Projet physique

Projet physique
Projet
physique
Conception et réalisation d’un banc
d’étalonnage de capteur accéléromètrique.
NAZAROI Iulian, NI Lu, LIU Yanchen et COURBE Baptiste.
15/06/2012
Table des matières
Introduction............................................................................................................................................. 3
1) Accéléromètre ................................................................................................................................. 3
Principe ............................................................................................................................................ 3
Accéléromètres non asservis ........................................................................................................... 3
Accéléromètres piézoélectriques .................................................................................................... 4
2) Etalonnage....................................................................................................................................... 4
I) Phase de préparation ........................................................................................................................... 6
1) Les attentes .................................................................................................................................... 6
2) La conception .................................................................................................................................. 6
3) Les premiers problèmes rencontrés ............................................................................................... 8
II) La réalisation ....................................................................................................................................... 8
1) Le cahier des charges ...................................................................................................................... 8
2) Le montage ...................................................................................................................................... 8
3) De nouveaux problèmes ................................................................................................................. 9
III) Phase de test .................................................................................................................................... 10
IV) Organisation générale ...................................................................................................................... 17
1) Le planning .................................................................................................................................... 17
2) Le travail pendant les séances ...................................................................................................... 17
Conclusion ............................................................................................................................................. 18
1
Remerciements
Nous remercions vivement Monsieur Gautrelet, pour son encadrement et son aide
tout au long de ce projet.
Nous souhaitons aussi remercier Monsieur Pégard, pour la fabrication des pièces que
nous avons conçues.
2
Introduction
Notre projet s’intitule « conception et réalisation d’un banc d’étalonnage de capteurs
accéléromètriques » et comme son nom l’indique notre but final est de pouvoir étalonner
des accéléromètres pour déterminer s’ils sont parfaitement réglés ou au contraire
totalement déréglés. Le travail demandé est donc à la fois de nature conceptuelle (création
du banc d’étalonnage), théorique (formules et relations liées aux accélérations et vibration)
et expérimentale (réalisation des tests sur différents accéléromètre). C’est pourquoi notre
projet est particulièrement complet. Nous disposions de 1h30 par semaine chaque vendredi
matin pour avancer ce projet.
Avant de commencer ce rapport, nous voulions connaitre en détail la définition et le
mode de fonctionnement d’un accéléromètre et d’un banc d’étalonnage. Après quelques
recherches sur internet et dans les techniques de l’ingénieur, nous sommes arrivés aux
définitions suivantes :
1) Accéléromètre
Un accéléromètre est un capteur qui mesure
l'accélération linéaire dans une ou plusieurs directions. Il est
souvent fixé à un mobile dont on veut connaitre l’accélération
pour des études de vibrations ou de diagnostic machine.
Principe
Le principe de l’accéléromètre ressemble à un
système masse-ressort. Par exemple dans cette image-ci, la
position verticale x de l’objet est la distance à partir de la
position d’équilibre, où x0=0. Si le support déplace vers le
haut avec une accélération, à cause de l'inertie, la masse m
va avoir une tendance à revenir à x0, comprimant le ressort
par conséquence.
A l'aide du principe fondamental de la dynamique, on peut montrer que : mx''+kx=0, avec x''
l'accélération de la masse m et x la distance par rapport à l’équilibre. Donc si on connait la
masse m et la raideur k, c’est très facile de calculer l’accélération en mesurant x.
Accéléromètres non asservis
Il y a deux grandes familles d'accéléromètres: les accéléromètres non asservis et les
accéléromètres à asservissement. L’accéléromètre que l’on utilise dans ce projet est
l’accéléromètre non asservis.
Pour les capteurs de type non asservis, la mesure de l'accélération applique directement le
principe fondamental de la dynamique : on mesure le déplacement de la masse sismique du
capteur et résout l’équation de l’égalité entre la force de rappel et sa force d'inertie.
3
Accéléromètres piézoélectriques
Plus précisément, ce que l’on utilise
dans
cette
recherche
est
l’accéléromètre
piézoélectrique,
qui est un type des accéléromètres
non asservis. Il existe certains
cristaux (quartz, sel de Seignette) et
certaines céramiques qui ont la
propriété
de
se
charger
électriquement lorsqu'elles sont
déformées et aussi de se déformer
si on les charge électriquement. C’est un phénomène réversible. La force est exercée sur la
masse sismique pendant le déplacement. Une métallisation des faces permet de recueillir
une tension électrique qui pourra être utilisée dans un circuit et donnera le signal.
2) Etalonnage
L'étalonnage consiste à faire une suite d'opérations techniques permettant d'établir
une relation entre la grandeur électrique mesurée et la grandeur mécanique appliquée.
Grâce à cette opération, on peut ainsi déterminer la sensibilité de l'accéléromètre que l'on
souhaite étalonné. Ainsi on voit si le capteur est déréglé et quel facteur de correction sur la
bande de fréquence utile on doit lui appliquer.
On faire différentes hypothèses quant au déréglage :
Il peut y avoir un même décalage sur toute la plage de mesure,
Il peut exister une zone de fréquence ou le capteur est totalement déréglé,
Le capteur peut-être tout simplement cassé et donc ne donner que de fausse mesure.
Pour notre projet, nous avons choisi, avec les conseils de notre encadrant, d'utiliser la
méthode de l'étalonnage relatif. C'est à dire que l'on compare les grandeurs électriques de
sortie enregistrées par le capteur que l'on veut étalonner à celles d'un capteur étalon,
lorsque les deux accéléromètres sont soumis à une même accélération. Il sera donc possible
de les comparer et d’en déduire la sensibilité du capteur à étalonner. Cependant, on prévoit
aussi d’intégrer un vibromètre pour aussi faire un
étalonnage et ainsi obtenir plus de précision dans
nos résultats. De plus, grâce à cet appareil, nous
pourrons aussi voir si l’accéléromètre étalon fait
toujours de bonnes mesures. Cet accéléromètre de
référence sera aussi envoyé régulièrement pour
étalonnage dans un laboratoire certifié.
Accéléromètre mono-axe
4
Mais d'abord expliquons ce qu'est un
accéléromètre étalon. Ce sont les accéléromètres
qui possèdent les meilleures caractéristiques
métrologiques dans leur domaine d'utilisation
(hautes, moyennes ou basses fréquences).
Pot vibrant
Fiche du capteur
Pour réaliser cet étalonnage, nous allons réaliser un banc d’essais. Pour créer une vibration,
nous allons utiliser un excitateur électrodynamique (pot vibrant) qui va générer une
accélération sinusoïdale grâce à un GBF. Puis grâce à un montage dit dos-à-dos, c’est-à-dire
que le capteur à étalonner et le capteur étalon sont fixés l’un sur l’autre ou sur le même
bâtis et donc sont soumis à la même sollicitation. Ainsi, avec les mesures enregistrées, nous
pourrons obtenir la sensibilité du capteur à étalonner. De plus, nous prévoyons de réaliser ce
banc d’essais sur un bloc de matière suffisamment massif et suspendu pour éviter que les
mesures soient altérées par d’autre type de vibrations telles que les pas, les vibrations
émises par les appareils environnant notre système.
Un banc d’essais (ici le
vibromètre est à droite et le pot
vibrant, lui, est à droite)
5
I) Phase de préparation
1) Les attentes
Lors de la première séance de P6, nous nous sommes présentés et le professeur nous
a clairement expliqué ses attentes concernant le projet. Notre groupe ainsi constituer de 4
personnes était désormais près pour la conception et la réalisation d’un banc d’étalonnage
d’accéléromètre. L’encadrant voulait qu’à la fin de ce projet nous soyons capables de
pouvoir comparer ses accéléromètres à un autre dit d’étalon. L’accéléromètre étalon fut
choisi par le professeur et c’est un accéléromètre piézoélectrique de PCB pour système
d’étalonnage (voir facture en annexe). Ainsi, il pourrait trier les accéléromètres en fonction
de leurs plages de fonctionnement et surtout leur appliquer un facteur correctif pour
compenser les défauts. Plusieurs ébauches d’idées se sont alors échangées. Nous voulions
un système simple et rapide d’utilisation pour qu’élèves comme professeurs puissent
étalonner des accéléromètres. De plus, pour garantir une plus grande précision, le
professeur nous a conseillé de prévoir une deuxième méthode d’étalonnage sur le même
banc.
La réussite de ce projet peut être schématisée par ce diagramme :
Avec les grandes lignes de ce diagramme, dès lors de la première séance, nous nous
sommes vite organisés en planifiant et répartissant les taches.
2) La conception
Nous avons commencé la conception de notre banc dès la deuxième semaine de
cours. Le professeur qui nous encadrait nous à proposer de réaliser notre montage sur une
plaque existante. Nous nous sommes donc adaptés aux dimensions de celle-ci.
Dans un premier temps, nous avions opté pour un système totalement fixe. C’est-àdire que le pot vibrant, le vibromètre et tous les éléments soient fixes sur la plaque.
Cependant, le professeur, après discussion, nous a conseillé de mettre le vibromètre sur un
système de coulisse. En effet, grâce à ce dernier, nous pourrons plus facilement faire varier
la distance accéléromètre-vibromètre et ainsi obtenir les 232 mm nécessaire à une mesure
correcte par le vibromètre.
6
Dessin crayon ébauche
Avant tout perçage sur la plaque, nous avons dessiné toutes les pièces et fait un
assemblage sur SolidWorks. Lors de cette étape, on a remarqué qu’il fallait un support pour
le vibromètre ainsi qu’un autre pour le pot vibrant. Nous avons donc fait la conception des
deux pièces. De plus il nous fallait une vis qui fasse la jonction entre le pot vibrant et
l’accéléromètre étalon, mais lors de la conception nous n’avions pas d’information
concernant le pas de vis de l’accéléromètre étalon.
Concernant le support du vibromètre, il fallait qu’il s’adapte parfaitement au support
coulissant. De plus, on devait avoir
accès facilement à la roulette du
support coulissant. Enfin, nous ne
devions pas oublier de faire des
perçages pour pouvoir fixer le
vibromètre à notre support.
A gauche, vous pouvez ainsi voir
notre pièce sur SolidWorks.
Pour le support du pot vibrant, nous avions moins de contraintes. Cependant, sa
hauteur était primordiale. En effet, autant nous pouvions jouer avec la distance vibromètreaccéléromètre, mais en aucun cas avec l’alignement des deux. Ainsi pour que le pot vibrant
soit coaxial au faisceau laser du vibromètre,
nous avons dû créer un support de 31,5 mm de
hauteur. De plus, nous devions percer quatre
trous pour fixer le pot à la plaque.
A côté, vous pouvez trouver notre pièce encore
une fois sur SolidWorks.
De plus, vous pouvez consulter les plans de pièces qui ont été envoyé à la production
en annexe.
7
3) Les premiers problèmes rencontrés
Une fois le support du vibromètre créé, nous nous sommes aperçu que l’accès à la
molette du support coulissant était à la fois difficile car pas assez large mais aussi
dangereuse puisque les angles étaient coupants et piquants. D’un commun accord entre le
responsable de fabrication de nos pièces et nous, la pièce fut modifiée. En effet, ses angles
dangereux furent redécoupés et limés pour éviter pour tous blessures de l’utilisateur et
faciliter l’accès à la molette.
En commençant à tracer la place de différents éléments, nous nous sommes rendu
compte que les côtés de la plaque n’étaient pas parallèles. C’est pourquoi avant de percer
l’emplacement de fixation des éléments, nous avons tracé un trait droit sur lequel nous
allons nous baser pour tracer et percer l’emplacement des fixations.
II) La réalisation
1) Le cahier des charges
Nous avons réalisé un cahier de charge avec toutes les attentes du professeur. Ainsi
nous rendions clairs nos objectifs et nos délais. De plus, cela présente notre travail de
manière plus professionnel. Nous avons endossé le rôle du concepteur et considéré
l’encadrant comme un client. L’intégralité de notre cahier de charge se trouve en annexe.
2) Le montage
Dans cette partie on montera comment a été réalisée la partie pratique de notre
projet, c’est à dire la réalisation d'un banc d'étalonnage de capteurs accéléromètriques.
La plaque métallique avec des pieds
Après avoir fait une approche générale de ce
qu'est
un
banc
d’étalonnage,
un
accéléromètre et les autres composants du
montage et comment ils fonctionnent (en
effet, les premières séances a été consacré à
cette tâche), nous sommes passé à la
réalisation du montage demandé. Comme le but de ce projet est la mesure de la vibration
d’un accéléromètre, il fut très important que le montage soit installé sur un support stable et
qu’il ne soit pas influencé par des facteurs extérieurs, telle que les vibrations causées par les
pas ou encore par les coups sur la table. C’est pour cette raison qu’une plaque métallique
lourde avec des pieds en élastomère a été utilisée à cet effet. Ainsi, le poids de notre plaque
est d’environ 32 kg.
8
Platine de translation
En vue de pouvoir régler la distance entre le potvibrant et le vibromètre, nous avons donc utilisé une
platine de translation sur laquelle va être mis le
vibromètre. Nous ne pouvions pas mettre le vibromètre
directement sur la platine de translation, c’est pourquoi
nous avons utilisé la plaque métallique mince de dimension 25x12 cm, réalisée dans la partie
conception, comme support de vibromètre. Cependant l’utilisation
de la platine de translation a généré un autre problème: il été
impossible d’avoir la même hauteur entre le vibromètre et le potvibrant (nécessaire pour pouvoir mesurer l’accélération), afin de
résoudre ce problème, nous avons utilisé l’autre plaque réalisée
dans partie conception, celle-ci en plastique, suffisamment épaisse
pour pouvoir augmenter la hauteur du pot-vibrant.
La plaque support du pot-vibrant
Ensuite, il fallait positionner correctement les composants du montage sur la plaque
métallique, ainsi avant tout, nous avons tracé une ligne droite parallèle au bord latéral de la
plaque et nous avons mis le vibromètre
fixé sur la platine de translation et le potvibrant le long de cette ligne à la distance
nécessaire l’un de l’autre (même si nous
pouvons toujours jouer avec cette
distance). Ensuite nous avons noté les
points où il fallait faire des trous pour fixer
tous les nos éléments. La fixation de tous
les éléments s’est fait grâce à des vis de
différentes tailles.
3) De nouveaux problèmes
Une fois le montage fait, nous avons voulu vérifier l’alignement du vibromètre et du
pot vibrant. Cependant, une fois allumé, nous avons constaté que le laser avait un léger
décalage par rapport au centre du pot vibrant. Mais on jouant avec les fixations du
vibromètre sur son support, nous avons réussi à obtenir l’alignement correct.
Un autre point nous a posé problème. Nous avons découvert à sa réception que
l’accéléromètre étalon était vraiment plus grand et plus lourd que nous l’imaginions. De ce
fait, nous avons changé l’inclinaison du pont vibrant. Nous l’avons passé d’une position
horizontale à une position verticale pour réaliser les premiers tests. Nous repasserons peutêtre en position horizontale avec la création de la vis de jonction pot vibrant- accéléromètre
étalon
9
III) Phase de test
Nous étalonnons l'accéléromètre par la méthode relative, soit avec un accéléromètre
standard soit à l'aide du vibromètre.
L'ordinateur est branché au système d’acquisition SIGLAB qui
donne un signal pour contrôler le vibrateur et reçoit des
signaux donnés par des accéléromètres ou le vibromètre. Des
signaux sont traités ensuite par un programme Matlab.
Il y a un amplificateur de puissance dans la liaison entre le
SIGLAB et le vibrateur. La charge (le signal) original donné par
le SIGLAB n'est pas suffisamment grand pour propulser le
vibrateur, il faut donc augmenter la puissance par un
amplificateur.
On utilise la vis ou la colle pour fixer deux accéléromètres au
pot vibrant. Quand le vibrateur est excité par la tension sortie
de l'amplificateur, il vibre et les accéléromètres vont mesurer
l’accélération de cette vibration.
Le principe d'étalonnage en utilisant le vibromètre est de
même que la méthode relative. En remplaçant l'accéléromètre
standard par le vibromètre, on le branche aussi à une entrée
du SIGLAB. Le plaque en dessous peut être déplacée pour avoir
une meilleur distance entre le pot vibrant et le vibromètre,
ainsi donner le résultat plus précis.
Nous utilisons le logiciel
matlab ( siglab ) pour
comparer et traiter des
signaux.
10
Puis on saisit "sigdemo" dans le MATLAB pour apparaître cette interface et on choisit le
mode VNA (analyseur de spectre) dans Network.
Dans la fenêtre en haut à droite, on modifie des paramètres
pour contrôler le pot vibrant. Ici on choisit un signal sinusoïdal
de fréquence [100Hz à 5000Hz] avec une amplitude de 0.25 V.
2048 échantillons sont émis dans une période pour que une
période de l'image soit parfaitement dans le cadre
d'observation.
La fenêtre en bas à gauche est pour ajuster les images. On trouve
que des images sont bien observées en utilisant ces paramètres,
par exemple 0,63V maximum pour l'axe vertical.
11
On a finalement deux images (soit des signaux de deux accéléromètres, soit des signaux de
l'accéléromètre et du vibromètre). Comme on choisit le temps pour l’axe x, les images ici
sont présentées temporellement. Nous pouvons récupérer des données en appuyant sur le
bouton "Stop" et puis "Avg" qui donne une valeur moyenne sur 20 acquisitions.
On retourne à MATLAB pour travailler sur ces données.
On commence par enregistrer les mesures dans une variable qui s'appelle "data" :
12
Ici ce sont tous les types de données que l’on peut obtenir à partir des mesures :
Puis on sauve le data dans un fichier de MATLAB :
Pour savoir si un accéléromètre fonctionne bien dans une certaine gamme du spectre, la
chose la plus importante est de déterminer sa sensibilité. Sachant que la formule pour
calculer la sensibilité est : S2 = S1 * (V2 / V1),
avec : S2 la sensibilité de l'accéléromètre à mesurer
S1 la sensibilité de l'accéléromètre référentiel
(V2/V1) la correction (de l'amplitude). Si ce coeffcient est à 1 sur la bande de
fréquence, c’est qu’il y a correspondance entre le signal de référence et le signal de
l’accéléromètre testé. La conclusion est que l’accéléromètre testé n’a pas besoin de
correction. Sinon, on détermine le facteur de correction à lui appliquer.
MATLAB nous permet de calculer l'étalonnage.
On charge le fichier :
La sensibilité de l'accéléromètre de référence est donnée par son cahier de spécifications :
13
On obtient le spectre de chaque fréquence (fft1, fft2) en utilisant la transformation de
Fourier (Fast Fourier Transfom) et on a une matrice des fréquences (freq) :
On affiche les amplitudes et les phases dans la même image fréquentiellement :
On peut constater que il y a un écart entre les amplitudes mais les phases sont presque les
mêmes.
On calculer et affiche, par la suite, la correction amplitude :
14
On affichage la correction phase avec la même méthode :
Ce que nous intéresse c'est la correction amplitude, on calcule la sensibilité à l'aide de cette
correction :
On ne tient pas compte des mesures de 0 à 100 Hz, la bande de fréquence testé étant
de100Hz à 5000Hz.
15
Après avoir modifié un peu de l'échelle de chaque axe, on a une image finale de la correction
que l’on doit appliquer à l'accéléromètre testé.
En conclusion, nous avons obtenu la sensibilité exacte du l’accéléromètre après avoir fait
notre test et avoir appliqué la correction que nous avons précédemment calculée.
16
IV) Organisation générale
1) Le planning
Semaine
Recherche bibliographique
Rédaction du cahier des charges
Conception
Réalisation
Test
Rédaction du rapport et de la soutenance
6
7
8
11 12 13 14 16 19 21 22 23 24
Première séance dédiée à l'explication du projet
Dès la première séance de projet physique, nous avons constitué une ébauche de
planning pour que nous soyons organisés. Cela nous permettait d’avoir une ligne directrice à
suivre et de savoir où nous en étions globalement. Ce planning a évolué au cours des
séances à cause du retard ou de l’avance sur certains objectifs. Nous avons donc pris
conscience que le temps qui nous était donné n’était pas aussi conséquent que nous avions
pensé.
2) Le travail pendant les séances
Pour optimiser notre temps, nous nous sommes très vite séparés les tâches quand
cela était possible. De plus, il faut savoir que chaque séance commençait par un bilan de ce
qui avait été fait jusqu’à présent. Puis, nous définissions les objectifs de la séance. En effet,
après avoir fait des recherches chacun de notre côté sur le fonctionnement d’un
accéléromètre ou encore les différentes méthodes d’étalonnage, nous avons mis en
commun ces recherches. Ensuite, nous nous sommes attaqués à la rédaction du cahier de
charge ensemble pour qu’il soit rapidement fini.
Ensuite, le travail a été divisé en deux groupes : une partie concevait le banc
d’étalonnage quand l’autre partie travaillait sur sa réalisation. Ainsi, le banc fut rapidement
monté, ce qui nous laissa un peu de temps pour corriger les erreurs d’alignement décrites
dans la partie réalisation.
Enfin, dans notre groupe, personne n’a pris le rôle de chef. La répartition des taches
à réaliser s’est fait selon les compétences et les affinités de chacun. De plus, la solidarité et
l’entraide fut la pierre angulaire de la réussite de ce projet.
17
Conclusion
Les objectifs principaux de notre projet ont été pleinement atteints. En effet, nous
sommes parvenus, dans le temps imparti, à concevoir et réaliser un banc d’étalonnage de
capteur accéléromètrique. De plus, nous y avons incorporés deux méthodes de mesure. De
ce fait, nous avons une précision plus grande que celle voulue au départ. Le projet s’est bien
déroulé en partie grâce à une bonne gestion de notre temps et une coordination et entente
entre les membres de notre groupe. Ce projet a permis d’améliorer et de développer nos
connaissances du milieu vibratoire.
Notre projet est donc le fruit d’un travail d’équipe durant un semestre. Nous
souhaitons aussi remercier Monsieur Yon et Monsieur Honoré pour nous donner
l’opportunité d’avoir travaillé sur un projet sortant du cadre scolaire habituelle. Ce projet fut
grandement enrichissant. Et enfin nous aimerions remercier encore un fois, Monsieur
Gautrelet, pour son encadrement et son aide au cours de ce projet.
18
Bibliographie
# Documents :
-Technique de l’ingénieur, Etalonnage des accéléromètres, BADAROUS Alain.
-Installation and operating manual, Model 301A11, PCBPiezotronics.
# Sites internet:
-Wikipédia, l’accéléromètre,
http://fr.wikipedia.org/wiki/Acc%C3%A9l%C3%A9rom%C3%A8tre.
-PCBPiezotronics, PCBPiezotronics products, http://www.pcb.com/products/.
-Metrologie française, Extension en basse fréquence et amélioration des
incertitudes du banc d’étalonnage primaire des accéléromètres, http://www.metrologiefrancaise.fr/publications/revue_francaise_metrologie/2011-03/RFM27-2011010-Bartoliweb.pdf.
19
Annexe 1 : Le cahier des charges
Contenu
I) Description du projet ......................................................................................................................... 21
1) Intitulé ........................................................................................................................................... 21
2) Description du projet .................................................................................................................... 21
3) Définitions des besoins et objectif ................................................................................................ 21
4) Contraintes .................................................................................................................................... 22
II) Déroulement du projet ..................................................................................................................... 22
1) Planification ................................................................................................................................... 22
2) Ressources..................................................................................................................................... 23
20
I) Description du projet
1) Intitulé
Pour réussir un projet, il est primordial de définir les objectifs. Ensuite, il faut définir
les ressources requises, définir la planification de la mise en œuvre, les outils d’évaluation et
les différentes méthodes de contrôle.
L’état du cahier des charges intervient dans le processus d’exploration des
possibilités techniques et l’obtention d’un accord sur le projet entre l’équipe et le
demandeur (ici notre encadrant).
De plus, l’EC « P6 - projet physique » permet lors du quatrième semestre de sortir du
système éducatif classique (CM, TD, TP). Elle offre l’opportunité de travailler sur un projet,
au sein d’un groupe possédant divers points de vue, connaissances…
Notre intitulé exact était « conception et réalisation d’un banc d’étalonnage de
capteur accéléromètrique ». Le projet était donc complet car il partait d’une idée jusqu’à la
réalisation totale.
2) Description du projet
Présentation :
Création d’un banc d’étalonnage d’accéléromètre dans le but de déterminer s’ils
fonctionnent correctement sur une plage de fréquence et de déterminer un facteur
correctif au cas où.
Description :
Le banc d’étalonnage permet de comparer les grandeurs électriques de sortie d’un
accéléromètre à étalonner aux grandeurs électriques de sortie d’un autre de référence dit
étalon. Bien sûr, ces deux capteurs sont soumis à la même accélération. Cette accélération
est contrôlée par un excitateur électrodynamique ici un pot vibrant. Les signaux électriques
sont ensuite adaptés et amplifiés. Enfin, ces mesures sont enregistrées et traitées via un
ordinateur.
3) Définitions des besoins et objectif
Pour répondre au besoin et donc arriver à notre but, c’est-à-dire créer un banc
d’étalonnage, il est primordial de bien définir les objectifs à accomplir durant les phases de
conception et de réalisation.
Objectif n°1 : étalonner deux accéléromètres
Pouvoir comparer les signaux électriques sur une même plage d’excitation.
Les accéléromètres doivent subir exactement la même excitation.
Objectif n°2 : avoir un deuxième moyen de mesurer leurs accélération pour
comparer avec les signaux électriques
Mise en place d’un vibromètre.
21
La distance entre le vibromètre et l’accéléromètre doit être réglable (bande morte
nécessaire à la mesure par capteur laser).
Le vibromètre doit être facilement détachable car il n’est pas exclusif à notre banc
d’étalonnage.
Objectif n°3 : l’enregistrement et le traitement des données doivent être simples
Amplifier les signaux électriques transmis.
Mise en place d’un ordinateur pour enregistrer les données.
Traiter les données les données grâce à un logiciel choisi.
Rédaction d’un manuel d’utilisateur.
4) Contraintes
Délais :
Pour satisfaire le planning établi, les tests seront finis le 1er juin pour le rapport final soit
rendu le 15 juin. La soutenance de notre projet aura lieu, quant à elle, le 25 juin.
Matérielles :
Le système ne doit subir aucune perturbation extérieure.
Les pièces conçues doivent être réalisables et les matières utilisées doivent être rigides pour
éviter toute mise en vibration.
Utilisation :
Le banc doit facilement être utilisable par des professeurs comme des élèves.
Les manipulations doivent être rapides.
II) Déroulement du projet
1) Planification
Les objectifs du planning sont les suivants :
-déterminer si les objectifs sont réalisés ou dépassés.
-suivre et communiquer l’avancement du projet.
-affecter les ressources aux tâches.
Le planning constitue une part importante dans l’organisation d’un projet. La bonne
gestion de celui-ci est essentielle afin que le travail demandé à chacun se fasse dans les
meilleures conditions possibles. Une mauvaise gestion de celui-ci peut entrainer de
nombreux risques allant de la baisse de confiance des membres du groupe jusqu'à l’arrêt
total du projet.
22
Le diagramme de Gantt est fait pour décrire le déroulement des tâches en fonction
des semaines. Voici celui de notre projet :
Semaine 6
7
8
11 12 13 14 16 19 21 22 23 24
Recherche bibliographique
Rédaction du cahier des charges
Conception
Réalisation
Test
Rédaction du rapport et de la soutenance
Première séance dédiée à l'explication du projet
2) Ressources
Ce projet est réalisé par un groupe de quatre étudiants. Les équipes de travail sont
constituées selon les vœux des étudiants. Une fois dans notre groupe de travail, il faut
vérifier que les compétences de chacun permettent de faire ce projet, mais aussi de
respecter le délai imposé. L’affection des ressources doit être optimisée dans le but de
gagner du temps mais aussi que chaque tâche soit bien faite.
23
Annexe 2 : Plan des pieces fabriquees
24
25
Annexe 3 : Facture accelerometre
etalon
26
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising