Octobre 2013

Octobre 2013
FÉDÉRATION INTERNATIONALE
DES
TRADUCTEURS
INTERNATIONAL
FEDERATION OF
TRANSLATORS
2013
2
La voix
desofassociations
d’interprètesand
et de
terminologues The
voice
associationsde
oftraducteurs,
translators, interpreters
terminologists
à traversthe
le monde
around
world
Nouvelles
de la FIT
FIT
Newsletter
SOMMAIRE
CONTENT
La FIT fête ses 60 ans!
MOT DE LA PRÉSIDENTE
FITConseil
is celebrating!
Le
de la FIT à Oslo
En route pour assister
à la réunion du Conseil qui s’est tenue à Oslo en mars de
PRESIDENT’S
MESSAGE
cette année, le vice-président de la FIT, Henry Liu, et moi-même, avons rendu viOn
way to this
year’s Council
meeting
Oslo in March,
FIT vice-president
site our
à différentes
organisations
sœurs
et à desinorganisations
européennes,
conforHenry
Liu
and
I
visited
various
sister
organisations
and
European
institutions
as
mément à notre rôle qui est de renforcer les relations afin d’améliorer
notre propart
of
our
role
of
strengthening
relationships
for
the
betterment
of
the
profesfession. L’année dernière, le sondage auprès des membres indiquait clairement
sion.
year’s membership
survey
clearly
that était
representation
at an les
inque laLast
représentation
au niveau
régional
etindicated
international
un des services
ternational
andparmi
regional
level
is onepar
of the
services
value most
from FIT.
plus appréciés
ceux
offerts
la FIT.
Henrymembers
et moi étions
accompagnés
Henry
and
I
were
accompanied
by
the
FIT
Europe
steering
committee
member
d’un membre du Comité de direction de la FIT Europe, investie du portefeuille de
with
the portfolio
of European
institutional
relations,
Doris Grollman.
relations
institutionnelles
européennes,
Doris
Grollman.
There
is not
enoughpas
space
to report
on ici
these
butdétaillé
members
Nous ne
disposons
d’unhere
espace
suffisant
pourvisits
faireinundetail,
rapport
sur
will receive
shortly. What
struck us
was the
openness
of all those
we met
ces
visites, feedback
mais les membres
recevront
bientôt
des
informations
complémenand their
keennessd’esprit
to cooperate
Innous
each avons
case we
learnt about
theenthoucurrent
taires.
L’ouverture
de touswith
ceuxFIT.
que
rencontrés
et leur
priorities
andcoopérer
interesting
developments
in our
partners
andChaque
identified
ways
thata
siasme
pour
avec
la FIT est ce qui
nous
a frappés.
visite
nous
we could
continue
working
together.
appris
quelles
étaient
les priorités
et les développements intéressants chez nos
partenaires,
etwe
nous
avonswas
identifié
commentUnion
continuer
à travailler of
ensemble.
Among those
visited
the European
of Associations
Translation
Parmi
les associations
l’European
Union
of Associations
Companies
(EUATC). Asvisitées,
a major citons
concern
of European
freelance
translatorsofatTransleast
lation
Companies
(EUATC).
L’un descompanies
soucis majeurs
des traducteurs
européens
is a perceived
move
by translation
and agencies
to force freelancers
free-lance
est la tendance
entreprises
de traduction
à forcer
traducteurs
to accept lower
and lowerdes
rates
of payment,
we discussed
this les
openly
with theà
accepter
des tarifs de plus
plus
bas, ce
dont
nousfrankness
avons discuté
EUATC representative
and en
were
repaid
with
equal
on hisouvertement
side. It was
avec
le représentant
de l’EUATC, qui
s’est
francneeds
de son
côté. Le and
fait
heartening
that he acknowledged
that
themontré
issue oftrès
pricing
discussion
qu’il
que cethat
problème
demandait
discussionand
étaitpoints
encourageant
bothadmette
sides agreed
forumsde
fortarifs
exchanging
information
of view
et
noushelp
avons
convenu
que des forums
pourworking
échanger
des informations et des
would
mutual
understanding
and good
relationships.
points de vue nous aideraient à nous comprendre mutuellement et à avoir de
Among the European institutions FIT has not had much contact with in the past
bonnes relations de travail.
are the Translation and Interpreting sections of the European Court of Justice
Parmi
autres institutions
européennes
visitéesParliament.
avec lesquelles
FIT n’avait
and
thelesTranslation
Directorate
of the European
Thesela visits
were
pas
eu
beaucoup
de
contact
jusqu’à
présent,
citons
les
sections
d’interprétariat
eye-opening, as was that to the Court of Auditors. The Translation Centre for the
et
de traduction
de la Cour
européenne
Justice
et into
la direction
dewide-ranging
la traduction
Bodies
of the European
Union
gave us de
new
insight
just how
du
Parlement
Européen.
Ces
visites
ont
été
une
véritable
révélation,
comme par
the translation component of the EU’s work is.
exemple celle de la Cour des comptes. Le Centre de traduction de l’Union euroIn
addition
to these
institutions,
we furthered
our relationships
with
péenne
nous
a également
donné
un clair aperçu
de l’ampleur
desTermNet
servicesand
de
AIIC and initiated
with Translators Without Borders and TAUS. These orgatraduction
dont secontact
sert l’UE.
nisations all do very worthwhile work and we can all benefit from an exchange of
En plus de ces institutions, nous avons renforcé notre relation avec TermNet et
information and sharing of expertise. As this is an integral part of FIT’s mission, we
l’AIIC, et établi des contacts avec Traducteurs Sans Frontières et TAUS. Ces organiwill certainly be building on these contacts.
sations font un travail très louable et nous pouvons tous bénéficier d’un échange
d’informations et du partage de nos compétences. Puisque ceci fait partie intégrante de la mission de la FIT, il n’y a aucun doute que nous construirons sur la
Marion Boers
base de ces contacts.
President
FIT Council meets
in lors
Oslo
Contribution
de la FIT
d’une
conférenceto
deUNESCO
l’UNESCO
FIT contributes
Marion Boers
Président
conference
Des
traducteurs indiens ont
fait
paraître
un livrelaunch
sur le
Indian
translators
rôle
de
la
traduction
book on translation dans
in na-la
construction
d’un
pays
tion building
Nouvelles
deDublin:
Dublin:TranslaTraducNews from
tion
juste
ou
fausse
tion right or wrong
Agrément
national en IndoNational Certification
comes
nésie
to Indonesia
La
communication
entre la
AATI
at the 2013 Buenos
Chine
et
l’Argentine
sous le
Aires Book Fair
feu des projecteurs
Communication between
L’AATI
Salon
du livreinàthe
Chinaau
and
Argentina
Buenos
Aires en 2013
spotlight
JubilaTIon25
: Le
JubiléSilver
JubilaTIon 25:
AUSIT’s
d’argent
Jubilee de l’AUSIT
Membres
FTIM
et de la
FTIM andde
FITlaTCC
members
ième
FIT
TCC
Crossth lors du 10
at 10
Cross-Strait TranslaStrait
Translation
Forum
tion Forum
ème
17
Conférence
internatioOMT’s
17th Annual
Internale
annuelle
«
San
Jeró­
national Conference
“San
nimo »
2013
de
l’OMT
Jerónimo” 2013
Les
traducteurs
à l’honneur
Translators
feature
in Eurolors
de
la
Journée
européenne
pean Day of Languages
in
des
langues
en
Grèce
Greece
Signature
d’un
sur la
Agreement
onaccord
interpreter
formation
des interprètes
training signed
between
entre
l’AIIC
et la TAC
AIIC and TAC
Des
du CTC
de lain
FIT membres
TCC members
feature
FIT
prennent
la
parole
lors
intercultural communicad’une
conférence
sur
la
comtion conference
munication interculturelle
Passing of Florence Herbulot
Décès de Florence Herbulot
 +41 61 225 42 10 |  +41 61 225 44 10 | secretariat@fit-ift.org | www.fit-ift.org |  Aeschenvorstadt 71, CH-4051 Basel, Switzerland
DANS LES COULISSES
La FIT fête ses 60 ans!
L
a FIT célèbre son 60ème anniversaire.
La réunion de fondation de la FIT a eu
lieu en décembre 1953 et l’organisme a
été officiellement reconnu en mars 1954.
Pour cette raison, les occasions de fêter
cet événement s’étendront jusqu’à notre
XXème Congrès à Berlin, en août 2014. La
FIT célébrera officiellement l’anniversaire lors du Forum sur la traduction en
Asie en Malaisie en août 2013 (http://
ppa14atf.usm.my/), lors du Congrès à
Berlin en août 2014 (www.fit2014.org) et
lors de manifestations organisées par les
centres régionaux de la FIT.
Les membres de la FIT sont invités à
tout mettre en œuvre pour marquer
l’événement et en tirer fierté, sous le
thème « Soixante célébrations du 60ème
anniversaire de la FIT ». Des célébrations
auront donc lieu aux quatre coins du
monde.
L’hôte du XXème Congrès triennal de la FIT à Berlin en août
2014 sera le BDÜ, l’un des
six membres fondateurs de
la FIT, qui célébrera également son 60ème anniversaire.
Nous tenons à remercier tous
les participants à notre concours de dessin du logo du 60ème anniversaire de la
FIT et félicitons Jaroslav Soltys, auteur
du logo gagnant.
Le Conseil de la FIT à Oslo
L
e Conseil et la directrice générale de la
FIT se sont réunis à Oslo, en Norvège,
les 1, 2 et 3 mars à l’invitation de l’Association norvégienne des traducteurs
littéraires (NO) et de l’Association norvégienne des écrivains et traducteurs non
romanciers (NFF). Quelque 18 observateurs venus de partout en Europe ont
assisté à la réunion, laquelle s’est tenue
dans les bureaux de la NO, dans un bâtiment historique d’Oslo. La rencontre a
coïncidé avec trois journées de manifestations liées à la traduction à la Maison
de la littérature d’Oslo.
de lancer les célébrations du 60ème anniversaire de la Fédération, dont la NO
est un membre fondateur. La présidente
de la FIT, Marion Boers, en a touché
quelques mots à la fin d’un exposé à la
Maison de la littérature et à l’ouverture
de la réunion, et on a proposé un toast
en l’honneur de la FIT lors d’un dîner auquel la NO et la NFF avaient convié les
membres du Conseil, dans un restaurant
historique surplombant la ville.
Rapports et administration
Les rapports de la présidente, de la secrétaire générale, du trésorier et de la
directrice générale ont
donné un aperçu du travail
accompli à la Fédération
durant les 10 mois écoulés
depuis la dernière réunion
du Conseil. Des progrès raisonnables ont été réalisés et
les 18 mois qui viennent seront consacrés à finaliser les
projets entrepris. Les organisateurs du Congrès 2014
de la FIT ont fait un exposé
sur les progrès accomplis et
leur programme futur. Ces
plans ont enthousiasmé les
participants de la réunion.
Le contrat du Congrès a été
signé lors de la réunion.
Participants à la réunion du Conseil de la FIT à Oslo
Ces rencontres ont aussi été l’occasion
TRANSLATIO N° 2-3,
1, 2013
2,
2013
Centres régionaux et comités
Des représentants des trois centres régionaux étaient présents et ont fait
le compte rendu de leurs activités. Le
Conseil s’est réjoui de la reconstitution
du Centre régional Amérique du Nord.
On a examiné et approuvé les plans de
travail des comités de la FIT. Ces plans
ambitieux feront avancer la mission de
la FIT dans divers domaines. On trouvera
le détail des plans de travail sur le site
web de la FIT.
Le Comité des prix annoncera bientôt
la création de nouveaux prix qui seront
remis lors du Congrès à Berlin en août
2014. Les appels à nominations seront
bientôt ouverts – restez vigilants, afin de
poser la candidature de vos membres !
Le Congrès de 2011 avait souligné la nécessité de moderniser certains de nos
systèmes et de nos méthodes. Cette
tâche a été confiée au Comité de développement organisationnel, dont on a
discuté à fond du premier rapport à la réunion. On demandera aux membres de
contribuer à de nouvelles propositions.
Projets et visibilité
Après une analyse exhaustive du projet
de carte d’identité de la FIT, le Conseil a
conclu à regret que le projet n’était pas
2
viable actuellement et devait donc être
abandonné. On a discuté des divers
points du plan d’action du Conseil pour
2011 – 2014. Ceux-ci couvrent une vaste
gamme d’activités ayant notamment
trait aux communications et à la sensibilisation, et on continuera d’y travailler
durant les mois qui viennent.
la nécessité de poursuivre l’interaction
et les communications. Les travaux ont
progressé avec Red T et l’AIIC sur le Guide
pour les interprètes en zone de conflit, qui
existe désormais en cinq langues. La FIT
encouragera ses membres à le traduire
bénévolement dans d’autres langues et
à promouvoir son utilisation.
On a analysé les projets présentés au
concours de logo du 60e anniversaire de
la FIT et choisi un gagnant. On a discuté
des célébrations prévues au Forum asiatique de la FIT en Malaisie en août 2013.
Il y a du nouveau du côté des médias sociaux : la FIT est désormais présente sur
Facebook, LinkedIn, Twitter et YouTube
! Joignez-vous à nous et contribuez à
faire connaître la FIT, la profession et le
Congrès de Berlin.
Marion Boers et Henry Liu ont rendu visite à une série d’organisations et d’institutions européennes en se rendant à la
réunion du Conseil et souligné qu’on les
avait chaleureusement accueillis, et que
toutes les parties avaient convenu de
unira à l’occasion du Forum des traducteurs asiatiques de la FIT en Malaisie fin
août 2013, et poursuivra ses réunions
électroniques mensuelles.
Nouveaux membres de la famille de
la FIT depuis la dernière réunion du
Conseil:
• Département de traduction et
d’interprétation de l’Université Atilim, Turquie
• Section de traduction juridique
du Conseil judiciaire suprême de
l’État du Qatar
• Association des jeunes traducteurs
de l’Azerbaïdjan
• Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ)
Prochaines réunions
La prochaine réunion du Conseil aura
lieu à Johannesburg, en Afrique du Sud,
en mars 2014. Le Bureau de la FIT se ré-
Contribution de la FIT lors d’une conférence de l’UNESCO
Débora Farji-Haguet et Rupert Swyer ont
représenté la FIT à la Conférence internationale des ONG auprès de l’Unesco, les
13 et 14 décembre 2012. Le thème de la
conférence était : « Culture et cultures :
réconcilier universalité et diversité ».
Des ONG venues de toutes les régions
du monde, reflétant un vaste panorama
de préoccupations contemporaines ont
participé à la Conférence1. La Fédération Internationale des Traducteurs avait
donc toute sa place dans une telle enceinte, le but de cette présence étant de
relever le profil de la FIT ainsi que celui
des traducteurs en général.
Ses représentants sont parvenus à faire
adopter par la Conférence une modification au projet de contribution des ONG
à la préparation de la réflexion stratégique de l’Unesco, et notamment au
sujet de deux documents importants,
le 37 C/4 (projet de Stratégie à moyen
terme pour la période 2014 – 2021) et le
37 C/5 (projet de Programme et de Budget de l’Organisation pour 2014 – 2017).
En effet, constatant qu’aucune mention
n’était faite des langues dans le projet de
contribution soumis à la Conférence, la
FIT a soumis une demande d’ajout formulée ainsi:
«La Fédération Internationale des Traducteurs (FIT) constate que les aspects linguis-
TRANSLATIO N° 2-3,
1, 2013
2,
2013
tiques ne sont pas pris en compte explicitement dans ce projet de contribution et
souhaiterait que les questions de la diversité linguistique et du multilinguisme soient
clairement mentionnées. La FIT souhaite
souligner le rôle clé que peut jouer l’Unesco,
à travers ses différents programmes, dans la
promotion de la diversité linguistique et du
multilinguisme, et notamment dans le domaine de l’apprentissage des langues étrangères et dans celui de la traduction depuis et
vers les langues de moindre diffusion.
Nous proposons donc l’ajout d’un paragraphe intitulé «Langues», à la suite du paragraphe «Culture», libellé comme suit:
« Langues : L’Unesco doit continuer à promouvoir la diversité linguistique et le multilinguisme comme moyens essentiels de
réconcilier universalité et
diversité culturelles »
pour renouveler le Comité de liaison ainsi que pour le nouveau Président de la
Conférence internationale des ONG.
Par ailleurs, les dépliants fournis par le
Secrétariat (sous forme pdf ), ainsi que
plusieurs exemplaires du fascicule « Les
50 ans de la FIT », placés sur une des
tables prévues à cet effet, ont été distribués aux délégués.
Voir http://portal.unesco.org/en/ev.php-URL_
ID=49027&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html pour l’ensemble des informations disponibles concernant la Conférence et
ses conclusions.
1
Compte rendu de Rupert Swyer (SFT)
Photo par Rupert Swyer
Bien que la Conférence
ait choisi de ne pas traiter
la question des Langues
comme un paragraphe à
part entière, comme nous
le demandions, la phrase
elle-même a été retenue
telle quelle à la fin du paragraphe « Culture ».
En outre, la FIT a voté
dans les élections organisées à cette occasion,
Rupert Swyer et Débora Farji-Haguet à la conférence de l’UNESCO
3
ON EN PARLE
Des traducteurs indiens ont fait paraître un livre sur le
rôle de la traduction dans la construction d’un pays
Publié conjointement par Modlingua et l’Association indienne des traducteurs, le livre
Role of Translation in Nation Building (Le rôle
de la traduction dans la construction d’un pays)
(édité par Ravi Kumar) examine comment les
traducteurs ont toujours joué un rôle essentiel dans les changements sociaux et culturels de la société et comment ils continuent
de jouer un rôle majeur, toujours croissant,
dans la propagation des connaissances et
des informations disponibles de nos jours. À
l’ère de la mondialisation, la demande de traductions et de services relatifs aux langues
a fortement augmenté et la traduction n’est
pas seulement nécessaire pour créer une
identité nationale mais elle est devenue aussi un outil essentiel pour suivre le rythme de
la mondialisation et de la localisation. Bien
souvent nous considérons comme un dû le
rôle essentiel du traducteur au niveau (intra)
national et nous sommes moins conscients
du rôle tout autant essentiel de médiateur
qu’il joue au niveau international et peutêtre dans la création d’identités supranationales globales, plus larges qui semblent destinées à être suivies dans l’avenir.
tion des pays non seulement dans le
contexte indien/asiatique mais aussi dans
le contexte de l’Europe, du Canada, de
l’Afrique, de l’Australie et du monde arabe.
» Par conséquent, d’une certaine manière,
le large éventail du livre couvre le monde
entier. Le livre tend aussi à répondre à des
questions comme: Quel rôle la traduction a-t-elle joué dans la construction du
contexte indien et aussi dans le contexte
international ? Est-ce facile ou difficile de
voir la traduction et la construction d’un
pays comme allant de paire ? La traduction a-t-elle joué un rôle dans les mouvements modernistes turcs et la montée
du pays vers l’Union Européenne ? Les
conflits nationaux et les politiques linguistiques ont-ils un impact sur les œuvres littéraires et les traductions ? Comment les
médias peuvent-ils jouer un rôle efficace
en provoquant des changements sociaux
au moyen de traductions ? Quelles conséquences la traduction a-t-elle sur le discours sur le nationalisme et sur la mondialisation dans le monde arabe ?
Le livre peut servir d’outil/ de texte de
Le livre montre aussi « comment la traduc- référence aux étudiants en cours d’aption a joué un rôle essentiel dans la forma- prentissage d’une langue et de sa théorie,
durant des études en traduction, et
des études littéraires, ainsi qu’aux
chercheurs dans des domaines liés
à la traduction, au nationalisme, à
la mondialisation, aux études internationales, etc. et aux enseignants
dans ces matières.
Article de Ravi Kumar, Président,
Association indienne des traducteurs
Nouvelles de Dublin: Traduction juste ou fausse
Un nouveau livre de traductologie, intitulé
Translation Right or Wrong (Traduction juste
ou fausse), vient d’être publié (Rédacteurs:
Susana Bayó Belenguer, Eiléan Ní Chuilleanáin, & Cormac Ó Cuilleanáin, avec l’aide
de Guilia Zuodar). Bien que les débats universitaires sur les traductions aient radicalement été redéfinis par de récents développements théoriques, la question du “juste
et du faux” et “ du meilleur” ou du “pire” revient obstinément sur le tapis, en particulier
dans des contextes culturels où il y a de la
place pour les opinions et les débats. Cette
collection opportune qui rassemble des traducteurs renommés, des figures éminentes
d’études en traductologie et de nouveaux
chercheurs, offre des contextes variés, des
objectifs, des axes et des médias au sein des-
TRANSLATIO N° 2-3,
1, 2013
2,
2013
quels les revendications générales relatives à la qualité de la traduction peuvent
être réexaminées.
Le livre couvre plusieurs domaines liés,
comprenant un important volet sur le
traducteur en tant qu’écrivain et en tant
que personne ; une critique des choix
moraux et politique des traducteurs ; une
exploration des forces historiques qui affectent le processus de traduction ; des
comptes rendus de nouveaux développements dans le domaine de la traduction
technique, les réactions de l’auditoire,
les nouvelles technologies ; et enfin des
moyens ingénieux pour gérer le langage
blasphématoire et le langage tabou. Pour
de plus amples informations, veuillez consulter le site :
http://www.fourcourtspress.ie/product.php?intProductID=1095
4
Agrément national en Indonésie
J
’ignore ce qu’il en est ailleurs, mais en
Indonésie, d’où je viens, les traducteurs et interprètes n’ont hélas aucune
reconnaissance juridique. Ainsi, n’importe quel Pierre, Jean ou Jacques – ou
Slamet, Untung ou Bejo en l’occurrence
– peut se proclamer traducteur ou interprète s’il sait dire « bonjour » ou «
comment allez-vous? » en français ou en
anglais.
Le président de l’HPI Eddie Notowidigdo (à
gauche) félicite Hendarto Setiadi, ancien
président de l’HPI (2007 – 2010) et président du
comité TSN, qui a passé avec succès l’examen
national d’agrément des traducteurs
Cette situation n’est pas propice au sain
épanouissement du secteur de la traduction. Les utilisateurs des services ont
du mal à distinguer les traducteurs qualifiés, tandis que les traducteurs professionnels affrontent la concurrence malsaine de personnes non qualifiées qui
pratiquent des tarifs ridiculement bas.
onds, sans tenir compte du fait que les
traducteurs assermentés n’ont été jugés
que sur la traduction de textes juridiques. Il arrive donc qu’un demandeur
insiste pour que son manuel d’utilisation
d’un mixeur ou d’une tondeuse soit confié à un traducteur assermenté afin de
garantir l’exactitude du travail.
Dans ce contexte, l’Association des traducteurs indonésiens (Himpunan Penerjemah Indonesia – connue sous son
acronyme HPI) s’est sentie tenue d’instituer un examen d’agrément national
(Tes Sertifikasi Nasional – TSN) donnant
à ses membres la possibilité d’obtenir
un certificat d’un organisme professionnel. L’examen est confié à un comité indépendant, qui jouit d’une pleine autonomie en ce qui a trait à sa conception et
à sa mise en œuvre.
Contrairement à l’examen de traducteur
assermenté, ouvert à tous, le TSN n’est
ouvert qu’aux membres à part entière
de l’HPI, à savoir des traducteurs professionnels qui ont satisfait aux critères
d’admission rigoureux de l’association.
En 2010, le comité dirigé par le président
de l’association de l’époque a organisé le
premier examen qui évaluait des qualités comme l’exactitude, la maîtrise des
langues, le naturel de l’expression et la
grammaire. Bien que tous les candidats
aient été des traducteurs professionnels,
ils n’ont été qu’environ 50 % à réussir le
test et à recevoir le titre de traducteur
agréé de l’HPI.
Jusqu’à maintenant, l’examen a eu lieu
une fois par année, en 2010, 2011 et
Anna Wiksmadhara, secrétaire de l’association,
reçoit son certificat d’agrément du président
du comité TSN, Hendarto Setiadi
2012, et seulement dans deux combinaisons linguistiques, à savoir anglais-indonésien et indonésien-anglais. Le comité prévoit de faire passer le test dans
d’autres langues comme le français,
l’allemand, le néerlandais, le japonais et
l’arabe, langues étrangères les plus pratiquées par les traducteurs indonésiens.
Cette année, le comité entend faire passer des examens en traduction générale,
traduction juridique et interprétation.
Article et photos de D Rahadi “Eddie”
Notowidigdo, Président de l’Association
des traducteurs indonésiens (HPI)
Jusqu’en 2010, l’administration régionale de Djakarta organisait des examens
annuels de traducteurs assermentés. Le
gouverneur de Djakarta demandait à
l’Universitas Indonesia de faire passer ces
tests, puis assermentait solennellement
les traducteurs qui les avaient réussis.
L’examen consistait à traduire des textes
juridiques et, sur des centaines d’inscrits,
seuls 10 à 15 candidats le réussissaient
en moyenne chaque année.
Le public connaît donc uniquement l’existence de traducteurs assermentés et
non assermentés. On présume évidemment les premiers supérieurs aux sec-
TRANSLATIO N° 2-3,
1, 2013
2,
2013
Des traducteurs agréés de l’HPI avec leur certificat d’agrément lors d’une cérémonie officielle
5
VIE DES ASSOCIATIONS
La communication entre la Chine et l’Argentine
sous le feu des projecteurs
L
e 11 avril 2013, l’Association argentine des traducteurs et des interprètes
(AATI) a organisé le deuxième Séminaire de communication interculturelle
sur la culture et le protocole chinois à
Buenos Aires, à la suite d’une première
conférence très réussie en 2012. Cette
activité faisait partie des efforts faits par
l’AATI pour faire prendre conscience de
l’importance des compétences interculturelles pour les traducteurs et les interprètes, qui souvent se trouvent face à
des situations qui leur demandent d’agir
comme intermédiaires entre le monde
des affaires et le gouvernement.
Participants au Séminaire CIC de l’AATI
Le programme traitait des aspects régionaux, générationnels, commerciaux
et politiques; de la communication verbale, des obstacles à la communication
et des erreurs fréquentes d’interprétation
; des schémas de pensée et des styles de
conversation ; du contexte idéologique
et moral; des chocs culturels; des perceptions et des stéréotypes; de la communication non verbale dans la culture
chinoise.
Mme Alejandra Conconi, spécialiste en
cultures et sociétés asiatiques, est la coordinatrice du Centre des études chinoises à l’Universidad Nacional de La Plata et
professeur à l’Universidad del Salvador.
Dans son exposé, elle a fait remarquer
que ce qui suit : « En Chine, la communication interculturelle comprend une
série de compétences qui sont généralement incluses dans le programme universitaire… En abordant les croyances,
les pensées et les valeurs universelles
qui sous-tendent l’apprentissage de la
langue anglaise, les étudiants comprennent la nécessité d’aller au-delà de l’apprentissage d’une langue étrangère pour
réussir à communiquer pleinement …
L’Argentine sera de plus en plus exposée
à des échanges et des relations directes
avec des personnes venant de Chine. Par
la formation que j’ai reçue sur la société
et la culture chinoise, j’ai constaté que
de nombreux malentendus sont nés de
préjugés culturels. Ceci m’a encouragée
à continuer de sensibiliser par l’éducation, afin que la communication entre les
Chinois et les Argentins s’améliore for-
tement dans l’avenir. » L’AATI a eu l’honneur d’avoir un auditoire très engagé,
comprenant des traducteurs et des
étudiants, ainsi que des membres de l’Institut d’enseignement supérieur pour les
interprètes chinois (ISIIC), qui ont assisté
au séminaire avec le directeur de l’ISIIC,
Professeur Roxana I Hua Huang.
Les réactions de l’auditoire ont été très
positives. « Un excellent séminaire …
dans un climat très amical… les organisateurs nous ont très bien accueillis »
a déclaré une traductrice, María Elisa
Favre. Parrainé par le Confucius Institute, le séminaire a été organisé par la
vice-présidente de l’AATI, María Laura
Ramos, et la directrice de la formation
continue, María Fajerman.
Avec comme devise « Le pont des ponts
», l’AATI dirige une série d’initiatives en
vue d’élargir l’horizon de la profession
des T&I, dans des domaines tels que
la communication interculturelle, les
langues et les cultures des minorités et
des indigènes, l’interprétation gestuelle
et l’accessibilité à l’audiovisuel. Au cœur
des efforts de l’AATI en matière de diversité se trouve le désir de défendre le rôle
des traducteurs et des interprètes en
tant que moteurs clés d’une communication efficace.
Article et photos de Marita Propato
L’AATI au Salon du livre à Buenos Aires en 2013 :
La traduction à l’ordre du jour de la rencontre du secteur de l’édition
E
n tant qu’équipe de l’AATI (Association
argentine des Traducteurs et des Interprètes) nous n’avions qu’une idée en
tête lorsque l’après-midi du 19 mai, nous
prenions l’ascenseur vers le premier
étage du Centre de conférences professionnelles au Salon international du livre
de Buenos Aires, en 2013 : « Nous sommes
enfin arrivés au Salon ! ». En effet, c’est un
jalon important pour une association argentine de traducteurs d’être invitée à
TRANSLATIO N° 2-3,
1, 2013
2,
2013
prendre part à des tables rondes de haut
niveau organisées par la Feria del Libro
de Buenos Aires, pour les auteurs, les éditeurs et autres professionnels du secteur
du livre. Chaque année, des sessions
professionnelles présentent des conférenciers renommés qui engagent des
discussions et des ateliers conçus pour
faire progresser le domaine de l’édition.
Cette année, le CADRA, le Centre argentin de gestion collective des droits a invi-
té l’AATI à son onzième séminaire sur le
droit d’auteur.
Et la table ronde de l’AATI s’est montrée
à la hauteur au-delà de toute attente.
Les traducteurs Estela Consigli (Français/
Espagnol) et Lucila Cordone (Anglais/
Espagnol) ont préparé un exposé extraordinaire sur les droits de propriété
intellectuelle des traducteurs, fondé sur
un examen de la législation relative au
droit d’auteur dans les pays européens
6
et une analyse contrastive de la situation
en Argentine. L’exposé comprenait aussi
un compte rendu détaillé des initiatives
que l’AATI entreprend dans cette région.
Un auteur éminent, Andrés Ehrenhaus
a ajouté une perspective internationale
sur les droits moraux et financiers assignés aux traducteurs travaillant pour des
maisons d’édition, et il a parlé de la législation qui est nécessaire pour renforcer
ces droits en Argentine. Le philosophe
Javier Riera, directeur de la maison
d’édition Biblos, a joué un rôle de facilitateur et a partagé avec les participants
quelques-unes des meilleures pratiques
dans le choix des traducteurs.
Les conférenciers : traducteur argentin résidant
à Barcelone, Andrés Ehrenhaus, avec Estela
Consigli et Lucila Cordone de l’AATI
L’auditoire comprenait des traducteurs,
des écrivains, des éditeurs et des juristes
spécialisés dans le domaine des droits
de propriété intellectuelle. Certaines réflexions échangées par les participants
ont suscité un débat intéressant : « Traducteurs, auteurs et éditeurs font partie
de la même équipe. La réussite de l’un
d’entre eux est la réussite de tous » a
déclaré l’éditeur Riera. Estela Consigli a
ajouté : « Améliorer le secteur de l’édition, et par conséquent élargir l’accès
universel aux biens spirituels de l’humanité, veut dire construire des ponts
qui nous aideront à nous comprendre
les uns les autres en dépit de nos différences. »
« Nous avons eu l’honneur d’être invités
par le CADRA au Salon du livre pour participer aux débats. L’AATI plaide depuis
longtemps en faveur des droits des traducteurs d’œuvres publiées, mais nous
avons fait peu de progrès jusqu’ici. Maintenant nous nous faisons entendre dans
les forums spécialisés » a dit Alejandra
Jorge, le président de l’AATI . « Comment
continuons-nous? En montrant clairement que nos demandes sont justes et
qu’une nouvelle législation est nécessaire pour reconnaître notre travail. Nous
nous réunissons avec des juristes, des
fonctionnaires du gouvernement et des
collègues d’autres parties du monde.
Toute personne désireuse de coopérer
est la bienvenue. »
Une citation de la directrice du Salon
du livre, Gabriela Adamo, dans le PEN/
IRL Rapport sur la situation internationale
des traducteurs littéraires (Section argentine) illustre les conditions de travail des
traducteurs dans des maisons d’édition
dans notre région :
« La situation est encore plus grave lorsqu’il s’agit des conditions de travail. En
général, les traducteurs sont très mal
payés, ils ne signent pas de contrat avec
leurs éditeurs, ou, s’ils le font, ils sont tenus d’accepter des conditions pénibles
telles que renoncer au droit d’auteur.
Cela signifie que l’éditeur peut imprimer la traduction aussi longtemps qu’il
le juge nécessaire, ou la vendre pour
qu’elle soit utilisée dans d’autres pays
ou sous d’autres formats, sans que le traducteur ne soit payé.”
Le vent du changement souffle puisque
différents groupes travaillent dur pour
changer cette mentalité. La traductrice
Lucila Cordone a eu des paroles peines
d’espoir dans sa conclusion ; « Par coïncidence, la devise choisie par le Salon
du livre cette année, Les livres ponts, et
la nouvelle devise de notre association,
Puente de Puentes (Le pont des ponts),
nous font penser que la conférence est
un bon point de départ, et nous attendons avec impatience de voir la présence des traducteurs augmenter dans
les foires et les forums. »
Membres de l’équipe de l’AATI
Dans Pourquoi les questions relatives à la
traduction, la traductrice, Edith Grossman, vivement saluée par le public, a
déclaré, « Partout où existe la littérature,
existe la traduction. » C’est pourquoi
l’AATI était présente au Salon du livre.
C’était une expérience presque magique
que de vivre ce Salon 2013 d’aussi près.
La voie des traducteurs se fait entendre.
L’AATI et le CADRA, les débats organisés
par le Club de Traductores Literarios de
Buenos Aires, et le Café Amsterdam, un
café novateur organisé par la Fondation
néerlandaise pour la littérature mettant
en vedette des traducteurs collaborant
avec des auteurs, témoignent de la visibilité accrue des traducteurs qui se manifestent dans les forums importants du
secteur.
Article et photos de Marita Propato
JubilaTIon 25 : Le Jubilé d’argent de l’AUSIT
L
’Institut australien des interprètes et
des traducteurs (The Australian Institute of Interpreters and Translators
(AUSIT)) a célébré son Jubilé d’argent
avec une conférence internationale
tenue à Sydney en décembre dernier.
Dans le cadre verdoyant de l’Université
Macquarie, 300 délégués se sont rassemblés pendant trois jours stimulants
d’exposés, de discussions et de prises de
TRANSLATIO N° 2-3,
1, 2013
2,
2013
contact. L’AUSIT comprend environ 600
membres, qui étaient bien représentés
à la conférence en même temps que
des universitaires internationaux et des
prestataires de services linguistiques.
La conférence biennale a été organisée une fois de plus par un comité de
bénévoles dévoués. Les exposés ont
couvert des sujets tels que la langue
publique, la traduction littéraire, les
normes et la formation, la description
audio et le sous-titrage audio, et l’avenir de la profession. Quarante exposés
divers, des ateliers et des discussions
en groupe se sont déroulés en quatre
sessions parallèles, comprenant l’interprétariat communautaire (juridique et
relatif à la santé), la théorie et la pédagogie de la traduction, la technologie et la
traduction automatique, le sous-titrage
7
et des séances particulières de linguistique. Le programme complet peut être
consulté sur http://ausitconference.org/
Programme.php.
Le temps fort de la célébration du 25ième
Adolfo Gentile découpe le gâteau du 25ième
anniversaire de l’AUSIT
anniversaire a été la nomination d’Adolfo Gentile comme membre d’honneur
de l’AUSIT. Adolfo, membre fondateur
de l’Institut, qui a aussi été président
de la FIT (1999 – 2002), a été le premier
professeur d’interprétariat et de traduc-
tion en Australie. Ensuite, le Professeur
Sandra Hale s’est aussi distinguée à la
conférence annuelle du Jill Blewett Memorial. Dans son exposé, « C’est encore
loin? Faisons le point pour savoir où
nous sommes et vers où nous allons »,
elle a rappelé son parcours depuis l’immigration en Australie avec sa famille,
lorsqu’elle avait 12 ans, ne parlait pas
l’anglais, jusqu’à son poste de spécialiste de renommée internationale et de
chercheur dans le domaine de l’interprétariat, faisant de temps en temps une
pause pour regarder les étapes importantes du développement de notre profession en Australie (voir l’ensemble de
la conférence sur : http://bit.ly/Y3kN8p).
L’événement a aussi été marqué par la
parution du code de déontologie de
l’AUSIT, mis à jour, après deux ans de
recherches et de travail intense. Il sera
partagé avec la NZSTI dans ce qui est
peut-être le premier exemple de code
déontologique transnational pour notre
profession.
Un délégué a fait remarquer que l’aspect intéressant d’une conférence pour
un universitaire était l’opportunité de
développer des contacts en dehors de
son propre domaine de compétence,
de voir vers où se dirige la recherche,
et d’apprendre comment d’autres institutions font face à la mondialisation de
[De gauche à droite] La présidente natio­
nale Annamaria Arnall avec les présidents
précédents Mary Gurgone, Yveline Piller, Uli
Priester, Luciano Ginori et Bob Filipovich
notre profession et aux demandes du
marché. « Il est crucial qu’en tant que
formateurs nous nous tenions au courant de ces changements et explorions
comment préparer les traducteurs et les
interprètes à l’environnement actuel et à
venir. »
Article de Terry Chesher et
Barbara McGilvray
Photos de Stephen Houston
Membres de la FTIM et de la FIT TCC
lors du 10ième Cross-Strait Translation Forum
L
e 10ième Cross-Strait Translation Forum
s’est tenu à l’Institut des hautes études
d’interprétariat et de traduction (Graduate Institute of Interpretation and Translation (GIIT)), à l’Institut des études internationales de Shanghai, les 24 et 25 avril
2013. Présidents, doyens, directeurs et
universitaires de 30 organismes d’études
en traduction et en interprétariat et
d’autres institutions, venus de Chine, de
Hong Kong, de Macao et de Taiwan ont
participé à ce forum. Mr Huang Youyi,
Administrateur général et Rédacteur en
chef du Centre administratif de publication des langues étrangères en Chine
et vice-président de l’Association des
traducteurs de Chine (TAC), a assisté a
la cérémonie d’ouverture et a prononcé
une allocation de bienvenue. Prof. Chai
Mingjiong, Doyen du GIIT, et Prof. Xie
Tianzhen, Directeur du centre d’Etudes
en traduction au GIIT, ont aussi pronon-
TRANSLATIO N° 2-3,
1, 2013
2,
2013
cé des discours au nom de l’institution les futures directions du East Journal of
Translation, un journal de plus en plus
d’accueil.
Les membres de la FTIM et la FIT TCC populaire sur les études en traduction et
Prof. Mao Sihui, Prof. Zhang Meifang et en interprétariat d’un point de vue interProf. Sun Yifeng ont assisté au forum disciplinaire.
Article de Mao Sihui
et échangé leurs vues et leur expérience dans la direction de programmes
Photo de Mu Lei
d’études en traduction
dans différents contextes éducatifs, sociaux
et culturels. Ils ont aussi rejoint deux séances
spéciales organisées par
le GIIT, l’une portant sur
les réalisations universitaires et le développement disciplinaire des
études en traduction
littéraire, présidée par
Xie Tianzhen, et l’autre
sur les politiques éditoriales, les réalisations et
[De gauche à droite] Mao Sihui, Zhang Meifang, Sun Yifeng
8
17ème Conférence internationale annuelle
« San Jerónimo » 2013 de l’OMT
L
a section occidentale de l’Association
des traducteurs mexicains (OMT) tiendra sa 17ème Conférence internationale
annuelle, La traduction : pont entre les
cultures, durant la Foire internationale
du livre (FIL) de Guadalajara à Guadalajara (Jalisco), au Mexique le 30 novembre
et le 1er décembre 2013.
Cette rencontre a toujours eu pour objectif d’offrir aux interprètes et aux traducteurs un forum de deux jours où ils
peuvent se réunir pour parfaire leurs
compétences tout en réfléchissant sur
les enjeux culturels et pratiques liés à
leur profession. Étant l’une des nombreuses manifestations parallèles de
la FIL, la conférence donne aussi l’occasion de réseauter et d’explorer des
domaines professionnels dans le cadre
des activités de la plus importante foire
du livre hispanophone, à laquelle tous
les participants ont accès gratuitement.
ager la discussion et les débats sur des
enjeux comme l’identité, le contact et
l’interaction entre les cultures, la lutte
contre les stéréotypes, les préjugés et
la censure en traduction, l’altérité dans
la traduction, les langues majoritaires et
minoritaires, les outils d’aide à la traduction, l’histoire de la traduction, ainsi que
la traduction et l’interprétation dans des
domaines particuliers.
Le thème du congrès, « La traduction :
pont entre les cultures », veut encour-
Pour de plus amples renseignements,
écrire à congreso.OMT.FIL@gmail.com.
Les traducteurs à l’honneur lors de la Journée européenne des langues en Grèce
U
ne manifestation intitulée « Ponts
entre les cultures : la profession de
traducteur » s’est tenue au Bureau du
Parlement européen à Athènes le 17
octobre 2012, dans le cadre des célébrations de la Journée européenne des
langues. Cette journée était organisée
par l’Association panhellénique des traducteurs professionnels diplômés de
l’Université ionienne (PEEMPIP), de concert avec l’Association panhellénique
des traducteurs, l’Université nationale
d’Athènes et l’Université Aristote de
Thessalonique. La Direction générale de
la traduction et la Représentation de la
Commission européenne à Athènes ont
accueilli l’événement.
Quelque 450 personnes, dont une majorité d’étudiants et de traducteurs, ont
assisté à la rencontre à Athènes ou y ont
participé par téléconférence de Bruxelles, Thessalonique, Corfou, Nicosie
et Luxembourg. C’était la première fois
que se réunissait l’ensemble des intervenants clés du secteur de la traduction en
Grèce, comme les établissements d’enseignement, associations professionnelles, éditeurs et institutions publiques.
On a exploré le rôle des traducteurs dans
différents contextes sous divers points
de vue, en soulignant les atouts et les
problèmes actuels du secteur.
TRANSLATIO N° 2-3,
1, 2013
2,
2013
La réunion comprenait deux sessions
principales – Traducteurs et éditeurs, et
Traducteurs et agences de traduction –
subdivisées en six thèmes :
• Le traducteur et le secteur de l’édition
• Publications et universités
• Traduction de livres
• Les clients institutionnels d’un traducteur
• Modèles de bureau de traduction
• Les agences de traduction et les traducteurs
Vingt-cinq conférenciers ont partagé
leur savoir, leur expérience et leurs
compétences avec l’auditoire, qui a engagé des conversations fructueuses à la
conclusion de chaque thème. Ce marathon de discussions a eu des résultats
très productifs, et tous les spécialistes de
la traduction ont reconnu qu’ils devaient
plus que jamais collaborer, communiquer, partager leurs expériences et
échanger des opinions.
Article de Maria Leridi
Photo par Maria Polychronopoulou
9
A L’AFFICHE
Signature d’un accord sur la formation des interprètes entre l’AIIC et la TAC
L
e 27 avril 2013, l’Association internationale des interprètes de conférence
(AIIC) et l’Association des traducteurs de
Chine (TAC) ont signé un accord sur la
formation des interprètes. Linda Fitch-
Linda Fitchett et Huang Youyi à la cérémonie
de signature
ett, présidente de l’AIIC, et Huang Youyi,
vice-président et secrétaire général de la
TAC, ont signé le document au nom de
leurs associations respectives. Les deux
parties se sont engagées à agir de concert pour améliorer la qualité de l’interprétation, et notamment de l’interprétation de conférence, en conjuguant leur
expérience et en s’efforçant de répondre
aux besoins du marché de l’interprétation en chinois et en langues étrangères.
Ils se sont aussi penchés sérieusement
sur les possibilités de collaboration dans
d’autres sphères de l’interprétation, y
compris le domaine de la recherche en
interprétation.
Huang Changqi, adjointe du président
de la TAC, Yang Ping, vice-secrétaire
générale de la TAC, et Lynette Shi, directrice de Conference Interpreters Asian
Pacific, réseau des membres de l’AIIC
dans la région Asie-Pacifique, assistaient
[de gauche à droite] Lynette Shi, Linda Fitchett,
Huang Youyi, Huang Changqi et Yang Ping
à la signature. Linda Fitchett a profité de
son séjour pour rendre visite au Secrétariat de la TAC et s’entretenir brièvement
avec des stagiaires du programme de
formation permanente de la TAC sur la
gestion de projets et les technologies de
la traduction et de la localisation.
Article de Huang Changqi
Photos par la TAC
Des membres du CTC de la FIT prennent la parole lors
d’une conférence sur la communication interculturelle
Organisée conjointement par l’Institut
polytechnique de Macao et l’Université
normale du Xinjiang, la 4e Conférence
internationale sur l’anglais, discours et
communication interculturelle a eu lieu
du 4 au 10 juin 2013 à Macao (1ère partie)
et à Urumqi, dans la région autonome
chinoise du Xinjiang Uygur (2ème partie).
Durant la conférence, qui comprenait
14 présentations principales et plus
de 40 sessions parallèles, 12 éminents
chercheurs d’Australie, de Belgique, du
Royaume-Uni, des États-Unis, de Chine,
de Hong Kong et de Macao ont été invités à faire les exposés principaux, parmi lesquels les professeurs Sun Yifeng et
Mao Sihui, membres du CTC (Comité traduction et culture) de la FIT, qui se sont
adressés aux participants dans les deux
villes. Dans son exposé sur la traduction
de la modernité chinoise, le professeur
Sun a souligné que la langue et la culture
chinoises ont été enrichies par l’emprunt
de tropes d’origine étrangère, mais que
La 4ème Conférence internationale sur l’anglais, discours et communication interculturelle (Macao)
TRANSLATIO N° 2-3,
1, 2013
2,
2013
10
la recherche de la modernité se heurte
à de nombreux problèmes. L’accession à
la modernité est un idéal d’avenir pour
la Chine, et la traduction a joué et jouera
toujours un rôle important dans cette
démarche ardue et fascinante. Le profes-
façonne de plus en plus l’acquisition de
la culture dans les sociétés non occidentales, il faut aussi reconnaître l’urgence
d’étendre le pouvoir, la vision et l’efficacité des médias chinois et d’ouvrir davantage de canaux de communication jugés
objectifs, fiables et équitables avec la
communauté internationale.
graphique et culturel. Les pays suivants
étaient représentés : Royaume-Uni,
États-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande,
Belgique, Chili, Pologne, Russie, République de Corée, Japon, Turquie, Nigeria,
Iran, Thaïlande, Malaisie, Philippines, Vietnam, Chine continentale, Hong Kong,
Taiwan et Macao.
Plus de 300 universitaires de différentes
disciplines, professeurs d’anglais et
professionnels T/I ont participé à cette rencontre stimulante dans deux
villes présentant un grand intérêt géo-
Article de Mao Sihui, président de la FTIM
Photos du bureau des relations publiques
de l’Institut polytechnique de Macao
Discours du professeur Sun Yifeng
seur Mao Sihui (président de la FTIM et
du CTC de la FIT) s’est concentré quant
à lui sur les défis des médias chinois à
l’ère numérique, en abordant la revendication populaire de plein accès à l’information et de liberté d’expression et l’urgence pour la Chine de faire passer son
message d’essor pacifique dans la communauté internationale. Il a soutenu que
si l’on critique le discours occidental, qui
Allocution du professeur Mao Sihui
Décès de Florence Herbulot
C’est avec une profonde tristesse que
nous avons appris le décès de notre
consœur, ancienne présidente de la FIT
et conseiller honoraire de la
fédération, Florence Herbulot,
survenu le 26 mai 2013.
Florence a travaillé et promu
les métiers de la traduction
et de l’interprétation pendant longtemps. Elle a été
élue membre du Conseil et
vice-présidente de la FIT en
1990 et 1993, puis présidente,
de 1996 à 1999. En 1999, elle a
reçu la médaille commémorative Pierre-François Caillé qui
récompense les personnes
ayant fait preuve d’un incon-
testable mérite dans la promotion du
statut et de la réputation de la profession
de traducteur à un niveau international.
Avant de rejoindre la FIT, Florence a fait
partie du Comité directeur de la Société
française des traducteurs pendant plus
de 15 ans, occupant successivement les fonctions de
trésorière adjointe, secrétaire
générale, vice-présidente et
présidente.
Auteure de plus de 150 traductions de livres, pour la plupart
liés à la mer et à la navigation,
Florence a été aussi enseignante de traduction à l’École
Supérieure d’Interprètes et de
Traducteurs (ESIT, Sorbonne
Nouvelle). Elle jouissait d’une
grande estime partout dans le
monde.
Photo par Sheryl Hinkkanen
En mémoire de Florence Herbulot, ancienne présidente de la FIT
TRANSLATIO N° 2-3,
1, 2013
2,
2013
11
SOMMAIRE
La FIT fête ses 60 ans!
Le Conseil de la FIT à Oslo
Contribution de la FIT lors
d’une conférence de l’UNESCO
Des traducteurs indiens ont
fait paraître un livre sur le
rôle de la traduction dans la
construction d’un pays
Nouvelles de Dublin: Traduction juste ou fausse
Agrément national en Indonésie
La communication entre la
Chine et l’Argentine sous le
feu des projecteurs
TRANSLATIO • Nouvelles de la FIT
2013, N° 2-3
Rédacteur : Mao Sihui
translatio@fit-ift.org
Rédacteur pour la version française : Marc Orlando
Traduction : Marie-Jeanne Boisacq, Yves Drolet
Direction artistique : Jaroslav Soltys
Photos : Reinoud Boers p. 1; Changqi Huang p. 2
Siège social : REGUS, 57 rue d’Amsterdam, 75008 Paris, France
Secrétariat : Aeschenvorstadt 71, 4051 Bâle, Suisse
Tél. : +41 (0)61 225 42 10
Fax : +41 (0)61 225 44 10
www.fit-ift.org, secretariat@fit-ift.org
© Fédération Internationale des Traducteurs (Paris)
ISSN 1027-8087
L’AATI au Salon du livre à
Buenos Aires en 2013
JubilaTIon25 : Le Jubilé
d’argent de l’AUSIT
Membres de la FTIM et de la
FIT TCC lors du 10ième CrossStrait Translation Forum
17ème Conférence internationale annuelle « San Jeró­
nimo » 2013 de l’OMT
Les traducteurs à l’honneur
lors de la Journée européenne
des langues en Grèce
Signature d’un accord sur la
formation des interprètes
entre l’AIIC et la TAC
Des membres du CTC de la
FIT prennent la parole lors
d’une conférence sur la communication interculturelle
Décès de Florence Herbulot
TRANSLATIO N° 2-3,
1, 2013
2,
2013
TRANSLATIO • FIT Newsletter
2013, N° 2-3
Editor: Mao Sihui
translatio@fit-ift.org
French editor: Marc Orlando
Translation: Marie-Jeanne Boisacq, Yves Drolet
Art director: Jaroslav Soltys
Photos: Reinoud Boers p. 1; Changqi Huang p. 2
Registered Office: REGUS, 57 rue d’Amsterdam, 75008 Paris, France
Secretariat: Aeschenvorstadt 71, 4051 Basel, Switzerland
Tel. : +41 (0)61 225 42 10
Fax : +41 (0)61 225 44 10
www.fit-ift.org, secretariat@fit-ift.org
© Fédération Internationale des Traducteurs (Paris)
ISSN 1027-8087
12
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising