O&O Defrag V6 White Paper

O&O Defrag V6 White Paper
Sandro Villinger
(MVP for Windows Shell/User)
O&O Defrag V6 White Paper
Table des matières (Administrateurs/professionnels)
Introduction
À propos de l'entreprise O&O Software
L'objectif de ce document
À propos de l'auteur, Sandro Villinger
1
1
1
Développement
Ce qui se cache derrière le phénomène de la "fragmentation"
Les solutions de défragmentation intégrées de Microsoft
O&O Defrag V6 - Le but de O&O Software
O&O Defrag V6 - Les méthodes expliquées en détails
"Plus vite que l'éclair avec "Stealth"
"Optimisation selon l'espace : la méthode "Space"
"Performance accrue des systèmes de partition : "COMPLETE/Name"
"COMPLETE/Modified" - Optimisation fiable du serveur
"COMPLETE/Access" - Un vrai "all-rounder"
"Maintenant, quelles méthodes utiliser sur quel lecteur et dans quel ordre ?
O&O Defrag V6 - Aperçu de la technologie
Activity Guard Pro
Gestion de travaux
Défragmentation séquentielle/parallèle avec O&O Defrag V6
Boot-Time/Offline-defragmentation
Démarrage/Défragmentation hors ligne
Advanced Report Engine (ARE)
Benchmarks et comparaison
La procédure : une fragmentation maximale
Executive Diskeeper 8.0
Résultats du benchmark
Benchmark - Le bilan
2
3
4
5
5
5
5
5
5
6
7
7
7
7
8
9
9
10
10
13
14
17
O&O Software - Conclusion
En résumé
18
À propos de l'entreprise O&O Software
Depuis 1997, l'entreprise berlinoise O&O
Software développe des logiciels utilisés autant
par des compagnies que par sa clientèle privée.
La parution de la première version de son produit vedette O&O Defrag en 1998 a subséquemment gagné la reconnaissance avec un
large rang de récompenses pour ses initiateurs.
Le lancement international en 2002 fut un brillant succès, multipliant le nombre de clients
réguliers et élevant la compagnie allemande au
rang de concurrence mondiale avec les anciens
leaders du marché.
La version en cours, O&O Defrag V6, qui est
le sujet de ce document de présentation, se
montre déjà prometteuse dans les ventes et
pour le grand nombre de comptes-rendus positifs déjà reçus. Plus d'un million de copies
d'O&O Defrag V6 sont utilisées dans le monde
entier, non seulement dans les infrastructures
professionnelles de compagnies mais aussi chez
les utilisateurs au privé.
Les autres produits d'O&O Software appliquent également leurs critères de fonctionnalité
et de rapport qualité/prix dans leur branche de
marché respectif.
votre environnement de travail. En outre vous
en apprendrez plus sur les compétences
d'O&O Defrag V6 ou autres de nos produits et
obtiendrez par le fait même un aperçu de la
théorie de (dé-)fragmentation.
L'objectif de ce document
Le document que vous avez devant vous vous
donne une description complète du produit
O&O Defrag V6 et de ses fonctions particulières, de sa technique de base et de ses effets sur
À propos de l'auteur, Sandro Villinger
Webmaster/ directeur de projet du produit bien connu sur le marché Windows-Support
Portal "Windows-Tweak.info " (Fondé en 2001)
actif depuis 2002 en tant qu'auteur pour la revue spécialisée PC-Praxis de la maison
d'édition Data Becker et autres publications.
Récipiendaire de la certification Microsoft MVP (Most valuable Professional for
Windows - Shell/User).
1
Ce qui se cache derrière le phénomène de la
"fragmentation"
Un disque dur se compose d'éléments mécaniques: de multiples disques rotatifs, empilés les
uns sur les autres, qui sont activés par un axe de
rotation. Un second moteur est responsable
des mouvements des têtes de lecture et d'écriture. Il se passe des milliers de cycles du processeur avant qu'une donnée n'ait frayé son chemin entre les cartes IDE et SCSI jusqu'à la
combinaison de la carte mère de l'unité centrale et de la mémoire vive (CPU-/RAM-/mainboard). Par conséquent, le disque dur est un des
éléments essentiels en ce qui a trait à la vitesse
d'exécution ou à l'efficacité. De plus, parce qu'il
se forme un bouchon lorsque plusieurs routines exécutées en parallèle essaient d'accéder
aux mêmes ressources simultanément, le disque
dur et son temps d'accès deviennent des déterminants majeurs dans le circuit de sortie effectif d'un ordinateur. Il en résulte une précieuse
perte de temps avant que les bits et octets ne
soient lus par l'unité centrale et il est évidemment préférable pour une entreprise de garder
le facteur de perte de temps aussi minime que
possible.
Ainsi, le perfectionnement des performances
d'un ordinateur consiste en plus que de simplement augmenter la gestion de mémoire, établir
des cycles plus rapides de RAM (CAS), changer
les priorités de l'unité centrale ou encore acheter du nouveau matériel, puisque ces choix
communs ignorent un facteur crucial, c.-à-d.
l'optimisation de la performance maximale du
disque dur en réduisant au minimum les temps
d'accès. Le phénomène de fragmentation agit
en tant que frein sur cette optimisation et mène
à un système informatique qui est moins qu'optimal.
Une application installée est théoriquement
située avec cohérence sur le disque dur près du
système de fichiers de NTFS-/FAT, pour assurer aux têtes de lecture un accès facile aux données en circulation. Le scénario qui se rappro-
2
che de la réalité est celui d'un disque dur, sur
lequel les données sont séparées en raison de
dizaines d'installations, de désinstallations et de
réinstallations, de remplacements de dossiers,
de suppressions et de copies. Il se forme alors
des trous de clusters qui se remplissent aléatoirement lors d'autres installations. Par exemple,
il est possible d'avoir quatre trous, chacun d'eux
ayant la taille disons de 8 Mo, 56 Mo, 98 Mo et
12 Mo -- des programmes et/ou des données
se situant entre et parmi ces trous. Ainsi, l'ordinateur doit rechercher l'ensemble des composantes nécessaires d'un programme ou simplement des données dans des endroits qui sont
largement et aléatoirement séparés l'un de l'autre. Imaginez maintenant qu'une nouvelle
installation (d'une taille de 210 Mo) entre en
jeu, comblant ces trous. Les données sont alors
inscrites sur le disque de façon désorganisée,
partout où un espace libre avait été laissé par
une désinstallation ou une suppression antérieure. Les conséquences sont prévisibles:
La tête de lecture saute péniblement parmi les
trous pour obtenir les données et ceci, simplement causé par une croissante fragmentation,
ayant comme conséquence une massive perte
de temps. Il est choquant de constater que ce
phénomène est sous-estimé et négligé; dans
une analyse récente du réseau d'une compagnie
(13 clients), huit postes de travail complètement fragmentés ont été identifiés comme
étant complètement fragmentés. Selon les utilisateurs, les cinq postes de travail restants ont
été maintenus en utilisant la solution intégrée
de défragmentation de Windows XP
Professional: Malheureusement, le résultat de
cette soi-disant solution sans risque a été montré sur un disque dur à peine disposé, sur lequel
on retrouvait programmes et données complètement dispersés. Plus alarmant encore; notre
"real life" test prouve qu'une fragmentation
aussi intense peut causer une perte considérable de performance, transformant un ordinateur rapide de 1,6 GHz en une machine de 900
MHz: de longs délais lors du chargement d'applications ou lors de l'exécution des opérations
d'un fichier permanent contenu dans un programme font partie des conséquences de tout
ceci.
Mais les pertes de temps et de performance ne
sont pas les seules conséquences provoquées
par les disques durs fragmentés. Dès qu'un
fichier de données est fragmenté et assigné
dans différents trous, émergent alors les problèmes de stabilité: les Arrêts erreurs, les gels ou
de plus longues pauses du système, qui peuvent
mener à un crash. Le système perd de son
intégrité bit par bit. Mais ceci n'est que la pointe de l'iceberg, puisqu'une tête de lecture sautant continuellement ici et là s'use alors aussi
rapidement que le reste des composantes mécaniques: Ceci augmente les chances potentielles
de perte de données.
Windows NT 4.0 laisse même un disque dur
fragmenté être la cause des problèmes de
démarrage. Le NTFS charge le NTLDR dans
la mémoire de l'ordinateur afin d'effectuer le
lancement du logiciel d'exploitation -- maintenant si le MFT (multiprogrammation avec un
nombre fixe de tâches) montre un certain degré
de fragmentation, cet important dossier de
démarrage peut glisser derrière le secteur du
disque dur, qui est seulement accessible par l'intermédiaire du BIOS jusqu'à ce que le conducteur NTFS (ntfs.sys) soit chargé. Puisque le
système ne peut pas trouver le NTLDR (le
chargeur de démarrage pour Windows NT à
base OS -- qui se compose du fichier " NTLDR
" même et du "boot.ini") quand cette situation
spéciale de fragmentation se présente, le procédé de démarrage s'interrompt. Contrairement à
la rumeur qui dit que ceci n'arrive seulement
qu'avec Windows NT; Windows 2000/XP
empêche ce genre de scénario de se produire
par une redondance de sécurité établie dans le
système, au moyen d'un arrangement indépendant de ces dossiers (par exemple " prefetches
"). Les administrateurs identifient rarement le
problème de fragmentation comme une source
3
d'ennui et effectuent à la place (inutilement) des
tests d'intensité du matériel ou encore cherchent des alternatives possibles, en entrant en
contact avec des services d'assistance téléphonique ou en réinstallant le(s) system(s) complètement. L'identification de la cause de tels problèmes (pour ensuite se rendre compte qu'elles
sont souvent attribuables à la fragmentation)
peut sauver du temps, des efforts et des coûts
considérables, ce qui constitue un gain important en soi.
Les solutions de défragmentation intégrées de
Microsoft
La nature problématique de la fragmentation a
été découverte aux temps de DOS, qui fut à
l'époque la principale raison de l'ajout essentiel
de " defrag.exe " de Microsoft. C'est une
fonction très simple qui a la seule capacité
d'analyser la concordance des données et, au
besoin, de les réarranger. Cet outil a gagné une
grande popularité en raison de l'augmentation
significative du rendement qui s'en suit.
Comme Shell Version, il a réussi à faire son
chemin parmi les consommateurs de Windows
95 (a, b et c), Windows 98 (et 98 SE) et, sous
la forme d'une version légèrement plus rapide,
dans l'édition de Windows Millenium. Les
systèmes professionnels Windows NT 3.51/4.0
étaient, grâce à HPFS/NTFS, proposés comme
solutions auxquelles la théorie de fragmentation ne s'appliquait pas. Cette image optimiste a
disparu en un clin d'oeil lorsqu'une analyse du
cluster a été exécutée sur un poste de travail NT
typique: Les dossiers étaient à peine mieux disposés que ceux des systèmes FAT/FAT32, ce
qui signifiait la même diminution en termes de
vitesse et de fiabilité.
O&O Defrag V6 - Le but de O&O Software
La nouveauté d'O&O Defrag 2000 s'est répandue à une vitesse extraordinaire, au commencement en Allemagne où le produit a été développé, et puis dans tout le marché international
mondial. Le produit a reçu des recommandations, des rapports positifs et s'est vu attribuer
une série de récompenses, qui ont eu comme
conséquence la création d'une publicité croissante pour l'entreprise. Bien que la version 6
(O&O Defrag V6) soit une des applications les
plus réussies sur le marché, il subsiste encore
des gens qui continuent de remettre en cause
les avantages de payer pour une solution commerciale de défragmentation, alors qu'il s'avère
que l'alternative de Microsoft peut apparemment faire le même travail. Pour répondre à
cette question, on peut mentionner la variété
des méthodes beaucoup plus complètes ou
encore la grande vitesse de ces procédures,
mais de tels éléments doivent être expliqués
plus en détails dans cet article. Un aspect plus
important pour les administrateurs de système
est la possibilité d'entreprendre un travail de
défragmentation avec la plus grande facilité -vous choisissez parmi les méthodes, vous choisissez l'unité cible et les options supplémentaires et vous déterminez le temps exact auquel le
travail devrait commencer. Si l'on pense en termes de gain de temps ou d'économie, ceci est
un avantage essentiel qui réduit au minimum la
nécessité d'acheter du nouvel équipement et qui
réduit le temps mis à l'entretien de l'équipement
existant. Comme précédemment mentionné, la
fragmentation cause l'usure inutile du matériel
et les pannes de système évitables, qui, à plus
long terme, mènent à des coûts élevés pour les
entreprises -- la tâche qu'a un administrateur de
maintenir ces coûts aussi bas que possible, a été
facilitée par O&O Defrag V6.
Le développeur ou le concepteur, dont les ordinateurs individuels doivent quotidiennement
traiter une grande quantité de charges I/O, ne
peut pas seulement compter sur des environnements à multiprocesseur et sur de grandes sur-
4
faces de mémoire, mais doivent en plus continuellement offrir à leurs systèmes un accès
rapide au disque dur. C'est la seule manière
d'amener du matériel de plus grande valeur à
dévoiler ses capacités au maximum: Un disque
dur particulièrement fragmenté qui subit tous
les jours une utilisation intensive et désordonnée ne peut pas s'harmoniser avec les autres
composantes du système - sans mentionner la
perte de temps lors des périodes d'attente pendant une application, précieux temps qui dans
cette branche signifie la clé du succès. Des
caractéristiques fonctionnelles particulières,
comme par exemple la défragmentation intelligente en arrière-plan, sont un autre aspect cette
théorie, car elle réarrange le disque dur avec
une très faible consommation des ressources.
Vous trouverez de plus amples informations
sur cette thèse ROI (Return on investissement)
sur le site Internet suivant:
Return on investment avec O&O Defrag V6
http://www.oo-software.com /en/products
/oodefrag /investment.html
Les pages à venir porteront sur la capacité de
l'entreprise berlinoise O&O Software de parvenir aux exigences dont il est question ci-dessus.
Nous ferons ici des comparaisons de large
étendue et soumettrons la performance ainsi
que d'autres aspects évaluatifs à un examen critique.
O&O Defrag V6 - Les méthodes expliquées en détails
La possibilité unique de choisir entre une multiplicité de méthodes de défragmentation, est
réservée au leader d'O&O. Car aucun profil
d'utilisateur ne ressemble à l'autre: Les autres
produits de la concurrence ne différencient pas
si vous êtes un administrateur de réseau, si vous
travaillez avec des fichiers multimédia complexe ou si vous êtes "simplement" un utilisateur
des fonctions régulières d'Office. Ils proposent
généralement une seule solution pour tous les
secteurs, dont le résultat demeure toutefois
douteux. Le chapitre suivant vous présente
toutes les méthodes offertes par O&O Defrag
V6 et vous montre lequel de ces algorithmes
est le mieux conçu en fonction de vos besoins.
Brisez la limite de vitesse avec
"Stealth"
La méthode " Stealth ", comme son nom
anglais l'indique, met en oeuvre la défragmentation en arrière-plan et de façon inaperçue.
Pendant le développement de la méthode, on a
d'abord tenu compte de la vitesse et des ressources de système libres (particulièrement
dans le secteur de la mémoire centrale) lors de
travaux effectués avec un nombre de fichiers
très élevé ou avec des données de milliers de
Gigaoctets. Les serveurs de fichier profitent de
cette méthode économique, puisque trop peu
d'espace de mémoire et de mémoire centrale
sont disponibles pour tolérer une variante plus
extensive. "Stealth", de par cette restriction, ne
va pas aussi en profondeur que les autres
méthodes, mais offre toutefois (aussi pour les
Workstations) un bon départ dans la défragmentation - ce qui est particulièrement le cas
dans des environnements où le temps et les ressources sont restreints. Un conseil: N'utilisez la
méthode "Stealth" que lors de la première utilisation de O&O Defrag V6, puisque les efforts
de reconstruction des autres méthodes s'en
trouvent alors considérablement réduits, ou
alors si vous utilisez un serveur de fichier à ressource dépendante. Ce qui est particulier avec
cette méthode, c'est qu'elle ne traite pas la tota-
5
lité disque dur, mais toujours un seul fichier à la
fois. Aucune analyse n'est nécessaire pour la
défragmentation (toutes les autres méthodes et
également tous les produits d'autres fabricants
la nécessitent). Après le démarrage, " Stealth "
cherche le premier fichier sur le disque dur. Si
celui-ci est fragmenté, il sera défragmenté.
Ensuite il sera mis de côté et " Stealth " passe
au prochain fichier. Si le fichier n'est pas fragmenté, il ira directement au fichier suivant.
L'avantage ici est qu'aucune donnée d'analyse
ne doit être gardée en mémoire. Une défragmentation "Stealth" est même parfois plus rapide qu'une analyse (particulièrement lorsqu'il y a
peu à réorganiser). Désavantage: Les fichiers
sont défragmentés à l'endroit où ils se trouvent,
ce qui laisse probablement des "trous" dans les
espaces libres.
Optimisation selon l'espace: La
méthode "Space"
Quand vous avez exécuté de nombreuses (dés) installations, effectué plusieurs mouvements
de dossiers ou de suppressions, les trous sur
votre disque dur se multiplient brusquement.
Puisque la contiguïté est nécessaire pour maintenir le temps d'accès aussi minime que possible, la méthode " Space " s'occupe de reconstituer cette contiguïté sur tout le disque dur.
L'algorithme cherche les secteurs libres sur le
disque dur et vérifie où les dossiers défragmentés pourraient entrer. Bien que d'une grande
rapidité et efficacité, cette méthode est comparable au procédé utilisé par Windows.
Néanmoins, notre analyse démontre que
Stealth arrive à des résultats beaucoup plus
complets. Je recommande définitivement cette
méthode pour la défragmentation de routine
quotidienne en arrière-plan parce que l'utilisation des ressources est minime et que le résultat
est des plus convaincants.
Performance accrue des systèmes
de partition: "COMPLETE/Name"
Les méthodes "COMPLETE/Name" exécutent une réorganisation complexe de la structure du périphérique et offrent aux groupes d'utilisateurs trois formes d'organisation différentes.
La première forme, "COMPLETE/Name",
arrange les fichiers par ordre alphabétique sur
la partition/le disque dur, ce qui est particulièrement efficace pour des périphériques ou des
partitions sur lesquels les données sont à peine
modifiées. Les fichiers, énumérés dans une
liste, sont beaucoup plus faciles d'accès ainsi les contenus du fichier Windows sont disposés
par ordre alphabétique et se trouvent ainsi tous
ensemble dans un même secteur, rapidement
localisé par la tête de lecture du disque dur.
Non seulement la vitesse augmente de façon
générale, mais le processus de démarrage (boot)
est aussi plus court. Les désavantages se trouvent définitivement dans la surcharge du système (sans Activity Guard) qui affecte légèrement le flux des travaux pendant la défragmentation, ainsi que dans sa durée.
"COMPLETE/Modified"
Optimisation fiable du serveur
Comme "Name", cette méthode est coûteuse
en temps et en ressource, et dépiste la date des
modifications faites à un fichier. Les fichiers
qui ne sont pas modifiés souvent sont transférés au début du disque, tandis que les dossiers
fréquemment modifiés sont déplacés vers la
fin. La théorie derrière ceci: Si O&O Defrag
V6 déplaçait les dossiers fréquemment utilisés
au début du disque (qui est en plus chargé de
fichiers système), cela mènerait assurément à
une fragmentation chaotique dans cette partie
importante du disque, par exemple, si la taille
de ces dossiers devait augmenter soudainement: les premières parties des dossiers seraient localisées au début de la commande tandis
6
que le reste se trouverait à l'extrémité du disque
(dû au manque de place), ce qui causerait après
un certain temps un des serveurs les plus fragmentés de l'histoire. Du bonbon pour les
administrateurs: puisque les changements sont
seulement faits à la fin du disque, les autres processus de défragmentation se déroulent extrêmement rapidement. Les propriétaires de stations de travail qui ont des grandes partitions
dont le contenu est rarement modifié (mais
régulièrement), devraient essayer la méthode
"Modified".
"COMPLETE/Access" -un vrai "
Allrounder "
Cette méthode équivaut à celle de "Modified"
en presque tous les points, la seule différence
étant que les dossiers qui sont consultés fréquemment (et pas seulement modifiés), sont
déplacés à la du disque dur. Cette méthode est
également compatible aux stations de travail et
au serveur en raison de la faible fragmentation
située à la fin du disque, qui résulte naturellement en un gain de temps lors de la prochaine
éxécution de O&O Defrag V6.
Maintenant quelles méthodes utiliser sur quel lecteur
et dans quel ordre?
De simples réponses à cette question selon l'endroit d'application:
1. Base de données-/ fichier serveur avec accès fréquent:
La première chose à faire devrait être une
défragmentation avec la méthode économique
"Stealth", afin de créer une base solide pour les
prochaines défragmentations effectuées avec
d'autres méthodes, gagnant ainsi du temps. Il
est recommandé d'exécuter ensuite COMPLETE/Access pour défragementer les dossiers
fréquemment utilisés. Pour les serveurs se fondant sur des ressources libres, il est préférable
d'éxécuter cette méthode avec "Activity Guard
Pro" (expliqué plus tard).
Autres environnements cibles: Workstations
avec accès fréquent à un certain nombre de
fichiers comme All-round-PCs pour Office,
multimédia, développement, les jeux, Internet,
etc.
2. Base de données-/fichier :
Serveur avec fréquente modification des
fichiers, mais un grand nombre de fichiers non
modifiés. Comme mentionné plus haut, la
méthode "Stealth" devrait être la première
étape à faire pour atteindre par la suite une performance maximale. La seconde étape vous
mène à la méthode "COMPLETE/Modified"
et donc à une meilleure organisation des
fichiers fréquemment modifiés.
Autres environnements cibles: Stations de travail avec fréquentes modifications d'un certain
nombre de fichiers, comme par exemple dans
l'édition
professionnelle
de
matériel
video/audio/photo.
Je recommande de séparer la partition de système des partitions avec une base de données ou
des données partagées avec le réseau (par
exemple C:\ du logiciel en opération et de vos
applications), et de défragmenter cette partition
de système (après "Stealth") avec "COMPLE-
7
TE/Name". En raison de quelques changements faits à ces données, cette méthode est la
meilleure façon d'améliorer la performance.
Dans le cas d'une partition de système fréquemment modifiée, la méthode "Space"
devrait être considérée comme une alternative
car elle demande peu de ressources et demeure
quand même très rapide.
The first thing to do should be a defragmentation with the economic method "Stealth" to
provide a solid basis for further defragmentations with other methods and thus to save time.
It is advisable to run "COMPLETE/Access"
after that to defrag often accessed files. For servers relying on free resources, a run with the
"Activity Guard Pro" (explained later) turned
on should be considered.
Other targeted environments: Workstations
with frequent accesses to a certain number of
files like all-round-PCs for Office, multimedia,
developing, games, internet etc.
O&O Defrag V6 - Aperçu (vue d'ensemble) de la
technologie.
L'utilitaire de défragmentation intégré de
Microsoft/Executive ne peut seulement travailler qu'avec son entité de noyau et ne peut pas
être employé en termes de fonctionnalité ou
d'exécution non plus. En plus des méthodes
expliquées, O&O Defrag V6 est le seul logiciel
de défragmentation avec une si grande variété
de de fonctions, qui sont décrites en détails cidessous:
Activity Guard Pro
Tandis que les tiers produits ou que la solution
de défragmentation intégrée de MS représentent la plupart des ressources disponibles d'un
système, O&O va dans une autre direction en
donnant à leurs clients la possibilité essentielle
de régler l'utilisation de CPU/RAM. Le sousprogramme "AutoSense" détermine l'état actuel du système et limite dynamiquement les ressources liées aux activités de défragmentation - ceci provoque évidemment une défragmentation plus lente, mais garantit un fonctionnement global plus fluent. Ainsi, si vous effectuez des tâches plus complexes, "Activity Guard"
ajuste l'exécution de défragmentation à un
niveau minimal, qui vous laisse finir le travail
avec toutes les ressources disponibles de CPU/RAM. "AutoSense" peut être facilement
désactivé, afin que d'autres processus permanents et sans importance ne ralentissent pas
O&O Defrag V6: Ceci est un avantage considérable par exemple pour les administrateurs qui
finissent leur travail en soirée et qui veulent
défragmenter leurs clients sans ralentissements
ou interruptions -- c'est-à-dire aussi rapidement
que possible. Si l'administrateur connaît l'utilisation moyenne des ressources, il lui est possible d'ajuster le pourcentage des ressources de
défragmentation.
Gestion des travaux
Cette technologie est capable d'envoyer les travaux d'O&O Defrag V6 dans tout un
8
réseau/domaine. En outre, il est possible de
déterminer chacune des propriétés de ce travail
comme la méthode, le temps de démarrage de
la défragmentation, etc. pour plusieurs groupes
d'un même réseau (appelés "Sites") et ce, individuellement - car après cette manoeuvre les
serveurs de fichiers ont tous besoin d'arrangements différents de ceux des stations de travail
habituelles. L'Agent O&O Defrag aide en
installant ces travaux de Defrag V6.
La gestion de travaux se compose de 5 sections,
dont la configuration est facile à installer: Vous
pouvez déterminer le temps du démarrage ou la
fin, l'intervalle et la limite de temps ainsi que le
démarrage de défragmentation (mentionné
plus tard) ou des rapports ARE - bien que ces
rapports peuvent également être écrits dans le
protocole d'événement de Windows. Si vous le
souhaitez, votre ordinateur peut automatiquement effectuer un arrêt ou redémarrer pour se
consacrer au temps de lancement de défragmentation après avoir fini la tâche régulière.
Des polices de groupe pour le processus de
défragmentation peuvent également être programmées, de sorte que les utilisateurs ne puissent pas en changer les options pendant le travail.
Défragmentation séquentielle/
parallèle avec O&O Defrag V6
Les propriétaires de plusieurs lecteurs (physiquement séparés) devraient apprécier les avantages de la défragmentation parallèle pendant
que les partitions sont réarrangées séquentiellement - O&O Defrag V6 offre les deux. Bien
que la défragmentation parallèle demande une
quantité de ressources considérable, elle constitue la méthode la plus rapide pour finir les lecteurs plus fragmentés. La défragmentation parallèle de plusieurs partitions n'est pas conseillée
en raison du fait que la tête de lecture/d'écriture aurait à sauter entre beaucoup plus de clusters, ce qui pourrait augmenter le temps requis
et l'usure du système.
Boot-Time/défragmentation hors
ligne
O&O fait la différence entre la défragmentation en ligne et hors ligne. La version en ligne a
lieu dans la console d'O&O Defrag V6 et permet l'éxécution multitâches avec d'autres applications, tandis que la version hors ligne est exécutée dans le processus de démarrage du système (aux étapes suivantes du démarrage, lorsque
les lecteurs sont initialisés). Elle effectue les
opérations suivantes:
-défragmentation de la MFT: La MFT contient
des données recueillies d'un disque dur: Quand
un dossier a-t-il été créé ou changé? Quels
attributs a-t-il? Quelle taille a-t-il et où se trouve-t-il (etc.) ? Ces informations changent fréquemment et c'est pour cette raison que disque
est prédestiné à se fragmenter. En termes de
fichier ou d'accès aux données sous Windows,
ceci pourrait signifier une perte intense de performance, ce qui a été rapidement compris par
O&O Software, qui offre maintenant à ses
clients cette rare défragmentation hors ligne.
O&O Defrag V6 pour Windows XP/2003
inclut maintenant la défragmentation en ligne
du MFT (et Registry).
- les dispositifs FAT/FAT32 ne permettent pas
à des dossiers d'être défragmentés dans la console de gestion - ceci doit être fait en mode différé. En revanche les répertoires NTFS sont
facilement réarrangés en mode différé par
O&O
Defrag
V6,
avec
Windows
2000/xp/2003 (Windows NT faisant exception).
- défragmentation du fichier d'échange: Cet
agrandissement de la RAM est très susceptible
à la perte de son intégrité, (particulièrement
après une panne de système ou après un " bouchon ") - Elle s'éparpille sur différentes points
du disque dur, ce qui rend l'accès rapide au
données impossible.
-Le dossier hibernation: O&O Defrag V6 peut
9
défragmenter "hiberfil.sys", une décharge de
mémoire avec laquelle un ordinateur peut geler
la situation actuelle de Windows (programmes
en exécution, logins, constellations de
Windows, etc.) et qui permet la continuité du
travail avec cette un snapshot même après l'arrêt de l'ordinateur. Pour garantir un "réveil"
très rapide du mode hibernation, la priorité
d'O&O Defrag V6 est de maintenir ce dossier
en une pièce et de le placer au début du disque.
- Base de registre: Elle est une des composantes
du coeur de Windows et donc responsable de la
performance - mais aussi sensible aux entrées
inutiles, aux liens malveillants ou aux installations superflues de logiciels. Ces facteurs jouent
un rôle essentiel en donnant sa taille à la base de
registre (un des pires cas serait approximativement 30 Mb ou plus) et se disperse ici et là
ayant pour résultat une perte de réactivité.
Encore, le travail d'O&O Defrag V6 est d'assurer une base de registre contiguë, qui soit constamment (et rapidement) accessible.
- tous les autres dossiers, qui sont ouverts pendant l'exécution d'O&O Defrag V6: les documents Word qui sont édités, les MP3 qui sont
chargés ainsi que les bases de données (SQL,
Exchange, etc.) qui sont employées sont défragmentés en mode différé.
Advanced Report Engine (ARE)
Avec cette fonction, vous pouvez facilement
créer des statistiques détaillées (HTML): Elles
montrent l'état du disque avant et après une
défragmentation, ainsi qu'un rapport de statut
du disque dur contenant les informations suivantes: capacité, clusters, la MFT, nombre de
dossiers et de données défragmentées. Je
recommande de stocker ces rapports pour ainsi
tenir un document qui vous montre le degré
exact de fragmentation (par exemple) de tout
un mois. Avec l'aide de ce rapport, vous pourrez retracer les dossiers plus souvent fragmentés et résoudre des problèmes liés à la performance.
Aperçu des dispositifs additionnels de O&O Defrag V6:
- Ce qui n'était pas possible dans O&O Defrag
V4 est maintenant possible dans V6: la défragmentation des périphériques en ayant seulement 5% d'espace libre sur le disque.
-Vous pouvez accéder à différentes tâches
comme "analyse", "Défragmentation" ou
"Automatisation" à partir d'une " Sidebar " qui
s'apparente à celle que l'on retrouve dans
Windows XP/2003
- Gestion de l'énergie pour Notebooks: Cette
fonction prévient la trop grande consommation d'énergie pendant la défragmentation lorsque l'ordinateur est en mode batterie. Le travail
se poursuit quand l'ordinateur est à nouveau
connecté à une source de courant porteur.
- OneButtonDefrag: un assistant vous rend la
défragmentation plus que facile - un simple clic
suffit pour démarrer le tout.
- O&O ComponentInstaller: Distribue des versions O&O Defrag V6 dans le réseau local, qui
sont ensuite contrôlées par Server-Edition.
10
Cette copie d'écran n'a pas été manipulée: Ceci est ce à quoi ressemble un disque
dur non entretenu après quelques mois d'utilisation seulement- On observe une
perte de vitesse radicale lors de l'exécution des applications.
Benchmark et comparaison
Il est difficile de faire confiance à un programme dans lequel les opérations du noyau fonctionnent secrètement en arrière-plan. Vousmême déterminez la qualité de la plupart des
applications selon les premiers résultats obtenus ou selon le confort, l'efficacité de la défragmentation vous demeurant cachée et obscure.
Le seul gain perceptible que vous obtenez est
une augmentation de vitesse. Ce whitepaper
contient pour vous une série des résultats de
tests de performance menés avec O&O Defrag
V6 ainsi qu'une comparaison critique avec son
plus féroce concurrent Diskeeper 8,0 de l'entreprise bien connue Executive Software.
La procédure : Une fragmentation maximale
Notre but était de mesurer de façon exacte la
vitesse d'exécution des deux outils, avant et
après la défragmentation d'un système très
fragmenté. O&O Defrag V6 a été installé sur
13 clients en réseau et 5 ordinateurs privés, chacun d'eux ayant été sous utilisation intense pendant plus de 18 mois. Parmi ces ordinateurs, on
retrouvait des systèmes dont le degré de fragmentation s'élevait à bien plus que 15%, ce qui
nous donnait en moyenne un degré fragmentation de 20.2%: Cela entraîne une perte énorme
de la vitesse d'exécution et signifie que les têtes
de lectures doivent rassembler lors de chaque
application les données dispersées ça et là sur le
disque dur (Démarrage du système, démarrage
de programmes, chargement de sous-programmes/modules/bibliothèques.) Pour tester
O&O Defrag V6 et Diskeeper dans des conditions réalistes (sur un AMD 1333 MHz, 512
megs de RAM, Seagate Barracuda IV de 60 Mo
avec 7200 de RPM) il nous était nécessaire de
désordonner le disque dur jusqu'à un degré de
fragmentation de 15-20%, ce qui ne fut pas une
simple tâche. Voici les étapes de la procédure:
1. Installation complète de Windows serveur
2003 Enterprise Edition
2. installation de 120 applications /Freeware
/Shareware-Tools/Updates supplémentaires et
11
ce presque simultanément (!): En 3 étapes, on a
installé 1x60 et 2x30 de ces programmes. 30
ont alors été supprimés à nouveau des 120 programmes au total et ce en cours de période d'installation. C'est ainsi qu'on veille à ce que les
applications n'arrivent pas en un morceau sur le
disque dur. Les Clusters reçoivent et stockent
différemment les données créant ainsi des
trous qui sont particulièrement ineffectifs.
3. 20 Applications supplémentaires ont été supprimées de Windows et plusieurs copies d'utilitaires ont été faites et réinstallées dans la liste de
programmes
4. Cela causa, à notre grande surprise, un degré
de fragmentation de seulement 12%, qui ralentit déjà le système de manière significative, sans
toutefois atteindre la barre que nous avions
fixée entre 15% et 20%. Pour y arriver: La partition complète (D:\) a été copiée sur une deuxième instance de Windows Server 2003 dans
E:\. Ensuite, environ 70% des données ont été
supprimées des fichiers originaux (documents
et réglages, programmes, Windows, Liste de
Backup fichiers de -copies de sauvegarde,
fichiers
privés)
incluant
le
fichier
"PageFile.sys". Pour que ces données reviennent complètement en désordre, nous avons
recopié tous les fichiers en même temps (!) de
E:\ vers D:\ (En tout 6x2 fenêtres de D:\ et de
E:\). Ces 6 processus de décalage simultanés
n'apportèrent malheureusement pas encore le
résultat souhaité, puisque le degré de fragmentation s'éleva seulement à environ 13%.
5. Maintenant chaque fichier (d'une taille de 4
Mb) du lecteur D:\a été compressé en 12 archives et puis immédiatement décompressé dans
un ordre aléatoire. Le résultat parlait de luimême: un taux de fragmentation de 21.105%.
Ceci correspond à un poste de travail ou à un
serveur fréquemment utilisés sur une période
de 6 mois et sans défragmentation.
simultaneously: Three runs of setups (1x60 and
2x30 tools) were performed and during those
operations 30 programs were removed again.
1. Boot up:
Pour des tests supplémentaires, ces conditions
ont dû être enregistrées sous forme d'image
(réalisée avec Acronis TrueImage). Nous avons
testé la performance avant et après la défragmentation, selon les explications données cidessous. Ce qui compte ici n'est pas pour que
vous voyiez des utilitaires familiers en action,
mais d'avoir une vue d'ensemble des diverses
opérations effectuées par un disque dur dans
différentes tâches, comme rassembler des données, les déplacer, les écrire, les copier et ainsi
de suite. Les résultats peuvent être adaptés à
chaque domaine d'application étant donné que
ce test de performance se base sur des opérations faites avec de plus grands fichiers ou avec
plusieurs de plus petite taille.
1. Boot up:
La procédure démarrage (boot up) de Windows
était la première tâche dont il fallait s'occuper.
Les pilotes, dossiers du noyau, les bibliothèques
de liens dynamiques (DLL), les " prefetches ",
les services et programmes d'exécution automatique etc., sont chargés à partir de différentes parties du disque dur. Un disque fortement
fragmenté peut mener à de très mauvais résultats, c'est pourquoi ceci a dû être exécuté par les
deux concurrents O&O Defrag V6 et
Executive Diskeeper 8,0. Valeur avant la
défragmentation: 1 minute 10 secondes
mic link libraries (DLL), prefetches, services
and auto run programs (etc.) are loaded from
different parts all over a disk drive. A highly
fragmented disk can lead to very bad results,
which is why this had to be performed by the
two competitors O&O Defrag V6 and
Executive Diskeeper 8.0.
12
2. Operations in programs/Windows:
2. Opérations dans les programmes/Windows:
Les temps d'accès aux dossiers jouent un rôle
primordial dans l'exécution d'une application.
Pour les tests de performance, nous avons
recherché des programmes avec opérations
complexes sur le disque dur, comme par exemple accéder à de grands et petits bouts de dossiers ou les déplacer, les copier, les effacer ou
les remplacer. La palette des tâches qu'un poste
de travail ou un serveur doit traiter quotidiennement est couverte et montre à l'utilisateur
une visible amélioration: Les tâches suivantes
concernant l'opération de dossiers ont été exécutées…
Fichier NetObjects Fusion:
Cet éditeur Web a été chargé avec le site portail
"Windows-Tweaks" (taille du dossier fortement fragmenté:39 MB) ainsi que des centaines
d'images et éléments de textes. Le temps
nécessaire pour ouvrir ce dossier, pour ouvrir
un site et pour la compression du dossier a été
enregistré.
Valeurs avant la défragmentation:
Ouverture du dossier " .nod ": 7 secondes
Ouverture d'un site: 4 secondes
Compression du dossier " .nod ": 16 secondes
Ulead PhotoImpact:
Cette suite professionnelle d'édition photo est
comparable à l'application typique d'un serveur
ou d'un poste de travail. Des dizaines de mégaoctets (bibliothèques, masques, effets, polices,
etc.) sont chargés par le programme. Des fragments de ces fichiers PI ont été trouvés partout
sur le disque dur. Durée du chargement des
applications avant la défragmentation: 13
secondes
13
VMware 4.0:
Une application souvent employée par les
experts, avec laquelle on émule plusieurs ordinateurs et logiciels d'exploitation dans une
fenêtre Windows. Le délai nécessaire pour
l'amorçage de Windows 2000 Professional (1
GB VMDK, fichier du disque virtuel - hautement fragmenté) a été noté avec précision.
Durée avant la défragmentation: 56 secondes
Copier un dossier (2, 25 GB) de
13.872 fichiers:
Puisque des opérations de fichier constantes de
différente ampleur sont souvent exécutées avec
les serveurs ou les stations de travail, nous
avons copié un fichier fortement fragmenté sur
une autre partition.
Durée: 8 Minutes 45 secondes
Windows Media Player:
: ajout de 240 fichiers multimédia dans la liste
d'écoute (Playlist). Puisque ces données A/V
ne sont pas disponibles non plus "en un morceau", nous avons demandé au WMP de chercher ces fichiers et de les rassembler en "playlist". Durée: 22 Secondes
Agrandissement automatique du
fichier d'échange:
Nous avons presque complètement vidé la
mémoire centrale par VB-Script ("FreeMem =
Space (512000000") en y insérant des millions
d'espaces (ou en supprimant), raison pour
laquelle Windows est forcé de déplacer le contenu de la mémoire centrale et d'agrandir considérablement ce fichier de transfert. Nous
avons pris note du temps perdu pour ces opérations et obtenons ainsi la mesure de base du
rendement lors de l'amorcage de la défragmentation. Durée de l'opération: 17 Secondes
Executive Software Diskeeper 8.0
Microsoft
2003:
Office
Professional Diskeeper 8.0 est très semblable à O&O
Ouverture simultanée des différentes applications (Word, Excel, PowerPoint, Outlook, etc.)
montre l'impact de la fragmentation lors d'accès simultanés aux données. Puisque la presque
totalité de la mémoire centrale a été vidée par le
VB-Script, tous les fichiers nécessaires à Office
et à Windows (fichiers qui ont été en partie
chargés par le Prefetcher) doivent être relus et
chargés à nouveau. Temps requis pour l'ouverture de tous les programmes: 8 Secondes
3D-Mark 2003:
différents moteurs synthétiques 3D chargent
un grand nombre de textures (fragmentées,
dans notre cas) dans la mémoire vive. Nous
évaluons ici le nombre de points lors de la première exécution, puisque ces données nous
viennent directement du disque dur. Points
avant la défragmentation: 4989
Sandra 2004 Benchmark:
Nous avons finalement réexaminé la performance du disque dur. Le test de performance
Sandra 2004 livre des résultats très concis, ce
qui justifie le choix de ce programme. Résultat:
32 mb/s
Executive Software
Diskeeper 8.0
Diskeeper est un des plus vieux utilitaires de
défragmentation dans cette branche et peut
donc se fier à ses développeurs pour leur grande expérience accumulée dans ce domaine.
Nous avons principalement testé la performance du logiciel et évalué par le fait même la
manipulation, la surface et les fonctions comme
suit:
14
Defrag V6 en ce qui concerne son utilisation,
puisque l'accès aux modules essentiels dans la
version actuelle se fait à travers un "XPSidebar" et que l'arrangement de ces 2 programmes est pratiquement identique.
Seulement le ClusterInspector, qui montre les
contenus de chacun des Clusters et la possibilité de la représentation simultanée de plusieurs
partitions sont malheureusement absents chez
Diskeeper. Ce qui séduit particulièrement chez
Diskeeper sont les rapports concernant le disque dur, le degré de fragmention, les résultats
d'analyse ou les informations concernant la
performance - la question ici serait de savoir si
ces faits sont exacts, car pendant que O&O
Defrag V6 constatait une fragmentation von de
21%, Diskeeper rendait le diagnostique que
47% du disque dur et que 65% (!) des fichiers
étaient complètement fragmentés et qu'une
optimisation aurait pour résultat une augmentation d'environ 50% de la performance. La prochaine question ici serait de savoir quelle application charge tous les fichiers fragmentés, et
seulement ceux-ci - car c'est à ces données que
le Diskeeper se réfère. Mais à quoi servent ces
donnés, si elles perdent de leur crédibilité à
cause de telles divergences? Diskeeper offre
une méthode complète et rapide, ainsi que la
possibilité de procéder comme avec la méthode
"Space". On ne mentionne même pas dans le
"mince" manuel d'instructions quelle méthode
est le mieux adaptée à quel type d'utilisateur. Le
programme offre cependant la possibilité de
créer des travaux ainsi que celle d'une défragmentation automatique exécutée au temps
donné.
Résultats des tests de performance
La méthode approfondie, qui est pertinente
pour le benchmark, a d'abord surpris très positivement, car après quelques minutes seulement
le disque dur était déjà complètement défragmenté. L'analyse du Cluster le prouve, puisque
qu'il n'y avait presque plus d'espaces marqués
en rouge, ce qui indique que le disque dur est
bien ordonné. Le disque dur a été défragmenté 2 fois et a ensuite été soumis à une optimisation du temps d'amorce (boot time), ce après
quoi le départ du Benchmark-Marathon a été
lancé.
Résultats des tests de performance
Systemstart
Boot
Up
O&O Defrag V6
Standard
20
30
40
50
60
Ouverture du fichier " .nod "
Standard: 7 secondes
Executive Diskeeper 8.0: 7 secondes
O&O Defrag V6: 6 secondes
Ouverture d'un site
Standard: 4 secondes
Executive Diskeeper 8.0: 3 secondes
O&O Defrag V6: 3 secondes
Compression du fichier " .nod "
Standard: 16 secondes
Executive Diskeeper 8.0: 15 secondes
O&O Defrag V6: 16 secondes
Diskeeper 8
10
2. Operations dans les
programmes/Windows
NetObjects Fusion 7.0
Pour tester la défragmentation, on a exécuté les
méthodes "Stealth" et "COMPLETE/Access",
ainsi que la méthode de défragmentation en différé sur le disque dur hautement fragmenté,
dont l'image avait été stockée dans une copie de
sauvegarde/sécurité. Les meilleurs résultats de
0
En toute lettres: La réduction de 10 secondes
apportée par Diskeeper nous avait déjà étonné.
Mais le fait qu'O&O Defrag V6 était en mesure d'éviter un embouteillage et de gagner 27
secondes , montre la qualité d'optimisation du
temps d'amorce et l'efficacité de la méthode
COMPLETE/access.
70
Seconds
Sekunden
chacun des secteurs apparaissent de couleur
différente (et en caractères gras).
1. Démarrage du système
Standard: 70 secondes
Executive Diskeeper 8.0: 60 secondes
O&O Defrag V6: 43 secondes (!)
15
NetObjects Fusion a à peine été influencé par
la défragmentation, raison pour laquelle on n'a
pu en tirer un clair énoncé. Une analyse montre que les données essentielles de NetObjects
se trouvaient relativement près l'une de l'autre malgré tout on peut quand même voir, grâce
aux mesures exactes, que des programmes
et/ou programmes de données à peine fragmentés profitent légèrement de la défragmentation.
Ulead PhotoImpact 8.0 - Démarrage du programme
Standard: 13 secondes
Executive Diskeeper 8.0: 12 secondes
O&O Defrag V6: 11 secondes
Puisque le démarrage de PhotoImpact 8.0 se
compose en majeure partie des travaux CPU (et
du chargement déjà mentionné d'un grand
nombre de modules), il est impressionnant
qu'un gain de temps aussi radical ait été atteint.
Encore une fois, O&O Defrag V6 brille de par
sa performance.
VMware 4.0 - Démarrage d'une
machine virtuelle
Standard: 56 secondes
Executive Diskeeper 8.0: 84 secondes
O&O Defrag V6: 42 secondes
Le résultat qui suit la défragmentation avec
Diskeeper frise la catastrophe.
VMware 4.0 - Démarrage d'une machine virtuelle
a virtual
machine
VMware 4.0 - Booting
Starten up
einer
virtuellen
Maschine
gramme aussi complexe. Le vainqueur est ici
sans aucun doute O&O Defrag V6!
Copie d'un dossier de 2,25 GB
Standard: 8 minutes 45 secondes
Executive Diskeeper 8.0: 8 minutes 56 secondes
O&O Defrag V6: 7 minutes 52 secondes
Ici aussi, Diskeeper ne fait qu'aggraver la situation - même si on le remarque à peine. Puisque
ce test est représentatif des opérations de données de grande taille et aussi pour les programmes plus complexes, O&O Defrag V6 ici se
démarque particulièrement de l'autre programme, car le processus de copie se voit raccourci
d'environ presque une minute - un accès largement plus rapide, c'est de cela au départ qu'un
programme de défragmentation se porte
garant.
Windows Media Player - Création
d'une liste d'écoute
Standard: 22 secondes
Executive Diskeeper 8.0: 22 secondes
O&O Defrag V6: 18 secondes
O&O Defrag V6
Diskeeper 8
Standard
0
20
40
60
80
100
secondes
Sekunden
Il semble que la machine virtuelle ait été fragmentée par Diskeeper à un point tel que le disque dur dût rassembler les données d'une extrémité à l'autre du disque dur. L'accélération
d'environ 25% montre que O&O Defrag V6
sait s'y prendre avec des données de grande taille - les promoteurs de Diskeeper ont encore des
devoirs à faire, car aucun usager ne veut payer
pour une réduction de la vitesse avec un pro-
16
Il s'agit ici seulement de l'accès aux données (et
pas de leur lecture complète) - O&O Defrag
V6 est, comme le test précédent le suggérait
déjà, un véritable artiste dans ce domaine. Là
où Diskeeper n'avait apporté aucune modification, d'autres gains de performance ont de nouveau été remarqués chez O&O Defrag V6.
Agrandissement automatique du fichier de
pagination
Standard: 17 secondes
Executive Diskeeper 8.0: 16 secondes
O&O Defrag V6: 13 secondes
Un logiciel de défragmentation doit évidemment répondre du déplacement et de la composition du fichier de pagination de façon optimale, ainsi que permettre un agrandissement soudain de ce même fichier. Tandis que Diskeeper
a apporté un faible profit, O&O Defrag V6
pouvait de nouveau célébrer sa victoire (avec
un gain de temps d'environ 4 secondes).
Durée de l'ouverture des programmes d'Office Windows
Standard: 8 secondes
Executive Diskeeper 8.0: 7 secondes
O&O Defrag V6: 7 secondes
Ce test se révèle moins décisif, bien qu'une petite poussée était visible du côté des deux logiciels - des applications plus complexes ont
montré dans les tests qui suivent d'encore plus
importantes différences lors du démarrage des
programmes.
3D-Mark 2003: Pointage lors de la première
utilisation
Standard: 4989 points
Executive Diskeeper 8.0: 4997 points
O&O Defrag V6: 5059 points
Il semble peut-être ridicule d'utiliser un test de
comparaison pour cartes graphiques sur un
programme de défragmentation, mais les faits
en expliquent la logique: Le test se compose
très grand fichier (448 MB) auquel on accède
constamment pendant les démonstrations 3D
pour charger des textures, des sons, des modèles, etc. dans la mémoire - puisque 3D-Mark
réagit aux plus minimes fréquences d'images
par secondes (FPS), on peut particulièrement
bien voir les différences. Le fait qu'il n'y ait
aucune différence marquante vient de la dépendance de 3D-Mark aux performances 3D de
l'accélérateur. O&O Defrag V6 se retrouve de
nouveau vainqueur dans cette discipline, puisque le chargement de longue durée des données
17
n'a pas excédé les limites, ce qui résulte en un
nombre plus élevé d'images par seconde.
Sandra 2004, Test de performance du disque dur
Standard: 32 mb/s
Executive Diskeeper 8.0: 33 mb/s
O&O Defrag V6: 34 mb/s
Le Sandra utilise une procédure simple pour
tester la vitesse de la totalité de la partition
et/ou du disque dur - la performance absolue
du disque est montrée au moyen du temps
requis pour créer ou déplacer des fichiers.
Comme ce fichier est fraîchement installé et (à
cause de la constellation du Cluster fragmenté)
éventuellement encore favorablement sauvegardé et lu, le résultat de ce test n'est valable
que dans de faibles proportions. Pour le portail
Windows "Windows-Tweaks", nous avons testé
une partition également très fragmentée sur un
autre ordinateur d'essai. Les différences étaient
clairement visibles: Le disque dur fragmenté
(15 MB/s) a perdu contre le disque dur défragmenté (20 MB/s) ce qui constitue un profit de
vitesse de 25%. Nous avons inclus malgré tout
le Sandra 2004 dans ce Whitepaper, puisqu'il
démontre que chaque ordinateur ne peut se
fragmenter ou se défragmenter de la même
façon et qu'aucun résultat uniforme n'est disponible - cependant, une tendance se fait tout
de même sentir.
Benchmarks - Le bilan
Les tests ont tous été exécutés respectivement
3 fois, pour déterminer les éventuelles déviations qui ont effectivement eu lieu. De ces
déviations, une moyenne a été faite et utilisée
pour la comparaison- en particulier décelable
avec le 3D-Mark et le démarrage de la machine virtuelle. La performance de O&O Defrag
V6 a immensément impressionné de par l'augmentation de la vitesse générale - non seulement indiquée dans les tests - la performance
totale, visiblement augmentée, a été testée en
supplément par de longues heures de travail
avec Windows et avec les applications. Le
perdant demeure clairement Diskeeper 8.0,
puisque seulement une très faible augmentation de la performance se fit sentir et que dans
certains cas, on constate clairement un
embouteillage, ce qui ne fait que l'objet de
déception étant donné l'argent qu'on y investit.
Même si la solution Executive est très rapide,
elle ne convient même pas aux usagers/administrateurs impatients, puisqu'elle est dépassée
par la méthode "Stealth"(V6), aussi bien dans
les résultats que dans le temps requis.
Remarque de l'auteur: Ces résultats sont des
faits réels. Malgré le fait que ce Whitepaper
ait été fourni pour le compte de O&O, c'est
moi qui ai indépendamment pris les devants
sur l'entreprise et ne risque pas ma réputation
avec des valeurs peu réalistes et partiales.
Puisque j'aide déjà les utilisateurs avec mon
portail depuis 3 ans, je ne leur tournerai pas le
dos et je ne les tromperai pas lors d'une telle
décision d'achat - j'ai été moi-même étonné
des résultats et je pourrais les confirmer à tout
moment.
18
Bilan
La presse est unanime: O&O Defrag V6 a
obtenu des évaluations de pointe et jouit de la
plus grande popularité: "si vous voulez maintenir votre système en permanence à un niveau
de rendement maximal [...] O&O Defrag [V6]
est un "must" " écrivait la revue spécialisée
américaine "PC-Plus", qui a attribué le
"Editor's Choice Award" au logiciel. Des dizaines d'autres publications spécialisées le placent
au rang des produits de première qualité et
l'évaluent dans les tests rigoureux comme le
champion de la concurrence.
Ce whitepaper prouve également que cette
application surpasse les autres utilitaires en termes d'utilisation, de dispositifs et d'augmentation de performance. Au cours de mes travaux
consultatifs, j'ai rencontré des usagers qui doutaient ou ne croyaient pas vraiment à la science
de la défragmentation et de ses effets sur la performance et la stabilité d'un système. Le but de
ce whitepaper est de défaire ces préjugés en
testant le produit de haute qualité O&O Defrag
V6 et en démontrant de ce fait et une fois pour
toutes son efficacité.
Mon expérience personnelle avec ce logiciel
remonte à environ 3 ans. Je suis depuis un fidèle utilisateur de cette gamme de produits, bien
que je teste régulièrement les utilitaires alternatifs proposés par Executive Software ou
Symantec, pour me faire une image réaliste : De
tous les solutions de défragmentations, O&O
Defrag V6 demeure l'investissement le plus
avantageux.
Dans les faits:
Catégorie: Solution de défragmentation professionnelle
Méthodes: 5 différentes variantes de défragmentation (Stealth, Space, COMPLETE
/Access, COMPLETE/Modified et COMPLETE/Name)
Avantages: Accélération considérable de l'ordinateur et diminution du risque de panne du
système
Homepage de l'entreprise:
www.oo-software.com
Auteur du document:
Sandro Villinger
(MVP pour Windows Shell/User)
21
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement