PRO-CCTP-E2124-Chauffage Ventilation Plomberie

PRO-CCTP-E2124-Chauffage Ventilation Plomberie
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 1
CNRS
CENBG HALL DE MONTAGE
de GRADIGNAN (33)
PRO
LOT N° 9
CHAUFFAGE VENTILATION PLOMBERIE
A
Juillet 2010
Emission originale
INDICE
DATE
OBJET
JJ/MM/AA
SOMMAIRE
CS
REDIGE
JBF
VERIFIE
BETEM AQUITAINE
CENBG
Affaire n° E2124
CHAPITRE 1-
Pessac, Juillet 2010
PRO
Page 2
GENERALITES ......................................................................................... 4
1.1 - Objet......................................................................................................................... 4
1.2 - Consistance des travaux .......................................................................................... 4
1.3 - Conditions et hypothèses ......................................................................................... 4
1.4 - Limites de prestations .............................................................................................. 5
1.5 - Liste des plans ......................................................................................................... 5
2.1 - Documents de référence .......................................................................................... 5
2.2 - Prestations de l’Entreprise ....................................................................................... 7
2.2.1 - Qualification de l’entreprise................................................................................. 7
2.2.2 - Définition des travaux et prestations ................................................................... 7
2.2.3 - Dossier d’exécution ............................................................................................. 8
2.2.4 - Documents à remettre par l’entrepreneur ........................................................... 8
2.2.5 - Livraison – Entreposage – Mise à pied d’œuvre des Matériels........................... 9
2.2.6 - Protection des ouvrages ..................................................................................... 9
2.2.7 - Obligations de l’Entreprise ................................................................................ 10
2.2.8 - Dommages aux tiers ......................................................................................... 11
2.3 - Essais – Garanties et Réception ............................................................................ 11
2.3.1 - Généralités........................................................................................................ 11
2.3.2 - Garanties de bonne construction ...................................................................... 12
2.3.3 - Garanties de fonctionnement ............................................................................ 12
2.3.4 - Vérifications - Essais......................................................................................... 12
2.3.5 - Frais afférents aux opérations de contrôle ........................................................ 14
2.3.6 - Réception .......................................................................................................... 14
2.4 - Qualité des matériaux et matériels ......................................................................... 15
2.5 - Prescriptions techniques générales de mise en œuvre.......................................... 16
2.5.1 - Accès aux matériels .......................................................................................... 16
2.5.2 - Aménagements des locaux et enceintes techniques ........................................ 16
2.5.3 - Disposition pour éviter les entrées d’eau .......................................................... 17
2.5.4 - Protection pour éviter les risques de fuites ....................................................... 17
2.5.5 - Ferrures et suspentes ....................................................................................... 17
2.5.6 - Protection contre le bruit ................................................................................... 17
2.5.7 - Peinture antirouille ............................................................................................ 18
2.5.8 - Fourreaux.......................................................................................................... 18
BETEM AQUITAINE
CENBG
Affaire n° E2124
Pessac, Juillet 2010
PRO
Page 3
2.5.9 - Repérage des installations ................................................................................ 18
2.6 - Prescriptions techniques Chauffage - Rafraîchissement........................................ 18
2.6.1 - Pression de service ........................................................................................... 18
2.6.2 - Pompes doubles de circulation ......................................................................... 18
2.7 - Prescriptions techniques Ventilation....................................................................... 19
2.7.1 - Centrale de traitement d’air double flux ............................................................ 19
2.7.2 - Gaines de ventilation......................................................................................... 21
2.7.3 - Calorifuge des gaines ....................................................................................... 23
2.8 - Prescriptions techniques communes des canalisations et divers équipements ..... 24
2.8.1 - Essais et contrôle.............................................................................................. 24
2.8.2 - Tuyauteries ....................................................................................................... 25
2.8.3 - Robinetterie....................................................................................................... 30
2.8.4 - Calorifuge.......................................................................................................... 31
2.8.5 - Traçage électrique ............................................................................................ 32
2.8.6 - Appareils de mesure ......................................................................................... 32
2.9 - Prescriptions techniques Electricité....................................................................... 33
2.9.1 - Interrupteur d'arrêt de proximité ........................................................................ 33
2.9.2 - Essais et contrôles ............................................................................................ 33
2.9.3 - Armoires électriques ......................................................................................... 34
2.9.4 - Distribution électrique........................................................................................ 35
2.9.5 - Mise à la terre ................................................................................................... 35
3.1 - Chauffage et climatisation /Ventilation ................................................................... 36
3.1.1 - Ventilation double flux ....................................................................................... 36
3.1.2 - Distribution aéraulique ...................................................................................... 37
3.1.3 - Grilles ................................................................................................................ 37
3.2 - Boucle Eau glacée ................................................................................................. 38
3.3 - Air comprimé .......................................................................................................... 40
3.4 - Electricité – Régulation........................................................................................... 41
3.4.1 - Electricité........................................................................................................... 41
3.4.2 - Régulation ......................................................................................................... 42
3.5 - Divers ..................................................................................................................... 42
BETEM AQUITAINE
CENBG
Affaire n° E2124
Pessac, Juillet 2010
PRO
Page 4
CHAPITRE 1- GENERALITES
1.1 - Objet
Le présent document a pour principal objet de décrire les travaux de Chauffage –
Rafraîchissement - Ventilation – Plomberie à réaliser dans le cadre du projet de
Construction du Centre d’Etudes Nucléaires Bordeaux Gradignan (33)
1.2 - Consistance des travaux
Les travaux comprennent :
La mise en place d’une production et d’une distribution d’une boucle d’eau à 15°C
La réalisation des différents réseaux eau chaude / eau glacée / change over
La distribution de chaleur et climatisation par une ventilation double flux avec récupérateur
de chaleur
La mise en place des équipements de production sur support béton prévu à proximité du
hall.
L’ensemble des raccordements électriques et des régulations
La mise en place d’une production et d’une distribution d’air comprimé
Nota : Cette liste est non exhaustive, se reporter au chapitre 3.
1.3 - Conditions et hypothèses
Conditions extérieures
. Station météo de référence : BORDEAUX
. Altitude : 250 m
Température extérieure de base
: hiver : - 5° C
: été : 32° C
Hygrométrie extérieure : hiver : 90 %
: été : 40 %
Le bâtiment est classé en Code du Travail.
Conditions intérieures en hivers :
22°C +/- 4°C avec un minimum de 20°C
Conditions intérieures en été :
22°C +/- 4°C avec un minimum de 26°C
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 5
1.4 - Limites de prestations
* Le lot Gros Œuvre devra :
supports béton pour les différents matériels (productions extérieures, centrale…) ; les
dispositifs antivibratiles éventuels à interposer sont fournis par le lot Chauffage.
* Le lot Etanchéité devra :
Les étanchéités en traversée des gaines, tuyauteries et ventilation.
Les réseaux EP extérieurs.
* Le lot VRD devra :
Les réseaux EP enterrés compris regards de raccordement.
* Le lot Electricité devra :
Les alimentations puissance électrique des équipements de chauffage et ventilation
Le lot CVC devra la puissance, la tension et la localisation de ces attentes.
* Le lot Chauffage Ventilation Plomberie devra :
Tous les percements et rebouchages de finition des réservations inférieures à Ø125 mm.
Tous les rebouchages de finition des réservations supérieures à Ø125 mm.
1.5 - Liste des plans
•
CVC 01 : plan Chauffage – Ventilation - Plomberie
Chapître 2 : PRESCRIPTIONS TECHNIQUES GENERALES
2.1 - Documents de référence
Les installations réalisées par le présent lot devront être conformes à l’ensemble des textes
en vigueur à la date d’exécution des travaux (règlements, normes, DTU, règles de la
Profession).
La liste des documents applicables ci-après n’est qu’un rappel des principaux textes et n’est
en aucun cas exhaustive.
* Textes Réglementaires :
-Code de la construction et de l’habitation
-Code du travail
-Code de l’urbanisme
-Règlement de sécurité contre l’incendie (arrêtés du 25 juin 1980 et ses commentaires,
arrêtés modifiés du 02 février 1993 et ses commentaires, arrêté du 31 janvier 1986
et ses commentaires…).
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 6
-Décrets, arrêtés ministériels et interministériels concernant l’équipement et la sécurité
dans les bâtiments et les locaux dans lesquels ils sont applicables
-Règlement sanitaire départemental
-Décret n° 88-1056 du 14/11/88 et ses additifs conc ernant la protection des travailleurs
mettant en œuvre des installations électriques
-Circulaire du 2 octobre 1967 relative à la séparation des sources d'énergie et à la
coupure du courant
-Décret du 14/11/88 et ses additifs concernant la protection des travailleurs mettant en
œuvre des installations électriques.
-Arrêtés et décrets relatifs à l’acoustique
* Instructions techniques:
-IT 246
-IT 247
-IT 248
-IT 263
* Normes et règlements :
Les normes françaises en vigueur (AFNOR)
-NFA 49 111et suivants tuyauteries en acier
-NFC 15.100
installations électriques
-NFD
relatives aux appareils sanitaires
-NFE 52.000
ensemble de régulation
-NFP 41.201-202
plomberie
-NFP 50.401
concernant les conduits de ventilation
-NFX 08 100
repérage des installations
-DTU 60.2
canalisation en fonte, évacuations EP
-DTU 60.5
canalisation en cuivre – EF, ECS, EU, génie climatique
-DTU 60.11
règles calculs plomberie sanitaire
-DTU 66.2
installations de ventilation
-DTU 70.1
installations électriques
-DESP 97/23 CE
installations réseaux sous pression
* Règles de calcul :
-DTU 60.11 (DTU P40-202) (octobre 1988) - Règles de calcul des installations de
plomberie sanitaire et des installations d'évacuation des eaux pluviales
-BAEL 92
pour les scellements
-Règles TH
pour les calculs thermiques
-Règles professionnelles (UCH, UTE, etc…)
* Autres documents :
-Avis du Bureau de Contrôle
-Conditions imposées par les Compagnies Concessionnaires
-Consignes des Constructeurs et fabricants
-Prescriptions du « Répertoire des Eléments Préfabriqués du Bâtiment » (REEF)
-Cahiers des prescriptions et avis techniques du Centre Scientifique et Technique du
Bâtiment (CSTB)
-Règlements émanant de l’APSAD
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 7
2.2 - Prestations de l’Entreprise
2.2.1 - Qualification de l’entreprise
L'entrepreneur devra être au moins titulaire des qualifications QUALIBAT suivantes:
- 5312 : installation thermique
- 54 : installations d’aéraulique et de conditionnement d’air
Il joindra à son offre une liste de références concernant les installations
précédemment réalisées par ses soins.
2.2.2 - Définition des travaux et prestations
Les travaux, objets du présent CCTP, concernent la mise en œuvre des
installations de chauffage, climatisation, traitement d’air, plomberie.
Les travaux consistent en la réalisation complète de tous les ouvrages de génie
climatique décrits dans le présent CCTP et les plans.
Le terme "réalisation complète" impliquera que l'entreprise devra remettre, lors de
la réception, des installations en ordre de fonctionnement avec les essais effectués.
Toute la fourniture, sujétions de réalisation, essais, coordination et liaison avec les
services administratifs et les concessionnaires seront dus par l'entreprise titulaire du
présent lot.
Les prestations de l'entreprise comportent notamment :
- Les études de conception, de dimensionnement et la réalisation des
installations
- La fourniture à pied d’œuvre de tous les équipements et appareils et leur mise
en place
- La fourniture de l’ensemble du réseau de condensats de l’installation
- Les fourreaux nécessaires à la réalisation des prestations du présent lot
- Les dispositifs acoustiques
- Les essais
- Les mesures et les réglages
- Tous les travaux et essais spécifiés constituant le dossier de consultation
- Le maintien en bon état, ainsi que la réfection et le remplacement de toutes
les pièces qui se seraient révélées défectueuses pendant le délai de garantie.
- La fourniture des procès verbaux de réaction et de tenue au feu des différents
matériels et matériaux
- La fourniture des PV d’essai COPREC
- La fourniture des relevés des réglages de débit effectués sur les installations
hydrauliques et aérauliques et les installations de ventilation mécanique
contrôlée
- La fourniture au Maître d’œuvre des plans, schémas, notes de calculs, notices
descriptives et tableaux d'entretien nécessaires à la bonne exploitation des
installations.
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 8
Ces documents seront fournis en trois (3) exemplaires papier et 1 exemplaire
informatique et constitueront en partie le dossier des ouvrages exécutés.
2.2.3 - Dossier d’exécution
La mission confiée à la maîtrise d’œuvre est une mission de type « Mission de
Base» conforme au décret n° 93.1268 du 29 Novembre 1993.
Compte tenu de cette mission, l’entreprise titulaire du présent lot aura à sa charge:
- les études
- les notes de calculs thermiques d’apports et de déperditions
- les notes de calculs d’exécution nécessaires aux dimensionnements des
matériels installés
- les notes de calculs de dimensionnement des tableaux électriques et des
canalisations électriques à l’aide d’un logiciel ayant l’agrément UTE C-15-500
- les spécifications techniques des équipements
- les plans d’exécution avec quantitatif détaillé
- les plans d’adaptation de chantier
- les plans de réservations
- les détails de fabrication
- les plans de support
- les schémas de principe des installations techniques
- les schémas électriques des tableaux et armoires normalisés et repérés
- la mise à jour des schémas électriques de gros équipements (chaudière,
groupe froid, humidificateur,…) par rapport à leur intégration dans le présent
projet
- D.O.E.
- Etc….
Toutes les modifications apportées en cours de chantier entraîneront la réalisation
de nouveaux plans et notes de calculs à la charge de l’entreprise. Ceux-ci devront
être soumis à l’approbation du Bureau de Contrôle et du Bureau d’Etudes.
2.2.4 - Documents à remettre par l’entrepreneur
A la remise de l'offre, l'entrepreneur devra présenter :
- Le bordereau quantitatif estimatif détaillé avec tous les prix unitaires en
respectant le cadre établi par le Bureau d'Etudes
- Les quantités seront clairement mentionnées et les postes jugés oubliés
seront mentionnés séparément.
- Dans le cas ou la marque et le type d'appareil ne seraient pas mentionnés,
l'entrepreneur fournira les notices techniques décrivant le matériel qu'il
propose d'installer.
Avant Travaux, au cours de la phase de préparation, l'entreprise devra remettre à
l'approbation :
- le planning d’intervention
- les notes de calculs thermiques (déperditions et apports)
- les notes de calcul acoustiques (pour chaque équipement)
- les schémas de principe des installations techniques
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 9
les plans d'exécution de ses installations
les plans de percement et de réservations
les fiches techniques des équipements qu'elle prévoit d'installer.
les plans détaillés d'agencement des locaux techniques
les détails justifiant l'accessibilité aux équipements et organes nécessitant une
manœuvre et/ou une maintenance (remplacement, démontage,…)
- les croquis détaillés de montage, les schémas électriques de l'installation
-
En fin de travaux, en complément du CCAP, l’entrepreneur fournira :
- la notice d'exploitation et de maintenance
- le dossier d'affaire D.O.E. comprenant les documents suivants :
- les spécifications mises à jour
- les plans conformes à l'exécution de l'installation. Ces plans
comprendront les plans de distribution détaillés avec implantation et
désignation des équipements et les schémas de principe en couleur des
installations en locaux techniques avec nomenclature repérée des
appareils. Un plan, par local technique, sera agrandi, plastifié, collé sur
un support et fixé dans chaque local technique.
- le manuel de service
- les notices et brochures des constructeurs pour les principaux matériels
- l'ensemble des procès verbaux d'essai de l'installation.
- la notice d’équilibrage des réseaux hydrauliques
- l'avis de mise en service des disconnecteurs
- les fiches techniques de mise en épreuve et d'essais COPREC
- les feuillets de résultat des essais
- les feuilles de mise en service délivrées par le fabricant
- le cahier de maintenance (avec points nécessitent un entretien et la
fréquence de celui-ci) (sauf pour les petites installations simples)
- les schémas électriques des armoires en deux exemplaires dont un à
laisser sur place
- les points de consigne (débits, hauteurs manométriques etc...), le
nombre installé et leur localisation
Ces documents seront fournis en trois (3) exemplaires papier et 1 exemplaire
informatique (aux formats WORD , EXCEL et AUTOCAD ) et constitueront en
partie le dossier des ouvrages exécutés.
Toutes ces pièces devront être remises à la Maîtrise d’Ouvrage le jour de la
réception des travaux.
2.2.5 - Livraison – Entreposage – Mise à pied d’œuvre des Matériels
L’entreprise effectuera, à ses frais, la livraison, le déchargement, l'entreposage et la
mise à pied d’œuvre des matériels.
Elle devra assurer la bonne conservation et la protection contre le vol jusqu'à la
réception. L'entreprise veillera à n'occasionner qu'un minimum de gêne lors des
opérations de déchargement, de levage et d'entreposage des matériels vis à vis du
voisinage et des autres corps d'état.
2.2.6 - Protection des ouvrages
L’entreprise devra assurer la protection de ses ouvrages par tout moyen de son
choix, que ce soit contre les intempéries, la détérioration par la chute d'objets, le
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 10
vol, etc...
Elle aura également à sa charge la remise en état au cours du chantier des moyens
de protection.
L'entreprise devra, à ses frais, le remplacement de tout matériel détérioré ou
disparu en cours de chantier. Ce remplacement pourra être effectué à la mise en
service de l'installation.
En cours de chantier, chaque entrepreneur devra toujours immédiatement après
exécution de ses travaux, procéder à l ‘enlèvement des gravois de ses travaux et au
balayage des locaux.
Avant la mise en service, pour la réception, il sera réalisé par l’entrepreneur les
nettoyages permettant de faire disparaître les tâches de peinture, d’huile, de plâtre,
de ciment…
Les produits employés et les moyens de mise en œuvre devront être adaptés et ne
pas provoquer d’altération sur les ouvrages.
2.2.7 - Obligations de l’Entreprise
L’entreprise aura à sa charge tous les travaux nécessaires au parfait achèvement
des installations décrites ci-après, ainsi qu’à leur mise en route. Toutes les sujétions
et tous les accessoires devront être prévus dans ce sens.
A la remise des offres, l’entrepreneur sera réputé s’être rendu sur place,
connaître les lieux et avoir pris connaissance des dispositions à prendre pour
le bon déroulement de ses prestations.
A la remise des offres, l’entrepreneur sera réputé avoir pris connaissance des
CCTP et CDPGF de tous les autres corps d’état.
L’entreprise ne pourra invoquer un oubli du dossier de consultation pour se
dispenser de quelque fourniture que ce soit, qui serait nécessaire au
fonctionnement de l’installation. En conséquence, l’entrepreneur ne pourra jamais
arguer que des erreurs ou omissions des plans ou devis puissent le dispenser
d’exécuter tous les travaux de son corps d’état ou faire l’objet d’une demande
d’augmentation de prix.
Par ailleurs l'entrepreneur est tenu de vérifier, avant tout commencement
d'exécution, les côtes des documents graphiques et signaler au Maître d’œuvre
toute erreur ou omission qu'il pourrait constater, ou le rendre attentif à tout
changement qui serait éventuellement à opérer.
En cas d'absence ou d'oubli de la part de l'entrepreneur en cours d'exécution de
ses travaux, celui-ci sera tenu pour responsable de son erreur, ainsi que des
modifications qu'elles entraînent pour tous les corps d'état.
L’entrepreneur sera tenu de prendre contact, au moment jugé opportun par lui,
avec les autres entreprises adjudicataires pour que le déroulement de son
intervention s’intègre sans problème dans le planning et donner les diverses
sujétions que son lot entraîne sur les autres corps d’état.
L’entrepreneur désignera, dés l’ordre de service de début des travaux, un
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 11
responsable des études et du chantier au niveau des relations avec les architectes
et les ingénieurs conseils, qui devra être l’unique interlocuteur et ceci pendant toute
la durée intégrale du chantier.
2.2.8 - Dommages aux tiers
Il est bien précisé que l'entrepreneur du présent lot est entièrement responsable de
tout dommage corporel et matériel occasionné à des tiers par les travaux de son lot,
ainsi que tous dommages aux réseaux divers (apparents ou cachés) qui seraient en
service.
Il fera son affaire de toute démarche auprès des riverains jouxtant le chantier, ainsi
qu'auprès des services publics pour les réseaux éventuels.
L'entrepreneur prendra à sa charge, et sous sa seule responsabilité, toutes
dispositions nécessaires de sécurité et de protection, ainsi que tous travaux
confortatifs nécessaires au fait de l'exécution des travaux de son lot.
2.3 - Essais – Garanties et Réception
2.3.1 - Généralités
L'entreprise proposera à l'approbation du Maître d'œuvre une procédure d'essais et
de validation de ses installations. Ces essais devront permettre de vérifier le
fonctionnement global du bâtiment, l'obtention des performances requises par
chaque élément et de prouver le bon fonctionnement des équipements. L'ensemble
de ces essais ainsi que la fourniture et mise en œuvre de tous les équipements
nécessaires pour leur bon déroulement sont à la charge de l'entreprise
(équipements de mesure ; charges ; structure provisoire ; alimentations
provisoires,…)
Le Maître d'œuvre pourra demander tous les essais ou compléments d'essais qu’il
jugera nécessaires pour valider la performance de l’installation. L'entreprise
s'engage par avance à le prendre en compte sans pouvoir prétendre à une
quelconque plus value ou délai complémentaire.
Il est rappelé l’obligation pour les constructeurs de procéder pendant la période
d’exécution des travaux aux vérifications techniques qui leur incombent aux termes
de la loi du 4 Janvier 1978.
En particulier, les entreprises devront, dans leur offre, définir leur programme de
contrôle interne en précisant les dispositions prévues sur le chantier pour en
assurer le respect.
L’entrepreneur titulaire du présent lot devra effectuer, avant réception et à sa
charge, les essais, vérifications figurant sur le document COPREC n° 1 paru au
moniteur des travaux publics et du bâtiment du 6 Novembre 1998 dans la mesure
où ils s’appliquent aux installations techniques concernées.
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 12
Les résultats de ces vérifications et essais devront être consignés, par l’entreprise
titulaire du présent lot, dans les procès verbaux suivant modèles figurant au
document COPREC n° 2 paru au moniteur des travaux p ublics et du bâtiment du
6 Novembre 1998.
Ces documents devront être envoyés, par l’entreprise titulaire du présent lot, au
Maître d’Oeuvre et au bureau de contrôle en deux exemplaires.
2.3.2 - Garanties de bonne construction
Pour toutes les fournitures, l’entrepreneur titulaire du présent lot devra garantir la
bonne qualité des appareils et leur conformité avec les normes et les règlements en
vigueur.
2.3.3 - Garanties de fonctionnement
L’entrepreneur titulaire du présent lot devra garantir formellement, dans les
conditions du présent CCTP:
- le bon fonctionnement des installations de traitement d’air
- le bon fonctionnement de l’installation de plomberie et l'étanchéité des circuits
de chauffage : eau glacée.
- la bonne réalisation du calorifuge
Cette garantie implique le remplacement dans les plus brefs délais possibles, par
l’entreprise titulaire du présent lot, de toute partie de la fourniture reconnue
défectueuse, ainsi que la suppression immédiate de tout défaut qui sera manifesté.
L’installation ne sera réputée reçue qu’après expiration de la période de garantie.
2.3.4 - Vérifications - Essais
Le titulaire du présent marché doit tous les essais nécessaires au fonctionnement
nominal des installations.
Les essais ont pour but le contrôle de conformité vis à vis :
- du CCTP et des documents validés par le Maître de l’ouvrage,
- des fonctionnalités demandées,
- des règlements et normes en vigueur,
- de l’appareillage et du matériel défini au présent dossier de consultation,
- des pressions, débits et températures mesurés dans les conditions
réglementaires,
- des niveaux sonores par pièces.
Pendant la période comprise entre la fin des travaux et la levée des réserves, le
fonctionnement des installations s’effectuera sous la responsabilité pleine et entière
de l’Entreprise, les frais correspondants étant entièrement à sa charge ainsi que les
modifications éventuelles de mise en conformité.
Pour les équipements qui ne donneraient pas satisfaction, des essais
complémentaires pourront être exigés, même après la période de réception des
ouvrages.
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 13
Les essais doivent être réalisés par du personnel qualifié de l’Entreprise, ou de ses
fournisseurs, apte à exécuter toutes les opérations et à prendre toutes décisions.
Si nécessaire, et afin de ne pas perturber l’exploitation, les essais devront
s’effectuer aux heures non ouvrées.
L’Entrepreneur s’assurera de la bonne exécution des dispositions réalisées selon
les règles de l’art, nécessaires ou susceptibles de renforcer la sécurité, faciliter
l’entretien et l’exploitation ou améliorer le fonctionnement
* Essais avant réception :
Sur les productions, ils comprennent :
- essais d’étanchéité,
- tarage du vase d’expansion,
- détermination vitesses circulateurs avec contrôle hauteur manométrique,
- réglage pressostat.
Sur réseaux aérauliques, ils comprennent :
- vérification de bon montage, fixations, finitions, conformité aux spécifications
des équipements et aux schémas,
- vérification de la propreté des ouvrages avant pose des filtres (dépoussiérage
complet de toute l’installation),
- essais d’étanchéité des gaines et centrales par fumigène avant calorifugeage,
- mesures des débits, pressions, températures,
- relevés des intensités moteurs,
- tous essais complémentaires jugés nécessaires par l’Entreprise ou demandés
par le Maître d’ouvrage.
Sur réseaux hydrauliques, ils comprennent :
- essais d’étanchéité des réseaux à 1,5 fois la pression nominale d’utilisation
pendant une durée de 24h,
- tous essais complémentaires jugés nécessaires par l’Entreprise ou demandés
par le Maître d’ouvrage.
Sur installation électrique et régulations, ils comprennent :
- vérifications par un organisme de contrôle agréé, dont le choix est approuvé
par le Maître d’œuvre et par le Maître d’ouvrage :
- mesures d’isolement par rapport à la terre et entre conducteurs avant la mise
sous tension,
- mesures de résistance des prises de terre,
- vérification de la parfaite continuité des circuits de terre et du raccordement à
ces circuits de toutes les masses métalliques des installations,
- contrôles des sections et des caractéristiques des câbles,
- contrôles des dispositifs de connexions,
- contrôle des organes de protection et vérifications des protections contre les
courts circuits et surintensités.
- bon fonctionnement des organes de sécurité et des verrouillages,
- mise sous tension des installations et vérification du bon fonctionnement,
- mesures des chutes de tension et intensités dans les câbles.
Cette liste n’est pas limitative.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 14
* Essais de fonctionnement
A effectuer dans les conditions aussi proches que possible des conditions
d’exploitation. Les essais à pleine puissance pourront se faire pendant la période de
garantie ou dès que les conditions climatiques permettront de les réaliser.
Toutes les valeurs des caractéristiques définies au marché seront relevées : débits,
pressions, températures, niveaux sonores, etc, …
Elles devront permettre une qualité de fonctionnement au moins égale à celle
demandée.
Tous les matériaux et travaux présentant des défectuosités seront refusés et toutes
conséquences de ce refus (démontages, enlèvements, réparations, retards, etc …)
seront imputés à la charge de l’Entrepreneur du lot.
Un compte rendu des mesures et essais ainsi qu’un rapport de l’organisme de
contrôle seront remis au Maître d’œuvre.
La vérification de la qualité des matériaux employés pourra être faite à tout moment
par le Maître d’Oeuvre ou tout représentant qu’il lui plaira de désigner.
Ces vérifications ne diminueront en rien la responsabilité de l’installateur qui restera
pleine et entière jusqu’à l’expiration du délai de garantie.
2.3.5 - Frais afférents aux opérations de contrôle
Les frais afférents aux opérations de contrôle ou essais de performance et de
conformité sont à la charge de l’entrepreneur titulaire du présent lot.
Si les résultats constatés ne sont pas satisfaisants, l’entrepreneur titulaire du
présent lot sera tenu de commencer, dans un délai de huit jours et à ses frais,
toutes les modifications, réparations ou adjonctions nécessaires sans entraver le
fonctionnement des installations.
Après exécution des ces travaux, il sera procédé par l’entreprise titulaire du présent
lot, à de nouveaux essais.
Si ces essais ne sont encore pas satisfaisants, l’installation pourra être refusée en
tout ou en partie.
2.3.6 - Réception
La réception des travaux sera conduite une fois tous les essais effectués.
Elle sera provoquée par le titulaire du lot conformément au planning général et
après avoir satisfait aux conditions suivantes :
- fourniture complète de tous les équipements prévus au marché,
- repérage de tous les accessoires ou appareils (vannes, purgeurs, clapets,
organes de réglage, ventilateurs, ...etc...) installés dans les faux plafonds
démontables. Ils seront repérés par une pastille autocollante en couleur sur la
plaque de faux plafond et devront être particulièrement repérables et
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 15
-
comptabilisés sur les DOE,
remise des documents ci dessus (Dossier DOE complet),
fourniture des P.V. matériels éventuels dûment validés,
fourniture des plans, schémas et documents du dossier final,
formation du personnel client chargé de l’exploitation du système, par un
Technicien hautement qualifié de l’Entreprise aidé si nécessaire par des
ouvriers spécialisés ayant participé au projet.
La réception s’effectuera par une visite complète de l’installation en fonctionnement
en présence du Maître de l’ouvrage, du Maître d’œuvre et autres personnes
d’organismes impliqués, à l’issue de laquelle un procès verbal de réception avec ou
sans réserves sera établi.
L’Entreprise devra lever les réserves dans le délai imparti.
Pendant cette période, elle procédera aux derniers réglages et à la mise à jour des
plans et documents écrits qui seront soumis à l’approbation finale du Maître
d’œuvre et qui seront présentés en nombre d’exemplaires indiqués au marché.
La réception des installations sera prononcée sous réserves :
- de la conformité de l'installation au présent descriptif et des règlements en
vigueur,
- de la levée de l'ensemble des réserves ayant pu être formulées,
- que les essais soient satisfaisants,
- de la fourniture de l’ensemble des pièces citées ci-dessus,
Pour toute partie de l'installation reconnue non conforme, l'entreprise devra à ses
frais les modifications nécessaires.
Sauf spécification contraire, le délai de garantie est d’une durée définie par les
termes de la loi du 4 Janvier 1978, à compter de la date d’effet de la réception.
Pendant cette garantie, l’entrepreneur titulaire du présent lot est tenu à l’obligation
de parfait achèvement des installations. En particulier, il exécute les derniers
réglages de l’installation, remédie à tout défaut de fonctionnement constaté,
procède au remplacement d’appareils anormalement usés.
Pour les matériels et partie d’installation qui auraient fait l’objet de modifications ou
de remplacements, pendant cette période, le délai de garantie pourra être prolongé.
La garantie ne s’applique ni aux détériorations provenant d’une usure normale, de
négligence ou de défaut d’entretien ou de surveillance, d’utilisation irrationnelle ou
défectueuse de cas de force majeure ou de cas fortuits, ni aux détériorations
causées par des tiers.
2.4 - Qualité des matériaux et matériels
Tous les matériaux utilisés devront être conformes aux normes françaises (AFNOR).
Les mises en oeuvre de matériaux devront être conformes aux prescriptions et règles en
vigueur.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 16
Si pour une raison quelconque, un matériau ou un procédé de construction ne se rattache
pas à une norme ou un avis technique, le Maître d'Ouvrage, sur avis de son bureau de
contrôle, sera seul juge de son emploi.
Dans tous les cas, les matériaux utilisés seront neufs et de premier choix.
Avant toute opération d'approvisionnement et de mise en oeuvre, l'entrepreneur sera tenu
de soumettre à l'agrément préalable du Maître d'Oeuvre :
- la liste des matériaux qu'il se propose d'employer,
- pour chacun d'eux, l'indication de sa provenance, ses caractéristiques
physiques, chimiques et mécaniques attestées par un laboratoire agréé et
permettant de vérifier sa conformité aux normes
L’ensemble des matériaux et matériels mis en œuvre devront satisfaire aux divers décrets,
arrêtés, concernant la classification des matériaux, d’après leur comportement au feu.
Il est expressément souligné qu’aucune dérogation ne sera accordée sur les chantiers. En
cas d’insuffisance ou de non-conformité, les matériels incriminés seront refusés.
2.5 - Prescriptions techniques générales de mise en œuvre
2.5.1 - Accès aux matériels
Les emplacements des matériels installés doivent tenir compte des nécessités de
l'exploitation, entretien, démontage etc...
L'Entrepreneur devra, notamment, vérifier que les ouvertures et trémies d'accès du
matériel permettent sa mise en place et son remplacement éventuel, pour cela,
toutes les indications de poids et de dimensions des matériels seront fournies au
Maître d’œuvre et les aménagements nécessaires (passages provisoires par
exemple) définis en accord avec les autres corps d'état et sous le contrôle du
Maître d’œuvre.
Tous les matériels nécessitant une surveillance ou un entretien seront accessibles
et démontables. L'Entrepreneur est tenu de signaler en temps utile au Maître
d’œuvre, la position et les dimensions des trappes et accès aux matériels qu'il doit
installer, et de prévoir ces équipements.
2.5.2 - Aménagements des locaux et enceintes techniques
Outre les dimensions réglementaires à respecter, l'aménagement doit :
- Permettre de circuler autour des appareils : circulation libre de largeur 50 cm,
sauf dérogation du Maître d’Œuvre.
- Laisser aisément accessibles toutes les parties constitutives des matériels
ainsi que les organes de commande, contrôle, sécurité.
- Permettre le démontage de tout ou partie des matériels sans dépose d'autres
matériels.
- Comporter les équipements nécessaires à la manutention des matériels.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 17
- Assurer l'évacuation des
raccordées au réseau E.U.).
ouvrages
d'eau
(canalisations
siphonnées
Les équipements ou tuyauteries avec risques de fuites ou de condensation ne
doivent pas être placés ou cheminer à l'aplomb d'équipements électriques.
2.5.3 - Disposition pour éviter les entrées d’eau
Chaque pénétration dans le bâtiment sera conçue pour éviter toute infiltration d’eau
dans le bâtiment.
En particulier :
- Chaque canalisation pénétrant dans le bâtiment sera mise en place avec une
pente vers l’extérieur du bâtiment.
- Un drainage sera réalisé au droit de chaque pénétration dans le bâtiment et
évacué sur le réseau d’évacuation EP le plus proche.
2.5.4 - Protection pour éviter les risques de fuites
Chaque matériel ou équipement pouvant présenter un risque préjudiciable pour
l’environnement sera équipé des dispositifs de protection complémentaire utiles.
Exemple : Les équipements hydrauliques placés en faux-plafond (ventiloconvecteurs, robinetterie) seront équipés de bacs de réception ou goulottes
raccordés au réseau d’évacuation.
Les dispositifs de protection seront définis en tenant compte de l’accessibilité pour
l’exploitation et en accord avec le Maître d’Ouvrage.
2.5.5 - Ferrures et suspentes
Les ferrures seront constituées par des fers profilés en U, soit disposées en
équerre sur les parois, soit suspendues en plafond avec des tiges filetées, dans le
cadre du présent lot.
Dans tous les cas, la fixation devra se faire sur des éléments de la structure du
bâtiment et en aucun cas sur l’ossature des faux plafonds.
Des dispositifs anti-vibratiles seront prévus avec les fixations par l’entreprise titulaire
du présent lot.
2.5.6 - Protection contre le bruit
D’une façon générale, toutes les dispositions seront prises dans le cadre du présent
lot pour limiter à l’émission tous les bruits des installations.
L’entrepreneur titulaire du présent lot devra, en conséquence, s’attacher à
n’installer que des appareils aussi silencieux que possible et à les monter en les
isolant du Gros Oeuvre au moyen de dispositifs spéciaux.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 18
Il fera son affaire de tous les supports, de tous revêtements et de tous raccords
anti-vibratiles et pièges à son.
L’ensemble de ces dispositifs devra aboutir à livrer une installation silencieuse ne
pouvant gêner en rien les occupants, et conforme aux niveaux sonores
réglementaires.
La vitesse de l’eau à l’intérieur des canalisations sera inférieure à 1,5m/sec.
La vitesse de l’air à l’intérieur des gaines sera inférieure à 3 m/sec pour les
raccordements terminaux.
2.5.7 - Peinture antirouille
Toutes les canalisations en acier et tous les éléments d’accessoires seront peints
dans le cadre du présent lot.
L’application sera effectuée, dans le cadre du présent lot, en deux couches après
brossage soigné.
La peinture sera réceptionnée avant calorifugeage.
2.5.8 - Fourreaux
Tous les réseaux passant ou traversant des parois verticales ou des planchers
seront dans le cadre du présent lot obligatoirement équipés de fourreaux.
Le calfeutrement entre les réseaux et les fourreaux sera réalisé avec un produit
pâteux de la famille des élastomères.
2.5.9 - Repérage des installations
Tous les réseaux et organes de réglages ou d’isolement devront, dans le cadre du
présent lot, être repérés.
Ce repérage sera repris sur les plans DOE.
2.6 - Prescriptions techniques Chauffage - Rafraîchissement
2.6.1 - Pression de service
Les matériels hydrauliques utilisés dans
être définis par les pressions suivantes :
- Pression maximale en service
- Pression maximale admissible
- Pression d'épreuve hydraulique
l'installation de génie Climatique devront
4 bars
6 bars
6 bars
2.6.2 - Pompes doubles de circulation
Un dispositif de permutation automatique assurera la mise en marche de la pompe
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 19
de secours en cas de défaillance de la pompe en service.
Les pompes seront munies d'un organe de réglage de débit électrique ou
hydraulique et seront sélectionnées sur les courbes de fonctionnement
intermédiaires.
Le modèle de pompe sera adapté au type et aux caractéristiques du fluide véhiculé
(température, pression, etc. ...)
Chaque pompe est équipée de :
- 2 Vannes d'isolement et 1 vanne de réglage
- 1 Clapet de retenue au refoulement
- 1 Filtre à tamis
- 1 manomètre différentiel équipé de deux robinets de prise de pression
(amont et aval)
- Garniture mécanique sans presse-étoupe
- Dispositifs de fixation anti-vibratiles
- 2 thermomètres
Lorsque l'orifice des pompes est inférieur à celui des tuyauteries qui s'y raccordent,
il sera fait usage de divergents et convergents placés directement sur les corps des
pompes.
Il sera fourni par type, un couvercle d'obturation et un joint afin de pouvoir changer
l'ensemble mobile (moteur, roue et système d'étanchéité).
La vitesse nominale de rotation de chaque moteur électrique sera limitée à 1.450
tr/mn et l'intensité de démarrage à 3 IN (vitesse supérieure admise sous réserve de
garanties concernant le bruit et les vibrations).
2.7 - Prescriptions techniques Ventilation
2.7.1 - Centrale de traitement d’air double flux
* Caractéristiques :
Construction autoporteuse, sur châssis intégré
Panneautage double paroi avec isolation 50 mm de série (épaisseur panneau
ou isolant)
Paroi extérieure avec peinture laquée
Prise en compte des prescriptions de la norme EN 13053
Classement suivant norme européenne EN 1886
Résistance de l'enveloppe classe 2 A
Etanchéité de l'enveloppe : classe B - Fuite dérivation filtre : F9
Transmittance thermique : classe T2
Facteur de pont thermique : classe TB2
Certification EUROVENT 04-04-050
* Section filtration :
- glissières, porte à effacement
- cellules filtres F5/F7
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 20
* Section batteries :
- montage en tiroir,
- exécution en tubes cuivre, ailettes aluminium,
- tubulures d’alimentation en eau chaude ou froide réalisées soit en tubes
cuivre avec mamelons, soit en tubes acier avec mamelons jusqu’au DN 80.
- collerettes d’étanchéité démontables entre carrosserie et collecteurs afin
d’éviter la détérioration du système d’étanchéité lors des travaux de
raccordement.
- bac sans rétention pour la récupération des condensats en acier galvanisé,
* Section ventilateur extraction :
Marque:
COMEFRI
Débit d'air:
2 100 m3/h0.58333 m3/s
Pression disponible pour gaine: 200 Pa
Diamètre de la turbine du ventilateur :
0.23 m
Rendement:
72%
Vitesse de rotation de la turbine:3 007 tr/min
Puissance absorbée à l'arbre du ventilateur:
402.7 W
Puissance mécanique absorbée: 479.4 W
Puissance apparente:
803.3 VA
Specific Fan Power:
737 W/(m3/s)
1 moteur intérieur
Moteur 2 pôles Classe F avec protection thermique à ouverture:
0.55
kW
Intensité nominale:
1.35 A
Intensité de démarrage / Intensité nominale:
5.40
1 Chaise traditionnelle réglable
Tension:
Triphasé 230/400V 50Hz
Châssis antivibratile sur plots ressorts et manchette souple intérieure
Presse-étoupe pour alimentation électrique du moteur
Marque : ABB
Portes sur charnières avec fermeture à clef mâle pour vis 6 pans creux
Suspension sur plots à ressorts
* Section ventilateur introduction :
Marque:
COMEFRI
Débit d'air:
2 100 m3/h
0.58333 m3/s
Pression disponible pour gaine:
200 Pa
Diamètre de la turbine du ventilateur :
0.2 m
Rendement:
68%
Vitesse de rotation de la turbine:3 980 tr/min
Puissance absorbée à l'arbre du ventilateur:
533 W
Puissance mécanique absorbée: 634.6 W
Puissance apparente:
1 005 VA
Specific Fan Power
: 1 030 W/(m3/s)
1 moteur intérieur
Moteur 2 pôles Classe F avec protection thermique à ouverture
kW
: 0.75
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 21
Intensité nominale:
1.75 A
Intensité de démarrage / Intensité nominale:
5.30
1 Chaise traditionnelle réglable
Tension:
Triphasé 230/400V 50Hz
Châssis antivibratile sur plots ressorts et manchette souple intérieure
Presse-étoupe pour alimentation électrique du moteur
Marque : ABB
Portes sur charnières avec fermeture à clef mâle pour vis 6 pans creux
Suspension sur plots à ressorts
* Sections de détente :
- portillon d’accès avec hublot sur centrales de section importante,
* Accessoires à prévoir :
- manchettes souples de raccordement des centrales, sur section totale ou
partielle, classe M0.
- sonde antigel et thermostat montés en tiroir en aval des batteries
- indicateurs d’encrassement à tube incliné et pressostats de contrôle des
pertes de charge, raccordables sur une future GTC pour les divers
composants de la centrale et notamment les batteries et les filtres
- carter de protection des courroies
- sectionneur de puissance moteur
- supports de la CTA
- plots antivibratiles
- doigts de gant pour capteurs régulation
- jeu de vannes d’isolement ¼ tour sur les batteries
- vannes trois voies de régulation
- vannes d’équilibrage TA control
- purgeurs automatiques sur les points hauts
- vidange
- pièges à son en gaine sur prise d’air, soufflage, reprise et rejet d’air
- repérage conventionnel par bande autocollante sur gaines et plaque
pyrogravée sur CTA
* Régulation de température sur CTA Air neuf
Protection anti-gel
En dessous du point de consigne anti-gel (7°C), la régulation anti-gel ouvre en
grand la vanne 3 voies et coupe le ventilateur si la température descend en
dessous de 5°C après fermeture du volet d'air neuf.
L'arrêt de ventilateur provoque le déclenchement de l'alarme.
2.7.2 - Gaines de ventilation
* Gaines circulaires
Elles seront réalisées en tôle d'acier galvanisé, sauf indication contraire. Tous les
points où la galvanisation est détériorée (soudure, coupe, etc...) seront protégés par
2 couches de peinture antirouille.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 22
Epaisseur des tôles :
- 5/10 jusqu'à diamètre 160 mm
- 6/10 jusqu'à diamètre 355 mm
- 8/10 jusqu'à diamètre 630 mm
- 10/10 au-dessus.
L'assemblage sera réalisé par emboîtements rivetés, avec étanchéité. Les coudes
seront en forme ou en 4 segments. Rayon de courbure :
1,5 fois le diamètre jusqu'à 150 mm
1 fois le diamètre au-dessus.
* Changement de section
Tout changement de section doit être réalisé, soit par cône réducteur d'une pente
maximale de 20°, soit par caisson de détente.
* Etanchéité des gaines
L'Entrepreneur doit soigner particulièrement l'étanchéité pour l'ensemble des
réseaux des gaines, principalement les raccordements, les changements de
direction, les caissons détendeurs et les tampons de visite qui seront recouverts
d'un ruban d'étanchéité thermorétractable.
Le débit parasite sera inférieur à 2 % du débit total.
Les essais d'étanchéité seront réalisés avant le calorifugeage des gaines.
* Nettoyage des gaines
Tampons de visite facilement accessibles et étanches.
A chaque changement de direction, dérivation, extrémité de gaine.
* Fixation des gaines
Les conduits sont fixés par colliers ou supports inoxydables démontables, avec
interposition d'une bande feutre.
La visserie est réalisée en matériau inoxydable dans la masse.
* Réglage de débit et équilibrage
Sur les réseaux de conditionnement d’air, les réglages de débit s’effectueront au
moyen de diaphragmes ou tôles perforées pour les préréglages et au moyen de
registre pour les réglages terminaux.
Les gaines ou bouches seront équipées d'organe de réglage de débit
autorégulants, à fortes pertes de charge .
L'installateur doit le réglage, l'équilibrage et les essais des installations :
- Pression des ventilateurs, réglage des vitesses en changeant s'il y a lieu, les
poulies de transmission
- Débits des bouches conformes aux indications des plans et tableaux
- Les résultats des essais seront consignés sur un document indiquant les
débits réels à chaque bouche et chaque colonne.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 23
2.7.3 - Calorifuge des gaines
* Matériel à calorifuger
Tous les matériels dont la température intérieure est différente de celle des locaux
ou lieux dans lesquels ils sont placés ou qu'ils traversent, seront calorifugés. En
particulier toutes les gaines véhiculant de l'air intérieur cheminant à l'extérieur de
l'enveloppe isolée du bâtiment, et les gaines véhiculant l’air neuf à l’intérieur du
bâtiment, seront calorifugées.
Dans le cas de matériels calorifugés de construction, l'Entrepreneur doit les
compléments nécessaires à la réalisation de la continuité des calorifuges et du
pare-vapeur.
* Calorifuge conduit aérauliques
Tout conduit aéraulique est calorifugé s'il peut y avoir écart de température entre 2
faces, excepté les conduits d'extraction d'air non recyclé, mais compris les conduits
d'extraction en aval des récupérations de chaleur si ces conduits sont extérieurs ou
si l'écart de température peut être supérieur à 5 °C, y compris également les
conduits de prise d'air extérieur.
L'isolation des conduits sera effectuée, côté extérieur, avec des matelas flexibles de
laine de verre imprégnée de résine thermodurcissable.
Epaisseur du matériau isolant posé
Masse volumétrique minimale
Comportement au feu
: 25 mm minimum
: 35 kg/m3
: M1
Le matériau isolant sera fixé sur le conduit préalablement nettoyé, au moyen d'un
adhésif spécial appliqué par bandes de 10 cm de large, tous les 40 cm au
maximum. L'adhésif sera constitué d'une colle mastic en émulsion aqueuse classée
M1, appliquée à raison de 300 g/m². La fixation de l'isolant situé en partie inférieure
des conduits de largeur supérieure à 60 cm sera complétée par emballage sur des
clips collés.
Pour tous les cas d'application, sauf ceux éventuellement indiqués ci-après, le
matériau isolant sera fourni d'usine avec un revêtement de finition, servant
également de pare-vapeur, composé d'une feuille aluminium laminée, d'un kraft et
d'un treillis de renfort de fibre de verre. Le revêtement kraft aluminium sera fermé
par agrafage et scellé sur les joints longitudinaux et transversaux.
Dans tous les cas, l'efficacité du pare-vapeur devra être telle que l'indice de
diffusion à la vapeur d'eau de l'ensemble isolant + pare-vapeur, mesuré suivant la
norme NF X 40.001 dans les conditions d'essai A (25°C – 90 % HR) ne dépasse
pas 0.5 g/m² dans les conditions normalisées.
La continuité du pare-vapeur devra être assurée aux arrêts de l'isolation, sur les
tranches ainsi qu'au droit des supports.
* Protection mécanique complémentaire
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 24
Habillage en tôle d'acier galvanisé, épaisseur 6/10, pour les matériels et gaines
apparentes.
* Résistance au feu
Les calorifuges devront être réalisés en matériaux ininflammables, classement M1
s'ils sont placés à l'extérieur de la gaine, classement MO dans le cas contraire.
2.8 - Prescriptions techniques communes des canalisations et divers
équipements
2.8.1 - Essais et contrôle
* Essais d'étanchéité hydraulique
Les canalisations d'eau installées seront mises en charge sous une pression
supérieure de 1,5 fois à la pression de service, sans être inférieure à 6 bars.
Tous les robinets de vidange seront fermés après purge de l'air dans les conduites,
les robinets d'arrêt seront ouverts.
Cette pression sera maintenue pendant 4 heures, aucune fuite ne doit se révéler.
Les essais seront exécutés avant peinture, encoffrement des installations.
Ces essais sont entrepris après les opérations de rinçage et de nettoyage de tous
les circuits ; l'installation doit comporter les organes nécessaires à ces opérations :
by-pass, robinets, filtres, pots à boue, etc...
* Essais de dilatation
L'installation est portée à la température maximale qu'elle est normalement
susceptible d'atteindre ; cette température est maintenue 1 heure.
L'installation se refroidit ensuite, jusqu'à la température du début de l'essai. Un
deuxième cycle identique est effectué, pendant cet essai, il est vérifié que les
dilatations se font librement et sans bruit, sans créer de contre-pente, ni donner lieu
à des efforts anormaux sur les supports, les organes de fixation et d'assemblage,
les matériels, etc...
* Essais des dispositifs de sécurité et d'alarme
Pour autant que ces essais n'entraînent pas de détérioration de l'installation, les
dispositifs de sécurité et d'alarme doivent subir les simulations des conditions
entraînant leur déclenchement. On vérifiera la réponse des dispositifs à ces
simulations.
* Essai des appareils mécaniques, électromécaniques ou électroniques
Les appareils mécaniques, électromécaniques ou électroniques doivent subir un
essai de fonctionnement destiné à vérifier qualitativement leur fonctionnement. Ces
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 25
vérifications porteront sur les matériels tournants (pompes) par des mesures de bon
fonctionnement de l'asservissement entre les différents appareils (fonctionnement
en cascade, conditions de fonctionnement simultané).
On vérifiera également le fonctionnement des régulateurs et des vannes motorisées
en faisant varier les différents paramètres (thermostats, potentiomètres de réglage,
etc...).
* Essais pour la vérification des résultats
Les mesures seront effectuées dans chacun des niveaux traités et on réalisera un
minimum de 6 mesures par niveau de bâtiment concerné.
L'essai consiste à constater les caractéristiques de fonctionnement réelles pour une
température extérieure donnée et à vérifier que ces caractéristiques sont
homogènes avec les conditions fixées au marché.
La durée de l'essai comprend la durée des constatations proprement dites
augmentée des 24 heures précédant ces mesures.
* Essais relatifs aux bruits anormaux
Ces essais ont pour but de contrôler si des bruits irréguliers sont causés par
certains appareils.
Cette relation de cause à effet sera prouvée si les bruits sont supprimés en
remplaçant les appareils suspects par d'autres du même type.
En cas de constatation d'appareils et de robinetterie défectueux, l'Entrepreneur
devra le remplacement de ceux-ci par d'autres du même type répondant aux
conditions du CCTP.
2.8.2 - Tuyauteries
* Tubes en acier noir
Les tubes en acier noir ne peuvent être utilisés que pour les distributions d'eau non
sanitaire.
Ils seront protégés contre la corrosion conformément aux spécifications techniques.
L'assemblage sera réalisé par soudure sous argon dans les bâtiments existants.
Tube acier noir tarif 1 pour les Ø inférieurs ou égaux à 50/60
Tube acier noir tarif 10 pour les Ø supérieurs
L’assemblage des tubes sera réalisé :
- tarif 1
par brides ou soudures autogènes
par raccords en fonte malléable, de façon exceptionnelle
- tarif 10 entre eux, par soudure autogène ou électrique
aux appareils par brides avec collerettes à souder et joints
métalloplastiques
Les coudes à souder doivent être du type 3 Ø minimum. Toute la boulonnerie doit
être du type mécanique, décolleté avec têtes et écrous adaptés aux pièces à serrer.
Le tronçonnage sur place des boulons trop longs est interdit. Lorsqu’une bride, ou
une contre bride, suit immédiatement un coude, un tronçon de tube de même
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 26
diamètre est intercalé pour permettre le passage des boulons et un arrêt facile du
calorifuge sur une partie rectiligne. Les collecteurs et toutes canalisations ne
doivent en aucun cas prendre appui sur les appareils.
Des « démontables » doivent être intercalés sur les canalisations et posés
systématiquement aux branchements d’appareils en réservant les dévêtissements
nécessaires à la dépose aisée de ceux-ci.
Toutes les tuyauteries acier ainsi que les accessoires de supports métalliques
seront soigneusement brossés et revêtus de 2 couches de peinture antirouille.
* Tubes en acier galvanisé
Toutes les canalisations en acier galvanisé sont des tarifs 1.3 ou 10, à l’exclusion
de tout autre tarif.
Toutes les tuyauteries des tarifs 1 et 3 sont galvanisées d’usine. Seules ces
tuyauteries peuvent être filetées.
Les tuyauteries du tarif sont galvanisées après formage
Aucune tuyauterie galvanisée ne peut être cintrée à chaud.
On utilise donc :
- soit des pièces de raccord galvanisées à chaud
- soit la galvanisation à chaud après formage
Les jonctions peut être réalisées :
- soit par pièces de raccord galvanisées
- soit par soudo-brasure et, dans ce cas, on prend toutes dispositions pour
éviter de brûler la galvanisation qui doit être reconstituée autour du cordon de
brasure
- La température de fusion du métal d’apport ne doit pas excéder 850°
- soit par soudure autogène quand les pièces sont galvanisées après soudage,
soit par brides vissées ou soudées, soit par joints, les protections de
galvanisation restent celles citées ci-dessus.
Toute galvanisation est faite à chaud, conformément à la norme NFA 19.700.
* Tubes en cuivre
Tube cuivre " SANCO " (taux de carbone inférieur à 0,2 mg par dm² de surface
intérieure pour le cuivre recuit).
Conforme à la norme NF A 68-201.
Les tubes utilisés normalement sont en cuivre écroui, assemblés par raccords et tés
du commerce, brasés.
Les canalisations apparentes sont posées sur colliers démontables en laiton, avec
rosace conique d'écartement et bague protectrice électrique.
Les canalisations encastrées sont réalisées en tubes en cuivre recuit en couronne,
sous fourreaux, ou tubes en cuivre recuit sous fourreaux. Celles-ci sont de longueur
droite, sans raccord ni piquage encastrées, les fourreaux de protection sont
continus et non refendus.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 27
Dans le cas d'un circuit bouclé en acier galvanisé, le raccordement des tubes de
cuivre ne sera pas réalisé par piquage direct ; il sera interposé soit une pièce de
raccord (té par exemple) soit une tubulure en acier galvanisé de 0,05m (la vitesse
théorique de l'eau calculée en l'absence de soutirage doit être au moins de
0,20 m/s).
* Tube PVC
Les tubes seront conformes aux normes NF 54 003 et NF 54 017 et choisis parmi
une fabrication bénéficiant de la marque de conformité aux Normes Françaises.
Les installations de tube PVC doivent tenir compte des dilatations importantes que
le tube peut subir.
D'une manière générale, la mise en œuvre et les raccordements sont réalisés
suivant les directives du fabricant.
* Tube PVC pression
Désignation des produits
Tube en Polychlorure de vinyle (PVC-U) PN 16 suivant norme ISO 3606
Raccords en Polychlorure de Vinyle (PVC-U) PN 16 suivant norme N° 122 (IIP)
Colliers en Polypropylène
Robinetterie en Polychlorure de Vinyle (PVC-U) à boisseau suivant norme ISO 727.
* Tube PVC -C
Les tubes seront conformes aux normes françaises.
* Tube pré isolé souple
Canalisation pré isolée composée de :
- Tube caloporteur : polyéthylène réticulé
- Température d'utilisation : 110 °C
- Température de service : 133 °C.
- Matériau isolant : polystyrène réticulé expansé :
- Température d'utilisation : 95 °C
- Pertes en pose enterrée :
- Simple tube : 2 x 0.19 W / m°C
- Double tube : 0.28 W / m°C.
- Gaine de protection : polyéthylène haute densité :
- annelé
- épaisseur 1.8 mm.
La mise en œuvre devra âtre réalisée conformément aux recommandations du
fournisseur, et en respectant scrupuleusement les points suivants :
- Pose sur lit de sable compacté et affecté d'une perte continue vers les points
de purge et de vidange
- Recouvrement par lit de sable de protection
- Repérage par grillage avertisseur.
Conditions d'utilisation :
- température de service pour emploi continu jusqu'à 100°C
- pression de service 16 bar à 20°C (pour de l'eau)
- jonction par collage
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 28
- prévoir protection pour installation extérieure conformément aux prescriptions
du fabricant.
- classement au feu M1
* Supports et fixations des canalisations
Les supports et fixations doivent être non corrodables et facilement démontables.
Ils doivent être disposés à intervalles suffisamment rapprochés pour que les
canalisations, sous l'effet de leur poids et des efforts auxquels elles peuvent être
soumises, n'accusent pas de déformation anormale.
Les canalisations en acier doivent être supportées tous les :
- 1,50 mètres pour les diamètres inférieurs ou égaux à 20 mm.
- 2,25 mètres pour les diamètres compris entre 21 et 40 mm.
- 3,00 mètres pour les diamètres supérieurs à 40 mm. (Il s'agit des diamètres
intérieurs).
La fixation des supports et des appareils dans les cloisons en maçonnerie
(parpaings) devra obligatoirement être effectuée par scellement au ciment, à
l'exclusion de tout autre procédé.
Les appareils ne pourront pas servir d'appuis aux tuyauteries, de même aucune
tuyauterie ne devra en supporter une autre.
Chaque suspente sera fixée à l'ossature séparément.
Les suspensions, supports, points fixes des tuyauteries ainsi que les raccordements
aux éléments susceptibles de provoquer des vibrations devront être réalisés par
l'interposition manchons souples, colliers suspendus, éléments résilients, résistant à
la température et évitant tous risques de condensation au niveau des supports
(continuité du calorifuge et du pare-vapeur).
Les fixations utilisées seront soumises à l'approbation de la maîtrise d'œuvre.
* Dilatation
Les effets de la dilatation des canalisations sont absorbés de préférence par le
tracé même de ces canalisations, à défaut, par des ouvrages spéciaux constitués
par des lyres et tube lisse pour les canalisations en acier.
Des points fixes sont répartis sur le parcours des canalisations. Les ouvrages de
scellement et d'ancrage de ceux-ci doivent tenir compte des contraintes maximum
provoquées.
Les canalisations en matière plastique seront munies de manchons de dilatation,
suivant recommandations du fabricant.
* Pentes
Les tuyauteries sont prévues dans la mesure du possible avec une pente continue
vers les locaux techniques et les gaines techniques.
A chaque point haut des canalisations, il sera placé un dispositif de purge d'air et à
chaque point bas, il sera placé un dispositif de vidange.
Les canalisations d'évacuation seront affectées d'une pente minimale de 2 %.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 29
* Dégazage
Toutes dispositions doivent être prises pour permettre l'évacuation en toutes
circonstances des gaz qui pourraient s'accumuler en certains points des
installations de distribution de chauffage, soit en cours de fonctionnement, soit en
cours de remplissage consécutif à des opérations de vidange.
Des dispositifs de purge doivent être placés notamment :
- Aux points hauts des installations
- Aux points où la pression de l'eau subit une diminution brusque de 3 bars ou
plus
- Aux points hauts d'un appareil de production d'EAU CHAUDE fonctionnant en
circuit bouclé.
Chaque dispositif de purge doit comprendre :
- Une bouteille de purge en tube acier
- Un purgeur automatique isolable doublé d'un purgeur manuel.
Autant que possible, les piquages et prise d'eau seront judicieusement disposés
afin de réaliser un dégazage suffisant et d'éviter l'installation d'appareils spéciaux.
* Traversées de murs
Toutes les canalisations qui traversent des murs, cloisons ou plancher, doivent être
protégées par des fourreaux en tube plastique rigide de diamètre approprié.
A travers un joint de dilatation, les fourreaux doivent être distincts de part et d'autre
du joint et avoir une section suffisante pour permettre le jeu des canalisations
perpendiculairement à leur axe.
Les fourreaux ne doivent ni être détruits, ni flués sous l'action de la température ou
des charges apportées par les canalisations. Les fourreaux doivent permettre la
libre dilatation de celles-ci soit parallèlement, soit perpendiculairement à leur axe.
Les fourreaux entre locaux devant être bourrés de façon durable d'un matériau
empêchant la transmission du son (feutre ou matériau équivalent avec blocage
nécessaire).
Dans les traversées horizontales, ils sont arasés aux nus des parois. Dans les
traversées verticales, ils dépassent du plancher fini de 5 cm, du plafond de 5mm.
* Nettoyage des installations
Les extrémités des tuyauteries seront bouchées pendant le montage, de manière à
éviter l'encrassement des réseaux.
A la mise en route, les différents réseaux seront rincés à plusieurs reprises à
grande eau, les filtres vérifiés.
A l'extrémité de chaque réseau, seront donc placées des vannes de purge
appropriées, permettant ce rinçage.
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 30
2.8.3 - Robinetterie
* Montage
Le montage de toute robinetterie sera prévu pour permettre son démontage, sans
intervention sur les tuyauteries et appareils sur lesquels la robinetterie est montée.
Liaison entre conduite et vanne par vissage (orifice taraudé) avec raccord
démontable supplémentaire permettant de démonter la vanne sans toucher aux
tuyauteries.
* Type de robinetterie
Toutes les vannes seront garanties étanches à 100 % pour les conditions
d'utilisation.
- Vannes de réglage : robinets à soupape, à portée conique large ; autorité
hydraulique au moins égale à 1/2.
- Vanne d'isolement, d'alimentation, de vidange, de purge, etc... : vanne quart
de tour, à passage intégral.
* Dimensionnement
Le diamètre nominal de la robinetterie doit être égal au diamètre du tube qu'elle
équipe, et non au diamètre de l'orifice de l'appareil raccordé.
L'alimentation de chaque appareil est munie d'un arrêt par robinet ou dispositif
équivalent placé à proximité du robinet d'utilisation, sauf pour les appareils
identiques installés en batterie ou dans le même local pour lesquels l'arrêt est
général.
* Accessoires
Clapet de retenue et clapet anti-pollution
Les clapets de retenue seront à membranes ou à ogive.
Les clapets à battants sont à proscrire.
Les clapets anti-pollution comporteront 2 robinets de contrôle, de purge et
d'introduction de solution désinfectante.
Robinet de vidange
Les robinets de vidange seront en bronze, d'un modèle auto-lubrifiable avec
bouchon, joint caoutchouc et chaînette.
Disconnecteur hydraulique
Disconnecteur hydraulique en bronze, boulonnerie en acier inoxydable comprenant:
5 points d'étanchéité dont 3 par un système à membrane
Mise en sécurité par chute de pression
Chambre de décompression
3 robinets de contrôle de fonctionnement.
Filtre
Filtre à tamis incliné à 45 degrés, perforation 10/10, en acier inoxydable, corps et
couvercle en fonte avec bouchon purgeur.
Vanne d'équilibrage
Chaque circuit devra être équipé d'une vanne du type "à fonctions multiples" qui
assurera :
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 31
L'isolement
Le réglage du débit, avec mémoire en cas de manœuvre d'isolement
La mesure du débit.
L'installateur réalisera l'équilibrage des réseaux au niveau de chaque organe de
réglage de débit, à l'aide du lecteur de débit associé aux vannes.
Vanne de décharge
Vanne by-pass, montée entre départ et retour d'un circuit de chauffage ou d’eau
glacée, elle assure une pression différentielle constante.
Corps, clapet, chapeau et tige en métal. Raccord et couvercle en laiton. Joints en
Klingerit. Ressorts en inox. Joints toriques en caoutchouc EPDM. Guide de tige en
PTFE.
Couvercle plombable.
Réglage de la vanne à la mise en route.
2.8.4 - Calorifuge
* Réseaux hydrauliques chauffage
Les canalisations des réseaux "chauds" dont la température nominale du flux est >
30°C, sont calorifugées sur tout leur parcours à l' exception des distributions
apparentes de chauffage intérieures aux locaux chauffés.
Les distributions seront calorifugées par un isolant flexible, les sous-stations par
coquilles laine de verre.
L'isolation sera réalisée au moyen de coquilles de laine de verre à fibres
concentriques, de diamètre intérieur correspondant au diamètre extérieur de la
tuyauterie.
Masse volumique minimale
Comportement au feu
: 42 kg/m3
: MO
L'épaisseur minimale du matériau isolant posé pour une température nominale du
flux < 100°C, est de :
- 30 mm pour tuyauteries jusqu'au DN 25
- 40 mm pour tuyauteries jusqu'au DN 50
- 50 mm pour tuyauteries jusqu'au DN 300
Ces épaisseurs s'entendent pour une conductivité < 0,035 W/m K à 90°C.
Les coquilles nues seront fixées sur la tuyauterie au moyen de feuillards minces
tendus; l'utilisation de fil de fer est interdite.
Le calorifuge des réseaux "chauds" reçoit un revêtement constitué d'un support en
tissu de verre enroulé en spirale avec recouvrement de 10 à 15 mm, et d'une
couche d'émulsion aqueuse de co-polymères acryliques, de couleur blanc cassé,
classée M1, à raison d'environ 3 kg/m².
Ce revêtement peut être remplacé par un revêtement aluminium selon prescriptions
particulières des travaux.
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 32
Le supportage sera réalisé de façon à ne pas blesser, ni déformer l'isolation. Toutes
les fois qu'il est nécessaire, on utilisera des selles largement dimensionnées.
Dans tous les cas, l'isolation sera arrêtée aux extrémités par des embouts ou
collerettes en aluminium poli.
Les calorifuges seront protégés par : habillage en PVC épaisseur 3/10, et tôle
isoxale dans les locaux techniques.
2.8.5 - Traçage électrique
Les tuyauteries exposées au gel seront équipées d’un traçage électrique
conformément aux prescriptions suivantes :
Le ruban chauffant sera posé après peinture et complet séchage des tuyauteries
Le ruban chauffant sera posé soit linéairement, soit en spirale, selon les
recommandations du constructeur. S’il est posé linéairement, il doit être mis en
place sur la partie inférieure de la tuyauterie et à 45 degrés de la verticale. Toute la
tuyauterie, les vannes, les supports, etc…. doivent être tracés. Les pertes de
chaleur au niveau des supports, des brides, des vannes, des traversées de mur ou
de plancher, seront compensées par l’adjonction de 50 cm de ruban
supplémentaire pour les canalisations de diamètre inférieur à 75 mm, de 75 cm de
ruban pour les diamètres supérieurs ou égaux à 75 mm.
support de tuyauterie : le ruban chauffant n’entourera pas le support
coudes : le ruban chauffant sera posé sur la partie extérieure du coude
traversées de mur ou de plancher : la continuité de traçage doit être assurée
vannes : le ruban sera disposé en boucle autour du corps de la vanne. Dans le cas
où le corps de la vanne serait amovible, le ruban chauffant sera disposé de façon à
ce qu’il puisse être enlevé sans être coupé
le ruban sera fixé autour des canalisations à l’aide d’une bande d’aluminium
adhésive, à raison d’un intervalle maximum de 30 cm entre deux adhésifs
le raccordement électrique sera conforme aux prescriptions du constructeur et
comprendra une protection différentielle 30 mA.
la longueur maximale de ruban par départ est de 100 mètres
Un marquage « ruban chauffant électrique 220 V » sera appliqué au minimum tous
les 6 mètres de chaque côté de la canalisation pour les cheminements horizontaux,
et tous les étages pour les cheminements verticaux.
2.8.6 - Appareils de mesure
* Thermomètres
A tige : classe I, longueur 200 mm, boîtier aluminium et plongeur laiton,
visualisation par liquide organique rouge.
Ensemble comprenant le doigt de gant.
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 33
* Manomètres fixes
Classe 1, à cadran de diamètre nominal mini : 160 mm, gradué de 0 à 4 bars,
boîtier en acier inoxydable, équipé d'un robinet d'isolement.
2.9 - Prescriptions techniques Electricité
Les travaux d’électricité du lot Génie Climatique seront réalisés suivant les
prescriptions du lot Electricité pour les mêmes prestations (armoires, distributions,
etc…).
2.9.1 - Interrupteur d'arrêt de proximité
Tous les équipements électriques installés par le présent lot seront équipés d'un
arrêt de proximité (CTA, …)
2.9.2 - Essais et contrôles
Avant la réception des ouvrages, il sera vérifié :
- La présence des schémas électriques conformes à la réalisation
- Les calibres et les références des fusibles et disjoncteurs
- Les calibres, les sensibilités et le bon fonctionnement des disjoncteurs
différentiels
- Le serrage des connexions dans les armoires, les boites de dérivation et sur
les appareils
- Les asservissements
- Le fonctionnement des signalisations et de leur report au tableau d'alarmes
- Les tensions entre les phases et le neutre
- Les intensités sur chacune des phases sur chaque armoire pour chaque
fonction (éclairage, chauffage, autres usages) ainsi que l'équilibrage des
phases (déséquilibre inférieur à 10 %)
- La puissance appelée .
Les opérations comporteront notamment :
- Une vérification du bon fonctionnement général
- Des essais à vide et en charge des réseaux et appareillages
- Des contrôles d'échauffement et de chute de tension
- Des vérifications de l'ordre et de l'équilibrage des phases sur chaque
installation
- Des essais d'isolement des réseaux (conducteurs actifs entre eux et entrée
conducteurs actifs et terre)
- Des contrôles de résistance de terre et d'impédance des circuits
- Des contrôles de conformité aux Règlements
- Des contrôles de conformité au projet
- Contrôle des dispositifs de protection contre les surintensités et les défauts
- Contrôle des performances des matériels
- Contrôle des conditions de pose de l'appareillage et des dispositifs de
raccordement.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 34
2.9.3 - Armoires électriques
Les armoires électriques seront réalisées conformément aux prescriptions du lot
Electricité.
* Appareillage
Sectionneur de tête équipé d'une poignée extérieure
Appareillage modulaire monté sur rail DIN
Sectionnement général : en amont de chaque discontacteur
Protection de chaque départ : par disjoncteur
Protection du neutre (en cas de neutre impédant)
Discontacteur : 1 pour la commande de chaque moteur
Transformateur de sécurité TSN pour le circuit de commande : primaire 380 V
(entre phases)
- Repérage de chaque départ par étiquettes dilophanes gravées et vissées.
-
* Câblage
- Jeux de barres pré percées permettant le raccordement de nouveaux départs
sous tension.
- Raccordement par bornier, par cage à ressort. Il sera prévu la place suffisante
sur les câbles de départ pour la mise en place d'une pince de recherche de
défaut.
- Les câbles seront maintenus en façade au moyen de goulotte.
- Tous les fils à l'intérieur de l'armoire devront être repérés et munis d'embouts.
- Les borniers devront être repérés et équipés de cloison de séparation pour
séparer les différentes tensions.
- Tous les capteurs et moteurs de vanne devront être raccordés sur bloc de
jonction sectionnable viking, les moteurs de vanne seront donc protégés
indépendamment à l'aide de ces blocs.
- Tous les câbles devront pénétrer dans l'armoire à l'aide de presse étoupe, ils
devront être repérés à chaque extrémité.
* Face-avant
- Un voyant général présence tension", BLANC
- Un voyant général à "défaut de synthèse" ROUGE
- Par appareil à commander :
- un commutateur rotatif à 3 positions "ARRET - AUTO - FORCE"
- un voyant marche
- un voyant défaut
- Par couple d'appareils à permutation manuelle (exemple circulateurs en mode
forcé) : un commutateur rotatif à 3 positions "1 – 2 – Auto".
- Un bouton-poussoir "TEST LAMPES".
- Repérage clair et précis de chaque organe et de chaque fonction, par
étiquettes dilophane gravées, vissées ou rivetées.
- Prise de courant 3 x 20 A + N + T et une prise de courant 16 A + N + T, avec
capot étanche.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 35
2.9.4 - Distribution électrique
* Courants forts
- Câbles série U 1000 R0 2V sur chemin de câble ou sous tube IRO (locaux
techniques, vides de construction) ou sous fourreau ICT encastré (autres
locaux).
- Alimentation et raccordement de tous les organes électriques depuis les
armoires du présent lot ou depuis les attentes pour le présent lot.
* Courants faibles
- Distance minimale à respecter, en cheminement parallèle, entre courants forts
et courants faibles : 20 cm
- Nature du câble :
- pour les câbles de télémesure et téléréglage, en câble multipaires
torsadés paire par paire blindage générale tresse cuivre,
- pour les câbles de télécommande et de télé-alarme TOR.
- Mode de pose :
- Sur chemin de câbles ou sous tube IRO dans zones techniques
- Sous fourreau encastré ICT à la charge du présent lot : cheminement
apparent interdit en dehors de zone technique et des vides de fauxplafond.
2.9.5 - Mise à la terre
La totalité des équipements posés par le présent lot sera reliée à la terre : appareils
électriques et canalisations.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 36
Chapître 3 : DESCRIPTION DES TRAVAUX
3.1 - Chauffage et climatisation /Ventilation
Tous les locaux seront traités en double flux par la centrale qui réalisera le chauffage grâce
une batterie chaude électrique. Pour le rafraichissement une batterie froide sera mise en
place et utilisée via la boucle d’eau froide décrite chapitre 3.3 .
Les équipements seront situés sur supports béton à proximité du hall de montage.
3.1.1 - Ventilation double flux
Le hall de montage sera traité par une centrale de traitement d’air double flux
équipée d’un échangeur rotatif pour récupérer un maximum de calories sur l’air
extrait. Elle sera mise en extérieur sur une dalle à proximité du hall de montage.
*Caractéristiques
3
Débit : 2100m /h
Ventilateur d’extraction centrifuge débit variable.
Récupérateur rotatif 83.8 % minimum
Filtres EU5/EU7
Batterie électrique
Batterie froide vanne deux voies, dimensionnée pour un
régime d’eau : 15/10°C)
Séparateur de gouttelettes
Ventilateur de soufflage centrifuge à débit fixe
*Equipements
La centrale sera munie des éléments suivants :
Manchettes souples de raccordement
Traverses de suspension
Hublot et bloc d’éclairage pour la section ventilateur
Pieds supports
Fileries
jusqu’à
l’armoire
électrique
et
liaisons
d’asservissement
Sectionneur à proximité de l’appareil
Manomètres différentiels permettant la mesure des diverses
pertes de charges sur les composants (batteries, filtres).
Un jeu de vannes d’isolement
Une vanne deux voies régulation type PID
Une vanne d’équilibrage sur le retour
Un jeu de thermomètres à bulbes plongeurs aller/retour
Purgeurs automatiques, points de vidange
La centrale sera munie de Pièges à sons au soufflage et à la reprise, et posée sur
plots antivibratiles.
Une commande marche/arrêt sera mise en place à l’entrée du hall.
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 37
3.1.2 - Distribution aéraulique
* Gaines
Les conduits de ventilation seront réalisés conformément aux prescriptions
techniques, en gaine tôle acier galvanisé circulaire ou rectangulaire.
Seront inclus tous les accessoires de fixation et toutes les pièces de raccordement
nécessaires au montage du réseau :
- coudes
- tés aérauliques
- réductions coniques concentriques
- tampons et trappes de visite
- registres et modules de réglages
Sur les gaines des flèches indiqueront le sens de l’air.
* Registres
Des registres manuels seront posés sur les gaines de soufflage et d’extraction afin
de garantir les débits demandés.
* Calorifuge
Les gaines de soufflage, de reprise (pour le réseau CTA double flux) et de prise
d’air neuf seront calorifugées en laine de verre (épaisseur 25 mm) finition feuille
aluminium. Le calorifuge sera agrafé et une bande de finition aluminium assurera
la fonction des raccords de calorifuge.
Le calorifuge des gaines extérieures sera revêtu d’une tôle isoxale.
3.1.3 - Grilles
* Grilles de soufflage et d’extraction ; débit > 200 m3/h
Les grilles de soufflage seront de type AWT de chez TROX à ailettes mobiles
aluminium. Elles seront équipées d’un élément de réglage de débit et posées
directement en gaines.
Les grilles de reprise d’air seront de même type mais à ailettes fixes, avec plenum
de raccordement préfabriqué selon les dimensions indiquées sur les détails des
plans.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 38
3.2 - Boucle Eau glacée
Une boucle d’eau glacée en circuit fermé sera mise en place, régime prévu :
12°C/7°C.
Celle-ci sera produite par un groupe de production d’eau glacé à condensation par
air couplé à un échangeur.
Caractéristiques :
Fourniture d’un groupe de production d’eau glacée à condensation par air :
- marque CIAT ou techniquement équivalent
- type AQUACIAT 2-100V LDH R410 A
Fluide frigorigène / kg
:
Nb de circuit(s) frigorifique(s):
Régulation de puissance :
Mode démarrage : direct
R410A / 7.2
1
100 - 0 %
Puissance frigorifique :
Fluide
: MEG 30%
Température entrée / sortie
Tension d'alimentation
:
49 kW
:
12.0 °C / 7.0 °C
Triphasé 400V 50Hz
En sortie du groupe de production, il sera prévu un ballon tampon permettant de
limiter le nombre de courts cycles. Ce ballon sera calorifugé.
Il sera également prévu un vase d’expansion à membrane.
Pour assurer une température maximale de 12°C sur l e retour de l’eau dans le
circuit, le groupe de production sera équipé d’un échangeur à plaques et joints
de type CIAT PWB 81147H00 ou techniquement équivalent d’une puissance de
27.9 kW.
Caractéristiques :
Eau
Températures entrée / sortie 15 / 10 °C
Débit
4.8 m3/h
Perte de charge
1 mCE
Encrassement
0.000005 m2.K/W
Pression de service / maxi admissible 3 / 4bar
Température maxi de service
40 °C
Sur la boucle d’eau, il sera également prévu un vase d’expansion à membrane.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 39
La boucle d’eau glacée desservira 8 points d’utilisation (process) et la batterie froide
de la CTA :
- 2 avec un débit de 10 l/min ;
- 2 avec un débit de 20 l/min ;
- 4 avec un débit de 5 l/min.
- batterie froide CTA
* Réseaux d’eau glacée
Tubes en acier noir
Ils seront protégés contre la corrosion conformément aux spécifications techniques.
L'assemblage sera réalisé par soudure sous argon dans les bâtiments existants.
Tube acier noir tarif 1 pour les Ø inférieurs ou égaux à 50/60
Tube acier noir tarif 10 pour les Ø supérieurs
L’assemblage des tubes sera réalisé :
- tarif 1
par brides ou soudures autogènes
par raccords en fonte malléable, de façon exceptionnelle
- tarif 10 entre eux, par soudure autogène ou électrique
aux appareils par brides avec collerettes à souder et joints
métalloplastiques
Tous les réseaux comportant un risque de gel devront être calorifugés et tracés
électriquement, raccordement sur l’armoire électrique à charge du présent lot.
* Remplissage
Le site ne disposera pas d’alimentation en eau potable. Il doit être prévu le
remplissage initial du réseau entre le groupe d’eau glacé et l’échangeur, et de la
boucle d’eau en aval de l’échangeur.
Pour cela, il sera prévu une panoplie comportant :
o une attente pour remplissage via une bâche portable d’eau glycolée sous
pression,
o un clapet anti retour
o un pot d’alimentation en produit
o une dérivation avec vannes d’arrêt permettant le remplissage de l’un ou l’autre
des 2 réseaux à remplir.
Après remplissage des 2 réseaux en eau glycolée, il sera prévu l’injection d’une
dose de produit anticorrosion par réseau, selon dosage prescrit par fournisseur.
BETEM AQUITAINE
Pessac, Juillet 2010
CENBG
PRO
Affaire n° E2124
Page 40
3.3 - Air comprimé
Il sera prévu pour le hall de montage, la mise en place d’une installation d’air
comprimé compris production.
Le réseau sera en tube inox.
L’air comprimé sera distribué au moyen d’une installation fixe d’air comprimé, avec
mise en place de la production à l’extérieur sur dalle béton.
*Compresseur d’air
Compresseur à piston Exempt d’huile en aluminium, sans capotage insonorisé.1500
tr/min 50Hz – 1800 tr/min 60Hzi
Roulements et vilebrequin surdimensionnés pour une grande durée de vie.
Moteur électrique à démarrage direct classe IP54, isolation classe F avec protection
thermique interne sur les monophasés.
Le compresseur sera de type LFx 1,0-10 TM 90 50Hz de marque Atlas Copco ou
techniquement équivalent.
Caractéristiques :
Conditions de référence
Pression absolue d'aspiration 1 bar
Température d'aspiration 20°C
Pression effective nominale 7 bar
Limites d'utilisation
Pression effective minimum 1 bar
Pression effective maximum 10 bar
Température ambiante maximum 40°C
Performances aux conditions de référence
Débit réel 4.9 m3/h
Volume engendré 9 m3/h
Puissance totale consommée (monophasé) 0,98 kW
Puissance totale consommée (triphasé) 0,88 kW
Niveau sonore 65 dB(A)
Autres caractéristiques
Puissance moteur 0,75 kW
*Réservoir de stockage
Il sera prévu en sortie du compresseur d’air une cuve de stockage de 90 l traitée
intérieurement avec un revêtement époxy.
Ensemble avec pressostat, soupape de sécurité, régulateur de pression,
manomètre et un câble électrique de 3 m
La régulation du compresseur sera commandée par un pressostat.
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 41
*Sécheur frigorifique
Il sera prévu un sécheur à absorption
Il sera mis en place à proximité du compresseur.
*Purgeur de condensats
Il sera prévu la mise en place d’un purgeur de condensat sur le circuit d’air
comprimé.
Caractéristiques
Dispositif de purge composé d’une électrovanne pilote et d’une soupape à
membrane
Il sera de type ECODRAIN 30 ou techniquement équivalent.
*Réseaux d’air comprimé
Les canalisations seront réalisées en tuyauterie inox à sertir type Sertinox ou
équivalent.
Les canalisations placées en amont de la cuve de stockage pourront être réalisées
en acier galvanisé.
Le raccordement du compresseur se fera au moyen d’un tube souple armé.
Le diamètre des canalisations est tel que la pression minimale disponible, en
fonctionnement nominal, à chaque point de distribution soit de 6 bars.
Des crosses sont prévues au raccordement des piquages sur les collecteurs.
Les canalisations sont prévues sans point bas sauf à l’extrémité des réseaux. Une
légère pente des canalisations est prévue dans le sens de l’écoulement de l’air.
Des vannes de purge sont prévues aux points bas en extrémité des réseaux.
Les points de distribution d’air comprimé sont aux mêmes endroits que ceux de
l’eau glacée, suivant les plans.
3.4 - Electricité – Régulation
3.4.1 - Electricité
Le présent lot devra les armoires électriques compris raccordements puissances à
ses équipements.
Il devra également tous les raccordements régulations, commandes contrôle de
tous ces équipements dans le bâtiment.
Les marques de :
- l'enveloppe de l'armoire électrique,
- l'appareillage de protection,
seront choisies en concertation avec le lot Electricité de manière à pouvoir garantir
les sélectivités avec les protections amont.
BETEM AQUITAINE
CENBG
Pessac, Juillet 2010
PRO
Affaire n° E2124
Page 42
3.4.2 - Régulation
Ensemble de régulation comprenant automates programmables, sondes de
températures.
Chauffage
Une sonde température sera mise en place dans le hall de montage et asservira la
batterie électrique de la CTA.
Groupe eau glacée et échangeur
Régulation constructeur permettant la mise à disposition d’une boucle d’eau à
température aller constante à 10°C. Echangeur inter médiaire avec régulation
constructeur couplée à la production d’eau glacée.
Mise en marche du groupe d’eau glacée par interrupteur dans le hall, à proximité de
celui de la CTA.
CTA
La régulation devra assurer les fonctions suivantes:
- Régulation de la batterie chaude électrique en fonction d’une sonde
d’ambiance
- Régulation de la batterie froide de la CTA par vanne 2 voies en fonction
d’une sonde d’ambiance
- Défaut antigel : un thermostat antigel permet d’activer la batterie
chaude, de fermer le registre anti-gel et de couper le ventilateur.
- Température de soufflage variable selon sonde d’ambiance, entre 19°C
et 29°C en hiver, et entre 16°C et 26°C en été
- Défaut thermique ventilateur : les défauts ventilateurs entraîneront l’arrêt
des commandes ventilateurs Soufflage et Reprise
- Arrêt d’urgence : l’arrêt d’urgence arrête la ventilation (asservissement
électrique)
- Fonctionnement avec interrupteur implanté le hall. Hors occupation,
maintient hors gel du local par mise en marche automatique de la CTA.
Conditions de marche
Les commandes locales sont en marche ou en mode automatique et le programme
horaire est en période occupation.
L’arrêt général ventilation est dû par le lot électricité.
3.5 - Divers
- PV d’essais
- Essais COPREC
- Equilibrage général de l’installation, hydraulique et aéraulique. Remise d’un tableau
récapitulant l’ensemble des positions des vannes et registres.
- Certificat de conformité gaz
- D.O.E, Documentations en français
- Etiquetage et repérage de toutes les installations.
- Documentations en français
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement