A Annexes 1001 Hi - Ordre professionnel des inhalothérapeutes du

A Annexes 1001 Hi - Ordre professionnel des inhalothérapeutes du
AP
nnexes
réambule
Le fascicule suivant est un recueil de textes comprenant, notamment, des
registres, des programmes, des techniques et des procédures. Ces textes
sont issus de documents provenant de divers établissements. Ils ont été
légèrement adaptés pour le présent fascicule et doivent être utilisés à titre
d’exemple pour l’élaboration des documents exigés par l’Ordre. Ils
peuvent être rédigés selon la pratique et la spécificité de votre
établissement.
Ces documents sont construits conformément aux normes, mais leur
contenu ne constitue pas une recommandation du comité d’inspection
professionnelle. Nous espérons qu’ils vous seront utiles.
A
ctes médicaux délégués
Énoncé de l’acte
Faire des instillations bronchiques.
Personnel visé
Les inhalothérapeutes du Centre hospitalier de l’Université de Montréal.
Unité de soins
Toutes les unités de soins, y compris le bloc opératoire, l’urgence, les soins
intensifs et la néonatalogie.
Conditions de délégation
Ordonnance médicale permanente pour l’instillation de sérum physiologique
et de bicarbonate. Selon le protocole et les procédures d’aspiration et
d’instillation bronchiques (adultes, enfants et nouveau-nés) décrits au
manuel des techniques et des procédures.
Ordonnance médicale individuelle pour toute instillation d’un autre
médicament que le sérum physiologique et le bicarbonate (surfactant ou
autre) et selon les protocoles et/ou procédures spécifiques pour chaque
médicament.
Précautions et restrictions
Au moment de l’instillation, un appareil d’aspiration, une source d’oxygène
et un monitorage minimal des signes vitaux, tel un saturomètre, doivent être
disponibles.
Si l’état de l’usager est modifié, instable ou à risque de complication,
l’instillation se fait après avoir préalablement avisé le médecin. Pour les
situations urgentes, le médecin sera avisé après l’instillation.
Un nécessaire d’aspiration à circuit fermé est utilisé au besoin (ex. : TrachCare), selon l’évaluation de l’inhalothérapeute, tel qu’il est stipulé au
manuel des techniques et des procédures.
L’administration de sérum physiologique dans les voies aériennes des
usagers ne pouvant être ventilées manuellement (ex. : laryngectomie, canule
sans ballonnet…) ne se fait qu’en situation d’urgence ou sur ordonnance
médicale individuelle.
Procédure
L’instillation consiste à injecter du sérum physiologique, dans les voies
aériennes des usagers laryngectomisés, intubés ou trachéotomisés, dans le
but de maintenir la perméabilité de la sonde endotrachéale, ou de la canule
trachéale, et pour fluidifier les sécrétions accumulées dans l’arbre
bronchique afin d’en faciliter l’aspiration.
2
L’inhalothérapeute procède d’abord à l’évaluation de la pertinence d’une
aspiration et, s’il y a lieu, il exécute l’aspiration selon la procédure décrite
au manuel des techniques et des procédures.
Par la suite, l’inhalothérapeute procède à l’évaluation de la pertinence
d’une instillation bronchique selon l’aspect des sécrétions et, s’il y a lieu,
il exécute l’instillation bronchique selon le protocole et la procédure décrite
au manuel des techniques et des procédures.
Durant ces manipulations, l’inhalothérapeute surveille les signes cliniques
et vitaux.
Conduite à adopter en cas de détérioration
clinique
Selon l’évaluation de la gravité de la réaction, l’inhalothérapeute applique
une ventilation manuelle ou mécanique, à une FiO2 de 100 % et avise le
médecin responsable, dans des situations telles que :
baisse de SpO2 (saturation à l’oxymètre de pouls) ou cyanose;
instabilité hémodynamique;
asynchronisme important avec le respirateur mécanique;
augmentation importante et soutenue des pressions de ventilation;
détérioration de l’état de conscience;
saignement actif;
toute autre situation jugée pertinente par l’inhalothérapeute.
Inscriptions au dossier
Au moment de son intervention, l’inhalothérapeute laisse une note au
dossier indiquant la situation à son arrivée, son évaluation, les gestes
posés et la réaction de l’usager aux gestes posés. Toute instillation d’un
médicament administré par voie trachéale durant une réanimation
cardiorespiratoire doit être notée au dossier.
L’instillation doit aussi être communiquée et notée au fichier du Service
d’inhalothérapie pour la plage horaire suivante.
Nota bene
Après sa signature par le conseil d’administration du CHUM, le présent
protocole relatif à l’acte C-1.01 remplace et annule tout protocole du
même nom qui peut avoir été signé antérieurement par les conseils
d’administration de l’Hôtel-Dieu, de l’Hôpital Notre-Dame et de
l’Hôpital Saint-Luc.
Insérer à la suite les signatures d’approbation des médecins responsables et
d’une personne du CMDP et du C.A.
Référence
Centre hospitalier de l’Université de Montréal
3
Annexes
P
rotocole
Énoncé de l’acte
Instillation bronchique de sérum physiologique ou de bicarbonate.
Personnel visé
Les inhalothérapeutes du Centre hospitalier de l’Université de Montréal.
Unité de soins
Toutes les unités de soins, y compris le bloc opératoire, l’urgence, les soins
intensifs et la néonatalogie.
Conditions de délégation
Ordonnance médicale permanente, surveillance sur place.
Précautions et restrictions
En néonatalogie, lorsque l’inhalothérapeute évalue à plus de Q4h la
fréquence nécessaire des instillations bronchiques requises, il en avise le
médecin afin d’obtenir une ordonnance médicale individuelle précisant
l’intervalle désiré.
L’inhalothérapeute respecte les règles d’hygiène et d’asepsie, au cours de ces
manœuvres, et procède selon la technique décrite au manuel des techniques
et des procédures.
L’inhalothérapeute utilise un manomètre avec un réanimateur manuel chez
le nouveau-né. Chez l’adulte, lorsque la valeur du PEEP est > 5 cm H2O,
l’inhalothérapeute utilise un dispositif d’insufflation manuelle pouvant
maintenir une valeur de PEEP équivalente.
Procédure
Selon son jugement, l’inhalothérapeute évalue la nécessité d’une instillation.
Pour l’aider dans sa prise de décision, il peut procéder à l’aspiration avant
l’instillation bronchique.
L’inhalothérapeute évalue la nécessité d’utiliser un système d’aspiration à
circuit fermé.
Chez le nouveau-né, l’inhalothérapeute instille habituellement de 0,5 à 2 ml
de bicarbonate (NaHCO3 2 %) ou de sérum physiologique (NaCl 0,9 %),
divisé en deux parties égales, au besoin, et jusqu’à Q4h.
Chez l’enfant et l’adulte, l’inhalothérapeute instille habituellement de 3 à
10 ml de sérum physiologique (NaCl 0,9 %), au besoin.
L’inhalothérapeute procède à la préoxygénation de façon appropriée
soit avec un réanimateur manuel, soit avec le respirateur. Au besoin, il
augmente légèrement la pression inspiratoire, le volume courant et/ou la
fréquence respiratoire.
4
L’inhalothérapeute observe les signes cliniques et vitaux durant les
manœuvres et remet graduellement les paramètres ventilatoires aux valeurs
utilisées avant cette intervention.
L’inhalothérapeute peut répéter ces manœuvres, selon son jugement,
jusqu’à ce que l’instillation bronchique ait produit le résultat escompté, plus
particulièrement en présence d’une sonde endotrachéale avec lumière
diminuée.
Conduite à adopter en cas de détérioration
clinique
L’inhalothérapeute cesse toute manœuvre, avise le médecin immédiatement,
donne de l’oxygène à une fraction inspirée supérieure à celle utilisée par
l’usager avant la manœuvre et applique les mesures d’assistance respiratoire
et/ou de réanimation au besoin.
Inscriptions au dossier
L’inhalothérapeute laisse une note au dossier indiquant l’état de l’usager
avant la procédure, les gestes faits, la quantité de sérum physiologique ou
de bicarbonate administrée, la réaction de l’usager aux gestes posés, l’état
de l’usager après la procédure et la signe.
Nota bene
Après sa signature par le conseil d’administration du CHUM, le présent
protocole relatif à l’instillation bronchique de sérum physiologique ou de
bicarbonate remplace et annule tout protocole du même nom qui peut avoir
été signé antérieurement par les conseils d’administration de l’Hôtel-Dieu,
de l’Hôpital Notre-Dame et de l’Hôpital Saint-Luc.
Insérer à la suite les signatures d’approbation des médecins responsables et
d’une personne du CMDP et du C.A.
Référence
Centre hospitalier de l’Université de Montréal
5
Annexes
P
olitique
Titre de politique :
Numéro de politique :
Organisation du retour à domicile
POL 7
Mots clés :
préparation, enseignement, planification
Date en vigueur :
Date de rédaction / révision :
Approuvé par :
Date :
Signatures :
But
Identifier le rôle et les responsabilités du Programme national d’assistance
ventilatoire à domicile (PNAVD) du Centre universitaire de santé McGill
(CUSM) en ce qui concerne l’organisation du retour à domicile de la
population adulte et pédiatrique des régions désignées par le MSSS comme
bassin desservi1 par le PNAVD.
Champ d’application
Le personnel clinique du PNAVD du CUSM.
Définition
Processus par lequel le retour à domicile de l’usager, suivi par le PNAVD,
est organisé en matière d’équipement, de préparation de l’usager et de sa
famille et du réseau communautaire (CHSLD, CLSC, CR).
Politique
Comme il est recommandé par le MSSS dans le cadre de référence sur
l’assistance ventilatoire à domicile, le personnel du PNAVD (CUSM) doit
participer à la planification du retour à domicile de tout usager, dans le but
de favoriser un maintien à domicile efficace et sécuritaire pour lui-même, sa
famille et l’ensemble de la communauté.
Clientèle cible
Toute personne admise au PNAVD du CUSM.
_________________________________
1
Ministère de la Santé et des Service sociaux, Cadre de référence sur l’assistance
ventilatoire à domicile / Clientèles adultes et pédiatriques, mars 2000, p. 17.
6
Contexte
La planification du retour à domicile de l’usager se fait habituellement
vers la fin de l’essai en milieu hospitalier, et, dans le cas de la clientèle
pédiatrique, des congés de fin de semaine peuvent être accordés pour
faciliter la transition à domicile. Généralement, le processus de retour à
domicile se produit au CHSCD en collaboration avec les intervenants du
réseau communautaire.
Application
La planification et l’harmonisation des services pour le retour à domicile
sont des éléments importants. Une préparation adéquate de l’usager et
de sa famille doit être mise en place incluant l’équipement, les ressources
communautaires et les autres services à domicile. Dans ce but, et en
conformité avec le cadre de référence sur l’assistance ventilatoire à domicile
du MSSS2, avant qu’un usager soit retourné à domicile, le PNAVD (CUSM)
a la responsabilité d’assurer que les conditions suivantes soient atteintes :
enseignement avant le départ de l’usager et planification de la
formation à domicile, incluant les mesures d’urgence (voir POL 5
et PRO 5-1);
octroi de l’équipement, achat-location des équipements (voir POL 6
et PRO 6-1, 6-2, 6-3, 6-4);
planification et harmonisation des services pour le retour à domicile
(voir PRO 7-1).
Référence
Programme national d’assistance ventilatoire à domicile (PNAVD) du Centre
universitaire de santé McGill (CUSM)
_________________________________
2
7
Ibid, p. 25.
Annexes
P
rocédure
Titre de procédure :
Planification et harmonisation du retour
à domicile
Numéro de procédure :
PRO 7-1
Référence à la politique numéro : POL 7
Mots clés : Stabilité médicale, planification, liaison communautaire
Date en vigueur :
Date de rédaction / révision :
Approuvé par :
Date :
Signatures :
But
Décrire les étapes à suivre dans la planification d’un retour à domicile pour
une personne admise au PNAVD du CUSM.
Champ d’application
Le personnel du PNAVD du CUSM.
Définition
Processus par lequel le retour à domicile d’un usager du PNAVD (CUSM) est
organisé. L’usager doit être prêt pour le retour à domicile (stabilité médicale,
acceptation de la ventilation assistée, enseignement fait, octroi
d’équipements et mise en place des services de maintien à domicile).
Clientèle cible
Usagers admis au PNAVD (CUSM) qui ont terminé l’essai en milieu
hospitalier et qui répondent aux critères nécessaires pour le retour à
domicile, soit une atteinte des conditions suivantes :
enseignement avant le départ de l’usager et planification de la
formation à domicile, incluant les mesures d’urgence (voir POL 5 et
PRO 5-1);
octroi d’équipements, achat-location des équipements (voir POL 6 et
PRO 6-1, 6-2, 6-3, 6-4);
planification et harmonisation des services pour le retour à domicile
(voir techniques d’installation et de vérification de chaque appareil
utilisé au moment de la prestation de soins respiratoires à domicile :
Techniques, de 7-1-1 à 7-1-15).
8
Contexte
Les diverses étapes à suivre dans la planification du retour à domicile
peuvent se faire en partie en équipe multidisciplinaire ou interdisciplinaire
au département du PNAVD du CUSM et au CHSCD, en collaboration avec
les intervenants du réseau communautaire.
Procédure
S’assurer :
de la stabilité médicale de l’usager (voir Annexe Critères médicaux,
POL 3);
que l’usager (ou les parents de l’enfant dans le cas de la pédiatrie)
accepte la ventilation assistée;
que l’usager et sa famille soient prêts pour le retour à domicile;
que de la formation avant le départ de l’usager ait été complétée
(se référer à la PRO 5-1);
que l’inhalothérapeute du PNAVD soit disponible pour le retour à
domicile afin de voir à un déroulement efficace et à ce que tout
l’équipement requis soit bien installé et fonctionnel, et cela, de
manière à rassurer l’usager et sa famille durant cette transition
(voir Techniques d’installation, de 7-1-1 à 7-1-15);
que les services communautaires soient en place et avisés du retour
à domicile de l’usager.
Référence
Programme national d’assistance ventilatoire à domicile (PNAVD) du Centre
universitaire de santé McGill (CUSM)
9
Annexes
T
echnique
Installation du système d’oxygénothérapie
Titre de technique : Installation du système d’oxygénothérapie
Numéro de la technique :
Référence à la politique et procédure :
Référence aux actes médicaux délégués : C-1.03
Date en vigueur :
Date de rédaction / révision :
Ordonnance médicale requise :
Non
❑
Oui
❑
Référence à l’ordonnance permanente : Non
Numéro d’ordonnance :
❑
Oui
❑
Approuvé par :
Date :
Signatures :
But
Assurer un système d’oxygénothérapie qui réponde aux besoins médicaux,
psychosociaux et environnementaux de l’usager tout en respectant
l’ordonnance médicale et les mesures de sécurité inhérentes à la protection
de l’usager, à son entourage et à l’environnement.
Description
Les systèmes d’oxygénothérapie réfèrent à l’ensemble des appareils et des
fournitures qui peuvent être utilisés dans l’administration de l’oxygène à
domicile. Allant des systèmes fixes (concentrateurs d’oxygène, bouteille de
gaz comprimé de format K) aux systèmes d’oxygénothérapie portatifs
(bouteilles de gaz comprimé de format E, économiseur), utilisant divers
dispositifs (canule nasale, masque, coffret trachéal, adaptateur en T), le
système choisi doit respecter non seulement l’ordonnance médicale, mais
aussi le choix de l’usager ou de sa famille selon le style de vie, les activités
quotidiennes, les capacités financières et environnementales, tout en
assurant la sécurité de l’usager et de son entourage.
Contexte
Technique relative à l’installation d’un système d’oxygénothérapie à
domicile pour une clientèle adulte et pédiatrique.
Indications
Hypoxémie documentée (par gaz artériel ou capillaire), telle qu’une
Pa02 < 55 mm Hg ou une Sa02 < 88 % à l’air ambiant au repos (sous
thérapie médicale optimale). Dans le cas de maladies associées à l’insuffisance cardiaque, à l’hypertension pulmonaire et à la polycythémie avec
10
hématocrite > 56, l’oxygénothérapie est indiquée lorsque la Pa02 est entre
56 et 59 mm Hg et la Sa02, < ou = 89 %. Certains usagers requièrent de
l’oxygène supplémentaire pendant les activités quotidiennes, pendant
l’exercice ou pendant les heures de sommeil, à cause d’une désaturation
sous 88 %.
Contre-indications
Il n’y a aucune contre-indication absolue à l’utilisation d’oxygène sauf pour
des considérations de sécurité inhérentes aux propriétés de l’oxygène
(augmente la vitesse de combustion) et pour l’entretien de l’équipement.
Autres considérations
L’usager et sa famille doivent suivre une formation sur l’utilisation
sécuritaire de l’oxygène en soulignant les points suivants :
le tabagisme augmente les risques de brûlure et d’incendie et
diminue les effets bénéfiques du traitement;
des complications peuvent se manifester si l’usager n’utilise pas
l’oxygène tel qu’il est prescrit;
le sevrage, s’il y a lieu;
l’usager et sa famille doivent être en mesure de reconnaître les signes
et symptômes d’une infection / détérioration pulmonaire pour
ensuite en aviser leur médecin;
les mesures à prendre quand il y a une fuite d’oxygène, une urgence
médicale ou un incendie.
Matériel requis
ordonnance médicale;
dossier PNAVD.
Pour
évaluation de l’usager
stéthoscope;
sphygmomanomètre;
oxymètre de pouls.
Pour
l’installation du système d’oxygénothérapie
concentrateur d’oxygène;
bouteille d’oxygène comprimée de types K, E ou mini;
système de déplacement de bouteilles (chariot pour les types K et E,
sac de transport pour mini);
système d’économiseur (pile, tubulure);
tubulure d’oxygène de diverses longueurs;
humidificateurs;
dispositifs (canule nasale, masque, coffret trachéal, etc.).
Pour vérification des appareils
débitmètre;
analyseur d’oxygène.
11
Annexes
Description des étapes de la technique
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
se laver les mains;
évaluer l’usager (auscultation, pouls, tension artérielle, saturation
au repos);
installer le système d’oxygénothérapie qui convient aux besoins de
l’usager ou de sa famille (concentrateur d’oxygène, bouteille de gaz
comprimé de types K, E et économiseur, tubulures appropriées,
humidificateur, s’il y a lieu, et dispositif);
ajuster le débit selon l’ordonnance médicale;
vérifier le débit à la sortie de la tubulure d’oxygène en utilisant un
débit-litre;
installer le dispositif choisi par l’usager (canule nasale, coffret trachéal);
vérifier la saturation de l’usager;
faire de l’enseignement (but de la thérapie, mesures de sécurité,
entretien, vérifications, signes/symptômes d’infections pulmonaires,
mesures d’urgence);
remettre de la documentation ou un programme d’enseignement à
l’usager (dans un cahier personnalisé);
compléter tout formulaire d’allocation, d’engagement de l’usager, etc.;
inscrire toute information au dossier de l’usager;
installer l’affiche « Oxygène en utilisation » sur la porte où les
bouteilles d’oxygène de réserve sont entreposées;
s’assurer que l’usager ou sa famille avise Hydro-Québec du besoin d’un
concentrateur d’O2 en cas de panne électrique;
s’assurer que l’usager ou sa famille avise le Service des incendies qu’il
y a des bouteilles d’O2 sur les lieux.
Un humidificateur de type barboteur n’est pas nécessaire pour des débits
inférieurs à 4 l/min et n’apporte aucune augmentation significative
d’humidité à l’usager. Si l’usager se plaint de sécheresse du nez et de la
gorge, lui suggérer plutôt une augmentation de l’humidité relative de la
pièce. Informer l’usager des risques inhérents à l’utilisation d’un barboteur.
Si un barboteur aux fins d’humidification est utilisé, de l’eau déminéralisée
doit être employée. Dans le cas des déplacements, l’utilisation d’un
barboteur n’est pas recommandée.
12
Les vérifications des divers systèmes d’oxygénothérapie
Élément à vérifier
Responsabilité de
Fréquence
Inscription au
Concentrateur d’O2
Usager/famille
Inhalo PNAVD
Au besoin
À chaque VAD
Nul
Dossier
Bouteille d’O2 en utilisation
Usager/famille
Inhalo PNAVD
Au besoin
À chaque VAD
Nul
Dossier
Économiseur
Usager/famille
Inhalo PNAVD
Au besoin
À chaque VAD
Nul
Dossier
Débit
Usager/famille
Inhalo PNAVD
Au besoin
À chaque VAD
Nul
Dossier
Nbre d’heures d’utilisation
Inhalo PNAVD
À chaque VAD
Dossier
Nbre de bouteilles en réserve
Inhalo PNAVD
À chaque VAD
Dossier
*PNAVD = Programme national d’assistance ventilatoire à domicile du Centre universitaire de
santé McGill (CUSM)
*VAD =
Visite à domicile
La nécessité d’écriture au dossier
Il faut inscrire les vérifications mentionnées plus haut sur les formulaires en
annexe du dossier de l’usager à domicile et aussi au dossier du PNAVD
(CUSM). Remettre tout rapport de suivi d’équipements au coordonnateur
technique tel que cela est décrit dans la politique et les procédures de
contrôle de qualité d’équipements.
Référence à la procédure de contrôle de qualité
Voir la politique et les procédures de contrôle de qualité d’équipements.
13
Bibliographie
Technique d’installation du système d’oxygénothérapie
AARC Clinical Practice Guideline, « Oxygen Therapy in the Home or
Extended Care Facility », Respiratory Care, vol. 37, 1992, p. 918-922.
BEAUPRÉ, A. et autres. La réadaptation respiratoire, Position de
l’Association des pneumologues de la province de Québec, Union Méd., vol.
115, no 1, 1986, p. 35-39.
BRANSON, R., D. HES et R. CHATBURN. Respiratory Care Equipment, J.B.
Lippencott Company, Philadelphia, 1995.
COMPRESSED GAS ASSOCIATION INC. Handbook of Compressed Gases,
Von Nostrand Reinhold Company International Offices, New York, 1988.
FINK, J.B., et G.E. HUNT. « Clinical Practice in Respiratory Care », chapter
18, Home Respiratory Care, Philadelphia PA, Lippencott Williams & Wilkens,
1999.
MEDICAL RESEARCH COUNCIL WORKING PARTY. « Long-term domiciliary
oxygen therapy in chronic hypoxic cor pulmonale complicating bronchitis
and emphysema », Lancet, 1981, p. 881-886.
« National Conference on Oxygen Therapy », Respiratory Care, 1984,
p. 922-935.
NOCTURNAL OXYGEN THERAPY TRIAL GROUP. « Continuous or nocturnal
oxygen therapy in hypoxemic chronic obstructive lung disease », Annals of
Internal Medicine, 1980, p. 391-398.
Programme d’enseignement en oxygénothérapie, Programme national de
ventilation à domicile du Centre universitaire de santé McGill, rédaction par
Rita Troïni, septembre 2000.
SPEARMEN, C., R. SHELDON et D. EGAN. Thérapie respiratoire, Sainte Foy,
Édition Le Griffon d’Argile, Québec, 1988.
Référence
Programme national d’assistance ventilatoire à domicile (PNAVD) du Centre
universitaire de santé McGill (CUSM)
14
T
echnique
La capnographie
Définition
Le CO2 ainsi que l’O2 prennent une place importante dans la ventilation
pulmonaire chez l’être humain. Ces deux éléments doivent être mesurés.
Il existe, depuis plusieurs années, un appareil non invasif qui analyse, de
façon continuelle, le CO2 expiré, soit le capnographe (ou capnomètre). Le
Service d’inhalothérapie du Centre hospitalier du Centre-de-la-Mauricie
possède maintenant cet appareil : le Normocap 200 de Datex.
Buts et indications
évaluer l’efficience du support ventilatoire artificiel chez les usagers
intubés et ventilés;
déterminer l’emplacement de la sonde endotrachéale (trachée ou
œsophage);
au moment de la RCR, vérifier la qualité des compressions et de la
ventilation (bon indicateur de réussite ou d’échec lorsque le CO2
augmente pendant les 8 premières minutes);
transférer un usager à l’interne ou à l’externe;
s’assurer que le TET est toujours en place et non coincé pendant
une chirurgie maxillo-faciale;
maintenir un bon niveau d’hyperventilation en présence d’un
trauma crânien.
Contre-indications
Il n’y a aucune contre-indication relevée dans la littérature, puisque c’est
une technique simple et non invasive de monitorage.
Facteurs pouvant influer sur la qualité de mesure
de la lecture
mauvaise calibration, simple ou avec gaz;
fréquence respiratoire trop élevée ou inférieure à
10 respirations/minute;
présence de fréon (utilisé encore dans les aérosols-doseurs);
sécrétions contaminant le circuit;
trop haute humidité;
forte concentration d’O2 administré (supérieur à 80 %).
Matériel
15
moniteur Normocap 200 de Datex;
fine tubulure d’échantillonnage;
trappe à eau et contenant de balayage;
filtre bactérien-échangeur thermique contenant un orifice adaptable à
la tubulure.
Annexes
Technique
brancher le moniteur à une prise électrique d’urgence, si possible;
vérifier si la batterie interne est chargée (durée de 45 minutes).
Pour recharger, brancher le moniteur et mettre le bouton « Power »
à « On » et laisser la batterie se charger pendant 6 heures;
relier la tubulure du filtre antibactérien ou l’adaptateur à la trappe
à eau;
le calibrage à zéro se fait par lui-même aux 5 minutes pour la
première et ensuite aux heures.
Note. — Dès que l’installation du moniteur est effectuée et introduite dans
le circuit, aucune manipulation n’est nécessaire au bon fonctionnement
de l’appareil.
Généralités
Tableau d’affichage avant
Sur le tableau d’affichage du Normocap 200, on retrouve les renseignements
suivants :
indicateur « alarme »;
valeur de CO2, fréquence respiratoire;
alarme « Silence »;
menu principal;
trappe à eau.
Menu principal
« Help » : cette touche permet d’obtenir des renseignements simples
sur toutes les fonctions de l’appareil;
« Monitor / stand-by » : représente l’interrupteur de l’appareil. Pour
fermer l’appareil, appuyez sur cette touche pendant 2 secondes;
« Normal screen » : permet de rétablir l’écran usuel avec les courbes
et le menu principal;
« Silence alarm » : cette touche permet d’annuler l’alarme sonore
pendant 2 minutes. Après ce délai, l’alarme se réactivera si le
problème n’est pas résolu;
« Trend » : les tendances peuvent être produites aux 30 minutes, aux
2 heures, aux 6 heures et aux 12 heures, tant sur les valeurs de CO2
que sur la fréquence respiratoire observée;
« Set up » : sélection de l’unité de mesure du CO2 (en % ou en
mm Hg), l’échelle des courbes et la vitesse de déroulement;
« Calibrage » : pour initialiser le calibrage des gaz (voir le point
traitant du calibrage);
« Alarm » : ajustement des alarmes limites de CO2 et de la fréquence
respiratoire et des alarmes audibles;
« Print » : cette touche permet le gel et l’impression des courbes
présentées à l’écran.
Batterie interne
La batterie interne fonctionnera lorsque l’alimentation électrique cédera ou
lorsque le câble d’alimentation sera débranché de l’appareil (volontairement
ou non).
Durée d’alimentation totale : 45 minutes
Durée de recharge de la batterie : 6 heures
16
Alarmes / usager
« Apnée » : cette alarme est activée lorsqu’il n’y a aucune respiration
spontanée de l’usager dans les 20 dernières secondes du cycle;
« Haut / Bas PetCO2 » : respecte les valeurs maximales et minimales
de PetCO2 des alarmes limites;
« Réinspiration » : lorsque la concentration de CO2 inspiré est égale
ou supérieure à l’alarme limite de réinspiration;
« Fréquence respiratoire » : lorsque la fréquence respiratoire est
supérieure ou inférieure aux alarmes ajustées.
Bibliographie
MARIEB Élaine N. Anatomie et physiologie humaines, Éd. du Renouveau
pédagogique, 1993, 1014 p.
« Capnography in emergency medecine », feuillet explicatif fourni par
Novametrix medical.
Manuel de service du fabricant Datex.
Respiratory Care, vol. 40, no 12, 1995, p. 1321-1324.
Approuvé par :
En vigueur le :
Date de révision :
Référence
Centre hospitalier du Centre-de-la-Mauricie, Shawinigan-Sud
17
Annexes
T
echnique
Drainage postural, « clapping »,
vibrations thoraciques et « flutter »
Définition
Les postures de drainage sont des positions qui utilisent la gravité afin de
favoriser l’écoulement et l’expulsion de mucosités bronchiques vers la
trachée puis vers la bouche.
Le « Flutter » est un petit appareil en forme de pipe qui permet à l’usager
d’être plus autonome, avec un mieux-être respiratoire, tout en facilitant
l’expectoration et la diminution de la dyspnée.
Le « Clapping » est un martèlement de la cage thoracique d’un mouvement
rapide des mains ou à l’aide d’un percusseur.
Buts et indications
but : faciliter l’expectoration chez les usagers présentant une
pathologie respiratoire qui amène une hypersécrétion bronchique et
ainsi restaurer la ventilation normale;
indications : pathologies pulmonaires suppuratives (bronchite,
mucoviscidose, bronchiectasie, emphysème) chez les usagers atteints
d’un abcès pulmonaire localisé, comme complément à la rééducation
respiratoire, durant le traitement d’appoint chez les asthmatiques, en
prophylaxie postopératoire et en cas de paralysies.
Contre-indications
tuberculose, « post-op » immédiat, douleur ou inconfort de l’usager,
status asthmaticus, traumatisme crânien, pathologies cardiaques,
hyperthermie, fracture rachi-cervicale ou dorsale, hypertension,
hémoptysie, ostéoporose fracturable;
contre-indications au flutter : pneumothorax non drainé, anévrisme
artériel et certaines lésions vasculaires.
Avantages
améliorer la fonction respiratoire des zones pulmonaires en
hypofonctionnement;
améliorer la perméabilité bronchique;
mobiliser les sécrétions pour les amener au contact des zones
tussigènes qui s’étendent du larynx jusqu’à la cinquième division
bronchique.
Désavantages
inefficace avec les sécrétions trop adhérentes;
propagation de l’infection chez certains usagers;
monotonie du traitement.
18
Procédures administratives
Règles d’accès au service
Toute demande de drainage postural, de clapping ou de flutter doit être
prescrite par un omnipraticien, un anesthésiologiste ou un interne sur la
formule de demande de traitement en indiquant la fréquence, la durée et, si
cela est possible, le ou les lobes à drainer.
Enregistrement des données
À la réception d’une prescription, l’inhalothérapeute doit insérer la
réquisition dans le fichier. Il y inscrit le nom de l’usager, le numéro de la
chambre et la date d’échéance du traitement. Il doit également inscrire ces
renseignements dans le registre bleu.
Après le traitement, l’inhalothérapeute doit inscrire au dossier médical la
date, l’heure, le traitement donné, les observations cliniques et
thérapeutiques et y apposer sa signature.
Les heures de traitement sont identiques à celles de l’aérosolthérapie.
Règles de base
L’inhalothérapeute doit appliquer la prescription médicale demandée. Il ne
peut la modifier sauf si l’usager présente des effets secondaires. Il pourra
alors cesser le traitement et en aviser le médecin concerné.
Matériel requis
oreillers supplémentaires, s’il y a lieu;
flutter, s’il y a lieu;
percusseurs, s’il y a lieu.
Méthodes d’application
19
A) Drainage postural
vérifier la prescription au dossier;
effectuer le traitement d’aérosol, s’il est prescrit, avant de faire le
drainage postural;
consulter le dossier (autres examens);
vérifier de quelle zone pulmonaire il s’agit, selon l’atteinte. On
insistera alors plus sur la région la plus importante à drainer;
préparer l’usager au drainage postural;
prendre conscience du type de respiration de l’usager soit costale,
soit abdominale ou paradoxale et corriger, rééduquer, s’il y a lieu;
prévenir l’usager qu’il doit aviser l’inhalothérapeute de tout malaise;
coucher l’usager selon la position requise;
demander à l’usager d’exécuter une respiration diaphragmatique avec
de très bons volumes courants afin d’augmenter le diamètre des
voies respiratoires et de faciliter l’afflux des sécrétions bronchiques;
noter les signes cliniques de l’usager au début du traitement et de
façon périodique;
surveiller l’état général de l’usager pendant le drainage parce que
certaines positions peuvent augmenter la dyspnée (déplacement de
la masse viscérale abdominale vers les poumons, déplacement du
volume sanguin, particulièrement chez les usagers atteints de
pathologies cardiaques);
Annexes
évaluer l’efficacité du drainage (ex. : une expectoration avec une toux
plus facile en postdrainage);
faire asseoir l’usager et pratiquer, si possible, une toux à glotte
ouverte s’il y a présence d’une toux persistante durant le drainage;
effectuer un drainage de 10 à 15 minutes par région à drainer ou
selon la tolérance de l’usager. Dans tous les cas, le maximum devrait
être de 30 minutes;
si une position amène une expulsion prolifique, maintenir cette
position plus longtemps;
dans les cas où il y aurait intolérance au drainage, demeurer en
décubitus et procéder au clapping ou au flutter.
B) Clapping
mettre une serviette sur la région à clapper, si cela est nécessaire;
effectuer le clapping de façon manuelle ou avec le percusseur.
Lorsque le clapping est fait manuellement, il faut :
- donner à la face interne de la main la forme d’une cuillère,
- laisser tomber les mains sur le thorax sous l’effet de leur propre
poids en relâchant les articulations du poignet et du coude;
effectuer le clapping à l’inspiration et à l’expiration;
veuillez noter que, si les percussions sont réussies, elles sont
indolores et produisent un son sourd. Dans l’autre éventualité, il y
aura douleurs, pincements, rougeurs et sons aigus. Il faut éviter de
frapper sur le sternum, la colonne vertébrale, les omoplates, la région
des reins, l’abdomen et les seins.
C) Vibrations thoraciques
ouvrir la main ou appuyer les mains de part et d’autre de la région
thoracique à vibrer;
exercer une légère pression et des vibrations rapides,
perpendiculairement à la paroi thoracique;
n’exercer les vibrations que pendant la phase expiratoire et
exclusivement sur la cage thoracique;
stimuler la toux de l’usager après quelques cycles respiratoires
(de 3 à 4);
veuillez noter que les restrictions anatomiques sont les mêmes que
pour les percussions.
D) Flutter
Le flutter est fonctionnel au moment de l’expiration. Il génère des
impulsions de pression positive d’environ 20 cm H2O. Au moment de
l’expiration, il crée une résistance, qui exerce un point d’égale pression et
qui est déplacé de façon distale dans les bronchioles. Les bouchons
muqueux sont mobilisés, les zones obstruées sont réouvertes et il y a
inhibition du collapsus précoce des bronches.
À la première respiration, tenir le flutter à l’horizontale et, pour les
respirations suivantes, ajouter une certaine inclinaison vers le bas
afin de ressentir la transmission des vibrations;
aviser l’usager que l’exercice doit être exécuté TID ou QID de 5 à
10 minutes à chaque séance;
faire inspirer l’usager profondément par le nez et faire une pause de
2 à 3 secondes;
20
faire expirer normalement et profondément en utilisant le plus
possible les muscles abdominaux;
garder l’appareil dans la bouche, inspirer par le nez et recommencer
les étapes précédentes;
afin d’accroître la mobilisation des sécrétions et l’expectoration de
celles-ci, la méthode de « Huffing » est à conseiller, c’est-à-dire
inspiration à grands volumes et expiration forte en maintenant la
bouche ouverte.
Bibliographie
EGAN, F. Donald. Thérapie respiratoire, Sainte-Foy, Édition Le Griffon
d’Argile, 1988, 740 p.
Nomenclature du flutter de la compagnie Scandipharm, 18 p.
Approuvé par :
En vigueur le :
Date de révision :
Référence
Centre hospitalier du Centre-de-la-Mauricie, Shawinigan-Sud
21
Annexes
P
ratique
BiPAP (Bi-level Positive Airway
Pressure)
Définition
Il permet de diminuer la PaCO2, par l’ajout d’une aide inspiratoire, et
d’augmenter la PO2 par une pression positive en fin d’expiration (PEEP).
Ainsi, les muscles inspiratoires et expiratoires peuvent être assistés par une
force mécanique non invasive chez les usagers atteints de troubles
respiratoires aigus.
But
Le BiPAP est utilisé en soins à domicile ou en milieu hospitalier soit pour
une ventilation à pression positive nocturne, soit pour l’utilisation non
continue de la ventilation à pression positive qui permet, l’une ou l’autre,
d’éviter l’intubation ou la trachéotomie et de prévenir la décompensation.
Plusieurs études démontrent que cette forme de ventilation permet
d’augmenter les échanges gazeux et les fonctions pulmonaires durant son
utilisation. Le BiPAP est conçu pour augmenter la ventilation et non pour
fournir un support ventilatoire total.
Contre-indications
usager qui ne coopère pas;
usager qui ne tolère pas le port du masque;
usager qui ne possède pas de réflexe de toux et de déglutition;
arythmies cardiaques ou hypotension;
sécrétions excessives;
saignement gastro-intestinal;
trauma facial.
Complications / problèmes
adaptation : claustrophobie;
capacité ambulatoire limitée;
fuites : bouche, masque, yeux;
irritations cutanées : allergies, points de pression;
sécheresse des voies aériennes supérieures;
aérophagie.
Indications
MPOC;
OAP;
insuffisance respiratoire;
condition pulmonaire restrictive :
- malformation de la cage thoracique, cyphoscoliose,
- hypoventilation due à l’obésité;
22
problèmes neuromusculaires :
- dystrophie musculaire, syndrome postpolio,
- dysfonction du nerf phrénique, myopathie;
apnée du sommeil;
intolérance au CPAP;
chez l’enfant dans le cas de fibrose kystique en attente d’une
transplantation pulmonaire.
Avantages
évite l’intubation endotrachéale ou la trachéotomie;
possibilité de boire, de manger et de parler;
indépendance de l’usager;
réduction des complications dues à l’intubation, à l’extubation et au
trauma trachéal;
préservation des mécanismes de défense des voies aériennes.
Avantages du masque nasal
meilleur confort de l’usager;
liberté de parler;
moindre risque d’aspiration pendant les vomissements;
risque d’aérophagie diminué;
risque de claustrophobie diminué.
Désavantage du masque facial
ajustement difficile chez l’usager édenté.
Matériel requis pour l’installation
appareil BiPAP;
tubulure;
masque nasal ou facial, courroies;
chambre d’humidification, au besoin;
eau déminéralisée;
s’il y a ajout d’O2 prescrit, tout le nécessaire d’oxygénothérapie
incluant un oxymètre.
Procédure d’installation
23
Expliquer à l’usager le but et la nature du traitement, et les effets
secondaires possibles.
Faire une évaluation de l’usager et une demande du résumé du
dossier, s’il n’est pas inclus.
Faire le choix du masque :
- Trois types de masques sont disponibles :
1. le masque nasal;
2. le masque facial;
3. le mini masque Monarch.
Ils présentent tous leurs avantages et leurs inconvénients.
- Il faut tenir compte du confort de l’usager. Une période
d’adaptation de 15 à 30 minutes doit être prévue. L’encouragement
et les connaissances de l’inhalothérapeute deviennent très
importants durant cette période de grande anxiété pour l’usager.
Annexes
- Le BiPAP est conçu pour s’ajuster aux fuites par le maintien d’un
grand débit d’air constant. Il n’est pas nécessaire d’éliminer
chaque fuite en serrant davantage le masque sur le visage de
l’usager. Le choix d’un bon masque et surtout d’une grandeur
appropriée au visage de ce dernier assureront son confort.
- Pour connaître la bonne grandeur du masque nasal, il est
important d’utiliser le guide de mesure : le bas du masque doit
appuyer au-dessous de la lèvre inférieure pour éviter, pendant un
mouvement, que le masque ne se retrouve dans la bouche.
- Si les fuites au niveau de la bouche compromettaient l’efficacité de
la ventilation par l’usage d’un masque nasal, parce que l’usager est
trop fatigué ou plus ou moins coopératif, il serait approprié
d’utiliser un masque facial.
- Dans la plupart des cas de réussite, la notion de confort de l’usager
devient plus importante que l’élimination de fuites.
Choisir un emplacement aéré pour l’appareil.
Effectuer les vérifications suivantes à l’installation et à chacune
des visites :
- aspect extérieur de l’appareil,
- filtres,
- réglage et ajustement des paramètres prescrits : pression,
fréquence,
- inspection et ajustement du montage : tubulure, masque, courroies.
Enseigner à l’usager les points suivants :
- faire le montage du matériel (tubulure, masque et courroies),
- mettre l’appareil en fonction,
- installer le masque avec les courroies,
- dépister et corriger les fuites dans le montage,
- suivre les démarches en cas de bris de l’appareil ou de
l’équipement,
- nettoyer le matériel.
Pièces
Nettoyage
Désinfection
Tubulures
1 fois/sem.
1 fois/mois
Humidificateur
de 2 à 3 fois/sem.
1 fois/sem.
Masques
tous les jours
selon le fabricant
Courroies
1 fois/sem.
Appareil
époussetage 1 fois/sem.
(Le nettoyage se fait à l’eau savonneuse.)
(La désinfection se fait selon les recommandations du fabricant.)
24
Procédure départementale
Toute demande de BiPAP doit être prescrite par le médecin traitant ou
consultant. L’ordonnance doit inclure le diagnostic, les paramètres et
autres renseignements pertinents.
L’appareil est prêté à l’usager à court terme et acheté par la suite si
l’utilisation est à long terme, sauf si l’usager n’en a pas les moyens.
L’inhalothérapeute soutiendra ce dernier dans ses démarches avec
d’autres organismes susceptibles de l’aider à couvrir les frais
inhérents à l’appareil. Si l’appareil est prêté par le CLSC, une formule
de prêt doit être signée par l’usager et celui-ci s’engage à remettre
l’appareil en bon état.
L’inhalothérapeute fait l’enseignement à l’usager de l’installation, du
fonctionnement, de la sécurité, de l’entretien de l’équipement et de la
démarche à entreprendre s’il se produit des ennuis avec l’appareil.
L’inhalothérapeute doit tenir compte de la prescription médicale et,
en aucun temps, il ne peut la modifier, sauf si l’usager présente des
complications. Alors il pourra cesser le traitement temporairement
et en avertir le médecin.
Après la rencontre, l’inhalothérapeute doit inscrire au dossier médical
la date, les signes vitaux, les observations pertinentes et y apposer sa
signature. La prescription et la feuille de prêt doivent être jointes au
dossier médical.
Bibliographie
Inhaloscope, vol. 13, no 2, août 1996.
MAYER, Pierre, pneumologue. L’apnée du sommeil, une inconnue dans mon
lit, Hôtel-Dieu de Montréal, Conférence lors d’une formation à l’Hôtel-Dieu
de Montréal en 1996.
Medigas, VPPNI (ventilation à pression positive non invasive),
Documentation du fabricant, 1996.
Créé le :
Référence
CLSC Les Forges
25
Révisé le :
Annexes
T
echnique
Spirométrie incitative
Inspiration volontaire soutenue
Définition
Exercice respiratoire actif basé sur l’inspiration maximale soutenue,
amenant une amélioration progressive et quantifiable de la condition
pulmonaire de l’usager.
But
amener une hyperinflation pulmonaire en utilisant la pression
intrapleurale négative développée par l’usager lui-même;
développer une technique ventilatoire adéquate;
favoriser l’expectoration.
Avantages
production d’une bonne hyperinflation pulmonaire;
pas de diminution du retour veineux et du débit cardiaque;
pas de danger de rupture alvéolaire ou de pneumothorax;
pas d’aérophagie ni de dilatation gastrique;
pas de danger d’infection ou de contamination;
pas de problème technique : sécuritaire;
bonne acceptation par l’usager;
facilité de contrôle;
coût peu élevé;
élément de motivation pour l’usager.
Désavantages
plus grande exigence pour l’usager et le personnel soignant;
difficulté d’exécution avec un usager plus ou moins coopératif.
Indications
atélectasie;
exercices après une extubation;
exercices après une chirurgie abdominale haute;
exercices après une chirurgie thoracique;
toute autre intervention chirurgicale;
rééducation respiratoire;
exercice chez un usager alité.
Contre-indications
chez l’usager comateux;
dans les cas de confusion.
26
Matériel requis
appareil de spirométrie incitative;
tube de raccord et pièce buccale.
Annexes
Technique
vérifier la prescription et consulter le dossier : diagnostic, gaz
artériel, radiographie pulmonaire et évolution;
préparer l’usager psychologiquement et présenter la technique
(but, raisons, effet désiré);
se laver les mains;
technique à suivre pour la spirométrie incitative :
- après une expiration moyenne, l’usager inspire au maximum dans
l’appareil afin de soulever et de soutenir la balle en équilibre
pendant 3 secondes. Les lèvres doivent être bien fermées sur la
pièce buccale et l’appareil, en position verticale,
- même si la balle tombe, l’inhalothérapeute voit à stimuler l’usager
afin que son inspiration dure au moins 5 à 10 secondes,
- graduellement, augmenter le débit inspiratoire en changeant le
niveau de réglage. Plus le niveau est élevé, plus l’effort demandé à
l’usager pour soulever la balle sera grand. La capacité de l’usager à
tenir la balle le plus haut possible pendant environ 3 secondes
nous guide dans l’ajustement du niveau. L’inhalothérapeute
explique également l’importance de soutenir la balle à une valeur
donnée plutôt que de la soulever très haute, sans la maintenir,
- habituellement, l’exercice s’effectue pendant 5 à 10 minutes, aux
heures, sauf indication contraire,
- en fin d’exercice, indiquer au dossier de l’usager le niveau atteint
et maintenu par celui-ci;
technique à suivre pour calculer la capacité vitale avec le spiromètre
portatif :
- installer le spiromètre à l’appareil d’exercice pour avoir une lecture
à l’expiration,
- l’usager expire normalement. Ensuite, il doit prendre une
inspiration maximale et procéder à une expiration maximale. À la
fin de l’expiration maximale de l’usager, inscrire la capacité vitale
indiquée sur le spiromètre;
en postopératoire, essayer d’atteindre graduellement la valeur notée
en préopératoire. À l’aide d’un spiromètre, l’inhalothérapeute
compare les valeurs prédites avec les valeurs qui sont mesurées
chaque jour.
Bibliographie non disponible
En vigueur le :
Révisé le :
Référence
Hôpital Maisonneuve-Rosemont
27
Approbation :
P
rogramme de vérification
Matériel de réanimation et du chariot de code
Appareils concernés
Matériel de réanimation et du chariot de code
Localisation
Salle de réanimation adjacente à la salle de
sélection de l’urgence
Salle de chirurgie mineure au rez-de-chaussée
(chariot de code)
Personne responsable
L’inhalothérapeute présent durant les
manœuvres de réanimation
Fréquence d’entretien
Immédiatement après la réanimation
Procédure
Vérifier et nettoyer tout le matériel nécessaire
au bon fonctionnement durant les manœuvres
de réanimation
Liste du matériel à vérifier
Médicaments
2 ampoules 1 cc
2 ampoules 1 cc
3 ampoules 1 cc
2 ampoules 10 cc
2 ampoules 10 cc
1 ampoule 5 cc
1 ampoule 20 cc
1 ampoule 20 cc
2 fioles 50 cc
4 bouteilles
15 tampons alcool
3 sachets Muko
1 tube
1 xylocard 100 mg
Diachylons
2 diachylons
2 diachylons
2 diachylons
2 diachylons
=
=
=
=
=
=
=
=
=
=
Atropine
Diazépam (Valium)
Adrénaline
Aminophylline
Ventolin
Décadron
Bérotec
Atrovent
Eau bactériostatique
Eau distillée
=
Xylocaïne en gelée 2 %
=
=
=
=
Coton 1 pouce
Coton 1/2 pouce
Ruban adhésif transparent : 1/2 pouce
Micropore 1 pouce
28
Tubes endotrachéaux (et accessoires auxiliaires)
1 tube endotrachéal
= no 5,0 (avec et sans ballonnet)
no 6,0
no 6,5
no 7,0
no 8,0
2 tubes endotrachéaux
1
1
1
1
1
tube
tube
tube
tube
tube
endotrachéal
endotrachéal
endotrachéal
endotrachéal
endotrachéal
pour
pour
pour
pour
pour
=
enfant
enfant
enfant
enfant
enfant
no 7,5
no 8,5
no
no
no
no
no
2,5
3,0 (avec et sans ballonnet)
3,5
4,0 (avec et sans ballonnet)
4,5
5 guédels (différentes grandeurs)
1 tube en « T »
4 bardex (différentes grandeurs)
2 paires de gants stériles
2 paires de gants non stériles
1 adaptateur rotatif
1 adaptateur à trachéotomie
1 manche de laryngoscope
3 lames droites no 1
no 2
no 3
1 lame courbe no 3
1 lumière de rechange pour la lame de laryngoscope
Succions
3 cathéters à succion aero-flo no 14
4 cathéters à succion pour enfant (différentes grandeurs)
1 succion métallique
29
Annexes
Divers
1 seringue 10 cc
2 seringues 5 cc
4 seringues 3 cc
6 seringues 1 cc
5 aiguilles no 18
7 aiguilles no 20
1 micronébuliseur
1 ventimask à multiconcentrations
1 tube corrugué de 6 pouces
1 ciseau
2 pinces hémostatiques
1 clé pour les cylindres
1 masque transparent rigide
Nettoyage et entretien du matériel de réanimation
(chariot de code et salle d’urgence)
Procédure
Une fois par semaine, l’inhalothérapeute sera chargé de vérifier et de
nettoyer, au besoin, tout le matériel nécessaire au bon fonctionnement
durant les manœuvres de réanimation.
Registre
Date
Chariot de code
Salle de réanimation
Inhalo.
Références
Procédure de vérification
Matériel et appareils du Service d’inhalothérapie–électrocardiographie
Centre hospitalier du Centre-de-la-Mauricie, Shawinigan-Sud
30
Vérification et entretien du matériel nécessaire
au transfert
Procédure
Annexes
Dès son retour au Service d’inhalothérapie, l’inhalothérapeute responsable
du transfert doit vérifier et compléter la trousse de transfert selon la liste du
matériel établie à cette fin.
Registre
Date Médicaments Diachylons Tubes endotrachéaux Succions Divers Tech.
Références
Hôpital Marie-Enfant
Centre hospitalier du Centre-de-la-Mauricie, Shawinigan-Sud
31
P
rogramme de vérification
Vérification quotidienne des tables
d’anesthésie
Vérification de l’alimentation
Chaque table d’anesthésie possède sa propre feuille de vérification
quotidienne identifiée à son numéro d’inventaire, à son numéro de série
et à la sorte de table.
1. Cylindres
Vérifier la présence d’une clé permettant l’ouverture des cylindres,
en cas de besoin. Cette clé doit être disponible sur les cylindres en
tout temps.
Obtenir l’étanchéité des cylindres :
- débrancher les canalisations,
- mettre la machine en fonction « ON »,
- ouvrir les cylindres avec la clé et vérifier la pression inscrite.
Veuillez noter qu’un cylindre d’oxygène de type « E » plein à
2000 lb/po2, à un débit 3 l/min, a une durée de 3 à 4 heures. Tout
cylindre (oxygène, air) de moins de 1000 lb/po2 doit être changé,
- refermer les cylindres,
- la pression devrait se maintenir sur les manomètres. Si elle
descend, il y a une fuite.
Vérifier le mécanisme de défaillance d’oxygène
Le mécanisme de défaillance d’oxygène est une mesure de sécurité
qui permet d’éviter l’administration d’un mélange hypoxique à
l’usager, au moment d’une baisse de pression dans l’alimentation en
oxygène :
- débrancher les canalisations,
- ouvrir et refermer les cylindres,
- ouvrir les débitmètres d’O2 et de N2O à 5 l/min,
- lorsque la pression d’alimentation en O2 devient inférieure à
30 lb/po2, le débit de N2O descend rapidement à 0,
- une alarme sonore se fait entendre.
Vidanger la pression restante provenant des cylindres et s’assurer que
ceux-ci sont fermés. Il faut noter qu’une pression résiduelle élevée
dans les circuits d’alimentation peut, avec le temps, causer des bris.
De plus, si un cylindre demeurait ouvert par erreur, il pourrait se
vidanger petit à petit dans le circuit, surtout quand il y a une baisse
de pression d’alimentation des canalisations. L’alarme sonore et le
mécanisme de défaillance en oxygène n’apparaîtraient que lorsque le
cylindre serait vide et que la pression de la canalisation serait
insuffisante pour faire fonctionner l’appareil. Cette situation serait
catastrophique.
32
Vérifier les étriers (PIN-INDEX) des cylindres à l’arrière de la
machine d’anesthésie. Cela se fait à l’occasion d’un remplacement
de cylindre. Sur chaque étrier, nous retrouvons 2 tiges en bas de la
bouche d’entrée des gaz. Ces 2 tiges sont responsables du code
d’identification du cylindre et préviennent les inversions. Celle
de gauche est commune à tous les cylindres et celle de droite
correspond au code du cylindre, selon son emplacement. Les 2
tiges doivent être présentes.
Vérifier la pression contenue dans le cylindre de la table de
réanimation du nouveau-né. Cette vérification se fait comme pour
tous les autres cylindres. Veuillez refermer le cylindre et vidanger la
pression après la vérification.
2. Canalisations
Vérifier les adaptateurs codés et brancher les canalisations.
Vérifier la pression d’alimentation par les canalisations. La lecture se
fait sur les manomètres situés à l’avant de l’appareil, pour chacun
des gaz (O2, N2O, air, hélium). Veuillez noter que la pression
d’alimentation doit être autour de 50 lb/po2. La Modulus peut tolérer
des pressions de 42 à 60 lb/po2.
Vérifier l’étanchéité des tubulures de canalisation et leurs adaptateurs
(l’intégrité de celles-ci ainsi que l’absence de fuites aux connecteurs
et le long des tubulures).
Vérification des débitmètres
1.
2.
3.
4.
5.
voir à ce que tous les débitmètres soient fermés;
s’assurer que la machine d’anesthésie livre, à son ouverture, un débit
d’oxygène de 200 ml/min pour la Modulus, à la position minimale, et
de 200 à 400 ml/min pour la Drager;
vérifier l’intégrité et la présence des colonnes de débitmètres et autres
pièces;
vérifier l’absence de mouvements aberrants, soit par électricité statique,
soit par bris de la valve à pointeau;
vérifier l’entraînement du débit d’oxygène avec les variations de N2O :
ouvrir le débitmètre de N2O et augmenter le débit;
le débitmètre d’O2 devrait automatiquement s’ouvrir et compenser
l’augmentation du N2O pour maintenir une FiO2 d’au moins 25 %.
Vérification du circuit Bain
1.
2.
3.
33
vérifier l’arrivée des gaz frais (les tubulures et branchements);
vérifier l’installation du connecteur d’alarme de basse pression sur la
valve de Bain;
vérifier l’étanchéité du circuit Bain :
obstruer le circuit Bain au niveau du masque;
fermer la valve de surdosage du circuit Bain;
presser le bouton d’alimentation d’O2 (FLUSH) et monter la
pression dans le circuit entre 30 et 40 cm H2O, puis relâcher;
la pression devrait se maintenir;
Annexes
4.
5.
6.
vérifier l’intégrité du circuit Bain :
libérer le circuit Bain au niveau du masque;
presser le bouton d’alimentation d’O2 (FLUSH). Pendant cette
période, on entend un sifflement causé par la turbulence dans le
tube annelé intérieur (surtout avec les circuits CPRM);
laisser le ballon s’affaisser. Le ballon devrait complètement
s’affaisser et se « collaber » si le tube intérieur est étanche;
vérifier le bon fonctionnement de la valve de surdosage (valve APL)
du circuit Bain. Veuillez noter qu’elle se vérifie comme celle du circuit
en cercle;
s’assurer que le manomètre soit à 0.
Vérification du circuit pédiatrique
1.
2.
3.
4.
brancher le circuit pédiatrique en fermant complètement la valve;
obstruer le raccord à l’usager;
gonfler le ballon et vérifier l’étanchéité de ce dernier;
par la suite, ouvrir la valve graduellement et vérifier son bon
fonctionnement et la possibilité de régler la pression à laquelle nous
désirons ventiler l’usager.
Vérification de l’absorbeur et du circuit
1.
Vérifier l’intégrité de l’absorbeur. Le module doit être complet, les
valves et les dômes, en place, le bassin de chaux sodée, rempli, etc.,
et vérifier la couleur blanche de la chaux sodée dans les deux bassins.
En aucun cas, celle du bassin du haut et celle du bassin du bas ne
devraient être colorées simultanément. Veuillez noter que, lorsque la
chaux sodée du bassin du haut est très colorée, il est préférable de la
changer à la fin du cas, car, au repos à l’air ambiant, elle perdra sa
coloration sans toutefois retrouver son efficacité.
2.
Voir à ce que la valve d’évitement soit fermée. Cette valve est située sur
le côté de la tête du module. Elle doit être vissée au maximum. Une
partie rouge apparaît sur celle-ci, lorsqu’elle est entièrement ou
partiellement en fonction. Quand cette valve est ouverte, les gaz expirés
par l’usager ne passent plus par la chaux sodée. Il en résulte une
réinspiration des gaz usés et une augmentation du CO2 dans le circuit.
3.
Vérifier l’étanchéité et l’intégrité du circuit d’anesthésie. Pour vérifier la
perméabilité et le niveau de fuites :
fermer la valve de surdosage (APL);
obstruer la sortie du circuit au niveau du masque;
monter la pression dans le circuit à 10 cm H2O à l’aide d’un
bouton d’alimentation d’O2 (FLUSH);
ouvrir le débit d’oxygène et monter la pression dans le circuit à
20 cm H2O;
baisser graduellement le débit pour maintenir la pression à
20 cm H2O;
le débit inscrit au moment où la pression commence à diminuer
correspond au niveau de fuites de tout l’appareil. Il ne devrait pas
dépasser 200 ml/min. Si la fuite y est supérieure, il faut en
chercher la cause et parfois changer la machine, s’il est impossible
de compenser la fuite;
34
on peut vérifier l’étanchéité des vaporisateurs, de la même façon,
en les ouvrant quelque peu. Ils sont cependant plus difficiles à
évaluer, surtout s’il y a une valve compensatrice de fuites dans le
circuit;
nous pouvons vérifier si les fuites trouvées sont originaires de la
machine d’anesthésie de la façon suivante :
débrancher la tubulure d’arrivée des gaz frais à la sortie de la
machine,
ouvrir le débitmètre d’O2 à 4 l/min,
obstruer momentanément, à l’aide du pouce, la sortie de gaz,
nous observons une baisse de débit d’O2 et une augmentation
de la pression, durant la manœuvre,
si le débit demeure constant, la fuite provient de l’intérieur de
la machine d’anesthésie;
pour vérifier l’intégrité du circuit d’anesthésie :
obstruer le circuit au niveau du masque,
monter la pression dans le circuit entre 30 et 40 cm H2O,
comprimer le ballon et observer les variations de pression sur
le manomètre,
ouvrir la valve de surdosage (APL),
voir à ce que la pression du manomètre retombe à 0,
en maintenant le circuit obstrué, s’assurer qu’il n’y ait pas de
pression négative enregistrée sur le manomètre. La présence
de pression négative démontre un défaut relatif à la valve
antipollution.
4.
Vérifier la valve de surdosage (APL)
obstruer le circuit d’anesthésie au niveau du masque;
laisser la valve de surdosage ouverte au maximum;
presser le bouton d’alimentation à haute pression (FLUSH);
la pression sur le manomètre ne devrait pas dépasser 6 à
8 cm H2O.
5.
Vérifier les valves inspiratoires et expiratoires
vérifier la présence, l’intégrité et la position des griffes des valves;
s’assurer que les valves soient bien à plat sur l’orifice;
vérifier le mouvement des valves :
obstruer le circuit d’anesthésie au niveau du masque,
monter la pression dans le circuit,
en comprimant le ballon, vérifier le bon mouvement des
valves en inspiration et en expiration;
si vous avez des doutes sur le bon fonctionnement des valves,
vous pouvez vérifier de façon plus précise :
débrancher le tube inspiratoire au niveau du Y,
inspirer dans le tube et la valve inspiratoire s’ouvrira,
expirer dans le tube et la valve inspiratoire se fermera,
débrancher le tube expiratoire,
inspirer et la valve expiratoire se fermera,
expirer et la valve expiratoire s’ouvrira,
rebrancher les tubes.
Veuillez noter que toute valve défectueuse provoquera une
réinspiration partielle ou une fuite et pourrait occasionner
l’administration d’un mélange hypoxique à l’usager.
35
Annexes
6.
S’assurer que la cellule d’oxymètre soit sur le circuit inspiratoire du
circuit d’anesthésie.
7.
Voir à ce que le connecteur d’alarme de basse pression du respirateur
soit bien installé et fonctionnel.
8.
Vérifier l’intégrité de la tubulure d’arrivée des gaz frais. Aucun tube
mou ne devrait être accepté, puisqu’il y a un plus grand risque que ce
dernier ne se coude, diminuant ainsi l’alimentation du circuit
d’anesthésie.
Vérification du ventimètre
S’assurer que le ventimètre soit bien fixé sur la branche expiratoire du
circuit d’anesthésie.
Vérification des vaporisateurs
1.
2.
3.
4.
niveau adéquat des liquides dans les vaporisateurs d’halothane et
d’isoflurane;
vaporisateurs bien fermés;
vis de remplissage des vaporisateurs fermées;
vaporisateurs bien fixés et bien ancrés. Les vaporisateurs doivent être
bien à plat sur leur socle et fixés grâce au verrou, soit sur le dessus,
soit à l’arrière de ceux-ci. Cela permettra au système de sécurité d’être
fonctionnel et d’éviter les fuites et les bris des socles de vaporisateurs.
Vérification d’un ballon de réanimation
Vérifier la présence d’un ballon de réanimation pédiatrique et adulte à
l’arrière de la machine d’anesthésie, en cas d’urgence durant l’opération ou
durant le transport de l’usager à la salle de réveil.
Vérification de l’oxymètre
Lecture et vérification de l’oxymètre à 21 %. Les niveaux d’alarme pour
l’oxygène devraient être placés à 5 % au-dessus et à 5 % au-dessous de la
valeur désirée.
Vérification du respirateur
1.
2.
3.
vérifier la présence d’un filtre. S’il y a lieu, inscrire, à l’occasion d’une
nouvelle installation de filtre, la date à laquelle ce dernier devra être
changé;
s’assurer que l’alarme sonore de basse pression se fasse entendre 6 à
10 secondes après la mise en marche;
vérifier l’étanchéité du respirateur :
débrancher le tube du respirateur du module de chaux sodée ou du
circuit Bain;
obstruer le tube complètement au moment où le soufflet est au
maximum de sa course, au cours du temps inspiratoire;
le soufflet ne devrait pas redescendre;
si le soufflet redescend, il y a une fuite. Vérifiez :
l’étanchéité de la cage,
l’étanchéité du tube du respirateur,
le bon fonctionnement de la valve d’exhalation sur le
respirateur,
le diaphragme dans la tête du respirateur Modulus.
36
Vérification de la succion
1.
2.
vérifier la présence d’une tubulure d’aspiration propre et qui permet
d’adapter un aspirateur rigide;
vérifier la présence d’un aspirateur rigide de type « Yankauer »
fonctionnel. Veuillez vous assurer que toutes les parties soient bien
vissées sur l’aspirateur, pour éviter des fuites indésirables en cours
d’utilisation. Une succion fonctionnelle est désignée par un tube
d’aspiration qui tient en place dans la paume de la main vers le bas.
Vérification du système antipollution
1.
2.
3.
4.
vérifier l’intégrité du système antipollution, c’est-à-dire la présence du
ballon, et voir à ce que les tubes soient branchés sur leurs adaptateurs
(tubes de la valve APL de la chaux sodée, tube de la valve APL du
circuit Bain, tube de la valve d’exhalation du respirateur). Ne pas
laisser les embouchures à l’air libre, les munir de bouchons prévus à
cette fin;
voir à ce que le système antipollution soit branché dans une prise
de succion;
vérifier la mobilité du piston de la valve :
pousser délicatement le piston vers le haut;
celui-ci devrait bouger librement et reprendre sa place;
vérifier le fonctionnement de la valve à pointeau :
obstruer le circuit d’anesthésie au niveau du masque;
laisser la valve de surdosage ouverte (APL);
presser le bouton d’alimentation d’O2 sous pression (FLUSH);
le ballon du circuit d’anesthésie et celui du système antipollution
devraient gonfler;
ouvrir la valve à pointeau du système antipollution : le ballon
devrait s’affaisser. La valve à pointeau devrait s’ajuster au début
du cas en fonction du débit des gaz. Le niveau idéal maintient le
ballon semi-gonflé.
Vérification de la présence du saturomètre
1.
2.
3.
vérifier la présence d’un saturomètre fonctionnel, dans la salle, pour
tout type d’anesthésie;
vérifier la présence d’une pince adulte et pédiatrique;
voir à ce que le saturomètre soit bien branché dans une prise de
courant et qu’il soit bien maintenu en place sur la tablette.
Vérification de la présence d’un cardioscope
1.
2.
vérifier la présence d’un cardioscope fonctionnel, dans la salle, pour
tout type d’anesthésie;
voir à ce que le moniteur soit branché dans une prise de courant et
qu’il soit bien maintenu en place sur la tablette.
Vérification de la présence d’un appareil
à pression
1.
2.
37
vérifier la présence d’un appareil à pression, dans la salle, pour tout
type d’anesthésie (appareil à pression de type « Dinamap »);
vérifier la présence des différentes grandeurs de brassards pouvant être
utilisés (bleu marine, bleu roi, vert, brun, brassard néonatal Critikon
blanc nos 1-2-3-4-5).
Annexes
Vérification du capnographe
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
vérifier la présence d’un capnographe pour tout type d’anesthésie;
voir à ce que le capnographe soit bien fixé et branché à une prise de
courant;
voir à ce que la trappe à eau soit bien vidangée de l’eau qui pourrait
s’y être accumulée et veiller à ce que celle-ci soit bien asséchée. La
trappe à eau doit être remise bien en place, sinon aucune lecture de
CO2 ne pourra se faire;
s’assurer que le retour des gaz usés du capnographe soit branché, selon
la table :
au système antipollution; ou
à la sortie de la valve d’exhalation du respirateur; ou
à la valve APL du circuit Bain; ou
à la valve APL de la chaux sodée;
veiller à ce que la tubulure d’aspiration des gaz expirés de l’usager,
servant à la lecture du CO2, soit propre et changée tous les jours;
s’assurer de la présence d’un adaptateur pour l’usage du capnographe;
veiller à ce que le filtre du capnographe situé à l’arrière de l’appareil
soit propre. Un filtre très poussiéreux impute au capnographe un travail
supplémentaire et le fait surchauffer.
Vérification de la présence d’un stimulateur
neuromusculaire
S’assurer de la présence d’un stimulateur neuromusculaire fonctionnel, dans
la salle, pour tout type d’anesthésie.
Vérification de la présence d’un thermomètre
S’assurer de la présence d’un thermomètre adapté au cardioscope ou à la
boîte de température utilisée dans la salle.
Vérification de la présence d’un nez artificiel
S’assurer de la présence d’un nez artificiel adulte et pédiatrique.
38
Formule de vérification quotidienne
des tables d’anesthésie
Alimentation
Date
Salle
Table de nouveau-né : cylindres 1000 lb/po2
Table d’anesthésie bien branchée, batterie, chargée
Pcylindre O2 > 1000 lb/po2, Pmurale 45-60 psi
Pcylindre N2O > 700 lb/po2, Pmurale 45-60 psi
Pcylindre air > 500 lb/po2, Pmurale 45-60 psi
Pcylindre hélium > 500 lb/po2
Alarme sonore de défaillance de la pression d’O2 (7 secondes)
Pression des cylindres vidangée et table rebranchée
Débitmètres
Débit minimal O2 de 100-200 ml/min
Intégrité et absence de mouvements aberrants
Circuit Bain
Étanchéité et intégrité du circuit, filtre présent
Manomètre à 0, valve APL fonctionnelle
Alarme de basse pression branchée
Absorbeur et
circuit adulte
Intégrité des valves inspiratoires et expiratoires
Chaux sodée active
Intégrité du circuit, filtre présent
Manomètre à 0, valve APL fonctionnelle
Alarme de basse pression branchée
Circuit pédiatrique Étanchéité du circuit, intègre et fonctionnel
Vaporisateurs
Bien fixés, fermés et remplis
Test d’étanchéité
Respirateur
Alarme sonore de basse pression (entre 6 et 10 secondes) fonctionnelle
Intégrité du respirateur et soufflet, fonctionnel
Succion
Fonctionnelle
Antipollution
Intègre et fonctionnelle
Moniteurs
SaO2, ECG, NIBP, capnographe, oxymètre : branchés, vérifiés
Capnographe calibré
Divers
Réanimateurs manuels adulte et pédiatrique présents
Neurostimulateur, To : présents
Nez artificiel adulte et pédiatrique présents
Signature de l’inhalothérapeute
Référence : Hôpital Sainte-Justine
39
Ordre professionnel
des inhalothérapeutes
du Québec
Achevé d’imprimer le 1er trimestre 2002
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement