Projet de fin d`étude

Projet de fin d`étude
Printemps 2010
Utilisation de la
Spectroscopie
Multifréquence en
Cardiographie d’Impédance
Alain RAYNAUD
Etudiant Ingénieur Biomédical
Superviseurs : FENECH Marianne, professeur à l’Université d’Ottawa, département de Génie Mécanique
MORENO Marie-Valérie, Responsable R&D de l’entreprise BioparHom
Suiveur UTC : MARQUE Catherine, Professeur à l’Université Technologique de Compiègne
Utilisation de la Spectroscopie Mutlifréquence en Cardiographie d’Impédance

Utilisation de la Spectroscopie Mutlifréquence en Cardiographie d’Impédance
Remerciements
Plusieurs personnes m’ont permis de réaliser ce projet de fin d’études dans les
meilleures conditions possibles, de par leurs conseils et leur soutien. Pour ces raisons, je tiens
à les en remercier :
- Le professeur Marianne FENECH de l’Université d’Ottawa, qui m’a accepté
comme son étudiant, et qui m’a accompagné tout au long de mon stage, aussi bien sur des
aspects scientifiques relatifs à mon travail que sur des aspects administratifs relatifs à mon
installation au Canada ;
- Mme MORENO Marie-Valérie, responsable R&D de la société BioparHom,
pour m’avoir accordé sa confiance sur ce projet, et pour m’avoir apporté conseils et
connaissances sur les utilisations possibles de la bioimpédance ;
- MM. ADLER Andy et MOUTTHAM Alain, travaillant sur des projets liés à la
bioimpédance, pour leur aide et leur implication dans ce projet ;
- L’ensemble des doctorants travaillant dans le même bureau que moi, qui m’ont
aidé dans toutes mes démarches administratives et personnelles, et qui m’ont permis de
m’intégrer dans un pays qui n’est pas le mien ;
- L’ensemble du personnel de la société BioparHom, pour leur accueil et leur
gentillesse pendant ma semaine de formation dans leurs locaux.
Je tiens également à remercier Mme PIGET Dominique, responsable des stages du
département Génie Biologique de l’Université Technologique de Compiègne, ainsi que le
professeur LERALLUT Jean-François, responsable de la filière Biomédical de l’Université
Technologique de Compiègne, pour m’avoir fait confiance et avoir accepté ma candidature à
ce stage.
Je remercie enfin Mme MARQUE Catherine, enseignant-chercheur à l’Université
Technologique de Compiègne, d’avoir choisi de suivre ce stage, et de m’avoir accordé de son
temps pour répondre à mes questions.

Utilisation de la Spectroscopie Mutlifréquence en Cardiographie d’Impédance
Sommaire
Remerciements ............................................................................................................................ .
Sommaire .................................................................................................................................... .
Introduction ................................................................................................................................ 1
Partie 1 : Partenariat Université / Entreprise .............................................................................. 2
I.
La société Bioparhom...................................................................................................... 2
A.
Généralités ................................................................................................................... 2
B.
Domaines d’activité ..................................................................................................... 2
C.
Certifications et récompenses ...................................................................................... 3
II.
L’université d’Ottawa .................................................................................................. 3
Partie 2 : Principe de la Bioimpédance ...................................................................................... 4
L’histoire de la bioimpédance ......................................................................................... 4
I.
II.
Le principe de la bioimpédance ................................................................................... 4
A.
Courant utilisé.............................................................................................................. 5
B.
Mesure de l’impédance ................................................................................................ 5
III.
L’utilisation de la multifréquence................................................................................ 6
A.
Les effets de la multifréquence .................................................................................... 6
B.
Les modèles cellulaires électriques ............................................................................. 9
Partie 3 : Revue bibliographique : La Cardiographie d’Impédance ......................................... 12
I.
Dans quels buts.............................................................................................................. 12
II.
Les signaux ICG ........................................................................................................ 13
A.
Le signal ΔZ(t) ........................................................................................................... 13
B.
Le signal dZ/dt ........................................................................................................... 13
C.
Les points caractéristiques ......................................................................................... 14
III.
Modèles thoraciques et équations associées .............................................................. 15
A.
Modèle de Kubicek .................................................................................................... 15
B.
Modèle de Sramek-Bernstein .................................................................................... 18
C.
Nouvelle formule de Bernstein .................................................................................. 19
IV.
Le calcul des indices hémodynamiques ..................................................................... 20

Utilisation de la Spectroscopie Mutlifréquence en Cardiographie d’Impédance
A.
L’impédance de base (Z0) .......................................................................................... 20
B.
Le contenu fluidique thoracique (Thoracic Fluid Content TFC) ............................... 21
C.
La période de pré-éjection (Pre-Ejection Period PEP) .............................................. 21
D.
Le temps d’éjection systolique (Left Ventricular Ejection Time LVET) .................. 22
E.
Le rapport des temps systoliques (Systolic Time Ration STR) ................................. 22
F.
La fraction d’éjection (Ejection Fraction EF) ............................................................ 23
G.
Le volume d’éjection systolique (Stroke Volume SV) .............................................. 23
H.
Le volume ventriculaire à la fin de la diastole (End Diastolic Volume EDV) .......... 23
I.
Le débit cardiaque (Cardiac Output CO) ................................................................... 24
J.
L’indice de vitesse d’éjection sanguine (Velocity Index VI) .................................... 24
K.
L’indice d’accélération (ACceleration Index ACI) ................................................... 24
L.
L’intervalle QC (QC Interval QCi) ............................................................................ 25
M.
L’index d’Heather (Heather Index HI) .................................................................. 25
N.
Les indices de résistance mécanique de vaisseaux .................................................... 25
O.
La surface corporelle (Body Surface Area BSA) ...................................................... 26
V.
Les écoles de pensée de l’ICG ................................................................................... 26
A.
L’origine du signal..................................................................................................... 27
B.
L’acquisition et le traitement des données ................................................................ 30
VI.
Conclusion ................................................................................................................. 35
Partie 4 : Projet ZFlow ............................................................................................................. 36
Demandes au Comité d’Ethique de la Recherche (CER) .............................................. 36
I.
A.
Le CER ...................................................................................................................... 36
B.
Les points considérés par le CER .............................................................................. 37
II.
Prototype actuel ......................................................................................................... 39
A.
Le ZMétrix ................................................................................................................. 40
B.
La carte ECG ............................................................................................................. 43
C.
Le programme d’acquisition ...................................................................................... 43
D.
La nécessité d’un nouvel équipement ........................................................................ 45
III.
Protocole expérimental .............................................................................................. 45
A.
Les sujets ................................................................................................................... 45
B.
Les conditions de mesure .......................................................................................... 46

Utilisation de la Spectroscopie Mutlifréquence en Cardiographie d’Impédance
C.
Les mesures ............................................................................................................... 46
IV.
L’équipement idéal .................................................................................................... 52
A.
L’équipement de bioimpédance................................................................................. 52
B.
La carte ECG ............................................................................................................. 54
C.
Le programme d’acquisition ...................................................................................... 54
V.
Traitements des données ............................................................................................ 54
A.
Séparation des données .............................................................................................. 55
B.
Traitement de l’ECG ................................................................................................. 56
C.
Traitement des signaux d’impédance ........................................................................ 60
VI.
Conclusion ................................................................................................................. 63
Conclusion ................................................................................................................................ 64
Bibliographie ............................................................................................................................ 65

Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Introduction
Depuis ses débuts, la recherche médicale a cherché à développer des méthodes
permettant la pratique d’examens et de traitements toujours plus efficaces. Cependant, cette
efficacité est souvent accompagnée d’inconvénients comme le coût d’utilisation, la difficulté
de la pratique, ou encore l’invasivité de la méthode pour le patient. Les bénéfices d’une
pratique peuvent donc être contrebalancés par les inconvénients qu’elle comporte. Par
exemple, l’utilisation de la thermodilution pour obtenir le débit cardiaque exige l’insertion
d’un cathéter dans le corps du patient, ce qui est dangereux, en particulier pour des patients en
état critique. La recherche se trouve alors confrontée à de nouveaux impératifs de sécurité,
parfois plus importants que la découverte ou l’éradication d’une pathologie.
Les nouvelles méthodes d’explorations et de traitements médicaux doivent prendre en
compte ces impératifs. Parmi ces méthodes, on trouve la cardiographie d’impédance, ou ICG
(Impedance CardioGraphy). Elle a l’avantage de permettre une mesure simple, peu chère, et
de manière totalement non-invasive d’indices cardiaques aujourd’hui obtenus par des moyens
chers, difficiles d’utilisation, ou même invasifs. Contrairement à d’autres méthodes comme la
thermodilution ou les méthodes de Fick, la cardiographie d’impédance permet également
d’enregistrer tous ces indices de manière continue.
Les premières tentatives d’enregistrement d’indices cardiaques par ICG remontent aux
années 1960. Mais bien que ses bénéfices soient largement reconnus par la communauté
scientifique, l’absence de répétabilité des résultats (surtout dans des cas pathologiques) et la
controverse sur l’origine physiologique du signal obtenu rendent cette méthode peu fiable,
raison pour laquelle elle n’est que très peu utilisée dans le milieu médical.
Le but de ce projet est d’utiliser les capacités multi-fréquentielles du prototype de
cardiographe d’impédance, le ZFlow, développé par la société française BioparHom, pour
mieux comprendre l’origine des variations du signal d’impédance thoracique, et ainsi avancer
vers l’obtention des résultats d’ICG précis et fiables. La finalité de ce projet est de développer
un cardiographe d’impédance fiable, qui permettra l’obtention d’indices cardiaques de
manière sûre, simple, et peu onéreuse. Lors du stage synthétisé dans ce rapport, il a été
question de mettre en place le protocole de mesure, et de faire un premier travail sur
l’utilisation de la spectroscopie multifréquence dans l’obtention de paramètres cardiaques par
bioimpédance.
Dans le présent rapport seront succinctement présentés les différents partenaires de ce
projet, les principes de la bioimpédance sur lesquels reposent ce projet, une revue
bibliographique de l’état actuel de la recherche en cardiographie d’impédance, et enfin les
différentes étapes du projet ZFlow menées durant mon stage.
1
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Partie 1 : Partenariat Université / Entreprise
Ce projet est mené en cotutelle sous la responsabilité de l’Université d’Ottawa,
représentée par le Professeur Marianne FENECH, professeur adjointe du département de
Génie Mécanique de l’université, et de la société BioparHom, représentée par Marie-Valérie
MORENO, responsable Recherche et Développement de la société.
I. La société Bioparhom
A. Généralités
La création de la société BioparHom a débuté en 2003. Elle
comptait à l’origine les trois associés principaux qui sont MarieValérie MORENO (responsable Recherche et Développement),
Florent HUBERT (responsable Commercial) et Clarisse NGUEDAM NTOUKO (responsable
Gestion Finances). Trois autres personnes ont ensuite rejoint la société, pour un total de six
personnes. Ceci place BioparHom dans la catégorie de TPE (Très Petites Entreprises).
Cette société a été fondée sur les recherches et l’équipement développé notamment par
Marie-Valérie MORENO pendant sa thèse à l’Université Technologique de Compiègne.
B. Domaines d’activité
La société BioparHom a spécialisé son activité dans le domaine de la bioimpédance, et
s’est développée dans quatre secteurs d’activités :
le développement et la commercialisation d’équipements de composition
corporelle, le ZMétrix et le ZBox, basés sur les variations de résistance du corps humain dans
différentes conditions physiologiques et pathologiques ;
la formation associée aux produits, incluant la description du fonctionnement et
des applications de la bioimpédance pour des médecins, des chercheurs, des nutritionnistes,
des coachs sportifs…
une activité de service, le Z-Eval, permettant à des sportifs professionnels et
des particuliers d’avoir un suivi de leur composition corporelle, ainsi que des conseils en
nutrition et en préparation sportive ;
une activité de recherche et de développement pour d’autres sociétés. Cette
activité est uniquement orientée vers la bioimpédance, mais dans des domaines plus variés
que la composition corporelle.
2
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
C. Certifications et récompenses
Le 10 Août 2009, la société BioparHom a obtenu la certification ISO 13485 : 2003
concernant la conception, la fabrication et la commercialisation d’équipements biomédicaux.
Son équipement, le ZMétrix, a obtenu le marquage CE médical au cours de l’année passée.
La société a également obtenue plusieurs prix et récompenses qui sont :
- Lauréat National du Concours de l’Innovation du Ministère de la Recherche ;
- Lauréat régional Rhône alpes du concours de l’innovation Creacc ;
- Lauréat du réseau Entreprendre Savoie ;
- Lauréat du réseau National Innotech des entreprises innovantes.
II. L’université d’Ottawa
L’université d’Ottawa a été fondée en 1848 et portait alors le
nom de Collège de ByTown. Elle est aujourd’hui la plus grande
université bilingue d’Amérique du Nord, et permet à ses étudiants et
employés de travailler en français ou en anglais.
L’université compte aujourd’hui plus de 4 000 membres dans son personnel, et plus de
36 000 étudiants, à temps plein ou à temps partiel. Ces personnes sont réparties entre
l’administration de l’université et les différentes facultés (dix au total) : Arts, Droit, École de
gestion, Éducation, Études supérieures et postdoctorales, Génie, Médecine, Sciences, Sciences
de la santé et Sciences sociales.
J’ai effectué mon stage dans la faculté de Génie, et plus précisément dans le
département de Génie Mécanique dans le laboratoire du professeur FENECH. La Faculté de
Génie comporte quatre départements (Ecole d’Ingénierie et de Technologie de l’Information,
Génie Chimique et Biologique, Génie Civil, et Génie Mécanique) destinés comme l’UTC à
former des ingénieurs et des chercheurs multidisciplinaires ayant un lien étroit avec les
entreprises.
Au 1er Novembre 2009, la Faculté de Génie comptait 2650 étudiants inscrits, tous
niveaux, langues et nationalités confondues, dont 138 en filière Génie Mécanique Biomédical
(soit 34% de plus qu’en 2008).
Le laboratoire du professeur FENECH est un laboratoire de mécanique fluidique,
spécialisé dans l’hémodynamique, la microcirculation sanguine, et la composition hydrique
du corps.
3
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Partie 2 : Principe de la Bioimpédance
Le terme « bioimpédance » peut avoir deux significations [48]. Si l’on considère
chaque cellule prise séparément, il revient à étudier l’isolation et le type de récepteurs
cellulaires. Si par contre on considère des tissus entiers, la bioimpédance revient à étudier la
répartition des fluides corporels. Dans ce rapport, il ne sera jamais fait allusion à la première
définition de la bioimpédance.
I. L’histoire de la bioimpédance
La bioimpédance telle que nous la considérons ici est donc utilisée pour la mesure de
variation de volumes à l’intérieur du corps humain. Cette mesure est basée sur les propriétés
électriques des tissus vivant, utilisée pour la première fois par H. Mullers dans les années
1870 (reporté de [48]). Le principe d’utilisation de la cardiographie d’impédance a été pour la
première fois énoncé par J. Nyober en 1940, dans le Journal of Clinical Investigation (reporté
de [48]). Il y décrivait la bioimpédance thoracique, plus communément appelé TEB (Thoracic
Electrical Bioimpedance), comme une alternative non-invasive de mesure des fonctions
cardiaques.
Depuis lors, des études ont été menées sur la réaction du corps humain au passage
d’un courant électrique de faible intensité, dans l’espoir d’en tirer des méthodes non-invasives
de diagnostiques médicaux, études dont font partie celles utilisées dans la bibliographie de ce
rapport.
En raison de problèmes de fiabilité de la méthode, et car d’autres méthodes de
diagnostic plus précises comme l’IRM ou le scanner ont été étudiées [48], la recherche sur la
cardiographie d’impédance a été limitée pendant de nombreuses années, ne disposant que de
peu d’études pour faire progresser la méthode. Néanmoins, sur ces deux dernières décennies,
on a pu constater un regain d’intérêt pour la bioimpédance en raison des améliorations en
termes de technologie et de traitement du signal qui pourraient faire de ce domaine une
méthode de certaines mesures corporelles idéale, comme par exemple des mesure hydriques
ou cardiaques.
II. Le principe de la bioimpédance
La bioimpédance repose sur un principe électrique
très connu : la loi d’Ohm (figure 1). Pour cela, on fait
passer un courant I à l’aide de deux électrodes, appelées
les électrodes injectrices. Grâce à deux autres électrodes,
les électrodes réceptrices, on enregistre une tension U
traversant le segment corporel qu’elles délimitent, et cela
pour obtenir l’impédance de ce segment.
Figure 1 - Principe de la bioimpédance [17]
4
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
A. Courant utilisé
Le courant utilisé se doit d’être d’une amplitude suffisamment faible pour ne pas être
dangereuse pour le sujet. Conformément à un rapport américain développé par Association of
Advancement of Medical Instrumentation en 2005 [61], les valeurs acceptables pour un
équipement tel que le ZMétrix sont inférieures à 300µA. Pour information, le courant utilisé
par l’équipement ZMétrix est de l’ordre 70µA.
Deux types de courant sont utilisables pour les mesures de bioimpédance [22] : un
courant continu ou un courant alternatif. L’utilisation d’un courant alternatif permet d’en
modifier la fréquence.
Le but de ce projet étant justement de modifier cette fréquence pour en étudier l’effet
sur les valeurs d’indices cardiaques, il ne sera question dans ce rapport que de courants
alternatifs, et plus précisément de courants alternatifs sinusoïdaux.
B. Mesure de l’impédance
Dans cette optique, la tension U enregistrée est également une tension alternative
sinusoïdale, avec la même fréquence d’oscillation que le courant I, mais déphasée par rapport
à celui-ci.
Il devient alors très facile de calculer la résistance R du segment défini par les
électrodes réceptrices grâce à la loi d’Ohm :
avec
R : résistance (en Ω) ;
U : tension (en V) ;
I : intensité du courant (en A).
Dans les formules présentées (01) et (02), le courant I, la tension U et la résistance R
sont des valeurs réelles. Si on considère la valeur R comme étant complexe (à cause d’effets
membranaires dont nous reparlerons au chapitre III.B de cette partie), on ne parle plus de
résistance R mais d’impédance Z, et la loi d’Ohm s’écrit de la manière suivante :
avec U et Z et I des valeurs complexes.
5
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
III. L’utilisation de la multifréquence
A. Les effets de la multifréquence
1. Milieux intra et extracellulaires
Comme nous l’avons vu, le courant utilisé est alternatif et sa fréquence peut
aujourd’hui être ajustée de manière précise grâce des équipements modernes comme le
ZMétrix. Dans ce sens, l’utilisation de la spectroscopie multifréquence a été étudiée sur
plusieurs mesures physiologiques, comme la composition corporelle [39] ou encore la
détection de cancers [28].
Lorsque le courant injecté traverse le
corps, il traverse en fait des milieux cellulaires. Les
cellules contiennent et sont entourées par des
milieux liquides conducteurs. Elles sont cependant
entourées par une membrane cellulaire composée
d’une bicouche lipidique, très peu conductrice de
courant, qui sépare ces milieux.
Comme nous pouvons le voir sur la figure
2, lors de l’application d’un courant à faible
fréquence, la membrane cellulaire empêche le
courant d’entrer dans la cellule, limitant celui-ci à
passer dans le liquide extracellulaire. Si on augmente la fréquence du courant, des ions vont se
condenser de part et d’autre de la membrane, créant un effet capacitif au niveau de la celle-ci.
Si la fréquence du courant est suffisamment élevée, l’accumulation de charges de chaque côté
de la membrane devient trop longue à se mettre en place, et le courant passe librement la
membrane par les canaux ioniques et les protéines membranaires (par exemple les
aquaporines) présents dans la membrane. Le courant traverse alors les liquides extracellulaire
et intracellulaire. On peut alors étudier les variations de volume de tous les compartiments
cellulaires à l’aide de modèles cellulaires (que nous reverrons dans le chapitre III.B de cette
partie). Les valeurs de faible et forte fréquences ne sont pas clairement définies dans la
littérature car la traversée de la membrane dépend du type cellulaire. Selon l’expérience de la
société BioparHom dans ce domaine, à une fréquence de 100kHz, le courant permet
principalement le passage du courant dans le milieu extracellulaire. A une fréquence de
500kHz, nous pouvons considérer que la majeure partie des membranes cellulaires sont
traversées.
Figure 2 - Passage du courant selon la fréquence
utilisée [39]
6
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
2. Résistance et Réactance
Selon la fréquence utilisée, l’effet capacitif de la membrane varie. Ainsi, en
considérant l’impédance comme une valeur complexe, on peut définir l’impédance générale
du milieu Z comme la somme de deux termes :
avec R : résistance ou partie réelle de l’impédance due à l’effet résistif des milieux liquides,
dépendante des milieux traversés (en Ω) ;
X : réactance ou partie imaginaire de l’impédance due à l’effet capacitif de la
membrane cellulaire, dépendante de la fréquence utilisée (en Ω) ;
j : unité imaginaire.
a. Acquisition de R et de X
Les parties réelle et imaginaire de l’impédance sont acquises par détection synchrone.
Il s’agit d’une méthode mathématique basée sur la multiplication du signal sinusoïdal obtenu
par une fonction sinusoïdale de même fréquence.
Comme nous l’avons vu dans le chapitre II.B de cette partie, la tension obtenue aux
bornes des électrodes réceptrices est une tension sinusoïdale avec la même fréquence que le
courant appliqué. Elle peut donc s’écrire de la manière suivante :
ω : pulsation caractéristique du signal ;
f : fréquence de courant appliquée ;
A : valeur que l’on cherche à calculer (dans notre cas, partie réelle ou imaginaire de la
tension).
avec
En multipliant ce signal par un signal sinusoïdal de même fréquence, mais déphasé
d’un angle θ, on obtient la formule suivante :
Il est possible de régler la valeur de θ, et on peut alors considérer deux cas :
- θ = 0. Dans ce cas, l’équation (07) devient l’égalité suivante :
Nous obtenons donc un terme constant et un terme en cosinus à la fréquence 2f. En
filtrant le signal avec un filtre passe-bas avec une fréquence de coupure supérieure à 2f, on
obtient un signal constant, indépendant de la fréquence utilisée. En multipliant la valeur
constante de ce signal par 2, on obtient la valeur de A. Cette valeur, qui ne dépend donc plus
de la fréquence utilisée, est la partie réelle de la tension enregistrée.
7
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
-
θ = π/2. Dans ce cas, l’équation (07) devient :
A partir de l’équation (08), on obtient donc un signal sinusoïdal à la fréquence 2f. Ce
signal en cosinus représente l’effet capacitif des membranes qui dérive le sinus en cosinus. En
prenant l’amplitude maximale de ce signal, et en le multipliant par 2, on obtient la valeur A
qui représente la partie imaginaire de la tension. On parle de mesure en quadrature.
Les parties réelle et imaginaire de la tension sont ensuite divisées par la valeur de
l’ampérage I pour obtenir respectivement la résistance et la réactance.
b. Valeur d’impédance et angle de phase
De l’équation (04), nous pouvons déduire que la valeur de l’impédance peut être
calculée de la manière suivante :
Nous pouvons également calculer l’angle de phase φ (en degré), définie de la manière
suivante :
Comme nous pouvons le voir sur la figure 3, un angle de phase de 0° correspond à une
impédance purement résistive, alors qu’un angle de 90° correspond à une impédance
purement capacitive. En composition corporelle, cet indice précise la qualité de
fonctionnement des canaux ioniques et des protéines membranaires, ce qui correspond à la
capacité cellulaire à éliminer les déchets métaboliques et à maintenir des concentrations
osmotiques [39].
En cardiographie d’impédance, la partie imaginaire de
l’impédance est souvent considérée comme négligeable.
Cependant, comme nous le verrons ultérieurement (voir le
chapitre V.B.1.c. de la partie 3), cette approximation pourrait
être une source d’erreurs non négligeables [29]. Les
utilisations de l’angle de phase n’ont à ce jour pas trouvé
d’applications dans la cardiographie d’impédance.
Figure 3 - Angle de phase
8
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
B. Les modèles cellulaires électriques
Pour définir au mieux les effets du courant sur les cellules, plusieurs modèles
cellulaires ont été créés. Ces modèles datent pour la plupart de la première moitié du 20ème
siècle mais sont encore utilisés aujourd’hui. Le modèle principalement utilisé est le modèle de
Cole (1940), ou des modèles qui en sont dérivés.
Ce modèle, lui-même dérivé
du modèle de Fricke (1932) (figure
4) et de Debye (1929) reporté de
[16]), est basé sur l’existence de
deux compartiments liquides à forte
conductivité,
le
milieu
intracellulaire
et
le
milieu
extracellulaire, séparés par une
barrière à faible conductivité, la
membrane cellulaire.
Figure 4 - Modèle cellulaire de Fricke (à gauche) et schéma électrique
équivalent (à droite)
Dans le schéma ci-dessus, correspondant au modèle de Fricke, l’impédance Z
équivalente au schéma électrique est la suivante :
avec
Re : résistance électrique du milieu extracellulaire ;
Ri : résistance électrique du milieu intracellulaire ;
Cm : capacité membranaire.
Par la suite, Debye a ajouté des
phénomènes de relaxation électrique dans les tissus
biologiques, aboutissant au schéma électrique de la
figure 5 [17]. Dans ce modèle, tous les composants
sont considérés parfaits.
Figure 5 - Modèle de Debye [12]
Contrairement au schéma précédent, le circuit est représenté non pas par les
résistances des compartiments cellulaires séparés par la membrane cellulaire, mais par la
résistance obtenue à très haute fréquence (quand le courant traverse les cellules), décrite par le
composant R∞, et par un circuit représentant une conductance variable en parallèle avec la
capacité membranaire. Ce circuit représente la dépendance de l’impédance à la fréquence du
courant utilisé, alors que le facteur R∞ représente la résistance des fluides corporels,
indépendant de cette fréquence. L’équation de l’impédance obtenue par ce circuit est la
suivante [16]:
9
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
avec
R∞ : résistance du milieu à très haute fréquence (en Ω) ;
C : capacité supposée parfaite (en farad F) ;
Gvar : conductance indépendante (en siemens S) ;
ω : fréquence angulaire (en s-1) ;
τZ = C/Gvar : constante de temps de relaxation (en s).
Ce modèle a ensuite été repris par Kenneth Cole
(1940) (reporté de [16]) qui l’a modifié en remplaçant
la capacité parfaite de Debye par un CPE (Constant
Phase Element) qui rendait mieux compte
mathématiquement
des
résultats
trouvés
expérimentalement. Le schéma correspondant est
représenté en figure 6.
Figure 6 - Modèle électrique de Cole [16]
L’équation d’impédance correspondant à ce circuit est définie comme suit :
soit avec R0 - R∞ = 1/ΔG
avec
R0 : résistance du milieu à très basse fréquence (en Ω) ;
R∞ : résistance du milieu à très haute fréquence (en Ω) ;
α : coefficient constant (sans unité) relié à la phase φ du CPE par la loi de Fricke :
Le CPE n’est pas un élément physique mais un concept mathématique. En ne
considérant que leur aspect mathématique, une résistance et une capacité peuvent être vues
comme des éléments similaires dont seule la phase change. En effet, comme le montre la
figure 3, une résistance aura une phase de 0° alors qu’une capacité aura une phase de 90°. Le
CPE est un élément qui possède une phase constante comprise entre 0° et 90°.
Figure 7 - Courbe de Cole-Cole [39]
Dans la formule de
Cole,
l’impédance
est
calculée à l’aide des termes
R0 et R∞ qui représentent les
résistances du milieu à des
fréquences
respectivement
nulle
et
infinie.
Physiquement,
il
est
impossible d’obtenir un signal
alternatif à fréquence nulle, de
10 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
même qu’un signal à fréquence infinie. Ces valeurs sont donc extrapolées à partir de la courbe
de Cole-Cole (voir figure 7).
La figure 7 représente la réactance (partie imaginaire de l’impédance) en fonction de
la résistance (partie réelle de l’impédance). Les parties réelles et imaginaires sont enregistrées
à différentes fréquences et sont reportées sur la courbe. On observe alors une courbe en forme
d’arc. Cette courbe est ensuite extrapolée pour obtenir les valeurs de résistances quand la
réactance est nulle. Ces valeurs représentent la résistance du milieu extérieur (quand la
membrane cellulaire empêche le courant de passer dans la cellule) et la résistance totale du
milieu (quand la membrane cellulaire ne peut plus empêcher le passage du courant dans le
milieu intracellulaire).
11 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Partie 3 : Revue bibliographique : La Cardiographie d’Impédance
I. Dans quels buts
Une bonne contraction cardiaque est un facteur essentiel à la santé des individus. Pour
s’assurer de cette contraction, on peut utiliser des valeurs d’indices hémodynamiques comme
par exemple le débit cardiaque.
A l’heure actuelle, différentes méthodes existent pour mesurer ces paramètres
hémodynamiques [04]. Il existe par exemple des méthodes de dilutions consistant à injecter
au patient un produit pouvant être tracé par la chaleur (méthodes de thermodilution) ou par la
couleur qu’il émet suivant sa concentration (dilution de vert d’indocyanine). On peut
également calculer les indices hémodynamiques par des méthodes de Fick, basées sur les
concentrations gazeuses sanguines, ou encore par échographie Doppler. Cependant, toutes les
méthodes utilisées présentent au moins un inconvénient majeur, qu’il s’agisse d’un coût
d’utilisation élevé, d’une difficulté de pratique, d’une faible fiabilité des résultats voire même
d’une forte invasivité de la méthode. Pour ces raisons, la recherche médicale se tourne vers la
création de nouvelles méthodes de référence.
Méthodes
Précision
Noninvasivité
Facilité
d’utilisation
Faible coût
d’utilisation
Thermodilution
-
--
-
--
Echo-Doppler
--
++
-
--
Méthode de
Fick directe
+
---
---
--
Réinhalation
de CO2
--
++
--
+
Dilution de
colorants
+
--
---
-
Remarques
Méthode la
plus utilisée
La fiabilité
dépend de
l’utilisateur
Méthode de
référence
Aussi appelée
« Méthode de
Fick
indirecte »
Rarement
utilisée
Figure 8 - Comparaison des méthodes de mesure du débit cardiaque (http://www.physioflow.com/products)
L’une des méthodes pouvant répondre aux attentes du milieu médical est donc la
cardiographie d’impédance, ayant comme avantages d’être non-invasive, de pouvoir être
pratiquée à faible coût et de manière simple. Elle a de plus l’avantage de pouvoir fournir des
renseignements en temps réel, et en continu, des variations hémodynamiques mesurées, ce qui
n’est pas le cas pour la majeure partie des méthodes énoncées dans la figure 8. Cependant,
malgré un fort potentiel, cette technique nécessite encore des recherches et des améliorations
avant de pouvoir être utilisée de manière sûre.
12 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Bien que son utilité soit reconnue par les milieux scientifique et médical [09] et qu’elle
ait fait l’objet de recherches depuis les années 1960, son utilisation comme une méthode de
référence est encore rejetée pour deux principales raisons :
les résultats obtenus ne semblent pas être fiables comparés aux méthodes
énoncées dans la figure 8. Bien que plusieurs publications attestent de bonnes corrélations
entre les résultats de débit cardiaque trouvés par thermodilution ou par des méthodes de Fick
d’une part, et par l’ICG d’autre part, ces résultats ne semblent par reproductibles sur de
grandes populations. Ce phénomène est amplifié quand il s’agit de populations atteintes de
problèmes pathologiques comme par exemple des valves cardiaques défectueuses. Le but
principal d’un équipement médical de diagnostic comme l’ICG étant de déceler des
pathologies chez des personnes malades, ce problème n’en devient que plus important.
l’origine exacte du signal enregistré n’est pas connue. Des études sont menées
sur cette origine en partant du principe que le manque de reproductibilité des résultats,
notamment chez des sujets malades, est dû à des erreurs sur les hypothèses de départ
concernant l’origine du signal (voir le chapitre III de cette partie).
II. Les signaux ICG
A. Le signal ΔZ(t)
Comme nous l’avons vu précédemment, à l’aide d’au minimum
deux électrodes (généralement, quatre sont utilisées comme en figure 9),
on fait circuler un courant dans le corps du sujet, en l’occurrence dans
son thorax. Grâce à deux autres électrodes, on enregistre une différence
de tension qui sert à calculer la variation d’impédance du segment étudié
au cours du temps. On appelle le tracé obtenu le signal ΔZ(t).
Figure 10 - Signal ΔZ(t) [15]
Figure 9 - Passage du
courant
(http://www.medscape.
com)
En 1981, G. Granerus et R. Elg [15] ont
tenté d’utiliser ce signal pour calculer le volume
d’éjection du ventricule gauche (figure 10), mais
cette méthode n’a pas été retenu et n’a fait suite à
notre connaissance à aucune nouvelle publication
utilisant une méthode similaire.
B. Le signal dZ/dt
Dans toutes les expériences
menées sur l’ICG (à l’exception de
l’étude de G. Granerus et al. [15]), et cela
depuis les premières expériences de
W.G. Kubicek en 1966 (reporté de [48]),
Figure 11 - Signal dZ/dt [15]
13 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
le signal ΔZ(t) est dérivé pour obtenir un nouveau signal, le signal dZ/dt (figure 11) d’où sont
extraits un certain nombre de points caractéristiques permettant le calcul des indices voulus.
Ce signal est communément appelé le signal ICG.
Il peut être étudié simultanément avec d’autres signaux comme un ECG ou un PCG
(PhonoCardioGramme) pour en extraire des informations ou calculer de nouveau indices.
C. Les points caractéristiques
Depuis le signal ICG (donc le signal dZ/dt), on peut extraire des points et des ondes
correspondant à différents phénomènes physiologiques (figure 12) :
l’onde A semble coïncider avec l’onde P de l’ECG. En 1970, Lababidi et al. et
Karnegis et al. ont fait l’hypothèse que cette onde était associée à la contraction des
oreillettes. D’autres études ont apportées des preuves tendant à montrer qu’il s’agirait du
reflux sanguin des oreillettes vers les veines, avec un impact plus important de l’oreillette
gauche, mais l’origine exacte de cette onde n’est pas encore déterminée (reporté de [57]).
le point B est l’un des points les plus importants à déceler car il contribue aux
calculs de la quasi-totalité des indices hémodynamiques (voir le chapitre IV de cette partie).
En étudiant simultanément l’ICG et le PCG, Lababidi et al. ont découvert que ce point
correspondrait à l’ouverture des valves aortique et pulmonaire (reporté de [57]). Cependant,
aucune définition exacte de l’emplacement du point B sur un signal ICG n’a jusqu’alors été
donnée [07]. Différentes hypothèses, et les méthodes associées de détection de ce point, ont
donc été utilisées [07].
le point C correspond au point maximum du signal dZ/dt sur un battement
cardiaque donné (soit (dZ/dt)max). Il correspondrait au pic de débit d’éjection du sang par les
ventricules. Il s’agit du second des trois
points à trouver avec précision pour une
bonne utilisation de l’ICG.
le point X correspondrait à
la fermeture de la valve aortique. Avec les
points B et C, c’est le dernier point à
déterminer avec exactitude [57].
le
point
Y
semble
correspondre à la fermeture de la valve
pulmonaire [44].
Figure 12 - Courbes ICG et points associés (ECG :
Electrocardiographe ; IMP : Courbe d’impédance ; ICG :
Cardiographe d’impédance ; PEP : Période de pré-éjection ;
VET : Temps d’éjection ventriculaire ; IVRT : Temps de
relaxation isovolumétrique ; FT : Remplissage des
ventricules [45]
l’onde O intervient pendant
la diastole. Elle est considérée comme
14 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
reflétant le passage passif du sang entre les oreillettes et les ventricules [57]. Le pic de l’onde
O (que l’on peut considérer comme le point O) est souvent considéré comme le moment
d’ouverture de la valve mitrale. En 1986, une expérience de Donovan et al. concluaient qu’un
rapport de hauteurs d’ondes O/C supérieur à 0,3 est anormal et significatif de pathologies
pulmonaires (reporté de [57]).
Il est important de préciser que toutes les correspondances entre des points du graphe
dZ/dt et des évènements physiologiques sont hypothétiques. De nombreuses études ont été
menées et sont actuellement en cours pour déterminer l’origine exacte du signal ICG (voir le
chapitre V.A de cette partie).
Ces points sont couplés avec les points QRS (et plus spécifiquement les points R et Q)
pour calculer les indices cardiaques.
III. Modèles thoraciques et équations associées
Pour tenter d’expliquer l’origine des variations d’impédance dans le thorax, des
modèles thoraciques ont été imaginés, associés à des équations permettant de calculer des
indices cardiaques. Ces modèles sont souvent critiqués à cause de leurs simplifications, mais
certains sont encore utilisés aujourd’hui comme des modèles de référence. Nous pouvons en
citer deux principaux, qui sont aujourd’hui fréquemment utilisés. Ces modèles sont celui de
Kubicek d’une part, datant de 1966, qui fut le premier à réaliser un équipement d’ICG, et
celui de Sramek-Bernstein, développé par Sramek en 1983 et amélioré par Bernstein en 1986,
qui est un modèle dérivé du premier (reporté de [48)].
A. Modèle de Kubicek
Le modèle de Kubicek est lui-même un modèle
dérivé de l’équation trouvée par J. Nyober dans les années
1950 pour calculer la variation de volume dans les
extrémités. Kubicek a représenté le thorax comme un
ensemble de cylindre imbriqués l’un dans l’autre, comme
représenté dans la figure 13 ci-contre [43].
Le cylindre intérieur représente l’aorte. Il possède
une section Ab constante selon l’axe descendant, mais
variable dans le temps, et une faible résistivité constante
ρb. Le cylindre extérieur représente les autres tissus du
thorax. Il possède une section At constante dans l’espace
et dans le temps, et une forte résistivité ρt. Les deux
cylindres possèdent une longueur Lt.
Figure 13 - Cylindre thoracique de
Kubicek [43]
15 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Dans cette configuration, l’impédance du cylindre aortique Zb est calculée de la
manière suivante :
soit
avec
ρb : résistivité du sang supposée constante (en Ω.cm-1) ;
Lt : longueur du cylindre thoracique (en cm) ;
Vb : volume de sang dans l’aorte (en mL).
Vb = Ab.Lt
D’après l’hypothèse de Kubicek, les variations d’impédance du thorax sont
exclusivement dues à des variations d’impédance de l’aorte. Il considère les variations
d’impédance des autres tissus thoracique comme étant suffisamment faibles pour être
négligées, raison pour laquelle la section du cylindre thoracique de son modèle ne varie pas
dans le temps.
Une autre supposition de Kubicek explique que les variations d’impédance dans
l’aorte sont exclusivement dues au passage de l’onde systolique. En effet, au passage de
l’onde, l’aorte se déforme localement, augmentant sa section. De l’équation (16), nous
pouvons déduire que l’impédance va également varier de manière inversement
proportionnelle.
Dans son modèle, Kubicek a simplifié la réalité physiologique en considérant que
l’aorte ne se déforme pas localement mais sur toute sa longueur. Il assume donc que la section
de l’aorte est constante en tout point de l’axe descendant à un instant donné, de sorte que la
variation d’impédance ne dépende que du temps. Il devient alors possible à partir de
l’équation (17) de mesurer la variation du volume de l’aorte à partir de la variation
d’impédance.
A partir de cette formule et des hypothèses de Kubicek, il est facile d’obtenir la
variation de volume dans le thorax à partir de la variation d’impédance comme suit :
avec Z0 : impédance de base du thorax (en Ω).
Le signe négatif dans cette formule traduit le fait qu’une augmentation de volume dans
le thorax va entraîner une diminution de son impédance.
16 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Pour son calcul du volume d’éjection systolique, Kubicek a fait d’autres
simplifications. La première est que le taux d’éjection de sang par le cœur est constant tout au
long de la systole. La seconde est que le volume d’éjection systolique du cœur est égal au
débit systolique maximal de sang dans l’aorte, multiplié par le temps d’éjection systolique du
cœur (temps de la systole pendant lequel le sang est éjecté du cœur vers l’aorte).
avec
(dVb/dt)max : débit systolique maximal de sang dans l’aorte ;
LVET (Left Ventricular Ejection Time) : temps d’éjection systolique.
De cette manière, Kubicek a pu obtenir une équation du volume d’éjection systolique
en fonction de la variation d’impédance thoracique.
avec (dZ/dt)min : variation maximum d’impédance (correspondant au maximum de la
variation de volume).
On voit donc que, suivant les
hypothèses de Kubicek, le volume
d’éjection systolique est bien obtenu à
partir de la courbe (dZ/dt). Pour une
plus grande lisibilité de l’information
par le corps médical, Kubicek a
cherché à représenter la courbe de
sorte qu’une augmentation de la
variation de volume soit représentée
par une augmentation de la variation
du signal ICG. Il a donc pris l’opposé
de la courbe d’origine comme montré
en figure 14.
Figure 14 - Courbe ICG obtenue (en haut) et utilisée (en bas)
(modifié de [45])
Cette dernière modification nous amène à la véritable équation de Kubicek, encore très
utilisée aujourd’hui :
avec
L : longueur entre les électrodes réceptrices de courant (en cm).
Bien qu’obtenue à partir d’un grand nombre d’hypothèses et de simplifications, ce
modèle permet selon plusieurs études l’enregistrement de résultats comparables aux résultats
trouvés par d’autres méthodes comme la thermodilution ou des méthodes de Fick. Mais ces
résultats sont variables d’une expérience à l’autre, et la fiabilité des résultats est fortement
diminuée chez les patients souffrant de pathologies cardiaques et pulmonaires [04].
17 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
B. Modèle de Sramek-Bernstein
En 1986, B.B. Sramek développe un nouveau modèle thoracique basé sur le modèle de
Kubicek (reporté de [48]). En conservant les mêmes hypothèses que son prédécesseur,
Sramek imagine le thorax comme un cône tronqué (figure 15). Il a également cherché à
définir le volume de conduction électrique du thorax sans tenir compte de la résistivité du
sang, supposée constante par Kubicek. Comme nous le verrons (chapitre V.A.2 de cette
partie), ce paramètre pourrait être une grande cause d’erreur dans le calcul du volume
d’éjection.
L’équation obtenue par Sramek est la suivante :
avec
Figure 15 - Modèle
thoracique de
Sramek
(http://www.omsy.com/icg.htm)
avec
L : longueur entre les électrodes réceptrices de courant (en cm).
Il a également définit la longueur L, considérée comme la longueur
utile du thorax, comme étant égale en moyenne à 17% de la taille du
patient. Cette modification apparaît parfois dans la littérature lorsqu’il est
question de l’équation de Sramek. L’équation est alors la suivante :
H : taille du patient (en cm).
Par la suite, D.P. Bernstein a repris cette équation en ajoutant un facteur de correction
basé sur le poids du patient, car un patient plus lourd aura en théorie une fraction d’éjection
plus importante. La nouvelle équation, appelée équation de Sramek-Bernstein, se définit
comme suit [03]:
avec
δ : facteur de correction de Bernstein (sans unité) ;
IMCpatient : indice de masse corporel du patient(en kg.m-2) ;
avec P : poids du patient (en kg) ;
H : taille du patient (en m) ;
24 : valeur d’IMC idéal supposé par Bernstein (en kg.m-2).
Cette formule semble avoir de moins bons résultats que la formule de Kubicek, en
prenant comme référence des méthodes de thermodilution [05], mais reste cependant très
utilisée car sa forme semble mieux représenter une réalité physiologique (prise en
considération de la taille et du poids du patient) que la formule de Kubicek.
18 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
C. Nouvelle formule de Bernstein
Suite aux nombreuses études sur l’origine du signal d’impédance et à la controverse
sur l’utilisation des formules de Kubicek et de Sramek-Bernstein, D.P. Bernstein a proposé en
2005 une nouvelle formule pour le calcul du volume d’éjection systolique [03].
Cette formule est assez différente des deux autres dans le sens où les équations de
Kubicek et Sramek-Bernstein pouvaient se résumer à la formule suivante :
avec
VC : volume conducteur intrathoracique (en mL).
Dans les deux premières équations, seul ce facteur VC était différent, représentant les
différences de formes supposées du thorax. Le terme
représente les
hypothèses de Kubicek, à savoir que le changement d’impédance est uniquement (ou tout du
moins principalement) dû à la variation maximale d’impédance ((dZ/dt)max) dont l’origine est
attribuée au changement maximal de volume dans l’aorte, rapportée à l’impédance de base du
thorax (1/Z0), et considérée comme constante durant toute la période d’éjection systolique
(LVET).
La nouvelle équation de Bernstein se présente sous la forme suivante :
On voit qu’une racine carrée apparaît au niveau du terme de variation d’impédance
thoracique. De plus, le volume conducteur du signal du thorax VC a été complètement revu, et
se définit de la manière suivante :
avec
VITBV : volume de sang intrathoracique (en mL) ;
P : poids du patient (en kg) ;
ζ : index de conduction transthoracique anormal (sans dimension) ;
Z0 : impédance de base statique du thorax (en Ω) ;
ZC : seuil critique d’impédance de base ;
ZC = 20Ω ;
K : facteur indéterminé tel que K0 (aucune définition de ce facteur n’est donné dans
la publication de Bernstein).
19 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
On arrive donc à la nouvelle équation de Bernstein qui est la suivante :
Bernstein a donc conservé dans son équation un facteur prenant en compte le poids du
patient (par le calcul du volume de sang intrathoracique), mais a également inclus un facteur
de correction ζ permettant d’inclure des variations de conduction dans le thorax. Ce facteur
est basé sur la valeur de l’impédance thoracique de base, Z0, et suit la loi suivante :
La valeur normale de Z0 est considérée comme étant comprise entre 20 et 48 Ω selon
le sexe, avec une moyenne de 25 Ω [44], ce qui implique que le facteur ζ n’est pas supposé
intervenir dans la majorité des cas.
Une simple analyse dimensionnelle permet de se rendre compte que cette équation ne
semble pas être viable. Bernstein est conscient de ce problème et l’explique en définissant la
valeur (dZ/dt)max comme étant la représentation bioélectrique du pic d’accélération du sang
dans l’aorte, et assume donc que cette valeur a pour unité des Ω.s-2. Cette équation n’a jamais
été utilisée dans une autre étude à notre connaissance.
IV. Le calcul des indices hémodynamiques
Comme nous l’avons vu précédemment, le but premier de l’ICG est de déterminer de
manière simple et non-invasive un ensemble de paramètres hémodynamiques cardiaques
aujourd’hui obtenus par des méthodes invasives. La plupart de ces paramètres sont obtenus à
partir de calculs basés sur les points caractéristiques des signaux ICG et ECG (figure 12).
Il est primordial de rappeler que ces indices sont calculés en supposant que les
hypothèses de Kubicek sont avérées.
A. L’impédance de base (Z0)
Comme nous pouvons le voir sur la figure 12, l’impédance de base est mesurée
directement sur la courbe (dZ/dt) (elle peut également l’être sur la courbe ΔZ(t)). Elle
correspond à la valeur d’impédance du thorax mesurée pendant la diastole, et est considérée
comme constante pour un patient donné. Elle n’est donc pas censée varier d’un battement
cardiaque à l’autre.
20 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Cette valeur est mesurée en Ω et sa norme est considérée comme étant d’environ 25Ω
en moyenne. Les valeurs diffèrent entre les hommes et les femmes. Pour un homme, les
valeurs normales vont de 20 à 33Ω environ, alors que pour une femme, elles vont de 27 à 48Ω
[44]. Il faut préciser que ces valeurs dépendent de la méthode d’acquisition des données (type
d’électrodes, positionnement, fréquence du courant sinusoïdal appliqué).
B. Le contenu fluidique thoracique (Thoracic Fluid Content TFC)
Comme son nom l’indique, cette valeur reflète le contenu en fluide intrathoracique,
intra et extravasculaire, et s’exprime généralement en mΩ-1 [44]. Cette valeur se calcule de la
manière suivante :
Les valeurs vont généralement de 30 à 50mΩ-1 pour un homme, et de 21 à 37mΩ-1
pour une femme.
Une hausse du TFC peut être expliquée par une augmentation de la quantité de fluide
dans le thorax (par exemple un œdème), mais également par une augmentation de la masse
musculaire (qui est tissu relativement conducteur) ou une diminution de la masse grasse ou de
la quantité d’air dans le thorax (qui sont des éléments très peu conducteur). L’interprétation de
cet indice est donc à faire en corrélation avec des données morphologiques pour obtenir une
bonne interprétation.
Pour adapter un peu plus la valeur de cet indice à la morphologie des patients, on peut
utiliser le TFCI (Thoracic Fluid Content Index) qui normalise le TFC par rapport à la surface
corporelle.
avec
TFCI en mΩ-1.m-2 ;
BSA : surface corporelle (Body Surface Area) (en m-2).
Ces indices ne sont cependant pas très révélateurs des modifications internes du corps
(changement de masse grasse ou de masse de masse musculaire).
C. La période de pré-éjection (Pre-Ejection Period PEP)
La période de pré-éjection (figure 16), ou parfois appelée systole
électrique, correspond au temps entre le début de l’onde QRS de l’ECG (le
début de contraction des ventricules) et l’ouverture des valves aortique et
pulmonaire (qui correspond au début de l’éjection sanguine) [45].
Figure 16 – PEP (schéma
modifié de [45])
21 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Ce temps, donné en ms, est définit comme étant le temps entre le point Q de l’ECG et
le point B de l’ICG.
D. Le temps d’éjection systolique (Left Ventricular Ejection Time LVET)
Le temps d’éjection systolique (figure 17), parfois appelé la
systole mécanique, correspond au temps d’éjection du sang des
ventricules [45]. Dans l’hypothèse de Kubicek, on considère que la
variation d’impédance est uniquement liée à la variation de volume
sanguin dans l’aorte. Par temps déjection systolique, on entend donc le
temps d’éjection du ventricule gauche.
Ce temps est mesuré sur l’ICG entre les points B et X [44]. Il est
exprimé en ms.
Figure 17 – LVET
(schéma modifié de
[45])
E. Le rapport des temps systoliques (Systolic Time Ration STR)
Les valeurs de PEP et LVET peuvent être significatives de certaines pathologies (par
exemple faiblesse du muscle cardiaque ou problèmes des valves), mais dépendent aussi de la
condition du patient (sportif, âgé…). C’est pour cela qu’on utilise plutôt le rapport entre ces
valeurs, le STR.
Ce coefficient, sans unité, permet de déterminer une répartition temporelle anormale
entre la systole électrique et la systole mécanique. Sa valeur normale est considérée comme se
trouvant entre 0,30 et 0,50 [44].
A partir de l’équation (35), on comprend qu’une valeur anormale du STR peut
provenir soit d’une valeur anormale de la PEP, soit du LVET. Il est donc important de
corréler la valeur du STR avec celles de PEP et de LVET pour l’interprétation. Par exemple,
une valeur de STR supérieure à la normale peut être due à une PEP trop grande (qui traduirait
une éventuelle faiblesse du muscle cardiaque), ou à un LVET trop faible (qui pourrait
correspondre à un problème de la valve aortique).
Le STR est parfois normalisé par rapport à la durée d’un battement, calculé comme
étant le temps entre deux points R de l’ECG. On parle alors de STRI (Systolic Time Ratio
Index), donné en s-1 par la formule suivante :
avec
RRi : intervalle entre deux points R sur l’ECG (en s).
22 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
F. La fraction d’éjection (Ejection Fraction EF)
La fraction d’éjection correspond au volume de sang expulsé du ventricule gauche
pendant la systole, rapporté au volume de sang que contenait ce même ventricule à la fin de la
diastole [33]. Il est généralement donné en pourcentage du volume de sang dans le ventricule
gauche à la fin de la diastole.
Il peut être calculé par l’ICG grâce à la formule de Capan et al. [33] :
Cette formule est la formule le plus souvent utilisée pour le calcul de l’EF par
impédance, mais semble cependant ne pas être très fiable quand elle est appliquée sur des
patients critiques (reporté de [12]).
La valeur normale de la fraction d’éjection est supérieure ou égale à 55%. Une valeur
inférieure est un signe que le cœur ne pompe pas suffisamment de sang pour alimenter les
organes.
G. Le volume d’éjection systolique (Stroke Volume SV)
Comme précisé plus tôt (chapitre III de cette partie), il existe deux formules
principales pour calculer le volume d’éjection systolique (Kubicek et Sramek-Bernstein), ainsi
qu’une troisième n’ayant à notre connaissance jamais été utilisée.
La valeur standard du SV dépend du patient. Pour essayer de le normaliser, on peut
rapporter cette valeur à la surface corporelle du patient et ainsi obtenir l’index systolique
(Stroke Index SI), donné par la formule suivante :
La valeur normale du SI est considérée comme se trouvant entre 35 et 65 mL.m-2 [44].
H. Le volume ventriculaire à la fin de la diastole (End Diastolic Volume EDV)
La fraction d’éjection représente la partie du volume du ventricule gauche à la fin de la
diastole qui est éjecté pendant la systole. De plus, cette fraction du volume correspond au
volume d’éjection systolique. On obtient donc la formule :
23 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
La valeur du EDV est obtenue en mL et dépend du patient (comme la valeur de SV).
I. Le débit cardiaque (Cardiac Output CO)
Le débit cardiaque est en général le principal indice recherché lorsqu’on utilise l’ICG.
Il s’agit du volume de sang quittant le cœur à chaque minute. Il se calcule de la manière
suivante [44] :
avec
HR : fréquence cardiaque (Heart Rate) (en min-1) ;
Le débit cardiaque est donné en L.min-1. On considère sa valeur normale comme étant
d’environ 5 L.min-1, mais elle dépend grandement du patient. On calcule donc également
l’index cardiaque (Cardiac Index CI) de la manière suivante [44] :
Le CI se donne en L.min-1.m-2, et sa valeur est considérée comme normale entre les
valeurs 2,5 et 4,7 L.min-1.m-2 [44].
J. L’indice de vitesse d’éjection sanguine (Velocity Index VI)
Le VI permet de représenter le pic de vitesse du sang dans l’aorte durant la systole
[44]. Cette valeur n’est qu’une représentation de ce pic, il ne s’agit pas d’une vitesse. La
formule utilisée est la suivante :
Cet indice est donné en en ms-1, et sa plage de valeurs normales se situe entre 33 et
65ms-1 [44]. Une baisse de cet indice signifie que la vitesse du sang dans l’aorte est plus faible
qu’elle ne devrait, et donc que le ventricule gauche fonctionne mal.
Il est également parfois appelé « index de contractilité » dans la littérature [33] et est
alors donné en s-1.
K. L’indice d’accélération (ACceleration Index ACI)
Cette valeur reflète le pic d’accélération du sang dans l’aorte pendant la systole.
L’indice est calculé par la formule suivante [44]:
avec
(d²Z/dt²)max : valeur maximum de la seconde dérivée du signal ΔZ.
24 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Cet indice est donné en 100s-2, et sa plage de valeurs normales va de 70 à 150.100s-²
pour les hommes, et de 90 à 170.100s-² pour les femmes [44]. Comme pour le VI, une valeur
d’ACI inférieure à la normale peut se traduire par une perte d’efficacité du ventricule gauche.
L. L’intervalle QC (QC Interval QCi)
Il s’agit d’un indice de contractilité du cœur [45]. Il permet de
définir le temps entre le début de la systole électrique (déterminée par le
point Q de l’ECG) et le moment où le débit sanguin est maximal
(déterminé par le point C de l’ICG).
Figure 18 - Temps QC
(schéma modifié de
[45])
Cet indice, donné en ms, permet comme les autres indices de
définir si l’activité contractile du ventricule gauche est normale ou non.
Aucune valeur standard n’a pu être trouvée.
M. L’index d’Heather (Heather Index HI)
En 1969, Heather a définit un nouvel indice pour caractériser l’activité contractile du
ventricule gauche basée sur la forme de l’ICG [48]. Il consiste à calculer le rapport de
l’amplitude du débit maximale ((dZ/dt)max) sur le temps entre le début de la systole électrique
et le moment où le débit maximal est atteint (l’intervalle QCi).
Cet indice est donné en Ω.s-2, mais là encore, aucune valeur standard n’a pu être
trouvée. D’après une étude menée en 2004 par Z. Peng et al. [33], il s’agirait avec l’ACI d’un
des deux meilleurs indicateurs de la contractilité cardiaque enregistrés par l’ICG.
N. Les indices de résistance mécanique de vaisseaux
Les indices suivants peuvent être obtenus en combinant l’équipement d’ICG avec un
équipement de mesures de pressions sanguines [44]:
- la résistance systémique vasculaire
- la résistance systémique d’éjection
- la compliance artérielle totale
- le travail du cœur gauche lors de l’éjection
Ces indices ne peuvent pas être obtenus sans l’aide d’un équipement de mesure de
pressions sanguines permettant de mesurer au minimum la pression moyenne artérielle. Cet
équipement n’étant pas disponible pour notre étude, cette partie ne sera pas plus détaillée.
25 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
O. La surface corporelle (Body Surface Area BSA)
Comme nous l’avons vu, plusieurs indicateurs sont rapportés à la surface corporelle du
patient pour une plus grande fiabilité d’interprétation des résultats. La surface corporelle peut
être obtenue par cinq formules donnant des résultats équivalents avec une différence
maximale d’environ 0,05m².
Les formules sont les suivantes :
- la formule de Mosteller :
-
la formule de Dubois et Dubois :
-
la formule de Haycock :
-
la formule de Gehan et George :
-
la formule de Boyd
V. Les écoles de pensée de l’ICG
Nous l’avons vu à plusieurs reprises dans les paragraphes précédents, l’ICG est
utilisée pour le calcul d’indices hémodynamiques de façon non-invasive. Cependant, bien que
des résultats satisfaisant aient été trouvés dans différentes études, dans des cas spécifiques et
contrôlés, ces résultats ne semblent pas suffisamment répétables pour que l’ICG devienne
encore une méthode de routine en milieu hospitalier.
A partir de là se sont développées deux voies de recherches sur l’amélioration des
résultats. La première consiste à remettre en cause les hypothèses de Kubicek énonçant que
les variations d’impédance thoracique sont presque exclusivement d’origine aortique. La
seconde suppose cette hypothèse comme acceptable, tout du moins dans une certaine limite, et
part du principe que le manque de répétabilité des résultats est dû à des lacunes dans les
méthodes d’acquisition et de traitement des données d’impédance.
26 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
A. L’origine du signal
Les hypothèses de Kubicek, sur lesquelles se reposent toutes les formules de calcul de
volume d’éjection systolique, et par conséquent tous les équipements de mesure ICG, sont en
fait des approximations de la complexité du thorax. Pour beaucoup de scientifiques, ces
approximations sont les causes réelles d’erreurs dans les mesures d’ICG. Les différentes
causes citées dans la littérature sont :
- la variation de volume sanguin dans l’aorte [20],[21],[23],[31],[34],[40],[46],[50],
[51];
- la variation de volume sanguin dans les autres vaisseaux majeurs (veine cave,
artère pulmonaire…) [20],[21],[31],[40],[46],[51];
- la variation de volume sanguin dans les différents compartiments cardiaques
(oreillettes et ventricules) [21],[31],[40],[46],[51];
- la variation de volume sanguin dans les carotides [21];
- la variation de résistivité sanguine [20],[21],[51];
- le mouvement et la variation de volume sanguin dans les autres organes
thoraciques (notamment les poumons) [20],[31],[40],[46],[51];
- la variation de volume du thorax à chaque respiration [50].
Nous pouvons encore séparer cette école de pensée en deux sous-catégories : les
études théoriques, et les études empiriques.
1. Les études théoriques
Ce type d’étude consiste à simuler d’une manière ou d’une autre l’origine du signal, et
à se rapprocher au maximum de la forme du signal dZ/dt. Dans ces études, il est souvent
question de simuler les évènements physiologiques intra-thoraciques à l’aide de modèles en
éléments finis, et d’en tirer un signal dZ/dt théorique le plus proche possible d’un signal dZ/dt
expérimental.
L’inconvénient de cette approche est que les modèles utilisés sont nombreux et
souvent basés sur des hypothèses différentes, ce qui rend leurs résultats parfois complètement
opposés et difficiles à comparer. Ainsi, en 1989, D.J. Peters et al. [34] concluaient à partir de
leur modèle que les variations de volume dans l’aorte étaient la cause majoritaire de la
variation d’impédance, et que les autres causes étaient négligeables. En 1995, L. Wang et al.
[51] estimaient à l’aide d’un modèle basé sur des images IRM que les changements de
résistivité du sang sont la première cause de variation d’impédance thoracique, et que le sang
allant vers les poumons est la seconde cause majoritaire.
Une autre approche théorique avait été tentée en 1999 par B.B. Taylor et al. [46] qui
simulèrent un signal ICG théorique à l’aide d’un programme Simulink, en intégrant comme
variables 14 types de variations de volume sanguin (dans l’aorte, dans les compartiments
cardiaques, dans les vaisseaux pulmonaires et systémiques à calibre large, moyen, et petit…) :
27 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
avec
xi(t) : variable i ;
ai : coefficients.
Les coefficients ai permettent de déterminer l’importance de chaque variable dans la
forme du signal. Ce sont ces coefficients qui sont calculés par le programme. Les résultats de
cette étude ont suggéré que la variation du signal était majoritairement due aux veines
pulmonaires de petit et large calibre, alors que l’aorte n’aurait qu’un rôle mineur.
Dans la plupart de ces études, les causes majoritaires de la variation d’impédance ne
sont pas le changement de volume sanguin dans l’aorte. Ces résultats sont cependant
discutables, puisqu’ils sont souvent purement théoriques, contradictoires d’une étude à une
autre, et contradictoires avec la plupart des études empiriques dont nous parlerons dans le
chapitre suivant. En revanche, ils nous permettent de nous interroger sur la fiabilité des
résultats obtenus par l’ICG, dans la mesure où les phénomènes physiologiques associés aux
variations d’impédance ne seraient pas ceux que l’on suppose.
2. Les études empiriques
Ces études consistent à faire des mesures physiologiques dans des conditions
contrôlées, souvent sur des animaux, et à comparer les mesures simultanées d’ICG et d’autres
examens validés pour déterminer la concordance des variations d’impédance avec des
évènements connus.
La première est bien évidemment la comparaison entre les volumes d’éjection
systolique calculés par ICG, et mesuré par d’autres méthodes comme les méthodes de
dilution. Cependant, les résultats variables de ces comparaisons sont la raison principale de
doute concernant l’ICG [51]. En 1991, un rapport de l’AHCPR (Agency for Health Care
Policy and Research) du Service de Santé Publique des Etats-Unis enregistrait, à partir de
plusieurs études comparatives, des coefficients de corrélation allant de 0,17 à 1,0 entre les
valeurs de débit cardiaques enregistrés par ICG et par d’autres méthodes validées dans le
domaine médical.
D’autres études ont alors été menées pour déterminer les causes de variations du signal
d’impédance. En 1987, W.G. Kubicek [23] utilisa l’ICG couplé à un ballistographe
(équipement permettant de mesurer les mouvements du corps humains dus aux contractions
cardiaques et au passage du sang dans les vaisseaux majeurs) pour démontrer que la variation
d’impédance était temporellement simultanée à l’éjection du sang dans l’aorte. En 2007, J.K.
Hayes et al. [18] utilisaient la sonomicrométrie (méthode permettant d’enregistrer la
déformation locale d’un vaisseau à l’aide d’ultrasons) sur des chiens pour prouver que la
variation d’impédance se produisait de manière quasi-instantanée au passage du sang dans
l’aorte, mais avant le passage du sang dans l’artère pulmonaire. Ils concluaient donc que
28 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
celle-ci n’intervient pas dans le signal ICG, résultat en contradiction avec plusieurs études
théoriques.
La résistivité sanguine
La plupart de ces études semblent confirmer les hypothèses de Kubicek, à l’exception
de la résistivité du sang que Kubicek avait considérée comme constante. En effet, de
nombreuses études sont menées à ce sujet, donnant des explications possibles de la variabilité
dans les résultats d’ICG. Si l’on considère la formule de Kubicek, la valeur du volume
d’éjection est directement proportionnelle à la valeur de résistivité sanguine. Dans la formule
de Sramek-Bernstein, cette composante est éliminée. En considérant la valeur de la résistivité
sanguine comme un facteur important, l’ignorer ou faire une erreur sur sa valeur peut
entraîner d’importantes erreurs de résultats d’indices hémodynamiques par l’ICG.
Quand bien même on considèrerait la valeur de la résistivité sanguine constante, le
choix de cette valeur reste primordial. Ainsi, on considère souvent une valeur constante de
résistivité sanguine comprise entre 135 et 160Ω.cm-1. Cependant, T.J.C. Faes et al. [10] ont
mené une étude bibliographique sur plusieurs expériences visant à déterminer les résistivités
des différents tissus. Cette étude rapporte une valeur moyenne de résistivité sanguine de
151Ω.cm-1, avec un intervalle de 95% de confiance compris entre 121 et 191Ω.cm-1. De
meilleurs résultats d’ICG sont d’ailleurs généralement obtenus quand on mesure l’hématocrite
de chaque patient et que l’on en tire des valeurs spécifiques de résistivité sanguine pour
chaque patient (même si elles restent considérées comme constantes tout au long de la mesure
ICG) que quand on considère des valeurs normalisées de résistivité.
De nombreuses études ont été réalisées pour trouver des formules permettant de
déterminer la résistivité sanguine. Le principal facteur est l’hématocrite, soit le pourcentage
de cellules dans le sang. De très nombreuses formules ont fait leur apparition [26], [60], mais
la plus largement utilisée est la formule de 1973 de Geddes et Saddler [05] :
avec
Hct : hématocrite (en %)
Mais cette hypothèse atteint également ses limites. Au repos,
le sang est considéré comme isotropique en raison de l’orientation
aléatoire des globules rouges. Cependant, à chaque battement
cardiaque, le flux sanguin entraîne un alignement des globules
rouges, rendant le sang anisotropique. Dans leur modèle en élément
fini, L. Wang et al. [51] estimaient à 20% de sa valeur la diminution
de la résistivité sanguine dans le sens du flux, et à 10% dans le sens
transversal.
Figure 19 - Orientation des
globules rouges
(http://cardiotronic.net)
29 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Une autre étude menée par R.L. Gaw et al. [13] démontrait que la résistivité du sang
est fonction de son hématocrite, de sa vitesse, mais également de son accélération. Aucune
formule n’a été donnée pour permettre de prendre en compte tous ces paramètres, mais Visser
et al. [49] ont développé une formule permettant de calculer la variation de résistivité
sanguine en fonction du diamètre du vaisseau et de la vitesse du sang dans ce vaisseau :
avec
Δρ : variation de résistivité sanguine (en Ω.cm-1) ;
ρst : valeur statique de résistivité sanguine (en Ω.cm-1) ;
v : vitesse moyenne du sang dans le vaisseau (en cm.s-1) ;
r : rayon du vaisseau (en cm).
B. L’acquisition et le traitement des données
Il existe une autre branche de la recherche dédiée à l’ICG. En admettant que les
hypothèses de Kubicek sont valides, tout du moins dans une certaine limite, l’absence de
répétabilité dans les mesures d’une expérience à l’autre pourrait être due à des erreurs dans
l’acquisition et le traitement des données.
1. Erreurs d’acquisition
Les erreurs d’acquisition de données sont généralement considérées comme ayant
deux origines : un mauvais positionnement des électrodes injectrices de courant, et un
mauvais positionnement des électrodes réceptrices de courant.
a. Electrodes injectrices
La première cause, c’est-à-dire un mauvais positionnement des électrodes injectrices,
se traduira par une mauvaise homogénéité du courant électrique passant dans le corps. Cette
homogénéité est un pré-requis indispensable pour avoir des mesures fiables avec un
équipement ICG, puisque la valeur de l’impédance calculée est directement liée à la valeur de
l’intensité du courant. Si le courant ne passe pas par les zones corporelles dont on cherche à
mesurer l’impédance, il paraît donc certains que les valeurs enregistrées ne seront pas
significatives des éléments physiologiques que l’on cherche à étudier.
Ainsi, des études ont été menées sur l’homogénéité du courant dans le corps, pour
définir le positionnement idéal des électrodes injectrices.
30 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
La première
remarque concerne
le type d’électrode
utilisé. A l’origine
[48], Kubicek avait
définit des bandes
d’électrodes situées
autour du cou et du
thorax (le schéma
« Bandes » de la
figure
20).
Ce
Figure 20 - Schémas d'électrodes (Bandes à gauche, Latéral au milieu, Semi-circulaire à
système
avait
droite) [55]
cependant un énorme
inconvénient pratique, à savoir placer ce genre de bandes sur des patients souvent alités, avec
parfois des zones corporelles abîmées où il est impossible de poser des électrodes. Sramek a
alors définit un nouveau type d’électrodes en même temps que son équation, les électrodes
patchs. Dans cette configuration, quatre électrodes sont posées sur chaque face latérale du cou
et du thorax : deux électrodes injectrices et deux réceptrices (le schéma « Latéral » de la
figure 20). Cependant, une étude de H.H. Woltjer et al. [55] déterminent que ce type
d’électrodes produit un champ de courant moins homogène que les bandes d’électrodes. Les
valeurs de tension enregistrées sont alors soumises à un bruit d’inhomogénéité.
Un nouveau schéma de positionnement est alors proposé, comportant plus d’électrodes
que le schéma « Latéral » : le schéma « Semi-circulaire » (figure 20). Il possède les mêmes
électrodes que le schéma Latéral, mais comporte en plus un autre lot de quatre électrodes
(deux injectrices et deux réceptrices) positionnées aux mêmes niveaux que les précédentes,
mais sur la face antérieure du corps. Ce dernier schéma permet d’obtenir des résultats
similaires au schéma Bandes, mais tout en conservant des électrodes patch.
Dans une étude suivante, Woltjer et al. [56] proposent une
nouvelle disposition avec des résultats similaires au schéma Semicirculaire, et qui permet de n’utiliser que dix électrodes, mais avec six
électrodes injectrices de courant.
Ces problèmes d’homogénéité du courant sont également dus à
la complexité de la géométrie thoracique. En effet, une étude de E.
Raaijmakers et al. [36], basé sur un modèle thoracique en élément fini,
précise que la jonction cou-thorax est une zone de forte inhomogénéité
de courant. Pour diminuer l’effet d’inhomogénéité de cette région, il
faut en éloigner au maximum les électrodes injectrices en les montant
plus haut sur le cou, voir en les plaçant sur une partie du crâne (comme
représenté en figure 21).
Figure 21 - Schéma à 10
électrodes (modifié de
[36])
31 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
b. Electrodes réceptrices
Les électrodes injectrices de courant
ne sont pas les seules dont la disposition a
été étudiée pour maximiser la fiabilité des
résultats. Plusieurs études suggèrent que le
positionnement latéral des électrodes
réceptrices n’est pas le mieux adapté au
calcul du volume d’éjection systolique, et
que les électrodes devraient se situer le long
du sternum, et cela pour diverses raisons. En
1986, M. Qu et al. [35] définissaient un
Figure 22 - Schéma de Qu et al. [35]
nouveau schéma pour les électrodes en
positionnant les électrodes injectrices de
courant à l’arrière du corps du patient (une au niveau de la 4ème vertèbre cervicale et une autre
au niveau de la 9ème vertèbre thoracique), et les électrodes réceptrices de tension sur la face
avant du corps (une 4cm au-dessus de la clavicule et une autre au niveau de la 4ème côte)
(figure 22). Ce schéma permet de limiter le bruit de mouvement du thorax pendant la
respiration.
Le positionnement des électrodes réceptrices permettrait également de discriminer les
phénomènes physiologiques autres que la variation de sang dans l’aorte qui contribueraient
quand même à la variation du signal. Une étude de 2001, menée par Y. Wang et al. [54]
estimait que le sang sortant des ventricules jouait un rôle important dans les variations du
signal ICG. Cette étude indiquait également que si les électrodes réceptrices étaient
positionnées à proximité du cœur, la diminution de volume sanguin dans les ventricules
pouvait représenter jusqu’à 82% du signal enregistré, et que placer des électrodes réceptrices
supplémentaires à cet endroit pourrait permettre de discriminer ce facteur pour ne garder que
la partie du signal correspondant à l’évènement physiologique que l’on cherche à mesurer.
A. Ikarashi et al. [19] ont publié leur étude à la fois
numérique et expérimentale en 2007, dans laquelle leurs résultats
indiquaient que le signal enregistré par des électrodes réceptrices
placées dans le dos était trop faible, et que le meilleur
positionnement pour calculer le volume d’éjection systolique était
une électrode réceptrice sur l’axe médian du corps, au niveau des
clavicules, et une juste au-dessus du xiphoïde (figure 23).
Il existe certaines différences entre les positionnements
Figure 23 - Schéma de
préconisés par les différentes études, mais toutes sont d’accord sur
Ikarashi et al. (modifié de
un point : la position des électrodes, aussi bien injectrices que
[36])
réceptrices, est un facteur important dans le bruit d’acquisition et la
valeur de Z0. Il est alors indispensable de définir des positionnements clairs, localisés par des
zones physiologiques et/ou des distances précises séparant les électrodes.
32 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
c. La fréquence du courant alternatif
Une autre erreur d’acquisition a été énoncée dans un article de T. Palko et al. [29] de
1995, où il était expliqué que la fréquence du courant alternatif utilisé pouvait modifier les
valeurs enregistrées. Comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents, l’effet capacitif
des membranes cellulaires varie selon la fréquence de courant utilisée. Dans la plupart des
études sur l’ICG, la fréquence de courant est comprise entre 70 et 100kHz. La composante
capacitive de l’impédance est alors considérée comme négligeable devant la composante
résistive. Cependant, T. Palko et al. ont démontré que dans une plage de fréquence allant de
20kHz à 200kHz, la valeur de Z0 changeaient de 30,7 à 20,2Ω, et que la valeur de l’angle de
phase φ variait de 4,9° à 10,4°. Il est également précisé que dans la plage de fréquence
[20kHz ; 100kHz] qui comprend celle utilisée dans les études menées sur l’ICG, la valeur de
φ changeait de 4°. La conclusion de cette étude était qu’il fallait déterminer une norme de
fréquence de courant à utiliser pour pouvoir comparer les valeurs des différentes études.
Une étude antérieure de A. Lozano et al. [24] de 1990 étudiait déjà l’influence de la
fréquence en ICG en pratiquant des mesures à une fréquence de 6,8kHz, puis à 110kHz. Les
parties réelles et imaginaires à chaque fréquence ont été séparées et filtrées pour essayer de ne
faire ressortir que les composantes cardiaques dans chaque cas. La conclusion de l’étude a été
que la composante cardiaque du signal d’impédance est environ 20% plus importante à
6,8kHz qu’à 110kHz. L’idée de l’utilisation de différentes fréquences pour séparer les
différentes origines physiologiques du signal ICG a par la suite été énoncée en 1996 dans un
article de J. Wtorek et al. [58], mais n’a à notre connaissance pas été testée.
2. Erreurs de traitement
Comme tout signal, et encore plus particulièrement les signaux biomédicaux, le signal
ICG comporte une partie de bruit, quand bien même il serait enregistré de manière à limiter ce
bruit. Il est alors difficile d’extraire du signal des informations spécifiques sans un traitement
préalable.
L’ICG comporte des spécificités qui le rendent difficile à traiter, de sorte qu’il est
difficile d’en tirer des informations fiables et précises. Tout d’abord, l’ICG est un signal que
l’on peut qualifier au mieux de quasi-périodique. En effet, comme pour un ECG, et en faisant
abstraction du bruit contenu dans le signal, le motif du signal se répète dans le cas d’un sujet
sain, mais à une fréquence variable dans le temps (car la fréquence cardiaque n’est pas fixe).
De plus, l’origine des variations du signal d’impédance n’étant pas toujours connue, on risque
toujours d’éliminer une partie du signal voulu avec ce qu’on considère comme étant du bruit,
ou de conserver trop de bruit dans le signal malgré le traitement et de perdre en termes de
précision des valeurs.
33 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
a. Définition des points caractéristiques
La première remarque à faire est que, comme
nous l’avons déjà précisé plus tôt, les points
caractéristiques B et X du signal ICG ont été définis à
l’aide d’un phonocardiogramme et des sons que
produisent la valve aortique lorsqu’elle s’ouvre et se
ferme. Mais aucune localisation précise de ces points
n’a été normalisée sur le signal dZ/dt [07].
Généralement, le point B est considéré comme le
point sur la courbe ascendante en amont du point C
pour lequel la valeur de dZ/dt correspond à 15% de
(dZ/dt)max. Cependant, une autre définition est parfois
utilisée, à savoir que le point B correspond au dernier
moment où le signal dZ/dt passe par la valeur 0 avant
d’atteindre le point C (figure 24).
Figure 24 - Définitions possibles du point B
(schéma modifié de [07])
En 1996, A.P. Demarzo et al. [07] ont proposé
un nouvel algorithme de détection automatique du
point B, basé sur une nouvelle définition. Le point B est alors considéré comme le dernier
point avant le point C dont la pente du signal dZ/dt à gauche est inférieure à la pente du signal
à droite, c’est-à-dire le premier point pour lequel
. L’algorithme consiste
donc à repérer le point C, puis à remonter le signal dans le temps jusqu’à trouver ce point. Les
temps entre l’onde R de l’ECG et l’ouverture de la valve aortique calculés par cet algorithme
ont été comparés avec les temps entre cette même onde R et l’ouverture enregistrée par
échographie Doppler, et une régression linéaire a démontré un coefficient de corrélation de
0,995 entre les deux méthodes.
b. Elimination du bruit
Une fois que les points ont été clairement définis, il reste encore à traiter les signaux
pour les repérer spécifiquement sur le tracé. Pour cela, il faut éliminer le bruit dû à la
respiration et aux mouvements des sujets. Plusieurs méthodes simples ont d’abord été
utilisées pour déterminer la localisation de ces points : des méthodes de seuillage ou de
moyennage classique de signaux sur plusieurs battements synchronisés sur l’onde R de l’ECG
pour réduire le bruit. Ces méthodes ne sont néanmoins pas applicables sur des signaux
apériodiques si on cherche à obtenir des résultats précis. Pour réduire le bruit dû à la
respiration, il a également été demandé aux sujets de retenir leur respiration ou de la caler sur
leur rythme cardiaque, ce qui non seulement est impraticable sur la majeure partie de patients
en mauvaise santé mais qui peut de plus perturber la valeur du volume d’éjection [59]. Des
méthodes de filtrage simple ont également été utilisées, essayant de ne conserver que le signal
utile, mais ces méthodes avaient de nombreux inconvénients, comme la variation
34 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
indispensable de la fréquence de coupure au cours du temps (qui doit suivre la fréquence
cardiaque), ou encore la distorsion de phase. D’autres méthodes ont alors été investiguées.
En 1988, Y. Yamamoto et al. [59] proposaient un filtre passe-bande de largeur
constante, mais dont la fréquence médiane de la bande variait en fonction de la fréquence
cardiaque. En 1989, J.H. Nagel et al. [27] utilisaient un signal ICG « idéal » qu’ils
superposaient au signal enregistré pour déterminer les points caractéristiques. En même
temps, S.B. Raza et al. [37] proposaient un filtre passe-haut classique, mais avec une
fréquence de coupure égale à 35% de la fréquence cardiaque. La même équipe proposa trois
ans plus tard un filtre passe-bande adaptatif pour éviter les distorsions de phase [38], mais la
méthode nécessitait une synchronisation entre la fréquence cardiaque et la fréquence
respiratoire (avec un ratio 1:5). Suite à ces traitements, les points caractéristiques sont tirés
des signaux filtrés.
De nouvelles
méthodes, basées sur
les progrès apportés
en traitement du
signal, ont fait leur
apparition
ces
Figure 25 - Transformée en Ondelettes [53]
dernières années. En
1995, une première étude sur l’utilisation de l’analyse temps-fréquence a fait son apparition
[53], où un spectrogramme était calculé pour faire ressortir les points B, X et C (figure 25).
Des études sur l’utilisation de transformées en ondelettes ont également été publiées, avec des
résultats prometteurs [30],[42].
VI. Conclusion
La cardiographie d’impédance est un procédé comportant de nombreux avantages,
qu’ils soient pratiques, économiques ou médicaux. Elle permet l’obtention de nombreux
indices et a le potentiel pour devenir une pratique médicale de routine.
Les résultats théoriques et expérimentaux tendent à prouver que cette méthode peut
être utilisée pour la mesure d’indices cardiaques comme le volume d’éjection. Cependant, les
études théoriques, le manque de connaissances sur ses origines physiologiques, et plus encore
l’absence d’un taux suffisamment élevé de répétabilité des résultats font qu’elle n’est pas
encore prête à être utilisée dans le monde médical. De nombreuses recherches restent à mener,
recherches dans lesquelles s’inscrit ce projet sur l’utilisation de la spectroscopie
multifréquence.
35 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Partie 4 : Projet ZFlow
A l’origine, le but de ce stage était de valider la capacité d’un prototype d’équipement
de cardiographie d’impédance, le ZFlow, à donner des indices cardiaques de manière simple,
précise et fiable. Cette validation devait se faire sur une population de 80 personnes, dont si
possible la moitié d’hommes et l’autre moitié de femmes. Les nouvelles fonctionnalités du
prototype par rapport aux autres cardiographes d’impédance, à savoir la possibilité de régler
la fréquence du courant électrique appliqué au corps, devaient également être utilisées dans un
but de recherche pour tenter d’améliorer la fiabilité de ce type d’équipement. Les nouvelles
données obtenues étaient alors censées me permettre de commencer un modèle en éléments
finis du thorax pour de futures applications biomédicales.
Suite à ma recherche bibliographique et à plusieurs imprévus rencontrés, le sujet a été
modifié et consistait à préparer les différentes étapes de la recherche sur l’utilisation de la
spectroscopie multifréquence pour une recherche future. Ces étapes sont présentées cidessous. Elles comprennent la demande d’autorisations auprès du Comité d’Ethique de la
Recherche de l’Université d’Ottawa pour pratiquer des essais en toute légalité, la description
précise d’un protocole expérimental de mesures, la définition d’un « cahier des charges » de
l’équipement requis pour les manipulations, et enfin la description d’une méthode de
traitement de données, accompagnée d’un programme informatique le plus avancé possible
(en fonction de l’avancement des autres étapes) pour rendre ce traitement le plus automatique
possible.
Aucune de ces étapes n’a cependant pu être achevée avant la fin de mon permis de
travail, et elles devront donc être adaptées en fonction des évènements à venir.
I. Demandes au Comité d’Ethique de la Recherche (CER)
A. Le CER
Le Comité d’Ethique de le Recherche (CER) de l’Université d’Ottawa se compose de
deux parties : le CER en Sciences Sociales et Humanités, et le CER en Sciences de la Santé et
Sciences. Nous avons déposé une demande auprès de ce second comité.
Le CER en Sciences de la Santé et Sciences se compose de onze personnes, dont un
président, un secrétaire, un juriste, un représentant étudiant et sept personnes venant des
différentes facultés de sciences et de l’extérieur de l’université. Son rôle consiste à étudier
toute les recherches menées à l’université d’Ottawa en s’appuyant sur un nombre de points
éthiques et légaux. Il doit s’assurer que les chercheurs sont pleinement conscients des
implications légales et éthiques de leurs recherches, et qu’ils respectent un certain code
éthique avant tout lancement de projet. Pour cela, les chercheurs responsables de l’étude
doivent remplir un formulaire de manière précise qu’ils remettront au CER pour délibération.
36 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Trois possibilités de réponses du CER peuvent être envisagées : une acceptation du
dossier de demande (et donc l’autorisation de pratiquer la recherche), un refus, ou un report de
décision si le CER considère le dossier comme incomplet.
Le CER se réunit jusqu’à avoir étudié tous les dossiers de demandes qui lui sont
soumis, mais les dépôts de dossier de demandes ne peuvent se faire qu’à chaque début de
mois. Après dépôt du dossier, il faut compter entre 3 et 6 semaines d’attentes de réponse du
comité, cela dépendant de l’importance de la recherche concernée et de ses implications. Si la
réponse est que le dossier n’est pas suffisamment complet, les chercheurs doivent compléter
leur demande et attendre la réunion suivante pour la resoumettre.
B. Les points considérés par le CER
Dans son formulaire de demande, le CER pose un certain nombre de questions visant à
clarifier différents thèmes reliés à la recherche. Ces questions doivent obtenir des réponses
claires et précises pour que le CER donne son accord pour la pratique de la recherche.
1. L’intérêt du sujet
Le premier point considéré par le comité d’éthique concerne l’intérêt du sujet, et les
raisons qui poussent les chercheurs à s’intéresser à ce domaine.
Pour justifier la recherche, le comité demande dans son formulaire de demande de
préciser les objectifs de l’étude, ainsi que de lister les questions scientifiques auxquelles la
recherche est censée répondre. Elle doit également être placée dans un contexte préexistant.
Pour cela, une revue bibliographique doit être faite avant la demande d’approbation pour
préciser la place de la recherche considérée dans le monde scientifique actuel. Le CER
demande également en quoi les découvertes issues de l’étude pourront être d’une quelconque
utilité pour la société. Enfin, une partie du formulaire est consacrée à la description des
méthodes de traitements des données obtenus pour s’assurer que des données ne seront pas
collectées puis mal utilisées.
Concernant ce projet, les intérêts retirés du projet, aussi bien pour le monde
scientifique que pour la société, ont été décrits comme une avancée dans l’obtention simple,
peu chère, et surtout totalement sans danger d’indices cardiaques aujourd’hui obtenus par des
moyens hautement invasifs ou peu fiables. La revue bibliographique présentée pour
l’obtention de l’approbation se résume à une partie de la bibliographie présentée à la fin de ce
rapport. Ont été inclus dans la demande au CER uniquement les articles présentant les
avantages de la cardiographie d’impédance pour le milieu médical, les difficultés actuelles
rencontrées par la méthode, et l’apport de la spectroscopie multifréquence dans ce domaine.
Les méthodes de traitement de données utilisées seront revues ultérieurement dans ce rapport
(chapitre V de cette partie).
37 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
2. Recrutement des participants
Pour toute demande d’étude incluant la participation de personnes, une importante
partie du formulaire concerne les participants. Cette partie est celle sur laquelle le CER est le
plus attentif et le plus exigeant.
Les points d’intérêts du CER concernent les critères d’inclusion ou d’exclusion des
participants à l’étude, les lieux de recrutement ainsi qu’une description précise de la méthode
de recrutement, la relation éventuelle des participants avec les chercheurs responsables de
l’étude, et enfin les méthodes permettant d’assurer la protection de la vie privée des
participants. Pour chaque partie, le comité exige le maximum de détails sur le protocole
utilisé. Par exemple, concernant les critères d’exclusion, le comité demande par quel(s)
procédé(s) les chercheurs comptent s’assurer qu’un participant ne répond pas à un ou
plusieurs critères qui pourraient le mettre en danger s’il participait à l’étude. Concernant les
lieux de recrutement, le CER exige que l’adresse exacte de chaque lieu soit précisée, et que
l’accord des personnes ou organismes en charge de chacun de ces lieux soit obtenu avant de
donner son approbation. Une description exacte des moyens de recrutement dans ces lieux
doit également être donnée.
Nous verrons les critères d’inclusion ultérieurement dans ce rapport, mais il est
important de préciser que cette première partie du projet faite pendant mon stage devait
uniquement porter sur des sujets sains. Pour s’assurer que les participants répondent bien aux
critères requis, et comme aucun moyen de contrôle n’a pu être mis en place pour vérifier que
chaque participant potentiel réponde bien aux critères, un formulaire d’information et de
consentement a été rédigé (en français et en anglais) que chaque participant devra signer pour
pouvoir participer. Ce formulaire répond aux attentes du CER, à savoir comprendre des
informations dans un langage simple sur l’étude, sur les critères d’admission et d’exclusion, et
sur le protocole utilisé, ainsi qu’une fiche de consentement à signer pour engager la
responsabilité de chaque participant en cas de mensonge de ce dernier. Ce formulaire a été
approuvé par le comité.
Concernant les lieux de recrutement, notre demande d’approbation incluait la salle de
sport « Gee Gees » appartenant à l’université d’Ottawa, ainsi que l’université Carleton. Le
premier lieu nous permettait d’avoir accès à des personnes en bonne condition physique, et
donc apparemment saines. L’université Carleton avait été inscrite car elle possède un
département de recherche biomédical où le professeur Fenech possède des contacts qui
pourraient être potentiellement intéressés par l’étude, et donc y participer. L’accord de
l’Université Carleton pour recruter son personnel et ses étudiants a été obtenu dans la mesure
où notre demande d’approbation serait acceptée par le CER de l’Université d’Ottawa. Pour la
salle de sport, le principe de recrutement consiste à passer par les coachs sportifs de la salle
qui m’accorderaient quelques minutes lors de leurs séances pour présenter le projet et recruter
les personnes intéressées.
38 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
La conservation des données tout en protégeant la vie privée des participants a
également été étudiée. La solution proposée au CER est de conserver les données en nommant
les fichiers par un code comprenant le sexe et l’ordre de passage du participant. Ainsi, aucune
information comprenant le nom, l’âge ou toue autre information personnelle du participant ne
sera utilisée pour conserver les fichiers. Un fichier informatique contenant la correspondance
entre les noms et les codes de chaque participant serait cependant conservé par le professeur
Fenech dans le cas où un participant voudrait accéder à ses données. Les fichiers codés seront
alors conservés pour une période de 5ans après l’étude sur un CD en possession du professeur
Fenech, CD qui sera détruit à la fin de ces cinq années.
3. Dangers liés à l’équipement
Comme nous l’avons vu dans la revue bibliographique, l’enregistrement de la
variation de résistance du corps nécessite l’injection d’un courant de faible intensité dans
celui-ci. Bien que l’intensité du courant utilisé par l’équipement ne soit que de 70µA (environ
10 fois moins que le seuil de perception pour un courant alternatif avec une fréquence
comprise entre 15 et 1000Hz), il a été classé en France comme dispositif médical de classe IIa
(risque moyen). L’équipement a obtenu le marquage CE en France, mais n’a actuellement
passé aucun test de conformité aux normes canadiennes.
Le CER de l’Université d’Ottawa a repoussé sa décision d’approbation pour la
pratique des essais, et cela jusqu’à ce que la conformité aux normes canadiennes soit prouvée.
Pour cela, le comité nous a orientés vers une agence gouvernementale canadienne, Santé
Canada, chargée de nous orienter dans ces démarches. Comme nous le verrons ultérieurement,
l’équipement actuel devra être modifié et donc cette démarche de tests de conformité ne peut
être lancée tant que le nouveau prototype n’est pas créé.
Cette étape est la dernière pour obtenir les approbations du Comité d’Ethique de la
Recherche de l’Université d’Ottawa, tous les autres points ayant déjà été étudiés et approuvés
par le comité.
II. Prototype actuel
Comme nous l’avons vu dans la revue bibliographique, l’enregistrement d’indices
cardiaques par cardiographie d’impédance nécessite l’obtention de valeurs venant du signal
d’impédance, mais également de valeurs provenant d’un ECG. Il nécessité également un
programme d’acquisition permettant de synchroniser l’acquisition des deux équipements.
Pour ce projet, il était à l’origine prévu d’utiliser un prototype de cardiographe
d’impédance, le ZFlow, développé par la société BioparHom. Il est composé de trois parties :
un équipement d’analyse de la composition corporel qui permet d’enregistrer le signal
d’impédance, une carte ECG, et un programme d’acquisition développé pour cet équipement.
39 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
A. Le ZMétrix
Figure 26 - ZMétrix
Le ZMétrix (figure 26) est un équipement de
composition corporelle commercialisé par la société
BioparHom. Le premier prototype de cet équipement est issu
de la thèse de Marie-Valérie Moreno, aujourd’hui
responsable Recherche & Développement de la société.
L’équipement possède aujourd’hui le marquage CE médical
et est commercialisé comme un dispositif médical de classe
IIa (risque moyen) en raison de l’injection obligatoire d’un
courant électrique dans le corps humain.
1. Caractéristiques
Le ZMétrix permet d’appliquer sur un sujet un courant sinusoïdal d’intensité inférieure
à 77µA, et avec une fréquence modifiable comprise entre 1kHz et 1MHz avec un pas de
1kHz. Il est alimenté par un ensemble de 6 piles de 1,5V, pour une alimentation totale de 9V.
Cet
équipement
possède douze électrodes,
séparées en deux lots de six
électrodes numérotées de 1 à
6 (figure 27). Un lot
d’électrodes est utilisé pour
mesurer
la
composition
corporelle à partir du côté
droit (donc numéroté 1D à
6D), et le second lot est utilisé
pour le côté gauche (donc
numéroté de 1G à 6G). Pour
chaque lot, les électrodes 1 et
6 servent à faire circuler le
courant,
alors
que
les
électrodes 2 à 5 servent à
enregistrer
les
variations
d’impédance du corps.
Recharge de
l’alimentation
Connectiques des
électrodes
Connectique pour
l’ordinateur (USB)
Figure 27 - Connectiques du ZMétrix
Pour enregistrer une variation d’impédance, il est indispensable d’avoir au minimum
deux électrodes injectrices pour faire circuler le courant, et deux électrodes réceptrices pour
définir un segment corporel sur lequel l’impédance est enregistrée. En retirant les électrodes
injectrices de courant, le ZMétrix possède donc huit électrodes réceptrices de tension. Sa carte
électronique est une carte à huit voies, chaque voie étant attribuée à la valeur de résistance
40 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
d’un segment défini par deux électrodes. Ces segments sont respectivement définis par les
électrodes (à gauche comme à droite) :
- 2 et 5 ;
- 2 et 3 ;
- 3 et 4 ;
- 4 et 5.
Pour enregistrer le signal, la société BioparHom
recommande l’utilisation d’électrodes en chlorure
d’argent (de type Ag/AgCl) de la marque 3M. Il s’agit
d’électrodes à usage unique, référencées sous le code
Figure 28 - Electrodes Red Dot 2660-5
Red Dot 2660-5. Elles ont une surface conductrice
carrée de 10,1cm², avec un gel pré-appliqué. Ces électrodes ont une valeur d’impédance très
faible, permettant l’enregistrement d’un signal fiable.
Un autre point important du ZMétrix est sa fréquence d’acquisition. La carte
électronique du ZMétrix contient un software embarqué permettant un réglage et un prétraitement des données, comme par exemple la séparation de la partie réelle de l’impédance
(la résistance) de sa partie imaginaire (la réactance). Ces algorithmes imposent une vitesse
maximale d’enregistrement d’un point toute les 150ms par voie. La fréquence d’acquisition
globale du ZMétrix est donc fonction du nombre de voies utilisées, et est comprise entre
0,83Hz (dans le cas d’une utilisation de toutes les voies) et 6,67Hz (si une seule voie est
utilisée). Si cela est nécessaire, la fréquence du courant appliqué peut être modifiée au cours
de la mesure.
2. Avantages pour la recherche en cardiographie d’impédance
En tant qu’équipement de composition corporelle, le ZMétrix possède certaines
caractéristiques que ne possèdent pas les cardiographes d’impédance classiques, et qui sont au
cœur de ce projet.
Le premier avantage est la possibilité de changer la fréquence du courant injecté. Pour
la composition corporelle, il est très utile, voire indispensable, de pouvoir modifier
automatiquement la fréquence du courant pendant la mesure. Le ZMétrix est également doté
d’un système permettant de sélectionner une fréquence particulière et de faire toute la mesure
à cette unique fréquence. Il permettrait donc de faire des mesures de cardiographie
d’impédance à des fréquences généralement utilisées (entre 70 et 100 kHz), mais également à
de nouvelles fréquences à notre connaissance jamais utilisées en cardiographie d’impédance.
Le second avantage concerne le nombre de segments enregistrables par le ZMétrix.
Comme nous l’avons vu dans la revue bibliographique, plusieurs positionnements
d’électrodes ont été testés pour tenter de mettre en avant certaines origines des variations du
signal d’impédance, ou encore pour augmenter le rapport signal/bruit [19],[35],[54].
41 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
L’utilisation d’un plus grand nombre de segment permettrait éventuellement de voir quel
segment est le plus révélateur en fonction de la fréquence utilisée, voire même d’utiliser une
approche différentielle basée sur les valeurs d’impédance entre deux segments pour éliminer
certaines origines des variations et ne garder que l’information utile.
Un autre avantage du ZMétrix est sa nature même d’équipement de mesure de la
composition corporelle. En effet, plusieurs indices calculés par cardiographie d’impédance
incluent aujourd’hui les valeurs de BSA ou d’IMC dans les formules. Ces indices représentent
une certaine réalité morphologique, mais non physiologique. Il pourrait se révéler plus
intéressant d’inclure dans les calculs des indices de composition corporelle, comme par
exemple des valeurs de volumes de liquides intra et extracellulaire qui conduisent le courant
appliqué, et tenter de définir de nouvelles formules de calculs pour certains indices.
3. Inconvénients
Bien que le ZMétrix possède plusieurs avantages pour la recherche en cardiographie
d’impédance, certaines de ses caractéristiques actuelles posent des problèmes pour la
recherche.
Le premier inconvénient est le nombre d’électrodes injectrices de courant. Dans la
figure 20, nous pouvons voir les trois configurations classiques du positionnement
d’électrodes. Les figures 21 à 23 présentent d’autres configurations possibles. Le ZMétrix
possédant quatre électrodes injectrices, et compte-tenu de la méthode de fonctionnement de sa
carte électronique, la seule configuration utilisable est la configuration « Latérale »
(configuration représentée au centre de la figure 20). Bien qu’elle soit la plus simple à utiliser,
elle semble également être celle présentant le signal le plus bruité dû à l’inhomogénéité du
courant créé.
Le second inconvénient, et le plus important, concerne la fréquence d’acquisition du
ZMétrix. Comme nous l’avons vu au chapitre II.A.1 de cette partie, le ZMétrix possède une
fréquence d’acquisition maximale de 6,67 Hz, et cela uniquement si on n’enregistre que la
valeur d’impédance d’un segment corporel. Dans le cas de l’utilisation de tous les segments,
la fréquence d’acquisition ne permet d’enregistrer qu’un point toute les 1,2s. Si le signal
cardiaque enregistré concerne une personne avec une fréquence cardiaque de 60 battements
par minute (la norme étant comprise entre environ 60 et 80 battements par minute au repos),
on enregistrera moins d’un point par battement. Et ce constat empire si la fréquence cardiaque
augmente (principalement dans le cas de personnes malades). Cette fréquence d’acquisition
est bien trop faible pour une étude fiable de la fonction cardiaque par bioimpédance.
42 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
B. La carte ECG
La carte ECG utilisée est une carte EG01000 de la marque MedLab (figure 29). A
l’aide de trois électrodes (dont une servant de masse), elle permet d’enregistrer une dérivation
bipolaire. Selon le positionnement des électrodes, on peut enregistrer les dérivations DI, DII
ou DIII du triangle d’Einthoven (voir figure 34).
Cette carte permet d’enregistrer un signal cardiaque avec une
fréquence cardiaque compris entre 30 et 250 battements par minute. Elle
intègre déjà un traitement du signal contenant un filtre réjecteur avec
une fréquence de coupure réglable soit à 50Hz, soit à 60Hz. La
fréquence d’acquisition est également réglable selon trois valeurs : 50,
100 ou 300Hz.
Figure 29 - Carte
EG01000
C. Le programme d’acquisition
Pour synchroniser l’acquisition des signaux depuis le ZMétrix et la carte ECG,
l’équipement ZFlow est utilisé avec un programme informatique du même nom.
Ce programme est configuré de sorte que toutes les voies de la carte du ZMetrix soient
utilisées, limitant sa fréquence d’acquisition à 0,83Hz, et que la fréquence d’acquisition de la
carte ECG soit fixée à 100Hz.
Le programme ZFlow propose trois modes de fonctionnement :
le mode 1 permet d’enregistrer un signal d’impédance en faisant varier la
fréquence du courant sinusoïdal injecté pendant la mesure. Pour cela, l’utilisateur règle la
fréquence de départ puis la fréquence d’arrivée, ainsi que le pas de changement. La fréquence
change alors toutes les 4s jusqu’à atteindre la fréquence d’arrivée.
le mode 2 permet d’enregistrer un signal d’impédance à une fréquence fixe,
pour une durée déterminée. L’utilisateur a la possibilité de régler la fréquence utilisée ainsi
que la durée d’enregistrement.
le mode 3 permet, comme le mode 1, de faire varier la fréquence du courant
pendant la mesure. Cependant, contrairement au mode 1, les fréquences utilisées ne sont pas
réglables, et l’équipement suit une séquence de fréquences prédéfinies.
Une fois le mode sélectionné, le programme permet la visualisation en temps réelle de
l’enregistrement des signaux ECG et ICG. Sur la figure 30, le graphe du haut représente le
signal ECG, alors que les huit graphes du bas représentent les signaux d’impédance
enregistrés pour chaque segment corporel. Pour chaque battement, la fréquence cardiaque est
actualisée par un calcul de la carte ECG et affichée sous le signal ECG.
43 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Export Excel
ECG
Rythme
Cardiaque
Signaux
D’impédance
Figure 30 - Ecran de mesures du ZFlow
Une fois les signaux cardiaques enregistrés, les données sont sauvegardées sur le
disque dur par le programme, mais ne sont alors pas utilisables. Une fonction permet
d’exporter ces données pour les traiter. Actuellement, les données se présentent sous forme
d’un tableau Excel organisé de la manière suivante :
ECG
Pulse
Valeur 1
.
Valeur 2
.
Valeur 3
Pulse 1
…
…
Fréquence
Fréquence
1
Fréquence
2
Fréquence
3
…
Temps
(ms)
Segment
1
Segment
2
Temps 1
Valeur 1
Valeur 1
Temps 2
Valeur 2
Valeur 2
Temps 3
Valeur 3
Valeur 3
…
…
…
…
…
…
Figure 31 - Tableau Excel
Les différentes colonnes sont définies comme ci-dessous :
ECG : cette colonne contient les valeurs transmises par la carte ECG,
permettant de tracer le signal ECG ;
Pulse : cette colonne contient les valeurs du rythme cardiaque du sujet,
transmises par la carte ECG. La valeur du rythme est actualisée par la carte ECG à chaque
battement cardiaque, et envoyée à l’ordinateur en même temps que la valeur d’ECG
enregistrée au moment de l’actualisation. Pour ces raisons, les cases de cette colonne sont
vides tant qu’une nouvelle valeur de rythme cardiaque n’est pas envoyée par la carte. Cette
nouvelle valeur est inscrite sur la même ligne que la valeur d’ECG envoyée au même instant ;
44 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Fréquence : cette colonne contient la valeur de la fréquence du courant injecté
par le ZMetrix. Tant que cette fréquence ne change pas, la valeur est répétée dans la case
suivante du tableau ;
Temps : cette colonne contient la valeur de temps (en ms) auquel les points sur
la même ligne ont été enregistrés. La fréquence d’acquisition de la carte ECG étant de 100Hz,
le tableau contient une ligne pour chaque 10ms ;
Segment : ces colonnes représentent chaque segment corporel correspondant
chacun à une voie de sortie de la carte ZMetrix (il y en a donc huit). Elles sont en fait toutes
séparées en plusieurs sous-colonnes incluant la résistance, la réactance, et l’angle de phase
calculé.
D. La nécessité d’un nouvel équipement
La fréquence d’acquisition trop faible du ZMétrix est un problème trop important qu’il
faut corriger avant de pouvoir continuer ce projet. Pour cette raison, j’ai définit au chapitre IV
de cette partie les caractéristiques d’un nouveau prototype pour ce projet, basé sur les
capacités du prototype actuel et sur le protocole expérimental décrit ci-dessous.
III. Protocole expérimental
Le protocole expérimental que j’ai développé est basé sur les résultats de la revue
bibliographique. Bien qu’il n’ait pas pu être testé, il s’inspire au maximum des différentes
études pratiquées sur le positionnement des électrodes [19],[35],[36],[48],[54],[55],[56], tout
en essayant de profiter au maximum des caractéristiques apportées par le ZFlow. Il comprend
également le type de participants et les conditions d’expérimentations.
A. Les sujets
Le but de ce projet est de créer un nouveau cardiographe d’impédance permettant de
mesurer des indices cardiaques sur tous types de sujets : sujets sains et sujets malades
souffrant de divers symptômes. Cependant, ce stage ne concernait que la première partie du
projet, à savoir valider l’équipement et la méthode sur des sujets sains.
Pour cette raison, les participants à l’étude devaient remplir un certain nombre de
critères dans le but d’obtenir des données dans des conditions physiologiques les plus
« normales » possibles. Ces critères sont :
- être âgé(e) de 18 à 60 ans ;
- ne pas avoir d’antécédents connus de pathologies cardiaques ou pulmonaires ;
- ne pas porter de dispositif médical, actif (type pacemaker) ou inactif (type
prothèse) ;
- pour les femmes, ne pas être enceinte ou présumée l’être.
45 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
A l’exception des personnes portant un dispositif médical actif sur qui l’application
d’un courant électrique même faible pourrait être dangereuse, participer à l’expérience ne
présente aucun risque. La seule raison d’exclusion de certaines personnes est de ne pas fausser
les résultats par des mesures sur des sujets aux conditions physiologiques hors-normes, et cela
pour la validation sur sujets sains de l’équipement ZFlow et de la méthode.
B. Les conditions de mesure
Avoir des sujets aux conditions physiologiques normales est un point essentiel pour la
validation des capacités du ZFlow. Cependant, pour que les résultats obtenus soient vraiment
interprétables, il faut que les mesures soient faites dans les mêmes conditions pour chaque
participant à l’étude.
Si l’on se réfère à la revue d’articles de H.D.
Fuller [12], certaines valeurs d’indices varient selon
la position du sujet, par exemple quand il passe de la
position assise à la position allongée. Dans la plupart
des études (à l’exception des études faites avec des
Figure 32 - Position Décubitus dorsal
sujets faisant de l’exercice), les participants sont en
position décubitus dorsal, c’est-à-dire qu’ils sont allongés sur le dos, les bras le long du corps
(figure 32). Cette position doit être prise environ 10 minutes avant le début des mesures pour
deux raisons principales :
elle permet le repos du participant et un minimum d’activité physique et de
mouvements, ce qui diminue le bruit dans le signal ;
elle permet une répartition des fluides corporels plus homogènes (en opposition
à une accumulation de ces liquides dans les membres inférieurs en position assise ou debout),
ce qui limite également le bruit dû à des accumulations de liquide.
C. Les mesures
Le but de ce projet est de faire des mesures à différentes fréquences pour séparer les
origines du signal d’impédance et ne conserver que les informations utiles. Pour cela, j’ai
définit des emplacements exacts des électrodes, aussi bien injectrice que réceptrices. J’ai
également définit un certain nombre de fréquences auxquelles il serait intéressant de
travailler. Pour rappel, ces protocoles n’ont pas pu être testés, expliquant l’absence de résultat
et l’aspect théorique des bénéfices espérés.
46 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
1. Mesures de compositions corporelles
Dans le chapitre II.A.2 de cette partie, nous avons vu que le ZMétrix pouvait apporter
de nouvelles informations en cardiographie d’impédance par l’étude des résultats d’indices
cardiaques obtenus en comparaison avec des valeurs de composition corporelle.
Pour cela, et bien que l’utilisation de valeurs de composition corporelle pour améliorer
la méthode de cardiographie d’impédance ne soit pas la raison d’être de ce projet, il a été
décidé d’inclure des mesures de composition corporelle dans le protocole et d’en tester
l’utilisation dans le domaine de l’ICG.
Figure 33 Positionnement des
électrodes pour la
mesure de composition
corporelle [39]
Pour cela, le protocole commencerait par la mesure classique de
composition corporelle à l’aide du ZMétrix. Il existe deux modes de
mesure corporelle avec le ZMétrix : un mode de mesure global, mesurant
la composition du corps comme un seul élément, et un mode dit
« Segmentaire » permettant d’enregistrer séparément les valeurs de
composition des différents membres (bras, jambes et buste). Dans un
souci de précision, et bien que ce mode requiert l’utilisation des douze
électrodes du ZMétrix, il est préférable d’utiliser le mode de mesure
segmentaire, permettant d’obtenir les volumes de liquides intra et
extracellulaires du buste. Il est important cependant de préciser que le
buste regroupe le thorax (la partie qui nous intéresse en cardiographie
d’impédance) et l’abdomen.
Pour la mesure en mode « Segmentaire », les électrodes doivent être placées comme
en figure 33.
2. Placement des électrodes ECG
Pour la mesure de l’ECG, trois électrodes sont placées suivant le
triangle d’Eindhoven. Selon le placement des électrodes, nous pouvons
donc obtenir trois dérivations bipolaires (I, II et III). Comme il s’agit
d’une carte ECG 1 voie, il n’est possible que d’obtenir une dérivation
bipolaire à la fois. J’ai choisi de mesurer la dérivation I, à savoir l’onde
cardiaque allant du bras droit au bras gauche. Pour cela, l’électrode
rouge est placée au niveau du poignet droit sur la face intérieure de
l’avant-bras, l’électrode jaune sur la même partie du bras gauche, et
l’électrode noire est placée au niveau de la cheville droite, sur la face
intérieure de la jambe (figure 35).
Figure 34 - Triangle
d'Einthoven
(http://resmed.univrennes1.fr)
Ce positionnement permet, conformément au manuel d’utilisation de la carte ECG,
d’obtenir un signal ECG fiable rendant possible une détection précise des points Q et R du
signal.
47 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Figure 35 - Positionnement des électrodes ECG (rouge pour la main droite, jaune pour la main gauche, noir pour le
pied droit)
3. Placement des électrodes injectrices de courant
Le nombre d’électrodes injectrices du ZFlow étant de quatre, il n’est pour l’instant
possible d’utiliser que la configuration « Latéral » de positionnement d’électrodes injectrices
(figure 21 – configuration centrale). Il est assez difficile de définir des emplacements exacts
en considérant un espacement en centimètres entre les électrodes, et cela car les différences
morphologiques entre les individus rendent ces valeurs obsolètes. Il est beaucoup plus
révélateur de définir des locations physiologiques fixes qui seront valables pour tous les
sujets.
Compte-tenu de cela et de l’étude de E. Raaijmakers et al. [36] (qui stipule que les
électrodes injectrices de courant placées sur le cou doivent être le plus éloignées possibles de
la zone de jonction cou/thorax), j’ai définit l’emplacement des électrodes injectrices
supérieures (celles placées sur le cou) sur les carotides, au niveau du bas des branches
montantes de l’os maxillaire. Ces électrodes correspondent aux électrodes 1G et 1D du
ZMétrix.
Les électrodes injectrices inférieures (celles placées sur le thorax) sont placées de
chaque côté du thorax, au niveau de la 12ème côte. Elles correspondent aux électrodes 6G et
6D du ZMetrix.
4. Placement des électrodes réceptrices de tension
Tout comme les électrodes injectrices,
les électrodes réceptrices doivent être placées
sur des parties spécifiques du corps,
morphologiquement clairement définies. Cela
permettra d’obtenir une configuration précise
d’emplacement des électrodes adaptée à la
morphologie de chaque sujet.
Une remarque importante concerne
Figure 36 - Sens du segment mesuré (modifié de [36])
48 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
l’orientation des segments corporels étudiés. Conformément à l’article de S. Grimnes et al.
[17], les équations de Maxwell sur les champs électriques peuvent s’appliquer au cas de la
bioimpédance. Bien que cet aspect du problème n’ait pas été traité en profondeur durant ce
stage, le point à retirer est qu’il faut traiter mathématiquement le courant injecté et la tension
relevée comme des vecteurs, et non comme de simples valeurs. Ainsi, il est indispensable de
mesurer une tension sur un segment corporel orienté dans la même direction que le courant
injecté (figure 36). Ceci s’explique physiologiquement par le fait que le courant injecté va
majoritairement passé par le sang, et plus précisément par l’aorte. Le courant passant dans les
autres tissus est trop faible et surtout trop inhomogène pour en tirer une quelconque
interprétation.
En prenant en considération le nombre d’électrodes réceptrices disponibles, le nombre
de voies du ZMétrix et les segments associés, ainsi que l’orientation des segments corporels,
j’ai défini les emplacements suivants :
les électrodes 2G et 2D sont respectivement placées sous les électrodes 1G et
1D, au niveau de la jonction cou/thorax ;
les électrodes 5G et 5D sont respectivement placées au-dessus des électrodes
6G et 6D, au niveau du processus xiphoïde (petit os situé à l’extrémité basse du sternum)
l’électrode 3G est placée sur le sternum, au niveau de la 2ème côte ;
l’électrode 4G est placée sur le processus xiphoïde ;
l’électrode 4D est placée au même niveau que l’électrode 4G, à mi-distance
entre les électrodes 4G et 5D ;
l’électrode 3D est placée au niveau de l’électrode 3G, sur l’axe de l’électrode
4D.
Cette configuration a été définie par rapport aux différents segments corporels dont on
veur mesurer la valeur d’impédance. Ces segments sont aux nombres de quatre, mais peuvent
être réunis en trois catégories : les segments classiques, le segment aortique et le segment
pulmonaire. Comme nous le verrons, un cinquième segment peut être défini comme le
segment cardio-pulmonaire.
Figure 37 - Positionnement des électrodes
49 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
a. Les segments classiques
Les segments 2G-5G et 2D-5D (figure 38) décrivent les
segments corporels généralement utilisés par les équipements d’ICG
actuels (configuration « Latérale »). Ils permettront de valider le ZFlow
comme étant au moins équivalent aux autres équipements d’ICG (en
travaillant à des fréquences couramment utilisées), et peut-être de
démontrer que cette configuration est également fiable soit à de
nouvelles fréquences de courant injecté, soit avec de nouvelles
équations.
Figure 38 - Segments
normaux (modifié de
[36])
b. Le segment aortique
Le segment 3G-4G suit l’aorte descendante (figure 39). Ce schéma est inspiré de
l’étude de A. Ikarashi et al. [19] qui avaient défini un segment similaire comme le meilleur
pour l’enregistrement du signal ICG. Dans notre cas, ce segment est plutôt utilisé pour
l’application de courants hautes fréquences.
A ce jour, les fréquences de courant utilisées sont toujours
restées dans des domaines limitant le courant à passer principalement
dans le milieu extracellulaire. Ainsi, si les hypothèses de Kubicek sont
exactes, le courant prenait le « chemin » le plus conducteur, et passait
essentiellement par le sang aortique. Cependant, ceci est une
simplification et une partie du courant passe à travers les tissus et
circule dans d’autres parties du thorax, ce qui implique que la valeur
d’impédance enregistrée pourrait être révélatrice d’autres phénomènes
que seulement la variation de volume sanguin dans l’aorte, surtout à de
hautes fréquences où le courant traverse plus facilement les tissus.
Figure 39 - Segment
aortique (modifié de [36])
Pour cette raison, j’ai définit un segment qui n’enregistre que les variations
d’impédance aux abords de l’aorte descendante, contrairement aux segments classiques qui
enregistrent les variations globales du thorax.
c. Le segment pulmonaire
Le segment 3D-4D est parallèle au segment aortique (figure 40). Il permettra, par une
approche différentielle entre les valeurs trouvées pour le segment aortique et celles trouvées
pour le segment pulmonaire, de déterminer la part de la composante pulmonaire dans le signal
enregistré, et cela pour les différentes fréquences de courant utilisées.
50 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Figure 40 - Segment
pulmonaire (modifié de
[36])
Une autre configuration possible serait d’utiliser le segment
3D-4D comme segment aortique, et le segment 3G-4G comme
segment cardio-pulmonaire en plaçant ces électrodes au même niveau,
mais sur la partie gauche du thorax (au niveau du cœur). Cela
permettrait de séparer les composantes cardiaque et pulmonaire de la
composante aortique, mais sans pouvoir distinguer la composante
cardiaque et la composante pulmonaire l’une de l’autre. Le nombre
d’électrodes actuellement disponibles sur le ZMétrix est insuffisant
pour enregistrer les segments aortique, pulmonaire, et cardiopulmonaire en même temps.
5. Fréquences de courant utilisées
Pour étudier l’effet de différentes fréquences de courant sur les résultats obtenus, j’ai
définit une série de dix fréquences (en kHz) à utiliser sur chaque participant : 10, 25, 50, 70,
80, 90, 100, 150, 250 et 500. Ces fréquences peuvent être séparées en trois catégories, basses,
moyennes et hautes fréquences, chacune ayant un but distinct.
a. Basses fréquences
Cette catégorie regroupe les fréquences 10, 25 et 50 kHz. Si l’on se réfère à l’étude de
A. Lozano et al. [24], il semble que la composante aortique du signal d’impédance (que A.
Lozano appelait composante cardiaque) soit plus importante aux basses fréquences.
L’utilisation de ces fréquences a pour but d’étudier en détail ce phénomène, voire d’utiliser
l’une de ces fréquences pour le produit ZFlow final.
b. Fréquences moyennes
Cette catégorie comprend les fréquences 70, 80, 90 et 100 kHz. Le but de précisément
séparé cette étroite plage de fréquence est qu’il s’agit de la plage la plus fréquemment utilisée
en cardiographie d’impédance. L’étude de T. Palko et al. [29] concluait que l’utilisation de
différentes fréquences de courant entre les études pouvait introduire une erreur
d’interprétation des résultats. Cependant, la plage de fréquence utilisée était plus grande que
celle-ci, et aucune fréquence « préférentielle » n’apparaissait dans cette étude. Le but de
l’utilisation de cette plage est donc de s’assurer qu’une modification d’une dizaine de hertz du
courant appliqué a un impact significatif.
51 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
c. Hautes fréquences
Cette catégorie inclut les fréquences restantes, à savoir 150, 250 et 500 kHz. L’intérêt
de mesures à ces fréquences est d’obtenir la variation d’impédance globale du thorax en
passant à travers les cellules, et de cherche à tirer de ce signal la partie utile, à savoir les
variations de volume sanguin dans l’aorte. En effet, l’utilisation de très hautes fréquences
permettra au courant de passer facilement à travers les cellules, éliminant les effets supposés
de l’orientation des globules rouges sur le signal d’impédance. Il reste à vérifier s’il est
possible à partir du signal obtenu d’extraire les informations permettant de calculer par
exemple le volume d’éjection systolique.
Si l’hypothèse de Kubicek, énonçant que seule la variation du volume dans l’aorte est
responsable de la variation d’impédance thoracique, s’avère exacte, ce procédé devrait
permettre d’obtenir une relation linéaire entre la valeur d’impédance enregistrée et la valeur
du volume de sang éjecté à chaque battement.
IV. L’équipement idéal
Compte-tenu des lacunes actuelles du ZFlow, ainsi que des spécifications de mon
protocole expérimental, j’ai défini les caractéristiques du prochain prototype, de sorte qu’il
réponde aux exigences du projet.
A. L’équipement de bioimpédance
1. La fréquence d’acquisition des données
Le ZMétrix possède plusieurs caractéristiques intéressantes pour la cardiographie
d’impédance, mais elles sont actuellement inutilisables. Le principal inconvénient du ZMétrix
est sa fréquence d’acquisition de données trop faible. Pour une analyse correcte, la fréquence
d’acquisition de l’équipement de bioimpédance (celui qui injecte le courant et enregistre
l’impédance corporelle) doit être la même que celle de la carte ECG utilisé, pour chaque
voieavec une fréquence d’échantillonnage minimum d’environ 100Hz. En conséquence, si la
carte de l’équipement de bioimpédance possède huit voies, sa fréquence d’échantillonnage
devrait être d’au minimum 800Hz.
2. La séparation de la résistance et de la réactance
Actuellement, le ZMétrix comporte des algorithmes de traitement permettant de
séparer les parties réelle et imaginaire de l’impédance (voir le chapitre III.A.2 de la partie 2).
Une étude de A. Lozano et al. [24] montraient qu’entre l’utilisation d’un courant sinusoïdal à
une fréquence de 6,8 kHz et celle d’un courant sinusoïdal à une fréquence de 110 kHz, la
52 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
valeur de résistance subissait d’importantes variations, alors que la valeur de réactance ne
variait que très peu. Ils considéraient également que dans les deux cas, la réactance était
suffisamment faible pour approximer la valeur d’impédance par celle de la résistance.
Ainsi, sur le nouveau prototype, la séparation de la réactance et de la résistance ne
semble pas être un point indispensable. Il faut pourtant considérer que ce projet consiste à
utiliser des fréquences encore non utilisées, et que l’apport de la valeur de réactance en très
hautes fréquences est inconnu à l’heure actuelle.
3. Les électrodes injectrices de courant
Le ZMétrix possède actuellement quatre électrodes pour faire circuler le courant
électrique dans le corps des sujets. Comme nous l’avons mentionné dans la revue
bibliographique, une étude de H.H. Woltjer et al. [57] avaient démontré que ce schéma
entrainait une inhomogénéité du courant dans le corps humain, conduisant à l’introduction
d’un bruit d’inhomogénéité dans le signal obtenu. Pour palier à ce problème, ils avaient défini
un nouveau schéma basé sur huit électrodes injectrices (schéma « Semi-Circulaire » de la
figure 20).
Pour la partie recherche de ce projet, l’utilisation de bandes d’électrodes comme celles
que Kubicek utilisait à l’origine (schéma « Bande » de la figure 20) serait préférable puisque
ce type d’électrode semble produire le champ électrique le plus homogène. Néanmoins, la
phase finale du projet étant de développer un équipement utilisable sur différents types de
sujets (sujets sains, malades, alités), l’utilisation d’électrodes facilement positionnables dans
tous types de situations me semble être le meilleur choix.
4. Les électrodes réceptrices de tension
Le ZMétrix possède actuellement huit électrodes réceptrices de tension. Avec ces
électrodes, j’ai défini mon protocole pour mesurer un certain nombre de segments corporels.
Cependant, il m’est obligé de choisir entre la mesure du segment pulmonaire, et celle du
segment cardio-pulmonaire.
Pour pouvoir enregistrer tous les segments utiles, il faudrait que le nouvel équipement
de bioimpédance possède deux électrodes réceptrices supplémentaires. En contrepartie, en
suivant le mode de fonctionnement du ZMétrix, il serait possible de réduire le nombre de
voies de la carte électronique de l’équipement. En effet, le ZMétrix possède une carte à huit
voies, avec chaque voie attribuée à un segment défini par deux électrodes. Dans le protocole
que je décris, seulement cinq segments seront enregistrés (les deux segments classiques, et les
segments aortique, pulmonaire, et cardio-pulmonaire).
53 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
B. La carte ECG
La carte ECG actuellement utilisée permet de faire un repérage précis des points
indispensables sur l’ECG (les points Q et R). Cependant, la carte est actuellement limitée par
le programme d’acquisition à une fréquence d’acquisition de 100Hz, alors que sa capacité
maximale est de 300Hz. Dans un souci de précision, il serait préférable d’augmenter la
fréquence d’acquisition de la carte à sa capacité maximale.
C. Le programme d’acquisition
A l’heure actuelle, le programme d’acquisition permet de paramétrer l’acquisition
suivant plusieurs modes et options, puis exporte l’ensemble des données enregistrées dans un
unique fichier Excel. Ce programme est très efficace pour une utilisation de recherche
puisqu’il permet de récupérer un set de données sur lequel plusieurs types de traitements
peuvent être appliqués. Cependant, il ne permet pas d’exploiter l’un des avantages de la
cardiographie d’impédance, à savoir la mesure d’indices cardiaques en continu. Un
programme de traitement des données en temps réel devra être créé en fonction des résultats
de ce projet de recherche, pour l’équipement final qui sera commercialisé.
Le programme de recherche nécessaire consiste uniquement en le mode 2 du
programme ZFlow actuel. Il s’agit donc d’un programme capable d’enregistrer les valeurs
d’ECG, ainsi que les valeurs d’impédance brutes de chaque segment à une fréquence de
courant donnée, et cela pour une durée déterminée. La fréquence ainsi que la durée
d’enregistrement doivent être réglables, comme c’est le cas actuellement.
Cependant, les modes 1 et 3, permettant de faire varier la fréquence durant
l’enregistrement, ne me semblent pas utilisables. En effet, compte-tenu de la rapidité des
évènements cardiaques, le changement de fréquence prend trop de temps pour utiliser deux
fréquences en parallèle sur un seul enregistrement, et changer de fréquence d’un battement à
l’autre n’apportera pas d’informations supplémentaires par rapport à deux enregistrements
faits sur le même sujet à des fréquences différentes.
V. Traitements des données
Une fois les données enregistrées, elles sont exportées dans un unique fichier
(actuellement sous format Excel). Les données d’impédance seront des données brutes alors
que les données d’ECG auront déjà subi un prétraitement par le software embarqué de la carte
ECG. Néanmoins, pour tirer des signaux des informations utiles, il est indispensable de leur
faire subir le traitement approprié.
Une remarque importante est qu’aucun signal d’impédance cardiaque n’a pu être
obtenu en raison de la trop faible fréquence d’acquisition actuelle du ZMetrix. Seul le signal
54 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
ECG a pu être convenablement enregistré, permettant de travailler sur la méthode de détection
des points R et Q. Les méthodes de traitement des données d’impédance sont théoriques et
n’ont à ce jour pas pu être testées.
L’organigramme ci-dessous représente les différentes étapes d’analyses des données
que j’avais prévu de mettre en place lors de ce stage.
Acquisition
des données
Séparation
des données
ECG
Détection des
points
Fréquence
cardiaque
Segments
normaux
Segment
aortique
Segment
pulmonaire
Elimination
du bruit
Elimination
du bruit
Elimination
du bruit
Détection des
points
Détection des
points
Approche
différentielle
Approche
différentielle
Détection des
points
Figure 41 - Traitement des données
A. Séparation des données
Comme nous l’avons vu précédemment, le
programme d’acquisition des données ZFlow enregistre
toutes les données sous un seul fichier Excel. La première
étape consiste donc à séparer les différentes données en souscatégories (ECG, pulse, segment 1, segment 2…) pour
pouvoir les traiter.
Figure 42 - Module de sélection du
tableau
Pour cela, j’ai utilisé un module Labview permettant
l’ouverture d’un fichier Excel et la sélection d’une zone dans ce fichier. Cette zone est ensuite
exportée sous forme d’un tableau à 2 dimensions pour un traitement dans Labview.
Chaque colonne du tableau est ensuite séparée des autres pour obtenir plusieurs
tableaux 1D à partir du tableau 2D initial.
55 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
X
Y
X
Y
x1
x2
y1
y2
x1
x2
y1
y2
Figure 37 - Séparation du tableau
Les données ainsi séparées peuvent être traitées individuellement.
Dans le programme final, les données devront être enregistrées séparément et traitées
au fur et à mesure de leur acquisition, éliminant cette partie du traitement.
B. Traitement de l’ECG
Le traitement du signal ECG a pour but final l’extraction de deux instants : le moment
d’apparition du point Q, et celui du point R. La valeur de l’ECG à ces points n’est pas utile,
conformément aux méthodes de calculs d’indices trouvés dans les différents articles.
1. Elimination du bruit
La carte ECG EG01000 possède déjà un programme embarqué pour le traitement du
signal ECG. Ce programme permet de réduire le bruit d’acquisition, ainsi que de limiter les
variations du signal dues à la respiration du sujet (figure 43).
Figure 43 - ECG enregistré par la carte EG01000
Malgré l’utilisation de divers filtres, on peut toujours visualiser les effets de la
respiration sur le signal obtenu (figure 44).
56 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Figure 44 - Tracé ECG (en blanc) et ligne de respiration (en rouge)
Cependant, comme nous allons le voir maintenant, le traitement utilisé par la suite ne
requiert pas d’éliminer plus de bruit que ce que le programme embarqué de la carte ne permet.
2. Détection des points
Le premier point à détecter est le point R. Pour cela, une méthode basée sur la
transformée de Hilbert a été utilisée [06].
La transformée de Hilbert est utilisée en traitement du signal pour en décrire
l’enveloppe. Pour un signal temporel donné, elle se définit de la manière suivante :
avec
s(t) : signal temporel ;
H[s(t)] : transformée de Hilbert du signal temporel.
La transformée de Hilbert du signal est ensuite utilisée pour une représentation
analytique du signal définie de la manière suivante :
avec
sa(t) : représentation analytique du signal s(t).
Cette représentation est appliquée à la dérivée première du signal. En effet, l’onde R
est caractérisée par des variations plus rapides du signal ECG, et donc des valeurs de dérivée
première plus importantes. L’étude de l’enveloppe de la dérivée permet donc d’accroître
l’efficacité de la détection. L’utilisation de la dérivée première du signal permet également de
limiter les problèmes de détection dus au bruit restant dans le signal.
La représentation analytique est une valeur complexe. Avant détection des points, on
calcule donc le module de chaque point pour obtenir le signal qui sera utilisé :
57 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Figure 45 - Signal ECG (en haut) et la représentation analytique de sa dérivée première (en bas)
Une fois l’enveloppe calculée, les pics d’ondes R sont détectés à l’aide d’un simple
seuil. Ce seuil est actuellement défini comme étant 50% de la valeur maximale du signal, mais
un moyen de contrôle a été programmé en cas de nécessité.
La détection des points Q a été faite à partir de la localisation des points R. Un point Q
a été défini comme le premier point avant le point R où la dérivée première du signal est
nulle. La détection des ces points consiste donc dans un algorithme de traitement point-parpoint, où on remonte le signal depuis les indices de chaque point R trouvé jusqu’au premier
point tel que :
.
Pour résumer, les différentes étapes de détection des points sont dans l’ordre :
- calcul de la dérivée première de l’ECG ;
- calcul de la transformée de Hilbert de la dérivée première ;
- calcul de la représentation analytique du signal ;
- calcul du module de la représentation ;
- seuillage ;
- détection des points R ;
- détection des points Q.
58 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
3. Résultats
En raison de la non-obtention des autorisations du Comité d’Ethique, peu de mesures
d’ECG ont pu être pratiquées, ne permettant pas de tester l’algorithme utilisé dans de
nombreux cas. Néanmoins, les résultats obtenus sur les mesures faites présentent des résultats
encourageants.
Le schéma ci-dessous représente trois signaux ECG différents pris chez différents
sujets :
le premier est un ECG classique, sans bruit de mouvements ;
le second est un ECG classique mais contenant un artefact de mouvement ;
le troisième est un ECG avec une onde T d’amplitude importante, parfois
supérieure à celle de l’onde R.
Figure 46 - Détection des points Q (en vert) et R (en rouge)
59 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
C. Traitement des signaux d’impédance
1. Elimination du bruit
Comme cela a déjà été précisé auparavant, il ne m’a pas été possible de faire de
mesures d’impédance, me privant des signaux d’impédance nécessaires aux traitements des
données. Aucune méthode de traitement du signal n’a donc pu être testée.
Cependant, la revue bibliographique présentée plus tôt dans ce rapport comporte
plusieurs articles sur le traitement de ces signaux [27],[30],[37],[38],[42],[53],[59]. Ma
première approche aurait consisté en l’application d’un filtre passe-bande pour lequel il
m’aurait fallu déterminer les fréquences de coupure haute et basse optimales, ainsi que le bon
ordre du filtre.
En fonction des résultats obtenus et du temps à ma disposition, il m’aurait été possible
de tester les méthodes présentées dans ces articles (utilisation de spectrogrammes, de
transformées en ondelettes ou encore de reconnaissance de formes).
2. Utilisation simultanée des deux segments classiques
Pour rappel, les segments normaux sont les segments utilisés dans la configuration
« Latéral » du positionnement des électrodes (configuration centrale de la figure 20).
Néanmoins, aucun article n’explique comment ces deux segments sont utilisés
simultanément pour obtenir une valeur unique d’impédance représentant l’ensemble du
thorax. Cette partie reste donc à expérimenter.
Si l’on se réfère à l’hypothèse de Kubicek, la variation d’impédance thoracique est
majoritairement due aux variations du volume sanguin dans l’aorte, les autres causes étant
négligeables. Si cette hypothèse est avérée, il est logique que les valeurs d’impédance
enregistrées sur chaque segment (le segment normal gauche défini par les électrodes 2G-5G et
le segment normal droit défini par les électrodes 2D-5D) soient les mêmes, à une erreur près
(l’erreur due au bruit d’acquisition, de respiration ou encore de mouvement). Pour limiter
cette erreur, il est alors possible de pratiquer une simple moyenne arithmétique des valeurs
enregistrées pour chaque segment, et en obtenir un signal d’impédance générale du thorax :
avec
Zt(t) : signal d’impédance globale du thorax ;
Zg(t) : signal d’impédance enregistré sur le segment normal gauche ;
Zd(t) : signal d’impédance enregistré sur le segment normal droit.
60 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Cependant, dans le cas où les valeurs enregistrées sur les deux segments sont
différentes, il est possible d’envisager une approche plus généralisée avec le calcul d’une
moyenne pondérée :
avec
a : facteur de pondération du segment normal gauche ;
b : facteur de pondération du segment normal droit.
Les valeurs optimales des facteurs de pondération a et b sont à étudier en fonction de
la fréquence de courant utilisée. Par exemple, si la fréquence utilisée permet au courant de
circuler plus librement dans les tissus, la valeur d’impédance enregistrée par les deux
segments ne sera probablement pas la même puisque les tissus traversés de chaque côté ne
seront pas les mêmes (tissu pulmonaire à droite, et cardiaque et pulmonaire à gauche).
Les valeurs trouvées pour Zt peuvent également être comparées avec la valeur
d’impédance enregistrée par le segment aortique à l’aide d’une régression linéaire pour définir
des valeurs pour a et b en fonction de la fréquence de courant appliqué.
3. Approche différentielle des segments aortique et pulmonaire
L’apport principal de ces segments se fera principalement en hautes fréquences du
courant appliqué. L’utilisation d’un segment similaire au segment aortique a déjà été étudié
dans d’autres recherches [19],[35]. Cependant, son utilisation était limitée à des courants
sinusoïdaux de fréquences inférieures ou égales à 100 kHz. L’utilisation du segment aortique
n’a à notre connaissance jamais été étudiée à des fréquences plus élevées.
Cette approche n’ayant pas encore été testée, et si d’autres éléments que la variation de
volume sanguin dans l’aorte interviennent dans les variations du signal d’impédance
thoracique, il est possible que le signal d’impédance enregistré sur le segment aortique soit
parasité par d’autres causes que les variations volumiques dans l’aorte. Pour palier à cet
éventuel problème, j’ai défini le segment pulmonaire (et le segment cardio-pulmonaire) dans
le but d’extraire le signal utile du signal total enregistré. L’extraction se ferait par une
approche différentielle de la forme :
avec
Zutile : signal d’impédance utile ;
Za : signal d’impédance enregistré sur le segment aortique ;
Zp : signal d’impédance enregistré sur le segment pulmonaire ;
c : coefficient de pondération du segment aortique ;
d : coefficient de pondération du segment pulmonaire.
61 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
4. Détection des points
La détection des points sur les signaux d’impédance est l’étape finale du traitement du
signal. Une fois les points B, C et X détectés, l’ensemble des indices cardiaques est calculable
par les formules présentées plus tôt dans ce rapport.
Dans ce cas également, le manque de signaux d’impédance ne m’a permis que
d’imaginer les traitements possibles à appliquer, mais pas de les tester. Le fait de travailler
avec de nouvelles fréquences de courant risque également de donner de nouvelles formes de
signaux requérant des adaptations des méthodes de détection de points utilisées.
Des études ont été menées pour développer des algorithmes de détection des points
[07],[42],[53]. Ces méthodes auraient pu être testées en fonction du temps à ma disposition,
mais l’algorithme que je comptais utiliser dans un premier temps était plus simple.
a. Point C
La première étape consiste à séparer le signal d’impédance en segments, chaque
segment correspondant à un battement cardiaque. Pour cela, on sélectionne la partie du signal
d’impédance comprise entre deux indices de points R consécutifs (indices repérés sur le signal
ECG et utilisés sur le signal ICG). Le point C du signal ICG correspond à la valeur maximale
de ce segment du signal.
Les valeurs de temps et d’amplitude des points détectés sont ensuite enregistrées pour
le calcul des indices.
b. Points B et X
Les points B et X sont détectés par des méthodes point-par-point à partir des points C,
à la manière du point Q détecté à partir du point R sur l’ECG.
Le point B peut être défini de trois manières différentes [04], comme nous l’avons vu
dans le chapitre V.B.2 de la partie 3. Pour rappel, il peut être défini comme :
le dernier point du signal dZ/dt avant le point C ayant une valeur nulle ;
le dernier point du signal dZ/dt avant le point C ayant une valeur égale à 15%
de celle de (dZ/dt)max ;
le dernier point du signal dZ/dt dont la pente à gauche du point est inférieure à
la pente à droite du point.
L’algorithme que je voulais utiliser consistait à « remonter » le signal point par point à
partir du point C jusqu’à trouver le premier point répondant à la définition choisie.
62 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
De la même manière, le point X serait détecté en « descendant » le signal point par
point à partir du point C jusqu’à trouver le premier point tel que (d²Z/dt²) soit nul.
VI. Conclusion
Le projet ZFlow en est donc à son commencement. Les différentes étapes de la mise
en place d’essais médicaux ont été amorcées mais prennent trop de temps pour avoir pu être
finalisées pendant ce stage. Les démarches ont néanmoins été décrites dans ce rapport, ce qui
permettra de les reprendre plus tard, de manière simple et efficace quand le projet pourra
reprendre.
Les demandes d’éthiques pour pratiquer des essais sur des sujets sains ont été
approuvées par le Comité d’Ethique et de la Recherche de l’Université d’Ottawa, mais
uniquement à condition que l’équipement soit valider par le département des Etudes Cliniques
des Matériels Médicaux de l’agence gouvernementale Santé Canada. Les caractéristiques
« idéales » du nouveau prototype ont été définies, mais aucun test ne peut être pratiqué tant
qu’un équipement avec une fréquence d’acquisition d’au minimum 100Hz ne sera disponible.
En ce qui concerne le protocole expérimental et le traitement des données, les méthodes
décrites ici n’ont pas pu être testées et ne sont sûrement que des étapes préliminaires de la
vraie validation scientifique, dans le sens où elles devront être adaptées aux conditions
d’expérimentations (lieu, sujets sains ou pathologiques, comparaison des résultats avec une
nouvelle méthode de référence) et des premiers résultats qui seront obtenus et qui me sont
aujourd’hui inconnus.
63 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Conclusion
La cardiographie d’impédance, ou ICG, est une méthode d’obtention d’indices
cardiaques dont notamment le débit cardiaque. Cette méthode comporte de nombreux
avantages qui sont sa non-invasivité, son faible coût et sa facilité d’utilisation, mais également
la possibilité de mesurer le débit cardiaque en continu. Elle comporte cependant deux
inconvénients majeurs qui sont le manque de fiabilité et de répétabilité des résultats,
inconvénients responsables de la faible utilisation de l’ICG dans le milieu médical.
Le projet ZFlow a été lancé dans le but d’étudier une branche de la cardiographie
d’impédance encore très peu exploitée : la spectroscopie multifréquence. Ce principe qui
consiste à modifier la fréquence du courant électrique appliqué est déjà largement utilisé dans
d’autres utilisation de la bioimpédance telle que la composition corporelle, mais n’a à ce jour
que très peu été testé sur l’ICG. Ce projet, qui comporte une phase de création d’un prototype,
une phase d’acquisition des données (sur sujets sains et pathologiques) et une phase de
traitement des données, sera à notre connaissance le projet le plus avancé dans ce domaine de
la cardiographie d’impédance. De plus, les résultats obtenus à de nouvelles fréquences de
courant ne sont aujourd’hui pas connues, et la possibilité de nouvelles découvertes n’est pas à
exclure. Si l’utilisation de nouvelles fréquences permet effectivement de séparer différentes
causes de la variation du signal d’impédance thoracique, il est également possible que ce
projet mène à l’utilisation du ZFlow pour l’exploration d’autres fonctions physiologiques que
la fonction cardiaque, comme par exemple la fonction pulmonaire.
Je regrette de ne pas avoir pu avancer davantage dans ce projet. Les différentes
exigences du Comité d’Ethique et de la Recherche ainsi que les modifications à apporter au
prototype ZFlow actuel ne m’ont pas permis de faire de mesures sur sujets sains, et je n’ai pas
pu tester les protocoles et les traitements de données décrites dans ce rapport. J’espère
néanmoins qu’ils seront une bonne base pour la suite du projet.
64 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Bibliographie
[01] M. Akhand, A. Trakic, P. Terril, F. Liu, S.
Wilson, S. Crozier, Optimal Tissue Types in the
Thoracic Electrical Impedance Model for
Thoracic Electrical Bioimpedance Studies, 31st
Annual International Conference of the IEEE
EMBS, p.3913-3916, September 2009
[10] T.J.C. Faes, H.A. van der Meij, J.C. de Munck,
R.M. Heethaar, The Electric Resistivity of Human
Tissues (100Hz – 10 Mhz) : a Meta-Analysis of
Review Studies, Physiological Measurements,
Vol.20, p. R1-R10, 1999
[02] A.K. Barros, M. Yoshizawa, Y. Yasuda,
Filtering Noncorrelated Noise in Impedance
Cardiography, IEEE Transactions on Biomedicals
Engineering, Vol.42 n°3, p.324-327, March 1995
[11] M. Fenech, Suivi des volumes plasmatique,
interstitiel et intracellulaire pendant l'hémodyalise
par bioimpédance multifréquence et mesure
d'hématocrite, Thèse de Doctorat de l'UTC,
Novembre 2003
[03] D.P. Bernstein, H.J.M. Lemmens, Stroke
Volume Equation for Impedance Cardiography,
Medical and Biological Engineering and
Computing, Vol.43, p.443-450, 2005
[12] H.D. Fuller, Evaluation of Left Ventricular
Function by Impedance Cardiography : A Review,
Progress in Cardiovascular Diseases, Vol.36 n°4,
p.267-273, 1994
[04] P. Bizouarn, Y. Blanloeil, J.E. de La Coussaye,
Méthodes de mesures du débit cardiaque en
réanimation, Conférences d’actualisation, p.377398, 1996
[13] R.L. Gaw, B.H. Cornish, B.J. Thomas, The
Electrical Impedance of Pulsatile Blood Flowing
Through Rigid Tubes: an experimental
investigation, IFMBE Proceedings, Vol.17, p.7376, 2007
[05] H.J. Bogaard, H.H. Woltjer, P.E. Postmus,
P.M.J.M. de Vries, Assessment of the
Haemodynamic Response to Exercise by Means of
Electrical Impedance Cardiography : Method,
Validation
and
Clinical
Applications,
Physiological Measurement, Vol.18, p.95-105,
1997
[06] J.C. Cexus, Analyse des signaux nonstationnaires par Transformation de Huang,
Opérateur de Teager-Kaiser, et Transformation de
Huang-Teager (THT), Mémoire de Thèse,
Université Rennes 1, p.21-22, 2005
[14] C.L. Garrard, A.M. Weissler, H.T. Dodge, The
Relationship of Alterations in Systolic Time
Intervals to Ejection Fraction in Patients with
Cardiac Disease, Circulation, Vol.42, p.455-462,
September 1970
[15] G. Granerus, R. Elg, Stroke Volume
Measurement by Impedance Cardiography Using
a Formula Based on the Δz Waveform, Clinical
Physics and Physiological Measurement, Vol.3 n°2,
p.131-139, 1982
[07] A.P. DeMarzo, R.M. Lang, A New Algorithm
for Improved Detection of Aortic Valve Opening
by Impedance Cardiography, Computers in
Cardiology 1996, p.373-376, 1996
[16] S. Grimnes, O.G. Martinsen, Cole Electrical
Impedance Model – A Critique and an
Alternative, IEEE Transactions on Biomedical
Engineering, Vol.52 n°1, 2005
[08] O. Dromer, O. Alata, O. Bernard, Impedance
Cardiography Filtering Using Scale Fourier
Linear Combiner Based on RLS Algorithm, 31th
Annual International Conference of the IEEE
EMBS, p.6930-6933, September 2009
[17] S. Grimnes, O.G. Martinsen, Bioimpedance,
Wiley Encyclopedia of Biomedical Engineering,
2006
[09] S. Faddy, J. Boland, D.W.M.Muller, Accuracy
and Reliability of Non-Invasive Cardiac Output:
The Future in Cardiology, Computers in
Cardiology, Vol.30, p.251-253, 2003
[18] J.K. Hayes, J.L. Peters, B.D. Hare, L.E. Baker,
The Relationship Between Vascular Expansion of
the Aorta and Pulmonary Artery and the Genesis
of the Impedance Cardiogram Using the
Technique of Sonomicrometry, Journal of Medical
Engineering & Technology, Vol. 31 n°6, p.419 –
427, 2007
65 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
[19] A. Ikarashi, M. Nogawa, S. Tanaka, K.
Yamakoshi, Experimental and Numerical Study
on
Optimal Spot Electrodes Arrays in
Transthoracic
Electrical
Impedance
Cardiography,
29th
Annual
International
Conference of the IEEE EMBS, p.4580-4583,
August 2007
Cardiography, Annals of Biomedical Engineering,
Vol.17, p.517-534, 1989
[20] D.W. Kim, L.E. Baker, J.A. Pearce, W.K.
Kim, Origins of the Impedance Change in
Impedance Cardiography by a Three-Dimensional
Finite Element Model, IEEE Transactions on
Biomedical Engineering, Vol.35 n°12, December
1988
[29] T. Palko, F. Bialokoz, J. Weglarz,
Multifrequency Device for Measurement of the
Complex Electrical Bioimpedance : Design and
Application, IEEE Engineering in Medicine and
Biology Society, p. 1.45-1.46, 1995
[21] J. Kosicki, L. Chen, R. Hobbie, R. Patterson,
E. Ackerman, Contributions to the Impedance
Cardiogram Waveform, Annals of Biomedical
Engineering, Vol.14, p.67-80, 1986
[22] P. Kotanko, N.W. Levin, F. Zhu, Current
State of Bioimpedance Technologies in Dialysis,
Nephrology Dialysis Transplantation, Vol.23 n°3,
p.808-812, 2008
[23] W.G. Kubicek, On the Source of Peak First
Time Derivative (dZ/dt) During Impedance
Cardiography, Annals of Biomedical Engineering,
Vol.17, p.459-462, 1989
[24] A. Lozano, J. Rosell, R. Pallas-Areny, TwoFrequencies Impedance Plethysmograph : Real
and Imaginary Parts, Medical and Biologicak
Engineering and Computing, Vol.28, p.38-42, 1990
[25] J.H. Meijer, S. Boesveldt, E. Elbertse, H.W.
Berendse, Method to Measure Autonomic Control
of Cardiac Function Using Time Interval
Parameters From Impedance Cardiography,
Physiological Measurement, Vol.29, p.383-391,
2008
[26] S.N. Mohapatra, D.W. Hill, The Changes in
Blood Resistivity with Haematocrit and
Temperature, European Journal of Intensive Care
Medicine, Vol.1, p.153-162, 1975
[27] J.H. Nagel, L.Y. Shyu, S.P. Reddy, B.E.
Hurwitz, P.M. McCabe, N. Schneiderman, New
Signal Processing Techniques for Improved
Precision
of
Non
Invasive
Impedance
[28] A. Nowakoski, T. Palko, J. Wtorek, Advances
in Electrical Impedance Methods in Medical
Diagnostics, Bulletin of the Polish Academy of
Sciences, Vol.53 n°3, p.231-243, 2005
[30] V.K. Pandey, P.C. Pandey, Wavelet Based
Cancellation of Respiratory Artifacts in
Impedance Cardiography, Proceedings of the 15th
International Conference on Digital Signal
Processing, p.191-194, 2007
[31] R.P. Patterson, Sources of the Thoracic
Cardiogenic Electrical Impedance Signal as
Determined by a Model, Medical and Biological
Engineering and Computing, Vol.23, p.411-417,
1985
[32] R.P. Patterson, Fundamentals of Impedance
Cardiography, IEEE Engineering in Medicine and
Biology Magazine, p.35-38, March 1989
[33] Z. Peng, L.A.H. Critchley, B.S.P. Fok, A.E.
James, Evaluation of Impedance Based Indices of
Cardiac Contractility in Dogs, Journal of Clinical
Monitoring and Computing, Vol.18, p.103-109,
2004
[34] D.J. Peters, T.L. Rhyne, A 3-Dimensional
FEM of the Human Thoracic Cavity for
Simulation
of
Impedance
Cardiography,
Computers in Cardiology 1988 Proceedings, p.111114, 1988
[35] M. Qu, Y. Zhang, J.G. Webster, W.J.
Tompkins, Motion Artifact from Spot and Band
Electrodes During Impedance Cardiography,
IEEE Transactions on Biomedicals Engineering,
Vol. BME-333 n°11, p.1029-1036, November 1986
[36] E. Raaijmakers, T.J.C. Faes, H.G. Goovaerts,
J.H. Meijer, P.M.J.M. de Vries, R.M. Heethaar,
Thoracic Geometry and Its Relation to Electrical
Current Distribution : Consequences for
66 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
Electrode Placement in Electrical Impedance
Cardiography, Medical and Biological Engineering
and Computing, Vol.36, p.592-597, 1998
[37] S.B. Raza, R.P. Patterson, L. Wang, Removal
of Respiratory Artifacts From Cardiogenic
Impedance Signal by Digital Filtering, 11th
Annual International Conference of the IEEE
EMBS, p.634-635, 1989
[38] S.B. Raza, R.P. Patterson, L. Wang, Filtering
Respiration and Low Frequency Movement
Artefacts From the Cardiogenic Electrical
Impedance Signal, Medical and Biological
Engineering and Computing, Vol.30, p.556-561,
1992
[39] E. Ribbe, Développement de Modèles de
Composition Corporelle par Bioimpédance,
Rapport de stage UTC, 2009
[40] K. Sakamoto, K. Mute, H. Kanai, M. Iizuka,
Problems of impedance cardiography, Medical
and Biological Engineering and Computing,
Vol.17, p.697-709, 1979
[41] K. Sakamoto, H. Kanai, Electrical
Characteristics of Flowing Blood, IEEE
Transactions on Biomedical Engineering, Vol.
BME-26 n°12, December 1979
[42] Z. Shuguang, F. Yanhong, Z. Hailong, T. Min,
Detection
of
Impedance
Cardiography’s
Characteristic Points Based on Wavelet
Transform, 27th Annual International Conference
of the IEEE EMBS, p.2730-2732, September 2005
[43] B.T.H.M. Sleutjes, Measurements of Cardiac
Output During Exercise in Patients with Chronic
Heart Failure, MSc Thesis, p.19-23, August 2007
[44] P. Stevanovic, R. Scepanovic, D.
Radovanovic, D. Bajec, R. Perunovic, D.
Stojanovic, D. Stevnovic, Thoracic Electrical
Bioimpedance Theory and Clinical Possibilities in
Perioperative Medicine, Signa Vitae, Vol.03
Supplément 01, p.22-27, 2008
[45] R.L. Summers, W.C. Shoemaker, W.F.
Peacock,
D.S.
Ander,
T.G.
Coleman,
Electrophysiologic and Clinical Principles of
Noninvasive Hemodynamic Monitoring Using
Impedance Cardiography, ACAD Emerg Med,
Vol.10 n°6, p.669-680, June 2003
[46] B.C. Taylor, W.D. Timmons, A.S. Hines, A
Modeling Solution to the Origin of Electrical
Impedance Cardiogram, Proceedings of the First
BMES/EMBS Conference, p.233, 1999
[47] S.H.L. Thomas, Impedance Cardiography
using Sramek-Bernstein method : accuracy and
variability at rest and during exercise, British
Journal of Clinical Pharmacology, Vol.34, p.467476, 1992
[48] S. Tsadok, The Historical Evolution of
Bioimpedance, AACN Clinical Issues, Vol.10 n°3,
p.371-384, August 1999
[49] K.R. Visser, Electric Properties of Flowing
Blood and Impedance Cardiography, Annals of
Biomedical Engineering, Vol.17, p.463-473, 1989
[50] L.Wang, R.P. Patterson, S.B. Raza,
Respiration Effects on Cardiac Related
Impedance Indices Measured Under Voluntary
Cardio-Respiratory Synchronisation (VCRS),
Medical and Biological Engineering and
Computing, Vol.29, p. 505-510, 1991
[51] L. Wang, R.P. Patterson, Multiple Sources of
the Impedance Cardiogram Based on 3D Finite
Difference Human Thorax Models, IEEE
Transactions on Biomedical Engineering, Vol.42
n°2, p.141-148, February 1995
[52] X. Wang, H.H. Sun, D. Adamson, J.M. Van
der Water, An Impedance Cardiography System :
A New Design, Annals of Biomedicals
Engineering, Vol.17, p.535-556, 1989
[53] X. Wang, H.H. Sun, J.M. van de Water, An
Advanced Signal Processing Technique for
Impedance Cardiography, IEEE Transactions on
Biomedical Engineering, Vol.42 n°2, p.224-230,
February 1995
[54] Y.Wang, D.R. Haynor, Y. Kim, A Finite
Element Study of the Effects of Electrode Position
on the Measured Impedance Change in
Impedance Cardiography, IEEE Transactions on
Biomedical Engineering, Vol.48 n°12, p.13901401, 2001
67 
Utilisation de la Spectroscopie Multifréquence en Cardiographie d’Impédance
[55] H.H. Woltjer, B.J.M. van der Meer, H.J.
Bogaard, P.M.J.M. de Vries, Comparison Between
Spot and Band Electrodes and Between Two
Equations for Calculations of Stroke Volume by
Means of Impedance Cardiography, Medical and
Biological Engineering and Computing, Vol.33,
p.330-334, 1995
[56] H.H. Woltjer, B.W.G.J.Arntzen, H.J. Bogaard,
P.M.J.M. de Vries, Optimalisation of the Spot
Electrode Array in Impedance Cardiography,
Medical and Biological Engineering and
Computing, Vol.34, p.84-87, 1996
[57] H.H. Woltjer, H.J. Bogaard, P.M.J.M. de
Vries,
The
Technique
of
Impedance
Cardiography, European Heart Journal, Vol.18,
p.1396-1403, 1997
[58] J. Wtorek, A. Polinski, Multyfrequency
Impedance Plethysmograph, IEEE Instrumentation
and Measurements Technology Conference,
p.1452-1455, June 1996
[59] Y. Yamamoto, K. Mokushi, S. Tamura, Y.
Mutoh, M. Miyashita, H. Hamamoto, Design and
Implementation of a Digital Filter for Beat-byBeat Impedance Cardiography, IEEE Transactions
on Biomedicals Engineering, Vol.35 n°12, p.10861090, December 1988
[60] V.V. Zvyagintsev, Measurements of Blood
Resistivity, Meditsinskaya Tekhnika, n°5, p.30-32,
1981
[61] Safe Current Limits for Electromedical
Appartus, rapport de l’Association of Advancement
of Medical Instrumentation, version 2005, référence
ANSI/AAMI ES1 – 2005
68 
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising