ON NE VIT QUE DEUX FOIS

ON NE VIT QUE DEUX FOIS
ON NE VIT QUE DEUX FOIS
Revue Détails. Mars 1994 entretien avec les sorciers
Traduction Solito de Solis
Avec sa vision apportée au sujet d'une réalité différente. Carlos Castaneda a paralysé toute
une génération. Lors de l’une de ses rares entrevues, Carlos Castaneda, le sorcier légendaire
parle à Bruce Wagner sur Don Juan, de la liberté, de rêver, et de la mort - et toutes ces autres
choses amusantes qui surviennent sur le chemin qui mène à l'infini.
Carlos Castaneda ne vit plus ici.
Après des années de discipline rigoureuse – années d’apprentissage de guerrier - il a échappé
du théâtre impur de la vie quotidienne C'est un homme vide, un entonnoir, un narrateur de
contes et d’histoires : en réalité ce n'est plus un homme en absolu, mais un être qui n'a plus de
liens avec le monde comme nous le connaissons. Il est le dernier nagual, le culot d’une une
vieille lignée de sorciers dont le triomphe a été de casser le consensus, l’« accord » sur la
réalité normale.
Avec l'apparition de son neuvième livre, l'Art de Rêver, il est réapparu à la surface - pour un
moment et sa manière.
LE SENS COMMUN TUE
Mon nom est Carlos Castaneda.
J'aimerais beaucoup que vous fassiez quelque chose aujourd'hui. Suspendez votre jugement.
S'il vous plaît : ne venez pas jusqu’ici armé avec votre “ sens commun ”. On informe les gens
que je vais parler - comme on peut les s'informer - et ils viennent avec des « tu me donnes ?
Castaneda : Lamentable !
“ J'ai lu tous vos livres et ils sont infantiles ”
“ Tous vos derniers livres m’ont ennuyé ".
SVP ne venez pas de cette manière. Ce sera inutile.
Je veux aujourd'hui vous demander, rien que pour une heure d'être ouverts à l'option que je
vais vous présenter.
N’ n'écoutez pas comme des étudiants universitaires.
J'ai parlé avec des étudiants universitaires auparavant : ils sont morts et ils sont arrogants.
Le sens commun et les idéaux sont ce qui nous tue.
Nous nous saisissons des sens communs et des idéaux avec nos dents, c’est par cela que nous
sommes des singes
Il est ainsi comme Don Juan Matus il nous appelait folles guenons. Je ne fus pas été
disponible pendant trente années. Je ne vais pas les gens pour leur parler.
Pour un moment, je suis ici. Un mois, peut-être deux...je disparaîtrai ensuite. Nous ne sommes
pas isolés, non à l'heure actuelle nous ne pouvons plus l’être
Nous avons une dette à payer envers ceux qui prirent la peine de nous montrer certaines
choses. Nous avons hérité cette connaissance ; Don Juan je dis que nous n'avions aucune
excuse.
Nous voulons que vous preniez conscience qu'il y eut des options rares, pragmatiques et qui
cependant ne sont pas hors de votre portée.
Je baigne d’une joie exotique en observant ce pur vol ésotérique. C’est seulement pour mes
yeux. Je n'ai pas besoin de quoi que ce soit; je n'ai besoin de rien.
J’ai besoin de mes yeux comme j'ai besoin d'un trou dans la tête. Mais je suis un voyageur. un
navigateur.
Je navigue là dehors. Qui sait, peut-être que d'autres en ont aussi la possibilité.
PAR ICI LA SORTIE
Le navigateur a précédemment parlé devant des groupes à San Francisco et à Los Angeles, et
ses cohortes - Florinda Donner-Grau, Taisha Abelar, et Carol Tiggs - ont donné des
conférences (“ Le Rêve Toltèque – L’héritage de Don Juan ”) en Arizona, Maui et en Esalen.
Et durant les dernières deux années, les livres de Donner-Grau et Abelar (dans lequel ils
parlent de Castaneda et de lsa tutelle sous Don Juan Matus) sont apparus au marché
respectivement: “Être en Rêve” et “ Le passage des Sorciers”.
Les histoires de ces deux femmes sont une veine phénoménologique interdite ; des
chroniques authentiques de leur initiation et leur entraînement. Elles sont aussi d’un profit
inattendu, puisque les lecteurs de Castaneda n'avaient jamais eu les accès à un renforcement
tellement direct et si éclairant de son expérience Il dit d’elles “ les femmes sont en charge ”
C’est leur jeu. Je suis seulement le chauffeur philippin ”
Donner-Grau décrit le consensus collectif de ces travaux comme l’ intersubjectivité entre les
sorciers ” ; chacun est comme une carte tout à fait individuelle la même ville. ” Ce sont des
tentations “ énergétiques “, un appel perceptuel à la liberté et cela enraciné dans un seule
prémisse captivante - nous devons prendre la responsabilité du fait non-négociable que nous
sommes des êtres qui allons mourir.
On est frappé par la force de son argument, et avec bonne raison. Ces joueuses, tous diplômés
du département d'anthropologie de l'UCLA, (Université de Californie, Los Angeles) sont de
superbes méthodologistes dont les disciplines académiques sont de fait étrangement
appropriées pour décrire le monde magique qu'elles présentent - une configuration d'énergie
appelée “ la seconde attention ” Lieu qui n'est pas du tout propice au timide affilié du New
Age.
LA DEFENSE PERMANENTE
Je ne mène pas une vie double. Je vis cette vie : Il n'y a pas de brèche entre ce que je dis et ce
que je fais.
Je ne suis pas ici pour me disputer avec vous, ou pour vous distraire. Ce dont je vais
aujourd'hui parler n’est pas de mon personnel – mais celui de Don Juan Matus, cet indien
mexicain qui m'a montré un autre monde.
Donc ne vous sentez pas blessés ! Juan Matus m’a présenté un système fonctionnel approuvé
par vingt-sept générations de sorciers. Sans lui, je serais un vieil homme, avec un livre sous le
bras, marchant avec ses étudiants par la cour du collège.
Vous verrez, nous les humains nous nous laissons toujours une porte de sortie et c’est
pourquoi nous ne sautons pas.
Si tout tomber à l’eau, je pourrais donner des classes d'anthropologie.”
Nous sommes des perdants dès le départ avec des mises en scènes de perdants “
Je Suis le Dr. Castaneda.... et ceci est le livre “les Enseignements de Don Juan” Savez-vous
qu’il existe déjà en édition de poche ?
” Je suis l'homme “ d'un livre ” -génie fini.
“Savez vous que c’est déjà la 12e édition et qu’il vient d'être traduit en Russe "
Si je n’étais pas alors professeur je serais peut-être en train de parquer des voitures et débiter
des conneries du genre “ Il fait chaud, n’est-ce pas... c’est bien, mais il fait quand même bien
chaud ““ Il fait froid, n’est-ce pas... c’est bien, mais il fait quand même bien froid “ Il faut que
je parte sous les Tropiques."
LE THÉÂTRE D'ACTION DE LA SORCELLERIE
En 1960, l’étudiant Castaneda fut diplômé en anthropologie à l'UCLA. Il fit une thèse en
Arizona qui consistait en des recherches sur propriétés médicinales des plantes. Il fut présent à
un indien Yaqui qui fut d'accord de l’aider. Le jeune investigateur en plantes offrit cinq
dollars de l'heure pour les services de Juan Matus, son guide pittoresque. Le guide refusa.
Totalement inconnu pour Castaneda, ce vieux paysan dans ses huaraches (sandales
mexicaines) était un sorcier sans égal, un nagual qui l’attira très adroitement au jeu du Mythe
de l'Énergie (Abelar l’a appelé Théâtre d'Action de la Sorcellerie).
En paiement de ses services Don Juan lui demanda quelque chose de différent : « une totale
attention ".
Le livre surprenant qui est né de cette rencontre - les “Enseignements de Don Juan ; Une Voie
Yaqui de la Connaissance - s'est instantanément transformé un classique, en faisant totalement
voler en éclat les charnières des portes de la perception et en électrifiant une génération.
Depuis lors, tout a concouru “ à peler l'oignon ”, ajoutant des journées à son expérience, des
élucidations magistrales de réalités non ordinaires qui érodent l’Etre.
Un titre fascinant pour la suite du travail pourrait être la “Disparition de Carlos Castaneda. “
Nous Avons besoin de trouver un nouveau mot pour sorcellerie ” Ce mot est trop obscur.
Nous l'associons avec des absurdités médiévales ; avec des rituels, avec le mal.
”Je préfère ‘ guerriérisme ’ ou encore ‘ navigation.’ Car c’est plus cela ce que font les
sorciers font : ils naviguent ”
Il a écrit qu'une définition fonctionnelle de cette sorcellerie est de “ percevoir de l'énergie
directement.”
Les sorciers disaient que l'essence de l'univers est semblable à une matrice d'énergie traversée
par des fibres incandescentes de conscience – la conscience pure.
Ces fibres forment des tresses ou des faisceaux contenant des mondes complets, chacun aussi
réel que le nôtre qui est seulement l’un d’entre une infinité.
Les sorciers appellent ce monde que nous connaissons la “ bande humaine ” ou “ la première
attention.”
Ils “ ont aussi vu ” l'essence de la forme humaine. Non pas un amalgame simiesque de peau et
d”os, mais une boule de luminosité sous forme d'oeuf capable de voyager le long de ces fibres
incandescentes vers d'autres mondes.
Et qu’est-ce qui arrête cette boule dans son voyage ?
L'idée des sorciers est que nous sommes inhumés par notre éducation sociale, trompés à
percevoir le monde comme un lieu d’objets durs et définis.
Nous allons vers nos tombes tout en niant que nous sommes des êtres magiques ; notre
priorité est de servir l'ego au lieu de l'esprit.
Et avant que nous nous rendions compte, la bataille se termine - nous mourons misérablement
enchaînés à l’Être
Don Juan Matus fit une proposition intrigante : Que se passerait-il si Castaneda réordonnait
ses troupes ? S’il libérait l'énergie insérée couramment dans les agressions de son entourage et
de ses apparats ? S'il réduisait son importance personnelle et se retirait de son système de
défense, d’entretien et de présentation « de l'ego » -
S’il cessait de se préoccuper d’être aimé, reconnu ou admiré ? Gagnerait-il l'énergie suffisante
pour voir une fissure dans ce monde ? et s’il y parvenait, pourrait-il traverser ?
Le vieil Indien l'avait accroché à cette “ intention ” du monde des sorciers.
Mais que fait Castaneda pendant le jour ?
Il parle avec les guenons folles. Pour le moment, comme c’est le cas dans des maisons
particulières, des salles de ballet, des librairies. Elles font le pèlerinage depuis tous les coins
du monde, ces icônes passées de la Nouvelle Conscience. la présente et future, fanatiques de
l'énergie, psychiatres et chamanes, avocats, partisans de Grateful Dead (Deadheads), des
joueurs de tambours, des tombeurs de masques et des rêveurs lucides, des érudits, des
célébrités et des séducteurs, des méditatifs des accusateurs et des magnats, jusqu'à des amants
et des “amis karmiques “ d'il y a 10.000 ans ”.
Viennent aussi de furieux preneurs de notes, des petits naguals en puissance. Certains écriront
des livres sur lui ; d’autres plus paresseux, quelques chapitres. D'autres donneront des
séminaires - ceci est, une quote-part. “
Ils viennent écouter quelques heures, ” disent-ils “ et le week-end suivant ils donnent des
conférences sur Castaneda. C’est le singe..
” Ils se sont arrêtés devant lui pendant des heures en incitant et en exhortant leurs corps
énergétiques, “ et l'effet est chaleur et froid en même temps, comme de la glace sèche.
Avec une extrême finesse, il extrait de féroces histoires de liberté et de pouvoir longues
comme des tartines d’un entonnoir vide - émouvantes, élégantes, obscènes, amusantes,
promesses de lumière et chirurgicalement précises
Demandez-moi ce que vous voulez ! Supplie-t-il.
Qu’aimeraient-ils savoir ? Pourquoi Castaneda et Compagnie sont-ils disponibles ?
Pourquoi maintenant ? Qu'il y a donc en eux que les singes fous recherchent ?
UNE PORTE ÉNORME
Quelqu'un est déjà allé vers l’inconnu et nous y attend pour nous unir à elle. Elle s’appelle
Carol Tiggs – c’est ma contrepartie.
Elle était avec nous, puis elle s’écarta. Sa disparition dura dix ans. Là où elle a été est
inconcevable et indicible. Rien là ne se rattache au rationnel.
Donc s'il vous plaît suspendez votre jugement.
Nous allons créer une décalcomanie pour cos pare-brise : “LE SENS COMMUN TUE”
Carol Tiggs est partie. Elle n s’est pas cachée pour vivre dans les montagnes du nouveau le
Mexique, je vous l’assure. Un jour que je donnais une conférence à la Librairie Phoenix elle
se matérialisa.
Mon coeur sauta hors de ma chemise : fomp, fomp, fomp. J'ai continué de parler. J’ai parlé
pendant deux heures sans savoir ce que je disais. Je l’emmenai dehors et lui demandai où elle
avait été pendant ces dix années ! Elle resta silencieuse et commença à suer. Elle avait
seulement quelques vagues souvenirs. Elle raconta des plaisanteries. La réapparition de Carol
Tiggs a ouvert une porte énorme - énergétiquement – au travers de laquelle nous allons et
venons. Il y a une entrée énorme où je peux de brancher sur l’intention de la sorcellerie. Son
retour nous a donné un nouvel anneau de pouvoir ; elle a apporté avec elle une énorme masse
d'énergie qui nous permet de sortir. C’est pourquoi nous sommes disponibles à l'heure
actuelle. Quelqu'un fut présenté avec Carol Tiggs lors d’une conférence. Ce quelqu’un lui a
dit “ mais je te te vois tellement normale ”
Carol Tiggs lui a répondu : “Qu'attendiez-vous ? Des éclairs qui jailliraient de mes mamelles
?”
LES PORTES DE LA PERCEPTION
Qui est Carlos Castaneda, a-t-il une vie ? On est déjà en 1994 ; Pourquoi ne laisse-t-il tomber
tout cela ? Il nous dit son âge et laisse que Avedon le prenne en photo.
Personne ne lui a donc dit qu’il n’y a plus de droits d’auteur ? Personne ne lui a donc dit que
la révélation de détails ne diminue plus personne ? En échange de notre attention totale, il doit
nous orienter. Il y a des choses qu'on aimerait savoir – des choses mondaines, plus
personnelles. Comme par exemple Où il vit ? A-t-il aimé les Duos de Sinatra ? Qu'a fait avec
les profits énormes réalisés avec la vente de ses livres ? Est-ce qu’il conduit une vieille
Bentley turbo comme tous les vieux Babas ? A-t--il réellement rencontré Michael Jordan et
Edmund White dans le Barneys du centre ?
Ils ont essayé de le piller pendant des années. Ils ont jusque reconstruit sa personne avec des
souvenirs de vieux collègues et de connaissances discutables ; le résultat absurde ressemble à
une portrait-robot policier d'un bienveillant Olmèque mâle dessiné pour le Reader's Digest.
Dans les années 70 une photo est parue avec le sujet de l'histoire principale dans le portail de
Time (rien que les yeux étaient visibles) - quand la revue a su que le modèle était une farsa,
jamais elle ne le lui pardonna.
A l'époque où Paul McCartney fut déclaré mort, la rumeur se consolida. Carlos Castaneda
était Margaret Mead.
Son agent et ses avocats travaillent à temps complet pour lutter contre les attaques de
correspondants et de fous, arrivistes spirituels, des suiveurs et des chercheurs “ New Age ”,
des artistes souhaitant adapter son travail - célèbres et inconnus, avec ou sans autorisation et
énormément de faux séminaire pleins des clones imitateurs de Carlos. Après trente ans, sa tête
n'a encore de prix.
Lui n'a aucun intérêt dans les gourous ou un quelconque “gourouisme” ; il n'y a pas ni
Bentleys turbo, ni des ranchs de dévots avec des turbans, il n’est pas éditorialiste invité à Paris
Vogue. Il n'y aura pas ‘Institut Castaneda, ni de Centre d'Études Avancées de la Sorcellerie, ni
d’Académie du Rêve – il n'y a pas d’informateurs commerciaux, des champignons ou du sexe
Tantrique. Il n'y aura pas de biographes et il n'y aura pas de scandales. Quand il est invité à
une conférence, Castaneda ne reçoit pas de quote-part et propose de payer le coût de son
voyage.
L'entrée coûte habituellement quelques dollars, pour couvrir la location du salon. Tout ce qui
est demandé aux collaborateurs est leur attention totale.
“ La liberté est gratuite, ” dit-il. “ elle ne peut pas être achetée ou faire comme si. Avec mes
livres, j'ai essayé de présenter une option - que la conscience peut être un moyen pour le
transport ou le mouvement. Je n'ai pas été assez convaincant ; ils croient que j'écris des
romans.
Si j’étais grand et beau les choses seraient peut-être différentes - ils écouteraient ce Grand
Papy.
Les gens disent ‘ il ment.’
Comme pourrais-je mentir ? On ment seulement pour obtenir quelque chose ou pour
manipuler.
Je ne veux rien de personne - seulement leur consentement.
Nous aimerions qu'il y ait ce consensus établissant qu’il y a des mondes outre le nôtre. S'il y a
un consensus pour faire croître des ailes, le vol sera possible. Par le consensus vient la masse ;
avec la masse il y aura du mouvement.”
Castaneda et ses collègues sont les racines énergétique de ce qui sera peut-être la seule
importante révolution de notre temps - rien moins que transformer l'impératif biologique en
impératif évolutif.
Si l'ordre social régnant ordonne la procréation, l'ordre audacieux des sorciers (tous des
pirates énergétiques) poursuit un but un peu moins, disons, terrestre.
Leur intention épique surprenante est de quitter la Terre de la manière par laquelle Don Juan
le fit vingt ans auparavant ; comme une énergie pure, une conscience intacte. Les sorciers
appellent à ce saut “ le vol abstrait.”
TOTALITE CRITIQUE
Je pus être réuni avec Castaneda et “ les sorcières ” pour une période de plus d'une semaine
dans des restaurants, des chambres d'hôtel et des centres commerciaux. Ce sont des personnes
attrayantes et terriblement juvéniles. Les femmes s’habillent discrètement avec du prêt à
porter un peu chic. On ne les aurait pas remarquer parmi la multitude. C’est là un point
important. Je peux détecter New-yorkais hors du café de Regent Beverly Wilshire. L'annonce
de Drambuie paraissait particulièrement trompeuse :
“ Peu importe que nous combattions tant, d'une manière ou d'un autre, inévitablement un jour
ou l’autre nous nous transformons en nos parents.
Au lieu de résister à cette idée, nous l'invitons à se réaliser en toute acceptation avec une
liqueur exquise
” Don Juan doit rire dans sa tombe - ou hors d'elle, ce qui apporta un cortège d'idées dans ma
tête : Où se trouvait-il ? Dans ce même lieu d’où est revenue Carol Tiggs ?
Si c’était ainsi, cela signifierait que le vieux nagual était capable de revenir lui aussi ?
Dans le Feu du dedans Castaneda a écrit que Don Juan et son groupe évanascèrent un jour de
1973 - quatorze marins partirent dans la “ seconde attention.” Qu’est précisément la seconde
attention ? Tout me paraissait clair quand je lisais les livres. Je cherchais dans mes notes.
J’avais griffonné “ seconde attention = conscience accrue ” dans la marge d'une page mais
cela ne m'aidait pas. Impatient, je feuilletai rapidement le Pouvoir du Silence, le Don de
l'Aigle, le Voyage à Ixtlan. Bien qu'il y ait beaucoup de principes que finalement je ne
comprenais pas, les bases avaient été expliquées à fond et de façon cohérente. Pourquoi ne
pouvais-je retenir aucune d’entre elle dans ma tête ? Je n’aimais pas Brujeria 101 (ndt=
101=niveau satirique d’études maximal).
Je commandai un capuccino et j’attendis. Je laissai mon esprit divaguer. Je Pensai à DonnerGrau et aux singes japonais. Quand j’avais parlé avec elle par téléphone pour fixer une
entrevue, elle m’avait mentionné Imo.
Tous les étudiants d'anthropologie savent qu'Imo, est un célèbre macaque. Un jour Imo lava
spontanément un igname avant de le manger ; et en peu de temps, tous les autres macaques de
l'Île entière l'ont imité.
Les anthropologues nommeraient cela comportement “ culturel ”, mais Donner-Grau a dit que
c’était plutôt un parfait exemple de masse critique – d’intersubjectivité simiesque.
Castaneda est apparu. Il arborait un large sourire, il me serra la main, et s’assit. J’étais sur le
point de lui parler des singes quand il se mit à sangloter. Son front était ridé, tout son corps
était convulsé en une profonde lamentation. En un bref instant il était tout haletant comme s’il
avait couru toute la journée. Sa lèvre inférieure mordue était mouillée et comme électrifiée. Il
déplia son bras vers moi la main paralysée et en tremblant- il l'a alors ouverte comme cette
fleur qui fleurit la nuit dans le film la Maison des Horreurs, quand elle s’ouvre pour recevoir
aux âmes.
“S'il vous plaît ” déclara-t-il pendant une trêve timide de ses muscles faciaux pour seulement
pour esquisser les mots. Il vint encore plus près de moi et marmonnait sa supplique
désespérée “ S'il vous plaît aimez-moi”
Castaneda sanglotait de nouveau, comme une bouche d’incendie troué et pissant de partout,
passa,t du sublime au ridicule sans effort en se transformant par une contraction larmoyante
obscène.
“ C'est ce que nous sommes : des singes avec une petite tasse métallique. Tellement
routiniers, tellement débiles. Masturbateurs. Nous sommes sublimes, mais au singe fou il
manque l'énergie pour voir – puisque c’est le mental de la bête qui prévaut.
Nous ne pouvons pas saisir notre fenêtre d'opportunité, nôtre ‘ centimètre cube de chance.’
Comme pourrions-nous ? Nous sommes trop occupés à nous tenir la main sur la poitrine. En
pensant que nous sommes admirables, sensibles, uniques. Nous ne sommes pas uniques.
Les scenarii de nos vies furent déjà écrits par d’autres, ” dit-il avec un vaste et sinistre sourire
“.
On le sait… mais on s’en fout. Bordel de merde, disons-nous encore avec un maximum de
cynisme. Connard! Bordel ! C’est pourtant ainsi que nous vivons !
Dans un tiède courant de merde et de fumier.
Qu'est ce qu’ils nous ont fait ? Est ce cela que Don Juan disait souvent lorsqu’Il me demandait
‘Comme va la carotte ?’
‘Que voulez-vous dire, Don Juan ?’
“ La carotte qu'ils t'ont mise dans le cul.” Répondait-il
Je me sentais terriblement offensé ; il pouvait réellement faire cela avec moi ! Mais il pouvait
encore ajouter
“ Remercie-les qu'ils ne t’aient pas encore mis toute une botte.’
“ Mais si l’occasion ou l’opportunité se présente pourquoi restons-nous dans le fleuve ?”
“ il fait trop chaud. Nous ne voulons pas parti et nous haïssons dire au revoir. Et nous nous
préoccupons –ou lalalalala, comme nous nous préoccupons - vingt-six heures par jour ! ET de
quoi crois-tu que nous préoccupons-nous ? Il Sourit de nouveau.
“De moi ! Qu’en est-il de moi ? Qu'y a-t-il qui pourrait me concerner ? Que va-t-il se passer
pour moi ?
Autant d’egomanies ! C’est tellement horrible. Mais tellement fascinant !”
Je lui ai dit alors que ses opinions me paraissaient un peu rudes, et il a ri.
“ Oui, ” a-t-il dit, dans le ton constipé, ridicule et autoritaire d'un professeur académique
“Castaneda est une vieille personne folle et amère ”
Ses caricatures étaient très divertissantes, trop brutalement pointues.
“ Le singe avide et cupide touche un fruit à travers le treillis et il ne peut pas renoncer au
contrôle. Des études ont prouvé que rien ne lui fera lâcher ce fruit.
Sa main continuera à l’agripper encore après qu’on lui aura coupé le bras - nous mourons
accrochés à l'excrément. Mais pourquoi cela ? C'est cela tout ce qui existe ?
Cela ne peut pas être ; c’est trop horrible.
Nous devons apprendre à nous détacher les choses. Nous collectionnons des mémoires et nous
les mettons dans des livres comme les morceaux des billets d’entrée d'une exposition à Paris il
y a dix ans.
Nous mourons accrochés à nos souvenirs. Être un sorcier c’est d'avoir de l'énergie, de la
curiosité et des couilles pour se détacher, pour faire un saut mortel vers l’inconnu - tout ce
dont on a besoin c’est d’un réajustement, d’une redéfinition. Nous devons nous considérer
comme des êtres qui vont mourir.
“ Une fois que tu acceptes cela, des mondes sont ouverts pour toi. Mais pour embrasser cette
définition, tu dois avoir des couilles en béton “
L'HÉRITAGE NATUREL DES ÊTRES PERCEPTUELS
Quand tu dis “ montagne ” ou “ arbre ” ou “ Maison Blanche, ” tu invoques un univers de
détails par leur seule prononciation ; cela est de la magie. Tu verras à quel point nous
sommes des créatures visuelles.
Tu pourrais lécher la Maison Blanche - la sentir, la toucher - et cela ne te dirait absolument
rien. Mais il suffit d’un regard, et tu sais tout ce qu'il faut savoir : le “ berceau de la
démocratie ” ou tout autre chose.
Tu n’as même pas besoin de regarder, tu peux voir Bush bien assis à l'intérieur, devant
Rumsfeld à genoux priant- ce qui est. Notre monde est une agglutination de détails, une
avalanche de gloses et de mots - nous ne percevons pas, nous interprétons simplement.
Et notre système d'interprétation nous a rendus paresseux et cyniques. Nous préférons dire “
Castaneda c'est un menteur ” ou encore “ Ce truc des options perceptives n'est simplement
pas pour mon
” Mais qu’est-ce qui te convient? Qu’est-ce qui est “ réel ?” Ce dur, absurde et merdique
monde quotidien ? Le désespoir et la sénilité seraient l’exclusivement réels ?
Que le monde est “ donné ” et “ définitif ” est un concept trompeur. Nous avons reçu la carte
de fidélité dès notre première enfance. Nous sommes devenus des membres de cette
communauté perceptuelle. Un jour, nous avons appris la sténographie de l'interprétation, et le
monde nous a dit “ Bienvenue.” Bienvenue dans quoi ?
Bien venu à la prison. Bienvenue à l'enfer. Et si Castaneda n’avait rien inventé?
Si au contraire cela était certain, alors on est bien mal foutu.
Le système d'interprétation peut être interrompu ; il n'est pas définitif. Il y a des mondes dans
des mondes, chacun aussi réel que les autres.
Dans ce mur-là il y a un monde, cette pièce est un univers de détails. Les autistes sont
accaparés, gelés dans le détail - ils passent le doigt sur la fente jusqu'à ce que le doigt saigne.
Nous sommes accaparés par la chambre de la vie quotidienne.
Il y a d'autres options outre ce monde, aussi réelles que cette chambre, des lieux où tu peux
vivre ou mourir.
Les sorciers font cela – quelle merveille !
Penser que ce monde est unique et que tout y est inclus... c’est bien le sommet de
l'arrogance. Pourquoi ne pas ouvrir la porte vers une autre chambre ?
C’est pourtant l'héritage naturel des êtres qui perçoivent.
N’est-il pas venu le temps d'interpréter et construire de nouvelles gloses. De se rendre dans un
lieu où il n'y a pas de connaissances a priori. Ne jette pas ton vieux système d'interprétation –
utilise-le, de neuf à à cinq.
Ensuite après cinq heures? Commence l'heure magique.
ON NE PARLE PAS ESPAGNOL ICI
Mais que voulez-vous dire avec l’“ heure magique”? Vos livres sont déjà des évocations
détaillées de l’inconnu, mais ainsi encore l'ironie continue ; il n'y a pas de lexique réel pour
son expérience.
L'heure magique n'est pas facile à mettre en mots - ses énergies supplémentaires sont
éprouvées corporellement.
Chaque fois que Castaneda quittait Don Juan pour retourner à Los Angeles, le vieux nagual
aimait lui dire qu’il savait déjà ce que son étudiant ferait. Il pouvait faire une liste, une très
longue liste, où on trouverait sans difficultés les pensées et les actions inévitables de
Castaneda. Tandis qu’il était impossible à Castaneda de faire la même chose pour son maître.
Il n'y avait pas d’intersubjectivité entre les deux hommes.
Ce que le vieil indien ferait dans la seconde attention ne pouvait être qu’expérimenté et ne
pouvait être communiqué. Et Castaneda ne possédait ni l'énergie ni la préparation nécessaire
pour un tel consensus.
Mais la guenon est possédée par des mots et par des syntaxes. Il doit comprendre à tout prix.
Et il doit y avoir un règlement pour sa compréhension.
“ Nous sommes des êtres linéaires : de dangereuses créatures d’habitudes et de répétition.
Nous avons besoin de savoir : Là est l'emplacement du marchand de poulet ! Là on trouve la
cordonnerie ! Là c’est le lavage de voitures !
Et si un jour tout est interverti nous devenons fou.”
Castaneda a insisté pour payer le déjeuner. Quand le garçon est revenu avec le compte, j'ai eu
l’urgence soudaine de prendre la carte de crédit et de voir si c’était son nom qui s’y trouvait.
Je croise son regard. “ Un représentant de commerce fit en sorte que j’honore la vieille
annonce d'American Express : CARLOS CASTANEDA, MEMBRE DEPUIS 1968.”
Il rit avec délectation, et revint à son sujet.
“Nous sommes lourds, nous sommes des singes lourds, friands de rituels. Mon ami Ralph
voyait généralement à sa grand-mère le lundi soir. Un jour, elle est morte. Il m’a dit alors
-“ Hey Joe - j'étais Joe alors - Hey Joe, nous pouvons maintenant nous voir le lundi soir. Estu libre lundi Joe ? ”
-‘Veux-tu dire chaque lundi, Ralph ? “
-“Oui, oui ! Chaque lundi. N’est-ce pas grandiose ? ”
-“Mais chaque lundi ? pour toujours ? ”
-“Oui, Joe ! Toi et moi le lundi pour toujours !.”
DOCTORAT en SORCELLERIE
J'ai connu un scientifique lors d’une festivité - un homme reconnu comme éminent. Une
lumière.
Le “ Dr. X.” Il voulait sérieusement des “ donnes-moi ”.
Il disait “ J’ai lu votre premier livre ; les autres étaient ennuyeux. Vous voyez, je ne suis pas
intéressé par des anecdotes. Je ne suis intéressé que par les preuves.”
Le Dr. X m’affrontait. Il devait penser que j'étais aussi important que lui.
Je lui ai répondu “ Si je devais prouver la loi de la gravité, n'auriez vous pas besoin d'études
ou d’une certaine formation pour me suivre ? Vous auriez besoin d’un “carte de membre “ peut-être même d’un peu de matériel.
Vous auriez besoin d'avoir suivi les cours de Physique de niveau 1,.2, 16, peut-être même une
spécialisation.
Vous auriez fait des sacrifices énormes pour apprendre, pour aller à l'école, et étudier pendant
de longues heures. Jusqu'à peut-être finalement cesser d'avoir des rendez-vous. ”
Je lui ai dit ensuite que s'il voulait des preuves il devrait avoir suivi au moins un BTU voire
un doctorat en Sorcellerie.
Mais le il ne ferait pas cela ; cela demande une préparation. Il se mit en colère et il quitta la
pièce.
La sorcellerie est un flux, un processus. Comme en physique tu as besoin d'une certaine
connaissance pour suivre le flux des équations, le Dr. X aurait dû s’appliquer aux principes de
base pour être en position d'avoir de l'énergie suffisante pour comprendre le flux de la
sorcellerie.
Il aurait dû récapituler sa vie. Le scientifique ne voulait que des preuves mais ne prétendait
pas avoir besoin d’y être préparé. C’est bien ainsi que nous sommes tous.
Nous ne voulons pas faire le travail - nous voulons être emmenés en hélicoptère jusqu’à la
conscience, sans décrotter les semelles de nos chaussures.
Et si jamais nous n'aimions pas ce que nous voyons nous voudrions qu'ils nous ramènent et en
hélicoptère encore.
LES CHEMINS DU TEMPS
C’est fatigant de rester avec cet homme. Il est excessivement, impitoyablement présent - la
totalité de son attention fatigue. Il paraît répondre à mes questions avec tout ce qu'il a ; il y a
une urgence liquide éloquente dans ses mots, obstiné et fin, élégante, et triste. Castaneda a dit
qu'il sentait le temps « en avançant » sur lui. Il sent son poids, quelque chose du dehors qu’il
ne peut pas identifier, éthéré et aussi indolent, densément inerte - comme un bouchon ou une
balise, un bouchon de liège flottant lourdement sur les vagues. Nous étions en train d’ava,cer
près de Boyle Heights. Il s'arrête pour nous montrer une position d'arts martiaux appelée “
jambes de cheval” légèrement fléchi, comme assis tout en haut d'une chaise à monter.
Ils s’arrêtaient ainsi à Buenos Aires – de mon temps. Tout était très stylisé. Ils adoptaient les
poses d'un homme déjà mort. Mon grand-père s’était arrêté de cette manière. Le muscle ici
au-dessous – il indique alors la partie arrière de sa cuisse, c’est là où nous stockons la
nostalgie. L'auto compassion est la chose la plus horrible
« Qu'avez vous voulu dire par le ‘ temps qui avance’ sur vous?”
” Don Juan utilisait une métaphore. Nous nous arrêtons dans le dernier camion, en observant
les chemins du temps s'éloigner, ‘ je suis là à cinq ans, puis ensuite je suis là ’ Nous n’avons
pourtant qu’à seulement nous tourner vers l'autre côté et laisser que le temps avance sur nous.
De cette manière, il n'y a plus d’à priori. Rien n’est plus présumé : il n’y a plus de
suppositions ; et plus rien n’est parfaitement empaqueté."
Nous nous asseyons dans un abri d'autobus. De l’autre côté de la rue un mendiant soutenait un
morceau de tendu carton vers les voitures. Castaneda le regarda puis leva ses yeux vers
l’horizon.
“ Je ne possède ni un morceau du futur ni aucun du passé. Le département d'anthropologie
n'existe déjà plus pour moi. Don Juan avait l’habitude de dire généralement que la première
partie de sa vie avait été des déchets - il était dans les limbes. La seconde partie de sa vie fut
absorbée dans le futur ; la troisième, dans le passé, la nostalgie. Ce ne fut que dans la dernière
partie de sa vie qu’il fut dans le maintenant. C’est là où je suis maintenant”
Je décidai de lui demander quelque chose personnel et je me préparai à être refoulé. Pour eux,
les preuves biographiques sont aussi hypnotiques qu’une griffure sur un mur – et qui laisse les
doigts tout en sang.
“ Lorsque vous étiez enfant, qui fut pour vous l'homme plus important dans ta vie ?”
“ Mon grand-père – il m’éleva ”
Ses yeux durs scintillaient “
Il avait un verrat reproducteur appelé Rudy. Il s’est fait un tas d'argent. Rudy avait une petite
tête blonde - très belle. Ils lui mettaient souvent un chapeau, un gilet. Mon grand-père avait
construit un tunnel depuis la porcherie jusqu'à la salle d'exposition. Et Rudy l’empruntait
avec sa brave tête, entraînant son corps énorme derrière. Nous voyions ce porc Rudy, avec sa
pine ’ en tournevis ; commettre bien des barbaries "
“Comment était-il - ton grand-père ?”
“ Je l'adorais. C’était lui qui faisait l'agenda ; je portais ses couleurs. C’était là ma chance,
mais non pas mon destin. Mon grand-père était un homme affectueux. Il m'a instruit à la
séduction très tôt. Quand j’avais douze ans, je marchais comme lui, je parlais comme lui avec la gorge serrée
Il m’apprit à ‘ passer par la fenêtre ’ Il me disait que les femmes courraient si je les approchais
directement - j'étais trop évident. Il me faisait aller vers les gamines pour leur dire ‘Tu es trop
jolie !’ Je devais alors faire demi-tour et m’en aller ‘ Tu es la fille la plus belle que j’aie
jamais vu ’ - et je devais m'éloigner rapidement. Après trois ou quatre fois elles me disaient,
‘Hey ! Dis-moi ton nom.’ C’est ainsi que je me penchais par la fenêtre”
Il s’est levé et a marché. Le mendiant se dirigeait vers la zone d'arbustes morts qui entourait
l'autoroute. Quand nous arrivâmes à sa voiture, Castaneda a ouvert la porte et s'est arrêté un
moment.
“ Un sorcier m'a posé une question il y a beaucoup de temps : “Quel visage doit avoir un coco
selon toi ? J’étais intrigué.
(Le coco est le monstre dont on parlait aux enfants qui devait normalement leur faire peur
lorsqu’ils ne s’endormaient pas facilement) Cette chose, le coco que tu pensais devoir être
quelque chose d’obscur de lugubre avait une face humaine-le coco a souvent le visage de
quelqu’un que tu crois aimer. Et pour moi c’était mon grand-père. Mon grand-père que
j’adorais”
il entra dans sa voiture et alluma le moteur. Le mendiant disparut enfin derrière les arbustes.
”J’étais devenu mon grand-père. Dangereux, mercenaire, affabulateur, mesquin, vindicatif,
plein de doutes et de plus inchangeable. Don Juan savait cela !.”
S’AMOURACHANT A NOUVEAU
A septante-cinq ans, nous sommes encore en à la recherche d’ “ amour ” et de “ compagnie.”
Mon grand-père se réveillait généralement en pleine nuit en pleurant. “Tu crois qu’elle
m’aime ?”
Ses derniers mots ont été, “Je viens nena, je jouis !”
Il a eu un grand orgasme et il est mort. Pendant des années j’ai pensé que cela devait être la
chose la plus grandiose - la plus magnifique. Don Juan m’a dit alors :
“ Ton grand-père est mort comme un porc. Sa vie et son décès n'ont eu aucune sens.”
Pour Don Juan la mort ne peut pas être un tranquillisant – elle doit être le triomphe de l'être.
Je lui demandai qu'il voulait dire avec triomphe et il a dit liberté : quand tu traverses le voile
et que tu prends la force de ta vie avec toi.
“Mais il y a encore tellement de choses que je veux faire !”
Il répondit : “ Ne veux-tu pas plutôt dire qu'il y a encore tant de femmes que tu te voudrais
avoir ? ”
Il avait raison. Nous sommes encore de tels primates..
Le singe pourrait prendre en considération l’inconnu, mais avant de sauter il exigerait de
savoir ;
“Qu’est ce que je vais y gagner ?” Nous sommes des hommes d’affaires investisseurs,
habitués à réduire nos pertes – dans un monde de négociants.
Si nous faisons un “ investissement, ” nous voulons des garanties. Nous aimons mais
seulement si nous sommes aimés aussi. Quand nous n'aimons plus, nous coupons la tête de
qui nous aimions et nous la remplaçons par une autre. Notre amour est une simple hystérie.
Nous ne sommes pas des êtres affectueux, nous sommes des sans-coeur. Je pensais que je
savais aimer. Don Juan m’a dit “Comment le pourrais-tu ? Personne ne t’a jamais appris ce
que c'est que l'amour. On t’a appris à séduire, à envier et à haïr. Tu ne t’aimes même pas toimême – sinon tu n'exposerais pas ton corps à tant de barbaries. Tu n'as pas les couilles pour
vouloir comme un sorcier. Pourrais-tu aimer pour toujours, au-delà de la mort ? Sans la
moindre récompense, sans rien en échange ? Pourrais-tu aimer sans investir, rien que pour la
beauté de le faire ?
Tu ne sauras jamais ce qu’est aimer de cette manière, sans repos. Veux-tu vraiment mourir
sans le savoir ?
Non – je ne voulais pas. Avant de mourir je devais savoir ce que c’était que d'aimer ainsi. Je
m'accroche à cette manière. Quand j'ai rouvert les yeux, il était déjà trois cent mètres plus
loin. Je suivais péniblement.
RÉCAPITULE TA VIE !
J’avais bu trop de Coca-cola et j’étais un peu paranoïaque.
Castaneda disait que le sucre est un assassin aussi efficace que le sens commun. « Nous ne
sommes pas des créatures psychologiques ’. Nos névroses sont le résultat de ce que nous
mettons dans nos bouches » J’étais sûr qu'il voyait mon corps énergétique irradiant du Coca.
Je me suis senti absurde, mis en échec – je décidai de me gaver cette nuit de profiteroles.
Ainsi est la vengeance piquante goût chocolat du singe insignifiant. “ J'ai eu une grande et
affectueuse relation avec le Coca. Mon grand-père possédait une pseudo sensualité.
‘Je dois avoir cette femme ! J’ai besoin d’elle ! J’en ai besoin maintenant !’
Mon grand-père pensait qu'il avait le zizi le plus ardent de tous. Le plus extravagant. Je me
sentais identique - tout allait directement à mes testicules, mais rien n’était réel. Don Juan m'a
dit ‘ Il ne te reste que le sucre. Tu es trop faible pour avoir cette classe d'énergie sexuelle.’ Tu
es trop gras pour avoir la ‘ bite brûlante.’”
Tous fument dans le Hall de Citywalk Universel. C’est étrange, je suis assis avec Carlos
Castaneda dans cet environnement architectonique de la classe moyenne de Los Angeles cette “ agglutination de détails ”, cette “ avalanche de discours ” que peut représenter une ville
virtuelle. Il n'y a pas de gens de couleur et rien qui ressemble à de la conscience accrue ; nous
avons simplement déplacés le point d’assemblage de la bande humaine à la bande de MCA
(Media Communication association international). Nous vivons une version perversement
suave d'une scène familiale tirée de l’un de ses livres, cette scène où il se trouve abruptement
dans un simulacre du monde quotidien. (ndt :le monde fantôme ou gris ou le monde
intermédiaire) “ Vous avez dit que si le Dr. X avait ‘ récapitulé sa vie ’ il pourrait avoir
récupéré quelque chose de son énergie. Que vouliez-vous dire ?”
“ La récapitulation est la chose plus importante que nous pouvons faire. Pour commencer, tu
fais une liste de tous ces gens que tu as connus, de tous ceux avec lesquels tu as parlé ou tu as
eu quelque chose à voir.”
“De tous ?”
“ Oui. Puis Tu avances sur la liste, chronologiquement, en recréant les scènes des échanges.”
“ Mais cela pourrait prendre des années.”
“ C’est Clair. Une récapitulation complète exige énormément de temps. Et puis tu
recommences alors à nouveau.
Nous ne terminons jamais avec la récapitulation – c’est de cette manière qu’il n'y a pas de
résidus. Tu le constateras par toi-même, il n'y a pas de ‘ repos.’
Le repos est un concept de la classe moyenne – une idée que si tu travailles suffisamment dur,
tu as mérité des vacances et du temps pour aller promener dans une Land Rover ou pêcher à la
montagne. Quelle stupidité.”
“ Donc, tu recrées la scène...”
“ Tu commences bien sûr par les rencontres sexuelles. Souviens-toi des décors, des meubles,
des dialogues. Appelle-toi ensuite de la personne, du sentiment.
Que sentais-tu ? Observe ! Inhale à nouveau l'énergie que tu as investie dans l'échange,
renvoie celle qui n'est pas tienne.”
“ Cela ressemble presque à une psychanalyse ? ”
“ Non parce que tu n'analyses pas, tu observes. En filigrane c’est par le détail lui-même que tu
t’accroches à l’intention des sorciers. Cet acte magique de centaines d'années d'ancienneté est
une manoeuvre, une clé pour reconstituer l'énergie qui se libérera pour d'autres choses.”
“ Tu déplaces ta tête et tu respires - ”
“ Remonte jusqu'à la fin de la liste jusqu'à ce que tu arrives à ton père et à ta mère. Tu seras
alors sûrement consterné ; tu verras des modèles et des gabarits, des patrons de répétition
mécanique que te donneront des nausées.
Qui parraine tes folies ? Qui fait l'agenda ?
La récapitulation t’apportera un moment de silence et de répit - il te permettra de te vider de
tes propres prémisses et faire de l’espace pour un peu plus. Par la récapitulation tu remues les
histoires sans fin de l'Être, mais en ne saignant déjà plus.”
TOUT CE QUE TU AS TOUJOURS VOULU SAVOIR SUR L'ÉNERGIE MAIS QUE
TU AS TOUJOURS EU PEUR DE DEMANDER
Quand arriva avec Don Juan, je baisai à mort ; j’avais épuisé toute mon énergie de cette façon.
Je n’adhère plus à ce genre de monde, en tout cas pas de cette manière ; les sorciers utilisent
ce type d'énergie pour voler, ou pour changer. Forniquer est notre acte le plus diminuant,
énergétiquement parlant. Tu comprendras un jour que nous avons dispersé le meilleur de
nous-mêmes mais nous n'essayons pas de le ramener à nous ; nous perdons par défaut.
C'est pourquoi il est tellement important de récapituler sa vie.
La récapitulation fait la séparation entre notre compromis avec l'ordre social et notre force
vitale. Les deux ne sont pas inextricables. Une fois que j'ai été capable de soustraire l'être
social de mon énergie originelle, j'ai clairement pu voir que je n'étais pas tellement “ sexy.”
Parfois je parle avec des groupes de psychiatres. Ils veulent en apprendre plus sur l’orgasme.
Lorsque tu es là dehors en volant dans les immensités, tu n’as pas besoin d’un élargissement
du pénis. En ce qui concerne la majorité d’entre nous : nous sommes frigides ; toute cette
sensualité est de la masturbation mentale. Nous sommes le résultat de “ coïts ennuyeux ” sans énergie au moment d'être conçus. Bien que peut-être que nous sommes des aînés, nos
parents ne savaient pas comment faire, et pour les petits derniers à naître ils n'avaient déjà
plus aucun intérêt. Nous sommes des bâtards éjaculés n'importe comment. Nous sommes
simplement de la viande biologique avec de mauvaises habitudes et sans énergie.
Nous sommes des créatures ennuyeuses, mais au lieu de cela nous disons, “ Mais, qu’est-ce
qu’e je m’ennuie.”
Forniques est beaucoup plus dommageable pour la femme - les hommes sont de faux
bourdons. L'univers est féminin. Les femmes ont un accès total à l’inconnu, elles sont déjà là.
Il y a seulement le fait qu’elles sont tellement et si stupidement socialisées. Les femmes sont
de prodigieuses navigantes en vol ; elles possèdent un second cerveau, un organe qu'elles
peuvent utiliser pour un vol inimaginable. Elles utilisent leur utérus pour rêver.
”Devons-nous cesser de forniquer ?”
Ce sont des hommes qui demandent cela à Florinda.
Elle leur dit “ Allez-y ! Mettez vos bites où vous voulez”
Oh, mais quelle horrible sorcière !
Mais elle est pire avec les femmes ”Vous êtes des déesses de week-end qui peignez vos poitrines puis qui partez en retraite.
Elle ajoute encore :
“ Oui, vous êtes des déesses. Mais que font-ils quand vous revenez à maison ? Ils vous
prennent et vous baisent, comme des esclaves ! Les hommes laissent des vers lumineux dans
votre utérus !”
Oui, c’était bien une sorcière véritablement exécrable !
LA ROUTE DU COYOTE
Florinda Donner Grau n’est pas très affable. Elle est petite, charmeuse, et agressive - comme
un jockey nerveux.
Lorsque Donner Grau rencontra Don Juan et ses apprentis, elle pensait qu'ils étaient tous des
employés d’un cirque au chômage qui trafiquaient des choses volées. Comment pouvait elle
expliquer autrement le cristal de Baccarat, les vêtements exquis et les bijoux anciens ? Elle se
sentait bien plus être une aventurière - par nature elle était suffisante, audacieuse, vivace.
Pourtant pour une fille sud-américaine, sa vie n’avait été qu’une promenade.
“ Je pensais que j'étais la chose la plus admirable qui ait jamais existé - tellement audacieuse,
tellement spéciale. Je pilotais des voitures et je m’habillais comme un homme. Ce vieil Indien
m'a dit alors que la seule chose spéciale c’était mes cheveux blonds et mes yeux bleus dans un
pays où ces choses étaient honorées.
J’ai voulu le frapper- en fait, je crois que l'ai frappé.
Mais il avait totalement raison, vous savez. Cette célébration de l'être est totalement maladive.
Ce que les sorciers font c’est d’en finir avec l’être.
En ce sens, tu dois mourir pour vivre et non pas vivre pour mourir.”
Don Juan a encouragé ses étudiants à créer une “ histoire d’amour avec la connaissance.” Il
voulait cependant leur voir avoir au moins un “mental” suffisamment formé pour envisager la
sorcellerie comme un système philosophique authentique ; le revers ravissant et distinctif du
monde des sorciers étant que le travail de terrain conduit ensuite à l'académie. Le chemin
suivi à l'heure magique était en ce sens plein de promesses.
Elle se souvenait de la première fois que Castaneda la conduisit au Mexique pour la présenter
à Don Juan.
“ Nous avons emprunté une très longue route serpentante –vous savez, la route du coyote.
Je pensais qu’il prenait un chemin rare pour que personne ne nous suive mais il s’agissait de
toute autre chose. Il fallait avoir de l'énergie en suffisance pour se trouver face à ce vieil
Indien. Après je ne sais combien de temps, il y eut quelqu'un sur le chemin qui agitait la main.
J'ai dit à Carlos ‘ Hey, ne vas-tu pas t’arrêter ?
Il m’a dit, ‘ Ce n'est pas nécessaire tu verras, nous n’avons traversé que du brouillard.”
Nous passâmes rapidement par Pepperdine. Quelqu'un vendait des cristaux sur le côté du
chemin. Je me demandai si la maison de Shirley MacLaine avait été brûlée et encore si Dick
Vont Dyke l'avait reconstruite. Peut-être que Dyke avait déménagé avec MacLaine et Sean
Penn avec eux ?
“ Que se passe-t-il avec les gens qui vous montrent un intérêt dans votre travail - ceux qui
lisent vos livres et qui vous écrivent des lettres ? Vous les aidez ?”
“ Les personnes ” qui s'y intéressent intellectuellement, sont effectivement attirées et le restent
jusqu'à ce que cela devienne très difficile. La récapitulation est très désagréable ; ils veulent
des résultats immédiats, une gratification instantanée.
Pour beaucoup ce ceux qui ont suivi les routes du New Age, c’est le “Jeu des Rendez-vous”.
Ils inspectent les lieux, établissent des contacts visuels prolongés et furtifs avec des
partenaires sexuels potentiels.
Ou encore ce n’est qu’une raison d’achats à Montagne Avenue. Quand la chose devient trop
chère parce qu’ils doivent enfin payer de leur personne, ils ne veulent plus suivre. En quelque
sorte, nous voulons toujours le minimum d'investissement pour un maximum de profit.
Personne n'est réellement intéressé à faire le travail ”
“ Mais ne seraient-il s pas intéressés, s'il y avait des preuves à ce que vous affirmez ”
“ Carlos raconte alors une belle anecdote. Il connaissait une femme qui le suivait de loin
depuis des années. Elle l’appela depuis l'Europe, en très mauvaise santé. Il lui dit de venir au
Mexique - de sauter dans son monde. Elle se mit à douter. Elle lui dit alors, ‘ je viendrai –
bien que vous devez savoir cependant que mes sandales attendront de l’autre côté de la
rivière.’
Elle voulait des garanties de trouver le pied-à-terre de la sécurité. Évidemment il n'y a pas de
garanties.
« Tous nous sommes ainsi : Nous sautons, pour autant que nous sachions que nos sandales
nous attendent de l'autre côté. »
“Que se passerait-il si tu sautais – le mieux que tu peux - et qu’il en résulte que ce n’était
seulement qu’une hallucination fébrile ?”
“ Ben alors c’est que tu as une bonne fièvre.”
LES PARTIES INTIMES DE CARLOS CASTANEDA
Ceci n'est pas un livre pour tout le monde.
Ceci raconte ce que quelqu'un qui l'a connu pendant des années a dit sur l'Art de Rêver qui est
en fait le sommet du travail de Castaneda et un manuel d'instructions pour découvrir un
certain pays, sans se découvrir – la description des vieilles techniques utilisées par les sorciers
pour entrer dans la seconde attention. Comme dans ses autres livres, il est lucide et
déconcertant, sans embargo et il y a quelque chose d’encore plus séducteur quand on sait
comment d’autre part tout cela fut écrit
On peut avoir de bonnes raisons d’être curieux de savoir comment tout avait commencé.
“Généralement je prenais des notes lorsque j’étais avec Don Juan – des milliers de notes.
Finalement, il m’interrogea: ‘Pourquoi n'écris-tu pas un livre ?’ je lui ai répondu que cela était
impossible. Que je n’étais pas un auteur
“ Mais tu pourrais écrire un petit livre merdique, non ?’
Pense par toi-même !
“Oui ! je pourrais écrire un petit livre merdique. Don Juan me lança un défi : ‘Peux-tu écrire
ce livre merdique, en sachant qu’il peut t’apporter de la notoriété ? Peux-tu rester impeccable
? S'ils t'aiment ou te haïssent cela n'aura pas d'importance. Peux-tu écrire ce livre et non pas te
laisser aller à tout ce qui surgira du chemin ?’
Je fus d'accord. Je le ferais. “ Et bien des choses terribles surgirent sur le chemin. Mais je
perdis parfois mes pantalons.”
Je lui ai dit que je n’étais pas sûr de son dernier commentaire, et il a ri.
“ C’est une vieille blague. La voiture d'une femme est en morceaux et un homme la répare.
Elle n'apporte pas d’argent mais lui propose ses boucles d’oreille.
Il lui dit que sa femme ne le croira pas.
Elle lui offre sa montre en or mais il lui dit que les bandits la lui voleraient.
Finalement, elle est ôta ses jarretelles pour les lui donner. ‘ Non, s'il vous plaît, ’ lui dit-il
alors ‘ elle ne sont pas à ma taille.’”
LE CRITÈRE POUR ÊTRE MORT
Il n'avait jamais été seul jusqu'à ce qu’il connût Don Juan. Celui-ci lui disait souvent “ Défaistoi de tes amis.
Ils ne te permettront jamais d'agir avec indépendance - ils te connaissent trop bien. Tu ne
seras jamais capable d'arriver avec quelque chose de nouveau ou de dévastateur pour tes
habitudes.”
Don Juan m’invita à trouver une chambre à louer, plus sordide que correcte. Quelque chose
avec des murs verts et des rideaux verts qui sentirait l’urine et serait parfumé à la cigarette.
“ Ne bouge pas de là, ” me dit-il.
“ Reste-là jusqu'à ce que tu sois mort.”
Je lui déclarai alors que je ne pourrais pas le faire. Je ne voulais pas laisser mes amis. Sa
réponse fut claire:
“ Bon, je ne peux plus jamais alors parler avec toi”
Il agita la main pour me dire au revoir avec un grand sourire.
“Comme je me suis alors senti léger ! Ce vieux fou - cet Indien m'avait mis hors de moi.
Toute cette affaire avait été finalement résolue parfaitement.
Mais plus je m'approchais de Los Angeles et plus désespéré je me sentais.
Je me suis rendu compte que je retournais à la maison avec - mes “ amis.”
Et pour quoi faire ? Pour soutenir des conversations sans sens avec ceux qui me connaissaient
tellement bien. Pour rester assis dans le sofa près du téléphone à espérer être invité à une fête.
Une répétition sans fin.
Je fis demi-tour et me rendis à l’appartement vert et j’appelai Don Juan
“ Ecoutez-moi; je ne dis pas que je vais le faire mais dites-moi donc quel est le critère pour
être mort ?”
“ Quand il ne t'importera déjà plus d’être accompagné ou d’être seul. C’est là le critère pour
être mort.”
Pendant trois mois je fis le mort. Je grimpais aux murs, désespéré qu’un un ami ne me
visitasse.
Mais je tins bon.
À la fin, je m’étais défait des suppositions ; on ne devient pas fou en étant seul. On devient
fou en étant comme j’étais avant ça c’est sûr. De cela tu peux en être certain.
UNIFIER LA CONSCIENCE
Nous nous dirigeons dans leur camionnette vers le lugubre HLM où Castaneda était allé
mourir.
“ Nous pourrions aller voir ton ancienne chambre ” lui ai je dit “ et frapper à la porte? “. Rien
que pour voir ce qu’y se passerait ” Il assura que ce serait là remuer des choses très
lointaines..
“ ‘Que veux-tu de la vie ?’ C’est ce que Don Juan me demandait généralement.
Ma réponse classique était ‘ Franchement, Don Juan, j’en sais rien.’ C’était ma réponse
classique posée d'homme ‘ pensif ’ - l'intellectuel.
Don Juan me disait, ‘ Cette réponse pourrait satisfaire ta mère, mais pas moi.’ Sincèrement, je
ne pouvais plus penser –c’en était trop pour moi.
Et c'était un Indien ! Bordel de merde, nom de Dieu ! tu te rends compte.. Je ne suis pas
grand, mais je le voyais encore plus petit que moi.
Un jour il me demanda si nous étions égaux.
Des larmes jaillirent alors de mes yeux tandis que je l’entourais de mes bras.
‘Évidemment que nous sommes égaux, Don Juan ! Comment pourriez-vous penser le
contraire d’une telle chose ! C’était une grande embrassade ; je pleurais pratiquement.
‘Tu dis cela sérieusement ?’ m'a-t-il dit.
‘Mais oui, par Dieu !
Quand je cessai de l'embrasser il a dit :
‘ Non, nous ne sommes pas égaux. Je suis un guerrier impeccable - et ton tu es un imbécile”.
Je pourrais résumer toute ma vie en un seul moment. Toi tu ne pourrais même pas y penser ”
Nous nous arrêtâmes et nous stationnâmes la voiture au-dessous des arbres. Castaneda
surveillait le bâtiment érodé avec une sorte de bouillonnement étrange, étonné de voir qu’il
était encore là. Il aurait déjà dû être démoli depuis ce temps – mais que sa persévérance à
subsister encore dans le monde devait résulter d’une rare espèce de magie. Les enfants
jouaient avec un gigantesque camion de pompiers de matière plastique. Une vagabonde passa
errant comme une somnambule.
Il n’avait pas trop l’intention de quitter les lieux. Il parla alors sur ce que signifiait “ mourir
dans une chambre verte.”
En ce qui concernait ce lieu, Castaneda était finalement capable d'écouter sans amertume les
prémisses étranges du vieil Indien.
Don Juan lui avait appris que lorsque les sorciers voient l'énergie, la forme humaine est
aperçue comme un oeuf lumineux. Derrière l'oeuf à peine à un bras de distance des épaules –
se trouvait le “ point d'assemblage, ” là où les fibres incandescentes de conscience se
concentrent.
La manière par laquelle nous percevons le monde est déterminée par la position du point
d'assemblage. Le point d’assemblage de l'humanité est fixé en le même lieu pour chaque oeuf
; une telle uniformité rend possible notre vision partagée de la réalité de la vie quotidienne.
Cette plage de conscience, les sorciers la nomment “ la première attention ”
Notre manière de percevoir change avec le déplacement du point par le fait des blessures,
coups, drogues ou pendant le rêve, tandis que nous dormons.
“ L'Art de Rêver ” sert à déplacer et à fixer le point d'assemblage en une nouvelle position, en
engendrant la perception de mondes alternatifs - complets (“ la seconde attention ”). Des
déplacements plus petits pour le point en dehors de sa place ordinaire tout en étant encore
dans la bande humaine sont responsables d’hallucinations et de délires - ou encore du monde
rencontré pendant le rêve. Des mouvements plus grands pour le point d'assemblage, sont plus
dramatiques, ils transportent le “ corps énergétique ” hors de la bande humaine dans des
faisceaux inhumains. C’est là vers où Don Juan et son groupe sont partie en 1973 quand ils “
ont brûlé de l'intérieur, ” tout en menant à bien l'affirmation impensable de sa lignée : le vol
évolutif.
Castaneda savait que des civilisations complètes - des conglomérats de rêveurs - avaient
disparus de la même manière.
Il me raconta l’historie d’un sorcier de sa lignée qui avait la tuberculose - et qui était capable
de déplacer son point d'assemblage loin de la mort. Ce sorcier devait rester impeccable ; sa
maladie pendait au-dessus de sa tête comme une épée de Damoclès. Il ne pouvait pas se
donner le luxe d'un ego - il savait que c’était précisément là où sa mort l'attendait.
Castaneda se tourna encore vers moi, en souriant. “ Hey...” Il avait un regard étrange et plein
d’effusion, et moi j'étais prêt. Pendant trois semaines il m'avait submergé par ses livres et sa
contagieuse présentation de possibilités.
Peut-être que c'était enfin le moment où je donnerais mon accord à Mescalito. Ou bien nous
étions nous déjà “ croisés dans le brouillard ” sans le savoir ?
“ Hey, ” a-t-il dit de nouveau, avec des yeux qui brillaient clairement.
“On va se manger un hamburger ?”
BOYCOT DU SPECTACLE
“ Le point d'assemblage de l'homme qui reste fixé dans une seule position est un crime.”
Je m’assis avec Taisha Abelar sur un banc face au musée d'Art de Wilshire. Elle ne collait pas
vraiment avec l'image qui j’avais d'elle. Castaneda disait que cela faisait partie de
l'entraînement d'Abelar, elle avait assumé différentes personnalités - une d’entre elles avait été
“ la femme folle d'Oaxaca, ” un mendiante libertine couverture de crasse - il y a déjà
longtemps de cela comme actrice naissante dans le Théâtre d'Action de la Sorcellerie.
“ J’allais appeler mon livre “Le Grand PASSAGE” mais je pense que cela était trop
Occidental ”
“ Le concept Bouddhiste est assez similaire .Il existe un tas de parallèles. Notre groupe s’est
croisé pendant des années mais c’est récemment que nous avons comparé des notes - puisque
notre départ est imminent.
Les septante-cinq pour cent de notre énergie était là, vingt-cinq pour cent ici. C’est pourquoi il
faut nous en aller.”
“C’est là qu’était Carol Tiggs ? Dans le lieu des 75 pour cent ?” “Veux-tu dire dans la ‘
Dimension Inconnue ?’”
Elle a fait alors une pause dramatique, puis se mit à rigoler.
“ Nous sentions tous Carol Tiggs dans nos corps quand elle s’en fut. Elle avait une masse
énorme. Elle était comme une lumière, un phare, un guide. Elle nous donnait l’espoir - un
stimulant pour continuer parce que nous savions qu'elle était là. Chaque fois je m’apitoyais
sur moi-même, je la sentais me donner une petite tape sur l'épaule.
Elle devenait une magnifique obsession.”
“Pourquoi est-ce tellement difficile pour le singe de “ faire ce voyage ?”
“ Nous percevons minimalement ; et d’avantage nous possédons d'affaires dans ce monde et
plus difficile il nous est de dire au revoir. C’est pour nous tous pareil - tous nous voulons de la
renommée, tous nous voulons être l’objet d’amour.
Dieu merci pour certains d’entre nous, nous avons des enfants. Pourquoi dès lors voudrionsnous nous en aller ?
Nous utilisons une couverture ainsi nous sommes protégés, nous avons des moments heureux
qui durent tout le reste de nos vies. Je connais quelqu'un qui fut Miss Alabama. Cela est-il
suffisant pour se maintenir éloigné de la liberté ? Oui. Être Miss Alabama est suffisant pour
fixer le point d’assemblage en un seul emplacement.
C’était l’heure de poser de plus importantes questions (j’en avais préparé quelques unes) :
”Quand vous parlez de “ croiser de l'autre côté, ” cela voulait dire avec vos corps physiques ?
Elle répondit que changer l'Être ne signifiait pas changer l'ego freudien mais l'Être réel,
concret - oui, le corps physique.
“ Quand Don Juan et son groupe sont partis, Il m'a dit “ ils sont partis avec la totalité de leurs
êtres. Avec leurs bottes mises aux pieds.”
Elle déclara ensuite que rêver était l’unique terrain neuf de discours philosophique et que
Merleau-Ponty se trompait lorsqu’il disait que l'humanité était condamnée à ne préjuger que
dans un monde a priori.
“ Il existe un lieu sans a priori – c’est la seconde attention.
Don Juan disait toujours que les philosophes étaient ‘ des sorciers incomplets.’ Ce qui leur
manquait était l'énergie pour sauter plus loin que ses idéaux.”
“ Tous nous nous chargeons comme des boeufs vers la liberté : Il faut se détacher de ses
bagages. Nous avons dû impérativement nous détacher aussi des bagages de la sorcellerie ”
“Les bagages de la sorcellerie ?
” Nous ne faisons pas sorcellerie ; nous ne faisons rien, tout ce que nous faisons n'est que
déplacer le point d'assemblage parce que finalement être un sorcier serait l’équivalent d’être
Miss Alabama.”
Une femme en guenilles, édentée a marché en traînant les pieds vers nous avec des cartes
postales à vendre- la Femme Folle de la Montagne Miraculeuse. J'en pris une et je lui ai donné
un dollar. Je l'ai montrée à Abelar ; c'était une image de Jésus, en riant elle ajouta :
“C’est “ un moment rare ”.
LES INVITES ARRIVENT
Que reste-t-il à explorer de ce monde-ci ?
Il est tout fait et tout usé d’a priori. Nous sommes enrôlés pour la sénilité ; nous attendons en
l’imaginant déjà la maladie du fleuve.
Quand j’étais enfant, je l’écoutais. Une maladie de souvenirs et de remémorations. Elle
attaque les gens qui vivent aux bords de la rivière. Tu es possédé par une nostalgie qui te
pousse à bouger et à suivre, suivre - errer sans sens, sans arrêter. La rivière serpente ; les gens
disent généralement que la rivière est vive ”. Quand elle renverse son cours, elle ne rappelle
jamais qu'elle coulait alors de l’est vers l’ouest. La rivière s'oublie elle-même.
Il y avait une femme que j’avais l’habitude de visiter dans une maisons de retraite. J’y avais
fait été pendant quinze ans. Pendant quinze ans elle s’était préparée pour une fête qu'elle allait
donner à l'Hôtel de la Couronne. C’était son illusion ; elle se préparait tous les jours mais les
hôtes n'arrivaient jamais. Un jour elle est finalement morte. Qui sait - peut-être était-ce
justement le jour où ils arrivèrent.
L’INDICE DU MOT INTENTION
“Comment puis-je écrire que je te vois ?”
Sa voix devint somptueusement absurde. Il était Fernando Roi, le bourgeois narcissique - avec
une petite touche de Laurence Harvey.
“ Tu pourrais dire que je ressemble à Lee Marvin.”
Le crépuscule tombait sur Roxburry Parcs. On entendait le bruit sourd et constant d'une balle
de tennis battue contre une paroi de ciment.
“ J’ai lu un jour un article dans la revue Esquire au sujet de la sorcellerie en Californie. La
première ligne était ainsi :
‘ Lee Marvin est effrayé.’
Chaque fois que quelque chose ne va pas bien, tu peux m’entendre dire “ Lee Marvin est
effrayé.”
Nous décidâmes que je décrirais Castaneda confiné dans une chaise roulante, avec de beaux
bras et le torse bien dessiné.” On dirait aussi qu'il utilisait un parfum de Bijan et que ses longs
cheveux en encadreraient délicatement un visage peint par Fra Angelico
Il rit
“ J’ai connu une fois une femme qui donne maintenant des séminaires sur Castaneda. Quand
elle se sentait déprimée, elle avait un truc – une certaine façon de s’en sortit. Elle se disait à
elle-même :
‘ Carlos Castaneda ressemble à un garçon de café mexicain. C”était là tout ce dont elle avait
besoin pour se relever. Carlos Castaneda ressemble à un serveur mexicain! Et hop,
immédiatement rafraîchie. Fascinant. Quelle tristesse!. Mais pour elle, c’était aussi bon que le
Prozac !”
J’avais feuilleté à nouveau les livres et je voulais en savoir plus sur l’ “ Intention.” C’était
bien-là un des concepts les plus abstraits, mais prédominant dans son monde.
Ils disaient intentionner la liberté, d'intentionner le corps énergétique - ils parlaient
inévitablement d'intenter l’intention.
“ Je ne comprends pas l’intention.”
“ Tu ne comprends rien.”
Je fus stupéfait
“Aucun d’entre nous comprend ! Nous ne comprenons pas le monde, nous le manions
seulement- mais nous le manions admirablement. Donc quand tu dis ‘ je ne comprends pas, ’
cela n’est seulement qu’une phrase toute faite. Tu n'as jamais rien compris depuis le début.”
Je ressentais le désir d’aller plus loin.
Même la sorcellerie possédait une “ définition fonctionnelle.” pourquoi ne pourrait-on pas en
donner une aussi pour “ l’intention ” ?
“ Je ne peux pas te dire ce qu'est l’intention, car moi-même je ne le sais pas. J’en fais un index
catégorique.
Nous sommes taxonomistes -nous aimons beaucoup détenir des catalogues !
Une fois Don Juan me demanda : ‘Qu’est-ce qu’une université ?’
Je lui répondis que c'était une école pour les études supérieures.
Il a dit. ‘Mais c’est quoi une école pour études supérieures ?’
Je lui ai dit que c'était un lieu où les gens se réunissaient pour apprendre.
‘Est un parc ? Un terrain ?’ il m’avait.
Je me suis rendu compte que ‘ université ’ a une signification différente pour celui qui paye
des impôts, pour l'enseignant ou pour l'élève. Nous n'avons aucune idée de ce qu’est une ‘
université ’ ! C'est un indice catégorique. Comme ‘ montagne ’ ou ‘ honneur.’ tu n'as pas
besoin de savoir ce qu'est le mot ‘ honneur ’ pour le vivre.
Donc vis l’intention. Et fais du mot intention un index dans le catalogue.
L’intention est simplement de se rendre compte d'une possibilité - l'occasion d'avoir une
occasion.
C’est une de ces forces constantes dans l'univers que nous n'appelons jamais.
En nous accrochant à l’intention du monde des sorciers, tu te donnes par là même l'occasion
d'avoir une occasion.
Ne reste pas accroché au monde de ton père, au monde de d'êtres enterrés trois mètres sous
terre.
Essaye de déplacer ton point d'assemblage.
Comment ? En essayant ! Sorcellerie pure.”
“ Tends vers elle, sans entendement ”
“Sûrement ! Le mot intention est seulement un indice - du plus faux, mais complètement
utilisable.
C’est comme dire ‘ Lee Marvin est effrayé.’”
LES PAUVRES POUPONS
Je connais des personnes qui n’en finissent pas de me compter leurs histoires d'abus sexuel.
Un type m'a compté que quand il avait 10 ans, son père agrippa son pénis et lui dit : “Je vais
te le prendre !”
Cela je le traumatisa ensuite pendant dix ans ! Il dépensa énormément en psychanalyse.
Sommes-nous tellement vulnérables ? Que de stupidités.
Nous avons flirté pendant cinq billions d'années !
Mais il devait se définir “ victime d'abus sexuel.” Quelle merde.
Nous sommes tous des pauvres poupons.
Don Juan me força à examiner comment je me mettais en rapport avec les gens en cherchant à
ce qu'ils ressentent de la peine pour moi.
Pour Don Juan c’était là mon seul “tour de magie.”
Nous avons un tour que nous apprenons tout petits et que nous répétons jusqu'à ce que nous
mourions. Si nous sommes très imaginatifs, nous en avons deux. Ouvre la télévision et écoute
les programmes d'entrevues et de téléréalité: des pauvres poupons en fin de compte.
Nous aimons Jésus - sanglant, cloué à la croix. C’est-là notre symbole. Personne n'est
intéressé par le Christ qui ressuscite et qui monte au ciel. Nous voulons être des martyrs,
perdants ; nous ne voulons pas triompher. De pauvres petits poupons, faisant l'éloge des
pauvres petits poupons.
Lorsqu’un jour l'homme tomba à genoux, il se transforma en ce fieffé imbécile qu’il est
encore de nos jours.
CONFESSIONS D'UN PARTISAN DE LA CONSCIENCE
Castaneda a évité depuis longtemps désormais les plantes psychotropes, bien qu’elles fussent
une partie énorme de son initiation au monde du nagual.
Je lui ai demandé ce qu’il en était.
“ Puisque je suis mâle, j'étais très rigide - mon point d’assemblage était inamovible. Don Juan
voyant le temps passer trop vite, il dut donc prendre des mesures désespérées.”
“Est-ce pour cela qu’il t’a donné des drogues ? Pour débloquer ton point d'assemblage ?” Il
acquiesça
“ Mais avec les drogues, il n'y a pas de contrôle ; ” le point d’assemblage se déplace dans un
chaos total
‘Cela signifie que vint un jour un moment où tu as été capable de déplacer ton point
d'assemblage et de rêver sans l'utilisation de drogues ?”
“Évidemment ! Grâce au travail de Don Juan. Tu sais, Juan Matus ne donnait aucune attention
au ‘ Carlos Castaneda ’. Ce qui l’intéressait était l’autre être, le corps énergétique - ce que les
sorciers appellent ‘ le double ’. C’est cela qu'il voulait réveiller. Car tu utilises ton Double
pour rêver, pour naviguer dans la seconde attention. C’est ce qui te pousse à la liberté. Le
double accomplit son devoir.
’Je ne ferai rien pour lui - pour l'aider à réveiller.’
Ces mots me donnaient des frissons
Ces gens étaient des plus sérieux. Ils ne mouraient pas en pleurant pour leurs mamans, pour
leurs mamelles.”
Nous étions dans un petit bar au coeur de l'Aéroport de Sainte Mónica. J’allai aux lavabos
magnifiques pour me mouiller la face et assimiler tout.
Je surpris mon visage dans le miroir et je pensai au Double. Je me souvenais de quelque chose
que Don Juan disait à Castaneda et que l’on trouve dans l'Art de Rêver
“ Ta passion, ” lui disait-il “ sera de bondir sans caprices ou préméditations pour couper les
chaînes de quelqu'un d’autre.
Lorsque je revins vers le groupe, je formulai une question.
“Comment ça s’est passé la première fois que vous avez déplacé votre point d’assemblage
sans drogue ?”
Il a fait une pause, il a remué sa tête d’un côté à l’autre.
“Lee Marvin était très effrayé !”
Il rit
“ Une fois que tu commences à briser les barrières de la perception normale, historique, tu
crois que tu es fou.
Tu as ensuite besoin du nagual simplement pour rire.
Il ôte tes craintes avec le rire.”
LE SERPENT A PLUMES
J’ai vu partir Don Juan et son groupe, toute une armada de sorciers. Nous sommes allés en un
lieu libre de sentiments humains et de l'adoration compulsive à l'homme. Ils ont brûlé du feu
du dedans. Ils ont fait dans l’espace un mouvement en partant, ils appelaient cela le “ serpent
à plumes.” Ils se convertirent en énergie ; jusqu'à leurs chaussures. Ils ont fait un ultime
passage de retour, une passe, pour revoir ce monde exquis une toute dernière fois. Uuh-wuuuwuuu !
Ils me donnent encore des frissons - je m'agite.
Un dernier adieu... seulement pour mes yeux.
J'aurais pu partir avec eux.
Quand Don Juan fut parti je me dis
“ J’ai besoin de toutes mes couilles pour moi aussi partir.
J’ai besoin de tout mon courage, tout mon espoir – sans rien attendre cependant.
Pour rester en arrière, tu auras besoin de tout ton espoir et de tout ton espoir.
” J’ai fait un beau saut vers l'abîme et je me suis réveillé dans mon bureau, près de Tiny
Naylors. J'ai interrompu le flux de la continuité psychologique : Celui qui s’est réveillé dans
ce bureau ne pouvait plus être ce “ je” dont je connaissais la continuité. C’est pourquoi je suis
le nagual. Le nagual est une non-entité et non une personne.
Au lieu de l'ego il y a autre chose, quelque chose de très ancien. Quelque chose comme un
témoin, détaché - et infiniment moins compromis avec l'Être.
Un homme avec un ego est guidé par des désirs psychologiques. Le nagual n'en a aucun. Il
reçoit des ordres d'une certaine source ineffable qui ne peut pas être discutée. La
compréhension finale est donc que le nagual à la fin, se transforme en une légende, un conte
une histoire. Il ne peut pas être offensé, jaloux, possessif - il ne peut être que rien. Mais il peut
raconter des histoires de jalousies et de passion.
La seule chose que le nagual puisse craindre est la “ tristesse ontologique.” Non pas la
nostalgie pour les bons vieux temps - cela est de l’égomanie.
La tristesse ontologique est quelque chose différent. Elle existe une force éternelle qui existe
dans l'univers, comme la gravité, et le nagual le sent.
Ce n'est pas un état psychologique. C'est une confluence de forces qui sont unies pour rouer
de coups ce microbe pauvre qui a conquis son ego. Cette tristesse est sentie lorsque les liens
n'existent déjà plus.
Tu verras cet état de tristesse venir, et ensuite tu le sentiras au-dessus de ta tête.
LA SOLITUDE DU LOINTAIN REPLICANT
Le cinéma l’enchantait, tous les films, depuis 10.000 ans. Avant ils projetaient toute la nuit au
Vista à Hollywood, avant quand il apprenait le truc pour être mort. Maintenant il n’y va plus,
mais les sorcières assistent encore à des séances. C’est là une distraction à leurs activités
étourdies et épiques est comme quelque chose qui ressemble au sexe en rêve. Mais non en
réalité.
“ Tu te souviens, d’une scène de Blade Runner, et bien elle nous est réellement arrivée.
L'auteur ne sait pas ce qu'il dit, mais il est proche.
C’est la réplicante qui parle à la fin :
‘ Mes yeux ont vu des choses inconcevables'
Elle parle des constellations - ‘ j'ai vu des navires de combat sur Orion ’ - ridicules bêtises.
C’est juste là ce qui est faux parce que l'auteur n'a vu rien de de cela. Puis le discours de la
réplicante devient beau. La pluie tombe et elle dit,
“ Est-ce que tous ces moments ne se perdent pas dans le temps . . . comme des larmes dans la
pluie ?”
“ C’est une question très sérieuse en ce qui nous concerne.
Oui, Ils pourraient bien n’être des larmes dans la pluie -, mais vous en faites le meilleur,
Monsieur.
Vous faites tout du mieux et si c’est le meilleur de vous même ce ne serait jamais de la merde.
Mais si vous ne donnez par le meilleur de vous même alors allez au diable avec Dieu luimême.”
UN bas-de-page POUR FÉMINISTES
Avant de le voir une dernière par fois, j'ai été invité à déjeuner par la mystérieuse Carol Tiggs.
Vingt ans auparavant elle avait “ sauté ” avec le groupe de Don Juan Matus vers l’inconnu.
Inimaginablement, elle était revenue, en déchaînant d'une certaine manière un véritable
spectacle itinérant de sorciers. Je me sentais de plus en plus soucieux quant à notre rendezvous.
Chaque fois que la question brûlante “Où donc étiez vous pendant ces dix années ?” celle-ci
s’estompait.
J'ai senti que j'étais sur les chemins, et j’imaginais Carol Tiggs agitait sa main depuis le
dernier camion.
Dans un univers de dualités, Tiggs et Castaneda sont des contreparties énergétiques. Ils ne
sont plus dans ce monde ensemble comme mari et femme. Ils ont une double l'énergie ; pour
quelqu'un qui les voit, leurs corps énergétiques apparaîtraient comme deux oeufs lumineux au
lieu d'un seul. Cela ne les rend pas “ meilleurs ” que Donner Grau ou Abelar ou autre – bien
au contraire. Cela leur donne la prédilection, comme Don Juan Matus leur avait dit une fois,
d'être doublement “ stupides.”
Jusqu'à présent, Castaneda a écrit exclusivement sur le monde de Don Juan, et pratiquement
jamais du sien. Toutefois l'Art de Rêver est empreint de l’obscure et étrange présence de
Carol Tiggs - et est plein d'histoires extravagantes de ses excursions vers la seconde attention.
On peut même y trouver ile sauvetage précipité d'un être “ conscient d'une autre dimension ”
qui prend la forme d'un petit enfant aux yeux métalliques et anguleux appelé l'éclaireur bleu.
J'étais sur le point de partir quand elle téléphona. J’étais sûr que c’était Carol Tiggs, qui allait
annuler. Mais c’était Donner Grau.
Je lui ai racontai un rêve qui j’avais eu la nuit précédente. J’étais avec Castaneda dans un
magasin de cadeaux appelé la “Route du Coyote”. Elle me dit qu’elle s’en foutait royalement.
Elle me dit encore que les rêves ordinaires étaient seulement des “ masturbations sans sens.”
Cruelle et méchante sorcière sans coeur !
“ Je voulais ajouter quelque chose. Les gens me disent, ‘ Vous êtes en train de mettre le
féminisme par terre... le “ chef ” de ce groupe était Juan Matus et maintenant le nouveau
nagual est à nouveau un homme, Carlos Castaneda -Pourquoi toujours dans un homme ?”
“Bon, la raison que ces ‘ chefs ’ étaient des hommes n’était qu’une affaire d'énergie - non
parce qu'ils sauraient su beaucoup plus ou qu’ils “ étaient meilleurs.”. En vérité, l'univers est
vraiment féminin ; le mâle est consenti parce que justement il est unique.
Carlos nous guide non pas dans ce que nous faisons dans le monde mais dans le rêve.
“ Don Juan clamait parfois cette phrase horrible. Il disait généralement que les femmes
étaient ‘ des vulves fissurées ’ - et il n'était pas dédaigneux. C’est ainsi parce que nous
sommes “ fissurées ” que nous avons la facilité de rêver. Les hommes sont complètement
rigides. Mais les femmes n'ont pas de sobriété, ni de structure ni de contexte dans le domaine
de la sorcellerie et c'est cela que l'homme leur apporte.
Les féministes sont en rage et furieuses lorsque je leur dis que les femmes sont
intrinsèquement complaisantes, et c’est certain ! Cela est dû au fait que nous les femmes nous
recevons directement la connaissance. Nous n’avons pas à parler sans cesse de la sorcellerie
ou de la connaissance car ce processus est celui du mâle.
“Tu veux savoir ce qu’est un nagual ? Tu veux connaître le mythe du nagual ?
Il existe des possibilités illimitées pour tous nous autres d’être quelque chose de plus que ce
que nous nous avons été destinés à être. Nous ne devons pas nécessairement suivre la route de
nos parents.
SEULEMENT POUR TES YEUX
Après avoir juste raccroché, le téléphone a sonné une autre fois. Carol Tiggs m’appelait pour
annuler notre rendez-vous. J’espérais me sentir léger mais j’étais déçu.
J’avais parlé à des personnes qui l'avaient vue donner des entretiens à Maui et en Arizona. Ils
disaient qu'elle était superbe, qu’elle “travaillait” la salle comme un professionnel qui imitait
un mauvais Elvis.
“ Je regrette que nous ne puissions nous voir, ” m'a-t-elle dit. Au moins cela sonnait vrai “
J’avais pourtant envie de vous voir.”
“ C’est bien. Je vous approcherai lors de l’une de tes prochaines lectures.”
“ Oh, je ne crois pas qu’il y en aura une nouvelle avant un certain temps.” Elle fit une pause. “
J'ai quelque chose pour vous.”
“Sont-ce les éclairs qui sortent de votre poitrine ?”
Elle a hésité ensuite un moment puis a éclaté dans de grands éclats de rire.
“ Non, Quelque chose beaucoup plus dramatique.”
J'ai ressenti comme d’un coup l'estomac qui remontait dans ma bouche.
“ Vous savez, on dit toujours ils que les gens ont une scission entre l’esprit et le corps – qu’il
existe pour eux ce déséquilibre, ce problème esprit-corps. Mais la dichotomie réelle est entre
le corps physique et le corps énergétique.
Nous mourons sans avoir jamais réveillé ce Double magique, et il nous haït pour cela. Il nous
haïr tant qu'éventuellement il nous tue, celui-là est tout le ‘ secret ’ de la sorcellerie : accéder
au double pour le vol abstrait. Les sorciers sautent dans le vide de la perception pure avec leur
corps énergétique.”
Une autre pause.
Je me suis demandé si c’était là tout ce qu'elle avait à me dire. J'ai été sur le point de parler
mais quelque chose a arrêté mes mots les mettant en suspens.
“ Je me souviens d’une chanson que Don Juan pensait qu'elle était très belle - il disait que le
compositeur avait pratiquement tout vu, qu’il avait visé juste.
Don Juan avait cependant remplacé un mot pour la rendre parfaite.
Il a mis le mot “liberté” là où le compositeur avait écrit le mot amour.”
Elle a alors commencé sa récitation fantomatique :
On ne vit que deux fois
C’est on dirait bien ainsi.
Une vie pour toi même
Une autre pour tes rêves.
Tu vas à la dérive en croisant les années
Et la vie paraît insipide.
Jusqu'à ce qu'un rêve apparaisse
Liberté est son nom
Liberté est un inconnu
Qui te dit: “viens’
Ne pense pas au danger
Sinon l'inconnu s’en ira.
Ce rêve est pour toi
Donc payes-en le prix
Fais que ce rêve devienne vrai...*
(*De « on Vit Seulement Deux Fois » chanson écrite par John Barry et Leslie Bricusse)
Elle se tut pour un moment.
Puis ensuite elle me dit :“ Faites de doux rêves ” en parodiant le rire aigu d'une sorcière et elle
a raccroché.
LA DEMANGEAISON DU NAGUAL
Alors que les jours devenaient de plus en plus froids il était facile de se repentir - de tout,
jusqu'au Prozac. Qu’en résulterait-t-il si Castaneda n'avait rien inventé ?
Si tout cela était vrai, alors nous serions bel et bien dans une mauvaise posture.
Nous nous rencontrâmes une toute dernière fois un jour glacé sur la plage près de
l'embarcadère. Il m’avait annoncé qu'il ne pouvait pas rester longtemps. Il s’était excusé de ce
que je n’avais pas pu voir Carol Tiggs. Ce sera pour une autre occasion. Je me sentais comme
un pauvre poupon – du genre “Malédiction, je veux seulement qu'ils m’aiment”
Et Jésus veillait en regardant vers le bas tous les gens et leur disait : Je m’ennuie tellement ”.
Nous nous assîmes sur un banc près d'une falaise.
Je voulais le retenir, seulement pour un moment.
“ Racontez-moi donc s’il vous plaît la dernière fois que vous avez ressenti de la nostalgie.”
Il a répondu sans hésiter.
“ Lorsque j'ai dû dire au revoir à mon grand-père. Il était déjà mort depuis longtemps.
Don Juan m'a dit que l’heure était venue de lui dire au revoir parce que je me préparais pour
un long voyage, sans retour.
Tu dois dire au revoir, il m'a dit, parce que tu ne vas jamais revenir. J’invoquai mon grandpère face à lui - je le vis parfaitement détaillé. Une vision totale de lui.
J’avais les ‘ yeux dansants.’ (Le jeu des yeux qui contemplent)
Don Juan me dit ensuite ‘ dis lui adieu pour toujours.’
¡Oh, l'angoisse ! C’était heure de descendre le drapeau, et je l'ai fait. Mon grand-père s'est
transformé en une histoire. Je l’ai racontée des milliers de fois”
Nous marchions vers la voiture.
“ Je sens comme un chatouillement dans le plexus solaire – c’est très émouvant. Je me
souviens que Don Juan avait l’habitude généralement de sentir cela, mais je ne comprenais
pas ce que cela signifiait.
”Cela signifie qu'il sera bientôt temps de partir.”
Il se secoua avec délice. “Quel bonheur ! ”
Tandis qu'il s'éloignait en manoeuvrant, il me cria par la fenêtre : Au revoir, illustre chevalier
!
LES LUMIÈRES S’ÉTEIGNENT
J'ai appris qu’il y aurait une conférence à San Francisco. J’avais terminé d'écrire à son propos
mais j’avais décidé de patienter jusque là. En quelque sorte pour y mettre le dernier vernis.
L'auditoire se situait dans un parc industriel de la Silicon Valley. Son avion avait eu du retard
; quand j'entrai dans la salle, le salon était plein. Il a parlé de façon très éloquente pendant
trois heures sans repos.
Il a répondu à des questions vicieuses, à des provocations et à des entourloupes. Personne n’a
bougé.
À la fin il a parlé de l’annihilation de l’ego.
“ Don Juan avait une métaphore :
‘ Les lumières s’éteignent, les musiciens remballent leurs instruments. Ce n’est plus le temps
de danser : c’est le temps de mourir.’
Juan Matus disait que nous avions du temps sans compter, et à la fois qu’il ne nous restait rien
comme temps – c’est la contradiction de la sorcellerie.
Vivez-le, vivez-le splendidement.”
Un jeune se leva parmi l'auditoire.
“Mais comment pouvons-nous faire tout cela sans quelqu'un comme Don Juan ?
Comment pouvons-nous y parvenir sans nous unir ?
Personne n’unit personne. Nous ne sommes pas des gourous. Vous n'avez pas besoin de Don
Juan, dit-il avec emphase.
“ J’ai eu besoin de lui pour que cela je puisse vous l’expliquer. Si vous voulez la liberté, vous
avez besoin d’une décision.
Nous avons besoin de notre totalité dans le monde ; nous ne voulons pas être des
masturbateurs.
Si vous récapitulez, vous rassemblerez l'énergie - nous vous trouverons.
Mais nous avons besoin de beaucoup d'énergie. Et pour cela, nous devons nous gonfler les
testicules. Donc, suspendez votre jugement et prenez l'option. Faites-le.
“ Don Juan disait souvent, ‘ L’un d’entre nous deux est un imbécile. Et je n’en suis pas.un “
Il fit une petite pause.
“ C’est cela que je suis venu vous dire aujourd'hui.” Tout le monde explosa de rire et tous se
levèrent applaudissant tandis que Castaneda s’en allait par la porte de derrière.
Tous voulaient l’approcher en criant “S'il vous plaît aimez-moi moi aussi!
Cela aurait bien convenu pour un nouvel éclat de rire,
Je cheminais sur le bord du trottoir qui se fondait dans l'obscurité. Un léger vent dispersait les
feuilles fragiles dans la rigole.
Une de nos conversations m’est revenue- il avait parlé sur l'amour. J'ai écouté sa voix et je me
suis imaginé dans le dernier fourgon, me retournant lentement pour faire face aux mots qui
s’avançaient vers moi...
“ Je suis tombé amoureux la première fois quand j’ai eu neuf ans. J’avais vraiment trouvé
mon autre être. Mais vraiment. Mais elle ne m'était pas prédestinée.
Don Juan m'a dit que j'étais resté statique, immobile alors que mon destin était dynamique.
Un jour, l'amour de ma vie - cet enfant de neuf ans ! se transforma.
Ma grand-mère me disait alors, ‘Ne sois donc pas couillon ! Va vers elle voit!
J’aimais ma grand-mère mais je ne le lui avais jamais dit, parce qu'elle me faisait honte – elle
avait un problème de langage.
Elle m'appelait ‘ afor ’ au lieu de ‘ amor.’ Et en réalité c’était juste à cause d’un accent
étranger, mais j'étais très jeune et je ne le savais pas.
Ma grand-mère a mis un tas de monnaies dans ma main. ‘Vas la voir ! Nous la dissimulerons
et je l’élèverai.
J'ai pris l'argent et je m’en allai.
Juste à ce moment l'amant de ma grand-mère lui susurra quelque chose à l'oreille. Elle revint
vers moi avec le regard vide. ‘ Afor, ’ m'a-t-elle dit, ‘ Afor, mon chéri. . . ‘ et elle a repris
l'argent ‘ Je regrette mais notre temps est passé’
Et cet amour, je l’ai oublié – ce fut Don Juan qui me le rappellera quelques années plus tard.
“ Cela me poursuit. Lorsque je sens la démangeaison - et l'horloge qui annonce midi moins le
quart - Cela me donne des frissons ! Je m'agite alors, jusqu' à aujourd'hui”
‘ Afor. . . chéri. Nous n’avons plus le temps.’
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising