European League for Economic Cooperation fonds

European League for Economic Cooperation fonds
LIGUE EUROPEENNE DE COOPERATION ECONOMIQUE - L.E.C.E.
EUROPEAN LEAGUE FOR ECONOMIC CO-OPERATION - E.L.E .C.
Septembre 1996
DOC 4289F2c/Coi
Colloque " L' Europe: un idéa l, une raison d'étre. Po ur un citoyen informé et rnotiv é."
Bruxelles - 20 septembre 1996
VERBATIM
Session 2 - Gi les MERRITT
Dal/ie/ Canton de Lichtbller
Thank you Mr. Klau. You end this open invitation for Mr. Merritt. Please could you present your
paper.
Giles MERRITT
I meant no apology for agreeing with much ofwhat my fellow speakers have said but Mr.
Riccardi and Klau. I also agree with the generaI premise ofthis debate. There is a gulfbetween
the citizens ofEurope and the E.V. decision-rnaking processoAnd I think it is an understatement
to call it a gulf, because it is widening over time and it is getting very dangerous. The
Intergovernmental Conference, like every body here would recognise , is in serious trouble. It was
too ambitious, the questions were too large, partly by force of circumstances, partly by poor
drafting in Maastricht. Never mind, perhaps. The fact is that it is heading for trouble. And there is
a very worrying new development. And that is that people are saying "do not worry, we will fi x it
up the next IGC" . As if it is like a bus there will be one along in a minute. I do not think so. I do
not think that the patience ofthe citizens ofEurope extends to having another IGC very soon. I
think the citizens ofEurope not just the ill-informed in United Kingdom but around Europe are
becoming very disaffected with the way the E.V. conducts its affairs. So I think that there really
is both an institutional problem and an information problem. And it is something that has been
low on the agendas ofEuropean policy-makers and really has to be moved very high to the top of
the list.
Ler's look at the two questions as I see from the * that are being put to uso The first is the
institutional situation and the second is the information challenge. Now l'll tackle the institutions
first as I see them and then l'II talk a bit about information .
It was interesting actually, the question said the superposition of the institutions. I thought it was
very apt: it suggests that pile one on top ofthe other instead ofbeing interconnected and ali on
the same level; It seemed to be to me absolutely the right description ofE.V. institutions at the
moment.
Let's start with the Commission: it's too small, it probably has somewhere between 850 and 1100
real decision-makers, which makes it an extremely small decision-making and executive body.
The "statut européen" really has to go. It de-motivates peop le, it creates a sort of self-conscious
high priesthood of Europe . It was ali right in the early days, when we needed honest brokers in
R ue d e Namur 2 - 1000 BRUXELLES
Association internationale à but sc ìent ìftque
(Loi be ige du 25 octobre 1919)
Tél. : 32 (2) 512 20 89· Fax: 32 (2) 5 1 1 16 lO
Brussels but now it is doing us a great dis-service: it real!y has to be dismantled very fast . And
with a new "statut européen" we could perhaps reorganise the Commission o 1'11 come to that in a
minute because I want to go through the institutions first of al! with what l think are the problems
and get back to them with what might be some solutions
The Parliament . Well, it is irresponsible . And that is because it is not responsible . lt is not
responsible for taxation, which is what Parliaments are basically ali about. Whether it is taxations
of a system, taxations to pay for wars, whatever, everybody knows that from history book. But
the European Parliament therefore isnt a Parliament And secondly of course it has no real
Europe-wide parties There has been no effort on the part of the national political parties or of
the political movers and shakers in Brussels to establish genuine connections between national
Parliaments ancl the European Parliament So therefore it is not very democratic oThat 's that fact
that some people represent half a mil!ion voters and you've got this talking shop that weve ali
known for a long time which become a bit less of a talking shop since it was a nominating body
but not much.
The Council ofMinisters. Europe 's, perhaps the World's only genuinely secret legislature r
don 't think one is to say very much more than that
The Economical and Social Committee who we are being hosted by. I have to say it is a wel!
intentioned failure. Not its own fault, the fault of the other institutions that hamstrung it from the
beginning and kept it right down on the ground.
And lastly, the Committee ofthe Regions. Begun with high hopes, already it Iooks to me as if it is
a lip service again to a good idea. It doesn't seem to be buiIding up that sort of momentum one
would have hoped .
So, a gIoomy Iook at the situation about institutions. Now, for what I think might be some
solutions. The first thing I think everybody, well a lot of people I taIked to , I think are coming
round to the view you have to have an elected President of the European CommissionoYou also
have to have a ret1ection of the voting strength in the Parliament of political parties and
groupings. You have to have a reflection ofthat in the College ofthe Commissiono So, in other
words you are giving to talk about putting in Commissioners to the Commission in the same way
that you put members of Parliament into a Government, as Ministers . That would seem to me to
be a simple and really not very controversial idea.
I think it's essential that the Commission should loose its monopoly of proposal. Everybody
throws their hands and ho, worries me. On the contrary, I think that you need safety belts. In my
country we have a system, not a very good system, but a system nonetheless, of something called
private members bills. It is possible for a back bench member of Parliament to introduce a Bill. r
certainly think that there should be a system where private sector organisations can introduce
proposals at E.u. leve!. At the moment we have a sham situation where the Commission pretends
that it is putting its own ideas and we al! know, everybody in this room knows, that it is putting
in ideas that the Council has toid it to put in. So, let's brush away the coverage ofthe monopoly
thing who is going to start with as time goes now. I certainly think we need to have some fresh
air let in on the staffing ofthe CommissionoLets get rid ofthe national quotas, at A l down to
A3 levels. They are hopeless. They are just putting more and more troubIe, more and more dead
Iocks in the management ofthe senior ranks Lets have fast track promotions for young people. l
sent somebody who worked for me who went to the Commission as an A8. l toid her you are
crazy you'lI never get passed A6. lf she wants to rise in the ranks of the Commission she"d better
go and work - she is Dutch - so she'd better go and work for a Minister in The Hague, then come
back: everybody knows that. It is a hopeless system: the really bright young ones become
disaffected , bored and even go for they get spoiled. That's how the system for seconding people
2
frorn the private sector and more from national governments into the ranks of the Eurocrates.
Too t* by years. Let's make it a really good stepping stone for people' s careers to have worked
in the Euro pean Commission. So lets disband the priesthood, that' s thrown dcors open there.
Let's aerate the whole Brussels scene. So much my views on the Commission.
The Parliarne nt. In rny view it should be a bi-cameral parliament. We should be going - ifwe
want to be a federai Europe - lets go for the German rnodel. The Bunclesraat is a good system:
let 's have a regional parliament that is another house that draws its rnernbers not only fro rn
regional munieipal bodies but also from national parliaments. So let' s try ancl get that
interconnection going between a European dernocratic instituti on and those of the member states.
r think also that we should have a eye to technology. The Internet , the interaetive screen. l think
we are heading for days were wel l be back to Athenian democracy. We'lI need representative
democra cy in quite the same way as we have had to rely on it for the past two or three hundred
years l think we 'lI be able to have much more in the way of referendum , propositions, like in
California ancl some of the states ofNew England. And l think that we shoulcl start thinking
about that too, that we shouldn't leave the whole idea of who loves Eur ope to the Bureaucrats of
Eurostat down in Luxembourg. Far too irnportant to leave it to a polling organisation to know
what people think. Much better to ask the people themselves and make it possible that they can at
least register their opinions in some way or another. And r think that might weight up a
parliament too , and some others.
The Council. Well, what do you do about a secret legislature? The TV eameras were a hopeless
idea. Another better idea: have a parliamentary gallery, put in the reporters : that any reporter
who wants to wile away a little time, sit there and wateh what happens in the Council. Of eourse
politicians would fix deals behind closed doors, that's naturaI, but they have got to argue from
out in front of the press, Make quite a differenee I think you' d find. I do lump together the
Committee of the Regions and ECOSOC. Largely beeause I consider them to be natural allies
although at the moment they tend to see themselves as rivals. Partly it was the way they have
been handled by the more powerful institutions. r think that they both have elements who could
go into some sort of an upper house in a bi-cameral par liament I think that ECOSOC' s roots in
the representation of capitai and labour are a very important element in any sort of useful
democratic arrangement we might work our way towards.
So, so much to my views on institutional mode!
Let' s turn to inforrnation, which is so crucial and is in such a stat e of disarray. The first thing is of
course tom" . There are about a thousand of Gerrnans now together accre dited to the
Commission and it is very dangerous. When r eame to Brussels in ' 78 wo rking for the Financial
Times I suppose it was about four-fi ve hundred. And even then you did not see most oft hem.
But now they other journalists, if there is a good story, particularly if it is bad news. But it gives
the Commission and others the illusion that they are making an information effort. Of course they
have that illusion and of course they would believe in it. There are thou sand journalists to come
and listen to the spokesmen. I am afraid it is rubbish, it is not information at all. The E.U ' s
Affairs are report ed by highly technocratie pressoAnd the job they do is actually rather brilliant.
They are mast ers of a very wide range of dossiers. A much wider range than most Commission
oftìcials I know. But they are not the popular presso They don 't reach out to the minds and the
hearts of the average European. No, they do a very speeialised service for the professions and the
various cobweb s that make a sophisticated European economies work . Don't confuse thern with
the press, please .
I think the real problem of course is that we have a confusion in our mincls: we see the economie
integration of Europe gathering pace. Ancl therefore we tencl to believe that European public is
moving along with it, but not true. It looks very much as if the European public is getting to
recoil against what they perceive as clistant and unelectecl government. So the success ofthe
European Union may well be its clownfal!. I think we neecl a major information effort, ancl not by
the CommissionoPlease keep the Commission out of il. At least keep Commission officials out of
il. The Commission has to cio something because it has a buclget for it, but Commission
eurocrates are the last people in the worlcl I think that you woulcl want to have hancleling a major
information effort. You neecl, I think the Commission neecls to bring journalists to Brussels, to
start to put them into the Commission on contracts of tINO - five years ancl it neecls to employ
journalists in the member state s, as well as in Brussels itself Perhaps more in the member states
than in Brussels.
I think the first thing l' cl cio is of course r think everyjournalist in the room may share that this is
l'cl scrap DGX Information outfit. l'cl bring in journalists and TV experts, on short terrn
contracts and l'cl put them in to the different Directorates Generai at the Commissionol'cl do
what people at DGXV have clone. Ancl saicl forget about DGX, we'lI cio it ourselves. Ancl l 'd
make sure that everybocly, every DG had a really powerful information section uncler somebocly
Director level, but again not Commission oftìcial, not Ib, the priesthoocl. I think l'cl also get ricl of
the spokesman's group or at least I woulcl slim it right down. If a Commissioner wantecl to say
something to the press, I woulcl suggest: come ancl say it himself I think that the spokesmen
stand between policy makers ancl the people who read newspapers. I don't think that the
spokesmen help the other communication.
These are raclical steps, I hope ancl they are neecled because there is such a cleep-seatecl
misunclerstancling about what information is. Lorcl Northcliffwho about hundrecl years ago was
the founcler of the British popular press had a very celebrateci clictum - he is celebrateci in
Englancl - the founcler ofFleet Street saicl one clay, Gocl knows why, he saicl "News is what
somebocly somewhere cloes not want to see in print". Then he aclclecl: the rest is aclvertising. Ancl
I think that this is something that everybocly who wants to sell Europe has to start to unclerstancl:
what Brussels, Strasbourg, Luxembourg want to put over is not news, its aclvertising. Ancl we
have to have that very cIear in our mincls. I am afraicl clisseminating information is in any event
not the dorninant motivation of the bureaucrats who currently hanclle E.U. level information.
Because being bureaucrats their chief aim is to avoid embarrassment, ancl that is a long way from
giving information. They want to serve their political masters, but il' s no way of persuacling
assistants of Europe to accept ancl support what is a very abstract concept.
****
To close, what we actually neecl to see is a really aggressive approach by those who woulcl sell
Europe ancl cIose that gulf between the citizens ancl the clecision-makers. I think that the
institutions will stop pussy-footing. They must clenounce government so incliviclual policies ancl
not just the British who are easy games like shooting fish in a barre!. Denounce the British,
clenounce the Gennans, clenounce the French because I think most people here know. Nobocly is
harmless or free politically in the selling of Europe. And I think above ali the institutions of
Europe must really start telling the truth , not telling the nice version of things.
Thank you very much Mr. Chairman.
[Applause]
Daniel Cm'don de Lichtbuer
After this provocative speech, we finish the panel first.
4
LIGUE EUROPEENNE DE COOPERATION ECONOMIQUE - L.E.C.E.
EUROPEAN LEAGUE FOR ECONOMIC CO-OPERATION - E.L.E.C.
Septembre 1996
DOC 4289F2d/Col
Colloque " L' E u rope: un idéal, une raison d'ètre. Pour un citoyen informé et motivé. "
Bruxelles - 20 septembre 1996
VERBATIM
Session 2 - Quentin DICKINSON
Daniel C([/"(lol1 de Lich/blfer
After this provocative speech, we finish the panel first.
Monsieur Dickinson est le dernier présentateur ce matin.
Quell/in DICKINSON
Merci Monsieur le Président.
le rejoins tout de suite mon ami et confrère Thomas K1au, qui effectivement propose qu 'il y ait
un groupe de spécialistes dans les Etats membres, les capitales des Etats membres, pour
corriger les errements nombreux de la presse du cru. le dois souligner que ce geme d 'errement
n'est pas du tout particulier à la presse britannique, et dans mon organe de presse moi , c'est
malheureusement le chef du bureau de Bru xelles qui a cette tàche d 'appeler plusieurs fois par
jour pour corriger les ditférents errement s que lon con state à l'antenne a posteriori . Donc je
trouve que c 'est une excellente suggestiono
à
le voudrais, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, je voudrais peut- étre commencer
par un constat, un constat politique si vous voulez, qui se rapporte plut òt à la question Atelie
qu 'elle figure dans vo s dépliants . Ce constat est celui-ci : c'est qu 'il y a des méandres, de s
dérives, parfois m éme des perversités que l'on retrouve au niveau européen parce que
propulsés par des habitudes politiques prises dans les Etats membres, ce qui est assez logique
d'ailleurs. Il me semble que quatre dérives de ce type existent, à la fois au niveau national, et
au niveau européen .
La première de ces caractéristiques est cette extraordinaire propension à gérer un problème
révélé tout d 'un coup par les media en engendrant une réglementation, une législation, voire
une institution nouvelle. Cela donne évidemment à l'homo politicus l'impression qu'il saisit à
bras le corps un problème et qu 'il y apporte rapidement une réponse satisfaisante. Mais c'est
ignorer évidemment plus ou moins sciemment les dispositifs juridiques existant, qui dans
l'immense majorité des cas auraient suffit à gérer la questiono Ceci produit en cascade et par
ricochet un terrible enchev ètrement juridique et bien entendu les querelles d'interprétation qui
en découlent.
La deuxième caractéristique perverse, c'est la gestion de la chose politique, de la chose
publique, à très cOUJ1 terme en raison bien sùr déch éances électorales rapprochées qui se
chevauchent, qui évidemment ne sont pas alignées d'un Etat membre au suivant, donc on est
Rue de Namur 2 - )000 BRUXELLES
A s sociation int e rn n tiou al e à but sci eurifique
(L oi beige d u 25 octobre 19 J9)
T él. : 32 (2) 512 20 89· Fax: 32 (2) 511 16 IO
toujours en periode électorale quelque part et il faut en tenir co mpre, et en raison aussi de la
commodité qu'il y a à gouverner en réag issant et non pas en agissant. Cela donne au citoyen
l' impression d'une d émarche incoh érente, une absence de principe, éventuellement id éol ogique
dailleurs aussi. et d'un e absence de vision ou du moins d'un projet mobilisateur.
La tro isième tenclance que je voudrais isoler est celle la sur-spécialisation de la responsabilité
politique. On dit souve nt que trop de technicité étouffe la politique, et je crois que c'est vrai
A vouloir étendre son champ d' int1 uence s émantique, on y met au contraire des lim ites. On
peut citer un exemple français dans ce domaine: celui qui s'a ppelle le Mi nistre des Finances
visiblement à lui rien n'est étranger dans l' appareil d' état: en revanche celui qui s'appelle, ce
qui a été le cas en France, le Ministre dE tat, virgule, Ministre de l' Economie, virgule, des
Finances, virgule, et des Privatisations, eh bien il restreint en fait le charn p d'a pplicatiou de son
autorité, notamment pour ce qui est par exern ple des infrastructur es ou de l' arnénagement du
territoire. On peut prenclre un exemple plus proche de nous: je ne me suis absolument pas
concerté avec GilesMerritt, mais je sens que les orei lles de la DG X vont sifller aujourdh ui
La Direction G én érale Dix de la Commission qui n' a pas la modestie de s'a ppeler cornme la
Direction Generale Trois du Parlement Euro péen: Direction Générale de l'In fo rmation et des
Relations Publiques, ce qui était relativement mode ste, mais s'appelle "Direction Générale de
l' Info rmation, virgule, de la Communication, virgule, de la Culture, virgule, et de l' Audiovisuel". C'es t extr èmement restrictif Et un jo ur il faudra qu'un spécialiste, visiblement je n'en
suis pas, m'explique la différence entre l'information et la communication.
Tout cela aussi tente assurer la promotion d'élus techniciens - je ne jette la pierre à aucun
membre de la Commission en particulier - ceux-là, très naturellement, multiplient les
déclarations caractère technique, et ces c1éclarations caractère technique, relayées par nos
confrères, mille confrères de la presse accré ditée , évidemment sont extrémernent diftìciles
comprendre pour le citoyen.
à
à
à
à
à
On accroit aussi le risque de décisions prises uniquement sur la base de critères techniques,
valables, mais qui s'avèrent l'u sage désastreux politiquement. Et je crois que chacun d' entre
nous c1ans celte pi èce est capable de citer plusieurs exemples éclatants. Puisque nous sorn mes
en Belgique, jaimerais citer ce grand homme d' état et précurseur l'Europe unie qu'était
Paul-Henri Spaak, qui disait que pour tranch er une question, lui se faisait toujours expliquer
un dossier oralement et n'en prenaitjamais connaissance par écrit. Je crois que c'es t une
sagesse dont un certain nornbre de gens Bruxelles feraient bien de s' inspirer.
Finalement on constate ici, comme dans les Etats membres et comme en dehors de l' Europe
aussi, on assiste l'inévitable émergence d'un e classe politique professionnelle. Je suis presque
tenté de dire une "caste" politique professionnelle. De moins en moins au contact, de moins en
moins l'écoute des citoyens qu 'elle est censée représenter, des citoyens qui leur tour
estiment, souvent tort d'ailleurs mais c'es t l'impression qu'ils en ont, que cette caste
politique est inamovible. Et c'es t probablement cet aspect-là qui est le plus préoccupant de
tous pour ce qui est de ce qu' on appelle le détìcit d érnocratique. Cette classe politique laissée
à elle-mème, livree elle-méme, se mord ant la que ue, engendre bien souvent un jargon
opaque. Ceci n'est pas la seule préroga tive des apar atchiki soviétiques de la grande époque ...
Vous connaissez tous. Bien entendu dans cett e salle il n' y a que cles spécialistes, donc tout le
monde connait l'int erprétation cle ces mots mais, vous savez, ma concierge, le fermier dà
c òt é, quancl VOllS lui parlez de montant s compensatoires monétaires négatifs ou positifs, a du
mal trou ver ça extr émement sexy. Les DNA, qui n' ont rien à voir avec les "Derniè res
Nou velles dAl sace", les principes de comit ologie, la hiérarchie des norrnes,... Croyez-vous
vraiment que dans la rue ici, et m éme la rue Raven stein, devant la porte, beaucoup de gens
instinctivement se sentent en harmonie avec ces concepts? Mais entìn tout cela aussi on le
à
à
à
à
à
à
à
à
à
2
retrouve au niveau national. Monsieur le Président. vous qui ètes Beige, vous étes un familier
du " I 07quater", du secteur non-marchand et des mati ères personnalisables, autre jargon qui
s' étale la "une" des journaux belges. Alors, qui peut corn prendre, encore moins
s'e nthousiasmer pour des mots aussi étranges.
à
Voilà pour le const at. l e ne voudrais pas en rester là. Il ~. a des ébauches de solution. l e crois,
Monsieur le Président, que si je puis suggé rer une démarche de procedure, on pourrait peutètre utilement mettr e bout bout les suggestions de tous les intervenants et - encore et
toujours, il n'y a pas de co mplot entre Giles Merritt et moi-méme, je vous le promets - mais je
trouve qu'un certain nornbre de ses propositions ressemblent étrangement aux miennes.
Comme je les ai rédigées dans le train de Paris ce matin, il n'a pas pu copier.. .
l e pense que nous avo ns besoin d'une totale clarté dans le domaine des textes de référence. On
peut imaginer, puisque on en est faire de la politique-fiction, et j 'en ferai un peu moins que
Giles, on peut imaginer par exernple que l'on adopte une loi fondamentale unique, un traìté de
l' Union Européenne - non pas un traìt é d' Union Europeenne mais un Trait é de l' Union
Européenne - un texte politique, uniquement politique cl 'e ncadrement.
Parallèlement celà il fauclrait préparer ce qu'on pourrait appeler un guide du citoyen, une
espèce de manuel d'utili sateur d 'Europe qui n'aurait pas de valeur juridique oppo sable, et qui,
secteur d'activité par secteur d ' acti vité, après un commentaire succint, renverrait pour
référence précise. On peut imaginer que le support idéal pour cela serait un réseau
inforrnatique interconnecté, Internet par exemple, qui permettrait en temps réel une remise
jour permanente et bien entendu la po ssibilité pour l' abonné d'imprimer le texte chez lui, luiméme.
Il faudrait également, car je pense que pour le troisième àge, malgré le respect que j 'ai pour
lui, c'est un peu une cau se perdue, mais il faudrait instaurer un système concert é d' éducation
civique, dès l'école primaire, de façon familiariser les futurs électeurs et déjà citoyens, avec
les rouages administrat ifs et représent atifs de leur Etat membre, des autres Etats membres car
les contrastes sont import ants et je pense qu'il est utile quil s le restent, ainsi que de l' Union
Européenne.
Autre suggestion, dans le domaine de la réprésentation: il fauclrait introduire dans la loi
électorale, par nécessairement unique, un élément d'ancrage géographiqu e cles députés
européens. le ne dis pas qu 'il faut adopter le système britannique, qui a au moins autant de
vices que de vertus, mais il faudrait panacher nos listes nationales avec cles éléments de scrutin
cle circonscription. L'Europe, pour le citoyen, au fil cles législatures, prendrait le visage d'un
homme ou d'une femme: leur élu, et cet élu s' impliquerait bien davantage qu' à l'heure actuelle
ailleurs qu'au Royaume- Uni dans la vie régionale et tiendra permanence hebclomadaire,
comme le font les cléput és britanniques. Car quelle est la situation actuelle? Si vous clevenez
député européen en France, en Allemagne, en Italie, vous représentez les agriculteurs de
montagne, les régions sidérurgiques en d éclin, le moncle culturel et sportif, vous représentez
tout le monde, c' est-a-dir e quen réalité vous n' ètes comptable devant personne . Et la vie, vue
camme ça peut étre très co nfo rtable le temp s d' une législature Strasbourg.
à
à
à
à
à
à
Il faudrait aussi assurer davantage la continuité des carrières politiques des élus européens. Il
est proprement choquant que sur la décision de constituer une liste - et cette li ste est
constituée par une poignée d'aparatchiks de tel ou tel parti dans les capitales - il est
proprement choquant de constater que des hommes et cles femmes d'expérience ou des
hommes et des femmes qui sont en train dacqu érir l'experience en fin de premier mandat élu à
Strasbourg, se retrouvent éjectés brutalement cle la liste. Pour* ne pas donner l'impression, le
parti socialiste particulièr ement en mesure de faire ce geme de chose, mais il est vrai qu'il y a
eu un certain nombre de cas choquants avant les clernières élections europeen nes. Il faut aussi
éviter de faire tirer les Ii stes électorales par des locomot ives politiques de grande notoriété qui
se détèlent du train le lendemain ou le surlendemain du sc rutinoIl suffi t de voir effectivement
que leffet est d ésastreux et garanti chez les électeurs, mais bien entendu, cornme il s vienneent
de vote r, il n'o nt pas de moven d'exprimer l' idée qu' ils viennent cl ' ètre bafou és.
Autre idée: assurer la formation aux affaires européennes du plus grand nombre possible de
relais, en particulier cl e jo urnalistes. Ce que Giles a dit, pour le citer à nouveau, SUI' nos
confrè res de la presse accr édit ée est tout à fait vrai. Mais la majorité des journalistes ne sont
pas installés à Bruxelles. ne sont pas des jo urnalistes accrédi tés, ce sont des hornmes et des
femmes qui font leur métier dans les capitales cles Etats membres et dans les villes de province
cles Etats mernbres. Et ceux-là sont bien souvent très loin de la réalité corn munautaire
euro p éenne, alors que il s sont la cibie, les destinataires privilégiés, de toute une masse de
clécisions, de propositions qui sorte nt des instances cornmunautaires, qui sont trop techniques
trop locales pour faire la "une" cles quotidiens internationa ux ou des grandes raclio et
télévisions à vocation nationale ou internationale, mais qui correspondent à des réalités tout à
fait concrètes sur le terrain. Alors cela peut étre le finance ment par la Banque Européenne
d' Inves tissement d' une bretelle d'autoro ute ou d'un centrai téléphonique, cela peut étre le
subventionnement inclispensable à faire démarrer un projet de réinsersio n dans un quartier
défavo risé d'une grande ville. Bref ce sont des choses qui sont importantes dans un contexte
local ou régional. Et bien entendu, nos confrères qui travaillent dans la presse quotidienne ou
dans l' audio-visuellocal ou régional, n' ont absolument pas la formation qui leur permett e de
savo ir si le fruit est mùr, si on ne fait qu' en discut er à Bruxelles ou à Luxembourg, et en quels
termes il faut faire leur rendre compte à leurs lecteurs, à leurs auditeurs ou à leurs
téléspectateurs.
On peut imaginer également des formes de recyclage qui serait pris en charge par la formation
permanente en entreprise pour nos confrères journalistes en région. On peut imaginer aussi
que ces stages de formation dans leur ville d' affectation soient suivis d'u n stage de
spécia lisation de quelques semaines clans l'u nite aclministrat ive correspon dant à leur int ér ét,
par exempJe si on travaill e clans une ville sur façacle maritime et que l' on traite beaucoup
d'affaires de péche, il parait logique d'a ller passer quelques semaines à la DG Pèche. De mérne
pour la DG Agriculture, etc etc. On peut aller au Conse il ou au Parlement, mais c'es t peutètre donner là un aspect trop particulier, trop partiel du travail des institutions.
La dernière recommanclation que je ferais est celle qui vise la politique d'information - ou de
communication, je ne sais plus exactement - qui est de définir, de professionaliseI' et de
muscler la politique d'information des institutio ns de l ' Union.
Mo nsieur le Président, la première politique euro péenne depuis 1952 aurait dù ètre cette
politique d' information. C'é tait la seule façon d'associer durablement à J'oeu vre entreprise le
citoyen . Or - et j ' en demande d' avance pardon à ceux qui ont été à un titre ou à un autre et qui
sont dans cette salle des acteurs de cette politique d' infor mation - incontestablement la
politique la plus affiigeante cI 'approximation et l'un e des plus coùteuses aussi au fil des ans, est
depu is toujours celle de l'information. Ceci est vrai de tou tes les institut ions, pas seulement la
Co mmissionoOn est passés par plusieurs étapes: d' abord, se fondant sans doute sur cette idée
qu ' avaient les patrons cle PfVIE des années cinquante qu'u n bon produit n' a pas besoin de
publicité, la communication s' est Iimitée à la publication au J ournal Offi ciel. Ensuite, on est
tomb és dans l'excès contraire; on a voulu communiquer n' irnporte quoi, n' importe comment et
à n'import e qui, l' op ération étant confi ée à des fonctionnaires dépourvus de toute
co nnaissance préalable des media, et dont - pour rester charitable - la carrière jusque là n' avait
:.J.
pas vraiment suscité l' admiration de leurs pairs. Etape suivante: on confie à des sociétés
ext érieures, du prive donc, le soin de communiquer. Le résultat, vous en conviendrez, n'est
guère plus convainquant, mais cela co ùte beaucoup plus cher ce qui prouve sans doute que
c'est sérieux Nous connaissons tou s les fil ms qu' aucune chaìne de télévision ne diffusera
jamais, nous avons tous vu les stands luxueux c1e telle ou telle institution européenne c1ans les
foires et expositions, les stands OÙ ne se presse aucun visiteur et tenu par des hòtesses plus
décoratives que compétentes. Nous avons tous eu l'expérience de publications dont la
gestation collective a été tellement longue qu' elles se trouvaient dépassées avant m éme d' ètre
imprim ées, nous savons tous le guet-appens fi nancier qu' est pour la Commission la peu
édifiante exp érience qu'est EURO-N EWS, aujo urd' hui la fibre un peu moins européenne
puisque le patron de celte entreprise est canadien. Tout cela, je le redis, malgré l'incléniable
bonne volonté d'un petit nombre de fonctionnaires responsables de g én ération en génération et
si je compte bien, une r éforrne structurelle - à chaque fois c'est la cler des cler - en moyenne
tous les trois ans la DG X, pour ne citer que celle-là.
à
à
Definir, professionaliser, muscler.
Définir, c'est supposer une coor dination permanente, efficace, et sans arrière-pens ée de
l'ac tion d'information de l' ensemble des institutions de l'Union. C'est supposer aussi une mise
en commun des infrastructures et des fichiers. Si on prend par exemple la somme
extraordinaire de l'investissement des différents services d'information dans le domaine de
I'audio-visuel au cours des dix dernières années, on peut dire que cela défi e véritablement
l'entendement, et il faut espérer que la Cour des Comptes n'y regardera pas de trop près.
Professionaliser ensuite. C'est spécialiser le recrute ment - je rejoins tout fait Giles Merritt- et
assurer la formation ou le recyclage des fonctionnaires, ce qui enrichirait les institutions. C'est
éviter d'entretenir une ribambelle de petites sociétés privées crées pour l'o ccasion et qui
prolifèrent sur le pavé de Bruxelles comme les champignons après la pluie, c'est une solution
de facilité injustifi able financièrement et franchement très court terme, et si on veut connaìtre
les c1angers de ce genre de chose, il n ' y a qu' à voir les déconvenues de France-Télévision et
qui ont co ùt é son portefeuille à Monsieur El Kabbash, Président de cet institut de diffusion.
Muscler en fait, c' est aussi éviter d'éparpiller les fonds, pourtant considérables, sur une
multitucle prajets dont la conception est généralement trop intellectuelle. C'e st choisir un petit
nombre d'option s, relevant d'un pian média centrai et de les doter des moyens correspondants,
avec un contrat d'obj ectif et obligation de r ésultat pour les fonctionnaires responsables.
à
à
Enfin, je vouclrais en terminer cl ' une seule phrase, en réponse à la question de savoir quel serait
le praj et mobilisateur susceptible d'impliqu er le citoyen européen à nouveau - pour autant
qu'ill'aie jamais été d' ailleurs - dans la construction de l'Union . le crois qu' il n'y a qu'un seui
prajet mobilisateur aujourd'hui qui est crédible et jouable, c'est la Monnaie unique.
Monsieur le Président, je vous remercie.
[Applaudissements]
Daflie! Cm'don de Lichtbller
Merci Monsieur Dickinson.
[.. .non enregistré... ] dans cette matinée je suis d' accord un peu avec tout le monde.
Effectivement, quand on dit des choses très prafondes sur I'optimisme, vu de très haut c'est
vrai. Et je crois qu'il faut jamais oublier ça. Que fondamentalement nous sommes dans un
caclre qui a réalisé des choses remarquable s pour les citoyens dans @ cité.
5
Et puis vous entendez un premier écho d'un pessimisme et vous sentez que c'est absolument
vrai, et puis le pessimisme s'est concrétisé sur d'abord l'ensemble des institutions de la
Communauté et dans le dernier expo sé en particulier dans la deuxième partie sur la structure
des contacts avec les media, et elle porte méme un numéro, que moi personnellement j'ai
connu de très très près, mais avant que vous ne soyez dans les Communautés. Sur lesquelles
j'ai une vue un peu plus nuancée que celle que vous avez fait connaitre, mais c'est peut- étre
parce que je suis plus au courant de ce qui s'est passé au début.
Ollentin Dickinson
Monsieur le Président, un léger correctif: j 'étais stagiaire à la DG X quand vous étiez au
cabinet de M . Coppé.
Dante! Cardoll de Lichtb/ler
Alors peut-étre certaines choses vous ont-elles échappé à l'époque parce que vous n'étiez que
stagiaire.
Grand débat. Multiples questions.
15 / 10 ' 96
10 :0 5
'B'32 2 5-!69i 56
CES. GROUP III
[4J 0 01
COMITEECONOMIQUE ET.SOCIAL
.desOommunautés européennes
Bruxelles $ecrétariatduGroupe III
M
NQtélé~pieùr+32/2j546 .97 56 (Groupe III)
+32/2jSt34893 -+32/2/546 .97 29 (CES)
rr:=====~==========;====- -=-======== ===== =i1
15.10.1996
D éstlnataire
Secrétarìat du Groupedes Activfté Diverses
(Fax n0883-96)
.
Expéditeur
.·MESSAGE
Vsullleztrouvèr ci-après l'intervention de Mme B. RANGONI MACHIAVELLI au
COncique du 20- sept èmbre demlerorqanis é per la L,E.C.E.
)fp
Secrétariatdu Groupe III
-:
.
._---------------:.-----..;.-~-----_._------...:.....--- _ ..,., -
.
En Gas de problè me de réception, veuillez appeler
+ 32/2/546 95 48
b -··_·· ·.·_---_...-
.
=~~~~==========
= = == = = = == =====!.I
Rue Ravenstein 2, 1000 SRUXEUES - Tél. 519 8D 11 - Adr. Té l, ECOSEUR - Télex : 25 983 CESEUR
.
15 /10 ' 9 a
10:06
CES. GROrp III
!4J 002
INTERVEl\./T1ON:DE Mt~AME BEATRICE RANGONl MACHIAVELLI
lors du colloquedu20 septernbre 1996 de la Ugue européenne de coopération éconornique
. -LE.C.E' ·
Avanttoute chose, je tìsns
rernercler la Lìque européenne de coopération éconornique de.
à
m'avoir .iQ~it~e.~ partìcip èr
à
cetìrnportant colloque dont l'objectif est de répondre aux
.
.
."
qlJesnon'~;eS$giiiieli~d~
cette époque difficile
et cornplexe.
.
..
.... . ".
'
.
.
Je suis membra..du Cornlté éconornique et socìal, assemblée consu!tative des représentants
des drrférent§fcatégon~s .sccò-éconcmques, instituée par . le Traìté de Rome . afln
d'associ~"rce.~~té9olies ~ la réalisati~~ du grand rnarché unique et de leur foumir
instrument institUtlorineI:Jeur perrnettant de faìre connattre leur posltlon à [a Cornrnìssion. au
èonsèiL :etaliParlement 'et alnsi
participer au processus de décision de l'Union
e~opée~'ne. · . ' "
.
.
'.
.
un
de
La ccimpqsition.' duGroupe. :dès .actlvités diverses, que fai l'honneur de présider, reflète tant
la diversité que la cornplémentarttè de'ce groupe. Ses membres représentent le secteur de
la. productk>I1dé :biensef .de servlces: açncuheurs, artlsans, commerçants, petltes et
entrepris~s," '
libérales, associatìons de consommateurs,
reptésent;antS '
la~rnmuhauté sciehtifique et enseignante, de l'éconornìe sociale, des
asSociations 'famiHaIes,desmoUvements écologistes. A travers lui, c'est la socìété civile .
moyennes
professlons
de
. orcanisée qui est appelée àpartìciper.activement au processus d'intégration européenne.
. Le
p~oblèm'e:deIiémp-loi ' cori~tit8'e .W'i~' préoccupation
prioritaire dans 'le cadre des travaux
du CES, tantnous .sommes consdents des conséquences dramatiques du ch6mage sur le
pian social, éccnomlque.et hurnaln. Ledéveloppement des technologies de t'information, la
;
:,~
mondiafsatlori ,.' de~ècl1anges, . 1'~iX.entuation de la concurrence ìnternationale, . Ia
globanS?~on.'qe, ·II~nonJie et la lìbéraiisatlor. des marchés .financiers comptent parmi les
.facteurS'qul'SC5ntTIbtleht è'~la crise del'emploì.
L'Europe,est:.i:obmì~eàtrois types depressions:
de 'la part.dcs rnodèles eoclo-éconorniques extérìeurs (Etats-Unis, Asle, Chine);
de lapart.dèceux qui. en son sein, veulent une Europe préte
à
renoncer
à
l'èquiìlbre
entre~olida~éet corripétìtìvìté; .
de la part des travaììleurs, qui perçoivent cornbien est précaire la garantie de pouvoir
vivreaveedfgìift:é du frult de leurtravalt
Bienqu'il ' l1 'existe pas 'de définttion précise du rncdèle social europèen , certalnes
caract énstiques communes ensont néanmoins évldentes: le respect des règles du [eu de la
dérnocratle
.
..•
.;~~
'etde l'éconornle de marché, un dialogue structuré entre les forces économiques
.
.
.
.-
.
.
et sociales.Ja référence .aux valeurs d.e justice sociale et de solidarité, laquelle ne dolt pas
ètre conçuecòrnrne assistance, mais .qui, dans l'ensernble des secteurs publics et privés,
_. ./ ...
' ,I>.·:\1
'
2
doit représenter un polnt d'équilibre entre devairs et droits, en conjuguant responsabillté et
justice.
Il est nécessaire de lutter contre rexclusion sociale en sachant que le retour au plein ernplol
n'est pas assuré dans un avenir immédiat et que nombre des mesures adoptées
à
ce jour
n'ont pas donné les résultats escornptés. D'où la nécessité, face 2 ce chancre social,
économique et humain qu'est [e chòmaqe, de poursuivre sur la voie du dialogue et de la
négociation, sans oublierqu'au-delà des partenaires traditiormels, tous les citoyens sont
ccncernés et doivent ètre associés
à la Iute contre l'exclusion, chacun suivant son r òle et
ses responsabilités.
Le Comité économique et social a maintes fais répété quela lutte contre l'exclusion et la
marginalisation doit cornrnencer par la prévention. La réintégratian des exclus n écessite des
aides financières, qui dolvent aller de pair avec des .initiatives de formatìan et de
requalification.
Le CES est en traìn à'élaborer un avis d'initiative sur "Les co ùts de la pauvreté et de
l'exclusion sociale en Europe", Les données relatives
2UX
cornparables , mais ce!les concernant la République fédérale
Etats membres sont facilement
d'Allemagne~~an~gnfficatives:
il ressort des estimations que dans les années 90 , la pauvreté et l'exclusion sociale y ani
entrainé des coùts atteiçnant de 8
à
13% du produit intèrieur brut , cela dans l'une des
éconornies les plus puissantes du monde. 11 est évident que si l'on parvenait
à
investir ces
sornrnes dans des activités de production et d'intéçration, ['on parviendralt à rééquilibrer la
situation de l'Union européenne.
Lors d'un débat en session plénière avec M . Flynn, rnernbre de la Cornmission , chargé des
affaires sociales, j'ai souligné, au nom du Groupe des activit és diverses, ['importance qu'll
convient d'attacher au dialogue social dans le contexte drarnatique du ch òrnaqe et de
l'exclusion qui frappe tant et trop de citoyens eurcpéens.
rv1ais c'est précisérnent parce que nous pensons que tous les acteurs éconorniques et sociaux
doivent pouvo ir participer au dialogue, précisément parce que nous sornrnes consclents de la
responsabilité qui nous incombe en tant que représentants des citoyens europ éens à travers
les organismes socio-professionnels auxquels nous appartenons, que nous voulons rappeler
que nombreux sont les opérateurs présents sur le marche qui ne se sentent représentés ni
par la grande industrie, ni par les grandes centrales syndicales .
Je veux parter ici des aqriculteurs et des F1ME, qui sont plus de 15 mlllions et qUI occupent 70
millions c'Européens sur les 100 millions d'actifs que compte l'UE. Je veux aussi parìer de s
coopèratives, des mutuelles, des profsssions lib èrales, et la liste est encore longu e.
En ce qui concerne la réforme du Traitè de Maastricht, le CES a présenté de nombreuses
propositions d'am endernent. Il atteno de voir sa re présentativité adapt èe et renforcée 211n
de contribuer à répondre efficacernent aux d éfis rnaje urs auxqu els la soci ét é europ èenne
est confrontee , notamment la création d'emplois et l;:; compètitivitè en vue de ré2liser le
modèle social européen et de surmonter le dèfidt démocratique à travers la pleine
part icipation des cftoyensà la constructi6n de l'Europe unie.
_ _ _
~O~8 / 0 1
' 97
10:0 7
'a'n 2 .546.975 6
CES . GROUP III
@OOl
I
1
4
coMtTE ' ECONoMIQuEET :SOC·IA!.:
. ·sècr~t.ari at 'd u GF0uPè I I I
:BrUXell e s'
~ télécop i eui ,. .54:6 9 7- 56
'
.
(Group e II I)
97 .29 (CES )
9 3 ' ~ ' 5 46
. 513 48
Date
, 0 8 . 0 1. 9 7
Sec r ét ariat de l a Ligue ..
.Europé e m le àe Co op ér:i;l.t ion
Economi que
5 1.L 1 6 . 1 0
Norob)::-e-. t ot al .de pages
( y co'mp ris " b~i'i e-6if
Secrétariat d u Group e r rI
Expédi t eur
Messagé
'.
..
"
.
S.~a:i,t":'il : pos~.ilil e· d appò'rtèr La uno d d f i.oat.L o n jOJ.m::e à
T
Il 'int erventicin ''qù~ ·Mm.e Rang'oniMachiavel li a ' faite au
cou rS . 'de v:o.t r e coLl.oque du 2 0 septewb r e d ernier ? Nou s
vous va v on s .'t
ransmis'
un
t ext e
dan s l e queù . s T'es t g l i s sé e une
erreur .de t raduction (f axdu 15. 1 0 . 9 6 ) et vo us pri o n s de
.tifen'
~ciu1o·ir
nousven
excus'ez _
-'
.. '
..
.... .. .. .
.
.
..
.
~: ;
-
:Mer ci . beaucoUp ~ :
.::.En·':c<;i i:;:
d~ p"i'ob,lème de :i'é c e p t i o ll, ' v e u Ll l e z a p pe l e r
..
5 46 95 4 8
..
' . Rue Raven5tein2,..10QÒ8RUxEUES - TéL546 90 11 -Adr, Tél. ECOSEUR - Télex:: 25 983 CESEUR
@002
0 8 /01 ' 97
07 GEN
. 'd()~ 'rep(~nter
u~i:Pm~t-d'équitÌbre~ntre t:ievoirs etdroits,. eo
justice. . .
,. . . ..
o . .
'
•
o: '
conju9,uant responsabilité et '
.
:3~t ~~~Sairedeltili:ercOntré l'exCtt.is~onsociale eri sachant .quele rstourau plein
emploi
: n'est, :pas :asSU~.dans.un avenJriJ!l~édia(etque ncmbre des mesures adoptées à ce jouro.
.
r:t'ont
donné ' :I~"~uitèts :escomptés~
'la nécessité. -face
ce chancre social, .
écqnomique.eLhurnain qti~ole o chomage, de poursuivre sur la vaie du dialogue et de la
nego~i~tio.n, .'Sans·o~blierqu·au~elà ,de:s :pa rtenaires traditlonnels, tc)us les cltoyens sent
oòn~rnes. et
etre asscoiés àla·IUtte contra rexclusion.· chacun suivarrt son ròle ~t
seSr~p~nsabllit6~~' ~
Pas-
D'ol./
dowenr
'. '. ' .
i~o:.99~it~. ·éCd~~h,ique.'~t sodai
.
à
'
-
.
mairrte~dois
rèpété que la lutte contra rexclusjon et la
ma.rgin:4lisatJ~n dolt.cornrnencec parla'préVeritiori. la réintégrafion des excìus nécessite des
a
o
o
'
o
o
aidesfi~ahcfèreS~quidoiventallerde paìr avae des initiatlves de formatlon et de
o ·.
. '. ' .
. . , . :. . o
o
o~
.
lLl ~'tin""t t=Ja,;$
·Le'"t~·ES .:esien tmìrt<rélabcirer un avis d1nitiative sur "Lea coùts de la . reté et de I
fequalffiCation ~
o
' l'exel~si(m S!?cial~ ' ~ri EuroPe"; ' Les donn~es ~Iativ~s ~ux Etats mernbre
sori
cilem~nt .
o
eomparaples. mais celìes-concernant la Repubhque feòerale d'AlIemagnesont slgnìficatives: .
.
o
i1re.s~~rt ,qe~. estimations:quéLdansles années 90, la pauvreté et Pexclusion sociale y 0X!t,.....
o
I
l
o
entràtné :d~sCoQts atteignantd~8 à '13% du prcduit ìntérìeur brut, cela dans l'une des
·~noni'~ les plùs· pUlssarrtes du mortde.·11 est'évident Qua si l'~n parvenalt investir·ces
oso~~es·. dans,desoaeuvités de p~oductioo 'et 'd"i~tégration, ton pa'r\riendrait ré~~ifibrer la o
!
à
l
à
~itugfio[l"de!'Unioneur.op~n~.
Lòr#.d'un:·cébat en ~~lb~ ' piéhière- ave<::'M',:F!ynn. rnembre de laCommission. chargé des
·aif~i6s$òd~tes;·j'a!l?ouifgné, :au norn duGroupe des activités diverses, l'impOrfance qu'ìl
corivient: ·d~a~cher ·au '·o~iGilogue'scci~ dans le contexte dramatìque du chornage et de
l'~xdusiqn·qui~ppe.tant enr~p de citoyenSI~!uropésns.
•
' ,_
" ' : .: '
-: . ~ ''',~'. '
••: : . - . '
'. : , '
...
o,'
». ' .: ~ .'- ... ..:: .-','
•
~
i
.
o
.
'. ,..': .
.
. .. .
'. "
. -.~'
; . .:.
·i .: .;
'.--'.:'~' ;'
.
....
• ,. ::~~':.~.... :
.:
'
o
-.. ii~
o
•
'.
..
.'
Je vèUx'parier :ici'desagri~iteurS :et deSPME; ~qui sont plus de 16 miUion~ et qui occupent 70
·mimon~':d"EurOpé~1iS stir: lèS -1 OO;:mill~oiis : d'actifs que compte PUE.· Je.veux aussi parler. des
·coOpé~l~es,des.
mUtu~Ues;des
'pro~5ioris
lib.ér<:Ìles,·et la liste est encorelongue.
. ,
-. . .... :... . .. . . .
...
. . .
.
.
o
:
'
,.
"
" ':
.,:
.'.':
,. '
' : ' -.
.
-
° Ert,; 6è~ q-ui' ~ncerne l~ oi-éforme.du;Tralté~·d~·M~astrioht. le CES a .présenté.de nombreuse~ o
prq~08iti6ns è63.mendem.ent. t1attend de ovç;ir ·sa représentativité adaptéeet renforcée afin '
de cl:mtribuer ;à rép9ndre: effloacement aux~défi$ majelJrs .:luXquels la . société européenne
est o~~frotl~e •.: n9~IDmenda : création d'emplois et o la · compétltlvité, ' eh VUé de rea!iserl~
rrlodèie ··~&ISF.eurcpéen ~t" de 'Suri'nonter lè 'déficrt démocratique à traVèr$ la plein~
partlciPatldn d~ .titOYEms àf~o6nstrùetion d~ , ij:urope unie~ o
oo.o . o
o
00 '
.: :~":.
..~~.
.
. . . . : ".: .
..
.
.'
" .-::':: :
';
:. : .
. :.•..... .
~
"
"
. .:
... . .'
.
: ."
.': . :
.'
~
'
.. .
'
. '
'"
.
.
'
•
~
.1 1
o
" ' :" .
"
- l!
dOiyent'pouvoir particìper.au dia!OgUé; pmCiSéfnent parce cue nous sommes censclents de la
o ~~~~iIìté q~i ·nolis: ìriC:O.mbe. etl tant~u~'repr~entants des' citoyenseurop€!ens à trave~ .
ies':org:a~i~'~es sOGia:.prçf~n~1S ~~uxqueis ncus appartencne, que nous voulons rappe1er .
·q~è:·ri~mbi"e~ :so[lt . 1~;:;..ç'J~teurs présehtS;sur Iernarché ~ui ne se sentent repréaentés nl.
·p.a~J? gra~de industJ5e•.ni'~i.lesgrandèS ~ntr.ales syndica1es. .
r> ,
·1
o
. .,. ...: .
r~ai~:~;éstpf.écrsel!1~rrtparce q~e:nouspe"n~ris que tous les acte~rs .économiques et sociaux
;..:. ., '; . .J: . ....
l!
Il
o
.
o
!\
:11
lo,
l
~l
I~
~I~
07-0CT-1996
17:51
32 2
5145662
P.01
I
,
i
I
i
I
I
G E S A C
I
--J.
I
GROUPEMENT
EUROPEEN
DES SOC1ETES
D'AUTEURS
ET COMPOS1TEU.RS
,
I
TELEFAX
zesml, flt..~
DEIFRQM,: Martina LaVATO, secrétarìat général du GESAC
8!.LQ.:
L.
~.c...
E
S&:
SOCIETE/COMPANK:
TELEFAX:
DATE:
5-111 . .ti b. -10
D.:}.. /0. ~,
REF.: ML96
PAGES (certe page y comprise/this page included): -1
Si vous n'avez. pas reçu toutes les pages, prièred'appeler le +32f.2.511.44.t4
lf )'oudo noI rcccive al[pages ofthis fa." clearly, please. cali +321 2.SlJ .44.r4
]
?cu.ruu~~- ~ ~ ~ ~ ~
~ *~ ~ h~ U.Ll CoJ2..uJv-ucL.-l Jf.o (O~ (9 (, Q..J.J LE: .s _ P. ~ A-0 ti fr1J t-J
;{ . ~ OD
-P13 .
I
(
.
I
i
Il~c:-' d ~U.
.
I
~ llu..ue-,. {ìIQ1.u!-D ~ I
~
I
Av, des Arts, 53 - B-l000 BRUXELLEs
Tél + 32.2/511 44 54 Fax +32.2/514.56.62
I
I
LIGUE EUROPEENNE DE COOPERATION ECONOMIQUE - L.E.C.E.
EUROPEAN LEAGUE FOR ECONOMIC CO-OPERATION - E.L.E.C.
Bruxelles, le lO octobre 1996
Ref 380/Col
G.E .S.A.C
Avenue des Arts, 53
B-1000 Bruxelles
doit
à
la L.E.C.E. la somme de
1200-FB (mille deux cents francs)
pour participation de Mme P. BAUMANN au Colloque du 20 septembre 1996 "L'Europe, un
idéal, une raison d' étre: pour un citoyen informé et motivé".
Versé au compte n° 310-0355630-17 de la L.E.C.E.
~.o
\
~~-C- ~ ~ ~
Thierry DEMEURE
Secrétaire Général
Rue de Namur 2 - 1000 BRUXELLES
A s soci al ion intcrnation al e à but s cie n t ili q u e
( L o i b ei g e du 2 5 oc to b r-e 191 9 )
Té l.: 32 (2) 51 2 20 8 9 · Fax : 3 2 (2) 511 16
J()
,"
ELEC Congress in Brussels on September 20 1996
Europe: an ideai and a vital concern - informing and motivating
citizens
Session 1: The citizen in the economy
Statement by W '::J> 'l'r,c.
\
\
. ..
\" O ) " =-\
1st postulate: European integration - so common sense must
tell us - ought to enjoy the unmitigated support of the
Europeans.
Because:
• first of all, the goal of a united Europe is based on a vision of
peace (Jean Monnet: "To create Europe is to secure peace")
• secondly, the economie advantages in terms of increased
prosperity and diversity of consumer products are manifestly
evident.
Why is support for Europe so "thin on the ground"? Why do so many
Europeans view the further stages of integration towards monetary
and political union with such scepticism , mistrust, and even
opposition?
As an answer, my
2nd postulate:
What citizens expect is a Europe in touch with its citizens, not a
technocratic Europe controlled by a new form of centralism,
with more bureaucracy, and simultaneously offering less room
for democracy and clearly recognized structures.
Several of the reasons for Euro-scepticism become easier to
understand if one takes a look at "the citizen " in his diverse roles:
• the citizen as consumer, as employee, as person unemployed, as
entrepreneur, as pensioner, as traveller, and as member of a
nation.
At least four of these roles play a part in Euro-scepticism (the citizen
as person unemployed, as employee, as pensioner and as member
of a nation).
Euro-optimism is widespread in industry and its organisations, in
both companies and industriai federations. Here, there is little friction
between politics and business.
,
But how is the public at large to be convinced?
The age of globalization and the open-ended structural change
which it propels arouses fear in the hearts and minds ofmany
people.
3rd postulate: Industry is seen less and less as a guarantor of
prosperity, more and more as its destroyer.
• Example 1: Each and every country wishing to meet the
Maastricht criteri a will be forced to implement a severe savings
policy - with unpleasant consequences and public reactions
(even though European Monetary Union is not directly connected
with globalization).
• Example 2: "Leaner" companies, with now more than 18 million
unemployed in Europe .
As a result of such fears, it is becoming ever more difficult to win
unconditional acceptance of Brussels by the public at large, because
much of the criticism is becoming more severe , with new objections
constantly arising. In particular, however:
• The possible risks of globalization (Le. higher unemployment,
international competition, faster pace of innovation) are projected
onto Brussels .
• At the same time , it is taken for granted that people - young
people in particular - should be able to recognise the economie
and poi itical benefits.
As a result:
• The subjective view of the generai public is that the EU is too
expensive.
• The citizens' right to participation and to have a voice is not given
enough substance.
• Europe is in need of radical reform.
What needs to be done?
4th postulate: A renewal of Europe with greater participation of
its citizens needs to focus on three aspects:
• Employment
• Commonly held values
• Institutional reform
.
Concrete proposals must embody :
• more jobs through energetic insistence on competitiveness and
free trade worldwide.
• a widespread consensus on minimum social standards in Europe .
• clearly identifiable decision-making processes with the interests of
citizens in mind, and extensive information of the public at large .
Throughout the continent, the citizens of Europe need to be involved
directly in the process of reform, and political bodies need to turn
their attention to the problems which really cali far joint European
action .
What can Europe accomplish, for example from the point of view of
the automobile industry?
• A stronger focus on research and innovation
• Environmental policies on the basis of individuai responsibility
• More initiatives to promote training and further education
• Vigorous expansion of trans-European networks (Benefits: secure
jobs , mobility, integration)
What needs to take piace at the institutional level?
My
5th postulate:
The European institutions need to be simpler and clearer in
their structures; legislation processes need to be streamlined.
• Do we really need 20 European commissioners?
• Is it necessary to "weight" countries so exhaustively in accordance
with their populations?
• The European Parliament must be given more extensive rights
and thus more influence.
• The decision-making processes for committees must be changed .
(Qualified majority votes instead of absolute unanimity.)
The current inter-government conference (Maastricht Il) will need to
find appropriate answers - also bearing in mind that Europe will
continue to grow. However, expansion must find its complement in
depth.
However, policies aiming to make Europe more innovative, more
flexible and more productive do not immediately trigger off waves of
enthusiasm.
Therefore, in conclusion, my
6th postulate: The only citizens who will be prepared to support
Europe are those who have a say.
Ali Euro-policies must therefore be accompanied by extensive
information and enlightenment on the benefits for each and every
citizen. This includes the planned status of European citizenship,
which has as yet hardly been a topic of communication .
ELEC Congress in Brussels on September 201996
Europe: an ideai and a vital concern - informing and motivating
citizens
Session 1: The citizen in the economy
Key concerns and arguments
1) The citizen in Europe
Politics - at least in democracies - is action on behalf of the
citizen.
This is why citizens respond to various political initiatives - with their
support or opposition.
European political initiatives must focus more sharply on citizens'real
needs and interests.
In generai terms, a political union requires that the economie control
mechanisms - which have predominated to date - be more
extensively accompanied by new political regulative forces .
Moreover, greater attention must be paid to the common
fundamental values of European culture (freedom, equality,
tolerance, ...).
The welfare state, such as has evolved and been struggled for in
Europe's turbulent history, is an essenti al pillar and embodiment of
these values.
Whatever reforms are deemed necessary to the principle of the
welfare state , the impression must not be allowed to arise that the
welfare state is to be sacrificed for the sake of the economy.
Proposals:
• Reformulation of European social policy, incorporating uniform
minimum social standards;
• Initiatives to create and secure jobs by means of radical
orientation towards competitiveness, accompanied by information
campaigns on behalf of the generai public;
• Involvement of citizens in decision-making processes, which also
means not making decisions "over the heads" of the population;
• This necessitates more extensive involvement of trade unions,
NGOs and consumer groups.
With regard to employment in particular, the policies of political
union need to be more sharply defined , i.e. !1.Q.joint European
employment policy, but a strengthening of the basic
requirements enabling greater competitiveness; this will then
help to se cure employment.
Throughout the continent, the citizens of Europe need to be involved
directly in the process of reform, and political bodies need to turn
their attention to the problems which, in the eyes of those citizens
really cali far joint European action.
2) Euro-scepticism
Perhaps Euro-scepticism will become eas ier to understand if one
takes a look at "the citizen" in his diverse roles :
• The citizen as consumer, attempting to enhance the subjective
quality of his life ;
• The citizen as employee, in search of personal satisfaction,
sufficient income, and thus relative job security;
• The citizen as pensioner, hoping to enjoy the fruits of a life's
labours , without endangering life's material foundation ;
• The citizen as person unemployed, outside the sphere of
representation through interest groups , and increasingly
becoming a victim of efforts to reform the welfare state;
• The citizen as entrepreneur, regarding free trade , freedom of
choice in business location and private enterprise as essentiaI
criteria towards the possibility of achieving personal goals ;
• The citizen as traveller, who wants to be able to enjoy the
geographical and cultural diversity of Europe without customs
formalities and in future without having to exchange currencies;
• The citizen as holder of a national and regional identity - be he
or she Walloon, Flemish, Belgian , German or Bavarian - who
does not wish to see this identity subsumed in a culturally
homogenized Europe.
At least four of these roles play a part in Euro-scepticism (the citizen
as person unemployed, as employee, as pensioner and as member
of a nation) .
3) Programmatic measures against "Euro-fatigue":
• Unemployment must once again be dramatically reduced;
• Jobs must become more secure ;
• The prospect of life as a pensioner must be given a solid
foundation;
• The national and regiona l identity of populations must be
preserved.
4) Antagonism towards Brussels
• Increasing complexity, lack of c1ear structures or possibilities of
influence, and lack of tangible benefits;
• Alienation, infringement of the subsidiarity principle and graduai
erosion of cultural identity;
• Overpaid and over-privileged super-bureaucracy, which devotes
ali its time to "trifles" (viz. the "Euro-banana"). In fact , this superbureaucracy costs each citizen of Europe 14 marks per annum.
• Costly programmes of measures at the expense of the taxpayer.
Ali these programmes cost each German taxpayer 300 marks net
per annum (just over 500 marks gross) .
• The possible risks of globalization (Le. unemployment, rapid
technical advance, international competition) are projected onto
Brussels .
At the same time , it is considered a matter of course that people young people in particular - recognise the economic and political
benefits .
•
6) What can Europe accomplish from the point of view of the
automobile industry?
• A stronger focus on research and innovation
• Environmental policies on the basis of individuai responsibility
• More initiatives aimed at promoting training and further education
• Vigorous expansion of trans-European networks (Benefits : secure
jobs, mobility, integration)
7) The need for action on the part of European institutions
(Source: Herr Laurent)
The Committee on the Regions and the Economie and Social
Committee represent bodies which give a broad-based reflection of
social and political reality in the EU. In contrast to the traditional
structures in individuai countries , their constitution is not determined
by party membership.
This is positive, but not sufficient in itself. If the constitution of
national decision-making structures is difficult to understand , then
this is ali the more the case with the European institutions, which are
practically superimposed on top of national frameworks - and for
most European citizens also at a considerable geographical
distance.
The confusing diversity of European institutions, and the lack of
a clear understanding of how they work and what qualifies them
to do so, must be improved. Citizens \ose interest in Europe when
it is "beyond them", and particularly when they encounter negative
headlines from Brussels/Strasbourg/Luxembourg which oppose
national interests.
This is not always the fault of the European decision-makers. Ali too
often, Ministers from individuai countries make the "Eurocrats"
scapegoats for feeble compromises to which they themselves have
agreed in the Council of Ministers . But how can the generai public
know what is really going on? The generai public has litt/e idea of
who makes what decisions where or when - let alone why!
The current inter-government conference (Maastricht Il) will need to
find appropriate answers - also bearing in mind that Europe will
continue to grow. However, expansion must find its complement in
depth.
-
'
.
" O ...
~
. _
.
'.
•
•
How should a "citizens' Europe" be constituted?
1. Securing jobs
In view of the present employment situation, top priority must be
given to the creation of jobs.
The member countries of the EU have primary responsibility for a
vigorous employment policy.
The European Union can not substitute for efforts by national
governments; it must, however, coordinate and support the efforts of
its member countries.
The establishment of conditions conducive to increased employment
calls for an economie policy based on stability, greater
competitiveness on the part of industry, and healthy growth. In other
words : full implementation of the single market (Le. in respect of
taxes: VAT, corporation tax, and vehicle registration tax), meeting
the criteri a of convergence so as to establish economie and
monetary union, and accompanying measures such as preliminary
financing of trans-European network projects.
2. Focusing on common values
The citizens of the European Union will only accept the single
market and economie and monetary union in the long term if the
regulatory forces applying to the economy are Iinked with common
goals and values in other spheres of Iife - part icular/y with regard to
creating jobs , social justice, foreign and security policy, combating
internationally organized crime, as well as with regard to health and
consumer-protection policies.
Europe must not only be unified in terms of money, but also in terms
of common values and ideals.
(European citizenship)
:1.
3. Creating democratic and efficient institutions
How can legislation processes be simplified and more clearly
structured?
How can over-regulation be avoided?
Should co-determination be extended?
Simplification of legislation
Laws applying throughout Europe must be clearly understandable by
its citizens. The clarity and intelligibility of legai norms are essential
factors if regulations are to find widespread public acceptance. Laws
must provide citizens, companies and administrative bodies with
cost-effective solutions, while at the same time ensuring a high
degree of protection for consumers and the environment, for health
and public safety.
Clarity
Joint European initiatives of legislation must be based on extensive
dialogue.
Hearings in one form or another should become part and parcel of
every single conceptual stage of preparing legislation. Such
consultation allows far better judgement of the principles of
subsidiarity and equitability. The Commission has already broken
ground in this respect through the publication of green and white
papers (advertising, the external costs of road transport, citizens'
networks) .
.t.
Avoidance cf cver-regulation I reduction in legai regulations
(deregulation)
Ali future initiatives of legislation should be evaluated according to
the following criteria:
Is intervention absolutely necessary, or can the problem be left to
find its own solution? (Focus on essentials)
If action needs to be taken - at what level? (Subsidiarity principle)
And in what legai form? (Regulation or guideline)
Then , consideration must be taken of the costs of the planned
regulation , and of the benefits for those affected (cost-benefit
analysis, for example in respect of the proposed guidelines for car
emissions for the year 2000).
Extending the principle of co-determination
Collaboration of the Parliament in legislation should become the
rule , so as to underscore the dual legitimisation of the European
Union - its countries and its peop les.
Conclusion: The primary objective of simplifying and improving
legislation is to improve the employment situation and create jobs in
the long term by means of greater cost-effectiveness and
competitiveness, and at the same time make structures c1earer and
thus more widely acceptable to ali affected .
Réflexions de M. MARTENS, expert du Groupe III, en vue de l'élaboration d'un avis
d'initiative sur le thème:
"Les coiìts de la pauvreté et de l'exclusion sociale en Europe"
Contexte et objectif de la discussion
Les "Etats sociaux'" de l'Union européenne luttent contre la pauvreté et l'exclusiori sociale,
car ils se sentent tenus de respecter certaines valeurs sociales. La pauvreté et l'exclusion
sociale représentent en outre une source de gaspillage des ressources économiques. Cela est
particulièrement flagrant pour les individus dont la pauvreté est générée par le chòmage: alors
que ces demiers seraient en mesure d'apporter leur contribution à la création de la croissance
économique, ils dépendent de l'aide publique.
Si l'on se limite à l'exemple du chòmage, il apparait que son coùt tant social qu'économique a .
augmenté d'une façon si importante qu'il menace la croissance et la stabilité de l'VE.
Dans ce contexte, une politique responsable doit prendre en considération les éléments
suivants: la pauvreté et l'exclusion sociale engendrent des coùts très élevés. Seule la
transformation des dépenses consenties pour lutter contre la pauvreté en investissements de
production ou d'intégration offrira à l'Union européenne une chance de retrouver une nouvelle
"prospérité pour tous" (Wohlstandfùr alle2).
Qu'est-ce que la pauvreté dans l'État social?
Dans les Etats sociaux tels que ceux de I'Union européenne, la pauvreté et l'exclusion sociale
ne peuvent ètre évalués que par rapport au niveau de vie des différents Etats membres. La
"norme" permettant de défmir si un individu mène - ou non - Une existence normale est le
niveau de vie de la société dans laquelle il vito Parallèlement, la question de la pauvreté est
étroitement liée à l'échelle des valeurs et aux décisions politiques de chacun des Etats
membres: la réponse fournie dépend également du niveau d'inégalité et des situations de
détresse qui sont acceptés au sein d'une société donnée.
Note du traducteur: le dictionnaire a1lemand Duden définit la notion d'État social (Soztalstaan comme un "État démocratique
soucieux de garantir la sécurité économique de ses citoyens et de réduire les différenccs sociales au sein de la société"
2
Titre d'un célèbre livre écrit par Ludwig Erhard, qui fut le premier ministre de l'Éconornie de la République fédérale après la
Deuxièrne Guerre mondiale.
...I...
-2-
A cet endroit, il convient de dissiper quelques malentendus: la pauvreté considérée comme
"pauvreté relative" dans les Etats sociaux ne doit pas ètre confondue avec les formes de
pauvreté rencontrées dans les pays du tiers monde. Ces derniers appliquent la notion de
"pauvreté absolue" notamment aux individus menacés de mourir de faim . Cette forme de
pauvreté n'est acceptée dans aucun État social. Parallèlement, il existe une idée tout aussi
fausse selon laquelle il ne peut y avoir de pauvreté au sein de l'VE au prétexte que personne
n'y meurt de faim. Les formes extrèmes et spectaculaires de pauvreté existent également dans
les Etats sociaux : chacun d'entre nous a déjà vu des sans-abri passer la nuit sur un banco
Toutefois, l'exclusion et l'état de pauvreté "relative" de la plupart des individus concernés ne
sont pas identifiables au premier regard.
Quels sont les dommages provoqués par la pauvretéet l'exclusion sociale?
Pour chiffrer le coùt global de la pauvreté et de l'exclusion sociale, il est nécessaire de prendre
en considération toutes les formes de pauvreté relative rencontrées dans un État soci al. Cela
englobe les aspects liés non seulement au revenu, mais aussi au travail, au logement,
formation et
à
l'éducation,
à
l'intégration sociale et
à
à
la
la santé.
Il n'est pas possible de détailler le coùt de l'exclusion sociale d'un individu, car il n'existe pas
de données statistiques et d'enqu ètes appropriées pour l'ensemble des domaines concemés. En
conséquence, les considérations exposées ci-dessous ne peuvent pas ètre complètes, elles
constituent davantage une méthode de calcul du coùt de cette exclusion.
Fondamentalement, l'on distingue trois formes de pauvreté et d'exclusion sociale: (les chiffres
cités concement l'Allemagne et se limitent pour l'essentiel aux secteurs du chòmage et de
l'aide sociale):
Coiìt pour les collectivités publiques: charges pour les budgets publics,considérées soit (a)
en termes de dépenses (par ex. aide sociale, indemnités chòmage), soit (b) en termes de baisse
des rentrées (impòts, cotisations sociales diverses).
Le coùt total supporté par les collectivités publiques au rnilieu des années 90 s'élève
à
environ
93 rnilliards de marks (environ 49 rnillions d'écus) si l'on considère - outre de l'aide sociale uniquement le chòmage longue durée. Si par contre on calcule le coùt global du ch òmage, la
à
somme double et atteint environ 189 rnilliards de marks (env. 100 milliards d'écus) (voir
annexe).
...1...
-3-
Cofìt économique: la pauvreté et l'exc1usion sociale entrainent des "coùts d'opportunité"
provoqués par la baisse de l'utilité économique des personnes socialement exclues, Pour la fin
des années 80, le coùt du seul chòrnage était estimé à env. 180 milliards de marks (env. 96
milliards d'écus) pour l'Allemagne de l'Ouest. Si l'on considère le coùt global de l'aide sociale
accordée aux personnes en age de travailler, il faut ajouter à ce chiffre env. 99 milliards de
marks (env. 53 milliards d'écus), ce qui donne un total d'env, 279 milliards de marks (env.
148 milliards d'écus).
Cofìt pour les personnes concernées: Ce coùt résulte par exemple de la perte de
compétences professionnelles, de la perte de considération sociale, de la perte d'autonomie
concemant la gestion de ses propres affaires, de l'apparition de maladies liées à la situation
sociale. Le problème de ce type de coùt provient du fait qu'il est difficile à chiffrer
économiquement. Pour s'en [aire une idée approximative, il convient de considérer .les coùts
induits liés à l'infrastructure d'aide sociale.
Au milieu des années 90, les sommes dépensées, d'une part, pour l'éducation en foyer et
l'accompagnement sociopédagogique d'adolescents et de jeunes adultes, d'autre part pour la
population carcérale, et enfin pour les centres de thérapie destinées aux personnes alcooliques
ou toxicomanes s'élèvent à env. 7 milliards de marks (env. 3,7 milliards d'écus). Il faut
souligner que cette somme est loin de prendre toutes les dépenses en compte (voir annexe).
Les .différents modes de calcul retenus permettent de donner une fourchette de déperises
globales située entre 280 et 480 milliards de marks (env. 150 à 250 milliards d'écus; à titre de
comparaison, le budget des fonds structureis alloués à l'Allemagne pour la période 1984-1999
est de 19 milliards d'écus). En résumé:
1. La pauvreté et l'exclusion sociale ont entrainé des dépenses - pour prendre l'exemple
de l'Allemagne au milleu des années 90 - de l'ordre de 8 à 13 % du Produit national
brut.
2. Ces dépenses annihilent les perspectives de croissance, et les charges qu'elles
entrainent pour les budgets publics, pour l'économie et pour les personnes
concernées affaiblissent la compétitivité de l'économie de l'Union européenne.
3. Seui le transfert de ces dépenses vers des activités de production et d'intégration
permettra de rétablir la prospérité au sein de l'Union européenne.
...I...
- 4-
Actions
Les actions qui peuvent ètre entreprises au niveau de l'VE sont les suivantes:
(a)
La création de bases de données appropriées. A cet égard, il convient de développer
des indicateurs unifonnes au sein de l'UE, en vue de chiffrer les insuffisances en matière de
revenus, de travail, de logement, de fonnation et d'éducation, d'intégration sociale et de santé.
Ces indicateurs d'insuffisances pennettront ensuite d'exploiter non seulement les statistiques
.nationales, mais également les données d'échantillons de l'UE.
(b)
L'établissement d'une documentation relative aux actions et aux projets concluants
menés sur le territoire de l'VE au profit de divers groupes cibles, par exemple les migrants, les
famil1es, les familles uniparentales, les jeunes, les malades chroniques et les personnes
handicapées, et enfin les ch òmeurs de longue durée.
(c)
Les projets visant à vaincre la pauvreté et l'exclusion sociale dans les Etats membres .
L'auteur du présent document considèrequel'accent doitètre mis sur les actions décrites cidessus aux points (a) et (b). La fixation de seuils de pauvreté relative en tennes de revenus ou la définition de recommandations en la matière - soutiendrait les efforts déployés dans les
Etats membres par les organisations non gouvemementales, qui réclament des rapports
officiels et réguliers sur la pauvreté.
Signé:
Dr
Rudolf
Martens
Francfort-sur-le-Main,
le
4
juillet
1996
.. .I ...
- 5/
Annexe
1.
RécapituIatif des cofits pour Ics coIlcctivités publiques eo Allemagne au milieu
des aooécs 90 (par personne)
Chòmage en 1995: env . 4 millions de chòmeurs (coùt estimatif: 14 000 marks; baisse des
rentrées estimée: 16 000 marks, soit au total 120 milliards de marks. Si l'on retient
uniquement le chòmage de longue durée (approximativement un cinquième des chòrneurs,
soit env. 800 000 personnes) comme critère d'évaluation de la pauvreté et de l'exclusion, le
coùt est de:
24 milliards de marks
Dépenses totales de l'aide sociale au titre du revenu de substitution pour 1994:
17 milliards de marks
Baisse des rentrées en raison de l'aide sociale fournie aux bénéficiaires de l'aide au revenu
de substitution (1994), aux individus en àge de travailler (env . 1,2 millions de personnes)
ainsi qu'aux chòmeurs, soit 16 000 marks par personne:
19 milliards de marks
Aide sociale (1994) accordée aux personnes nécessitant des soins, malades et handicapées
ainsi qu'à celles qui font faces à des problèmes sociaux spécifiques, soit au total 1,9
millions de personnes:
33 milliards de marks
2.
Exemples dc coiìts sociaux ioduits (par persoooe)
Hébergement en foyer d'adolescents et de jeunes adultes: env. 48 à 65 000 marks par an
(26 à 35 000 écus) .
Prise en charge des détenus: env. 40 à 50 000 marks par an (env. 21 à 27 000 écus).
Prise en charge des sans-abri: env. 33 000 marks par an (env. 18 000 écus).
Accueil dans des centres de traitement pour toxicomanes: env. 73 à 110 000 marks par an
(env. 39 à 59 000 écus).
Rudolf Rezsohazy
39, me Demaret
B- 1300 Limai
~ ~~ ~ ~~ \.~}
~ ~,'; , ~ 'M ' t rI~~ dt ~ .~
C\:-~ t ~ ' "'" ~ tWl~~(")\. V~ V'l'l
~ 1«(\JV?« r~\ ~ ~ fA ;AwJ MUt .
~ ~M' ~
'>\'-
4.« ~ y\wI
~~ fJM":v,
Ì€l
1 (~ ~ 10 . ~
J
Mi
')
12 .1~·
J
~4t11ftvr''\tIA)
/
L'EUROPE: UN IDEAL, UNE RAISON D'ETRE POUR UN CITOYEN
INFORME ET MOTIVE
ELEMENTS DE SYNTHESE
Session I: Le citoyen dans l'économie
1. La question de départ a été formulée ainsi: comment réconcilier le citoyen
avec l'économie ? Les orateurs appelés y répondre privilégiaient le chemin de la
relance économique. Leurs propos pourraient étre synthétisés dans un "mini-modèle":
à
a) S'il n'y a pas de croissance, il n'y a pas d'emplois supplémentaires.
b) Les demandes en expansion se situent en dehors des pays hautement
industrialisés, en Chine, en Inde, en Extrème-Orient, en Amérique latine.
c) Contribuer au développement de ces pays en fait des acheteurs de nos
produits.
d) Le m éme raisonnement peut étre tenu à l'égard des régions plus pauvres de
l'EuropeoY investir crée un nouveau potentiel de demande .
e) Toutefois, les nouveaux emplois viendront moins des grandes entreprises
existantes et davantage des innovations et des entreprises nouvelles qui les mettront en
pratique.
t) L'expansion commerciale de l'Europe dans le monde suppose un meilleur
encadrement politique et l'allègement des charges des entreprises.
2. Réconcilier le citoyen avec l'économie signifie humaniser le fonctionnement
des mécanismes économiques. Cette exigence implique la généralisation des méthodes
consensuelles et le renforcement du dialogue social. Il est souhaiter que les conflits
menés dans un esprit de lutte des classes cèdent la piace à la gestion des conflits par
concertation.
à
3. Une des clés de l'adhésion du citoyen à l'Europe est le succès de la lutte
contre le chòmage, menée par les instances européennes.
Il est évident qu'une politique d'emploi conçue et conduite au niveau européen
a plus de chance d' étre efficace que quinze politiques nationales non-concert ées. Pour
conquérir la confiance et des entrepreneurs et des consommateurs et des travailleurs, le
Pacte de confiance pour l'emploi lancé par le président Santer mérite un accueil
positif Il assigne, de manière équilibrée, ses t àches respectives aux gouvernements,
aux partenaires sociaux, aux banques centrales et à l'Union européenne.
Dans cette perspective, il serait utile d'ajouter aux traités européens un chapitre
sur l'emploi.
4. Pour contribuer à résoudre les problèmes de l'empIoi, il parait indispensable
de repenser la piace du travail dans notre système de valeurs. Actuellement , elle est
centrale: le travail fonde l'existence sociale de chacun, assure son revenu, définit son
statut, façonne son style de vie, etc. Le chòmage est particulièrement dramatique, non
seulement par la baisse du niveau de vie qu'il cause, mais surtout par le coùt
psychologique, la perte de considération et de signification qu'il entraine .
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising