P-C-7-R0 Travaux-de-mise-en-oeuvre-des-systemes-d

P-C-7-R0 Travaux-de-mise-en-oeuvre-des-systemes-d
Travaux
de mise en
œuvre et
d'entretien
des plantes
Travaux de mise en œuvre
des systèmes d’arrosage
N°: P.C.7-R0 | Création : juillet 2014
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
Préambule
Les règles professionnelles sont la transcription et
l’identification du savoir-faire des entreprises du paysage.
Elles sont rédigées par des professionnels du paysage :
entreprises,
donneurs
d’ordre,
bureaux
d’étude,
enseignants, fournisseurs, experts.
Elles sont élaborées en tenant compte de l’état des lieux
des connaissances au moment de leur rédaction, et des
documents existants sur certains sujets spécifiques. Elles
constituent ainsi une photographie des « bonnes pratiques »
du secteur.
Elles sont toutes organisées selon le même principe. Ainsi,
on y trouve :
- une délimitation précise du domaine d’application
- un glossaire détaillé des termes employés dans le document
- des prescriptions techniques organisées selon la logique
du déroulement de chantier
- des points de contrôle, qui donnent les moyens de vérifier
la bonne exécution du travail
- des annexes techniques pouvant être de différents ordres :
compléments techniques spécifiques, exemples de méthodes
à mettre en œuvre…
Les règles professionnelles sont applicables à tout acteur
concourant à la réalisation et l’entretien d’un ouvrage
paysager.
Nota bene : Les règles professionnelles du paysage n’ont pas pour
vocation de remplacer le fascicule 35 mais de le compléter et de
l’enrichir. Les règles professionnelles du paysage sont bien sûr
conformes aux prescriptions générales du fascicule 35 et visent
essentiellement à décrire les techniques mises en œuvre et les
résultats à obtenir, pouvant notamment s’intégrer dans les CCTP
des marchés de travaux.
Avertissement : Les réglementations de chantier et celles relatives à
la sécurité des personnes ne sont pas abordées dans ces documents.
Il va de soi que toutes les activités décrites doivent être réalisées
dans le respect de la législation en vigueur.
Liste des personnes
ayant participé
à la rédaction
Comité de pilotage
Jean-Pierre BERLIOZ (Unep, membre honoraire)
Christophe GONTHIER (Unep, Président de la Commission
technique)
Françoise JEANNERET, (Unep, trésorière adjointe déléguée
aux techniques de métiers)
Eric LEQUERTIER (Unep, Vice-président de Plante & Cité)
Thierry MULLER (Unep, Vice-président de QualiPaysage)
Comité de rédaction
Pierre-Alain MADELAINE (Synaa)
Charles HAMELIN (Synaa)
Adeline MILLET (Synaa)
Bruno MONTAGNON (Synaa)
Marie RUAUD (Unep)
Cécile DUMAS (Unep)
Comité de relecture
Eric CAUSSAT (Unep)
Elie DESRUES (Synaa)
Jean-Marc LENOIR (Unep)
Sébastien MAFFRAND (Unep)
Alain MARTINEAU (Unep)
Thierry MULLER (Unep)
Florent POISSONNET (Synaa)
Frank ROUZIER (Unep)
Cathy BIASS-MORIN (AITF)
Yves PILORGE (FFP)
Thibault BEAUTE (Hortis)
Régis TRIOLLET (DGER)
Document réalisé dans le cadre de la convention de coopération signée entre l’Unep
et le Ministère en charge de l’Agriculture et sous la direction de l'Unep
Une nomenclature spécifique a été retenue pour les règles professionnelles du paysage. Par exemple, le numéro des règles
professionnelles "Travaux des sols, supports de paysage" est le P.C.1-R0. La première lettre de la nomenclature sert à identifier
l’axe auquel appartient le sujet (axe 1 - P : plantes / axe 2 - C : constructions paysagères / axe 3 - B : végétalisation de bâtiments /
axe 4 - N : zones naturelles). Quant à la seconde lettre, elle permet d’identifier les travaux de création (C) ou d’entretien (E).
Le premier chiffre est un numéro d’ordre et la mention “Rchiffre” indique le numéro de révision. Les annexes sont indiquées
par la mention “Achiffre”, placée avant le numéro de révision.
Les règles professionnelles du paysage sont téléchargeables sur le site de l’Unep à l’adresse suivante :
http://www.entreprisesdupaysage.org/base-documentaire/regles-professionnelles/149-Regles-professionnelles-finalisees/
2
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
Sommaire
Préambule
2
Liste des personnes ayant participé à la rédaction
2
1. Domaine d’application
6
2. Définitions des termes
6
6
6
6
6
6
6
6
6
6
6
6
6
6
6
6
6
6
6
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
2.1. Typologie des systèmes d’arrosage
2.1.1.Système d'arrosage
2.1.2.Arrosage intégré
2.1.3.Arrosage manuel
2.1.4.Arrosage automatique programmé
2.1.5.Micro-irrigation
2.1.6.Arrosage par sub-irrigation ou arrosage sous-surfacique
2.1.7.Micro-aspersion
2.2. Matériels d’arrosage utilisés
2.2.1.Appareil de robinetterie (vanne)
2.2.2.Arroseur auto-moteur
2.2.3.Arroseur escamotable à jet fixe (type tuyère)
2.2.4.Arroseur escamotable à jet rotatif
2.2.4.1. Arroseur escamotable faible ou moyenne portée
2.2.4.2. Arroseur escamotable grande portée
2.2.5.Bouche d'arrosage
2.2.6.Bouche à clé / Tête de bouche à clé
2.2.7.Bubbler
2.2.8.Buse
2.2.9.Câble électrique
2.2.10. Canalisation d'arrosage
2.2.11.Canalisation primaire
2.2.12. Canalisation secondaire
2.2.13. Canne
2.2.14. Clapet anti-retour
2.2.15. Clapet anti-vidange
2.2.16. Clapet vanne
2.2.17. Compteur d’eau
2.2.18. Débitmètre
2.2.19. Décodeur
2.2.20. Disconnecteur hydraulique
2.2.21. Electrovanne
2.2.22. Fourreau
2.2.23. Gestion à distance
2.2.24. Gestion centralisée
2.2.25. Goutteur
2.2.26. Limiteur de débit
2.2.27. Micro-asperseur
2.2.28. Montage articulé
2.2.29. Montage déporté (souple)
2.2.30. Nourrice
2.2.31. Pompe doseuse
2.2.32. Programmateur
2.2.33. Programmateur autonome
2.2.34. Programmateur sur secteur
2.2.35. Regard à vannes
2.2.36. Régulateur de pression aval
2.2.37. Solénoïde
2.2.38. Sondes de détection des conditions climatiques
2.2.38.1. Anémomètre
2.2.38.2. Capteur pluviométrique
2.2.38.3. Sonde hygrométrique ou sonde d’humidité
2.2.38.4. Sonde pluviométrique
2.2.38.5. Sonde tensiomètrique
2.2.39. Source d’eau
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
3
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
2.2.40. Station de pompage
2.2.41. Surpresseur
2.2.42. Tuyau goutte-à-goutte
2.2.43. Vanne automatique télécommandée
2.2.44. Vanne de purge
2.2.45. Vanne manuelle
2.2.46. Vanne volumétrique à réarmement manuel
2.2.47. Ventouse à double effet
2.3. Terminologie spécifique à la conception des systèmes d'arrosage
2.3.1.Portée (d'un arroseur ou diffuseur)
2.3.2.Implantation
2.3.3.Sectorisation
2.3.4.Voie d'arrosage
2.3.5.Zone hydraulique
2.3.6.Arrosage par aspersion
2.3.7.Angle
2.3.8.Secteur
2.4. Termes propres aux travaux
2.4.1.Tranchée
2.4.2.Fouille
2.4.3.Remblayage
2.4.4.Montage déporté
2.4.5.Montage articulé
2.4.6.Piquetage
2.5. Termes propres aux engins utilisés pour les travaux de mise en œuvre
2.5.1.Trancheuse
2.5.2.Mini-pelle
2.5.3.Sous-soleuse
2.6. Termes propres aux conduites
2.6.1.Conduite
2.6.2.Chanfrein
2.6.3.Butées
2.6.4.Assemblage et raccordement des conduites
2.6.4.1. Joint automatique
2.6.4.2. Joint collé
2.6.4.3. Raccord à compression
2.6.4.4. Raccord électrosoudable
2.6.4.5. Soudure au miroir
2.7. Divers
2.7.1.Disjoncteur
2.7.2.Manomètre
2.7.3.Génératrice supérieure
2.7.4.Réseau primaire
2.7.5.Réseau secondaire
3. Description et prescriptions techniques
3.1. Assurances
3.2. Implantation et piquetages
Point de contrôle interne
3.3. Branchement sur la source en eau
3.4. Travaux de terrassements pour la mise en œuvre des réseaux
3.4.1.Les différentes techniques
3.4.2.Spécificités propres à l’ouverture de tranchées manuelles ou mécaniques
Point de contrôle interne
3.4.3.Pose des canalisations par sous-solage
3.5. Transport et stockage des conduites
3.6. Pose des conduites / canalisations (en tranchée ouverte)
3.6.1.Coupes
3.6.2.Spécificités propres aux conduites en polyéthylène
3.6.2.1. Pose de la canalisation
3.6.2.2. Assemblage et raccordement
3.6.3.Spécificités propres aux conduites en PVC
3.7. Pose des éléments de fontainerie et de robinetterie
3.7.1.Eléments à brides : quelques cas particuliers
3.7.1.1. Le cas particulier de la pose des vannes de sectionnement (source : fascicule 71)
3.7.1.2. Le cas particulier de la pose des robinets de branchement (source : fascicule 71)
3.7.1.3. Le cas particulier de la pose des bouches à clé (source : fascicule 71)
4
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
9
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
11
11
11
11
11
12
12
12
12
12
12
12
13
13
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
3.8. Fermeture de la tranchée et des fouilles
3.9. Purge des réseaux primaires et test de pression
3.10. Pose des électrovannes
3.11. Pose et dimensionnement des regards de visite pour électrovannes
Point de contrôle interne
3.12. Purge des réseaux secondaires et vannes de vidange
3.13. Pose des arroseurs
3.13.1. Les tuyères et les arroseurs petites portées, raccordement ½ et ¾ de pouce (15x21 mm et 20x27 mm)
3.13.2. Les arroseurs grandes portées, raccordement 1 pouce, 1 pouce 1/4, 1 pouce 1/2 (26x34 mm, 33x42 mm, 40x49 mm)
Point de contrôle interne
3.14. Pose des systèmes de goutte-à-goutte
3.14.1. Pose de goutte-à-goutte en ligne en surface
Point de contrôle interne
3.14.2. Pose de goutte-à-goutte en ligne enterré
3.14.3. Pose des goutteurs rapportés
3.15. Mise en œuvre des matériels électriques
3.15.1. Alimentation électrique du système d’automatisme d’arrosage (tension électrique 220/240 V)
3.15.2. Câblages électriques entre le programmateur et les électrovannes (tension électrique 24 V)
3.15.2.1. Conditions de pose
3.15.2.2. Dimensionnement des câbles (tension électrique 24V)
3.15.2.3. Connexions
3.15.3. Mise à la terre
Point de contrôle interne
3.15.4. Programmateurs
3.15.4.1. Programmateurs autonomes 9V
3.15.4.2. Programmateur 220/240 V
3.15.5. Gestion centralisée
3.15.5.1. Système à décodeurs
3.15.5.2. Système à satellites
3.15.6. Appareils d’aide à la gestion
Point de contrôle interne
3.16. Réception de l’installation d’arrosage
Point de contrôle contradictoire
3.17. Garantie
4. Définition des points de contrôle internes et des points de contrôle contradictoires
Annexes
A1. Déroulement chronologique indicatif d’un chantier de mise en œuvre d’un système d’arrosage
A2. Exemple de tableau de conduite de l’arrosage
A3. Liste de contrôles à réaliser lors de la réception d’un système d’arrosage automatique
13
13
13
14
15
15
15
15
15
16
16
16
16
16
17
17
17
17
17
17
17
17
18
18
18
18
18
19
19
19
19
20
20
20
21
23
24
24
25
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
5
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
1. O
bjet et domaine
d’application
2.1.6. Arrosage par sub-irrigation ou arrosage soussurfacique
Les présentes règles ont pour objet de définir les prescriptions
minimales relatives aux travaux de mise en œuvre des systèmes
d’arrosage. Elles s’étendent à toutes les installations ou parties
d’installations effectuées par les installateurs d’arrosage.
2.1.7. Micro-aspersion
Ces règles professionnelles visent à mettre en œuvre des systèmes
d’arrosage permettant de limiter les consommations d’eau en
apportant le juste arrosage nécessaire au bon développement
du végétal dans les aménagements paysagés et à la qualité des
surfaces sportives.
Les applications de systèmes d’arrosage à des fins de lavage,
de nettoyage, d’abaissement de température dans le domaine
industriel peuvent être faites en suivant ces préconisations.
Ne sont pas concernés :
• les travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage
intégrant une installation de pompage
• la conception des systèmes d’arrosage, qui fait l’objet des
règles professionnelles P.C.6-R0 « Conception des systèmes
d’arrosage »
• les travaux de maintenance des systèmes d’arrosage, qui
font l’objet des règles professionnelles P.E.4-R0 « Travaux de
maintenance des systèmes d’arrosage »
• les installations utilisées à des fins liées à la sécurité
réglementaire incendie.
2. Définitions des termes
2.1. Typologie des systèmes d’arrosage
2.1.1. Système d'arrosage
Ensemble de matériels permettant de compenser
artificiellement le déficit en eau des végétaux en espaces
verts et sols sportifs en un apport régulier et homogène.
2.1.2. Arrosage intégré
Système d'arrosage dont les composants s'intègrent de
manière harmonieuse et discrète au site, dans la végétation
ou dans le sol sans entraver les tâches de maintenance. Les
canalisations, les commandes et les arroseurs sont installés
de manière pérenne sous la terre.
2.1.3. Arrosage manuel
Système d'arrosage exigeant une intervention manuelle pour
le déclenchement et l'arrêt de chaque secteur d’arrosage.
2.1.4. Arrosage automatique programmé
Déclenchement automatique des cycles d'arrosage par des
organes de mémoire et de commande, sans intervention
d’un opérateur.
2.1.5. Micro-irrigation
Apport d’eau par goutteur (soit en dérivation d’un tube,
soit incorporé au tube), diffusant l’eau au niveau du sol (ou
enterré, cf. § 2.1.6).
6
Technique d'arrosage utilisant principalement un réseau de
goutteurs enterrés qui diffusent l'eau au niveau des racines.
Système d’aspersion en fines gouttelettes à petite portée,
démontable, piqué au sol et adapté aux végétaux en place.
2.2. Matériels d’arrosage utilisés
Les symboles officiels servant à représenter les éléments
d’un circuit d’arrosage sont présentés en annexe P.C.6-A1-R0
(source NF EN 484-2) des règles professionnelles P.C.6-R0
« Conception des systèmes d’arrosage ».
2.2.1. Appareil de robinetterie (vanne)
Composant de tuyauterie permettant d’influencer le débit
du fluide en ouvrant, fermant ou obstruant partiellement
le passage du fluide ou en divisant ou mélangeant le fluide.
2.2.2. Arroseur auto-moteur
Appareil sur chariot mobile qui se déplace de lui-même
grâce à la pression de l’eau, autotracté, et enroulant son
câble de guidage et de traction.
2.2.3. Arroseur escamotable à jet fixe (type tuyère)
Réalisé en matière plastique, il est composé d'un corps à
enterrer et d'un tube coulissant qui émerge sous la pression
de l'eau. Il existe en plusieurs hauteurs d’émergence (5 cm,
7,5 cm, 10 cm, 15 cm et 30 cm) afin de s’adapter à la végétation.
Il est équipé d'une buse à jet fixe. L’angle de diffusion est
réglable ou fixe. Les portées sont généralement comprises
entre 1,5 et 5 mètres. La diffusion est en fines gouttelettes.
Appareil nécessitant une pression générique faible (entre
1,5 et 2 bar) mais générant une forte pluviométrie (entre 25
et 60 mm par heure).
2.2.4. Arroseur escamotable à jet rotatif
Appareil à turbine et jet rotatif muni d'un système
d'entraînement par turbine et engrenages. Cet appareil est
enterré. Sa hauteur d’émergence est de 10 à 30 cm et sa
portée de 5 à 32 m. Une électrovanne peut être incorporée.
2.2.4.1. Arroseur escamotable faible ou moyenne portée
Portée de 5 à 15 mètres. Appareil nécessitant une pression
générique faible ou moyenne (entre 2,5 et 4 bar) et générant
une pluviométrie moyenne (entre 10 et 20 mm par heure).
2.2.4.2. Arroseur escamotable grande portée
Portée de 15 à 32 mètres. Appareil nécessitant une pression
générique moyenne à élevée (entre 4 et 7 bar) et générant
une pluviométrie moyenne (entre 10 et 20 mm par heure).
2.2.5. Bouche d'arrosage
Point d'eau arasé au niveau du sol.
2.2.6. Bouche à clé / Tête de bouche à clé
Accessoire de robinetterie permettant de manœuvrer depuis
la chaussée, une vanne ou un robinet de branchement
enterré.
2.2.7. Bubbler
Emetteur d’eau prévu pour créer un arrosage localisé. Débit
supérieur à 20L/h, pour irrigation localisée, en surface ou
enterré et placé dans un dispositif adapté. Il peut être piqué
sur le tube ou en dérivation.
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
2.2.8. Buse
2.2.21. Electrovanne
2.2.9. Câble électrique
2.2.22. Fourreau
Orifice diffuseur d’eau, interchangeable, réglable ou fixe,
ajusté pour obtenir à un débit et une pression donnée
une portée. Adaptables sur les tuyères, arroseurs, micro
asperseurs, les buses sont démontables et indépendantes.
Support pour le transport d’énergie ou de signaux
électriques.
2.2.10. Canalisation d'arrosage
Tuyau utilisé pour le transport d’eau d’arrosage sous
pression.
2.2.11. Canalisation primaire
Tuyau enterré assurant la liaison entre la pompe ou la
source d’eau et les canalisations secondaires. Ce tuyau est
constamment sous pression pendant la saison d’arrosage.
2.2.12. Canalisation secondaire
Tuyau d’alimentation dérivé sur lequel les appareils de
distribution d’eau (arroseurs, goutteurs) sont raccordés par
l’intermédiaire du montage déporté ou articulé. Ce tuyau
est placé en aval de l’électrovanne ou de la vanne manuelle
et n’est sous pression que lorsque la voie d’arrosage est en
fonctionnement.
2.2.13. Canne
Ou perche. Tuyau rigide permettant de réhausser au-dessus
du sol un appareil d'arrosage (massifs de fleurs, bosquets,
etc.).
2.2.14. Clapet anti-retour
Appareil de robinetterie qui s’ouvre automatiquement sous
la poussée d’un fluide dans une direction définie et se ferme
automatiquement pour éviter le débit du fluide en sens
inverse.
2.2.15. Clapet anti-vidange
Clapet taré monté sous l'arroseur ou incorporé à l'arroseur
pour éviter qu'une canalisation ne se vidange par
l'intermédiaire d'arroseurs situés aux points bas.
2.2.16. Clapet vanne
Prise d’eau enterrée permettant le branchement rapide
d’un arroseur ou d’un tuyau souple par l’introduction d’une
clé de branchement spécifique.
2.2.17. Compteur d’eau
Appareil permettant de mesurer les quantités d’eau utilisées
par unité de volume (m3).
2.2.18. Débitmètre
Appareil permettant de mesurer les volumes d’eau utilisés
par unité de temps (m3/h).
2.2.19. Décodeur
Vanne automatique à commande électrique, permettant
l'ouverture et la fermeture du passage de l'eau vers les jets.
La tension électrique est de 9 V ou 24 V maximum, à courant
continu (DC) ou alternatif (AC).
Gaine permettant le passage et la protection de canalisations
ou de câbles électriques à travers ou sous un ouvrage (route,
chemin, mur, etc.).
2.2.23. Gestion à distance
Organe de mémoire permettant de gérer un ou plusieurs
programmateurs depuis un ordinateur ou un site internet
dédié qui ne se trouve pas sur le site arrosé.
2.2.24. Gestion centralisée
Organe de mémoire de commande permettant de centraliser
la programmation de l’arrosage et géré par ordinateur.
Pour un ou plusieurs sites, les communications peuvent
être filaires via un décodeur ou satellite, par internet ou
interface relais (GSM, GPRS), par radio haute fréquence ou
par ligne téléphonique.
2.2.25. Goutteur
Emetteur d’eau prévu pour créer un arrosage localisé. Débit
inférieur à 20L/h, pour irrigation localisée, en surface ou
enterré. Il peut être piqué sur le tube, en dérivation ou
intégré au tube. Les goutteurs peuvent être turbulents ou
autorégulés (avec compensation de pression).
2.2.26. Limiteur de débit
Appareil permettant de ne délivrer qu’un volume d’eau
défini, quel que soit le débit d’origine.
2.2.27. Micro-asperseur
Diffuseur fixe d’un débit inférieur à 150L/h, utilisé pour
l’irrigation localisée. Il s’installe en surface. Il est apparent,
généralement en dérivation, sur pique ou en pendulaire.
2.2.28. Montage articulé
Dispositif de raccordement entre le réseau secondaire et
l’arroseur. Ce dispositif est rigide et articulé, et permet de
régler au niveau du sol l'appareil d'arrosage escamotable
(cf. figure 7, page 33). La nature du raccordement doit
permettre la verticalité et la mise à niveau de l’arroseur au
moment de la mise en œuvre et durant tout le cycle de vie
du matériel.
2.2.29. Montage déporté (souple)
Dispositif de raccordement entre le réseau secondaire et
l’arroseur. Ce dispositif est semi-rigide et permet de régler au
niveau du sol l'appareil d'arrosage escamotable (cf. figure 6,
page 32). La nature du raccordement doit permettre la
verticalité et la mise à niveau de l’arroseur au moment de
la mise en œuvre et durant tout le cycle de vie du matériel.
Appareil associé à une ou plusieurs électrovannes permettant
son ouverture et sa fermeture à partir d’un signal codé émis
par une interface de programmation
2.2.30. Nourrice
2.2.20. Disconnecteur hydraulique
2.2.31. Pompe doseuse
Système anti-pollution muni de clapets anti-retour avec
soupape de décharge ou non, destiné à isoler le réseau
d’eau potable en le protégeant d’un retour d’eau du réseau
d’arrosage. Il peut être vérifiable ou non.
Elément d’assemblage permettant de raccorder plusieurs
réseaux de distribution entre eux.
Appareil permettant d’injecter des engrais ou des produits de
traitement dans l’eau d’irrigation par dosage volumétrique.
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
7
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
2.2.32. Programmateur
Organe de mémoire et de commande de tout système
d'arrosage automatique. Il est composé d'une horloge et
permet le démarrage automatique des électrovannes par
impulsion électrique. Les différents circuits doivent pouvoir
être réglés indépendamment. Il est alimenté par un courant
électrique 220/240 V ou 9 V (V pour volts).
2.2.33. Programmateur autonome
Organe de mémoire commandé, déclenché par une réserve
de marche (batterie) de 9 V continu (V DC).
2.2.34. Programmateur sur secteur
Organe de mémoire commandé, alimenté par un courant
électrique 220/240 V. L’alimentation par un transformateur
24 V alternatif (V AC) permet le déclenchement des
électrovannes.
2.2.35. Regard à vannes
Regard enterré, de forme ronde ou rectangulaire,
généralement en plastique injecté, muni d'un couvercle, de
préférence de couleur verte, et servant à abriter les vannes
ou électrovannes.
2.2.36. Régulateur de pression aval
Installation constituée d’une ou plusieurs pompes,
comprenant tous les équipements et accessoires nécessaires
à l’acheminement de l’eau vers le réseau.
2.2.41. Surpresseur
Installation constituée d’une ou plusieurs pompes et destinée
à augmenter la pression dans le réseau de distribution.
2.2.42. Tuyau goutte-à-goutte
Tube auquel sont intégrés des goutteurs, disposés à
intervalles réguliers, autorégulant ou non. Les tuyaux
goutte-à-goutte peuvent être suspendus, placés à même le
sol, sous paillage ou enterrés.
2.2.43. Vanne automatique télécommandée
Vanne pilotée à distance par une ligne de commande très
basse tension ou un tube hydraulique ou pneumatique de
commande.
2.2.44. Vanne de purge
Appareil permettant de vidanger tout ou une partie
de conduite. Ces vannes à fonctionnement manuel ou
automatique sont placées aux points bas des canalisations.
Appareil permettant de maintenir une pression aval
prédéfinie inférieure ou égale à la pression amont. Il peut
être réglable ou fixe.
2.2.45. Vanne manuelle
2.2.37. Solénoïde
2.2.46. Vanne volumétrique à réarmement manuel
Bobine vissée sur l’électrovanne, équipée d’un noyau excité
par l’impulsion électrique. Il déclenche le passage de l’eau.
Il est muni de deux fils reliés au programmateur. Il est soit
conçu pour fonctionner sur du courant continu (9 V DC) soit
conçu pour fonctionner sur du courant alternatif (24 V AC).
Il convient de se référer à l’étiquetage sur le solénoïde.
2.2.38. Sondes de détection des conditions
climatiques
Ces appareils sont utilisés pour asservir le programmateur et
informer l’utilisateur.
2.2.38.1. Anémomètre
Mesure la vitesse du vent.
2.2.38.2. Capteur pluviométrique
Appareil réglable utilisé pour interdire l’irrigation quand la
hauteur de pluie dépasse un seuil prédéfini.
2.2.38.3. Sonde hygrométrique ou sonde d’humidité
Elle mesure la teneur en eau du sol. Elle peut être intégrée
au circuit ou être manuelle et utilisable ponctuellement.
2.2.38.4. Sonde pluviométrique
Mesure la quantité d’eau de pluie.
2.2.38.5. Sonde tensiomètrique
Mesure la disponibilité en eau du sol et l’état de l’humidité
du sol.
2.2.39. Source d’eau
Point de fourniture de l’eau alimentant l’installation
d’arrosage.
8
2.2.40. Station de pompage
Appareil à actionnement manuel destiné à permettre ou à
interdire le passage d’un fluide.
C'est une vanne équipée d'une minuterie ou d'un compteur
d'eau, qui délivre sur un secteur la quantité d'eau réglée.
Elle nécessite un réarmement manuel après chaque cycle
d'arrosage. Seule, elle ne permet pas d'obtenir un arrosage
séquentiel.
2.2.47. Ventouse à double effet
Appareil qui permet l’échappement de l’air contenu dans
les canalisations lors de la mise en eau et l’entrée de l’air
dans les canalisations lors de la vidange. Cet appareil est
généralement placé au point haut.
2.3. Terminologie spécifique à la conception
des systèmes d'arrosage
2.3.1. Portée (d'un arroseur ou diffuseur)
Distance maximale, mesurée en fonctionnement normal,
entre l’axe vertical de l’appareil et le point où la pluviométrie
excède 0,25 mm/h pour un appareil de débit supérieur à
75 l/h et 0,13 mm/h pour un appareil de débit inférieur
ou égal à 75 l/h (les points correspondant à une limite de
secteur circulaire sont exclus).
2.3.2. Implantation
Positionnement des arroseurs, tuyères en rapport à une
étude visant à obtenir une dose d’eau homogène sur toutes
les surfaces.
2.3.3. Sectorisation
Elle correspond au découpage, lors de la phase d’étude, de
la surface à arroser en secteurs d’arrosage cohérents par
rapport :
- au débit disponible
- à la pression de fonctionnement des arroseurs
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
- à la pluviométrie des arroseurs
- aux conditions de sol, de végétation, d’ensoleillement et
de pente.
La sectorisation est d’une extrême importance.
2.3.4. Voie d'arrosage
Sortie du programmateur commandant le fonctionnement
d’une électrovanne télécommandée correspondant à un
secteur arrosé spécifique, un arroseur ou groupe d’arroseurs.
2.3.5. Zone hydraulique
Groupe de secteurs alimentés par une source d’eau commune
fonctionnant en séquence de manière à ne pas dépasser un
débit maximum prédéfini.
2.5. Termes propres aux engins utilisés pour
les travaux de mise en œuvre
2.5.1. Trancheuse
Engin automoteur destiné à creuser des tranchées, au
moyen d’une chaîne à dents ou à couteaux.
2.5.2. Mini-pelle
Pelle mécanique de petite dimension, pouvant être utilisée
pour réaliser des tranchées.
2.5.3. Sous-soleuse
Engin automoteur équipé d’un soc vibrant pour positionner
les canalisations dans le sol sans ouverture de tranchée.
2.3.6. Arrosage par aspersion
Technique d’arrosage qui consiste à distribuer l’eau sous
forme d’une pluie artificielle à l’aide d’appareils à jets fixes
ou à jets rotatifs.
2.6. Termes propres aux conduites
2.6.1. Conduite
2.3.7. Angle
Degré d’orientation du jet par rapport au sol.
Canalisation par laquelle on fait circuler l’eau d’arrosage.
Les conduites peuvent être en polyéthylène (PE) ou en PVC.
2.3.8. Secteur
2.6.2. Chanfrein
Degré de couverture d’un jet, de 0 à 360°.
2.4. Termes propres aux travaux
2.4.1. Tranchée
Excavation longitudinale pratiquée manuellement ou
mécaniquement, à ciel ouvert, dans le sol.
2.4.2. Fouille
La fouille est une opération d’enlèvement des matériaux
avec mise en dépôt sur le chantier ou évacuation vers une
zone extérieure. La surface concernée par les déblais est
appelée surface affouillée et le fond de fouille désigne le
niveau où s’arrête l’excavation.
2.4.3. Remblayage
Opération consistant à mettre en place un remblai (volume
de matériaux) pour combler les fouilles ou tranchées.
2.4.4. Montage déporté
Système de coudes et tube non rigide permettant le
raccordement de l’arroseur à la canalisation secondaire. Ce
système autorise la mise à niveau et permet des mouvements
et des ajustements dans les trois axes.
Terme lié au raccordement des arroseurs de petit diamètre
(1/2 pouce et 3/4 de pouce).
2.4.5. Montage articulé
Système de coudes et tube rigide permettant le raccordement
de l’arroseur à la canalisation secondaire. Ce système
autorise la mise à niveau et permet des mouvements et des
ajustements dans les trois axes.
Terme lié au raccordement des arroseurs de grand diamètre
(1 pouce et au-dessus).
Petite coupe en biseau effectuée sur l’arrête vive d’une
canalisation ; surface oblique ainsi obtenue.
2.6.3. Butées
Masse de maçonnerie appelée à équilibrer la poussée dans
les canalisations liée à la pression.
2.6.4. Assemblage et raccordement des conduites
2.6.4.1. Joint automatique
Méthode d’assemblage des canalisations PVC ou
polyéthylène sans collage. Le tube comprend une extrémité
avec une emboîture comportant un logement dans lequel
vient se placer le joint réalisant l'étanchéité et une extrémité
mâle lisse munie d'un chanfrein.
2.6.4.2. Joint collé
Méthode d’assemblage des canalisations PVC avec collage.
Le tube comprend une partie femelle et une partie mâle
avec un chanfrein.
2.6.4.3. Raccord à compression
Raccord à serrage mécanique, utilisé pour les conduites en
polyéthylène. Les raccords à compression sont couramment
utilisés pour les conduites dont le diamètre est compris
entre 16 et 63 mm.
2.6.4.4. Raccord électrosoudable
Pièce de raccordement par électrosoudure de canalisations
en polyéthylène. Ces raccords disposent d’une résistance
électrique intégrée.
2.6.4.5. Soudure au miroir
Technique d’assemblage des canalisations en polyéthylène
par fusion de matière.
2.4.6. Piquetage
Opération qui consiste à implanter les appareillages et à
matérialiser leurs emplacements par des piquets.
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
9
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
2.7. Divers
2.7.1. Disjoncteur
Un disjoncteur est un dispositif de protection électrique qui
permet d'interrompre le courant électrique en cas d'incident
sur un circuit électrique.
2.7.2. Manomètre
Instrument permettant de mesurer la pression d’un fluide
dans un réseau.
2.7.3. Génératrice supérieure
La partie longitudinale supérieure d’une canalisation.
2.7.4. Réseau primaire
Le réseau primaire assure la liaison entre la pompe ou
la source d’eau et le réseau secondaire. Ce réseau est
constamment sous pression pendant la saison d’arrosage.
2.7.5. Réseau secondaire
Le réseau secondaire est un réseau placé en aval de la vanne
et qui n’est sous pression que lorsque la voie d’arrosage est
en fonctionnement.
l’implantation, les plans d’exécution définitifs sont établis.
Le piquetage consiste à matérialiser à l’aide de piquets :
- le positionnement des arroseurs et des appareils de
robinetterie et de fontainerie. Les piquets doivent être
de dimension suffisante pour permettre une excellente
signalisation des appareils à positionner.
Remarque : La tête des piquets peut être repérée par une
couleur correspondant aux différents organes à piqueter.
- le point de départ des réseaux primaires
- les pompes et les compteurs.
Remarque : Après le piquetage, les tranchées sont
généralement matérialisées à l’aide d’une bombe de
peinture ou de plâtre.
Point de contrôle interne
Le piquetage doit correspondre au plan d’exécution à
l’exception des contraintes particulières.
3.3. Branchement sur la source en eau
3. Description et
prescriptions techniques
Le branchement doit être réalisé en aval du compteur
fourni par le concessionnaire, du pompage ou de la réserve
en eau en gravitaire. Le branchement doit toujours rester
accessible. Il doit comporter impérativement une vanne de
sectionnement.
Lorsque l’entreprise n’a pas réalisé elle-même l’étude
préalable et qu’elle se rend compte que l’étude ne respecte
pas les préconisations des règles professionnelles P.C.6-R0
« Conception des systèmes d’arrosage » (choix des matériaux,
implantation des arroseurs, etc.), elle doit en avertir son
client et le conseiller en conséquence.
Une fois le raccordement effectué sur la source d’eau, il est
nécessaire de :
- vérifier l’étanchéité du raccordement
- vérifier qu’une vanne de sectionnement a été mise en place
- vérifier qu’un dispositif anti-pollution a été mis en place
dans les cas où le contrat ou le devis prévoit un dispositif
anti-pollution (dans le cas d’un branchement sur le réseau
d’eau potable).
L’annexe 1 propose un déroulement chronologique indicatif
d’un chantier de mise en œuvre d’un système d’arrosage.
3.1. Assurances
L’installateur doit avoir une assurance multi-garanties chef
d'entreprise qui couvre :
- les dommages corporels
- les dommages matériels et immatériels
- les dommages corporels résultant d'intoxications, d'empoisonnements
- les dommages corporels matériels et immatériels consécutifs à la pollution.
Des justificatifs pourront être demandés par le maître de
l'ouvrage.
3.2. Implantation et piquetage
L'implantation d'une installation d'arrosage intégré doit
être, dans la mesure du possible, conforme au plan de
conception élaboré au cours de l'étude. Le piquetage
matérialise l’implantation. Ces deux étapes doivent être
réalisées en tenant compte de la configuration du terrain et
de ses contraintes, dans le respect des règles professionnelles
P.C.6-R0 « Conception des systèmes d’arrosage ». A l’issue de
10
3.4. Travaux de terrassements pour la mise
en œuvre des réseaux
3.4.1. Les différentes techniques
Il existe quatre techniques pour poser des canalisations :
- le sous-solage
- l’ouverture manuelle de tranchées et de fouilles
- l’ouverture mécanique de tranchées avec une pelle ou une
mini-pelle
- l’ouverture mécanique de tranchées avec une trancheuse.
Lorsque la solution du sous-solage est retenue, il n’est
bien sûr pas nécessaire d’ouvrir de fouilles, sauf au niveau
de l’emplacement des arroseurs et des accessoires de
robinetterie et de fontainerie.
Les tranchées en terrain meuble sont généralement
exécutées à la trancheuse.
3.4.2. Spécificités propres à l’ouverture de tranchées
manuelles ou mécaniques
D’une largeur de 0,12 m minimum, sans toutefois que cette
largeur soit supérieure à deux fois le diamètre extérieur
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
de la canalisation, leur profondeur doit permettre une
couverture minimale de 0,40 m au-dessus de la génératrice
supérieure de la canalisation pour le réseau secondaire et de
0,60 m pour le réseau primaire.
La largeur de la tranchée doit permettre l'aménagement
correct du fond de fouille et l'assemblage des éléments
constituant le réseau.
3.5. Transport et stockage des conduites
En fonction du matériau des conduites, il convient de
respecter certaines précautions lors du transport et du
stockage des conduites (cf. tableau 1).
Tableau 1. Précautions à respecter lors du transport
et du stockage des conduites
Le fond des tranchées est dressé soigneusement ou nivelé
à l'aide de terre fine compactée, de façon à ce que les
canalisations reposent sur le sol sur toute leur longueur.
Lorsque des maçonneries ou des bancs rocheux sont
rencontrés dans les tranchées et niches, ils doivent être
arasés à 0,10 m au moins au-dessous du fond de la fouille et
remplacés sur cette épaisseur par de la terre fine compactée
ou du sable.
Lorsqu'il y a lieu de consolider les terrains et le lit de pose
des conduites, l'entrepreneur est tenu au respect des
prescriptions du CCTG et/ou du CCTP lorsque ces documents
existent.
Conduites en PVC
Transport
Remarque : Pour la sécurité du personnel et des usagers,
l’entrepreneur doit effectuer les Déclarations d’intention de
commencement de travaux (DICT) et doit exécuter le balisage
pour délimiter les zones de tranchées et d’excavations afin
d’assurer la sécurité du public. Pour en savoir plus sur les
démarches obligatoires dans le cas de travaux à proximité
de réseaux et d’installation, se reporter aux § 3.1.9 et
3.1.10 des règles professionnelles C.C.1-R0 « Travaux de
terrassements des aménagement paysagers ». Pour en savoir
plus sur la protection des chantiers et sur la mise en place de
clôtures provisoire, se reporter aux § 3.1.5 et 3.1.6 des règles
professionnelles C.C.1-R0.
Point de contrôle interne
Il convient de vérifier la profondeur des tranchées avant
fermeture, en fonction du cahier des charges.
3.4.3. Pose des canalisations par sous-solage
Le sous-solage est une technique qui permet la mise en œuvre
de réseaux hydrauliques sans ouverture de tranchées, sauf
au niveau de l’emplacement des arroseurs et des accessoires
de raccordement, de robinetterie et de fontainerie.
Les réseaux doivent être posés en respectant les profondeurs
d’enfouissement permettant une couverture minimale
de 0,40 m au dessus de la génératrice supérieure de la
canalisation pour les réseaux secondaires et de 0,60 m pour
les réseaux primaires.
La technique de sous-solage ne permet pas la pose de
grillages avertisseurs. Dans le cas où le maître d’ouvrage
imposerait un dispositif de repérage des réseaux, un fil de
détection doit être posé simultanément à la conduite.
La technique de sous-solage ne peut être retenue qu’avec
des sols de bonne qualité, exempt d’éléments supérieurs à
20 mm.
Avant toute intervention, l’entrepreneur procédera au
repérage de tous les réseaux existants dans l’emprise des
réseaux à enfouir. Il s’assurera de leur profondeur par leur
dégagement manuel au point de croisement.
Les canalisations seront obligatoirement assemblées avec
des raccords électrosoudables.
Stockage
- éviter les
manipulations brutales
- éviter les flèches
importantes, les portes
à faux et les ballants
- éviter les contacts
avec des objets durs ou
des pièces métalliques
saillantes
- éviter les chutes
sur le sol et les
déchargements par
bennage
- éviter de traîner ou
de rouler les tuyaux par
terre
- stocker les conduites
horizontalement sur
une aire plane avec
mise en place de cales
en bois au moins tous
les mètres sous le lit
inférieur, de façon à
ce que les emboîtures
ne soient pas en
contact avec le sol ou le
plancher
- empiler les conduites
à l’aide de piquets ou
de ridelles latérales
de maintien sur une
hauteur ne dépassant
pas 1,50 m
- stocker les conduites
à l'abri du soleil (sous
bâche occultante si
nécessaire)
Conduites en
polyéthylène
- transporter les
couronnes à plat
et ne pas les laisser
tomber sur le sol
- éviter de poser sur
les tubes des produits
lourds ou présentant
des angles vifs
- stocker les
couronnes et les
tubes sur un sol plat,
exempt de pierres
- entreposer dans la
mesure du possible
les couronnes à
l'ombre ou les placer
sous abri
- il est recommandé
que les extrémités
des couronnes ou
des barres soient
obturées
Les tubes et les tuyaux en PVC font l’objet d’un
conditionnement en paquet et par longueur de 6 m et 4 m.
3.6. Pose des conduites / canalisations (en
tranchée ouverte)
3.6.1. Coupes
Les coupes des conduites en polyéthylène (PE) ou en PVC
sont exécutées à la scie ou au coupe-tube, mais toujours
dans un plan bien perpendiculaire à l'axe du tuyau.
Le chanfrein est alors établi :
- soit à la main avec une lime bâtarde ou une fraiseuse
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
11
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
suivant un angle de 15° sur la moitié de l'épaisseur de la
paroi. Bien éliminer toutes les bavures.
- soit avec un appareil à chanfreiner.
3.6.2. Spécificités propres aux conduites en polyéthylène
Seules les conduites en polyéthylène extrudées à partir de
résine vierge NF ou CE peuvent être utilisées pour la mise en
œuvre d’un système d’arrosage automatique. Par ailleurs, il
convient d’utiliser au minimum la qualité PE 80.
Remarque : Dans le cas où la technique de l’électrosoudure
est retenue, les canalisations doivent être compatibles avec
la technique et avec les prescriptions des fabricants de
raccords.
La couronne doit être dévidée en la faisant rouler, le tube
étant toujours déroulé à partir de l'extérieur. Il est impératif
d'éviter toute torsion du tube.
3.6.2.1. Pose de la canalisation
Il convient de tenir compte des considérations suivantes :
- le fond de fouille doit être réalisé sans irrégularité ni
ondulation. Cette précaution permet d'éviter la formation
des poches d'air, la canalisation PE offrant une certaine
flexibilité
- le tube en PE présente un coefficient de dilatation linéaire
élevé.
La variation de longueur est de l'ordre de 0,2 mm par mètre
de canalisation et par degré Celsius. Ainsi une canalisation
de 200 m, dont les extrémités sont libres, subit un retrait de
l'ordre du mètre lorsque la température passe de 40°C dans
la journée à 15°C durant la nuit.
Pour éviter les efforts de traction parasites sur le tube, il
suffit de raccorder les tronçons de canalisations lorsque la
température ambiante est aussi voisine que possible de celle
qui régnera dans le milieu environnant quand la canalisation
sera en service.
3.6.2.2. Assemblage et raccordement
Les canalisations en PE ne pouvant pas s’assembler par
collage, elles doivent être assemblées par serrage mécanique,
électrosoudage ou assemblage par soudure miroir.
1) Se rrag e méc an i qu e : le s r a c c o r d s s o n t d e t ype à
compression. Ils sont couramment utilisés jusqu’au diamètre
63 mm.
Si les réseaux pour lesquels ils sont utilisés ont une pression
de service supérieure à 5 bar, la résistance des raccords à
compression doit être de 16 bar.
Si les réseaux pour lesquels ils sont utilisés ont une pression
de service inférieure à 5 bar, la résistance des raccords à
compression doit être de 10 bar.
Les instructions du fabricant doivent être respectées, en plus
des instructions d’assemblage suivantes :
- l’extrémité à assembler doit être coupée droite et
chanfreinée si nécessaire
- elle doit ensuite être nettoyée puis insérée à la profondeur
d’emboîtement requise
- afin d’ancrer le raccord sur le tuyau, il faut serrer l’élément
taraudé avec un outil approprié (cf. instructions du
fabricant).
2) Electrosoudage : les raccords électrosoudables sont des
pièces en PE équipées d’une résistance intégrée à la surface
interne du raccord qui, après assemblage, se trouve au
contact du tube ou de la pièce à raccorder.
Après grattage, nettoyage et positionnement des pièces
12
à raccorder, les bornes situées à l’extérieur de la zone de
soudage permettent le raccordement de cette résistance à
un automate de soudage.
La fusion ainsi réalisée assure grâce à un mélange intime
des deux polyéthylènes, une cohésion et une étanchéité
parfaite.
La plupart des raccords (manchons, coudes, tés, réductions,
etc.) existent en électrosoudable.
La qualité du raccordement exige le respect des conditions
de mise en œuvre du fabricant (température, humidité,
propreté des accessoires et des tubes, etc.) et l’utilisation
d’un outillage spécifique (positionneur, grattoir, coupe
tube, produit de dégraissage) complémentaire à l’automate
de soudage.
3) Assemblage par soudure miroir : se référer aux
prescriptions des fabricants.
3.6.3. Spécificités propres aux conduites en PVC
Que les canalisations soient à joints automatiques ou à joints
collés, elles doivent être posées dans le strict respect des
prescriptions de montage du fabriquant. Les canalisations
à joints collés doivent être réservées pour les diamètres
inférieurs ou égaux à 63 mm.
Dans le cas des canalisations à joints automatiques, il est
obligatoire de réaliser des butées.
3.7. Pose des éléments de fontainerie et de
robinetterie
Cette partie, relative à la pose des éléments de fontainerie
et de robinetterie, concerne la pose des ventouses, des
vannes à air, des vannes de régulation (amont ou aval), des
vannes d’isolement, des vannes de décharge, des vannes
de sécurité, des clapets anti-retour, des disconnecteurs, des
filtres, des compteurs, etc.
Les éléments de protection du réseau, de régulation et
de comptage doivent être posés en respectant les règles
propres à leurs conditions de fonctionnement respectives,
aux prescriptions des fabricants, aux normes et à la
réglementation en vigueur.
Lors de la pause des vannes de régulation ou d’isolement, il
faut veiller à faire en sorte que les volants ou les poignées
de ces vannes soient facilement accessibles et manipulables.
De même, toutes les pièces susceptibles d’être démontées
doivent être posées dans un regard de façon à pouvoir
être facilement déposées et à permettre la réalisation des
opérations de maintenance.
D’une façon générale, il est essentiel de faire en sorte que
tous les éléments de fontainerie et de robinetterie puissent
être entretenus aisément.
On distingue deux types d’éléments de fontainerie et de
robinetterie :
- les éléments à bride
- les éléments filetés ou taraudés.
3.7.1. Eléments à brides : quelques cas particuliers
3.7.1.1. Le cas particulier de la pose des vannes de sectionnement (source : fascicule 71)
Sont concernés les robinets vannes et les vannes papillon.
La mise en place des vannes susceptibles de reprendre les effets
de fond (vannes à brides, à manchons, électrosoudables, etc.)
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
et la confection des joints correspondants sont effectués de
façon telle que les tuyauteries n’exercent sur les assemblages
aucun effort anormal de traction susceptible de provoquer
leur arrachement ou la déformation du corps de l’appareil.
Les vannes en tranchée sont posées soit dans un ouvrage
en maçonnerie, soit sous bouche à clé. Elles reposent sur un
massif en maçonnerie sur lequel sont scellés, le cas échéant,
des patins ou berceaux.
Dans le cas de conduites flexibles et/ou de joints non autobutés, l’immobilisation des vannes est nécessaire pour éviter,
lors de leur manœuvre, les efforts de torsion ainsi que les
efforts longitudinaux pour reprise de l’effet de fond. Les
vannes sont installées et raccordées de telle sorte que
leur remplacement puisse être effectué sans nécessiter le
déplacement de la conduite ou la démolition du massif de
maçonnerie, sauf si leur conception permet le remplacement
des pièces sans dépose du corps.
3.7.1.2. Le cas particulier de la pose des robinets de branchement (source : fascicule 71)
Les robinets de branchement en tranchée sont surmontés
d’un tube allonge et d’une bouche à clé.
Dans le cas de conduites flexibles, l’immobilisation des
robinets de branchement est nécessaire pour éviter, lors de
leur manœuvre, les efforts de torsion.
3.7.1.3. Le cas particulier de la pose des bouches à clé
(source : fascicule 71)
La mise en place est effectuée de telle sorte que les divers
organes de la bouche à clé soient parfaitement stables,
horizontaux ou verticaux, suivant leur destination. Les têtes
sont arasées et maintenues au niveau de la surface du sol.
3.7.2. Eléments filetés ou taraudés
Les éléments filetés sont mâles (le pas de vis est extérieur)
et les éléments taraudés sont femelles (le pas de vis est
intérieur).
Les pièces de raccordement filetées ou taraudées doivent
être mises en œuvre en utilisant un produit assurant
l’étanchéité des liaisons. Ce produit varie selon la matière
des pièces à assembler (cf. tableau 2).
Ces pièces de raccordement doivent être manipulables et
posées droit.
Tableau 2. Nature des produits assurant l’étanchéité
selon la matière des pièces à assembler
PE ou PVC
Métal
PE ou PVC
Téflon
Téflon
Métal
Téflon
Filasse et pâte à
joint
terre provenant des fouilles, si elle est satisfaisante (c’est-àdire si elle ne contient pas d’éléments excédant 20 mm)
- le remblayage est ensuite poursuivi jusqu'à une hauteur
de 15 cm au dessus de la génératrice supérieure de la
canalisation
- poser à 15-20 cm de profondeur un grillage avertisseur.
Ce dernier est de couleur bleue s’il y a seulement une
canalisation d’eau dans la tranchée et de couleur rouge
lorsqu’il y a présence d’électricité
- remblayer, par couches successives de 0,20 m environ,
compactées l'une après l'autre, en utilisant les déblais de
la tranchée, à condition qu'ils soient expurgés des pierres,
des débris et qu'ils ne soient pas de nature franchement
argileuse, vaseuse ou limoneuse. Sinon, utiliser un matériau
d'apport convenable. La pose en remblai indéfini ou sur
mauvais terrain nécessite des précautions particulières
qui peuvent être déterminées par une étude. Lors de la
réception de l’installation d’arrosage, il est nécessaire de
vérifier la finition des tranchées, qui doit correspondre à
celle définie lors de la signature du marché.
3.9. Purge des réseaux primaires et test de
pression
Avant la pose des électrovannes ou vannes manuelles, il
est indispensable de procéder à une mise en eau du réseau
pour assurer la purge de tous les corps étrangers (copeaux
de coupe, sable, graviers, animaux, etc.).
Il est nécessaire de vérifier qu’il n’y a pas de fuites sur le
réseau primaire à l’aide du compteur ou du sous-compteur
(lorsque le réseau est en charge).
Si, au cours de l'essai hydraulique, on constate une chute de
pression supérieure à 0,2 bar en 30 minutes, il faudra faire
une inspection de l'installation pour localiser la ou les fuites
éventuelles. Après réparation, il faudra procéder à un autre
essai hydraulique.
3.10. Pose des électrovannes
Quelque soit leur diamètre, les électrovannes doivent être
posées entre des raccords unions démontables en amont et
en aval (cf. figures 1, 2 et 3). Une vanne de sectionnement
doit être placée en amont dans chaque regard de visite ou à
proximité de l’électrovanne (moins d’un mètre).
3.8. Fermeture de la tranchée et des fouilles
Le remblayage est trop souvent négligé. Cette opération a
cependant une grande importance.
Des terres poussées dans la tranchée en masses importantes
par un engin mécanique chargent le dessus de la canalisation.
Elles comblent mal les espaces entre la canalisation et les parois
de la tranchée et des vides subsistent. Le remblayage, surtout
au voisinage de la canalisation, doit être réalisé avec tout le
soin nécessaire. Il faut donc respecter les prescriptions ci-après :
- la canalisation étant placée sur son lit de pose, l'enrobage
de la partie inférieure des tuyaux est constitué d'un remblai
sableux propre et bien gradué, de terre franche ou de la
Figure 1 : Montage type d’une électrovanne
pour aspersion – Vue en coupe
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
13
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
La profondeur de l’électrovanne ne doit pas dépasser 40 cm
du niveau fini. Pour cela, il est parfois nécessaire de réaliser
un montage par jeu de coude pour rehausser l’électrovanne
(cf. figure 2).
Figure 5 : Schéma d’une nourrice voie
de goutte-à-goutte – Vue en plan
3.11. Pose et dimensionnement des regards
de visite pour électrovannes
Figure 2 : Montage type d’une électrovanne pour aspersion
Regard Jumbo + rehausse – Vue en coupe
Dans le cas de la micro-aspersion ou goutte-à-goutte, il est
nécessaire d’installer en aval de l’électrovanne un filtre et
un régulateur de pression pour prévenir le colmatage des
goutteurs et obtenir une pression optimum pour le bon
fonctionnement des goutteurs (cf. figures 3, 4 et 5).
Les regards doivent être posés à parfait niveau du sol fini,
une fois le support parfaitement tassé ou renforcé. Les
pénétrations des canalisations doivent être parfaitement
droites, sans courbures. Une protection imputrescible et
perméable, de type géotextile, doit être placée en plusieurs
couches autour du regard avant rebouchage. Cette
protection permet d’éviter l’intrusion de terre.
Le rebouchage doit être réalisé par couches successives.
Un lit de gravier d’au moins 5 cm doit être mis en fond de
regard pour le drainage. Il est recommandé de préférer des
regards verrouillables, de type « série lourde ».
Les électrovannes doivent être mises dans un regard
rectangulaire de 12 pouces minimum (50 cm x 35 cm
à la base). Les regards circulaires sont à proscrire. Le
dimensionnement doit permettre l’accès et le démontage
des raccords, électrovannes et vannes. Le tableau 3 indique
combien il est possible de mettre en œuvre d’électrovannes
dans un regard en fonction du type de regard rectangle et
du type d’électrovanne.
Tableau 3 : Nombre maximal d’électrovannes en fonction
du type de regard (sans pose de filtre ni de régulateur)
Type d’électrovanne
Figure 3 : Montage type d’une électrovanne pour micro
aspersion ou goutte-à-goutte – Vue en coupe
Type de
regard
rectangle
3/4 à 1
pouce
1 pouce
1/2 à 2
pouces
3
pouces
12 pouces
2
1
0
Jumbo
4
2
0
Super jumbo
6
3
1
Exemple : Dans la figure 4, trois électrovannes de 1 pouce
peuvent être mises en œuvre dans le regard Jumbo.
Figure 4 : Schéma d’une nourrice – Vue en plan
14
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
Point de contrôle interne
Concernant la pose des électrovannes, il est nécessaire
de s’assurer :
- de la présence d’un dispositif de démontage rapide
- de la présence d’une vanne de sectionnement
- de la conformité des connexions électriques étanches
- du bon fonctionnement (ouverture et fermeture) des
électrovannes, manuellement et électriquement
- de l’étanchéité des pièces de montage.
Le nombre d’électrovannes par regard doit être
conforme aux prescriptions du tableau 3, relatif au
nombre maximal d’électrovannes en fonction du type
de regard.
3.12. Purge des réseaux secondaires et
vannes de vidange
Avant la pose des arroseurs, il est indispensable de procéder
à une mise en eau du réseau pour assurer la purge de tous
les corps étrangers (copeaux de coupe, sable, graviers,
animaux, etc.).
Il est nécessaire de vérifier qu’il n’y a pas de fuites sur le
réseau secondaire au niveau des colliers de prise en charge.
Cette vérification se fait par contrôle visuel (absence de
remontées d’eau, etc.). Si le maître d’œuvre le demande, il
aura la possibilité de le vérifier avant le rebouchage.
Sur chaque réseau secondaire, une vanne de vidange
manuelle doit être mise en place en point bas, dans un
regard drainant.
3.13. Pose des arroseurs
3.13.1. Les tuyères et les arroseurs petites portées,
raccordement ½ et ¾ de pouce (15x21 mm et 20x27 mm)
Figure 6 : Schéma de principe d’un montage déporté
(montage souple)
3.13.2. Les arroseurs grandes portées, raccordement
1 pouce, 1 pouce 1/4, 1 pouce 1/2 (26x34 mm, 33x42 mm,
40x49 mm)
Les arroseurs grandes portées doivent être raccordés aux
canalisations par des montages articulés en PVC 10 bars
à joint torique en 3 ou 5 coudes (cf. figure 7). Ils doivent
permettre le passage d'engins, sans détérioration de la
canalisation. En cas de tassement du terrain ou d’évolution
du niveau en cas de sablage, ils doivent autoriser une remise
à niveau des arroseurs. En aucun cas l’arroseur ne doit
dépasser le niveau du sol fini.
Dans l’hypothèse où le sol autour de l’arroseur est de
mauvaise qualité, il est nécessaire d’apporter un mélange
adapté autour de l’arroseur afin de réaliser les opérations
de mise à niveau et de maintenance. Cette opération permet
d’allonger la durée de vie de l’arroseur.
Les tuyères et les arroseurs petites portées doivent être
raccordés aux canalisations par des montages déportés
(cf. figure 6), permettant le passage d'engins, sans
détérioration de la canalisation, et autorisant une remise
à niveau des arroseurs, en cas de tassement du terrain. Il
faut utiliser du tube spécial déport (selon les prescriptions
du fabricant) et a minima un jeu de deux coudes sous
l’arroseur. L’utilisation de tubes de diamètre 16 mm et les
allonges droites sont à proscrire. En aucun cas l’arroseur ne
doit dépasser le niveau du sol fini.
Figure 7 : Schéma de principe d’un arroseur
sur montage articulé
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
15
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
Point de contrôle interne
- Contrôler visuellement ou à l’aide d’un niveau
la verticalité et la mise à niveau de l’arroseur en
fonctionnement
- Vérifier qu’au repos les arroseurs ne dépassent pas le
niveau du sol fini (sauf si cette demande a été formulée
explicitement par le client)
- Contrôler le réglage sectoriel de chaque arroseur et
son busage, qui doit être adapté pour obtenir une
pluviométrie homogène (cf. règle professionnelle
P.C.6-R0)
- Contrôler visuellement la portée, les écartements et le
recoupement des arroseurs par rapport aux abaques des
fabricants et au plan (cf. règles professionnelles P.C.6-R0
« Conception des systèmes d’arrosage automatique »)
- Contrôler la pression réelle des arroseurs avec un tube
Pitot pour les arroseurs compatibles.
3.14. Pose des systèmes de goutte-à-goutte
La pose des systèmes de goutte-à-goutte doit respecter
scrupuleusement
les
préconisations
des
règles
professionnelles P.C.6-R0 « Conception des systèmes
d’arrosage automatique » relatives à l’espacement entre les
lignes et entre les goutteurs, et à la qualité des systèmes de
goutte-à-goutte.
3.14.1. Pose de goutte-à-goutte en ligne en surface
Sauf contre-indication lors de la prescription, une installation
en peigne (nourrice) doit être préférée. Les raccordements
à chaque extrémité doivent être faits à l’aide de tés et de
coudes pour obtenir un bouclage complet. Les lignes doivent
être maintenues par des crampons de sol conçus à cet effet,
espacés au minimum de 2 m sur la ligne et de 0,1 m dans les
courbes. L’espacement des crampons de sol varie en fonction
de la nature du sol et de la pente.
Le système de goutte-à-goutte doit être déroulé de façon
antagoniste à son roulement industriel. Lorsqu’il est
nécessaire de le tirer, l’installateur doit prêter attention
à la présence d’éléments coupants ou abrasifs pouvant
détériorer ou fragiliser la paroi du tuyau.
Les lignes doivent être posées en tension mécanique pour
éviter lors de la dilatation du rouleau l’effet zigzag.
Il est préférable d’utiliser des raccords à serrage externe
spécifique plutôt que des raccords à cannelures internes
pour la pérennité des installations.
Le collecteur de purge doit être terminé par une vanne
plutôt que par un bouchon ou un anneau de fin de ligne.
Le filtre et le régulateur de pression doivent toujours être
mis en aval de l’électrovanne.
Le déroulement doit se faire parallèlement aux plantations.
Figure 8 : Installation type d’un goutte-à-goutte
de surface, sur un terrain plat
Lorsqu’il y a de la pente, les réseaux doivent de préférence
être alimentés par le haut pour éviter les risques de
dépression dans les tuyaux quand le système s’arrête. Par
ailleurs, il est nécessaire d’installer une vanne à air en point
haut.
Point de contrôle interne
Vérifier que le débit constaté des goutteurs est conforme
aux débits annoncés.
Vérifier que l’écart de débit entre le goutteur le plus
proche de la source en eau et le goutteur le plus éloigné
de la source en eau (ou le goutteur le plus défavorisé)
est inférieur à 10 %.
Contrôler l’espacement entre les lignes et les goutteurs.
3.14.2. Pose de goutte-à-goutte en ligne enterré
Le matériel utilisé doit être conforme et techniquement
adapté (cf. § 3.4.5 des règles professionnelles P.C.6-R0
« Conception des systèmes d’arrosage automatique »).
Conformément aux règles professionnelles P.C.6-R0,
l’installation doit se faire en peigne et doit être bouclée par
un tube collecteur.
Lorsque l’enfouissement des lignes de goutte à goutte se
fait par l’apport de terre, l’installateur doit contrôler la
qualité de cette dernière (elle doit être expurgée des pierres,
des débris et ne pas être de nature franchement argileuse,
vaseuse ou limoneuse) et vérifier que la manipulation
n’interfère pas dans l’espacement des lignes.
Lorsque l’enfouissement est fait avec une sous-soleuse, la
ligne doit être déposée par un tube guide indemne de défauts
pouvant nuire au tuyau. Les profondeurs et espacement
doivent respecter les préconisations des règles professionnelles
P.C.6-R0 « Conception des systèmes d’arrosage automatique »
et le tuyau ne subir aucune tension.
Il est préférable d’utiliser des raccords à serrage externe
spécifique plutôt que des raccords à cannelures internes
pour la pérennité des installations.
Le collecteur de purge doit être terminé par une vanne
plutôt que par un bouchon ou un anneau de fin de ligne.
16
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
3.14.3. Pose des goutteurs rapportés
Les goutteurs rapportés doivent être montés sur un
tube porteur en PE basse densité. Lorsqu’ils ne sont pas
autoperçants, les goutteurs doivent être incérés dans
l’orifice préalablement réalisé avec un poinçon adéquat.
3.15. Mise en œuvre des matériels électriques
Les installations électriques doivent être conformes
aux normes et réglementations en vigueur, et plus
particulièrement à la norme NF C15-100 intitulée
« Installations électriques à basse tension ».
3.15.1. Alimentation électrique du système d’automatisme d’arrosage (tension électrique 220/240 V)
L'installation électrique est alimentée :
- en monophasé 220/240 V (entre phase et neutre ou entre
phases) pour les appareils de commande (programmateurs,
ordinateurs)
- en 24 V ou 9 V pour les électrovannes ou les décodeurs.
Remarque : Les installations électriques alimentées en
monophasé 220/240 V sont soumises à la norme NF C 15-100.
Par ailleurs, toute intervention sur ce type d’installation doit
être réalisée par une personne disposant d’une habilitation
électrique adaptée.
Situé après le compteur, le tableau de protection comporte
en général :
- un coffret coupe-circuit de branchements
- un disjoncteur assurant la protection de l'ensemble de
l'installation contre les surintensités en association avec les
dispositifs de protection divisionnaires placés à l'origine des
circuits.
Un dispositif différentiel est à prévoir avec le disjoncteur. Il
contribue à la protection des personnes contre les dangers
d'électrocution.
Pour une tension de 220/240 V, les câbles U 1000 RO2V
doivent comporter une protection mécanique (par gaine,
fourreau, etc.). A défaut, il convient de mettre en œuvre des
câbles de type armé U 1000 RVFV.
3.15.2. Câblages électriques entre le programmateur et
les électrovannes (tension électrique 24 V)
Les câbles électriques, en bâtiment, situés entre le
programmateur et les électrovannes doivent recevoir une
protection complémentaire réalisée par tubes, goulottes, ou
autres protections.
Les câbles peuvent être posés dans des conduits à condition
qu'ils puissent être tirés et retirés facilement après la pose
des conduits et de leurs accessoires.
Les câbles électriques enterrés peuvent être mis en œuvre
directement en fouille ou sous fourreaux (méthode
recommandée mais non obligatoire pour de la très basse
tension 24 V).
Ils appartiennent aux séries U 1000 RO2V (unifilaires ou
multiconducteurs) ou sont des câblages multiconducteurs de
0,82 mm2 minimum, avec gaine de protection imputrescible.
3.15.2.1.Conditions de pose
Les câbles doivent être enterrés dans une fouille spécifique
ou dans une fouille commune aux réseaux, à une profondeur
d’au moins 0,40 m.
Il est impératif de laisser une boucle de 0,80 m à chaque
connexion afin de permettre au câble une certaine amplitude
de mouvement et de faciliter les interventions ultérieures.
Si une canalisation électrique (câble sans conduit ou câble
sous conduit) côtoie ou croise une autre canalisation
existante (électricité, gaz, eau, air comprimé, vapeur, etc.), il
est a minima nécessaire de prévoir une distance d’au moins
0,20 m entre elles. Se référer aux règles professionnelles
C.C.2-R0 « Travaux de réalisation de réseaux dans le cadre
d’un aménagement paysagé ».
Les câbles peuvent être mis en terre sans protection pour
la très basse tension 24 V. Il est néanmoins conseillé de
les placer sous fourreau et à défaut de veiller à ce que les
remblais de fouilles soient de bonne qualité (cf. § 3.4.6 des
règles professionnelles C.C.1-R0 « Travaux de terrassements
des aménagements paysagers »).
Un dispositif avertisseur doit être placé à 10 cm minimum
du câble.
3.15.2.2.Dimensionnement des câbles (tension électrique 24 V)
La section des câbles ne devra pas générer une chute de
tension supérieure à 10 % de la tension électrique requise
à l’appareillage alimentée. (cf. tableau 4, présenté à titre
indicatif).
Remarque : L’entrepreneur doit se conformer aux
prescriptions des fabricants pour les produits spéciaux type
« décodeur ».
Tableau 4 . Distance maximale entre un programmateur et
une électrovanne 24 V en fonction de la section du câble
(hors système à décodeurs)
Section du câble
Distance maximale
0,82 mm2
350 m
1,5 mm
625 m
2
2,5 mm2
1140 m
4 mm2
1850 m
6 mm
2780 m
2
Condition de validité du tableau : Il faut que la tension électrique minimale
délivrée par le programmateur soit supérieure ou égale à 24 V.
3.15.2.3.Connexions
Une attention particulière doit être apportée aux connexions
des câbles, qui doivent être réalisées soit :
- en boîtes de connexion étanches, avec produit d’étanchéité
adapté à la tension électrique de l’installation
- sur les bornes de l'appareillage.
Les épissures et les dominos sont interdits.
3.15.3. Mise à la terre
La mise en place de prise de terre n’est nécessaire que pour
les réseaux de câblages alimentant des systèmes à décodeurs.
Il convient de se référer aux prescriptions des fabricants.
La résistance de la prise de terre dépend :
- de ses dimensions
- de sa forme
- de la résistivité du terrain dans lequel elle est établie
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
17
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
- de la qualité de la connexion entre la prise de terre et le
câble de raccordement à la borne terre du programmateur
ou à la protection foudre des systèmes à décodeur
La valeur de la résistance de la prise de terre doit être
mesurée et doit être inférieure ou égale à la valeur limite
spécifiée par les fabricants de programmateurs.
Elle peut être constituée, selon les prescriptions des
fabricants de programmateurs :
- soit d’un piquet de terre ou d’une plaque de cuivre
spécifiques à cet usage, de dimensions adaptées à la
résistivité du terrain
- soit d’une plaque de cuivre
- soit d’un conducteur en cuivre nu de 25 mm2 de section
minimum en bon contact avec le sol, de longueur adaptée à
la résistivité du terrain.
Remarque : Il est interdit d'utiliser comme prise de terre, les
canalisations d'eau, de gaz, les gaines métalliques de câbles, etc.
Point de contrôle interne
Toute installation électrique doit être vérifiée, non
seulement à l'occasion de sa mise en service, mais
aussi lors de modifications importantes et à intervalles
réguliers, pour s'assurer de sa conformité et l'y maintenir.
Cette vérification doit comporter les contrôles suivants :
- mesures de résistances d'isolement et de la résistance
de la prise de terre
- contrôle de l'efficacité des dispositifs de protection
contre les contacts directs ou indirects, et contre les
surintensités
- contrôle de la continuité des conducteurs de protection
et du bon serrage de leurs connexions
- contrôle du bon serrage des connexions des conducteurs
actifs sur l'appareillage et les appareils.
Les prescriptions du tableau 4, relatif à la distance
maximale entre un programmateur et une électrovanne
en fonction de la section du câble, doivent être
respectées
3.15.4. Programmateurs
On utilise principalement deux types de programmateurs :
- programmateurs autonomes 9 V
- programmateurs 220/240 V.
3.15.4.1. Programmateurs autonomes 9 V
Les programmateurs 9 V en courant continu dit autonome
peuvent être placés directement en regard à proximité
des électrovannes. Ils doivent être immergeables
(IP 68). Ils ne doivent pas être posés à même le sol. Pour un
fonctionnement optimum, les batteries doivent être testées
chaque année et remplacées le cas échéant. Le solénoïde de
l’électrovanne doit être adapté. Il est nécessaire de respecter
la couleur des câbles rouge et noir et/ou la polarité.
Les conditions de pose des câblages sont identiques aux
conditions de pose du § 3.15.2 sur les câblages électriques
entre le programmateur et les électrovannes.
Les longueurs de câbles sont fonction du programmateur
et du solénoïde choisi. Il faut se référer aux prescriptions du
fabricant.
L’information des déclenchements peut être donnée
directement sur le programmateur ou via une télécommande
filaire ou radio.
18
Figure 9 : Montage électrique d'un programmateur 9 V
avec des électrovannes 9 V (courant continu)
3.15.4.2. Programmateur 220/240 V
Les programmateurs alimentés en 220/240 V sur secteur en
courant alternatif, permettent l’alimentation en 24 V des
électrovannes. Comme tous les appareils 220/240 V, leur
pose est soumise à l’habilitation et aux respects des normes
NF C15-100.
Certains modèles sont adaptés à la mise en place à l’extérieur,
ils doivent alors avoir un transformateur intégré. Néanmoins
il faut exclure la pose en regard et au niveau du sol.
Ils ne sont pas immergeables et doivent être posés
au minimum à un mètre du sol. Un programmateur à
transformateur externe ne peut être mis qu’en intérieur.
Les câbles des électrovannes peuvent être branchés
indifféremment entre le commun et le câble de voie.
Lorsque cela est possible, il est conseillé de prévoir un
disjoncteur dédié pour les programmateurs 220/240 V.
Figure 10 : Montage électrique d’un programmateur
220/240 V avec électrovannes 24 V (courant alternatif)
3.15.5. Gestion centralisée
Une gestion centralisée par ordinateur peut être mono-site
ou multi-sites. La communication peut être :
- filaire
- radio
- par ligne téléphonique
- par Internet via une plateforme dédiée
- par GSM ou GPRS.
Chaque fabricant a ses propres spécifications quant à la pose
et au fonctionnement de son système. Le choix d’une des
techniques doit être fait en fonction de la physionomie de
l’installation d’arrosage (nombre de voies et longueur de
câble notamment).
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
Figure 11 : Gestion centralisée à distance
3.15.5.1. Système à décodeurs
La programmation par décodeur peut être gérée soit par
un programmateur spécifique, soit par un ordinateur avec
interface. Le câble bus (câble 2 ou 3 x 2,5 mm²) permet la
communication par l’intermédiaire des décodeurs situés sur
le terrain. C’est par le décodeur que passe l’information du
déclenchement de la voie.
Sur les câbles bus, des protections foudre doivent être
mises en place selon les prescriptions du fabricant et à des
espacements permettant d’isoler et de protéger la ligne.
Pour les longueurs de câbles, il faut se référer aux
prescriptions des fabricants.
et/ou
Figure 13 : Gestion centralisée par satellite
3.15.6. Appareils d’aide à la gestion
Les appareils d’aide à la gestion les plus courants sont :
- les pluviomètres stoppant l’arrosage en cas de pluie
- les sondes mesurant l’hygrométrie des sols
- les stations météo permettant d’ajuster les temps de
fonctionnement par rapport au besoin réel
- les anémomètres
- etc.
Les pluviomètres doivent être positionnés dans des endroits
significatifs par rapport aux sites (pas sous une gouttière ou
sous le jet d’un arroseur par exemple).
Point de contrôle interne
Figure 12 : Gestion centralisée par décodeurs
3.15.5.2. Système à satellites
La gestion centralisée par satellite permet à un ordinateur
et son logiciel dédié de communiquer avec le terrain par
l’intermédiaire d’un satellite. Il joue alors le rôle de relais
d’information et de déclenchement des électrovannes. La
programmation peut être directement faite sur le satellite
ou par l’ordinateur.
Une fois les matériels électriques mis en œuvre, il est
nécessaire de vérifier :
- la conformité de l’emplacement du programmateur
par rapport au plan
- la correspondance entre l’indice de protection du
programmateur et le contexte dans lequel il se trouve
- la conformité du raccordement du programmateur (cf.
normes de sécurité NF C 15-100)
- la qualité du câblage. Ce dernier doit être
capable de transporter l’ordre d’ouverture partant du
programmateur
- la conformité de la mise à la terre du système.
Il faut en outre vérifier l’ouverture et la fermeture de
chaque électrovanne à partir du programmateur.
Il est par ailleurs nécessaire de fournir au client un
synoptique de l’installation identifiant les arroseurs ou
les goutte-à-goutte sur les voies de programmation.
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
19
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
3.16. Réception de l’installation d’arrosage
Point de contrôle contradictoire
Lors de la réception d’une installation, le plan de
récolement à l’échelle doit être remis. Celui-ci doit
comprendre l’implantation exacte :
- de la source en eau
- des regards, vannes, électrovannes, arroseurs, tuyères,
goutteurs, micro-asperseurs et tubes goutte à goutte
- des réseaux hydrauliques (en précisant leurs diamètres)
- des câbles électriques (en précisant leurs types)
- du programmateur
- de la prise de terre (si besoin)
- des éléments de fontainerie
- tout matériel afférant à l’installation d’arrosage.
Les notices techniques, le manuel d’utilisateur et le
tableau de conduite de l’arrosage (cf. exemple en
annexe 2) doivent être fournis. Le tableau de conduite
de l’arrosage doit par ailleurs être affiché.
3.17. Garantie
La garantie du bon fonctionnement de l'installation est
généralement d'un an à partir de la réception d'un système
d'arrosage. La garantie des fournitures sera celle pratiquée
par les fabricants (hors main d’œuvre).
Il y aura cessation de garantie si l'installation est modifiée
ou détériorée par le maître d'ouvrage ou toute autre
personne intervenant pour son compte. Toutefois, suite
à une réparation exécutée par l'installateur, la garantie
pourra se poursuivre.
Sauf cas particulier et en cas d’accord écrit des deux
parties, l’installation doit correspondre au devis initial
et au plan d’exécution validé.
Lors de la réception de l’installation d’arrosage, il est
nécessaire de vérifier :
- l’absence de débit au compteur ou au pompage en
dehors des plages de programmation de l’arrosage
- le bon fonctionnement du pompage
- l’étanchéité des éléments visibles, tels que les vannes,
les électrovannes et le pompage
- la numérotation des câbles pour leur repérage si prévu
dans le cahier des charges
- la pose conforme du programmateur ainsi que son bon
fonctionnement (vérification par un démarrage manuel
voie par voie)
- la finition des tranchées, qui doit correspondre à celle
définie lors de la signature du marché
- le nettoyage du chantier et l’évacuation des surplus et
déchets.
Par ailleurs, pour chaque voie d’arrosage, il est nécessaire
de vérifier :
- la présence d’une vanne de sectionnement
- le niveau du regard de visite et la présence de graviers
dans celui-ci
- que la pression est correcte
- le recoupement et la portée des arroseurs
- le busage des arroseurs ainsi que leur mise à niveau
- les angles des jets et leurs réglages, qui doivent être
conformes au plan d’exécution
- l’espacement des goutte-à-goutte
- l’émission d’eau au niveau de chaque goutteur
(contrôle visuel)
- la présence d’un filtre et d’un régulateur pour
goutte-à-goutte
- l’étanchéité des connexions électriques.
Remarque : Il est proposé en annexe 3 un exemple de liste
de contrôles à réaliser lors de la réception d’un système
d’arrosage automatique.
20
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
4. Définition des points de contrôle internes et des points de
contrôle contradictoires
Qui effectue le point
de contrôle ?
Description
Point de contrôle
niveau 1 = Point
de contrôle
interne
Il correspond à la vérification
de la bonne exécution des
travaux au fur et à mesure de
l’avancement du chantier, et plus
spécifiquement quand une tâche
est achevée.
Il correspond :
- à la formalisation d’un accord
entre l’entreprise et le maître
d’œuvre ou le maître d’ouvrage
- à un changement de tâche,
Point de contrôle notamment lorsqu’une tâche a
niveau 2 = Point des conséquences sur la suivante
ou lorsqu’elle a des conséquences
de contrôle
irréversibles
contradictoire
- à la réception des travaux.
Le chef d’équipe, le chef de
chantier ou le conducteur de
travaux.
Le maître d’œuvre peut être
impliqué s’il en a manifesté le
souhait.
- Le chef de chantier, le
conducteur de travaux ou le
dirigeant de l’entreprise du
paysage, en présence du maître
d’œuvre ou du maître d’ouvrage.
- Une entreprise tierce (exemple :
mesure de la portance).
Chaque règle professionnelle ne doit
pas comporter plus de 5 points de
contrôle contradictoires.
Les points de contrôle contradictoires constituent des
points d’arrêt. Ces arrêts obligatoires sont contractuels.
Ils interdisent de continuer la phase suivante de la tâche
jusqu’à ce que les points d’arrêt soient levés. La levée des
points d’arrêt a lieu dès que les contrôles contradictoires ont
donné satisfaction. La phase suivante du travail peut alors
reprendre de façon formelle avec toutes les garanties de
bonne exécution de la ou des tâches précédentes.
Il existe par ailleurs deux types de points de contrôle
contradictoires particuliers :
- les points de contrôle relatifs aux approvisionnements
- les points de contrôle relatifs à la réception du support.
Matérialisation du point de
contrôle
Consignation facultative sur un
document interne et spécifique
au chantier ou sur une fiche de
journée.
> Ce type de point de
contrôle ne débouche pas
systématiquement sur une
preuve mobilisable en cas
d’expertise judiciaire / de litige.
- Consignation au niveau du
compte-rendu de chantier,
cosigné par l’entreprise et le
maître d’œuvre ou le maître
d’ouvrage.
- Un document réalisé par une
entreprise tierce.
> Ce type de point de contrôle
doit déboucher sur une preuve
mobilisable en cas d’expertise
judiciaire / de litige.
Le cas particulier de la clientèle particulière sans maîtrise
d’œuvre :
Parce que la clientèle particulière n’est pas « sachante » en
termes d’aménagements paysagers, les points de contrôle
pour ce type de clientèle sont principalement des points de
contrôle internes.
Il est fortement recommandé de formaliser les étapes de
validation des plantes et des matériaux à mettre en œuvre
et de réception des travaux avec la clientèle particulière.
De même, il est fortement recommandé que chaque
modification de la commande initiale du client débouche
sur la rédaction d’un nouveau devis, la signature par le client
particulier du nouveau devis prouvant son accord.
Chaque approvisionnement et chaque réception de support
doit automatiquement déboucher sur un point de contrôle
contradictoire entre l’entreprise de paysage et le fournisseur
dans le premier cas et entre l’entreprise de paysage et
l’entreprise ayant réalisé le support dans le second cas.
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
21
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
22
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0
Travaux
de mise en
œuvre et
d'entretien
des plantes
Travaux de mise en œuvre
des systèmes d’arrosage
N°: P.C.7-A-R0 | Création : juillet 2014
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
Annexe 1 : Déroulement chronologique indicatif d’un chantier
de mise en œuvre d’un système d’arrosage
Ce déroulement chronologique est donné à titre indicatif. En fonction de l’évolution du chantier et notamment
de la disponibilité en eau et en électricité, il est dans certains cas nécessaire d’adapter ce déroulement chronologique.
1/ Validation du plan d’exécution par le maitre d’œuvre ou le maître d’ouvrage
2/ Installation de chantier (stockage, transfert de machines)
3/ Piquetage des canalisations, des arroseurs, des regards et des éléments de fontainerie
4/ Piquage sur la source en eau ou pose du pompage
5/ Ouverture des tranchées
6/ Pose des conduites, des remontées d’arroseurs, des câbles et des éléments de fontainerie
7/ Remblayage des tranchées et des fouilles
8/ Purge des réseaux (si l’eau est disponible)
9/ Montage des électrovannes et des regards
10/ Montage des arroseurs et des tuyères
11/ Mise sous pression progressive des conduites
12/ Montage du programmateur
13/ Connexion des câblages
14/ Mise à niveau et réglages des arroseurs
15/ Essais complets de l’installation, manuellement et électriquement
16/ Formation
17/ Établissement des plans de récolement
18/ Réception de l'installation
Annexe 2 : Exemple de tableau de conduite de l’arrosage
NOM DU SITE
Localisation sur le terrain
N°
de voie
Pression
(bars)
Débit
voie
(L/mn)
Espacement
(m)
Implantation
Pluviométrie
(mm/h)
Pelouse nord
1
XXX
5,5
165
25
Triangle
18,42
3
Arrière bâtiment
2
XXX
3,5
85,2
10
carré
12,8
2
3
24
Arroseur /
goutteur
Nombre de
minutes
nécessaires
pour un
apport de
1 mm
Ligne
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage ANNEXE N° : P.C.7-R0
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
Annexe 3 : Liste de contrôles à réaliser lors de la réception
d’un système d’arrosage automatique
NOM DU PROJET
ADRESSE
NOM DU MAITRE D'ŒUVRE
TELEPHONE ET COURRIEL
DU MAITRE D'ŒUVRE
NOM DE L'ENTREPRISE
TELEPHONE ET COURRIEL
DE L'ENTREPRISE
TYPE DE VEGETATION
TYPE DE PROGRAMMATEUR
NOMBRE DE VOIES
NOMBRE DE REGARDS
NOMBRE D'ELECTROVANNES
NOMBRE D'ARROSEURS
LINEAIRE DE
GOUTTE-A-GOUTTE
DISPOSITIF CONTRE LES
RETOURS D'EAU
PRESENCE DE SONDES
(à préciser)
CONTÔLES RELATIFS À L’INSTALLATION
IMPLANTATION CONFORME
AU PLAN
VERIFICATION DE FUITE AU
COMPTEUR
VERIFICATION DU POMPAGE
VERIFICATION DE FUITE AUX
NOURRICES
POSE DU PROGRAMMATEUR
CONFORME
TABLEAU DE CONDUITE DE
L’ARROSAGE AFFICHE
FINITION DES TRANCHEES
PLAN DE RECOLEMENT
CONFORME
DOSSIER DES OUVRAGES
EXECUTES
NETTOYAGE DU CHANTIER
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage ANNEXE N° : P.C.7-R0
25
UNEP / AITF / FFP / HORTIS / SYNAA | Juillet 2014
CONTRÔLES SPÉCIFIQUES AUX VOIES
VOIE N°1
VOIE N°2
VOIE N°3
PRESENCE D’UNE VANNE DE SECTIONNEMENT
NIVEAU DU REGARD DE VISITE
PRESENCE DE GRAVIERS DANS LE REGARD DE VISITE
PRESSION CORRECTE
RECOUPEMENT DES ARROSEURS
PORTEE DES ARROSEURS
VERIFICATION DU BUSAGE DES ARROSEURS
REGLAGE DES ANGLES DES ARROSEURS
CONTROLE DE LA ROTATION DES ARROSEURS
MISE A NIVEAU DES ARROSEURS
ESPACEMENT DU GOUTTE-A-GOUTTE
CONTROLE VISUEL DE L’EMISSION D’EAU A TOUS LES
GOUTTEURS
PRESENCE D’UN FILTRE POUR GOUTTE-A-GOUTTE
PRESENCE D’UN REGULATEUR POUR GOUTTE-A-GOUTTE
TEST DECLENCHEMENT MANUEL PAR LE PROGRAMMATEUR
ETANCHEITE DES CONNEXIONS ELECTRIQUES
26
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage ANNEXE N° : P.C.7-R0
VOIE N°4
Edité par les Editions de Bionnay
SARL d’édition de presse au capital de 140 800 euros - RCS Lyon 401 325 436
Les Editions de Bionnay - route du Château de Bionnay - 69640 Lacenas
Gérant - Directeur de publication : Erick Roizard
Tél. 04 74 02 25 25 - Fax. 04 37 55 08 11 - E-mail : leseditionsdebionnay@orange.fr
Dépôt légal à parution - ISBN : 978-2-917465-23-3 - Imprimerie Chirat (42540).
Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées dans la présente
publication, faite sans autorisation de l’éditeur, est illicite et constitue une contrefaçon.
Seules sont autorisées les reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, et les
analyses et courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont incorporées (Loi du
11Mai 1957 - articles 40 et 41 et Code pénal en son article 425).
L’UNEP étant titulaire des droits d’auteur, en aucun cas, les Editions de Bionnay ne pourraient être tenues pour responsables de toute
omission d’une donnée ou d’une information, ou de toute erreur ou lacune dans les règles professionnelles.
RÈGLES PROFESSIONNELLES | Travaux de mise en œuvre des systèmes d’arrosage N° : P.C.7-R0 | 10,02 € TTC (hors frais de port)
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising