1. Introduction - Ministère de la Culture et de la Communication

1. Introduction - Ministère de la Culture et de la Communication
SOMMAIRE
1.
INTRODUCTION...........................................................................................................4
2.
LA BASE DE DONNÉES ARCHIDOC ..........................................................................5
3.
4.
2.1.
Contexte............................................................................................................5
2.2.
Présentation et évaluation critique .................................................................7
2.3.
Comparaison de la couverture géographique d’ARCHIDOC avec celle
de MERIMEE ...................................................................................................19
2.4.
Conclusions et suggestions d’améliorations ...............................................21
LA BASE DE DONNÉES ARCHIRES.........................................................................24
3.1.
Contexte..........................................................................................................24
3.2.
Présentation et évaluation critique ...............................................................28
3.3.
Conclusions et suggestions d’améliorations ...............................................42
ANNEXES...................................................................................................................46
4.1.
Annexe 1 : tableau comparatif des base ARCHIRES, AVERY, APId et
BODIL..............................................................................................................47
4.2.
Annexe 2 : comparaison des notices d'ARCHIRES, API et AVERY
pour 5 mêmes articles de périodiques .........................................................53
4.3.
Annexe 3 : notices d'ARCHIRES, API et AVERY pour 5 mêmes
articles de périodiques ..................................................................................54
4.4.
Annexe 4 : comparaison de la fraîcheur des données dans
ARCHIRES, API et AVERY..............................................................................60
4.5.
Annexe 5 : comparaison des résultats obtenus à l'issue d'une même
recherche dans ARCHIRES, API et AVERY ..................................................62
4.6.
Annexe 6 : le projet ARCHI-DOC du CSTB ...................................................63
Direction de l’architecture
et du patrimoine
Sous-direction des études, de la
documentation et de l’inventaire
Evaluation de deux bases de données sur le
patrimoine et l’architecture
Rapport d’étude
Delphine Fournier et Marc Maisonneuve
TOSCA Consultants
CŽcile Montarnal
Ergo'in
3
20/12/99
TOSCA Consultants
20/12/99
4
1.
Introduction
La Sous-direction des Žtudes, de la documentation et de l’inventaire a souhaitŽ procŽder ˆ
l’Žvaluation de deux bases de donnŽes fran•aises sur le patrimoine et l’architecture, et les
mettre en perspective par rapport ˆ d’autres bases de donnŽes ou sources bibliographiques
fran•aises et Žtrang•res couvrant le m•me sujet :
• ARCHIDOC est rŽalisŽe sous tutelle de la Sous-direction des Žtudes, de la
documentation et de l’inventaire essentiellement avec une participation d’Žtudiants.
Recensant des documents relatifs ˆ des Ždifices des XIX•me et XX•me si•cles, elle contient
aujourd’hui 70.000 notices issues du dŽpouillement de bibliographies, recueils
d’architecture, pŽriodiques, mais aussi sources manuscrites et iconographiques. Elle est
consultable sur Internet et comptabilise environ 200 connexions par mois.
• ARCHIRES est produite par le rŽseau des 22 Ecoles d’architecture et l’Institut fran•ais
d’architecture. HŽbergŽe sur le serveur du CETE (Minist•re de l’Equipement) de Lille,
elle est consultable sur cŽdŽrom et en ligne. Elle compte 30.000 rŽfŽrences parmi
lesquelles des dipl™mes de Travaux personnels de fin d’Žtude (TPFE) et les articles
d’une centaine de revues sur l’architecture et les disciplines connexes, dŽpouillŽes
depuis une dizaine d’annŽes.
L’objectif est tout d’abord, sans vouloir les comparer l’une ˆ l’autre, de faire un bilan
parall•le de chacune des deux bases, tant en termes de couverture, de convivialitŽ,
d’adŽquation ˆ leur public, ... qu’en termes d’organisation et de politique de production. Il
s’agit ensuite, au regard des observations sur d’autres bases de donnŽes, de suggŽrer des
amŽliorations et des perspectives d’Žvolution qui favorisent leur intŽgration dans les
projets de la Direction de l’architecture et du patrimoine.
Le prŽsent document est le rapport de TOSCA Consultants, prŽsentant les rŽsultats de
cette Žtude. Il est complŽtŽ sur les aspects ergonomiques, par une contribution de CŽcile
Montarnal, expert ergonome de la sociŽtŽ Ergo'in, dans un document sŽparŽ.
TOSCA Consultants
20/12/99
5
2.
La base de données ARCHIDOC
2.1. Contexte
2.1.1. Historique et contexte de crŽation
La naissance d’ARCHIDOC s’explique dans le contexte de la gestion de la bibliographie ˆ
l’Inventaire et dans les services patrimoniaux de fa•on gŽnŽrale.
Un important gisement d’informations topobibliographiques
Il existe dans les services rŽgionaux un gisement considŽrable d’informations
topobibliographiques, rassemblŽes ˆ l’occasion des Žtudes prŽalables aux enqu•tes de
l’Inventaire : de fa•on courante, les agents de l’Inventaire assurent une veille
bibliographique systŽmatique sur les Ždifices et objets de leur rŽgion. Ce gisement tr•s
riche mais tr•s hŽtŽroclite tant dans sa forme que dans ses supports sert ensuite de
rŽservoir lorsqu’une Žtude dŽmarre, gŽnŽralement sur un canton. Il est alors constituŽ ce
que l’on appelle des « dossiers verts », unitŽs documentaires qui contiennent des
documents de synth•se sur le canton, sur les communes du canton, les listes d’Ždifices
repŽrŽs, des descriptifs d’Ždifices sŽlectionnŽs qui iront enrichir la base de donnŽes
MERIMEE, des illustrations, et des donnŽes topobibliographiques.
Une informatisation inŽgale
Dans les annŽes 80, les DRAC ont ŽtŽ dotŽes du logiciel PSILOG de la sociŽtŽ Jouve, qui
a servi ˆ l’informatisation de leur catalogue d’ouvrages et des fichiers topobibliographiques
de certains services de l’Inventaire. D’autres services ont saisi leurs donnŽes
topobibliographiques sous le logiciel documentaire TEXTO.
La naissance d’ARCHIDOC
ARCHIDOC, initialement baptisŽe TOPOBIB, est apparue en 1989-1990 ˆ l’instigation de
Bernard Toulier, chargŽ de la cellule XIX•me - XX•me si•cles ˆ la sous-direction de
l’Inventaire. DŽmarche parall•le et autonome par rapport ˆ celle des services rŽgionaux,
elle a ŽtŽ constituŽe par des dŽpouillements de revues et de fonds d’archives effectuŽs
par l’administration centrale du Minist•re gr‰ce ˆ des contrats passŽs avec des
UniversitŽs. La base s’est attachŽe jusqu’ici ˆ couvrir les Ždifices des XIX•me - XX•me
si•cles, dont plus d’un quart sont parisiens en raison du choix des corpus dŽpouillŽs.
La mise en ligne sur Internet et le changement de nom sont intervenus en septembre 1998.
2.1.2. Objectifs et orientations
La finalitŽ d’ARCHIDOC reste peu claire : se limite t-elle aux Ždifices parisiens des XIX•me
- XX•me si•cles, ou a t-elle vocation ˆ couvrir tous les Ždifices de toutes les rŽgions ˆ toutes
les Žpoques ? Ses centres d’intŽr•t sont une Ïuvre architecturale - ou de fa•on tr•s
secondaire un objet mobilier -, positionnŽe dans un site gŽographique : la base rŽpond ˆ un
objectif de repŽrage et de signalement d’Ždifices dans la philosophie de l’Inventaire, non ˆ
TOSCA Consultants
20/12/99
6
un objectif de recherche purement bibliographique. D’apr•s Bernard Toulier, son slogan
pourrait •tre : « Un minimum d’informations sur un maximum d’Ždifices ». En
consŽquence, elle s’interdit de produire des notices bibliographiques dŽtaillŽes, et ses
principaux crit•res d’acc•s sont l’Ždifice (ou l’objet mobilier) et le site. Elle s’interdit
Žgalement de reproduire une description approfondie des Ždifices, objet de la base
MERIMEE. Dans cette optique, certaines notices de l’ancienne base TOPOBIB, jugŽes trop
dŽtaillŽes, ont dž •tre tronquŽes pour conserver leur cohŽrence avec les autres notices
d’ARCHIDOC.
2.1.3. Perspectives d’Žvolution
Le nouveau projet d’Inventaire Žlectronique
Le projet d’Inventaire Žlectronique, expŽrimentŽ dans les rŽgions de Poitou-Charentes et
de Bretagne, consiste ˆ transfŽrer sur un support Žlectronique les « dossiers verts »
constituŽs pour les Žtudes d’inscription ˆ l’Inventaire. Il regroupe plusieurs volets :
• Un volet Texte structurŽ, reprenant la description existant dans la base MERIMEE1, qui
est aujourd’hui composŽe de deux sous-bases : la sous-base INVENTAIRE, qui recense
les Ždifices ŽtudiŽs par l’Inventaire, et la sous-base MONUMENTS HISTORIQUES, qui
recense les Ždifices protŽgŽs. Une DTD2 est en cours d’Žlaboration : un groupe de
travail en met au point la version 3, la migration de SGML vers XML est envisagŽe.
• Un volet Base d’images numŽriques , reliŽes aux textes. Il s’agit de la base Illustrations
dont la mise en place est achevŽe.
• Un volet Syst•me d’information gŽographique.
• Un volet Bibliographie.
L’intŽgration possible d’ARCHIDOC au projet
ARCHIDOC pourrait trouver sa place dans le nouveau projet, soit en tant que base de
donnŽes topobibliographique distincte (hypoth•se 1 ci-dessous), soit en tant que partie de la
notice Texte (hypoth•se 2). La place de la bibliographie dans l’Inventaire Žlectronique n’est
en effet pas encore dŽfinie : doit-elle faire l’objet d’une notice distincte stockŽe dans une
base bibliographique ˆ part enti•re et liŽe ˆ la notice Texte, ou doit-elle entrer dans le texte
de la notice ?
1
2
La base PALISSY est ici dŽlibŽrŽment ignorŽe, les notices relatives aux objets Žtant accessoires dans ARCHIDOC.
DTD : DŽfinition de Type de document. Il s’agit d’un mod•le commun de reprŽsentation des documents, fondŽ sur la
description de leur structure selon les modalitŽs de la norme SGML (Standard Generalized Markup Language).
TOSCA Consultants
20/12/99
7
ARCHIDOC ?
?
Notice
Notice
image
Notice
image
image
BASE
IMAGES
BASE DE
REFERENCES
IMAGES
Descriptif
Descriptif
édifice
Descriptif
édifice
édifice
Descriptif
Descriptif
édifice
Descriptif
édifice
édifice
MONUMENTS
HISTORIQUES
INVENTAIRE
?
Notice
Notice
topoNotice
topobibliotopobibliographibibliographique
graphique
que
Notice
Notice
biblioNotice
bibliographibibliographique
graphique
que
MERIMEE
Projet de l’Inventaire électronique, hypothèse 1
BASES
TOPOBIBLIOGRAPHIQUES
REGIONALES ?
En toute logique, les donnŽes communes ˆ toutes ces bases, sorte de fiche minimale par
laquelle on pourrait passer de l’une ˆ l’autre, devraient •tre les donnŽes relatives ˆ l’Ždifice,
identifiŽ par son nom, sa localisation et ses dates.
Notice
Notice
image
Notice
image
image
BASE
IMAGES
BASE DE
REFERENCES
IMAGES
Descriptif
Descriptif
édifice
Descriptif
édifice
édifice
Notices topobibliographiques
Descriptif
Descriptif
édifice
Descriptif
édifice
édifice
Notices topobibliographiques
MONUMENTS
HISTORIQUES
INVENTAIRE
MERIMEE
Projet de l’Inventaire électronique, hypothèse 2
2.2. Présentation et évaluation critique
2.2.1. Volume et couverture
Le volume d'ARCHIDOC est aujourd'hui de 67.900 notices.
Le tableau ci-dessous rŽcapitule les sources d'ARCHIDOC et les dates couvertes par type
de document. Il s’agit de sources fran•aises exclusivement, rŽdigŽes (pour les textes) en
langue fran•aise :
Type de document
Nombre de
notices (%)
Dates
extr•mes
Commentaires
Recueils d’architecture
10.500 (15%)
1850 - 1940
504 recueils parus en France et
conservŽs dans les biblioth•ques
parisiennes (BN, BHVP, Biblioth•que
des arts dŽcoratifs)
Articles de pŽriodiques
35.000 (52%),
dont :
1840 - 1955
14 premiers volumes
•
Revue GŽnŽrale de l’architecture et
des travaux publics
TOSCA Consultants
4.300
20/12/99
8
Type de document
•
•
La Construction Lyonnaise
Dates
extr•mes
28.500
1879 - 1914
2.200
Titres divers
Documents d’archives
?3
?
Commentaires
Articles de pŽriodiques signalŽs dans
des bibliographies relatives ˆ des
Ždifices parisiens ŽdifiŽs entre 1780 et
1914
7.700 (11%),
dont :
•
Dossiers sur les rŽalisations des
architectes dipl™mŽs du
gouvernement, membres de la
SADG et nŽs avant 1900
•
Demandes en autorisation de b‰tir }
}
(DAB) et autres documents :
∗
signalŽs dans le fichier
topographique de l’Institut
d’histoire de Paris
}
}
}
∗
signalŽs dans le Bulletin
municipal officiel de la Ville de
Paris, 1900
}
}
}
« Monographies »
Nombre de
notices (%)
7.340
?
350
?
Documents relatifs ˆ des Ždifices
parisiens ŽdifiŽs entre 1780 et 1932
6.800 (11%),
dont
•
Monographies ou contributions ˆ
des monographies
5.250 ?
?
Monographies signalŽes dans des
bibliographies relatives ˆ des Ždifices
parisiens ŽdifiŽs entre 1780 et 1914
•
Catalogues d’expositions ou notices
de catalogues d’exposition
2.300 ?
?
Catalogues d’expositions signalŽs dans
des bibliographies relatives ˆ des
Ždifices parisiens ŽdifiŽs entre 1780 et
1914
•
Actes de congr•s ou contributions ˆ
des actes de congr•s
150 ?
?
Catalogues d’expositions signalŽs dans
des bibliographies relatives ˆ des
Ždifices parisiens ŽdifiŽs entre 1780 et
1914
Documents iconographiques
7.900 (12%),
dont :
•
Illustrations de 24 revues traitant
d’architecture
7.650 ?
1841 - 1939
•
Illustrations de AMC Architecture
Mouvement ContinuitŽ, n¡ 11
250 ?
1986
Dans son Žtat actuel, ARCHIDOC se caractŽrise donc :
• Par la diversitŽ de ses sources,
• Par leur dispersion,
• Par l'hŽtŽrogŽnŽitŽ des documents signalŽs : des monographies de plusieurs
centaines de pages, des articles de fond, des recueils d'architecture cotoient des notices
d'exposition, des entrŽes de dictionnaires et des images, pourvu que tous mentionnent
ou fassent appara”tre un Ždifice, m•me de fa•on tr•s imprŽcise (cf. exemple de notice
page suivante),
Les crit•res de recherche, tels qu’ils sont prŽsentŽs dans la grille ARCHIDOC, et les index, ne permettent pas de
rŽpondre avec certitude aux points d’interrogation qui demeurent dans ce tableau.
3
TOSCA Consultants
20/12/99
9
• Par la discontinuitŽ des collections prises en compte : par exemple, la revue
L’Architecture moderne parue en 1885-1886, puis de 1909 ˆ 1914, a fait l’objet d’un
dŽpouillement complet sauf pour les annŽes 1909-1911 ; la revue Nouvelles annales de la
construction parue pendant 71 ans de 1855 ˆ 1925 avec une interruption pendant la
premi•re guerre mondiale, a ŽtŽ dŽpouillŽe sur 55 annŽes seulement,
• Et surtout par ses immenses lacunes au regard de ses objectifs, si l’on suppose que ceuxci sont bien de faire un recensement exhaustif des Ždifices fran•ais : Bernard Toulier le
reconna”t lui-m•me, on n’obtient pas de rŽponse ˆ 90% des questions posŽes.
2.2.2. ModalitŽs de la production
Une politique de production empirique
LimitŽe par les faibles moyens qui lui sont accordŽs, l'alimentation de la base peut
difficilement suivre une politique raisonnŽe. De fait, la sŽlection des sources correspond
plut™t ˆ des "occasions" de repŽrage : le sujet de tel fonds peu connu co•ncide avec le
th•me de recherche d'un Žtudiant disposŽ ˆ en faire le dŽpouillement. Depuis l’origine,
cinq ˆ six contrats sont passŽs chaque annŽe et la base s’est accrue tr•s irrŽguli•rement de
5 ˆ 10.000 notices par an. ARCHIDOC s'enrichit ainsi en pointillŽ de notices signalant des
fonds certes prŽcieux et mŽconnus, mais « butinŽs » au hasard des opportunitŽs sans
continuitŽ aucune.
Des crit•res de sŽlection imprŽcis et variables
D’apr•s Pierre Pinon, qui a travaillŽ au dŽpouillement de recueils d’architecture et de
revues ˆ l’Žpoque de TOPOBIB, le crit•re de sŽlection incontournable Žtait alors - et
Bernard Toulier confirme qu’il l’est toujours - la mention ou reprŽsentation d’un Ždifice ou
objet, prŽcisŽment identifiŽ et localisŽ : plusieurs milliers de notices auraient ŽtŽ ˆ une
certaine Žpoque ŽcartŽs de la base faute de pouvoir vŽrifier les adresses des Ždifices
signalŽs. Cette rigueur n’a pas toujours ŽtŽ appliquŽe, comme en tŽmoigne la notice cidessous : on peut s’interroger sur l’intŽr•t de mŽmoriser dans la base, qu’ˆ la page 8 de La
Construction lyonnaise d'avril 1881, on trouve un document (de quoi s’agit-il ? d’un texte ?
d’une photographie ? d’un dessin ?...) relatif ˆ une construction situŽe aux Etats Unis, sans
autre prŽcision gŽographique, sans mention de date, sans mention d’intervenant.
Pour ne citer qu’elle, la base de donnŽes ARCHIRES, ŽtudiŽe dans ce m•me rapport,
constitue une source d’informations infiniment plus riche sur des constructions
amŽricaines. Nous avons d’ailleurs menŽ par curiositŽ une expŽrience rapide consistant ˆ
rechercher dans ARCHIDOC et ARCHIRES le nombre de notices consacrŽes ˆ des m•mes
Ždifices. La comparaison est globalement dŽfavorable ˆ ARCHIDOC alors que n’ont ŽtŽ
choisis que des Ždifices parisiens ou de rŽgion parisienne des XIX•me et XX•me si•cles :
Edifice
Canal Saint-Martin
TOSCA Consultants
Nbe de notices dans ARCHIDOC
Nbe de notices dans ARCHIRES
6
7
20/12/99
10
Gare du Nord
17
3
Palais Brongniart
1
2
OpŽra comique
2
3
Pont Charles-de-Gaulle
1
3
Tour Eiffel
10
1
Villa Savoye
2
8
Il faut admettre de plus qu’ARCHIRES renvoie systŽmatiquement ˆ des articles de fond,
tandis qu’ARCHIDOC renvoie la plupart du temps ˆ de simples citations dans un
document.
L‘absence de mention d’un Ždifice prŽcis, ou m•me comme c’est le cas dans la notice cidessus d’un type d’Ždifice, est constatŽe dans 17% des notices (cf. ¤ 2.2.3. ci-dessous). A
quoi peut servir la rŽfŽrence d’un document qui se contente de citer sans dŽcrire ?
N’aurait-il pas ŽtŽ opportun de dŽfinir un seuil d’information en de•ˆ duquel il est inutile
de retenir une rŽfŽrence ?
Cela revient ˆ poser la question de l’intŽr•t du « minimum d’informations sur un
maximum d’Ždifices ».
Un format trop peu respectŽ
ARCHIDOC souffre d’avoir ŽtŽ constituŽe au dŽpart et sans prŽparation prŽalable des
donnŽes, de plusieurs fichiers de structures diffŽrentes, saisis sous deux logiciels
diffŽrents. Pierre Pinon tŽmoigne ˆ ce propos que la grille de saisie sous PSILOG ˆ
l’Žpoque o• il travaillait au dŽpouillement, ŽlaborŽe de fa•on « extravagante », a ŽtŽ
adaptŽe pour les besoins du corpus des recueils d’architecture.
Il est aujourd’hui toujours admis - voire encouragŽ - que les fichiers remis par les indexeurs
puissent prŽsenter des structures particuli•res, adaptŽes aux types de documents
dŽpouillŽs, suivant le principe que les utilisateurs de la base sauront bien exploiter le
syst•me informatique pour en tirer le meilleur parti, pourvu que les informations soient
prŽsentes. Allant plus loin encore, Bernard Toulier s’oppose ˆ ce que les index soient
homogŽnŽisŽs, afin que, dit-il, les sources soient retranscrites le plus fid•lement possible.
Il regrette cependant avec raison qu’ARCHIDOC ne puisse s’appuyer sur un vŽritable
fichier d’autoritŽs des architectes. Pourquoi un rŽfŽrentiel strict pour les architectes,
pourquoi pas pour les autres crit•res ?
Cela constitue ˆ notre avis une erreur importante : depuis que l’informatique documentaire
existe, il n’a jamais ŽtŽ constatŽ qu’elle contribuait ˆ rendre homog•nes des donnŽes de
structures diffŽrentes. Elle accentue au contraire les incohŽrences, dŽcuple les difficultŽs
qui en rŽsultent ˆ la recherche, gŽn•re en aval des charges de correction qui auraient pu
•tre ŽvitŽes par un contr™le plus strict en amont. Une des r•gles d’or de la fusion
informatique de fichiers documentaires a toujours ŽtŽ : commencer par rendre les donnŽes
le plus possible cohŽrentes et par corriger les index.
Les manipulations imposŽes de ce fait ˆ Caroline Thillou, administrateur des donnŽes,
avant le chargement des notices dans la base ou pour effectuer des corrections rŽtroactives,
sont d’autant plus disproportionnŽes qu’elle dispose d’outils dŽrisoires : les corrections se
font apr•s dŽchargement de notices par lots de 1.000 dans un traitement de texte, et par
reprise des erreurs une ˆ une gr‰ce une succession de commandes
"Chercher/Remplacer"... !
TOSCA Consultants
20/12/99
11
Des r•gles de production dŽfinies tardivement
Il n’existe pas de structure de production pour ARCHIDOC, dont la mise ˆ jour dŽpend du
financement alŽatoire de contrats passŽs aupr•s de chargŽs d’Žtudes ou d’Žtudiants. Ces
derniers sont peut-•tre la plupart du temps des spŽcialistes d’architecture et/ou d’histoire
de l’art, mais n’ont aucune notion de normalisation documentaire et forgent au cours de
leurs travaux leurs propres r•gles de saisie.
Cette pratique a ŽtŽ et reste, malgrŽ l’effort de formation entrepris aupr•s des auteurs de
notices, tr•s dommageable ˆ la qualitŽ de la base, et l’Žtat des index en tŽmoigne.
Depuis un an en effet, l’administrateur de la base tente de remŽdier ˆ cette situation en
proposant aux personnes qui dŽpouillent une formation aux techniques documentaires et ˆ
l’indexation. Par ailleurs, elle a rŽdigŽ d•s 1997 un document de consignes de saisie dans
les formats des deux outils mis ˆ disposition des indexeurs, PSILOG et TEXTO. Ce
document dŽcrit non seulement le contenu des zones assorti d’exemples, mais aussi la
graphie et les mentions obligatoires. Les normes NFZ44-005 et ISAD(G) doivent •tre
appliquŽes respectivement pour la prŽsentation des rŽfŽrences bibliographiques et pour
les descriptifs de documents d’archives.
Il reste cependant difficile d’exiger d’indexeurs tr•s peu rŽmunŽrŽs, parfois bŽnŽvoles,
qu’ils consacrent plus d’une demi-journŽe par semaine aux travaux de dŽpouillement, et
qu’ils appliquent ˆ la lettre des consignes de saisie relativement contraignantes.
2.2.3. QualitŽ documentaire
Une structure riche, d’importantes possibilitŽs de contr™le
Le tableau ci-dessous prŽsente la liste des zones telles qu'elles sont paramŽtrŽes dans le
logiciel de saisie TEXTO4.
Zone de la notice
Crit•re de recherche
Type de contr™le
1. NumŽro de la notice
Non
/
2. Nom de la base (fonds dŽpouillŽ)
Oui
Index
3. Type de document
Oui
Index
4. Pays*
Oui
Thesaurus
5. RŽgion*
Oui
Thesaurus
6. DŽpartement*
Oui
Thesaurus
7. Aire ou canton de rattachement*
Oui
Thesaurus
8. Commune*
Oui
Thesaurus
9. Lieu-dit*
Oui
Thesaurus
10. Adresse*
Oui
Index
11. Type d’Ždifice
Oui
Thesaurus
12. Nom de l’Ždifice
Oui
Index
13. Type d’objet
Oui
Thesaurus
14. Nom de l’objet
Oui
Index
15. RŽfŽrence dans la base MERIMEE
Non
/
4
D'apr•s le document contenant les consignes de saisie, rŽdigŽ par Caroline Thillou.
TOSCA Consultants
20/12/99
12
Zone de la notice
Crit•re de recherche
Type de contr™le
16. RŽfŽrence dans la base PALISSY
Non
/
17. RŽfŽrence dans la base DRACAR
Non
/
18. RŽsumŽ du contenu document
Non
/
19. Artiste (nom, qualificatif, fonction, dates biographiques)
Oui
Thesaurus
20. Date d’intervention
Oui
Index
21. Localisation de la mention de l’Ždifice ou de l’objet dans le
document (volume, page...)
Oui
(crit•re commun
22. RŽfŽrence de la page o• est nommŽ l’auteur
« Bibliographie »
23. Localisation physique et cote du document
pour les 3 zones)
Index
24. N¡ d’immatriculation du phototype (pour les documents
figurŽs)
Non
/
25. RŽfŽrence de la microforme (pour les documents figurŽs)
Non
/
Oui (crit•re "Bibliographie" rassemblant
aussi les zones 21 ˆ 23
ci-dessus)
Index
26. RŽfŽrences bibliographiques du document
* Informations Žgalement recherchables dans une zone unique « Localisation » de la grille de recherche.
La structure d’ARCHIDOC est donc relativement riche, le contenu de la majoritŽ des zones
pouvant faire l’objet d’un contr™le. Les zones qui constituent les principaux crit•res
d’acc•s (donnŽes gŽographiques, type d’Ždifice ou d’objet, artiste), sont contr™lables par
des thesaurus, m•me si de toute Žvidence, ces contr™les n’ont pas toujours ŽtŽ mis en
Ïuvre avec la rigueur souhaitable par les indexeurs.
Des notices moyennement renseignŽes
En gŽnŽral, malgrŽ un format de 26 zones, les notices ont ŽtŽ remplies de fa•on
relativement lŽg•re, ce qui reste dans la ligne des objectifs initiaux de TOPOBIBARCHIDOC : s’intŽresser ˆ un document parce qu’il s’intŽresse lui-m•me ˆ un Ždifice,
sans rivaliser ni avec de vraies bases bibliographiques, ni avec MERIMEE.
Sur un Žchantillon de 120 notices prŽlevŽes dans les diffŽrents corpus, une recherche sur
la complŽtude des notices prŽsente les rŽsultats suivants :
• Pourcentage de notices ne comprenant pas de type d’Ždifice : 17 %
• Pourcentage de notices ne comprenant pas au moins une mention de localisation : 1 %
• Pourcentage de notices ne comprenant pas de rŽsumŽ : 27 %
• Pourcentage de notices ne comprenant pas de mention du lieu o• l’on peut trouver le
document primaire ni sa cote : 17 %
• Pourcentage de notices comprenant la mention du lieu o• l’on peut trouver le document
primaire mais ne comprenant pas sa cote : 40 %
Des index d’une qualitŽ tr•s mŽdiocre
Les index sont loin d’•tre cohŽrents et laissent quelquefois perplexe : pourquoi l’index des
noms d'Ždifice dŽbute t-il par une longue sŽrie de nombres... ayant 0 occurrence dans la
base ? Pourquoi comporte t-il des points d'interrogation ? Des types d’Ždifice ? Les index de
monotermes crŽŽs par le logiciel par simple isolation des cha”nes de caract•res sŽparŽes
d’un espace, mŽriteraient sans doute d’•tre expurgŽs des entrŽes qui ne constituent pas
TOSCA Consultants
20/12/99
13
une aide ˆ la recherche. Par ailleurs, l’absence de contr™le ˆ la saisie se traduit par un
nombre important d’entrŽes comportant des erreurs de frappe, par la prŽsence des m•mes
termes au singulier et au pluriel, par diffŽrentes prŽsentations des expressions comportant
des mots vides.
Extrait de l’index des noms d'Ždifice
On trouve lˆ probablement aussi pour certains index, le rŽsultat de la fusion a posteriori
dans une m•me zone, de donnŽes saisies initialement dans des zones diffŽrentes.
2.2.4. Richesse fonctionnelle et performances
PossibilitŽs offertes en recherche, affichage et exploitation des rŽsultats
Recherche
Nombre de modes de recherche proposŽs : 1 (recherche par formulaire)
Nombre de crit•res de recherche : 20
Recherche contr™lŽe sur index : oui (sur certains champs)
Recherche plein texte : oui (sur les champs en texte libre, non contr™lŽs)
OpŽrateurs boolŽens ˆ l’intŽrieur d’une zone : ET uniquement
OpŽrateurs boolŽens entre les zones : ET uniquement
OpŽrateurs de proximitŽ : non
Troncature : oui (droite)
Historique de recherche : non
Sauvegarde de recherches : non
Autres : possibilitŽ d’affiner la recherche
TOSCA Consultants
20/12/99
14
Affichage des rŽsultats
Nombre de formats d’affichage : 2 (liste abrŽgŽe et document complet)
Nombre de crit•res de tri simultanŽs : •
•
pas de dŽfinition de crit•re(s) de tri possible
l’ordre d’affichage des rŽsultats d’une recherche
n’est pas Žvident : s’agit-il de l’ordre de saisie ? de
l'ordre de chargement dans la base ?
Exploitation des rŽsultats
SŽlection des rŽsultats : non
Impression des rŽsultats : oui
Sauvegarde des rŽsultats : oui (fonction standard du navigateur, qui permet de
copier ou de tŽlŽcharger une page)
Un mode de recherche unique, adaptŽ ˆ une consultation grand public
Le masque de recherche proposŽ par ARCHIDOC comporte 7 zones de saisie dont les
libellŽs sont clairs. Seule l’utilisation de l’opŽrateur ET est admise ˆ l’intŽrieur des zones,
elle est imposŽe de fa•on implicite entre les zones. Cette simplicitŽ est une qualitŽ pour
une base de donnŽes accessible au plus grand nombre par Internet.
On s’interroge cependant sur la redondance de certains crit•res : quel est le sens de la zone
« Localisation » (prŽsentŽe comme premier crit•re du format de recherche), par rapport ˆ
la zone ˆ choix multiple qui propose un acc•s par la rŽgion, le dŽpartement, l’aire, la
commune, le lieu-dit, l’adresse ? Quel est le sens de la zone « Type Ždifice ou objet »
(prŽsentŽe comme deuxi•me crit•re du format de recherche), par rapport ˆ cette m•me
zone ˆ choix multiple qui propose un dernier acc•s par le type d’Ždifice ?
Grille de recherche de la base ARCHIDOC
Il semble que cette redondance soit due en partie ˆ des contraintes d’utilisation du logiciel
MISTRAL, et en partie ˆ l’adoption, probablement voulue, du m•me masque de recherche
que celui des autres bases de donnŽes patrimoniales du Minist•re, lequel comporte une
zone ˆ choix multiple sur les m•mes acc•s. On n'aura vraisemblablement pas souhaitŽ
appauvrir la notices des autres zones, prŽexistantes.
Une aide ˆ la recherche performante et relativement transparente
TOSCA Consultants
20/12/99
15
Une aide ˆ la recherche est proposŽe ˆ l’utilisateur sous forme de consultation d’index ou de
thesaurus : lorsqu’il s’agit d’un thesaurus (exemples : pour les zones RŽgion, DŽpartement,
Type d’Ždifice,...), il est possible de visualiser l’environnement sŽmantique d’un terme en
cliquant sur le bouton ⊕.
L’autopostage5 vers le bas est pratiquŽ de fa•on transparente pour l’utilisateur, ce qui
permet d’obtenir non seulement les notices indexŽes par un descripteur du thesaurus, mais
aussi toutes les notices indexŽes par ses termes spŽcifiques.
Affichage de l’environnement sŽmantique du terme ABAT JOURS (non descripteur) dans le
thesaurus des types d’objet
Le travail important de l’administrateur de la base sur l’index des auteurs de l’Ïuvre porte
ses fruits en recherche puisqu’il est possible de saisir un nom composŽ indiffŽremment
avec ou sans tiret(s), et de retrouver par une seule recherche tous les auteurs de m•me nom
mais de prŽnoms diffŽrents. Soulignons toutefois que cette fonction n’a rien d’exceptionnel
en informatique documentaire.
Lorsqu'une notice est affichŽe, l'exploitation des liens hypertextes sur les zones Type
d'Ždifice, Type d'objet, Type de document, et sur les zones gŽographiques, transforme ces
derni•res en nouveaux crit•res qui permettent d'Žlargir la requ•te initiale. Cette fonction
du langage HTML est particuli•rement intŽressante dans un syst•me documentaire.
Une recherche pertinente au regard des notices existantes
IndŽpendamment de la couverture de la base et du manque d’exhaustivitŽ des
signalements dans ARCHIDOC, les requ•tes qui lui sont posŽes ram•nent
5
Autopostage : indexation complŽmentaire et automatique, basŽe sur les liens hiŽrarchiques du thesaurus. En saisie,
l'autopostage vers le haut permet d'indexer les documents (en principe indexŽs manuellement au plus fin) par les termes
gŽnŽriques des descripteurs retenus ; en recherche, l'autopostage vers le bas permet d'indexer la question par les termes
spŽcifiques des crit•res de recherche retenus.
TOSCA Consultants
20/12/99
16
exceptionnellement du bruit (notices non pertinentes), dans la mesure o• les crit•res de
recherche sont simples, rarement ambigus, et contr™lables par au moins un index : pourvu
qu’elles aient ŽtŽ signalŽes, on n’aura pas de difficultŽ ˆ retrouver des Žcoles dans une
rŽgion prŽcise, et si besoin, ˆ affiner ˆ l’aide du thesaurus pour exclure les Žcoles militaires
et ne retenir que les Žcoles primaires.
Un affichage classique mais qui prŽsente quelques dŽfauts
Les deux formats d’affichage proposŽs, liste abrŽgŽe ou documents complets, ne
comportent que les zones renseignŽes. L’absence d’Žtiquette de zone (sauf, Žtrangement,
pour deux zones : le numŽro de la notice, et la date de l’intervention de l’auteur sur l’Ïuvre
dans certaines notices) est g•nante, et peut fortement dŽsorienter l’utilisateur qui en arrive
ˆ se demander si l’objet dŽcrit est un Ždifice ou un document, notamment si les zones
relatives ˆ l’Ždifice ou ˆ l’objet sont restŽes vides, comme c’est le cas dans l’exemple cidessous.
Avec une certaine habitude et le repŽrage des diffŽrentes graphies et couleurs pour les
diffŽrentes zones, on arrive ˆ faire la distinction entre la source (Construction lyonnaise) et la
base en cours (dŽpouillement de pŽriodique), entre l’Ždifice dŽcrit (maison) et les termes
d’indexation (Vietnam, moyaux).
TOSCA Consultants
20/12/99
17
Affichage de la liste abrŽgŽe
Les rŽsultats sont prŽsentŽs par lots de 200. A partir de la liste abrŽgŽe de 50 notices, on
peut accŽder aux 50 prŽcŽdentes ou suivantes du lot ; ˆ partir d’une notice en format
complet, on peut accŽder ˆ l’une des 199 autres notices du lot. A cet effet, chaque notice est
suivie d’une liste de nombres allant de 1 ˆ 200 (voir notice page prŽcŽdente). Mais il faut en
avoir exploitŽ au moins un lien pour comprendre ce ˆ quoi ils renvoient.
2.2.5. Ergonomie de l’interface
Partie traitŽe par CŽcile Montarnal. Cf. le rapport Ergo’in prŽsentŽ en annexe.
2.2.6. ARCHIDOC et ses utilisateurs
Une base mŽconnue
Force est d’avouer que nous avons ŽchouŽ dans le cadre de cette Žtude ˆ identifier pour les
interroger sur leurs pratiques de consultation et leurs besoins, de vŽritables utilisateurs
d’ARCHIDOC, qui soient plus assidus que de simples visiteurs occasionnels ou curieux.
Des sondages ou entretiens ont ŽtŽ entrepris aupr•s des personnes suivantes :
Nom
Pierre PINON
Fonction
Architecte,
•
historien de l’art et
de l’architecture
•
TOSCA Consultants
Connaissance ou utilisation d’ARCHIDOC
Avait entendu parler d’ARCHIDOC dans l’Ecole d’architecture o• il
enseigne, mais ne l’avait jamais consultŽe. Il n’en a jamais parlŽ ˆ ses
Žtudiants.
A contribuŽ ˆ la base (ˆ l’Žpoque de TOPOBIB) dans les annŽes 94-95
en dŽpouillant des recueils d’architecture ainsi que des revues
anciennes, pour signaler des immeubles parisiens du XIX•me si•cle.
Attendait avec impatience de pouvoir consulter et exploiter en ligne
les rŽsultats de ses travaux, mais n’a appris que tr•s rŽcemment le
20/12/99
18
Nom
Agostina
PINON
Annie
JACQUES
Fonction
Auteur de
bibliographies
d’architecture
Responsable de la
biblioth•que de
l’Ecole Nationale
SupŽrieure des
Beaux Arts
•
Connaissance ou utilisation d’ARCHIDOC
portage d’ARCHIDOC sur Internet.
Pense consulter ARCHIDOC ˆ l’avenir, dans le cadre des prestations
qu’il assure pour l’Žtablissement de plans de sauvegarde ou de plans
de protection, ou lorsqu’il aura ˆ Žcrire des biographies d’architectes.
•
N’a jamais entendu parler d’ARCHIDOC.
•
•
A connu ARCHIDOC par le site Internet du Minist•re de la Culture.
L’utilise de fa•on occasionnelle (une fois par mois ?) ˆ titre personnel
en tant que chercheur, lorsqu’elle doit Žcrire des notices
biographiques d’architectes du XIX•me ou du XX•me si•cle.
Ne pense pas qu’ARCHIDOC soit utile pour les lecteurs (Žtudiants
des Beaux Arts) qui frŽquentent sa biblioth•que, elle ne les a
d’ailleurs jamais aiguillŽs vers cette source.
Les crit•res de recherche qu’elle emploie sont l’architecte d’abord,
l’Ždifice ensuite.
Se sert beaucoup du tableau de prŽsentation d’ARCHIDOC qui liste
et dŽcrit les corpus dŽpouillŽs, et qui l’oriente dans ses recherches.
A l’issue d’une recherche sur ARCHIDOC, elle va systŽmatiquement
consulter le document primaire.
Ne juge pas l’utilisation ou l’ergonomie d’ARCHIDOC ni meilleure ni
pire que celles des autres bases du Minist•re.
•
•
•
•
•
Corinne
BELIER
Historienne de
l’art et du design
•
•
Documentaliste au •
centre de
documentation du
patrimoine d’Ilede-France
Juliette JESTAZ Conservateur ˆ la •
BnF, salle Histoire •
de l’art
Isabelle
DUHAU
•
Claire DUBOS,
Annie
GAUDIBERT,
Nennecy
MARTINELLI,
Claude
APARISI
Michel
GRIFFON
Documentalistes
dans des Ecoles
d’architecture
parisiennes,
administrateurs de
la base de
donnŽes
ARCHIRES
Responsable du
centre de
Documentation de
l’Urbanisme
(Minist•re de
l’Equipement)
Ne conna”t pas ARCHIDOC.
A travaillŽ ˆ la DRAC Ile-de-France et tŽmoigne qu’ARCHIDOC
n’est pas utilisŽe par le personnel de la DRAC.
Ne consulte pas ARCHIDOC6.
Ne conna”t pas ARCHIDOC.
Atteste qu’ARCHIDOC n’est pas consultŽe en salle de lecture
Histoire de l'art ˆ la BnF.
Apr•s une premi•re consultation, va signaler ARCHIDOC dans les
signets de la BnF, rubrique Architecture.
•
•
N’ont jamais consultŽ ARCHIDOC.
Pensent que la plupart des Žtudiants de leur Ecole n’en connaissent
pas l’existence.
•
•
Conna”t ARCHIDOC de nom.
L’a dŽjˆ vu en dŽmonstration mais n’en garde pas de souvenir
particulier.
Pense qu’ARCHIDOC n’est jamais consultŽ sur le poste Internet du
CDU.
•
ARCHIDOC semble Žgalement mŽconnue du CSTB (Centre Scientifique et Technique du
B‰timent), qui envisage de lancer une base technico-rŽglementaire du m•me nom,
destinŽe aux architectes (Cf. annexe 6, le projet ARCHI-DOC du CSTB).
Mais il nous a Žt rapportŽ que d’autres centres de documentation du patrimoine dans d’autres rŽgions pratiquent la
base occasionnellement.
6
TOSCA Consultants
20/12/99
19
Faits remarquables ˆ la lecture du tableau ci-dessus, alors que l’on a affaire ˆ une base de
donnŽes publique accessible gratuitement sur Internet :
• Une seule personne (Annie Jacques) sur dix sŽlectionnŽes parmi celles que l'on peut
considŽrer comme les mieux ciblŽes, consulte rŽguli•rement ARCHIDOC,
• Cette consultation n’a qu’un caract•re accessoire dans son activitŽ professionnelle.
Une base peu consultŽe
De fait, les statistiques de consultation montrent que 200 utilisateurs se connectent chaque
mois ˆ ARCHIDOC7. 50% des requ•tes sont posŽes sur le crit•re de l’architecte, les autres
sur un crit•re gŽographique. Aucun ŽlŽment n’est Žvidemment disponible sur le profil
ou sur les besoins d’informations des personnes qui consultent.
Les utilisateurs potentiels qui nous ont ŽtŽ citŽs seraient :
• Les architectes des b‰timents de France,
• Des amateurs d’architecture,
• Des associations de quartier,
• Des architectes travaillant sur des projets de rŽhabilitation, sur des plans de sauvegarde,
sur des plans de protection,
• Des promoteurs cherchant ˆ obtenir un permis de dŽmolir,
• Des agents des services d’urbanisme en collectivitŽ territoriale,
• Des Žtudiants en architecture, qui vont avoir ˆ produire ˆ partir de l’annŽe prochaine un
mŽmoire de recherche rŽdigŽ, ce qui va les amener ˆ faire plus de recherches
bibliographiques.
Une base mal « vendue »
La publicitŽ d’ARCHIDOC sur Internet (insertion de mŽtadonnŽes permettant le repŽrage
de la base par les moteurs de recherche) commence ˆ peine ˆ porter ses fruits. En juin 1999, le
moteur de recherche ALTA VISTA, qui permet de repŽrer les pages du Web contenant un
lien vers une adresse spŽcifiŽe, montrait que l’adresse d’ARCHIDOC n’est cible de liens
hypertextes... qu’ˆ partir du site Internet de l’Inventaire. M•me sur le site du Minist•re de
la Culture, le signalement d'ARCHIDOC comme une "base de dŽpouillements" ne peut
•tre parlant qu'ˆ ceux qui la connaissent dŽjˆ.
Cela dit, une meilleure publicitŽ peut attirer de nouveaux curieux, ce n’est ensuite que la
qualitŽ de la base qui peut les retenir et les faire revenir.
2.3. Comparaison de la couverture géographique d’ARCHIDOC avec
celle de MERIMEE
Les indications qui nous ont ŽtŽ fournies tout au long de cette Žtude aussi bien que nos
recherches sur Internet ne nous ont pas permis d’identifier de base de donnŽes comparable
7
Chiffres du premier semestre 1999.
TOSCA Consultants
20/12/99
20
ˆ ARCHIDOC, base topobibliographique, dont l'objectif est le repŽrage et le signalement
d'Ždifices, non la recherche bibliographique.
Une comparaison avec des bases bibliographiques ne nous a donc pas paru pertinente, car
elle se serait faite nŽcessairement au dŽsavantage d’ARCHIDOC, qui, tant du point de vue
de sa couverture que du point de vue bibliographique (complŽtude des donnŽes de
catalogage, fichiers d’autoritŽ, respect des normes...), peut susciter de nombreuses critiques.
Dans la perspective du projet d’Inventaire Žlectronique, il nous a paru plus intŽressant de
comparer la couverture d’ARCHIDOC avec celle de MERIMEE du point de vue
gŽographique, sachant toutefois que les corpus sont chronologiquement diffŽrents puisque
MERIMEE s’intŽresse ˆ des Ždifices construits depuis le V•me si•cle jusqu’au XX•me si•cle.
ARCHIDOC
MERIMEE
Pourcentage
Nbe de notices
Nbe de notices
Archidoc/MŽrimŽ
e
Pas-de-Calais (59, 62)
1 584
3 213
49%
Picardie (02, 60, 80)
1 318
3 113
42%
Champagne-Ardenne (08, 10, 51, 52)
949
2 207
43%
Lorraine (54, 55, 57, 88)
912
2 207
41%
Alsace (67, 68)
603
13 795
4%
Franche ComtŽ (25, 39, 70, 90)
4 168
5 450
76%
Bourgogne (21, 58, 71, 89)
2 592
6 412
40%
Ile-de-France (75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95)
23 121
10 354
223%
Haute Normandie (27, 76)
959
9 592
10%
Normandie (14, 50, 61)
878
4 761
18%
Bretagne (22, 29, 35, 56)
773
12 750
6%
Pays de Loire (44, 49, 53, 72, 85)
907
7 185
13%
1 039
6 965
15%
Poitou Charentes (16, 17, 79, 86)
541
11 932
5%
Limousin (19, 23, 87)
291
3 384
9%
Auvergne (03, 15, 43, 63)
2 083
4 037
52%
Rh™ne-Alpes (01, 07, 26, 38, 42, 69, 73, 74)
15 781
3 455
457%
Alpes C™te d'azur (04, 05, 06, 13, 20,83,
84)
3 055
6 199
49%
Languedoc Roussillon (11, 30, 34, 48, 66)
1 016
4 451
23%
905
4 889
19%
1 104
10 020
11%
11
357
3%
RŽgion
Centre (18, 28, 36, 37, 41, 45)
Midi PyrŽnŽes (09, 12, 31, 32, 46, 65, 81,
82)
Aquitaine (24, 33, 40, 47, 64)
Corse (20 : 2A et 2B)
On constate dans ARCHIDOC une sur-reprŽsentation des Ždifices de la rŽgion parisienne
par rapport ˆ MERIMEE, mais surtout de la rŽgion Rh™ne-Alpes, ce qui s'explique par les
deux corpus principaux couvrant ces deux rŽgions : La Construction lyonnaise (42% du
volume d'ARCHIDOC) et les revues d'architecture parisienne (26%). Sont nettement sousreprŽsentŽes dans ARCHIDOC les rŽgions Alsace, Bretagne, Poitou-Charentes, Limousin
et Corse.
TOSCA Consultants
20/12/99
21
Il y aurait lieu de minimiser encore (mais dans quelle proportion ?) les pourcentages des
notices d'ARCHIDOC par rapport ˆ celles de MERIMEE : cette derni•re en effet ne signale
un m•me Ždifice qu'une seule fois, tandis qu'ARCHIDOC en signale un certain nombre
(non quantifiable) plusieurs fois. Les index et les crit•res de recherche ne le permettent pas,
mais il serait intŽressant de conna”tre le nombre total d'Ždifices diffŽrents signalŽs dans
ARCHIDOC, par rapport aux 140.000 de MERIMEE.
2.4. Conclusions et suggestions d’améliorations
Une base sans ligne directrice
Le principal dŽfaut d’ARCHIDOC rŽside dans l’absence d’une rŽelle politique de
production : ARCHIDOC aurait eu besoin d•s sa naissance d’un vŽritable cahier des
charges qui aurait dŽfini des modalitŽs d’accroissement en fonction d’objectifs prŽcis :
choix de tel(s) type(s) de corpus, prioritŽs fixŽes sur telle(s) rŽgion(s), telle(s) pŽriode(s)
chronologique(s), tel(s) type(s) d’Ždifice(s)...
Au lieu de cela, on se pose toujours la question aujourd’hui : pourquoi ARCHIDOC, et que
veut-on en faire ? Les annŽes dŽmontrent le caract•re dŽmesurŽ et irrŽaliste d’un
recensement exhaustif dans toutes les directions. Mais est-ce vŽritablement son objectif ? La
page de prŽsentation sur Internet se garde bien de le prŽciser.
DŽfinir d'abord une politique de production
En consŽquence, ARCHIDOC piŽtine et s’Žparpille. Contrairement ˆ ce qu'il est avancŽ
par son concepteur, sa progression n'est pas simplement une affaire de moyens. Il faudrait ˆ
notre avis commencer par fixer clairement, en les mettant noir sur blanc :
• La finalitŽ de la base et le public cible qu'elle doit atteindre,
• Les limites de sa couverture : gŽographiques, et/ou chronologiques, et/ou
documentaires,
• Les crit•res de choix des corpus ˆ dŽpouiller,
• Les r•gles de sŽlection des documents ˆ l'intŽrieur de ces corpus,
• Les procŽdures de contr™le qualitŽ ˆ appliquer sur les notices produites avant leur
chargement dans la base.
Dans ce cadre, l'Žlaboration d’un plan de production pluriannuel pourrait •tre envisagŽe.
Conserver le principe d’une base topobibliographique
Base de la sous-direction de l’Inventaire, ARCHIDOC se situe parfaitement dans la
perspective de son administration, c’est-ˆ-dire repŽrage et signalement de l’Ždifice. Le
principe de l’acc•s topographique et du recensement d’une information de nature
topobibliographique, mis en Ïuvre depuis bien des annŽes par les services de l'Inventaire,
font son originalitŽ par rapport aux bases bibliographiques classiques. Sa philosophie est
celle d’une dŽmarche d’indexation (crŽation d’index topographiques renvoyant ˆ des
documents) plut™t que celle d’un vŽritable dŽpouillement. C’est pourquoi, l’Žvolution
d’ARCHIDOC vers une vŽritable base bibliographique structurŽe selon UNIMARC, outre
qu’elle serait techniquement tr•s difficile ˆ mettre en Ïuvre parce qu'elle impliquerait le
TOSCA Consultants
20/12/99
22
retraitement manuel de toutes les notices existantes8, serait un non-sens dans le contexte de
cette Direction dont la bibliographie n’est pas la mission premi•re.
AmŽliorer la couverture d’ARCHIDOC
La diffusion d'ARCHIDOC sur Internet, de m•me que l'Žventuel projet de son intŽgration
ˆ l’Inventaire Žlectronique (cf. ¤ 2.1.3. ci-dessus) posent la question de sa crŽdibilitŽ.
Du point de vue de son volume, ARCHIDOC est loin d’•tre ˆ la hauteur de ses objectifs, si
ces derniers sont de recenser tous les documents mentionnant ou reproduisant un Ždifice
remarquable. Il est vrai que c'est le cas des bases de donnŽes du Minist•re de la Culture en
gŽnŽral, ˆ commencer par MERIMEE, futur noyau du projet de l’Inventaire Žlectronique,
qui compte 140.000 notices pour 8 millions potentiellement ŽtudiŽes. Bernard Toulier
estime qu’ARCHIDOC devrait atteindre les 800.000 notices pour commencer ˆ •tre crŽdible
au niveau national et international. On peut s'interroger sur la pertinence de ce nombre : il
ne correspondrait pas m•me encore dans ARCHIDOC ˆ 10% des Ždifices recensŽs par
l'Inventaire.
Du point de vue de sa couverture, un rŽŽquilibrage gŽographique serait nŽcessaire. Celuici passe par le repŽrage puis le dŽpouillement de corpus documentaires mentionnant des
Ždifices dans les rŽgions aujourd’hui sous-reprŽsentŽes. Il pourrait se faire Žgalement par
l'intŽgration de certains fichiers topobibliographiques constituŽs en rŽgions par les agents
de l’Inventaire, avec la m•me structure de donnŽes qu'ARCHIDOC. La faisabilitŽ d’une
telle reprise devrait prŽalablement •tre examinŽe pour qu’il soit certain qu’elle aboutisse ˆ
des rŽsultats acceptables par rapport ˆ une campagne de nouveaux dŽpouillements : la
structure de ces fichiers est-elle transposable dans la structure d’ARCHIDOC ? Leurs index
peuvent-ils faire l’objet de corrections par lots ? Leurs volumes justifient-ils une reprise
automatisŽe plut™t qu’une ressaisie ?...
AmŽliorer la qualitŽ documentaire d’ARCHIDOC
Du point de vue de la qualitŽ documentaire, des progr•s doivent encore •tre faits sur la
complŽtude des notices (prŽsence obligatoire des informations relatives au type d’Ždifice, ˆ
son nom et ˆ son adresse) et sur la cohŽrence des index (suppression des entrŽes sur les
mots vides, suppression des entrŽes multiples sur des termes ou expressions Žquivalents).
Il nous para”t indispensable surtout que le format de saisie dans ARCHIDOC soit
dŽfinitivement gelŽ et que prenne fin la pratique des fusions de donnŽes structurŽes
diffŽremment, qui dŽtŽriorent la base.
8
En raison des descriptifs bibliographiques concatŽnŽs dans une zone unique, et du contenu des descriptifs d'archives :
aucun syst•me ne g•re encore aujourd'hui la correspondance entre UNIMARC et la norme de description archivistique
ISAD(G).
TOSCA Consultants
20/12/99
23
De nouveaux moyens ˆ mettre en place
Une fois ces principes admis - et si ARCHIDOC doit se poursuivre, il est ˆ notre avis
impŽratif de les admettre -, il faut convenir qu'ils pourront difficilement •tre mis en Ïuvre
sans la mise en place de nouveaux moyens techniques et humains :
• Moyens techniques :
∗ Remplacement des outils de saisie actuels par un outil documentaire verrouillŽ du
point de vue de sa structure, qui assure les contr™les nŽcessaires et qui permette ˆ
l’administrateur de vŽrifier et de corriger les index.
• Moyens humains :
∗ Passage ˆ temps plein de l’administrateur des donnŽes, qui puisse assurer le r™le de
coordonnateur de la structure de production,
∗ Fin des petits contrats de dŽpouillement et du bŽnŽvolat ne permettant aucun
encadrement des indexeurs : ARCHIDOC a besoin d’une vŽritable structure de
production, qui soit pŽrenne et appuyŽe au moins en partie sur des documentalistes
de mŽtier. Si des travaux doivent •tre poursuivi par des Žtudiants - qui prŽsentent il
est vrai l’avantage de ma”triser le domaine -, leur formation prŽalable (une journŽe
au plus) et surtout le contr™le des rŽsultats rendus doivent pouvoir •tre
systŽmatisŽs.
TOSCA Consultants
20/12/99
24
3.
La base de données ARCHIRES
3.1. Contexte
3.1.1. Historique et contexte de crŽation
Une crŽation impulsŽe par le Minist•re de l’Equipement
ARCHIRES est une production du réseau des 22 Ecoles d’architecture9 qui dépouillent les
revues d’architecture et les TPFE10 depuis le début des années 70, et rédigent des notices
bibliographiques tout d’abord sous forme papier. Celles-ci paraissent dans le Bulletin
signalétique des revues d’architecture publié jusqu’en 1978 par le Centre d’Etude et de
Recherche en Architecture (CERA), et sont ensuite diffusées sous forme de fiches par chaque
Ecole pendant une dizaine d’années, les Ecoles d’architecture étant alors sous la tutelle du
Ministère de l’Equipement.
La possibilité d’une informatisation se concrétise à travers la coopération documentaire
établie avec URBAMET , qui couvre les domaines de l’urbanisme et de l’habitat, via le
Centre de Documentation de l’Urbanisme.
La création de la base ARCHIRES est décidée en 1989-90. Créée sous TEXTO, elle est
opérationnelle en 1993. Elle alimente URBAMET en notices de périodiques d’architecture et
reçoit des notices d’urbanisme. Les Ecoles non informatisées, qui sont la majorité, reçoivent
alors le logiciel ISABEL conçu par le Ministère de l’Equipement à partir du logiciel CD-ISIS,
qui leur permet d’informatiser leurs fonds et d’alimenter ARCHIRES. Des interfaces sont
établies pour les autres Ecoles.
L’interrogation, d’abord réalisée via minitel, est assurée ensuite par un cédérom regroupant
ARCHIRES et URBAMET, piloté par le CDU, et financé par les Ecoles.
Un nouveau changement de tutelle
Le transfert de l’Architecture au Ministère de la Culture en 1996 coïncide avec la migration
sous DORIS d’ARCHIRES et de toutes les bases documentaires de l’Equipement, et avec la
réinformatisation des centres de documentation des Ecoles : 17 écoles utilisent DORISLORIS, trois Ecoles PYRAMIDE, deux Ecoles appartiennent à des réseaux locaux qui
utilisent ALS-MERITUS à Marseille, GEAC à Saint-Etienne. L’Institut Français
d’Architecture conserve provisoirement ISABEL, les deux Ecoles suisses et belges
bénéficient d’un logiciel de saisie fourni par le Centre d’Etudes Technique de l’Equipement
qui gère la base. Les opérations de contrôle et de correction de notices sont donc beaucoup
plus aisées qu’auparavant tant sur ARCHIRES que sur les bases locales.
9
10
Réseau auquel participent également l’Institut Français d’Architecture, l’Ecole spéciale d’architecture, l’Ecole d’architecture
Saint-Luc de Bruxelles et l'Ecole d’ingénieurs de Genève.
TPFE : Travaux personnels de fin d'Žtude, Žgalement dŽcrits dans ARCHIRES et reprŽsentant environ 50% des notices.
Voir ci-dessous, ¤ 3.2.1.
TOSCA Consultants
20/12/99
25
Le Ministère de la Culture ne souhaitant pas pour le moment assurer la migration de cette
base sur son propre serveur, le CETE de Lille reste responsable de la gestion de la base, dans
le cadre d’une convention le rémunérant.
TOSCA Consultants
20/12/99
26
Un double support de diffusion
Apr•s le changement de tutelle des Ecoles, le CETE de Lille est restŽ prestataire de services
pour le Minist•re de la Culture qui n’a pas l’infrastructure suffisante pour assurer la
gestion technique de la base. L’acc•s en ligne est uniquement proposŽ aux documentalistes
du rŽseau des Ecoles. Il est probablement tr•s peu utilisŽ par d'autres documentalistes que
les quatre administrateurs des donnŽes.
Le Centre de Documentation de l’Urbanisme, qui dŽpend du Minist•re de l’Equipement,
continue d’assurer quant ˆ lui la ma”trise d’ouvrage dŽlŽguŽe du cŽdŽrom qui est
diffusŽ dans les Ecoles. Bien qu’en retard d’environ six mois par rapport ˆ la base en ligne
(le cŽdŽrom sort deux fois par an en temps normal), celui-ci prŽsente l’avantage d’une
ergonomie facile et d’un cožt moindre que celui des connexions au serveur de Lille. Il
contient sous la m•me interface les deux bases de donnŽes ARCHIRES et URBAMET.
Contrairement ˆ certaines inquiŽtudes exprimŽes du c™tŽ des Ecoles d'architecture ˆ ce
sujet, le Minist•re de l’Equipement n’affiche aucune volontŽ d’interrompre la double
prestation d’exploitation d’ARCHIRES et de production du cŽdŽrom. Au contraire, le CDU
insiste sur l’importance de continuer ˆ produire un outil commun, le cŽdŽrom11.
L'Žvolution des relations avec URBAMET : une cohabitation difficile
Le probl•me du recouvrement des deux bases URBAMET et ARCHIRES se pose d•s la
crŽation de cette derni•re. Un accord est passŽ entre le CDU et le rŽseau Archires,
convenant un Žchange de notices pour un certain nombre de revues qui intŽressent les
deux bases, afin d’Žviter un double dŽpouillement. Les notices des TPFE n’intŽressent pas
le Minist•re de l'Equipement, ces documents Žtant difficilement communicables, et ne
faisant pas l'objet d'une sŽlection sur ARCHIRES.
Une fusion des thesaurus est Žgalement entreprise, et en 1995 au bout de deux ans de
travaux, le thesaurus ARCHIRES est intŽgrŽ ˆ celui d’URBAMET.
Les divergences sont fortes cependant entre la stratŽgie documentaire du CDU pour la base
URBAMET, et celle du rŽseau ARCHIRES pour sa propre base : d’un c™tŽ, il s’agit de
favoriser la diffusion aupr•s d’un public large d’un produit ˆ vocation commerciale, en
regroupant les articles sous forme de dossiers, en donnant la prioritŽ aux descriptifs
rŽdigŽs dŽtaillŽs et recherchables en texte intŽgral, en rendant systŽmatiquement
possible l’acc•s au document primaire par le pr•t inter-biblioth•ques, en n’Žcartant aucun
type de document pertinent pourvu qu’il soit disponible pour le public12 ; de l’autre c™tŽ, il
s’agit exclusivement de rŽpondre aux besoins des Žtudiants des Ecoles en leur signalant
par une indexation fine les TPFE et les articles de revues un ˆ un, sans envisager de pr•t
inter sinon au sein du rŽseau.
Les corpus couverts par les deux bases divergent Žgalement : d’un c™tŽ, le public des
urbanistes travaille sur des documents plus globaux et plus littŽraires, de l’autre, celui des
Žtudiants recherche des documents plus techniques, plus graphiques, plus descriptifs.
11
12
La pertinence de cet outil commun est en fait une question que nous nous posons, cf. ¤ 3.2.6. ci-dessous.
URBAMET signale des monographies, des pŽriodiques, de la littŽrature grise, des plaquettes, des cartes...
TOSCA Consultants
20/12/99
27
Ces diffŽrences transparaissent naturellement dans les outils d’indexation : tr•s
prŽcoordonnŽ, le thesaurus ARCHIRES affine les concepts beaucoup plus que le thesaurus
URBAMET. La base de l’urbanisme qui s’oriente rŽsolument vers le texte intŽgral depuis
sa migration sous DORIS (TEXTO n’offrait pas autrefois cette fonctionnalitŽ) ne rŽclame
pas en effet de descripteurs pointus.
Suite aux rŽserves exprimŽes par le CDU sur l’adŽquation ˆ URBAMET des notices
produites par le rŽseau Archires, les versements rŽciproques entre les deux bases se sont
donc interrompus. Les deux thesaurus vont ˆ nouveau se sŽparer pour Žvoluer
indŽpendamment l’un de l’autre.
La collaboration pourra nŽanmoins se poursuivre entre le CDU et les Ecoles qui le
souhaiteront, si elles acceptent de produire des rŽsumŽs suffisamment longs pour que la
recherche en texte intŽgral puisse donner tous ses rŽsultats. C’est ainsi que quatre d’entre
elles dŽpouillent dans l’optique URBAMET certains titres (6 au total) qu’elles ont dŽjˆ
traitŽs pour une saisie dans ARCHIRES.
3.1.2. Objectifs et orientations
ARCHIRES a ŽtŽ con•ue avant tout comme un outil de travail dans une perspective
d’enseignement. A cette fin, elle signale ˆ l'attention des Žtudiants des Ecoles d'architecture
les articles de pŽriodiques re•us dans les biblioth•ques et les travaux d'Žl•ves, qui leur
permettent de faire le point sur les th•mes dŽjˆ traitŽs. Sa diffusion hors du rŽseau des
Ecoles n’a pas ŽtŽ envisagŽe jusqu’ici, parce qu’elle aurait supposŽ le dŽveloppement du
pr•t de documents ˆ du public extŽrieur, ou la mise en place d'un service de fourniture de
copies d'articles, ce dont les centres de documentation des Ecoles n’ont pas les moyens. Ils
ne souhaitent pas en effet se dessaisir des exemplaires uniques des revues qu'ils re•oivent,
rŽservŽs ˆ la consultation en libre acc•s. Seuls les quelques titres re•us en double peuvent
•tre pr•tŽs ˆ des Žtudiants ou ˆ d'autres Ecoles.
Cette position est cependant en train d'Žvoluer et les Ecoles semblent Žprouver moins de
rŽticences vis ˆ vis de l’ouverture d'ARCHIRES au grand public : la mise sur le Web du
catalogue de l’Ecole de Grenoble a servi de test, il s'est avŽrŽ qu'elle n'a pas gŽnŽrŽ autant
de demandes de photocopies qu'on aurait pu le craindre. Par ailleurs, il peut parfaitement
•tre envisagŽ, comme cela se pratique pour URBAMET, de renvoyer les demandeurs
extŽrieurs sur l’INIST, qui fournit une copie des documents primaires moyennant
paiement.
La vente du cŽdŽrom ˆ d’autres institutions travaillant de pr•s ou de loin sur l’architecture
n'est donc pas exclue ˆ moyen ou ˆ court terme, son prix modique (5.000 FHT par an pour
deux Žditions comprenant chacune une version du cŽdŽrom URBAMET & ARCHIRES et
une version du cŽdŽrom URBADISC) Žtant bien-sžr un atout de diffusion13.
3.1.3. Perspectives d’Žvolution
La question du public que doit ou peut toucher ARCHIRES est en rŽalitŽ posŽe : faut-il
l'ouvrir plus largement ˆ la communautŽ francophone des professionnels de l'architecture,
voire au grand public ? Son adŽquation ˆ ce type de public est-elle rŽelle ? NŽcessite t-elle
des adaptations ?
13
Il faut noter que l'appartenance d'URBAMET au rŽseau europŽen qui produit URBADISC nŽcessite la diffusion conjointe
d'URBAMET et d'URBADISC.
TOSCA Consultants
20/12/99
28
La mise ˆ disposition d'un public plus large d'ARCHIRES est Žvidemment envisageable
dans le cadre du projet de la CitŽ de l'Architecture et du Patrimoine, qui doit s'ouvrir au
Palais de Chaillot. Ayant vocation ˆ rapprocher sauvegarde du patrimoine et crŽation
architecturale, cette structure doit abriter entre autres une grande biblioth•que publique
d’architecture. ARCHIRES aurait tout-ˆ-fait sa place dans ce cadre, et pourrait se
positionner, au prix de quelques adaptations, comme outil de valorisation de gisements
documentaires mal pris en compte par ses deux alter ego anglo-saxonnes, API et AVERY14 :
revues fran•aises ou francophones rŽgionales notamment. ARCHIRES est dŽjˆ ouverte sur
l'Europe puisqu'une Ecole belge et une Ecole suisse participent au rŽseau.
Autre piste, ou piste complŽmentaire, il a ŽtŽ imaginŽ qu’ARCHIRES puisse constituer la
base d'Žchanges et de soutiens rŽciproques entre le rŽseau des documentalistes des Ecoles
d'architecture, et celui des documentalistes des services de l'Inventaire. Une contribution de
ces derniers ˆ la production de la base, comme cela a ŽtŽ ŽvoquŽ pour des types de
documents non couverts actuellement par ARCHIRES, se heurte cependant ˆ un certain
nombre d’obstacles : l’autonomie des Ecoles tout d’abord, le peu de disponibilitŽ des
documentalistes de l’Inventaire ensuite, et enfin la diffŽrence de perspective entre les
travaux bibliographiques des Ecoles et ceux des services de l’Inventaire, qui comportent un
aspect topographique tr•s fort (voir l’Žtude concernant ARCHIDOC ci-dessus), et qui sont
exclusivement concentrŽs sur la France. Cela n’exclut pas toutefois qu’ARCHIRES puisse
•tre utilement consultŽe et exploitŽe dans les centres de documentation du patrimoine,
o•, de m•me qu’ARCHIDOC, elle semble •tre totalement ignorŽe.
3.2. Présentation et évaluation critique
Pour chacun des points de cette partie, il est d’abord fait un commentaire d’Žvaluation
intrins•que d’ARCHIRES. Une mise en perspective est ensuite faite avec les deux
principales bases de donnŽes concurrentes, qui sont ARCHITECTURAL PUBLICATIONS
INDEX ON DISC (API : version sur disque d’ARCHITECTURE DATABASE, produite par
le Royal Institute of British Architects) d’une part, et AVERY ARCHITECTURE INDEX
produite par l’Avery architectural and fine arts library (USA) d’autre part. Pour plus de
commoditŽs, nous parlerons dans la suite de ce document des bases API et AVERY.
Les cŽdŽroms de ces deux bases de donnŽes ont ŽtŽ mis gracieusement ˆ notre
disposition par l’IFA et par l’Ecole d’architecture de Paris-Belleville, que nous remercions
ici.
Une comparaison a ŽtŽ Žgalement amorcŽe avec la base BODIL, de l’institut suŽdois de
documentation sur la construction15. Mais seuls quelques ŽlŽments de prŽsentation
sommaire Žtant disponibles sur Internet, il n’a pas ŽtŽ possible de pousser l’investigation
dans le dŽtail du contenu, comme pour les deux autres bases.
3.2.1. Volume et couverture16
ARCHIRES
Une petite base fran•aise, ciblŽe sur l’actualitŽ de l’architecture courante...
14
15
16
Cf. ¤ 3.3. ci-dessous.
Cf. Tableau en annexe 1.
Voir aussi la partie 4.1.2. du tableau comparatif des bases figurant en annexe 1.
TOSCA Consultants
20/12/99
29
Le volume d’ARCHIRES est d’environ 30.000 notices. Elle s’accro”t depuis plusieurs annŽes
d’au plus 3.500 notices par an (les 5.000 notices versŽes en 1998-1999 sont dues ˆ un
rattrapage par rapport ˆ la pŽriode de migration sous DORIS, o• les envois au CETE de
Lille n’ont pu se faire au rythme habituel).
La base contient le signalement d’articles de pŽriodiques (58 %) et de Travaux Personnels
de Fin d’Etude (42 %). Quelques autres types de documents (monographies, catalogues
d’exposition, dossiers documentaires, textes juridiques...) sont Žgalement reprŽsentŽs en
part infime (mois de 1 %) et reprŽsentent des « scories » de tests anciens qui devraient •tre
retirŽs de la base.
MalgrŽ quelques documents remontant ˆ la fin du XIX•me si•cle, le plus gros des articles de
pŽriodiques est datŽ d’ˆ partir des annŽes 1992-1993.
155 titres de revues sont signalŽs dans ARCHIRES, dont 65 sont morts ou abandonnŽs : les
90 autres, de pŽriodicitŽ tr•s variable (hebdomadaire ˆ annuel), font l’objet d’un
dŽpouillement courant. Toutes les principales revues d’architecture fran•aises sont
prŽsentes, ainsi qu’un certain nombre de revues Žtrang•res (35% des titres environ).
ARCHIRES travaille donc d’abord sur l’actualitŽ des pŽriodiques fran•ais d’architecture
courante, utiles dans le cadre d’un enseignement pluridisciplinaire. Elle couvre dans une
moindre mesure des disciplines connexes telles que l’urbanisme, le paysage, l’art...
ARCHIRES/API/AVERY
...mais qui occupe une niche non investie par les bases anglo-saxonnes
Il s’agit d’une base peu volumineuse par rapport ˆ ses consÏurs (l’une et l’autre atteignent
pr•s de 200.000 notices) qui contiennent exclusivement le signalement d’articles de
pŽriodiques. Sur ce type de document, ARCHIRES reprŽsente donc ˆ peine 8 % du volume
d’API et d’AVERY, qui proposent Žgalement un dŽpouillement systŽmatique sur une
pŽriode plus longue, depuis 1977-1978.
Elle conna”t un rythme d’accroissement trois ˆ quatre fois moindre qu’API et AVERY.
Comme on pouvait s’y attendre, la proportion est inversŽe entre ARCHIRES et les bases
anglo-saxonnes pour le signalement des titres et/ou documents en langue fran•aise et en
langue anglaise : 80 ˆ 90 % de fran•ais dans ARCHIRES, 10 ˆ 20 % dans API et AVERY.
Le recouvrement des titres a pu •tre ŽvaluŽ pour API seulement qui signale 42 titres en
commun avec ARCHIRES, soit 10% de ses collections.
Il semble donc qu’ARCHIRES ait une place ˆ tenir sur le marchŽ du signalement
bibliographique pour l’architecture fran•aise, et qu’elle n’est aucunement doublŽe comme
on aurait pu le penser, par les deux grandes bases anglo-saxonnes
3.2.2. ModalitŽs de la production
ARCHIRES
Une structure de production solide et qui s’organise
TOSCA Consultants
20/12/99
30
Le rŽseau Archir•s est riche d’une trentaine de documentalistes diversement formŽs au
dŽpouillement de revues et au domaine de l’architecture. La situation d’indŽpendance des
Ecoles a restreint pendant de longues annŽes l'efficacitŽ de la coordination et du
fonctionnement du rŽseau. Une certaine disparitŽ est d'ailleurs encore constatable entre les
Ecoles tant dans le nombre de revues dŽpouillŽes que dans la rŽgularitŽ des
dŽpouillement et versements dans la base. Cela s'explique en partie par les difficultŽs
rencontrŽes par certains centres de documentation (dŽmŽbagements, probl•mes de
personnel, probl•mes techniques...).
Depuis deux ans, c'est-ˆ-dire depuis la mise en place de fa•on coordonnŽe de ce nouvel
outil de contr™le de la production documentaire qu’est DORIS, le rŽseau Archires se
structure fortement. Quatre administrateurs ont ŽtŽ choisis parmi des documentalistes
volontaires des Ecoles parisiennes, bient™t rejoints par les Ecoles de Bordeaux et Nancy.
Leur r™le est d’assurer le suivi des versements des notices dans la base, et de corriger les
index avant versement des nouvelles notices, ou de fa•on rŽtrospective pour les anciennes
notices. Un programme de correction a ŽtŽ ŽbauchŽ lors de la derni•re rŽunion annuelle
du rŽseau : le premier index ˆ traiter est l’index gŽographique. L’objectif est que dans un
an, tous les index soient « propres ».
Au cours d'un sŽminaire qui se tient une fois par an, le rŽseau fait le point sur les besoins
du public et les Žvolutions ˆ envisager, les difficultŽs des Ecoles et les solutions possibles,
les r•gles de travail pouvant •tre adoptŽes en commun.
Dans ce cadre, des commissions se sont mises en place, parmi lesquelles :
• Une Commission nationale de coordination, qui se rŽunit deux ou trois fois par an pour
suivre et coordonner les projets du rŽseau,
• Une Commission PŽriodiques/TPFE, qui assure le suivi de la gestion et de la correction
de la base ARCHIRES, et travaille sur les r•gles d’indexation et de catalogage : choix des
champs UNIMARC ˆ utiliser pour tels types d’informations, r•gles d’Žcriture ˆ
respecter...
• Une Commission Thesaurus, qui fait Žvoluer le thesaurus ARCHIRES, en coordination
avec Urbamet,
• Une Commission DORIS-LORIS, qui travaille ˆ l’amŽlioration de la mise en Ïuvre du
logiciel,
• Une Commission Ouvrages, qui rŽflŽchit ˆ la rŽcupŽration de notices de monographies
ˆ partir de rŽservoirs tels qu’OCLC ou la Bibliographie gŽnŽrale de la France, et ˆ
l’Žchange de ces notices entre les Ecoles.
Un coordinateur enfin, joue le r™le d’interface entre les instances des deux Minist•res et le
rŽseau Archires, assure la promotion de la base, recherche les financements pour la gestion
et l'exploitation de la base.
Des processus de production plus rapides et plus efficaces
Les 90 titres de revue dŽpouillŽs dans ARCHIRES sont rŽpartis entre les Ecoles
d’architecture sur la base du volontariat, chaque Ecole devant dŽpouiller au moins un titre.
Lors de la rŽunion annuelle du rŽseau, la rŽpartition des nouveaux titres est discutŽe et
validŽe.
TOSCA Consultants
20/12/99
31
Les notices sont en principe envoyŽes chaque mois sur disquettes au CETE du Minist•re
de l’Equipement ˆ Lille, o• un documentaliste les relit avant qu’elles soient versŽes dans
une base provisoire. Pendant quinze jours, les administrateurs ont alors la possibilitŽ
d’effectuer la correction des index et la validation des nouveaux termes. La base provisoire
est ensuite versŽe dans la base de consultation.
En quelques mois, les processus de production ont changŽ, du fait de la migration de la
base sous DORIS, des formations au nouveau logiciel dispensŽes aux documentalistes, et
des possibilitŽs offertes par l’administration ˆ distance : les administrateurs ont testŽ et
corrigŽ des milliers de notices, et les objectifs de mise ˆ niveau des index d’ici un an ont
toutes les chances d’•tre tenus.
Des r•gles de production qui s’affinent progressivement
D•s l’origine du rŽseau et le dŽbut de la production de notices papier, il a ŽtŽ convenu de
cataloguer les articles dans le format le plus proche possible de l’ISBD. Un manuel de saisie
avait ŽtŽ mis au point pour le catalogage dans ISABEL. D’autres r•gles de sŽlection et de
description ont depuis lors ŽtŽ Žmises, ou sont en cours d’Žlaboration par la Commission
PŽriodiques/TPFE du rŽseau :
• Les revues sont dŽpouillŽes article par article, sauf en ce qui concerne les critiques
d’ouvrages ou d’expositions, et les br•ves d’actualitŽ,
• Chaque revue d’architecture est exhaustivement dŽpouillŽe. Une sŽlection peut •tre
opŽrŽe en revanche dans les revues d’art, de design, de paysage,...
• Le catalogage se fait au format ISBD avec un certain nombre de champs ˆ remplir
obligatoirement, et un rŽsumŽ pour lequel aucune longueur n’est prŽconisŽe,
• L’indexation est contr™lŽe par le thesaurus Archires. Aucune profondeur d’indexation
n’est dŽfinie.
L'exhaustivitŽ du dŽpouillement sur les revues d'architecture peut •tre ˆ juste titre
considŽrŽe comme un crit•re de qualitŽ. Cependant, elle risque de pŽnaliser ARCHIRES ˆ
terme car il n'existe aucune possibilitŽ d'Žpurer pŽriodiquement la base des signalements
devenus obsol•tes : la critique d'une exposition, les rŽsultats d'un concours d'architecture
ayant eu lieu il y a quinze ans intŽressent-ils encore quelqu'un ? En l'absence de champ
spŽcifique pour dŽsigner les types d’articles (article de fond, critique d’exposition,
reportage, nŽcrologie...), l'Žpuration ne peut se faire qu'"ˆ la main", notice par notice.
Les temps de traitement sont d’autant plus rapides (dix minutes) que les articles ˆ analyser
sont descriptifs et illustrŽs. Pour les articles de fond en langue Žtrang•re en revanche, le
catalogage et l’indexation peuvent prendre jusqu'ˆ deux ou trois heures par article.
ARCHIRES/API/AVERY
Tr•s peu d'informations sont disponibles sur les structures de production des bases API et
AVERY, et aucune sur les processus et les r•gles de dŽpouillement. Il appara”t cependant
que l'une et l'autre sont produites par des Žquipes nombreuses ayant probablement connu
un fort taux de renouvellement au cours des annŽes : cela est perceptible ne serait-ce qu'au
niveau de la qualitŽ des index qui, tout au moins dans AVERY, ne font visiblement l'objet
d'aucune correction (cf. ci-dessous).
TOSCA Consultants
20/12/99
32
AVERY applique de fa•on assez systŽmatique la sŽlection et le traitement de documents
par lots d'articles ou par dossiers, ce qui est peu pratiquŽ dans API, et tr•s rarement dans
ARCHIRES : pour effectuer la comparaison de notices existant dans les trois bases (cf. cidessous), il a ŽtŽ relativement difficile de repŽrer dans AVERY des notices signalant un
article seul (et non une succession d'articles), qui soit Žgalement signalŽ dans les deux
autres bases.
3.2.3. QualitŽ documentaire17
ARCHIRES
Une structure peu claire dans la version en ligne, simplifiŽe dans la version cŽdŽrom
Le tableau ci-dessous prŽsente la liste des zones prŽsentes dans les formats d'affichage
d'ARCHIRES sur cŽdŽrom. Les zones en italique sont les zones supplŽmentaires
disponibles dans ARCHIRES en ligne. Dans cette version et gr‰ce ˆ DORIS, la plupart des
zones sont recherchables et contr™lables au moyen d'un index de monotermes ou d’un
index d’expressions.
Crit•re de recherche
Zone de la notice
ARCHIRES
cŽdŽrom
Type de contr™le
ARCHIRES ARCHIRES ARCHIRES
en ligne
cŽdŽrom
en ligne
1. NumŽro dans la base
/
Oui
/
IM18
2. Sujet
/
Oui
/
IM
3. Media
/
Oui
/
IE
4. Type de document
Oui
Oui
IE
IE
5. Titre du document*
Oui
Oui
IE
IE
6. Auteurs
Oui
Oui
IM et IE
IM
7. Auteur secondaire (pour les TPFE)
/
Non
/
/
8. NumŽro d'inventaire (pour les TPFE)
/
Non
/
/
9. Organismes (Ecoles d'architecture dŽtenant le document)
Non
Oui
/
IE
10. Sigle dŽveloppŽ (pour les textes rŽglementaires)
Non
Oui
/
IE
11. Directeur (pour les TPFE)
Oui
Oui
IM et IE
IE
12. Titre de pŽriodique
Oui
Oui
IM et IE
IE
13. Source (N¡, date, pages... du pŽriodique)
Non
Oui
/
IE
/
Oui
/
IE
Oui
Oui
IE
IE
16. Date de versement
/
Oui
/
IM
17. ModalitŽs de diffusion
/
Oui
/
IM
18. ISBN/ISSN
/
Oui
/
IM
19. Th•me*
/
Oui
/
IE
20. "Descripteurs comp" (descripteurs complŽmentaires ?)
/
Oui
/
IE
21. RŽsumŽ*
Oui
Oui
IM
IM
22. Concepteur
Oui
Oui
IM et IE
IE
Oui (un
Oui (un
crit•re
14. Bulletin
15. Date de la publication
23. Mots clŽs gŽographiques*
17
Voir aussi la partie 4.1.3. du tableau comparatif des bases figurant en annexe 1.
18
IM : Index des monotermes ; IE : Index des expressions.
TOSCA Consultants
20/12/99
33
Crit•re de recherche
Zone de la notice
ARCHIRES
cŽdŽrom
Type de contr™le
ARCHIRES ARCHIRES ARCHIRES
en ligne
cŽdŽrom
en ligne
crit•re
unique)
unique +
2 crit•res
distincts
IM et IE
IE
24. Localisation*
25. RŽalisation
Non
Oui
/
IM
26. Ma”tre d'ouvrage
/
Oui
/
IE
27. Auteur moral/financeur
/
Oui
/
IE
28. Mots thesaurus*
Oui
Oui
IE
IE
29. Langue
Oui
Oui
IM et IE
IE
30. HiŽrarchie gŽographique (pour les dossiers documentaires)
/
Oui
/
IM
31. Cote
Oui
Oui
IE
IE
32. Notes (pour les usuels)
Non
Oui
/
IM
33. Producteur (Ecole ayant produit la notice)
Oui
Oui
IE
IE
34. RŽfŽrence
Non
Oui
/
IM
* Informations Žgalement recherchables dans une zone unique « Mots libres » de la grille de recherche,
contr™lŽe par un index des monotermes.
Dans ARCHIRES en ligne, toutes les informations sont en outre recherchables dans une zone unique « Index
gŽnŽral », contr™lŽe par un index des monotermes.
La structure d'ARCHIRES sur cŽdŽrom est donc plus simple (16 zones en moins) mais
Žgalement plus claire que celle d'ARCHIRES en ligne. Celle-ci contient un certain nombre
de zones tr•s peu utilisŽes dans ARCHIRES, mais figurant dans la structure commune de
toutes les bases du Minist•re de l'Equipement du CETE de Lille. Les informaticiens ont
voulu cette structure commune afin de permettre les interrogations croisŽes sous DORIS. Il
s'av•re en fait que ce type d'interrogation n'a pas grande utilitŽ et qu'une structure
commune prŽsente plus d'inconvŽnients (dŽfauts de lisibilitŽ) que d'avantages.
Il est ˆ noter qu'ARCHIRES, base bibliographique de pŽriodiques, ne contient ni zone
Editeur, ni zone Lieu d'Ždition, ni zone ISSN (elle n’existe que dans ARCHIRES en ligne) et
que la zone Source ne permet pas d'Žtablir de fa•on automatique un Žtat des collections
des pŽriodiques, Ecole par Ecole et titre par titre.
Des index en attente de correction
L'hŽritage d’ISABEL, syst•me non contr™lŽ, p•se sur la qualitŽ des index. Le nettoyage
de ces derniers devrait •tre grandement facilitŽ par DORIS, qui met en Ïuvre de nombreux
contr™les de saisie et offres des possibilitŽs de corrections par lots.
TOSCA Consultants
20/12/99
34
Nous prendrons comme exemple l'index des mots libres, qui comprend :
• Des nombres seuls,
• Des nombres prŽcŽdŽs d'un tiret ("-"),
• Des sŽries de nombres ("X - Y"),
• Des monotermes,
• Des monotermes prŽcŽdŽs de guillemets,
• Des monotermes entre guillemets,
• Des monotermes prŽcŽdŽs d'une apostrophe,
• ...
... toutes ces entrŽes ayant des occurrences dans la base. Il est Žvident qu'il s'agit des
rŽsultats d'une indexation en texte intŽgral, ayant consistŽ ˆ relever toutes les cha”nes de
caract•res figurant entre deux espaces, sans Žlimination des mots vides ni des caract•res
typographiques tels tirets, guillemets, apostrophes...
Extrait de l’index des mots libres
Certains index font usage d'abrŽviations qui ne sont pas toujours explicites ou cohŽrents.
Ainsi, le code "MUL" dans la zone Langue signifie vraisemblablement "multilingue", mais
les documents multilingues sont tant™t indexŽs par "MUL", tant™t par autant de codes
que de langues dans lesquelles ils ont ŽtŽ Žcrits.
TOSCA Consultants
20/12/99
35
ARCHIRES/API/AVERY
Structure, index, complŽtude des notices : le trophŽe de la qualitŽ pour ARCHIRES
Du point de vue de sa structure, ARCHIRES est plus riche qu'API et AVERY, cette derni•re
ne comptant que 10 zones.
PrŽcision qui va rassurer les administrateurs malgrŽ nos critiques, les index d'ARCHIRES,
n'ont rien ˆ envier ˆ ceux d'API, et sont nettement meilleurs que ceux d'AVERY qui ne
peuvent •tre utilisŽs qu'avec une troncature systŽmatique. Ils cumulent en effet des termes
qui dans un thesaurus, correspondraient ˆ plusieurs niveaux de hiŽrarchie. Pour •tre sžr
de retenir tous les crit•res de recherche pertinents, il faut parfois faire dŽfiler et
sŽlectionner successivement plusieurs dizaines d'entrŽes d'index (exemple : Stade, Stade de
football, Stade de football de tel ville (150 villes diffŽrentes), Stade de rugby, Stade de rugby
de tel ville (50 autres villes)...) pour avoir quelque certitude d'obtenir un rŽsultat de
recherche exhaustif.
Du point de vue de la complŽtude des notices (longueur des notices, taille du rŽsumŽ,
nombre de zones renseignŽes) et de la finesse d'indexation19 enfin, une comparaison a ŽtŽ
faite sur les notices de cinq documents signalŽs dans les trois bases. ARCHIRES est assez
proche d'API (mais en moyenne lŽg•rement supŽrieure), et a Žgalement une t•te
d'avance par rapport ˆ AVERY. La profondeur d'indexation d'ARCHIRES est de 0,4 points
plus ŽlevŽe que chez ses deux consÏurs pour les descripteurs du thesaurus, elle est la seule
ˆ proposer une indexation par mots clŽs gŽographiques et par mots clŽs libres (cf. la grille
comparative des rŽsultats en annexe 2, et les 15 notices en annexe 3).
Fra”cheur des donnŽes : faiblesse d'ARCHIRES sur les titres Žtrangers
Une autre investigation a ŽtŽ menŽe pour comparer la fra”cheur des donnŽes dans les
trois bases : pour 5 titres de pŽriodiques (un mensuel fran•ais, un bimestriel fran•ais, un
mensuel amŽricain, un mensuel anglais et un mensuel allemand), combien de notices
rel•ve t-on pour le dernier mois, pour les trois derniers mois, pour les 6 derniers mois, pour
l'annŽe en cours, et enfin pour l'annŽe prŽcŽdant la date de mise ˆ jour des disques ?
Sur les deux titres fran•ais, ARCHIRES se situe entre API et AVERY, ceci malgrŽ les
perturbations intervenues en 1998 en raison des blocages de DORIS sur certain versements
de notices. En revanche, sa mise ˆ jour est beaucoup plus tardive que pour les deux autre
bases sur les trois titres Žtrangers (cf. la grille comparative des rŽsultats en annexe 4).
3.2.4. Richesse fonctionnelle et performances20
ARCHIRES
Recherche : convivialitŽ et simplicitŽ d'ARCHIRES sur cŽdŽrom, lourdeur et opacitŽ
d'ARCHIRES en ligne
19
20
Profondeur d’indexation : nombre moyn des descripteurs ou de mots clŽs par document.
Pour le dŽtail des possibilitŽs offertes en recherche, affichage et exploitation des rŽsultats, voir la partie 4.1.3. du tableau
comparatif des bases figurant en annexe 1.
TOSCA Consultants
20/12/99
36
Autant la recherche sur le cŽdŽrom est simple et immŽdiate, autant elle est complexe et
incertaine dans la version en ligne. Ce commentaire peut globalement •tre fait sur
l'ensemble des fonctionnalitŽs des deux versions.
Le formulaire de recherche, unique, proposŽ dans le cŽdŽrom, contient 13 champs dont les
contenus peuvent •tre combinŽs entre eux, soit ˆ l'intŽrieur d'un champ soit d'un champ ˆ
l'autre, par les trois opŽrateurs boolŽens Et, OU, SAUF. La saisie d'une recherche est
assistŽe par l'affichage et la sŽlection dans des index de monotermes et/ou d'expressions.
Cinq champs sont contr™lŽs par les deux types d'index, ce qui est particuli•rement
exceptionnel et intŽressant : rares sont les bases de donnŽes documentaires qui proposent
simultanŽment ces deux formes de contr™le. Les index s'affichent avec leurs occurrences. Il
est possible de sŽlectionner plusieurs crit•res dans un index avant de les importer en une
fois dans la grille de recherche, il est Žgalement possible de les combiner entre eux avant
cette importation.
Grille de recherche d’ARCHIRES sur cŽdŽrom
Dans la version en ligne, la puissance de DORIS et les multiples combinaisons possibles sur
les 36 tables de la base dŽcuplent la potentialitŽ des performances par rapport au
cŽdŽrom... ˆ condition de savoir s'en servir. Entre autres questions que peut se poser un
utilisateur nŽophyte : quel mode de recherche (monocrit•re, multicrit•re, assistŽe) ai-je
intŽr•t de choisir ? En quoi la recherche assistŽe est-elle assistŽe ? Quelle diffŽrence y a t-il
entre les crit•res Th•me, Sujet, Mot du thesaurus, Descripteur libre ? Faut-il poser la
requ•te successivement ou simultanŽment sur ces diffŽrents index ? De quelle fa•on
combiner les crit•res dans le mode de recherche multicrit•re ? Comment lancer la recherche
TOSCA Consultants
20/12/99
37
une fois les crit•res saisis ? Comment exploiter l'historique des recherches afin de modifier
les crit•res initiaux ?
Le plus embarrassant est sans doute la redondance (apparente ou rŽelle ?) des index, dont
l'Žcran qui suit donne un aper•u : on ne sait pas quelle est la diffŽrence entre la liste des
crit•res de la colonne de gauche, porteurs d’un simple numŽro, et la liste des crit•res de la
colonne de droite (tables ?), dont le numŽro est prŽcŽdŽ d’un « T ». On ne saisit pas le
sens des lettres minuscules (m, d, t, i, q, r) qui suivent entre parenth•ses les intitulŽs de
crit•res. Aucune rŽponse ˆ ces questions ne figure dans l’aide en ligne. L'utilisateur
dŽsorientŽ comprend qu'une requ•te peut •tre formulŽe de multiples fa•ons, et constate
apr•s plusieurs t‰tonnements que les rŽsultats obtenus peuvent •tre tr•s diffŽrents
d'une formulation ˆ l'autre.
Affichage de la liste des index dans la grille de recherche d’ARCHIRES en ligne
Il est donc exclu d'envisager de mettre en l'Žtat ARCHIRES en ligne entre les mains
d'utilisateurs autres que des documentalistes rompus aux techniques de recherche
documentaire.
Affichage et exploitation des rŽsultats : la version en ligne en retrait par rapport au cŽdŽrom
ARCHIRES en ligne propose deux formats d'affichage (dont le format complet sous trois
prŽsentations diffŽrentes) contre trois pour le cŽdŽrom. Lˆ encore, il est beaucoup plus
simple de passer d'un format ˆ l'autre, de sŽlectionner des notices, de les imprimer... ˆ partir
du cŽdŽrom qu'ˆ partir de la version en ligne. Faiblesse de DORIS par ailleurs, les rŽsultats
sont prŽsentŽs dans l'ordre o• les notices ont ŽtŽ saisies dans la base, il ne semble pas
possible de les trier autrement (ˆ moins que cette fonction soit activable par une commande
secr•te que nous n'avons pas su dŽcouvrir).
Le format d'affichage est adaptŽ au type de document dans les deux versions.
TOSCA Consultants
20/12/99
38
Dans ARCHIRES sur cŽdŽrom, on remarque ˆ l'affichage l'absence de deux crit•res qui
figurent pourtant dans la grille de recherche : il s'agit du type de document et de la date de
publication.
ARCHIRES/API/AVERY
Des fonctionnalitŽs Žquivalentes
Du point de vue fonctionnel, ARCHIRES est assez comparable ˆ API qui ne propose pas
d'historique de recherche ni ne permet de sauvegarder une Žquation, mais qui sait Žlargir
la recherche sur des termes ayant une orthographe et/ou une prononciation avoisinante.
C'est le concept de recherche floue ("sounding like" en anglais), existant aussi dans DORIS
mais non mise en Ïuvre pour ARCHIRES.
AVERY, d'une conception plus ancienne, est un peu en de•ˆ du niveau d'ARCHIRES. Si
l'on ne souhaite pas se cantonner ˆ la recherche monocrit•re sur index, il faut apprendre
toute une syntaxe d'interrogation ˆ laquelle les utilisateurs de Windows ne sont plus
habituŽs. Cependant, elle est la seule ˆ proposer le tri avant affichage, et jusqu'ˆ 6 crit•res
simultanŽs.
ARCHIRES sur cŽdŽrom se distingue par ses Žditions de notices en format complet, d'une
prŽsentation agrŽable (cf. les exemples de notices en annexe 3).
Des performances proportionnellement variables
Une derni•re comparaison entre les trois bases a ŽtŽ tentŽe sur le nombre de notices
qu'elles annoncent en rŽponse ˆ une m•me requ•te, sans qu'on puisse en tirer aucune
conclusion. Les 30 recherches posŽes ont portŽ sur 1 ˆ 3 crit•res, 5 d'entre elles concernent
des questions en marge de l'architecture. La comparaison des rŽsultats entre ARCHIRES
sur cŽdŽrom ; ARCHIRES en ligne ; ARCHIRES en ligne ˆ l'exclusion des TPFE ; API ; API
fran•ais (documents en langue fran•aise) ; AVERY ; et AVERY fran•ais, n'est gu•re
significative, le plus grand nombre de rŽponses Žtant ramenŽ par tant™t l'une, tant™t
l'autre des bases, sans explication apparente.
Hormis sur les crit•res factuels (nom d'architecte, lieu), ce type de comparaison est rendu
tr•s alŽatoire par les incertitudes de la traduction.
(cf. la grille comparative des rŽsultats en annexe 5).
3.2.5. Ergonomie de l’interface
Cette partie est traitŽe par CŽcile Montarnal. Cf. Le document prŽsentŽ en annexe.
ARCHIRES
Nous souhaitons cependant apporter quelques ŽlŽments complŽmentaires ˆ l'Žvaluation
d'ARCHIRES en ligne, dont l'interface est la plus dŽplorable de toutes les bases que nous
avons eu l’occasion de consulter pour les besoins de cette Žtude. Le logiciel DORIS n’a
visiblement subi aucune adaptation permettant de le mettre entre les mains d’un plus grand
nombre d’utilisateurs, son paramŽtrage est restŽ limitŽ au strict minimum par rapport ˆ la
version "brute" con•ue par Ever pour •tre adaptable ˆ n'importe quels types de besoins
documentaires. C’est probablement la raison principale pour laquelle seuls l’utilisent les
administrateurs de la base, accoutumŽs ˆ la manipuler.
TOSCA Consultants
20/12/99
39
Quelques dŽfauts parmi d'autres, relevŽs rapidement lors des consultations :
• Ouverture d’une session sur une fen•tre vide. L’utilisateur novice n’a ˆ sa disposition
que la barre des menus, qu’il doit dŽrouler un ˆ un pour repŽrer la commande qui lui
permette de dŽmarrer sa recherche.
• Dans le mode de recherche multicrit•re, multiplicitŽ des index (au nombre de 26) dont
certains paraissent redondants entre eux (voir commentaires ci-dessus) et dont
l’utilisateur ne sait pas prŽcisŽment ce qu’ils recouvrent.
• Les Žtiquettes tronquŽes de certains crit•res ne facilitent pas la comprŽhension de ces
derniers ("Descripteur comp").
• Une fois saisis les crit•res de recherche, aucun bouton sur la fen•tre en cours ne permet
de lancer la recherche : il faut aller chercher la commande « Evaluer » (!) dans le menu
Outils, ou bien encore la touche "F9".
• L’aide en ligne est limitŽe aux rubriques standards (dŽfinition de termes techniques et
documentaires, prŽsentation sommaire des commandes) qui figurent probablement dans
le logiciel prŽalablement ˆ toute adaptation ou paramŽtrage. Elle est tr•s insuffisante
pour permettre l’apprŽhension de la manipulation d’une base telle qu’ARCHIRES :
l’utilisateur n’a pas besoin en gŽnŽral qu’on lui rappelle les principes de la logique
boolŽenne, il est important en revanche qu’on lui explique comment inscrire et combiner
les opŽrateurs ˆ l’intŽrieur d’un champ, entre les champs, s’il doit inscrire ou non les
parenth•ses, ce que recouvre exactement tel et tel crit•re de recherche, etc.
• Les index ne s'affichent que pour un petit nombre d'entrŽes ˆ la fois, il n'est pas possible
de les faire dŽfiler rapidement.
• Il n'existe aucune diffŽrence apparente entre l'affichage standard et l'affichage court.
L'amŽlioration de l'interface d'ARCHIRES en ligne, que ce soit pour les besoins d'un
utilisateur novice ou d'un utilisateur expert, mŽriterait la rŽdaction d'un vŽritable cahier
des charges de paramŽtrage.
TOSCA Consultants
20/12/99
40
Grille de recherche d’ARCHIRES en ligne
ARCHIRES/API/AVERY
En comparaison d'ARCHIRES en ligne, ARCHIRES sur cŽdŽrom est d'une utilisation tr•s
reposante. Elle n'atteint cependant pas le niveau de la base API, qui est de loin la plus
conviviale et la plus soignŽe dans sa prŽsentation : interface Windows, clartŽ des menu et
des boutons de commande, Žcrans aŽrŽs, complŽtude de l'Aide en ligne, existence d'un
manuel d'utilisation de 50 pages disponible sur le disque au format PDF.
AVERY prŽsente l'interface la plus rustique car en mode caract•re, mais d'une utilisation
extr•mement simple et intuitive.
3.2.6. ARCHIRES et ses utilisateurs
Un public unique : les Žtudiants des Ecoles d’architecture...
La cible visŽe par ARCHIRES est jusqu’ˆ ce jour exclusivement le public des centres de
documentation des Ecoles d’architecture, c’est-ˆ-dire principalement (de 80 ˆ 90%) les 13.000
Žtudiants, et dans une bien moindre mesure, les enseignants des Ecoles. Ces derniers ont
tendance ˆ confier leurs recherches aux documentalistes plut™t qu’ˆ consulter eux-m•mes
le cŽdŽrom. Sans doute ce comportement changerait-il s’ils pouvaient accŽder au disque
en se connectant au rŽseau, depuis leur bureau.
Les Žtudiants au contraire, effectuent leurs recherches de fa•on totalement autonome, si
bien que les documentalistes ont peu de retours sur les pratiques de consultation et les
questions posŽes, sauf en cas de difficultŽ. Il semble que la base satisfasse parfaitement les
besoins bibliographiques jusqu’au niveau de la 4•me annŽe. Son utilisation est en tous cas
jugŽe tr•s facile.
TOSCA Consultants
20/12/99
41
Les biblioth•ques des Ecoles Žtant ouvertes au public extŽrieur, il arrive qu’ARCHIRES
soit consultŽe par un public autre, constituŽ essentiellement d’architectes ou d’enseignants
du secondaire. La demande est alors un peu plus technique.
... pour un support unique : le cŽdŽrom
Hormis les quatre administrateurs de la base qui effectuent chaque mois les corrections
d’index, la version d’ARCHIRES en ligne n’est qu’exceptionnellement consultŽe par les
documentalistes des Ecoles, lorsqu’il leur est soumis une recherche d’actualitŽ sur des
documents n’ayant pu encore •tre signalŽs dans le disque. De l’aveu m•me des
administrateurs, la pratique de DORIS n’est pas du tout aisŽe, elle oblige ˆ une
redŽcouverte fastidieuse des commandes ˆ chaque opŽration mensuelle de correction des
index.
Le nombre de consultations n'est pas quantifiable, le cŽdŽrom Žtant en permanence en
acc•s libre dans les biblioth•ques et ne disposant pas d'une fonction de comptabilisation
des acc•s. Le poste de consultation est cependant occupŽ pendant au moins un tiers du
temps.
Une question se pose, concernant la pertinence de faire voisiner sur le m•me disque
ARCHIRES et URBAMET : elle semble peu probante du c™tŽ des utilisateurs d’ARCHIRES
qui consultent apparemment tr•s peu URBAMET ; elle est nulle du c™tŽ des utilisateurs
d’URBAMET qui frŽquentent le CDU21. La question mŽriterait d’•tre posŽe ˆ d’autres
destinataires du cŽdŽrom URBAMET & ARCHIRES, mais y en a t-il ?
Des pratiques de recherche simples...
Les crit•res de recherche sont, en t•te, le type de b‰timent, l’architecte, le lieu (qui a fait
quoi, ˆ quel endroit ?). Les Žtudiants s’intŽressent presqu’autant aux TPFE (tel sujet a t-il
dŽjˆ ŽtŽ traitŽ ?) qu’aux articles de pŽriodiques, d’autant que beaucoup d’Ecoles ont
cataloguŽ rŽtrospectivement l’arriŽrŽ des TPFE, remontant au dŽbut des annŽes 1970.
L’utilisation du thesaurus ne semble pas poser de difficultŽ, les Žtudiants Žtant
accoutumŽs ˆ s’en servir pour rechercher dans le fichier des ouvrages. Mais ˆ la recherche
par des descripteurs contr™lŽs, ils prŽf•rent la recherche par mots libres sur toute les
zones de la notice. De m•me, ils rŽpugnent ˆ construire des Žquations complexes, bien que
l’interface s’y pr•te, et combinent rarement plus de deux crit•res, en utilisant de
prŽfŽrence l’opŽrateur ET.
Il a ŽtŽ remarquŽ enfin que les recherches sont suivies de fa•on assez systŽmatique par
une consultation du document primaire, c’est-ˆ-dire que les Žtudiants utilisent rarement
ARCHIRES ˆ des fins purement bibliographiques.
... mais pour lesquelles une Žvolution se dessine
Il semble que les demandes Žvoluent lentement vers les aspects sociologiques, pour
lesquels il n’existe pas de crit•re d’acc•s aussi direct que peut l’•tre un nom d’architecte
ou un nom gŽographique. L’interrogation par des concepts plus abstraits (exemple : un
b‰timent ou un ensemble de b‰timents caractŽrisŽs par une fonction sociologique, tels
21
Et pour cause : c’est le cŽdŽrom URBADISC qui est proposŽ en consultation au CDU, et non le cŽdŽrom URBAMET &
ARCHIRES.
TOSCA Consultants
20/12/99
42
que "entrŽe de ville", "point focal pour la restructuration urbaine") aboutit ˆ des rŽsultats
Žvidemment plus discutables que par des crit•res factuels, qui reprŽsentent encore
aujourd’hui 70% des besoins. C’est lˆ que le thesaurus retrouve toute son importance, y
compris dans le cadre de recherches en texte intŽgral.
3.3. Conclusions et suggestions d’améliorations
Un positionnement honorable
L’une des questions sous-jacentes au dŽmarrage de cette Žtude Žtait : ARCHIRES a t-elle
une place ˆ tenir sur le marchŽ des bases bibliographiques de l’architecture, son existence se
justifie t-elle, face ˆ ses deux grandes concurrentes qui couvrent un panel plus Žtendu de
collections de pŽriodiques sur une pŽriode plus longue ?
La rŽponse est sans conteste positive : non seulement le fonds des pŽriodiques fran•ais
traitŽs par ARCHIRES est loin d’•tre totalement signalŽ par API et AVERY - le fonds des
TPFE ne l’Žtant naturellement pas du tout - , mais encore les rŽsultats comparatifs des trois
bases sont beaucoup plus encourageants que ce ˆ quoi l’on aurait pu s’attendre : une
complŽtude et une qualitŽ documentaire des notices Žgale ou supŽrieure, une plus grande
fra”cheur des donnŽes sur les titres fran•ais, des performances au moins Žquivalentes, une
bonne ergonomie pour la version sur cŽdŽrom.
Le dŽpouillement des pŽriodiques fran•ais - ou francophones - est donc un bon crŽneau
pour ARCHIRES, que sans doute pourrait-elle investir mieux encore en augmentant le
signalement des titres rŽgionaux et ˆ diffusion plus restreinte, et des titres europŽens : sa
prŽoccupation a d’abord ŽtŽ jusqu’ici les titres courants de l’Ždition nationale parce qu’ils
sont re•us dans les Ecoles.
ARCHIRES pour un public plus large ?
De fait, l’adŽquation de la base ˆ son public actuel, composŽ exclusivement des Žtudiants
des Ecoles d’architecture, ne fait aucun doute.
Mais la question de l’adŽquation d’ARCHIRES a un public plus large mŽrite d’•tre posŽe.
Elle ne manquera d’ailleurs pas de l’•tre au cours de la mise en place du projet de la CitŽ
de l’architecture, a fortiori si ˆ court ou moyen terme une diffusion d’ARCHIRES via
Internet Žtait envisagŽe, ce que le serveur Web de DORIS rend immŽdiatement possible.
Le futur Žtablissement public en effet, est tout-ˆ-fait dŽsignŽ pour constituer ˆ la fois une
structure de diffusion d’ARCHIRES, en ligne et/ou hors ligne, ainsi qu’un soutien pour la
coordination de la production.
Quel pourrait •tre ce nouveau public ?
Le caract•re tout ˆ la fois descriptif et technique des indexations dans ARCHIRES ne
pourrait que retenir un public professionnel d’architectes et de bureaux d’Žtudes, mais des
utilisateurs spŽcialisŽs ne manqueraient pas aussi d’exprimer une demande sur des
rapports d’Žtudes et de recherches, sur la littŽrature grise de fa•on gŽnŽrale, telle que les
rapports du Bureau de recherche architecturale produits par des laboratoires des Ecoles
d’architecture et aujourd’hui signalŽs dans URBAMET.
Un public de chercheurs et d’historiens serait sans doute un peu frustrŽ par l’absence de
dŽpouillement rŽtrospectif : les premiers numŽros des grandes revues d’architecture
TOSCA Consultants
20/12/99
43
remontent aux annŽes 1950, ARCHIRES ne dŽmarre quant ˆ elle que quarante ans plus
tard. Une demande importante est ressentie sur cette pŽriode, m•me de la part des seuls
Žtudiants. Dans l’hypoth•se o• les Ecoles sauraient reconstituer la collection des notices
bibliographiques qu’elles ont fait para”tre d•s 1972-1973 dans le Bulletin signalŽtique des
revues d’architecture, la saisie de ces notices permettrait ˆ moindre frais de combler la moitiŽ
de la production.
A l’opposŽ, le grand public s’attendrait sans doute ˆ trouver dans une telle base le
signalement de monographies, voire d’ouvrages de vulgarisation sur l’architecture
qu’ARCHIRES a toujours dŽlibŽrŽment ŽcartŽs : d’une part, se lancer dans une telle voie
ne pouvait •tre une prioritŽ pour le rŽseau qui s’est toujours maintenu dans une
perspective d’enseignement spŽcialisŽ ; d’autre part, le fonds des monographies des Ecoles
n’a jamais ŽtŽ intŽgrŽ dans ARCHIRES en raison des difficultŽs organisationnelles
posŽes par la rŽpartition du catalogage entre les documentalistes, qui signalent leurs
propres fonds dans les catalogues locaux largement redondants entre eux. Si les Ecoles
rŽussissent ˆ mettre en place, comme cela est projetŽ, un syst•me de catalogage partagŽ et
d’Žchange de notices pour leurs monographies, rien n’emp•chera plus le reversement de
ces notices dans ARCHIRES.
Il faut rappeler toutefois que si ARCHIRES devait s’ouvrir ˆ un public plus large, il serait
nŽcessaire de prŽvoir une version excluant les notices des TPFE, non communicables ˆ
l’extŽrieur des Ecoles.
Les conditions d’une ouverture
ARCHIRES est une base bibliographique qui peut facilement •tre ˆ la hauteur de ses
concurrentes anglo-saxonnes ouvertes au grand public, elle s’en est donnŽ progressivement
les moyens :
• Ses objectifs et sa stratŽgie de production sont clairement dŽfinis,
• Sa structure de production est aujourd’hui coordonnŽe,
• Sa qualitŽ documentaire n’a pas ˆ envier celle d’API et d’AVERY,
• Son outil de production est puissant et performant.
Outre l’intŽgration de nouveaux types de documents ŽvoquŽe ci-dessus et qui devra •tre
dŽfinie en fonction de l’Žvolution que souhaitera se donner le rŽseau, la diffusion
d’ARCHIRES dans une structure plus ouverte que les Ecoles d’architecture, ˆ un public plus
large que les Žtudiants d’architecture, nŽcessite encore quelques efforts :
• La mise ˆ jour de la base doit se faire dans des dŽlais acceptables, surtout si une version
Web Žtait envisagŽe : au moins pour les revues les plus importantes, les articles
devraient •tre signalŽs deux mois plus tard apr•s leur parution.
• Pour respecter ces dŽlais, un suivi plus strict de la production doit •tre assurŽ, sans
qu’une pression trop forte - qui n’aurait vraisemblablement que peu d’effets - soit
exercŽe pour autant sur les Ecoles : peut-•tre faut-il pour cela prŽciser encore les r•gles
de production, dŽfinir la liste des titres ˆ traiter prioritairement, et revoir en consŽquence
la rŽpartition des dŽpouillement entre les Ecoles.
• Ce suivi ne pourrait •tre que facilitŽ, si au lieu d’•tre partagŽe entre quatre ou six
documentalistes, la fonction d’administrateur de la base pouvait •tre assurŽe par une
personne ˆ temps plein, ce que justifierait l’Žvolution d’ARCHIRES.
TOSCA Consultants
20/12/99
44
• Le respect des dŽlais suppose aussi naturellement que les difficultŽs techniques de
transfert soient rŽsolues pour toutes les Ecoles, qu’elles disposent ou non de DORIS.
• Enfin, les possibilitŽs d’acc•s aux documents primaires doivent •tre garanties : mise ˆ
jour systŽmatique des Žtats de collections ; signalement des localisations par les Ecoles,
au cas o• le dŽveloppement du pr•t entre biblioth•ques ou de la fourniture de
photocopies serait acceptŽ ; renvoi des utilisateurs vers des biblioth•ques publiques
disposant d’un fonds Žquivalent et/ou pouvant assurer le pr•t inter ; renvoi des
utilisateurs vers l’INIST...
TOSCA Consultants
20/12/99
45
1.
TOSCA Consultants
20/12/99
46
4. Annexes
1.1.
47
4.1. Annexe 1 : tableau comparatif des base ARCHIRES, AVERY, APId et BODIL
4.1.1. IDENTITE
ARCHIRES en ligne
ARCHITECTURE
DATABASE (API)
AVERY ARCHITECTURE
INDEX
BODIL
Producteur
RŽseau ARCHIRES
Royal Institute of British
Architects
Avery architectural and
fine arts library
Byggdok (institut suŽdois
de documentation sur la
construction)
Pays
France
Grande Bretagne
Etats Unis
Su•de, Danemark,
Finlande, Norv•ge
Langue
fran•ais
anglais
anglais
suŽdois
Nature des donnŽs
bibliographiques
bibliographiques
bibliographiques
bibliographiques
Date de dŽmarrage
1993
1978
1977
1975
Supports
FrŽquence des mises ˆ jour
Diffusion
22
ARCHIRES sur cŽdŽrom
cŽdŽrom
semestrielle
restreinte
(public des biblioth•ques
des Ecoles d’architecture)
acc•s en ligne
mensuelle
restreinte
(public des biblioth•ques
des Ecoles d’architecture)
•
cŽdŽrom (APId22)
•
cŽdŽrom
•
acc•s en ligne (serveur
DIALOG)
•
acc•s en ligne (serveur
RLG)
•
Internet
•
Uunet (rŽseau US)
•
cŽdŽrom : trimestrielle
•
en ligne : mensuelle
tous publics abonnŽs
acc•s en ligne (serveur
BYGGDOK)
quotidienne
quotidienne
tous publics abonnŽs
tous publics abonnŽs
Architectural Publications Index on disc.
TOSCA Consultants
20/12/99
48
4.1.1. IDENTITE
Conditions de
commercialisation
Interface graphique
TOSCA Consultants
ARCHIRES sur cŽdŽrom
ARCHIRES en ligne
5.000 FHT/an pour deux
Žditions des deux
cŽdŽroms Urbadisc et
Archires/Urbamet
cožt de la communication
avec Lille
oui
oui
ARCHITECTURE
DATABASE (API)
AVERY ARCHITECTURE
INDEX
•
cŽdŽrom monoposte :
7.000 F/an
•
•
cŽdŽrom rŽseau,
jusqu’ˆ 3 utilisateurs :
11.200 F/an
•
cŽdŽrom rŽseau,
jusqu’ˆ 6 utilisateurs :
14.000 F/an
•
en ligne : inscription
295 $ (± 1.770 F), abonnement annuel : 72 $ (±
432 F)
oui
•
3,55 $ (± 21 F) par
heure de connexion
(8,05 $ (± 48 F)
BODIL
Deux tarifs :
•
Abonnement annuel ±
5.180 F, que l’on
consomme ˆ raison de ±
4,44 F par minute de
connexion et ± 5,92 F
par notice affichŽe en
format complet
•
Abonnement annuel ±
888F auxquels on
ajoute ±7,40 F par
minute de connexion et
± 5,92 F par notice
affichŽe en format
complet
sur UUnet + 55 $ (±
330 F) d’abonnement
annuel)
cŽdŽrom : non
?
20/12/99
49
4.1.2. COUVERTURE
ARCHIRES sur cŽdŽrom
ARCHIRES en ligne
ARCHITECTURE
DATABASE
AVERY ARCHITECTURE
INDEX
BODIL
1998
1999
1998
1997
/
27.139
30.252
Date de la version ŽtudiŽe
195.888
198.723
150.000
Accroissement
Nombre de notices
Nombre de notices
4.850 (de juin 98 ˆ mai 99, pŽriode exceptionnelle) ; au
plus 3.500 en temps normal
12.000
15.000
7.500
annuel
Pourcentage
16 % (de juin 98 ˆ mai 99, pŽriode exceptionnelle) ; au
plus 12% en temps normal
6%
7,5 %
0,05 %
Nombre de notices
Pourcentage
Nombre de notices
Pourcentage
Nombre de notices
Pourcentage
Nombre de notices
Pourcentage
Nombre de notices
Pourcentage
15.692
58 %
17.263
57 %
173.495
89 %
198.723
100 %
75.000
50 %
Monographies
2
< 0,1 %
2
< 0,1 %
22.277
11 %
/
/
?
?
Documents
audiovisuels
/
/
/
/
116
< 0,5 %
/
/
/
/
Travaux
d'Žl•ves23
11.321
42 %
12.863
43 %
/
/
/
/
?
?
Catalogues d'expositions,
plaquettes, actes de
congr•s
93
< 0,5 %
93
< 0,5 %
/
/
/
/
?
?
Autres24
31
< 0,5 %
31
< 0,5 %
/
/
/
/
?
?
Types de sources
Articles de
pŽriodiques
Dates des documents
1872 - 1998
1872 - 1999
1820 - 1998
1977 - 1999
?
total
148
155
396
pr•s de 800
300
en
fran•ais
98
108
81
36 ?
moins de 3
en anglais
17
17
175
82 ?
57
dŽpouillŽs
autres
33
30
140
680 ?
240
Documents
Nombre de notices
21.393
23.958
11.473
17.614
?
en fran•ais
Pourcentage
79 %
79 %
6%
9%
?
Documents
Nombre de notices
3.601
3.950
141.352
141.044
30.000
Nombre de
titres de
revues
23
24
Travaux personnels de fin d’Žtude (TPFE), rapports de recherche, mŽmoires, th•ses,...
Usuels, dossiers documentaires, textes juridiques...
TOSCA Consultants
20/12/99
50
4.1.1. IDENTITE
en anglais
Pourcentage
TOSCA Consultants
ARCHIRES sur cŽdŽrom
ARCHIRES en ligne
ARCHITECTURE
DATABASE (API)
AVERY ARCHITECTURE
INDEX
BODIL
13 %
13 %
72 %
71 %
20%
20/12/99
51
ARCHIRES sur cŽdŽrom
4.1.3. QUALITE
ARCHIRES en ligne
ARCHITECTURE
DATABASE
DOCUMENTAIRE
AVERY ARCHITECTURE
INDEX
Format
BODIL
?
Formats adaptŽs aux types
de documents
Nombre de zones dans le
format
oui
oui
oui
oui
(articles de pŽriodiques
uniquement)
?
20 au plus (variable selon
le type de document et la
complŽtude de la notice)
26 au plus (variable selon
le type de document et la
complŽtude de la notice)
21 au plus (variable selon
le type de document et la
complŽtude de la notice)
10
?
Recherche
?
Nombre de modes de
recherche
1 (par formulaire)
3 (monocrit•re,
multicrit•re, assistŽe
(affichage des index))
2 (par formulaire et par
Žquation)
2 (multicrit•re par
Žquation et monocrit•re
sur index)
?
Nombre de crit•res de
recherche
13
20
12 ˆ 26, selon le type de
document
15
?
oui
(18, dont 7 index des mots
et 11 index des
expressions)
oui
(36 index, mots ou
expressions)
oui
oui
(13 index)
?
Recherche contr™lŽe sur
index (nombre d’index)
Recherche plein texte oui, sur toutes les zones de
la notice
oui, sur toutes les zones de oui, sur toutes les zones de oui, sur toutes les zones de
la notice
la notice
la notice
OpŽrateurs boolŽens ˆ
l’intŽrieur d’une zone
oui
oui
oui
OpŽrateurs boolŽens
entre les zones
oui
oui
oui
OpŽrateurs de proximitŽ
?
opŽrateurs boolŽens entre
deux crit•res quel que soit
leur emplacement (ˆ l’intŽrieur d’une m•me zone ou
non)
?
?
non
non
oui
non
?
oui (droite)
oui (gauche, droite,
centrŽe)
oui (gauche et droite)
oui (droite)
?
Historique de recherche
non
oui
non
non
?
Sauvegarde de recherches
oui
oui
non
non
?
/
?
Troncature
Autres
TOSCA Consultants
/
•
sur le crit•re descripteurs, Žlargissement
des recherches aux
synonymes
•
Recherche floue
(« sounding like »
20/12/99
52
4.1.3. QUALITE
ARCHIRES sur cŽdŽrom
ARCHIRES en ligne
ARCHITECTURE
DATABASE
DOCUMENTAIRE (suite)
AVERY ARCHITECTURE
INDEX
Affichage des rŽsultats
Nombre de formats
d’affichage
BODIL
?
3 (liste, court, long)
2 (liste, complet (avec 3
prŽsentations
diffŽrentes))
2 (liste (une seule zone ˆ
choisir) et complet)
3 (liste, complet, zones
utilisŽes seulement)
?
1
/
1
6
?
SŽlection dans les
rŽsultats
oui
oui
oui
oui
?
Impression des rŽsultats
oui
oui
oui
oui
?
Sauvegarde des rŽsultats
oui
non
oui
oui
?
Aide en ligne sommaire
Aide en ligne tr•s
sommaire
Aide en ligne sommaire
?
Nombre de crit•res de tri
simultanŽs
Exploitation des rŽsultats
Aide
TOSCA Consultants
?
•
Aide en ligne compl•te
•
Support d’aide en
format PDF tr•s
complet
20/12/99
53
4.2. Annexe 2 : comparaison des notices d'ARCHIRES, API et AVERY pour
5 mêmes articles de périodiques
ARCHIRES
API
AVERY
Profondeur d'indexation mots-clŽs gŽographiques
1,4
/
/
Profondeur d'indexation mots-clŽs thesaurus
5,2
4,8
4,8
Profondeur d'indexation mots-clŽs libres
0,8
/
/
Nombre de caract•res dans la notice
648
583
408
Nombre de zones renseignŽes
11
13
10
Taille du rŽsumŽ (en nombre de mots)
49
49
20
Nombre de zones communes / Archires
/
8
7
Nombre de caract•res dans la notice
495
553
401
Nombre de zones renseignŽes
13
13
10
Taille du rŽsumŽ (en nombre de mots)
28
30
18
Nombre de zones communes / Archires
/
8
7
Nombre de caract•res dans la notice
594
452
361
Nombre de zones renseignŽes
11
13
10
Taille du rŽsumŽ (en nombre de mots)
36
19
13
Nombre de zones communes / Archires
/
8
7
Nombre de caract•res dans la notice
392
298
356
Nombre de zones renseignŽes
11
12
9
Taille du rŽsumŽ (en nombre de mots)
26
3
16
Nombre de zones communes / Archires
/
7
6
359
906
281
Nombre de zones renseignŽes
8
13
10
Taille du rŽsumŽ (en nombre de mots)
19
118
12
Nombre de zones communes / Archires
/
6
6
Lot des 5 notices
Notice 1 (article de Moniteur architecture, 1996)
Notice 2 (Article d' Architecture d'aujourd'hui, 1996)
Notice 3 (article d'Architectural record, 1997)
Notice 4 (article d'Architectural review, 1996)
Notice 5 (article de Baumeister, 1995)
Nombre de caract•res dans la notice
4.3.
TOSCA Consultants
20/12/99
54
Annexe 3 : notices d'ARCHIRES, API et AVERY pour 5 mêmes articles
de périodiques
TOSCA Consultants
20/12/99
60
4.4. Annexe 4 : comparaison de la fraîcheur des données dans ARCHIRES,
API et AVERY
ARCHIRES
API
AVERY
2e semestre 1998
31/12/98
1997
Nombre de notices du mois n-1
0
0
0
Nombre de notices des mois n ˆ n-3
0
0
17
Nombre de notices des mois n ˆ n-6
13
0
57
Nombre de notices de l'annŽe de mise ˆ jour
13
44
146
Nombre de notices de l'annŽe prŽcŽdant la mise ˆ
jour
85
88
128
Nombre de notices du mois n-1
0
0
0
Nombre de notices des mois n ˆ n-3
21
0
16
Nombre de notices des mois n ˆ n-6
27
10
42
Nombre de notices de l'annŽe de mise ˆ jour
27
35
97
Nombre de notices de l'annŽe prŽcŽdant la mise ˆ
jour
38
56
150
Nombre de notices du mois n-1
0
0
8
Nombre de notices des mois n ˆ n-3
0
43
34
Nombre de notices des mois n ˆ n-6
0
101
68
Nombre de notices de l'annŽe de mise ˆ jour
0
239
163
Nombre de notices de l'annŽe prŽcŽdant la mise ˆ
jour
28
196
169
Nombre de notices du mois n-1
0
6
19
Nombre de notices des mois n ˆ n-3
0
24
58
Nombre de notices des mois n ˆ n-6
28
55
128
Nombre de notices de l'annŽe de mise ˆ jour
28
95
226
Nombre de notices de l'annŽe prŽcŽdant la mise ˆ
jour
112
102
222
Nombre de notices du mois n-1
0
4
0
Nombre de notices des mois n ˆ n-3
0
12
12
Nombre de notices des mois n ˆ n-6
0
26
46
Nombre de notices de l'annŽe de mise ˆ jour
0
65
155
90 (1996)
52
188
Date de derni•re mise ˆ jour
Moniteur architecture (mensuel fran•ais)
Architecture d'aujourd'hui (bimestriel fran•ais)
Architectural record (mensuel amŽricain)
Architectural review (mensuel anglais)
Baumeister (mensuel allemand)
Nombre de notices de l'annŽe prŽcŽdant la mise ˆ
TOSCA Consultants
20/12/99
61
jour
4.5.
TOSCA Consultants
20/12/99
62
Annexe 5 : comparaison des résultats obtenus à l'issue d'une même
recherche dans ARCHIRES, API et AVERY
4.6.
TOSCA Consultants
20/12/99
63
Annexe 6 : le projet ARCHI-DOC du CSTB
TOSCA Consultants
20/12/99
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising