Compte rendu - Toponymie francophone

Compte rendu - Toponymie francophone
COMPTE RENDU DE LA DIVISION FRANCOPHONE
23e Session du GENUNG à Vienne (Autriche)
Lors de la 23e session du Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques
(GENUNG) qui s’est tenue au siège des Nations Unies à Vienne (Autriche) du 28 mars au 4 avril
2006, la Division francophone s’est réunie sous la présidence de M. Pierre Planques durant trois
séances.
Secrétaires de la Division francophone :
Danielle Turcotte (Canada, Québec) - danielle.turcotte@toponymie.gouv.qc.ca
Élisabeth Calvarin (France)- elisabeth.calvarin@ign.fr
1re réunion : le jeudi 30 mars 2006 (13 h 15 à 14 h)
Étaient présents :
Algérie
Andorre
Canada
Côte d’Ivoire
Espagne
France
Suisse
Brahim ATOUI
Valérie SUBRA
France BOUCHER
Gilles CHAMPOUX
Henri DORION
Yaïves FERLAND
Gisèle JACOB
Helen KERFOOT
André LAPIERRE
Danielle TURCOTTE
Aka DIMY
Josep MORAN
Élisabeth CALVARIN
Pierre PLANQUES
Hans Rudolf MOESCHING
atoui.Khalil@caramail.com
valerie.subra.gov@andorra.ad
france.boucher@oqlf.gouv.qc.ca
chamoux.GJ@forces.gc.ca
henridorion@videotron.ca
yaives.ferland@drdc-rddc.gc.ca
KOBRIEN@nrcan.gc.ca
hkerfoot@nrcan.gc.ca
lapierre@uottawa.ca
danielle.turcotte@toponymie.gouv.qc.ca
cntig@aviso.ci
ofonom@iecat.net
elisabeth.calvarin@ign.fr
pierre.planques@equipement.gouv.fr
hansrudolf.moesching@swisstopo.ch
En ouverture de séance, P. Planques souhaite la bienvenue à tous et nous propose l’ordre
du jour suivant :
I. Le point sur les actions en cours
II. Présidence de la Division francophone à compter de 2007
Il y a proposition d’ajout des points suivants :
III.
IV.
V.
VI.
VII.
500e anniversaire du nom Amérique (Yaïves Ferland)
Format du rapport d’activités pour la prochaine session (Danielle Turcotte)
Exonymes anglais en français (André Lapierre)
Présentation de la nouvelle plaquette de la CNT (Élisabeth Calvarin)
Questions diverses
Division francophone
Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques
page 1
L’ordre du jour est adopté avec les modifications proposées.
P. Planques propose de faire le point sur les actions en cours par le biais du programme de
travail de la Division francophone (2002-2007), puis d’examiner les questions diverses. Il précise
que, pour faciliter le repérage des actions, les numéros de celles-ci, en cours ou terminées, sont
maintenus d’une année à l’autre afin de garder toujours la même référence. [ Les actions
terminées sont consultables dans le Bulletin no 2 (pp 16-18), également disponible en ligne au
www.divisionfrancophone.org/pdf/bulletin2.pdf ]
I. - LE POINT SUR LES ACTIONS EN COURS
ACTION 1 : LISTE DES MEMBRES
Coordonnateur : É. Calvarin
É. Calvarin tient à jour cette liste et envoie régulièrement à D. Turcotte les mouvements
de membres. Nous décidons que les membres qui ne se manifestent plus entre deux sessions
seront retirés afin de préserver la qualité positive de l’information.
ACTION 2 : ENTRETIEN ET COMPLÉMENT DE LISTE DE SITES INTERNET
FIGURANT SUR LE SITE DE LA DIVISION
Coordonnateur : D. Turcotte
A. Lapierre explique qu’il s’agit de récupérer les sites faisant référence à la présence de
toponymie française. Nous convenons que D. Turcotte coordonnera dorénavant cette action en
vue d’assurer une meilleure mise à jour sur le site. Tous les membres sont responsables
d’alimenter cette liste et de faire une vérification minimale du contenu pour en garantir la
pertinence. Une note sera cependant ajoutée sur le site au début de la section des liens utiles
informant les internautes que les experts de la Division francophone ne sont pas responsables du
contenu des sites répertoriés, car certains sites, comme Wikipedia, contiennent des informations
erronées.
D. Turcotte demande aux membres qui consultent ces sites de lui signaler tout lien qui
serait devenu inactif ou non pertinent et elle propose ici de faire un tour de table pour faire
connaissance avec de nouveaux participants à la rencontre de la Division francophone.
ACTION 3 TERMINÉE
ACTION 4 : BULLETIN D’INFORMATION TOPONYMIQUE
Coordonnateurs : D. Turcotte et É. Calvarin
Huit ans après la création de la division, les membres sont fiers de ce bulletin, qui sert de
liaison entre les membres de la Division et à rendre compte des communications post-session du
GENUNG qui doivent être portées à l’attention des membres qui ne peuvent venir aux réunions.
Grâce à la collaboration d’une douzaine de pays, le n° 3 du Bulletin de la Division francophone
est sorti en septembre 2005, en édition couleurs.
Division francophone
Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques
page 2
P.Planques pose la question de l'adoption de la couleur. Il précise qu'à l'origine, le bulletin
avait été conçu pour être un moyen de liaison, facile à mettre en œuvre (c'est à dire bon marché et
simple à élaborer ou à photocopier), entre les membres de la division. Il ne faudrait pas que la
couleur, qui apporte un bonus incontestable dans la présentation, soit à un moment donné un frein
à la fabrication ou à la diffusion du bulletin.
D. Turcotte précise que la couleur (dans le format Web) n’est pas un obstacle à la
reprographie du document en noir et blanc et sa production représente une différence de coût
négligeable. Quant au format de présentation des données, elle précise que la charge de travail
réside davantage dans la cueillette des données. La mise en page est une réalisation de
Mme Guylaine Pichette (Commission de toponymie du Québec) qui a fait ce travail avec grand
plaisir.
Il faut faire savoir que tous les bulletins sont consultables sur le site de la Division
francophone, et que nous maintenons la version papier pour la distribution postale, indispensable
pour certains de nos membres. Si le contenu relate les activités de la Division, la revue doit
également comporter certains articles de fond sur la toponymie (voir par exemple les articles
d'Henri Dorion figurant dans les nos 1 et 2)
Comme la « pêche » aux articles n’est pas évidente, il est proposé de créer une rubrique
« Quoi de neuf ? » sur le site de la Division concernant l’actualité toponymique, la nouveauté,
l’arrivée sur le site d’une nouvelle information. D. Turcotte s’engage à envoyer un courriel aux
membres, chaque fois qu’une nouveauté sera ajoutée sur le site Web.
P. Planques suggère que le bulletin paraisse avant chaque session (de façon à profiter de
« 'l'effet d'entraînement » propre aux sessions : on en parle, on peut le distribuer plus largement,
le faire connaître, etc.). Des échanges s’ensuivent. Nous retenons l’idée d’essayer de produire un
bulletin post-Genung.
V - Exonymes anglais en français
A. Lapierre devant quitter la session prochainement, nous abordons ce point maintenant.
A. Lapierre nous fait part de son inquiétude quant au phénomène sociolinguistique dans les
institutions françaises et sur les sites Internet français traduits en version anglaise à propos de la
toponymie.
Il a relevé les formes suivantes : Lyons, Marseilles et Rheims, variantes du Moyen Âge
qui correspondent aux exonymes anglais. Il attire notre attention sur le fait que les traducteurs
français n’utilisent pas les endonymes Lyon, Marseille et Reims. La brochure Exonymie
anglaise en France préparée par A. Lapierre (Commission de toponymie du Canada) et présentée
devant l’American Name Society est disponible auprès des secrétaires de la Division et sera
déposée sur le site Web.
La séance est levée à 14 h.
Division francophone
Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques
page 3
2e réunion : le vendredi 31 mars 2006 (9 h à 10 h)
Étaient présents :
Andorre
Canada
France
Suisse
Valérie SUBRA
France BOUCHER
Gilles CHAMPOUX
Henri DORION
Yaïves FERLAND
Gisèle JACOB
Danielle TURCOTTE
Élisabeth CALVARIN
Pierre PLANQUES
Hans Rudolf MOESCHING
valerie.subra.gov@andorra.ad
france.boucher@oqlf.gouv.qc.ca
chamoux.GJ@forces.gc.ca
henridorion@videotraon.ca
yaives.ferland@drdc-rddc.gc.ca
KOBRIEN@nrcan.gc.ca
danielle.turcotte@toponymie.gouv.qc.ca
elisabeth.calvarin@ign.fr
pierre.planques@equipement.gouv.fr
hansrudolf.moesching@swisstopo.ch
POURSUITE DE L’ITEM I – LE POINT SUR LES ACTIONS EN COURS
ACTION 5 TERMINÉE
ACTION 6 : ÉTAT DES LIEUX CONCERNANT LA SITUATION DES PROCESSUS DE
GESTION TOPONYMIQUE CHEZ LES PAYS MEMBRES
Coordonnateur : P. Planques
Un questionnaire a été envoyé fin décembre 2004 pour avoir une idée de la situation et de
la gestion de la toponymie des pays membres de la Division. Le résultat est consigné dans le
bulletin n°3, notamment les réponses excellentes des experts suisses et belges, mais nous
constatons que la situation étant hétérogène, les réponses le sont également. Cela étant, nous
estimons le résultat peu parlant. Sans doute devrions-nous préparer un questionnaire plus précis
pour obtenir des réponses plus détaillées, sur le modèle du questionnaire de M. Sievers.
ACTION 7 : BASE DE DONNÉES DES EXONYMES FRANÇAIS
Coordonnateurs : D. Turcotte et P. Jaillard
Sachant que le contenu de cette base s’étend au-delà des exonymes et comporte des entités
géographiques importantes, la Commission nationale de toponymie (CNT France) a décidé lors
de la séance plénière de janvier 2006 de la renommer « base de données franco-québécoise des
toponymes du monde ». D. Turcotte annonce que le Québec avait pensé à une tournure plus
commerciale telle « le tour du monde en français ». Historiquement, cette base se nommait
Bougainville. Les échanges se poursuivront entre les deux commission quant au nom à retenir.
H. Dorion nous fait part de l’état actuel de la base. La base comporte 18 descripteurs (ou
champs) et chaque entrée est la forme normalisée de l’endonyme discutée par les deux parties
puis validée par les deux parties. 1100 noms ont été entrés et validés ; sur 1245 supplémentaires,
il reste 145 cas à discuter ; et 1400 sont en attente d’accord. Au final, la base comportera un peu
plus de 5000 toponymes. H. Dorion rappelle que pour un exonyme comme Danube, il existe huit
(sic neuf)) entrées d’endonymes, car chaque pays et chacune des langues sont à considérer. Il
aimerait modifier la présentation des données pour avoir l’entrée endonymique en un endroit et
des entrées équivalentes. Une présentation des données est prévue lors de cette session.
Division francophone
Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques
page 4
ACTION 8 : MISE AU POINT D’UN COURS DE TOPONYMIE SUR INTERNET
Coordonnateurs : H. Dorion et É. Calvarin
Le cours mis au point par les deux auteurs devrait être chargé pour la 9e Conférence qui se
tiendra à New York en 2007 ; une présentation du prototype sera faite par D. Turcotte et
H. Dorion au cours de cette session.
ACTION 9 TERMINÉE
ACTION 10 : FINANCEMENT DE PARTICIPATIONS
Coordonnateur : P. Planques
Beaucoup d’experts n’ont pas les moyens de participer aux activités du GENUNG. Des
demandes de financement sont possibles, mais il faut compter environ un an entre la date de
demande et son possible aboutissement. Donc, pour qu’une demande de financement réussisse, il
faut faire la demande assez à l’avance, et il faut être opiniâtre. Les budgets étant généralement
établis un an à l'avance, il faut y penser lorsque l'on souhaite faire financer une action qui se situe
à une date précise.
Au cours des dernières années, l’intervention de notre président a permis de récolter du
financement auprès de l’Agence intergouvernementale de la Francophonie pour permettre
notamment la participation de la Côte d’Ivoire (M. Koffi Attahi) à la 8e Conférence tenue à Berlin
(Allemagne), et de Madagascar (Mme Nivo Ratovoarison) à la réunion du groupe de travail sur
les exonymes tenue à Prague (République tchèque) en 2003. Par ailleurs, 20 000 euros ont
récemment été débloqués pour le développement informatique nécessaire à la mise sur Internet du
cours de toponymie.
D. Turcotte souligne les efforts déployés par notre président, elle l’en remercie et l’en
félicite.
H. Dorion se demande s’il pourrait y avoir une possibilité de stage international dans un
pays de l’Afrique de langue française. P. Planques répond qu’il faut présenter un dossier ; et
É. Calvarin ajoute qu’il pourrait y avoir une opportunité avec le service de stages des étudiants de
la sphère francophone de l’École nationale des sciences géographiques (ENSG Marne-la-Vallée)
et qu’elle prendra contact avec M. Jacob Genelle.
ACTION 11 : ORGANISATION D’UN SÉMINAIRE SUR LE THÈME GÉNÉRAL
« TOPONYMIE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE »
Coordonnateurs : H. Dorion, É. Calvarin, D. Turcotte
Si nous organisons un séminaire, le thème serait à déterminer. É. Calvarin fait part du
souhait de la CNT (France) de fêter ses 20 ans d’activité avec le thème « La toponymie et les
déplacements ou Toponymie des déplacements ». Un séminaire est prévu les 20-21 juin 2007.
Division francophone
Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques
page 5
D. Turcotte annonce des manifestations toponymiques à l’occasion des 400 ans de la Ville
de Québec en 2008. Le temps passe très vite, mais la Commission de toponymie du Québec
souhaite réaliser un séminaire sur ce sujet dans le cadre des activités du 400e anniversaire.
ACTION 12 : APPUI TECHNIQUE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE PROJETS
NATIONAUX DANS LE CADRE DE PROGRAMMES BILATÉRAUX OU
MULTILATÉRAUX
Coordonnateurs : D. Turcotte et É. Calvarin
À part la base franco-québécoise et le cours de toponymie, il n’y a pas de projet particulier
si ce n’est celui évoqué à l’action 11 avec le projet d’un colloque France-Québec. Il faudrait
vérifier de part et d’autre la réactivation de la filière EGIDE du ministère des Affaires étrangères
(France) et la filière du ministère des Relations internationales (Québec) pour trouver des
financements. É. Calvarin et D. Turcotte se proposent d’aller en amont afin de relancer le
processus.
ACTION 13
A) SOURCES D’INFORMATION PERTINENTES RELATIVES À LA TOPONYMIE
Coordonnateurs : H. Dorion et É. Calvarin
Cette action est intégrée dans le cours de toponymie.
B) RECHERCHER LES SOURCES OFFICIELLES, FIABLES EN TOPONYMIE, ET LA
MANIÈRE D’Y ACCÉDER
Le résultat n’est pas abandonné, mais sera utile à intégrer dans le nouveau questionnaire.
ACTION 14 : APPUI À L’ÉTABLISSEMENT D’UNE CHAIRE DE TOPONYMIE AU
Canada/
Coordonnateur : P. Planques
Des démarches ont été faites, à la suite de l’annonce des bourses du millénaire (Canada),
mais aucun résultat concluant n’a suivi. Il est difficile de trouver un titulaire de chaire.
Apparemment, le financement d’une chaire est très élevé, un coût de l’ordre de 26 M$ a été
évoqué, ce qui laisserait à penser qu’il faut abandonner cette action. H. Dorion pense qu’il
s’agirait en fait d’un ou deux millions de dollars, mais qu’il faudrait trouver une personne à plein
temps et accréditable au lancement de carrière. Nous pensons gommer cette action, quitte à
revenir à la charge si l’on trouve l’intérêt et la personne disponible.
Division francophone
Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques
page 6
ACTION 15 : ENTRETIEN DU SITE WEB DE LA DIVISION
Coordonnateur : D. Turcotte
La mise à jour du programme sera versée sur le site. D. Turcotte s’engage à diffuser les
messages et invite les membres à visiter le site, ne serait-ce que pour l’évaluer, pour voir ce qui y
est proposé.
On convient d’ajouter un lien vers le site de la Division romano-hellénique et de leur
demander de faire de même vers le site de la Division francophone.
Comme nous ferons une revue de programme à New York en 2007, d’autres actions
pourront s’ajouter et un rapide tour de table nous permet d’entrevoir les projets suivants :
É. Calvarin propose d’ajouter le projet de Grammaire de toponymie en cours
d’élaboration à la CNT.
H. Dorion mentionne qu’il pourrait être intéressant pour la Division d’inscrire la
diffusion et la promotion de cet ouvrage. Il pourrait s’ensuivre un travail de
compilation des différences et des points communs entre les positions adoptées par
les autorités toponymiques de la Francophonie.
Un autre projet est évoqué, celui faisant état du traitement sémantique des
génériques en usage. Ce travail intéresser les linguistes et les géographes.
D.Turcotte se propose de faire un appel à tous les membres afin que soient
exprimées les préoccupations des différents pays de la Francophonie avant la
Conférence de 2007.
II – PRÉSIDENCE DE LA DIVISION FRANCOPHONE
P. Planques nous informe de son futur départ à la retraite à la fin de l'année 2006 qui
laissera vacantes la présidence de la Commission de toponymie de l’Institut géographique
national (IGN) et celle de la Division francophone. Nous traiterons ce point lors de notre
prochaine séance avec la venue de M. Pierre Jaillard, président de la CNT.
III – 500e ANNIVERSAIRE DU NOM AMÉRIQUE
Yaïves Ferland, de la Recherche et développement pour la défense Canada, précise
qu’après avoir consulté des experts, il vaut mieux éviter d’aborder la question de « paternité » du
nom en réunion du GENUNG. Il publiera plutôt un article concernant les 500 ans du nom
Amérique en rapport avec la carte de Martin Waldseemüller du 25 avril 1507. Il préparera une
communication sur ce sujet pour le prochain festival géographique à Saint-Dié-des-Vosges (28
sept - 1er oct 2006).
La séance est levée à 10 h.
Division francophone
Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques
page 7
3e réunion : le lundi 3 avril 2006 (13 h à 14 h)
Étaient présents :
Algérie
Andorre
Canada
Brahim ATOUI
atoui.Khalil@caramail.com
Valérie SUBRA
valerie.subra.gov@andorra.ad
France BOUCHER
france.boucher@oqlf.gouv.qc.ca
Gilles CHAMPOUX
chamoux.GJ@forces.gc.ca
Henri DORION
henridorion@videotraon.ca
Yaïves FERLAND
yaives.ferland@drdc-rddc.gc.ca
Gisèle JACOB
KOBRIEN@nrcan.gc.ca
Danielle TURCOTTE
danielle.turcotte@toponymie.gouv.qc.ca
France
Élisabeth CALVARIN
elisabeth.calvarin@ign.fr
Pierre JAILLARD
pierre@jaillard.net
Pierre PLANQUES
pierre.planques@equipement.gouv.fr
Rép. dém. du Congo Pax MBUYI MUCICI
pax_mbuyi@yahoo.fr
Bernadette NGEKA NGOKWUM
ayams_2002@yahoo.fr
Suisse
Hans Rudolf MOESCHING
hansrudolf.moesching@swisstopo.ch
Nous abordons le point II – PRÉSIDENCE DE LA DIVISION FRANCOPHONE
P. Planques souhaite la bienvenue à P. Jaillard.
P. Planques occupe la présidence depuis huit ans, c’est-à-dire 1998, date de création de la
Division. Devant prochainement cesser ses activités professionnelles, il pose la question de son
remplacement à la présidence de la Division. Il souligne qu’il gardera un excellent souvenir de
son travail au sein de la Division et les membres soulignent ses efforts pour obtenir les
subventions nécessaires à la participation d’experts aux travaux du GENUNG.
P. Planques estime que pour des raisons pratiques, la date de passation des pouvoirs à son
successeur pourrait être le 1er juillet 2006. Comme le compte bancaire a été ouvert en France,
P. Jaillard est pressenti pour succéder à P. Planques.
Pierre Marie Luc JAILLARD est né le 14 juillet 1964 à Brazzaville(Congo). Il accepte le
poste avec plaisir et propose l’ajout d’un codicille pour des questions internes à la France avec la
création d’un poste adjoint au sien pour le seconder et dont les fonctions s’ajouteraient à celles de
secrétaire qu’É. Calvarin pourrait remplir à sa convenance. Cette dernière accepte.
Gisèle Jacob demande que soit revu le règlement intérieur de la Division francophone
pour vérifier s’il correspond bien au statut du GENUNG ; les divisions se gérant en interne du
moment que les actions avancent, nous convenons de revoir ce règlement à New York en 2007.
Le règlement sera mis en évidence sur le site de la Division et les membres seront invités à le lire
avant la réunion de New York.
À l’unanimité, la succession de P. Planques est acceptée.
Division francophone
Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques
page 8
IV – FORMAT DE PRÉSENTATION DU RAPPORT D’ACTIVITÉ
Certaines divisions ont des travaux en lien avec les travaux du GENUNG. Nous devrions
penser à rattacher les actions de la Division aux résolutions, aux actions du GENUNG. Il existe
des activités au sein de pays qui ne sont pas forcément membres du GENUNG et nous faisons
surtout état dans la Division francophone des actions bilatérales France-Québec. Or, il faudrait
montrer un portrait plus juste de la Francophonie et porter les résolutions aux groupes de travail.
Le rapport des divisions s’adressant aux experts, il faudrait présenter une grille d’entrée
plus large, à plusieurs facettes, qui serait un instrument de suivi avec la liste des sujets. Nous
convenons d’une proposition pour les prochains rapports, à savoir connaître le programme de la
Division francophone et s’insérer dans une table de référence. Le prochain rapport sera un rapport
charnière et la conclusion du programme 2002-2007.
VI – PLAQUETTE DE PRÉSENTATION DE LA COMMISSION NATIONALE DE
TOPONYMIE (CNT FRANCE)
É. Calvarin, rapporteur de la CNT, présente la nouvelle plaquette de présentation de la
CNT placée auprès du Conseil national de l’information géographique (CNT-CNIG), éditée en
2005. Elle en distribue quelques exemplaires et informe les membres de la Division de son statut
officiel, son mandat, ses projets et ses membres institutionnels et experts. Elle fait mention du site
CNIG hébergeant les travaux et les actions de la CNT :
htt://www.cnig.gouv.fr
VII – QUESTIONS DIVERSES
B. Atoui estime qu’un stage de toponymie francophone serait bénéfique pour les instances
toponymiques de certains pays, afin de leur offrir une certaine restructuration. Il fait référence au
séminaire franco-africain qui s’est déroulé à l’UNESCO (Paris) les 3-5 juin 1996 et à la sortie
utile des Actes de ce séminaire. Plusieurs commissions de toponymie se sont créées, mais il serait
nécessaire de leur indiquer un certain cadre concret.
H. Dorion évoque le stage qui s’est déroulé à Bordeaux avec 18 participants, mais il
déplore l’absence de continuité et le manque de suivi des informations. Il faudrait activer les
échanges et les négociations entre pays fournis et pays demandeurs. Les besoins en Afrique sont
grands et il faudrait aider à aider. D’ailleurs, la résolution 6 de la 5e réunion tenue à Montréal
porte sur la coopération internationale. Le cours de toponymie et la base de données francoquébécoise répondent à ce besoin. Si nous voulons être constructifs, il faut alerter les pays
longtemps à l’avance et se manifester avant septembre 2006. Il faudrait planifier les fonds,
pourquoi ne pas organiser un stage à l’ENSG (France) ou trouver un financement ECOSOC
(Conseil économique et social) pour l’objectif d’un stage d’un jour ou deux – pour informations
de base et familiarisation à la toponymie – et se rapprocher du cours de formation de Ferjan
Ormeling. Il pourrait bien aussi y avoir une session introductive à deux ou trois groupes de travail
pour créer une certaine dynamique. H. Dorion voudrait que le nouveau bulletin adresse de façon
claire des informations sur un stage de toponymie.
Division francophone
Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques
page 9
H. Dorion a comparé la Grammaire de toponymie de la CNT avec les règles de la
Commission de toponymie du Québec (CTQ) et aimerait qu’elle soit confrontée avec les noms et
les critères qui peuvent exister ailleurs dans la Francophonie, pour en dégager les convergences et
les différences. Qu’une autorité toponymique se dote de critères en langue française est une
bonne chose, mais il souhaiterait une diffusion plus large de la Grammaire de toponymie pour
une comparaison des différences qui existeraient ailleurs.
Nous recueillons ici le témoignage émouvant de M. Pax Mbuyi Mucici, directeur technique et
chef du département de cartographie de la République démocratique du Congo (RDC), et de son
adjointe Mme Bernadette Ngeka, chercheur. Après des problèmes compliqués d’obtention de
visas, M. Mbuyi remercie la Division francophone pour la note d’introduction nominative, signée
par son président, qui a permis aux deux représentants de la RDC de suivre les travaux du
GENUNG. La RDC a un embryon de commission de toponymie, elle cherche à se mettre à
niveau. Il y a un besoin urgent de formation pour fournir de bons travaux toponymiques;
l’inventaire toponymique est entièrement à numériser pour une utilisation potentielle. Mais qui
peut gérer? au niveau de la commission de toponymie, c’est le ministère des Affaires étrangères.
Il y a bien le service des forêts en communion avec le cadastre, le service de l’urbanisme avec les
habitations. Mais lors de la création des lotissements, les chefs coutumiers ont leur droit de
nommer la terre par tel ou tel nom, et l’intervention de la commission de toponymie est plus ou
moins efficace. Au changement de régime correspond un changement de constitution, ce qui fait
qu’à une étape différente correspond une toponymie différente (Zaïre et Congo, en parlant du
fleuve). Une commission de toponymie au niveau national est peut-être un espoir de financement,
de politique cohérente, mais rien n’est fait dans le domaine des sciences. Tout ceci demande un
apport personnel, un support personnel, ce qui est pesant et difficile. Ce qu’il faudrait c’est
travailler en synergie pour faire un bon travail à la 9e Conférence du GENUNG. Mme Ngeka
confirme qu’il y a beaucoup de difficultés, mais une réelle envie d’apprendre.
Les représentants ont apporté et nous présentent cinq cartes de la RDC en couleurs faites à
la main (noms écrits en Letraset) et éditées en 2005 : trois au 1:3 000 000 (carte politique et
administrative, carte des voies de communication, carte hydrographique et des voies navigables)
et deux au 1:1 000 000 (cartes routières du Kivu, de l’Équateur) : la légende est en français, les
noms sont en lingala, en swahili en kiluba et en kikuyu. L’impression est très fragile et s’efface
facilement. Ils les confient à É. Calvarin, avec l’espoir de les faire numériser et de commencer
une ébauche de base de données toponymiques.
Par la suite, hors réunion, M. Mbuyi a démontré un manque cruel de moyens et de
matériel (pas d’ordinateurs, pas de manuel d’instructions toponymiques) et a insisté sur la
nécessité d’une aide urgente et réelle.
La séance est levée à 14 h.
Le Président,
Pierre Planques
Les secrétaires,
Elisabeth Calvarin
Danielle Turcotte
Division francophone
Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques
page 10
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising