur équivalent à 0,75 fois la hauteur sous le plafond à partir de la bordure du
puits de lumière.
Reproduit avec la permission de la American Society of Heating, Refrigerating and AirConditioning Engineers, Inc., tiré de la norme 90.1-2001 de l’ANSI, ASHRAE, IESNA. Tous
droits réservés ASHRAE 2001 (www.ashrae.org). Ce document ne peut pas être reproduit ou
diff usé en format papier ou électronique sans la permission d’ASHRAE.
129
Accès aux documents de référence en ligne
Les personnes qui participent aux formations sur le haut rendement éconergétique ou qui achètent le Guide de haut rendement
éconergétique ont un accès exclusif d’un an à une bibliothèque de documents de référence continuellement mise à jour. Les
documents incluent de l’information technique précise, des spécifications de système et de l’information spécialisée sur le
processus de conception, l’enveloppe, l’éclairage et l’éclairage naturel, les systèmes de CVCA et l’alimentation. Pour avoir accès
à cette information, il vous suffit de vous rendre au www.advancedbuildings.net/refmaterials.htm et d’entrer votre adresse
de courriel et le code d’autorisation suivant : ABcpgY20108 (distinction entre les majuscules et les minuscules). Veuillez adresser
vos questions à coreperformance@newbuildings.org.
La New Buildings Institute est dans l’impossibilité de confirmer l’exactitude technique d’une version traduite du Guide de haut
rendement éconergétique.
PHOTO COUVERTURE : Saint John Energy. Saint John, N.-B.
Guide de haut rendement éconergétique, version 1.02 | Édition Efficacité NB, version 1.00
www.efficacitenb.ca
PHONE
PO Box 2349
142 East Jewett Boulevard
White Salmon, WA 98672
(509) 493-4468 | FAX (509) 493-4078
Édition Efficacité NB
PHONE
1331 Washington Street
Vancouver, WA 98660
(360) 567-0950 | FAX (360) 213-1065
GUIDE DE HAUT RENDEMENT ÉCONERGÉTIQUE
SANS FRAIS
Efficacité NB
35, rue Charlotte, suite 101
Saint John (N.-B.) E2L 2H3
1-866-643-8833 | TÉLÉCOPIEUR 506-643-7835
ÉDITION EFFICACITÉ NB
info@newbuildings.org
www.newbuildings.org
www.advancedbuildings.net
Version 1.00
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising