Violences et santé en France : état des lieux - Epsilon

Violences et santé en France : état des lieux - Epsilon
couverture:Mise en page 1 09/11/2010 09:51 Page 1
Direction de la recherche, des études,
de l’évaluation et des statistiques
Dans cet ouvrage, les auteurs, statisticiens et chercheurs en sciences
humaines et sociales ou en santé publique, ont exploité diverses
facettes de l’enquête pour tenter de mieux cerner les profils et comportements des personnes qui ont subi des violences ou des événements de vie difficiles, comme le fait de perdre un parent durant l’enfance ou celui d’être placé en foyer ou en famille d’accueil. L’ouvrage
propose également des analyses sur les relations entre ces événements et la sexualité, les troubles du sommeil et la consommation de
substances psychoactives et aborde la question des répercussions
économiques des violences conjugales.
Cet état des lieux s’adresse à tous celles et ceux, citoyens, associations, acteurs politiques et chercheurs qui veulent mieux comprendre
ce problème de santé publique et de société.
Direction de l’information légale et administrative
Accueil commercial : 01 40 15 70 10
Commande : 124 rue Henri Barbusse 93308 - Aubervilliers Cedex
Télécopie : 01 40 15 68 00
www.ladocumentationfrancaise.fr
DICOM : 10.100
DF : 5HC24110
ISBN : 978-2-11-008372-2
Prix: 16 euros
VIOLENCES ET SANTÉ EN FRANCE : état des lieux
Si les violences peuvent avoir des effets importants sur la santé, à court
ou à long terme, rares sont les enquêtes statistiques qui ont exploré la
question sensible des violences sous cet angle. L'une des dernières
« grandes » enquêtes abordant ce sujet, l'Enquête nationale sur les
violences faites aux femmes en France (ENVEFF), se concentrait
essentiellement sur les violences subies par les femmes. Pour combler
ce manque, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et
des statistiques (DREES) a réalisé en 2005-2006 une enquête auprès
de 10 000 personnes âgées de 18 à 75 ans. L’enquête Événements
de vie et santé (EVS) apporte un nouvel éclairage sur la question des
violences en France : elle interroge à la fois les hommes et les femmes,
sur tous les types de violence qu'ils ont pu subir (physiques, sexuelles,
psychologiques, atteintes aux biens, etc.) et permet d’en observer le
contexte et les conséquences sanitaires et sociales.
COLLECTION ÉTUDES ET STATISTIQUES
violences
santé France
et
en
état des lieux
Sous la direction de
François Beck
Catherine Cavalin
Florence Maillochon
dF
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 1
violences
santé France
et
en
état des lieux
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 2
VIOLENCES ET SANTÉ EN FRANCE : ÉTAT DES LIEUX
sous la direction de
François Beck, Catherine Cavalin et Florence Maillochon
Directrice de la publication
Anne-Marie Brocas
Responsabilité scientifique
Isabelle Robert-Bobée, Ronan Mahieu
Coordination éditoriale
Sarah Netter
Relecture
Marie Ruault, Maryse Jaspard, Cyril Rizk, Jean-Pierre Marissal,
Michel Dépinoy, Christine Chan Chee, Laure Com-Ruelle
Pour les précieux éclairages qu'ils ont pu apporter à différentes phases de conception de l'enquête
Événements de vie et santé, nous remercions : François Capin-Dulhoste, Marie Choquet,
Hélène Escalon, Bruno Falissard, Carole Frazier, Philippe Guilbert, Thierry Hergueta,
Myriam Khlat, Maryse Jaspard, Jean-Louis Lanoë, Alain Leplège, Georges Menahem,
Laurent Mucchielli, Jacqueline Paviot, Marie-Lys Pottier, Cyril Rizk, Marie-Josèphe Saurel-Cubizolles, Marie-Ange Schiltz, Renée Zauberman et Marie Zins.
« En application de la loi du 11 mars 1957 (art. 4) et du code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992,
toute reproduction totale ou partielle à usage collectif de la présente publication est strictement interdite sans
autorisation expresse de l’éditeur. Il est rappelé à cet égard que l’usage abusif et collectif de la photocopie
met en danger l’équilibre économique des circuits du livre. »
© Direction de l’information légale et administrative, Paris, 2010
DICOM : 10.100
DF : 5HC24110
ISBN : 978-2-11-008372-2
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 3
Présentation des auteurs
Maïté Albagly : économiste spécialiste des questions de genre, Société civile Psytel
Sévane Ananian : statisticien, DARES, à la DREES au moment de la rédaction de l’article
Sandrine Baffert : économiste en santé, Institut Curie
Olivier Bart : statisticien, INSEE
François Beck : statisticien et sociologue, INPES / Cermes3, équipe Cesames
(Centre de recherche Médecine, sciences, santé, santé mentale, société,
Université Paris Descartes/CNRS UMR 8211/INSERM unité 988/EHESS)
Nathalie Blanpain : statisticienne, INSEE, à la DREES au moment de la rédaction de l’article
Catherine Cavalin : sociologue, CEE, à la DREES au moment de la réalisation de l’enquête EVS
Jean-Marie Firdion : sociologue, CNRS, Centre Maurice Halbwachs, équipe de recherches
sur les inégalités sociales, UMR 8097
Romain Guignard : statisticien, INPES
Emmanuelle Guyavarch : démographe, Observatoire du samu social de Paris, à l’ONED
au moment de la rédaction de l’article
Damien Léger : professeur de médecine, Centre du sommeil et de la vigilance,
Université Paris Descartes, Faculté de médecine de l’Hôtel Dieu,
Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP)
Stéphane Legleye : statisticien, INED / INSERM unité 669, Université Paris-XI
Florence Maillochon : sociologue, CNRS, Centre Maurice Halbwachs, équipe de recherche
sur les inégalités sociales, UMR 8097
Laura March : statisticienne, ENSAI, à l’INPES au moment de la rédaction de l’article
Claude Mugnier : biostatisticien, Société civile Psytel
Marc Nectoux : biostatisticien, Société civile Psytel
Isabelle Parizot : sociologue, CNRS, Centre Maurice Halbwachs, équipe de recherche
sur les inégalités sociales, UMR 8097
Bertrand Thélot : médecin épidémiologiste, InVS
Marion Selz : statisticienne, CNRS, Centre Maurice Halbwachs, équipe de recherche
sur les inégalités sociales, UMR 8097
• CEE : Centre d’études de l’emploi • CNRS : Centre national de la recherche scientifique • DARES :
Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques • DREES : Direction de la
recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques • EHESS : École des hautes études en sciences
sociales • ENSAI : École nationale de la statistique et de l’analyse de l’information • INED : Institut
national des études démographiques • INPES : Institut national de prévention et d’éducation pour la
santé • INSEE : Institut national de la statistique et des études économiques • INSERM : Institut
national de la santé et de la recherche médicale • ONED : Observatoire national de l’enfance en danger
• UMR : Unité mixte de recherche.
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 4
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 5
Sommaire
VIOLENCES ET SANTÉ EN FRANCE : ÉTAT DES LIEUX
Préface
Anne Tursz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
Introduction
François Beck, Catherine Cavalin, Florence Maillochon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
I • La construction de l’enquête
Comment questionner les violences subies ?
Comparaison des sources statistiques françaises
Catherine Cavalin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
Violences, santé et événements de vie difficiles : le choix des concepts
et des outils de mesure
Catherine Cavalin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
L’élaboration du questionnaire et du protocole de collecte : innovations
et précautions méthodologiques
Catherine Cavalin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53
Annexes :
1 • Le questionnaire de l’enquête EVS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63
2 • Plan de sondage, échantillonnage et pondération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66
II • Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
Panorama des violences subies et des personnes qui s’en déclarent victimes
Catherine Cavalin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71
La parole des victimes après un événement violent
Sévane Ananian . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .85
Les violences sexuelles subies par les femmes : au-delà des écarts de mesure,
des résultats convergents
Catherine Cavalin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99
III • Des parcours de vie difficiles : éléments d’analyse biographique
Exposition aux violences durant l’enfance et prise en charge par les services sociaux
Emmanuelle Guyavarch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111
Le placement durant l’enfance et le risque d’exposition
aux violences à l’âge adulte
Jean-Marie Firdion et Isabelle Parizot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125
Perdre un parent pendant l’enfance : quels effets sur le parcours scolaire,
professionnel, familial et sur la santé à l’âge adulte ?
Nathalie Blanpain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .139
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 6
Parcours et comportements sexuels des hommes et des femmes
ayant subi des violences
Florence Maillochon et Marion Selz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153
IV • Événements de vie et comportements de santé : coûts humains,
sociaux et économiques
Des parcours de vie difficiles, où surviennent violences et problèmes de santé
Catherine Cavalin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .171
Troubles du sommeil : la place des événements de vie
parmi les facteurs associés
François Beck, Laura March, Romain Guignard et Damien Léger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .185
Les pratiques addictives des jeunes adultes : l’impact des caractéristiques
sociodémographiques et des événements de vie
François Beck, Romain Guignard et Laura March . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .203
Coût des violences conjugales envers les femmes : les apports de l’enquête
EVS à un chiffrage global pour la France
Marc Nectoux, Claude Mugnier, Sandrine Baffert, Bertrand Thélot et Maïté Albagly . . . . . . . .221
V • Éclairages méthodologiques
Le comportement des répondants face au questionnaire auto-administré
par ordinateur
Olivier Bart . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .237
L’accompagnement clinique des enquêteurs de l’INSEE tout au long
de l’enquête EVS : un dispositif original
Karine Sanson et Éric Gantier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .251
L’influence du mode de collecte sur la mesure des prévalences
de consommation de substances psychoactives : comparaison entre l’enquête EVS
et le Baromètre santé 2005
François Beck, Romain Guignard et Stéphane Legleye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .261
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 7
Préface
D
ans le discours politique actuel et dans les médias qui le relaient, la violence semble
envahissante, permanente, guettant chaque citoyen et, surtout, en augmentation
constante. Pourtant les historiens le savent bien, la décennie 2001­2010 est l’une des
moins violentes que le monde ait jamais connues. Au Moyen Âge, la violence était en quelque
sorte constitutive du tissu social et la brutalité des rapports humains appartenait au registre de
la normalité. Les turpitudes que l’on dénonce, à juste titre, actuellement, existent de longue
date. Il suffit d’évoquer Gilles de Rais, fidèle lieutenant de Jeanne d’Arc mais aussi violeur, tor­
tionnaire et assassin de nombreux enfants.
Depuis le XIIIe siècle, la violence a décliné dans toute l’Europe de l’Ouest même si, on le sait, le
processus n’a pas été linéaire et a pu ou peut encore connaître de funestes reprises collectives
lors de conflits armés, en particulier. Cette diminution s’est accompagnée d’une tolérance de
plus en plus faible face aux actes violents, mais n’a pas entraîné leur dévoilement au grand jour,
ni favorisé leur connaissance statistique. Le sujet est en fait devenu tabou, un des meilleurs té­
moins de cette situation étant le rejet de l’œuvre d’Ambroise Tardieu. Titulaire de la chaire de
médecine légale de l’Université de Paris de 1861 à 1879, il a été reconnu par ses pairs pour ses
qualités et connaissances médicales, mais les travaux auxquels il a consacré sa vie ont été igno­
rés puis ont sombré dans l’oubli jusqu’à aujourd’hui. Véritable pionnier de l’étude de la maltrai­
tance des enfants, il avait pourtant décrit les lésions liées aux mauvais traitements, celles
causées par les agressions sexuelles sur les petites filles et les caractéristiques des auteurs de
ces faits, avec des mots qui restent tout à fait appropriés aujourd’hui ; il s’était aussi penché sur
les infanticides et sur le travail des enfants, tout ceci dans l’indifférence générale.
Longtemps essentiellement limitée à ses aspects physiques et traitée au carrefour de l’action
de la police et de celle de la justice, la violence est récemment devenue un objet de réflexion
pour le secteur de la santé, dans un contexte de médicalisation de certains phénomènes socié­
taux et de sollicitation accrue du système de soins. Il est vrai, en effet, que les conséquences
somatiques ou psychologiques de la violence constituent une cause de plus en plus visible de
prise en charge par le système de santé et les organismes de protection médico­sociale. De ce
fait, les professionnels de la santé, et en particulier ceux de la santé publique, se doivent d’as­
sumer la prévention et la prise en charge des effets sanitaires de la violence. Ces évolutions sont
parallèles au développement de la victimologie, discipline dont la création en France date des
années 1990. Cet intérêt pour les aspects sanitaires de la violence s’est trouvé renforcé par le
Rapport mondial sur la violence et la santé de l’OMS en 2002. Parallèlement, en France, l’Obser­
vatoire national de la délinquance (OND, devenu depuis peu ONDRP, Observatoire national de
la délinquance et des réponses pénales) a été créé en 2003 et les rapports annuels de cette ins­
titution ont produit depuis 2007 des informations à la fois sur la criminalité, telle que recensée
par la police et la gendarmerie, et sur les résultats des enquêtes de victimation, mises en place
en association avec l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) et
rapportant le point de vue des victimes, interrogées sur les agressions qu’elles avaient subies.
Que nous apprennent ces données ? Elles confirment tout d’abord que les enquêtes auprès des
victimes rapportent des chiffres d’agressions généralement supérieurs à ceux consignés dans
les statistiques de la criminalité ; ensuite que cette violence est stable ces dernières années ;
enfin qu’il existe une dissociation entre la fréquence des agressions et le sentiment d’insécurité.
Ainsi le « sentiment d’insécurité dans le quartier » apparaît plus fréquemment cité que les actes
de violence.
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 8
Violences et santé en France : état des lieux
8
De fait, le discours sur la sécurité brouille l’image des conséquences réelles de la violence dont
on n’appréhende finalement ni l’ampleur ni les caractéristiques. Jusqu’à présent on ne savait
toujours pas la mesurer, surtout dans sa globalité, c'est­à­dire en incluant toutes ses consé­
quences, des lésions physiques au retentissement psychologique.
Face à un patchwork assemblant les faits divers véhiculés par les médias (sur les violences conju­
gales, le syndrome du bébé secoué, les néonaticides, etc.), les données de la police et de la gen­
darmerie, les résultats des enquêtes de victimation de l’INSEE, ceux de travaux de recherche
tels que l’enquête ENVEFF (Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France),
l’ouvrage Violences et santé en France : état des lieux constitue une véritable tentative d’appré­
hender et objectiver la violence telle qu’elle est vécue par ses victimes, selon une vision globale,
incluant notamment des actes de violence psychologique et des faits concernant les deux sexes.
Et il ne s’agit pas là d’un point mineur ! En effet, si les violences envers les femmes dominent in­
contestablement, par leur fréquence reconnue et la gravité de leurs conséquences, le tableau
des violences selon le sexe, il paraît opportun de dépasser cette réalité statistique pour s’inté­
resser à la question du « genre », c’est­à­dire de comprendre pourquoi ce sont les rôles sexués
socialement établis qui sont à l’origine des relations de domination et de pouvoir qui engen­
drent la violence. Cette approche permet aussi de comprendre que ce sont des mécanismes de
discrimination du même type qui sont à l’origine d’actes tels que les violences homophobes.
Dans cet ouvrage, il a été choisi d’utiliser une définition large de la violence qui s’inscrit dans
un fonctionnement d’emprise sur l’autre et est fondée sur un rapport de force ou de domina­
tion, s’exerçant par des brutalités physiques ou mentales. Une des hypothèses est de pousser
jusqu’au bout la notion d’atteinte à « l’intégrité de la personne ». Il s’agit par exemple de pouvoir
tester si, même lorsqu’une atteinte à des biens matériels a été perpétrée sans agression directe
de la personne, celle­ci déclare tout de même en avoir subi des conséquences autres que ma­
térielles (pour sa santé, psychologiques, professionnelles, etc.).
Une grande importance a été accordée, dans le présent ouvrage, à la méthodologie en tant
qu’objet propre. Face à une réalité complexe, des indicateurs fins et multiples ont été dévelop­
pés ; chaque outil a été soigneusement choisi et chaque définition soigneusement pesée. Le
questionnaire aborde l’état de santé sous l’angle biographique et une réflexion approfondie a
été menée sur l’impact de sa construction sur les réponses. Il s’agit en effet d’un questionnaire
progressif qui ménage la sensibilité des enquêtés et des enquêteurs et la progressivité du ques­
tionnement s’avérait, dans cette enquête, déterminante des conditions de passation.
Cette rigueur méthodologique éclaire les résultats et en assure la fiabilité. Et ceux­ci donnent
le frisson puisque, chez 32% des personnes âgées de 18 à 75 ans, on note des relations entre
violences subies, problèmes de santé et difficultés de vie. La violence sur les plus vulnérables,
au premier rang desquels les enfants, est largement abordée et l’enquête Événements de vie
et santé (EVS), décrite dans cet ouvrage, a contribué à évaluer le fameux « chiffre noir de la
maltraitance ».
Cet ouvrage a aussi le mérite de contredire des clichés, par exemple en chiffrant l’exposition
des jeunes aux violences physiques, car on oublie bien souvent qu’ils peuvent être victimes et
pas seulement auteurs. Il est également largement pluridisciplinaire dans son approche du pro­
blème et introduit une dimension économique, essentielle ici tant les conséquences de la vio­
lence, à court comme à long terme, sont coûteuses.
On ne peut avoir qu’un seul regret, mais ni les auteurs d’EVS ni ceux du livre ne peuvent en être
tenus pour responsables, c’est qu’une enquête qui concernerait directement les enfants (et ne
se contenterait donc pas d’interroger les adultes de manière rétrospective) n’ait encore pas vu
le jour. Il s’agit là hélas d’une habitude en France, pays dans lequel le statut de l’enfant est de­
venu misérable : loin d’être une « personne », il semble plutôt être la propriété de sa famille,
même si celle­ci est nocive. Et la « violence éducative ordinaire » (gifles, fessées, punitions, pa­
roles dures, etc.) est bien celle qui montre le mieux que la violence traduit l’incapacité à com­
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 9
Préface
9
muniquer et se présente comme un aveu d’impuissance et un dernier recours, qui ne peut être
qu’inefficace : quelle est en effet la crédibilité de parents qui en sont réduits à utiliser leur supé­
riorité physique comme outil pédagogique ?
En ce domaine, le chemin à parcourir reste long dans notre pays. Face à l'initiative du Conseil
de l'Europe « Construire une Europe pour et avec les enfants », visant à lutter contre les châti­
ments corporels à l'encontre des enfants, une proposition de loi a été déposée en France, mais
elle a été immédiatement tournée en dérision et appelée « la loi sur la fessée », sans malheu­
reusement que soit donnée l’opportunité d’une vraie réflexion sur l’enjeu de taille qu’elle sou­
lève. Et il est navrant de constater que divers sondages, dont la valeur scientifique est sans
doute sujette à caution mais dont les résultats sont convergents, montrent qu’une majorité de
Français est hostile à une loi contre les châtiments corporels, « car ceux­ci apprennent à l'enfant
le respect de l'autorité ». Le Conseil de l’Europe, lui, demande à la France d’inscrire dans sa loi
l’abolition des châtiments corporels, comme l’ont fait la Suède, l’Espagne, le Portugal, l’Alle­
magne... 18 pays européens.
On ne peut qu’espérer que ce livre contribuera à alimenter la réflexion de ceux qui nous gou­
vernent, à les prévenir du simplisme qui consiste à cibler des groupes violents selon des critères
d’appartenance ethnique, de lieu de résidence, ou encore d’âge, à leur rappeler que les auteurs
de violences ont bien souvent été des victimes et à leur faire prendre conscience que les enfants
sont l’avenir de notre société.
Anne TURSZ
Pédiatre, épidémiologiste, directeur de recherche à l’INSERM
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 10
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 11
Introduction
François BECK, Catherine CAVALIN, Florence MAILLOCHON
L
e 25 novembre 2009, lors de la dixième Journée internationale pour l’élimination de la
violence à l’égard des femmes instituée par les Nations Unies, le Premier ministre
François Fillon annonçait que les violences envers les femmes constitueraient, pour la
France, « la Grande cause nationale » de l’année 20101. C’était pour lui l’occasion de souligner
la nécessité, dix ans après l’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France
(ENVEFF), de continuer à élargir et préciser la connaissance des actes violents perpétrés en
population générale, particulièrement dans la sphère privée. 2010 est aussi la dernière année
du deuxième Plan global triennal de lutte contre les violences faites aux femmes, promu par
le ministère du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité, le premier ayant notamment
donné lieu à des mesures législatives novatrices, parmi lesquelles la loi n° 2006­399 du 4 avril
2006 renforçant la prévention et la répression des violences au sein du couple ou commises
contre les mineurs2.
Ces quelques étapes relevées dans l’agenda politique indiquent combien la lutte contre les vio­
lences (envers les femmes, mais pas seulement) est devenue un thème central et récurrent
pour les récents gouvernements, et ce en tant que problème sanitaire. Dans l’enchaînement
des décisions ou la mise en place des dispositifs d’action ou de connaissance effectués avant
la seconde moitié de la décennie 2000, se distingue ainsi le rapport remis par Anne Tursz au
ministre de la Santé en octobre 20053. Celui­ci s’articule avec l’un des plans prioritaires natio­
naux annexés à la loi relative à la politique de santé publique n° 2004­806 du 9 août 2004 : le
Plan national de lutte pour limiter l’impact sur la santé de la violence, des comportements à
risque et des conduites addictives, conçu comme un moyen d’étendre des actions déjà enga­
gées contre la violence routière à des types de violences beaucoup plus divers, exercés tant
dans la sphère publique et privée, et tels que les entend l’Organisation mondiale de la santé
(OMS). Avec la publication du Rapport mondial sur la violence et la santé4 en 2002, l’OMS a
contribué à la prise de conscience et au mouvement opérés en France à cette époque. En affir­
mant l’importance du coût des effets de la violence sur la santé et la grande ignorance de leurs
mécanismes, l’OMS incitait les nations partenaires à faire progresser la connaissance, statis­
tique notamment, et les moyens politiques d’action.
Déjà vivement sensibilisée à la question de la mesure des violences et à leurs effets sur la santé
par l’enquête ENVEFF (2000), la France a entendu cet appel, comme l’a notamment exprimé la
volonté du ministère de la Santé de voir se réaliser une enquête statistique qui, interrogeant
hommes et femmes, permettrait d’éclairer la nature des relations existant entre violences subies
et état de santé des personnes. Cette enquête, Événements de vie et santé (EVS), réalisée en
2005­2006 par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques
(DREES) avec le concours de terrain des enquêteurs de l’Institut national de la statistique et des
1. Voir le discours du 25 novembre 2009 : http://www.gouvernement.fr
2. Loi portant l’âge nubile des femmes à 18 ans, à l’égal de celui des hommes, instaurant par ailleurs un dispositif nouveau
d’éloignement de l’auteur du domicile de la victime et de prise en charge éventuelle de celui-ci dans les domaines sanitaire,
social ou psychologique et élargissant les circonstances aggravantes à parité aux conjoints, aux concubins, aux personnes
pacsées, aux ex-conjoints, ex-concubins et personnes antérieurement pacsées, et à de nouvelles infractions (meurtres,
viols et autres agressions sexuelles).
3. Tursz A., Violence et santé. Rapport préparatoire au plan national, La Documentation française, 2006, 256 p.
4. Krug E.-G., Dahlberg L.-L., Mercy J.-A., Zwi A., Lozano-Ascensio R., 2002, Rapport mondial sur la violence et la santé,
Organisation mondiale de la Santé, Genève, 376 p.
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 12
Violences et santé en France : état des lieux
12
études économiques (INSEE), constitue le matériau central de cet ouvrage et est donc, aussi,
l’une des expressions de cet intérêt récemment exprimé en France à propos des liens entre vio­
lences et santé.
Violence et santé sont deux notions polymorphes, ce qui rend l’étude de leurs liens particulière­
ment complexe. Notamment, la causalité entre les violences subies par une personne et la dégra­
dation de son état de santé n’est pas forcément immédiate, comme tend à le faire oublier l’effet
direct et visible des coups entraînant l’ecchymose, la plaie ouverte, la fracture ou même la mort.
La complexité des relations entre violences subies et état de santé se vérifie quand on s’ac­
corde à étendre le périmètre des violences au­delà des seules atteintes physiques et sexuelles
et celui de la santé au­delà des lésions physiques, que ce soit du point de vue de la santé men­
tale, de la qualité de vie ou d’autres dimensions moins ostensiblement somatiques, et ce éven­
tuellement de manière différée dans le temps. Quelles sont les conséquences tangibles,
patentes en termes de « santé », d’insultes reçues, de brimades diverses ou même d’actes de
prédation tels que les vols, cambriolages ou dégradations de biens ?
Pour tenter d’éclairer les mécanismes par lesquels les violences entrent en résonance avec la
santé, l’enquête EVS considère par conséquent les violences selon une acception large, englo­
bant les violences verbales, physiques, sexuelles, psychologiques et les atteintes aux biens
détenus par les personnes, de même qu’elle envisage la santé dans de multiples dimensions
couvrant à la fois les aspects somatiques, fonctionnels, mentaux ou sociaux.
Certes, la réalisation de l’enquête EVS est intervenue cinq ans après celle de l’enquête ENVEFF,
première étude statistique du genre dont la méthode et les résultats avaient enfin procuré de
la connaissance en même temps que de précieuses pistes de réflexion pour les travaux futurs,
alors que la France se caractérisait par un important retard en termes d’informations fiables
par rapport à d’autres pays européens ou d’Amérique du Nord. Certes, les enquêtes dites « de
victimation » destinées à interroger l’ensemble de la population sur les actes criminels ou
délictueux subis avaient aussi largement précédé EVS sur le terrain de l’appréhension statis­
tique des violences : depuis 1984­1985 (et là aussi avec un certain retard sur quelques pays
homologues), à l’initiative du Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions
pénales (CESDIP), la France avait commencé à se doter de ces instruments qui cherchent à éta­
blir des comparaisons entre la criminalité déclarée et celle que repère déjà la statistique d’ac­
tivité de la gendarmerie, de la police ou de la justice.
Toutefois, la première de ces sources, en n’interrogeant que des femmes, empêchait d’établir
des comparaisons entre la situation de celles­ci et celle des hommes, et même de poser la
question de la comparabilité des déclarations des unes et des autres. Par ailleurs, les enquêtes
de victimation, en reprenant fidèlement les catégories juridiques ou judiciaires des crimes et
des délits, ne questionnaient pas les limites des actes pouvant être qualifiés de violents, pas
plus qu’elles n’avaient pour objet de traiter des conséquences sur la santé des violences
subies, si ce n’est du point de vue des suites immédiates. Avant le milieu de la décennie 2000,
d’autres sources pouvaient aussi fournir des éléments d’information sur certains événements
violents et les caractéristiques de santé de leurs victimes : violences physiques et sexuelles
abordées dans le Baromètre santé que réalise périodiquement l’Institut national de Préven­
tion et d’Éducation pour la santé (INPES), violences sexuelles questionnées dans l’enquête
Analyse du comportement sexuel des Français mise en œuvre par l’Institut national d’études
démographiques (INED) et l’Institut national de la Santé et de la recherche médicale
(INSERM), par exemple. Là encore, les données étaient cependant partielles : elles portaient
sur des types de violences limités, interrogés de manière succincte au sein d’un questionne­
ment embrassant de nombreux autres thèmes.
Aucune opération statistique menée en population générale ne s’était donc, avant EVS, sai­
sie largement des violences auxquelles les hommes et les femmes rapportent avoir été
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 13
Introduction
13
confrontés, tout en s’efforçant, dans un même mouvement, de caractériser leur état de
santé de manière détaillée. Sans faire – bien au contraire – table rase des acquis méthodolo­
giques et des résultats des enquêtes voisines ou travaillant des champs connexes, qui seront
rappelés et mis en perspective dans la première partie de cet ouvrage en particulier, EVS a
proposé une nouvelle manière d’aborder les relations entre violences et santé. Interroger la
santé, la violence et l’articulation des deux a notamment nécessité de faire des hypothèses
et de les éprouver par de rigoureuses étapes de test : hypothèses sur la manière d’énoncer
les violences et de parvenir à les faire dire de façon suffisamment homogène pour que
l’agrégation statistique des subjectivités individuelles puisse faire sens ; sur les effets du
mode de passation d’un questionnaire abordant des sujets délicats et intimes ; sur la nature
des problèmes de santé à détecter et la manière de les questionner de façon appropriée ;
hypothèses fortes, enfin, sur la nécessité de disposer d’éléments de contexte biogra­
phiques, comportementaux ou sociaux plus larges que ceux qui sont directement attachés
aux violences subies ou à la santé des personnes.
C’est de tout cela que rend compte le présent ouvrage, en tenant les deux bouts de la chaîne,
des choix méthodologiques et hypothèses en amont aux résultats en aval, sans négliger non
plus la restitution de ce qui, dans la mise en œuvre des outils sur le terrain (protocole de col­
lecte, pratique professionnelle des enquêteurs), participe aussi de la construction du produit
final. Le contenu des chapitres qui suivent s’efforce de mettre étroitement en communication
la méthode et les résultats, pour montrer l’influence de la première sur les seconds ou l’éclai­
rage que les seconds permettent, a posteriori, de jeter sur la première. Des comparaisons sont
établies, aussi souvent que possible et parfois dans des articles qui y sont entièrement consa­
crés, avec les sources disponibles par ailleurs dans le champ « violences » ou « violences et
santé » en France. L’ensemble enfin, sans épuiser la diversité des thèmes que l’enquête permet
d’aborder, développe des pistes nouvelles, telles que par exemple le chiffrage du coût écono­
mique des violences, et suggère la manière dont les relations entre violences et santé pren­
nent forme, dans un ensemble de questions sociales ou sanitaires plus larges.
Le lecteur peut ici trouver des éléments de connaissance et de réflexion sur le profil et le com­
portement des personnes qui se déclarent victimes de violences, sur les circonstances qui
entourent les agressions subies et leurs conséquences. En particulier, une attention particu­
lière est portée à ce qui permet de différencier la situation des femmes de celle des hommes
qui rapportent les mêmes atteintes, ainsi qu’aux écarts de déclarations qui peuvent être repé­
rés entre divers âges de la vie. Plus largement, les questions sont posées en interrogeant la sur­
venue des violences et les états de santé qui y sont associés dans une mise en perspective bio­
graphique plus globale : dans quels parcours de vie, émaillés de quels événements, des
violences prennent­elles place, avec quelles éventuelles manifestations associées, en termes
de santé ? Quels sont les effets des violences, sexuelles notamment, ou d’autres événements
difficiles comme le fait d’avoir traversé des épreuves familiales (perte d’un parent pendant
l’enfance, sévères privations matérielles…) ? Dans une optique de compréhension sanitaire
large des problèmes en cause, la question est également posée de savoir comment les événe­
ments de vie difficiles s’articulent à des problèmes de santé tels que les troubles du sommeil
ou à des comportements d’usage des substances psychoactives, qu’il s’agisse du tabac, de l’al­
cool ou des drogues illicites ?
Grâce à la rencontre d’auteurs issus de disciplines différentes, ayant pris forme dans des contri­
butions nombreuses et variées, et ce malgré les difficultés méthodologiques que soulève la
nécessité d’avoir recours, comme dans toute tentative de quantification, à des outils standar­
disés et simplifiés de diagnostic et d’appréhension des phénomènes sociaux, cet ouvrage offre
ainsi un panorama à la fois complet et nuancé de la nature des liens entre événements de vie
et santé en France. g
debut_evs:EVS 09/11/2010 16:17 Page 14
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 15
Partie 1
LA
CONSTRUCTION DE L’ENQUÊTE
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 16
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 17
Comment questionner les violences subies ?
Comparaison des sources statistiques françaises
Catherine CAVALIN
T
errain encore totalement vierge il y a vingt­cinq ans, l’appréhension statistique des vio­
lences a depuis lors été développée par plusieurs enquêtes. En 2002, l’Organisation mon­
diale de la santé (OMS) déplorait encore une absence totale de données en population géné­
rale (Krug et al., 2002). Les résultats sont aujourd’hui relativement abondants. Ils sont
toutefois produits avec des concepts, des protocoles de collecte, des questionnaires pas tou­
jours identiques. L’objet statistique « violence(s) » ne coule en effet pas de source : non seule­
ment les outils mis en place pour mesurer les violences sont en France relativement récents ;
mais le contenu de la notion même de « violence(s) » doit aussi être précisément délimité pour
dépasser les préjugés et connotations qui lui sont attachés (voir l’article p. 35). La comparaison
des angles d’attaque sous lesquels les différentes enquêtes abordent cette question doit per­
mettre de comprendre les discordances observées au niveau des résultats. C’est ce même
effort de comparaison et de synthèse qui anime des équipes de chercheurs européens, dans la
perspective d’harmoniser les outils de mesure (Hagemann­White et al., 2008 ; Martínez et
Schröttle, 2006 ; Zauberman, 2008).
État des lieux des sources statistiques françaises
La statistique administrative retraçant l’activité des services de justice,
de police et de gendarmerie
Chargés de lutter contre les crimes et les délits, les services de justice, de police et de gendar­
merie se sont dotés d’outils de comptage des événements. Ainsi, L’annuaire statistique de la jus­
tice fournit des données relatives aux moyens et à l’activité de la justice civile et pénale (nombre
de juridictions, moyens budgétaires, implantations, activité des juges d’instruction, taux de réci­
dive, etc.), ainsi qu’à l’exécution des peines dans le cadre de l’administration pénitentiaire.
En revanche, cette source se limite à une description sociodémographique étroite des auteurs
de crimes et délits (nombre de condamnations, nature des peines prononcées, sexe, âge, natio­
nalité des condamnés) et ne procure aucun renseignement sur le contexte des faits recensés ou
le profil des victimes. Par ailleurs, le terme de violence apparaît exceptionnellement, pour
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 18
Partie 1 - La construction de l’enquête
18
distinguer les « condamnations pour violences volontaires » (homicides, coups et violences
volontaires, etc.) des « condamnations pour violences involontaires » (homicides ou blessures
involontaires, etc.). En outre, les agressions sexuelles sont classées dans une catégorie spéci­
fique. La notion de violence se cantonne donc aux atteintes physiques (coups et blessures) à
caractère non sexuel.
Créé en 1972 en France et réformé en 1988 et 1995, L’état 4001 constitue quant à lui la statis­
tique annuelle de l’activité des services de police et de gendarmerie. Ce document recense
tous les types d’infraction ayant suscité une intervention des forces de police et de gendarme­
rie dans l’année écoulée. Il ne comptabilise toutefois pas tous les délits et crimes signalés,
puisqu’il exclut notamment les plaintes pour violences involontaires envers les automobilistes
et l’ensemble des délits routiers, de même que l’ensemble des dépôts de main courante. Par
ailleurs, son mode de comptage, mêlant diverses unités de compte selon les infractions consi­
dérées (nombre de procédures, de victimes, d’auteurs, etc.), est complexe, et la typologie sur
laquelle il repose doit s’adapter aux changements législatifs et réformes qui redéfinissent les
contours des infractions, des contraventions, des délits, etc. Cela implique d’en analyser les
résultats avec de grandes précautions. Enfin, L’état 4001 reste surtout largement tributaire des
normes juridiques et judiciaires, restreignant ce qu’il désigne explicitement comme « vio­
lences » aux atteintes physiques à caractère non sexuel, et fournissant peu d’informations sur
les victimes, toutes infractions confondues.
Les premières enquêtes de victimation en France
Le caractère partiel des sources statistiques judiciaires et de L’état 4001 a conduit la France à
se doter d’un dispositif d’enquêtes de victimation1. C’est au milieu des années 1980, soit une
vingtaine d’années après les États­Unis2, que le Centre de recherches sociologiques sur le droit
et les institutions pénales (CESDIP) a lancé les premières enquêtes françaises du genre (Zau­
berman et al., 1990). L’ambition initiale de ces grandes enquêtes quantitatives est de produire
une mesure plus objective de la criminalité, en interrogeant directement un échantillon de per­
sonnes sur les violences qu’elles estiment avoir subies. Ce faisant, elles entendent établir un
« chiffre noir de la délinquance », pouvant être confronté aux statistiques de l’activité judi­
ciaire et policière. Du fait de leur caractère déclaratif, ces enquêtes constituent un précieux
complément de savoir. Reste qu’elles continuent de se référer aux catégories de crimes et
délits libellées dans la typologie de L’état 4001 et n’interrogent pas le contenu même de la
notion de violences : ce n’est pas leur objet. Par ailleurs, en France en particulier, ces enquêtes
sont rapidement sorties de la seule perspective comparatiste, en s’orientant résolument vers
la connaissance des caractéristiques des victimes, de leurs comportements et de leurs réac­
tions aux crimes ou délits subis, dans une approche critique de l’adéquation des politiques
publiques aux attentes et aux besoins des justiciables en matière de sécurité. Comme le sou­
tiennent certains artisans de ces enquêtes de victimation en France, « l’enquête de victimation
et la statistique administrative ne constituent pas deux mesures de la même chose : il s’agit de
1. Par « enquêtes de victimation », on entendra toujours ici les enquêtes « traditionnelles » du genre, à savoir celles qui,
en France, sont conduites en conformité ou en référence à L’état 4001 et puisent leur source d’inspiration dans les
enquêtes anglophones pionnières. D’autres enquêtes peuvent, à plusieurs égards, être considérées comme des enquêtes
de victimation, au sens où elles reposent sur un questionnaire détaillant des atteintes dont les enquêtés peuvent se déclarer « victimes ». Mais leurs objectifs centraux sont différents des précédentes, auxquelles seules sera donc réservé ici le
qualificatif d’enquêtes « de victimation ».
2. Les premières grandes enquêtes quantitatives de victimation ont été lancées au milieu des années 1960 aux ÉtatsUnis, dans un contexte d’interrogations au sujet du renouvellement des formes et de la possible augmentation des faits
criminels et délictueux. Elles ont débouché sur la mise en place, en 1972 (puis dans un format renouvelé et approfondi,
en 1989), d’une enquête annuelle sur un échantillon très important : le National Crime Victimization Survey (NCVS).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 19
Comment questionner les violences subies ?
19
comptages opérés auprès d’acteurs différents, situés à des moments différents et soumis à
des logiques d’action qui ne coïncident pas. C’est d’ailleurs ce qui donne valeur à leur confron­
tation, mais il ne faut pas les prendre pour deux comptables refaisant, chacun de son côté, la
même caisse » (Robert et al., 1999).
L’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (ENVEFF),
première étape vers l’appréhension statistique des violences subies
Dès les années 1970, les mouvements féministes ont fait de la dénonciation des violences faites
aux femmes (violences sexuelles en particulier) un axe important de leurs revendications. Par la
suite, les organismes internationaux tels que l’Organisation des Nations Unies (ONU) ont réitéré
des appels aux gouvernements pour que soient développés des textes de lois susceptibles de
promouvoir une plus grande égalité entre les femmes et les hommes. La plate­forme d’action de
Pékin, adoptée en septembre 1995 lors de la quatrième conférence mondiale sur les femmes,
joue ainsi un rôle déclencheur dans la réalisation de l’Enquête nationale sur les violences envers
les femmes en France (ENVEFF) en 2000 : elle incite à « promouvoir la recherche, organiser la col­
lecte des données et constituer des statistiques sur la prévalence des différentes formes de vio­
lence à l’encontre des femmes, en particulier la violence domestique, et encourager la recherche
sur les causes, la nature, la gravité et les conséquences de cette violence, ainsi que sur l’efficacité
des mesures mises en œuvre pour prévenir cette violence et la réparer ». L’ENVEFF, réalisée par
l’Institut de démographie de l’Université Paris­1 (IDUP), a permis d’interroger par téléphone
7 000 femmes résidant en ménage ordinaire et âgées de 20 à 59 ans.
Cette enquête novatrice a une tout autre origine intellectuelle, politique et scientifique que les
enquêtes de victimation. Elle se dote en particulier d’une définition propre de la violence, qui
ne s’appuie pas sur les catégories policières ou judiciaires pensées en termes de crimes ou de
délits, mais se pose, en référence à l’universalité des droits humains, comme une atteinte à l’in­
tégrité de la personne : « Quelle qu’en soit la nature et quels qu’en soient les protagonistes, les
actes violents sont toujours une atteinte à l’intégrité de la personne. […] Au­delà des actes, la
violence s’inscrit dans un fonctionnement d’emprise sur l’autre. Elle est fondée sur un rapport
de force ou de domination qui s’exerce par des brutalités physiques ou mentales entre au
moins deux personnes. Elle ressortit au désir d’imposer sa volonté à l’autre, de le dominer au
besoin en l’humiliant, en le dévalorisant, en le harcelant jusqu’à sa capitulation et sa soumis­
sion. Contrairement au conflit, mode relationnel interactif susceptible d’entraîner du change­
ment, la violence – signalant d’ailleurs l’incapacité à communiquer – est perpétrée de façon
univoque et destructrice » (Jaspard et al., 2003a, p. 17­18).
L’ENVEFF s’efforce de recueillir les violences perçues et déclarées comme telles par les
femmes qui en sont victimes. En ce sens, c’est la première enquête française permettant d’ap­
préhender les violences interpersonnelles au sens large3 – et de recueillir des éléments de
connaissance sur les femmes exposées à des atteintes d’ordre verbal, physique, sexuel ou psy­
chologique, dans différentes situations « ordinaires » (espaces publics ou sphère privée)4.
3. Par commodité et en référence aux catégories policières, l’usage distingue les atteintes aux personnes, violences désignées le plus souvent comme « interpersonnelles » (verbales, physiques, sexuelles et psychologiques dans l’ENVEFF)
des atteintes aux biens (par exemple les vols et tentatives de vols, cambriolages, dégradations de biens). Cette distinction
n’a d’autre but que d’indiquer globalement la nature des actes : atteinte directe sur la victime ou geste de prédation. Les
deux aspects peuvent évidemment se combiner (par exemple, pour les vols avec coups).
4. Les atteintes aux biens ne sont pas incluses dans le questionnaire de l’ENVEFF, lorsqu’elles ne sont pas associées à
une agression directement perpétrée sur la personne. Il ne peut par exemple pas être question de vol « simple » ; le vol
n’est traité que lorsqu’il s’accompagne d’insultes, de coups ou autres actes visant directement la personne à l’occasion de
(et souvent pour faciliter, du point de vue de l’agresseur) la prédation (voir l’article p. 35).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 20
Partie 1 - La construction de l’enquête
20
Du point de vue méthodologique, le questionnement repose sur des principes radicalement
différents de ceux des enquêtes françaises de victimation. « La » violence n’est pas appré­
hendée en tant que réalité globale et abstraite : chacun des types d’atteintes violentes fait
l’objet de descriptions factuelles et est décliné dans différentes « sphères » (famille et
proches, vie conjugale actuelle, ex­conjoint, espace public, vie professionnelle, etc.). Pour
rendre compte des éventuelles agressions sexuelles survenues au sein d’une relation de
couple, par exemple, les enquêtées devaient répondre à deux questions :
• « Votre conjoint(e) a­t­il(elle) utilisé la force pour avoir des rapports sexuels avec vous ? »
• « Vous a­t­il (elle) imposé des gestes sexuels que vous refusiez ? »
Si les enquêtées déclaraient que les agresseurs faisaient partie de leur famille ou de leurs
proches, il leur était demandé si elles avaient subi des attouchements sexuels, des rapports
sexuels forcés (ou des tentatives) ou si elles avaient été contraintes de se déshabiller. Il
s’agit donc d’abord de mettre en contexte certains événements ou situations (relation de
couple, relations familiales, espaces publics, etc.), puis de désigner ces événements ou
situations par des actes ou des gestes décrits sans généralité ni abstraction.
Autre innovation radicale par rapport aux enquêtes de victimation, l’ENVEFF aborde le champ
de la santé sous un angle original. Elle comporte des questions « classiques » (qui empruntent
largement au registre usuel des enquêtes de santé généralistes) sur les recours et la consom­
mation de soins et de médicaments des douze derniers mois, mais aussi des questions en rap­
port direct avec des violences subies (traumatologie), les comportements sexuels et les prises
de risques éventuellement associées, la consommation de tabac, d’alcool et de drogues illi­
cites et la santé mentale. Alors que les enquêtes de victimation ne traitent que les questions
de santé en lien direct avec le statut de victime (arrêts de travail, incapacités totales de travail,
blessures, consultations ou hospitalisations consécutives aux violences subies, etc.), l’ENVEFF
aborde les questions de santé en tant que contexte des violences et permet d’interroger les
possibles relations de causes à effets entre violences subies et état de santé.
L’enquête Événements de vie et santé (EVS) :
violences subies par les hommes et les femmes,
état de santé et contexte biographique
Si l’ENVEFF constitue la première étape vers l’appréhension statistique des violences subies
en population générale et des liens entre celles­ci et l’état de santé des victimes, le champ
de cette enquête se limite aux violences faites aux femmes. Forte des jalons posés par
l’ENVEFF, l’enquête Événements de vie et santé (EVS), élaborée par la DREES et réalisée par
les enquêteurs de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE),
trouve l’une de ses raisons d’être dans l’idée qu’une enquête statistique doit (ou peut en
tout cas), pour établir en population générale la nature des relations entre violences subies
et santé, questionner tant la population féminine que masculine (Krug et al., 2002). Près de
10 000 personnes, hommes et femmes âgés de 18 à 75 ans et résidant en France en ménage
ordinaire, ont ainsi été interrogés en face à face.
Pour pouvoir comparer les données, plusieurs questions d’EVS sur l’occurrence des événe­
ments violents sont libellées de la même manière que dans l’ENVEFF. Généralement, tout acte
de violence fait l’objet, comme dans l’ENVEFF, de formulations explicites et concrètes et on ne
mentionne ici aussi qu’exceptionnellement les termes de « violence » et d’« agression ». La
parenté entre l’enquête EVS et l’ENVEFF réside en outre dans une commune définition du
concept de violence : définie également comme atteinte à l’intégrité de la personne, emprise
d’un ou plusieurs agresseurs sur leur(s) victime(s), la violence est par conséquent placée dans
un registre qui ne peut directement être interprété en termes de crimes ou de délits. Par la
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 21
Comment questionner les violences subies ?
21
manière très factuelle de poser les questions et par leur définition de la violence, l’ENVEFF et
l’enquête EVS se distinguent sensiblement des enquêtes de victimation.
L’enquête EVS se différencie toutefois aussi de l’ENVEFF, et pas seulement parce qu’elle inter­
roge des femmes et des hommes. Le champ des violences étudiées est plus large : les atteintes
aux biens, même quand elles ne sont pas associées à des atteintes directement perpétrées sur
les victimes, font ainsi partie des thèmes d’analyse de l’enquête EVS. Une des hypothèses, ex
ante, est de pousser jusqu’au bout la notion d’« atteinte à l’intégrité de la personne ». Il s’agit
de pouvoir tester si, même lorsqu’une atteinte à des biens matériels a été perpétrée sans
agression directe de la personne, celle­ci déclare tout de même en avoir subi des consé­
quences autres que matérielles (pour sa santé, psychologiques, professionnelles, etc.).
Toujours en matière de contenu, l’enquête EVS permet d’analyser l’état de santé de manière
plus approfondie que dans l’ENVEFF. Le module santé d’EVS couvre en effet des aspects simi­
laires à ceux qu’explorent les questions « santé » de l’ENVEFF mais de manière plus détaillée,
notamment pour la consommation de substances psychoactives, les consommations de soins
sur douze mois et les maladies chroniques (voir l’article p. 35). De plus, le questionnaire stan­
dardisé de santé mentale utilisé est susceptible de produire sur certaines pathologies une
information plus proche d’un diagnostic. Cela signifie, en termes d’interprétation des données,
que les personnes identifiées par le questionnaire comme étant dépressives, par exemple, pré­
sentent un état de santé relevant à coup sûr d’une réalité autre qu’un simple manque d’entrain
passager, plus proche de ce que l’on pourrait qualifier, selon des critères médicaux, d’épisode
dépressif majeur. Enfin, le questionnaire d’EVS aborde l’état de santé sous l’angle biogra­
phique : il est presque toujours possible de dater l’occurrence ou la durée des faits, à l’échelle
de la vie entière de la personne interrogée.
Cette perspective biographique est présente à travers tout le questionnaire d’EVS. Sans qu’il
soit question d’effectuer un recueil de données à caractère ouvert et narratif tel que celui mis
en œuvre par exemple dans l’enquête Biographies et entourage (Bonvalet et Lelièvre, 2006),
les situations ou événements rapportés sont rattachés, sinon à une date exacte, du moins tou­
jours à une grande période de la vie : enfance (0 à 9 ans), adolescence (10 à 19 ans) ou âge
adulte (20 ans ou plus). Cette spécificité de l’enquête ne s’applique pas à tous les événements
de la vie, mais à un ensemble étendu d’événements difficiles qui peuvent émailler le parcours
biographique de la personne elle­même ou de son entourage (suicides et tentatives de suicide,
maladies graves, décès, etc.).
Enfin, du point de vue des méthodes de collecte utilisées, l’enquête EVS a mis en œuvre un
protocole d’enquête nouveau par certains aspects, soucieux de s’adapter le mieux possible
à la sensibilité des thèmes abordés et au mode de collecte (en face à face et non par télé­
phone comme dans l’ENVEFF, en recourant à de nouvelles méthodes d’auto­administration,
voir l’article p. 53).
Les nouvelles enquêtes de victimation
Les enquêtes de victimation initiées par le CESDIP en 1984­1985 ont connu une évolution nota­
ble en 1996 avec l’introduction, dans les enquêtes permanentes sur les conditions de vie des
ménages (enquêtes PCV ou EPCV) de l’INSEE, de questions portant notamment sur la sécu­
rité, l’insécurité et le sentiment d’insécurité. Certes, jusqu’en 20045, ces enquêtes sont res­
tées orientées vers la connaissance des conditions de vie en général, en abordant ce qui a
trait à la sécurité des ménages comme un élément parmi d’autres du cadre de vie. Mais à
5. À l’exception de l’édition de 1999, conduite par l’INSEE et l’Institut des hautes études de sécurité intérieure (IHESI), qui
a renforcé la part consacrée à l’exploration de la victimation.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 22
Partie 1 - La construction de l’enquête
22
partir de 2005, en rapport notamment avec la nouveauté des résultats de l’ENVEFF et le mon­
tage de l’enquête EVS, les enquêtes PCV ont débouché sur l’enquête Cadre de vie et sécurité
(CVS), réalisée par l’Institut national des hautes études de sécurité (INHES) et l’INSEE. Son
questionnaire couvre un champ élargi de la victimation et de l’insécurité, sur un échantillon
de plus grande taille. Après un approfondissement du questionnaire en 2006, l’enquête de
2007 inaugure un dispositif (déjà reproduit en 2008, 2009 et 2010) destiné à être répété plu­
sieurs années de suite, qui s’inspire largement de l’enquête de victimation britannique, le Bri­
tish Crime Survey (BCS) [Walby et Allen, 2004].
En particulier, la notion d’agression fait l’objet d’une réflexion plus poussée puisque, pour la
première fois, les différents types d’atteintes à la personne sont différenciés et développés
dans le questionnaire (vols avec violence ou menace, vols sans violence, violences physiques,
menaces, insultes ou injures, violences sexuelles). De plus, à l’instar des innovations méthodo­
logiques de l’enquête EVS, l’enquête CVS se dote, à partir de 2007, d’un protocole de collecte
plus confidentiel et, à ce titre, mieux adapté au recueil des données les plus délicates : les
questions sur les atteintes physiques commises par une personne résidant à la date de l’en­
quête avec l’enquêté(e) et sur les atteintes sexuelles (tous auteurs confondus, c’est­à­dire
corésidents ou non avec leur victime à la date de l’enquête) sont posées dans un question­
naire auto­administré par ordinateur6.
Ce nouveau dispositif d’enquêtes a permis d’obtenir, dans le rapport 2008 de l’Observatoire
national de la délinquance (OND), des résultats cumulant les données des enquêtes CVS 2007
et 2008. Les faits de violence que déclarent avoir subi 22 000 personnes âgées de 18 à 60 ans
au cours des années 2006 et 2007 peuvent ainsi être analysés dans des conditions méthodo­
logiques plus satisfaisantes que dans les précédentes enquêtes de victimation en France, à la
fois du fait de la taille de l’échantillon mobilisé et des meilleures conditions de passation du
questionnaire. Tout en restant des enquêtes de victimation à part entière, à ce titre fondamen­
talement appuyées sur les définitions normées de ce qui constitue un crime ou un délit au
regard de la loi, les récentes enquêtes CVS affinent les méthodes et permettent de produire
des résultats jusque­là inaccessibles par ce dispositif statistique en matière de violences conju­
gales ou exercées dans la sphère domestique.
L’enquête Contexte de la sexualité en France et le Baromètre santé :
les violences, entre autres objets
La progression des connaissances statistiques dans le domaine des violences provient égale­
ment de sources qui n’en font pas leur objet premier, mais qui intègrent certaines violences
interpersonnelles à leur analyse. Il en est ainsi du Baromètre santé ou de l’enquête Contexte
de la sexualité en France (CSF), réédition en 2005­2006 de l’enquête Analyse du comporte­
ment sexuel des Français (ACSF) de 1972.
Le Baromètre santé7 vise à mieux cerner les connaissances et les comportements en matière
de santé des personnes de 12 à 75 ans résidant en France. La problématique est donc bien plus
6. Procédé audio-CASI avec possible interrogation dans une autre langue que le français pour les personnes ne le comprenant pas avec une aisance suffisante : arabe, turc et allemand dans l’enquête de janvier 2007.
7. Le Baromètre santé 2005, dernier du genre dont les résultats sont publiés, est une enquête téléphonique à laquelle ont
répondu environ 30 000 femmes et hommes âgés de 12 à 75 ans, disposant soit d’une ligne téléphonique fixe (liste
blanche, orange ou rouge : 26 000 enquêtés), soit d’un abonnement téléphonique exclusif à une ligne de portable (4 000
enquêtés). Les questions posées sur la sexualité et les violences sexuelles ne s’adressent qu’aux 15-75 ans, du fait de
l’âge légal de la majorité sexuelle (Beck et al., 2007a). La collecte d’une nouvelle édition du Baromètre santé a été réalisée
fin 2009.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 23
Comment questionner les violences subies ?
23
large et orientée vers la prévention sanitaire, en accord avec la vocation de l’Institut national
de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) responsable de cette enquête. Dans ce
cadre, les violences sont traitées « en liaison avec d’autres situations vécues ou des actes impli­
quant des risques pour la santé : les tentatives de suicide et les usages de drogues licites ou illi­
cites, et le cas échéant, des transgressions des normes comme l’absentéisme scolaire » (Guil­
bert et al., 2001, p. 191). En ce sens et parce qu’il est aussi question de violences exercées (et
pas seulement subies) par les personnes interrogées, l’approche est assez voisine de celle que
développent les enquêtes centrées sur les populations les plus jeunes, comme par exemple
l’enquête européenne European School Survey Project on Alcohol and Other Drugs (ESPAD)
[Beck et al., 2007b ; Choquet et al., 2004] qui, pour la France, succède elle­même aux premiers
éléments de connaissance établis par l’enquête Adolescents (Choquet et Ledoux, 1994).
Par ailleurs, les questions du Baromètre sur le sujet des violences ne couvrent que les atteintes
physiques et sexuelles. Les premières sont désignées par le fait d’avoir été « frappé(e) ou
blessé(e) physiquement », les secondes sont englobées dans les « rapports sexuels forcés »
déclinés ensuite, en cas de réponse positive, en « attouchements », « tentatives de rapports
forcés » et « rapports forcés ».
L’enquête Contexte de la sexualité (CSF)8 ne traite quant à elle, en matière de violences inter­
personnelles, que de celles qui présentent un caractère sexuel : conversations ou appels télé­
phoniques à caractère pornographique, attouchements sexuels, tentatives de rapports
sexuels forcés et rapports sexuels forcés. Cette enquête a engagé un effort particulier pour se
doter de la meilleure comparabilité possible avec l’ENVEFF sur les violences sexuelles et les cir­
constances qui les entourent. Le mode de passation étant identique (téléphonique), plusieurs
conditions sont donc réunies pour mettre en parallèle les résultats de ces deux enquêtes. L’ob­
jectif central de l’enquête CSF est toutefois sensiblement différent de celui de l’ENVEFF : dans
la première, les questions sur les violences sexuelles subies interviennent à la fin de l’entretien,
alors que l’enquêté(e) a préalablement été amené(e) à reconstituer sa biographie affective et
sexuelle, tandis que le propos central de l’ENVEFF est d’aborder l’ensemble des situations de
victimation pour en développer le contexte et les conséquences.
Comprendre et analyser les discordances
entre enquêtes statistiques
Au regard des différentes approches conceptuelles et méthodologiques des enquêtes statis­
tiques qui abordent la question des violences subies, le travail de comparaison s’avère perti­
nent mais délicat et nécessite de plus amples développements que le travail réalisé dans ce
chapitre.
L’analyse se concentre ici sur un point critique en matière de comparaison des sources dispo­
nibles : les violences interpersonnelles, et plus particulièrement celles qui recouvrent les
atteintes à caractère physique, sexuel et psychologique. C’est en effet dans l’approche des vio­
lences interpersonnelles que l’évolution récente des enquêtes de victimation françaises a subi
la plus nette inflexion, tant pour le contenu que pour les méthodes utilisées, à l’instar de cer­
taines enquêtes de victimation réalisées à l’étranger. C’est donc dans ce domaine qu’il y a
aujourd’hui le plus matière à comparaisons et à discussions. D’autre part, les actes relevant des
atteintes directes sur les personnes tendent à se répéter et à se cumuler sur de courtes
8. L’enquête CSF a été réalisée par téléphone en 2005-2006 auprès de 12 364 personnes âgées de 18 à 69 ans, avec une
surreprésentation des moins de 25 ans et, dans une moindre mesure, des moins de 40 ans. Les répondants disposent
d’une ligne téléphonique fixe, sur liste blanche, orange ou rouge (22% de répondants dans ce dernier cas) ou d’un abonnement téléphonique exclusivement portable (2% des enquêtés environ).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 24
Partie 1 - La construction de l’enquête
24
périodes pour une même victime (voir l’article p. 71) : ce seul cumul, même impliquant des évé­
nements de gravité très diverse pris un à un, constitue un indice de gravité potentielle des
situations vécues dans la durée. Quant aux violences psychologiques, l’intérêt de les traiter est
double : l’ENVEFF établit en effet comment des pressions psychologiques au sein du couple
peuvent participer de l’exercice des violences conjugales, au sein d’un tout plus large où inter­
viennent aussi d’autres violences interpersonnelles ; l’enquête EVS montre pour sa part que,
lorsqu’un seul type de violence est rapporté pour les vingt­quatre mois précédant l’enquête,
il s’agit quatre fois sur dix de violences psychologiques.
Les violences verbales pourraient aussi donner matière à comparaisons, au regard des sources
récentes, mais nous considèrerons ici qu’elles « accompagnent » les autres types de violences
interpersonnelles : les personnes subissant des actes violents à caractère physique, sexuel ou
psychologique sont aussi plus fréquemment exposées que la moyenne à des insultes, injures
ou menaces verbales (coups avec insultes, menaces verbales visant, pour l’agresseur, à per­
mettre d’exercer des contraintes sexuelles, dénigrements assortis de menaces verbales, etc.)
[voir l’article p. 71]. Les violences sexuelles feront quant à elles l’objet d’un chapitre spécifique
(voir l’article p. 99).
Une fois que le matériau sur lequel porte la comparaison a été défini, se pose la question de
savoir : que se propose­t­on de comparer, au juste ? Il ne s’agit pas seulement de mettre en
regard des niveaux bruts de victimation ni de savoir pourquoi les différentes enquêtes ne s’ac­
cordent pas sur le nombre de victimes en population générale. Les taux de victimation sont en
effet si dépendants des outils forgés qu’il faut lire les résultats avec prudence et toujours com­
prendre comment ils ont été construits et ce qu’ils recouvrent : de quels actes exactement
s’agit­il, et sous quels libellés ont­ils été soumis à l’appréciation des enquêtés ? La comparaison
des résultats ne peut donc se faire qu’à la lumière de l’analyse des instruments de mesure.
Comparer : oui, mais à libellé de question identique
Comment mesurer l’impact des différences de formulation des questions ? La manière dont a
été libellée la question sur les agressions dans les deux premières éditions de l’enquête CVS
(janvier 2005 et janvier 2006), qui était alors une extension des enquêtes permanentes sur les
conditions de vie des ménages (EPCV), apporte des éléments de réponse.
En janvier­février 2005, la question initiale était : « Nous revenons sur les questions de sécurité,
mais en abordant maintenant des questions qui vous concernent personnellement et en par­
ticulier les agressions ou les violences, même verbales, auxquelles vous avez peut­être été
confronté(e). En 2003 ou 2004, avez­vous été personnellement victime d’agressions ou
d’actes de violences, y compris de la part de personnes que vous connaissiez ? » Au cours de
la phase de test et de la collecte, certains enquêteurs ont ressenti le besoin d’alléger le texte,
sans faire précéder la question de sa phrase introductive. Dans de nombreux cas, par consé­
quent, les expressions « agressions » ou « actes de violences » se sont trouvées totalement
dépourvues de contenu explicite, les atteintes verbales n’étant pas mentionnées.
Le questionnaire de janvier­février 2006 a choisi de remédier aux lourdeurs de formulation res­
senties par les enquêteurs, en intégrant dans la question elle­même tous les éléments jugés
nécessaires. La question est alors devenue : « En 2004 ou 2005, avez­vous été personnelle­
ment victime d’agressions ou d’actes de violences, même verbaux, y compris de la part de per­
sonnes que vous connaissiez ? »
« Cette modification de formulation a grandement pesé sur les réponses des enquêtés », esti­
ment Cyril Rizk et Julie Boé (Rizk et Boé, 2006). Si, en effet, le nombre de personnes qui se
déclarent victimes d’ « agressions » augmente entre 2004 et 2005 (alors que taux global
d’agressions était stable entre 1998 et 2004), c’est que, parmi ces victimes, ce sont celles qui
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 25
Comment questionner les violences subies ?
25
déclarent avoir subi des violences verbales dont l’effectif croît. La fréquence des agressions
physiques étant quant à elle stable, cela permet d’isoler un très probable effet du libellé de la
question (tableau 1). Une autre manière de conclure est de dire qu’il n’y a pas davantage de vic­
times de violences verbales en 2005 qu’en 2004, mais qu’on les compte de manière explicite et
qu’on aurait probablement (hypothèse invérifiable) pu les compter déjà pour l’année 2004, si
la question posée en janvier­février 2005 avait explicitement intégré la dimension « violences
verbales ».
TABLEAU 1
Comparaison de la proportion de personnes de 14 ans ou plus se déclarant victimes
d’« agressions » ou d’« actes de violences » en 2004 et 2005 (en %)
2004
(enquête 2005)
2005
(enquête 2006)
Personnes ayant déclaré au moins une agression subie…
4,9
7,8
… dont victimes d’injures ou de menaces
2,9
5,6
… dont victimes de violences physiques (accompagnant ou non un vol)
1,8
1,7
95,1
92,2
100,0
100,0
Personnes ayant déclaré n’avoir pas été agressées
Ensemble des 14 ans ou plus
Lecture • 4,9 % des personnes des personnes de 14 ans ou plus ont déclaré en 2005 avoir subi en 2004 au moins un acte de violence ou
une agression.
Sources • Enquêtes PCV et CVS, INSEE, 2005 et 2006.
Décrire les actes violents en termes « concrets » :
oui, mais jusqu’où ?
Le parti pris consistant à expliciter la nature des gestes violents dans les questions, aussi légi­
time soit­il, doit également être manipulé avec précaution : les violences psychologiques en
constituent un bon exemple.
De toute évidence, dire « violences psychologiques » dans un questionnaire en espérant être
compris de manière homogène (ou compris, tout simplement !) par des milliers de répondants,
est voué à l’échec. Il apparaît donc nécessaire de trouver des formulations désignant explicite­
ment les gestes ou les attitudes que peuvent prendre les atteintes violentes de nature psycho­
logique. Cela implique de ne pas se limiter à une seule question, qui prétendrait tout dire, sans
nécessairement multiplier à l’infini les questions posées. Car plus les questions seront nom­
breuses, plus le nombre de personnes qui se déclarera « victimes de violences psycholo­
giques » sera important, par le seul effet mécanique d’un questionnement réitéré. Faute de
pouvoir établir le nombre « idéal » de questions, il faut s’efforcer de tendre vers une juste
mesure. Le taux de victimation que l’on se donne les moyens de lire est donc notamment le
produit de cette mesure très construite.
Dans l’enquête EVS par exemple, sept catégories d’atteintes psychologiques ont finalement
été distinguées, pour la plupart inspirées de l’ENVEFF. Deux d’entre elles concernent un nom­
bre beaucoup plus grand de victimes9 : d’une part, le fait de subir des dénigrements, des cri­
tiques injustes à propos de son apparence physique, de ses idées ou de ce que l’on a fait (11 %
des 18­75 ans), d’autre part le fait d’avoir reçu des appels téléphoniques malveillants, y com­
pris lorsque personne ne parlait, ou des courriers de cette même nature (11% des 18­75 ans
9. Pour le détail des taux de victimation, catégorie par catégorie, au sein des violences de type « psychologique », voir
l’article p. 71.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 26
Partie 1 - La construction de l’enquête
26
également). Si l’on n’inclut que ces deux catégories d’actes, qui se recoupent assez peu, 20%
des personnes âgées de 18 à 75 ans peuvent être considérées comme « victimes de violences
psychologiques ». Avec cinq questions de plus, cette proportion atteint 27% des personnes
interrogées. Ce résultat « agrégé », dans le sens où il rassemble sous un même terme (« vic­
times de violences psychologiques ») plusieurs sous­catégories, se trouverait encore proba­
blement rehaussé si l’on ajoutait d’autres questions.
Rien ne permet de dire catégoriquement où se situe le juste équilibre entre des questions trop
synthétiques, allusives, implicites, chargées potentiellement de polysémie pour des publics
différents, et un luxe de détails concrets qui deviendrait excessif. C’est donc sur l’interpréta­
tion analytique des résultats qu’il faut faire porter la réflexion et être vigilant lorsque l’on com­
pare les enquêtes.
Agréger les résultats :
oui, mais avec un mode d’emploi très lisible
Un problème un peu différent se pose lorsqu’il s’agit de proposer des indicateurs très synthé­
tiques, permettant de mesurer des phénomènes dont on souhaite restituer à la fois l’intensité
et le caractère complexe. Examinons par exemple certains choix opérés par les concepteurs
de l’ENVEFF, dans le domaine des violences conjugales.
Dans le questionnaire, la vie de couple a été distinguée comme une sphère à part entière : cela
révèle le statut spécifique que l’enquête accorde aux questions de violences conjugales et
nous rappelle qu’au début des années 2000, les connaissances statistiques dans ce domaine
sont plus que lacunaires.
L’exploitation des données a conduit les auteurs de la synthèse finale de l’enquête à calculer
un « indicateur global de violences conjugales », qui récapitule à lui seul les réponses à vingt­
deux questions portant sur des actes de violence commis par le (la) conjoint(e) au cours des
douze derniers mois. L’idée même d’un indicateur global peut être comprise comme une ten­
tative pour décrire la violence conjugale dans sa complexité et dans sa globalité, en s’affran­
chissant pour partie d’une description par type de violences. Il s’agit de produire un score qui
mesure les violences déclarées par les femmes victimes de leurs conjoint(e)s, en repérant la
fréquence des événements et leur cumul avec d’autres types d’atteintes. La « gravité » de ces
violences est évaluée au regard de la répétition des actes déclarés, qu’ils soient ou non de
même nature (Jaspard et al., 2003a, p. 64).
Le score vaut 0 pour les femmes qui ont répondu « non » aux vingt­deux questions, pour celles
qui ont rapporté avoir été insultées moins de quatre fois et pour celles qui déclarent avoir subi
des atteintes psychologiques « rarement » ou au plus trois de ces atteintes « quelquefois ».
Il vaut 1 pour les femmes qui déclarent plus de trois atteintes d’ordre psychologique subies
« quelquefois » ; pour celles qui rapportent avoir été confrontées « souvent » ou « systémati­
quement » à une ou plusieurs de ces mêmes atteintes, pour celles qui signalent des insultes ou
des injures en quatre occasions ou plus ; et enfin pour les femmes victimes d’une seule vio­
lence de nature physique ou sexuelle (chacun de ces critères à l’exclusive des autres). Le degré
d’exposition est alors qualifié de « grave ».
Enfin, le score vaut 2 pour les enquêtées qui cumulent deux conditions donnant au score la
valeur 1, et 3 pour celles qui cumulent plus de deux de ces conditions : dans ces cas, le degré
d’exposition aux violences conjugales est considéré comme « très grave ».
Qu’elles soient encore en couple ou non à la date de l’enquête, les femmes dont la situation
correspond aux scores 1, 2 ou 3 représentent 9,5% des femmes de 20 à 59 ans. C’est ce chiffre
qui est devenu, dans la plupart des médias et pour les politiques, le « 10% de femmes victimes
en France de violences conjugales ».
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 27
Comment questionner les violences subies ?
27
Ce résultat très agrégé est sans doute un des leviers qui a assuré l’important retentissement
de l’ENVEFF. Sa « simplicité » (un chiffre qui résume « tout ») a incontestablement accéléré la
prise de conscience par les responsables politiques d’un problème « violences conjugales », à
traiter en tant quel tel dans les politiques publiques (Lascoumes et Le Galès, 2007). À cet
égard, on peut considérer que des résultats agrégés s’avèrent plus efficaces et utiles que le cal­
cul d’une multitude d’indicateurs, même si ceux­ci mesurent une réalité plus fine. Mais cet indi­
cateur global a conduit à certaines simplifications dans l’interprétation : de manière souvent
lapidaire, il a en effet tendu à devenir « 10% de femmes battues » (Maillochon, 2007), réactivant
ainsi le stéréotype à l’encontre duquel l’équipe de recherche de l’ENVEFF pensait pouvoir aller,
en abordant les violences conjugales à travers de nombreuses dimensions.
C’est également à propos de la construction de cet indicateur statistique très agrégé qu’une
violente polémique a été déclenchée à propos de l’ENVEFF (Iacub et Le Bras, 2003). Sans
reprendre ici l’argumentation, plus idéologique que scientifique, des détracteurs de l’enquête,
il est possible d’écrire que, bien évidemment, le contenu même de l’indicateur et les seuils de
gravité qu’il retient sont à relativiser. Comme pour n’importe quel autre indicateur statistique
reposant sur des informations agrégées, les choix opérés pour le construire auraient pu être
autres. Par conséquent, si criticable soit­il à cet égard, il a quand même le mérite de sa nou­
veauté (toujours dans le contexte de grande méconnaissance des violences conjugales au
début de la décennie 2000) et de sa transparence : à qui n’est pas d’accord sur son contenu, il
suffit d’en lire le mode de construction, très explicite, pour proposer d’autres outils de mesure.
Cette réflexion sur l’utilité et les limites de l’agrégation des résultats, pour la mesure d’un phé­
nomène aussi complexe que les violences conjugales, doit ici se prolonger de quelques mots
sur les avancées réalisées dans ce domaine par le dispositif français d’enquêtes de victimation,
depuis l’enquête CVS de janvier 2007. Grâce à un protocole de collecte plus adapté (méthode
audio­CASI), l’enquête CVS aborde les violences physiques perpétrées par une personne rési­
dant avec sa victime à la date de l’enquête et l’ensemble des attouchements sexuels et rap­
ports sexuels forcés (ou tentatives), tous auteurs confondus. L’enquête CVS dépasse ainsi les
formulations jusque­là trop englobantes d’ « agressions », attribue un contenu plus explicite
aux violences physiques et sexuelles et se donne aussi les moyens de repérer directement les
actes de violence physique et sexuelle commis entre conjoints. Constitue­t­elle désormais la
source idéale pour cerner la réalité complexe des violences conjugales déclarées tant par les
hommes que par les femmes ? Il demeure que les enquêtes de victimation, en restant calées
sur les catégories de crimes et de délits, n’ont par nature pas vocation à explorer le champ des
violences psychologiques. Or, l’ENVEFF a bien montré combien il serait réducteur de circons­
crire les violences conjugales aux atteintes physiques et sexuelles portées entre conjoints ou
ex­conjoints. Les résultats de l’enquête CVS ne peuvent donc éclairer globalement les vio­
lences conjugales, mais au moins certains actes violents (physiques et sexuels) commis dans
une relation de couple, au sein du phénomène plus large « violences conjugales » qui peut aussi
comprendre (notamment) des atteintes psychologiques.
Contextualiser les situations de victimation :
oui, mais peut­être pas dans tous les cas
Questionner les violences subies en les replaçant dans des contextes très explicites ou
concrets de survenue n’est, par ailleurs, pas neutre du point de vue des résultats obtenus.
Le questionnaire de l’ENVEFF repose sur un parti pris très fort : toutes les questions sur l’oc­
currence des actes violents sont contextualisées, c’est­à­dire toujours situées en amont dans
une sphère donnée. Avant chaque série de questions, l’enquêteur rappelle ainsi : « Nous allons
maintenant parler de faits qui ont pu vous arriver au cours des douze derniers mois dans la rue,
les transports en commun, les lieux publics […] dans le cadre de votre travail […], dans le
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 28
Partie 1 - La construction de l’enquête
28
cadre de vos études », etc. À part les questions sur les insultes ou les injures, qui sont déclinées
à l’identique pour chacune des sphères déterminées, la formulation des questions pour les
autres types de violence varie en fonction des sphères.
Chacune des « différentes sphères de la vie » explorées (Jaspard et al., 2003a, p. 26) peut être
qualifiée de socio­spatiale, en ce qu’elle repose à la fois sur des lieux physiques aux limites
objectives10 et sur la nature des relations entre personnes qui prennent place dans ces
espaces (« relations de couple », « famille et proches », etc.). Le choix de placer systématique­
ment la situation évoquée dans des « sphères » doit permettre de se rapprocher le plus possi­
ble de la description matérielle des actes violents et d’aider la personne interrogée à se remé­
morer plus facilement les situations vécues.
Cette méthode de questionnement n’est toutefois pas sans effet. Tout d’abord, il n’est pas
toujours pertinent de diviser à l’extrême les sphères, sous prétexte de vouloir « particulariser »
tel lieu ou telle relation sociale. Ainsi, le module « consultations et domicile » du questionnaire
de l’ENVEFF (événements qui peuvent se produire avec des professionnels dans le cadre de
consultations ou à domicile : visite d’un artisan, etc.) est à l’usage apparu inutile.
Par ailleurs, supposer que certaines formes de violences se déroulent dans un contexte socio­
spatial particulier peut empêcher de repérer l’occurrence d’un type d’acte violent dans une
autre sphère de vie. La question suivante était par exemple posée dans les modules « vie pro­
fessionnelle » et « vie étudiante », mais pas dans celui qui concerne les espaces publics : « Au
cours des douze derniers mois, est­ce que quelqu’un a eu des attentions insistantes et
gênantes pour vous, vous a fait des avances sexuelles que vous ne désiriez pas ou vous a obli­
gée à regarder des images pornographiques ? » Ce choix semble refléter la volonté d’inclure
dans l’exploration des conditions de travail les éléments nouveaux intervenus en 1992 dans le
Code pénal et le Code du travail, en matière de définition du harcèlement sexuel puisque,
lorsqu’une femme déclare avoir subi sur son lieu de travail de telles avances non désirées, elle
peut désigner un supérieur hiérarchique comme agresseur11. Mais ne pas poser cette question
dans les différents lieux explorés par le questionnaire rend impossible la comparaison de l’oc­
currence des divers types de violences entre sphères : par exemple, aucun corpus homogène
de données ne peut permettre de dire s’il y a plus ou moins d’atteintes sexuelles dans les
espaces publics que sur les lieux de travail ou d’études, et qui en sont les victimes.
Les développements de l’enquête CVS 2007 pourraient pencher en faveur d’un questionnaire
« contextualisé », à la manière de celui de l’ENVEFF. De même que nous avons approché l’im­
pact des changements de libellés portant sur les « agressions physiques » entre CVS 2005 et
2006, observons ici les effets des nouveautés introduites par CVS 2007 (tableau 2). Dans cette
enquête, les actes en cause sont beaucoup plus explicites ; les questions sont contextualisées,
l’enquêté(e) ne répondant jamais indépendamment du lieu de résidence de l’éventuel agres­
seur ; les déclarations concernant les violences physiques subies de la part d’un membre du
ménage et l’ensemble des violences sexuelles sont recueillies par questionnaire auto­adminis­
tré sur ordinateur.
10. Par exemple : des lieux publics tels que la rue, les transports, les parkings, les commerces, les administrations, etc.,
des lieux de loisirs (sportifs, culturels, festifs, etc.), les services aux usagers lors de consultations (médicales, juridiques,
sociales) ou d’interventions de professionnels au domicile des enquêtées, le monde de la formation, du travail ou des
études.
11. La loi du 17 janvier 2002, postérieure à l’ENVEFF, étend les situations de harcèlement sexuel aux cas où l’agresseur
n’a pas nécessairement d’ascendant hiérarchique sur sa victime.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 29
Comment questionner les violences subies ?
29
TABLEAU 2
Comparaison des questions sur les « agressions » et du protocole de collecte
dans les enquêtes CVS 2005, 2006 et 2007
Libellé des questions
Protocole
de collecte
« En 2003 ou 2004, avez-vous été personnellement victime d’agressions ou d’actes de violences, y compris de
la part de personnes que vous connaissiez ? »
La phrase introductive qui incluait les violences verbales
a, de fait, disparu.
Face à face
« En 2004 ou 2005, avez-vous été personnellement victime d’agressions ou d’actes de violences, même verbaux,
y compris de la part de personnes que vous connaissiez ? »
Face à face
1. Violences physiques hors-ménage
« Nous allons maintenant aborder des questions sur les
violences, menaces ou insultes dont vous avez pu être
victime en dehors de tout vol ou tentative de vol. En 2005
ou 2006, avez-vous été personnellement victime de violences physiques de la part d’une personne qui ne vit pas
actuellement dans le même logement que vous ? (y compris de la part d’un ex-conjoint ou conjoint qui ne vit plus
actuellement avec vous) ».
Instruction aux enquêteurs : « Exclure les violences à
caractère sexuel ».
Face à face
2. Violences sexuelles hors-ménage
« Nous allons aborder maintenant des agressions sexuelles comme les viols ou les rapports sexuels forcés dont
vous auriez pu être victime au cours de ces deux dernières
années. En 2005 ou 2006, en dehors des personnes qui
vivent actuellement avec vous, est-il arrivé qu’une personne vous oblige à subir des attouchements sexuels ou
avoir un rapport sexuel contre votre volonté, ou qu’elle
tente de le faire ? »
Auto-administré
par ordinateur
3. Violences physiques intra-ménage
« En dehors de violences sexuelles, est-il arrivé en 2005
ou 2006 qu’une personne qui vit actuellement avec vous
vous gifle, vous frappe, vous donne des coups ou vous
fasse subir toute autre violence physique ? »
Auto-administré
par ordinateur
4. Violences sexuelles intra-ménage
« En dehors de ces épisodes de violences, est-il arrivé en
2005 ou 2006 qu’une personne qui vit actuellement avec
vous vous impose des attouchements ou un rapport sexuel
non désiré, en utilisant les violences, les menaces, la contrainte ou la surprise ? »
Auto-administré
par ordinateur
Types de violence
Enquête CVS 2005
Enquête CVS 2006
Toutes agressions,
« même » verbales
Enquête CVS 2007
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 30
Partie 1 - La construction de l’enquête
30
En 2007, l’OND observait qu’en 2006, quand le questionnaire ne distingue pas explicitement les
violences sexuelles des violences physiques intra­ménage, la part des hommes de 18 à 60 ans
victimes de violences était supérieure à celle des femmes. Avec le questionnaire 2007, le rap­
port entre hommes et femmes s’inverse : la proportion de femmes déclarant avoir subi en
2005­2006 au moins un acte relevant des violences physiques ou sexuelles devient supérieure
à celle des hommes (6 % contre 5,1%). L’enquête de 2007 permet de situer l’origine de la diffé­
rence dans une nette surexposition des femmes aux violences sexuelles (intra­ comme hors­
ménage), mais aussi dans le fait que, si les hommes sont plus souvent victimes que les femmes
de violences physiques en dehors du ménage, les agressions physiques au sein de celui­ci tou­
chent plus souvent les femmes12.
Du fait des changements multiples intervenus dans le questionnaire, il est impossible de tester
l’effet pur de la contextualisation. On peut toutefois penser que le fait de demander aux
enquêtés s’ils résident ou non avec un auteur de violences participe de l’amélioration de la
mesure.
En conclusion, il apparaît nécessaire de contextualiser les questions, mais sans « trop » multi­
plier les mises en contexte spécifiques. La césure entre les auteurs de violences résidant avec
leurs victimes ou non paraît, au vu des enseignements de l’enquête CVS 2007, une solution
encourageante et peut­être suffisante.
Conclusion
La présente étude demeure un bilan d’étape. Étape parce que plusieurs de ses hypothèses ou
conclusions dépendent encore des développements futurs de l’analyse statistique des vio­
lences, en France ou ailleurs. Bilan toutefois, parce qu’après presque une décennie de produc­
tion de données nouvelles sur le sujet, l’heure est venue de rechercher à affiner la pertinence
des outils, si dépendants des méthodes utilisées, comme le préconisaient les membres du
réseau européen d’action de coordination sur les violations des droits humains (CAHRV)
[Hagemann­White et al., 2008 ; Martinez et Schröttle, 2006].
Lorsque l’on compare les sources, le sujet « violences », réputé « sensible », se prête particu­
lièrement bien à montrer la forte dépendance des résultats aux moyens mis en œuvre pour les
produire. Mais en définitive, il permet simplement de soulever de manière aiguë des questions
qui se posent à propos de toutes les comparaisons de sources statistiques.
Une analyse centrée sur le problème de la mesure des violences sexuelles fait l’objet d’un
autre chapitre de cet ouvrage, pour prolonger et illustrer la réflexion par une étude de cas
détaillé (voir l’article p. 99).
12. Dès 2005, l’intuition de ce genre de phénomène (difficulté à révéler les situations de victimation les plus « sensibles »)
avait été formulée comme une limite aux résultats obtenus, dans le rapport de l’OND : « Les enseignements concernant
les hommes et les femmes victimes d’agressions, tirés des enquêtes PCV, ne peuvent prétendre s’appliquer à tous les
types d’agressions. Le questionnement général sur la notion d’agression et le protocole d’enquête qui n’isole pas le répondant du reste des membres du ménage interdit sans doute des révélations trop intimes » ( Bauer, 2005, p. 237).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 31
Comment questionner les violences subies ?
31
BIBLIOGRAPHIE
Aubusson B., Lalam N., Padieu R., Zamora P., 2002, « Les statistiques de la délinquance », France, portrait social 2002-2003, INSEE, p. 141-158.
Bajos N., Bozon M., 2008a, Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé,
La Découverte, p. 381-407.
Bajos N., Bozon M., 2008b, « Les violences sexuelles en France : quand la parole se
libère », Population & Sociétés, n° 445, mai.
Bart O., 2007, Analyse du comportement des répondants lors de la collecte du questionnaire auto-administré de l’enquête Événements de vie et santé, Mémoire professionnel, Formation continue diplômante des attachés, ENSAI, août, 87 p.
Bauer A. (sous la dir. de), 2009, La criminalité en France. Rapport de l’Observatoire national de la délinquance 2009, CNRS Éditions, 710 p.
Bauer A. (sous la dir. de), 2008, La criminalité en France. Rapport de l’Observatoire national de la délinquance 2008, CNRS Éditions, 765 p.
Bauer A. (sous la dir. de), 2007, La criminalité en France. Rapport de l’Observatoire national de la délinquance, CNRS Éditions, 573 p.
Bauer A. (sous la dir. de), 2005, 1er rapport annuel de l’Observatoire national de la délinquance, INHES, mars, 578 p.
Beck F., Guilbert P., Gautier A. (sous la dir. de), 2007a, Baromètre santé 2005. Attitudes
et comportements de santé, INPES, 593 p.
Beck F., Godeau E., Legleye S., Spilka S., 2007b, « Les usages de drogues des plus
jeunes adolescents : données épidémiologiques », Médecine/science, 23 (12), p. 11621168.
Bonvalet C., Lelièvre É., « Publications choisies autour de l’enquête. Biographies et entourage », Document de travail, INED, n° 134, 134 p.
Cavalin C., 2009, « Santé dégradée, surexposition aux violences et parcours biographiques
difficiles pour un tiers de la population », Études et résultats, DREES, n°705, octobre.
Cavalin C., 2009, « Les violences au sein de la famille et entre proches en France : les
femmes, plus touchées que les hommes. Méthode d’enquête et résultats », Santé, société et solidarité. Revue de l’observatoire franco-québécois de la santé et de la solidarité, p. 147-152.
Cavalin C., 2009, « Violences subies, problèmes de santé et événements difficiles vécus
au cours de la vie : situation comparée des femmes et des hommes », in DREES, La
santé des femmes en France, La Documentation française.
Cavalin C., 2009, « Les violences sexuelles : mesures et débats », in DREES, La santé
des femmes en France, La Documentation française.
Cavalin C., 2008, « Événements de vie et santé : principes et méthodes », in Guilbert P.,
Haziza D., Ruiz-Gazen A., Tillé Y. (sous la dir. de), Méthodes de sondage, Actes du
colloque francophone sur les sondages 2007 (Société française de statistique), Dunod,
p. 108-112.
Cavalin C., 2007, « Les violences subies par les personnes âgées de 18 à 75 ans. Premiers résultats de l’enquête Événements de vie et santé (1/2) », Études et résultats,
DREES, n° 598, septembre, 8 p.
Choquet M., Beck F., Hassler C., Spilka S., Morin D., Legleye S., 2004, « Les substances psychoactives chez les collégiens et lycéens : consommations en 2003 et
évolutions depuis dix ans », Tendances, n° 35, 6 p.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 32
Partie 1 - La construction de l’enquête
32
Choquet M., Ledoux S., 1994, Adolescents : enquête nationale, INSERM, coll. « Analyses
et prospective », 346 p.
Debauche A., 2007, « Enquêter sur le viol : entre sexualité et violence », in Chetcuti N.,
Jaspard M. (sous la dir. de), Violences envers les femmes. Trois pas en avant deux
pas en arrière, L’Harmattan, p. 75-93.
Guilbert P., Baudier F., Gautier A. (sous la dir. de), 2001, Baromètre 2000. Résultats
(volume 2), Éditions CFES, 472 p.
Hagemann-White C., Gloor D., Hanmer J., Hearn J., Humphreys C., Kelly L., Logar R.,
Martínez M., May-Chahal C., Novikova I., Pringle K., Puchert R., Schröttle M., 2008,
« Gendering human right violations : The case of interpersonal violence – Coordination
action on human rights violations (CAHRV), Final report (2004-2007) », EU Research on
social sciences and humanities, Office for official publications of the European Communities, Luxembourg : http://www.cahrv.uni-osnabrueck.de/reddot/190.htm
Iacub M., Le Bras H., 2003, « Homo mulieri lupus ? À propos d’une enquête sur les violences envers les femmes », Les Temps modernes, 58e année, février-mars-avril,
n° 623, p. 112-134.
Jaspard M., Brown E., Condon S., Fougeyrollas-Schwebel D., Houel A., Lhomond B.,
Maillochon F., Saurel-Cubizolles M.-J., Schiltz M.-A., 2003a, Les violences envers les
femmes en France, Une enquête nationale, La Documentation française, 370 p.
Jaspard M., Brown E., Condon S., Firdion J.-M., Fougeyrollas-Schwebel D., Houel A.,
Schiltz M.-A., 2003b, « Violences vécues, fantasmes et simulacres », Les Temps modernes, 58e année, mai-juin-juillet, n° 624, p. 184-195.
Jaspard M. et l’équipe ENVEFF, 2001, « Nommer et compter les violences envers
les femmes : une première enquête nationale en France », Population & sociétés,
janvier, 4 p.
Junger-Tas J., Marshall I. H., 1999, « The Self-Report Methodology in Crime Research »,
in Tonry (M.) (ed.), Crime and Justice. A review of research, University of Chicago Press,
Chicago, vol. 25, p. 291-367.
Krug E.-G., Dahlberg L.-L., Mercy J.-A., Zwi A., Lozano-Ascensio R., 2002, Rapport mondial sur la violence et la santé, Organisation mondiale de la Santé, Genève, 376 p.
Lagrange H., 2001, « Échanges de coups, prises de risques, rapports sexuels forcés »,
in Guilbert P., Baudier F., Gautier A. (sous la dir. de), Baromètre santé 2000. Résultats,
INPES, vol. 2, p. 191-204.
Lascoumes P, Le Galès P., 2007, Sociologie de l’action publique, Armand Colin, 126 p.
Maillochon F., 2007, « Chiffres noirs contre chiffres ronds : l’enquête ENVEFF dans la
presse française (2000-2004) », in Chetcuti N., Jaspard M. (sous la dir. de), Violences
envers les femmes. Trois pas en avant deux pas en arrière, L’Harmattan, p. 41-57.
Martínez M., Schröttle M., 2006, « State of European research on the prevalence of interpersonal violence and its impact on health and human rights available in Europe »,
EU Research on social sciences and humanities - Coordination Action on Human
Rights and Violence (CAHRV), Office for Official Publications of the European Communities, consultable sur le site du CAHRV : http://www.cahrv.uni-osnabrueck.de/reddot/190.htm
Mucchielli L., 2005, « Délinquances et violences », Cahiers français, La Documentation
française, n° 326, mai-juin, p. 59-63.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 33
Comment questionner les violences subies ?
33
Rizk C., Boé J., 2006, « Les résultats de l’enquête de victimation 2006 », Grand Angle.
Bulletin de l’Observatoire national de la délinquance, n° 10, décembre, 10 p. et annexe
méthodologique (« Développements »).
Robert P., Zauberman R., Pottier M.-L., Lagrange H., 1999, « Mesurer le crime. Entre
statistiques de police et enquêtes de victimation (1985-1995) », Revue française de
sociologie, XL-2, p. 255-294.
Roché S., 2000a, Enquête sur la délinquance auto-déclarée des jeunes, CERAT-IEP,
Grenoble, juin, 116 p. + annexes.
Roché S., 2000b, « Les facteurs de la délinquance des jeunes : analyse à partir d’une enquête
de délinquance auto-déclarée », Les Cahiers de la Sécurité intérieure, n° 42, 4e trimestre,
p. 37-61.
Roché S., 2000c, La délinquance des jeunes. Les 13-19 racontent leurs délits, Le Seuil,
320 p.
Spira A., Bajos N. et le groupe ACSF, 1993, Les comportements sexuels en France, La
Documentation française.
Walby S., Allen J., 2004, Domestic violence, sexual assault and stalking : findings from
the British Crime Survey, Home Office Research Study 276, March, 132 p.
Zauberman R. (sous la dir. de), 2009, Les enquêtes de délinquance et de déviance autoreportées en Europe. État des savoirs et bilan des usages, L’Harmattan, coll. « Logiques
sociales », 281 p.
Zauberman R. (sous la dir. de), 2008, Victimation et insécurité en Europe. Un bilan des
enquêtes et de leurs usages, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 198 p.
Zauberman R., Robert P., Pérez-Díaz C., Lévy R., 1990, « Les victimes : comportements
et attitudes. Enquête nationale de victimation », Déviance et contrôle social, CESDIP,
n°52, vol. 1 + vol. 2 (annexes).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 34
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 35
Violences, santé et événements de vie difficiles :
le choix des concepts et des outils de mesure
Catherine CAVALIN
L’
enquête Événements de vie et santé (EVS), réalisée entre novembre 2005 et février 2006,
est née de la volonté de développer la connaissance statistique sur les relations entre vio­
lences subies et état de santé en population générale, stimulée en France par les recomman­
dations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) (Krug et al., 2002).
L’appréhension statistique des violences subies est en effet relativement récente : en se
dotant d’une définition propre du concept de violence et en élaborant un questionnement
méthodologique adapté à la sensibilité du sujet, l’ENVEFF, réalisée en 2000, en constitue la
première étape. Elle introduit à cet égard une rupture par rapport aux enquêtes de victimation
lancées au début des années 1980, dont l’ambition initiale était de confronter la survenue des
crimes et délits enregistrée par la police avec celle que déclarent les personnes qui en sont vic­
times, mais sans interroger le contenu même du concept de violence (voir l’article p. 17). L’EN­
VEFF initie également la réflexion sur les liens entre violences subies et état de santé, mais sur
un champ restreint aux femmes âgées de 20 à 59 ans. Après l’ENVEFF, la question d’une
mesure de la violence en population générale (hommes et femmes) restait donc encore à élar­
gir et à approfondir. C’est dans ce contexte que les concepteurs de l’enquête EVS ont défini
les contours des concepts à mettre en œuvre pour proposer des instruments de mesure des
violences déclarées par les personnes qui en sont victimes, de leur état de santé, et des rela­
tions qui unissent ces deux phénomènes.
Sur le fond, vouloir fonder l’analyse statistique des violences et de leurs liens avec l’état de
santé sur du matériau recueilli auprès de ceux qui s’y déclarent exposés soulève des pro­
blèmes généraux de méthode, traditionnels à l’analyse sociologique. Il s’agit de définir le péri­
mètre de ce que l’on entend par « violences » et par « santé » et de trouver les mots pour le
dire sachant que, dans une matière (violences) comme dans l’autre (santé), le vocabulaire cou­
rant et l’opinion commune sont très lourdement chargés de préjugés et de connotations.
Quelles conventions adopter pour donner aux violences et à la santé des contenus scienti­
fiques pertinents ? Comment rendre, ensuite, le langage univoque et éviter du mieux possible
qu’il véhicule trop de « préjugés traditionnels » (Durkheim, 1895, p. 7), tout en le faisant réson­
ner de manière parlante avec l’expérience vécue par la population enquêtée ?
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 36
Partie 1 - La construction de l’enquête
36
Les violences subies : des définitions toujours normatives
Il est d’autant plus nécessaire d’interroger le contenu et le périmètre de la notion de « violence »
qu’elle est particulièrement variable et sensible.
Relativité historique et culturelle de la notion de violence
Elle évolue en effet selon les époques et les contextes socioculturels. Avec l’époque moderne
et la constitution d’États­nations, la violence a changé de nature, de place et de rôle dans les
sociétés occidentales. Comme le montre Norbert Élias dans La civilisation des mœurs, la vio­
lence est au Moyen Âge quotidienne et collective, mais aussi triviale et associée à la sensation
de plaisir (de guerroyer ou d’assister au sacrifice de chats sur le bûcher de la Saint­Jean). « La
répugnance que nous inspire la seule description de ce genre de réjouissances et que nous
considérons, compte tenu de nos normes affectives, comme “ normale ”, prouve une fois de
plus combien notre économie affective s’est modifiée au cours des siècles. […] Beaucoup de
choses qui naguère éveillaient des sensations de plaisir suscitent aujourd’hui des réflexes de
déplaisir » (Elias, 1973, p. 296). Au fil de l’époque moderne, « quand dans telle ou telle région,
le pouvoir central s’affermit, quand il oblige les hommes sur un territoire plus ou moins étendu
de vivre en paix, on assiste aussi à un changement progressif de l’affectivité et des normes de
l’économie pulsionnelle » (id., p. 292­293). Ce processus d’apaisement progressif des mœurs,
dont les historiens ont montré qu’il n’est pas purement linéaire (Farge, 1992, 2007 ; Geremek,
1987, 1990) et qu’il se traduit sous de multiples expressions (modification du statut accordé aux
enfants, développement de la sphère privée et des sentiments qui lui sont associées, etc.)
[Ariès, 1973], va de pair avec un mouvement plus large et général que Max Weber a désigné
comme le « désenchantement du monde » ou l’« élimination de la magie en tant que technique
de salut » (Weber, 1967, p. 134). Celui­ci se manifeste par l’extension aux différents domaines
de l’activité humaine d’une forme spécifique de rationalité, la rationalité par finalité. Dans ce
contexte, la violence ne disparaît pas : d’une part, l’État en est lui­même le protagoniste, en tant
que « communauté humaine qui […] revendique avec succès pour son propre compte le mono­
pole de la violence physique légitime » ; d’autre part, « le propre de notre époque, c’est qu’elle
accorde à tous les autres groupements ou aux individus le droit de faire appel à la violence que
dans la mesure où l’État le tolère ».
Ces analyses, qu’il faudrait aussi compléter par des analyses ethnologiques et anthropolo­
giques (Clastres, 1997), illustrent notamment la relativité historique et culturelle des normes
sociales par rapport auxquelles nous définissons aujourd’hui la violence.
Un objet particulièrement « sensible »
Dans ces sociétés largement pacifiées, sous le contrôle de la force publique, où les conditions
de légitimité de la violence sont très strictement encadrées, le mot et la notion de violence se
révèlent chargés, tant d’un point de vue émotionnel que politique.
C’est sous le thème de l’insécurité que la violence fait souvent irruption dans le débat public,
au travers d’un discours médiatique ou politique souvent alarmiste et source de confusions.
Depuis les années 1970 en France, de manière répétée, les cris d’alarme contre une supposée
flambée de la violence se sont multipliés. Ainsi dans un rapport remis au président de la Répu­
blique, le garde des Sceaux Alain Peyrefitte dénonce en 1977 une soudaine montée de la vio­
lence criminelle et ordinaire, « comme si la vie elle­même devenait violente », ce qui laisse
craindre de « retomber dans cet état ordinaire de l’humanité – dont nous avions bien cru nous
sortir définitivement » (Peyrefitte et al., 1977, p. 18). Pourtant, ce même rapport établit que, si
80 % des personnes interrogées déclarent ressentir « avec acuité une montée de la violence »,
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 37
Violences, santé et événements de vie difficile
37
95 % d’entre elles n’ont pas subi, dans le mois écoulé, « une violence quelconque » (id., p. 32
et 34 respectivement). Malgré le sentiment d’insécurité1, l’insécurité n’est donc pas avérée par
des violences effectivement subies.
De nombreuses hypothèses ont été avancées pour expliquer, nuancer ou compléter cet appa­
rent paradoxe2. Tout d’abord, preuve que la « civilisation des moeurs » a fait son œuvre, la per­
ception des violences serait plus aiguë quand la sécurité objective entre catégories sociales ou
selon les lieux de vie, bien qu’inégale entre hommes et femmes, est majoritairement assurée.
En outre, si paradoxe il y a, il n’est que partiel, puisque ce sont bien les personnes qui ont été
récemment victimes de violences qui, dans les enquêtes statistiques, déclarent tout de même
les sentiments d’insécurité les plus forts (voir par exemple Rizk, 2005a, 2005b). Un paradoxe
de sens opposé peut aussi (rarement) être constaté : exposés aux plus forts taux de victima­
tion, les résidents de Paris déclarent moins souvent avoir peur ou être préoccupés par les ques­
tions de sécurité que leurs homologues interrogés dans les sept autres départements franci­
liens, comme s’ils avaient intégré l’insécurité au titre des paramètres « normaux » de la vie
parisienne (Anache et Heurtel, 2004, p.1­2).
Selon d’autres études, le contexte politique et social de l’enquête permet également d’expli­
quer une part des variations des opinions en matière de sécurité (Robert et Pottier, 2004). Par
ailleurs, les publics qui se déclarent préoccupés par les questions sécuritaires ne recouvrent
pas une réalité sociale figée : aux « insécures classiques », cumulant traditionnellement fortes
préoccupations au sujet de la sécurité sur le territoire national, demande de punitivité mar­
quée et sentiments xénophobes, s’ajoute depuis le milieu des années 1990 un nouveau
groupe, les « néo­insécures », qui expriment un sentiment d’insécurité sans que celui­ci s’asso­
cie à des attitudes punitives et xénophobes. Enfin, l’ENVEFF apporte un éclairage nouveau sur
les peurs éprouvées par les femmes dans les espaces publics : ce sont les rapports sociaux de
sexe, ainsi que le discours des médias, des institutions ou de l’entourage qui concourent à per­
suader les femmes qu’elles sont particulièrement exposées aux violences dans les espaces
publics (Condon et al., 2005)3.
De ce qui précède, il résulte qu’il est vain d’espérer pouvoir donner une définition objective de
la violence. Pour autant, il ne faut pas sombrer dans un relativisme radical et voir des violences
partout ou n’importe où, ou admettre qu’elles peuvent être dites d’une manière quelconque.
L’enquête EVS s’efforce de se situer dans cette tension et se construit au regard des défini­
tions – explicites ou non mais également toutes normatives – contenues dans d’autres
sources : enquêtes de victimation « traditionnelles » ou sources judiciaires, ENVEFF, Rapport
mondial sur la violence et la santé, etc.
Les dimensions multiples de la violence :
au­delà des seules atteintes physiques
L’enquête EVS s’attache à délimiter un concept de violence qui soit assez large, sans être indéfi­
niment extensif. La violence est en particulier identifiée bien plus largement que dans ses seules
1. Les travaux réalisés autour des enquêtes de victimation s’attachent notamment à montrer que ce sentiment d’insécurité
se manifeste à la fois comme la crainte des phénomènes de violence ou de délinquance « en général » ou comme la peur
d’être soi-même victime.
2. Ce paradoxe est à la fois confirmé et nuancé par les derniers résultats de l’enquête Cadre de vie et sécurité (CVS) : si
les personnes plus âgées déclarent un sentiment d’insécurité à leur domicile plus fort, alors qu’elles sont moins souvent
victimes d’agressions que les plus jeunes, l’âge, une fois envisagé « toutes choses égales par ailleurs », n’a pas d’effet
propre sur les réponses à propos du sentiment d’insécurité au domicile (Bauer, 2009, p.164).
3. Sur les relations dialectiques entre analyse sociologique, violences et insécurité perçues, voir les nombreuses interventions de Laurent Mucchielli, en particulier Mucchielli, 2002 et 2005.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 38
Partie 1 - La construction de l’enquête
38
manifestations physiques, loin des catégories sur lesquelles reposent les nomenclatures judi­
ciaires et policières (voir l’article p. 17). Dans celles­ci, les « violences », en tant que catégorie de
classement statistique ou qualification des circonstances des atteintes perpétrées, ne renvoient
qu’aux atteintes physiques (coups et blessures) à caractère non sexuel. La normativité à l’œuvre
dans ce cas va dans le sens d’une délimitation de la violence à son expression physique.
L’ENVEFF a constitué une importante source d’inspiration et de réflexion pour délimiter cette
notion dans l’enquête EVS : « Quelle qu’en soit la nature et quels qu’en soient les protago­
nistes, les actes violents sont toujours une atteinte à l’intégrité de la personne » (Jaspard et
al., 2003a). En adhérant à cette définition, le questionnaire d’EVS intègre des violences de type
« atteintes aux biens » (vols et tentatives de vols, cambriolages, dégradations de biens) et des
violences interpersonnelles au sens d’atteintes verbales, physiques, sexuelles et psycholo­
giques. Contrairement à l’ENVEFF, l’enquête EVS intègre aussi les actes de violence exercés
sur les biens matériels en possession des personnes, même lorsqu’ils ont été perpétrés en
dehors de toute atteinte directe sur la personne elle­même. Dans l’ENVEFF, le repérage des
événements vécus au cours des douze derniers mois permet de prendre connaissance d’un vol
sans agression physique par exemple. Mais s’il ne comporte pas d’exercice interpersonnel de
la violence au sens strict des actes (l’agresseur n’agit directement que sur un ou des biens
matériels, pas sur leur propriétaire), son exploration n’est pas davantage poussée. Les don­
nées issues de l’ENVEFF donnent donc les moyens de connaître l’existence d’atteintes aux
biens, mais ne peuvent rien nous dire de plus que leur occurrence. Avec l’enquête EVS, le trai­
tement qui leur est réservé (concernant les violences subies dans les vingt­quatre mois précé­
dant l’enquête) est tout à fait analogue à celui qui s’applique aux violences verbales, phy­
siques, sexuelles ou psychologiques, même lorsque ces atteintes aux biens ne se sont pas
accompagnées de manifestations explicites ou immédiates envers la personne.
Ce parti pris s’explique par la volonté d’aller jusqu’au bout de la notion d’intégrité de la per­
sonne. À partir du moment où celle­ci inclut, outre la dimension physique, des composantes
autres (et notamment psychiques), explorer les atteintes « simples » aux biens ouvre la porte
à l’idée que ces violences peuvent avoir – peut­être différemment mais tout autant que des
violences qui auraient été directement exercées sur les personnes physiques –, des consé­
quences (notamment) psychologiques sur les victimes.
La question de l’intentionnalité des actes violents
Dans le rapport mondial sur la violence et la santé de l’OMS (Kung et al., 2002), la violence est
présentée comme « la menace ou l’utilisation intentionnelle de la force physique ou du pou­
voir contre soi­même, contre autrui ou contre un groupe ou une communauté qui entraîne ou
risque fortement d’entraîner un traumatisme, un décès, des dommages psychologiques, un
maldéveloppement ou des privations ». Cette définition inclut donc, outre les actes violents
« directs », ceux qui résultent d’une relation de pouvoir, parmi lesquels les menaces et l’intimi­
dation, la négligence ou les actes d’omission. Par ailleurs, elle inclut des atteintes qui ne
débouchent pas forcément sur des conséquences immédiatement manifestes. Mais surtout,
l’un des tout premiers traits distinctifs d’un acte violent réside, selon l’OMS, dans l’intention­
nalité de l’auteur : intention de blesser, au sens propre (physique, sexuel) comme au sens
figuré ou plus large (dommages psychologiques, maldéveloppement, privations), tournée
contre soi ou contre les autres ; dans le même temps, la définition de l’OMS exclut « les inci­
dents accidentels », comme la plupart des accidents de la route et les brûlures, ce qui ne va
pas sans poser problème : l’absence d’intentionnalité empêche­t­elle un comportement d’être
« objectivement dangereux ou nuisible » (Krug et al., 2002.) ? Quelle est la frontière entre l’in­
tentionnalité et la négation du caractère périlleux pour autrui de son comportement ?
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 39
Violences, santé et événements de vie difficile
39
Pour construire le questionnaire d’EVS, il semblait hasardeux d’intégrer ce critère de l’inten­
tionnalité qui semble, comme on vient de le dire à propos des accidents, une source impor­
tante d’ambiguïté sur la nature des faits que l’on se propose ensuite d’agréger statistique­
ment. D’autant qu’il semble très délicat d’imaginer demander aux enquêtés leur opinion sur les
probables intentions de leurs agresseurs (voire sur leurs propres intentions, si l’on inclut les
violences auto­infligées comme le préconise l’OMS).
Le critère de l’intentionnalité des actes n’a donc pas été retenu dans la définition de la violence de
l’enquête EVS. Sont ainsi considérés comme des actes relevant de violences « interpersonnelles »
(par opposition aux « atteintes aux biens ») toutes les atteintes qui impliquent une interaction
d’une ou de plusieurs personnes directement sur une ou plusieurs autres, sans nécessairement
s’accompagner d’atteintes à des biens matériels, sans les exclure non plus, mais surtout sans que
rien ne soit présumé quant aux intentions de l’auteur (ou des auteurs) des faits.
Violences, agressions, conflits : le choix des mots
Une fois ces principes définis pour donner corps au périmètre de la violence telle que l’enquête
EVS choisit de l’entendre, il reste à trouver les mots susceptibles de les traduire de manière
homogène, dans un questionnaire s’adressant à dix mille personnes sélectionnées de manière
aléatoire en population générale.
Dans ce registre, à l’instar de ce qu’a inauguré l’ENVEFF en France, la première règle qui a pré­
sidé à l’élaboration du questionnaire a consisté à éviter de parler explicitement de « violences »
ou d’« agressions ». Ces mots entrent dans les catégories dont Émile Durkheim expliquait
qu’elles étaient particulièrement affectées par le « caractère passionnel » de nos croyances et
de nos pratiques en société. Qui plus est, les personnes interrogées seraient alors susceptibles
de désigner beaucoup plus des actes de violence émanant de personnes inconnues ou, du
moins, extérieures au cercle familial ou à celui des proches : « être agressé(e) » renvoie sans
doute, en effet, plus spontanément à des faits qui se sont déroulés hors de la sphère privée.
Pour résoudre ces difficultés, le parti qui a été adopté consiste à décrire factuellement des actes
ou gestes violents, des situations concrètement désignées. Ainsi par exemple, il n’est jamais ques­
tion de violences verbales, mais d’insultes, d’injures ou de menaces verbales. Cette approche
conduit à multiplier les questions pour explorer un même type de violence, lorsqu’il semble impos­
sible de dire en une seule phrase la diversité des expériences que l’on cherche à connaître (sur la
nécessité de multiplier les questions et les limites de cette démarche, voir l’article p. 53).
Le terme de « violences » n’est pas totalement proscrit du questionnaire d’EVS, mais il est employé
avec une extrême parcimonie. Il apparaît d’abord dans la partie consacrée aux événements diffi­
ciles qui ont pu parsemer le parcours biographique du répondant, mais pour désigner des actes
dont il a été le témoin et non la victime directe : « Avez­vous été confronté(e) à de graves tensions
ou un climat de violence entre vos parents ou entre les personnes qui vous ont élevé(e) ? » Cette
question intervient après celle sur le divorce ou la séparation des mêmes personnes, et juste avant
celle sur l’existence possible de graves conflits entre celles­ci et l’enquêté(e).
Le mot « violences » apparaît ensuite une seule fois pour désigner des événements concernant
la personne elle­même, dans une question se situant à la fin du module « violences subies dans
les vingt­quatre mois précédents », après la longue série des questions détaillant factuellement
différents gestes ou comportements violents qu’aurait pu subir l’enquêté(e). L’objectif, à la fin
de ce parcours, est de recueillir des actes perpétrés par des proches que l’enquêté(e) aurait éven­
tuellement omis de déclarer ou aurait souhaité ne pas déclarer dans un premier temps : « Tou­
jours au cours des deux dernières années, avez­vous d’autres faits de violence à mentionner, non
évoqués jusqu’ici, dont les auteurs seraient des membres de votre famille ou des proches ? »
Ainsi, 1 % des personnes interrogées profitent de cette « question­balai » pour déclarer des
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 40
Partie 1 - La construction de l’enquête
40
situations de violences qu’elles n’ont pas évoquées au cours de l’entretien qui a précédé. On
peut penser que c’est parce que le mot « violences » est (enfin) employé que certaines per­
sonnes interrogées songent à des événements que le questionnaire n’avait pas permis de cou­
vrir. Elles peuvent par exemple avoir répondu négativement à certaines questions sur les vio­
lences subies dans les vingt­quatre mois précédant l’enquête, parce que le questionnaire ne
décrivait pas assez précisément ou de manière assez circonstanciée la réalité concrète des actes
dont elles ont été victimes. Le questionnaire ne peut en effet tout aborder : il laisse par exemple
de côté le fait de se faire cracher dessus ; de même, les questions sur les tentatives de brutalités
physiques ne sont pas détaillées au point de mentionner les « menaces de coups de poings »,
« menaces avec une arme », « bousculades », etc., formulations spécifiques qui, très probable­
ment, accroîtraient le nombre de victimes en offrant de nouvelles occasions de réponses.
Quant au vocable « agression », il apparaît à un seul moment et dans le module explorant non
pas directement les violences mais l’état de santé des répondants, dans des questions complé­
mentaires à celles portant sur différents événements traumatologiques vécus (entorses, frac­
tures, plaies ouvertes) : « Cette entorse, luxation ou déchirure musculaire / fracture / blessure,
plaie ayant nécessité des points de suture est­elle survenue lors d’une dispute, d’une bagarre ou
d’une agression physique ? » Ce faisant, il s’agit non pas de repérer des violences subies en tant
que telles, mais d’identifier les événements de santé qui sont la conséquence immédiate d’actes
violents. Une fois l’événement de santé déclaré, on peut supposer qu’il est plus facile à l’en­
quêté(e), même en cas de violences conjugales par exemple, de dire que cet événement est sur­
venu à l’occasion « d’une dispute, d’une bagarre ou d’une agression physique ».
La distinction opérée, dans l’ENVEFF, entre les notions de conflit et de violence, a également
constitué une hypothèse fondamentale pour la construction du questionnaire de l’enquête EVS,
mais aussi pour l’interprétation des données. Le rapport final de l’enquête réalisée auprès des
femmes définit ainsi les limites entre ces deux réalités : « Au­delà des actes, la violence s’inscrit
dans un fonctionnement d’emprise sur l’autre. Elle est fondée sur un rapport de force ou de domi­
nation qui s’exerce par des brutalités physiques ou mentales entre au moins deux personnes. Elle
ressort du désir d’imposer sa volonté à l’autre, de le dominer au besoin en l’humiliant, en le déva­
lorisant, en le harcelant jusqu’à sa capitulation et sa soumission. Contrairement au conflit, mode
relationnel interactif, susceptible d’entraîner du changement, la violence – signalant d’ailleurs l’in­
capacité à communiquer – est perpétrée de façon univoque et destructrice » (Jaspard et al.,
2003a, p. 17­18). Ainsi, dans l’enquête EVS comme dans l’ENVEFF, le climat conjugal est interrogé
tôt dans l’entretien avec l’enquêteur, et d’abord sous l’angle du « simple » conflit. Les deux
enquêtes demandent, à propos de la relation de couple actuelle (sur les douze derniers mois) ou
de la dernière relation de couple : « Vous êtes­vous disputé(e) avec votre conjoint(e), compagnon
(compagne), ami(e) à propos : de la répartition des tâches et de la vie quotidienne / des enfants /
de l’argent / de la politique ou de la religion / des sorties, des loisirs ou des projets de vacances /
des relations avec vos familles / des relations avec les amis / de votre travail ou du sien / de sexua­
lité / de tout et de rien ? » Pour chacun de ces thèmes, la personne interrogée peut répondre :
« jamais / rarement / quelquefois / souvent / (ne sait pas) ». S’ensuit une question complémentaire,
toujours à propos du conjoint actuel ou du dernier conjoint, selon les cas4 : « Lors de disputes, est­
ce que vous­même ou votre conjoint(e), ami(e), compagnon (compagne) en êtes venu(e)(s) aux
mains, avez lancé ou cassé des objets ? » Les brutalités physiques sont ainsi abordées de manière
détournée. Ce n’est que bien plus tard dans l’avancement du questionnaire que de nombreuses
situations renvoyant à des gestes ou des actes dans lesquelles des violences (physiques ou
autres) ont pu être exercées sont soumises au jugement des enquêtés, pour elles­mêmes, en tant
que telles, et non plus dans le contexte explicite de « disputes ».
4. Un intéressant travail de comparaison a été réalisé par Mélanie Bérardier sur cette partie du questionnaire commune
à l’enquête EVS et à l’ENVEFF. Il fait apparaître de très fortes analogies entre les déclarations recueillies dans les deux
enquêtes, sur le champ (celui de l’ENVEFF) des femmes âgées de 20 à 59 ans (Bérardier, 2008).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 41
Violences, santé et événements de vie difficile
41
Les événements de vie difficiles
D’un côté, l’équipe d’EVS s’est donc efforcée de « cadrer » le concept de violence pour en déli­
miter des frontières, sans en faire pour autant un concept trop extensif et donc flou. D’un
autre côté, il est apparu que d’autres événements que ceux qui s’apprêtaient à entrer stricte­
ment dans la catégorie « violence » définie pour l’enquête recelaient aussi de potentielles
conséquences traumatiques ou du moins très dommageables sur le parcours de vie, avec
notamment de possibles interférences sur l’état de santé. Certains actes, événements,
contextes ou situations constituent dans le parcours d’une vie des brutalités pour les per­
sonnes qui y sont confrontées, avec d’importantes conséquences sur leur situation à long
terme, leur santé notamment ­ sans oublier qu’un mauvais état de santé peut aussi être un fac­
teur d’exposition à ces événements difficiles largement entendus. Définir ces « événements de
vie » comme des violences à proprement parler ne ferait qu’alimenter la confusion, en faisant
de la violence un fourre­tout qui regrouperait en définitive toutes les « difficultés de la vie ».
Mais les ignorer serait s’aveugler sur l’éclairage possible qu’ils apportent à la connaissance des
relations entre violences subies et état de santé.
Rares sont les enquêtes statistiques qui fournissent des informations sur le contexte, le climat
familial ou les graves événements qui ont éventuellement marqué l’enfance ou la jeunesse
(décès d’un parent, graves privations matérielles, graves carences affectives, etc.), ces élé­
ments n’étant pas déterminants (ou en tout cas pas pensés comme tels) pour appréhender
l’objet central de la plupart de ces enquêtes. Pour le dire en termes plus directement statis­
tiques, les « événements de vie » ne sont pas considérés comme des variables de confusion
dont l’absence gênerait la lisibilité des données, la pertinence de leur interprétation. Ils sont
donc le plus souvent tenus « hors cadre ».
Il existe toutefois des exceptions, dans des domaines justement très voisins ou connexes de
celui d’EVS. L’ENVEFF, notamment, se propose d’analyser la situation sociale et familiale des
femmes à l’âge adulte, ainsi que leur exposition aux différents types de violences repérés
par cette enquête (Jaspard et al., 2003b), à partir d’un ensemble de « difficultés vécues dans
l’enfance ». De même, l’enquête Sans­domicile, menée en 2001 par l’INSEE auprès des usa­
gers de services d’hébergement et de distribution de repas chauds, établit qu’il existe un
risque accru de subir une agression ou de recourir au bureau d’aide sociale lorsque l’on a
vécu certains événements difficiles durant l’enfance (violences intra­familiales, placement
hors de la famille d’origine, pauvreté économique de celle­ci, décès précoce d’un parent)
[Firdion, 2006]. En France toujours, Georges Menahem mobilise les ressources de la statis­
tique, de la sociologie, de l’anthropologie et de la psychopathologie clinique pour mettre en
évidence des relations régulières entre, d’une part, le fait d’avoir connu un grand manque
d’affection, le conflit entre ses parents, leur absence prolongée, la maladie grave, le handi­
cap, l’accident, le décès de l’un d’eux et, d’autre part, la surmorbidité à l’âge adulte, le fait
d’avoir des accidents graves ou des problèmes d’argent (Menahem et al., 1994 ; Menahem,
1992). À noter, enfin, que les travaux qui se concentrent directement et exclusivement sur
les effets à long terme des violences et mauvais traitements subis aux plus jeunes âges sont
plus développés aux États­Unis ou au Canada qu’en France, même s’ils restent peu nom­
breux (Bouchard et al., 2008 ; Herman et al., 1997). Un récent travail de doctorat fournit tou­
tefois de précieux éléments en France (Hamelin, 2010)
Les approches biographiques permettant de mettre en évidence la persistance ou le cumul
d’événements difficiles font apparaître, comme le montre Jean­Marie Firdion dans une analyse
menée en termes de « capitaux » et de « champs » sociaux à partir de l’enquête Sans­Domi­
cile 2001, l’imbrication des structures socio­économiques avec les capacités individuelles à
mobiliser des ressources sociales (Firdion, 2006).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 42
Partie 1 - La construction de l’enquête
42
Une enquête longitudinale serait sans doute plus adaptée pour analyser les corrélations inter­
temporelles entre, d’une part, divers événements difficiles remontant à l’enfance ou l’adoles­
cence (notamment des situations dans lesquelles la personne a été victime de violences au
sens où elles sont entendues dans EVS) et, d’autre part, les violences subies plus récemment
ou l’état de santé tout au long de la vie. Mais de tels travaux, qui permettent d’établir des
résultats au long cours sur des populations suivies en cohortes, sont très rares (MacLeod et
Shanahan, 1993).
Le questionnaire de l’enquête EVS s’efforce de repérer de nombreux événements ou situations
(potentiellement) difficiles susceptibles de donner corps à un contexte biographique : graves
maladies, handicaps ou décès, tentatives de suicides et suicides de personnes faisant partie de
la famille ou des proches, sévères privations matérielles (hygiène, nourriture, vêtements, etc.),
chômage des parents, alcoolisme ou usage de drogues illicites au sein de la famille, graves
conflits ou climat de violence entre les parents, graves conflits entre la personne elle­même et
ses parents, vie en institution collective (pensionnat, caserne, prison, foyer, etc.), placement en
famille d’accueil, graves carences affectives, etc. À cela, s’ajoutent des événements difficiles
concernant très directement la santé de la personne interrogée : les tentatives de suicide que
l’enquêté(e) a pu faire font ainsi l’objet de questions (nombre d’événements de ce type, date de
la première et de la dernière fois), de même que les accidents (de la route, domestiques, de tra­
vail, de loisirs, etc.). Avec ces deux derniers types d’événements, en particulier, on se situe à la
frontière des trois dimensions « violences », « événements de vie » et « santé ».
La santé
Contrairement aux violences, le domaine de la santé est un objet d’analyse statistique largement
exploré en population générale, et depuis longtemps. Beaucoup d’enquêtes statistiques, dont
la régulière enquête Santé5, mesurent l’état de santé, de bien des manières. Pourtant, si éprouvé
que soit le domaine, ces enquêtes et ces analyses développent des angles d’attaque ou des
méthodes assez divers et se singularisent aussi par leurs objets mêmes. Comme pour « la vio­
lence », il apparaît nécessaire de définir le périmètre de « la santé », le contenu et les outils.
Pour autant, le travail épistémologique préparatoire est d’une nature un peu différente que
pour les violences : alors que, concernant celles­ci, le matériau statistique était rare en France
au milieu de la décennie 2000, il fallait pour la santé adopter plutôt une optique de sélection,
notamment parmi la multiplicité des questionnaires standardisés (voir l’encadré p. 46).
Une réalité complexe à mesurer
Le concept de santé est tout sauf immédiat. Comme le montre Georges Canguilhem en s’ap­
puyant sur Emmanuel Kant, la santé apparaît tout d’abord comme se situant hors du propos
scientifique. Citant Kant qui écrit : « On peut se sentir bien portant c’est­à­dire juger d’après
son sentiment de bien­être vital, mais jamais savoir que l’on est bien portant… L’absence du
sentiment (d’être malade) ne permet pas à l’homme d’exprimer qu’il se porte bien autrement
qu’en disant qu’il va bien en apparence », Canguilhem conclut : « Ces remarques de Kant sont
importantes, en dépit de leur apparente simplicité, du fait qu’elles font de la santé un objet
hors du champ du savoir. Durcissons l’énoncé kantien : il n’y a pas de science de la santé.
Admettons­le pour l’instant. Santé n’est pas un concept scientifique, c’est un concept vul­
gaire. Ce qui ne veut pas dire trivial, mais simplement commun, à la portée de tous » (Can­
guilhem, 2002, p. 52).
5. Enquête décennale jusqu’en 2002-2003 et enquête Handicap-Incapacités-Dépendances (HID) conduite en 1998-2001,
aujourd’hui suivies de la réalisation de l’enquête Handicap-Santé en ménages ordinaires (HSM) en 2008-2009.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 43
Violences, santé et événements de vie difficile
43
Mais selon Canguilhem, aucune de ces deux approches de la santé – la première relevant de
perceptions profanes, la seconde abordant la santé comme objet de science médicalisée,
« mesurée par des appareils » (ibid.) – ne vaut finalement sans l’autre : « La reconnaissance de
la santé, comme vérité du corps, au sens ontologique, non seulement peut mais doit admettre
la présence, en lisière et comme garde­fou, à proprement parler, de la vérité au sens logique,
c’est­à­dire de la science. Certes, le corps vécu n’est pas un objet, mais pour l’homme, vivre,
c’est aussi connaître. Je me porte bien dans la mesure où je me sens capable de porter la res­
ponsabilité de mes actes, de porter des choses à l’existence et de créer entre les choses des
rapports qui ne leur viendraient pas sans moi, mais qui ne seraient pas ce qu’ils sont sans elles.
Et donc j’ai besoin d’apprendre à connaître ce qu’elles sont pour les changer » (ibid., p. 68).
Ce point de vue, qui réconcilie d’une certaine manière définitions objective et subjective de la
santé, est particulièrement éclairant lorsque l’on se demande ce que l’on cherche au juste à mesu­
rer dans une enquête statistique portant sur la santé. Il n’en découle directement aucune solution
« clé en main » pour savoir quels outils utiliser ou comment formuler des questions, par exemple,
mais cela permet de ne pas interpréter en des termes trop absolus l’opposition de principe entre
santé « déclarée » ou « perçue », et santé « mesurée », « objectivée » ou « diagnostiquée »6.
Ainsi, à propos de la santé comme des violences, certaines informations relèvent de la subjec­
tivité du répondant, ce qui requiert des efforts pour les objectiver. Sans cela, aucune homogé­
néité des réponses n’est possible et, de ce fait, aucune agrégation statistique envisageable.
La question de santé perçue qui ouvre le module santé d’EVS est la première question du SF12­
v2, éminemment subjective7 : « Dans l’ensemble, pensez­vous que votre santé est : excellente
/ très bonne / bonne / médiocre / mauvaise ? » Ce type de questionnement fait l’objet d’une
abondante littérature : il établit que même sans contrôle par des éléments objectifs ou diag­
nostiqués, il existe des liens étroits entre les déclarations subjectives et l’état de santé objectif,
mesurable des personnes (Miilunpalo et al., 1997 ; De Salvo et al., 2005).
La part de subjectivité est également grande pour les questions portant sur certaines pathologies
repérables dans le domaine de la santé mentale, par exemple les épisodes dépressifs majeurs. Cer­
tains questionnaires standardisés de santé demandent simplement si le répondant se sent triste,
sans entrain, sans plaisir, sans envie, etc. (questionnaires d’humeur dépressive, comme l’échelle
CES­D par exemple [Radloff, 1977]). Pour éviter de rester dans le report de sentiments sans préci­
sion par ailleurs, l’équipe de l’enquête EVS a préféré un questionnaire de santé mentale moins sen­
sible et plus spécifique à quelques pathologies qu’il semblait intéressant de cerner. Ainsi, les
modules du Mini International Neuropsychiatric Interview (MINI) qui ont été retenus associent
aux questions­filtres portant sur l’humeur ressentie (toujours pour parler des épisodes dépressifs
majeurs), des questions détaillées, appuyées sur la liste des symptômes retenus dans le DSM­IV
comme critères diagnostiques8 : ces éléments factuels permettent ainsi à un enquêté de se déter­
miner, subjectivement certes, mais sur la base de la description de situations concrètement
6. Voir par exemple comment, dans leur approche économétrique des liens entre offre de travail et santé, Philippe Tessier
et François-Charles Wolff (Tessier et Wolff, 2005), après avoir distingué au premier abord les dimensions objective et subjective de la santé, prennent toutefois en compte le fait que les mesures objective et subjective de l’état de santé ne sont
pas indépendantes, que l’« objectivité » doit être nuancée par l’idée que la déclaration de maladies chroniques, réputée
« objective » dans le modèle, comporte cependant « une part de subjectivité » (id., p. 25) et, surtout, que « ni la mesure
subjective, ni la mesure objective ne donnent une représentation satisfaisante de la santé pour étudier ses interactions
avec la participation au travail » (id., p. 36). Les auteurs préfèrent donc combiner les deux approches et « employer simultanément différents indicateurs de la santé pour aborder cette question » (id., p. 37).
7. Cette formulation est très proche de celle de la première question du mini-module européen utilisée dans les enquêtes
statistiques santé de l’Union européenne : « Comment est votre état de santé général ? Très bon, bon, moyen, mauvais,
très mauvais. » Les modalités de réponse du SF12-v2 tendent à favoriser la déclaration d’une meilleure santé, en « tirant »
les modalités de réponse vers le haut, c’est-à-dire vers une appréciation plus positive de sa santé.
8. Selon la version du MINI que l’on choisit, les critères de repérage des troubles sont issus de la Classification internationale des maladies (CIM-10) de l’OMS ou sur le DSM-IV. La version choisie pour EVS relève de cette dernière option, en
accord avec la recherche d’un outil de passation pas trop sensible et assez spécifique.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 44
Partie 1 - La construction de l’enquête
44
décrites (changement de l’appétit, prise ou perte de poids, lenteur des gestes ou au contraire agi­
tation, problèmes de sommeil, sentiment de culpabilité ou de faible valeur de soi­même, etc.). Et
évidemment, il n’y est jamais question de « dépression », exprimée en ces termes. Ce n’est qu’à
l’issue de réponses données à propos de symptômes factuellement définis qu’un répondant sera,
lors de l’exploitation des données de l’enquête, identifié ou non comme présentant un épisode
dépressif majeur.
L’usage de questionnaires standardisés interrogeant la consommation d’alcool (tests AUDIT
et DETA) remplit le même office : approcher au mieux, par la déclaration, une réalité objective
qui pourrait, autrement, laisser libre cours à la plus grande appréciation subjective (encadré).
Ainsi, comme il s’est efforcé de le faire pour interroger les violences, le questionnaire d’EVS
cherche à assumer cette incontournable subjectivité en offrant le plus possible des occasions
d’objectiver des situations. Un répondant déclarant qu’il souffre d’une maladie chronique ne
doit pas être reçu de manière suspicieuse : pourquoi postuler une méconnaissance totale des
enquêtés quant à leur santé « vraie » car « médicale » ? Ou pourquoi émettre des soupçons d’hy­
pocondrie consistant à voir en chaque enquêté(e) un malade imaginaire potentiel ? Si déclarer
souffrir d’une maladie chronique dépend en dernier ressort de la manière subjective du répon­
dant de se dire « malade », il est toutefois possible d’encadrer cette déclaration par des guides
ou des garde­fous. Et quoi qu’il en soit, il faut éviter absolument d’adhérer à l’illusoire possibilité
de cerner la morbidité ou l’état de santé « réel ». Le protocole de collecte, sur ce sujet, a été
pensé pour éviter les sous­déclarations connues dans ce domaine (Dauphinot et al., 2006) : après
une première question intégrant, dans son libellé même, la définition de ce que l’on entend par
maladie « chronique »9, l’enquêteur présente systématiquement une liste de réponses possibles,
découpée en cinquante­sept types de maladies regroupés par grandes catégories homogènes10,
très proche de la liste établie par l’enquête Santé et protection sociale (ESPS), menée par l’Insti­
tut de recherche et de documentation en économie de la santé (IRDES) tous les deux ans et qui
s’appuie elle­même sur la Classification internationale des maladies de l’OMS (CIM­10). La cin­
quante­huitième modalité correspond aux réponses « aucune de ces maladies ». La formation
reçue par les enquêteurs pour préparer la passation du questionnaire leur indiquait comment
parvenir à lire et parcourir soigneusement la liste des maladies, pour éviter les réponses néga­
tives trop rapides, sans que ce moment de l’entretien ne soit pour autant trop lourd ou trop long
à gérer. À cette question, succède une seconde, formulée différemment : elle mentionne des
« maladies ou problèmes de santé » et non plus des « maladies chroniques », mais donne lieu à
la présentation de la même liste de modalités de réponses, pour « rattraper » les maladies chro­
niques sous­déclarées dans un premier temps. Malgré toutes ces précautions, rien n’oblige une
personne souffrant d’une des maladies chroniques proposées à l’indiquer, mais la réponse est
guidée, encouragée, la subjectivité encadrée au plus près.
Une mesure multidimensionnelle de la santé, recouvrant notamment
la santé mentale et sociale de l’individu
Un autre parti pris de l’enquête EVS est de ne pas réduire l’approche de la santé à sa dimension
physique, comme pour les violences. La santé est abordée sous les angles physique, mental,
fonctionnel et social, sans négliger la question du recours aux soins.
9. La question posée est : « Avez-vous actuellement une ou plusieurs maladies chroniques ? Une maladie chronique est
une maladie qui dure ou durera, qui revient ou reviendra régulièrement ». La même question avait été posée dans l’enquête décennale Santé 2002-2003, mais la définition de la chronicité était lue « en option » par les enquêteurs, lorsque
les enquêtés manifestaient des doutes sur son sens ou hésitaient dans leur réponse. Systématiser le fait de donner la définition aux enquêtés est un gage d’homogénéité de la réponse et un moyen de surmonter ambiguïté et réticences face à
l’idée de chronicité.
10. La première catégorie regroupe par exemple les « maladies cardiovasculaires » et permet d’énumérer : hypertension
artérielle, angine de poitrine, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, accident vasculaire cérébral (attaque), etc.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 45
Violences, santé et événements de vie difficile
45
Sous cet aspect multidimensionnel, on peut considérer que la santé telle qu’elle est définie
dans l’enquête EVS ne va pas à l’encontre de la définition bien connue, largement diffusée par
l’OMS : « La santé est un état de complet bien­être physique, moral et social, ne consistant pas
seulement en l’absence d’infirmité ou de maladie ». Mais cette définition, très extensive et
générale s’avère souvent malcommode et ici, ne donne pas d’indications pratiques sur la
manière dont, dans un questionnaire à visée statistique, il est possible de décliner la santé sous
ses différentes dimensions.
Dans l’enquête EVS, la multiplication des dimensions de la santé mesurées n’a pas pour objectif
de juxtaposer celles­ci, les unes à côté des autres de façon neutre. Chacune de ces dimensions
est en effet investie d’un statut particulier, dicté par certaines hypothèses émises en amont de
l’enquête à propos des liens entre violences subies et état de santé.
La santé mentale fait ainsi l’objet d’une attention particulière. Elle est abordée dans plusieurs
passages du questionnaire, soit de manière synthétique, lorsqu’il est par exemple question
d’indicateurs de santé perçue ou de qualité de vie (score agrégé de santé mentale calculé à
partir des huit dimensions explorées par le SF­12v2), soit pour cerner de manière plus analy­
tique certaines pathologies (maladies chroniques, épisode dépressif majeur et trouble anxieux
généralisé, troubles paniques, agoraphobie et phobie sociale, troubles du sommeil, consom­
mation d’anxiolytiques, d’hypnotiques et d’antidépresseurs), soit encore pour prendre
connaissance d’événements ou de situations dénotant un mauvais état de santé mentale (ten­
tatives de suicide, graves carences affectives, consommation d’alcool ou de drogues illicites).
L’hypothèse est que, pour pouvoir analyser les relations entre violences subies et état de
santé, l’investigation dans le domaine de la santé mentale doit aller au­delà de quelques infor­
mations qui, de manière très agrégée, permettraient simplement de conclure que « les per­
sonnes victimes de violences se portent plus mal que les autres ».
Ne pas se limiter aux frontières physiques de la santé, en incluant également des questions
concernant les limitations fonctionnelles, les handicaps et la santé sociale de la personne, c’est
également tâcher de rester dans la logique de ce que Georges Canguilhem entend par l’idée de
« se porter », bien ou mal. Les limitations fonctionnelles font l’objet de trois questions, au pré­
sent et au passé :
• « Actuellement, êtes­vous limité(e) depuis au moins six mois à cause d’un problème de santé,
dans les activités que les gens font habituellement ? » (question identique à la troisième
question du mini­module européen de santé)
• « Vous est­il déjà arrivé, dans le passé, d’être limité(e) pendant au moins six mois à cause d’un
problème de santé, dans les activités que les gens font habituellement ? Il s’agit d’une limi­
tation passée au sens où elle est maintenant terminée »
• « Avez­vous une reconnaissance officielle de handicap ou d’invalidité (carte d’invalidité, pen­
sion, allocation, rente, capital, admission dans un établissement spécialisé) ? » À noter que
les handicaps peuvent également être déclarés lors de la révélation des maladies chroniques
et que le SF­12v2 permet, à travers les dimensions « activité physique », « douleurs phy­
siques » et « limitations dues à l’état physique », de savoir si la personne, en raison de son
état physique ou de douleurs ressenties, est limitée dans certaines activités explicitement
désignées.
Plus largement, ce que l’on peut inclure dans la santé « sociale » peut provenir, dans le ques­
tionnaire, de la dimension « vie et relations avec les autres », ainsi que de plusieurs questions
disséminées au sein du module biographique (fréquence des rencontres avec les proches, type
d’aide reçue des proches ou apportée à ceux­ci, possibilité de se confier à une personne
lorsque l’on a un problème personnel ou concernant la vie de famille, etc.) ou du module vio­
lences (perte de confiance en autrui après avoir subi des atteintes, empêchement de faire ce
que l’on fait d’habitude à cause de celles­ci, etc.).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 46
Partie 1 - La construction de l’enquête
46
Dans l’enquête EVS, être en mauvaise santé ou mal se porter peut donc être estimé de multi­
ples manières, qui toutes peuvent constituer des représentations du rapport de la personne à
son environnement, de sa capacité à en maîtriser plus ou moins aisément les variations et à en
surmonter plus ou moins les agressions, en accord avec ce qu’entend Georges Canguilhem
lorsqu’il définit la mauvaise santé comme une « restriction des marges de sécurité organique »
(id., p. 60­61).
En résumé, à côté des outils le plus souvent en usage dans une enquête statistique portant sur
la santé (santé perçue, maladies, limitations fonctionnelles, recours aux soins et consomma­
tion de certains médicaments dans les douze mois précédents), d’autres instruments permet­
tent de développer une approche globale de la santé comme le fonctionnement ou le dysfonc­
tionnement dans un environnement (santé mentale et sociale largement entendues).
ENCADRÉ
Un usage raisonné des questionnaires standardisés de santé
Si l’offre d’instruments permettant d’interroger la santé dans une enquête statistique est pléthorique,
c’est en particulier parce qu’il existe de nombreux questionnaires standardisés de santé, généralistes
(permettant de mieux cerner différents aspects de la santé perçue ou fonctionnelle), ou spécifiques
(pour des pathologies particulières comme les migraines, la santé mentale, etc.). Ces questionnaires
permettent d’établir des comparaisons entre la population enquêtée et des populations décrites dans
d’autres sources. Mais cet avantage en termes de comparabilité ne peut faire oublier la forme concrète,
parfois lourde de ces questionnaires : ils comportent souvent beaucoup de questions, ce qui peut avoir
des effets néfastes sur le temps de passation et la lassitude des enquêtés ; leurs formulations paraissent parfois surprenantes ou ambiguës et ne sont pas toujours bien acceptées par les enquêtés au
cours d’un entretien qui obéit à une logique globale.
Le nombre de questionnaires standardisés insérés dans le questionnaire d’EVS a donc été limité à quatre : qualité de vie-santé perçue (SF-12v2), santé mentale (MINI, deux modules entiers et questions-filtres de trois autres modules) et tests de consommation d’alcool (DETA, AUDIT), chacun ayant une mission bien particulière, selon des hypothèses formulées en amont de l’enquête. C’est en précisant la
nature de ce que l’on cherchait à mesurer, en rapport avec les objectifs principaux d’EVS, que le choix
de ces questionnaires a été opéré. Par exemple, il ne s’agit pas de questionner le domaine de la santé
mentale ou la consommation d’alcool en général, mais bien de poser certaines formes de questions,
avec des objectifs particuliers sur la nature des résultats attendus.
• Le SF-12v2 : un outil pour calculer des scores agrégés de santé physique et mentale
Le choix du SF(Short Form)-12v2 n’a pas été immédiat. Le SF-36, son grand frère en 36 questions, avait
été utilisé dans l’auto-questionnaire papier de l’enquête décennale Santé 2002-2003 et aurait pu être
inclus dans EVS pour comparer ces enquêtes réalisées en population générale en France à des dates
proches avec des échantillons importants. Mais les tests ont montré que le SF-36 était trop long et
entraînait des difficultés de compréhension pour les enquêtés.
Un des freins à l’utilisation du format en 12 questions, le SF-12v2, résidait dans le fait qu’il n’était ni traduit, ni « validé » en français. En revanche, le SF-12 anglophone reprend presque mot pour mot douze
questions du SF-36, lequel est, pour sa part, traduit et validé en français (Leplège et al., 1993). Il était
donc possible de sélectionner les douze questions concernées du SF-36. Restait ensuite à savoir si l’on
pouvait transposer le SF-12v2, conçu aux États-Unis et utilisé (notamment) dans ce pays, au vu des
objectifs poursuivis dans EVS.
Au fil des réflexions, le rôle assigné au SF-12v2 dans EVS a été précisé : plutôt que de comparer des
sources, il s’agissait de trouver un outil capable de « dégrossir » un profil de santé (ici, de qualité de vie et
santé perçue) et d’utiliser les informations synthétiques du SF-12v2 (scores agrégés de santé physique et
•••
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 47
Violences, santé et événements de vie difficile
47
•••
mentale) pour confronter l’état de santé des personnes de 18-75 ans dont les enquêtés d’EVS sont représentatifs à d’autres informations sur la santé relevées ailleurs dans le questionnaire d’EVS (avec ou sans
questionnaire standardisé).
Des échanges avec les concepteurs américains du SF-36 et de ses différentes versions ont permis de
préciser l’analyse, en décidant d’utiliser les pondérations établies sur des échantillons de population
américains1 et de trancher sur de petites questions de traduction2. En revanche, calculer les scores à
partir des moyennes observées dans la population américaine, comme le prévoyait le manuel américain
d’utilisation du questionnaire, ne semblait pas cohérent avec l’idée que le SF-12v2 était mobilisé, dans
EVS, pour comparer les enquêtés entre eux. Les scores agrégés ont donc été calculés en utilisant les
moyennes observées sur l’échantillon lui-même, mais en pondérant par les poids respectifs associés
aux huit dimensions de la santé établis aux États-Unis (activité physique, limitations dues à l’état physique, douleurs physiques, santé perçue, vitalité, vie et relations avec les autres, santé psychique, limitations dues à l’état psychique). Les scores de santé physique et psychique du SF-12v2 calculés pour
EVS sont, comme les scores que préconise d’établir le manuel américain, centrés sur une moyenne de
santé de 50 (0 indiquant un très mauvais état de santé, 100 un excellent), avec un écart type de 10.
Mais, étant donné les choix opérés pour construire ces scores, la moyenne de 50 vaut ici à titre de comparaison avec la population de référence de l’enquête (personnes de 18 à 75 ans résidant en ménage
ordinaire en France), et non avec la moyenne calculée dans les enquêtes réalisées aux États-Unis.
Enfin, puisque le SF-12v2 couvrait les huit mêmes dimensions de la santé que le SF-36, se posait la
question de savoir si l’on pouvait calculer, avec seulement douze questions, outre les deux scores agrégés, huit scores spécifiques. Le matériau recueilli dans l’enquête permettrait de le faire, mais cette
exploitation a semblé un peu aventureuse3 et les publications appuyées de l’enquête EVS s’en tiennent
aux scores agrégés de santé physique et mentale, sans s’interdire bien évidemment d’utiliser les questions (mais pour elles-mêmes, non pour en tirer des scores) sur lesquelles reposent, pas à pas, les huit
dimensions différentes.
Le MINI : un outil pour identifier l’épisode dépressif majeur et le trouble anxieux généralisé
Les enjeux liés à l’utilisation du MINI sont assez différents. Au vu des réserves suscitées par les questionnaires standardisés d’humeur dépressive, il s‘agissait de trouver un outil permettant non pas d’établir un
diagnostic de santé mentale – inaccessible dans une enquête statistique réalisée par des enquêteurs nonmédecins et sans examen clinique complémentaire –, mais d’identifier des problèmes tout de même assez
proches des critères diagnostiques ou qui permettent de s’y référer. Obtenir des prévalences de dépression
ou d’anxiété élevées aurait été le signe que de nombreux « faux positifs » se trouvaient inclus dans les personnes repérées dans le questionnaire comme potentiellement malades. Le risque aurait alors été, avec
« trop » de dépressifs ou d’anxieux, de ne pas pouvoir établir des liens robustes et pertinents entre les
déclarations de violences subies, d’événements difficiles vécus et l’état de santé repéré par des pathologies bien circonscrites. Pour le dire autrement : pour savoir si le fait d’avoir subi des violences ou d’avoir
traversé des événements difficiles est corrélé au fait de présenter, par exemple, une probabilité accrue de
trouble anxieux généralisé, encore faut-il pouvoir discriminer, parmi l’ensemble des 18-75 ans, qui présente
des symptômes véritablement caractéristiques de cette pathologie.
1. Pondérations définies dans le manuel d’utilisation américain du SF-12v2 pour calculer les scores de santé psychique et physique comme des sommes pondérées des huit dimensions de la santé incluses dans le SF-12v2 (tout
comme dans le SF-36). Voir Ware et al., 2005.
2. Les douze questions du SF-12v2 reprennent à quelques mots près douze des questions du SF-36 : c’est à ce
sujet que les auteurs du SF-36 ont été consultés, pour donner leur accord, sur le fond de la traduction comme sur
les droits légaux d’utilisation du questionnaire, si nous utilisions la traduction résultant de nos échanges. Remerciements à Donna Fontaine et Barbara Gandek.
3. Huit scores synthétiques appuyés sur seulement douze questions, cela signifierait une ou deux questions seulement mobilisées pour calculer chacun des scores.
•••
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 48
Partie 1 - La construction de l’enquête
48
•••
Les échanges avec les concepteurs franco-américains du questionnaire MINI ont permis de préciser ce
qui semblait possible et souhaitable, au vu des objectifs propres à l’enquête. Le MINI est, dans sa version intégrale, trop long pour être associé intégralement au questionnaire EVS, d’autant que certaines
parties s’avéraient d’emblée inutiles4. Il a donc semblé légitime de n’inclure globalement que les
modules portant sur l’épisode dépressif majeur et le trouble anxieux généralisé et de se limiter à la première question pour les modules portant sur les troubles paniques, l’agoraphobie et la phobie sociale.
Si les deux premières pathologies peuvent être repérées, en référence aux critères diagnostiques du
DSM-IV, on sait qu’en faisant ce choix, il faut interpréter avec plus de prudence les résultats relatifs aux
trois pathologies suivantes, trois formes d’anxiété spécifiques. Les conclusions à leur propos ne sont
certainement pas aussi robustes que pour les autres pathologies, mais on choisit ici de se satisfaire d’informations à mettre en regard avec d’autres éléments décrivant la santé des personnes.
De même, il a été décidé d’extraire du Nottingham Health Profile (NHP) quelques questions permettant
de décrire de façon analytique différents troubles du sommeil. Ainsi, même si l’on ne peut pas calculer
de score de santé mentale appuyé sur l’intégralité de la logique du NHP, ce petit questionnaire sommeil
vient en appui de ce que les enquêtés ont déjà pu déclarer lorsqu’ils ont éventuellement dit souffrir de
maladies ou problèmes de santé chroniques ou qu’ils ont répondu (s’ils ont passé les questions-filtres)
à des questions sur le sommeil dans les deux modules « épisode dépressif majeur » et « anxiété généralisée » du MINI.
Les questionnaires AUDIT et DETA
La décision d’utiliser ces questionnaires standardisés repose quant à elle sur la volonté de comparer les
enquêtes statistiques françaises ou étrangères des dix dernières années, qui ont largement utilisé ces
outils. C’est notamment le cas du Baromètre santé, même si le mode de passation est différent de celui
d’EVS : dans EVS, l’interrogation sur la consommation d’alcool est placée dans la partie du questionnaire auto-administrée par ordinateur, tandis que le Baromètre santé interroge les enquêtés par téléphone. Un des intérêts, pour l’exploitation des données, est donc de comparer des populations enquêtées à la lumière des différences de protocole, pour en tirer de possibles hypothèses sur l’influence des
méthodes de collecte. Un chapitre de cet ouvrage développe cet aspect (voir page 261).
4. Sur la consommation de drogues et d’alcool, par exemple, ce sont les questionnaires en vigueur ailleurs dans la
statistique française ou étrangère qui s’imposaient, non les modules du MINI portant sur ces sujets.
Conclusion
Le travail de définition et de choix des outils de collecte réalisé en amont de l’enquête EVS res­
semble donc à celui que requiert la réalisation de toute enquête statistique : il s’agit toujours,
au fond, de définir les spécificités de l’objet central de l’enquête, pour tenter de trouver les
meilleures voies de questionnement possible. Ce faisant, inévitablement, on se propose d’at­
teindre un objectif final qui sera éminemment construit, c’est­à­dire jamais indépendant des
outils particuliers choisis pour donner une forme concrète à l’enquête. L’intérêt réside alors,
certes, dans la lecture des résultats, mais en n’oubliant jamais de les peser à l’aune des hypo­
thèses qui ont présidé à leur construction.
Le chapitre suivant permet quant à lui de comprendre comment les définitions et outils de
mesure présentés ici ont été rendus opérationnels sur le terrain, par la construction du ques­
tionnaire et la mise en œuvre d’un protocole de collecte spécifique à l’enquête.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 49
Violences, santé et événements de vie difficile
49
BIBLIOGRAPHIE
Anache M., Heurtel H., 2004, « Victimation et insécurité en Île-de-France, une réalité diversement partagée », Note rapide n° 355, Sécurité et comportements, mai, 4 p.
Ariès P., 1973, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Seuil, coll. « L’Univers historique », XIX-501-[16] p.
Aubusson B., Lalam N., Padieu R., Zamora P., 2002, « Les statistiques de la délinquance », France, portrait social 2002-2003, INSEE, p. 141-158.
Bauer A. (sous la dir. de), 2009, La criminalité en France. Rapport de l’Observatoire national de la déliquance 2009, CNRS Éditions, 710 p.
Bérardier M., 2008, «Les disputes dans EVS et ENVEFF», Document de travail, INED,
septembre, 118 p.
Bouchard R.-M., Tourigny M. Joly J., Hébert M., Cyr M., 2008, « Les conséquences à
long terme de la violence sexuelle, physique et psychologique vécue pendant l’enfance », Revue d’épidémiologie et de santé publique, vol. 56, n° 5, octobre, p. 333-344.
Canguilhem G., 2002, « La santé : concept vulgaire et conception philosophique », in :
Écrits sur la médecine, Seuil, coll. « Champ freudien », p. 49-68.
Clastres P., 1997, Archéologie de la violence. La guerre dans les sociétés primitives, Pierre
Clastres et éditions de l’Aube, 94 p.
Condon S., Lieber M., Maillochon F., 2005, « Insécurité dans les espaces publics : comprendre les peurs féminines », Revue française de sociologie, 46-2, 2005, p. 265-294.
Dauphinot V., Naudin F., Guéguen R., Perronnin M., Sermet C., 2006, « Écarts entre
morbidité déclarée et morbidité diagnostiquée. L’exemple de l’obésité, de l’hypertension
artérielle et de l’hypoercholestérolémie », Questions d’économie de la santé, novembre,
8 p.
De Salvo K.B., Fan V.S., McDonell M.B., Fihn S.D., 2005, « Predicting Mortality and
Healthcare Utilization with a Single Question », Health Services Research, vol. 40, issue
4, August, p. 1234-1246.
Durkheim É., 1895, Les règles de la méthode sociologique, PUF, Quadrige (édition PUF
1937), 149 p.
Élias N., 1973, La civilisation des mœurs, Calmann-Lévy, 342 p. (en particulier chapitre
VII, « Les modifications de l’agressivité »).
Farge A., 2007, Effusion et tourment : le récit des corps. Histoire du peuple au XVIIIe siècle,
Odile Jacob, 248 p.
Farge A., 1992, La vie fragile : violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle,
Seuil, « Points », 354 p.
Firdion J.-M., 2006, « Influence des événements de jeunesse et héritage social au sein
de la population des utilisateurs des services d’aide aux sans-domicile », Économie et
statistique, n° 391-392, p. 85-111.
Geremek B., 1990, Les marginaux parisiens aux XIVème et XVème siècles, Flammarion,
« Champs », 374 p.
Geremek B., 1987, La potence ou la pitié : l’Europe et les pauvres, du Moyen Âge à nos
jours, Gallimard, « Bibliothèque des Histoires », 330 p.
Guelfi J.D., L’évaluation clinique standardisée en psychiatrie, CD-Rom, Pierre Fabre Système nerveux central.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 50
Partie 1 - La construction de l’enquête
50
Hamelin C., 2010, Violences sexuelles dans l’enfance et santé à l’âge adulte chez les
femmes kanakes de Nouvelle-Calédonie, thèse de doctorat, Paris 11, Faculté de
médecine Paris-Sud, 182 p.
Herman Daniel B. Susser E.S., Struening E.L., Link B.L., 1997, « Adverse Childood Experiences : Are They Risk Factors for Adult Homelesness ? », American Journal of Public Health, vol. 87, n° 2, p. 249-255.
Jaspard M., Brown E., Condon S., Fougeyrollas-Schwebel D., Houel A., Lhomond B.,
Maillochon F., Saurel-Cubizolles M.-J., Schiltz M.-A., 2003a, Les violences envers
les femmes en France. Une enquête nationale, La Documentation française, 370 p.
Jaspard M., Brown E., Lhomond B., Saurel-Cubizolles M.-J., 2003b, « Reproduction ou
résilience : les situations vécues dans l’enfance ont-elles une incidence sur les
violences subies par les femmes à l’âge adulte ? », Revue française des Affaires
sociales, juillet-septembre, n° 3, p. 159-189.
Krug E.-G., Dahlberg L.-L., Mercy J.-A., Zwi A., Lozano-Ascensio R., 2002, Rapport
mondial sur la violence et la santé, Organisation mondiale de la santé, Genève, XXII282-[89] p.
Leplège A., Écosse E., Pouchot J., Coste J., Perneger T., 1993, Le Questionnaire MOS
SF-36. Manuel de l’utilisateur et guide d’interprétation des scores, Éditions Estem, 158 p.
MacLeod J., Shanahan M .J., 1993, « Poverty, parenting and children’s mental health »,
American sociological review, vol. 58, issue 3, June, p. 351-366.
Menahem G., Bantman P., Martin S., 1994, « Événements de la jeunesse, trajectoires de
vie et troubles de l’existence à l’age adulte », in Bouchayer F., Verger D., Trajectoires sociales et inégalités. Recherches sur les conditions de vie, Érès, MiRe/INSEE, p. 63-90.
Menahem G., 1992, « Troubles de santé à l’âge adulte et difficultés familiales durant l’enfance », Population, n° 4, p. 893-932.
Michaud Y., 1999, La violence, PUF, Coll. « Que sais-je ? », 5e édition, 127 p.
Miilunpalo S., Vuori I., Oja P., Pasanen M., Urponen H., 1997, « Self-rated Health Status
as a Health Measure. The Predictive Value of Self-reported Health Status on the Use of
Physician Services and on Mortality in the Working Age Population », Journal of Clinical
Epidemiology, vol. 50, issue 5, p. 517-528.
Mucchielli L., 2005, Le scandale des « tournantes ». Dérives médiatiques et contre-enquête sociologique, La Découverte, « Sur le vif », 124 p.
Mucchielli L., 2002, Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français,
La Découverte, « Sur le vif », 2e édition, 158 p.
Peyrefitte A., Schmelck R., Dumoulin R., 1977, Réponses à la violence. Rapport remis à
monsieur le Président de la République, La Documentation française, septembre, 193 p.
Radloff, L.S, 1977, « The CES-D Scale : a self-report depression scale for research in the
general population », Applied Psychological Measurements, 1, p. 385-401.
Rizk C., 2005a, « 8 % des ménages déclarent avoir été victimes de vols en 2004 », Grand
Angle, Bulletin statistique de l’Observatoire national de la délinquance, n° 2, octobre, 8 p.
Rizk C., 2005b, « Près de 5 % des personnes de 14 ans et plus déclarent avoir été victimes
d’au moins une agression en 2004 », Grand Angle, Bulletin statistique de l’Observatoire
national de la délinquance, n°3, novembre, 8 p.
Rizk C., 2004, « Comment appréhender l’outil statistique des faits constatés par les services
de police et les unités de gendarmerie (état 4001) », Résultats et méthodes, n°1, novembre, 26 p.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 51
Violences, santé et événements de vie difficile
51
Robert P., Pottier M.-L., 2004, « Les préoccupations sécuritaires : une mutation ? », Revue
française de sociologie, 45-2, p. 211-242.
Robert P., Zauberman R., Pottier M.-L., Lagrange H., 1999, « Mesurer le crime. Entre
statistiques de police et enquêtes de victimation », Revue française de sociologie, XL2, p. 255-292.
Tessier P., Wolff F.-C., 2005, « Offre de travail et santé en France », Économie et prévision,
n° 2, p. 17-41.
Ware J.E., Kosinski M., Turner-Bowker D., Gandek B., 2005, How to Score Version 2 of
the SF-12® Health Survey, Lincoln & Boston, QualityMetric Incorporated & Health Assessment Lab, September, 267 p.
Weber M., 1959, Le savant et le politique, Plon, « Le monde en 10/18 », 185 p.
Weber M., 1967, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Plon, 2e édition corrigée,
286 p.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 52
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 53
L’élaboration du questionnaire
et du protocole de collecte :
innovations et précautions méthodologiques
Catherine CAVALIN
L
a sensibilité extrême de la thématique (violences subies, mais aussi problèmes de santé et
événements douloureux d’ordres divers) et le manque de précédents en France ont
conduit les concepteurs de l’enquête EVS à innover du point de vue méthodologique. D’autant
que, dans les rares enquêtes qui abordent des sujets aussi intimes, l’ENVEFF notamment, les
réponses sont généralement recueillies par téléphone, et non en face à face1.
Face aux problèmes de fond soulevés lors de la préparation de l’enquête, il est apparu essen­
tiel que le fond du questionnement marche en bonne intelligence avec les « manières de
faire ». Il s’est agi de donner un sens au contenu des concepts définis pour fonder l’enquête
(voir l’article p. 35), tout en prêtant une attention particulière à la progressivité du question­
naire, aux précautions utiles à la bonne passation de l’entretien, à certains aspects très pra­
tiques du protocole de collecte et aux mesures d’accompagnement à mettre en place.
Un questionnaire progressif qui ménage la sensibilité
des enquêtés et des enquêteurs
La progressivité du questionnement s’avérait, dans cette enquête, déterminante des condi­
tions de passation.
Les sujets auxquels touche l’entretien conduit par les enquêteurs de l’INSEE pour EVS étant
sensibles et variés, se pose tout d’abord la question de savoir comment parler des violences,
sans pour autant choquer ni faire intrusion. Par ailleurs, et même si les enquêteurs s’accordent
le plus souvent à constater à quel point la santé est un sujet propice à la mise en confiance,
aborder cette question peut donner lieu à des remémorations douloureuses et intimes. Plus
généralement, le questionnaire couvre une grande diversité d’événements qui, lorsqu’ils ont
émaillé le parcours de vie d’une personne, risquent fort d’en rendre le « récit » difficile, émou­
vant, bouleversant parfois : décès des parents, d’enfants ou d’autres proches, suicides ou ten­
tatives de suicide parmi ces mêmes personnes, alcoolisme ou toxicomanie au sein de la famille,
privations matérielles, graves carences affectives, etc.
1. L’enquête ACSF (Analyse du comportement sexuel des Français) en 1992, suivie de CSF (Contexte de la sexualité en
France) en 2005-2006, a aussi été réalisée par téléphone.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 54
Partie 1 - La construction de l’enquête
54
Les tests de passation des questionnaires réalisés avant la collecte de l’enquête ont d’ailleurs
montré que des entretiens pouvaient s’avérer éprouvants, même lorsqu’une personne déclarait
n’avoir subi aucun acte de violence, parce qu’il suffisait qu’un événement autre que « violent » (au
sens du questionnaire) fût abordé, pour que cette remémoration fît changer du tout au tout un
jeu de questions­réponses commencé pourtant avec entrain et bonne volonté. De même, des vio­
lences que l’on pouvait a priori considérer comme moins graves n’étaient pas toujours ressenties
de manière aussi légère qu’on pouvait l’attendre : un vol, même perpétré en l’absence de la vic­
time et prenant pour objet des biens de faible valeur matérielle, peut laisser des souvenirs trau­
matisants, par exemple parce que la valeur sentimentale attachée aux objets dérobés est parti­
culièrement forte.
Les entretiens­tests conduits préalablement à la réalisation de l’enquête ont aussi permis de com­
prendre à quel point il fallait ménager la sensibilité des enquêteurs sans se borner à rendre le
questionnaire progressif et respectueux des seuls enquêtés. Si le questionnaire ne doit pas tour­
ner à l’interrogatoire, cela relève d’abord d’une obligation morale envers les personnes interro­
gées. Mais il est tout aussi indispensable, même si au premier abord eux­mêmes n’y songeaient
pas, de donner aux enquêteurs les moyens d’affronter la sensibilité des problèmes soulevés par
les entretiens : la difficulté de la parole pèse aussi lourdement sur l’enquêteur, qui risque parfois,
malgré lui, d’arracher des aveux plus que de recueillir des réponses. En d’autres termes, le fait de
devoir « faire parler » une personne en la plongeant éventuellement dans la douleur peut entraî­
ner un sentiment de culpabilité chez ces enquêteurs et les empêcher de recueillir les données
dans les conditions de neutralité prévues. Ces entretiens peuvent également avoir un retentisse­
ment douloureux avec leur propre vie (violences subies ou autres événements de vie qui les ont
eux­mêmes touchés), comme l’enseigne l’une des leçons tirées de « l’effondrement » de cer­
taines enquêtrices chargées de réaliser les entretiens téléphoniques de l’ENVEFF.
Il fallait donc essayer de rendre le questionnement le plus progressif possible, en n’abordant ni
trop vite ni par des formulations à l’emporte­pièce certains événements potentiellement vécus
comme très graves par ceux qui les ont traversés. Mais il fallait aussi éviter que le questionnaire
ne monte trop en intensité dramatique, aboutissant à un point culminant d’émotion en toute fin.
Ces limites, beaucoup moins évidentes, ont émergé lors des bilans des tests réalisés sur le terrain,
grâce à la finesse du jugement des enquêteurs. Lorsque le questionnaire est « trop »progressif,
ces derniers peuvent avoir le sentiment, dans ce cas, de devoir conduire un véritable interroga­
toire et les enquêtés peuvent ressentir cette progression comme un piège se refermant sur eux.
La recherche d’un équilibre entre ces deux impératifs – ne pas aborder d’emblée des sujets qui
peuvent choquer, mais ne pas non plus émouvoir à l’excès les personnes enquêtées en condui­
sant l’entretien de manière trop savamment tacticienne – a joué un rôle important dans la
construction du questionnaire, notamment pour choisir l’ordre des modules et des questions
(voir la description du questionnaire p. 63).
Le module santé a ainsi été placé en tête du questionnaire : même si c’est un sujet potentielle­
ment délicat, les personnes ayant des événements ou situations douloureux à évoquer dans ce
domaine peuvent souvent le faire sans culpabilité et rencontrer aussi, ce faisant, la sympathie des
enquêteurs. Le module biographique qui suit contient de nombreuses questions sur divers évé­
nements difficiles traversés au cours de l’existence – passage parfois épineux de l’entretien. Il
donne aussi l’occasion de rendre compte d’événements « heureux », comme les mariages ou la
naissance des enfants. Mais, d’une part, ces événements ne sont pas nécessairement des souve­
nirs heureux à la date de l’enquête, à la lumière de situations douloureuses qui les ont éventuel­
lement suivis (divorces ou séparations conjugales, graves conflits à l’intérieur de la famille, décès
d’un conjoint ou d’un enfant, etc.). D’autre part, le module biographique est nettement tourné
vers le recueil de ce qui a pu, dans le parcours, se présenter comme des événements difficiles et
ne favorise donc pas la légèreté de ton.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 55
L’élaboration du questionnaire et du protocole de collecte
55
Le module qui suit porte sur les violences subies au cours des vingt­quatre derniers mois (période
de référence récente pour faciliter la remémoration, comme dans les enquêtes de victimation tra­
ditionnelles). Cinq types de violences sont détaillés : vols (et tentatives de vols), cambriolages et
dégradations de biens, d’une part ; violences verbales, physiques, sexuelles et psychologiques,
d’autre part. Pour chacun de ces actes, il s’agit de repérer la fréquence des faits, leurs consé­
quences immédiates et leur contexte de survenue, ainsi que d’appréhender la nature de la réac­
tion de la victime. Pour respecter la logique de la progressivité, les questions qui portent sur les
violences sexuelles (attouchements, tentatives de rapports sexuels forcés ou rapports sexuels
forcés), présumées comme ayant toujours été vécues comme graves, arrivent tard dans le dérou­
lement du questionnaire. Ce sont pourtant les violences psychologiques (et non les violences
sexuelles) qui ont été placées à la toute fin de ce module, pour éviter que les personnes interro­
gées ne se sentent « prises au piège », comme nous l’avons expliqué ci­dessus.
Un module presque identique, tant du point de vue des types de violences couverts que des
formulations, interroge ensuite les violences éventuellement subies avant les deux années pré­
cédant l’enquête. Il fait donc appel à des souvenirs plus lointains. Parce que les reconstructions
liées à la mémoire ne permettent pas de détailler les faits avec autant de fiabilité qu’à propos
des événements récents, ce questionnement se contente de « balayer » les atteintes violentes
auxquelles la personne a pu être soumise, en s’efforçant néanmoins de les dater, ne serait­ce
qu’en les inscrivant dans l’une des trois grandes périodes de la vie désignée comme « l’en­
fance » (de la naissance à l’âge de 9 ans), « l’adolescence » (entre 10 et 19 ans) ou « l’âge
adulte » (à 20 ans ou plus tard).
Hormis les questions sur les violences subies, une question en particulier a retenu l’attention des
enquêteurs lors de la préparation de l’enquête, parce qu’ils la redoutaient a priori et trouvaient,
une fois qu’ils l’avaient posée, qu’elle tombait toujours « au mauvais endroit », « au mauvais
moment » : demander à la personne interrogée si elle a déjà réalisé une ou des tentatives de sui­
cide, sur le cours entier de sa vie, peut en effet être perçu comme un propos qui ne trouve jamais
de « bonne place » dans un questionnaire, quelles que soient les modalités de celui­ci (en face à
face ou non). Cette question est celle dont l’emplacement pressenti, dans les étapes de prépara­
tion du questionnaire, a le plus varié. Initialement intégrée au module santé, de manière cohé­
rente avec le fait que les concepteurs de l’enquête envisageaient de traiter les réponses à cette
question comme des informations en matière de santé mentale, après plusieurs hypothèses ou
tests lui conférant une place provisoire, elle a été placée dans la partie du questionnaire qui
recueille l’existence de situations ou d’événements difficiles survenus dans l’entourage proche
du répondant. Précisément, c’est après avoir évoqué l’existence possible de tentatives de suicide
au sein de la famille ou parmi les proches qu’il est demandé : « Et vous­même, avez­vous fait une
tentative de suicide ? » Les enquêteurs ont activement participé à déterminer ce choix et, dans la
passation du questionnaire, en ont trouvé leur travail allégé.
De manière générale, quand les enquêtés ont pu se trouver brutalement interpelés, les enquê­
teurs ont noté que la bonne volonté ne disparaissait pas. Très peu d’entretiens se sont termi­
nés avant qu’aient été posées l’intégralité des questions.
Le questionnaire auto-administré par ordinateur avec interface audio
Au cours de la décennie précédant l’enquête EVS, l’exploration des données sur la consomma­
tion de drogues illicites a été essentiellement mise en chantier par l’Observatoire français des
drogues et toxicomanies (OFDT), l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé
(INPES) ou l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), grâce à des
enquêtes téléphoniques (Baromètre santé) ou auto­administrées sur papier telles que l’Euro­
pean School Survey Project on Alcohol and other Drugs (ESPAD) ou l’Enquête sur la santé et
les consommations lors de l’appel de préparation à la défense (ESCAPAD).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 56
Partie 1 - La construction de l’enquête
56
Le fait d’interroger en face à face les enquêtés sur leurs pratiques délictueuses soulevait un
problème pour la statistique publique, qui avait peu investi ce domaine. D’emblée, les déclara­
tions de consommation, actuelle ou passée, de drogues illicites, devaient figurer dans un pro­
tocole d’interrogation auto­administré car, d’un point de vue juridique, cette méthode de col­
lecte évitait aux enquêteurs d’avoir à entendre la révélation de pratiques à propos desquelles
pouvait se poser la question de savoir s’il fallait en informer le procureur de la République (arti­
cle 40 alinéa 2 du Code de procédure pénale, cf. infra).
Au­delà du problème juridique ou judiciaire posé par la déclaration de crimes et délits, le
recours à un questionnaire auto­administré plutôt qu’à un entretien en face à face se justifiait
sur le plan méthodologique. Plusieurs des sujets abordés dans l’enquête sont en effet suscep­
tibles de donner lieu à des sous­déclarations : il peut s’avérer difficile de dire, malgré l’anony­
mat garanti par une enquête statistique, que l’on est l’auteur de comportements en marge de
la norme sociale (consommation de substances illicites, pratiques homosexuelles, consomma­
tion importante d’alcool, par exemple). De même, comment réussir à parler de certains évé­
nements tus jusqu’alors, qui impliquent des relations au sein de sa propre famille et dont le
dévoilement pourrait occasionner des suites judiciaires que soi­même l’on n’a pas pu ou voulu
engager jusque­là (violences conjugales, intra­familiales, etc.) ?
Le format usuel du questionnaire auto­administré est un document imprimé sur papier, que
l’enquêté(e) remplit à côté de l’enquêteur (avec remise sous pli scellé) ou après son départ
(avec, dans ce cas, envoi postal dans une « enveloppe T »). Cette méthode de collecte com­
porte toutefois des limites habituelles et bien connues. D’une part, le taux de perte peut être
important : les répondants, même intéressés pendant la partie en face à face de l’enquête, ne
prennent pas toujours le temps de poursuivre seuls l’enquête, comme le requièrent à la fois le
remplissage de la partie auto­administrée et le fait de poster une enveloppe. Cette déperdi­
tion d’effectif entraîne une possible perte de représentativité, par rapport à la population de
référence que l’on cherche à connaître. Dans le cas de l’enquête EVS, ces problèmes sont
aggravés par le fait que les questions destinées à être auto­administrées ont souvent trait à
des comportements rares, voire très rares en population générale. D’autre part, le fait que les
enquêtés remplissent eux­mêmes un questionnaire est une source d’erreurs (plusieurs
réponses données au lieu d’une demandée, omission de questions, réponses sans objet, etc.).
Ces possibles confusions nécessitent des tâches d’apurement parfois lourdes et finalement
peu satisfaisantes. Enfin, l’auto­passation exclut les personnes qui ont des difficultés à lire,
que ce soit en raison de problèmes d’illettrisme ou de vue.
À l’instar des méthodes utilisées à l’étranger, en particulier aux États­Unis, au Canada ou au
Royaume­Uni (Ammentorp et al., 2007 ; MacMillan et al., 2006 ; Walby et Allen, 2004 ; Rogers
et al., 1999), les concepteurs de l’enquête EVS se sont donc orientés vers un mode de passa­
tion auto­administré par ordinateur avec interface audio (méthode audio­CASI2), une pre­
mière du genre en France3. L’hypothèse était que ce mode de collecte peut inviter les répon­
dants à une plus grande sincérité encore qu’un questionnaire papier (voir l’article p. 237 à
propos du comportement des répondants sur cette partie du questionnaire).
2. CASI renvoyant à « Computer Assisted Self Interview » (« entretien auto-administré par ordinateur »), par analogie avec
CAPI (« Computer Assisted Personal Interview » : « entretien en face à face assisté par ordinateur », nom donné à l’application informatique qui équipe les ordinateurs des enquêteurs de l’INSEE pour collecter les réponses en face à face) et
CATI (« Computer Assisted Telephone Interview » : « entretien téléphonique assisté par ordinateur », du nom de l’application informatique utilisée pour des enquêtes telles que le Baromètre santé ou l’ENVEFF, par exemple).
3. Encouragés par l’expérience du questionnaire auto-administré mis au point pour EVS, les concepteurs de l’édition 2007
de l’enquête Cadre de vie et sécurité (enquête de l’Observatoire national de la délinquance réalisée par les enquêteurs de
l’INSEE) ont utilisé la même méthode. S’appuyant par ailleurs sur l’exemple du British Crime Survey 2001 (Walby et Allen,
2004), le questionnaire auto-administré de CVS 2007 et des éditions suivantes interroge les enquêtés sur les violences
physiques subies de la part d’une personne corésidente et sur les violences sexuelles, quel qu’en soit l’auteur.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 57
L’élaboration du questionnaire et du protocole de collecte
57
La possibilité de placer les questions portant sur les violences dans la partie auto­administrée
par ordinateur n’a pas été retenue. En effet, le temps de passation du module « violences » lais­
sait craindre, malgré le caractère très encourageant des tests réalisés, une lassitude et un
découragement importants des enquêtés, surtout pour ceux qui n’étaient pas familiers du
maniement d’un clavier d’ordinateur, les plus âgés en particulier. En outre, même si les
réponses et les filtres sont gérés automatiquement par l’application informatique, les risques
d’erreurs se seraient trouvés accrus et les enquêtés beaucoup plus désarçonnés que les enquê­
teurs par de possibles incidents techniques ; dans des situations analogues, ces derniers
connaissent leur « machine » et savent comment la débloquer. Faute de pouvoir placer l’en­
semble des questions sur les violences sous un mode auto­administré, le questionnaire auto­
administré de l’enquête EVS a intégré des questions complémentaires, de « rattrapage » éven­
tuel des déclarations précédemment recueillies en face à face, sur les attouchements sexuels
et les rapports sexuels forcés (voir la description du questionnaire p. 63). Elles sont posées à
ceux (celles) qui ont répondu négativement en face à face à la question de savoir si, dans les
deux années écoulées ou dans la période antérieure, depuis leur naissance, ils (elles) avaient
subi des attouchements, des rapports sexuels forcés (ou tentatives de rapports forcés)4.
Appliquée à un nombre limité de réponses qui réduit le temps d’auto­passation, cette
méthode de collecte minimise ainsi un certain nombre d’écueils tels que la multiplication des
problèmes informatiques ou les erreurs de remplissage. L’enchaînement entre l’entretien en
face à face et le questionnaire auto­administré, soigneusement géré par les enquêteurs selon
des recommandations précises, a par ailleurs permis de limiter à 4% de l’effectif des répon­
dants la perte en termes d’effectif, ce qui constitue un signe d’efficacité certain par rapport
aux déperditions observées lorsque le questionnaire est confié à l’enquêté(e) sur papier. La
possibilité d’associer du son aux questions posées a aussi pu accroître le nombre de répon­
dants, en facilitant la tâche à ceux dont la lecture est difficile.
Certaines catégories d’enquêtés demeurent toutefois empêchées de répondre : ceux dont
la vue est vraiment trop insuffisante pour pouvoir même repérer les touches du clavier utiles
à la réponse ; ceux qui ne maîtrisent pas suffisamment le français pour comprendre les ques­
tions, seuls face à l’ordinateur, lorsque l’enquêteur n’est plus là pour prêter main forte en
apportant des explications complémentaires ou en trouvant des synonymes à certains mots
du questionnaire.
Enfin, l’ordinateur pouvant constituer un obstacle technique, l’interface du questionnaire
auto­administré a été conçue pour être aussi simple et conviviale que possible : nombre
limité de touches, pastille de couleur jaune collée sur une touche permettant de réécouter
le fichier son d’une question, consignes claires et répétées sur l’écran et dans le casque
audio.
Le choix de cette méthode de collecte répond, au total, à des considérations d’ordre
éthique, méthodologique et juridique. Elle garantit d’abord aux enquêtés une plus grande
confidentialité par rapport à un entretien en face à face, puisque la divulgation ne passe plus
par une autre personne (même si celle­ci est de toute façon tenue au secret et à l’anonymat
des déclarants). Pour convaincre les enquêtés de la parfaite confidentialité dans laquelle
leurs réponses étaient recueillies, les enquêteurs avaient pour mission de rendre suffisam­
ment ostentatoire le caractère très protégé et secret de la réponse donnée. Par exemple, en
cas d’erreur de frappe sur le clavier de la part de l’enquêté(e), l’enquêteur ne devait pas
intervenir lui­même sur le clavier mais montrer, à l’aide d’une photocopie figurant un clavier
d’ordinateur, comment réaliser le déblocage ou la correction. De même, l’enquêteur devait
4. Pour une analyse des résultats obtenus avec cette méthode de passation, voir la comparaison EVS-CVS, dans l’article
p. 99.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 58
Partie 1 - La construction de l’enquête
58
expliquer précisément que ce questionnaire se terminait par un système de fermeture qui
empêchait toute correction de l’enquêté(e), mais rendait aussi l’accès aux réponses don­
nées impossible à l’enquêteur. Aux enquêtés dubitatifs, l’enquêteur pouvait montrer que
leurs réponses étaient invisibles à l’écran, une fois qu’ils avaient terminé de remplir la partie
auto­administrée5.
Le protocole de collecte
Outre l’attention portée au questionnaire (contenu et méthode de collecte), il a semblé utile
d’aménager globalement des conditions de réalisation favorables à la fois au respect des per­
sonnes et au recueil fiable des réponses. Le protocole de collecte s’est, par conséquent, aussi
exprimé par la mise en place de dispositifs d’accompagnement particuliers pour les enquê­
teurs et les enquêtés.
L’annonce de l’enquête
Tout d’abord, la volonté de respecter les enquêtés comme les enquêteurs s’est traduite par
le refus de donner à l’enquête un caractère obligatoire, malgré les propositions du Comité
du label en ce sens6. Du point de vue éthique, obliger des personnes à répondre à un ques­
tionnaire qui peut réveiller, pour certaines d’entre elles, de vives douleurs liées à leur par­
cours de vie, apparaît contestable, même au nom de l’intérêt général que peut servir la
connaissance statistique. Et si l’on pousse le raisonnement jusqu’au bout, refuser de rendre
l’enquête obligatoire obéit en outre à des motifs méthodologiques. Le fait de présenter une
enquête statistique comme obligatoire (par l’enquêteur et la lettre­avis qui l’annonce), qui
vise généralement à minimiser les biais liés à la non­réponse, ne semble pas du tout garantir
la qualité des données pour une telle enquête. Certes, la non­réponse est numériquement
plus limitée – et l’on se rapproche alors d’un échantillon de répondants qui satisfait mieux
la représentativité que l’on recherche –, mais on peut penser qu’une partie des réponses
données dans de telles conditions peuvent être mensongères ou très déformées. C’est
donc, en définitive, aussi en termes d’efficacité et pas seulement pour des raisons morales
que donner un caractère obligatoire à EVS pouvait paraître très discutable.
De même, la lettre­avis, courrier envoyé aux personnes pressenties par le tirage au sort
comme répondants de l’enquête, ne dévoile pas l’objet central de l’enquête sous les termes
explicites de « violence » ou « agression » (encadré). Ce choix s’explique par deux raisons
essentielles : la volonté de protéger ceux qui seraient victimes de violences dans la sphère
domestique et se verraient menacés par leur(s) agresseur(s) du fait de la simple éventualité
qu’ils dénoncent les atteintes dont ils souffrent au sein de leur ménage, à l’occasion de cette
enquête statistique rendue visible par un courrier ; l’hypothèse selon laquelle on risque d’in­
5. Le droit de regard et de rectification des enquêtés sur leurs réponses, valide comme pour toutes les enquêtes du même
genre pendant quelques semaines auprès de la direction régionale de l’INSEE concernée, ne s’appliquait donc pas aux
réponses données dans le questionnaire auto-administré. Seule la partie de l’entretien réalisée en face à face restait
accessible aux répondants. Ce n’est qu’une fois le questionnaire dans sa globalité totalement anonymisé que les réponses
à l’auto-questionnaire devenaient visibles à nouveau, anonymes et donc par définition non accessibles au regard de leurs
auteurs, non accessibles à leurs remords éventuels, par conséquent.
6. Le Comité du label, qui siège au sein du Conseil national de l’information statistique (CNIS), est composé de professionnels de la statistique publique (INSEE notamment), de représentants des partenaires sociaux (syndicats patronaux et
de salariés) et de la Commission nationale informatique et libertés (CNIL).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 59
L’élaboration du questionnaire et du protocole de collecte
59
troduire un biais méthodologique dans la sélection des enquêtés en affichant explicitement le
mot « violences » dans l’annonce de l’entretien à réaliser. En supposant que le statut d’agres­
seur ou de victime peut, d’ailleurs, autant attirer que faire fuir des répondants potentiels, le
biais de recrutement ainsi créé apparaît totalement immaîtrisable, car il est impossible de
connaître les raisons (non aléatoires mais totalement opaques) pour lesquelles une partie des
personnes ont accepté de répondre à l’enquête.
Enfin, autre précaution qui prévaut dans toute enquête statistique, le protocole d’enquête ne
doit pas permettre de conserver des données nominatives ou indirectement nominatives
issues des questionnaires au­delà du délai nécessaire à la réalisation pratique et technique de
l’enquête et à l’exercice du droit d’accès et de rectification, une obligation surveillée par la
Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Mais sur ce point, rien de spéci­
fique ne caractérise l’enquête EVS en particulier.
ENCADRÉ
La lettre-avis de l’enquête EVS
Madame, Monsieur,
La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère de la
Santé et des Solidarités entreprend une importante étude sur la santé et les conditions de vie des personnes vivant en France, en relation avec les événements qui, au cours de leur vie, ont pu influencer leur
état de santé.
La réalisation de cette enquête, « Événements de vie et santé », est confiée à l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Elle a reçu le label d’intérêt général du Conseil national de
l’information statistique (visa n° 2005 X714SA).
Un échantillon de logements a été tiré au hasard sur l’ensemble du territoire français. Votre logement est
l’un d’entre eux.
Madame / Monsieur………………………………………., enquêtrice / enquêteur de l’Insee, prendra prochainement contact avec vous. Elle / il sera muni-e d’une carte officielle l’accréditant et pourra répondre
aux questions que vous vous posez concernant l’enquête pour laquelle nous vous sollicitons.
La participation de votre foyer à cette étude est fondamentale, car elle détermine la qualité des résultats.
Comme la loi nous en fait la plus stricte obligation, soyez assurés que vos réponses resteront strictement
anonymes et confidentielles. Elles serviront uniquement à l’établissement de statistiques.
Nous sommes persuadés que vous aurez à cœur de faciliter la tâche de notre collaboratrice / collaborateur
et que vous lui réserverez le meilleur accueil.
D’avance, nous vous remercions de votre participation et vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de notre considération distinguée.
Les enquêteurs face à l’obligation de dénonciation
Comme pour chaque enquête, les enquêteurs ont reçu des consignes à la fois générales et
détaillées, permettant d’expliquer certaines options prises dans le questionnaire ou les raisons
du questionnement sur tel ou tel sujet. Une grande partie de ces recommandations émises à
l’intention des enquêteurs prenaient en compte les difficultés éprouvées par ceux d’entre eux
qui avaient participé aux entretiens­tests et s’appuient sur leurs suggestions.
Pour les formations dispensées aux enquêteurs pour se préparer à aborder le terrain de l’en­
quête, un effort a été fourni pour les sensibiliser aux thèmes abordés et à ce qui, au moment
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 60
Partie 1 - La construction de l’enquête
60
de la passation du questionnaire, pouvait en particulier poser des problèmes particuliers dans
la réalisation de leur travail. Préparer les enquêteurs à savoir comment gérer, tant d’un point
de vue humain que professionnel, la « sensibilité » de l’enquête, était un objectif général dont
l’un des aspects, de nature juridique, requérait l’appui de professionnels extérieurs à l’organi­
sation classique d’une enquête statistique (voir l’article p. 251).
Si l’enquête EVS ne vise pas à recueillir des événements définis a priori comme criminels ou
délictueux, une partie des questions portent néanmoins sur des faits qui relèvent de ces caté­
gories juridiques, de manière plus ou moins évidente (pour les rapports sexuels forcés, en par­
ticulier). Que doit faire l’enquêteur, lorsqu’un enquêté lui rapporte qu’il a été victime de faits
qui sont potentiellement des crimes ou des délits ? Doit­il en informer le procureur de la Répu­
blique, comme l’y oblige l’article 40 du Code de procédure pénale, dont l’alinéa 2 dispose que
« toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire, qui, dans l’exercice de ses
fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit, est tenu d’en donner avis sans
délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements,
procès­verbaux et actes qui y sont relatifs » ? Même si les enquêteurs de l’INSEE sont rarement
fonctionnaires, ils restent concernés par cette obligation. Pour éviter d’éventuelles erreurs
d’analyse, ils peuvent néanmoins d’abord rendre compte à leur hiérarchie des faits observés
et des suites qui leur paraissent devoir leur être réservées, parmi lesquelles figure l’avis au pro­
cureur de la République. Il appartient alors au supérieur hiérarchique d’apprécier si les faits lui
paraissent suffisamment établis, afin d’éclairer l’agent sur le bien­fondé de l’avis au procureur
de la République. Ce magistrat évalue ensuite l’opportunité des poursuites pénales. L’absence
d’avis au procureur n’est assortie d’aucune sanction pénale, ce qui n’exclut pas d’éventuelles
sanctions disciplinaires laissées à l’initiative des autorités hiérarchiques ou de tutelle. Ces
recommandations figurent ainsi dans le guide des enquêteurs : « Dans tous les cas où, à l’issue
d’un entretien, un enquêteur formule des doutes et se trouve confronté à un dilemme moral
(que faire pour aider une personne qui a pu, par ses déclarations, lancer un appel au secours ?),
il est très vivement recommandé qu’il n’entame aucune procédure auprès du procureur de la
République sans avoir préalablement discuté de l’opportunité d’une telle action avec sa pro­
pre hiérarchie. Le bien­fondé de l’avis au procureur sera toujours mieux apprécié après une
discussion entre enquêteur, gestionnaire d’enquête7 et chef de division des enquêtes
ménages. En particulier, on peut supposer que dans un cas où un enquêté aurait tenté, en
cours d’entretien, de « manipuler » le jugement de l’enquêteur pour pouvoir appuyer ses pro­
pres démarches après de la justice et éventuellement faire de l’enquêteur un « témoin » en sa
faveur, une discussion entre enquêteur et responsables hiérarchiques de l’INSEE aurait pu
aider à démêler les éléments tangibles qui semblent étayer ou au contraire infirmer les décla­
rations de la « victime ». Si l’enquêteur décide (collectivement) de ne pas alerter le procureur
de la République, il n’encourt aucune sanction pénale.
Par ailleurs, selon les magistrats de la Direction des affaires criminelles et des grâces du ministère
de la Justice consultés par la DREES, les problèmes sont analogues à ceux qui se posent pour cer­
tains médecins ou travailleurs sociaux dans l’exercice de leurs fonctions, eux aussi soumis à un
secret professionnel. Les enquêteurs doivent d’abord comprendre qu’ils ne se trouvent pas dans
une situation de non­assistance à personne en danger. D’après l’article 223­6 du Code pénal,
celle­ci ne s’applique en effet qu’aux situations dans lesquelles l’enquêteur, en tant que citoyen
ordinaire, constaterait lui­même, directement, un péril actuel, c’est­à­dire verrait s’accomplir un
7. Les gestionnaires d’enquêtes, au sein des Divisions d’enquêtes auprès des ménages des DR de l’INSEE, encadrent au
jour le jour le travail des enquêteurs et partagent avec eux les soucis, matériels et autres, liés à leur activité. Il leur arrive
aussi d’accompagner parfois les enquêteurs dans les ménages auprès desquels se fait la collecte des données. Ils étaient
donc, quoique moins directement que les enquêteurs, exposés aux difficultés spécifiques à l’enquête : comme confidents
quotidiens des enquêteurs rapportant leurs difficultés, plus rarement comme témoins de déclarations douloureuses, en
tant que spectateurs occasionnels des entretiens.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 61
L’élaboration du questionnaire et du protocole de collecte
61
crime ou un délit contre l’intégrité corporelle d’une personne, et contre lequel il devrait mobiliser
lui­même ou en faisant appel à des secours extérieurs les moyens de faire cesser ce péril. Quelle
que soit l’enquête, chaque fois qu’un enquêteur se trouve dans le domicile des ménages, il est
exposé à la possibilité de ce cas de figure.
Entre la non­assistance à personne à danger et le respect du secret professionnel
Reste ensuite à analyser cette obligation de dénonciation au regard du secret statistique dont
sont dépositaires et garants les enquêteurs sur le terrain et dont la violation peut être sanc­
tionnée8, à quelques exceptions près9. Là encore, selon les magistrats consultés pour la réali­
sation d’EVS, les enquêteurs n’ont aucune obligation de dénonciation. En revanche, s’ils le
jugent de leur devoir moral, ils ont le droit de dénoncer des faits présumés, à charge ensuite
au magistrat de vérifier la teneur de ces déclarations et de trancher pour savoir s’il y a ou non
prescription. Si ces allégations s’avèrent infondées – ils ne peuvent pas être accusés de dénon­
ciation calomnieuse, à moins que leur action ait été motivée par la « mauvaise foi » – (ce qui
signifie qu’ils auraient signalé des faits tout en connaissant la fausseté de ceux­ci, cas dont on
peut difficilement imaginer l’existence) . Quant aux articles 434­1 et 434­3 du Code pénal, rela­
tifs à l’obligation de dénonciation de crimes dans le but d’empêcher ceux­ci ou d’en limiter les
conséquences, ils ne créent pas non plus d’obligation absolue de dénonciation pour les enquê­
teurs, le secret professionnel constituant une exception à cette obligation.
Les mesures d’accompagnement des enquêteurs
Le cahier d’instructions aux enquêteurs explique la conduite à adopter pour que ces derniers
ne se sentent pas tenus de remplir un rôle qui n’est pas le leur (« justicier », travailleur social,
infirmier, etc.), pour que le secret statistique soit garanti, mais pour préparer aussi la divulga­
tion des situations dont, tout bien pesé, il pourrait apparaître qu’elles nécessitent un secours
particulier : « L’essentiel est de comprendre que les enquêteurs, même pour de très légitimes
raisons, ne doivent pas s’aventurer sur un terrain qui ne relève pas de leurs compétences pro­
fessionnelles naturelles. Il ne s’agit donc pas de nier que certaines situations de désarroi
social, moral ou physique méritent d’être signalées pour qu’une aide puisse être apportée.
Mais le relais ne doit être passé au procureur de la République ou, préalablement, à des tra­
vailleurs sociaux, qu’en bonne connaissance de cause, et après réflexion collective. »
8. Article 226-13 du Code pénal : « La révélation d'une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession, soit en raison d'une fonction ou d'une mission temporaire, est punie d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende. »
9. « L'article 226-13 n'est pas applicable dans les cas où la loi impose ou autorise la révélation du secret. En outre, il n'est
pas applicable :
- à celui qui informe les autorités judiciaires, médicales ou administratives de privations ou de sévices, y compris lorsqu'il
s'agit d'atteintes sexuelles, dont il a eu connaissance et qui ont été infligées à un mineur ou à une personne qui n'est pas
en mesure de se protéger en raison de son âge ou de son incapacité physique ou psychique ;
- au médecin qui, avec l'accord de la victime, porte à la connaissance du procureur de la République les sévices ou privations qu'il a constatés, sur le plan physique ou psychique, dans l'exercice de sa profession et qui lui permettent de présumer que des violences physiques, sexuelles ou psychiques de toute nature ont été commises. Lorsque la victime est
mineure, son accord n'est pas nécessaire ;
- aux professionnels de la santé ou de l'action sociale qui informent le préfet et, à Paris, le préfet de police du caractère
dangereux pour elles-mêmes ou pour autrui des personnes qui les consultent et dont ils savent qu'elles détiennent une
arme ou qu'elles ont manifesté leur intention d'en acquérir une.
Le signalement aux autorités compétentes effectué dans les conditions prévues au présent article ne peut faire l'objet d'aucune sanction disciplinaire ».
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 62
Partie 1 - La construction de l’enquête
62
La dernière recommandation adressée aux enquêteurs réside dans la possibilité, laissée à leur
libre choix, de remettre aux enquêtés une liste de numéros de téléphone d’associations
d’écoute et de défense10. Parmi ces numéros, figure celui d’une ligne téléphonique dédiée à
l’enquête EVS, ouverte pour la circonstance aux seuls enquêtés, enquêteurs et gestionnaires
d’enquêtes des directions régionales de l’INSEE. Cette ligne a mobilisé pendant six mois des
médecins, des juristes, des travailleurs sociaux et des psychologues. Elle répond tant au pos­
sible désarroi de certains enquêtés à la suite de l’entretien, à leur demande d’information ou
d’orientation vers des interlocuteurs appropriés, qu’aux questions juridico­éthiques qui peu­
vent se poser aux enquêteurs, en leur offrant la possibilité de « débrouiller » des situations dif­
ficiles exposées pendant les entretiens. Pour les enquêteurs, le relais était donc multiple en
cas de doute après un entretien : leurs interlocuteurs habituels dans les directions régionales
(DR) de l’INSEE (essentiellement les gestionnaires d’enquêtes), la hiérarchie associée
(jusqu’au directeur de la DR et ses interlocuteurs à la direction générale de l’INSEE), la DREES
et les juristes et autres professionnels spécialisés disponibles au bout du fil.
Enfin, une équipe de psychologues a proposé un dispositif d’accompagnement de leur pratique
professionnelle aux enquêteurs et gestionnaires d’enquêtes dans toutes les DR de l’INSEE, pour
leur permettre de réaliser l’enquête dans des conditions sereines (voir l’article p. 251).
Conclusion
De la définition des concepts structurants pour l’enquête jusqu’aux réglages très pragma­
tiques des conditions de la collecte des données, en passant par la construction du question­
naire, la réalisation de l’enquête EVS a donc finalement mis en jeu de nombreux allers­retours
entre les hypothèses a priori, les premiers retours du terrain éprouvés lors des tests, et la
source d’inspiration que pouvait, chaque fois que cela était possible ou utile, fournir l’expé­
rience d’autres enquêtes, françaises ou étrangères. Cette organisation a permis d’aboutir à un
dispositif d’enquête s’efforçant à la rigueur et à la cohérence, tant dans ses aspects déontolo­
giques que méthodologiques.
BIBLIOGRAPHIE
Ammentorp J., Mette Rasmussen A., Nørgaard B., Kirketerp E., Kofoed P.-E., 2007,
« Electronic questionnaires for measuring patient satisfaction and as a basis for quality
improvement », International Journal for Quality in Health Care, vol. 19, n°2, February, p.
120-124.
MacMillan H. L et al., 2006, « Approaches to Screening for Intimate Partner Violence in Health
Care Settings », Journal of the American Medical Association, vol. 296, p.530-536.
Rogers S.M., Gribble J.N., Turner C.F., Miller H.G., 1999, « Entretiens auto-administrés
sur ordinateur et mesure des comportements sensibles », Population, 54 (2), p. 231250.
Walby S., Allen J., 2004, Domestic Violence, sexual assault and stalking : Findings from
the British Crime Survey, Home Office Research Study 276, March, 132 p.
10. Évitant d’être trop visible, pour éviter la mise en danger de personnes victimes de violences qui auraient par exemple
besoin de cacher à leur entourage qu’elles ont reçu un enquêteur de l’INSEE, cette liste de numéros de téléphone constitue un simple document (demi-format A4) imprimé sur papier libre en noir et blanc. Y figurent des numéros concernant
aussi bien les questions que peuvent avoir à poser des victimes de violences pour leur information ou leur défense que
des numéros de prévention plus générale, en matière de problèmes sanitaires et sociaux (tabac, alcool, état de santé,
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 63
Annexe 1 : le questionnaire de l’enquête EVS
63
Annexe 1
Le questionnaire de l’enquête EVS
Le tableau de composition du ménage (TCM)
Entrée en matière habituelle des enquêtes réalisées en France dans le cadre de la statistique publique,
le TCM permet de dresser la liste des personnes résidant dans le logement (« ménage » au sens de l’INSEE) et de recueillir des données sur leur date et lieu de naissance, leur statut matrimonial (marié-e,
divorcé-e, veuf-ve, célibataire, vie en couple ou non, que le conjoint habite ou non dans le logement), les
liens familiaux ou autres entre les personnes qui résident ensemble. Il recense également le lieu d’habitation, les caractéristiques du logement, le statut d’occupation, le type d’habitat, etc. Le TCM permet en
outre de recueillir des données plus larges sur les caractéristiques socioculturelles et socio-économiques
des personnes âgées de 15 ans ou plus résidant dans un ménage donné (situation par rapport à l’emploi,
catégorie socioprofessionnelle, lien à la migration, niveau de diplôme, nature des revenus et niveau de
revenu de l’ensemble du ménage).
Une fois ces informations recueillies, la personne qui doit répondre au questionnaire à proprement parler
est tirée au sort parmi la population éligible (les 18-75 ans, sans autre spécification, pour EVS).
L’entretien en face à face
• Le module « santé » recueille des informations sur :
- la santé perçue ;
- les maladies chroniques ;
- les limitations ou handicaps sur la vie entière, avec une possible datation de tous ces événements ou
états de santé ;
- les consommations médicales des douze derniers mois (notamment médicaments anti-douleur, anxiolytiques, antidépresseurs et hypnotiques consommés) ;
- les hospitalisations, recours aux urgences, arrêts de travail, incapacités totales de travail (ITT) ;
- la traumatologie (entorses, fractures, plaies ouvertes, avec lien éventuellement établi avec des « disputes, bagarres ou agressions » sur les douze derniers mois) ;
- la consommation de tabac ;
- la qualité du sommeil.
Deux questionnaires standardisés sont inclus dans le module santé : le SF-12v2 et le Mini international
neuropsychiatric interview (MINI) à travers ses modules « épisode dépressif majeur », « épisode dépressif
majeur récurrent » et « trouble anxieux généralisé », ainsi qu’avec trois questions filtres de repérage des
troubles paniques, de l’agoraphobie et de la phobie sociale (voir l’encadré sur l’usage des questionnaires
standardisés de santé, p. 46).
• Le module biographique aborde :
- le contexte et le climat familial et conjugal ;
- les événements difficiles vécus à travers les membres de la famille et les proches : les décès, maladies
graves, suicides et tentatives de suicide, alcoolisme ou usage de drogues illicites dans la famille, violences entre les parents, graves conflits entre soi et ses parents, périodes de chômage des parents, privations matérielles graves, sentiment d’aisance ou de difficulté financière, personnes à charge, etc. ;
- les tentatives de suicide de l’enquêté(e) lui(elle)-même ;
- la densité du réseau social et la fréquence des rencontres avec des membres de la famille ou des
proches, ainsi que la nature de l’aide éventuellement reçue de cet entourage ou apportée à celui-ci ;
- les situations dans lesquelles il a pu arriver que l’enquêté(e) « crie très fort, dise des insultes, des injures
lorsqu’il (elle) était en colère », « donne une tape ou une fessée à un enfant », « une gifle à un enfant »,
a « giflé ou frappé une personne adulte », dans les douze mois tout juste écoulés.
etc.).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 64
Partie 1 - La construction de l’enquête
64
Même s’il n’était pas question de reproduire le questionnaire « violences subies » par un questionnaire
qui aurait fort ressemblé au contenu d’une enquête de délinquance auto-reportée, il apparaissait important
de disposer de quelques éléments d’information à propos de l’agressivité agie (à défaut de savoir si l’enquêté(e) est véritablement auteur de violences lui-même).
• Le module « violences subies au cours des vingt-quatre mois précédant l’enquête » s’applique à
cette période de référence récente pour faciliter la remémoration précise, comme dans les enquêtes de
victimation « traditionnelles » (pour le texte littéral des questions, voir l’article, p. 69). Cinq types de violence sont identifiés :
- atteintes aux biens : vols et tentatives de vols, cambriolages, dégradations de biens ;
- violences verbales : insultes, injures, cris, menaces verbales ;
- violences physiques : gifles, coups et autres brutalités physiques :
- violences à caractère sexuel : exhibitionnisme, contacts physiques contraints (comme être embrassé(e) de
force), attouchements à caractère sexuels, tentatives de rapports sexuels forcés, rapports sexuels forcés ;
- violences psychologiques : être dénigré(e) dans ses idées, son apparence physique, sur ce que l’on fait ;
se voir empêché(e) de parler avec qui l’on veut, de rencontrer librement des amis, des connaissances,
des membres de sa famille ; être questionné(e) pour rendre compte de ses déplacements et de ses fréquentations (dire où l’on était, avec qui l’on était) ; se heurter à un total refus de discussion ; se voir imposer des façons de s’habiller, de se coiffer, de se comporter ; recevoir des appels téléphoniques malveillants (y compris si personne ne parlait) ou des lettres malveillantes ; voir des proches menacés, ou être
menacé(e) d’être séparé(e) d’eux.
Sur chaque type de violence, à partir du moment où la personne interrogée a indiqué que l’événement ou
le dernier événement en cause avait entraîné pour elle des dommages matériels, physiques, psychologiques ou professionnels importants, ou un dommage (temporaire ou durable) pour sa santé, le questionnement se poursuit, pour explorer plus en détail les circonstances, les conséquences des faits, ainsi que
les réactions de la victime à ceux-ci.
• Le module « violences subies avant les vingt-quatre mois précédant l’enquête » reprend, pour l’essentiel et de manière moins détaillée, le questionnaire du module précédent, appliqué cette fois à toute la
durée de vie écoulée avant les deux dernières années. Les dégradations de biens, le fait d’être victime d’un
exhibitionniste ou les contacts physiques contraints (hors attouchements, tentatives de rapports sexuels forcés et rapports sexuels forcés, qui sont pour leur part réinterrogés) n’apparaissent plus dans ce module. De
même, les vols et cambriolages ne sont repérés que s’ils sont survenus après les 18 ans du répondant.
• Le module conclusif de l’entretien en face à face comprend quelques questions plus ouvertes, permettant
à l’enquêté(e), s’il (elle) le souhaite, de s’exprimer plus librement sur des événements qu’il (elle) a jugés particulièrement graves à l’échelle de sa vie, qu’il s’agisse de faits déjà rapportés au cours de l’entretien précédent ou non. Le répondant indique également s’il a reçu de l’aide, pour faire face aux difficultés qu’il estime
avoir rencontrées : de qui, de quoi, sous quelle forme ?
Une question d’intérêt méthodologique est aussi posée à la toute fin de cette partie en face à face : « Pensez-vous que vous auriez répondu de la même manière à cet ensemble de questions sur les violences à un
enquêteur qui vous aurait appelé(e) par téléphone ? » Si la réponse est négative, le répondant doit en expliquer les raisons.
Le questionnaire auto-administré par ordinateur avec interface audio (Computer
assisted self-interview – audio-CASI).
Ce mode de collecte, utilisé pour la première fois en France, est destiné au
recueil d’informations touchant des sujets sensibles.
• Le module « comportements sexuels », première partie de cet auto-questionnaire innovant, comporte
des questions sur : l’âge au premier rapport sexuel, le nombre et le sexe des partenaires sexuels au cours
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 65
Annexe 1 : le questionnaire de l’enquête EVS
65
de la vie, les pratiques contraceptives, les désaccords éventuels avec le conjoint sur celles-ci, la pilule du
lendemain (pour soi ou sa partenaire), les interruptions volontaires de grossesse, les risques pris lors de
rapports sexuels, les tests de dépistage du sida, le contexte ayant décidé de la réalisation de ce test, la
sérologie concernant le VIH.
• Le module « consommation d’alcool » porte sur la consommation de boissons alcoolisées au cours
de la vie, avec une description détaillée de celles-ci pour les douze derniers mois, grâce à la combinaison
du test AUDIT et du test DETA (voir l’encadré sur l’utilisation de ces questionnaires standardisés, p. 46 et
l’article sur l’influence du mode de collecte p. 261).
• Le module « consommation de drogues illicites » aborde la consommation de cannabis au cours de
la vie avec, en cas de réponse positive, l’âge du premier usage, la fréquence de l’usage dans les périodes
de consommation, la consommation au cours des douze mois et des trente jours juste écoulés. Tous les
répondants, consommateurs ou non de cannabis, sont interrogés sur leur usage d’autres substances :
« Avez-vous déjà pris une autre drogue, comme par exemple de la cocaïne, des amphétamines, de l’ecstasy, de l’héroïne ou d’autres drogues ? » En cas de réponse positive à cette question-filtre, pour chaque
substance consommée (cocaïne, amphétamines, ecstasy, champignons hallucinogènes, poppers,
héroïne, LSD ou acide, autre drogue), est incluse une question sur l’âge au premier usage.
• Enfin, des questions de « rattrapage » sont posées à ceux qui ont répondu négativement, en face à face,
à propos des attouchements et rapports sexuels forcés : « L’enquêteur vous a interrogé(e) au sujet de
situations que vous avez peut-être vécues et dont il n’est pas toujours facile de parler. Si maintenant vous
le souhaitez, vous pouvez répondre à la question suivante : au cours de votre vie, avez-vous subi des
attouchements ou des rapports sexuels forcés ? » En cas de réponse positive, cette question est suivie
de celle-ci : « Cela s’est-il produit au moins une fois depuis [date de l’entretien – 24 mois] ? » Cette question permet, le cas échéant, de réimputer des réponses positives, là où les enquêtés (pour les vingt-quatre
derniers mois) avaient répondu négativement aux questions posées en face à face par l’enquêteur.
L’enquêteur ne pouvait prendre connaissance des réponses ni en direct, ni à l’issue de l’entretien, du fait
du verrouillage des réponses dans son ordinateur portable (verrouillage levé seulement par les informaticiens lorsque, en aval de l’enquête, les fichiers sont anonymisés).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 66
Partie 1 - La construction de l’enquête
66
Annexe 2
Plan de sondage, échantillonnage et pondération1
Base de sondage
L’échantillon principal de l’enquête Événements de vie et santé (EVS) a été tiré par l’INSEE dans l’échantillon-maître issu des données du recensement de la population de 1999 (RP99) et dans la base de sondage
des logements neufs (BSLN), une extension ayant également été constituée dans la base de sondage spécifique aux zones urbaines sensibles (ZUS). C’est l’une des dernières enquêtes réalisées par l’INSEE dont
l’échantillon a été ainsi constitué, puisque le recensement en continu, alors tout récemment mis en place,
n’était pas encore disponible.
Les données qui forment la source de l’échantillon sont donc des adresses physiques, fondées sur les
« fiches-adresses » établies par les agents recenseurs. Comme dans toute enquête qui procède ainsi, il n’est
jamais possible de présumer de l’identité (et donc du nombre, des caractéristiques de sexe, d’âge, etc.) des
habitants des logements enquêtés puisque, entre la date de rédaction de la fiche-adresse et la date de collecte d’une enquête donnée, des personnes recensées dans un logement ont pu déménager, partir en institution ou décéder, et le logement lui-même a pu disparaître ou avoir reçu un autre usage (transformation d’un
logement en local professionnel). Plus la fiche-adresse est ancienne, plus le risque de déperdition est grand,
du fait de ces changements.
L’un des principes fondamentaux de l’enquête était de recruter les répondants de manière totalement aléatoire : cette règle, qui vaut comme garantie de qualité de toute enquête statistique, est d’autant plus précieuse
dans une enquête sur les violences. Il est en effet nécessaire d’éviter toute interférence entre le thème de
l’enquête et l’adhésion ou le refus des personnes sollicitées pour y répondre et de ne pas recruter ou repousser a priori des personnes qui auraient un quelconque « rapport » avec le sujet, en tant que victimes ou
qu’agresseurs par exemple – le problème étant que ce « rapport » est impossible à connaître dans ses mécanismes, au détriment de la bonne estimation ex post de la représentativité de l’enquête réalisée.
De ce principe, découle un plan de sondage relativement simple : un échantillon de logements est tiré
selon des méthodes usuelles des enquêtes auprès des ménages ordinaires, et l’enquête est réalisée dès
qu’une personne éligible (correspondant au champ de l’enquête, c’est-à-dire âgée de 18 à 75 ans) y est
présente et n’oppose pas de refus à l’enquêteur ou l’enquêtrice.
Construction de l’échantillon
D’autres spécifications (minimes) ont été ajoutées, principalement pour prendre en compte l’analyse des
caractéristiques par sexe et âge des habitants des logements enquêtés de la dernière édition disponible
de l’enquête Emploi de l’INSEE, ainsi que des impératifs ou hypothèses propres à l’enquête.
1 • Surreprésenter, parmi les fiches-adresses tirées, les logements de 4 pièces et plus, par rapport aux logements de 1 à 3 pièces, dans un facteur de 1 à 2. Trois raisons expliquaient ce choix. Tout d’abord, le souhait d’augmenter la probabilité de trouver au moins un individu situé dans le champ de l’enquête, dans
les logements échantillonnés. Surreprésenter les grands logements était également motivé par la volonté
de tendre vers une égalisation des probabilités individuelles de tirage, entre individus résidant en
ménages isolés et individus résidant en ménages plus nombreux : sans effort particulier, en effet, les personnes isolées se trouvent de fait surreprésentées puisque, dès que leur âge leur permet de participer à
l’enquête, leur probabilité de tirage est de 100 %. En accroissant la part des plus grands logements au
sein de l’échantillon, plus probablement habités par plusieurs personnes, l’enquête se donnait la possibilité, espérait-on, de mieux explorer la dimension des violences perpétrées dans la sphère domestique.
1. Pour toute information technique complémentaire sur ces aspects, la documentation incluse dans le dictionnaire des
variables de l’enquête est disponible à qui souhaite la consulter.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 67
Annexe 2 : plan de sondage, échantillonnage et pondération
67
La troisième raison incitant à suréchantillonner les plus grands logements était de disposer d’un nombre
suffisant d’entretiens avec des personnes âgées de 18 à 25 ans. Faute de pouvoir réaliser avec l’ordinateur portable des enquêteurs un tirage non équiprobable entre les différentes tranches d’âge pour surreprésenter ces populations dans l’échantillon de l’enquête (pour des raisons d’incommodité des prises de
rendez-vous, ensuite), disposer de davantage d’adresses de logements de 5 pièces et plus laissait aussi
espérer que les jeunes enquêtés auraient plus de chances d’être tirés au sort. Souvent moins présents
à leur domicile, répondant donc moins souvent aux enquêtes que les plus âgés, les plus jeunes présentaient ici un intérêt particulier, puisque l’un des résultats les plus réguliers des enquêtes portant sur les
violences les fait apparaître comme particulièrement exposés. Le risque de biais de recrutement que pouvait induire cette surreprésentation des grands logements, en termes de catégories socioprofessionnelles, a été contrôlé (toujours sur la foi de l’enquête Emploi) et ne semblait pas majeur.
2 • Sous-représenter les logements secondaires, occasionnels et vacants dans le rural (en n’en retenant
qu’un sur quatre dans la base de sondage) : le but visé était de minimiser les pertes au sein des fichesadresses tirées – cette manière de faire est assez courante dans des enquêtes comparables.
3 • La Délégation interministérielle à la Ville (DIV) a financé le tirage d’un suréchantillonnage en ZUS (base
de sondage spécifique), pour interroger environ 1 000 personnes résidant dans ces zones (en comptant les entretiens réalisés par ce biais et ceux que l’échantillon-maître permet également de réaliser
en ZUS). Cet objectif quantitatif a été atteint et donne une plus grande marge de manœuvre pour réaliser des exploitations statistiques satisfaisantes sur les populations résidant en ZUS.
4 • Constituer deux échantillons de réserve de 2 500 fiches-adresses chacun. Première enquête de cette
taille réalisée au domicile des répondants en France sur le sujet sensible des violences subies, l’enquête EVS aborde aussi d’autres thèmes qui pouvaient rendre la prise de contact avec les enquêtés
ou le déroulement des entretiens difficiles. Malgré le caractère encourageant des entretiens-tests, on
pouvait craindre que l’objectif des 10 000 entretiens ne soit pas atteint ce qui, pour analyser les situations de victimation les plus rares (violences physiques ou sexuelles sur une période de deux ans, en
particulier), aurait rendu les effectifs insuffisants pour mener des exploitations statistiques pertinentes.
Si la collecte, suivie pas à pas, avait indiqué de telles difficultés, les échantillons de réserve auraient
pu être « déclenchés », l’un puis éventuellement l’autre, mais cela n’a pas été nécessaire.
Taux de réussite de l’enquête
L’objectif de réaliser 10 000 entretiens a été atteint : 9 953 femmes et hommes de 18 à 75 ans (résidant
dans des ménages ordinaires comptant au total 25 726 individus) ont été interrogés en face à face
(modules santé, parcours biographique, violences survenues au cours des 24 mois précédant l’enquête,
violences antérieurement subies, module conclusif ouvert) ; 9 538 d’entre eux ont aussi répondu au questionnaire auto-administré par ordinateur avec interface audio (mis en place pour poser des questions sur
les comportements sexuels, la consommation d’alcool et de drogues illicites). À part quelques entretiens
réalisés en Corse, l’enquête a été réalisée en France métropolitaine.
Au total, ces entretiens proviennent du tirage réalisé, toutes bases de sondage confondues (échantillonmaître RP99, BSLN, échantillon-maître ZUS), de 18 515 fiches-adresses, soit un taux de réalisation de
54 % si l’on ne décompte pas les fiches-adresses « perdues d’avance » (disparition des logements,
ménages en totalité hors-champ, absents de longue durée, etc.) ; si l’on en tient compte et qu’on limite
les pertes qui auraient pu être évitées aux refus directement essuyés par les enquêteurs, le taux de réussite de l’enquête est de 73 %.
Pondération
Le tableau de composition du ménage (TCM) de l’enquête EVS constituait une formule alors assez nouvelle
pour l’INSEE. Il se distingue, par certaines de ses variables, de celui de l’enquête Emploi : en particulier, il
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 68
ne recueille pas les caractéristiques des répondants de la même manière (par exemple : liens entre les personnes, définition de la « personne de référence », etc.).
Le calage sur marges qui a été effectué pour rendre les enquêtés « représentatifs » des 18-75 ans résidant en France en ménage ordinaire, avec la méthode Calmar fournie par l’INSEE2, est un calage simultané « individus-ménages »3 où l’on a cherché, globalement, à traduire la structure par sexe, âge et
quelques autres caractéristiques sociodémographiques des ménages enquêtés, en se fondant sur l’enquête Emploi en continu (EEC) de 2005.
Les variables retenues pour effectuer le calage sont les suivantes :
• structure des ménages dans lesquels l’enquête EVS interroge un répondant, du point de vue : de l’âge
et du sexe (croisés) de l’ensemble des individus de ces ménages, du nombre d’habitants du ménage,
de leur nationalité, de leur état matrimonial légal, de leur situation principale par rapport au travail, du
diplôme le plus élevé qu’ils ont obtenu ;
• âge et sexe (croisés) du répondant à l’enquête EVS, pondérés selon le nombre de personnes éligibles à
l’enquête dans le ménage pour tenir compte de la probabilité de tirage du répondant au sein du ménage ;
• localisation des logements enquêtés en zones urbaines sensibles (ZUS), taille de l’unité urbaine, zone
d’études et d’aménagement du territoire (ZEAT).
2. Sautory O., « La macro CALMAR. Redressement d’un échantillon par calage sur marges », Document de travail,
INSEE, Direction des statistiques démographiques et sociales, n° F9310, 25 novembre 1993, 53 p. Consultable en
ligne : http://insee.fr/fr/methodes/outils/calmar/doccalmar.pdf
3. Crenner E., « Une expérience de calage sur marges dans une enquête Conditions de vie. Calmar simultané
ménages-individus-kish sur l’enquête PCV », Document de travail, Direction des statistiques démographiques et
sociales, INSEE, n° F9804, juillet 1998, 39 p.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 69
Partie 2
PROFILS
ET COMPORTEMENTS DES PERSONNES
QUI SUBISSENT DES VIOLENCES
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 70
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 71
Panorama des violences subies
et des personnes qui s’en déclarent victimes*
Catherine CAVALIN
Près d’une personne sur deux déclare avoir subi au moins un acte violent
au cours des deux années précédant l’enquête Événements de vie et
santé (EVS), réalisée en 2005-2006. Les violences verbales, très fréquentes,
touchent près d’une personne sur cinq. Les jeunes apparaissent davantage
exposés aux violences interpersonnelles de toutes natures, et les femmes
sont significativement plus nombreuses que les hommes à déclarer avoir subi
des violences sexuelles au cours de leur vie entière.
Certains types de violences sont très fréquemment répétés : les violences
physiques le sont près d’une fois sur deux et les violences sexuelles
plus de quatre fois sur dix au cours des deux ans précédant l’enquête.
Les femmes déclarent plus souvent que les hommes avoir supporté
des dommages importants dans les domaines matériel, professionnel,
psychologique ou physique ainsi que pour leur santé, à la suite des violences
subies dans les deux dernières années.
L’auteur des faits de violence ayant entraîné de tels préjudices est le plus
souvent un homme seul, connu de la victime, faisant partie de sa famille
ou de ses proches dans plus d’un quart des cas.
* Cet article reprend en grande partie une étude déjà publiée : Cavalin C., 2007, « Les violences subies par les personnes
âgées de 18 à 75 ans. Premiers résultats de l’enquête Événements de vie et santé », Études et résultats, DREES, n° 598,
septembre.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 72
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
72
R
éalisée au milieu des années 2000, l’enquête Événements de vie et santé (EVS) entend
contribuer à la connaissance des situations dans lesquelles sont exercées des atteintes
violentes sur les biens ou sur les personnes. Il existe en France d’autres enquêtes statistiques
sur des sujets connexes ou des champs de population spécifiques (voir l’article p. 17) : l’En­
quête nationale sur les violences envers les femmes en France (ENVEFF, 2000), les enquêtes
de victimation (Cadre de vie et sécurité : CVS 2007, réalisée un an après EVS, en particulier), le
Baromètre santé (2005, pour la dernière édition) ou l’enquête Contexte de la sexualité en
France (CSF, 2005­2006). Mais ces enquêtes statistiques, qui diffèrent par leurs approches et
les méthodes employées, n’ont pas le même objet central et n’obtiennent donc pas des résul­
tats tout à fait identiques.
Nous présentons ici les résultats de l’enquête EVS relatifs aux types de violences subies, aux
caractéristiques des personnes qui les ont déclarées et aux conséquences de ces violences sur
les personnes. Cette étude s’appuie sur l’exploitation de questions relatives aux violences
subies au cours des deux ans précédant l’enquête mais aussi, pour certaines violences, avant
cette période de référence, durant la vie entière des personnes interrogées (encadré 1).
ENCADRÉ 1
Méthodologie de l’étude
Définition : il faut entendre ici par « violences » ce que cette notion recouvre dans toute l’enquête EVS
(voir l’article p. 35) : une situation d’atteinte à l’intégrité d’une personne, du fait d’une ou plusieurs autres
personnes, qu’il s’agisse de la dégradation ou du vol d’un bien matériel appartenant à la victime ou de
violences verbales, physiques, sexuelles ou psychologiques directement perpétrées à son encontre.
Rien ne présume de l’intentionnalité des actes en cause ni de leur gravité « objective » (si tant est que
celle-ci puisse être objectivement décrite, sinon éventuellement par une qualification en termes juridiques ou judiciaires). Sont ici entendues comme violences « interpersonnelles » les violences verbales,
physiques, sexuelles, psychologiques, par différence avec les « atteintes aux biens » (vols et tentatives
de vols, cambriolages, dégradations de biens).
Les questions principalement traitées ici sont extraites de la partie du questionnaire qui détaille, lors
du face-à-face avec l’enquêteur, les événements violents subis par l’enquêté au cours des deux ans précédant l’enquête, notamment pour connaître le lien qui unit (ou unissait) la personne victime à celle qui
l’a agressée. Le libellé exact de ces questions se trouve dans le tableau 1. Seules les atteintes physiques (gifles, coups, autres brutalités physiques) et sexuelles (de type attouchements, rapports sexuels
forcés ou tentatives) ont été étudiées dans ce texte sur une période antérieure aux deux dernières
années avant l’enquête, autrement dit sur la vie entière de la personne interrogée. Cette étude mobilise
également des questions de « rattrapage » qui ont été posées dans le questionnaire auto-administré par
ordinateur à propos des attouchements sexuels, des rapports sexuels forcés et des tentatives de rapports forcés.
La présente analyse recourt fréquemment à des régressions logistiques. Ce type de raisonnement
paraît en effet nécessaire pour démêler les différents effets de structure qui se conjuguent et mettre en
évidence un « profil » des victimes de violences.
Les violences verbales sont très fréquentes
Au total, près de la moitié des personnes interrogées en 2005­2006 dans l’enquête EVS déclarent
avoir subi au moins un acte de violence. Les types de violences repérés par l’enquête couvrent
un large éventail. Parmi les violences interpersonnelles, les violences verbales sont très fré­
quentes : 18 % des personnes interrogées déclarent avoir été exposées à des insultes, des cris,
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 73
Panorama des violences subies et des personnes qui s’en déclarent victimes
73
des menaces verbales ou des injures au cours des deux années précédant l’enquête (tableau 1).
À l’opposé, les violences à caractère sexuel qui se rapportent aux attouchements sexuels et aux
rapports sexuels forcés (ou tentatives) sont plus rares : 0,4 % des personnes âgées de 18 à 75 ans
ont déclaré en avoir été victimes1. Les atteintes physiques à caractère non sexuel (coups et ten­
tatives de coups) concernent pour leur part 3 % des personnes enquêtées. Parmi elles, 1 % a été
confronté à des tentatives de coups et 2 % ont effectivement reçu des coups.
S’agissant des violences psychologiques, plus d’une personne sur dix a déclaré avoir subi des
dénigrements et critiques injustes et répétés ou avoir reçu des courriers ou appels télépho­
niques malveillants. Il est plus rare qu’une personne voie ses proches menacés ou qu’elle soit
elle­même menacée d’être séparée d’eux, qu’on lui impose des manières de se coiffer, de s’ha­
biller ou de se comporter en général, qu’on l’empêche de rencontrer ou parler librement à cer­
taines personnes de son entourage : chacun de ces faits a été signalé par environ 2 % de la
population interrogée.
Outre les violences interpersonnelles, on trouve une fréquence élevée de ce que la police et la
justice classent parmi les « atteintes aux biens ». Ce résultat confirme ce que l’on sait déjà par
les enquêtes de victimation, dont ces phénomènes constituent un objet privilégié. Au total,
22 % des personnes âgées de 18 à 75 ans ont subi au moins une fois une de ces atteintes au
cours des deux années précédant l’enquête : 12 % ont été volées ou victimes d’une tentative de
vol, 4 % ont été cambriolées (au sens d’une intrusion au domicile, qu’il y ait ou non eu vol) et
10 % ont subi la dégradation ou la destruction d’un bien leur appartenant (en dehors des cas de
vol ou de cambriolage avec dégradation), au moins une fois2.
Caractéristiques des victimes de violences interpersonnelles
Les cambriolages, courriers ou appels téléphoniques malveillants semblent davantage asso­
ciés à un logement ou un ménage qu’à des caractéristiques individuelles. En revanche, la pro­
babilité de déclarer des violences interpersonnelles, qui s’exercent directement de personne à
personne, varie fortement en fonction de l’âge, du sexe, de la situation familiale, du lieu de
résidence et de la situation socioprofessionnelle.
Être jeune augmente l’exposition aux violences interpersonnelles
« Toutes choses égales par ailleurs »3, les personnes de 18 à 29 ans déclarent plus que leurs aînées
avoir subi des violences interpersonnelles au cours des deux années précédant l’enquête.
Par rapport à une personne de 30 à 54 ans, la probabilité de déclarer avoir subi des violences
1. Lors de l’entretien en face à face, 0,3% des personnes ont déclaré avoir subi des violences de ce type dans les deux
dernières années précédant l’enquête. L’ajout des réponses obtenues dans un second temps dans le questionnaire autoadministré par des questions de « rattrapage » sur ces sujets sensibles, porte ce taux à 0,4%. Cet écart indique évidemment les limites d’une interrogation en face à face pour un tel sujet (voir l’article p. 53).
2. Une même personne peut avoir subi plusieurs de ces situations (vols ou tentatives de vols, cambriolages, dégradations
de biens) : elle peut par exemple avoir été volée et cambriolée. C’est ce qui explique que la somme de l’effectif des victimes
des trois atteintes prises séparément (12%+4%+10%) soit supérieure à la part de personnes victimes « au moins une fois »
d’« au moins un de ces événements » (22% des enquêtés). Le résultat « 22% » tient compte des doubles comptes pour
ne pas comptabiliser plusieurs fois ceux qui ont déclaré avoir vécu au moins deux types d’atteintes aux biens.
3. Pour cette analyse, la situation de référence est celle d’un homme de 30 à 54 ans, résidant dans une grande agglomération mais pas en zone urbaine sensible, sans lien direct avec la migration (autrement dit ni immigré lui-même, ni enfant
de parents étrangers à la naissance nés à l’étranger), vivant dans un ménage composé d’un couple avec enfant(s), actif
occupé et détenteur d’un CAP, d’un BEP ou d’un diplôme de même niveau. Dans la suite du texte, c’est à cette situation
de référence que renverra l’expression « toutes choses égales par ailleurs ».
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 74
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
74
physiques est ainsi multipliée par 3,3. La surexposition des plus jeunes est également très visible
en matière de violences verbales et de violences sexuelles (exhibitionnisme, contacts physiques
contraints4).
Quand on interroge les personnes sur leur vie entière (et pas seulement sur les deux dernières
années), il apparaît aussi que la première atteinte physique ou sexuelle a fréquemment été subie
avant l’âge adulte : quel que soit leur âge, une proportion importante des personnes ayant
déclaré la survenue des violences de ce type avant les deux ans précédant l’enquête signalent
que la première occurrence de ces faits s’est produite dans l’enfance (avant l’âge de 10 ans) ou
à l’adolescence (entre 11 et 19 ans). Ainsi, parmi les individus ayant subi des violences physiques
avant les deux dernières années, 41 % ont vécu ces faits au moins une fois dans l’enfance et 58 %
à l’adolescence. Ces proportions sont de respectivement 31 % et 48 % pour les personnes rappor­
tant des attouchements, des rapports sexuels forcés (ou tentatives).
Les femmes déclarent plus de violences sexuelles
Pour les violences sexuelles, l’analyse a été effectuée sur les faits déclarés au cours de la vie
entière, période pour laquelle les effectifs de victimes, plus nombreux que pour les seules
deux dernières années, permettent une analyse statistique plus robuste. Sur cette période et
à l’exception des deux années précédant l’enquête, 7 % des 18­75 ans rapportent avoir subi des
attouchements sexuels, des rapports sexuels forcés ou des tentatives de rapports forcés (11 %
des femmes et 3 % des hommes), cet écart étant confirmé par une analyse « toutes choses
égales par ailleurs ». Au cours des deux ans précédant l’enquête, les femmes ont également
plus de risques d’affronter des scènes d’exhibitionnisme, des situations où elles se trouvent
menacées d’être séparées de leurs proches ou bien où leurs proches se trouvent menacés. En
revanche, elles subissent moins de vols, de tentatives de vols, de violences physiques ou de
refus de discussion de la part d’un tiers (tableau 1).
Une exposition différente aux violences selon la composition du ménage
et la situation socioprofessionnelle
Au cours des deux années précédant l’enquête, les personnes âgées de 18 à 75 ans vivant dans
des familles monoparentales5 sont, « toutes choses égales par ailleurs », plus souvent victimes
de violences verbales, de contacts physiques contraints, d’exhibitionnisme ou de violences
psychologiques6. Par ailleurs, le fait de vivre seul(e) va de pair avec une exposition plus forte
aux vols et tentatives de vols, aux violences physiques et aux contacts physiques contraints.
Les personnes au chômage et les inactifs ayant déjà travaillé présentent aussi, par rapport aux
actifs occupés, un risque accru de déclarer avoir subi des violences verbales, des dénigrements
et critiques injustes. « Toutes choses égales par ailleurs », les chômeurs déclarent également
plus souvent que les actifs occupés avoir subi des atteintes physiques, des vols, des tentatives
de vols et des dégradations de biens, et semblent plus exposés à des contrôles et des ques­
tions intrusives sur leurs fréquentations et leurs déplacements, à des menaces touchant leurs
proches et à des situations où une personne les empêche de parler à des proches ou les
empêche de les rencontrer librement.
4. Les attouchements, tentatives de rapports sexuels forcés et rapports sexuels forcés subis au cours des deux dernières
années ont ici été exclus de l’analyse, faute d’effectifs suffisants pour cette courte période.
5. Sont ici définis comme « familles monoparentales » les ménages dans lesquels cohabitent exclusivement un parent
(père ou mère ne vivant pas en couple, pas même avec une personne résidant ailleurs) et son ou ses enfants, âgé(s) de
0 à 24 ans inclus.
6. Toutes catégories d’atteintes de cette nature prises en compte dans le questionnaire d’EVS (voir dans le tableau 1 les
sept questions correspondantes), à l’exception des situations dans lesquelles les personnes ont vu exercer des
contraintes sur leur comportement.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 75
Panorama des violences subies et des personnes qui s’en déclarent victimes
75
TABLEAU 1
Violences déclarées par les personnes âgées de 18 à 75 ans au cours des deux ans
précédant l'enquête (en %)
Questions relatives aux violences subies
dans les deux ans précédant l'entretien
Violences verbales
Avez-vous été insulté(e), a-t-on proféré à votre
encontre des cris, des menaces verbales,
des injures, etc. ?
18 à
29 ans
Hommes
30 à
55 à
54 ans 75 ans
Total
18 à
29 ans
Femmes
30 à
55 à
54 ans 75 ans
Total
Ensemble
des
18-75 ans
31
17
10
18
28
19
8
18
18
11
3
0
4
6
3
1
3
3
2
1
0
1
3
1
1
2
1
Quelqu'un a-t-il cherché à vous embrasser contre
votre gré ou à vous imposer un contact physique ?
4
1
0
1
4
1
0
2
2
Est-ce que quelqu'un vous a forcé(e) à subir ou à
faire des attouchements sexuels, a essayé ou est
parvenu à avoir avec vous un rapport sexuel contre
votre gré ?
0,2
0,4
0,3
0,3
0,7
0,5
0,2
0,4
0,4
15
11
5
10
16
12
5
11
11
Est-il arrivé que quelqu'un vous empêche de parler
avec des amis, des connaissances ou des membres
de votre famille ou vous empêche de les rencontrer ?
4
1
1
1
4
2
1
2
2
Est-il arrivé que quelqu'un vous impose des façons
de vous habiller, de vous coiffer ou de vous
comporter ?
5
2
1
3
5
2
1
2
2
Est-il arrivé que quelqu'un exige de savoir où et avec
qui vous étiez à un autre moment ou cherche à
contrôler vos fréquentations ou vos déplacements ?
16
4
1
6
12
4
1
5
5
Est-il arrivé que quelqu'un refuse totalement
de discuter avec vous ?
12
8
4
8
9
6
4
6
7
Vous est-il arrivé(e) de recevoir des appels
téléphoniques malveillants, y compris si personne ne
parlait, ou des lettres malveillantes?
9
9
10
9
17
12
13
13
11
Est-il arrivé que quelqu'un menace de s'en prendre à
une (ou des) personnes qui vous est (sont) proche(s)
ou menace de vous séparer d'elle(s) ?
4
3
1
3
6
4
2
4
3
24
13
8
14
17
11
6
10
12
Avez-vous subi un cambriolage ? Il y a cambriolage
dans tous les cas où des personnes se sont
introduites chez vous dans votre logement ou votre
jardin, même sans rien voler.
5
4
5
5
4
3
3
3
4
A-t-on dégradé ou détruit un bien appartenant à votre
ménage (en dehors des cas de cambriolages ou vols
avec dégradations) ?
13
11
6
10
11
10
5
9
10
Violences physiques
Vous a-t-on giflé(e), frappé(e), a-t-on exercé d'autres
brutalités physiques contre vous
ou a-t-on tenté de le faire ?
Violences sexuelles
Est-il arrivé que quelqu'un exhibe devant vous ses
organes sexuels ou se déshabille devant vous contre
votre volonté ?
Violences psychologiques
Est-il arrivé que quelqu'un émette à votre propos des
critiques injustes, répétées, c'est-à-dire dénigre ou
dévalorise votre apparence physique, votre tenue
vestimentaire, vos idées, ce que vous avez fait, etc ?
Vols, cambriolages et dégradations de biens
A-t-on volé ou tenté de voler un bien vous
appartenant ? Il peut s'agir de vol, avec ou sans
menace, et en dehors des cambriolages.
Lecture • 31 % des hommes de 18 à 29 ans ont déclaré avoir subi des insultes, cris, menaces verbales, etc. au cours des deux années précédant
l'enquête.
Champ • Personnes âgées de 18 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 76
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
76
Enfin, la relation entre violences subies et lien des personnes à la migration n’apparaît signifi­
cative que pour un très petit nombre de violences subies, « toutes choses égales par ailleurs ».
Les immigrés7 ont une probabilité plus forte d’avoir subi des vols et tentatives de vols, de
même que des situations où ils se sont trouvés empêchés de parler librement avec des
proches ou de les rencontrer, alors qu’ils se déclarent à l’inverse significativement moins expo­
sés aux violences verbales. Les descendants d’immigrés8, pour leur part, déclarent plus fré­
quemment des violences verbales, des dénigrements et des contraintes à leur encontre9.
Les habitants des communes rurales se déclarent moins souvent victimes
d’actes violents
Au­delà des caractéristiques individuelles, vivre dans une grande ville ou dans une zone urbaine
sensible (ZUS) expose­t­il davantage à la violence ? Si les habitants des ZUS, plus jeunes que
ceux des autres zones, déclarent davantage de violences que les autres au cours des deux
années précédant l’enquête, ces écarts ne résistent pas à une analyse réalisée à caractéris­
tiques données : « toutes choses égales par ailleurs », résider en ZUS n’a pas d’impact sur la pro­
babilité de déclarer subir des violences physiques, verbales ou sexuelles. Le seul type de vio­
lence pour lequel résider en ZUS apparaît comme un facteur significatif de surexposition est
d’ordre psychologique et a trait aux comportements contraints, consistant par exemple à se
voir imposer des façons de se coiffer, de s’habiller ou de se comporter plus généralement.
Les habitants des communes rurales déclarent moins fréquemment que l’ensemble des 18­75
ans avoir subi des violences au cours des deux années antérieures à l’enquête. Après une ana­
lyse « toutes choses égales par ailleurs », c’est en matière de vols et tentatives de vols, de
dégradations de biens ou de violences verbales qu’ils sont significativement protégés, compa­
rativement aux habitants des agglomérations de 50 000 habitants ou plus.
Le cumul des violences
Il existe plusieurs manières, pour une même personne, de cumuler les situations dans les­
quelles elle s’est trouvée victime de violences. Il est par exemple possible d’avoir subi à plu­
sieurs reprises, au cours des deux années précédant l’enquête, des violences de même type
(par exemple des violences physiques) ou de types distincts (par exemple, des violences ver­
bales et des violences physiques). Mais la victimation peut aussi être multiple parce qu’elle
prend place à différents moments de la vie, plus espacés dans le temps. Enfin, des types de
violences différents peuvent être perpétrés en même temps : être volé(e), insulté(e) et
frappé(e) en même temps, par exemple.
Dans les deux années précédant l’enquête, cette association de plusieurs violences simulta­
nées varie beaucoup selon le type de violences subies, permettant de mieux comprendre la
réalité concrète des situations rapportées par les victimes, même s’il reste impossible de
déterminer quelle violence a déclenché les autres ou a été suivie des autres. Les violences phy­
siques sont ainsi, dans 70 % des cas, accompagnées de violences verbales, alors que seules 6 %
des victimes de vols (et tentatives de vols), de cambriolages et de dégradations de biens,
agressions très majoritairement perpétrées en l’absence de la victime, sont touchées simulta­
nément par d’autres violences.
7. Personnes nées étrangères à l’étranger, devenues françaises ou ayant une nationalité étrangère à la date de l’enquête.
8. Personnes nées en France de parents nés à l’étranger et de nationalité étrangère à la naissance.
9. Toujours « toutes choses égales par ailleurs », par rapport aux personnes n’ayant aucun lien direct avec la migration
(c’est-à-dire ni immigré français, ni immigré étranger, ni né en France de parents nés à l’étranger et de nationalité autre
que française à leur naissance).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 77
Panorama des violences subies et des personnes qui s’en déclarent victimes
77
Certaines violences interpersonnelles se répètent très souvent
Plus de 40 % des personnes ayant déclaré avoir vu un exhibitionniste, avoir subi des contacts phy­
siques contraints, des attouchements, des tentatives de rapports sexuels forcés ou des rapports
sexuels forcés au cours des deux dernières années indiquent que ces faits se sont répétés au
moins deux fois (graphique 1). Parmi elles, une personne sur dix déclare que ces événements se
sont reproduits au moins six fois durant cette courte période. Près d’une fois sur deux, les vio­
lences physiques sont elles aussi récurrentes (de deux à cinq fois pour un tiers des victimes, six
fois ou plus pour 14 % d’entre elles). 51 % des femmes et 48 % des hommes victimes de violences
physiques ont subi de tels actes plusieurs fois dans les deux dernières années.
En matière de violences psychologiques ou de violences verbales, c’est la répétition qui est la
norme. Deux tiers des personnes qui signalent des insultes, cris, menaces, ou injures ont été
confrontées au moins deux fois à ce type de violences et 30 % d’entre elles l’ont été au moins six
fois au cours des deux dernières années. La plupart des autres catégories de violences psycholo­
giques sont également récurrentes pour une grande majorité des personnes qui rapportent en
avoir été victimes.
Les atteintes aux biens se répètent plus rarement : un quart des personnes ayant subi un vol
ou une tentative de vol déclarent avoir subi au moins deux fois une atteinte à leurs biens en
deux ans et c’est le cas de 13 % de ceux qui ont déclaré un cambriolage et d’un tiers de ceux qui
ont fait état d’une dégradation de biens.
GRAPHIQUE 1
Cumul des faits de violences par catégorie au cours des deux années
précédant l'enquête (en %)
Menaces en rapport avec les proches
Appels et courriers malveillants
Violences
psychologiques
Refus de discuter
Contrôle déplacements, fréquentations
Comportement contraint
Empêché(e) de parler
Dénigrements
Violences sexuelles (3 catégories)*
Violences physiques
Violences verbales
Atteintes
aux biens
Dégradations de biens
Cambriolages
Vols+tentatives
0
10
20
1 fois
30
40 50 60 70
Part de victimes
2 à 5 fois
80
90
100
6 fois ou plus
* Les trois catégories de violences à caractère sexuel (exhibitionnisme, contacts physiques contraints, attouchements, tentatives de rapports
sexuels forcés et rapports sexuels forcés) sont ici regroupées, de façon à permettre de raisonner sur des effectifs de victimes plus pertinents.
Remarque : Les atteintes aux biens (vols et tentatives de vols, cambriolages, dégradations de biens) se distinguent des violences interpersonnelles (violences verbales, physiques, sexuelles, morales et psychologiques).
Lecture • Parmi les personnes déclarant avoir été victimes de violences verbales (insultes, injures, cris ou menaces verbales) au cours des
24 mois précédant l'enquête EVS, 34% l'ont été à une reprise, 37% entre deux et cinq fois et 29% six fois ou plus.
Champ • Victimes de violences, âgées de 18 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 78
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
78
Aux violences physiques et sexuelles, s’ajoutent souvent d’autres types de violences
Si l’on examine à présent l’exposition à plusieurs types de violences, on constate que 18 % des
personnes interrogées déclarent avoir subi différents types de violences au cours de cette
même période. Pour les 30 % de personnes qui déclarent n’avoir subi qu’un seul type de vio­
lences, il s’agit en général de violences psychologiques (dans 41 % des cas) ou d’atteintes aux
biens (dans 38 % des cas).
À l’inverse, 93 % des personnes ayant subi des coups ou tentatives de coups (atteintes phy­
siques hors violences sexuelles) ont également déclaré d’autres types de violence, dans des
proportions bien supérieures à celles que l’on observe pour l’ensemble de la population
(tableau 2). 18 % d’entre elles ont aussi signalé au moins un acte de violence sexuelle (exhibi­
tionnisme, contacts physiques contraints, attouchements, rapports ou tentatives de rapports
sexuels forcés) au cours des deux années précédant l’enquête. Leur exposition aux violences
verbales, psychologiques et aux atteintes aux biens apparaît également très élevée.
De même, avoir vu un exhibitionniste, avoir subi des contacts physiques contraints, des attou­
chements, des rapports sexuels forcés (ou tentatives) est très largement associé à la déclara­
tion de violences d’un autre type : interrogées sur la période des deux ans précédant l’en­
quête, 59 % des personnes ayant subi de telles atteintes à caractère sexuel déclarent avoir
également subi des violences psychologiques et 50 % d’entre elles des violences verbales.
TABLEAU 2
Cumul de violences de différents types au cours des deux années précédant l’enquête (en %)
Personnes ayant déclaré....
... aucun
… au moins … au moins … au moins … au moins … au moins une
autre type une atteinte une violence une violence une violence
violence
de violence aux biens
verbale
physique
sexuelle
psychologique
… au moins une atteinte aux biens
(vols et tentatives de vols, cambriolage,
dégradation de biens)
51
… au moins une violence verbale
(insultes, injures, cris, menaces verbales)
30
32
… au moins une violence physique
(coups et tentatives de coups)
7
39
72
… au moins une violence sexuelle
(exhibitionnisme, contacts physiques
contraints, attouchements, tentatives
et rapports sexuels forcés)
7
39
50
21
... au moins une violence psychologique
47
30
35
8
6
Ensemble
52
22
18
3
3
26
6
5
37
13
8
53
18
67
59
27
Lecture • Parmi les personnes ayant déclaré au moins une atteinte aux biens, 51 % n'ont déclaré aucun autre fait de violence, 26 % ont également déclaré avoir subi des violences verbales. 52% des 18-75 ans n'ont subi aucune violence dans les deux ans précédant l'enquête EVS.
Champ • Personnes âgées de 18 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
Des dommages plus ou moins fréquents, selon les types de violences
Le questionnaire de l’enquête EVS contient des questions relatives aux conséquences des vio­
lences subies : « Au total, diriez­vous que cette affaire vous a causé : un dommage matériel plu­
tôt important, plutôt faible ou aucun dommage ? » Cette question est également déclinée à
propos des dommages professionnels, physiques et psychologiques. Est également abordée
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 79
Panorama des violences subies et des personnes qui s’en déclarent victimes
79
la survenue d’un dommage temporaire, durable ou nul pour la santé des personnes interro­
gées. Pour chaque type de violences, ces questions sont posées à propos du dernier événe­
ment violent survenu au cours des deux ans précédant l’enquête.
Si la quasi­totalité des victimes de vols (ou tentatives), cambriolages ou dégradations de biens
déclarent des dommages, en revanche, moins de la moitié des personnes qui rapportent avoir
été victimes de violences interpersonnelles considèrent que celles­ci ont entraîné pour elles
des dommages.
Le premier de ces deux résultats illustre le fait que, lors d’une atteinte dirigée contre les biens
appartenant à une personne, celle­ci est amenée, de façon presque mécanique, à rapporter
avoir subi des dommages de nature matérielle. Cela ne signifie pas pour autant que les consé­
quences soient toujours graves, mais elles sont immédiates et, par définition même, maté­
rielles.
Pour expliquer le second résultat, deux hypothèses peuvent être avancées. Premièrement,
dans un questionnaire tel que celui d’EVS, rien ne préjuge de la gravité des actes endurés, les­
quels sont simplement décrits de manière factuelle. Les réponses positives aux questions sur
les violences subies recouvrent donc, logiquement, des événements extrêmement divers,
notamment par leur degré de gravité. On peut même supposer que c’est particulièrement vrai
pour certains types de violences comme les insultes, injures, cris ou menaces verbales, qui sont
précisément les actes violents les plus fréquemment déclarés. À cela s’ajoute que, au cours des
deux années écoulées juste avant la date de l’enquête, les victimes des violences sexuelles,
atteintes présumées les plus graves (attouchements, rapports sexuels forcés ou tentatives),
sont peu nombreuses : en conséquence, il est évidemment impossible de conclure que les vio­
lences sexuelles (toutes confondues) des deux ans précédant l’enquête n’entraînent pas de
dommages pour leurs victimes. La robustesse statistique d’une telle conclusion serait large­
ment sujette à caution, comme tend d’ailleurs à l’indiquer l’analyse des corrélations entre l’état
de santé des personnes et les violences sexuelles subies sur la durée entière de la vie (avec par
conséquent des effectifs de victimes beaucoup plus nombreux)10.
Les femmes déclarent davantage de dommages à la suite de violences physiques
En outre, parmi les personnes ayant vécu des événements violents, les femmes sont beau­
coup plus nombreuses que les hommes à faire état d’au moins un dommage important ou
d’un dommage pour leur santé (tableau 3). Cet écart est particulièrement élevé dans le cas
des violences physiques : seuls 10 % des hommes victimes de violences physiques déclarent
que celles­ci ont entraîné pour eux au moins un dommage important ou un dommage pour
TABLEAU 3
Proportion de personnes déclarant au moins un dommage important
à la suite des violences subies (en %)
Hommes Femmes Ensemble
Atteintes aux biens
42
48
45
Violences verbales
17
32
25
Violences physiques
10
47
26
Violences à caractère sexuel
Violences psychologiques
Lecture • 42 % des hommes ayant subi une atteinte aux biens
déclarent que celle-ci a entraîné au moins un dommage professionnel, matériel, psychologique ou physique important ou un
dommage temporaire ou durable pour leur santé.
9
19
14
Champ • Personnes âgées de 18 à 75 ans, résidant en France
en ménage ordinaire et victimes dans les vingt-quatre mois
écoulés d'au moins un type de violences.
14
24
21
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES
2005-2006.
10. Les corrélations constatées entre état de santé (mentale, en particulier) et le fait d’avoir été victime de violences
sexuelles au cours de sa vie (et donc pas seulement sur les vingt-quatre mois tout juste écoulés) sont importantes (ex. :
tentatives de suicide). Et dans ce cas les corrélations peuvent être établies sur des effectifs de victimes beaucoup plus
robustes statistiquement (voir l’article p. 171).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 80
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
80
leur santé, contre 47 % des femmes qui s’en déclarent victimes. Même si les hommes, en situa­
tion d’enquête, peuvent être plus réticents à se reconnaître victimes11, déclarer des dom­
mages est néanmoins un indicateur du degré de gravité de la violence subie. Selon cet indica­
teur, les violences déclarées par les femmes auraient donc de plus lourdes conséquences.
Des dommages psychologiques fréquents
Les personnes qui estiment avoir enduré un dommage, même faible, soulignent les consé­
quences psychologiques des situations d’agression, pour les hommes comme pour les
femmes. Parmi ces victimes, en effet, plus de la moitié se disent concernées par un impact psy­
chologique (« important » ou « faible »), y compris celles qui ont été touchées par des atteintes
aux biens12 – ce qui montre que ces dernières ont des répercussions bien plus larges que la sim­
ple sphère matérielle. 33 % de ces personnes indiquent un dommage psychologique important
à la suite d’une violence psychologique. Elles sont aussi nombreuses à faire une déclaration
similaire après avoir fait l’objet de cris, d’insultes, d’injures ou de menaces verbales et c’est le
cas de presque 40 % de celles qui ont été confrontées à des violences physiques, à une scène
d’exhibitionnisme ou à des contacts physiques non désirés (tableau 4).
TABLEAU 4
Nature et degré des dommages subis par les victimes ayant ressenti
au moins un type de dommage faible (en %)
Exhibitionnisme, Violences
Atteintes Violences Violences
contacts psychoaux biens verbales physiques
physiques logiques
contraints
Dommage matériel
important
39
3
8
0
faible
55
5
16
2
2
5
nul
6
92
76
98
93
Dommage professionnel
important
7
5
2
0
7
faible
7
10
10
4
10
nul
86
85
88
96
83
Dommage psychologique
important
20
34
38
39
33
faible
33
57
39
59
61
nul
47
9
23
2
6
6
16
1
2
Dommage physique
important
2
faible
2
9
42
9
4
nul
96
85
42
90
94
2
8
10
3
7
temporaire
6
22
23
19
19
nul
92
70
67
78
74
Dommage pour la santé
durable
Lecture • 39 % des victimes de vols, tentatives de vols, cambriolages ou dégradations de biens ayant ressenti au moins un dommage faible sur les plans matériel, psychologique, physique ou professionnel ou un dommage temporaire ou durable pour leur santé
évaluent le dommage matériel comme important.
Champ • Personnes âgées de 18 à 75 ans résidant en France en
ménage ordinaire et déclarant pour les vingt-quatre mois écoulés au
moins un fait de violence subi ayant entraîné des dommages.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES,
2005-2006.
11. Cette hypothèse repose notamment, dans cette enquête, sur quelques arguments tirés de l’exploitation du comportement des répondants aux questions posées sur les agressions sexuelles. Voir l’article p. 17.
12. Nous ne nous prononçons pas ici sur les attouchements sexuels, rapports sexuels forcés et tentatives de rapports
sexuels forcés, qui ont été exclus du tableau 4, faute d’effectifs pour l’analyse de deux années seulement.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 81
Panorama des violences subies et des personnes qui s’en déclarent victimes
81
Les dommages déclarés sont importants quand la victime connaissait
l’auteur des violences
Les personnes ayant déclaré au moins un dommage important consécutif à des faits de vio­
lence subis, en majorité des femmes, sont également amenées à décrire les circonstances de
l’événement, et en particulier la nature du lien qui les unissait à l’auteur des faits au moment
où ceux­ci se sont produits.
Les violences interpersonnelles mettent très fréquemment en relation une victime et un
auteur qui se connaissent : c’est le cas plus d’une fois sur deux pour l’exhibitionnisme et les
contacts physiques imposés et huit fois sur dix en matière de violences verbales, physiques et
psychologiques (graphique 2). Le lien est même souvent très étroit : il s’agit d’un membre de
la famille (y compris le conjoint) ou d’un proche13 de la victime plus d’une fois sur quatre en cas
d’exhibitionnisme ou contacts physiques contraints et plus d’une fois sur deux pour les vio­
lences physiques.
En outre, toujours parmi ceux qui déclarent au moins un dommage important consécutif à une
violence, les personnes ayant subi des violences physiques ou verbales répétées au cours des
deux dernières années déclarent plus souvent que celles qui n’en ont subi qu’une fois connaître
l’auteur du dernier de ces faits. Lorsque des violences physiques ont été subies une seule fois,
64 % des victimes en connaissent l’auteur et 39 % déclarent que celui­ci est un membre de leur
famille ou un proche. Lorsqu’elles sont survenues plusieurs fois, ces taux s’élèvent à respective­
ment 97 % et 73 %. Lorsque les violences verbales ont eu lieu une fois dans les deux dernières
années, 71 % des personnes qui les ont subies en connaissaient l’auteur et, dans 18 % des cas, celui­
ci faisait partie de leur famille ou de leurs proches ; en cas de violences verbales répétées, 79 %
GRAPHIQUE 2
Lien entre victime et auteur des violences interpersonnelles ayant entraîné
au moins un dommage important (en %)
Part des victimes
40
35
La victime ne sait pas répondre
sur son lien avec l'auteur
30
25
Auteur inconnu avant les faits
20
15
Auteur connu avant les faits mais sans faire
partie de la famille ou des proches
10
Auteur faisant partie de la famille,
y compris conjoint(e), ou des proches
5
0
Violences
verbales
Violences
physiques
Exhibitionnisme,
contacts
physiques
contraints
Violences
psychologiques
Lecture • 25 % des victimes de violences verbales survenues au cours des deux ans avant l’enquête estiment que celles-ci ont entraîné au
moins un dommage important ou un dommage pour leur santé : 7 % des victimes déclarent que l'auteur des dernières violences verbales
subies faisait partie de leur famille ou de leurs proches au moment des faits, 12 % qu'ils connaissaient cet auteur sans qu'il fasse partie de
leur famille ou de leurs proches et 6% qu'ils ne le connaissaient pas.
Champ • Personnes âgées de 18 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire et déclarant déclarant avoir été victimes de violences
verbales, physiques, sexuelles ou psychologiques.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
13. Un proche est défini dans l’enquête comme une personne avec qui l’enquêté(e) entretient (ou entretenait) des liens de
confiance ou d’amitié, sans que cette personne soit nécessairement membre de sa famille.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 82
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
82
des victimes connaissaient leur agresseur et 33 % d’entre elles ont indiqué que c’était quelqu’un
de familier ou un proche.
Le questionnaire se limitant à la description détaillée du dernier fait, rien ne permet d’attribuer
à un même auteur l’ensemble des faits déclarés : à un environnement violent au sein de la
famille ou des proches, peut être associée une exposition importante à la violence du fait d’au­
tres auteurs. Autrement dit, il existe probablement des contextes de vie dans lesquels une
personne est exposée de manière répétée à un agresseur parce que celui­ci vit avec elle ou la
rencontre souvent dans la sphère privée (violences conjugales et intra­familiales au premier
chef) ; cette exposition répétée peut aussi être liée à la fréquentation régulière de lieux où
peuvent s’exercer fréquemment des violences. Ces deux types d’exposition à des agresseurs
potentiels peuvent également souvent se cumuler.
L’auteur de violences interpersonnelles entraînant des dommages importants
est très souvent un homme qui agit seul
Toujours parmi les personnes ayant déclaré au moins un dommage important14 lié aux vio­
lences subies, la plupart d’entre elles, en majorité des femmes, quel que soit le type de fait
subi, déclarent que l’auteur a agi seul. 25 % des personnes ayant subi des violences verbales
entraînant des dommages importants déclarent que ces violences ont été perpétrées par plu­
sieurs personnes. Cette proportion s’élève à 21 % en matière de violences psychologiques et
15 % en matière de violences physiques.
Les auteurs de violences physiques et sexuelles ayant entraîné des dommages importants sont
très majoritairement des hommes, selon les personnes qui rapportent avoir subi ces violences.
Cela se constate dans 77 % des cas pour les violences physiques et dans 94 % pour les violences
sexuelles (tableau 5). Pour les violences verbales d’un côté, psychologiques de l’autre, la part
des hommes exerçant seuls des violences – et des agresseurs masculins plus largement – est
plus réduite.
TABLEAU 5
Sexe de l'auteur des violences ayant entraîné au moins un dommage important
ou un dommage pour la santé (en %)
Violences Violences
Violences Violences
à caractère psychoverbales physiques
sexuel
logiques
D'après la victime l'auteur est…
… un homme seul
55
… une femme seule
… plusieurs hommes
… plusieurs femmes
… des hommes et des femmes
Ensemble
77
94
45
21
8
6
34
10
13
0
4
2
0
0
3
12
2
0
13
100
100
100
100
Lecture • 55 % des personnes ayant subi des violences verbales ayant entraîné au moins un dommage
important ou un dommage pour la santé ont déclaré
que l'auteur de ces violences était un homme seul.
Champ • Victimes, âgées de 18 à 75 ans et résidant
en France en ménage ordinaire, de violences verbales, physiques, sexuelles ou psychologiques au
cours des deux années précédant EVS et déclarant
au moins un dommage important ou un dommage
pour leur santé à la suite des violences subies.
Sources • Enquête Événements de vie et santé
(EVS), DREES, 2005-2006.
Conclusion
La description des violences dont se sont déclarés victimes les répondants à l’enquête EVS
ainsi que la mise en évidence des caractéristiques de ceux­ci viennent nourrir un ensemble de
résultats plus large et cohérent, auquel l’ENVEFF en 2000 et les enquêtes CVS depuis 2007 ont
14. Rappel : un dommage matériel, physique, psychologique ou professionnel déclaré comme important par l’enquêté(e),
ou encore un dommage estimé par lui (elle) comme temporaire ou durable pour sa santé.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 83
Panorama des violences subies et des personnes qui s’en déclarent victimes
83
aussi apporté ou continuent d’apporter leur contribution. Caractère très nettement répété des
atteintes lorsque l’on s’intéresse aux violences interpersonnelles, faisceau convergent d’in­
dices mettant en évidence que cette répétition est souvent liée à des agressions provenant de
membres de la famille, de conjoints ou de proches, gravité des conséquences causées par les
atteintes pour les femmes, relativement aux hommes, etc. Ces trois sources s’accordent à éta­
blir des conclusions en ce sens, avec des questionnaires et des outils différents.
Différente des enquêtes de victimation dans ses objectifs centraux, incluant par conséquent la
mesure objective de violences subjectivement ressenties qui peuvent être d’ordre psycholo­
gique (au­delà des atteintes matérielles, verbales, physiques ou sexuelles), l’enquête EVS fait
également apparaître la nature psychologique des dommages induits par les agressions
comme un dénominateur commun de la victimation, tous types d’atteintes confondus. Ses
résultats, a posteriori, viennent redonner sens et contenu à la définition des violences qu’EVS
partageait a priori avec l’ENVEFF : si celles­ci semblent bien pouvoir être définies comme
atteintes à l’intégrité de la personne, c’est qu’il faut entendre « intégrité » bien au­delà des
seules limites physiques des personnes et de leurs possessions matérielles.
En complément de cette analyse, l’étude des relations entre violences et santé dans cet
ouvrage permet d’approfondir la connaissance de l’état de santé (mentale, tout particulière­
ment) des personnes exposées aux violences (voir l’article p. 171).
BIBLIOGRAPHIE
Bauer A., (sous la dir. de), 2009, La criminalité en France. Rapport de l’Observatoire national de la délinquance (OND) 2009, CNRS Éditions, 710 p.
Djider Z., Vanovermeir S., 2007, « Des insultes aux coups : hommes et femmes inégaux
face à la violence », INSEE Première, n° 1124, mars.
Jaspard M., Brown E., Condon S., Fougeyrollas-Schwebel D., Houel A., Lhomond B.,
Maillochon F., Saurel-Cubizolles M.-J., Schiltz M.-A., 2003, Les violences envers les
femmes en France. Une enquête nationale, La Documentation française, 370 p.
Krug E.-G., Dahlberg L.-L., Mercy J.-A., Zwi A., Lozano-Ascensio R., 2002, Rapport
mondial sur la violence et la santé, Organisation mondiale de la santé, Genève, XXII282-[89] p.
Van Dijk J., 2009, « Approcher la vérité en matière de délinquance. La comparaison des
données d’enquêtes en population générale avec les statistiques de police sur la délinquance enregistrée », Assessing Deviance, Crime and Prevention in Europe, projet
CRIMPREV, Action de coordination du 6e PCRD, Commission européenne, mai, 62 p.
(avec traduction en anglais : « Approximating the Truth about Crime. Comparing crime
data based on general population surveys with police figures of recorded crimes »,
55 p.).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 84
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 85
La parole des victimes
après un événement violent
Sévane ANANIAN
L’enquête Événements de vie et santé (EVS) permet d’étudier les réactions
des personnes qui déclarent avoir subi une violence dans les deux ans
précédant l’enquête, après la survenue de cet événement. Deux tiers
des victimes de violences psychologiques ou verbales et plus de la moitié
des victimes de violences physiques ou sexuelles confient ce qui s’est passé
à au moins deux personnes. Les victimes d’atteintes physiques ou sexuelles
qui parlent des faits le font souvent plus tardivement, 12 % révélant
l’événement après plusieurs mois.
La parole des victimes apparaît en partie liée aux circonstances de
l’événement : en particulier, celles qui ont subi des violences à leur domicile
attendent plus souvent quelques jours voire plusieurs mois avant de révéler
les faits, alors que celles qui les ont subies dans un autre lieu ont plus
tendance à en parler dans les heures qui suivent.
Les interlocuteurs choisis pour se livrer varient selon les faits,
leurs circonstances et les caractéristiques des victimes. Quand il s’agit
de violences physiques ou sexuelles et quand les violences ont été exercées
au domicile des victimes, ces dernières se confient moins souvent à leurs
conjoints, ce qui laisse supposer qu’une partie des événements en cause
mettent en jeu des violences au sein de la relation de couple. Les victimes
de violences psychologiques ont moins souvent recours aux autorités
policières ou judiciaires que les victimes d’autres types de violence. Enfin,
les victimes qui taisent les faits ou qui attendent quelques jours avant
d’en parler présentent plus fréquemment un trouble anxieux
généralisé ou un état dépressif majeur.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 86
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
86
L’
Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (ENVEFF) [IDUP, 2000]
et, plus récemment, l’enquête Contexte de la sexualité en France (CSF) [INSERM­INED,
2005­2006] ont mis en évidence le silence des victimes de violences sexuelles sur les événe­
ments qu’elles ont vécus. Même si la parole des victimes semble se libérer pour certaines
agressions sexuelles entre les enquêtes de 2000 et 2006, seule la moitié des tentatives de rap­
ports sexuels forcés et des rapports sexuels forcés subis au cours de la vie auraient été révélés
à une tierce personne par les victimes en 20061 (Bajos et al., 2008). Par ailleurs, l’enquête
Cadre de vie et sécurité (CVS) [INSEE, 2007] montre qu’un quart des victimes de violences phy­
siques ou sexuelles survenues au sein du ménage en 2005 ou 2006 n’ont parlé de cet événe­
ment qu’à l’occasion de l’enquête (OND, 2007).
L’enquête Événements de vie et santé (EVS) [DREES, 2005­2006] permet de caractériser les
victimes qui révèlent tardivement une violence subie ou qui déclarent dans l’enquête n’en
avoir parlé à personne (qui donc, d’une certaine manière, « taisent » une violence subie), et
d’identifier les interlocuteurs qu’elles privilégient. Cette étude porte sur les personnes décla­
rant avoir subi dans les deux ans précédant l’enquête des violences de nature « interperson­
nelle » (verbale, psychologique, physique ou sexuelle)2 qui ont entraîné un dommage phy­
sique, matériel, professionnel ou psychologique important, ou un dommage temporaire ou
durable pour leur santé (voir l’encadré p. 90).
Dire ou taire une violence subie
Les victimes de violences physiques ou sexuelles,
plus discrètes sur l’événement subi
Selon la nature de l’événement subi, les victimes confient plus ou moins souvent les faits à des
tiers. Alors que respectivement 65 % et 68 % des victimes de violences psychologiques et ver­
bales déclarent en avoir parlé à plusieurs personnes (graphique 1), seules 55 % des victimes de
violences physiques ou sexuelles l’ont fait. De plus, lorsqu’elle a lieu, la révélation est souvent
plus tardive : 12 % des victimes de violences physiques ou sexuelles ont attendu plusieurs mois
ou plusieurs années avant de parler de ces faits (graphique 2), contre moins de 5 % des victimes
de violences verbales ou de violences psychologiques.
Enfin, certaines personnes ayant subi un événement violent se taisent : 12 % des victimes de
violences verbales ou physiques ou sexuelles et 10 % des victimes de violences psychologiques
n’ont révélé les faits qu’à l’occasion de l’enquête. À noter que certaines personnes peuvent
préférer, lorsqu’elles sont interrogées dans une enquête statistique, continuer à ne pas dévoi­
ler les événements qu’elles ont vécus, même si les efforts réalisés dans les protocoles d’en­
quête permettent de rendre la parole plus facile, moins douloureuse.
Être victime de violences à son domicile
augmente la probabilité de taire les violences subies
Le profil des victimes qui se taisent après un événement violent – au sens où elles ne le révéle­
raient qu’à l’occasion de l’enquête – et de celles qui attendent au moins quelques jours pour en
parler peut être étudié au moyen de modélisations logistiques. Les résultats obtenus confirment
que la parole des victimes n’est que partiellement liée à leurs caractéristiques sociodémogra­
phiques et qu’elle dépend aussi de la nature et des circonstances de l’événement.
1. Il s’agit ici des victimes âgées de 18 à 69 ans ; cette proportion est plus élevée parmi les victimes les plus jeunes (Bajos
et al., p. 2).
2. En plus des victimes de violences interpersonnelles, l’enquête EVS contient des informations similaires sur les victimes
d’atteintes aux biens (vols, cambriolages et dégradations). Ce type de violence n’est pas examiné ici.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 87
La parole des victimes après un événement violent
87
GRAPHIQUE 1
Répartition des victimes d'un événement violent ayant entraîné un dommage
selon le nombre d'interlocuteurs auxquels elles ont confié les faits
100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
%
55 %
68 %
65 %
20 %
25 %
12 %
12 %
10 %
Violences physiques
et sexuelles
Violences verbales
Violences
psychologiques
33 %
La victime en a parlé à plusieurs personnes
La victime en a parlé à une seule personne
La victime en parle pour la première fois lors de l'enquête
Lecture • 68 % des victimes de violences verbales ayant entraîné un dommage professionnel, matériel, physique ou psychologique important, ou un dommage pour leur santé, ont parlé des faits à plusieurs personnes, 20 % en ont parlé à une seule personne et 12 % ont révélé
avoir été victime de violences de cette nature lors de l'enquête.
Champ • Victimes d'une violence interpersonnelle dans les deux ans précédant l'enquête, déclarant que cet événement leur a causé un
dommage physique, matériel, professionnel ou psychologique important ou un dommage temporaire ou durable pour leur santé, et âgé de
18 à 75 ans (1 042 individus, soit 172 victimes de violences physiques et sexuelles, 525 victimes de violences verbales et 671 victimes de
violences psychologiques ; un individu peut-être victime de violences de types différents).
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
GRAPHIQUE 2
Temps au bout duquel la victime a confié l'événement à un tiers
%
100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
3%
4%
20 %
22 %
77 %
74 %
12 %
15 %
73 %
Au bout de plusieurs mois ou plusieurs années
Au bout de quelques jours
Dans les heures qui ont suivi l'événement
Violences physiques
et sexuelles
Violences verbales
Violences
psychologiques
Lecture • 77 % des victimes de violences verbales ayant entraîné un dommage professionnel, matériel, physique ou psychologique important ou un dommage pour leur santé et qui ont révélé les faits avant l'entretien de l'enquête, en ont parlé dans les heures qui suivent. 20 %
ont attendu quelques jours et 3 % n'en ont parlé qu'au bout de plusieurs mois ou de plusieurs années.
Champ • Victimes d'une violence interpersonnelle dans les deux ans précédant l'enquête, âgées de 18 à 75 ans, déclarant que cet événement leur a causé un dommage physique, matériel, professionnel ou psychologique important ou un dommage temporaire ou durable pour
leur santé, et qui ont révélé l’événement avant le passage de l’enquêteur, soit, dans l’échantillon: 161 victimes de violences physiques ou
sexuelles, 487 victimes de violences verbales et 598 victimes de violences psychologiques.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 88
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
88
Par rapport aux victimes de violences verbales, les victimes de violences physiques ou
sexuelles passent moins souvent les faits sous silence. En revanche, elles attendent plus sou­
vent quelques jours avant de confier ce qui leur est arrivé que les individus qui ont été insultés
ou menacés, sans avoir subi de violence physique ou sexuelle (tableau 1).
Les victimes pour lesquelles le dernier événement violent subi ayant entraîné un dommage
s’est produit au domicile ont davantage tendance à taire les faits ou à ne les confier qu’au bout
de quelques jours. En particulier, une personne violentée à son domicile a une probabilité de
taire l’événement qui est supérieure de plus de 10 points à celle qu’ont les personnes agres­
sées hors de chez elles (y compris aux abords du domicile). Les personnes qui ont vécu un évé­
nement violent chez elles sont vraisemblablement moins disposées à en parler à un tiers parce
qu’elles en connaissent beaucoup plus souvent l’auteur (46 % des violences ayant lieu au domi­
cile de la victime et ayant entraîné pour elle un dommage sont commises par un membre de
la famille) ou parce qu’il existe une proximité avec celui­ci qui entrave la communication avec
une autre personne.
TABLEAU 1
Probabilité pour les victimes de violences interpersonnelles de révéler l'événement
au moment de l'enquête, ou d’attendre quelques jours avant d'en parler à un tiers
Probabilité de référence
Variables étudiées
Révéler l'événement
à l'occasion
de l'enquête
Confier l'événement
à un tiers au bout
de quelques jours
16
31
Écart à la probabilité
de référence
Écart à la probabilité
de référence
Caractéristiques de l'événement
Nature
Violence verbale (sans violence physique ou sexuelle)1
réf.
réf.
Violence physique ou sexuelle
-6*
36***
Violence psychologique (sans violence verbale, ni violence physique ou sexuelle)
-4
9*
Lieu de l'événement
Domicile de la victime
réf.
réf.
Abords du domicile
-11***
-14***
Lieu de travail ou d'études
-12***
-16***
Autre lieu
-11***
-17***
réf.
réf.
6
-4
Sexe
Femme
réf.
réf.
Homme
16***
-5
Âge
Entre 18 et 29 ans
17**
9
Entre 30 et 54 ans
5
12**
Entre 55 et 75 ans
réf.
réf.
Niveau d'études
Diplôme de niveau brevet des collèges ou de niveau inférieur
réf.
réf.
Présence d'autres personnes
D'autres personnes étaient présentes
La victime était seule au moment des faits
Caractéristiques de la victime
Diplôme de niveau CAP ou BEP
2
2
Diplôme de niveau bac
-2
-4
Diplôme de niveau supérieur au bac
0
-4
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 89
La parole des victimes après un événement violent
89
TABLEAU 1 (SUITE)
Révéler l'événement
à l'occasion
de l'enquête
Confier l'événement
à un tiers au bout
de quelques jours
Environnement familial et social
Taille de la fratrie de la victime
Enfant unique ou avec un frère ou une sœur
-8**
-2
Deux frères ou sœurs
-4
-6
Au moins trois frères ou sœurs
réf.
réf.
Situation familiale
Personne vivant seule
réf.
réf.
En couple sans enfant
-8**
-10**
En couple avec enfant
-5
-9**
Famille monoparentale
-2
6
Autres ménages
3
-4
Fréquence des rencontres avec les proches
Au moins une fois par semaine
réf.
réf.
Une à trois fois par mois
-1
3
10**
9*
Plus rarement
Taille de l’unité urbaine du lieu de résidence
Communes rurales et unités urbaines de moins de 5 000 habitants
0
2
Unités urbaines de 5 000 à 100 000 habitants
0
10**
Unité urbaine de plus de 100 000 habitants
réf.
réf.
Zone d'habitation
Zone hors zone urbaine sensible
réf.
réf.
3
-4
Zone urbaine sensible
Note • Modèle de régression logistique. La situation de référence est celle d’une victime réunissant les caractéristiques signalées par l’abréviation “ réf ” : une femme âgée de 55 à 75 ans, ayant un diplôme de niveau inférieur au brevet des collèges, avec au moins trois frères ou
sœurs, etc. et victime d’atteintes verbales qui n'étaient pas accompagnées d’atteintes physiques ou sexuelles.
1. Pour ce tableau, les événements associant des violences de types différents sont classés de la façon suivante : les événements associant des violences physique ou sexuelle et des violences psychologiques ou verbales figurent dans la catégorie « violence physique ou
sexuelle ». Les événements associant violences psychologiques et violences verbales figurent dans la catégorie « violence verbale ».
Lecture • « Toutes choses égales par ailleurs » (la violence est une violence verbale, l'événement s'est passé au domicile de la victime, en
présence d'autres personnes, la victime est une femme, etc.), la probabilité de révéler l'événement seulement au moment de l'enquête est
de 26 % (=16+10) lorsque la victime rencontre ses proches moins d'une fois par mois, contre 16 % lorsque la victime rencontre ses proches
au moins une fois par semaine.
La différence par rapport à la situation de référence est d'autant plus significative que figure à côté du résultat indiqué un nombre élevé d'astérisques (*** écart significatif au seuil de 1 % ; ** écart significatif au seuil de 5 % ;* écart significatif au seuil de 10 % ; aucun astérisque :
écart non significatif au seuil de 10 %).
Champ • Victimes d'une violence interpersonnelle dans les deux ans précédant l'enquête, déclarant que cet événement leur a causé un
dommage physique, matériel, professionnel ou psychologique important ou un dommage temporaire ou durable pour leur santé, et âgées
de 18 à 75 ans (1 019 observations).
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
Les personnes qui vivent en couple se confient davantage
À supposer qu’ils ne soient pas auteurs des violences, la présence d’interlocuteurs potentiels
dans l’entourage de la victime favorise la parole. Les personnes qui vivent en couple révèlent
plus souvent les événements qu’elles ont subis que les autres, et lorsqu’elles le font, elles se
confient aussi plus rapidement. Probablement parce que les occasions de trouver un interlocu­
teur sont moins nombreuses, les victimes dont le réseau relationnel semble moins actif sont
moins enclines à parler : par rapport aux personnes qui rencontrent leurs proches au moins
une fois par semaine, celles qui les voient moins d’une fois par mois taisent plus fréquemment
les faits ou attendent plus souvent quelques jours pour les évoquer.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 90
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
90
Le fait qu’une victime se soit confiée à un tiers avant l’enquête ne semble pas pour autant
résulter du nombre de personnes présentes dans un cercle proche, confidentes éventuelles
après des violences subies. Avoir de nombreux frères ou sœurs ne conduit par exemple pas
nécessairement à révéler les faits : les victimes issues de familles comptant au moins quatre
enfants taisent plus fréquemment l’événement que les victimes qui sont enfants uniques ou
n’ont qu’un frère ou une sœur.
Au regard du lieu de résidence, les personnes vivant dans des communes de 5 000 à 100 000
habitants attendent plus souvent quelques jours avant de se confier que les résidents des
grandes villes (plus de 100 000 habitants). Ce phénomène s’explique­t­il par le fait que les
grandes agglomérations offrent davantage d’interlocuteurs que les communes de taille plus
modeste ? Pour un événement violent de même nature, les communes plus peuplées pour­
raient aussi garantir davantage d’anonymat aux victimes, encourageant ainsi des confidences
portant sur des événements qui touchent parfois l’intimité de la personne.
ENCADRÉ
Champ de l’étude
• La population étudiée
La présente étude se limite aux violences de nature « interpersonnelle » (verbale, psychologique, physique ou sexuelle). D’après l’enquête Événements de vie et santé, 48 % de la population âgée de 18 à
75 ans déclarent avoir subi une violence interpersonnelle (hors atteintes aux biens) dans les deux ans
précédant l’enquête, qu’elle soit de type psychologique (27 % de la population), verbale (18 %), physique (3 %) ou sexuelle (3 %) (voir la description du questionnaire et des différents types de violence
p. 63).
Quand elles déclarent que le dernier événement violent subi a entraîné au moins un dommage professionnel, matériel, psychologique ou physique important ou un dommage temporaire ou durable pour leur
santé, les victimes ont répondu à des questions supplémentaires concernant les circonstances des faits
et leurs réactions pendant et après ces événements. Un quart des victimes de violences verbales et des
victimes de violences physiques, 21 % des victimes de violences psychologiques et 14 % des victimes
de violences sexuelles ont ainsi répondu à ce volet du questionnaire. Ce sont majoritairement des
femmes (voir l’article p. 71).
• Les questions exploitées
La partie de l’enquête étudiée ici permet notamment de savoir si la personne a révélé les faits à
quelqu’un : « Avez-vous parlé de l’événement à quelqu’un ? » et, si oui, « au bout de combien de
temps ? ». D’autres questions permettent également de préciser la nature des interlocuteurs de l’enquêté :
- « S’agissait-il de votre conjoint, d’un membre de votre famille, d’un ami ou d’un proche, d’un médecin
généraliste, d’un psychiatre, psychanalyste ou psychothérapeute, d’un autre soignant spécialisé ou
d’une autre personne (laquelle ?) ? »
- « Ce fait vous a-t-il conduit à vous rendre à la gendarmerie ou au commissariat, à saisir directement
le procureur de la République, à faire une déclaration auprès de votre assurance ? »
- « À la suite de ce fait, avez-vous pris contact avec une assistante sociale, une association de soutien,
un numéro d’assistance, un service médico-légal ou médico-judiciaire, ou un avocat ? ».
Faute d’un effectif suffisant de victimes de violences sexuelles déclarant que les faits concernés ont
entraîné un dommage pour permettre une analyse statistique à part entière, on ne distingue pas, dans les
résultats présentés ici, les violences à caractère sexuel des violences physiques à caractère non sexuel.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 91
La parole des victimes après un événement violent
91
Les victimes âgées de 55 à 75 ans parlent davantage
des violences subies que les plus jeunes
Les comportements des victimes diffèrent enfin selon leur âge et leur sexe : « toutes choses
égales par ailleurs », un homme a deux fois plus de chance qu’une femme de taire les faits, ce
qui est cohérent avec les résultats de l’enquête CSF, selon lesquels les hommes qui sont vic­
times d’actes de violence sexuelle (Bajos et Bozon, 2008) se taisent davantage que les femmes
victimes de violences de même nature. Les victimes les plus âgées (55­75 ans) confient davan­
tage l’événement à un tiers que les victimes plus jeunes3. Entre autres raisons, les plus jeunes
connaissent plus souvent l’auteur de l’événement, ce qui peut les dissuader de parler des faits.
Parmi les victimes d’un acte de violence ayant entraîné un dommage, 72 % des personnes âgées
de 18 à 29 ans déclarent en effet en connaître l’auteur, alors que c’est le cas de 67 % des vic­
times dont l’âge est compris entre 55 et 75 ans.
Des interlocuteurs variés selon l’événement et les victimes
Les victimes de violences physiques ou sexuelles
parlent moins fréquemment des faits à leur conjoint
Les victimes de violences psychologiques ou verbales se confient dans les mêmes proportions
aux différents membres de leur entourage proche, qu’il s’agisse du conjoint, de la famille, des
amis ou des personnes de confiance : chacun de ces interlocuteurs est confident d’un peu
moins de la moitié de ce type de victimes (tableau 2). En revanche, les victimes de violences
physiques ou sexuelles choisissent moins souvent le conjoint pour se confier (24 %). Il est pro­
bable que ce dernier soit aussi plus fréquemment l’auteur des faits : 42 % des victimes de vio­
lences physiques ou sexuelles ont subi les faits à leur domicile et une fois sur quatre, l’auteur
des violences est un membre de sa famille (y compris le conjoint).
Par ailleurs, qu’il s’agisse de violences physiques ou sexuelles, ou de violences psychologiques
ou verbales, lorsque l’événement s’est déroulé au domicile, le conjoint est un interlocuteur
moins souvent privilégié pour se confier. La moitié des victimes de violences verbales se tour­
nent alors vers une personne de confiance. Le fait que seules 10 % des victimes de violences
physiques ou sexuelles à leur domicile aient parlé des faits à leur conjoint conforte l’idée qu’il
est très fréquemment l’auteur de ce type de violence dans la sphère domestique. Après un
événement survenu chez soi, les révélations restent alors aussi plus fréquemment circons­
crites au cercle des confidents : par rapport à l’ensemble des victimes, celles qui ont subi une
violence au domicile sont deux fois moins nombreuses à en parler à d’autres personnes que
des proches ou des soignants.
Lorsque les victimes de violences révèlent les faits à une personne autre qu’un ami ou une per­
sonne de confiance, qu’un membre de la famille (conjoint compris) ou qu’un soignant, il s’agit fré­
quemment d’un collègue de travail ou d’un supérieur hiérarchique. C’est le cas d’environ 40 % des
3. Ce dernier résultat ne contredit pas forcément ceux établis pour des périodes de référence autres que les deux années
précédant l’enquête EVS, notamment le fait que les victimes âgées déclarent moins souvent que les plus jeunes avoir parlé
à un tiers de rapports sexuels forcés ou de tentatives de rapport forcé subis au cours de leur vie entière (Bajos et Bozon,
2008). Ces violences survenant fréquemment avant 18 ans, il est par exemple possible que certaines victimes ne se rappellent pas qu’elles ont révélé les faits à un tiers lorsqu’ils se sont produits. D’autre part, les générations plus âgées ont pu
avoir dans leur jeunesse davantage de difficultés à révéler des violences sexuelles subies, dans un contexte où la réprobation sociale contre ce type de violence serait moindre.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 92
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
92
victimes de violences physiques ou sexuelles et verbales et de plus de la moitié des victimes de
violences psychologiques qui déclarent en avoir parlé à une autre personne. Ce choix d’interlocu­
teur est étroitement lié au lieu dans lequel se sont déroulés les événements : lorsque la personne
en parle à un collègue, les faits se sont produits dans 94 % des cas sur le lieu de travail.
Après un événement violent, les femmes s’adressent davantage
aux soignants que les hommes
Le recours à un soignant (médecin, psychologue et autre personnel médical spécialisé) est plus
fréquent lorsque la violence subie a une dimension physique : 28 % des victimes de violences phy­
siques ou sexuelles consultent un soignant, contre 20 % des victimes de violences verbales et 17 %
des victimes de violences psychologiques (tableau 2). Mais le recours à un soignant dépend éga­
lement des caractéristiques sociodémographiques des personnes ayant subi un événement vio­
lent. À cet égard, les différences de comportement des victimes s’apparentent aux inégalités de
recours aux soins observées usuellement en population générale (Lanoë et Makdessi­
Raynaud, 2005 ; Montaut, 2010) : après avoir subi une violence interpersonnelle, les hommes
voient moins fréquemment un médecin, un psychologue ou un autre spécialiste4 que les
femmes et les plus jeunes interrogés pour l’enquête ont moins fréquemment recours à ces pro­
fessions que leurs aînés. Les personnes qui ont un niveau de diplôme inférieur au CAP ou BEP
consultent également moins souvent un soignant après un événement violent subi (tableau 3).
TABLEAU 2
Personnes ou institutions auxquelles est confié un événement violent ayant causé
un dommage, selon la nature et le lieu de la violence (en %)
Nature de l'événement violent
Violences physiques
et violences sexuelles
Violences
verbales
Violences
psychologiques
Ensemble
des
victimes
Victimes
à leur
domicile
Ensemble
des
victimes
Victimes
à leur
domicile
Ensemble
des
victimes
Victimes
à leur
domicile
La victime en a parlé a…
… un ami, une personne de confiance
48
44
41
50
47
46
... son conjoint
24
10
43
18
46
34
… sa famille (hors conjoint)
38
37
40
44
46
45
… un médecin généraliste, un psychologue
ou un autre soignant
28
28
20
20
17
13
… une autre personne
17
6
26
14
17
8
La victime...
… est allée au commissariat ou à la gendarmerie
ou a saisi le procureur de la République
38
32
27
28
13
15
8
11
6
7
5
7
10
7
9
14
8
7
… a contacté une assistante sociale, une association
ou un numéro d'assistance
… a contacté un avocat
Lecture • 47 % des victimes de violences psychologiques ont parlé de l'évènement à un ami. Lorsqu'elles ont subi les faits à leur domicile,
46 % en ont parlé à un ami.
Champ • Victimes d'une violence interpersonnelle dans les deux ans précédant l'enquête, âgées de 18 à 75 ans, déclarant que cet événement leur a causé un dommage physique, matériel, professionnel ou psychologique important ou un dommage temporaire ou durable pour
leur santé (1 042 individus).
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
4. Ces résultats ont été vérifiés par une analyse « toutes choses égales par ailleurs », au moyen d’un modèle de régression logistique.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 93
La parole des victimes après un événement violent
93
Des violences psychologiques
faiblement signalées aux autorités
Ce sont les victimes qui ont subi une violence physique ou sexuelle qui se rendent le plus fré­
quemment au commissariat ou à la gendarmerie ou, dans une moindre mesure, qui saisissent
le procureur de la République (tableau 2). Toutefois, les violences physiques ou sexuelles
subies au domicile sont plus rarement signalées aux autorités que les violences de même
nature survenues dans un autre lieu : 32 % des victimes à leur domicile se sont rendues au com­
missariat ou à la gendarmerie contre 38 % tous lieux des événements confondus.
Si 27 % des victimes de violences verbales se rendent dans un commissariat, une gendarmerie ou
saisissent le procureur de la République, la part des victimes de violences psychologiques – pour­
tant proches des violences verbales dans la mesure où elles surviennent sans atteinte physique
ou matérielle – qui effectuent une telle démarche est moitié moindre. Cependant, davantage que
les violences psychologiques, les violences verbales accompagnent fréquemment des violences
de nature différente, notamment des violences physiques ou sexuelles, pour lesquelles les vic­
times ont plus souvent recours aux autorités (voir l’article p. 71).
Les victimes qui se rendent au commissariat ou à la gendarmerie ne déposent pas systémati­
quement une plainte : 27 % des victimes de violences physiques ou sexuelles ayant entraîné un
dommage ont porté plainte et respectivement 21 % et 9 % des victimes de violences verbales et
de violences psychologiques ont effectué cette démarche.
D’autres institutions que les services médicaux, les forces de maintien de l’ordre ou la justice peu­
vent accompagner les personnes qui ont subi des atteintes violentes. C’est le cas d’associations
de soutien, d’organismes qui animent des lignes téléphonique d’assistance ou des assistantes
sociales. Ainsi, 8 % des victimes de violences physiques ou sexuelles déclarent avoir eu recours à
l’un ou l’autre de ces appuis, et respectivement 6 % et 5 % des victimes de violences verbales et psy­
chologiques. Les victimes de violences verbales qui se sont produites au domicile se tournent plus
souvent vers un avocat que les autres victimes de violences verbales. Dans certains cas, on peut
penser que ce recours concerne une procédure de divorce.
TABLEAU 3
Le recours à un soignant (médecin, psychologue ou autre soignant)
selon les caractéristiques sociodémographiques des victimes
d'une violence interpersonnelle ayant entraîné un dommage (en %)
Caractéristiques sociodémographiques des victimes
Diplôme
Niveau supérieur au bac
23
Niveau bac
20
Niveau CAP ou BEP
21
Niveau Brevet des collèges ou inférieur
17
Âge
18-29 ans
12
30-54 ans
25
55-75 ans
14
Sexe
Homme
16
Femme
23
Ensemble
20
Lecture • 23 % des femmes victimes de violences interpersonnelles ayant entraîné un dommage ont consulté un médecin, un
psychologue ou un autre soignant spécialisé.
Champ • Victimes d'une violence interpersonnelle dans les deux
ans précédant l'enquête, âgées de 18 à 75 ans, déclarant que cet
événement leur a causé un dommage physique, matériel, professionnel ou psychologique important ou un dommage temporaire ou
durable pour leur santé (1 042 individus).
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES,
2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 94
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
94
Les victimes qui ont confié l’événement à un tiers dans les heures
qui ont suivi les faits présentent moins souvent un état dépressif majeur
ou un trouble anxieux généralisé
Selon les critères retenus par l’enquête EVS5, les personnes qui ont subi un événement violent
ayant entraîné un dommage dans les deux ans précédant l’enquête présentent plus souvent
que les autres personnes un épisode dépressif majeur (EDM) ou un trouble anxieux généralisé
(TAG) au moment de l’enquête. Parmi les victimes rapportant avoir subi des dommages, les
prévalences de ces pathologies sont trois à quatre fois plus élevées (selon la nature de la vio­
lence subie) que dans l’ensemble de la population des 18­75 ans (tableau 4). Ces deux patho­
logies se cumulent fréquemment. Comme des connaissances épidémiologiques l’enseignent
par ailleurs : d’après l’enquête EVS, 41 % des personnes âgées de 18 à 75 ans présentant au
moment de l’enquête un EDM présentent également un TAG.
Une analyse « toutes choses égales par ailleurs » permet de mettre en évidence les facteurs qui
influent sur la probabilité de présenter un TAG ou un EDM au moment de l’enquête. À caracté­
ristiques données de la victime et des circonstances de l’événement subi, et en tenant compte
de l’anxiété ou de la dépression nerveuse chronique dont elles déclarent éventuellement souf­
frir depuis une date antérieure aux faits6, les personnes qui ont parlé des violences subies à
quelqu’un dans les heures qui ont suivi les faits ont une moindre probabilité (­ 6 points) de souf­
frir d’un EDM ou d’un TAG au moment de l’enquête (tableau 5).
La probabilité de souffrir de l’une de ces deux affections est aussi liée à la nature des événe­
ments déclarés et à l’entourage de la personne. Les victimes qui déclarent avoir subi une vio­
lence de nature psychologique présentent plus fréquemment des troubles psychiques de type
EDM ou TAG au moment de l’enquête. En outre, les personnes qui ont subi des violences à leur
domicile sont plus souvent susceptibles de présenter des troubles psychiques au moment de
l’enquête. Ceci semble indiquer que, lorsque les faits se déroulent au domicile, les victimes se
trouvent plus souvent fragilisées psychologiquement. Ce résultat est à rapprocher du fait que,
dans la sphère domestique, l’auteur est fréquemment un membre de la famille, qui pourrait
de surcroît agir de façon répétée (voir l’article p. 69).
TABLEAU 4
Prévalence des épisodes dépressifs majeurs actuels et du trouble anxieux généralisé chez
les victimes de violences ayant entraîné un dommage au moment de l'enquête (en %)
Épisodes dépressifs
majeurs
Trouble anxieux
généralisé
Victimes de violences verbales
19
20
Victimes de violences physiques ou sexuelles
24
17
Victimes de violences morales
24
20
Ensemble de la population
6,4
5,5
Victimes déclarant avoir subi un dommage important
Lecture • D'après les critères du DSM-IV évalués par la version du MINI choisie pour l'enquête, 24 % des victimes de violences physiques
et sexuelles ayant entraîné un dommage présentent un épisode dépressif majeur lors du passage de l'enquêteur.
Champ • Personnes âgés de 18 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire dont, dans l’échantillon, 1 042 victimes de violences ayant
entraîné un dommage.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
5. L’épisode dépressif majeur et le trouble anxieux généralisé ont été définis selon les critères du DSM-IV et sont évalués
par la version du MINI choisie pour l’enquête EVS, qui s’apparente à un diagnostic psychiatrique (voir p. 45).
6. Les enquêtés qui souffrent d’anxiété ou de dépression nerveuse chroniques sont identifiés grâce aux questions « Souffrez-vous d’anxiété (de dépression nerveuse) chronique ? Depuis quelle date ? », contrairement aux enquêtés qui souffrent
de TAG actuels ou d’EDM actuels, qui sont repérées grâce au questionnement MINI, s’apparentant davantage à un diagnostic psychiatrique (voir p. 45).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 95
La parole des victimes après un événement violent
95
Enfin, « toutes choses égales par ailleurs », les victimes de violence vivant seules ont une pro­
babilité plus élevée de présenter les troubles caractéristiques de l’anxiété généralisée ou de
l’EDM que celles qui vivent dans un ménage de deux personnes ou plus. En outre, que ce soit
parce que le travail, par le rôle psychique et social qu’il occupe, est un facteur potentiel d’épa­
nouissement ou parce qu’être en bonne santé psychique favorise l’accession à une activité
professionnelle, les victimes qui occupent un emploi présentent moins souvent un EDM ou un
TAG au moment de l’enquête. Ces résultats corroborent ceux observés sur l’ensemble de la
population (Leroux et Morin, 2006), où l’on constate une plus grande fréquence des épisodes
dépressifs chez les personnes isolées ou n’exerçant pas d’activité professionnelle.
TABLEAU 5
Probabilité pour les victimes de violences interpersonnelles de présenter un épisode
dépressif majeur ou un trouble anxieux généralisé au moment de l'enquête
Présenter un état dépressif majeur
ou un trouble anxieux généralisé
lors de l'enquête
Probabilité de référence
23
Variables étudiées
Écart à la probabilité de référence
Temps avant de parler de la violence subie à quelqu'un
La victime s'est confiée immédiatement
réf.
La victime a attendu quelques jours ou plus ou a révélé l'événement lors de l'enquête
6**
Caractéristiques de l'événement
1
Nature de l'événement violent
Violence verbale (sans violence physique ou sexuelle)*
Violence physique ou sexuelle
Violence psychologique (sans violence verbale, ni violence physique ou sexuelle)
Lieu de l'événement
Domicile de la victime
réf.
-1
11***
réf.
Abords du domicile
-13***
Lieu de travail ou d'études
-11***
Autre lieu
-6*
Présence d'autres personnes
D'autres personnes étaient présentes
réf.
La victime était seule au moment des faits
4
Caractéristique de la victime
Sexe
Femme
réf.
Homme
-3
Âge
Entre 18 et 29 ans
2
Entre 30 et 54 ans
6
Entre 55 et 75 ans
réf.
Diplôme
Niveau brevet des collèges ou de niveau inférieur
réf.
Niveau CAP ou BEP
4
Niveau bac
-2
Niveau supérieur au bac
-1
Troubles psychiques chroniques
Sans anxiété chronique ni dépression nerveuse chronique ayant débuté avant l'année 2003
Troubles dépressifs ou anxiété chronique ayant débuté avant l'année 2003
réf.
37***
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 96
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
96
TABLEAU 5 (SUITE)
Présenter un état dépressif majeur
ou un trouble anxieux généralisé
lors de l'enquête
Environnement social et familial
Taille de la fratrie
Enfant unique ou un frère ou une sœur
Deux frères ou sœurs
Au moins trois frères ou sœurs
-1
5
réf.
Type de ménage
Personnes vivant seules
réf.
Couple sans enfant
-9**
Couple avec enfant
-8**
Famille monoparentale
-9*
Autres ménages
-8*
Taille de l’unité urbaine
Communes rurales et unités urbaines de moins de 5 000 habitants
Unités urbaines de 5 000 à 100 000 habitants
-4
7*
Unités urbaines de plus de 100 000 habitants
réf.
Zone d'habitation
Zone hors zone urbaine sensible
réf.
Zone urbaine sensible
Fréquence des rencontres avec les proches
Au moins une fois par semaine
4
réf.
Une à trois fois par mois
0
Plus rarement
4
Situation professionnelle
Personne n'occupant pas un emploi
réf.
Occupe un emploi
-5*
Note • La situation de référence est celle d’une victime réunissant les caractéristiques suivantes : une femme âgée de 55 à 75 ans, ayant un
diplôme de niveau inférieur au brevet des collèges, n'occupant pas d'emploi, etc. et victime d'une violence verbale, sans violence physique ou
sexuelle, ayant entraîné un dommage important dans les deux ans précédant l'enquête.
Les événements violents rapportés par les enquêtés se sont déroulés dans les deux ans précédant l'enquête. Les troubles psychiques chroniques
déclarés par l'enquêté qui ont débuté avant 2003 sont donc apparus avant la survenue des violences décrites.
1. Pour ce tableau, les événements associant des violences de types différents sont classés de la façon suivante : les événements associant des
violences physiques ou sexuelles et des violences psychologiques ou verbales sont dans la catégorie « violence physique ou sexuelle ». Les événements associant violences psychologiques et violences verbales sont dans la catégorie « violence verbale ».
Lecture • « Toutes choses égales par ailleurs » (la violence est une violence verbale, l'événement s'est passé au domicile de la victime, en présence d'autres personnes, la victime est une femme, etc.), la probabilité de présenter un EDM ou un TAG au moment de l’enquête est de 29 %
(=23+6) lorsque la victime a révélé les faits au bout de quelques jours ou en parlait pour la première fois lors de l'enquête, contre 23 % lorsque la
victime s'est confiée immédiatement.
La différence par rapport à la situation de référence est d’autant plus significative que figure à côté du résultat un nombre élevé d’astérisques
(aucun astérisque : écart non significatif au seuil de 5 % ; * : écart significatif au seuil de 5 % ; ** : écart significatif au seuil de 1 %).
Champ • Victimes d'une violence interpersonnelle dans les deux ans précédant l'enquête, déclarant que cet événement leur a causé un dommage
physique, matériel, professionnel ou psychologique important ou un dommage temporaire ou durable pour leur santé, âgées de 18 à 75 ans
(1 019 observations).
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 97
La parole des victimes après un événement violent
97
Conclusion
Sans préjuger du sens des causalités entre l’exposition aux violences, la parole des victimes et
leur état psychique, les liens qui apparaissent ici montrent l’importance de l’accompagnement et
de l’écoute des victimes. L’enjeu est donc de développer des dispositifs adéquats pour joindre les
personnes qui taisent ou qui révèlent tardivement des faits violents, une population par défini­
tion difficile à atteindre mais que l’enquête EVS permet de mieux identifier. Il s’agit en particulier
des personnes qui ont subi des violences physiques ou sexuelles ou des violences psycholo­
giques, celles pour lesquelles les événements se déroulent dans la sphère privée, ou les victimes
qui ont des contacts sociaux peu fréquents. Une prise en charge adaptée permettrait sans doute
d’améliorer l’état de santé, en particulier psychologique, de ces victimes.
BIBLIOGRAPHIE
Bajos N., Bozon M. et l’équipe de CSF, 2008, « Les violences sexuelles en France : Quand
la parole se libère », Population et sociétés, INED, n°445, septembre.
Bajos N., Bozon M., 2008, « Les agressions sexuelles en France : résignation, réprobation,
révolte », Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, La Découverte,
pp. 381-407.
Bauer A., (sous la dir. de), 2007, La criminalité en France. Rapport de l’Observatoire national de la délinquance, CNRS Éditions, Paris, 573 p.
Cavalin C., 2007, « Les violences subies par les personnes âgées de 18 à 75 ans. Premiers résultats de l’enquête Événements de vie et santé (1/2) », DREES, Études et Résultats, n°598, septembre.
Cavalin C., 2009, « Violences, santé et événements difficiles, situation comparée des
femmes et des hommes » (pp. 55-70) et « Violences sexuelles » (pp. 256-259) in
DREES, La santé des femmes en France, La Documentation française.
Jaspard M., Brown E., Condon S., Fougeyrollas-Schwebel D., Houel A. Lhomond B.,
Maillochon F., Saurel-Cubizolles M.-J., Schiltz M.-A., 2003, Les violences envers les
femmes en France. Une enquête nationale, La Documentation française, 370 p.
Leroux I., Morin T., 2006, « Facteurs de risque des épisodes dépressifs en population
générale », Études et résultats, DREES, n° 545, décembre.
Lanoë J.-P., Makdessi-Raynaud Y., 2005, « L’état de santé en France en 2003. Santé
perçue, morbidité déclarée et recours aux soins à travers l’enquête décennale santé »,
Etudes et Résultats, DREES, n° 436, octobre.
Montaut A., 2010, « Santé et recours aux soins des femmes et des hommes. Premiers résultats de l’enquête Handicap-Santé 2008 », Études et Résultats, DREES, n° 717,
février.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 98
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 99
Les violences sexuelles subies par les femmes :
au-delà des écarts de mesure, des résultats convergents*
Catherine CAVALIN
Depuis 2000, les enquêtes produisent des taux de victimation divers en
matière d’agressions sexuelles : non seulement elles ne couvrent pas toujours
exactement les mêmes types d’agressions, mais leurs protocoles de collecte,
les champs de population qu’elles concernent et les conditions de passation
de leurs questionnaires sont souvent différents. Pourtant, une forte
convergence se dessine pour dresser le portrait des victimes de violences
sexuelles, particulièrement celui des femmes. Elles sont en effet beaucoup
plus exposées que les hommes à ce type de violences, lesquelles surviennent
tôt dans leur vie mais se manifestent également à l’âge adulte. Les violences
sexuelles concernent des femmes de tous milieux sociaux. Ce sont souvent
des violences graves et répétées au sein de leur ménage, commises par leur
conjoint ou ex-conjoint. La répétition des faits sur la durée est également
associée au silence. La parole de la victime, lorsqu’elle advient, semble limiter
le cumul des agressions, ce qui est confirmé, de façon symétrique, par le fait
que des violences répétées dans la durée vont plutôt de pair avec le silence.
* Cet article reprend en grande partie la fiche « Violences sexuelles » publiée dans un ouvrage coordonné par la DREES
et paru en 2009, La santé des femmes, La Documentation française, pp. 254-257.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 100
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
100
E
n 2000, l’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (ENVEFF)
était la première enquête statistique à analyser en détail les violences faites aux
femmes, et notamment les violences sexuelles. Depuis, elle a été relayée par diverses
enquêtes, qui abordent cette thématique en population générale (à la fois chez les femmes
et les hommes) et produisent chacune des taux de victimation différents, tout en ne faisant
pas du domaine des agressions sexuelles leur objet principal. C’est le cas notamment des
enquêtes Événements de vie et santé (EVS) et Contexte de la sexualité en France (CSF), réa­
lisées en 2005­2006, et de l’enquête Cadre de vie et sécurité (CVS) depuis 2007 (voir l’article
p. 17). Au vu des différences de concepts, de champs et de protocoles de collecte de ces dif­
férentes enquêtes, cette étude propose une synthèse des résultats statistiques sur les vio­
lences sexuelles obtenus au cours des dix dernières années en France, en dégageant les
grandes spécificités des femmes qui se déclarent atteintes de ce type de violences.
Les violences sexuelles subies par les femmes :
d’importants écarts de mesure
Sous le qualificatif de « violences sexuelles », la nature des faits retenus dans les question­
naires des enquêtes statistiques peut différer (tableau 1). Selon les cas, figurent ou non les
attouchements (contrainte pour en pratiquer ou en subir), les tentatives de rapports
sexuels forcés et les rapports sexuels forcés (usage de la force, de menaces, de la contrainte
ou de la surprise). D’autres agressions à caractère sexuel peuvent aussi faire l’objet de ques­
tionnements : être contraint(e) à des rapports sexuels avec un tiers ; être contraint(e) à se
déshabiller devant quelqu’un ou être exposé(e) à du voyeurisme ; être confronté(e), contre
TABLEAU 1
•••
Les femmes victimes de violences sexuelles dans cinq enquêtes en population générale
Enquête statistique
Date
Période de référence
de la question posée
Champ de l'enquête
Enquête nationale sur les violences envers les
femmes en France (ENVEFF), IDUP-INED
2000
Vie entière
(moins les 12 derniers mois)
Femmes
de 20 à 59 ans
Baromètre santé, INPES
2005
Vie entière
Hommes et femmes
de 12 à 75 ans
24 derniers mois
Événements de vie et santé (EVS), DREES
Hommes et femmes
de 18 à 75 ans
2005-2006
Vie entière
(moins les 24 derniers mois)
Contexte de la sexualité en France (CSF), INEDINSERM
Cadre de vie et sécurité (CVS), OND-INSEE
2005-2006
Vie entière
Hommes et femmes
de 18 à 69 ans
2007
24 derniers mois
Hommes et femmes
de 18 à 60 ans
* Calcul effectué sur les femmes de 15 à 75 ans. Ce résultat figure parmi les premiers résultats en ligne du Baromètre santé 2005, dans la
synthèse « Les actes de violence physique ».
•••
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 101
Les violences sexuelles subies par les femmes
101
son gré, à une personne qui se déshabille ou exhibe ses organes sexuels ; devoir pratiquer
des gestes sexuels que l’on refuse ; subir un contact physique comme être embrassé(e) de
force, « peloté(e) » (fesses, seins, etc.) ; subir des avances sexuelles insistantes ou devoir
regarder des images pornographiques ; subir des conversations ou des appels téléphoniques
à caractère pornographique. L’ENVEFF, enquête qui couvre la plus large étendue de faits
(Jaspard et al., 2003), a réalisé un effort de synthèse pour comptabiliser ensemble toutes les
violences sexuelles subies par les femmes « dans tous leurs cadres de vie au cours des douze
derniers mois » (ibid, p. 308). Il apparaît ainsi que 3,5 % d’entre elles en ont été victimes. Mais
toute analyse ou comparaison de résultats exige une grande prudence. Car, pas plus que les
autres enquêtes, l’ENVEFF ne permet de connaître toutes ces agressions dans tous leurs
contextes de survenue (violences conjugales, intrafamiliales, lieu de travail, espaces publics,
domicile, etc.) et à toutes époques de la vie (événements récents ou plus lointains dans
l’existence des personnes interrogées). Les atteintes prises en considération varient en effet
d’une « sphère » de vie à l’autre (famille et proches, vie conjugale actuelle, ex­conjoint,
espace public, vie professionnelle, etc.). Par exemple, pour rendre compte des éventuelles
agressions sexuelles survenues au sein de leur relation de couple au moment de l’enquête,
les enquêtées sont interrogées sur deux sujets distincts : d’une part, leur conjoint a­t­il utilisé
la force pour avoir des rapports sexuels avec elles ? D’autre part, leur a­t­il imposé des gestes
sexuels qu’elles refusaient ? Pour savoir si leurs agresseurs potentiels faisaient partie de leur
famille ou de leurs proches, il leur est en revanche demandé si elles ont subi des attouche­
ments sexuels, des rapports sexuels forcés (ou des tentatives) ou si elles ont été contraintes
de se déshabiller.
•••
•••
Nature des violences sexuelles
Attouchements
Tentatives de rapports sexuels forcés
Rapports sexuels forcés
Contraintes à des rapports sexuels avec un tiers
Au moins une de ces quatre agressions sexuelles
Rapports sexuels forcés
% de femmes
victimes
Protocole
de collecte
Nombre
de répondants
5,4
5,7
2,7
0,2
11,0
Téléphone
6 970 femmes
Téléphone
13 182 hommes
et 17 332 femmes
4,1 *
0,4
Attouchements, rapports sexuels forcés ou tentatives
11,0
Rapports sexuels forcés ou tentatives
Attouchements ou rapports sexuels forcés quand l'auteur ne vit pas avec la victime
Attouchements ou rapports sexuels forcés quand l'auteur vit avec la victime
Attouchements ou rapports sexuels forcés, tous auteurs confondus
Viols (définis dans la question comme rapports sexuels forcés)
Viols (définis dans la question comme rapports sexuels forcés) et tentatives de viols
16,0
1,5
0,6
2,0
0,7
1,2
Face-à-face +
question de
rattrapage auto4 328 hommes
administrée par
et 5 625 femmes
ordinateur (méthode
audio-CASI)
Téléphone
5 540 hommes
et 6 824 femmes
Auto-administration
5 309 hommes
par ordinateur
et 6 437 femmes
(méthode audioCASI)
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 102
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
102
Sous­estimation du taux de victimation dans l’enquête EVS ?
Encore moins dicibles que d’autres violences subies, les violences sexuelles requièrent de la
part des concepteurs d’enquête un soin particulier dans les méthodes de collecte et la
manière d’afficher les résultats. Même quand le protocole de collecte est précautionneux et
confidentiel, un risque de sous­déclaration des agressions sexuelles demeure, que les enquê­
tés dissimulent délibérément les situations qu’ils ont vécues ou qu’ils opèrent un « tri » moins
conscient parmi les événements difficiles de leur vie. Pour limiter cet effet d’omission, l’idée
est de favoriser du mieux possible la confiance et le dialogue, par des moyens pratiques et
symboliques mis en œuvre dans les méthodes de collecte. La perception de ce que constitue
une agression sexuelle, notamment si elle est désignée comme « rapports sexuels forcés », est
aussi très certainement mouvante d’un individu à un autre et d’un contexte de survenue à un
autre – d’où la nécessité de libeller les questions de manière concrète (voir l’article p. 53).
Pour illustrer l’influence du protocole de collecte sur les résultats, comparons en premier lieu
certains résultats des enquêtes CVS et EVS. D’après l’enquête CVS réalisée en 2007, 2 % des
femmes de 18 à 60 ans déclarent avoir été victimes d’attouchements ou de rapports sexuels
forcés au cours des deux dernières années. D’après l’enquête EVS réalisée en 2005­2006, 0,6 %
des femmes du même champ ont déclaré avoir été victimes d’attouchements, de rapports
sexuels forcés (ou de tentatives) au cours de la période de référence (les deux années précé­
dant l’enquête). Ainsi, non seulement les résultats diffèrent nettement mais surtout, le chiffre
le plus faible est celui qui recouvre a priori le plus de faits, puisque l’enquête EVS inclut les ten­
tatives de rapports forcés, contrairement à l’enquête CVS. Les écarts sont donc surtout à ana­
lyser au travers des différences de modes de collecte des informations.
Si le taux de victimation obtenu dans l’enquête CVS est plus élevé que celui qu’affiche l’en­
quête EVS, c’est sans doute principalement parce que l’enquête CVS a recueilli les informa­
tions sur les violences sexuelles de manière très confidentielle sur l’ordinateur des enquê­
teurs, sans que ceux­ci soient dépositaires des réponses. Pour l’enquête EVS en revanche, les
réponses ont dans un premier temps été collectées durant l’entretien en face à face avec un
enquêteur : il est donc plus difficile de dire les faits, même à une personne astreinte à la confi­
dentialité, que de cocher des réponses sans « témoin ».
Anticipant ces limites, l’enquête EVS avait tenté de pallier ces difficultés en introduisant une
question de « rattrapage » dans la partie auto­administrée par ordinateur : aux enquêtés qui
avaient d’abord déclaré en face à face n’avoir jamais subi d’attouchements, de rapports
sexuels forcés (ou tentatives), la même question était posée à nouveau en mode auto­admi­
nistré, ce qui permettait à ceux qui n’avaient pas souhaité en parler devant un enquêteur ou
en présence d’une personne du ménage1 de déclarer ces événements de façon plus « proté­
gée ». Cette précaution n’était visiblement pas suffisante. Mais le fait qu’un quart des per­
sonnes ayant déclaré avoir subi une violence de ce type dans les deux ans précédant l’en­
quête2 l’aient fait à l’occasion de cette question plaide en faveur d’une méthode
auto­administrée par ordinateur pour les questions sur les violences sexuelles.
Sensibilité différente des hommes et des femmes au mode de collecte
Le mode de passation du questionnaire (entretien en face à face ou par mode auto­administré
par ordinateur) peut également avoir un impact différencié sur le comportement de réponse des
hommes et des femmes. Pour disposer de résultats statistiquement plus robustes, nous nous
1. Les cas où l’enquêté(e) n’était pas seul(e) c’est-à-dire où, à un moment ou un autre, pour une durée plus ou moins
longue, une autre personne que l’enquêteur était présente pendant l’entretien, représentent 24 % des entretiens.
2. Un quart de répondants supplémentaires grâce à cette question de « rattrapage », parmi les 18-75 ans (champ d’EVS),
et un tiers supplémentaire parmi les femmes de 18 à 60 ans (réduction au champ du résultat « 2 % de victimes » de CVS).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 103
Les violences sexuelles subies par les femmes
103
intéressons ici aux personnes qui se sont déclarées victimes d’attouchements, de rapports
sexuels forcés (ou tentatives) durant leur vie entière (à l’exclusion des deux ans précédant l’en­
quête) : le taux de victimation moyen s’élève alors à 7 % parmi les 18­75 ans (3 % d’hommes et 11 %
de femmes). Ces personnes pouvaient se déclarer victimes de vive voix lors de l’entretien en face
à face ou, lorsqu’elles ne l’avaient pas fait, s’autoriser à une plus grande sincérité dans le ques­
tionnaire auto­administré, en rectifiant la réponse négative donnée précédemment à l’enquê­
teur. Or, selon que l’on inclut ou non les réponses « rattrapées » en mode auto­administré, la
répartition des victimes entre hommes et femmes diffère : les hommes, utilisant davantage que
les femmes leur droit au remords lorsque la question est posée dans le secret d’un protocole plus
confidentiel, voient leur effectif s’accroître davantage que celui des femmes, au sein de l’ensem­
ble des victimes (qui demeurent très majoritairement féminines). Les hommes représentent 13 %
des victimes d’attouchements sexuels, rapports sexuels forcés (ou tentatives) lorsqu’on se limite
à considérer les réponses données dans l’entretien en face à face, alors qu’ils en constituent 21 %
si l’on tient également compte des réponses fournies dans le questionnaire auto­administré sur
les mêmes sujets (tableau 2).
L’hypothèse souvent avancée3, qui pourrait concourir à éclairer un tel résultat, est que les
hommes auraient encore plus de difficultés – donc peut­être plus encore que les femmes – à par­
ler des agressions subies. Autrement dit, les hommes auraient d’autant plus de mal à révéler
avoir subi certaines formes de violences que ce sont celles auxquelles les femmes sont surexpo­
sées ; cela pourrait en effet remettre en cause les formes apprises de masculinité ou de virilité.
Alors que parler à un enquêteur semble de plus en plus facile, à en croire l’évolution récente des
taux de victimation enregistrés, les réponses à la question auto­administrée de l’enquête EVS sur
les attouchements, rapports sexuels forcés et tentatives de rapports forcés suggèrent que les
hommes éprouvent toujours plus de difficultés que les femmes pour parler de ces situations.
Dans le cas des femmes, mais plus encore dans le leur, le choix du protocole de collecte, assurant
une confidentialité renforcée, n’est donc sans doute pas sans conséquence sur les résultats sta­
tistiques obtenus4.
Le taux de victimation augmente en apparence entre 2000 et 2006
Même à populations de référence identiques et protocoles proches, les résultats ne sont pas
toujours strictement comparables. Ainsi l’enquête CSF, réalisée six ans après l’ENVEFF, a suivi
volontairement un protocole très proche de l’ENVEFF, dans un souci de comparabilité : les
TABLEAU 2
Répartition des hommes et des femmes se déclarant victimes d'attouchements sexuels
et de rapports sexuels forcés (ou tentatives) selon le mode d'interrogation
Hommes Femmes Ensemble
Réponses données de vive voix
à l’enquêteur
Réponses données de vive voix
à l’enquêteur ou en mode
auto-administré par ordinateur
13
21
87
79
100
100
Lecture • Interrogés en face à face à propos des attouchements,
rapports sexuels forcés (ou tentatives) subis au cours de leur vie (à
l'exclusion des 24 mois précédant l'enquête), les victimes de ces
événements se répartissent entre hommes et femmes à hauteur de
13 % et 87 % respectivement.
Champ • Personnes âgées de 18 à 75 ans, résidant en France en
ménage ordinaire et ayant subi des attouchements, rapports sexuels
forcés (ou tentatives).
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES,
2005-2006.
3. Voir par exemple : Bajos et Bozon, 2008b, p. 392. Pour une réflexion plus large autour de la masculinité, voir notamment : Dejours, 1998, p. 104-106 et Bourdieu, 2002, p.77-78 (liens entre virilité et violence) ; et par exemple : Welzer-Lang
(sous la dir. de), 2000.
4. Une analyse globale du fonctionnement du questionnaire auto-administré de l’enquête EVS et du comportement des
répondants à ce questionnaire a été réalisée dans cet ouvrage (voir l’article p. 237).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 104
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
104
enquêtes ont toutes deux été conduites par téléphone, avec des questions formulées dans les
mêmes termes (Bajos et Bozon, 2008). Même dans ces conditions proches, en six ans, ces
deux enquêtes enregistrent un doublement du taux de victimation (rapports sexuels forcés
ou tentatives) : d’après l’enquête CSF, 16 % des femmes de 18 à 69 ans se déclarent concernées
par des rapports sexuels forcés (ou tentatives) alors que, dans l’ENVEFF, respectivement 5,7 %
et 2,7 % de femmes de 20 à 59 ans déclarent avoir subi des tentatives de rapports forcés et des
rapports forcés5.
L’augmentation des atteintes déclarées ne se concentre pas sur les années 2000­2006, qui par
définition échappent à l’ENVEFF. La forte hausse du taux de victimation illustre donc, selon
Nathalie Bajos et Michel Bozon, le fait que la parole se libère beaucoup plus volontiers en 2006
que ce n’était le cas six ans plus tôt : « C’est donc essentiellement une plus grande propension
à rapporter des événements de violence dans une enquête scientifique qui rend compte de
l’évolution observée » (Bajos et Bozon, 2008a, p. 3). Cette libération de la parole se manifeste
surtout à propos des rapports sexuels contraints survenus avant l’âge de 18 ans (et plus
encore avant celui de 15 ans). Cette explication illustre, toujours selon ces auteurs, l’impact
majeur de l’ENVEFF sur l’opinion et les pouvoirs publics : depuis la réalisation de cette enquête
auprès des femmes, ces derniers ont en effet diffusé de nombreux messages de prévention
des violences conjugales et mis en place, en mars 2007, un numéro d’appel pour les victimes
de violences conjugales (le « 39 19 »).
L’emplacement des questions sur les violences sexuelles a sans doute aussi contribué à favoriser
la parole en 2006, et peut conduire à nuancer, sans pour autant les remettre en cause, les conclu­
sions précédentes. Ainsi, il n’est pas neutre de répondre à une question sur les violences
sexuelles subies, après avoir longuement répondu à des questions portant sur les pratiques
sexuelles que l’on a eues tout au long de sa vie et, plus largement, sur sa biographie affective et
sexuelle6. La place (tardive dans le questionnaire de l’enquête CSF) du questionnement sur les
violences sexuelles contribue certainement à un taux de victimation plus élevé, comme le sou­
ligne Alice Debauche, lorsqu’elle compare les questions sur les rapports sexuels forcés dans l’EN­
VEFF et dans l’enquête Analyse du comportement sexuel des Français (ACSF) de 1992 (qui avait
précédé l’enquête CSF). Selon elle, ces enquêtes développent une méthodologie voisine, mais
elles diffèrent par les thèmes centraux abordés (violences d’un côté, comportements sexuels de
l’autre) et les conditions dans lesquelles sont livrées les réponses (Debauche, 2007, p. 86). Cet
exemple illustre donc la grande difficulté de raisonner à référence strictement identique.
Au-delà des divergences, un portrait convergent des victimes
de violences sexuelles se dessine
Les femmes surexposées aux violences sexuelles
D’après l’enquête EVS de 2005­2006, 7 % des personnes âgées de 18 à 75 ans déclarent avoir subi
des attouchements, des rapports sexuels forcés et des tentatives de rapports forcés tout au long
de leur vie (11 % des femmes et 3 % des hommes). Cette surexposition des femmes s’observe aussi
bien pour les violences commises par une personne résidant habituellement avec la victime que
pour celles commises par une personne extérieure au ménage, comme le montre l’enquête CVS
5. En raisonnant sur le champ des femmes âgées de 20 à 59 ans, « avoir subi au moins un rapport sexuel forcé (ou une
tentative) » (pour la vie entière dans l’enquête CSF, pour la même période de référence à l’exception des 12 derniers mois
pour l’ENVEFF) concerne 7 % de femmes dans l’ENVEFF et 17 % dans l’enquête CSF.
6. On retrouve ici l’effet de halo mis en évidence dans une autre étude de cet ouvrage (voir l’article sur l’influence du mode
de collecte sur la mesure des prévalences de consommation de substances psychoactives, p. 261).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 105
Les violences sexuelles subies par les femmes
105
(tableau 3)7. Elle est encore plus marquée pour les viols. Les femmes représentent ainsi la totalité
des victimes de viols âgées de 18 à 60 ans repérées par l’enquête CVS pour les années 2005 et
2006 : environ 130 000 femmes déclarent avoir été violées, soit plus d’un quart des victimes de
l’ensemble des violences sexuelles mesurées dans cette enquête (Bauer, 2007).
TABLEAU 3
Répartition des hommes et des femmes victimes d'attouchements ou de rapports sexuels
forcés selon la proximité avec l'auteur des violences
Victime
masculine
Victime
féminine
L'auteur des faits ne réside pas
au sein du ménage
89 000
262 000
L'auteur des faits réside
au sein du ménage
27 000
114 000
116 000
356 000
Victimes de violences sexuelles
tous auteurs confondus
Lecture • 262 000 femmes de 18 à 60 ans se déclarent victimes d'attouchements et rapports sexuels forcés émanant d'un auteur qui ne réside
pas dans leur ménage, pour les années 2005 et 2006. Alors que les
hommes victimes se répartissent en deux groupes totalement distincts,
selon que l'auteur des violences sexuelles réside ou non avec la victime
(116 000 = 89 000+ 27 000), 20 000 femmes déclarent avoir subi des violences sexuelles provenant à la fois d'agresseurs intérieurs et extérieurs
à leur ménage (356 000 < 262 000 + 114 000).
Champ • Personnes qui se déclarent victimes d’attouchements ou de rapports sexuels forcés, âgées de 18 à 60 ans et résidant en ménage ordinaire. Années 2005-2006.
Sources • Enquête Cadre de vie et sécurité 2007, OND-INSEE (d'après le
rapport annuel 2007 de l'OND, p. 37), questionnaires individuels.
Des atteintes sexuelles précoces
Dans l’enquête EVS, il apparaît très nettement que, comme les violences physiques à caractère
non sexuel, les violences sexuelles surviennent très tôt au cours de la vie. Ces résultats conver­
gent avec ceux de l’ENVEFF (Jaspard et al., 2003) et de l’enquête CSF (Bajos et Bozon, 2008a).
Un tiers des femmes qui déclarent avoir subi des attouchements ou rapports sexuels forcés (ou
tentatives) ont été exposées à ces violences avant d’avoir atteint l’âge de 11 ans (graphique 1).
Les hommes sont beaucoup moins nombreux à se déclarer victimes de ce type de violences,
mais ils sont aussi concernés très tôt, dans des proportions identiques. Alors que l’adolescence
se présente, pour les filles et les garçons, comme la période d’exposition la plus forte, la part
des personnes subissant des violences à l’âge adulte est plus forte pour les femmes que pour
les hommes : un tiers des femmes victimes de violences sexuelles ont subi ce type de violences
au moins une fois à l’âge de 20 ans ou plus, contre un homme victime sur cinq.
GRAPHIQUE 1
La survenue des violences sexuelles (attouchements, tentatives et rapports sexuels forcés)
au cours de la vie
Lecture • 31% des personnes déclarant avoir subi des attouchements, tentatives ou rapports sexuels forcés sur le cours entier de
leur vie (à l'exclusion des 24 derniers mois) ont été exposées à ces
violences pendant l'enfance (0-10 ans), 48% y ont été exposées
entre 11 et 19 ans et 31% à l'âge de 20 ans ou plus tard. Le total est
supérieur à 100%, du fait de l'existence de personnes ayant subi ces
violences à deux voire trois périodes de leur vie : 12% des femmes
et 5 % des hommes victimes ont ainsi subi des violences à plusieurs
périodes de leur vie, en cumulant des violences sexuelles subies le
plus souvent à l'enfance et à l'adolescence..
À 20 ans ou plus
Femmes
Hommes
Entre 11 et 19 ans
Femmes
Hommes
Entre 0 et 10 ans
Champ • Personnes qui se déclarent victimes d'attouchements, tentatives et rapports sexuels forcés, âgées de 18 à 75 ans et résidant
en France en ménage ordinaire.
Femmes
Hommes
0%
10 %
20 %
30 %
40 %
50 %
60 %
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES,
2005-2006.
7. La surexposition féminine aux violences sexuelles est encore confirmée par la toute dernière édition de l’enquête CVS :
si le taux des victimes âgées de 18 à 75 ans baisse significativement par rapport à 2006-2007, c’est en raison d’une baisse
constatée pour les hommes, le nombre de femmes se déclarant victimes étant dans le même temps orienté à la hausse
(Bauer, 2009, p. 19).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 106
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
106
Des violences sexuelles dans tous les groupes sociaux
De ces différentes enquêtes, il ressort que les violences sexuelles faites aux femmes et aux
hommes touchent globalement toutes les catégories sociales. Les violences sexuelles doivent
être mises en regard de la biographie affective et sexuelle des individus plutôt que de leur
milieu social. C’est en effet en ce sens que l’on peut également interpréter le résultat de l’en­
quête EVS selon lequel, « toutes choses égales par ailleurs »8, le nombre de conjoints avec les­
quels la personne a vécu au cours de sa vie exerce pour les femmes un effet aggravant sur la
probabilité d’avoir subi des agressions sexuelles. Le contexte des relations de couple apparaît
comme un cadre où les femmes sont particulièrement exposées à ce type de violences, par
rapport aux hommes. Pour ces derniers, ce n’est qu’à partir de trois conjoint(e)s ou plus au
cours de la vie que le risque d’être surexposé à des violences sexuelles est accru. Pour les
femmes, avoir eu deux conjoints ou trois ou plus exerce un effet aggravant, et dans de plus
fortes proportions que pour les hommes.
Toujours dans la perspective de la biographie affective et sexuelle des personnes, l’enquête
CSF (Bajos et Bozon, 2008a) et l’ENVEFF (Jaspard et al., 2003) montrent que l’attirance et les
pratiques homosexuelles déclarées sont fréquemment associées au fait d’avoir subi des vio­
lences sexuelles. Cette corrélation ne reçoit toutefois pas d’explication évidente : on ne peut
dire si des violences ont été exercées dans le cadre de ces relations ou non, si certains des évé­
nements violents sont en rapport avec de l’homophobie, ni connaître les cas dans lesquels,
après des violences sexuelles précoces au cours de la vie, les personnes ont pu s’orienter vers
une sexualité homosexuelle.
L’auteur des violences sexuelles : souvent un homme proche de la victime
Dans la quasi­totalité des cas, les violences sexuelles sont commises par des hommes. Les
agresseurs sont en outre le plus souvent des personnes seules : c’est le cas pour 92% des
femmes et 95% des hommes âgées de 18 à 69 ans qui déclarent avoir subi des violences
sexuelles dans l’enquête CSF.
Les différentes sources s’accordent aussi à établir que les auteurs de violences sexuelles sont
rarement inconnus de leurs victimes avant les faits : c’est le cas pour 17% des femmes et
hommes âgées de 18 à 69 ans qui se déclarent victimes de telles violences dans l’enquête CSF
(Bajos et Bozon, 2008a), et pour moins d’un quart des femmes âgées de 20 à 59 ans qui se
déclarent victimes dans l’ENVEFF. Lorsqu’il s’agit d’agresseurs connus, les femmes sont
davantage victimes de membres de leur entourage proche (père, beau­père, conjoint, parte­
naire, autres personnes de la famille, ami ou copain) que les hommes. En outre, selon l’Obser­
vatoire national de la délinquance (Bauer, 2007), les femmes qui se déclarent victimes d’agres­
sions sexuelles de la part d’un membre de leur ménage en 2005 et 2006 sont plus souvent
violées que lorsque l’auteur des faits ne réside pas avec elles. Ces atteintes doivent en particu­
lier être lues sous l’angle de la violence dans la relation de couple. En effet, 57% des femmes
de 18 à 60 ans déclarant avoir subi des violences physiques ou sexuelles de la part d’un agres­
seur résidant dans leur foyer désignent leur conjoint comme auteur principal ou unique de
l’ensemble des atteintes. Violences physiques et sexuelles confondues, 2,6% des femmes de 18
à 60 ans vivant en couple ont subi en 2005­2006 de tels actes émanant de leur conjoint. Plus
souvent victimes que les hommes de violences physiques ou sexuelles exercées par une per­
sonne corésidente et de manière plus répétée, les femmes font état de conséquences plus
8. Raisonnement à âge, niveau de diplôme le plus élevé obtenu, lien à la migration, situation par rapport au travail, type
de ménage, niveau de revenu par unité de consommation donnés.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 107
Les violences sexuelles subies par les femmes
107
graves en matière de santé. En 2005 et 2006, 48 % des femmes qui ont subi des violences phy­
siques ou sexuelles dont l’auteur est le conjoint, déclarent des blessures, contre 10 % des
hommes (Bauer, 2007).
Au­delà de ces effets directs et immédiats sur la santé, la probabilité de réaliser au moins une
tentative de suicide au cours de sa vie est fortement accrue lorsque l’on a subi des rapports
sexuels forcés (ou tentatives) ou des attouchements. Selon l’enquête EVS, 5 % des personnes
âgées de 18 à 75 ans déclarent avoir réalisé au moins une tentative de suicide, alors que 21 %
des femmes et 11 % des hommes victimes de ces atteintes sont dans ce cas9.
Les femmes, surtout les plus jeunes, parlent plus que les hommes,
mais la parole reste difficile
L’ENVEFF établit que la moitié des femmes de 20 à 59 ans qui déclarent avoir été victimes d’at­
touchements ou de rapports sexuels forcés (ou tentatives) au cours de leur vie (à l’exclusion
des douze mois précédant l’enquête) n’en ont jamais parlé avant d’être interrogées à ce sujet
dans l’enquête. Le viol apparaît comme l’agression la moins dicible : dans 57 % des cas, la per­
sonne qui en a été victime se tait. L’identité de l’agresseur influe aussi fortement sur la parole
de la victime, les cas où il s’agit d’un membre de la famille ou du conjoint apparaissant comme
les plus difficiles à dévoiler (Tournyol du Clos et Le Jeannic, 2008).
L’enquête CSF obtient des résultats assez proches de ceux de l’ENVEFF. La moitié seulement des
femmes et des hommes âgés de 18 à 69 ans qui ont subi des rapports sexuels forcés (ou tenta­
tives) ont révélé ces faits à un tiers : 46 % des femmes et 62 % des hommes interrogés en parlaient
pour la première fois à l’occasion de l’enquête (Bajos et Bozon, 2008a). Le silence pesant sur les
agressions commises par les membres de la famille et pendant l’enfance semble reculer par rap­
port à ce qui prévalait à la date de réalisation de l’ENVEFF (2000). Et si les femmes parlent plus
souvent que les hommes des événements vécus, avant d’être sollicitées pour l’enquête, ce sont
surtout les plus jeunes qui brisent le silence : 71 % des femmes de 18 à 24 ans victimes de rapports
sexuels forcés (ou tentatives) en ont parlé contre 44 % des hommes du même âge. Il faut veiller
ici à différencier deux types de dévoilement, en rappelant que, lorsqu’une personne révèle ce
qu’elle a vécu, dans le cadre public mais anonyme d’une enquête statistique, il s’agit d’un acte
très différent de celui qui consiste à pouvoir « parler » (à l’entourage, aux soignants, aux services
de police ou de justice). Les progrès les plus sensibles sont sans doute aujourd’hui ceux des
déclarations recueillies dans les enquêtes, puisque seulement 7,6 % des femmes de 18 à 60 ans
qui ont subi des violences physiques ou sexuelles de la part de leur conjoint ont porté plainte en
2005 et 2006 ; 90 % de ces victimes n’effectuent aucun signalement à la police ou la gendarmerie
(Bauer, 2007)10. Il reste donc encore pas mal de chemin à faire pour que la parole, enfin plus libre,
permette d’éviter l’enfermement des victimes.
9. Les écarts de fréquence des tentatives de suicide résistent à une analyse « toutes choses égales par ailleurs ».
10. À propos des recours que trouvent ou non les personnes victimes de violences par le dévoilement à autrui des faits
survenus, voir l’article p. 85.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 108
Partie 2 - Profils et comportements des personnes qui subissent des violences
108
BIBLIOGRAPHIE
Bajos N., Bozon M., 2008a, « Les violences sexuelles en France : quand la parole se
libère », Population & Sociétés, INED, n°445, mai.
Bajos N., Bozon M., 2008b, Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et
santé, La Découverte, p.381-407.
Bauer A. (sous la dir. de ), 2009, La criminalité en France. Rapport de l’Observatoire national de la délinquance (OND), CNRS Éditions, 710 p.
Bauer A. (sous la dir. de ), 2007, La criminalité en France. Rapport de l’Observatoire national de la délinquance (OND), CNRS Éditions, 573 p.
Beck F., Guilbert P. Gautier A., 2007, Baromètre Santé 2005. Attitudes et comportements
de santé, INPES, 608 p.
Bourdieu P., 2002, La domination masculine, Le Seuil (édition augmentée d’une préface),
182 p.
Cavalin C., 2007, « Les violences subies par les personnes âgées de 18 à 75 ans. Premiers résultats de l’enquête Événements de vie et santé », Études et Résultats,
DREES, n°598, septembre, 8 p.
Debauche A., 2007, « Enquêter sur le viol : entre sexualité et violence », in Chetcuti N.,
Jaspard M. (sous la dir. de), Violences envers les femmes. Trois pas en avant deux
pas en arrière, L’Harmattan, p.75-94.
Dejours C., 1998, Souffrance en France : la banalisation de l’injustice sociale, Le Seuil,
197 p.
DREES, « Violences sexuelles », La santé des femmes, La Documentation française.
Jaspard M., Brown E., Condon S., Fougeyrollas-Schwebel D., Houel A., Lhomond B.,
Maillochon F., Saurel-Cubizolles M.-J., Schiltz M.-A., 2003, Les violences envers
les femmes en France. Une enquête nationale, la Documentation française, 370 p.
Jaspard M. et l’équipe ENVEFF, 2001, « Nommer et compter les violences envers les
femmes : une première enquête nationale en France », Population & Sociétés, INED,
n°364, janvier, 4 p.
Spira A., Bajos N. et groupe ACSF, 1993, Les comportements sexuels en France, La
Documentation française.
Tournyol du Clos L., Le Jeannic T., 2008, « Les violences faites aux femmes », INSEE
Première, INSEE, février, 4 p.
Welzer-Lang D. (sous la dir. de), 2000, Nouvelles approches des hommes et du masculin,
Presses universitaires du Mirail, 376 p.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 109
Partie 3
DES
PARCOURS DE VIE DIFFICILES
:
ÉLÉMENTS D’ANALYSE BIOGRAPHIQUE
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 110
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 111
Exposition aux violences durant l’enfance
et prise en charge par les services sociaux
Emmanuelle GUYAVARCH
Il est aujourd’hui difficile d’estimer le nombre d’enfants en danger car ceux
qui ne bénéficient pas d’une mesure de prise en charge ne sont ni repérés
par les services de protection de l’enfance, ni recensés par un autre
organisme. L’Observatoire national de l’enfance en danger (ONED) estime que,
fin 2007 en France (métropole et DOM), 265 000 enfants de moins de 18 ans
étaient pris en charge par un service de protection de l’enfance, soit 1,9 %
des mineurs. Cette estimation, qui repose sur l’exploitation de plusieurs
sources, reste néanmoins fragile et apporte très peu d’informations
sur les caractéristiques des enfants pris en charge.
Quelques enquêtes statistiques françaises permettent de mieux cerner
les personnes qui ont été victimes de violences durant leur enfance,
mais pas toujours de savoir si elles ont été prises en charge. L’enquête
Événements de vie et santé (EVS), par sa dimension rétrospective, constitue
une précieuse source d’informations, car elle interroge les personnes à la fois
sur les maltraitances subies avant l’âge de 20 ans et sur leur prise en charge
éventuelle (qui ne concernerait que 19 % d’entre elles si l’on s’en tient
aux violences sexuelles répétées avant l’âge de 20 ans). Ces données doivent
néanmoins être interprétées avec prudence, car les violences durant l’enfance
restent probablement sous-déclarées et sujettes à des effets de mémoire
dont les mécanismes ne sont pas tous connus.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 112
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
112
U
ne confusion fréquente tend à faire l’amalgame entre enfants bénéficiant d’une mesure en
protection de l’enfance et enfants en danger. Or, les enfants en danger regroupent deux
types de population bien distincts.
D’une part, il y a ceux qui ont été repérés comme étant en danger et protégés à ce titre par les
services de protection de l’enfance. Cette population d’enfants en danger couvre les mineurs de
moins de 18 ans faisant l’objet d’une décision judiciaire en assistance éducative1 ou d’une presta­
tion de l’aide sociale à l’enfance (ASE)2. Celle­ci repose sur une évaluation3 concluant à une situa­
tion de danger dans le cadre de difficultés d’ordre familial ou d’une défaillance de l’autorité paren­
tale, y compris passagère. Il s’agit non seulement d’enfants exposés à un danger physique réel
(violences physiques, sexuelles) mais également d’enfants dont les familles, de façon ponctuelle
ou structurelle, sont en difficulté (difficultés d’ordres matériel, psychologique, relationnel qui ris­
quent de mettre en danger la santé, la sécurité ou l’éducation des enfants). Il existe ainsi un large
éventail de mesures, allant d’une mesure en milieu ouvert – action éducative en milieu ouvert
(AEMO) ou aide éducative à domicile (AED) – à une séparation de l’enfant d’avec ses parents, de
manière temporaire ou sur un temps plus long, via un placement au sein d’une famille d’accueil
ou d’un établissement de l’aide sociale à l’enfance. Les mesures en milieu ouvert évitent la sépa­
ration en permettant à l’enfant de bénéficier d’un accompagnement par un travailleur social, tout
en ayant la possibilité de demeurer au sein de sa famille.
D’autre part, il ne faut pas oublier l’existence des enfants qui se trouvent en danger au sein de leur
cellule familiale mais qui ne bénéficient d’aucune protection, car leur situation de danger n’a pas
été repérée par les différentes institutions susceptibles d’intervenir en la matière. Il est donc dif­
ficile de se faire une idée de leur nombre (Guyavarch, 2008).
Les seules données disponibles aujourd’hui portent sur les enfants connus par les services de pro­
tection de l’enfance. Même si des études ont permis d’évaluer la sous­estimation du danger dans
certains cas, comme par exemple celui des nourrissons décédés à la suite de violences (Tursz et
Gerbouin­Rérolle, 2008), il n’existe pas de moyens d’information permettant, à un instant donné,
de compter exhaustivement ou de pouvoir estimer statistiquement les effectifs d’enfants actuel­
lement en danger mais non repérés par les services de protection de l’enfance. Dans ce contexte
de (mé)connaissance, une enquête rétrospective en population générale, réalisée auprès
d’adultes, peut donc constituer une appréciable source d’information quantitative sur la fré­
quence des maltraitances non repérées qui ont été subies durant l’enfance dans le cadre familial.
Par cette voie, on peut espérer mieux cerner les violences subies pendant l’enfance, même si ce
n’est qu’a posteriori et malgré les difficultés d’interprétation liées au traitement des déclarations
de personnes ayant atteint l’âge adulte.
Ce chapitre vise à confronter l’information tiré d’une part du matériau statistique existant (en
cours de réforme profonde et présentant encore des angles morts) du côté des enfants pris en
charge et, d’autre part, de l’enquête Événements de vie et santé (EVS) qui interroge des per­
sonnes âgées de 18 à 75 ans à propos de violences auxquelles elles ont pu être exposées depuis
leur naissance.
Le repérage des enfants en danger par les services de protection
de l’enfance : un dispositif statistique encore imparfait
Si elle existe, la connaissance des enfants dont la situation a été repérée est toutefois impar­
faite, tant en ce qui concerne leurs effectifs que leurs caractéristiques.
1. Décision du juge des enfants au regard de l’article 375 du Code civil.
2. Selon l’article L. 221-1 du Code de l’action sociale et des familles, les missions de l’ASE sont attribuées au conseil général.
3. L’article L.223-1 de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance rend cette définition opérationnelle, en rendant
l’évaluation obligatoire avant toute décision de prestation.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 113
Exposition aux violences durant l’enfance et prise en charge par les services sociaux
113
Préalablement à sa première estimation dans ce domaine, l’Observatoire national de l’enfance
en danger (ONED) a recensé les principales sources de données disponibles sur les enfants en
danger. Une dizaine d’entre elles approchent plus ou moins directement le phénomène de
l’enfance en danger en France. Les données proviennent de quatre ministères (en charge de
l’Intérieur, de la Justice, de l’Éducation nationale et de la Santé et des Affaires sociales), du ser­
vice national d’accueil téléphonique pour l’enfance en danger (SNATED) plus connu sous le
nom de « Allô 119 »4 et, jusqu’en 2007, de l’Observatoire décentralisé de l’action sociale (ODAS)
qui publiait des données sur les signalements de danger (ONED, 2005).
Ces données se distinguent selon qu’elles traitent de situations en amont ou en aval d’une
décision de prise en charge : les appels téléphoniques au SNATED et les statistiques sur les
signalements de l’ODAS se situent dans la première catégorie, tandis que les données des
ministères sur les prises en charge se situent dans la seconde.
1,9 % des mineurs pris en charge au titre de la protection de l’enfance :
une estimation fragile
Au 31 décembre 2007, le nombre d’enfants de moins de 18 ans bénéficiant d’au moins une
mesure de protection de l’enfance est estimé à 265 000 pour la France entière, soit 1,9 % des
moins de 18 ans (tableau 1). Mais il ne s’agit que d’une estimation, puisque l’effectif précisé­
ment connu est celui du nombre des mesures de prise en charge (administratives ou judi­
ciaires, d’accueil ou de milieu ouvert) et non celui des enfants. Un même enfant pouvant faire
l’objet de plusieurs mesures, l’ONED estime donc un taux de doubles mesures, en établissant
la part des enfants pris en charge qui bénéficient conjointement d’une mesure d’accueil et
d’une mesure de milieu ouvert (ONED, 2005, 2006, 2007, 2008, 2010 ; Frechon et al., 2009 ;
Marquet et al., 2008)5.
Cette estimation repose sur l’exploitation des données issues de la DREES et de la Direction de
la protection judiciaire de la jeunesse (DPJJ) : chaque année, la DREES publie un rapport sur les
bénéficiaires de l’aide sociale départementale (Bailleau et Trespeux, 2009), tandis que la DPJJ
transmet à l’ONED les données sur les mesures judiciaires. Ces sources de données, ainsi que
la méthodologie utilisée et les limites liées à l’estimation proposée annuellement, sont expo­
sées en détail dans les rapports annuels de l’ONED6.
La fragilité de l’estimation, du fait de l’exploitation de différentes sources, ne permet pas
d’établir de véritables conclusions quant à une réelle évolution du nombre de prises en charge.
TABLEAU 1
Évolution du nombre et de la part des mineurs pris en charge en protection de l'enfance
au 31 décembre
Nombre de mesures
Nombre d'enfants pris en charge
2003
2004
2005
2006
2007
Lecture • 1,86 % des enfants âgés de moins de
264 838 270 078 272 812 277 013 280 112 18 ans bénéficient d’une prise en charge en pro244 648 253 730 261 485 265 913 265 061 tection de l’enfance au 31 décembre 2007.
Proportion d'enfants pris en charge…
1,73 %
1,79 %
1,85 %
1,88 %
... uniquement en accueil
0,75 %
0,78 %
0,82 %
0,83 %
... uniquement en milieu ouvert
0,84 %
0,90 %
0,95 %
0,97 %
... avec une double mesure
0,14 %
0,12 %
0,08 %
0,08 %
1,86 % Champ • France entière, enfants de moins de
18 ans.
0,81 %
0,95 % Sources • Estimations réalisées par l’ONED, à
partir des données recueillies par la DREES et
0,11 % la DPJJ sur le nombre de mesures.
4. Ce service fait partie du groupement d’intérêt public enfance en danger (GIPED), formé par le SNATED et l’ONED.
5. Ayant pour mission de « mieux connaître le champ de l’enfance en danger pour mieux prévenir et mieux traiter »,
l’ONED, créé en 2004, publie chaque année un rapport où figure l’estimation actualisée du nombre et de la part d’enfants
et de jeunes majeurs bénéficiant d’une mesure de protection de l’enfance. Cette estimation repose sur des données agrégées concernant des mesures de prise en charge administratives ou judiciaires.
6. ONED, Rapports annuels 2005 à 2010.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 114
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
114
En particulier, la légère baisse du nombre et de la part des mineurs bénéficiant d’une mesure
de prise en charge entre 2006 et 2007 nécessite d’être confirmée dans les années à venir.
Outre le problème lié aux effectifs eux­mêmes, cette estimation apporte très peu d’informa­
tions sur les caractéristiques des enfants pris en charge : quel âge ont­ils ? Y a­t­il parmi eux plus
de garçons que de filles ? De quels milieux socio­économiques sont­ils issus ? Quelle est la struc­
ture de leur famille ? Quels ont été leurs parcours ? Les motifs de leur prise en charge, la durée
des mesures dont ils bénéficient, ainsi que leur âge moyen au moment de leur première et der­
nière mesures de prise en charge sont également inconnus. A fortiori, il est impossible de
savoir si le sexe et l’âge de l’enfant d’une part, les caractéristiques de son entourage d’autre
part, ont une influence sur la nature de la prise en charge (placement en famille d’accueil, en
établissement ou mesure en milieu ouvert). Quelques analyses peuvent être réalisées, à condi­
tion de s’en tenir à un découpage fondé sur des classes d’âge très larges, mais aucune informa­
tion fine permettant de croiser ces informations avec d’autres n’est accessible.
Vers un meilleur suivi des parcours des enfants tout au long de leur prise en charge
Pour pallier toutes ces insuffisances, l’ONED détaillait jusqu’en 2007 les lacunes à combler pour
que l’on puisse disposer de données nationales. Des études réalisées au niveau local, en particu­
lier, permettaient alors de faire apparaître la très grande diversité de l’information produite à cet
échelon et, de là, l’impossibilité de réaliser une analyse nationale homogène et complète.
La loi n° 2007­293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance va dans le sens d’une
meilleure connaissance statistique des situations d’enfants en danger. Cette loi modifie notam­
ment l’article L 226­3 du Code de l’action sociale et des familles7, en stipulant que le conseil
général (sous la responsabilité de son président) est chargé, via sa cellule de recueil des infor­
mations préoccupantes8, de collecter, traiter et évaluer les informations préoccupantes rela­
tives aux mineurs en danger ou qui risquent de l’être, et ce quel que soit le moment de produc­
tion et l’origine de l’information. Cet article précise par ailleurs que les informations collectées
seront transmises sous forme anonyme à l’Observatoire départemental de la protection de
l’enfance (art. L. 226­3­1) et à l’ONED (art. L. 226­6). La nature et les modalités de transmission
de ces informations sont fixées par décret. Cette réforme va donc dans le sens d’une observa­
tion individuelle, centrée sur l’enfant, dans le but de mieux connaître le nombre d’enfants pris
en charge (en stock comme en flux), de même que leurs caractéristiques (âge exact, durée de
prise en charge, contexte socio­économique et familial).
Le décret d’application, publié au Journal Officiel du 27 décembre 2008, a pour objectif premier
de « contribuer à la connaissance de la population des mineurs en danger » et « d’analyser la
cohérence et la continuité des actions mises en œuvre au bénéfice des personnes concer­
nées ». Ce décret présente les modalités de transmission des données chiffrées départemen­
tales : ces dernières remonteront de manière anonymisée, afin de préserver et respecter l’iden­
tité des personnes ; individuelles, ces données retraceront les caractéristiques de chacun des
enfants et de sa famille ; longitudinales, elles permettront d’étudier le parcours de ces enfants
tout au long de leur prise en charge, et notamment d’analyser la succession des mesures mises
en œuvre pour un même enfant.
Cette transmission de données anonymisées, individuelles et longitudinales, répond à plusieurs
objectifs. Outre une meilleure connaissance des enfants en danger (ou qui risquent de l’être) et de
leurs parcours de prise en charge, elle doit aussi permettre de mieux appréhender les besoins de
protection et, pour aller plus loin, les besoins de prévention au niveau national et départemental.
7. Article 12 de la loi nº 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance.
8. Créée dans chaque département par l’article L. 226-3 du Code de l’action sociale et des familles (article 12 de la loi 5
mars 2007).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 115
Exposition aux violences durant l’enfance et prise en charge par les services sociaux
115
Par ailleurs, cette transmission de données doit contribuer à mieux connaître l’activité des cel­
lules départementales et des services de protection de l’enfance. Celle­ci est relativement bien
connue en ce qui concerne les mesures de prise en charge. Mais elle l’est beaucoup moins dans
le domaine du travail opéré en amont, notamment pour ce qui relève des informations dites
préoccupantes ou des évaluations préalables à la mise en œuvre d’une mesure.
Enfin, le dernier objectif est de contribuer à l’harmonisation des connaissances pour développer
une analyse nationale de la situation et des comparaisons entre observatoires départementaux.
Il s’agit donc non seulement de recueillir des connaissances utiles à l’élaboration des politiques
nationales, mais aussi d’informer chaque département de l’efficacité des actions mises en œuvre
par ses homologues, pour qu’ils les mettent en place à leur tour au niveau local.
Combler toutes ces lacunes sera précieux, mais il n’en reste pas moins que seuls les enfants
déjà repérés comme étant en danger, et alors pris en charge, seront mieux connus : l’enfance
en danger, mieux cernée dans sa composition, son évolution et les mesures dont elle bénéficie
se limitera encore à la population prise en charge, sans estimation possible du nombre et des
caractéristiques présumées des enfants qui, en situation de danger, échappent aux dispositifs
administratifs de protection. Cette omission, persistante malgré l’amélioration en cours (déjà
considérable et tant attendue) du dispositif statistique associé à la protection de l’enfance,
pose évidemment problème pour définir efficacement des instruments de prévention des
situations de danger.
Les violences non repérées par les services
de protection de l’enfance
Pour mieux cerner la population des enfants en danger, on peut se tourner vers plusieurs
enquêtes statistiques françaises, qui fournissent une mesure de la population déclarant
avoir été victime de violences durant l’enfance, dans le cadre familial (encadré). Si chacune
de ces enquêtes apporte des éléments intéressants et participe à l’amélioration de la
connaissance des conditions de vie durant l’enfance, aucune ne permet cependant de répon­
dre précisément à la question du nombre d’enfants en danger non repérés par les services
de protection de l’enfance : ainsi, certaines enquêtes ne portent que sur la population fémi­
nine, voire une population féminine localement définie (Enquête nationale sur les violences
envers les femmes en France – ENVEFF, Enquête sur les comportements sexistes et les vio­
lences envers les filles – CSVF) ; l’Enquête Contexte de la sexualité en France (CSF), pour sa
part, s’intéresse exclusivement aux violences sexuelles, en accord avec le reste de la théma­
tique générale de l’enquête ; autre exemple, la question des violences subies n’est pas tou­
jours complétée par une question sur l’auteur de ces violences (enquête Santé, inégalités,
ruptures sociales – SIRS).
Par ailleurs, ces sources permettent souvent difficilement de croiser les informations sur les
violences subies avec celles qui renseignent sur une éventuelle prise en charge liée à ces vio­
lences. En d’autres termes, ces enquêtes permettent bien de repérer certaines populations
exposées à certains types de violences durant l’enfance, mais pas souvent ou pas complète­
ment de savoir si les personnes qui déclarent avoir été victimes dans leur jeune âge ont été
repérées comme telles.
La question du « chiffre noir » demeure donc d’actualité puisque, s’il est possible d’interroger
la population adulte sur le vécu durant l’enfance9, il est plus difficile d’interroger les enfants
9. Avec le biais lié à la mémoire que ces enquêtes impliquent ou, du moins, l’inévitable part de subjectivité, vraie pour des
événements récents, et que modifie encore le temps qui a passé.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 116
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
116
qui pourraient aujourd’hui être victimes : les enquêtes auprès d’enfants nécessitent une
méthodologie et des autorisations spécifiques. Sans résoudre le problème, l’enquête EVS
apporte des éléments de connaissance qui ne se trouvent dans aucune des sources précédem­
ment évoquées.
ENCADRÉ
Les enquêtes statistiques françaises en population générale qui abordent
les conditions de vie durant l’enfance1
L’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (ENVEFF, 2000)
Cette enquête réalisée par téléphone en 2000 a permis d’interroger 6 970 femmes âgées de 20 à 59
ans (résidant en métropole, hors institution). Seules les agressions sexuelles sont abordées pour la
période de la vie de l’enquêtée qui remonte jusqu’à l’enfance. Pour chacun des faits déclarés, sont enregistrés l’âge de la victime, les auteurs, les circonstances, les recours judiciaires et les conséquences,
notamment à propos d’une éventuelle prise en charge en protection de l’enfance ou en assistance éducative (Jaspard et al., 2003). Dans cette enquête, 4 % des femmes interrogées déclarent avoir subi des
violences sexuelles avant l’âge de 15 ans, et pour une grande majorité d’entre elles, l’auteur était un
membre de l’entourage.
À la suite de l’ENVEFF, d’autres enquêtes similaires ont été réalisées, à plus petite échelle et sur des
sous-populations. Par exemple, l’enquête sur les comportements sexistes et les violences envers les
filles (CSVF), réalisée par l’Observatoire des violences envers les femmes en Seine-Saint-Denis entre
fin 2006 et début 2007, s’est intéressée aux violences subies par les jeunes filles âgées de 18 à 21 ans
travaillant, résidant ou étudiant dans ce département francilien.
L’enquête Contexte de la sexualité en France (CSF, 2005-2006)
À l’initiative de l’ANRS (Agence nationale de recherche sur le sida), l’enquête CSF a été menée par l’INSERM et l’INED en 2005-2006 par téléphone, auprès de 6 824 femmes et 5 540 hommes âgés de 18
à 69 ans. Un module du questionnaire porte sur les agressions sexuelles, toutes périodes de la vie
confondues, et permet de faire le lien avec les résultats issus de l’enquête ENVEFF, réalisée six ans
auparavant.
D’après cette enquête2, 8,8 % des femmes et 2,8 % des hommes interrogés déclarent avoir subi au
moins un rapport ou une tentative de rapport sexuel forcé avant l’âge de 18 ans (contre respectivement
7,4 % et 1,6 % après l’âge de 18 ans). Ces violences durant l’enfance et l’adolescence sont souvent
liées aux univers de socialisation (famille, école, groupe de pairs). Parmi les femmes de plus de 40 ans
déclarant au moins une violence sexuelle avant l’âge de 18 ans, 27 % incriminent directement leur père,
beau-père ou une personne de la famille et 31 % d’autres personnes connues d’elles.
Selon les générations, la propension à parler de ces agressions sexuelles (en dehors de l’enquête ellemême) varie assez largement. Quel que soit l’âge auquel les violences ont eu lieu, seules 33 % des
femmes âgées de 60 à 69 ans déclarent en avoir parlé avant l’enquête, contre 71 % des femmes âgées
de 18 à 24 ans. Pour les auteurs de l’enquête, ces variations s’expliquent essentiellement par une modification de la sensibilité, sans doute liée aux campagnes d’information et à l’inscription de la violence
contre les femmes dans l’agenda politique, dont l’ENVEFF aurait constitué le principal et méritoire vecteur.
Le fait de parler ou non des violences subies varie fortement selon l’auteur des violences. Ainsi, seules
40 % des femmes déclarent ces agressions lorsque l’auteur est un ami ou un conjoint, mais 78 % se
confient lorsqu’il s’agit d’un père ou d’un beau-père, 62 % lorsqu’il s’agit d’une autre personne de la
famille. Ces résultats diffèrent sensiblement de ceux de l’ENVEFF, dans laquelle les victimes déclaraient
•••
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 117
Exposition aux violences durant l’enfance et prise en charge par les services sociaux
117
•••
que le viol par un père, beau-père ou un autre homme de la parenté était une des agressions sexuelles
les plus difficiles à révéler.
Entre les deux enquêtes, la propension à parler des violences sexuelles augmente donc fortement, tandis que le nombre de plaintes enregistrées est resté stable. Les résultats confirment, selon les auteurs
de l’enquête CSF, qu’il ne s’agit pas d’une augmentation des agressions mais plutôt d’une libération de
la parole (au moins en situation d’enquête, à défaut d’une libération auprès de tous les interlocuteurs,
notamment des services de police ou de justice).
Enfin, si d’une enquête à l’autre les déclarations augmentent beaucoup, quel que soit l’âge au moment
de l’agression, c’est dans le groupe des femmes âgées de moins de 15 ans au moment des faits que
cette évolution à la hausse est la plus marquée. Cette augmentation concerne les violences intrafamiliales puisque, dans ces âges les plus jeunes, le cadre intrafamilial de la victimation occupe une large
part. À champ d’enquêtées identique (femmes de 20 à 59 ans, qui constituent le champ de l’ENVEFF,
plus étroit que celui de CSF), les tentatives de rapports sexuels forcés dont l’auteur déclaré est le père
ou le beau-père sont 6,8 fois plus fréquentes et les rapports sexuels forcés 4,1 fois plus fréquents dans
l’enquête CSF que dans l’ENVEFF. Lorsqu’il s’agit d’un autre homme de la parenté, l’accroissement se
fait, pour ces deux types d’agressions, respectivement dans des rapports de 2,5 à 1 et de 3,9 à 1 (Bajos
et Bozon, 2008).
L’enquête « Santé, inégalités, ruptures sociales » (SIRS, 2005-)
Cette enquête, réalisée par l’INSERM et le CNRS, porte sur une cohorte de 3 000 ménages d’Île-deFrance suivis depuis 2005 (enquête à domicile à l’automne 2005 et à l’automne 2009, entretien téléphonique au printemps 2007). L’objectif est d’étudier les facteurs sociaux de la santé et le recours aux soins.
L’un des modules de cette enquête porte sur l’enfance et la jeunesse des personnes enquêtées, avec
notamment des questions sur le lieu et l’entourage de résidence, sur la prise en charge en protection
de l’enfance et sur les « événements difficiles » (dont les mauvais traitements subis et les abus sexuels)
vécus avant l’âge de 18 ans. Cette enquête permet donc de comparer trois types de population : les personnes ayant été prises en charge par les services de protection de l’enfance, celles ayant été mises
en danger durant leur minorité sans bénéficier d’une prise en charge, et les personnes ne déclarant ni
situation de danger pendant leur enfance, ni prise en charge liée à ce type de cause3.
L’Enquête longitudinale française durant l’enfance (ELFE, 2010-)
L’Enquête longitudinale française durant l’enfance, dont la gestion est assurée par un groupe d’intérêt
scientifique regroupant l’INED, l’INSERM, l’INSEE, la DREES, la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), l’Institut de veille sanitaire (InVS) et la direction générale de la
santé (DGS), a pour objectif de suivre 20 000 enfants nés dans le courant de l’année 2011, depuis leur
naissance jusqu’à leurs 20 ans. Cette étude constituera une source de données pour analyser le développement de l’enfant, étudier les différents facteurs (familiaux, sociaux, environnementaux, scolaires,
sanitaires, etc.) interagissant tout au long de son parcours, comprendre l’impact des situations vécues
durant l’enfance sur la santé, le développement physique, psychologique, social et professionnel et
observer les éventuelles mesures de prise en charge en protection de l’enfance4.
1. Pour une analyse comparée des méthodes et des résultats de ces enquêtes, voir l’article p. 17.
2. Pour une comparaison des résultats en matière de mesure des violences sexuelles, voir l’article p. 99.
3. Pour en savoir plus, voir la lettre d’information du programme « Santé, inégalités et ruptures sociales », n° 1 et
suivantes.
4. Pour en savoir plus : https://www.elfe.ined.fr/
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 118
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
118
Apports et limites de l’enquête EVS pour l’appréhension de la maltraitance
L’enquête EVS ne présente pas, pour le sujet qui nous intéresse ici, les avantages du suivi
d’une cohorte et se limite à une approche rétrospective des événements par les enquêtés. Elle
contient toutefois des éléments d’information sur un large éventail de violences, toutes
périodes de la vie confondues, et permet de savoir si les personnes interrogées ont fait l’objet
de mesures en protection de l’enfance et, si oui, de quels types de mesure et à quelles
périodes de leur vie.
Les premiers résultats de l’enquête EVS ont montré la précocité des violences subies : parmi
les 11 % de femmes déclarant avoir subi au moins une fois des violences sexuelles, 31 % ont subi
une première atteinte de ce type entre leur naissance et l’âge de dix ans (Cavalin, 2007).
Le module du questionnaire qui détaille les atteintes violentes subies au cours de la vie (à l’ex­
clusion des deux années précédant l’enquête) permet de repérer les personnes déclarant
avoir subi, durant l’enfance (de 0 à 10 ans) ou l’adolescence (de 11 à 19 ans), des violences
sexuelles (attouchements, rapports sexuels forcés ou tentatives) ou d’autres atteintes phy­
siques (gifles, coups, brutalités diverses, etc.), à caractère non sexuel cette fois. Dans ce
module, les répondants peuvent également signaler s’ils ont « souffert d’un grave manque
d’affection » et, si tel est le cas, à quelles périodes de leur vie.
Si l’auteur des différents types de violence n’est pas désigné dans cette partie du question­
naire sur l’enfance ou l’adolescence, il est toutefois possible d’émettre des hypothèses à ce
sujet. En effet, l’une des questions de ce module porte sur la répétition de ces actes de vio­
lence : « Vous ont­ils été imposés de manière durable, c’est­à­dire de façon répétée, pendant
une ou plusieurs périodes ? » dans le cas des violences sexuelles, et « plusieurs fois, très sou­
vent ou de façon presque continue » pour les autres types de violence. On peut supposer que
les violences imposées de manière durable ou répétées étaient plus souvent perpétrées dans
le cadre familial ou par des personnes que l’enfant connaissait. Et à partir du moment où les
parents n’ont pu mettre fin à ces violences, même s’ils n’en sont pas les auteurs, la situation
entre dans le cadre d’intervention de la protection de l’enfance, les parents étant considérés
comme défaillants car ils n’ont pas pu protéger leur enfant en mettant un terme à ces actes
de violence répétés.
Enfin, l’enquête EVS permet de savoir si la personne interrogée a bénéficié d’une prise en
charge durant son enfance (établissement ou structure d’accueil de l’ASE ou de la PJJ, mesure
d’AED ou d’AEMO, famille d’accueil). Au cours de l’entretien, cette question était posée avant
celles qui portent sur l’occurrence des violences, dans le déroulement des éléments de
contexte biographique ; par conséquent, il n’est pas possible de faire directement le lien entre
telle ou telle atteinte violente subie durant l’enfance et une éventuelle mesure de protection
de l’enfance qui découlerait de ces violences. Parmi l’ensemble des enquêtés, la prise en
charge concerne 3,0 % des hommes et 3,5 % des femmes.
L’analyse des violences subies durant l’enfance, à travers les données de l’enquête EVS, se
limitera ici aux personnes enquêtées âgées de 20 ans ou plus. En effet, l’enquête se partageait
entre les événements subis au cours des deux dernières années et ceux subis durant la vie
entière, à l’exception des deux dernières années. Les enquêtés âgés de moins de 20 ans lors
de l’enquête peuvent donc avoir subi des violences durant l’enfance au cours des deux der­
nières années précédant l’enquête. Pour observer les événements durant l’enfance, ces
enquêtés, âgés de moins de 20 ans, ne seront pas considérés dans les analyses suivantes.
Le tableau 2 présente la proportion de personnes déclarant avoir subi des violences de manière
durable avant d’avoir atteint l’âge de 20 ans, selon le type de violence et la prise en charge. Si
on ne peut relier directement une mesure de prise en charge à un évènement violent donné,
on note cependant une proportion beaucoup plus importante de personnes déclarant avoir
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 119
Exposition aux violences durant l’enfance et prise en charge par les services sociaux
119
souffert d’un grave manque d’affection ou avoir subi des violences physiques ou sexuelles parmi
les personnes déclarant avoir été prises en charge par l’ASE ou la PJJ. On peut donc aisément
faire le lien entre les violences et une prise en charge qui en découlerait, hormis dans le cas des
carences affectives qui pourraient être une conséquence et non pas une cause de la prise en
charge, notamment dans le cas où l’enfant aurait été séparé de sa famille pour être placé en éta­
blissement ou en famille d’accueil.
TABLEAU 2
Proportion de personnes déclarant avoir subi des violences de manière durable durant
l’enfance ou l’adolescence, selon le sexe, le type de violence et la prise en charge (en %)
Ensemble des hommes
Hommes ayant bénéficié d’une prise en charge
Grave
Violences Violences
manque
physiques sexuelles
d’affection
11,6 %
15,0 %
0,2 %
49,1 %
31,3 %
16,7 %
8,4 %
0,6 %
2,5 %
57,8 %
28,2 %
13,7 %
Ensemble des femmes
Femmes ayant bénéficié d’une prise en charge
Ensemble
Ensemble ayant bénéficié d’une prise en charge
14,2 %
11,6 %
1,4 %
54,0 %
29,5 %
8,1 %
Lecture • 2,5 % de l’ensemble des femmes âgées de
20 à 75 ans déclarent avoir subi des violences
sexuelles de manière répétée durant l’enfance. 13,7 %
des femmes qui ont été prises en charge par l’ASE ou
la PJJ déclarent avoir subi des violences sexuelles de
manière répétée durant l’enfance.
Champ • Hommes et femmes âgés de 20 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire (hors institutions).
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS),
DREES, 2005-2006.
Si la proportion de personnes déclarant des violences durant l’enfance ou l’adolescence est
plus élevée parmi les personnes ayant bénéficié d’une prise en charge par l’ASE ou la PJJ, il est
également intéressant d’observer le phénomène à l’envers, à savoir : parmi les personnes
ayant souffert de violences durant ces périodes, quelle est la proportion de ceux qui ont béné­
ficié d’une prise en charge (tableau 3) ?
Le lien entre violence vécue et prise en charge est moins évident lorsque l’on interroge unique­
ment les personnes ayant vécu ces violences. En effet, même si les femmes déclarent plus que
les hommes avoir bénéficié d’une prise en charge par l’ASE ou la PJJ, les taux de prise en
charge restent faibles, quel que soit le sexe et quel que soit le type de violence subie. Ainsi par
exemple, moins de 8 % des hommes qui déclarent avoir subi des violences sexuelles de manière
durable pendant l’enfance ont bénéficié d’une mesure de placement ou d’aide en milieu
ouvert.
Les maltraitances de type « grave manque d’affection » et même « violences physiques » sont
difficiles à appréhender dans le cadre d’une recherche sur l’estimation des enfants en danger.
On peut à cet égard rappeler que, dans le questionnaire de l’ENVEFF, la question portant sur
les violences physiques subies avant la dernière année précédant l’enquête n’a finalement
porté que sur la période postérieure aux 18 ans de l’enquêtée, pour éviter de possibles confu­
sions, dans les réponses, entre les « fessées éducatives » et les « vraies » violences physiques.
TABLEAU 3
Proportion de personnes déclarant avoir été prises en charge par l’aide sociale à l’enfance,
parmi celles déclarant avoir subi des violences de manière durable pendant l’enfance
ou l’adolescence (en %)
Grave manque
d’affection
Violences
physiques
Violences
sexuelles
Lecture • 12,5% des hommes déclarant avoir souffert d’un grave manque
d’affection avant l’âge de 20 ans ont bénéficié d’une prise en charge
durant l’enfance.
Hommes
Femmes
12,5
12,7
6,1
12,3
7,8
19,7
Champ • Hommes et femmes âgés de 20 à 75 ans résidant en France en
ménage ordinaire (hors institutions).
Ensemble
12,6
8,5
18,8
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 120
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
120
Lors de la passation du questionnaire de l’enquête EVS, les enquêteurs avaient pour consigne
d’« inviter (l’enquêté­e) à juger lui (elle)­même, subjectivement, s’il (elle) a[vait] subi ou non
ce dont vous lui parlez » 10. Cette consigne accompagnait les efforts réalisés pour que le libellé
des questions décrive des faits ou événements en des termes concrets et illustrés, permettant
ainsi d’objectiver du mieux possible des réponses déterminées de toute façon subjectivement
par les enquêtés11.
L’analyse des croisements entre violences subies, état de santé et événements difficiles émail­
lant le parcours biographique des individus12 montre que les personnes qui disent avoir subi
des atteintes physiques tôt dans leur vie ou qui déclarent avoir gravement manqué d’affection
au cours de certaines époques de leur existence se concentrent dans les groupes qui cumulent
les difficultés (affectives, sociales, économiques, etc.) : ceci laisse à penser que, si subjectives
soient les réponses à des questions portant sur diverses brutalités physiques endurées ou sur
des souffrances psychologiques ressenties parce que l’on a manqué d’affection, les questions
ont tout de même été comprises dans un sens assez « fort ». Autrement dit, il semble que, le
plus souvent, les enquêtés se situent assez loin du registre de la « petite fessée » vite oubliée
ou du chagrin passager, et rapportent un contexte de vie très « chargé ». Même si des précau­
tions ont par conséquent été prises pour que les déclarations recueillies par les enquêteurs
n’attrapent pas le « tout venant » des « petites fessées », qu’il vaut sans doute mieux éviter
d’aborder quand on parle d’enfance en danger, nous avons choisi de centrer notre analyse sur
les agressions sexuelles, en laissant de côté les graves carences affectives et les atteintes phy­
siques qui ont été rapportées. Cela restreint nécessairement la portée du propos, ne serait­ce
que parce que l’effectif de répondants sur lequel il est possible de travailler s’en trouve consi­
dérablement réduit. Mais l’analyse prend le parti de se limiter ici aux atteintes sexuelles
notamment parce qu’il serait plus délicat de catégoriser les autres types de violence dans la
catégorie des enfants en danger sans qu’une évaluation de la situation par un professionnel
de la protection de l’enfance, et donc du rôle des parents, ait été menée.
Plus de 80 % des personnes qui ont subi des violences sexuelles répétées
durant leur enfance n’ont pas été prises en charge
Au total, 0,2 % des hommes (n=1713) et 2,5 % des femmes (n=154) déclarent avoir subi des vio­
lences sexuelles de manière durable avant l’âge de 20 ans. Parmi ces personnes, une très faible
part a été prise en charge par les services de protection de l’enfance : c’est le cas de seulement
8 % des hommes et 20 % des femmes ayant déclaré ces violences. Selon les résultats de l’en­
quête EVS, ce sont donc 0,2 % des hommes et 2,0 % des femmes âgés de 20 à 75 ans en 2005­
2006 qui auraient vécu des violences sexuelles de manière répétée durant l’enfance ou l’ado­
lescence, sans pour autant avoir été repérés comme « en danger » par le système. La
proportion de victimes, qu’elles aient été prises en charge ou non, varie de 1,3 % pour les
enquêtés âgés de plus de 35 ans à 1,7 % chez les moins de 35 ans (graphique 1). De fortes dif­
férences sont observées entre les sexes puisque, chez les femmes, cette proportion varie de
10. Il s’agit d’une des formulations de la consigne « globale » ou « générale » qui était accompagnée, dans les documents
d’appui reçus par les enquêteurs et dans la formation que ceux-ci recevaient, de nombreux cas « pratiques », illustrations
détaillées de mises en situation appuyées sur les problèmes rencontrés lors des étapes de test de l’enquête.
11. Sur ces questions, voir l’article consacré dans cet ouvrage aux problèmes généraux de méthode entourant l’enquête,
p. 53.
12. Voir l’article p. 171.
13. Les résultats indiqués dans l’article sont pondérés, pour représenter l’ensemble de la population. On indique ici la taille
de l’échantillon concerné, pour inciter à la prudence sur l’interprétation des résultats et expliquer pourquoi les données sont
fortement regroupées, faute d’effectifs suffisants pour un détail statistiquement robuste.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 121
Exposition aux violences durant l’enfance et prise en charge par les services sociaux
121
moins de 2,3 % pour la classe d’âge centrale (35­49 ans) à 3 % pour les femmes âgées de 20­34
ans lors de l’enquête. Chez les hommes, les écarts en fonction de l’âge à l’enquête sont plus
faibles (de 0,1 % à 0,4 %), mais les effectifs de personnes déclarant avoir subi des violences
sexuelles de manière répétée avant l’âge de 20 ans sont moins élevés que pour les femmes et
les variations ne sont pas significatives.
GRAPHIQUE 1
Proportion de personnes déclarant avoir subi des violences sexuelles de manière durable
avant l’âge de 20 ans (à l’exclusion des deux ans précédant l’enquête), selon l’existence
ou non d’une prise en charge durant l’enfance
3,5
Ensemble
%
3,5
3,0
3,0
2,5
2,5
2,0
2,0
1,5
1,5
1,0
1,0
0,5
0,5
Femmes
%
0,0
0,0
20-34 ans
pris en charge
35-49 ans
50 ans et plus
non pris en charge
20-34 ans
35-49 ans
prises en charge
50 ans et plus
non prises en charge
Lecture • Parmi les femmes de 20-34 ans, 0,7 % déclarent avoir subi des violences sexuelles avant l’âge de 20 ans de manière répétée et
avoir bénéficié d’une prise en charge en accueil ou en milieu ouvert, et 2,4 % déclarent avoir subi des violences sexuelles avant l’âge de
20 ans de manière répétée sans avoir bénéficié de prise en charge.
Champ • Hommes et femmes âgés de 20 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire (hors institutions).
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
D’après les données de l’enquête EVS, on estime qu’au total, 2,5 % des femmes ont subi des vio­
lences sexuelles de manière durable durant l’enfance. D’après les hypothèses énoncées précé­
demment, ces violences seraient plus souvent perpétrées dans le cadre familial ou par des per­
sonnes que l’enfant connaissait. Ces résultats concordent avec ceux de l’enquête CSF, qui
montre que 27 % des femmes de plus de 40 ans ayant subi des violences sexuelles durant l’en­
fance incriminent directement leur père, leur beau­père ou un autre membre de la famille. Si
l’on applique ces 27 % aux 8,8 % de victimes de violences sexuelles durant l’enfance (Bajos et
Bozon, 2008), de manière répétée ou non, on obtient alors 2,4 % de femmes ayant subi des vio­
lences sexuelles durant l’enfance et dont l’auteur serait un membre de leur famille.
Ces données sont néanmoins à interpréter avec prudence car les violences durant l’enfance
sont probablement sous­estimées. En effet, quelques personnes n’ont pas répondu à cette
question : 5 personnes ont refusé, 6 ont dit ne pas savoir. D’autres ont répondu « non » dans
l’entretien en face à face, puis ont donné une autre réponse à la fin de l’enquête, dans le ques­
tionnaire auto­administré14 : au total, après pondération, 2 % des hommes et 3 % des femmes
ont déclaré avoir subi des violences sexuelles au cours de leur vie sans les avoir déclarées dans
14. À la fin de l’enquête, le questionnaire était passé en mode auto-administré par ordinateur et non plus en face à face
avec l’enquêteur, ce qui permettait aux enquêtés, s’ils le souhaitaient, de corriger leurs réponses données dans un premier
temps à propos des rapports sexuels forcés (ou tentatives), toutes périodes de leur vie incluses.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 122
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
122
le questionnaire en face à face. On ne peut cependant pas savoir si ces violences se sont pro­
duites durant l’enfance15 ni si elles se sont produites de manière répétée. Par ailleurs, pour
estimer les violences sexuelles qui se seraient produites dans le cadre familial, nous avons
limité l’analyse aux violences durables : les violences sexuelles qui ne se seraient pas produites
de manière répétée ne sont donc ici pas observées.
Parmi les femmes déclarant avoir subi des violences sexuelles de manière durable avant l’âge
de 20 ans, 24 % déclarent qu’il s’agissait de rapports sexuels forcés, 76 % d’attouchements et
30 % de tentatives de rapports sexuels forcés16. Parmi les femmes déclarant avoir subi des rap­
ports sexuels forcés, 38 % ont été prises en charge durant l’enfance par une mesure de protec­
tion (placement ou milieu ouvert).
Conclusion
La plupart des enquêtes statistiques en population générale qui permettent de connaître les
violences subies apportent des informations sur la période de l’enfance, mais sans répondre
avec précision à la question du nombre d’enfants maltraités non repérés par les services de
protection de l’enfance. L’enquête EVS a permis de montrer, à partir d’un exemple sur un type
de violence, à savoir les violences sexuelles, la faible part de prise en charge par le système
malgré la gravité de tels actes : seules 19 % des victimes de violences sexuelles répétées pen­
dant l’enfance ou l’adolescence disent avoir été prises en charge. Ces résultats sont établis à
partir de l’interrogation rétrospective d’adultes, en population générale. Ils pourraient être
complétés par une interrogation auprès d’enfants. Mais une telle investigation ne semble
cependant aujourd’hui pas justifiée du fait des difficultés matérielles et juridiques, ainsi que du
coût élevé d’un tel type d’enquête, sans aucune garantie sur les bénéfices de l’exploitation
des résultats.
BIBLIOGRAPHIE
Bailleau G., Trespeux F., 2009, « Bénéficiaires de l’aide sociale des départements en
2007 », Document de travail, DREES, série Statistiques, n°130, avril, 105 p.
Bajos N., Bozon M. (sous la dir. de), 2008, Enquête sur la sexualité en France. Pratiques,
genre et santé, La Découverte, 610 p.
Cavalin C., 2007, « Les violences subies par les personnes âgées de 18 à 75 ans. Premiers résultats de l’enquête Événements de vie et santé (1/2) », Études et Résultats,
DREES, n° 598, septembre, 8 p.
Frechon I., Guyavarch E., Halifax J., 2009, « État des lieux de l’enfance en danger :
sources et données disponibles en France », Santé, Société et Solidarité : Violence et
maltraitance envers les enfants, n°1, p. 39-47.
Guyavarch E., 2008, « Une estimation du “ chiffre noir ” de l’enfance en danger par le
biais des enquêtes de victimation », Note de l’Oned, n°1, septembre, 6 p.
15. On sait juste si elles sont ou non antérieures aux deux années qui ont précédé l’enquête.
16. Le total est supérieur à 100% puisqu’une même personne peut déclarer plusieurs types d’atteintes.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 123
Exposition aux violences durant l’enfance et prise en charge par les services sociaux
123
Jaspard M., Brown E., Condon S., Fougeyrollas-Schwebel D., Houel A., Lhomond B.,
Maillochon F., Saurel-Cubizolles M.-J., Schiltz M.-A., 2003, Les violences envers les
femmes en France. Une enquête nationale, La Documentation française, 370 p.
Marquet L., Guyavarch E., Halifax J., 2008, « Mise en place d’un système d’observation
longitudinale des enfants en danger », in Guilbert P., Haziza D., Ruiz-Gazen A. et Tillé Y.
(sous la dir. de), Méthodes de sondage, Cours et cas pratiques, Dunod, p.58-62.
ONED, 2005, « La mise en cohérence des données chiffrées en matière d’enfance en danger », Premier rapport annuel au Parlement et au gouvernement de l’Observatoire national de l’enfance en danger, chap. II, septembre 2005, p. 36-54.
ONED, 2006, « La mise en cohérence des données chiffrées en matière d’enfance en danger », Deuxième rapport annuel au Parlement et au gouvernement de l’Observatoire national de l’enfance en danger, chap. II, décembre, p. 40-60.
ONED, 2007 « Exploitation des sources existantes sur les enfants et les jeunes pris en
charge en protection de l’enfance », Troisième rapport annuel au Parlement et au gouvernement de l’Observatoire national de l’enfance en danger, chap. II.1, décembre,
p. 39-52.
ONED, 2008, « Amélioration de la connaissance chiffrée de l’enfance en danger », Quatrième rapport annuel au Parlement et au gouvernement de l’Observatoire national de
l’enfance en danger, chap. II, décembre, p. 50-62.
ONED, 2010, « Connaissance chiffrée de l’enfance en danger », Cinquième rapport annuel
de l’Observatoire national de l’enfance en danger remis au Parlement et au gouvernement,
chap. II, avril, p. 62-77.
Tursz A., Gerbouin-Rérolle P., 2008, Enfants maltraités. Les chiffres et leur base juridique
en France, Lavoisier, 220 p.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 124
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 125
Le placement durant l’enfance et le risque
d’exposition aux violences à l’âge adulte
Jean­Marie FIRDION et Isabelle PARIZOT
Ce chapitre étudie, à partir de l’enquête EVS, les liens entre les situations
d’adversité vécues durant l’enfance, en particulier le placement en foyer
collectif ou en famille d’accueil, et le risque d’avoir subi une agression
au cours des deux années précédant l’enquête, tout en tenant compte
des éléments du contexte présent. Avoir vécu des situations de précarité
et de violence augmente significativement le risque d’avoir été placé.
Dans le cas des hommes, le placement (en particulier en foyer collectif)
constitue en lui-même un facteur de risque d’être exposé à des violences
à l’âge adulte. Certaines caractéristiques socio-économiques à l’âge adulte
comme l’insatisfaction au travail pour les hommes ou le fait d’occuper
un emploi pour les femmes augmentent également le risque d’agressions
physiques ou verbales récentes. Les femmes qui consomment des
antidépresseurs déclarent également plus souvent avoir subi des violences.
Ces résultats établissent donc un lien entre les violences subies récemment
et le passé difficile des personnes, en pointant le risque que constituent
les difficultés économiques dans la famille d’origine et le placement, ainsi que,
à l’âge adulte, un milieu professionnel peu épanouissant. Contrairement à ce
que l’on observe pour les personnes sans domicile ayant été placées durant
leur enfance, les problèmes de santé de la mère n’ont pas d’effets significatifs
sur le risque d’avoir été placé parmi les personnes « logées ». En revanche,
pour les deux populations, les situations d’adversité durant l’enfance
ont un effet semblable sur le risque d’avoir été placé et d’avoir subi
des agressions récentes.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 126
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
126
Ê
tre placé durant sa jeunesse constitue un « événement » dans la vie d’une personne, du fait
de la séparation brutale d’avec sa famille, du mode d’accueil proposé par le système de
protection de l’enfance, ou du contexte qui a précédé et causé cette mesure (décès d’un
parent, maltraitance, négligence, habitat insalubre, décision de justice, etc.). Les situations
sont variées : placement dès la prime enfance ou l’adolescence, durant quelques mois ou plu­
sieurs années, dans une famille d’accueil ou une institution (maison d’enfants à caractère
social, foyer d’urgence, centre d’accueil de la protection judiciaire de la jeunesse – PJJ, etc.),
avec ou non des retours dans la famille naturelle (Frechon, 2001 ; Jacob et al., 1998). Les jeunes
peuvent trouver dans la famille ou le foyer d’accueil un environnement plus propice à leur épa­
nouissement, échappant ainsi à une famille dysfonctionnelle, ou bien, au contraire, ne pas
comprendre la raison de cette mesure qui les coupe de leur famille ou ne répond pas à leur
attente, voire à leurs besoins (Bruskas, 2008 ; Maïlat, 1999). Dans ce dernier cas, la souffrance
qui en résulte peut conduire à des troubles dépressifs et à des comportements à risque,
notamment suicidaires (Gadot et Tcherkessof, 2003 ; Pronovost et Leclerc, 2002).
Des travaux conduits auprès de personnes placées ont mis en évidence que leurs résultats sco­
laires étaient faibles (Blome, 1997 ; Buehler et al., 2000 ; Burley et Halpern, 2001) et qu’elles
présentaient davantage de troubles psychologiques (DosReis et al., 2001; Lawrence et al.,
2006 ; Takayama et al., 1994 ) que les personnes non placées (de même origine sociale, même
âge, etc.). On comprend alors que l’étape de transition vers l’âge adulte leur soit plus difficile
à franchir, d’autant que ces jeunes ne sont pas ou peu soutenus par leur famille (Courtney et
Dworsky, 2006 ; Dazord, 2001 ; Dworsky et Courtney, 2009 ; Avery et Freundlich, 2009 ; Pecora
et al., 2006 ; Wertheimer, 2002). Les personnes ayant été placées présentent ainsi une proba­
bilité plus grande de connaître une période de vie sans domicile à l’âge adulte. Ces résultats
ont été observés en France comme aux États­Unis (Koegel et al., 1995 ; Marpsat et al., 2000 ;
Penzerro, 2003). Ces observations rejoignent de nombreux travaux qui ont montré dans diffé­
rents contextes culturels, d’une manière plus générale, l’influence des événements difficiles
vécus durant l’enfance et l’adolescence sur le bien­être à l’âge adulte, en particulier parmi les
populations défavorisées (Chauvin et Parizot, 2007 ; Frederik et Goddard, 2007 ; Paugam,
2005a ; Poulton et al., 2002).
L’enquête Événements de vie et santé (EVS), par son questionnement rétrospectif détaillé,
nous offre l’occasion d’explorer les liens entre le placement durant l’enfance et la situation à
l’âge adulte, en tenant compte des événements difficiles vécus durant l’enfance. Nous nous
intéresserons ici aux agressions subies durant les vingt­quatre derniers mois. Lors d’une pré­
cédente étude sur une population sans domicile, nous avions souligné l’influence des événe­
ments difficiles vécus durant l’enfance (notamment le placement) sur la vulnérabilité aux
agressions verbales et physiques à l’âge adulte (Firdion, 2006 et 2007). Il s’agira ici d’élargir
l’analyse et de comparer ces résultats à ceux obtenus auprès de la population logée.
Le placement, une situation parmi d’autres événements difficiles durant l’enfance
Le module « vie familiale » de l’enquête EVS passe en revue une quinzaine de situations diffi­
ciles que les enquêtés ont pu vivre avant l’âge de 20 ans (tableau 1). Nous les appellerons des
situations d’« adversité durant l’enfance ». Il peut s’agir d’un événement bref, par exemple la
mort précoce d’un parent, dont les effets peuvent être durables, ou d’une situation qui s’ins­
crit dans une longue période, par exemple une carence affective. Nous avons restreint l’échan­
tillon aux personnes âgées de 20 à 60 ans (inclus), de façon à travailler sur une population rela­
tivement homogène : ainsi, la durée d’exposition au risque d’avoir vécu une situation difficile
« avant 20 ans » est la même pour l’ensemble de ces personnes, elles sont toutes nées après
la seconde guerre mondiale et sont potentiellement présentes sur le marché du travail. L’ef­
fectif total de l’échantillon atteint dès lors 7 361 enquêtés, soit 3 174 hommes et 4 184 femmes.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 127
Le placement durant l’enfance et le risque d’exposition aux violences à l’âge adulte
127
Parmi les personnes interrogées, les hommes déclarent en moyenne 1,2 situation d’adversité
(46 % n’en ont connu aucune, les autres en ayant vécu 2,3 en moyenne) et les femmes 1,4 (41 %
n’en ont connu aucune, les autres en ayant déclaré 2,4 en moyenne).
Le placement durant l’enfance ou l’adolescence est un événement rare qui touche 2,4 % des
hommes et 3,0 % des femmes1. Ses répercussions à l’âge adulte peuvent varier selon les cir­
constances qui sont à l’origine du placement ou la manière dont le placement lui­même a été
vécu (Firdion, 2004 ; Frechon, 2001). L’analyse se heurte donc à la difficulté de distinguer les
effets des événements qui ont pu causer le placement, de ceux du placement en soi. Cela
implique d’identifier, puis de prendre en compte les situations d’adversité durant l’enfance qui
sont significativement liées au placement, afin de pouvoir déterminer si le placement a un effet
propre, indépendant des autres situations d’adversité durant l’enfance, sur la probabilité
d’avoir subi une agression à l’âge adulte. Des régressions logistiques, permettant une analyse
« toutes choses égales par ailleurs », ont été réalisées de façon distincte pour les femmes et
pour les hommes, le contexte du placement différant selon le genre – notamment ses motifs
et les parcours institutionnels qui s’ensuivent (tableau 2).
Les informations dont nous disposons sur la jeunesse des enquêtés ont été introduites dans les
modèles (tableau 1). Parmi ces variables, seules celles qui présentent un effet significatif au
moins au seuil de 5 % figurent dans les modèles présentés. Par ailleurs, afin d’estimer l’influence
des situations d’adversité durant l’enfance à contexte comparable, nous avons systématique­
ment pris en compte l’âge de l’enquêté (pour tenir compte d’un éventuel effet de génération),
la profession de son père ou de sa mère (ouvrier versus les autres catégories socioprofession­
nelles), ainsi que la nationalité de son père : dans certains contextes culturels, des membres de
la famille « étendue » peuvent prendre en charge un enfant, en cas de décès d’un parent ou de
difficultés familiales – c’est aussi un indicateur de risque de discrimination.
TABLEAU 1
Situations d'adversité vécues durant l’enfance (avant 20 ans)
Situations d'adversité durant l'enfance
Hommes Femmes
Maladie, accident grave ou handicap d’un parent (père ou mère)
9,5
Tentative de suicide ou suicide d’un proche (père/mère ou frère/sœur)
2,0
3,4
11,0
12,8
Décès précoce d’un parent (père ou mère)
Divorce/séparation des parents
11,8
9,7
9,8
15,9
19,2
Conflit très grave entre un (vos) parents(s) et vous
7.0
9,9
Avoir vécu des difficultés ou des privations matérielles
8,3
9,3
Période de chômage d’un parent durant plus de 6 mois consécutifs
7,5
8,0
Drogue ou alcoolisme dans la famille
8,8
11,9
Placement en institution ou en famille d’accueil
2,4
3,0
Avoir souffert d’un grave manque d’affection
12,5
18,1
Quelqu’un vous a dénigré, a cherché à vous dévaloriser ou à se moquer de vous de manière insistante, blessante
11,7
12,4
Graves tensions ou climat de violence entre les parents
Avoir subi des attouchements sexuels, des tentatives de rapports sexuels forcés ou des rapports sexuels forcés
Avoir subi des gifles, des coups, des brutalités diverses
1,2
7,0
18,8
11,2
Avoir subi des violences physiques ou sexuelles
19,2
16,1
Avoir vécu au moins une adversité durant l’enfance ou l’adolescence
54,0
58,7
Lecture • 9,5% des hommes interrogés ont eu, durant leur jeunesse (avant 20 ans), un père ou une mère atteint(e) d’une maladie, etc.
Champ • Personnes âgées de 20 à 60 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), 2005-2006, DREES.
1. Estimation pour la France métropolitaine à partir de l’échantillon de l’enquête EVS.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 128
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
128
TABLEAU 2
Le placement durant la jeunesse : résultats des régressions logistiques, par sexe
Hommes (n=3177)
Odds ratios
Femmes (n=4184)
Significativité
Caractéristiques sociodémographiques
Odds ratios
Significativité
Caractéristiques sociodémographiques
Âge 30-39 ans
0,868
ns
Âge 30-39 ans
1,346
ns
Âge 40-49 ans
1,923
ns
Âge 40-49 ans
1,347
ns
Âge 50-60 ans
2,008
ns
Âge 50-60 ans
2,122
*
Parent ouvrier
0,875
ns
Parent ouvrier
0,751
ns
Père de nationalité étrangère
1,087
ns
Père de nationalité étrangère
0,39
*
Situations d'adversité avant 20 ans
Situations d'adversité avant 20 ans
Pauvreté-privations
3,224
***
Pauvreté-privations
4,863
***
Chômage d’un parent
3,282
***
Violence durant jeunesse
4,371
***
Décès précoce d'un parent
2,575
***
Dénigrements
4,361
***
Addiction dans la famille
2,071
**
ns: non significatif ; * significatif au seuil de 5% ; ** significatif au seuil de 1% ; *** significatif au seuil de 1 pour 1000.
Lecture • À âge, profession des parents, nationalité du père et autres situations d'adversité vécues pendant l'enfance identiques, les femmes
ayant connu une période de difficultés matérielles avant 20 ans ont 4,9 fois plus de risque d’avoir vécu un placement que les femmes qui
n’en ont pas connu (la probabilité de rejeter à tort l’hypothèse d’indépendance est inférieure à 1 pour 1000).
Champ • Personnes âgées de 20 à 60 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), 2005-2006, DREES.
La précarité socio­économique et les violences augmentent significativement
le risque d’avoir été placé
Parmi les événements difficiles vécus durant la jeunesse, la carence affective a un effet impor­
tant : elle augmente de 6,5 fois le risque d’être placé pour les hommes et de près de 4 fois pour
les femmes2. Cependant, l’analyse de cet effet est rendue difficile par le fait que la carence
affective peut être une cause ou une conséquence du placement3 (Schofield et Beek, 2009).
Nous manquons d’informations pour établir la chronologie précise de ces deux types d’événe­
ments (nous disposons des âges pour les carences affectives et de tranches d’âge assez larges
pour le placement), ce qui nous empêche de distinguer ce qui est antérieur de ce qui est pos­
térieur à la décision de placement. On peut seulement observer, en comparant des périodes
assez grossières (avant 11 ans et à partir de 11 ans) que, dans la très grande majorité des cas,
les carences affectives ont été vécues durant les mêmes périodes que le placement : cela ne
permet pas de dire dans quel ordre se sont déroulés les événements. Aussi cette variable,
endogène4, n’a pas été introduite dans le modèle.
Les personnes ayant été placées déclarent aussi plus souvent avoir vécu au cours de leur jeu­
nesse, d’une part, des situations douloureuses (dénigrement et dévalorisation pour les
hommes ainsi que décès précoce d’un parent, violences physiques ou sexuelles pour les
femmes) et, d’autre part, des situations de précarité socio­économique (pauvreté ou priva­
tions pour les hommes et les femmes, chômage d’un parent pendant plus de six mois continus
2. Modèle logistique non présenté ici.
3. 59% des hommes et 62% des femmes ayant connu le placement déclarent une carence affective durant leur jeunesse
(contre 11% des autres hommes et 17% des autres femmes).
4. Le fait d’avoir ou non vécu des carences affectives est dit endogène à la variable d’intérêt du modèle, avoir ou non été
placé : ces carences peuvent influencer la variable d’intérêt mais aussi être influencées par celle-ci.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 129
Le placement durant l’enfance et le risque d’exposition aux violences à l’âge adulte
129
pour les hommes). De plus, les femmes qui ont ou ont eu un père de nationalité étrangère ont
nettement moins de risque d’avoir été placées (environ 2,5 fois). Les hommes dont les parents
ont connu des problèmes avec l’alcool ou la drogue encourent, quant à eux, un risque deux
fois plus important d’avoir été placés.
Nous retrouvons ici les causes habituelles du placement en institution ou famille d’accueil, à
savoir les mauvais traitements, les négligences ou les mises en péril du mineur (notamment
dans un contexte familial marqué par l’usage de substances psychoactives), mais aussi les
conditions socio­économiques défavorables de la famille. Ainsi, quand ils ont vécu des situa­
tions de pauvreté avant l’âge de 20 ans, les hommes ont 3 fois plus de risque et les femmes
5 fois plus de risque d’avoir été placés que les personnes n’ayant pas connu cette situation5.
Le manque de ressources économiques (ou d’emploi stable) de la famille influe en effet sur les
décisions de placement des intervenants sociaux et des magistrats (Maïlat, 1999 ; Oui et
Saglietti, 1993), ce qui peut s’interpréter comme le désir d’éloigner l’enfant d’un contexte dans
lequel il court un danger physique ou moral. Outre le risque de comportements inadaptés
(Kiser et Black, 2005), le stress économique peut en effet altérer la santé des parents ou pré­
cipiter une rupture familiale (Goodman et al., 2005 ; Paugam, 2005a ; Tracy et al., 2008 ; Wads­
worth et DeCarlo Santiago, 2008), de même que la pauvreté contribue à priver l’enfant d’un
environnement favorable (Felner et al., 1995 ; Frederick et Goddard, 2007 ; Paugam, 2000). Les
inégalités socio­économiques, qui se manifestent dès l’enfance, se traduisent ainsi notamment
par le placement plus fréquent des enfants issus de milieux ayant des difficultés écono­
miques – même si l’accent est officiellement mis sur le maintien des enfants dans leur environ­
nement (Ruault et al., 2001).
Les problèmes de santé de la mère, un facteur de risque du placement
chez les sans­domicile mais pas chez les personnes logées
Ces résultats peuvent être comparés avec ceux obtenus auprès d’un échantillon représentatif
de personnes sans domicile dans l’enquête réalisée par l’INSEE en France métropolitaine en
2001 : parmi les personnes sans domicile nées en Europe ou arrivées en France avant 16 ans,
28 % des hommes et 32 % des femmes déclarent avoir été placés durant leur enfance ou leur
jeunesse. Chez les sans­domicile, la maladie, le handicap ou un accident grave de la mère
accroît de 1,6 à 2,4 fois le risque d’avoir été placé. Or, d’après l’enquête EVS, cette caractéris­
tique n’a pas d’effet significatif parmi les personnes logées. Au cours des jeunes années, les
problèmes graves de santé de la mère pourraient ainsi favoriser un mode de prise en charge
particulier (par exemple, davantage de placements en foyer d’urgence qu’en famille d’accueil,
ou des placements répétés entraînant une certaine instabilité), qui expliquerait une difficulté
plus grande d’autonomisation et d’accès au logement à l’âge adulte ; cette question mériterait
d’être explorée dans de futures études. Une autre divergence apparaît : le fait d’avoir un père
né à l’étranger diminue la probabilité du placement (1,7 fois moins de risque) chez les hommes
sans domicile mais pas chez les femmes sans domicile (Firdion, 2006, p. 96) ; en revanche, ce
facteur n’a pas d’influence dans le cas des hommes logés, tandis qu’il diminue ce risque parmi
les femmes en logement ordinaire (2,6 fois moins de risque). Il semble que se trouvent en jeu,
dans ces différences entre personnes logées et sans domicile ayant connu le placement, des
effets de sélection et, sans doute, des effets de discrimination dans l’accès au logement et à
l’emploi stable. Cependant, le nombre de personnes ayant été placées est faible, ce qui invite
à la prudence dans les commentaires. Parmi les personnes logées comme parmi celles sans
5. Dans certains cas, il peut s’agir de précarité rencontrée vers 18-19 ans par un jeune ayant accédé à l’indépendance,
mais le plus souvent, il s’agit de la précarité de sa famille. Dans la suite du commentaire et compte tenu de la littérature à
ce sujet, nous interprétons donc le plus fort risque de placement parmi les personnes ayant connu des privations matérielles avant 20 ans comme lié à la précarité de sa famille d’origine.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 130
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
130
domicile, les périodes de pauvreté (« gros problèmes d’argent ») et la violence (« problème de
violence dans la famille ») renforcent significativement la probabilité d’avoir été placé ; ce
passé de précarité et de violences n’est pas spécifique aux personnes qui se sont ensuite trou­
vées sans domicile, même s’il est plus fréquemment rencontré chez celles­ci.
La recherche de caractéristiques en lien avec le fait d’avoir subi
une agression récente
Les agressions ont une influence sur la santé et le bien­être des individus, avec des répercussions
importantes sur leur vie sociale et sur leur entourage (Jaspard et al., 2003). Avoir subi une agres­
sion est aussi un indicateur de la vulnérabilité des personnes, notamment de leur propension à
se mettre en danger (fréquenter des lieux où peuvent avoir lieu des bagarres) et de leur manque
de compétences sociales (ne pas savoir éviter un affrontement ou désamorcer un conflit par
exemple). Nous cherchons ici à identifier les caractéristiques passées et présentes associées au
risque d’avoir subi une agression dans les vingt­quatre mois précédant l’enquête.
En France métropolitaine, 20,4 % des hommes (soit 668 personnes dans l’échantillon) et 21,5 %
des femmes (936 personnes) déclarent avoir subi, au cours des vingt­quatre mois précédant
l’enquête, une agression physique ou verbale6. Le tableau 3 présente les résultats des régres­
sions logistiques menées pour les hommes et les femmes séparément, afin de tenir compte
des effets de genre sur le risque d’avoir subi une violence ou d’avoir été placé. Nous avons pris
en compte la vie en couple, dont on sait qu’elle diminue le risque d’agression, non seulement
parce que les personnes sont moins isolées, mais aussi parce que les modes de vie diffèrent
de ceux des célibataires : les hommes et les femmes en couple ont de fait 1,5 à 2 fois moins de
risque d’avoir vécu une agression. Les modèles incluent également l’âge et les résultats confir­
ment que les jeunes ont significativement plus de risque de déclarer avoir subi des violences
(Cavalin, 2007). Les professions et catégories socioprofessionnelles (PCS)7 de même que les
niveaux de diplôme n’ont pas d’effet significatif mais ont été conservés dans les modèles afin
de raisonner à catégories de profession et de diplôme égales.
La consommation d’alcool n’apparaît pas significativement liée aux violences subies
Nous avons par ailleurs pris en compte la consommation de substances psychoactives au
cours des douze derniers mois : suspicion de dépendance ou d’abus d’alcool (à partir des
réponses aux questions du test DETA8) et consommation de cannabis. Outre le contexte de
ces consommations qui augmente le risque d’altercations (situation sociale, environnement),
ces substances altèrent le jugement et, par leur effet désinhibiteur, favorisent des comporte­
ments perturbateurs, agressifs ou intrusifs qui, en retour, peuvent déclencher des réactions
violentes (Lagrange et Legleye, 2007 ; Shepherd et al., 2006 ; Thompson et al., 2008). Pour les
6. La question sur les agressions physiques était : « Vous a-t-on giflé, a-t-on exercé d’autres brutalités physiques contre
vous, ou a-t-on tenté de le faire ? » et celle sur les agressions verbales : « Avez-vous été insulté, a-t-on proféré à votre
encontre des cris, des menaces verbales, des injures ? »
7. Nous avons regroupé les ouvriers et les employés (55% des enquêtés) puisque les études récentes montrent leur proximité en termes de comportements (leurs odds ratios. sont en effet très proches). L’autre catégorie concerne les professions intermédiaires (23% des enquêtés). L’analyse se fait par rapport aux autres PCS (cadres, etc.) et inactifs n’ayant
jamais travaillé.
8. Le DETA (Diminuer, Entourage, Trop, Alcool, CAGE pour les Anglo-Saxons) est un outil utilisé pour détecter les troubles
liés à la consommation d’alcool, qui semble avoir de bons résultats en ce qui concerne la dépendance à l’alcool en dépit
de ses limites (Messiah et al., 2008). Il établit une suspicion sérieuse d’alcoolisme dès lors que sur ses quatre questions,
deux au moins obtiennent une réponse positive (O’Brien, 2008). Dans l’échantillon, cela concerne, au cours de l’année,
13,2 % des hommes et 3,8 % des femmes, soit des taux légèrement plus élevés que ceux obtenus lors du Baromètre
santé 2005 qui estimait que 14% des hommes et 5 % des femmes, en population générale de 15 à 65 ans, avaient présenté des signes de dépendance à l’alcool au cours de leur vie (Beck et al., 2007 ; voir aussi l’article p. 261).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 131
Le placement durant l’enfance et le risque d’exposition aux violences à l’âge adulte
131
femmes néanmoins, la consommation de cannabis ne figure pas dans le modèle, étant donné
qu’elle est rarement déclarée par les femmes et que les résultats ne sont pas significatifs. En
revanche, la consommation d’antidépresseurs a été introduite dans les modèles car elle peut
rendre la personne plus vulnérable, bien qu’il puisse s’agir aussi d’une conséquence de la vio­
lence subie (Lagrange et Legleye, 2007). L’effet est significatif pour les femmes seulement,
augmentant de 1,6 fois le risque de déclarer avoir subi des violences.
Nous n’observons pas d’effet significatif de la consommation d’alcool, bien que différents tra­
vaux aient indiqué un lien entre la violence subie et la consommation d’alcool par la victime
TABLEAU 3
Avoir subi une agression au cours des vingt-quatre derniers mois :
résultats des régressions logistiques par sexe
Hommes (n=3177)
Femmes (n=4184)
Odds ratios Significativité
Odds ratios Significativité
Situation actuelle
Situation actuelle
Situation maritale
Situation maritale
En couple
0,672
***
Âge
En couple
0,550
***
**
Âge
30-39 ans
0,815
ns
30-39 ans
0,704
40-49 ans
0,713
*
40-49 ans
0,635
**
50-60 ans
0,575
**
50-60 ans
0,393
***
Profession et catégorie
socioprofessionnelle (PCS)
Profession et catégorie
socioprofessionnelle (PCS)
Ouvrier ou employé
1,000
ns
Ouvrier ou employé
0,929
ns
Profession intermédiaire
0,878
ns
Profession intermédiaire
1,269
ns
Pas de diplôme
0,825
ns
Pas de diplôme
0,920
ns
Bac et plus
1,129
ns
Bac et plus
0,835
ns
Niveau de dipôme
Niveau de dipôme
Consommation de substances
psychoactives (douze derniers mois)
Consommation de substances
psychoactives (douze derniers mois)
Dépendance à l'alcool (DETA)
1,159
ns
Dépendance à l'alcool (DETA)
1,100
ns
Cannabis
1,394
*
Antidépresseurs
1,548
**
Caractéristiques socio-économiques
Non satisfait de son métier
Enfant d’immigrés
Caractéristiques socio-économiques
1,846
1,594
***
**
Situations d'adversité avant 20 ans
Exerce un emploi
1,259
*
Au chômage
1,260
ns
Enfant d’immigrés
1,488
**
Situations d'adversité avant 20 ans
Dénigrement
1,715
***
Dénigrement
1,410
**
Violence subie
2,346
***
Violence subie
2,035
***
Addiction dans la famille
1,455
**
Conflit avec un parent
1,663
***
Chômage d’un parent
1,423
*
Pauvreté-privations
1,624
**
Placement
1,852
*
Pauvreté-privations (1)
1,200
ns
Décès précoce de parent (1)
1,076
ns
ns: non significatif ; * significatif au seuil de 5% ; ** significatif au seuil de 1% ; *** significatif au seuil de 1 pour 1000.
(1) Ces variables liées au placement ont été ajoutées.
Lecture • Les hommes qui se déclarent pas satisfaits ou plutôt pas satisfaits de l’exercice de leur profession ont 1,85 fois plus de risque
d’avoir connu le placement que ceux qui se déclarent globalement satisfaits.
Champ • Personnes âgées de 20 à 60 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), 2005-2006, DREES.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 132
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
132
(Beck et Brossard, 2004 ; Michalski, 2005 ; Temple et al., 2008). Ce constat perdure même si l’on
ne s’intéresse qu’aux violences physiques9. En revanche, lorsque l’on exclut des modèles les
situations d’adversité vécues durant la jeunesse, l’effet de la dépendance à l’alcool devient
significatif au seuil de 5 % pour les hommes (OR=1,557, p=0,0310), et au seuil de 10 % pour les
femmes (OR=1,833, p=0,0771). Des modèles logistiques montrent par ailleurs que la suspicion
de dépendance alcoolique est significativement liée aux violences subies durant la jeunesse
pour les hommes et à la carence affective durant la jeunesse pour les femmes (en contrôlant
ces effets par les variables sociodémographiques, la consommation de cannabis et l’état
dépressif). La consommation d’alcool serait donc, en partie du moins, le médiateur d’autres fac­
teurs du risque de subir des violences physiques : les situations d’adversité durant l’enfance10.
Les hommes insatisfaits de leur travail et les femmes occupant un emploi
apparaissent plus exposés aux violences
Nous avons aussi testé l’effet de caractéristiques socio­économiques, au moment de l’enquête,
des personnes interrogées. Après ajustement sur les autres variables (en particulier les situa­
tions d’adversité durant l’enfance), le fait d’être au chômage, de se trouver dans une situation
de pauvreté monétaire et d’habiter dans une zone urbaine sensible n’ont pas de lien significatif
avec le fait d’avoir subi une agression récente. En revanche, dans le cas des hommes, se décla­
rer « plutôt pas satisfait » ou « pas satisfait du tout » de sa profession actuelle ou de sa dernière
profession multiplie par deux le risque d’avoir subi une agression dans les vingt­quatre derniers
mois. On peut y voir la trace des contraintes professionnelles (job strain), du stress au travail,
des conditions de travail pénibles qui dégradent l’état de bien­être et provoquent des symp­
tômes émotionnels fragilisant les personnes (Chouanière, 2008 ; Melchior et al., 2005 ; Paugam,
2000). Pour les femmes, ce n’est pas tant l’insatisfaction au travail que le fait même d’exercer
un emploi qui expose à la violence : « toutes choses égales par ailleurs », celles qui occupent un
emploi connaissent davantage d’agressions verbales ou physiques (1,25 fois plus de risque) que
les femmes inactives, qui ne sont pas sur le marché du travail.
Par ailleurs, des travaux ont montré que les descendants d’immigrés déclarent plus fréquemment
avoir été victimes de certaines catégories de violences (voir l’article p. 71). Cet effet apparaît signi­
ficatif dans notre modèle (en le contrôlant par les autres variables présentes dans les modèles).
Mais le nombre de personnes concernées étant faible (237 hommes et 287 femmes), les estima­
tions sont à considérer avec prudence : dans le cas des femmes, avoir des parents immigrés aug­
mente de 43 % le risque d’avoir subi récemment une violence par rapport à une femme ayant des
parents français ; dans le cas des hommes, ce risque est accru de 59 % pour les fils d’immigrés. Il
s’agirait moins de l’effet d’un environnement social violent, puisque le fait de résider en zone
urbaine sensible n’a aucun effet et que l’on raisonne à PCS et classes d’âge égales, que de celui
d’une discrimination.
Avoir subi des adversités avant 20 ans a des répercussions importantes
sur l’exposition aux violences à l’âge adulte, chez les personnes logées
comme chez celles qui sont dépourvues de domicile
En ce qui concerne les situations d’adversité vécues durant l’enfance, leur effet est important.
En particulier, avoir vécu des violences (psychologiques, physiques et sexuelles) durant les
9. Modèle non présenté. Les effectifs concernés sont faibles et les résultats à prendre avec prudence.
10. Nous avons conduit les mêmes tests en utilisant l’indicateur issu du test AUDIT-C (Alcohol Use Disorders Identification
Test – Short form) qui mesure également l’abus d’alcool (Bradley et al., 1998 ; Bush et al., 1998), sans trouver d’effet significatif pour cette variable.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 133
Le placement durant l’enfance et le risque d’exposition aux violences à l’âge adulte
133
jeunes années a un effet négatif pour les hommes comme pour les femmes. On connaît les effets
à long terme de telles violences (Jaspard et al., 2003 ; Springer et al., 2007), tant sur l’estime de
soi, la santé physique et psychique, que sur les comportements à risque. Le fait d’être élevé dans
une famille violente contrarie notamment l’acquisition de compétences sociales pour gérer les
conflits de manière non violente et pour adopter des comportements de type coopératif (Clé­
ment et Stephan, 2006 ; Cyrulnik, 2003, p. 43­45 ; Johnson et al., 2002). Outre les violences subies
dans l’enfance, avoir vécu dans un environnement familial perturbé par des addictions, le chô­
mage durable du père (dans le cas des hommes) ou la pauvreté (dans le cas des femmes) ont
aussi des effets significatifs sur le risque de subir ultérieurement des violences.
Avoir été placé durant l’enfance accroît également la probabilité d’être exposé à des violences
dans le cas des hommes. Afin de tester s’il s’agit d’un effet du placement en soi, nous avons
introduit les autres situations d’adversité durant l’enfance, liées au modèle du placement
(pour les hommes). La variable reste significative, indiquant 1,85 fois plus de risque d’avoir subi
une agression récente. Certaines modalités du placement (notamment en foyer et institution)
ont pu, dans le cas des hommes, contrarier leur apprentissage des compétences sociales évo­
quées plus haut et affecter leur confiance en eux­mêmes et en autrui (Daining et DePanfilis,
2007 ; Massinga et Pecora, 2004 ; Reilly, 2003), ce qui se traduirait à l’âge adulte par la multipli­
cation d’épreuves de forces, tenant lieu de revanche (Bourdieu, 1993 ; Broccolichi et Œuvrard,
1993), ou par une attitude souvent méfiante ou hostile lors d’interactions sociales avec des
personnes inconnues (Chen et al., 2004).
L’effet du placement étant complexe, nous avons considéré chacune des deux formes princi­
pales de placement : en famille d’accueil et en foyer collectif. Les estimations pour ces deux
formes de placement sont fragiles car les effectifs concernés sont très faibles. Nous ne présen­
tons donc ces résultats qu’à titre de pistes à explorer. Le placement en famille d’accueil n’a pas
d’effet significatif sur le risque d’avoir été agressé au cours des vingt­quatre derniers mois,
alors que le placement en foyer collectif augmente nettement ce risque dans le cas des
hommes11. Rappelons que cet effet doit être compris « à événements difficiles durant l’en­
fance égaux ». En revanche, le fait d’avoir bénéficié d’une mesure d’action éducative en milieu
ouvert (AEMO) n’a pas d’effet significatif12.
Ces résultats portant sur la population logée sont relativement proches de ceux obtenus au
sein de la population dépourvue de domicile. Dans cette dernière, nous retrouvons les consé­
quences négatives de la violence vécue durant l’enfance ainsi que celles du placement, dont
l’effet est significatif tant pour les femmes cette fois­ci que pour les hommes (Firdion 2006,
p. 101). Bien entendu, les contextes sont très différents. Les risques d’agression sont en outre
beaucoup plus élevés dans cette population, surtout pour les femmes : 52 % d’entre elles (40%
des hommes) ont subi une agression au cours des vingt­quatre derniers mois. Chez les
hommes, le fait de dormir dans la rue ou dans un squat augmente fortement la probabilité
d’avoir été agressé, alors que les femmes sans domicile ont surtout été victimes d’un conjoint
violent, qu’elles ont fini par fuir. Contrairement à ce que l’on observe dans la population logée,
la situation professionnelle n’a pas d’effet significatif sur le risque d’agression pour les per­
sonnes sans domicile : beaucoup n’occupent en effet pas d’activité salariée. Cependant, tout
comme avec le placement durant l’enfance, la maladie grave et le handicap de la mère s’avè­
rent liés aux agressions subies à l’âge adulte chez les sans­domicile.
11. Pour les hommes, l’odds ratio (OR) est de 2,661 (p<0,01). Dans le cas des femmes, l’effet est significatif au seuil de
10% (OR=1,64) mais, compte tenu du faible effectif, ce seuil ne peut être pris en compte.
12. Cela concerne 101 personnes, dont 46,5% ont été également placées.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 134
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
134
Conclusion
Les situations d’adversité vécues durant l’enfance résonnent encore dans la vie adulte des
personnes qui les ont affrontées. Nous avons étudié leurs conséquences, en particulier
celles liées au placement, sur le fait d’avoir subi, au cours des dernières deux années, des
agressions physiques ou verbales. Cette analyse est limitée par l’absence de mesure de l’in­
tensité de ces situations d’adversité et la méconnaissance de leur date exacte de survenue.
L’effectif de l’échantillon n’était de surcroît pas assez important pour étudier les interac­
tions entre les variables explicatives, dont certaines correspondent à des événements rares,
ou pour prendre en compte des catégories détaillées (pour les PCS et les niveaux de
diplôme). En outre, par souci de comparaison avec l’étude auprès des personnes sans domi­
cile, nous avons classé dans une même catégorie les agressions verbales et physiques, alors
qu’elles présentent des spécificités. Enfin, nous disposons d’informations sur les événe­
ments douloureux vécus avant l’âge de 20 ans, mais pas sur les événements positifs et valo­
risants, alors qu’une autre étude (Chen et al., 2004) a souligné leur importance en ce qu’ils
peuvent atténuer, voire annuler, les conséquences néfastes des situations d’adversité
durant l’enfance à l’âge adulte.
Malgré ces limites, plusieurs caractéristiques apparaissent liées au placement : avoir connu
durant son enfance la violence physique, sexuelle ou psychologique, une dépendance à des
substances psychoactives dans la famille d’origine, ainsi que des difficultés matérielles aug­
mentent la probabilité d’avoir été placé. L’expérience de la pauvreté n’est en effet pas seu­
lement individuelle : de nombreux facteurs sociaux s’y trouvent en jeu et elle affecte le bien­
être des individus comme le développement des enfants (Conger et al., 2002 ; Paugam,
2005b). Percevoir la pauvreté comme un indicateur de risque plus global nous permet d’in­
terroger les politiques de prévention de la pauvreté sur leur efficacité à réellement répon­
dre aux inégalités sociales qui se développent dès l’enfance (Frederick et Goddard, 2007).
Par ailleurs, les personnes ayant subi des violences durant l’enfance présentent une vulné­
rabilité accrue aux agressions à l’âge adulte. En comparant ces résultats avec ceux obtenus
sur un échantillon de personnes sans domicile, nous remarquons le même impact des situa­
tions d’adversité durant l’enfance. En revanche, et comme on pouvait s’y attendre, les fac­
teurs de risque liés à la situation vécue par les enquêtés, durant les deux dernières années,
diffèrent, en raison notamment des effets de la vie professionnelle pour les personnes
logées et des dangers liés au fait de dormir dans la rue ou en squat pour les sans­domicile.
L’influence du placement semble par ailleurs plus marquée dans le cas des personnes sans
domicile et il touche autant les femmes que les hommes (contrairement aux personnes
logées pour lesquelles le placement n’a d’effet significatif que pour les hommes).
Des travaux sont encore nécessaires pour mieux comprendre ce qui se trouve en jeu dans
les effets durables des violences subies, des périodes de pauvreté, du placement ainsi que
de la maladie ou d’un accident grave de la mère des personnes, durant l’enfance ou la jeu­
nesse. Plusieurs éléments du contexte actuel sont aussi à explorer plus avant, en particulier
les situations de stress au travail et la précarisation dans le travail.
Ces résultats incitent à nous interroger sur les moyens à mettre en œuvre pour aider les
jeunes qui vivent des situations d’adversité durant leur enfance à développer des compé­
tences pro­sociales (positive coping, street efficacy, life skills, etc.) de façon à être moins vul­
nérables aux agressions (Barber et Delfabbro, 2002 ; Derivois, 2008 ; Massinga et Pecora,
2004 ; Pronovost et al., 2003 ; Sharkey, 2006). De même, ces travaux soulignent la nécessité
de prendre en compte les conséquences des situations d’adversité durant l’enfance à l’âge
adulte pour réparer cette inégalité des chances. Des éléments laissent penser que le place­
ment en institution collective est associé à une vulnérabilité accrue aux agressions. Ce
constat demande à être vérifié et approfondi pour mieux en comprendre la signification
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 135
Le placement durant l’enfance et le risque d’exposition aux violences à l’âge adulte
135
(effet de sélection, modes de prise en charge, manque de soutien émotionnel et de tutorat,
discordance entre le désir du jeune qui veut retourner chez ses parents et celui de sa famille
de le garder éloigné, etc.) et développer les mesures d’aide adéquates.
BIBLIOGRAPHIE
Avery R.J., Freundlich M., 2009, « You’re all grown up now: Termination of foster care
support at age 18 », Journal of Adolescence, 32:247-257.
Barber J.G., Delfabbro P.H., 2002, « The plight of disruptive children in out-of-home care »,
Children’s Services, Social Policy, Research and Practice, 5(3):201-212.
Beck F., Brossard C., 2004, « L’alcoolisation des femmes en France : typologie des contextes d’usage », Alcoologie et Addictologie, 26(1) :21 :30.
Beck F., Guilbert P., Gautier A. (sous la dir. de), 2007, Baromètre Santé 2005. Attitudes
et comportements de santé, INPES, 593 p.
Bourdieu E., 1993, « Dialogue sur la violence », in Bourdieu P. (sous la dir. de), La misère
du monde, Le Seuil, p.737-753.
Blome W.W., 1997, « What happens to foster kids: Educational experiences of a random
sample of foster care youth and a matched group of non-foster care youth », Child and
Adolescent Social Work Journal, 14(1):41-53.
Bradley K.A., Bush K., McDonell M., Malone T., Fihn S., 1998, « Screening for problem
drinking. Comparison of CAGE and AUDIT », Journal Of General Internal Medicine,
13:379–388.
Broccolichi S., Œuvrard F., 1993, « L’engrenage », in Bourdieu P. (sous la dir. de), La
misère du monde, Le Seuil, p.639-648.
Bruskas D., 2008, « Children in foster care: A vulnerable population at risk », Journal of
Child and Adolescent Psychiatric Nursing, 21(2):70-77.
Buehler C., Orme J.G., Post J., Patterson D.A., 2000, « The long-term correlates of family
foster care », Children and Youth Services Review, 22(8):595-625.
Burley M., Halpern M., 2001, Educational attainment of foster youth: Achievement and graduation outcomes for children in State care, Washington State Institute for Public Policy.
Bush K., Kivlahan D., McDonell M., Fihn S., Bradley K., 1998, « The AUDIT alcohol consumption questions (AUDIT-C). An effective brief screening test for problem drinking »,
Archives of Internal Medicine, 158 :1789-1795.
Cavalin C., 2007, « Les violences subies par les personnes âgées de 18 à 75 ans », Études
et Résultats, DREES, n°598.
Chauvin P., Parizot I., 2007, « Vulnérabilité sociale, santé et recours aux soins », Études
et recherches, Les éditions de la DIV.
Chen E., Langer D., Raphaelson Y., Matthews K., 2004, « Socioeconomic status and
health in adolescents: The role of stress interpretations », Child Development,
75(4):1039-1052.
Chouanière D., 2008, « Pourquoi et comment le stress au travail est dangereux pour la
santé », La santé de l’homme, n°397.
Clément C., Stephan E., 2006, « Favoriser les compétences sociales à l’école : un exemple de recherche-action en zone d’éducation prioritaire », Pratiques psychologiques,
12:447-463.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 136
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
136
Conger R.D., Wallace L., Sun Y., McLoyd V., Brody G., 2002, « Economic pressure in
African American families: A replication and extension of the family stress model », Developmental Psychology, 38(2):179-193.
Courtney M., Dworsky A., 2006, « Early outcomes for young adults transitioning from outof-home care in the USA », Child and Family Social Work, 11:209-219.
Cyrulnik B., 2003, Le murmure des fantômes, Odile Jacob, 272 p.
Daining C., DePanfilis D., 2007, « Resilience of youth in transition from out-of-home care
to adulthood », Children and Youth Services Review, 29:1158-1178.
Dazord A., 2001, « Santé mentale et qualité de vie dans des situations de précarité liée à la
maladie ou aux conditions sociales. Données d’enquête », in Joubert M., Chauvin P.,
Facy F., Ringa V. (sous la dir. de), Précarisation, risque et santé, INSERM, p.197-215.
Derivois D., 2008, « La traversée traumatique de l’enfant placé en institution : un point de
vue clinique », Pratiques psychologiques, 14:339-356.
DosReis S., Zito J.M., Safer D.J., Soeken K.L., 2001, « Mental health services for youths
in foster care and disabled youths », American Journal of Public Health, 91(7):1094-1099.
Dworsky A., Courtney M., 2009, « Addressing the mental health service needs of foster
youth during the transition to adulthood: How big is the problem and what can States
do? », Journal of Adolescent Health, Editorial, 44:1-2.
Felner R.D., Brand S., DuBois D., Adan A., Mulhall P., Evans E., 1995, « Socioeconomic
disadvantage, proximal environment experiences, and socioemotional and academic
adjustment in early adolescence: Investigation of mediated effects model », Child Development, 66:774-792.
Firdion J.-M., 2004, « Foster Care », in David Levinson (sous la dir. de), Encyclopedia of
Homelessness, vol.1, Thousand Oaks : Sage Publications, p.167-171.
Firdion J.-M., 2006, « Influence des événements de jeunesse et héritage social au sein
de la population des utilisateurs des services d’aide aux sans-domicile », Économie et
Statistique, n°391-392, p.85-114.
Firdion J.-M., 2007, « Agressions physiques subies par les personnes sans domicile », in
Jaspard M. et Condon S. (sous la dir. de), Nommer et compter les violences envers
les femmes en Europe, Institut de démographie de l’Université Paris I, p.127-133.
Frechon I., 2001, « Être placées à l’adolescence… et après ? Témoignages et devenirs
de jeunes filles ayant vécu au foyer Le Caligo », Études et Recherches, n° 4.
Frederick J., Goddard C., 2007, « Exploring the relationship between poverty, childhood
adversity and child abuse from the perspective of adulthood », Child Abuse Review,
16:323-341.
Gadot C., Tcherkessof F., 2003, « Le suicide des enfants placés », Messages, octobre, p. 19.
Goodman E., McEwen B., Dolan L., Schafer-Kalkhoff T., Adler N., 2005, « Social disadvantage and adolescent stress », Journal of Adolescent Health, 37:484-492.
Jacob M., Laberge D., Simard M., 1998, « L’entrée dans les services de la protection de
la jeunesse. Profil des signalants, des situations et des enfants signalés », in Éthier et
Alary (sous la dir. de), Comprendre la famille, Presses de l’Université du Québec,
p.331-358.
Jaspard M., Brown E., Lhomond B., Saurel-Cubizolles M.-J., 2003, « Reproduction ou
résilience : Les situations vécues dans l’enfance ont-elles une incidence sur les violences subies par les femmes à l’âge adultes ? », Revue française des affaires sociales,
n° 3, p.159-189.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 137
Le placement durant l’enfance et le risque d’exposition aux violences à l’âge adulte
137
Johnson J.G., Cohen P., Gould M., Kasan S., Brown J., Brook J., 2002, « Childhood
adversities, interpersonal difficulties and risk for suicide attempting during late adolescence and early adulthood », Archives of General Psychiatry, 59:741-749.
Kiser L.J., Black M.M., 2005, « Family processes in the midst of urban poverty: What does
the trauma literature tell us », Aggression and Violent Behavior, 10:715-750.
Koegel P., Melamid E., Burnam A., 1995, « Childhood risk factors for homelessness
among homeless adults », American Journal of Public Health, 85(12):1642-1649.
Lagrange H., Legleye S., 2007, « Violence, alcool, cannabis et dépression chez les adolescents français », Déviance et Société, 31(3) :331-360.
Lawrence C.R., Carlson E.A., Egeland B., 2006, « The impact of foster care on development », Development and Psychopathology, 18:57-76.
Maïlat M., 1999, « Enfant de famille pauvre : l’épreuve du placement », Informations sociales, n° 79, pp. 56-63.
Marpsat M., Firdion J.-M., Meron M., 2000, « Le passé difficile des jeunes sans domicile »,
Population & Sociétés, n°363.
Massinga R., Pecora P.J., 2004, « Providing better opportunities for older children in the
child welfare system », The Future of Children, 14(1):150-173.
Messiah A., Encrenaz G., Sapinho D., Gilbert F., Carmona E., Kovess-Masféty V., 2008,
« Paradoxical increase of positive answers to the Cut-down, Annoyed, Guilt, Eye-opener
(CAGE) questionnaire during a period of decreasing alcohol consumption: results from
two population-based surveys in Île-de-France, 1991 and 2005 », Addiction, 103:598603.
Michalski J.H., 2005, « Explaining intimate partner violence: The sociological limitations
of victimization studies », Sociological Forum, 20(4):613-640.
Melchior M., Krieger N., Kawachi I., Berkman L.F., Niedhammer I., Goldberg M., 2005,
« Work factors and occupational class disparities in sickness absence: Findings from
the Gazel cohort study », American Journal of Public Health, 95:1206-1212.
O’Brien C.P., 2008, « The CAGE Questionnaire for detection of alcoholism. A remarkably
useful but simple tool », Journal of the American Medical Association, 300(17):20542056.
Oui A., Saglietti C., 1993, « Les pupilles de l’État en 1989 », Solidarité Santé, Études Statistiques, n° 4, pp. 129-133.
Paugam S., 2000, Le salarié de la précarité, PUF, coll. « Le lien social », 456 p.
Paugam S., 2005a, « Les différents liens sociaux et leurs ruptures », in Chauvin P. et
Parizot I. (sous la dir. de), Santé et recours aux soins des populations vulnérables,
INSERM, coll. « Questions en santé publique », p.38-60.
Paugam S., 2005b, Les formes élémentaires de la pauvreté, PUF, coll. « Le lien social ».
Pecora P.J., Kessler R., O’Brien K., Roller White C., Williams J., Hiripi E., English D.,
White J., Herrick M., 2006, « Educational and employment outcomes of adults formerly
in foster care: results from the northwest foster care alumni study », Children and Youth
Services Review, 28:1459-1481.
Penzerro R.M., 2003, « Drift as adaptation: Foster care and homeless careers », Child &
Youth Care Forum, 32(4):229-244.
Poulton R., Caspi A., Milne B., Thomson W., Taylor A., Sears M., Moffitt T., 2002, « Association between children’s experience of socioeconomic disadvantage and adult
health: a life-course study », The Lancet, vol. 360, n° 9346, p.1640-1645.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 138
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
138
Pronovost J., Leclerc D., 2002, « L’évaluation et le dépistage des adolescent(e)s suicidaires en centres jeunesse », Revue de psychoéducation et d’orientation, 31(1):81100.
Pronovost J., Leclerc D., Dumont M., 2003, « Facteurs de protection reliés au risque
suicidaire chez les adolescents : comparaison de jeunes du milieu scolaire et de jeunes
en centres jeunesse », Revue québécoise de psychologie, vol. 24, n° 1, pp. 179-199.
Reilly T., 2003, « Transition from care Status and outcomes of youth who age out of foster
care », Child Welfare, LXXXII(6):727-746.
Ruault M., Baudier-Lorin C., Callegher D., 2001, « Les bénéficiaires de l’aide sociale
départementale en 2000 », Études et Résultats, DREES, n° 121.
Schofield G., Beek M., 2009, « Growing up in foster care: providing a secure base through
adolescence », Child and Family Social Work, 14:255-266.
Sharkey P.T., 2006, « Navigating dangerous streets: The sources and consequences of
Street Efficacy », American Sociological Review, 71(5):826-846.
Sheperd J.P., Sutherland I., NewCombe R.G., 2006, « Relations between alcohol, violence, and victimization in adolescence », Journal of Adolescence, 29:539-553.
Silberman R., Fournier I., 2006, « Les secondes générations sur le marché du travail en
France : une pénalité ethnique ancrée dans le temps », Revue française de sociologie,
47(2) :243-292.
Springer K.W., Sheridan J., Kuo D., Carnes M., 2007, « Long-term physical and mental
health consequences of childhood physical abuse: Results from a large populationbased sample of men and women », Child Abuse & Neglect, 31:517-530.
Takayama J.I., Bergman A.B., Connell F.A., 1994, « Children in foster care in the State
of Washington », Journal of American Medical Association, 271(23):1850-1855.
Temple J.R., Weston R., Stuart G., Marshall L., 2008, « The longitudinal association between alcohol use and intimate partner violence among ethnically diverse community
women », Addictive Behaviors, 33:1244-1248.
Thompson M.P., Sims L., Kingree J.B., Windle M., 2008, « Longitudinal associations
between problem alcohol use and violent victimization in a national sample of adolescent », Journal of Adolescent Health, 42:21-27.
Tracy M., Zimmerman F., Galea S., McCauley E., Vander Stoep A., 2008, « What explains the relation between family poverty and childhood depressive symptoms », Journal of Psychiatric Research, 42:1163-1175.
Wadsworth M.E., DeCarlo Santiago C., 2008, « Risk and resiliency processes in ethnically diverse families in poverty », Journal of Family Psychology, 22(3):399-410.
Wertheimer R., 2002, « Youth who ‘age out’ of foster care: Troubled lives, troubling
prospects », Child Trends Research Brief, n°59, Décember.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 139
Perdre un parent pendant l’enfance :
quels effets sur le parcours scolaire, professionnel,
familial et sur la santé à l’âge adulte ?*
Nathalie BLANPAIN
Au-delà des violences stricto sensu, l’enquête Événements de vie et santé
(EVS) permet de repérer la survenue d’événements traumatiques au cours
d’une vie (tel le décès d’un parent) et d’en observer les conséquences à long
terme sur le parcours familial et professionnel ainsi que sur l’état de santé
des personnes qui s’en déclarent victimes. En 2006, 11 % des adultes
de 20 à 75 ans interrogés dans l’enquête EVS déclarent avoir perdu leur père
ou leur mère avant l’âge de 20 ans, la plupart d’entre eux étant devenus
orphelins de père. Perdre un parent pendant l’enfance concerne davantage
les enfants d’origine sociale modeste (10 % d’orphelins de père parmi
les enfants d’ouvriers contre 5 % parmi les enfants de cadres) et ceux issus
d’une fratrie nombreuse.
C’est un risque social qui peut modifier la destinée d’un individu. Devenir
orphelin avant l’âge de 20 ans peut rendre plus difficile l’accès à un diplôme :
le décès du père diminue ainsi nettement les chances d’obtenir
le baccalauréat, ce qui peut conditionner la suite du parcours professionnel.
Des études plus courtes incitent également à se mettre en couple et à fonder
une famille plus précocement. Enfin, les personnes ayant perdu un parent
pendant l’enfance déclarent un peu plus souvent que les autres un mauvais
état de santé physique, ce qui peut s’expliquer notamment par l’exercice
d’une profession peu qualifiée, ou par de moins bonnes conditions de vie
pendant l’enfance.
* Cet article reprend en grande partie une étude déjà publiée : Blanpain N., 2008, « Perdre un enfant pendant l’enfance :
quels effets sur le parcours scolaire, professionnel, familial et sur la santé à l’âge adulte ? », Études et résultats, DREES,
n° 668, octobre.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 140
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
140
B
ien qu’étant en baisse, le nombre de personnes ayant perdu un de leurs parents pendant
l’enfance demeure non négligeable. En 1999, la France métropolitaine comptait 500 000
orphelins de père ou de mère âgés de 20 ans ou moins, soit 3 % des jeunes de cet âge (Monnier
et Pennec, 2003)1. Même lorsqu’il survient aux âges élevés, le décès d’un parent est considéré
comme l’un des événements les plus stressants que seuls dépassent, d’après l’échelle
d’Holmes et Rahe (1967), la mort du conjoint, le divorce ou l’emprisonnement. Lorsque le
décès du père ou de la mère survient durant l’enfance, des études ont montré des répercus­
sions psychiques dans nombre de cas (Kirwin et Hamrin, 2005).
D’un point de vue statistique, des travaux ont analysé la situation familiale des orphelins ainsi
que leurs origines sociales : ainsi, neuf orphelins de père sur dix vivent dans des familles mono­
parentales qui ont des niveaux de vie moyens plus faibles que les familles biparentales (Mon­
nier et Pennec, 2003). En revanche, le devenir des orphelins a été peu étudié. L’enquête Évé­
nements de vie et santé (EVS) contient un module biographique qui permet de mettre en
relation des événements anciens survenus durant l’enfance avec d’autres plus récents (enca­
dré 1). Elle permet notamment d’observer les effets de la perte précoce d’un parent sur le par­
cours de vie et l’état de santé.
Après avoir exposé les caractéristiques des personnes ayant perdu un parent pendant l’en­
fance, nous étudierons leurs diplômes, leur parcours familial (formation du couple, premier
enfant), professionnel et leur état de santé à l’âge adulte. Le deuil s’accompagne souvent
d’une perte de niveau de vie pour le parent survivant, le plus souvent la mère, et ses enfants.
Ce sont parfois les difficultés financières plus que le deuil en lui­même qui peuvent freiner la
poursuite d’études par exemple. La situation des orphelins sera donc étudiée selon qu’ils ont
connu ou non de graves privations matérielles durant l’enfance. Par ailleurs, nous compare­
rons leur situation avec celle des adultes ayant connu ou non la séparation de leurs parents
ENCADRÉ 1
Le module biographique de l’enquête EVS
Les questions de l’enquête EVS exploitées ici proviennent essentiellement du module biographique. Ce
dernier contient des questions sur différents événements survenus durant l’enfance, ainsi que sur les
étapes familiales importantes.
Les personnes sont interrogées sur le décès d’un parent survenu durant l’enfance : « Avant d’avoir 20
ans, avez-vous été confronté au décès de : votre père (ou de l’homme qui vous a élevé jusqu’à vos 18
ans) ? votre mère (ou de la femme qui vous a élevé jusqu’à vos 18 ans) ? »
Les enquêtés sont également interrogés sur l’existence de difficultés financières ou de graves tensions
entre les parents, ainsi que sur la période au cours de laquelle ces problèmes sont apparus (avant 11
ans, entre 11 et 19 ans, à 20 ans ou plus) : « Au cours de votre vie, avez-vous été confronté à des difficultés ou des privations matérielles importantes (revenus, logement, nourriture, vêtements, hygiène,
etc.) ? » « Avez-vous été confronté à de graves tensions ou un climat de violence entre vos parents ou
entre les personnes qui vous ont élevé ? »
Le module contient aussi une question sur l’année de naissance de tous les enfants de l’enquêté, ce qui
permet de reconstituer l’âge au premier enfant, ainsi que les dates de vie en couple : « Au cours de votre
vie, avec combien de personnes avez-vous vécu en couple, en étant ou non marié (avoir vécu en couple
signifie avoir vécu sous le même toit avec un conjoint pendant au moins trois mois de suite) ? »
1. Cette prévalence peut être rapprochée de celle de 4% trouvée au Royaume-Uni parmi les 11-16 ans (Harrison et Harrington, 2001).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 141
Perdre un parent pendant l’enfance
141
pendant l’enfance. L’idée est d’analyser si, au­delà des éventuelles différences sociales, la
perte (parfois brutale) d’un parent pendant l’enfance a des conséquences comparables ou non
à celles d’une séparation des parents. Les données utilisées ici proviennent essentiellement de
l’enquête EVS et, pour le parcours scolaire et professionnel, de l’enquête Étude de l’histoire
familiale (EHF), réalisée par l’INSEE (encadré 2).
Un adulte sur dix a perdu un de ses parents pendant l’enfance
En 2006, 11 % des personnes interrogées dans l’enquête EVS, âgées de 20 à 75 ans, déclarent
qu’un de leurs parents est décédé alors qu’elles n’avaient pas atteint l’âge de 20 ans. Sept fois
sur dix, il s’agissait de leur père. La mortalité plus fréquente des pères s’explique à la fois par
la surmortalité des hommes avant 65 ans (Delaunay­Berdaï, 2006) et par le fait qu’ils ont leurs
enfants à un âge plus avancé que les femmes (32,7 ans contre 29,7 ans2). En revanche, avoir
perdu ses deux parents pendant l’enfance est un phénomène rare, qui ne touche que 0,7 % des
adultes. Le risque de perdre l’un de ses parents s’accroît naturellement avec l’âge des enfants :
seul un tiers des orphelins le sont devenus avant l’âge de 10 ans, contre deux tiers entre 10 et
20 ans.
Perdre un parent pendant l’enfance devient de plus en plus rare au fil des générations (gra­
phique 1). Dans la génération née à la veille de la première guerre mondiale, dont les pères ont
ensuite été mobilisés en masse, 30 % des enfants étaient orphelins de père à 20 ans (Monnier et
ENCADRÉ 2
La profession du parent décédé, souvent inconnue des enquêtes statistiques
Rares sont les enquêtes qui recueillent des informations sur les caractéristiques sociales des parents
décédés. Alors que les professions du père ou de la mère sont utiles pour prendre en compte les différences de milieux sociaux, les questions se limitent souvent à la profession exercée par les parents
lorsque l’enquêté avait un âge donné, 15 ou 18 ans par exemple. Si l’enquêté était déjà orphelin à cet
âge, la profession du parent décédé n’est pas demandée. Or pour analyser l’effet du décès sur la poursuite des études par exemple, il est nécessaire de prendre en compte l’origine sociale. On sait que les
décès précoces sont plus fréquents dans les milieux moins favorisés et cette caractéristique peut être
déterminante pour expliquer la moindre réussite scolaire.
Deux enquêtes ont été mobilisées dans cette étude. L’enquête EVS, réalisée par la DREES et l’INSEE
en 2005-2006, permet d’aborder différents éléments du parcours familial, professionnel ou de la santé
des personnes qui ont perdu un parent pendant l’enfance. Elle est également utilisée ici pour comparer
le parcours scolaire, professionnel, etc. des orphelins avec celui des personnes ayant connu la séparation de leurs parents. En revanche, la catégorie socioprofessionnelle du parent décédé n’est pas
connue. Le milieu social d’origine n’a donc été contrôlé qu’en partie par la catégorie socioprofessionnelle du parent survivant.
L’enquête Étude de l’histoire familiale (EHF), réalisée en 1999, a été utilisée pour observer le parcours
scolaire et professionnel des orphelins, ainsi que pour valider les résultats concernant le parcours familial. Dans cette enquête, la dernière profession exercée par le parent décédé est renseignée, ce qui permet de mieux prendre en compte le milieu social d’origine. En revanche, certains thèmes comme la
santé n’y sont pas abordés et la séparation des parents n’est pas connue. Dans les deux enquêtes (EVS
et EHF), les enquêtés âgés de 20 à 75 ans sont interrogés de manière rétrospective sur le décès d’un
de leurs parents avant l’âge de 20 ans.
2. INSEE, statistiques de l’état civil 2005.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 142
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
142
Pennec, 2003). Dans celle née entre 1920 et 1924, relativement épargnée par la seconde guerre
mondiale (leur père étant en général suffisamment âgé pour ne pas être mobilisé), seuls 17,5 %
sont orphelins de père. La seconde guerre mondiale a entraîné à son tour une recrudescence des
orphelins, mais sans commune mesure avec celle due à la Grande Guerre (Monnier et Pennec,
2003). Enfin, depuis les générations nées vers 1950, la proportion d’orphelins à 20 ans baisse
constamment. Elle a été divisée par deux en un demi­siècle.
S’agissant des orphelins de mère, l’évolution observée est plus régulière : elle reflète essen­
tiellement les progrès effectués dans la lutte contre la mortalité prématurée des femmes,
avec une faible incidence des guerres.
GRAPHIQUE 1
Proportion d'orphelins avant l'âge de 20 ans (en %)
20
15
10
Orphelins de père ou de mère
5
Orphelins de père
Orphelins de mère
0
1930-1934
1935-1939
1940-1944
1945-1954
1955-1964
1965-1974
1975-1984
Lecture • 5,5 % des personnes nées entre 1975 et 1984 ont connu le décès de leur père ou de leur mère avant l'âge de 20 ans.
Champ • Personnes nées entre 1930 et 1984.
Sources • Enquête Événements de vie et santé, DREES, 2005-2006.
Près de neuf orphelins de père sur dix ont vécu avec leur mère
Lorsqu’un seul parent décède, l’enfant continue le plus souvent de vivre avec le parent survi­
vant. Ce cas de figure est plus fréquent pour les orphelins de père : 85 % ont passé leur enfance
avec leur mère sans jamais avoir vécu avec d’autres membres de la famille ou dans un établis­
sement collectif, contre 62 % pour les orphelins de mère. Lorsque les enfants n’ont pas vécu
avec le parent survivant, ils ont le plus souvent habité avec d’autres membres de la famille,
comme les grands­parents. Ainsi, 32 % des orphelins de mère ont vécu au moins momentané­
ment avec d’autres membres de la famille. Seule une minorité des orphelins ont passé une par­
tie de leur enfance dans un orphelinat ou un autre établissement collectif (6 % des orphelins
de mère et 4% des orphelins de père), cette situation étant plus fréquente pour les orphelins
de père et de mère (24 %). Enfin, les hommes se remettant plus souvent en couple après le
décès du conjoint, 16 % des orphelins de mère et 10 % des orphelins de père ont passé une par­
tie de leur enfance et de leur adolescence avec leur parent survivant et un beau­parent.
Une origine sociale plus modeste et une fratrie plus étendue
L’espérance de vie à 35 ans d’un homme ouvrier est de 39 ans, alors que celle des cadres est
de 46 ans, soit un écart de 7 ans (Monteil et Robert­Bobée, 2005). D’après l’enquête EHF de
1999, le risque de devenir orphelin pendant l’enfance est plus important pour les fils ou filles
d’ouvriers que pour les enfants de cadres (graphique 2). Ainsi, parmi les personnes nées en
France âgées de 20 à 24 ans, on compte 7 % d’orphelins de père parmi les enfants d’ouvriers,
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 143
Perdre un parent pendant l’enfance
143
contre 3 % parmi les enfants de cadres (Monnier et Pennec, 2003). De même, le risque de per­
dre sa mère précocement varie selon la profession de celle­ci. Le risque le plus élevé concerne
les personnes dont la mère est ouvrière, au foyer ou inactive3.
Les orphelins avant l’âge de 20 ans sont pour 45% d’entre eux issus d’une fratrie de cinq
enfants ou plus (frère, sœur, demi­frère ou demi­sœur), contre 33 % de l’ensemble des adultes.
Cela résulte tout d’abord d’un effet de génération : la majorité des orphelins appartiennent
aux générations les plus anciennes, où les fratries sont les plus grandes. Ces résultats s’expli­
quent aussi par une origine sociale plus modeste. De plus, la probabilité d’avoir un parent plus
âgé que la moyenne est plus forte pour les enfants issus d’une grande fratrie. Enfin, les orphe­
lins ont plus souvent connu une recomposition familiale, également source d’élargissement de
la fratrie : 26 % d’entre eux ont au moins un demi­frère ou une demi­sœur, contre 16 % de l’en­
semble des adultes.
GRAPHIQUE 2
Proportion d'orphelins avant 20 ans selon la catégorie socioprofessionnelle
du parent décédé (en %)
5,1
Cadres
1,3
Professions intermédiaires
2,1
Employés
1,6
Ouvriers
3,0
Au foyer, inactifs
4,8
5,2
8,6
9,8
Orphelins de père
11,7
0
Orphelins de mère
2
4
6
8
10
12
Lecture • 5,1 % des personnes dont le père était cadre ont connu le décès de leur père avant l'âge de 20 ans. 1,3 % des personnes dont
la mère était cadre ont connu le décès de leur mère avant l'âge de 20 ans.
Champ • Personnes âgées de 20 à 75 ans.
Sources • Étude de l'histoire familiale, INSEE, INED, 1999.
Le parcours scolaire des orphelins est marqué par des études plus courtes
Être orphelin avant 20 ans est plus souvent associé à une moindre réussite scolaire : en 2006,
d’après l’enquête EVS, 28 % des adultes âgés de 20 à 75 ans ayant perdu un parent pendant l’en­
fance ne sont titulaires d’aucun diplôme, contre 17 % de l’ensemble des adultes. De même, ils
accèdent moins souvent aux études supérieures : 7 % détiennent un diplôme supérieur à bac +2,
contre 12 % de l’ensemble des adultes. Ces écarts ne reflètent pas seulement un effet de géné­
ration. Si les orphelins sont plus nombreux parmi les générations les plus anciennes qui sont
moins diplômées, ils accèdent aussi moins souvent que les autres, au sein de ces générations, à
un diplôme. Plusieurs facteurs jouent en fait en leur défaveur, en particulier leur origine sociale
modeste ou le fait d’avoir de nombreux frères et sœurs. De nombreux travaux ont démontré le
rôle prépondérant de l’origine sociale dans la réussite scolaire. Ainsi, 41 % des personnes dont le
père est ouvrier non qualifié ou inactif obtiennent le baccalauréat, contre 84 % de celles dont le
père est cadre supérieur (Lemaire, 2006). Par ailleurs, la taille de la fratrie est également source
d’inégalité face à l’école : « À origine sociale comparable, naître dans une fratrie de quatre
enfants et plus est un handicap scolaire significatif » (Archambault, 2007). Cet effet pénalisant
3. Cette inactivité peut être la conséquence d’une longue maladie ayant entraîné le décès.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 144
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
144
de la taille de la famille existe aussi dans les groupes sociaux favorisés, même s’il est de plus fai­
ble ampleur. Enfin, le sexe a également un effet sur la scolarité puisque les filles réussissent
mieux au lycée, mais arrêtent plus souvent leurs études après le baccalauréat que les garçons
(Archambault, 2007). Au total, pour connaître l’effet du décès d’un des parents sur la scolarité
des enfants, il faut donc faire aussi la part de ce qui tient à d’autres facteurs d’échec ou de réus­
site : l’origine sociale du père et de la mère, la taille de la fratrie ou le sexe.
« Toutes choses égales par ailleurs »4, d’après l’enquête EHF 1999, le décès des parents durant
l’enfance joue un rôle pénalisant pour l’obtention d’un diplôme, ainsi que pour l’accès aux études
supérieures (tableau 1). Les chances d’obtenir le baccalauréat diminuent ainsi de 6 points en cas
de décès du père et davantage encore en cas de décès de la mère (­9 points) ou des deux parents
(­11 points).
TABLEAU 1
Probabilité d’avoir son baccalauréat selon les caractéristiques sociodémographiques
Ensemble (en %)
Situation avant l'âge de 20 ans
A connu le décès de son père
A connu le décès de sa mère
A connu le décès de son père et de sa mère
A vécu avec ses deux parents
Toutes choses égales par ailleurs
Probabilité de référence
Situation avant l'âge de 20 ans (en point)
A connu le décès de son père
A connu le décès de sa mère
A connu le décès de son père et de sa mère
A vécu avec ses deux parents
Âge
20-29 ans
30-39 ans
40-49 ans
50-59 ans
60-69 ans
70-75 ans
Catégorie socioprofessionnelle du père
Cadre
Profession intermédiaire
Employé
Ouvrier
N'a jamais travaillé
Catégorie socioprofessionnelle de la mère
Cadre
Profession intermédiaire
Employé
Ouvrière
N'a jamais travaillé
Sexe
Homme
Femme
Taille de la fratrie
1
2
3 et plus
Avoir le bac
34,8
23,1
21,2
15,7
36,6
34,7
-6,4 ***
-9,2 ***
-11,3 ***
réf.
19,2 ***
5,3 ***
réf.
-5,1 ***
-17,0 ***
-20,7 ***
36,2 ***
12,6 ***
réf.
-14,5 ***
-16,3 ***
24,6 ***
19,8 ***
réf.
-10,4 ***
-3,4 ***
réf.
3,0 ***
11,9 ***
11,8 ***
réf.
*** significatif au seuil de 1 % (échantillon de 320 000 personnes).
Lecture • 23,1 % des personnes ayant connu le décès de leur père
avant l'âge de 20 ans ont le baccalauréat. « Toutes choses égales
par ailleurs » (à génération, catégorie socioprofessionnelle de la
mère et du père, sexe et taille de la fratrie identiques et égales à la
situation de référence), les chances d'avoir obtenu le baccalauréat
sont de 28,3 % (34,7-6,4) lorsqu'on a perdu son père, contre 34,7%
lorsqu'on a vécu avec ses deux parents (les résultats sont issus
d'une régression logistique).
Champ • Personnes âgées de 20 à 75 ans.
Sources • Étude de l'histoire familiale, INSEE, INED, 1999.
4. À génération, catégorie socioprofessionnelle de la mère et du père, sexe et taille de la fratrie donnés.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 145
Perdre un parent pendant l’enfance
145
Plusieurs éléments d’interprétation peuvent être avancés. Après le décès d’un parent, les enfants
vivent dans la majorité des cas dans des familles monoparentales. Celles­ci ayant souvent un
niveau de vie faible (encadré 3), les difficultés financières peuvent être un frein à la poursuite des
études (Goux et Maurin, 2000). Cette hypothèse semble confirmée par le constat suivant : d’après
l’enquête EVS, les personnes ayant perdu un parent pendant l’enfance déclarent deux fois plus
que l’ensemble de la population avoir souffert de graves privations matérielles. Or la déclaration
de privations matérielles pendant l’enfance diminue de 7 points la probabilité d’obtenir son bac­
calauréat, « toutes choses égales par ailleurs ». Toutefois, cette hypothèse n’est pas la seule expli­
cation aux difficultés scolaires des orphelins. Car, même parmi les orphelins ne déclarant pas de
graves privations matérielles, ces difficultés demeurent par rapport aux personnes vivant avec
leurs deux parents et ne déclarant pas de privations. D’autres hypothèses peuvent être avancées.
Le décès d’un parent est un choc émotionnel pour l’enfant et pour le parent survivant, qui pourrait
avoir des répercussions sur la réussite à l’école. Les difficultés dans l’organisation de la vie quoti­
dienne pourraient également entraîner un moindre suivi parental de la progression scolaire. Enfin,
on peut avancer une autre hypothèse qu’Archambault a formulée pour les enfants de parents
séparés (Archambault, 2007). Certaines familles pourraient être plus « fragiles » que d’autres, tant
du point de vue de la santé que des études. Le décès du parent ne serait alors pas en soi une cause
de la moindre réussite scolaire, mais la corrélation entre la faible réussite scolaire et le fait d’être
orphelin traduirait seulement le fait que certains milieux familiaux sont moins propices tant à une
vie longue qu’à la réussite scolaire.
On notera enfin que, tout comme le décès de l’un des parents, la séparation des parents peut
avoir des conséquences négatives sur l’obtention d’un diplôme en raison notamment des difficul­
tés financières qu’elle peut entraîner. Elle peut en outre être associée à un mauvais climat familial
antérieur ou postérieur à la séparation qui peut peser sur la scolarité. Les personnes ayant connu
la séparation de leur parent sont certes davantage diplômées que les personnes orphelines : elles
appartiennent en effet à des générations plus jeunes et ont des parents plus diplômés. Si l’on tient
compte de ces différences de générations et de niveaux de diplôme des parents, la séparation a
en revanche un impact sur la réussite scolaire de même ampleur que le décès d’un des parents.
Ainsi, « toutes choses égales par ailleurs », l’enquête EVS met en évidence que les chances d’avoir
obtenu le baccalauréat diminuent de 8 points en cas de séparation des parents, soit quasiment
autant qu’en cas de décès d’un parent.
Les orphelins exercent moins souvent une profession intermédiaire ou de cadre
Le décès d’un des parents est un risque social qui peut non seulement modifier la destinée sco­
laire de l’enfant et à l’âge adulte, mais aussi affecter le parcours professionnel, diplôme et pro­
fession étant fortement liés. Effectivement, d’après les données de l’enquête EHF 1999, à
génération, sexe et origine sociale donnés, le décès d’un des parents a un impact négatif sur
les chances d’exercer une profession de cadre ou intermédiaire (tableau 2). En revanche, si l’on
tient aussi compte du diplôme obtenu, le décès du père n’a plus d’impact sur la profession
exercée et celui de la mère a un effet limité (­2 points). L’effet demeure toutefois significatif
dans le cas du décès des deux parents (­6 points). Ainsi, l’impact du décès d’un parent est sur­
tout indirect : c’est parce que leurs chances d’obtenir un diplôme sont plus faibles que les per­
sonnes orphelines exercent un peu moins souvent une profession de cadre ou intermédiaire.
À diplôme identique, les chances d’occuper un emploi de cadre ou de profession intermédiaire
pour ceux qui ont perdu leur père avant 20 ans sont ainsi proches de celles qui caractérisent
les personnes ayant vécu avec leurs deux parents.
Comme pour le décès du père, la séparation des parents agit par ricochet sur le parcours profes­
sionnel : c’est la difficulté à obtenir un diplôme qui rend plus difficile l’accès à certains emplois.
Mais, à diplôme donné, la séparation des parents n’a plus d’impact sur l’exercice d’une profes­
sion de cadre.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 146
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
146
TABLEAU 2
Probabilité d’être cadre ou d’avoir une profession intermédiaire selon les caractéristiques
sociodémographiques
Être cadre ou
profession intermédiaire
Ensemble (en %)
Situation avant l'âge de 20 ans
A connu le décès de son père
A connu le décès de sa mère
A connu le décès de son père et de sa mère
A vécu avec ses deux parents
Probabilité de référence
Situation avant l'âge de 20 ans (en point)
A connu le décès de son père
A connu le décès de sa mère
A connu le décès de son père et de sa mère
A vécu avec ses deux parents
Âge
20-29 ans
30-39 ans
40-49 ans
50-59 ans
60-69 ans
70-75 ans
Catégorie socioprofessionnelle du père
Cadre
Profession intermédiaire
Employé
Ouvrier
N’a jamais travaillé
Catégorie socioprofessionnelle de la mère
Cadre
Profession intermédiaire
Employé
Ouvrière
N'a jamais travaillé
Sexe
Homme
Femme
Taille de la fratrie
1
2
3 et plus
Diplôme de l'enquêté
Aucun diplôme
Certificat d'études primaires
BEPC
CAP
BEP
Bac général
Bac professionnel
Diplôme universitaire 1er cycle
Diplôme universitaire 2e ou 3e cycle
26,4
21,2
19,1
14,0
27,4
Toutes choses
égales par ailleurs
sauf
y compris
diplôme
diplôme
24,4
25,6
-3,1 ***
-5,5 ***
-9,1 ***
réf.
-0,7
-2,3 ***
-6,7 ***
réf.
-14,7 ***
-3,4 ***
réf.
0,2
-7,9 ***
-10,3 ***
-19,8 ***
-7,7 ***
réf.
4,6 ***
1,4 ***
0,7
21,1 ***
9,8 ***
réf.
-8,5 ***
-10,3 ***
3,3 ***
4,1 ***
réf.
-2,2 ***
-4,2
17,6 ***
18,3 ***
7,8 ***
réf.
3,8 ***
0,3
1,3 ***
réf.
-2,4 ***
-2,5 ***
11,4 ***
réf.
réf.
-11,7 ***
7,1 ***
7,3 ***
réf.
2,1 ***
2,6 ***
réf.
-15,1 ***
-9,4 ***
12,1 ***
réf.
11,9 ***
36,7 ***
34,9 ***
59,0 ***
64,4 ***
*** significatif au seuil de 1 % (échantillon de 320 000 personnes).
Lecture • 21,2 % des personnes ayant connu le décès de
leur père avant l'âge de 20 ans sont cadres ou professions
intermédiaires. « Toutes choses égales par ailleurs » (à
génération, catégorie socioprofessionnelle de la mère et du
père, sexe et taille de la fratrie identiques et égales à la situation de référence), les chances d’être cadre ou profession
intermédiare sont de 21,3 % (24,4-3,1) lorsque l'on a connu
le décès de son père, contre 24,4% lorsqu'on a vécu avec
ses deux parents (les résultats sont issus d'une régression
logistique).
Champ • Personnes âgées de 20 à 75 ans.
Sources • Étude de l'histoire familiale, INSEE, INED, 1999.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 147
Perdre un parent pendant l’enfance
147
Les orphelins se mettent en couple et fondent une famille plus tôt
Les premières étapes familiales (vie en couple, premier enfant) sont franchies plus tôt chez
les personnes devenues orphelines durant l’enfance : d’après l’enquête EVS de 2005­2006,
19 % des personnes ayant perdu leur père sont devenues parents précocement (mère avant
21 ans ou père avant 24 ans), contre 15 % de celles qui ont vécu avec leurs deux parents
(tableau 3). À génération et origine sociale données, leur précocité à former une union ou
une famille est en revanche la même et, à âge de fin d’études identique, les personnes ayant
perdu leur père durant l’enfance ne deviennent pas plus souvent de jeunes parents que ceux
qui ont grandi avec leurs deux parents. Les orphelins arrêtent leurs études plus tôt et c’est
cette interruption précoce qui avance d’autant les premières étapes de la vie familiale.
Les personnes qui ont connu la séparation de leurs parents pendant l’enfance se distinguent
de celles qui sont devenues orphelines pendant l’enfance : même si toutes fondent plus pré­
cocement que les autres une union ou une famille, ce phénomène demeure pour ceux dont
les parents se sont séparés, même à âge de fin d’études identique, contrairement à ce que
l’on constate pour les orphelins. On peut avancer plusieurs hypothèses pour expliquer cette
différence, comme par exemple l’idée que les enfants des familles séparées développent
une plus grande autonomie, manifestée par une précocité d’entrée dans les rôles adultes.
On peut aussi penser à une reproduction des comportements parentaux, sachant que les
enfants de parents séparés ont plus souvent une mère qui a fondé une famille tôt dans sa
vie (Archambault, 2007).
Une moins bonne santé physique à l’âge adulte
Parmi les personnes ayant perdu leur père pendant l’enfance, 15 % déclarent dans l’enquête
EVS un mauvais état de santé physique, contre 10 % de l’ensemble de la population5
(tableau 3). À origine sociale, âge, sexe et taille de la fratrie donnés, l’état de santé à l’âge
adulte reste affecté par le décès précoce du père. Le décès joue tout d’abord de manière indi­
recte : en nuisant à la poursuite des études, il induit un niveau de diplôme ou une moindre qua­
lification professionnelle, deux éléments favorisant une moins bonne santé physique à l’âge
adulte, ainsi qu’une moins bonne perception de cette santé (Lanoë et Makdessi­Raynaud,
2005). Si l’on raisonne à diplôme donné, l’état de santé physique à l’âge adulte reste lié au
décès du père, même si l’écart se réduit entre ceux ayant connu cet événement et les autres :
13 % déclarent un mauvais état de santé physique, contre 10 % de ceux qui ont vécu avec leurs
deux parents. Deux hypothèses peuvent être avancées. Le décès, par la baisse des ressources
économiques qu’il entraîne, crée de moins bonnes conditions de vie qui peuvent directement
influencer l’état de santé de l’enfant, puis de l’adulte (Chauvin et Lebas, 1998 ; Golberg et al.,
2003). Cette hypothèse semble validée puisque, lorsque les orphelins déclarent de graves pri­
vations matérielles, l’état de santé physique se révèle davantage détérioré. Cette explication
n’est toutefois pas la seule : même parmi les personnes qui ne déclarent pas de privations
matérielles, le décès du père reste associé à un état de santé physique un peu moins bon à
l’âge adulte. Ceci pourrait s’expliquer par une moins bonne transmission héréditaire ou com­
portementale des parents aux enfants (par exemple un moindre recours aux soins ou à la pré­
vention). En revanche, les personnes orphelines pendant l’enfance présentent un état de
santé mentale6 proche de celui de l’ensemble de la population. Ce résultat se trouve confirmé
dans une analyse « toutes choses égales par ailleurs ».
5. Il s’agit du score de santé physique perçue, calculé à partir du questionnaire standardisé SF-12(v2) (version abrégée du
SF-36). Ici, un mauvais état de santé physique correspond au premier décile de ce score.
6. Au sens de : « se situer dans le premier décile du score agrégé de santé psychique établi à partir du SF-12(v2) ».
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 148
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
148
TABLEAU 3
Probabilité d’être en couple, d’avoir un enfant, d’être en mauvaise santé physique ou
mentale selon les caractéristiques sociodémographiques
Avoir été
en couple
avant 19 ans
pour les
femmes
(21 ans pour
les hommes)
Ensemble (en %)
13,5
Situation avant l'age de 20 ans
16,9
Décès du père
Séparation des parents (sans décès)
20,3
A vécu avec ses deux parents
12,0
Toutes choses égales par ailleurs
Probabilité de référence
13,4
Situation avant l'âge de 20 ans
Décès du père
2,7 *
Séparation des parents (sans décès)
6,7 ***
A vécu avec ses deux parents
réf.
Âge
25-34 ans
3,1 **
35-44 ans
1,5
45-54 ans
réf.
55-64 ans
-4,7 ***
65-75 ans
-8,4 ***
Catégorie socioprofessionnelle de la mère
Cadre
4,7
Profession intermédiaire
-0,6
Employé
réf.
Ouvrière
-3,2 ***
N'a jamais travaillé
-2,3 **
Sexe
Homme
1,2
Femme
réf.
Taille de la fratrie
1
-3,7 **
2
-2,1 **
3 et plus
réf.
Diplôme de l'enquêté
Aucun diplôme ou certificat d'études
2,3
BEPC
1,0
CAP/BEP
3,4 *
Bac technologique
réf.
Bac général
-6,0 ***
er
-0,7
Diplôme universitaire 1 cycle
-2,2
Diplôme universitaire 2e ou 3e cycle
Âge de fin d'études
15 ans ou moins
10,4 ***
16-17 ans
7,0 ***
18-19 ans
réf.
20-21 ans
-4,5 ***
22-23 ans
-7,9 ***
24 ans et plus
-6,6 ***
Avoir été mère Être en
Être en
avant 21 ans mauvaise mauvaise
(ou père
santé
santé
avant 24 ans) physique mentale
15,5
10,0
10,0
19,0
18,3
14,7
14,9
10,2
9,5
10,3
12,2
9,6
15,9
10,0
10,6
0,4
7,0 ***
réf.
2,9 **
2,1 *
réf.
-0,1
2,6 **
réf.
-8,9 ***
-3,7 ***
réf.
1,2
-6,8 ***
-5,3 ***
-4,4 ***
réf.
4,7 ***
10,4 ***
1,2
0,5
1,7
réf.
-1,2
-3,1
1,2
réf.
2,5
2,8 **
2,1
-2,4
réf.
1,2
2,3 **
6,4 **
0,0
réf.
1,3
2,1 **
1,2
réf.
-1,4 **
réf.
-4,3 ***
réf.
-4,6 **
-2,5 **
réf.
-2,7 **
0,3
réf.
-1,0
0,7
réf.
1,8
0,4
réf.
-5,5 ***
-3,4
-3,7 *
-4,8 *
3,4 ***
0,3
réf.
-2,6 *
-4,9 ***
-5,5 ***
-4,5 ***
2,5 *
1,0
-0,4
-2,6 *
réf.
-2,2
-2,7
*** significatif au seuil de 1 % ;
11,3 ***
8,9 ***
réf.
-7,6 ***
-12,3 ***
-10,8 ***
** significatif au seuil de 5 % ;
* significatif au seuil de 10 %.
Lecture • 14,9 % des personnes
ayant connu le décès de leur père
avant l'âge de 20 ans déclarent être
en mauvaise santé physique.
« Toutes choses égales par ailleurs »
(à génération, catégorie socioprofessionnelle de la mère, sexe, diplôme
et taille de la fratrie identiques et
égales à la situation de référence), le
risque d'être en mauvaise santé physique est de 12,9 % (10,0 + 2,9)
lorsque l'on a connu le décès de son
père, contre 10,0 % lorsque l'on a
vécu avec ses deux parents (les
résultats sont issus d'une régression
logistique). Le revenu n'est pas introduit ici dans la régression, car c'est
une variable trop endogène au comportement étudié (les personnes en
mauvaise santé ont de fortes
chances d'être en inactivité ou au
chômage, et donc d'avoir de faibles
revenus. On ne mesurerait donc pas
« correctement » dans la modélisation son effet sur l'état de santé,
puisqu'il y a un effet revenu sur la
santé mais aussi un effet santé sur le
revenu). Il lui a été préféré un autre
indicateur, le niveau de diplôme.
Champ • Personnes âgées de 20 à
75 ans pour la santé, de 25 à 75 ans
pour les couples et parents précoces. Les orphelins de mère sont
exclus, les effectifs étant trop faibles.
Sources • Enquête Événements de
vie et santé (EVS), 2005-2006,
DREES.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 149
Perdre un parent pendant l’enfance
149
ENCADRÉ 3
Protection sociale et niveau de vie des veuves et veufs précoces
Actuellement, les veufs et les veuves précoces d’assurés du régime général ou agricole bénéficient d’une allocation veuvage sous condition de ressources et pour une durée maximale de deux ans suivant le décès1. À partir
de 2011, l’allocation veuvage sera supprimée et pour le régime général et agricole, seuls les veufs et les veuves
âgés de 55 ans ou plus pourront bénéficier sous condition de ressources d’une pension de réversion. Pour les
veufs et les veuves d’assurés de la fonction publique, le versement de la pension de réversion n’est pas soumis
à des conditions d’âge ni de ressources, mais il existe en revanche une condition de durée de mariage. Enfin,
dans les entreprises privées, des régimes de prévoyance complémentaire sont parfois mis en place.
Parallèlement à la protection sociale de l’assurance vieillesse, les conjoints survivants peuvent percevoir des
prestations familiales du fait de leur nouvelle situation :
• l’allocation de parent isolé (API) qui concerne toute personne vivant seule, enceinte ou ayant un ou des enfants
à charge, est versée sous condition de ressources pour une durée d’un an ou jusqu’aux trois ans du benjamin ;
• l’allocation de soutien familial (ASF), d’un montant de 87 euros par mois, est versée sans condition de ressources aux orphelins de père ou de mère. Elle est versée jusqu’aux 20 ans de l’enfant et cesse d’être due en
cas de mariage ou de vie maritale du parent survivant.
Finalement, en 2010, l’ASF est la seule prestation non temporaire2 compensant spécifiquement le veuvage versée à un parent qui ne se remet pas en couple pour subvenir au besoin de l’enfant. Si les ressources du ménage
à la suite du veuvage sont faibles, le parent survivant pourra toutefois prétendre à diverses prestations (familiales
ou logement) sous condition de ressources, qui ne Niveau de vie selon l'état matrimonial
s’adressent pas spécifiquement aux familles ayant
Niveau de vie médian Taux de pauvreté en %
connu le décès d’un des parents. Malgré ces aides,
(base 100 = ensemble) (seuil 60 % médiane)
pour un ménage, la perte des revenus entraînée par le
Hommes Femmes Hommes Femmes
décès d’un conjoint décédé, le plus souvent l’homme,
Veufs
peut impliquer une baisse de niveau de vie très signifi25-44 ans
83
74
23
26
cative et parfois un basculement dans la pauvreté. 45-54 ans
108
85
21
25
D’après l’enquête Revenus fiscaux, les veuves âgées 55-64 ans
111
96
5
14
de 25 à 44 ans ont un niveau de vie médian inférieur de 65-74 ans
105
85
6
12
99
83
9
14
27 % à celui des femmes mariées du même âge. La 75 ans et plus
perte des ressources du conjoint, ainsi que d’autres fac- Mariés
103
101
9
10
teurs, comme une origine sociale plus modeste, peu- 25-44 ans
45-54 ans
111
114
9
9
vent expliquer leur niveau de vie plus faible. D’autre 55-64 ans
114
111
8
6
part, 26 % des veuves âgées de 25 à 44 ans ont des 65-74 ans
97
95
5
5
revenus inférieurs au seuil de pauvreté, contre 17 % 75 ans et plus
92
93
8
7
des femmes divorcées et 10 % des femmes mariées. Si Divorcés
92
82
13
17
la situation des veufs précoces apparaît meilleure que 25-44 ans
102
97
11
16
celle des veuves en termes de niveau de vie, ils sont 45-54 ans
55-64 ans
101
100
14
13
eux aussi touchés par la pauvreté : 23 % des veufs
65-74 ans
102
84
6
15
âgés de 25 à 44 ans sont considérés comme pauvres, 75 ans et plus
83
82
6
10
contre 9 % des hommes mariés du même âge.
Ensemble
100
10
Lecture • Le niveau de vie médian des veuves âgées de 25 à
44 ans est égal à 74 % de celui de l'ensemble des personnes
âgées de 25 ans et plus. 26 % des veuves âgées de 25 à 44 ans
1. Les ressources ne doivent pas dépasser un plafond fixé à 713 ont un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté.
euros par mois au 1er avril 2009. Son montant est égal à 570 euros
Champ • Personnes âgées de 25 ans et plus.
par mois et peut être réduit en fonction des ressources.
2. Tant que les conditions d’attribution sont réunies : jusqu’aux 20 Sources • Enquête Revenus fiscaux 2004, INSEE-DGI dans
« Le niveau de vie des veuves et des divorcées », Document de
ans de l’enfant et tant que le parent ne se remet pas en couple.
travail, COR, n° 05, 2007.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 150
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
150
Pour les personnes ayant connu la séparation de leurs parents, la séparation est en revanche
associée à un indicateur de santé mentale un peu moins bon. À diplôme, origine sociale et sexe
donnés, 13,2 % des personnes ayant connu la séparation de leurs parents déclarent un mauvais
état de santé mentale7, contre 10,6 % des personnes ayant vécu avec leurs deux parents
(tableau 3). La causalité ne peut pas pour autant être considérée comme évidente : ce n’est
pas parce que les parents de l’enquêté se sont séparés que sa santé mentale s’est dégradée.
En effet, lorsque les personnes déclarent qu’il existait de graves tensions ou un climat de vio­
lence entre leurs parents, la séparation est associée à un moins bon état de santé mentale. En
revanche, lorsque la séparation a eu lieu sans graves tensions ni climat de violence, elle n’a pas
d’effet sur la santé mentale. Autrement dit, c’est le mauvais climat familial8 et non la sépara­
tion elle­même qui pourrait expliquer la santé mentale plus fragile à l’âge adulte.
Conclusion
Le décès d’un parent peut donc modifier la destinée sociale d’un individu, le principal vecteur
de cette modification étant l’échec scolaire. Cet événement dramatique diminue les chances
d’obtenir le baccalauréat ou un diplôme universitaire. Or le diplôme est déterminant dans
l’exercice d’une profession et est même étroitement corrélé à la santé physique (recours aux
soins, etc.). En revanche, pour les orphelins qui ont pu poursuivre leurs études, le décès d’un
parent a moins d’impact à long terme. À diplôme identique, la probabilité d’être cadre ou
d’exercer une profession intermédiaire est proche pour les orphelins et pour ceux qui ont
vécu avec leurs deux parents. La santé physique des orphelins demeure toutefois un peu
moins bonne. Ainsi, c’est en agissant durant l’enfance que les pouvoir publics pourraient ten­
ter de rétablir une égalité des chances, notamment en diminuant le risque de pauvreté. Actuel­
lement, le risque social que représente la perte précoce d’un parent est en effet peu pris en
charge (encadré 3).
BIBLIOGRAPHIE
Archambault P., 2007, Les enfants de familles désunies en France. Leurs trajectoires,
leur devenir, INED, 232 p.
Chauvin P., Lebas J., 1998, « La problématique précarité et santé, un symptôme des dysfonctionnements de notre système de santé », in Lebas et Chauvin (sous la dir. de),
Précarité et Santé, Flammarion, Paris, p. 3-22.
Delaunay-Berdaï I., 2006, « Le veuvage précoce en France. Situation démographique,
sociale et économique des allocataires des CAF », Dossiers d’études, CNAF-EHESS,
novembre, n°86, 54 p.
Devaux M., Jusot F., Trannoy A., Tubeuf S., 2007, « Inégalité des chances en santé : influence de la profession et de l’état de santé des parents », Question d’économie de
la santé, IRDES, n°118.
Goldberg M., Melchior M., Leclerc A., Lert F., 2003 « Épidémiologie et déterminants sociaux des inégalités de santé », Revue d’épidémiologie et de santé publique, vol. 51,
n°4, p.381-401.
7. Idem.
8. Postérieur ou antérieur à la séparation, sans qu’on puisse distinguer ces deux situations dans l’enquête.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 151
Perdre un parent pendant l’enfance
151
Goux D., Maurin É., 2000 « La persistance du lien entre pauvreté et échec scolaire »,
France Portrait Social 2000-2001, INSEE, p. 87-98.
Harrison L., Harrington R., 2001 « Adolescents’ bereavement experiences. Prevalence,
association with depressive symptoms, and use of services », Journal of Adolescence,
24(2), p. 159-169.
Holmes T.H., Rahe R.H., 1967, « The Social Readjustment Rating Scale », Journal of Psychosomatic Research, 11 (2), p. 213–8
Kirwin K., Hamrin V., 2005, « Decreasing the risk of complicated bereavement and future
psychiatric disorders in children », Journal of Child and Adolescent Psychiatric Nursing,
18(2):62-72.
Lanoë J.-L., Makdessi-Raynaud Y., 2005, « L’état de santé en France en 2003 », Études
et Résultats, DREES, n°436.
Lemaire S., 2006, « Le devenir des bacheliers : parcours après le baccalauréat des élèves
entrés en 3e en 1989 », Note d’information 06.01, Ministère de l’Éducation nationale.
Monnier A., Pennec S., 2005, « Orphelins et orphelinage », in Lefévre C., Filhon A. (sous
la dir. de), « Histoires de familles, histoires familiales : les résultats de l’enquête Famille
de 1999 », Les cahiers de l’INED, n°56, 756 p.
Monnier A., Pennec S., 2003 « Trois pour cent des moins de 21 ans sont orphelins en
France », Population et sociétés, n°396.
Monnier A., Pennec S., 2002, Le nombre d’orphelins : une inconnue démographique,
http://www-aidelf.ined.fr/colloques/seance1/t_monnier.pdf
Monteil C., Robert-Bobée I., 2005, « Les inégalités sociales en augmentation chez les
hommes, stable chez les femmes », INSEE Première, n°1025.
Menahem G., 1994, Problèmes de l’enfance, statut social et santé des adultes, rapport
CREDES, n°1010, 222 p.
Thierry X., 2000, « Mortel veuvage. Risques de mortalité et causes médicales de décès
aux divers moments du veuvage», Gérontologie et société, n°95, 2, p. 27-45.
Valet F., 2010, Renaître orphelin. D’une réalité méconnue à une reconnaissance sociale,
Chronique sociale, 192 p.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 152
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 153
Parcours et comportements sexuels
des hommes et des femmes ayant subi
des violences
Florence MAILLOCHON et Marion SELZ
Par son questionnement rétrospectif sur les violences subies (au cours de la
vie ou des deux années précédant l’enquête), l’enquête Événements de vie et
santé (EVS) permet d’observer les liens entre différentes modalités de la
sexualité des personnes interrogées (âge d’entrée dans la sexualité, nombre
de partenaires actuels et au cours de la vie) et différents types d’atteintes ou
de brutalités (pas uniquement sexuelles) survenues dans le passé ou plus
récemment. La présente analyse se concentre sur les jeunes âgés de 18 à
30 ans, dont la vulnérabilité aux violences interpersonnelles est attestée.
« Toutes choses égales par ailleurs », les jeunes femmes ayant subi des
violences physiques ainsi que des violences psychologiques et verbales
récentes se distinguent des autres par une entrée plus précoce dans la
sexualité. Les jeunes qui ont subi des violences énoncent aussi un plus grand
nombre de partenaires sexuels au cours de leur vie. Ils sont de ce fait plus
exposés à des situations de risque (grossesse non désirée et infections
sexuellement transmissibles). Le fait d’avoir subi des violences semble avoir
un impact faible sur le recours à des méthodes préventives de contraception
(pilule et préservatif) mais est associé à une plus forte propension de recours
à la contraception d’urgence (pilule du lendemain) et à l’interruption volontaire
de grossesse (IVG).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 154
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
154
L
es violences sexuelles, en particulier lorsqu’elles sont subies au cours de l’enfance, ont de
nombreuses conséquences, bien au­delà du moment où elles sont perpétrées. Une impor­
tante littérature épidémiologique et sociologique montre combien les femmes victimes
d’abus pendant leur jeune âge ont un état de santé à la fois physique et psychologique
dégradé par rapport aux autres (Romito et al., 2001 ; Higgins et McCabe, 1994). Outre des
affections gynécologiques plus nombreuses, elles sont également plus susceptibles de pré­
senter des symptômes dépressifs ou suicidaires, ou encore des comportements addictifs. Ces
femmes souffrent également plus souvent d’une moindre estime et confiance en soi (Kendall­
Tackett et al., 1993), ce qui peut avoir des incidences dans la vie quotidienne, altérer leurs rela­
tions avec les autres, notamment lorsqu’elles sont intimes.
Sans pour autant s’enfermer dans un discours déterministe, de nombreux travaux montrent
également que les femmes ayant subi des violences sexuelles pendant l’enfance se trouvent
plus fréquemment exposées que les autres à toute forme d’agressions physiques ou psy­
chologiques et qu’elles ont en général moins de ressources pour s’en protéger (Jaspard et
al., 2003a).
L’implication des violences sexuelles subies pendant l’enfance sur les comportements sexuels
en général, en dehors de leur éventuelle composante violente, a fait l’objet de moindres inves­
tigations. Quelques études montrent cependant que les abus pourraient avoir une incidence
sur le calendrier de l’entrée dans la sexualité : les victimes sont généralement plus précoces
que les autres filles (Jaspard et al., 2003b). Les attirances et les pratiques homosexuelles
seraient également liées à des situations de mise en danger (Lhomond et Saurel­Cubizolles,
2003, 2006) : les victimes de violences sexuelles déclarent plus fréquemment que les autres
femmes une orientation homosexuelle et réciproquement. Les autres modalités de la vie
affective et sexuelle, aussi bien en termes de relations sexuelles (choix du partenaire, situation
conjugale, etc.) que de pratiques sexuelles, ne sont pas abordées. En outre, la plupart des
études portent sur les femmes et n’envisagent donc pas que les violences puissent avoir des
effets sur les parcours sexuels des jeunes hommes en dehors de leur participation à la répéti­
tion d’une violence de genre (Romito et Gerin, 2002) : les hommes victimes pendant leur
enfance sont plus fréquemment étudiés comme agresseurs potentiels que comme victimes
ultérieures.
Sans chercher nécessairement à montrer un lien de causalité entre violences sexuelles subies
et comportements sexuels, on peut néanmoins s’interroger sur la chronologie de certains évé­
nements vécus. On peut supposer que le dérèglement des relations interpersonnelles que
représentent les situations de violence a une incidence sur la capacité à envisager et engager
des relations intimes et que celle­ci est différente selon le moment où ces événements dou­
loureux se sont produits : au cours de l’enfance ou à l’âge adulte.
L’enquête Événements de vie et santé (EVS) permet justement de préciser à quel point les vio­
lences sexuelles subies tout au long de la vie, et en particulier au cours des dernières années,
sont associées à des constructions et expressions différentes de la sexualité. Elle offre la pos­
sibilité de tester dans quelle mesure les importantes répercussions psychologiques de la plu­
part des violences sexuelles subies (voir l’article p. 99) jouent un rôle dans le choix des pra­
tiques sexuelles et dans la prise de risque à l’égard des infections sexuellement transmissibles
(IST) ou des grossesses non désirées – sans jamais pouvoir exclure que les infections sexuelles
aient pu être contractées lors de relations violentes.
Une enquête quantitative sur les violences et la santé telle que l’enquête EVS ne peut préten­
dre aborder en détail la vie sexuelle des personnes interrogées. Par construction (voir l’article
p. 35), la sexualité est abordée dans un cadre de référence épidémiologique au sein duquel il
est néanmoins possible de repérer, à travers quelques indicateurs nécessairement partiels,
certaines de ses multiples facettes : sociale, affective, conjugale, génésique ou sanitaire.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 155
Parcours et comportements sexuels des hommes et des femmes ayant subi des violences
155
L’impact des violences sur les événements de la vie est au demeurant difficile à établir, parce
que les violences sont rarement des faits isolés mais participent généralement d’un continuum
qui peut agir à des niveaux différents et dans des temporalités diverses (Menahem, 1992 ;
Romito et al., 2001). Dans un nombre important de situations, les atteintes sexuelles sont asso­
ciées à d’autres types d’agressions (Jaspard et al., 2003a ; voir l’article p. 71). L’enquête EVS
permet de resituer les différentes modalités de la sexualité par rapport à différents types d’at­
teintes ou de brutalités survenues dans le passé ou au cours d’une période plus récente, et qui
ne sont pas uniquement sexuelles. Elle offre donc la possibilité de mieux distinguer les effets
à long terme des différentes violences sur l’engagement dans des relations affectives durables
et leurs expressions.
Violences et pratiques sexuelles
Les jeunes déclarent davantage de violences interpersonnelles
L’importante vulnérabilité des jeunes aux violences interpersonnelles est attestée dans de nom­
breuses enquêtes réalisées en France (Jaspard et al., 2003a ; Beltzer et al., 2005 ; voir l’article
p. 71 ). Dans l’enquête EVS, les jeunes sont les plus nombreux à déclarer avoir subi des violences
physiques, verbales ou psychologiques, et sexuelles au cours des deux années précédant l’en­
quête (tableau 1). Ces violences sont fréquemment associées à leur mode de vie et aux risques
que celui­ci peut occasionner. Mais cette explication liée au cycle de vie n’est pas suffisante, dans
la mesure où les jeunes sont également ceux qui se disent davantage victimes de différents types
de violences (physiques ou psychologiques) au cours de leur existence. Plusieurs hypothèses non
concurrentes doivent donc être envisagées pour rendre compte de ce phénomène. En dehors de
l’effet de sélection de la mémoire des personnes les plus âgées, on peut évoquer une augmenta­
tion des faits de violence physique et surtout une plus grande capacité à énoncer, et dénoncer,
des actes jugés répréhensibles et non pas seulement honteux pour ceux qui les subissent. Plu­
sieurs sources statistiques ou enquêtes déclaratives indiquent en effet la progression de diffé­
rentes violences (Robert, 2009 ; ONDRP, 2010). Des analyses plus récentes témoignent aussi des
progrès importants que les victimes ont accomplis pour reconnaître les faits qu’elles ont subis,
les verbaliser, pour elles­mêmes ou des recours extérieurs (Jaspard et al., 2003a ; Bajos et Bozon,
2008b ; voir les articles p. 71 et 85).
Les femmes davantage exposées aux violences sexuelles
Au cours des deux années précédant l’enquête EVS, les jeunes hommes et femmes de 18 à
30 ans1 déclarent dans une proportion à peu près équivalente avoir subi des violences (tous
types de violences confondus). Comme dans le dispositif d’enquêtes de victimation développé
par l’INSEE, la population masculine énonce toutefois relativement plus d’atteintes physiques
que les femmes (Djider et Vanovermeir, 2007) lorsqu’elles sont commises en dehors du
ménage.
À l’échelle de leur vie entière, en revanche, les personnes des deux sexes ne déclarent pas les
mêmes faits, ce qui suggère des expositions à des formes différenciées de violences pendant
l’enfance et l’adolescence, et sans doute des manières différentes de percevoir et de restituer
leurs souffrances. Les jeunes hommes énoncent, là encore, avoir subi relativement plus de vio­
lences physiques mais aussi de violences verbales, tandis que les femmes déclarent plus souvent
des carences affectives au cours de leur enfance, ainsi que des violences sexuelles (tableau 1).
1. Afin de limiter les effets de génération et de cycle de vie très importants dans la mesure des violences subies, ce chapitre
se concentre uniquement sur les personnes de 18 à 30 ans.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 156
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
156
Les agressions sexuelles commises en France concernent surtout les jeunes (voire très jeunes)
femmes (Jaspard et al., 2003a ; Tournyol du Clos et Le Jeannic, 2008 ; voir aussi l’article p. 99).
D’après les données de l’ENVEFF confirmées par celles de l’enquête EVS, la plupart de ces vio­
lences ont été subies avant 25 ans : pendant l’enfance pour les attouchements et au début de
l’âge adulte pour les viols ou tentatives, c’est­à­dire au moment où la plupart des jeunes font leur
apprentissage relationnel et sexuel, puisque l’âge médian au premier rapport sexuel se situe
entre 17 et 18 ans pour les femmes et les hommes (Bajos et Bozon, 2008a).
TABLEAU 1
Personnes ayant subi des violences précédant l'enquête en fonction de l’âge et du sexe (en %)
18-30 ans
Hommes Femmes Ensemble Hommes
Au cours de la vie (sans les deux dernières années précédant l'enquête), vous est-il arrivé...
Carences affectives
… de souffrir d’un grave manque d’affection ?
14,7
18,4
17,1
16,6
Violences verbales
… qu’on vous insulte, profère des cris, des injures,
45,7
29,9
37,4
37,8
des menaces verbales à votre encontre ?
Violences psychologiques*
Violences physiques
… qu’on vous gifle, frappe, exerce d’autres brutalités physiques
contre vous, ou qu'on tente de le faire ?
Violences sexuelles**
… de subir des attouchements sexuels, des tentatives
de rapports sexuels forcés ou des rapports sexuels forcés ?
Violences sexuelles* * *
Nombre de personnes déclarant avoir subi des violences
25,3
21,3
27,3
32,8
45,0
45,6
45,3
39,5
46,3
43,0
27,0
15,7
21,4
20,5
16,3
18,3
1,1
7,6
4,4
1,3
8,4
5,0
29,0
18,2
19,0
18,6
Au cours des deux dernières années précédant l'enquête, vous est-il arrivé...
Violences verbales
… qu’on vous insulte, profère des cris ; des injures,
30,5
27,5
des menaces verbales à votre encontre ?
Violences psychologiques
Violences. physiques
… qu’on vous gifle, frappe, exerce d’autres brutalités physiques
contre vous, ou qu'on tente de le faire ?
18-75 ans
Femmes Ensemble
38,9
41,0
39,9
28,6
26,9
27,8
10,7
5,4
8,1
2,8
4,2
3,5
6,1
744
6,2
973
6,2
1 717
2,5
3 920
3,1
5 050
2,8
8 970
* Violences psychologiques (au moins une réponse positive dans la liste suivante).
Vous est-il arrivé …
… qu'on vous dénigre ou dévalorise votre apparence physique, votre tenue vestimentaire, vos idées, ce que vous aviez fait ?
… qu'on vous empêche de parler avec des amis, des connaissances ou des membres de votre famille ou qu’on vous empêche de les rencontrer ?
… qu'on vous impose des façons de vous habiller, de vous coiffer ou de vous comporter ?
… qu'on exige de savoir où et avec qui vous étiez à un autre moment ou qu’on cherche à contrôler vos fréquentations ou vos déplacements ?
… qu'on refuse totalement de discuter avec vous ?
… de recevoir des appels téléphoniques malveillants, y compris si personne ne parlait, ou des lettres malveillantes ?
… qu'on s'en prenne à une (ou des) personne(s) qui vous est (sont) proche(s) ou qu’on menace de vous séparer d’elle(s) ?
** Violences sexuelles au cours de la vie, sans les deux dernières années précédant l'enquête : intègre un certain nombre de personnes qui
n’ont pas déclaré de violences sexuelles à la première question mais l’ont fait plus tard, dans le questionnaire auto-administré par ordinateur
(procédé audio-CASI) après la consigne suivante : « L'enquêteur vous a interrogé(e) au sujet de situations que vous avez peut-être vécues et
dont il n'est pas toujours facile de parler. Si maintenant vous le souhaitez, vous pouvez répondre à la question suivante : au cours de votre vie,
avez-vous subi des attouchements ou des rapports sexuels forcés ? »
*** Violences sexuelles au cours des deux dernières années (une réponse positive à au moins une de ces questions).
Vous est-il arrivé que quelqu’un…
… exhibe devant vous ses organes sexuels ou se déshabille devant vous contre votre volonté ?
… cherche à vous embrasser contre votre gré ou à vous imposer un contact physique ?
… vous force à subir ou à faire des attouchements sexuels, a essayé ou est parvenu à avoir avec vous un rapport sexuel contre votre gré ?
Champ • Ensemble des personnes de 18 à 75 ans (n = 8970) résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 157
Parcours et comportements sexuels des hommes et des femmes ayant subi des violences
157
Une entrée dans la sexualité plus précoce pour les jeunes ayant subi des violences
L’enquête EVS ne décrit pas en détail l’entrée dans la sexualité comme le ferait une enquête
spécifique sur les comportements sexuels. Elle offre néanmoins une description efficace du
profil sexuel des personnes interrogées en abordant un certain nombre d’aspects qui sont
généralement interprétés, dans la littérature épidémiologique, comme des indicateurs de
risque2 par rapport au sida ou autres infections sexuellement transmissibles (IST) : l’âge au pre­
mier rapport sexuel qui, par ailleurs, est considéré comme un assez bon indicateur de la variété
et de la diversité des expériences sexuelles à venir (Bozon, 1993) ; le nombre et le sexe3 des
partenaires actuels et au cours de la vie (Léridon, 1993, 2008).
La plupart des jeunes s’initient à un âge inscrit dans une fenêtre de plus en plus étroite, géné­
ralement avant 23 ans, comme l’indiquent les données de l’enquête EVS et celles de l’enquête
Contexte de la sexualité en France (CSF) [Bajos et Bozon, 2008a; Maillochon, 2010]. Environ
80 % des 18­30 ans ont déjà eu une première expérience sexuelle, laquelle, depuis quelques
années, semble moins conditionnée par l’origine sociale ou culturelle que par la nature et la
structure des parcours biographiques (Lagrange et Lhomond, 1997).
Au moment où ils ont été interrogés, 19,4% des hommes et 13,1% des femmes n’étaient pas en
couple (tableau 2). La majorité des jeunes (77,7% des hommes et 86,3% des femmes) avaient une
relation avec un partenaire sexuel unique et une faible minorité (2,9% des hommes et 0,6% des
femmes) avec plusieurs. Le début de l’âge adulte est souvent une période où les relations se suc­
cèdent. Pour les 18­30 ans, le nombre médian de partenaires au cours de la vie est de 3 pour les
hommes et de 2 pour les femmes. Un tiers des hommes ont eu au total plus de cinq partenaires
depuis leur initiation contre moins d’un cinquième des femmes. Ces résultats convergent avec
ceux obtenus dans l’enquête CSF réalisée en France en 2005­2006 (Léridon, 2008).
Du point de vue de leur entrée dans la sexualité et de l’organisation de leurs premières rela­
tions, les personnes ayant subi des violences à un moment de leur vie présentent des caracté­
ristiques relativement différentes de celles de leur classe d’âge. Les atteintes subies ne
seraient pas associées à une entrée plus tardive dans la sexualité, au contraire. Les personnes
ayant rencontré une forme de violences ou une autre (à l’exception des violences psycholo­
giques) au cours de leur vie sont plus nombreuses que les autres à avoir déjà eu des relations
sexuelles (tableau 2). Ainsi, 87 % des hommes et 94 % des femmes de 18­30 ans ayant subi des
violences sexuelles dans leur vie ont déjà eu une expérience sexuelle contre respectivement
82 % et 80 % de l’ensemble des jeunes de cette tranche d’âge. L’âge médian du premier rapport
sexuel des hommes qui ont subi des violences physiques ou sexuelles est inférieur à celui des
personnes qui n’en ont pas déclaré, comme l’avait montré l’enquête ENVEFF pour la seule
population féminine (Jaspard et al., 2003a).
Des relations de couple moins fréquentes pour les femmes ayant subi
des violences physiques, verbales ou sexuelles récentes
Les hommes qui ont subi des violences physiques récemment se déclarent moins souvent en
couple (70 % d’entre eux) que la moyenne d’entre eux (80 % des 18­30 ans) ; les femmes qui ont
subi des violences physiques, mais aussi verbales ou sexuelles dans une période récente aussi
(tableau 2), éventuellement parce qu’elles viennent de rompre une relation conjugale qui pou­
vait être violente (Jaspard et al., 2003a), situation moins fréquente pour les hommes. Seules
2. Les « indicateurs de risque » désignent des situations qui, statistiquement, sont associées à des formes d’exposition au
risque, alors que les « facteurs de risque » (ne pas utiliser de préservatifs par exemple) désignent des pratiques qui peuvent
entraîner la contamination. Ils seront étudiés dans les sections suivantes.
3. Des travaux antérieurs ont montré le lien important entre attirances et pratiques homosexuelles et violences subies (Lhomond et Saurel-Cubizolles, 2003, 2006), mais il ne sera pas abordé dans ce chapitre.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 158
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
158
les femmes ayant souffert de graves carences affectives au cours de l’enfance et de violences
verbales au cours des deux dernières années déclarent plus fréquemment avoir plusieurs par­
tenaires sexuels au moment de l’enquête (respectivement 2,7 % et 1,6 % contre 0,6 % pour l’en­
semble des femmes de 18­30 ans). Il en est de même pour les hommes, plus rares, qui ont subi
des violences sexuelles au cours de leur vie.
Un changement de partenaires plus important chez les femmes victimes de violences
Les femmes qui ont subi des violences ont, en général, connu plus de partenaires au cours de
leur vie que les autres : 34 % des femmes ayant souffert de carences affectives au cours de leur
enfance et 42 % parmi les victimes récentes d’agressions sexuelles ont eu plus de 5 partenaires
contre 17 % des femmes de 18 à 30 ans. Le lien entre la fréquence des partenaires sexuels et les
violences subies relève de mécanismes différents suivant le sexe. Seuls les hommes ayant subi
des agressions sexuelles récentes ont eu plus souvent de nombreux partenaires sexuels (37 %
d'entre eux), ainsi que ceux ayant souffert de carences affectives (41 % d’entre eux), d’atteintes
verbales au cours de la vie ou des deux dernières années (43 % d’entre eux) [tableau 2].
Ces résultats peuvent également être interprétés en termes de parcours sexuels. Les
hommes qui ont subi des violences physiques et les femmes qui ont vécu différentes formes
de violences (à l’exception des violences psychologiques) au cours des deux années précé­
dant l’enquête déclarent moins souvent un partenaire sexuel au moment de l’enquête
même si, comme on vient de le voir, elles ont eu un nombre relativement plus important de
partenaires au cours de leur vie. Le fait que les victimes sont moins souvent en couple que
les autres au moment de l’enquête bien qu’elles aient un nombre relativement plus impor­
TABLEAU 2
Entrée dans la sexualité et nombre de partenaires des personnes de 18-30 ans
en fonction des violences subies (en %)
Au moins une
expérience sexuelle
Pas de relation
en cours
Hommes
Femmes
Hommes
Femmes
Au cours de la vie (sans les deux dernières années précédant l'enquête)
Carences affectives
18,3
12,4
91,9
89,7
Violences verbales
85,0
16,8
13,6
84,2
Violences psychologiques
83,0
82,5
18,4
13,8
Violences physiques
17,6
88,0
89,6
14,9
Violences sexuelles*
87,3
28,6
13,5
93,7
Au cours des deux dernières années précédant l'enquête
Violences verbales
85,5
15,8
85,9
17,1
Violences psychologiques
81,9
81,7
17,9
14,9
Violences physiques
80,7
90,3
30,6
38,4
Violences sexuelles*
81,0
87,1
13,4
28,3
82,4
80,1
19,4
13,1
Ensemble des 18-30 ans
Multipartenariat
en cours
Hommes
Plus de 5 partenaires
sexuels dans la vie
Femmes
Hommes
Femmes
3,9
3,4
3,1
2,2
19,6
2,7
1,1
0,9
1,9
0,7
41,3
42,6
35,8
35,4
47,2
34,4
23,2
21,7
34,5
31,2
3,3
2,5
3,1
0,5
2,9
1,3
1,0
0,8
0,4
0,6
42,7
36,4
34,4
36,6
32,8
23,8
21,8
25,7
41,8
17,3
* Les violences sexuelles au cours de la vie et au cours des deux dernières années sont répertoriées selon la même procédure que dans
le tableau 1.
Note • Les pourcentages sont en gras quand le test du Chi-2 indique qu’ils sont significativement différents du pourcentage marginal à un
seuil de 5 % de risques.
Lecture • 34,4 % des femmes ayant subi des carences affectives au cours de leur vie ont eu plus de cinq partenaires au cours de la vie
(contre 17,3 % des femmes du même âge). Cette différence est significative au seuil de 5 % d’après le test du Chi-2.
Champ • Ensemble des 18-30 ans (n=1717) résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 159
Parcours et comportements sexuels des hommes et des femmes ayant subi des violences
159
tant de partenaires peut cacher deux mécanismes différents : une inflexion dans la carrière
sexuelle des jeunes qui viennent de subir des violences et ne seraient pas disponibles pour
engager une relation ; un moindre investissement dans des relations durables, les victimes
récentes s’engageant moins longtemps, ce qui expliquerait le nombre relativement impor­
tant de partenaires mais leur probabilité plus faible que la moyenne d’en avoir un au
moment de l’enquête. Il s’agirait alors, en quelque sorte, d’un plus grand « turn­over » des
relations.
Il est possible également qu’un nombre relativement important de partenaires soit à l’origine
des violences subies, dans la mesure où il augmente structurellement l’exposition à des ren­
contres éventuellement dangereuses. Le cas échéant, les conséquences éventuelles d’un
important multipartenariat sériel ne se manifestent pas de la même façon pour les hommes et
pour les femmes. En effet, pour les femmes, avoir connu plus de cinq partenaires est associé à
des violences de différentes natures survenues au cours des deux dernières années, alors que
pour les hommes, avoir eu de nombreux partenaires est principalement associé à des vio­
lences sexuelles, pourtant très peu fréquentes.
« Toutes choses égales par ailleurs », les violences subies ont des effets différenciés
sur les parcours sexuels
Dans la mesure où l’expérience sexuelle, le fait d’avoir ou non un partenaire au moment de
l’enquête ainsi que le nombre total de partenaires sont fortement conditionnés par l’âge d’une
part et la situation sociale4 d’autre part, il est important de mesurer l’effet propre de chaque
type de violences subies sur les modalités de la sexualité des jeunes en contrôlant l’effet de ces
variables (tableau 3).
À caractéristiques sociales identiques, seules les femmes semblent voir l’âge de leur initiation
sexuelle affecté par les violences subies au cours de leur vie. Quand elles ont subi des atteintes
psychologiques, physiques ou sexuelles, les femmes ont leur première relation plus précoce­
ment que les autres, « toutes choses égales d’ailleurs ». Pour les hommes, le lien entre vio­
lences subies au cours de la vie et entrée dans la sexualité ne semble pas se maintenir in fine
par rapport aux autres contraintes sociales qui s’exercent sur eux à ce moment.
En revanche, les violences subies au cours de la vie semblent avoir une incidence sur le nombre
(relativement important) de partenaires dans la vie sexuelle ultérieure, pour les hommes
comme pour les femmes, et sur leur situation « conjugale » au moment de l’enquête, avec des
différences selon le sexe.
Si elles n’agissent pas sur le moment où ils ont leur première expérience, certaines violences
subies par les hommes5 vont de pair avec une plus forte propension à être en couple au
moment de l’enquête. Ceux qui, au cours de leur vie, ont subi des violences physiques et ceux
qui se plaignent de violences verbales récentes (durant les deux années précédant l’enquête)
ou plus anciennes, sont généralement plus souvent en couple que les autres. Pour comprendre
ce résultat, il faut le resituer dans une période de la vie où les contraintes sociales, et notam­
ment professionnelles, pèsent très fortement sur la probabilité d’être en couple et plus encore
pour les hommes que pour les femmes (Maillochon et Selz, 2009).
4. Les violences sexuelles dans le couple, mais surtout en dehors du ménage, touchent plus fortement les femmes de
faible niveau scolaire (Tournyol du Clos et Le Jeannic, 2008).
5. Aucun lien entre la nature des violences subies et l’absence de relation actuelle n’est significatif chez les femmes. Cela
ne signifie pas qu’il n’y ait pas de liens entre les deux mais qu’il ne peut être interprété, étant données les contraintes de
l’échantillon.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 160
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
160
Les jeunes qui ont subi des violences, quels que soient leur nature et le moment où elles se
sont produites, sont aussi ceux qui énoncent le plus grand nombre de partenaires sexuels au
cours de leur vie, « toutes choses égales d’ailleurs ». Dans leur cas, les violences agiraient
moins sur la capacité à établir des relations que sur la possibilité de les inscrire dans une cer­
taine durée. La moindre confiance en soi des victimes de violences (Kendall­Tackett et al.,
1993) ou leur moins bonne santé psychique ou physique (voir l’article p. 71) pourraient consti­
tuer des facteurs limitant leur possibilité d’engagement dans des relations durables. Dans le
cas des femmes, une autre possibilité importante doit être prise en considération : celle que
les violences subies aient été le fait d’un partenaire sexuel qu’elles auraient ensuite quitté (Jas­
pard et al., 2003a).
Si les différents indicateurs étudiés jusqu’ici permettent de dessiner très grossièrement cer­
tains aspects de la vie sexuelle, ils peuvent aussi être analysés dans un cadre épidémiologique,
en fonction des risques qu’ils comportent. La précocité sexuelle, le nombre de partenaires ou
le multipartenariat ainsi que la durée des relations, sont en effet généralement considérés
comme des indicateurs de risque, à l’égard des infections sexuellement transmissibles (IST)
mais aussi des grossesses non désirées.
TABLEAU 3
Risques induits par les différentes violences subies sur la vie sexuelle
des jeunes de 18-30 ans (odds ratios)
Au moins une
expérience sexuelle
Carences affectives
• au cours de la vie
Violences verbales
• au cours de la vie
• deux dernières années
Violences psychologiques
• au cours de la vie
• deux dernières années
Violences physiques
• au cours de la vie
• deux dernières années
Violences sexuelles*
• au cours de la vie
• deux dernières années
Pas de relation
en cours
Multipartenariat
en cours
Plus de 5 partenaires
sexuels dans la vie
Hommes
Femmes
Hommes
Femmes
Hommes
Femmes
Hommes
Femmes
1,4
2
1,1
0,8
1,3
--
1,6
2,9
0,8
0,6
0,8
0,7
0,7
0,7
0,9
1
1,3
1,3
---
1,5
1,8
1,8
2
0,9
0,9
0,7
1
1
0,9
1
0,9
1,2
1
---
1,6
1
1,7
1,6
0,9
0,7
0,6
0,2
0,6
1
0,9
1,5
0,9
2,5
---
1,5
1,9
3,8
1,6
1,4
0,9
0,5
0,8
1,8
0,7
0,9
1,4
---
---
1,3
2,5
1,8
4,4
* Les violences sexuelles au cours de la vie et au cours des deux dernières années sont répertoriées selon la même procédure que dans
le tableau 1.
Mode de construction • Pour chaque comportement sexuel ou relationnel et pour chaque sexe, cinq modèles sont réalisés en intégrant
les mêmes variables de contrôle (âge en continu, niveau de diplôme le plus élevé obtenu, situation professionnelle) et successivement un
type de violences survenues au cours de la vie et au cours des deux dernières années.
Note • Les chiffres en gras indiquent que suivant le test de Wald, l’odds ratio est significativement différent de 1 à un seuil p<0,05. Le signe - indique qu’en raison des effectifs réduits de la situation, les modèles n’ont pu être spécifiés.
Lecture • Les hommes qui ont subi des violences physiques au cours de la vie (sans les deux dernières années) ont un risque (odds ratio)
1,5 fois (les femmes respectivement 3,8 fois) plus élevé d’avoir connu 5 partenaires sexuels différents au cours de leur vie que les hommes
(resp. les femmes) qui n’ont pas subi ce type de violences, « toutes choses égales par ailleurs » (à âge, situation professionnelle, niveau de
diplôme et violences physiques au cours des deux dernières années contrôlés). Les hommes qui ont subi des violences physiques au cours
des deux dernières années ont également un risque plus élevé d’avoir connu 5 partenaires sexuels différents au cours de leur vie que les
hommes qui n’ont pas subi ce type de violences, « toutes choses égales par ailleurs » (à âge, situation professionnelle, niveau de diplôme
et violences physiques au cours de la vie entière sans les deux dernières années contrôlés) ; ce ratio n’est pas significatif pour les femmes.
Champs • Ensemble des 18-30 ans (hommes: n=744 ; femmes: n=973) résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 161
Parcours et comportements sexuels des hommes et des femmes ayant subi des violences
161
Violences et sexualité à risque
Les précédents résultats suggèrent que les violences subies au cours de la vie et des deux der­
nières années pourraient être associées à une plus forte prise de risque, du fait notamment de
la fréquence du multipartenariat simultané ou successif. En interrogeant les individus sur leurs
pratiques de prévention à l’égard des IST et des grossesses, l’enquête EVS permet d’envisager
plus directement le lien entre violences et prises de risque.
Dans cette étude, le risque de grossesse est considéré comme l’absence de moyens de contra­
ception quand une conception est possible mais non désirée (la femme n’est pas enceinte et l’un
des partenaires ne veut pas avoir d’enfant). Le risque à l’égard des IST est défini comme l’ab­
sence de recours au préservatif avec le ou les partenaire(s) actuel(s). Il s’agit d’une appréciation
générale des personnes interrogées sur leurs pratiques contraceptives ou prophylactiques au
moment de l’enquête. Cet indicateur assez grossier ne vise pas à décrire les logiques individuelles
de prévention contre les IST et à tester leur cohérence, mais à mesurer, dans une perspective épi­
démiologique plus modeste, la possibilité d’être en contact avec une cause d’infection. En outre,
les recours à la pilule du lendemain et l’interruption volontaire de grossesse (IVG) peuvent être
considérés comme le reflet de prises de risque avérées, intéressantes à étudier en soi et à com­
parer aux précautions que les individus déclarent utiliser par ailleurs.
Un recours encore fréquent à l’IVG et à la pilule du lendemain
Avec leur partenaire actuel, les jeunes de 18 à 30 ans interrogés dans l’enquête EVS semblent
prendre peu de risques à l’égard d’une éventuelle grossesse : seulement 3,7 % des hommes et
2,4 % des femmes confient ne pas avoir employé de méthodes contraceptives. La majorité des
jeunes utilisent désormais les préservatifs au cours de leurs premières relations sexuelles, et
notamment à l’occasion des premiers rapports, comme en attestent toutes les enquêtes (Beck
et al., 2007 ; Beltzer et al., 2005 ; Bajos et Bozon, 2008a). Par conséquent, la plupart des jeunes
(73 % des hommes et 76 % des femmes) s’estiment protégés des IST avec leur partenaire actuel.
Néanmoins, l’enquête EVS montre que 27,2 % des femmes et 32,9 % des partenaires des
hommes ont déjà eu recours à la pilule du lendemain et 15,6 % des femmes ont effectué au
moins une IVG au cours de leur vie. Comme dans toutes les enquêtes déclaratives réalisées en
population générale, la proportion d’interruptions de grossesse réalisées est relativement plus
faible que celle établie en fonction des déclarations officielles (Moreau et al., 2004). Indépen­
damment des problèmes de couverture de la population, cette sous­déclaration serait liée,
d’une part aux réticences à parler d’un sujet sensible, généralement douloureux et encore
condamné d’un point de vue religieux ou moral, et, d’autre part, à la difficulté de comptabiliser
une pratique aux formes variées (de la fausse­couche plus ou moins provoquée à l’intervention
chirurgicale). L’oubli et la confusion de langage seraient par ailleurs très fortement différenciés
socialement (Moreau et al., 2004).
Le fait d’avoir subi des violences a un faible impact sur le recours à des mesures
de précaution à l’égard d’une grossesse non désirée ou d’une IST
La quasi­totalité des jeunes déclarent utiliser un mode de contraception. Les choix en termes
de contrôle des naissances semblent peu affectés par les violences rencontrées, en dehors des
violences psychologiques subies au cours de la vie et, pour les hommes uniquement, des
carences affectives pendant l’enfance (tableau 4).
Les victimes récentes de violences physiques semblent prendre moins de précautions à l’égard
des IST. Il en est de même pour les femmes qui ont subi des violences psychologiques au cours
des deux années précédant l’enquête, ainsi que pour les hommes qui ont subi des violences
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 162
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
162
sexuelles au cours de leur vie. Toutefois, cet effet disparaît partiellement lorsqu’on tient
compte de l’âge des personnes, de leur situation professionnelle ou de leur niveau de diplôme
qui conditionnent fortement les connaissances en matière de prévention et leurs pratiques
(tableau 5). Le recours à un moyen de contraception et au préservatif afin d’éviter une IST
serait donc davantage lié à certains facteurs sociaux comme l’âge, le diplôme ou le statut pro­
fessionnel qu’au fait d’avoir subi des événements comme les violences.
Si l’enquête EVS ne permet pas d’établir clairement un lien entre violences subies et mesures
de protection déclarées contre les grossesses non désirées ou les IST, les violences peuvent
néanmoins avoir un lien assez étroit avec les expositions effectives au danger, comme le mon­
tre l’importance du recours à la pilule du lendemain ou à l’IVG.
La contraception d’urgence est plus fréquente chez les personnes ayant connu
des violences (verbales et physiques pour les hommes, sexuelles pour les femmes)
Le recours à la pilule du lendemain indique certes la volonté ultime de prévenir une grossesse,
mais souligne également les failles d’une contraception préventive. L’usage de la contraception
d’urgence met donc en lumière des prises de risque effectives lors des rapports sexuels, même
si les personnes espéraient se protéger sur le moment ou pensaient pouvoir le faire, étant donné
TABLEAU 4
Prises de risque à l’égard des IST et des grossesses en fonction des violences subies
parmi les jeunes de 18-30 ans (en %)
Absence de
contraception actuelle
en situation de
grossesse possible
et non désirée
Absence de moyen
de précaution actuelle
contre les IST
Hommes
Hommes
Femmes
Recours à la pilule
du lendemain
(au moins une fois
dans sa vie)
Recours
à l’IVG (au
moins une
fois dans
sa vie)
Femmes
Hommes
(pour leur
partenaire)
Femmes
(pour ellesmêmes)
Femmes
Au cours de la vie (sans les deux dernières années précédant l'enquête)
Carences affectives
10,2
2,2
18,0
14,1
39,8
39,4
20,9
Violences verbales
2,1
0,8
23,5
19,7
40,6
25,1
16,4
Violences psychologiques
5,4
1,0
24,0
13,5
37,3
30,4
17,4
Violences physiques
2,5
2,4
20,8
11,5
40,6
33,6
23,0
Violences sexuelles *
9,1
0,8
65,4
17,3
63,8
40,1
31,1
15,2
Au cours des deux dernières années précédant l’enquête
Violences verbales
4,2
1,0
23,9
15,3
42,2
31,5
Violences psychologiques
4,5
1,9
24,6
20,0
37,2
31,8
17,6
Violences physiques
2,0
2,0
35,4
28,6
57,0
43,3
32,6
Violences sexuelles *
0,0
2,2
35,2
20,4
65,7
41,1
25,5
Ensemble des 18-30 ans concernés
3,7
2,4
23,6
15,3
32,9
27,2
15,6
Effectifs
464
b
658
b
464
b
658
b
621
a
813
a
813
a
* Les violences sexuelles au cours de la vie et au cours des deux dernières années sont répertoriées selon la même procédure que dans le
tableau 1.
Note • Les pourcentages sont en gras quand le test du Chi-2 indique qu’ils sont significativement différents du pourcentage marginal à un seuil
de 5 % de risques.
Lecture • 39,4 % des femmes âgées de 18 à 30 ans et ayant subi des carences affectives au cours de leur vie ont déjà eu recours à la
pilule du lendemain (contre 27,2 % des femmes du même âge). Cette différence est significative au seuil de 5 %.
Champs • a : ensemble des hommes (respectivement des femmes) de 18-30 ans ayant déjà eu des rapports sexuels ; b : ensemble des
hommes (respectivement des femmes) de 18-30 ans ayant un partenaire sexuel actuellement.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 163
Parcours et comportements sexuels des hommes et des femmes ayant subi des violences
163
la forte proportion de personnes déclarant utiliser des moyens anticonceptionnels. Les échecs
de ces méthodes de prévention (pilule ou préservatif) ont des origines variées, qui relèvent à la
fois de composantes structurelles comme l’accès à l’information et à la contraception, et de com­
posantes plus individualisées comme l’ambivalence vis­à­vis d’un désir de grossesse (Bajos et al.,
2002). Ils témoignent en outre de différents rapports au temps, notamment en termes de pro­
jection de soi dans l’avenir. Même si aucune étude n’aborde, autrement qu’à travers le prisme de
l’usage du préservatif, les représentations que les hommes se font de la contraception (et le rôle
qu’ils tiennent dans son efficacité), on peut supposer qu’elles dépendent, comme pour leurs par­
tenaires, de certains facteurs sociaux et biographiques. Le recours à cette contraception d’ur­
gence diffère d’ailleurs peu quand on considère les réponses des femmes et des hommes du
même âge : 27 % des femmes déclarent l’avoir employée et 33 % des hommes déclarent qu’au
moins une de leurs partenaires l’a utilisée.
La fréquence de cette contraception d’urgence est plus importante parmi les hommes vic­
times de violences quelles que soient leur nature et la période où elles se sont produites. Les
TABLEAU 5
Risques induits par les différentes violences subies sur les prises de risque
en matière de sexualité parmi les jeunes de 18-30 ans (odds ratios)
Absence de contraception
actuelle en situation
de grossesse
possible et non désirée
Carences affectives
• au cours de la vie
Violences verbales
• au cours de la vie
• deux dernières années
Violences psychologiques
• au cours de la vie
• deux dernières années
Violences physiques
• au cours de la vie
• deux dernières années
Violences sexuelles
• au cours de la vie *
• deux dernières années *
Effectifs
Absence de moyen
de précaution actuelle
contre les IST
Recours à la pilule
du lendemain
(au moins une fois
dans sa vie)
Recours à l’IVG
(au moins une
fois dans sa vie)
Hommes
Femmes
Hommes
Femmes
Hommes
(pour leur
partenaire)
Femmes
(pour ellesmêmes)
Femmes
3,2
1,2
1,5
0,9
1,9
1,5
1,7
0,4
1,4
0,4
0,6
1,2
0,8
1,4
0,6
1,4
1,7
0,8
1,2
1,2
1,4
2,3
1,3
0,4
1,3
1,2
1
0,6
1,3
1,3
1,3
1,1
1,2
1,2
1,5
1,2
0,4
1,4
1,2
0,8
1,1
0,8
1,5
2
1,9
1,2
1,3
1,7
2,3
---
0,8
0,8
1,2
1,4
1,8
2,7
1,7
1,2
1,9
1,5
464
b
658
b
464
b
658
b
621
a
813
a
813
a
* Les violences sexuelles au cours de la vie et au cours des deux dernières années sont répertoriées selon la même procédure que dans le
tableau 1.
Mode de construction • Pour chaque comportement sexuel ou relationnel et pour chaque sexe, cinq modèles sont réalisés en intégrant
les mêmes variables de contrôle (âge en continu, niveau de diplôme le plus élevé obtenu, situation professionnelle et conjugale – en couple
ou non) et successivement un type de violences survenues au cours de la vie et les mêmes violences survenues au cours des dernières
années précédant l'enquête.
Note • Les chiffres en gras indiquent que suivant le test de Wald, l’odds ratio est significativement différent de 1 à un seuil p<0,05. Le signe - indique qu’en raison des effectifs réduits de la situation, les modèles n’ont pu être spécifiés.
Lecture • À âge, situation professionnelle, conjugale et niveau de diplôme contrôlés, les femmes qui ont subi des violences physiques
depuis moins de deux ans ont 2,3 fois plus de risque d’avoir recouru à une IVG au cours de leur vie que celles n’ayant pas subi ce type de
violences. Ce rapport n’est pas significatif dans le cas des violences physiques subies au cours de la vie (sans les deux dernières années).
Champs • a : ensemble des hommes (respectivement des femmes) de 18-30 ans ayant déjà eu des rapports sexuels ; b : ensemble des
hommes (respectivement des femmes) de 18-30 ans ayant un partenaire sexuel actuellement.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 164
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
164
femmes qui ont été victimes de violences sexuelles, d’atteintes psychologiques ou physiques
récentes, ou celles qui déclarent avoir gravement manqué d’affection pendant leur enfance,
sont celles qui recourent le plus à la pilule du lendemain (tableau 4). Mais seuls les effets des
carences affectives et des violences sexuelles au cours de la vie se maintiennent toutes choses
égales d’ailleurs (tableau 5).
Les femmes victimes de violences recourent davantage à l’IVG
Les femmes qui ont subi des violences physiques et sexuelles ou qui ont souffert de carences
affectives durant leur enfance ont également plus souvent réalisé une IVG que les autres
(tableau 4). Des études sur le recours répété à l’IVG (Garel et al., 1996) montrent par ailleurs
qu’il est le fait de femmes généralement dans des situations de précarité ou de détresse
sociale, mais aussi psychologique. Or, il apparaît qu’à âge et situation économique égaux, les
femmes ayant subi des carences affectives ou des atteintes sexuelles au cours de la vie, mais
aussi des atteintes verbales, psychologiques ou physiques récentes énoncent plus souvent
que les autres avoir effectué une interruption volontaire de grossesse. Au­delà des détresses
sociales, les formes d’atteintes à la personne, qu’elles soient psychiques ou physiques, appa­
raissent donc corrélées à un moindre contrôle préventif de sa fécondité.
Une gestion tardive des risques de grossesse
Le lien entre violences et prises de risque avérées à l’égard d’une grossesse, qu’elles se tradui­
sent par le recours à la pilule du lendemain ou par l’IVG, ne peut être interprété directement.
On peut supposer que les violences subies agissent sur la perception de soi, de son propre
corps en particulier, et puissent altérer la confiance en soi ainsi que la projection dans l’avenir
qui permettraient d’adopter un comportement prophylactique continu et constant. Les vio­
lences subies pourraient modifier la perception que les femmes ont de leurs relations et de la
possibilité d’en infléchir le cours, réduisant par la même occasion le pouvoir de contrôle
qu’elles s’accordent sur leur corps et leur sexualité : des travaux de psychosociologie ont ainsi
montré que la perception individuelle du contrôle de soi et des événements (locus of control6)
était liée aux pratiques de contraception et de prévention des risques en général. Les corréla­
tions statistiques établies entre les prises de risque avérées à l’égard d’une grossesse et les
violences subies peuvent également, au moins pour partie, s’expliquer par le fait que les gros­
sesses non anticipées et non souhaitées ont pu être occasionnées directement du fait de vio­
lences sexuelles subies.
Le lien entre violences subies et gestion d’urgence de la prise effective de risques (attestée
par le recours à une contraception du lendemain ou une pratique abortive) semble plus évi­
dent à souligner qu’entre violences subies et prévention du risque. En particulier, les hommes
ayant subi ce genre d’atteintes dans leur vie ne se distinguent pas des autres par leurs modes
de contraception, mais par un recours plus fréquent de leur partenaire à la pilule du lendemain
ce qui, dans ce cas, peut apparaître comme un mode de gestion a posteriori du risque encouru.
Les femmes ayant souffert de carences affectives ou de violences sexuelles au cours de leur
vie, ou de violences physiques récentes ont plus souvent recours à la contraception d’urgence
ou à l’IVG que les autres. Si le contrôle du risque à l’égard d’une grossesse ou d’une IST ne sem­
ble pas clairement lié statistiquement à une expérience de victimation, les situations où un
6. Défini initialement par Jullian Rotter (1966), cette hypothèse explicative est généralement abordée à travers une échelle
qui n’est pas documentée dans l’enquête EVS.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 165
Parcours et comportements sexuels des hommes et des femmes ayant subi des violences
165
risque évident a été pris (dont la pilule du lendemain ou l’IVG témoigneraient après coup) le
sont clairement. Les violences pourraient donc aller de pair avec une plus forte exposition au
risque en renvoyant les modes de précaution à une gestion de l’urgence plus qu’à une véritable
prévention.
Conclusion
Le fait d’avoir subi des violences au cours de sa vie ou des deux années précédant l’enquête
est associé à certains comportements sexuels comportant des prises de risque, en particulier
pour les femmes. Les personnes qui ont subi différentes atteintes ou brutalités ont générale­
ment une vie sexuelle qui commence plus tôt et comporte un plus grand nombre de parte­
naires. Les jeunes femmes sont aussi plus nombreuses à avoir des relations multiples. D’un
point de vue de santé publique, les personnes victimes de violences se trouvent donc dans des
situations où, structurellement, leur probabilité d’exposition à certains risques est plus impor­
tante : leur comportement à l’égard de la contraception orale ou à l’usage du préservatif ne
diffère pas de celui des autres, mais elles sont beaucoup plus nombreuses à avoir recours à une
contraception d’urgence ou à l’IVG. Cette gestion tardive des risques de grossesse suggère
que, même si les violences n’empêchent pas les comportements préventifs des personnes qui
les ont endurées, elles pourraient altérer la perception relative du danger qu’elles encourent
vraiment. Les violences pourraient donc agir à deux niveaux : en augmentant structurellement
les situations à risque et en limitant la perception du danger, occasionnant des prises de risque
effectives, attestées par la fréquence du recours à la pilule du lendemain et à l’IVG.
Du point de vue de leurs effets sur les comportements sexuels, la nature des violences subies
importe peu : le fait qu’elles soient psychologiques ou sexuelles, par exemple, n’a qu’un effet
de degré et pas de nature sur les modalités de la vie affective et sexuelle observées ici. Toutes
les violences abordées dans cette enquête agissent dans le même sens (avec une intensité dif­
férente, éventuellement7). Ce résultat renforce l’idée selon laquelle il est préférable de récuser
les oppositions binaires ou caricaturales entre différents types de violences (entre agressions
physiques ou sexuelles et atteintes psychologiques par exemple). Dans ce cadre, la gravité de
la violence ne serait pas définie par sa nature, mais bien par son authentification comme telle.
BIBLIOGRAPHIE
Bajos N., Bozon M. (sous la dir. de), 2008a, Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre, santé, La Découverte.
Bajos N., Bozon M., 2008b, « Les violences sexuelles en France : quand la parole se
libère », Population & Sociétés, INED, n°445, mai.
Bajos N., Ferrand M. et l’équipe GINE, 2002, De la contraception à l’avortement. Sociologie des grossesses non prévues, INSERM, coll. « Santé publique ».
Beck F., Guilbert P., Gautier A., 2007, Baromètre Santé 2005, INPES, 608 p.
Beltzer N., Lagarde M., Wu-Zhou X., Vongmany N., Grémy I., 2005, Les connaissances,
attitudes, croyances et comportements face au VIH/sida en France. Évolutions 19921994-1998-2001-2004, ANRS.
7. L’absence de liens peut être due aux effectifs trop faibles de certains croisements.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 166
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
166
Beltzer N., Moatti J.-P., Fericelli A. M., 1998, « Choix des stratégies de prévention de
l’infection à VIH : une analyse microéconomique » in Bajos N., Bozon M., Ferrand A.,
Giami A., Spira A. (sous la dir. de), La sexualité au temps du sida, Presses universitaires
de France, pp. 375-412.
Bozon M., 1993, « L’entrée dans la sexualité adulte : le premier rapport et ses suites »,
Population, INED, n°5, pp. 1317-1352.
Djider Z., Vanovermeir S., 2007, « Des insultes aux coups : hommes et femmes inégaux
face à la violence », INSEE-Première, n°1124, mars.
Ferrand M., Bajos N., Andro A., 2008, « Accords et désaccords : variations autour du
désir », in Bajos N., Bozon M. (sous la dir. de), 2008, Enquête sur la sexualité en
France. Pratiques, genre, santé, La Découverte, pp. 545-576.
Garel M., Crost M. et Kaminski M., 1996, « Caractéristiques psychologiques et sociales
des femmes qui ont des IVG itératives : enquête dans trois centres français », Contraception, Fertilité, Sexualité, Vol. 24, n°1, p. 72-76.
Higgins D. J., McCabe M. P., 1994, « The Relationship of Child Sexual Abuse and Family
Violence to Adult Adjustment : Toward an Integrated Risk-sequelae Model », The Journal of Sex Research, Vol. 31, n°4, p. 255-266.
Jaspard M., Brown E., Condon S., Fougeyrollas-Schwebel D., Houel A., Lhomond B.,
Maillochon F., Saurel-Cubizolles M.-J., Schiltz M.-A., 2003a, Les violences envers les
femmes. Une enquête nationale. La Documentation Française, 374 p.
Jaspard M., Brown E., Lhomond B., Saurel-Cubizolles M.-J., 2003b, « Reproduction
ou résilience : Les situations vécues dans l’enfance ont-elles une incidence sur les violences subies par les femmes à l’âge adulte ? », Revue française des affaires sociales,
n°3, pp.159-189.
Kendall-Tackett K. A., Williams L.M., Finkelhor D., 1993, « Impact of sexual abuse on
children : a review and synthesis of recent empirical studies », Psychological Bulletin,
n°113, pp.164-180.
Lagrange H., Lhomond B. (sous la dir. de), 1997, L’entrée dans la sexualité. Le comportement sexuel des jeunes dans le contexte du sida, La Découverte.
Léridon H., 2008, « Le nombre de partenaires : un certain rapprochement entre les
femmes et les hommes, mais des comportements très différents », in Bajos N., Bozon
M. (sous la dir. de), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre, santé, La
Découverte, pp. 215-242.
Léridon H., 1993, « Nombre, sexe et type de partenaires », in Spira A., Bajos N. et le
groupe ACSF, Les Comportements sexuels en France, La Documentation française.
Lhomond B., Saurel-Cubizolles M.-J., 2006, « Violence against women and suicide risk :
the neglected impact of same-sex sexual behavior », Socials Science & Medicine, n° 62,
p. 2002-2013.
Lhomond B., Saurel-Cubizolles M.-J., 2003, « Orientation sexuelle, violences contre les
femmes et santé », in Broqua C., Lert F., Souteyrand Y (sous la dir. de), Homosexualités
au temps du sida. Tensions sociales et identitaires, ANRS, pp. 107-130.
Maillochon F., Selz M., 2009, « L’expression d’une identité de couple chez les jeunes :
processus relationnel et biographique », in Guérin-Pace F., Samuel O., Ville I. (sous la
dir. de), En quête d’appartenances. L’enquête Histoire de vie sur la construction des
identités, INED, pp. 125-146.
Menahem G., 1992, « Troubles de santé à l’âge adulte et difficultés familiales durant l’enfance », Population, INED, n°4, pp. 893-932.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 167
Parcours et comportements sexuels des hommes et des femmes ayant subi des violences
167
Moreau C., Bajos N., Bouyer J. et l’équipe Cocon, 2004, « De la confusion de langage
à l’oubli : la déclaration des IVG dans les enquêtes quantitatives en population
générale », Population, INED, n°3-4, pp. 503-518.
ONDRP, 2010, « Criminalité et délinquance enregistrées en 2009. Les faits constatés par
les services de police et les unités de gendarmerie », Bulletin pour l’année 2009 de
l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales.
Robert P., 2009, Mesurer la délinquance en Europe. Comparer statistiques officielles et
enquêtes, L’Harmattan, 168 p.
Romito, P., Gerin, D., 2002, « Asking patients about violence: a survey of 510 women attending social and health services in Trieste, Italy », Social Science & Medicine, Vol. 54,
n°12, 1813-1824.
Romito P., Saurel-Cubizolles M.-J., Crisma M., 2001, « The relationship between parents’
violence against daughters and violence by other perpetrators: an Italian study », Violence Against Women, 7 (12), 1429-1463.
Rotter J., 1966, « Generalized expectancies for internal versus external control of reinforcements », Psychological Monographs, 80, n°609.
Tournyol du Clos L., Le Jeannic T., 2008, « Les violences faites aux femmes », INSEEPremière, INSEE, n°1180, février.
Vilain A., 2009, « Les interruptions volontaires de grossesse en 2007 », Études et Résultats, DREES, n°713, décembre.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 168
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 169
Partie 4
ÉVÉNEMENTS
DE VIE ET COMPORTEMENTS DE SANTÉ
COÛTS HUMAINS, SOCIAUX ET ÉCONOMIQUES
:
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 170
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 171
Des parcours de vie difficiles, où surviennent
violences et problèmes de santé*
Catherine CAVALIN
L’enquête Événements de vie et santé (2005-2006) montre que les liens entre
des violences subies et un état de santé dégradé s’établissent dans des
contextes biographiques personnels difficiles.
Une approche réunissant ces trois dimensions (violences subies, état de
santé, événements émaillant le parcours biographique) permet de dessiner
plusieurs groupes de personnes. Ainsi, deux tiers de la population âgée de 18
à 75 ans apparaissent relativement « protégés » des problèmes de violence, de
santé et d’autres événements difficiles de la vie, tandis que le dernier tiers
cumule ces difficultés : violences subies (psychologiques, physiques ou
sexuelles), état de santé mentale dégradé et parcours biographique heurté.
C’est en matière de santé mentale, plutôt que physique, que femmes et
hommes expriment le retentissement sur leur santé des diverses brutalités
endurées, l’état de santé mentale constituant probablement aussi une caisse
de résonance aux violences et aux autres difficultés éprouvées.
* Cet article reprend en grande partie une étude déjà publiée : Cavalin C., 2009, « Santé dégradée, surexposition aux violences et parcours biographiques difficiles pour un tiers de la population », Études et résultats, DREES, n° 705, octobre.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 172
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
172
L’
idée selon laquelle la violence exerce des effets néfastes sur l’état de santé de ceux qui la
subissent a connu un cheminement lent dans la conception même que les soignants se
font de ce qu’est une victime et du rôle qu’ils ont à jouer auprès d’elle (Hervé et François,
2002). Aujourd’hui, le discours médical est devenu militant, plaidant en faveur du secours aux
victimes et d’un meilleur dépistage des violences. Mais si la gravité des conséquences sani­
taires des violences est aujourd’hui largement admise, c’est généralement aux suites trauma­
tologiques de celles­ci (plaie, entorse, fracture, etc.) que l’on pense au premier abord. Toute­
fois, des études cliniques, épidémiologiques ou statistiques montrent que le lien indéniable
qui existe entre violences subies et mauvaise santé est beaucoup plus complexe qu’un simple
mécanisme de cause à effet.
La violence n’est pas exclusivement et pas nécessairement physique ; elle n’est donc pas tou­
jours immédiatement visible et n’altère pas forcément l’état de santé physique de la victime.
De plus, selon leur nature et leur fréquence, les violences ne produisent pas les mêmes effets
sur la santé (Jaspard et al., 2003a). Il convient donc de définir très explicitement ce que l’on
entend par « victime » et par « malade » : victime de quelle agression et à quelle fréquence ?
Malade à l’aune de quels outils de mesure et selon quelles dimensions de la santé (physique,
mentale, fonctionnelle, sociale) ? Inversement, certaines formes de violences comme la mal­
traitance s’expriment plus fréquemment sur des personnes en mauvaise santé, atteintes d’un
handicap ou vulnérables du fait de leur âge (aux deux extrêmes de la vie) [Ogrodnik, 2007].
L’exposition à des violences est alors la conséquence, et non la cause, d’un état de santé
dégradé (ou d’un autre facteur de « fragilité »). L’idée selon laquelle une personne peut se per­
cevoir comme victime du fait de son état de santé est accréditée sur le plan statistique, et pas
seulement qualitatif. Même si l’enquête Histoire de vie ne traite pas à proprement parler de
« violences », elle a tout de même mis en évidence que 3 % des personnes âgées de 18 ans ou
plus déclarent avoir subi des moqueries, des mises à l’écart ou se sont vu refuser des droits
(situations assimilables ici, sans déformer le propos de la question posée dans cette enquête,
à des formes de violences psychologiques) « en raison de leur état de santé ou d’un handicap »
(Algava et Bèque, 2006, p. 120).
En outre, les liens entre le statut de victime et celui d’auteur de violences ne sont pas uni­
voques. D’une part, certaines pathologies (dans le domaine de la santé mentale, en particu­
lier) peuvent favoriser le fait de devenir non plus victime, mais auteur de violences ; d’autre
part, exercer des violences sur autrui expose notamment au risque d’en subir en retour, par
réaction de la victime. L’agresseur devient alors « victime » ou peut en tout cas se déclarer
comme tel1. La psychiatrie a même établi que le fait de commettre certaines atrocités peut
générer des troubles mentaux analogues à ceux dont souffrent les victimes (Young, 2002).
Être exposé à la violence accroît aussi le risque d’agir de manière violente à l’encontre d’autres
personnes (Tursz, 2006) et de passer ainsi de la position de victime à celle d’auteur de vio­
lences, voire de cumuler les deux.
Lorsque l’Organisation mondiale de la santé (OMS) demandait en 2002 d’approfondir les
connaissances sur la nature des liens entre violences subies et état de santé (Krug et al., 2002),
la complexité de ces interactions était déjà avérée. En France jusqu’alors, l’Enquête nationale
sur les violences envers les femmes en France (ENVEFF), réalisée en 2000, était la principale
source statistique permettant d’approcher la réalité des violences subies, mais elle se limitait
aux femmes âgées de 20 à 59 ans vivant en ménage ordinaire en France. L’un des objectifs de
1. Dans une enquête sur les violences subies, ces cas peuvent évidemment être très ambigus : une personne peut se
déclarer victime, signaler des blessures, un arrêt de travail, etc., alors qu’elle est à l’origine de l’événement violent. Une
telle enquête ne peut pas totalement se prémunir contre ce problème et l’on peut faire l’hypothèse que celui-ci ne fausse
pas massivement l’interprétation des déclarations des enquêtés, étant donné sa relative rareté. Une enquête de délinquance auto-déclarée se prêterait mieux à saisir les deux faces de la réalité.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 173
Des parcours de vie difficiles, où surviennent violences et problèmes de santé
173
l’enquête EVS était de mieux connaître les violences ressenties et leur implication pour les
femmes et les hommes qui s’en déclarent victimes, notamment pour leur état de santé
(exploré de manière plus approfondie que dans l’ENVEFF). Cette enquête interroge hommes
et femmes sur les violences physiques, verbales, sexuelles ou psychologiques2 et les atteintes
aux biens (vols et tentatives de vols, cambriolages, dégradations matérielles) qu’ils ont subies
tout au long de leur vie (et particulièrement au cours des deux années précédant l’enquête),
mais aussi sur certains autres événements difficiles et sur leur état de santé (physique, men­
tale, fonctionnelle, sociale). Le questionnaire de l’enquête EVS intègre ainsi les deux dimen­
sions « violences subies » et « état de santé », mais également un module biographique sur les
« événements difficiles traversés au cours de la vie »3.
Parce qu’il n’est pas toujours possible de déterminer si les violences ont des effets directs ou
non sur l’état de santé des personnes qui les ont subies, il s’agit ici de comprendre dans quels
parcours de vie ou dans quelles conditions de vie s’inscrivent les liens observés entre violences
et santé : l’hypothèse sous­jacente est que l’absence d’informations sur ces événements de
vie, dans la plupart des enquêtes existantes, prive l’interprétation des relations entre violences
et santé d’éléments de contexte importants. L’enquête EVS permet à cet égard de repérer plu­
sieurs types de difficultés rencontrées au cours de la vie entière : les décès, suicides, tentatives
de suicides ou graves maladies des proches, l’alcoolisme ou l’usage de drogues illicites au sein
de la famille, les privations matérielles graves, les souffrances ressenties du fait de carences
affectives graves, les périodes de chômage des parents, les tentatives de suicide de la per­
sonne interrogée, etc. L’enquête comporte en outre des questions (en mode auto­administré
par ordinateur avec interface audio, cette fois) sur les comportements sexuels de la personne
interrogée, sa consommation d’alcool et de drogues illicites. L’analyse des parcours biogra­
phiques des individus permet de prendre en compte les contextes de vie difficiles, lorsqu’ils
existent, et d’enrichir ainsi la description des liens entre violence et santé.
Violences et santé : des liens établis mais complexes
D’après l’enquête EVS, les personnes ayant subi certains types de violences se déclarent en
moins bonne santé que les autres, surtout en matière de santé mentale. Par exemple, « toutes
choses égales par ailleurs »4, les personnes exposées à des violences psychologiques au cours
des deux années précédant l’enquête se perçoivent plus souvent dans un mauvais état de
santé mentale et physique (voir dans l’encadré p. 178 la définition adoptée ici) et déclarent plus
souvent souffrir d’au moins une maladie chronique. Elles ont aussi une probabilité plus forte
d’avoir fait au moins une tentative de suicide au cours de leur vie et de présenter des troubles
dépressifs ou anxieux. Avoir subi des attouchements, des rapports sexuels forcés (ou tenta­
tives) dans sa vie (à l’exclusion des deux dernières années précédant l’enquête) est aussi asso­
cié à une probabilité plus forte d’avoir fait au moins une tentative de suicide dans sa vie, de pré­
senter des symptômes cognitifs actuels d’agoraphobie et d’avoir manifesté, au cours du mois
écoulé, des symptômes de phobie sociale (voir l’encadré p. 178).
2. Sept catégories de violences psychologiques sont identifiées dans le questionnaire d’EVS ; elles reprennent amplement
des libellés de questions de l’ENVEFF : être soumis(e) à des critiques injustes, des dénigrements ; être empêché(e) de
parler à des proches ou de les rencontrer ; se voir imposer des façons de s’habiller, se coiffer ou se comporter en général ;
devoir rendre compte des lieux et des personnes que l’on fréquente ; se heurter à un total refus de discussion ; recevoir
des appels téléphoniques ou des courriers malveillants ; subir des menaces pesant sur des proches ou être menacé(e) de
séparation d’avec eux.
3. Pour avoir un aperçu complet du déroulement thématique du questionnaire, voir p. 63.
4. Raisonnement conduit en contrôlant le sexe, l’âge, le niveau de diplôme, la situation par rapport au travail, le nombre
de maladies chroniques présentes, le niveau de revenu par unité de consommation, le nombre d’atteintes verbales, physiques, sexuelles ou psychologiques subies dans les vingt-quatre mois précédant l’enquête et le nombre d’atteintes physiques ou sexuelles subies dans la période antérieure.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 174
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
174
Si, comme ces résultats tendent à le montrer, l’état de santé des personnes ayant subi des vio­
lences est de façon générale moins bon, surtout en matière de santé mentale, il ne ressort
cependant pas de liens simples entre violences et santé : d’une part, ces liens diffèrent selon
la nature des violences subies ; d’autre part, la multiplicité des agressions subies n’apparaît pas
directement liée à la dégradation de l’état de santé : être victime à de nombreuses reprises ou
de plusieurs types de violences ne s’accompagne pas nécessairement d’un état de santé plus
dégradé. À cet égard, les effets de la violence sur la santé semblent moins linéaires dans l’en­
quête EVS que pour certaines caractéristiques de l’état de santé des femmes interrogées dans
l’ENVEFF (Jaspard et al., 2003a, p. 256).
Une fois établie l’existence de certains liens entre violences et santé, il s’agit désormais de
comprendre, grâce au questionnement rétrospectif de l’enquête EVS sur les événements dif­
ficiles vécus, dans quels parcours, contextes ou conditions de vie ces corrélations prennent
forme. Cette approche multidimensionnelle, mettant en relation les différentes composantes
de la situation des personnes, est développée au moyen d’une analyse des correspondances
multiples (ACM).
Une ACM suivie d’une classification de type k­means5 a permis de dessiner sept groupes de
personnes qui se distinguent selon leur exposition aux violences et leur état de
santé (tableau 1). De la description de ces groupes, il ressort que les relations entre violences
subies et problèmes de santé dépendent fortement des contextes biographiques personnels
(tableau 2).
Deux tiers des 18-75 ans sont relativement épargnés
par les violences, les problèmes de santé
et les difficultés de la vie
Parmi les personnes interrogées, âgées de 18 à 75 ans et vivant en ménage ordinaire, 68 %
apparaissent relativement protégées (tableau 1). Ce groupe compte peu de victimes de vio­
lences et les personnes qui le composent se perçoivent en plutôt bonne voire très bonne
santé – quand ce n’est pas le cas, c’est pour des raisons autres que des violences subies. Dans
cet ensemble, deux sous­groupes se distinguent : 37 % déclarent peu de problèmes de vio­
lences, de santé et d’événements difficiles (groupe 1) ; 31 % sont également peu exposés aux
violences et relativement peu aux événements de vie difficiles, mais déclarent un état de santé
moins satisfaisant (groupe 2). Ce résultat s’explique principalement par le fait que ce second
sous­groupe compte une forte proportion de femmes et de personnes âgées de 55 à 75 ans ;
or, statistiquement, être une femme ou avancer en âge accroît généralement la probabilité de
déclarer un état de santé moins bon que les autres6 ; ces personnes ont apparemment aussi
vécu dans un environnement plus difficile que celles du groupe 1.
Les cinq autres groupes représentent 32% des personnes âgées de 18 à 75 ans et se caracté­
risent par une corrélation entre violences subies, problèmes de santé et difficultés de la vie.
Les plus jeunes y sont également surreprésentés. Ce trait est cohérent avec un résultat déjà
obtenu, qui met en évidence la surexposition des jeunes à la plupart des violences (voir l’ar­
ticle p. 71).
5. Les groupes constitués dans le cadre de cette analyse sont structurés sur la base des similitudes et différences de
réponses des enquêtés aux questions portant sur les violences qu’ils rapportent avoir subies dans les vingt-quatre mois
précédant EVS (1er groupe de variables actives du tableau 1), ainsi que sur leur état de santé considéré à partir des scores
agrégés de santé physique et mentale du SF-12v2 et de la morbidité chronique présente et passée qu’ils déclarent (2e
groupe de variables actives du tableau 1).
6. Voir par exemple Lanoé et Makdessi-Raynaud, 2005 ; Montaut, 2010 et, pour une analyse faisant la part entre l’effet
d’âge et la morbidité, dans une comparaison internationale, Camirand et al., 2009.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 175
Des parcours de vie difficiles, où surviennent violences et problèmes de santé
175
TABLEAU 1
Grandes caractéristiques des individus composant les sept groupes
de la typologie « violences et santé »
Caractérisation
rapide
Part de la
Groupes population
concernée
1
Population
« protégée »
des violences
et événements
biographiques
difficiles : 68 %
de la population
des 18-75 ans
2
Violences
psychologiques
récentes
Violences
physiques
Population
confrontée
aux violences
de divers types,
dans un
contexte
biographique
difficile, avec un
état de santé
mental
dégradé : 32 %
de la population
Violences
physiques
et sexuelles
3
4
5
6
37 %
La « population générale », protégée en termes de violences, de santé et
d'événements difficiles rencontrés au fil de la vie.
31 %
Population peu exposée aux violences mais dans un état de santé déclaré défavorable, liée principalement à la surreprésentation des femmes et des 5575 ans. Ce groupe a aussi connu un parcours de vie plus difficile que le groupe
1 (plus de tensions entre les parents, de souffrances ressenties du fait d'un
manque d'affection par exemple, mais ces difficultés sont moins marquées que
celles rencontrées dans les groupes 3 à 7).
26 %
Hommes et femmes, exposés récemment (deux dernières années) à des
violences essentiellement psychologiques (pas de violences physiques ni
sexuelles dans les vingt-quatre derniers mois, mais surexposition à ces
violences par le passé), présentant un état de santé mentale dégradé et des
maladies chroniques, dans un parcours biographique émaillé d'événements
difficiles (par exemple, souffrances ressenties du fait d'un grave manque
d'affection, graves tensions ou climat de violences entre les parents, privations
matérielles sévères).
2,5 %
Surreprésentation d'hommes et de jeunes, tous exposés aux violences
physiques, caractérisés par des problèmes de santé mentale plus que
physique, dans un contexte biographique difficile (comme le groupe 3), où
apparaît notamment un nombre de conjoints élevé en moyenne (conjugalité
heurtée et violences conjugales ?).
1%
Groupe le plus masculin et le plus jeune, qui présente les caractéristiques du
groupe 4, exacerbées aussi bien en termes de violences subies, de santé et
de difficultés rencontrées au cours de la vie, et auxquelles s'ajoute une
exposition généralisée aux atteintes à caractère sexuel dans les vingt-quatre
derniers mois.
1,5 %
Groupe le plus féminin, avec une proportion élevée de jeunes et de personnes
âgées. Toutes les personnes de ce groupe ont subi des violences à caractère
sexuel récemment (deux dernières années), et aucune n'a subi de violences
physiques récemment. Elles sont surexposées aux atteintes verbales et
psychologiques, mais de façon nettement moins prononcée que dans les autres
groupes confrontés aux violences. Contexte socio-économique et socioculturel a
priori plus favorable et conjugalité plus stable. État de santé assez proche de la
moyenne de la population.
1%
Groupe également très féminin. Toutes les personnes de ce groupe ont subi
des violences sexuelles récemment (deux dernières années) et souvent
également par le passé. Aucune n'a subi de violences physiques récemment,
mais elles y ont été fortement confrontées par le passé. Forte surexposition
également aux violences psychologiques et verbales. Cumul marqué de
difficultés au cours de la vie et état de santé (mentale, surtout) très dégradé.
Ce groupe présente, avec le très masculin groupe 5, la plus forte fréquence
des événements difficiles rencontrés au cours de la vie et le plus de troubles
paniques ou d'agoraphobie.
Violences
sexuelles
7
Ensemble des 18-75 ans
vivant en ménage ordinaire
Caractérisation
détaillée
100 %
Lecture • 37 % des 18-75 ans résidant en ménage ordinaire constituent les personnes rassemblées ici dans le groupe 1.
Champ • Personnes âgées de 18 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 176
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
176
TABLEAU 2
Sept groupes de population, sept configurations différentes des liens
entre violences subies, état de santé et contexte biographique (en %)
Ensemble des
18-75 1
ans
100
Variables actives
Violences
Être victime d'au moins un des cinq types de violences
avant les deux dernières années et pendant celles-ci
Être victime au cours des deux dernières années
… d'atteintes aux biens
… de violences verbales
… de violences physiques
… d'exhibitionnisme, de contacts physiques forcés,
d'attouchements, de rapports sexuels forcés (ou tentatives)
… de violences psychologiques
Être victime de violences physiques avant les deux dernières années
Être victime d'attouchements, de rapports sexuels forcés (ou tentatives)
avant les deux dernières années
Santé
État de santé physique négativement perçu
État de santé mentale négativement perçu
Avoir au moins deux maladies chroniques présentes
Avoir eu au moins une maladie chronique passée
Variables illustratives
Caractéristiques sociodémographiques
Homme
18-29 ans
Nombre de conjoints au cours de la vie
0
1
2
3 et plus
Événements difficiles vécus au cours de l'existence entière
Au moins une tentative de suicide de l'enquêté(e) lui (elle)-même
Graves tensions ou climat de violence entre les parents
Privations matérielles graves
Conflit très grave entre l'enquêté(e) et ses parents
Souffrances ressenties du fait d'un grave manque d'affection
Usage de drogues illicites ou alcoolisme dans la famille
Consommation d'alcool
Test DETA positif (conséquences psychosociales
de l'usage d'alcool perçues par le buveur)
Test FACE indiquant une consommation excessive
d'alcool probable ou une probable alcoolo-dépendance
Consommation de tabac
Fumer tous les jours dans sa vie pendant au moins six mois consécutifs
Consommation de drogues illicites au cours de la vie
Cannabis ou au moins une autre substance
Caractéristiques de santé mentale
Présenter un épisode dépressif majeur
Présenter des troubles d'anxiété généralisée
Avoir présenté à plusieurs reprises des troubles paniques
Présenter des troubles d'agoraphobie
Avoir présenté des troubles de phobie sociale au cours du mois écoulé
Présenter au moins deux des cinq troubles du sommeil explorés dans EVS
28
22
18
3
3
27
18
Groupes
4
5
6
7
37 31 26 2,5
1
1,5
1
3
2
3
– 91 71 95 48 100
15 11 43 36 55 33 41
6 5 42 69 86 35 58
– – – 100 100 – –
–
–
–
– 100 100 100
7 8 74 63 81 43 80
10 12 33 46 65 24 64
7
4
6 12 14 15
37
42
50
28
9
19
15
15
49
21
53 43 49 55 65 34 41
25 7 26 53 64 43 49
13
67
15
5
15 7 15 27 31 27 34
68 77 60 46 40 57 33
13 13 18 17 11 13 24
3 3 8 9 18 3 9
5
18
16
12
21
18
2
12
10
7
11
14
13
11 13 17 24 20 15 22
26
24 22 31 40 50 33 45
52
51 47 58 60 84 53 63
25
23 13 35 51 73 48 47
7
6
16
19
11
63
1
1
6
11
6
48
72
60
86
38
5
20
20
10
20
16
9
8
20
23
12
73
38
53
58
34
8
25
22
19
34
27
11
9
24
24
16
72
30
49
51
25
13
34
19
22
31
22
12
13
28
24
16
70
32
55
57
39
9
29
36
41
45
43
16
14
34
29
21
94
0 55
31
48
54
30
8
28
14
21
30
27
8
4
15
19
16
70
38
69
62
55
16
32
34
35
54
39
17
10
51
35
23
81
Note • Les tests DETA et
FACE ont été passés dans
le cadre d'un questionnaire
auto-administré par
ordinateur (voir l’encadré
p. 179). La présentation
des résultats est ici très
synthétique, mais il faut
notamment comprendre
que la consommation
excessive ou l'alcoolodépendance probables
détectées par FACE
s'appuient sur une mesure
différenciée, par sexe, de
la consommation d'alcool,
comme cela est la règle
pour l'analyse de ce test.
Hommes et femmes sont
simplement agrégés pour
une lecture globale du
résultat dans ce tableau.
En outre, EVS permet de
différencier les personnes
ayant bu ou non de l'alcool
pendant les douze derniers
mois, parmi celles qui
présentent un test DETA
positif : ces deux
catégories de personnes
sont également agrégées
ici.
Lecture • 6 % des
personnes rassemblées
dans le groupe 1
rapportent avoir subi, au
cours des 24 mois
précédant l'enquête, des
violences verbales, alors
que c'est le cas de 18 %
de l'ensemble des
personnes âgées de 18 à
75 ans résidant en ménage
ordinaire (population de
référence d'EVS). Le
groupe 1 se compose à
53 % d'hommes (et donc à
47 % de femmes).
Champ • Personnes âgées
de 18 à 75 ans résidant en
France en ménage
ordinaire.
Sources • Enquête
Événements de vie
et santé (EVS), DREES,
2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 177
Des parcours de vie difficiles, où surviennent violences et problèmes de santé
177
Un quart des enquêtés cumulent violences psychologiques,
mauvaise santé mentale et grave manque d’affection
Le groupe 3 est le plus important de ces cinq groupes (26 % de la population) [tableau 2].
Il se compose d’autant d’hommes et de femmes que l’ensemble de la population des 18­
75 ans. Il se caractérise par une fréquence très élevée des violences subies, notamment
psychologiques : la quasi­totalité des personnes de ce groupe (91 %) déclarent avoir subi
au moins un type de violences de façon répétée au cours de leur vie (contre 28% des 18­
75 ans) et 74 % rapportent avoir été exposées à des violences psychologiques au cours
des deux années précédant l’enquête (alors que ce n’est le cas que de 27% de la popula­
tion de référence). De plus, durant ces deux années, elles endurent plus souvent que la
moyenne des violences verbales (42 %), des vols (ou tentatives), cambriolages ou dégra­
dations de biens (43 %). En revanche, aucune ne déclare avoir subi des violences phy­
siques ou sexuelles au cours des deux dernières années. Pourtant, avant ces deux
années, ces atteintes étaient nettement plus fréquentes que pour l’ensemble des per­
sonnes de 18­75 ans (respectivement 33 % et 12 % contre 18% et 7 %). Ce résultat suggère
que les personnes du groupe 3 qui ont été victimes il y a plus de deux ans de violences
physiques ou sexuelles se voient désormais, pour une large part d’entre elles, exposées
à d’autres atteintes. Pour elles, c’est la nature des violences subies qui a changé au cours
de la vie : exposées à des violences physiques ou sexuelles par le passé, elles déclarent
avoir subi récemment des violences psychologiques et, dans une moindre mesure, des
violences verbales et des atteintes aux biens.
Les personnes de ce groupe présentent quelques traits d’une santé mentale dégradée :
la moitié ont une perception négative de leur propre santé mentale (53 % contre 42 %
pour l’ensemble de la population), et la proportion des personnes qui ont fait au moins
une tentative de suicide est plus élevée que dans l’ensemble de la population (8% contre
5 %). Elles déclarent aussi un peu plus souvent que la moyenne souffrir de maladies chro­
niques (présentes et passées), sans pour autant que la perception de leur santé phy­
sique se démarque sensiblement de celle de la population d’ensemble.
Enfin, le contexte biographique qui les caractérise recèle à plus d’un titre des difficultés :
un tiers des personnes du groupe 3 déclarent avoir souffert d’un grave manque d’affec­
tion, un quart avoir connu, au sein de leur famille, des cas d’alcoolisme ou d’usage de
drogues illicites ainsi que des situations de graves tensions ou de violence entre leurs
parents, et un cinquième rapportent des conflits très graves avec ceux­ci ou de sévères
privations matérielles.
Les quatre autres groupes se caractérisant par un cumul des difficultés vécues, des pro­
blèmes de santé et des violences subies représentent au total 6% de la population des 18­
75 ans vivant en ménage ordinaire. Les deux premiers (3,5 %) sont à dominante mascu­
line et les deux autres (2,5 %) à dominante féminine, faisant ainsi apparaître que les liens
entre violences et santé, dans un contexte biographique difficile, se déclinent différem­
ment au féminin et au masculin.
Ces quatre groupes, de faible effectif, se distinguent nettement du groupe 3 par la
nature des violences subies au cours des deux dernières années : alors que, sur cette
période, personne ne déclare avoir enduré de violences sexuelles ou physiques dans le
groupe 3 (où prédominent en revanche les violences de nature psychologique), toutes
les personnes des groupes à dominante masculine (4 et 5) sont victimes de violences
physiques et toutes celles des groupes à dominante féminine (6 et 7) de violences à
caractère sexuel.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 178
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
178
Des groupes à dominante masculine,
cumulant les difficultés : 3,5 % de la population
Des jeunes très fortement exposés aux violences physiques
Les quatrième et cinquième groupes se composent d’une majorité d’hommes et de jeunes
âgés de 18 à 29 ans. La violence physique est une caractéristique forte de ces deux groupes :
ces individus ont en commun d’avoir tous été victimes de violences physiques au cours des
deux dernières années et ils constituent à eux seuls la totalité de ceux qui rapportent ces
atteintes récemment subies. De plus, il s’agit souvent de violences répétées, puisqu’ils
déclarent également très fréquemment avoir subi des atteintes physiques dans le passé
(respectivement 46% et 65% des personnes des groupes 4 et 5). Les personnes de ces deux
groupes ont aussi été très touchées par les violences verbales, psychologiques ou encore les
atteintes aux biens au cours des deux années précédant l’enquête. Cette fréquence élevée
des violences physiques est cohérente avec le fait que ce groupe compte une forte propor­
tion d’hommes : « toutes choses égales par ailleurs », les hommes ont en effet une probabi­
ENCADRÉ
Définitions et méthodologie
Les questionnaires standardisés utilisés pour mesurer la santé (voir l’article p. 46).
• Le SF-12v2 (version réduite du Short form-36, SF-36) est utilisé pour mesurer la qualité de vie et la
santé perçue. Il permet notamment de calculer deux scores agrégés de santé perçue : mentale et
physique. Lorsqu’il est question ici de « santé physique (ou mentale) défavorablement perçue » ou
de « mauvais état de santé physique (ou mentale) perçu », cela signifie que le score atteint est inférieur au score moyen des 18-75 ans que représentent les enquêtés d’EVS. C’est cette optique qui est
développée dans le présent texte, mais il est possible d’en adopter d’autres (voir par exemple l’article
p. 139).
• Le Mini International Neuropsychiatric Interview (MINI) sert à mesurer certaines caractéristiques
de santé mentale. Il s’agit d’un outil psychométrique défini comme « un entretien diagnostique structuré » qui peut être utilisé par des cliniciens après une courte formation ou par des enquêteurs non
cliniciens après une formation plus intensive (Lecrubier et al., 1998). La version du MINI mobilisée
pour EVS permet de cerner une pathologie donnée, grâce à la prise en compte des symptômes retenus dans le manuel de référence psychiatrique, le Diagnostic and Statistical Manual-Revision 4
(DSM-IV). Cela permet donc de repérer avec un niveau élevé de discernement des situations proches
de ce que, en termes diagnostiques, l’on pourrait qualifier d’états pathologiques. Il a été préféré à un
questionnaire standardisé d’humeur dépressive (échelle CES-D, qui a par exemple été choisie sous
forme d’auto-questionnaire dans l’enquête décennale Santé 2003), qui conduirait nécessairement à
comptabiliser de nombreux « faux positifs ». Pour l’épisode dépressif majeur (actuel ou récurrent)
ainsi que pour le trouble anxieux généralisé, les modules entiers du MINI consacrés à ces pathologies ont été intégrés au questionnaire, permettant de coder en « positif » ou « négatif » les enquêtés,
selon les symptômes du DSM-IV. Pour les autres troubles interrogés dans EVS (agoraphobie, phobie
sociale, troubles paniques), seules les questions-filtres des modules concernés dans le MINI sont
posées, avec par conséquent une identification moins exigeante des personnes potentiellement
« malades » (taux plus certainement supérieurs à ceux que l’on obtiendrait pour une prévalence diagnostiquée).
•••
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 179
Des parcours de vie difficiles, où surviennent violences et problèmes de santé
179
lité accrue par rapport aux femmes de subir des violences physiques au cours des deux der­
nières années comme sur la vie entière (voir l’article p. 71). En revanche, ce groupe enregis­
tre une forte exposition aux violences sexuelles au cours de la vie entière, alors que ces der­
nières sont davantage associées au fait d’être une femme, dans l’ensemble de la population.
En observant plus finement les résultats, on constate que les femmes et les hommes de ces
groupes sont plus souvent victimes d’attouchements et de rapports sexuels forcés (ou ten­
tatives) que l’ensemble de la population (respectivement 14 % et 15 % pour les groupes 4 et
5, contre 7 % des 18­75 ans) mais qu’en leur sein, comme pour l’ensemble de la population,
les femmes sont davantage victimes de ce type de violences : dans le groupe 4 par exemple,
20 % des femmes déclarent avoir subi des violences sexuelles contre 9 % des hommes.
Autre point commun à ces deux groupes, les individus qui les composent ont souvent vécu
dans un contexte biographique difficile, avec de graves tensions entre leurs parents notam­
ment.
Les groupes 4 et 5 se distinguent cependant l’un de l’autre, par une sorte de crescendo de
violences. Outre les violences physiques, les personnes du groupe 5 ont aussi été très forte­
ment exposées aux violences sexuelles7 au cours de leur vie (15 % contre 7 % de l’ensemble
•••
Dans le MINI, les troubles paniques s’entendent au sens de crises ou attaques au cours desquelles se
produit une montée subite de l’anxiété, y compris dans des situations où la plupart des personnes n’éprouveraient pas ces difficultés.
L’agoraphobie recouvre l’anxiété générée par des situations ou dans des endroits dont une personne ressent qu’il lui serait difficile de s’échapper, dans lesquels elle pourrait difficilement obtenir de l’aide en cas
de panique.
Enfin, souffrir de phobie sociale consiste à redouter d’être le centre de l’attention ou à avoir peur d’être
humilié(e), par exemple à l’occasion d’une prise de parole, d’un repas pris avec d’autres, en public, ou
lorsque l’on écrit sous les yeux d’un tiers.
Les symptômes sont repérés de la manière suivante : les épisodes dépressifs majeurs au cours des
deux semaines précédant l’enquête, les troubles anxieux généralisés au cours des six mois précédant l’enquête, les troubles paniques au cours de la vie entière, l’agoraphobie sans période de référence (implicitement, la personne répond « en général » au présent), la phobie sociale au cours du
mois tout juste écoulé.
Les tests permettant de mesurer la consommation d’alcool (voir l’article p. 35).
La consommation d’alcool tout au long de la vie a, pour la première fois dans une enquête statistique
française, fait l’objet de questions en mode auto-administré par ordinateur avec interface audio
(méthode audio-CASI). Ce mode de collecte assure une totale confidentialité des réponses vis-à-vis
de l’enquêteur. Le déroulement du questionnaire « alcool » inclut à la fois le test AUDIT (Alcohol Use
Disorders Identification Test) pour repérer une consommation excessive ou une dépendance à l’alcool et le test DETA (Dépendance Entourage Trop Alcool, équivalent français du test américain
CAGE) pour mesurer la dépendance à l’alcool et les conséquences psychosociales de celle-ci (autoévaluées par le buveur). À partir de ces deux tests, il est possible d’obtenir les résultats du test FACE
(Formule pour Apprécier la Consommation par Entretien, test appuyé sur les deux précédents). Les
objectifs méthodologiques d’un tel agencement de ce questionnaire (effet d’un protocole de collecte
très confidentiel sur les taux obtenus, comparaison des populations identifiées par les trois tests)
feront l’objet de publications ultérieures. Pour une présentation synthétique des caractéristiques et
objectifs de ces tests standardisés, voir Beck et Legleye, 2007.
7. Attouchements sexuels, rapports sexuels forcés (ou tentatives).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 180
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
180
des 18­75 ans) et surtout dans une période récente : toutes déclarent avoir subi des violences
telles que l’exhibitionnisme, des contacts physiques contraints (comme être embrassé(e) de
force), des attouchements sexuels, des rapports sexuels forcés (ou tentatives) au cours des
deux ans précédant l’enquête, ce qui ne concerne personne dans le groupe 4.
Les personnes du groupe 5 sont aussi marquées par un parcours de vie encore plus difficile
que celles du groupe 4, qui se singularise pourtant déjà par un climat de violence entre les
parents. Dans le groupe 5, 45 % des personnes déclarent en effet avoir souffert d’un grave
manque d’affection et 41 % avoir eu des conflits très graves avec leurs parents, dans un
contexte économique sans doute également difficile, puisque près de 40 % des individus décla­
rent avoir connu des privations matérielles graves. L’usage de drogues illicites ou la consom­
mation d’alcool dans la famille s’ajoute aussi fréquemment à ce contexte déjà lourd (43 %).
Des parcours marqués par un nombre important de conjoints
et des problèmes d’alcool et de drogues
À noter également que, malgré leur jeunesse (plus de la moitié des personnes des groupes 4
et 5 ont entre 18 et 29 ans), respectivement 9 % et 18 % des personnes des groupe 4 et 5 ont
connu trois conjoints ou plus, contre 1 % de l’ensemble des 18­29 ans. Cette caractéristique
n’est pas sans lien avec la fréquence élevée des violences. En effet, « toutes choses égales par
ailleurs »8, avoir eu trois conjoints ou plus surexpose à la survenue de presque toutes les vio­
lences interpersonnelles, que ce soit dans les deux dernières années précédant l’enquête ou
antérieurement. Que les personnes de ces groupes (les femmes en particulier) déclarent, mal­
gré leur jeune âge, avoir eu un nombre élevé de conjoints laisse penser qu’une partie au moins
des violences déclarées ont à voir avec le caractère heurté de leur biographie conjugale. Mais
l’on ne peut exclure non plus l’existence de relations de couple violentes pour ceux qui décla­
rent n’avoir eu aucun conjoint, surtout parmi les plus jeunes : il s’agirait alors de violences exer­
cées par des partenaires avec lesquels il n’y a eu ni cohabitation (sinon de très courte durée)
ni mariage, reflétant une entrée difficile dans la conjugalité.
Dans les groupes 4 et 5, la consommation d’alcool et de drogues illicites est aussi très fré­
quente : 24% des personnes du groupe 4 et 20 % du groupe 5 sont détectées positives au test
DETA (encadré), contre 13% des 18­75 ans ; de plus, respectivement 40% et 50 % présentent une
consommation excessive ou une dépendance probable à l’alcool, selon le test FACE ; enfin,
respectivement 51% et 73 % déclarent avoir consommé du cannabis et éventuellement au
moins une autre drogue au cours de leur vie, contre 25% de l’ensemble des personnes âgées
de 18 à 75 ans vivant en ménage ordinaire.
Malgré le contexte de vie et les violences subies, les personnes de ces groupes ne se perçoi­
vent pas en mauvaise santé physique : 70 % se déclarent en bonne santé, contre 63% en
moyenne pour l’ensemble des 18­75 ans ; la proportion de personnes qui souffrent ou ont souf­
fert de maladies chroniques est proche de celle de la moyenne pour le groupe 4 et un peu plus
élevée pour le groupe 5. Plutôt que de parler de résilience (Tisseron, 2003), on peut émettre
l’hypothèse d’une « résistance » physique aux épreuves. Encore celle­ci semble­t­elle plus phy­
sique que psychique puisque les individus des groupes 4 et 5 ont pour une majorité d’entre
eux une vision négative de leur santé mentale (55 % pour le groupe 5), souffrent plus fréquem­
ment que l’ensemble de la population de troubles dépressifs ou anxieux et, dans le groupe 5,
déclarent presque tous (94%) présenter des troubles du sommeil9.
8. À âge, sexe, niveau de diplôme, lien avec la migration, situation par rapport au travail, type de composition du ménage,
niveau de vie donnés.
9. Plus précisément, présenter au moins deux des cinq troubles du sommeil explorés dans l’enquête EVS : se réveiller
très tôt et avoir des difficultés à se rendormir ; rester éveillé une grande partie de la nuit ; mettre beaucoup de temps à
s’endormir ; être empêché de dormir à cause de ses soucis ; se sentir fatigué au réveil (voir l’article p.185).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 181
Des parcours de vie difficiles, où surviennent violences et problèmes de santé
181
Des groupes à dominante féminine, cumulant également
les difficultés : 2,5 % de la population
Dans les groupes 6 et 7, les femmes sont surreprésentées et conjuguent également problèmes
de santé, forte exposition à des violences, surtout sexuelles, et événements de vie difficiles,
toutes les difficultés étant exacerbées pour les personnes du groupe 7.
Une forte exposition aux violences sexuelles
La totalité des personnes des groupes 6 et 7 ont subi des violences sexuelles (exhibitionnisme,
contacts physiques contraints, attouchements, rapports sexuels forcés ou tentatives) au cours
des deux années précédant l’enquête, mais pas de violences physiques. En revanche, elles en
ont souvent subi par le passé, surtout dans le groupe 7 (64 % d’entre elles).
Le groupe 7 se distingue par la répétition des violences sexuelles : une majorité (55 %) des per­
sonnes qui le composent ont aussi été victimes d’atteintes à caractère sexuel avant les deux
dernières années. Par ailleurs, ce groupe compte une plus forte proportion de victimes de
toutes violences (sexuelles et autres), à la fois au cours de la période récente et au cours de la
vie entière.
Une santé mentale particulièrement dégradée
Ces violences plus nombreuses s’accompagnent d’un état de santé mentale plus dégradé : res­
pectivement 48 % et 69 % des personnes des groupes 6 et 7 considèrent qu’elles sont en mau­
vaise santé (contre 42 % pour l’ensemble des 18­75 ans). En revanche, leur santé physique sem­
ble moins affectée par les difficultés actuelles et passées, même si la fréquence des maladies
chroniques déclarées est élevée : dans le groupe 7, une proportion identique à la moyenne se
considère en bonne santé physique ; dans le groupe 6, la proportion de celles qui se considè­
rent en bonne santé est même supérieure à la moyenne (69 % contre 63%).
Si l’on observe les caractéristiques plus détaillées de la santé mentale (épisode dépressif
majeur ou trouble anxieux généralisé), le sixième groupe présente une position peu différente
de la moyenne. Ce trait confirme la nécessité de prêter attention au contexte de vie : les par­
cours biographiques relativement moins heurtés des personnes composant le groupe 6, par
rapport à celles qui se trouvent dans les autres groupes les plus exposés aux violences
(groupes 3 à 7), semblent traduire des contextes de vie moins propices à l’exercice de vio­
lences et limitant les conséquences de celles­ci sur la santé de ceux qui les subissent.
Les personnes du septième groupe présentent un état de santé (notamment mentale) très
peu satisfaisant. Elles présentent les symptômes les plus fréquents pour presque tous les
types de troubles : le taux de tentatives de suicide est le plus élevé des sept groupes (16 %), les
proportions de personnes présentant un test DETA positif et des consommations excessives
d’alcool (repérées selon le test FACE) sont les plus élevées après celles des groupes 4 et 5. En
lien avec ces troubles, sept personnes sur dix se perçoivent, comme nous l’avons vu, en mau­
vaise santé mentale dans le groupe 7.
L’observation des événements vécus met en évidence, pour le groupe 7, une biographie conju­
gale assez proche de celle du groupe 5 : les personnes déclarant avoir eu deux conjoints ou
plus au cours de leur vie y sont en effet encore plus nombreuses (33% contre 29% dans le
groupe 5 et 20% parmi les 18­75 ans).
Les groupes 6 et 7 diffèrent non seulement par la fréquence des violences, l’état de santé perçu
et la plupart des événements douloureux, mais aussi en termes de caractéristiques sociodémo­
graphiques. Dans le groupe 6, on trouve des personnes de tous âges, avec une forte proportion
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 182
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
182
de jeunes : près de la moitié ont entre 18 et 29 ans et 13 % ont entre 55 et 75 ans, soit beaucoup
plus que dans les autres groupes soumis aux violences. Elles ont vécu dans un contexte écono­
mique a priori plus favorable : le groupe 6 compte moins de personnes ayant connu des priva­
tions matérielles graves, plus de personnes ayant un niveau de diplôme supérieur au bac+2 et
moins de chômeurs. Les personnes du groupe 6 ont aussi vécu dans un cadre conjugal plus sta­
ble que celles du groupe 7 : 57 % n’ont connu qu’un seul conjoint contre 33 %.
Conclusion
Globalement, par rapport aux personnes relativement protégées des atteintes violentes et de
divers événements difficiles au cours de la vie (groupes 1 et 2), c’est en matière de santé men­
tale beaucoup plus que physique que se distinguent les personnes les plus exposées aux vio­
lences et à un parcours de vie difficile. Faire partie d’une population qui subit à la fois des vio­
lences et traverse des événements de vie difficiles va de pair avec un état de santé mentale
dégradé et une situation de probable consommation excessive d’alcool ou d’alcoolo­dépen­
dance. Seule exception à cette règle, le groupe 6, qui illustre une configuration particulière :
les personnes qui le composent ont connu des conditions de vie relativement plus favorables
que celles des autres groupes qui cumulent atteintes violentes et adversité des événements
vécus, et le fait de subir des violences n’y est pas associé à un état de santé mentale aussi
dégradé ni à des problèmes de consommation d’alcool aussi fréquents.
Les situations individuelles dans lesquelles violences subies et problèmes de santé vont de pair
se caractérisent aussi très fréquemment par de nombreuses autres difficultés émaillant le par­
cours de vie. Ce résultat concourt avec d’autres analyses10, mettant en lumière le risque accru
de cumuler des difficultés, d’ordres éventuellement différents, à partir du moment où l’on a
traversé certaines épreuves, en particulier lorsqu’elles sont survenues tôt dans la vie (maltrai­
tance ou violences subies, climat familial très conflictuel ou violent, décès ou graves maladies
de proches, etc.). Mais ces situations, où se mêlent notamment les difficultés affectives, éco­
nomiques, sociales ou liées à la santé, ne peuvent être simplement décrites comme l’issue iné­
luctable de parcours de vie dans lesquels un ou quelques événements « inauguraux » pren­
draient valeur de cause universelle de toutes les épreuves ultérieurement traversées. Le
contexte et le cheminement du parcours biographique y jouent plutôt le rôle d’une caisse de
résonance : à la fois cause ou facteur de risque des difficultés éprouvées, ceux­ci en sont aussi
le produit.
En outre, et même si la complexité et la « lourdeur » de ces itinéraires de vie pourraient inciter
au pessimisme, on constate qu’il n’existe pas de fatalité statistique à la reproduction ou au
cumul des épreuves : toutes les victimes d’hier ne sont pas victimes aujourd’hui ou ne le seront
pas demain (Jaspard et al., 2003b). De même, tous les enfants confrontés très tôt à des évé­
nements traumatisants ne sont pas inéluctablement de grands malades (Menahem et al.,
1994) ou de grandes victimes une fois l’âge adulte atteint. La complexité des situations
sociales en cause ne doit par conséquent pas conduire à désespérer de la pertinence et de la
possible efficacité de leur prise en charge institutionnelle. Celle­ci a tout intérêt à se fonder sur
une logique préventive et multidimensionnelle, en mobilisant la plus grande diversité possible
des instruments de la protection sociale et des politiques sociales… au bénéfice, il ne faut pas
le négliger, d’un tiers de la population des 18­75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Il convient enfin de ne pas oublier d’autres franges de population certainement beaucoup
moins nombreuses. Une enquête statistique telle que l’enquête EVS se heurte à un angle aveu­
10. Voir par exemple l’article p. 125 et Firdion, 2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 183
Des parcours de vie difficiles, où surviennent violences et problèmes de santé
183
gle auquel sont confrontées toutes les enquêtes en population générale sur un terrain « sensi­
ble », même lorsqu’elles s’efforcent d’être précautionneuses : l’invisibilité statistique des per­
sonnes qui cumulent les difficultés les plus graves. De santé trop déficiente pour pouvoir
répondre ne serait­ce qu’aux premiers contacts avec l’enquêteur, victimes de violences de
manière trop répétée et sous contrôle quasi­permanent de leurs agresseurs (on pense ici à la
sphère domestique, notamment conjugale, de l’exercice des violences), certaines personnes,
heureusement très minoritaires en population générale dans un État de droit, ne peuvent
jamais témoigner de leurs conditions d’existence. Faisons l’hypothèse que la connaissance de
ces situations extrêmes, par des enquêtes dédiées à l’étude de sous­populations en danger ou
souffrant de difficultés très spécifiques, ne ferait que renforcer l’idée du rôle préventif à jouer
par les politiques publiques.
BIBLIOGRAPHIE
Algava É., Bèque M., 2006, « Perception et vécu des comportements intolérants. Une
analyse du module “ Relations avec les autres ” de l’enquête Histoire de vie »,
Économie et Statistique, n°393-394, novembre, p. 115-150.
Beck F., Legleye S., 2007, « Alcool : une baisse des niveaux de consommation », in Beck
F., Guilbert P., Gautier A. (sous la dir. de), Baromètre Santé 2005, INPES, p. 113-154.
Blanpain N., 2008, « Perdre un parent pendant l’enfance : quels effets sur le parcours scolaire, professionnel, familial et sur la santé à l’âge adulte ? », Études et Résultats,
DREES, n°668, octobre, 8 p.
Camirand J., Sermet C., Dumitru V., Guillaume S., 2009, « La santé perçue des 55 ans
et plus en France et au Québec : différences et similitudes », Questions d’économie de
la santé, IRDES, n°142, mai.
Firdion J.-M., 2006, « Influence des événements de jeunesse et héritage social au sein
de la population des utilisateurs des services d’aide aux sans-domicile », Économie et
statistique, n° 391-392, p. 85-114.
Hervé C., François I., 2002, Place du médecin dans la victimologie : perspective historique,
épistémologique et éthique, INSERM, décembre.
Jaspard M., Brown E., Condon S., Fougeyrollas-Schwebel D., Houel A., Lhomond B.,
Maillochon F., Saurel-Cubizolles M.-J., Schiltz M.-A., 2003a, Les violences envers les
femmes en France. Une enquête nationale, La Documentation française, 370 p.
Jaspard M., Brown E., Lhomond B., Saurel-Cubizolles M.-J., 2003b, « Reproduction
ou résilience : les situations vécues dans l’enfance ont-elles une incidence sur les violences subies par les femmes à l’âge adulte ? », Revue française des affaires sociales,
n° 3, juillet-septembre, p. 159-190.
Krug E., Dahlberg L., Mercy J., Zwi A., Lozano-Ascensio R. (sous la dir. de), 2002, Rapport mondial sur la violence et la santé, Organisation mondiale de la santé, Genève,
376 p.
Lanoë J.-L., Makdessi-Raynaud Y., 2005, « L’état de santé en France en 2003. Santé
perçue, morbidité déclarée et recours aux soins à travers l’enquête décennale santé »,
Études et Résultats, DREES, n°436, octobre, 12 p.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 184
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
184
Lecrubier Y., Weiller E., Hergueta T., Amorim P., Bonora L.I., Lépine J.P. (France),
Sheehan D., J. Janavs, Baker R., Sheehan K.H., Knapp E., Sheehan M., 1998,
M.I.N.I. (Mini International Neuropsychiatric Interview), French version 5.0.0, DSM-IV,
version originale (sur demande auprès des auteurs), août, 26 p.
Menahem G., Bantman P., Martin S., 1994, « Événements de la jeunesse, trajectoires
de vie et troubles de l’existence à l’âge adulte », in Bouchayer F., Verger D. (sous la
dir. de), Trajectoires sociales et inégalités, Éditions Érès, 1994, p. 63-90.
Montaut A., 2010, « Santé et recours aux soins des femmes et des hommes. Premiers
résultats de l’enquête Handicap-Santé 2008 », Études et résultats, DREES, n° 717,
février.
Ogrodnik L., 2007, « La violence familiale au Canada : un profil statistique 2007 », Statistique Canada, n°85-224 au catalogue, octobre, 36 p.
Tisseron S., 2003, « “ Résilience ” ou la lutte pour la vie », Le Monde diplomatique, août,
p.21.
Tursz A., 2006, Violence et santé. Rapport préparatoire au plan national, La Documentation française, 256 p.
Young A., 2002, « L’auto-victimisation de l’agresseur : un éphémère paradigme de maladie
mentale : The self-traumatized perpetrator: a « transient mental illness » », L’Évolution
Psychiatrique, Vol. 67, Issue 4, October-December, p.651-675.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 185
Troubles du sommeil:
la place des événements de vie parmi les facteurs associés
François BECK, Laura MARCH, Romain GUIGNARD et Damien LÉGER
L’enquête Événements de vie et santé (EVS) permet de mesurer la prévalence
de cinq troubles du sommeil et d’observer leurs liens avec les caractéristiques
sociodémographiques des personnes interrogées, le fait qu’elles aient ou non
déclaré avoir subi des violences ou connu des événements de vie graves.
Ainsi, quatre personnes sur dix déclarent subir de façon récurrente au moins
un trouble du sommeil parmi cinq des principaux symptômes de l’insomnie.
Ces troubles se révèlent de plus en plus fréquents avec l’âge, même si, selon
l’âge considéré, c’est aussi leur nature qui diffère : en particulier, le sentiment
de fatigue au réveil semble plus fréquent chez les jeunes de 18-24 ans.
Si les femmes sont en proportion plus nombreuses à déclarer des troubles
du sommeil, l’effet du genre disparaît après contrôle des effets de structure,
ce qui suggère qu’elles n’apparaissent pas plus vulnérables pour des raisons
hormonales ou génétiques, mais sans doute parce qu’elles endossent un rôle
social susceptible de peser sur leur qualité de vie, notamment en termes
de souffrance mentale. Par ailleurs, avoir subi des violences physiques
et psychologiques ou être dans une situation financière précaire semblent
favoriser la survenue de troubles réguliers du sommeil.
Le cumul d’au moins deux troubles du sommeil, qui concerne une personne
sur cinq, apparaît également associé à la précarité financière, à une mauvaise
santé physique et mentale, ainsi qu’au fait d’avoir subi des violences
physiques et psychologiques.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 186
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
186
D
e nombreux travaux ont montré le rôle fondamental joué par le sommeil sur la santé, le
bien­être et l’équilibre psychologique. Les troubles du sommeil peuvent ainsi affecter le
fonctionnement de l’organisme et du psychisme, et de ce fait la vie sociale et professionnelle,
avec des conséquences telles que les accidents de la route et du travail liés à la somnolence,
ou l’absentéisme (Léger et al., 2002 et 2006 ; Godet­Cayre et al., 2006). Si une majorité des
Français dort environ sept heures par nuit, cette durée ne peut toutefois pas être considérée
comme une norme : certains ont besoin de neuf heures de sommeil quotidien, lorsque d’au­
tres peuvent se contenter de cinq heures sans retentissement sur la journée suivante. Cepen­
dant, ces durées extrêmes sont très rares et la plupart des adultes trouvent leur compte de
sommeil en dormant entre 7 et 8 heures au cours de la semaine et entre 8 et 9 heures les jours
de repos. De plus, la qualité et la quantité du sommeil dépendent étroitement de la bonne syn­
chronisation de l’horloge biologique avec les horaires de coucher et de lever (Fort, 2000). Or,
cette synchronisation se trouve fréquemment perturbée chez les jeunes adultes (qui ont ten­
dance à retarder leurs horaires de coucher), les personnes âgées (qui ont tendance à les avan­
cer), les travailleurs de nuit, les voyageurs qui sont confrontés à des décalages horaires, et
également chez la majorité des adultes qui décalent leurs horaires de coucher et de lever d’au
moins une heure le week­end.
Chez l’adulte, le sommeil est essentiel à la préservation des capacités cognitives et motrices,
à l’ajustement de nombreuses sécrétions hormonales ainsi qu’à la restauration du système
immunitaire et au repos du système cardiovasculaire. Il est également déterminant pour
l’équilibre psychologique et émotionnel des individus. Si un manque ponctuel de sommeil se
rattrape aisément, un manque chronique est susceptible de favoriser, entre autres patholo­
gies, l’hypertension artérielle, l’obésité ainsi que des troubles de l’humeur ou du comporte­
ment. Des études récentes ont d’ailleurs établi un lien entre durée de sommeil et espérance
de vie. Un temps de sommeil quotidien inférieur à 6 heures et supérieur à 9 heures serait asso­
cié à un risque plus élevé de morbidité (diabète, obésité, maladies cardiovasculaires, cancer,
dépression) et de mortalité (Gallichio et Kalesan, 2009).
Le sommeil envisagé comme déterminant majeur de la santé de la population fait l’objet d’une
littérature scientifique récente mais de plus en plus abondante en France. Elle s’appuie sur des
enquêtes récurrentes, notamment celles réalisées par l’Institut national du sommeil et de la
vigilance à l’occasion de la Journée nationale du sommeil chaque mois de mars (INSV, 2009).
En 2006, un état des lieux remis au ministre soulignait toutefois le manque de données épidé­
miologiques en population générale en France, et des écarts de prévalence assez nets dans les
différentes études recensées (Giordanella, 2006). Depuis 2006, plusieurs grandes enquêtes
ont ajouté à leur questionnaire un module sur les troubles du sommeil : c’est le cas de l’en­
quête Santé et protection sociale (ESPS) 2008 de l’Institut de recherche et documentation en
économie de la santé (IRDES) [Dourgnon, 2009] et du Baromètre santé 2010 de l’Institut natio­
nal de prévention et d’éducation pour la Santé (INPES) [Beck et al., 2007]. Chacune de ces
enquêtes comporte une vingtaine de questions sur le sommeil. L’enquête EVS de la DREES
interroge quant à elle tous les enquêtés sur cinq troubles réguliers du sommeil, mais aussi sur
une très large palette d’événements de vie pouvant jouer un rôle dans la qualité du sommeil.
Les questions de l’enquête EVS sur les troubles du sommeil sont très largement inspirées du
Nottingham Health Profile, une échelle de qualité de vie conçue au début des années 1980
(Hunt et al., 1980 et 1981). Elles ont été choisies parce qu’elles semblaient assez bien invento­
rier les principaux problèmes de sommeil, à savoir les problèmes d’endormissement, le senti­
ment de fatigue au réveil, les troubles de maintien du sommeil, le réveil précoce et les difficul­
tés à dormir à cause de soucis. Posées sous forme de questions binaires dans le Nottingham
Health Profile, elles étaient, dans le cadre de l’enquête EVS proposées avec quatre modalités
permettant de nuancer les réponses (voir l’encadré p. 188).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 187
Troubles du sommeil : la place des événements de vie parmi les facteurs associés
187
L’objet de ce chapitre ne vise pas, loin s’en faut, à explorer de manière exhaustive les pro­
blèmes liés au sommeil, mais entend apporter des éléments quantitatifs sur certaines des
dimensions de la qualité du sommeil de la population résidant en France. Il s’agit ainsi de
décrire les différents troubles du sommeil envisagés dans cette échelle et d’observer les liens
éventuels avec les caractéristiques sociodémographiques, les événements de vie, les princi­
paux indicateurs de santé (morbidité chronique, qualité de vie, santé perçue) et les violences
subies. Par ailleurs, le cumul des problèmes de sommeil est aussi analysé. Cette étude permet
enfin de comparer les résultats obtenus avec ceux d’autres enquêtes en population générale,
en particulier le Baromètre santé 2005, dont les questions sur le sommeil étaient issues d’au­
tres échelles de qualité de vie (Beck et al., 2009).
Plus de la moitié de la population déclare se sentir au moins de temps en temps
fatiguée au réveil et mal dormir à cause de soucis
Dans l’enquête EVS, les troubles du sommeil les plus fréquents sont le sentiment de fatigue au
réveil et les difficultés à dormir à cause de soucis : plus de la moitié des personnes âgées de 18
à 75 ans vivant en ménage ordinaire déclarent en souffrir au moins de temps en temps. Vien­
nent ensuite les problèmes de maintien du sommeil (éveil pendant une grande partie de la
nuit), puis les difficultés à se rendormir après un réveil précoce le matin (tableau 1).
Environ un quart des personnes interrogées éprouvent parfois des difficultés à se rendormir
lorsqu’elles se réveillent très tôt, tandis que cette gêne est récurrente pour 18 % de la population.
Seuls 6,8 % déclarent vivre de telles difficultés quotidiennement ou quasi­quotidiennement.
Le trouble de maintien du sommeil, exploré ici par le fait de rester éveillé pendant une grande
partie de la nuit, concerne 45 % de la population, mais seuls 16 % des individus déclarent subir
un tel problème de manière récurrente et, parmi eux, seuls 4,2 % déclarent vivre de telles diffi­
cultés tous les jours ou presque.
Le trouble d’endormissement touche pour sa part près d’un tiers de la population, mais seuls
15 % des individus déclarent subir un tel problème de manière récurrente, 5,4 % étant confron­
tés à de telles difficultés tous les jours ou presque. Il est toutefois à noter que 65 % déclarent
ne jamais rencontrer ce problème.
La rumination, explorée ici par le fait de déclarer avoir perdu le sommeil à cause de ses soucis,
concerne environ la moitié de la population. Mais pour une nette majorité d’entre elles, cette
TABLEAU 1
Prévalence des différents troubles du sommeil (en %)
Réponses
Questions
Non,
Oui, Oui, assez Oui, tous les jours
jamais parfois souvent
ou presque
Difficultés à se rendormir
Vous réveillez-vous très tôt le matin en éprouvant des difficultés pour vous rendormir ?
58,3
23,9
10,9
6,8
Trouble de maintien du sommeil
Vous arrive-t-il de rester éveillé(e) pendant une grande partie de la nuit?
54,6
29,9
11,4
4,2
Trouble d'endormissement
Mettez-vous beaucoup de temps pour vous endormir?
64,5
20,8
9,2
5,4
Rumination
Vous arrive-t-il d’être empêché(e) de dormir à cause de vos soucis?
49,6
39,4
8,3
2,6
Sentiment de fatigue au réveil
Éprouvez-vous un sentiment de fatigue en vous réveillant?
47,9
34,4
11,6
6,1
Champ • Population âgée de 18 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 188
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
188
nuisance n’est qu’occasionnelle : en effet, seuls 11 % des individus déclarent mal dormir de
manière récurrente à cause de leurs soucis et pour seulement 2,6 %, cette gêne survient quo­
tidiennement ou quasi­quotidiennement.
Le sentiment de fatigue au réveil approche la notion de sommeil non récupérateur et de retentis­
sement diurne de l’insomnie, même si d’autres formes de retentissement ont été reconnues
comme des critères pertinents d’insomnie ou plus généralement de troubles du sommeil (voir
encadré ci­dessous). La fatigue est en effet incluse dans les répercussions caractéristiques de l’in­
somnie, au même titre que les difficultés de fonctionnement professionnel ou social, l’irritabilité,
la sensation de malaise, les troubles de concentration et de mémoire, une réduction de l’énergie,
de l’initiative ou la tendance aux erreurs ou aux accidents. Dans l’enquête EVS, plus de la moitié
ENCADRÉ
L’épidémiologie de l’insomnie : méthode et limites
Si elle repose depuis quelques années sur des outils standardisés, la connaissance épidémiologique du
sommeil et de ses troubles n’en demeure pas moins complexe, notamment parce que le temps moyen
de sommeil nécessaire par nuit peut varier nettement d’un individu à l’autre, ce qui rend difficile la fixation d’un seuil de référence. La diversité des situations les rend délicates à évaluer sur le plan épidémiologique (Léger, 2000).
Les cinq questions du Nottingham Health Profile posées dans l’enquête Événements de vie et santé
(EVS) reprennent les symptômes d’insomnie reconnus par la communauté internationale (Edinger et al.,
2004 ; National Institute of Health State of the Science Conference Statement, 2005 ; American Academy of Sleep Medicine, 2005). Dans l’énoncé des réponses, la notion de fréquence (avec les modalités
« tous les jours ou presque » et « assez souvent ») correspond grosso modo au « plus de trois fois par
semaine » des classifications usuelles (Ohayon et al., 2004). Cependant, la période de référence n’est
pas clairement définie dans le Nottingham Health Profile, même si, telles qu’elles sont formulées, on
peut considérer que les questions portent sur la période actuelle, sans plus de précision.
Les critères diagnostiques de l’insomnie selon l’American Academy of Sleep Medicine (2005)
• Le sujet rapporte une ou plus des difficultés du sommeil suivantes :
- troubles d’endormissement ;
- troubles de maintien du sommeil ;
- réveil précoce ;
- sommeil non récupérateur.
• Ces difficultés surviennent malgré des habitudes et conditions adéquates pour le sommeil.
• Le sujet rapporte au moins l’une des conséquences diurnes suivantes, en relation avec ses difficultés
de sommeil :
- fatigue/malaise ;
- troubles de l’attention, de la concentration, de la mémoire ;
- troubles du fonctionnement social ou mauvaises performances scolaires ;
- trouble de l’humeur/irritabilité ;
- somnolence diurne ;
- réduction de la motivation/énergie/initiative ;
- tendance aux erreurs/accidents au travail ou en conduisant ;
- céphalées de tension ou malaise général en relation avec la perte de sommeil ;
- préoccupations ou ruminations à propos du sommeil.
•••
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 189
Troubles du sommeil : la place des événements de vie parmi les facteurs associés
189
•••
Questions sur les troubles du sommeil dans l’enquête EVS
- Vous réveillez-vous très tôt le matin en éprouvant des difficultés pour vous rendormir ?
- Vous arrive-t-il de rester éveillé(e) pendant une grande partie de la nuit ?
- Mettez-vous beaucoup de temps pour vous endormir ?
- Vous arrive-t-il d’être empêché(e) de dormir à cause de vos soucis ?
- Éprouvez-vous un sentiment de fatigue en vous réveillant ?
Modalités de réponse :
- Non, jamais
- Oui, parfois
- Oui, assez souvent
- Oui, tous les jours ou presque
Limites
À la lumière de ces critères, notre étude présente certaines limites, dans la mesure où les notions de
retentissement, fatigue et difficulté de fonctionner dans la journée, évoquées ci-dessus, ne sont approchées que par le sentiment de fatigue au réveil. Or, ce sentiment reflète plus certainement la notion d’un
sommeil non récupérateur que celle d’une fatigue ou d’un retentissement de l’insomnie dans la journée.
Il recouvre probablement des situations très diverses. Par ailleurs, d’autres conséquences diurnes d’un
mauvais sommeil, telles que la somnolence diurne ou la réduction de la motivation, sont proposées
parmi les critères diagnostiques de l’insomnie sans être explorées dans notre étude. Ces particularités
ne permettent pas de comparer en toute rigueur nos résultats aux autres données de la littérature sur
l’insomnie, même si les prévalences obtenues s’avèrent proches de celles d’insomnie observées par ailleurs en France.
des personnes interrogées déclarent qu’il leur arrive d’éprouver un tel sentiment. Environ un tiers
l’éprouve seulement parfois, tandis que 18 % en souffrent de manière récurrente. Seuls 6,1 % décla­
rent vivre de telles difficultés quotidiennement ou quasi­quotidiennement.
Dans la suite de ce chapitre, nous nous sommes concentrés sur les troubles récurrents du som­
meil : nous avons regroupé, d’une part, les modalités « jamais » et « oui, parfois » et, d’autre part,
les modalités « oui, assez souvent » et « tous les jours ou presque ». Au total, 39 % des 18­75 ans
déclarent subir de façon chronique au moins un trouble du sommeil parmi les cinq étudiés.
Nous avons analysé dans un premier temps la proportion de personnes déclarant souffrir de ces
différents troubles du sommeil en fonction de leurs caractéristiques sociodémographiques et
des violences et événements de vie graves déclarés. Dans un second temps, afin de contrôler les
différents facteurs étudiés et de déterminer « toutes choses égales par ailleurs » les facteurs ou
événements associés à chaque trouble, des modèles logistiques ont été élaborés pour chacun
des cinq troubles du sommeil, ajustés sur le sexe, l’âge, le diplôme le plus élevé obtenu, la situa­
tion professionnelle, la situation financière, la présence déclarée d’une maladie chronique, le fait
d’avoir été victime de violences physiques ou psychologiques au cours des deux dernières
années, le fait d’avoir déclaré un événement grave au cours de la vie, la présence d’enfants en
bas âge (de moins de 4 ans) dans le foyer et des indicateurs de santé physique et mentale.
Des troubles du sommeil plus fréquents pour les femmes : un effet de genre
qui disparaît avec le contrôle des effets de structure
Les femmes semblent davantage touchées par les troubles du sommeil que les hommes, sauf
pour les éveils nocturnes durables, pour lesquels la différence n’est pas significative (tableau 2).
Près de 20 % des femmes éprouvent un sentiment de fatigue au réveil contre seulement 15 % des
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 190
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
190
hommes. Cette prévalence plus marquée pour les femmes a déjà été montrée dans de nom­
breuses études (Léger et al., 2000 ; Beck et al., 2009). La littérature scientifique l’explique par des
raisons hormonales ou en soulignant le rôle social des femmes, en particulier lorsqu’elles élèvent
des enfants en bas âge. Cependant, si l’on restreint l’analyse aux femmes de 18 à 44 ans, la pré­
sence d’enfants de 0 à 3 ans n’est associée à aucun des troubles envisagés. Toutefois, à l’issue
d’une analyse « toutes choses égales par ailleurs », le lien entre le genre et les troubles du som­
meil disparaît (tableau 3).
Les personnes en situation de précarité financière et professionnelle,
davantage exposées aux troubles du sommeil
Plus le niveau de diplôme est élevé, moins les personnes expriment de troubles réguliers du
sommeil, à l’exception des personnes souffrant d’un sentiment de fatigue au réveil, pour les­
quelles la différence n’apparaît pas significative (tableau 2). Par ailleurs, plus les personnes se
sentent à l’aise financièrement et moins elles sont sujettes à ces troubles. Les personnes les
plus en difficulté et qui sont contraintes de s’endetter se révèlent ainsi particulièrement tou­
chées. Par exemple, elles sont 39 % à rester souvent éveillées une grande partie de la nuit,
contre 16 % de la population générale des 18­75 ans.
La situation professionnelle se révèle quant à elle associée aux cinq troubles du sommeil. Les
chômeurs présentent systématiquement davantage de troubles du sommeil que les per­
sonnes occupées, à l’exception, là encore, du sentiment de fatigue au réveil. Les inactifs (étu­
diants, hommes et femmes au foyer, retraités, etc.) rencontrent également plus de difficultés
dans leur sommeil que les personnes exerçant une activité professionnelle. Ces personnes
étant dans des situations très différentes, il convient d’interpréter avec prudence ces données
et de recourir à des modélisations afin de démêler les éventuels effets de structure.
Le contrôle par une modélisation logistique confirme qu’une mauvaise situation financière et
un niveau de diplôme moins élevé (au moins pour certains troubles) sont associés à un risque
plus important d’exposition aux troubles du sommeil (tableau 3). La situation de chômage
reste elle aussi associée à un risque plus important de troubles du sommeil, sauf pour le sen­
timent de fatigue au réveil pour lequel la situation est inverse.
Plus les personnes interrogées déclarent une bonne santé physique
et surtout mentale, moins elles rencontrent de troubles du sommeil
En ce qui concerne la santé, plus les personnes se sentent en bonne santé et moins elles sont
sujettes à des troubles du sommeil. Ainsi, 62 % des personnes considérant que leur santé est
médiocre ou mauvaise souffrent au moins d’un trouble (tableau 2). Par ailleurs, les deux tiers
de personnes âgées de 18 à 75 ans déclarent souffrir d’au moins une maladie chronique1. Parmi
elles, 21 % éprouvent des difficultés à se rendormir après un réveil prématuré contre 10 % des
personnes n’en ayant aucune.
1. Dans le questionnaire, une maladie chronique est définie comme une maladie qui dure (ou durera) longtemps ou qui
revient (ou reviendra) régulièrement. Afin d’être comparable avec les standards européens, ces résultats ne tiennent pas
compte d’une question supplémentaire ajoutée dans l’enquête EVS et n’employant pas le terme « chronique ». Les troubles du sommeil ont été retirés de ces pathologies pour ne pas interférer dans le test d’indépendance car le lien aurait été
mécanique. Parmi les maladies les plus fréquentes, figurent les troubles de la vue comme la myopie ou la presbytie
(21 %), l’hypertension artérielle (11 %), les sciatiques ou les lumbagos (14 %), l’arthrose, les rhumatismes (13 %),
l’anxiété (8 %) et les migraines (8 %).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 191
Troubles du sommeil : la place des événements de vie parmi les facteurs associés
191
TABLEAU 2
Liens entre les caractéristiques sociodémographiques, l'état de santé
et les troubles réguliers du sommeil
Proportion de personnes
ayant des troubles réguliers du sommeil (en %)
Effectif
dans
Difficulté Rester éveillé(e)
Trouble
Ne dort pas Sentiment
l’échantillon
à se
une grande
d'endormis- à cause de de fatigue
rendormir partie de la nuit
sement
soucis
au réveil
Sexe
Homme
4 328
16,0
14,7
12,2
8,4
15,0
Femme
5 625
19,5
16,4
17,0
13,2
20,2
Âge
18-24 ans
866
6,8
13,1
18,0
10,6
24,3
25-34 ans
1 680
11,9
10,6
14,1
8,6
21,5
35-44 ans
2 076
18,3
14,9
12,9
11,4
16,7
45-54 ans
1 991
21,7
16,9
13,1
13,5
17,1
55-64 ans
1 737
22,5
17,8
14,2
11,3
14,6
65-75 ans
1 603
24,5
21,8
18,2
9,5
11,6
Aucun ou CAP
2 440
24,7
22,1
19,1
13,8
17,5
< bac
3 412
18,9
16,7
14,2
10,9
16,5
Au moins le bac
3 979
12,0
9,9
11,9
8,8
18,6
Vous êtes à l’aise, ça va
5 053
14,5
11,1
11,6
6,9
13,9
C’est juste, il faut faire attention
3 579
18,7
16,8
15,0
11,3
17,6
Vous y arrivez difficilement
1 093
27,6
29,0
24,7
24,4
31,8
209
34,1
38,7
34,6
33,4
40,3
Diplôme
Situation financière
Vous ne pouvez pas y arriver sans faire de dettes
Situation professionnelle
Actif occupé
5 506
15,3
12,2
11,4
8,5
17,1
745
19,2
22,7
21,0
19,2
19,7
3 702
21,7
19,7
19,0
13,0
18,1
Excellente / très bonne
3 490
10,3
8,3
9,7
6,0
11,9
Bonne
4 939
18,5
16,0
13,8
10,1
16,9
Médiocre / mauvaise
1 524
33,8
31,8
29,8
25,4
34,2
Aucune maladie chronique
2 995
10,1
8,7
10,2
5,4
11,6
Au moins une maladie chronique
6 958
21,4
18,8
16,8
13,5
20,6
5 509
21,1
17,7
17,4
13,8
21,1
4 431
14,0
13,2
11,6
7,6
13,8
Oui
1 187
13,9
12,3
13,2
8,9
22,0
Non
8 766
18,3
16,0
14,9
11,2
17,1
Total
9 953
17,7
15,6
14,6
10,9
17,7
Chômage
Inactif
Santé perçue
Maladie chronique hors trouble du sommeil
Événement grave au cours de la vie
Oui
1
Non
Présence d'enfant en bas âge (0-3 ans)
1. Il s’agit ici, comme dans les modèles suivants, de la question de la survenue d’un événement grave au cours de la vie posée de manière
générique.
Note • Les chiffres en gras signifient que le test d’indépendance du Chi2 est significatif au seuil de 5 %.
Champ • Population âgée de 18 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 192
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
192
TABLEAU 3
Risques (odds ratios) de présenter un trouble régulier du sommeil
« toutes choses égales par ailleurs »
Effectif
Difficulté Rester éveillé(e)
Trouble Ne dort pas Sentiment
dans
à se
une grande
d'endormis- à cause
de fatigue
l'échantillon rendormir partie de la nuit
sement
de soucis au réveil
Sexe
Homme
4 328
Femme
5 625
Âge
18-24 ans
866
25-34 ans
1 680
35-44 ans
2 076
45-54 ans
1 991
55-64 ans
1 737
65-75 ans
1 603
Diplôme
Aucun ou CAP
2 440
< bac
3 412
Au moins le bac
3 979
Situation financière
Vous êtes à l’aise, ça va
5 053
C’est juste, il faut faire attention
3 579
Vous y arrivez difficilement
1 093
Vous ne pouvez pas y arriver sans faire de dettes
209
Situation professionnelle
Actif occupé
5 506
Chômage
745
Inactif
3 702
Maladie chronique hors trouble du sommeil
Aucune maladie chronique
2 995
Au moins une maladie chronique
6 958
Violence physique au cours des deux dernières années
Non
9 628
Oui
322
Violence psychologique au cours des deux dernières années
Non
7 198
Oui
2 712
ref.
1,1
ref.
0,9
ref.
1,2
ref.
1,2
ref.
1,1
0,3
0,7
ref.
1,1
1,1
1,1
1,0
0,8
ref.
1,0
1,0
1,2
1,6
1,3
ref.
0,8
0,8
0,8
1,0
0,7
ref.
1,0
0,8
0,6
2,3
1,5
ref.
0,8
0,7
0,4
ref.
0,9
0,6
ref.
0,9
0,6
ref.
0,8
0,7
ref.
0,8
0,8
ref.
0,9
1,2
ref.
1,1
1,3
1,7
ref.
1,2
1,8
2,4
ref.
1,0
1,3
1,9
ref.
1,3
2,1
2,8
ref.
1,1
1,7
1,7
ref
1,0
1,0
ref
1,4
1,1
ref
1,4
1,3
ref
1,5
1,4
ref
0,7
0,9
ref.
1,4
ref.
1,5
ref.
1,3
ref.
1,7
ref.
1,4
ref.
1,3
ref.
2,1
ref.
1,8
ref.
1,6
ref.
1,2
ref.
1,4
ref.
1,3
ref.
1,3
ref.
1,5
ref.
1,3
4 431
5 509
ref
1,3
ref
1,1
ref
1,3
ref
1,4
ref
1,3
8 766
1 187
ref.
1,1
ref.
1,0
ref.
0,9
ref.
0,9
ref.
1,2
0,99
0,95
0,98
0,96
0,98
0,96
1,00
0,91
0,96
0,93
1
Evénement grave au cours de la vie
Non
Oui
Présence d'enfant en bas âge (0-3 ans)
Non
Oui
Qualité de vie
Score de santé physique (SF-12v2)
Score de santé mentale (SF-12v2)
Note • Les odds ratio présentés indiquent les résultats de 5 régressions logistiques où la variable dépendante est le fait de souffrir régulièrement du trouble du sommeil considéré. Les chiffres en gras figurent les odds ratio significatifs au seuil de 5%. Pour la situation prise en
référence (ref.), le risque (odds ratio) est de 1 par définition.
Lecture • Les individus de 18-24 ans ont un risque (odds ratio) 1,6 fois plus élevé que les autres de mettre du temps avant de s’endormir,
à autres caractéristiques identiques (sexe, diplôme, situations financière et professionnelle, maladie chronique, violences subies, événements graves vécus, présence d’enfant de 0-3 ans et état de santé physique et mentale). Cet écart est significatif au seuil de 95%. Une augmentation d'un point du score de santé physique diminue de 1% le risque d'avoir des difficultés récurrentes à se rendormir après un réveil
précoce. Cet écart est significatif au seuil de 5%.
Champ • Population âgée de 18 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 193
Troubles du sommeil : la place des événements de vie parmi les facteurs associés
193
Il nous a semblé plus pertinent d’introduire dans la modélisation, à la place de la variable sur la
santé perçue, deux autres variables plus sophistiquées : les scores agrégés de santé physique
et de santé mentale selon une échelle de qualité de vie2, le SF­12v23 (Ware et al., 2002), dont
les principes sont rappelés dans l’article p. 35. Plus les scores de cette échelle sont élevés, plus
la personne interrogée se perçoit en bonne santé. D’après les résultats de cette enquête, la
santé physique et mentale apparaît meilleure chez les personnes ne présentant pas de trou­
bles réguliers du sommeil (tableau 4). L’analyse logistique confirme qu’une mauvaise qualité
de vie, que ce soit en termes de santé mentale ou physique, augmente les risques de troubles
du sommeil, davantage pour la santé mentale que pour la santé physique (tableau 3).
Des troubles du sommeil variables selon l’âge
Il a été montré que le sommeil perd en qualité avec l’âge, avec une diminution du sommeil lent
profond et une augmentation des réveils nocturnes (Corman et Léger, 2004). Selon une étude
américaine, la moitié des personnes de plus de 65 ans déclarent des troubles du sommeil et
80 % ont déjà eu l’occasion de se plaindre de la qualité de leur sommeil (Foley et al., 1995).
Dans l’enquête EVS, plus les personnes sont âgées, plus elles sont nombreuses à présenter des
difficultés régulières pour se rendormir après un réveil précoce (tableau 2). Ainsi, seulement
6,8 % des 18­24 ans se plaignent de ce trouble, qui concerne 18 % des 35­44 ans pour atteindre
un quart des 65­75 ans. De même, à partir de 25 ans, le fait de rester éveillé une grande partie
de la nuit devient plus fréquent avec l’âge. Les corrélations des autres troubles avec l’âge ne
sont pas de même nature ou ne vont pas dans le même sens. Les plus jeunes et les plus âgés
sont proportionnellement plus nombreux à mettre du temps à s’endormir (environ 18 %), alors
TABLEAU 4
Moyennes des scores de santé physique et de santé mentale
selon la présence régulière de troubles du sommeil (en %)
Difficulté
à se rendormir
Reste éveillé(e)
Trouble d'endorune grande
missement
partie de la nuit
Ne dort pas
à cause
de soucis
Sentiment
de fatigue
au réveil
Tout trouble
confondu
Jamais Souvent Jamais Souvent Jamais Souvent Jamais Souvent Jamais Souvent 0 ou 1
au moins
ou
ou tous
ou
ou tous
ou
ou tous
ou
ou tous
ou
ou tous trouble du deux troubles
parfois les jours parfois les jours parfois les jours parfois les jours parfois les jours sommeil du sommeil
Score de santé physique
51,0
46,1
50,9
45,5
50,8
46,1
50,5
46,6
50,9
46,3
51,2
45,7
Score de santé mentale
51,3
45,8
51,2
45,6
51,1
45,9
51,4
41,2
51,7
44,1
51,8
44,3
Note • Les chiffres en gras signifient que le test d’indépendance du Chi2 est significatif au seuil de 5 %.
Lecture • Le score de santé physique moyen des personnes déclarant avoir des difficultés à se rendormir « jamais ou parfois » est de
51,0 %, contre 46,1 % pour ceux qui déclarent avoir des difficultés à se rendormir « souvent ou tous les jours ». Résultats significatif au seuil
de 5 %.
Champ • Population âgée de 18 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
2. La qualité de vie est définie comme « la façon dont les individus perçoivent leur position dans la vie, dans le contexte
de la culture et du système de valeurs dans lesquels ils vivent en relation avec leurs buts, leurs attentes, leurs normes et
préoccupations ». Elle se fonde sur la définition de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui ne considère pas la
santé comme une simple absence de maladie mais comme « un état de bien-être physique, psychologique et social ».
3. Ces scores sont tirés du SF-12v2. Ces variables ont été normées et centrées (moyenne = 50, écart type = 10). Elles ont
été calculées à partir des moyennes relevées parmi les répondants à EVS (et non en s’appuyant sur les moyennes de référence établies sur des populations américaines) et des pondérations appliquées aux populations américaines, considérées
transposables à des répondants français. La lecture du résultat 50 signifie ici : « dans la moyenne » mais cette valeur n’est
donc pas comparable au résultat de 50 tel qu’il est calculé aux États-Unis. Ainsi calculés, ces scores agrégés sont avant
tout destinés à des comparaisons entre les répondants à EVS.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 194
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
194
que les âges intermédiaires sont davantage épargnés par cette difficulté (seulement 13 %).
Concernant le fait de ne pas dormir à cause de soucis, aucune tendance claire ne se dégage
suivant l’âge. En revanche, le sens de la liaison entre l’âge et le sentiment de fatigue au réveil
est très clair : plus on vieillit et moins on est sujet à ce trouble du sommeil. Près du quart des
18­24 ans se disent concernés par ce trouble, contre à peine 12 % des 65­75 ans. Il est possible
que la personne âgée considère parfois ce sentiment comme normal, au point de le déclarer
moins spontanément que les plus jeunes. Autre explication possible, les jeunes générations
ont tendance à davantage décaler leurs horaires de coucher, notamment au profit de sorties
festives, ce qui peut rendre le réveil plus difficile, en particulier s’il se double d’une dette de
sommeil. La spécificité des associations obtenues avec l’âge se confirme dans l’analyse
« toutes choses égales par ailleurs » (tableau 3).
Les personnes veuves et divorcées plus touchées par les troubles du sommeil
Le statut matrimonial (célibataire, marié, veuf, divorcé), en particulier la situation de veuvage,
est souvent évoqué pour expliquer l’apparition des troubles du sommeil (Giordanella, 2006).
Afin de l’étudier spécifiquement, nous avons restreint l’analyse aux personnes âgées de 50 ans
et plus (tableau 5). Parmi elles, quel que soit le trouble envisagé à l’exception du sentiment de
fatigue au réveil, les troubles réguliers du sommeil sont plus fréquents chez les personnes
ayant divorcé et surtout chez les personnes veuves que chez les personnes mariées ou céliba­
taires. Mais après contrôle des autres caractéristiques sociodémographiques, des scores de
qualité de vie, des violences subies ou du fait de déclarer une maladie chronique ou la surve­
nue d’un événement grave, le statut matrimonial des personnes âgées de 50 ans ou plus n’est
plus associé à la présence de troubles (tableau 3).
Avoir subi des violences physiques et psychologiques ainsi que des événements
de vie graves augmentent les risques de survenue des troubles du sommeil
Afin d’explorer les liens entre les troubles du sommeil au moment de l’enquête EVS et les vio­
lences subies au cours d’une période récente (les deux dernières années précédant l’en­
quête), nous avons étudié cinq types de violence, selon le regroupement proposé par Cathe­
rine Cavalin (voir l’article p. 71). Les personnes victimes de violences verbales, physiques ou
sexuelles sont proportionnellement plus nombreuses à souffrir de troubles du sommeil, à l’ex­
ception des difficultés à se rendormir après un réveil prématuré (tableau 6). Les personnes
ayant subi des violences psychologiques se trouvent pour leur part confrontées à tous les
TABLEAU 5
Statut matrimonial et troubles réguliers du sommeil
parmi les personnes âgées de 50-75 ans
Statut
matrimonial
Célibataire
Marié
Proportion de personnes
ayant des troubles réguliers du sommeil (en %)
Effectif
dans
Difficulté Rester éveillé(e) Trouble Ne dort pas Sentiment
l’échantillon
à se
une grande
d'endormis- à cause de fatigue
rendormir partie de la nuit
sement
de soucis au réveil
381
15,7
15,5
2 681
23,4
18,1
Veuf
666
31,6
26,1
Divorcé
595
24,7
24,4
12,6
17,0
13,9
10,3
13,9
22,1
15,6
17,3
19,7
13,6
18,7
17,1
Note • Les chiffres en gras signifient
que le test d’indépendance du Chi2
est significatif au seuil de 5 %.
Champ • Population âgée de 50 à
75 ans résidant en France en ménage
ordinaire.
Sources • Enquête Événements de
vie et santé (EVS), DREES, 20052006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 195
Troubles du sommeil : la place des événements de vie parmi les facteurs associés
195
troubles du sommeil étudiés. De même, les personnes déclarant avoir vécu un événement
grave au cours de la vie sont plus nombreuses à souffrir de chacun des troubles explorés dans
cette enquête. En revanche, les atteintes aux biens (vols, cambriolages ou dégradations de
biens) ne semblent pas être liées à davantage de troubles du sommeil, excepté pour le senti­
ment de fatigue au réveil.
Après contrôle des principaux facteurs sociodémographiques, les atteintes aux biens et les vio­
lences sexuelles et verbales4 ne semblent pas avoir un effet propre sur les troubles du sommeil
étudiés (tableau 3). En revanche, avoir subi des violences physiques, psychologiques ou avoir
vécu au moins un événement grave au cours de sa vie augmentent les risques de connaître des
problèmes récurrents de sommeil.
Une personne sur cinq cumule au moins deux troubles réguliers du sommeil
À défaut de pouvoir étudier l’insomnie à partir de ses stricts critères diagnostiques (encadré),
nous avons approché cette notion en analysant les troubles du Nottingham Health Profile. En
effet, la dette de sommeil et ses conséquences délétères surviennent lorsque sont cumulés les
difficultés d’endormissement, l’éveil nocturne et le réveil précoce.
Lors des réflexions qui ont accompagné la création des classifications internationales des trou­
bles du sommeil (International Classification of Sleep Disorders– ICSD – ou DSM­IV), il a été
recommandé de ne pas considérer un trouble de sommeil isolément, sans tenir compte de sa fré­
quence, de son association à d’autres troubles et des conséquences des troubles du sommeil sur
TABLEAU 6
Violences subies récemment et troubles réguliers du sommeil
Proportion de personnes
ayant des troubles réguliers du sommeil (en %)
Violences subies récemment
(au cours des deux ans précédant l'enquête)
Effectif dans
Trouble Ne dort pas Sentiment
l’échantillon Difficulté Rester éveillé(e)
à se
une grande
d'endormis- à cause de fatigue
rendormir partie de la nuit
sement
de soucis au réveil
Violence verbale
Oui
1 765
18,6
20,5
18,6
17,2
26,3
Non
8 183
17,6
14,5
13,8
9,5
15,8
Oui
322
21,9
30,4
30,7
22,5
30,7
Non
9 628
17,6
15,0
14,1
10,5
17,2
Oui
270
17,6
25,8
19,6
19,0
28,6
Non
9 674
17,8
15,3
14,5
10,7
17,4
Violence physique
Violence à caractère sexuelle
Violence psychologique
Oui
2 712
22,8
20,8
20,3
16,9
25,9
Non
7 198
15,9
13,6
12,6
8,6
14,6
Vol, cambriolage ou dégradation de biens
Oui
1 457
17,6
16,3
16,6
11,8
21,5
Non
7 788
17,9
15,2
14,2
10,7
16,9
Note • Les chiffres en gras signifient que le test d’indépendance du Chi2 est significatif au seuil de 5 %.
Champ • Population âgée de 18 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
4. Ces variables ont par la suite été retirées des modèles logistiques.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 196
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
196
le fonctionnement diurne. Dans l’enquête EVS, tandis que plus d’un tiers de la population (39 %)
déclare présenter au moins un trouble régulier du sommeil, une personne sur cinq (20 %) cumule
au moins deux des troubles et 11 % au moins trois. Ces résultats rejoignent ceux de la prévalence
de l’insomnie observée en France en 2000 à partir des critères du DSM­IV, qui était de 19 % (Léger
et al., 2000). De même, le niveau d’insatisfaction du sommeil observé dans le Baromètre santé
était de 18 % parmi les 18­75 ans (Beck et al., 2009). Ces niveaux comparables incitent à retenir la
notion de cumul des troubles (au moins deux), pour approcher la notion d’insomnie en l’absence
de mesure du retentissement sur les activités diurnes, comme c’est le cas dans l’enquête EVS et
dans les enquêtes ne portant pas spécifiquement sur le sommeil.
Le cumul des troubles du sommeil apparaît essentiellement lié
à une situation financière précaire
Le modèle a été construit de la même manière que le précédent (tableau 7). La situation pro­
fessionnelle, la présence d’enfants en bas âge, ainsi que les variables relatives aux violences
sexuelles et aux atteintes aux biens, ont été retirées car elles n’influent pas significativement
sur le fait de présenter au moins deux troubles du sommeil récurrents. Lorsque l’analyse est
effectuée sur le cumul des troubles, les liens avec le chômage et l’âge disparaissent, ce qui
tient au fait que la relation est différente selon le trouble considéré. En particulier, le senti­
ment de fatigue au réveil, caractéristique des populations les plus jeunes, est également asso­
cié au fait d’avoir un emploi, contrairement à l’ensemble des autres troubles étudiés. Ainsi,
l’effet de l’âge, qui apparaissait significatif et spécifique selon les troubles du sommeil pris
séparément, disparaît lorsqu’on étudie le cumul éventuel de tous les types de troubles. L’âge
ne serait pas déterminant quant aux chances d’éprouver un trouble du sommeil, mais il le
serait quant à la nature précise du trouble.
En revanche, le contrôle des facteurs sociodémographiques et des variables relatives aux vio­
lences permet de mettre clairement en évidence l’importance du niveau de diplôme et de la
situation financière. Les personnes ayant un diplôme au moins égal au bac présentent moins
de risques de cumuler plusieurs troubles réguliers du sommeil. En ce qui concerne la situation
financière, plus elle se dégrade et plus les risques de cumuler deux troubles augmentent par
rapport à quelqu’un qui déclare être à l’aise financièrement. Il s’agit, après contrôle des effets
de structure par modélisation logistique, du risque le plus élevé de survenue récurrente de plu­
sieurs troubles. La probabilité de cumul s’avère particulièrement importante pour les per­
sonnes qui déclarent « ne pas y arriver sans faire de dettes ».
Les victimes de violences physiques ou psychologiques ont également plus de chances de
cumuler au moins deux troubles réguliers du sommeil, tout comme les personnes ayant le sen­
timent d’avoir vécu un événement grave au cours de leur vie.
En ce qui concerne la santé, il apparaît à nouveau que, lorsque les scores agrégés de santé
mentale et de santé physique augmentent, la probabilité d’être atteint d’au moins deux
troubles diminue. La corrélation avec la santé mentale apparaît plus étroite qu’avec la santé
physique. Avoir au moins une maladie chronique augmente aussi les chances de cumuler les
troubles.
La santé mentale explique en grande partie l’insomnie féminine
Cette étude illustre ainsi le lien important entre santé physique et mentale et troubles du som­
meil : quand la santé se dégrade, les chances d’éprouver des troubles réguliers du sommeil
augmentent, surtout en ce qui concerne la santé mentale. Un tel résultat n’est pas vraiment
surprenant : les liens entre santé mentale et sommeil sont très forts, au point que les troubles
du sommeil font partie des critères diagnostiques de l’épisode dépressif majeur5, au rang des
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 197
Troubles du sommeil : la place des événements de vie parmi les facteurs associés
197
TABLEAU 7
Facteurs associés au cumul d’au moins deux troubles réguliers du sommeil
Effectif
Proportion de personnes présentant
Odds ratios
dans
régulièrement au moins
ajustés
l’échantillon deux troubles du sommeil (en %)
Sexe
Hommes
4 328
17,0
ref.
Femmes
5 625
22,9
1,1
18-24 ans
866
17,6
1,1
25-34 ans
1 680
16,2
0,9
35-44 ans
2 076
19,6
ref.
45-54 ans
1 991
21,4
0,9
55-64 ans
1 737
21,7
0,9
65-75 ans
1 603
25,2
1,0
Aucun ou CAP
2 440
27,0
ref.
< bac
3 412
20,4
0,8
Au moins le bac
3 979
14,7
0,6
Âge
Diplôme
Situation financière
Vous êtes à l’aise, ça va
5 053
15,0
ref.
C’est juste, il faut faire attention
3 579
21,2
1,2
Vous y arrivez difficilement
1 093
35,8
1,6
209
49,4
2,4
Vous ne pouvez pas y arriver sans faire de dettes
Maladie chronique hors trouble du sommeil
Aucune maladie chronique
2 995
11,3
ref.
Au moins une maladie chronique
6 958
24,3
1,5
Non
9 628
19,5
ref.
Oui
322
35,2
1,8
Non
7 198
17,0
ref.
Oui
2 712
28,2
1,5
Non
4 431
16,0
ref.
Oui
5 509
23,7
1,3
Violence physique au cours des deux dernières années
Violence psychologique au cours des deux dernières années
Evénement grave au cours de la vie
Qualité de vie
Score de santé physique (SF-12v2)
0,98
score de santé mentale (SF-12v2)
0,93
Note • Les odds ratios présentés indiquent les résultats d’une régression logistique où la variable dépendante est le fait de cumuler au moins
deux troubles du sommeil. Les chiffres en gras figurent les odds ratios significatifs au seuil de 5 %. Pour la situation prise en référence (ref.),
le risque (odds ratio) est de 1 par définition.
Lecture • Les individus de 18-24 ans ont un risque (odds ratio) 1,1 fois plus élevé que les autres de souffrir d’au moins deux troubles du
sommeil parmi les cinq étudiés, à autres caractéristiques identiques (sexe, diplôme, situation financière, maladie chronique, violences
subies, événements graves vécus, et état de santé physique et mentale). Cet écart n’est pas significatif.
Champ • Population âgée de 18 à 75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 198
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
198
symptômes à identifier (Lecrubier et al., 1997 ; Sheehan et al., 1997). En revanche, une fois
contrôlés les principaux effets de structure, le genre ne semble pas influer sur les troubles du
sommeil pris séparément (à l’exception des difficultés à s’endormir), ni sur le cumul des trou­
bles, ce résultat allant à contresens de la littérature (Léger et al., 2000 ; Ohayon et al., 2004 ;
Beck et al., 2009). Or, c’est l’introduction du score de santé mentale issu du SF­12v2 dans le
modèle qui supprime l’écart d’abord constaté entre les deux sexes6.
Il faut ici souligner que la plupart des études menées en population générale indiquent une
prévalence des troubles dépressifs 1,5 à 3 fois plus élevée chez les femmes que chez les
hommes, cette différence s’installant dès l’adolescence et perdurant jusqu’aux âges les plus
élevés. Ce résultat a été observé en France (Le Pape et Lecomte, 1999 ; Lepine et al., 2005 ;
Chan Chee et al., 2009) comme dans les pays anglo­saxons (Kessler et al., 1993 ; Jenkins et al.,
1997 ; Bijl et al., 1998). L’hypothèse d’une propension moins grande des hommes à déclarer
des états comme la tristesse ou le mal­être, qui permettent de repérer l’épisode dépressif,
vient quelque peu nuancer l’écart mesuré entre femmes et hommes, sans que l’ampleur des
différences puisse être imputée uniquement à des biais de déclaration. Pour certains auteurs,
la dépression présenterait pour les hommes une symptomatologie impliquant moins la tris­
tesse et l’anhédonie7. Pour d’autres, le rôle social des femmes serait source de stress et de
dépression. De fait, les inégalités face à la dépression sont dues en partie à des situations éco­
nomiques et sociales qui exposent davantage les femmes aux troubles dépressifs (Kessler,
2003).
Concernant le sommeil, nos résultats montrent qu’à situation sociodémographique similaire,
c’est plutôt l’état mental (évalué ici par la dimension santé mentale du SF­12v2) qui semble
expliquer la différence de plainte d’insomnie entre hommes et femmes. Certaines hypothèses
ont pu être avancées sur le fait que l’insomnie plus fréquente chez les femmes pouvait être
liée au rôle de la femme vis­à­vis des enfants (les femmes sont plus fréquemment réveillées
par les enfants que les hommes), aux rythmes périodiques hormonaux, à une différence d’ex­
pression entre hommes et femmes vis­à­vis des troubles du sommeil (Giordanella, 2006). Il
semble, selon nos résultats, que l’état mental soit aussi un facteur influençant significative­
ment cette différence.
Conclusion
Cette étude confirme que les troubles du sommeil sont associés de manière significative à des
situations précaires et à certains événements de vie difficiles tels que les violences subies. Les
femmes, les personnes les moins diplômées, les personnes se sentant en difficulté financière,
les chômeurs, les personnes en mauvaise santé et celles ayant au moins une maladie chro­
nique sont proportionnellement plus nombreux à souffrir de troubles du sommeil. À l’excep­
tion des victimes de vols, de cambriolages ou de dégradations de biens, les victimes de vio­
lences (sexuelles, psychologiques, physiques et verbales) apparaissent également plus
touchées par ces troubles. L’âge semble pour sa part davantage lié à la nature spécifique du
trouble considéré : par exemple, les difficultés à se rendormir augmentent avec l’âge contrai­
5. Il convient ici de rappeler que les troubles du sommeil ne sont pas considérés dans la constitution du score du SF12,
limitant ici le risque de colinéarité entre le score de santé mentale et la survenue de troubles du sommeil.
6. Afin de mieux comprendre comment les nettes différences entre hommes et femmes visibles dans les tris croisés pouvaient disparaître dans un modèle incluant d’autres variables, nous avons cherché les variables en l’absence desquelles
cet effet du genre pouvait réapparaître.
7. L’anhédonie caractérise l’incapacité à ressentir des émotions positives lors de situations de vie pourtant considérées
comme telles antérieurement.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 199
Troubles du sommeil : la place des événements de vie parmi les facteurs associés
199
rement au sentiment de fatigue au réveil, qui est de moins en moins fréquent. Les femmes se
plaignent davantage d’insomnie que les hommes, un résultat qui est à mettre en relation avec
une souffrance psychique plus forte plutôt qu’avec d’autres différences comportementales
(soin des enfants la nuit, expression plus spontanée des troubles du sommeil) ou hormonales
(règles périodiques, grossesse, ménopause), qui sont fréquemment envisagées pour expliquer
cette différence. Ainsi, l’introduction de la dimension de santé mentale issue d’une échelle de
qualité de vie supprime l’apparente différence entres hommes et femmes, déplaçant ainsi la
question du terrain biologique vers celui de la souffrance psychique et de son expression qui
diffère nettement entre hommes et femmes. À santé mentale équivalente, hommes et
femmes seraient égaux face au sommeil.
On retiendra par ailleurs les spécificités du sentiment de fatigue au réveil qui n’apparaît lié ni
au niveau de diplôme, ni à la perception de sa santé. En revanche, c’est le seul trouble lié à tous
les types de violences subies, ce qui s’explique principalement par un effet âge. Il présente éga­
lement la caractéristique de fortes prévalences chez les personnes en difficultés financières
(plus de 30 %) ou chez les 18­24 ans (près d’un quart).
BIBLIOGRAPHIE
American Academy of Sleep Medicine, 2005, International Classification of Sleep Disease (ICSD), American Academy of Sleep Medicine, 2e edition, 298 p.
Beck F., Guilbert P., Gautier A. (sous la dir. de), 2007, Baromètre santé 2005. Attitudes
et comportements de santé, INPES, 608 p.
Beck F., Léon C., Léger D., 2009, « Les troubles du sommeil en population générale. Évolution 1995-2005 des prévalences et facteurs sociodémographiques associés »,
Médecine/science, 25(2), pp. 201-206.
Bijl R.V., Ravelli A., van Zessen G., 1998, « Prevalence of psychiatric disorder in the
general population : results of The Netherlands Mental Health Survey and Incidence Study
(NEMESIS) », Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 33(12), p. 587-595.
Chan-Chee C., Beck F., Sapinho D., Guilbert P., 2009, La dépression en France. Enquête
Anadep 2005, INPES, 203 p.
Corman B., Léger D., 2004, « Troubles du sommeil chez le sujet âgé », La revue du praticien, 54, pp. 1281-1285.
Dourgnon P., 2009, « L’enquête santé protection sociale, un panel pour l’analyse des politiques de santé et la recherche en économie de la santé », La Lettre du Collège (CES),
n° 1, 2009/03, pp. 4-6.
Edinger J.D., Bonnet M.H., Bootzin R.R., American Academy of Sleep Medicine Work
Group, 2004, « Derivation of research diagnostic criteria for insomnia : report of an
American Academy of Sleep Medicine Work Group », Sleep, 27(8), p. 1567-1596.
Foley D.J., Monjan A.A., Brown S.L., Simonsick E.M., Wallace R.B., Blazer D.G., 1995,
« Sleep complaints among elderly persons : an epidemiologic study of three communities », Sleep, 18(6), p. 425-432.
Fort P., 2000, « Ces neurones qui nous font dormir », Médecine/sciences, 16, n°12, pp. 14541455.
Gallichio L., Kalesan B., 2009, « Sleep duration and mortality : a systemic review and
meta analysis », Sleep Medicine Reviews, 18, p. 145-147.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 200
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
200
Giordanella J.-P. (sous la dir. de), 2006, Rapport sur le thème du sommeil au ministre de
la Santé et des Solidarités, Ministère de la Santé des Solidarités, 394 p.
Godet-Cayre V., Pelletier-Fleury N., Le Vaillant M., Dinet J., Massuel M.A., Léger D.,
2006, « Insomnia and absenteeism : who pays the costs ? », Sleep, 29, p. 179-184.
Hunt S.M., McKenna S.P., McEwen J., Backett E.M., Williams J., Papp E., 1980, « A
quantitative approach to perceived health status : a validation study », Journal of Epidemiology and Community Health, 34, p. 281-286.
Hunt S.M., McEwen J., Williams J. Papp E., 1981, « The Nottingham Health Profile :
subjective health status and medical consultations », Social Science and Medicine,
15A, p. 221-229.
Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV), 2009, Enquête Journée nationale
du sommeil 2009 (www.institut-sommeil-vigilance.org).
Jenkins R., Lewis G., Bebbington P., Brugha T., Farrell M., Gill B. et al., 1997, « The
National Psychiatric Morbidity surveys of Great Britain. Initial findings from the household survey », Psychological Medicine, Jul, 27(4), p. 775-789.
Kessler R.C., 2003, « Epidemiology of women and depression », Journal of Affective Disorders, Mar, 74(1), p. 5-13.
Kessler R.C., Mc Gonagle K.A., Swartz M., Blazer D.G., Nelson C.B., 1993, « Sex and
depression in the National Comorbidity Survey. I : Lifetime prevalence, chronicity and
recurrence », Journal of Affective Disorders, Oct, 29(2-3), p. 85-96.
Lecrubier Y., Sheehan D., Weiller E., Amorim P., Janavs J., Weiler E., Hergueta T.,
Baker. R., Dunbar G.C., 1997, « The MINI International neuropsychiatric interview (MINI) :
a short diagnostic structured interview : reliability and validity according to the CIDI »,
European Psychiatry, vol. 12, p. 224-231.
Léger D., 2000, Conduites à tenir devant un trouble du sommeil, Doin, 187 p.
Léger D., Guilleminault C., Levy E., Paillard M., 2002, « Medical and socio-professional
impact of insomnia », Sleep, 25, p. 625-629.
Léger D., Guilleminault C., Dreyfus J.-P., Paillard M., 2000, « Prevalence of insomnia
in a survey of 12 778 adults in France », Journal of Sleep Research, 9(1), p. 335-342.
Léger D., Massuel M.A., Metlaine A. and the Sisyphe Study Group, 2006, « The professional correlates of insomnia », Sleep, 29, p. 171-178.
Le Pape A., Lecomte T., 1999, Prévalence et prise en charge médicale de la dépression,
France 1996-1997, CREDES, Biblio. n°1277, septembre, 108 p.
Lepine J.P., Gasquet I., Kovess V., Arbabzadeh-Bouchez S., Negre-Pages L., Nachbaur G.
et al., 2005, « Prévalence et comorbidité des troubles psychiatriques dans la population
générale française : résultats de l’étude épidémiologique ESEMeD/MHEDEA 2000/
(ESEMeD) », Encephale, 31(2), p. 182-194.
National Institute of Health State of the Science Conference Statement, 2005, « Manifestations and management of chronic insomnia in adults », Sleep, 28(9), p. 10491057.
Ohayon M.M., Carskadon M.A., Guilleminault C., Vitiello M.V., 2004, « Meta-analysis of
quantitative sleep parameters from childhood to old age in healthy individuals : developing
normative sleep values across the human lifespan », Sleep, 27(7), p. 1255-1273.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 201
Troubles du sommeil : la place des événements de vie parmi les facteurs associés
201
Sheehan D.V., Lecrubier Y., Harnett-Sheehan K., Janavs J., Weiller E., Bonora L.I.,
Keskiner A., Schinka J., Knapp E., Sheehan M.F., Dunbar G.C., 1997, « Reliability
and validity of the MINI International Neuropsychiatric Interview (MINI) : according to
the SCIDP », European Psychiatry, vol. 12, p. 232-241.
Ware J.E., Kosinski M., Turner-Bowker D.M., Gandek B., 2002, How to Score Version 2
of the SF-12 Health Survey (with a Supplement Documenting Version 1), Lincoln, RI :
Quality Metric Incorporated, p. 29-51.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 202
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 203
Les pratiques addictives des jeunes adultes :
l’impact des caractéristiques sociodémographiques
et des événements de vie
François BECK, Romain GUIGNARD et Laura MARCH
Le tabac, l’alcool et le cannabis sont les premières substances psychoactives
consommées par les jeunes adultes en France. Ce sont pourtant les autres
drogues qui les distinguent le plus du reste de la population. Les niveaux
d’usage varient beaucoup suivant l’âge et le sexe, mais également suivant
le milieu social. L’enquête Événements de vie et santé (EVS), réalisée en 2005,
apporte un nouvel éclairage sur la consommation des produits psychoactifs
licites ou illicites des jeunes adultes de 18-34 ans. Elle permet de mieux cerner
les caractéristiques sociodémographiques de ces consommateurs,
mais aussi d’étudier les liens éventuels avec des violences subies récemment
ou par le passé. Les jeunes femmes se révèlent toujours moins
consommatrices que les jeunes hommes, cette tendance étant moins nette
pour le tabac que pour les autres produits. Globalement, l’usage de drogues
illicites apparaît fortement lié aux violences subies au cours des deux années
précédant l’enquête EVS et aux événements familiaux vécus pendant l’enfance
ou l’adolescence, tandis que la consommation régulière de tabac et d’alcool
s’avère plus nettement associée aux contextes sociaux. Un usage régulier
d’alcool apparaît ainsi lié à un niveau de diplôme élevé, tandis que le chômage
est une situation associée à une consommation de drogues illicites
et à un tabagisme quotidien plus fréquent.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 204
Partie 3 - Des parcours de vie difficiles
204
L
a surveillance épidémiologique et la compréhension des usages de drogues à l’adolescence
et au début de l’âge adulte sont une priorité des pouvoirs publics. Les données épidémio­
logiques disponibles soulignent la prépondérance des usages d’alcool et de tabac dans l’en­
semble des addictions, même si leurs niveaux de consommation sont à la baisse depuis plu­
sieurs décennies en France. Depuis quelques années, le tabagisme apparaît en net recul parmi
les moins de 25 ans et la consommation régulière d’alcool semble relativement stable (Beck et
al., 2010). Alors que les ivresses alcooliques diminuent légèrement parmi les jeunes adultes,
elles sont en hausse entre 2000 et 2008 parmi les jeunes de 17 ans (Legleye et al., 2009). Le
coût sanitaire et social de ces deux substances apparaît très nettement supérieur à celui des
drogues illicites.
La consommation du cannabis s’est quant à elle nettement étendue au cours des années 1990,
particulièrement chez les jeunes, plaçant la France en tête des pays européens pour la
consommation de cannabis, tant des adolescents (Chomynova et al., 2009 ; Hibell et al., 2009)
que des jeunes adultes (Beck et al., 2007). Cependant, l’augmentation de la diffusion du can­
nabis a cessé au cours des années 2000.
Les autres drogues illicites (encadré 1) apparaissent nettement moins expérimentées à
l’échelle de la population, même si l’expérimentation de produits tels que la cocaïne ou l’ecs­
tasy s’avère de plus en plus répandue. Pour ces produits, la France se place dans le bas du
tableau des prévalences en Europe.
Ainsi, si l’ecstasy et la cocaïne se sont plus largement diffusées dans la population, leurs
niveaux d’expérimentation restent faibles. Par ailleurs, ces produits sont désormais plus sou­
vent expérimentés au­delà de 18 ans. Les niveaux d’usage des autres produits illicites apparais­
sent stables depuis la fin des années 1990.
La consommation d’héroïne, qui a connu une augmentation dans les années 1980, a été jugu­
lée à partir du milieu des années 1990 par une politique de réduction des risques intégrant des
programmes de mise à disposition de produits de substitution, d’échange de seringues ou
d’information aux usagers. Cette inflexion de politique publique a notamment permis de dimi­
nuer le nombre de décès par surdose au cours des années 1990­2000. La baisse de la propor­
tion d’usagers de drogues parmi les nouveaux diagnostics de VIH (virus de l’immunodéficience
humaine), stabilisée autour d’une centaine de cas par an, confirme cette tendance (INVS,
2009). L’évolution observée depuis plusieurs années montre par ailleurs que les usagers de
drogues actuels sont souvent des polyconsommateurs qui ont intégré dans leur consomma­
tion l’usage de produits de substitution à l’héroïne comme la buprénorphine haut dosage
(BHD ou Subutex®).
Un dispositif d’observation reposant sur des enquêtes en population générale
et des statistiques institutionnelles
Les enquêtes par sondage, interrogeant un échantillon représentatif de la population sur sa
consommation de substances psychoactives et ses représentations des drogues, ont connu
un important développement en France au milieu des années 1990 (Beck, 2006). Plusieurs rap­
ports avaient souligné le manque criant d’enquêtes représentatives sur ce thème : le dispositif
d’observation reposait alors en grande partie sur des données administratives émanant des
services statistiques des institutions sanitaires, sociales, répressives et judiciaires (Padieu,
1994 ; Henrion, 1995 ; Faugeron et Kokoreff, 1999).
Quand les statistiques répressives illustrent, par le biais des données d’interpellation, une
prédominance du cannabis, celles issues du système de recours aux soins présentent quant
à elles une population majoritairement composée de polytoxicomanes, alors même que les
ethnologues évoquent de nouveaux usages de la cocaïne ou de drogues de synthèse
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 205
Les pratiques addictives des jeunes adultes
205
ENCADRÉ 1
Les drogues illicites ou détournées de leur usage
Le cannabis (ou chanvre indien) est une plante dont est extraite la marijuana (herbe), de la résine
(haschisch) ou de l’huile. Il est le plus souvent fumé sous forme de cigarette (joint). Le cannabis possède
des effets euphorisants, désinhibants, relaxants mais peut provoquer un phénomène de décompensation psychique. Il peut également induire une dépendance psychique chez les consommateurs quotidiens. Une consommation chronique de cannabis, associée ou non au tabac, augmente également le
risque de cancer des voies aérodigestives.
Le poppers désigne une famille de composés synthétiques volatils nitrités. Il a un effet désinhibiteur
bref et intense, provoquant le rire et une euphorie avec accélération du rythme cardiaque. En vente dans
certains commerces (sex-shop surtout), il peut exposer, quoique rarement, à certains problèmes sanguins graves.
L’héroïne est un dérivé de la morphine, elle-même dérivée de l’opium. Elle est consommée pour ses
propriétés euphorisantes et relaxantes. Son administration par voie intraveineuse en a fait une cause
majeure de transmission des virus des hépatites et du VIH. Elle peut également être sniffée (pratique
répandue au Royaume-Uni par exemple) ou fumée. L’héroïne passe plus rapidement que d’autres substances dans le cerveau. Son utilisation induit une très forte dépendance physique et psychique avec état
de manque en cas de sevrage.
L’ecstasy désigne des produits synthétiques contenant du MDMA (méthylènedioxymétamphétamine),
sous forme de comprimés ou de poudre. Apparue en France vers la fin des années 1980, cette « drogue
de l’amour » s’est largement répandue au cours des années 1990, notamment avec l’essor du mouvement techno, et dépasse désormais largement ce cadre.
Le LSD est un hallucinogène provoquant des distorsions de la perception visuelle, spatiale et temporelle
qui peuvent aller jusqu’aux hallucinations. Il se présente le plus souvent sous la forme d’un buvard sucé
ou avalé.
La cocaïne se présente le plus souvent sous la forme d’une fine poudre blanche, à sniffer. Elle est plus
rarement consommée par voie intraveineuse ou fumée. Auparavant limitée à des milieux sociaux favorisés, proches du monde du spectacle, ainsi qu’aux populations marginalisées, elle est désormais
consommée dans de nouveaux espaces et par de nouvelles catégories sociales (milieux festifs, classes
moyennes, chômeurs, etc.). Elle provoque une euphorie immédiate, une stimulation intellectuelle et physique mais n’engendre pas de dépendance physique. En revanche, la dépendance psychique peut être
extrêmement forte.
Les amphétamines sont des produits de synthèse stimulants le plus souvent disponibles sous forme
de cachets (à gober). Elles sont le plus souvent consommées dans un cadre festif ou pour améliorer ses
performances sportives ou professionnelles. Les amphétamines sont récemment sorties de la pharmacopée et sont classées parmi les stupéfiants.
Les champignons hallucinogènes et les autres hallucinogènes végétaux sont des produits d’origine
naturelle contenant des principes actifs hallucinogènes. Ils provoquent des distorsions de la perception
visuelle, spatiale et temporelle. Parmi les autres hallucinogènes, se trouvent la mescaline, le datura, la
salvia divinorum, etc.
Les produits pris par inhalation sont divers (colles, solvants, détachants, vernis, protoxyde d’azote,
air sec, dérivés du pétrole, etc.). Les principes actifs les plus connus sont le protoxyde d’azote (gaz hilarant), l’éther, le trichloréthylène et l’acétone. Les principaux utilisateurs sont les adolescents car les inhalants sont pour la plupart d’accès facile et de prix très bas. Les troubles engendrés peuvent être assez
graves, tant sur le plan physique que psychique. Ces produits sont en vente libre ou à usage hospitalier
(protoxyde d’azote, éther).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 206
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
206
(amphétamines, ecstasy, etc.) dont les adeptes ne seraient pas encore bien connus des ins­
titutions prenant en charge les usagers de drogues. Face à la complexité et la diversité des
usages de drogues illicites, ces différents outils d’observation, d’origine institutionnelle ou
scientifique, s’avèrent donc complémentaires pour dresser un portrait complet de la situa­
tion actuelle en France.
Les enquêtes effectuées auprès d’un échantillon représentatif de la population permettent
d’offrir une lecture quantitative de l’usage de drogues illicites et d’analyser les principaux fac­
teurs associés et les grandes caractéristiques des usagers. Les enquêtes françaises portant sur
les usages de drogues des adolescents (Beck et al., 2000 ; Legleye et al., 2007) ou des élèves
scolarisés dans le secondaire (Choquet et al., 2004) sont nombreuses depuis la fin des années
1990. Par contraste, celles concernant spécifiquement les jeunes adultes sont plus rares : en
effet, il n’existe pas pour cette population de base de sondage nationale spécifique, comme
pour les adolescents. Faute de pouvoir disposer de bases de sondage représentatives de l’en­
semble d’une génération, s’appuyer sur des enquêtes en population générale adulte constitue
le meilleure solution. L’enquête Événements de vie et santé (EVS), réalisée en 2005 par la
DREES, permet d’observer les usages de substances psychoactives licites ou illicites de plu­
sieurs générations d’individus et d’observer les spécificités des jeunes adultes.
Avec le Baromètre santé de l’INPES, l’enquête EVS est la seule en France à poser la question
de l’usage des drogues illicites à toutes les générations d’adultes entre 18 et 64 ans. Cette
enquête est représentative de l’ensemble de la population âgée de 18 à 75 ans. Toutefois les
questions sur les drogues illicites n’ont été posées qu’aux individus de moins de 65 ans. Pour
respecter ostensiblement la confidentialité des réponses, toutes les questions relatives aux
substances psychoactives ont été posées dans l’enquête EVS par questionnaire auto­adminis­
tré par ordinateur avec écoute au casque (méthode audio­CASI1), à l’exception de celles por­
tant sur la consommation de tabac, posées en face à face.
Ce chapitre se concentre sur la population la plus concernée par les usages de drogues illicites,
à savoir les jeunes adultes, et permet d’observer notamment les particularités des 18­24 ans et
des 25­34 ans au regard des 35­44 ans.
Si l’enquête EVS apporte un nouvel éclairage sur les caractéristiques sociodémographiques
liées aux niveaux d’usage des substances psychoactives, elle permet également d’étudier les
liens éventuels avec, d’une part, les violences subies au cours d’une période récente (les deux
années précédant l’enquête EVS), et d’autre part les principaux événements familiaux surve­
nus pendant l’enfance et l’adolescence. Ces deux types de facteurs seront ensuite isolés après
prise en compte des effets de structure, afin de mesurer leurs influences propres respectives
sur les usages de drogues.
La consommation de cannabis et de tabac diminue avec l’âge,
à l’inverse de l’usage régulier d’alcool
Quel que soit l’âge, les produits licites restent les substances psychoactives les plus consom­
mées. Le tabac est le premier produit psychoactif en termes de diffusion dans la population :
d’après l’enquête EVS, 40 % des 18­24 ans en consomment quotidiennement mais cette propor­
tion diminue avec l’âge. À l’inverse, l’usage régulier d’alcool (encadré 2) augmente avec l’âge :
12 % en consomment régulièrement entre 18 et 24 ans, 20 % entre 25 et 34 ans et 22 % entre 35 et
1. CASI = Computer Assisted Self-Interview, par analogie avec les environnements CAPI (Computer Assisted Personal
Interview) et CATI (Computer Assisted Telephone Interview), souvent utilisés dans les entretiens en face à face et par téléphone.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 207
Les pratiques addictives des jeunes adultes
207
44 ans (tableau 1). Le fait d’avoir bu au moins 6 verres en une même occasion dans l’année dimi­
nue toutefois à mesure que l’âge augmente. L’usage « problématique » d’alcool au cours de la
vie, mesuré par le test DETA, s’avère quant à lui relativement stable selon les classes d’âge.
À l’instar des enquêtes précédentes menées en France (Beck et al., 2007), on constate que le
cannabis est de loin la drogue illicite la plus expérimentée : un quart des personnes interrogées
dans l’enquête EVS ont déjà essayé ce produit. Parmi les jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans, la
moitié déclare avoir déjà consommé du cannabis, dont un quart dans l’année et près de 10 %
régulièrement. Cependant, quelle que soit la fréquence de consommation du cannabis, le
niveau d’usage diminue fortement avec l’âge.
L’expérimentation d’autres drogues illicites apparaît beaucoup plus marginale en population
générale, dans la mesure où elle ne dépasse jamais 2,5 %. Il convient tout de même de souligner
que 6,6 % des 18­24 ans déclarent avoir essayé l’ecstasy au moins une fois, contre seulement
0,8 % des 35­44 ans. La consommation actuelle (au cours de l’année) de ces différents produits,
mesurée par le biais d’autres enquêtes telles que le Baromètre santé, apparaît encore plus rare
(Beck et al., 2007).
Il est à noter toutefois que les enquêtes en population générale rendent difficilement compte
des consommations peu fréquentes en France telles que celles du crack, de l’acide gamma hydro­
xybutyrique (GHB), de la kétamine (un anesthésiant vétérinaire consommé pour ses vertus hal­
lucinogènes) et, dans une moindre mesure, de l’héroïne : les populations marginalisées, qui occu­
pent une place importante parmi les consommateurs de drogues, échappent en effet en partie
aux dispositifs classiques d’enquête auprès des ménages.
TABLEAU 1
Usages de produits psychoactifs selon l’âge en 2005
Significativité
18-24 ans
25-34 ans
35-44 ans
n=866
n=1680
n=2076
40,0
36,3
33,1
n=859
n=1646
n=2022
Usage régulier d'alcool (%)
Binge drinking au cours de l’année (%)
12,0
19,6
21,8
***
22,4
28,2
26,9
19,2
***
20,5
DETA positif au cours de la vie (%)
12,3
14,1
11,8
ns
14,4
Cannabis expérimenté au cours de la vie (%)
50,5
42,6
23,4
***
25,4
Cannabis consommé dans l'année (%)
25,4
11,7
3,7
***
7,4
Cannabis consommé récemment (%)
20,1
9,2
2,9
***
5,7
Cannabis consommé régulièrement (%)
8,9
4,0
1,3
***
2,5
Effectifs (enquête en face à face)
Consommation quotidienne de tabac (%)
Effectifs (questionnaire auto-administré)
18-64 ans
n=8350
*
29,7
n=8111
Expérimentation de... (en %)
… champignons hallucinogènes
4,9
4,4
1,1
***
2,2
… poppers
1,7
4,3
1,0
***
1,5
… ecstasy
6,6
4,9
0,8
***
2,3
… cocaïne
4,2
5,2
2,3
*
2,5
… amphétamines
2,0
2,5
0,7
*
1,2
… LSD
1,7
3,6
1,0
***
1,6
… héroïne
0,9
2,5
0,7
**
1,0
*, **, *** : Test du Chi2 d’indépendance entre la variable d’usage et les trois premières tranches d’âge, significatif au seuil de 5 %, 1 % et
0,1 %.
Lecture • 50,5 % des jeunes de 18-24 ans ont essayé le cannabis au cours de leur vie contre 23,4% des 35-44 ans.
Champ • Population âgée de 18 à 64 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 208
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
208
ENCADRÉ 2
Les différents usages de produits psychoactifs
L’enquête EVS s’est intéressée à l’expérimentation des différentes drogues au cours de la
vie, ainsi qu’à la consommation « actuelle » (au moment de l’enquête) de cannabis, de
tabac et d’alcool (tableau 1).
Alcool et tabac
Les personnes fumant tous les jours sont considérées comme consommant régulière­
ment du tabac, tandis que pour l’alcool, l’usage régulier correspond à une fréquence d’au
moins deux ou trois fois par semaine.
Le binge drinking, terme anglo­saxon souvent usité pour qualifier une conduite d’alcoolisa­
tion ponctuelle excessive visant l’ivresse, est défini par le fait d’avoir consommé au moins six
verres de boissons alcoolisées au cours d’une même occasion (Herring et al., 2008).
Le niveau d’usage problématique d’alcool au sein de la population peut être déterminé
grâce à des outils standardisés de repérage en population générale, adaptés au contexte
de l’enquête déclarative. Il repose sur des outils utilisés comme aide au diagnostic lors des
entretiens cliniques. L’un d’entre eux, le test DETA (Diminuer, entourage, trop, alcool)
sert à évaluer le risque de dépendance vis­à­vis de l’alcool. Composé de quatre questions
simples, il est l’un des instruments qui ont été mobilisés dans l’enquête EVS pour évaluer
la consommation d’alcool des personnes interrogées : à partir de deux réponses positives
à ce test, la probabilité d’une consommation excessive d’alcool, voire d’une alcoolo­
dépendance, est considérée comme très élevée (Mayfield et al., 1974 ; Rueff, 1989).
Cannabis
En ce qui concerne les pratiques de consommation de cannabis, trois formes sont distin­
guées :
• l’usage actuel (au moins une fois au cours des 12 derniers mois) ;
• l’usage récent (au moins une fois au cours des 30 derniers jours) ;
• l’usage régulier (au moins 10 fois au cours des 30 derniers jours), pour reprendre la ter­
minologie mise en place par l’OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicoma­
nies) depuis la fin des années 1990 et qui s’appuie sur les travaux menés alors à l’échelle
européenne (Bless et al., 1999). Ce sont les plus jeunes qui se révèlent particulièrement
concernés par l’usage régulier de cannabis.
Il convient par ailleurs de signaler que pour des raisons techniques de filtrage des
réponses lors du questionnaire, l’expérimentation du poppers se trouve mécaniquement
sous­évaluée : en effet, en plus d’être un produit qui n’est pas toujours considéré comme
une drogue par le grand public, il n’était pas cité explicitement parmi les réponses possi­
bles à l’enquêté comme c’était le cas pour la cocaïne, l’ecstasy, les amphétamines ou l’hé­
roïne (voir l’article p. 261).
L’usage de substances psychoactives est un comportement
majoritairement masculin
Dans l’enquête EVS, les écarts entre jeunes hommes et jeunes femmes sont particulièrement
importants pour la consommation régulière d’alcool, de cannabis et l’expérimentation d’autres
drogues illicites, mais plus faibles en ce qui concerne l’usage quotidien de tabac et l’expérimen­
tation de cannabis (tableau 2). Ces résultats rejoignent ceux mis en évidence pour l’ensemble de
la population adulte résidant en France (Beck et al., 2008), mais aussi dans la plupart des études
de genre menées dans les pays anglo­saxons (Powis et al., 1996 ; Bloomfield et al., 2005).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 209
Les pratiques addictives des jeunes adultes
209
En outre, concernant le cannabis, les écarts entre hommes et femmes se creusent s’agissant
de la fréquence de consommation, les usages les plus intensifs étant plus marqués pour les
hommes. Ce résultat est aussi fréquemment observé chez les adolescents, en France (Beck et
al., 2007 ; Legleye et al., 2009) comme à l’étranger (Hibell et al., 2009). Les travaux internatio­
naux récents mettent toutefois en évidence un rapprochement des comportements entre
hommes et femmes à tous les âges (Degenhardt et al., 2008).
Si l’on considère l’expérimentation de drogues illicites autres que le cannabis, la cocaïne est le
produit pour lequel on observe le moins de différences entre hommes et femmes, tandis que
le plus fort écart concerne les amphétamines. Soulignons que, dans les générations plus
anciennes, ces produits étaient assez volontiers utilisés par certaines femmes comme coupe­
faim à des fins amaigrissantes (Beck, 2006). Cette pratique, davantage associée aux compor­
tements féminins à l’adolescence (Fallu et al., 2008), s’est probablement raréfiée progressive­
ment à la suite de l’inscription de ces produits dans la liste des stupéfiants en 1971.
TABLEAU 2
Usages de produits psychoactifs selon le sexe en 2005 chez les 18-34 ans
Effectifs (enquête en face à face)
Consommation quotidienne de tabac (%)
Effectifs (questionnaire auto-administré)
Hommes
Femmes
Ensemble
n=1095
n=1451
n=2546
42,0
33,5
37,7
n=1075
n=1430
n=2505
Ratio
hommes / femmes
Significativité
1,3
**
Usage régulier d'alcool (%)
Binge drinking au cours de l’année (%)
25,7
7,8
16,7
3,3
***
42,5
12,5
27,4
3,4
***
DETA positif au cours de la vie (%)
19,7
7,2
13,4
2,7
***
Cannabis expérimenté au cours de la vie (%)
54,8
36,3
45,6
1,5
***
Cannabis consommé dans l'année (%)
23,5
10,2
16,9
2,3
***
Cannabis consommé récemment (%)
19,2
7,4
13,4
2,6
***
Cannabis consommé régulièrement (%)
9,2
2,4
5,9
3,8
***
***
Expérimentation de... (en %)
… champignons hallucinogènes
6,8
2,3
4,6
3,0
… poppers
4,9
1,7
3,3
2,9
**
… ecstasy
8,2
2,9
5,6
2,8
***
… cocaïne
6,6
2,9
4,8
2,3
***
… amphétamines
3,8
0,8
2,3
4,8
***
… LSD
4,6
1,1
2,9
4,2
**
… héroïne
3,0
0,8
1,9
3,8
*
*, **, *** : Test du Chi2 significatif au seuil 5 %, 1 % et 0,1 %.
Lecture • 42,0 % des hommes de 18-34 ans déclarent un usage quotidien de tabac.
Champ • Population âgée de 18 à 34 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
Le tabagisme et les usages de drogues illicites sont associés
à des situations de précarité
Parmi les jeunes âgés de 18 à 34 ans, le niveau de diplôme s’avère très peu discriminant sur la
consommation de drogues illicites, contrairement au tabagisme et à l’alcoolisation : la consom­
mation quotidienne de tabac concerne la moitié des jeunes n’ayant pas le baccalauréat et cette
proportion décroît avec le niveau de diplôme (graphique 1) ; en revanche, l’usage régulier
d’alcool et le binge drinking sont plus fréquents à mesure que le niveau de diplôme augmente,
même si l’écart n’est pas significatif pour le binge drinking.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 210
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
210
L’usage régulier d’alcool et, dans une moindre mesure, le binge drinking, sont plus fréquents
parmi les actifs exerçant un emploi que parmi les étudiants, les chômeurs et les inactifs
(tableau 3). Pour l’expérimentation de cannabis, le statut vis­à­vis de l’emploi ne semble jouer
aucun rôle mais la consommation de cannabis (actuelle et récente) apparaît plus fréquente
parmi les étudiants. Pour tous les autres usages (usage quotidien de tabac, usage régulier de
cannabis ou expérimentation d’autres drogues illicites), les personnes au chômage enregis­
trent des prévalences plus élevées. En particulier, la prévalence tabagique est la plus faible
GRAPHIQUE 1
Usage de tabac et d’alcool selon le diplôme chez les 18-34 ans
%
60
50,6
<Bac
50
40
Bac
Bac +2
Lecture • 50,6 % des personnes
ayant un niveau de diplôme inférieur au bac sont des fumeurs
quotidiens.
32,6
33,6 30,3
30
>Bac +2
28,3 27,9
24,5
16,5
20
19,7
24,4
Champ • Population âgée de 18 à
34 ans résidant en France en
ménage ordinaire.
23,6
11,9
10
Sources • Enquête Événements
de vie et santé (EVS), DREES,
2005-2006.
0
Tabac régulier
Alcool régulier
Binge drinking
TABLEAU 3
Consommation de produits psychoactifs selon les violences subies
au cours des deux dernières années parmi les 18-34 ans (en %)
Champignons
Poppers
Héroïne
LSD
Usage régulier
Tabac régulier
937
4,8
1,8
5,9
4,1
3,0
3,1
3,6 45,1 17,8 15,7 7,3
50,6
11,9 23,6
Bac
680
3,8
1,5
6,3
5,3
2,6
1,1
2,1 45,8 17,1 13,4 4,8
33,6
16,5 28,3
Bac +2
356
5,2
4,1
4,9
4,9
4,0
1,4
3,2 42,4 12,0 7,2 4,3
30,3
19,7 27,9
>Bac +2
561
6,0
3,2
4,6
4,4
4,4
1,0
2,3 49,1 19,6 14,5 6,1
24,5
24,4 32,6
1,9
4,7
19,1 29,0
Usage récent
Ecstasy
<Bac
Effectifs
18-34 ans :
2 546
Usage actuel
Amphétamine
Binge drinking
Alcool
Cocaïne
Tabac
Alcool régulier
Cannabis
Expérimentation
Expérimentation de drogues illicites
Niveau de diplôme
Situation professionnelle
Travail
1 584
4,3
Chômage
323
10,8
3,7
3,2
1,8
2,5 45,6 14,1 10,2 3,7
37,8
6,2 15,8 11,0
5,8
4,8
8,7 45,0 23,5 21,4 13,6
46,7
Etudiant
407
14,8 25,7
2,8
1,2
2,5
4,5
1,6
0,0
0,4 47,7 28,2 22,9 9,3
26,5
10,3 27,4
Autres situations
232
2,5
1,2
1,5
1,8
2,7
0,5
0,8 43,5 11,6 11,2 5,6
43,5
9,3 15,3
Situation financière
Vous êtes à l'aise, ca va
1 228
3,7
1,2
3,7
3,4
2,2
1,1
1,8 45,6 15,4 11,0 4,1
32,8
18,5 28,6
C’est juste, il faut faire attention
922
4,8
3,0
6,6
4,9
3,5
2,3
3,2 43,8 17,0 15,1 5,8
39,7
14,1 26,0
Vous y arrivez difficilement,
c'est dur sans faire de dette
382
9,9
5,3 11,3
9,0
7,6
4,1
6,9 50,3 21,8 16,6 13,2
55,7
17,1 25,3
Note • Les chiffres en gras sont, suivant le test du Chi2, significatifs à 5%.
Lecture • 4,8 % des personnes ayant un niveau de diplôme inférieur au bac ont déjà pris de la cocaïne au cours de leur vie.
Champ • Population âgée de 18 à 34 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 211
Les pratiques addictives des jeunes adultes
211
parmi les étudiants (27 %) et la plus élevée parmi les chômeurs (47 %). Ces tendances semblent
tout à fait similaires à celles observées dans le Baromètre santé 2005 (Legleye et al., 2008).
Concernant la situation financière, l’expérimentation de drogues illicites (en dehors du canna­
bis), l’usage régulier de cannabis et le tabagisme quotidien apparaissent plus fréquents parmi
les personnes en situation de précarité. En revanche, l’expérimentation et les usages de can­
nabis (récents ou actuels), tout comme l’usage régulier d’alcool et le binge drinking ne s’avè­
rent pas liés à leur situation financière.
Ces résultats rejoignent ceux d’études qui montrent que les populations les plus défavorisées
socialement, et notamment les personnes en situation de chômage, paraissent moins récep­
tives aux alertes informant de la nocivité du tabac (Peretti­Watel et al., 2009a). Les préoccupa­
tions concernant la santé et les risques attachés à certains comportements semblent en effet
tenir une place secondaire au regard des difficultés auxquelles ces personnes se trouvent
confrontées au quotidien. Par ailleurs, la précarité professionnelle semble amoindrir leur capa­
cité de projection dans l’avenir et donc la prise de conscience des conséquences futures de
leurs conduites présentes. En outre, elles invoquent souvent le tabagisme comme une res­
source pour faire face aux difficultés, voire comme le dernier plaisir qu’elles puissent s’autori­
ser (Peretti­Watel et al., 2009b).
Le fait que la consommation régulière d’alcool soit plus fréquente parmi les personnes qui
exercent un emploi peut au moins en partie s’expliquer par des sollicitations et des rituels de
convivialité liés à l’univers professionnel (casse­croûte, pause bière, repas d’affaires, after­
work, etc.), comme cela a été montré dans certains secteurs (Maranda, 1991). Les situations
d’alcoolisation ponctuelle importante se trouvent quant à elles assez équitablement réparties
entre les personnes qui occupent un emploi, qui font des études ou celles qui sont au chô­
mage. Ces résultats nuancent ainsi ceux de nombreux travaux pointant des situations d’ivresse
plus fréquentes parmi les étudiants (Gill, 2002 ; Beck et al., 2005), l’alcool permettant alors de
faciliter les relations sociales et de créer une atmosphère de convivialité (Emery et al., 1993 ;
Leclef et Philippot, 1999).
L’usage régulier de cannabis apparaît plus fréquent chez les personnes en recherche d’emploi
ou se déclarant dans une situation financière difficile. Une situation sociale favorable aide pro­
bablement à adopter un comportement « raisonnable », même si elle n’écarte pas de la tenta­
tion de l’expérience. D’importants efforts ont été déployés ces dernières années pour prévenir
l’usage de drogues illicites à l’adolescence, comme en témoignent les campagnes d’informa­
tion et de prévention menées à destination du grand public ou la mise en place des « consulta­
tions jeunes consommateurs » en 2004 sur l’ensemble du territoire français. Il semblerait
qu’une situation sociale défavorable favorise le glissement vers un usage régulier de cannabis.
Des résultats assez similaires ont été observés chez les adolescents français (Legleye et al.,
2007 ; Beck et al., 2010), ainsi que dans plusieurs études anglo­saxonnes (Gfroerer et al., 1997 ;
ter Bogt et al. 2006 ; Plant et al., 2005).
Les personnes qui ont subi des violences récemment
consomment davantage de substances psychoactives
Globalement, les jeunes adultes interrogés dans l’enquête EVS qui déclarent avoir subi des vio­
lences au cours des deux dernières années3 ont des prévalences plus élevées d’usage de subs­
tances illicites et d’usage quotidien de tabac, quel que soit le type de violence en jeu (violences
verbales, physiques, sexuelles4 ou psychologiques) [tableau 4 et encadré 3 pour les questions
3. Voir encadré méthodologique pour la définition des violences subies et le libellé des questions dans l’enquête EVS.
4. Pour les violences sexuelles, il s’agit la plupart du temps de cas d’exhibitionnisme ou de contacts physiques contraints.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 212
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
212
relatives aux violences]. En revanche, les atteintes aux biens ne sont pas associées à des
consommations de drogues plus fréquentes. L’usage régulier d’alcool est quant à lui plus fré­
quent parmi les personnes ayant subi des violences sexuelles, alors que le binge drinking est
lié au fait d’avoir été victime de violences physiques ou d’atteinte(s) aux biens.
TABLEAU 4
Consommation de drogues, tabac et alcool selon les violences subies
au cours des deux dernières années parmi les 18-34 ans (en %)
Héroïne
Binge drinking
Poppers
Alcool régulier
Champignons
7,5
5,6
9,4
7,9
5,7
2,5
4,0 55,2 25,3 20,9 11,4 43,7 17,1 30,8
1 838
3,8
1,1
4,2
3,3
2,4
1,6
2,4 42,0 13,8 10,5
Usage récent
Ecstasy
708
Non
Effectifs
(n=2546)
Usage actuel
Amphétamine
Oui
Violences subies au cours des deux
années précédant l'enquête
LSD
Cocaïne
Tabac régulier
Tabac Alcool
Usage régulier
Cannabis
Expérimentation
Expérimentation de drogues illicites
Violences verbales
3,8 35,5 16,5 26,1
Violences physiques
Oui
175
Non
2 371
11,8 8,1 19,8 15,4 9,4
3,7
7,9 69,7 32,7 30,0 16,1 55,0 23,1 36,4
4,3
2,8
1,7
2,5 43,8 15,8 12,1
1,9
4,5
3,8
5,1 36,5 16,2 26,7
Violences sexuelles
Oui
142
7,9
5,1 11,9 8,4
8,6
1,8
4,4 59,2 27,7 24,1 12,3 53,1 26,1 33,3
Non
2 403
4,6
2,2
5,2
4,4
3,0
1,9
2,8 44,8 16,3 12,8
5,5 36,9 16,1 27,1
Oui
952
7,1
2,9
7,6
6,5
4,9
3,3
4,2 53,5 23,3 17,3
8,3 42,5 16,6 28,5
Non
1 592
3,4
0,0
4,4
3,5
2,4
0,0
2,1 40,9 13,2 11,1
4,4 35,0 16,7 26,7
Violences psychologiques
Atteintes aux biens
Oui
811
5,5
3,8
6,3
4,9
3,3
2,0
3,0 48,1 18,3 14,5
6,5 38,8 17,9 32,3
Non
1 734
4,5
1,6
5,3
4,5
3,3
1,8
2,8 44,4 16,3 12,9
5,6 37,3 16,0 25,0
Note • Les chiffres en gras sont, suivant le test du Chi2, significatifs à 5%.
Lecture • 7,5 % des personnes ayant subi des violences verbales déclarent avoir déjà pris de la cocaïne au cours de leur vie.
Champ • Population âgée de 18 à 34 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
Avoir connu des problèmes d’alcoolisme dans sa famille pendant l’enfance
est associé à un usage plus fréquent de tabac et de cannabis
Un certain nombre d’événements vécus pendant l’enfance et l’adolescence étaient étudiés
dans l’enquête EVS. Parmi ces événements, un conflit très grave avec les parents ainsi que le
divorce ou la séparation de ceux­ci se révèlent fortement associés à l’expérimentation de
substances illicites, à l’usage de cannabis, quelle que soit sa fréquence, ainsi qu’au tabagisme
régulier (tableau 5).
Par ailleurs, les personnes déclarant avoir été confrontées à des difficultés ou à des privations
matérielles importantes dans leur jeunesse déclarent plus fréquemment avoir expérimenté
des substances illicites, consommé du cannabis (ponctuellement ou régulièrement) et du
tabac quotidiennement, même si les écarts ne sont significatifs que pour la cocaïne, le pop­
pers et le LSD.
Les personnes qui rapportent des problèmes d’alcoolisme ou de drogues illicites au sein de leur
famille proche sont deux fois plus nombreuses à consommer du cannabis, que ce soit occasion­
nellement ou régulièrement, alors que leur niveau de consommation régulière d’alcool est
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 213
Les pratiques addictives des jeunes adultes
213
ENCADRÉ 3
Définition des violences subies
Les victimes de violences verbales sont celles qui ont répondu positivement à la question :
• avez-vous été insulté(e), a-t-on proféré à votre encontre des cris, des menaces verbales, des injures… ?
Les victimes de violences physiques sont celles qui ont répondu positivement à la question :
• vous a-t-on giflé(e), frappé(e), a-t-on exercé d’autres brutalités physiques contre vous, ou a-t-on tenté de le
faire ?
Les victimes de violences sexuelles sont celles qui ont répondu positivement à l’une des questions
suivantes :
• est-il arrivé que quelqu’un exhibe devant vous ses organes sexuels ou se déshabille devant vous contre
votre volonté ?
• quelqu’un a-t-il cherché à vous embrasser contre votre gré ou à vous imposer un contact physique ?
• est-ce que quelqu’un vous a forcé(e) à subir ou à faire des attouchements sexuels, a essayé ou est parvenu
à avoir avec vous un rapport sexuel contre votre gré ?
Les victimes de violences psychologiques sont celles qui ont répondu positivement à l’une des
questions suivantes :
• est-il arrivé que quelqu’un émette à votre propos des critiques injustes, répétées, c’est-à-dire dénigre ou
dévalorise votre apparence physique, votre tenue vestimentaire, vos idées, ce que vous aviez fait… ?
• est-il arrivé que quelqu’un vous empêche de parler avec des amis, des connaissances ou des membres de
votre famille ou vous empêche de les rencontrer ?
• est-il arrivé que quelqu’un vous impose des façons de vous habiller, de vous coiffer ou de vous comporter ?
• est-il arrivé que quelqu’un exige de savoir où et avec qui vous étiez à un autre moment ou cherche à contrôler vos fréquentations ou vos déplacements ?
• est-il arrivé que quelqu’un refuse totalement de discuter avec vous ?
• vous est-il arrivé de recevoir des appels téléphoniques malveillants, y compris si personne ne parlait, ou des
lettres malveillantes ?
• est-il arrivé que quelqu’un menace de s’en prendre à une (ou des) personne(s) qui vous est (sont) proche(s)
ou menace de vous séparer d’elle(s) ?
Les victimes d’atteintes aux biens sont celles qui ont répondu positivement à l’une des questions suivantes :
• a-t-on volé ou tenté de voler un bien vous appartenant ? Il peut s’agir de vol ou tentative de vol, avec ou
sans menace, et en dehors des cambriolages.
• avez-vous subi un cambriolage ? (Il y a cambriolage dans tous les cas où des personnes se sont introduites
chez vous, dans votre logement ou votre jardin, même sans rien voler.)
• a-t-on dégradé ou détruit un bien appartenant à votre ménage (en dehors des cas de cambriolages avec
dégradations ou de vols avec dégradations) ?
légèrement inférieur à celui des autres personnes. Ceci pourrait attester d’un certain rejet de l’al­
cool et d’un report vers le cannabis parmi les jeunes ayant appréhendé l’alcoolisme dans leur cer­
cle familial.
Enfin, un décès dans la famille proche pendant l’enfance ou l’adolescence s’avère associé à une
prévalence plus élevée d’usage quotidien de tabac mais à un moindre niveau d’expérimenta­
tion de cannabis. Ces corrélations doivent évidemment être mises en relation avec les diffé­
rences de milieu social comme avec d’autres événements du développement psychosocial à
l’adolescence et au début de l’âge adulte qui déterminent, en lien avec les événements de vie
rapportés ici, les cycles et les processus d’ajustement aux transitions scolaires et profession­
nelles (Dubar, 2001 ; Larose et Bernier, 2001).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 214
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
214
TABLEAU 5
Consommation de produits psychoactifs selon les événements difficiles vécus avant l’âge
de 20 ans parmi les 18-34 ans (en %)
8,0 51,6 23,3 18,9 9,7
1,7
2,5 45,2 16,5 13,0 5,6
Cocaïne
Binge drinking
3,9
3,0
Alcool
Alcool régulier
7,4
4,3
Usage récent
8,8
5,4
Usage actuel
8,1
2,2
LSD
Poppers
4,8
4,4
Héroïne
Champignons
9,8
2 348
Ecstasy
198
Non
Effectifs
Amphétamine
Oui
Evénements difficiles vécus pendant
l'enfance
Tabac régulier
Tabac
Usage régulier
Cannabis
Expérimentation
Expérimentation de drogues illicites
Privations matérielles importantes
45,6 14,7 23,8
37,2 16,8 27,6
Problème d’alcool ou de drogue dans la famille proche
Oui
297
6,2
1,2
9,9
8,5
3,2
4,1
Non
2 249
4,6
2,4
5,1
4,2
3,3
1,6
2,7 44,9 15,8 12,3 5,4
4,7 52,5 27,5 22,9 10,3 49,3 11,5 24,8
36,4 17,2 27,7
10,3 3,3 14,7 11,1 6,4
1,9
3,4 66,8 31,8 25,5 14,6 57,1 20,5 34,5
2,8 43,4 15,4 12,1 4,9 35,7 16,3 26,6
Conflit très grave avec ses parents
Oui
287
Non
2 259
4,2
2,2
4,6
3,9
3,0
1,9
Divorce ou séparation des parents
Oui
418
8,0
3,0 10,3 9,5
4,3
3,5
Non
2 128
4,2
2,2
4,7
3,7
3,1
1,5
2,4 42,6 14,8 11,9 5,1
5,5 61,3 28,2 20,9 10,1 49,7 17,8 33,5
35,4 16,5 26,2
Oui
227
7,9
5,4
6,5
5,4
5,1
5,7
5,4 36,0 17,5 13,1 9,8
Non
2 319
4,5
2,1
5,5
4,5
3,2
1,6
2,7 46,4 16,9 13,4 5,5
Décès dans la famille proche
48,5 17,2 22,9
36,8 16,6 27,7
Note • Les chiffres en gras sont, suivant le test du Chi2, significatifs à 5%.
Lecture • 9,8 % des personnes ayant subi des privations matérielles importantes avant l’âge de 20 ans déclarent avoir déjà pris de la
cocaïne au cours de leur vie.
Champ • Population âgée de 18 à 34 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
Les liens entre événements familiaux survenus pendant l’enfance, violences subies
récemment et usage de substances psychoactives
Afin de contrôler les effets de structure et d’isoler l’impact propre sur les usages de drogues
des violences subies au cours des deux dernières années et des événements familiaux pen­
dant l’enfance ou l’adolescence, plusieurs modélisations logistiques ont été effectuées sur les
pratiques jugées les plus nuisibles à la santé, à savoir le tabagisme quotidien, l’usage régulier
d’alcool, l’usage régulier de cannabis et l’expérimentation d’autres drogues (hors poppers).
Les violences subies au cours des deux dernières années ont été regroupées en une seule
variable, en excluant les atteintes aux biens, dont les liens avec les usages de substances psy­
choactives relèvent probablement de situations singulières. De plus, les événements familiaux
ont été restreints aux variables qui se sont avérées les plus significatives à l’issue des analyses
bivariées : un problème d’alcoolisme ou d’usage de drogues dans la famille, un conflit très
grave avec les parents et le divorce ou la séparation des parents.
Après ajustement sur le sexe et l’âge (pour s’affranchir de différences de structure par sexe et
âge des populations selon leur situation financière ou d’emploi), les tendances repérées pré­
cédemment à l’aide des analyses bivariées concernant la situation professionnelle et la situa­
tion financière se confirment : par rapport aux actifs, les personnes au chômage consomment
plus souvent du cannabis régulièrement et elles ont plus souvent expérimenté d’autres
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 215
Les pratiques addictives des jeunes adultes
215
drogues illicites ; en outre, le fait de connaître des difficultés financières est corrélé à des par­
cours de vie où l’expérimentation de drogues illicites, le tabagisme quotidien et l’usage régu­
lier de cannabis sont plus répandus (tableau 6).
TABLEAU 6
Usages réguliers de cannabis, de tabac et d’alcool, expérimentation d’autres drogues
illicites, selon des événements familiaux vécus avant 20 ans et les violences subies
au cours des deux dernières années, parmi les 18-34 ans (odds ratios)
Tabac
régulier
OR
IC à 95%
Alcool
régulier
OR
IC à 95%
Cannabis
régulier
OR
IC à 95%
Autres drogues
(hors poppers)
OR
IC à 95%
Caractéristiques sociodémographiques
Sexe
Homme (réf.)
-1-
Femme
0,7** [0,6-0,9] 0,2*** [0,1-0,3] 0,2*** [0,1-0,3] 0,3*** [0,2-0,5]
-1-
-1-
-1-
Âge
18-24 ans (réf.)
-1-
25-34 ans
0,7*
[0,6-1,0]
-1-
-1-
-1-
1,4
[1,0-2,0] 0,5** [0,3-0,8]
0,8
-1-
-1-
[0,5-1,3]
Diplôme
< Bac (réf.)
-1-
-1-
Bac
0,6*** [0,4-0,8]
1,7*
[1,1-2,6]
0,8
[0,4-1,5]
1,5
[0,8-2,6]
Bac+2
0,5*** [0,3-0,7] 2,0** [1,2-3,2]
1,2
[0,5-2,7]
1,6
[0,8-3,2]
>Bac+2
0,4*** [0,3-0,6] 3,0*** [1,9-4,7]
2,2*
[1,0-4,5] 2,5** [1,3-4,9]
-1-
Situation professionnelle
Travail (réf.)
-1-
Chômage
1,0
Étudiant
Autres situations
-1-
-1-
[0,7-1,4]
0,8
[0,5-1,3] 2,8** [1,5-5,5]
2,1*
0,5** [0,3-0,8]
0,6
[0,3-1,1]
2,0
[0,9-4,4]
0,6
[0,3-1,5]
0,8
[0,4-1,7]
1,2
[0,3-4,7]
0,4
[0,1-1,1]
0,8
[0,5-1,3]
[1,2-3,7]
Situation financière
Vous êtes à l’aise, ça va (réf.)
-1-
C’est juste, il faut faire attention
1,1
Vous y arrivez difficilement ou c'est dur sans faire de dettes
-1-
-11,4
-1-
[0,9-1,5]
0,8
[0,6-1,2]
[0,8-2,6]
1,3
[0,8-2,2]
1,8** [1,2-2,7]
1,2
[0,8-2,0] 2,8** [1,4-5,7]
2,1*
[1,1-3,9]
1,2
[0,9-1,6]
Violences subies au cours des deux dernières années
Oui
1,2
Non (réf.)
-1-
[1,0-1,5]
-1-
2,0*
[1,2-3,3] 1,9** [1,2-3,2]
-1-
-1-
Evénements difficiles vécus avant 20 ans
Problème d’alcool ou de drogue dans la famille avant 20 ans
Oui
1,2
Non (réf.)
-1-
[0,9-1,8]
0,7
[0,4-1,2]
-1-
2,1*
[1,0-4,3]
-1-
1,5
[0,8-3,1]
-1-
Graves tensions avec ses parents avant 20 ans
Oui
Non (réf.)
2,0*** [1,4-2,9]
-1-
1,7*
[1,0-2,8] 3,0** [1,4-6,6] 2,7** [1,4-5,2]
-1-
-1-
-1-
Divorce ou séparation de ses parents avant 20 ans
Oui
1,4
Non (réf.)
-1-
[1,0-1,8]
1,1
[0,7-1,7]
-1-
1,5
-1-
[0,8-2,8]
1,9*
[1,1-3,3]
-1-
*** Significatif au seuil de 0,1 % ; ** Significatif au seuil de 1 % ; * Significatif au seuil de 5 %
Lecture • Les personnes étant dans une situation financière difficile ont 1,8 fois plus de risque de consommer régulièrement du tabac que
celles qui se déclarent à l’aise financièrement, une fois contrôlées les autres caractéristiques présentes dans le tableau.
Champ • Population âgée de 18 à 34 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 216
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
216
Cependant, plusieurs observations nouvelles se dégagent de la modélisation des facteurs
influençant les comportements d’usage. Tout d’abord, les personnes ayant un niveau de
diplôme élevé présentent « toutes choses égales par ailleurs » de plus fortes prévalences
d’usage régulier de cannabis ou d’expérimentation d’autres drogues illicites mais consom­
ment moins souvent du tabac au quotidien.
Le fait d’avoir été victime de violences dans les deux dernières années apparaît associé à des
risques plus élevés de consommer régulièrement du cannabis et d’avoir expérimenté d’autres
drogues illicites, mais l’association avec la consommation quotidienne de tabac cesse d’être
significative. Parmi les événements familiaux vécus avant 20 ans, le fait d’avoir été confronté
à un conflit très grave avec ses parents influence le fait de consommer des substances psy­
choactives. Le fait d’avoir connu des problèmes d’alcool ou de drogues dans le cercle familial
s’avère être en lien uniquement avec une plus grande fréquence d’usage régulier de cannabis.
Enfin, l’expérimentation d’autres drogues illicites semble bien, comme le montrent les ana­
lyses précédentes, être associée au divorce ou à la séparation des parents.
Conclusion
L’enquête EVS permet ainsi de cerner les caractéristiques sociodémographiques des jeunes
consommateurs, mais surtout d’étudier les liens éventuels avec des violences subies au cours
d’une période récente ou plus ancienne. Elle met en évidence que, globalement, l’usage de
drogues illicites apparaît fortement lié aux violences subies au cours des deux dernières
années et aux événements familiaux vécus avant l’âge adulte, tandis que la consommation
régulière de tabac et d’alcool s’avère plus nettement associée aux contextes sociaux. Elle
apporte ainsi un éclairage nouveau sur les usages de drogues des jeunes adultes en France.
L’épidémiologie des usages de drogues des jeunes adultes repose sur les données issues des
enquêtes déclaratives en population générale, mais aussi sur des statistiques institutionnelles
et des études ethnographiques. Dans le domaine des consommations de produits psychoac­
tifs, différentes catégories de comportements peuvent être distinguées, de l’usage ponctuel
à la dépendance. Contrairement à l’approche ethnographique, les données épidémiologiques
ne permettent pas de distinguer clairement l’environnement et les conditions dans lesquelles
se produit l’usage : elles ne considèrent que très sommairement la quantité consommée ou la
qualité des produits pour faire état des types d’usage rencontrés. Depuis le début des années
2000, des outils de repérage des usages problématiques du cannabis se sont développés en
France (Beck et Legleye, 2005) avant d’être validés (Legleye et al., 2007b) et généralisés en
Europe (Kraus et Piontek, 2009). Ils devraient, à terme, permettre de progresser dans l’ap­
proche quantitative de ces questions, en termes de description plus complètes des phéno­
mènes sociaux en jeu comme dans l’évaluation du coût sanitaire et social.
Les motivations incitant à faire usage de substances psychoactives apparaissent fort nom­
breuses, comme cela a pu être montré par l’étude des motifs d’expérimentation ou d’aban­
don de cannabis (Beck et al., 2007). Les significations que les jeunes adultes donnent à leurs
conduites addictives, ainsi que les modes de socialisation et d’apprentissage liés à leur milieu
de vie, et notamment les stratégies de contrôle qu’ils mettent en œuvre à l’égard de leurs
proches, restent toutefois difficiles à appréhender dans le cadre des enquêtes quantitatives,
ce qui invite à une confrontation interdisciplinaire des données issues à la fois des sciences
sociales et de l’épidémiologie.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 217
Les pratiques addictives des jeunes adultes
217
BIBLIOGRAPHIE
Beck F., 2006, Entre représentativité des échantillons et représentation des usages : l’apport des enquêtes en population générale à la compréhension des usages de drogues,
[Thèse de sociologie], Université René Descartes Paris V, 477 p.
Beck F., Legleye S., 2005, « Le repérage précoce des usages problématiques de
drogues », in Angel P., Richard D., Valleur M., Chagnard E. (Eds), Toxicomanies,
Abrégés Masson, 2e édition, pp 78-85.
Beck F., Legleye S., Guignard R., 2010, « Les usages des enfants et adolescents : état
des lieux épidémiologique », in Krebs M.-O. (sous la dir. de), Comportements addictifs
de l’enfant et de l’adolescent, Solal, Coll. « Neuropsychologie », à paraître.
Beck F., Legleye S., Guilbert P., Peretti-Watel P., 2005, « Les usages de produits psychoactifs des étudiants ». Psychotropes, Revue internationale des toxicomanies,
vol. 11, n° 3-4, pp. 31-52.
Beck F., Legleye S., Maillochon F., de Peretti G., 2008, « Le rôle du milieu social dans
les usages de substances psychoactives des hommes et des femmes », Regards sur
la Parité, INSEE, pp. 65-82.
Beck F., Legleye S., Peretti-Watel P., 2000, « Regards sur la fin de l’adolescence : Consommations de produits psychoactifs dans l’enquête ESCAPAD 2000 », OFDT, 226 p.
Beck F., Legleye S., Spilka S., 2007a, « Cannabis, cocaïne, ecstasy : entre expérimentation et usage régulier », in Beck F., Guilbert P., Gautier A. (sous la dir. de), Baromètre
santé 2005. Attitudes et comportements de santé, INPES, pp. 168-221.
Beck F., Legleye S., Spilka S., 2007b, « L’usage de cannabis chez les adolescents et les
jeunes adultes : comparaison des consommations européennes », Santé publique,
vol. 13, n° 6, pp. 481-488.
Bless R. Korf D., Riper H., Diemel S., Beck F. et al., 1999, Improving the comparability
of general population surveys on drug use in the European Union, The Amsterdam Bureau of Social Research and Statistics, European Expert Group on Drug Use Surveys,
Final report, commissioned by EMCDDA, 108 p.
Bloomfield K., Allamani A., Beck F., Helmersson-Bergmark K., Csemy L., EisenbachStangl I., Elekes Z., Gmel G., Kerr-Corrêa F., Knibbe R., Mäkelä P., Monteiro M.,
Medina Mora M. E., Nordlund S., Obot I., Plant M., Rahav G., Romero Mendoza
M., 2005, Gender, culture and alcohol problems. A multi-national study, Berlin : Charité
Universitätsmedizin, Institute for Medical Informatics, Biometrics & Epidemiology, 341 p.
Chomynova P., Miller P., Beck F., 2009, « Perceived Risks of Alcohol and Illicit Drugs :
Relation to Prevalence of Use on Individual and Country Level », The Journal of Substance Use, vol. 14, Issue 3 & 4, June, p. 250-264.
Choquet M., Beck F., Hassler C., Spilka S., Morin D., Legleye S., 2004 « Les substances
psychoactives chez les collégiens et lycéens : consommations en 2003 et évolutions
depuis dix ans », Tendances, n° 35, 6 p.
Degenhardt L., Chiu W.-T., Sampson N., Kessler R.C., Anthony J.C., Angermeyer M.,
Bruffaerts R., de Girolamo G., Gureje O., Huang Y., Karam A., Kostyuchenko S.,
Lepine J.-P., Mora M.-E., Neumark Y., Ormel J.-H., Pinto-Meza A., Posada-Villa J.,
Stein D.-J., Takeshima T., Wells J.-E., 2008, « Toward a Global View of Alcohol, Tobacco, Cannabis, and Cocaine Use : Findings from the WHO World Mental Health Surveys », PLoS Med, vol. 5, n° 7, p. 141.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 218
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
218
Dubar C., 2001, « La construction sociale de l’insertion professionnelle », Éducation et
sociétés, janvier, n° 7, pp.23-36.
Emery E.-M., Ritter-Randolph P.-G., Strozier A.-L., McDermott R.-J., 1993, « Using
focus group interviews to identify salient issues concerning college students’ alcohol
abuse », Journal of American College Health, 41(5), p. 195-198.
Fallu J.-S., Brière F.-N., Descheneaux A., Keeghan V., Maguire J., Chabot A., Gagnon V.,
2008, « Usage d’amphétamines chez les adolescents : facteurs associés avec centration sur les différences entre les sexes : état des connaissances et résultats de
groupes-sonde » ?, L’intervenant, vol. 25, n° 1, octobre, pp. 4-6.
Faugeron C., Kokoreff M., 1999, « Les pratiques sociales des drogues : éléments pour
une mise en perspective des recherches en France », Sociétés contemporaines, n°36,
pp. 5-17.
Gill J.-S., 2002, « Reported levels of alcohol consumption and binge drinking within the
UK undergraduate student population over the last 25 years », Alcohol & Alcoholism,
37, p. 109-120.
Gfroerer J.-C., Greenblatt J.-C., Wright D.-A., 1997, « Substance use in the US collegeage population : differences according to educational status and living arrangement »,
American Journal of Public Health, 87, p. 62-65.
Henrion R. (sous la dir. de), 1995, Rapport de la commission de réflexion sur la drogue et
la toxicomanie, Ministère des affaires sociales de la santé et de la ville, 156 p.
Herring R., Berridge V., Thom B., 2008, « Binge drinking : an exploration of a confused
concept », Journal of Epidemiology and Community Health, n° 62, p. 476-479.
Hibell B., Guttormssen U., Ahlström S., Balakireva O., Bjarnasson T., Kokkevi A.,
Kraus L., 2009, « The 2007 ESPAD Report : Substance Use Among Students in 35
European Countries », Rapport, The Swedish Council for Information on Alcohol and
Other Drugs, CAN, 406 p.
Institut national de veille sanitaire (INVS), 2009, Données épidémiologiques sur l’infection à VIH/sida.
Kraus L., Piontek D., 2009, « Problematic cannabis use », in Hibell B., Guttormssen U.,
Ahlström S., Balakireva O., Bjarnasson T., Kokkevi A., Kraus L., 2009, « The 2007
ESPAD Report : Substance Use Among Students in 35 European Countries », Rapport,
The Swedish Council for Information on Alcohol and Other Drugs, CAN.
Larose S., Bernier A., 2001, « Social support processes : Mediators of attachment state of
mind and adjustment in late adolescence », Attachment and Human Development, n° 3,
p. 96-120.
Leclef H., Philippot P., 1999, « La consommation d’alcool en milieu étudiant : une enquête
épidémiologique », Alcoologie, 21, pp. 421-428.
Legleye S., Spilka S., Le Nézet O., Laffiteau C., 2009, « Les drogues à 17 ans », Tendances, n° 66.
Legleye S., Beck F., Le Nezet O., Spilka S., 2007a, Drogues à l’adolescence en 2005.
Niveaux, contextes d’usage et évolutions à 17 ans en France. Résultats de la
cinquième enquête nationale, Escapad, OFDT, 77 p.
Legleye S., Beck F., Peretti-Watel P., Chau N., 2008, « Travail, chômage et études : les
usages de drogue des 18-25 ans en 2005 », Revue d’épidémiologie et de santé
publique, n° 56 (5), pp. 345-355.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 219
Les pratiques addictives des jeunes adultes
219
Legleye S., Karila L., Beck F., Reynaud M., 2007b, « Validation of the CAST, a general
population Cannabis Abuse Screening Test », The Journal of Substance Use, 12 (4),
p. 233-242.
Maranda M.-F., 1991, « L’effet du travail sur la consommation d’alcool et de drogue dans
une usine de pâtes et papiers », Recherches sociographiques, vol. 32, n° 1, 1991,
pp. 55-67.
Mayfield D., McLeod G., Hall P., 1974, « The CAGE questionnaire : Validation of a new
alcoholism instrument », American Journal of Psychiatry, n° 131, p. 1121-1123.
Padieu R., 1994, L’information statistique sur les drogues et toxicomanies, La Documentation française, 183 p.
Peretti-Watel P., Constance J., Seror V., Beck F., 2009a, « Cigarettes and social inequalities in France : is tobacco use increasingly concentrated among the Poor ? », Addiction, August, n° 4.
Peretti-Watel P., Seror V., Constance J., Beck F., 2009b, « Poverty as a smoking trap »,
International Journal of Drug Policy, special issue on risk environments, n° 20 (3),
p. 230-6.
Plant M.A., Miller P., Plant M.L., 2005, « Trends in drinking, smoking, and illicit drug use
among 15 and 16 year olds in the United Kingdom, 1995-2003 », Journal of Substance
Use, n° 10(6), p. 331-339.
Powis B., Griffiths P., Gossop M., Strand J., 1996, « The differences between male and
female drug users : community samples of heroin and cocaine users compared », Substance Use and Misuse, n° 31 (5), pp. 529-543.
Rueff B., 1989, « Dépistage des malades alcooliques par l’auto-questionnaire Deta »,
Presse Médicale, n° 18 (33), pp. 1654-1656.
ter Bogt T., Schmid H., Nic Gabhainn S. et al., 2006, « Economic and cultural correlates
of cannabis use among mid-adolescents in 31 countries », Addiction, n° 51, 24 janvier,
p. 101-241.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 220
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 221
Coût des violences conjugales
envers les femmes :
les apports de l’enquête EVS à un chiffrage global pour la France
Marc Nectoux, Claude Mugnier, Sandrine Baffert, Bertrand Thélot, Maïté Albagly
Cet article présente les résultats d’une étude sur l’évaluation des coûts
des violences conjugales en France envers les femmes, initiée dans le cadre
d’un programme européen de prévention des violences. Les sources
disponibles sont diverses, mais elles restent incomplètes et le chiffrage
du coût des violences s’avère délicat. Parmi les enquêtes nationales portant
sur la violence, l’enquête Événements de vie et santé (EVS) a permis d’évaluer
la « surconsommation » des femmes victimes de violences conjugales,
notamment quand elles connaissent l’auteur des faits, en matière de recours
aux soins (consultation d’un généraliste ou d’un spécialiste),
de consommation de médicaments psychotropes (antidépresseurs
ou somnifères) et de qualité de vie. Elle apporte ainsi un éclairage sur le coût
sanitaire des violences conjugales.
Le coût global des violences conjugales en France, du point de vue
de la collectivité, a été évalué à 2,5 milliards d’euros par an (valeur 2006).
Les pertes de production dues aux décès et à l’absentéisme des victimes
et aux incarcérations des auteurs de violences constituent le premier poste
de dépenses (plus de 40 % du coût global), avec 1,1 milliard d’euros.
Les coûts directs médicaux (soins de santé) ont été estimés
à 483 millions d’euros, les coûts directs non médicaux (recours aux services
de police et à la justice) à 235 millions d’euros, les coûts des conséquences
sociales (notamment le recours aux aides sociales) à 120 millions d’euros
et les coûts humains des viols et des blessures graves, à 535 millions d’euros.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 222
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
222
L
es violences conjugales sont des violences perpétrées par un partenaire intime. Elles sui­
vent un processus évolutif au cours duquel un partenaire exerce, dans le cadre d’une rela­
tion privilégiée, une domination qui s’exprime notamment par des agressions physiques, psy­
chiques ou sexuelles (Campbell et al., 1995 ; Kornblit, 1994). Pour les femmes, principalement
concernées par les violences au sein du couple, les préjudices de ces violences sont profonds
et durables, comme l’a montré l’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en
France (ENVEFF), première enquête statistique réalisée sur ce thème (Jaspard et al., 2001). Si
les violences conjugales ont des effets directs sur la santé physique et psychique des per­
sonnes qui en sont victimes, elles ont aussi des conséquences importantes sur l’aptitude au
travail des victimes et leur productivité. C’est pourquoi les séquelles à long terme sur les vic­
times et leurs enfants, ainsi que les décès prématurés, doivent être pris en compte dans la
réflexion globale sur ce phénomène.
Ces dernières années, des dispositions juridiques ont été prises en France pour protéger les
femmes1 et de nombreuses études ont été consacrées aux violences conjugales. Elles ont
notamment permis de mettre en évidence l’ampleur du silence sur ce phénomène et l’occul­
tation des violences par les femmes qui les subissent. L’ENVEFF a estimé en 2000 que près de
1,6 million de femmes étaient victimes de violences conjugales (Jaspard et al., 2001). D’après
la Délégation aux victimes du ministère de l’Intérieur, 166 femmes seraient décédées en 2007
sous les coups de leur partenaire ou ex­partenaire de vie (Délégation aux victimes, 2007). Ce
comptage a été établi à partir des informations recueillies auprès des services de police, des
unités de gendarmerie et dans la presse nationale et régionale. Pour sa part, l’Observatoire
national de la délinquance (OND) recensait en 2006 137 femmes victimes au sein de leur cou­
ple d’homicide ou de coups et blessures ayant entrainé leur mort (OND, 2007). La majorité des
travaux s’inscrit dans le cadre de problématiques de sensibilisation, de prévention, de forma­
tion des professionnels, de réflexion sur les modalités de prise en charge des victimes et d’en­
quêtes épidémiologiques.
En France, une première évaluation des répercussions économiques des violences au sein du
couple a été initiée en 2006 à la demande du Service des droits des femmes et de l’égalité
(SDFE). Il s’agissait d’étudier la faisabilité du calcul du coût des violences conjugales. Réalisée
par le Centre de recherches économiques, sociologiques et de gestion (CRESGE), cette étude
propose une analyse critique des méthodes de chiffrage des coûts, dresse un inventaire des
données existantes et des données indisponibles et émet des recommandations (Marissal et
Chevalley, 2007). Une première estimation des coûts annuels des violences dans le couple a
ainsi été établie à un milliard d’euros au minimum.
Après cette première estimation nationale, le présent travail s’inscrit dans le cadre du pro­
gramme européen Daphné III 2007­2013, programme de prévention des violences envers les
enfants, les adolescents et les femmes de la direction générale Justice, liberté et sécurité de
l’Union européenne. Ce programme vise à soutenir le travail des organisations (notamment
non gouvernementales) et des autorités publiques qui se consacrent à la protection des
1. En 1992 puis 1994, les violences conjugales ont été retenues comme telles dans le nouveau Code pénal, et définies
comme infractions spécifiques avec la qualification de circonstances aggravantes. En 2004, la loi a donné au juge aux
affaires familiales la possibilité d’attribuer la jouissance du domicile conjugal au conjoint qui n’est pas l’auteur des violences, lorsque celles-ci le mettent en danger, ainsi que ses enfants. La possibilité d’évincer du domicile le conjoint violent
a été introduite en 2005. La loi du 4 avril 2006 a étendu la qualification de circonstances aggravantes lorsque l’auteur est
un ancien conjoint, concubin, pacsé ainsi qu’aux infractions constituées de meurtres, de viols ou autres agressions
sexuelles. Enfin, la loi a prévu en 2007 une peine minimale en cas de récidive et d’incapacité totale de travail, quelle qu’en
soit la durée.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 223
Coût des violences conjugales envers les femmes
223
femmes et des enfants, ainsi qu’à la prévention de la violence à leur égard. Quatre équipes plu­
ridisciplinaires mobilisées dans quatre pays différents ont participé à ce projet : Psytel
(France), National Institute of Public Health (Danemark), Comisión para la investigación de
malos tratos a mujeres (Espagne) et Women’s rights association (Hongrie). L’objectif principal
de ce projet est d’évaluer les coûts des violences conjugales du point de vue de la société, pour
l’ensemble des 25 États membres en 2006 (année de référence choisie). Ce chapitre présente
les résultats de cette évaluation pour la France, en tenant compte de l’apport spécifique de
l’enquête Événements de vie et santé (EVS).
Les coûts des violences : un chiffrage délicat
Il semble difficile, étant donné les sources disponibles et faute d’éléments suffisants pour
objectiver certaines hypothèses, d’obtenir un chiffrage définitif et précis des violences conju­
gales. La méthode d’analyse couramment retenue pour étudier le « coût d’une maladie » per­
met toutefois d’en mesurer les contours. L’analyse économique des coûts des violences
consiste en quelque sorte à apporter des éléments de réponse à la question : « Quelles res­
sources pourraient être épargnées, et donc réaffectées, si l’on réussissait à éradiquer les vio­
lences au sein du couple ? ». En d’autres termes, on considère que les ressources « consom­
mées » par les violences conjugales ne sont pas utilisées dans leur meilleur emploi et qu’elles
représentent ainsi un « coût d’opportunité ». On cherche alors à évaluer toutes les consomma­
tions monétaires induites par les violences, quel que soit le type de ces consommations
(recours aux soins, aux services sociaux, services de police et de justice mobilisés, « perte » de
journées travaillées quand les violences impliquent des arrêts de travail, etc.).
Dans cette étude, nous nous sommes attachés à identifier les différentes atteintes qu’entraî­
nent les violences conjugales, à collecter les données permettant de quantifier ces atteintes
puis à les exprimer en termes monétaires. Le périmètre de cette évaluation concerne les vio­
lences émanant de conjoints, compagnons, ex­conjoints ou ex­compagnons (c’est­à­dire les
partenaires intimes actuels ou passés), exercées sur les femmes âgées de 18 à 75 ans. Les types
d’atteintes pris en compte sont les violences physiques (coups directs ou par projection d’ob­
jets, projection de la personne sur le mur, etc.) et les violences sexuelles (gestes sexuels impo­
sés, viols). L’analyse porte sur l’année 2006 (données disponibles les plus récentes) et le rai­
sonnement est conduit en termes d’incidence des violences conjugales (nombre de nouveaux
cas survenus en un an). Cette approche par l’incidence cumule les coûts ou leurs composants
depuis le début des événements. Différents postes de dépenses ont été évalués, des plus sim­
ples (recours aux soins des victimes) aux plus délicats à estimer (coût de la vie humaine). Selon
la disponibilité et la qualité des données, des méthodes de mesure directe ou des méthodes
d’imputation des coûts (et notamment de repérage de surconsommations médicales, en lien
avec les violences conjugales) ont été appliquées. Une analyse de sensibilité a également été
réalisée pour estimer la variabilité du résultat final en fonction des valeurs des différents para­
mètres inclus dans l’étude et tester ainsi la robustesse des résultats obtenus.
Ces méthodes ont été croisées avec trois niveaux d’analyse économique :
• une analyse micro­économique (données relatives aux individus) a reposé sur l’analyse d’in­
terviews d’experts de terrain (responsables de structure d’accueil et d’hébergement, de
centres d’écoute téléphonique, d’observatoire départemental de lutte contre les violences
conjugales) à partir desquels les parcours de vie individualisés des victimes ont pu être
reconstitués ; cette étape a permis de repérer l’ensemble des coûts ou paramètres de coûts
à prendre en compte dans l’évaluation ;
•une analyse méso­économique (données relatives aux structures accueillant des individus) a
utilisé des données nationales provenant des structures médicales, sociales, juridiques et
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 224
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
224
administratives (rapports institutionnels, registres nationaux, etc.) pour réaliser une estima­
tion nationale des coûts ;
• une analyse macro­économique a exploité les données économiques nationales et interna­
tionales (budget des dépenses publiques par fonction : santé, justice et police, services
sociaux ; coût économique et produit intérieur brut extrait d’Eurostat) et permis un chif­
frage des violences conjugales au niveau des 25 États membres de l’UE en 2006.
Des sources de données nombreuses, partielles et complémentaires
En France, les sources de données qui ont été utilisées pour estimer le coût des violences
conjugales relèvent des sphères médicale, judiciaire, associative et d’enquêtes en santé
publique. Selon les cas, elles ont permis de disposer d’éléments chiffrés déjà publiés ou de
faire des calculs spécifiques lorsque les bases de données des enquêtes étaient disponibles.
Les principales sources utilisées dans le calcul, en dehors des résultats de l’étude française
(Marissal et Chevalley, 2007), sont détaillées ci­dessous.
Des données non spécifiques aux violences
Le registre de l’ORU­MiP (Observatoire régional des urgences de Midi­Pyrénées) retrace de
façon exhaustive et prospective les passages aux urgences dans les 33 établissements hospita­
liers publics et privés de la région (motifs de recours aux urgences dont types de traumatismes,
actes pratiqués, diagnostics, durées du séjour hospitalier, devenir, etc.). Cette source de don­
nées n’avait pas encore été exploitée en France dans le cadre de l’évaluation du coût des vio­
lences conjugales. Ce registre dispose de données relatives aux effectifs et hospitalisations pour
les personnes ayant subi des violences physiques (commises par des personnes connues).
Les budgets et les statistiques des ministères en charge de l’intérieur (police nationale), de la
défense (gendarmerie nationale), de la justice (Direction des affaires criminelles et des grâces),
de la santé (Direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins), de l’économie, du tra­
vail, de l’Observatoire national de la délinquance (OND) et du département de l’Institut national
des hautes études de sécurité (INHES) ont fait l’objet d’investigations approfondies, pour esti­
mer les coûts de la justice civile, pénale et des activités de police et de gendarmerie liées aux vio­
lences conjugales. Les projets de loi de finances et les rapports de juridictions financières, dont
le rapport d’activité de la Cour des Comptes de 2006, ont été également utilisés.
Les données du Programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI), à travers
les statistiques disponibles sur le site de l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisa­
tion (ATIH), ont aidé à l’évaluation du coût des passages aux urgences dans le cadre des vio­
lences conjugales.
Les données de l’Assurance maladie ont aidé à évaluer les surconsommations de médicaments
liées aux violences conjugales et celles de l’Institut national des statistiques et des études éco­
nomiques (INSEE) ont participé entre autres à l’évaluation des coûts des aides aux logements
liés aux violences conjugales.
Les rapports d’activité et les budgets de fonctionnement des centres d’hébergement et de
réinsertion sociale (CHRS) ont participé à l’évaluation du coût des conséquences sociales
directes (hébergements d’urgence et d’insertion, aides aux logements). Le coût des héberge­
ments d’urgence et d’insertion a été estimé à partir du budget de fonctionnement, du nombre
de places de tels centres et de l’activité attribuable aux violences conjugales.
Du fait de l’absence de statistiques officielles pour certains points, des avis et consensus d’ex­
perts ont été recherchés. Pour estimer le coût des passages aux urgences, une hypothèse de
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 225
Coût des violences conjugales envers les femmes
225
recours aux urgences liés à des blessures pour des femmes de plus de 16 ans a été prise à dire
d’experts. De même, pour estimer le taux de divorce lié spécifiquement aux violences conju­
gales, un consensus d’experts (avocats et juges) a été recherché.
Les enquêtes nationales spécifiques aux violences
L’ENVEFF, l’enquête Cadre de vie et sécurité (CVS) et l’enquête EVS constituent les principales
sources mobilisables pour identifier la nature et la fréquence des violences en population
générale. Selon les enquêtes, elles permettent de repérer ce qui relève de la sphère conjugale
et d’accéder à des éléments de contexte ou de comportement des victimes propres à fonder
ensuite une analyse des coûts associés aux violences.
L’enquête ENVEFF a été réalisée par l’Institut de démographie de Paris I (l’IDUP) en 2000
auprès d’un échantillon représentatif de 6 970 femmes de 20 à 59 ans, interrogées par télé­
phone (Jaspard et al., 2001 et 2003). Les femmes ont été interrogées de manière détaillée au
sujet des violences verbales, psychologiques, physiques ou sexuelles sur une année dans l’es­
pace public, au travail, au sein du couple ou dans les relations avec la famille ou les proches. La
violence n’était jamais nommée comme telle mais repérée à travers des actes, des faits, gestes
et paroles. Il en ressort que c’est dans l’intimité de l’espace conjugal, que le plus de violences
de toutes natures sont perpétrées. De plus, d’après l’ENVEFF, seulement 7% des viols dans le
couple ont fait l’objet d’une plainte auprès des services judiciaires. Par ailleurs, 9% des femmes
âgées de 20 à 59 ans seraient concernées par les violences conjugales. Les femmes hébergées
en foyer et dans les centres d’accueil d’urgence ou sans domicile n’ont pas été interrogées,
l’enquête étant centrée sur les personnes vivant à domicile (ménages ordinaires).
L’enquête CVS est une enquête de victimation : les personnes sont interrogées sur les
atteintes qu’elles ont pu subir récemment et leurs opinions en matière de sécurité. Cette
enquête est menée annuellement depuis janvier 2007 par l’INSEE, en partenariat avec l’OND
(Observatoire national de la délinquance) auprès de plus de 17 000 ménages interrogés en face
à face et, en leur sein, auprès de personnes âgées de 18 à 60 ans (Tournyol et Le Jeannic, 2008).
Par la taille de son échantillon ainsi que par le nombre et le type d’atteinte qu’elle aborde, cette
enquête est une avancée majeure pour la connaissance des phénomènes de violence et de vol.
Outre le nombre de femmes majeures violées au sein du couple, l’enquête fournit des données
relatives aux préjudices subis dans le cadre des violences conjugales, notamment en termes
d’incapacité temporaire de travail.
L’enquête Événement de vie (EVS) : une source intéressante
pour observer les coûts sanitaires des violences conjugales
L’enquête Événements de vie et santé (EVS) a été réalisée par la DREES de novembre 2005 à
février 2006 auprès de 10 000 personnes âgées de 18 à 75 ans vivant à domicile en France (voir
l’article p. 71 ; voir aussi la première partie de l’ouvrage consacrée à la présentation de l’en­
quête, p. 17­68). L’objectif de cette enquête est de mieux connaître les violences ressenties et
leurs implications, notamment sur l’état de santé. Les personnes ont été interrogées en face à
face sur les violences physiques, verbales ou psychologiques et les atteintes aux biens qu’elles
sont susceptibles d’avoir subi au cours des deux années précédant l’enquête, mais aussi sur
certains autres événements difficiles vécus de façon plus ancienne et sur leur état de santé ;
elles ont également été interrogées à l’aide d’un questionnaire auto­administré à propos de
leurs comportements sexuels, leur consommation d’alcool, de drogues illicites et de certaines
violences sexuelles. Ces informations ont permis d’établir des liens entre violences subies et
état de santé et de dégager divers profils de personnes.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 226
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
226
En développant un questionnement sur les « événements difficiles traversés au cours de la
vie », l’enquête EVS permet également de comprendre dans quels parcours de vie ou dans
quelles conditions de vie prennent forme les liens observés entre violence et santé et d’inté­
grer ainsi dans les analyses des variables non recueillies dans la plupart des enquêtes.
À l’aide des données de l’enquête, nous avons cherché à montrer si, et dans quelle mesure, les
violences conjugales entraînent des surconsommations significatives de visites chez un méde­
cin généraliste ou spécialiste, de médicaments, des fréquences significativement plus élevées
ou des durées plus longues des arrêts de travail, etc.
Variables retenues
Pour cela, il était nécessaire de repérer dans les données de l’enquête les variables ayant a
priori un lien fort avec le coût engendré par les violences conjugales subies au cours des douze
derniers mois. Quinze variables ont ainsi été retenues :
• nombre de consultations chez le médecin généraliste ;
• nombre de consultations chez un psychologue, psychothérapeute, psychanalyste ;
• niveau de consommation d’antidépresseurs (« jamais, occasionnellement, régulièrement mais
pas dans la dernière semaine, régulièrement et dans la dernière semaine, ne sait pas ») ;
• niveau de consommation de tranquillisants (mêmes modalités de réponse que précédem­
ment) ;
• niveau de consommation de somnifères (mêmes modalités de réponse que précédemment).
Pour ces trois dernières classes de médicaments, les questions posées n’ont pas utilisé les
mots « antidépresseurs », « anxiolytiques » ou « somnifères ou hypnotiques », étant donné la
méconnaissance ou la confusion à ce sujet auprès de populations non­spécialistes. La déclara­
tion des enquêtés s’est appuyée sur trois listes de médicaments, soumises à la lecture des
enquêtés par les enquêteurs, classant par ordre décroissant de fréquence de prescription les
produits couvrant au moment de l’enquête plus de 99% du marché pharmaceutique français.
• recours aux urgences lié à des blessures (« oui, non ») ;
• nombre des hospitalisations ;
• nombre de jours d’hospitalisation au total ;
• arrêts de travail (« oui, non, n’a pas travaillé au cours des 12 derniers mois, ne sait pas ») ;
• nombre des arrêts de travail ;
• nombre de jours d’arrêt de travail au total ;
• établissement par le médecin d’une incapacité temporaire totale de travail (ITT) (« oui, non,
ne sait pas ») ;
• jours d’ITT (« moins de 8 jours, 8 jours ou plus, ne sait pas »),
• scores agrégés de santé physique du SF­12v2 ;
• scores agrégés de santé mentale du SF­12v2.
Pour ces deux dernières variables, plus le score est élevé, meilleure est la santé subjective­
ment perçue par le répondant3.
3. Ces deux variables sont des variables normées centrées (moyenne = 50, écart-type = 10) qui ont été calculées à partir
des moyennes relevées parmi les répondants. Après consultation des auteurs américains des questionnaires SF-36 et SF12v2, les pondérations utilisées pour calculer les scores agrégés sont les pondérations en vigueur pour les populations
enquêtées aux États-Unis, mais la moyenne de 50 est calée sur l’échantillon d’EVS et ne peut donc être comparée directement aux scores calculés aux États-Unis (voir l’article p. 46).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 227
Coût des violences conjugales envers les femmes
227
Une approche de la population des femmes victimes de violences conjugales
dans l’enquête EVS
Un repérage explicite ou direct de la population des femmes victimes de violences conjugales
est impossible : en effet, les questions posées dans l’enquête EVS sur l’identité de l’auteur (ou
des auteurs) des violences, lorsque celui­ci (ceux­ci) est (sont) connu(s), ne comprennent pas
explicitement la modalité « conjoint » ou « ex­conjoint ». Elles permettent seulement de dési­
gner celui­ci (ou ceux­ci) comme « faisant partie » de la « famille », des « proches » de la victime,
comme « travaillant » ou « étant scolarisé(s) » au même endroit que la victime, comme « voi­
sin(s) », ou comme « autre(s) personne(s) connue(s) ».
Par conséquent, nous avons tenté d’approximer cette population par d’autres populations,
dont il était légitime de penser qu’elles contenaient une grande partie de la population visée.
Deux populations ont ainsi été définies :
• les femmes victimes de violence qui connaissent l’auteur des faits (population 1) ;
• les femmes qui ont souvent des disputes avec leur compagnon ou ex­compagnon (population 2).
Le repérage de la population 1 dans l’enquête EVS s’est effectué en combinant les réponses à
plusieurs questions de l’enquête. Des variables ont ainsi été créées indiquant si la personne
enquêtée a été ou non, dans les vingt­quatre mois précédant l’enquête, victime de violences
physiques, de violences sexuelles ou de violences psychologiques. Le fait de se référer à des
faits survenus récemment (dans les deux dernières années) nous permet de nous fonder sur
cette population pour repérer l’incidence (nouveaux cas observés) des violences et analyser le
coût annuel engendré par les violences conjugales. Les incidences sont ici calculées pour une
période de deux années ; elles servent en fait uniquement à mesurer des surconsommations
et non la fréquence des nouveaux cas de violences chaque année. Les caractéristiques de la
population des femmes âgées de 18 à 75 ans ayant subi ce type de violences de la part d’un
auteur connu (famille ou proche) ont été comparées à celles des autres femmes, victimes ou
non d’autres types de violence. Les effectifs respectifs de ces populations dans l’enquête sont
de 192 et de 4 074 femmes.
Les femmes qui ont souvent des disputes avec leur compagnon ou ex­compagnon (popula­
tion 2) ont été repérées dans l’enquête EVS à l’aide des réponses apportées aux dix ques­
tions relatives aux disputes. Ces questions sont proches de celles posées auparavant dans
l’enquête ENVEFF : « Au cours de votre dernière (ou actuelle) relation de couple, vous êtes­
vous disputée avec votre ex­conjoint (ou conjoint), ami(e), compagnon (compagne) [toutes
relations de couples : relations homosexuelles non exclues du questionnement] au sujet
de… ? » Dix sujets différents étaient abordés, avec les modalités de réponse suivantes :
« jamais, rarement, quelquefois, souvent, ne sait pas ».
On considère ici que les disputes diffèrent des violences, dans la mesure où la dispute est un
moment d’interaction, tandis que la violence conjugale est caractérisée par un rapport de
domination de l’un sur l’autre. L’organisation des questionnaires de l’ENVEFF et de l’enquête
EVS a notamment été fondée sur cette hypothèse. En pratique, cela se traduit par le fait que
les questions sur les disputes sont posées bien avant celles qui portent sur les violences, pour
éviter d’introduire des confusions entre ces deux registres dans l’esprit des personnes interro­
gées. L’exploitation des données de l’ENVEFF apporte du crédit à ce présupposé (Bérardier,
2008) en montrant à la fois que, si le signalement des violences va très souvent de pair avec
des disputes, les enquêtées déclarent aussi souvent des disputes non associées à des événe­
ments violents.
Les femmes qui déclaraient avoir « souvent » des disputes pour au moins deux des dix thèmes
de disputes ont été sélectionnées, puis comparées au reste de la population des femmes de 18
à 75 ans. L’effectif de ces femmes dans l’échantillon de l’enquête est de 570.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 228
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
228
La surconsommation de soins des femmes victimes de violences
conjugales dans l’enquête EVS
Pour chacune de ces deux populations, nous avons comparé les fréquences ou moyennes
d’occurrence de divers événements (consultation d’un médecin, consommation d’antidépres­
seurs ou de somnifères, etc.) dans les douze mois précédant l’enquête à celles rencontrées
pour les autres femmes. Les différences statistiquement significatives constatées sont indi­
quées dans le tableau 1, pour les femmes victimes de violences dont elles connaissent l’auteur.
Les résultats sur la population des femmes qui ont souvent des disputes avec leur compagnon
ou ex­compagnon ne sont pas présentés, mais ils sont très semblables.
La corrélation statistique entre le fait d’être victime de violences physiques, sexuelles ou psy­
chologiques exercées par un ou des agresseurs proches (victimes conjugales pour partie d’en­
tre elles) est plus forte en matière de santé mentale que physique. L’hypothèse qui en ressort
est que la proximité affective qui unit ou unissait la victime et l’auteur crée, lorsque les vio­
lences surviennent, des effets plus délétères encore que lorsque la victime ne connaît pas son
agresseur. On peut aussi supposer que, lorsque victime et agresseur sont très proches, et
notamment lorsqu’ils vivent sous le même toit, l’itération des événements violents est plus
fréquente, peut survenir au cours de périodes longues de la vie et renforce ainsi la probabilité
de survenue de troubles de santé mentale (Bauer, 2007).
Par ailleurs, les résultats obtenus à partir de l’enquête EVS permettent de chiffrer plus préci­
sément le coût des consultations chez les généralistes et les psychiatres et celui des consom­
mations médicamenteuses associées. L’enquête EVS a montré que les femmes qui subissent
des violences physiques, psychologiques ou sexuelles de la part de personnes connues
« consomment » en moyenne par an 1,05 visite supplémentaire chez le médecin généraliste et
1,21 visite supplémentaire chez le psychiatre ou le psychologue. En tenant compte d’un nom­
bre de femmes victimes de violences conjugales dans la population française équivalent à un
total de 2 025 000 femmes par an en France entière (par extrapolation des chiffres de l’en­
quête ENVEFF), les dépenses supplémentaires liées aux consultations chez les médecins géné­
ralistes et les médecins psychiatres liées sont alors estimées en fonction des surconsomma­
tions évaluées à partir des données de l’enquête EVS.
TABLEAU 1
La surconsommation de soins des femmes victimes de violences
dans les deux ans précédant l'enquête
Femmes
Femmes
victimes
non victimes Significativité
de la
de violences ou victimes
différence*
par un auteur
d'auteurs
connu
inconnus
Consultations chez le généraliste (nombre moyen)
Consultations chez un psychologue, psychotérapeute, psychanaliste (nombre moyen)
5,2
1,8
4,2
0,6*
*
*
Consommation régulière d’antidépresseurs (%)
14,6
7,1
*
Consommation régulière de tranquillisants (%)
18,7
8,6
*
Consommation de somnifères (%)
9,9
5,2
*
Fréquence d’arrêts de travail (%)
28,1
18,0
*
5,2
2,2
*
Score agrégé de santé physique perçue (points)
48,7
49,8*
*
Score agrégé de santé mentale perçue (points)
43,1
49,7
*
Fréquence d’ITT (%)
* Significativité au seuil de 5 %.
Lecture • 5,2 % des femmes déclarant avoir subi des violences de la part d'un auteur connu ont bénéficié d’un certificat d’ITT durant les
deux années précédant l'enquête contre 2,2 % des autres femmes âgées de 18-75 ans. .
Champ • Femmes âgées de 18 à 75 ans, vivant en ménage ordinaire en France métropolitaine.
Sources • Enquête Evénements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 229
Coût des violences conjugales envers les femmes
229
Les violences conjugales : un coût annuel de 2,5 milliards d’euros
Pour la société, l’un des coûts économiques des violences conjugales est la perte d’utilité sociale
engendrée par ces violences. En d’autres termes, ces violences ont des répercussions sur le bien­
être de la société, que l’on cherche ici à évaluer. Entre 9 000 et 15 000 années de vie4 auraient
ainsi été perdues en 2006 du fait des décès immédiats. Pour les survivants et leurs proches, les
violences sont associées à des troubles émotionnels importants, provoquent de grandes souf­
frances, des pertes de qualité de vie et de bien­être et des séquelles mentales et physiques. Le
coût de ces pertes est délicat à évaluer. Les calculs détaillés qui ont permis de l’établir5 condui­
sent à un coût global imputable aux violences conjugales en France de 2,472 milliards d’euros par
an, avec une fourchette comprise entre 1,7 et 3,5 milliards d’euros (tableau 2). Ce résultat global
intègre les éléments présentés pour l’enquête EVS et les éléments tirés des autres sources d’in­
formations. Plus précisément, ce coût se décompose en différents postes (graphique 1).
Les coûts directs médicaux correspondant aux soins de santé (483 millions d’euros) représen­
tent 20 % du coût global. Au sein de cette catégorie, se trouve la part de la consommation de
médicaments et des consultations médicales qui excède, chez les femmes victimes de violences
dans le couple, les niveaux observés en population générale.
Les coûts directs non médicaux, correspondant aux recours aux services de police et à la justice,
s’élèvent à 235 millions d’euros. En 2006 par exemple, les violences conjugales ont donné lieu à
plus de 12 500 condamnations, dont plus de 10 500 peines de prison, parmi lesquelles 20 % de
peines de prison ferme. À partir du budget de l’administration pénitentiaire, de celui de la police,
de la gendarmerie et des procédures pénales engagées, le coût relatif des « condamnations » au
sens large des auteurs de violences conjugales a été estimé à près de 10 % du coût global. Cette
part pourrait augmenter dans les prochaines années, compte tenu du contexte de montée en
charge du dispositif judiciaire récemment mis en place pour la protection des femmes victimes
de violences conjugales.
Le coût des conséquences sociales et notamment le recours aux aides sociales (120 millions d’eu­
ros) représente moins de 5 % du coût global. Les coûts relatifs aux hébergements d’urgence et
d’insertion en cas de rupture du couple, aux différentes aides au logement, aux allocations de
parents isolés et au revenu minimum d’insertion en lien avec les séparations du fait de violences
conjugales représentent autant que le coût des paiements des arrêts de travail imputables direc­
tement aux violences conjugales. Du fait de la faible précision des données relatives aux héberge­
ments en lien avec les violences conjugales, ce poste de coût est probablement sous­estimé.
Les coûts humains des viols et préjudices (535 millions d’euros) représentent 22 % du coût global.
Le chiffrage du coût humain lié aux viols s’appuie sur la méthode préconisée par le Commissariat
général au Plan (Boiteux et Baumstark, 2001). Le coût des préjudices dans le cadre des violences
conjugales a été calculé à partir des durées des interruptions temporaires totales de travail (ITT)
provenant des données de la police et de la gendarmerie6 et des barèmes indicatifs d’un tribunal
de grande instance de France en termes de quantum doloris (souffrances physiques, psychiques
ou morales endurées par la victime d’un accident de la route).
4. Le nombre d’années de vie perdues a été calculé à partir des données du rapport de l’Observatoire national de la délinquance (OND) de 2006, qui estimait un nombre de 197 décès (dont 137 fémicides directs), fournissant ainsi une fourchette
basse, et des données de notre étude spécifique (Rapport du projet Daphné 2004 n°JAI/DAP/04-1/092, « Extension de la
base d’indicateurs descriptifs sur les violences conjugales et les viols en Europe aux 10 nouveaux États membres »), qui
estimait à 328 le nombre total d’homicides, donnant ainsi une fourchette haute, et en se fondant sur un âge moyen des victimes de violences conjugales de 38 ans et sur une espérance de vie féminine de 84 ans en 2008.
5. Voir le rapport final du programme Daphne, accessible sur le site www.psytel.eu.
6. La durée d’une ITT est déterminée par la durée de la « gêne réelle et globale éprouvée par la victime pour effectuer tous
les gestes de la vie courante » à la suite de coups et blessures volontaires dont elle a fait l’objet.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 230
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
230
TABLEAU 2
Estimation du coût des violences conjugales en France pour l’année 2006
Postes de coût
Estimation
(en millions d'euros)
Part du coût global
(en %)
Coûts des conséquences directes
Coûts directs médicaux
483,2
Passages aux urgences
24,4
1,0
3,9
0,2
Hospitalisation
19,5
Soins de médecine générale et psychiatrie
142,7
5,8
Médicaments
312,2
12,6
Coûts directs non médicaux (justice et police)
234,5
9,5
Justice civile
8,7
0,4
28,0
1,1
Administration pénitentiaire
99,4
4,0
Activités de la police
58,7
2,4
Activités de la gendarmerie
39,8
1,6
120,3
4,9
Hébergement d'urgence et d'insertion
28,3
1,2
Allocations logement (APL, ALS, ALF)
12,8
0,5
5,7
0,2
Justice pénale
Coûts des conséquences sociales directes
Allocation API (allocation pour les parents isolés)
Allocation RMI (revenu minimum insertion)
Paiement des arrêts de travail
4,3
0,2
69,2
2,8
1 098,9
44,5
Coûts des conséquences indirectes
Coûts des pertes de production
Pertes de production dues aux décès
221,6
9,0
Pertes de production dues à l'absentéisme
778,5
31,5
Pertes de production dues aux incarcérations
98,8
4,0
Coûts humains
534,7
21,6
Coût des viols
328,6
13,3
Coût des blessures graves et des préjudices
206,1
8,3
2 471,7
100,0
Coût total
Sources • Rapport final du programme européen Daphné (www.psytel.eu).
GRAPHIQUE 1
Parts des différents types de coût dans le coût global des violences conjugales
en France en 2006
Coûts humains
535 millions d’euros = 22 %
Soins de santé
483 millions d’euros = 20 %
Police, justice
235 millions d’euros = 9 %
Pertes de production
1 099 millions d’euros = 44 %
Sources • Rapport final du programme européen Daphne (www.psytel.eu).
Aides sociales
120 millions d’euros = 5 %
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 231
Coût des violences conjugales envers les femmes
231
Les pertes de production dues aux décès et à l’absentéisme des victimes ainsi qu’aux incarcé­
rations des auteurs des violences (1 099 millions d’euros) représentent 44 % du coût global,
dont plus de 30% sont dus à l’absentéisme. Le coût indirect des incarcérations de personnes
s’étant rendues coupables de violences conjugales est estimé à 98,838 millions d’euros, en
valorisant les pertes de production dues au temps d’incarcération, mais sans tenir compte des
conséquences en termes de chômage des personnes à la sortie de prison.
La prédominance des coûts des conséquences indirectes, représentés par les pertes de pro­
duction et notamment celles dues à l’absentéisme au travail, peut être liée à l’altération de la
qualité de vie des femmes victimes qui connaissent des troubles de l’humeur, des fatigues
intenses et des problèmes de sommeil. Les violences conjugales engendrent à ce titre des inca­
pacités fonctionnelles et sociales notables.
Une question importante pour l’économiste est de savoir qui supporte les coûts générés par
les violences, autrement dit comment, à partir d’un coût que l’on vient d’établir, peut­on (plus
ou moins) parvenir à distinguer les différents acteurs qui en supportent le financement ? L’in­
dividu et le ménage supportent en premier lieu les coûts directs au prorata de leur reste à
charge (tiers­payant dans le cas des dépenses de santé), mais également les coûts des consé­
quences indirectes par le biais des baisses de revenus futurs dues à la baisse des capacités pro­
ductives (handicaps, décès), ainsi que les coûts liés à la baisse du niveau de vie consécutive à
la séparation du conjoint violent. Ils supportent également les coûts intangibles traduisant la
perte de bien­être de la victime et de son entourage, susceptibles de représenter des coûts
humains et psychologiques qui peuvent être étudiés au travers d’indicateurs de qualité de vie,
de mesures d’utilité, etc. La part socialisée du recours au système de santé et aux aides moné­
taires ou en nature (par exemple en cas de gestion de situations d’urgence) constitue pour le
système de protection sociale autant de coûts directs, alors que la réduction des capacités indi­
viduelles de cotisation sociale et d’imposition représente un coût au titre des conséquences
indirectes.
Limites et précautions pour l’interprétation des résultats
Parce qu’elles se situent à la fois dans la sphère privée et dans la sphère publique (du fait de
leurs prises en charge récentes dans l’action publique), les violences conjugales constituent un
phénomène difficile à appréhender dans toutes leurs dimensions. La validité des données des
enquêtes statistiques, en particulier, est limitée par les biais de réponse qu’elles contiennent,
du fait de la difficulté à lever un secret ou de reconnaître, pour les victimes elles­mêmes, la réa­
lité des situations qu’elles vivent. Les conditions de passation des questionnaires doivent au
moins s’efforcer, par de soigneux protocoles, de créer les conditions les plus propices à limiter
ces biais de collecte (voir l’article p. 53). En outre, les effectifs des études portant sur ces vio­
lences sont souvent insuffisants pour en déduire des corrélations statistiques robustes. Le
développement récent des enquêtes (enquête EVS après l’ENVEFF), l’affinement des
méthodes des enquêtes de victimation sur les violences conjugales (enquête CVS), ainsi que
leur capacité à mobiliser des échantillons de plus grande taille constituent des avancées
majeures dans l’évaluation de ces phénomènes : nouvelles méthodes de collecte des données,
possibilité de repérage du statut de l’auteur, questionnement proscrivant les termes de « vio­
lence » ou « agression », etc.
Si les données (notamment celles tirées de l’enquête EVS, qui sont ici mobilisées) constituent
aujourd’hui un point de départ nécessaire, elles restent souvent insuffisantes, car il est difficile
de réunir, d’une part, des informations explicites sur le caractère conjugal des violences et des
effectifs suffisants et, d’autre part, des données précises et robustes permettant d’évaluer
l’ampleur totale du poids économique associé aux violences.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 232
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
232
En outre, le choix de l’horizon temporel retenu est une limite pour l’évaluation d’un phénomène
qui peut prendre des formes et entraîner des conséquences différées dans le temps. L’idéal
serait de mesurer l’impact de ces violences sur la collectivité pendant toute la durée de vie de la
victime et de ses proches, sans se limiter à une période plus restreinte. Un calcul annuel des
coûts permet certes d’observer leur évolution dans le temps. Cependant, l’utilisation de don­
nées collectées irrégulièrement et sporadiquement contraint les évaluateurs à un compromis
consistant à regrouper des données disponibles collectées en différentes années et à calculer un
coût estimé pour une année moyenne. Les données recueillies en cohorte sembleraient les
mieux adaptées, mais leur collecte pose de grands problèmes éthiques et juridiques : car com­
ment « suivre » pendant plusieurs années des personnes victimes en ignorant qu’une enquête,
qui repère les situations, pourrait donc aussi être le vecteur d’une aide aux victimes7 ?
Éléments de comparaison avec d’autres pays européens
Avec les limites méthodologiques mentionnées, cette étude évalue le coût des violences conju­
gales à près de 2 472 millions d’euros (valeur 2006), soit un peu moins de 40 euros par habitant.
Six autres études ont été publiées dans quatre pays européens. Elles intègrent dans leur évalua­
tion des postes de coûts équivalents à cette étude. Quatre d’entre elles aboutissent à des ordres
de grandeur comparables, avec une estimation du coût moyen des violences conjugales par habi­
tant comprise entre 20 et 40 euros (tableau 3), tandis que les deux autres fournissent des résul­
tats assez différents. Ces variations peuvent s’expliquer par les différences possibles entre les
situations nationales, mais aussi par l’utilisation de méthodes, de protocoles de collecte de don­
nées, d’objectifs d’étude et de périmètres de définition des violences dans le couple différents.
Les pertes de production et coûts humains représentent plus de 50 % des coûts globaux dans
trois des études (Walby, 2004 ; Heinskanen et Piispa, 2001 et Pulkkinen, 2004) et, dans presque
toutes les études, c’est le poste de dépenses le plus important (graphique 2).
La part prépondérante qu’occupent les coûts liés aux pertes de production au sein du coût glo­
bal des violences conjugales rappelle la structure des coûts mise en évidence par les études de
coûts des pathologies chroniques. Au Royaume­Uni, par exemple, l’ensemble des coûts de la
dépression chez les adultes a été évalué à 15,46 milliards d’euros (9 milliards de livres britan­
niques en 2000), dont seulement 636 millions (370 millions de livres en 2000) concernaient les
soins directs (Thomas et Morris, 2003). Aux États­Unis, les dépenses annuelles totales associées
à la dépression atteindraient 100 milliards d’euros (83 milliards de dollars US en 2000), dont 69%
TABLEAU 3
Estimations du coût des violences conjugales dans cinq pays européens
Pays
Angleterre (Walby, 2004)
France (Nectoux, 2009)
Coût global estimé
(en millions d'euros l'année du coût)
9 079,61 en 2001
Coût par habitant
(en euros)
154
2 472 en 2006
39
France (Marissal et Chevalley, 2007)
970,06 en 2004
16
Suède (Envall, 2006)
320,51 en 2004
36
Suède (Gemzell, 2005)
69,15 en 1999
8
Finlande (Heiskanen, 2001)
177,10 en 2001
34
Finlande (Pukkinen, 2004)
134, 10 en 1998
26
7. Voir à ce propos l’article 40 alinéa 2 du Code de procédure pénale et les développements concernant ces questions
dans l’article p. 53.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 233
Coût des violences conjugales envers les femmes
233
imputables aux pertes d’emplois et aux décès prématurés (Greenberg et al., 2003). Et d’après
l’Institut national du cancer (INCa), qui a estimé le coût global du cancer en France en 2004, les
pertes de productivité représentent le coût social le plus important : 17,5 milliards d’euros, contre
7 milliards pour les soins hospitaliers et 4 milliards pour les soins ambulatoires (Amalric, 2007).
GRAPHIQUE 2
Composition du coût global des violences conjugales selon les études publiées en Europe
Nectoux en 2009 (France)
Heiskanen en 2001 (Finlande)
Envall en 2005 (Suède)
Marissal en 2005 (France)
Santé
Pukkinen en 2004 ( Finlande)
Protection sociale
Sécurité police
Gemzell en 2005 ( Suède)
Pertes de production
et coûts humains
Walby en 2004 ( Angleterre)
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
Conclusion et recommandations
Les études économiques, tant étrangères que françaises, soulignent unanimement le poids
considérable des violences conjugales pour la société et mettent en évidence l’importance de
disposer d’études épidémiologiques robustes qui permettraient d’affiner les ratios étiolo­
giques de coût. Si elles représentent un coût humain majeur, les violences conjugales font
peser un énorme fardeau économique sur les sociétés, en induisant une perte de productivité
et un recours accru au système de protection sociale. Ces premiers résultats, qu’il reste à
consolider sur plus long terme, conduisent à montrer qu’en augmentant d’un euro le budget
des politiques de prévention des violences conjugales, l’État, l’assurance maladie ou encore les
collectivités locales pourraient économiser jusqu’à 87 euros de dépenses sociétales, dont 30
euros de dépenses directes. Ce travail a été rendu possible grâce notamment aux enquêtes
nationales sur les violences, en particulier l’enquête EVS. Il a eu des extensions au niveau euro­
péen : en complétant l’estimation française par celles qu’ont effectuées, au sein du pro­
gramme Daphné, les experts danois et espagnols, puis en extrapolant au niveau des 25 États
membres et de leurs budgets nationaux, le coût des violences conjugales en Europe s’élèverait
à près de 16 milliards d’euros (avec une fourchette comprise entre 14 et 22 milliards).
BIBLIOGRAPHIE
Amalric F., 2007, « Analyse économique des coûts du cancer en France », Études et expertises, Institut du cancer, 141 p. (consultable sur le site : www.e-cancer.fr).
Bauer A. (sous la dir. de), 2007, La criminalité en France. Rapport annuel de l’Observatoire
national de la délinquance (OND) 2007, CNRS Éditions, 573 p.
Bérardier M., 2008, « Les disputes dans EVS et ENVEFF », Document de travail, INED,
septembre, 118 p..
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 234
Partie 4 - Événements de vie et comportements de santé
234
Boiteux M., Baumstark L., 2001, Transports : choix des investissements et coûts des nuisances, Commissariat général du plan, La Documentation française, juin, 328 p.
Campbell J.C., Pugh L.C., Campbell D., Visscher M., 1995, « The influence of abuse
on pregnancy intention », Women’s Health Issues, 5(4), p. 214-223.
Délégation aux victimes du Ministère de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités
territoriales, Étude nationale sur les morts violentes au sein du couple. Année 2007,
consultable sous http://www.interieur.gouv.fr
Envall E., Erikson A., 2004-2006, Costs of violence against women, Sweden : National
Board of Health and Welfare.
Gemzel T., 2005, The Cost of Gender-Based Violence in Sweden. An economic approach
to the phenomenon, Linköpings Universitet, Ekonomiska Institutionen, Politices Magisterprogrammet, 55 p.
Greenberg P.E., Kessler R.C., Birnbaum H.G., Leong S.A., Lowe S.W., Berglund B.A.,
Corey-Lisle P.K., 2003, « The economic burden of depression in the United States : how
did it change between 1990 and 2 000”, Journal of Clinical Psychiatry, 64, p. 1465-1475.
Heiskanen M., Piispa M., 2001, « The costs of violence in a municipality. A case study of
violence against women and its costs in the city of Hämeenlinna 2001, based on estimates provided by authority representative”, Reports 2002, Ministry of Social Affairs
and Health,16, Helsinki, Finland.
Jaspard M. et l’équipe ENVEFF, 2001, « Nommer et compter les violences envers les
femmes une première enquête nationale en France », Population et sociétés, n°364,
janvier.
Jaspard M., Brown E., Condon S., Fougeyrollas-Schwebel D., Honel A., Lhomond B.,
Maillochon F., Sauvel-Cubizolles A.-J., Schiltz M.-A., 2003, Les violences envers les
femmes en France, une enquête nationale, La Documentation française, Paris, 370 p.
Kornblit A.-L., 1994, « Domestic Violence. An Emerging Health Issue”, Social Science
Medicine, vol. 39, n° 9 : p. 1181-1188.
Marissal J.-P., Chevalley C., 2007, Evaluation des répercussions économiques des violences conjugales en France, La Documentation française, Paris, 126 p.
Mishan E.-J., 1971, Cost-benefit analysis an informal introduction, Unwin Brothers Limited
454 p.
Nectoux M., 2009, Estimation du coût des violences conjugales en Europe. Rapport du
projet Daphné n° JLS/DAP/06-1/073, Psytel, juin.
Nectoux M., Mugnier C., Baffert S., Albagly M., Thélot B., 2010, « Évaluation des violences conjugales », Santé publique, vol. 22, pp. 405-416.
Pulkkinen P., 2004, «The price of violence. The costs of men’s violence against women
in Finland», Working paper, Statistics Finland, n° 30.
Rice D.-P. and Cooper B.-S., 1967, « The economic value of human life », American Journal Public Health Nations Health, November; 57(11), p. 1954-1966
Thomas C. M., Morris S., 2003, « Cost of depression among adults in England in 2 000 »,
British Journal of Psychiatry, dec.: 183, p. 514-519.
Tournyol du Clos L., Le Jeannic T., 2008, « Les violences faites aux femmes », INSEE
Première, février.
Walby S., 2004, « The Cost of Domestic Violence. United Kingdom », DTI, Women and
Equality Unit, London, 117p.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 235
Partie 5
ÉCLAIRAGES
MÉTHODOLOGIQUES
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 236
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 237
Le comportement des répondants face
au questionnaire auto-administré par ordinateur
Olivier BART*
Utilisé pour la première fois en France, le questionnaire auto-administré
par ordinateur, destiné à recueillir des informations sur des sujets sensibles,
suscitait de nombreuses interrogations méthodologiques, liées notamment
aux éventuelles difficultés de manipulation de l’outil informatique ou
de compréhension pour certaines catégories de population. Cette étude tente
de mieux cerner les facteurs influant sur les temps de réponse, les temps
d’hésitation (relectures, réécoutes et corrections apportées) et les cas
d’abandon en cours d’enquête.
En moyenne, les enquêtés ont passé 15 secondes par question (lecture,
compréhension, réflexion, réponse). Les jeunes et les diplômés, sans doute
plus familiers avec les outils informatiques, et les personnes de nationalité
française, plus à l’aise avec la langue, ont répondu plus vite. Cependant,
le temps de réponse dépend non seulement des caractéristiques
des personnes interrogées, mais aussi et surtout des caractéristiques
des questions posées : choisir une réponse parmi une liste de modalités
préétablies est plus rapide que d’avoir à formuler sa propre proposition
de réponse. Par ailleurs, 60 % des questionnaires auto-administrés ont été
remplis de façon linéaire, sans que l’enquêté ait eu besoin de réécouter
une question, de relire ou de corriger ses réponses. Enfin, seuls 2%
des questionnaires ont été interrompus avant la fin, ce risque augmentant
avec l’âge.
* Lors de la préparation de la collecte de l’enquête EVS, Olivier Bart était responsable du groupe Blaise au Centre national
informatique de l’INSEE à Lille, et donc en particulier de la programmation du questionnaire électronique pour Computer
Assisted Personal Interview (CAPI).
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 238
Partie 5 - Éclairages méthodologiques
238
L’
enquête Événements de vie et santé (EVS), pilotée par la DREES, était la première
enquête collectée par l’INSEE comportant un questionnaire auto­administré par ordina­
teur, pour certains sujets sensibles comme la sexualité, la consommation de drogues illicites
ou d’alcool. Le choix de ce mode de passation se justifiait autant par des considérations
éthiques et juridiques que méthodologiques (voir l’article p. 53) : il devait notamment permet­
tre de renforcer la confidentialité et la sincérité des réponses. Ce protocole novateur suscitait
toutefois de nombreuses interrogations, notamment quant à la capacité des enquêtés à
répondre de manière autonome à l’aide d’un outil informatique.
Le questionnaire auto­administré se situait juste après l’entretien en face à face (voir la des­
cription du questionnaire p. 63). L’enquêteur confiait alors le micro­ordinateur portable CAPI
(encadré 1) à l’enquêté et branchait un casque audio pour laisser l’enquêté lire seul les ques­
tions et les modalités de réponse à l’écran, tout en écoutant, s’il le souhaitait, le fichier son sur
lequel la question avait été enregistrée. L’enquêté saisissait ensuite sur le clavier le chiffre cor­
respondant à la réponse choisie. Il pouvait aussi réécouter le fichier son et se déplacer dans le
questionnaire pour relire ou corriger ses réponses.
La présente étude vise à analyser le comportement des personnes interrogées face à cet outil
pour mieux cerner les éventuelles difficultés sur certaines questions ou pour certaines catégo­
ries de population. Elle s’appuie sur l’exploitation du journal des événements, dit fichier ADT
(AuDit Trail), édité automatiquement lors de la collecte des données de l’enquête EVS sous
CAPI. Ce journal contient la date et l’heure de chaque action effectuée sur le micro­ordinateur
ENCADRÉ 1
Définitions : CAPI, CASI, Blaise et fichier ADT
Le terme CAPI (Computer Assisted Personal Interview : entretien en face à face assisté par ordinateur)
désigne de manière générale un mode de collecte des données (en face à face). C’est également le
nom de l’application informatique INSEE permettant la collecte des enquêtes sur micro-ordinateur portable. Ces ordinateurs sont souvent nommés « portables CAPI ». L’application CAPI de l’INSEE s’appuie sur le logiciel Blaise.
Blaise est un logiciel de programmation de questionnaires électroniques utilisé par la plupart des instituts de statistiques mondiaux. Il permet de gérer différents modes de questionnement, le plus courant à
l’INSEE étant le CAPI (collecte en face à face), mais également le questionnement auto-administré
(Computer Assisted Self Interview ou CASI). Blaise automatise complètement la gestion des filtres et
des renvois entre les questions en fonction des données saisies.
Pour l’enquête EVS, vu la nature des données collectées, un système de verrouillage du questionnement
auto-administré a été développé : à chaque instant et au moins à la fin du questionnaire, l’enquêté(e) avait
la possibilité de masquer irréversiblement les données saisies afin d’empêcher l’enquêteur et les gestionnaires INSEE en directions régionales de relire les réponses. Ce dispositif, ainsi que les consignes très précises données aux enquêteurs pour préserver la confidentialité des réponses, a certainement contribué à
renforcer la confiance des personnes interrogées et à assurer la crédibilité de cette partie de l’enquête.
Le fichier ADT (Audit trail), généré automatiquement par Blaise, est un fichier texte qui contient la date
et l’heure précise de chaque action effectuée sur le micro-ordinateur portable pendant la collecte, le nom
des variables du questionnaire lues, leur valeur à chaque instant, etc. On peut donc en particulier en
déduire les données saisies, savoir si une valeur a été corrigée, ou encore calculer la durée passée sur
chacune des variables.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 239
Le comportement des répondants face au questionnaire auto-administré par ordinateur
239
portable pendant la collecte, le nom des variables du questionnaire lues, les modalités de
réponses cochées à chaque instant, etc. Les fichiers ADT retracent ainsi l’ensemble des actions
effectuées sur le clavier lors de la collecte et permettent de mieux cerner le comportement de
l’enquêté(e) face à des questions qui peuvent parfois paraître intrusives et à un outil informa­
tique dont ils ne sont pas forcément familiers.
Les résultats présentés s’articulent autour de trois thèmes : Quel est le temps passé en
moyenne par les enquêtés pour répondre à une question ? Les enquêtés réécoutent­ils les
questions, relisent­ils ou corrigent­ils leurs réponses ? Qui sont les enquêtés qui abandonnent
le questionnaire avant la fin ?
L’étude porte sur 9 139 questionnaires, pour lesquels au moins une variable du questionnaire
administré a été lue. Par la suite, nous avons souvent exclu les questionnaires où seule la
première variable était renseignée car on ne peut accorder beaucoup de crédit à une
réponse qui a peut­être simplement été saisie pour voir l’écran suivant, avant d’abandonner.
Au total, le questionnaire auto­administré compte 61 questions. Mais certaines questions
étant filtrées (n’y répondent que ceux qui ont coché certaines modalités auparavant), per­
sonne n’était concerné par l’intégralité des questions. En moyenne, les personnes interro­
gées ont répondu à 23,3 questions, ce qui ne traduit pas une forte non­réponse partielle,
mais s’explique par l’architecture du questionnaire. Par exemple, la partie sur les stupéfiants
était très courte pour les non­consommateurs, lesquels représentent une forte majorité de
la population : ainsi, les enquêtés ont répondu en moyenne à 3,7 questions sur cette partie
(tableau 1).
TABLEAU 1
Nombre et durée des questions du questionnaire auto-administré
Questionnaire auto-administré (QAA)
• partie sexualité
• partie alcool
• partie stupéfiants
Nombre total
de questions
Durée moyenne
des fichiers son
(en secondes)
Nombre moyen de
questions répondues
Durée moyenne
par question
(en secondes)
61
17
21
23
19,9
23,1
17,9
16,5
23,3*
10**
10**
3,7**
15,1 *
17,5 **
14,1 **
10,8**
Note • Le nombre moyen de questions auxquelles les personnes interrogées ont répondu sur le questionnaire auto-administré complet (23,3)
est inférieur à la somme des nombres moyens de questions répondues sur chacune des parties (23,7) car les champs pris en compte pour
les calculs sont différents.
* Champ: répondants à au moins deux questions du QAA. ** Champ: répondants à au moins une question du QAA.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
Des temps de réponse variables
selon les répondants et les questions
Le temps de passation d’un questionnaire est un déterminant essentiel du budget d’une
enquête. Ce temps dépend bien évidemment du nombre de questions posées, mais aussi du
temps passé à répondre à chacune des questions. Dans le cas d’un questionnaire auto­admi­
nistré, le fichier son qui retranscrit la question joue le rôle habituellement tenu par l’enquêteur.
Mécaniquement, le temps passé sur une question dépend de la longueur du libellé de la ques­
tion, très hétérogène d’une question à l’autre. Le fichier son durait entre 7 et 46 secondes
selon les questions.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 240
Partie 5 - Éclairages méthodologiques
240
Le protocole de l’enquête permettait à la personne interrogée de lire les questions à l’écran et
de les écouter, simultanément ou non. Elle pouvait interrompre le fichier son en répondant
sans attendre d’avoir entendu la fin de la question1 : cette option a été fréquemment utilisée,
puisque dans plus de 7 cas sur 10, le temps passé sur une question est strictement inférieur à
la durée du fichier son.
Le temps passé sur une question peut donc être interprété comme une durée globale, incluant
à la fois le temps passé à lire et comprendre la question et le temps passé à réfléchir à la
réponse et à la saisir. On pourrait ainsi décomposer cette durée globale en trois phases plus
ou moins distinctes selon les personnes : écoute ou lecture (et compréhension) de la question,
recherche de la réponse et saisie de la réponse sur le clavier.
Après élimination de quelques valeurs extrêmes, le temps de réponse moyen est de 15,1
secondes par question (la durée médiane est de 12 secondes). Cette durée diminue au fur et à
mesure que l’on avance dans le questionnaire.
Les plus jeunes et les plus diplômés répondent plus vite
Pour mesurer l’aisance face à l’outil informatique et la capacité à lire et comprendre rapide­
ment les questions, nous avons étudié les temps de réponse aux questions du questionnaire
auto­administré en fonction de l’âge, du sexe, du diplôme le plus élevé et de la nationalité des
personnes interrogées. Ces variables exercent des effets connus sur les réponses dans de
nombreuses enquêtes.
Les temps de réponse augmentent régulièrement avec l’âge, passant de 12,6 secondes en
moyenne pour les 18­24 ans à 18,1 secondes pour les 65­75 ans (graphique 1). Ceci peut s’expli­
quer par la plus grande familiarité des jeunes générations avec le maniement du clavier d’un
ordinateur. De façon générale, les femmes répondent un peu plus vite que les hommes :
14,8 secondes en moyenne contre 15,4 secondes pour l’ensemble des répondants.
Les enquêtés les plus diplômés répondent également plus vite (graphique 2) : 12,9 secondes en
moyenne pour les titulaires d’un diplôme supérieur à bac + 2, contre 17,7 secondes pour ceux
d’un diplôme de niveau CEP. Là encore, le fait que la familiarité avec l’informatique augmente
avec le niveau de diplôme est un élément possible d’explication. Les effets de l’âge et du
GRAPHIQUE 1
Temps de réponse moyen selon l’âge et le sexe
20
18
16
14
12
10
8
6
4
2
0
En secondes
Masculin
18-24 ans
Féminin
25-34 ans
35-44 ans
45-54 ans
55-64 ans
65-75 ans
Champ • Personnes âgées de 18-75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
1. L’option Stop on key de Blaise a été activée dans ce sens, à la suite d’une expérience négative lors d’un test où les
enquêtés n’avaient pas la possibilité d’abréger la lecture du fichier son.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 241
Le comportement des répondants face au questionnaire auto-administré par ordinateur
241
GRAPHIQUE 2
Temps de réponse moyen selon le diplôme le plus élevé
20
18
16
14
12
10
8
6
4
2
0
En secondes
Masculin
Aucun
CEP
Brevet
CAP, BEP Bac technique Bac général
Féminin
Bac + 2
Bac > 2
Champ • Personnes âgées de 18-75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Évenements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
diplôme se conjuguent aussi très certainement : les répondants les plus jeunes étant nettement
plus diplômés, ils cumulent deux caractéristiques associées à un temps de réponse plus court.
Il apparaît également que les personnes de nationalité française à la naissance répondent plus
vite (15,0 secondes en moyenne par question) que les personnes naturalisées françaises
(16,2 secondes), lesquelles répondent elles­mêmes légèrement plus vite que les personnes de
nationalité étrangère (16,8 secondes). On peut ici supposer des difficultés de compréhension
de la langue, cet effet demeurant une fois prises en compte les différences de structures par
âge des populations.
Un temps de réponse plus long pour les questions ouvertes
La durée du fichier son nous renseigne donc sur la longueur de la question posée, laquelle
influe sur le temps de réponse. En complément, nous avons cherché à savoir si le temps de
réponse dépend également du type de la question. Le type des questions est abordé du point
de vue de leur forme (s’agit­il d’une question « ouverte » ou « fermée » ?) et de leur nature.
Dans les questions fermées, les modalités de réponse sont préétablies (par exemple
oui/non) : l’enquêté coche, parmi les réponses proposées, celle qui correspond le mieux à sa
situation. Techniquement, dès qu’une modalité valide est saisie, le programme informatique
Blaise passe automatiquement à la question suivante. À l’inverse, pour les questions
ouvertes, il n’y a pas de modalités explicitement proposées. Ainsi la question « Au cours de
votre vie, avec combien de partenaires différents avez­vous eu des rapports sexuels ? »
accepte 99 réponses possibles (entre 1 et 99), mais est considérée comme une question
ouverte selon la définition adoptée ici – légèrement différente de l’acception courante du
terme « question ouverte » qui sous­entend plutôt une zone de saisie permettant de taper
du texte sous forme libre. La validation automatique ne fonctionne que lorsque la réponse
saisie utilise toute la place disponible (2 caractères dans l’exemple cité). Une fois la réponse
validée, une consigne invite à poursuivre l’enquête, par exemple, pour la question citée :
« Inscrivez le nombre de partenaires en utilisant les chiffres du clavier, puis appuyez sur la
touche Entrée pour passer à la question suivante. »
La nature de la question renvoie au type d’informations recherchées. Elle recouvre quatre
catégories de questions :
• les questions de « datation » nécessitent une réponse datée, un âge ou bien renvoient à l’oc­
currence d’un événement dans une période précisément datée (par exemple : « À quel âge
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 242
Partie 5 - Éclairages méthodologiques
242
avez­vous consommé du cannabis pour la première fois ? » ou « Est­ce que cela vous est
arrivé au cours des 12 derniers mois ? ») ;
• les questions de « quantification » sont des questions pour lesquelles la réponse attendue
est un nombre, qui n’est ni une date ni un âge (par exemple : « Combien de verres d’alcool
avez­vous bus dimanche dernier ? ») ;
• les questions « factuelles » portent sur un constat objectif, hors dates et quantifications (par
exemple : « Au cours de votre vie, avez­vous déjà bu de l’alcool ? ») ;
• quant au « ressenti », il qualifie ici des questions plus subjectives, faisant explicitement appel
à une interprétation de la part du répondant (par exemple : « Au cours de votre vie, avez­
vous déjà ressenti le besoin de diminuer votre consommation de boissons alcoolisées ? »).
Les temps de réponse moyens varient fortement selon la catégorie de questions (gra­
phique 3), mais ce constat est aussi en partie lié à une forte hétérogénéité de la durée du
fichier son (et donc, à la longueur de la question). Par exemple, les enquêtés passent très peu
de temps sur les questions fermées de « datation » (en moyenne 6,4 secondes), mais ces ques­
tions sont aussi très courtes. Elles se présentent le plus souvent ainsi : « Est­ce que cela vous
est arrivé au cours des 12 derniers mois ? oui/non ». Pour les questions ouvertes, le temps de
réponse moyen est nettement supérieur à la durée moyenne des fichiers son, alors que c’est
l’inverse pour les questions fermées. Autre résultat, qui va dans le même sens : pour les ques­
tions ouvertes, entre 34 % et 40 % des réponses sont enregistrées avant la fin de la lecture du
fichier son, alors que pour les questions fermées, ce pourcentage varie de 75 % à 88 % selon la
nature de la question. Ceci signifie vraisemblablement que, dans le cas d’une question fermée,
beaucoup de réponses sont apportées dès qu’une modalité semblant convenir est repérée,
sans attendre de lire les autres. De plus, les questions ouvertes nécessitant le plus souvent la
saisie de deux à quatre chiffres sur le clavier (par exemple pour indiquer un âge ou une année),
elles requièrent un maniement plus long des touches que les questions fermées, pour les­
quelles il suffit d’appuyer sur un chiffre de 1 à 9.
Enfin, le thème de la question est aussi un élément déterminant de la durée de réponse. Il ne sera
pas étudié en tant que tel ici puisque le questionnaire est construit de telle sorte qu’à un thème
correspond une partie du questionnaire : la sexualité d’abord, puis l’alcool, les drogues enfin.
Comment dès lors savoir si les phénomènes repérés sur la partie sexualité sont liés plutôt au
thème abordé, ou bien au fait que les répondants découvrent la manipulation de l’outil avec
GRAPHIQUE 3
Durée moyenne de réponse et du fichier selon la nature et la forme de la question
En secondes
30
Réponse
Fichier son
25
20
15
10
5
0
Datation
Ouvert
Quantification
Ouvert
Datation
Fermé
Factuel
Fermé
Type de questions
Champ • Personnes âgées de 18-75 ans résidant en France en ménage ordinaire.
Sources • Enquête Événements de vie et santé (EVS), DREES, 2005-2006.
Quantification
Fermé
Ressenti
Fermé
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 243
Le comportement des répondants face au questionnaire auto-administré par ordinateur
243
cette partie ? Ces deux aspects sont indissociables ici et, pour pouvoir tirer des conclusions
méthodologiques à ce propos, il faudrait prévoir de passer les modules dans un ordre différent
sur plusieurs sous­échantillons, ce qui n’était pas envisagé pour l’enquête EVS.
Les caractéristiques des questions posées jouent plus que les caractéristiques
sociodémographiques des répondants
L’analyse présentée ci­dessus donne une première idée des facteurs influant sur la durée de
réponse à une question donnée. Cependant, plusieurs des effets décrits sont aussi dus à la
construction du questionnaire : tout le monde ne répond pas aux mêmes questions, les ques­
tions fermées de datation sont plus courtes, etc. Pour tester la significativité de ces caractéris­
tiques et mesurer leur intensité, nous avons isolé les effets propres à chacune de ces dimen­
sions au moyen d’une régression logistique déterminant le risque d’être dans le quartile
supérieur du temps de réponse (soit une durée supérieure ou égale à 19 secondes). Les dimen­
sions introduites dans le modèle caractérisent la personne ayant répondu (âge, diplôme le plus
élevé, nationalité, sexe) et le type de questions (durée du fichier son, ventilée en deux moda­
lités : de 0 à 19 secondes / 20 secondes ou plus2 ; forme de la question : ouverte / fermée ;
nature de la question : datation / factuel / quantification / ressenti ; partie du questionnaire : à
la fois le thème du questionnement et la position des questions dans le questionnaire).
Pour limiter les biais de sélection liés au fait que certaines questions, filtrées par exemple selon
le sexe et l’âge, portent seulement sur des populations de répondants spécifiques, l’analyse se
limite ici aux seules questions non explicitement filtrées par l’âge et le sexe, soit 34 questions
sur les 61 que comporte le questionnaire au total. Sont notamment exclues les questions
concernant les drogues illicites, posées seulement aux 18­64 ans. De ce fait, la variable « par­
tie du questionnaire » ne s’applique dans le modèle qu’aux parties sexualité et alcool.
Toutefois, les résultats présentés ci­dessous sont encore à interpréter avec prudence car, si les
biais liés aux filtres « externes » du questionnaire auto­administré ont été supprimés, il reste
encore des biais liés à des filtres « internes » : le profil des répondants est en effet assez diffé­
rent d’une variable à l’autre. Par exemple, pour la partie alcool, seuls ceux qui répondent posi­
tivement à la question : « Pendant la semaine qui vient de s’écouler, avez­vous bu des boissons
alcoolisées tous les jours ou presque ? » se voient poser la question : « Toujours pendant la
semaine qui vient de s’écouler, combien de verres de boissons alcoolisées avez­vous bus
samedi dernier ? » Étant donné la complexité de ce questionnaire, nous admettrons cette sim­
plification afin de conserver un modèle lisible, tout en gardant en tête cette limite dans l’inter­
prétation des résultats.
Le premier enseignement de ce modèle est que les caractéristiques de la question ont nette­
ment plus d’influence que celles du répondant. « Toutes choses égales par ailleurs », le fait que
la formulation d’un fichier son dépasse 20 secondes multiplie par 13,5 le risque que le temps de
réponse dépasse 19 secondes, ce qui est plutôt rassurant quant à l’attention que les enquêtés
prêtent au texte qui leur est soumis (tableau 2). Ressort également la forte différence de
temps de réponse entre questions ouvertes et fermées. À durée de questionnement et autres
caractéristiques égales, le risque que le temps de réponse dépasse 19 secondes est 19,5 fois
plus élevé pour une question ouverte que pour une question fermée. Ceci confirme ce qui a été
montré précédemment et s’explique par le fait que les questions ouvertes sont plus souvent
lues ou écoutées jusqu’au bout, qu’elles nécessitent plus de temps pour réfléchir avant de
répondre et pour saisir la réponse (la manipulation du clavier pour saisir la réponse peut s’avé­
rer un peu plus délicate).
2. Cette valeur-seuil correspond à une rupture dans la distribution de la durée des fichiers son, et est très proche du seuil
retenu pour la variable expliquée.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 244
Partie 5 - Éclairages méthodologiques
244
TABLEAU 2
Les caractéristiques influant sur la probabilité d’un long temps de réponse à une question
Part des temps
de réponse élevés
(observé)
Probabilité
de présenter
un temps long
de réponse
Rapport
de risques
Population de référence (en %)
6,5
1
Caractéristiques du répondant
%
Écart à la
référence
(en points)
odds ratio
Âge
18-24 ans
20,0
-1,0
25-34 ans
21,5
-0,9
0,8
0,9
35-44 ans
25,2
ref.
ref.
45-54 ans
27,7
1,2
1,2
55-64 ans
29,9
2,2
1,4
65-75 ans
32,5
3,0
1,5
Diplôme le plus élevé obtenu
Aucun diplôme
32,6
1,2
1,2
CEP
33,2
0,9
1,1
Brevet
26,8
-0,8
0,9
CAP, BEP
28,9
ref.
ref.
Bac technique
23,5
-1,4
0,8
Bac général
21,6
-2,3
0,6
Bac + 2
21,8
-2,2
0,6
Bac > 2
20,3
-2,8
0,5
Français de naissance
26,0
ref.
ref.
Étranger / Nationalité inconnue
31,8
2,0
1,3
Français par naturalisation
30,1
1,4
1,2
Femme
25,2
ref.
ref.
Homme
27,8
1,2
1,2
Nationalité
Sexe
Caractéristiques de la question
Durée du fichier son
≤ 19 secondes
13,2
ref.
ref.
≥ 20 secondes
46,7
41,8
13,5
Forme de la question
Question fermée
22,4
ref.
ref.
Question ouverte
42,6
51,0
19,5
ref.
Nature de la question
Question factuelle
26,3
ref.
Question de datation
25,7
-4,1
0,4
Question de quantification
43,7
-3,1
0,5
2,4
-2,9
0,5
ref.
Question de ressenti
Partie du questionnaire
Partie Sexualité
35,6
ref.
Partie Alcool
16,8
-2,6
Population totale
26,4
-
0,6
-
Note • La situation de référence (réf.) est une
question fermée, factuelle, sur le thème de la
sexualité, dont le fichier son dure au plus 19
secondes, à laquelle a répondu une femme
âgée de 35 à 44 ans, française de naissance,
dont le diplôme le plus élevé est un CAP ou
un BEP.
L’odds ratio représente le risque d’être dans
une situation donnée, à autres caractéristiques données. Il s’agit du rapport entre la
probabilité de réponse longue à une question
et la probabilité de réponse courte, pour les
personnes dans une situation donnée, par
rapport aux personnes présentant les caractéristiques prises comme référence. Pour les
personnes de la situation de référence, le
risque est par construction égal à 1.
Lecture • 20 % des questions lues par les 1824 ans nécessitent un temps de réponse d’au
moins 19 secondes ; le fait que le répondant
appartienne à cette catégorie d’âge fait diminuer la valeur de 1,0 point (ou multiplie par
0,8 le risque de dépasser les 19 secondes de
temps de réponse) par rapport à celle de la
situation de référence, les autres caractéristiques de référence restant inchangées
(significatif au seuil de 5 %, de même que
pour tous les écarts en termes de probabilité
et les rapports de risque présentés dans ce
tableau). Pour la population de référence, la
probabilité de présenter un temps long de
réponse à une question est de 6,5 % et le
risque relatif (odds ratio) d’être dans cette
situation vaut 1 par construction.
Champ • Questions non filtrées par l’âge et le
sexe, appartenant à des questionnaires autoadministrés où au moins deux questions ont
été lues, pour lesquels toutes les variables du
modèle sont connues, soit 158 752 questions.
Sources • Enquête Événements de vie et
santé (EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 245
Le comportement des répondants face au questionnaire auto-administré par ordinateur
245
Les autres paramètres influant sur le temps de réponse ont des effets beaucoup moins signifi­
catifs. Concernant la nature de la question, les questions factuelles semblent générer un temps
de réponse plus long, peut­être parce que ces questions peuvent porter sur la déclaration
d’événements délicats, ce qui peut susciter des hésitations ou des inquiétudes, liées par exem­
ple à la confidentialité des réponses. Une fois cette hésitation passée, la datation ou la quanti­
fication des événements est plus rapide et, s’il y a une hésitation sur ces questions, elle pour­
rait davantage être liée à un effort de mémoire. On retrouve ensuite l’influence de la partie du
questionnaire : « toutes choses égales par ailleurs », les enquêtés ont presque deux fois plus
de chances de répondre en plus de 19 secondes dans la partie du questionnaire consacrée aux
comportements sexuels (première partie) que dans la partie consacrée à l’alcool (deuxième
partie). Ceci s’explique sans doute plus par une meilleure adaptation à l’outil informatique au
fur et à mesure de son utilisation, que par un effet purement thématique. Enfin, apparaissent
également, mais en second plan, les effets déjà mentionnés des caractéristiques du répon­
dant : être âgé, peu diplômé, de nationalité étrangère, être un homme sont autant de caracté­
ristiques associées, « toutes choses égales par ailleurs », à des temps de réponse plus longs.
Réécoutes, relectures et corrections
Comme nous l’avons vu, le questionnaire auto­administré a été conçu et programmé pour un
maniement minimal du clavier, afin de toucher les personnes qui n’avaient que peu ou pas uti­
lisé des ordinateurs auparavant. Les enquêtés répondent aux questions posées en utilisant les
chiffres du clavier. Dans le cas d’une question comportant des modalités préétablies, le fait de
saisir une réponse valide fait automatiquement passer à la question suivante, selon le jeu des
filtres. Dans le cas d’une question ouverte, une fois la réponse saisie, elle devait dans certains
cas être validée par la touche « Entrée » pour passer à la question suivante. A minima, il suffisait
donc à l’enquêté de se laisser guider par le questionnement, et d’utiliser exclusivement les
chiffres du clavier et la touche « Entrée ». Cependant, d’autres possibilités étaient également
offertes à l’enquêté :
• lancer la relecture du fichier son de la question à l’aide de la touche F11 (sur laquelle était col­
lée une pastille jaune pour aider à visualiser cette option) ;
• se déplacer dans la partie du questionnaire déjà remplie à l’aide des flèches du clavier pour
relire les questions déjà saisies ;
• éventuellement, par ce moyen, corriger ses réponses, ce qui pouvait avoir une influence sur
les filtres du questionnaire et faire « apparaître » ou « disparaître » des questions.
Lors des tests, la première impression quant à l’aisance de manipulation était plutôt encoura­
geante : « Globalement, la facilité d’utilisation de ce système semble concluante, à l’issue des
deux tests au cours desquels ce questionnaire a été éprouvé, puisque même des personnes
âgées n’ayant précédemment jamais utilisé un ordinateur s’en sont bien accommodées. La cré­
dibilité de la confidentialité semble également probante » (extrait de la note d’information au
comité du label sur le protocole d’enquête). Les données dont nous disposons ici confirment
cette première impression.
Nous parlerons de « réécoute » d’un fichier son lorsque la touche qui permet de relancer la lec­
ture du fichier son est activée et si cette opération est effectuée plus de deux secondes après
la précédente réécoute (pour éliminer les cas de pressions successives et rapprochées sur la
touche jaune ou lorsque la touche est restée enfoncée trop longtemps). On s’intéresse donc
ici à la deuxième écoute (voire davantage), lorsque par exemple la question a été mal com­
prise, ou si un bruit extérieur a perturbé la première écoute.
Nous parlerons de « relecture » d’une réponse saisie si la question est déjà remplie à l’arrivée du
curseur permettant de la modifier, si le curseur est resté au moins une seconde sur le champ et si
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 246
Partie 5 - Éclairages méthodologiques
246
la question comporte toujours la même réponse lorsqu’on passe à la question suivante. La
contrainte de passage d’une seconde au moins sur la question est introduite car il faut parfois
remonter nettement avant la question en cours de remplissage pour accéder à celle que l’en­
quêté souhaite revoir. Dans ce cas, on observe des passages dans la même seconde sur les ques­
tions rencontrées « en cours de route », puis un temps plus long sur la question réellement relue.
Nous parlerons de « correction » d’une réponse donnée lorsque la question est déjà rensei­
gnée à l’arrivée du curseur et qu’elle comporte une valeur différente en sortie. A priori, l’en­
quêté revient sur un champ pour y modifier la valeur précédemment saisie afin de corriger une
faute de frappe ou modifier sa réponse par exemple.
La grande majorité (60 %) des questionnaires auto­administrés se sont déroulés de façon
linéaire, sans relectures ou corrections des réponses déjà saisies, ni réécoutes des questions.
Dans ce cas, ils sont en moyenne plus courts (5 min 45 s) que l’ensemble (6 min 17 s). Seuls 3 %
des questionnaires cumulent les trois phénomènes ; ils atteignent alors près de 9 minutes en
moyenne. En revanche, la présence d’au moins un des trois éléments est fréquente.
La réécoute d’au moins une question est observée dans un quart des questionnaires (24,5 %),
la relecture dans 16,9 % des cas et la correction dans 15,4 % des cas. La présence d’au moins une
relecture et une correction sont liées, puisque corriger une valeur nécessite de se déplacer
dans le questionnaire, et se déplacer dans le questionnaire peut amener à relire ses réponses.
L’enquêté peut réécouter plusieurs questions, relire et corriger plusieurs réponses. On définit
alors des indicateurs pour mesurer l’intensité de ces phénomènes (encadré 2).
En moyenne, lorsque les enquêtés ont réécouté des questions, ils en ont réécouté 2,1 – soit la
même question a été réécoutée plusieurs fois, soit plusieurs questions ont été réécoutées. La
relecture a été plus intense (intensité moyenne de 3,6) et la correction moins dense (une seule
variable corrigée en moyenne). Ces trois indicateurs se comportent globalement de la même
manière : ils sont plus élevés pour les femmes, les personnes âgées, les étrangers et les per­
sonnes peu diplômées. L’intensité de réécoute plus élevée chez les étrangers et les personnes
âgées peut signaler des difficultés de compréhension. Alors qu’il y a davantage de question­
naires avec au moins une réécoute que de questionnaires avec au moins une relecture, l’inten­
sité de réécoute par variable est inférieure à l’intensité de relecture. Ceci signifie qu’un nom­
bre important de relectures sont concentrées sur peu de questionnaires, et que donc, pour
schématiser, quand on commence à savoir se déplacer dans le questionnaire ou à en éprouver
le besoin, on en profite pour relire plusieurs questions.
L’intensité de correction, et plus encore l’intensité de réécoute sont très hétérogènes d’une
question à l’autre, et font ressortir des spécificités liées à certaines questions. Les modélisa­
ENCADRÉ 2
Indicateurs d’intensité de réécoute, relecture et correction des questionnaires
auto-administrés
Intensité de réécoute =
Nombre de réécoutes du fichier son associé à la variable
x 100
Nombre de QAA où la variable est lue au moins une fois
Intensité de relecture =
Nombre de relectures de la variable
x 100
Nombre de QAA où la variable est lue au moins une fois
Intensité de correction =
Nombre de corrections de la variable
Nombre de QAA où la variable est lue au moins une fois
x 100
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 247
Le comportement des répondants face au questionnaire auto-administré par ordinateur
247
tions de la probabilité de l’occurrence d’au moins une réécoute, une relecture ou une correc­
tion soulignent une fois encore le profil spécifique des questions ouvertes, qui multiplient les
chances d’observer les trois phénomènes : « toutes choses égales par ailleurs », une question
ouverte a 8 fois plus de chances d’être corrigée qu’une question fermée – ce peut être simple­
ment pour corriger des fautes de frappe ou pour changer totalement la réponse. Les per­
sonnes âgées et les étrangers sont davantage enclins aux réécoutes, relectures et corrections,
et le fait d’être pas ou peu diplômé augmente les chances de réécoute et de relecture. Il est
aussi intéressant de noter que les relectures sont plus fréquentes quand le « premier passage »
était très rapide ou très long (quartiles 1 et 4), et que la probabilité d’apporter des corrections
est plus forte quand une plus grande durée du fichier son est associée à une durée de réponse
faible, ce qui suggère que des corrections pourraient succéder à des réponses trop rapides
(suivies de remords) à des questions complexes. Par exemple, la question sur le nombre de
tests de dépistage du sida effectués, suivie de la datation des tests (ou du dernier test), semble
avoir généré des corrections assez nombreuses en faveur du remplacement d’une réponse
positive chiffrée par une non­réponse (non­déclaration de tests de dépistage). En revanche, les
effets de remords (réponses apportées puis supprimées) sont très limités dans les questions
de déclaration de consommation de cannabis ou d’autres drogues.
Les abandons, plus fréquents au tout début du questionnaire
Nous nous intéressons désormais à la non­réponse partielle3 dans le questionnaire administré,
qui se traduit par des interruptions en cours de questionnaire – il n’était en effet pas possible
de « sauter » une question puis de continuer. Il s’agit ici d’analyser si certaines parties du ques­
tionnaire ont pu particulièrement la provoquer.
Parmi les questionnaires dans lesquels au moins deux questions ont reçu une réponse, 2,2 %
ont été interrompus avant la fin. Ce taux augmente régulièrement avec l’âge du répondant. Il
atteint 6,6 % chez les personnes âgées de 65 à 75 ans, pour lesquelles le questionnaire était
pourtant plus court (seules les personnes de 18 à 64 ans étaient interrogées sur la consomma­
tion de drogues illicites) (tableau 3).
« Toutes choses égales par ailleurs », l’âge reste un déterminant majeur de l’abandon en cours
d’enquête : l’abandon est plus fréquent parmi les personnes de 55­64 ans, et plus encore parmi
celles de 65­75 ans. L’appartenance à une nationalité étrangère et l’absence de diplôme aug­
mentent également les risques d’abandon, notamment parce que, comme l’avaient souligné
des enquêteurs lors des tests, les difficultés en langue française ne leur permettent pas de
répondre seules au questionnaire, comme le prévoyait le protocole4. Le sexe de la personne
interrogée et la durée de l’entretien en face à face qui précédait le questionnaire auto­adminis­
tré n’exercent en revanche pas d’influence significative sur le risque de non­réponse partielle :
on aurait pu craindre un effet de lassitude après un entretien déjà long, entraînant un nombre
d’abandons important au cours de l’auto­questionnaire, mais cela n’a pas été le cas.
La non­réponse partielle est massivement concentrée sur les premières questions du question­
naire (rappelons que notre définition exclut déjà les questionnaires où une seule variable a été
lue, soit environ 170 questionnaires). Dans plus des trois quarts des questionnaires interrompus,
quatre questions au plus ont été lues. Ceci est plutôt rassurant vis­à­vis de la construction du
questionnement : un pic flagrant d’abandons au milieu du questionnaire aurait signifié un fort
3. Il n’est évidemment pas question ici de non-réponse totale, pour laquelle il n’y a pas de collecte, donc pas de journal
des événements associés à la collecte.
4. En cas de difficultés telles, les enquêteurs ne doivent pas aider les enquêtés, d’où l’abandon. Pour les raisons méthodologiques et juridiques expliquant le rigueur de ce protocole (auto-administration stricte, aucune communication des
réponses à l’enquêteurs), voir l’article p. 53.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 248
Partie 5 - Éclairages méthodologiques
248
rejet lié à un thème ou à une question. Ici, les personnes qui ont abandonné le questionnaire
auto­administré en cours l’ont vraisemblablement fait soit par lassitude, soit par incompréhen­
sion, soit par peur de manipuler l’outil informatique, soit parce qu’elles ont été choquées par les
premières questions. On peut donc penser qu’elles auraient abandonné quelle que soit la
construction du questionnaire.
Quand les abandons ne surviennent pas immédiatement après l’ouverture du questionnaire,
ils se trouvent répartis de manière assez homogène sur les deux blocs de questions
suivants (interruptions volontaires de grossesse et tests de dépistage du sida d’une part,
début de la partie sur l’alcool d’autre part). On peut en conclure que, si les enquêteurs arrivent
à convaincre les enquêtés réticents de passer le cap des premières questions, les cas d’aban­
don sont ensuite très rares, malgré le caractère sensible des trois thèmes abordés. C’est, là
encore, un élément encourageant quant à l’adhésion des enquêtés au protocole, à sa crédibi­
lité et aux sujets abordés.
Conclusion
L’exploitation du journal des événements (fichier ADT) associé à l’enquête confirme l’impres­
sion encourageante laissée lors des tests quant au bon déroulement de cette partie de la col­
lecte très novatrice car directement réalisée par l’enquêté sur ordinateur. Ainsi, aucune question
ne semble avoir posé de difficultés de compréhension manifestes, qui auraient provoqué des
TABLEAU 3
Les caractéristiques des enquêtés corrélées à la non-réponse partielle
au questionnaire auto-administré (QAA)
Population de référence
Part des
questionnaires
interrompus
(observé)
0,7
Probabilité
d’interrompre
le QAA
Rapport de
risques
(odds ratio)
1
%
Écarts à la
référence
(en points)
18-24 ans
0,3
ns
ns
25-34 ans
1,0
ns
ns
35-44 ans
1,1
ref.
ref.
45-54 ans
1,3
ns
ns
55-64 ans
2,9
+0,9
2,2
65-75 ans
6,6
+2,7
4,8
Aucun diplôme
5,6
+1,2
2,6
CEP
5,0
+0,7
2,0
Brevet
1,9
ns
ns
CAP, BEP
1,4
ref.
ref.
Bac technique
0,5
ns
ns
Bac général
0,7
ns
ns
Bac + 2
1,1
ns
ns
Bac > 2
1,0
ns
ns
ns : non significatif.
1,9
ref.
ref.
Etranger / Nationalité inconnue
6,5
+1,4
3,0
Champ • Répondants à au moins deux questions du questionnaire auto-administré, pour lesquels toutes les variables du modèle sont
connues, soit 8 893 personnes.
Français par naturalisation
3,4
ns
ns
Population totale
2,2
-
-
Caractéristiques du répondant
Âge
Diplôme le plus élevé obtenu
Nationalité
Français de naissance
Note • La situation de référence est une femme
âgée de 35 à 44 ans, possédant comme diplôme
le plus élevé un CAP ou BEP, française de naissance, et ayant eu une durée d’entrevue en face
à face avant le QAA dans le 2e quartile.
Lecture • Parmi les répondants de 55 à 64 ans,
2,9 % n’ont pas répondu jusqu’au bout du QAA ;
le fait d’appartenir à cette catégorie d’âge fait
augmenter la valeur de 0,9 point (ou multiplie
par 2,2 les risques de ne pas répondre jusqu’au
bout) par rapport à celle de la situation de référence, les autres caractéristiques de référence
restant inchangées (significatif au seuil de 5 %).
Variables explicatives introduites dans le
modèle : âge, sexe, diplôme le plus élevé, nationalité, durée de l’interview en face à face.
Sources • Enquête Événements de vie et santé
(EVS), DREES, 2005-2006.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 249
Le comportement des répondants face au questionnaire auto-administré par ordinateur
249
interruptions en nombre ou auraient donné massivement lieu à des corrections. L’analyse pré­
sentée fait apparaître que, de manière générale, les questions ouvertes génèrent des temps de
réponse plus longs et des manipulations du clavier plus nombreuses.
Deux populations spécifiques se détachent sur chacun des thèmes analysés : les personnes
âgées de plus de 55 ans et les étrangers. Pour ces derniers, des améliorations peuvent être
mises en œuvre : ainsi l’enquête Cadre de vie et sécurité (CVS), qui reprend depuis janvier 2007
la même technique de questionnement auto­administré, couvre mieux le champ des répon­
dants non francophones grâce à la traduction des fichiers sons dans plusieurs langues (par
exemple, allemand, arabe, portugais, turc). Pour les plus de 55 ans, rien n’a encore été prévu
à ce jour dans les expériences ultérieures, mais on pourrait notamment mettre en œuvre une
taille de police plus grande à l’écran.
BIBLIOGRAPHIE
Ali J., 2003, « Data quality monitoring using the Blaise audit trail », SSC Annual Meeting,
Proceedings of the Survey Methods Section, p. 127-132.
Auriat N., 1996, « Les défaillances de la mémoire humaine : aspects cognitifs des enquêtes
rétrospectives », Travaux et documents, PUF-INED, n°136, 204 p.
Bart O., 2007, « Analyse du comportement des répondants lors de la collecte du questionnaire
auto-administré de l’enquête Événements de vie et santé », Mémoire FCDA, ENSAI, août,
87 p.
Beck F., Legleye S., Spilka S., 2006, « Les drogues à 17 ans. Évolutions, contextes
d’usages et prises de risque », Tendances, OFDT, n°49.
Beck F., Peretti-Watel P., 2001, « Les usages de drogues illicites déclarés par les adolescents selon le mode de collecte », Population, vol. 56, n° 6, 2001, pp. 963-986.
Brown E., Jaspard M., Schiltz M.-A., 2000, « Enquête nationale sur les violences envers
les femmes en France (Enveff) : un protocole de collecte spécifique pour un sujet vaste
et sensible », Conférence AISO 2000 Statistique, développement et droits de l’homme.
Gatward R., 2001, « Audio-CASI with Challenging Respondent », Proceedings of the 7th
International Blaise Users Conference, p. 220-231.
Hansen S.E., Marvin T., 2001, « Reporting on Item Times and Keystrokes from Blaise Audit
Trails », Proceedings of the 7th International Blaise Users Conference, p. 320-335.
Jaspard M. et l’équipe Enveff, 2001, « Nommer et compter les violences envers les
femmes : une première enquête nationale en France », Population et sociétés, n° 364,
janvier.
Lapierre B., Meyer S., 2006, « Using the Audit Trail Data To Evaluate the Quality of Collection of the Canadian National Longitudinal Survey of Children and Youth », 2006
Joint Statistical Meeting Abstract Book, p. 234.
Penne M. A., Snodgrass J., Barker P., 2003, « Analyzing Audit Trails in the National Survey on Drug Use and Health (NSDUH) », Proceedings of the 8th International Blaise
Users Conference, p. 155-174.
Riandey B., Firdion J.M., 1993, « Vie personnelle et enquête téléphonique. L’exemple de
l’enquête ACSF », Population, 5, pp. 1257-1280.
Riandey B., Schiltz M.A., 2004, « Expérience d’enquêtes sensibles en France », Symposium
2004 : Méthodes innovatrices pour enquêter auprès des populations difficiles à joindre.
Rogers S., Gribble J., Turner C., Miller H., 1999, « Entretiens auto-administrés sur ordinateur
et mesure des comportements sensibles », Population, vol. 54, n° 2, 1999, pp. 231-250.
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 250
ensemble_19_10:EVS 09/11/2010 16:15 Page 251
L’accompagnement clinique des enquêteurs
de l’INSEE tout au long de l’enquête EVS :
un dispositif original*
Karine SANSON et Éric GANTIER
Un dispositif d’accompagnement psychologique innovant a été mis en place
pour les enquêteurs et gestionnaires d’enquêtes chargés de collecter
les données de l’enquête Événements de vie et santé (EVS). L’objectif était
de répondre aux inquiétudes exprimées en amont par ces professionnels,
pour la réalisation d’une enquête appréhendée comme « sensible ».
Plus précisément, il s’agissait de soutenir et d’accompagner les enquêteurs
dans leur travail d’appropriation et de passation de l’enquête EVS.
Dans ce chapitre, les psychologues responsables de l’élaboration
et de la coordination du dispositif présentent les aspects méthodologiques
et théoriques de ce dispositif et tirent un certain nombre d’enseignements
de cette expérience, au regard des jugements émis par les enquêteurs.
Le dispositif apparaît globalement favorable, son utilité étant largement
reconnue par les enquêteurs. Il a surtout permis de faire émerger
une réflexion sur ce que pourrait apporter ce type d’accompagnement
professionnel &a