L`ENSEIGNEMENT, PAS DE PLUS GRAND APPEL

L`ENSEIGNEMENT, PAS DE PLUS GRAND APPEL
L’ENSEIGNEMENT,
PAS DE PLUS GRAND APPEL
Guide pour l’enseignement de l’Évangile
L’ENSEIGNEMENT,
PAS DE PLUS GRAND APPEL
Guide pour l’enseignement de l’Évangile
Publié par
l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours
Commentaires et suggestions
Vos commentaires et suggestions à propos de ce manuel seront les bienvenus. Veuillez les envoyer
à l’adresse indiquée ci-dessous:
Curriculum Planning
50 East North Temple Street, Floor 24
Salt Lake City Utah, 84150-3200 USA
E-mail: cur-development@ldschurch.org
Veuillez indiquer votre nom, votre adresse, votre paroisse et votre pieu. N’oubliez pas de mentionner
le titre du manuel. Faites ensuite vos commentaires et vos suggestions sur les points forts et sur les
améliorations possibles à apporter à ce manuel.
Première page de couverture,
Page 3:
Jésus dans la synagogue à Nazareth, par Greg K. Olsen. © Greg K Olsen.
Page 1:
Sermon sur la montagne, par Carl Bloch. Publié avec l’autorisation du Musée national historique
de Frederiksborg in Hillerød.
Page 5:
M’aimes-tu plus que ceux-ci?, tableau de David Lindley. © David Lindley.
Page 22:
Jardin pionnier, tableau de Valoy Eaton. © Valoy Eaton.
Page 29:
Jésus et la Samaritaine, tableau de Carl Bloch. Publié avec l’autorisation du Musée national
historique de Frederiksborg in Hillerød.
Page 31:
L’heure de raconter une histoire en Galilée, tableau de Del Parson. © Del Parson.
Page 33:
Femme touchant le bord du vêtement du Sauveur, tableau de Judith Mehr. © Judith Mehr.
Page 35:
Le bon berger, tableau de Del Parson. © Del Parson.
© 2000 Intellectual Reserve, Inc.
Tous droits réservés
Printed in the USA
Approbation de l’anglais: 8/98
Approbation de la traduction: 8/98
Traduction de Teaching, No Greater Call
36123 140
French
UTILISATION DU MANUEL
Utilisateurs du manuel
Partie E
Ce manuel est destiné à tous ceux qui enseignent
l’Evangile:
Parents
Enseigner en tant que dirigeants
Cette partie du manuel aide les dirigeants de la prêtrise
et les dirigeants des auxiliaires à comprendre leur responsabilité essentielle d’instructeurs.
Instructeurs
Dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires
Partie F
Instructeurs au foyer et instructrices visiteuses
Méthodes pédagogiques
Contenu du manuel
L’Enseignement, pas de plus grand appel contient des
directives et des suggestions relatives à l’enseignement,
comme le montre le plan suivant:
Partie A
Votre appel d’instructeur
Cette partie du livre explique l’importance de l’enseignement de l’Evangile dans le plan de Dieu. Elle comprend
également des aides sur la préparation à l’enseignement de
l’Evangile.
Partie B
Principes de base de l’enseignement de l’Evangile
Cette partie du manuel aide à poser les fondements de
tout enseignement de l’Evangile.
Partie C
Instruire des groupes d’âge différents
Cette partie du manuel fournit des renseignements
et des idées pour l’enseignement de l’Evangile aux enfants,
aux jeunes et aux adultes.
Partie D
Enseigner à la maison
Cette partie du manuel est destinée à aider les parents
à enseigner l’Evangile à leurs enfants. Elle contient aussi
des idées pour les instructeurs au foyer et les instructrices
visiteuses.
Cette partie du manuel décrit diverses méthodes pédagogiques que les instructeurs peuvent utiliser pour améliorer
la présentation de leurs leçons.
Partie G
Cours Enseigner l’Evangile
Cette partie du manuel comprend douze leçons qui
préparent à enseigner l’Evangile. Ces leçons sont destinées
à être faites dans le cadre d’un cours. Il est également
possible de les étudier personnellement ou en famille.
Utilisation du manuel
L’Enseignement, pas de plus grand appel est prévu pour être
un guide et non pas un livre que l’on lit de bout en bout.
Il est destiné à servir:
De guide d’étude personnelle
De documentation pour les réunions de formation
pédagogique
De manuel pour le cours Enseigner l’Evangile
De documentation pour les dirigeants lorsqu’ils forment
les instructeurs de leurs organisations.
Pour profiter au maximum de ce manuel, les instructeurs:
Parcourent les points énumérés dans la table des
matières.
Étudient les articles qui traitent des points qui les intéressent ou qui répondent à leurs besoins particuliers du
moment.
Par exemple, les parents peuvent chercher à mieux
utiliser les occasions propices à l’enseignement pour aider
III
leurs enfants à progresser spirituellement. La partie D,
«Enseigner à la maison», comprend un article intitulé
«Occasions pédagogiques dans la famille» qui explique
comment reconnaître les occasions propices à l’enseignement et comment en tirer parti pour enseigner les principes
que les enfants sont prêts à apprendre. Les instructeurs
pourront inclure une plus grande diversité de méthodes
pédagogiques dans leurs leçons. Les articles contenus dans
la partie B à «Utilisez des méthodes efficaces» donnent des
idées utiles sur la manière de choisir et d’utiliser diverses
méthodes pédagogiques.
Utilisé ainsi, L’Enseignement, pas plus grand appel aide
énormément les instructeurs dans leurs efforts continuels
pour améliorer leur enseignement.
Liste des documents cités
Vous trouverez ci-dessous la liste alphabétique des documents produits par l’Eglise et cités dans cette publication.
Le numéro de catalogue est mentionné ci-après et non pas
dans le texte de cette publication.
Section «Activités» du Manuel d’instructions de l’Eglise
(35710 140)
Histoires du Livre de Mormon (35666 140)
Chants pour les enfants (34831 140)
Manuel d’instructions de l’Eglise, tome 2: Dirigeants de la
prêtrise et des auxiliaires (35209 140)
Catalogue (publié tous les ans avec un nouveau numéro
de catalogue)
Recueil d’idées pour les soirées familiales (31106 140)
Publications remplacées
Ce manuel remplace les publications suivantes:
Toutes les éditions précédentes de L’Enseignement, pas
de plus grand appel
Guide pour l’instruction des enfants
Recueil d’idées pour la période d’échange
Jeu d’illustrations de l’Evangile (34730 140)
Les principes de l’Evangile (31110 140)
Section «Comment enseigner et diriger dans l’Eglise»
du Manuel d’instructions de l’Eglise (35903 140)
Cantiques (voir le Catalogue pour la liste complète des
numéros d’articles)
Améliorer l’enseignement de l’Evangile: Guide du dirigeant
(35667 140)
Section «Musique» du Manuel d’instructions de l’Eglise
(35714 140)
Brochure Mes journées d’accomplissement (35317 140)
Films de la Primaire (57179 140)
Histoires tirées des Ecritures (31120 140)
IV
Enseignez la doctrine
10 La puissance de la Parole . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
11 Préservez la pureté de la doctrine . . . . . . . . . . . 52
12 Enseignez à partir des Écritures . . . . . . . . . . . . . 54
TABLE DES MATIÈRES
Utilisation du manuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . III
Partie A: Votre appel d’instructeur
Importance de l’enseignement de l’Évangile dans
le plan de Dieu
1 Pas de plus grand appel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
2 Nourrissez l’âme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
3 L’intendance divine de l’instructeur . . . . . . . . . . 8
Préparation spirituelle
4 Recherchez le don de la charité . . . . . . . . . . . . .
5 Recherchez l’Esprit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6 Cherchez à obtenir la Parole . . . . . . . . . . . . . . .
7 Élaborez un plan personnel pour l’étude
de l’Evangile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8 Vivez ce que vous enseignez . . . . . . . . . . . . . . .
9 Appelés, mis à part et magnifiés . . . . . . . . . . . .
12
13
14
16
18
20
Cultivez vos talents
10 On trouve partout des leçons . . . . . . . . . . . . . . 22
11 Planifiez l’amélioration de votre
enseignement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
12 Obtenez le soutien de vos dirigeants . . . . . . . . 28
Partie B: Principes de base de l’enseignement
de l’Évangile
Aimez vos élèves
1 L’amour adoucit le cœur . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 Apprenez à comprendre vos élèves . . . . . . . . . .
3 Touchez chacun individuellement . . . . . . . . . .
4 Aide aux nouveaux membres et aux
non-pratiquants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5 Enseignement pour les handicapés . . . . . . . . .
Enseignez selon l’Esprit
6 L’Esprit est le véritable instructeur . . . . . . . . . .
7 Un enseignement accompagné
de témoignages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8 Favorisez la présence de l’Esprit lorsque vous
enseignez . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9 Reconnaissez et suivez le Saint-Esprit dans
votre enseignement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
31
33
35
37
38
41
43
45
47
Incitez les élèves à apprendre diligemment
13 Aidez chacun à assumer la responsabilité
d’apprendre l’Evangile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
14 Animation de discussions . . . . . . . . . . . . . . . . .
15 L’écoute . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16 Enseignez en posant des questions . . . . . . . . . .
17 Comment aider les élèves à être attentifs . . . . .
18 Comment dire s’ils apprennent . . . . . . . . . . . .
19 Comment aider les élèves à appliquer
ce qu’ils apprennent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
61
63
66
68
71
73
74
Créez une atmosphère propice à l’apprentissage
20 Préparation de la salle de classe . . . . . . . . . . . . .
21 Comment apprendre aux élèves à contribuer
à une ambiance propice à l’apprentissage. . . . .
22 Comment l’instructeur peut contribuer à créer
une ambiance propice à l’apprentissage . . . . .
23 Recueillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
24 Comment aider les perturbateurs . . . . . . . . . . .
79
82
84
Utilisez des méthodes efficaces
25 Un enseignement diversifié . . . . . . . . . . . . . . .
26 Choix de méthodes adaptées . . . . . . . . . . . . . .
27 Choix de méthodes efficaces . . . . . . . . . . . . . .
28 Comment introduire la leçon . . . . . . . . . . . . . .
29 Comment conclure la leçon . . . . . . . . . . . . . . .
89
91
92
93
94
76
77
Préparez tout ce qui est nécessaire
30 Prenez le temps de vous préparer . . . . . . . . . . . 97
31 Préparation des leçons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
32 Élaborer des leçons à partir de discours
de conférence et d’autres sources . . . . . . . . . . 100
33 Adaptation des leçons à vos élèves . . . . . . . . . 102
34 Évaluation des leçons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
35 Documentation de l’Église pour enseigner
l’Évangile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
Partie C: Instruire des groupes d’âges différents
1 Instruire les enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 Caractéristiques d’âge des enfants . . . . . . . . . .
3 Instruire des groupes d’enfants d’âges
différents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4 Comprendre et instruire les jeunes . . . . . . . . .
5 Instruire les jeunes par des activités
de groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6 Comprendre et instruire les adultes. . . . . . . . .
108
110
117
118
121
123
Partie D: Enseigner à la maison
Enseigner dans la famille
1 Les parents ont la responsabilité
d’enseigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
2 Le père dans son rôle d’instructeur . . . . . . . . . 129
V
3 La mère dans son rôle d’instructrice . . . . . . . .
4 Les parents: associés pour enseigner . . . . . . . .
5 Enseigner grâce à un mode de vie basé
sur l’Evangile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6 Occasions pédagogiques régulières dans
la famille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7 Occasions pédagogiques dans la famille . . . . .
8 Le pouvoir d’enseigner qu’ont les autres
membres de la famille . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
131
133
135
137
140
142
Enseignement au foyer et visites d’enseignement
9 Partie pédagogique de l’enseignement
au foyer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
10 Partie pédagogique des visites
d’enseignement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
Partie E: Enseigner en tant que dirigeant
1 Diriger c’est enseigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 Enseigner pendant les réunions
de dirigeants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3 Enseigner lors des entretiens . . . . . . . . . . . . . .
4 Lorsque des dirigeants instruisent
des instructeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
150
152
153
154
Partie F: Méthodes pédagogiques
Activités de dessin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Activités pour capter l’attention . . . . . . . . . . . . . . .
Aides visuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ateliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Boîtes à rouleaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Cartes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chante-une-histoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chants et narration (chante-une-histoire) . . . . . . .
Comparaisons et lecons de choses . . . . . . . . . . . . .
Cours magistral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Débats scindés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Démonstrations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Dioramas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Discussions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Documentation audiovisuelle
(cassettes vidéo et audio) . . . . . . . . . . . . . . . . .
Écritures, aides à l’étude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Écritures, enseigner avec les . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Écritures, lecture à haute voix . . . . . . . . . . . . . . . .
Écritures, marquage et annotations dans
la marge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Écritures, mémorisation des . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Études de cas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Feuilles d’activité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
VI
159
159
159
160
161
161
161
161
162
163
164
164
165
166
166
166
166
166
166
166
166
167
168
Feuilles de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Figurines en papier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Histoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Illustrations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Jeux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Jeux de rôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Leçons de choses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Lecture en chœur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Marionnettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Mémorisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Mise en application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Musique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Orateurs extérieurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Poèmes de détente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Questions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Récitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Rétroprojecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Séances de remue-méninges . . . . . . . . . . . . . . . . .
Sketches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tableau de flanelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tableaux blancs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tableaux noirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tables rondes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Techniques d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Théâtre de lecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
168
169
169
172
172
174
174
174
175
175
176
177
179
179
179
179
180
180
180
181
181
181
182
183
183
Partie G: Cours Enseigner l’Évangile
Aides pour l’instructeur du cours . . . . . . . . . . . . . .
Étude personnelle et en famille du cours . . . . . . .
Leçon 1: Importance de l’enseignement
de l’Évangile dans le plan de Dieu . . . .
Leçon 2: Aimez vos élèves . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Leçon 3: Enseignez selon l’Esprit . . . . . . . . . . . . .
Leçon 4: Enseignez la doctrine . . . . . . . . . . . . . .
Leçon 5: Incitez vos élèves à apprendre
diligemment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Leçon 6: Créez une atmosphère propice
à l’apprentissage 1ère partie . . . . . . . . . .
Leçon 7: Créez une atmosphère propice
à l’apprentissage 2e partie . . . . . . . . . . .
Leçon 8: Employez des méthodes efficaces
1ère partie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Leçon 9: Employez des méthodes efficaces
2e partie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Leçon 10: Préparez tout ce qui est nécessaire . . . .
Leçon 11: Cultivez vos talents . . . . . . . . . . . . . . .
Leçon 12: Allez enseigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
186
188
189
194
198
203
208
213
219
222
227
230
234
238
Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
A
VOTRE APPEL D’INSTRUCTEUR
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
IMPORTANCE DE L’ENSEIGNEMENT
DE L’éVANGILE DANS LE PLAN DE DIEU
En qualité d’instructeurs, vous vous tenez sur les sommets de l’éducation, car quel
enseignement peut se comparer, par sa valeur et par ses effets à long terme, à celui
qui traite de l’homme tel qu’il était dans les éternités passées, tel qu’il est dans
la condition mortelle actuelle et tel qu’il sera dans nos lendemains à tout jamais.
Votre domaine, c’est non seulement le temps, mais aussi l’éternité.
J. Reuben Clark, fils
I M P O RT A N C E D E L ’ E N S E I G N E M E N T D E L ’ E VA N G I L E D A N S L E P L A N D E D I E U
1
PAS DE PLUS GRAND APPEL
Lors d’une conférence générale, Jeffrey
R. Holland a dit: «Nous sommes reconnaissants à tous ceux qui enseignent... Nous
vous aimons et vous apprécions plus que
nous ne pouvons le dire. Nous avons une
grande confiance en vous. Enseigner efficacement et ressentir que vous réussissez est
vraiment une tâche prenante. Mais cela en
vaut la peine. Nous ne pouvons pas recevoir
‹de plus grand appel›... Pour chacun de
nous, aller ‹au Christ›, garder ses commandements et suivre son exemple pour retourner
au Père est sûrement l’objectif le plus élevé
et le plus sacré de l’existence humaine. Aider
les autres à le faire aussi (les instruire, les
persuader et les guider aussi par la prière sur
le chemin de la rédemption) doit sûrement
être la deuxième tâche la plus importante
de notre vie. C’est peut-être pour cela que
David O. McKay a dit un jour: ‹Un homme
[ou une femme] ne peut avoir de plus grande
responsabilité que d’instruire les enfants de
Dieu›» (L’Etoile, juillet 1998, p. 27).
Rôle de l’enseignement dans le plan
de notre Père céleste
Pour exercer notre libre arbitre en justice,
nous devons nous instruire sur le Sauveur
et sur la doctrine de son Evangile. C’est pour
cette raison que l’enseignement de l’Evangile
a toujours joué un rôle essentiel dans le
plan de notre Père céleste pour ses enfants.
Dans le monde des esprits prémortel,
nous avons reçu nos «premières leçons...
[et avons été préparés] pour paraître au
temps fixé du Seigneur pour travailler dans
sa vigne au salut de l’âme des hommes»
(Doctrines et Alliances 138:56). Après que
Adam et Eve ont été chassés du jardin
d’Eden, le Seigneur a envoyé des anges pour
leur enseigner le plan de la rédemption
(voir Alma 12:27–32). Par la suite, il a com-
mandé à Adam et à Eve de l’enseigner
libéralement à leurs enfants (voir Moïse
6:57–59).
Dans chaque dispensation de l’Evangile,
le Seigneur a commandé que le plan de
rédemption soit enseigné. Il a envoyé des
anges (voir Mosiah 3:1–4; Moroni 17:29–32;
Joseph Smith, Histoire 1:30–47), appelé
des prophètes (voir Amos 3:7), donné les
Ecritures (voir Doctrine et Alliances 33:16)
et aidé les gens à connaître la vérité par le
pouvoir du Saint-Esprit (voir 1 Néphi 10:19;
Moroni 10:5). Il a commandé à ses disciples
d’enseigner l’Evangile aux membres de leur
famille (voir Deutéronome 6:5–7; Mosiah
4:14–15; Doctrine et Alliances 68:25–28),
aux autres membres de l’Eglise (voir
Doctrine et Alliances 88:77–78, 122) et à ceux
qui n’ont encore jamais reçu la plénitude
de l’Evangile (voir Matthieu 28:19–20;
Doctrine et Alliances 88:81).
Parlant de l’importance d’enseigner
l’Evangile dans l’Eglise, Gordon B. Hinckley
a dit: «L’enseignement de l’Evangile aux
membres de l’Eglise est un aspect fondamental du programme de l’Eglise. Pour
assumer l’obligation que l’Eglise a reçue
à ses débuts, un système d’importantes
organisations pour l’enseignement a été
instauré au sein de l’Eglise: les collèges de
la Prêtrise de Melchisédek et d’Aaron, le
Département d’Education de l’Eglise dans
le monde entier, et les auxiliaires..., tous
jouent un rôle très important dans l’instruction de nos membres» (dans Conference
Report, octobre 1962, pp. 72–73).
Chaque membre est un instructeur
Lorsqu’il a donné son enseignement
aux Néphites, le Sauveur ressuscité a dit:
«Elevez votre lumière, afin qu’elle brille
pour le monde. Voici je suis la lumière que
vous élèverez: ce que vous m’avez vu faire»
(3 Néphi 18:24). En donnant cette instruction, le Seigneur n’a pas fait de distinction
parmi ceux qui entendaient sa voix.
Il a donné à tous le commandement
d’enseigner.
Il en est de même de nos jours. La responsabilité d’enseigner l’Evangile n’incombe
pas uniquement à ceux qui sont appelés
officiellement comme instructeurs. En votre
qualité de membre de l’Eglise de Jésus-Christ
des Saints des Derniers Jours, vous avez
la responsabilité d’enseigner l’Evangile.
En qualité de père, de mère, de fils, de fille,
3
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
de mari, de femme, de frère, de sœur, de
dirigeant dans l’Eglise, d’instructeur dans
une classe, d’instructeur au foyer, d’instructrice visiteuse, de collègue, de voisin ou
d’ami, vous avez des occasions d’enseigner.
Parfois, vous pouvez enseigner ouvertement
et directement par ce que vous dites et par
le témoignage que vous rendez. Et vous
enseignez toujours par l’exemple.
Le Seigneur a dit: «Car voici mon œuvre
et ma gloire: réaliser l’immortalité et la vie
éternelle de l’homme» (Moïse 1:39). Lorsque
vous méditez sur le rôle de l’enseignement
de l’Evangile dans le salut et l’exaltation des
enfants de Dieu, pouvez-vous imaginer
devoir plus noble et plus sacré? Il exige
de vous que vous fassiez des efforts diligents
pour développer votre compréhension
et améliorer vos compétences, en sachant
que le Seigneur vous donnera des capacités
accrues si vous enseignez comme il l’a
commandé. C’est une œuvre d’amour, une
occasion d’aider les autres à exercer leur
libre arbitre en justice, à aller au Christ et à
recevoir les bénédictions de la vie éternelle.
4
I M P O RT A N C E D E L ’ E N S E I G N E M E N T D E L ’ E VA N G I L E D A N S L E P L A N D E D I E U
Certains enseignements
ne nourrissent pas l’âme
2
NOURRISSEZ L’ÂME
Au bord de la mer de Galilée le Seigneur
ressuscité a demandé trois fois à Pierre:
«M’aimes-tu?» Chaque fois Pierre a répondu
de la même façon: «Tu sais que je t’aime.»
Le Seigneur a répliqué ainsi à Pierre: «pais
mes agneaux... pais mes brebis... pais mes
brebis» (Jean 21:15–17).
L’instruction du Seigneur à Pierre
s’applique à tous ceux qui ont été appelés
à son service. Gordon B. Hinckley a écrit:
«Il y a dans le pays une faim et une véritable
soif – une grande faim d’avoir la parole du
Seigneur et une soif insatisfaite des choses
de l’Esprit... Le monde est affamé de
nourriture spirituelle» («Nourrissez l’Esprit,
nourrissez l’âme», L’Etoile, octobre 1998,
p. 3; voir aussi Amos 8:11–12).
L’Evangile de Jésus-Christ,
nourriture spirituelle durable
De même que notre corps a besoin de
nourriture pour survivre, notre esprit
a besoin de l’Evangile de Jésus-Christ pour
survivre spirituellement. Notre âme se
nourrit de tout ce qui parle du Christ et
mène à lui, que ce soient les Ecritures, les
paroles des prophètes contemporains ou
l’enseignement d’autres humbles serviteurs
de Dieu. Le Sauveur a dit: «Je suis le pain
de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais
faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais
soif» (Jean 6:35).
Les enseignements qui nourrissent
l’âme édifient les autres, affermissent leur
foi et leur donnent la confiance nécessaire
pour surmonter les épreuves de la vie. Ils les
poussent aussi à abandonner le péché et à
aller au Christ, à invoquer son nom, à obéir
à ses commandements et à demeurer dans
son amour (voir Doctrine et Alliances 93:1;
Jean 15:10).
De nombreux sujets sont intéressants,
importants et concernent même la vie sans
toutefois nourrir l’âme. Nous ne sommes
pas chargés de les enseigner. Par contre, nous
devons édifier les autres et leur enseigner
les principes qui ont trait au royaume de
Dieu et au salut du genre humain.
Un enseignement qui stimule l’intelligence sans s’adresser à l’esprit ne peut pas
nourrir. Pas plus que tout ce qui sème le
doute sur la vérité de l’Evangile rétabli ou
sur la nécessité de nous engager de tout
notre cœur, de tout notre pouvoir, de tout
notre esprit et de toute notre force.
Bruce R. McConkie a donné le conseil
suivant: «Enseignez la doctrine du salut:
nourrissez spirituellement; témoignez que
notre Seigneur est le Fils de Dieu: tout ce
qui ne répond pas à ces critères est indigne
d’un véritable représentant appelé par
révélation. Ce n’est que lorsque l’Eglise est
nourrie du pain de vie que ses membres
restent sur le chemin de la justice»
(Doctrinal New Testament Commentary,
trois volumes, 1966–1973, 2:178).
La tâche de nourrir les autres
Certaines personnes ne semblent pas
s’intéresser aux principes de l’Evangile. Vous
devez prier pour trouver le moyen de les
leur enseigner malgré tout. Vous devez
toujours vous rappeler votre but d’aider les
autres à être nourris de la bonne parole de
Dieu (voir Moroni 6:4).
Les personnes que vous instruisez sont
peut-être comme la Samaritaine qui a
rencontré Jésus au puits de Jacob. Lorsque
Jésus a commencé à lui adresser la parole,
elle ne savait pas qui il était. Néanmoins,
Jésus la connaissait. Il était conscient de
ses soucis, de ses responsabilités et de ses
inquiétudes. Il savait qu’elle avait besoin de
l’eau vive que lui seul pouvait lui donner.
Il a commencé par lui demander à boire.
Ensuite, il lui a dit: «Quiconque boit de cette
eau aura encore soif; mais celui qui boira de
l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif,
et l’eau que je lui donnerai deviendra en
lui une source d’eau qui jaillira jusque dans
la vie éternelle.» Ses paroles ont éveillé
l’intérêt de la femme. Elle s’est intéressée
sincèrement à ce qu’il avait à lui enseigner.
5
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
Le président Kimball a dit:
«Il y a quelques années,
nous sommes allés dans un
pays où l’école et la presse,
aux mains du gouvernement, enseignaient quotidiennement une idéologie
étrange et promulguaient
une doctrine pernicieuse.
Chaque jour, les enfants
écoutaient les doctrines, les
philosophies et les idéaux
que leurs instructeurs
enseignaient.
«Quelqu’un a dit: ‹À force
de tomber goutte à goutte,
l’eau vient à bout de la
pierre la plus dure.› Je le
savais, et j’ai donc demandé à propos des enfants:
‹Gardent-ils la foi? Ne
sont-ils pas écrasés par la
pression constante de leurs
instructeurs? Comment
pouvez vous êtes sûrs qu’ils
ne perdront pas leur foi
simple en Dieu?›
«Voilà ce qu’on m’a répondu en substance: ‹Chaque
soir, nous réparons le réservoir endommagé. Nous
enseignons la justice à nos
enfants de manière à ce que
les philosophies erronées
n’aient aucune prise sur eux.
Nos enfants grandissent
dans la foi et la justice
malgré les pressions presque
écrasantes de l’extérieur.›
«On peut même réparer et
sauver les barrages qui
ont une brèche, et des sacs
de sable peuvent contenir
l’inondation. On peut
sauver l’enfant et le garder
dans la bonne voie en lui
répétant la vérité, ainsi que
grâce à la prière, à l’enseignement de l’Evangile, aux
expressions d’amour et à
l’intérêt manisfesté par les
parents, si tout cela est renouvelé sans cesse» (Faith
Precedes the Miracle,
1972, pp. 113–114).
6
Quand il a témoigné qu’il était le Messie,
elle l’a cru et est allée témoigner de lui parmi
les siens (voir Jean 4:1–30).
Susan L. Warner, qui était alors deuxième
conseillère dans la présidence générale de
la Primaire, a raconté l’histoire suivante:
«Dans notre famille, nous essayons de lire
les Ecritures ensemble le matin. Cependant
il nous est souvent arrivé d’avoir la contrariété d’entendre un de nos fils se plaindre
et de devoir le tirer du lit. Quand il arrivait
enfin, il avait l’habitude de poser la tête
sur la table. Des années après, pendant sa
mission, il nous a écrit: ‹Merci de m’avoir
enseigné les Ecritures. Je veux que vous
sachiez que toutes les fois que je faisais
semblant de dormir, en fait j’écoutais en
gardant les yeux fermés.›
«Parents et instructeurs, nos efforts pour
aider nos enfants à amasser un patrimoine
de riches souvenirs spirituels ne sont jamais
vains. Parfois, la graine que nous semons ne
porte pas de fruit pendant des années, mais
nous pouvons être réconfortés par l’espoir
qu’un jour les enfants que nous instruisons
se rappelleront ce qu’ils savent et ce qu’ils
ont ressenti. Ils se rappelleront leur identité
d’enfants de notre Père céleste qui les a
envoyés ici dans un objectif divin» (L’Etoile,
juillet 1996, p. 85).
Si vous instruisez des jeunes, vous pensez
peut-être parfois qu’ils ne veulent pas parler
de doctrines ni de principes de l’Evangile.
Vous êtes peut-être tenté de vous contenter
d’être amical avec eux, en les divertissant
et en parlant avec eux de leurs activités en
société et de leurs expériences à l’école. Ce
serait une grave erreur. J. Reuben Clark a dit:
«Les jeunes de l’Eglise ont faim de ce
qui est spirituel; ils ont hâte d’apprendre
l’Evangile et le veulent tel quel et non
dilué...
«Lorsqu’ils viennent à vous, ces étudiants
s’efforcent spirituellement d’atteindre une
maturité qu’ils connaîtront de bonne heure
si vous leur donnez ce qu’il faut...
«Vous n’avez pas à vous approcher
furtivement de ces jeunes expérimentés spirituellement et à leur parler en chuchotant
de religion, vous pouvez le faire en face et
leur en parler. Vous n’avez pas besoin de
déguiser la vérité religieuse sous un manteau
de choses du monde; vous pouvez leur présenter ouvertement ces vérités et naturellement... vous n’avez pas besoin d’approche
graduelle; il n’est nul besoin de leur raconter
des histoires pour enfants, de les dorloter,
d’être protecteur» (La charte de l’Eglise en
ce qui concerne l’éducation, édition révisée,
pp. 3–5).
Une sœur de l’Eglise a été appelée
comme instructrice des 12–13 ans à l’Ecole
du Dimanche. Par la suite, son mari a écrit
qu’elle avait longuement parlé avec lui de
ce qui serait la «bonne nourriture» pour ses
élèves, même s’ils risquaient d’exiger une
partie «dessert» plus amusante. De l’expérience de sa femme qui nourrissait l’âme des
jeunes de sa classe, il a dit:
«Par ses enseignements, elle les édifiait
et les aidait à progresser, les encourageant
à apporter leurs Ecritures et à étudier les
principes grandioses du Royaume.
«Il a fallu du temps pour opérer ce changement, mais, surtout, il a fallu croire que
les élèves avaient vraiment besoin de la
nourriture de l’Evangile et qu’ils la
voulaient et que c’est par les Ecritures et
l’Esprit qu’ils seraient vraiment soutenus en
recevant cette nourriture. Dans les mois qui
ont suivi, on a constaté un changement: les
élèves ont commencé à apporter régulièrement leurs Ecritures, à discuter plus librement et plus volontiers de l’Evangile et à
ressentir ce que ce message avait de
merveilleux.
«Les parents ont commencé à lui demander ce qui se passait en classe, pourquoi
leurs enfants insistaient pour emporter leurs
Ecritures à l’église et même, en plaisantant,
comment ils devaient répondre aux questions que leurs enfants posaient pendant le
déjeuner du dimanche sur la doctrine et les
principes de l’Evangile enseignés ce jour-là
en classe. Les étudiants avaient faim et
soif de l’Evangile parce qu’ils avaient une
instructrice qui... comprenait... ce qui était
nourrissant et la façon dont il fallait le
présenter» (Jerry A. Wilson, Teaching with
Spiritual Power, 1996, pp. 26–27).
Si vous instruisez de jeunes enfants,
vous savez qu’il est parfois difficile de leur
enseigner l’Evangile. Mais les jeunes enfants
veulent entendre les vérités de l’Evangile
et en ont besoin. Ils seront reconnaissants
de vos efforts pour faire des leçons chaleureuses, variées et pleines d’enthousiasme sur
l’Evangile. Une instructrice de la Primaire
a raconté l’anecdote suivante:
I M P O RT A N C E D E L ’ E N S E I G N E M E N T D E L ’ E VA N G I L E D A N S L E P L A N D E D I E U
«Je reconnais que ce qui s’est passé n’est pas habituel.
Mais cela a montré ce qui comptait vraiment pour les jeunes
de neuf ans que j’instruisais. Sans se rendre compte de ce
qu’ils faisaient, ils ont pris en mains la discussion en classe.
Cela a commencé par Katie. Elle a répondu à une question
du manuel de leçons sur le plan de salut. Puis elle a continué
en posant une question à elle. Un autre élève a proposé
une réponse qui a aidé Katie à mieux comprendre. Ensuite,
John a posé une question qui approfondissait celle de Katie.
Quelqu’un y a répondu, puis Carly a posé une autre question. Pendant le reste du cours, les enfants ont continué à se
poser des questions et à y répondre en faisant preuve d’un
intérêt et d’une attention qui n’étaient pas de leur âge. Il n’y
a pas eu de perturbations ni d’interventions intempestives.
Leurs remarques honnêtes et directes, parfois complétées
par moi, ont traité du sujet de la leçon. Ils étaient curieux;
ils voulaient des réponses; ils s’intéressaient vraiment; pour
parler comme ils l’ont fait, il fallait réfléchir et comprendre.
J’ai su alors que ces enfants de notre Père céleste était prêts
à apprendre les vérités que l’Evangile nous offre et avides de
le faire.»
7
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
3
L’INTENDANCE DIVINE
DE L’INSTRUCTEUR
«Enseignez diligemment,
et ma grâce vous accompagnera, afin que vous soyez
instruits plus parfaitement
de la théorie, des principes,
de la doctrine, de la loi
de l’Evangile, de tout ce
qui a trait au royaume de
Dieu, qu’il est opportun
que vous compreniez»
(Doctrine et Alliances
88:78).
Voici un extrait d’un discours de Bruce
R. McConkie adressé au département de l’Ecole
du Dimanche de l’Eglise, en 1977. L’extrait est
une citation littérale.
Dans tout notre enseignement, nous
représentons le Seigneur et sommes appelés
à enseigner son Evangile. Nous sommes
les représentants du Seigneur et, en tant
que tels, le seul pouvoir qui nous est donné
est celui de déclarer les choses qu’il veut.
L’agent est le représentant de son commettant. Il n’a pas de pouvoir par lui-même.
Il agit au nom de quelqu’un d’autre. Il fait
ce qu’on lui demande de faire. Il dit ce
qu’il a l’autorisation de dire: rien de plus,
rien de moins.
Nous sommes les agents du Seigneur.
Nous le représentons. «Puisque vous
êtes agents, vous êtes en mission pour le
Seigneur, et tout ce que vous faites selon la
volonté du Seigneur constitue les affaires
du Seigneur» (Doctrine et Alliances 64:29).
En tant qu’instructeurs, notre rôle est
d’enseigner sa doctrine et aucune autre. Si
nous voulons sauver les âmes, nous n’avons
pas d’autre voie. Par nous même, nous
n’avons pas le pouvoir de sauver. Nous ne
pouvons pas créer une loi ni la doctrine qui
apportera la rédemption, la résurrection ou
le salut à quelqu’un d’autre. Seul le Seigneur
peut faire ces choses et nous sommes appelés
à enseigner ce qu’il révèle sur ces principes
de l’Evangile et sur tous les autres.
Que sommes-nous donc autorisés à faire
pour enseigner l’Evangile? Quelle est notre
intendance divine? L’intendance divine de
l’instructeur se résume en cinq points:
1. C’est pour nous un commandement: nous
n’avons pas le choix dans ce domaine; il n’y
a pas d’autre possibilité; il nous est commandé
d’enseigner les principes de l’Evangile.
8
Dans la révélation intitulée «La loi de
l’Eglise», le Seigneur déclare: «Les anciens,
les prêtres et les instructeurs de l’Eglise
enseigneront les principes de mon Evangile»
(Doctrine et Alliances 42:12). Dans de
nombreuses révélations, il est dit: Prêchez
mon Evangile et ma parole, «ne disant rien
d’autre que ce que les prophètes et les
apôtres ont écrit, et ce qui leur est enseigné
par le Consolateur par la prière de la foi»
(Doctrine et Alliances 52:9).
Il est évident que nous ne pouvons pas
enseigner ce que nous ne connaissons
pas. Une condition préalable pour enseigner
l’Evangile est d’étudier l’Evangile. C’est
pourquoi Dieu a-décrété:
«Sondez les Ecritures» (Jean 5:39).
«Sondez ces commandements» (Doctrine
et Alliances 1:37).
«[Faites-vous un trésor] de ma parole»
(Joseph Smith, Matthieu 1:37).
«[Etudiez] ma parole» (Doctrine et
Alliances 11:22).
«Sondez les prophètes» (3 Néphi 23:5).
«Vous devriez sonder ces choses. Oui, je
vous donne le commandement de sonder
diligemment ces choses; car grandes sont les
paroles d’Esaïe» (3 Néphi 23:1).
«Ne cherche pas à annoncer ma parole,
mais cherche tout d’abord à obtenir ma
parole, et alors ta langue sera déliée; puis,
si tu le désires, tu auras mon Esprit et
ma parole, oui, la puissance de Dieu pour
convaincre les hommes» (Doctrine et
Alliances 11:21).
Nous pouvons lire tous les ouvrages
canoniques de l’Eglise en une seule année si
nous progressons à la vitesse d’environ six
pages par jour. Pour sonder sincèrement les
Ecritures et méditer sérieusement à leur
propos, il faut plus de temps.
Le seul moyen d’acquérir certaines connaissances et d’avoir certaines expériences
spirituelles est de lire les Ecritures, de
méditer et de prier à leur sujet. Malgré tout
leur dévouement et leur participation
aux affaires administratives de l’Eglise, les
membres ne recevront jamais les grandes
bénédictions qui viennent de l’étude
des Ecritures s’ils ne font pas l’effort de les
étudier, en les intégrant à leur vie.
2. Nous devons enseigner les principes de
l’Evangile tels qu’ils sont énoncés dans les
ouvrages canoniques de l’Eglise.
I M P O RT A N C E D E L ’ E N S E I G N E M E N T D E L ’ E VA N G I L E D A N S L E P L A N D E D I E U
Cette aide révélée ne peut me parvenir que par le pouvoir de
son Esprit.
Réponse: «[De] prêcher mon Evangile par l’Esprit, oui,
par le Consolateur qui a été envoyé pour enseigner la vérité»
(Doctrine et Alliances 50:14).
Ce qui veut dire: «Votre appel, votre autorité, ce qu’il
vous a été ordonné de faire, c’est d’enseigner mon Evangile,
pas vos idées personnelles, pas les philosophies du monde,
mais mon Evangile éternel, et de le faire par le pouvoir de
mon Esprit, le tout conformément au commandement que
j’ai donné à ce propos: ‹Si vous ne recevez pas l’Esprit, vous
n’enseignerez pas.›»
Question: «Celui qui est ordonné par moi et envoyé
prêcher la parole de vérité par le Consolateur, selon l’Esprit
de vérité, prêche-t-il par l’Esprit de vérité ou d’une autre
façon?» (Doctrine et Alliances 50:17).
Avant d’entendre la réponse révélée, remarquons que le
Seigneur parle ici de l’enseignement de l’Evangile, de la
parole de vérité et des principes du salut. Il ne parle pas des
doctrines du monde ni des commandements des hommes,
auxquels il est vain d’adhérer et qui n’apportent pas le salut.
La question est la suivante: Lorsque nous prêchons l’Evangile, lorsque nous enseignons la parole de vérité, lorsque
nous exposons la véritable doctrine du salut, le faisons-nous
par le pouvoir du Saint-Esprit ou d’une autre manière?
Il est évident que «l’autre façon» d’enseigner la vérité est le
pouvoir intellectuel.
Et maintenant, la réponse révélée: «Si c’est d’une autre
façon, ce n’est pas de Dieu» (Doctrine et Alliances 50:18).
Que cela soit clair. Même si ce que nous enseignons est
vrai, ce n’est de Dieu que si c’est enseigné par le pouvoir de
l’Esprit. Il ne se produit aucune conversion ni aucune expérience spirituelle si l’Esprit du Seigneur n’est pas présent.
Question: «Et de plus, celui qui reçoit la parole de vérité,
la reçoit-il par l’Esprit de vérité ou d’une autre façon?»
(Doctrine et Alliances 50:19).
Réponse: «Si c’est d’une autre façon, ce n’est pas de Dieu»
(Doctrine et Alliances 50:20).
Voilà pourquoi j’ai dit, au début, que si je veux que cet
exposé ait le pouvoir de convertir, je dois le faire par le
pouvoir de l’Esprit et vous devez l’entendre et le recevoir
par ce même pouvoir. Ce n’est qu’alors que «celui qui
prêche et celui qui reçoit se comprennent, et [que] tous
deux sont édifiés et se réjouissent ensemble» (Doctrine et
Alliances 50:22).
Je dois donc être guidé par l’Esprit si je veux enseigner dans
mon appel d’agent du Seigneur.
4. Nous devons appliquer les principes de l’Evangile que nous
enseignons, aux besoins et à la situation de nos auditeurs.
Dans la loi de l’Eglise, le Seigneur dit: «Les anciens,
prêtres et instructeurs de l’Eglise enseigneront les principes
de mon Evangile» – remarquez la restriction – «qui sont dans
la Bible et le Livre de Mormon, lequel contient la plénitude
de l’Evangile» (Doctrine et Alliances 42:12).
Le Seigneur parle ensuite de la nécessité d’être guidé par
l’Esprit, mais retourne aux Ecritures comme source de vérité
de l’Evangile lorsqu’il dit: «Et vous veillerez à faire tout cela
comme je l’ai commandé concernant votre enseignement,
jusqu’à ce que la plénitude de mes Ecritures soit donnée»
(Doctrine et Alliances 42:15).
Lorsque cette révélation a été donnée, la Bible et le Livre
de Mormon étaient les seules Ecritures dont disposaient les
saints des derniers jours. Nous avons maintenant également
les Doctrine et Alliances et la Perle de Grand Prix et bien sûr
d’autres révélations seront données en leur temps.
3. Nous devons enseigner par le pouvoir du Saint-Esprit.
Ayant commandé à tous les instructeurs d’enseigner
les principes de l’Evangile tels qu’ils sont énoncés dans les
ouvrages canoniques, le Seigneur déclare: «Ce seront là
leurs enseignements, selon qu’ils seront guidés par l’Esprit.»
Il donne ensuite la grande directive suivante: «Et l’Esprit
vous sera donné par la prière de la foi; et si vous ne recevez
pas l’Esprit, vous n’enseignerez pas.»
Il accompagne ce commandement d’une promesse:
«Et quand vous élèverez la voix par le Consolateur, vous
parlerez et prophétiserez comme bon me semble. Car
voici, le Consolateur connaît tout et témoigne du Père et
du Fils» (Doctrine et Alliances 42:13–14, 16–17).
Chaque fois qu’il doit enseigner, tout instructeur devrait
suivre cette ligne de raisonnement:
Si le Seigneur Jésus était présent, ce qu’il dirait dans cette
situation serait parfait.
Mais il n’est pas présent. Au lieu de cela, il m’a envoyé pour
le représenter.
Je devrais dire ce qu’il dirait s’il était présent; je devrais dire
ce qu’il veut qu’on dise.
La seule manière d’y parvenir, c’est de lui demander de me
dicter mes paroles.
Ces principes gouvernant l’enseignement des vérités
de l’Evangile par le pouvoir de l’Esprit sont exposés plus
complètement dans une autre révélation sous forme de
questions et de réponses révélées, comme suit:
Question: «Moi, le Seigneur, je vous pose donc cette
question: À quoi avez-vous été ordonnés?» (Doctrine et
Alliances 50:13).
Ce qui veut dire: «Quel est votre appel? Qu’est-ce que je
vous ai donné le pouvoir de faire? Quelle autorité avez-vous
reçue de moi?»
Les principes de l’Evangile ne changent jamais. Ils
restent les mêmes, à toutes les époques. Et en général, les
besoins des gens restent les mêmes, à toutes les époques.
Nous ne rencontrons aucun problème qui n’ait été le lot
commun de l’humanité depuis le début des temps. Il n’est
donc pas difficile de prendre les principes de la parole
éternelle et de les appliquer à nos besoins particuliers. La
vérité abstraite doit transparaître dans la vie des hommes
s’ils veulent porter du fruit.
9
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
Néphi cite le livre de Moïse et les écrits d’Esaïe, puis il
ajoute: «J’appliquais toutes les Ecritures à nous, afin que cela
fût pour notre profit et notre instruction» (1 Néphi 19:23),
ce qui veut dire qu’il appliquait les enseignements de Moïse
et d’Esaïe aux besoins des Néphites.
5. Nous devons témoigner que ce que nous enseignons est vrai.
Nous sommes un peuple qui rend témoignage, comme
c’est notre devoir. Nos réunions abondent en assurances
solennelles que l’œuvre dans laquelle nous sommes engagés
est vraie. Nous certifions avec ferveur et conviction que
Jésus est le Seigneur, que Joseph Smith est son prophète et
que l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est
«la seule Eglise vraie et vivante sur toute la surface de la
terre» (Doctrine et Alliances 1:30).
En tout cela, nous faisons bien. Mais nous devons faire
davantage. L’instructeur inspiré, celui qui enseigne par le
pouvoir de l’Esprit, est censé témoigner que la doctrine qu’il
enseigne est vraie.
Alma nous donne l’exemple dans ce domaine. Il a prononcé un grand discours sur la nouvelle naissance. Puis il dit
qu’il a parlé clairement, qu’il a été chargé de le faire, qu’il
a cité les Ecritures et qu’il a enseigné la vérité.
«Et ce n’est pas tout, ajoute-t-il. Ne pensez-vous pas que
je sais ces choses moi-même? Voici je vous témoigne que je
sais que ces choses dont j’ai parlé sont vraies» (Alma 5:45).
C’est le sceau suprême apposé sur l’enseignement de
l’Evangile: le témoignage personnel de l’instructeur que la
doctrine qu’il a enseignée est vraie!
Un témoignage ne se discute pas. Les non-croyants
peuvent contester notre doctrine. Ils peuvent fausser le sens
des Ecritures pour leur propre perte. Ils peuvent donner
une explication à ceci ou à cela d’un point de vue purement
intellectuel, mais ils ne peuvent pas étouffer un témoignage.
Si je dis que telle ou telle prophétie messianique d’Esaïe
a trouvé son accomplissement dans tel ou tel événement
de la vie de notre Seigneur, de nombreuses personnes sont
prêtes à débattre de la question et à montrer que les sages
de ce monde ne sont pas du même avis. Mais si je dis que
je sais, par les révélations de l’Esprit-Saint à mon âme, que
les passages messianiques concernent Jésus de Nazareth,
qui était le Fils de Dieu, que reste-t-il à débattre? J’ai alors
témoigné personnellement du point de doctrine qui est
enseigné et tous ceux qui entendent et qui sont en accord
avec le même Esprit savent dans leur cœur que ce que j’ai
dit est vrai.
10
Ayant témoigné que les choses qu’il a enseignées sont
vraies, Alma demande alors: «Et comment, selon vous, sais-je
qu’elles sont certaines?» Sa réponse, qui donne le modèle
à tous les instructeurs, est la suivante: «Voici, je vous dis
qu’elles me sont révélées par l’Esprit-Saint de Dieu. Voici,
j’ai jeûné et prié de nombreux jours afin de connaître ces
choses par moi-même. Et maintenant, je sais par moi-même
qu’elles sont vraies; car le Seigneur Dieu me les a manifestées
par son Esprit-Saint; et c’est là l’Esprit de révélation qui est
en moi» (Alma 5:45–46).
Et voici maintenant pour nous l’exposé de notre situation d’agents du Seigneur et de notre intendance divine
d’instructeurs.
Nous sommes appelés:
1. À enseigner les principes de l’Evangile
2. À partir des ouvrages canoniques
3. Par le pouvoir du Saint-Esprit
4. En appliquant toujours les enseignements à nos
besoins, et
5. À témoigner que ce que nous avons enseigné est vrai.
Il ne me reste maintenant plus qu’une seule chose à
ajouter à ces propos, et c’est de rendre témoignage que les
principes présentés ici sont vrais et que, si nous les suivons,
nous aurons le pouvoir de convertir et de sauver l’âme
des hommes.
Je sais:
Que le Seigneur nous a commandé d’enseigner les
principes de son Evangile tels qu’ils sont présentés dans
ses Saintes Ecritures;
Que si nous ne faisons pas cela par le pouvoir du
Saint-Esprit, notre enseignement n’est pas de Dieu;
Qu’il attend de nous que nous appliquions à nous-mêmes
les principes de la vérité éternelle;
Que nous rendions témoignage à tous ceux qui veulent
bien écouter que nos enseignements viennent de
l’Eternel et apporteront la paix dans cette vie et la vie
éternelle dans le monde à venir.
Je prie pour que tous ceux qui enseignent le fassent selon
ce modèle divin, au nom de Jésus-Christ. Amen.
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
PRÉPARATION SPIRITUELLE
Or, ces fils de Mosiah... étaient devenus forts dans la connaissance de la vérité,
car ils étaient des hommes d’une saine intelligence et ils avaient sondé diligemment
les Ecritures afin de connaître la parole de Dieu.
Mais ce n’est pas tout: ils s’étaient beaucoup livrés à la prière et au jeûne;
c’est pourquoi ils avaient l’esprit de prophétie, et l’esprit de révélation, et lorsqu’ils
enseignaient, ils enseignaient avec une puissance et une autorité venant de Dieu.
Alma 17:2–3
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
4
RECHERCHEZ LE DON DE LA CHARITÉ
Vers la fin de son ministère terrestre,
Jésus a dit à ses disciples: «Je vous donne un
commandement nouveau: Aimez-vous les
uns les autres; comme je vous ai aimés, vous
aussi aimez-vous les uns les autres» (Jean
13:34). Cela a été une exhortation importante pour ceux qui enseignaient l’Evangile
à l’époque, et elle est importante pour ceux
qui enseignent l’Evangile aujourd’hui.
L’apôtre Paul a souligné la nécessité de
la charité, l’amour pur du Christ. «Quand je
parlerais les langues des hommes et des
anges, si je n’ai pas la charité, je suis un
airain qui résonne, ou une cymbale qui
retentit. Et quand j’aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la
connaissance, quand j’aurais même toute
la foi jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas la charité, je ne suis rien»
(1 Corinthiens 13:1–3).
Si vous avez un amour semblable à
celui du Christ, vous serez mieux préparé à
enseigner l’Evangile. Vous serez inspiré
pour aider les autres à connaître le Sauveur
et à le suivre.
Ce que vous pouvez faire pour
recevoir le don de la charité
La charité est un don que vous pouvez
recevoir si vous demandez en prière d’être
rempli d’amour, si vous rendez service
et si vous recherchez le bien chez les autres.
12
Priez pour être rempli d’amour. Le prophète
Mormon a lancé cette exhortation: «La
charité est l’amour pur du Christ, et elle subsiste à jamais; et tout ira bien pour quiconque sera trouvé la possédant au dernier
jour. C’est pourquoi..., priez le Père de toute
l’énergie de votre cœur, afin d’être remplis
de cet amour» (Moroni 7:47–48). Il est probable que vous ne ressentirez pas l’amour
pur du Christ d’un seul coup ou immédiatement en réponse à vos prières. Mais si vous
menez une vie droite et priez continuellement, avec sincérité et humilité, afin
d’obtenir cette bénédiction, vous la recevrez.
Rendez service. Nous aimons davantage
les gens lorsque nous leur rendons service.
Lorsque nous oublions nos intérêts personnels pour le bien des autres selon le modèle
donné par le Sauveur, nous devenons plus
réceptifs à l’Esprit. Lorsque vous priez pour
vos élèves, que vous réfléchissez à leurs
besoins et préparez les leçons, votre amour
pour eux augmente. (Pour trouver d’autres
moyens d’instruire vos élèves,
voir «Touchez chacun individuellement»,
pp. 35–36).
Recherchez le bien chez les autres. En
découvrant les qualités des autres, vous
comprendrez mieux qu’ils sont enfants de
Dieu. L’Esprit confirmera que ce que vous
avez découvert sur eux est vrai et vous
les apprécierez et les aimerez davantage.
P R É P A R AT I O N S P I R I T U E L L E
5
RECHERCHEZ L’ESPRIT
Vivre d’une manière qui nous aide
à être réceptifs à l’Esprit
Bruce R. McConkie a dit:
«Il n’est pas de prix
trop élevé. . ., de combat
trop dur ni de sacrifice
trop grand si cela nous
permet de recevoir le don
du Saint-Esprit et d’en
jouir» (A New Witness
for the Articles of Faith,
1985, p. 253).
Lorsque nous avons reçu le don du SaintEsprit, que pouvons-nous faire pour recevoir
la compagnie de l’Esprit? Dallin H. Oaks
a dit: «Pour pouvoir enseigner selon l’Esprit,
nous devons premièrement garder les commandements et être purs devant Dieu afin
que son Esprit puisse demeurer dans notre
temple personnel» («Enseigner et apprendre
selon l’Esprit», L’Etoile, mai 1999, p. 15).
Pour être «purs devant Dieu», nous
pouvons nous souvenir du Sauveur dans
tout ce que nous faisons, en agissant toujours
comme de vrais disciples. Nous pouvons
nous repentir de nos péchés. Nous pouvons
rechercher ce qui est «vertueux ou aimable,
tout ce qui mérite l’approbation ou est
digne de louange» (13e article de foi). Nous
pouvons étudier chaque jour les Ecritures
avec une intention réelle, en cherchant
à être nourris de la bonne parole de Dieu
(voir Moroni 6:4). Nous pouvons lire de
bons livres et écouter de la musique édifiante. Nous pouvons nous tenir «en des lieux
saints» (Doctrine et Alliances 45:32) en
assistant aux réunions de l’Eglise, en prenant
la Sainte-Cène et en allant au temple aussi
souvent que possible. Nous pouvons servir
les membres de notre famille et nos voisins.
Boyd K. Packer a enseigné que la spiritualité, si forte soit-elle, réagit à de très légers
changements d’environnement (voir «I Say
unto You, Be One», Brigham Young University
1990–1991 Devotional and Fireside Speeches,
1991, p. 89).
Nous devrions veiller à éviter complètement tout ce qui est susceptible de nous
faire perdre la compagnie de l’Esprit. Cela
comprend les conversations et divertissements inconvenants ou frivoles. Nos vêtements ne devraient jamais être indécents.
Nous ne devons jamais blesser les autres,
même dans des conversations futiles. Nous
ne devons pas prendre le nom de l’Eternel
en vain ni user d’un langage vulgaire ou
grossier. Nous ne devons pas nous révolter
contre les serviteurs choisis par le Seigneur
ni les critiquer.
Les bénédictions de la compagnie
de l’Esprit
Notre Père céleste ne demande pas que
nous soyons parfaits pour nous accorder son
Esprit. Il nous bénit pour nos désirs justes
et nos efforts fidèles pour faire du mieux que
nous pouvons. Ezra Taft Benson a parlé de
certaines de ces bénédictions:
«Le Saint-Esprit nous donne des sentiments plus tendres. Nous éprouvons plus
de charité les uns pour les autres. Nous
sommes plus calmes dans nos rapports avec
autrui. Notre faculté d’aimer les autres
grandit. Les gens veulent être auprès de
nous parce que nous faisons rayonner
l’influence de l’Esprit. Nous sommes plus
pieux. Cela fait que nous sommes plus
sensibles aux inspirations du Saint-Esprit et
donc mieux à même de comprendre les
choses spirituelles» («Recherchez l’Esprit du
Seigneur», L’Etoile, septembre 1988, p. 5).
13
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
notre étude des Ecritures de la prière et du
jeûne.
6
L’étude diligente
CHERCHEZ À OBTENIR
LA PAROLE
En mai 1829, juste après le rétablissement
de la Prêtrise d’Aaron, Hyrum Smith, frère
de Joseph Smith, le prophète, «s’inquiétait
beaucoup de savoir quelle devait être son
œuvre». Il a interrogé Joseph sur «sa place
personnelle dans la grande œuvre du
Rétablissement» (Pearson H. Corbett, Hyrum
Smith – Patriarch, 1963, p. 48). En réponse
à son humble demande, le Seigneur a donné
à Hyrum une révélation par l’intermédiaire
du prophète. Une partie de cette révélation
s’applique à notre préparation à l’enseignement de l’Evangile:
«Ne cherche pas à annoncer ma parole,
mais cherche tout d’abord à obtenir
ma parole, et alors ta langue sera déliée;
puis, si tu le désires, tu auras mon Esprit
et ma parole, oui, la puissance de Dieu
pour convaincre les hommes» (Doctrine
et Alliances 11:21).
Ezra Taft Benson a dit que ce conseil
nous explique «dans quel ordre nous devons
faire les choses pour posséder le pouvoir de
Dieu lorsque nous enseignons». Il a déclaré:
«Cherchons premièrement à obtenir la
parole; puis nous recevrons la compréhension et l’Esprit, et, enfin, le pouvoir de
convaincre» (The Gospel Teacher and His
Message, discours adressé aux instructeurs de
religion, le 17 septembre 1976, p. 5).
Apprendre «par l’étude et aussi
par la foi»
Le Seigneur nous a dit comment nous
devons obtenir sa parole: «Cherchez la
connaissance par l’étude et aussi par la foi»
(Doctrine et Alliances 88:118). Nous obéissons à ce commandement lorsque nous
étudions diligemment les Ecritures, le cœur
plein de foi et en nous engageant à obéir
aux principes que nous apprenons. Nous y
obéissons aussi lorsque nous accompagnons
14
Dallin H. Oaks a donné le conseil suivant:
«Le fait de lire les Ecritures nous met
en harmonie avec l’Esprit du Seigneur...
«Parce que nous croyons que la lecture
des Ecritures peut nous aider à recevoir
la révélation, nous sommes invités à les lire
continuellement. Nous comprenons ainsi
ce que notre Père céleste veut que chacun
de nous sache et accomplisse à l’heure
actuelle. C’est là l’une des raisons pour lesquelles les saints des derniers jours croient
qu’il faut lire les Ecritures tous les jours»
(«Scripture Reading and Revelation», Ensign,
janvier 1995, p. 8).
Lorsque nous étudions régulièrement
et diligemment les Ecritures, en cherchant
avec ferveur la direction de l’Esprit, nous
sommes réceptifs aux éclaircissements sur
la manière de préparer nos leçons. Nous
sommes prêts à recevoir et à suivre les incitations de l’Esprit pendant que nous enseignons. Lorsque nous amassons continuellement dans notre esprit les paroles de vie...,
la part qui est attribuée à tout homme nous
est donnée à l’heure même (voir Doctrine
et Alliances 84:85).
La foi
Mormon nous a conseillé de ne pas
douter mais de croire (voir Mormon 9:27).
Nous devons adopter cette attitude lorsque
nous étudions les Ecritures. Par exemple,
Joseph Smith avait le cœur confiant
lorsqu’il a lu Jacques 1:5 qui lui a dit de
demander à Dieu de lui accorder la sagesse.
Il a fait ce que les Ecritures lui suggéraient:
il a demandé à Dieu à quelle Eglise il
devait appartenir. En raison de son attitude
empreinte de foi, il a reçu la réponse à sa
prière (voir Joseph Smith, Histoire, 11–17).
L’obéissance
Nous devons nous efforcer de suivre les
principes que nous étudions, avant même
de les comprendre complètement. Si nous
nous fions à ce que le Seigneur a dit, notre
connaissance de l’Evangile augmentera.
Le Seigneur a déclaré: «Si quelqu’un veut
faire [la volonté du Père], il connaîtra [...]
ma doctrine» (Jean 7:17).
P R É P A R AT I O N S P I R I T U E L L E
La prière et le jeûne
On n’étudie pas les Ecritures comme on lit un roman,
un journal ou un manuel. Chaque jour, avant de lire les
Ecritures, il faut prier. Il faut rechercher la présence de
l’Esprit pour comprendre lorsqu’on étudie la parole de Dieu.
Lorsque l’on prie pour comprendre, il faut parfois jeûner.
Alma donne l’exemple en jeûnant et en priant pour
apprendre les vérités de l’Evangile. Après avoir témoigné
de Jésus-Christ et de la nécessité de connaître un grand
changement de cœur, il déclare: «Ne pensez-vous pas que je
sais ces choses moi-même? Voici, je vous témoigne que je
sais que ces choses dont j’ai parlé son vraies. Et comment,
selon vous, sais-je qu’elles sont certaines? Voici, je vous dis
qu’elles me sont révélées par l’Esprit-Saint de Dieu. Voici,
j’ai jeûné et prié de nombreux jours afin de connaître
ces choses par moi-même. Et maintenant, je sais par moi-
même qu’elles sont vraies; car le Seigneur Dieu me les a
manifestées par son Esprit-Saint» (Alma 5:45–46) (voir aussi
«Recherchez l’Esprit», p. 13).
Nous devons renouveler notre engagement
d’étudier les Ecritures
Ezra Taft Benson a donné le conseil suivant: «Ne traitons
pas à la légère les grandes choses que nous avons reçues
de la main du Seigneur! Sa parole est un des dons les plus
importants qu’il nous ait faits. Je vous exhorte à vous
engager à nouveau à étudier les Ecritures. Plongez-vous en
elles, quotidiennement, afin que la puissance de l’Esprit
vous accompagne dans vos appels. Lisez-les en famille
et apprenez à vos enfants à les aimer et à les chérir»
(«Le pouvoir de la parole», L’Etoile, juillet 1986, p. 83).
15
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
7
éLABOREZ UN PLAN PERSONNEL
POUR L’ÉTUDE DE L’éVANGILE
M. Russell Ballard a déclaré: «C’est donc
notre responsabilité de faire tout ce qui
est en notre pouvoir pour accroître notre
connaissance et notre compréhension
spirituelles, en étudiant les Ecritures et les
paroles des prophètes actuels. Lorsque nous
lisons et que nous étudions les révélations,
l’Esprit confirme à notre cœur la vérité
de ce que nous apprenons; c’est ainsi que
le Seigneur s’adresse à nous» (L’Etoile,
juillet 1998, p. 34).
Les idées qui suivent peuvent vous aider
à mettre au point un plan pour développer
votre connaissance et votre compréhension
spirituelles, comme frère Ballard nous
l’a conseillé. Votre plan ne doit pas dépasser
vos possibilités, mais vous aider à étudier
l’Evangile d’une manière continue. Vous
pourrez noter votre plan dans votre journal
ou votre agenda afin de ne pas l’oublier.
Que faut-il étudier?
Lorsque vous étudiez l’Evangile,
concentrez-vous sur les Ecritures. Vous
pouvez choisir de lire entièrement un livre
d’Ecritures ou de mettre l’accent sur un
ou plusieurs sujets en lisant tout ce qu’en
disent les ouvrages canoniques. Vous
pouvez combiner ces deux méthodes en
étudiant un livre d’Ecritures et en mettant
l’accent sur des sujets ou des thèmes que
vous y trouvez. Vous devez également
étudier les enseignements des prophètes
actuels dans les discours de la conférence
générale et dans le magazine de l’Eglise.
Si vous avez un appel d’instructeur, votre
manuel de leçons constitue une partie
essentielle de votre plan d’étude.
Vous devez également envisager d’inclure
ce qui suit dans votre étude de l’Evangile:
(1) le cours de la Prêtrise de Melchisédek et
de la Société de Secours, (2) les passages
16
d’Ecritures à lire pour le cours de Doctrine
de l’Evangile à l’Ecole du Dimanche et (3) les
articles du magazine de l’Eglise.
Quand étudier
Si possible, fixez-vous une heure, toujours la même, où vous pourrez étudier sans
interruption. Howard W. Hunter a déclaré:
«Beaucoup s’aperçoivent que le meilleur
moment pour étudier est le matin quand
une nuit de repos a balayé de notre esprit
tous les soucis qui interrompent la pensée.
D’autres préfèrent étudier dans les heures
tranquilles qui suivent le travail quand les
soucis du jour sont terminés et mis de côté,
terminant ainsi la journée avec la paix et la
tranquillité qu’apporte de la communion
avec les Ecritures.
«Ce qui compte plus que l’heure de la
journée, c’est peut-être qu’un temps régulier
soit réservé à l’étude. L’idéal serait de pouvoir y passer une heure chaque jour; mais
si ce n’est pas possible, une demi-heure
de façon régulière donnerait un résultat
substantiel. Un quart d’heure est peu, mais
la clarté et la compréhension qui peuvent
être acquises sur un sujet si significatif sont
surprenantes» (L’Etoile, mai 1980, p. 104).
Comment étudier
Avant de commencer à étudier, priez
pour être inspiré et pour comprendre. Méditez sur vos lectures et cherchez comment
les appliquer. Apprenez à reconnaître et
à écouter les incitations de l’Esprit.
Pensez à utiliser quelques-unes ou la
totalité des idées suivantes pour dynamiser
votre étude:
Servez-vous des aides fournies dans
les éditions de l’Eglise des Ecritures
(Guide des Ecritures), ainsi que les extraits
de la Traduction de Joseph Smith et les
P R É P A R AT I O N S P I R I T U E L L E
cartes qui y sont annexées (voir «Enseignez à partir des
Ecritures», pp. 54–59 pour avoir des idées).
Lorsque vous lisez, demandez-vous quel est le principe
de l’Evangile qui est enseigné dans le passage et comment
vous pouvez vous l’appliquer.
Ayez un carnet ou votre journal personnel sous la main
pour y noter vos pensées et vos sentiments. Engagezvous par écrit à appliquer ce que vous apprenez. Relisez
souvent les pensées que vous avez notées.
Avant de lire un chapitre des Ecritures, examinez-en le
titre, l’en-tête ou le chapeau. Cela vous donnera une idée
de ce que vous allez trouver dans ce chapitre.
Marquez et annotez vos Ecritures. Dans la marge, écrivez
les références d’Ecritures qui expliquent les passages que
vous étudiez.
Apprenez par cœur les versets qui ont une importance
particulière pour vous.
Incluez votre nom dans un verset d’Ecriture pour le
personnaliser.
Après votre étude, faites une prière pour exprimer votre
reconnaissance pour ce que vous avez appris.
Faites part de ce que apprenez. Vos pensées deviendront
ainsi plus claires et vous serez plus capable de retenir les
idées.
Faites de votre mieux
Une sœur de l’Eglise a essayé souvent de suivre des
programmes d’étude des Ecritures, mais elle a toujours eu
des difficultés à le faire. Plus tard, elle a dit:
«On aurait dit qu’avec mes enfants à élever et mes responsabilités dans l’Eglise, je n’avais jamais vraiment atteint
mon but. Je choisissais une heure et un endroit pour étudier
chaque jour, et c’était pour voir mon programme interrompu par les enfants qui avaient besoin de quelque chose,
qui étaient malades ou par d’autres crises caractéristiques
des enfants en pleine croissance.
«Un jour, ma mère nous a rendu visite. Elle a regardé la
grande table recouverte de documentation de l’Eglise, avec
entre autres mes Ecritures, et a dit: ‹J’aime la façon dont
tu lis toujours tes Ecritures. Elles semblent toujours ouvertes
sur une table ou une autre.›
«D’un seul coup, j’ai eu une vision différente de moimême. Elle avait raison. Je passais beaucoup de temps dans
mes Ecritures même si je ne suivais pas de programme
d’étude précis. J’aimais les Ecritures. J’avais des versets d’Ecritures accrochés aux murs de ma cuisine et ils m’inspiraient
quand je travaillais, des Ecritures que j’aidais mes enfants
à apprendre par cœur pour les utiliser dans leurs discours.
Je vivais dans un monde de lecture des Ecritures, et j’ai
compris que j’étais nourrie en abondance.»
17
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
8
VIVEZ CE QUE VOUS
ENSEIGNEZ
S’adressant à un groupe
d’instructeurs de l’Evangile,
Spencer W. Kimball a lancé
cette exhortation: «Vous
ferez tout ce que vous
demandez à vos élèves de
faire: jeûner, rendre témoignage, payer la dîme, assister à toutes les réunions
appropriées, vous rendre au
temple quand il le faut,
sanctifier le jour du sabbat,
rendre service dans l’Eglise
sans vous plaindre, faire
votre soirée familiale et vos
prières en famille, rester
solvables et être honnêtes et
pleins d’intégrité» (Men of
Example, discours adressé
aux professeurs de religion,
12 septembre 1975, p. 7).
18
L’exemple est l’un des outils pédagogiques les plus efficaces. Lorsque nous
sommes vraiment convertis, toutes nos
pensées et nos motivations sont dirigées
par des principes de l’Evangile. Nous
témoignons de la vérité par tous nos actes.
Bruce R. McConkie a enseigné que le
témoignage implique des actions justes:
«Pour être vaillant dans le témoignage
de Jésus, il faut croire au Christ et en son
Evangile avec une conviction inébranlable.
Cela consiste à connaître la vérité et la
nature divine de l’œuvre du Seigneur ici-bas.
«Mais ce n’est pas tout. C’est plus que
croire et savoir. Nous devons mettre en
pratique la parole, et ne pas nous borner à
l’écouter. C’est plus que de servir du bout
des lèvres. C’est plus que de se contenter de
dire que l’on reconnaît que le Sauveur
est le Fils de Dieu. C’est obéir, se conformer
et pratiquer la justice» (Conference
Report, octobre 1974, pp. 45–46; ou Ensign,
novembre 1974, p. 35).
L’influence de l’exemple
Notre comportement peut avoir une
influence positive sur l’attitude des gens
que nous instruisons. Thomas S. Monson
a raconté l’anecdote suivante:
«Lors de l’enterrement d’une Autorité
générale pleine de noblesse, H. Verlan
Andersen, un hommage lui a été rendu par
l’un de ses fils. Il s’applique à nous, où que
nous soyons, et quoi que nous fassions...
«Le fils de frère Andersen a raconté que,
des années auparavant, un samedi soir, il
avait un rendez-vous avec une camarade
d’école qu’il aimait beaucoup. Il a demandé
à son père s’il pouvait prendre la voiture.
Après avoir reçu les clés et comme il se
dirigeait vers la porte, son père lui a dit:
‹Il n’y aura pas assez d’essence pour demain.
N’oublie pas d’en remettre avant de rentrer.›
«Le fils de frère Andersen a raconté
ensuite que la soirée s’était très bien passée...
Cependant, dans son exubérance, il n’avait
pas suivi les directives de son père et n’avait
pas repris de l’essence avant de rentrer.
«Le dimanche matin, frère Andersen a
remarqué que le voyant d’essence indiquait
que le réservoir était vide. Le fils a vu son
père poser les clés de la voiture sur la
table. Dans la famille Andersen, le jour de
sabbat était un jour consacré au culte et
aux actions de grâce, pas aux achats.
«Le fils de frère Andersen a ajouté: ‹J’ai
vu mon père mettre son manteau, nous
dire au-revoir, et entreprendre à pied le long
trajet jusqu’à l’église, afin d’assister à une
réunion matinale.› Le devoir l’appelait. La
vérité ne devait pas être sacrifiée au confort.
«En concluant son message, le fils
de frère Andersen a dit: ‹Jamais un fils n’a
reçu de meilleure leçon de son père que
moi ce jour-là. Non seulement mon père
connaissait la vérité, mais il l’appliquait›»
(L’Etoile, janvier 1998, p. 21).
Nous pouvons également avoir une
influence négative par notre conduite. Par
exemple, lorsque Corianton, le fils d’Alma,
est parti en mission pour instruire les
Zoramites, il a abandonné le ministère et a
commis de graves péchés (voir Alma 39:3).
Alma a dit que de nombreuses personnes
ont été égarées par les actions de Corianton.
Il a dit à Corianton: «Quelle grande iniquité
tu as amenée sur les Zoramites! Car lorsqu’ils ont vu ta conduite, ils n’ont pas voulu
croire en mes paroles» (Alma 39:11).
Heber J. Grant a déclaré: «Je demande
à tout homme et à toute femme détenant
un poste de responsabilité et dont le devoir
est d’enseigner l’Evangile de Jésus-Christ
de s’en acquitter et de garder les commandements de Dieu, afin de l’enseigner par
son exemple» (Gospel Principles, compilé
par G. Homer Durham, 1941, p. 72).
Si vous montrez l’exemple en appliquant
ce que vous enseignez:
Vos paroles deviendront vibrantes par
l’Esprit, et porteront votre témoignage
dans le cœur des gens que vous instruisez
(voir 2 Néphi 33:1). Joseph Fielding
P R É P A R AT I O N S P I R I T U E L L E
Smith a écrit: «Aucun homme ni aucune femme ne
peut enseigner avec l’Esprit ce qu’il ou elle ne pratique
pas» (Church History and Modern Revelation, 2 volumes,
1953, 1:184).
Vous aiderez les autres à voir qu’on peut suivre les paroles
du Christ dans la vie de tous les jours.
La paix et le bonheur que vous ressentez en vivant
l’Evangile se liront sur votre visage, dans vos paroles et
dans la force de votre témoignage.
Les gens que vous instruisez auront confiance en vous et
croiront plus facilement ce que vous enseignez.
Votre témoignage grandira. Le Sauveur a déclaré que si
quelqu’un veut faire la volonté de son Père, il connaîtra la
doctrine (voir Jean 7:17). Vous pouvez avoir le sentiment
que vous ne comprenez pas bien un principe que vous
vous préparez à enseigner. Toutefois, si vous l’étudiez en
vous aidant de la prière, si vous vous efforcez de l’appliquer, si vous vous préparez à l’enseigner et si vous en
parlez ensuite aux autres, votre témoignage sera plus fort
et plus profond.
S’efforcer de pratiquer l’Evangile
Il ne faut pas se contenter de faire des préparatifs et des
exposés pour enseigner l’Evangile. Richard G. Scott
l’a expliqué en ces termes:
«Votre engagement d’instruire les précieux enfants
de notre Père céleste, ce ne sont pas seulement les longues
heures de préparation de votre cours, ni les nombreuses
heures de jeûne et de prière pour demander de devenir un
instructeur plus efficace. Il faut un engagement de toutes les
heures de votre vie de vivre en accord avec les enseignements et l’exemple du Sauveur et de ses serviteurs. Il faut
vous engager à vous efforcer constamment d’être toujours
plus spirituel, toujours plus dévoué, toujours plus digne
d’être l’intermédiaire par lequel l’Esprit du Seigneur peut
toucher le cœur de ceux qui vous sont confiés pour les amener à mieux comprendre ses enseignements» («Four Fundamentals for Those Who Teach and Inspire Youth», dans Old
Testament Symposium Speeches, 1987, p. 1).
Bien que vous ne soyez pas parfait en toutes choses,
vous pouvez vous efforcer de progresser vers la perfection en
appliquant les vérités que vous enseignez. Vous trouverez
beaucoup de force et de pouvoir pour enseigner les principes de l’Evangile si vous vous efforcez continuellement
de suivre ces principes.
19
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
chute d’un oiseau ne passe pas inaperçue
n’abandonnera pas le serviteur quand
il a besoin d’aide» («Tears, Trials, Trust,
Testimony», Ensign, septembre 1997, p. 5).
9
Soutien et mise à part
APPELÉS, MIS À PART
ET MAGNIFIÉS
Jacob et Joseph, fils de Léhi, donnent
l’exemple à ceux qui ont été appelés à enseigner. Jacob a dit qu’il avait «obtenu [son]
mandat du Seigneur». Joseph et lui ont été
consacrés, ou mis à part, comme «prêtres
et instructeurs [du] peuple». Ils ont ensuite
magnifié leur ministère pour le Seigneur
(voir Jacob 1:17–19).
Recevez un appel d’instructeur
Pour expliquer le terme
«magnifier», Gordon
B. Hinckley a dit: «Pour
moi, il veut dire développer,
rendre plus clair, rapprocher et affermir.» Il a dit
que lorsque les détenteurs
de la prêtrise magnifient
leur appel, ils développent
le potentiel de leur prêtrise
(voir Conference Report,
avril 1989, pp. 60, 63;
ou Ensign, mai 1989,
pp. 46, 49).
Cela s’applique à votre
appel d’instructeur. Lorsque
vous magnifiez votre appel
en toute diligence et en
travaillant de toutes vos
forces (voir Jacob 1:19),
vous développez votre
capacité d’avoir une bonne
influence.
20
Si vous avez un appel d’instructeur ou de
dirigeant dans l’Eglise, vous pouvez être sûr
qu’il vient du Seigneur. Il a été donné par
l’un de ses serviteurs choisis et il a dit: «Que
ce soit par ma voix ou par la voix de mes
serviteurs, c’est la même chose» (Doctrine et
Alliances 1:38).
Un appel est une occasion sacrée de servir. Il implique une responsabilité devant le
Seigneur. Il doit influencer votre manière de
vivre, en influant sur vos décisions et en vous
incitant à être un serviteur fidèle et sage.
Lorsque vous avez reçu un appel d’instructeur, vous vous êtes peut-être dit: «Mais
je n’ai pas de formation d’instructeur. Je ne
suis pas capable de donner une leçon
ni de diriger une discussion en classe. Il y
a tant de gens qui pourraient faire mieux
que moi.» D’autres personnes ont peut-être
plus d’expérience pédagogique ou de dons
naturels que vous. Néanmoins, vous êtes
la personne qui a été appelée. Le Seigneur
fera de vous un instrument entre ses mains
si vous êtes humble, fidèle et diligent.
Thomas S. Monson a déclaré:
«Si un frère ou une sœur a l’impression
de manquer de préparation, voire de ne pas
être compétent, pour accepter de servir dans
un appel, de se sacrifier, d’être une source de
bénédiction pour son prochain, qu’il ou elle
se rappelle la vérité suivante: ‹Dieu qualifie
la personne qu’il appelle.› Celui pour qui la
Vous recevrez davantage de force lorsque
vous serez soutenu par l’assemblée et mis à
part. Pour une mise à part, les dirigeants
de la prêtrise posent les mains sur votre tête
et vous donnent la responsabilité d’agir
dans votre appel. Vous recevez également
des bénédictions pour vous affermir et vous
diriger. Spencer W. Kimball a dit: «La mise
à part doit être prise littéralement; on est
mis à part du péché, du charnel, de tout ce
qui est grossier, bas, vicieux, sans valeur ou
vulgaire; on est mis à part du monde pour
accéder à un niveau supérieur de pensée et
d’action» (The Teachings of Spencer W. Kimball,
édité par Edward L. Kimball, 1982, p. 478).
Un appel d’instructeur n’est pas complet
sans une mise à part par l’autorité appropriée de la prêtrise. Si vous avez été appelé
et soutenu comme instructeur, mais pas mis
à part, voyez votre dirigeant de collège ou
d’auxiliaire pour que les dispositions nécessaires soient prises pour votre mise à part.
Magnifiez votre appel, et le Seigneur
vous donnera des capacités accrues
Comme on l’a dit plus haut, Jacob et
Joseph ont magnifié leur appel d’instructeur
auprès du peuple. Ils ont enseigné la parole
de Dieu en toute diligence, en travaillant de
toutes leurs forces (voir Jacob 1:19).
Si vous magnifiez votre appel à enseigner, le Seigneur vous donnera des capacités
accrues. Ezra Taft Benson a donné cet enseignement: «Il est impossible d’échouer dans
l’œuvre du Seigneur lorsqu’on fait de son
mieux. Nous ne sommes que des instruments; cette œuvre est l’œuvre du Seigneur.
Cette Eglise est la sienne, le plan de l’Evangile est le sien. C’est auprès de ses enfants
que nous travaillons. Il ne permettra pas
que nous échouions si nous faisons notre
part. Il fera en sorte que nous dépassions
nos compétences et talents personnels
lorsque cela sera nécessaire. Cela, je le sais.
Je suis certain que beaucoup d’entre vous
en ont fait l’expérience, comme moi; c’est
l’une des expériences les plus agréables
que puisse connaître un être humain» (The
Teachings of Ezra Taft Benson, 1988, p. 372).
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
CULTIVEZ VOS TALENTS
Le Seigneur a une grande œuvre à faire accomplir à chacun de nous. Vous vous
demandez peut-être comment cela peut se faire. Vous pensez peut-être
qu’il n’y a rien en vous, ou dans vos capacités, de spécial ou de supérieur.
Dieu peut faire des miracles remarquables avec une personne de capacité ordinaire
qui est humble, fidèle et diligente dans le service du Seigneur et qui cherche
à s’améliorer. C’est parce que Dieu est la source ultime de toute puissance.
James E. Faust
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
10
ON TROUVE PARTOUT
DES LEÇONS
«Et maintenant, comme
tu as commencé à enseigner la parole, de même
je voudrais que tu
continues à enseigner;
et je voudrais que tu sois
diligent et modéré en
tout» (Alma 38:10).
22
Un président de pieu qui s’occupait des
fleurs de son jardin, pensait à un discours
qu’il devait donner lors de la prochaine
conférence de pieu. Il prévoyait de parler
du thème de l’affermissement de la famille.
Sa voisine, qui semblait avoir un don
particulier pour faire pousser des fleurs
magnifiques, travaillait également dans
son jardin. Il l’a appelée et lui a demandé:
«Quel est votre secret pour le jardinage?»
Sa réponse a été d’une simplicité enfantine. Elle a dit: «Je reste proche du jardin.
Je vais chaque jour dans mon jardin,
même quand je n’en ai pas envie. Pendant
que j’y suis, je cherche les petits détails
qui signalent des problèmes éventuels – les
mauvaises herbes, les insectes, l’état du sol –
qui sont simples à corriger si on les prend
à temps mais qui peuvent devenir graves si
on les néglige.»
Ce président a eu l’idée d’appliquer
l’attention de sa voisine pour son jardin au
soin que nous devrions prendre de notre
famille. Dans son discours de conférence
de pieu, il a parlé du jardin de sa voisine.
Il a fait la remarque que si nous voulons que
nos relations familiales s’améliorent, nous
devons rester proches des membres de notre
famille, passer du temps avec eux chaque
jour, leur parler, leur exprimer notre appréciation et guetter les petits signes de problèmes éventuels qui peuvent se résoudre
avant de devenir graves.
Une femme qui avait entendu le discours
du président de pieu s’est rappelée qu’elle
avait vu quelques-unes de ses plantes se
dessécher. Elle n’avait pas pris le temps de
les regarder pousser chaque jour. Cela lui
a rappelé que ses enfants grandissaient
et qu’elle ne devait pas gâcher les quelques
années qu’ils passeraient avec elle. Grâce
aux enseignements de son président de pieu,
elle est devenue une meilleure mère.
Le président de pieu avait suivi l’exemple
du Sauveur qui a souvent comparé les
vérités spirituelles aux activités et aux objets
familiers et quotidiens. Vous pouvez faire
de même. Vous pouvez trouver des leçons
de vie dans les choses quotidiennes que
vous faites et observez. Si vous méditez et
priez sur une leçon et sur les gens que
vous instruisez, votre environnement peut
prendre vie et apporter des réponses à
vos questions et des exemples de principes
de l’Evangile.
Les deux exemples suivants montrent
les leçons que d’autres instructeurs ont tirées
de leur observation de la vie quotidienne:
Une instructrice de la Primaire a remarqué une famille qui était venue à l’église un
dimanche. Elle a vu qu’il y avait dans cette
famille un garçon qui était un de ses élèves
et qui manquait parfois un peu d’égard
envers d’autres élèves. Ce garçon était en
train d’aider sa sœur. «Voilà l’exemple qu’il
me faut», s’est-elle dit. «Je vais enseigner le
principe et aider ce garçon.» Par la suite, elle
a raconté l’exemple dans une leçon sur la
gentillesse. Les enfants ont tiré la leçon d’un
exemple et le garçon a commencé à se tenir
mieux en classe.
Un père et son fils jouaient aux cubes.
Comme le petit garçon n’arrivait pas à construire de gros édifices sur une petite base, le
père y a vu une occasion de lui enseigner
une leçon. Il a expliqué l’importance de
bases solides. Puis, avant de reprendre le jeu,
il a lu Hélaman 5:12, qui dit que c’est sur le
roc de notre Rédempteur, qui est le Christ,
le Fils de Dieu, que nous devons bâtir notre
fondation. Plus tard dans la journée, la
famille a étudié ensemble les Ecritures. Dans
une courte leçon qui appuyait le passage
qu’ils avaient lu, le père et le fils ont montré
les cubes et ont parlé de l’importance de
construire sur la fondation du Christ.
Acquérez l’œil et l’oreille
de l’instructeur
Les idées suivantes peuvent vous aider
à découvrir partout des idées pédagogiques.
Etudiez les leçons bien à l’avance. Lorsque
vous connaissez bien les leçons que vous
allez faire, vous remarquez mieux les événements quotidiens que vous pouvez utiliser
pour les donner. Si vous êtes l’instructeur
C U LT I V E Z V O S T A L E N T S
d’un cours qui est accompagné d’un manuel de leçons,
il est bon d’avoir une idée du contenu de tout le manuel.
Vous remarquerez ensuite davantage lorsqu’une certaine
observation peut être appliquée à une leçon que vous ferez
plusieurs semaines plus tard.
Priez tous les jours pour demander de l’aide pour votre
préparation. Demandez à notre Père céleste de vous aider
à être attentif aux choses qui rendront votre leçon vivante,
mémorable et inspirante pour vos élèves.
Pensez toujours à vos élèves et à votre leçon. Pensez à vos
élèves. Imaginez ce qu’ils vivent, les décisions qu’ils doivent
prendre et leur orientation. Pensez à la manière d’enseigner
les idées lorsque vous étudiez les Ecritures ou observez les
beautés de la nature. Vous pouvez même trouver des idées
pédagogiques dans des activités comme le ménage, votre
trajet pour vous rendre à votre travail ou vos courses dans
les magasins. Presque toutes les expériences peuvent vous
fournir un exemple, une illustration ou une explication
pour une leçon de l’Evangile.
Notez les impressions qui vous viennent
Lorsque vous deviendrez plus conscient des idées pédagogiques que vous rencontrez, notez vos impressions.
Emportez un petit carnet et notez les idées pédagogiques
possibles. Ecrivez les passages intéressants des discours que
vous entendez ou des leçons auxquelles vous assistez.
Mettez par écrit les expériences inspirantes. Si vous prenez
l’habitude de noter ces choses, vous deviendrez de plus en
plus conscient des bonnes idées pédagogiques qui vous
entourent.
Ne vous inquiétez pas de la manière dont vous les utiliserez. Contentez-vous de les écrire. Vos notes s’appliqueront
parfois à une leçon que vous ferez peu après, mais parfois
aussi vous verrez de merveilleux exemples d’illustrations
de principes de l’Evangile que vous n’enseignerez que des
semaines ou même des années plus tard. Vous risquez de
les oublier si vous ne les notez pas.
Vous pouvez aussi préparer une chemise pour chacune
des leçons que vous ferez dans les mois qui suivent. Lorsque
vous remarquez une leçon de choses, une comparaison
ou d’autres idées, mettez-les dans la chemise concernée. Le
moment venu de préparer telle ou telle leçon, vous risquez
de vous apercevoir que vous avez amassé un trésor d’idées
et d’activités pour l’enrichir.
23
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
11
PLANIFIEZ L’AMÉLIORATION
DE VOTRE ENSEIGNEMENT
«Applique-toi à la lecture,
à l’exhortation, à l’enseignement. Ne néglige pas le
don qui est en toi, et qui
t’ a été donné par prophétie
avec l’imposition des
mains. . . Occupe-toi de ces
choses, donne-toi tout
entier à elles, afin que tes
progrès soient évidents pour
tous. Veille sur toi-même
et sur ton enseignement;
persévère dans ces choses,
car, en agissant ainsi,
tu te sauveras toi-même,
et tu sauveras ceux
qui t’écoutent»
(1 Timothée 4:13–16).
En abrégeant les annales des Jarédites,
Moroni s’est inquiété de sa faiblesse dans le
domaine de l’écriture. Il a pensé que les
Gentils qui liraient ses paroles s’en moqueraient et les rejetteraient. Il a prié pour que
les Gentils soient charitables et ne rejettent
pas la parole de Dieu. Puis le Seigneur lui a
fait cette promesse: «Parce que tu as vu ta faiblesse, tu seras rendu fort» (Ether 12:37). Le
Seigneur a également dit à Moroni: «Si les
hommes viennent à moi, je leur montrerai
leur faiblesse. Je donne aux hommes de la
faiblesse afin qu’ils soient humbles; et ma
grâce suffit à tous les hommes qui s’humilient devant moi; car s’ils s’humilient devant
moi, et ont foi en moi, alors je rendrai fortes
pour eux les choses qui sont faibles» (Ether
12:27).
Dans vos efforts pour enseigner l’Evangile, il vous arrivera de ne pas vous sentir
compétent. Cependant cette promesse
du Seigneur peut vous encourager. Si vous
devenez humble, reconnaissez les domaines
dans lesquels vous avez besoin de son aide
et si vous faites preuve de foi en lui, il vous
fortifiera et vous aidera à enseigner d’une
manière qui lui est agréable.
Evaluez vos points forts
et vos points faibles
Vous pouvez commencer à faire des
plans pour vous améliorer en faisant le point
sur vos qualités actuelles. Vous pouvez
diviser cette évaluation en deux parties: vos
points forts et vos points faibles en tant
qu’instructeur.
Quels sont mes points forts en tant
qu’instructeur?
Commencez par faire le point des dons
que le Seigneur vous a accordés qui peuvent
vous aider à enseigner. Enumérez ces points
forts dans un journal ou un carnet ou dans
24
le tableau de la page 25. Ce faisant, vous
pouvez réfléchir aux principes pédagogiques
soulignés dans ce manuel: votre amour
pour ceux que vous instruisez, l’enseignement selon l’Esprit, l’enseignement de la
doctrine, l’exhortation à apprendre diligemment, une ambiance d’étude, l’utilisation
de méthodes efficaces ou la préparation
des leçons.
Ce qui vous aidera dans votre rôle d’instructeur sera peut-être votre patience, votre
disposition à sourire, votre intérêt pour
les gens, vos talents artistiques, votre connaissance des Ecritures, votre disposition à
écouter, votre calme, votre habitude de vous
préparer de manière approfondie ou votre
désir sincère de bien enseigner.
Vous n’avez pas besoin de trouver un
grand nombre de points forts; quelques-uns
suffiront pour commencer. Il faut mettre
l’accent sur certains de vos points forts pour
vous appuyer sur eux pour vous améliorer
dans les domaines dans lesquels vous n’êtes
pas aussi fort.
Quelles sont mes points faibles en tant
qu’instructeur?
Après avoir recensé vos points forts,
pensez aux enseignements que vous avez
donnés récemment. Réfléchissez aux
domaines dans lesquels vous pourriez faire
mieux. Là aussi, vous pouvez penser aux
principes pédagogiques énoncés dans ce
manuel. Vous pouvez faire la liste de plusieurs choses que vous pourriez améliorer,
mais il vaut probablement mieux vous
contenter de travailler sur un ou deux
points à la fois. En général, nous progressons «ligne sur ligne, précepte sur précepte»
(2 Néphi 28:30). Nous devons agir «avec
sagesse et avec ordre; car il n’est pas requis
que l’homme coure plus vite qu’il n’a de
force» (Mosiah 4:27).
C U LT I V E Z V O S T A L E N T S
Lorsque vous avez choisi un ou deux domaines dans
lesquels vous aimeriez vous améliorer, inscrivez-les dans
votre journal ou dans votre carnet.
compris est de leur demander de reformuler les principes
dans leurs propres termes. Elle décide d’utiliser cette idée
dans sa leçon suivante. Elle écrit ce plan dans son journal.
Faites un plan pour vous améliorer
De quelles techniques ai-je besoin pour me développer?
Afin de décider comment vous améliorer dans le ou les
domaines que vous avez choisis, posez-vous les questions
suivantes:
L’instructrice s’aperçoit également qu’elle doit observer
les élèves pendant la leçon. Elle se dit: «Je dois acquérir cette
technique, mais il faudra que je m’entraîne un peu.» Elle
écrit ce plan dans son journal.
En examinant son plan, elle se rend compte qu’elle a
déjà au moins un point fort sur lequel elle peut s’appuyer:
elle prépare diligemment ses leçons. Comme elle connaît
toujours bien le contenu de la leçon, elle pourra observer
les élèves au lieu de se concentrer trop sur le manuel de
leçons ou sur ses notes.
Que puis-je faire maintenant pour m’améliorer dans
mon rôle d’instructeur?
De quelles techniques ai-je besoin pour me développer?
Qui peut m’aider?
Qulle documentation est disponible?
Voici un exemple d’utilisation de ces questions. Dans cet
exemple, une instructrice de la Société de Secours a décidé
qu’elle avait besoin d’améliorer sa capacité d’évaluer si les
élèves avaient compris sa leçon.
Que puis-je faire maintenant pour m’améliorer
dans mon rôle d’instructeur?
L’instructrice décide de parcourir ce manuel pour y
trouver des idées sur ce qu’elle peut améliorer maintenant.
En lisant «Comment dire s’ils apprennent» (page 73), elle
découvre qu’un des moyens d’évaluer ce que les élèves ont
Qui peut m’aider? Qulle documentation est disponible?
Enfin, l’instructrice se demande s’il y a des documents
qu’elle peut utiliser. Elle s’est déjà servie de ce manuel. Elle
pense à d’autres ressources possibles: «Pourquoi pas d’autres
instructeurs? Puis-je m’adresser au coordonnateur de la
formation pédagogique ou à un autre instructeur qui est
particulièrement doué dans l’art d’évaluer ce que les élèves
ont compris? Une de mes dirigeantes peut-elle observer
une leçon que je fais et me donner des conseils? Les élèves
peuvent-ils me donner des idées?»
Utilisez ce tableau (ou l’un de votre cru) pour élaborer des plans pour améliorer votre enseignement.
Dans les blancs, écrivez vos réponses aux questions.
Comment est-ce que j’enseigne?
Quels sont mes points forts en tant qu’instructeur?
Quels sont mes points faibles?
Que puis-je faire pour m’améliorer?
Que puis-je faire maintenant pour m’améliorer
dans mon rôle d’instructeur?
De quelles techniques ai-je besoin pour me
développer?
Quelle documentation vais-je utiliser?
Qui peut aider?
Quelle documentation est disponible?
25
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
Fixez-vous un but et notez vos progrès
Après avoir fait un plan pour vous améliorer, fixez-vous
une date à laquelle vous souhaitez atteindre votre objectif.
Vous pouvez inscrire vos progrès dans un journal ou un
carnet. Si vous avez besoin d’adapter vos buts en cours de
route, faites-le.
Quand vous pensez avoir atteint l’amélioration désirée,
commencez à travailler sur un autre principe pédagogique.
Lorsque vous évaluez vos points forts et vos points faibles
comme instructeur, demandez-vous à quel point ces qualités
essentielles sont présentes chez vous. Vous pouvez méditer
sur les questions suivantes:
Est-ce que je montre à mes élèves que je les aime?
Est-ce que je fais preuve d’intérêt personnel pour chacun
d’entre eux?
Peuvent-ils ressentir mon amour pour le Seigneur et
ses enseignements? Est-ce que je les aide à comprendre
comment appliquer ces enseignements à eux?
Mes élèves peuvent-ils ressentir mon témoignage de
l’Evangile rétabli de Jésus-Christ? Peuvent-ils ressentir
ma foi absolue en Dieu?
Est-ce que je prie avec foi pour pouvoir enseigner avec
le pouvoir du Saint-Esprit?
Les qualités qui comptent le plus
Dans vos efforts continuels pour améliorer votre enseignement, rappelez-vous les qualités qui comptent le plus.
Harold B. Lee a décrit un instructeur qui l’a beaucoup
influencé lorsqu’il était enfant. Vous pourriez utiliser cette
description pour vous guider lorsque vous évaluez votre
efficacité générale en tant qu’instructeur et que vous faites
des plans pour vous améliorer:
«Pendant mon enfance, les leçons de religion qui m’ont
le plus marqué ont été celles de l’Ecole du Dimanche.
Néanmoins, très peu d’instructeurs de l’Ecole du Dimanche
sont restés dans ma mémoire pour leur contribution durable
à mon éducation religieuse. L’une des mes instructrices...
avait, semblait-il, le don particulier de graver profondément
en mon âme les leçons de l’histoire de l’Eglise, la morale et
les principes de l’Evangile de telle sorte qu’aujourd’hui, près
de quarante ans plus tard, je me rappelle encore ses leçons
qui sont toujours un guide pour moi.
«Qu’est-ce qui lui donnait les qualités essentielles pour
réussir dans son rôle d’instructrice de l’Ecole du Dimanche?
Elle n’avait pas une grande connaissance du monde et
n’avait pas appris les théories et les techniques de la pédagogie moderne. Elle avait une apparence simple et ordinaire,
celle d’une femme et d’une mère d’une petite collectivité
dans laquelle il fallait que tous les membres de la famille
travaillent dur pendant de longues heures. A mon avis, elle
avait reçu trois dons qui rendaient son enseignement
efficace: elle avait l’art de faire sentir à chaque élève qu’elle
s’intéressait personnellement à lui; deuxièmement, elle
connaissait et aimait l’Evangile, et avait le don d’illustrer si
bien chaque leçon qu’elle la faisait s’appliquer à notre vie;
et troisièmement, elle avait une foi totale en Dieu et le
témoignage inébranlable de la nature divine de l’Evangile
rétabli de Jésus-Christ.
«Elle avait une autre qualité moins évidente mais... très
essentielle, pour elle comme pour toute autre personne qui
souhaite enseigner l’Evangile de Jésus-Christ. Le Seigneur
a déclaré la loi de l’instructeur en ces termes: ‹L’Esprit vous
sera donné par la prière de la foi; et si vous ne recevez pas
l’Esprit, vous n’enseignerez pas› (Doctrine et Alliances 42:14)...
«La personne qui prie pour avoir de l’aide dans son
enseignement aura le pouvoir du Saint-Esprit, et ses enseignements seront, comme Néphi l’a déclaré, portés au cœur
des enfants des hommes par le pouvoir du Saint-Esprit»
(The Teachings of Harold B. Lee, édité par Clyde J. Williams,
1996, p. 444).
26
Même si vous manquez d’expérience dans de nombreux
aspects techniques de l’enseignement, vous pouvez vous
concentrer sur les qualités les plus importantes. Vous pouvez
aimer vos élèves. Vous pouvez montrer continuellement
que vous aimez le Seigneur et ses enseignements. Vous
pouvez exprimer avec ferveur votre foi en Dieu et votre
témoignage de l’Evangile rétabli. Vous pouvez réussir à
avoir les qualités les plus importantes même pendant que
vous acquérez vos compétences techniques.
Avec l’aide du Seigneur, vous pouvez vous améliorer
Dans vos efforts pour vous améliorer, l’aide du Seigneur
vous sera souvent donnée par l’intermédiaire d’autres
personnes. L’histoire suivante, racontée par un homme qui
avait été président de mission en Europe de l’Est, illustre
ce principe:
«Au cours de l’été 1993, je suis passé dans l’une de nos
branches récemment organisées. C’était une sœur récemment baptisée qui donnait le cours de l’Ecole du Dimanche.
Elle était visiblement mal à l’aise de se tenir devant le groupe.
Plutôt que risquer de commettre une erreur, elle préférait
lire la leçon mot à mot. Comme elle gardait les yeux rivés
sur son manuel, les élèves ne se sentaient pas à l’aise.
«Après le cours, j’ai fait des compliments à l’instructrice
pour l’exactitude doctrinale de sa documentation et, avec
autant de tact que je l’ai pu, je lui ai demandé si elle avait
pensé à poser quelques questions qui poussent à la réflexion
afin de stimuler la discussion en classe. Elle a répondu
qu’en Europe, les instructeurs ne posaient pas de questions.
Je suis parti en me demandant ce que l’on pouvait faire
pour aider cette sœur et de nombreux autres instructeurs
comme elle dans un pays où l’Eglise ne s’était implantée
que depuis quelques années.
«Au mois d’août de cette année-là, un couple a été appelé
pour lancer les programmes du Département d’Education
de l’Eglise dans notre interrégion. Nous avons demandé
aux responsables d’organiser ce que l’on appelait alors des
sessions de formation des instructeurs. L’une des personnes
qu’ils devaient aider était la sœur au cours de qui j’avais
assisté.
C U LT I V E Z V O S T A L E N T S
«Quatre mois plus tard, je suis retourné dans sa branche.
Un miracle s’était produit. Elle se tenait devant ses élèves,
transformée, assurée et confiante. Les questions qu’elle
avait préparées avec soin suscitaient l’intérêt et les réponses.
Elle faisait des commentaires encourageants sur la participation de chacun des élèves. Elle avait demandé à l’avance
à l’un des élèves de raconter une expérience personnelle sur
le sujet de la leçon puis en avait invité d’autres à participer.
Vers la fin du cours, une sœur récemment baptisée a rendu
témoignage. L’instructrice a marqué une pause et a demandé:
‹Avez-vous ressenti l’Esprit lorsque sœur Molnar a pris la
parole? C’est l’Esprit du Seigneur.› Tandis que nous appréciions d’avoir ressenti le calme et de nous être sentis édifiés
dans cette salle de classe en location, j’ai remercié notre
Père céleste du couple qui avait enseigné les principes de
l’enseignement de l’Evangile à une sœur récemment baptisée
et apeurée, et qui l’avait aidée à devenir une véritable
instructrice de l’Evangile de Jésus-Christ.»
27
Pa rt i e A : V ot r e a p p e l d ’ i n s t r u c t e u r
12
OBTENEZ LE SOUTIEN
DE VOS DIRIGEANTS
Les dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires ont, entre autres choses, la responsabilité d’aider et de soutenir les instructeurs.
La qualité de l’enseignement s’améliore
lorsque dirigeants et instructeurs créent des
rapports empreints de soutien et de sollicitude mutuels.
Dans les organisations de la prêtrise et
des auxiliaires, les dirigeants travaillent
auprès d’instructeurs définis. Par exemple,
un membre de la présidence de la Primaire
peut avoir la responsabilité de travailler
auprès de ceux qui instruisent les enfants de
8 à 11 ans. Un membre d’une présidence
de collège d’anciens peut avoir la responsabilité de travailler auprès des instructeurs
de collège.
Formation préalable
des nouveaux instructeurs
Si vous venez d’être appelé comme
instructeur, votre dirigeant ou votre dirigeante aura un entretien avec vous, de
préférence avant votre premier cours. Il ou
elle discutera avec vous de l’importance
de votre appel et vous donnera la documentation pour le cours. Lorsque vous aurez
fait votre première leçon, votre dirigeant(e)
et vous devrez discuter brièvement de cette
expérience.
Prenez contact avec les dirigeants
pour discuter avec eux
Prenez souvent contact avec vos
dirigeants et dirigeantes pour partager vos
expériences, discuter des besoins de vos
élèves, résoudre les problèmes et demander
conseil. Cela vous donnera l’occasion de
28
revoir vos plans pour continuer à vous
améliorer.
Ce sont les contacts personnels qui sont
les plus efficaces, mais ils peuvent se faire par
téléphone, par courrier ou par quelqu’autre
moyen. Vous devez prendre l’initiative du
contact chaque fois que vous en avez besoin
mais au moins une fois tous les trois mois.
Lorsqu’une dirigeante a un entretien avec
un instructeur ou lorsqu’un dirigeant a un
entretien avec une instructrice, ils doivent
laisser la porte ouverte et demander à un
autre adulte d’être dans la pièce voisine ou
dans le couloir. Ils doivent éviter les situations qui pourraient être mal interprétées.
Lorsqu’un entretien est prévu avec votre
dirigeant, préparez-vous à parler:
De ce que vous pensez de votre appel
d’instructeur.
Des expériences que vous avez avec votre
classe.
De la façon dont vos élèves réagissent
aux leçons que vous enseignez.
Des besoins spécifiques de certains
élèves.
De vos buts en tant qu’instructeur.
De ce que votre dirigeant peut faire pour
vous aider à atteindre vos buts.
Des sujets qui, à votre avis, devraient
être traités en réunions de formation
pédagogique.
Visites de classe
Certains dirigeants assistent au même
cours chaque semaine dans le cadre de
leur appel. D’autres dirigeants, comme les
membres de la présidence de la Primaire
et de l’Ecole du Dimanche, ont pour
instruction de prendre des dispositions avec
les instructeurs pour visiter de temps en
temps leur classe (voir Améliorer l’enseignement de l’Evangile: Guide du dirigeant, p. 6).
Si un dirigeant prend des dispositions
pour visiter votre classe, vous pouvez lui
demander d’observer tout simplement les
élèves ou de vous aider d’autres façons. Par
exemple, un dirigeant peut donner une
partie de la leçon, s’occuper d’un élève
en particulier ou aider pour des activités.
B
PRINCIPES DE BASE
DE L’ENSEIGNEMENT DE L’éVANGILE
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
AIMEZ VOS ÉLÈVES
Rien n’est plus de nature à inciter les gens à abandonner le péché que de leur
donner la main et de veiller sur eux avec tendresse. Quand des personnes
me montrent la moindre gentillesse et le moindre amour, oh! quel pouvoir cela
a sur mon esprit, tandis que le contraire a tendance à susciter des sentiments
durs et à déprimer l’esprit humain.
Joseph Smith, le prophète
AIMEZ VOS ÉLÈVES
1
L’AMOUR ADOUCIT
LE CŒUR
«Nul ne peut apporter son
aide à cette œuvre s’il n’est
humble et plein d’amour»
(Doctrine et Alliances 12:8).
Une nouvelle instructrice avait des
difficultés avec certains élèves qui se conduisaient mal. Elle a demandé conseil à
un membre de la présidence de l’Ecole du
Dimanche qui lui a conseillé de faire une
expérience. Elle devait choisir l’un des élèves
agités puis lui montrer, de cinq manières
différentes, qu’elle se souciait de lui.
Quelques semaines plus tard, le dirigeant a
demandé à l’instructrice quel était
le résultat. Elle a répondu que l’élève qu’elle
avait sélectionné avait arrêté de mal se
conduire et qu’elle avait donc l’intention
de choisir un autre membre de la classe.
Deux semaines plus tard, le dirigeant l’a de
nouveau questionnée. L’instructrice lui
a dit qu’elle avait des difficultés à trouver
quelqu’un sur qui travailler. Lorsqu’il lui
a demandé la même chose pour la troisième
fois, elle lui a dit qu’elle avait sélectionné
successivement trois élèves et que lorsqu’elle
leur manifestait de l’intérêt, ils cessaient
d’être agités. L’amour avait adouci le cœur
de chacun.
Le pouvoir de l’amour d’un
instructeur
Lorsque nous manifestons de l’amour
à ceux que nous instruisons, ils deviennent
plus réceptifs à l’Esprit. Ils deviennent
plus enthousiastes pour apprendre et plus
ouverts à notre égard et vis-à-vis des autres
élèves. Souvent, ils commencent à avoir
une nouvelle vision de leur valeur éternelle
et un plus grand désir de justice.
Dallas N. Archibald, des soixante-dix,
a expliqué ce qui suit:
«Un bon enseignement élève l’âme.
«Par exemple, comparons un enfant à
un verre vide, et notre connaissance et notre
expérience, qui se sont accumulées au fil
des années, à un seau plein d’eau... Nous ne
pouvons pas verser directement un plein
seau dans un petit verre. Cependant, si nous
utilisons les principes corrects de transfert
de la connaissance, le verre peut grandir.
«Ces principes sont la persuasion, la longanimité, l’humilité, l’amour sincère, la
bonté, la gentillesse et la connaissance pure.
Ils font grandir le verre, qui est l’âme de
l’enfant, ce qui permet à l’enfant de recevoir
bien plus que le contenu complet du premier
seau» (Conference Report, octobre 1992,
pp. 34–35; ou Ensign, novembre 1992, p. 26).
Une instructrice de la Primaire racontait
certaines expériences enrichissantes qu’elle
et ses élèves avaient eues lorsqu’elle était
passée chez chacun d’eux pour manifester
un intérêt personnel. Un jeune garçon avait
du mal à rester dans la classe et, lorsqu’il
restait, il ne voulait pas participer. Mais
après la courte visite de l’instructrice chez
lui et une bonne discussion sur ses objets
favoris, il a commencé à se réjouir d’aller
à la Primaire. Une autre élève n’avait jamais
parlé en classe mais s’est mise à parler avec
excitation lorsque l’instructrice est allée
chez elle. Après cette visite, elle s’est mise
à participer au cours (voir Norda D. Casaus,
«One on One», Ensign, février 1994, p. 59).
Les effets de l’amour chrétien sur
notre enseignement
L’apôtre Paul a écrit: «Quand je parlerais
les langues des hommes et des anges, si
je n’ai pas la charité, je suis un airain qui
résonne, ou une cymbale qui retentit.
Et quand j’aurais le don de la prophétie,
la science de tous les mystères et toute la
connaissance, quand j’aurais même toute
la foi jusqu’à transporter des montagnes,
si je n’ai pas la charité, je ne suis rien»
(1 Corinthiens 13:1–2). Dans notre dispensation, le Seigneur a dit: «Nul ne peut
apporter son aide à cette œuvre s’il n’est
humble et plein d’amour, et n’a la foi,
l’espérance et la charité» (Doctrine et
Alliances 12:8).
Si nous voulons avoir une influence
positive sur nos élèves, nous ne devons pas
seulement aimer enseigner; nous devons
également aimer chaque personne que nous
instruisons. Nous devons mesurer notre
réussite aux progrès de nos élèves et non pas
à l’excellence de notre exposé.
L’amour nous pousse à adapter notre
préparation et notre enseignement. Quand
nous aimons ceux que nous instruisons,
31
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
nous prions pour chacun d’eux. Nous faisons tout notre
possible pour connaître leurs centres d’intérêts, leurs réalisations, leurs besoins et leurs problèmes (voir «Apprenez
à comprendre vos élèves», pp. 33–34). Nous adaptons notre
enseignement pour répondre à leurs besoins, même si cela
nécessite plus de temps et plus d’efforts. Nous remarquons
quand ils sont absents et les faisons participer lorsqu’ils sont
présents. Nous leur offrons de l’aide lorsque c’est nécessaire.
Nous nous dévouons pour leur bien-être éternel en faisant
tout notre possible pour le favoriser et en ne faisant rien
pour le gêner.
La plupart des qualités les plus importantes des instructeurs fidèles et efficaces de l’Evangile ont l’amour comme
point commun. Le prophète Mormon a donné l’enseignement suivant:
32
«La charité est patiente, elle est pleine de bonté, et n’est
pas envieuse, et ne s’enfle pas d’orgueil, ne cherche pas son
intérêt, ne s’irrite pas, ne soupçonne pas le mal, et ne se
réjouit pas de l’injustice, mais se réjouit de la vérité, excuse
tout, croit tout, espère tout, supporte tout.
«C’est pourquoi..., si vous n’avez pas la charité, vous
n’êtes rien, car la charité ne périt jamais. C’est pourquoi,
attachez-vous à la charité, qui est ce qu’il y a de plus grand,
car tout succombera;
«Mais la charité est l’amour pur du Christ, et elle subsiste
à jamais; et tout ira bien pour quiconque sera trouvé la
possédant au dernier jour» (Moroni 7:45–47).
Renseignements supplémentaires
Pour plus de renseignements sur l’amour de vos élèves,
voir la leçon 2 du cours Enseigner l’Evangile (pp. 194–197).
AIMEZ VOS ÉLÈVES
2
APPRENEZ à COMPRENDRE
VOS ÉLÈVES
Réfléchissez à la dernière leçon que vous
avez donnée. Pendant que vous la prépariez
et la donniez, à quoi avez-vous pensé?
Au contenu de la leçon? A vos élèves?
En réalité, que saviez-vous de vos élèves?
Si vous ne les connaissiez pas, en quoi le
fait d’en savoir au moins un peu sur chacun
d’eux aurait-il changé votre leçon?
Un consultant de la Prêtrise d’Aaron a dit
ce qui suit:
«Lorsque j’étais le consultant du collège
des diacres, j’ai appris certaines choses au
sujet des garçons de 12–13 ans. Je comprends
les difficultés, les possibilités, les expériences
et les questions que les jeunes gens de
cet âge ont en commun. Je comprends que
chacun d’eux vient juste de recevoir la
prêtrise et qu’il apprend ce que cela signifie
de l’exercer dignement.
«Je connais également personnellement
chaque diacre: ses goûts, ses talents, ses
préoccupations et les circonstances de sa vie
présente.
«En préparant les leçons et en instruisant
les garçons, j’essaie d’enseigner les principes de l’Evangile d’une manière qui soit
en rapport avec leur compréhension et leur
expérience. Pour faire participer un garçon,
je peux poser une question qui associe un
point de la leçon au football. Pour en aider
un autre à participer, je peux raconter une
histoire qui s’est produite lors d’un récent
camp afin de m’aider à illustrer l’application
d’un principe de l’Evangile. En comprenant
ces garçons, je suis plus à même de trouver
comment mettre chaque leçon à leur
niveau.»
Apprenez les caractéristiques et
expériences communes à vos élèves
Bien que chaque personne soit unique,
tous ceux que vous instruisez, qu’ils soient
adultes, jeunes ou enfants, n’en ont pas
moins beaucoup de points communs.
D’abord, chacun d’eux est un enfant de
notre Père céleste. Chacun a un potentiel
divin. Chacun veut se sentir aimé. Chacun
veut sentir le soutien des autres et être
apprécié pour ce qu’il apporte.
En plus de ces caractéristiques communes, vos élèves ont probablement eu des
expériences communes. Par exemple, de
nombreux élèves d’un cours de Doctrine de
l’Evangile sont des parents qui ont acquis
une vaste expérience et une grande compréhension en élevant leurs enfants. Dans les
collèges d’anciens, beaucoup ont fait une
mission à plein temps. Beaucoup de grands
prêtres ont détenu un office de dirigeant
dans la paroisse ou le pieu. Beaucoup de
jeunes gens et de jeunes filles fréquentent la
même école ou le même genre d’école.
Vos élèves auront toujours quelque
chose en commun. Vous devez apprendre
les caractéristiques et les expériences qu’ils
ont en commun et trouver le moyen de
profiter de ces similitudes. Ainsi, vos élèves
trouveront que vos leçons prennent
en compte leurs besoins et leurs centres
d’intérêt. Ils participeront plus pleinement
et en toute confiance.
Pour plus de renseignements sur les
caractéristiques communes aux différents
groupes d’âge, voir Partie C, «Instruire des
groupes d’âge différents» (pp. 107–124).
Faites connaissance avec chacun
de vos élèves
Même si vos élèves ont beaucoup de
points communs, ils n’en viennent pas
moins d’une grande variété de milieux et de
conditions. Il n’y en pas deux qui soient
identiques. Ils ont des capacités et des goûts
différents. Ils ont connu des joies, des
possibilités et des difficultés différentes.
Lorsqu’il était représentant régional,
Neal A. Maxwell a dit:
«Un groupe de personnes, un collège
ou une classe de l’Eglise peut contenir des
gens qui s’ennuient; d’autres font, sans
qu’on s’en rende compte, une réévaluation
douloureuse et cruciale de leur relation
à l’Eglise; d’autres encore ne seront présents
qu’un seul dimanche, basant leur assiduité
et leur attitude à venir sur cette seule expérience à l’église, d’autres enfin ont perdu
leurs idéaux; et il y a encore un bon nombre
de... membres bien informés qui trouvent
33
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
de la joie et de la progression dans une Eglise divine faite de
faibles humains et qui peuvent surmonter leurs déceptions.
«Il est clair que quand on dirige ou instruit de manière
impersonnelle et aveugle... alors qu’il existe une telle diversité d’individus, on n’œuvre pas avec zèle dans son appel de
dirigeant ou d’instructeur. Celui qui dirige et enseigne de
façon approximative et impersonnelle est quelqu’un qui se
considère simplement comme une étape ou une barrière de
péage par laquelle les membres doivent passer. Cette façon
de diriger ne tient pas compte des différentes personnalités
et elle est dénuée de la chaleur humaine qui est si importante» («... A More Excellent Way», 1973, pp. 56–57).
Lorsque vous commencerez à connaître et à comprendre
chaque personne, vous serez plus apte à faire des leçons
qui répondront à leurs besoins personnels. Cette compréhension vous aidera à trouver le moyen d’aider chaque
personne à participer aux discussions et aux autres activités
d’apprentissage (voir «Touchez chacun individuellement»,
pp. 35–36). Vous saurez qui sera capable de répondre à
certaines questions, qui pourra raconter une histoire
ou une expérience personnelle inspirante ou qui a vécu
34
une expérience qui soutient l’objectif de telle ou telle leçon.
Vous pourrez mieux évaluer les réponses données dans
les discussions et adapter vos leçons.
Prise en compte des similitudes et des différences
lors de la préparation de vos leçons
Pensez à la prochaine leçon que vous allez faire. Essayez
de vous imaginer le cadre et chaque personne qui y assistera.
Peut-être pensez-vous à quelqu’un qui s’asseoit chaque
semaine à la même place. D’après ce que vous savez de cette
personne, quel point pourriez-vous décider de souligner
dans la leçon? Quelles expériences a-t-elle eues qui pourraient aider quelqu’un d’autre à mieux comprendre un
principe de l’Evangile? Votre connaissance de ces détails
influencera vos choix lorsque vous préparerez et donnerez
vos leçons. Voilà pourquoi vous devez faire plus que comprendre le contenu de votre leçon; vous devez comprendre
les personnes que vous instruisez en tant qu’enfants de
Dieu, que membres d’un même groupe d’âge et et en tant
qu’individus.
AIMEZ VOS ÉLÈVES
3
TOUCHEZ CHACUN
INDIVIDUELLEMENT
Un coordonnateur du perfectionnement
pédagogique a raconté l’histoire suivante:
«On m’avait demandé d’être l’instructeur
d’un cours pour tous les instructeurs de
l’Ecole du Dimanche. Je savais que j’instruirais des personnes avec des personnalités,
des profils de vie et des besoins très différents.
L’une d’elles était une instructrice expérimentée qui avait souvent travaillé auprès
des jeunes. Une autre instructrice semblait
n’avoir aucune confiance en elle et elle
avait un terrible sentiment d’incompétence.
L’un des frères était gêné de venir parce qu’il
ne connaissait pas beaucoup les Ecritures.
«J’ai pensé que je devais trouver le moyen
de toucher chacun d’entre eux. Avant la
première leçon, j’ai demandé au frère qui
était mal à l’aise pour enseigner les Ecritures
de parler brièvement de l’élaboration d’un
plan personnel d’étude des Ecritures. Cela
m’a donné l’occasion d’avoir un entretien
avec lui hors de la classe et de lui dire que
j’avais confiance en lui. Pendant la leçon,
j’ai encouragé l’instructrice expérimentée à
nous donner quelques-unes de ses idées
sur l’enseignement. Et j’ai saisi l’occasion
pour remercier l’instructrice qui manquait
de confiance en elle de l’humble témoignage
qu’elle avait rendu dans un autre cours
quelques semaines auparavant. Tous les trois
ont très bien réagi.
«Pendant cette leçon, j’ai remarqué une
autre instructrice qui était assise à l’écart. J’ai
décidé de lui parler après le cours et je lui ai
manifesté de l’intérêt et lui ai demandé si
je pouvais l’aider pour une tâche que j’avais
donnée. Chaque semaine, j’ai continué à
chercher des occasions de toucher personnellement chaque élève.
«Au fil du cours, j’ai compris que ce
groupe n’était pas ordinaire. Tous les élèves
participaient aux discussions animées et
racontaient des histoires. Ils semblaient unis
par le même amour. Je m’apercevais que
plus j’essayais de toucher et de servir personnellement chacun d’entre eux, plus ils
étaient disposés à s’écouter et à se parler.
Lorsque j’y repense, je m’aperçois que le
petit effort que j’ai fait pour toucher chacun
individuellement est sans doute ce que j’ai
fait de plus important en tant qu’instructeur
de ce cours. On aurait dit que cela les avait
poussés à en faire autant entre eux.»
Une partie de votre tâche d’instructeur
de l’Evangile est d’aider les élèves à comprendre et à ressentir l’amour de notre Père
céleste pour eux. Cela ne peut pas se faire
qu’avec des mots. Il faut toucher chacun
personnellement, ceux que vous voyez
souvent, ceux que vous voyez de temps en
temps et ceux que vous ne verriez pas si
vous ne faisiez pas d’efforts. Il faut les
toucher, qu’ils soient coopératifs, qu’ils ne
soient pas intéressés ou qu’ils soient
méfiants. Le Seigneur nous a exhortés à
nous rappeler que «les âmes ont une grande
valeur aux yeux de Dieu» (Doctrine et
Alliances 18:10).
Préoccupez-vous de chacun même
lorsque vous êtes en groupe
Même lorsque vous instruisez beaucoup
de personnes en même temps, vous pouvez
vous préoccuper de chacune d’elles. Par
exemple, vous vous préoccupez de chacune
d’elles lorsque vous accueillez chaque élève
chaleureusement au début du cours. Ce
genre de petits gestes peut changer beaucoup
de choses.
Vous vous préoccupez aussi de chacun
lorsque vous faites en sorte que chacun ait
envie de participer et se sente en sécurité.
Pendant la soirée familiale et dans les leçons
de l’Eglise, vous pouvez aider les élèves à
préparer une partie de la leçon. Vous pouvez
prévoir des comptes rendus spéciaux, une
présentation musicale ou des questions
à commenter qui mettront certaines personnes en avant et qui feront appel à leurs
talents. Par exemple, un frère non pratiquant qui a une bonne voix est redevenu
pratiquant dans l’Eglise parce qu’on l’a invité
de temps en temps à chanter dans des
cours et lors d’autres activités de la paroisse.
On touche quelqu’un lorsque l’on prend
en compte sa contribution. On peut faire
un effort particulier pour acquiescer aux
commentaires de chacun et, si possible, les
35
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
intégrer à la discussion de la classe. Il est parfois utile de
reformuler les questions ou les commentaires de quelqu’un
afin que chacun puisse entendre et comprendre.
Autres occasions de s’occuper des gens
Vous devez chercher les moyens de toucher vos élèves.
Ce que vous faites pour les gens en dehors du cadre de la
classe peut changer profondément leur attitude vis-à-vis
de l’étude de l’Evangile. Vous pouvez passer du temps avec
chaque membre de la famille. Vous pouvez faire l’effort
spécial d’aller parler avec les élèves lorsque vous les voyez.
Vous pouvez les encourager et les aider lorsqu’ils ont des
épreuves, vous rappeler les événements importants de leur
vie, passer les voir chez eux et assister aux activités
auxquelles ils participent.
Thomas S. Monson a raconté l’histoire suivante:
«Louis C. Jacobsen... était fils d’une pauvre veuve danoise.
Il était petit de taille, d’apparence chétive et facilement
l’objet des plaisanteries cruelles de ses condisciples. Un matin
de sabbat, à l’Ecole du Dimanche, les enfants se moquèrent
36
de ses pantalons rapiécés et de sa chemise usée. Trop fier
pour pleurer, le petit Louis s’enfuit de la chapelle, s’arrêtant
finalement, haletant, pour s’asseoir et se reposer sur le
trottoir... Une eau claire coulait le long de la rigole à côté du
trottoir où Louis était assis. Il sortit de sa poche un morceau
de papier qui contenait la leçon prévue pour l’Ecole du
Dimanche et fabriqua habilement un bateau de papier qu’il
lança sur l’eau courante. De son cœur blessé sortirent les
mots décidés: ‹Je n’y retournerai jamais.›
«Soudain, à travers les larmes, Louis vit se refléter dans
l’eau l’image d’un grand homme bien habillé. Il leva les
yeux et reconnut George Burbidge, le surintendant de l’Ecole
du Dimanche.
«‹Est-ce que je peux m’asseoir à côté de toi?› demanda ce
brave dirigeant.
«Louis hocha la tête... On façonna plusieurs bateaux
et on les lança au cours de la conversation. Finalement le
dirigeant se leva, et la main du petit garçon serrant la
sienne, ils retournèrent à l’Ecole du Dimanche» (L’Etoile,
octobre 1977, p. 83).
AIMEZ VOS ÉLÈVES
4
AIDE AUX NOUVEAUX MEMBRES
ET AUX NON-PRATIQUANTS
Gordon B. Hinckley a donné le conseil suivant:
«Ce n’est pas une chose facile de devenir membre de cette
Eglise. Dans la plupart des cas, cela implique d’abandonner
de vieilles habitudes, de quitter d’anciens amis et connaissances et d’entrer dans une nouvelle société qui est différente
et quelque peu exigeante.
«Avec ce nombre toujours croissant de convertis, nous
devons faire un effort de plus en plus important pour
les aider à trouver leur voie. Chacun d’eux a besoin de trois
choses: d’un ami, d’une responsabilité et de nourriture,
‹de la bonne parole de Dieu› (Moroni 6:4). Nous avons
l’occasion et le devoir de leur apporter ces choses...
«C’est une tâche qui nous concerne tous. C’est une
tâche pour les instructeurs au foyer et pour les instructrices
visiteuses.
«Maintenant, mes frères, je demande à chacun d’entre
vous d’apporter son aide à cette entreprise. Vos manières
amicales sont nécessaires. Votre sens des responsabilités est
nécessaire» (L’Etoile, juillet 1997, pp. 54, 56).
En qualité d’instructeur de l’Evangile, vous pouvez servir
les personnes qui viennent d’entrer dans l’Eglise ou qui
redeviennent pratiquantes. Vous pouvez suivre l’exhortation
du président Hinckley en vous en faisant des amis, en leur
donnant l’occasion de participer à la leçon et en vous assurant qu’ils sont nourris de la parole de Dieu. Voici quelques
idées pour vous y aider.
«Un ami»
La Première Présidence nous a conseillé d’accueillir
«amicalement les amis de l’Eglise et les nouveaux membres,
en leur témoignant de l’affection». Elle a ajouté: «Cela les
aide à se faire de nouveaux amis et à changer de mode de
vie» («Aide aux nouveaux membres», documentation jointe
à la lettre de la Première Présidence du 15 mai 1977).
Vous pouvez aider les personnes à faire cette transition
en les invitant dans votre classe, en les accueillant, en
les appelant par leur nom quand elles viennent et en les
présentant aux autres élèves.
«Une responsabilité»
prentissage (voir pp. 77–78). Cependant, les nouveaux
membres et les non-pratiquants auront peut-être besoin
d’encouragements pour accepter cette responsabilité. Voici
quelques idées pour les aider à participer aux leçons:
Dans les discussions en classe, posez-leur des questions
auxquelles vous savez qu’ils peuvent répondre.
Encouragez-les à rendre leur témoignage et à dire
comment ils ont appris les vérités de l’Evangile.
Invitez-les à lire à haute voix. Pour leur donner le temps
de se préparer, dites-leur à l’avance le passage d’Ecriture
ou tout autre texte que vous aimeriez qu’ils lisent.
Demandez-leur de faire la prière. Pour ne pas les mettre
mal à l’aise, demandez-le leur à l’avance.
Si vous distribuez des tâches, faites-le à l’avance afin
qu’ils aient suffisamment de temps pour se préparer.
Proposez-leur de les aider s’ils ont des questions.
A mesure que les nouveaux membres et les non-pratiquants participeront à la discussion en classe et à d’autres
activités d’apprentissage, ils comprendront mieux l’Evangile
et s’engageront davantage envers le Seigneur et son Eglise.
Ils vous fortifieront également, vous et les autres élèves.
«Nourrir ‹de la bonne parole de Dieu›»
Les nouveaux convertis et les membres qui reviennent
à l’Eglise ont généralement le vif désir d’apprendre l’Evangile. Vous pouvez les aider à conserver cet enthousiasme et
à accroître leur connaissance de l’Evangile. Voici quelques
idées:
Exprimez votre enthousiasme pour l’Evangile.
Rendez témoignage.
Faites sentir votre amour pour les Ecritures.
Prenez le temps de parler avec eux en dehors du cours,
de vous lier d’amitié avec eux et de vous assurer qu’ils
comprennent bien les principes que vous enseignez.
Parlez-leur des expériences que vous avez eues en vivant
l’Evangile.
Recommandez-leur d’étudier les Ecritures par eux-mêmes.
Dans les classes de l’Eglise, tous les élèves ont la responsabilité de contribuer à créer une ambiance propice à l’ap-
37
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
5
ENSEIGNEMENT POUR
LES HANDICAPÉS
A propos de sa première année d’instructeur du séminaire, Boyd K. Packer a dit:
«Il y avait, dans ma classe, une jeune adolescente qui me dérangeait beaucoup par
son attitude apparemment insolente. Elle ne
voulait pas participer et perturbait constamment le cours. Un jour, je lui ai demandé
de répondre en classe sur un point qui ne
nécessitait pas de préparation. Avec une
certaine impudence, elle a déclaré: ‹Je ne
veux pas.›
«J’ai insisté, mais elle a refusé avec encore
plus d’impudence. J’ai dit quelque chose
de très stupide, à savoir que ‹les élèves qui
ne voulaient pas participer n’auraient ni
diplôme ni félicitations›. Et, entre les dents,
j’ai ajouté: ‹On verra bien. Tu plieras ou
sinon...›
«Quelques semaines plus tard, lors d’un
entretien parents-enseignant, sa mère a dit
de cette élève qu’elle était timide, effacée
et qu’elle hésitait à participer. Une conduite
timide et effacée ne m’aurait pas gêné;
c’étaient son impudence et son insolence
qui me déplaisaient.
«Heureusement, avant que je ne puisse
décrire son impudence à sa mère, celle-ci
a ajouté: ‹C’est à cause de son défaut de
prononciation.›
«Surpris, j’ai demandé quel était le problème. La mère a répondu: ‹Ah, vous n’avez
pas remarqué?› Non, je n’avais pas remarqué! ‹Elle fait tout ce qu’elle peut pour
ne pas participer aux activités de groupe.›
‹Elle est tellement gênée de son défaut de
prononciation.›
«Après cet entretien, je m’en suis beaucoup voulu. J’aurais dû deviner qu’il devait
y avoir une raison à son comportement. J’ai
passé cette année-là à faire en sorte que
mon repentir soit complet. J’ai discuté avec
cette jeune fille et je l’ai amenée à s’ex-
38
primer. ‹Nous allons résoudre cela
ensemble›, lui ai-je dit.
«Avant la fin de l’année, elle répondait en
classe et participait souvent, avec l’aide et
la coopération des autres élèves» (Teach Ye
Diligently, édition révisée, 1991, pp. 92–93).
Pendant son ministère terrestre, le
Sauveur a fait preuve d’une grande compassion envers les personnes qui avaient des
infirmités physiques et mentales. Il leur a
apporté de l’espoir, de la compréhension et
de l’amour. Lorsque vous instruisez ces
personnes, vous devez suivre son exemple.
Essayez de ne pas éprouver de gêne à propos
de leur infirmité. Acceptez le fait que chacun est différent d’une manière ou d’une
autre.
Avec amour et tact, vous pouvez aider les
élèves handicapés à participer aux leçons.
Vous devrez peut-être travailler auprès de
vos autres élèves pour les aider à comprendre
et à accepter les handicapés.
Vous trouverez ci-après la description
de diverses sortes de handicaps et des
moyens d’aider les élèves qui sont dans
cette situation.
Problèmes auditifs
Les problèmes auditifs peuvent aller
d’une légère perte auditive jusqu’à la surdité
complète. Certaines personnes entendent
suffisamment bien pour comprendre ce qui
se dit grâce à une prothèse auditive tandis
que d’autres doivent recourir au langage par
signes ou à la lecture sur les lèvres pour
comprendre.
Lorsque vous vous rendez compte qu’un
élève a un problème auditif, soyez particulièrement attentif et sensible à ses besoins.
Si nécessaire, ayez un entretien avec
l’élève concerné pour trouver la place qui
lui convient le mieux dans la salle de classe
pour qu’il puisse suivre les discussions et
les activités. Il est peut-être important pour
cet élève qu’il soit assis à un endroit où il
peut facilement vous voir lorsque vous
parlez. Il peut préférer s’asseoir d’un côté
de la salle plutôt que de l’autre. Analysez
ces possibilités dans l’intention d’aider la
personne et de lui prouver votre amitié
d’une manière qui montre votre désir
de la voir participer au cours.
Difficultés d’élocution
Les difficultés d’élocution sont un obstacle à la participation et à la communication.
AIMEZ VOS ÉLÈVES
Elles peuvent être légères ou importantes et se manifester
à n’importe quel âge. Les personnes qui en sont atteintes
risquent de ne pas bien comprendre ce qui est dit ou écrit.
Elles ont des difficultés à prononcer des mots ou des phrases
pour exprimer leurs idées. Certaines personnes qui ont des
difficultés d’élocution essaient de les dissimuler tandis que
d’autres, surtout les enfants, n’en sont pas conscientes.
Si vous pensez qu’un membre de la classe a peut-être
ce problème, évitez de lui demander de venir prendre la
parole devant la classe. Faites preuve d’une attention supplémentaire à son égard et renseignez-vous sur ses capacités
d’apprendre. Vous pourriez préparer des activités d’apprentissage qui aideront la personne à participer sans être
embarrassée, par exemple, à des discussions en groupes au
cours desquelles la personne travaille avec des élèves qui
sont particulièrement gentils ou patients. Lorsque vous
connaissez mieux la personne et que vous la voyez prendre
de l’assurance, cherchez d’autres façons de la faire participer
au cours. Aidez-la à découvrir les mesures qu’elle est
disposée à prendre pour se sentir plus à l’aise pour s’exprimer.
Handicaps mentaux
Une personne handicapée mentale risque d’avoir moins
de facilités pour communiquer, vivre en groupe, étudier,
travailler ou être indépendante. Certaines d’entre elles ont
besoin d’aide dans presque tous les aspects de la vie tandis
que d’autres n’ont besoin d’aide que dans certains
domaines précis.
Soyez plein de tact et amical envers un élève qui a un
handicap mental. Parlez-lui normalement de choses normales. Invitez-le à participer au cours d’une manière qui le
met à l’aise. Vous pouvez aider la personne à se préparer.
De temps en temps, vous pouvez également diviser la classe
en petits groupes ou en équipes de deux où l’élève handicapé
peut faire équipe avec d’autres élèves patients et serviables.
Difficultés de lecture
Certaines personnes ont du mal à lire. Elles sont dyslexiques ou ont un autre handicap. Elles peuvent avoir
des difficultés à lire une langue qui n’est pas la leur. Elles
peuvent avoir une mauvaise vue ou peut-être simplement
ne pas avoir l’habitude de lire.
Lorsque vous constatez qu’un élève à cette difficulté,
veillez particulièrement à la manière dont vous lui demanderez de participer au cours. Ne l’embarrassez pas en lui
demandant de lire à haute voix s’il ne s’est pas porté volon-
taire. Cherchez à mieux connaître cette personne. Informezvous de ses capacités et de sa volonté de lire. Si quelqu’un
est disposé à lire mais a besoin de temps pour se préparer,
vous pouvez l’aider à se préparer à lire certains passages des
leçons à venir. Dans d’autres cas, vous pouvez rechercher
des moyens de le faire participer sans lui demander de lire.
Discutez de ces possibilités avec lui. Efforcez-vous de
trouver le meilleur moyen de le faire participer en classe.
Problèmes de vision
Les problèmes visuels peuvent aller d’une légère perte
d’acuité visuelle à la cécité totale. Certaines personnes
atteintes de problèmes visuels ont une vision suffisante si
elles sont assises à l’avant de la salle de classe ou si elles
portent des lunettes. D’autres ont besoin d’entendre le
cours ou de l’avoir en Braille pour apprendre. Aidez les
personnes qui ont des problèmes visuels à s’asseoir là où
elles peuvent apprendre et participer au cours le plus
efficacement. Parlez-leur amicalement de leurs besoins et
de ce que vous pouvez faire pour les aider.
Renseignements supplémentaires
Les renseignements ci-dessus ne sont qu’un bref résumé.
Si vous constatez un problème chez un élève, discutez avec
lui ou avec les membres de sa famille ou avec ses amis de
la façon dont vous pouvez l’aider. Liez-vous d’amitié avec
lui. Vous devrez peut-être aussi en parler avec les dirigeants.
Demandez à l’Esprit de vous montrer comment aider la
personne à réussir et à trouver de la joie dans votre cours.
Pour plus de renseignements sur l’aide à apporter aux
membres handicapés, voir pages 310–314 de «Comment
enseigner et diriger dans l’Eglise», dans le Manuel d’instructions de l’Eglise.
Documentation pour les membres handicapés
La documentation destinée aux membres handicapés
figure dans le Catalogue.
Les questions relatives à la documentation pour les
membres handicapés doivent être envoyées à l’adresse
suivante:
Members with Disabilities
Floor 24
50 East North Temple Street
Salt Lake City, UT 84150-3200
USA
Téléphone: 1-801-240-2477
39
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
ENSEIGNEZ SELON L’ESPRIT
Si nous avons l’Esprit du Seigneur pour guide, nous pouvons instruire n’importe
qui, quel que soit son niveau d’instruction, où que ce soit sur la terre.
Le Seigneur en connaît plus que n’importe qui d’entre nous, et si nous sommes ses
serviteurs, agissant selon son Esprit, il peut proposer son message de salut
à tout le monde sans exception.
Dallin H. Oaks
E N S E IG N E Z S E LO N L’ E S P R I T
le Seigneur. Vous êtes un instrument, non
pas l’instructeur. C’est le Seigneur qui
connaît les besoins de ceux que l’on instruit.
C’est lui qui peut laisser une impression
dans le cœur et le faire changer» (discours
adressé aux instructeurs de religion,
1er septembre 1989).
6
L’ESPRIT EST LE VÉRITABLE
INSTRUCTEUR
«Lorsqu’un homme parle par le pouvoir
du Saint-Esprit, le pouvoir du Saint-Esprit
porte ses paroles dans le cœur des enfants
des hommes» (2 Néphi 33:1). Aucun instructeur mortel, si instruit ou expérimenté
soit-il, ne peut apporter les bénédictions du
témoignage et de la conversion à quelqu’un
d’autre. C’est la fonction du Saint-Esprit
de permettre aux hommes d’acquérir la
connaissance de la véracité de l’Evangile.
Les gens viennent à savoir que l’Evangile est
vrai par le pouvoir du Saint-Esprit (voir
Moroni 10:5; Doctrine et Alliances 50:13–14).
L’impression du Saint-Esprit
sur l’âme de quelqu’un qui
entend la parole de Dieu est
«la puissance de Dieu pour
convaincre les hommes»
(Doctrine et Alliances
11:21). Joseph Fielding
Smith a déclaré:
«L’Esprit de Dieu parlant
à l’esprit de l’homme a la
puissance de communiquer
la vérité avec un plus grand
effet et une plus grande
intelligence que cela pourrait se faire par le contact
personnel, même avec des
êtres célestes. Grâce au
Saint-Esprit, la vérité est
assimilée dans les fibres et
les tissus mêmes du corps
de sorte qu’on ne peut
l’oublier» (Doctrine du
salut, compilation de Bruce
R. McConkie, 3 volumes,
1954–1956, 1:53).
Rôle de l’Esprit dans l’enseignement
de l’Evangile
Lorsque nous enseignons l’Evangile, nous
devons reconnaître humblement que c’est
le Saint-Esprit qui est le véritable instructeur.
Notre rôle est d’être un instrument par
lequel le Saint-Esprit peut enseigner, témoigner, réconforter et inspirer. Nous devons
donc devenir dignes de recevoir l’Esprit
(voir «Recherchez l’Esprit», p. 13). Nous
devons prier pour avoir la direction de
l’Esprit lorsque nous préparons nos leçons
et lorsque nous enseignons (voir «Reconnaissez et suivez le Saint-Esprit dans votre
enseignement», pp. 47–48). Nous devons
faire tout notre possible pour créer une
ambiance dans laquelle les élèves pourront
ressentir l’influence de l’Esprit (voir
«Favorisez la présence de l’Esprit lorsque
vous enseignez», pp. 45–46).
Gene R. Cook, des soixante-dix, a donné
le conseil suivant: «Qui assure l’enseignement? C’est le Saint-Esprit. Gardez-vous de
croire que c’est vous le véritable instructeur.
C’est une erreur grave... Veillez à ne pas lui
faire obstacle. Le rôle principal de l’instructeur est de préparer la voie pour que les
élèves aient une expérience spirituelle avec
Soyez en toute humilité un instrument
entre les mains du Seigneur
Il peut nous arriver d’être tentés de penser que les gens ne se rapprochent de notre
Père céleste que grâce à nos efforts. Nous
pouvons penser que c’est notre pouvoir de
persuasion qui les convainc de la vérité.
Nous pouvons également croire que c’est
par notre éloquence et notre connaissance
d’un principe particulier de l’Evangile qu’ils
sont inspirés et édifiés. Si nous nous mettons à croire cela, nous «faisons obstacle»
au pouvoir de conviction du Saint-Esprit.
Nous devons toujours nous rappeler que le
Seigneur nous a commandé d’annoncer de
bonnes nouvelles en toute humilité, plaçant
notre confiance en lui (voir Doctrine et
Alliances 19:29–30).
Si vous vous préparez spirituellement et
reconnaissez la part du Seigneur dans votre
enseignement, vous deviendrez un instrument entre ses mains. Le Saint-Esprit
magnifiera vos paroles en leur donnant du
pouvoir.
Richard G. Scott, du Collège des Douze,
a enseigné la différence entre une personne
humble qui laisse le Saint-Esprit enseigner
et un instructeur orgueilleux qui ne compte
que sur lui même:
«Il y a plusieurs années, j’avais, au
Mexique et en Amérique centrale, une tâche
semblable à celle de président d’interrégion.
«Un dimanche..., j’assistais à la réunion
de la prêtrise d’une branche où un humble
dirigeant de la prêtrise mexicain sans instruction s’efforçait de transmettre les vérités
de l’Evangile. On voyait bien à quel point
elles avaient influencé sa vie. J’ai remarqué
son désir intense de transmettre ces principes. Il a témoigné qu’ils étaient d’une
grande valeur pour les frères qu’il aimait. Il
lisait le manuel de leçons et pourtant ce qui
émanait de lui, c’était l’amour pur pour le
Sauveur et ceux qu’il instruisait. Cet amour,
cette sincérité et cette pureté d’intention
ont permis à l’influence du Saint-Esprit d’être
présente dans toute la salle...
41
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
«Par la suite, j’ai assisté à la classe de
l’Ecole du Dimanche de la paroisse que
fréquentait ma famille. Un professeur d’université très instruit et très cultivé donnait la
leçon. Le contraste était frappant. On aurait
dit que l’instructeur avait choisi intentionnellement des références inconnues et
des exemples inhabituels pour traiter de son
sujet: la vie de Joseph Smith. J’ai eu l’impression nette qu’il profitait de cette occasion
d’enseigner pour faire étalage de sa grande
connaissance devant la classe... Il ne
semblait pas aussi résolu à communiquer
des principes que l’humble dirigeant de la
prêtrise...
«... L’humilité du dirigeant de la prêtrise
mexicain était la condition nécessaire pour
qu’il serve d’instrument pour communiquer
spirituellement la vérité» (Helping Others
to Be Spiritually Led, discours adressé
aux instructeurs de religion, 11 août 1998,
pp. 10–12).
Renseignements supplémentaires
Pour plus de renseignements sur la
manière d’enseigner selon l’Esprit, voir la
leçon 3 du cours Enseigner l’Evangile
(pp. 198–202).
42
E N S E IG N E Z S E LO N L’ E S P R I T
7
UN ENSEIGNEMENT ACCOMPAGNÉ
DE TÉMOIGNAGES
Bruce R. McConkie a déclaré: «Le pouvoir
de conviction et de conversion de l’enseignement de l’Evangile s’exprime à son maximum
lorsqu’un instructeur inspiré dit: ‹Je sais par
le pouvoir du Saint-Esprit, par les révélations
du Saint-Esprit à mon âme, que la doctrine
que j’ai enseignée est vraie›» (The Promised
Messiah, 1978, pp. 516–517).
Brigham Young a appris cette vérité avant
de recevoir le baptême dans l’Eglise. Le
témoignage d’un humble missionnaire l’a
aidé à ressentir le pouvoir de conversion du
Saint-Esprit. Il a raconté plus tard: «Lorsque
j’ai vu un homme sans éloquence ni talent
pour parler en public ne pouvant rien dire
d’autre que: ‹Je sais, par la puissance du
Saint-Esprit, que le Livre de Mormon est
vrai, que Joseph Smith est un prophète du
Seigneur›, le Saint-Esprit qui émanait de cet
homme a éclairé mon intelligence. J’avais
devant moi la lumière, la gloire et l’immortalité» (dans Journal of Discourses, 1:88).
Le président Young s’est rappelé la puissance du témoignage dans ses débuts dans
l’œuvre missionnaire. Il a dit: «Je venais
à peine de me mettre en chemin pour
témoigner aux gens, lorsque j’ai appris cette
leçon: que l’on peut prouver la doctrine à
partir de la Bible jusqu’au jour du jugement
dernier et que cela ne fera que convaincre
les gens, mais ne les convertira pas. On
peut lire la Bible de la Genèse jusqu’à l’Apocalypse et prouver chaque parole que l’on
profère, mais cela tout seul n’aura aucun
pouvoir de convertir. Il n’y a que le témoignage par la puissance du Saint-Esprit qui
apporte la lumière et la connaissance et qui
conduise au repentir: rien d’autre n’y
suffira» (dans Journal of Discourses, 5:327).
Qu’est-ce qu’un témoignage?
Il est important de comprendre ce qu’est
un témoignage et ce qu’il n’est pas. Premièrement, ce n’est pas une exhortation,
un appel au repentir, un récit de voyage,
un sermon ou une instruction. C’est une
déclaration de foi simple et directe: un
sentiment, une assurance, une conviction.
Il s’énonce généralement à la première
personne, Je, suivi d’un verbe fort exprimant la foi, par exemple «je sais que...»,
«je témoigne que...», «je rends témoignage
que...», ou «j’ai la ferme assurance que...».
Vous avez probablement entendu les
témoins spéciaux de Jésus-Christ utiliser les
mots suivants: «Je vous témoigne que...»
ou «Je rends témoignage que...». Le témoignage est souvent plus puissant s’il est
court, concis et direct.
Analysez les exemples suivants tirés des
Ecritures. Remarquez que ces témoignages
figurent dans le contexte d’autres messages:
au début, au milieu ou à la fin.
«Voici le témoignage, le dernier de tous,
que nous rendons de lui: qu’il vit! Car nous
le vîmes, et ce, à la droite de Dieu; et nous
entendîmes la voix rendre témoignage
qu’il est le Fils unique du Père; que par lui,
à travers lui et en lui, les mondes sont et
furent créés, et que les habitants en sont des
fils et des filles engendrés pour Dieu»
(Doctrine et Alliances 76:22–24).
«Je sais par moi-même que tout ce que je
vais vous dire concernant ce qui est à venir
est vrai; et je vous dis que je sais que JésusChrist viendra, oui, le Fils unique du Père,
plein de grâce, de miséricorde, et de vérité»
(Alma 5:48).
«Et maintenant, voici, je vais vous témoigner par moi-même que ces choses sont vraies.
Voici, je vous dis que je sais que le Christ
viendra parmi les enfants des hommes pour
43
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
prendre sur lui les transgressions de son peuple, et qu’il
expiera les péchés du monde, car le Seigneur Dieu l’a dit»
(Alma 34:8).
«Car je sais que quiconque place sa confiance en Dieu
sera soutenu dans ses épreuves, et ses difficultés, et ses
afflictions, et sera exalté au dernier jour» (Alma 36:3).
On trouve d’autres exemples dans Jacob 7:12, Alma 7:8
et 36:30 et Joseph Smith, Histoire 25.
Le témoignage doit faire partie intégrante
de votre enseignement
Pour pouvoir enseigner avec le pouvoir de conviction et
de convertion du Saint-Esprit, vous devez avoir le témoignage de ce que vous enseignez. David O McKay a dit: «Vous
avez le devoir d’enseigner que Jésus-Christ est le Rédempteur du monde, que Joseph Smith était un prophète de
Dieu et que, dans cette dernière dispensation, Dieu le Père
et son Fils lui sont apparus en personne. Le croyez-vous?
Ce témoignage rayonne-t-il de vous? ... Dans ce cas, ce
rayonnement va donner vie aux personnes que vous allez
instruire. Sinon, il y aura un vide, une absence de cet environnement spirituel dans lequel les saints progressent...
Vous ne pouvez enseigner efficacement que ce que vous
ressentez personnellement» (Gospel Ideals, 1953, p. 190).
Vous pouvez obtenir un témoignage et continuer de
l’affermir (1) en étudiant les Ecritures et les enseignements
des prophètes des derniers jours, (2) en priant, (3) en
jeûnant, (4) en obéissant aux commandements de Dieu.
Vous verrez également que votre témoignage devient
plus solide si vous continuez de le rendre.
Chaque fois que vous vous préparez à faire une leçon,
priez pour que l’Esprit vous aide à savoir quand exprimer
vos sentiments les plus sacrés. Vous pouvez être poussé
à rendre plusieurs fois témoignage dans une leçon, pas
seulement à la fin.
44
Un témoignage incite les autres
à rendre témoignage
Lorsque vous rendez témoignage en paroles et en actes,
vous contribuez à amener d’autres personnes à affermir leur
témoignage. Un missionnaire à plein temps a écrit la lettre
suivante à un homme qui avait été son instructeur pendant
l’année qui a précédé son départ en mission:
«Je sais que vous ne recherchez ni les louanges, ni les
honneurs ni les félicitations, mais j’espère que vous me permettrez de vous remercier du fond du cœur pour notre cours
où nous avons étudié le Livre de Mormon. Je me rappelle
que vous avez témoigné souvent que même si certaines
personnes rejettent le Livre de Mormon parce qu’elles le
trouvent mal écrit et plein d’idées de peu de valeur, le Livre
de Mormon a une beauté intrinsèque et une profondeur
sans égale. J’en suis arrivé, dans la classe et par mon étude
personnelle, à aimer ce livre. Je me rappelle m’être trouvé
à votre cours à attendre que vous témoigniez d’une vérité
simple. Je me rappelle que quand nous avons étudié le
chapitre 32 d’Alma, vous avez témoigné que la semence de
la vérité peut croître en chacun de nous. Lorsque vous
avez rendu témoignage, vous avez permis à l’Esprit de me
témoigner de la véracité de ce principe.
«Voici maintenant un mois que je suis en mission et j’ai
le témoignage fervent du Livre de Mormon. Je n’ai pas
simplement reçu une réserve spirituelle qui va se disperser
et disparaître. Vous m’avez conduit jusqu’à l’arbre de vie.
Comme Léhi, vous ne vouliez rien d’autre qu’aider votre
prochain à prendre de son fruit. C’est ce qui m’a tellement
touché; j’ai pu voir les bénédictions du fruit dans votre vie.»
E N S E IG N E Z S E LO N L’ E S P R I T
Enseignez à partir des Ecritures et
des paroles des prophètes modernes
8
FAVORISEZ LA PRÉSENCE
DE L’ESPRIT LORSQUE
VOUS ENSEIGNEZ
En qualité d’instructeur, vous pouvez
créer une ambiance dans laquelle l’Esprit
est invité à soutenir votre enseignement.
Il peut alors témoigner de la véracité des
principes que vous enseignez. Les idées
suivantes vous aideront à l’inviter lorsque
vous enseignez.
Les enseignements contenus dans les
Ecritures et les paroles des prophètes
modernes ont le grand pouvoir de nous
aider à ressentir l’influence de l’Esprit (voir
«La puissance de la Parole», pp. 50–51).
Le Seigneur a dit:
«Ces paroles ne sont ni des hommes ni
de l’homme, mais de moi; c’est pourquoi
vous témoignerez qu’elles sont de moi et
non de l’homme.
«Car c’est ma voix qui vous les dit; car
elles vous sont données par mon Esprit; et
par ma puissance, vous pouvez vous les lire
les uns aux autres; et si ce n’était pas par
ma puissance, vous ne pourriez pas les avoir.
«C’est pourquoi, vous pouvez témoigner
que vous avez entendu ma voix et que
vous connaissez mes paroles» (Doctrine et
Alliances 18:34–36).
Priez
Le Seigneur a dit: «Prie toujours, et je
déverserai mon Esprit sur toi, et grande sera
ta bénédiction, oui, plus grande encore
que si tu obtenais les trésors de la terre et
la corruptibilité qui les accompagne»
(Doctrine et Alliances 19:39). La prière
encourage le recueillement et nous aide à
nous préparer à apprendre l’Evangile. Vos
élèves devraient faire la prière à tour de rôle
au début et à la fin de la leçon. Dans leur
prière, ils peuvent demander à être guidés
par l’Esprit pendant la leçon et lorsqu’ils
appliqueront les vérités qu’ils ont apprises.
Lorsque vous enseignez, priez intérieurement pour que l’Esprit vous guide, pour
qu’il ouvre le cœur de ceux qui vous écoutent et pour qu’il témoigne et inspire. Vous
pouvez demander de temps en temps aux
élèves de prier intérieurement pour vous,
l’instructeur, et pour eux-mêmes et les
autres personnes qui s’efforcent d’apprendre
(voir 3 Néphi 20:1).
Si vous instruisez de jeunes enfants, vous
pouvez beaucoup les aider à se recueillir lorsqu’ils se préparent à la prière. Vous pouvez
leur rappeler qu’ils doivent rester tranquillement assis. Vous pouvez croiser les bras pour
montrer l’exemple. Vous pouvez leur enseigner le langage de la prière. Jusqu’à ce qu’ils
apprennent à utiliser leurs propres paroles,
vous pouvez leur souffler les mots de la
prière. Vous pouvez remercier les enfants de
leur prière et commenter brièvement et avec
tact ce qu’ils ont dit.
Rendez témoignage
Lorsque vous rendez témoignage des
principes que vous enseignez, l’Esprit peut
témoigner à chaque personne de la véracité
de vos paroles (voir «Un enseignement
accompagné de témoignages», pp. 43–44).
Témoignez chaque fois que l’Esprit vous
incite à le faire, et non pas seulement à la fin
de chaque leçon. Donnez à vos élèves
l’occasion de rendre témoignage.
Parlez de vos expériences
Notre témoignage est souvent affermi
par les expériences que nous avons.
Peut-être avez-vous eu une expérience qui
a renforcé votre témoignage que notre
Père céleste répond à nos prières. Peut-être
avez-vous été béni pour votre obéissance
à un certain commandement. Lorsque vous
parlez de ces expériences, vous êtes un
témoin vivant des vérités de l’Evangile et
l’Esprit peut rendre témoignage aux autres
que ce que vous dites est vrai. Outre le fait
de parler de vos expériences, vous devez
encourager vos élèves à parler des leurs,
s’ils se sentent à l’aise pour le faire (voir
«Histoires», pp. 169–172).
Servez-vous de la musique
La musique nous permet d’exprimer des
sentiments spirituels que nous pouvons
avoir du mal à exprimer en paroles. Boyd
K. Packer a déclaré que nous pouvons
45
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
ressentir et apprendre très rapidement par la musique
des choses spirituelles que nous apprendrions sinon très
lentement (voir «The Arts and the Spirit of the Lord»,
Ensign, août 1976, p. 61).
Les cantiques de l’Eglise et les chants de la Primaire
enseignent les principes de l’Evangile. Vous pouvez les
utiliser dans presque toutes les leçons pour introduire ou
résumer une idée. Les chants de la Primaire permettent
aux enfants de rendre témoignage avec beauté et simplicité
(voir «Musique», pp. 177–179).
Pour trouver des idées sur l’utilisation de la musique
sacrée dans les réunions de l’Eglise, au foyer et dans votre
vie personnelle, lisez la préface du recueil de cantiques
(voir Cantiques, pp. vii-ix).
46
Exprimez votre amour pour le Sauveur
et pour les autres
Vous pouvez exprimer votre amour pour vos élèves
en les écoutant attentivement et en vous intéressant sincèrement à leur vie. L’amour chrétien a le pouvoir d’adoucir le
cœur et d’aider les gens à être réceptifs aux chuchotements
de l’Esprit (voir «L’amour adoucit le cœur», pp. 31–32).
Renseignements supplémentaires
Pour plus de renseignements sur la manière d’enseigner
selon l’Esprit, voyez la leçon 3 du cours Enseigner l’Evangile
(pp. 198–202).
E N S E IG N E Z S E LO N L’ E S P R I T
9
RECONNAISSEZ ET SUIVEZ LE SAINT-ESPRIT
DANS VOTRE ENSEIGNEMENT
Si vous vous êtes préparé correctement, le
Saint-Esprit va vous éclairer et vous guider
lorsque vous enseignerez. Vous pouvez
recevoir des impressions concernant ceux
que vous instruisez, ce que vous devriez
souligner lorsque vous les instruisez, et la
manière dont vous pouvez les instruire
le plus efficacement. Vos efforts diligents
seront magnifiés si vous obéissez humblement aux chuchotements de l’Esprit.
Vous pourrez également aider ceux que
vous instruisez à reconnaître l’influence
de l’Esprit. Vous serez prêt à connaître
l’accomplissement des paroles du Seigneur:
«C’est pourquoi, celui qui prêche et celui
qui reçoit se comprennent, et tous deux
sont édifiés et se réjouissent ensemble»
(Doctrine et Alliances 50:22).
Reconnaissez l’Esprit
Dallin H. Oaks a enseigné:
«Nous devons savoir que le Seigneur
s’adresse à nous par l’intermédiaire de
l’Esprit au moment qui lui semble bon et à
sa manière... Nous ne pouvons pas forcer
les choses spirituelles.
«Dans la plupart des cas, ‹sa manière›
n’est pas un coup de tonnerre ou une
lumière aveuglante, mais ce que les Ecritures
appellent ‹un murmure doux et léger›
(1 Rois 19:12; 1 Néphi 17:45; Doctrine et
Alliances 85:6) ... Nous devons savoir que
le Seigneur élève rarement la voix. Ses
messages nous parviennent presque toujours dans un murmure» («Teaching and
Learning by the Spirit», Ensign, mars 1997,
pp. 10–12).
Lorsque le Seigneur s’adresse à nous par
l’Esprit, il peut faire en sorte que notre
sein brûle de temps en temps au-dedans
de nous (voir Doctrine et Alliances 9:8).
Cette chaleur, a expliqué frère Oaks, signifie
sûrement un sentiment de réconfort et
de sérénité» («Enseigner et apprendre selon
l’Esprit», L’Etoile, mai 1999, pp. 20–21).
Le plus souvent nous nous sentons éclairés,
joyeux et paisibles (voir Romains 15:13;
Galates 5:22–23; Doctrine et Alliances
6:23;11:13).
Howard W. Hunter a expliqué comment
discerner les diverses manifestations de
l’Esprit:
«Je suis inquiet lorsqu’il me semble que
l’on prend une émotion vive ou des larmes
abondantes pour la présence de l’Esprit.
Il est certain que l’Esprit du Seigneur peut
apporter de vives émotions et même des
larmes, mais cette manifestation extérieure
ne doit pas être confondue avec la présence
de l’Esprit.
«Au fil des années, j’ai observé un
grand nombre de mes frères et nous avons
ensemble été témoins d’expériences spirituelles rares et ineffables. Ces expériences
ont toutes été différentes et chacune importante à sa manière et il peut arriver, mais
pas toujours, que ces instants sacrés soient
accompagnés de larmes. C’est très souvent
le cas, mais parfois ils s’accompagnent
d’un silence total, à d’autres moments ils
s’accompagnent de joie, mais toujours
d’une grande manifestation de la vérité, et
de la révélation personnelle.
«Ecoutez pour recevoir la vérité, faites
attention à la doctrine et laissez l’Esprit se
manifester sous ses formes multiples et
diverses. Cantonnez-vous à des principes
solides; enseignez d’un cœur pur. Alors
l’Esprit pénétrera votre esprit et votre cœur
ainsi que ceux de tous vos élèves» (Eternal
Investments, discours adressé aux instructeurs de religion, 10 février 1989, p. 3).
47
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
L’Esprit peut vous guider dans votre préparation
à l’enseignement
Tandis que vous vous préparez à enseigner, dans un esprit
de prière, que vous étudiez les Ecritures et même tandis que
vous accomplissez vos tâches quotidiennes, ouvrez votre
esprit et votre cœur aux directives venant du Seigneur. Vous
recevrez peut-être «des inspirations soudaines» venant de
l’Esprit (Enseignements du prophète Joseph Smith, p. 118). Vous
pouvez être amené à souligner certains principes. Vous
pouvez découvrir la meilleure façon de présenter certaines
idées. Vous pouvez découvrir des exemples, des leçons de
choses et des histoires inspirantes dans les activités simples
de la vie (voir «On trouve partout des leçons», pp. 22–23).
Vous pouvez vous sentir poussé à inviter telle ou telle personne à la leçon. Vous pouvez vous rappeler une expérience
personnelle à raconter. Ecrivez ces idées et donnez-leur
suite en vous aidant de la prière.
C. Max Caldwell a raconté l’histoire suivante: «Il y a
quelques années, je me préparais à instruire une classe sur
un sujet que je croyais devoir être particulièrement difficile.
La veille au voir, j’ai prié pour être guidé et je me suis
couché, l’esprit encore troublé. A mon réveil, une pensée
m’occupait l’esprit et j’en ai fait part à mes élèves plus tard
dans la matinée. Après le cours, un jeune homme m’a parlé
en privé et m’a dit: ‹C’est à moi que s’adressait cette leçon.
Je sais maintenant ce que je dois faire.› Par la suite, j’ai appris
qu’il était venu à ce cours pour reprendre contact avec
l’Eglise pour la première fois depuis de nombreuses années.
Il a ensuite fait le nécessaire pour mettre sa vie en ordre,
puis il a accompli une mission honorable. Il connaît actuellement le bonheur associé au respect d’alliances familiales
éternelles» (L’Etoile, janvier 1993, p. 34).
L’Esprit peut vous guider pendant que
vous enseignez
En général, vous enseignez selon l’Esprit lorsque vous
suivez ce que vous avez préparé en priant et en méditant.
En outre, l’Esprit peut parfois vous suggérer des idées
pendant que vous enseignez. Comme le Seigneur l’a promis,
48
«ce que vous devrez dire vous sera donné sur l’heure, oui,
au moment même» (D&A 100:6). Vous pouvez de temps
en temps vous sentir poussé à ne pas inclure quelque chose
dans votre leçon ou à y ajouter quelque chose que vous
n’avez pas préparé. Vous pouvez vous sentir poussé à rendre
témoignage ou à inviter d’autres personnes à le faire. Lorsque
les élèves posent des questions, vous pouvez vous sentir
incité à laisser de côté ce que vous avez préparé et à discuter
de ces questions en profondeur. Assurez-vous que ces inspirations viennent de l’Esprit et pas seulement des questions
de vos élèves. Suivez humblement ce que vous ressentez.
Laissez l’Esprit travailler par votre intermédiaire afin qu’il
touche le cœur de vos élèves.
Vous pouvez aider les autres à reconnaître l’Esprit
En connaissant mieux la voix de l’Esprit, vous pourrez
aider vos élèves à reconnaître son influence. Richard G.
Scott a dit: «Si vous ne faites rien d’autre dans votre relation
avec vos élèves que de les aider à reconnaître et à suivre les
murmures de l’Esprit, vous serez une source de bénédictions
immenses et éternelles dans leur vie» (Helping Others to Be
Spiritually Led, discours adressé aux instructeurs de religion,
11 août 1998, p. 3).
Kristi, huit ans, assistait à une réunion missionnaire
spéciale avec son père. Dans le cadre de cette réunion, son
père a montré des images de Jésus-Christ et a rendu témoignage du Sauveur. Après la réunion, elle s’est tournée vers
son père et a dit: «J’ai envie de pleurer.» Son père a compris
qu’elle ressentait l’influence de l’Esprit. Il s’est agenouillé,
l’a serrée dans ses bras et lui a dit que ces sentiments tendres
étaient les chuchotements du Saint-Esprit, qui l’aidait à
savoir que ce qu’elle avait entendu ce soir-là était la vérité.
Il lui a rendu témoignage qu’elle pourrait toujours savoir
lorsque quelque chose était vrai en retrouvant le même
sentiment agréable que celui qu’elle avait alors.
Saisissez toutes les occasions d’aider les autres à reconnaître la paix et la joie que l’on éprouve lorsqu’on obéit
à la voix douce du Saint-Esprit, et à en être reconnaissants.
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
ENSEIGNEZ LA DOCTRINE
Je ne peux pas vous sauver; vous ne pouvez pas me sauver; nous ne pouvons nous
sauver les uns les autres que dans la mesure où nous pouvons nous persuader
mutuellement de recevoir la vérité, en l’enseignant. Quand un homme accepte
la vérité, elle le sauve. Il n’est pas simplement sauvé parce que quelqu’un la lui
a enseignée, mais parce qu’il l’a acceptée et a agi en conséquence.
Joseph F. Smith
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
10
LA PUISSANCE
DE LA PAROLE
A la fin de ses quatorze
années de mission auprès
des Lamanites, Ammon
s’est écrié: «Voici, combien
de milliers de nos frères
n’a-t-il pas déliés des
souffrances de l’enfer; et ils
sont amenés à chanter
l’amour rédempteur, et cela
à cause du pouvoir de
sa parole qui est en nous»
(Alma 26:13).
Lorsqu’Alma, grand prêtre néphite,
apprit que le peuple appelé zoramite s’était
séparé des Néphites et se livrait à l’iniquité,
«son cœur commença a éprouver un
profond chagrin à cause de l’iniquité du
peuple. Car c’était une cause de grand
chagrin pour Alma de savoir qu’il y avait de
l’iniquité parmi son peuple.» En outre, les
Zoramites constituaient un grand danger
militaire pour les Néphites. «Les Néphites
craignaient beaucoup que les Zoramites
n’entrassent en relation avec les Lamanites,
et que cela fût la cause d’une grande perte
pour les Néphites» (voir Alma 31:1–4).
Dans des situations de ce genre, beaucoup
de dirigeants prendraient les armes et
déclareraient la guerre. Mais par souci de
ses frères zoramites, Alma a proposé un
meilleur moyen: «Et maintenant, comme la
prédication de la parole avait une grande
tendance à amener le peuple à faire ce qui
était juste – oui, elle avait eu un effet plus
puissant sur l’esprit du peuple que l’épée ou
quoi que ce fût d’autre qui lui fût arrivé –
Alma pensa qu’il était opportun d’essayer la
vertu de la parole de Dieu» (Alma 31:5).
La parole de Dieu peut avoir une
influence puissante. Il peut nous arriver
d’être tentés de penser que ceux que nous
instruisons préféreraient parler d’un autre
sujet ou se divertir. Mais les parents, les
dirigeants, les instructeurs au foyer, les
instructrices visiteuses et les instructeurs
efficaces de l’Eglise savent que lorsqu’ils
enseignent la doctrine selon l’Esprit, cela
suscite souvent chez ceux qu’ils instruisent
le désir des choses de Dieu.
Raisons d’enseigner la parole de Dieu
Tandis qu’il prêchait aux Zoramites, Alma
s’est adressé à un groupe que les afflictions
avaient préparé à recevoir la parole de Dieu.
50
Il lui a enseigné la puissance de la parole. En
étudiant ce qu’il a dit, nous pouvons mieux
comprendre pourquoi la parole de Dieu
devrait être à l’origine de tout notre enseignement de l’Evangile.
Il a comparé la parole à une semence
qui peut être plantée dans notre cœur. Si
vous avez cultivé un potager, vous avez vu
les graines que vous avez semées, bien que
très petites, s’épanouir et prendre vie peu
après avoir reçu une petite quantité d’eau.
L’énergie contenue dans une graine est
si puissante qu’elle peut même écarter une
couche de terre durcie pour faire passer ses
premières pousses. C’est ce qui se produit
lorsque nous faisons place à la parole de
Dieu et que nous la plantons dans notre
cœur. Si nous ne rejetons pas la graine – ou,
en d’autres termes, si nous ne résistons pas
à l’Esprit du Seigneur – la semence va se
mettre à gonfler et à pousser. Alma dit: «Elle
commencera à gonfler dans votre sein; et
lorsque vous sentirez ces mouvements de
gonflement, vous commencerez à dire en
vous-mêmes: Il faut nécessairement que ce
soit une bonne semence, ou que la parole
soit bonne, car elle commence à m’épanouir
l’âme; oui, elle commence à m’éclairer
l’intelligence, oui, elle commence à m’être
délicieuse» (Alma 32:28).
Lorsque cela se produit en nous, nous
savons que la semence, ou la parole de Dieu,
est bonne: «Voici, une fois que la semence
gonfle, et germe, et commence à pousser,
alors vous devez nécessairement dire que la
semence est bonne; car voici elle gonfle, et
germe, et commence à pousser, alors vous
devez nécessairement dire que la semence
est bonne... Et maintenant, voici, parce
que vous avez tenté l’expérience, et planté
la semence, et qu’elle gonfle, et germe, et
commence à pousser, vous devez nécessairement savoir que la semence est bonne»
(Alma 32:30, 33). Alma poursuit: «Si vous
nourrissez la parole, oui, nourrissez l’arbre
lorsqu’il commence à pousser, par votre
foi, avec grande diligence et avec patience,
attendant d’en avoir le fruit, il prendra
racine; et voici, ce sera un arbre jaillissant
jusque dans la vie éternelle» et qui donnera
du fruit «qui est doux par-dessus tout ce
qui est doux» (Alma 32:41–42).
Boyd K. Packer a dit: «La vraie doctrine,
si elle est comprise, change les attitudes et le
comportement. L’étude des doctrines de
ENSEIGNEZ LA DOCTRINE
l’Evangile améliorera le comportement plus rapidement
qu’une étude de comportement» (L’Etoile, janvier 1987,
p. 15). Aucune idée du monde ni aucun principe venant du
monde n’a ce pouvoir. Aucun cours magistral fascinant
ni aucun exposé divertissant ne peut toucher profondément
les personnes au point qu’elles se tournent vers le Christ.
Le seul moyen de devenir des instruments entre les mains
de Dieu pour contribuer à inculquer la foi qui amènera les
gens à se repentir et à aller vers lui est de centrer nos enseignements sur les vérités de l’Evangile.
L’enseignement de la doctrine nous protège contre
l’égarement spirituel. Il nous ramène sur le droit chemin
quand nous le quittons. Russell M. Nelson a expliqué:
«Il y a des années, quand j’étais jeune étudiant en médecine, j’ai vu de nombreux patients affligés de maladies
qui sont aujourd’hui évitables. Aujourd’hui, il est possible
d’immuniser les gens contre les maladies qui, autrefois,
entraînaient un handicap ou même la mort. Un moyen
médical d’acquérir l’immunisation est l’inoculation. Le
terme inoculer est fascinant. Il vient de deux racines latines:
‹in› qui signifie ‹à l’intérieur›, et ‹oculus› qui signifie ‹l’œil›.
Le verbe inoculer, par conséquent, signifie littéralement
‹mettre un œil à l’intérieur› pour lutter contre le mal.
«Une affliction comme la polio peut handicaper ou
détruire le corps. Une affliction comme le péché peut handicaper ou détruire l’esprit. Les ravages de la polio peuvent
maintenant être évités par l’immunisation, mais les ravages
du péché requièrent d’autres moyens de prévention. Les
médecins ne peuvent pas immuniser contre l’iniquité. La
protection spirituelle ne peut venir que du Seigneur et à
sa façon. Jésus a choisi non pas d’inoculer mais d’enseigner
la doctrine. Sa méthode ne recourt à aucun vaccin, il utilise
les enseignements de la doctrine divine, ‹un œil intérieur›
pour guider et pour protéger les esprits éternels de ses
enfants» (L’Etoile, juillet 1995, pp. 37–38).
Enseignez à partir des Ecritures et des paroles
des prophètes des derniers jours
Lorsque nous puisons tout notre enseignement dans les
Ecritures et les paroles des prophètes des derniers jours
nous invitons l’Esprit à rendre témoignage. Cela donne à
notre enseignement «la puissance de Dieu pour convaincre
les hommes» (D&A 11:21).
Un évêque a raconté l’histoire suivante lors d’une
réunion de dirigeants de pieu:
«Il y a près de 30 ans de cela, j’étais consultant du collège
des prêtres de ma paroisse. Dans nos leçons de collège,
nous veillions à lire les Ecritures et les paroles des prophètes
actuels et à faire ressortir la doctrine. Comme l’Esprit était
fort, nos réunions étaient mémorables et belles.
«Il y avait, dans le collège, un jeune prêtre qui s’appelait
Paolo qui rentrait rarement chez lui. Ses parents ne savaient
généralement pas où il était. De temps en temps, j’arrivais
à le trouver et il lui arrivait de venir à la réunion du collège.
Dans le collège, nous essayions de mieux comprendre les
principes de l’Evangile et nous nous efforcions d’étudier nos
leçons en nous basant sur les Ecritures. Lorsque Paolo
venait, je savais par l’Esprit que ces vérités touchaient son
cœur même s’il disparaissait ensuite de la ville pendant
des semaines.
«Un dimanche matin, Paolo s’est présenté à l’église,
rasé de près et vêtu d’un costume, d’une chemise blanche et
d’une cravate. Cela a été une heureuse surprise pour nous
tous. Nous avons appris plus tard que, la nuit précédente,
il avait eu une expérience, loin de chez lui. Il avait sombré
dans un état de profond découragement. Vers minuit, il
avait eu la révélation que Dieu et Satan s’affrontaient pour
posséder son âme et que Satan était en train de prendre
le dessus. Juste alors, au beau milieu de la nuit, il s’était levé
et avait marché sur des kilomètres jusqu’à chez lui, avait
éveillé ses parents et leur avait dit ce qui s’était passé, puis,
dès l’aube, avait fait sa toilette et était venu à l’église.
«Il n’a jamais changé d’avis. Il s’est repenti de ses
mauvaises actions et, par la suite, est tombé amoureux de
l’une des meilleures jeunes filles de ma paroisse et l’a
épousée. Aujourd’hui, il est père, détenteur de la prêtrise
et citoyen intègre.
«J’ai souvent pensé que ce que Paolo avait entendu à ces
réunions de collège avait été pour beaucoup dans sa volteface. Je savais à l’époque qu’il était touché lorsque nous
parlions des vérités de l’Evangile au collège. Je crois que ces
vérités lui ont rappelé continuellement qui il était vraiment
et ce que Dieu attendait de lui. Je crois qu’elles ont fait
leur chemin dans son esprit et dans son cœur et qu’elles
l’ont mis de plus en plus mal à l’aise vis-à-vis du style de
vie qu’il avait choisi. Grâce à cet entrebâillement de son
cœur endurci, l’Esprit a pu lui parler et le mettre en garde.
Comme je suis reconnaissant de ne pas avoir perdu le
temps passé au collège à parler de voitures ou de sports ou
de mes idées sur la façon dont les garçons devaient se
comporter! Je crois que Paolo a entendu le Seigneur l’appeler par les vérités de l’Evangile que nous étudiions
ensemble.»
Nous pouvons montrer à nos élèves comment découvrir
le pouvoir que contiennent les Ecritures. Boyd K. Packer
a déclaré: «Vous devez enseigner les Ecritures... Si vos élèves
connaissent les révélations, il n’y a aucune question,
personnelle, sociale, politique ou professionnelle qui doive
rester sans réponse. On y trouve la plénitude de l’Evangile
éternel, les principes de vérité qui résoudront toute confusion, tout problème et tout dilemme que rencontrera
le genre humain ou n’importe quel homme en particulier»
(Teach the Scriptures, discours adressé aux instructeurs de
religion, 14 octobre 1977, p. 5).
51
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
murmures de l’Esprit» (L’Etoile, juillet 1987,
p. 79).
11
Utilisez les manuels de leçons produits
par l’Eglise
PRéSERVEZ LA PURETÉ
DE LA DOCTRINE
Le chapitre 8 de Moroni
contient une lettre que
Mormon adresse à son fils
Moroni. Le sujet de la
lettre est le baptême pour
les jeunes enfants qui
était pratiqué par certains
membres de l’Eglise.
Pour aider son fils à corriger
cet enseignement erroné,
Mormon réexpose la
doctrine correcte de la responsabilité et commande
à Moroni de l’enseigner
dans tout le pays. Lisez
Moroni 8 qui montre qu’il
est nécessaire de préserver
la pureté et l’intégrité de
la doctrine et des principes
de l’Eglise.
Les sacrifices que certains ont consentis
pour obtenir la vérité sont source d’inspiration et nous rendent plus humbles. Beaucoup se sont fait baptiser alors qu’ils étaient
rejetés par leur famille du fait de leur décision. Des prophètes et beaucoup d’autres
sont morts plutôt que de renier leur témoignage. A propos du martyre de Joseph et
de Hyrum Smith, John Taylor a déclaré que
«pour faire paraître le Livre de Mormon
et [les] Doctrine et Alliances [...] il a fallu le
meilleur sang du dix-neuvième siècle»
(Doctrine et Alliances 135:6).
Chaque personne qui enseigne l’Evangile
doit transmettre aux autres, sous leur forme
pure et intacte, les vérités pour lesquelles ces
grands sacrifices ont été accomplis. Gordon
B. Hinckley a déclaré: «J’ai déjà parlé de l’importance de préserver la pureté de la doctrine
de l’Eglise et de veiller à ce qu’elle soit enseignée à toutes nos réunions. Je suis inquiet à
ce propos. De petites aberrations dans le
domaine de la doctrine peuvent conduire à
des erreurs grossières et néfastes» (Teachings
of Gordon B. Hinckley, 1997, p. 620).
Votre responsabilité d’instructeur
Lorsque vous préparez et faites des leçons,
vous devez prendre les précautions suivantes
pour veiller à enseigner la vérité telle que le
Seigneur l’a révélée.
Enseignez selon l’Esprit à partir
des Ecritures et des paroles des prophètes
des derniers jours
Ezra Taft Benson a enseigné: «Quelles
seront donc nos sources pour enseigner
le grand plan du Dieu éternel? Les Ecritures,
bien sûr; et surtout le Livre de Mormon.
Cela comprendra également les autres
révélations modernes. On les associera aux
paroles des apôtres et des prophètes et aux
52
Pour nous aider à enseigner à partir des
Ecritures et des paroles des prophètes du
Rétablissement, l’Eglise produit des manuels
de leçons et d’autres documents. On n’a
pas vraiment besoin de commentaires
ni d’autres manuels de référence. Nous
devons étudier en profondeur les Ecritures,
les enseignements des prophètes du Rétablissement et les manuels de leçons pour
être sûrs de bien comprendre la doctrine
avant de l’enseigner.
Enseignez les vérités de l’Evangile
et rien d’autre
Lorsqu’il ordonna des prêtres pour
instruire les gens qu’il avait baptisés dans les
eaux de Mormon, Alma «leur commanda
de n’enseigner que les choses qu’il avait
enseignées, et qui avaient été dites par la
bouche des saints prophètes» (Mosiah 18:19).
Quand ils instruisirent le peuple, les douze
disciples du Sauveur lui enseignèrent «ces
mêmes paroles que Jésus avait dites, sans
rien changer aux paroles que Jésus avait
dites» (3 Néphi 19:8). C’est l’exemple que
vous devez suivre lorsque vous enseignez
l’Evangile de Jésus-Christ.
Enseignez clairement les vérités
de l’Evangile pour que personne ne
s’y méprenne
Harold B. Lee a dit: «Vous devez enseigner la doctrine ancienne, pas seulement
avec assez de clarté pour qu’ils puissent la
comprendre, mais vous devez enseigner
la doctrine de l’Eglise avec une clarté telle
que personne ne puisse s’y méprendre»
(«Loyalty», dans Charge to Religious Educators,
2e édition, 1982, p. 64).
Précautions à prendre
par les instructeurs de l’Evangile
Si vous voulez préserver la pureté de la
doctrine, évitez les problèmes suivants.
Suppositions
«Lorsqu’il fait une leçon, l’instructeur
indiscipliné peut s’égarer de différentes
manières de la voie qui conduit à son objectif. L’une des tentations les plus courantes
est d’émettre des suppositions sur les choses
ENSEIGNEZ LA DOCTRINE
sur lesquelles le Seigneur a très peu parlé. L’instructeur discipliné a le courage de dire: ‹Je ne sais pas› et d’en rester là.
Comme l’a dit Joseph F. Smith, ce n’est pas faire injure à notre
religion ni à notre intégrité que de dire franchement face
aux mille et une suppositions: ‹Je ne sais pas.›» (voir Doctrine
de l’Evangile, p. 8) (Joseph F. McConkie, «The Disciplined
Teacher», Instructor, septembre 1969, pp. 334–335).
Citations inexactes
«L’instructeur discipliné sera sûr de ses sources et fera
également tout ce qu’il peut pour déterminer si une déclaration représente correctement la doctrine de l’Eglise ou si elle
n’est que l’opinion de l’auteur» (Instructor, septembre 1969,
pp. 354–355).
Nous ne devons pas attribuer de déclarations aux dirigeants de l’Eglise sans vérifier la source de ces déclarations.
Lorsque nous citons les Ecritures, veillons à les utiliser en
conformité avec leur contexte (voir «Enseignez à partir des
Ecritures», pp. 54–55).
Les marottes dans l’Evangile
«Les instructeurs éviteront aussi d’avoir des marottes
dans l’Evangile, mettant particulièrement ou exclusivement
l’accent sur un seul principe de l’Evangile» (Instructor,
septembre 1969, pp. 334–335).
Joseph F. Smith a dit: «Les marottes donnent à ceux
qui les encouragent un faux aspect de l’Evangile du
Rédempteur; elles déforment et jettent le désordre dans ses
principes et ses enseignements. Le point de vue n’est pas
naturel. Tout principe, toute pratique révélés de Dieu sont
essentiels au salut de l’homme et mettre indûment l’un
d’eux au premier plan, en faisant perdre de vue les autres,
est peu sage et dangereux; cela met en danger notre salut
car cela enténèbre l’esprit et obscurcit notre intelligence»
(Doctrine de l’Evangile, p. 95).
Histoires à sensation
«La plus grande tentation de l’instructeur qui s’efforce de
maintenir l’attention de sa classe est d’utiliser une histoire
à sensation. Il y en a un certain nombre d’origines très discutables qui sont continuellement en circulation dans toute
l’Eglise... Ce ne sont pas des outils pédagogiques: on ne
renforce pas la stabilité ni le témoignage à l’aide d’histoires
à sensation. Les directives qui nous parviennent du prophète suivent le canal approprié de la prêtrise. On fera particulièrement attention aux messages des Autorités générales
lors des conférences de pieu et des conférences générales et
on lira régulièrement les publications de l’Eglise. On accordera une grande attention à l’instructeur qui acquiert la
réputation d’être orthodoxe et respectueux de la doctrine»
(Instructor, septembre 1969, pp. 334–335).
Refonte de l’histoire de l’Eglise
Ezra Taft Benson a lancé la mise en garde suivante: «On
a déjà essayé, et on essaie encore, d’introduire une philosophie humaniste dans l’histoire de notre Eglise... On essaie
surtout de minimiser la révélation et l’intervention divine
dans les événements importants et de faire ressortir éxagérément la nature humaine des prophètes de Dieu afin de
souligner leurs défauts humains au détriment de leurs
qualités spirituelles» («God’s Hand in Our Nation’s History»,
dans 1976 Devotional Speeches of the Year, 1977, p. 310).
Parlant de ces tentatives, Ezra Taft Benson dit plus tard:
«Nous voulons vous mettre en garde, vous, instructeurs,
contre cette tendance qui semble être un effort de réinterpréter l’histoire de l’Eglise afin de la rendre plus rationnelle
et plus attirante pour le monde» (The Gospel Teacher and
His Message, discours adressé aux professeurs de religion,
17 septembre 1976).
Interprétations personnelles et idées non conformes
J. Reuben Clark, fils, a déclaré: «Le président de l’Eglise,
grand prêtre président, est soutenu comme prophète,
voyant et révélateur pour l’Eglise et lui seul a le droit de
recevoir des révélations pour l’Eglise, soit nouvelles, soit
rectificatives, de donner l’interprétation officielle d’Ecritures
qui fera force de loi pour l’Eglise, ou d’apporter le moindre
changement à la doctrine officielle de l’Eglise» (dans Church
News, 31 juillet 1954, p. 10). Nous ne devons pas enseigner
notre interprétation personnelle des principes de l’Evangile
ni des Ecritures.
Spencer W. Kimball a dit: «Il y a des membres qui, de
nos jours, se font une gloire de ne pas être d’accord avec les
enseignements officiels de l’Eglise et qui avancent leur
opinion, laquelle est en contradiction avec la vérité révélée.
Certains sont peut-être en partie innocents, d’autres flattent
leur ego et certains semblent le faire délibérément. Les
hommes peuvent penser ce qu’ils veulent, mais ils n’ont
pas le droit d’imposer aux autres leurs idées non conformes
à la doctrine officielle de l’Eglise. Ces personnes doivent
se rendre compte que leur âme est en danger» (dans
Conference Report, avril 1948, p. 109).
53
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
12
ENSEIGNEZ À PARTIR DES éCRITURES
Les prophètes modernes nous ont
demandé d’utiliser les Ecritures pour enseigner la doctrine de l’Evangile. Ezra Taft
Benson a dit: «Rappelez-vous toujours qu’il
n’y a pas de succédané satisfaisant pour
les Ecritures et les paroles des prophètes
vivants. Elles doivent constituer votre source
première. Passez plus de temps à lire ce que
le Seigneur a dit et à y réfléchir, et moins
de temps à ce que d’autres ont écrit sur les
paroles du Seigneur» (The Gospel Teacher and
His Message, discours adressé aux professeurs
de religion, 17 septembre 1976, p. 6).
Gordon B. Hinckley a déclaré: «La source
la plus exacte de sagesse divine, c’est la
parole du Seigneur dans ces livres sacrés, les
ouvrages canoniques de l’Eglise. C’est là que
se trouve la doctrine à laquelle nous devons
nous attacher afin que cette œuvre progresse
jusqu’à sa destinée prévue divinement»
(L’Etoile, octobre 1982, p. 94).
Les idées suivantes peuvent vous aider
à enseigner à partir des Ecritures.
«Cherchez à obtenir la Parole»
Avant de pouvoir enseigner à partir des
Ecritures, nous devons étudier les Ecritures
par nous-mêmes (voir «Cherchez à obtenir
la Parole», pp. 14–15; «Elaborez un plan
personnel pour l’étude de l’Evangile»,
pp. 16–17).
Dirigez les discussions et utilisez
des questions
Lorsqu’on enseigne à partir des Ecritures,
il est particulièrement important de proposer des discussions et d’utiliser des questions,
parce que ces méthodes incitent ceux que
vous instruisez à méditer sur les Ecritures
et exprimer leurs idées. Lorsqu’ils discutent
de principes tirés des Ecritures, les élèves
acquièrent des techniques dont ils ont
54
besoin pour leur étude personnelle des
Ecritures. (Pour trouver des aides sur la
manière d’animer les discussions et d’utiliser
les questions, voir pp. 63–65 et 68–70.)
Expliquez le contexte
Le cadre d’un passage d’Ecritures s’appelle
le contexte. Les élèves comprennent mieux
ce qui arrive ou ce qui se dit dans un passage
d’Ecritures lorsqu’ils en connaissent le
contexte.
Pour commencer l’analyse du contexte,
posez les questions suivantes:
Qui parle?
A qui parle-t-il?
De quoi parle-t-il?
A quoi répond-il?
Pourquoi dit-il cela?
Par exemple, Luc 15:11–32 contient la
parabole du fils prodigue racontée par le
Sauveur. Joseph Smith a dit qu’il comprenait
un peu plus cette parabole en analysant
son contexte.
«J’ai une clef qui me permet de comprendre les Ecritures. Je demande: Quelle
était la question qui suscita la réponse ou
incita Jésus à donner la parabole? ... Tandis
que Jésus instruisait le peuple, tous les
publicains et les gens de mauvaise vie
s’approchaient de Jésus pour l’entendre;
‹et les pharisiens et les scribes murmuraient,
disant: cet homme accueille des gens de
mauvaise vie, et mange avec eux.› Voilà le
mot clef qui déclenche la parabole du fils
prodigue. Elle fut donnée en réponse aux
murmures et aux questions des sadducéens
et des pharisiens, qui contestaient, critiquaient et disaient: ‹Comment se fait-il que
cet homme, aussi grand qu’il prétend être,
mange avec des publicains et des gens de
ENSEIGNEZ LA DOCTRINE
mauvaise vie?›» (Enseignements du prophète Joseph Smith,
compilés par Joseph Fielding Smith, 1976, pp. 276–277.)
Comme le prophète Joseph le fait remarquer, le contexte
de la parabole du fils prodigue commence à Luc 15:1–2,
plusieurs versets avant le début de la parabole. Une manière
de trouver le contexte consiste à lire les versets qui précèdent et ceux qui suivent le passage que vous étudiez.
Cette méthode est utile même quand la personne qui
parle dans le passage d’Ecritures réagit non seulement aux
gens mais aussi aux événements importants de la journée.
Un exemple en est donné en résumé au début de «La puissance de la parole» (page 50). Lorsque nous comprenons qui
sont les Zoramites, leur situation spirituelle déplorable et la
menace qu’ils représentent pour les Néphites, nous pouvons mieux comprendre l’importance de la déclaration
d’Alma que ses frères et lui devaient «essayer la vertu de la
parole de Dieu» dans leur tentative de détourner les Zoramites de leurs voies (Alma 31:5).
Il est parfois utile aussi d’étudier l’histoire politique,
sociale ou économique de l’époque à laquelle une Ecriture
a été donnée. Par exemple, pour bien comprendre le réconfort et les promesses du Seigneur dans Doctrine et Alliances
121 et 122, il est utile de connaître les afflictions que les
saints enduraient au Missouri à l’époque, et les conditions
dans lesquelles le prophète et ses compagnons vivaient dans
la prison de Liberty. Pour mieux saisir les épîtres de Paul,
il peut être profitable d’avoir une connaissance de base de la
région dans laquelle il voyageait et de l’état des branches de
l’Eglise auxquelles il écrivait. Le Guide des Ecritures peut être
une excellente source pour ces renseignements et d’autres
concernant le cadre où se situent des passages de la Bible.
Quand on donne le contexte, il est essentiel de ne pas
perdre de vue son objectif qui est de contribuer à une
meilleure compréhension d’un passage d’Ecritures donné.
Veillez à ne pas faire du contexte (histoire, politique,
économie ou langue des peuples des Ecritures) le sujet principal de la leçon.
Racontez des histoires scripturaires
Il est souvent plus facile de comprendre un principe de
l’Evangile lorsqu’il est exprimé dans le cadre d’une histoire
scripturaire. Les histoires éveillent l’intérêt des gens et
montrent l’application qu’on peut faire des principes de
l’Evangile dans la vie. En outre, les histoires sont souvent
plus faciles à retenir que l’énoncé abstrait de principes
(pour avoir plus d’idées pour raconter les histoires, voir
pp. 169–172).
Une histoire tirée des Ecritures peut contenir de nombreux principes et applications (un exemple en est le livre
d’Enos, qui contient seulement 27 versets mais qui illustre
de nombreux principes de l’Evangile). Il faudra que vous
décidiez des principes que vous voulez mettre en lumière
dans les histoires que vous utilisez.
Il est souvent utile que les élèves lisent ensemble, à tour
de rôle, une histoire à haute voix (voir «Lisez à haute voix»,
p. 56). Si l’histoire est longue, il est généralement préférable
de la résumer en demandant aux élèves de lire quelques
versets clés à des moments importants de l’histoire. Les
chapeaux de chapitre ou de section peuvent être utiles
lorsque vous préparez et présentez des résumés.
Donnez des renseignements biographiques
Lorsque nous étudions la vie des personnages des
Ecritures, nous voyons souvent les principes de l’Evangile en
application sur une certaine période de temps. Par exemple,
l’histoire complète de Zeezrom dans le Livre de Mormon
montre que l’on peut se repentir et se mettre à servir le
Seigneur en justice. Si vous lisez les versets cités dans l’index
de vos Ecritures à «Zeezrom», vous pouvez suivre l’histoire
des attaques de Zeezrom contre l’Eglise, de sa conversion
et, pour finir, de son dévouement comme missionnaire
et instructeur de l’Evangile. D’autres vies sont instructives.
C’est le cas de celles de Ruth, du roi David, de Samuel,
d’Esther, de l’apôtre Paul, d’Alma l’Ancien, du roi Benjamin,
d’Alma le Jeune, de Corianton, de Mormon et de Moroni.
Lecture ou écoute thématique
Lorsque vous enseignez à partir des Ecritures, il est souvent utile d’attirer l’attention des élèves sur quelque chose
de précis. Voici quelques exemples de choses que vous
pourriez leur demander de rechercher.
Principes de l’Evangile illustrés dans la vie de certaines personnes. Exemple: «Pendant que nous lisons Moïse 54:4–9,
cherchez les passages qui montrent qu’Adam a obéi
avant même de comprendre complètement les principes
concernés.»
Questions. Exemple: «Pendant que nous lisons
Alma 5:14–32, trouvez les questions que pose Alma.»
Listes. Exemple: «Pendant que nous étudions Doctrine
et Alliances 25, trouvez les qualités que doit avoir une
‹dame élue›».
Définition de termes ou d’idées. Exemple: «Trouvez les
définitions de Sion dans Doctrine et Alliances 97:21 et
Moïse 7:18.»
Images et symboles. Exemple: «Dans Jean 15:1–6, recherchez l’endroit où le Seigneur se compare à un cep et ses
disciples aux sarments.»
Commentaires prophétiques sur un principe ou un événement.
Exemple: «Pendant que je lis Alma 30:60, faites attention
au commentaire de Mormon sur le destin de Korihor.»
Rapports de cause à effet. Exemple: «Recherchez les promesses qu’Esaïe nous fait si nous sanctifions le jour du
sabbat» (voir Esaïe 58:13–14).
Conduite qui plait ou déplait à Dieu. Exemple: «Pendant
que je lis Alma 39:1–9, recherchez les conseils précis qu’Alma
donne à son fils Corianton.»
Evénements, caractéristiques ou actions typiques. Exemple:
«Pendant que nous étudions ces passages, recherchez les
éléments typiques qui montrent que nos désirs doivent être
justes si nous voulons trouver la vérité» (voir 1 Néphi
10:17–22; 11:1–23; Doctrine et Alliances 11).
55
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
En étant attentif à ces choses pendant votre étude et
votre préparation personnelles, vous pourrez mieux guider
l’attention de vos élèves.
«Appliquer toutes les Ecritures à nous»
Voir «Mise en application», pages 176–177.
Lisez à haute voix
La lecture à haute voix des Ecritures suscite l’intérêt des
élèves, attire leur attention sur certains passages et les aide
à être réceptifs à l’influence de l’Esprit. Lorsqu’une personne
lit à haute voix, encouragez les autres à suivre dans leurs
Ecritures. Invitez-les à relever des idées et des principes précis. Laissez-leur le temps de trouver chaque passage d’Ecriture avant de le lire. Si un passage contient des tournures
ou des mots inhabituels ou difficiles, expliquez-les avant de
le lire. Suivez personnellement ceux qui ont du mal à lire
afin qu’ils viennent prêts à bien lire un passage.
Utilisez les aides pour l’étude dans les Ecritures
Howard W. Hunter a déclaré: «Nous devons avoir une
Eglise pleine de femmes et d’hommes qui connaissent les
Ecritures à fond, qui les munissent de renvois croisés et
qui les annotent, qui préparent les leçons et des discours
à l’aide du Guide des Ecritures et qui jonglent avec les cartes
et les autres aides qui figurent dans ce jeu magnifique
d’ouvrages canoniques. Il est évident qu’on y trouve
beaucoup plus que l’on en pourrait assimiler rapidement.
Assurément, le champ des Ecritures est déjà mûr pour
la moisson» (Eternal Investments, discours adressé à des
professeurs de religion, 10 février 1989, pp. 2–3).
Guide des Ecritures
Le Guide des Ecritures contient diverses Ecritures importantes et des explications utiles. Cette documentation
est classée dans l’ordre alphabétique en de courts articles
traitant de plus de 1000 sujets scripturaires. Les sujets
concernent la doctrine, les principes, les personnes et les
lieux figurant dans les ouvrages canoniques. C’est une
aide excellente pour répondre aux questions, pour préparer
et étoffer un discours ou une leçon et pour étudier les
Ecritures personnellement et en famille.
Notes de bas de page et références croisées
Les pages des textes des Ecritures contiennent généralement des notes de bas de page. Dans les Ecritures éditées
par l’Eglise, les notes de bas de page contiennent plusieurs
sortes de renseignements. Par exemple, elles contiennent
les traductions grecque (GE) ou hébraïque (HE). Elles contiennent des renvois au Guide des Ecritures (GÉ). On y trouve
aussi l’explication de certains mots, de tournures idiomatiques et de constructions difficiles (CÀD). Les notes de bas
56
de page avec l’annotation «TJS» sont des extraits de la traduction inspirée de la Bible par Joseph Smith. Des extraits
de la traduction de Joseph Smith apparaissent dans une
section du Guide des Ecritures.
Le type le plus commun de note de bas de page est un
renvoi croisé à d’autres passages d’Ecriture des ouvrages
canoniques. Ces passages supplémentaires expliquent
souvent le passage lu ou y ajoutent une idée. Prenez, par
exemple, Doctrine et Alliances 11:21. Lisez le verset, puis
lisez les passages indiqués dans la note de bas de page a.
En quoi ces passages augmentent-ils votre compréhension
de ce verset?
Lorsque vous enseignez un passage d’Ecritures, vous
pouvez utiliser les notes de bas de page et les renvois croisés
pour aider les élèves à mieux le comprendre.
Chapeaux de chapitres et de sections
Le chapeau donne un aperçu du chapitre ou de la section
qui suit. Il peut comprendre des informations sur la doctrine, le contexte historique ou les personnes. Le chapeau
de 2 Néphi 27, par exemple, explique que ce chapitre est
semblable à Esaïe 29 et qu’il contient une prophétie sur la
parution du Livre de Mormon.
Vous pouvez inviter les élèves à marquer les passages
d’Ecriture d’après les points importants mentionnés dans le
titre du chapitre ou de la section. Par exemple, les principes essentiels de la Parole de Sagesse sont décrits dans le
chapeau de Doctrine et Alliances 89. Vous pouvez demander
aux élèves de lire les principes contenus dans le chapeau
puis de les surligner dans le texte scripturaire.
Vous pouvez demander aux élèves de lire en silence le
chapeau du chapitre ou de la section avant de commenter les
Ecritures choisies. Cela peut les aider à bien comprendre le
contexte des Ecritures.
Pages d’introduction
Chacun des ouvrages canoniques comporte des pages
d’introduction qui contiennent des informations utiles sur
l’objectif et l’origine du livre. Par exemple, l’introduction
du Livre de Mormon contient le témoignage de Joseph
Smith et d’autres personnes, et des informations sur
l’origine du livre. L’introduction des Doctrine et Alliances
explique comment les révélations du livre ont été reçues
et compilées.
Cette documentation peut être utilisée pour enseigner le
cadre, l’histoire, la chronologie et l’organisation des Ecritures. Des leçons entières peuvent être organisées à partir de
la documentation contenue dans ces pages. Par exemple,
l’introduction explicative des Doctrine et Alliances contient
une brève révision du rétablissement de l’Evangile et cite
les références d’Ecriture traitant de ce sujet.
ENSEIGNEZ LA DOCTRINE
Les Etats-Unis en 1847
N
C A N A D A
A
VERMONT
NEW
YORK
TERRITOIRE
2
B
IOWA
7
INDIEN
INDIANA
5
6
ILLINOIS
1
3 PENNSYLVANIE
OHIO
4
M E X I Q U E
MISSOURI
C
1. Colesville, New York
2. Fayette, New York
3. Kirtland, Ohio
4. Independence, Missouri
5. Nauvoo, Illinois
6. Winter Quarters
7. Salt Lake City
Océan
Pacifique
D
Océan
Atlantique
0
200
400
KM
600
800
1000
Trajet des saints vers l’Ouest
1
2
3
4
5
6
Cartes
Le Guide des Ecritures contient des cartes de lieux et de
régions cités dans les Ecritures qui sont importants dans
l’histoire de l’Eglise. En connaissant la géographie des pays
cités, les élèves peuvent mieux comprendre les événements
décrits dans les Ecritures.
Ombrer, souligner, entourer ou colorier tout un verset
ou un bloc d’Ecriture avec un crayon ou un marqueur de
couleur.
Ne souligner que quelques mots clés dans chaque verset
d’Ecriture. Cela crée une version avec repères du chapitre
ou de la section que vous pouvez passer rapidement en
revue pour prendre les idées principales.
Marquage des Ecritures et annotations
dans la marge
Entourer ou souligner les mots clés et, par une ligne
droite, relier ceux qui ont un rapport étroit.
Marquer un verset ou un bloc entier de versets et relier
les mots clés dans ce passage.
Remarquer lorsqu’une série de points apparentés est
indiquée et numéroter les points à l’intérieur du texte
ou dans la marge.
Il est utile de marquer les Ecritures, de surligner l’action
d’une histoire, les thèmes et les principes afin qu’ils soient
faciles à trouver. On peut comparer cela à un système de
classement personnel. Lorsque vous enseignez, vous pouvez
recommander aux élèves de marquer leurs Ecritures en
disant, par exemple: «Ce verset contient un principe important. Je vous conseille de le marquer.»
Il n’y a pas qu’un seul moyen d’annoter les Ecritures. Le
système d’annotation des Ecritures d’une personne doit
refléter sa manière d’aborder les Ecritures. Si vous instruisez
des adultes ou des jeunes, vous pourriez envisager de
demander à certains élèves de présenter la méthode qu’ils
utilisent.
Pour marquer les Ecritures, on peut recourir, entre
autres, aux méthodes suivantes:
Relier les Ecritures
La plupart des principes de l’Evangile sont exprimés dans
différents passages d’Ecritures, chaque passage donnant sa
perception propre. On peut comprendre plus complètement
un principe lorsqu’on étudie divers passages qui en traitent.
On peut par exemple dresser la liste des passages traitant
d’un sujet, puis écrire cette liste dans ses Ecritures. Selon le
sujet, la liste peut être longue ou ne contenir que deux ou
57
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
trois versets clés. Cette méthode, parfois appelée méthode
d’association de versets, peut être très utile pour étudier les
Ecritures et pour en faire la base de l’enseignement. On
peut relier une série d’Ecritures de la manière suivante:
Dans la marge en regard de chaque passage d’Ecriture,
on indique la référence du passage suivant de la liste. On
continue ainsi jusqu’au dernier passage et l’on indique la
référence du premier en regard du dernier passage. On
peut alors commencer à n’importe quel point de la liste et
continuer la série jusqu’à ce qu’on ait lu tous les passages.
On peut créer une liste qui doit être suivie dans un
certain ordre pour obtenir une compéhension plus complète
du sujet. Pour toujours savoir par où commencer dans ce
genre de liste, on peut écrire le renvoi au premier passage
d’Ecriture entre parenthèses sous chacun des autres renvois.
On peut aussi n’écrire que le renvoi au premier passage
uniquement en regard de chacun des autres passages et
écrire la liste entière sur la page où figure le premier passage
d’Ecriture.
Vous pouvez recommander aux élèves d’écrire des notes
marginales. Vous pouvez leur dire: «Je vais vous lire une
pensée sur ce chapitre. Je l’ai écrite dans la marge» ou
«Voici un excellent passage sur le repentir. Je vous conseille
d’écrire en regard le mot ‹repentir› dans la marge.»
Idées pour utiliser les Ecritures lorsque
vous instruisez des enfants
Vous aiderez les enfants en leur permettant d’être à l’aise
avec le langage des Ecritures. Lorsque vous instruisez des
enfants, vous devez utiliser souvent les Ecritures et trouver le
moyen d’utiliser facilement les Ecritures. Voici quelques
exemples d’actions possibles:
Aidez les enfants à apprendre le nom et l’ordre des livres
des Ecritures. Utilisez le chant «Les livres du Livre de
Mormon» (Chants pour les enfants, p. 63).
Aidez les enfants à comprendre le langage des Ecritures.
Lorsque vous les lisez ensemble, expliquez le sens des
mots importants. Aidez les enfants à prononcer les mots
et les noms difficiles. Demandez-leur de relever certains
mots, certaines expressions ou certaines idées.
Lorsque vous voulez que les enfants trouvent un passage
d’Ecriture, donnez-leur le numéro de page du passage
ainsi que la référence.
Racontez un passage d’Ecriture en vos propres termes.
Aidez les élèves à se représenter les événements et les
Notes marginales
L’inscription de notes dans la marge des Ecritures peut
être un excellent moyen de les personnaliser. Ces notes
permettent de noter des idées, des renvois croisés qui sont
importants et de noter les moyens d’appliquer les passages
d’Ecritures dans votre vie quotidienne.
58
ENSEIGNEZ LA DOCTRINE
gens pendant que vous racontez ce qui s’est produit (voir
«Histoires», pp. 169–172). Lisez ensuite les passages clés
à haute voix.
Demandez aux enfants de lire les Ecritures à haute voix.
En fonction de la capacité de chacun, aidez-les à réussir
cette activité.
Si les enfants sont trop jeunes pour lire, demandez-leur
de vous regarder lire les Ecritures en montrant les mots.
Vous pouvez également demander aux plus grands
d’aider les plus petits à trouver et à lire les Ecritures.
Demandez aux enfants de lire les histoires tirées des
Ecritures dans les livres illustrés publiés par l’Eglise
comme Histoires du Livre de Mormon.
Aidez les enfants à commenter les récits des Ecritures.
Apprenez-leur à poser des questions quand ils lisent:
«Qu’est-ce qui arrive? Pourquoi cela arrive-t-il? Qui parle?
En quoi cela s’applique-t-il à moi?»
Utilisez les méthodes décrites à la partie F du manuel
(pp. 157–184). Par exemple, lorsque vous racontez une
histoire de l’Ecriture, vous pouvez utiliser un tableau de
flanelle, une illustration simple au tableau ou des dessins
faits par les enfants. Vous pouvez demander aux enfants
de raconter à nouveau une histoire de l’Ecriture ou de
chanter des chants qui se rapportent à certaines.
A la fin de certaines leçons de la Primaire, il y a une section
intitulée «Lecture à domicile». Invitez les enfants à lire
avec leur famille les Ecritures qui y sont mentionnées.
59
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
INCITEZ LES ÉLÈVES À APPRENDRE
DILIGEMMENT
Chacun d’entre nous a la responsabilité de s’efforcer diligemment d’apprendre
l’Evangile. Nous avons également à divers moments l’occasion d’être instructeurs,
pour inspirer et aider les autres dans leur responsabilité d’apprendre l’Evangile.
Nous rendons ce service important en faisant tout notre possible pour:
1. Susciter et maintenir l’intérêt de nos élèves.
2. Les encourager à participer activement aux leçons.
3. Leur montrer comment appliquer les vérités qu’ils apprennent.
Nous devons faire cela avec amour et avec le pouvoir de l’Esprit. Cela veut dire que
nous devons mettre l’accent non pas tant sur nos propres accomplissements que sur
la qualité de l’aide que nous apportons aux autres pour qu’ils apprennent diligemment l’Evangile et l’appliquent fidèlement.
INCITEZ LES ÉLÈVES À APPRENDRE DILIGEMMENT
13
AIDEZ CHACUN À ASSUMER
LA RESPONSABILITÉ D’APPRENDRE L’éVANGILE
Chacun a la responsabilité d’apprendre l’Évangile
Dans une lettre sur l’étude de l’Evangile, Bruce R.
McConkie a écrit: «Venons-en maintenant à... une conclusion qui aura une portée importante sur notre salut éternel,
à savoir que chacun d’entre nous doit étudier la doctrine de
l’Evangile par lui-même. Personne d’autre ne peut le faire
pour lui. Chaque personne doit acquérir la connaissance de
l’Evangile pour elle-même; chacune a accès aux mêmes
Ecritures et le droit d’être guidée par le même Saint-Esprit.
Chacune doit payer le prix fixé par la Providence divine
pour acquérir la perle de grand prix.
«Ce même principe gouverne tant l’apprentissage de la
vérité que l’application de ses principes. Personne ne peut
se repentir à la place de quelqu’un d’autre. Personne ne
peut garder les commandements à la place de quelqu’un
d’autre. Personne ne peut être sauvé au nom de quelqu’un
d’autre. Et personne ne peut acquérir de témoignage ni
avancer en lumière et en vérité vers la gloire éternelle pour
quelqu’un d’autre. La connaissance de la vérité et les bénédictions que reçoivent ceux qui se conforment aux vrais
principes sont une affaire personnelle. Dans sa justice, Dieu
offre la même révélation à chaque âme qui applique les
mêmes lois. Il offre donc la même compréhension de
ses vérités éternelles à tous ceux qui font ce que doit faire
quiconque recherche la vérité.
«Le système de l’Eglise pour acquérir la connaissance de
l’Evangile est le suivant:
«a. La responsabilité incombe à chacun d’acquérir la
connaissance de la vérité par ses propres efforts.
«b. Ensuite, on devrait s’instruire mutuellement en
famille. Il est commandé aux parents d’élever leurs enfants
dans la lumière et la vérité. Le foyer doit être le principal
centre pédagogique de la vie d’un saint des derniers jours.
«c. Pour aider les familles et les personnes, l’Eglise,
organisation de service, donne de nombreuses occasions
d’enseigner et d’apprendre. Il nous est commandé de nous
enseigner les uns aux autres la doctrine du Royaume (voir
Doctrine et Alliances 88:77). Cela se fait en réunion de
Sainte-Cène, lors des conférences et à d’autres réunions,
par les instructeurs au foyer, dans les classes de la prêtrise et
des auxiliaires, par les séminaires et les instituts et par le
Département d’Education de l’Eglise» («Finding Answers to
Gospel Questions», dans Charge to Religious educators).
Comment l’instructeur aide chacun
à apprendre l’Évangile
Sachant que chacun a la responsabilité d’apprendre
l’Evangile, on pourrait se demander quel est le rôle de
l’instructeur. C’est d’aider chacun à s’acquitter de la responsabilité d’apprendre l’Evangile: de susciter en lui le désir
d’étudier, de comprendre et d’appliquer l’Evangile et de lui
montrer comment faire.
Virginia H. Pearce, qui a été première conseillère dans la
présidence générale des Jeunes Filles, a dit:
«Le but de l’instructeur n’est pas seulement de faire
un exposé sur la vérité. Il est de permettre à l’Esprit de se
manifester et d’utiliser les techniques qui permettront
le mieux à l’élève de découvrir personnellement la vérité
et [...] de l’appliquer...
«... Imaginez un peu des centaines de milliers de classes
tous les dimanches, chacune avec son instructeur qui
comprend que ‹l’apprentissage doit être effectué par l’élève.
C’est donc l’élève qu’il faut faire agir. Quand un instructeur
prend le premier rôle, devient la vedette, est seul à parler
et prend par ailleurs toute l’activité à son compte, il est
presque certain qu’il empêche les membres de la classe de
bien apprendre› (Asahel D. Woodruff, Teaching the Gospel,
1962, p. 37).
«Le bon instructeur ne se demande pas ce qu’il va faire
en classe mais ce que ses élèves vont faire pendant le cours,
non pas ce qu’il va enseigner aujourd’hui mais comment
il va aider ses élèves à apprendre ce qu’ils ont besoin de
savoir (voir Enseigner l’Evangile, Guide à l’usage des instructeurs
et des dirigeants du DEE, 1994, p. 13). Le bon instructeur ne
veut pas d’élèves qui quittent la salle en vantant les mérites
exceptionnels de l’instructeur. Cet instructeur veut que les
élèves partent en parlant des merveilles de l’Evangile!»
(L’Etoile, janvier 1997, p. 13).
Les instructeurs qui comprennent leur vraie responsabilité respectent le libre arbitre de chacun de leurs élèves.
Ils se réjouissent quand ceux-ci étudient les Ecritures
par eux-mêmes, découvrent les principes de l’Evangile par
eux-mêmes et contribuent valablement à la discussion.
61
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
C’est quand leurs élèves étudient diligemment, progressent
dans l’Evangile et trouvent de la force en Dieu que les
instructeurs réussissent mieux.
Un excellent instructeur ne s’attribue pas le mérite
de ce qu’apprennent ses élèves ni de leur progrès. Comme
le jardinier qui plante et cultive son jardin, il essaie de
créer les meilleures conditions possibles d’apprentissage.
Il remercie ensuite Dieu des progrès de ses élèves. Paul a
écrit: «Ce n’est pas celui qui plante qui est quelque chose,
ni celui qui arrose, mais Dieu qui fait croître» (1 Corinthiens
3:7).
terminer la leçon en posant une question ou en donnant
une tâche qui requiert que l’assistance sonde les Ecritures
et les enseignements des prophètes modernes. Même
les petits enfants peuvent recevoir ce genre de tâche. Par
exemple, après une leçon sur la prière, vous pourriez
demander aux enfants de lire avec leurs parents un récit
dans les Ecritures ou un discours de conférence générale
sur la prière.
Aidez les élèves à comprendre que les personnages des
Ecritures ont vraiment existé et ont connu des épreuves
et de la joie dans leurs efforts pour servir le Seigneur. Les
Ecritures prennent vie lorsque nous nous rappelons que
les prophètes et les autres personnages des Ecritures ont
vécu essentiellement les mêmes choses que nous.
Montrez aux élèves comment trouver la réponse aux
difficultés de la vie dans les Ecritures et les enseignements
des prophètes modernes. Par exemple, vous pouvez
les aider à utiliser le Guide des Ecritures ou l’index dans
les numéros de conférence du Liahona pour trouver des
conseils sur des sujets tels que le réconfort, le repentir, le
pardon, la révélation ou la prière.
Encouragez explicitement vos élèves à étudier les Ecritures
et les enseignements des prophètes modernes. Certains
n’ont jamais compris leur responsabilité d’apprendre
l’Evangile. D’autres l’ont oubliée. Un évêque a dit qu’il
avait assisté un jour à une réunion de formation de la
Primaire où l’on avait donné la tâche d’étudier chaque
jour les Ecritures. En conséquence directe de cette expérience, il n’a sauté qu’une seule fois l’étude des Ecritures
en 13 ans. Il a dit que cette étude avait changé sa vie.
Témoignez que le Sauveur est au cœur de tout ce que les
Ecritures et les prophètes modernes enseignent. Rendez
témoignage du Sauveur avec beaucoup de force. En
voyant le Sauveur dans les Ecritures et dans les enseignements des prophètes modernes, les élèves auront une
soif d’étude plus grande et leur témoignage sera renforcé.
Comment encourager les élèves à apprendre
l’Évangile d’une manière autonome
Les idées suivantes peuvent vous aider à inciter les autres
à assumer la responsabilité d’apprendre l’Evangile:
Cultivez votre enthousiasme pour l’étude des Ecritures
et des enseignements des prophètes du Rétablissement.
Votre enthousiasme peut inspirer à vos élèves le désir
de suivre votre exemple.
Lorsque vous enseignez, attirez toujours l’attention sur
les Ecritures et sur les enseignements des prophètes
modernes. Cela aidera les membres à apprécier la richesse
et la profondeur de la parole de Dieu.
Posez des questions qui incitent les élèves à apprendre à
trouver la réponse dans les Ecritures et dans les enseignements des prophètes modernes. Il est parfois bon de
demander aux élèves ce qu’ils pensent de certains sujets,
mais il est souvent meilleur de leur demander ce que les
Ecritures et les prophètes modernes enseignent.
Montrez aux élèves comment utiliser les aides à l’étude
qui se trouvent dans les Ecritures. Celles-ci peuvent
paraître inaccessibles à certains, surtout ceux qui sont
dans l’Eglise depuis relativement peu de temps. Vous
pouvez les aider en leur enseignant comment utiliser les
notes de bas de page, le Guide des Ecritures, les extraits
de la traduction de la Bible par Joseph Smith et les cartes
(on trouvera des idées précises dans «Enseignez à partir
des Ecritures», pp. 54–59). Les personnes qui apprennent
comment utiliser ces aides pédagogiques se sentent plus
capables d’étudier les Ecritures.
62
Donnez des tâches qui requièrent l’étude des Ecritures et
des enseignements des prophètes modernes. Prévoyez de
Informations supplémentaires
Pour en savoir plus sur la manière d’aider chacun à
assumer la reponsabilité d’apprendre l’Evangile, voyez la
leçon 5 du cours Enseigner l’Evangile (pp. 208–212).
INCITEZ LES ÉLÈVES À APPRENDRE DILIGEMMENT
Idées pour animer une discussion
14
Utilisez des questions
ANIMATION
DE DISCUSSIONS
Quand on enseigne l’Evangile, il est
presque toujours essentiel d’organiser de
bonnes discussions. Nous invitons l’Esprit à
exercer son influence lorsque nous nous
enseignons mutuellement l’Evangile et que
nous nous accordons réciproquement une
attention respectueuse.
Une discussion peut produire des résultats
auxquels on parvient rarement sans cela.
Elle peut, par exemple:
Favoriser l’étude diligente. En animant
bien les discussions, nous développons
l’intérêt et l’attention des élèves. Chaque
personne présente peut être incitée à
s’engager activement dans l’étude.
Si vous et vos élèves posez des questions,
sondez les Ecritures ensemble et vous
écoutez mutuellement, vous pourrez tous
acquérir des techniques et une motivation
qui seront utiles à l’étude de l’Evangile.
Encourager vos élèves à être plus unis.
En échangeant leurs points de vue,
en racontant leurs expériences et en
s’écoutant et se répondant avec respect,
ils deviennent plus unis et créent une
atmosphère d’étude positive.
Aider à mieux comprendre. Une bonne
discussion est plus qu’une conversation
amicale dans laquelle chacun expose
son point de vue. Elle développe et approfondit la compréhension des principes
de l’Evangile chez chacun.
Réduire les malentendus. Les commentaires des élèves révèlent à quel point
ils ont compris les principes enseignés.
Cela peut vous aider à savoir quand
développer, souligner ou revoir tel ou
tel principe.
Les questions incitent les élèves à participer aux discussions. Elles peuvent les aider
à comprendre un principe, à l’approfondir
et à le rattacher à leur vie. Elles peuvent
amener les élèves à chercher la réponse dans
les Ecritures.
La plupart des manuels de leçons
donnent des questions pour lancer et maintenir la discussion. Vous pouvez utiliser
ces questions et préparer les vôtres. Posez
des questions qui poussent à la réflexion
et aident chacun à méditer vraiment sur
l’Evangile. (Pour plus de renseignements,
voir «Enseignez en posant des questions»,
pp. 68–70.)
Sélectionnez des méthodes pédagogiques
qui rattachent la discussion à la leçon
Après avoir prévu des questions, demandez-vous «Que puis-je faire d’autre? Quelle
méthode puis-je utiliser pour nourrir la
discussion?» Vous pouvez utiliser diverses
méthodes pédagogiques pour lancer et
entretenir la discussion. Par exemple, vous
pouvez commencer une leçon en racontant
une histoire, en utilisant une leçon de
choses ou en chantant ensemble un cantique
ou en demandant aux personnes présentes
de rechercher la réponse à une question
dans le cantique.
Soyez sensible à l’influence de l’Esprit
sur les personnes présentes
Le Saint-Esprit peut inspirer à l’un ou
plusieurs de vos élèves d’exprimer des idées
que les autres ont besoin d’entendre. Soyez
ouvert à l’inspiration que vous recevez de
faire appel à telle ou telle personne. Vous
pouvez même vous sentir poussé à demander à quelqu’un qui n’en a pas manifesté
l’intention d’exprimer son point de vue.
Trouvez le moyen de faire participer
tout le monde
Vos élèves profiteront de la participation
des autres. Pourtant, vous aurez tendance
à ne solliciter que ceux qui lèvent la main.
Il arrive que des gens décident de ne pas
participer parce qu’ils n’ont pas d’opinion
sur le sujet ou qu’ils préfèrent donner aux
63
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
autres l’occasion de parler. Ou bien encore ils craignent de
se tromper ou pensent ne pas pouvoir s’exprimer aussi bien
que les autres. Ils ont peut-être l’impression de ne pas
être acceptés par le groupe.
Quand vous pensez à chacune des personnes, laissezvous guider par le discernement et la prière. Vous pouvez
demander l’opinion de quelqu’un sur un sujet plutôt que
de poser une question de connaissance à laquelle il risque
de ne pas pouvoir répondre. Par exemple, au lieu de demander: «Quels sont les dons de l’Esprit que Paul cite dans
1 Corinthiens?» vous pourriez demander: «A votre avis,
pourquoi la charité est-elle le plus grand de tous les dons de
l’Esprit?» Vous pouvez demander à quelqu’un de préparer
un bref exposé pour une leçon; vous pouvez même l’aider
à le préparer. Vous pouvez d’abord vous lier d’amitié avec
certaines personnes, en leur assurant que vous appréciez ce
qu’elles ont à dire.
Restez dans le sujet
De temps en temps, les élèves expriment des idées qui
n’ont pas trait à la leçon. Si vous trouvez qu’un commentaire est hors sujet, vous pouvez ramener la discussion au
point principal en disant, par exemple: «Ce que vous dites
est intéressant mais je crois que nous nous écartons du
sujet. Pourrions-nous laisser cela pour une autre fois et
revenir à notre sujet?» Vous pourriez aussi dire: «Je ne crois
pas être en mesure de discuter de cela aujourd’hui. Nous
pourrions peut-être en discuter une autre fois.»
Il peut aussi arriver que vous ne connaissiez pas la réponse
à une question. Dans ce cas, contentez-vous de dire que
vous ne savez pas. Vous pouvez dire que vous essayerez de
trouver la réponse. Vous pouvez également inviter les élèves
à trouver la réponse en leur donnant, dans une autre leçon,
le temps de rendre compte de ce qu’ils ont appris.
Maintenez l’ordre
Il arrive que plusieurs élèves soient impatients de commenter une idée. Recommandez-leur de lever la main
quand ils souhaitent parler et d’attendre que vous leur
donniez la parole. Rappelez-leur ce qu’ils peuvent
apprendre les uns des autres et invitez-les à écouter avec
respect les idées des autres.
De temps à autre, il peut arriver que quelqu’un dérange
le cours en n’étant pas d’accord avec vous ou avec d’autres
personnes, en parlant irrespectueusement ou en soulevant
des sujets de controverse. Ce genre de personne introduit
un esprit de querelle qui rend l’enseignement difficile et
peut affaiblir la foi de certains. (Pour savoir comment s’y
prendre avec ces personnes, voir «Comment aider les
perturbateurs», pp. 84–87).
Ne parlez pas trop
Les instructeurs qui monopolisent presque tout le temps
de parole ou répondent eux-mêmes à toutes les questions
ont tendance à décourager les élèves de participer. Veillez à
ne pas parler plus que nécessaire ni à exprimer trop souvent
64
votre avis. Cela risque de faire perdre tout intérêt à vos
élèves. Considérez-vous comme un guide sur le chemin de
l’apprentissage qui fait quelques commentaires appropriés
pour garder ses élèves sur la bonne voie.
Votre premier souci doit être d’aider les autres à
apprendre l’Evangile et non pas à faire un exposé qui les
impressionne. Cela veut dire que vous devez donner
aux élèves l’occasion de s’instruire mutuellement. Lorsque
quelqu’un pose une question, pensez à demander aux
autres d’y répondre au lieu d’y répondre vous-même. Par
exemple, vous pouvez dire: «C’est une question intéressante.
Qu’est-ce que vous en pensez, vous autres?» ou «Quelqu’un
peut-il répondre à cette question?»
Ne mettez pas fin trop tôt à la discussion
Veillez à ne pas clore les bonnes discussions trop tôt pour
tenter de présenter toute la matière que vous avez préparée.
Il est important de traiter la matière, mais il est encore plus
important d’aider les élèves à ressentir l’influence de l’Esprit, de répondre à leurs questions, de les aider à mieux
comprendre l’Evangile et à approfondir leur engagement de
garder les commandements.
Ecoutez
Efforcez-vous de votre mieux d’écouter sincèrement les
commentaires des élèves. Votre exemple les encouragera
à s’écouter attentivement les uns les autres. Si vous ne
comprenez pas ce que quelqu’un dit, posez une question.
Vous pourriez dire: «Je n’ai pas saisi. Pourriez-vous me le
réexpliquer?» ou «Pourriez-vous me donner un exemple de
ce que vous voulez dire?» (Pour plus de renseignements,
voir «L’écoute», pp. 66–67).
Exprimez votre appréciation pour toutes les interventions
Vous pouvez aider vos élèves à être plus sûrs de leur
capacité de participer à la discussion si vous réagissez de
manière positive à chaque commentaire sincère. Par exemple, vous pouvez dire: «Merci de votre réponse. Elle est très
judicieuse» ou «Excellente idée! Cela ne m’était encore
jamais venu à l’esprit» ou «C’est un bon exemple» ou «Je
vous remercie de tout ce que vous avez dit aujourd’hui.»
Ne soyez pas moqueur ou critique à l’égard d’une question ou d’un commentaire, mais faites de votre mieux pour
répondre avec courtoisie et amour. Lorsque les gens sentent
que leurs commentaires sont appréciés, ils sont mieux disposés à faire part de leurs expériences, de leurs sentiments
et de leur témoignage (voir «Comment apprendre aux autres
à contribuer à une ambiance propice à l’apprentissage»,
pp. 77–78, «Comment les instructeurs peuvent contribuer
à une ambiance propice à l’apprentissage», pp. 79).
Allez au secours des élèves qui donnent
une mauvaise réponse
Il arrive que quelqu’un dise quelque chose de faux. Vous
pouvez aller au secours de l’élève en répondant, par exemple:
«Je ne l’avais jamais vu sous cet angle.» Ou vous pourriez
INCITEZ LES ÉLÈVES À APPRENDRE DILIGEMMENT
dire: «Vous pensez peut-être à quelque chose d’autre» ou «Je
suis heureux que vous ayez soulevé ce point». Dans certains
cas, vous pourriez assumer la responsabilité de la réponse
incorrecte. Vous pourriez dire, par exemple: «Excusez-moi:
je ne me suis pas bien exprimé.»
Clôture de la discussion
Il est important de clore la discussion au bon moment.
Une bonne partie de l’esprit d’une discussion édifiante se
perd quand elle dure trop longtemps. Les idées suivantes
peuvent vous aider:
Gérez le temps. Sachez à quelle heure la leçon doit se
terminer. Donnez-vous suffisamment de temps pour
résumer ce qui a été dit et pour rendre votre témoignage.
Imposez une limite de temps aux élèves. Vous pouvez
dire, par exemple: «Nous n’avons plus le temps que pour
deux commentaires.» Ou «Nous écouterons encore une
personne, puis je conclurai par une dernière pensée.»
Outre le fait de clore la discussion au bon moment, il
est important de le faire de la bonne manière. Lorsque vous
le faites, remerciez les élèves de leur participation. Puis résumez les points principaux que vous avez traités pendant la
discussion ou invitez quelqu’un d’autre à le faire. Soulignez
les principes de l’Evangile qui ont été traités. Revoyez toutes
les nouvelles idées acquises grâce à la discussion et encouragez ceux que vous instruisez à utiliser leur compréhension
nouvelle pour appliquer les principes à leur vie. Si l’Esprit
vous y invite, rendez témoignage ou invitez quelqu’un
d’autre à le faire.
65
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
et respect les commentaires de vos élèves,
vous pourrez:
15
Vous rendre compte à quel point les
élèves sont impliqués dans le processus
d’apprentissage.
Vous rendre compte dans quelle mesure
ils apprennent.
Mieux comprendre leurs besoins.
Percevoir et ôter les obstacles qui peuvent
limiter leur capacité d’apprendre, comme
le découragement ou les préoccupations.
Mieux comprendre les questions qui les
perturbent afin de pouvoir les conduire à
la réponse.
Savoir quand poursuivre un thème qui
est important pour eux.
Savoir quand ils ont besoin d’une
occasion de parler.
Décider quand répéter certains principes
ou donner plus d’explications.
Savoir quand adapter la présentation de
la leçon.
L’ÉCOUTE
L’écoute est une manière d’exprimer son
amour. Cela implique parfois un sacrifice.
Lorsque nous écoutons vraiment les autres,
nous abandonnons souvent ce que nous
voulons dire de sorte que les autres puissent
s’exprimer.
Comment l’écoute attentive
peut aider vos élèves
Vous, l’instructeur, pouvez faire beaucoup
de bien en écoutant. Lorsque vous écoutez,
vous centrez votre leçon sur les besoins et
les centres d’intérêt des élèves. Vous démontrez votre respect pour leurs idées, leurs
opinions et leurs expériences. Vous montrez
que vous vous souciez d’eux personnellement. Quand ils savent que leur point de
vue est important pour vous, ils sont plus
enclins à:
Etre réceptifs et enthousiastes.
Faire part de leurs idées et de leurs
expériences.
Apprendre diligemment.
Appliquer ce qu’ils apprennent.
Certains peuvent penser que le fait
d’écouter attentivement un membre donné
d’un groupe implique que l’on ne fait pas
attention aux autres personnes et qu’on les
lèse. Il n’en est rien. Le fait d’écouter attentivement une personne aide les autres à savoir
que vous vous souciez de chacun individuellement. Et lorsque vous écoutez un par un
les membres de la famille ou les élèves, vous
donnez l’exemple pour que les autres fassent
de même.
Comment l’écoute attentive peut vous
aider comme instructeur
L’écoute attentive vous aide en tant
qu’instructeur. Si vous écoutez avec amour
66
L’écoute vous sera également très profitable à vous. Lorsque vous écoutez vos
élèves, vous voyez qu’ils ont beaucoup à
vous apprendre.
Idées pour une écoute plus efficace
Comment ceux que vous instruisez
savent-ils que vous écoutez? Vous pouvez
montrer que vous écoutez en manifestant
votre intérêt. Vous pouvez regarder votre
interlocuteur au lieu de regarder votre documentation pédagogique ou d’autres choses
dans la salle. Vous pouvez encourager votre
interlocuteur à exprimer complètement
ses pensées sans interruption. Vous pouvez
éviter d’intervenir trop tôt dans la conversation en donnant des conseils ou en portant
des jugements. Lorsque vous comprenez
ce qui se dit, vous pouvez faire des commentaires qui montrent que vous comprenez.
Lorsque vous ne comprenez pas, vous
pouvez poser des questions.
Réfléchissez aux idées suivantes qui
devraient vous aider à accroître votre
capacité d’écouter.
Posez des questions
Des questions comme celles qui suivent
peuvent témoigner que vous vous intéressez
aux idées et aux sentiments de chacun:
INCITEZ LES ÉLÈVES À APPRENDRE DILIGEMMENT
Pouvez-vous m’en dire davantage à ce sujet?
Qu’avez-vous ressenti quand cela est arrivé?
Je ne suis pas sûr de comprendre. Etes-vous en train de
dire que...?
Voulez-vous m’expliquer cela?
avez correctement compris. Ensuite vous pouvez vérifier
auprès de la personne en lui demandant si c’est bien ce
qu’elle était en train de dire ou s’il est nécessaire d’en parler
davantage. Lorsque vous faites cela, veillez à ne pas parler
de manière condescendante.
Apprenez aux élèves à s’écouter mutuellement
Pause
N’ayez pas peur des silences. Les gens ont souvent besoin
de réfléchir avant de répondre aux questions ou d’exprimer
ce qu’ils ressentent. Vous pourriez marquer un temps d’arrêt
après avoir posé une question, lorsqu’une expérience
spirituelle a été racontée ou que quelqu’un a des difficultés
à s’exprimer. Veillez à donner à la personne le temps d’exprimer toute sa pensée avant de répondre. Biens sûr, vous ne
devez pas marquer un temps d’arrêt trop long, surtout si la
personne se sent mal à l’aise ou contrainte de parler.
Faites attention à ce qui est dit
Parfois les gens ont tendance à penser à ce qu’ils vont
dire au lieu d’écouter ce que les autres disent. N’oubliez pas
de vous concentrer sur votre interlocuteur plutôt que de
préparer votre réponse.
Faites attention aux messages tacites
Les gens communiquent souvent leurs sentiments par
leur manière de s’asseoir, l’expression de leur visage, ce qu’ils
font de leurs mains, leur intonation et les mouvements
de leurs yeux. Ces messages tacites peuvent vous aider à
comprendre les sentiments de vos élèves.
Reformulez les paroles de votre interlocuteur
Après avoir écouté les messages exprimés et tacites, vous
pouvez reformuler ce que vous avez compris. Résumez les
messages en vos propres termes pour vous assurer que vous
Rappelez aux élèves que l’écoute est une manière
d’exprimer son amour. Les idées suivantes peuvent vous
aider à inciter les élèves à s’écouter mutuellement:
Lorsqu’une personne a répondu à une question ou
proposé une idée, invitez les autres soit à développer
l’idée, soit à exprimer un avis différent.
Lorsque quelqu’un pose une question, renvoyez-la aux
autres au lieu d’y répondre vous-même. Par exemple,
vous pouvez demander si quelqu’un voudrait répondre
à la question.
Demandez à l’avance à une ou plusieurs personnes de se
préparer à résumer les idées qui sont échangées pendant
la discussion.
Le Sauveur observait et écoutait constamment ceux qu’il
instruisait, et adaptait ses enseignements aux besoins qu’il
percevait. Par exemple, après avoir instruit les Néphites, il a
dit: «C’est pourquoi, rentrez chez vous, et méditez les choses
que j’ai dites» (3 Néphi 17:3). Cependant, juste au moment
où il s’apprêtait à partir, «il jeta de nouveau les regards alentour sur la multitude, et vit qu’elle était en larmes et avait les
regards fixés sur lui, comme si elle voulait lui demander de
demeurer encore un peu avec elle» (3 Néphi 17:5). Il a perçu
ses besoins et est resté pour la bénir et l’instruire encore.
Lorsque vous écoutez attentivement et répondez comme il
faut à ceux que vous instruisez, vous pouvez contribuer
à répondre à leurs besoins en matière d’apprentissage de
l’Evangile.
67
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
points, à revoir des idées et à corriger les
idées fausses. Par exemple:
16
Lorsque les frères de Néphi lui ont
demandé de leur pardonner de l’avoir lié
de cordes, que répond-il directement?
Quand et où l’Eglise a-t-elle été organisée?
Jésus-Christ, le Maître Pédagogue, posait
souvent des questions pour inciter les gens
à méditer et à appliquer les principes qu’il
enseignait (voir, par exemple, Matthieu
16:13–15; Luc 7:41–42; 3 Néphi 27:27).
Ses questions suscitaient la réflexion,
l’introspection et l’engagement.
Veillez à ne pas poser que des questions
de connaissance. Elles ne demandent
pas beaucoup de réflexion et elle peuvent
décourager ceux qui n’en connaissent pas la
réponse. Lorsque vous en utilisez, assurezvous généralement que vos élèves disposent
de l’information nécessaire pour y répondre.
Grâce aux questions de connaissance,
vous pouvez aider tout le monde à démarrer
la discussion au même stade. Vous pouvez
ensuite passer à des questions qui incitent
à une réflexion plus profonde et aider
les élèves à voir comment les principes de
l’Evangile s’appliquent à eux.
Directives générales pour préparer
des questions
Questions qui incitent à une réflexion
plus profonde
Les manuels de leçons produits par
l’Eglise proposent de nombreuses questions
que vous pouvez utiliser dans les leçons.
Lisez-les attentivement pour décider lesquelles seront les plus utiles à vos élèves.
Vous pouvez également préparer vos propres
questions. En examinant les questions à
utiliser dans une leçon, demandez-vous si
elles aideront vos élèves à comprendre les
idées principales de la leçon et à appliquer les
principes de l’Evangile qui sont enseignés.
Les idées suivantes peuvent vous aider
à préparer vos propres questions.
Certaines questions incitent les élèves
à réfléchir plus profondément au sens
des passages d’Ecriture et des principes de
l’Evangile. Ces questions commencent souvent par les mots que, comment ou pourquoi.
On ne peut y répondre par oui ou par non, et
elles ont généralement plus d’une réponse
juste. Par exemple:
ENSEIGNEZ EN POSANT
DES QUESTIONS
Questions auxquelles on peut répondre
par oui ou par non
Les questions auxquelles on peut
répondre par oui ou par non sont d’un usage
limité dans l’enseignement de l’Evangile.
Utilisez-les surtout pour obtenir que
les élèves s’engagent ou pour vérifier si
quelqu’un est d’accord ou non.
Questions de connaissance
Les questions de connaissance sont
utilisées pour établir les faits de base d’un
passage d’Ecriture, d’un événement ou d’un
principe de l’Evangile. Elles reçoivent des
réponses précises. Elles peuvent aider les
élèves à commencer l’étude d’un passage
d’Ecriture, à en comprendre les principaux
68
A votre avis, pourquoi cette révélation
a-t-elle été donnée à cette époque de
l’histoire de l’Eglise?
Qu’est-ce que cette histoire peut nous
apprendre sur la façon dont le Seigneur
aide ceux qui sont dans le besoin?
Comment définiriez-vous la foi?
Que signifie être doux?
Quel rapport y a-t-il entre cet objet et le
principe de l’Evangile dont nous discutons? (C’est une bonne question à poser
lors d’une leçon de choses.)
En quoi la réaction de Laman et de Lémuel
est-elle différente de celle de Néphi?
Lorsque vous posez ce genre de questions, soyez ouvert à toutes les réponses
(voir «L’écoute», pp. 66–67). Encouragez les
élèves à méditer sur les Ecritures et les principes de l’Evangile commentés et à exprimer
leurs idées. N’essayez pas d’obtenir des
réponses précises aux questions. Ils com-
INCITEZ LES ÉLÈVES À APPRENDRE DILIGEMMENT
prendront vite ce que vous faites et arrêteront de participer
ou commenceront à deviner au lieu de réfléchir. Lorsque
vous avez besoin d’une réponse précise, il est préférable de
poser une question de connaissance ou de présenter
l’information sous une autre forme.
Questions qui aident les élèves à appliquer
les principes de l’Evangile
Il est important de poser des questions qui aident les
élèves à appliquer les principes de l’Evangile. Par exemple:
Comment cette promesse du Seigneur s’est-elle accomplie
dans votre vie?
Comment faisons-nous parfois la même erreur que les
gens de cette histoire?
En quoi le châtiment divin peut-il être une bénédiction
pour nous?
De nos jours, quelles situations sont semblables aux
événements décrits dans ce récit des Ecritures?
Si vous étiez à la place de cette personne, que feriez-vous?
Demandez aux élèves de donner des exemples de situations où ils ont, eux ou d’autres, appliqué les principes de
l’Evangile commentés. Si l’Esprit vous y incite, encouragezles à témoigner des principes commentés.
Directives générales pour poser des questions
Posez des questions auxquelles les élèves peuvent répondre
N’utilisez pas les questions pour montrer vos connaissances. Posez des questions qui susciteront des réponses
réfléchies de vos élèves.
Réagissez avec respect et courtoisie aux réponses incorrectes
Il arrive de temps en temps que quelqu’un donne une
réponse incorrecte ou une réponse qui démontre peu de
compréhension. D’autres personnes du groupe risquent de
se moquer de ce genre de réponse. Cela peut embarrasser
la personne et la dissuader de participer à l’avenir. Cela peut
contrarier le processus d’apprentissage de cette personne.
Réagissez avec respect et courtoisie aux réponses incorrectes. Assurez-vous que la personne concernée ne craint
pas de participer. Vous pouvez assumer la responsabilité de
l’erreur en disant, par exemple: «Je suis désolé. Je crois que
la question que j’ai posée n’était pas très claire. Je vais la
poser à nouveau.» Ou vous pouvez secourir la personne en
disant: «Vous pensiez peut-être à quelque chose d’autre» ou
«Merci de soulever ce point, mais je crois que ma question
n’était pas claire.» Ce genre de réaction aidera vos élèves
à craindre de moins en moins de participer même s’ils
croient qu’ils risquent de donner une mauvaise réponse.
Attendez les réponses
Ne vous inquiétez pas si les élèves restent silencieux pendant quelques secondes quand vous avez posé une ques-
tion. Ne répondez pas vous-même à la question. Laissez à
vos élèves le temps de trouver une réponse. Cependant, un
silence prolongé peut vouloir dire qu’ils ne comprennent
pas la question et que vous devez la reformuler.
Posez des questions complémentaires
Les questions complémentaires peuvent aider les élèves à
réfléchir plus profondément à un principe dont ils discutent.
Par exemple, si des élèves proposent une manière d’appliquer
une Ecritures, vous pouvez demander: «Qu’est-ce que cette
histoire peut encore nous apprendre?»
Donnez à tous l’occasion de parler
Pour encourager davantage d’élèves à participer, vous
pouvez poser des questions complémentaires à des élèves
qui n’ont pas encore pris la parole pendant la leçon.
Si plusieurs personnes ont des commentaires à propos
d’un sujet, vous pouvez dire: «Nous entendrons d’abord vos
commentaires et puis les vôtres.» Ensuite, vos élèves resteront
calmes parce qu’ils savent qu’ils auront l’occasion de parler.
Aidez les élèves à se préparer à répondre aux questions
Pour aider les élèves à se préparer à répondre aux questions, vous pouvez leur dire avant une lecture ou un exposé
que vous leurs poserez des questions (voir «Lecture ou
écoute thématique» dans «Enseignez à partir des Ecritures»,
pp. 55–56). Par exemple, vous pouvez dire aux élèves de
bien écouter pendant que vous lisez afin qu’ils puissent dire
ce qui les intéresse le plus dans ce passage, ou de voir dans
cette lecture s’il peuvent comprendre ce que le Seigneur nous
dit sur la foi.
Evitez les questions qui donnent lieu à controverse
et incitent à la dispute
Le Sauveur a dit: «Celui qui a l’esprit de querelle n’est
pas de moi» (3 Néphi 11:29; voir aussi les versets 28 et 30).
Veillez à ne pas poser de questions qui créent la controverse
ou mettent en lumière des sujets à sensation. Ne posez pas
de questions qui sèment le doute ou qui aboutissent à des
discussions qui ne sont pas édifiantes. Assurez-vous que vos
questions renforcent l’unité de la foi et l’amour des élèves
(voir Mosiah 18:21). En cas de désaccord, efforcez-vous
de faire ressortir les points communs et la doctrine correcte.
Posez de temps en temps des questions qui incitent
à réfléchir en silence
Vous pouvez de temps en temps poser des questions
auxquelles les élèves doivent réfléchir en silence au lieu de
répondre sous forme de discussion ouverte. Par exemple:
Qu’avez-vous fait aujourd’hui qui vous rapproche de la
vie éternelle?
Avez-vous négligé de faire quelque chose aujourd’hui qui
vous aurait rapproché de la vie éternelle?
69
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
aujourd’hui?» Vous pouvez lancer la leçon en demandant
aux élèves de répondre à ces questions puis en écrivant
leurs réponses sur trois colonnes au tableau.
Utilisation créative de questions
Vous pourriez utiliser vos questions comme suit:
Demandez à chaque élève de lire une question sur
un principe de l’Evangile ou sur un verset d’Ecriture.
Rassemblez les questions et discutez-en.
Demandez à des élèves de jouer le rôle d’un personnage de leur choix dans la leçon et laissez les autres
leur poser des questions (voir «Jeux de rôle», p. 174).
Cela fonctionne particulièrement bien avec les enfants.
Pendant la semaine qui précède la leçon, distribuez des
questions à quelques élèves. Demandez-leur de se préparer
à y répondre pendant la leçon suivante.
70
Ecrivez des questions sur des bandes de mots et fixez les
bandes de mots sur le siège des chaises. Aux moments
appropriés de la discussion, demandez à chaque personne
de détacher la question de sa chaise. Demandez-lui
ensuite de la lire et d’y répondre.
Utilisez les questions suivantes pour discuter d’un principe de l’Evangile: «Que savons-nous déjà de ce principe?»
«Que voulons-nous savoir?» «Qu’avons-nous appris
Ecrivez une question au tableau avant le début du cours
pour que les élèves puissent commencer à y réfléchir dès
qu’ils arrivent.
Demandez aux élèves de répondre aux questions en
trouvant et en lisant des Ecritures ou des cantiques qui
s’y rapportent. Demandez aux élèves de répondre aux
questions en citant des exemples tirés de leur propre vie.
Divisez la classe en petits groupes. Donnez quelques
questions à analyser à chaque groupe. Demandez
ensuite à chaque groupe de faire rapport de ses réponses
à la classe.
Informations supplémentaires
Pour avoir plus de renseignements, voir «Planification et
animation de discussions édifiantes», pp. 303–304 dans la
section «Comment enseigner et diriger dans l’Eglise» du
Manuel d’instructions de l’Eglise.
INCITEZ LES ÉLÈVES À APPRENDRE DILIGEMMENT
17
COMMENT AIDER LES
ÉLÈVES À ÊTRE ATTENTIFS
Un instructeur de l’Ecole du Dimanche a
donné l’idée suivante à propos d’une leçon
qu’il a faite:
«J’avais l’impression d’avoir emmené les
élèves en randonnée dans la forêt. Quand
nous nous sommes engagés tous ensemble
sur le sentier, j’ai montré en cours de route
des passages d’Ecriture intéressants. J’ai expliqué soigneusement les idées de la leçon,
comme un guide expliquerait les diverses
sortes de feuilles d’arbre le long d’un sentier
forestier.
«A un moment donné, je me suis en
quelque sorte retourné pour voir où en
étaient mes élèves. J’ai constaté qu’ils
étaient vraiment loin en arrière sur le
sentier des Ecritures. Aucun d’entre eux
n’était resté à ma hauteur. Certains traînaient en arrière; certains étaient bloqués;
d’autres s’étaient éloignés de la piste et
s’étaient égarés. Je devais, pour ainsi dire,
faire marche arrière, rassembler la classe et
essayer à nouveau d’avancer.»
Comme l’illustre cette expérience, un
instructeur peut parfois être «séparé» de ses
élèves pendant une leçon. Il arrive que
les élèves ne soient plus intéressés ou qu’ils
soient distraits.
Comment les instructeurs peuvent-ils
aider les élèves à rester attentifs? Il n’y a pas
de réponse unique à cette question mais il
y a des choses que l’on peut faire.
manque de réflexion ou d’enthousiasme
dans leurs réponses à vos questions.
Soyez prudent lorsque vous interprétez
des signes de l’attention des élèves. Certains,
qui paraissent «séparés» peuvent en réalité
suivre attentivement la leçon. Par exemple,
un élève qui ne vous regarde pas peut
être en train de réfléchir à quelque chose
qui a été dit en classe ou de méditer sur une
inspiration qu’il a reçue du Saint-Esprit.
Lorsque vous enseignez selon l’Esprit,
vous avez souvent la bénédiction de pouvoir discerner le niveau d’attention de vos
élèves. Vous pouvez parfois être poussé
à faire des changements dans la leçon pour
capter à nouveau l’attention des élèves.
Comment aider les élèves
à être attentifs
Les idées suivantes peuvent vous permettre d’aider les élèves à être attentifs:
Faites en sorte que la matière ait un
rapport avec vos élèves. Aidez-les à voir
en quoi elle s’applique à eux. S’ils ne
voient pas comment, ils ne seront vraisemblablement ni intéressés ni attentifs.
Faites varier le ton de votre voix lorsque
vous enseignez. Parlez-vous trop lentement, trop rapidement, trop doucement
ou trop fort? Parlez-vous d’une voix
monocorde? Avez-vous une élocution
claire? Enseignez-vous avec enthousiasme? Votre voix peut jouer sur le
niveau d’attention de vos élèves.
Maintenez le contact visuel. Servez-vous
du contact visuel pour entraîner les
élèves dans la leçon. Lorsque vous enseignez en gardant le contact visuel, votre
attention est centrée sur vos élèves et
non sur la matière de la leçon. Le fait que
vous gardez le contact visuel lorsque
vous écoutez leurs commentaires et leurs
questions les aide à savoir que vous vous
intéressez à ce qu’ils ont à dire. Veillez
à ne pas laisser votre regard se promener
dans la salle pendant que vous parlez.
Disposez les chaises de manière à voir le
visage de chaque personne et à ce que
chaque personne voie le vôtre. Les jeunes
enfants seront plus attentifs si vous vous
asseyez près d’eux et si vous leur parlez
en vous mettant à leur niveau.
Utilisez le mouvement. Essayez de vous
déplacer dans la salle pendant que vous
enseignez, mais ne faites pas d’allées et
Observez et écoutez vos élèves
Vous pouvez souvent deviner si vos
élèves se «séparent» de vous. Vous pouvez
remarquer qu’ils sont plus agités que d’habitude, qu’ils ne suivent pas lorsque d’autres
lisent des passages d’Ecriture à haute voix ou
qu’ils se parlent de choses qui ne se rapportent pas à la leçon. Vous sentez peut-être un
71
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
venues. Si vous vous rapprochez des élèves quand vous
posez une question, cela démontre votre intérêt et les
invite à répondre. Les mouvements de mains et de bras
appropriés peuvent contribuer à mettre en valeur un
point de la leçon. Déplacez-vous d’une manière naturelle,
en rapport avec votre personnalité. Si vos mouvements
sont étudiés, manquent de naturel ou sont répétitifs, ils
risquent de distraire les élèves et de leur faire perdre leur
intérêt pour la leçon.
72
Variez le rythme de la leçon. L’allure avec laquelle vous
traitez la leçon peut influencer l’attention des élèves.
Si la leçon va trop vite, les élèves risquent de s’y perdre.
Si vous avancez trop lentement, ils risquent de ne plus
être intéressés. Certaines parties de la leçon peuvent
paraître traîner en longueur ou s’enliser dans des discussions ou des histoires. Une partie de la matière peut
être importante mais moins d’actualité pour vos élèves.
Traitez rapidement cette matière de manière à pouvoir
passer aux points principaux de la leçon.
Variez les méthodes pédagogiques. L’emploi de méthodes
pédagogiques différentes peut vous aider à varier le
rythme de la leçon, à capter l’attention des élèves au
début et à la capter à nouveau en cours de route ou à
faire la transition d’une partie à une autre de la leçon.
Par exemple, une discussion en petits groupes peut faire
participer instantanément ceux qui paraissent perdre
de l’intérêt et se déconcentrer (voir «Un enseignement
diversifié», pp. 89–90).
Responsabilité de chacun de participer
Dans vos efforts pour aider les élèves à être plus attentifs,
rappelez-vous que c’est eux qui, en fin de compte, ont la
responsabilité de participer. Si quelqu’un ne participe pas,
ne l’y contraignez pas. Continuez plutôt à manifester votre
intérêt, votre respect et votre désir d’aider en vous rappelant
ce conseil du Seigneur aux détenteurs de la prêtrise: «Aucun
pouvoir, aucune influence ne peuvent ou ne devraient être
exercés... autrement que par la persuasion, par la longanimité, par la gentillesse et la douceur, et par l’amour sincère»
(Doctrine et Alliances 121:41).
INCITEZ LES ÉLÈVES À APPRENDRE DILIGEMMENT
18
COMMENT DIRE S’ILS APPRENNENT
Une instructrice de la Primaire faisait une leçon à une
classe d’enfants de neuf ans. Les points principaux de la
leçon étaient que le président de l’Eglise reçoit la révélation
pour l’Eglise entière et que chaque membre reçoit la révélation personnelle pour le guider dans sa propre vie. La
leçon était bien organisée. Elle comprenait le marquage des
Ecritures, des discussions à l’aide du tableau, les activités
conseillées dans le manuel et une révision.
Vers la fin de la leçon, l’instructrice a posé une question
de révision. «Qui a l’autorité de recevoir la révélation pour
l’Eglise?» Tous les enfants ont levé la main. Ils connaissaient
tous la réponse: Le président de l’Eglise.
L’instructrice a demandé alors: «A propos de quelle
sorte de choses pouvez-vous recevoir la révélation?» Il n’y a
pas eu de réponse. Comme ils avaient discuté de ce sujet
durant la leçon, l’instructrice a été surprise que personne ne
réponde à la deuxième question. Elle a reformulé légèrement la question, mais il n’y a toujours pas eu de réponse.
Alors Sarah, l’une des élèves, a levé la main et a demandé:
«Mais qu’est-ce que cela veut dire, la révélation?»
Parce que les élèves avaient récité les réponses correctes,
l’instructrice ne s’était pas rendu compte qu’ils ne comprenaient pas les principes de base de la leçon. Si Sarah n’avait
pas posé de question, la leçon aurait été incomplète pour
elle et vraisemblablement pour les autres élèves. Ils auraient
appris très peu de choses qui ait un sens pour eux. Comment
l’instructrice aurait-elle pu s’assurer plus tôt dans la leçon
que tout le monde comprenait bien?
En observant les progrès de vos élèves, vous pouvez
adapter avec subtilité la façon dont vous faites la leçon. Par
exemple, vous pouvez répéter et remettre en lumière des
idées, faire une pause pour une discussion, raconter une histoire ou rendre témoignage. Vous pouvez également savoir
quand vous devez vous tourner vers un élève en particulier.
Pour faire preuve d’attention et pouvoir vous concentrer
sur les élèves, vous devez bien vous préparer de sorte de ne
pas dépendre exagérément de vos notes ou du manuel de
leçons.
Certaines méthodes pédagogiques peuvent vous aider
à voir si les élèves comprennent les principes que vous
enseignez. Analysez les idées suivantes:
Demandez aux élèves de reformuler les principes en leurs
propres termes. Cela vous aidera à savoir au début de la
leçon s’ils comprennent certains mots ou certaines idées.
S’ils ne les comprennent pas, vous pouvez proposer des
explications qui leur permettront de mieux comprendre
le reste de la leçon.
Utilisez plusieurs études de cas brèves. Programmez-les
afin que certaines illustrent correctement les principes
que vous enseignez et d’autres non. Demandez à vos
élèves de trouver les études de cas qui illustrent correctement les principes (voir «Etudes de cas», pp. 166–167).
Posez des questions qui demandent aux élèves de
montrer qu’ils comprennent les principes enseignés. Les
réponses des élèves peuvent signaler qu’il est nécessaire
de revoir certains points de la leçon et d’adapter le plan
de la leçon.
Animez une discussion. Si vous écoutez attentivement
les commentaires des élèves, vous saurez s’ils ont une
compréhension correcte des principes que vous enseignez.
Reportez-vous aux Ecritures, aux enseignements des prophètes modernes ou au manuel de leçons pour corriger,
expliquer ou souligner les points importants (voir
«Animation de discussions», pp. 63–65).
Comment dire si les élèves comprennent
Boyd K. Packer a dit: «Les yeux de l’instructeur attentif
parcourent continuellement la classe, enregistrant chaque
mouvement, chaque expression et réagissant rapidement
aux signes de manque d’intérêt ou de difficulté à comprendre. Ils remarquent immédiatement un air perplexe
ou sentent directement si l’enseignement est bien passé»
(Teach Ye Diligently, édition révisée, 1991, pp. 164–165).
73
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
que les Ecritures et les prophètes modernes
enseignent sur la dîme et sur son utilisation.
Il peut alors aider l’enfant à prendre 10 % de
l’argent, à remplir un reçu de dîme, à mettre
l’argent et le reçu dans une enveloppe de
dîme et à donner l’enveloppe à l’évêque.
19
COMMENT AIDER
LES éLèvES À APPLIQUER
CE QU’ILS APPRENNENT
Jésus a enseigné: «Ceux qui me disent:
Seigneur! Seigneur! n’entreront pas tous
dans le royaume des cieux» (Matthieu 7:21).
Il ne suffit pas de connaître l’Evangile; nous
devons l’appliquer.
Un instructeur a donné l’analogie suivante: «J’ai appris une grande leçon grâce
aux lettres de l’alphabet... Nous pouvons
les répéter dans les deux sens, mais elles ont
alors peu de sens parce qu’elles n’ont pas
été rassemblées avec un objectif et un ordre.
Lorsque nous les assemblons avec un
objectif et un ordre réels, cela donne des
cantiques sacrés, les Ecritures, de grandes
œuvres de poésie et de prose, des chants
merveilleux, etc. Il en va de notre vie
comme des lettres de l’alphabet... L’action
est importante, mais c’est la bonne sorte
d’action qu’il nous faut, l’action réfléchie»
(William H. Bennett, dans Conference
Report, Conférence de l’interrégion de
Tonga, 1976, p. 15).
Comme instructeur, vous pouvez aider
les élèves à mettre la parole en pratique et
ne pas vous borner à l’écouter (voir Jacques
1:22). Pour cela, vous devez enseigner d’une
manière qui aidera les élèves à appliquer
les principes de l’Evangile.
Assurez-vous que les élèves
comprennent les principes que
vous enseignez
Vous pouvez aider les élèves à comprendre
les principes de l’Evangile d’une manière
qui leur permettra de les appliquer. Par
exemple, lorsqu’un enfant gagne ou reçoit
de l’argent, son père peut lui expliquer ce
74
Aidez les élèves à apprendre
selon l’Esprit
Il ne suffit pas de se contenter de comprendre les principes de l’Evangile. Pour
appliquer vraiment ce qu’ils apprennent,
les gens doivent recevoir le témoignage que
c’est vrai. Cela n’arrive que lorsque vous
enseignez selon l’Esprit et qu’ils apprennent
selon l’Esprit (voir «Favorisez la présence de
l’Esprit lorsque vous enseignez», pp. 45–46).
Beaucoup de méthodes peuvent servir
à aider les élèves à apprendre selon l’Esprit.
Par exemple, lorsque vous ou vos élèves
racontez des histoires véridiques sur la façon
dont vous avez surmonté des épreuves,
l’Esprit peut aider les élèves à trouver le courage de pratiquer l’Evangile. Dans une classe
de la Prêtrise d’Aaron, l’instructeur a parlé
de façon vivante de son frère qui avait arrêté
de fumer et avait reçu de grandes bénédictions pour l’avoir fait. Cette histoire a touché un jeune homme de la classe et l’a incité
à arrêter de fumer, lui aussi!
Encouragez les élèves à aller
et à faire de même
Après avoir donné la parabole du Bon
Samaritain, le Sauveur a commandé à ses
auditeurs: «Allez, et vous, faites de même»
(voir Luc 10:37). Invitez souvent les élèves à
appliquer les principes qu’ils apprennent.
Ces tâches doivent être réalistes et réalisables. Par exemple, dans une leçon sur la
prière, vous pourriez encourager les membres
de la famille ou les élèves à prier matin
et soir. Dans une leçon sur le service, vous
pourriez les encourager à aider un voisin
dans le besoin.
Vous devez normalement assurer le suivi
des tâches que vous donnez; cela aidera les
élèves à apprécier l’importance de ce qui est
demandé d’eux.
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
CRÉEZ UNE ATMOSPHÈRE PROPICE
À L’APPRENTISSAGE
L’ordre et la discipline personnelle sont essentiels si l’on veut apprendre.
La meilleure manière d’y arriver, c’est de nous aimer les uns les autres
et de vouloir nous aider mutuellement à progresser. Lorsque nous faisons preuve
de considération, de courtoisie et de recueillement, nous mettons davantage
l’accent sur l’apprentissage de l’Evangile. L’Esprit est plus abondamment avec nous.
Le risque de perturbation est moindre.
Nous, les instructeurs, nous pouvons faire beaucoup pour créer une atmosphère
de considération mutuelle. Nous devons aussi enseigner aux élèves à créer une
atmosphère propice à l’apprentissage. Nous leur enseignons ainsi à être de meilleurs
disciples du Sauveur et nous devenons nous-mêmes de meilleurs disciples.
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
nécessaires: craie, effaceur, crayons de couleur, bande adhésive ou aides visuelles. Si
vous utilisez un appareil, vérifiez-le avant de
l’utiliser dans la leçon. Cela vous donnera le
temps de changer de plans s’il ne fonctionne
pas correctement.
20
Disposition des sièges
PRÉPARATION DE LA SALLE
DE CLASSE
Un cadre d’apprentissage confortable
et accueillant peut contribuer à la discipline
des élèves, à leur désir de se concentrer sur
la leçon et leur capacité de recevoir l’influence de l’Esprit. Que vous soyez instructeur d’une classe ou un père ou une mère
qui se prépare à la soirée familiale, vous
devez faire tout votre possible pour améliorer le local dans lequel vous enseignez.
Idées pour préparer la salle de classe
Propreté
Veillez à ce que la salle de classe soit
propre. Vous devrez peut-être balayer,
ramasser les papiers ou effacer le tableau.
Assurez-vous aussi que vous avez une
présentation propre et pudique.
Température
Dans la mesure du possible, assurez-vous
que la pièce n’est ni trop chaude ni trop
froide. Si vous enseignez dans une salle de
classe de l’Eglise, vous devrez peut-être vous
adresser à vos dirigeants pour que la salle
de classe ait une température confortable.
Eclairage
Veillez à ce que la pièce soit correctement
éclairée. Disposez les chaises de manière à
ce que personne n’ait le soleil dans les yeux.
Touche personnelle
Créez une atmosphère chaleureuse et
suscitez l’intérêt en apportant quelque chose
qui décore la pièce. Par exemple, vous pouvez
apporter des fleurs ou exposer des images
ou des objets se rapportant à la leçon.
Documentation pour la leçon
Assurez-vous que vous avez tout le matériel et toute la documentation pédagogiques
76
Disposez les sièges de manière à ce que
les élèves vous voient et vous entendent et
se voient et s’entendent les uns les autres.
Essayez de faire en sorte de pouvoir regarder
chaque personne dans les yeux. Assurezvous également que la disposition des
chaises permet à tout le monde de voir le
tableau et les autres aides visuelles.
Si possible, veillez à ce que les chaises
soient confortables. Les enfants sont plus à
l’aise sur des chaises ou des bancs qui leur
permettent de poser les pieds par terre. Ils
aiment parfois aussi s’asseoir par terre. Les
chaises pour les adultes et les jeunes doivent
avoir la taille appropriée et être disposées
pour qu’on puisse y accéder facilement et
avoir suffisamment de place pour les jambes.
Chaque fois que c’est nécessaire, disposez
les places assises de manière à séparer les
enfants qui se perturbent mutuellement.
Vous pouvez écrire le nom des enfants sur
des bouts de papier et les mettre sur le
dossier des chaises ou sur le sol devant les
chaises avant le début de la classe.
Si plus d’une classe doit se réunir dans
la même salle, disposez les chaises dos-à-dos,
orientées vers les deux côtés opposés
de la salle. Si vous disposez de paravents,
utilisez-les.
Espace
Laissez suffisamment de place pour
les activités prévues. Par exemple, si vous
prévoyez un jeu de rôles, assurez-vous
d’avoir assez de place pour que les participants puissent se tenir debout et se déplacer.
Pour tenir ce genre d’activités chez vous,
vous devrez peut-être redisposer les meubles.
Demandez aux élèves de vous aider
Vous, l’instructeur, êtes responsable des
locaux dans lesquels vous enseignez. Mais il
n’est pas nécessaire de tout installer vousmême. Laissez vos élèves participer à l’amélioration des lieux. Vous pouvez leur donner
des responsabilités précises, soit régulièrement, soit de temps en temps.
C R É E Z U N E AT M O S P H È R E P R O P I C E À L ’ A P P R E N T I S S A G E
21
COMMENT APPRENDRE AUX élèves
À CONTRIBUER À UNE AMBIANCE PROPICE
À L’APPRENTISSAGE
Caractéristiques d’une atmosphère
propice à l’apprentissage
«Désignez parmi vous un
instructeur, et que tous
ne soient pas porte-parole
en même temps mais
qu’une personne parle à la
fois, et que tous écoutent
ce qu’elle a dit, afin que
lorsque tous ont parlé, tous
soient édifiés par tous»
(Doctrine et Alliances
88:122).
Lorsque nous nous réunissons pour
apprendre l’Evangile, nous ne nous retrouvons pas seulement en tant qu’instructeurs,
élèves et amis. Nous nous réunissons en tant
que frères et sœurs, enfants de notre Père
céleste. Notre alliance du baptême nous unit
davantage parce que nous avons les mêmes
responsabilités que celles qu’Alma décrit
pour les saints qui viennent de se faire baptiser dans les eaux de Mormon: Nous devons
regarder d’un même œil vers l’avenir, ayant
une seule foi et un seul baptême, et le cœur
enlacé dans l’unité et l’amour les uns envers
les autres (voir Mosiah 18:21).
Cette compréhension de notre alliance du
baptême doit nous inciter à aider les autres à
apprendre et à pratiquer l’Evangile de façon
à pouvoir retourner vivre avec notre Père
céleste. Une manière de permettre aux élèves
comme aux instructeurs de le faire est de
créer une atmosphère propice à l’apprentissage de l’Evangile.
Dans une atmosphère propice à l’apprentissage de l’Evangile, (1) nous nous édifions
mutuellement en participant, (2) nous nous
aimons et nous nous aidons et (3) nous
désirons rechercher ensemble la vérité.
Les instructeurs et les élèves s’édifient
mutuellement en participant. Nous nous édifions mutuellement lorsque nous écoutons
attentivement les commentaires des autres,
participons aux discussions et aux autres
activités pédagogiques, posons des questions
réfléchies, prions ensemble, proposons
des expériences et des idées personnelles,
et rendons témoignage (voir Doctrine et
Alliances 88:122).
Les instructeurs et les élèves s’aiment et
s’aident les uns les autres. Les gens apprennent
plus efficacement quand ils sentent qu’ils
sont avec des amis qui se soucient d’eux. S’ils
se sentent ridicules ou gênés, ils risquent
de moins participer aux leçons et de moins
progresser dans l’Evangile. Nous pouvons
montrer par nos paroles et nos actes que
nous nous soucions d’eux et que nous voulons qu’ils progressent. Le conseil suivant
d’Henry B. Eyring a trait à l’amour que nous
devrions ressentir lorsque nous nous réunissons pour apprendre l’Evangile: «Notre
Père céleste veut que nos cœurs soient unis.
Cette union dans l’amour n’est pas seulement un idéal. C’est une nécessité» (L’Etoile,
juillet 1998, p. 75).
Les instructeurs et les élèves désirent tous
rechercher la vérité. Lorsque nous nous unissons dans le grand objectif d’apprendre
à comprendre et à vivre l’Evangile, nos occasions d’apprendre augmentent. Lorsque
nous sommes plus unis dans notre recherche
de la vérité, nous invitons l’Esprit du
Seigneur à être avec nous en abondance.
Comment enseigner aux autres
dans une ambiance propice
à l’apprentissage
L’une de vos responsabilités d’instructeur
est d’aider les élèves à comprendre ce qu’ils
peuvent faire pour créer une ambiance
propice à l’apprentissage. Chaque élève a la
responsabilité d’aider les autres à avoir une
bonne expérience d’apprentissage. En vous
efforçant de créer une ambiance propice à
l’apprentissage dans votre classe, non seulement vous corrigez le comportement et vous
vous assurez que votre présentation n’est pas
interrompue, mais vous remplissez votre
mission divine qui est d’aider les autres à
devenir de meilleurs disciples du Sauveur.
Pour enseigner aux membres de votre
famille ou à vos élèves à créer une ambiance
propice à l’apprentissage, envisagez d’animer
une discussion à l’aide des idées suivantes:
77
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
Exprimez vos sentiments sur l’Evangile et expliquez que
vous voulez aider les autres à apprendre des vérités de
l’Evangile.
Discutez de notre responsabilité de nous aider mutuellement à apprendre l’Evangile (voir p. 77).
Parlez de l’importance de participer aux leçons.
Demandez à l’assistance de proposer des choses qu’elle peut
faire pour créer une ambiance propice à l’apprentissage.
Une instructrice qui a été appelée à instruire les enfants
de sept et de huit ans à la Primaire a mené ce genre de
discussion la première fois qu’elle a été avec la classe. «Mes
amis», a-t-elle dit ce dimanche matin-là, «l’évêque m’a
appelée pour être votre instructrice. Il m’a imposé les mains
et m’a bénie pour que je puisse vous comprendre, vous
aimer et vous enseigner des principes vrais. Cela me fait très
plaisir. Dans notre classe, je vais essayer de préparer des
leçons intéressantes et vraies. Je veillerai à vous donner de
nombreuses occasions de poser des questions et d’y
répondre, de chanter, d’écouter des histoires et de me dire
des choses que vous savez être vraies.
«Avant de naître, nous vivions tous avec notre Père
céleste. Nous sommes ses enfants et nous sommes donc
frères et sœurs. Dans notre classe, nous voulons nous aider
les uns les autres à apprendre pour pouvoir retourner vivre
avec notre Père céleste. Voyons ce que chacun de nous peut
faire pour aider les autres élèves à apprendre les principes
importants dont nous allons parler. Que chacun pense à
quelque chose qu’il peut faire.»
78
L’instructrice a écrit les idées des élèves au tableau. La
liste comprenait, entre autres, les points suivants: traiter
chacun gentiment, participer aux leçons, raconter des expériences et rendre témoignage, écouter et essayer vraiment
de comprendre les principes de l’Evangile.
L’instructrice a ensuite demandé: «Pensez à quelque
chose qui vous empêcherait d’apprendre.» Elle a écrit une
autre liste au tableau. Cette liste comprenait, entre autres,
se moquer de quelqu’un ou parler pendant que quelqu’un
d’autre a la parole.
A l’aide de ces deux listes, l’instructrice et les élèves ont
décidé de quelques règles à appliquer en classe qui décrivaient ce qu’ils devraient attendre les uns des autres.
Cela n’a pas été la seule fois où l’instructrice a parlé de
ces principes. Elle en a discuté de temps en temps en
privé avec certains élèves et, lorsque c’était nécessaire, avec
toute la classe.
Lorsque vous vous préparez à enseigner, voyez comment
vous pouvez adapter la méthode de cette instructrice ou
utiliser d’autres idées pour aider les élèves à contribuer à
une ambiance propice à l’apprentissage. Si vous êtes observateur et recourez à la prière, vous trouverez de nombreuses
occasions d’enseigner que nous apprenons mieux lorsque
(1) nous nous édifions les uns les autres en participant, (2)
nous nous aimons et nous aidons mutuellement et (3) nous
désirons chercher ensemble la vérité.
Informations supplémentaires
Pour en savoir plus sur la manière de créer une ambiance
propice à l’apprentissage, voyez les leçons 6 et 7 de Enseigner l’Evangile (pp. 213–221).
C R É E Z U N E AT M O S P H È R E P R O P I C E À L ’ A P P R E N T I S S A G E
22
COMMENT L’INSTRUCTEUR PEUT
CONTRIBUER À CRéER UNE AMBIANCE
PROPICE À L’APPRENTISSAGE
En plus d’aider les élèves à apprendre
comment ils peuvent contribuer à créer une
ambiance propice à l’apprentissage (voir
pp. 77–78), il existe un certain nombre de
méthodes que vous, instructeur, pouvez utiliser pour contribuer à créer cette ambiance.
Préparez-vous spirituellement
«Car le prédicateur n’était
pas meilleur que l’auditeur,
et l’instructeur n’était
pas meilleur que celui qui
apprenait; et ainsi, ils
étaient tous égaux, et ils
travaillaient tous, chacun
selon sa force» (Alma 1:26).
Votre propre préparation spirituelle contribue beaucoup à une ambiance propice
à l’apprentissage au foyer ou en classe.
Lorsque vous êtes prêt spirituellement, vous
apportez un esprit de paix, d’amour et de
recueillement. Vos élèves se sentent plus en
sécurité pour méditer sur des choses qui
ont une valeur éternelle et pour en discuter.
Lorsque vous êtes énervé, préoccupé, en
colère ou lorsque vous avez l’esprit critique
et que vous ne vous êtes pas préparé
spirituellement, ils risquent d’être moins
capables d’apprendre selon l’Esprit. (Pour
plus de suggestions sur la manière de vous
préparer spirituellement, voir pp. 11–20).
Aimez chaque élève et allez vers lui
Jésus a dit: «Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les
autres; comme je vous ai aimés, vous aussi,
aimez-vous les uns les autres» (Jean 13:34).
Vous devez chercher à aimer vos élèves, non
seulement quand ils sont faciles à aimer,
mais aussi quand ils mettent votre patience
à l’épreuve (voir «Recherchez le don de la
charité», p. 12).
Chacun de vos élèves a une grande valeur
aux yeux du Seigneur et chacun doit avoir
une grande valeur à vos yeux. Trouvez des
moyens de toucher chacun de vos élèves
(voir «Touchez chacun individuellement»,
pp. 35–36). Lorsqu’ils comprennent que
vous les aimez et que vous vous souciez
d’eux, vos élèves apprennent à vous faire
confiance. Ils seront plus faciles à instruire
et moins susceptibles de semer l’agitation
(voir «L’amour adoucit le cœur», pp. 31–32).
Habillez-vous convenablement
Vos vêtements et votre présentation ne
doivent pas distraire de la leçon. Si vous
instruisez à des jeunes, il n’est pas nécessaire
de vous habiller comme eux pour gagner
leur confiance.
Accueillez chaleureusement les élèves
Si vous avez une salle pour votre cours,
souriez lorsque les élèves entrent dans
la salle. Accueillez chacun en lui serrant la
main. Dites-leur que vous êtes heureux
de les voir. Dites-leur que vous les appréciez.
Rien qu’une phrase ou deux d’accueil
chaleureux peut les mettre à l’aise et les
aider à se préparer à apprendre.
Vous pouvez également faire de la soirée
familiale et de l’étude des Ecritures en
famille des occasions spéciales en accueillant
chaleureusement chaque membre de la
famille au début de l’activité.
Commencez d’une manière
qui attire l’attention
Avant le début de la leçon, vos élèves
vont certainement bavarder ou faire d’autres
choses entre eux. L’une de vos responsabilités est de mettre fin à ces activités et
d’aider chacun à se concentrer sur la leçon.
Cela peut vouloir dire qu’il faudra conduire
chaque élève à sa place ou passer un enregistrement de cantique. Il suffira peut-être
simplement de regarder chaque personne
dans les yeux avant de demander à quelqu’un de faire la prière d’ouverture. Vous
pouvez décider de temps en temps de
faire vous-même la prière d’ouverture (voir
«Comment introduire la leçon», p. 93).
79
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
Encouragez les élèves à se respecter
les uns les autres
D’habitude, les enfants
font ce qu’ils pensent que
l’on attend d’eux. Lorsque
vous leur exprimez
des sentiments positifs,
vous les aidez à garder
une ambiance propice
à l’apprentissage. Voici
quelques exemples de
commentaires positifs
que vous pourriez faire:
80
Chacun d’entre vous est
unique. Chacun d’entre
vous est vraiment un
enfant de Dieu. Dans le
monde entier, il n’existe
personne d’autre
exactement comme vous.
Vous avez contribué
à rendre notre leçon
intéressante en parlant
de vos expériences.
Cela me rend heureux
lorsque nous travaillons
si bien ensemble.
Je sais que notre Père
céleste est heureux
de chacun d’entre nous
aujourd’hui.
J’apprécie ce que vous
faites de bien. Nous
essayons tous de faire
ce qui est bien.
Nous devrions parler
à tour de rôle. Tout le
monde a de bonnes idées
et nous devons nous
écouter les uns les autres.
Invitez les élèves à réfléchir à ce qu’ils
peuvent faire pour que tout le monde se
sente aimé et apprécié. Par ce que vous dites
et ce que vous faites, vos élèves peuvent
apprendre à faire preuve de respect mutuel.
Vos réponses aux questions peuvent leur
apprendre à réagir respectueusement aux
commentaires et aux questions des autres
(voir «L’écoute», pp. 66–67). Assurez-leur
que toutes les questions sincères seront les
bienvenues. Les questions d’une personne
peuvent aider à expliquer des principes
que d’autres ne comprennent pas non plus.
Encouragez vos élèves à faire preuve
d’enthousiasme pour apprendre
l’Évangile
Les élèves peuvent venir en classe pour
diverses raisons. Cependant, lorsqu’ils arrivent, vous devez les aider à se concentrer
avec enthousiasme sur un seul objectif:
apprendre l’Evangile. Vous pouvez y parvenir en les aidant à voir que l’Evangile les
aidera à résoudre leurs problèmes, à enrichir
leur vie et à être plus heureux.
Encouragez vos élèves à venir en classe
prêts à apprendre et à participer. Lorsque
chacun s’efforce d’apprendre l’Evangile, il
est plus susceptible de participer à l’ambiance d’étude des leçons (voir «Aider chacun
à assumer la responsabilité d’apprendre
l’Evangile», pp. 61–62).
Des tâches simples à préparer en dehors
du cours sont parfois utiles, surtout lorsqu’elles encouragent les élèves à appliquer
les principes de l’Evangile dans leur vie quotidienne (voir «Comment aider les élèves
à appliquer ce qu’ils apprennent», p. 74).
Lorsque vous donnez des tâches à accomplir
en dehors du cours, vous devez généralement donner aux élèves l’occasion de faire
rapport plus tard. Cela les aidera à comprendre la valeur que vous accordez à ce
qu’ils ont compris et accompli.
Enseignez le Christ
Tout ce que nous enseignons doit orienter les membres de la famille et les élèves
vers le Christ: vers sa mission rédemptrice,
son exemple parfait, ses ordonnances, ses
alliances et ses commandements. Rappelezvous cela lorsque vous préparez et faites vos
leçons. Cela ajoutera un esprit d’unité et
d’espoir à l’ambiance d’étude.
Servez-vous de diverses méthodes
qui invitent à participer
L’ambiance propice à l’apprentissage est
renforcée lorsque toute l’assistance s’intéresse à la leçon et participe aux discussions
et aux activités. Pour contribuer à maintenir
à un niveau élevé l’intérêt et la participation,
servez-vous de diverses méthodes pédagogiques (voir «Un enseignement diversifié»,
pp. 89–90).
Exprimez vos sentiments,
vos expériences et votre témoignage
En exprimant vos sentiments, vos expériences et votre témoignage, vous pouvez
en inciter d’autres à faire de même. Cela
fortifiera ceux qui parlent ainsi que ceux qui
écoutent. Les nouveaux convertis surtout
peuvent avoir besoin de voir que dans
l’Eglise nous nous instruisons tous les uns
les autres et que nous apprenons tous les
uns des autres, quel que soit notre niveau
d’expérience. Chacun peut apporter quelque
chose. Nous écoutons les apports les uns des
autres afin que «tous soient édifiés par tous»
(Doctrine et Alliances 88:122).
Idées supplémentaires pour
les instructeurs des enfants
Exprimez des sentiments positifs
aux enfants
Lorsqu’ils sont critiqués ou qu’on leur
parle négativement, les enfants se sentent
souvent inférieurs ou rejetés. Ils peuvent
essayer d’attirer l’attention en dérangeant
les autres enfants ou en se tenant mal d’une
autre manière. D’autre part, les commentaires positifs les aident à comprendre que
vous attendez d’eux ce qu’ils ont de meilleur.
Félicitez-les et remerciez-les des bonnes
choses qu’ils font et ignorez les problèmes
mineurs. Si vous le faites, ils commenceront
à se sentir acceptés, aimés et compris.
Fixez des règles et faites-les respecter
Les enfants ont besoin de règles et de
limites et apprécient cela. Avec les enfants
que vous instruisez, efforcez-vous d’établir
quelque règles simples et claires (pas plus
de trois ou quatre). Cela les aidera à se
gouverner. Expliquez que le fait de suivre les
C R É E Z U N E AT M O S P H È R E P R O P I C E À L ’ A P P R E N T I S S A G E
Réprimandes
Compréhension
Tu déranges toujours la classe. J’en ai assez.
Je sais que c’est difficile de rester assis sans
bouger, mais tu dois encore faire de ton mieux
pendant quelques instants. Est-ce que cela t’irait
mieux si tu venais t’asseoir ici, à côté de moi?
Cesse de toucher les autres enfants.
C’est tentant de taquiner les autres, mais cela ne se
fait pas. Cela nous empêche tous d’apprendre.
Comment peux-tu être si vilain avec les autres?
Tu as parfois envie de dire des choses pas gentilles
aux autres, mais dans notre classe, nous essayons
très fort d’être bons et gentils. Essayons d’aider les
autres à se sentir aussi bien que nous.
Tu ne fais pas du tout attention à moi. Retourne-toi
immédiatement!
Il m’est difficile de faire la leçon lorsque je ne peux
pas voir tes yeux, alors il faut que tu m’aides en
faisant bien attention.
Arrête de chahuter! Je ne le supporterai pas une
minute de plus!
Tout le monde a l’air fatigué et agité. On va se lever
pendant une minute et s’étirer.
règles aide tout le monde à aimer apprendre en commun;
discutez également de ce qui arrive lorsque les règles son
enfreintes. Vous pourrez décider ensemble d’un signal
pour ramener l’ordre, par exemple l’instructeur attendant,
les bras croisés.
Quand vous avez fixé quelques règles avec les enfants,
faites une affiche pour les y écrire. Si les enfants ne savent
pas lire, servez-vous de dessins pour montrer comment ils
doivent se comporter. Chaque fois qu’un enfant enfreint
l’une des règles, interrompez la leçon et demandez calmement: «Quelle est la règle?» Attendez patiemment que
l’enfant répète la règle. Demandez-lui d’expliquer comment
suivre cette règle. Puis continuez la leçon.
Aidez les enfants à participer
Tenez les enfants occupés et intéressés en faisant des
leçons qui comprennent diverses activités. C’est probablement le meilleur moyen d’empêcher qu’ils perturbent.
Lorsque vous enseignez, regardez les enfants dans les yeux;
si vous lisez dans le manuel de leçons, vous risquez de
perdre leur attention. Si les enfants commencent à s’agiter,
dites, par exemple: «Il faut que vous réfléchissiez de votre
mieux pour répondre à cette question» ou «Veux-tu tenir
cette image pour que toute la classe la voie?» Passez sur les
petits incidents et essayez d’attirer l’attention des enfants
sur quelque chose d’autre. Par exemple, vous pouvez dire:
«Ce que nous allons voir maintenant va vous intéresser» ou
«Levez la main lorsque vous croyez connaître la réponse».
Soyez compréhensif
Assurez-vous que les enfants savent que vous les comprenez et que vous les aimez, même dans les moments difficiles.
Rappelez-vous qu’ils ont plus besoin de compréhension que
de réprimande; soyez donc patient et gentil avec eux. Si vous
le faites, vous réussirez à transformer pour eux des situations
difficiles en occasions d’apprendre. Le tableau ci-dessus
illustre la différence entre les réprimandes et la compréhension.
N’attendez pas la perfection de vous-même ni des enfants.
Ayez une attitude joyeuse et positive qui aide les enfants à
comprendre que vous les aimez. Aidez les enfants à se rendre
compte qu’on peut résoudre les problèmes calmement.
Informations supplémentaires
Pour plus de renseignements sur la manière de créer une
ambiance propice à l’apprentissage, voyez les leçons 6 et 7
dans le cours Enseigner l’Evangile (pp. 213–221).
81
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
23
RECUEILLEMENT
Boyd K. Packer a dit:
«Quand nous nous réunissons pour
étudier la doctrine de l’Evangile, faisons-le
dans un esprit de recueillement...
«Le monde devient de plus en plus
bruyant...
«Cette tendance à davantage de bruit,
de stimulation et de querelle, et à moins
de retenue, de dignité et de tenue n’est
pas un hasard; elle n’est ni innocente ni
inoffensive.
«Le premier ordre d’un officier préparant
une offensive militaire est de brouiller les
moyens de communication de ceux qu’il a
l’intention d’envahir.
«Le manque de recueillement est propice
aux objectifs de l’adversaire. Il obstrue les
canaux subtils de la révélation dans le cœur
comme dans l’esprit...
«... Le recueillement favorise la révélation» (L’Etoile, janvier 1992, pp. 23–24).
David O. McKay a déclaré: «Le recueillement, c’est un profond respect mêlé
d’amour» (dans Conference Report, avril
1967, p. 86).
L. Tom Perry a dit: «Le respect découle
de l’admiration et de la vénération
que l’on éprouve pour la Divinité» (L’Etoile,
janvier 1991, p. 66).
Le président Kimball a donné le conseil
suivant: «La véritable révérence est une qualité vitale. Mais elle disparaît rapidement du
monde parce que les forces du mal augmentent leur influence. La puissance du bien
que nous pourrions exercer, si les millions
de membres de l’Eglise véritable du Christ
servaient de modèle de révérence, serait
si grande qu’elle dépasse notre compréhension. Nous ne pouvons imaginer le nombre
de vies que nous toucherions. Et même
plus important encore peut-être, nous ne
pouvons prévoir le grand impact spirituel
82
sur nos familles si nous devenons le peuple
rempli de révérence que nous savons devoir
être» (L’Etoile, février 1977, p. 44).
Ces paroles de prophètes, voyants et révélateurs modernes montrent que le recueillement est bien plus que le fait de se taire et
rester sans bouger sur son siège pendant une
leçon. C’est une attitude qui imprègne toute
conduite juste. Elle est visible dans notre
respect et notre amour du Christ et de notre
prochain. Un chant de la Primaire contient
l’enseignement suivant:
«Le respect, c’est plus qu’être assis
sagement:
C’est penser au Père toujours.
Sachant qu’il me bénit; je suis
reconnaissant:
Le recueillement, c’est l’amour.»
(Chants pour les enfants, p. 12).
Montrez l’exemple du recueillement
Pour pouvoir enseigner le recueillement
aux autres, nous devons en faire preuve
nous aussi. Nous devons illustrer la définition du recueillement donnée par David
O. McKay: «Respect profond mêlé d’amour.»
Les conseils suivants peuvent vous aider
à voir les efforts que vous avez à faire pour
faire preuve de recueillement.
Gardez les alliances de la Sainte-Cène
de toujours vous souvenir du Seigneur
et de prendre son nom sur vous (voir
Doctrine et Alliances 20:77, 79). Efforcezvous de toujours penser à lui et à sa bonté
et d’être témoins de Dieu en tout temps,
en toutes choses et en tous lieux (voir
Mosiah 18:9).
Utilisez le nom de la Divinité d’une
manière appropriée et recueillie. Dallin
H. Oaks a donné l’enseignement suivant:
«Quand on se sert du nom de Dieu le
Père et de celui de son Fils Jésus-Christ
avec piété et autorité, ce nom invoque
une puissance dépassant ce que l’homme
mortel peut comprendre. Tout croyant
devrait facilement voir que ce nom, par
lequel des miracles ont été faits, par lequel
le monde a été créé, et par lequel nous
sommes sauvés, ce nom est un nom sacré
dont on doit se servir avec le plus de respect possible» (L’Etoile, 1986, no 6, p. 54).
Faites preuve du respect approprié pour
les Autorités générales, les soixante-dixAutorités interrégionales, les membres
des présidences générales des auxiliaires
C R É E Z U N E AT M O S P H È R E P R O P I C E À L ’ A P P R E N T I S S A G E
et les dirigeants locaux de la prêtrise et des auxiliaires.
Utilisez toujours l’appellation «frère» ou «sœur» lorsque
vous parlez d’eux ou des autres adultes de l’Eglise.
Organisez-vous et préparez-vous de manière à ce qu’il y
ait aussi peu de confusion que possible. Si vous enseignez
seul dans une salle de classe, arrivez tôt dans la salle.
Evitez de parler grossièrement ou d’une manière qui
rabaisse ou critique les autres. Parlez avec politesse en
disant «s’il vous plaît», «merci» et «excusez-moi», aux
membres de votre famille ainsi qu’aux autres.
Commencez et finissez à l’heure. Cela montrera que vous
respectez vos élèves.
Parlez d’une manière agréable et courtoise. Accueillez
toujours vos élèves avec le sourire.
Montrez le respect qui convient lorsque vous manipulez
les Ecritures et utilisez les biens du Seigneur (les bâtiments
et les espaces verts, le mobilier et les livres).
Tenez compte des apports des élèves à la discussion.
Si vous instruisez des enfants, prévoyez des choses
simples pour leur rappeler d’être recueillis. Vous pourrez
peut-être rétablir une atmosphère de recueillement en
chantant ou en fredonnant à mi-voix un chant plein de
recueillement, en montrant une image ou en utilisant
un signe de la main connu des enfants comme rappel au
recueillement.
Rappelez-vous qu’il est particulièrement difficile aux
enfants de rester assis pendant de longues périodes
de temps. Aidez-les à écouter et à participer activement.
Accordez-leur de temps en temps des pauses.
Prenez le temps d’expliquer l’importance du recueillement, surtout aux enfants. Expliquez pourquoi on joue
un prélude musical. Dites pourquoi il est important
d’écouter, de chanter avec les autres et de parler à mi-voix.
Aidez les enfants à comprendre que le recueillement est
agréable à notre Père céleste. Expliquez que lorsqu’ils
sont recueillis, ils se sentent bien intérieurement et que
leur témoignage grandit.
Ne récompensez pas le recueillement par des prix ou
de la nourriture. N’ayez pas de concours pour voir qui
peut être le plus recueilli. Ces méthodes ont tendance
à mettre l’accent sur ce qu’il ne faut pas. Parlez de la
récompense réelle du recueillement qui est de mieux
comprendre la leçon et de ressentir davantage l’Esprit.
Utilisez la musique. Boyd K. Packer a dit: «La musique
peut créer une atmosphère de recueillement qui favorise
l’esprit de révélation et de témoignage» (L’Etoile, janvier
1992, p. 25). Utilisez un prélude musical pour donner
un ton de recueillement. Servez-vous de la musique dans
les leçons que vous faites.
Aidez les élèves à reconnaître l’influence de l’Esprit.
Rendez votre témoignage quand vous y êtes incité.
Centrez tout votre enseignement sur le Sauveur. Exposez
une image du Sauveur dans la salle de classe.
Moyens précis d’enseigner
un comportement recueilli
Bien que votre exemple soit souvent tout ce qui est nécessaire pour aider les autres à faire preuve de plus de recueillement, vous pourrez parfois enseigner explicitement le
recueillement. Cela peut s’avérer particulièrement nécessaire
pour les enfants et les jeunes.
Une instructrice de fillettes de 10 à 11 ans a appris la
nécessité de donner des instructions précises sur le recueillement. Pendant une leçon sur la mission et le martyre de
Joseph Smith, le prophète, les fillettes se sont comportées
bêtement et sans recueillement. Mécontente et ne parvenant pas à en croire ses oreilles, l’instructrice a écouté
les commentaires irrespectueux et s’est arrêtée de parler
pendant un instant pour décider de ce qu’elle devait faire.
Alors, d’une voix émue, elle a annoncé fermement que
leurs paroles et leurs rires étaient déplacés, et que leurs
paroles étaient une insulte au respect profond qu’elle avait
pour Joseph Smith et pour ce qu’il avait fait. Elles se sont
tues immédiatement. Elle leur a dit qu’elle les aimait
et qu’elle aimait leur faire cours, mais qu’elle ne pouvait
pas permettre ce genre de comportement. Cela a été une
expérience qui a donné à réfléchir tant à l’instructrice
qu’aux élèves.
Les suggestions suivantes peuvent vous aider à inciter les
élèves à faire preuve de recueillement.
Fixez des limites. Définissez les comportements qui sont
acceptables et ceux qui ne le sont pas. Par exemple, ne
tolérez pas un langage qui se moque des choses sacrées,
ou qui est vulgaire, impoli ou méchant. Condamnez tout
comportement impoli, par exemple manger ou entrer
dans la pièce et en sortir pendant la leçon. Recommandez à vos élèves de s’écouter mutuellement sans s’interrompre lorsqu’ils communiquent entre eux et avec vous.
Recommandez-leur aussi de parler poliment et de dire:
«S’il vous plaît», «merci» et «pardon».
83
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
24
COMMENT AIDER
LES PERTURBATEURS
Boyd K. Packer a enseigné:
«Il est essentiel que l’instructeur comprenne que les
gens sont fondamentalement bons. Il est essentiel
de savoir que leur tendance
est de faire le bien. Cette
pensée sublime est source
de foi. Elle fait toute la
différence lorsque nous
nous tenons devant nos
propres enfants ou que
nous allons devant une
classe de jeunes pour les
instruire.
«. . . Si nous voulons enseigner, nous devons continuellement nous rappeler
que nous nous occupons
des fils et des filles de Dieu
et que chacun, étant
son enfant, a la possibilité
de devenir comme lui»
(Teach Ye Diligently,
édition révisée, 1991, p. 89).
Parlant de l’ambiance de notre foyer,
Gordon B. Hinckley a dit: «Quand de petits
problèmes surgissent, ce qui est inévitable,
maîtrisez-vous. Rappelez-vous la sagesse que
contient ce proverbe ancien: ‹Une réponse
douce calme la fureur› (Proverbes 15:1).
Il n’y a pas, dans le monde entier, de discipline comparable à celle de l’amour.
Son pouvoir magique est unique» (L’Etoile,
octobre 1985, p. 4).
Comme l’a dit Gordon B. Hinckley, les
petits problèmes sont inévitables. Que vous
enseigniez au foyer ou dans l’Eglise, vos
leçons risquent parfois d’être perturbées par
le mauvais comportement de vos élèves.
Dans vos efforts pour aider les perturbateurs, rappelez-vous que vous ne devez pas
seulement essayer de corriger le comportement déplacé ni faire que tout le monde
se tiennent tranquille; vous devez aider
les élèves à être de meilleurs disciples du
Sauveur. Les idées suivantes vous aideront à
maîtriser les mauvais comportements d’une
manière chrétienne.
Rappelez-vous la valeur des âmes
Le Seigneur nous rappelle: «Souvenezvous que les âmes ont une grande valeur aux
yeux de Dieu» (Doctrine et Alliances 18:10).
Vos élèves ont des caractéristiques et une
destinée divines. Votre réaction à leur
comportement peut les aider à se rappeler
leur valeur infinie de fils et filles de Dieu.
Par votre exemple, vous pouvez les aider à
développer leur désir de s’aider les uns les
autres à apprendre l’Evangile et à vivre
selon ses principes.
Cherchez à comprendre vos élèves
En réfléchissant à la façon d’aider les
perturbateurs, analysez toutes les raisons
possibles de leur comportement, y compris
84
la salle de classe. Priez pour être guidé par
l’Esprit. Les gens perturbent parfois à cause
d’une chose que vous faites ou que quelqu’un d’autre fait. Ils parlent et agissent
parfois de manière inconvenante parce
qu’ils sont perturbés, en colère, fatigués ou
contrariés. Passez soigneusement en revue
ces possibilités lorsque vous recherchez
les causes des problèmes. Lorsque vous comprenez vos élèves, vous pouvez les aider
à participer positivement aux leçons (voir
«Apprenez à comprendre vos élèves»,
pp. 33–34. Pour revoir les besoins des élèves
de différents groupes d’âge, voir «Instruire
les enfants», pp. 108–109; «Caractéristiques
d’âge des enfants», pp. 110–116; «Comprendre et instruire les jeunes», pp. 118–120
et «Comprendre et instruire les adultes»,
pp. 123–124).
Evaluez vos efforts
Lorsque vos élèves perturbent, il est facile
de l’imputer à leur conduite et pas à la vôtre.
Mais le Sauveur a dit: «Comment peux-tu
dire à ton frère: Laisse-moi ôter une paille de
ton œil, toi qui as une poutre dans le tien?
... Ote premièrement la poutre de ton œil;
et alors tu verras comment ôter la paille de
l’œil de ton frère» (3 Néphi 14:4–5).
Lorsque vous vous efforcez de résoudre
les problèmes de discipline, voyez d’abord
si la vraie raison du problème n’est pas
quelque chose que vous faites. Demandezvous si vous gardez le Sauveur et sa doctrine
au centre de votre enseignement; si vous
faites tout votre possible pour enseigner
selon l’Esprit; si vous aidez vos élèves
à assumer la responsabilité d’apprendre;
si vous les aidez à contribuer à rendre
l’ambiance propice à l’apprentissage; si vous
leur donnez l’occasion d’apprendre les uns
des autres; si vous ne pouvez pas améliorer
la préparation de vos leçons; si vous
cherchez continuellement à vous améliorer
comme instructeur.
Examinez vos méthodes pédagogiques.
Demandez-vous si elles aident vos élèves
à comprendre et à appliquer les vérités de
l’Evangile; si vous utilisez diverses méthodes
afin d’aider vos élèves à rester intéressés et
à participer vraiment.
Evaluez vos motivations
Le Seigneur a enseigné que ceux qui
désirent contribuer à son œuvre doivent être
humbles et pleins d’amour, et avoir la foi,
C R É E Z U N E AT M O S P H È R E P R O P I C E À L ’ A P P R E N T I S S A G E
l’espérance et la charité (voir Doctrine et Alliances 12:8).
Seuls ceux qui sont motivés par l’amour ont une influence
positive et puissante sur ceux qu’ils instruisent. Priez pour
être rempli d’amour chrétien pour tous vos élèves, surtout
ceux à qui il arrive de perturber (voir «Recherchez le don de
la charité», p. 12, «L’amour adoucit le cœur», pp. 31–32).
Demandez-vous si vous êtes plus soucieux d’aider les
autres à apprendre l’Evangile que de présenter votre leçon
sans être interrompu. Pensez à l’expérience que font
les élèves au lieu de celle que vous faites. Si vous oubliez
toujours vos propres besoins pour toucher le cœur de
vos élèves, ils se sentiront plus à l’aise pour participer d’une
manière édifiante.
Aidez tous les élèves à contribuer
à une ambiance propice à l’apprentissage
De temps en temps, vous devrez revoir avec les élèves
les principes qui les aideront à contribuer à une ambiance
propice à l’apprentissage (voir «Comment apprendre aux
élèves à contribuer à une ambiance propice à l’apprentissage», pp. 77–78). Rappelez-leur leur responsabilité de participer aux discussions, de se laisser mutuellement participer,
de s’écouter mutuellement et d’apporter leurs Ecritures.
Dites-leur également ce que vous ferez, vous l’instructeur,
pour contribuer à une ambiance propice à l’apprentissage.
Assurez-leur que vous vous préparerez bien à les instruire et
que vous animerez des discussions et d’autres activités qui
leur donneront à tous l’occasion de participer.
Façon simple de traiter le manque de discipline
occasionnel
Il vaut parfois mieux ne pas s’arrêter à de petits manques
de discipline et se concentrer sur le bon comportement.
Lorsque vous devez réagir à une perturbation occasionnelle,
tenez compte des suggestions suivantes:
Restez silencieux. Attendez sans rien dire que la personne
s’arrête de parler ou de perturber.
Avancez vers le perturbateur. Cela peut suffire à lui
rappeler discrètement d’être plus attentif.
Prenez la chose avec humour. Avec une légère touche
humoristique, vous pouvez peut-être ramener la personne à la leçon. Par contre, ne soyez jamais sarcastique
ni d’un humour qui embarrasse ou se fait dominateur.
Aidez la personne à participer positivement. Vous pouvez
lui demander de lire, de paraphraser quelque chose, de
donner un exemple ou de réagir d’une autre manière.
L’important est de ne pas humilier la personne mais de
l’inviter à participer.
Aidez tout le monde à participer. Si quelqu’un accapare
la conversation, efforcez-vous de faire appel à ceux qui
n’ont pas encore participé. Donnez-leur en premier l’occasion de répondre aux questions. Si cela ne marche pas,
écartez gentiment la personne du centre de l’attention
et revenez aux autres en disant: «J’aimerais entendre
quelqu’un d’autre» ou «Vous avez fait plusieurs commentaires intéressants. Quelqu’un d’autre veut-il ajouter
85
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
quelque chose à ce qui a été dit?» (Pour d’autres suggestions précises sur l’art de diriger une discussion, voir
«Animation de discussions», pp. 63–65 et «Enseignez
en posant des questions», pp. 68–70.)
Réorientez les discussions qui ne favorisent pas la présence de l’Esprit. Si quelqu’un est en désaccord avec vous
ou d’autres personnes, manque de respect ou soulève des
controverses, répondez avec amour et douceur. Vous pouvez vous contenter de dire: «C’est une remarque intéressante, mais elle va sans doute nous éloigner de la leçon
d’aujourd’hui.»
Introduisez une activité différente. Créez une diversion
immédiate en passant à une activité différente qui requiert
une participation différente.
Faites un effort particulier pour aider ceux
qui perturbent systématiquement
Malgré vos efforts pour créer une ambiance propice
à l’apprentissage, il se peut qu’une personne perturbe systématiquement vos cours. Si quelqu’un perturbe gravement
l’apprentissage des autres, vous ne devez ni ignorer le
problème ni agir désagréablement. Dans une telle situation,
rappelez-vous que le Seigneur a commandé de n’exercer
notre influence que «par la persuasion, par la longanimité,
par la gentillesse et la douceur, et par l’amour sincère,
«Par la bonté et la connaissance pure qui épanouiront
considérablement l’âme sans hypocrisie et sans fausseté –
«Réprimandant avec rigueur en temps opportun, sous
l’inspiration du Saint-Esprit; et faisant preuve ensuite
d’un redoublement d’amour envers celui que [vous avez]
réprimandé, de peur qu’il ne [vous] considère comme
son ennemi;
«Afin qu’il sache que [votre] fidélité est plus forte que les
liens de la mort» (Doctrine et Alliances 121:41–44).
Lorsque vous appliquez ce principe, il est utile de comprendre les mots «en temps opportun» et «rigueur». «En
temps opportun» signifie «au bon moment». Dans ce passage
«rigueur» traduit la nécessité de donner des instructions
claires et précises.
Vous devez être gentil lorsque vous réprimandez. Notez
que l’on ne doit réprimander que «sous l’inspiration du
Saint-Esprit» et que cela doit être suivi d’un redoublement
d’amour.
Les suggestions suivantes peuvent vous aider si l’un
de vos élèves cause continuellement des problèmes.
Vous pouvez trouver le moyen d’adapter certaines de ces
suggestions dans votre foyer.
Parlez en privé avec la personne
Il est parfois utile de parler en privé avec quelqu’un qui
perturbe continuellement. Vous devez le faire avec tact et
avec amour. Décrivez le comportement perturbateur tout en
disant clairement que vous aimez et respectez la personne.
Demandez le soutien de l’intéressé et essayez de trouver une
solution ensemble. Faites ensuite tout votre possible pour
86
manifester un redoublement d’amour. Brigham Young a
donné le conseil suivant: «Si vous devez jamais en arriver à
réprimander quelqu’un, ne réprimandez jamais au-delà du
baume que vous avez en vous pour panser» (Enseignements
des présidents de l’Eglise, Brigham Young, p. 219).
Demandez de l’aide aux autres
Vos dirigeants veulent vous aider dans vos problèmes
pédagogiques. Vous pouvez tirer profit de leurs idées et de
leur aide. Par exemple, ils pourront demander à quelqu’un
d’aider à certaines activités ou de s’asseoir à côté d’un enfant
qui se conduit mal. Dans votre contact régulier avec un
dirigeant de votre organisation, vous pouvez parler de la
façon d’aider certains de vos élèves (voir «Obtenez le soutien
de vos dirigeants», p. 28).
Vous pouvez également demander à l’un de vos dirigeants d’assister à votre cours et d’accorder une attention
particulière à l’ambiance qui règne pendant la leçon. Après
le cours, discutez du problème avec le dirigeant et trouvez
une solution ensemble. Continuez de travailler en commun
avec vos dirigeants lors de l’application de la solution.
Si un enfant ou un jeune a l’habitude de perturber, demandez à ses parents de vous aider. Les parents veulent savoir
comment leurs enfants se conduisent et apporter leur aide.
Si possible, faites participer le jeune à ces conversations; cela
montrera votre respect pour sa maturité et son libre arbitre.
Vous pouvez faire ensemble des plans précis et revoir vos
progrès par la suite.
Si la personne qui pose des problèmes a des besoins
particuliers, apprenez ce que vous pouvez faire pour l’aider
à apprendre plus efficacement et à se conduire mieux
(voir «Enseignement pour les handicapés», pp. 38–39; voir
aussi Manuel d’instructions de l’Eglise, «Comment enseigner
et diriger dans l’Eglise», pp. 310–314).
Soyez patient
Rappelez-vous qu’il faut du temps pour changer. Poursuivez patiemment vos efforts et n’abandonnez jamais
le cas d’une personne qui a des problèmes. Soyez toujours
positif dans votre manière d’aborder la personne. Ne vous
découragez pas si elle a une attitude négative en classe.
Même s’il semble peu tirer profit de vos leçons, l’intéressé a
au moins l’occasion d’en savoir plus sur l’Evangile de JésusChrist et de sentir l’influence de l’Esprit. Il a aussi l’occasion
d’être avec un instructeur aimant et des dirigeants et des
amis attentionnés.
Suggestions particulières pour les instructeurs
de la Primaire
Si un enfant perturbe, demandez-lui gentiment de cesser.
Par exemple, si une élève appelée Liliane dérange un autre
élève, vous pourriez dire: «Liliane, s’il te plaît, ne fais pas
cela.» Remerciez-la si elle obéit. Sinon, renouvelez votre
demande plus fermement, mais encore gentiment: «Liliane,
il faut que tu arrêtes immédiatement.» Remerciez-la si elle
obéit.
C R É E Z U N E AT M O S P H È R E P R O P I C E À L ’ A P P R E N T I S S A G E
Si elle ne se soumet toujours pas, arrangez-vous pour lui
parler en privé de ce qui est attendu en classe. Dites-lui
ce qui vous ennuie et pourquoi. Par exemple, vous pourriez
dire: «Liliane, j’ai été ennuyée par ce qui s’est produit
dans la classe aujourd’hui. Nous ne pouvons pas apprendre
quand les élèves ne sont pas respectueux.» Vous pouvez
lui demander ensuite ce qu’elle pense de la situation. Après
avoir écouté attentivement sa réponse, vous pouvez lui
dire que vous comprenez ce qu’elle ressent. Vous pouvez
peut-être dire: «Je comprends que tu te sentes agitée et qu’il
est difficile de rester assise sans bouger.» Puis demandez
comment vous pouvez résoudre cela ensemble; ce que vous
pouvez faire pour l’aider; ce qu’elle va faire. Discutez
ensemble d’une solution.
Après avoir parlé avec Liliane, vous devrez prévoir ce que
vous allez faire pour l’aider, elle et la classe, si elle continue
de causer des problèmes. Le plan peut comprendre l’une
des mesures suivantes:
Mettez une chaise à distance de celles des autres enfants.
Demandez à Liliane de s’y asseoir sans bouger pendant
quelques instants, deux minutes par exemple. Pendant
ce temps-là, ne communiquez pas avec l’enfant. Invitezla à s’asseoir de nouveau dans le groupe lorsqu’elle est
restée sage pendant le temps fixé.
Demandez à un membre de la présidence de la Primaire
ou à un autre dirigeant d’emmener l’enfant dans une salle
libre ou dans un endroit calme de l’église où les parents
peuvent apporter leur aide. Vous pouvez dire: «Je regrette
que tu n’aies pas suivi le règlement de la classe, Liliane.
Sœur David va t’emmener parler avec tes parents. J’espère
que tu reviendras bientôt. Lorsque tu auras décidé
d’observer le règlement, tu pourras revenir en classe.»
La dirigeante doit rester avec l’enfant. Lorsque l’enfant
est à nouveau sous contrôle, on peut l’inviter à retourner
dans la classe. Qu’elle sache qu’on l’aime et qu’elle est
un membre important de la classe.
87
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
UTILISEZ DES MÉTHODES EFFICACES
Pour aider les autres à vouloir apprendre, notre enseignement doit être intéressant.
Pour les aider à comprendre, notre enseignement doit être clair. Pour les
aider à retenir ce qu’ils apprennent et à y réfléchir, notre enseignement doit être
mémorable. Autant de raisons de choisir avec soin les méthodes pédagogiques et de
les utiliser efficacement: pour rendre les leçons intéressantes, claires et mémorables.
UTILISEZ DES MÉTHODES EFFICACES
Choix et préparation de méthodes
pédagogiques différentes
25
UN ENSEIGNEMENT
DIVERSIFIÉ
Il existe différents procédés pour vous
aider à choisir les méthodes lorsque vous
préparez vos leçons. Gardez à l’esprit les
idées suivantes lors de l’élaboration des
méthodes que vous allez utiliser dans une
leçon donnée:
Voyez d’abord les suggestions données
dans le manuel de leçons. Lorsque c’est
nécessaire, adaptez-les aux besoins de
vos élèves.
Quand vous choisissez une méthode,
faites-le dans un but précis. Choisissez
des méthodes qui viennent à l’appui
de l’objectif principal de la leçon. Elles
doivent être réalistes et faire ressortir
ce qui est vrai, bon et beau. Ne choisissez
pas vos méthodes pédagogiques dans
le simple but d’amuser ou de remplir le
temps.
Choisissez des méthodes adaptées et
efficaces. Certaines méthodes, histoires
et utilisation du tableau par exemple,
serviront beaucoup plus souvent que
les autres, par exemple les jurys d’experts
et les jeux (voir «Choix de méthodes
adaptées», p. 91; «Choix de méthodes
efficaces», p. 92).
Lorsque c’est approprié, choisissez des
méthodes qui font participer activement
les élèves. C’est important pour tous
les élèves, mais surtout pour les enfants.
Entraînez-vous à utiliser les méthodes
avant de faire la leçon. C’est surtout
important si vous n’avez pas utilisé la
méthode auparavant.
Utilisation de méthodes différentes
d’une leçon à l’autre
David O. McKay a déclaré:
«Chaque instructeur a pour
responsabilité de trouver
qui saura le mieux prendre
les élèves pour avoir
sur eux un effet durable»
(Gospel Ideals, 1953,
p. 439).
Si une ménagère prévoit une semaine
de menus pour les repas, elle ne décidera
vraisemblablement pas de préparer les
mêmes plats sept soirs de suite. Même lorsqu’elle a un budget si réduit qu’elle doive
préparer des pommes de terre tous les soirs,
elle apprend vite qu’il y a de nombreuses
manières de les accomoder.
L’Evangile peut, lui aussi, être présenté
de toutes sortes de façons. L’instructeur ne
doit jamais sombrer dans la monotonie et
faire le même genre de leçon d’une semaine
à l’autre. Lorsque vous utilisez des activités
pédagogiques variées, les élèves ont tendance
à comprendre mieux les principes de l’Evangile et à retenir davantage. Une méthode
judicieusement choisie peut rendre un
principe plus clair, plus intéressant et plus
mémorable.
Lorsque vous vous préparez à enseigner,
veillez à utiliser diverses méthodes pédagogiques d’une leçon à l’autre. Cela veut dire que
vous pouvez utiliser dans une leçon quelque
chose d’aussi simple qu’une affiche en couleurs ou un grand papier au mur et dans une
autre une liste de questions au tableau.
Utilisation de méthodes différentes
dans chaque leçon
En plus d’utiliser des méthodes différentes
d’une leçon à l’autre, vous devez mettre
de la variété dans chaque leçon. Les enfants,
avec leur curiosité naturelle, réagissent
particulièrement bien à des activités pédagogiques variées, généralement de cinq
à sept par leçon. Les jeunes réagissent également bien à une diversité de méthodes.
Même si vous instruisez des adultes, vous
devez prévoir d’utiliser au moins trois
méthodes par leçon.
Conservez de la diversité
dans vos leçons
Le tableau de la page 90 peut vous aider à
voir si vos leçons comportent suffisamment
de diversité. Vous pouvez faire un tableau
semblable dans votre journal ou votre
carnet. En haut de la colonne vierge, écrivez
le titre de chacune de vos cinq prochaines
leçons. En préparant les leçons, cochez
la colonne «leçon» en regard de chaque
méthode utilisée.
Les méthodes figurant en haut du
tableau sont celles qui sont le plus souvent
employées lorsque l’on enseigne l’Evangile.
Vous découvrirez peut-être que vous utilisez
certaines de ces méthodes dans presque
89
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
toutes vos leçons. Les autres méthodes citées peuvent aussi
être efficaces selon ce que vous enseignez et les besoins de
vos élèves.
MÉTHODES QUE JE PEUX
UTILISER
Méthodes communément employées
Aides visuelles
Comparaisons et leçons de choses
Discussions
Ecritures
Exemples
Exposés
Histoires
Mise en application
Musique
Questions
Tableaux noirs
Autres
Weitereméthodes
Methoden
Activités de dessin
Activités pour capter l’attention
Ateliers
Boîtes à rouleaux
Cartes
Comptes rendus spéciaux
Débats scindés
Démonstrations
Dioramas
Documentation audiovisuelle
Etudes de cas
Feuilles de travail
Figurines en papier
Illustrations
Intervenants extérieurs
Jeux
Jeux de rôle
Mémorisation
Poèmes de détente
Rétroprojecteurs
Séances de remue-méninges
Sketches
Tableau de flanelle
Tables rondes
Techniques d’application
Théâtre de lecture
90
Leçon
En utilisant ce tableau, vous verrez apparaître des
tendances dans votre enseignement. Il se peut qu’il y ait
des méthodes que vous employez dans chaque leçon et
d’autres que vous n’utilisez jamais.
Leçon
Leçon
Leçon
Leçon
UTILISEZ DES MÉTHODES EFFICACES
26
CHOIX DE MÉTHODES ADAPTÉES
Instructeur de l’Evangile, vous êtes le représentant du
Seigneur devant vos élèves. Vous devez veiller à ce que
tout ce que vous faites soit en accord avec sa volonté et à
montrer, dans chaque leçon, du respect pour les principes
de l’Evangile.
Le Seigneur a dit: «Rappelez-vous que ce qui vient d’en
haut est sacré et doit être dit avec prudence et sous la contrainte de l’Esprit» (Doctrine et Alliances 63:64). Les
méthodes que vous utilisez pour enseigner les vérités de
l’Evangile contribueront à inculquer à vos élèves le sens du
sacré. Vous devez donc veiller à ce que les méthodes soient
appropriées aux principes enseignés et qu’elles soient en
accord avec les règles de l’Eglise. Il se peut que vous disposiez de plusieurs méthodes pour transmettre un message
donné, mais que certaines d’entre elles ne soient pas adaptées à une leçon en particulier en raison du sujet traité ou
de l’âge et des expériences de vos élèves.
Chaque fois que vous prévoyez d’utiliser une méthode,
posez-vous les questions suivantes pour vous assurer qu’elle
est appropriée.
Cette méthode fera-t-elle venir l’Esprit?
L’Esprit doit être présent pour qu’un message de l’Evangile soit porté jusqu’au cœur de vos élèves (voir 2 Néphi 33:1;
Doctrine et Alliances 42:14). Vous devez donc utiliser des
méthodes qui donneront le ton juste et feront venir l’Esprit.
Par exemple, un instructeur du cours de Doctrine de
l’Evangile a utilisé la musique pour commenter le martyre
de Joseph Smith, le prophète. Lorsqu’il a préparé la leçon,
l’instructeur a invité un membre à se préparer à chanter
«Je rencontrais sur mon chemin» (Cantiques, no 17). En
classe, le cantique a orienté les pensées et les sentiments
des élèves vers le moment qui a précédé de peu l’assaut des
émeutiers, lorsque John Taylor a chanté ce cantique pour
ses frères à la prison de Carthage. L’Esprit a pénétré les élèves
de la douceur et de la gravité de l’instant.
La méthode est-elle en accord avec la nature sacrée
des principes que j’enseigne?
Certaines méthodes pédagogiques sont plus informelles
et ludiques que d’autres et ne sont donc adaptées qu’à cer-
taines leçons. Il ne conviendrait par exemple pas d’utiliser
un jeu de rôle pour discuter de la Résurrection. Toutefois,
un jeu de rôle pourrait être un bon moyen de voir comment
être bon avec son prochain.
La méthode édifiera-t-elle et affermira-t-elle
mes élèves?
L’apprentissage de l’Evangile doit être une expérience
positive et qui aide les élèves à comprendre leur nature
divine. Vos élèves doivent sentir que vous les aimez et les
respectez.
Les thèmes qui sont des sujets de controverse ou qui
sont de nature sensationnelle ne fortifient pas la foi ni le
témoignage et ne doivent pas être abordés. N’utilisez aucune
méthode qui pourrait embarrasser ou humilier quelqu’un.
La documentation est-elle approuvée par l’Eglise?
Utilisez l’édition actuelle des ouvrages canoniques et
des manuels de leçons publiés par l’Eglise. Examinez les
méthodes proposées par le manuel de leçons avant de
chercher des idées dans d’autres sources. Tout document
ou toute idée utilisée ne provenant pas du manuel doit
défendre ce qui est vrai et bon. Pour compléter les manuels
de leçons et les Ecritures, vous pouvez utiliser les discours
de conférence générale, les magazines de l’Eglise et la documentation audiovisuelle et les images produites par l’Eglise.
Ai-je suivi les règles pour me préparer à utiliser
la méthode?
Certaines méthodes demandent une certaine préparation. Par exemple, vous devez obtenir l’approbation de
l’évêque afin d’inviter des intervenants extérieurs. L’approbation du président de pieu est nécessaire pour inviter des
intervenants extérieurs aux réunions de pieu (voir Manuel
d’instructions de l’Eglise, Tome 2: Dirigeants de la prêtrise et des
auxiliaires, 1998, p. 326).
Informations supplémentaires
Pour plus d’informations sur le choix des méthodes,
voir les leçons 8 et 9 du cours Enseigner l’Evangile
(pp. 222–229).
91
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
La méthode permettra-t-elle d’utiliser
le temps avec sagesse?
27
CHOIX DE MÉTHODES
EFFICACES
Les méthodes pédagogiques choisies
doivent rendre les leçons claires, intéressantes et mémorables. Chaque fois que vous
prévoyez d’utiliser une certaine méthode,
posez-vous les questions suivantes pour
vous assurer qu’elle sera efficace.
La méthode aidera-t-elle les élèves
à comprendre les principes
que j’enseigne?
Boyd K. Packer a enseigné:
«Lorsque nous enseignons
des valeurs morales et spirituelles, nous enseignons
des choses abstraites.
Rien n’est aussi difficile à
enseigner ni ne donne plus
de satisfactions lorsqu’on
y parvient. Il faut employer
certaines techniques et
certains instruments. Les
instructeurs peuvent faire
certaines choses pour se
préparer et pour préparer
leurs leçons afin que
leurs élèves. . . apprennent
quelque chose et que leur
témoignage soit transmis
de l’un à l’autre» (Teach
Ye Diligently, édition
révisée, 1991, p. 62).
On peut utiliser des méthodes efficaces
pour expliquer les principes et illustrer les
leçons. Par exemple, une jeune sœur missionnaire enseignait à un contact la nécessité
du rétablissement de l’Evangile ici-bas. L’ami
de l’Eglise a répondu que son Eglise lui avait
enseigné beaucoup de vérités précieuses
et qu’elles avaient toujours suffi à sa famille.
Pour aider l’ami de l’Eglise à mieux comprendre le sens de l’Apostasie et la nécessité
du Rétablissement, la missionnaire a apporté
une règle graduée d’un mètre à la leçon
missionnaire suivante. Elle a expliqué que
la règle graduée mesurait exactement un
mètre. Si on ne lui enlevait que quelques
centimètres, le reste de la règle serait encore
utile pour mesurer certaines distances, mais
elle ne mesurerait jamais plus un mètre
complet. Après la mort des apôtres, des
morceaux de la vérité ont été perdus ici et là.
Des changements se sont immiscés dans la
doctrine quand il n’y avait plus de prophète
pour parler au nom du Seigneur. Des parties
de la vérité sont restées, et elles étaient
bonnes, mais elles ne représentaient pas la
plénitude de la vérité. Pour qu’une Eglise
soit celle de Jésus-Christ, elle doit détenir
toute la vérité qu’il a enseignée. Autrement,
elle n’enseigne qu’une partie réduite de ce
qu’elle doit enseigner.
Au début de la leçon, de nombreux
instructeurs pensent qu’ils ont beaucoup de
temps. Ils risquent donc de faire mauvais
usage des premières minutes et de consacrer
trop de temps à une méthode pédagogique
agréable. Puis, au milieu du temps de la leçon,
ils se rendent compte qu’ils doivent encore
faire la majeure partie de la leçon. Pour rattraper le temps perdu, ils ont tendance à aller
vite, en sautant des parties importantes de la
leçon. Ils bâclent souvent la conclusion au
lieu de profiter de cette occasion pour réunir
des idées et aider les élèves à voir comment
appliquer les principes qui ont été enseignés.
Choisissez avec soin les méthodes que
vous utiliserez dans la leçon et le temps que
vous leur consacrerez. Cela vous aidera à
utiliser un bon choix de méthodes sans
risquer qu’elles deviennent le centre d’intérêt de la leçon.
Assurez-vous que les méthodes que vous
utilisez ne prennent pas trop longtemps
pour les principes que vous enseignez. Par
exemple, le travail en petits groupes peut
être une méthode excellente pour étudier
un principe complexe, mais comme elle
demande pas mal de temps, elle risque
de ne pas être la meilleure méthode pour
enseigner un principe simple.
La méthode répondra-t-elle
aux besoins de mes élèves?
Les méthodes que vous utilisez doivent
aider les élèves à comprendre le principe que
vous enseignez et leur donner plus envie de
l’appliquer. Renseignez-vous sur le milieu de
vos élèves, leurs accomplissements, leurs
buts, etc. pour mieux choisir des méthodes
qui seront instructives, mémorables et inspirantes pour eux. Lorsque vous comprenez vos
élèves, vous pouvez éviter les méthodes qui
risquent de les offenser ou de les perturber.
Est-ce que j’utilise trop souvent
la même méthode?
Même une méthode pédagogique persuasive peut devenir ennuyeuse si on l’utilise
trop. Veillez à utiliser diverses méthodes
pédagogiques.
Informations supplémentaires
Pour plus de renseignements sur le choix
des méthodes, voir les leçons 8 et 9 du cours
Enseigner l’Evangile (pp. 222–229).
92
UTILISEZ DES MÉTHODES EFFICACES
Ne commencez pas de la même façon
toutes les leçons que vous faites. La variété
ajoutera de l’intérêt et un élément de surprise. Vous trouverez quelques-unes des
méthodes décrites dans ce livre aux pages
159–184. Pour les directives sur le choix de
méthodes appropriées et efficaces, voyez
aux pages 91–92.
28
COMMENT INTRODUIRE
LA LEÇON
Exemples de manières efficaces
d’introduire une leçon
Utilisation d’une leçon de choses
Avant une symphonie, le public entend
souvent une cacophonie. Tous les musiciens
se préparent en même temps au concert en
accordant leurs instruments et en s’entraînant individuellement. Toutefois, lorsque le
chef d’orchestre fait son entrée sur scène
et lève sa baguette, le silence se fait et les
musiciens deviennent tous attentifs et prêts
à s’efforcer d’interpréter ensemble de la
belle musique.
Comme le chef d’orchestre pour les musiciens au début du concert, vous devez rassembler les membres de votre famille ou de
votre classe au début d’une leçon. Avant
son début, vous en aurez peut-être qui lisent,
d’autres qui sont assis en silence tandis que
d’autres se parlent. Peut-être y aura-t-il plusieurs conversations en cours. Même après
la prière d’ouverture, il arrive que les élèves
ne soient pas tout à fait prêts à participer à la
leçon. Bien qu’il faille faire plus que lever la
baguette, il existe plusieurs moyens simples
de capter l’attention de tous.
Vous pouvez vous servir d’objets pour
enseigner les principes de l’Evangile
(voir «Comparaisons et leçons de choses»,
pp. 162–163). Par exemple, pour commencer
une leçon sur le choix de ce qui a le plus
de valeur pour l’âme, vous pouvez montrer
une vraie pièce de monnaie à côté d’une
pièce pour jouer ou une feuille de papier du
même format qu’un billet. Demandez
ensuite à vox élèves ce qu’ils prendraient
comme salaire de leur travail. Cela peut
amener une discussion sur les enseignements véritables et les faux enseignements.
Questions au tableau
Les questions écrites au tableau avant le
début du cours aident les élèves à se mettre
à réfléchir à des sujets avant même le début
de la leçon. Par exemple, dans une leçon
sur le fait de prendre sur nous le nom du
Christ, vous pourriez écrire les questions
suivantes au tableau:
Quelles sont les choses que vous faites
parce que vous avez pris sur vous le nom
du Christ?
Quelles sont les choses que vous ne faites
pas parce que vous avez pris sur vous le
nom du Christ?
Directives pour introduire une leçon
L’introduction à la leçon doit faire mieux
que capter l’attention des élèves. Si elle n’a
pas de rapport avec la leçon, elle va distraire
plutôt que contribuer à capter l’attention.
Par exemple, si l’instructeur de l’Ecole du
Dimanche fait une plaisanterie au début de
la leçon, cela peut rendre attentifs les élèves,
mais ils risquent aussi d’être amenés à penser à des choses qui les empêcheront de se
concentrer sur les principes à enseigner. Evitez de présenter vos excuses (comme «je me
sens mal préparé») et d’autres formules qui
ne conduisent pas à la leçon.
Histoire
Une histoire peut éveiller l’intérêt des
élèves. Nous pouvons souvent enseigner
plus efficacement un principe lorsque nous
commençons par raconter une histoire
pour l’illustrer. Cela aide les élèves à comprendre le principe dans l’optique de la vie
quotidienne.
93
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
29
COMMENT CONCLURE
LA LEÇON
«Oh, c’est l’heure, mais ma leçon n’est
pas tout à fait finie. Un instant. Je vais vite
faire la dernière partie.» Qui n’a pas entendu
un instructeur parler ainsi? Ces paroles
signalent que l’instructeur a perdu une
occasion pédagogique importante, celle de
donner une conclusion efficace à la leçon.
Qualités d’une conclusion efficace
On n’arrive pas par hasard à une conclusion efficace. Elle doit être préparée comme
faisant partie de la leçon. Elle est particulièrement efficace lorsqu’elle a certaines des
caractéristiques suivantes:
Elle est concise et précise. Généralement,
elle ne doit pas comporter de matière qui
n’a pas été traitée dans la leçon.
Elle résume et relie les principes dont
vous avez traité.
Elle met en lumière les idées importantes
proposées par les participants.
Elle aide les élèves à appliquer les principes
de l’Evangile.
Elle est édifiante, motivante et positive.
Elle comporte un moment consacré au
témoignage.
Voici quelques exemples de manières de
conclure une leçon:
94
Répétez l’objectif de la leçon. Demandez
à vos élèves de dire comment ils vont
appliquer cela au cours de la semaine
suivante.
Avant le début de la leçon, demandez à
une ou deux personnes d’écouter attentivement et d’être prêtes à aider à résumer
un point important de la leçon ou la
leçon entière.
Demandez à vos élèves ce qu’ils peuvent
dire si quelqu’un veut savoir ce qu’ils ont
appris grâce à cette leçon.
Utilisez une feuille de travail pour aider
vos élèves à résumer les idées principales
de la leçon (voir «Feuilles de travail»,
pp. 168–169).
Prévoir le temps pour la conclusion
Pour présenter une bonne conclusion,
vous devez être vigilant et souple dans l’utilisation de votre temps. Même une leçon
bien préparée ne se déroule pas toujours
comme prévu. Les besoins de vos élèves
peuvent vous amener à passer plus de temps
que prévu sur un point particulier.
Lorsque c’est le cas, faites attention
à l’heure. Mettez fin à la discussion avant
d’être pris par le temps. Faites tout votre
possible pour sortir en douceur du sujet
traité en l’insérant dans un résumé rapide
de la leçon. Concluez ensuite la leçon.
Modification de la conclusion
que vous avez préparée
Vous aurez peut-être parfois besoin de
changer la conclusion que vous avez préparée, du fait d’une discussion, d’un commentaire particulier ou d’une inspiration du
Saint-Esprit. L’histoire suivante donne
l’exemple d’un instructeur qui a tiré profit
d’une occasion unique de conclure la leçon:
Vers la fin d’un cours de séminaire
matinal, l’instructeur souhaitait conclure
une discussion. L’idée principale de la leçon
était que nous allons au Christ en obéissant
aux commandements. La classe avait parlé
des choses que font les adolescents qui
les empêchent d’aller au Sauveur et de recevoir pleinement les bénédictions de son
expiation.
L’instructeur avait prévu de conclure en
s’aidant d’une liste au tableau. Mais il avait
remarqué un tableau peint par un élève pour
une exposition artistique de son école. Il
représentait un agneau qui regardait par les
interstices d’une clôture de bois. L’instructeur a demandé la permission de montrer le
tableau aux élèves et a expliqué ce qu’il
y voyait. «Comme nous en avons discuté en
classe, a-t-il dit, le Sauveur est l’Agneau de
UTILISEZ DES MÉTHODES EFFICACES
Dieu qui a donné sa vie pour que nous puissions aller à lui et avoir par lui la vie éternelle. La clôture sur le tableau représente les
barrières qui nous séparent de lui.»
L’instructeur a exprimé son espoir que
les élèves réussissent à enlever les «barrières»
qui les empêchaient de se rapprocher du
Sauveur. Il a témoigné de l’invitation du
Sauveur: «Venez à moi... et je vous donnerai
du repos» (Matthieu 11:28). Le cours a pris
fin et l’instructeur a rendu le tableau. On
ressentait encore l’Esprit pendant que les
élèves quittaient le bâtiment.
95
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
PRÉPAREZ TOUT CE QUI
EST NÉCESSAIRE
En nous dévouant à l’œuvre du Seigneur, nous devons effectuer la dure
tâche que nous appelons préparation... L’instruction du Seigneur d’enseigner
selon l’Esprit ne nous dispense pas le moins du monde de la nécessité
de nous préparer personnellement...
Nous devons étudier les Ecritures. Nous devons étudier les enseignements
des prophètes modernes. Nous devons apprendre tout ce que nous pouvons
pour savoir nous présenter et nous faire comprendre... La préparation
est une condition préalable pour enseigner selon l’Esprit.
Dallin H. Oaks
P R É PA R E R TO U T C E Q U I E S T N É C E S S A I R E
30
PRENEZ LE TEMPS DE VOUS PRÉPARER
Après avoir passé une journée à instruire les Néphites,
le Sauveur ressuscité leur a commandé de prendre le temps
de se préparer aux enseignements qu’il devait leur dispenser
le lendemain. Il a dit: «C’est pourquoi, rentrez chez vous,
et méditez les choses que j’ai dites, et demandez au Père,
en mon nom, de pouvoir comprendre, et préparez votre
esprit pour demain, et je viendrai de nouveau à vous»
(3 Néphi 17:3). Vous pouvez appliquer ce principe à votre
préparation pédagogique. Si vous prenez le temps de vous
préparer soigneusement et en priant, vous aurez la bénédiction d’en comprendre davantage. Vous serez plus réceptif
à la direction de l’Esprit.
Commencez sans tarder à préparer votre leçon
Il se peut de temps en temps qu’on vous demande de
faire une leçon qui requiert de vous une préparation de dernière minute. Mais généralement, vous pourrez commencer
vos préparatifs bien en avance. C’est une partie importante
de votre tâche d’instructeur. Plus tôt vous commencez à
prier, à méditer et vous préparer pour votre leçon suivante,
plus vous aurez de temps pour être guidé par l’Esprit et pour
rechercher des exemples, des comparaisons et d’autres idées
pour illustrer la leçon (voir «Reconnaissez et suivez le SaintEsprit dans votre enseignement», pp. 47–48; «On trouve
partout des leçons», pp. 22–23; «Comparaisons et leçons de
choses», pp. 162–163). Vous aurez le temps de demander
à vos élèves de préparer des tâches spéciales, comme un
morceau de musique (voir pp. 177–179). Vous aurez aussi le
temps de trouver et de préparer la documentation qui se
trouve dans votre bibliothèque de paroisse (voir «Documentation de l’Eglise pour enseigner l’Evangile», p. 105).
Il est souvent intéressant de commencer à penser à la
leçon suivante peu après avoir fait la précédente. Vous serez
sans doute plus sensible à vos élèves, à leurs besoins et à
leurs centres d’intérêt immédiatement après avoir été avec
eux. Vous serez également plus conscients de leur réaction
à votre enseignement. Vous pouvez évaluer vos méthodes
pendant que vous les avez clairement à l’esprit.
Trouvez de la joie à vous préparer
Un instructeur a décrit la joie que l’on ressent quand on
prend le temps de se préparer:
«Beaucoup de gens ont découvert la joie d’enseigner
l’Evangile, mais il existe une autre joie, différente, à trouver
dans l’enseignement, la joie de se préparer. Souvent, la
préparation de la leçon nous apparaît comme une corvée
et nous la remettons jusqu’à la dernière minute. Comme
les prières hâtives, la préparation à la dernière minute est
souvent superficielle et peu efficace.
«Je me suis préparé ainsi moi aussi. [Ce n’est pas agréable
et cela ne rend pas confiant.] Mais j’ai aussi éprouvé presque
de l’exultation en me préparant à enseigner. Ce peut être
un moment de prière fervente et de réflexions profondes. Je
me suis aperçu que c’est un agréable moment d’adoration,
d’introspection, de compréhension et d’inspiration...
«[... en ayant de la joie à me préparer, j’ai découvert de
grands trésors de sagesse et d’inspiration. Je trouve que
j’apprends beaucoup plus de choses en me préparant que
je n’aurai le temps d’en enseigner...]
«[Où que l’on enseigne la vérité], il est nécessaire de se
préparer. Une bonne préparation nous aide à... nous réjouir»
(L’Etoile, septembre 1996, p. 26).
Prenez le temps de vous préparer personnellement
Rappelez-vous que lorsque vous vous efforcez de vous
préparer personnellement à enseigner l’Evangile de JésusChrist, la préparation des leçons n’est pas suffisante. Vous
devez également vous préparer. Prenez le temps d’étudier
les conseils donnés dans ce livre pour vous préparer spirituellement à enseigner l’Evangile (voir pp. 11–20). Prévoyez
également d’assister aux réunions de perfectionnement
pédagogique. Dans ces réunions, les autres instructeurs et
dirigeants et vous-même, vous vous rassemblerez pour
apprendre des méthodes pour enseigner l’Evangile. Elles
vous aideront à développer vos talents et à augmenter votre
confiance en vous.
97
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
leçon, écrivez les idées qui vous viennent.
Cela vous servira de structure pour continuer
à réfléchir à la leçon tout en priant.
31
1. Que devrait-il se passer dans la vie
de mes élèves suite à cette leçon?
PRÉPARATION DES LEÇONS
Le peu de temps que vous passez à faire
une leçon au foyer ou à l’église peut avoir
un effet éternel sur vos élèves. Chaque leçon
peut les aider à ressentir l’influence de
l’Esprit, à mieux aimer notre Père céleste et
Jésus-Christ et à se consacrer davantage à
l’Evangile. N’oubliez pas cela lorsque vous
préparez une leçon. Si vous préparez vos
leçons avec soin, vous réussirez dans votre
rôle de représentant du Seigneur et vous
parviendrez à enseigner selon l’Esprit.
Commencez à préparer vos leçons
sans tarder
Il faut du temps et de l’attention pour
préparer une leçon. Peu après avoir fini une
leçon,commencez à vous préparer pour la
suivante. Vous serez sans doute plus sensible
à vos élèves, à leurs besoins et à leurs centres
d’intérêt immédiatement après avoir été avec
eux. Vous serez également plus conscient de
leur réaction à votre enseignement.
Trois questions pour vous guider dans
la préparation de votre leçon
Lorsque vous vous mettez à préparer une
leçon, revoyez en priant la matière de la
leçon, en tenant compte des besoins et des
centres d’intérêt de vos élèves. Puis réfléchissez aux trois questions suivantes. Elles
doivent vous guider tout au long de votre
préparation de la leçon.
1. Que devrait-il se passer dans la vie de
mes élèves suite à cette leçon?
2. Quels principes faut-il enseigner en
particulier?
3. Comment faut-il enseigner ces principes?
Voici quelques moyens précis d’utiliser
ces questions pour commencer à préparer
votre leçon. Lorsque vous revoyez ainsi une
98
Etudiez la leçon et méditez sur sa matière
et sur les passages d’Ecriture qui l’accompagnent. Analysez ce que vos élèves devraient
comprendre, ressentir, désirer ou faire suite
à la leçon. Par exemple, dans votre préparation pour une leçon sur la prière, vous
pouvez décider que les élèves doivent comprendre l’importance de la prière et qu’ils
doivent décider de prier tous les matins et
tous les soirs. Pour préparer une leçon sur
les responsabilités familiales, vous pouvez
décider que, suite à la leçon, les membres de
la famille doivent exécuter leurs tâches
domestiques avec plus de diligence. Pour
faire une leçon sur l’étude des Ecritures, vous
pouvez décider que la leçon doit amener les
élèves à étudier les Ecritures tous les jours.
De nombreuses leçons des manuels que
produit l’Eglise comportent un objectif. Il
peut vous aider à décider de la manière dont
chaque leçon doit influencer vos élèves.
2. Quels principes faut-il enseigner
en particulier?
N’oubliez jamais les besoins et le milieu
socioculturel de vos élèves. Posez-vous la
question suivante: «Dans cette leçon, quels
principes aideront mes élèves à résoudre
les problèmes qu’ils rencontrent?»
La leçon contient souvent plus de
matière que vous ne pouvez en enseigner
dans le temps qui vous est imparti. Dans ce
cas, choisissez celle qui serait la plus utile
à vos élèves.
La quantité de matière traitée est moins
importante que son influence sur vos élèves.
Si vous enseignez trop de notions à la fois,
vous risquer de perturber ou de fatiguer les
élèves. Par conséquent, il est généralement
préférable de mettre l’accent sur une ou
deux idées principales. Vous pouvez ensuite
en trouver d’autres à l’appui dans le manuel.
Evitez d’enseigner tout ce qu’il y a à dire
sur un certain sujet. Vos élèves auront certainement déjà quelques connaissances
dans ce domaine. Votre leçon doit compléter, expliquer et confirmer ce qu’ils savent.
Rappelez-vous que votre leçon n’est pas leur
seule occasion de s’instruire sur le sujet.
P R É PA R E R TO U T C E Q U I E S T N É C E S S A I R E
3. Comment faut-il enseigner ces principes?
Analysez ces deux illustrations. Laquelle est la
meilleure représentation
d’un canard? Notez que
la première illustration
renferme plus de détails sur
le canard et ne comporte
aucun autre élément qui
distrait du canard. Si vous
décidez de mettre l’accent
sur un ou deux principes
de la leçon, veillez à ne pas
mentionner des idées qui
risqueraient de distraire
les élèves de ces principes.
Préparez des leçons qui
sont comme la première
illustration: simples, claires
et traitant du sujet.
Vous devez sélectionner des méthodes
pédagogiques qui aideront les élèves à comprendre et à appliquer les principes que vous
enseignez (pour plus d’informations sur le
choix de méthodes bonnes et efficaces, voir
pp. 91–92).
Pour faire ce choix, vous devez d’abord
prendre connaissance des questions pour la
discussion, des histoires et des autres activités pédagogiques qui sont suggérées dans
le manuel de cours. Si vous pensez que ces
méthodes aideront à répondre aux besoins
de vos élèves, assimilez-les. Si vous pensez
qu’il faut en utiliser d’autres, commencez
suffisamment longtemps à l’avance à
choisir la façon dont vous allez enseigner les
principes. Prévoyez de vous servir
d’exemples, d’illustrations, de comparaisons
ou d’expériences personnelles qui vous
aideront à enseigner les principes essentiels
de la leçon.
La méthode que vous décidez d’utiliser
peut nécessiter que vous vous procuriez de
la documentation à la bibliothèque de la
paroisse: des images, des objets, des livres
de cantiques ou des cassettes vidéo.
A ce stade de votre préparation, il est
utile d’étudier encore une fois les Ecritures
qui seront utilisées dans la leçon. Cela vous
aidera à mieux les comprendre et à mieux
les appliquer à vos élèves.
Adaptation et révision selon
les besoins
A l’approche de la date où vous devez
faire la leçon, il sera sans doute nécessaire
de faire quelques dernières adaptations.
C’est un peu comme le jardinier qui taille
un arbre ou un buisson pour lui donner
la forme correcte. A ce stade:
Ayez clairement à l’esprit ce qui doit se
produire dans la vie de vos élèves à la
suite de cette leçon. Demandez-vous si
la leçon aura cet effet.
Revoyez les points précis que vous voulez
enseigner à partir du manuel: les principes essentiels et les idées à l’appui.
Faites un plan clair. Veillez à prévoir une
introduction claire et une conclusion
forte portant sur le sujet (voir «Comment
introduire la leçon», p. 93; «Comment
conclure la leçon», pp. 94–95).
Mettez la dernière main aux méthodes
pédagogiques que vous utiliserez. Veillez à
ce que les méthodes que vous choisissez
aident les élèves à appliquer les principes
que vous enseignez.
Faites le choix définitif de la documentation que vous utiliserez.
Cultivez vos idées
Lorsque vous commencez à avoir
quelques idées sur la manière de faire une
leçon, vous pouvez les développer et les
affiner. Si vous avez commencé tôt votre
préparation, vous êtes plus attentifs aux
expériences, aux histoires et aux Ecritures
qui aideront vos élèves. Des idées peuvent
vous venir à l’esprit lorsque vous méditez
sur les principes à enseigner et sur les besoins
de vos élèves. C’est l’une des façons dont
l’Esprit vous guide dans votre préparation.
Vous pouvez avoir un carnet sur vous afin
de noter les idées qui vous viennent.
L’Esprit vous incitera peut-être à apporter
certains changements juste au dernier
moment. Vous pouvez être incité à le faire
pendant que vous enseignez. Soyez réceptif
à tous ces murmures de l’Esprit et rendezvous compte que c’est grâce à votre préparation soigneuse que vous recevez la direction
continue de l’Esprit.
99
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
32
éLABORER DES LEÇONS
À PARTIR DE DISCOURS DE CONFÉRENCE
ET D’AUTRES SOURCES
Il n’existe pas de manuel de leçons structuré pour chaque occasion pédagogique
dans l’Eglise. Il peut vous arriver d’enseigner
à partir d’articles de magazines de l’Eglise
ou de discours de conférence générale.
A d’autres occasions, vous pourrez enseigner
à partir d’un livre comportant des questions
pour l’étude mais pas de plan de leçon.
Lorsque vous préparez des leçons à l’aide
de cette documentation, vous devez suivre
les idées contenues dans «Préparation des
leçons» (pp. 98–99). Ce faisant, l’Esprit vous
guidera lorsque vous déciderez de ce que vous
allez enseigner et de la manière de le faire.
1. Lisez la déclaration de frère Wirthlin.
Comment préparer une leçon à partir
d’un discours de conférence générale
3. Décidez du ou des principes essentiels
que vous enseignerez, ainsi que des idées
à l’appui.
Prenez cet extrait d’un discours de
conférence générale prononcé par Joseph
B. Wirthlin:
«La dernière partie du treizième article de
foi déclare: ‹Nous recherchons tout ce qui
est vertueux ou aimable, tout ce qui mérite
l’approbation ou est digne de louange›
(13e article de foi).
«L’expression ‹rechercher› signifie essayer
de découvrir, essayer d’acquérir. Cela
demande une attitude active et déterminée.
Par exemple, Abraham dit: ‹Je recherchai les
bénédictions des pères..., (désirant)... être un
meilleur disciple de la justice› (Abraham 1:2).
C’est le contraire d’attendre passivement
que quelque chose de bon arrive, sans effort
de notre part.
«Nous pouvons faire du bien sans laisser
la moindre place à quoi que ce soit d’autre.
Il y a tant de bonnes choses à faire que nous
ne devrions jamais rien faire de mal» (dans
Conference Report, avril 1992, p. 120).
L’exemple suivant montre une manière
de préparer une leçon à partir de ce texte.
100
Priez en pensant à vos élèves en méditant
sur la manière d’appliquer ce texte à eux.
2. Décidez de ce qui devrait se produire
dans la vie de vos élèves à la suite
de cette leçon.
Par exemple, si vous instruisez des jeunes,
vous pouvez décider qu’ils doivent se fixer
des buts qui les aideront à rechercher ce qui
est bien. Il pourra s’agir d’objectifs concernant la lecture des Ecritures, les divertissements sains, ou les activités édifiantes entre
amis.
Ce que vous choisissez de souligner
dépend aussi des besoins de vos élèves. Si
vous faites preuve de diligence et que vous
priez, vous recevrez la direction de l’Esprit
pour prendre cette décision.
Par exemple, pour enseigner aux jeunes
l’importance de rechercher ce qui est bon,
vous pouvez mettre l’accent sur la déclaration de frère Wirthlin qui dit que nous
avons tant de bonnes choses parmi lesquelles choisir qu’il est inutile de participer
à ce qui est mal. Parmi les idées à l’appui,
on pourra dire que nous devons chercher
activement les bonnes choses et que nous
pouvons demander l’aide du Seigneur en
le faisant.
En vous préparant à enseigner ces principes, vous pouvez consulter Doctrine et
Alliances 6:7 qui dit de ne pas chercher
la richesse mais la sagesse, et Doctrine et
Alliances 46:8 qui dit de rechercher avec
ferveur les meilleurs dons. En étudiant ces
passages, vous déterminerez ceux qui seront
les plus utiles pour enseigner les principes
de la leçon.
P R É PA R E R TO U T C E Q U I E S T N É C E S S A I R E
4. Voyez comment vous souhaitez enseigner les idées
principales et les idées d’appoint que vous avez sélectionnées.
Parcourez soigneusement les méthodes pédagogiques
figurant aux pages159–184. Les idées vous viendront pendant
que vous réfléchirez à la manière d’instruire votre classe.
Vous pouvez par exemple organiser une activité au
tableau pendant laquelle les élèves notent différentes
manières de passer leur temps. Cela peut les amener à
se demander s’ils suivent le conseil de frère Wirthlin qui
nous dit de remplir notre vie de bonnes choses en ne
laissant aucune place pour quoi que ce soit d’autre.
Lorsque vous envisagez de mener ce genre de discussion,
commencez par réfléchir aux questions à poser (voir «Enseignez en posant des questions», pp. 68–70). Par exemple,
lorsque vous parlez de l’importance de mener une vie con-
forme au conseil de frère Wirthlin, vous pouvez demander:
«Quels changements pourrions-nous faire qui nous aideraient à remplir notre vie de bonnes choses?»
Plus vous mettez de soin à réfléchir aux besoins précis
de vos élèves et plus vous étudiez les diverses méthodes
pédagogiques figurant dans ce livre, plus vous aurez confiance en vous et plus vous ferez preuve d’imagination dans
l’élaboration d’idées pédagogiques.
La préparation de leçons à partir de discours de conférence générale et d’autres sources exige encore plus d’imagination. Si vous vous préparez avec diligence et si vous
recherchez la présence de l’Esprit, vous serez inspiré en
préparant ce genre de leçons. Vous et vos élèves serez bénis
du fait de votre préparation.
101
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
33
ADAPTATION DES LEÇONS À VOS ÉLÈVES
Les manuels de cours de l’Eglise sont préparés avec soin pour garantir que la pureté
de la doctrine de l’Eglise est préservée. Ils
constituent des directives pour l’enseignement dans l’Eglise et garantissent un traitement cohérent des sujets et des principes de
l’Evangile. Vous devez être fidèles aux enseignements et aux directives figurant dans ces
manuels. Toutefois, vous n’êtes pas obligé de
présenter les leçons exactement comme elles
figurent dans les manuels. Vous pouvez les
adapter aux besoins et à la situation de vos
élèves.
Quoi que vous fassiez pour adapter ces
leçons, rappelez-vous que vos adaptations
doivent aider les élèves à comprendre et
à appliquer les principes de l’Evangile. Vous
ne devez donc procéder à des adaptations
qu’après avoir étudié la matière des leçons
en vous aidant de la prière et après avoir
tenu compte de chacun de vos élèves.
Lorsque vous cherchez à adapter une leçon,
vous devez être guidé par (1) le manuel
qu’on vous a donné; (2) les trois questions
centrales exposées aux pages 98–99 de
ce livre et (3) les principes pédagogiques
présentés dans ce manuel, comme l’amour
pour vos élèves, l’enseignement selon
l’Esprit et l’enseignement de la doctrine.
Elaboration de vos propres activités
pédagogiques
Lorsque vous préparez une leçon pour un
groupe d’enfants de la Primaire, vous lisez
l’activité pour capter l’attention au début de
la leçon. Vous sentez que cette activité particulière risque de ne pas aider les enfants de
votre classe. Vous méditez sur les besoins de
vos enfants et concevez une activité qui les
aidera à se concentrer sur les principes que
vous allez enseigner.
Quand s’éloigner du développement
proposé pour la leçon
Exemples d’adaptations de leçons
Vous vous préparez à instruire les diacres
de votre paroisse. Le manuel de la Prêtrise
d’Aaron conseille d’utiliser un jeu de rôle
pour les aider à appliquer un principe
de l’Evangile. En réfléchissant aux jeunes
garçons que vous instruisez, cela vous rappelle certaines expériences qu’ils ont vécues
récemment. Vous jugez qu’une simple
discussion sur ces expériences serait plus
efficace qu’un jeu de rôle.
Les circonstances suivantes illustrent
quelques manières d’adapter vos leçons à
vos élèves.
Adaptation des leçons
aux différents groupes d’âge
Utilisation de textes issus d’un numéro
récent de L’Etoile ou du Liahona.
Pour trouver plus d’idées sur l’adaptation
des leçons aux différents groupes d’âge, voyez
la partie de ce manuel intitulée «Instruire
des groupes d’âges différents» (pp. 107–124).
Lorsque vous lisez une histoire sur le
thème du service, cela vous rappelle une
102
histoire semblable dans un numéro récent
de L’Etoile ou du Liahona. Vous sentez que
les jeunes filles de votre classe s’identifieront
mieux à l’histoire figurant dans L’Etoile ou
Le Liahona; c’est pourquoi vous utilisez cette
histoire au lieu de celle du manuel.
P R É PA R E R TO U T C E Q U I E S T N É C E S S A I R E
Questions pour vous aider à évaluer
vos leçons
34
ÉVALUATION DES LEÇONS
Après avoir fait une leçon, un instructeur
de Doctrine de l’Evangile n’en était pas très
satisfait. Certaines parties avaient bien
marché, mais d’autres avaient été décevantes. «Pourquoi certaines choses se sontelles déroulées si bien et d’autres pas?» se
demandait-il. «Que reprendrais-je de cette
leçon? Que changerais-je?» Ces questions le
poursuivaient tandis qu’il méditait sur la
manière d’aider ses élèves à apprendre
l’Evangile. Les questions qu’il se posait sont
celles que se posent presque tous les instructeurs.
En plus d’évaluer ce qu’apprennent
nos élèves (voir «Comment dire s’ils apprennent», p. 73), il est important d’évaluer le
succès de nos leçons. Spencer W. Kimball a
enseigné qu’il est important de s’évaluer
soi-même et de chercher à s’améliorer. «Nous
déterminons et nous nous fixons un niveau
d’excellence acceptable... et nous évaluons
notre travail en conséquence. Nous devons
nous préoccuper moins d’exceller par rapport aux autres que d’exceller par rapport à
nos résultats passés» (The Teachings of Spencer
W. Kimball, édité par Edward L. Kimball,
1982, p. 488).
Après chaque leçon, nous devons prendre
le temps de suivre le conseil du président
Kimball et de mesurer notre travail. Cela nous
aidera à nous préparer à la leçon suivante
et à continuer de développer nos talents
pédagogiques.
Quels que soient les changements que
vous êtes poussé à faire, rappelez-vous que
l’évaluation de votre enseignement doit être
une expérience positive et non pas décourageante. Chaque fois que vous trouvez un
moyen d’améliorer votre manière d’enseigner, vous découvrez un nouveau moyen
d’aider les autres à apprendre l’Evangile et à
en appliquer les principes.
La réussite d’une leçon se mesure à l’influence qu’elle a sur vos élèves. En évaluant
chaque leçon que vous faites, essayez de
vous rappeler les réactions des élèves à
différents moments de la leçon. Vous vous
rappellerez peut-être plus clairement leur
réaction si vous revoyez le plan que vous
avez suivi pour faire la leçon.
Les questions ci-dessous peuvent vous
aider à évaluer les leçons. Remarquez que les
premières questions vous aident à voir ce
que vous avez bien fait. Vous pouvez généralement apprendre davantage sur votre
manière de vous améliorer en mettant
d’abord l’accent sur les succès plutôt que sur
les déceptions. Si vous reconnaissez humblement vos points forts, vous pouvez vous en
servir pour améliorer votre manière d’enseigner en général. Après avoir examiné ce que
vous avez bien fait, vous pouvez décider de
ce que vous pouvez faire mieux.
A quels moments de la leçon ceux que
j’instruisais semblaient-ils le plus disposés
à participer? Quand semblaient-ils moins
disposés à le faire?
A quels moments de la leçon semblaientils ressentir le plus fort l’influence de
l’Esprit? Quand semblaient-ils la ressentir
moins?
A quels moments de la leçon ont-ils
semblé le plus méditatifs? Quand ne
semblaient-ils pas très attentifs?
Quels points de la leçon semblaient-ils
appliquer au maximum? Quand
semblaient-ils ne pas voir l’application
à leur vie?
En méditant chacune des questions
ci-dessus, analysez les questions complémentaires suivantes:
Quels aspects de la leçon ont semblé
contribuer à ces réactions?
Qu’est-ce que cela m’apprend sur mes
élèves?
Comment cette perception va-t-elle
m’aider à préparer la leçon suivante?
Lorsque vous vous posez ces questions,
prévoyez de mettre par écrit vos réponses
de manière à ne pas oublier les idées et les
inspirations qui vous viennent à l’esprit.
Vous risquez d’être surpris de tout ce que
vous apprendrez.
103
P a r t i e B : P r i n c i p e s d e b a s e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e
Lorsque vous méditez en priant sur la
manière de toucher vos élèves, l’Esprit peut
vous aider à voir les domaines dans lesquels
vous pouvez vous améliorer. Vous pourriez
étudier certaines sections de ce manuel.
Vous pouvez, par exemple revoir les informations sur l’art de poser des questions qui
nourrissent la conversation (voir «Animation de discussions», pp. 63–65; «Enseignez
en posant des questions», pp. 68–70).
Vous sentirez peut-être qu’il est important
d’apprendre à introduire une leçon d’une
manière plus intéressante (voir «Comment
introduire la leçon», p. 93) ou de donner
une conclusion plus solide à une leçon (voir
«Comment conclure la leçon», pp. 94–95).
Pour trouver plus d’idées sur la manière
de faire un plan pour vous améliorer, voir
«Planifiez l’amélioration de votre enseignement» (pp. 24–27).
104
P R É PA R E R TO U T C E Q U I E S T N É C E S S A I R E
35
DOCUMENTATION DE L’éGLISE
POUR ENSEIGNER L’éVANGILE
L’Eglise fournit beaucoup de documentation pour aider les parents, les instructeurs
et les dirigeants à enseigner l’Evangile. Les
Ecritures sont le programme des cours de
l’Eglise et constituent la plus importante de
ces ressources. En voici d’autres:
L’enseignement, pas de plus grand appel
La partie «Comment enseigner et diriger
dans l’Eglise» du Manuel d’instructions
de l’Eglise
Recueil d’idées pour les soirées familiales
Les principes de l’Evangile
Histoires tirées des Ecritures
Manuels de leçons
Le Liahona (lisez-le régulièrement pour
y trouver des histoires et d’autres idées)
Jeu d’illustrations de l’Evangile (collection
d’images illustrant des histoires et des
événements tirés des Ecritures et des principes de l’Evangile en action, et portraits
des présidents de l’Eglise)
Autres images et affiches
Le recueil de cantiques de l’Eglise
Chants pour les enfants
Les cassettes vidéo et audio produites par
l’Eglise
Bibliothèque d’église
Si votre église dispose d’une bibliothèque, elle peut contenir la plupart
de ces ressources. Pour vous renseigner
sur la documentation disponible dans la
bibliothèque de votre paroisse, prenez
contact avec le bibliothécaire.
Votre bibliothécaire ou votre greffier de
paroisse doit avoir un exemplaire du Catalogue que vous pourrez utiliser. Ce catalogue
est une publication annuelle qui énumère
les articles qui sont disponibles dans les
centres de distribution de l’Eglise. En plus
des articles indiqués ci-dessus, le Catalogue
contient d’autres documents utiles aux
membres de l’Eglise.
105
C
INSTRUIRE DES GROUPES
D’ÂGES DIFFÉRENTS
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
1
INSTRUIRE LES ENFANTS
Lorsque le Sauveur ressuscité exerçait son
ministère auprès des Néphites, il a montré
combien il aimait les petits enfants:
«Il prit leurs petits enfants, un par un, et
les bénit, et pria le Père pour eux...
«Et il parla à la multitude et lui dit: Voyez
vos petits enfants.
«Et comme ils regardaient, ils jetèrent les
regards vers le ciel, et ils virent les cieux
ouverts, et ils virent des anges descendre du
ciel comme au milieu d’un feu; et ils descendirent et entourèrent ces petits enfants, et
ils étaient environnés de feu; et les anges les
servirent» (3 Néphi 17:21, 23–24).
Parlant de ce récit, M. Russell Ballard a
déclaré: «Il est clair que ceux d’entre nous a
qui ont été confiés des enfants ont reçu une
intendance sacrée et noble, car c’est nous
que Dieu a chargés d’entourer les enfants
d’aujourd’hui d’amour, et de leur donner le
feu de la foi et la compréhension de leur
identité» («Voici vos petits enfants», L’Etoile,
octobre 1994, p. 40). L’exemple du Sauveur
nous montre comment nous devons instruire les enfants et de quelle manière nous
devons prendre soin d’eux et les influencer.
Nous avons la responsabilité sacrée
d’enseigner l’Evangile de Jésus-Christ aux
enfants et de les aider à le vivre. Vous devez
leur enseigner la vraie doctrine, comme
l’a fait le prophète Néphi, qui a dit: «Nous
parlons du Christ, nous nous réjouissons
dans le Christ, nous prêchons le Christ,
nous prophétisons concernant le Christ, et
nous écrivons selon nos prophéties, afin que
nos enfants sachent vers quelle source ils
peuvent se tourner pour obtenir la rémission
de leurs péchés» (2 Néphi 25:26).
Vous verrez que vous recevrez des bénédictions particulières en instruisant les
enfants. Ils vous donneront de la joie et vous
encourageront à être un bon exemple. En
108
découvrant combien les enfants sont fidèles,
aimants, confiants et plein d’espoir, vous
vous rapprocherez du Seigneur et vous
comprendrez mieux son commandement
de devenir comme un petit enfant (voir
Matthieu 18:3). Avec l’aide de l’Esprit, vous
pouvez aimer et instruire les enfants à la
manière du Seigneur. Vous pouvez aider
chaque enfant à trouver la paix promise
à ceux qui suivent le Sauveur: «Tous tes fils
seront disciples du Seigneur, et grande sera
la prospérité de tes fils» (3 Néphi 22:13).
Directives pour comprendre
et instruire les enfants
Les renseignements suivants vous aideront à mieux comprendre les caractéristiques des enfants que vous instruisez (voir
aussi «Caractéristiques d’âges des enfants»,
aux pages 110–116, et, si vous enseignez à la
Primaire, les pages d’introduction de votre
manuel de Primaire).
Les enfants sont confiants. Ils croient ce que
vous leur dites. Ils reconnaissent la vérité.
Vous avez le devoir de leur enseigner la
bonne doctrine, simplement et clairement,
avec des mots et des exemples à leur portée.
Les enfants peuvent reconnaître l’influence
de l’Esprit. Enseignez-leur que la paix,
l’amour et la chaleur qu’ils éprouvent lorsqu’ils parlent de Jésus-Christ et de son
Evangile ou lorsqu’ils chantent un cantique,
viennent du Saint-Esprit. Aidez-les à
comprendre que ces sentiments sont une
partie du témoignage.
Les enfants comprennent les choses au sens
littéral. Pour eux, tout est réel. Vous pouvez
gêner leur compréhension si vous utilisez
des métaphores complexes pour leur
enseigner des principes sacrés de l’Evangile.
Aidez-les à apprendre l’Evangile en leur
parlant des événements et des activités qu’ils
connaissent bien: le foyer, la famille et le
monde qui les entoure. Assurez-vous qu’ils
comprennent bien ce que vous enseignez.
Les enfants sont curieux et désireux
d’apprendre. Ils aiment apprendre au moyen
d’expériences variées et nouvelles. Ils
veulent bouger, se servir de tous leurs sens,
explorer et essayer de nouvelles choses. Les
plus grands aiment chercher des réponses à
des questions et résoudre des problèmes. Les
enfants de votre classe seront plus attentifs
et auront plus envie d’apprendre si vous
utilisez des méthodes pédagogiques et des
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
activités variées pour leur enseigner les principes de l’Evangile (voir «Un enseignement
diversifié», pp. 89–90).
Les enfants sont aimants et veulent se sentir
aimés et acceptés. Cherchez des occasions
d’encourager le comportement bon et
aimant que les enfants adoptent spontanément. Les enfants aiment faire plaisir et
aider les autres; n’hésitez donc pas à leur
donner des occasions de servir. Demandezleur de porter vos livres, de tenir des images
ou de répondre à des questions. Encouragezles à s’entraider. Témoignez-leur de l’amour.
Aidez-les à développer leur estime personnelle en exprimant votre appréciation pour
leurs efforts chaque fois que c’est possible.
Ecoutez-les attentivement.
Les enfants commencent à préparer leur
avenir. Bien qu’ils aient l’impression que
l’âge adulte est très loin d’eux, les enfants se
préparent aujourd’hui aux responsabilités
qu’ils auront plus tard au sein de leur famille,
de l’Eglise et du monde du travail. Vous
pouvez les aider à comprendre en quoi ce
qu’ils vivent aujourd’hui peut les y préparer.
Par exemple, vous pouvez dire: «Marie, je
t’ai vue aider Kévin à trouver cette Ecriture.
Tu as été très patiente et très gentille. Un
jour, quand tu seras maman, je suis sûr que
tu enseigneras beaucoup de merveilleuses
choses à tes enfants.» Ou bien vous pouvez
dire: «Mathieu, un jour, tu seras un grand
missionnaire parce que tu as appris à te fixer
des buts et à les atteindre. Je suis très fier
de toi!»
Les enfants suivront votre exemple. Vous
enseignez toujours, même lorsque vous n’y
pensez pas. Vous enseignez souvent plus par
votre comportement et par votre exemple
que par vos paroles. Par exemple, les enfants
remarqueront si vous traitez les Ecritures
avec respect. Ils verront comment vous
parlez de notre Père céleste et de JésusChrist. Ils regarderont comment vous vivez
les principes que vous enseignez. Votre bon
exemple les aidera à éprouver plus d’amour
et de respect pour leur Père céleste et pour
son Fils.
Les petits enfants n’ont pas une grande
capacité de concentration et ils ne peuvent pas
rester longtemps assis calmement. Ne leur
en demandez pas trop. Sachez reconnaître
qu’un manque de concentration peut
signifier qu’ils sont fatigués, qu’ils ont faim,
qu’ils ne comprennent pas quelque chose
que vous avez dit, qu’ils ont besoin de bouger ou qu’ils s’ennuient. Le meilleur moyen
de garder leur attention et de les aider à
apprendre est de les encourager à participer
aux leçons. Comme ils ont beaucoup d’énergie, prévoyez des moyens de leur permettre
de bouger ou de voir, d’entendre, de sentir
ou de toucher quelque chose au cours de
la leçon. Ils aiment apprendre par répétition
et au moyen d’histoires, de chants et
d’activités simples.
Fortifier la famille
Si vous êtes instructeur ou dirigeant, vous
pouvez aider les parents à enseigner l’Evangile à leurs enfants. Dites aux parents ce que
vous enseignez dans votre classe pour qu’ils
puissent mettre l’accent sur ces principes
de l’Evangile au foyer (voir «Occasions
pédagogiques régulières dans la famille»,
pp. 137–139). Encouragez les enfants à parler
de ce qu’ils apprennent à leur famille.
Ils peuvent participer aux soirées familiales
par des chants, des Ecritures, des jeux et des
principes qu’ils ont appris dans leur classe
ou au cours des activités de la Primaire. De
temps à autre, vous pouvez faire un rapport
sur les leçons et les activités auxquelles l’enfant a participé, afin d’expliquer à sa famille
ce qu’il a appris. Vous pouvez aussi dire aux
parents quand leur enfant a été particulièrement serviable ou quand celui-ci doit faire
une prière ou un discours. Vous pouvez
demander aux parents de parler de leurs
expériences ou de leur témoignage pendant
une leçon.
Souvenez-vous que lorsque vous aidez un
enfant à obtenir un témoignage et à vivre
l’Evangile, il peut avoir une bonne influence
sur sa famille. En enseignant l’Evangile à
des enfants et en leur apprenant à le vivre,
vous contribuez à affermir leur famille.
109
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
2
CARACTÉRISTIQUES D’ÂGE DES ENFANTS
Les enfants changent continuellement aux niveaux
physique, mental, social, émotionnel et spirituel. Ils
évoluent selon un modèle général de croissance et de développement. Les parents et les instructeurs qui connaissent
les caractéristiques typiques de chaque groupe d’âge
pourront mieux comprendre le comportement des enfants,
et les instruire de manière plus efficace.
Certains enfants peuvent se développer plus ou moins
vite que d’autres du même groupe d’âge. Par exemple, un
enfant de six ans peut se rapprocher davantage des caractéristiques d’un enfant de cinq ans ou d’un enfant de sept
ans. Souvenez-vous aussi qu’il peut arriver que des enfants
régressent dans des moments de stress émotionnel ou
de tension.
Les manuels de leçons de l’Eglise ont été conçus pour
convenir aux capacités des enfants. Lorsque vous étudiez et
préparez chaque leçon, cherchez en quoi chaque partie de
la leçon peut vous aider à répondre aux besoins des enfants.
Quel que soit le groupe d’âge que vous instruisez, faites
preuve de patience, de respect, d’amour et de tact envers
chaque enfant. N’attendez pas de lui plus que ce qu’il ne
peut accomplir.
Les descriptions et les idées suivantes peuvent vous aider
à mieux comprendre les enfants que vous instruisez.
Idées pour les parents et les instructeurs
Variez les activités pour maintenir l’intérêt de l’enfant.
Faites des activités qui nécessitent de marcher, de
pousser et de tirer. Faites des activités musicales ou qui
font appel aux mains.
Donnez-lui de nombreuses occasions de parler et de
participer. Enseignez-lui à être recueilli pendant la prière.
Utilisez des aides visuelles pour raconter des histoires.
Prévoyez des jouets avec lesquels l’enfant peut se déplacer
et s’entraîner, par exemple des objets à empiler, des
balles, des puzzles simples, des poupées et des figurines
de personnages ou d’animaux.
Prévoyez des jouets et des activités qui lui permettent de
jouer seul. Aidez-le à apprendre à partager et à s’entendre
avec les autres.
Prenez-le dans vos bras lorsqu’il est en colère ou qu’il
a besoin de réconfort.
L’enfant de deux ans
Caractéristiques
Il est très actif. Il saute, marche et court. Il sait frapper
dans ses mains et taper dans un ballon. Il sait manipuler
de petits objets, mais ne sait pas fermer des boutons
ou une fermeture à glissières, ni se prendre en charge
d’une autre façon. Il est irritable et remuant lorsqu’il
est fatigué.
Il sait assembler deux ou trois mots dans une phrase.
Il dit souvent «non», même lorsqu’il ne le pense pas.
Il pense simplement et clairement. Il ne sait pas raisonner. Il peut faire des choix simples. Il aime la répétition.
Il peut être attentif pendant un bref instant (deux ou trois
minutes). Il est curieux. Il passe d’une activité à l’autre.
Il aime les jouets simples, comme le matériel de dessin,
les livres, les histoires courtes et les activités musicales.
Il aime jouer seul. Il commence à aimer jouer avec les
autres, mais il préfère généralement jouer près d’eux
qu’avec eux. Il se dispute souvent pour des jouets. Il a du
mal à partager et à coopérer. Quand il veut l’objet d’un
autre enfant, il le demande à un adulte.
L’enfant de dix-huit mois
Caractéristiques
Il marche, grimpe, rampe et court. Il aime pousser et tirer
des objets. Il sait les démonter plus facilement qu’il
ne peut les remonter. Il n’a pas une bonne coordination.
Il se fatigue rapidement. Normalement, il n’est pas
encore propre.
Il prononce de nombreux sons. Il apprend à s’exprimer.
Il fait des phrases d’un seul mot, en particulier «moi»
et «non». Il apprend par la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat
et le goût. Il comprend plus qu’il ne peut exprimer.
Il aime jouer à côté d’autres enfants, mais souvent, il ne
joue pas avec eux. Il a du mal à partager.
Il pleure facilement, mais change rapidement d’humeur.
110
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
Il est aimant et affectueux. Il aime être assis sur les genoux
et tenir la main. Il aime être auprès de sa mère. Il exprime
ses émotions violemment pour obtenir ce qu’il veut ou
pour montrer sa colère et sa frustration. Il change rapidement d’humeur. Il aime son indépendance.
Il aime prier. Il comprend que notre Père céleste et Jésus
nous aiment, mais il a du mal à comprendre des concepts
spirituels plus compliqués.
indépendant. Il a des accès d’émotion intenses, mais qui
ne durent pas.
Idées pour les parents et les instructeurs
Faites des activités où l’enfant doit sauter, bondir, marcher et se baisser. Faites des activités artistiques simples
comme des collages, de la pâte à modeler et du coloriage.
Evitez les activités qui nécessitent de l’adresse et une
coordination précises, comme les nœuds ou le découpage.
Attendez-vous à devoir nettoyer derrière lui.
Enseignez des idées d’une manière simple et claire.
Utilisez des plans et des aides visuelles pour mettre
l’accent sur ces idées. Encouragez les questions et les
réponses au cours de la leçon, mais veillez à ce que
chaque enfant réponde à son tour. Utilisez des méthodes
d’enseignement variées, par exemple des histoires, des
chants, des discussions, des saynètes, des jeux de mains
et des jeux simples. Alternez les activités calmes et les
activités remuantes.
Donnez-lui des occasions de jouer avec d’autres enfants.
Faites des activités qui l’encouragent à partager, à jouer
à tour de rôle et à coopérer. Créez des liens forts avec
l’enfant et donnez-lui souvent l’occasion de parler de sa
famille.
Montrez que vous appréciez ce qu’il fait et que vous
avez confiance en lui. Mettez l’accent sur l’amour que
sa famille et vous-même avez pour lui. Aidez-le à comprendre ce que ressentent les autres et à résoudre les
conflits. Encouragez-le à être autonome.
Enseignez-lui l’Evangile d’une manière simple et
concrète. Enseignez-lui que notre Père céleste et JésusChrist vivent, qu’ils sont bons et aimants. Rendez
des témoignages simples. Aidez-le à voir la beauté des
créations de Dieu.
Idées pour les parents et les instructeurs
Faites des activités reposantes telles que des jeux avec
les doigts et des activités musicales. Faites des activités
où il peut lancer des balles de son, marcher au pas et
sauter. Evitez les activités qui nécessitent de l’adresse et
de la coordination, telles que le découpage et le collage.
Faites des leçons simples. Aidez l’enfant à participer.
Servez-vous des répétitions. Ne laissez pas l’enfant seul;
les enfants de cet âge peuvent se mettre rapidement dans
des situations dangereuses. Donnez-lui des occasions
de faire des choix.
Donnez-lui des occasions de jouer avec les autres, mais
ne l’y forcez pas. Donnez-lui le choix de participer à
des activités. Guidez-le de façon chaleureuse et tendre.
Corrigez les mauvais comportements.
Montrez-lui de l’amour et de l’affection. Pour lui faire
cesser un comportement indésirable, attirez son attention sur autre chose. Encouragez-le à être autonome,
mais aidez-le quand c’est nécessaire. Permettez-lui de
faire des choix.
Permettez-lui de prier. Centrez vos concepts spirituels sur
la famille et sur l’amour de notre Père céleste et de Jésus.
L’enfant de trois ans
Caractéristiques
Il marche et court, mais manque toujours de coordination. Il aime faire des choses avec les mains, mais le
fait maladroitement.
Il s’exprime mieux. Il aime parler et apprendre de nouveaux mots. Il a une capacité d’attention limitée. Il est
curieux et pose beaucoup de questions. Il interprète
souvent faussement et dit des choses qui semblent être
hors sujet. Il aime faire semblant. Il aime les jeux avec
les doigts, les histoires et les activités musicales. Il ne sait
pas faire la différence entre le rêve et la réalité.
Il aime travailler seul. Il ne joue pas beaucoup avec les
autres, mais il aime avoir des amis autour de lui. Il est
égocentrique. Il a du mal à partager. Il préfère être avec
des adultes, en particulier les membres de sa famille,
parce qu’ils lui apportent la sécurité.
Il veut faire plaisir aux adultes. Il a besoin de leur approbation, de leur amour et de leurs louanges. Il ne maîtrise
pas ses émotions lorsqu’il a peur ou qu’il est inquiet.
Il est sensible aux sentiments des autres. Il devient plus
Il aime les principes simples de l’Evangile, comme la
prière et l’obéissance. Il comprend mieux qui sont notre
Père céleste et Jésus-Christ, et il a une foi simple en eux.
L’enfant de quatre ans
Caractéristiques
Il est très actif. Il se déplace rapidement. Il aime bondir,
sauter, faire la course, grimper et lancer.
Il aime parler et apprendre de nouveaux mots. Il pose
beaucoup de questions. Il est capable de raisonner un
peu, mais il a toujours des problèmes de compréhension.
Il a du mal à différencier le réel de l’imaginaire. Il a
une faible capacité de concentration. Il exprime ses
sentiments par ses créations artistiques. Il aime faire
semblant, notamment qu’il est quelqu’un d’autre.
Il joue davantage avec les autres. Il peut être parfois
physiquement agressif, autoritaire, impoli et têtu, mais
il sait aussi se montrer amical. Il apprend à partager, à
111
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
Il peut apprendre à lire. Il est bavard. Il pose des questions,
fait des commentaires et donne des réponses qui montrent une meilleure compréhension. Il sait bien résoudre
des problèmes. Il est curieux et désireux d’apprendre.
Il commence à différencier le réel de l’imaginaire. Il possède une capacité de concentration, faible mais croissante.
Il aime les tâches précises. Il aime les blagues et les farces,
mais ne sait pas rire de lui-même. Il aime les histoires,
les chansons, les poèmes et les jeux de rôles.
accepter les règles et à jouer à tour de rôle. Il aime les
félicitations sincères.
Il essaie souvent de voir jusqu’où il peut aller avec les
gens qui l’entourent. Il se vante, surtout de lui-même et
de sa famille. Il peut être gentil un moment et querelleur
l’instant d’après. Il a plus confiance en lui. Il peut avoir
des peurs et des sentiments d’insécurité.
Il commence à différencier le bien du mal et souhaite
en général faire le bien. Il accuse les autres de ses fautes.
Il éprouve naturellement de l’amour et du respect
pour notre Père céleste et Jésus-Christ et pose souvent
des questions à leur sujet. Il aime prier et veut bien faire.
Il s’intéresse davantage aux principes de l’Evangile.
Il est amical et désireux de faire plaisir et de coopérer.
Il commence à préférer être en petit groupe, mais il peut
avoir un ami préféré. Il occasionne moins de conflits
quand il joue avec d’autres enfants. Il commence à
vouloir faire comme les autres, et critique ceux qui ne le
font pas. Il commence à comprendre les règles, mais
essaie souvent de les modifier à son avantage.
Ses intérêts se portent sur son foyer et sa famille. Il est
affectueux avec les adultes et veut leur faire plaisir.
Il éprouve facilement de la gêne, surtout à cause de ses
erreurs.
Il veut bien faire. Il apprend à différencier le bien du mal.
Il dit parfois des mensonges ou accuse les autres de ses
erreurs parce qu’il veut vraiment faire plaisir aux adultes
et faire ce qui est bien. Il est prêt à apprendre des principes
spirituels.
Idées pour les parents et les instructeurs
Alternez les activités calmes et les activités remuantes.
Aidez l’enfant à apprendre à contrôler ses actes et à en
être responsable. Enseignez-lui à exprimer ses sentiments.
Faites des activités et des débats qui le feront réfléchir,
par exemple des petites devinettes ou des jeux de questions. Aidez-le à bien comprendre. Utilisez des images,
des objets et des expériences réelles. Apprenez-lui de
nouveaux mots. Demandez-lui de faire des dessins pour
illustrer la leçon. Reconnaissez et encouragez ses efforts
créatifs. Permettez-lui d’explorer son milieu. Faites des
jeux de rôle.
Donnez-lui des occasions de jouer et de coopérer avec
d’autres enfants. Enseignez-lui la gentillesse, la patience
et la politesse. Aidez-le à suivre des règles simples, par
exemple à attendre son tour. Aidez-le à apprendre à bien
se comporter dans le groupe sans le punir ni le disputer.
Etablissez des limites et faites-les respecter fermement.
Permettez-lui de parler de lui-même et de sa famille.
Enseignez-lui qu’il est important pour notre Père céleste
et pour Jésus. Dites-lui combien sa famille et vous-même
l’aimez.
Idées pour les parents et les instructeurs
Faites participer l’enfant à des activités physiques. Faites
des jeux simples et d’autres activités. Permettez-lui de
faire des découpages, des collages et des puzzles. Laissezle faire des choses tout seul. Exprimez votre confiance
en lui. Reconnaissez ses efforts et encouragez-le.
Permettez-lui de parler et de poser des questions. Permettez-lui de lire des mots et des phrases simples. Utilisez
des bandes de papier pour des mots simples. Donnez-lui
des tâches et des responsabilités simples. Prévoyez des
activités où il peut dessiner, écouter des histoires vraies et
utilisez des aides visuelles. Variez les activités, en utilisant
des images, des jeux, des chansons et des discussions.
Faites des activités où il doit résoudre des problèmes, par
exemple des devinettes ou des questionnaires. Permettezlui de faire semblant, d’interpréter des personnages et
d’utiliser des marionnettes. Riez avec lui.
N’oubliez pas qu’il a besoin d’avoir votre approbation.
Encouragez les amitiés et essayez de l’aider s’il semble
ne pas avoir d’amis ou s’il ne s’intègre pas à un groupe.
Parlez de ce que les autres ressentent lorsque quelqu’un
est gentil ou méchant. Discutez de l’importance d’aimer
les autres et d’exprimer sa reconnaissance, et expliquezlui comment le faire. Aidez-le à apprendre la valeur des
différences de chacun.
Enseignez-lui souvent la valeur et l’importance de la
famille. Donnez-lui l’occasion d’exprimer ses sentiments
sur sa famille. Exprimez votre amour et montrez votre
Aidez-le à être responsable de ses actes et enseignez-lui
l’importance de faire de bons choix. Enseignez-lui que
notre Père céleste aime ses enfants et que nous pouvons
communiquer avec lui par la prière. Aidez-le à apprendre
à faire preuve de recueillement à l’église. Enseignez-lui
les principes de base de l’Evangile.
L’enfant de cinq ans
Caractéristiques
112
Il est très actif. Il possède un bon équilibre et une meilleure
coordination. Il sait taper dans un ballon, marcher sur
une ligne droite, sauter, bondir et marcher au pas. Il aime
dessiner, colorier et participer à des activités et à des
jeux. Il apprend à lacer ses chaussures, à boutonner un
vêtement et à fermer une fermeture à glissières.
Il reconnaît quelques lettres, quelques nombres et
quelques mots. Il aime faire semblant de lire et d’écrire.
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
affection. Félicitez-le quand il se comporte bien. Evitez
les activités et les expressions qui risquent de le mettre
mal à l’aise.
Enseignez-lui la bonne façon de se comporter. Ne soyez
pas choqués s’il dit un mensonge ou quelque chose
d’inapproprié, mais continuez d’enseigner qu’il est
important d’accepter la responsabilité de ses actes. Fortifiez son témoignage en rendant le vôtre. Racontez des
histoires et des idées qui développeront son amour et sa
foi pour notre Père céleste et Jésus-Christ et pour leurs
enseignements.
Il se vante. Il exagère et critique. Il est souvent énervé;
il fait l’idiot et rigole pour un rien. Il peut être généreux,
affectueux et sociable, mais il change rapidement
d’humeur.
Il se soucie des comportements bons et mauvais, surtout
lorsqu’ils concernent les membres de sa famille et ses
amis. Il accuse parfois les autres de ses erreurs. Il aime les
histoires des Ecritures, en particulier celles sur Jésus.
Idées pour les parents et les instructeurs
Faites preuve de patience pour son énergie et son agitation constante. Faites-le participer à des activités comme
l’écriture, le coloriage, le découpage, le collage et la pâte
à modeler. Faites des jeux qui lui permettent de dépenser
son énergie.
Faites des activités pour l’encourager à résoudre des problèmes, par exemple des devinettes, des révisions ou des
histoires dont il doit inventer la fin. Utilisez des images,
des silhouettes en feutrine et d’autres aides visuelles.
Apprenez-lui des mots nouveaux. Posez des questions.
Permettez-lui de prendre des décisions. Discutez de l’importance de choisir le bien, et permettez-lui d’apprendre
à prendre des décisions avec des choix limités. Donnezlui des occasions de lire, d’écrire, de chanter, d’écouter
des histoires et de faire des jeux de rôle. Préparez vos
leçons en fonction des besoins de l’enfant.
Encouragez-le à partager et à collaborer avec les autres.
Donnez-lui de nombreuses occasions de faire des activités
en groupe. Félicitez-le et exprimez votre approbation
pour des choses précises. Dans vos leçons, mettez l’accent
sur l’importance d’exprimer son amour en aidant les
L’enfant de six ans
Caractéristiques
Il est très actif. Il est souvent bruyant, remuant et exubérant. Il aime participer à des activités et accomplir de
petites tâches, bien qu’elles puissent encore être difficiles
à faire. Il n’aime pas être spectateur.
Les principes doivent lui être enseignés de manière
concrète. Sa mémoire s’améliore. Il est bavard et pose de
nombreuses questions. Il apprend à prendre des décisions,
mais il est souvent indécis. Sa capacité de concentration
s’améliore. Il aime lire, écrire, chanter, écouter des
histoires et jouer à faire semblant.
Il est plus intéressé par les activités en groupe et il joue
avec ses camarades de jeu, mais il est toujours égoïste. Il
peut être autoritaire, agressif et méchant avec eux. Il n’est
pas fidèle en amitié. Il se soucie de la manière dont les
autres le traitent. Il a besoin d’être accepté par les autres.
113
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
et ne faites pas attention à ses maladresses. Utilisez des
techniques variées pour éveiller son intérêt et pour
prévenir les mauvais comportements. Félicitez-le de sa
bonne tenue.
autres et en veillant à leurs besoins. Encouragez l’enfant
à prendre part à des jeux et à d’autres activités.
Félicitez-le de ses efforts pour qu’il éprouve moins le
besoin de se vanter. Félicitez-le sincèrement. Ne le
critiquez pas. Riez avec lui, mais ne vous moquez pas
de lui. Encouragez-le à être positif. Par votre exemple,
enseignez-lui à avoir un comportement calme et stable.
Posez-lui des questions qui le font réfléchir. Racontez
des histoires dont il doit trouver la fin, des devinettes,
des jeux de réflexion et organisez des débats pour le
faire réfléchir. Permettez-lui de prendre des décisions.
Donnez-lui beaucoup de temps pour réaliser des tâches.
Encouragez-le à s’adonner à ses intérêts ou à des passetemps. Donnez-lui des occasions de lire les Ecritures, des
bandes de mots et des histoires. Utilisez des histoires et
des situations vraies.
Faites des activités qui nécessitent de jouer en groupe,
par exemple des jeux et des saynètes, mais respectez le
désir de l’enfant de travailler seul de temps à autre. Ne le
forcez pas à collaborer avec des enfants du sexe opposé.
Félicitez-le de son bon comportement, par exemple
lorsqu’il accepte d’attendre son tour ou de partager.
Confiez-lui des responsabilités et des tâches qu’il peut
mener à bien, puis félicitez-le de ses accomplissements.
Encouragez-le à s’occuper des autres. Aidez-le à prendre
confiance en lui. Au lieu de le critiquer, cherchez des
occasions de lui montrer votre approbation et votre
affection. Acceptez ses sautes d’humeur et son attitude
distante. Encouragez-le à exprimer ses sentiments.
Donnez-lui des occasions de faire de bons choix. Aidez-le
à comprendre les conséquences de ses choix. Enseignezlui les principes de l’Evangile d’une manière simple et
concrète, et encouragez-le à les mettre en application.
Instruisez-le en vous appuyant sur les Ecritures. Préparez-le
au baptême et à la confirmation en l’aidant à comprendre
les alliances qu’il va faire.
Enseignez-lui à veiller à sa conduite, à en accepter la
responsabilité et à s’améliorer. Assurez-lui que tout le
monde fait des erreurs. Enseignez-lui le repentir simplement. Utilisez les Ecritures pour lui enseigner les principes de base de l’Evangile. Aidez-le à comprendre et
à appliquer les Ecritures.
L’enfant de sept ans
Caractéristiques
Il a un meilleur contrôle musculaire. Il acquiert de l’intérêt et de l’adresse pour certains jeux, passe-temps et activités. Il est agité et remuant. Il est nerveux, et a parfois
des positions étranges. Il est plein d’énergie, mais il se
fatigue facilement.
Il a un grand désir d’apprendre. Il pense avec sérieux
et de façon plus logique. Il peut résoudre des problèmes
plus complexes. Il aime avoir des difficultés, travailler
dur et prendre le temps de terminer une tâche. Il a une
bonne capacité de concentration. Il a des passe-temps et
aime utiliser ses compétences. Il aime faire des collections
et parler de projets et d’accomplissements personnels.
Il joue souvent en groupe, mais il aime parfois être seul
et jouer calmement. Il joue peu avec les enfants du sexe
opposé. Il veut ressembler à ses pairs et recevoir leur
approbation. Il est moins autoritaire et moins déterminé
à faire les choses à sa manière. Il aime avoir plus de
responsabilité et d’indépendance. Il s’inquiète souvent
de ne pas réussir.
Il n’aime pas les critiques. Il est plus sensible à ses propres
sentiments qu’à ceux des autres. Il est souvent perfectionniste, et il lui arrive de faire son autocritique. Il est
inhibé et prudent. Il est moins impulsif et égocentrique
qu’auparavant.
Il différencie le bien du mal. Il aime apprendre et mettre
en pratique les principes de l’Evangile, par exemple
la prière et le paiement de la dîme. Il comprend certains
principes de l’Evangile, par exemple la Sainte-Cène, la
foi, le repentir, l’œuvre missionnaire, le Saint-Esprit et
l’œuvre du temple. Il veut se faire baptiser et recevoir le
don du Saint-Esprit.
Idées pour les parents et les instructeurs
114
Faites des activités qui lui permettent de dépenser son
énergie. Donnez-lui l’occaion de montrer ses talents.
Soyez patient avec son agitation et ses énervements,
L’enfant de huit ans
Caractéristiques
Sa coordination est meilleure. Il remue et se tortille.
Il a des réflexes nerveux. Il fait des jeux organisés qui
nécessitent des compétences physiques. Il a une bonne
capacité de concentration. Il veut être accepté.
Il veut connaître la raison de tout. Il veut dire ce qu’il
sait. Il pense qu’il sait beaucoup de choses, mais il
commence à reconnaître que d’autres peuvent en savoir
davantage. Il juge. Il a des héros. Il aime écrire, lire et
jouer à faire semblant.
Il aime jouer en groupe en suivant des règles simples.
Il préfère jouer avec les enfants du même sexe que lui.
Il accepte davantage de coopérer et cherche moins
à avoir toujours ce qu’il veut. Il veut avoir un meilleur
ami. Il a un grand besoin d’indépendance, mais il a
aussi besoin des conseils et de la protection des adultes.
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
Il est généralement affectueux, serviable, joyeux, sociable
et curieux, mais il peut aussi être malpoli, égoïste, autoritaire et exigeant. Il est sensible aux critiques. Il se critique et critique les autres. Il lui arrive de rigoler et d’agir
bêtement. Il éprouve de la culpabilité et de la honte.
Il aime les enseignements de l’Evangile, mais il a des
questions à leur sujet. Il est fier d’être membre de l’Eglise.
Il aime vivre les principes de l’Evangile. Il apprend
l’Evangile par des exemples concrets et en les pratiquant.
Il peut s’intéresser à des sujets ou à des activités pendant
plus longtemps. Il veut des faits réels; il n’apprécie pas
trop l’imaginaire. Il aime apprendre par cœur. Il est
curieux et il possède des intérêts précis. Il aime lire, écrire
et prendre des notes. Il s’intéresse au monde qui l’entoure
directement, ainsi qu’aux autres cultures et aux autres
peuples. Il aime apprendre les choses du passé et du
présent. Il aime faire des collections.
Il aime être avec des groupes d’enfants du même sexe.
Il aime les aventures en groupe et les jeux collectifs, mais
il apprécie aussi la compétition. Il éprouve l’autorité et
fait preuve d’indépendance. Il passe beaucoup de temps
avec ses amis.
Il a des problèmes de comportement, surtout s’il n’est
pas accepté par les autres. Il est très indépendant et digne
de confiance. Il a un grand besoin de justice et argumente
pour l’obtenir. Il est plus à même d’accepter ses échecs
et ses erreurs et d’assumer sa responsabilité. Il peut se
comporter sottement.
Il peut différencier le bien du mal. Il veut faire le bien,
mais agit parfois en rebelle. Il est influencé par le témoignage des autres. Il est prêt à apprendre des principes
de l’Evangile plus complexes.
Idées pour les parents et les instructeurs
Faites des activités qui exigent de la coordination et
qui permettent à l’enfant de dépenser son énergie.
Soyez patient envers ses maladresses, son comportement
désagréable et son agitation. Alternez les moments
calmes et les moments remuants. Félicitez-le quand il
se comporte bien.
Préparez des jeux, des histoires, des images et des activités
où il faut résoudre un problème, afin de l’encourager
à apprendre. Faites de la lecture, de l’écriture et des jeux
de rôle. Aidez-le à se fixer des buts réalistes. Encouragez-le
à se soucier davantage de son comportement que de
celui des autres. Proposez-lui des héros appropriés, par
exemple des dirigeants et d’autres bons membres de
l’Eglise.
Donnez-lui des occasions de se mêler à des groupes,
de coopérer et de partager. Veillez à bien superviser les
activités. Admettez le fait qu’il puisse avoir des amitiés
solides. Aidez-le à s’intégrer au groupe s’il n’a pas d’amis
proches. Félicitez-le de son bon comportement. Laissez-le
collaborer avec d’autres enfants et avec vous pour établir
les règles et prendre les autres décisions de la classe.
Permettez-lui de travailler indépendamment.
Aidez l’enfant à reconnaître ses sentiments négatifs et
à les traiter de façon constructive. Montrez de l’intérêt et
de l’enthousiasme. Félicitez-le et aidez-le à avoir davantage confiance en lui; ne le critiquez pas et ne le comparez
pas aux autres enfants. Félicitez-le de ses efforts et de ses
accomplissements. Laissez-le s’amuser lorsque la situation
le permet et soyez patient lorsqu’il rigole sottement.
Enseignez-lui que les autres font aussi des erreurs.
Exprimez souvent votre foi et votre témoignage. Aidez
l’enfant à comprendre qu’il est membre de l’Eglise et que
cela entraîne des responsabilités. Encouragez-le à obéir
aux principes de l’Evangile. Racontez-lui des expériences
et des histoires, et lisez-lui des Ecritures. Organisez des
activités auxquelles il peut participer.
Idées pour les parents et les instructeurs
Prévoyez des activités variées, entre autres des jeux
d’équipes, pour maintenir son intérêt et l’aider à
développer ses compétences.
Donnez des informations et des faits précis plutôt que
des choses imaginaires. Ne lui donnez pas toutes les
réponses; donnez-lui le temps de réfléchir et de proposer
des réponses. Encouragez-le à apprendre par cœur des
citations et des Ecritures. Respectez les différences de
chacun lorsque vous attribuez des tâches et des responsabilités. Donnez des occasions de lire, d’écrire et de
prendre des notes. Encouragez-le à tenir un journal.
Parlez-lui d’autres peuples et d’autres cultures, ainsi que
de l’histoire.
Sachez reconnaître que l’enfant a besoin de se sentir
accepté de ses pairs. Etablissez des limites raisonnables et
exigez-en le respect, mais laissez-lui de l’indépendance.
Apprenez-lui à être bon joueur, même lorsqu’il n’a pas
«gagné». Encouragez les amitiés et aidez-le à se faire des
amis.
Faites-lui savoir que vous l’acceptez, même lorsque vous
n’approuvez pas toujours sa façon d’agir. Donnez-lui
des occasions de développer son indépendance et de
prouver qu’on peut lui faire confiance. Ne vous moquez
pas de lui lorsqu’il agit mal.
Montrez-lui souvent votre affection et votre soutien.
Exprimez souvent votre témoignage et celui des
prophètes. Enseignez-lui des principes de l’Evangile
plus poussés.
L’enfant de neuf ans
Caractéristiques
Il aime participer à des jeux en équipes. Il contrôle bien
son corps. Il a envie de développer sa force, son adresse
et sa rapidité. Il aime faire des travaux manuels plus
compliqués.
115
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
L’enfant de dix ou onze ans
Idées pour les parents et les instructeurs
Acceptez le fait qu’il grandit et qu’il mûrit. Ne le forcez
pas à avoir des contacts avec des personnes de l’autre
sexe. Donnez-lui des occasions de participer à des
activités physiques qui lui permettent de dépenser son
énergie. Accordez peu d’intérêt à ses petits problèmes
de comportement. Enseignez-lui qu’il est bon de participer à des activités. Intéressez-vous à sa vie. Mettez
l’accent sur la valeur des différences individuelles.
Stimulez son intellect par des questions, des histoires des
Ecritures, la mémorisation d’Ecritures, des activités de
réflexion et des discussions. Permettez-lui de prendre des
décisions et de se fixer des objectifs. Utilisez de nouveaux
mots, et permettez-lui d’en donner une définition et
d’en expliquer la signification. Utilisez des aides visuelles,
des histoires et des jeux.
Satisfaites son besoin d’appartenir à des groupes et d’être
influencé par eux. Organisez des activités où il pourra
être avec des jeunes de son âge. Encouragez la planification et le travail de groupe. Enseignez-lui à être sensible
à ceux qui ne sont pas acceptés par les autres. Donnez-lui
des tâches et des responsabilités, et assurez-vous de leur
accomplissement. Encouragez les activités de service
comme le baby-sitting, le partage de talents et le fait de
parler de l’Evangile aux autres. Utilisez des exemples
et des leçons pour enseigner la sensibilité et la gentillesse.
Félicitez-le quand il est courtois, généreux, loyal et bon.
Ne le comparez pas aux autres. Encouragez-le et félicitezle de ce qu’il accomplit. Exprimez votre confiance en
lui. Renforcez les attitudes positives et essayez d’ignorer
les comportements négatifs dont les conséquences sont
négligeables. Permettez-lui d’être indépendant et d’exprimer ses sentiments. Essayez de comprendre ses soucis
et ce qui le rend malheureux.
Enseignez-lui des valeurs et des concepts moraux précis.
Mettez l’accent sur le fait que c’est en observant les
commandements que l’on obtient le véritable bonheur
et que l’on progresse personnellement. Encouragez-le à
s’engager à suivre les principes de l’Evangile. Aidez-le
à comprendre ses futures responsabilités et bénédictions
et à s’y préparer. Ne vous moquez pas de lui à cause de
ses erreurs, en particulier devant ses amis. Enseignez-lui
l’Evangile dans sa plénitude par des histoires tirées des
Ecritures et de la vie des prophètes des derniers jours.
Encouragez-le à rendre témoignage.
Caractéristiques
116
Il peut grandir rapidement. Il aime les sports qui demandent de la force, de la rapidité et de l’adresse. De temps
à autre, il aime jouer, pousser, se battre, taper et ricaner
bêtement. Il est remuant, actif et impatient. Il peut
être différent des camarades de son âge par la taille et la
coordination. Il n’aime pas être traité comme un enfant.
Il se soucie de son apparence physique.
Il aime les idées et les concepts abstraits. Il tire des conclusions des enseignements qu’il a reçus précédemment.
Il aime les tâches qui lui demandent un effort mental.
Il est décidé et raisonnable. Il aime apprendre par cœur.
Il aime se fixer des objectifs. Il est plus logique. Il aime
apprendre. Il a une bonne capacité de concentration.
Il comprend le sens des mots de façon plus précise et
peut définir des termes abstraits. Il a un sens de l’humour
que les adultes peuvent trouver ridicule.
Il est sociable et compétitif. Il est très loyal envers les
groupes. Il a beaucoup de rapports, à la fois positifs et
négatifs, avec les camarades de son âge. Il a des amitiés
plus complexes et plus intenses. Il a confiance en ses
meilleurs amis. L’opinion et les principes de ses camarades
sont plus importants à ses yeux que ceux des adultes.
Il critique parfois les jugements et les sentiments des
adultes. Il aime taquiner et jouer brutalement. Il peut,
selon le moment, être impoli et refuser de coopérer, ou
être amical et coopératif.
Il est critique envers lui-même et n’aime pas les critiques
des autres. Il peut penser que tout ce qu’il fait est mal,
surtout si on le critique. Il a des inquiétudes et des peurs
au sujet de l’école et des amis. Il est très sensible, surtout
en ce qui le concerne. Il a des doutes et des incertitudes.
Il peut être très susceptible et irritable, et il a un grand
désir d’être traité avec justice. Il peut être poli, sérieux,
honnête et sincère. Il veut être indépendant et avoir des
responsabilités.
Il a un grand sens moral et une conscience aiguisée.
Il désire s’améliorer. Il n’aime pas admettre qu’il a mal
agi. Il est prêt à en apprendre davantage sur la doctrine
de l’Evangile.
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
3
Un enfant plus âgé peut aider un plus
petit à lire une histoire, à faire un jeu, à
mémoriser une Ecriture, à travailler sur un
projet ou à remplir une feuille de travail.
Des enfants plus âgés peuvent vous aider
à enseigner un principe ou à faire une
activité. Vous pouvez leur demander
d’instruire un enfant ou plusieurs petits.
C’est une bonne façon pour les plus
grands d’apprendre les principes de
l’Evangile. Cela les aide aussi à acquérir
de l’expérience et de la confiance en soi.
INSTRUIRE
DES GROUPES D’ENFANTS
D’ÂGES DIFFÉRENTS
Au foyer et à l’église, il faut souvent enseigner l’Evangile à des groupes composés
d’enfants d’âges très différents. On trouve
ce genre de groupe lors de la soirée familiale
et d’autres réunions familiales, lors de la
période d’échange de la Primaire, lors
des journées d’accomplissement, lors des
activités et lors des classes d’enfants, à la
Société de Secours. Ces activités doivent être
agréables tout en enseignant des principes
de l’Evangile. M. Russell Ballard a déclaré:
«Les périodes d’échange et les [autres]
activités créatives et innovatrices peuvent
être stimulantes et amusantes, mais elles ne
servent pas à grand chose si les enfants...
repartent après s’être amusés, mais sans avoir
été réellement instruits, sans avoir appris
l’Evangile et sans avoir été édifiés spirituellement... Toutes les leçons, toutes les réunions
et toutes les activités doivent avoir pour
objectif d’amener ces petits enfants au
Christ» («Great Shall Be the Peace of Thy
Children,» Ensign, avril 1994, p. 61).
Lorsque vous instruirez des groupes
d’enfants d’âges différents, vous aurez
parfois de la difficulté à rendre un concept
suffisamment simple pour que les plus
petits le comprennent, tout en le gardant
suffisamment intéressant et stimulant pour
les plus grands. Les suggestions suivantes
peuvent vous aider à faire participer tous
les enfants lorsqu’ils apprennent l’Evangile
en même temps.
Demandez aux plus grands
d’aider les plus jeunes
Demandez aux enfants de travailler
deux par deux, ou demandez à un «grand»
d’aider plusieurs petits. Par exemple:
Simplifiez certaines activités
pour les plus petits
Si des petits et des grands participent à
la même activité, vous pouvez la simplifier
pour les plus petits. Par exemple:
Préparez deux listes de questions: des
questions simples pour les plus petits et
des plus difficiles pour les plus grands.
Ecrivez ces questions sur des bandes de
papier. Lors d’un jeu ou d’une activité
de révision, mettez les listes dans des
récipients distincts. Demandez à chaque
enfant de tirer une question dans le
récipient approprié, et d’y répondre.
Au cours d’une saynète, permettez aux
enfants de jouer des rôles simples ou
d’être des animaux ou une partie du
décor. Les grands peuvent avoir des rôles
plus difficiles, être narrateur ou lire des
passages d’Ecritures. Si les petits ont
un rôle où ils doivent prendre la parole,
les grands peuvent leur souffler ce qu’ils
ont à dire.
Si vous racontez une histoire, demandez
aux petits de tenir des images ou de
placer des figurines sur le tableau de
flanelle.
Utilisez divers ateliers pour séparer
les enfants en fonction de leur âge
Lorsque les plus petits arrivent à un
atelier, l’adulte qui s’y trouve peut adapter
la présentation à leur âge. Par exemple, si
une activité est organisée dans un atelier,
l’adulte peut en présenter une version simplifiée pour les plus petits (voir «Ateliers»,
p. 160).
Un «grand» peut s’asseoir avec un petit
et lire une Ecriture, en lui montrant les
mots qu’il lit.
117
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
difficultés, vous pourrez leur apporter un
soutien et des encouragements pleins de
sagesse et de sensibilité. Les renseignements
suivants peuvent vous aider à comprendre
certaines des difficultés qu’ils connaissent.
4
S’adapter aux transformations de leur corps
COMPRENDRE ET
INSTRUIRE LES JEUNES
A l’âge de 15 ans, Mormon a été «visité
par le Seigneur, et [a goûté et connu] la
bonté de Jésus» (Mormon 1:15). Joseph
Smith avait 14 ans lorsqu’il a reçu la Première
Vision. Il a été guidé et instruit pendant sa
jeunesse pour être préparé au rétablissement
de l’Evangile. Aujourd’hui, le Seigneur appelle les jeunes gens à servir dans des collèges
et des présidences de classe, afin d’accomplir
des ordonnances sacrées de la prêtrise, et de
prêcher l’Evangile en mission à plein temps.
Lorsque vous instruisez les jeunes de l’Eglise,
souvenez-vous que le Seigneur connaît leurs
capacités. Dans le passé, il a largement placé
sa confiance dans les jeunes et il continue
d’avoir confiance en eux aujourd’hui.
Comprendre les jeunes
Les jeunes ont beaucoup d’enthousiasme
et d’énergie, et c’est un plaisir de les instruire. Cependant pour leur enseigner
l’Evangile, vous devez apprendre à canaliser
leur énergie dans la bonne direction. Il est
important de les comprendre, avec leurs
soucis et leurs difficultés.
Pour vous aider à comprendre les jeunes
que vous instruisez, repensez à votre jeunesse. Qu’est-ce qui était le plus difficile et le
plus douloureux pour vous? Qu’est-ce qui
vous inquiétait? Que pensiez-vous de vous?
Quels étaient vos buts et vos idéaux? Quels
étaient vos besoins sociaux et émotionnels?
Quelles sont les personnes qui vous ont le
plus aidé et en quoi? Le fait de vous poser
ces questions peut vous aider à instruire et
à guider les jeunes de façon plus efficace.
Comprendre les difficultés des jeunes
Les jeunes rencontrent de grandes
difficultés lorsqu’ils se préparent à devenir
adultes. Si vous êtes conscients de ces
118
Le développement physique est rapide
pendant l’adolescence. En général, les
jeunes filles vivent ces transformations un
ou deux ans avant les jeunes gens. Les nouvelles émotions que ressentent les jeunes
gens et les jeunes filles peuvent à la fois les
enthousiasmer et les troubler. Ils peuvent se
sentir mal à l’aise ou inférieurs parce qu’ils
n’aiment pas leur apparence extérieure. Les
transformations physiques qu’ils subissent
les obligent à de nombreuses adaptations
sociales et émotionnelles.
Faire les transitions sociales nécessaires
Les jeunes, étant à la période de transition entre l’enfant et l’adulte, peuvent avoir
le sentiment de ne pas appartenir au reste
de la société. C’est surtout vrai dans les
sociétés où leur premier rôle est de suivre
des études. A cause des transformations
qu’ils sont en train de vivre, ils reconnaissent qu’ils ne sont plus des enfants, mais ils
savent aussi qu’ils ne sont pas encore
capables de remplir les responsabilités des
adultes. Il arrive souvent qu’ils ne se
rendent pas compte que les transformations
qu’ils sont en train de vivre sont normales;
ils peuvent alors se sentir mal à l’aise. Ils
peuvent penser qu’ils sont les seuls à
ressentir ces choses et que personne ne
comprend ce qu’ils éprouvent.
Apprendre à utiliser leurs capacités mentales
grandissantes
Entre 12 et 15 ans, la plupart des jeunes
ont une plus grande capacité d’apprendre.
Ils sont plus à même de porter de bons
jugements, de penser logiquement et de
planifier l’avenir. Vous pourrez mieux les
influencer si vous respectez leurs capacités
intellectuelles et si vous apprenez d’eux
comme vous aimeriez qu’ils apprennent
de vous.
Entretenir des liens émotionnels
avec leurs parents et d’autres adultes
Les jeunes ont un grand désir d’apprendre
de leurs parents et des autres adultes. Ils
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
veulent aussi que les adultes les respectent,
les comprennent et s’intéressent à eux.
Il peut cependant arriver que les adultes se
méprennent à leur sujet à cause de leur
comportement parfois immature ou extravagant. Nous devons suivre le conseil que
le Seigneur a donné à Samuel: «Ne prends
point garde à son apparence... l’homme
regarde à ce qui frappe les yeux, mais
l’Eternel regarde au cœur» (1 Samuel 16:7).
Un adulte tolérant et compréhensif qui
témoigne du respect peut avoir une influence
positive dans la vie d’un jeune inquiet et
mal à l’aise.
Vous pouvez être tenté de croire que
vous vous rapprocherez des jeunes en vous
joignant à eux pour critiquer leurs parents
et les autres adultes. Cependant, cela peut
avoir pour conséquence de leur faire perdre
le respect qu’ils ont pour leurs parents et
pour vous. Rappelez-vous qu’une de vos
grandes responsabilités est de fortifier la
relation qui unit les parents à leurs enfants.
Communiquez régulièrement avec les
parents des jeunes que vous instruisez.
Parlez-leur des talents, du développement
et des apports positifs que vous remarquez
chez leurs fils et leurs filles. Mettez-les au
courant de ce que vous enseignez en classe.
Demandez-leur ce que vous pouvez faire
pour les aider à instruire leurs enfants.
Conseillez aux jeunes de s’adresser à leurs
parents et de s’efforcer de fortifier les
liens familiaux.
Découvrir leur identité propre
Certains jeunes peuvent essayer de se
trouver une identité en portant des vêtements ou des coiffures bizarres ou en exprimant des idées extravagantes. Ils peuvent le
faire pour attirer l’attention, pour s’intégrer
à un groupe de jeunes, ou pour se distinguer
d’autres groupes. En général, ce genre de
comportement ne dure pas longtemps. En
fait, si les jeunes ressentent une affection
sincère de la part des adultes et si on leur
donne l’occasion d’exprimer leurs idées
sans les critiquer, souvent ils se sentent plus
en sécurité et cessent d’avoir un comportement extravagant.
Il ne serait pas bon de vous habiller et de
parler comme les jeunes que vous instruisez.
Souvenez-vous que vous devez être avec
eux, pas l’un d’eux.
Apprendre grâce aux modèles masculins
ou féminins
Il est important que les jeunes aient des
modèles masculins ou féminins pour les
préparer à l’avenir. Vous devez être conscient
que vous et les autres adultes servez de
modèles.
Se préparer à servir dans l’Eglise
et dans le monde
Les jeunes passent une grande partie
de leur temps à étudier et à se préparer à un
métier. Incitez-les à prendre leurs études au
sérieux et à bien se préparer à une carrière.
Encouragez-les aussi à réfléchir à la manière
dont leurs études, leur étude de l’Evangile
et leurs choix entre le bien et le mal les
préparent à leur futur service dans l’Eglise.
Aidez les jeunes gens à se préparer à faire
une mission à plein temps.
Se préparer au mariage et à la vie de famille
Les jeunes peuvent mieux se préparer au
mariage et à la vie de famille en se préparant
à contracter et à garder les alliances du
temple. Tout ce que vous faites et enseignez
doit orienter les jeunes vers le temple. Aidezles à comprendre ce qu’ils doivent faire pour
être dignes d’aller au temple et encouragezles à se fixer le but personnel d’y parvenir.
Assimiler les valeurs qu’ils doivent adopter
L’Evangile rétabli propose les principes
qui nous guident vers le bonheur et l’exaltation. Saisissez toutes les occasions d’aider
les jeunes à les adopter. Incitez-les
à travailler eux-mêmes à leur propre développement spirituel (voir «Aider chacun
à assumer la responsabilité d’apprendre
l’Evangile», pp. 61–62).
Se faire des amis de leur âge
Les jeunes veulent trouver leur place
parmi les jeunes de leur âge et en tirer de la
force. Les amis jouent un rôle important
dans la préparation d’un jeune à la vie
d’adulte. Ils comblent son besoin d’être
accepté. Ils lui permettent d’apprendre à se
comporter en société. Ils lui permettent de
se rendre compte que d’autres personnes
ont des besoins et des difficultés semblables
aux siens, ce qui l’aide à se sentir moins
isolé. Ils lui permettent de savoir ce que les
119
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
autres ressentent et pensent. Ils soutiennent leurs valeurs
naissantes. Lorsque des jeunes qui ont de bonnes valeurs
se rassemblent, ils peuvent se protéger mutuellement des
pressions de ceux qui ont des valeurs différentes. L’Eglise
joue un rôle important car on peut y rencontrer des amis et
des adultes bienveillants qui encouragent les valeurs et les
modes de vie sains.
Ce que les jeunes attendent des adultes
Du soutien
Lorsque les jeunes ressentent la chaleur, l’affection et le
soutien d’un parent, d’un instructeur ou d’un autre adulte,
cela leur donne plus de force et d’optimisme pour affronter
les épreuves de la vie. Assurez-vous que les jeunes que
vous instruisez savent que vous êtes disponible et que vous
vous souciez d’eux. Lorsque vous pensez à eux et à ce
qu’ils doivent apprendre, demandez-vous si vous faites tout
ce que vous pouvez pour les aider à progresser.
On leur demande d’avoir un bon comportement
Lorsque les jeunes savent que l’on attend d’eux qu’ils
obéissent aux principes de l’Evangile et à certaines règles,
il sont moins susceptibles d’avoir un comportement risqué
et désobéissant. Il est bon de leur dire dès le début ce que
vous attendez d’eux. Souvenez-vous qu’il n’est pas suffisant
d’être leur ami. Vous devez leur montrer l’exemple. Vous
devez aussi leur enseigner la vraie doctrine et leur demander de bien se comporter pour apprendre à être fidèles
(voir «La puissance de la Parole», pp. 50–51, et la section
intitulée «Créez une atmosphère propice à l’apprentissage»,
pp. 75–87).
120
Le respect de l’individualité
Lorsque les jeunes sentent que les adultes les respectent
et les écoutent, ils ont tendance à se sentir sécurisés et
n’éprouvent pas le besoin d’attirer l’attention. Faites des
efforts et priez pour comprendre les jeunes que vous
instruisez. Apprenez à connaître chacun d’entre eux (voir
«Touchez chacun individuellement», pp. 35–36). Posez-leur
des questions sur leurs intérêts, leurs passe-temps et leur
vie quotidienne. Ecoutez-les et respectez leurs idées, leur
opinion et leurs sentiments.
Une vision de leur avenir
En instruisant les jeunes de l’Eglise, vous participez
à la préparation de futurs dirigeants (parents, dirigeants de
la prêtrise et des auxiliaires, missionnaires et peut-être
prophètes). Comme ils n’ont pas d’expérience, les jeunes
ont parfois du mal à voir au-delà de l’instant présent. Vous,
l’instructeur, pouvez leur donner une vision de leur avenir
et les guider pour qu’il s’y préparent. Encouragez-les
à s’imaginer dans l’avenir. Enseignez-leur aujourd’hui ce
qu’ils devront savoir demain.
Un encouragement à s’identifier au royaume de Dieu
Bien que les jeunes soient souvent égocentriques, ils
se soucient aussi beaucoup des autres. Ils s’inquiètent de
l’état de la société et ils ont une tendance naturelle à être
idéalistes. Ils veulent participer à une noble cause. Lorsqu’ils
comprennent qu’ils font partie d’un groupe qui a des objectifs importants, ils ont davantage le désir d’être créatifs, de
coopérer et de faire des sacrifices. L’édification du royaume
de Dieu est une cause plus digne de leur loyauté que toute
autre. Vous pouvez les encourager à l’altruisme en les aidant
à édifier le royaume de Dieu.
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
5
INSTRUIRE LES JEUNES
PAR DES ACTIVITÉS DE GROUPE
Il faut planifier des activités pour les
jeunes basées sur les principes de l’Evangile.
Pendant ces activités, vous devez rechercher
les occasions d’aider les jeunes à fortifier
leur témoignage, à cultiver leurs talents et
leur capacité de diriger, à servir, et à se faire
des amis qui vivent les principes de l’Evangile. Les suggestions suivantes peuvent aider
les dirigeants, les instructeurs et les parents.
Enseigner par l’exemple
Lors des activités des jeunes, votre
exemple est votre outil le plus puissant.
Vous instruisez les jeunes par vos actes, par
la façon dont vous parlez des autres,
par la façon dont vous réglez les problèmes,
par votre manière de parler et de vous
comporter avec les autres.
Par exemple, des jeunes filles ont appris
une leçon de leurs dirigeantes lorsqu’un
camp de Jeunes Filles a occasionné une
situation inattendue. Elles pensaient qu’il
y aurait des bungalows et l’électricité à ce
camp, et elles avaient fait leurs bagages
en conséquence. Cependant, à leur arrivée,
elles ont découvert qu’il n’y avait que
des tentes... et pas d’électricité, ni d’autre
aménagement. Elles auraient pu facilement
se plaindre, mais les dirigeantes des Jeunes
Filles ont montré l’exemple en décidant
de rire de la situation et d’en tirer le meilleur
parti. De nombreuses années plus tard,
l’une des jeunes filles a raconté que ce camp
avait été un moment important pour elle.
Elle a déclaré: «Je n’oublierai jamais le
moment où nous étions assises sous un
buisson avec d’autres jeunes filles et l’une
de nos dirigeantes. Nous riions toutes et
nous essayions de décider comment nous
allions nous organiser pendant les trois jours
à venir. En voyant mes dirigeantes tirer le
meilleur parti d’une situation difficile, j’ai
appris une grande leçon sur l’importance
de savoir s’adapter dans la bonne humeur et
d’aider les autres.»
Prévoir des occasions d’enseigner
Vous ne devez pas tenter de transformer
les activités en leçons formelles. Par contre,
il est souvent possible d’inclure l’enseignement de l’Evangile dans les activités.
Par exemple, lorsqu’un consultant de la
Prêtrise d’Aaron a entendu Ezra Taft Benson
encourager les familles à lire quotidiennement le Livre de Mormon, il a été touché
par les promesses du prophète. Il a été particulièrement touché par la promesse que
les familles recevraient l’Esprit du Seigneur
dans leur foyer si elles suivaient ce conseil
(voir L’Etoile, janvier 1989, pp. 3–4). Ce consultant de la Prêtrise d’Aaron a raconté: «Je
me suis dit: ‹Si cette promesse s’applique
aux familles, pourrait-elle s’appliquer à ma
troupe de scouts?› J’ai décidé que nous
commencerions chaque journée du camp
scout en lisant les Ecritures. Chaque matin,
avant de commencer la journée, nous nous
rassemblions pour lire un chapitre du Livre
de Mormon. Je témoigne que la bénédiction
de frère Benson s’est accomplie dans notre
troupe. Depuis le jour où nous avons
commencé à lire ensemble, il n’y a jamais
eu de problèmes avec les garçons. J’espère
qu’ils ont compris le pouvoir qui découle
de l’obéissance aux conseils du prophète.»
Ce même dirigeant a aussi décidé qu’il
n’assisterait jamais à la réunion de SainteCène lors d’un camp scout sans rendre son
témoignage et sans encourager tous les
garçons à faire une mission. De nombreuses
années plus tard, des jeunes gens qu’il avait
servis l’ont remercié des conseils qu’il avait
donnés lors de ces réunions et ils lui ont dit
qu’il avait eu une influence sur leur décision.
121
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
pour enfants de la région. De nombreux jeunes étaient
nerveux au début, mais par la suite ils avaient tous eu
l’air d’apprécier l’après-midi. Sur le chemin qui les ramenait à l’église, chacun a commencé à parler des enfants
avec qui ils avaient passé du temps. Ils ont raconté ce
qui était drôle, ce qui était bien et ce qui était triste. L’une
des consultantes conduisait la voiture. Elle écoutait,
posant des questions de temps à autre et encourageant
chacun à commenter ce qui s’était passé. Puis, elle a dit:
«Pensez-vous que notre visite ait apporté quelque chose
à ces enfants?» Il y a eu une petite hésitation, puis quelqu’un a dit: «Je crois que oui.» Cela a suscité d’autres
commentaires. La consultante a continué d’écouter les
jeunes dire pourquoi ils étaient heureux d’être venus et
ce qu’ils voulaient faire à l’avenir. Cette petite conversation a aidé chacun à mieux comprendre l’importance
de l’expérience qui s’était déroulée cette après-midi-là.
Saisir les occasions pédagogiques non planifiées
Au cours des activités, vous aurez souvent des occasions
non planifiées d’enseigner les principes de l’Evangile (voir
aussi «Occasions pédagogiques dans la famille»
pp. 140–141). Par exemple, après être rentré d’une randonnée, un groupe s’est rendu compte que deux jeunes filles
manquaient. La dirigeante a immédiatement appelé les
autres. Elles se sont agenouillées pour prier, puis elles ont
mis sur pied un plan pour rechercher les jeunes filles disparues. Ce qui aurait pu être un grave problème a été résolu
puisque les jeunes filles ont été retrouvées en quelques
minutes. La dirigeante a de nouveau rassemblé tout le
monde pour faire une prière de reconnaissance sincère.
Après la prière, la dirigeante a témoigné que notre Père
céleste existe et qu’il est tout disposé à répondre à nos
prières.
S’appuyer sur les activités pour enseigner l’Evangile
Les activités peuvent donner lieu à des expériences
qui vous permettront, à vous et à ceux que vous instruisez,
d’appliquer les principes de l’Evangile. Chaque fois que
c’est possible, prenez le temps, après une activité, de parler
avec les jeunes des principes de l’Evangile qu’ils ont mis en
application. Les questions suivantes peuvent vous y aider:
Quoi? Et alors? Et maintenant?
Quoi? Demandez aux jeunes de décrire ce qui s’est passé
pendant l’activité et de parler des gens et des endroits qui
ont joué un rôle. Vous pourriez poser des questions comme
«Quel a été le meilleur moment de la journée?» ou «Quel
a été l’événement le plus drôle?» ou «Qu’est-ce qui a été le
plus difficile pour vous?»
Et alors? Demandez aux participants de réfléchir à
l’activité en termes de principes de l’Evangile. Vous pourriez
poser des questions comme «Pourquoi avons-nous fait
cela?» ou «En quoi cette activité a-t-elle aidé quelqu’un?»
ou «Qu’avez-vous appris de cette activité?» ou «Qu’est-ce
qui vous a paru difficile ou facile?»
Et maintenant? Demandez aux jeunes de se demander
en quoi cette activité pourra les influencer dans l’avenir.
C’est important parce que cela les aide à se sentir obligés
de mettre en pratique ce qu’ils ont appris. Vous pourriez
demander «Agirez-vous différemment à l’avenir à cause
de ce que vous avez appris aujourd’hui? Si oui, en quoi?»
Ou vous pourriez leur demander de terminer la phrase
«Dorénavant, je...»
Vous pouvez utiliser ces questions pour lancer une
discussion d’une des manières suivantes:
122
Dirigez une discussion informelle sur le chemin du
retour. Un groupe de jeunes gens et de jeunes filles
rentraient d’une activité de service pendant laquelle ils
avaient passé du temps avec des enfants dans un hôpital
Prévoyez quelques minutes à la fin d’une activité pour
parler de ce qui s’est passé et des leçons que l’on peut
en tirer. Cela peut se faire à la fin d’une conférence de la
jeunesse, d’un camp ou d’un voyage au temple. Vous
pouvez le faire avant d’inviter les jeunes à rendre leur
témoignage.
Parlez de l’activité lors de votre prochaine leçon. Rappelez aux jeunes ce qu’ils ont ressenti et ce qu’ils ont appris
grâce à cette activité.
Avant que les jeunes ne planifient leur prochaine
activité, invitez-les à parler de la dernière. Si la dernière
activité a été réalisée longtemps avant cette conversation, vous devrez passer plus de temps sur les questions
«Quoi» de la page précédente pour que chacun se
rappelle bien cet événement.
Utilisez ces activités comme exemples pendant vos
leçons. Pendant celles-ci, vous ou les jeunes désignés,
pouvez parler des activités passées qui se rapportent
aux principes de l’Evangile traités.
Invitez les jeunes à noter les activités par écrit. Vous pouvez les encourager à les noter dans leur journal ou à écrire
des lettres à des missionnaires dans lesquelles ils parlent
d’une activité de service et de ce qu’ils en ont appris.
Directives et règles pour planifier les activités
Souvenez-vous que les activités doivent promouvoir la
foi et nouer des liens d’amour. L’un des plus grands dons
que vous puissiez faire à des jeunes est de leur permettre de
vivre des expériences qui leur permettent de découvrir que
l’Evangile peut s’appliquer à eux.
Vous trouverez des directives et les règles pour planifier
les activités à la section «Activités» du Manuel d’instructions
de l’Eglise.
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
6
COMPRENDRE ET
INSTRUIRE LES ADULTES
Une conseillère dans une Société de
Secours de paroisse avait souvent besoin de
demander à des sœurs de remplacer les
instructrices officielles. Elle était un peu surprise de leur hésitation chaque fois qu’elle le
leur demandait. Elles disaient qu’elles ne se
sentaient pas à la hauteur pour instruire tant
de femmes qui, elles en étaient persuadées,
en savaient plus qu’elles et étaient mieux
préparées à enseigner.
Peut-être vous êtes-vous aussi sentis
incompétents lorsque vous avez été appelés
à instruire des adultes. Vous vous êtes peutêtre inquiétés non seulement du fait qu’un
grand nombre de ceux que vous instruisiez
avaient sans doute plus de connaissances
et d’expérience que vous, mais aussi des
grandes différences entre les élèves de votre
classe. Les élèves adultes diffèrent souvent
par leur travail, leur niveau d’instruction,
leur expérience dans l’Eglise, leurs difficultés
familiales, leur connaissance des Ecritures,
leur niveau de confiance en eux et leur développement spirituel. Cela peut compliquer
la préparation d’une leçon qui devra intéresser et toucher chacun d’entre eux. Vous
pouvez cependant tirer parti de ces diverses
caractéristiques et expériences, de ce qui
vous inquiète, pour améliorer vos leçons.
Vous pouvez magnifier votre appel d’instructeur en faisant appel aux nombreuses
compétences de vos élèves. Vous pouvez
utiliser leurs idées et leur expérience. Vous
pouvez planifier vos leçons pour qu’ils puissent s’instruire les uns les autres. Il n’est
pas nécessaire que vous connaissiez toutes
les réponses, ni que vous fasciniez vos élèves
par votre présentation; ce n’est pas indispensable pour enseigner efficacement l’Evangile. Par contre, vous devez être humble et
diligent; vous devez prier et avoir le désir de
faire participer les élèves à la leçon. Au fur
et à mesure que vous progresserez dans cet
esprit, le Seigneur vous aidera à ne plus vous
inquiéter de vos inaptitudes et à lui faire
confiance. Il magnifiera vos efforts, vous
donnera la paix et poussera vos élèves à participer aux discussions en classe. Le Seigneur
nous inspire lorsque nous nous réunissons
pour étudier l’Evangile.
Caractéristiques communes
des élèves adultes
Dans vos efforts pour baser votre leçon
sur les points forts et les idées de vos élèves
adultes, gardez à l’esprit les caractéristiques
qu’ils ont en commun. La plupart des élèves
adultes ont les caractéristiques suivantes:
Ils doivent ressentir qu’ils sont aimés
et respectés et qu’ils apportent leur
contribution à quelque chose de valeur
Avec l’âge ne s’éteint pas le besoin d’être
aimé et respecté, ni le désir d’être utile. Une
bonne compréhension de ces besoins vous
motivera à écouter et à vous intéresser aux
idées des élèves. Ecoutez respectueusement
toutes leurs idées et exprimez votre reconnaissance pour leurs apports faits avec sincérité. Veillez à n’embarrasser aucun élève
de votre classe. Abstenez-vous de sarcasmes
et d’humour dévalorisant.
Ils veulent être instruits selon l’Esprit
Les adultes viennent en classe dotés d’une
grande expérience. Beaucoup ont appris
personnellement le pouvoir des vrais principes et ils peuvent témoigner des bénédictions que l’Evangile leur a apportées. Du fait
des épreuves et des joies qu’ils ont eues, ils
ressentent un grand besoin de comprendre
l’Evangile et d’être guidés par l’Esprit.
Ils veulent discuter de la manière dont
l’Evangile s’applique à eux
Les adultes peuvent faire part de la compréhension qu’ils ont acquise en pratiquant
leurs croyances et en méditant sur les
Ecritures. Ils peuvent s’instruire et se fortifier
les uns les autres en relatant des expériences.
Invitez-les à parler de leurs expériences pendant les discussions. Aidez-les à comprendre
et à dire en quoi les principes que vous
étudiez peuvent avoir une influence positive
sur eux et sur les membres de leur famille.
123
P a rt i e C : I n s t r u i r e d e s g r o u p e s d ’ â g e s d i f f é r e n t s
Ils veulent se diriger seuls
Les adultes veulent assumer la responsabilité d’apprendre
l’Evangile. Vous pouvez utiliser des méthodes pédagogiques
qui les aideront à y parvenir (voir «Aider chacun à assumer
la responsabilité d’apprendre l’Evangile», aux pages 61–62).
Encouragez-les à accomplir les tâches de lecture pour préparer les leçons. Recommandez-leur de venir en classe prêts
à poser des questions et à faire part de leurs idées et de leurs
expériences.
Un instructeur de la classe de doctrine de l’Evangile invitait régulièrement ses élèves à profiter des cinq premières
minutes du cours pour faire part des réflexions ou de l’inspiration qu’ils avaient eues pendant leur étude personnelle la
semaine passée. Cela créait une atmosphère de spiritualité et
incitait les autres élèves à étudier plus diligemment. Les commentaires constituaient souvent de bonnes introductions
aux leçons.
Ils se soucient de leurs responsabilités familiales
Les adultes veulent trouver des solutions aux problèmes
de leur famille. Ils ont le désir d’apprendre en quoi les principes de l’Evangile peuvent les y aider et ils s’intéressent aux
idées et aux expériences des autres. Avoir de telles discussions est une bonne façon d’utiliser votre temps d’étude en
commun de l’Evangile.
Un instructeur de collège d’anciens donnait une leçon
basée sur «La famille: Déclaration au monde». Un membre
du collège avait lu un passage de cette déclaration, et l’instructeur allait poursuivre la leçon lorsqu’un autre membre
du collège a levé la main. «J’ai une question», a-t-il dit.
Citant une expression de la déclaration, il a demandé:
«Comment pouvons-nous apprendre à nos enfants à
‹s’aimer et à se servir les uns les autres›?» Cette question a
entraîné une bonne discussion au cours de laquelle les
membres du collège ont suggéré des manières pratiques
d’appliquer ce principe.
Nous commençons à comprendre l’importance de
l’appel d’instructeur des adultes lorsque nous voyons ces
derniers faire part de ce qu’ils apprennent, en particulier
avec leur famille.
124
Dans un groupe de grands prêtres, l’instructeur donnait
une leçon sur l’œuvre missionnaire. Il a dirigé une discussion sur le besoin de couples missionnaires d’âge mûr.
De nombreux frères avaient fait une mission dans leur
jeunesse ou plus tard avec leur femme, et certains d’entre
eux ont témoigné des responsabilités et des bénédictions
de ces missions.
En rentrant chez lui, un membre du groupe des grands
prêtres a parlé de cette discussion avec sa femme. Ils étaient
tous deux satisfaits de ce qu’ils apportaient aux membres de
leur famille. Cependant les paroles et l’esprit de cette leçon
ont commencé à agir dans leur cœur. Moins de deux mois
plus tard, ils ont pris la parole à la réunion de Sainte-Cène
avant de partir pour une mission de dix-huit mois dans un
autre pays. Avec émotion, le mari a exprimé sa reconnaissance envers l’instructeur du groupe des grands prêtres et de
l’influence que cette leçon avait eue dans sa décision. Il a
dit qu’il savait que la décision de faire une mission serait
une bénédiction pour lui et pour les membres de sa famille.
Tirer parti des différences de chacun
Les adultes ont des expériences et des compétences très
diverses. Certains connaissent bien les Ecritures; certains
répondent rapidement; d’autres ont besoin de plus de temps
pour méditer sur une question; certains hésitent à prendre
la parole, même lorsqu’ils ont beaucoup à dire; d’autres ont
du mal à lire. En réfléchissant soigneusement à ces différences, vous pouvez prévoir des activités d’apprentissage qui
aideront tous les membres de la classe à participer.
Vous pouvez instruire plus efficacement un groupe hétérogène si vous apprenez à connaître chaque élève individuellement et si vous adaptez votre enseignement à leurs
besoins et à leurs intérêts (voir «Apprenez à comprendre vos
élèves», pp. 33–34). Il est surtout important d’encourager
la participation des nouveaux convertis, des membres peu
pratiquants, des membres qui viennent d’arriver dans notre
paroisse et des jeunes adultes qui viennent de quitter le
collège de la Prêtrise d’Aaron ou l’organisation des Jeunes
Filles. Ces membres ont de l’expérience et des idées, mais
il se peut qu’ils hésitent à en parler.
D
ENSEIGNER À LA MAISON
P a rt i e D : E n s e i g n e r à l a m a i s o n
ENSEIGNER DANS LA FAMILLE
Apprends-moi à marcher dans la clarté;
Enseigne-moi aussi comment prier,
Dis-moi comment servir avec bonté.
Dis-moi comment trouver la clarté.
Viens, mon enfant, tous deux nous apprendrons
Par sa parole comment nous pouvons
Retourner vivre avec lui à jamais,
Toujours, toujours, garder la clarté.
Cantiques, no 195
ENSEIGNER DANS L A FA MILLE
Alliances 68:25). Vous devez enseigner à vos
enfants l’expiation du Sauveur, la nature de
la prêtrise, les ordonnances du salut, ainsi que
le rôle essentiel de la famille et du mariage
éternel dans le plan divin du bonheur.
1
LES PARENTS ONT
LA RESPONSABILITÉ
D’ENSEIGNER
Boyd K. Packer a déclaré:
«Le but ultime de tout
ce que nous enseignons
est d’unir les parents et
les enfants dans la foi au
Seigneur Jésus-Christ,
afin qu’ils soient heureux
en famille, scellés par
le mariage éternel, liés
à toutes les générations
de leur famille, et assurés
de l’exaltation dans la
présence de notre Père
céleste» (L’Etoile, juillet
1995, p. 8).
La famille est ordonnée de Dieu. Elle est
essentielle à son plan. Il a établi la famille
pour apporter le bonheur à ses enfants,
pour les aider à apprendre l’Evangile dans
une atmosphère d’amour, et pour les préparer à la vie éternelle. Le foyer est le lieu
principal où enseigner, apprendre et mettre
en application les principes de l’Evangile.
La première responsabilité des parents est
d’enseigner l’Evangile à leurs enfants (voir
Doctrine et Alliances 68:25–28). La Première
Présidence et le Collège des Douze ont déclaré: «Les parents ont le devoir sacré d’élever leurs enfants dans l’amour et la droiture,
de subvenir à leurs besoins physiques et
spirituels, de leur apprendre à s’aimer et à se
servir les uns les autres, à observer les commandements de Dieu et à être des citoyens
respectueux des lois, où qu’ils vivent. Les
maris et les femmes (les mères et les pères)
seront responsables devant Dieu de la
manière dont ils se seront acquittés de ces
obligations» («La famille: Déclaration au
monde», L’Etoile, juin 1996, pp. 10–11).
Ce que les parents doivent enseigner
à leurs enfants
Voici, ci-dessous, un résumé des nombreuses choses que les parents doivent
enseigner à leurs enfants. Les documents
que vous pouvez utiliser pour les enseigner
comprennent les Ecritures, les paroles des
prophètes des derniers jours, les magazines
et d’autres publications de l’Eglise.
Les principes de base de l’Evangile
Le Seigneur a commandé aux parents
d’instruire leurs enfants afin qu’ils comprennent «la doctrine du repentir, de la foi au
Christ, le Fils du Dieu vivant, du baptême et
du don du Saint-Esprit par l’imposition des
mains, à l’âge de huit ans» (Doctrine et
La prière
Le Seigneur a aussi commandé aux
parents d’enseigner «à leurs enfants à prier»
(Doctrine et Alliances 68:28). Il est essentiel
que les enfants sachent qu’ils peuvent
parler à leur Père céleste et qu’ils peuvent
lui demander conseil. Vous pouvez leur
enseigner que Dieu est toujours prêt à les
aider. Vous pouvez les aider à prier seul le
matin, le soir et chaque fois qu’ils ont besoin
d’aide ou qu’ils veulent exprimer leur reconnaissance. Vous pouvez aussi enseigner l’importance de la prière en famille.
L’étude des Ecritures
Vous recevrez de grandes bénédictions
en étudiant l’Evangile seul et en étudiant
les Ecritures en famille quotidiennement.
Vous pourrez aider vos enfants à aimer les
Ecritures et à reconnaître la puissance de
la parole de Dieu dans leur vie (voir «La
puissance de la Parole», pp. 50–51). Vous
pourrez les aider à étudier les Ecritures pour
comprendre les vrais principes et pour
trouver des solutions à leurs problèmes.
Vous pourrez aussi les aider à acquérir les
compétences nécessaires pour étudier les
techniques et les habitudes dont ils auront
besoin pour poursuivre leur apprentissage
de l’Evangile tout au long de leur vie (voir
«Aider chacun à assumer la resposabilité
d’apprendre l’Evangile» pp. 61–62).
Application de l’Evangile
Vous devez apprendre à vos enfants à
bien exercer leur libre-arbitre pour appliquer
les enseignements de l’Evangile dans tout
ce qu’ils font. Comme l’a enseigné le roi
Benjamin, vous devez apprendre à vos
enfants «à marcher dans les voies de la
vérité et de la sagesse» et «à s’aimer les uns
les autres et à se servir les uns les autres»
(Mosiah 4:15).
Au foyer, les enfants doivent apprendre
à sanctifier le jour du sabbat, à payer la
dîme et à suivre les prophètes des derniers
jours. Ils doivent apprendre à rechercher
tout ce qui est «vertueux ou aimable, tout
ce qui mérite l’approbation ou est digne
de louange» (13e article de foi).
127
P a rt i e D : E n s e i g n e r à l a m a i s o n
Des choses pratiques
Occasions d’enseigner
En plus d’enseigner les principes doctrinaux à vos
enfants, vous devez leur enseigner des choses pratiques
comme le fait de tenir un budget, de rester en bonne santé,
de s’entendre avec les autres et de prendre soin de ses
vêtements et de ses biens. Aidez-les à apprendre à travailler,
à acquérir une bonne instruction et à être de bons citoyens.
Certaines de vos meilleures occasions d’enseigner ne
seront pas prévues. Ouvrez l’œil afin de saisir les occasions
qui se présenteront d’enseigner les principes de l’Evangile à
vos enfants (voir «Occasions pédagogiques dans la famille»,
pp. 140–141).
Comment les parents peuvent instruire leurs
enfants
Vous, parents, devez vous efforcer de créer des habitudes
d’application des principes de l’Evangile au foyer (voir
«Enseigner grâce à un mode de vie basé sur l’Evangile»,
pp. 135–136). Ces habitudes quotidiennes peuvent créer
une atmosphère de foi et d’obéissance au foyer. Voici
quelques manières d’instruire vos enfants.
L’exemple
Votre exemple peut être votre outil le plus efficace pour
enseigner. Les enfants apprennent à se comporter en
observant votre attitude (voir «Vivez ce que vous enseignez»,
pp. 18–19).
Occasions pédagogiques régulières dans la famille
La prière et l’étude des Ecritures chaque jour, la soirée
familiale et même les traditions familiales peuvent intégrer
l’Evangile à tous les aspects de la vie quotidienne des
enfants (voir «Occasions pédagogiques régulières dans la
famille», pp. 137–139).
M. Russell Ballard a enseigné: «L’amour pour notre Père
céleste et pour son Fils Jésus-Christ est fortement soutenu
quand l’Evangile est enseigné et vécu au foyer. De vrais
principes de la vie éternelle sont implantés dans le cœur et
l’âme des jeunes et des moins jeunes quand on lit et commente les Ecritures, quand on prie matin et soir, et quand
le respect et l’obéissance envers Dieu sont appliqués dans
notre conduite quotidienne» (L’Etoile, juillet 1996, p. 88).
128
Il n’est jamais trop tard pour que les parents
commencent à instruire leurs enfants
Il est important d’enseigner les principes de l’Evangile
lorsque les enfants sont jeunes. Comme l’a déclaré L. Tom
Perry: «Il est très important de commencer à les former
à l’Evangile dès le début, quand nous recevons un nouvel
esprit dans notre foyer» (Conference Report, octobre 1988,
p. 87). Les petits enfants sont très désireux de participer
aux soirées familiales, à l’étude des Ecritures, aux prières et
aux activités de service.
Thomas S. Monson a déclaré: «Certains parents se désintéressent de ces responsabilités, pensant qu’elles peuvent
être repoussées jusqu’à ce que l’enfant ait grandi. De toute
évidence, il n’en est pas ainsi. L’âge idéal pour enseigner est
fugace» (L’Etoile, janvier 1998, p. 20).
Il n’est pourtant jamais trop tard pour commencer à
enseigner l’Evangile à vos enfants ou pour recommencer à
le faire. Le processus d’enseignement sera différent si vous
avez tardé à enseigner l’Evangile à vos enfants. Il y aura des
difficultés supplémentaires. Mais le Seigneur vous bénira
pour les efforts sincères que vous ferez pour enseigner de
vrais principes et pour établir des habitudes justes dans
votre famille. Si vous venez récemment de comprendre vos
responsabilités de parents, gardez l’espoir, priez, ayez foi
et faites tout ce que vous pouvez pour toucher vos enfants
et avoir une bonne influence sur eux.
Robert D. Hales a expliqué: «Certains parents feront des
erreurs dans leur rôle de parents, mais grâce à l’humilité,
à la foi, à la prière et à l’étude, chacun peut apprendre
à mieux faire, et ainsi apporter des bénédictions à sa famille
maintenant et établir des traditions correctes que les générations à venir suivront» (Conference Report, octobre 1993,
pp. 10–11).
ENSEIGNER DANS L A FA MILLE
2
LE PÈRE DANS SON RÔLE
D’INSTRUCTEUR
La Première Présidence et le Collège des
Douze ont déclaré: «Par décret divin, le
père doit présider sa famille dans l’amour
et la droiture» («La famille: Déclaration au
monde», L’Etoile, juin 1996, pp. 10–11).
Cette obligation comprend la responsabilité
d’enseigner l’Evangile.
Une sœur adulte de l’Eglise a parlé avec
tendresse des enseignements de l’Evangile
qu’elle a reçus de son père. Elle a raconté:
«Mon père avait établi une tradition
familiale qui consistait à se réunir avec ses
enfants chaque semaine au cours des deux
mois qui précédaient leur huitième anniversaire. Lorsque mon tour est arrivé, il avait
un journal tout neuf pour moi; nous nous
sommes assis tous les deux et nous avons
discuté. Il m’a demandé ce que je pensais de
Jésus, puis il m’a parlé des principes de
l’Evangile qu’il avait préparés.
«Au cours des deux mois qui ont suivi,
il m’a enseigné l’Evangile simple et superbe.
Au fur et à mesure, il m’a aidée à dessiner
une aide visuelle. Elle représentait la vie
préterrestre, la vie terrestre et les différentes
étapes que je devais traverser pour retourner
vivre avec notre Père céleste: la foi en JésusChrist, le repentir, le baptême, le don du
Saint-Esprit, et le fait de persévérer jusqu’à
la fin.
«Je n’oublierai jamais l’amour qui émanait de mon père pendant ce temps qu’il
a passé avec moi. Il a témoigné de chaque
étape du plan de salut et a fait preuve de
beaucoup de patience pour mes questions.
Je pense que c’était une expérience très marquante parce qu’il m’a parlé à mon niveau
et qu’il m’a rendu témoignage. Je crois que
cette expérience est la raison essentielle pour
laquelle j’avais un témoignage de l’Evangile
lorsque je me suis fait baptiser.»
Il arrive que le père soit trop occupé à
pourvoir au bien-être temporel de sa famille.
Certains pères laissent à la mère l’entière
responsabilité d’enseigner l’Evangile.
Cela ne devrait jamais être le cas. Gordon
B. Hinckley a dit à tous les pères:
«Vous avez la responsabilité fondamentale et inévitable d’être le chef de famille.
Cela ne s’accompagne d’aucune implication
de dictature ou de domination injuste. Cela
s’accompagne de la mission de pourvoir aux
besoins de votre famille. Ces besoins sont
plus que le vêtement, le gîte et le couvert.
Ils comprennent de justes conseils et l’enseignement, par le précepte et par l’exemple,
de principes élémentaires d’honnêteté,
d’intégrité, de service, du respect des droits
d’autrui, et la compréhension du fait que
nous sommes responsables de ce que nous
faisons dans la vie, non seulement les uns
vis-à-vis des autres, mais également vis-à-vis
du Dieu des cieux, qui est notre Père éternel»
(L’Etoile, janvier 1994, pp. 67–68).
Ezra Taft Benson a suggéré «dix façons
spécifiques dont un père peut diriger spirituellement ses enfants:
«1. Donnez des bénédictions paternelles
à vos enfants. Baptisez et confirmez vos
enfants. Ordonnez vos fils à la prêtrise. Ce
seront là des points saillants spirituels dans
la vie de vos enfants.
«2. Prenez personnellement la direction
des prières familiales, de la lecture quotidienne des Ecritures et des soirées familiales
hebdomadaires. Votre participation personnelle montrera à vos enfants à quel point
ces activités sont importantes.
«3. Toutes les fois que c’est possible, allez
ensemble aux réunions en famille. Le culte
familial sous votre direction a une importance capitale pour le bien-être spirituel de
vos enfants.
«4. Faites avec vos enfants des sorties
père-fille et père-fils. Allez en famille camper
et faire des pique-niques, assister à des
matches sportifs et à des récitals, des activités scolaires et ainsi de suite. La présence
de papa sur les lieux fait toute la différence.
«5. Créez des traditions de vacances, de
voyages et de sorties en famille. Vos enfants
n’oublieront jamais ces souvenirs-là.
«6. Entretenez-vous régulièrement en
tête-à-tête avec vos enfants. Qu’ils parlent de
ce qu’ils désirent. Enseignez-leur les principes de l’Evangile. Enseignez-leur les vraies
129
P a rt i e D : E n s e i g n e r à l a m a i s o n
valeurs. Dites que vous les aimez. Le temps
que vous passez personnellement avec
vos enfants leur dit ce qui est prioritaire
pour papa.
«7. Enseignez à vos enfants à travailler et
montrez-leur l’importance de chercher à
atteindre un but de valeur. Créez un fonds
missionnaire et un fonds pour l’instruction
de vos enfants: cela leur montrera ce que
papa considère comme important.
«8. Encouragez la bonne musique, l’art et
la littérature dans votre foyer. Un foyer qui
a un esprit de raffinement et de beauté est
une bénédiction éternelle pour les enfants.
«9. Si les distances le permettent, allez
régulièrement au temple avec votre femme.
Vos enfants comprendront alors mieux l’importance du mariage au temple, des vœux
faits au temple et de l’éternité de la famille.
«10. Laissez vos enfants voir votre joie
et votre satisfaction de servir dans l’Eglise.
Cela peut devenir contagieux, de sorte qu’ils
voudront, eux aussi, travailler dans l’Eglise
et aimeront le royaume.»
Le président Benson a terminé en disant:
«Souvenez-vous de votre appel sacré de
pères en Israël – votre appel le plus important dans le temps et l’éternité – un appel
dont vous ne serez jamais relevés» (L’Etoile,
janvier 1988, p. 50).
Pères, vous devriez toujours vous rappeler
l’importance éternelle de votre rôle. La
paternité est une responsabilité divine. Boyd
K. Packer a déclaré: «Il doit y avoir une
raison importante pour que, parmi tous les
titres de respect, d’honneur et d’admiration
qui pourraient lui être attribués, Dieu
lui-même, le plus grand de tous, ait choisi
d’être appelé simplement Père» (Conference
Report, avril 1972, p. 139; ou Ensign, juillet
1972, p. 113).
130
ENSEIGNER DANS L A FA MILLE
3
LA MÈRE DANS SON RÔLE
D’INSTRUCTRICE
La Première Présidence et le Collège
des Douze ont dit que «la mère a pour
première responsabilité d’élever ses enfants»
(«La famille: Déclaration au monde»,
L’Etoile, juin 1996, pp. 10–11). Cette obligation comprend la responsabilité d’enseigner
les principes de l’Evangile.
Ezra Taft Benson se souvient tendrement
des enseignements de sa mère:
«Je me revois bien petit garçon rentrant
du champ et approchant de notre vieille
ferme à Whitney, Idaho. J’entendais ma
mère qui chantait ‹Ai-je fait du bien dans
ce monde aujourd’hui?›
«Je la revois encore, penchée au-dessus
de la table à repasser, des journaux jonchant
le sol. Elle repassait de longues bandes de
tissu blanc. Des gouttes de sueur perlaient
à son front. Lorsque je lui demandais ce
qu’elle faisait, elle répondait: ‹Ce sont des
robes du temple, mon fils. Ton père et moi
allons au temple de Logan.›
«Puis elle posait le vieux fer sur la cuisinière, installait une chaise près de la mienne
et me parlait de l’œuvre du temple, m’expliquant combien il était important d’aller au
temple et de prendre part aux ordonnances
sacrées qu’on y accomplissait. Elle exprimait
aussi l’espoir fervent que ses enfants, ses
petits-enfants et ses arrière-petits-enfants
auraient eux aussi un jour l’occasion de recevoir ces bénédictions inestimables» («What
I Hope You Will Teach Your Children about
the Temple», Ensign, août 1985, p. 8).
Concernant l’importance des mères dans
l’enseignement de l’Evangile à leurs enfants,
le président Benson a déclaré: «Mères, vous
êtes le meilleur professeur de vos enfants...
Enseignez l’Evangile à vos enfants chez
vous, dans vos veillées familiales. C’est l’enseignement le plus efficace que vos enfants
recevront. C’est la façon d’enseigner du
Seigneur. L’Eglise ne peut pas enseigner
comme vous le faites. l’école non plus. La
crèche non plus. Mais vous pouvez le faire,
et le Seigneur vous soutiendra. Vos enfants
se souviendront toujours de vos enseignements, et quand ils seront vieux, ils ne s’en
éloigneront pas. Ils vous appelleront bénie...
leur mère angélique» (To the Mothers in Zion
[brochure, 1987], pp. 10–11).
En tant que mère, vous enseignez de
nombreuses manières. Parfois, vous planifiez des moments d’enseignement, mais de
nombreuses occasions se présentent spontanément dans le courant normal de la vie
de la famille» (voir «Occasions pédagogiques
dans la famille», pp. 140–141). Parfois vous
enseignez par l’exemple, parfois par le
précepte. Parfois vous enseignez en vivant
l’Evangile au foyer et parfois simplement en
accordant votre attention et en exprimant
votre amour. Frère Benson a fait dix suggestions qui peuvent vous permettre d’instruire
vos enfants. Chacune d’entre elles met
l’accent sur l’importance de prendre le
temps nécessaire:
«Prenez le temps de toujours être là
lorsque vos enfants vont et viennent...
qu’ils aient six ou seize ans...
«... Prenez le temps d’être une véritable
amie pour vos enfants...
«... Prenez le temps de lire à vos
enfants...
«... Prenez le temps de prier avec vos
enfants...
«... Prenez le temps d’avoir de bonnes
soirées familiales hebdomadaires... Que cela
devienne l’une de vos grandes traditions
familiales...
«... Prenez le temps de déjeuner ensemble
aussi souvent que possible...
«... Prenez le temps de lire quotidiennement les Ecritures en famille...
«... Prenez le temps d’avoir des activités
en famille...
«... Prenez le temps d’instruire vos
enfants. Saisissez les moments propices à
l’enseignement...
«... Prenez le temps de vraiment aimer
vos enfants. L’amour inconditionnel d’une
mère ressemble à l’amour du Christ» (To the
Mothers in Zion, pp. 8–12).
Les responsabilités des mères peuvent
sembler écrasantes. Il est important de se
souvenir que le Seigneur ne leur demande
pas d’être des mères parfaites ou des maî-
131
P a rt i e D : E n s e i g n e r à l a m a i s o n
tresses de maison exceptionnelles. Il souhaite cependant
qu’elles acceptent et honorent leur rôle divin et qu’elles
fassent humblement de leur mieux.
Jeffrey R. Holland à dit aux mères de l’Eglise: «Vous
suivez la grande tradition d’Eve, la mère de toute la famille
humaine... Vous suivez la grande tradition de Sarah, de
Rebecca et de Rachel, sans qui les merveilleuses promesses
patriarcales faites à Abraham, Isaac et Jacob et qui nous
valent des bénédictions à tous n’auraient pu être données.
Vous suivez la grande tradition de Loïs, d’Eunice et des
mères des deux mille jeunes guerriers. Vous suivez la tradition de Marie, choisie et préordonnée avant que le monde
fût pour concevoir, porter et mettre au monde le Fils de
Dieu lui-même. Nous vous remercions toutes, ainsi que nos
propres mères, et nous vous disons qu’il n’est rien de plus
important ici-bas que de participer aussi directement à
132
l’œuvre et à la gloire de Dieu, de réaliser la condition mortelle et la vie terrestre de ses filles et de ses fils, afin que
l’immortalité et la vie éternelle puissent intervenir dans les
sphères célestes en haut» (L’Etoile, juillet 1997, p. 41).
Gordon B. Hinckley a parlé des grandes bénédictions des
mères:
«Que toute mère se rende compte qu’elle n’a pas de plus
grande bénédiction que les enfants qui lui ont été donnés
par le Tout-Puissant; qu’elle n’a pas de plus grande mission
que de les élever dans la lumière, la vérité, la compréhension
et l’amour...
«Mères de partout, je vous rappelle la sainteté de votre
appel. Nul ne peut vous remplacer valablement. Vous n’avez
pas de plus grande responsabilité ni d’obligation plus sérieuse
que d’élever dans l’amour, la paix et l’intégrité les enfants
que vous avez mis au monde» (L’Etoile, janvier 1994, p. 68).
ENSEIGNER DANS L A FA MILLE
4
LES PARENTS: ASSOCIÉS
POUR ENSEIGNER
Dans «La famille: Déclaration au monde»,
la Première Présidence et le Collège des
Douze ont expliqué que «le père et la mère
ont l’obligation de s’aider en qualité de partenaires égaux» (L’Etoile, juin 1996, pp. 10–11,
«La famille: Déclaration au monde»). Ce
partenariat est surtout nécessaire pour s’acquitter de la responsabilité sacrée qu’ont les
parents d’instruire leurs enfants.
Lors d’un discours de conférence générale, Boyd K. Packer a lu Doctrine et
Alliances 27:15, 17: «Fortifiez-vous le cœur
et réjouissez-vous, ceignez-vous les reins
et prenez toutes mes armes pour que vous
soyez capables de résister au mauvais jour,
... prenant le bouclier de la foi, avec lequel
vous serez capables d’éteindre tous les traits
enflammés des méchants.» Après avoir
lu ce passage, frère Packer a expliqué qu’il
était important que les mères et les pères
collaborent pour aider leurs enfants à
prendre «le bouclier de la foi»:
«Ce bouclier de foi ne se fabrique pas sur
une chaîne d’assemblage, mais au foyer...
«... Le plan de notre Père exige que,
comme la production de la vie elle-même,
le bouclier de la foi soit fabriqué et adapté
dans chaque famille. Il ne peut y en avoir
deux exactement semblables. Chacun doit
être fabriqué à la main selon les conditions
individuelles.
«Le plan conçu par le Père prévoit que
l’homme et la femme, le mari et la femme,
œuvrant ensemble, fournissent à chaque
enfant individuellement un bouclier de foi
fait pour être tenu si fermement qu’il ne
puisse être arraché ni pénétré par ces traits
enflammés.
«Il faut toute la force et la fermeté du père
pour marteler le métal, et la tendresse des
mains de la mère pour le polir et l’adapter.
Parfois, il ne reste qu’un parent pour le faire.
C’est difficile, mais c’est possible.
«Dans l’Eglise nous pouvons enseigner
les matériaux dont est fait un bouclier de
foi: le recueillement, le courage, la chasteté,
le repentir, le pardon et la compassion.
Dans l’Eglise nous pouvons apprendre à les
assembler et à les adapter. Mais la véritable
fabrication et le véritable ajustage du
bouclier de la foi se font dans le cercle de
famille. Autrement il risque de se défaire
et de tomber dans un moment difficile»
(L’Etoile, juillet 1995, pp. 8–9).
Les suggestions suivantes peuvent permettre aux parents de devenir une équipe
d’enseignants plus efficaces.
Prendre le temps de planifier
ensemble
En tant que parents, vous devez prévoir
des moments pour discuter des besoins
des enfants et pour décider de la façon d’y
répondre. Des parents très occupés se sont
rendu compte qu’une de leurs décisions
les plus utiles avait été de tenir une réunion
de planification chaque semaine. Ils ont
déclaré:
«Bien que nous ayons mis presque un
an à nous habituer à ces réunions hebdomadaires de planification, nous nous demandons aujourd’hui comment nous faisions
auparavant. Cela nous aide à nous intéresser
davantage à ce que l’autre fait. Cela nous
aide à comprendre combien nous sommes
importants pour notre conjoint et pour
nos enfants. Cela nous donne le temps de
penser à nous et aux enfants et de décider
ce que nous devons faire pour régler nos
problèmes. Au cours de cette réunion, nous
planifions aussi nos sorties, les moments
spéciaux avec les enfants, les détails des soirées familiales et les activités du dimanche.
En général, cela nous prend environ
30 minutes, parfois davantage si nous
devons discuter d’événements importants
ou exceptionnels.»
En planifiant des moyens d’instruire
vos enfants, réfléchissez aux questions
suivantes, en vous aidant de la prière:
Que se passera-t-il dans la vie de nos
enfants suite à nos enseignements?
Quels principes de l’Evangile devons-nous
enseigner pour accomplir ceci?
Comment devons-nous enseigner
ces principes?
133
P a rt i e D : E n s e i g n e r à l a m a i s o n
Vous trouverez des suggestions sur la
manière d’utiliser ces questions aux leçons
«Préparation des leçons», pages 98–99,
et «Elaborer des leçons à partir de discours
de conférences générales et d’autres
documents», pages 100–101.
L’importance de l’unité dans
l’instruction des enfants
Lorsque le père et la mère prennent
le temps de discuter, ils sont plus à même
d’être unis pour instruire leurs enfants,
même lorsque des occasions imprévues se
présentent dans le cours habituel de la vie
familiale. Cette unité est importante parce
qu’il n’y a rien de plus déroutant pour
les enfants que des messages contradictoires
provenant des deux personnes qu’ils
aiment et respectent le plus.
Un couple a raconté l’histoire suivante
concernant une expérience avec son fils:
Michel, six ans, avait travaillé dur presque
tout l’été, faisant des petits travaux chez lui
et chez les voisins afin de gagner de l’argent
de poche pour les vacances d’été qu’il allait
passer en famille. Les vacances allaient
être longues et sa mère lui avait dit que, s’il
voulait des cadeaux ou des souvenirs en
chemin, il devrait les payer lui-même. Bien
qu’elle lui ai dit presque chaque jour de ranger son argent dans un endroit sûr, Michel
aimait le sentir dans sa poche. Il l’avait
constamment sur lui. Plusieurs fois par jour,
il le sortait de sa poche et le comptait ou
le montrait à ses camarades.
La veille du départ, Michel s’est aperçu
que son argent était tombé de sa poche. En
larmes, effondré, il est allé voir sa mère. Elle
était désolée pour lui et l’a aidé à chercher
dans tous les endroits imaginables, mais ils
n’ont pas retrouvé l’argent. «Je suis désolée
que tu aies perdu ton argent», a-t-elle dit.
Elle s’est gardée de mentionner qu’elle l’avait
prévenu à plusieurs reprises, mais elle a aussi
134
résisté à la tentation de tout régler à la place
de son fils. Elle s’est dit qu’après tout, c’était
lui qui avait choisi de jouer tous les jours
avec son argent malgré ses avertissements.
Le petit Michel était assis, tout triste,
sur le seuil de la maison lorsque son père est
rentré du travail. Après avoir entendu la
triste histoire, le père de Michel a pris dans
sa poche la somme exacte que Michel avait
perdue et la lui a donnée. Lorsqu’il a vu
l’expression de surprise sur le visage de sa
femme, il a déclaré: «Ce n’est qu’une petite
somme. Qu’est-ce que cela peut faire?»
En repensant à cette histoire, nous
pouvons nous demander lequel des deux
parents a eu raison. Il vaut peut-être mieux
se demander ce que les parents de Michel
auraient pu faire pour affronter cette
situation avec plus d’unité. Ils auraient pu
discuter, en prenant en compte les besoins
de Michel.
Ils auraient pu se demander: «Que souhaitons-nous qu’il se passe dans la vie de
Michel après cet événement? A-t-il besoin
d’apprendre à mieux assumer ses responsabilités? A-t-il besoin de ressentir davantage
de compassion et de compréhension de
la part de ses parents? A-t-il besoin d’apprendre à ne pas se vanter devant ses amis?
A-t-il besoin d’apprendre l’importance des
règles familiales?» Cela les aurait aidés à
savoir ce qu’ils devaient enseigner à leur fils
et comment ils devaient le faire.
Si les parents de Michel avaient pris le
temps de régler le problème dans l’unité,
ils auraient pu trouver un bon moyen de
remplacer ou de ne pas remplacer l’argent
que Michel avait perdu. Au lieu de cela,
ils ont réagi d’une manière qui a enseigné
des leçons contradictoires à Michel.
Si vous collaborez en tant que parents,
vous pouvez être unis pour enseigner
l’Evangile de Jésus-Christ à vos enfants.
ENSEIGNER DANS L A FA MILLE
5
ENSEIGNER GRÂCE À UN MODE DE VIE
BASÉ SUR L’ÉVANGILE
L’une des façons que le Seigneur utilise
pour nous instruire consiste à nous guider
pour que nous établissions des modèles
de vie justes et pieux. Il nous commande
de prier et de lire les Ecritures tous les jours,
seul et en famille. Il nous commande
d’aller à l’église et de prendre la Sainte-Cène
chaque semaine, d’aller au temple aussi
souvent que possible, et de jeûner et de
payer l’offrande de jeûne tous les mois.
Ces habitudes nous montrent ce que nous
devons faire en tant que disciples.
Les enfants apprennent à vivre à la
manière d’un disciple du Sauveur en se joignant au reste de la famille, dès leur plus
jeune âge, pour répéter ces habitudes de
culte, de service, d’étude et de travail qu’il a
ordonnées. Si la famille ne suit pas ces habitudes, l’enseignement formel de l’Evangile
par les parents sera limité. Si le mode de
vie des parents est en contradiction avec ce
qu’ils enseignent, les enfants auront tendance à faire ce que leurs parents font plus
que ce qu’ils disent. Mais si les parents parlent souvent du Sauveur et qu’ils établissent
des habitudes familiales basées sur ses enseignements, ils instruiront leurs enfants en
les corrigeant et en les avertissant selon le
Seigneur, tout comme Enos a dit qu’il avait
été instruit par son père (voir Enos 1:1).
Brigham Young a déclaré: «Il existe des
traditions particulières dans chaque nation,
collectivité et famille, et l’enfant est formé
par elles. Si la loi du Christ devient la
tradition de ce peuple, les enfants seront
élevés selon la loi du royaume céleste... Les
enfants seront alors élevés, d’après les traditions de leurs pères, à faire ce qui est bien
et à éviter tout ce qui est mal» (dans Journal
of Discourses, 3:327).
Nos enfants sont «élevés selon la loi
du royaume céleste» si nous établissons des
habitudes de vie basées sur l’Evangile.
Ce que nous pouvons faire pour
établir un mode de vie de disciple
Nous avons l’obligation de choisir
consciemment et de promouvoir un mode
de vie basé sur l’Evangile. Par exemple,
nous pouvons sélectionner des œuvres d’art,
de musique et de littérature qui aideront
nos enfants à acquérir une préférence pour
ce qui élève et édifie. Nous pouvons servir
ensemble à l’église et dans notre ville. Nous
pouvons choisir des vêtements pudiques
pour nous-mêmes et aider nos enfants
à faire de même. Nous pouvons étudier les
Ecritures ensemble et faire des soirées familiales. Nous pouvons encourager une attitude recueillie envers le sabbat, qui donnera
envie à nos enfants de sanctifier ce jour.
L’une des meilleures façons d’établir un
mode de vie juste est d’instaurer et de
suivre des traditions familiales. Les enfants
sont rassurés lorsqu’ils savent que, quoi
qu’il arrive dans leur vie, certains événements familiaux resteront identiques. Ezra
Taft Benson a donné ce conseil: «Encouragez l’établissement de traditions familiales
qui vous uniront éternellement. Vous
pourrez ainsi créer un coin du ciel ici-bas
dans votre famille. Après tout, l’éternité
ne sera que l’extension de la vie familiale
juste» (L’Etoile, janvier 1990, p. 4).
De nombreuses traditions familiales peuvent être basées sur l’Evangile. Par exemple,
dans certaines familles, les enfants reçoivent
un nouvel exemplaire du Livre de Mormon
lors de leur huitième anniversaire. Certaines
familles célèbrent Noël en mettant en scène
135
P a rt i e D : E n s e i g n e r à l a m a i s o n
les événements qui ont entouré la naissance du Sauveur.
Dans certaines familles, le père donne une bénédiction de la
prêtrise à chaque enfant à chaque nouvelle rentrée scolaire.
D’autres familles organisent des réunions annuelles ou se rassemblent pour des fêtes ou des bénédictions de nouveau-nés.
Ces traditions attendues et chéries fortifient la famille et les
personnes qui se réjouissent de répéter ce qui est familier et
souvent sacré. Les traditions peuvent rappeler aux membres
de la famille le mode de vie des disciples du Christ, et elles
offrent souvent des occasions d’enseigner les principes de
l’Evangile.
Modifier les traditions indésirables de notre famille
Il est possible de modifier les traditions indésirables
de notre famille. Si nous venons d’une famille non pratiquante, nous pouvons changer cette habitude et nous
efforcer d’assister régulièrement aux réunions de l’Eglise.
Si nous avons critiqué les dirigeants de l’Eglise ou si nous
avons entendu nos parents le faire, nous pouvons décider
aujourd’hui de soutenir nos dirigeants par nos paroles et
par nos actes. Ce genre de changements dans notre façon
de vivre donnera un meilleur exemple à nos enfants.
Une sœur de l’Eglise a raconté l’histoire suivante:
«Roger, mon mari, a grandi dans une famille qui n’était
pas établie sur l’Evangile. Son père était alcoolique, et la
famille souffrait de cette situation. Sa mère essayait d’assister
aux réunions de l’Eglise, mais son père voulait que la famille
fasse d’autres choses le dimanche. Lorsqu’il était adolescent,
Roger sortait beaucoup avec ses amis, et lorsqu’il a obtenu
son propre témoignage de l’Evangile, il a commencé à noter
dans un classeur tout ce qu’il souhaitait avoir dans sa famille
une fois marié. A l’époque, il avait environ 17 ans. Son classeur comprenait une partie sur ce qu’il ferait avec ses enfants,
une autre sur les qualités qu’il voulait que sa femme possède, une autre sur le genre de foyer qu’il souhaitait et une
dernière sur le genre de travail qu’il souhaitait faire et pour
lequel il allait se préparer. Il y a écrit toutes ses idées et y a
136
inclus des articles qu’il avait trouvés intéressants. Une partie
de ce qu’il avait écrit lui avait été enseigné par le mauvais
exemple de la famille dans laquelle il avait été élevé; cela lui
avait appris ce qu’il ne voulait pas reproduire dans sa future
famille. Son père était tellement opposé à ce qu’il aille à
l’église qu’il avait dû quitter son foyer et qu’il habitait chez
une famille religieuse qu’il admirait mais qui n’était pas
membre de l’Eglise. Il avait tiré d’elle d’autres idées concernant sa future famille. C’est ainsi qu’à un si jeune âge, il
a voulu être le point de rupture entre un passé troublé et un
avenir plus béni.
«Lorsque nous nous sommes fiancés, il m’a montré ce
classeur. Nous avons discuté des idées et nous les avons
développées jusqu’à ce que nous ayons la même vision de
ce que nous souhaitions pour notre famille. Je me rappelle
que la prière est la première chose sur laquelle nous avons
travaillé. Nous avons enseigné à nos enfants à prier alors
qu’ils étaient tout petits, pour que cela devienne une habitude si bien implantée qu’ils ne pourraient pas l’oublier.
Nous avons pris la décision que la dîme ne serait jamais un
problème. Nous avons fait régulièrement nos soirées familiales. Nous avons établi la tradition de lire les Ecritures tous
les matins. Au début, nous travaillions trop pour lire un
nombre fixe de versets chaque fois, puis nous avons fini par
nous rendre compte que les discussions que nous avions
lorsque les enfants posaient des questions étaient plus importantes que de suivre un programme fixe. Au cours des
dernières années, nous avons ajouté toutes les strophes
d’un cantique, juste après la prière d’ouverture. Cela nous
réveille et amène un bon esprit. Ce ne sont là que quelquesunes des traditions sur lesquelles notre famille a été édifiée.
«Je m’étonne que mon mari ait décidé d’établir des traditions justes dans sa propre famille alors qu’il était si jeune
et qu’il avait devant lui un si mauvais exemple. Je m’étonne
aussi et je suis reconnaissante qu’il ait été si décidé à collaborer avec moi pour les enseigner à nos enfants, surtout
simplement en s’y tenant fidèlement».
ENSEIGNER DANS L A FA MILLE
6
OCCASIONS PÉDAGOGIQUES RÉGULIÈRES
DANS LA FAMILLE
En tant que parents, vous devez chercher
à établir des occasions régulières d’enseigner
l’Evangile au foyer. Si vous le faites, vos
enfants recevront régulièrement des enseignements de l’Evangile qui s’appliqueront à
leur vie et qui deviendront leur fondation.
Grâce à vos actions, ils pourront voir que
croire en l’Evangile signifie l’adopter pour
guide dans tous les aspects de notre vie.
Les idées suivantes peuvent vous aider
à établir des occasions régulières d’enseigner
l’Evangile à vos enfants.
La prière en famille
Le Sauveur a commandé: «Priez le Père
dans vos familles, toujours en mon nom,
afin que vos épouses et vos enfants soient
bénis» (3 Néphi 18:21).
Les prières en famille sont d’excellentes
occasions de montrer aux enfants comment
prier. En vous regardant parler à votre Père
céleste avec ferveur, ils verront votre foi et
vos désirs justes. Ils apprendront à consulter
le Seigneur dans toutes leurs actions pour
qu’il les dirige dans le bien (voir Alma 37:37).
Votre exemple aidera vos enfants à apprendre le langage de la prière, qui exprime
notre amour et notre respect pour notre
Père céleste.
Les enfants peuvent apprendre beaucoup
sur l’Evangile en entendant les prières des
autres membres de la famille. Ils apprennent
l’importance du repentir lorsqu’ils entendent les autres prier pour obtenir le pardon.
Ils apprennent la reconnaissance lorsqu’ils
entendent les autres remercier notre Père
céleste pour ses bénédictions. Ils apprennent
la foi, l’humilité et l’obéissance lorsqu’ils
voient leurs parents demander régulièrement l’aide de Dieu. Ils apprennent à honorer et à respecter les dirigeants de l’Eglise
lorsque les membres de la famille prient pour
eux chaque jour. Ils acquièrent le désir de
faire une mission et de recevoir les bénédictions du temple lorsque leurs parents demandent à leur Père céleste d’aider leurs enfants
à faire des choix qui leur permettront de
rester dignes de recevoir ces bénédictions.
Les enfants apprennent à aimer les autres
lorsqu’ils entendent les membres de leur
famille prier pour les autres. Et ils ressentent
beaucoup d’amour lorsqu’ils entendent les
membres de la famille prier pour eux.
Tous les membres de la famille doivent
avoir l’occasion de faire la prière familiale.
Les petits peuvent prier à leur tour avec de
l’aide.
L’étude des Ecritures en famille
L’étude quotidienne des Ecritures est
également un excellent moyen d’enseigner
l’Evangile aux enfants. Chaque fois que c’est
possible, les membres de la famille devraient
lire ensemble chaque jour à la même heure.
Certaines familles préfèrent le faire tôt le
matin. D’autres préfèrent le faire juste avant
d’aller se coucher. Même s’il est parfois
difficile de faire participer les membres de la
famille, vos efforts réguliers pour étudier la
parole de Dieu seront une bénédiction pour
vos enfants. Ces derniers apprendront la
vérité des enseignements de Néphi: «Faitesvous un festin des paroles du Christ, car
voici, les paroles du Christ vous diront tout
ce que vous devez faire» (2 Néphi 32:3).
En lisant les Ecritures en famille, ils
apprennent à aimer les vérités divines de
l’Evangile. La langue des Ecritures leur
devient familière. Ils apprennent les histoires des Ecritures et comprennent comment appliquer ces paroles divines dans
leur vie quotidienne. Ils peuvent aussi
apprendre à se servir des cartes, du Guide
137
P a rt i e D : E n s e i g n e r à l a m a i s o n
La famille étant le cadre
le plus important pour
apprendre l’Evangile, il
est bon que les membres
de la famille discutent des
vérités qu’ils ont apprises
dans les réunions, les
classes et les activités de
l’Eglise. Cela vous permet
à vous, parents, de savoir
ce que vos enfants apprennent de l’Evangile et de
remplir votre rôle légitime
de premier instructeur de
vos enfants.
Vous pouvez profiter de
la plupart des occasions
régulières d’instruire votre
famille pour demander
aux enfants ce qu’ils ont
appris à l’Eglise. Vous
devez poser des questions
qui les incitent à raconter
autant de choses que
possible, y compris des
histoires et des détails
précis. Faites votre possible
pour inciter tous les
membres de la famille
à discuter de ce qui a été
dit (voir «Animation
de discussions»,
pp. 63– 65).
des Ecritures et des autres aides à l’étude
figurant dans les Ecritures (voir pp. 56–58).
Vous pouvez choisir de passer un certain
temps à lire chaque jour. Tous les membres
de la famille qui savent lire doivent avoir
l’occasion de lire les Ecritures. Ils peuvent
lire un ou plusieurs versets à tour de rôle.
Ceux qui ne savent pas lire peuvent
aussi participer en répétant des versets que
d’autres leur lisent. Quand la situation
le permet, les plus jeunes enfants peuvent
regarder les livres d’Ecritures illustrés de
l’Eglise ou des images du Jeu d’illustrations
de l’Evangile.
Pour aider les membres de la famille à
comprendre les Ecritures, vous pouvez paraphraser les passages difficiles en utilisant
des termes plus simples ou chercher les
mots difficiles dans le Guide des Ecritures.
Vous pouvez demander à des membres de la
famille de résumer les points essentiels de
la lecture du jour. Un petit enfant peut tenir
une image de l’histoire étudiée.
Vous pouvez demander à un enfant de
réfléchir à une situation de sa vie qui ressemble à l’histoire que vous lisez dans les
Ecritures. Par exemple, vous pourriez dire:
«Nous venons de lire l’histoire de David
et Goliath. Quels sont les Goliaths que tu
rencontres dans la vie? Qu’est-ce que tu
peux apprendre de David qui t’aidera à
vaincre ces difficultés?» Vous pourriez dire
aussi: «J’ai remarqué que tu avais aidé ta
petite sœur à ranger sa chambre. T’es-tu
rendu compte que tu montrais le même
genre d’amour que celui dont Jésus a parlé
dans cette histoire?»
Si vous ne connaissez pas bien les Ecritures ou si vous avez des difficultés à lire,
peut-être vous sentez-vous mal à l’aise ou
incompétent si vous lisez avec vos enfants.
Il n’y a aucun mal à dire à vos enfants
que vous apprenez tous à lire les Ecritures.
Si vous remettez à plus tard l’étude des
Ecritures en famille jusqu’à ce que vous
vous sentiez à l’aise, vous privez vos enfants
de la nourriture spirituelle dont ils ont
tant besoin. Souvenez-vous que l’Esprit
peut vous toucher quelle que soit votre
expérience.
La soirée familiale
La soirée familiale vous donne d’excellentes occasions d’aider vos enfants à
comprendre et à appliquer les principes de
l’Evangile. Une soirée familiale peut com138
prendre une prière en famille, une leçon sur
l’Evangile, des cantiques et des chants de la
Primaire et des activités en famille.
Lorsque vous planifiez les soirées familiales, pensez aux besoins actuels, aux soucis
et aux intérêts des membres de la famille.
Par exemple, est-ce qu’un enfant doit se préparer à se faire baptiser ou à être ordonné
à un office de la prêtrise? Y a-t-il eu des querelles à la maison? Si vous réfléchissez aux
besoins et aux difficultés des membres de
la famille, en vous aidant de la prière, vous
pourrez mieux décider des principes de
l’Evangile que vous devez enseigner.
Les principes permettant un enseignement efficace qui sont présentés dans ce
livre peuvent aider les membres de la famille
à planifier et à tenir des soirées familiales.
De plus, l’Eglise a publié le Recueil d’idées pour
les soirées familiales, qui contient des leçons
et des idées pour réussir les soirées familiales.
Les magazines de l’Eglise peuvent aussi vous
aider.
Certaines familles trouvent qu’il est
parfois difficile d’organiser régulièrement
des soirées familiales. Il arrive que les enfants
refusent de coopérer, ou que les parents
aient l’impression d’être trop occupés.
Cependant, les efforts mis en œuvre pour
planifier et faire les soirées familiales apporteront des bénédictions à toute la famille.
Un homme a raconté que sa famille n’avait
organisé que deux soirées familiales au cours
de sa jeunesse. Cependant, ces expériences
l’avaient tellement touché qu’après son
mariage, il s’en souvenait encore, ainsi
que des principes de l’Evangile qu’il y avait
appris. Cela l’a encouragé, ainsi que sa
femme, à tenir des soirées familiales toutes
les semaines dans leur famille.
Les repas en famille
Les repas en famille vous fournissent
des occasions d’enseigner des leçons importantes et ils permettent à toute la famille
de discuter. Avec les journées chargées, les
repas sont souvent les seuls moments où
vous pouvez vous retrouver avec vos enfants
pour parler des événements de la journée
et échanger des idées. Vous pouvez profiter
de ces occasions pour parler à vos enfants
des principes de l’Evangile, des valeurs familiales, des messages de la réunion de SainteCène et des autres réunions, de l’école, des
activités à venir, des événements mondiaux,
et d’autres sujets qui vous intéressent. Cela
ENSEIGNER DANS L A FA MILLE
peut être pour vous l’occasion de mieux connaître les soucis,
les pensées et les sentiments de vos enfants.
Les repas en famille doivent être des occasions détendues et joyeuses où chacun sent qu’il peut prendre part à la
discussion. Lorsque la situation le permet, ces moments
devraient être exempts de toute distraction. Ces occasions
peuvent contribuer à l’unité et au développement spirituel
de la famille.
Les conseils de famille
Vous devez rassembler les membres de la famille pour
des réunions de conseil de famille. Vous pouvez utiliser ces
réunions pour fixer des buts, résoudre des problèmes, parler
des finances, faire des projets, et apporter du soutien et de
la force. Vous pouvez tenir des conseils de famille en même
temps que les soirées familiales ou à d’autres moments.
En dirigeant des conseils de famille, vous apprenez à vos
enfants à écouter et à être respectueux des sentiments et
des opinions des autres.
Les entretiens privés
Vous vous rapprocherez de vos enfants en parlant régulièrement avec eux. Vous pourriez organiser des entretiens
privés avec chaque enfant pour exprimer votre amour,
vos encouragements et pour enseigner les principes de
l’Evangile. Vous devez permettre à chaque enfant de parler
des problèmes ou des expériences qui sont importants à
ses yeux. Si vous vous intéressez sincèrement à leurs soucis
et à leur opinion, vos enfants apprendront à vous faire
confiance et à vous demander conseil. Ensuite, vous pouvez
continuer à leur apprendre à prendre de bonnes décisions,
à prier et à étudier les Ecritures pour trouver la réponse à
leurs questions.
Servez-vous des Ecritures pour enseigner à vos enfants
à exercer correctement leur libre-arbitre. Gene R. Cook a
suggéré la manière dont l’un des parents pouvait utiliser les
Ecritures pour aider un enfant qui se demande pourquoi
la famille ne fait pas certaines choses le dimanche.
«Vous pourriez être tenté de répondre: ‹Parce que je l’ai
décidé› ou ‹Parce que l’Eglise l’a décidé›. Mais un parent
plus inspiré répondrait: ‹Et bien, tu sais que nous n’avons
pas inventé qu’il fallait sanctifier le jour de sabbat. Je vais
te montrer quelque chose.› Puis, vous pourriez ouvrir les
Doctrine et Alliances à la section 59 et lire [versets 9 à 11]...
«Vous pourriez expliquer ensuite: ‹Comme tu peux le
constater, le Seigneur enseigne que le dimanche est un jour
saint... C’est un jour destiné à nous reposer de nos labeurs
et à présenter nos dévotions au Très-Haut, ce qui signifie
que nous devons aller aux réunions de l’Eglise, prendre la
Sainte-Cène, nous acquitter de nos autres responsabilités
à l’Eglise et rendre visite aux malades, aux pauvres et aux
nécessiteux. C’est une journée consacrée au Seigneur, et
je te témoigne, ma fille bien aimée, que c’est vrai et que le
Seigneur nous a grandement bénis parce que nous avons
sanctifié le jour de sabbat›» (Raising Up a Family to the Lord,
1993, pp. 19–20).
Pour trouver des idées qui peuvent s’appliquer aux entretiens privés, voir «Enseigner lors des entretiens», page 153.
139
P a rt i e D : E n s e i g n e r à l a m a i s o n
Discuter des problèmes qui
concernent les amis de vos enfants
7
OCCASIONS
PÉDAGOGIQUES
DANS LA FAMILLE
Une grande partie des occasions d’enseigner pour vous, parents, se présentera à
des moments inattendus, lors de vos conversations, lorsque vous travaillez avec vos
enfants, et lorsque les membres de la famille
affrontent des difficultés tous ensemble.
Ces occasions peuvent être d’excellents
moments d’enseignement parce qu’ils se
rapportent précisément aux expériences que
vos enfants sont en train de vivre. Comme
ce genre d’occasions peut se présenter et
passer rapidement, vous devez les reconnaître et être prêts à enseigner les principes
que vos enfants sont prêts à apprendre.
Les suggestions suivantes peuvent vous aider
à reconnaître les occasions d’enseigner.
Répondre aux questions et aux
préoccupations des enfants
Tous les enfants ont des inquiétudes sur
eux-mêmes et sur le monde. Vous pouvez
leur montrer que l’Evangile apporte des
réponses et des explications pour comprendre et résoudre leurs problèmes. Si un
enfant a peur de l’orage, vous pouvez profiter de ce moment pour l’encourager à prier
pour obtenir du réconfort. Si un fils adolescent subit des pressions pour regarder un
film qui peut être choquant, vous pouvez en
discuter avec lui et l’aider à appliquer les
principes de l’Evangile pour décider s’il doit
aller le voir ou non. Si les enfants se font
du souci au sujet d’une décision importante,
vous pouvez lire Moroni 7:15–19 avec eux et
discuter du conseil de Mormon sur ‹la façon
de juger›. Si un membre de la famille est
mort, vous pouvez parler à vos enfants du
monde des esprits et de la résurrection.
Vous trouverez des suggestions sur la
manière de discuter avec vos enfants à la
page 139 à la section «Occasions pédagogiques régulières dans la famille».
140
De temps en temps, vos enfants peuvent
mentionner des problèmes qui concernent
leurs amis. Leurs amis peuvent avoir un
emploi qui les force à travailler le dimanche.
Vos enfants connaissent peut-être un jeune
homme, membre de l’Eglise, qui a décidé de
ne pas faire de mission à plein temps. Ils ont
peut-être des amis qui utilisent un langage
incorrect ou qui ne sont pas courtois envers
les autres. En discutant de ces situations
avec vos enfants, vous pouvez utiliser les
Ecritures pour leur enseigner des principes
de l’Evangile. Cela peut vous aider à guider
vos enfants pour qu’ils prennent la bonne
décision dans une situation semblable.
Partager des occasions
de faire de bons choix
Lorsque vous avez des occasions de faire
de bons choix, vous pourriez partager ces
expériences avec vos enfants. Par exemple,
si on vous rend trop d’argent au magasin,
vous pouvez demander à vos enfants ce que
vous devez faire. Cela peut entraîner une
discussion sur l’honnêteté, le libre-arbitre et
les conséquences de nos actes.
Discuter des idées
traitées dans les médias
Vous pouvez discuter avec vos enfants
des idées traitées dans des films, des émissions télévisées et des chansons populaires.
Le journal télévisé donne des occasions de
discuter des événements et des problèmes
d’actualité. Ce genre de discussions aide les
enfants à faire la différence entre les activités
édifiantes et les activités qui présentent
des philosophies et des actions opposées
aux principes de l’Evangile.
Aider les enfants à tirer des leçons
de leurs erreurs
Les erreurs peuvent être des occasions
d’apprendre. Si un enfant a commis une
erreur, vous pouvez lui pardonner, discuter
de l’importance de présenter ses excuses et
de réparer le mal qui a été fait; si l’enfant a
désobéi à un commandement, apprenez-lui
comment se repentir.
Si vous avez tort, vous devez présenter
vos excuses et demander pardon. Vos enfants
peuvent apprendre une grande leçon s’ils
vous voient vous efforcer de surmonter vos
ENSEIGNER DANS L A FA MILLE
faiblesses. Réfléchissez à l’histoire suivante
qu’un membre de l’Eglise a racontée:
«Lorsque j’avais environ 10 ans, j’ai fait
quelque chose qui a déplu à mon père. Il
était très en colère et a décidé de me punir.
J’étais profondément blessé parce que je
trouvais qu’il me punissait plus que je ne le
méritais. Je l’ai évité le reste de la journée,
et chaque fois qu’il essayait de me parler,
je partais en courant. Le lendemain, j’étais
toujours en colère contre lui, alors j’ai
été très surpris lorsqu’il est venu dans ma
chambre et qu’il m’a dit qu’il était désolé de
m’avoir puni si sévèrement. Il m’a demandé
si je voulais bien lui pardonner. J’ai appris
alors que l’on n’est jamais trop vieux pour
demander pardon et pour admettre que
l’on a eu tort. Cela m’a permis d’apprendre
la vraie valeur du repentir.»
Expliquer pourquoi on rend service
Lorsque vous servez dans vos appels
à l’Eglise ou d’autres manières, vous pouvez
expliquer à vos enfants ce que vous faites
et pourquoi vous le faites. Cela les aidera à
mieux prendre conscience de l’influence de
leurs croyances et de leurs principes sur leur
comportement. Si vous préparez un repas
pour une personne malade, vous pouvez
expliquer pourquoi il est important d’aider
cette personne. Lorsque des enfants vous
voient préparer une leçon pour l’Eglise,
vous pouvez leur parler de l’importance de
magnifier ses appels. Vous pouvez leur
expliquer pourquoi nous levons la main
pour soutenir les dirigeants de l’Eglise et
comment nous soutenons ceux que le
Seigneur a appelés.
Aider les enfants à maîtriser
leur humeur
Lorsque les enfants sont grognons, découragés ou en colère, ils risquent de ne pas
se comporter comme il faut. Vous pouvez
leur apprendre à reconnaître et à contrôler
leurs envies de faire mal aux autres ou
de lever le ton. Vous pouvez rappeler les
circonstances qui ont provoqué la colère et
discuter des meilleures façons de faire par
la suite.
Aider les enfants à reconnaître
l’influence de l’Esprit
Vous pouvez aider vos enfants à reconnaître l’influence de l’Esprit en attirant leur
attention sur ce qu’ils ressentent. Robert
D. Hales a raconté l’expérience suivante:
«Après mon baptême et ma confirmation,
ma mère m’a pris à part et m’a demandé:
‹Qu’est-ce que tu ressens?› J’ai décrit de
mon mieux le doux sentiment de paix, de
réconfort et de bonheur que j’éprouvais. Elle
m’a expliqué que ce que je ressentais était
le don que je venais de recevoir: le don du
Saint-Esprit. Elle m’a dit que si j’en restais
digne, j’aurais ce don continuellement avec
moi. Le souvenir de ce moment d’enseignement est resté vivant en moi pendant toute
ma vie» («Fortifier la famille, notre devoir
sacré», L’Etoile, juillet 1999, p. 38).
Tirer des leçons de la nature
Vous pouvez observer quotidiennement
la nature pour enseigner l’Evangile à vos
enfants (voir «On trouve partout des leçons»,
pp. 22–23); «Comparaisons et leçons de
choses», pp. 162–163). Par exemple, les
commentaires d’un enfant sur la beauté des
fleurs printanières peuvent entraîner une
discussion sur la résurrection de Jésus-Christ.
Le fait de planter des graines ensemble est
une excellente occasion de discuter de la
comparaison faite par Alma entre la parole de
Dieu et une semence (voir Alma 32:28–43).
Si vous êtes attentifs, vous pouvez
transformer discrètement et régulièrement
un grand nombre des expériences de vos
enfants en occasions d’enseigner.
141
P a rt i e D : E n s e i g n e r à l a m a i s o n
8
LE POUVOIR D’ENSEIGNER QU’ONT
LES AUTRES MEMBRES DE LA FAMILLE
Bien que la responsabilité d’enseigner
l’Evangile à leurs enfants incombe en
premier à leurs parents, les autres membres
de la famille peuvent être d’une grande
aide. Les parents doivent saisir les occasions
où d’autres membres de la famille peuvent
instruire et fortifier leurs enfants.
Le pouvoir d’enseignement
des grands-parents
Les grands-parents peuvent fortifier et
inspirer leurs petits-enfants en leur racontant
leurs expériences et en leur faisant part de
leur témoignage et de leur foi. En racontant
les histoires vraies où ils ont obéi, tiré des
leçons de leurs erreurs, fait des sacrifices
pour atteindre des buts éternels, et affronté
des problèmes joyeusement, ils peuvent
aider les enfants à faire face à des situations
semblables. En plus de parler avec leurs
petits-enfants, les grands-parents peuvent
noter leur témoignage et leurs expériences
dans un journal, qui pourra édifier et instruire
des membres de leur famille aujourd’hui et
dans les générations à venir.
Susan L. Warner, qui a été deuxième
conseillère dans la présidence générale de la
Primaire, a raconté l’histoire suivante:
«Je connais un grand-père qui, lors d’une
récente réunion de famille en montagne,
a emmené ses petits-enfants en promenade.
Lorsqu’ils sont arrivés à une clairière, il a
demandé aux jeunes enfants de s’asseoir sur
un tronc pendant qu’il leur parlait d’un
garçon de 14 ans appelé Joseph Smith qui
voulait poser plusieurs questions qui le préoccupaient à notre Père céleste. Le grandpère a expliqué que le jeune Joseph est allé
dans un bosquet près de chez lui pour prier,
ayant foi que Dieu lui répondrait. Les petitsenfants écoutaient en silence, mais Johnny,
qui était âgé de quatre ans, et qui avait
142
souvent du mal à rester assis, n’a pas pu se
contenir. Il s’est exclamé: ‹J’ai déjà entendu
cette histoire.›
«Le grand-père a parlé de la prière sincère
de Joseph et de la manière dont elle a été
exaucée par la visite glorieuse de notre Père
céleste et de son Fils Jésus-Christ. Comme
il terminait, le petit Johnny a attrapé la main
de son grand-père et a dit: ‹J’ai bien aimé
ton témoignage, grand-père.› Il avait aimé
réentendre l’histoire.
«Bien que le grand-père ait répété ce récit
sacré de nombreuses fois au cours de sa vie,
il a dit: ‹Jamais l’Esprit du Seigneur ne m’a
rendu un témoignage aussi puissant que
lorsque j’ai témoigné de Joseph Smith à mes
propres petits-enfants.› Le grand-père et les
enfants avaient ressenti le témoignage du
Saint-Esprit» (L’Etoile, janvier 1999, p. 78).
Même lorsque les grands-parents habitent
loin de leurs petits-enfants, ils peuvent avoir
une bonne influence sur eux. Ils peuvent
les aider à avoir confiance et leur donner
des conseils en leur téléphonant ou en leur
envoyant des lettres de félicitation ou
d’encouragement.
Le pouvoir d’enseignement
des frères et sœurs
Les parents doivent inciter leurs enfants
à s’aider mutuellement à apprendre et à
progresser. Les frères et sœurs aînés peuvent
souvent être des exemples positifs pour leurs
petits frères et sœurs et ils peuvent se voir
confier la responsabilité de leur apprendre à
accomplir certaines tâches au foyer. Lorsqu’un fils fait une mission à plein temps, il
peut, par son exemple et par ses lettres, avoir
une grande influence sur son jeune frère
et lui donner le désir de partir en mission.
Lorsqu’une sœur se marie au temple, elle
peut faire part de son enthousiasme et de
ENSEIGNER DANS L A FA MILLE
son témoignage à ses frères et sœurs. Lorsque des enfants
participent volontairement aux tâches ménagères, ils
montrent le bon exemple et s’enseignent les uns aux autres
l’importance du service et de la responsabilité. Ils apprennent
eux-mêmes davantage.
Le pouvoir d’enseignement des oncles, des tantes
et des cousins
Il peut y avoir des moments où les oncles, les tantes et
les cousins peuvent aider un membre de la famille alors que
ses parents ne le peuvent pas.
Un père se rappelle l’influence que l’un de ses neveux
a exercée sur son fils. Celui-ci refusait d’aller à l’église depuis
plusieurs semaines. La conférence générale approchait et
son cousin, enthousiaste à l’idée d’y aller, s’était levé tôt le
matin et avait fait la queue pour avoir une place dans le
Tabernacle de Salt Lake City. En voyant son exemple, le fils
avait été touché par la foi et l’enthousiasme de son cousin,
et il avait retrouvé le désir d’aller à l’église. Cette décision
a changé sa vie et, par la suite, il a fait une bonne mission
à plein temps.
Une mère a parlé de l’influence positive que son frère et
sa famille avaient eue lorsqu’elle et son mari avaient envoyé
leur fils vivre chez eux et travailler dans leur station-service
pendant un été. Une autre femme a raconté avec reconnaissance la conversation que son fils avait eue avec son oncle
préféré. Grâce à cette discussion, son fils avait décidé d’éviter
ses amis qui avaient une mauvaise influence sur lui.
Le pouvoir d’enseignement des enfants
Lorsque les parents écoutent leurs enfants, ils peuvent
apprendre une multitude de vérités. Russell M. Nelson a
parlé d’un moment où il a été instruit par l’une de ses filles:
«Quand notre fille cadette avait environ quatre ans, je
suis rentré de mon travail à l’hôpital assez tard. J’ai trouvé
ma femme très fatiguée... Je lui ai donc proposé de préparer
notre petite de quatre ans pour la mettre au lit. J’ai commencé à lui lancer des ordres. ‹Déshabille-toi, accroche tes
vêtements; mets ton pyjama; brosse-toi les dents, fais ta
prière› etc. en lui parlant d’un ton qui aurait convenu à un
adjudant. Soudain, elle a tourné la tête de côté, m’a regardé
d’un air pensif et m’a dit: ‹Dis, papa, est-ce que je suis ton
esclave?›
«Elle m’a enseigné une leçon importante. J’utilisais des
méthodes coercitives sur cette âme douce. Diriger les enfants
par la force est la technique de Satan, non celle du Sauveur»
(L’Etoile, juillet 1991, p. 22).
143
P a rt i e D : E n s e i g n e r à l a m a i s o n
ENSEIGNEMENT AU FOYER ET VISITES
D’ENSEIGNEMENT
J’espère que les instructeurs au foyer et les instructrices visiteuses auront l’occasion
de vivre les deux expériences suivantes: premièrement, qu’ils comprendront
la responsabilité qu’implique leur grand appel, et deuxièmement, qu’ils ressentiront
la douceur des résultats de leur travail, en particulier auprès de ceux d’entre nous
qui ne sont pas pratiquants.
Gordon B. Hinckley
ENSEIGNEMENT AU FOYER ET VISITES D’ENSEIGNEMENT
9
PARTIE PÉDAGOGIQUE
DE L’ENSEIGNEMENT
AU FOYER
Si vous êtes instructeur au foyer, vous
enseignez l’Evangile. En plus de veiller au
bien-être des familles qui sont attribuées
à vous et à votre compagnon, vous apportez
un message de l’Evangile au moins une fois
par mois. Les Ecritures enseignent que les
instructeurs au foyer doivent «avertir, expliquer, exhorter et enseigner et inviter tout
le monde à venir au Christ» (Doctrine et
Alliances 20:59).
Pour instruire les familles que l’on vous
a confiées, vous devez vous préparer spirituellement et apprendre à appliquer les
principes de l’Evangile traités dans ce livre.
Vous devez aussi vous efforcer continuellement d’améliorer votre enseignement
(voir «Planifiez l’amélioration de votre
enseignement», pp. 24–27).
Votre appel d’instructeur au foyer nécessite que vous vous prépariez ainsi et que vous
continuiez à vous perfectionner. La connaissance des principes de base de l’enseignement de l’Evangile vous permettra d’enseigner les messages d’une manière qui aidera
tous ceux que vous instruisez, qu’ils soient
membres non-pratiquants et peu habitués
à participer à des discussions sur l’Evangile,
ou membres expérimentés de l’Eglise.
Souvenez-vous que des personnes
différentes nécessitent des méthodes pédagogiques différentes. Il vous faudra peut-être
donner un message à une famille comportant des enfants d’âges très différents.
On vous demandera peut-être d’intégrer
des nouveaux convertis. Vous aurez aussi
peut-être l’occasion de rendre visite à des
membres âgés ou célibataires.
Une équipe d’instructeurs au foyer qui
avait soigneusement préparé sa leçon est
venue faire sa visite avec des cannes à pêche.
Leurs poches étaient pleines d’appâts. Les
membres de la famille voulaient en con-
naître la raison, mais les instructeurs au foyer
ont refusé de répondre avant le moment
de leur message. Ils n’ont eu aucun mal à rassembler les enfants autour d’eux et à capter
leur attention. Puis l’un d’entre eux a montré
comment un pêcheur appâtait les poissons
pour les attraper. Il a expliqué que les petits
poissons se font souvent attraper plus facilement que les plus vieux et les plus expérimentés. Il a comparé les appâts aux tentations
de Satan et a enseigné à la famille qu’il utilise
des pièges perfides pour essayer de nous
attraper et de nous prendre notre liberté. La
famille a reçu une leçon mémorable.
En tant qu’instructeur au foyer, vous avez
des occasions toutes particulières d’exprimer
votre amour à ceux que vous instruisez.
Comme l’a enseigné Ezra Taft Benson, vous
devez «faire les petites choses, les petites
choses qui ont tant de valeur pour une
famille. Par exemple, connaître le nom de
tous les membres de la famille. Faire attention aux anniversaires, aux bénédictions,
aux baptêmes et aux mariages. De temps
à autre, écrire un message de félicitations ou
donner un coup de téléphone pour féliciter
un membre de la famille qui a accompli
quelque chose de particulier» (Ensign, mai
1987, p. 50). Vous pouvez aider la famille
lorsqu’elle en a besoin, soutenir les enfants
et les jeunes dans leurs activités, et veiller
à ce que les besoins de la famille soient
communiqués aux dirigeants de collège.
Sélectionner le message
Lorsque vous sélectionnez le message que
vous allez donner, rappelez-vous l’instruction suivante: «Les instructeurs au foyer présentent habituellement le message de la Première Présidence publié dans L’Etoile. D’autres
messages peuvent venir de l’évêque ou d’autres dirigeants locaux. Le chef de famille peut
également demander que les instructeurs au
foyer remettent un message particulier. Les
messages d’enseignement au foyer doivent
être basés sur les Ecritures et les enseignements des prophètes modernes» (Manuel
d’instructions de l’Eglise, Tome 2: Dirigeants de
la prêtrise et des auxiliaires, 1999, p. 169).
Préparer le message
Préparez vos messages d’enseignement
au foyer aussi soigneusement que vous
prépareriez une leçon pour une classe de
l’Eglise. Les suggestions suivantes peuvent
vous aider:
145
P a rt i e D : E n s e i g n e r à l a m a i s o n
Lisez la leçon. Discutez avec votre compagnon de la part
que chacun prendra à la leçon.
Si vous présentez le message de la Première Présidence
ou un autre sujet pour lequel aucun plan de leçon n’est
proposé, suivez les suggestions de la leçon «Elaborer
des leçons à partir de discours de conférence et d’autres
sources», pages 100–101.
Adaptez le message et les méthodes pédagogiques à la
situation, à l’âge et aux intérêts des membres de la famille
à qui vous rendez visite. Rendez vos leçons attrayantes
et adaptez-les à chaque membre de la famille.
Veillez à ce que le message soit assez court pour préserver
l’intérêt de toutes les personnes présentes.
Donner le message
Souvenez-vous que le chef de famille doit présider et
diriger lors de votre visite. Gardez aussi à l’esprit les suggestions suivantes:
146
Priez et lisez les Ecritures ensemble chaque fois que c’est
possible. Utilisez les Ecritures chaque fois que la situation
le permet. Apportez-les lors de chaque visite. Utilisez-les
pour répondre aux questions ou pour donner des conseils.
Suivez les inspirations de l’Esprit pendant que vous
enseignez.
Evitez les conversations longues qui ne sont ni intéressantes, ni utiles pour toutes les personnes présentes.
Respectez les contraintes horaires des familles à qui vous
rendez visite.
Trouvez des moyens de faire participer tous les membres
de la famille aux leçons. Intéressez-vous vraiment à
chacun.
Témoignez des vérités que vous enseignez. Citez des
exemples pour montrer comment ces vérités peuvent
s’appliquer à la vie quotidienne.
ENSEIGNEMENT AU FOYER ET VISITES D’ENSEIGNEMENT
10
PARTIE PÉDAGOGIQUE
DES VISITES D’ENSEIGNEMENT
Lorsque vous êtes appelée comme instructrice visiteuse, une grande part de votre
responsabilité consiste à vous informer «des
besoins spirituels et temporels de la sœur et
de sa famille» et de donner «un enseignement
spirituel à l’aide d’un message mensuel»
(Manuel d’instructions de l’Eglise, Tome 2:
Dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires,
1999, p. 203). Vous êtes une instructrice de
l’Evangile.
Pour instruire les sœurs qui vous ont
été attribuées, vous devez vous préparer
spirituellement et apprendre à appliquer les
principes de l’Evangile traités dans ce livre.
Vous devez aussi vous efforcer continuellement d’améliorer vos enseignements
(voir «Planifiez l’amélioration de votre
enseignement», pp. 24–27).
Cette préparation vous aidera beaucoup
parce que vous pourrez être appelées à
instruire des sœurs dans des situations très
différentes. Vous pouvez instruire des sœurs
jeunes, âgées, mariées, célibataires, divorcées, jeunes converties à l’Evangile, très
engagées dans l’Eglise, peu pratiquantes,
instruites, ayant des difficultés d’apprentissage, occupées, solitaires, accueillantes, ou
rebelles. Ces sœurs différentes nécessitent
des méthodes différentes. Quelle que soit la
situation des sœurs à qui vous rendez visite,
vous pouvez les aider à mieux connaître
le Sauveur et à vivre plus fidèlement son
Evangile.
Lorsque Elaine L. Jack était présidente
générale de la Société de Secours, elle a
raconté l’histoire suivante:
«Priscilla Samson-Davis, sœur du Ghana,
a connu beaucoup de difficultés. Elle a eu à
franchir de nombreux obstacles. Institutrice,
elle a vu des familles soigner leurs enfants
atteints de la dysenterie et de la malaria, travailler dur, faire tous les jours du troc pour
obtenir un sac de riz, des oignons, des
tomates, tout ce qui pouvait maintenir leurs
êtres chers en vie. Instructrice visiteuse, elle
prend régulièrement le bus pour aller voir
une sœur de l’autre côté de la ville. Quand
on lui a demandé si cette visite n’était pas
trop dure pour elle, étant donné tout ce
qu’elle a à faire, elle a simplement répondu:
‹Ce n’est pas dur. La femme que je visite
ne sait pas lire. Quand j’y vais, je lui lis les
Ecritures.›
«Sa réponse simple témoignait de sa foi
et de son assurance qu’elle était sur la bonne
voie. L’itinéraire du bus était cahoteux,
sinueux et plein de montées et de descentes,
mais aux yeux du Seigneur, il était en fait
droit et resserré, car cette sœur allait dans la
bonne direction. Elle s’occupait des affaires
de son Père» (L’Etoile, juillet 1994, p. 17).
Sélectionner le message
Lorsque vous sélectionnez un message,
rappelez-vous l’instruction suivante: «Les
instructrices visiteuses donnent un enseignement spirituel à l’aide d’un message mensuel.
Les messages qui sont publiés dans l’Ensign
ou dans L’Etoile doivent être utilisés comme
guide et adaptés aux besoins de chaque
sœur» (Manuel d’instructions de l’Eglise,
Tome 2: Dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires, 1999, p. 203). Recherchez l’influence
de l’Esprit lorsque vous lisez le message du
mois avec votre compagne, puis, en vous
aidant de la prière, pensez à toutes les sœurs
que vous instruisez. En plus du message
préparé, vous devez utiliser les Ecritures et
les enseignements des prophètes des derniers
jours comme documents principaux pour
préparer votre message. Vous pouvez compléter ces documents par d’autres publications
de l’Eglise.
147
P a rt i e D : E n s e i g n e r à l a m a i s o n
Préparer le message
Donner le message
Préparez chaque visite d’enseignement aussi soigneusement que vous prépareriez une leçon pour une classe
de l’Eglise. Les suggestions suivantes peuvent vous aider:
Les suggestions suivantes vous aideront à instruire les
sœurs à qui vous rendez visite:
Lisez la leçon. Discutez avec votre compagne de la part
que chacune d’entre vous y prendra.
Suivez les suggestions de la leçon «Elaborer des leçons
à partir de discours de conférence et d’autres sources»,
pages 100–101.
148
Adaptez le message et les méthodes pédagogiques à la
situation, à l’âge et aux intérêts des sœurs à qui vous
rendez visite.
Priez et lisez les Ecritures ensemble chaque fois que c’est
possible. Utilisez les Ecritures chaque fois que la situation
le permet. Apportez-les lors de chaque visite. Utilisez-les
pour répondre aux questions ou pour donner des conseils.
Suivez les inspirations de l’Esprit pendant que vous
enseignez.
Respectez les contraintes horaires des sœurs à qui vous
rendez visite.
Trouvez des moyens de faire participer aux leçons les
sœurs à qui vous rendez visite. Montrez un intérêt sincère
pour ce qu’elles ont à dire.
Témoignez des vérités que vous enseignez. Citez des
exemples montrant comment ces vérités s’appliquent
à la vie quotidienne.
E
ENSEIGNER EN TANT
QUE DIRIGEANT
149
P a rt i e E : E n s e i g n e r e n t a n t q u e d i r i g e a n t
1
DIRIGER C’EST ENSEIGNER
Boyd K. Packer a expliqué
que tous les dirigeants
de l’Eglise sont des instructeurs: «Le prophète est un
instructeur; ses conseillers
sont des instructeurs; les
Autorités générales sont des
instructeurs. Les présidents
de pieu et les présidents
de mission sont des instructeurs; les membres du grand
conseil et les présidents
de collège sont des instructeurs; les évêques sont des
instructeurs; et il en va
de même pour toutes les
organisations de l’Eglise.
L’Eglise va de l’avant,
grâce au pouvoir de l’enseignement qui est accompli»
(Teach Ye Diligently,
édition révisée, 1991,
pp. 3– 4).
150
Lors d’une conférence de la jeunesse de
l’Eglise, un membre adulte a été témoin
d’un exemple inspirant de l’influence que
les dirigeants peuvent avoir lorsqu’ils
enseignent des principes vrais. Il a raconté:
«A la fin de la conférence, il y a eu un
bal. Les musiciens du groupe qui animaient
la soirée sont arrivés torse nu. Sous le
regard des adultes, un groupe de jeunes s’est
approché de l’estrade et a fait quelques
suggestions aux musiciens, qui ont semblé
protester. Peu de temps après, des jeunes
ont amené des chemises, et les musiciens
les ont enfilées à contrecœur.
«Le volume de la musique, fort au début,
ne cessait d’augmenter. Au moment où les
adultes commençaient à se faire du souci, un
groupe de jeunes s’est rassemblé au milieu
de la piste de danse et s’est approché de
l’estrade. Ils ont demandé aux musiciens de
jouer moins fort. Les musiciens ont résisté,
mais les jeunes ont insisté, et les musiciens
ont fini par baisser la musique. Lorsque
la musique a recommencé à être forte, les
jeunes se sont rassemblés et ont affronté à
nouveau les musiciens. Le même cycle s’est
renouvelé une troisième fois. Finalement,
les jeunes se sont dirigés vers le président de
pieu. Ils lui ont dit: ‹Nous pensons que
cette musique n’est pas convenable. Au lieu
de continuer à danser, certains aimeraient
aller dans un autre bâtiment pour faire une
veillée. Nous pouvons le faire nous-mêmes,
mais si les adultes veulent venir, c’est
d’accord.› Le bal a pris fin, et les jeunes gens
et jeunes filles se sont rassemblés dans un
autre bâtiment.
«Par la suite, j’ai demandé au président
de pieu ce qui s’était passé. Il a répondu que
cinq ans plus tôt, l’un des membres du
grand conseil avait déclaré: ‹Si nous voulons
enseigner des principes aux jeunes, nous
devons les définir très clairement. Premièrement, il faut que la présidence de pieu nous
le dise.› Il a fallu un moment pour que la
présidence de pieu détermine clairement les
principes et la manière dont il fallait les
appliquer dans le pieu. Il a fallu encore plus
de temps pour aider le grand conseil à comprendre et à accepter ces principes et encore
davantage pour convaincre les évêques.
Jusque là, les parents et les jeunes avaient
reçu des messages contradictoires, mais à
présent, pour la première fois, les dirigeants
étaient prêts à enseigner ces principes.
«Après cela, ils les ont enseignés, année
après année, à tous les niveaux du pieu.
Ce que j’ai vu ce soir-là lors du bal de cette
conférence de la jeunesse était le résultat
de cet enseignement.
«J’ai appris que les dirigeants peuvent
avoir beaucoup d’influence lorsqu’ils décident consciemment de remplir leurs responsabilités d’instruire les saints. J’ai aussi
appris que les messages contradictoires ne
sont pas efficaces, et qu’il est utile de passer
du temps à édifier sur une base solide ce
qui doit être enseigné. Finalement, j’ai vu
de mes propres yeux la maturité, la sagesse
et le courage moral des jeunes qui ont été
correctement instruits.»
Votre responsabilité de dirigeant est
d’enseigner l’Evangile
L’enseignement est l’un des moyens par
lesquels vous pouvez le mieux remplir vos
responsabilités de dirigeant de l’Eglise (voir
le Manuel d’instructions de l’Eglise, Tome 2:
Dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires,
1999, pp. 305–307). Gordon B. Hinckley
a enseigné: «Un enseignement efficace est
l’essence même de la manière de diriger
dans l’Eglise» («How to Be a Teacher When
Your Role as a Leader Requires You to
Teach», Réunion de bureau des Autorités
générales, 5 février 1969; cité par Jeffrey
R. Holland à la conférence générale d’avril
1998, L’Etoile, juillet 1998, p. 28).
Le Seigneur est l’exemple suprême du
dirigeant qui enseigne. «Jésus parcourait
toutes les villes et les villages, enseignant
dans les synagogues, prêchant la bonne
nouvelle du royaume» (Matthieu 9:35).
Boyd K. Packer a souligné: «Le Seigneur est
notre exemple. Il serait difficile de décrire
le Seigneur comme un cadre. Laissez-moi
vous répéter cela. Il serait difficile de décrire
le Seigneur comme un cadre. C’était un
P a rt i e E : E n s e i g n e r e n t a n t q u e d i r i g e a n t
pédagogue! C’est l’idéal, le modèle» (séminaire des représentants régionaux, 6 avril 1984).
Les Ecritures contiennent de nombreux récits d’autres
dirigeants qui ont enseigné l’Evangile. Adam et beaucoup
de ses descendants ont été «des prédicateurs de justice [qui]
parlaient et prophétisaient, et appelaient tous les hommes
de partout à se repentir.» Grâce à leur prédication, «la foi
était enseignée aux enfants des hommes» (Moïse 6:23).
Les premiers apôtres servaient «chaque jour, dans le temple
et dans les maisons [et] ils ne cessaient d’enseigner, et
d’annoncer la bonne nouvelle de Jésus-Christ» (Actes 5:42).
Le roi Mosiah a témoigné: «Et j’ai moi-même travaillé de
tout le pouvoir et de toutes les facultés que je possédais
pour vous enseigner les commandements de Dieu et pour
établir la paix dans tout le pays» (Mosiah 29:14).
Comment enseigner en tant que dirigeant
Montrer le bon exemple
En tant que dirigeant, vous enseignez l’Evangile par votre
façon de vivre. Vous devez garder les commandements, être
bon et être un fidèle serviteur du Seigneur et de ceux que
vous dirigez. En donnant le bon exemple, vous renforcez les
autres dans leur détermination de vivre l’Evangile.
Obéir aux règles et aux directives de l’Eglise
En obéissant fidèlement aux règles de la direction de
l’Eglise, vous instruisez tous ceux qui œuvrent à vos côtés.
Vous aidez d’autres personnes à apprendre à accomplir
leurs devoirs. Par exemple, les dirigeants de la Prêtrise
de Melchisédek qui ont des entretiens réguliers avec les
instructeurs au foyer montrent la façon de procéder.
Parler directement des principes de l’Evangile
Les dirigeants ont régulièrement de nombreuses occasions
d’enseigner l’Evangile. Il s’agit, entre autres, des réunions
de dirigeants (voir page 152) et des entretiens (voir page 153).
Vous verrez que d’autres occasions se présenteront spontanément lorsque vous agirez en tant que dirigeant et lors de
vos contacts avec autrui.
Alors qu’il était jeune évêque et imprimeur, Thomas
S. Monson a souvent travaillé aux côtés de J. Reuben Clark,
fils, alors membre de la Première Présidence. Lorsqu’ils
travaillaient ensemble, frère Clark saisissait souvent les
occasions d’enseigner l’Evangile. Des années plus tard, frère
Monson a raconté l’une de ces occasions qui a eu une
grande influence sur lui:
«[Frère Clark m’a demandé] de lire à haute voix le récit de
Luc sur l’homme atteint de la lèpre. Il m’a ensuite demandé
de continuer de lire dans Luc le récit sur l’homme paralysé
et sur la manière hardie dont il a été amené au Seigneur,
qui l’a guéri. Frère Clark a sorti un mouchoir de sa poche et
il s’est essuyé les yeux. Il a déclaré: ‹Avec l’âge, on pleure
plus souvent.› Après quelques mots de salutation, j’ai quitté
son bureau et je l’ai laissé seul avec ses pensées et ses larmes.
«Tard, un soir, je lui ai apporté des épreuves de l’imprimerie, à son bureau chez lui, à Salt Lake City. Frère Clark
était en train de lire l’Ecclésiaste, et il était calme et réfléchi.
Il s’est assis dernière son grand bureau, qui était couvert
de livres et de papiers. Il a pris ses Ecritures, a levé les yeux
du texte et a lu à voix haute: ‹Ecoutons la fin du discours:
crains Dieu et observe ses commandements. C’est là ce que
doit tout homme› (Ecclésiaste 12:15). Il s’est exclamé: ‹Une
vérité précieuse! Une grande philosophie!›
«Quelle bénédiction j’ai eue d’apprendre quotidiennement d’un si grand instructeur... Sachant que j’avais
été nouvellement appelé comme évêque d’une paroisse
difficile, il a mis l’accent sur le fait que je devais connaître
les membres, comprendre leur situation et veiller à leurs
besoins.
«Un jour, il a parlé du récit dans lequel le Sauveur a
ramené le fils de la veuve de Naïn à la vie, tel que nous le
trouvons dans l’évangile de Luc. Lorsqu’il a refermé sa
Bible, j’ai remarqué qu’il pleurait. D’une voix douce, il a dit:
‹Tom, soyez bon avec la veuve et prenez soin des pauvres›»
(Inspiring Experiences that Build Faith, 1994, pp. 233–234).
Diriger dans l’Eglise consiste à enseigner et, pour devenir un meilleur dirigeant, il faut apprendre à enseigner
de manière plus efficace... que l’on se trouve en chaire,
dans une réunion de dirigeants ou dans un entretien en
tête à tête.
151
P a rt i e E : E n s e i g n e r e n t a n t q u e d i r i g e a n t
2
ENSEIGNER PENDANT LES
RÉUNIONS DE DIRIGEANTS
Le Seigneur a dit: «Et maintenant, voici,
je vous donne le commandement de vous
instruire et de vous édifier les uns les autres
lorsque vous êtes assemblés, afin de savoir
comment agir et diriger mon Eglise, comment agir concernant les points de la loi et
des commandements que j’ai donnés. Et
c’est ainsi que vous deviendrez instruits dans
la loi de mon Eglise et sanctifiés par ce que
vous avez reçu, et vous vous engagerez à agir
en toute sainteté devant moi» (Doctrine et
Alliances 43:8–9).
Faisant référence à cette révélation,
Jeffrey R. Holland a déclaré: «Que les
réunions administratives soient pour ‹vous
instruire et vous édifier›, comme le disent
les révélations, pour que même dans ces
réunions nous puissions être instruits ‹d’en
haut›» (L’Etoile, juillet 1998, p. 29; voir aussi
Doctrine et Alliances 43:16).
Le temps prévu pour les réunions de
dirigeants étant limité, il faut soigneusement planifier le temps accordé aux
enseignements. Dans certaines réunions,
l’enseignement peut être une courte pensée
spirituelle au début de la réunion. Dans
d’autres réunions, un ou plusieurs participants peuvent avoir reçu pour tâche de
mener une étude de groupe sur un sujet
donné. Ceux qui reçoivent ces tâches
doivent utiliser les principes et méthodes
pédagogiques recommandés dans ce livre.
Décider de ce que l’on va enseigner
Lors de la préparation des réunions de
dirigeants qui comprendront des enseignements détaillés, les dirigeants chargés de
la réunion doivent déterminer, à l’aide de
la prière, ce qui doit être enseigné et qui
doit dispenser cet enseignement. Ils peuvent
choisir des sujets sur la doctrine ou sur le
gouvernement de l’Eglise et les devoirs des
personnes assemblées. Le Seigneur a déclaré:
152
«Je vous donne le commandement de
vous enseigner les uns aux autres la doctrine
du royaume. Enseignez diligemment, et ma
grâce vous accompagnera, afin que vous
soyez instruits plus parfaitement de la théorie, des principes, de la doctrine, de la loi de
l’Evangile, de tout ce qui a trait au royaume
de Dieu, qu’il est opportun que vous compreniez» (Doctrine et Alliances 88:77–78).
Les Ecritures constituent la documentation de base pour l’étude dans les réunions
de dirigeants. Le Seigneur a donné le conseil
suivant: «Je te donne le commandement
d’avoir confiance dans les choses qui sont
écrites. Car c’est là que sont écrites toutes
choses concernant les fondements de mon
Eglise, de mon Evangile et de mon roc»
(Doctrine et Alliances 18:3–4). Vous pouvez
également consulter le Manuel d’instructions
de l’Eglise, les discours de conférence générale et les autres enseignements des prophètes des derniers jours (vous pouvez obtenir de l’aide pour créer des leçons à partir de
ces documents dans «Elaborer des leçons à
partir de discours de conférence et d’autres
sources», pp. 100–101).
Favoriser la présence de l’Esprit
par le recueillement
Nous pouvons enseigner et apprendre
l’Evangile et être édifiés ensemble lorsque
l’Esprit est présent (voir Doctrine et Alliances
42:14; 50:17–24). Nous pouvons favoriser la
présence de l’Esprit en faisant preuve de
recueillement (voir «Favorisez la présence de
l’Esprit lorsque vous enseignez», pp. 45–46;
«Recueillement» pp. 82–83). Lors des réunions de dirigeants, ceux qui président et
qui dirigent peuvent inciter au recueillement
en s’asseyant à l’avance. Par leur comportement, ils peuvent donner le ton de la réunion. Les autres dirigeants qui assistent à ces
réunions peuvent aussi venir en avance, apporter leurs Ecritures, leur manuel et le matériel nécessaire pour prendre des notes, et ils
peuvent se préparer en silence et par la prière.
La prière faite au début de la réunion de
dirigeants peut contribuer à créer une atmosphère de recueillement et à favoriser la
présence de l’Esprit. Une pensée spirituelle
est aussi une bonne occasion d’enseigner et
d’apprendre des principes de l’Evangile. Dans
certaines réunions de dirigeants, un prélude
musical et des cantiques appropriés chantés
au cours de la réunion peuvent préparer
le cœur et l’esprit des personnes présentes.
P a rt i e E : E n s e i g n e r e n t a n t q u e d i r i g e a n t
«Amassez... dans votre esprit les paroles
de vie» (D&A 84:85)
3
ENSEIGNER LORS
DES ENTRETIENS
Thomas S. Monson a raconté l’histoire
suivante:
«Lorsque j’approchais de mon dix-huitième anniversaire..., j’ai été recommandé
pour recevoir la Prêtrise de Melchisédek.
C’était à moi de téléphoner à mon président
de pieu, Paul C. Child, pour prendre rendezvous pour un entretien. Il aimait et comprenait les Saintes Ecritures. Il voulait que
tous les autres les aiment et les comprennent
comme lui. Des personnes m’ayant parlé
de ses entretiens assez poussés et profonds,
notre conversation téléphonique s’est
déroulée à peu près comme ceci:
«‹Bonjour frère Child. Tom Monson à
l’appareil. L’évêque m’a demandé de vous
appeler pour prendre rendez-vous avec
vous pour un entretien.›
«‹Bien, frère Monson. Quand pouvezvous venir me voir?›
«Sachant que la réunion de Sainte-Cène
commençait à dix-huit heures, et souhaitant
qu’il ne teste ma connaissance des Ecritures
qu’au minimum, j’ai suggéré: ‹Que pensezvous de dimanche à dix-sept heures?›
«Il a répondu: ‹Oh, frère Monson, cela
ne nous laisserait pas suffisamment de temps
pour étudier les Ecritures. Pourriez-vous
venir à quatorze heures et apporter vos
Ecritures annotées et référencées.›» (Inspiring
Experiences that Build Faith, 1994, p. 193).
Le jeune Thomas Monson a compris
qu’un entretien avec le président de
pieu était plus qu’un simple ‹entretien›;
c’était une occasion d’étudier l’Evangile.
Principes à suivre pour enseigner
pendant les entretiens
Si vous faites des entretiens, les principes
suivants peuvent vous aider.
Souvenez-vous que le Seigneur connaît
les membres avec qui vous vous réunissez.
Il connaît leurs besoins, leurs soucis, leurs
forces et leurs faiblesses. L’Esprit vous inspirera et vous instruira souvent quand vous
vous préparerez à aider des personnes et des
familles.
Le Seigneur a déclaré: «Amassez continuellement dans votre esprit les paroles
de vie, et la part qui sera attribuée à tout
homme vous sera donnée à l’heure même»
(Doctrine et Alliances 84:85). Lorsque vous
étudiez les Ecritures, soyez ouvert à la possibilité que certains passages puissent être exactement ce que quelqu’un a besoin d’entendre lors d’un entretien. Un évêque a raconté
une expérience qui illustre cette vérité:
«Un lundi matin, je lisais un passage des
Doctrine et Alliances sur le repentir et le pardon. La vérité divine a inondé mon esprit
et mon cœur, et m’a éclairé en particulier sur
l’importance de se pardonner à soi-même.
Je n’avais jamais pensé que la vérité ‹Moi, le
Seigneur, je pardonne à qui je veux pardonner, mais de vous il est requis de pardonner
à tous les hommes› (Doctrine et Alliances
64:10) pouvait s’appliquer à soi-même.
«J’ai terminé ma lecture ce matin-là et
je suis allé au travail. Le soir, j’ai eu un entretien avec un couple dont le mariage allait
mal. Alors que nous discutions, la sœur a
expliqué que lorsqu’elle était jeune, elle avait
enfreint une loi civile et qu’à l’époque elle
aurait pu être condamnée par le tribunal.
Trente ans avaient passé, et ce qu’elle avait
fait n’avait pas de conséquence sur sa vie
actuelle, mais elle ressentait toujours le fardeau de la culpabilité. Ce verset des Doctrine
et Alliances m’est venu immédiatement en
tête et il a permis de calmer une âme troublée. Cela a été pour moi un témoignage
que l’étude quotidienne des Ecritures nous
apporte rapidement des bénédictions.»
Témoignez des Ecritures et des principes
qu’elles enseignent
Puisque vous vous appuyez sur les
Ecritures pour mener vos entretiens, vous
devez en rendre témoignage. Vous pouvez
aussi raconter des expériences pour montrer
en quoi le principe dont vous avez parlé
a été une bénédiction pour vous et pour
d’autres personnes.
153
P a rt i e E : E n s e i g n e r e n t a n t q u e d i r i g e a n t
4
LORSQUE DES DIRIGEANTS
INSTRUISENT
DES INSTRUCTEURS
Si vous êtes dirigeant dans l’Eglise, l’une
de vos plus grandes responsabilités est
d’enseigner leurs devoirs aux instructeurs
de votre organisation et de les guider dans
leurs efforts pour s’améliorer. Il vous arrive
de le faire lors des réunions de dirigeants
(voir p. 152) et lors des réunions de perfectionnement pédagogique; parfois, il est
nécessaire que vous enseigniez lors d’une
discussion en tête-à-tête. Les efforts que
vous faites pour remplir ce devoir peuvent
avoir une grande influence sur la qualité
de l’instruction dans l’Eglise.
Vous trouverez des renseignements sur la
manière de guider chaque instructeur à la
section «Comment enseigner et diriger dans
l’Eglise» du Manuel d’instructions de l’Eglise,
pages 305–306, et aux pages 4–6 de Améliorer la qualité de l’enseignement de l’Evangile,
guide du dirigeant. Voici cinq suggestions
pour apprendre à guider de la manière mentionnée dans ces manuels.
Aimez tous les instructeurs
d’un amour pur
Nous avons parfois tendance à critiquer
et à croire que si nous montrons leurs erreurs
aux gens, ils voudront changer. C’est rarement vrai. La critique met en général les gens
sur la défensive et entraîne le découragement. Les instructeurs seront plus réceptifs à
vos conseils s’ils ressentent l’amour pur du
Christ que vous avez pour eux et s’ils ressentent que vous voulez vraiment les aider. Une
sœur qui est devenue une bonne dirigeante
auprès des instructrices a eu, au début de
son service dans l’Eglise, une expérience qui
lui a enseigné ce principe. Cette expérience
a changé pour toujours sa conception de
l’enseignement:
«Lorsque j’étais jeune mariée, j’ai été
appelée pour améliorer l’enseignement à la
154
Société de Secours. Je ne l’ai pas compris à
l’époque, mais je me souciais trop de la tâche
et pas assez de l’instructrice dont j’observais
la classe. Je lui ai dit, tel quel: ‹Voilà comment vous auriez dû faire.› La réaction que
j’ai reçue n’a pas été exprimée exactement
en ces mots, mais elle était très claire: ‹Alors,
faites-le vous-même. Si je ne fais pas comme
vous croyez que je devrais, faites le donc
vous-même.› J’ai appris à ce moment précis
que ce qui me manquait, c’était l’amour.
Je ne l’aimais pas assez. Je ne la respectais
pas assez.»
Mettez l’accent sur les points forts
des instructeurs
Les gens ont tendance à aimer faire ce
qu’ils pensent bien faire. Contrairement aux
critiques, vos compliments sincères peuvent
encourager les instructeurs et les aider à
s’améliorer.
Si vous aimez les instructeurs avec qui
vous servez, vos compliments seront
sincères. Vous trouverez beaucoup de compliments à faire parce que chaque instructeur possède des qualités qui valent la peine
d’être remarquées. Un instructeur peut
avoir une bonne voix, avoir du talent pour
conduire une discussion ou une bonne
compréhension des Ecritures ou de l’histoire
de l’Eglise. Un autre peut être organisé
et un autre peut posséder un témoignage
humble et puissant.
Vous devez faire des compliments précis.
Par exemple, vous pourriez dire à un instructeur: «J’ai trouvé que l’image du Sauveur
que vous avez montrée a bien appuyé votre
message» ou «votre témoignage à la fin de
la leçon m’a permis de ressentir l’Esprit» ou
«j’aime la façon dont vous avez traité cette
question difficile». Les commentaires précis
sont en général plus encourageants que
ceux d’ordre général parce qu’ils montrent
que vous vous êtes suffisamment intéressé
pour observer avec attention.
Vous aurez beaucoup d’occasions de
montrer les points forts des instructeurs.
Vous pourrez le faire lors des réunions
de perfectionnement pédagogique et lorsque
vous avez un entretien individuel avec les
instructeurs (voir «Obtenez le soutien de
vos dirigeants», p. 28). Mais il n’est pas
nécessaire que vous attendiez ces occasions.
Vous pouvez faire ces compliments après
une classe, dans le couloir, dans un message
écrit ou par téléphone. Vous pouvez même
P a rt i e E : E n s e i g n e r e n t a n t q u e d i r i g e a n t
faire un compliment devant les élèves si cela ne gêne pas
l’instructeur.
Respectez le potentiel divin de chaque instructeur
En plus de reconnaître les compétences actuelles de
chaque instructeur, vous devez reconnaître son potentiel
divin. Les instructeurs sont des enfants d’esprit de notre
Père céleste et ils ont des capacités infinies. Avec un suivi
attentif de votre part et s’ils se consacrent humblement
à leur tâche, ils peuvent s’améliorer et cultiver leurs talents
et leurs compétences.
Permettez aux instructeurs d’élaborer
leur propre plan de perfectionnement
Si les instructeurs savent que vous les aimez et que vous
appréciez leurs efforts, ils vous demanderont plus facilement
de l’aide. Lors de vos discussions, aidez-les à élaborer leur
propre plan de perfectionnement. Cette façon de procéder
respecte le principe qui précise que les instructeurs (et dans
ce cas, les dirigeants) doivent aider les autres à prendre en
charge leur propre apprentissage et leur propre développement (voir «Aider chacun à assumer la responsabilité
d’apprendre l’Evangile», pp. 61–62). Les gens apprennent
toujours le mieux et progressent le plus lorsqu’ils en prennent l’initiative. En général, il vaut mieux que les instructeurs progressent lentement en suivant leur propre plan
plutôt que d’être poussés par leurs dirigeants pour progresser
plus rapidement (voir «Planifiez l’amélioration de votre
enseignement», pp. 24–27).
Corrigez avec humilité et amour et
sous l’inspiration du Saint-Esprit
Bien qu’il vaille généralement mieux laisser les instructeurs élaborer leur propre plan de perfectionnement, il peut
arriver que vous deviez apporter des corrections. Si c’est le
cas, faites-le avec douceur et gentillesse. Souvenez-vous que
vous ne devez corriger que «sous l’inspiration du Saint-Esprit»
et que vous devez ensuite redoubler d’amour (Doctrine et
Alliances 121:43). L’histoire suivante illustre ces principes
importants:
«Un jour, en tant que membre de l’épiscopat, j’ai reçu
la tâche de visiter les collèges de la Prêtrise d’Aaron. J’ai été
très ennuyé lors de ma première visite à une réunion du
collège. Le consultant a donné une excellente leçon, puis il
a gâché tout le bien qu’il avait fait en disant: ‹Enfin, c’est ce
qu’on nous enseigne, mais ce n’est pas la réalité›. Cela m’a
beaucoup troublé, et sans critiquer le consultant, j’ai rendu
mon témoignage, m’assurant que les jeunes avaient bien
compris. Quelques semaines plus tard, il a recommencé.
Cette fois-ci, après une bonne leçon, il a remis en question
l’importance d’obéir strictement au principe qu’il venait
d’enseigner.
«J’ai attendu quelques jours et je lui ai demandé si je
pouvais venir le voir. J’ai jeûné et prié avant d’y aller. Je
ressentais beaucoup d’amour pour cet homme et j’ai veillé
à n’avoir aucun mauvais sentiment envers lui. Après avoir
parlé des jeunes gens du collège, je lui ai dit que j’étais
inquiet de certaines de ses réflexions qui n’étaient pas exactement celles que le manuel de leçons nous demandait
d’enseigner. Je lui ai dit que les jeunes gens étaient à un âge
idéaliste et qu’ils avaient besoin de comprendre cet idéal
pour pouvoir s’efforcer de l’atteindre. Les larmes aux yeux,
il a commencé à me raconter les difficultés qu’il avait rencontrées dans sa vie qui l’avaient conduit à dire ce qu’il
avait dit. Au cours de cette discussion, nous sommes devenus
très proches. Non pas la semaine suivante mais quelques
semaines plus tard il a mentionné en classe que ce qu’il avait
enseigné auparavant était faux, et il a présenté des excuses.
Je pense que c’est grâce à l’amour et à l’Esprit du Seigneur
que ce remarquable changement de cœur a été possible.
Il est inutile de dire que les talents d’instructeur de ce frère
se sont améliorés régulièrement.»
155
F
MÉTHODES PÉDAGOGIQUES
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
MÉTHODES PÉDAGOGIQUES
Cette partie de L’Enseignement, pas de plus grand appel présente de nombreuses façons
différentes d’enseigner l’Evangile. Ces méthodes sont indiquées dans l’ordre alphabétique. Vous devez choisir ces méthodes soigneusement, en gardant à l’esprit les
principes que vous enseignez et les besoins des élèves. En choisissant les méthodes,
relisez l’information des leçons «Un enseignement diversifié» (pages 89–90), «Choix
de méthodes adaptées» (page 91), et «Choix de méthodes efficaces» (page 92).
Méthode
Page
Activités de dessin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
Activités pour capter l’attention . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
Aides visuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
Ateliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
Boîtes à rouleaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
Cartes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
Chante-une-histoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
Chants et narration (Chante-une-histoire) . . . . . . . . 161
Comparaisons et leçons de choses . . . . . . . . . . . . . . . 162
Cours magistral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
Débats scindés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
Démonstrations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
Dioramas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
Discussions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Documentation audiovisuelle
(cassettes vidéo et audio) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Écritures, aides à l’étude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Écritures, enseignement avec les. . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Écritures, lecture à haute voix. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Écritures, marquage et annotations dans la marge . . 166
Écritures, mémorisation des . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Études de cas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
Feuilles d’activité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
Feuilles de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
Méthode
Page
Figurines en papier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
Histoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
Illustrations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
Jeux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
Jeux de rôles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
Leçons de choses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
Lectures en chœur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
Marionnettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
Mémorisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
Mise en application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
Musique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
Orateurs extérieurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
Poèmes de détente. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
Questions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
Récitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
Rétroprojecteurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
Séances de remue-méninges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
Sketches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
Tableau de flanelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
Tableaux blancs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
Tableaux noirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
Tables rondes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
Techniques d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
Théâtre de lecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
ACTIVITÉS DE DESSIN
Pour aider les élèves à comprendre les principes de
l’Evangile on peut, entre autres, leur faire faire des dessins.
Le dessin leur permet de faire des découvertes et d’exprimer
ce qu’ils ont compris et ce qu’ils ressentent au sujet
des histoires et des principes de l’Evangile commentés.
Exemples d’activités de dessin
Demandez aux élèves de faire des dessins qui ont trait
au thème de la leçon. Par exemple, vous pouvez leur
demander de dessiner leur maison, leur famille, une fête,
la dîme ou la préparation pour aller au temple.
Demandez aux élèves de faire une peinture murale ou
une chronologie ayant trait à la leçon. Demandez-leur de
travailler ensemble sur une longue feuille de papier.
Racontez une histoire. Demandez ensuite aux élèves de
faire un dessin qui exprime leur version de cette histoire.
Après avoir raconté une histoire, demandez à chaque
personne de faire un dessin sur une partie précise de
l’histoire. Demandez aux élèves d’utiliser leurs dessins
pour raconter de nouveau l’histoire. Vous pouvez assembler les dessins pour les exposer ensemble (voir «Boîtes
à rouleaux», pp. 161).
Chantez ou écoutez un cantique ou un chant de la
Primaire. Demandez à vos élèves de faire un dessin
représentant ce qu’ils pensent ou ce qu’ils ressentent
lorsqu’ils écoutent ce cantique ou ce chant.
Directives pour diriger une activité de dessin
Lorsque vous demandez à des personnes de dessiner
pendant la leçon, veillez à ce que l’activité ait un lien avec
les principes que vous enseignez. Ne laissez cependant pas
l’activité devenir le point central de la leçon. Veillez à ce
que l’activité soit suffisamment simple pour que les élèves
puissent la terminer rapidement. Assurez-vous que tout le
matériel nécessaire est prêt.
Encouragez les à utiliser leur imagination pendant qu’ils
dessinent. Essayez de ne pas pousser les élèves à dessiner
d’une façon précise. Lorsqu’ils dessinent, félicitez-les de la
même façon. Si vous ne savez pas ce que représente le dessin
d’un élève, ne lui demandez pas «Qu’est-ce que tu dessines?»
Demandez simplement: «Parle-moi de ton dessin.»
De temps en temps, vous pouvez utiliser les coloriages de
L’Ami. Lorsque des enfants colorient des images du Sauveur,
rappelez-leur qu’ils doivent faire preuve de respect et de
recueillement.
Le moment de poursuivre la leçon venu, vous pouvez
demander à vos élèves de parler de leur dessin aux autres.
Demandez-leur quel est le lien entre leur dessin et la leçon.
Invitez-les à exprimer leurs sentiments au sujet de ce qu’ils
ont dessiné. Il est parfois utile d’afficher les dessins pendant
le reste de la leçon.
Si vous instruisez une classe à l’Eglise, encouragez les
élèves à montrer leur dessin à leur famille. Cela les aidera à
se souvenir de ce qu’ils ont appris. Cela donnera aussi une
occasion aux parents de discuter des principes de l’Evangile
avec leurs enfants.
ACTIVITÉS POUR CAPTER L’ATTENTION
Il faut utiliser des activités pour capter l’attention afin de
susciter l’intérêt des élèves et de les aider à être attentifs au
sujet de la leçon. Elles doivent être brèves et mener directement à la leçon. On les utilise le plus souvent au début de la
leçon, mais on peut aussi les utiliser pour attirer l’attention
des élèves pendant la leçon et pour faciliter la transition entre
deux parties de la leçon. Beaucoup de leçons des manuels de
l’Eglise contiennent des suggestions d’activités pour capter
l’attention.
Vous trouverez des suggestions sur la manière d’utiliser
et de créer des activités pour capter l’attention à «Comment
introduire la leçon», page 93, et «Comment aider les élèves
à être attentifs», pages 71–72.
AIDES VISUELLES (voir aussi ILLUSTRATIONS)
Nous apprenons par tous nos sens. Dans le cadre d’un
enseignement formel, nous avons tendance à nous appuyer
beaucoup sur la parole. Cependant, les instructeurs qui
souhaitent développer la capacité de compréhension et
d’apprentissage des élèves apprendront à se servir aussi des
aides visuelles. La plupart des personnes apprendront et se
souviendront mieux des idées que vous leur présenterez en
utilisant des images, des cartes, des groupements de mots, et
d’autres aides visuelles, au lieu de vous contenter de parler.
Les exemples suivants montrent certaines choses que
vous pouvez accomplir avec des aides visuelles.
Clarifier les relations entre des idées, des gens ou des lieux
Une instructrice de la Société de Secours voulait aider les
sœurs à mieux comprendre en quoi Romains 5:3–4 montrait
le rapport entre les tribulations et l’espérance. Elle a fait un
schéma simple:
Espérance
Expérience
Patience
Tribulations
159
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Elle a ensuite demandé aux sœurs de discuter de la question de savoir en quoi les tribulations entraînent la patience,
leur demandant de donner des exemples précis tirés de leur
propre vie. En continuant leur étude de ce schéma simple,
les sœurs ont compris le rôle des tribulations, de la patience,
de l’expérience et de l’espérance dans leur vie.
Une classe d’Ecole du Dimanche étudiait l’histoire du
chemin Emmaüs (voir Luc 24:1–35). L’instructeur a pris une
carte des Ecritures pour aider les élèves à comprendre la
distance séparant Jérusalem d’Emmaüs. Il a ensuite pris une
carte de leur propre ville et leur a montré une distance
similaire entre deux endroits familiers. Cela a aidé les élèves
à comprendre approximativement combien il faudrait de
temps pour faire le chemin à pied, ce qui leur a permis de
mieux apprécier ce qui s’est passé lors de la conversation
entre les disciples et Jésus.
bonheur visuellement. Le fait de voir un schéma de la vie
prémortelle, de la vie terrestre, de la vie après la mort, du
jugement et des trois royaumes de gloire est utile pour nous
permettre de comprendre le déroulement du plan.
Les aides visuelles peuvent aider les élèves à mieux comprendre des principes abstraits. Par exemple, vous pouvez
représenter le pouvoir médiateur de l’expiation du Christ
par l’illustration suivante:
E X P I AT I O N
Po n t
Dans notre état déchu,
nous sommes impurs.
Rien d’impur ne peut
demeurer auprès de Dieu.
Transmettre une émotion et une confirmation spirituelle
Un instructeur s’est servi du tableau noir pour expliquer
Doctrine et Alliances 84:88 à une classe de missionnaires.
Il voulait que les missionnaires ressentent que l’influence
du Seigneur pouvait les entourer. Il a illustré chaque groupe
de mots de l’Ecriture de la manière suivante:
(1) Et là où quiconque
vous reçoit
je serai aussi,
(2) car j’irai devant
votre face.
(5) et mon Esprit
sera dans
votre cœur,
(3) Je serai
à votre droite
(4) et à votre gauche,
(7) pour vous soutenir.
(6) et mes anges seront
tout autour de vous,
Cette simple organisation des paroles de cette Ecriture
a permis aux missionnaires de ressentir profondément la
promesse de protection du Seigneur. Un débat intéressant a
suivi lorsqu’il a été demandé aux missionnaires de parler
de leurs craintes concernant l’œuvre missionnaire et de leur
confiance en la promesse du Seigneur de les aider.
Aider les élèves à comprendre l’ordre des événements
Les aides visuelles peuvent aider vos élèves à comprendre
l’ordre de certains événements. Par exemple, une ligne du
temps peut aider les élèves à comprendre l’ordre des événements lorsqu’ils étudient des sujets comme le ministère
de Jésus, les voyages missionnaires de Paul ou l’histoire des
débuts de l’Eglise.
Aider les élèves à se souvenir
On peut renforcer une leçon sur l’importance d’aider
les pauvres et les nécessiteux en utilisant l’image du Christ
et du jeune homme riche. Sur cette image, le Sauveur
a conseillé au jeune homme d’aider les nécessiteux en lui
disant: «Va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres,
et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi»
(Marc 10:21). Cette image peut aider les élèves à se souvenir
d’aider les nécessiteux.
ATELIERS
Les ateliers sont des endroits où divers instructeurs organisent des activités pédagogiques. Les élèves sont répartis en
groupes égaux qui passent d’un atelier à l’autre. A chaque
atelier, une personne dirige une activité pédagogique et
reste sur place pour faire la même activité ou démonstration
avec chaque groupe qui vient à son atelier.
La personne qui dirige chaque atelier doit regarder l’heure
pour veiller à ce que les groupes passent autant de temps
à chaque activité pédagogique. Vous pouvez mettre de la musique pour signaler que les groupes doivent changer d’atelier.
Prévoyez le temps nécessaire pour résumer l’expérience
avec toute la classe.
Exemples d’ateliers
Exposez des objets en rapport avec un sujet précis et
demandez aux élèves de parler de ces objets. Par exemple,
vous pouvez avoir des ateliers sur la production et les
réserves au foyer, les réserves d’eau, les sources d’énergie
et les sacs d’urgence.
Demandez aux instructeurs des divers ateliers de discuter
des aspects des relations familiales, par exemple du rôle
des parents, de la discipline ou de la communication.
Aider les élèves à comprendre les principes
Lorsque les élèves peuvent visualiser des suites d’Ecritures, ils en comprennent souvent mieux les principes.
La plupart des membres de l’Eglise ont appris le plan du
160
Grâce au pouvoir
médiateur de l’expiation de
Jésus-Christ, nous pouvons
être réconciliés avec Dieu.
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Demandez à chaque responsable d’atelier d’incarner un
personnage des Ecritures. Demandez-lui d’expliquer
en quoi ce personnage est un bon exemple de fidélité
à l’Evangile.
Les enfants peuvent utiliser des petites boîtes, des crayons,
et de longues bandes de papier pour faire leur propre boîte
à rouleaux.
Organisez des ateliers d’activités manuelles, de jeux ou
d’activités simples d’enfants pionniers.
CARTES
BOÎTES À ROULEAUX
Comme on peut le voir sur l’image ci-dessus, une boîte
à rouleaux est un récipient utilisé pour exposer des images
qui ont été assemblées sur un rouleau. Cet outil pédagogique est un moyen amusant de montrer des illustrations
aux enfants, surtout s’ils les ont dessinées eux-mêmes.
On peut utiliser des boîtes à rouleaux pour montrer
différents aspects d’un principe de l’Evangile, par exemple
différentes manières de sanctifier le jour du sabbat. On peut
aussi les utiliser pour montrer une histoire des Ecritures ou
de l’histoire de l’Eglise.
Vous pouvez trouver des cartes dans le Guide des Ecritures,
les manuels et les magazines de l’Eglise et à la bibliothèque
de votre unité.
Comment utiliser des cartes
Vous pouvez utiliser des cartes au cours des leçons en:
Demandant aux élèves de situer des villes mentionnées
dans les récits que vous étudiez dans les Ecritures ou
dans l’histoire de l’Eglise.
Dessinant des cartes simples au tableau.
Situant des lieux précis, par exemple les pays où il y a des
missionnaires à plein temps ou des temples.
CHANTE-UNE-HISTOIRE
Voir «Chants et narration (Chante-une-histoire)»,
pages 161–162.
CHANTS ET NARRATION (CHANTE-UNE-HISTOIRE)
Comment fabriquer une boîte à rouleaux
1. Découpez une ouverture sur le côté d’une grande boîte
ou d’un carton. L’ouverture doit permettre à une image
d’apparaître en une fois.
2. Coupez deux bâtons environ 15 centimètres plus longs
que la largeur de la boîte. Vous pouvez utiliser des
manches de balai ou des tubes de rouleaux de papier
aluminium.
3. Faites deux trous pour passer les bâtons de chaque côté
de la boîte, comme le montre l’illustration de la page 178.
4. Enfilez les bâtons dans les trous.
5. Donnez à chaque enfant une feuille de papier et des
crayons ou des crayons de couleur. Demandez à chaque
enfant de dessiner un aspect différent d’un principe de
l’Evangile ou une partie d’une histoire. Une fois dessinées,
collez ensemble les images dans le bon ordre pour qu’elles
forment un rouleau. Vous pouvez aussi demander aux
enfants de dessiner sur des parties différentes d’une longue
feuille de papier.
6. Fixez les extrémités du rouleau aux bâtons.
Vous pouvez utiliser des chants en même temps qu’une
narration pour raconter une histoire ou transmettre un
message de l’Evangile qui se rapporte à une leçon. Cette
méthode est parfois nommée Chante-une-histoire. Pendant
cette activité, la plus grande partie de l’histoire ou du
message est exprimée par des chants que les membres de la
famille ou les élèves chantent. Une brève narration fait le
lien entre les différents chants.
Vous pouvez aussi combiner chants et narration pour
préparer un spectacle ou d’autres présentations.
Exemple de chants associés à une narration
La combinaison suivante de chants et de narration peut
être utilisée dans une leçon sur la reconnaissance:
Narration: Dieu aime beaucoup ses enfants. L’une des
façons qu’il a utilisées pour nous démontrer son amour a été
de créer la terre. Le psaume 136 nous enseigne qu’il faut
exprimer notre reconnaissance envers le Seigneur pour la
création de la terre:
«Louez le Seigneur des seigneurs, ...
«Celui qui seul fait de grands prodiges, ...
«Celui qui a fait les cieux avec intelligence, ...
«Celui qui a étendu la terre sur les eaux, ...
«Celui qui a fait les grands luminaires, ...
«Le soleil pour présider au jour,...
«La lune et les étoiles pour présider à la nuit,»
(versets 3–9).
161
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Cantique: «Pour la terre et sa beauté» (Cantiques, no 43)
Narration: La terre que le Seigneur a créée pour pourvoit
abondamment à tous nos biens. Nous devons louer Dieu
pour les bénédictions que nous recevons à foison.
Cantique: «Vous, fidèles» (Cantiques, no 48)
Narration: Nous devons tous exprimer notre plus
profonde reconnaissance au Seigneur pour son expiation
qui peut nous purifier de nos péchés et nous donner la vie
éternelle. Lorsque nous exprimons notre reconnaissance
pour son sacrifice, nous en comprenons plus pleinement la
puissance. Cette prise de conscience nous bouleverse et
nous rend humbles.
Cantique: «Merveilleux l’amour» (Cantiques, no 117)
Narration: Le Seigneur veut que nous partagions nos
bénédictions, pour nourrir ceux qui ont faim, vêtir ceux qui
sont nus, réconforter les malades et les affligés et instruire
ceux qui recherchent la vérité. Lorsque nous faisons cela,
nous montrons notre très sincère reconnaissance envers
celui qui nous a donné ces bénédictions.
Cantique: «Seigneur, j’ai tant reçu» (Cantiques, no 139)
Directives pour préparer des chants associés à une
narration
Consultez l’index par sujets du recueil de Cantiques et
du recueil de Chants pour les enfants pour trouver une liste
de chants traitant des mêmes thèmes et qui pourraient
être utilisés pour cette activité. Utilisez des chants que vos
élèves connaissent bien.
Si vous envisagez d’utiliser un piano, préparez les chants
avec le pianiste ou veillez à ce que la personne responsable
des chants travaille avec lui. Veillez à ce que le pianiste
sache quand il doit commencer à jouer chaque chant.
Veillez à ce que la narration entre les chants reste simple.
Il peut s’agir d’Ecritures, de petites histoires, de poèmes,
d’expériences personnelles ou de citations. Lorsque vous
faites cette activité avec des enfants, vous pouvez leur
poser des questions et leur demander de répondre pendant la partie narration. Cela les aidera à comprendre le
message de l’Evangile que vous enseignez.
Si la situation le permet, utilisez des images pour aider
les élèves à visualiser l’histoire ou le message de l’Evangile
qui est présenté. Vous pouvez laisser des enfants tenir les
images pendant la présentation.
COMPARAISONS ET LEÇONS DE CHOSES
Il est souvent difficile d’enseigner les aspects abstraits de
l’Evangile, les principes comme la foi, le repentir, l’amour,
l’expiation de Jésus-Christ, la rémission des péchés et la
rédemption. Boyd K. Packer a dit:
«Lorsque nous enseignons l’Evangile, nous ne recréons
pas le monde physique qui nous entoure; nous traitons du
162
monde intangible qui est en nous, et cela fait une grande
différence. Nous ne pouvons utiliser aucun des instruments
ordinaires. Expliquer à un enfant ce qu’est un chat est bien
plus simple que de lui expliquer ce qu’est la foi; la foi est
très difficile à décrire.
«Par exemple, quelle taille a la foi? Nous apprenons rapidement que la taille ne nous aide pas. Nous n’expliquons
pas grand chose à un enfant qui ne sait rien de la foi, en lui
parlant d’une quantité, comme d’une grande foi ou d’une
petite foi. Nous ne pouvons pas lui dire de quelle couleur
elle est. Nous ne pouvons pas lui dire sa forme. Nous ne
pouvons pas lui parler de sa texture.»
Alors frère Packer a parlé d’une méthode qui peut nous
servir pour enseigner des principes impalpables: «Reliez
l’idée intangible... à un objet tangible que l’élève connaît
déjà, puis élaborez à partir de cette connaissance» (Teach Ye
Diligently, édition révisée, 1991, pp. 31–32).
Vous pouvez utiliser des comparaisons et des leçons
de choses pour aider les élèves à comprendre des principes
abstraits. Associées à des histoires et à votre témoignage,
ces méthodes constituent un excellent jeu d’outils pour
enseigner les réalités éternelles que nous ne pouvons pas
percevoir avec nos sens.
Lorsque vous utilisez des comparaisons et des leçons
de choses, souvenez-vous qu’elles doivent toujours venir à
l’appui de l’objectif de la leçon et qu’elles ne doivent pas
détourner l’attention des principes de l’Evangile que vous
enseignez.
Comparaisons
Le Sauveur a souvent fait référence à des expériences
terrestres ou à des objets familiers pour aider ceux qui
l’écoutaient à comprendre des principes spirituels. Il a dit
qu’il était «le pain de vie» (Jean 6:35) et «le bon berger»
(Jean 10:11, 14). Il a enseigné à ses disciples qu’il fallait
chercher la brebis égarée (voir Matthieu 10:5–8) et paître
ses brebis (voir Jean 21:15–17). Le Seigneur a comparé le
royaume des cieux à un trésor, à une perle et à un filet de
pêche (voir Matthieu 13:44–48). Il a comparé la foi à un
grain de sénevé (voir Matthieu 17:20). Il a dit qu’on reconnaîtrait les gens à leurs fruits (voir Matthieu 7:15–20). Dans
ses leçons, une porte étroite est devenu la voie qui mène à
la vie éternelle (voir Matthieu 7:13–14) et ses disciples sont
devenus pêcheurs d’hommes (voir Matthieu 4:18–19). Il a
parlé de rassembler son peuple comme une poule rassemble
ses poussins sous ses ailes (voir Matthieu 23:37).
Avec de la pratique et de l’imagination, vous trouverez
des objets familiers pour représenter des aspects de l’Evangile. Par exemple, vous pouvez comparer la prière à une
radio, une bénédiction patriarcale au Liahona et l’espoir au
soleil qui traverse les nuages. Vous pouvez voir des leçons
dans des expériences que vous avez vécues au travail, dans
les tâches ménagères routinières ou dans vos rapports avec
les autres (voir «On trouve partout des leçons», pp. 22–23).
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Frère Packer a suggéré une formule pour trouver des
comparaisons:
quez ensuite que chaque pièce du puzzle représente un
membre de la famille ou un élève de la classe. Chaque
personne est importante.
est semblable à
Comme vous le verrez ci-dessous, cette formule peut
être utilisée pour enseigner le repentir. Le principe abstrait
du repentir est plus clair lorsqu’on le compare à quelque
chose de simple et de familier. Frère Packer a enseigné:
«Prenez le sujet du repentir.
«
Le repentir
est semblable à
«Quelle est la chose courante que tout le monde connaît
que l’on pourrait comparer au repentir? Nous pourrions
utiliser le savon.
Le repentir est semblable à
au savon
«
(voir Teach Ye Diligently, pp. 36–37; voir aussi p. 34).
Pour illustrer l’importance de l’Evangile, montrez une
carte. Demandez pourquoi nous utilisons des cartes.
Comparez ensuite la carte à l’Evangile. Expliquez que,
comme une carte, l’Evangile de Jésus-Christ nous guide.
Il nous aide à rester sur le chemin qui mène à la vie
éternelle avec notre Père céleste.
Pour enseigner l’importance de nourrir la parole de
Dieu après qu’elle a été plantée dans notre cœur (voir
Alma 32:28–43), dessinez deux plantes, l’une en
bonne santé, dont la terre est humide et riche, l’autre
en mauvais état, dont la terre est sèche et pauvre.
»
Autres exemples de comparaison
Voici une liste d’autres comparaisons que vous pouvez
utiliser pour enseigner l’Evangile:
A quel moment utiliser les comparaisons et
les leçons de choses
L’étude des Ecritures est semblable à un festin.
Vous pouvez utiliser les comparaisons et les leçons de
choses de nombreuses manières, mais elles sont surtout
utiles lorsque vous devez:
Les enfants sont semblables à des trésors.
Capter l’attention de vos élèves. Vous pouvez utiliser les
comparaisons et les leçons de choses pour rapidement
attirer l’intérêt, capter l’attention de vos élèves et introduire un sujet ou un principe d’une leçon.
Constituer un cadre de référence. Vous pouvez occasionnellement élaborer toute une leçon autour d’une
comparaison ou d’une leçon de choses.
Conclure, résumer et encourager. Après avoir enseigné
un principe, vous pouvez faire une comparaison ou une
leçon de choses pour résumer ce dont il a été parlé et
pour inciter vos élèves à faire des changements de valeur
dans leur vie.
La foi est semblable à un bouclier.
Les Ecritures sont comme un radeau sur les eaux agitées.
Le péché est semblable à des sables mouvants.
Leçons de choses
Comme les comparaisons, les leçons de choses relient
des principes abstaits à des objets concrets familiers. Cependant, dans une leçon de choses, on utilise ces objets au
lieu de se contenter d’en parler. Par exemple, pour aider les
élèves à comprendre les effets purificateurs du repentir, un
instructeur pourrait se servir du savon pour ôter la saleté de
ses mains.
Autres exemples de leçons de choses
Voici d’autres exemples pour expliquer la manière
d’utiliser les leçons de choses:
Pour montrer que les ordonnances et les alliances sont
inséparables, montrez une pièce. Demandez ensuite quel
côté de la pièce est le plus important. (Aucun côté n’est
plus important.) Demandez aux élèves s’ils peuvent séparer les deux côtés de la pièce. Expliquez ensuite que les
ordonnances et les alliances sont aussi inséparables que
les deux côtés d’une pièce. Expliquez aussi que les ordonnances et les alliances sont indispensables pour que nous
soyons admis en présence de Dieu, tout comme les pièces
sont parfois nécessaires pour que nous soyons admis à
des spectacles.
Pour expliquer que chaque personne est importante,
demandez aux élèves d’assembler un puzzle simple dont
vous avez ôté une pièce. Lorsqu’ils demandent où se
trouve la pièce manquante, donnez-la-leur. Demandez
pourquoi la pièce manquante était si importante. Expli-
COURS MAGISTRAL
Il vaut parfois mieux exposer simplement des principes
précis ou des événements historiques que de diriger un débat
ou d’organiser une autre activité pédagogique. Un cours
magistral peut être très efficace s’il est fait au bon moment,
comme lorsque vous devez présenter rapidement une grande
quantité de documents, transmettre des informations que
vos élèves ne connaissent pas ou résumer une leçon.
Comment faire un cours magistral
Ce genre de cours est généralement plus efficace avec des
élèves plus âgés qu’avec de très jeunes enfants, qui peuvent
avoir du mal à rester assis calmement et à écouter sans rien
faire d’autre. Cependant, un cours magistral peut devenir
fatigant même pour des adultes. Les conseils suivants pourront vous aider à donner des cours magistraux efficaces:
Familiarisez-vous avec la leçon pour ne pas avoir à lire le
manuel mot pour mot. Cela vous permettra de maintenir
le contact visuel avec les élèves.
163
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Utilisez des aides visuelles, par exemple des images, des
affiches, des tableaux, des cartes, le tableau ou des transparents. Ces documents capteront l’intérêt et l’attention.
Etablissez le lien entre le cours et la vie quotidienne pour
que les élèves puissent en appliquer les principes.
Utilisez un langage que les élèves comprennent.
Variez le ton et le volume de votre voix pour créer de la
variété et mettre l’accent sur certains points.
Lorsque la situation le permet, acceptez les questions et
la discussion sur le sujet traité. Bien qu’un cours magistral
vous permette de couvrir plus d’informations que les
autres méthodes, la plupart des leçons doivent permettre
une certaine participation des élèves.
DÉBATS SCINDÉS
Les débats scindés sont des activités dans lesquelles
les élèves sont répartis en petits groupes de discussion. Les
groupes parlent d’un sujet qui leur a été attribué et ils
échangent leurs idées avec les autres. Vous pouvez faire des
débats scindés pour donner l’occasion à un grand nombre
de personnes de prendre la parole dans une leçon. Les
personnes qui ont tendance à hésiter à prendre la parole
devant toute la classe peuvent exprimer leurs idées dans
un petit groupe. Cela les aide à comprendre que leurs idées
ont de l’importance pour les autres.
De temps en temps, les groupes peuvent exprimer leurs
idées en fabriquant des affiches ou des tableaux ou en faisant
des dessins. Par exemple, vous pouvez leur demander
d’illustrer différentes parties du même récit scripturaire ou
les choses dont ils sont reconnaissants.
Exemple de débat scindé
Dans une leçon sur la préparation des missionnaires à
plein temps, un instructeur du collège des anciens pourrait
répartir les membres du collège en cinq groupes et demander
à chacun de préparer un rapport sur l’une des questions
suivantes:
Que peuvent faire les jeunes gens pour se préparer à la
mission à plein temps?
Que peuvent faire les pères pour aider leurs fils à se
préparer à la mission à plein temps?
Que peuvent faire les instructeurs au foyer pour aider
les jeunes garçons et les jeunes gens à se préparer à la
mission à plein temps?
Que peuvent faire les consultants de la Prêtrise d’Aaron
pour aider les jeunes gens à se préparer à la mission à
plein temps?
Que peuvent faire les adultes pour se préparer à la mission
à plein temps?
Vous pouvez utiliser le même modèle pour traiter d’autres
sujets avec des débats scindés.
164
Comment diriger un débat scindé
Les étapes suivantes montrent la manière de conduire
un débat scindé. Lorsque vous prévoyez d’avoir un débat
scindé, réfléchissez au temps que prendra chacune de ces
étapes. Veillez à ce que cela ne prenne pas trop de temps
sur la leçon.
1. Divisez la classe en groupes d’au moins trois personnes.
(Vous pouvez aussi simplement demander à chaque
élève de se tourner vers la personne assise à côté de lui
pour avoir une petite discussion. Si vous choisissez cette
méthode, vous devrez adapter les étapes 2 à 6.)
2. Choisissez un représentant pour chaque groupe, ou laissez le groupe choisir son représentant. Désignez aussi une
personne pour prendre des notes dans chaque groupe.
Donnez une feuille et un stylo ou un crayon à chacune
d’entre elles. Elles devront noter les idées de leur groupe
pendant la discussion. Les représentants alimentent
la discussion et rapportent par la suite les idées de leur
groupe à la classe. (Si vous dirigez un débat scindé où
les groupes doivent dessiner, donnez à chaque groupe le
matériel dont il a besoin, par exemple du papier, des
crayons noirs et des crayons de couleur.)
3. Donnez à chaque groupe un sujet ayant trait à la leçon.
Vous pouvez demander à tous les groupes de discuter
du même sujet, ou vous pouvez leur donner un sujet
différent. Il peut être utile de leur donner une feuille de
papier sur laquelle est écrit le sujet qu’ils doivent traiter.
4. Dites-leur précisément combien de temps ils ont pour
discuter de leur sujet. Veillez à ce qu’ils restent concentrés. Prévenez-les une ou deux minutes avant la fin du
temps imparti.
5. Invitez chaque représentant de groupe à exprimer les
idées de son groupe. (Si tous les groupes ont discuté du
même sujet, veillez à ce que chacun des représentants
de groupe exprime une idée à tour de rôle sinon les
premiers groupes peuvent exprimer de nombreuses
idées, laissant peu de choses à dire aux autres groupes.)
6. Résumez les exposés, en veillant à ce que le sujet soit
suffisamment approfondi. Veillez à ce que les élèves comprennent le lien entre leurs discussions et les principes
de l’Evangile que vous enseignez.
DÉMONSTRATIONS
Vous ressentirez parfois que la meilleure façon d’enseigner un principe ou une compétence est de le démontrer.
Vous pouvez utiliser des démonstrations pour enseigner
des technique comme le fait de diriger des chants et des
cantiques, de donner les premiers secours, de faire du pain,
de faire des nœuds, de se servir des documents généalogiques ou d’accomplir une ordonnance de la prêtrise. Après
avoir fait une démonstration, vous pouvez ensuite donner
l’occasion aux élèves d’essayer la technique.
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Si vous demandez à quelqu’un d’autre de démontrer une
technique, n’oubliez pas de lui proposer de l’aider pour la
préparation.
simples peuvent rendre des histoires inoubliables et intéressantes pour les enfants.
Exemples de dioramas et de silhouettes
Préparer et présenter une démonstration
Pour préparer une démonstration, suivez ces étapes:
1. Si vous faites la démonstration vous-même, exercezvous. Veillez à ce qu’elle atteigne ses objectifs et
assurez-vous que vous pourrez la faire dans le temps
imparti. Assurez-vous aussi qu’elle est appropriée
pour vos élèves et qu’ils ne se décourageront pas en
essayant de maîtriser cette nouvelle technique.
2. Vérifiez tous les matériaux et équipements nécessaires. Veillez à ce que les objets soient assez grands
pour être vus ou que vous puissiez les décrire s’ils sont
petits. Si vous avez demandé à quelqu’un de faire la
démonstration à votre place et que vous pensez que
cette personne risque de ne pas apporter le matériel
et l’équipement nécessaires, demandez-lui de vous
faire la liste des choses dont elle aura besoin. Si
vous souhaitez que les élèves pratiquent le processus
enseigné par la démonstration, veillez à avoir tous
les équipements et le matériel nécessaires pour eux.
Vous pouvez donner une fiche de révision à tous vos
élèves. Toutes les mesures et ingrédients doivent être
notés sur cette fiche et au cours de la démonstration.
CARTES
PLIÉES
PIERRES
COUVERTURE
BÂTONS
3. Il peut être utile de demander à des personnes qui
connaissent cette technique d’aider les élèves à s’y
exercer. Dans ce cas, prévenez-les.
4. Disposez la salle de classe de sorte que tout le monde
puisse bien voir et entendre.
5. Si nécessaire, prenez des dispositions pour que la salle
soit nettoyée après la démonstration.
Pour faire une démonstration, suivez ces étapes:
1. Expliquez. Aidez les élèves à comprendre le but de la
démonstration et les raisons de la démarche. Aidez-les
aussi à voir en quoi la technique, le processus ou la
compétence leur seront utiles.
2. Démontrez. Montrez comment utiliser la technique,
le processus ou la compétence. Cela implique qu’il y
ait un exemple ou un modèle que les élèves suivront.
3. Exercez-vous. Permettez aux élèves de s’exercer. Lors
de la phase pratique, vous devez observer, enseigner
et aider lorsque c’est nécessaire. Soyez patient,
compréhensif, positif et encourageant.
PÂTE À SEL
ASSIETTE
EN PAPIER
CARTON
GALETS
Vous pouvez demander à vos élèves de vous aider à
faire des dioramas et des silhouettes pendant la classe ou
d’apporter des silhouettes à utiliser avec les dioramas que
vous avez déjà fabriqués.
Recette de la pâte à sel
1 tasse de sel
4 tasses de farine
1 cuillère à soupe d’huile
2 tasses d’eau
Colorant alimentaire (facultatif)
DIORAMAS (voir aussi FIGURINES EN PAPIER)
Mélangez le sel et la farine. Dans un autre récipient,
mélangez l’huile, l’eau et, si vous le désirez, le colorant
alimentaire. Mélangez ensuite l’huile et l’eau au mélange
farine-sel. Pétrissez le mélange pour en faire une pâte.
Mettez la pâte dans un récipient hermétique afin de lui
conserver sa souplesse.
Les dioramas sont de petites scènes sur lesquelles sont
placées des silhouettes. Des dioramas et des silhouettes
On peut réutiliser les dioramas faits de boîtes et d’assiettes
pour plus d’une histoire.
Vous trouverez un exemple de démonstration utilisée
pour enseigner un principe à la page 167.
165
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
DISCUSSIONS
ÉCRITURES, MÉMORISATION DES,
Voir «Animation de discussions», pages 63–65.
DOCUMENTATION AUDIOVISUELLE
(CASSETTES VIDÉO ET AUDIO)
Voir «Mémorisation», pages 171–172.
ÉTUDES DE CAS
Les études de cas sont des situations vraisemblables qui
poussent les élèves à méditer ou à exprimer ce qu’ils feraient
dans une situation similaire. Elles peuvent montrer en quoi
les principes de l’Evangile s’appliquent à la vie quotidienne.
Vous pouvez utiliser des études de cas pour inciter les élèves
à faire des commentaires, pour souligner le principe majeur
d’une leçon ou pour terminer une leçon.
Les études de cas peuvent s’appuyer sur des histoires
vraies ou sur des situations fictives vraisemblables. Si vous
utilisez une étude de cas basée sur une histoire vraie, vous
pouvez raconter la fin de l’histoire au cours de la leçon.
Vous pouvez de temps en temps utiliser des cassettes
vidéo et des cassettes audio publiées par l’Eglise pour enseigner les principes de l’Evangile. Certaines séquences sont
conçues pour être utilisées pour des leçons précises dans des
cours précis. D’autres peuvent être utilisées avec plusieurs
cours. Consultez le Catalogue actuel pour avoir la liste de la
documentation audiovisuelle de l’Eglise qui est disponible.
Il est souvent contraire aux lois sur le copyright d’utiliser
à l’église certains documents audiovisuels qui n’ont pas été
publiés par celle-ci. Pour plus de renseignements sur les lois
sur le copyright, voir le Manuel d’instructions de l’Eglise,
Tome 2: Dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires, à la page 323.
Exemples d’études de cas
Comment utiliser la documentation audiovisuelle
Voici quatre exemples d’études de cas comportant des
questions pour la discussion.
1. Visionnez ou écoutez la séquence avant de l’utiliser en
classe. Assurez-vous qu’elle appuie la leçon.
Traiter autrui avec bonté
2. Préparez la séquence pour qu’elle commence à l’endroit
voulu lorsque vous en aurez besoin au cours de la leçon.
En général, vous ne devrez utiliser que de petits passages;
les séquences audiovisuelles ne doivent pas prendre tout
le temps de la leçon.
3. Installez le matériel avant le début du cours. Veillez à ce
qu’il fonctionne correctement. Assurez-vous aussi que
tous les élèves pourront entendre et voir la séquence de
leur chaise.
Lorsque vous utilisez une séquence pendant une leçon,
veillez à ce qu’elle serve d’enseignement plutôt que de
distraction. Par exemple, vous pourriez encourager les
élèves à relever des principes ou des situations précises dans
une séquence vidéo. Vous pouvez aussi leur demander de
résumer le message d’un enregistrement audio après l’avoir
entendu.
ÉCRITURES, AIDES À L’ÉTUDE
Voir pages 56–58.
Vous avez passé toute la matinée à jouer avec des camarades de votre quartier et vous vous êtes beaucoup amusé.
Une petite fille qui rend visite à la famille habitant de l’autre
côté de la rue sort et a l’air de vouloir jouer avec vous.
Payer une dîme complète
C’est la fin décembre, et frère et sœur Jones regardent
leur budget pour le mois. Ils se rendent compte qu’ils ne
pourront pas payer toutes leurs factures s’ils payent la dîme.
Voir «Enseignez en posant des questions», pages 68–70.
ÉCRITURES, LECTURE À HAUTE VOIX
Voir page 56.
ÉCRITURES, MARQUAGE ET ANNOTATIONS
DANS LA MARGE
Voir pages 58–59.
166
Si vous étiez à leur place, que feriez-vous?
Parler de l’Evangile
Cela fait des mois que vous avez prévu d’aller au temple
avec les autres jeunes gens et jeunes filles de la paroisse
pour accomplir des baptêmes pour les morts. Un ami, qui
n’est pas membre de l’Eglise, vous invite à une fête organisée le même soir. Vous répondez que vous ne pouvez pas
y aller et votre ami vous demande ce que vous allez faire
ce soir-là.
ÉCRITURES, ENSEIGNER AVEC LES
Que devez-vous faire?
Que répondez-vous?
Prendre de bonnes décisions
Un ami vous a invité à aller voir un film qui, vous le savez,
n’est pas convenable.
Que pouvez-vous faire pour refuser l’invitation?
Comment créer une étude de cas
Certaines leçons des manuels de l’Eglise contiennent des
histoires qui peuvent être utilisées pour des études de cas.
Cependant, de temps en temps, vous aurez peut-être envie
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
de créer vos propres études de cas. Pour cela, suivez les
étapes suivantes:
1. Gardez à l’esprit les principes que vous allez enseigner.
Réfléchissez ensuite à des situations qui mettent l’accent
sur ces principes et qui s’appliquent au groupe d’âges
que vous instruisez.
2. Préparez-vous à présenter les situations de manière
réaliste et d’une manière qui incite à la réflexion et à la
discussion (voir «Animation de discussions», pp. 63–65);
«Enseignez en posant des questions», pp. 68–70 et
«Histoires», pp. 169–172).
3. Réfléchissez à ce que vous pouvez dire ou faire pour
souligner les principes après la discussion.
EXEMPLES
Imaginez que vous vouliez expliquer comment marquer
les Ecritures à des personnes qui n’ont jamais vu personne
le faire. Elles auraient du mal à comprendre si vous essayiez
de le leur expliquer uniquement par des paroles. Mais elles
n’auraient sûrement aucune difficulté si vous leur montriez
des exemples de pages marquées de vos Ecritures. Imaginez
que vous vouliez expliquer la dîme à des enfants qui ne
comprennent pas la signification de l’expression un dixième.
Ils comprendraient la dîme plus facilement si vous leur
montriez un exemple, en plaçant dix pièces sur une table
et en en déposant une dans une enveloppe de dîme.
En tant qu’instructeur de l’Evangile, vous devez souvent
aider les autres à comprendre un point qu’ils n’ont pas
bien compris auparavant. Une façon d’y parvenir consiste à
utiliser des exemples. Il est important de citer les principes
et d’expliquer comment les mettre en pratique, mais souvent
votre enseignement sera plus efficace si vous donnez aussi
des exemples.
Vous devriez donner souvent des exemples au cours de
la leçon pour vous assurer que les élèves comprennent
bien ce que vous enseignez. La page 73 du manuel contient
l’histoire d’un instructeur qui aurait dû donner un exemple
lors d’une leçon de la Primaire sur la révélation. Il a présenté
soigneusement la leçon, en utilisant plusieurs méthodes
efficaces. Vers la fin de la leçon, il a posé une question pour
vérifier la compréhension des élèves: «Qui a l’autorité de
recevoir la révélation pour l’Eglise?» Tous les enfants ont levé
la main. Ils connaissaient la réponse: le président de l’Eglise.
Mais l’instructeur s’est rendu compte, presque par hasard,
que les élèves ne comprenaient pas ce que signifiait le mot
révélation. S’il avait donné quelques exemples simples au
cours de sa leçon, par exemple une expérience personnelle
où il a été guidé par le Saint-Esprit ou le récit de la Première
Vision, où le Seigneur a parlé avec Joseph Smith, cela aurait
tout changé.
Comment se servir d’exemples
Il existe de nombreuses manières de présenter des
exemples. L’important est d’utiliser les exemples pour aider
les élèves à bien comprendre ce que vous enseignez. Voici
quelques suggestions.
Des exemples connus pour illustrer des idées peu connues
Si vous parlez d’un concept que vos élèves connaissent
mal, vous pouvez utiliser des exemples précis et connus
pour les aider à comprendre. Par exemple, si vous parlez des
ordonnances de la prêtrise, vous pouvez dire: «Le baptême,
la Sainte-Cène et le mariage au temple pour l’éternité sont
des exemples d’ordonnances de la prêtrise.» Si vous parlez
des prophètes, vous pouvez dire: «Adam, Abraham et Moïse
étaient des prophètes il y a longtemps. Voici quelques
exemples de prophètes des derniers jours: Joseph Smith,
David O. McKay, Ezra Taft Benson et Gordon B. Hinckley.»
Cela peut s’avérer difficile pour des concepts abstraits,
comme la foi, la rémission des péchés ou la rédemption.
Il vaut souvent mieux enseigner ce genre de concepts au
moyen d’histoires, de comparaisons ou de démonstrations
(voir «Comparaisons et leçons de choses», pp. 162–163).
Exemples qui expliquent une technique
La meilleure façon d’enseigner une technique est souvent
de montrer comment il faut faire. Par exemple:
Pour aider les autres à apprendre à préparer une leçon,
montrez le plan d’une leçon que vous avez préparée.
Au lieu de vous contenter de donner la liste des aides à
l’étude qu’ils peuvent trouver dans leurs Ecritures, et
de leur expliquer comment les utiliser, demandez-leur
d’ouvrir leurs Ecritures au Guide des Ecritures et aux
autres aides. Montrez-leur ensuite comment les utiliser.
Exemples connus qui expliquent des principes
Certains principes peuvent être démontrés. L’histoire
suivante explique comment une instructrice de la Primaire
a démontré le principe du partage:
«A la Primaire, l’instructrice d’un groupe d’enfants de
trois ans a parlé brièvement du partage, puis elle a raconté
deux petites histoires sur des enfants qui ont partagé. Elle a
ensuite étalé des journaux sur le sol et a donné une boule
d’argile à chaque enfant. Elle a déclaré que sa boule d’argile
était beaucoup plus petite que les autres et elle a demandé
à chacun, l’un après l’autre, de partager avec elle. Au début,
les enfants étaient peu disposés à le faire, mais lorsqu’ils
ont vu son désir de partager avec eux, ils ont commencé à
apprécier de partager, non seulement avec leur instructrice,
mais entre eux. La leçon a permis aux enfants non seulement
de définir le concept du partage, mais aussi de faire l’expérience du partage» (Janelle Lysenko, «Tools for Teaching
Tots», Ensign, mars 1987, p. 71).
167
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Histoires comportant des exemples de personnes qui vivent
les principes de l’Evangile
Certains principes, comme la foi, l’amour, la loyauté et
le repentir, ne peuvent pas être démontrés parce qu’ils font
réfèrence à des réalités spirituelles que nous ne pouvons
pas voir. Toutefois en racontant des histoires, vous pouvez
donner des exemples de personnes qui ont respecté ces
principes. Par exemple, pour enseigner l’intégrité, vous
pouvez raconter l’histoire de Joseph, en Egypte, qui a fui la
femme de Potiphar. Vous pouvez enseigner la loyauté en
racontant l’histoire de John Taylor et de Willard Richards,
qui ont volontairement risqué leur vie pour rester dans
la prison de Carthage avec Joseph Smith, le prophète, et
son frère, Hyrum. Vous pouvez aussi raconter vos propres
expériences. Les histoires fictives, y compris les paraboles,
peuvent donner des exemples de la manière de vivre les
principes de l’Evangile. (Vous trouverez des directives et des
suggestions pour utiliser des histoires, à «Histoires», aux
pages 169–172.)
Oui Non
Suis-je bon joueur?
Est-ce que je veille à ce que mon langage soit
correct et pur?
Est-ce que mon apparence est propre et nette?
Est-ce que je respecte les commandements?
Est-ce que je lis régulièrement les Ecritures?
Est-ce que j’aide les autres de bon cœur?
Est-ce que je ne regarde que de bons films et
de bonnes émissions de télévision?
Est-ce que je ne lis que des livres et des
magazines édifiants?
Est-ce que je donne généreusement de mon
temps et de mes talents?
Peut-on compter sur moi?
Associations
Dans une colonne, écrivez le nom de plusieurs prophètes
et, dans une deuxième colonne, écrivez ce que l’on connaît
d’eux. Demandez aux élèves d’associer les prophètes aux
événements, comme dans l’exemple ci-dessous.
FEUILLES D’ACTIVITÉ
Voir «Feuilles de travail», pages 168–169.
FEUILLES DE TRAVAIL
Les feuilles de travail sont des activités écrites qui peuvent
aider les élèves à évaluer leur degré de compréhension d’un
principe de l’Evangile, à recevoir de nouvelles informations
ou à réviser les concepts essentiels. Vous pouvez préparer
une feuille de travail pour introduire, réviser ou souligner
des parties importantes d’une leçon. Une feuille de travail
peut aussi être un rappel d’une leçon que les élèves peuvent
ramener chez eux et montrer à leur famille.
Léhi
Néphi
Hélaman
Mormon
Moroni
a conduit 2 000 jeunes guerriers
a abrégé le Livre de Mormon
a conduit sa famille hors de Jérusalem
a caché les plaques dío r à Cumorah
a obtenu les plaques d’or de Laban
Vous pouvez demander aux élèves d’associer des groupes
de mots pour un grand nombre de sujets de l’Evangile.
Par exemple, ils pourraient associer les articles de foi avec le
numéro correspondant, ou les devoirs de la prêtrise avec
leurs offices de la prêtrise.
Chronologie
Exemples de feuilles de travail
Feuille de travail d’évaluation
Vous pouvez utiliser une feuille de travail pour aider les
élèves à évaluer s’ils respectent actuellement un principe
de l’Evangile et dans quel domaine ils peuvent s’améliorer.
Utilisez une feuille de travail comme le modèle ci-dessous
au début d’une leçon. Expliquez-leur que, s’ils répondent
non à l’une de ces questions, la leçon les aidera à comprendre
comment mieux vivre ce principe et suggérera deux ou
trois moyens de s’améliorer.
Quel genre d’exemple est-ce que je donne?
Oui Non
Est-ce que j’écoute l’opinion des autres avec
respect?
Est-ce que je parle toujours positivement des
autres?
Est-ce que je traite les membres de ma famille
avec amour?
Suis-je honnête au travail?
168
Préparez une feuille de travail qui contient plusieurs
faits historiques ou plusieurs parties d’un récit scripturaire.
Demandez aux élèves de les remettre dans le bon ordre.
Par exemple:
Le Christ a visité les Néphites. (3)
Mormon est mort. (4)
Léhi a quitté Jérusalem. (2)
La civilisation jarédite a prospéré. (1)
Joseph Smith a reçu les plaques d’or. (5)
Blancs à compléter
Ecrivez des phrases avec des mots manquants.
Demandez aux élèves d’inscrire les mots corrects dans les
emplacements prévus. Donnez les réponses dans le
désordre. Par exemple:
«Si quelqu’un d’entre _____ manque de _____ , qu’il
la _____ à Dieu, qui _____ à tous simplement et
sans _________ , et elle lui _____ _____ » (Jacques 1:5).
Réponses: reproche, donne, sagesse, vous, sera, demande,
donnée
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Application des Ecritures
Vous pouvez utiliser des feuilles de travail pour réviser
et appliquer des textes des leçons actuelles et passées. Sélectionnez plusieurs Ecritures qui se rapportent aux sujets de
l’Evangile récemment étudiés. Relisez les Ecritures avec vos
élèves, en veillant à ce qu’ils les comprennent bien. Ecrivez
ensuite les références des Ecritures au tableau. Présentez
une brève étude de cas (voir «Etude de cas», pp. 166–167).
Demandez à vos élèves de sélectionner au moins une des
Ecritures et de l’appliquer à l’étude de cas. Donnez une
feuille de papier et un stylo ou un crayon à chaque élève.
Demandez-leur d’écrire le ou les passages qu’ils choisissent,
ce que ce/ces passage(s) enseigne(nt) et comment ils
s’appliquent à l’étude de cas.
Les feuilles de travail ne doivent pas prendre trop de
temps. Vous devez cependant donner suffisamment de
temps aux élèves pour leur permettre de les remplir.
Après avoir donné un certain temps à chacun pour
remplir les feuilles de travail, vérifiez les réponses.
Aidez chacun à réussir à remplir les feuilles de travail.
Aidez tous ceux qui semblent avoir du mal.
FIGURINES EN PAPIER (voir aussi DIORAMAS)
Les instructeurs peuvent utiliser des figurines en papier
pour raconter une histoire ou pour illustrer un principe au
cours d’une leçon.
Comment faire des figurines en papier
Mots mélangés
1. Pliez un morceau de papier épais en deux.
Les mots mélangés peuvent être utilisés de plusieurs
façons. Par exemple:
2. Le pli tourné vers le haut, dessinez la figurine sur le
papier. Veillez à dessiner l’image jusqu’à la pliure. Vous
pouvez demander aux membres de la famille ou aux
élèves de colorier et de décorer la figurine.
Mélangez les lettres d’un mot. Demandez aux élèves de
les remettre dans l’ordre pour découvrir le mot. La feuille
de travail suivante contient des mots mélangés qui ont
un rapport avec ce qui est nécessaire aux missionnaires:
ETEUD (Etude)
ESUICIN (Cuisine)
ASESAREFRERP
(Fer à repasser)
CXEEICER (Exercice)
MOGAGNITEE (Témoignage)
3. Découpez la figurine, en veillant à ne pas couper le long
de la pliure à la limite de l’image.
ROUCTUE (Couture)
TUEGDB (Budget)
NENGEESENIMT
(Enseignement)
NARIMEES (Manières)
TEPERROP (Propreté)
NE PAS COUPER
Mélangez les mots et demandez aux élèves de les
remettre dans l’ordre pour compléter une expression,
une Ecriture, le titre d’un chant ou un article de foi.
Par exemple:
NE PAS COUPER
Jamais ensemble tout à («Ensemble à tout jamais»
[Cantiques, no 192, Chants pour les enfants, 98].)
ferai je chose a commandée le Seigneur et J’irai la que
(«J’irai et je ferai la chose que le Seigneur a commandée»
[1 Néphi 3:7].)
Directives pour créer et utiliser
des feuilles de travail
Les renseignements et les idées des manuels de leçons et
des magazines de l’Eglise peuvent être adaptés pour faire
des feuilles de travail intéressantes.
Les feuilles de travail doivent être adaptées à l’âge des
élèves. Elles doivent être instructives et amusantes. Elles
ne doivent pas être trop difficiles.
Les élèves peuvent travailler seuls. Il est également
possible de diviser la classe en petits groupes, chacun
travaillant sur une feuille de travail. Les renseignements
des feuilles de travail peuvent être notés au tableau et
les élèves peuvent les remplir tous ensemble.
Prévoyez assez de stylos et de crayons pour tous les élèves.
HISTOIRES
Tout le monde apprécie les bonnes histoires. Elles enrichissent les leçons et captent l’attention des élèves mieux
que n’importe quelle autre méthode pédagogique. On peut
raconter des histoires pour répondre à des questions, pour
présenter ou appuyer des principes ou pour résumer une
leçon. Elles sont particulièrement efficaces pour clarifier et
pour enseigner des principes de l’Evangile parce qu’en
donnant des exemples de vie juste, on peut toucher tous
les élèves, quel que soit leur niveau de compréhension.
Bien utilisées, les histoires peuvent avoir une influence
sur les valeurs et sur les émotions des élèves. Elles peuvent
les aider à appliquer les principes de l’Evangile en leur faisant
vivre, dans les grands récits scripturaires, les moments déci-
169
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
sifs, les épreuves et les difficultés, ainsi que les bénédictions
qui découlent du fait de vivre l’Evangile de Jésus-Christ.
Elles permettent de mieux comprendre les principes et de
mieux s’en souvenir. Elles montrent d’une façon vivante et
édifiante comment nous pouvons appliquer l’Evangile dans
notre vie. Par exemple, pour enseigner la foi, vous pouvez
raconter l’explication d’Alma selon laquelle si nous avons
foi, nous espérons «en des choses qui ne sont pas vues, qui
sont vraies» (Alma 32:21). Mais votre enseignement sera plus
complet si vous racontez aussi une histoire dans laquelle
quelqu’un a fait preuve d’une grande foi, comme dans
l’histoire de David et Goliath (voir 1 Samuel 17:20–50, en
particulier les versets 26, 32–37 et 45–47).
Le Sauveur est le Maître pédagogue et l’exemple que nous
devons suivre dans tous nos enseignements de l’Evangile.
Il se sert fréquemment d’histoires dans ses enseignements.
Ses paraboles sont d’excellents exemples d’utilisation d’histoires pour enseigner. Par exemple, un docteur de la loi lui a
demandé: «Qui est mon prochain?» Il a répondu en racontant une histoire à propos d’un homme qui avait été battu et
dépouillé alors qu’il se rendait de Jérusalem à Jéricho. Deux
hommes sont passés devant l’homme blessé sans s’arrêter,
mais un troisième, un Samaritain, s’est arrêté et a pris soin
de lui (voir Luc 10:29–35). Lorsque Jésus a terminé la parabole, il a demandé au docteur de la loi: «Lequel de ces trois
te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé
au milieu des brigands?» L’homme a répondu: «C’est celui
qui a exercé la miséricorde envers lui.» Alors Jésus lui a dit:
«Va, et toi, fais de même (Luc 10:36–37).
Les expériences personnelles
Les récits d’expériences personnelles peuvent avoir une
forte influence sur les autres et les aider à vivre les principes
de l’Evangile. Lorsque vous parlez de ce que vous avez
vécu vous-même, vous agissez en tant que témoin vivant
des vérités de l’Evangile. Si vous racontez la vérité dans une
intention pure, l’Esprit confirmera la véracité de votre message à ceux que vous instruisez. Les expériences personnelles
de ceux que vous instruisez peuvent aussi avoir une forte
influence positive.
Bruce R. McConkie a enseigné: «Le meilleur moyen de
raconter des histoires qui fortifient la foi est d’enseigner ce
que l’on trouve dans les Ecritures, puis d’en sceller la vérité
en racontant une histoire similaire... qui s’est passée dans
notre dispensation et à notre peuple, idéalement, à nous»
(«The How and Why of Faith-promoting Stories,» New Era,
juillet 1978, p. 5).
Lorsque vous racontez des expériences personnelles,
vous et vos élèves devez vous rappeler les mises en garde
suivantes:
Ne parlez pas de choses sacrées, à moins que l’Esprit ne
vous y pousse. Le Seigneur a dit: «Souvenez-vous que ce
qui vient d’en haut est sacré et doit être dit avec prudence
et sous la contrainte de l’Esprit» (Doctrine et Alliances
63:64).
Evitez la recherche du sensationnel, c’est-à-dire éviter de
raconter quelque chose pour produire un effet de surprise.
Evitez aussi d’essayer de donner de grandes émotions à
vos élèves.
Choix des histoires
N’embellissez vos expériences pour rien au monde.
Lorsque vous choisissez une histoire, posez-vous les
questions ci-dessous pour vous assurer qu’elle est appropriée
et efficace. Vous pouvez trouver ces questions, ainsi que
d’autres, dans «Choix de méthodes adaptées» (page 91) et
«Choix de méthodes efficaces» (page 92).
Ne racontez pas d’expériences pour attirer l’attention sur
vous.
Ne parlez pas de vos péchés ou de vos transgressions
passées.
Cette histoire permettra-t-elle de ressentir l’influence de
l’Esprit?
Histoires sur d’autres personnes
Cette histoire conviendra-t-elle au caractère sacré du
sujet de ma leçon?
Cette histoire édifiera-t-elle et fortifiera-t-elle mes élèves?
Cette histoire aidera-t-elle les élèves à mieux comprendre
le principe de cette leçon?
Cette histoire vaut-elle le temps pris sur la leçon?
Différentes sortes d’histoires
Vous pouvez raconter des histoires personnelles. Vous
pouvez aussi raconter des histoires concernant d’autres
personnes, par exemple des histoires tirées des Ecritures, de
la vie des dirigeants de l’Eglise et de la vie d’autres personnes
que vous connaissez ou que vous avez découvertes dans
un livre. Dans certains cas, vous pouvez utiliser des histoires
fictives, par exemple des paraboles ou des contes.
170
Les Ecritures et l’histoire de l’Eglise contiennent de
nombreuses histoires sur des hommes, des femmes et des
enfants qui ont mis en pratique les principes de l’Evangile.
Par exemple, vous pouvez enseigner la prière en racontant
l’histoire d’Enos qui a imploré le Seigneur pour lui-même,
pour son peuple et pour ses ennemis. Vous pouvez aussi
enseigner la prière en racontant l’histoire de Joseph Smith
qui est allé prier dans le Bosquet sacré. Vous pouvez également raconter de nombreuses histoires instructives et
émouvantes tirées de la vie de fidèles saints des derniers
jours d’aujourd’hui. Lorsque vous racontez des histoires
concernant d’autres personnes, n’oubliez pas de suivre les
directives suivantes:
Comme pour les expériences personnelles, veillez à agir
en accord avec l’Esprit. Evitez la recherche du sensationnel
et n’embellissez pas les histoires que vous racontez.
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Veillez à raconter les histoires telles qu’elles se sont vraiment passées. Ne racontez pas d’histoires sur les autres
qui peuvent être entièrement ou en partie fausses. Avant
de raconter une histoire, remontez à la source pour vous
assurer que vous ne dites que la vérité.
Sélectionnez des histoires édifiantes de votre vie, des
Ecritures, des magazines et des manuels de l’Eglise,
de l’histoire de l’Eglise et de la vie des Autorités générales.
Lorsque vous racontez des histoires personnelles, évitez
de parler de vos erreurs ou de vos péchés passés.
Si une histoire n’a pas été publiée ou racontée en public,
obtenez la permission de la personne concernée avant
de la raconter.
Souvenez-vous d’utiliser des histoires qui conviennent
au groupe d’âges que vous instruisez.
Avant de raconter une histoire à vos élèves, lisez-la
soigneusement plusieurs fois afin de bien la connaître.
Décidez alors si vous allez raconter l’histoire en vos
propres termes ou non. Il serait peut-être plus efficace
de lire des histoires contenant beaucoup de dialogues
et de descriptions.
Déterminez le temps que vous aurez pour raconter
l’histoire. Si elle doit être raccourcie, n’incluez que les
personnages et les événements qui sont indispensables
pour que l’histoire soit facile à suivre.
Si vous racontez une histoire en vos propres termes, résumez-en sur papier ou dans votre esprit le déroulement
des événements. Entraînez-vous à raconter l’histoire
à haute voix en vos propres termes. Utilisez des mots et
des descriptions qui rendent l’histoire plus attrayante
et plus facile à visualiser.
Prévoyez la manière dont vous aiderez les élèves à visualiser l’histoire. Vous pouvez la rendre plus attrayante
en utilisant des images ou d’autres aides visuelles, par
exemple des dessins au tableau ou des objets qui se
rapportent à l’histoire. Par exemple, avant de raconter
l’histoire de la parution du Livre de Mormon, vous pourriez montrer une image de Moroni cachant les plaques
d’or dans la colline Cumorah. Vous pourriez poser des
questions comme «Que se passe-t-il sur cette image?» ou
«Pourquoi Moroni fait-il cela?»
Commencez l’histoire de façon intéressante, en utilisant
des mots qui donnent une image vivante des personnages
ou du cadre. Par exemple, pour présenter le récit du Sauveur calmant la tempête, vous pourriez lire les Ecritures:
«Et voici, il s’éleva sur la mer une si grande tempête que
la barque était couverte par les flots» (Matthieu 8:24).
Prenez plaisir à raconter l’histoire. Racontez-la d’un ton
naturel, avec intérêt et conviction.
Après avoir raconté l’histoire, discutez avec les élèves de
la manière dont le principe qui y est enseigné s’applique
à leur vie.
Histoires fictives
Il est possible de raconter des histoires fictives lorsqu’on
enseigne l’Evangile. Vous pouvez apprendre à utiliser ce
genre d’histoires en étudiant la manière dont le Sauveur
utilisait les paraboles dans ses enseignements. Il a parlé d’un
homme prudent qui avait construit sa maison sur le roc
et d’un homme insensé qui avait bâti sa maison sur le sable
(voir Matthieu 7:24–27), d’une femme qui avait balayé sa
maison pour trouver la drachme qu’elle avait perdue (voir
Luc 15:8–10), et d’un fils prodigue qui avait dissipé son héritage, mais avait été accueilli par son père (voir Luc 15:11–32).
Si nous sommes réceptifs à l’Esprit, nous pouvons apprendre
de grandes vérités de ces paraboles et des nombreuses autres
choses que le Sauveur a enseignées.
Comme l’explique le Guide des Ecritures, les paraboles
sont des comparaisons. Elles enseignent des vérités spirituelles en les comparant à des choses ou à des situations matérielles (voir Guide des Ecritures, «Parabole», pp. 155–156).
Il en est de même pour toutes les histoires fictives qui enseignent correctement les principes de l’Evangile. Ces histoires
peuvent rendre les principes de l’Evangile faciles à comprendre, vivants et inoubliables. Vous trouverez d’autres idées
d’utilisation des comparaisons pour enseigner les vérités
de l’Evangile à «Comparaisons et leçons de choses», aux
pages 162–163.
Souvenez-vous des directives suivantes pour vous
préparer à raconter des histoires fictives:
Assurez-vous que vos élèves savent que ces histoires ne
sont pas vraies.
Comme pour les autres types d’histoires, veillez à ce que
les histoires fictives soient appropriées, de bon goût et
en accord avec l’Esprit.
Les magazines L’Ami et le New Era contiennent souvent
des œuvres fictives qui peuvent être utilisées pour compléter et enrichir les leçons. Pour trouver des exemples de
manières d’utiliser efficacement les histoires pour enseigner
l’Evangile, étudiez les discours de la conférence générale.
Directives pour préparer et raconter une histoire
Idées supplémentaires pour raconter une histoire
à de jeunes enfants
Gardez à l’esprit l’âge des enfants et adaptez l’histoire à
leur capacité de concentration et à leur compréhension.
Trouvez des moyens de faire participer les enfants à
l’histoire. Par exemple, vous pourriez leur faire tenir des
images ou répéter des groupes de mots.
Ayez une raison pour raconter une histoire. Ne racontez
pas une histoire dans le seul but de distraire vos élèves.
Etablissez le lien entre l’histoire et un principe de l’Evangile qui est traité dans l’idée ou dans l’objectif principal
de la leçon.
Si une histoire n’est pas vraie, dites-le aux élèves.
171
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Avant de raconter l’histoire, expliquez les mots de l’histoire que les enfants risquent de ne pas connaître. Cela
vous permettra de raconter l’histoire sans être interrompu.
Si vous lisez l’histoire dans un livre d’images, arrêtezvous souvent pour montrer les images de l’histoire aux
enfants. Montrez les images assez longtemps pour
que chacun ait le temps de les voir, avant de poursuivre
l’histoire.
Si les enfants font des commentaires ou posent des
questions, répondez simplement et de façon concise,
puis poursuivez l’histoire.
Les petits enfants aiment entendre les mêmes histoires
plusieurs fois. Si vous racontez à nouveau une histoire,
commencez-la, puis, demandez: «Que se passe-t-il
ensuite?» Vous pourriez lancer une balle de haricots ou
un jouet mou à un enfant et lui demander de dire une
chose sur l’histoire. Cet enfant devra alors le jeter à un
autre enfant, et ainsi de suite jusqu’à ce que l’histoire
soit terminée.
Regroupez différents passages d’un récit scripturaire.
Demandez à plusieurs élèves de lire les Ecritures à tour
de rôle.
Les enfants aiment s’asseoir par terre devant vous
pendant que vous racontez une histoire.
Les enfants aiment jouer une histoire après l’avoir
entendue.
Baptiste baptisant Jésus. Vous pouvez dire ensuite: «Lorsque
Jésus était sur terre, il nous a montré l’exemple à suivre.
Il savait que notre Père céleste avait commandé à chacun de
se faire baptiser.» Ensuite, vous pouvez poser les questions
suivantes:
Que se passe-t-il sur cette image?
D’après Jésus, quelle est la bonne façon de baptiser?
Qui a baptisé Jésus?
Pourquoi Jésus a-t-il demandé à Jean de le baptiser?
Pourquoi Jésus et Jean sont-ils allés dans la rivière?
Pourquoi est-il important de suivre l’exemple de Jésus en
nous faisant baptiser comme lui?
Après avoir discuté de ces questions, vous pouvez résumer les réponses des élèves et établir le rapport avec l’idée
essentielle de la leçon.
Rappelez-vous que les artistes se permettent quelques
libertés lorsqu’ils créent des illustrations. Vous ne devez
donc pas considérer tous les éléments d’une image au sens
littéral. Appuyez-vous sur le récit des Ecritures pour donner
le contexte et le cadre d’un événement.
JEUX
Les jeux donnent de la diversité aux leçons et permettent
aux élèves de dialoguer entre eux. Vous trouverez des idées
de jeux dans les manuels de leçons et les magazines de
l’Eglise et dans le Recueil d’idées pour les soirées familiales.
ILLUSTRATIONS (voir aussi AIDES VISUELLES)
Choix des jeux
Les illustrations sont très utiles pour appuyer l’idée principale d’une leçon et pour aider les élèves à rester concentrés.
Vous pouvez trouver des illustrations pour enseigner l’Evangile à la bibliothèque de l’unité, dans le Jeu d’illustrations de
l’Evangile, les manuels de leçons et les magazines de l’Eglise.
Lorsque vous choisissez des jeux pour les leçons, veillez
à ce qu’ils:
Permettent d’appuyer les principes de l’Evangile que
vous enseignez.
Conviennent au cadre dans lequel vous enseignez.
Montrer des illustrations
Conviennent à l’âge de vos élèves et à la taille du groupe.
Vous pouvez montrer des illustrations de diverses
manières. Par exemple, vous pouvez:
Soient faciles à comprendre.
Ne prennent qu’une petite partie de la leçon. Parfois, un
jeu pourra prendre une grande partie de la leçon, mais
cela doit être l’exception, pas la règle.
N’encouragent pas la compétition. Vous devez éviter de
donner une récompense à ceux qui «gagnent».
N’utilisez pas de ruban adhésif pour fixer les illustrations
au tableau ou sur un mur peint.
Donnent à tous les élèves l’occasion de participer et le
sentiment d’avoir réussi. Félicitez-les tous de leurs efforts.
Comment enseigner avec des illustrations
Exemples de jeux
Les poser sur le porte-craie du tableau noir, sur un
chevalet ou sur une chaise.
Les faire tenir par des personnes.
Les tenir vous-même.
Les illustrations peuvent jouer un rôle important lorsqu’on raconte une histoire. Par exemple, vous pouvez aider
les enfants à se rappeler une histoire en leur demandant de
placer des images dans l’ordre, puis en demandant à chacun
de raconter une partie de l’histoire.
Faites preuve de créativité en utilisant les illustrations.
Vous pouvez, par exemple, montrer une image de Jean-
172
Le jeu des associations
Dans ce jeu, les élèves doivent associer les deux cartes
comportant des informations ou des images connexes.
Analysez l’exemple suivant, que vous pourriez utiliser dans
une classe de la Primaire:
Procurez-vous douze morceaux de papier de même format, suffisamment grands pour que tout le monde puisse les
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
voir. Sur six de ces papiers, collez ou dessinez une image qui
se rapporte à la leçon. Sur chacun des six autres, donnez la
description de l’une de ces images. Sur la face qui ne contient
ni image, ni description, numérotez les papiers de 1 à 12. Au
moment prévu de la leçon, étalez les papiers sur le sol, face
numérotée vers l’extérieur ou scotchez-les sur un tableau.
Il n’est pas nécessaire de les placer dans l’ordre numérique.
Pour jouer, demandez à chaque personne de choisir deux
morceaux de papier à tour de rôle. Retournez les papiers
pour voir si l’un d’eux contient une image et l’autre l’information qui lui correspond. Si c’est le cas, ôtez-les. Sinon,
replacez-les, face numérotée vers l’extérieur, et laissez la personne suivante choisir deux morceaux de papier. Lorsque
toutes les images ont été associées à leur description, discutez
de leur rapport avec la leçon.
Vous pouvez utiliser l’une des variantes suivantes de ce jeu:
Ecrivez la moitié d’un verset d’Ecriture sur un côté d’un
morceau de papier et le reste sur un autre. Ou bien, écrivez
une partie d’une expression scripturaire sur un papier et le
reste sur un autre. Par exemple, certaines paires pourraient
être «Le rétablissement de» et «l’Evangile»; «La vision de
Léhi» et «de l’arbre de vie»; et «La barre de» et «fer».
Ecrivez le numéro de chaque article de foi sur 13 morceaux de papier. Sur 13 autres morceaux de papier, écrivez
des mots-clé de chaque article.
Devinettes
Dans ce jeu, l’instructeur donne une série d’indices pour
aider les élèves à trouver une personne, un lieu, un objet,
une histoire des Ecritures ou un principe. Vous pouvez faire
ce jeu pour présenter une leçon ou pour mettre l’accent sur
une partie du cours.
Pour jouer à ce jeu, donnez des indices pour aider les
élèves à trouver une personne ou un objet qui se rapporte à
la leçon. Donnez un indice à la fois, puis laissez aux élèves
le temps de trouver la personne ou l’objet. Commencez par
des indices d’ordre général. Rendez les indices plus précis
jusqu’à ce que quelqu’un trouve. Par exemple, les indices
suivants pourraient être utilisés pour aider les élèves à
trouver le prophète Moïse:
Je suis un prophète de l’Ancien Testament.
J’ai parlé avec Dieu face à face.
J’ai été élevé par une princesse égyptienne.
Mon porte-parole s’appelait Aaron.
J’ai fait sortir les enfants d’Israël de captivité.
Donnez un mot à chaque personne. Demandez aux autres
de le deviner en posant 20 questions au maximum. On
ne peut répondre aux questions que par oui ou par non.
Demandez à un élève de faire un dessin représentant
un sujet, un personnage ou une histoire. Demandez aux
autres de deviner ce que le dessin représente.
Questions et réponses
Sur des morceaux de papiers distincts, écrivez des questions qui aideront les élèves à réviser ce qui a été vu, à la fin
de la leçon. Mettez les papiers dans un pichet ou un autre
récipient.
Pour réviser la leçon, lancez une balle de haricots ou un
autre objet mou à quelqu’un et demandez-lui de piocher une
question dans le récipient et d’y répondre. Demandez-lui
ensuite de lancer la balle de haricots à quelqu’un d’autre, qui
piochera une question dans le récipient et devra y répondre.
Jeu de l’oie
Dans un jeu de l’oie, les joueurs avancent leur pion de
la case de départ à la case d’arrivée en répondant à des questions et en suivant les instructions des cartes de jeu préparées. Un jeu de l’oie, comme dans l’exemple suivant, peut
être fait à partir d’une planche ou dessiné sur un tableau
noir. Des pièces ou d’autres petits objets peuvent être utilisés
comme pions si vous utilisez une planche. Si vous utilisez
le tableau noir, utilisez la craie pour signaler l’emplacement
des élèves. Les cartes de jeu doivent enseigner ou réviser les
principes de l’Evangile. Par exemple, vous pourriez préparer
des cartes indiquant les situations suivantes:
Ton petit frère rapporte à la maison un jouet qui appartient à son ami Jean. Il dit: «Jean a beaucoup de jouets.
Celui-ci ne lui manquera pas.» Tu expliques que ce
jouet appartient à Jean et qu’il faut le lui rendre. Avec
ton frère, va rendre ce jouet à son ami. Comme tu as
été honnête, avance de six cases.
Tu n’as pas étudié pour un contrôle à l’école. Pendant le
contrôle, tu copies sur ton voisin. Comme ce n’est pas
honnête, recule de trois cases.
Pour jouer à ce jeu, placez les cartes face contre terre.
Demandez ensuite aux joueurs de tirer une carte à tour
de rôle, d’en lire le contenu et de déplacer leur pion en
conséquence.
Arrivée
Vous pouvez utiliser les variantes suivantes de ce jeu:
Divisez la classe en équipes. Donnez un mot à une personne de chaque équipe. La personne qui connaît le mot
donne alors un indice d’un mot à son partenaire pour
l’aider à trouver le mot. Par exemple, si le mot à trouver
est baptême, la personne peut donner comme indice
le mot eau, fonts ou immerger. Si le mot à trouver est Noé,
la personne peut donner comme indices les mots déluge,
animaux, arche, colombe ou arc-en-ciel.
Départ
173
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
JEUX DE RÔLE
Directives générales pour le jeu de rôle
Dans le jeu de rôle, les élèves sont invités à jouer une
situation ou un problème qui se produit dans la vie de
tous les jours. Le jeu de rôle aide les élèves à appliquer les
principes de l’Evangile à des situations réelles en les faisant
chercher des solutions à des problèmes, réfléchir aux conséquences de différents choix et prendre conscience du
point de vue des autres. Le jeu de rôle peut être utilisé pour
introduire ou résumer une leçon ou pour stimuler une
discussion sur un principe étudié dans la leçon.
Note: Un jeu de rôle est différent d’une étude de cas. Dans
une étude de cas, les élèves discutent d’une situation ou
d’un problème. Dans un jeu de rôle, les élèves jouent la façon
dont les gens pourraient réagir à certaines situations.
La participation au jeu de rôle doit être volontaire.
Ne forcez personne à participer.
Faites jouer des situations qui ont un rapport avec la leçon
et qui sont importantes pour ceux que vous instruisez.
Les gens sont plus touchés par un jeu de rôle sur une
situation qu’ils ont connue personnellement. Soyez
cependant prudents dans le choix des situations qui vont
donner lieu à un jeu de rôle. S’il est important que les
problèmes soient aussi réels et significatifs que possible,
toutefois aucun participant ne doit être placé dans une
situation où il risque de jouer ce qu’il vit personnellement.
En tant qu’instructeur, soyez sensible aux sentiments et
au comportement des élèves. Acceptez les erreurs et
enseignez aux élèves à apprécier le point de vue de l’autre.
Ne permettez aucune critique des acteurs.
Des déguisements simples, chapeaux ou badges par
exemple, peuvent ajouter de l’intérêt au jeu de rôles,
surtout si vous instruisez des enfants.
Exemples de jeux de rôle
Un enfant a promis à ses parents de les aider à nettoyer
la maison. Alors qu’il se prépare à le faire, des camarades
viennent lui demander de venir jouer avec eux. Ils veulent qu’il vienne immédiatement et qu’il fasse son travail
plus tard. Faites un jeu de rôle sur ce qu’il devrait dire à
ses parents et ce qu’il devrait dire à ses camarades.
Un groupe de camarades marche dans la rue. Ils trouvent
un portefeuille qui contient de l’argent, mais ils ne savent
pas à qui il appartient. Chacun des amis veut faire quelque
chose de différent concernant le portefeuille. Faites un
jeu de rôle pour décider de ce qu’ils devraient faire.
Comment utiliser le jeu de rôle
1. Préparez ceux que vous instruisez pour le jeu de rôle en
leur expliquant brièvement le problème ou la situation.
Donnez-leur suffisamment de renseignements pour
qu’ils puissent bien jouer leur rôle. Mettez l’accent sur le
fait qu’ils jouent un rôle et qu’ils n’agissent pas comme
ils l’entendent.
2. Désignez les participants ou demandez des volontaires.
Précisez qui jouera quel rôle. Prévoyez autant de participants que possible parce qu’il est souvent plus intéressant
que plusieurs personnes jouent la situation au lieu de se
contenter d’une seule réaction. (Il est possible de refaire
un jeu de rôle pour permettre à d’autres personnes de
participer et de découvrir d’autres solutions.)
3. Donnez quelques minutes aux participants pour prévoir
ce qu’ils vont faire.
LEÇONS DE CHOSES
Voir «Comparaisons et leçons de choses», pages 162–163.
LECTURE EN CHŒUR (voir aussi THÉÂTRE
DE LECTURE, RÉCITATIONS)
Pour faire une lecture en chœur, les membres d’un groupe
lisent des passages d’Ecritures, de la poésie ou de la prose
tous ensemble. Une lecture en chœur peut se faire en classe
ou devant un public.
Vous pouvez utiliser cette méthode pour présenter des
récits d’Ecritures, des histoires, des poèmes et d’autres
informations. Vous pouvez aussi l’utiliser à l’occasion d’une
activité exceptionnelle pour des fêtes ou des événements
particuliers.
Exemple de lecture en chœur
Thème: Les articles de foi
Manière de procéder: Demandez aux élèves de revoir les
Articles de Foi, puis de vous les répéter en groupe.
Comment diriger une lecture en chœur
Sélectionnez un document qui met l’accent sur le sujet de
la leçon. Vous pouvez trouver des documents appropriés
dans les Ecritures, dans les manuels et dans les magazines
de l’Eglise et dans le recueil Chants pour les enfants.
Si vous devez effectuer la lecture en chœur devant un
public, demandez aux membres du groupe de s’exercer
à lire le document pour apprendre à parler en même
temps. Veillez à ce qu’ils parlent clairement, qu’ils fassent
des pauses et qu’ils modulent le ton et le débit de leur
voix pour bien rendre la signification du message.
4. Pour faire participer toutes les personnes présentes,
invitez celles qui ne jouent pas à observer avec attention.
5. Après avoir observé le jeu de rôle, discutez et évaluez ce
qui s’est passé en posant des questions comme «Qu’avezvous pensé de ce problème?» ou «Est-ce que cela pourrait
se passer dans la vie?» ou encore «En quoi cet exercice
vous aide-t-il à savoir comment agir si cette situation se
présentait vraiment?» Laissez vos élèves trouver des
moyens de résoudre des problèmes identiques dans leur
propre vie. Discutez des diverses solutions.
174
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Pendant la lecture, guidez-les pour qu’ils parlent bien
tous ensemble.
Le fait de mémoriser exige des efforts de concentration.
Vous pouvez enseigner des techniques de mémorisation. Vous
pouvez aussi suggérer des choses inspirantes à mémoriser.
MARIONNETTES
Comment aider les élèves à mémoriser
On peut utiliser des marionnettes pour mettre en scène
des parties d’une leçon ou d’une histoire, pour accueillir des
enfants en classe, pour donner des instructions, pour interpréter des chants, pour aider à faire des sketches, pour poser
des questions ou pour maintenir l’attention des enfants.
Les idées suivantes peuvent être utiles pour aider les
élèves à mémoriser. En pensant à ces idées, rappelez-vous
que ceux que vous instruisez se souviendront plus longtemps de ces choses si elles ont de la valeur à leurs yeux.
Assurez-vous qu’ils comprennent la signification des mots
qu’ils mémorisent.
Sortes de marionnettes
Ecrivez au tableau les premières lettres de tous les mots qui
doivent être mémorisés
COLLE OU AGRAFES
Vous pouvez écrire les lettres suivantes au tableau pour
aider les élèves à mémoriser le deuxième article de foi:
N C Q L H S P P L P P E N P L T D’A
TISSU
OU
PAPIER
COUDRE, COLLER
OU AGRAFER
Montrez chaque lettre au fur et à mesure que vous répétez
le mot correspondant.
Divisez le texte à apprendre en petits groupes de mots
ou en phrases
Voici quelques exemples de manières d’utiliser cette
technique:
DOS
DEVANT
Demandez à tout le monde de répéter en même temps
des petits groupes de mots, un à la fois. Par exemple,
pour mémoriser Proverbes 3:5–6, les élèves pourraient
répéter les portions suivantes du passage: (1) «Confie-toi
en l’Eternel de tout ton cœur,» (2) «et ne t’appuie pas
sur ta sagesse;» (3) «Reconnais-le dans toutes tes voies,»
(4) «et il aplanira tes sentiers.»
Répartissez les élèves en groupes. Donnez l’un des groupes
de mots à chacun. Lorsque vous désignez un groupe,
demandez-lui de répéter son groupe de mots. De temps
à autre, vous pouvez demander à tous les membres du
groupe de répéter le groupe de mots en silence au lieu de
le dire à voix haute. En entendant chaque groupe de mots
à plusieurs reprises, les élèves seront rapidement capables
de tous les répéter dans le bon ordre.
Répétez les mots, groupe de mots par groupe de mots,
en vous arrêtant pour laissez les élèves dire le groupe de
mots suivants.
Préparez une copie écrite du texte et découpez les groupes
de mots en bandes de mots. Après avoir récité le verset
plusieurs fois, étalez les bandes de mots dans le désordre.
Demandez aux élèves de les remettre dans l’ordre.
PETIT SAC EN PAPIER
PAPIER
BÂTON
MÉMORISATION
Lorsque nous mémorisons des Ecritures, des citations,
des cantiques ou des chants de la Primaire, ils peuvent
devenir pour nous une source de réconfort, de soutien et
d’inspiration. Lorsque nous nous les rappelons, ils peuvent
nous aider à ressentir l’influence du Saint-Esprit, où que
nous nous trouvions.
Ecrivez le texte à mémoriser au tableau
Demandez aux élèves de lire le texte plusieurs fois. Effacez
ou cachez peu à peu de plus en plus de mots jusqu’à ce que
les élèves aient mémorisé le texte.
175
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Utilisez de la musique
Vous pouvez utiliser de la musique pour aider les élèves
à mémoriser. Par exemple, vous pouvez enseigner les livres
du Livre de Mormon avec Chants pour les enfants, page 63.
Cela peut même être une méthode intéressante pour les
adultes et les adolescents.
Répétez plusieurs fois le texte mémorisé
Il est important de répéter le texte que nous essayons
de mémoriser. Lorsque vous déterminez comment vous
y prendre, pensez à la longueur du texte à mémoriser. Une
petite Ecriture peut être mémorisée en une seule fois. Un
nouveau chant peut s’apprendre ligne par ligne. Un rôle
pour un programme exceptionnel peut demander plusieurs
séances de répétitions. Revoyez régulièrement le texte avec
vos élèves. Recommandez à chacun de s’exercer tout seul.
MISE EN APPLICATION
Nous devons appliquer toutes les Ecritures à nous pour
en tirer un profit et un enseignement (voir 1 Néphi 19:23).
Appliquer les Ecritures signifie voir en quoi les récits des
Ecritures ressemblent aux situations actuelles et montrer en
quoi les principes qu’ils enseignent peuvent s’appliquer
à notre vie. Par exemple, au cours d’une leçon sur l’importance de la défense de la vérité, vous pourriez appliquer
l’histoire d’Abinadi à la cour du roi Noé à vos élèves (voir
Mosiah 11–17). Pour enseigner l’aveuglement spirituel et le
pouvoir que le Sauveur a de nous guérir et de nous donner
une plus grande vision spirituelle, vous pourriez appliquer
l’histoire du Christ guérissant l’aveugle (voir Jean 9).
Vous utiliserez cette méthode plus efficacement si vous
donnez aux membres de votre famille ou à vos élèves le
temps de méditer sur ce qu’ils ont lu. Par exemple, après
avoir étudié la réaction de Joseph Smith après qu’il a été
sur le point d’être dominé par l’adversaire dans le bois
sacré (voir Joseph Smith, Histoire 1:15–16), vous pourriez
demander aux élèves de se rappeler et même d’écrire une
expérience où ils ont été mis à l’épreuve. Vous pourriez
ensuite leur demander de réfléchir à la raison pour laquelle
il est important de lutter de toutes ses forces pour implorer
Dieu (voir verset 16).
Pour aider les membres de votre famille ou vos élèves à
comprendre que les Ecritures sont utiles, vous pourriez
enseigner de manière à montrer le lien entre les expériences
des prophètes et des personnes du passé et celles de personnes vivantes. Lorsque vous préparez vos leçons, demandez-vous en quoi ce principe (cette histoire ou cet événement) ressemble à une expérience que les membres de votre
famille ou vos élèves ont vécue. Par exemple, si vous enseignez une leçon qui contient une discussion sur les dix
commandements, vous pourriez vous demander comment
expliquer le commandement qui interdit de faire et d’ado-
176
rer des images taillées (voir Exode 20:4–5). La plupart des
membres de l’Eglise n’ont pas eu de problème avec l’adoration d’images taillées. Cependant, il existe de nombreuses
autres choses que les gens peuvent «adorer». Pendant votre
leçon, vous pourriez comparer le commandement ancien
contenu dans Exode 20:4–5 à quelque chose de plus commun: l’adoration que la société moderne voue à l’argent,
au sport, au plaisir et à la popularité.
Presque toutes les histoires des Ecritures peuvent s’appliquer à notre vie. Etudiez l’histoire suivante sur une instructrice qui a appliqué un récit scripturaire à ceux qu’elle
instruisait:
Une paroisse avait des problèmes avec les instructeurs
de la Primaire qui apportaient des sucreries en cours toutes
les semaines. Ces sucreries détournaient les enfants de
l’Esprit et les empêchaient de se concentrer sur la leçon. La
présidente de la Primaire a demandé à la coordonnatrice du
perfectionnement pédagogique de la paroisse de faire une
période d’échange sur ce problème.
Celle-ci a réfléchi aux manières de présenter ces idées
en même temps aux instructeurs et aux enfants. Aucune de
ses méthodes ne lui semblait être la bonne. Puis, en réfléchissant à nouveau à sa tâche, un matin elle a repensé au
récit qu’elle avait récemment lu avec sa famille, des 5000
personnes nourries par le Christ. Elle s’est souvenue qu’après
que Jésus a nourri la multitude, des personnes l’ont suivi
parce qu’elles voulaient de la nourriture et non parce qu’elles
voulaient entendre parler de l’Evangile (voir Jean 6:26–27).
Ce dimanche-là, elle a raconté cette histoire. Elle l’a
utilisée pour enseigner la vraie raison de venir à la Primaire:
donner et recevoir de la nourriture spirituelle.
Une autre façon d’aider les autres à appliquer les Ecritures à eux-mêmes est de leur demander de se situer dans
un texte scripturaire. Par exemple, si quelqu’un se place
dans Jacques 1:5–6, l’enseignement sur la prière s’applique
à lui comme à Joseph Smith:
«Si [je] manque de sagesse, [que je] la demande à Dieu,
qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle [me]
sera donnée. Mais [que je] la demande avec foi, sans douter.»
Nous pouvons souvent appliquer les Ecritures à notre
vie en demandant: «Qu’est-ce que le prophète qui a rapporté ce récit voulait que nous en retirions? Pourquoi a-t-il
inclus ces détails-là?» Lorsque nous posons ces questions sur
l’histoire d’Enos, par exemple, nous pouvons trouver des
applications à nos propres expériences avec la prière. Nous
pouvons apprendre que la prière exige parfois beaucoup
d’efforts et que notre Père céleste répond à nos prières. Nous
pouvons aussi apprendre que les parents ont une influence
sur leurs enfants, même s’il se passe des années avant que les
enfants suivent les enseignements de leurs parents.
En appliquant les Ecritures à nous-mêmes et en aidant
les autres à faire de même, nous pourrons voir le pouvoir de
la parole de Dieu dans tous les aspects de notre vie.
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
MUSIQUE
La Première Présidence a déclaré:
«La musique édifiante joue un rôle essentiel dans nos
réunions de l’Eglise. Les cantiques favorisent la présence de
l’Esprit du Seigneur, créent une atmosphère de recueillement,
unissent les membres et nous offrent un moyen d’adresser
des louanges au Seigneur.
«C’est dans les cantiques que l’on trouve quelques-uns
des plus grands sermons. Les cantiques nous incitent à nous
repentir et à faire de bonnes œuvres, édifient le témoignage
et la foi, apportent réconfort à ceux qui sont las, consolation
aux affligés, et nous donnent l’inspiration nécessaire pour
endurer jusqu’à la fin» (Cantiques, vii).
Les cantiques peuvent beaucoup nous édifier et nous
réconforter tout au long de notre vie si nous les mémorisons
et nous nous les rappelons dans les moments de besoin.
Dallin H. Oaks a recommandé à tous les membres de
l’Eglise d’utiliser les cantiques plus souvent pour se fortifier
personnellement et pour fortifier les autres:
«Je me demande si nous utilisons assez ces ressources
divines dans nos réunions, dans nos classes et dans nos
foyers...
«Nous devons utiliser davantage nos cantiques pour
nous rendre réceptifs à l’Esprit du Seigneur, et pour nous
aider à enseigner et à apprendre notre doctrine. Nous
devons utiliser mieux les cantiques dans l’enseignement
missionnaire, dans les classes de l’Evangile, dans les
réunions de collège, dans les soirées familiales et dans les
visites d’enseignement» (L’Etoile, janvier 1995, pp. 10, 13).
Souligner les leçons par la musique
Vous pouvez utiliser de la musique de nombreuses
manières pour souligner vos leçons et favoriser l’influence
de l’Esprit. Voici quelques exemples.
Enseigner ou réviser un principe de l’Evangile
La plupart des cantiques peuvent vous aider à enseigner
les principes de l’Evangile ou à réviser ceux que vous avez
déjà traités.
Lorsque vous utilisez un chant pour enseigner un principe, vous pouvez poser des questions aux élèves pour les
aider à réfléchir au message du chant ou pour les inciter
à discuter. Par exemple, avant de leur demander de chanter
«Pour trouver la paix» (Cantiques, no 194), vous pouvez
demander: «D’après vous, pourquoi ressentons-nous la
sécurité et la paix lorsque nous obéissons aux commandements?» Vous pouvez utiliser «Je veux suivre le plan de Dieu»
(Chants pour les enfants, p. 86) pour enseigner le plan de
salut aux enfants. Vous pouvez utiliser «Quels fondements
fermes» (Cantiques, no 42) pour aider vos élèves à comprendre que le Sauveur nous aide à surmonter les difficultés.
Pour parler du réconfort que nous pouvons recevoir lorsqu’un être aimé meurt, vous pouvez utiliser «Où pourrais-je
chercher?» (Cantiques no 68).
Après avoir enseigné un principe de l’Evangile, vous pouvez demander à vos élèves: «Quel cantique pourrait nous
aider à nous souvenir de ce principe?» Chantez ensuite l’un
des cantiques qu’ils mentionnent. Avec des enfants, vous
pouvez chanter un chant, puis leur demander d’indiquer le
rapport entre le chant et la leçon. Vous pouvez ensuite leur
demander de chanter ce chant avec vous.
Mieux comprendre une Ecriture
Chaque cantique du recueil de cantiques est accompagné
d’une référence d’Ecriture, qui est indexée (voir Cantiques,
pp. 254–257). La plupart des chants de Chants pour les
enfants comporte aussi une référence d’Ecriture. Vous pouvez
consulter ces références pour trouver des chants en rapport
avec une leçon précise. Par exemple, si vous enseignez
Jean 13:34–35, vous pouvez demander aux élèves de chanter
«Aimez vos frères» (Cantiques, no 200; Chants pour les enfants,
p. 74), l’un des cantiques qui correspondent à ces versets.
Aider les élèves à édifier et à exprimer leur témoignage
Lorsque les élèves chantent des cantiques et d’autres
chants de l’Eglise, l’Esprit peut leur témoigner de la véracité
des principes enseignés. Les paroles de certains chants sont
l’expression exacte d’un témoignage, de sorte qu’en les
chantant, les gens peuvent témoigner tous ensemble. C’est
le cas, par exemple de «Je sais qu’il vit, mon Rédempteur»
(Cantiques, no 73), «Je suis enfant de Dieu» (Cantiques, no 193;
Chants pour les enfants, p. 2) et «Seigneur, merci pour le
prophète» (Cantiques, no 10).
Gordon B. Hinckley a expliqué en quoi la musique a
fortifié son témoignage de Joseph Smith, le prophète:
«Il y a de nombreuses années, quand j’ai été ordonné
diacre à l’âge de douze ans, mon père, qui était président de
pieu, m’a emmené à ma première réunion de prêtrise de
pieu... Tous ensemble, ces hommes ont élevé leur forte voix,
certains avec l’accent du pays européen où ils avaient été
convertis, tous chantant ces paroles avec un puissant esprit
de conviction et de témoignage:
«Gloire à celui qui a vu Dieu le Père
Et que Jésus a choisi pour voyant.
En cette dispensation dernière,
Il est béni du fidèle croyant.
[«Au grand prophète», Cantiques, no 16]
«Ils chantaient à propos de Joseph Smith, le prophète,
et pendant qu’ils le faisaient, mon cœur s’est empli d’une
grande vague d’amour et de témoignage pour le puissant
prophète de cette dispensation. Pendant mon enfance, on
m’avait souvent parlé de lui dans des réunions et dans des
classes de notre paroisse, ainsi que chez moi, mais ce que
j’ai vécu à cette réunion de la prêtrise de pieu était différent.
J’ai su alors, par le pouvoir du Saint-Esprit, que Joseph Smith
était vraiment un prophète de Dieu» («Praise to the Man»,
Ensign, août 1983, p. 2).
177
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
ou la rapidité du chant. Pour indiquer la hauteur de
note, maintenez votre main à une position horizontale
et, pendant que vous chantez les paroles, déplacez-la vers
le haut pour indiquer des notes plus hautes ou vers le
bas pour indiquer des notes plus basses. En même temps,
bougez votre main plus ou moins rapidement pour
indiquer le bon tempo. Vous pouvez dessiner le schéma
d’un chant au tableau. Par exemple, le rythme mélodique du début de «Je suis enfant de Dieu» (Cantiques,
no 193; Chants pour les enfants, p. 2) ressemblerait à quelque chose comme:
Conclure une leçon et encourager les élèves à mettre
un principe de l’Evangile en pratique
A la fin d’une leçon, un cantique ou un chant peut résumer le principe enseigné et transmettre un message motivant. Par exemple, à la fin d’une leçon sur l’importance
du respect des commandements, vous pouvez demander
aux élèves de chanter «Bien choisir» (Cantiques, no 154),
«Pour trouver la paix» (Cantiques, no 194), «Fais donc le bien»
(Chants pour les enfants, p. 80) ou «Le courage de Néphi»
(Chants pour les enfants, p. 64).
—
—
—
Je
Favoriser le recueillement
En famille, vous pouvez chanter des cantiques et d’autres
chants lors des soirées familiales, des conseils de famille et
des autres réunions, afin de favoriser le recueillement et
d’améliorer l’étude de l’Evangile en famille. Dans une salle
de classe, vous pouvez passer une cassette de musique ou
demander à quelqu’un de jouer du piano pendant que les
élèves entrent en classe. Cela favorisera le recueillement et
contribuera à préparer les élèves à la leçon.
Pour favoriser le recueillement, vous pouvez aussi avoir
un fond musical doux pendant que vous lisez une histoire
ou que les enfants font des dessins en rapport avec la leçon.
Vous pouvez également demander à quelqu’un d’interpréter un chant comme «Raconte-moi les histoires de Jésus»
(Chants pour les enfants, p. 36) pendant que les élèves regardent des images sur les histoires des Ecritures.
Sélectionner et préparer des musiques appropriées
Lorsque vous sélectionnez de la musique pour une leçon,
référez-vous à la table des matières des recueils de Cantiques
et de Chants pour les enfants pour trouver des cantiques
et des chants en rapport avec le sujet de votre leçon. Le
Catalogue contient la liste des cassettes audio et des disques
compacts de musiques de l’Eglise qui sont disponibles.
Si vous utilisez des musiques non publiées par l’Eglise,
veillez à ce qu’elles soient en accord avec les principes de
l’Eglise (voir la section «Musique» du Manuel d’instructions
de l’Eglise). Le président ou le directeur de la musique
de paroisse pourra vous aider à choisir et à préparer des
musiques appropriées.
Si vous avez l’intention de chanter ou de diriger un
cantique ou un chant, veillez à en connaître suffisamment
bien les paroles pour pouvoir accorder votre attention
à ceux que vous instruisez et non au recueil de cantiques
ou de chants.
Suggestions pour diriger des chants
Revoyez les sections «Utilisation du recueil de cantiques»
(pages 245–253 du recueils de Cantiques) et «Comment utiliser ce livre» dans le recueil de Chants pour les enfants (pages
149–151). Apprenez les manières habituelles de battre la
mesure. Pensez aussi aux suggestions suivantes:
178
Lorsque vous dirigez un cantique ou un chant, vous pouvez utiliser vos mains pour indiquer la note et le tempo,
—
—
—
suis
— — — —
— — de —
— fant — —
en child of Dieu
Au lieu de battre la mesure pour diriger un chant, pensez à
utiliser de simples mouvements de la main pour marquer
les mots du chant.
Si vous pensez que vous avez besoin de plus d’aide pour
apprendre à diriger la musique, demandez au directeur de la
musique de paroisse de vous l’apporter.
Utiliser la musique pour instruire les enfants
La plupart des enfants aiment participer à des activités
musicales. Les rythmes attrayants de la musique aident les
enfants à se souvenir de ce qu’ils chantent et des messages
des paroles. La musique peut les aider à mieux comprendre
les principes de l’Evangile et fortifier leur témoignage. Vous
pouvez aussi utiliser la musique pour accueillir les enfants,
pour les préparer à la prière, pour attirer leur attention sur
la leçon ou pour les calmer après une activité. La musique
peut modifier le rythme d’une leçon et permettre aux
enfants de dépenser leur excès d’énergie.
De nombreuses leçons proposent des chants qui appuient
le principe enseigné. Consultez l’index de Chants pour les
enfants pour trouver les chants correspondants.
Il n’est pas nécessaire que vous soyez un musicien talentueux pour utiliser la musique dans votre enseignement. Si
vous êtes bien préparé et si vous aimez chanter, les enfants
apprécieront la musique que vous utiliserez et elle les aidera
à apprendre. Voici quelques suggestions pour vous aider à
utiliser la musique pour instruire les enfants. Vous trouverez
d’autres idées aux pages 149–150 de Chants pour les enfants.
L’exemple suivant montre comment un instructeur
pourrait utiliser le chant «Oh, j’aime voir le temple» (Chants
pour les enfants, p. 99) pour enseigner le temple:
Je connais un chant superbe sur les temples. Pendant
que vous chantez ce chant, écoutez bien les paroles pour
savoir ce que nous faisons lorsque nous allons au temple.
Avez-vous trouvé la raison pour laquelle nous allons au
temple? (Réponses possibles: pour ressentir l’influence du
Saint-Esprit, pour écouter, pour prier, pour faire des alliances
avec notre Père céleste et pour êtres scellés en famille.)
Maintenant chantons à nouveau ce chant. Cette fois-ci,
écoutez pour savoir de qui le temple est la maison.
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Avez-vous trouvé à qui le temple appartient? (C’est la
maison de Dieu.)
Continuez à poser des questions de ce genre jusqu’à ce
que vous ayez mis l’accent sur tous les aspects du chant qui
aideront les enfants à en comprendre le message.
ORATEURS EXTÉRIEURS
De temps à autre, vous pouvez inviter un orateur à
venir parler à vos élèves pendant la leçon. Par exemple, un
consultant de la Prêtrise d’Aaron peut inviter un jeune
qui vient de rentrer de mission à expliquer aux jeunes gens
comment se préparer à faire une mission.
Comment travailler avec un intervenant extérieur
Vous devez demander l’autorisation de votre évêque
avant d’inviter un orateur qui n’est pas membre de votre
paroisse (voir le Manuel d’instructions générales de l’Eglise,
Tome 2: Dirigeants de la Prêtrise et des auxiliaires, 1998, p. 325).
Lorsque vous avez obtenu l’autorisation de l’évêque,
procédez de la manière suivante:
1. Invitez l’orateur à l’avance. Indiquez-lui le sujet de la
leçon, l’âge de vos élèves, ce que vous voudriez qu’ils
retirent de l’exposé et le temps qui lui sera imparti.
Donnez-lui une copie de la leçon du manuel.
2. Si vous avez l’intention de lui poser des questions,
préparez-en la liste. Donnez-lui une copie des questions
que vous lui poserez.
3. Présentez-le avant qu’il ne prenne la parole.
Le monde est si beau! Je suis rempli de joie
[faites un grand cercle avec les bras]
Par tout ce que Jésus a créé pour moi.
Les fleurs, le soleil,
[faites un grand cercle avec les bras]
l’étoile au firmament
[tendez et agitez les doigts]
Mon foyer, mes parents,
Je les aime tant
[saisissez vos bras et serrez-vous]
Comment enseigner un poème de détente
Avant d’enseigner un poème de détente, apprenez-en les
mots et les gestes. Pour enseigner un poème de détente:
1. Dites les paroles et montrez les gestes aux enfants. Allez
lentement et exagérez les gestes. Cela permettra aux
enfants de comprendre les paroles et les gestes.
2. Demandez aux enfants de faire le poème de détente
avec vous.
3. Si les enfants aiment le poème de détente, répétez-le.
S’ils commencent à s’agiter, raccourcissez-le. Si un poème
de détente est long, aidez les enfants à faire les gestes
pendant que vous seul dites les paroles.
De temps en temps, vous pouvez utiliser des images
pour représenter les poèmes de détente. Des images du Jeu
d’illustrations de l’Evangile et des manuels de leçons et
des magazines de l’Eglise peuvent être utiles.
Certains enfants peuvent refuser de participer au poème
de détente, mais aimer regarder les autres faire les gestes.
Ils participeront lorsqu’ils se sentiront prêts.
POÈMES DE DÉTENTE
Les petits enfants aiment les poèmes et les chants que
l’on mime par des gestes simples. On appelle ces poèmes
et ces chants des poèmes et des chants de détente. Vous
pouvez utiliser les poèmes et chants de détente pour aider
les enfants à apprendre les principes de l’Evangile. Vous
pouvez aussi les utiliser pour bien accueillir les enfants au
début de la classe, pour les préparer à prier ou pour les
préparer à participer à la leçon.
Il est utile d’avoir plusieurs poèmes et chants de détente
tout prêts afin de les utiliser chaque fois que vous ressentez
le besoin de changer le rythme d’une leçon ou de faire
participer les enfants à une activité.
Vous trouverez des idées de chants et poèmes de détente
dans le livre de chants pour les enfants, dans certains
manuels de la Primaire et dans quelques numéros de L’Ami.
Vous pouvez créer vos propres poèmes et chants de détente
en ajoutant des gestes simples à des poèmes ou des chants.
QUESTIONS
Exemple d’un poème de détente
Déroulement: Le dimanche, avant une leçon sur
l’importance du respect des commandements, donnez à
chaque personne un exemplaire des dix commandements
(Exode 20:3–17). Donnez à chacun l’un des commandements à mémoriser. Lors de la leçon suivante, demandez
à chacun de réciter son texte à tour de rôle.
Le poème d’activité suivant peut être utilisé pour enseigner aux enfants à être reconnaissant des créations de Dieu.
Il s’inspire du chant de la Primaire «Le monde est si beau!»
(Chants pour les enfants, p. 123).
Voir «Enseignez en posant des questions», pages 68–70.
RÉCITATIONS (voir aussi LECTURES EN CHŒUR;
THÉÂTRE DE LECTURE)
Dans une récitation, les participants répètent un texte,
qu’ils ont généralement mémorisé. Une récitation peut être
faite en classe ou devant un public.
Vous pouvez utiliser cette méthode pour présenter des
récits d’Ecritures, des histoires, des poèmes ou toute autre
information. Vous pouvez aussi l’utiliser au cours d’un
spectacle spécial organisé pour des fêtes ou des événements
exceptionnels.
Exemple de récitation
Thème: Les dix commandements
179
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
moquerez pas de leurs idées, et aidez-les à comprendre
qu’ils ne doivent pas critiquer ou se moquer de celles des
autres. Du fait de la nature de ces séances, vous devrez
peut-être leur rappeler de faire preuve de tenue dans leurs
actions et leurs suggestions.
Comment organiser une récitation
Sélectionnez des textes qui appuieront le sujet de la leçon.
Vous pouvez trouver des documents appropriés dans les
Ecritures, dans les manuels et les magazines de l’Eglise et
dans Chants pour les enfants.
Divisez les textes en rôles. Distribuez-les aux participants.
Donnez à chacun le rôle d’un personnage ou du narrateur. Veillez à ce que les participants aient assez de temps
pour étudier leur rôle et qu’ils le comprennent bien.
Si vous présentez la récitation devant un public, veillez
à ce que les participants s’entraînent à lire le texte. Veillez
à ce qu’ils parlent clairement, fassent des pauses et à ce
qu’ils modulent le volume et la rapidité de leur voix afin
de bien transmettre le sens du message.
RÉTROPROJECTEURS (voir aussi TABLEAUX
NOIRS)
Les rétroprojecteurs, que l’on peut trouver dans certaines
bibliothèques d’unité, sont des instruments servant à
agrandir et projeter des images sur un écran ou sur le mur.
On peut les utiliser à la place du tableau noir. C’est surtout
utile lorsqu’une classe est trop nombreuse pour que tout
le monde puisse bien voir le tableau. Si la bibliothèque de
votre unité en possède un, demandez au responsable de la
bibliothèque de vous expliquer comment l’utiliser.
SÉANCES DE REMUE-MÉNINGES
Lors d’une séance de remue-méninges, l’instructeur
présente une question ou une situation et donne un court
moment aux élèves pour suggérer librement des solutions
ou des idées.
Exemples de séances de remue-méninges
Vous pouvez utiliser ce genre d’activité pour répondre à
un besoin de votre famille, votre collège ou votre classe. Par
exemple, vous pouvez demander à vos élèves d’organiser
une activité de service, de suggérer des moyens d’inviter des
membres non pratiquants à une activité, ou de trouver des
idées pour améliorer les efforts en matière d’enseignement
au foyer.
Vous pouvez aussi faire ce genre d’activité pour stimuler
des idées sur un sujet précis au cours d’une leçon. Par
exemple, vous pourriez demander à vos élèves de prendre
quelques minutes pour faire la liste des bénédictions qu’ils
ont reçues grâce à la prêtrise ou pour énumérer les choses
qu’ils peuvent faire pour être de bons exemples en tant que
membres de l’Eglise.
Comment diriger une séance de remue-méninges
1. Expliquez ce qu’est une séance de remue-méninges. Dites
à vos élèves que vous allez leur donner un petit moment
pour apporter des idées. Veillez à ce qu’ils comprennent
que vous ne les critiquerez pas et que vous ne vous
180
2. Présentez une question ou une situation précise. Veillez
à ce que les élèves sachent de combien de temps ils
disposent pour faire leurs suggestions.
3. Permettez-leur de donner leurs idées. S’ils hésitent à se
lancer, il faudra peut-être leur montrer la voie en suggérant vous-même quelques idées. Pensez à des moyens
de faire participer ceux qui semblent hésiter à participer.
4. Au fur et à mesure que les élèves lancent des idées,
notez-les au tableau ou sur une feuille ou demandez à
quelqu’un de le faire.
5. Lorsque le temps imparti est fini, discutez des suggestions faites par les élèves. Invitez-les à polir leurs idées et
à dire en quoi elles se rapportent à la leçon. Si le but de
l’activité consistait à décider d’une activité, par exemple
un projet de service ou un plan pour inviter des nonpratiquants à une activité, aidez-les à sélectionner l’une
des suggestions. Aidez-les ensuite à élaborer des plans
pour réaliser cette suggestion.
6. S’ils expriment des idées sincères, mais qui sont fondées
sur une fausse doctrine, prenez le temps de corriger
gentiment ces idées pendant la leçon.
SKETCHES
Dans un sketch, les gens interprètent une histoire. Vos
élèves obtiendront une meilleure compréhension des principes de l’Evangile en interprétant des récits tirés des Ecritures,
de l’histoire de l’Eglise ou du Liahona.
Types de sketches
Il existe différents types de sketches. Par exemple, vous
pouvez:
Lire un récit (ou demander à quelqu’un de le lire) pendant
que des personnes l’interprètent en silence.
Rappeler un récit, puis demander à des personnes de
l’interpréter avec ou sans paroles. Les petits enfants
aiment souvent interpréter une histoire plusieurs fois,
en jouant un rôle différent chaque fois.
Préparer des manuscrits à l’avance pour que les participants les lisent en classe.
Demander à des élèves de jouer en silence une histoire
célèbre et aux autres de deviner de quelle histoire il s’agit.
Interviewez une personne comme si elle était un personnage des Ecritures ou de l’histoire de l’Eglise. Par exemple,
vous pourriez demander à quelqu’un de jouer le rôle de
Cham, l’un des fils de Noé. Vous pourriez demander à la
personne représentant Cham de parler de la prédication
de Noé, du déluge, de l’arche et du jour où Noé et sa
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
famille ont à nouveau pu marcher sur la terre ferme.
(Si vous avez l’intention de mener ce genre d’interview,
parlez à l’avance avec la personne désignée pour lui
indiquer les questions que vous poserez.)
Préparation et direction de sketches
Quelle que soit la manière dont les sketches sont dirigés,
ils doivent avoir un rapport direct avec la leçon. Ils doivent
aider les élèves à se rappeler les principes de l’Evangile.
Ils doivent exprimer des messages simples et directs. Ils ne
doivent pas faire oublier le caractère sacré des événements
scripturaires ou historiques.
Des déguisements simples, par exemple des tuniques
et des chapeaux, peuvent rendre les sketches plus intéressants, en particulier pour les enfants. Il pourra aussi être
utile d’utiliser des badges pour identifier les personnages
interprétés par les participants.
Certains élèves peuvent être hésitants à jouer le rôle de
personnages des Ecritures ou de l’histoire de l’Eglise. Vous
pouvez trouver d’autres moyens de les faire participer à des
sketches. Par exemple, certains petits enfants se sentiront
plus à l’aise en jouant le rôle d’animaux. Ils aimeront aussi
peut-être faire des bruits comme le son du vent ou des
pieds qui courent. Si certains ne veulent pas participer, ne
les y forcez pas.
Pour organiser un sketch:
1. Demandez des volontaires pour faire le sketch. Donnezleur des rôles.
2. Aidez les participants à comprendre l’histoire et les
personnages qu’ils vont interpréter.
3. Pendant le sketch, aidez les participants à jouer leur rôle,
si nécessaire. Ils peuvent avoir besoin que vous leur souffliez leur texte pendant le sketch. Si vous instruisez des
petits enfants, pour les aider vous pouvez leur poser des
questions, par exemple «que dois-tu faire maintenant?»
ou «que dois-tu dire maintenant?»
Les sketches ne doivent pas durer toute la leçon. Veillez
à laisser suffisamment de temps à la fin du sketch pour
demander aux participants ce qu’ils ont appris. Aidez-les à
voir le lien entre le message du sketch, la leçon et leur
propre vie.
Mises en garde concernant la représentation
de la Divinité dans des saynètes
«Dieu le Père et le Saint-Esprit ne doivent pas être
représentés dans des réunions, des pièces de théâtre ou
des comédies musicales.
«Si l’on représente le Sauveur, on doit le faire avec le
respect et la dignité les plus extrêmes. On ne confiera le
rôle qu’à quelqu’un qui a une personnalité saine. Celui qui
représente le Sauveur ne doit prononcer que les paroles
du Sauveur indiquées dans les Ecritures. La personne qui
représente le Sauveur ne doit ni chanter ni danser.
«A la fin de la représentation, la personne ne doit pas
porter le costume dans les couloirs ni ailleurs. Elle doit
remettre immédiatement sa tenue de ville.
«Le Sauveur ne doit pas être représenté par des enfants
dans une pièce de théâtre, si ce n’est dans une scène de la
Nativité» (Manuel d’instructions de l’Eglise, Tome 2: Dirigeants
de la prêtrise et des auxiliaires, 1999, p. 279).
Vous pouvez demander à un récitant de lire les paroles
du Sauveur dans les Ecritures.
TABLEAU DE FLANELLE
Le tableau de flanelle est un tableau portatif sur lequel on
place des figurines, en général pour raconter une histoire.
Cet instrument pédagogique donne de bons résultats avec
les enfants. Si vous utilisez un tableau de flanelle, vous pouvez
demander aux élèves de vous aider à y placer les figurines.
Après avoir utilisé un tableau de flanelle pour raconter une
histoire, vous pouvez laisser les enfants utiliser les figurines
pour répéter l’histoire.
Fabrication d’un tableau de flanelle
Pour fabriquer un tableau de flanelle:
1. Coupez un morceau de carton épais, de contreplaqué ou
d’un matériau du même genre.
2. Découpez un morceau de tissu uni fait de flanelle, de
feutrine, de Nylon ou de toile de jute, plus long et
plus large que la planche servant de fond d’environ six
centimètres.
3. Posez le fond au centre de l’envers du tissu. Ramenez les
côtés du tissu sur la planche et fixez-les au dos.
Fabrication de figurines pour le tableau de flanelle
Pour confectionner vos propres figures pour le tableau
de flanelle:
1. Dessinez une illustration ou décalquez et coloriez une
image dans un magazine, un manuel ou une publication
de l’Eglise.
2. Découpez l’image.
3. Fixez-la avec du ruban adhésif ou collez-la sur du papier
fort.
4. Fixez-la sur un morceau de flanelle, de papier de verre ou
sur quelque chose de rugueux. Cela permettra de la faire
tenir au tableau de flanelle.
TABLEAUX BLANCS
Voir «Tableaux noirs», pages 181–182.
TABLEAUX NOIRS
Le tableau noir est l’un des instruments pédagogiques les
plus simples et les plus facilement disponibles. Vous pouvez
l’utiliser pour:
181
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
Souligner des points ou des idées clés et aider les élèves
à s’en souvenir.
Mettre en valeur les idées des élèves en les écrivant.
Guider le débat en écrivant les questions et en notant les
réponses des élèves. Par exemple:
LORSQUE NOUS PRIONS
Nous remercions
notre Père céleste de:
Faites des silhouettes et des formes simples pour illustrer
des histoires ou des concepts. Si elles sont simples, elles
ne deviendront pas l’attraction centrale de la leçon.
Maintenez l’intérêt de vos élèves en parlant pendant que
vous écrivez.
Evitez de passer de longs moments au tableau. Cela peut
pousser les élèves à se désintéresser de la leçon.
Ne présentez pas d’excuse pour votre orthographe, votre
écriture ou votre manque de talent artistique. Cela ne
ferait qu’attirer l’attention sur cet aspect de votre écriture
ou sur vos dessins. Si vous êtes mal à l’aise au tableau,
demandez à quelqu’un de vous aider.
De temps en temps, demandez à quelqu’un d’écrire au
tableau à votre place pour que vous conserviez le contact
visuel avec vos élèves. Veillez à ce que la personne comprenne bien ce que vous voulez qu’elle écrive et à quel
endroit du tableau.
Nous demandons
à notre Père céleste de:
Rendre plus claires des idées ou des histoires en les
illustrant simplement. Par exemple:
La vision de l’arbre de vie
Faire des plans ou des listes pour aider les élèves à suivre
une discussion.
Inscrire les tâches ou les Ecritures pour la leçon que vous
donnez ou pour la prochaine.
Directives pour utiliser un tableau noir
Les directives suivantes peuvent vous aider à vous servir
efficacement du tableau noir pour enseigner. Elles s’appliquent aussi à votre utilisation des rétroprojecteurs et des
tableaux blancs.
Planifiez et pratiquez ce que vous écrirez, et décidez de la
manière dont vous organiserez le texte ou les dessins.
Exercez-vous à dessiner les illustrations que vous utiliserez.
Si vous prévoyez d’utiliser un plan, une liste ou une
illustration au tableau noir, vous pourriez le faire avant le
début du cours et le couvrir d’un papier, pour le révéler
au moment approprié de la leçon.
Ecrivez lisiblement et en caractères suffisamment larges
pour que chacun puisse voir, et veillez à ce que le texte
soit bien disposé, organisé et facile à lire. N’écrivez que les
mots ou expressions clés.
182
TABLES RONDES
Une table ronde est constituée d’un groupe d’au moins
deux élèves ou orateurs venant de l’extérieur qui possèdent
une connaissance ou une expérience particulière et que l’on
charge de traiter d’un sujet d’intérêt général. Une table ronde
est dirigée par un animateur, généralement l’instructeur.
Vous pouvez utiliser une table ronde pour présenter une
information ou pour discuter de la manière de vivre un
principe de l’Evangile ou de résoudre un problème. La table
ronde donne aux élèves l’occasion de s’exprimer sur des
sujets très divers. Lorsque vous demandez à des élèves de
présenter un nouveau sujet ou de discuter de problèmes
intéressants pour le groupe, ils participent davantage au
processus d’apprentissage.
Comment préparer une table ronde
1. Sélectionnez un sujet en rapport avec la leçon et l’âge
des participants. Préparez des questions sur le sujet que
vous poserez aux experts de la table ronde.
2. Choisissez à l’avance des personnes qui se sentiront
suffisamment à l’aise pour répondre à des questions
devant un groupe. Limitez le nombre des experts de la
table ronde à trois ou cinq. Une table ronde de plus
de cinq personnes risque de prendre trop de temps, et
les participants risquent de ne pas avoir suffisamment
d’occasions de commenter les sujets. Si vous voulez
inviter des intervenants possédant une connaissance ou
une expérience particulière, rappelez-vous qu’il vous
faut d’abord l’autorisation de l’évêque (voir Manuel
d’instructions de l’Eglise, Tome 2: Dirigeants de la prêtrise et
des auxiliaires, 1999, p. 325).
3. Aidez les experts de la table ronde à se préparer pour la
discussion. Pensez aux idées suivantes:
a. Aidez-les à comprendre l’objectif de la discussion et
leurs responsabilités, y compris toutes les études et
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
autres préparations qu’ils devront faire. Donnez-leur
également des renseignements sur l’âge et les besoins
des membres de la classe, le genre de présentation
que vous souhaitez et le temps qui leur sera imparti
pour présenter leur exposé.
b. Aidez-les à obtenir les informations nécessaires à leur
intervention.
c. Si la table ronde doit présenter des idées ou informations nouvelles, confiez un aspect du sujet à chaque
expert du groupe au moins une semaine à l’avance
pour qu’il ait le temps de se préparer à la discussion.
Vous pourriez donner des références d’Ecritures, de
manuels et d’autres sources aux membres du groupe.
d. Si les membres du groupe veulent mettre l’accent
sur un aspect du problème, discutez avec eux avant le
débat et donnez-leur une liste de questions à traiter.
Laissez chaque personne choisir deux ou trois questions
auxquelles elle aimerait répondre.
e. Juste avant la présentation, laissez-les se réunir
brièvement pour un échange d’idées sur le sujet qui
sera traité.
Comment mener une table ronde
1. Disposez la salle de sorte que les participants puissent
être vus et entendus.
de travail, des études de cas ou des séances de remueméninges pour discuter de la manière de faire des bons
choix dans ces situations.
Préparez des questions d’application précises pour en
discuter avec les élèves.
Racontez une expérience personnelle concernant la
manière dont vous avez été béni en mettant en pratique
un principe de l’Evangile. Encouragez vos élèves à
raconter brièvement leurs expériences.
Incitez vos élèves à se fixer un ou plusieurs objectifs
qui pourront les aider à mettre en pratique les principes
que vous leur avez enseignés. Par exemple, dans une
leçon sur la prière, vous pouvez les encourager à se fixer
pour objectif de prier plus intensément. Vous pouvez
leur demander d’exprimer leurs sentiments la semaine
suivante.
Lisez des passages d’Ecriture qui témoignent de ce principe. Demandez à vos élèves de parler de leur Ecriture ou
de leur histoire scripturaire préférée.
Demandez à vos élèves de réfléchir à un cantique qui les
aide à se souvenir de ce principe. Suggérez des cantiques
qui pourraient les y aider.
Incitez vos élèves à parler du message de la leçon à leur
famille. Ils peuvent par exemple parler d’une activité,
d’un cantique, d’une fiche de travail ou d’une Ecriture
utilisé en classe. Demandez-leur de voir avec leur famille
comment ils peuvent mettre ce principe en pratique.
Demandez à vos élèves de noter une Ecriture, une citation, un poème ou un passage d’un cantique sur une
feuille de papier qu’ils peuvent emporter chez eux pour
se souvenir de la leçon.
Demandez aux enfants de se dessiner eux-mêmes en train
de mettre ce principe en application.
Aidez-les à mémoriser un article de foi qui a trait à ce
principe. Avec les enfants, expliquez le lien entre ce
principe et l’un des points de «Mes principes de l’Evangile», qui figure au dos de la brochure Mes journées
d’accomplissement.
Un mois à l’avance, demandez à quelques élèves d’étudier
une leçon précise et de la mettre en pratique dans leur
vie. Lorsque vous faites cette leçon, demandez à ces élèves
de raconter leur expérience.
2. Au moment de la table ronde, présentez les participants
et le sujet dont ils vont parler.
3. Lorsque vous (ou un autre animateur désigné) menez la
discussion et posez les questions, veillez à donner à
chaque participant le temps de répondre. Le succès d’une
table ronde dépend en grande partie de l’animateur.
Celui-ci donne le ton spirituel de la présentation et mène
la discussion en veillant à ce que les commentaires
restent sur le sujet ou le problème, en relançant une
discussion qui traîne et en faisant participer tous les
experts à la discussion.
4. Permettez aux élèves de poser des questions aux experts.
5. Après la discussion, résumez ce qui a été présenté.
TECHNIQUES D’APPLICATION
En tant qu’instructeur de l’Evangile, l’un de vos objectifs
majeurs devrait être d’aider les autres à appliquer les principes de l’Evangile dans la vie de tous les jours. Les techniques d’application peuvent aider les élèves à comprendre
les bénédictions qui découlent de l’obéissance à l’Evangile.
Vous trouverez ci-dessous quelques méthodes pour aider
ceux que vous instruisez à vivre les principes que vous
enseignez. Ces méthodes, ainsi que d’autres, sont décrites
dans cette partie du manuel.
Discutez de situations semblables à celles que les élèves
peuvent rencontrer. Utilisez des jeux de rôle, des groupes
de discussion, des débats scindés, des jeux, des feuilles
THÉÂTRE DE LECTURE (voir aussi LECTURE
EN CHŒUR, RÉCITATIONS)
Dans un théâtre de lecture, les participants utilisent
un manuscrit pour raconter une histoire. On peut faire un
théâtre de lecture en classe ou devant un public.
Vous pouvez utiliser cette méthode pour présenter des
récits d’Ecritures, des histoires, des poèmes ou toute autre
information. Vous pouvez aussi l’utiliser au cours d’un
183
P a rt i e F : M é t h o d e s p é d a g o g i q u e s
spectacle spécial organisé pour des fêtes ou des événements
exceptionnels.
Comment organiser un théâtre de lecture
Sélectionnez des textes qui appuieront le sujet de la leçon.
Vous pouvez trouver des documents appropriés dans les
Ecritures et dans les manuels et les magazines de l’Eglise.
Divisez les textes en rôles. Distribuez-les aux participants.
Donnez à chacun le rôle d’un personnage ou du narrateur. Veillez à ce que les participants aient assez de temps
pour étudier leur rôle et qu’ils le comprennent bien.
Si vous présentez le théâtre de lecture devant un public,
veillez à ce que les participants s’entraînent à lire le
texte. Veillez à ce qu’ils parlent clairement, fassent des
pauses et à ce qu’ils modulent le volume et la rapidité de
leur voix afin de bien transmettre le sens du message.
Exemple de théâtre de lecture
Histoire: Abinadi, le roi Noé et Alma
Déroulement: Expliquez que Dieu a envoyé un prophète
du nom d’Abinadi exhorter le peuple du roi Noé à se repentir de ses péchés. Demandez ensuite aux élèves de lire les paroles du roi Noé, de ses méchants prêtres, d’Abinadi, d’Alma
et des Néphites dans Mosiah 17:1–19 et 18:1, 7–11, 17, 30.
Demandez aussi à quelqu’un d’être le narrateur et de lire le
récitatif entre les déclarations des différents personnages du
récit.
184
G
COURS ENSEIGNER L’éVANGILE
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Aides pour l’instructeur du cours
Objectif du cours
Ce cours constitue une base qui aidera les membres de l’Eglise à mieux enseigner
l’Evangile à la maison et à l’Eglise. Les leçons du cours ont été conçues pour être données
dans le cadre d’une classe organisée. Elles peuvent également faire l’objet d’une étude
personnelle ou en famille.
Présentation
du cours
Le Seigneur nous a commandé de «nous enseigner les uns aux autres la doctrine du
royaume» (D&A 88:77). Lui qui est le Maître Pédagogue nous a montré l’exemple
à suivre. Dans les révélations modernes, il nous a donné des commandements précis
sur la façon dont nous devons enseigner (voir, par exemple, D&A 42:12–14; 50:13–22;
52:9; 88:122). Son exemple et ses commandements nous guident dans nos efforts
pour nous améliorer en tant qu’instructeurs.
La leçon 1, «Importance de l’enseignement de l’Evangile dans le plan de Dieu», donne
le ton de tout le cours Enseigner l’Evangile. Elle met l’accent sur le grand dessein du
Seigneur de nous enseigner le plan de rédemption. La leçon montre que nous pouvons
avoir une part active dans cette œuvre sacrée.
Les leçons 2, 3 et 4 présentent les trois principes fondamentaux de l’enseignement de
l’Evangile: «Aimez vos élèves», «Enseignez selon l’Esprit», et «Enseignez la doctrine».
La leçon 5, «Incitez vos élèves à apprendre diligemment», met l’accent sur la manière
d’aider les gens à assumer la responsabilité de l’étude de l’Evangile. Les leçons 6 et 7, qui
ont toutes deux pour titre «Créez une atmosphère propice à l’apprentissage», montrent
comment éviter et résoudre les problèmes qui peuvent se présenter au cours de l’enseignement. Dans les leçons 8 et 9, sous le titre «Employez des méthodes efficaces», vous
enseignerez et commenterez l’utilisation efficace des diverses méthodes pédagogiques.
La leçon 10, «Préparez tout ce qui est nécessaire», montre comment planifier les leçons.
Dans les leçons 11 et 12, vous aiderez les élèves à appliquer tout ce qu’ils auront appris
au cours des 10 premières leçons. La leçon 11, «Cultivez vos talents», aide les élèves à
établir un plan personnel d’amélioration et montre en quoi les nombreuses ressources
disponibles dans la paroisse peuvent les aider à mener à bien ce plan. La leçon 12, «Allez
enseigner», donne l’occasion aux élèves de s’instruire les uns les autres en partageant
ce qu’ils auront appris pendant le cours.
186
Forme du cours
On trouvera des renseignements sur l’horaire du cours, les participants et les adaptations éventuelles à la page 10 de Améliorer l’enseignement de l’Evangile: Guide du dirigeant.
Se préparer
à enseigner le cours
Il est recommandé de lire l’ensemble des 12 leçons avant le début du cours. Cela vous
aidera à voir comment les leçons s’articulent pour fournir une base à l’enseignement de
l’Evangile. Cela attirera également votre attention sur les principes de l’Evangile que
vous devrez illustrer pendant le cours.
A i de s p o u r l’ i n s t r u c t e u r d u co u rs
Utiliser
la documentation
éditée par l’Eglise
En plus de ce manuel, vous aurez besoin des Ecritures ainsi que de la section «Comment
enseigner et diriger dans l’Eglise» du Manuel d’instructions de l’Eglise. Vous pourrez également avoir recours à la documentation référencée dans «Documentation de l’Eglise pour
enseigner l’Evangile», à la page 105 du présent manuel.
Voyez auprès du bibliothécaire de votre unité quelle est la documentation disponible.
Travailler avec
les élèves
Documentation dont les élèves auront besoin
Les élèves devront apporter leurs Ecritures en classe. Ils devront également apporter
un bloc-notes ou un journal dans lequel ils pourront inscrire des notes, des tâches
à accomplir ou encore des réflexions personnelles. Chaque élève devra apporter un
exemplaire du présent manuel en classe.
Faire participer les élèves
Chaque leçon contient des instructions pour aider les élèves à jouer un rôle actif
dans l’expérience d’apprentissage. Par exemple, vous pourrez demander aux élèves de
prendre des notes, d’exprimer leurs idées ou de faire part d’expériences personnelles.
Lorsque vous préparerez les leçons, veillez à prévoir suffisamment de temps pour que
les élèves puissent prendre part aux activités.
Tâches
Les leçons de ce cours comprennent deux sortes de tâches:
1. Des invitations à préparer une partie de la leçon. Ces tâches se trouvent à la section
«Préparation» de plusieurs leçons. Elles donnent aux élèves l’occasion de participer et
de s’instruire mutuellement. Vous devrez choisir, en vous aidant de la prière, les
élèves auxquels vous attribuerez ces tâches. Vous devrez leur accorder suffisamment
de temps pour se préparer.
2. Des tâches destinées à mettre en pratique des principes en dehors de la classe.
Ces tâches constituent une part importante du cours car elles aideront les élèves à
s’améliorer en tant qu’instructeurs. Ces tâches devront être assignées à la fin de
chaque leçon.
Soutenir chaque élève
En plus de donner les leçons du cours, vous devrez prendre le temps de soutenir individuellement chaque élève. Les élèves réussiront mieux si vous prenez contact avec eux
entre les leçons pour les encourager et pour leur proposer votre aide. Peut-être auront-ils
envie de parler des expériences qu’ils ont en appliquant les principes enseignés dans
les leçons.
Promesse de l’aide
divine
Méditez sur la remarque à l’attention de l’instructeur au début de chaque leçon. En
exerçant votre foi, en priant pour recevoir de l’aide et en mettant en application les
principes que vous enseignez dans ce cours, vous aiderez les élèves à devenir des instruments entre les mains de Dieu pour amener les autres à la connaissance de la vérité
(voir Alma 17:9).
187
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Etude personnelle et en famille
du cours
Si le cours Enseigner l’Evangile n’est pas dispensé actuellement dans votre paroisse ou si
vous ne pouvez pas y assister, vous pouvez étudier les leçons par vous-même ou avec
des membres de votre famille. Cependant, l’étude personnelle ou en famille ne vise pas
à remplacer la participation au cours lorsque vous y êtes invité. Vous progresserez
davantage en rencontrant les autres pour échanger des idées et pour apprendre ensemble
comment améliorer vos qualités d’instructeur.
Idées pour l’étude
personnelle
ou en famille
Lisez «Aides pour l’instructeur», aux pages 186–187. Adaptez les idées à votre situation
personnelle.
Prenez un engagement personnel. Votre étude sera plus efficace si vous la commencez
animé de l’engagement de vous améliorer et du désir de suivre le cours avec diligence
jusqu’au bout.
Etudiez les leçons dans l’ordre et n’essayez pas d’étudier plus d’une leçon par semaine. Vous
aurez besoin de temps entre les leçons pour mettre en application ce que vous aurez
appris.
Prenez des notes dans un carnet. Un aspect important du cours Enseigner l’Evangile
consiste à noter ses progrès. Les leçons donnent l’occasion de prendre des notes,
de mettre par écrit ses impressions, ses projets, ses expériences et ses progrès en relation
avec le cours.
Accomplissez les tâches attribuées. Vos efforts pour vous améliorer ne seront couronnés
de succès que si vous mettez en pratique ce que vous avez appris. Chaque leçon comprend des tâches pour vous aider à appliquer les principes en vous offrant des occasions
réelles d’enseigner. Accomplissez fidèlement ces tâches. Notez votre évaluation de vos
efforts et de vos progrès dans votre carnet.
Si vous étudiez en famille, organisez votre étude comme si vous étiez une classe. Vous pouvez
diriger les discussions à tour de rôle. Lisez les Ecritures proposées dans les leçons,
discutez des questions et accomplissez les tâches attribuées.
Si vous étudiez seul, faites comme si vous étiez en classe. Que pourriez-vous ajouter à une
discussion sur les sujets traités dans la leçon? Comment répondriez-vous aux questions
posées? Notez vos réflexions dans votre carnet. Reportez-vous à «Elaborer un plan
personnel pour l’étude de l’Evangile», aux pages 16–17, pour trouver des suggestions
sur la façon de mener votre étude efficacement.
Si vous étudiez seul, trouvez quelqu’un à qui rendre des comptes. Votre étude personnelle
s’améliorera s’il y a une personne à laquelle vous pouvez faire part de vos sentiments et
de vos idées. Vous pouvez par exemple demander cela à un membre de la famille, à un
ami, à un dirigeant de la prêtrise ou d’auxiliaire. Faites part à cette personne de vos buts
et de vos projets ainsi que des résultats de vos efforts.
188
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Importance de l’enseignement
de l’Evangile dans le plan de Dieu
Leçon
1
Objectif
Aider les élèves à avoir un plus grand désir de participer à l’œuvre du Seigneur en
enseignant son Evangile.
Remarque
à l’intention
de l’instructeur
Dans sa bonté, notre Père céleste a prévu des instructeurs pour aider ses enfants à
apprendre ce qu’ils doivent faire pour recevoir la vie éternelle. Chacun de nous peut
bénéficier des enseignements de l’Evangile, et chacun de nous a reçu le commandement
d’enseigner l’Evangile aux autres. Vos efforts pour enseigner ce cours font partie de
cette grande œuvre.
Les déclarations suivantes du président Hinckley expriment un message que vous
devriez communiquer à vos élèves tout au long du cours:
«Nous devons nous fortifier nous-mêmes et fortifier notre peuple afin que nos instructeurs s’expriment avec le cœur et non avec leurs livres, communiquent leur amour pour
le Seigneur et pour cette œuvre merveilleuse; ainsi cet amour prendra vie dans le cœur
de ceux qu’ils instruisent» (Teachings of Gordon B. Hinckley, 1997, pp. 619–620).
«Nous avons du travail, beaucoup de travail. Relevons nos manches et attelons-nous
à la tâche, avec un engagement renouvelé, et en mettant note confiance en Dieu. . .
Nous pouvons réussir, si nous prions et sommes fidèles. Nous pouvons faire mieux que
jamais auparavant» (L’Etoile, juillet 1995, pp. 102–103).
Centrée sur ce message, cette leçon donne le ton de tout le cours Enseigner l’Evangile.
Préparation
1. Etudiez en vous aidant de la prière les passages des Ecritures cités dans cette leçon.
Efforcez-vous de les appliquer à l’objectif de la leçon.
2. Etudiez la section de ce manuel intitulée «Importance de l’enseignement de l’Evangile
dans le plan de Dieu» (pp. 2–10).
3. Recommandez aux élèves d’apporter leurs Ecritures et un bloc-notes en classe.
Si nécessaire, voyez avec un membre de l’épiscopat s’il est possible de fournir des
blocs-notes aux élèves.
4. Procurez-vous suffisamment d’exemplaires de L’Enseignement, pas de plus grand appel
afin d’en fournir aux élèves qui n’en ont pas encore reçu.
Développement
proposé
pour la leçon
Accueillez les élèves dans le cours. Si vous ne les connaissez pas ou s’ils ne se connaissent
pas entre eux, invitez-les à se présenter brièvement.
Assurez-vous que chaque élève a un bloc-notes qu’il pourra utiliser pendant la leçon.
Expliquez-leur que les blocs-notes sont là pour y inscrire des notes, des impressions, des
projets, des expériences, et des progrès, en rapport avec le cours Enseigner l’Evangile.
189
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
La vie de nombreuses personnes est influencée par les instructeurs de l’Evangile.
Histoire
Racontez cette histoire relatée par Thomas S. Monson:
«Il y a eu aussi une instructrice de l’Ecole du Dimanche, que je n’oublierai jamais. Nous
nous sommes rencontrés pour la première fois un dimanche matin. Elle accompagnait
le président de l’Ecole du Dimanche dans la classe et nous a été présentée comme
une instructrice qui en fait avait demandé à pouvoir nous instruire. Nous avons appris
qu’elle avait été missionnaire et qu’elle aimait les jeunes. Elle s’appelait Lucy Gertsch.
Elle était radieuse, parlait d’une voix douce et s’intéressait à nous. Elle a demandé à
chaque élève de se présenter, puis elle a posé des questions pour comprendre qui chacun
était. Elle nous a parlé de son enfance. . . Elle n’élevait jamais la voix. Ses leçons étaient
si belles qu’il ne serait venu à l’idée de personne d’être grossier ou de perturber la
classe. . . Elle rendait vivantes les Ecritures. Elle nous a fait connaître personnellement
Samuel, David, Jacob, Néphi et le Seigneur Jésus-Christ. Notre connaissance de l’Evangile
a augmenté. Notre comportement s’est amélioré. Notre affection pour Lucy Gertsch
était sans limite. . .
«Les années ont vite passé. . . Les garçons et les filles qui ont appris, ri, grandi sous la
direction de cette instructrice inspirée par la vérité n’ont jamais oublié son amour et ses
leçons» (L’Etoile, Juillet 1992, pp. 66–67).
Rendez témoignage aux élèves que les efforts qu’ils déploient pour enseigner l’Evangile
de Jésus-Christ peuvent de même toucher la vie de nombreuses personnes. Faites part
de vos sentiments sur l’importance de l’appel d’enseignant.
Citation
Demandez à un élève de lire cette déclaration de Jeffrey R. Holland:
«Pour chacun de nous, aller ‹au Christ›, garder ses commandements et suivre son
exemple pour retourner au Père est sûrement l’objectif le plus élevé et le plus sacré de
l’existence humaine. Aider les autres à le faire aussi (les instruire, les persuader et
les guider aussi par la prière sur le chemin de la rédemption) doit sûrement être la
deuxième tâche la plus importante de notre vie» (L’Etoile, Juillet 1998, p. 27).
L’enseignement de l’Evangile joue un rôle essentiel dans le plan
de notre Père céleste.
Commentaire
d’Ecritures
Soulignez le fait que l’enseignement a toujours joué un rôle important dans le plan de
rédemption de Dieu. Demandez aux élèves de lire les passages des Ecritures cités ci-après.
Il peut être utile d’expliquer le contexte de chaque passage (par exemple, vous pouvez
expliquer que Doctrine et Alliances 138 contient le récit de la vision donnée à Joseph
F. Smith au sujet du monde des esprits). Demandez aux élèves de faire part de ce que ces
passages leur ont fait comprendre quant à la place de l’enseignement dans le plan de
notre Père céleste.
a. Doctrine et Alliances 138:56. (Nous avons «reçu nos premières leçons dans le monde
des esprits.»)
b. Alma 12:27–32. (Après que Adam et Eve ont été chassés du Jardin d’Eden, Dieu les
a aidés à comprendre le plan de rédemption. Il a envoyé des anges pour les instruire,
et il a répondu à leurs prières. Il leur a donné des commandements après leur avoir
enseigné le plan de rédemption.)
c. Moïse 6:57–58. (Le Seigneur a commandé à Adam et Eve d’enseigner libéralement
l’Evangile à leurs enfants.)
190
L e ç o n 1 : I m p o rt a n c e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e d a n s l e p l a n d e D i e u
Résumez la discussion en lisant Romains 10:13–15, 17 et 2 Néphi 2:8. Rendez témoignage
de la place de l’enseignement dans le plan de Dieu.
Nous avons de nombreuses occasions d’apprendre l’Evangile et de l’enseigner
aux autres.
Citations
Faites remarquer que les membres de l’Eglise enseignent l’Evangile à de nombreux
titres. Demandez ensuite à cinq élèves différents de lire les déclarations ci-après. Notez
que chaque déclaration s’adresse à un groupe de personnes précis.
Aux parents
La Première Présidence a dit:
«Nous demandons aux parents de consacrer tous leurs efforts à instruire et à élever leurs
enfants selon les principes de l’Evangile qui les garderont proches de l’Eglise. Le foyer
est le fondement de la droiture, et nul autre moyen ne peut le remplacer ni remplir ses
fonctions essentielles quant à cette responsabilité confiée par Dieu.
«Nous recommandons aux parents et aux enfants d’accorder toute la priorité à la prière
en famille, à la soirée familiale, à l’étude et à l’enseignement de l’Evangile et aux activités familiales saines. On ne doit pas permettre à d’autres impératifs ou activités, aussi
légitimes et justifiés soient-ils, de prendre le pas sur les devoirs confiés par Dieu, dont
seuls les parents et la famille peuvent s’acquitter correctement» (Lettre de la Première
Présidence, 11 février 1999).
Aux dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires
Gordon B. Hinckley a déclaré: «L’enseignement efficace est l’essence même de la manière
de diriger dans l’Eglise. Les hommes et les femmes n’obtiendront la vie éternelle que
lorsqu’ils seront instruits avec une efficacité telle qu’ils changeront et disciplineront
leur vie. On ne peut les forcer à être justes ni à aller aux cieux. Ils doivent être guidés et
cela signifie instruits» (L’Etoile, juillet 1998, p. 28).
Aux instructeurs des cours de l’Eglise
Thomas S. Monson a enseigné:
«L’école de l’Eglise ajoute une dimension essentielle à l’éducation de chaque enfant et
de chaque jeune. Dans ce cadre, chaque instructeur peut permettre à ceux qui écoutent
ses leçons et ressentent son témoignage de s’élever. Dans les réunions de la Primaire,
de l’Ecole du Dimanche, des Jeunes Filles et de la Prêtrise d’Aaron, des instructeurs bien
préparés, appelés sous l’inspiration du Seigneur, peuvent toucher chaque enfant, chaque
jeune, et les motiver tous à chercher des paroles de sagesse dans les meilleurs livres,
à chercher la science par l’étude et aussi par la foi (voir D&A 88:118). Une parole encourageante ici, une pensée spirituelle là peuvent toucher une jeune vie et laisser une
empreinte indélébile sur une âme immortelle. . .
«L’instructeur humble et inspiré de l’école de l’Eglise peut inculquer à ses élèves l’amour
des Ecritures. En effet, l’instructeur peut rendre présents les apôtres d’autrefois et le
Sauveur du monde non seulement dans la classe, mais également dans le cœur, dans
l’esprit et dans l’âme de nos enfants» (L’Etoile, janvier 1992, p. 75).
191
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Aux instructeurs au foyer et aux instructrices visiteuses
Spencer W. Kimball a dit: «Quand vous entrez dans les foyers. . . vous y allez pour sauver
des âmes. . . Qui sait si ce n’est pas parce que vous avez été chez elles et leur avez donné
une perspective nouvelle, une compréhension nouvelle, que beaucoup d’excellents
membres de l’Eglise sont pratiquants aujourd’hui? Vous avez ouvert les rideaux. Vous
avez élargi leur horizon. Vous leur avez donné quelque chose de nouveau» (The Teachings
of Spencer W. Kimball, édité par Edward L. Kimball, 1982, p. 526).
A tous les membres de l’Eglise
Lorenzo Snow a déclaré: «Même si quelqu’un enseigne avec l’éloquence d’un ange, ses
bonnes actions, son bon exemple, ses actes empreints d’intérêt constant et dévoué pour
autrui, enseigneront de manière encore plus éloquente et efficace» (The Teachings of
Lorenzo Snow, comp. Clyde J. Williams, 1984, pp. 78–79).
Exposé de
l’instructeur
Demandez aux élèves de réfléchir aux différents instructeurs décrits dans les déclarations
que vous venez de lire: parents, dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires, instructeurs
des cours de l’Eglise, instructeurs au foyer et instructrices visiteuses, et tous ceux qui
enseignent par l’exemple. Invitez chacun des élèves à parler brièvement d’une personne
qui, à l’un ou plusieurs de ces titres, l’a aidé à obtenir une meilleure compréhension
de l’Evangile et un plus grand désir de vivre en accord avec ces principes.
Témoignage
Parlez brièvement des bénédictions que nous obtenons grâce aux nombreuses occasions
qui nous sont données d’apprendre et d’enseigner l’Evangile: au foyer, à l’Eglise, et
avec les personnes que nous côtoyons chaque jour. Exprimez votre reconnaissance de
ces occasions. Mettez l’accent sur le fait que le Seigneur nous donne ces occasions
afin de nous aider à résister aux mauvais enseignements et aux mauvaises influences
qui nous entourent. Lisez cette déclaration du président Hinckley:
«Il y a dans le pays une faim et une véritable soif – une grande faim d’avoir la parole du
Seigneur et une soif insatisfaite des choses de l’Esprit. . . Le monde est affamé de nourriture spirituelle. Nous avons l’obligation et la possibilité de nourrir l’âme» («Nourrissez
l’esprit, nourrissez l’âme», L’Etoile, octobre 1998, p. 3).
Le cours Enseigner l’Evangile a pour but de nous aider à nous améliorer en tant
qu’instructeurs.
Exposé de
l’instructeur
Lisez les déclarations du président Hinckley qui se trouvent dans «Remarque à l’intention
de l’instructeur», page 189.
Après avoir lu les déclarations du président Hinckley, soulignez le but du cours Enseigner
l’Evangile, qui est de nous aider à enseigner l’Evangile de Jésus-Christ «mieux que
jamais auparavant».
Expliquez que, pour ce cours, nous pouvons recourir aux Ecritures, au manuel L’Enseignement, pas de plus grand appel ainsi qu’à la section «Comment enseigner et diriger dans
l’Eglise» du Manuel d’instructions de l’Eglise.
Donnez un exemplaire de L’Enseignement, pas de plus grand appel aux élèves qui ne l’ont
pas encore reçu. Dites aux élèves que ce manuel contient de la documentation en rapport
avec les leçons du cours. Cela les aidera de lire cette documentation avant et après
chaque leçon.
Expliquez que ce cours pose une base pour l’enseignement de l’Evangile. Il met l’accent
sur des principes et sur des méthodes d’enseignement qui s’appliquent à toutes les
192
L e ç o n 1 : I m p o rt a n c e d e l ’ e n s e i g n e m e n t d e l ’ E va n g i l e d a n s l e p l a n d e D i e u
tranches d’âge et à toutes les cultures. Ce cours comporte 12 leçons. Les titres des 11
prochaines leçons montrent ce que les élèves peuvent attendre du cours. Demandezleur d’aller à la page VI de ce manuel afin de voir les titres des leçons.
Proposez aux élèves de les aider dans leurs efforts pour mettre en pratique les principes
enseignés dans le cours. Encouragez également chaque élève à:
a. Etudier les Ecritures, le manuel L’Enseignement, pas de plus grand appel, ainsi que la
section «Comment enseigner et diriger dans l’Eglise» du Manuel d’instructions de l’Eglise.
b. Apporter ses Ecritures en classe chaque semaine.
c. Apporter son bloc-notes en classe chaque semaine.
d. Venir en classe chaque semaine, prêt à participer aux leçons et à contribuer à l’apprentissage des autres élèves.
e. Réfléchir aux occasions d’enseigner, et prier à ce sujet.
f. Commencer à élaborer et à mettre en œuvre un plan pour s’améliorer en qualité
d’instructeur.
Conclusion
Citation
Demandez à un élève de lire la déclaration suivante de Boyd K. Packer:
«Il est fréquent d’entendre dire que la responsabilité des membres de l’Eglise se décompose en trois catégories principales: pourvoir au salut des membres de l’Eglise, accomplir
l’œuvre nécessaire pour les membres de notre famille qui sont morts, et prêcher l’Evangile au monde entier. Toutes ces responsabilités requièrent de la connaissance, et cette
connaissance ne sera acquise que si elle est enseignée. Nous faisons partie de ceux qui
doivent l’enseigner» (Teach Ye Diligently, édition révisée, 1991, p. 7).
Résumé
Faites un résumé des principes dont vous avez parlés.
Témoignage
Rendez témoignage selon l’Esprit.
Tâches
Recommandez aux élèves:
1. de noter dans leur bloc-notes les occasions d’apprendre et d’enseigner qui s’offrent
à eux tandis qu’ils suivent ce cours.
2. de rechercher l’aide du Saint-Esprit à l’occasion d’une soirée familiale, d’une leçon,
d’un appel dans l’Eglise, ou de toute autre occasion d’enseigner. De se souvenir
de ces paroles du Seigneur: «Et l’Esprit vous sera donné par la prière de la foi»
(D&A 42:14). De noter dans leur bloc-notes les expériences vécues en accomplissant
cette tâche. (Au cours de la leçon 3, il sera demandé à certains élèves de faire part
de ces expériences.)
3. de revoir les principes enseignés dans la leçon en étudiant la section de ce manuel
intitulé «Importance de l’enseignement de l’Evangile dans le Plan de Dieu» (pp. 2–10).
193
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Leçon
2
Aimez vos élèves
Objectif
Aider les élèves à s’efforcer d’acquérir un amour chrétien pour ceux qu’ils instruisent.
Remarque
à l’intention
de l’instructeur
Au cours des dernières heures de son ministère dans la condition mortelle, Jésus
a instruit et fortifié ses apôtres (voir Jean 13–17). Notamment, il leur a commandé de
s’aimer les uns les autres comme il les aimait (voir Jean 13:34; 15:12, 17). Leur obéissance
à ce commandement montrerait qu’ils étaient réellement ses disciples (voir Jean 13:35).
Tout ce qu’ils devaient faire, y compris leur mission d’aller enseigner, ils devaient le
faire avec amour. Dans les derniers jours, le Seigneur nous a donné un enseignement
semblable: «Nul ne peut apporter son aide à cette œuvre s’il n’est humble et plein
d’amour» (D&A 12:8).
Tout au long de la leçon, aidez les élèves à comprendre comment acquérir un amour
chrétien pour ceux qu’ils instruisent. S’ils suivent le conseil donné dans cette leçon, ils
pourront enseigner de manière plus efficace. Ils auront également plus de joie à enseigner.
Préparation
1. Etudiez les Ecritures citées dans la leçon en vous aidant de la prière. Appliquez-les à
l’objectif de la leçon. Familiarisez-vous suffisamment avec 3 Néphi 11–17 pour pouvoir
raconter les passages qui sont cités à la page 195 de ce manuel.
2. Etudiez la section intitulée «Aimez vos élèves» (pages 30–39).
3. Si la documentation suivante est disponible, prévoyez de l’utiliser dans la leçon:
a. Les images suivantes: Jésus enseignant sur le continent américain (62380;
Jeu d’illustrations de l’Evangile, 316); Jésus guérit les Néphites (62541; Jeu d’illustrations de l’Evangile, 317); Jésus bénit les enfants néphites (Jeu d’illustrations
de l’Evangile, 322).
b. «Ma joie est pleine», séquence de quatre minutes, extrait de Le Livre de Mormon
Vidéo (57911 140).
4. Demandez à un élève de se préparer à raconter brièvement comment il a été
influencé par un instructeur (cela peut être un parent, un instructeur ou un dirigeant
de l’Eglise). Demandez à l’élève de baser son exposé sur les questions suivantes:
Comment saviez-vous que cette personne vous aimait?
En quoi l’amour de cette personne pour vous a-t-il influencé votre étude de l’Evangile?
5. Au moins une semaine à l’avance, demandez à une personne ou à un petit groupe
d’adultes ou d’enfants de chanter «Aimez vos frères» (Cantiques, no 200) à la fin de la
leçon. Si cela n’est pas possible, demandez aux élèves de chanter le cantique ensemble.
194
Développement
proposé
pour la leçon
Les instructeurs qui ont l’amour du Christ changent la vie de ceux
qu’ils instruisent.
Récits d’Ecritures
et images
Montrez l’image de Jésus instruisant les Néphites. En vos propres mots, faites un bref
récit de la visite du Sauveur ressuscité aux Néphites. Veillez à inclure les points suivants:
Leçon 2: Aimez ceux que vous instruisez
Le Sauveur ressuscité est apparu aux Néphites au pays d’Abondance. Il les a invités à
venir toucher la plaie dans son côté et les marques des clous dans ses mains et dans ses
pieds. Ensuite il les a longuement instruits. Après quoi, il les a exhortés à rentrer chez
eux et à méditer sur ce qu’il avait dit. Il était sur le point de retourner auprès du Père
lorsqu’il a vu qu’ils étaient en larmes et désiraient qu’il reste plus longtemps avec eux
(voir 3 Néphi 11–16; 17:1–5).
Montrez l’image de Jésus guérissant les Néphites. Demandez ensuite à un élève de lire
3 Néphi 17:6–10.
Au tableau
Après la lecture de l’Ecriture par l’élève, écrivez au tableau: Il les a tous guéris.
Récit d’Ecriture
et Image
Dans vos propres mots, continuez le récit. Veillez à préciser qu’après avoir guéri les gens,
Jésus leur a demandé de lui amener leurs petits enfants (3 Néphi 17:11–12).
Montrez l’image de Jésus bénissant les enfants néphites. Demandez ensuite à un élève
de lire 3 Néphi 17:21–25.
Au tableau
Après la lecture de l’Ecriture par l’élève, écrivez au tableau: Il a pris leurs petits enfants,
un par un, et les a bénis.
Séquence vidéo
Si vous utilisez la séquence vidéo «Ma joie est pleine», montrez-la maintenant.
Discussion
Demandez aux élèves de méditer sur l’amour que le Sauveur a montré envers les
Néphites. Demandez-leur également de réfléchir à ce que les Néphites ont dû ressentir
lorsque Jésus les a bénis un par un.
De quelle manière un instructeur qui a l’amour du Christ peut-il influencer ceux
qu’il instruit? (Les réponses peuvent inclure: l’amour du Christ peut inviter l’Esprit,
aider les gens à surmonter leur peur et à être plus réceptifs à l’Evangile.)
Citation
Après une brève discussion sur le sujet, faites lire par un élève la citation de Joseph
Smith, le prophète, à la page 30 de ce manuel.
Exposé d’un élève
Demandez à l’élève désigné d’expliquer comment il a été influencé par l’amour d’un
instructeur.
Exposé
de l’instructeur
Expliquez que cette leçon comprend des enseignements tirés des Ecritures qui peuvent
nous aider à ressentir l’amour du Christ pour ceux que nous instruisons. Elle comprend
également une discussion sur la façon dont notre amour influence notre service en tant
qu’instructeurs.
Nous pouvons être remplis de l’amour du Christ envers ceux que nous instruisons.
Activités sur les
Demandez à des élèves de lire les passages d’Ecritures cités ci-après. Après la lecture de
Ecritures et bloc-notes chaque passage, demandez-leur d’indiquer les principes cités dans ces passages qui
peuvent les aider à être remplis de l’amour du Christ. Recommandez-leur d’écrire dans
leur bloc-notes toutes les réflexions qui leur viennent pendant la discussion. Expliquez
qu’ils auront l’occasion de faire part de leurs sentiments à la fin de la leçon.
Jean 15:10 (Garder les commandements)
Ephésiens 4:32 (Pardonner)
Mosiah 2:17 (Servir)
Mosiah 4:11–12 (Se repentir, être humble et exercer sa foi)
Alma 38:12 (Brider ses passions)
3 Néphi 11:29–30 (Cesser toute querelle)
Moroni 7:48 (Prier afin d’être rempli de l’amour pur du Christ)
195
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
L’amour pur du Christ que nous ressentons envers ceux que nous instruisons
doit se refléter dans notre préparation, dans notre enseignement et
dans notre vie de chaque jour.
Bloc-notes
et discussion
Soulignez que lorsque nous sommes remplis de l’amour pur du Christ envers ceux que
nous instruisons, celui-ci se reflète dans notre préparation, dans notre enseignement
ainsi que dans notre vie de tous les jours. Ecrivez ensuite ce qui suit au tableau.
Demandez aux élèves de le copier dans leur bloc-notes.
Préparation
Enseignement
Vie quotidienne
Demandez aux élèves de penser précisément à des personnes qu’ils instruisent (tels
que les membres de leur famille, leurs élèves ou les membres de leur collège). Ensuite
demandez-leur de réfléchir à la question qui suit et de noter leurs idées dans leur
bloc-notes, sous le titre correspondant:
Qu’est-ce que vous pourriez faire pour montrer l’amour pur du Christ que vous
ressentez pour ces personnes? (Certaines idées sont indiquées dans le tableau qui
suit. D’autres sont indiquées aux leçons «L’amour adoucit le cœur», «Apprenez
à comprendre vos élèves» et «Touchez chacun individuellement», aux pages 31–36
de ce manuel.)
Préparation
Enseignement
Vie quotidienne
Prier pour eux.
Accueillez-les
chaleureusement au
début du cours.
Priez pour eux.
Exprimez-leur votre
amour.
Ecoutez attentivement.
Soyez au courant de
leurs activités et de
leurs accomplissements.
Réagissez avec respect
lorsqu’ils prennent la
parole en classe.
Assistez aux activités
auquelles ils prennent
part.
Recommandez-leur de
vivre selon les principes
que vous enseignez.
Complimentez-les
lorsque l’occasion s’en
présente.
Complimentez-les
lorsque l’occasion s’en
présente.
Montrez-leur votre
intérêt et encouragez-les
lorsqu’ils traversent une
épreuve.
Être à l’écoute de leurs
besoins et de leurs
intérêts.
Bien se préparer pour les
instruire.
Soyez amical lorsque
vous les voyez.
Demandez à des élèves de discuter de certaines idées qu’ils ont notées dans leur
bloc-notes. Ecrivez-les au tableau.
196
Leçon 2: Aimez ceux que vous instruisez
Conclusion
Résumé et citation
Faites un bref résumé de la leçon en vous aidant de cette déclaration de Joseph
B. Wirthlin:
«La compassion chrétienne des amis nous touche et change notre vie. . . L’amour est
l’essence même de l’Evangile de Jésus-Christ. Dans l’Eglise, les prières pour obtenir
de l’aide sont souvent exaucées par le Seigneur par l’intermédiaire du service simple et
quotidien de frères et de sœurs aimants» (L’Etoile, janvier 1998, p. 37).
Témoignage
Si vous vous sentez poussé par l’Esprit, rendez témoignage et exprimez votre amour
pour les élèves.
Musique
Demandez à la personne ou au groupe désigné de chanter «Aimez vos frères»
(Cantiques, no 200). Si cela n’est pas possible, demandez aux élèves de chanter le
cantique tous ensemble.
Tâches
Recommandez aux élèves de:
1. Sélectionner au moins une idée qu’ils ont notée dans leur bloc-notes pendant l’activité de la page 196. Utiliser cette idée lors d’une situation d’enseignement qui se
présentera la semaine à venir. Noter les résultats de leur action dans leur bloc-notes.
2. Poursuivre la tâche de la semaine dernière qui consistait à s’efforcer d’être guidés par
l’Esprit lors d’une leçon de soirée familiale, une tâche dans l’Eglise ou toute autre
occasion d’enseigner. Se souvenir des paroles du Seigneur: «L’Esprit vous sera donné
par la prière de la foi» (D&A 42:14). Noter dans leur bloc-notes les expériences
qu’ils auront eues en rapport avec cette tâche. (Dans la leçon 3, il sera demandé à
des élèves de faire part de ces expériences.)
3. Revoir les principes enseignés dans la leçon en étudiant la section du manuel intitulée
«Aimez vos élèves» (pp. 30–39).
197
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Leçon
3
Enseignez selon l’Esprit
Objectif
Aider les élèves à rechercher la direction de l’Esprit et à enseigner d’une manière qui
aidera les autres à ressentir l’influence de l’Esprit.
Remarque
à l’intention
de l’instructeur
Nous apprenons les vérités de l’Evangile par le pouvoir du Saint-Esprit, ou de l’Esprit
(voir Moroni 10:5). Le Seigneur a décrit l’importance d’enseigner selon l’Esprit lorsqu’il
a dit: «L’Esprit vous sera donné par la prière de la foi; et si vous ne recevez pas l’Esprit,
vous n’enseignerez pas» (D&A 42:12). Si l’instructeur et ceux qu’il instruit vivent de
manière à être dignes d’être guidés par l’Esprit, «tous [. . .] sont édifiés et se réjouissent
ensemble» (voir D&A 50:13–22).
Certains élèves, en particulier ceux qui sont membres de l’Eglise depuis peu, peuvent
avoir l’impression d’être incapables d’enseigner selon l’Esprit. En donnant cette leçon,
aidez les élèves à comprendre qu’ils peuvent enseigner selon l’Esprit. Aidez-les à comprendre que les qualités requises pour enseigner selon l’Esprit ne sont ni l’éloquence,
ni l’instruction, ni même une longue expérience, mais la prière, la diligence, le recueillement et l’humilité.
Préparation
1. Etudiez les passages d’Ecritures cités dans la leçon en vous aidant de la prière.
Cherchez à les appliquer à l’objectif de la leçon.
2. Etudiez les leçon de la section du manuel intitulée «Enseignez selon l’Esprit»
(pp. 40–48).
3. Demandez à deux ou trois élèves de se préparer à raconter brièvement des expériences
qu’ils ont vécues en cherchant à être guidés par l’Esprit dans leur enseignement.
(A la fin des leçons 1 et 2, il avait été demandé aux élèves d’écrire leurs expériences
dans leur bloc-notes.)
4. Apportez un pichet d’eau et un verre transparent en classe.
5. Avant le début de la leçon, notez la question suivante au tableau: Qu’est-ce qui compte
le plus dans nos efforts pour enseigner l’Evangile?
Développement
proposé
pour la leçon
Avant la prière d’ouverture, demandez aux élèves de chanter «Aide-moi lorsque
j’enseigne» (Cantiques, no 178) ou un autre cantique empreint de respect. Après quoi,
demandez à l’élève qui fait la prière de demander l’aide du Saint-Esprit durant la leçon.
«C’est l’Esprit qui compte le plus.»
Citation
Attirez l’attention de la classe sur la question que vous avez notée au tableau. Demandez
aux élèves d’y réfléchir sans formuler de réponse à haute voix. Dites-leur ensuite que l’on
peut trouver une réponse à la question dans la déclaration suivante de Ezra Taft Benson:
«S’il est un message que j’ai répété à mes frères du Collège des Douze, c’est que c’est
l’Esprit qui compte. C’est l’Esprit qui est important. Je ne sais plus combien de fois je
198
L e ç o n 3 : E n s e ig n e z s e lo n l’ E s p r i t
l’ai répété, mais je ne me suis jamais lassé de dire que c’est l’Esprit qui importe le plus»
(Séminaire des présidents de mission, 3 avril 1985).
Expliquez que nous appelons souvent le Saint-Esprit «l’Esprit». Enseigner selon l’Esprit
est la manière d’enseigner la plus efficace car ce n’est que sous l’influence de l’Esprit que
nous pouvons comprendre les choses de Dieu (voir 1 Corinthiens 2:11).
Au fur et à mesure que nous apprenons et enseignons l’Evangile, l’Esprit nous aide
de diverses façons.
Commentaire
d’Ecritures
Soulignez que l’Esprit se manifeste généralement discrètement et simplement, et non
par des manifestations spectaculaires de puissance (voir 1 Rois 19:9–12). Demandez
ensuite aux élèves de lire les Ecritures citées ci-après. Demandez-leur d’expliquer ce que
chaque passage enseigne sur la façon dont l’Esprit peut nous assister lorsque nous
enseignons l’Evangile. Notez leurs réponses au tableau.
a.
b.
c.
d.
e.
f.
Exposé d’élèves
Jean 14:26 (Nous enseigne toutes choses et nous rappelle toutes choses.)
Jean 15:26 (Témoigne du Christ.)
2 Néphi 33:1 (Porte la vérité dans notre cœur.)
Doctrine et Alliances 6:14–15, 22–23 (Eclaire et apaise notre esprit.)
Doctrine et Alliances 11:13 (Remplit notre cœur de joie.)
Doctrine et Alliances 50:21–22 (Edifie.)
Demandez aux élèves désignés de parler des expériences qu’ils ont eues alors qu’ils
recherchaient à être guidés par le Saint-Esprit pour enseigner (voir «Préparation»,
point no 3).
Ce que nous pouvons faire pour favoriser la présence de l’Esprit.
Discussion au tableau
Que pouvons-nous faire lorsque nous enseignons, pour favoriser la présence de
l’Esprit? (Notez les réponses des élèves au tableau. Recommandez-leur de les écrire
également dans leur bloc-notes.)
Si les élèves ne mentionnent pas certaines des réponses citées ci-après, ajoutez-les à la
liste au tableau:
Bloc-notes
a.
b.
c.
d.
e.
f.
Prier.
Enseigner à l’aide des Ecritures.
Témoigner.
Utiliser des cantiques, des chants de la Primaire et d’autres musiques sacrées.
Exprimer son amour pour les autres et pour notre Père céleste et Jésus-Christ.
Faire part de ses réflexions, ses sentiments et d’expériences en relation avec les
principes enseignés dans le leçon.
Lesquelles de ces choses avons-nous mises en pratique au cours de la leçon aujourd’hui?
Avons-nous fait autre chose pour favoriser la présence de l’Esprit dans notre classe?
Demandez aux élèves de réfléchir à une occasion qu’ils auront bientôt d’enseigner.
Demandez-leur de réfléchir à la façon dont ils pourront utiliser les idées notées au
tableau pendant leur enseignement. Laissez-leur quelques minutes pour noter leurs
idées dans leur bloc-notes.
199
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Nos efforts diligents suffiront si l’influence de l’Esprit est présente.
Leçon de choses
Notez au tableau: Qui peut enseigner selon l’Esprit?
Montrez le pichet d’eau et le verre. Expliquez que dans votre démonstration le verre
nous représente en tant qu’instructeurs de l’Evangile. Remplissez ensuite le verre
à moitié. Expliquez que l’eau que vous avez versée dans le verre représente le meilleur
usage de nos dons.
Précisez que nous croyons parfois que nous serions de bien meilleurs instructeurs si
seulement nous avions de plus grands dons. Cependant, ce verre ne peut être rempli de
nos dons uniquement. Pour enseigner l’Evangile de manière efficace, nous devons le
faire par le pouvoir du Saint-Esprit. Le miracle c’est que, qui que nous soyons et quels
que soient les dons que nous pensons posséder, si nous faisons de notre mieux, cela
suffira si l’influence de l’Esprit est présente. Tout en expliquant cela, remplissez le verre
jusqu’au bord.
Citation
Demandez à un élève de lire la citation de Henry B. Eyring:
«C’est sagesse de craindre que nos qualités personnelles ne nous permettent pas de
remplir notre mission de nourrir la foi d’autrui. Nos qualités personnelles, aussi grandes
soient-elles, ne suffiront pas. Mais cette vision réaliste de nos limites engendre une humilité qui peut nous faire nous appuyer sur l’Esprit et nous donner ainsi de la puissance»
(L’Etoile, janvier 1998, p. 99).
Chacun de nous peut se qualifier pour enseigner selon l’Esprit.
Commentaire
d’Ecritures au tableau
Dirigez la discussion ci-après en aidant les élèves à comprendre comment se qualifier
pour enseigner selon l’Esprit.
Faites lire Doctrine et Alliances 42:14 par un élève.
Notez ce qui suit au tableau:
Prier avec foi
—›
Nous recevons
l’Esprit
Demandez à un élève de lire Doctrine et Alliances 88:77–78.
200
Que nous promet le Seigneur si nous enseignons diligemment la doctrine du
Royaume? (Sa grâce nous accompagnera.)
L e ç o n 3 : E n s e ig n e z s e lo n l’ E s p r i t
Notez ce qui suit au tableau:
Enseignez
diligemment la
doctrine
—›
Sa grâce nous
accompagne
Expliquez que la grâce est une puissance qui nous est donnée. C’est une aide et une
force divines qui nous sont données en vertu de la miséricorde et de l’amour de Dieu.
Par la grâce du Seigneur, nous pouvons accomplir de bonnes œuvres que nous ne
pourrions pas faire de nous-mêmes (voir Guide des Ecritures, «Grâce», p. 86).
Faites lire Doctrine et Alliances 100:7–8 par un élève.
Que nous apprennent ces versets quant à la façon dont nous devons proclamer
l’Evangile? («En solennité de cœur» et «dans l’esprit d’humilité».)
Expliquez que solennité signifie recueillement et dignité. Ensuite, afin d’aider les élèves
à comprendre le sens du mot humilité, lisez la citation suivante du président Hinckley:
«L’humilité implique que nous ayons un esprit de reconnaissance, ce qui est l’opposé
d’une attitude d’autosuffisance. C’est reconnaître qu’il y a une puissance supérieure
au-dessus de nous, que Dieu existe, et accepter de se soumettre à ses commandements»
(«With All Thy Getting Get Understanding», Ensign, août 1988, pp. 3–4).
Que nous promet le Seigneur si nous enseignons son Evangile avec solennité et
humilité? (Voir D&A 100:8. Le Saint-Esprit rendra témoignage de tous les principes
que nous enseignerons.)
Notez ce qui suit au tableau:
Enseignez avec
solennité et humilité
—›
L’Esprit rend
témoignage
201
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Participation
Attirez l’attention des élèves sur les principes que vous avez notés au tableau. Mettez
l’accent sur le fait que si nous prions avec foi et enseignons la doctrine diligemment et
avec solennité et humilité, nous recevrons l’Esprit, et celui-ci rendra témoignage des
vérités que nous enseignons. Invitez les élèves à raconter des expériences où eux-mêmes,
ou d’autres, ont favorisé la présence de l’Esprit en suivant ces principes.
Conclusion
Résumé et citation
Faites un bref résumé de la leçon. Demandez ensuite à un élève de lire cette citation de
Thomas S. Monson:
«Il se peut que certains d’entre vous soient timides de nature ou se considèrent incompétents au point de ne pouvoir accepter un appel. Souvenez-vous que cette œuvre n’est
ni la vôtre ni la mienne uniquement. C’est l’œuvre du Seigneur, et lorsque nous sommes
au service du Seigneur, nous avons droit à son aide. Souvenez-vous que le Seigneur
qualifie celui qu’il appelle» (Ensign, mai 1996, p. 44).
Témoignage
Rendez témoignage si l’Esprit vous y incite.
Tâches
Recommandez aux élèves de:
1. Réfléchir davantage aux idées concernant l’enseignement selon l’Esprit qu’ils ont
écrites dans leur bloc-notes. En utiliser-en une lors d’un enseignement qu’ils auront
prochainement l’occasion de faire.
2. Continuer à consigner leurs progrès dans leur bloc-notes.
3. Revoir les principes enseignés dans la leçon en étudiant la section de ce manuel
intitulée «Enseignez selon l’Esprit» (pp. 40–48).
202
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Enseignez la doctrine
Leçon
4
Objectif
Aider les élèves à comprendre le pouvoir qui découle de l’étude et de l’enseignement
de la doctrine de l’Evangile, qui est énoncée dans les Ecritures et les enseignements des
prophètes modernes.
Remarque
à l’intention
de l’instructeur
Lorsque vous vous préparerez à cette leçon, priez afin d’être guidé de manière à enseigner efficacement en vous basant sur les Ecritures et les enseignements des prophètes
modernes. Sous l’influence du Saint-Esprit, parlez des transformations que l’étude et
l’enseignement de la doctrine de l’Evangile ont provoquées dans votre vie.
Préparation
1. Etudiez les passages des Ecritures cités dans la leçon en vous aidant de la prière.
Efforcez-vous de les appliquer à l’objectif de la leçon.
2. Etudiez la section de ce manuel intitulée «Enseignez la doctrine» (pp. 49–59) ainsi
que les passages suivants de la section «Comment enseigner et diriger dans l’Eglise»
du Manuel d’instructions de l’Eglise: «Enseignement des ordonnances et des principes
salvateurs de l’Evangile» (p. 301), «Enseignement à partir des Ecritures et des enseignements des prophètes modernes» (p. 302) et «Utilisation du contenu des leçons
approuvées par l’Eglise» (p. 304).
3. Demandez à un élève ou à un autre membre de la paroisse de raconter comment le
fait d’apprendre un point particulier de la doctrine de l’Evangile a influencé sa vie.
4. Si vous pouvez vous en procurer, apportez en classe des manuels de leçons édités par
l’Eglise.
5. Avant le début de la classe, écrivez ce qui suit au tableau:
«Je vous donne le commandement de vous enseigner
les uns aux autres la doctrine du royaume»
(D&A 88:77).
Quelles conséquences a pour nous le fait d’apprendre
la doctrine du Royaume?
En quoi l’étude de la vraie doctrine diffère-t-elle
d’autres études?
203
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Développement
proposé
pour la leçon
Le Seigneur nous a commandé de «nous enseigner les uns aux autres la doctrine du
royaume». La doctrine peut avoir un grand effet sur notre esprit et sur notre cœur.
Commentaire
d’Ecritures au tableau
Attirez l’attention de la classe sur l’Ecriture et les questions notées au tableau (voir
«Préparation», point no 5).
Expliquez que dans l’Ecriture notée au tableau l’expression «doctrine du royaume» fait
référence aux vérités révélées de l’Evangile.
Attirez l’attention de la classe sur les questions que vous avez notées au tableau. Avant
de demander aux élèves d’en discuter, demandez-leur de lire les Ecritures suivantes
à haute voix:
a. Enos 1:1–4 (La doctrine de l’Evangile pénètre profondément notre cœur et nous
conduit à nous humilier devant Dieu.)
b. Alma 31:5 (La parole de Dieu amène le peuple à faire ce qui est juste et «a un effet
plus puissant» sur l’esprit.)
c. Alma 32:28 (La parole de Dieu épanouit notre âme, éclaire notre intelligence et nous
devient délicieuse.)
d. Joseph Smith, Histoire 1:11–12 (La parole de Dieu pénètre notre cœur «avec une
grande force».)
Demandez à la classe de discuter des questions notées au tableau.
Exposé d’un élève
Demandez à l’élève ou au membre de la paroisse choisi de venir parler de la façon dont
un point particulier de la doctrine de l’Evangile a influencé sa vie.
Nous devons baser notre enseignement sur la doctrine.
Etude de cas
Demandez aux élèves d’imaginer qu’ils font partie de la présidence des Jeunes Gens, des
Jeunes Filles ou de l’Ecole de Dimanche. L’un de leurs instructeurs leur dit: «Lorsque
j’instruis les jeunes, je passe beaucoup de temps à parler de sport, de sorties ou de films.
J’ai l’impression que les jeunes perdraient intérêt pour la leçon si je passais trop de
temps à enseigner à partir des Ecritures.»
Discussion et
citations
Quel conseil donneriez-vous à cette personne afin de l’aider à enseigner la doctrine
en se basant sur les Ecritures?
Dans le cadre de cette discussion, demandez à trois élèves de lire les déclarations
ci-dessous. Soulignez combien il est important d’enseigner la parole de Dieu aux
membres de l’Eglise de tout âge.
Aux instructeurs d’adultes
Joseph Fielding Smith a déclaré: «Cela ne me plaît pas lorsque j’assiste à un service et
qu’on invite à parler quelqu’un qui se tient devant l’assemblée et présente, même si
c’est sur un ton agréable, des platitudes, une philosophie d’homme – les idées de ceux
qui façonnent aujourd’hui la pensée du monde, mais qui dans leur cœur n’ont ni foi
en Jésus-Christ ni amour pour lui – ou qui traitent de questions qui ne sont pas en
accord avec les principes fondamentaux de l’Evangile» (Doctrine du salut, vol. 2, p. 318).
204
Leçon 4: Enseignez la doctrine
Aux instructeurs des jeunes gens et des jeunes filles
J. Reuben Clark, fils, a enseigné:
«Les jeunes de l’Eglise ont faim des choses de l’Esprit; ils sont désireux d’apprendre
l’Evangile; ils le veulent direct, non dilué. . .
«Vous n’avez pas à venir subrepticement derrière eux et leur murmurer de la religion
à l’oreille. . . Vous n’avez pas à déguiser les vérités religieuses sous l’apparence des choses
du monde; vous pouvez leur apporter ces vérités ouvertement» (The Charted Course of
the Church in Education, édition révisée, brochure, 1994, pp. 3, 9).
Aux instructeurs des petits enfants
Ezra Taft Benson a donné ce conseil: «Tout ce que nous demandons de vous c’est que
vous inspiriez le cœur des enfants qui vous sont confiés de telle sorte que rien dans ce
monde ne leur soit plus cher que l’Evangile» («Our First Obligation», Children’s Friend,
octobre 1950, p. 454).
A tous les instructeurs de l’Evangile
Boyd K. Packer a dit:
«La doctrine correcte, quand elle est comprise, change le comportement.
«L’étude de la doctrine de l’Evangile est plus apte à améliorer le comportement que ne
l’est l’étude du comportement» (Conference Report, octobre 1986, p. 20; ou Ensign,
novembre 1986, p. 17).
Nous devons veiller à enseigner la bonne doctrine.
Commentaire
de citations
Lisez cette déclaration de Marion G. Romney:
«Lorsque je bois à une source, j’aime prendre l’eau à l’endroit où elle sort du sol, pas en
aval, où le bétail a marché. . . J’apprécie l’interprétation d’autres personnes, mais pour
ce qui concerne l’Evangile, nous devons savoir ce que dit le Seigneur» (discours adressé
aux instructeurs de religion, 13 avril 1973; cité par J. Richard Clarke, dans Ensign,
novembre 1982, p. 15).
Quelles sources devons-nous utiliser pour aider les personnes que nous instruisons
à «savoir ce que dit le Seigneur»? (Parmi les réponses il doit y avoir les Ecritures et les
enseignements des prophètes modernes.)
Comment pouvons-nous nous assurer que nous enseignons la bonne doctrine?
Dans le cadre de cette discussion, demandez aux élèves de lire Doctrine et Alliances
42:12–13 et 52:9. Soulignez que nous pouvons nous assurer que nous enseignons la
bonne doctrine en nous conformant aux Ecritures et aux enseignements des prophètes
modernes. Demandez à un élève de lire cette déclaration de Spencer W. Kimball:
«Nul n’a le droit de donner ses interprétations personnelles quand il est invité à enseigner
dans les organisations de l’Eglise; il est invité. . . et ceux qu’il instruit ont le droit de
supposer qu’ayant été choisi et soutenu selon l’ordre correct, il représente l’Eglise et que
ce qu’il enseigne est approuvé par elle» (The Teachings of Spencer W. Kimball, compilé
par Edward L. Kimball, 1982, pp. 532–533).
205
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Si vous avez apporté en classe des manuels de leçons actuels publiés par l’Eglise,
montrez-les maintenant.
Indiquez que les manuels publiés par l’Eglise contiennent des suggestions de questions
pour l’application, d’activités et de documentation audiovisuelle qui nous aident à baser
notre enseignement sur les Ecritures et les paroles des prophètes modernes.
Le Seigneur nous promet de grandes bénédictions si nous apprenons et enseignons
diligemment sa doctrine.
Citation
Indiquez que nous devons étudier la doctrine de l’Evangile avant de pouvoir l’enseigner
efficacement. Lisez ensuite la déclaration suivante de Spencer W. Kimball:
«Il n’est pas rare que nous ayons quelques passages d’Ecritures à notre disposition,
qui flottent, pour ainsi dire, dans notre esprit, et que nous ayons ainsi l’illusion que
nous savons beaucoup de choses sur l’Evangile. Dans ce sens, le fait d’avoir une petite
connaissance peut se révéler être un problème. Je suis convaincu que chacun d’entre
nous, à un moment de sa vie, doit découvrir les Ecritures par lui-même, et ne pas les
découvir une fois seulement, mais les redécouvrir maintes et maintes fois» («How Rare
a Possession – The Scriptures!», Ensign, septembre 1976, p. 4).
Commentaire
d’Ecriture au tableau
Effacez le tableau noir et faites-y le tableau suivant. Expliquez que le tableau indiquera
les promesses du Seigneur aux instructeurs qui «redécouvrent les Ecritures maintes et
maintes fois». Demandez aux élèves de copier le tableau dans leur bloc-notes. (Ne leur
demandez pas d’ouvrir leur livre à cette page.)
Passage d’Ecriture
Ce que nous
faisonsssss
Les bénédictions
que nous recevons
Alma 17:2–3
Doctrine et Alliances
11:21–22
Doctrine et Alliances
84:85
Demandez aux élèves de lire les passages d’Ecritures indiqués au tableau. Après la
lecture de chaque passage, demandez-leur de dire ce que nous pouvons faire et les
bénédictions que nous recevrons en conséquence. Notez leurs idées dans les colonnes
correspondantes. Recommandez aux élèves d’écrire ces idées dans leur bloc-notes.
Vous trouverez des réponses possibles dans le tableau ci-après.
206
Leçon 4: Enseignez la doctrine
Passage d’Ecriture
Ce que nous faisons
Les bénédictions
que nous recevons
Alma 17:2–3
Sonder diligemment
les Ecritures
Recevoir l’esprit de prophétie et de révélation
Prier et jeûner
Enseigner avec la
puissance et l’autorité
de Dieu
Doctrine et Alliances
11:21–22
Doctrine et Alliances
84:85
Obtenir la parole de Dieu
par l’étude
Se préparer à enseigner
en amassant
«continuellement. . .
les paroles de vie».
Recevoir la direction
de l’Esprit
Enseigner avec le
pouvoir de convaincre
les autres
Enseigner selon
l’inspiration
Application
Demandez aux élèves d’écrire dans leur bloc-notes une chose précise qu’ils veulent faire
pour suivre le conseil donné dans ces passages d’Ecriture. Demandez-leur aussi d’écrire
en quoi, à leur avis, cette action les aidera à recevoir les bénédictions du Seigneur dans
leurs responsabilités d’enseigner.
Conclusion
Témoignage
Si l’Esprit vous y incite, témoignez de la force qu’apportent l’étude et l’enseignement de
la doctrine de l’Evangile.
Tâches
Recommandez aux membres de l’Eglise:
1. d’étudier les Ecritures diligemment chaque jour. (Vous pourriez leur recommander de
lire «Elaborez un plan personnel pour l’étude de l’Evangile», pp. 16–17 du manuel.)
2. En relation avec la tâche du bloc-notes pendant la leçon, efforcez-vous de faire une
chose au cours de la semaine à venir pour améliorer leur étude de l’Evangile. Notez
leurs progrès vis-à-vis de cet objectif.
3. Revoyez les principes enseignés dans cette leçon en étudiant la section du manuel
intitulée «Enseignez la doctrine», aux pages 49–59.
207
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Leçon
5
Incitez vos élèves
à apprendre diligemment
Objectif
Aider les élèves à comprendre que chacun a la responsabilité d’apprendre l’Evangile; les
aider à voir comment, en tant qu’instructeurs, ils peuvent aider les autres à s’acquitter
de cette responsabilité.
Remarque
à l’intention
de l’instructeur
Le Seigneur nous a commandé de chercher la connaissance par l’étude et aussi par la
foi (D&A 88:118). Comme l’a enseigné Spencer W. Kimball, on doit obéir diligemment à
ce commandement: «On ne peut accomplir la parole sans d’abord l’entendre. Et pour
l’entendre, on ne peut pas attendre nonchalamment de recevoir par hasard des bribes
d’informations; il faut chercher, étudier, prier et comprendre» («How Rare a Possession –
The Scriptures!», Ensign, septembre 1976, p. 2).
La décision d’une personne d’étudier diligemment l’Evangile est un usage juste du libre
arbitre. Les instructeurs qui comprennent la doctrine du libre arbitre n’essaient pas de
forcer autrui à apprendre l’Evangile, mais s’efforcent d’enseigner de manière à encourager
les autres à faire des efforts diligents pour apprendre l’Evangile.
Préparation
1. Etudiez les passages d’Ecritures de cette leçon en vous aidant de la prière. Efforcez-vous
de les appliquer à l’objectif de la leçon.
2. Etudiez la section du manuel intitulée «Incitez les élèves à apprendre diligemment»
(aux pages 60–74). Etudiez aussi «Principes de la conversion», à la page 300 de la section «Comment enseigner et diriger dans l’Eglise» du Manuel d’instructions de l’Eglise.
3. Demandez à l’avance à trois élèves de vous aider à présenter le théâtre de lecture de la
page 209. Demandez à l’un de lire le rôle du narrateur, à un autre le rôle du Zoramite,
et à un troisième celui d’Alma.
4. Faites trois grands badges pour les participants du théâtre de lecture. Ecrivez Narrateur,
sur l’un, Zoramite sur un autre, et Alma sur le troisième.
Développement
proposé
pour la leçon
Chacun a la responsabilité d’apprendre l’Evangile.
Théâtre de lecture
Demandez aux participants du théâtre de lecture de venir à l’avant de la classe. Donnezleur leurs badges. Expliquez ensuite que ces trois élèves ont accepté d’interpréter le
théâtre de lecture. Le but de ce jeu théâtral est de faire réfléchir à la responsabilité qu’a
l’individu d’apprendre l’Evangile.
Ecrivez au tableau les références scripturaires suivantes: Alma 32:27–28, 33, 38, 41.
Expliquez que ces références scripturaires correspondent aux enseignements d’Alma qui
seront utilisés dans le théâtre de lecture. Recommandez aux élèves de suivre dans leurs
Ecritures pendant qu’on lit le rôle d’Alma.
208
Leçon 5: Incitez vos élèves à apprendre diligemment
Narrateur:
Pendant qu’Alma et ses frères prêchaient parmi un peuple apostat, les
Zoramites, ils ont pénétré dans l’une des synagogues des Zoramites. Là, ils
les ont entendus déclarer qu’il n’y aurait pas de Christ (voir Alma 31:16).
Après avoir entendu ces enseignements erronés, Alma et ses frères se sont
séparés pour enseigner la parole de Dieu et témoigner du Christ. Une
grande foule de Zoramites s’est approchée d’Alma, et l’un des Zoramites
s’est adressé à lui (voir Alma 31:37–38; 32:1).
Tableau
Zoramite:
(Lire Alma 32:5, à partir de «Voici, que feront ceux-ci, qui sont mes frères».)
Narrateur:
(Lire Alma 32:6.)
Ecrivez ce qui suit au tableau:
Responsabilité personnelle
Etre prêt à entendre la parole (être ouvert
à l’enseignement).
Indiquez que les Zoramites ont réagi à leurs afflictions en choisissant d’être humbles.
Ils recherchaient un homme qui puisse leur enseigner la parole de Dieu.
Théâtre de lecture
Tableau
Narrateur:
Voyant que les Zoramites étaient prêts à entendre la parole de Dieu, Alma
leur a enseigné comment véritablement recevoir la parole et acquérir le
témoignage de sa véracité.
Alma:
(Lire Alma 32:27–28, 33.)
Complétez la liste au tableau comme indiqué ci-dessous:
Responsabilité personnelle
Etre prêt à entendre la parole (être ouvert
à l’enseignement).
Faire de la place à la parole.
209
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Théâtre de lecture
Tableau
Narrateur:
Vers la fin de son discours, Alma a expliqué aux Zoramites qu’après avoir
reçu le témoignage de la parole, il y aurait d’autres choses à faire. En
donnant cette explication, il a comparé la parole à un arbre qui a poussé
à partir d’une semence.
Alma:
(Lire Alma 32:38, 41.)
Complétez la liste au tableau comme indiqué ci-dessous:
Responsabilité personnelle
Etre prêt à entendre la parole (être ouvert
à l’enseignement).
Faire place à la parole.
Nourrir la parole.
Dites aux élèves qui ont participé au théâtre de lecture de regagner leur place.
Exposé
de l’instructeur
Expliquez qu’Alma a enseigné aux Zoramites qu’ils avaient la responsabilité personnelle
d’apprendre l’Evangile. Nous avons tous la responsabilité personnelle d’apprendre
l’Evangile. Les gens qui ne font que commencer à accepter la responsabilité sont «prêts
à entendre la parole» (Alma 32:6). D’autres font l’expérience de la parole et font de la
place pour qu’elle soit plantée dans leur cœur (voir Alma 32:27–28). D’autres encore
sont déjà en train de nourrir la parole avec foi, diligence et patience (voir Alma 32:41).
On apprend l’Evangile par la foi, la diligence et la patience.
Discussion
Que peuvent faire les gens pour nourrir la parole? (Notez les réponses des élèves au
tableau. Certaines réponses possibles sont données ci-après.)
a. Tous les jours étudier les Ecritures et méditer à leur sujet.
b. Sonder les Ecritures pour y trouver des réponses précises.
c. Etudier les discours de conférence générale.
d. Etudier les articles du Liahona.
e. Jeûner et prier pour comprendre.
f. Rechercher la compréhension pendant qu’on accomplit les ordonnances du temples.
g. Discuter de principes de l’Evangile avec des membres de sa famille et des amis.
h. Suivre la direction de l’Esprit.
i. S’efforcer fidèlement d’obéir aux commandements.
Quelles bénédictions avez-vous reçues du fait de vos efforts diligents pour apprendre
l’Evangile?
Les instructeurs doivent aider les personnes à exercer leur libre arbitre
pour apprendre et vivre l’Evangile.
Exposé
de l’instructeur
210
Rappelez aux élèves que Dieu nous a donné le libre arbitre, qui est la faculté de choisir
le bien ou le mal (voir D&A 29:35). Nous exerçons notre libre arbitre, que nous veuillons
ou non apprendre et vivre l’Evangile.
Leçon 5: Incitez vos élèves à apprendre diligemment
Citation
Lisez cette déclaration de James E. Faust:
«Le libre arbitre, qui nous est donné grâce au plan de notre Père, est la grande alternative
au plan de contrainte de Satan. Avec ce don sublime, nous pouvons nous développer,
nous améliorer, progresser et rechercher la perfection» (Ensign, novembre 1987, p. 35).
Discussion
Quelle différence cela fait-il dans notre enseignement de nous rendre compte que
les gens ont le libre arbitre et la responsabilité d’apprendre? (Vous pouvez, si vous le
souhaitez, noter au tableau les réponses des élèves.)
Aidez les élèves à voir qu’ils doivent concentrer leur attention sur les gens qu’ils instruisent, pas uniquement sur leur enseignement. Les instructeurs de l’Evangile efficaces
ne pensent pas seulement à ce qu’ils vont enseigner. Ils se demandent: «Comment
est-ce que je vais aider ceux que j’instruis à avoir le désir d’apprendre et de découvrir
ce qu’ils ont besoin de savoir?» Ce faisant, les instructeurs respectent le libre arbitre des
gens qu’ils instruisent et les aident à trouver de la joie à accepter leur responsabilité
d’apprendre.
Indiquez que, dans nos efforts pour aider les gens à accepter leur responsabilité
d’apprendre l’Evangile, nous devons les y inviter et les y inciter et non les y pousser.
Nous devons méditer et prier au sujet de notre méthode pour aider chacune des
personnes que nous instruisons.
Nous ne devons rien faire qui puisse diminuer le désir d’autrui d’apprendre
l’Evangile.
Discussion
Que peuvent faire les instructeurs qui pourrait diminuer le désir des gens d’apprendre
l’Evangile? (Donnez aux élèves le temps de méditer à ce sujet et d’en discuter.
Incitez-les à discuter de cette question en termes généraux plutôt que de critiquer des
instructeurs en particulier. Certaines idées possibles sont indiquées ci-après.)
a.
b.
c.
d.
e.
f.
g.
Citation
Leur lire les leçons dans le manuel.
Passer la plus grande partie du temps à donner un cour magistral.
Essayer de les impressionner par des connaissances ou des techniques pédagogiques.
Critiquer ou traiter à la légère leurs questions et leurs remarques.
Faire des commentaires ou poser des questions qui pourraient saper leur foi.
Utiliser un langage ou des exemples qui pourraient faire se retirer l’Esprit.
Ne pas centrer les leçons sur les vérités de l’Evangile.
Terminez cette discussion en demandant à un élève de lire cette déclaration de
Dallin H. Oaks:
«Tout instructeur de l’Evangile qui s’efforce de suivre le Maître concentre tous ses efforts
sur autrui et jamais sur lui. Satan a dit: ‹Envoie-moi. . . je rachèterai toute l’humanité. . .
c’est pourquoi donne-moi ton honneur.› Comparez cette proposition à l’exemple du
Sauveur, qui a dit: ‹Père, que ta volonté soit faite, et que la gloire t’appartienne à jamais›
(Moïse 4:1–2). Un instructeur de l’Evangile doit concentrer son enseignement sur les
besoins des brebis et la gloire du Maître. Il doit éviter de se mettre en valeur. Il doit
instruire les brebis afin qu’elles aient toujours les regards tournés vers le Maître. Il ne
doit jamais obscurcir leur vision du Maître en s’interposant ou en lui faisant de l’ombre
par souci de se faire valoir ou de s’avantager» (discours prononcé le 31 mars 1998).
Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire pour inciter les élèves
à apprendre avec diligence.
Bloc-notes
Demandez aux élèves d’ouvrir leur livre à la page 60. Demandez à l’un d’eux de lire
à haute voix la déclaration de cette page. Elle énumère trois choses d’ordre général que
211
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
nous pouvons faire pour inciter les élèves à apprendre avec diligence. Signalez que
dans chacun de ces domaines il y a beaucoup de choses simples et précises que nous
pouvons faire.
Demandez aux élèves de prendre connaissance de cette liste de leur livre. Demandezleur de choisir dans la liste une idée qu’ils appliqueront, à une prochaine occasion
d’enseigner. Si le temps le permet, laissez-les écrire brièvement dans leur bloc-notes
comment ils vont appliquer cette idée. Vous pouvez aussi leur demander de faire part
de leurs projets aux autres élèves. S’il ne reste plus de temps pour qu’ils écrivent dans
leur bloc-notes et discutent de leurs projets, recommandez-leur de les écrire chez eux
dans leur bloc-notes.
a.
b.
c.
d.
Demander à quelqu’un de vous aider à donner une leçon. L’aider à se préparer.
Demander à quelqu’un de préparer une leçon de choses.
Raconter une expérience personnelle, si l’occasion s’y prête.
Demander à ceux que l’on instruit de réfléchir aux bénédictions que le Seigneur leur
a données, à eux et à leur famille.
e. Apprendre à lire les Ecritures en les comprenant.
f. Souligner la valeur de l’apport de chacun à la leçon. Ecouter et utiliser les idées
exprimées pendant les discussions.
g. Poser des questions qui stimulent la réflexion et incitent à la participation aux
discussions.
h. Quand quelqu’un pose une question, inviter d’autres personnes à proposer des
réponses.
i. Demander aux personnes que l’on instruit de réfléchir à des manières dont elles
peuvent appliquer ce qu’elles ont appris.
Conclusion
Rappelez aux élèves que les instructeurs de l’Evangile doivent donner l’exemple en
apprenant diligemment l’Evangile. Recommandez-leur d’évaluer leurs efforts pour
apprendre la doctrine de l’Evangile. Demandez-leur de déterminer ce qu’ils peuvent
faire pour suivre le conseil d’Alma de nourrir la parole par la foi, la diligence et la
patience (voir Alma 32:37, 41–42).
Recommandez aux élèves de se rappeler que le libre arbitre de chacun est sacré. Lisez
ensuite cette déclaration de Spencer W. Kimball:
«Les trésors de la connaissance séculière et spirituelle sont cachés, mais cachés à ceux
qui ne les recherchent pas convenablement. . . La connaissance spirituelle n’est pas
accessible sur simple demande. Les prières elles-mêmes ne suffisent pas. La persévérance
et la consécration de toute une vie sont requises» (The Teachings of Spencer W. Kimball,
pp. 389–390).
Témoignage
Rendez témoignage selon les incitations de l’Esprit.
Tâches
Recommandez aux élèves:
1. d’écrire dans leur bloc-notes les expériences qu’ils vivent en mettant en œuvre leurs
projets pour inciter leurs élèves à apprendre diligemment (voir «Bloc-notes», ci-dessus).
Si c’est opportun, de parler de ces expériences avec un dirigeant, un autre élève ou
un membre de la famille.
2. de revoir les principes enseignés dans cette leçon en étudiant la section du manuel
intitulée «Incitez les élèves à apprendre diligemment» (aux pages 60–74).
212
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Créez une atmosphère propice
à l’apprentissage 1 partie
ère
Leçon
6
Objectif
Aider les élèves à comprendre comment ceux qui enseignent et ceux qui apprennent
peuvent collaborer pour créer une atmosphère propice à l’apprentissage de l’Evangile.
Remarque
à l’intention
de l’instructeur
Dans la leçon 5, les élèves ont discuté de la responsabilité personnelle d’apprendre diligemment l’Evangile. La leçon de cette semaine porte sur une responsabilité commune
aux instructeurs et aux élèves: celle de créer une atmosphère propice à l’apprentissage.
Cela aidera les élèves à appliquer les principes de l’Evangile dans leurs efforts pour
empêcher les causes de dérangement dans la classe et pour contribuer à résoudre les
problèmes de discipline qui existeraient.
Grâce à cette leçon, les membres de l’Eglise seront prêts à proposer des solutions à des
problèmes précis. Cela se fera au cours de la leçon 7.
Préparation
1. Etudiez les passages d’Ecriture de cette leçon en vous aidant de la prière. Efforcez-vous
de les appliquer à l’objectif de la leçon.
2. Lisez les histoires de la leçon de manière à bien les connaître. Exercez-vous à les lire
d’une façon qui captera l’intérêt des élèves.
3. Apportez les objets suivants en classe:
a. Un grand morceau de papier (ou plusieurs petits morceaux de papier).
b. Trois marqueurs.
4. Etudiez la section du manuel intitulée «Créez une atmosphère propice à l’apprentissage» (pp. 75–87).
Développement
proposé
pour la leçon
L’école des prophètes montre comment créer une atmosphère propice
à l’apprentissage de l’Evangile.
Citations
Lisez la citation suivante:
«Au début de cette dispensation, le Seigneur a commandé aux frères de ‹s’enseigner les
uns aux autres la doctrine du royaume›. Ils devaient apprendre tout ce qui avait trait à
l’Evangile et au royaume de Dieu qu’il était utile qu’ils connaissent, ainsi que les choses
ayant trait aux arts et aux sciences, ainsi qu’aux royaumes et aux nations. Ils devaient
rechercher ‹la connaissance par l’étude et aussi par la foi› et édifier un sanctuaire,
c’est-à-dire un temple à Kirtland, qui devait être, entre autres choses, ‹une maison de
connaissance› (D&A 88:74–81, 118–122).
«Dans le cadre des dispositions existant alors pour accomplir ces commandements,
le Seigneur a décrété l’établissement de l’école des prophètes (D&A 88:122, 127–141)»
(Bruce R. McConkie, Mormon Doctrine, 2e édition, 1966, p. 679).
Expliquez que le but de l’école des prophètes était de «préparer des membres de la
prêtrise choisis à prêcher l’Evangile de Jésus-Christ au monde entier» (Ezra Taft Benson,
213
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Ensign, mai 1983, p. 53). Par révélation, le Seigneur a enseigné aux membres de l’école
comment se conduire. Trois éléments de ses instructions peuvent aider les familles et
les classes de l’Eglise à établir une atmosphère propice à l’apprentissage.
Tableau
Ecrivez la liste suivante au tableau:
1. Chacun apporte une contribution.
2. Il existe un lien d’amitié dans l’Evangile qui unit
toutes les personnes présentes.
3. Chacun est attentif et prêt à s’intéresser aux
contributions des autres.
Ecriture
Demandez aux élèves de se reporter à Doctrine et Alliances 88:122–23; 125. Expliquez
que les trois éléments que vous avez notés au tableau sont mentionnés dans ce passage
d’Ecriture. Demandez à des élèves de lire le passage à haute voix. Demandez-leur
de relever, tout en lisant, les commandements du Seigneur qui peuvent nous aider à
préserver ces trois éléments d’une atmosphère propice à l’apprentissage.
Soulignez que quand des gens se réunissent pour apprendre l’Evangile chacun a quelque
chose de valeur à apporter. Chacun peut être poussé par l’Esprit à faire part d’avis et
d’expériences qui édifieront les autres. Toutes les personnes présentes doivent s’écouter
mutuellement afin que «tous soient édifiés par tous» (D&A 88:122).
Ceux qui enseignent et ceux qui apprennent ont la responsabilité commune
de créer une atmosphère propice à l’apprentissage de l’Evangile.
Exposé
de l’instructeur
et Ecriture
Signalez que les cinq premières leçons du cours comportaient des discussions sur les
responsabilités de l’instructeur. L’une d’elle, la leçon 5, comportait également une
discussion sur la responsabilité personnelle d’apprendre l’Evangile par soi-même. La
leçon d’aujourd’hui porte sur une responsabilité commune aux personnes qui enseignent et à celles qui apprennent: la responsabilité de créer une atmosphère propice à
l’apprentissage de l’Evangile. Pour s’acquitter de cette responsabilité, ils doivent s’aider
mutuellement et être unis dans leurs buts.
Expliquez qu’Alma a parlé de cette unité quand il a instruit les gens qui avaient été
baptisés dans les eaux de Mormon. Demandez à un élève de lire Mosiah 18:18–22.
Histoire
Racontez l’histoire suivante, relatée par une femme qui se faisait du souci pour la classe
de l’Ecole du Dimanche à laquelle elle assistait. Demandez aux élèves de relever les façons
dont les élèves et l’instructeur de l’histoire ont collaboré pour créer une atmosphère
propice à l’apprentissage.
«Mon mari et moi nous nous sommes aperçus que la classe de l’Ecole du Dimanche
de notre nouvelle paroisse n’était pas très efficace. Tandis que l’instructeur parlait, des
élèves lisaient leurs Ecritures; d’autres avaient la tête baissée. Je me suis rendu compte
que cela dérangeait l’instructeur. Une fois, il a même demandé: ‹Est-ce que quelqu’un
écoute?›
214
L e ç o n 6 : C r é e z u n e at m o s p h è r e p r o p i c e à l ’ a p p r e n t i s s a g e , 1 è r e p a rt i e
«Peu après, nous avons appris qu’un certain nombre de membres de la paroisse assistaient
au cours des Principes de l’Evangile au lieu d’assister à celui de Doctrine de l’Evangile.
Nous avons entendu dire que l’instructeur de ce cours était excellent. Nous y avons
assisté et nous l’avons trouvé vivant, très riche et agréable. Mais en rentrant de l’église,
nous nous sommes confié que nous sentions tous les deux que ce que nous faisions n’était
pas tout à fait correct. Nous devions soutenir notre évêque en soutenant l’instructeur
qu’il avait appelé à nous instruire. Nous avons alors commencé à discuter de ce que nous
pourrions faire pour enrichir le cours de Doctrine de l’Evangile. Nous nous sommes
rendu compte que nous avions laissé toute la responsabilité de la qualité du cours à
l’instructeur, comme si nous le mettions au défi de capter notre attention et de retenir
notre intérêt.
«Pendant la semaine nous avons prié pour être guidés, et le dimanche nous sommes
allés au cours de doctrine de l’Evangile, animés d’un esprit différent. Au bout de quelques
minutes, mon mari a posé une question, et l’instructeur a invité les autres élèves à
proposer des réponses. Il s’en est suivi une bonne discussion à laquelle plusieurs élèves
ont participé. Plus tard, au cours de la leçon, l’instructeur a fait une remarque qui ne
m’a pas paru claire. Je lui ai alors demandé de m’aider à comprendre. Il l’a fait en me
reportant à une Ecriture que je n’avais jamais remarquée auparavant. Ensuite, une sœur
a raconté une histoire qui a corroboré sa remarque, et un autre élève a cité une autre
Ecriture. Nous avons ressenti l’influence de l’Esprit dans la classe. L’instructeur s’est
détendu. Je l’ai vu puiser de la force et de la confiance dans nos gestes simples d’intérêt
et de participation. La leçon s’est terminée par une prière de gratitude et un ‹amen›
sonore prononcé par la classe.
«Depuis, la plupart des élèves participent avec beaucoup d’intérêt. Notre instructeur
semble vivifié par leur enthousiasme, et il exprime souvent sa reconnaissance du soutien
qu’il ressent. L’Ecole du Dimanche ne cesse de s’améliorer.»
Discussions
en groupes
Répartissez les élèves en trois groupes. Donnez à chaque groupe un marqueur et un
grand morceau de papier (ou plusieurs petits). Demandez à chaque groupe de choisir
un secrétaire. Ensuite, attribuez à chaque groupe l’une des questions suivantes:
1. Qu’est-ce que ceux qui instruisent et ceux qui apprennent peuvent faire pour
encourager chacun à participer?
2. Qu’est-ce que ceux qui instruisent et ceux qui apprennent peuvent faire pour nouer
des liens d’amitié entre eux?
3. Qu’est-ce que ceux qui instruisent et ceux qui apprennent peuvent faire pour aider
chacun à être attentif et à écouter les autres?
Informez les groupes qu’ils disposeront de trois minutes pour discuter de leurs questions.
Pendant leur discussion, les élèves devront réfléchir à leurs expériences personnelles
et à l’histoire que vous venez de leur raconter. Le secrétaire de chaque groupe notera les
idées du groupe sur une grande feuille de papier. Ensuite, il montrera la liste pour que
chacun la voie.
Au bout de deux ou trois minutes, demandez aux groupes de montrer leur liste. Passez
rapidement en revue les idées des listes. Recommandez aux élèves de les écrire dans leur
bloc-notes.
Si les élèves n’indiquent pas les idées suivantes dans leur liste, il peut être bon de les
mentionner:
215
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
1. Qu’est-ce que ceux qui instruisent et ceux qui apprennent peuvent faire pour
encourager chacun à participer?
a. Ceux qui instruisent et ceux qui apprennent doivent appliquer le principe dont
ils discutent.
b. Quand c’est possible, par exemple dans les cours de la Prêtrise de Melchisédek,
de la Société de Secours et de Doctrine de l’Evangile, les élèves doivent lire la
documentation de la leçon avant de venir en cours.
c. Les élèves doivent participer de bon gré aux discussions. Ils doivent lever la main
pour signaler à l’instructeur qu’ils sont prêts à poser une question ou à faire un
commentaire.
d. Les élèves doivent veiller à ne pas dominer la discussion.
e. Les élèves doivent s’acquitter de leurs tâches avec diligence.
2. Qu’est-ce que ceux qui instruisent et ceux qui apprennent peuvent faire pour nouer
des liens d’amitié entre eux?
a. Les instructeurs et les élèves doivent être conscients de leurs capacités et de leurs
besoins respectifs.
b. Ils doivent se soutenir mutuellement en cours et en dehors du cours.
c. Ils doivent s’exprimer leur sollicitude et leur affection, quand c’est opportun.
3. Qu’est-ce que ceux qui instruisent et ceux qui apprennent peuvent faire pour aider
chacun à être attentif et à écouter les autres?
a.
b.
c.
d.
e.
Les instructeurs et les élèves doivent s’écouter avec attention et respect.
Les instructeurs et les élèves doivent arriver à temps.
Ils doivent rester éveillés et se concentrer sur la leçon.
Les élèves doivent poser des questions pertinentes quand ils ne comprennent pas.
Si possible, les élèves doivent assister à toute la leçon.
Les instructeurs aident les élèves à comprendre leur responsabilité de créer une
atmosphère propice à l’apprentissage et à s’en acquitter.
Histoires et discussion Expliquez que vous allez raconter deux histoires. Demandez aux élèves de réfléchir
à la manière dont les instructeurs de ces histoires se sont aidés mutuellement à créer
une atmosphère propice à l’apprentissage. Racontez ensuite cette histoire relatée par
Thomas S. Monson:
«Un jour d’hiver, j’ai repensé à une expérience de mon enfance. J’avais onze ans.
Melissa, la présidente de la Primaire, était une dame âgée aux cheveux gris. Un jour,
à la Primaire, elle me demanda de rester pour parler avec elle. Nous étions tous les
deux, assis dans la salle de culte vide à l’exception de nous deux. Elle mit son bras sur
mes épaules et éclata en sanglots.
«Je lui demandai, surpris, pourquoi elle pleurait.
«Elle répondit: ‹Je n’arrive pas à faire que les Jalonneurs soient calmes pendant les
préliminaires de la Primaire. Tu veux bien m’aider, Tommy?›
«J’ai promis à Melissa de l’aider. A mon étonnement mais non au sien, Melissa venait
de résoudre le problème de recueillement à la Primaire. Elle avait frappé au cœur du
problème: moi» (Ensign, novembre 1987, p. 69).
216
Dans cette histoire, qu’a fait la présidente de la Primaire pour contribuer à créer
une atmosphère propice à l’apprentissage? (Elle a aidé le jeune Tommy Monson à
comprendre sa responsabilité et à s’en acquitter.)
L e ç o n 6 : C r é e z u n e at m o s p h è r e p r o p i c e à l ’ a p p r e n t i s s a g e , 1 è r e p a rt i e
Histoire et discussion
Après avoir entendu cette histoire, voudriez-vous ajouter des idées aux listes que
vous avez faites? (Vous pouvez aussi suggérer aux élèves d’écrire ces idées dans leur
bloc-notes.)
Dites que vous allez maintenant raconter une histoire concernant une instructrice des
Jeunes Filles:
«Accompagnez-moi dans une classe de jeunes filles de 12 et 13 ans. Ecoutez les élèves
en train de découvrir la doctrine. Remarquez l’expérience que l’instructrice donne aux
élèves afin qu’elles puissent relier la doctrine à la réalité de leur vie. Ressentez aussi le
témoignage de l’Esprit:
«Notre instructrice approche sa chaise du demi-cercle de cinq jeunes filles. ‹Nous avons
une invitée qui attend dehors›, dit-elle. ‹C’est sœur Jonas. Elle a accepté de nous montrer
son bébé et de nous dire ce qu’elle ressent maintenant qu’elle est mère. En observant
le bébé, remarquez aussi sa mère, sa manière de traiter son bébé, ce qu’elle fait, ce qu’elle
dit. Nous allons parler de son passage après son départ.›
«Sœur Jonas entre et passe sept à huit minutes à parler de son bébé et à répondre aux
questions. Les jeunes filles la remercient et elle sort de la salle de classe.
«‹Le bébé était adorable, n’est-ce pas?› dit notre instructrice pour répondre au brouhaha
admiratif qui règne dans la classe. ‹Mais qu’avez-vous remarqué à propos de la mère?›
«Il y a un instant de silence, puis quelqu’un répond: ‹Ben, elle était heureuse.› Quelqu’un
d’autre: ‹Elle n’a pas arrêté de bercer son bébé tant qu’elle le tenait.› Quelques autres
réponses, puis Katie commence: ‹Elle, euh, parlait tout doucement.›
«‹Mais encore?›, dit tendrement l’instructrice.
«‹Eh bien, sa voix me rappelle celle de ma mère quand elle nous a appelés de la
maternité pour nous annoncer que nous avions une autre sœur, l’an dernier.›
«L’instructrice se tourne vers les autres jeunes filles: ‹Qu’est-ce que vous en pensez?
Quelqu’un d’autre a remarqué sa voix?›
«Les jeunes filles réfléchissent davantage et commencent à répondre en employant
des mots comme ‹respect›, ‹céleste› et ‹amour›.
«L’instructrice dit: ‹Je crois que je comprends. Je crois que ces paroles nous viennent à
l’esprit parce que nous reconnaissons un grand don de notre Père céleste. Il nous aime
et nous fait tellement confiance qu’il est disposé à partager avec nous son pouvoir
créateur. Nous ressentons tant de reconnaissance et de respect pour cette confiance.
La mère a un rôle divin.›
«Après cette déclaration claire de doctrine et ce témoignage, notre instructrice passe
à une activité où les jeunes filles définissent les qualités de leurs mères, qui montrent
qu’elles comprennent la nature divine du rôle de mère. ‹Chacune d’entre vous pourraitelle se préparer à son rôle de mère dès maintenant en mettant en pratique l’une de ces
qualités, peut-être en étant plus patiente, plus gentille ou plus positive cette semaine?›
«Chaque jeune fille parle de ce qu’elle a choisi. Notre instructrice rend personnellement
témoignage. On fait la prière de clôture» (Virginia H. Pearce, L’Etoile, janvier 1996, p. 14).
Dans cette histoire, qu’a fait l’instructrice pour contribuer à créer une atmosphère
propice à l’apprentissage? (Entre autres réponses, il pourra y avoir: Elle a fait venir
un intervenant extérieur pour raconter une expérience personnelle, elle a posé
des questions qui incitent à réfléchir, elle a écouté attentivement, elle a répondu
217
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
aux commentaires des élèves par des questions supplémentaires, elle a enseigné
la doctrine et aidé les jeunes filles à l’appliquer dans leur vie.) Qu’ont fait les élèves?
(Exemples de réponses: elles ont écouté et ont participé de manière réfléchie.)
Comment l’atmosphère propice à l’apprentissage créée dans cette classe peut-elle
contribuer à éviter d’éventuelles difficultés?
Après avoir écouté cette histoire, y a-t-il des idées que vous aimeriez ajouter aux listes
que vous avez dressées? (Vous pouvez aussi proposer aux élèves d’ajouter ces idées
à leurs listes dans leur bloc-notes.)
Lorsque nous aidons les élèves à s’engager, en créant une atmosphère propice
à l’apprentissage, nous leur enseignons à être des disciples de Jésus-Christ.
Exposé
de l’instructeur
Dites que les histoires que vous avez racontées indiquent diverses manières d’éviter les
problèmes et de les résoudre. Demandez aux élèves d’ouvrir leur livre à la section «Créez
une atmosphère propice à l’apprentissage», commençant à la page 75. Signalez que les
pages 76–83 abordent la manière de créer une atmosphère propice à l’apprentissage et
d’éviter les interruptions et que les pages 84–87 donnent des suggestions précises pour
régler les interruptions, s’il s’en produit. Expliquez que, que nous cherchions à éviter
les problèmes ou à les résoudre, notre but devrait être le même: enseigner l’Evangile de
Jésus-Christ et aider les élèves à comprendre la responsabilité qu’ils partagent de créer
une atmosphère propice à l’apprentissage, et à s’en acquitter.
Ce but est le secret de la discipline en classe. Si nous gardons ce but à l’esprit, non
seulement nous corrigeons le comportement et maintenons le calme en cours, mais
nous apprenons à d’autres à être des disciples de Jésus-Christ.
Il arrive que des instructeurs pensent qu’ils échouent s’ils n’arrivent pas rapidement
à trouver le moyen de créer une atmosphère propice à l’apprentissage de l’Evangile.
Cependant, il est rare qu’on puisse la créer rapidement. Les gens se développent pas à
pas – ligne sur ligne et précepte sur précepte (voir 2 Néphi 28:30). Cela demande des
efforts constants. Le secret consiste à œuvrer fidèlement, diligemment et patiemment,
en étant constamment guidé par des principes vrais.
Conclusion
Témoignage
Rendez témoignage si l’Esprit vous y pousse.
Tâche
Dites aux élèves que la leçon de la semaine prochaine portera sur des mesures que les
instructeurs peuvent prendre pour éliminer les causes de dérangement et résoudre
les problèmes de discipline. Demandez-leur de réfléchir à une situation qui peut nuire à
une atmosphère d’apprentissage et de réfléchir également à une solution. Celle-ci doit
être précise et pratique. Ils devront écrire la situation et la solution dans leur bloc-notes,
et être prêts à parler, pendant deux ou trois minutes pendant le cours de la semaine
prochaine, de ce qu’ils ont noté.
En réfléchissant aux solutions, les élèves doivent étudier la section du manuel intitulée
«Créez une atmosphère propice à l’apprentissage» (pp. 75–87).
218
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Créez une atmosphère propice
à l’apprentissage 2 partie
Leçon
e
7
Objectif
Aider les élèves à appliquer les principes qu’ils ont appris dans la leçon 6.
Remarque
à l’intention
de l’instructeur
A la fin de la leçon 6, vous avez demandé aux élèves de se préparer à parler de manières
d’éviter les causes de dérangement et de résoudre les problèmes de discipline (voir
page 218). Les instructeurs désirent apprendre des moyens pratiques et précis de traiter
les problèmes. Vous devez donc prévoir la leçon de manière à passer la plupart du
cours à l’activité d’application.
En dirigeant les discussions de la leçon, efforcez-vous d’aider les élèves à acquérir plus
de confiance en leur capacité de créer une atmosphère propice à l’apprentissage.
Préparation
1. Etudiez Doctrine et Alliances 12:8 en vous aidant de la prière. Efforcez-vous de
l’appliquer à l’objectif de la leçon.
2. Préparez-vous à expliquer comment prévenir ou résoudre un problème de dérangement ou de discipline précis. Votre solution doit être pratique.
3. Assurez-vous que les élèves sont eux aussi prêts à expliquer comment prévenir les
causes de dérangement et à résoudre les problèmes de discipline (voir la tâche de la
page 218). Rappelez-leur que leurs solutions doivent être précises et pratiques.
4. Continuez d’étudier la section du manuel intitulée «Créez une atmosphère propice
à l’apprentissage» (pp. 75–87).
Développement
proposé
pour la leçon
Notre réussite à influencer les autres dépend de notre humilité et de notre amour.
Exposé
de l’instructeur
et commentaire
d’Ecriture
Rappelez aux élèves que dans la leçon 2, ils ont parlé de l’importance d’aimer ceux que
nous instruisons. Ce principe doit gouverner tout nos efforts pour créer une atmosphère
propice à l’apprentissage, en particulier dans nos rapports individuels avec les élèves.
Demandez à un élève de lire Doctrine et Alliances 12:8.
Pourquoi l’humilité et l’amour sont-ils importants pour exercer une influence
bénéfique sur autrui?
Suggérez aux élèves qu’en parlant des moyens de prévenir les causes de dérangement et
de résoudre les problèmes de discipline, ils gardent à l’esprit l’importance de ce principe.
Citation
Lisez cette déclaration de Howard W. Hunter:
«Dieu agit principalement par la persuasion, la patience et la longanimité, non par la
force et l’affrontement. Il agit par la demande et par les encouragements. Il agit toujours
avec un respect scrupuleux de notre liberté et de notre indépendance. Il veut nous aider
et nous demande de lui donner une chance de le faire, mais il ne le fera pas au mépris
de notre libre arbitre. Il nous aime trop pour cela» (L’Etoile, janvier 1990, p. 16).
219
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Nous pouvons aider les autres à comprendre leur responsabilité de contribuer
à créer une atmosphère propice à l’apprentissage, et à s’en acquitter.
Exposé
de l’instructeur
Faites référence à la tâche que vous avez donnée aux élèves la semaine dernière. Ditesleur que vous avez aussi travaillé à cette tâche. Ensuite mentionnez le problème auquel
vous avez réfléchi et la solution que vous proposez. Indiquez lesquels des trois éléments
d’une atmosphère propice à l’apprentissage seraient renforcés par votre solution (vous
retrouverez ces trois éléments à la page 214). Après avoir indiqué votre solution, posez
les questions suivantes:
Qu’y a-t-il d’efficace dans cette solution?
Quelles précautions doit-on prendre en appliquant cette solution?
Quelles autres solutions pouvez-vous proposer?
Exposé des élèves
Demandez aux élèves d’exposer à tour de rôle les problèmes auxquels ils ont réfléchi et
les solutions qu’ils proposent. Veillez à ce que chaque élève ait l’occasion de s’exprimer.
Si le temps le permet, à la suite de chaque exposé, posez les trois questions ci-dessus.
Exposé
de l’instructeur
Expliquez que, quand on s’attaque aux causes de dérangement et quand on résout
les problèmes de discipline, il est souvent nécessaire de travailler avec les élèves un par
un. On peut toutefois aussi enseigner leurs responsabilités aux élèves quand ils sont
ensemble. Une bonne manière de le faire consiste à commencer par exprimer nos sentiments à propos de notre appel et de nos responsabilités d’instructeur. Nous pouvons
ensuite indiquer les responsabilités des élèves, en mentionnant les trois éléments qui
concourent à une atmosphère propice à l’apprentissage, qui ont été abordés au cours
de la leçon de la semaine dernière (voir page 214). Enfin, nous pouvons souligner que
nous avons besoin de leur aide parce qu’un cours ne peut réussir que si l’instructeur
et les élèves collaborent. (Vous trouverez un exemple d’exposé dans l’histoire de la p. 78
du manuel. Vous pourriez lire cette histoire aux élèves.)
Nous devons trouver des moyens de réduire les dérangements.
Leçon de chose
Demandez à un élève de venir à l’avant de la classe. Faites-lui étendre les bras à l’horizontale et placez-lui un livre ou un autre objet lourd dans chaque main. Demandez-lui
d’enseigner la Première Vision aux autres élèves tout en continuant de tenir ces objets
dans cette position. Quand l’élève commence à baisser les bras, rappelez-lui de les garder
à l’horizontale. Au bout de trente secondes, demandez-lui de poser les objets et de
retourner à sa place.
Signalez que pendant que la personne essayait d’enseigner, les élèves ne se concentraient
pas pleinement sur ce qu’elle disait. Leur attention était attirée par l’effort exercé pour
tenir les livres.
Exposé
de l’instructeur
Soulignez qu’en plus des problèmes déjà abordés, le cadre physique peut également être
une cause de distraction. Quand les élèves pénètrent dans une salle de classe ou un
autre lieu d’enseignement qui est mal rangé et peu confortable, il y a moins de chances
qu’ils accordent toute leur attention au message de la leçon.
Les dispositions physiques bien pensées peuvent contribuer à réduire le dérangement.
Par exemple, nous devons disposer les chaises de manière à ce que les élèves puissent
nous voir, voir le tableau et se voir les uns les autres. Cette disposition augmente la
capacité d’enseigner de l’instructeur et la capacité des élèves de participer et d’apprendre.
Vous trouverez d’autres idées pour préparer les locaux à la leçon à «Préparation de la
salle de classe», à la page 76 du manuel.
220
L e ç o n 7 : C r é e z u n e at m o s p h è r e p r o p i c e à l ’ a p p r e n t i s s a g e , 2 e p a rt i e
Nous pouvons prévenir et résoudre les problèmes de discipline en suivant
les principes de base de l’enseignement de l’Evangile.
Exposé
de l’instructeur
Dites que lorsque nous créons et maintenons une atmosphère propice à l’apprentissage,
nous contribuons à prévenir les dérangements et à résoudre les problèmes de discipline.
Le plus important que nous puissions faire pour y parvenir est d’appliquer les principes
de l’enseignement de l’Evangile enseignés dans ce cours. Il s’agit de:
1. aimer ceux que nous instruisons,
2. enseigner selon l’Esprit,
3. enseigner la doctrine,
4. inciter les élèves à apprendre diligemment,
5. préparer tout ce qui est nécessaire,
6. employer des méthodes efficaces.
Nous, les instructeurs, nous devrions régulièrement nous évaluer personnellement
et évaluer notre enseignement pour nous assurer que nous appliquons chacun de ces
principes.
Conclusion
Témoignage
Rendez témoignage, si l’Esprit vous y incite.
Tâches
Recommandez aux élèves de:
1. Continuer d’étudier la section du manuel intitulée «Créez une atmosphère propice
à l’apprentissage» (pp. 75–87). Réfléchir à leur façon d’enseigner, et relever ce qu’ils
doivent faire pour contribuer à créer une atmosphère propice à l’apprentissage.
2. Revoir la liste de la page 210 sur la manière d’inciter les élèves à apprendre diligemment. Choisir un point de la liste et l’appliquer dans une situation d’enseignement.
Relater leur expérience dans leur bloc-notes.
221
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Leçon
8
Employez des méthodes efficaces
1ère partie
Objectif
Aider les élèves à choisir des méthodes pédagogiques et à les employer efficacement.
Remarque
à l’intention
de l’instructeur
La qualité de l’enseignement et de l’apprentissage de l’Evangile s’améliore quand on
choisit soigneusement et emploie efficacement les méthodes pédagogiques. Les instructeurs doivent choisir des méthodes qui (1) aident leurs élèves à bien comprendre et
bien se rappeler la doctrine et les principes de l’Evangile et (2) sont adaptées au contenu
de la leçon et au groupe d’âge de leurs élèves.
Dans cette leçon et dans la leçon no 9, les élèves apprendront les méthodes pédagogiques
de base suivantes: utilisation de leçons de choses, comparaison, emploi du tableau, récit
d’histoires, questions, et direction de discussions.
Préparation
1. Lisez la section du manuel intitulée «Utilisez des méthodes efficaces» (pp. 88–95).
Lisez aussi la partie F, «Méthodes pédagogiques» (pp. 157–184).
2. Apportez en classe une tasse propre à l’extérieur et à l’intérieur, et une tasse
semblable, propre à l’extérieur mais sale à l’intérieur.
3. Préparez une démonstration dans laquelle vous utiliserez le tableau pour enseigner
un principe de l’Evangile. Vous pourriez utiliser l’un des exemples de la page 162,
ou bien inventer un exemple.
Développement
proposé
pour la leçon
Nous devons employer des méthodes pédagogiques qui aident les gens
à comprendre, à se rappeler et à appliquer les principes de l’Evangile.
Histoire
Racontez l’histoire suivante. Expliquez que c’est une expérience que Boyd K. Packer et
sa femme ont eue pendant qu’il était président de mission.
«Nous avons organisé des conférences de zone. Pour chacune, sœur Packer faisait un
gâteau fourré. . ., magnifiquement décoré, épais, avec un glaçage aux couleurs vives,
splendide, et portant sur le dessus l’inscription ‹L’Evangile›. Quand les missionnaires
étaient réunis, nous apportions cérémonieusement le gâteau. C’était spectaculaire!
«Nous disions que le gâteau représentait l’Evangile, puis nous demandions: ‹Qui en veut?›
Il y avait toujours un frère missionnaire affamé qui s’empressait de se porter volontaire.
Nous lui demandions de s’approcher et lui disions: ‹Nous allons vous servir en premier.›
Je plongeais alors les doigts dans le dessus du gâteau et j’en arrachais un gros morceau.
Je prenais soin de serrer le poing après l’avoir arraché pour que le glaçage me coule entre
les doigts, et, alors que les missionnaires me regardaient, incrédules, je lançais le morceau
de gâteau au volontaire, maculant de glaçage l’avant de son costume. Je demandais
ensuite: ‹Quelqu’un d’autre en veut?› Etonnament, il n’y avait pas d’amateur.
«Nous sortions ensuite un plat de cristal, une fourchette en argent, une serviette de
tissu et une belle pelle à gâteau en argent. Avec dignité, je découpais soigneusement
une tranche de l’autre côté du gâteau, la déposais délicatement sur le plat de cristal et
demandais: ‹Quelqu’un veut-il un morceau de gâteau?›
222
L e ç o n 8 : E m p l o y e z d e s m é t h o d e s e f f i c a c e s , 1 È R E p a rt i e
«La leçon était évidente. Dans les deux cas, c’était le même gâteau, le même parfum,
la même nourriture. C’était la manière de servir qui le rendait attirant, voire séduisant
ou désagréable, voire repoussant. Nous rappelions aux missionnaires que le gâteau
représentait l’Evangile et leur demandions. Comment ils le servaient?
«Après la démonstration, nous n’avions aucun mal à susciter de l’enthousiasme, en fait
un enthousiasme considérable, pour l’effort d’améliorer l’enseignement des leçons.
Quelques mois plus tard, je me suis dit qu’il serait peut-être bon de rappeler la leçon
aux missionnaires. J’ai donc envoyé un bulletin comportant un dessin du gâteau.
«Quand je revoyais les missionnaires, je leur demandais: ‹Vous avez bien reçu un
bulletin il n’y a pas longtemps?›
«‹Oui.›
«‹Et de quoi parlait-il?›
«Les missionnaires répondaient invariablement: ‹Il nous rappelait que nous devions
améliorer la présentation des leçons, étudier davantage, apprendre soigneusement les
leçons et nous aider mutuellement dans notre méthode pour les enseigner.›
«‹Vous avez tiré tout cela d’un dessin?›
«‹Oui, on n’est pas prêt d’oublier cette leçon!›
«Je dois ajouter que, bien sûr, quand c’était nécessaire, j’étais très heureux de payer le
nettoyage du costume du missionnaire!» (Teach Ye Diligently, 1991, pp. 270–271).
Remarque: Si vous désirez reproduire la leçon de chose du président Packer, il serait
peut-être préférable de servir le gâteau en l’attrapant à poignée et en l’écrasant sur une
assiette, plutôt que de le jeter sur un élève.
Discussion
Quelle leçon pouvons-nous tirer de cette leçon sur la manière dont nous devrions
présenter l’Evangile?
Quelle preuve y a-t-il que la leçon du président Packer a été efficace?
Soulignez que les missionnaires de la mission du président Packer ont compris la leçon,
se la sont rappelée et l’ont appliquée personnellement. Il ne suffit pas d’aider les gens que
nous instruisons à comprendre les principes de l’Evangile. Nous devons aussi les aider
à se les rappeler et à les appliquer.
Demandez aux élèves d’ouvrir leur livre à la page 158. Expliquez que cette page contient
une liste de méthodes qui peuvent être employées pour enseigner l’Evangile. La leçon
d’aujourd’hui et celle de la semaine prochaine comporteront des démonstrations
de quelques méthodes de la liste. Soulignez que nous devons choisir des méthodes qui
édifient les élèves et qui ne les éloignent pas des principes que nous enseignons.
Utilisation de leçons de choses
Démonstration
et discussion
Dites que dans l’histoire que vous avez racontée, le président Packer s’est servi d’une
leçon de choses pour rappeler aux missionnaires qu’ils doivent enseigner de manière
efficace. Nous pouvons utiliser des leçons de choses pour enseigner toutes sortes de
principes de l’Evangile.
Montrez les deux tasses, l’une propre à l’extérieur et à l’intérieur, l’autre propre à
l’extérieur mais sale à l’intérieur. Posez ensuite la question suivante:
Dans laquelle de ces tasses préféreriez-vous boire?
223
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Expliquez qu’un jour Jésus a comparé un groupe de gens à une tasse propre à l’extérieur
mais sale à l’intérieur. Demandez à un élève de lire Matthieu 23:25–26.
Exposé
de l’instructeur
Quel principe de l’Evangile cette leçon de choses enseigne-t-elle? (Il ne suffit pas
de paraître juste; il faut avoir le cœur juste et pur.) Selon vous, qu’est-ce qui est
particulièrement efficace dans cette leçon de choses?
Signalez qu’aux pages 162–163 les élèves trouveront des idées qui pourront les aider
à inventer des leçons de chose efficaces. Demandez aux élèves d’ouvrir leur livre à la
page 163. Lisez les idées de création et d’utilisation de leçons de choses. Faites ensuite
part d’autres idées que vous auriez sur la manière d’utiliser les leçons de choses.
Comparaisons
Citations
Expliquez que les leçons de chose sont efficaces parce qu’elles établissent une relation
entre des principes spirituels et des objets concrets familiers. Nous pouvons parvenir
à ce résultat en faisant des comparaisons simples.
Demandez à plusieurs élèves de lire les comparaisons suivantes (vous en trouverez
d’autres aux pages 162–163 du manuel):
Le président Hinckley a enseigné:
«La foi est semblable au muscle de mon bras. Si je l’utilise, si je l’alimente, il deviendra
fort; il pourra accomplir beaucoup de choses. Mais si je le mets en écharpe, et ne fais
rien avec, il s’affaiblira et deviendra inutile» (Church News, 6 juin 1998, p. 2).
Russell M. Nelson a dit:
«Le verbe inoculer. . . signifie littéralement ‹mettre un œil à l’intérieur› pour lutter contre
le mal.
«Une affliction comme la polio peut handicaper ou détruire le corps. Une affliction
comme le péché peut handicaper ou détruire l’esprit. Les ravages de la polio peuvent
maintenant être évités par l’immunisation, mais les ravages du péché requièrent
d’autres moyens de prévention. Les médecins ne peuvent immuniser contre l’iniquité.
La protection spirituelle ne peut venir que du Seigneur et à sa façon. Jésus a choisi
non pas d’inoculer mais d’enseigner la doctrine» (L’Etoile, juillet 1995, p. 37).
Joseph B. Wirthlin a dit:
«Les chênes géants. . . ont un système de racines profond qui peut être deux fois et
demi plus grand que leur hauteur. Ces arbres sont rarement renversés quelle que soit
la violence des tempêtes.
«Les membres fidèles de l’Eglise doivent être comme des chênes et enfoncer leurs
racines loin dans la terre fertile des principes fondamentaux de l’Evangile» (L’Etoile,
janvier 1995, p. 89).
224
Commentaire
d’Ecriture
Demandez à un élève de lire Matthieu 13:44.
Exposé
de l’instructeur
Soulignez que les comparaisons ne sont efficaces que si nous faisons référence à des
objets que connaissent bien les gens que nous instruisons. Signalez qu’aux pages 162–163
du manuel, sont données des idées qui peuvent aider les instructeurs à inventer des
comparaisons efficaces.
Que pouvons-nous apprendre de cette comparaison?
L e ç o n 8 : E m p l o y e z d e s m é t h o d e s e f f i c a c e s , 1 È r e p a rt i e
Utilisation du tableau
Démonstration
Expliquez qu’on peut utiliser efficacement le tableau pour souligner des idées importantes, capter l’attention des élèves et simplifier des concepts compliqués. Dites que vous
allez démontrer la manière d’utiliser le tableau. Faites ensuite la démonstration que
vous avez préparée (voir «Préparation», point 3).
Discussion
Posez aux élèves les idées suivantes:
Que vous a appris cette démonstration? En quoi l’utilisation du tableau vous a-t-elle
aidés à apprendre cela?
Que vous a appris cette démonstration sur la manière dont on doit utiliser le tableau
pour enseigner?
Si les élèves ne mentionnent pas les points suivants, mentionnez-les:
1. Ecrire clairement et assez gros pour que tout le monde voie. Généralement il est plus
efficace d’écrire quelques mots clés que des phrases complètes.
2. Parler en écrivant. Cela aide à capter l’attention des élèves.
3. Eviter de passer beaucoup de temps au tableau.
4. Se préparer. S’exercer à faire les dessins, les cartes ou les schémas qu’on prévoit
d’utiliser.
5. Ne pas présenter d’excuses parce que l’on écrit ou que l’on dessine mal.
6. Utiliser des personnages-bâtons et des ébauches pour illustrer les histoires et les
concepts.
7. De temps à autre, laisser des élèves écrire au tableau. Cela peut contribuer à accroître
la participation.
Indiquez que les élèves pourront trouver d’autres idées aux pages 181–182 du manuel.
Pendant que nous nous préparons à enseigner, nous pouvons choisir parmi une
grande variété de méthodes pédagogiques.
Exposé
de l’instructeur
Expliquez qu’en variant les méthodes, on peut améliorer et vivifier l’enseignement
et l’apprentissage. Cependant, nous ne devons pas utiliser des méthodes différentes
dans le seul but d’avoir de la variété. Nous devons choisir des méthodes qui (1) aident
nos élèves à comprendre clairement la doctrine et les principes de l’Evangile et à se les
rappeler et (2) sont adaptées au contenu de la leçon et au groupe d’âge de nos élèves.
Application
Demandez à un élève d’indiquer un point de doctrine ou un principe d’une leçon qu’il
se prépare à donner. Demandez ensuite aux élèves d’ouvrir leur livre à la page 158 et
de réviser la liste de méthodes. Invitez-les à suggérer des méthodes qu’on pourrait
utiliser pour bien enseigner ce point de doctrine ou ce principe. A mesure que les élèves
proposent des méthodes, demandez-leur d’expliquer pourquoi ils les ont proposées.
Conclusion
Citation
Demandez à un élève de lire cette citation de Boyd K. Packer:
«Lorsque nous enseignons des valeurs morales et spirituelles, nous enseignons des choses
abstraites. Il n’y a peut-être pas d’enseignement plus difficile à donner, ni qui apporte
plus de satisfaction quand on est parvenu à bien le faire. Il existe des techniques à
225
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
employer, des outils à utiliser. Il y a des choses que les instructeurs peuvent faire pour se
préparer et pour préparer leurs leçons afin que leurs élèves reçoivent l’enseignement. . .
et que les témoignages soient transmis» (Teach Ye Diligently, p. 62).
Soulignez que les méthodes sont importantes, mais qu’elles ne doivent pas être la
finalité des leçons que nous donnons. Elles sont des outils destinés à aider nos élèves
à se concentrer sur les principes salvateurs de l’Evangile et à les appliquer.
Témoignage
Rendez témoignage si l’Esprit vous y incite.
Tâches
Recommandez aux élèves de:
1. Réfléchir à des méthodes qu’ils pourraient employer pour enseigner plus efficacement
les principes de l’Evangile.
2. Ecrire dans leur bloc-notes les expériences qu’ils ont eues en choisissant et en
employant différentes méthodes pédagogiques.
3. Lire la section du manuel intitulée «Utilisez des méthodes efficaces» (pp. 88–95).
Lire également la partie F, «Méthodes pédagogiques» (pp. 157–184).
226
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Employez des méthodes efficaces
2e partie
Leçon
9
Objectif
Aider les élèves à appliquer les principes qu’ils ont appris à la leçon 8.
Remarque
à l’intention
de l’instructeur
Cette leçon est la suite de la leçon 8. En préparation de cette leçon, demandez à
quelques élèves d’enseigner des principes de l’Evangile en employant les méthodes
suivantes: histoires, questions et discussions (voir «Préparation», point 1, ci-dessous).
Veillez à ce que cette expérience soit encourageante pour eux et qu’elle les aide
à prendre confiance en leur capacité d’employer différentes méthodes pédagogiques.
Soyez particulièrement sensible aux besoins et aux sentiments des élèves qui ont
moins l’expérience de l’enseignement.
Préparation
1. A l’avance, demandez à trois élèves de préparer chacun l’une des démonstrations
énumérées ci-dessous. Recommandez-leur de se référer aux Ecritures et au manuel
Les principes de l’Evangile (31110 140) pour y trouver de l’aide en ce qui concerne
le sujet des démonstrations, et au présent manuel pour y trouver des conseils sur la
manière d’employer les méthodes qui leur ont été attribuées.
Démonstration 1: Racontez une histoire vraie pour enseigner la puissance de la prière
personnelle. Préparez-vous à faire part de quelques idées sur la manière d’utiliser
efficacement les histoires pour enseigner l’Evangile.
Démonstration 2: Utilisez des questions pour enseigner les bienfaits de la sanctification du jour du sabbat. Préparez-vous à faire part de quelques idées sur la manière
d’employer efficacement les questions pour enseigner l’Evangile.
Démonstration 3: Animez une discussion pour enseigner la raison pour laquelle nous
devons être disposés à faire des sacrifices. Préparez-vous à faire part de quelques
idées sur la manière d’animer efficacement des discussions pour enseigner l’Evangile.
2. Si nécessaire, aidez les élèves désignés à préparer leur démonstration.
Développement
proposé
pour la leçon
Rappelez aux élèves qu’au cours de la leçon précédente ils ont assisté à des démonstrations d’utilisation de leçons de choses, de comparaisons et du tableau pour enseigner les
principes de l’Evangile. Aujourd’hui ils assisteront à des démonstrations au cours desquelles des membres de la classe enseigneront des principes de l’Evangile en racontant
une histoire, en posant des questions et en dirigeant une discussion.
Histoires
Démonstration
et discussion
Demandez à l’élève désigné de donner la première démonstration (voir «Préparation»,
point 1). Après cette démonstration, demandez aux élèves de discuter de la question
suivante:
En quoi l’utilisation de cette histoire vous a-t-elle aidés à mieux comprendre la
puissance de la prière personnelle?
Demandez à l’élève désigné de présenter quelques manières qu’il a trouvées d’utiliser
les histoires pour enseigner les principes de l’Evangile.
227
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Exposé
de l’instructeur
Demandez aux élèves de se référer à la rubrique «Histoires» des pages 169–172. Lisez
ensemble «Directives pour préparer et raconter une histoire», page 171.
Poser des questions
Démonstration
et discussion
Demandez à l’élève désigné de faire la seconde démonstration (voir «Préparation»,
point 1). Après la démonstration, demandez aux élèves de discuter de la question
suivante:
En quoi les questions de cette démonstration vous ont-elles aidés à mieux comprendre
les bienfaits de la sanctification du jour du sabbat?
Demandez à l’élève désigné de faire part d’idées qui lui sont venues sur la manière
d’utiliser des questions pour enseigner les principes de l’Evangile.
Exposé
de l’instructeur
Aidez les élèves à comprendre que les questions que nous employons pour enseigner
doivent:
1. Susciter la réflexion et la discussion. Pour découvrir ce que les gens savent, pensent
ou ressentent, posez des questions commençant par que, quoi, où, quand, comment
ou en quoi. En général, les questions auxquelles on peut répondre par oui ou non ne
sont pas efficaces, sauf si elles aboutissent à d’autres questions ou à des engagements.
2. Aidez les élèves à voir comment appliquer les principes de l’Evangile dans leur vie.
3. Incitez les élèves à faire part d’idées et d’expériences personnelles en rapport avec
les principes enseignés.
Expliquez que nous ne devons pas nous inquiéter si les personnes que nous instruisons
gardent le silence pendant quelques instants après que nous avons posé une question.
Il se peut qu’elles aient besoin de temps pour trouver la réponse.
Expliquez aux élèves qu’ils peuvent trouver d’autres suggestions à la leçon «Enseignez
en posant des questions» aux pages 68–70 du manuel.
Animation de discussions
Démonstration
et discussion
Demandez à l’élève désigné de faire la troisième démonstration (voir «Préparation»,
point 1). Après cette démonstration, demandez aux élèves de discuter de la question
suivante:
En quoi cette discussion vous a-t-elle aidés à mieux comprendre pourquoi nous
devons être disposés à faire des sacrifices?
Demandez au membre désigné de faire part de quelques idées qu’il a eues sur la manière
d’animer les discussions.
Exposé
de l’instructeur
Aidez les élèves à comprendre que lorsque nous animons une discussion, nous devons:
1. Aider nos élèves à ne pas craindre de rendre leur témoignage, de faire part de leurs
idées, de leurs expériences et de leurs questions.
2. Recevoir les apports des élèves avec appréciation et respect.
3. Etre sensibles à la situation des élèves qui hésitent à participer. Il peut être utile
d’avoir un entretien personnel avec eux pour se rendre compte de ce qu’ils éprouvent
à l’idée de lire à voix haute ou de participer au cours. Il peut aussi être utile de leur
permettre de se préparer aux discussions en classe en leur demandant de lire des
Ecritures et de méditer à leur sujet avant le cours.
228
L e ç o n 9 : E m p l o y e z d e s m é t h o d e s e f f i c a c e s , 2 e p a rt i e
4. Adresser les commentaires et les questions des élèves à d’autres élèves pour qu’ils
y répondent.
Indiquez aux élèves qu’ils peuvent trouver d’autres idées à la rubrique «Animation de
discussions» aux pages 63–65 du manuel.
Conclusion
Résumé
Remerciez les intervenants de leur démonstration.
Rappelez aux élèves que les méthodes sont importantes mais qu’elles ne doivent pas
constituer la finalité des leçons que nous donnons. Elles sont des outils destinés
à aider les personnes que nous instruisons à se concentrer sur les principes salvateurs
de l’Evangile et à les appliquer.
Dites que notre enthousiasme pour l’enseignement augmentera si nous nous efforçons
de développer notre faculté d’utiliser des méthodes variées. Il se peut que nous
éprouvions de la crainte à l’idée d’essayer de nouvelles méthodes, mais nous pouvons
la surmonter.
Citation
Heber J. Grant a souvent cité ces paroles de Ralph Waldo Emerson: «Ce que nous persistons à faire nous devient plus aisé, non pas parce que la nature de la chose a changé,
mais parce que notre faculté de la faire a grandi» (Gospel Standards, comp. G. Homer
Durham, 1941, p. 335).
Témoignage
Rendez témoignage si l’Esprit vous y incite.
Tâches
Recommandez aux membres:
1. D’essayer de nouvelles méthodes pour enseigner les principes de l’Evangile.
Demandez-leur d’écrire leurs expériences dans leur bloc-notes.
2. De venir en classe la semaine prochaine prêts à élaborer un plan pour la leçon qu’ils
enseigneront prochainement. Cette leçon peut faire partie d’une tâche pour la soirée
familiale, pour une réunion de l’Eglise ou pour une autre occasion. Apporter de la
documentation pour la leçon, telle que les Ecritures et des manuels de leçon.
229
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Leçon
10
Préparez tout ce qui
est nécessaire
Objectif
Aider les élèves à préparer des leçons efficaces.
Remarque
à l’intention
de l’instructeur
En préparant leurs leçons, les instructeurs de l’Evangile doivent se poser trois questions:
1. Que doit-il se produire dans la vie des personnes que j’instruis à la suite de cette
leçon?
2. Quels principes précis faut-il enseigner?
3. Comment faut-il enseigner ces principes?
La première question aide l’instructeur à adapter la leçon aux besoins des élèves. Ayant
cela à l’esprit, l’instructeur peut décider de ce qu’il va enseigner. C’est une décision
importante, en particulier parce que les leçons contiennent généralement plus de
matière que l’instructeur ne peut en aborder pendant la durée de la classe. L’instructeur
doit choisir des méthodes didactiques qui appuient le sujet, sont en accord avec l’Esprit
et incitent les élèves à apprendre avec diligence.
En donnant cette leçon, aidez les élèves à comprendre comment préparer les leçons
efficacement et sous la direction de l’Esprit. Souvenez-vous que votre préparation
de cette leçon peut servir d’exemple aux élèves pour la préparation des leçons qu’ils
donneront.
Préparation
1. Etudiez la section du manuel intitulée «Préparez tout ce qui est nécessaire» (aux
pages 96–105).
2. Rappelez aux élèves qu’ils devront être prêts à élaborer le plan d’une leçon qu’ils
donneront bientôt. Recommandez-leur d’apporter la documentation pour la leçon,
telle que les Ecritures et les manuels de leçons. (Cette tâche leur a été donnée à la
fin de la leçon 9.)
3. Apportez en classe un exemplaire d’un manuel de leçons actuel publié par l’Eglise,
par exemple le manuel de la Primaire ou le manuel de Doctrine de l’Evangile, dans
lequel l’objectif de chaque leçon et les méthodes pédagogiques recommandées
sont indiqués.
230
L e ç o n 1 0 : P r é pa r e z to u t c e q u i e s t n é c e s s a i r e
4. Avant le cours, écrivez le tableau suivant au tableau:
1. Que doit-il se
produire dans
la vie des
personnes que
j’instruis à la
suite de cette
leçon?
2. Quels principes
précis faut-il
enseigner?
3. Comment faut-il
enseigner ces
principes?
Développement
proposé
pour la leçon
La préparation personnelle est essentielle pour pouvoir enseigner l’Evangile.
Citation
Demandez à un élève de lire la déclaration de Dallin H. Oaks à la page 96.
Tableau et exposé
de l’instructeur
Demandez aux élèves de regarder le tableau que vous avez fait au tableau noir.
Demandez-leur de le copier dans leur bloc-notes.
Expliquez qu’il y a trois questions importantes que nous devons nous poser quand
nous préparons une leçon.
Expliquez que pendant cette leçon les élèves répondront à ces questions à propos
de la documentation pour la leçon qu’ils ont apportée.
1. Décider de ce qui doit se produire dans la vie des gens que nous instruisons
à la suite de la leçon.
Bloc-notes et exposé
de l’instructeur
Demandez aux élèves de se référer à la documentation de cours qu’ils ont apportée.
Demandez-leur de noter le sujet de leur leçon en haut du tableau. S’ils enseignent en
s’appuyant sur un bloc d’Ecritures, faites-leur écrire le chapitre et les versets.
Expliquez qu’avec ce sujet à l’esprit, nous pouvons décider de la manière dont la leçon
doit influencer les gens que nous instruisons. Par exemple, en donnant une leçon sur la
dîme, une instructrice de la Primaire peut décider que les enfants doivent comprendre
ce qu’est la dîme et pourquoi nous la payons. En donnant une leçon sur le temple,
les parents peuvent décider que leurs enfants doivent éprouver le désir d’être dignes
pour se marier au temple. En donnant une leçon sur la soirée familiale, un président de
collège d’anciens peut décider que la leçon doit inciter les membres du collège à tenir
une soirée familiale de valeur chaque semaine.
Indiquez que beaucoup de manuels de leçons publiés par l’Eglise comportent l’énoncé
de l’objectif des leçons. Montrez le manuel de leçons que vous avez apporté en classe,
et indiquez aux élèves l’énoncé de l’objectif de l’une des leçons. Expliquez que nous
devons utiliser cet énoncé pour nous guider dans notre préparation de la leçon.
231
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Recommandez aux membres de réfléchir aux besoins des gens qu’ils instruisent.
Posez-leur ensuite la question suivante:
A votre avis, que doit-il se produire dans la vie des personnes que vous instruisez
à la suite de cette leçon?
Expliquez qu’un instructeur pourrait répondre en mentionnant ce que les gens doivent
comprendre, éprouver, désirer ou faire par suite d’une leçon. Donnez ensuite aux élèves
le temps de répondre à la question. Demandez-leur d’écrire leur réponse sur le tableau,
dans leur bloc-notes.
Discussion
Quand les élèves ont eu le temps de noter leurs réponses, demandez à quelques-uns de
les donner et de les motiver.
Soulignez qu’en préparant une leçon nous devons réfléchir aux besoins des personnes
que nous instruisons. Guidés par l’Esprit, nous pouvons connaître l’influence que la
leçon aura sur elles. Cela nous aidera à savoir quoi enseigner et comment le faire.
2. Décider de ce que l’on va enseigner.
Exposé
de l’instructeur
Expliquez que nous avons souvent plus de matière que nous ne pouvons en aborder
dans le temps qui nous est imparti. C’est vrai, que nous enseignions à partir d’un
manuel contenant des leçons préparées d’avance, ou à partir d’autres documents, tels
que des articles du Liahona ou des discours de conférence générale. Nous devons
alors choisir à l’aide de la prière ce qui sera le plus utile à nos élèves.
Soulignez que quand nous enseignons l’Evangile, nous ne devons pas nous borner à
présenter l’information. Ce qui compte le plus, ce n’est pas la quantité de documents
abordés mais l’influence de la leçon sur nos élèves.
Tableau et discussion
Que pouvons-nous faire qui nous aidera à décider des points précis à enseigner?
(Sans effacer le tableau, notez les réponses des élèves au tableau noir. Des points
importants sont indiqués ci-dessous. Mentionnez-les si les élèves ne le font pas.)
a.
b.
c.
d.
Etudier le contenu de la leçon en s’aidant de la prière.
Dresser la liste des principes importants abordés dans la leçon.
Toujours garder en tête les besoins et les antécédents de nos élèves.
Suivre la direction de l’Esprit.
Recommandez aux élèves de toujours commencer à préparer une leçon au moins une
semaine avant de la donner. Cela leur donnera le temps de méditer et de prier à propos
du sujet, de le comprendre et de trouver des façons attrayantes de le présenter.
Bloc-notes
Demandez de nouveau aux élèves de se référer à la documentation de leçon qu’ils ont
apportée en classe. Recommandez-leur de continuer de réfléchir aux besoins des
personnes qu’ils instruisent en répondant à la question suivante. Demandez-leur aussi
de réfléchir à ce que les gens qu’ils instruisent sont préparés à recevoir.
Dans cette leçon, quelles sont les idées les plus importantes pour les gens que vous
instruisez?
Donnez aux élèves le temps de réfléchir à la question. Demandez-leur d’écrire leurs
réponses sur le tableau, dans leur bloc-notes, sous le titre «Quels principes précis faut-il
enseigner?»
Discussion
232
Quand les élèves ont eu le temps de noter leurs réponses, demandez à quelques-uns
d’entre eux de les donner et de les motiver.
L e ç o n 1 0 : P r é pa r e z to u t c e q u i e s t n é c e s s a i r e
3. Décider de la manière d’enseigner la leçon.
Discussion
Expliquez qu’après avoir décidé de ce que nous allons enseigner, nous devons décider
comment le faire. Cela implique de choisir les méthodes qui aideront les gens à
comprendre les principes que nous enseignons.
Quelles méthodes pouvons-nous utiliser pour enseigner l’Evangile? (Aidez les élèves
à se souvenir des méthodes qui ont été démontrées au cours des leçons 8 et 9.
Rappelez-leur aussi la liste des méthodes de la page 158 du manuel.)
Rappelez aux élèves que les méthodes pédagogiques doivent édifier les gens que nous
instruisons, les inciter à apprendre avec diligence et les aider à comprendre et à appliquer
les principes de l’Evangile.
Bloc-notes
Demandez aux élèves de regarder de nouveau le tableau dans leur bloc-notes. Demandez-leur aussi de réfléchir à un principe qu’ils ont noté sous le titre «Quels principes
précis faut-il enseigner?» Donnez-leur quelques minutes pour réfléchir à une méthode
qu’ils pourraient utiliser pour enseigner ce principe, et pour la noter dans leur tableau.
Montrez le manuel de leçons que vous avez apporté. Indiquez que certaines leçons
comportent des idées pour enseigner certains principes de l’Evangile. Les instructeurs
peuvent adopter ces idées ou en trouver d’autres adaptées aux besoins des personnes
qu’ils instruisent.
Quand les élèves ont eu le temps d’écrire dans leur bloc-notes, demandez à quelques-uns
d’entre eux de faire part de leurs idées.
Conclusion
Citation
Lisez cette citation de David O. McKay:
«Trois préoccupations doivent guider tout instructeur: Premièrement s’immerger dans
le sujet. . .; deuxièmement, intégrer le sujet à sa vie; troisièmement, s’efforcer d’amener
[les gens qu’il instruit] à intégrer le sujet à leur vie, non pas le déverser en eux, mais les
amener à voir ce qu’il voit, à savoir ce qu’il sait, et à éprouver ce qu’il éprouve» (Gospel
Ideals, 1953, p. 424).
Recommandez aux élèves d’appliquer les principes abordés dans cette leçon. Assurez-les
que s’ils le font en s’aidant de la prière, ils pourront préparer des leçons qui aideront
les gens à apprendre la doctrine de l’Evangile et à l’appliquer.
Témoignage
Rendez témoignage si l’Esprit vous y incite.
Tâches
Recommandez aux élèves de:
1. Terminer la préparation de la leçon qu’ils ont commencée en classe. Noter dans leur
bloc l’expérience qu’ils ont eue en préparant et en donnant la leçon.
2. Revoir les principes étudiés dans cette leçon, en étudiant la section du manuel
intitulée «Préparez tout ce qui est nécessaire» (pp. 96–105).
3. Se préparer pour la leçon de la semaine prochaine en étudiant Matthieu 7:1–5. Se
demander s’ils font des choses qui aggravent les difficultés qu’ils rencontrent dans
leur rôle d’instructeurs. Réfléchir à ce qu’ils pourraient changer. En le faisant, ils
devraient penser à la recommandation du Seigneur dans Ether 12:27, 37, à propos des
bénédictions que nous pouvons recevoir si nous reconnaissons humblement nos
faiblesses.
233
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Leçon
11
Cultivez vos talents
Objectif
Aider les élèves à comprendre comment s’améliorer constamment en tant qu’instructeurs.
Remarque
à l’intention
de l’instructeur
Tandis qu’Hénoc voyageait parmi son peuple, il entendit une voix venant du ciel lui
commander de prêcher le repentir au peuple. «Lorsque Hénoc eut entendu ces paroles,
il se prosterna par terre devant le Seigneur, et parla devant le Seigneur, disant: Comment
se fait-il que j’aie trouvé grâce à tes yeux, alors que je ne suis qu’un jeune garçon et
que tout le peuple me hait, car je suis lent à m’exprimer; pourquoi donc suis-je ton
serviteur?» (voir Moïse 6:26–31).
«Et le Seigneur dit à Hénoc: Va faire ce que je t’ai commandé. . . Ouvre la bouche,
et elle sera remplie, et je te donnerai de t’exprimer. . . Voici, mon Esprit est sur toi, c’est
pourquoi je justifierai toutes tes paroles;. . . Tu demeureras en moi, et moi en toi; c’est
pourquoi, marche avec moi» (Moïse 6:32, 34).
Hénoc alla faire ce qui lui avait été commandé, et le Seigneur lui accorda la faculté
d’enseigner avec puissance.
Certains élèves éprouvent peut-être la même chose qu’Hénoc quand il reçut son appel
à prêcher, et sont conscients de leurs faiblesses et peu sûrs de leurs capacités. Cette leçon
est destinée à les aider à savoir comment s’améliorer en tant qu’instructeurs. La leçon
porte sur l’aide qu’on peut trouver dans la documentation du programme de l’Eglise,
dans le soutien des dirigeants et dans les réunions de perfectionnement pédagogique.
Néanmoins, il est important que vous leur rappeliez que le Seigneur est leur plus grande
source d’aide. S’ils s’humilient et exercent la foi au Seigneur, il rendra «fortes pour eux
les choses qui sont faibles» (Ether 12:27).
Préparation
1. Demandez à l’avance à un élève ou à un dirigeant de la paroisse de se préparer à lire
la déclaration de Brigham Young de la page 235. Demandez-lui aussi de se préparer à
raconter une expérience dans laquelle la justesse de cette déclaration lui est apparue.
2. Demandez à un instructeur de l’une des organisations de la prêtrise ou des organisations auxiliaires de venir en classe parler pendant trois à cinq minutes de l’aide que
le soutien d’un dirigeant lui a apportée.
3. Demandez à un dirigeant de la prêtrise ou d’une auxiliaire de venir en classe parler
pendant trois à cinq minutes de la manière dont les dirigeants peuvent soutenir
l’action des instructeurs. Demandez-lui de baser son exposé sur la page 28 du manuel.
Veillez à ce que cette personne se prépare à parler du fait qu’il est important que les
instructeurs prennent contact avec les dirigeants pour leur faire part d’expériences,
discuter des besoins des membres du collège ou de la classe, ou leur demander de l’aide
et des conseils. (Il serait bon de demander à un dirigeant qui sert avec l’instructeur
qui fait l’exposé indiqué ci-dessus.)
4. Etudiez la section du manuel intitulée «Cultivez vos talents» (pp. 21–28).
5. Relisez ce qui concerne les réunions de perfectionnement pédagogique des pages 7–9
du manuel Améliorer l’enseignement de l’Evangile: Guide du dirigeant. Préparez-vous à
234
L e ç o n 1 1 : C u lt i v e z v o s t a l e n t s
parler pendant trois à cinq minutes de la manière dont les réunions de perfectionnement pédagogique peuvent aider à répondre aux besoins des différents instructeurs.
Au cours de cet exposé, indiquez aux élèves la date des prochaines réunions de
perfectionnement pédagogique et les personnes qui doivent y assister. (Si vous n’êtes
pas le coordonnateur du perfectionnement pédagogique, vous pouvez, si vous le
voulez, lui demander de faire cet exposé.)
6. Préparez-vous à faire part d’une ou deux choses que vous incluriez au tableau de la
page 25.
7. Avant le cours, préparez une petite exposition de documentation pédagogique
actuellement produite par l’Eglise, disponible dans votre interrégion. Préparez-vous à
passer de trois à cinq minutes à décrire cette documentation. Si la documentation
mentionnée à la page 105 est disponible, exposez-la également.
Développement
proposé
pour la leçon
Pour toucher chacun de ceux que nous instruisons, nous devons constamment
nous efforcer de nous améliorer.
Introduction
Demandez à l’élève ou au dirigeant de la paroisse désigné de lire la déclaration
suivante:
Brigham Young a dit que le Seigneur «donne un petit peu aujourd’hui à ses humbles
disciples, et s’ils l’exploitent, demain, il leur donnera un peu plus, et le jour suivant
un peu plus encore. Il n’ajoute pas à ce qu’ils n’exploitent pas» (Enseignements des
présidents de l’Eglise: Brigham Young, p. 87).
Demandez à la personne que vous en avez chargée de raconter une expérience par
laquelle elle a vu la justesse de cette déclaration.
Exposé
de l’instructeur
Indiquez que ce principe enseigné par le président Young s’applique à nos efforts d’instructeurs de l’Evangile. Nous recevons l’aide du Seigneur si nous continuons à exploiter
ce qu’il nous a donné. Cette leçon porte sur ce que nous pouvons faire pour améliorer
notre enseignement. Elle aborde également les ressources disponibles dans l’Eglise pour
nous aider dans cette tâche.
L’Eglise fournit des ressources pour nous aider à nous améliorer en tant
qu’instructeurs.
Rapports
Bibliothèque d’unité
Expliquez que l’Eglise a publié une documentation qui peut nous aider à enseigner
de bonnes leçons. Signalez aux élèves l’exposition que vous avez installée devant eux
(voir «Préparation», point 7). Consacrez quelques minutes à décrire la documentation,
et donnez aux élèves la possibilité de poser des questions. Recommandez aux élèves
de se rendre à la bibliothèque de leur unité pour se renseigner sur cette documentation
et d’autres publications qui pourraient les aider dans leurs leçons.
Expliquez qu’en plus de la documentation du programme, l’Eglise met d’autres ressources à notre disposition pour nous aider à améliorer notre enseignement. Discutez
de ces ressources mentionnées ci-dessous.
Soutien des instructeurs par les dirigeants
Demandez au dirigeant et à l’instructeur que vous en avez chargés de faire leur exposé
sur le soutien des instructeurs par les dirigeants (voir «Préparation», points 2 et 3).
235
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Après l’exposé, invitez les élèves à poser des questions sur le soutien des instructeurs par
les dirigeants. Invitez-les également à discuter des façons dont ce soutien peut les aider
à s’améliorer en tant que dirigeants et instructeurs.
Exprimez votre avis sur l’importance du soutien des instructeurs par les dirigeants.
Réunions de perfectionnement pédagogique
Parlez aux élèves des réunions de perfectionnement pédagogique (voir «Préparation»,
point 5).
Cours Enseigner l’Evangile
Précisez que ce cours est aussi une ressource que l’Eglise met à notre disposition pour
nous aider à améliorer notre enseignement.
Nous devons réfléchir constamment à l’efficacité de notre enseignement.
Bloc-notes
Expliquez que nous devons constamment nous demander si nos efforts aident les
gens que nous instruisons. Demandez ensuite aux élèves de se reporter au tableau de
la page 25 du manuel. Faites-le leur copier dans leur bloc-notes.
Demandez aux élèves de réfléchir aux semaines passées depuis le début du cours.
Demandez-leur de réfléchir aux tâches des semaines précédentes. Aidez-les ensuite à
évaluer brièvement, à l’aide du tableau, leurs progrès en tant qu’instructeurs. Faites-leur
noter l’un de leurs points forts et l’un de leurs points faibles en tant qu’instructeurs.
Recommandez-leur de noter une chose qu’ils peuvent faire dès maintenant pour
s’améliorer et une qualité qu’ils doivent développer. (Vous trouverez une explication
de la manière de faire cette évaluation, à la page 25.)
Expliquez que cela les aidera à démarrer. Ils devront remplir le tableau seuls. En le faisant, il pourrait leur être utile de relire «Planifiez l’amélioration de votre enseignement»,
aux pages 24–27 du manuel.
Exposé
de l’instructeur
Une fois que les élèves ont terminé d’écrire dans leur tableau, dites-leur que vous
souhaitez améliorer votre enseignement. Indiquez-leur une ou deux choses que vous
noteriez pour vous-même dans ce tableau (voir «Préparation», point 6).
Citation
Assurez les élèves que le Seigneur les aidera dans leurs efforts pour s’améliorer. Demandez
à un élève de lire la déclaration de James E. Faust, à la page 21 du manuel.
Conclusion
Exposé
de l’instructeur
Répétez la déclaration de Brigham Young. Donnez votre avis sur l’importance de
ce principe. Si le temps le permet, relatez le récit d’Hénoc présenté dans la remarque
à l’intention de l’instructeur de la page 234.
Témoignage
Rendez témoignage si l’Esprit vous y incite.
Tâches
Recommandez aux élèves de:
1. Prendre contact avec les dirigeants de leur organisation pour leur faire part d’expériences, discuter des besoins individuels des membres du collège ou de la classe, et
demander de l’aide et des conseils. (Si les élèves n’ont pas d’appel d’instructeur,
recommandez-leur de parler avec un membre de leur famille, avec le coordonnateur
du perfectionnement pédagogique ou avec vous, de ce qu’ils ont appris dans le cours.)
236
L e ç o n 1 1 : C u lt i v e z v o s t a l e n t s
2. Revoir les principes enseignés dans cette leçon en étudiant la section du manuel
intitulée «Cultivez vos talents» (pp. 21–28). Continuer de suivre leur plan pour
s’améliorer.
3. Venir en classe la semaine prochaine préparés à faire un exposé sur ce qu’ils ont
appris ou sur leurs progrès grâce à ce cours. Les exposés doivent durer de trois à cinq
minutes, selon le nombre d’élèves. Ils doivent comporter un rapport sur (a) leurs
changements en tant qu’instructeurs du fait de ce qu’ils ont appris et sur (b) ce qu’ils
projettent de faire pour s’améliorer continuellement.
237
P a rt i e G : C o u r s E n s e i g n e r l ’ E va n g i l e
Leçon
12
Allez enseigner
Objectif
Donner aux élèves l’occasion de se fortifier mutuellement dans leurs efforts pour
améliorer leur enseignement.
Remarque
à l’intention
de l’instructeur
Le Seigneur a enseigné un important principe de l’enseignement de l’Evangile quand
il a dit: «Désignez parmi vous un instructeur, et que tous ne soient pas porte-parole en
même temps mais qu’une personne parle à la fois, et que tous écoutent ce qu’elle dit,
afin que lorsque tous ont parlé, tous soient édifiés par tous, et que chacun ait un droit
égal» (D&A 88:122).
La leçon d’aujourd’hui, dernière du cours Enseigner l’Evangile, donne l’occasion aux
élèves de s’instruire et de s’édifier les uns les autres en faisant part de leurs sentiments sur
la doctrine, les principes, les techniques et les méthodes qu’ils ont appris pendant le
cours. Structurez soigneusement la leçon afin que chaque élève ait le temps d’y participer.
Préparation
1. Rappelez à l’avance aux élèves la tâche qui leur a été donnée de se préparer pour
cette leçon (voir la tâche 3, à la page 237).
2. Réfléchissez à la progression de chaque élève pendant le cours et à ce que vous avez
appris de chacun. Préparez-vous à faire part de quelques-unes de ces réflexions
pendant la leçon.
Développement
proposé
pour la leçon
Rendez brièvement témoignage de l’importance de l’enseignement de l’Evangile et de
l’honneur d’être instructeur. Lisez ensuite la déclaration de Jeffrey R. Holland, ci-après,
en demandant aux élèves de relever en quoi elle pourrait constituer un résumé du cours:
«Que nous instruisions nos enfants à la maison ou que nous soyons face à une assemblée
à l’Eglise, faisons en sorte que notre foi ne soit jamais difficile à détecter. Rappelez-vous
que nous devons être des instructeurs ‹venus de Dieu›. Ne semez jamais les graines du
doute. Evitez de vous mettre en valeur. Préparez bien les leçons. Faites des discours basés
sur les Ecritures. Enseignez la doctrine révélée. Rendez un témoignage fervent. Priez,
mettez en pratique et essayez de vous améliorer. Que les réunions administratives soient
pour ‹vous instruire et vous édifier›, comme le disent les révélations, pour que même
dans ces réunions nous puissions être instruits d’en haut. L’Eglise en sera meilleure, et
vous aussi, car, comme Paul l’a dit aux Romains: ‹Toi donc, qui enseignes les autres, tu ne
t’enseignes pas toi-même!› (Romains 2:21)»
Demandez à chaque élève, à tour de rôle, de faire son exposé (voir «Préparation»,
point 1).
238
Leçon 12: Allez enseigner
Conclusion
Observations
Si le temps le permet, faites part de vos observations des progrès des élèves pendant le
cours (voir «Préparation», point 2). Mentionnez quelques-unes des choses que vous avez
apprises des élèves.
Témoignage
Rendez votre témoignage, selon les incitations de l’Esprit. Vous pouvez également
exprimer votre confiance, vos encouragements et votre soutien aux élèves qui vont
enseigner l’Evangile.
239
Index
A
Activités de dessin, 166, 167
Activités de groupe pour instruire les jeunes, 121, 122
Adam et Eve reçoivent le commandement d’instruire leurs
enfants, 3, 190
Adaptation des leçons
Exemples d’-, 102
Selon les groupes d’âges, 33
Adultes
Caractéristiques communes aux -, 123, 124
Différences personnelles entre les -, 124
Instruire les -, 123
Agents, les instructeurs sont les – du Seigneur, 8
Aides à l’étude dans les Ecritures, 56, 57
Aides visuelles, 159
Âme, Doit être édifiée par l’enseignement, 5–7
Amour
Favorise une atmosphère propice à l’apprentissage, 77
Favorise la présence de l’Esprit, 46
Influence de l’- sur l’enseignement, 12, 30–32, 194–195
Manifestation de notre – pour nos élèves, 30–39, 194–197
Pour ceux que nous instruisons et le Seigneur est une
qualité essentielle, 12, 31–32, 194–197
Appel
Complété par la mise à part, 20
Exemple de Jacob et de Joseph qui ont magnifié leur -, 20
Magnifiez votre -, 20
Occasion de servir, 20
Vient du Seigneur, 20
Vote de soutien faisant partie de l’-, 20
Application
Instructeurs responsables d’encourager l’-, 74
Méthodes pédagogiques encourageant l’-, 74, 158
Application utilisée comme méthode pédagogique, 170, 176
Archibald Dallas N., Enseigner avec amour développe l’âme
des élèves, 31
Association d’Ecritures, 58
Ateliers
Utiles pour instruire différents groupes d’âge, 117
Utilisation d’- comme méthode pédagogique, 160
Atmosphère propice à l’apprentissage
Caractéristiques d’une -, 77, 214
Clé de la discipline en classe, 75, 221
Création d’une – chez les enfants, 80–81, 87
Exemple de l’Ecole des prophètes, 213–214
Favorisée par les discussions, 63
Favorisée par la préparation de la salle de classe, 76
Instruisez les autres au sujet d’une -, 77–78, 213–221
Responsabilité de chacun, 77–78, 213–221
Responsabilités des instructeurs, 79–87, 213–221
Suggestions pour créer une -, 76–87
Attention
Invitez les élèves à être attentifs en commençant bien
la leçon, 93
Les discussions favorisent l’-, 63
Moyens de conserver l’- des élèves, 71–72
Observez l’- des élèves, 71
Audio, Enregistrements -. Voir «Documentation
audiovisuelle»
Audiovisuelle, Documentation Conseils pour l’utilisation de la -, 166
Règles de l’Eglise concernant la -, 166
Autonomie dans l’apprentissage de l’Evangile.
Voir Apprenez avec diligence
B
Ballard, M. Russell
Apprendre l’Evangile à la maison, 128
Cherchez à accroître la connaissance spirituelle, 16
Confiance accordée aux instructeurs d’enfants, 108
Les activités doivent instruire et édifier, 117
Benson, Ezra Taft
Apprenez aux enfants à aimer l’Evangile, 205
C’est l’Esprit qui compte le plus, 198–199
Conseils aux instructeurs au foyer, 145
Direction juste du père, 129–130
Effets de l’Esprit, 13
Enseignement à partir des Ecritures et des prophètes
modernes, 52, 54
Etude quotidienne des Ecritures, 15
Le Seigneur magnifie ses serviteurs, 20
Mère, Influence pédagogique de la -, 131–132
241
INDE X
Mise en garde contre le fait de donner un sens nouveau
à l’histoire de l’Eglise, 53
Objectif de l’Ecole des prophètes, 213
Obtenez d’abord la parole du Seigneur, 14
Traditions justes unissant la famille, 135–136
Bibliothèques de l’église, 105, 235
Boîtes à rouleaux, 161
Buts, Se fixer des – pour s’améliorer, 25
C
Caldwell, C. Max. L’Esprit guide dans la préparation des
leçons, 48
Caractéristiques d’âges, Description des – des enfants,
110–116
Cartes
Aides à l’étude des Ecritures, 57
Utilisées pour enseigner, 161
Cassettes vidéo. Voir Audiovisuelle, Documentation Chante-une-histoire. Voir Chants et narration
Chants et narration, 161–162
Chants, voir Musique
Charité
Définition de la -, 12, 32
Obtenez le don de la -, 12
Christ. Voir Jésus-Christ
Cinq ans, Caractéristiques des enfants de -, 112
Clark, J. Reuben, – fils
Jeunes désireux d’apprendre l’Evangile, 6, 205
Le président de l’Eglise reçoit la révélation pour
l’Eglise, 53
Valeur inestimable de l’Evangile, 2
Comparaisons utilisées comme méthode pédagogique,
162–163, 224–225
Comportements gênants, Réaction aux -, 84–87
Compréhension
Développée par les discussions, 63
Evaluez la – des élèves, 73
Conseils de famille, occasions pédagogiques, 139
Contact oculaire pour encourager les élèves à être
attentifs, 71
Contacts instructeur-dirigeants
Directives pour les -, 28
Idées de sujets de discussion, 28
Contexte utile pour comprendre les passages d’Ecritures,
54–55
Cook, Gene R.
Instruisez chacun de nos enfants personnellement, 139
L’Esprit est le véritable instructeur, 41
Cours Enseigner l’Evangile
Leçons, 189–239
Objectif et aperçu, 186–187
Préparation pour enseigner le -, 186
Cours magistral comme méthode pédagogique, 163
242
D
Débats scindés, 164
Début de leçon
Commencer efficacement une leçon crée une
atmosphère propice à l’apprentissage, 79
Directives pour le -, 93
Exemples de -, 93
Démonstrations, 164–165
Deux ans, Caractéristiques des enfants de -, 110–111
Dioramas, 165
Dirigeants
Aides pédagogiques disponibles pour les -, 105
Enseignez en réunions des -, 152
Prise de contact des instructeurs avec les -, 28
Principes pour l’enseignement lors des entretiens, 153
Responsabilité d’aider les nouveaux instructeurs, 28
Responsabilité d’enseigner, 28, 150–155
Responsabilité de soutenir les instructeurs, 28, 154–155,
235–236
Suggestions aux – pour instruire les instructeurs, 28,
154–155
Visites des classes par les -, 28
Discipline en classe favorisée par une bonne atmosphère
pédagogique, 218
Discours de conférence, Préparation de leçons à partir de -,
100–101
Discussion
Avantages de la -, 54, 63
Direction de la -, 65
Directives pour diriger la -, 63–65, 228–229
Utile pour juger de la compréhension des élèves, 63
Diversité
Dans les méthodes d’enseignement, la – favorise une
atmosphère propice à l’apprentissage, 72, 80
Enseignez avec -, 89–90, 225
Tableau pour rechercher la -, 90
Divertissement, ne suffit pas à nourrir l’âme, 80
Dix ans, caractéristiques des enfants de -, 116
Dix-huit mois, Caractéristiques des enfants de -, 110
Doctrine
Attitudes et comportements par la vraie -, 51, 205
Mises en garde pour conserver la pureté de la -, 52
Apporte la protection spirituelle, 51, 224
Puissance de la -, 50–51, 203–207
Responsabilité des instructeurs d’enseigner la – pure,
52–53, 203–207
Documentation pour aider parents, dirigeants et
instructeurs, 105
E
Ecouter
Importance d’écouter lorsqu’on enseigne, 64–67
Suivez l’exemple du Sauveur, 67
Suggestions pour les instructeurs, 66–67
INDE X
Ecritures
Aides à l’étude disponibles dans les -, 56–57
Associez les -, 58
Donnent des réponses à toutes les questions, 51
Etude familiale des -, 15, 128, 137–138
Enseigner à partir des – favorise la présence de l’Esprit,
45, 199
Idées pour enseigner à partir des -, 54–59
Instruisez les enfants à partir des -, 59, 127
Importance d’enseigner à partir des -, 54
Marquage des -, 57–59
Notes marginales dans les -, 58–59
Raisons pour lesquelles les – ont été préservées, 52
Edification
Difficultés à apporter l’- spirituelle, 5–7
Jésus-Christ, vraie source d’ – spirituelle, 5
Responsabilité des instructeurs envers les élèves, 5–7
Enfants
Capables d’enseigner beaucoup de choses aux parents,
143
Caractéristiques d’âge des -, 110–116
Ce que les parents devraient enseigner aux -, 127–128
Directives pour comprendre et instruire les -, 80–81,
108–117
Doivent apprendre les vérités de l’Evangile, 127
Encouragez la participation des -, 81
Enseignements des parents aux – au cours d’entretiens
privés, 139
Enseignements des parents aux – au cours d’occasions
pédagogiques imprévues, 140–141
Idées pour raconter des histoires, 171, 172
Instruisez les -, à l’aide des Ecritures, 59, 127, 137–138
Instruisez les – par des modèles d’application
de l’Evangile, 6, 135–136
Méthodes efficaces pour instruire les -, 59, 80–81
Moyens de créer une atmosphère propice
à l’apprentissage des -, 80–81, 87
Parler positivement aux -, 80–81
d’âges différents, Instruction des -, 117
Enseignement
A commencé dans l’existence prémortelle, 3, 190
A des occasions imprévues, 122, 128, 140–141
A la, maison, 125–148
Avec humilité et amour, 12, 31–32, 46, 194–197
Avec solennité et bonté, 201–202
Capacités des enfants en matière d’-, 143
Documentation de l’Eglise pour l’-, 105
Edifie l’âme, 5–7
En conseils de famille, 139
En entretiens, 153
En réunions de dirigeants, 152
En soirées familiales, 128, 138
Importance de l’enseignement, 2–7, 189–193
Influence des frères et sœurs dans l’-, 142–143
Influence des grands-parents dans l’-, 142
Influence des proches dans l’-, 142–143
Nécessaire pour utiliser son libre arbitre avec droiture,
3, 211
Occasions régulières d’enseigner dans la maison, 128,
137–139
Par la prière en famille, 128, 137
Par l’étude des Ecritures en famille, 128, 137–138
Par l’exemple, 18–19, 121, 128, 192
Pendant les entretiens privés avec vos enfants, 139
Pendant les repas en famille, 138, 139
Quand aucun manuel n’est disponible, 100–101
Responsabilité de chaque membre, 3–4, 191–192
Rôle de l’- dans le plan de notre Père céleste, 2–4,
189–192
Selon l’Esprit, 40–48, 198–202
Enseignement à la maison, 125–148
Enseignement au foyer
Choix du message, 145
Idées créatives pour l’-, 145
Préparation et présentation du message, 146
Enthousiasme, contribue à une atmosphère propice
à l’apprentissage, 80
Entretiens privés avec les enfants, occasions pédagogiques
pour les parents, 139
Entretiens, Enseignement par les dirigeants au cours
des -, 153
Erreurs de citation, Evitez les – pour garder la doctrine
pure, 53
Esprit
Aidez les autres à reconnaître l’-, 48, 141
Application encouragée par le témoignage de l’-, 74
Enseignez selon l’-, 40–48, 198–202
Influence de l’- sur nous, 13
Menez une vie digne de l’-, 13, 19, 200–202
Obtenez l’-, 13, 200–202
Préparez des leçons selon l’-, 48, 97, 99
Reconnaissez l’-, 47–48
Transmet la vérité, 41
Moyens de favoriser la présence de l’-, 45–46, 199
Nécessaire pour enseigner efficacement, 41–42
Véritable instructeur, 41–42
Etude
Développez un plan personnel d’-, 16–17
Des Ecritures et des paroles des prophètes modernes,
14–17
Idées pour favoriser l’-, 17
Nécessaire pour obtenir la parole de Dieu, 14
Requise pour découvrir des vérités cachées, 14
Réservez un moment pour l’-, 16
Etude des Ecritures en famille, occasion pédagogique, 15,
127, 137–138
Etudes de cas, 73, 166–167
Evaluation de la présentation de vos leçons, 103–104, 236
Exemple
Exige un engagement personnel, 18–19
Méthode pédagogique très efficace, 18–19, 121, 128, 192
243
INDE X
Expériences
Raconter des – appropriées contribue à une atmosphère
propice à l’apprentissage, 80
Raconter des – appropriées favorise la présence de
l’Esprit, 45
Eyring, Henry B.
L’humilité aide à s’en remettre à l’Esprit, 200
L’unité et l’amour sont essentiels pour apprendre, 77
F
Faiblesses
Evaluez vos -, 24–25
Le Seigneur nous aidera à nous affermir, 24, 26–27
Planifiez de compenser vos -, 25
Famille
L’enseignement doit affermir la -, 109, 119, 127
Modèles d’application de l’Evangile établis dans la -,
135–136
Faust, James E.
Don du libre arbitre, 211
Le Seigneur agit par l’intermédiaire des personnes
humbles et diligentes, 21
Feuilles d’activité. Voir «Feuilles de travail»
Figurines en papier, 169
Fin de leçon
Descriptions de – efficace, 94
Exemples de -, 94–95
Prévoir du temps pour la -, 94
Foi requise pour recevoir la Parole de Dieu, 14
Frères et sœurs, Influence pédagogique des -, 142–143
Frères et sœurs, Influence pédagogique des -, 201–202
G
Gentillesse, Enseignez avec -, 142
Grands-parents, Influence pédagogique des -, 18
Grant, Heber J., Enseignez par l’exemple, 57
Guide des Ecritures, aide à l’étude des Ecritures, 57
H
Hales, Robert D.
Les parents doivent aider les enfants à reconnaître
l’Esprit, 141
Les parents doivent enseigner avec humilité, avec foi et
en priant, 128
Handicapés. Voir Membres handicapés
Hinckley, Gordon B.
Besoins des nouveaux membres, 37
Définition de magnifier, 20
Définition de humilité, 201
Disciplinez avec amour, 84
Enseignement au foyer et visites d’enseignement, 144
Enseignement de la doctrine à partir des ouvrages
canoniques, 54
244
Enseignement venant du cœur, 189
Enseigner efficacement est la principale qualité du
dirigeant, 150, 191
Foi comparée à un muscle, plus forte quand on
l’utilise, 224
Gardez la doctrine pure, 52
Importance cruciale de l’enseignement de l’Evangile, 3
Monde affamé de nourriture spirituelle, 5, 192
Nous pouvons mieux faire, 189
Pouvoir qu’a la musique de susciter la présence de
l’Esprit, 178
Responsabilité sacrée de la mère, 132
Responsabilités du père envers sa famille, 129
Histoire de l’Eglise, Mise en garde contre la déformation et
l’interprétation de l’-, 53
Histoires
Directives pour préparer et raconter les -, 171
Directives pour sélectionner les -, 170–171
Evitez les – à sensation, 53, 170
Genres d’-, 170–171
Racontez des – aux jeunes enfants, 171–172
Utilisation d’- tirées des Ecritures, 55
Holland, Jeffrey R.
Enseignement au cours de réunions de dirigeants, 152
Pas de plus grand appel que l’enseignement, 3, 190
Rôle essentiel de la mère, 132
Soyez des instructeurs «venus de Dieu», 238
Huit ans, caractéristiques des enfants de -, 114–115
Humilité
Essentielle pour recevoir l’aide du Seigneur, 200
Influencez les autres par l’-, 41–42, 219
Hunter, Howard W.
Dieu agit avec persuasion, patience et longanimité, 219
L’Esprit se manifeste de nombreuses manières, 47
Utilisation des aides à l’étude dans les Ecritures, 56
I
Idées, Collecte et enregistrement des -, 23
Images, 172
Instructeurs
Affermissent la famille, 109
Agents du Seigneur, 8
Comprennent leurs élèves, 33–34
Contact avec les dirigeants, 28
Contribuent à une atmosphère propice à l’apprentissage,
75–87, 213–21
Encouragent à apprendre avec diligence, 60–74, 208–212
Enseignent la doctrine pure, 52–53, 203–207
Influence des -, 2–4, 190–192
Instruments entre les mains de Dieu, 41
Mises en garde adressées au -, 52, 53
Nourrissent l’âme, 5–7
Qualités qui comptent le plus pour les -, 26
Ressources disponibles pour les -, 105, 235–236
Tendent la main aux autres, 35–36
INDE X
Instructeurs au foyer
Devoirs des -, 145–146
Importance des – dans la vie des membres, 145–146, 192
Instructrices visiteuses
Importance des – dans la vie des membres, 147, 192
Responsabilités des -, 147, 148
Intérêt, Favoriser l’- par la discussion, 63
Interprétations, mises en garde contre les – personnelles et
non idées conformes, 53, 205
Interruptions
Idées pour réduire les -, 220–221
Souvent évitées lorsqu’on garde une atmosphère propice
à l’apprentissage, 220–221
J
Jack, Elaine L., Servir le Seigneur par les visites
d’enseignement, 147
Jésus-Christ
Aller à -, objectif le plus élevé de l’existence humaine,
3, 190
Exemple suprême du dirigeant, 150, 151
L’enseignement sur – contribue à une atmosphère
pédagogique propice à l’apprentissage, 80
Source d’inspiration durable, 5
Jésus-Christ, Paroles de «Aimez-vous les uns les autres», 12, 79
«Amassez continuellement... les paroles de vie», 14, 153
«Ce qui vient d’en haut est sacré», 91
«Celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura
jamais soif», 5–6
«Celui qui prêche et celui qui reçoit... se réjouissent
ensemble», 9, 47
«Ces paroles ne sont ni des hommes ni de l’homme», 45
«Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n’entreront pas
tous dans le royaume des cieux», 74
«Cherche tout d’abord à obtenir ma parole», 8, 14
«Cherchez la connaissance par l’étude et aussi par
la foi», 14
«Désignez parmi vous un instructeur», 77, 238
«Enseigner... la doctrine du royaume», 203
Enseigner «les principes de l’Evangile qui sont dans la
Bible et le Livre de Mormon», 9
Enseigner l’Evangile aux enfants, 127
«Enseignez diligemment, et ma grâce vous
accompagnera», 8
«Je rendrai fortes... les choses qui sont faibles», 24, 234
«Je suis la lumière que vous élèverez», 3
«Je suis le pain de vie», 5
«L’esprit de querelle n’est pas de moi», 69
«Les âmes ont une grande valeur aux yeux de Dieu»,
35, 84
«Méditez les choses que j’ai dites», 97
«Ne disant rien d’autre que ce que les prophètes et les
apôtres ont écrit», 8
«Nul ne peut apporter d’aide à cette œuvre s’il n’est
humble et plein d’amour», 31, 85, 194
«Pais mes brebis», 5
«Pouvoir conservé uniquement «par la persuasion, par la
longanimité, par la gentillesse et la douceur», 86
«Prêcher mon Evangile par l’Esprit», 9
«Prie toujours», 45
«Priez le Père dans vos familles», 137
«Que ce soit par ma voix ou la voix de mes serviteurs»,
20
Si quelqu’un veut faire la volonté de Dieu, il sera informé
de la doctrine, 14, 19
«Si vous ne recevez pas l’Esprit, vous n’enseignerez pas»,
9, 198
«Sondez les Ecritures», 8
«Tu annonceras de bonnes nouvelles... en toute
humilité», 41
«Voici mon œuvre et ma gloire», 4
«Vous êtes en mission pour le Seigneur», 8
«Vous instruire et vous édifier les uns les autres», 152
Jeunesse
A plus besoin d’être nourrie de l’Evangile que de
divertissement, 6
Ce que la – attend des adultes, 120
Comprenez la -, 118–120
Désireuse d’apprendre l’Evangile, 6, 205
Instruisez la – par des activités de groupe, 121, 122
Jeûnez pour recevoir la parole du Seigneur, 14–15
Jeux
Directives pour choisir les -, 172, 173
Méthodes pédagogiques, 172–174
Jeux de rôle, 174
Journal, ou carnet de notes, utile pour enregistrer vos
pensées, 17, 23, 99
K
Kimball, Spencer W.
Appliquez ce que vous enseignez, 18
Evaluez votre enseignement, 103
Etude requise pour découvrir les vérités cachées, 212
Evitez les enseignements non conformes à la doctrine,
53, 205
Force bénéfique du recueillement, 82
Influence des instructeurs au foyer et des instructrices
visiteuses, 192
Protégez les enfants des faux enseignements extérieurs, 6
Redécouvrez continuellement les Ecritures, 206
Signification de la mise à part, 20
L
Leçon, Préparation de la Adaptez la – à vos élèves, 23, 33–34, 102
Direction de l’Esprit dans la -, 48
Joie trouvée à la -, 97
245
INDE X
Questions importantes pour s’orienter, 98–99, 230–233
Temps nécessaire pour la -, 23, 97
Utilisation de discours de conférence et d’autres textes,
100–101
Utilisation de documentation de l’Eglise, 105
Leçons
Adaptation des -, 102
A trouver dans la vie quotidienne, 22, 23
Evaluation de la présentation des -, 103, 104
Méthodes pour commencer les -, 93
Méthodes pour conclure les -, 94–95
Leçons de choses, 162–163, 223–224
Lectures en chœur, 174
Lee, Harold B.
Garantissez que personne ne se méprend sur l’Evangile,
52
Qualités essentielles chez les instructeurs, 26
Libre arbitre
Grand don du Seigneur, 211
L’enseignement permet aux élèves d’exercer pleinement
leur -, 3, 210–211
Suivre l’exemple du Seigneur pour le respect du -, 211
M
Magnifier, Définition de -, 20
Manque de respect. Voir Comportements gênants
Marionnettes, 175
Marottes spirituelles
Définitions des -, 53
Eviter d’enseigner des -, 53
Marquage des Ecritures, 57–59
Maxwell, Neal A., Besoins personnels de vos élèves, 33–34
McConkie, Bruce R.
Application des principes de l’Evangile aux besoins des
auditeurs, 9–10
Ecole des prophètes, 213
Enseignez à partir des ouvrages canoniques, 8–9
Enseignez les doctrines du salut, 5
Enseignez les principes de l’Evangile, 8–9
Enseignez par le pouvoir du Saint-Esprit, 9
Instructeurs comme agentsdu Seigneur, 8
Mission divine de l’instructeur, 8–10
Il n’est pas de prix trop élevé pour obtenir l’Esprit, 13
Puissance du témoignage, 43
Rapportez les Ecritures à vos expériences, 166
Responsabilité individuelle d’apprendre l’Evangile, 61
Témoignage sur les enseignements, 10, 43
Vaillance dans le témoignage de Jésus, 18
McConkie, Joseph F., Mises en garde aux instructeurs de
l’Evangile, 52–53
McKay, David O.
Amenez les élèves à comprendre et à ressentir ce que
vous faites, 233
Définition du recueillement, 82
246
Enseignement vivifié par le témoignage, 44
Responsabilité de l’instructeur de choisir la meilleure
méthode, 89
Membres handicapés
Amour du Sauveur pour les -, 38
Difficultés de lecture, 39
Documentation pour les -, 39
Handicapés mentaux, 39
Perte auditive, 38
Problèmes d’élocution, 39
Problèmes de vue, 39
Membres peu pratiquants. Voir Peu pratiquants, Membres Membres, Nouveaux -. Voir Nouveaux membres, Besoins
des Mémorisation comme méthode pédagogique, 175–176
Mères
Responsabilités pédagogiques, 131–132
Rôle divin de la mère, 131
Suggestions à la mère pour instruire ses enfants, 131–132
Méthodes pédagogiques
Activités de dessin, 159
Activités pour capter l’attention, 159
Aides visuelles, 159–160
Ateliers, 117, 160
Boîtes à rouleaux, 161
Cartes, 161
Chants et narration, 161–162
Comment choisir les, 91–92
Comparaisons et lecons de choses, 162–163, 223–225
Cours magistral, 163
Débats scindés, 164
Démonstrations, 164–165
Dioramas, 165
Documentation audiovisuelle, 166
Doivent aider les élèves à comprendre, se rappeler et
à appliquer les principes, 88, 99, 222–223
Etudes de cas, 166–167
Exemples, 167–168
Feuilles de travail, 168–169
Figurines en papier, 169
Histoires, 169–172, 227–228
Illustrations, 172
Jeux, 172–174
Jeux de rôle, 174
Lecture en chœur, 174–175
Marionnettes, 175
Mémorisation, 175–176
Mise en application, 176–177
Musique, 177–179
Poèmes de détente, 179
Récitations, 179–180
Rétroprojecteurs, 180
Séances de remue-méninges, 180
Sketches, 180–181
INDE X
Tableau des -, 90
Tableau de flanelle, 181
Tableaux noirs, 181–182
Tables rondes, 182–183
Techniques d’application, 183
Théâtre de lecture, 183
Utilisez diverses -, 72, 80, 89–90, 225
Mise à part
Apporte de la force et dirige, 20
Nécessaire pour procéder dans les formes à un appel, 20
Mise en garde aux instructeurs de garder la doctrine pure,
52–53
Monson, Thomas S.
Dieu affermit ceux qui sont appelés, 20
Enseignez dans les classes de l’Eglise, 190, 191
Enseignez dans les entretiens, 153
Histoire de son enfance sur l’art de créer une atmosphère
propice à l’apprentissage, 216
Influence pédagogiques des dirigeants, 151
Pouvoir de l’exemple, 18
Responsabilité des parents d’instruire les enfants,
127–128
Tendez la main pour aider les autres, 36
Musique
Choix et préparation de la -, 177
Favorise le recueillement, 83
Présence de l’Esprit favorisée par la bonne musique,
45–46, 83, 177–179
Suggestions pour diriger les chants, 178
Utilisation de la – pour instruire les enfants, 178
Utilisation de la – comme méthode pédagogique, 45–46,
177–179
N
Nelson, Russell M.
Enfants capables de s’instruire mutuellement, 143
Influence protectrice de la doctrine de l’Eglise, 51, 224
Neuf ans, Caractéristiques des enfants de -, 115–116
Notes de bas de page, aides à l’étude des Ecritures, 56
Notes marginales dans les Ecritures, 58–59
Nouveaux membres, besoins des -, 37
O
Oaks, Dallin H.
Cantiques comme documentation importante, 161
Efforts pédagogiques centrés sur les autres plutôt que sur
soi, 211–212
Enseignez selon l’Esprit, 40
Etude quotidienne des Ecritures, 14
Obéissance nécessaire pour enseigner selon l’Esprit, 13
Préparation requise pour être dirigé par l’Esprit, 96
Reconnaissez l’Esprit, 47
Utilisez les noms de la Divinité avec recueillement, 82
Obéissance
Nécessaire pour enseigner selon l’Esprit, 13, 19
Nécessaire pour obtenir la parole du Seigneur, 14
Obtenez la Parole
Conseil donné à Hyrum Smith, 14
Nécessaire pour enseigner avec puissance, 14–15
Par la prière et par le jeûne, 14–15
Par l’étude et par la foi, 14
Par l’obéissance, 14
Occasions d’enseigner imprévues, 122, 128, 140–141
Onze ans, Caractéristiques des enfants de -, 116
Orateurs extérieurs, 179
P
Packer, Boyd K.
Apprentissage et enseignement nécessaires pour les
responsabilités des membres de l’Eglise, 193
Atmosphère recueillie favorisée par la musique, 83
Bonté fondamentale des gens, 84
Comparaison de l’enseignement de l’Evangile à la
manière de servir un gâteau, 222–223
Comportement changé par la véritable doctrine, 51, 205
Concepts intouchables de l’enseignement, 92,
163–164, 226
Délicatesse de la spiritualité, 13
Dieu appelé le Père, 130
Dirigeants servant comme instructeurs, 150
Evaluation de la compréhension des élèves, 73
Histoire sur l’instruction d’une jeune fille souffrant d’un
problème d’élocution, 38
Jésus, exemple du dirigeant, 151
Musique instruisant et touchant l’âme, 46
Objectif de l’enseignement de l’Evangile: unir la
famille, 127
Parents associés pour enseigner, 133
Réponse à toutes les questions dans les Ecritures, 51
Révélation suscitée par le recueillement, 82
Parents
Aident les enfants à reconnaître l’Esprit, 141
Collaboration des – avec les instructeurs de leurs enfants,
86, 87
Documentation pédagogique à la disposition des -, 105
Importance de l’unité entre les – pour instruire les
enfants, 134
Occasions d’enseigner dans la maison, 140–141
Associés pour enseigner, 133–134
Prenez le temps de faire des plans ensemble, 133
Responsabilité en matière d’enseignement, 127–128
Suggestions pour donner des exemples d’application
de l’Evangile, 135–136
Suggestions pour les – pour instruire les enfants, 127–141
Parole de Dieu
Dans les Ecritures et les paroles des prophètes
modernes, 51
Exemple d’Alma utilisant la -, 50
247
INDE X
Obtenez la -. Voir Obtenez la parole de Dieu
Puissance de la -, 50, 51
Participation
Favorisez la – dans le cours Enseigner l’Evangile, 187
Méthodes pour encourager les élèves à participer, 71–72
Responsabilité individuelle de participer, 72
Pearce, Virginia H.
Encouragez les élèves à apprendre diligemment, 61–62
Histoire pour aider les jeunes filles à avoir une
atmosphère propice à l’apprentissage, 217
Pères
Conseils pour diriger en justice, 129–130
Responsabilités pédagogiques des -, 129–130
Perfectionnement
Avec l’aide du Seigneur, 26–27
Fixez-vous des buts de -, 25
Planifiez le -, 24–27
Tableau de planification du -, 25
Perry, L. Tom
Recueillement, signe de respect envers Dieu, 82
Responsabilité des parents d’instruire leurs enfants, 128
Personnelle, Préparation -. Voir Préparation personnelle
Peu pratiquants, Aidez les membres -, 37
Philosophies des hommes, Evitez d’enseigner les -, 204
Poèmes de détente, 179
Points forts, Evaluez vos -, 24
Préparation de la leçon. Voir Leçon, préparation de la Préparation de la salle de classe. Voir Salle de classe,
Préparation de la Préparation personnelle
Idées pour la -, 12–20
Prenez le temps de vous préparer personnellement, 97
Préparation spirituelle. Voir Spirituelle, Préparation Prière
Essentielle pour le témoignage, 44
La – en famille est une occasion pédagogique, 128, 137
Nécessaire pour obtenir la Parole du Seigneur, 14–15
Nécessaire pour recevoir la charité, 12
Présence de l’Esprit favorisée par la -, 45, 199, 200
Prière en famille, occasions pédagogiques de la -, 128, 137
Problèmes de comportement. Voir Comportements gênants,
Réaction aux Prophètes
Appelés à enseigner, 3
Etude des enseignements des -, 16
Parole des – favorise la présence de l’Esprit, 45
Q
Quatre ans, Caractéristiques des enfants de -, 111–112
Questions
Auxquelles on répond par oui ou non, 68
Complémentaires, 69
Efficaces pour favoriser la discussion, 68
Eviter les – qui donnent lieu à controverse, 69
Directives, 68–70, 228
248
De connaissance, 68
Pour encourager à appliquer, 69
Pour guider dans la préparation des leçons, 123–124,
230–233
Pour inspirer une réflexion plus profonde, 68–69
Préparent les élèves à répondre, 69
Suivez l’exemple du Sauveur, 68
Utilisation créative des -, 70
R
Récitations, 179
Recueillement
Définition du -, 82
Donnez l’exemple du -, 82–83
Importance du -, 82–83, 152
Méthode pédagogique, 83
Provient du respect de la Divinité, 82
Références croisées, aide à l’étude des Ecritures, 56
Remue-méninges
Séances de – servant à susciter les idées, 180
Utilisation des séances de -, 180
Repas en famille, occasions pédagogiques, 138–139
Réponses incorrectes, Réaction aux -, 64–65, 69
Respect, Favorise une atmosphère propice à l’apprentissage,
80
Responsabilité personnelle d’apprendre l’Evangile.
Voir Apprendre avec diligence.
Rétroprojecteurs, 175
Réunions, Enseignement lors de – de dirigeants, 152
Romney, Marion G., Evitez d’enseigner des interprétations
personnelles de l’Evangile, 205
S
Saint-Esprit. Voir Esprit
Salle de classe, Préparation de la Crée une atmosphère propice à l’apprentissage, 76
Idées pour la -, 76
Scott, Richard G.
Aidez les élèves à reconnaître l’Esprit, 48
Application des enseignements du Sauveur, 19
Humilité nécessaire pour enseigner selon l’Esprit, 41–42
Sept ans, Caractéristiques des enfants de -, 114
Service important pour recevoir le don de la charité, 12
Six ans, Caractéristiques des enfants de -, 113
Sketches
Mises en garde concernant les -, 180
Utilisation des -, 180–181
Smith, Hyrum, Conseillé pour obtenir pour la première fois
la parole du Seigneur, 14
Smith, Joseph
Pouvoir de la tendresse et de l’amour, 30
Utilisation du contexte pour comprendre les
Ecritures, 54
INDE X
Smith, Joseph F.
Enseignez les vérités salvatrices, 49
Evitez la spéculation, 53
Evitez les marottes spirituelles, 53
Smith, Joseph Fielding
Evitez d’enseigner les philosophies des hommes, 204
Obéissance nécessaire pour enseigner selon l’Esprit, 19
Vérité enseignée plus puissamment par l’Esprit que par
des visions célestes, 41
Snow, Lorenzo, Puissance de l’exemple pour enseigner, 192
Soirée familiale, enseignement en -, 138
Spéculation, Pour garder la doctrine pure, évitez la -, 52–53
Spiritualité, délicatesse de la -, 13
Spirituelle, Préparation Exemple des fils de Mosiah, 11
Favorise une atmosphère propice à l’apprentissage, 79
Temps, Gestion du – en classe, 94
Têtes de chapitre, aides à l’étude des Ecritures, 56
Théâtres de lecture, 177
Traditions justes, Liens pour la famille, 135–136
Trois ans, caractéristiques des enfants de -, 111
V
Vie prémortelle, Premiers enseignements donnés dans la -,
3, 190
Visites d’enseignement
Choix du message, 147–148
Préparation et présentation du message, 148
Visites de classe par les dirigeants, 28
Vote de soutien de l’assemblée. Apporte de la force, 20
W
T
Tableau noir, Utilisation du -, 181–182, 225
Tableaux de flanelle, 181
Tables rondes, 182–183
Talents
Développez vos -, 21–28, 234–236
Peuvent être magnifiés par le Seigneur, 234, 235
Taylor, John, Témoignage du martyre de Joseph et de
Hyrum Smith, 52
Témoignage
Affermi par les expériences, 45
Contribue à une atmosphère propice à l’apprentissage,
80
Définition du -, 43
Exemple de -, 43–44
Obtenez un – et affermissez-le, 44
Pouvoir du – intégré à l’enseignement, 10, 43–44
Rendre – favorise la présence de l’Esprit, 43–44, 45
Warner, Susan L.
Influence pédagogique des grands-parents, 142
Les enfants se rappellent les enseignements familiaux, 6
Wirthlin, Joseph B.,
L’amour est l’essence de l’Evangile, 197
Membres fidèles de l’Eglise comparés à des chênes
géants, 224
Y
Young, Brigham
Amélioration continuelle grâce à la connaissance venant
de Dieu, 235
Enfants apprenant à partir des traditions, 135
Pouvoir du témoignage, 43
Réprimandez avec amour, 86
249
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project