CRC Convention relative aux droits de l`enfant

CRC Convention relative aux droits de l`enfant
NATIONS
UNIES
CRC
Convention relative
aux droits de l’enfant
Distr.
GÉNÉRALE
CRC/C/OPAC/KWT/1
24 avril 2007
FRANÇAIS
Original: ANGLAIS
COMITÉ DES DROITS DE L’ENFANT
EXAMEN DES RAPPORTS PRÉSENTÉS PAR LES ÉTATS PARTIES
EN APPLICATION DU PARAGRAPHE 1 DE L’ARTICLE 8 DU
PROTOCOLE FACULTATIF À LA CONVENTION RELATIVE
AUX DROITS DE L’ENFANT, CONCERNANT L’IMPLICATION
D’ENFANTS DANS LES CONFLITS ARMÉS
Rapports initiaux des États parties attendus en 2006
KOWEÏT*, **
[Original: arabe]
[13 avril 2007]
*
Conformément aux informations communiquées aux États parties concernant le traitement de
leurs rapports, les services d’édition n’ont pas revu le présent document avant sa traduction par
le secrétariat.
**
Les annexes peuvent être consultées au secrétariat.
GE.07-41323 (F) 190707 160807
CRC/C/OPAC/KWT/1
page 2
Ministère des affaires sociales et du travail
Département de la femme et de l’enfant
L’État du Koweït soumet ci-après au Comité des droits de l’enfant son rapport initial sur la
mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant, concernant
l’implication d’enfants dans les conflits armés, en même temps que son rapport initial sur la mise
en œuvre du Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant, concernant la
vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants1,
en application respectivement du paragraphe 1 de l’article 8 du premier et du paragraphe 1 de
l’article 12 du second, qui tous deux disposent: «Chaque État partie présente, dans les deux ans
à compter de l’entrée en vigueur du présent Protocole à son égard, un rapport au Comité des
droits de l’enfant contenant des renseignements détaillés sur les mesures qu’il a prises pour
donner effet aux dispositions du Protocole.».
Introduction
Le fait que l’État du Koweït a signé la Convention relative aux droits de l’enfant en 1991
et que le décret de l’Émir no 104/1991 en portant ratification a été émis dès le 25 décembre 1991
est la meilleure preuve de l’attention qu’il porte, aux échelons les plus élevés, aux enfants, ainsi
que de sa détermination à assurer aux enfants koweïtiens une prise en charge et une protection
sociale appropriées. Ceci est d’autant plus remarquable que l’État du Koweït a adhéré à la
Convention relative aux droits de l’enfant dans un contexte exceptionnel, puisque le pays n’avait
été libéré du joug iraquien que depuis quelques mois et que l’État avait de nombreuses tâches et
responsabilités à assumer, en particulier la reconstruction, l’élimination des traces de la sauvage
agression et le suivi de la question des prisonniers et des personnes disparues, ainsi qu’à traiter
diverses autres grandes questions dans tous les domaines (politique, économique et social, etc.).
Le Koweït n’a pas pour autant relégué les enfants au second plan ni invoqué ces circonstances
comme prétexte pour ne pas accéder à la Convention relative aux droits de l’enfant. Le Koweït
a du reste même été un des premiers États à adhérer à la Convention, adoptée par l’Assemblée
générale des Nations Unies en 1989.
L’adhésion du Koweït au Protocole facultatif concernant l’implication d’enfants dans les
conflits armés et au Protocole facultatif concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants
et la pornographie mettant en scène des enfants, conformément au décret de l’Émir no 78/2004
du 15 mars 2004, n’a donc rien d’étonnant car elle reflète l’importance que l’État accorde aux
enfants, à la protection et à la promotion de leurs droits dans tous les domaines, ainsi qu’à leur
protection contre toutes les formes d’exploitation (notamment sexuelle, économique,
psychologique et sociale) et contre les guerres et les conflits afin qu’ils puissent exercer leur
droit de mener une vie sûre et stable.
Étant donné que l’État du Koweït a déjà présenté son rapport initial sur la mise en œuvre
de la Convention relative aux droits de l’enfant, dans lequel il fournissait des informations
générales sur l’État partie, telles que sa situation géographique, sa superficie, le chiffre et la
structure par âge de sa population, ses structures économique et politique, ses autorités
1
Document CRC/C/OPSC/KWT/1.
CRC/C/OPAC/KWT/1
page 3
législatives, exécutives et judiciaires et ses lois internes2, et que le Protocole se distingue en ce
qu’il contient des dispositions sur la protection des enfants en temps de conflit armé, dans le
présent rapport − le premier présenté en application du Protocole susvisé − on s’est borné à
présenter les dispositions législatives nationales qui régissent ce domaine en comparant ces
textes internes applicables avec les obligations énoncées dans le Protocole et en donnant des
explications sur toute lacune qui pourrait exister.
Entités ayant supervisé l’élaboration du rapport
Le rapport a été élaboré par le Département de la femme et de l’enfant du Ministère des
affaires sociales et du travail, le Haut-Comité pour l’enfance et la famille ayant dû
temporairement suspendre ses activités pour cause de restructuration. Le Département a sollicité
l’assistance d’institutions directement intéressées par cette question, à savoir le Ministère de la
défense, le Ministère de l’intérieur et le Département des affaires juridiques du Ministère.
Afin d’obtenir les informations requises au titre des protocoles, le Département de la
femme et de l’enfant a écrit à des administrations publiques et des associations civiles actives
dans les domaines couverts par les protocoles, notamment le Centre sous-régional pour l’enfant
et la femme, l’Association koweïtienne pour la promotion des enfants arabes, le Bureau du projet
de sensibilisation pour la prévention de la toxicomanie (Giras), le Ministère du plan, le Ministère
de la santé, le Bureau de consultation familiale, le Ministère de la justice, l’Autorité publique
pour la jeunesse et les sports, le Bureau du développement social, le Bureau du martyr, le Comité
national des affaires relatives aux prisonniers et aux personnes disparues, le Département de la
protection familiale et le Ministère de l’information.
Les mesures prises par l’État du Koweït pour mettre en œuvre le Protocole facultatif à la
Convention relative aux droits de l’enfant concernant l’implication d’enfants dans les conflits
armés sont exposées dans le présent rapport initial, présenté au Comité des droits de l’enfant en
application du paragraphe 1 de l’article 8 dudit Protocole, aux termes duquel: «Chaque État
partie présente, dans les deux ans à compter de l’entrée en vigueur du présent protocole à son
égard, un rapport au Comité des droits de l’enfant concernant des renseignements détaillés sur
les mesures qu’il a prises pour donner effet aux dispositions du Protocole, notamment celles
concernant la participation et l’enrôlement.».
Les articles du Protocole ainsi que les articles de la Constitution et les dispositions de la
législation koweïtienne qui y correspondent sont examinés ci-après.
1.
Les articles 1 et 2 du Protocole facultatif concernant l’implication d’enfants dans les
conflits armés disposent respectivement que les États parties prennent toutes les mesures
possibles pour veiller à ce que «les membres de leurs forces armés qui n’ont pas atteint l’âge
de 18 ans ne participent pas directement aux hostilités» et «à ce que les personnes n’ayant pas
atteint l’âge de 18 ans ne fassent pas l’objet d’un enrôlement obligatoire dans leurs forces
armées.».
2
Pour de plus amples informations d’ordre général sur l’État du Koweït se reporter au rapport
sur la mise en œuvre de la Convention qu’il a soumis au Comité des droits de l’enfant.
CRC/C/OPAC/KWT/1
page 4
Les dispositions législatives koweïtiennes qui traitent expressément de cette question,
d’une grande importance encore pour les enfants et leur protection, interdisent l’implication
d’enfants dans les conflits armés; aux termes de l’article 3 de la loi sur l’armée no 32 de 1967,
pour être accepté comme officier dans l’armée, un candidat doit:
1.
Être de nationalité koweïtienne;
2.
Avoir 21 ans révolus;
3.
Être médicalement apte au service militaire; le Ministre émettra un décret fixant les
critères d’aptitude au service militaire.
L’article 40 de ladite loi relatif aux sous-officiers et hommes du rang dispose que tout
volontaire pour le service militaire doit:
1.
Être de nationalité koweïtienne;
2.
Être âgé de 18 à 26 ans, selon le calendrier chrétien;
3.
Être médicalement apte au service militaire; le Ministre émettra un décret fixant les
critères d’aptitude au service militaire.
La loi no 102 de 1980 relative au service obligatoire dans les forces armées de réserve, qui
régit le service militaire obligatoire, ne déroge pas à cette règle; elle dispose que: «Le service
militaire est obligatoire pour tout Koweïtien âgé de 18 à 30 ans. C’est un devoir national dicté
par les exigences de l’unité nationale et du maintien de la souveraineté nationale. Les femmes
célibataires âgées de 18 à 30 ans peuvent être appelées à effectuer le service militaire obligatoire
par voie de décret, sous condition que leurs devoirs soient compatibles avec leurs capacités
naturelles.».
Il convient de noter que cette loi a, en raison des difficultés et problèmes rencontrés lors de
son application, été abrogée dans son intégralité par le décret ministériel no 1518/2001 annulant
la loi no 102/1980 et exemptant temporairement les Koweïtiens du service militaire pour une
durée indéterminée.
2.
L’article 3 du Protocole facultatif exige des États parties qu’ils relèvent l’âge minimum de
l’engagement volontaire dans leurs forces armées à 18 ans révolus, afin de garantir que les
personnes n’ayant pas atteint cet âge bénéficient d’une protection spéciale et ne fassent pas
l’objet d’un enrôlement obligatoire dans leurs forces armées. Ce point est régi par les lois
koweïtiennes pertinentes. Les articles 37 et 40 de la loi no 32 de 1967 disposent que tout
volontaire pour le service doit être âgé de plus de 18 ans. L’article 37 dispose que tout volontaire
souhaitant servir dans la police ou en tant que sous-officier dans la garde nationale doit remplir
les conditions suivantes:
a)
Être de nationalité koweïtienne;
b)
Avoir 20 ans révolus;
CRC/C/OPAC/KWT/1
page 5
c)
Être médicalement apte au service militaire; le Ministre émettra un décret fixant les
critères d’aptitude au service militaire.
Il découle de ce qui précède que les paragraphes 2 et 3 de l’article 3 du Protocole ne
s’appliquent pas à l’État du Koweït vu qu’il n’autorise pas les personnes de moins de 18 ans
à s’engager à titre volontaire dans les forces armées, et que, par conséquent, les garanties qu’ils
contiennent ne sont pas pertinentes.
3.
Conformément à l’article 4 du Protocole facultatif concernant l’implication d’enfants dans
les conflits armés, les groupes armés qui sont distincts des forces armées d’un État ne devraient
pas utiliser des enfants dans les hostilités et les États doivent prendre les mesures possibles pour
interdire ces pratiques.
Cela ne s’applique pas à l’État du Koweït, car les hostilités sont du ressort exclusif du
Ministère de la défense et des forces armées et il n’existe pas d’autres forces armées dans le
pays. Le Koweït est un État de droit pacifique. De plus, il n’y a pas de milices armées au Koweït.
4.
Les trois paragraphes de l’article 6 du Protocole facultatif invitent respectivement chaque
État partie à:
a)
Prendre toutes les mesures − d’ordre juridique, administratif et autres − voulues pour
assurer l’application et le respect effectifs des dispositions du Protocole dans les limites de sa
compétence;
b)
Faire largement connaître les principes et dispositions du Protocole;
c)
Veiller à ce que les personnes enrôlées dans des hostilités en violation du Protocole
soient libérées.
Pour ce qui est du premier paragraphe de l’article 6 du Protocole, l’article 9 de la loi no 5
de 1961 régissant les relations juridiques et la compétence des tribunaux du Koweït dispose que
dès lors que la compétence des tribunaux koweïtiens en matière de relations juridiques est
établie, ils appliquent le droit national dans les affaires dont ils ont à connaître.
Cette question tombe sous le coup des lois de l’État du Koweït, puisque des décisions en la
matière peuvent être rendues par ses tribunaux.
Les principes et dispositions du deuxième paragraphe de l’article 6 du Protocole ont été
largement diffusés. Le Protocole a été publié dans le journal officiel et distribué à toutes les
organisations concernées.
S’agissant du troisième paragraphe de l’article 6, relatif à la libération des personnes
enrôlées dans des hostilités en violation du Protocole, comme indiqué plus haut aucune personne
âgée de moins de 18 ans n’est enrôlée et la loi relative au service obligatoire a été suspendue par
décret pour une durée indéterminée.
5.
L’article 7 du Protocole appelle les États parties à prendre toutes les mesures nécessaires
pour la réadaptation et la réinsertion sociale des personnes victimes d’actes contraires audit
Protocole. Comme indiqué plus haut, le Koweït est un État pacifique et amical qui n’a jamais
CRC/C/OPAC/KWT/1
page 6
commis d’actes d’hostilité ou de répression au cours des trois cents ans de son histoire. Il s’est
toujours fait le champion de la paix et de l’harmonie, s’opposant fermement à tout conflit et
prônant le maintien de la paix et de la sécurité partout dans le monde, et en particulier dans la
région du golfe Arabique.
Même dans ses moments les plus difficiles, lors de l’invasion iraquienne, le Koweït n’a eu
recours ni à l’enrôlement ni à l’utilisation d’enfants dans sa guerre de libération.
Face à l’ampleur de la catastrophe et vu que l’existence même de l’État et du peuple était en jeu,
les citoyens se sont toutefois soulevés spontanément pour défendre leur survie ainsi que la
souveraineté et la légitimité de leur État, prenant les armes pour entrer dans la résistance sans
planification ou organisation préalables. Nombre d’entre eux furent capturés, perdirent la vie ou
disparurent. L’épreuve la plus insoutenable pour le peuple koweïtien a été l’exécution illégale de
citoyens sous les yeux de leur propre famille, notamment des enfants. De nombreux enfants et
adolescents ont vu des membres de leur famille être tués ou torturés, tout comme des personnes
âgées et des épouses. Tous ces événements ont eu de profondes répercussions psychologiques et
sociales sur ces personnes, ressenties des années encore après la libération. L’État a alors fait
tout son possible pour faire face à ces graves dommages psychologiques et sociaux tels que la
société n’en avait jamais connu. De nombreux centres d’aide psychologique et sociale ont été
mis sur pied et des experts engagés pour étudier les conséquences psychologiques, médicales et
sociales de cette invasion catastrophique, en particulier chez les enfants et les adolescents.
Les écoles et les clubs pour enfants ont été les principales sources utilisées par les chercheurs
pour étudier les effets de ce crime contre les enfants et l’humanité.
Institutions et bureaux de recherche et de conseil créés après la libération
1.
Le Bureau du développement social
Le Bureau du développement social auprès du Cabinet de l’Émir, créé en application du
décret de l’Émir no 36/1992 du 21 avril 1992, a été investi de la mission de mobiliser les efforts
ainsi que les ressources matérielles et techniques en vue de remédier aux conséquences
psychologiques, sociales et éducatives de la violente agression iraquienne et d’aider les
Koweïtiens à se réadapter pour retrouver leur confiance en soi et leur paix d’esprit et pouvoir
ainsi jouer le rôle leur revenant dans le développement et la reconstruction de la société
koweïtienne.
Les idées, les travaux et l’organisation du Bureau du développement social ont évolué et
il est désormais un organisme spécialisé dispensant des conseils psychologiques dans toutes les
écoles et traitant différents problèmes d’ordre psychologique, social et éducatif. Le Bureau
réalise des recherches et des études scientifiques dans ces domaines, mène des activités de
relations publiques et de communication, effectue un travail administratif et œuvre à la mise
en place d’un système informatique de pointe, tout en poursuivant ses objectifs et sa mission
d’origine.
Politique du Bureau du développement social à l’égard des enfants
La politique du Bureau, à l’aune de l’importance accordée aux enfants koweïtiens, présente
deux grands aspects qui ressortent de sa stratégie annoncée et de sa stratégie passée.
CRC/C/OPAC/KWT/1
page 7
A. L’importance accordée aux enfants dans la stratégie annoncée
du Bureau du développement social
La stratégie opérationnelle du Bureau du développement social définit clairement les
destinataires de son action: l’individu, la famille et la société dans son ensemble. Les enfants
sont au premier rang des préoccupations du Bureau, qui s’occupe également d’autres groupes
dont les adolescents, les femmes et les personnes âgées. S’occuper des enfants fait donc
explicitement partie de la stratégie opérationnelle du Bureau, comme en témoignent le travail
qu’il effectue et son manuel de service. Il suffit de consulter ce manuel pour se convaincre que
les enfants koweïtiens sont bien le groupe qui a le plus souffert de l’agression iraquienne. Dans
le manuel opérationnel figure en outre une longue liste des problèmes psychologiques, sociaux et
éducatifs et de leur incidence chez les enfants, que des études sur le terrain ont permis de mettre
en évidence. Le manuel souligne de plus la nécessité de porter assistance aux familles de
prisonniers, de personnes disparues et de martyrs, notamment aux enfants. La stratégie
opérationnelle indique que les services de conseil offerts par le Bureau comprennent la fourniture
de conseils pour les enfants. Il s’agit de programmes d’assistance servant à dépister les troubles
cognitifs, psychologiques et comportementaux induits par le traumatisme de l’agression
iraquienne qui affectent les enfants et se répercutent sur leurs attitudes et leur comportement à la
maison, à l’école et dans la communauté. L’objectif des services de conseil pour les enfants est
de les aider à surmonter leur souffrance et d’aider leur famille à leur dispenser des soins
psychologiques, sociaux et éducatifs. Ce même objectif est réaffirmé dans le chapitre de la
stratégie opérationnelle du Bureau du développement social intitulé «La fourniture de conseils en
tant que science et profession». De façon générale, la politique et la stratégie annoncées par le
Bureau accordent une grande importance aux enfants koweïtiens, aussi bien en leur fournissant
des services de conseil appropriés qu’en assurant l’observation et le suivi des problèmes
psychologiques, sociaux et éducatifs qui les touchent au moyen de recherches et d’études.
B. L’importance accordée aux enfants dans la stratégie passée
du Bureau du développement social
Les activités menées par le Bureau du développement social depuis sa création en 1992 à
ce jour (mars 2006) montrent clairement l’importance qu’il attache aux enfants koweïtiens.
Les principales manifestations de cette préoccupation sont exposées ci-après.
a)
Recherches et études
Le Bureau du développement social a mené des dizaines de projets de recherche et
d’études sur les problèmes psychologiques, sociaux et éducatifs auxquels sont confrontés les
enfants koweïtiens. Certaines de ces recherches ont été menées de façon indépendante et une
partie d’entre elles ont été présentées lors de conférences ou de débats. Des exemples des
principales recherches et études entreprises figurent ci-après:
−
Une étude sur le terrain concernant les effets du traumatisme dû à l’invasion sur les
enfants koweïtiens âgés de 7 à 17 ans, la famille et la société;
−
Les effets psychologiques, sociaux et éducatifs sur les enfants âgés entre 6 et 15 ans
de la sauvage agression iraquienne;
CRC/C/OPAC/KWT/1
page 8
b)
−
Les méthodes éducatives utilisées pour traiter les enfants des familles touchées;
−
La stratégie sous-jacente aux efforts visant à remédier aux séquelles de l’agression
iraquienne sur le comportement de la génération montante;
−
Introduction sur les moyens efficaces de faire face aux réactions des enfants à la
souffrance provoquée par la sauvage agression iraquienne contre l’État du Koweït;
−
Les changements de comportement induits chez les enfants koweïtiens par la sauvage
occupation iraquienne;
−
L’enfance en péril face aux dangers;
−
Méthodes d’intervention pour aider les enfants souffrant d’un choc post-traumatique;
−
Soins comportementaux à l’intention des enfants koweïtiens;
−
Incidences de l’agression iraquienne sur la propension au suicide chez les enfants;
−
Les effets de la guerre du golfe sur l’équilibre psychologique et l’estime de soi chez
les enfants des écoles maternelles au Koweït;
−
Accompagnement psychologique pour traiter les enfants souffrant de l’angoisse
d’être séparés de leur mère suite au traumatisme occasionné par l’agression
iraquienne;
−
Peur de la confrontation verbale;
−
Effets du traumatisme dû à l’agression iraquienne chez les enfants koweïtiens;
−
Les enfants de prisonniers ou de martyrs et leurs besoins en matière de conseils;
−
La psychologie des enfants de martyrs mise en relation avec certaines variables
psychologiques et démographiques.
Conférences et débats
Le Bureau du développement social a organisé des réunions scientifiques sur les problèmes
psychologiques et sociaux des enfants, en particulier les suivantes:
−
La première Conférence internationale sur l’impact psychologique et éducatif de
l’attaque contre l’État du Koweït (avril 1993); la plupart des études présentées à cette
conférence étaient axées sur les enfants;
−
Première série de discussions: les crises de l’après-libération − l’individu, la famille
et la société (1993);
−
Troisième série de discussions: les soins psychologiques, sociaux et éducatifs pour
les familles de martyrs ou de personnes disparues (1993);
CRC/C/OPAC/KWT/1
page 9
c)
−
Quatrième série de discussions: la psychologie des familles touchées (1993);
−
Dixième série de discussions: les troubles de la parole et de l’audition − causes,
diagnostic et traitement (1999);
−
Treizième série de discussions: la maltraitance des enfants (2004).
Séances de réflexion
Première séance de réflexion sur la maltraitance des enfants (2005).
d)
Services de soutien psychologique
1.
Services de conseil spécialisés
Le Bureau du développement social fournit des services de conseil spécialisés pour les
enfants par l’intermédiaire de plusieurs centres, dont deux sont spécialisés dans la prise en
charge des enfants: le Centre pour le développement de l’enfant et le Centre pour le traitement
des troubles de l’audition et de la parole. Le premier diagnostique les problèmes des enfants puis
les aide à y faire face en leur assurant un accompagnement ou une psychothérapie, en enseignant
aux parents comment réagir de façon appropriée aux problèmes de leurs enfants et en organisant
des programmes de conseil et de formation destinés aux parents et aux enfants. Le second centre
a pour mission de dépister les troubles de l’audition et de la parole chez les enfants, de former
ces enfants et de les aider à se réadapter afin qu’ils puissent interagir normalement avec leur
environnement, en particulier s’ils souffrent de bégaiement, d’aphasie, de dyslexie, d’un bec de
lièvre ou de nasillement. Le Centre pour le traitement des troubles de l’audition et de la parole
s’occupe également de quelques cas de paralysie cérébrale.
Il est doté d’un laboratoire équipé pour analyser, diagnostiquer et traiter les troubles de la
parole. Il dispose aussi des salles et de l’équipement nécessaire pour traiter ces troubles. En
fonction de leurs besoins particuliers, les enfants peuvent recevoir l’assistance requise dans
d’autres centres (le Centre d’évaluation psychologique et le Centre de renutrition vitale).
2.
Formation à la fourniture de conseils
Le Bureau du développement social dispense des cours de formation spécialisée
étroitement liés au rôle des parents à l’égard de leurs enfants. Ces cours couvrent des sujets
variés tels que comment être un bon père, des soins maternels efficaces, les interactions
familiales, etc. Ils visent aussi à familiariser les parents aux problèmes psychologiques et sociaux
des enfants, à enseigner aux parents des méthodes de prise en charge de ces problèmes et à
identifier les besoins de leurs enfants, ainsi qu’à explorer la relation entre parents et enfants.
Cette formation à la fourniture de conseil comprend des cours spécialisés pour les conseils
destinés aux adolescents.
Conçus pour garantir le développement intégré et sain des enfants et des adolescents, ces
cours traitent de sujets essentiels tels que:
−
Comment réagir à la perte telle qu’elle est vécue par les enfants;
CRC/C/OPAC/KWT/1
page 10
−
Adapter les concepts de mort et de perte à la compréhension des enfants et des
adolescents;
−
La psychologie du deuil chez les enfants et les adolescents;
−
Les troubles psychiques des enfants;
−
Critères pour des rapports familiaux efficaces avec les enfants;
−
Règlement des problèmes conjugaux qui ont des conséquences sur l’éducation et le
développement des enfants;
−
Développement de la sociabilité des enfants;
−
Les traumatismes psychiques chez les enfants;
−
La réaction dépressive chez les enfants.
Ces cours mettent en œuvre toute une gamme de techniques et méthodes de formation.
Certains ont été élaborés par le Bureau du développement social en coopération avec des
organisations étrangères spécialisées.
Le Bureau du développement social réserve dans l’ensemble une large place aux enfants
koweïtiens tant au niveau des objectifs fixés en termes de travail et de performance qu’au niveau
de la pratique et de la mise en œuvre. Il a mené des dizaines de projets de recherche et d’études
afin de surveiller et de détecter les problèmes psychologiques, sociaux et éducatifs des enfants. Il
existe en outre des services de conseil et des programmes de formation à la fourniture de conseils
spécialisés. Toutes ces activités contribuent à l’accomplissement de la mission et à la réalisation
des objectifs du Bureau du développement social, conformément aux dimensions théorique et
pratique de sa nouvelle stratégie.
3.
Le Bureau du martyr
Son Altesse royale feu Sheikh Jabir al-Ahmad al-Jabir al-Sabah (qu’il repose en paix) avait
eu la bonté de promulguer le décret de l’Émir no 91/38 du 19 juin 1991 portant création du
Bureau du martyr investi de la mission d’honorer les martyrs du Koweït, de commémorer leur
héroïsme et leur sacrifice dans la défense de la nation et de sa dignité, de porter assistance à leur
famille et à leurs parents dans différents domaines et de ne pas laisser sans contrepartie le
sacrifice suprême qu’est le martyr.
Le Bureau a proposé et mené à bon terme, avec la participation de nombreux secteurs de la
société, plusieurs projets visant à honorer les martyrs afin de promouvoir la valeur du don de soi
dans la vie et son importance pour la prospérité de la société.
Le Bureau du martyr porte une attention particulière aux enfants de martyrs et leur assure
diverses formes de protection, à savoir:
1.
Services sociaux spécialisés
CRC/C/OPAC/KWT/1
page 11
Ils se subdivisent en trois catégories:
−
Services de protection pour les pères et les mères de martyrs;
−
Services de protection pour les veuves de martyrs;
−
Services de protection pour les fils et les filles de martyrs.
Soucieux de garantir l’efficacité de ces services, le Bureau a engagé plusieurs travailleurs
sociaux et psychologues chargés de fournir soins et services essentiels aux familles de martyrs,
ainsi que de dispenser différents cours pour les soutenir et les aider à se réadapter
psychologiquement et socialement à la vie quotidienne. C’est ainsi que sont dispensés un cours
de développement des aptitudes, un cours sur les familles de martyrs, un cours sur la société
familiale et un autre sur la résolution de problèmes.
2.
Action éducative
Ce type d’action vise à aider les enfants de familles de martyrs à l’école par l’intermédiaire
de pédagogues spécialisés qui apportent le soutien nécessaire aux élèves et les aident à résoudre
les problèmes qu’ils sont susceptibles de rencontrer.
Ces pédagogues spécialisés effectuent des visites à l’école et à la maison, et fournissent
l’assistance et les conseils nécessaires. Grâce à cette prise en charge éducative, de nombreux
élèves ont brillamment achevé leurs études et il leur a été rendu hommage lors d’une
manifestation spéciale au cours de laquelle ils ont eu à l’époque l’honneur de rencontrer
Son Altesse royale feu Sheikh Jabir al-Ahmad al-Jabir al-Sabah (qu’il repose en paix) et reçu des
cadeaux et des prix en espèces.
Ce type de prise en charge englobe une contribution du Bureau visant à aider les enfants de
martyrs à entrer à l’Université du Koweït ou à l’Institut public d’enseignement pratique et
professionnel ou à les envoyer dans des universités étrangères pour achever leurs études.
3.
Soins médicaux
Le Bureau coopère pleinement avec tous les services et bureaux du Ministère de la santé et
coordonne ses activités avec eux afin de garantir la fourniture de soins médicaux appropriés dans
le cadre du Bureau ou en dehors.
4.
Logement
Le Bureau travaille avec les institutions publiques en charge du logement en vue de
répondre aux besoins de nombreuses familles en la matière.
5.
Aide juridique
Depuis sa création, le Bureau aide les familles de martyrs à préserver leurs droits face à des
tiers en leur fournissant différents types de conseils juridiques en fonction de leurs besoins.
6.
Aide religieuse
CRC/C/OPAC/KWT/1
page 12
Le Bureau attache une importance particulière à l’aide religieuse, vu son impact
psychologique et social sur les vies des proches des martyrs.
7.
Loisirs
Le Bureau a organisé une série d’activités récréatives conçues pour créer une atmosphère
appropriée et un environnement plaisant dans lesquels aider les proches des martyrs à se
réadapter à la vie quotidienne. Ces activités, nombreuses et variées, sont adaptées à tous les
groupes sociaux; il convient en particulier de mentionner les suivantes:
4.
−
Un bureau pour les pères de martyrs;
−
Un club qui propose différentes activités artistiques, sportives et culturelles adaptées
à différents groupes d’âge;
−
Un camp de printemps;
−
L’organisation de visites et de voyages dans des centres de loisirs, des stations
balnéaires et des centres scientifiques.
Le Centre sous-régional pour l’enfant et la mère
Créé en 1996, le Centre sous-régional pour l’enfant et la mère participe d’une philosophie
globale et est investi d’une vaste mission sur la base desquelles il définit ses activités et les met
en œuvre de façon graduelle et objective. Il est chargé de répondre aux besoins de l’individu et
de la société, ainsi que d’atteindre certains objectifs ultérieurs, en développant systématiquement
et consciencieusement son savoir-faire, l’expérience acquise et ses capacités matérielles.
Le projet pour la protection de l’enfant koweïtien, un des principaux projets du Centre pour
l’enfant et la mère, a permis, du temps de l’occupation, de fournir au peuple koweïtien des
services éducatifs exceptionnels. Institué à l’initiative du Prince Talal bin Abd al-Aziz Al Sa’ud,
Président du Programme du golfe Arabique pour les organisations de développement des
Nations Unies, le Centre s’occupe d’enfants en âge préscolaire. À l’origine il s’adressait aux
Koweïtiens et familles koweïtiennes qui se trouvaient à l’étranger pendant l’occupation. Un
crédit de 1 million de dollars avait été alloué à ce projet et M. Kafiyah Ramadan avait été envoyé
en mission dans le golfe et dans les États arabes pour établir un rapport à l’intention du Président
du programme. Ce rapport a été présenté à Son Altesse royale le prince héritier, le Premier
Ministre Sheikh Sa’d al-Abdullah al-Sabah (que Dieu le garde), qui avait affirmé la volonté du
Gouvernement koweïtien d’apporter à ce projet tout le soutien nécessaire.
Parmi les activités du Centre pour l’enfant et la mère réalisées au titre de ce projet,
il convient de citer:
−
L’ouverture de trois écoles maternelles au Caire, à Riyad et au Bahreïn et la
distribution de livres pour l’enseignement préscolaire par l’intermédiaire du Centre
pour l’éducation au Caire, ces écoles ayant accueilli au total 1 200 enfants
koweïtiens;
CRC/C/OPAC/KWT/1
page 13
−
5.
L’inscription de 600 enfants koweïtiens dans des écoles maternelles privées et la
prise en charge de leurs frais de scolarité.
Le Comité national pour les affaires relatives aux prisonniers et aux personnes disparues
Le Comité a été mis en place dans le contexte des efforts déployés tout de suite après la
libération pour faire face aux conséquences de la brutale invasion de l’État du Koweït par l’Iraq.
Il a été créé en application du décret de l’Émir no 133/92 du 16 Safr A. H. 1413 (15 août 1992)
avec pour mission d’unifier et d’organiser les efforts visant à assurer le retour en toute sécurité
des prisonniers dans leur pays et leur famille et la recherche des personnes disparues. Le Comité
a notamment été investi des missions suivantes:
−
Assurer le retour en toute sécurité des prisonniers koweïtiens détenus par l’État
iraquien et rechercher les personnes disparues;
−
Prendre les mesures nécessaires pour garantir la sécurité de ces citoyens ainsi que
leur protection, en coordination avec le Ministère des affaires étrangères et en
coopération avec des institutions et des organisations internationales;
−
S’employer à soutenir les familles de ces citoyens.
Au cours des quatorze années qui ont suivi la libération du Koweït, de nombreuses
tentatives ont été entreprises en vue de convaincre l’ancien régime iraquien de fournir des
informations sur le sort de ces prisonniers, mais elles n’ont pas abouti − en raison du refus de
coopérer de l’ancien régime iraquien, attesté par de nombreux témoignages. Plus de
600 personnes ont été retenues en captivité. Après la chute de l’ancien régime iraquien,
les efforts ont été réorientés et il a été possible de localiser des charniers et d’entamer le triste
processus d’exhumation des corps aux fins d’identification. Au moment de l’élaboration du
présent rapport (début 2005), l’identité de 215 morts avait été établie avec certitude.
6.
Association koweïtienne pour la promotion des enfants arabes
Pendant la période qui a suivi la libération, l’État du Koweït a joué un rôle prépondérant et
précis en faisant porter le gros de ses efforts sur un projet éducatif ayant pour objet d’étudier les
problèmes découlant de l’agression et de contribuer activement à faire face aux séquelles
psychologiques des nombreux traumatismes subis par le peuple koweïtien. En 1992,
feu Sheikh Abdallah Mubarak al-Sabah a lancé le projet «Association koweïtienne pour la
promotion des enfants arabes» aux fins d’étudier les séquelles de la guerre sur les enfants et leur
réaction à ce traumatisme psychologique, ainsi que d’éduquer et sensibiliser le public par
l’intermédiaire des différents médias.
L’Association a grandement concouru à la réalisation de plusieurs études s’appuyant sur
des renseignements fournis par le Ministère de l’éducation et le Ministère de la santé, au suivi
des séquelles psychologiques, scientifiques et éducatives de l’agression et des effets de la
violence et du conflit sur les enfants, et à la diffusion d’informations en la matière. En outre,
l’Association mène différentes actions, dont l’organisation de débats à l’intention des parents sur
les troubles psychiques provoqués par la guerre, leurs effets sur les enfants et la façon dont les
familles et les écoles maternelles doivent y faire face. Ce programme global, mis en place durant
CRC/C/OPAC/KWT/1
page 14
l’année scolaire 1991/92 en vue d’apporter un soutien éducatif et psychologique aux enfants
koweïtiens après l’invasion iraquienne, comprenait de nombreux cours de formation spécialisée
relatifs aux problèmes des enfants et à la guerre. Chaque cours de formation a été conçu pour
accueillir 20 travailleurs sociaux et psychologues.
7.
Les articles 12 à 17 du Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant,
concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés, portent sur les procédures à suivre
pour adhérer à la Convention et la ratifier, ainsi que sur les délais de soumission des rapports, la
procédure à suivre pour dénoncer le Protocole et d’autres questions d’ordre procédural.
-----
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising