Manuel d`atelier

Manuel d`atelier
Manuel d’atelier
Moteurs
E
2(0)
MD100B, TMD100A, TMD120A, TMD120B, TAMD120B,
D100B, TD100A, TD100G, TD120C, TD120AG, TD120G,
TID120FG
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Précautions de sécurité
Introduction
Le présent Manuel d’atelier contient des caractéristiques
techniques, des descriptions et instructions pour les produits ou les versions de produits Volvo Penta désignés
dans la table des matières. Vérifiez que la documentation
atelier appropriée est utilisée.
Avant de commencer, lisez attentivement les informations de sécurité et les sections « Informations générales » et « Instructions de remise en état » du présent
Manuel d’atelier.
Important
Vous trouverez les symboles d’avertissement suivants aussi
bien dans le présent manuel que sur le moteur.
AVERTISSEMENT ! Danger de dommages corporels, de dégâts matériels ou de panne mécanique
grave en cas de non respect de ces instructions.
IMPORTANT ! Servant à attirer votre attention sur
quelque chose qui pourrait occasionner des dégâts
ou une panne des produits ou des dégâts matériels.
NOTE ! Servant à attirer votre attention sur des informations
importantes qui permettent de faciliter votre travail ou
l’opération en cours.
Vous trouverez ci-dessous un résumé des précautions que
vous devez respecter lors de l’utilisation ou de la révision
de votre moteur.
Immobilisez le moteur en coupant l’alimentation du
moteur au niveau de l’interrupteur principal (ou des
interrupteurs principaux), puis verrouillez celui-ci
(ceux-ci) en position coupé (OFF) avant de procéder
à l’intervention. Installez un panneau d’avertissement au point de commande du moteur ou à la
barre.
En règle générale, toutes les opérations d’entretien
devront s’effectuer lorsque le moteur est à l’arrêt. Cependant, pour certaines interventions (notamment
lorsque vous effectuez certains réglages), le moteur
doit tourner pendant leur exécution. Tenez-vous à
distance d’un moteur qui tourne. Les vêtements amples ou les cheveux longs peuvent se prendre dans
les pièces rotatives, provoquant ainsi de sérieux
dommages corporels. En cas de travail à proximité
d’un moteur qui tourne, les gestes malheureux ou un
outil lâché de manière intempestive peuvent provoquer des dommages corporels. Evitez les brûlures.
Avant de commencer, prenez vos précautions pour
éviter les surfaces chaudes (échappements, turbocompresseurs, collecteurs d’air de suralimentation,
éléments de démarrage, etc.) et les liquides dans les
tuyaux d’alimentation et flexibles lorsque le moteur
tourne. Reposez toutes les pièces de protection déposées lors des opérations d’entretien avant de démarrer le moteur.
Assurez-vous que les autocollants d’avertissement
ou d’information sur le produit soient toujours visibles. Remplacez les autocollants endommagés ou
recouverts de peinture.
Moteur avec turbocompresseur : Ne démarrez jamais le moteur sans installer le filtre à air. Le compresseur rotatif installé dans le turbocompresseur
peut provoquer de graves blessures corporelles. La
pénétration de corps étrangers dans les conduits
d’admission peut entraîner des dégâts matériels.
N’utilisez jamais de bombe de démarrage ou
d’autres produits similaires pour démarrer le moteur.
L’élément de démarrage pourrait provoquer une explosion dans le collecteur d’admission. Danger de
dommages corporels.
Evitez d’ouvrir le bouchon de remplissage du système de refroidissement du moteur (moteurs refroidis
à l’eau douce) pendant que le moteur est toujours
chaud. Il peut se produire un échappement de vapeur ou de liquide de refroidissement chaud. Ouvrez
soigneusement et doucement le bouchon de remplissage du liquide de refroidissement pour relâcher
la pression avant de le retirer complètement. Procédez avec grande précaution s’il faut retirer d’un moteur chaud un robinet, un bouchon ou un conduit de
liquide de refroidissement moteur. Il est difficile d’anticiper la direction de sortie de la vapeur ou du liquide de refroidissement chaud.
L’huile chaude peut provoquer des brûlures. Evitez
tout contact de la peau avec de l’huile chaude. Assurez-vous que le système de lubrification n’est pas
sous pression avant de commencer à travailler dessus. Ne démarrez ou n’utilisez jamais le moteur lorsque bouchon de remplissage d’huile est retiré, cela
risquerait d’entraîner l’éjection d’huile.
Arrêtez le moteur et fermez la soupape de fond avant
de pratiquer toute intervention sur le système de refroidissement du moteur.
Ne démarrez le moteur que dans un endroit bien
aéré. Si vous faites fonctionner le moteur dans un
lieu clôt, assurez-vous que les gaz d’échappement
et les vapeurs de ventilation du carter sont évacuées
hors du lieu de travail.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Portez systématiquement des lunettes de protection lors de toute intervention comportant un risque
de copeaux métalliques, d’étincelles de meulage,
d’éclaboussures d’acide ou autres produits chimiques. Vos yeux sont extrêmement sensibles et, en
cas de blessures, vous pouvez perdre la vue !
Evitez tout contact de la peau avec l’huile. Le contact prolongé ou répété avec l’huile peut provoquer
la perte des huiles naturelles de la peau. Ceci peut
entraîner des problèmes d’irritation, de peau sèche, d’eczéma et autres affections dermatologiques. L’huile usagée est plus dangereuse pour la
santé que l’huile neuve. Portez des gants de protection et évitez d’utiliser des vêtements et des chiffons imbibés d’huile. Lavez-vous régulièrement,
notamment avant de manger. Utilisez une crème
spéciale anti-dessèchement cutané qui facilitera le
nettoyage de votre peau.
Nombre de produits chimiques utilisés dans les
produits (notamment les huiles moteur et de transmission, le glycol, l’essence et le gasoil), ou de
produits chimiques utilisés dans l’atelier (notamment les dissolvants et la peinture) sont nocifs. Lisez attentivement les instructions qui figurent sur
l’emballage des produits ! Observez toujours les
instructions de sécurité (utilisez un masque de respiration, des lunettes et des gants de protection par
exemple). Veillez à ce qu’aucune personne ne soit
exposée, à son insu, à des substances nocives
(notamment en respirant). Assurez-vous que la
ventilation est bonne. Manipulez les produits chimiques usagés et le surplus conformément aux
instructions.
Un soin tout particulier est nécessaire lors de la recherche de fuites dans le système d’alimentation et
lors du gicleur d’injection de carburant. Portez des
lunettes de protection ! Le jet d’un gicleur d’injection de carburant est très fortement pressurisé et le
carburant peut pénétrer profondément dans le tissu, provoquant des blessures graves, avec un risque d’empoisonnement du sang.
Tous les carburants et beaucoup de produits chimiques sont inflammables. Assurez-vous qu’aucune flamme ou étincelle ne peut enflammer de
carburant ou de produits chimiques. L’essence,
certains dissolvants et l’hydrogène des batteries
mélangés à l’air, dans certaines proportions, peuvent être très inflammables et explosifs. Il est interdit de fumer ! Assurez-vous que la ventilation est
bonne et que les mesures de sécurité nécessaires
ont été prises avant de procéder à tous travaux de
soudure ou de meulage. Gardez toujours un extincteur à portée de main dans l’atelier.
Stockez en toute sécurité les chiffons imbibés
d’huile et de carburant, ainsi que les filtres à huile
et à carburant. Dans certaines circonstances, les
chiffons imbibés d’huile peuvent s’enflammer
spontanément. Les carburants et les filtres à huile
usagés constituent des déchets nocifs pour l’environnement et doivent être consignés sur un site de
destruction agréée, de même que les huiles de lubrification usagées, les carburants contaminés, les
restes de peinture, les dissolvants, les dégraisseurs et les déchets provenant du lavage des pièces.
N’exposez jamais les batteries à des flammes vives ou à des étincelles électriques. Ne fumez jamais à proximité des batteries. Les batteries produisent de l’hydrogène qui, mélangé à l’air, peut
former un gaz explosif – le gaz oxhydrique. Ce gaz
est facilement inflammable et très volatile. Le branchement incorrect de la batterie peut provoquer
une étincelle, suffisante pour provoquer une explosion entraînant des dégâts importants. Ne remuez
pas les branchements de la batterie lorsque vous
démarrez le moteur (risque d’étincelle). Ne vous
penchez jamais au dessus de batteries.
Ne confondez jamais les bornes positive et négative de la batterie lors de l’installation. Une mauvaise installation peut provoquer des dommages
graves au niveau des équipements électriques.
Reportez-vous aux schémas de câblage.
Portez toujours des lunettes de protection lors du
chargement ou de la manipulation des batteries.
L’électrolyte de batterie contient de l’acide sulfurique extrêmement corrosif. En cas de contact avec
la peau, lavez immédiatement avec du savon et
beaucoup d’eau. Si de l’acide de batterie entre en
contact avec les yeux, rincez à l’eau abondamment, et consultez immédiatement votre médecin.
Coupez le moteur et coupez l’alimentation à(aux)
l’interrupteur(s) principal(aux) avant de commencer à travailler sur le système électrique.
Les réglages de l’accouplement doivent s’effectuer
lorsque le moteur coupé est à l’arrêt.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Utilisez l’oeillet de levage monté sur le moteur/l’inverseur lorsque vous soulevez le dispositif de
transmission. Assurez-vous systématiquement que
l’appareil de levage utilisé est en bon état et que
sa capacité de charge est suffisante pour soulever
le moteur (poids du moteur, de l’inverseur et de
tous les éventuels équipements supplémentaires
installés).
Utilisez un palonnier pour soulever le moteur, afin
d’assurer une manutention en toute sécurité et
d’éviter toute détérioration des pièces du moteur
installées sur le dessus du moteur. Les chaînes et
câbles doivent être installés parallèlement les uns
aux autres et, dans le mesure du possible, perpendiculaires au dessus du moteur.
Si l’équipement supplémentaire installé sur le moteur modifie son centre de gravité, il vous faudra
utiliser un dispositif de levage spécial pour obtenir
l’équilibre correct assurant la sécurité de manipulation.
Ne travaillez jamais sur un moteur suspendu à un
treuil.
Ne retirez jamais seul des composants lourds,
même si vous utilisez des dispositifs de levage
sûrs, tels que des palans bien fixés. Même avec
l’emploi d’un dispositif de levage, il faut en général
deux personnes pour effectuer le travail, une pour
s’occuper du dispositif de levage et l’autre pour
s’assurer que les composants sont bien dégagés
et qu’ils restent intacts lors du levage. Lorsque
vous intervenez à bord, vérifiez que l’espace est
suffisant pour retirer des composants sans risque
de blessure ou de dégât.
Les composants du système électrique, du système d’allumage (pour les moteurs à essence) et
du système de carburant prévus pour les produits
Volvo Penta sont conçus et fabriqués de manière à
minimiser les risques d’incendie et d’explosion. Ne
faites jamais tourner le moteur dans des endroits
où sont stockées des matières explosives.
Utilisez toujours des carburants recommandés par
Volvo Penta. Reportez-vous au Manuel d’Instructions. L’utilisation de carburants de moindre qualité
peut endommager le moteur. Dans le cas d’un moteur diesel, l’utilisation de carburant de mauvaise
qualité peut provoquer le grippage de la bielle de
commande et l’emballage du moteur, avec le risque supplémentaire de dommages au moteur et
de dommages corporels. L’utilisation de carburant
de mauvaise qualité peut également engendrer
des coûts de maintenance plus élevés.
Notez les règles suivantes pour l’utilisation d’un
nettoyeur haute pression. Ne dirigez jamais le jet
d’eau directement sur les joints d’étanchéité, les
flexibles en caoutchouc et les composants électriques. N’utilisez jamais un jet haute pression pour
nettoyer le moteur.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Informations générales
A propos du manuel d’atelier
Pièces de rechange
Ce manuel d’atelier contient les caractéristiques
techniques, les descriptions et les instructions de
réparation pour les moteurs MD100B, TMD100A,
TMD120A, -B, TAMD120B et les moteurs industriels
D100B, TD100A,-G, TD120AG, TD120C, TID120FG en
modèle standard.
Les pièces de rechange des systèmes électriques et d’alimentation sont soumises aux différents règlements de sécurité nationaux (notamment aux Etats-Unis aux Coast
Guard Safety Regulations). Les pièces de rechange
d’origine Volvo satisfont à ces règlements. Tout dégât
causé par l’utilisation de pièces de rechange autres que
Volvo Penta n’est couvert par aucune garantie de Volvo
Penta.
Ce Manuel d’atelier peut montrer des opérations
effectuées sur l’un quelconque des moteurs indiqués
précédemment. C’est pourquoi les illustrations de ce
manuel qui montre certaines parties des moteurs peuvent,
dans certains cas, ne pas s’appliquer à tous les moteurs.
Cependant les méthodes de réparation et d’entretien
restent pratiquement identiques. Dans le cas contraire, les
différences importantes seront décrites séparément. La
désignation et le numéro du moteur sont marqués sur la
plaque d’identification (voir page 17). Indiquez toujours la
désignation du moteur ainsi que son numéro dans toute
correspondance.
Le présent manuel d’atelier a été prévu principalement
pour les ateliers Volvo Penta et le personnel qualifié. On
suppose que les personnes qui utilisent ce manuel possèdent déjà une bonne connaissance de base des systèmes de propulsion marins et qu’ils sont à même d’effectuer les interventions mécaniques et électriques correspondantes.
Les produits Volvo Penta sont en évolution permanente.
Par conséquent, nous nous réservons le droit à toute modification. Toutes les informations figurant dans ce manuel
sont basées sur les caractéristiques produit disponibles
au moment de l’impression. Toutes évolutions ou modifications essentielles introduites en production et toutes
méthodes d’entretien remises à jour ou révisées après la
date de publication seront fournies sous forme de notes
de service.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Instructions de remise en état
Les méthodes de travail décrites dans le manuel de service s’appliquent aux interventions effectuées en atelier. Le
moteur a été démonté du bateau et se trouve dans un
support de moteur. Sauf mention contraire, les travaux de
remise à neuf pouvant être effectués lorsque le moteur est
en place suivent la même méthode de travail.
Les symboles d’avertissement figurant dans le manuel
d’atelier (pour leur signification, reportez-vous aux informations de sécurité)
AVERTISSEMENT !
IMPORTANT !
NOTE !
ne sont en aucun cas exhaustifs du fait de l’impossibilité
de prévoir toutes les circonstances dans lesquelles les interventions de service ou de remise en état peuvent être
effectuées. Pour cette raison, nous ne pouvons souligner
que les risques susceptibles de se produire en raison de
l’utilisation de méthodes de travail incorrectes dans un atelier bien équipé où l’on utilise des méthodes de travail et
des outils mis au point par nos soins.
Toutes les interventions prévues avec des outils spéciaux
Volvo Penta dans le présent manuel d’atelier sont réalisées avec ces méthodes. Les outils spécifiques Volvo
Penta ont été développés spécifiquement pour garantir
des méthodes de travail sûres et rationnelles dans la
mesure du possible. Toute personne utilisant des outils
ou des méthodes de travail différentes de celles recommandées par Volvo Penta est responsable des éventuels
blessures, dégâts ou dysfonctionnements qui pourraient
intervenir.
Dans certains cas, des mesures et instructions de sécurité
spécifiques peuvent être nécessaires pour utiliser des
outils et produits chimiques cités dans ce manuel
d’atelier. Respectez toujours ces instructions si le manuel
d’atelier ne contient pas d’instructions séparées.
Certaines précautions élémentaires et un peu de bon
sens peuvent éviter la plupart des accidents. Un atelier et
un moteur propres réduisent la plus grande partie des risques de blessures et de dysfonctionnement.
Il est très important d’éviter la pénétration de saletés ou
d’autres corps étrangers dans les systèmes
d’alimentation, de lubrification, d’admission, dans le turbocompresseur, les roulements et les joints. Ils pourraient
mal fonctionner ou accuser une durée de vie réduite.
Notre responsabilité commune
Chaque moteur comporte de nombreux systèmes et composants qui fonctionnent ensemble. Si un composant dévie
par rapport à ses spécifications techniques, les conséquences sur l’environnement peuvent être dramatiques,
même si le moteur fonctionne correctement par ailleurs. Il
est donc vital que les tolérances d’usure soient maintenues,
que les systèmes réglables soient réglés correctement, et
que les pièces d’origine Volvo Penta soient utilisées. Le
programme de révision du moteur doit être respecté.
La maintenance et la révision de certains systèmes, tels
que les composants du système de carburant, nécessitent
un savoir-faire spécifique et des outils de contrôle spécifiques. Certains composants sont scellés en usine pour des
raisons de protection de l’environnement. Aucune intervention ne doit être effectuée sur des composants scellés par
des personnes non agréés.
N’oubliez pas que la plupart des produits chimiques utilisés
sur les bateaux nuisent à l’environnement en cas
d’utilisation incorrecte. Volvo Penta préconise l’utilisation
de dégraisseurs biodégradables pour le nettoyage des
composants moteur, sauf mention contraire dans un manuel
d’atelier. Une attention toute particulière est nécessaire lors
de toute intervention à bord d’un bateau, afin d’éviter que
l’huile et les déchets, destinés à un centre de traitement des
déchets, ne soient expulsés dans l’environnement marin
avec l’eau de fond de cale.
Couples de serrage
Les couples de serrage des raccords critiques devant être
serrés à l’aide d’une clé dynamométrique figurent le
manuel d’atelier « Caractéristiques Techniques » : section
« Couples de serrage », et figurent dans les descriptions
des travaux du présent manuel. Tous les couples de serrage s’appliquent à des pas de vis, têtes de vis et surfaces
de contact propres. Les couples concernent des pas de vis
légèrement huilés ou secs. En cas de besoin de graisse ou
d’agents de blocage ou d’étanchéité sur un raccord à vis,
les informations associées figurent dans la description des
travaux et dans la section « Couples de serrage ». Si aucun
couple de serrage n’est indiqué pour un raccord, utilisez les
couples généraux conformément aux tableaux ci-après. Les
couples de serrage ci-après sont indiqués à titre
d’information ; il n’est pas nécessaire de serrer le raccord à
l’aide d’une clé dynamométrique.
Dimension
M5
M6
M8
M10
M12
M14
Couples de serrage
Nm
lbt.ft
6
4,4
10
7,4
25
18,4
50
36,9
80
59,0
140
103,3
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Couples de serrage – serrage
d’angle
Le serrage à l’aide d’un couple de serrage et d’un angle de rapporteur nécessite d’abord l’application du couple préconisé à l’aide d’une clé dynamométrique, suivi de l’ajout de l’angle
nécessaire selon l’échelle du rapporteur. Exemple : un serrage d’angle de
90° signifie que le raccord est serré d’un
quart de tour supplémentaire en une
opération, après l’application du couple
de serrage indiqué.
Produits d’étanchéité
Un certain nombre de matériaux d’étanchéité et de liquides
de blocage sont utilisés sur les moteurs. Ces produits ont
des propriétés diverses et concernent différents types de
forces de jointage, de plages de température de service, de
résistance aux huiles et aux autres produits chimiques et
aux différents matériaux et entrefers utilisés sur les moteurs.
Pour garantir une bonne intervention de maintenance, il est
important d’utiliser le bon matériau d’étanchéité et type de
liquide de blocage sur le raccord en question.
Dans le présent Manuel de service Volvo Penta, vous trouverez dans chaque section où ces matériaux sont appliqués
en production le type utilisé sur le moteur.
Lors des interventions de service, utilisez le même matériau
ou un produit de remplacement provenant d’un autre fabricant.
Ecrous de blocage
Ne réutilisez pas les écrous de blocage retirés lors du démontage, car leur durée de vie en est réduite – utilisez
des écrous neufs lors du montage ou de la réinstallation.
Dans le cas d’écrous de blocage dotés d’un insert en
plastique, tels que les écrous Nylock®, le couple de serrage indiqué dans le tableau est réduit si l’écrou Nylock®
possède la même hauteur de tête qu’un écrou six pans
standard sans insert en plastique. Diminuez le couple de
serrage de 25% dans le cas d’un écrou de 8 mm ou
supérieur. Si les écrous Nylock® sont plus hauts ou de la
même hauteur qu’un écrou six pans standard, les couples
de serrage indiqués dans le tableau sont applicables.
Classes de tolérance
Les vis et écrous sont divisés en différentes classes de
force, la classe est indiquée par le nombre qui figure sur
la tête du boulon. Un numéro élevé signifie un matériaux
plus fort ; par exemple, une vis portant le numéro 10-9 a
une tolérance plus forte qu’une vis 8-8. Il est donc important, lors du remontage d’un raccord, de réinstaller dans
sa position d’origine toute vis retirée lors du démontage
d’un raccord à vis. S’il faut remplacer un boulon, consultez le catalogue des pièces de rechange pour identifier le
bon boulon.
Veillez à ce que les surfaces de contact soient sèches et
exemptes d’huile, de graisse, de peinture et de produits antirouille avant de procéder à l’application du produit
d’étanchéité ou du liquide de blocage.
Respectez toujours les instructions du fabricant concernant
la plage de températures, le temps de séchage, ainsi que
toutes autres instructions portant sur le produit.
Deux types de produits d’étanchéité sont utilisés sur le moteur, soit :
produit RTV (vulcanisation à température ambiante). Utilisé
pour les joints d’étanchéité, raccords d’étanchéité ou revêtements. L’agent RTV est nettement visible lorsqu’un composant a été démonté; un vieil agent RTV doit être éliminé
avant de sceller de nouveau le joint.
Les produits RTV suivants sont mentionnés dans le Manuel
de service : Loctite® 574, Volvo Penta 840879-1, Permatex®
N° 3, Volvo Penta N/P 1161099-5, Permatex® N° 77. Dans
tous les cas, l’ancien produit d’étanchéité peut être retiré à
l’aide d’alcool méthylique.
Agents anaérobiques. Ces agents sèchent en l’absence
d’air. Ils sont utilisés lorsque deux pièces solides, telles que
des composants coulés, sont montées face à face sans joint
d’étanchéité. Ils servent souvent pour fixer les bouchons,
les pas de vis d’un goujon, les robinets, les pressostats
d’huile, etc. Le matériau séché étant d’aspect vitreux, il est
coloré pour le rendre visible. Les agents anaérobiques secs
sont extrêmement résistants aux dissolvants ; l’ancien agent
ne peut donc être retiré. Lors de la réinstallation, la pièce
est soigneusement dégraissée, puis le nouveau produit
d’étanchéité est appliqué.
Les produits anaérobiques suivants sont cités dans le
Manuel de service : Loctite® 572 (blanc), Loctite® 241 (bleu).
NOTE ! Loctite® est une marque déposée de Loctite Corporation,
Permatex® est une marque déposée de Permatex Corporation.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Manuel d’atelier
Moteurs diesel industriels
D100B, TD100A, G, TD120AG, TD120C, TID120FG
Moteurs diesel marins
MD100B, TMD100A, TMD120A, B, TAMD120B
S’applique aux moteurs fabriqués de puis 1980
Table des matieres
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES ..................... 2
Tolérances d’usure ............................................ 14
Couples de serrage ........................................... 14
OUTILLAGE SPECIAL .......................................... 15
PRESENTATION ................................................... 17
CORPS DE MOTEUR
Description ............................................................. 22
Conseils pratiques de réparation ............................ 25
Culasses, culbuterie .......................................... 25
Bloc-cylindres .................................................... 33
Distribution ........................................................ 41
Arbre à cames ................................................... 44
Vilebrequin ......................................................... 45
Paliers de bielles et de vilebrequin .................... 47
Echange des bagues d’étanchéité
de vilebrequin .................................................... 48
Volant moteur .................................................... 48
SYSTEME DE GRAISSAGE
Description ............................................................. 49
Conseils pratiques de réparation ............................ 52
Contrôle de la pression d’huile ................................ 52
Pompe à huile ........................................................ 52
Canalisations d’huile, nettoyage ............................. 55
SYSTEME D’ALIMENTATION
Description ............................................................. 56
Conseils pratiques de réparation ............................ 59
Pompe d’injection .............................................. 59
Pompe d’alimentation ........................................ 61
Filtre à carburant ............................................... 61
Purge du système d’alimentation ...................... 62
Injecteurs .......................................................... 63
SYSTEME DE REFROIDISSEMENT
Description ............................................................. 67
Conseils pratiques de réparation ............................ 69
Nettoyage .......................................................... 69
Thermostats ...................................................... 70
Contrôle de l’étanchéité ..................................... 71
Contrôle des électrodes en zinc ........................ 72
Pompe à eau de mer ......................................... 72
Pompe à liquide de refroidissement
(pompe à eau douce) ......................................... 73
Echangeur de chaleur, démontage .................... 74
TURBOCOMPRESSEUR
Description ............................................................. 82
Conseils pratiques de réparation ............................ 83
Contrôle de la pression de charge ..................... 83
Contrôle de la contrepression des
gaz d’échappement ........................................... 84
Contrôle du jeu axial et du jeu radial .................. 84
Dépose du turbocompresseur ............................ 85
Démontage du turbocompresseur ...................... 85
Nettoyage .......................................................... 86
Vérification ........................................................ 86
Remontage du turbocompresseur ...................... 87
Pose du turbocompresseur ............................... 88
SYSTEME ELECTRIQUE
Important ................................................................ 89
Contrôle de l’élément de démarrage ....................... 90
Contrôle de l’électro-aimant d’arrêt ......................... 91
Schémas de connexions, moteurs industriels ........ 92
Schémas de connexions, moteurs marins ............. 96
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
1
Caracteristiques techniques
Générales
Générales
Série 100
Nombre de cylindres ..................................................
Alésage .......................................................................
Course .........................................................................
Cylindrée totale ..........................................................
Taux de compression .................................................
Pression en fin de compression pour 3,8 r/s
(230 tr/mn) ...................................................................
Ordre d’allumage (Cyl. No 6 le plus près du volant)
Sens de rotation (vu de devant) ................................
Puissance ...................................................................
Couple .........................................................................
Régime de ralenti accéléré/vitesse de régulation ...
Régime de ralenti normal ..........................................
Séries 120
6
120,65 mm
140 mm
9,6 dm3 (litres)
17:11)
130,175 mm
150 mm
11,97 dm3 (litres)
15:12)
2,5 à 2,6 MPa (25 à 26 bars)3)
1-5-3-6-2-4
Sens des aiguilles d’une montre
Voir diagramme de moteur
Voir diagramme de moteur
Voir « Données de réglage » des pompes à injection,
Classeur SB
Voir « Données de réglage » des pompes à injection,
Classeur SB
1)
TMD100A, TD100A : 15:1
TAMD120B, TD120C, TID120FG : 13,3:1
3)
TAMD120B, TD120C, TID120FG : 2,3 MPa (23 bars)
2)
Turbocompresseur
Marque ........................................................................
TMD100A : Désignation .............................................
TMD120A : Désignation .............................................
TAMD120B : Désignation ...........................................
TD100A : Désignation ................................................
TD100AG : Désignation .............................................
TD120AG : Désignation .............................................
TD120C : Désignation ................................................
TID120FG : Désignation .............................................
Système de graissage ...............................................
Jeu radial maxi (côté compresseur) ..........................
Jeu axial ......................................................................
Contrepression maxi dans le tuyau d’échappement
2
Holset
4LEK 404/3,25
4LFK 504/2,6
4LGK 477/4,0WS2
4LEK 404/3,25
4LGK 305/2,6T2
4LGK 305/4,0T2
4LGK 387/4,0T3
4LGK 477/4,0T2
Sous pression venant du moteur
Maxi 0,61 mm
0,08 à 0,15 mm
5 kPa (500 mm colonne d’eau = 0,05 bar)
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Pression de charge
Moteurs industriels
Valeurs mini (mesurées à la tubulure d’admission du moteur à une charge de 100 % et à plein gaz, température
d’air d’env. +20°C/68°F). En cas de mesure effectuée à
une autre température, il faudra corriger la pression de
charge conformément au diagramme de la page 83.
Courbe 1 =
Pression minimale de charge à une puissance sortante d’après la courbe 4 sur le diagramme de moteur ou le point 1 sur la
courbe de régulation.
Courbe 2 =
Pression minimale de charge à une puissance sortante d’après la courbe 2 sur le diagramme de moteur ou le point 2 sur la
courbe de régulation.
Courbe 3 =
Pression minimale de charge à une puissance sortante d’après le point 3 sur la
courbe de régulation.
Si la pleine puissance ne peut être obtenue, la pression
est notablement plus basse.
Moteurs marins
Courbe 1 =
Pression minimale de charge à une puissance sortante d’après la courbe C sur le
diagramme de moteur.
Courbe 2 =
Pression minimale de charge à une puissance sortante d’après la courbe B sur le
diagramme de moteur.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
3
Chemises de cylindres
Série 100
Type .............................................................................
Diamètre de cylindre (pas de cote
réparation supérieure) ...............................................
Epaisseur du col de chemise ....................................
Dépassement du col au-dessus du plan du bloc .....
1)
2)
Série 120
Humides amovibles
120,65 mm
11,74 à 11,79 mm
0,40 à 0,45 mm
130,175 mm
13,49 à 13,521)
0,47 à 0,52 mm2)
Ancienne version: 13,62 à 13,65 mm
Ancienne version: 0,60 à 0,65 mm
Pistons
Matériau ......................................................................
Chambre de combustion, diamètre ...........................
Hauteur du piston au-dessus du plan du bloc .........
Jeu au piston ..............................................................
Repérage ....................................................................
3)
4)
Alliage léger avec bague porte-segment
(M)D100B: 63 mm
83 mm3)
T(M)D100A: 71 mm
0,15 à 0,65 mm
-0,05 à +0,45 mm
0,15 à 0,18 mm
0,12 à 0,15 mm4)
Flèche dirigée vers l’extrémité avant
T(A)MD120A: 75 mm
Pistons à 4 segments 0,15 à 0,18 mm
Segments de pistons
Segments de compression, nombre .........................
3
Segment racleur, nombre ...........................................
Jeu de segment dans gorge:
Segment de tête ..........................................................
2ème et 3ème segments de compression ................
Segment racleur .........................................................
Jeu à la coupe pour dimensions 120,65
respectivement 130,175 mm:
Segment de tête ..........................................................
2ème et 3ème segments de compression ................
Segment racleur .........................................................
1
Ancienne version: 3,
nouvelle version: 2
1
0,11 à 0,14 mm
0,07 à 0,12 mm
0,04 à 0,08 mm
0,09 à 0,12 mm5)
0,06 à 0,09 mm6)
0,04 à 0,08 mm
0,41 à 0,66 mm
0,33 à 0,58 mm
0,33 à 0,77 mm
0,56 à 0,79 mm
0,46 à 0,69 mm
0,43 à 0,81 mm
0,018 à 0,026 mm
maxi 0,008 mm
maxi 0,004 mm
52,00 à 52,004 mm
52,022 à 52,026 mm
52,000 à 52,008 mm
55,00 à 55,004 mm
55,022 à 55,026 mm
55,000 à 55,008 mm
5)
6)
Pistons à 4 segments: 0,10 à 0,13 mm
Pistons à 4 segments: 0,06 à 0,11 mm
Axes de pistons
Jeu, axe de piston - bague de pied de bielle ...........
axe de piston - trou d’axe ...........................................
Serrage, axe de piston - trou d’axe ...........................
Diamètre d’axe de piston, standard ..........................
Diamètre intérieur de bague de pied de bielle ........
Diamètre de trou d’axe dans piston ..........................
4
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Culasse
Hauteur .......................................................................
Rainure d’étanchéité, profondeur .............................
Série 100
115 mm
0,16 mm
Série 120
125 mm
0,20 mm
0,06 à 0,27 mm
0,07 à 0,14 mm
0,06 à 0,32 mm
0,07 à 0,14 mm
99,978
99,724
99,470
99,216
98,962
98,708
107,915 à 107,937 mm
107,661 à 107,683 mm
107,407 à 107,429 mm
107,153 à 107,175 mm
106,899 à 106,921 mm
106,645 à 106,667 mm
Vilebrequin
(Tous coussinets amovibles)
Jeu axial de vilebrequin .............................................
Jeu radial de paliers de vilebrequin .........................
Tourillons
Diamètre, cote normale ..............................................
Cote réparation inférieure 0,25 mm .........................
0,50 mm .........................
0,75 mm .........................
1,00 mm .........................
1,25 mm .........................
Largeur de portée sur vilebrequin pour palier-guide
à joues séparées:
Cote normale ..............................................................
Cote réparation supérieure 0,2 mm (joues à cote
réparation supérieure 0,1 mm) ..................................
Cote réparation supérieure 0,4 mm (joues à cote
réparation supérieure 0,2 mm) ..................................
Cote réparation supérieure 0,6 mm (joues à cote
réparation supérieure 0,3 mm) ..................................
à
à
à
à
à
à
100,000 mm
99,746 mm
99,492 mm
99,238 mm
98,984 mm
98,730 mm
45,975 à 46,025 mm
46,175 à 46,225 mm
46,375 à 46,425 mm
46,575 à 46,625 mm
Coussinets de vilebrequin
Epaisseur, standard ...................................................
Cote réparation inférieure 0,25 mm .........................
0,50 mm .........................
0,75 mm .........................
1,00 mm .........................
1,25 mm .........................
2,442
2,569
2,696
2,823
2,950
3,077
à
à
à
à
à
à
2,451
2,578
2,705
2,832
2,959
3,086
mm
mm
mm
mm
mm
mm
Manetons
Paliers de bielle, jeu radial .......... 0,071 à 0,121 mm
0,068 à 0,110 mm
Largeur de manetons ................... 53,90 à 54,00 mm
54,90 à 55,00 mm
Diamètre, cote normale ........... 86,003 à 86,018 mm
92,028 à 92,043 mm
Cote réparation inférieure 0,25 mm85,753 à 85,768 mm
91,778 à 91,793 mm
0,50 mm ................................... 85,503 à 85,518 mm
91,528 à 91,543 mm
0,75 mm ................................... 85,253 à 85,268 mm
91,278 à 91,293 mm
1,00 mm ................................... 85,003 à 85,018 mm
91,028 à 91,043 mm
1,25 mm ................................... 84,753 à 84,768 mm
90,778 à 90,793 mm
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
5
Coussinets de bielles
Série 100
Epaisseur standard ....................................................
Cote réparation inférieure 0,25 mm .........................
0,50 mm .........................
0,75 mm .........................
1,00 mm .........................
1,25 mm .........................
Série 120
2,408
2,535
2,662
2,789
2,916
3,043
à
à
à
à
à
à
2,417
2,544
2,671
2,798
2,925
3,052
mm
mm
mm
mm
mm
mm
Bielles
Repérées de 1 à 6.
Le repère « FRONT » sur queue de bielle est
tourné vers l’avant. Diamètre intérieur de bague
de pied de bielle. Voir « Axes de pistons ».
Diamètre, portée de palier pour bague de pied
de bielle ......................................................................
portée de palier pour coussinet ................................
Jeu axial, bielle – vilebrequin ...................................
57,300 à 57,346 mm
90,925 à 90,940 mm
0,15 à 0,35 mm
60,300 à 60,346 mm
96,835 à 96,850 mm
Arbre à cames
Entraînement ..............................................................
Nombre de paliers ......................................................
Tourillon avant, diamètre ...........................................
2ème tourillon, diamètre ............................................
3ème tourillon, diamètre ............................................
4ème tourillon, diamètre ............................................
5ème tourillon, diamètre ............................................
6ème tourillon, diamètre ............................................
7ème tourillon, diamètre ............................................
Jeu axial ......................................................................
Jeu radial (le même pour tous les paliers) ...............
Contrôle de calage d’arbre à cames (moteur froid),
(jeu aux soupapes = 0):
Lorsque le volant est à 10° après P.M.H., la soupape
d’admission du cylindre No 1 devra s’ouvrir à .........
Par engrenages
7
68,996 à 69,015 mm
66,621 à 66,640 mm
64,233 à 64,252 mm
63,446 à 63,465 mm
61,058 à 61,077 mm
60,271 à 60,290 mm
56,296 à 56,315 mm
0,05 à 0,13 mm
0,035 à 0,079 mm
T(M)D100A
2,79±0,25 mm
(M)D100B
2,21±0,25 mm
T(A,M)D120A1)
3,45±0,25 mm
En ce qui concerne la hauteur de levée, voir page 44.
120B, C, FG: 4,47±0,25 mm
1)
Paliers d’arbre à carnes
Palier
2ème
3ème
4ème
5ème
6ème
7ème
avant,
palier,
palier,
palier,
palier,
palier,
palier,
diamètre ................................................
diamètre ................................................
diamètre ................................................
diamètre ................................................
diamètre ................................................
diamètre ................................................
diamètre ................................................
69,050
66,675
64,287
63,500
61,112
60,325
56,350
à
à
à
à
à
à
à
69,075
66,700
64,312
63,525
61,138
60,350
56,375
mm
mm
mm
mm
mm
mm
mm
6
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Distribution
Série 100
Jeu en flanc de denture .............................................
Jeu radial pour pignon intermédiaire ........................
Jeu axial pour pignon intermédiaire .........................
Tourillon de pignon intermédiaire .............................
Nombre de dents, pignon de vilebrequin .................
pignon intermédiaire ..................................................
pignon d’arbre à cames .............................................
pignon de commande pour la pompe
d’injection ....................................................................
pignon de commande pour la pompe à
eau douce et l’alternateur (moteurs)
marins) ........................................................................
pignon intermédiaire, pompe à liquide
de refroidissement, TD120C, TID120FG ...................
pignon de commande, pompe à liquide
de refroidissement, TD120C, TID120FG ...................
pignon intermédiaire, pompe à huile ........................
pignon de commande, pompe à huile ......................
pignon de commande, pompe à eau douce2) ..........
2)
Série 120
0,03 à 0,17 mm
0,03 à 0,09 mm
0,05 à 0,15 mm
92,084 à 92,106 mm
30 dents
53 dents
60 dents
60 dents
17 dents
31 dents
19
48
21
33
dents
dents
dents
dents
Compresseur sur moteurs industriels.
Soupapes
Série 100
Diamètre de tête .........................................................
Diamètre de queue ....................................................
Fraisage, côte soupape ..............................................
Jeu côté culasse .........................................................
Jeu aux soupapes ......................................................
Admission
T(M)D100A: 50 mm
(M)D100B: 49 mm
10,982 à 11,000 mm
29,5°
30°
0,40 mm
Echappement
46 mm
46 mm
10,950 à 10,968 mm
44,5°
45°
0,70 mm
Série 120
Diamètre de tête .........................................................
Diamètre de queue ....................................................
Fraisage, côté soupape ..............................................
Fraisage côté culasse ................................................
Jeu aux soupapes ......................................................
54 mm
10,982 à 11,000 mm
29,5°
30°
0,40 mm
50 mm
A: 10,950 à 10,968 mm1)
44,5°
45°
0,70 mm
1)
Série 120 B, C, FG: 10,966 à 10,984 mm
Sièges de soupapes
Siège de soupape
Série 100
Siège de soupape:
Diamètre, cote normale (cote A) ................................
cote réparation supérieure ........................................
Hauteur (cote B) ..........................................................
Logement pour siège de soupape
54,10 à 54,12 mm
54,30 à 54,32 mm
6,7 à 6,8 mm
51,10 à 51,12 mm
51,30 à 51,32 mm
9,4 à 9,5 mm
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
7
Logement de siège de soupape:
Admission
Echappement
Diamètre, cote normale (cote C) ...............................
cote réparation supérieure ........................................
Profondeur (cote D) ....................................................
Rayon de congé de logement (cote R) .....................
La distance de la tête de soupape au plan de
culasse doit être de ....................................................
54,00 à 54,03 mm
54,20 à 54,23 mm
8,8 à 8,9 mm
51,00 à 51,03 mm
51,20 à 51,23 mm
10,8 à 10,9 mm
Série 120
Siège de soupape:
Diamètre, cote normale (cote A) ................................
cote réparation supérieure ........................................
Hauteur (cote B) ..........................................................
Logement de siège de soupape:
Diamètre, cote normale (cote C) ...............................
cote réparation supérieure ........................................
Profondeur (cote D) ....................................................
Rayon de congé de logement (cote R) .....................
La distance de la tête de soupape au plan de
culasse doit être de ....................................................
0,5 à 0,8 mm
0,20 à 0,70 mm
59,10 à 59,12 mm
59,30 à 59,32 mm
6,7 à 6,8 mm
56,58 à 56,60 mm
56,78 à 56,80 mm
9,4 à 9,5 mm
59,00 à 59,03 mm
59,20 à 59,23 mm
8,8 à 8,9 mm
56,50 à 56,53 mm
56,70 à 56,73 mm
10,8 à 10,9 mm
0,5 à 0,8 mm
0,20 à 0,70 mm
Guides de soupapes
Longueur, guide pour soupape d’admission ...........
guide pour soupape d’échappement ........................
Diamètre intérieur, soupape d’admission .................
soupape d’échappement ...........................................
Hauteur au-dessus du plan de ressort de
culasse ........................................................................
Jeu, queue de soupape – guide
Soupape d’admission ................................................
Soupape d’échappement ..........................................
1)
Série 100
Série 120
(M)D100B : 72 mm
82 mm
T(M)D100A : 82 mm
66 mm
11,032 à 11,050 mm
11,032 à 11,059 mm
18 mm
19,7 mm
0,03 à 0,07 mm
0,06 à 0,10 mm1)
Série 120B, C, FG: 0,05 à 0,08 mm
Ressorts de soupapes
Série 100
Ressort extérieur de soupape
Longueur, sans charge ..............................................
Longueur, sous une charge de 300 à 390 N
(30 à 39 kg) .................................................................
sous une charge de 690 à 840 N (69 à 84 kg) .........
entièrement comprimé, maxi .....................................
Ressort intérieur de soupape
Longueur, sans charge ..............................................
sous une charge de 80 à 170 N (8 à 17 kg) .............
sous une charge de 220 à 370 N (22 à 37 kg) .........
entièrement comprimé, maxi .....................................
8
env. 62 mm
50 mm
35 mm
32,6 mm
env. 54 mm
43 mm
28 mm
25,6 mm
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Série 120
Ressort extérieur de soupape
Longueur, sans charge ..............................................
sous une charge de 310 à 400 N (31 à 40 kg) .........
sous une charge de 550 à 700 N (55 à 70 kg) .........
entièrement comprimé, maxi .....................................
env. 73 mm
54 mm
40 mm
37 mm
Ressort intérieur de soupape
Longueur, sans charge ..............................................
sous une charge de 90 à 180 N (9 à 18 kg) .............
sous une charge de 160 à 310 N (16 à 31 kg) .........
entièrement comprimé, maxi .....................................
env. 67 mm
48 mm
34 mm
31 mm
Système de graissage
Pression d’huile, moteur chaud en vitesse
normale de marche ....................................................
Pression d’huile, ralenti .............................................
Qualité d’huile d’après le système API .....................
Viscosité sous différentes conditions de température de l’air :
Au-dessous
de -10°C (14°F)
De10°C (14°F)
à +20°C (68°F)
300 à 500 kPa (3 à 5 bars)
mini 50 kPa (0,5 bar)
CD
Au-dessus de +20°C
(68°F)
SAE 15W-401)
SAE 10W ou
SAE 10W-20
1)
SAE 20W ou
SAE 20W-30
SAE 30 ou
SAE 20W-30
Cette huile ne doit pas être employée au-dessous de -15°C.
Contenance d’huile avec filtre et radiateur d’huile, env. :
Moteurs marins
MD100B, TMD100A ....................................................
TMD120A, TAMD120B ...............................................
Pas d’inclinaison
env. 45 dm3 (l)
env. 50 dm3 (l)
Inclinaison de 15°
env. 29 dm3 (l)
env. 33 dm3 (l)
Moteurs industriels
D100B, TD100A ..........................................................
TD120AG ....................................................................
TD120C, TID120FG ....................................................
Pompe à huile, type ....................................................
nombre de dents .........................................................
jeu axial, pignon .........................................................
jeu en flanc de denture ..............................................
nombre de dents, pignon intermédiaire ....................
diamètre, tourillon de pignon intermédiaire .............
jeu radial de pignon intermédiaire ............................
nombre de dents, pignon de commande ..................
Ressort de soupape de décharge, série 100
Longueur, sans charge ..............................................
sous une charge de 41 à 45 N (4,1 à 4,5 kg) ...........
sous une charge de 55 à 59 N (5,5 à 5,9 kg) ...........
Ressort de soupape de décharge, série 120A
Longueur, sans charge ..............................................
sous une charge de 44,6 à 47,6 N (4,5 à 4,9 kg) .....
sous une charge de 58,3 à 61,3 N (5,9 à 6,3 kg) .....
Ressort de soupape de décharge, série 120B, C, FG
Carter standard
env. 20 dm3 (l)
env. 27 dm3 (l)
env. 28 dm3 (l)
Carter profond
mini 21, maxi 27 dm3 (l)
–
–
A engrenages
11
0,07 à 0,15 mm
0,15 à 0,35 mm
48
92,084 à 92,106 mm
0,03 à 0,09 mm
21
57 mm
39 mm
33 mm
59 mm
39 mm
33 mm
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
9
Longueur, sans charge ..............................................
sous une charge de 64,2 à 67,2 N (6,5 à 6,9 kg) .....
sous une charge de 83,3 à 86,3 N (8,5 à 8,8 kg) .....
Ressort de soupape de refroidissement de piston,
série 120B, C, FG
Longueur, sans charge ..............................................
sous une charge de 30,4 à 32,4 N (3,1 à 3,3 kg) .....
sous une charge de 42 à 45 N (4,3 à 4,6 kg) ...........
Ressort de soupape de débordement, filtre à huile,
série 120B, C, FG
Longueur, sans charge ..............................................
sous une charge de 13 à 15 N (1,3 à 1,5 kg) ...........
sous une charge de 16,9 à 18,9 N (1,7 à 1,9 kg) .....
61 mm
39 mm
33 mm
62 mm
41 mm
33 mm
69 mm
40 mm
32 mm
Système d’alimentation
Sens de rotation de la pompe d’injection, vue de côté
d’accouplement ..........................................................
Sens des aiguilles d’une montre
Ordre d’injection .........................................................
1-5-3-6-2-4
Quantité d’injection ....................................................
Voir panneau de régulateur ou autres instructions
de réglage dans le classeur « Service Bulletin »
Pression de travail de la pompe du moteur kPa (bar) 100 à 150 (1,0 à 1,5)
Pompe d’injection
MD100B, D100B
Marque, désignation ..................................................
Calage .........................................................................
Elément de pompe, diamètre ....................................
Régulateur ..................................................................
Bosch PE 6P 110A 320 RS138
24° avant P.M.H.
11 mm
Bosch RSV 200-900 P1 305R
TMD100A, TD100A
Marque, désignation ..................................................
Calage .........................................................................
Elément de pompe, diamètre ....................................
Régulateur ..................................................................
Bosch PE 6P 100A 320 RS101
24° avant P.M.H.
10 mm
Bosch RSV 200-900 P4/305 R
TD100AG
Marque, désignation ..................................................
Calage .........................................................................
Elément de pompe, diamètre ....................................
Régulateur ..................................................................
Bosch PE 6P 110A 320RS175
22° avant P.M.H.
11 mm
Bosch RSV 200-900 P4/421R
TMD120A
Marque, désignation ..................................................
Calage .........................................................................
Elément de pompe, diamètre ....................................
Régulateur ..................................................................
Bosch PE 6P 110A 320RS175
24° avant P.M.H.
11 mm
Bosch RSV 200-900 P4/421R
TAMD120B
Marque, désignation ..................................................
Calage .........................................................................
Elément de pompe, diamètre ....................................
Régulateur ..................................................................
Bosch PE 6P 120A 320RS3061
24° avant P.M.H.
12 mm
Bosch RSV 200-900 P4/421R
TD120AG
Marque, désignation ..................................................
Calage .........................................................................
Elément de pompe, diamètre ....................................
Régulateur ..................................................................
Bosch PE 6P 110A 320RS175Z
24° avant P.M.H.
11 mm
Bosch RSV 200-900 P4/421R
10
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
TD120C
Marque, désignation ..................................................
Calage .........................................................................
Elément de pompe, diamètre ....................................
Régulateur ..................................................................
Bosch PE 6P 120A 320RS3046
25° avant P.M.H.
12 mm
Bosch RSV 200-900 P4/421 R
TID120FG
Marque, désignation ..................................................
Calage .........................................................................
Elément de pompe, diamètre ....................................
Régulateur ..................................................................
Bosch PE 6P 120A 320RS 3075
22° avant P.M.H.
12 mm
Bosch RSV 625-750 P4/421 R
Injecteurs
MD100B
Porte-injecteur, marque et désignation .....................
Injecteurs .....................................................................
No de repérage ..........................................................
Pression d’ouverture ..................................................
Pression de réglage (ressort neuf) ............................
Diamètre de trous .......................................................
Bosch KBL 112S82/13
Bosch DLLA 150 S178
802
20 MPa (205 bars)
20,5 MPa (210 bars)
4x0,34 mm
D100B
Porte-injecteur, marque et désignation .....................
Injecteurs .....................................................................
No de repérage ..........................................................
Pression d’ouverture ..................................................
Pression de réglage (ressort neuf) ............................
Diamètre de trous .......................................................
Bosch KBL 112S 21/13
Bosch DLLA 150 S178
873
20 MPa (205 bars)
20,5 MPa (210 bars)
4x0,34 mm
TMD100A
Porte-injecteur, marque et désignation .....................
Injecteurs .....................................................................
No de repérage ..........................................................
Pression d’ouverture ..................................................
Pression de réglage (ressort neuf) ............................
Diamètre de trous .......................................................
Bosch KBL 112S 82/13
Bosch DLLA 150S 178
871
17,5 MPa (180 bars)
18 MPa (185 bars)
4x0,34 mm
TD100A
Porte-injecteur, marque et désignation .....................
Injecteurs .....................................................................
No de repérage ..........................................................
Pression d’ouverture ..................................................
Pression de réglage (ressort neuf) ............................
Diamètre de trous .......................................................
Bosch KBL 112S 21/13
Bosch DLLA 150S 178
873
17,5 MPa (180 bars)
18 MPa (185 bars)
4x0,34 mm
TD100AG
Porte-injecteur, marque et désignation .....................
Injecteurs .....................................................................
No de repérage ..........................................................
Pression d’ouverture ..................................................
Pression de réglage (ressort neuf) ............................
Diamètre de trous .......................................................
Bosch KBL 112S 21/13
Bosch DLLA 150S 816
707
25,5 MPa (260 bars)
26 MPa (265 bars)
4x0,34 mm
TMD120A
Porte-injecteur, marque et désignation .....................
Injecteurs .....................................................................
No de repérage ..........................................................
Pression d’ouverture ..................................................
Pression de réglage (ressort neuf) ............................
Diamètre de trous .......................................................
Bosch KBL 117S 82/13
Bosch DLLA 150S 582
760
19 MPa (194 bars)
19,5 MPa (199 bars)
4x0,40 mm
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
11
TAMD120B
Porte-injecteur, marque et désignation .....................
Injecteurs .....................................................................
No de repérage ..........................................................
Pression d’ouverture ..................................................
Pression de réglage (ressort neuf) ............................
Diamètre de trous .......................................................
Bosch KBEL 117P 7/13
Bosch DLLA 150 P31
863
27 MPa (276 bars)
27,5 MPa (281 bars)
5x0,36 mm
TD120AG
Porte-injecteur, marque et désignation .....................
Injecteurs .....................................................................
No de repérage ..........................................................
Pression d’ouverture ..................................................
Pression de réglage (ressort neuf) ............................
Diamètre de trous .......................................................
Bosch KBL 117S 82/13
Bosch DLLA 150S 582
760
19 MPa (194 bars)
19,5 MPa (199 bars)
4x0,40 mm
TD120C
Porte-injecteur, marque et désignation .....................
Injecteurs .....................................................................
No de repérage ..........................................................
Pression d’ouverture ..................................................
Pression de réglage (ressort neuf) ............................
Diamètre de trous .......................................................
Bosch KBAL 117S 46/4
Bosch DLLA 150S 762
759
23 MPa (235 bars)
23,5 MPa (240 bars)
4x0,40 mm
TID120FG
Porte-injecteur, marque et désignation .....................
Injecteurs .....................................................................
No de repérage ..........................................................
Pression d’ouverture ..................................................
Pression de réglage (ressort neuf) ............................
Diamètre de trous .......................................................
Bosch KBEL 117P 7/4
Bosch DLLA 150 P 31
863
27 MPa (276 bars)
27,5 MPa (281 bars)
5x0,36 mm
Système de refroidissement
Série 100
Type .............................................................................
Ouverture de clapet de surpression à .......................
Moteurs marins
Contenance, y compris échangeur de chaleur ........
Thermostats (3) :
Commencement d’ouverture des 2 thermostats
extrêmes à ...............................................................
complètement ouverts à .........................................
Commencement d’ouverture du thermostat
central à ...................................................................
complètement ouvert à ...........................................
Moteurs industriels
Contenance, y compris radiateur standard env .......
Thermostats (3), commencement d’ouverture à ......
complètement ouverts à .............................................
1)
Série 120
Sous pression, fermé
env. 30 kPa (0,3 bar)
env. 40 dm3 (l)
env. 50 dm3 (l)
+76°C
+86°C
+70°C
+80°C
36 dm3 (l)
60 dm3 (l)1)
+70°C
+80°C
TID120FG: 40 dm3 (l).
12
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Système électrique
Série 100
Tension du système ...................................................
Batteries (2 de 12 V), capacité ...................................
Densité d’électrolyte à +20°C
Batterie complètement chargée .............................
Batterie à charger ...................................................
Electro-aimant d’arrêt pour la pompe d’injection,
réglage des contacteurs:
Ecartement des contacteurs, avec tige articulée
entièrement retirée en arrière ...................................
Elément électrique de démarrage, puissance, env.
Série 120
24 V
152 Ah2)
1,275 à 1,285 g/cm3
1,230 g/cm3
env. 2 mm
4000 W
2)
Pour la série 120, des batteries ayant une puissance plus grande sont
nécessaires, sauf dans les cas où la température est toujours au-dessus de 0°C.
Alternateur
Alt. 1 (Moteurs industriels, moteurs marins)
Marque ........................................................................
Tension/intensité maxi ...............................................
Puissance, env. ...........................................................
Longueur de balais ....................................................
S.E.V. Marchal
28 V/25 A
650 W
mini 5 mm
Alt. 2 (Moteurs industriels)
Marque ........................................................................
Tension/intensité maxi ...............................................
Puissance, env. ...........................................................
Longueur de balais ....................................................
Bosch
28 V/45 A
1200 W
mini 14 mm
Alt. 3 (Moteurs marins)
Marque ........................................................................
Tension/intensité maxi ...............................................
Puissance, env. ...........................................................
Longueur de balais ....................................................
Puissance de ressorts de balais ...............................
CAV AC7B24-218C2M
28 V/60 A
1600 W
mini 8 mm
2,3 à 2,8 N (230 à 280 kg)
Démarreur
Séries 100 et 120 à l’exception de TD120C
Marque, désignation ..................................................
Puissance de ressorts de balais ...............................
Bosch KB 24 V
13 à 14 N
(1,3 à 1,4 kg)
Bosch KB (R) 24 V
13 à 14 N
(1,3 à 1,4 kg)
TD120C
Marque, désignation ..................................................
Puissance de ressorts de balais ...............................
Bosch KB 24 V
13 à 14 N (1,3 à 1,4 kg)
Tolérances d’usure
Culasses:
Hauteur .......................................................................
Série 100
mini 114,65 mm
Série 120
mini 124,65 mm
Cylindres:
Les chemises de cylindre et les pistons avec segments,
doivent être changés à une usure de 0,40 à 0,45 mm.
Vilebrequin:
Ovalisation maxi permise sur tourillons
et manetons ................................................................
Conicité maxi permise sur tourillons et manetons ...
Jeu axial maxi de vilebrequin ...................................
0,08 mm
0,05 mm
0,40 mm
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
13
Série 100
Soupapes:
Queue de soupape, usure maxi permise .................
Jeu permis entre queue et guide de soupape:
Soupape d’admission ................................................
Soupape d’échappement ..........................................
Le bord des têtes de soupapes devra être au
moins de .....................................................................
0,02 mm
0,15 mm
0,25 mm
Admission: 1,7 mm
Echappement: 1,2 mm
Les sièges de soupapes peuvent être rectifiés
jusqu’à ce que la distance de la tête de soupape
(soupape neuve) au plan de la culasse soit
de maxi ........................................................................
Arbre à cames:
Ovalisation permise (avec paliers neufs) .................
Paliers, usure permise ...............................................
Poussoir de soupape, jeu radial maxi permis ..........
Série 120
1,5 mm
0,05 mm
0,05 mm
0,08 mm
Couples de serrage
Culasses1) ...................................................................
320 Nm (32 m.kg)2)
Paliers de vilebrequin ................................................
330 Nm (33 m.kg)
Paliers de bielles ........................................................
230 Nm (23 m.kg)
Bride avant d’arbre à cames ......................................
40 Nm (4 m.kg)
Pignon, arbre à cames ...............................................
45 Nm (4,5 m.kg)
Pignon, commande de pompe ..................................
45 Nm (4,5 m.kg)
Tourillon, pignon intermédiaire .................................
60 Nm (6 m.kg)
Carter de pompe et douille de palier pour pignon
intermédiaire, pompe à huile ....................................
20 Nm (2 m.kg)
Support, pompe à huile ..............................................
40 Nm (4 m.kg)
Porte-palier, arbre de culbuteur .................................
40 Nm (4 m.kg)
Carter d’huile ..............................................................
17 Nm (1,7 m.kg)
Bouchon de vidange, carter d’huile ..........................
80 Nm (8 m.kg)
Carter de distribution ..................................................
40 Nm (4 m.kg)
Cache-culbuteurs .......................................................
10 Nm (1 m.kg)
Tuyau d’échappement ...............................................
50 Nm (5 m.kg)
Volant ...........................................................................
170 Nm (17 m.kg)
Amortisseur de vibrations, vis de fixation .................
60 Nm (6 m.kg)
vis centrale pour moyeu .............................................
550 Nm (55 m.kg)
Pompe d’injection, porte-soupapes de refoulement
85 Nm (8,5 m.kg)
Injecteur, écrou de goujon3) .......................................
20 Nm (2 m.kg)
Poulie pour prise de commande de la génératrice
et de la pompe à eau douce (moteurs marins) ........
180 Nm (18 m.kg)
Vis de tourillon, pignon de commande de la pompe de
liquide de refroidissement, TD120C, TID120FG ......
60 Nm (6 m.kg)
1)
2)
3)
14
180 Nm (18 m.kg)
340 Nm (34 m.kg)
Plonger les vis de culasse entièrement (y compris les têtes) dans une solution antirouille pour une durée maxi de 24 h. avant le
montage. Les vis ne doivent pas goutter lors du montage. En ce qui concerne le serrage, il devra être exécuté en séquence et
d’après le schéma de serrage en page 32.
Le serrage final devra être exécuté au rapporteur (serrage angulaire), voir page 32.
Moteurs équipés d’injecteurs KBEL: 50 Nm (5 m.kg).
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Outillage special
Pour la commande, mettre les chiffres 999 devant les numéros d’identification à 4 chiffres des outils, (exemple: 999 1801)
Repère
No
1 = 1084 Mandrin pour démontage des guides de soupapes
2 = 1531 Arrache-chemises, (plaque d’extraction non comprise)
3 = 1801 Poignée standard 18 x 200 mm
6 = 2089 Plaque d’extraction pour chemises de cylindres,
2955 moteurs de la série 100 et 120 respectivement. A
employer avec 1531.
4 = 1819 Démonte-roulement de volant
7 = 2124 Bouchon expandeur (2) pour essai sous pression des
culasses
5 = 2013 Mandrin pour démontage-montage des axes de
pistons. A employer avec 1801
8 = 2182 Extracteur pour douille en cuivre d’injecteur, KBL,
KBAL
9 = 2185 Bague de montage pour piston, moteurs de la
2951 série 100 et 120 respectivement
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
15
Repère
No
10 = 2265 Extracteur pour moyeu de ventilateur et poulie de
pompe à eau 1)
11 = 2266 Outil d’appui pour démontage de la poulie de pompe à
eau
12 = 2267 Mandrin pour démontage-montage du roulement à
billes de la poulie de pompe à eau et pompe
d’injection
13 = 2268 Mandrin pour démontage-montage de roulement à
billes, joint, arbre, pompe à eau
14 = 2269 Gabarit de fixation de la pompe à eau 1)
15 = 2270 Mandrin pour montage de bague d’étanchéité de la
pompe à eau
16 = 2429 Plaque de pression pour démontage du roulement à
billes de la pompe à eau 1)
17 = 2479 Support de comparateur pour contrôle du
dépassement des chemises au-dessus du plan du
bloc
18 = 2529
2952 Mandrin pour démontage-montage des bagues de
pied de bielles, moteurs de la série 100 et 120
respectivement
33 = 2974 Clés pour raccords de tuyau de pression, TD120AG
34 = 2991 Rallonge pour l’extracteur d’injecteurs 2683, TD120C
35 = 6008 Outil d’évasement pour douilles en cuivre d’injecteurs
(pas pour type KBEL)
36 = 6033 Etrier pour pression d’essai des radiateurs d’huile,
moteurs industriels
37 = 6048 Outil de fraisage pour logements des douilles en
cuivre d’injecteurs
38 = 6065 Manomètre avec flexible de raccord, au téton banjo
6066 lors du contrôle de la pression d’alimentation en
carburant ou au téton 6223 lors du contrôle de la
pression de charge du turbocompresseur (le téton
6223 s’adapte uniquement sur moteurs industriels)
39 = 6066 Téton banjo à raccord rapide pour jonction avec
6065
40 = 6088 Outil de montage pour joint d’étanchéité arrière de
vilebrequin
41 = 6223 Téton à raccord rapide pour jonction avec 6065
42 = 6372 Extracteur des goujons de douille en cuivre
43 = 6400 Marteau coulissant, peut être utilisé avec 6418 et
6419
44 = 6418 Extracteur de douille en cuivre, injecteurs KBEL
19 = 2654 Extracteur pour pignon de commande de pompe à
huile et pour entraîneur de pompe d’injection
45 = 6419 Extracteur de bague de douille en cuivre, injecteurs
KBEL
20 = 2655 Extracteur pour moyeu « polygone » de vilebrequin
46 = 6424 Mandrin de montage de douille en cuivre et de bague
en acier, injecteurs KBEL
21 = 2656 Outil de montage pour moyeu « polygone » de
vilebrequin
22 = 2658 Extracteur pour pignon de vilebrequin
23 = 2659 Outil-presse pour montage de pignon de vilebrequin
24 = 2662
2953 Mandrin pour montage des guides de soupapes,
moteurs de la série 100 et 120 respectivement
25 = 2665 Mandrin pour montage des roulements à billes dans
le volant. A employer avec 1801
26 = 2666
2667 Plaques de serrage (2) pour enfoncer les chemises
lors de la mesure du dépassement de collerettes audessus du plan du bloc, moteurs de la série 100 et
120 respectivement
27 = 2668 Etrier pour pression d’essai des chemises de
cylindres, moteurs de la série 100
28 = 2677 Mandrin pour démontage-montage des bagues de
culbuteur
29 = 2679 Extracteur pour pignon d’arbre à cames et pignon de
commande de la pompe d’injection
30 = 2680 Dispositif d’essai pour contrôle à l’air comprimé du
système de refroidissement
31 = 2683 Extracteur pour injecteurs (pas pour type KBEL)
32 = 2954 Rondelle de raccord pour pression d’essai de la
culasse, série 120
1)
Entraînée par courroie
16
47 = 6427 Adapteur pour mesure de la compression, moteurs
équipés d’injecteurs KBEL
48 = 6429 Outil-presse pour montage de douille en cuivre et
bague en acier, injecteurs KBEL, utilisé avec 6424 et
6430
49 = 6430 Mandrin pour pressage en position de la douille en
cuivre, injecteurs KBEL
50 = 6433 Adapteur (culasse), utilisé avec 2680
51 = 6441 Adapteur (culasse), utilisé avec 2680
52 = 9179 Clé pour démontage de filtre à huile et filtre à
carburant (remplace 2923)
53 = 9507
9531 Outil de fraisage de rainures d’étanchéité, culasse,
séries 100 et 120 respectivement.
54 = 9511
9903 Expandeur pour rotation de chemises de cylindre,
séries 100 et 120 respectivement
55 = 9551
9902 Outil de fraisage pour rénovation de logements de
chemises de cylindre, séries 100 et 120
respectivement
56 = 884510 Bride pour mesure de la contre-pression à
l’échappement
57 = 884679
Mandrin pour pompe à eau, D100B, TD 100A
58 = 884680
Mandrin pour pompe à eau, D100B, TD 100A
ATTENTION ! Le contrôle de la pression d’alimentation et le
contrôle de la pression de charge ne se font pas avec les
mêmes outils.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Presentation
Les moteurs décrits dans ce Manuel sont des diesel à 4
temps, 6 cylindres à injection directe équipés d’un système de refroidissement à réglage thermostatique. Le refroidissement des moteurs marins se fait par un système
double à eau douce et à eau de mer. L’eau de mer refroidit le système à eau douce par l’entremise d’un
échangeur de chaleur.
Les moteurs portant la lettre T dans leur désignation (exemple TMD100A) sont équipés d’un turbocompresseur
actionné par les gaz d’échappement. Le turbocompresseur fournit une plus grande quantité d’air au moteur,
ce qui par conséquent augmente la quantité de carburant
à injecter et entraîne par la suite une augmentation de puissance du moteur.
Les moteurs sont équipés de chemises humides amovibles et de culasses séparées, une pour chaque cylindre.
Ces culasses sont interchangeables.
TAMD120B et TID120FG sont aussi équipés d’un refroidisseur qui diminue la température de l’air d’admission
ce qui contribue à augmenter encore la puissance du moteur.
Sur les moteurs TAMD120B, TD120C et TID120FG, les
pistons sont refroidis à l’huile à l’aide d’embouts spéciaux
montés sur le bloc-moteur.
No de base
du moteur
No de conversion
Désignation de type
Moteur
Emplacement de la plaque
Série 100
Sur le bloc-moteur au-dessus de l’axe de
commande de la pompe d’injection
Série 120
Sur le côté droit du bloc-moteur, sous la
tubulure d’admission
Exemple de plaque
Fig. 1. TAMD120B
1. Filtre à air
2. Filtre pour la ventilation du carter de
manivelle
3. Remplissage d’huile
4. Postradiateur
5. Radiateur d’huile
6. Tubulure d’admission
7. Remplissage de liquide de
refroidissement
8. Echangeur de chaleur
9. Amortisseur de vibrations
10. Pompe à eau de mer
11.
12.
13.
14.
Tuyau de vidange du carter d’huile
Filtre à huile
Démarreur
Boîtier de connexions électriques et
fusibles
15. Inverseur
16. Radiateur d’huile, inverseur
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
17
Fig. 2. TMD120A
1. Remplissage de
liquide de
refroidissement
2. Echangeur de
chaleur
3.
4.
5.
6.
7.
Soupape de débordement
Equilibreur de pression
Remplissage d’huile
Electro-aimant d’arrêt
Capot de ventilation,
remplissage d’huile
8.
9.
10.
11.
12.
Inverseur
Volet d’inspection
Commande de compte-tours
Alternateur
Pompe de vidange (en option)
8.
9.
10.
11.
12.
Pompe à eau de mer
Pompe de vidange d’huile
Filtres à huile
Démarreur
Radiateur d’huile, inverseur
Fig. 3. TMD100A
1. Filtre à air
2. Filtre pour la ventilation du
carter de manivelle
3. Remplissage d’huile
4. Radiateur d’huile
18
5. Tubulure d’admission
6. Remplissage de liquide
de refroidissement
7. Amortisseur de
vibrations
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Fig. 4. MD100B
1. Remplissage de liquide
de refroidissement
2. Filtres à carburant
3. Pompe d’injection
4. Electro-aimant d’arrêt
5. Remplissage d’huile
6. Filtre à air
7. Capot de ventilation,
remplissage d’huile
8. Jauge d’huile, inverseur
9. Jauge d’huile, moteur
10. Pompe d’alimentation
11. Filtre à eau douce
(accessoire
complémentaire)
12. Alternateur (1450 W)
Fig. 5. D100B
1. Boîtier de
connexions
2. Filtre à air
3. Régulateur de
charge
4. Œillet de levage
5. Alternateur
6. Pompe à eau
7. Amortisseur de
vibrations
8. Radiateur d’huile
9. Filtre à huile
10. Démarreur
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
19
Fig. 6. TD100A
1. Remplissage de liquide de
refroidissement
2. Filtres à carburant
3. Indicateur
4. Turbocompresseur
5. Remplissage d’huile
6. Filtre à air
7. Electro-aimant d’arrêt
8. Accouplement débrayable
9. Pompe d’injection
10. Pompe de vidange
Fig. 7. TD120C
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
20
Filtres à air
Turbocompresseur
Indicateur pour filtre à air
Boîtier de thermostat
Amortisseur de vibrations
Tendeur automatique de courroies
Radiateur d’huile
Filtres à huile
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Fig. 8. TID120FG
1. Filtre à air
2. Couvercle de remplissage
d’huile
3. Tubulure d’admission
4. Refroidisseur d’air d’admission
5. Couvercle de remplissage de
liquide de refroidissement
6. Vase d’expansion
7. Radiateur
8. Couvercle du ventilateur
9. Radiateur d’huile
10. Filtres à huile
11. Démarreur
Fig. 9. Moteur MD 100B en vue ouverte
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
21
Corps de moteur
Description
Culasse
Pistons
Le moteur est équipé d’une culasse pour chaque cylindre.
Des rainures d’étanchéité sont taillées sur le plan de culasses. Ces rainures règlent la surface d’étanchéité de
façon à obtenir une pression suffisante à l’étanchéité,
sans pour cela avoir besoin d’un couple de serrage trop
fort qui risquerait de provoquer la déformation des supports de chemises sur le bloc-moteur.
Les pistons sont en alliage léger. Le segment de compression supérieur (segment de tête) qui est des trois segments celui qui retransmet le plus de chaleur au piston, a
sa rainure taillée dans une bague porte-segments en fonte hautement alliée, coulée dans la masse même du piston. Cela accorde une longue durée de vie à la gorge du
piston malgré les effets de la chaleur.
En même temps que l’introduction des pistons à 3 segments à la série 120 (à partir du moteur 34940/xxxx), la
profondeur de la rainure d’étanchéité a été modifiée à
0,20 mm (précédemment 0,25 mm).
La chambre de combustion est entièrement située au
sommet du piston.
Les culasses sont en alliage spécial de fonte et les joints
de culasses sont en tôle d’acier.
Fig. 12. Sommet du piston
Cote A
(M)D100B : 63 mm, T(A, M)D120A : 75 mm
Fig. 10. Rainures d’étanchéité de la culasse
Bloc-cylindres
Le bloc-cylindres est coulé en une pièce en alliage spécial de fonte. Les efforts de traction sur les vis de culasse,
dûs à la pression de combustion, sont retransmis à travers
les parties rigides des parois du bloc-cylindres directement aux paliers de vilebrequin ce qui assure au
bloc-cylindres une bonne stabilité de forme.
Les paliers d’arbre à cames sont alésés aux dimensions
correctes après montage.
Fig. 11. Bloc-cylindres
T(M)D100A : 71 mm
TAMD120B, TD120C, TID120FG : 83 mm
TAMD120B, TD120C, TID120FG sont équipés de pistons
à 3 segments. Cela était introduit sur tous les moteurs de
la série 120 à partir du moteur 34940/xxxx. Les moteurs
de la série 100 ainsi que les anciennes versions de la
série 120 sont équipés de pistons à 4 segments.
TAMD120B, TD120C et TID120FG sont équipés d’un dispositif de refroidissement des pistons. L’huile est injectée
sur la partie inférieure du piston par un embout logé dans
le bloc.
Fig. 13. Refroidissement de piston
1. Canalisation d’huile
22
2. Embout
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Chemises de cylindre
Soupapes
Les chemises de cylindre sont amovibles, de type humide
en fonte coulée par centrifugation.
Les soupapes sont fabriquées en acier au nickel chromé.
Les fusées de soupapes sont chromées. Les soupapes
d’échappement, pour augmenter leur résistance à la chaleur, ont leurs surfaces d’étanchéité revêtues de stellit ou
bien ont des plateaux de soupapes en matière nimonique.
L’étanchéité externe des chemises est assurée par trois
joints toriques en caoutchouc. Les deux joints inférieurs
sont placés dans les gorges usinées dans le
bloc-cylindres. Les moteurs de la série 120 ont été pourvus à partir du moteur 12309/xxxx d’une bague de protection placée au-dessus des deux joints inférieurs.
L’étanchéité de la partie supérieure des chemises est assurée d’une part, par un joint torique placé dans l’angle
sous la bride de la chemise et d’autre part par la pression
exercée par le joint de culasse (la culasse) sur le col de
chemise et qui applique ce dernier contre l’épaulement
sur le bloc-cylindres.
En même temps que l’introduction des pistons à 3 segments dans la série 120, les cotes des cols de chemises
ont été changées. La hauteur de chemise est à présent de
0,47 à 0,52 mm (précédemment 0,60 à 0,65 mm).
Les sièges de soupapes, en acier spécial, sont interchangeables. Il existe en pièces de rechange des sièges
de soupapes de dimensions standard et des sièges de
soupapes à cote de réparation supérieure de 0,2 mm.
Une nouvelle version de cônes de soupapes a été introduite à la série 100 à partir du moteur 124040/xxxx. Les
anciennes et nouvelles versions de cônes ne doivent pas
être confondues. ATTENTION ! La rainure taillée sur la
nouvelle version de coupelles de soupape peut se rencontrer aussi sur l’ancienne version.
Fig. 16. Cônes de soupapes
A. Ancienne version
B. Nouvelle version
Fig. 14. Etanchéité de chemise
Arbre à cames
L’arbre à cames tourne dans 7 paliers, ces derniers sont
alésés aux dimensions requises après le montage. Le jeu
axial de l’arbre à cames est déterminé par le pignon,
l’épaulement du tourillon avant et la rondelle de butée
vissée sur la face avant du bloc-cylindres.
Fig. 15. Logement de chemise inférieur, série 120
1. Bague de protection (à partir du moteur 12309/xxxx)
2. Joints toriques
Fig. 17. Arbre á cames
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
23
Distribution
Bielles
Le système de distribution est composé de pignons cylindriques à taille hélicoïdale.
Les bielles, à section en I, sont perforées le long de leurs
queues pour assurer le graissage sous pression des axes
de pistons. Le plan de coupe oblique des têtes de bielles
permet le démontage des groupes piston-bielle par retrait
à travers les chemises de cylindre.
La pompe d’injection et l’arbre à cames sont entraînés directement à partir du vilebrequin par un pignon intermédiaire. Outre l’arbre à cames, le pignon d’arbre à cames entraîne aussi le pignon de commande pour la pompe à eau
de mer sur les moteurs marins ainsi qu’un éventuel compresseur (équipement accessoire) sur les moteurs industriels. La pompe à huile du moteur est entraînée à partir
du pignon de vilebrequin au moyen d’un pignon intermédiaire. Sur TD120C et TID120FG, la pompe à liquide de
refroidissement est entraînée par un pignon intermédiaire
entraîné lui par le pignon de commande de la pompe à
injection.
Les bagues de pied de bielle sont en acier revêtu d’un alliage de bronze.
Volant moteur
Le volant moteur est boulonné sur une bride à l’extrémité
arrière du vilebrequin. Il est équilibré statiquement et est
entièrement usiné. La couronne dentée d’entraînement
du pignon est sertie à l’extrémité avant du volant.
Amortisseur de vibrations
L’amortisseur de vibrations est constitué par un carter hermétique à l’intérieur duquel travaille une masse oscillante
en acier à section rectangulaire. Cette masse oscillante
est montée au centre sur une bague et ses autres côtés
sont entourés d’un liquide de grande viscosité (silicone).
Fig. 18. Distribution, TD120C, TID120FG
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Pignon de commande du vilebrequin
Pignon intermédiaire, pompe à huile
Pignon intermédiaire
Pignon d’entraînement de l’arbre à cames
Entraînement de la pompe à injection
Pignon intermédiaire, pompe à liquide de refroidissement
Entraînement de la pompe à liquide de refroidissement
Entraînement de la pompe de servodirection
(éventuellement)
9. Entraînement du compresseur (éventuellement)
Vilebrequin
Le vilebrequin tourne dans 7 paliers. Son réglage dans le
sens axial se fait par des rondelles de butée placées au
palier central. Il est équilibré statiquement et dynamiquement et porte à son extrémité avant une tête « polygone »
(à section triangulaire curviligne) et à son extrémité arrière une bride sur laquelle est boulonné le volant moteur.
Le vilebrequin peut être rectifié à toutes les cotes de dimensions inférieures sans être retrempé.
Coussinets de vilebrequin et de bielles
Les coussinets de bielles et de vilebrequin sont constitués
par des coquilles en acier revêtues de bronze au plomb et
plaquées d’indium. Il s’agit de coussinets de précision qui
existent dans 5 cotes de réparation supérieure livrés prêts
au montage. Les rondelles de butée déterminant la position axiale du vilebrequin existent dans 3 cotes de réparation supérieure.
24
Fig. 19. Amortisseur de vibrations
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
Vilebrequin
Moyeu
Joint de feutre
Compartiment à liquide
Bague
Masse oscillante
Carter
Couvercle
Carter de distribution
Plaque de retour d’huile
Joint d’étanchéité, caoutchouc
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Conseils pratiques
de reparation
Démontage des culasses
1.
Enlever les ressorts de soupapes en se servant d’un
cintre à ressorts. Disposer les soupapes dans l’ordre
sur une déshabilleuse.
Culasses
2.
Bien nettoyer toutes les pièces en faisant particulièrement attention aux canaux de circulation d’huile et de
liquide de refroidissement. Contrôler l’étanchéité des
culasses par un essai sous pression, voir page 26.
3.
Débarrasser les surfaces d’étanchéité des culasses
des restes de calamine et autres impuretés. Nettoyer
les trous des vis à l’aide d’un foret de 19,5 mm de diamètre pour les moteurs de la série 100 et de 15 mm
de diamètre pour ceux de la série 120.
Dépose des culasses
Outils spéciaux: 2683, TD120C : 2991
1.
Fermer le robinet de fond (moteurs marins) et vider le
liquide de refroidissement.
2.
Fermer le robinet de carburant. Déconnecter les batteries.
3.
Déposer le filtre à air et éventuellement le conduit du
turbocompresseur. TID120FG : Démonter le conduit
du refroidisseur d’air d’admission.
4.
Déposer le turbocompresseur (éventuellement).
TAMD120B : Déposer le postradiateur et le conduit
supérieur d’eau de mer, laisser l’élément électrique
de démarrage en place sur la tubulure d’admission
(éventuellement).
5.
Déposer le tuyau de refoulement, le conduit de fuite
et les filtres à carburant. Mettre des capuchons de
protection.
6.
Démonter les tubulures d’admission et
d’échappement et sur la série TD120, le conduit de
liquide de refroidissement vissé sur la culasse.
7.
Démonter les injecteurs en se servant, s’il le faut, de
l’extracteur 2683 et sur TD120C de la rallonge 2991.
Sur TAMD120B et TID120FG, les injecteurs doivent
être tournés en avant et en arrière quelques fois
avant de les sortir.
8.
9.
Dévisser les vis des porte-paliers et de culbuteurs et
enlever la culbuterie et les tiges de butée. Moteurs
100 : Déposer les cache-culbuteurs inférieurs.
Dévisser les vis de culasses. Moteurs 100 : Déposer
les joints d’étanchéité insérés entre les culasses. Déposer les culasses.
Fig. 21. Nettoyage des trous de vis de culasse
4.
Nettoyer les rainures d’étanchéité avec un racloir approprié (conçu de manière à pouvoir suivre le contour
de ces rainures).
10. Enlever les joints de culasses, les joints en
caoutchouc ainsi que leurs guides du bloc.
Fig. 22. Nettoyage des rainures d’étanchéité
Vérification des culasses
Fig. 20. Démontage des injecteurs, TD120C
Les défauts de planéité des culasses ne doivent pas dépasser 0,02 mm. Le contrôle se fait avec une règle dont
les côtés sont taillés conformément à la norme DIN 874/
Normal. Les rainures d’étanchéité à l’endroit des collerettes de chemises ne devront pas être abîmées. Ces
mesures ne sont pas nécessaires en cas de fuites ou de
rayures provenant de la surchauffe sur les culasses, car
de telles culasses devront être surfacées ou échangées.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
25
S’assurer que les sièges de soupapes et les éventuels
boulons prisonniers sont bien fixés en place.
5.
Changer toujours les joints de culasse et les joints en
caoutchouc.
Le risque de fissurage des canaux d’huile est minime, mais en cas de doute, faire un essai d’étanchéité
à l’air comprimé.
Essai sous pression des culasses
Suivre les consignes de sécurité suivantes
Outils spéciaux: Série 100: 2124, 2668
Série 120: 2954, 2124
Fig. 24. Essai sous pression de culasse, série 120
Surfaçage des culasses
Fig. 23. Essai sous pression de culasse,
moteur de la série 100
1.
Fixer le bouchon expandeur 2124 (2 bouchons) et
brancher un flexible de prise d’eau avec 2668 sur les
moteurs de la série 100 (figure 23) et 2954 avec un
joint torique sur les moteurs de la série 120 (figure
24). Ne pas serrer trop fortement les écrous à oreilles
sous peine d’endommager les joints caoutchouc.
2.
Remplir la culasse d’eau.
3.
L’essai d’étanchéité des culasses se fait sous une
pression d’eau de 300 kPa (3 bars).
NOTE! Ne pas diriger les vis d’expansion vers votre
visage.
4.
26
Après l’essai, enlever les bouchons expandeurs, la
plaque d’étanchéité et la plaque de raccordement.
1.
Surfacer les culasses de façon à éliminer complètement toute trace d’anciennes rainures d’étanchéité et
d’avoir une surface plane. Vérifier la planéité en se
référant à la « Vérification des culasses ». Après surfaçage la hauteur des culasses ne doit pas être inférieure à 114,65 mm pour les moteurs de la série
100 et 124,65 mm pour les moteurs de la série 120.
Nettoyer les culasses après l’usinage.
2.
Vérifier que la distance du plan des têtes de soupapes à celui de culasses est conforme aux valeurs indiquées sous la figure 25. Dans certains cas, il est
nécessaire d’usiner également les logements des
sièges de soupapes.
3.
Fraiser des nouvelle rainures d’étanchéité suivant les
indications ci-dessous.
Fig. 25.
Cote A: 0,20 à
0,70 mm
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Fraisage des rainures d’étanchéité aux
culasses
4.
Outils spéciaux: Série 100: 9507
Série 120: 9531
Pousser le support avec l’indicateur latéralement de
façon à ce que la pointe repose contre le point le plus
haut d’un des tranchants. Profondeur de coupe correcte (hauteur de tranchant) Série 100 : 0,16 mm,
série 120: 0,20 mm.
Avant le fraisage des nouvelles rainures d’étanchéité, il
convient d’éliminer complètement toute trace d’anciennes
rainures, la culasse doit donc être rectifiée.
La hauteur des culasses ainsi que la distance entre le
plan des têtes de soupapes et le plan des culasses ne
doivent pas être inférieures aux valeurs indiquées dans
les spécifications.
Vérifier aussi que les guides de soupapes ne sont pas
usés lors de la fixation de l’outil de fraisage à l’aide des
tiges de guidage dans les guides de soupapes.
Fig. 28.
Fig. 26.
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
Ecrou
Barre de torsion
Plateau de guidage
Axe de guidage
Broche
Fraise
Porte-tranchant
Réglage
5.
Dévisser la vis de réglage A (6 pans 4 mm) et la vis
de réglage B (6 pans 5 mm) de quelques tours.
Réglage de la hauteur du tranchant
ATTENTION : Ne pas utiliser le gabarit de réglage.
1.
Monter l’outil dans un étau avec le tranchant tourné
vers le haut.
2.
Fixer un comparateur à cadran dans le support 2479
et placer celui-ci sur la butée en forme de bague de
l’outil de fraisage.
3.
Régler à zéro le comparateur à cadran contre la
butée.
Fig. 29.
Fig. 27.
6.
Enfoncer le porte-tranchant et serrer un peu la vis de
verrouillage de façon à ce qu’elle vienne buter contre
celui-ci.
7.
Placer la pointe de l’indicateur contre le point le plus
haut du tranchant et visser la vis de réglage vers le
haut jusqu’à avoir la valeur correcte de hauteur de
coupe.
8.
Serrer la vis de réglage.
REMARQUE : Vérifier que le bord supérieur du
porte-tranchant est sur le même plan que l’outil de
fraisage. Dans le cas contraire, l’indicateur à cadran
a fait un tour de trop.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
27
Fraisage des rainures d’étanchéité
1.
Monter la culasse dans un étau.
2.
Visser le plateau de guidage sur la culasse. Le plateau sera centré entre les trous de vis de culasse.
ATTENTION: Ne pas serrer trop fortement les écrous
des axes de guidage afin de ne pas presser les
guides de soupapes contre la culasse.
3.
Mettre quelques gouttes d’huile sur le diamètre intérieur de la tête de fraise. Prendre soin que le plan
de la culasse soit bien propre et placer doucement la
tête de fraise sur le plateau de guidage avec un mouvement de rotation de façon à ce qu’elle ne se pince
pas.
4.
Monter le ressort et l’écrou et visser lâchement
l’écrou.
ATTENTION ! La première fois que l’outil de fraisage est
utilisé après le réglage de la hauteur de tranchant la
rainure produite doit être vérifiée au comparateur à
cadran. Dans ce cas, les bavures sur les rebords des
rainures doivent être enlevées avec précautions afin de
permettre au support du comparateur d’avoir une bonne
surface de contact avec la culasse.
Fig. 31.
Changement d’organes de coupe
1.
Dévisser la vis de verrouillage de quelques tours et la
vis de réglage jusqu’au moment où il est possible
d’extraire la tête de coupe.
2.
Les porte-tranchants sont marqués des lettres A, B, C
ou D. Des lettres correspondantes sont frappées sur
les têtes de coupe où viendront se loger les
porte-tranchants. ATTENTION : Les deux vis à 6 pans
sur les porte-tranchants ne doivent pas être
touchées.
3.
Placer les porte-tranchants sur la tête de fraise
d’après les lettres avec les parties plates face aux vis
de verrouillage. Régler la hauteur de tranchant
d’après instructions précédemment indiquées.
Fig. 30.
5.
Tourner la fraise dans le sens de l’horloge avec un
mouvement régulier. Le tranchant est avancé de
façon automatique du fait que l’écrou suit le mouvement et tient le ressort comprimé.
6.
Tourner la fraise jusqu’à ce qu’elle s’arrête de
couper. Enlever l’écrou et retirer la tête de fraise.
7.
Nettoyer soigneusement la culasse. Vérifier ensuite
la profondeur des rainures en remettant la tête de
fraise en place, mais sans écrou ni ressort, et la
tourner quelques fois en pressant de la main. Si l’outil
ne coupe pas, les rainures sont de profondeur correcte. Cette vérification se fait à cause du fait que
quelques copeaux peuvent venir se loger sous la
base de la fraise. Les bavures sur les rebords des
rainures doivent être laissées sur place. Toute tentative d’enlever ces bavures peut endommager les rebords des rainures ce qui affecterait leur fonction
d’étanchéité.
28
Fig. 32.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Contrôle des guides de soupapes
Pour mesurer le degré d’usure des guides de soupapes,
mettre une nouvelle soupape dans le guide et mesurer ensuite le jeu avec un comparateur (figure 33).
Limites d’usure :
Soupape d’admission, jeu maxi ........................... 0,15 mm
Soupape d’échappement, jeu maxi ..................... 0,25 mm
Au-delà des limites mentionnées, il faudra remplacer les
guides de soupapes.
Fig. 34. Montage de guide de soupape, série 120
3.
Réaléser les guides de soupapes s’il le faut. Jeu de
soupapes – guides de soupapes : Voir « Caractéristiques techniques ».
Rectification des soupapes et sièges de
soupapes
Fig. 33. Contrôle de l’usure des guides de soupapes
Echange des guides de soupapes
Outils spéciaux : Série 100 : 1084, 2662
Série 120 :1084, 2953
1.
Extraire les guides de soupapes en se servant du
mandrin 1084.
Fig. 36. Soupape et siège de soupape
A.
B.
C.
D.
Fig. 34. Extraction de guide de soupape
2.
Lubrifier les guides de soupapes extérieurement et
enfoncer en place avec le mandrin 2662 pour les moteurs de la série 100 et 2953 pour les moteurs de la
série 120. Ces outils fournissent une hauteur correcte
par rapport au plan des ressorts de culasse. (18 mm
pour la série 100 et 19,7 pour la série 120.)
1.
0,20 à 0,70 mm maxi 1,5 mm
3 à 4 mm
Admission = 30°, échappement = 45°
Admission = 29,5°, échappement = 44,5°
Nettoyer les soupapes et les rectifier à la machine.
Régler la rectifieuse à 44,5 et 29,5°. Enlever le moins
de matière possible, en notant toutefois que la surface d’étanchéité doit être parfaitement « propre ». Si
le bord de la soupape est réduit après usinage à
moins de 1,2 mm (échappement) et 1,7 mm (admission), il faudra jeter les soupapes, de même lorsque
les queues de soupapes sont recourbées.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
29
2.
Contrôler l’état d’usure des guides de soupapes (voir
« Contrôle des guides de soupapes ») avant d’usiner
les sièges de soupapes.
3.
Réaléser ou rectifier les sièges de soupapes (enlever
le moins de matière possible, juste ce qui est nécessaire pour donner aux sièges la forme et la surface
de contact requises). Les sièges de soupapes doivent être de 45 et 30°. ATTENTION : Si la cote « A »
(figure 36) dépasse 1,5 mm, mesure effectuée avec
une soupape neuve, le siège de soupape devra être
remplacé.
4.
Roder les soupapes avec une pâte abrasive et en
contrôler le contact avec une couleur de marquage.
Contrôle des ressorts de soupapes
Contrôler la longueur des ressorts de soupapes, sans
charge et sous charge. Se servir d’un appareil de mesure
pour ressorts. Les ressorts doivent avoir les dimensions
indiquées dans « Caractéristiques techniques ».
Echange des sièges de soupapes
Les sièges de soupapes doivent être échangés si la cote
« A » de la figure 35 dépasse 1,15 mm avec soupape
neuve.
1.
La dépose du siège de soupape usé se fait en faisant
deux entailles diamétralement opposées. Prendre
soin de ne pas endommager la culasse. Le siège de
culasse est alors fendu à l’aide d’un ciseau.
Fig. 38. Appareil de mesure pour ressorts
Révision de la culbuterie
Outil spécial : 2677
1.
Démonter les circlips de l’axe de culbuteurs, des culbuteurs et des porte-paliers.
Fig. 37. Entailles sur le siège de soupape
2.
Nettoyer avec soin le logement du siège et vérifier la
culasse pour découvrir les éventuelles fissures.
3.
Mesurer le diamètre du logement du siège de soupape. Voir s’il est possible d’installer un siège de dimensions standard ou si une cote de réparation
supérieure est nécessaire. Exécuter tout usinage
éventuel du logement de siège.
4.
Refroidir le siège à l’aide de neige carbonique
jusqu’à -60 à -70°C et réchauffer la culasse à l’aide
d’eau chaude en l’aspergeant ou autrement. Presser
le siège en place à l’aide d’un mandrin.
5.
30
Usiner les sièges jusqu’à l’angle et largeur corrects.
Fig. 39. Mécanisme de culbuteurs
2.
Nettoyer toutes les pièces, en faisant particulièrement
attention aux canaux de passage d’huile dans les
porte-paliers et l’axe de culbuteurs ainsi que le trou
d’huile des culbuteurs.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
3.
Vérifier l’usure de l’axe de culbuteurs et l’étanchéité
des capuchons de l’arbre, de même que l’usure et les
déformations éventuelles à l’extrémité sphérique des
culbuteurs. Le filetage de l’axe et du contre-écrou doit
être en bon état, de même que les 6 pans de l’écrou.
Les surfaces sphériques de contact des culbuteurs
avec les capuchons de soupapes ne doivent pas être
usées ou piquées. Faire une rectification à la machine en cas d’usure légère.
4.
Les bagues de culbuteurs ovalisées par suite de
l’usure doivent être remplacées. L’extraction et la
mise en place des bagues se font avec le mandrin
2677. Les bagues devront ensuite être enfoncées de
façon à ce que le trou d’huile soit face au canal
d’huile,
Après la mise en place, les bagues doivent être
réalésées. Enlever tous les copeaux provenant de
l’usinage.
Fig. 40. Cônes de soupapes, série 100
A. Ancienne version
B. Nouvelle version
1.
Placer les coupelles inférieures sur la culasse.
2.
MD100B : Monter le joint d’étanchéité sur le guide de
la soupape d’admission.
3.
Huiler les queues de soupapes et placer les soupapes dans leurs guides. Monter les ressorts et
coupelles.
4.
Comprimer les ressorts à l’aide d’un cintre à ressorts
et monter la clavette de soupape.
5.
Monter les joints d’étanchéité (ne s’applique pas aux
moteurs chargés par turbocompression) et les capuchons de soupapes.
6.
Si les bouchons d’étanchéité ont été démontés, les
remonter en les enduisant d’un produit d’étanchéité,
par exemple du Permatex.
Fig. 39. Mise en place d’une bague de culbuteur
5.
Lors du montage des diverses pièces, lubrifier l’axe de
culbuteurs et ensuite procéder au montage des autres
pièces.
Monter le pied de guidage dans la rainure du portepaliers.
6.
Remonter ensuite les culbuteurs et verrouiller avec les
circlips. Les culbuteurs sont identiques, et peuvent être
placés librement sur l’axe de culbuteurs.
Réassemblage des culasses
Une nouvelle version de cône de soupape a été introduite
sur les moteurs de la série 100 à partir du moteur 124040/
xxxx.
Remarquer qu’il est facile de monter des cônes et
coupelles de soupapes d’ancien modèle sur des soupapes
de modèle récent sans que cela ne soit apparent. Faire
donc très attention que les pièces correctes soient montées,
voir figure 40. La rainure taillée sur la nouvelle version de
coupelle peut se retrouver sur l’ancienne version.
Fig. 41.
1. Joint d’étanchéité pour soupapes d’admission
MD100B
2. Joint d’étanchéité (à l’exception des moteurs
turbochargés)
3. Coupelle inférieure
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
31
Repose des culasses
Outils spéciaux : 2479, série 100 : 2666
série 120 : 2667
1.
Nettoyer les plans des culasses.
Utiliser de préférence une règle carrée enveloppée
de papier émeri ou bien une lime à taille fine.
sous la tête des vis ou dans les filetages. Dans le cas
contraire, les vis devront être échangées.
Enlever la rouille et la calamine des alésages et filetages des vis de culasse. Utiliser un foret (19,5 mm
pour la série 100 et 15 mm pour la série 120) et
tourner à la main.
Fig. 44. Vis de culasse
Nettoyer les pas de vis à l’aide d’un taraud (3/4" - 10
UNC pour la série 100 et 9/16" - 12 UNC pour la série
120).
Plonger entièrement les vis de culasse (y compris les
têtes) dans un produit antirouille No 282036 (ou un
mélange de 75% de Tectyl 511 et de 25% de varnolen). Les vis ne doivent pas goutter lors du montage.
(Sinon la pénétration d’huile pourrait faire croire à
une fuite.)
6.
Moteurs de la série 120: Serrer les vis de culasse
suivant le schéma, figure 45. Serrer progressivement
à 40 Nm (4 m.kg), 160 Nm (16 m.kg), 180 Nm (18
m.kg). Après ceci, effectuer une fois un serrage de
contrôle de toutes les vis.
Fig. 43. Nettoyage des alésages des vis de culasse
Fig. 45. Schéma de serrage, série 120
2.
Contrôler la hauteur de chemises, en ce qui concerne
les mesures et les réglages, voir page 35.
3.
Monter les joints d’étanchéité dans les trous respectifs sur le bloc-cylindres, mettre des joints de culasse
neufs.
Série 100: Nettoyer les surfaces de contact pour les
joints insérés entre culasses, utiliser un papier émeri
fin.
4.
Placer la culasse sur le bloc.
5.
Contrôler les vis de culasse.
REMARQUE: Les vis sont phosphatées et ne doivent
pas être nettoyées avec des brosses en fil d’acier.
Aucune marque de cisaillement ne doit se trouver
32
Fig. 46. Schéma de serrage, série 100
7.
Moteurs de la série 100: Serrer les vis de culasse
suivant le schéma, figure 46. Pour les moteurs à partir
du numéro 19032/xxxx le serrage doit être effectué à
un couple de 20 Nm (2 m.kg = 15 lbf.ft), 100 Nm (10
m.kg = 72 lb.ft.), 200 Nm (20 m.kg = 145 lb.ft.) et 320
Nm (32 m.kg = 231 lb.ft.). Le serrage final des vis est
un serrage angulaire à 60°, voir la figure 46.
Pour les anciens modèles de moteur jusqu’au
numéro 19031/xxxx la même procédure de serrage
sera appliqué mais la dernière étape sera au couple
de 270 Nm (27 m.kg = 199 lb.ft). Aucun serrage
angulaire.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Fig. 48. Emplacement des soupapes,
moteurs de la série 100
• Echappement
o Admission
Fig. 47.
Employer une douille avec repère sur un coin de
l’hexagone.
Repérer un coin de l’hexagone de la tête de vis sur la
culasse (faire le repère avec un crayon de couleur,
les repères ne devront pas être permanents). Placer
la douille avec le repère se trouvant au coin de
l’hexagone un pan avant le repère sur la culasse puis
tourner jusqu’à ce que les repères coïncident.
Monter les parties inférieures des cache-culbuteurs.
Serrer les vis avec un couple de 10 Nm (1 m.kg). Remarque: Un serrage plus fort peut abîmer les joints.
Lubrifier les joints neufs avec de la graisse et les
monter en place.
8.
Tous les moteurs : Remonter les tringles de culbuteurs et la culbuterie. Régler les soupapes (voir
ci-dessous). Placer les cache-culbuteurs.
9.
Monter les injecteurs. Couple de serrage pour type
KBEL: 50 Nm (5 m.kg), autres : 20 Nm (2 m.kg). Monter les pièces restantes.
Fig. 49. Emplacement des soupapes,
moteurs de la série 120
2.
Tourner le moteur d’un tiers de tour dans le sens normal de rotation et contrôler le jeu aux soupapes du
cylindre No 5. A ce moment, les soupapes du cylindre
No 2 « culbutent ». Continuer ensuite le travail dans
l’ordre d’allumage des cylindres.
Ordre d’allumage
1
5
3
6
2
4
Cylindre correspondant dont les
soupapes
« culbutent »
6
2
4
1
5
3
3.
Bien nettoyer les cache-culbuteurs et les reposer.
Remplacer les joints endommagés. Essayer le moteur et contrôler les fuites éventuelles d’huile.
Réglage des soupapes
Bloc-cylindres
Remarque: Le contrôle du jeu aux soupapes ne doit jamais se faire en cours de marche du moteur. Jeu aux soupapes (le moteur devra être soit froid, soit très chaud) :
Vérification
Admission : 0,40 mm
Echappement : 0,70 mm
Le cylindre No 6 est celui placé le plus près du volant.
1.
Déposer les cache-culbuteurs. Régler le jeu aux soupapes du cylindre No 1 lorsque ce dernier se trouve
en position d’allumage. A ce moment, les soupapes
du cylindre No 6 « culbutent ».
• Echappement
o Admission
Nettoyer soigneusement le bloc-cylindres. Faire un contrôle pour s’assurer que tous les canaux sont bien débouchés et qu’il n’y a aucune fissure au bloc. De petites fissures peuvent être réparées par soudage à chaud. En cas
de soudage au plan supérieur, il faudra ensuite surfacer
le bloc-cylindres. En cas des défauts plus importants, il
faudra remplacer le bloc-cylindres.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
33
Pour fins de rationalisation, une culasse commune à tous
les moteurs de la série 120 est tenue en stock. Cette culasse est pourvue de canaux de refroidissement de pistons. En cas d’utilisation de cette culasse sans refroidissement de pistons, le couvercle (1 ) du canal de refroidissement devra être laissé en place. Le trou de passage d’huile n’a pas besoin d’être bouché du fait qu’il n’y a pas
d’huile qui passe dans le canal.
Si on constate des fuites aux logements supérieurs des
chemises sur le bloc-cylindres, les surfaces de contact
peuvent être améliorées par l’usinage à l’aide de pâte
abrasive ou à l’aide d’une fraise spéciale, voir page 37.
Les fuites aux logements inférieurs peuvent être dues à
des joints toriques défectueux ou bien à des dommages
sur la partie extérieure des chemises, par exemple : rayures, cratères, etc.
L’ancienne version de support de pompe d’injection doit
être usinée afin de la dégager du bouchon hexagonal (2).
Fig. 50. Bloc-cylindres, série 120
1. Couvercle du canal de refroidissement
2. Bouchon
Fig. 52. Essai sous pression du bloc-cylindres
Démontage des chemises de cylindres et
des pistons
Outils spéciaux : 1531, 1801, 2013. Série 100 : 2089,
2666. Série 120: 2667, 2955
Fig. 51. Usinage de l’ancienne version de support
Essai sous pression du bloc-cylindres
Pour l’essai sous pression, il est recommandé d’employer
des culasses munies de joints de culasses pour assurer
l’étanchéité. Le branchement de la prise d’eau doit se faire suivant la figure 52. Si le moteur est muni d’un tuyau
d’échappement refroidi par eau, celui-ci devra être rendu
étanche sur le bord avant (voir figure 52). La pression devra être d’environ 30 Nm (3 bars).
REMARQUE : Cet essai de pression s’applique seulement au bloc-cylindres et culasses. En cas d’échangeur
de chaleur ou de radiateur, la méthode décrite à la page
71 devra être employée, pression 70 kPa (0,7 bar).
34
Remarque : Le démontage des chemises ne doit se faire
qu’après avoir constaté que la chemise de cylindre ne
peut pas être employée à cause d’usure ou de défaut. Sur
les moteurs marins, démonter le chapeau de palier de
bielle après avoir déposé les portes de visite du carter
d’huile.
1.
Déposer la culasse et le carter d’huile. REMARQUE:
Si le carter d’huile a été démonté sur les moteurs
marins, la porte de visite du carier doit d’abord être
déposée et la crépine d’huile dévissée du carter.
Si on désire laisser les chemises en place dans le
bloc-cylindres, lors du démontage du piston, les
plaques 2666 (série 100) et 2667 (série 120) devront
être montées afin d’éviter que la chemise ne sorte de
son logement. Si jamais la chemise est entraînée
hors de son logement lors du démontage du piston,
elle devra être complètement démontée afin de
prévenir le risque de fuites qui seraient dues à des
impuretés qui pourraient se glisser entre la chemise
et le bloc-cylindres.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
2.
3.
Démonter les chapeaux de bielles. Taper avec précaution sur la bielle jusqu’à ce que le piston soit
libéré de sa chemise. Remarque: Faire attention de
ne pas endommager les embouts de refroidissement
des pistons. Retirer le piston avec la bielle.
Remontage de chemises de cylindre et
de pistons
Démonter les chemises en se servant de l’arrachechemise 1531 et de la plaque d’extraction 2089 pour
les moteurs de la série 100, et 2955 pour les moteurs
de la série 120 (voir la figure 53).
Toutes les surfaces aux alentours des chemises doivent
être complètement débarrassées de tout dépôt. Les logements supérieurs et inférieurs des chemises doivent être
bien nettoyés avec un produit de décapage et une brosse,
ensuite séchés à l’air comprimé. Il ne faut jamais se servir de racloir par exemple.
Outils spéciaux: 2479, série 100 : 9511, 2666, 2185
série 120 : 9903, 2667, 2951
REMARQUE: Comme il est absolument impératif de préserver le bord en gradin de la chemise de tout dégât, il
faut bien le protéger au cours du travail. Laisser donc la
protection plastique sur la nouvelle chemise jusqu’au moment du montage.
1.
Enduire la surface de contact de la collerette de chemise contre le bloc d’une fine couche de couleur de
marquage.
2.
Mettre la chemise en position sans joints
d’étanchéité. Faire pivoter sur place à l’aide de
l’expandeur 9511 en cas des moteurs de la série
100, ou 9903 en cas de la série 120.
3.
Retirer la chemise et voir si la couleur s’est déposée
sur toute la surface de contact. Si le marquage
dénote un mauvais contact, les défauts moindres
peuvent être rectifiés à l’aide d’une pâte abrasive. En
cas des défauts plus sérieux, le logement de chemise
devra être usiné à l’aide d’une fraise spéciale et
l’épaisseur de matériau enlevé devra être compensée par des cales de réglage en acier, voir « Remise
à neuf des logements des chemises ».
4.
Poser une paire de plaques de serrage 2666 (série
100) ou 2667 (série 120) afin de bien maintenir les
chemises contre la garniture. (Les plaques de serrage doivent être utilisées, que les joints toriques inférieurs soient montés ou non).
5.
Mesurer la hauteur de chemise (cote « A » suivant la
figure 56) à l’aide d’un comparateur et du support
2479 (figure 55). La mesure doit être effectuée en
quatre points diamétralement opposés. Contrôler que
le plan de bloc n’est pas endommagé lors de la mise
à zéro du comparateur. Mettre à zéro quand la pointe
glisse sur le plan du bloc. Pousser ensuite le comparateur contre le rebord en gradin de la chemise.
Fig. 53. Démontage de chemise de cylindre
4.
Démonter les circlips des axes de pistons. Déposer
l’axe de piston avec précaution à l’aide de 1801 et
2013.
Fig. 55. Contrôle de la hauteur de chemise
Fig. 54. Extraction d’axe de piston
A = 2666 pour les moteurs de la série 100 et 2667
pour les moteurs de la série 120.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
35
Fig. 56.
A = Dépassement de la chemise de cylindre au-dessus du plan
du bloc
F = Hauteur de la collerette de chemise
La hauteur de chemise cote (A) sera de 0,40 à 0,45
pour les moteurs de la série 100. Pour la version récente de chemise de cylindre, série 120; la cote (F)
sera de 13,5 mm, voir figure 56 et la hauteur de chemise sera de 0,47 à 0,52 mm. En cas d’utilisation de
chemise de version ancienne, la cote (F) sera de
13,63 mm et la hauteur de chemise sera de 0,60 à
0,65 mm. Ajuster la hauteur de chemise d’après le
point 3 en cas de besoin.
6.
Monter les joints d’étanchéité inférieurs dans le bloc
ainsi que le joint supérieur sous la collerette de la
chemise. Sur la série 120, une large bague de protection est montée sur la chemise. Remarque : Cette
bague ne doit être montée que sur les moteurs dont
les chemises et blocs sont pourvus de collets, voir figure 57.
7.
Enduire le guide de chemise inférieur ainsi que les
joints d’étanchéité de savon. REMARQUE : Si on utilise de la graisse au lieu du savon, une partie de la
graisse se mélangera au liquide de refroidissement
après le démarrage ce qui pourrait être pris pour une
fuite.
8.
Enfoncer la chemise en tenant compte que celle-ci
devra être relativement facile à enfoncer. Ne pas forcer.
9.
Placer les coussinets en place sur les chapeaux et
sur les bielles. Les logements de paliers sur les
bielles sont pourvus d’évidements pour les talons de
guidage des coussinets de bielles. Il est important de
bien orienter les coussinets lors du montage afin que
les talons et trous d’huile viennent face aux évidements et trous de bielles.
10. Graisser pistons et segments avec de l’huile moteur
et tourner les segments de façon à ce que les coupes
de segments soient réparties sur la périphérie du piston. Vérifier que la flèche au sommet du piston, et la
marque « FRONT » sur la bielle, sont tournées en
même direction. Monter les pistons et bielles dans
leurs cylindres en faisant attention de ne pas endommager les embouts de refroidissement de pistons, s’il
y en a. La flèche sur le piston devra pointer vers
l’avant. Utiliser la bague de montage 2185 (série
100) et 2951 (série 120).
11. Monter les chapeaux de bielles. Prendre soin que la
marque « FRONT » sur les bielles soit vers l’avant et
que la pointe de guidage des chapeaux est bien en
place. Serrer les vis de la bielle à 230 Nm (23 m.kg).
Fig. 58. Marque frontale
Fig. 57. Joints d’étanchéité inférieurs, série 120
1.
2.
3.
4.
Collet sur la chemise
Bague de protection
Collet sur le bloc
Joints toriques
Fig. 59. Montage de piston, série 100
36
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Mesure et vérification des chemises de
cylindre
Remise à neuf des logements des
chemises
Le contrôle se fait en mesurant le degré d’usure et en
examinant la formation éventuelle des fissures. Bien nettoyer les chemises avant le contrôle.
Outils spéciaux: 2479, série 100 : 9511, 9551, 2666
série 120 : 9903, 9902, 2667
La mesure de l’alésage de chemises se fait de préférence
avec un indicateur d’alésage. Elle doit se faire en plusieurs endroits différents, tant diamétralement qu’axialement, c’est-à-dire dans le sens de la hauteur de chemise.
Afin d’obtenir la valeur exacte de l’usure, mettre l’indicateur au point avec une bague-calibre en se servant de la
cote d’origine de l’alésage de la chemise.
Avant la remise à neuf, il faut enlever les joints toriques des
logements inférieurs des chemises. Nettoyer soigneusement
ensuite les logements supérieurs comme les logements inférieurs. Le logement supérieur doit être complètement débarrassé des dépôts de calamine.
En cas de doute concernant l’étendue des dégâts, contrôler
le plan de contact de logement supérieur de la chemise
avec une couleur de marquage, voir « Remontage des chemises de cylindre et des pistons ». De petits dégâts peuvent
être rectifiés avec une pâte abrasive, voir point 8. En cas de
dégâts graves, faire un réglage avec un outil de fraisage
9551 (série 100) et 9902 (série 120) comme suit :
1.
Fig. 60. Vérification de l’alésage
Si l’usure atteint de 0,40 à 0,45 mm, il faudra remplacer
tous les jeux de chemises, ceci bien entendu à condition
que la consommation d’huile soit élevée. Le remède à
prendre dépend du degré d’usure. Le contrôle des fissures se fait de préférence par la méthode au flux magnétique.
Poser la chemise de cylindre et en mesurer la hauteur
en se référant au titre « Remontage des chemises de
cylindre et des pistons », points 4 et 5. Noter la valeur
indiquée par le comparateur à cadran. Si l’on juge qu’il
est nécessaire de travailler le logement de chemise à la
pâte abrasive ou à la fraise, il faudra ajouter 0,02 mm
de marge pour la rectification du logement de la chemise avec une pâte abrasive après le fraisage. Voir
point 8. L’épaisseur de matériau enlevé devra être compensée avec des cales intermédiaires en acier existant
en trois épaisseurs, 0,20, 0,30 et 0,50 mm. Il est préférable d’éviter d’utiliser plus d’une cale sous la collerette
de chemise.
Remarque : En cas d’utilisation de cale intermédiaire,
un certain usinage des logements de chemise doit être
effectué même si les logements ne sont pas endommagés. Cela est nécessité par le fait que le rayon de
congé au fond du logement de chemise doit être enlevé
pour permettre à la cale d’appuyer correctement.
L’épaisseur de cale nécessaire devra être calculée en
prenant en considération l’étendue des dégâts et le dépassement de la collerette de chemise au-dessus du
plan du bloc.
Les chemises sont placées d’après leur diamètre intérieur
suivant le tableau suivant. Chemises et pistons sont frappés de la même lettre.
Classe
A
B
C
D
E
F
Série 100
Alésage
120,595 à
120,610 à
120,625 à
120,640 à
120,655 à
120,670 à
Série 120
Alésage
120,610
120,625
120,640
120,655
120,670
120,685
mm
mm
mm
mm
mm
mm
130,135
130,150
130,165
130,180
à
à
à
à
130,150
130,165
130,180
130,195
Fig. 61. Outil pour la remise à neuf du logement de chemise
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
37
2.
Pour éviter d’abîmer le tranchant de la fraise, le logement de chemise devra être gratté avec du papier
émeri puis nettoyé soigneusement avant toute opération de fraisage.
3.
Monter les joints toriques d’étanchéité inférieure de la
chemise et placer la guide de l’outil de fraisage dans
le logement de chemise, voir la figure 61. Veiller à ce
que la collerette du guide soit bien dégagée de la
paroi intermédiaire dans le bloc.
4.
Veiller à ce que la rondelle sous la vis d’alimentation
de l’outil soit bien propre et bien lubrifiée. Poser l’outil
de fraisage dans le logement de chemise et monter
l’étrier. Veiller à ce que cet étrier soit bien centré et
fixer l’outil sur le bloc-cylindres avec les deux vis munies de rondelles planes. Veiller à ce que la douille
d’alimentation n’appuie pas sur l’outil.
5.
Adapter un comparateur à cadran comme indiqué sur
la figure 61 et visser vers le bas la douille
d’alimentation de manière à ce qu’elle appuie légèrement sur la fraise. Se servir d’une poignée en T (pas
de poignée à cliquet) munie d’un nœud de cardan et
d’une douille pour faire tourner la fraise. Tourner un
peu la fraise de façon à ce que le rayon de congé,
tout au fond dans le logement de chemise, soit éliminé. Vérifier que la douille d’alimentation s’appuie
légèrement contre la fraise et mettre le comparateur à
zéro. La mise à zéro et la lecture doivent se faire à la
même position de la fraise. La « position de lecture »
est indiquée de façon très nette à la face supérieure
de la fraise, à côté du méplat, par une touche de
peinture.
6.
Tourner la fraise d’un mouvement lent et régulier, tout
en faisant pivoter la douille d’alimentation de manière
à obtenir une alimentation régulière. Interrompre
l’alimentation et tourner le fraise de quelques tours,
sans alimentation, lorsque l’indication du comparateur correspond à la cote à laquelle le logement de
chemise doit être réglé. Contrôler la surface de contact du logement de la chemise.
7.
Refaire le contrôle du dépassement de la chemise au
dessus du plan du bloc.
8.
En général, si ces indications sont suivies minutieusement, toute opération de rectification avec de la
pâte abrasive après le fraisage n’est pas nécessaire
et risque, au contraire, d’abîmer le résultat.
Enlever les joints toriques et enduire de pâte abrasive la face intérieure de la collerette de chemise, s’il
existe seulement de petits dégâts aux logements de
chemises et s’il n’est pas nécessaire d’employer
l’outil de fraisage. Poser la chemise dans le bloc et la
faire pivoter dans les deux sens jusqu’à ce que la
pâte abrasive soit usée. Continuer de cette façon le
travail de rodage jusqu’à obtenir une bonne surface
de contact. Pour faire tourner la chemise, se servir de
l’expandeur 9511 (série 100) ou 9903 (série 120).
9.
Contrôler la surface de contact avec une couleur de
marquage et repérer la chemise de manière à pouvoir la remonter exactement dans la même positon
que lors du contrôle du contact.
11. Remonter la cale intermédiaire éventuelle. Cette cale
devra être placée sur la chemise (sous la collerette
de chemise), pas dans le bloc-cylindres. Monter le
joint torique pour l’étanchéité supérieure de chemise
après avoir mis en place la cale intermédiaire.
Vérification et mesure des pistons
Vérifier les pistons aux points de vue fissures sur la jupe,
ruptures des segments et usure des gorges de segments.
En cas de rayures profondes sur la jupe, le piston (le jeu
de chemises) doit être mis au rebut. Il en est de même si
le piston a une ou plusieurs fissures dans le trou d’axe de
piston ou au fond de la chambre de combustion. Les fissures sur le rebord, au sommet du piston, autour de la
chambre de combustion, ne sont en général pas trop dangereuses. Remarque: Si l’on constate l’apparition de fissures au piston, contrôler la quantité d’injection.
Si le piston est jugé en bon état après ce premier examen
oculaire, mesurer son diamètre et contrôler le jeu des
segments dans les gorges correspondantes. Le diamètre
du piston se mesure avec un palmer, au bord inférieur du
piston et perpendiculairement au trou d’axe (figure 62).
Fig. 62. Mesure de piston
Comme pour les chemises, les pistons sont classés et ils
doivent être montés dans les chemises appartenant aux
classes correspondantes. Un piston de classe B devra
avoir une chemise de classe B, un piston de classe C une
chemise de classe C, etc.
Les pistons sont toujours livrés à titre de pièces de rechange avec chemises correspondantes.
Jeu de pistons, série 100 : 0,15 à 0,18 mm
série 120 : 0,12 à 0,15 mm (3 segments)
0,15 à 0,18 mm (4 segments)
10. Bien nettoyer toutes les pièces. Contrôler spécialement les surfaces de contact sur la collerette de chemise et dans le bloc-cylindres.
38
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Vérification et ajustement des segments
de piston
Contrôler les surfaces d’usure et les bords des segments.
Des taches noires sur les surfaces de frottement indiquent
qu’il y a un mauvais contact et qu’il faut remplacer les
segments.
Par ailleurs, les segments doivent être remplacés en cas
d’usure avancée ou de faux-rond dans les cylindres, du
fait qu’on arrive très rarement à remonter les segments
exactement dans la même position qu’avant le démontage. Même la consommation d’huile est un facteur déterminant de l’usure, donc de la durée de service des segments.
Vérification des bielles
Vérifier les bielles aux points de vue fissures, rectitude et
torsion. Les écarts maxi permis au point de vue rectitude
comme au point de vue torsion, sont de 0,01 mm sur une
longueur de 100 mm. Cette vérification se fait dans un gabarit spécial pour équerrage des bielles. Les bielles recourbées ou tordues, doivent être mises au rebut.
Fig. 63. Vérification de la coupe d’un segment
Ajustement des segments de piston
Fig. 65. Contrôle de rectitude d’une bielle
Les segments de piston doivent être ajustés en prenant
en considération à la fois la coupe (figure 63) et le jeu des
segments dans les gorges correspondantes (figure 64).
Pour la mesure de la coupe, faire descendre les segments dans les cylindres en se servant d’un piston. La
mesure de la coupe doit se faire au point mort bas. Concernant les indications de cotes, prière de se référer aux
« Caractéristiques techniques ».
Vérifier les bagues de bielles en utilisant pour cette opération l’axe de piston. Aucun jeu notable ne doit être permis.
Fig. 64. Jeu de segment dans la gorge
Un bon ajustement est obtenu lorsqu’un axe de piston
huilé descend doucement de son propre poids à travers
la bague (à une température de 17 à 20°C). Vérifier l’alignement de la bielle.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
39
sur ces deux pièces soit tourné du même côté. Enfoncer l’axe de piston avec le mandrin 2013 et la
poignée 1801.
Echange des bagues de pieds de bielles
Outils spéciaux : 1801, série 100 : 2529
série 120 : 2952
1.
REMARQUE : La mise en place de l’axe de piston
doit pouvoir se faire avec facilité, sans forcer.
Extraire l’ancienne bague en se servant du mandrin
2529 (moteurs de la série 100) ou 2952 (moteurs de
la série 120).
Fig. 66. Extraction de bague de pied de bielle, série 120
2.
Mettre la nouvelle bague en place en se servant du
même outil.
REMARQUE: Veiller à ce que la bague occupe la position indiquée sur la figure 67.
Fig. 68. Marque frontale
4.
Monter le deuxième circlips.
5.
S’assurer que la bielle tourne avec facilité autour de
l’axe du piston.
6.
Ajuster les nouveaux segments de piston dans
l’alésage du cylindre (figure 63).
7.
Vérifier le jeu des segments dans les gorges correspondantes (figure 64).
8.
Monter les segments sur les pistons en se servant
d’un cintre à segments. Le segment racleur et le segment de tête peuvent être tournés au choix. Les autres segments sont montés avec le repère « TOP »
tourné vers le haut. Orienter les segments de façon à
ce que leurs coupes soient décalées les unes par
rapport aux autres.
Fig. 67. Montage de bague de pied de bielle
3.
Réaléser la bague. Si l’ajustement est correct, un axe
de piston lubrifié doit pouvoir descendre lentement
de son propre poids (température ambiante de 17 à
20°C) à travers la bague.
Réassemblage des ensembles piston,
segments, bielle
Outils spéciaux : 1801, 2013
1.
Mettre l’un des circlips dans le piston.
2.
Lubrifier l’axe de piston et la bague de pied de bielle.
3.
Chauffer le piston à environ 100°C. Orienter le piston
et la bielle de façon à ce que le repère « FRONT »
40
Fig. 69. Emplacement des segments sur le piston
A. Piston à trois segments
B .Piston à quatre segments
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Pignons de distribution
Dépose
Outils spéciaux : 2655, 2658, 2679
Moteurs industriels : Vider le système de refroidissement.
Déposer le radiateur, le boîtier de ventilateur, le gardecourroies, le ventilateur et le gros tuyau de liquide de refroidissement de la pompe de circulation.
Moteurs marins : Déposer les supports d’échangeur de
chaleur et la pompe de drain si elle existe.
1.
Enlever les deux câbles de batterie et l’alternateur s’il
le faut. Démonter le tendeur de courroies et les courroies. TD120AG: Déposer le support et le pignon de
ventilateur.
2.
Déposer la poulie de vilebrequin et l’amortisseur de
vibrations, lesquels sont boulonnés sur la tête « polygone » du vilebrequin.
REMARQUE: L’amortisseur de vibrations ne doit pas
être soumis aux coups ou aux chocs car ses caractéristiques d’amortissement seront complètement altérées en cas de changement de forme ou de volume
du compartiment à liquide.
3.
Fig. 71. Démontage du pignon d’arbre à cames
7.
Démonter le pignon intermédiaire de la pompe à huile.
8.
Démonter le pignon de vilebrequin en se servant de
l’extracteur 2658, figure 72.
Dévisser la vis centrale de l’assemblage « polygone » et démonter ce moyeu « polygone » en se
servant de l’extracteur 2655 (figure 70).
Fig. 72. Démontage du pignon de vilebrequin
9.
Fig. 70. Démontage du moyeu « polygone »
4.
Démonter le couvercle du carter de distribution.
5.
Déposer le pignon intermédiaire et son palier après
avoir enlevé les trois vis de fixation.
6.
Démonter le pignon d’arbre à cames après avoir enlevé les trois vis de fixation. En cas des difficultés, se
servir de l’extracteur 2679 comme le montre la figure
71. Procéder de la même manière pour le pignon de
commande de la pompe d’injection.
TD120C, TID120FG : Démonter la vis de fixation du
pignon intermédiaire de la pompe de liquide de refroidissement. La vis est placée à l’arrière de la boîte
de distribution (la retenir à l’aide d’une pointe de
tournevis placée dans la rainure du tourillon). Déposer le pignon en même temps que le tourillon.
Fig. 73. Démontage du pignon intermédiaire de la pompe
de liquide de refroidissement, TD120C, TID120FG
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
41
Vérification de la distribution
Nettoyer et vérifier soigneusement les pignons et autres
organes de la distribution. Remplacer ceux qui sont très
usés ou endommagés. En ce qui concerne les cotes, voir
« Caractéristiques techniques ». Nettoyer la couvercle du
carter de distribution et sa surface de contact avec le moteur (boîte de distribution).
Remontage et calage
Outils spéciaux : 2656, 2659
Tous les pignons qui jouent un rôle important dans le calage de la distribution sont repérés au pointeau, soit sur
une dent, soit dans un entre-dent (figure 75).
1.
Fig. 75. Calage de base des pignons de distribution
S’assurer que la clavette du vilebrequin a été remise
en place. Remonter le pignon de vilebrequin en se
servant de l’outil 2659, figure 74.
Fig. 76. Pignon intermédiaire
4.
S’assurer que la goupille de positionnement a été remise en place sur l’arbre de la pompe d’injection et
remonter le pignon de commande de la pompe. Veiller à ce que le repérage coïncide avec la figure 75.
5.
Monter le pignon intermédiaire de la pompe à huile.
6.
Monter la plaque de retour d’huile sur l’extrémité du
vilebrequin, face concave tournée vers l’avant (figure
77).
Fig. 74. Montage du pignon de vilebrequin
2.
S’assurer que la goupille de positionnement du pignon d’arbre à cames a été remise en place. Remonter le pignon d’arbre à cames. Couple de serrage: 45 Nm (4,5 m.kg). Verrouiller les vis avec des
rondelles de verrouillage.
3.
Régler le vilebrequin de façon à ce que le piston du
premier cylindre vienne au P.M.H. Remonter le pignon intermédiaire suivant le repérage (figure 75).
Placer le flasque et la rondelle de butée comme
l’indique la figure 76. Couple de serrage : 60 Nm (6
m.kg). Vérifier que le jeu axial est de 0,05 à 0,15 mm.
42
Fig. 77. Plaque de retour d’huile
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
7.
TD120C, TID120FG: Monter le pignon intermédiaire
de la pompe à liquide de refroidissement.
8.
Plonger le joint en feutre et le joint d’étanchéité dans
de l’huile et les monter dans le couvercle de distribution (le joint en feutre devra être à l’extrémité). Remonter le couvercle après avoir mis les joints. Centrer
le couvercle avec les deux goupilles de positionnement.
Fig. 80. Montage du moyeu « polygone »
11. Monter la rondelle et la vis centrale et serrer pendant
que le moyeu est encore chaud. Couple de serrage:
400 Nm (40 m.kg). Après refroidissement du moyeu,
compléter le serrage jusqu’à 550 Nm (55 m.kg).
Fig. 78. Etanchéité avant du vilebrequin
1. Joint en feutre
9.
2. Joint en caoutchouc
Vérifier le moyeu « polygone » et sa surface de contact avec le vilebrequin. Les éventuelles marques de
cisaillement doivent être enlevées avec du papier
émeri fin. Graisser le tourillon du vilebrequin avec de
la graisse au bisulfure de molybdène. Monter l’outil
de centrage 2656 sur le tourillon du vilebrequin.
Fig. 81. Serrage du moyeu « polygone »
A. Amplificateur de couple
Fig. 79. Montage de l’organe de centrage du mandrin
2656
10. Chauffer le moyeu « polygone » à environ 100°C. Enfoncer le moyeu en frappant rapidement sur l’axe à
l’aide du mandrin 2656, figure 80.
12. Monter l’amortisseur de vibrations et l’éventuelle
poulie à courroies. Couple de serrage 60 Nm (6
m.kg). Monter le reste de l’équipement. Faire
l’appoint d’huile et de liquide de refroidissement en
cas de besoin, et faire tourner le moteur en marche
d’essai.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
43
2.
Placer un comparateur à cadran avec la pointe posée
sur la coupelle supérieure de la soupape, voir figure
82. Monter le comparateur avec une pré-contrainte
de 5 mm environ.
3.
Pendant qu’un collègue continue à tourner le moteur
à la main dans le sens de rotation avec le dispositif
d’arrêt retiré, surveiller la lecture du cadran. Le comparateur donne une lecture au moment où la soupape d’admission commence à s’ouvrir. Mettre à zéro
l’échelle au 1/100 du cadran à ce moment exact.
4.
Continuer de tourner le moteur au-delà du repère 0°
sur le volant jusqu’au le repère 10° après P.M.H.
Prendre soin que le repère vienne exactement face à
la pointe de lecture sur le carter de volant.
S’assurer que les valeurs obtenues sont d’accord
avec celles données dans « Caractéristiques techniques ».
Fig. 82. Contrôle de la hauteur de levage
A. Hauteur de came
Dépose de l’arbre à carnes
B. Levage de soupape
Arbre à cames
Contrôle de la hauteur de levage
Pour se rendre compte de l’usure des cames, une mesure
de la hauteur de levage des soupapes peut être effectuée
avec un comparateur à cadran (figure 82), avec l’arbre à
cames monté et en faisant tourner le moteur à la main.
Remarque : Le jeu de soupapes sera de ±0 mm.
Hauteur de
came en mm
(cote A, fig. 82)
Levage de soupape
en mm 0 mm
de jeu cote B, fig. 82)
admission
échap
-ment
admission
échap
-ment
D100B, MD100B
9,30
9,30
14,22
14,22
TD100A, TMD100A
8,00
9,20
12,22
14,06
TD120AG, TMD120A 8,60
9,20
13,30
14,23
D120C, TID120FG
9,20
13,30
14,23
8,60
Outils spéciaux: 2655, 2679
1.
Déposer le cache-culbuteurs.
2.
Déposer la culbuterie.
3.
Déposer les triangles de culbuteurs.
4.
Enlever les trois portes de visite du carter des poussoirs de soupapes. Retirer les poussoirs de soupapes et les placer dans l’ordre sur un établi.
5.
Effectuer le travail suivant les points de 1 à 4 compris
dans le chapitre « Pignons de distribution, dépose ».
6.
Déposer le pignon d’arbre à cames. Au besoin, utiliser l’extracteur 2679 (figure 71).
7.
Déposer le pignon intermédiaire.
8.
Démonter la bride (figure 83) ce qui permet de démonter l’arbre à cames. Retirer l’arbre à cames avec
précaution pour éviter d’endommager les roulements.
TAMD120B
Tolérance pour toutes les valeurs : ±0,25 mm.
Vérification de la synchronisation des
soupapes
1.
44
Déposer le cache-culbuteurs avant. Tourner le vilebrequin jusqu’à ce que le cylindre No 1 « culbute ».
Tourner ensuite le vilebrequin dans le sens de rotation jusqu’à la fermeture complète de la soupape
d’admission. Ajuster temporairement le jeu de la soupape d’admission à ±0 mm.
Fig. 83. Vis de fixation (1) de la bride de l’arbre à carnes
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Vérification et mesure de l’arbre à cames
Vérifier l’état d’usure des portées et des cames de l’arbre
à cames. En effet, les cames peuvent être usées obliquement dans le sens axial. En cas de défauts de peu d’importance, on peut meuler les cames. En cas de défauts
graves ou d’usure exagérée, il faudra remplacer l’arbre à
cames.
2.
Monter le pignon d’arbre à cames et serrer les vis de
fixation et les verrouiller à l’aide de la rondelle pliable.
3.
Monter le pignon intermédiaire de façon à ce que les
repères concordent (figure 86).
Le contrôle de l’état d’usure des portées de l’arbre à cames se fait en les mesurant à l’aide d’un micromètre. Usure et ovalisation maxi permises : 0,07 mm. Vérifier la rectitude de l’arbre à cames par alignement. Poussée radiale
maxi permise par rapport aux paliers extrêmes : 0,04 mm.
L’usure des cames peut être mesurée sans démonter l’arbre à cames, voir page 44.
Fig. 86. Calage de base des pignons de distribution
Fig. 84. Mesure des portées
4.
Effectuer le travail suivant les points 6, 8, 9, 10, 11 et
12, pages 42 et 43.
Les paliers d’arbre à cames doivent être réalésés après la
mise en place. C’est pourquoi l’échange de ces paliers ne
peut se faire que lors d’une remise à neuf générale du
moteur.
5.
Remonter les poussoirs de soupapes dans le même
ordre qu’avant. Remonter les portes de visite.
6.
Remonter les tringles de culbuteurs et la culbuterie.
Régler les soupapes et reposer les cache-culbuteurs.
Lors de la mise en place des paliers, veiller à ce que les
trous de passage d’huile soient placés juste en face des
canalisations d’huile correspondantes dans le bloc.
7.
Remonter les autres pièces et faire l’appoint d’huile
de lubrification et de liquide de refroidissement. Faire
un essai du moteur.
Echange des paliers d’arbre à cames
Montage de l’arbre à cames
1.
Huiler les portées et enfoncer l’arbre à cames à l’aide
d’un levier approprié et avec précaution afin de ne
pas endommager les roulements. Remonter la bride
qui limite la position de l’arbre dans le sens axial.
Serrer les vis et les verrouiller.
Dépose du vilebrequin
Outil spécial : 2655
1.
Déposer le moteur. Vidanger l’huile.
2.
Déposer le couvercle de distribution (voir page 41).
3.
Déposer le carter d’huile, la crépine à huile et le
tuyau d’huile. REMARQUE : Sur les moteurs marins,
la porte de visite arrière du carter d’huile doit être déposée et la crépine à huile dévissée avant de pouvoir
déposer le carter d’huile.
4.
Déposer l’inverseur éventuel ou l’accouplement, le
volant moteur et le carter de volant.
5.
Enlever les vis de bielle et démonter les têtes de
bielles. Déposer le vilebrequin.
Fig. 85. Montage de l’arbre à cames
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
45
REMARQUE : Au cas où la rectification laisse des
bords tranchants autour des orifices d’admission
d’huile, il faudra les arrondir avec une toile émeri ou
une tête de meulage.
Vérification du vilebrequin et des paliers
Après la dépose du vilebrequin, bien nettoyer tous les canaux d’huile. Mesurer l’usure et l’ovalisation avec un micromètre. En ce qui concerne la détection des crics ou
d’amorces de rupture, il est conseillé de vérifier soigneusement le vilebrequin en se servant de préférence de la
méthode au flux magnétique. Après cette vérification, le
vilebrequin doit être désaimanté.
L’ovalisation maxi permise des tourillons et des manetons
est de 0,08 mm, et la conicité maxi permise de 0,05 mm.
En cas de dépassement de ces limites, il faudra rectifier le
vilebrequin jusqu’à la cote inférieure requise.
4.
Après rectification, débarrasser soigneusement le
vilebrequin des restes d’usinage et autres impuretés.
Rincer les canalisations d’huile. Aligner le vilebrequin. La poussée radiale du vilebrequin ne doit pas
dépasser 0,05 mm.
5.
Vérifier le vilebrequin par la méthode au flux magnétique. Après cette vérification, désaimanter le vilebrequin.
Rectification du vilebrequin
1.
La cote inférieure requise suivant les « Caractéristiques techniques ».
2.
Veiller à ce que les rayons de congé (« R », figure
87) de passage des tourillons aux bras de manivelle
soient de 3,75 à 4,00 mm. Vérifier avec un calibre à
rayons.
3.
La rectification du tourillon central exige une attention
particulière quand il s’agit de la largeur de portée
« A ».
Repose du vilebrequin
Outil spécial : 2656
1.
Vérifier l’état de propreté des canalisations d’huile du
vilebrequin et les surfaces des paliers.
2.
Poser les coussinets en place. Veiller à ce que les
trous de passage d’huile aux coussinets coïncident
avec les canalisations d’huile et que les coussinets
comme les surfaces de portée n’ont aucune bavure ni
refoulement. Lubrifier les coussinets.
3.
Mettre de l’huile moteur aux tourillons et manetons et
poser avec précaution le vilebrequin en place. Noter
la coïncidence des repères sur les pignons de distribution.
4.
Mettre les rondelles de butée au palier central (palier
pilote). Les encoches de fixation sur les paliers empêchent toute erreur éventuelle de positionnement de
ces rondelles (figure 88).
Fig. 87. Largeur de portée de palier pilote
R = 3,75 à 4,00 mm
Cote « A », figure 87:
Cote normale
45,975 à 46,025 mm
Cote réparation supérieure 0,2 mm (rondelles de butée à cote
supérieure 0,1 mm)
46,175 à 46,225 mm
Cote réparation supérieure 0,4 mm (rondelles de butée à cote
supérieure 0,2 mm)
46,375 à 46,425 mm
Cote réparation supérieure 0,6 mm (rondelles de butée à cote
supérieure 0,3 mm)
46,575 à 46,625 mm
46
Fig. 88. Languette (1 ) de fixation et goupille (2)
de positionnement pour chapeau de palier
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Fig. 89. Mise en place des rondelles de butée
Fig. 90. Remplacement des coussinets de vilebrequin
5.
Remettre les chapeaux de paliers de vilebrequin. Le
chapeau du palier central est muni d’une encoche,
laquelle doit être orientée de telle manière qu’elle
coïncide avec la goupille de positionnement. Ceci
permet de toujours bien positionner le chapeau dans
le sens axial. Noter les numéros d’ordre des chapeaux de paliers qui indiquent l’ordre dans lequel ils
doivent être montés.
2.
Remettre les vis des paliers après avoir lubrifié leurs
filetages. Couple de serrage: 330 Nm (33 m.kg) pour
série 100 et 340 Nm (34 m.kg) pour série 120.
Enlever les vis de paliers de vilebrequin et démonter
les chapeaux de paliers, avec les coussinets correspondants (le démontage du chapeau de palier avant
se fait en même temps que la pompe à huile).
3.
Démonter les injecteurs afin de pouvoir tourner le
moteur avec facilité.
7.
Vérifier le jeu axial du vilebrequin, voir « Caractéristiques techniques ».
4.
8.
S’assurer que le repère « FRONT » des bielles soit
tourné vers l’avant et que les goupilles de positionnement des chapeaux de paliers soient bien fixées en
place. Remonter les chapeaux de bielles et serrer les
vis au couple de 230 Nm (23 m.kg).
Tourner le vilebrequin jusqu’à découvrir son orifice
de passage d’huile. Mettre une cheville dans cet orifice de façon à ce qu’elle puisse entraîner le coussinet supérieur lorsqu’on tourne le vilebrequin (figure
90). Remarque : Le moteur est tourné dans le sens
normal de rotation quand les coussinets sont sortis
en roulant.
5.
Bien nettoyer les tourillons et les vérifier au point de
vue usure. Si l’usure est trop avancée ou si le degré
d’ovalisation est trop élevé, le vilebrequin devra être
rectifié.
6.
Monter les nouveaux coussinets en suivant la même
procédure que lors du démontage. Il faut alors tourner le vilebrequin dans le sens contraire au sens normal de rotation (sens contraire d’horloge). Vérifier si
les talons sont correctement placés et si le trou
d’huile dans le palier supérieur coïncide bien avec le
passage d’huile correspondant dans le bloc. Retirer
la cheville de l’orifice de passage d’huile et monter le
chapeau de palier avec le coussinet inférieur. Serrer
les vis au couple de 330 Nm (33 m.kg) pour la série
100 et 340 Nm (34 m.kg) pour la série 120.
6.
Paliers de bielles et de
vilebrequin
Vérification
Vérifier les coussinets. Remplacer ceux qui sont usés ou
dont le revêtement de bronze au plomb a été décollé.
Remplacement des coussinets
(Vilebrequin en place sur le moteur)
1.
Vider ou aspirer l’huile du moteur. Déposer le carter
d’huile (moteurs industriels). Sur moteurs marins, déposer les portes de visite du carter d’huile.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
47
Bagues d’étanchéité de vilebrequin,
échange
Outils spéciaux : 2655, 2656, 6088
La bague d’étanchéité arrière est accessible après avoir
déposé le volant moteur. Déloger l’ancienne bague avec
un tournevis. Si la bague d’étanchéité nécessite une piste
d’usure plus profonde que 0,20 mm, la bague de distancement logée à l’intérieur de la bague d’étanchéité peut
être enlevée et la nouvelle bague peut par conséquent
être logée plus au fond, voir figure 91.
Tremper la nouvelle bague dans de l’huile moteur et l’enfiler sur l’outil 6088, enfoncer en frappant. Utiliser un mandrin s’il le faut. Voir figure 92.
Le remplacement des bagues d’étanchéité avant (un joint
en feutre et un joint en caoutchouc) peut se faire après
avoir démonté la tête « polygone » du vilebrequin, voir
« Pignons de distribution, dépose ». Le joint en feutre devra être à l’extrémité.
Tremper le joint en feutre et le joint en caoutchouc dans
de l’huile moteur avant le montage.
Volant moteur
Vérification
Vérifier le volant moteur du point de vue formation des
crics ou autres dégâts. Vérifier également les dégâts
éventuels et l’état d’usure de la couronne dentée. Remplacer en cas de nécessité.
Volant à accouplement à disque
Le volant peut être rectifié - en cas de rayures ou fissures
peu profondes à la surface de frottement - en notant toutefois qu’il ne faut pas enlever plus de 0,5 mm de matière.
En cas de défauts graves, il faudra remplacer le volant.
Fig. 91. Bague d’étanchéité arrière
1. Bague de distancement
2. Bague d’étanchéité
Fig. 92. Montage de la bague d’étanchéité arrière
48
Remplacement de la couronne dentée
sur le volant moteur
1.
Déposer le volant moteur.
2.
Percer un ou deux trous dans un entredent de la
couronne dentée et la faire sauter avec un burin. Déposer ensuite la couronne dentée.
3.
Bien nettoyer la surface de contact sur le volant avec
une brosse d’acier.
4.
Chauffer la nouvelle couronne dentée dans un four
de manière à porter la couronne entière à la même
température. En cas d’emploi d’un chalumeau, ce qui
n’est pas très recommandé, veiller à ne pas trop
chauffer afin d’éviter les caillages qui pourraient
s’ensuivre. Pour pouvoir contrôler le chauffage, polir
cette couronne en certains endroits et interrompre le
chauffage lorsque ces endroits sont recuits au bleu à
la température correcte de 180 à 200°C.
5.
Poser la couronne ainsi chauffée sur le volant moteur
et l’enfoncer en place avec un mandrin de cuivre et
un marteau. Laisser ensuite refroidir la couronne à
l’air libre.
6.
Bien nettoyer les surfaces de contact sur la couronne
et vilebrequin. Contrôler la goupille de positionnement dans la bride du vilebrequin ainsi que le joint
d’étanchéité arrière du vilebrequin. Remplacer si
nécessaire.
7.
Monter le volant. Couple de serrage : 170 Nm (17
m.kg).
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Systeme de graissage
Description
Généralités
La pompe à huile est placée à l’avant du carter d’huile et
est entraînée par un pignon intermédiaire.
L’huile est pompée du côté pression de la pompe et passe à travers un radiateur d’huile et un filtre à huile avant
d’être distribuée aux différents conduits du système de
graissage. Tous les paliers, axes de pistons ainsi que la
culbuterie et les paliers des pignons de distribution sont
lubrifiés sous pression.
Les pignons de commande de la distribution sont lubrifiés
par à-coup à travers les tourillons des pignons intermé-
diaires, qui par l’entremise des canaux font la liaison avec
le conduit d’huile principal. La pompe d’injection et le turbocompresseur sont lubrifiés sous pression. Si un compresseur d’air est monté, celui-ci aussi est relié au système de graissage sous pression du moteur.
La pression d’huile est limitée par une valve de réduction
(figure 93) placée sur le côté droit du moteur au-dessous
des filtres à huile. Les clapets s’ouvrent si la pression
d’huile est trop haute et déchargent l’huile dans le carter.
TAMD120B, TD120C et TID120FG sont munis d’un système de refroidissement du piston où l’huile est injectée
contre la partie interne du piston à l’aide d’un embout fixe
pour chaque cylindre.
Fig. 93. Système de graissage, MD100B
1.
2.
3.
4.
Arbre à cames
Canal dans bielle
Radiateur d’huile
Poussoir de soupape
5.
6.
7.
8.
9.
Axe de culbuteur
Pompe d’injection
Pignons de distribution
Pompe à huile
Vilebrequin
10. Filtre à huile
11. Valve de réduction
12. Crépine à huile
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
49
Fig. 94. Système de graissage
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
Embout de refroidissement des pistons
Pompe à huile
Valve de réduction
Huile venant du radiateur
Huile pour le refroidissement des pistons
Soupape de dérivation (laisse s’échapper
l’huile si le filtre est colmaté)
Huile venant de la pompe
Huile arrivant aux graisseurs
Huile arrivant au radiateur d’huile
Soupape de refroidissement des pistons
Crépine d’aspiration
Refroidissement des pistons
Valve de réduction
La pression d’huile est limitée par une valve de réduction
montée dans le bloc moteur devant le filtre à huile. Sur les
moteurs équipés d’un carter d’huile type profil bas, la valve de réduction est montée sur le tuyau de refoulement de
la pompe à huile, à l’intérieur du carter.
Fig. 95. Refroidissement des pistons
1. Canal d’huile
2. Embout
Le refroidissement par l’huile permet une diminution de la
température d’env. 20°C, mesurée dans le porte-segment
pour le segment de tête.
L’alimentation en huile du système de refroidissement des
pistons est réglée par une soupape de refroidissement des
pistons. Cette soupape ne s’ouvre pas avant d’avoir atteint
un régime de 700 à 800 tr/mn ce qui permet un graissage
suffisant du moteur même lors de démarrages à régime
bas. La pression d’ouverture est d’environ 90 à 120 kPa
(0,9 à 1,2 bar).
50
Fig. 96. Valve de réduction
1. Bride
2. Joint torique
3. Ressort
4. Boîtier de valve de
réduction
5. Cône de valve
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Filtres à huile
Radiateur d’huile
Les filtres à huile sont du type à flux continu, c’est-à-dire
toute l’huile doit passer à travers les filtres avant d’arriver
aux points de graissage du moteur. L’élément filtrant est
en papier plissé.
Le radiateur d’huile est placé sur le raccord aux filtres à
huile, il est constitué d’un ensemble de tubes à travers
lesquels passe le liquide de refroidissement et autour
desquels circule l’huile de graissage. Sur moteurs marins,
le refroidissement de l’huile se fait par eau de mer.
TAMD120B, TD120C, TID120FG sont munis d’une soupape de dérivation qui en cas de colmatage des filtres, laisse passer l’huile. La soupape est placée sur le support
des filtres. Les autres moteurs sont munis d’une valve au
bas de chaque filtre.
Le radiateur d’huile a pour fonction de baisser la température d’huile, surtout lorsque le moteur est très chargé.
Ventilation de carter
Afin d’éviter les risques de surpression dans le carter moteur et d’éliminer la formation des vapeurs d’eau et de
carburant, ainsi que des autres produits gazeux résultant
de la combustion, le moteur est muni d’un dispositif de
ventilation.
Tous les moteurs turbochargés sont munis d’un filtre
échangeable en papier qui retient les éventuelles vapeurs d’huile avant la sortie des gaz. Une soupape de limitation de pression est placée sur le support du filtre et
s’ouvre si la pression monte dans le carter en cas de colmatage du filtre.
Fig. 97. Support de filtre, TAMD120B
1. Support de filtre
2. Soupape de dérivation
Fig. 99. Filtre de ventilation de carter, TAMD120B
Fig. 98. Filtres à huile et radiateur d’huile,
TD120C, TID120FG
1. Soupape de refroidissement des pistons
2. Soupape de dérivation
Fig. 100. Ventilation de carter, TD120C
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
51
Fig. 101. Carter à profil bas, grandes inclinaisons (série 100)
1. Sortie d’huile, arrière de carter
2. Pompe compensatrice
3. Pompe foulante
Carter à profil bas
D100B, TD100A devant travailler à de très grands angles
d’inclinaison, peuvent être équipés d’un carter d’huile du
type « à profil bas », figure 101. Il s’agit d’un carter conçu
de telle façon que lorsque le moteur est incliné vers l’arrière, l’huile est aspirée à partir d’une plaque de limitation
sous le vilebrequin par une pompe auxiliaire compensatrice et dirigée ensuite vers un réservoir situé à l’extrémité
avant où est montée la crépine d’aspiration de la pompe
principale (foulante). La pompe aspire donc l’huile même
lorsque le moteur est fortement incliné. La pompe auxiliaire (compensatrice) fait corps avec la pompe principale
(foulante) et est entraînée par le système de pignons de
distribution.
4. Tuyau de refoulement
5. Conduit d’aspiration
6. Plaque de limitation
Pompe à huile
Dépose
1.
Vider l’huile du moteur.
2.
Moteurs industriels: Déposer le carter d’huile.
Moteurs marins : Déposer la porte de visite avant du
carter d’huile.
3.
Dévisser et déposer les conduits d’huile de la pompe.
4.
Enlever les vis du palier avant de vilebrequin et déposer le chapeau de palier en même temps que la
pompe à huile. Dévisser la pompe du chapeau de
palier.
Conseils pratiques de
reparation
Contrôle de la pression d’huile
Le contrôle de la pression d’huile se fait avec un manomètre branché sur un tuyau flexible au raccord du manocontact (filetage 1/8" - 27 NPSF). Au régime normal et à la
température normale de service, cette pression doit être
de 300 à 500 kPa (3 à 5 bars). Si la pression d’huile descend au-dessous de 50 kPa (0,5 bar) lorsque le moteur
est chaud et tourne au ralenti, ceci n’a aucune importance
aussi longtemps que la pression en cours de marche normale ne descend pas au-dessous d’environ 300 kPa (3
bars).
Si la pression d’huile est trop faible, commencer par remplacer le clapet de décharge puis contrôler la pression
d’huile. Remarque : Le clapet de décharge doit être monté de manière à ce que l’un des trous soit dirigé tout droit
vers le haut et deux obliquement vers le bas.
52
Fig. 102. Pompe à huile, moteurs industriels
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Démontage de la pompe à huile
Vérification de la pompe à huile
Outil spécial : 2654.
Bien nettoyer toutes les pièces et contrôler le corps de
pompe au point de vue rayures ou usure en général ainsi
que le joint d’étanchéité entre la console et le corps de
pompe. En cas de fuites, les surfaces de ces pièces deviennent noires. Il ne doit y exister aucune trace de rayures provoquées par usure. De petites défectuosités peuvent être corrigées avec une pierre à aiguiser. Remplacer
les bagues dans le corps de pompe et la console au cas
où le jeu radial entre l’arbre et la bague atteint 0,15 mm
ou plus.
Travailler avec précaution lors du démontage afin d’éviter
d’endommager les surfaces rectifiées.
1.
Démonter le pignon de commande avec l’extracteur
2654. Enlever la clavette et la rondelle axiale de l’arbre.
Réaléser les nouvelles bagues jusqu’à obtenir un ajustement demi-tournant (diamètre 16,016 à 16,034 mm).
Avant l’alésage, il faut fixer le corps de pompe sur la console de manière à bien centrer ces pièces avec les
douilles de guidage. En cas de jeu radial exagéré (plus
de 0,20 mm) entre le pignon intermédiaire et la douille de
palier, il faudra remplacer ce pignon au complet,
c’est-à-dire avec la bague.
Vérifier les pignons de pompe au point de vue usure au
flanc des dents, au diamètre extérieur et aux plans d’extrémités.
Contrôler le jeu axial des pignons de pompe (de 0,07 à
0,15 mm), figure 105, ainsi que le jeu en flanc de denture
(de 0,15 à 0,35 mm), figure 106.
Fig. 103. Démontage du pignon de commande
2.
Déposer le pignon intermédiaire. Ce pignon est fixé
par trois vis et est monté sur une douille de palier.
3.
Enlever les vis de fixation du corps de pompe et déposer ce dernier. En cas de difficulté, se servir de
deux vis de 5/16".
4.
Extraire l’arbre de commande avec son pignon.
5.
Sortir le pignon récepteur du corps de pompe. Extraire l’axe s’il faut le remplacer.
Fig. 105. Contrôle du jeu axial (0,07 à 0,15 mm)
Fig. 104. Pompe à huile
Fig. 106. Contrôle du jeu en flanc de denture (0,15 à 0,35 mm)
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
53
Fig. 107. Pompe à huile (standard)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Pignon intermédiaire
Arbre d’entraînement
Rondelle axiale
Pignon d’entraînement
Arbre de pignon récepteur
Pignon récepteur
Remontage de la pompe à huile
Fig. 108. Pompe à huile, moteurs équipés d’un carter
d’huile à profil bas pour grandes inclinaisons
1. Pignon de pompe
foulante entraîné
2. Arbre de pignon entraîné
3. Pignon d’entraînement
4. Pignon de pompe
foulante avec arbre
(entraîneur)
5. Circlips
6. Rondelle
7. Rondelle de verrouillage
8. Douille de palier
9.
10.
11.
12.
13.
Pignon intermédiaire
Console
Goupille de positionnement
Corps de pompe foulante
Corps de pompe compensatrice
14. Vis de fixation
15. Pignon d’entraînement de
pompe compensatrice
16. Pignon entraîné de pompe
compensatrice
1.
Si les bagues du pignon moteur ont été démontées,
les remonter et les réaléser à 16,016 - 16,034 mm.
2.
Enfoncer l’axe du pignon récepteur s’il a été démonté.
3.
Monter l’arbre de commande avec son pignon sur la
console.
4.
Placer la rondelle axiale (3, figure 107) sur l’arbre
(une rondelle axiale neuve fait partie du jeu de réparation). Poser en place la clavette et enfoncer le pignon de commande. REMARQUE : Un jeu de 0,02 à
0,08 mm doit exister entre la rondelle axiale et le pignon, c’est pourquoi il convient de placer une jauge
d’épaisseur de 0,05 mm à l’écartement lors du montage.
3.
Enlever les vis de fixation du corps de pompe (14).
Déposer la console (10), ce qui entraîne l’axe du pignon récepteur (2). Si le corps de pompe est trop fortement fixé sur la console, se servir de deux vis de 5/
16".
4.
Enlever le pignon récepteur (pignon fou) (1) de la
pompe foulante. Extraire l’axe (2) si celui-ci doit être
remplacé.
5.
Monter le pignon récepteur (6) et le corps de pompe.
Bien fixer le corps de pompe sur la console. Vérifier
qu’on peut faire tourner facilement la pompe à la
main.
5.
6.
Remonter le pignon intermédiaire et bien serrer la
douille de palier. Verrouiller les vis avec la plaque de
verrouillage.
Démonter le corps de la pompe compensatrice (13)
avec un tournevis introduit dans les rainures fraisées
entre la pompe foulante et la pompe compensatrice.
Démonter le pignon récepteur (16) de la pompe compensatrice.
6.
Poser un support sous le flasque avant de la pompe
foulante et extraire l’arbre avec le pignon moteur (4)
de la pompe foulante d’environ 2,5 mm. REMARQUE
: Au-delà de cette limite, la clavette va buter contre le
corps de pompe.
7.
Faire reculer l’axe de manière à avoir un petit espace
au pignon moteur de la pompe compensatrice. Déposer le pignon. Enlever la clavette et débavurer.
8.
Démonter l’arbre de commande avec le pignon moteur de la pompe foulante. Ce pignon est fixé sur l’arbre et ne peut pas être démonté.
Démontage de la pompe à huile
(S’applique aux moteurs avec carter d’huile à profil bas
pour grandes inclinaisons)
Outil spécial : 2654
Travailler avec précaution lors du démontage afin d’éviter
d’endommager les surfaces rectifiées.
1.
Déposer le pignon intermédiaire (9, fig. 108). Ce pignon est fixé par trois vis et est monté sur une douille
de palier.
2.
Enlever le verrouillage et démonter le pignon de commande avec l’extracteur 2654 (figure 103). Enlever la
clavette et la rondelle axiale de l’arbre.
54
Vérification de la pompe à huile
Voir page 53.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Remontage de la pompe à huile
Essai sous pression du radiateur d’huile
(S’applique aux moteurs avec un carter d’huile à profil
bas pour grandes inclinaisons)
Moteurs industriels
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Si les bagues du pignon moteur ont été démontées,
enfoncer de nouvelles bagues et les réaléser à 16,016
-16,034 mm.
Enfoncer l’axe du pignon récepteur s’il a été démonté.
Monter l’arbre de commande avec son pignon sur le
support.
Poser en place la rondelle axiale (6, figure 108) sur
l’axe. Remettre en place la clavette et enfoncer le pignon de commande extérieur (3).
REMARQUE : Un jeu de 0,02 à 0,08 mm doit exister
entre la rondelle axiale et le pignon, c’est pourquoi il
convient de poser une jauge d’épaisseur de 0,05 mm à
l’écartement lors du remontage. Placer les circlips (5).
Monter le pignon récepteur (1) et le corps de la pompe
foulante.
Poser en place la clavette du pignon (15) de la pompe
compensatrice et enfoncer le pignon.
REMARQUE : Pour obtenir un jeu correct entre le pignon (15) et le corps de la pompe foulante (12), il est
recommandé de placer une jauge d’épaisseur de 0,05
mm dans l’écartement lors du montage.
Poser le pignon récepteur (16) et monter ensuite le
corps de la pompe compensatrice. Bien visser les
corps de pompes sur la console. S’assurer que l’on
peut faire tourner facilement la pompe à la main.
Remonter le pignon intermédiaire et bien serrer la
douille de palier. Verrouiller les vis avec la plaque de
verrouillage.
Repose de la pompe à huile
1.
2.
3.
Bien visser la pompe sur le chapeau de palier de vilebrequin. Verrouiller les vis avec les rondelles de verrouillage. Monter une nouvelle plaque
anti-éclaboussures sur les moteurs munis d’un carter à
profil bas pour grandes inclinaisons. Verrouiller les vis
en relevant les coins de la plaque de verrouillage.
Bien nettoyer les coussinets et les tourillons. Lubrifier
les coussinets et remonter le chapeau de palier. Couple de serrage: 330 Nm (33 m.kg) pour la série 100,
340 Nm (34 m.kg) pour la série 120.
Reconnecter les conduits d’aspiration et de refoulement à la pompe et au bloc-cylindres. Mettre de nouveaux joints toriques. REMARQUE : Le raccord du
tuyau de refoulement entre la pompe à huile et le
bloc-cylindres est fabriqué à présent en acier (précédemment en cuivre).
Lors du serrage angulaire faire ce qui suit : Tremper le
raccord entièrement dans de l’huile et le visser à la
main jusqu’à ce qu’il touche.
Mettre le tuyau en place et l’enfoncer. Marquer le raccord et le bloc à l’aide d’un crayon
de couleur d’après la figure. Serrer
la tête du raccord à 120° (2 pans).
Vérifier que le tuyau est bien fixé.
Fig. 109.
En ce qui concerne l’essai sous pression des radiateurs
d’huile des moteurs marins, voir page 71.
Outil spécial : 6033
REMARQUE : Suivre les règles de sécurité de rigueur.
1.
Déposer le radiateur d’huile.
2.
Laisser les joints toriques à leur place sur la bride du
radiateur.
3.
Monter l’étrier 6033. S’assurer qu’il vienne correctement sur les joints toriques.
Fig. 110.
4.
Raccorder le radiateur d’huile à un appareil d’essai
sous pression de type à fluide.
5.
Appliquer une pression de 30 kPa (0,3 bar) et garder
sous pression pendant une minute, Aucune chute de
pression n’est tolérée.
6.
Augmenter la pression jusqu’à 500 kPa (5 bars) et
garder sous pression pendant une minute. Changer le
radiateur si la pression tombe.
Canalisations d’huile
Bien nettoyer les canalisations d’huile dans le
bloc-cylindres lors de la révision générale du moteur et les
rincer avec un produit de nettoyage. Puis les faire passer à
la vapeur d’eau ou à l’huile de rinçage sous une pression
de 3 à 4 bars. Bien brosser tous les canaux perforés dans
le bloc-cylindres, le vilebrequin et les bielles avec une
brosse propre.
Nouvel outil
Du fait que des radiateurs d’huile de plus grandes dimensions ont été introduits sur certains moteurs, un nouvel outil
de démontage a été conçu. Le nouvel outil 9179 peut être
utilisé sur tous les moteurs pour les filtres à huile ou à carburant.
Fig. 111.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
55
Systeme d’alimentation
Description
Fig. 112. Système d’alimentation
1. Conduit de carburant, venant du réservoir vers
la pompe d’alimentation
2. Conduit de retour d’huile au moteur
3. Pompe d’alimentation
4. Conduit d’huile venant du moteur à la pompe
d’injection
5. Régulateur de pression
6. Filtre fin
7. Conduit de retour au réservoir
8. Soupape de décharge
9. Injecteur
10. Tuyau de refoulement
11. Pompe d’injection
12. Régulateur
Généralités
Le carburant est aspiré à partir du réservoir par la pompe
d’alimentation et est ensuite refoulé dans le filtre fin avant
de passer dans la pompe d’injection. De la pompe d’injection, le carburant est refoulé sous haute pression aux
injecteurs et aux cylindres du moteur.
Le carburant en excédent venant de la soupape de décharge et des injecteurs est ramené au réservoir.
Filtres à carburant
Il existe des filtres à carburant de plusieurs modèles.
D’une part un modèle ancien muni d’une cartouche séparée, d’autre part un modèle muni d’un corps de filtre et de
cartouches couplées pour former une unité (appelé type
« spin-on »). De plus, il existe un modèle spécial pour certains moteurs qui possède aussi des cartouches de filtre
séparées. Ces filtres sont munis d’un robinet trois voies
qui permet l’échange des cartouches et la purge sans
avoir à arrêter le moteur (figure 125).
Fig. 113. Filtre à carburant de type « spin-on »
56
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Pompe d’alimentation
La pompe d’alimentation est montée sur la pompe d’injection et commandée directement par l’arbre à cames. Son
débit est réglé de façon à ce que la quantité de carburant
soit nettement supérieure aux besoins de la pompe d’injection. L’excédent de carburant est ramené par une soupape de décharge à un conduit de retour jusqu’au réservoir. De cette façon le système d’alimentation est continuellement aéré.
La pompe d’alimentation est aussi munie d’un dispositif
d’amorçage à main.
Fig. 114. Pompe d’alimentation
1.
2.
3.
4.
5.
Soupape d’évacuation
Soupape d’aspiration
Piston
Poussoir
Galet-poussoir
Pompe d’injection
La pompe d’injection est entraînée par un engrenage à
partir du pignon intermédiaire de distribution. Il s’agit
d’une pompe à piston, travaillant à course constante. La
force motrice est transmise à la pompe par un accouplement à lames d’acier.
Sous l’action d’une tige de réglage, les pistons de la pompe peuvent pivoter en cours de marche du moteur de façon à faire varier le débit de carburant injecté.
La pompe d’injection est graissée par le système sous
pression du moteur. La surcharge de départ à froid incorporée est automatiquement embrayée lorsque la commande de régime à l’arrêt est amenée à la position maxi.
Lorsque le moteur démarre, la surcharge de départ à froid
est débrayée.
Fig. 115. Pompe d’injection
1. Bouchon de
remplissage
2. Clapet de surpression
3. Siège de clapet
4. Plaque
d’amortissement
5. Elément de
refoulement
6. Tige de réglage
7. Coupelle supérieure
de ressort
8. Rainure pour goupille
de positionnement
9. Coupelle inférieure de
ressort
10. Poussoir
11. Axe de poussoir
12. Arbre à cames
13. Roulement à rouleaux
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
57
Fig. 116. Régulateur centrifuge RSV
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
Ressort de démarrage
Levier de réglage
Levier de guidage
Levier de tension
Vis de butée de ralenti
Carter de régulateur
Ressort de régulation
Ressort additionnel de ralenti
Cale de réglage
Ressort de correction de débit
Vis de butée pleine charge (débit)
Axe mobile
Dispositif d’arrêt
Levier d’arrêt
Masselotte centrifuge
Douille de guidage
Carter de régulateur
Came de pompe d’injection
Moyeu
Vis de butée de régime maxi
Basculeur
Levier pivotant
Tige de réglage
Levier de commande (régime moteur)
Biellette de connexion
Régulateur centrifuge
Le régulateur centrifuge est monté sur le côté arrière de la
pompe d’injection et règle le régime pendant la marche
en réglant la quantité de carburant injecté.
Injecteur
L’injecteur est constitué essentiellement d’un
porte-injecteur et d’une buse d’injecteur. Cette dernière
ayant pour fonction de pulvériser le carburant et d’établir
et couper l’alimentation en carburant à la chambre de
combustion. L’alimentation en carburant à partir de l’injecteur se fait par trous calibrés avec précision,
Fig. 117. Injecteur KBAL
1.
2.
3.
4.
5.
6.
58
Vis creuse de fuite de carburant
Support d’injecteur
Rondelle
Raccord de tube de refoulement
Canalisation de fuite de carburant
Rondelles de réglage de la pression
7.
8.
9.
10.
11.
12.
d’ouverture
Ressort de pression
Goujon de pression
Guidage
Douille d’injecteur
Ecrou d’injecteur
Aiguille d’injecteur
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Conseils pratiques de
reparation
Observer une propreté absolue lors de tous les travaux
effectués sur le système d’alimentation et son équipement.
Pompe d’injection
REMARQUE : Pour tous les travaux exigeant une intervention à la pompe d’injection, pouvant de cette façon
modifier ses réglages, il faut s’adresser au personnel d’un
atelier spécialisé qui dispose de l’outillage et des dispositifs d’essai nécessaires.
Faire casser les plombs par des personnes non qualifiées
revient à perdre la garantie de l’usine.
Dépose de la pompe d’injection
Lors du réglage de l’angle d’injection avec un tuyau capillaire « Wilbär » ou tout autre dispositif, s’assurer que la
tige de réglage ne se trouve pas en position de départ à
froid. Le cas échéant, il y aurait environ de 10 à 12° d’erreur de calage.
1.
Bien nettoyer la pompe d’injection, la tuyauterie et les
parties du moteur situées aux environs de la pompe.
Déposer la tôle de protection au-dessus de l’accouplement de la pompe.
2.
Déconnecter les tuyaux de refoulement, les conduits
de carburant et d’huile ainsi que les commandes de
réglage. Mettre des capuchons de protection.
3.
Enlever les vis de l’accouplement de la pompe (2 sur
la figure).
REMARQUE : Les écrous (1) doivent être immobilisés afin d’éviter d’endommager les disques d’acier.
Fig. 118. Accouplement de pompe
Fig. 119. Repères sur volant
Repose et calage
REMARQUE : S’assurer que la pompe et le régulateur contiennent environ un litre d’huile avant de procéder à la repose de la pompe d’injection. Le remplissage se fait au carter
du régulateur.
1.
Déposer le cache-culbuteur avant. Tourner le moteur
dans le sens normal de rotation jusqu’à ce que les
deux soupapes du cylindre No 1 soient fermées (compression).
2.
Continuer à tourner le moteur dans le sens normal de
rotation jusqu’à ce que la pointe de l’indicateur sur le
carter de volant se place juste en face de la graduation
de réglage, voir « Caractéristiques techniques ». Remonter le cache-culbuteur.
3.
Tourner la pompe dans le sens normal de rotation jusqu’à ce que le trait de repérage de l’accouplement de
pompe coïncide avec le trait de repérage sur la plaque
suivant la figure 118.
4.
Monter la pompe d’injection. Lors du serrage, serrer les
vis 2, figure 118.
5.
Vérifier le calage de la pompe en tournant le moteur
d’un demi-tour en arrière, ensuite dans le sens normal
de rotation (jusqu’à la position d’allumage du cylindre
1). Vérifier la coïncidence de repères sur le volant et
l’accouplement de pompe. Si un réglage est nécessaire, dévisser d’abord les vis (2) et tourner l’accouplement
jusqu’à la position correcte. Effectuer toujours une vérification supplémentaire.
6.
Serrer les tuyaux de refoulement. Reconnecter les conduits de carburant et de graissage ainsi que les commandes de réglage.
7.
Purger le système d’alimentation et essayer le moteur.
REMARQUE : Vérifier après le démarrage si l’accouplement de pompe est correctement monté,
c’est-à-dire sans gauchissement. Si nécessaire, effectuer un réglage en desserrant la vis de serrage au
flasque avant de manière à pouvoir déplacer l’accouplement de pompe. Serrer les vis de serrage.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
59
Dispositif d’entraînement de pompe
d’injection
Dépose
1.
2.
Déposer le couvercle de distribution, l’accouplement de
pompe et le pignon de commande de la pompe
d’injection.
Déposer le compte-tours éventuel qui serait monté sur
le dispositif d’entraînement. Enlever les vis de fixation et
sortir le dispositif d’entraînement.
Démontage
1.
2.
3.
4.
Réglage des régimes
Vérifier le bon fonctionnement de la commande d’accélérateur : Le levier de commande de la pompe d’injection
doit venir buter sur la butée de ralenti lorsque la commande d’accélération se trouve en position de ralenti et sur la
butée maxi lorsque cette commande se trouve en position
maxi. Régler en cas de nécessité. Veiller aussi à ce que
le filtre à air ne soit pas bouché. En ce qui concerne le
régime moteur, voir « Données de réglage », classeur
SB.
Régime de ralenti
Enlever la clavette (11, figure 120).
Enlever les vis de fixation (2) ainsi que la rondelle (3).
Extraire l’arbre et le roulement, les douilles
d’écartement et le pignon de compte-tours du carter. Si
le roulement (9) n’est pas entraîné avec les autres pièces, le démontage devra se faire en deux étapes. Démonter les roulements et le pignon du compte-tours.
Démonter la bague d’étanchéité (10) du carter.
1.
Faire tourner le moteur pour le réchauffer.
2.
Faire tourner le moteur au ralenti et vérifier le régime.
3.
Au besoin, régler le régime en tournant la vis de
réglage 3, figure 121, visser ou dévisser.
Régime d’emballement
Remontage
La butée pour le régime maxi est plombée. Ce plomb ne
peut être cassé que par un personnel spécial qualifié.
Outil spécial : 2267
1.
Faire tourner le moteur pour le réchauffer.
1.
2.
Faire tourner le moteur au régime maxi, sans charge.
3.
Contrôler le régime avec un compte-tours. Si nécessaire, régler la butée 1, de façon à obtenir un régime
correct, voir « Données de réglage », classeur SB.
Plomber la vis.
2.
3.
4.
5.
Remonter le roulement arrière (9) dans le carter en se
servant du mandrin 2267.
Remonter le roulement avant (5) sur l’arbre. Remonter
la douille d’écartement (6) ainsi que le pignon de
compte-tours (7). Monter la douille d’écartement (8) sur
l’arbre.
Enfoncer l’ensemble dans le carter, après avoir
aménagé un appui sur la bague intérieure du roulement
arrière (9). Enfoncer jusqu’à ce que les diverses pièces
du dispositif d’entraînement soient bien appliquées les
unes sur les autres.
Remonter la rondelle (3) et serrer les vis de fixation (2).
Verrouiller les vis avec des rondelles-freins.
Enfoncer la bague d’étanchéité (10) dans le carter. Remonter la clavette (11).
Fig. 120. Entraînement de la pompe d’injection
1. Arbre
2. Vis de fixation
3. Rondelle de
verrouillage
4. Carter
5. Roulement avant
6. Douille d’écartement*
7. Pignon de compte-tours
ou de compteur
d’heures*
8. Douille d’écartement*
9. Roulement arrière
10. Bague d’étanchéité
11. Clavette
* Pour les moteurs non équipés d’entraînement mécanique de
compte-tours, les points 6, 7 et 8 sont des douilles d’écartement.
60
Fig. 121. Réglage des régimes
1.
2.
3.
4.
Vis de butée maxi
Levier de commande
Vis de réglage (réglage de ralenti)
Ecrou en coupole (stabilisation de ralenti)
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Pompe d’alimentation
Dépose de la pompe d’alimentation
1.
Bien nettoyer tout autour de la pompe.
2.
Fermer les robinets de carburant. Débrancher les
conduits de carburant de la pompe.
3.
Démonter la pompe d’alimentation de la pompe
d’injection.
Contrôle de la pression d’alimentation
Outils spéciaux : 6065, 6066
1.
Brancher un raccord 6066 à un écrou de raccord de
sortie sur le filtre à carburant, voir flèche sur le couvercle du filtre. (La pression est mesurée lorsque le
carburant est passé dans le filtre.)
2.
Faire tourner le moteur à un régime élevé. Diminuer
ensuite le régime jusqu’au ralenti et lire la pression
pendant une minute.
La pression d’alimentation ne doit pas descendre audessous de 100 kPa (1,0 bar).
Une basse pression d’alimentation peut être le résultat du
colmatage du préfiltre ou du filtre fin, d’un défaut à la soupape de dérivation ou d’une pompe d’alimentation défectueuse. Ne pas tenter de régler la soupape de dérivation,
échanger en cas de défectuosité.
Fig. 122. Pompe d’alimentation
1.
2.
3.
4.
5.
Soupape de refoulement
Soupape d’aspiration
Piston
Poussoir
Galet
Démontage de la pompe d’alimentation
1.
Bien fixer la pompe sur une plaque de montage fixée
elle-même dans un étau.
2.
Dévisser les bouchons des soupapes.
3.
Déposer les soupapes et les ressorts.
4.
Enlever le bouchon du piston de la pompe. Déposer
le ressort, le piston et la tige-poussoir.
5.
Enfoncer le galet-poussoir et le maintenir en place
avec un tournevis par exemple. Extraire ensuite la
goupille d’arrêt et remonter le galet-poussoir et le ressort.
6.
Fig. 123. Contrôle de la pression d’alimentation
Filtres à carburant
Remplacement des filtres à carburant
Outil spécial : 9179
1.
Bien nettoyer l’extérieur du couvercle des filtres. Enlever les anciens filtres et les jeter.
2.
S’assurer que les nouveaux filtres sont bien propres
et que les joints sont en bon état.
3.
Visser les nouveaux filtres en place, d’abord à la
main, jusqu’à ce que le joint vienne buter contre le
couvercle. Serrer ensuite d’un demi-tour de plus.
4.
Purger le système d’alimentation. Pomper jusqu’à
une tension de pression d’alimentation et contrôler
l’étanchéité.
Nettoyer toutes les pièces avec du gazoil.
Vérification de la pompe d’alimentation
Vérifier les sièges de soupapes de la pompe d’alimentation. Si la surface d’étanchéité de ces sièges est endommagée, on pourra dans la plupart des cas, la réparer avec
un outil à polir et de la pâte d’émeri. Examiner la surface
d’étanchéité des soupapes et remplacer les soupapes si
cette surface est endommagée.
Vérifier l’étanchéité du piston dans le cylindre et la tension du ressort de piston.
Examiner les autres pièces et les remplacer si elles sont
très usées ou endommagées.
Fig. 124. Outil de démontage de filtres
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
61
Echange des cartouches filtrantes, type
réversible
5.
Les cartouches filtrantes peuvent être remplacées, une à
la fois, lorsque le moteur est en marche.
Tourner le robinet à la position A et faire tourner le
moteur pendant quelques minutes pour avoir une
purge automatique. Tourner ensuite le robinet à la
position B et remplacer de la même façon la cartouche filtrante du filtre No 2.
Purge du système d’alimentation
1.
Ouvrir la vis de purge (1) sur le couvercle des filtres.
Actionner la pompe d’amorçage (2) à la main pour
faire remonter le carburant dans les cuves de filtre
jusqu’à ce que le carburant s’échappe sans bulles
d’air et resserrer ensuite la vis. (La poignée de la
pompe est débloquée en la tournant dans le sens
contraire aux aiguilles d’une montre.)
2.
Fermer la vis de purge et relâcher le régulateur de
pression (3) sur la pompe d’injection.
Fig. 125. Filtres à carburant de type réversible
1. Bouchon de
remplissage
2. Vis de purge
3. Ecrous de serrage
4. Cartouches filtrantes
5.
6.
7.
8.
Bouchon de vidange
Entrée de carburant
Robinet 3 voies
Sortie de carburant
1.
Tourner le robinet (7, figure 125) jusqu’à la position
C, figure 126.
2.
Ouvrir la vis de purge (2) sur le filtre No 1. Enlever le
bouchon de vidange et recueillir le carburant. Dévisser l’écrou de serrage (3), déposer le couvercle et la
cartouche.
3.
Rincer la cuve du filtre avec du gazoil. Remonter le
bouchon de vidange et mettre une nouvelle cartouche dans la cuve.
Fig. 127. Purge du système d’alimentation
3.
Continuer d’actionner la pompe d’amorçage jusqu’à
ce que le carburant s’échappe sans bulles d’air au
raccord du régulateur de pression.
4.
Visser le régulateur de pression. Continuer
d’actionner la pompe d’amorçage jusqu’à une tension de pression d’alimentation correcte. Mettre le
moteur en marche. Si le moteur ne démarre pas
après un court instant, desserrer les tuyaux de refoulement, côté injecteurs (de quelques tours seulement). Mettre le levier de commande de la pompe
d’injection en position maxi et faire tourner le moteur
au démarreur jusqu’à ce que le carburant s’échappe
des tuyaux de refoulement. Resserrer les écrous des
tuyaux de refoulement.
Fig. 126. Position du robinet 3 voies, filtres à carburant réversibles
Position B
Position C
Position A
Les deux filtres en Nettoyage possible Nettoyage possible
du filtre 2
du filtre 1
fonction
4.
62
Remonter le couvercle en mettant un joint neuf. Enlever le bouchon de remplissage (1) et remplir la
cuve de gazoil. Revisser en place le bouchon.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Fig. 128. Outil pour démontage d’injecteur, TD120C
Fig. 129. Injecteurs
A Type KBAL
B Type KBEL
Injecteurs
Echange d’injecteurs
Outils spéciaux : 2683, 2991 (Ne s’applique pas à
TAMD120B et TID120FG)
1.
Démonter les injecteurs. Si nécessaire, employer
l’extracteur 2683 et sur TD120C la pièce intermédiaire 2991. Sur TAMD120B et TID120FG, tourner les
injecteurs en avant et en arrière quelques fois avant
de les sortir.
Echange de la douille en cuivre
d’injecteurs de type KBL, KBAL
(avec culasse en place)
Note : Commencer par vider une partie du liquide de
refroidissement si les injecteurs sont difficiles à démonter et si un outil spécial est nécessaire. De plus,
éviter toute pénétration d’eau dans le moteur si la
douille en cuivre est démontée.
Outils spéciaux : 2182, 6008, 6372, TD120C: 2991
2.
Nettoyer la surface plane de la douille en cuivre contre l’injecteur.
3.
Monter les nouveaux injecteurs. Couples de serrage :
TAMD120B, TID120FG 50 Nm (5 m.kg), autres, 20
Nm (2 m.kg).
4.
Monter les conduits de carburant et vérifier
l’étanchéité.
1.
Vider le liquide de refroidissement (système d’eau
douce sur moteurs marins).
2.
Démonter les injecteurs, voir figure 128.
3.
Déposer la douille en cuivre à l’aide de l’extracteur
2182.
Contrôle des injecteurs
Le contrôle et le réglage des injecteurs se font dans une
pompe d’essai spéciale d’après les recommandations
des fabricants.
La pression d’ouverture est réglée à l’aide d’une vis de
réglage sur les injecteurs de type KBL. Ceux de type
KBEL et KBAL sont munis de cales d’épaisseurs différentes pour le réglage de la pression d’ouverture.
Il existe deux pressions d’ouverture. Une pression
d’ouverture pour des injecteurs rodés (voir « Pression
d’ouverture » dans les « Caractéristiques techniques ») et
une pression d’ouverture pour les injecteurs neufs ou remis à neuf avec un ressort de compression neuf (pression
de réglage). Cette dernière est un peu plus élevée car il
faut compter avec une certaine marge pour le tassement
du ressort.
Fig. 130. Démontage de la douille en cuivre d’injecteur
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
63
Si la rallonge de la douille en cuivre au fond de la culasse
est éclatée, utiliser l’extracteur 6372.
8.
Enduire la douille extérieurement de tectyl et
l’enfoncer avec l’outil dans la culasse. Vérifier que le
repère de la douille (l’encoche) est bien tourné vers
le haut.
Fig. 131. Outil d’extraction de queue de douille en cuivre
4.
Déposer le joint torique à la partie supérieure de la
culasse. Nettoyer la gorge du joint et la surface
d’étanchéité entre la culasse et la douille en cuivre.
Monter un nouveau joint torique dans la culasse.
Passer une couche de Molycote HSC sur le guide
supérieur dans la culasse.
Note : Si la surface d’étanchéité sur la culasse est endommagée ou calaminée, la fraise spéciale 6048 est
utilisée pour y remédier. Remarquer que la fraise
6048 ne doit être utilisée que sur des culasses démontées à cause du risque de pénétration de la calamine, rouille ou particules métalliques dans le moteur.
5.
Faire tourner le moteur jusqu’à ce que le piston du
cylindre où a lieu l’échange de la douille en cuivre
soit en position de point mort bas.
6.
Dévisser l’outil d’évasement de l’outil 6008. Dévisser
l’axe de l’écrou de l’outil.
Fig. 134.
9.
Faire descendre l’outil d’évasement avec l’écrou de
fixation de l’injecteur jusqu’à ce que la douille en
cuivre touche la culasse.
Fig. 135.
10. Maintenir l’axe de l’outil et visser le gros écrou. L’outil
d’évasement est pressé alors à travers la partie inférieure de la douille en cuivre.
Fig. 132.
7.
Placer la nouvelle douille sur l’outil. Revisser l’outil
d’évasement.
Fig. 136.
11. Visser l’écrou jusqu’à ce que l’axe de l’outil lâche la
douille. Retirer alors l’axe puis démonter la partie restante de l’outil hors de la culasse.
12. Monter l’injecteur.
13. Faire le plein de liquide de refroidissement.
Fig. 133.
64
14. Faire un contrôle d’étanchéité.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Echange de la douille en cuivre pour
injecteurs KBL, KBAL (culasse déposée)
5.
Extraire la douille en cuivre avec l’extracteur 6418.
Cet outil peut être complété avec le marteau 6400.
Outils spéciaux : 2182, 6008, 6048, TD120C : 2991
La surface de contact de la douille en cuivre et de la culasse est plus facilement contrôlée lorsque la culasse est
démontée. Il est très important que cette surface de contact ne soit pas endommagée.
Les dépôts de rouille et de calamine sur la surface de
contact devront être enlevés avec un outil de nettoyage
6048. Bien nettoyer cette surface jusqu’à ce qu’elle soit
absolument propre. Noter que l’outil 6048 ne doit être employé que sur les culasses déposées sinon les dépôts de
rouille, de calamine ou de particules métalliques peuvent
pénétrer dans le moteur.
Par ailleurs, la méthode est la même que pour l’échange
de douilles en cuivre avec la culasse en place.
Fig. 138.
6.
Enlever la bague supérieure d’étanchéité. Nettoyer
les guides supérieur et inférieur dans la culasse.
7.
Huiler une nouvelle bague d’étanchéité supérieure
ainsi que le guide supérieur de la culasse. Eviter la
pénétration de l’huile dans les canaux de liquide de
refroidissement. Monter la bague d’étanchéité dans
la culasse.
8.
Monter un nouveau joint torique autour du guide inférieur de la nouvelle douille en cuivre. Enduire de
Tectyl ou d’un produit similaire l’extérieur de la
douille en cuivre et l’enfoncer dans la culasse.
Echange de douille en cuivre d’injecteur
KBEL (culasse en place)
Outils spéciaux: 6400, 6418, 6419, 6424, 6429, 6430
1.
Vider le liquide de refroidissement (système d’eau
douce sur moteurs marins).
2.
Bien nettoyer tout autour des injecteurs. Démonter le
conduit de fuite de carburant des injecteurs et s’il le
faut, les tuyaux de refoulement.
3.
Démonter l’injecteur où la douille devra être
changée. Remarque : Tourner quelques fois en avant
et en arrière les injecteurs avant de les sortir.
4.
Déposer la bague d’acier au-dessus de la douille en
cuivre à l’aide de l’extracteur 6419. Cet outil peut être
complété avec le marteau 6400.
Fig. 139.
9.
Fig. 137.
Monter en place la bague d’acier. Guider le mandrin
6424 à travers cette bague et la douille en cuivre. ATTENTION: Il est très important de monter une bague
d’acier neuve pour obtenir un jeu correct entre la
bague et la douille.
Fig. 140.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
65
10. Monter l’outil de presse 6429 comme le montre la figure. Visser la vis de l’outil contre le mandrin et serrer
avec une clé dynamométrique à un couple de 68 Nm
(6,8 m.kg).
12. Remonter l’outil de presse 6429. Serrer à un couple
de 58 Nm (5,8 m.kg).
13. Enlever l’outil de presse et le mandrin.
14. Monter l’injecteur et l’étrier. Couple de serrage : 50
Nm (5 m.kg). Monter les conduits de carburant.
Fig. 141.
11. Démonter l’outil de presse et remplacer le mandrin
par le mandrin 6430.
Fig. 143.
15. Effectuer un contrôle d’étanchéité. Voir page 71.
16. Faire le plein de liquide de refroidissement.
Fig. 142.
66
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Systeme de refroidissement
Description
Fig. 144. Système de refroidissement,
MD100B, TMD100A
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
Injecteur avec douille en cuivre
Canal d’aération
Tuyau d’échappement refroidi par liquide
Thermostats
Vase d’expansion
Conduit de dérivation
Echangeur de chaleur
Pompe d’eau douce
Pompe d’eau de mer
Entrée d’eau de mer
Radiateur d’huile
Eau de mer allant du moteur au radiateur
d’huile de l’inverseur
Fig. 145. Système de refroidissement,
TD120AG
1. Douille en cuivre d’injecteur
2. Conduit de retour de liquide de
refroidissement
3. Canal de distribution
4. Détecteur d’indicateur de niveau
(équipement accessoire)
5. Thermostats
6. Bouchon de remplissage avec clapet de
surpression
7. Vase d’expansion (peut également être
monté séparément)
8. Bouchon (sans clapet de surpression)
9. Conduit de régularisation vers le vase
d’expansion
10. Radiateur
11. Radiateur d’huile (équipement
accessoire)
12. Pompe à liquide de refroidissement
13. Tuyaux de dérivation
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
67
Fig. 146. Circuit d’eau de mer, TAMD120
= Eau de mer
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
= Air
Radiateur d’huile, inverseur
Filtre à air
Postradiateur
Radiateur d’huile, moteur
Tubulure d’admission
Pompe à eau de mer
Echangeur de chaleur
Généralités
Antigel
Les moteurs sont équipés d’un système de refroidissement fermé de type sous pression. Les moteurs marins
ont, de plus, un système d’eau de mer séparé (figures 144
et 146). Durant la période de réchauffage, les thermostats
ferment la communication avec le radiateur, et l’échangeur de chaleur. Le liquide de refroidissement se dirige
alors par les tuyaux de dérivation sous les thermostats et
revient directement au côté aspiration de la pompe. Ceci
permet d’obtenir un chauffage rapide du moteur tout en
empêchant une baisse exagérée de la température du
moteur lors de départ à froid. Le liquide de refroidissement est envoyé dans le moteur par la pompe de circulation du type centrifuge.
En cas de températures au-dessous de 0°C, le liquide de
refroidissement devra contenir un antigel, minimum 40%
de glycol (maxi 60%). Garder le mélange d’hiver toute
l’année et compléter en cas de besoin avec de l’eau +
glycol, afin d’avoir une bonne protection contre la rouille.
Le système d’eau de mer des moteurs marins possède
une pompe à aubes qui pompe l’eau de mer à travers tout
le système.
Changer le liquide antigel une fois par an, en automne de
préférence.
Le glycol éthylène contenant des inhibiteurs conformes à
la norme BS 3151 B peut être utilisé. Nous recommandons cependant notre glycol éthylène rouge* qui contient
des additifs dosés avec précision pour la neutralisation de
l’action corrosive des produits contenus dans l’eau de refroidissement.
* No de réf. 283241, 5 kg environ 4,5 litres
Liquide de refroidissement
Le liquide de refroidissement devra être un mélange d’antirouille et d’eau ou en cas de risque de gel, de glycol et
d’eau, voir ci-dessous.
Contenance du système de
refroidissement en dm3
(litres) Radiateur standard
inclus
Dm3 (litres) de glycol nécessaires pour la protection
contre le froid jusqu’à environ:
-25°C
-40°C
-56°C
Antirouille
D100B
TD100A
36
15
20
22
Dans les cas où l’antigel n’est pas nécessaire, ajouter de
l’antirouille à l’eau de refroidissement. L’antirouille vendu
par Volvo Penta est livré sous forme de sachets de 113
grammes (réf. 1128383).
TD120AG
TD120C
60
24
33
36
TID120FG
40
16
21
24
Nettoyer soigneusement le système de refroidissement et
délayer l’antirouille dans quelques dm 3 (litres) d’eau
avant de remplir le système de refroidissement.
MD100B
TMD100A
40
16
21
24
TMD120A
TAMD120B
50
20
27
30
REMARQUE : L’antirouille n’empêche pas la formation de
glace et ne doit donc être employé que lorsque la température est au-dessus de 0°C.
Remarquer que le glycol ou un autre antigel ne doit jamais être employé en même temps que l’antirouille.
68
La protection est assurée jusqu’à une température minimum de -56°C. Toute augmentation de la contenance du
mélange en glycol au-delà de limites prescrites affaiblit la
protection antigel.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Conseils pratiques de
reparation
Contrôle du radiateur
(moteurs industriels)
Remarque: Fermer la valve de fond avant d’effectuer
quoique ce soit sur le système de refroidissement des moteurs marins.
Contrôler le système tubulaire du radiateur extérieurement pour s’assurer qu’il n’y a pas d’insectes ou d’autres
impuretés qui empêchent le passage de l’air. Le cas
échéant, rincer le système tubulaire avec de l’eau et réparer les lamelles déformées par des projections de
cailloux. Cela s’applique aussi au refroidisseur d’air d’admission sur TID120FG.
En ce qui concerne la vidange et le plein de liquide de refroidissement, voir manuels d’instructions respectifs.
Changement de liquide de
refroidissement
Lors du changement du liquide de refroidissement, le système devra être rincé à l’eau. Vérifier en même temps que
tous les tuyaux et raccords sont bien étanches, et remédier aux fuites éventuelles. Echanger tout flexible fissuré
ou endommagé.
Température de liquide de
refroidissement trop élevée
Les causes probables d’une élévation exagérée de la
température de liquide de refroidissement sont les suivantes :
●
Insuffisance de liquide de refroidissement.
●
Gêne au passage de l’air à travers le radiateur, radiateur encrassé (moteurs industriels)
●
Tension insuffisante des courroies.
●
Système de refroidissement bouché.
●
Thermostats défectueux.
●
Indicateur de température défectueux.
●
Avance à l’injection mal réglée.
●
Turbine de pompe à eau de mer endommagée (moteurs marins)
Température de liquide de
refroidissement trop basse
Pertes de liquide de refroidissement
On distingue deux types de pertes de liquide de refroidissement :
●
Pertes en cours de conduite.
●
Pertes à l’arrêt d’un moteur chaud.
Les pertes en cours de conduite peuvent résulter soit d’un
manque d’étanchéité au circuit de refroidissement, soit de
la pénétration de l’air ou des gaz de combustion dans le
circuit de refroidissement, entraînant un rejet d’eau par le
clapet de surpression. Les fuites peuvent également provenir d’un manque d’étanchéité aux joints de culasses ou
à des défauts au compresseur d’air.
Les pertes à l’arrêt d’un moteur chaud proviennent surtout
de l’état défectueux du clapet de surpression.
Nettoyage du système de
refroidissement
Un rinçage de tout le système doit se faire lors du remplissage et de la vidange du liquide de refroidissement additionné d’antigel. En général, il suffit de rincer le circuit
avec de l’eau propre, mais si ce procédé ne suffit pas, il
est recommandé de faire un nettoyage du système conformément à ce qui suit:
1.
Les causes probables de la baisse de température sont
les suivantes :
●
Thermostats défectueux.
●
Indicateur de température défectueux.
Contrôle de l’indicateur de température
Démonter l’indicateur de température et le plonger dans
de l’eau chaude. Noter la valeur indiquée avec un thermomètre et comparer avec l’indication donnée par l’indicateur de température. La zone verte de l’échelle correspond à une température de 50 à 95 ±5°C. S’applique aux
moteurs industriels.
Vider et bien rincer le système. Faire dissoudre un kg
d’acide oxalique1) dans 5 dm3 (litres) d’eau chaude et
mettre le mélange dans le système. Ajouter de l’eau
propre. Faire tourner le moteur à la température normale de marche pendant environ une heure.
Attention : Faire attention aux mains et au visage car
la solution d’acide oxalique est caustique.
2.
Vider le système de refroidissement et rincer immédiatement et très soigneusement avec de l’eau propre.
Durant ce rinçage, le (les) thermostat (s), les durits
supérieures et inférieures de radiateur (moteurs industriels) et les robinets de vidange doivent être démontés pour activer autant que possible la vidange.
Ne pas oublier le chauffe-moteur et l’élément de
chauffage s’il en existe. Continuer le rinçage jusqu’à
ce que l’eau qui s’échappe du système soit parfaitement propre.
1) Formule de l’acide oxalique
C2H2O4 + 2H2O
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
69
3.
Faire dissoudre 250 grammes de carbonate de
soude2) (soude) ou de bicarbonate dans 5 dm3 (litres)
d’eau et mettre le mélange dans le système. (REMARQUE : Ne jamais employer de la soude caustique.) Faire l’appoint avec de l’eau propre. Faire
tourner le moteur à la température normale de
marche pendant environ 15 minutes. Ce point doit
être rigoureusement observé car il faut que l’acide
oxalique soit parfaitement neutralisé.
4.
Bien rincer le système comme décrit au paragraphe
2. Pour obtenir un bon résultat, on peut employer de
l’eau additionnée d’air, en notant que l’eau doit être
envoyée à contre-courant.
En cours de rinçage, il convient de vérifier toutes les durits
et de remplacer celles qui sont gonflées, détachées
ou endommagées d’une manière ou d’une autre.
5.
Fig. 148. Thermostat
1.
2.
3.
4.
Faire le plein du système avec le liquide de refroidissement recommandé par Volvo Penta.
2) Formule du carbonate de soude
Soupape de thermostat
Support
Corps senseur
Soupape de déviation
Na2CO3 + 10H2O
Réglage des courroies d’entraînement
Remplacer les courroies usées, endommagées ou tachées d’huile. REMARQUE : Les courroies appariées doivent toujours être remplacées en même temps.
Tendre les courroies après avoir desserré le galet tendeur
(ou l’alternateur). Les courroies doivent pouvoir être enfoncées d’environ 10 mm en un point situé à mi-chemin
entre les poulies si la tension est correcte. Au centre du
galet tendeur se trouve une prise à carré conducteur pour
clé 12,5 mm (1/2"). Se servir d’une poignée à douille,
maintenir les courroies tendues et serrer l’écrou au couple de 120 Nm (12 m.kg).
Moteurs équipés de tendeur automatique de courroies :
Si la cote indiquée sur la figure est moindre de 3 mm, cela
indique que les courroies sont arrivées à un degré d’usure nécessitant le rechange et cela même si aucun dommage n’est apparent.
Fig. 147. Tendeur automatique de courroies
70
Démontage des thermostats
1.
Vider une partie du liquide de refroidissement.
2.
Moteurs industriels : Déposer le couvercle du carter
de thermostats et extraire les thermostats.
Moteurs marins: Déposer le couvercle de
l’échangeur de chaleur, desserrer le support et déposer les thermostats.
3.
Contrôler le fonctionnement des thermostats dans de
l’eau chaude. Les thermostats devront s’ouvrir et se
fermer suivant les valeurs indiquées dans « Caractéristiques techniques ». Vérifier aussi qu’aucune
impureté ne se trouve entre la soupape de thermostat
et le siège. Remarque : Si le thermostat ne se ferme
pas complètement, le moteur fonctionne à une température trop basse.
Deux thermostats marqués 76° ainsi qu’un thermostat
central marqué 70° sont montés sur les moteurs marins.
Fig. 149. Vis de support d’injecteur
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Contrôle de l’étanchéité
Pour le contrôle de l’étanchéité du moteur complet, se
servir de l’outil spécial (2680) et d’air comprimé.
Fig. 151. Radiateur d’huile, moteur marin
Nettoyage du radiateur d’huile de
l’inverseur
Fig. 150. Appareil 2680 pour essai sous pression du système de refroidissement
1. Manomètre
2. Bouton de
réglage
3. Clapet de décharge
4. Robinet de fermeture
5. Bouchon
1.
Enlever le bouchon de remplissage pour le liquide de
refroidissement et monter le dispositif d’essai 2680 à la
place.
2.
Dévisser le bouton de réglage (2) afin d’éviter tout risque de surpression. Connecter le dispositif à une prise
d’air comprimé.
3.
Etancher le conduit de drain du tuyau de remplissage.
4.
Ouvrir le robinet (4) et visser le bouton (2) vers
l’intérieur jusqu’à ce que le manomètre indique 70 kPa
(0,7 bar). Fermer le robinet et vérifier si la pression
baisse.
5.
En cas de fuites difficiles à localiser, vider l’eau de refroidissement. Lâcher la pression tout en badigeonnant d’eau savonneuse les raccords des flexibles et
les robinets de vidange pour la détection des fuites.
Veiller à ce que la pression ne dépasse pas 70 kPa
(0,7 bar). Une pression supérieure peut parfois endommager l’étanchéité de la pompe à eau douce.
Nettoyage du radiateur d’huile
Le nettoyage se fait de la même façon que pour le radiateur
d’huile du moteur. Pour l’essai de pression du radiateur
d’huile d’inverseur démonté séparément, employer du varnolen à une pression de 3000 kPa (30 bars).
Remarque : Suivre les règles de sécurité de rigueur.
Nettoyage de la cartouche de l’échangeur
de chaleur (moteurs marins)
1.
Démonter les conduits de liquide de refroidissement
sur le couvercle de l’échangeur de chaleur, à tribord.
2.
Enlever les vis des deux couvercles et déposer ces
derniers. Sur MD120A, TMD120A et TAMD120B, le
couvercle est fixé par quatre vis et une vis centrale à
tribord. Sur MD100B et TMD100A, le couvercle est fixé
par des vis centrales.
3.
Sortir la cartouche et la nettoyer intérieurement et extérieurement avec des brosses appropriées. Nettoyer
aussi les surfaces accessibles dans le boîtier de
l’échangeur de chaleur. Rincer les pièces.
4.
Lors du montage, veiller à ce que le trou dans la cartouche coïncide avec le trou du boîtier. Changer tous
les joints d’étanchéité et les lubrifier avant la montage.
5.
Pour un essai de pression de l’échangeur de chaleur
démonté séparément, employer de l’eau sous une
pression de 200 kPa (2 bars). Remarque: Suivre les
règles de sécurité de rigueur.
Les radiateurs d’huile des moteurs industriels de version
standard ne peuvent pas être démontés, c’est pourquoi le
nettoyage se fait par rinçage interne. Pour les moteurs industriels où le radiateur d’huile est placé face à la transmission, vers le bas, le nettoyage sera exécuté de la même façon que pour les moteurs marins.
1.
Démonter les deux flasques et sortir la cartouche (voir
figure 151).
2.
Nettoyer la cartouche avec de l’essence et sécher à
l’air comprimé. Nettoyer avec une brosse appropriée.
3.
Mettre des nouveaux joints d’étanchéité lors du montage. Pour l’essai de pression d’un radiateur d’huile
démonté séparément, employer du varnolen à une
pression de 800 kPa (8 bars).
Remarque: Suivre les règles de sécurité de rigueur.
Fig. 152. Echangeur de chaleur, moteur marin
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
71
Nettoyage du postradiateur, TAMD120
REMARQUE : Si une grande quantité d’eau s’écoule par
le trou de vidange au fond du boîtier, la cartouche doit
être démontée et soumise à une pression d’essai avec de
l’eau à 200 kPa (2 bars). Le boîtier doit être soumis à une
pression d’essai avec de l’air à 100 kPa (1 bar). Remarque : Suivre les règles de sécurité de rigueur.
1.
Déposer les conduits du couvercle du postradiateur
et de la partie inférieure.
2.
Dévisser les vis qui maintiennent le couvercle et les
enlever. Retirer la cartouche.
3.
Rincer et nettoyer la cartouche extérieurement et intérieurement. Au besoin, nettoyer aussi le boîtier. Le
boîtier est fabriqué en métal léger c’est pourquoi, il
faut éviter, lors du nettoyage, d’employer des produits
pouvant attaquer le métal. REMARQUE : Veiller à
éviter toute pénétration d’impuretés dans la tubulure
d’admission du moteur.
4.
Vérifier que le trou de vidange au fond du boîtier est
bien débouché ou le nettoyer. Changer les joints
d’étanchéité et le joint torique. Remonter les pièces.
Fig. 154. Emplacement des électrodes en zinc
Fig. 155. Emplacement des électrodes en zinc
Pompe à eau de mer
(moteurs marins)
Echange de la turbine de pompe
1.
Dévisser les vis du couvercle et le déposer. Déloger
la roue à aubes à l’aide de deux tournevis. Remarque : Bien couvrir les lames des tournevis afin
d’éviter d’endommager le corps de pompe.
2.
Nettoyer le corps de pompe intérieurement.
3.
Enfoncer la nouvelle roue et monter les rondelles
d’étanchéité à l’extrémité extérieure du centre de la
turbine si cela n’a pas déjà été fait. Remonter le couvercle en mettant un joint neuf.
Fig. 153. Nettoyage du postradiateur, TAMD120
Contrôle des électrodes en zinc
(moteurs marins)
Démonter les électrodes (pour l’emplacement, voir figures
154 et 155), et les racler ou les brosser avec une brosse
d’acier pour enlever tous dépôts éventuels. Si les électrodes sont réduites d’au moins 50% de leur grandeur originelle, elles devront être remplacées. Lors du montage,
veiller à avoir un bon contact métallique entre les électrodes et la masse du moteur. Remarque : TAMD120A a
aussi une électrode en zinc dans le couvercle du postradiateur.
Fig. 156. Echange de la roue à aubes
72
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Echange des roulements de la pompe à
eau de mer
Fig. 157. Pompe à eau de mer
1.
2.
3.
4.
Couvercle
Garniture
Roue à aubes
Bague de butée
(modèle nouveau :
circlips)
5.
6.
7.
8.
9.
Bague en charbon
Bague en céramique
Corps de pompe
Bague de retour d’huile
Carter de roulement
Echange des joints d’étanchéité de la
pompe à eau de mer
1.
Démonter la pompe et enlever le couvercle.
2.
Déloger la roue à aubes de la pompe en se servant
de deux tournevis. Remarque : Bien couvrir les lames
des tournevis afin d’éviter d’endommager le corps de
pompe.
3.
Enlever le circlips sur l’embout de l’arbre. Dévisser et
déposer le corps de pompe en même temps que les
joints d’étanchéité. Enlever les joints d’étanchéité se
trouvant dans le corps de pompe.
4.
Poser la nouvelle bague en céramique (6, figure 157)
dans le corps de pompe avec le capot caoutchouc
tourné vers le bas. Remarque : Comme la bague en
céramique ne doit pas être en contact avec de la
graisse, éviter de la toucher directement avec les
doigts. Mettre une petite feuille plastique transparente
comme protection et enfoncer la bague en céramique
en place avec un manche de marteau par exemple.
5.
S’assurer que la bague de retour d’huile (8) se trouve
en place sur l’embout de l’arbre. Bien visser le corps
de pompe.
6.
Enfoncer la douille en laiton avec la bague en charbon (5) tournée du côté de la bague en céramique.
Remarque : Comme la bague en charbon ne doit pas
être en contact avec la graisse, éviter de la toucher
directement avec les doigts. Monter le circlips (4) sur
l’arbre.
7.
Monter la roue à aubes de la pompe. Veiller à ce que
la rondelle d’étanchéité à l’extrémité extérieure du
centre la roue à aubes soit correctement positionnée.
Revisser le couvercle en mettant un joint neuf.
8.
Reposer la pompe sur le moteur. Ne pas oublier les
joints d’étanchéité au carter de distribution.
1.
Déposer la pompe et enlever la roue à aubes, les
joints d’étanchéité et le corps de pompe (voir
« Echange des joints d’étanchéité »).
2.
Dévisser l’écrou d’arbre et déloger le pignon avec
deux tournevis. Enlever la clavette.
3.
Enlever le circlips et extraire l’arbre en même temps
que les roulements. Enlever les joints d’étanchéité à
l’intérieur du carter de roulements.
4.
Contrôler les roulements et les remplacer s’ils sont
endommagés. Monter un nouveau joint d’étanchéité
dans le carter de roulements. Le côté avec le ressort
doit être tourné vers les roulements.
5.
Graisser les roulements et les monter en même
temps que l’arbre dans le corps de pompe. Fixer le
circlips, placer la clavette et monter le pignon.
6.
Poser la rondelle et bien serrer l’écrou. Remonter les
autres pièces, (voir « Echange des joints
d’étanchéité »).
Pompe à liquide de
refroidissement (pompe à eau douce)
Dépose
Moteurs industriels (Ne s’applique pas à TD120C,
TID120FG)
1.
Vider une partie de l’eau de refroidissement et déposer
le ventilateur.
2.
Desserrer les tendeurs de courroies et déposer les
courroies. Moteurs de la série 120 : Déposer la console avec la turbine.
3.
Débrancher le flexible inférieur sur la pompe. Dévisser
les 6 vis maintenant la pompe contre le carter de thermostats. Déposer la pompe.
Fig. 158. Pompe à liquide de refroidissement, tous les moteurs excepté TD120C, TID120FG
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
73
Remise à neuf de la pompe à liquide de
refroidissement,
moteurs marins et TD120AG
Outils spéciaux: 2265, 2266, 2267, 2268, 2429
Démontage
1.
Enlever les vis du flasque d’entraînement et celles de
la poulie extrême. Extraire la goupille de serrage
servant à la fixation du moyeu sur l’arbre de pompe.
2.
Extraire, au moyen d’un mandrin de 14 mm de diamètre, l’arbre de pompe avec la roue à aubes du
flasque d’entraînement et de la poulie extrême.
3.
Poser la pompe comme indiqué sur la figure 161 et
en se servant du mandrin 2268, extraire la roue à
aubes, la bague d’étanchéité, la déflectrice et le
roulement arrière d’un seul bloc.
Fig. 159. Vis de fixation de la pompe de liquide de refroidissement, TD120C, TID120FG
Moteurs marins
1.
Dévisser le galet tendeur et enlever les courroies.
2.
Déposer la poulie de la prise de mouvement pour la
pompe à eau douce et l’alternateur.
3.
Vider une partie du liquide de refroidissement déposer l’échangeur de chaleur.
Remarque : Pour déposer l’échangeur de chaleur, le
couvercle doit être déposé et les vis maintenant
l’échangeur de chaleur au corps de pompe
dévissées (voir figure 160).
4.
Déposer la pompe.
Fig. 160. Démontage des vis de fixation de l’échangeur
de chaleur
74
Fig. 161. Démontage de la roue à aubes, des roulements
et de la bague d’étanchéité
4.
Enlever le circlips du roulement avant.
5.
Placer l’appui 2266 (figure 162) dans l’axe allongé
du corps de pompe et adapter l’extracteur 2265. Extraire la poulie avec les roulements.
Fig. 162. Démontage de la poulie
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
6.
Extraire les roulements de la poulie en se servant du
mandrin 2267.
Remontage
Outils spéciaux: 2267, 2268, 2269, 2270
REMARQUE : Utiliser la graisse Volvo No de réf. 1161121
ou une graisse résistante à la chaleur équivalente.
1.
Remplir le roulement intérieur de graisse. Tourner la
partie étanche vers le bas et enfoncer le roulement
dans le moyeu/poulie à l’aide du mandrin 2267.
Fig. 163. Extraction des roulements
7.
Bien nettoyer toutes les pièces.
Fig. 165. Montage du roulement dans la poulie
2.
Vérification
Placer le gabarit de fixation 2269 à la place de la
roue à aubes (figure 166). Presser la poulie et le
roulement à l’aide du mandrin 2267.
Les roulements éliminés doivent être échangés. Vérifier la
tolérance d’ajustement des roulements par rapport à l’axe
et au corps de la pompe. Les pièces endommagées doivent être échangées.
Veiller à ce que la roue à aubes soit intacte. La roue à
aubes et l’arbre de pompe sont livrés appariés comme
pièces de rechange.
A chaque remise en état du moteur, remplacer la bague
d’étanchéité, la bague déflectrice et la bague d’usure.
Note : Afin d’éviter tout risque de précontraintes sur les
roulements lors de la remise à neuf des pompes à liquide
de refroidissement, observer ce qui suit :
1.
Vérifier la cote (B), elle devra être de 45,6 à 46,6 mm
pour la série 100 et 57,6 à 58,5 mm pour la série 120.
Si la cote mesurée est moindre que la valeur minimum prescrite, le corps de la pompe devra être
échangé pour éviter les précontraintes lors du montage du circlips.
Fig. 166. Montage de la poulie et du roulement arrière
3.
Remonter la douille d’écartement 1) après avoir rempli l’espace qui l’entoure de graisse. Remplir le roulement extérieur de graisse et le presser à l’aide du
mandrin 2267. Si ce roulement est à billes, le roulement et la piste extérieure sont montés en premier
lieu et la piste intérieure est montée ensuite. Monter
le circlips.
1)
Fig. 164. Cote du tourillon
Les anciennes versions de moteurs marins sont munies
d’une douille d’écartement extérieure et d’une douille
d’écartement intérieure. Sur cette version de pompe, le
roulement à billes extérieur a été remplacé par un roulement à rouleaux.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
75
Fig. 169. Montage de la bague d’étanchéité
Fig. 167. Montage du roulement arrière
dans le corps de la pompe
4.
5.
Poser la pompe sur une contre-bouterolle comme indiqué sur la figure 167. Remplir de graisse le roulement arrière et l’espace situé derrière le logement du
roulement puis enfoncer le roulement arrière en se
servant du mandrin 2268. Le roulement doit être
monté de façon à ce que sa rondelle d’étanchéité soit
tournée du côté de la roue à aubes.
Poser la bague déflectrice avec bride tournée du côté
opposé au roulement et remonter la bague
d’étanchéité avec le mandrin 2270 (figure 169). Remarque : La bague de charbon et la bague
céramique qui font partie de la bague d’étanchéité ne
doivent pas être en contact avec la graisse ou
touchées directement avec les doigts. Plonger la
bague d’usure dans de l’eau savonneuse et la monter avec le siège en caoutchouc sur la roue à aubes.
Fig. 168. Roulement arrière et bague d’étanchéité
76
6.
Tourner la pompe et la placer de façon à ce que
l’embout d’arbre repose contre l’appui, l’arbre de la
pompe pouvant alors tourner librement.
Veiller à ce que la bague déflectrice soit correctement
orientée et faire passer l’arbre à travers la bague
d’étanchéité. Enfoncer l’arbre de la roue à aubes
jusqu’à avoir un jeu de 0,9 à 1,1 mm entre le corps de
la pompe et les aubes.
7.
Remonter le moyeu de ventilateur et le flasque
d’entraînement. En cas de montage d’une nouvelle
roue à aubes et d’un nouvel arbre, percer un trou
dans l’arbre pour la goupille de serrage. Monter la
goupille de serrage. Remettre et serrer les vis de fixation du moyeu de ventilateur et du flasque
d’entraînement.
Fig. 170. Montage du moyeu de ventilateur
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Remise à neuf de la pompe à liquide de
refroidissement, D100B, TD100A
3.
Enlever le circlips et retirer le moyeu à l’aide de l’outil
2265. (Placer l’outil 2266 comme contre-bouterolle
dans le trou à l’extrémité de l’arbre.
Outils spéciaux: 2265, 2266, 2267, 2268
Des poulies plus importantes ont été introduites sur les
moteurs à partir du No 105195/xxxx. La poulie de la pompe à liquide de refroidissement est munie de deux gorges
et est vissée sur le moyeu. Ces modifications ont entraîné
un déplacement vers l’avant du moyeu de ventilateur
d’environ 12 mm.
Le roulement à billes avant de la pompe de liquide de refroidissement a, sur les moteurs à partir du No 109937/
xxxx, été remplacé par un roulement à rouleaux. L’entraîneur a aussi été modifié et la goupille enlevée.
Pour la remise à neuf des anciens modèles de pompes à
liquide de refroidissement, jusqu’aux moteurs No 105194/
xxxx, le jeu de remise à neuf a été modifié de façon à introduire un roulement à rouleaux sur ces pompes (le diamètre de la poulie et l’emplacement du ventilateur ne sont
pas modifiés). L’ancien jeu de remise à neuf devra aussi,
par la suite, être employé sur les moteurs marins.
Fig. 173.
4.
Soulever la bague intérieure du roulement extérieur
ainsi que la bague entretoise hors du moyeu. Extraire
les deux roulements et la bague entretoise hors du
moyeu. Employer l’outil 2267 comme l’indique la figure.
Démontage
1.
Extraire l’arbre de la roue à aubes à l’aide de l’outil
2266. Déposer la roues à aubes et extraire l’arbre du
roulement intérieur.
Fig. 174.
5.
Fig. 171.
2.
Extraire le roulement intérieur à l’aide de l’outil 2268.
Fig. 172.
Vérifier les cotes A et B. Si la cote A est de 95,0 ± 0,2
mm, la cote B devra être de 45,55 à 45,70 mm. Si la
cote A est de 94,5 ± 0,2 mm, la cote B devra être de
46,45 à 46,55 mm. Si la cote B n’est pas exacte, le
carter de pompe devra être remplacé.
Fig. 175.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
77
4.
Montage
Outils spéciaux: 2267, 2270, 884679, 884680
Enfoncer le moyeu/poulie sur l’extrémité de l’arbre du
carter de pompe, employer la douille 884679.
REMARQUE : Employer de la graisse Volvo No de réf.
1161121 ou une autre graisse similaire au point de vue
de résistance aux hautes températures.
1.
Remplir le gros roulement avec environ 4 cm3 de
graisse. Tourner le côté étanche vers le bas et enfoncer le roulement dans le moyeu/poulie à l’aide du
mandrin 2267.
Fig. 179.
5.
Fig. 176.
2.
Mettre environ 8 cm3 de graisse dans l’espace devant
le roulement et monter la bague entretoise extérieure.
Fig. 180.
Fig. 177.
3.
Enlever la bague intérieure libre du roulement à
rouleaux et enfoncer la bague extérieure et les
rouleaux dans le moyeu/poulie, employer le mandrin
2267.
Fig. 178.
78
Monter la bague entretoise intérieure. Mettre environ
4 cm3 de graisse dans le roulement à rouleaux. Enfoncer ensuite la bague intérieure du roulement de
façon à pouvoir monter le circlips, employer la
douille 884679. Tourner le moyeu/poulie pendant le
montage pour éviter tout cisaillement. Monter le circlips sur l’extrémité de l’arbre.
6.
Monter l’arbre avec l’entraîneur. Visser ensemble
l’entraîneur et le moyeu/poulie avec deux vis.
Fig. 181.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
7.
Remplir avec environ 1 cm3 de graisse l’espace
devant le petit roulement et mettre autant de graisse
dans le roulement. Mettre un appui sous le carter de
pompe et enfoncer le roulement avec la douille
884680.
REMARQUE : Tourner le côté étanche vers le haut
(contre la roue à aubes).
10. Tremper la bague de frottement dans de l’eau savonneuse et la monter sur la roue à aubes avec le siège
en caoutchouc.
Fig. 182.
8.
Monter la bague déflectrice sur l’arbre, tourner le côté
convexe contre le roulement.
Fig. 185.
11. Mettre un appui sous l’entraîneur et enfoncer la roue
à aubes de façon à avoir un espace de 1 mm entre la
roue et le carter. Vérifier que la roue peut tourner facilement.
Fig. 183.
9.
Monter le joint à l’aide de l’outil 2270.
REMARQUE : Les outils anciens devront être munis
d’un trou central plus profond. Note : La bague de
charbon et l’autre en céramique faisant partie de
l’étanchéité ne doivent pas entrer en contact avec la
graisse ou être touchées des doigts.
Fig. 184.
Fig. 186.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
79
Remise à neuf de la pompe à liquide de
refroidissement, TD120C, TID120FG
7.
Enfoncer et déposer l’axe de roulement avec le mandrin 2266.
Outil spécial: 2266
Démontage
1.
Déposer les joints toriques de la pompe. Placer la
pompe dans un étau avec le couvercle tourné vers le
haut.
2.
Démonter le couvercle et enlever le joint torique du
couvercle.
3.
Ouvrir la lame de serrage pour les vis maintenant le
palier et démonter les vis.
4.
Placer une contre-bouterolle sous la pompe. Observer que la roue à aubes devra pouvoir passer sans venir en contact avec la contre-bouterolle. Enfoncer
avec un mandrin (14 x 200 mm) l’arbre de pompe et
l’extraire du roulement intérieur. Observer que l’arbre
de pompe et la roue à aubes devront être enfoncés
pour être extraits. Ne pas frapper sur l’arbre de
pompe afin de ne pas endommager le double roulement.
Fig. 189.
8.
Bien nettoyer toutes les pièces. Remplacer les pièces
défectueuses ou usées. Les joints de la roue à aubes
et les autres pièces d’étanchéité seront remplacés à
chaque remise à neuf.
Montage
Outils spéciaux: 2268, 2270
1.
Monter la bague intérieure dans le carter à l’aide du
mandrin 2268. Graisser le roulement intérieur (employer de la graisse de réf. 1161121) et placer environ 0,5 cm3 de graisse entre la bague d’étanchéité et
le roulement.
Fig. 187.
5.
Déposer le roulement intérieur en tapant avec un
mandrin si le roulement est resté dans le carter de
pompe.
6.
Placer le carter de pompe dans une presse avec une
contre-bouterolle sous le carter (du côté entraînement) et enfoncer avec le mandrin 2266 pour extraire
la bague d’étanchéité intérieure, à l’avant, ainsi que
l’axe de roulement avec le double roulement et la
roue dentée.
Fig. 190.
2.
Monter le roulement intérieur dans le carter avec le
côté hermétique tourné contre la roue à aubes. Employer le mandrin 2268.
Fig. 188.
Fig. 191.
80
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
3.
Monter la bague déflectrice. Enduire l’extérieur du
joint de la roue à aubes de Permatex et enfoncer le
joint jusqu’à ce qu’il arrive contre le plan du carter de
pompe avec le mandrin 2270.
6.
Tremper la rondelle de frottement dans de l’eau
savonneuse et la monter sur la roue à aubes. Enfoncer la roue à aubes avec l’arbre dans le carter de
façon à ce que le côté arrière de la roue à aubes vienne à environ 24,3 à 24,7 mm sous la surface de
contact du carter pour le couvercle.
Fig. 195.
Fig. 192.
4.
Graisser le double roulement, placer le pignon
d’entraînement et le double roulement dans la presse
et enfoncer l’axe de roulement.
Fig. 196.
7.
Effectuer un contrôle de la position de l’arbre de
pompe dans l’axe de roulement. La distance entre
l’extrémité de l’arbre de la roue dentée et l’extrémité
de l’arbre de pompe devra être de 38,8 à 39,2 mm.
Fig. 193.
5.
Enfoncer le roulement avec le pignon dans le carter
de pompe.
Fig. 197.
Fig. 194.
8.
Monter les vis, les rondelles et les lames de serrage
pour le roulement, verrouiller les vis avec les lames
de serrage.
9.
Monter le couvercle avec un joint torique neuf.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
81
Turbocompresseur
Description
Le turbocompresseur comprend une turbine à gaz
d’échappement, un carter de roulement et un compresseur.
Les gaz d’échappement passent dans le carter de turbine
(9) avant d’arriver au système d’échappement, mettant
ainsi en rotation la roue de turbine (10). La roue de turbine entraîne alors la roue de compresseur (18) puisque
ces deux roues sont montées sur le même arbre. La roue
de compresseur est placée dans un carter de compresseur (20) branché entre le canal d’air venant du filtre à air
et la tubulure d’admission du moteur.
Lorsque la roue du compresseur tourne, l’air venant du
filtre à air est aspiré, comprimé, puis refoulé dans les cylindres du moteur avec une certaine surpression (pression de charge). Cet apport supplémentaire d’air permet
une augmentation de l’injection du carburant ainsi qu’une
combustion plus effective ce qui se traduit par une puissance plus grande, une consommation de carburant
moins élevée et des gaz d’échappement moins polluants.
Le turbocompresseur est graissé et refroidi par le système
de graissage du moteur. L’huile est amenée et drainée
par des raccords extérieurs des conduites. Sur certains
moteurs, le carter de turbine est refroidi par eau douce
Fig. 198. Turbocompresseur Holset 4 LEK
1. Ecrou de carter de
compresseur
2. Circlips
3. Joint torique
4. Palier de butée
5. Carter de roulement
6. Bague de palier
7. Circlips
8. Plaque de retour d’huile
9. Carter de turbine
10. Roue de turbine
82
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
Segment d’étanchéité
Bouclier protecteur
Rondelle de butée
Douille d’écartement
Déflecteur d’huile
Segment d’étanchéité
Bague porte-segments
Roue de compresseur
Couvercle
Carter de compresseur
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Conseils pratiques de
reparation
En cas de gaz d’échappement fortement chargés de fumées ou lorsque le moteur est particulièrement faible, le
fonctionnement du turbocompresseur peut être défectueux. La pression de charge doit alors être contrôlée.
Contrôle de la pression de charge
1.
Brancher un manomètre 6065 à la prise existante sur
la tubulure d’admission : Filetage 1/8" - 27 NPSF. Sur
les moteurs industriels, le manomètre 6065 peut être
employé avec un raccord 6223 (filetage 5/16" - 18
UNC).
2.
Les mesures se font de façon continue à pleins gaz et
à pleine charge alors que le régime moteur augmente lentement jusqu’à un régime indiqué pour
chaque type de moteur, voir « Caractéristiques techniques ». La pression de charge ne doit pas alors
être inférieure à la valeur minimum indiquée pour
chaque type de moteur.
Contrôler l’indication du compte-tours avec un tachymètre à main.
REMARQUE : Il importe de maintenir la pleine charge
aussi longtemps que possible afin de permettre à la pression de se stabiliser, ceci afin de ne pas fausser les résultats. En outre, il convient de noter que la pression varie
avec la température de l’air d’admission comme indiqué
sur la figure 199. Les valeurs de pression de charge sont
données pour une température de +20°C, c’est-à-dire que
la valeur relevée lors des mesures doit être corrigée conformément au diagramme au cas où la température d’admission lors des mesures est différente de +20°C.
Exemple : Une pression de 80 kPa (0,8 bar) relevée à une
température de -10°C correspond à une pression de 70
kPa (0,7 bar) à +20°C, c’est-à-dire que la pression de
charge diminue lorsque la température augmente (diminution de la densité de l’air).
Mesures à prendre en cas de pression de
charge trop faible
1.
Entrée d’air
Vérifier que la prise d’air dans le compartiment de
moteur est suffisamment grande. Voir les notices de
montage.
2.
Colmatage du filtre à air
Vérifier que le filtre à air n’est pas colmaté. Si nécessaire, remplacer le filtre.
3.
Fig. 199. Pression de charge à différentes températures
A. Pression de charge mesurée
B. Courbe de correction
C. Température de l’air d’admission
5.
Turbocompresseur
Vérifier qu’il y a un freinage au pivotement de l’arbre
de rotor (arbre de compresseur) ou si la roue de turbine ou la roue de compresseur frottent dans les carters correspondants. Commencer par tourner la roue
sous une pression légère, ensuite par la tirer dans le
sens axial. En cas de freinage, il faut remplacer ou
remettre à neuf le turbocompresseur le plus tôt possible. Vérifier également les roues de turbine et de
compresseur au point de vue dégâts.
En cas de service quotidien dans les endroits poussiéreux ou chargés de gouttelettes d’huile, il est recommandé de nettoyer régulièrement le carter et la
roue de compresseur. Un encrassement dans la partie compresseur peut entraîner une réduction de la
pression de charge.
La partie compresseur peut être nettoyée avec le turbocompresseur en place sur le moteur de la façon
suivante :
Démonter le carter de compresseur. Nettoyer le carter
de compresseur, la roue de compresseur et le
flasque avec de l’essence dénaturée ou un produit
similaire. Remonter le carter de compresseur et faire
une nouvelle mesure de la pression de charge.
Etanchéité
Il ne doit pas y avoir de fuites aux tubulures
d’admission et d’échappement, ainsi qu’aux raccords
de flexibles et aux autres raccords. S’assurer également que les joints entre le carter de roulement d’une
part et le carter de turbine et de compresseur d’autre
part, sont bien étanches.
4.
Commande d’accélérateur
S’assurer que cette commande arrive à déplacer le
bras de commande de la pompe d’injection jusque
dans la position de débit maximum.
Fig. 200.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
83
6.
Contrepression
Vérifier que dans des installations prêtes au service,
la compression dans le système d’échappement ne
doit pas être trop importante. Voir le prochain paragraphe « Contrôle de la contrepression des gaz
d’échappement ».
7.
Pompe d’injection
Contrôler l’angle d’avance à l’injection et le régime
de ralenti accéléré (emballement). Contrôler si
nécessaire toute la pompe au banc d’essai.
8.
5.
Faire tourner le moteur à pleine charge et à pleins
gaz pendant quelques minutes et vérifier que cette
contrepression ne dépasse pas 500 mm colonne
d’eau (5 kPa = 0,05 bar).
Un système de gaz d’échappement possédant une
contrepression trop élevée diminue la pression de
charge ce qui réduit la puissance du moteur tout en
augmentant les fumées d’échappement et la température des gaz d’échappement qui, à leur tour,
peuvent brûler les soupapes et abîmer le turbocompresseur.
Pression d’alimentation
Changer éventuellement le filtre fin à carburant. Il ne
doit pas y avoir de fuites de carburant.
9.
Injecteurs, tuyaux de refoulement
Contrôler la pression d’ouverture et la forme des jets
d’injection. Vérifier que les tuyaux de refoulement ne
sont pas endommagés.
10. Condition du moteur
Contrôler le jeu aux soupapes et la pression en fin de
compression.
Si la pression de charge n’est pas correcte bien que tout
soit normal aux points mentionnés ci-dessus, le turbocompresseur devra être remis à neuf ou remplacé.
Fig. 201. Contrôle de la contrepression des gaz
d’échappement
1. Bride de mesure
2. Conduit d’échappement
3. Flexible transparent rempli partiellement d’eau. La cote A ne
doit pas dépasser 500 mm sur moteurs chargés par
turbocompression
Contrôle du jeu axial et du jeu radial
Normalement ces contrôles ne se font que lors d’une remise à neuf du turbocompresseur lors de la mesure de
son usure.
Jeu axial
Mettre à zéro la pointe du comparateur à cadran contre
l’extrémité de l’arbre de turbine.
Presser vers le haut la roue du compresseur en direction
du comparateur jusqu’à ce qu’elle bute et relever la lecture.
Presser vers le bas la roue de la turbine jusqu’à ce qu’elle
bute et relever la lecture.
Contrôle de la contrepression des gaz
d’échappement
Jeu axial .................................................. Maxi 0,15 mm
Outil spécial : Bride de mesure de contrepression 884510
1.
Démonter le tuyau d’échappement de la tubulure
d’échappement du turbocompresseur. Déposer les
goujons.
2.
Bien nettoyer les surfaces de contact. Monter les goujons se trouvant avec les brides.
3.
Monter la bride de mesure sur le carter de turbine
avec les joints sur les deux côtés. Remonter le tuyau
d’échappement.
4.
Brancher un flexible transparent à la bride de mesure
comme le montre la fig e 201 ou un manomètre de
basse pression. La cote A indique la contrepression
dans le conduit des gaz d’échappement en mm colonne d’eau.
84
Fig. 202. Mesure du jeu axial
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Jeu radial
On n’a besoin de contrôler le jeu radial que sur le côté turbine.
Mesure par comparateur à cadran.
Placer la pointe de l’indicateur d’après la flèche sur la figure. Presser la roue de la turbine vers le bas et relever la
lecture.
Presser la roue de la turbine dans le sens opposé et relever la lecture.
Jeu radial ................................................. Maxi 0,61 mm.
Fig. 203. Mesure du jeu radial
Fig. 204. Holset 4 LGK
Dépose du turbocompresseur
1.
Bien nettoyer tout autour du turbocompresseur.
2.
Déposer le filtre à air (moteurs marins). Si le turbocompresseur est refroidi par liquide, vidanger une
partie de ce liquide. Détacher les tuyaux du liquide
de refroidissement du côté turbocompresseur.
3.
Détacher les raccords du côté compresseur. Détacher les tuyaux d’huile.
4.
Défaire le raccord du tuyau d’échappement avec la
turbine. Dévisser les écrous de fixation du compresseur et déposer ce dernier.
4.
Démonter la bague de fixation (13) et déposer le carter de roulement (9).
5.
Serrer avec soin le moyeu de la roue de la turbine
dans un étau (muni de mordaches). Faire particulièrement attention aux roues à aubes.
6.
Dévisser l’écrou de l’arbre de la roue du compresseur. Se servir d’une poignée à douille afin de ne
pas soumettre l’arbre de la turbine à des charges en
biais. Déposer la roue du compresseur.
7.
Démonter le circlips et soulever le couvercle (5) à
l’aide de deux tournevis. Déposer la bague
porte-segment et le joint torique.
Démontage
1.
Fixer le compresseur par la bride d’échappement
dans un étau.
2.
Tracer des repères entre le carter de turbine (14, figure 204), le carter de roulement (9) et le carter de
compresseur (1).
Lors du remontage, il est important de remettre ces
pièces exactement à leur position d’origine.
3.
Déposer le carter de compresseur. Frapper s’il le faut
à l’aide d’un maillet en caoutchouc de façon à séparer les pièces.
Note : Prendre soin lors de la dépose du carter de ne
pas endommager les roues du compresseur et de la
turbine. Ces pièces ne peuvent pas être réparées et
doivent être remplacées si elles sont endommagées.
Fig. 205. Démontage du circlips
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
85
8.
9.
Enlever le déflecteur d’huile, la rondelle de butée, la
douille d’écartement et la rondelle de butée intérieure. Les deux goupilles cannelées, dans le carter
de roulement, ne doivent pas être sorties.
Enlever la carter de roulement de l’arbre. Enlever le
circlips et déposer le bouclier protecteur (11).
10. Enlever le circlips de la bague de palier du côté de
compresseur en faisant attention de ne pas endommager le carter de roulement. Enlever la bague de
palier et en cas de besoin, le circlips du fond.
11. Enlever le circlips de la bague de palier du côté de la
roue de turbine. Enlever la plaque de retour d’huile et
sortir la bague de palier et en cas de besoin, le circlips du fond.
Vérification
Roue de turbine avec arbre
Contrôler la roue de turbine et l’arbre pour s’assurer que
ces pièces ne sont pas défectueuses. Les aubes de la turbine ne doivent pas être retournées, cassées ou usées.
Une roue de turbine ne doit jamais être redressée. Les
détails abîmés doivent être changés. Vérifier que l’arbre
est bien droit. Voile maxi permis : 0,02 mm.
Contrôler le voile de la roue de turbine. Voile maxi permis
0,05 mm pour un rayon de mesure de 42 mm.
Contrôler le diamètre sur la portée de palier de l’arbre. Le
diamètre minimal de l’arbre est de 14,251 mm.
12. Enlever les segments de leurs supports et de l’arbre
de turbine.
Fig. 206. Vérification de l’arbre.
Nettoyage
Avant le nettoyage, les pièces doivent être inspectées en
vue de découvrir toute marque de friction, d’échauffement
ou autres dommages difficiles à repérer après le nettoyage.
Laver la roue de turbine, le carter de turbine et le carter de
roulement avec une solution décalaminante. La roue et le
carter de compresseur doivent être lavés dans un produit
décapant froid. La portée de palier de l’arbre devra être
protégée par un ruban adhésif ou autre pour qu’ils ne
soient pas endommagés par le produit. Une fois la suie
dissoute, les pièces doivent être rincées à l’eau chaude
ou à la vapeur.
Fig. 207. Vérification de la roue de turbine
Pour le grattage de la suie, utiliser un racloir en plastique
et lors du brossage, utiliser une brosse en crin. Ne pas utiliser des brosses en acier. Polir la face arrière de la roue
de turbine, les portées de paliers du carter de roulement
et de l’arbre avec du papier émeri, papier Norton No 3/0
par exemple.
Bagues de paliers, segments d’étanchéité
Sécher les pièces à l’air comprimé. Vérifier que le carter
de turbine est parfaitement propre et bien débarrassé des
écailles de calamine qui pourraient ensuite se détacher et
abîmer la roue de turbine. Vérifier soigneusement les canaux du carter de roulement. Nettoyer les autres pièces.
Changer les bagues de paliers et les segments
d’étanchéité à chaque remise à neuf. Les bagues de paliers doivent avoir un ajustement tournant dans le carter
de roulement. Le jeu de segment dans gorge est de 0,076
à 0,152 mm, maxi 0,204 mm.
86
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
4.
Roue de compresseur
Vérifier la roue de compresseur au point de vue fissures
et autres dégâts. Remplacer la roue de compresseur si
celle-ci est déformée. En général, voir le paragraphe
« Roue de turbine avec arbre ».
Centrer les segments, décaler les groupes de segments et placer la roue de turbine et l’arbre dans le
carter de roulements. L’arbre ne doit absolument pas
être forcé dans le carter de roulements.
Carter de roulement, carter de compresseur, carter de
turbine
Faire un contrôle au point de vue fissures et usure dues
aux segments d’étanchéité.
Paliers de butée et rondelles de butée
Ces pièces sont comprises dans le jeu de remise à neuf.
Effectuer l’échange de ces pièces à chaque fois que le
moteur est remis à neuf.
Remontage
Avant le remontage, vérifier que toutes les pièces sont
bien nettoyées. Il est très important qu’aucune particule
étrangère ne pénètre dans la turbine pendant le remontage. Lubrifier toutes les parties mobiles à l’aide d’huile
moteur propre pendant le remontage.
1.
Placer les bagues de paliers et les circlips dans le
carter de roulements. Ne pas oublier la plaque de retour d’huile du côté de la turbine. Vérifier que les bagues de paliers peuvent tourner librement.
Fig. 210.
5.
Placer la rondelle de butée (5), la douille
d’écartement (4), le palier de butée (3), la rondelle de
butée extérieure (2) et le déflecteur d’huile (1).
Fig. 208.
2.
Monter le bouclier de protection sur le côté turbine du
carter de roulement ainsi que le circlips.
3.
Placer les segments sur l’arbre de la roue de turbine.
Prendre soin de ne pas les briser ou qu’ils ne viennent pas endommager les surfaces de paliers.
Fig. 211. Palier axial
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Fig. 209.
Déflecteur d’huile
Rondelle de butée
Palier de butée
Douille d’écartement
Rondelle de butée
Monter les segments d’étanchéité sur la bague portesegments. Les coupes des segments sont tournées
de 90° de chaque côté par rapport à l’entrée d’huile
du carter de roulements.
Placer la bague porte-segments dans le couvercle et
reposer le couvercle et le joint torique.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
87
Pose du turbocompresseur
REMARQUE : Déterminer toujours la cause de l’échange
de turbocompresseur. Prendre les mesures nécessaires
avant de monter un nouveau compresseur.
Les dégâts aux paliers du turbocompresseur sont presque toujours provoqués par les dépôts d’impuretés dans
l’huile de graissage du moteur. Ceci peut être constaté en
soulevant un cache-culbuteur. En cas d’impuretés, tout le
système de graissage devra être nettoyé avant de monter
un turbocompresseur neuf ou remis à neuf.
Employer une huile de qualité adéquate et effectuer la vidange d’huile suivant les instructions du manuel de façon
à maintenir le rotor bien propre,
1.
Vidanger l’huile du moteur et remplacer le filtre à
huile. Nettoyer les conduits de refoulement et de retour d’huile du turbocompresseur.
2.
Nettoyer le collecteur d’échappement des écailles de
calamine et de suie éventuelles puis monter le turbocompresseur sur le moteur.
Fig. 212. Montage du circlips
7.
Monter le circlips, le chanfrein étant tourné vers le
haut.
3.
Nettoyer le tuyau d’entrée entre le compresseur et le
moteur.
8.
Remonter la roue de compresseur et serrer l’écrou de
verrouillage, couple de serrage 19 à 22 Nm (1,9 à 2,2
m.kg).
4.
Monter un nouveau filtre à air.
5.
Poser le turbocompresseur sur le moteur. Raccorder les flexibles en caoutchouc au compresseur
après les avoir bien vérifiés. Remplacer tous flexibles
desséchés ou fissurés. Remonter le conduit de retour
d’huile du compresseur.
6.
Injecter de l’huile de lubrification dans le carter de
roulements du compresseur. Brancher le conduit de
refoulement d’huile.
7.
Si le turbocompresseur est à refroidissement par liquide, raccorder les conduits de liquide de refroidissement au carter de turbine. Remplir le liquide de refroidissement et purger le système.
8.
Raccorder le conduit d’échappement au turbocompresseur.
9.
Placer un récipient sous le raccord de retour d’huile
du compresseur afin de recueillir l’huile.
Note : Pour pouvoir supporter les contraintes dues à
un régime plus élevé et à un plus grand diamètre de
roue de compresseur, un nouvel écrou plus haut a
été introduit dans la production Holset. En même
temps que le couple de serrage passe de 20,5 Nm à
34 Nm.
Remarque : Le couple de serrage élevé, 34 Nm, ne
devra être employé que sur les nouveaux écrous.
L’ancienne version d’écrous ne doit pas être serrée à
ce couple élevé.
Ancienne version
Nouvelle version
Fig. 213. Ecrou de roue de compresseur
9.
Fixer le carter de turbine dans un étau. Enduire les
surfaces d’étanchéité du carter de turbine/carter de
roulement de Batoyle GEX 441 ou d’une graisse similaire. Placer le collier de serrage sur le carter de
roulements et monter ce dernier sur le carter de turbine d’après le repérage exécuté lors de démontage.
Faire tourner le moteur au démarreur, le bouton
d’arrêt étant enfoncé (ou bien la commande d’arrêt
tirée) jusqu’à obtention de la pression d’huile convenable.
Démarrer ensuite le moteur. Dévisser aussitôt le raccord du conduit de retour d’huile et vérifier que l’huile
circule correctement. Revisser le raccord de retour
d’huile et vérifier qu’il n’y a aucune fuite.
10. Monter le carter de compresseur d’après le repérage.
11. Vérifier le fonctionnement du rotor en faisant tourner
l’axe en même temps que la roue de turbine et presser vers l’intérieur. Presser ensuite le carter de compresseur en position et exécuter le contrôle équivalent.
12. Injecter de l’huile de lubrification dans le carter de
roulement. Placer des capuchons de protection sur
tous les orifices si l’appareil n’est pas immédiatement
posé sur le moteur.
88
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Systeme electrique
Les moteurs marins sont équipés d’un système électrique bipolaire avec alternateur. La tension du système: 24
V.
Les moteurs industriels sont équipés d’un système électrique monopolaire ou bipolaire avec alternateur. Tension
du système: 24 V.
TID120FG peut être équipé d’un alternateur monopolaire
et d’un démarreur bipolaire.
TAMD120B est de plus équipé d’un élément électrique de
démarrage. Les éléments électriques de démarrage peuvent se rencontrer sur les moteurs industriels (équipement
optionnel).
Les schémas électriques se trouvent aux pages 92 à 101.
Moteurs industriels avec alternateurs Bosch :
Enlever la mise à la masse des batteries et ensuite tous
les câbles branchés à l’alternateur. Isoler les câbles de
l’alternateur et remettre les batteries à la masse. Se rappeler d’enlever à nouveau la mise à la masse avant de
refaire les connexions des câbles de l’alternateur.
Autres moteurs :
Enlever les deux câbles de batterie. Enlever ensuite tous
les câbles de l’alternateur et du régulateur de charge. Isoler les câbles et remonter les câbles de batteries. Se rappeler d’enlever à nouveau les câbles de batteries avant
de refaire les connexions des câbles de l’alternateur et du
régulateur de charge.
Important
Noter ce qui suit pour les moteurs équipés d’un alternateur
1.
2.
Ne jamais couper le circuit entre l’alternateur et les
batteries en cours de marche du moteur. Au cas
où il existe un robinet de batterie, la fermeture de
ce dernier (circuit coupé) ne doit avoir lieu
qu’après l’immobilisation du moteur. Par ailleurs,
aucun câble électrique ne doit être déconnecté en
cours de marche du moteur sous peine
d’endommager le régulateur de charge.
Les batteries, les câbles de batteries et les cosses de
câbles doivent être contrôlés régulièrement. Les
bornes de connexion doivent être bien nettoyées et
les cosses de câbles toujours bien serrées et bien
graissées afin d’éviter toute coupure éventuelle. Par
ailleurs, tous les câbles doivent être bien serrés et
toutes les connexions doivent être du type fixe.
4.
Attention :
Les batteries (surtout les batteries auxiliaires) renferment
du gaz oxhydrique très explosif. Une étincelle pourrait
être engendrée par une mauvaise connexion des câbles
de démarrage et suffirait à provoquer l’explosion de la
batterie, ce qui mettrait le personnel en danger sans parler des dommages matériels.
Si la batterie est gelée, il faut d’abord la dégeler avant
d’essayer de démarrer à l’aide de la batterie auxiliaire.
1.
Vérifier que les batteries auxiliaires sont branchées
(en parallèle ou en série) de façon à ce que la tension concorde avec la tension du système électrique
du moteur.
2.
Raccorder une extrémité du câble de démarrage
rouge à la borne positive de la batterie auxiliaire
(marquée rouge, P ou +). Vérifier que les pinces sont
bien en position et qu’il n’y a pas de risque
d’étincelles lors de la tentative de démarrage.
3.
En cas de démarrage avec une batterie auxiliaire,
voir « Démarrage avec batterie auxiliaire ».
Raccorder l’autre extrémité du câble rouge à la borne
positive de la batterie déchargée d’où part le câble
positif allant au démarreur.
4.
En cas de réparation éventuelle de l’équipement
d’alternateur, commencer toujours par déconnecter
les deux câbles de batterie. Il en est de même en cas
de charge rapide des batteries.
Raccorder une extrémité du câble de démarrage noir
à la borne négative de la batterie auxiliaire (marquée
en bleu, N ou -).
5.
Raccorder l’autre extrémité du câble noir à un emplacement assez éloigné des batteries déchargées
(au câble négatif du robinet de batterie par exemple
ou à la connexion du câble négatif sur le moteur).
6.
Démarrer le moteur. ATTENTION: ne pas déranger
les câbles pendant la tentative de démarrage (risque d’étincelles) et ne pas se pencher sur l’une des
batteries.
7.
Enlever les câbles inversement à leur ordre de montage. ATTENTION : Les câbles ordinaires de la batterie standard ne doivent absolument pas être déconnectés.
REMARQUE : Ne jamais interchanger les bornes de
connexion positives et négatives des batteries. Comparer avec le schéma de connexions. Vérifier
régulièrement la tension des courroies de transmission.
3.
Démarrage avec batterie auxiliaire
ATTENTION : Suivre les règles de sécurité de
rigueur lors du chargement des batteries.
5.
Ne jamais essayer, avec un tournevis, par exemple,
de toucher une des bornes de connexion pour voir
s’il y a production d’étincelles.
Soudure électrique
En cas de soudure électrique sur le moteur ou sur les pièces installées, les mesures suivantes doivent être prises :
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
89
Elément de démarrage
L’élément de démarrage est compris de standard sur
TAMD120B et peut être fourni en option sur les moteurs
industriels.
L’élément de démarrage est électrique. Il a pour but de
faciliter le démarrage et de réduire la formation de fumées
lors de la mise en marche par temps froid. L’élément de
démarrage se compose de deux bandes d’éléments branchées en série et placées entre le conduit de raccord venant du turbocompresseur et la tubulure d’entrée du moteur. Sa puissance est d’environ 4 kW.
L’élément de démarrage est connecté soit par la clé de
contact soit par un interrupteur séparé. Le courant passe
d’abord par un relais qui ferme le circuit électrique allant à
l’élément de démarrage. L’élément de démarrage chauffe
alors jusqu’à incandescence (environ 700°C). Cet élément réchauffe alors l’air circulant dans la tubulure d’admission. Lorsque le moteur est froid, pour diminuer les fumées d’échappement ou si le moteur s’arrête facilement
après le démarrage, l’élément peut être maintenu en circuit pendant quelques minutes pour continuer à réchauffer l’air d’entrée après que le moteur ait démarré.
Fig. 214. Elément de démarrage, TAMD120B
Electro-aimant d’arrêt
L’électro-aimant d’arrêt est compris de standard sur les
moteurs marins, il est en option sur les moteurs industriels. Les nouvelles versions de moteurs sont munies
d’un électroaimant de marque SEM.
L’électro-aimant peut être sous tension soit en cours de
marche du moteur soit à l’arrêt du moteur. Pour arrêter le
moteur, couper le circuit dans le premier cas ou dans le
deuxième cas établir le circuit.
Conseils pratiques de
reparation
Contrôle de l’élément de démarrage
Le contrôle de l’élément de démarrage s’effectue avec un
voltmètre. Avec la clé de contact en position d’incandescence, la chute de tension entre chaque bande d’éléments devra être d’environ 12 V.
S’il n’existe aucune tension ou si la chute de tension est
trop basse, faire le contrôle suivant :
–
Tension de batteries. Si nécessaire, recharger les
batteries.
–
Câbles électriques, mauvais contact ou rupture.
–
Contacteur de démarrage. Vérifier en déconnectant
le contacteur de démarrage.
–
Relais. Vérifier en déconnectant le relais et en branchant à un gros câble électrique.
90
Dans les cas où la chute de tension de l’élément de démarrage ne correspond toujours pas aux valeurs données, remplacer celui-ci.
Avant de réassembler l’élément de démarrage, la partie
filetée des petites vis de fixation des bandes d’éléments
ainsi que la partie étroite des douilles correspondantes
devront être plongées dans un produit d’étanchéité par
exemple Wevosit D ou Permatex Super 300
Form-A-Gasket. Après le réassemblage, connecter l’élément de démarrage de façon à ce que les bandes d’éléments deviennent rouges. Déconnecter et laisser l’élément refroidir. Serrer ensuite toutes les vis.
Attention : Ne jamais employer d’aérosol de démarrage,
de l’éther ou un produit similaire lors du démarrage. Ces
gaz peuvent prendre feu au contact de l’élément de démarrage et exploser ce qui risque d’endommager la roue
du compresseur du turbo ainsi que l’entrée d’air.
Danger de blessures.
En cas de situation de détresse et lorsque l’on soupçonne
que l’élément de démarrage est endommagé, un aérosol
de démarrage peut alors être employé en prenant beaucoup de précautions. Une condition primordiale est cependant de débrancher d’abord l’élément en enlevant et
en isolant les câbles. Toucher avec la main pour s’assurer
que le tuyau où se trouve la résistance n’est pas chaud.
Mettre le moteur en marche suivant les instructions indiquées dans le manuel, vérifier l’arrivé du carburant à la
pompe d’injection et purger le système d’alimentation suivant les indications de la page 62 avant de faire un nouvel essai de démarrage.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Contrôle de l’électro-aimant d’arrêt
Si l’électro-aimant d’arrêt a été déposé ou remplacé, il
faudra faire le contrôle suivant avant le montage :
1.
Couper le circuit. Déconnecter éventuellement les câbles de batteries.
2.
Enfoncer à la main la tige de commande de
l’électroaimant et vérifier que la butée d’arrêt (axe 1),
figure 215, sur le côté arrière de l’électro-aimant dépasse d’environ 1,5 à 2 mm lorsque la tige de commande est entièrement enfoncée.
Fig. 215. Contrôle de la distance de contact
1. Butée d’arrêt (axe)
A. Environ 1,5 à 2 mm
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
91
Schemas de connexions electriques – Moteurs industriels
D100B, TD100A, TD120AG, TID120FG
Système bipolaire
Tableau de bord
(Voir aussi page 94)
Dans le cas de montage d’un élément de démarrage
électrique, une nouvelle serrure de contact avec position
d’incandescence et fonction démarrage devra être utilisée, voir page 95.
31.
32.
33.
34.
35.
36.
37.
38.
39.
40.
41.
Eclairage de tableau
Compte-tours
Compteur d’heures
Manomètre d’huile
Thermomètre de liquide de refroidissement
Interrupteur d’éclairage de tableau
Lampe témoin de charge
Bouton d’arrêt
Bouton de débrayage de stop automatique
Bouton de démarrage
Contacteur à clé
Moteur
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
Batteries
Démarreur
Alternateur
Régulateur de charge
Fusible
Témoin de température de liquide de
refroidissement
Témoin de pression d’huile (compteur
d’heures)
Moteur régulateur de tours
Témoin de pression de carburant
Témoin de pression d’huile
Avertisseur
Electro-aimant d’arrêt’
Commande de compte-tours
Relais
Thermocontact (liquide de refroidissement)
Manocontact d’huile
1)
Electro-aimant d’arrêt: Il existe deux
alternatives de connexions.
A. Sous tension en cours de marche.
Le câble entre les bornes de connexion 113
et 115 est supprimé (pointillé)
Sous tension à l’arrêt.
B. Le câble entre les bornes de connexion 113
et 115 est maintenu (pointillé), et la connexion
87a sur le relais 14 est supprimée.
Couleur des
câbles
Rapport en mm2/AWG
BL = Bleu
W = Blanc
BR = Brun
RD = Rouge
GN = Vert
SB = Noir
mm2
1,5
2,5
6
16
70
GR = Gris
YE =Jaune
AWG
15 (16)
13
9(10)
5
00
Section de câbles en mm2
92
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
TD120C
Système monopolaire
Tableau de bord
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
A.
Eclairage de tableau
Manomètre d’huile
Interrupteur d’éclairage de tableau
Thermomètre
Lampe témoin de charge
Contacteur à clé
Bouton d’arrêt
Bouton de débrayage de stop automatique
Bouchon
Est connecté uniquement sur moteurs à
arrêt électrique
Câbles 8, 9, 20 = 2, 5 mm2 (noir)
autres = 1,5 mm2 (noir)
Moteur
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
B.
C.
Batterie
Robinet de batterie
Démarreur
Vis de mise à la masse
Alternateur
Fusibles (25 A et 8 A)
Relais intermédiaires*
Témoin de pression d’huile
Témoin de température/
thermocontact (liquide de
refroidissement) (alternative
à 10)
Thermocontact (liquide de
refroidissement) (alternative à 9)
Manocontact d’huile
Relais pour élément de
démarrage
Elément de démarrage
Electro-aimant d’arrêt
Commande de compte-tours
Avertisseur
Connecté pour électro-aimant
d’arrêt sous tension en cours de
marche
Connecté pour électro-aimant
d’arrêt sous tension à l’arrêt
* Placés dans le boîtier de
connexions.
Couleur des
câbles
BL = Bleu
BR = Brun
GN = Vert
W = Blanc
RD = Rouge
Rapport en mm2/AWG
SB = Noir
YE = Jaune
GR = Gris
mm2
1,5
2,5
6
16
70
AWG
15 (16)
13
9 (10)
5
00
Section de câbles en mm2
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
93
Alternative de plan de connexions de
tableau de bord, TD120C
Système monopolaire
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
Eclairage de tableau
Compte-tours
Compteur d’heures
Manomètre d’huile
Thermomètre de liquide de
refroidissement
Interrupteur d’éclairage de tableau
Lampe témoin de charge
Bouton d’arrêt
Bouton de débrayage de stop
automatique
Bouchon
Contacteur à clé
Couleur des câbles
BL = Bleu
BR = Brun
GN = Vert
GR = Gris
W = Blanc
RD = Rouge
SB = Noir
YE = Jaune
Tableau de bord, D100B, TD100A,
TD120AG
(Alternative au tableau de bord en
page 92)
Système bipolaire
A.
B.
C.
D.
E.
F.
G.
H.
I.
J.
K.
Lampe témoin de charge
Eclairage de tableau
Interrupteur d’éclairage de tableau
Manomètre d’huile
Thermomètre de liquide de
refroidissement
Compteur d’heures
Compte-tours
Bouton de démarrage
Bouton d’arrêt
Bouton de débrayage de stop
automatique
Contacteur à clé
Câbles 8 et 9 = 2,5 mm2
autres = 1,5 mm2
94
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
39.Bouton de débrayage de stop
automatique
41. Contacteur à clé
42. Bouchon
1.
2.
3.
4.
Batterie
Démarreur
Relais
Elément électrique de démarrage
Schéma de connexions complémentaire pour moteur D100B, TD100A,
TD120AG avec élément électrique de démarrage (accessoire en option).
Couleur des câbles
BL = Bleu
BR = Brun
GN = Vert
GR = Gris
IV = Blanc
RD = Rouge
SB = Noir
YE = Jaune
Suggestion pour la connexion de la
pompe de drainage d’huile (drainage
et remplissage).
Les boutons de manoeuvre en position
2 ont soit une fonction rupture de courant (connexions 1 et 2), soit une fonction connexion (connexions 3 et 4).
Schéma de connexions de témoin
de niveau de liquide de refroidissement.
Section de câbles en mm2
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
95
Schemas de connexions electriques – Moteurs marins
Schéma de bloc
A. Tableau de base
B. Tableau avec instruments complémentaires (entre autres
alarme)
C. Tableau avec jauge de carburant et indicateur de gouvernail
D. Tableau pour poste de commande supérieure (Flying
Bridge)
E. Moteur
F. Boîtier de jonction avec fusibles
Si le tableau D est monté, mais pas B, le contact No 1 venant du tableau du « Flying Bridge » devra être branché
avec le contact No 2 venant du moteur. Les contacts No 1
et 7 ne devront pas être branchés ensemble si le tableau
D n’est pas monté.
96
1. Contact (mâle et femelle), rouge, 8 pôles
2. Contact (mâle et femelle), rouge, 8 pôles
3. Contact (mâle et femelle), noir, 4 pôles
4. Contact (mâle et femelle), noir, 4 pôles
5. Contact (mâle et femelle), noir, 8 pôles
6. Contact (mâle et femelle), noir, 8 pôles
7. Contact (femelle et mâle), vert, 8 pôles
Les prises mâle et femelle allant ensemble sont de même
couleur.
Lorsque seul le tableau de base A est monté, les contacts
5 et 6 devront être connectés ensemble.
Les contacts restants ne devront pas être connectés ensemble, mais isolés et suspendus à un endroit bien protégé, chacun pour soi. Ne pas couper les câbles.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
MD100B, TMD100A, TMD120A, TAMD120B
Moteur
1. Batterie, Cap. 152 Ah (Maxi 180
Ah)
2. Robinet de batterie
3. Démarreur
4. Alternateur
4x. Alternateur (1450 W,
équipement optionnel)
5. Régulateur de charge
5x. Boîtier de régulateur (pour
l’alternateur de 1450 W). Ne doit
pas être monté sur le moteur
6. Fusibles, 50 A pour alternateur
standard 1) (80 A pour
alternateur de 1450 W)
7. Fusibles, 25 A (dans les deux
cas) 1)
8. Manocontact d’huile - moteur
9. Electro-aimant d’arrêt
10. Thermocontact pour eau de
refroidissement
11. Témoin de pression d’huile (pour
compteur d’heures)
12. Commande de compte-tours
13. Manocontact d’huile - inverseur
14. Témoin de pression d’huile
15. Manocontact turbocompresseur
16. Témoin de température d’eau de
refroidissement
17. Relais de blocage au démarrage
1)
18. Elément de démarrage
19. Relais *
20. Fusibles 150 A *
21. Fusible 8 A *
* Seulement sur TAMD120B
Placés dans le boîtier de
connexions
1)
mm2/AWG
mm2
0,75
1,5
2,5
4
6
10
16
70
AWG
19
15 (16)
13
11
9 (10)
7
5
00
Pour tous les schémas, les sections de câbles
sont indiquées en mm2. Les dimensions correspondantes en AWG sont indiquées par le tableau ci-contre.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
97
Instruments, tableau de base
Voir aussi le schéma de bloc, page 96.
31.
32.
33.
34.
35.
36.
37.
38.
39.
40.
41.
42.
Eclairage d’instruments
Voltmètre
Manomètre d’huile
Indicateur de température d’eau de
refroidissement
Bouton d’arrêt
Résistance en série
Bouton de démarrage
Compte-tours
Clé de contact
Rhéostat pour l’éclairage des
instruments
Relais *
Lampe témoin, préchauffage
* Seulement sur TAMD120B
98
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Tableau avec instruments supplémentaires (entre
autres alarme)
Voir aussi le schéma de bloc, page 96.
51.
52.
53.
54.
55.
56.
57.
58.
59.
60.
Eclairage de tableau
Manomètre d’huile, inverseur
Séparateur d’alarme
Manomètre, turbocompresseur
Interrupteur supplémentaire (maxi 5 A par
interrupteur)
Lampe témoin de charge
Lampe d’avertissement pour pression d’huile, moteur
Lampe d’avertissement pour la température d’eau de
refroidissement
Sirène
Compteur d’heures
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
99
Tableau avec jauge de carburant et indicateur de gouvernail
Voir aussi le schéma de bloc, page 96.
71.
72.
73.
74.
75.
76.
Eclairage de tableau
Indicateur de carburant
Indicateur de gouvernail
Interrupteur supplémentaire (maxi 5 A par interrupteur)
Jauge de carburant
Commande d’indicateur de gouvernail (le câble bleu libre de
1,5 mm devra être connecté à la borne 104 dans le boîtier
de jonction du moteur)
Tableau pour poste de commande supérieur
(Flying Bridge)
Voir aussi le schéma de bloc, page 96.
81. Lampe témoin de charge
82. Lampe d’avertissement, pression d’huile moteur
83. Lampe d’avertissement, température d’eau de
refroidissement
84. Interrupteur supplémentaire (maxi 5 A par
interrupteur)
85. Séparateur d’alarme
86. Sirène
87. Eclairage de tableau
88. Rhéostat pour éclairage de tableau
89. Bouton d’arrêt
90. Compte-tours
91. Bouton de démarrage
100
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Tableau pour l’élément de démarrage,
TAMD120B
(A employer seulement lorsque le tableau de
base n’existe pas)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Lampe témoin
Relais
Diode (seulement sur le système de 12 V)
Bouton poussoir, préchauffage
Joint
Clé de contact (n’est pas incluse dans le jeu)
BL =
Bleu
BR = Brun
GN = Vert
GR = Gris
RD = Rouge
SB = Noir
W=
Blanc
YE = Jaune
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
101
Modifications
Serrage des vis de culasse
séries 100
Série 120
Le couple de serrage et la procédure de serrage indiqués
en page 32 s’appliquent seulement aux moteurs avec des
rainures d’étanchéité de nouveau modèle (introduction en
production à partir du moteur numéro19032/XXXX).
Pour les moteurs avec rainures d’étanchéité d’ancien
modèle, le couple de serrage est de 270 Nm (27 m.kg).
Un serrage angulaire doit également être appliqué sur les
vis de culasse des moteurs des séries 120 (introduit
auparavant sur les séries 70 et 100).
Couple de serrage
1er serrage à 50 Nm (5 m.kg)
2ème serrage à 160 Nm (16 m.kg)
3ème serrage à 160 Nm (16 m.kg)
Serrage final: serrage angulaire à 60°, la même procédure que pour les séries 100, voir page 33.
Angle d’avance à l’injection
L’angle d’avance à l’injection pour les TD100AG a été modifié à
22° avant le P.M.H. (au lieu de 24° avant le P.M.H.).
Nous vous demandons de bien vouloir changer la valeur à la page 10.
Nouveaux modèles de moteurs
Les modifications suivantes ont été apportées sur les modèles des séries 120:
Nouvelle version
TD120G
remplace
Ancienne version
TD120C
TD120GG
TD120AG
TD120GPP
TD120AGPP
Caractéristiques techniques
Désignation .................................................................
Taux de compression .................................................
Pompe à liquide de refroidissement .........................
Refroidissement de piston .........................................
Turbocompresseur, Holset .......................................
Pompe d’injection ......................................................
Calage .........................................................................
Régulateur ..................................................................
Injecteur
Porte-injecteur .........................................................
Buse .........................................................................
Repère, complet ......................................................
Pression d’ouverture ..............................................
Pression de calage .................................................
102
TD120G
TD120GG
13.3:1
entraînée par engrenage
oui
4LGZ - 352K/25.22
PE6P120A320RS3088
26° avant le P.M.H.
RSV200-900P4/421
TD120GPP
entraînée par courroie
non
4LGK - 305/4.0T2
PE6P110A320RS175
24° avant le P.M.H.
R
KBEL117P7/4
DLLA150P43
852
27 MPa (275 bars)
27,5 MPa (280 bars)
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Valable pour les moteurs TMD120B, TD100G, TD100GG
TMD120B
Piston
Les modifications les plus importantes par rapport à
TMD120A sont, outre une puissance plus élevée :
Le nouveau taux de compression du moteur à été obtenu
avec une chambre de combustion plus profonde. Le diamètre de la chambre de combustion est de 76 mm. La
profondeur d’évidement du piston est plus grande par
rapport à TD100A.
Une nouvelle culasse (à cause de nouveaux injecteurs)
Des nouveaux injecteurs, type KBEL (déjà introduits sur
TAMD120B)
Des nouveaux pistons (taux de compression passe à
14,2:1)
Un refroidissement des pistons (comme sur TAMD120B)
Un turbocompresseur refroidi par eau
Modification de la fixation des conduits d’eau de mer (raccords avec bride)
Nouveau système électrique, voir les schémas aux pages
108, 109 et 110.
Caractéristiques techniques, voir page 107
Culasse
La culasse a été modifiée aux points suivants :
TD100G, TD100GG
–
Nouvelle douille en cuivre pour injecteur KBEL. Au
bord supérieur (1), la douille a la même fixation que
sur TID120FG, -FPP alors que la fixation inférieure
reste inchangée.
–
L’injecteur est maintenu par un étrier de fixation (3).
–
Gorge correspond à l’épaulement pare-feu de la
chemise de cylindre (4).
–
Canal d’échappement de section plus petite.
–
Section rectangulaire du canal d’entrée jusqu’à la tubulure d’admission.
–
Les sièges de soupapes ont été abaissés de 1 mm (A
et B).
–
Le plan des ressorts de soupapes a été élevé de 1
mm (C).
Les modifications les plus importantes par rapport à
TD100A, TD100AG sont, outre une puissance plus élevée
:
Liaison d’étanchéité bloc-cylindres/
culasse
La chemise de cylindre a été équipée d’un soit disant
épaulement pare-feu. Cet épaulement possède une gorge correspondante dans la culasse.
Dans l’espace compris entre l’épaulement pare-feu et la
culasse, la pression de combustion est « freinée », réduisant ainsi les contraintes sur le joint de culasse.
Le nouveau joint de culasse possède un diamètre plus
grand de façon à s’adapter aux épaulements des chemises de cylindres.
La culasse est entièrement plane (les rainures
d’étanchéité ont été enlevées).
Culasse
Joint
Chemise de
cylindre
Chemise de cylindre
La hauteur de chemise de cylindre au-dessus du plan du
bloc passe à 0,15 - 0,20 mm.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
103
–
–
Le dépassement des guides de soupapes au-dessus
du plan des ressorts a été modifié, de nouveaux outils pour l’enfoncement ont été mis au point, voir page
105.
Clapet de réduction
Nouveau modèle de clapet de réduction. Même principe
que pour TD120.
La cote entre la tête de soupape et le plan de culasse
a augmenté de 1 mm.
Admission : de 1,22 à 1,67 mm
Echappement : de 1,20 à 1,70 mm
Vilebrequin
Pompe d’injection
Un nouveau traitement thermique, aux nitrocarbures, a
été employé pour le vilebrequin. Ce nouveau traitement
donne une plus grande résistance à la fatigue.
La pompe donne une vitesse d’injection plus grande et
possède un élément de pompage de 11 mm.
La rectification de ces vilebrequins n’est pas recommandée car elle modifie la couche trempée, c’est-à-dire la résistance.
Les porte-soupapes de refoulement sont d’un nouveau
modèle avec un soit disant étranglement de retour. Un
étranglement calibré est incorporé au porte-soupape.
Si une rectification est absolument nécessaire, le vilebrequin devra subir un nouveau traitement thermique aux nitrocarbures.
Ce nouveau vilebrequin est repéré avec un « & » sur le
troisième contrepoids, vu de devant.
Arbre à cames
Nouvel arbre à cames avec les mêmes profilés de cames
que pour TD120C.
Tubulure d’admission
La tubulure d’admission est coulée sous pression avec
des ouvertures rectangulaires.
Injecteurs
Tubulure d’échappement
La tubulure d’échappement est en deux parties. La jonction a reçu un nouveau type de joint, dit en « porte-clef ».
Trois « porte-clefs » sont placés dans une gorge, dans le
tube intérieur. Nouvelle forme de bride contre la culasse.
104
Les injecteurs sont du type KBEL avec des aiguilles plus
légères.
La légèreté de ces aiguilles permet une précision plus
élevée et un meilleur contrôle de l’injection.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Cache-culbuteurs
4.
Extraire la douille en cuivre à l’aide de l’extracteur
6657. Si la rallonge de la douille, au fond de la culasse, se brise, employer l’extracteur 6372. Le joint
torique dans la partie supérieure de la culasse est
enlevé en même temps que la douille en cuivre.
5.
Nettoyer la surface d’étanchéité entre la culasse et la
douille en cuivre. Mettre un nouveau joint torique
dans la culasse.
6.
Faire tourner le moteur de façon à avoir le piston pour
le cylindre où se fait l’échange de la douille en cuivre,
au P.M.B.
7.
Dévisser et enlever l’embout d’évasement de l’outil
6647. Dévisser l’écrou de la broche de l’outil.
8.
Placer la nouvelle douille en cuivre sur l’outil, visser
l’embout d’évasement.
9.
Placer un nouveau joint torique dans la culasse.
De nouveaux cache-culbuteurs, aussi bien supérieurs
qu’inférieurs, avec joints d’étanchéité ont été introduits.
Ces nouveaux joints d’étanchéité sont placés dans une
gorge, dans les cache-culbuteurs et sont en caoutchouc
au silicone (contre du caoutchouc au nitril précédemment). Le caoutchouc au silicone possède une plus grande résistance thermique que le caoutchouc au nitril.
Ces nouveaux joints peuvent être employés sur les anciens cache-culbuteurs.
Nouveaux outils spéciaux
Le dépassement des guides de soupapes au-dessus du
plan de ressorts a été modifié, c’est pourquoi deux outils
ont été mis au point pour l’enfoncement des guides. Les
guides des soupapes d’échappement se sont déplacés
de 4 mm par rapport au côté d’admission. L’outil 6668 est
employé du côté admission et 6669 du côté d’échappement.
Un nouvel outil, 6657, pour l’extraction de la douille en
cuivre d’injecteur ainsi qu’un nouvel outil d’évasement,
6647, ont aussi été créés. L’outil 6657 remplace l’outil
6418.
Echange de douille en cuivre d’injecteur
10. Passer une couche de tectyl sur l’extérieur de la
douille et enfoncer la douille et l’outil dans la culasse.
Vérifier que le repérage (encoche) de la douille est
bien tourné vers le haut.
(Culasse en place)
1.
Vider le liquide de refroidissement
2.
Déposer l’injecteur.
3.
Extraire la bague en acier à l’aide de l’extracteur
6419.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
105
11. Faire descendre l’outil d’évasement avec l’écrou de
fixation de l’injecteur jusqu’à ce que la douille vienne
au fond de la culasse.
13. Dévisser l’écrou jusqu’à ce que la broche de l’outil se
détache de la douille. Ensuite retirer la broche et le
reste de l’outil hors de la culasse.
14. Positionner la bague entretoise.
15. Monter l’injecteur.
16. Faire le plein de liquide de refroidissement.
17. Contrôler l’étanchéité.
12. Maintenir la broche de l’outil et visser le gros écrou.
L’embout d’évasement est alors enfoncé dans la partie inférieure de la douille en cuivre.
106
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Caractéristiques techniques, TMD120B
Taux de compression .................................................
Pression en fin de compression au régime
de démarreur ..............................................................
Turbocompresseur .....................................................
Pompe d’injection, Bosch ..........................................
Injecteur, porte-injecteur ............................................
buse .............................................................................
repérage, compl. .........................................................
pression d’ouverture ..................................................
pression de calage .....................................................
couple de serrage, écrou pour vis de fixation ..........
Alternateur, Paris-Rhône ...........................................
14,2:1
2500 kPa (25 bars)
Holset 4LGK267/3.0 WS2
PE6P120A320RS3088Z
KBEL 117P7/4
DLLA 150P31
852
27 MPa (275 bars)
27,5 MPa (280 bars)
50 Nm (5 m.kg)
1500 W (28 V, 55 A)
Pour le schéma électrique, voir pages 108, 109 et 110.
Les pressions minimales sont données pour une charge
de 100% et une température d’air ambiant d’environ
+20°C.
La courbe 1 s’applique à un service commercial lourd
(courbe de puissance C)
La courbe 2 s’applique à un service commercial léger
(courbe de puissance Cl)
La courbe 3 s’applique aux bateaux de plaisance (courbe
de puissance B) (100 kPa = 1 bar)
Caractéristiques techniques, TD100G, - GG
Taux de compression .................................................
Pression en fin de compression au régime de
démarreur ...................................................................
Turbocompresseur .....................................................
Pompe d’injection, Bosch ..........................................
Calage de pompe .......................................................
Régulateur centrifuge
TD100G .......................................................................
TD100GG ....................................................................
Injecteur, porte-injecteur ............................................
buse .............................................................................
repérage, compl. .........................................................
pression d’ouverture ..................................................
pression de calage .....................................................
Alternateur, Paris-Rhône ...........................................
14,3:1
2400 kPa (24 bars)
Holset H2C-8640P/P25T3
PE6P110A320RS3109
20° avant P.M.H.
EP/RSV200-900P1/421R
EP/RSV200-750P4/421
KBEL 117P7/4
DLLA 150P52
848
26 MPa (265 bars)
26,5 MPa (270 bars)
1500 W (28 V, 55 A)
Pour le schéma électrique, voir pages 111 et 112.
Les pressions minimales sont données pour une charge
de 100% et une température d’air ambiant d’env. +20°C.
La courbe 1 est valable pour une prise de puissance suivant la courbe 4 sur le diagramme de moteur ou le point 1
de la courbe de réglage.
La courbe 2 est valable pour une prise de puissance suivant la courbe 2 sur le diagramme de moteur ou le point 2
de la courbe de réglage.
La courbe 3 est valable pour une prise de puissance suivant le point 3 de la courbe de réglage.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
107
Schéma de câblage électrique
TMD120B
Schéma de bloc
A.
B.
C.
D.
E.
F.
G.
Tableau de base
Tableau avec instruments d’option (entre autres alarme)
Tableau avec jauge de carburant et indicateur de gouvernail
Tableau pour poste de commande supérieur (Flying Bridge)
Boîtier de connexion (avec fusibles)
Câble de rallonge
Adapteur
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
Contact (mâle et femelle), Rouge, 8 bornes
Contact (mâle et femelle), Rouge, 8 bornes
Contact (mâle et femelle), Noir, 4 bornes
Contact (mâle et femelle), Noir, 4 bornes
Contact (mâle et femelle), Noir, 8 bornes
Contact (femelle et mâle), Noir, 8 bornes
Contact (femelle et mâle), Vert, 8 bornes
Les contacts mâles et femelles allant ensemble sont de la même
couleur.
Si le tableau D est monté mais pas le tableau B, le contact
No 1 du tableau de « Flying Bridge » devra être branché
avec le contact 2 du moteur. Les contacts 1 et 7 ne devront pas être branchés ensemble lorsque le tableau D
n’est pas monté.
108
Si seulement le tableau de base « A »’ est monté, seuls
les contacts 5 et 6 devront être branchés ensemble.
Les autres contacts restants ne devront pas être branchés
mais isolés et suspendus bien protégés, chacun pour soi.
Les câbles ne devront pas être coupés.
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Schéma de câblage électrique
TMD120B
Equipé d’un alternateur de marque Paris-Rhône (28V, 55A)
Adapteur
Entre le moteur et l’adapteur, un câble de rallonge spécial doit être monté, voir le schéma de bloc.
Moteur
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
Batterie
Coupe-batterie
Démarreur
Fusibles
Alternateur
Relais de démarrage1)
Relais d’arrêt1)
Electro-aimant d’arrêt
Mise à la masse1)
Bloc de connexion1)
Sonde thermique, liquide de
refroidissement
Témoin de température,
refroidissement
Manocontact, turbo
Manocontact d’huile, moteur
Témoin de pression d’huile
Manocontact d’huile, inverseur
Commande de compte-tours
1) Placé dans le boîtier de connexion
Couleurs de câbles
GR =
Gris
GN =
Vert
SB =
Noir
Y=
Jaune
BN =
Brun
W=
Blanc
TAN = Marron clair
BL =
Bleu
R=
Rouge
LBL = Bleu clair
PU =
Pourpre
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
109
Schéma de câblage électrique
TMD120B
Equipé d’un alternateur de marque CAV (28V, 60A)
Adapteur
Entre le moteur et l’adapteur, un câble de rallonge spécial doit être monté, voir le schéma de
bloc.
Moteur
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
1)
Batterie
Coupe-batterie
Alternateur (marque CAV)
Boîtier de régulateur
Fusibles, No de réf. 843101
Câble enrobé pour usage maritime (FEOFK), No
de réf. 846346 (par mètre)
Démarreur
Fusibles1)
Relais de démarrage1)
Relais d’arrêt1)
Mise à la masse
Bloc de connexion1)
Sonde thermique, liquide de refroidissement
Témoin de température, refroidissement
Manocontact, turbo
Manocontact d’huile, moteur
Témoin de pression d’huile
Manocontact d’huile, inverseur
Commande de compte-tours
Electro-aimant d’arrêt
Placé dans le boîtier de connexion
Codification des couleurs
GR = Gris
GN = Vert
SB = Noir
Y = Jaune
BN = Brun
W = Blanc
TAN = Marron clair
BL =
R = Rouge
LBL = Bleu clair
Bleu
PU = Pourpre
Section des câbles en mm2
Rapport mm2 /AWG
110
mm2
1,5
2,5
6
16
AWG
15 (16)
(13)
9 (10)
5
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Schéma de câblage électrique
TD100G,-GG
Moteur
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
26.
Batterie
Alternateur
Alternateur d’option
Témoin de niveau, liquide de
refroidissement
Relais
Relais pour élément de
démarrage
Elément de démarrage
Démarreur
Avertisseur
Electro-aimant d’arrêt
Commande de compte-tours
Témoin de pression d’huile
Manocontact d’huile
Sonde thermique, liquide de
refroidissement
Témoin de température,
refroidissement
Platine de servitude
Relais d’arrêt1), se monte
seulement lorsque
l’électro-aimant est conducteur
lors du fonctionnement. Dans le
cas contraire, une connexion
aura lieu entre 30 et 87 (ligne en
pointillé
Relais de démarrage1)
Relais d’arrêt1)
Relais de masse1)
Fusible automatique 8A1)
Relais temporisé1)
Fusible 35A1)
Raccord à 9 bornes1)
Raccord à 16 bornes1)
Raccord à 16 bornes1) (câblage
d’instruments)
A. Se branche lorsque
l’électro-aimant d’arrêt est
conducteur lors du
fonctionnement
B. Se branche lorsque
l’électro-aimant d’arrêt est
conducteur lors d’arrêt
C. Se branche lorsque l’élément de
démarrage est employé
1)
Placé dans le boîtier de connexion
Codification des couleurs
Rapport mm2/AWG
mm2
AWG
1,5
15 (16)
2,5
(13)
6
9 (10)
16
5
GR = Gris
GN = Vert
SB = Noir
Y=
Jaune
BN = Brun
W=
Blanc
LBN = Marron clair
BL =
Bleu
R=
LBL = Bleu clair
Rouge
PU = Pourpre
Section des câbles en mm2
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
111
Schéma de câblage électrique
TD100G, -GG
Tableau de bord
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
Eclairage d’instruments
Compteur d’heures
Manomètre d’huile
Thermomètre, liquide de refroidissement
Lampe d’avertissement, liquide de refroidissement
Lampe d’avertissement, pression d’huile
Lampe d’avertissement, charge
Lampe d’avertissement, préchauffage
Platine de servitude
Interrupteur, éclairage d’instruments
Interrupteur, test d’alarme
Compte-tours
Clé de contact
Alarme
Raccord à 16 bornes
Codification des couleurs
GR = Gris
GN = Vert
SB = Noir
Y=
Jaune
BN = Brun
W=
Blanc
LBN = Marron clair
BL =
Bleu
R=
LBL = Bleu clair
Rouge
PU = Pourpre
Section des câbles en mm2
Rapport mm2/AWG
Boîtier de connexion
1. Raccord à 16 bornes pour câblage de moteur (détecteur,
témoins, etc)
2. Raccord à 16 bornes pour câblage d’instruments
3. Raccord à 9 bornes pour câblage de moteur (démarreur,
électro-aimant, avertisseur)
mm2
1,5
2,5
6
16
AWG
15 (16)
(13)
9 (10)
5
Boîtier de connexion
17.* Relais d’arrêt (pour électro-aimant d’arrêt conducteur en
service)
18. Relais de démarrage
19. Relais d’arrêt
20. Relais de masse
21. Fusible automatique 8A
22. Relais temporisé
23. Fusible 35A (autre connexion)
*Le même numéro de repère que sur le schéma de câblage
112
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Formulaire de rapport
Si vous avez des remarques ou des suggestions concernant ce manuel, photocopiez cette page, remplissez-la et renvoyez-la nous. L’adresse est indiquée tout
en bas de la page. Ecrivez de préférence en suédois ou en anglais.
De la part de : .................................................................
........................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
Concerne la publication : ...........................................................................................................................................
No de publication : ......................................................... Date d’édition : ...................................................................
Remarque/Suggestion : .............................................................................................................................................
..................................................................................................................................................................................
..................................................................................................................................................................................
..................................................................................................................................................................................
..................................................................................................................................................................................
..................................................................................................................................................................................
..................................................................................................................................................................................
..................................................................................................................................................................................
..................................................................................................................................................................................
Date : ..................................................................
Nom : ..................................................................
AB Volvo Penta
Customer Support
Dept. 42200
SE-405 08 Gothenburg
Sweden
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
7739280-1 Frensh 03–2001
Plus d'informations sur : www.dbmoteurs.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising