Chapitre 1 - BVP

Chapitre 1 - BVP
NORMES DE QUALITE, INDICATIONS ET STANDARDISATION
DES EPREUVES FONCTIONNELLES RESPIRATOIRES
DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SOCIETE BELGE
DE PNEUMOLOGIE
Projet rédigé par le Groupe de Travail "Fonction respiratoire" de la Société Belge de
Pneumologie, et adapté selon les commentaires des différents GLEM de Pneumologie
imprimé avec le soutien de
Contenu
INTRODUCTION
Première partie : NORMES DE QUALITE
. Chapitre 1 : Définitions, terminologie et abréviations
. Chapitre 2 : Valeurs de référence
. Chapitre 3 : Réalisation des tests fonctionnels respiratoires : généralités
. Chapitre 4 : Organisation et fonctionnement d’un laboratoire de fonction
respiratoire
. Chapitre 5 : Choix de l’appareillage et informatisation
6
9
15
16
21
Deuxième partie : INDICATIONS POUR LES EPREUVES
FONCTIONELLES RESPIRATOIRES
. 1. Introduction
. 2. Commentaires des tables
. 3. Tables: gradation des épreuves fonctionnelles respiratoires
24
24
28
Troisième partie : STANDARDISATION
. Chapitre 1 : Spirométrie, mesure des volumes et des débits
. Chapitre 2 : Volumes pulmonaires statiques
. Chapitre 3 : La résistance au débit d’air
. Chapitre 4 : Réponse bronchodilatatrice
. Chapitre 5 : Tests de bronchoconstriction : mesure de l’hyperréactivité
bronchique non-spécifique
. Chapitre 6 : Facteur de transfert (T , ) ou capacité de diffusion (D , )
. Chapitre 7 : L’épreuve d’effort en pneumologie
. Chapitre 8 : Mesure des pressions maximales à la bouche
. Chapitre 9 : Analyse des gaz sanguins
. Chapitre 10 : Références
L CO
L CO
1
34
37
43
48
50
56
59
67
68
74
imprimé avec le soutien de
imprimé avec le soutien de
Introduction
imprimé avec le soutien de
Introduction
La Société Belge de Pneumologie a jugé utile de rédiger des directives claires traitant des
normes de qualité, des indications et des aspects techniques essentiels des examens fonctionnels
respiratoires les plus habituellement utilisés en clinique, et ceci à l'intention des pneumologues
praticiens, des pneumologues en formation et des techniciens de fonction respiratoire.
Les objectifs de ce document sont :
1. d'obtenir une uniformisation des procédures fonctionnelles respiratoires dans tout le
pays, de recommander les valeurs de référence disponibles les plus adaptées et de
promouvoir l'organisation et les aspects de sécurité des laboratoires d'explorations
fonctionnelles respiratoires,
2. de préciser les indications des tests fonctionnels respiratoires disponibles par affection
ou anomalie et,
3. de standardiser en détails la réalisation pratique des différents tests fonctionnels
respiratoires courants.
En outre, nous avons le projet commun avec les pneumologues pédiatriques d'une
quatrième partie qui traitera des aspects spécifiques de l'examen fonctionnel respiratoire
des nourrissons, des enfants et des adolescents.
Nous espérons, grâce à ce document, promouvoir la qualité des examens fonctionnels
respiratoires et optimaliser la communication des résultats entre les différents laboratoires.
Afin d'accroître la lisibilité de ce document, on n'a recouru qu’aux bases
physiopathologiques indispensables des recommandations ou directives. Pour les lecteurs
intéressés, nous faisons référence à des traités spécifiques et aux documents édités par
l'European Respiratory Society (ERS), la Société de Pneumologie de Langue Française
(SPLF) et l'American Thoracic Society (ATS), l'objectif étant justement d'encourager la
consultation de ces publications.
En vue de l'approbation de ce document par l'ensemble des pneumologues du pays, nous
avons fait circuler la première version du document, en vue d'une discussion dans les
différents GLEM. Sur base de leurs commentaires, une version finale a été rédigée.
Le Groupe de Travail espère que ce document sera appliqué dans les différents
laboratoires de fonction respiratoire.
Il est néanmoins évident que ce document sur les normes de qualités, indications et
standardisation des épreuves fonctionnelles respiratoires tient compte en large partie de
l’évolution de la médecine et des possibilités d’implémentation dans le système de santé
dans notre pays. Dans le futur on peut donc s’attendre à des adaptations de ce texte.
Au nom du Groupe de travail "Fonction respiratoire" de la Société Belge de Pneumologie,
le 27 novembre 2001.
Noyau central du groupe : Prof. M. Demedts (président), Prof. E. Derom (rapporteur),
Prof. L. Delaunois (traducteur), Prof. R. Sergysels, Prof. M. Decramer
Autres membres : Prof. P. Bartsch, Dr. D. Coolen, Prof. I. Dab, Prof. P. De Vuyst, Dr. P. Dubois,
Dr. P. Jadoul, Prof. D. Stanescu, Dr. J. Thiriaux, Dr. D. Van Renterghem,
Prof. P. Vermeire, Prof. W. Vincken.
imprimé avec le soutien de
4
Première partie :
NORMES DE QUALITE
imprimé avec le soutien de
Chapitre 1 : Définitions, terminologie
et abréviations
La multiplicité des abréviations utilisées pour les rapports cliniques de fonction
respiratoire, associée à la traduction de certains termes, peut conduire à une certaine
confusion. Le Groupe de travail propose d'utiliser, dans la mesure du possible, les
abréviations, symboles et unités tels qu'ils sont repris dans la Table 1-1 ci-jointe.
Ces données sont surtout basées sur les recommandations de l'ERS.
L'utilisation d'unités différentes peut aussi induire des erreurs dans l'interprétation des
résultats. En Europe, les unités internationales SI ont été adoptées. La Table 1-2 donne
les facteurs de conversion d'un certain nombre d'unités de fonction respiratoire.
Table 1-1: Liste des abréviations et définitions
Volumes pulmonaires statiques
VT
Volume courant (en anglais: tidal volume) : quantité de gaz qui est
inspirée ou expirée lors d'un cycle respiratoire.
RV (ou VR)
Volume résiduel: quantité de gaz qui reste dans les poumons (et dans les
voies aériennes) après une expiration maximale.
FRC (ou CRF)
Capacité résiduelle fonctionnelle: volume pulmonaire après une
expiration normale (ERV + RV); la tension élastique passive du poumon
et du thorax y sont égales et de signe opposé. La FRC mesurée en
pléthysmographie (FRCplet) est souvent plus grande que la FRC mesurée
par la technique de dilution d'un gaz (FRCHE et/ou FRCN2).
TGV (ou VGT)
Volume de gaz intrathoracique: est mesuré en pléthysmographie corporelle.
Est en général mesuré à la fin de l'expiration courante (= FRCplet).
VC (ou CV))
Capacité vitale: on entend en général par ce terme la capacité vitale
inspiratoire (IVC), quantité maximale de gaz qui peut être inspirée après
une expiration lente et maximale (IRV + VT + ERV). Il faut donc faire la
différence avec la FVC (capacité vitale expiratoire forcée) et EVC (capacité
vitale expiratoire lente).
TLC (ou CPT)
Capacité pulmonaire totale: volume gazeux total contenu dans les poumons
à la fin d'une inspiration maximale (VC + RV).
IC (ou CI)
Capacité inspiratoire: la quantité de gaz maximale qui peut être inspirée
après une expiration courante.
IC = VT + IRV (volume de réserve inspiratoire).
ERV (ou VRE)
Volume de réserve expiratoire: la quantité de gaz qui peut encore être
expirée en plus après une expiration normale.
Volumes pulmonaires dynamiques et les relations volume/temps
imprimé avec le soutien de
FEV1 (ou VEMS)
Volume maximum expiré en 1 seconde: quantité maximale de gaz qui
peut être expirée au cours de la première seconde après le début d'une
expiration forcée consécutive à une inspiration maximale.
MVVf (ou VMM)
Ventilation maximale volontaire: quantité maximale de gaz qui peut être
inspirée et expirée à une fréquence f. Les mesures sont le plus souvent
effectuées à une fréquence respiratoire de 30/minute (MVV30). En
l'absence de l'indication "f", la mesure s'effectue en "fréquence libre". On
utilise parfois la dénomination, MBC ("maximal breathing capacity").
6
Volumes pulmonaires dynamiques et les relations volume/temps
FIV1 (ou VIMS)
Volume inspiratoire forcé : volume de gaz maximum qui peut être inspiré
au cours de la première seconde d'une inspiration forcée qui suit une
expiration maximale.
FEF25-75 (ou DEM25-75)
Débit moyen entre 25 % et 75 % de FVC; on parle également de MMEF
("maximal mid expiratory flow"), débit maximal à mi-expiration.
Courbe débit-volume
PEF (PEFR) (ou DEP)
Débit expiratoire de pointe ("peak expiratory flow rate"): c'est le débit
maximal qui est atteint au cours d'une expiration maximale forcée.
MEFX (ou DEMX)
Débit expiratoire maximal au moment où il reste encore x % de la FVC
dans le poumon; MEF75 signifie donc que 75 % de la FVC peuvent encore
être expirés. Les valeurs les plus usuelles sont MEF75, MEF50 et MEF25.
Parfois on utilise FEFX ("forced expired flow") où "x" signifie que x% de la
FVC est expiré.
MIFX (ou DIMX)
Débit inspiratoire maximal au moment où x % de la FVC sont inspirés.
On utilise principalement le MIF50.
Relation pression-débit
Raw (ou RVa)
Résistance des voies aériennes = (PA – Pmo)/V’, où PA = pression
alvéolaire; Pmo = pression à la bouche; V’= débit à la bouche.
SGaw (ou SGVa)
Conductance spécifique = 1/(Raw x TGV).
Rrs
Résistance du système respiratoire total.
Xrs
Réactance du système respiratoire total.
Muscles respiratoires
PE,max (MEP);
PI,max (MIP)
Pressions maximales, ex- et inspiratoire statiques, mesurées à la bouche.
La mesure peut être faite à FRC (PEmax FRC et PImax FRC). Par PEmax TLC
et PImax RV, on désigne les pressions maximales mesurées au niveau de
TLC (expiratoires) et au niveau RV (inspiratoires). PImax est parfois désigné
sous le terme PImin, étant donné qu'il s'agit d'une pression négative.3
Relations pression-volume
CL,st
Compliance statique du poumon : mesurée sur la partie de la courbe P-V
entre FRC et FRC + 0,5 L.
PL,el ou Pst,L
Recul élastique du poumon ou force de rétraction : ce sont surtout les
valeurs à 100 et 90 % de la TLC qui sont utilisées.
Gaz du sang et échanges gazeux
PI,O2, PA,O2, Pa,O2,
Pc,O2
Pressions partielles de l'oxygène inspiratoire, alvéolaire et artériel ou
capillaire.
PI,CO2, PA,CO2,
Pa,CO2, PET,CO2
Pressions partielles du CO2 inspiratoire, alvéolaire, artériel et en fin
d'expiration (ET = "end tidal").
7
imprimé avec le soutien de
Gaz du sang et Echanges gazeux
P(A-a),O2
Différence alvéolo-artérielle des pressions partielles de l'O2.
TL,CO (DL,CO)
Facteur de transfert du CO (auparavant appelé capacité de diffusion). La
mesure la plus utilisée est la méthode en respiration unique ("single
breath"): TL,COsb
TL,CO/VA ou KCO
Coefficient de transfert du CO (par unité de volume alvéolaire) ou facteur
de Krogh. VA est le plus souvent mesuré au cours de la manœuvre
d'inspiration unique (VAsb), mais l'est parfois après équilibration des gaz
(VAmb) ou par pléthysmographie (VApl).
V’O2
Prise ou consommation d'oxygène par minute.
V’CO2
Production de dioxyde de carbone par minute.
R
Quotient respiratoire = V’CO2/ V’O2, mesuré à la bouche.
BE
Excès de base (exprimé en mmol.L-1).
BB
Base tampon (exprimée en mmol.L-1)
Autres grandeurs
PDX, PCX
Dose, ou concentration, de provocation d'une substance qui induit un
changement de x % d'un paramètre fonctionnel respiratoire, le plus
souvent FEV1.
Conditions gazeuses
ATPS
Mesures effectuées à température ambiante et pression barométrique,
avec saturation en vapeur d'eau.
BTPS
Mesures effectuées à la température du corps, à pression
barométrique ambiante, saturée en vapeur d'eau.
STPD
Conversion des mesures à température standard (0°C) et pression
standard (101,2 kPa), et sec.
Table 1-2 : Unités le plus souvent utilisées dans l'expression des résultats
de l'exploration fonctionnelle respiratoire; quelques facteurs
de conversion
Valeur
imprimé avec le soutien de
Symbole
Unité
Facteur de conversion
Résistance
R
kPa.L-1.s
10,2 cm H2O.L-1.s
Conductance
G
L.kPa-1.s-1
0,098 cm H2O.L.s-1
Force
F
N
1 kg.m.s-2 = 105 dyne = 0,102 Kgf
Pression partielle
P
kPa
10,2 cm H2O = 7,50 mmHg =
104 dyn.cm-2 = 10-2 bar
Facteur de
transfert
T
mmol.min-1.kPa-1
ou µmol.s-1.kPa-1
2,99 mL.min-1.mmHg-1 ou
0,179 mL.min-1.mmHg-1
8
Chapitre 2 : Valeurs de référence
Les valeurs absolues de la majorité des tests fonctionnels mesurées chez les personnes en
bonne santé testées sont déterminées par des variables anthropométriques telles que la taille,
l'âge, le sexe, l'origine ethnique et, dans certains cas, le poids.
Sur base d'études de population de vastes groupes de sujets en bonne santé, on a établi
empiriquement des valeurs de référence dont sont dérivées des formules et des tables de valeurs
normales dans lesquelles sont repris ces paramètres anthropométriques (Tables 2-1 à 2-5). En
ce qui concerne l'examen spirométrique, la mesure du volume résiduel et le calcul du facteur
de transfert (parfois appelé diffusion)1, ce sont les valeurs de référence de la CECA qui sont
recommandées en Europe et qui sont reprises par l'ERS : il s'agit en fait de moyennes
mathématiques de diverses séries de la littérature qui s'avèrent adéquates pour la valeur
moyenne des volumes pulmonaires statiques et dynamiques, mais pas pour le TL,CO/VA ou
facteur de Krogh. Les valeurs de référence de la CECA présentent des limitations pour la
résistance des voies aériennes: aucune valeur précise n'est proposée, mais seulement une
limite supérieure de la normale. En ce qui concerne l'évaluation des muscles respiratoires et
l'ergospirométrie, aucune valeur de référence n'est rapportée; en ce qui concerne ces
mesures, la Société Belge de Pneumologie proposera d'autres valeurs de référence.
De même, pour chaque test fonctionnel respiratoire, on définit les limites de la normalité: dans
la plupart des cas, on choisit une valeur de ± 1.64 x RSD (déviation standard résiduelle), ce
qui signifie que les valeurs correspondent à celles de 90 % de la population examinée. Dans
la plupart des appareils automatisés ces limites sont appliquées et les valeurs anormales sont
indiquées par un astérisque ou par une autre couleur.
La grandeur en pourcentage de cette variation inter-individuelle "normale" (nl.RSD x 1.64)
varie d'un test fonctionnel respiratoire à l'autre.
De la Table 2.5, il paraît évident que c'est une simplification inexacte que de fixer la limite
inférieure des valeurs de références par un pourcentage donné: par exemple, on ne peut
prendre 80 % comme limite inférieure de la normalité du FEV1 alors que celle-ci dépend de
l'âge, de la taille et du sexe, et elle varie donc entre 85 et 60 %. Pour MEF50, elle varie entre
65 et 40 %. Pour MEF25, elle varie même de 55 à 0 %, ce qui signifie que ce test ne distingue
pas du tout les sujets sains des malades et que ce serait une erreur que de le considérer
comme un test sensible uniquement par le fait que l'on observe souvent des valeurs basses.
La limite inférieure de la normale pour TLC varie entre 85 et 75 %, pour RV entre 60 et 75
% et pour le facteur de transfert entre 82 et 67 %.
Remarques:
1.La distinction entre le normal et l'anormal est par essence artificielle. Ainsi un patient peut
avoir un index de fonction respiratoire à la limite inférieure de la dispersion normale (ce
qui en soi est encore défini comme normal) alors qu'en fait, elle a évolué d'une valeur de
la limite supérieure à une autre à la limite inférieure de la normale. Il peut donc avoir une
évolution franchement pathologique alors que sa valeur actuelle est encore normale.
2.La valeur de référence idéale d'un individu est en fait sa "meilleure valeur personnelle",
prise dans un état de bonne santé.
3.Les valeurs de référence deviennent moins adéquates aux extrêmes de la taille et de l'âge,
en particulier chez les personnes âgées.
4.Les résultats de fonction respiratoire doivent toujours être exprimés en valeur absolue (avec
informations sur l'âge, la taille sans souliers, le sexe) ainsi qu'en pourcentage des valeurs
prédites. Pour les patients dont la taille axiale ne peut pas être mesurée exactement (amputation des jambes, distorsion par une scoliose), on prend l'envergure des bras divisée par 1,03.
1
Le terme facteur de transfert est plus adapté que le terme diffusion pour décrire la mesure de l'échange gazeux pulmonaire. Le transport de gaz n'est pas
entièrement assumé par la diffusion à travers la membrane alvéolo-capillaire mais aussi par la vitesse de liaison de l'O2 ou du gaz test (CO) à l'hémoglobine.
9
imprimé avec le soutien de
Table 2-1: Valeurs de référence CECA/ERS pour des adultes de sexe masculin,
âgés de 18 à 70 ans. Entre 18 et 25 ans, l'âge de 25 ans doit
être utilisé dans les calculs. Au-delà de 70 ans, les valeurs sont
extrapolées.
Unités
Prédiction*
90 % CI*
RSD x 1,64
TLC
L
7,99.H – 7,08
0,70
± 1,15
RV
L
1,31.H + 0,022.A – 1,23
0,41
± 0,67
FRC
L
2,34.H + 0,01.A – 1,09
0,60
± 0,99
FRC/TLC
%
43,8 + 0,21.A
6,74
± 11,1
RV/TLC
%
14,0 + 0,39.A
5,46
± 9,00
FVC
L
5,76.H – 0,026.A – 4,34
0,61
± 1,00
TL,CO
mmol.min-1.kPa-1 11,11.H – 0,066.A – 6,03
1,41
± 2,32
TL,CO/VA
(ou KCO)
mmol.min-1.kPaL-1
0,85 (-0,11.A + 2,433) ou
TL,CO/TLC
0,12
± 0,19
Raw
kPa.L-1.s
< 0,22 (limite supérieure)
sGaw
kPa-1.s-1
> 0,85 (limite inférieure)
FEV1
L
4,30.H – 0,029.A - 2,49
0,51
± 0,81
FEV1/VC
%
-0,18.A + 87,21
7,17
± 11,8
MMEF
(FEF25-75)
L.s-1
1,94.H – 0,043.A + 2,70
1,04
± 1,71
PEF
L.s-1
6,14.H – 0,043.A – 0,47
1,21
± 1,99
MEF75%FVC
L.s-1
5,46.H – 0,029.A – 0,47
1,71
± 2,81
MEF50%FVC
L.s-1
3,79.H – 0,032.A – 0,35
1,32
± 2,17
MEF25%FVC
L.s-1
2,61.H – 0,026.A – 1,34
0,78
± 1,28
*: H = taille (en mètres)
A = âge (années)
RSD = déviation standard résiduelle
CI = intervalle de confidence
imprimé avec le soutien de
RSD*
10
Table 2-2 : Valeurs de référence CECA/ERS pour des femmes adultes entre 18
et 70 ans. Entre 18 et 25 ans, l'âge de 25 ans doit être utilisé dans
les calculs. Au-delà de 70 ans, les valeurs sont extrapolées.
Unités
Prédiction*
RSD*
90 % CI*
RSD x 1,64
TLC
L
6,60.H – 5,79
0,60
± 0,99
RV
L
1,81.H + 0,016.A – 2,00
0,35
± 0,58
FRC
L
2,24.H + 0,001.A – 1,00
0,50
± 0,82
FRC/TLC
%
45,1 + 0,16.A
5,93
± 9,80
RV/TLC
%
19,0 + 0,34.A
5,83
± 9,60
FVC
L
4,43.H – 0,026.A – 2,89
0,43
± 0,71
TL,CO
mmol.min-1.kPa-1
8,18.H – 0,049.A – 2,74
1,17
± 1,92
TL,CO/VA
(ou KCO)
mmol.min-1.kPaL-1
0,85 (-0,004.A + 2,246)
ou TL,CO/TLC
0,22
± 0,36
Raw
kPa.L-1.s
< 0,22 (limite supérieure)
sGaw
kPa-1.s-1
>1,04 (limite inférieure)
FEV1
L
3,95.H – 0,025.A - 2,60
0,38
± 0,62
FEV1/VC
%
-0,19.A + 89,10
6,51
± 10,7
MMEF
(FEF25-75)
L.s-1
1,25.H – 0,034.A + 2,92
0,85
± 1,40
PEF
L.s-1
5,50.H – 0,030.A – 1,11
0,90
± 1,48
MEF75%FVC
L.s-1
3,22.H – 0,025.A – 1,60
1,35
± 2,22
MEF50%FVC
L.s-1
2,45.H – 0,025.A – 1,16
1,10
± 1,81
MEF25%FVC
L.s-1
1,05.H – 0,025.A – 1,11
0,69
± 1,13
*: H = taille (en mètres) - A = âge (années) - RSD = déviation standard résiduelle - CI = intervalle de confidence
5. Les valeurs de référence de KCO suggérées par la CECA ne sont pas correctes,
surestimées d'environ 15 %. On conseille donc, comme dans les Tables 2-1 et 2-3,
de diminuer les valeurs de référence de la CECA à 0,85 ou alors, pour chaque
individu, de calculer en divisant la valeur théorique de la TL,CO par la valeur de
référence de la TLC. Dans la 1ère méthode,ce qui est préférable, il faut aussi diminuer
la RSD à 0,85 de sa valeur. Pour la 2ème méthode, on ne peut pas donner de RSD et
toute déviation supérieure à 20 % de la norme doit être par principe considérée
comme pathologique.
11
imprimé avec le soutien de
6. Pour évaluer le degré du trouble fonctionnel respiratoire, de multiples instances dans
notre pays font appel aux échelles avec pourcentages fixes, ce qui, comme expliqué plus
haut, est une simplification exagérée. Néanmoins, pour être complet, en Table 2.6, le
schéma présenté est celui qui fut rédigé en 1990 par un Groupe de Travail de la Société
Belge de Pneumologie dans le cadre d’une proposition de révision de la Quatrième
Partie "Appareil Respiratoire" du Barème Officiel Belge des Invalidités.
L’interprétation de cette échelle doit néanmoins se faire conformément au texte accompagné.
7. Pour les références de patients d'origine non-caucasienne, on doit multiplier les valeurs
attendues de VEMS et de CVF par les facteurs cités à la Table 2-7.
Table 2-3 : Valeurs de référence de la force maximale des muscles inspiratoires
(au niveau RV), expiratoires (au niveau TLC) et pour la V’O2max chez
des sujets adultes de sexe masculin (Jones, 1985; Rochester et Arora,
1983) proposées par la Société Belge de Pneumologie
Unités
Prédiction*
RSD*
90 % CI*
RSD x 1,64
V’O2max
L.min-1
4,6.H – 0,021.A – 0,624.S - 4,31 0,46
± 0,75
PI,max
cmH2O
9 – 18 ans : -96
19 – 49 ans : -127
50 – 69 ans : -112
> 70 ans : -76
35
28
20
27
±
±
±
±
57
46
29
39
PE,max
cmH2O
9 – 18 ans : 170
19 – 49 ans : 216
50 – 69 ans : 196
> 70 ans : 133
32
45
45
42
±
±
±
±
52
74
74
69
*: H = taille (en mètres) - A = âge (années) - S = sexe (masculin = 0, féminin = 1) - RSD = déviation standard
résiduelle - CI = intervalle de confidence
Table 2-4 : Valeurs de référence de la force maximale des muscles inspiratoires
(au niveau RV), expiratoires (au niveau TLC) et pour la V’O2max
chez des sujets adultes de sexe féminin (Jones, 1985; Rochester et
Arora, 1983) proposées par la Société Belge de Pneumologie
Unités
Prédiction*
RSD*
90 % CI*
RSD x 1,64
V’O2max
L.min-1
4,6.H – 0,021.A – 0,624.S - 4,31 0,46
± 0,75
PI,max
cmH2O
9 – 18 ans : -90
19 – 49 ans : -91
50 – 69 ans : -77
> 70 ans : -66
25
25
18
18
±
±
±
±
41
41
29
29
PE,max
cmH2O
9 – 18 ans : 136
19 – 49 ans : 138
50 – 69 ans : 124
> 70 ans : 108
34
39
32
28
±
±
±
±
56
64
52
46
*: H = taille (en mètres) - A = âge (années) - S = sexe (masculin = 0, féminin = 1) - RSD = déviation standard
résiduelle - CI = intervalle de confidence
imprimé avec le soutien de
12
Table 2-5 : Exemples de limite inférieure des valeurs normales d'hommes et
de femmes, basé sur RSD x 1,64
Homme
1,64xRSD
25 a
1,85 m
70 a
1,60 m
Réf.
Limite
% préd.
Réf.
Limite
% préd.
IVC (L)
0,92
5,94
5,02
85
3,15
2,23
71
FVC (L)
1,00
5,67
4,67
82
3,06
2,06
67
FEV1 (L)
0,84
4,74
3,90
82
2,36
1,52
64
FEV1/VC (%)
11,8
83,0
71,2
86
75
63,2
84
PEF (L.s-1)
1,99
10,43
8,44
81
6,96
4,97
71
MEF75% (L.s-1)
2,81
8,91
6,10
68
6,24
3,43
55
MEF50% (L.s-1)
2,17
5,89
3,72
63
3,54
1,37
39
MEF25% (L.s-1)
1,28
2,84
1,56
55
1,02
-0,26
0
FEF25-75 (L.s-1)
1,71
5,21
3,50
67
2,79
1,08
39
RV (L)
0,67
1,74
1,07
61
2,41
1,74
72
TLC (L)
1,15
7,70
6,55
85
5,70
4,55
80
RV/TLC (%)
9,0
24
15,0
63
41
32
78
TL,CO (*)
2,32
12,9
10,6
82
7,1
4,78
67
Femme
1,64xRSD
25 a
1,75 m
70 a
1,50 m
Réf.
Limite
% préd.
Réf.
Limite
% préd.
IVC (L)
0,69
4,23
3,54
84
1,89
1,20
63
FVC (L)
0,71
4,21
3,50
83
1,93
1,22
63
FEV1 (L)
0,62
3,69
3,07
83
1,58
0,96
61
FEV1/VC (%)
10,7
84
73,3
87
76
65,3
86
PEF (L.s-1)
1,48
7,77
6,29
81
5,04
3,56
71
MEF75% (L.s-1)
2,22
6,61
4,39
66
4,68
2,46
53
MEF50% (L.s-1)
1,81
4,82
3,01
62
3,09
1,28
41
MEF25% (L.s-1)
1,13
2,32
1,19
51
0,94
-0,19
0
FEF25-75 (L.s-1)
1,40
4,26
2,86
67
2,42
1,02
42
RV (L)
0,58
1,57
0,99
63
1,84
1,26
68
TLC (L)
0,99
5,76
4,77
83
4,11
3,12
76
RV/TLC (%)
9,6
27
17,4
64
43
33,4
78
1,92
10,4
8,48
82
6,1
4,18
69
TL,CO (*)
* mmol.kpa .min - RSD = déviation standard résiduelle
-1
-1
13
imprimé avec le soutien de
Table 2-6 : Troubles fonctionnels pulmonaires et degré d’incapacité physique
Degré d’incapacité
physique (%)*
1-20
léger
21-40
modéré
41-60
prononcé
61-80
grave
81-100
extrême
VEMS %
84-70
69-55
54-45
44-35
<35
CV %
84-70
69-60
59-50
49-40
<40
TLCO %
79-65
64-55
54-45
44-35
<35
PaO2 mm Hg
74
60
59-55
54-50
<50
V’O2max ml/min/kg
24
15
14-11
10-08
<08
* Pour ces pourcentages il faudrait en effet aussi tenir compte de l’âge (voire table 2-5).
Table 2-7 : Facteurs de conversion des paramètres spirométriques chez des
personnes d'origine non-caucasienne
Population
imprimé avec le soutien de
FEV1
FVC
Chinois de Hong Kong
1,0
1,0
Américains d'origine japonaise
0,89
--
Polynésiens
0,9
0,9
Nord de l'Inde et Pakistan
0,9
0,9
Sud de l'Inde, Afrique
0,87
0,87
14
Chapitre 3 : Réalisation des tests fonctionnels
respiratoires : généralités
3.1. Conditions ATPS, STPD, BTPS et circonstances environnementales
En vue de la standardisation des volumes et des débits mesurés dans un spiromètre, les
indices fonctionnels respiratoires sont convertis en BTPS ("body temperature, ambient
pressure, saturated with water vapor"), ce qui amène en général une augmentation de 5 à
10 %. D'autres indices fonctionnels respiratoires comme la concentration des gaz ou les
"flux de matière" comme la V’O2 et la V’CO2 sont réduits en STPD ("standard temperature
and pressure, dry"); il faut dès lors préciser si les concentrations de gaz sont mesurées sèches
ou saturées d'humidité.
En pneumotachographie, la conversion de la différence de pression dans le transducteur
en débit dépend de la viscosité du gaz respiré. Les mesures sont les plus précises lorsque
les conditions de l'appareil de mesure sont proches des conditions du volume respiré
(BTPS), c'est-à-dire un pneumotachographe chauffé aux environs de 37°C. Il faut dès lors
introduire une correction pour le gaz inspiré, à moins que l'on inspire à partir d'un
"rebreathing bag", avec de l'air en conditions BTPS, comme il était d'usage dans certains
pléthysmographes corporels.
3.2. Réalisation des tests fonctionnels respiratoires
Les examens de fonction respiratoire se doivent d'être effectués d'une manière correcte,
standardisée et reproductible. Dans ce but, des techniques d'examen soigneuses, des
mesures précises (éventuellement répétées) ainsi qu'un traitement correct des données sont
d'une très grande importance. Dans ce domaine, des recommandations détaillées ont été
publiées et nous y ferons référence dans les paragraphes qui suivent.
3.3. Calibration
Une calibration régulière des appareils est indispensable. Il faut en premier lieu, et en
fonction de la stabilité de l'appareillage, effectuer plus ou moins fréquemment une calibration
physique au moyen d'un système de calibration (entre autres pour la mesure des pressions,
volumes, débits, concentrations, etc.). Il peut être indiqué d'effectuer périodiquement (entre
autres en cas de résultats discordants) une calibration biologique, au cours de laquelle la
mesure est contrôlée chez des sujets dont les valeurs ont été déterminées antérieurement.
Cette calibration biologique est utile pour évaluer un appareil dans le temps, pour contrôler
différents appareils et même pour comparer différents laboratoires de fonction pulmonaire.
Les données de calibration de chaque appareil doivent être soigneusement notées dans un
livre de bord (voir plus loin).
15
imprimé avec le soutien de
Chapitre 4 : Organisation et fonctionnement
d'un laboratoire de fonction
respiratoire
4.1. La tâche du médecin responsable
4.1.1. La direction du laboratoire de fonction respiratoire
Celle-ci doit être entre les mains d'un pneumologue avec une idée exacte et une large
expérience de la physiologie et de la physiopathologie respiratoire de manière à ce que les
résultats de laboratoire puissent être évalués en fonction du besoin du patient.
Une expérience concernant les instruments médicaux et l'électronique est souhaitée, tout
comme concernant l'utilisation d'un ordinateur et la statistique. Cette personne a la
responsabilité de la formation du personnel, de la sécurité et de l'exactitude des procédures
d'examens, ainsi que de l'interprétation technique et clinique des résultats. L'assistance d'un
technicien cardio-pulmonaire est souhaitée, bien que ce ne soit souvent possible que dans les
laboratoires importants.
4.1.2. Présence d'un médecin responsable durant les tests
Un médecin responsable doit avoir une disponibilité suffisante pour pouvoir intervenir en cas
de problème ou de complication en cours d'exécution des tests. Il doit également demander
parfois des informations complémentaires au médecin référent. Le médecin qui signe le
protocole est médicalement responsable de l’exécution du test aussi bien au niveau de la
qualité que des complications possibles.
Légalement, un médecin doit être présent pour les tests d'effort et de provocation. (Arrêté
Royal du 13-11-1989). Ces principes sont néanmoins interprétés en ce qui concerne les tests
de provocation à l'histamine et à la métacholine, où les réglementations établies par
l'European Respiratory Society (Eur. Respir. J. 1993; 6, suppl 16: 56) précisent que pour un
test à la procédure standardisée, et pour un personnel bien dirigé, le médecin doit être
présent dans l'établissement et rapidement disponible en cas de besoin.
Pour votre information, nous vous joignons les règles directives de l'INAMI et des mutualités
sur "la présence physique du médecin-prestataire".
De l'Arrêté Royal du 13-11-1989, modifié en 1-1995 peuvent être déduites les règles
suivantes :
Lors des tests fonctionnels comportant des risques, comme les tests d'effort
en cardiologie (article 20) et les tests de provocation (articles 11, 14, 20 et 21),
le médecin doit être présent près du patient et accomplir la prestation soit
seul, soit en collaboration avec des collègues qualifiés dont il dirige les
interventions.
Pour les autres tests fonctionnels pneumologiques, on peut confier la partie
de réalisation technique à des aides qualifiés à la condition que le médecin
prestataire puisse être présent immédiatement quand c'est nécessaire.
Le médecin-prestataire doit de plus garantir la qualité des prestations :
en donnant à ses collaborateurs les indications nécessaires et en
s’assurant de leurs aptitudes réelles par des analyses régulières;
imprimé avec le soutien de
16
en donnant des instructions écrites pour toutes les manipulations et
techniques, et en vérifiant régulièrement leur exécution;
fixer les conditions que les demandes d'examens doivent remplir avant qu'elles
ne soient réalisées et en contrôler la réalisation;
faire des contrôles de qualité concernant les techniques, en conserver des échantillons
et en vérifier les résultats;
être présent dans l'établissement et rester disponible pour toute demande
d'aide de ses assistants qualifiés en cas de difficulté dans la réalisation d'un test.
4.2. Qualifications et formation du personnel
Une formation correcte du responsable et du personnel d'un laboratoire de fonction
respiratoire est essentielle. La précision des mesures fonctionnelles respiratoires est
déterminée par les connaissances techniques et l'expérience pratique, autant de ceux qui
effectuent les tests, que de ceux qui les interpréteront ultérieurement dans un contexte
clinique concret.
Au cours de la formation, il faut effectuer des tests une vingtaine de fois pour en posséder
la technique, et une cinquantaine de fois pour pouvoir dépister les problèmes et y
apporter une solution. Il faut également que l'opérateur soit impliqué dans l'interprétation
des résultats. La formation doit se passer sous la supervision d'une personne possédant
de l'expérience, tant dans le domaine de la technique que de l'interprétation des résultats.
La formation du personnel de laboratoire comporte les aspects spécifiques suivants :
une connaissance élémentaire des bases physiopathologiques;
réalisation de tests fonctionnels respiratoires selon les recommandations usuelles,
c'est-à-dire la préparation et la calibration des appareils, la préparation
et l'information du patient, l'exécution des examens fonctionnels proprement
dits, l'appréciation de la valeur de l'exécution et des données fonctionnelles
brutes obtenues, le calcul des indices fonctionnels demandés, tant en valeur
absolue que par rapport aux valeurs de référence, la préparation du rapport en
vue de son interprétation ;
calibration des instruments de laboratoire selon les instructions d'usage;
réalisation régulière de contrôles de qualité;
réalisation d'un entretien préventif (en fonction des besoins: embouts buccaux,
tuyauterie, remplacement de l'eau dans un spiromètre classique,
remplacement des produits chimiques et des cellules d'analyse, etc.);
archivage des résultats;
tenue d'un livre de bord par appareil où les contrôles réalisés, les réglages
et les problèmes sont notés.
4.3. Manuel d'instructions
Un manuel d'instructions doit être mis à la disposition du personnel et est rédigé
spécifiquement pour chaque laboratoire. Le manuel doit contenir ce qui suit :
1. Description générale de chaque appareil, de son utilisation et des mesures
d'entretien préventives; date d'achat, contrôles effectués par le fabricant et
références de la personne de contact
17
imprimé avec le soutien de
2. Description des divers tests : indications, précautions, discussion très détaillée
de la réalisation des mesures, mention des problèmes techniques possibles
et de ceux liés à l'exécution par le patient, surveillance médicale au décours
de l'examen, traitement des données, etc.
3. Protocoles de calibration et de contrôles de qualité.
4. Explications détaillées de la manière dont les données sont traitées par le
programme informatique, entre autres les valeurs de référence utilisées et
d'éventuelles simplifications.
5. Instructions de sécurité, entre autres en cas d'incendie, etc.
6. Valeurs de référence et bibliographie en ce qui concerne les divers aspects
mentionnés ci-dessus.
7. Date de mise en service du manuel et de la mise à jour prévue, avec
signature du responsable.
4.4 Livre de bord
Pour chaque appareil, comme mentionné plus haut, on doit tenir un livre de bord dans
lequel tous les problèmes importants de mesure, les réglages techniques, les modifications
et les procédures d'examens, le renouvellement des réactifs d'analyse de gaz doivent être
notés. On doit aussi y signaler les résultats extrêmes inattendus. Par la suite, on notera
aussi les changements de personnel, modifications d'horaire ou de type des rendez-vous.
4.5. Mesures de sécurité générales
1. Bonbonnes de gaz sous pression.
Celles-ci ne peuvent pas rester sans surveillance, à moins qu'elles ne soient fixées
au moyen de chaînes ou d'autres systèmes de maintien des cylindres. Des étiquettes
doivent mentionner la composition exacte des bonbonnes.
2. Produits chimiques.
Les acides forts et les solutions alcalines doivent être utilisés sous une hotte aspirante.
Une douche aisément accessible et le matériel nécessaire au rinçage des yeux
doivent être disponibles à moins de 10 mètres de l'endroit où sont utilisés des
produits mordants.
3. Tests de provocation spécifique avec des substances allergisantes.
Ceux-ci ne peuvent être pratiqués que dans des locaux spécialement aménagés à cet
effet, et de plus, des mesures préventives soigneuses doivent être appliquées de
manière permanente afin d'éviter tout contact de ces produits avec d'autres patients
ou avec le personnel du laboratoire. Des espaces comportant un risque quelconque
doivent être indiqués clairement du côté extérieur des portes d'accès.
4. Inspections de sécurité.
Celles-ci sont indiquées périodiquement et doivent être notées dans le journal de
bord. Les instructions et les mesures pratiques pour l'évacuation en cas d'incendie,
etc., doivent être indiquées en divers endroits clairement visibles. Les procédures de
sécurité doivent être adaptées annuellement, et le personnel doit être périodiquement
instruit des mesures préconisées.
imprimé avec le soutien de
18
5. La boîte de secours d'urgence.
Elle doit être aisément disponible et périodiquement contrôlée et complétée; toute
modification doit être datée. L'appareillage de premier secours pour accident vital
doit être disponible dans tous les endroits où sont pratiqués des épreuves d'effort et
des tests de provocation; un défibrillateur et un chariot de premiers soins pourvu des
médicaments essentiels et du matériel pour le maintien de la liberté des voies
aériennes, doivent être disponibles. Le personnel qui est directement en contact avec
les patients doit être formé aux manœuvres de ressuscitation cardio-pulmonaire.
4.6. Mesures contre la dissémination des infections
4.6.1. Généralités
Le risque de contamination des circuits aériens des appareils fonctionnels respiratoires
par des micro-organismes est très faible, en partie à cause du temps de contact très court
avec la personne examinée. Les mesures proposées doivent donc être considérées comme
des recommandations. La transmission d'infections (dont la tuberculose, la varicelle, les
rhinovirus, les bactéries multirésistantes) par ce type d'appareillage est théoriquement
possible et pourrait être dangereuse chez les patients immunodéprimés. La transmission
du virus HIV et du virus de l'hépatite B par l'appareillage fonctionnel respiratoire doit être
considérée comme extrêmement peu probable. Des mesures préventives spécifiques
contre la contamination par HIV et HBV ne sont donc pas nécessaires, mais la prudence
s'impose en ce qui concerne les agents pathogènes pour le poumon, comme la tuberculose.
D'une manière générale, on veillera à s'équiper d'un appareillage dont le démontage est
aisé, de manière à ce que, entre l'examen des patients, il puisse être bien nettoyé et
désinfecté. Les vannes respiratoires doivent être montées de telle manière qu'il ne puisse
pas y avoir d'accumulation de salive dans le système. Une autre solution est d'utiliser du
matériel disposable, ou de prévoir des filtres bactériens aux endroits ad hoc. Dans ce
dernier cas, la résistance des filtres doit être inférieure à 0,15 kPa.L-1.s (ou 1,5 cmH2O.L-1.s);
en cas de besoin, on tiendra compte de l'impact de cette résistance et de l'augmentation
de l'espace mort sur le résultat de la mesure (Clausen, 1997).
4.6.2. Mesures spécifiques contre la dissémination des infections
a. Routine
Appareillage fonctionnel respiratoire :
embout buccal : un par patient; si le matériel n’est pas d’usage unique, il doit être rincé
et désinfecté après chaque malade
valve respiratoire : sera nettoyée après chaque patient
la tuyauterie : doit être changée à la fin de la journée, nettoyée
intérieur de l'appareillage de fonction respiratoire : doit être nettoyé chaque semaine.
Personnel :
l'usage des gants est recommandé : - lors de la manipulation des embouts buccaux et du
nettoyage des valves respiratoires et de la tuyauterie
- lors des ponctions artérielles et pour travailler
avec l’appareillage d’analyse des gaz du sang
19
imprimé avec le soutien de
se laver les mains avant chaque nouveau patient
annuellement : - test tuberculinique
- examen sérologique pour l'hépatite
- vaccination contre l'hépatite B si indiqué.
Remarques:
1. L'utilisation de filtres bactériens est conseillée
2. L'utilisation de désinfectant chloré est déconseillée vu le risque de bronchospasmes
chez des patients présentant une hyperexcitabilité bronchique
3. En cas de contamination visible par des expectorations ou du sang, les valves et
robinets seront immergés dans l'alcool à 70°.
b. Mesures spécifiques chez des patients infectés
L'indication clinique impérieuse de l'examen fonctionnel respiratoire, doit être mise en
balance avec le risque potentiel de la transmission de l'infection.
Expectoration purulente : mucoviscidose, bronchiectasies
- l'exploration fonctionnelle respiratoire sera effectuée en fin de journée (le dernier)
- filtre bactérien
Tuberculose :
- l'exploration fonctionnelle respiratoire sera effectuée en fin de journée (le dernier)
- filtre bactérien
HIV sans complications pulmonaires, ou hépatite B :
- pas de mesures particulières pour l'exploration fonctionnelle respiratoire
- utilisation de gants pour l'analyse des gaz du sang
HIV avec complications pulmonaires (sécrétions sanguinolentes) :
- exploration fonctionnelle respiratoire : - filtre bactérien
- nettoyage avec de l'éthanol à 70 % ou du
glutaraldehyde, à 80°C pendant 10 minutes
- pour le personnel: utilisation des gants
- gaz du sang : utilisation des gants.
c. Mesures spéciales chez les patients immunocompromis
Appareillage de fonction respiratoire :
- filtre bactérien
- première mesure de la journée
Personnel :
- doit se laver les mains
- utilisation des gants
- changement de blouse de travail.
imprimé avec le soutien de
20
Chapitre 5 : Choix de l'appareillage
et informatisation
Le choix d'un appareillage optimal, tant en ce qui concerne le "hardware" que le
"software", est extrêmement important. Il faut écarter tout appareillage qui ne correspond
pas aux normes internationales ou à des exigences minimales, ainsi que les appareils qui
n'ont été testés que chez des volontaires sains. Les critères qui doivent guider le choix lors
de l'achat ou du renouvellement d'une installation se trouvent dans les recommandations
publiées par l'ERS et l'ATS.
Les avantages de l'informatisation sont entre autres le gain de temps, la diminution des
erreurs humaines, une réduction de l'espace d'enregistrement des résultats et un accès
aisé aux données antérieures.
Les désavantages en sont les limitations de flexibilité des procédures de tests ou des
rapports, le fait aussi que cette technicité compliquée transforme les méthodes d'analyse
en une "boîte noire", et enfin les coûts d'installation élevés.
L'automatisation croissante des laboratoires de fonction respiratoire, par laquelle les
données des patients, mesurées sur différents appareils, sont centralisées dans une
mémoire électronique centrale et traitées à ce niveau, comporte des risques
supplémentaires, entre autres parce que le système informatique central impose des
exigences et des limitations aux appareils de mesure. Il est dès lors très important
d'effectuer régulièrement des contrôles de qualité sur les données recueillies et de vérifier
l'exactitude des traitements effectués par le système informatique.
Le fabricant doit mettre à disposition des "flow-charts" détaillés ou toute description
équivalente de la programmation informatique. Les adaptations des programmes
informatiques doivent être détaillées dans le journal de bord et datées. Toutes défaillances
du "soft-" et du "hardware" doivent également être notées dans le journal de bord.
Toutes les données fonctionnelles pulmonaires doivent être gardées 10 ans. Le plus
compact des archivages est sur disque dur ou CD, à condition que la possibilité existe
de les imprimer aussi bien en valeurs chiffrées qu’en graphiques.
Une copie de toutes les données mémorisées dans l'ordinateur doit être précieusement
conservée, sous peine de perdre une grande quantité d'informations en cas de défectuosité.
21
imprimé avec le soutien de
imprimé avec le soutien de
Deuxième partie :
INDICATIONS POUR LES
EPREUVES FONCTIONNELLES
RESPIRATOIRES
imprimé avec le soutien de
I. Introduction
Les épreuves fonctionnelles respiratoires sont demandées :
Pour les affections dont l’hypothèse de travail et le diagnostic est soit à confirmer ou à
exclure ainsi que pour leur suivi (évaluation du traitement, complication) : asthme,
bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO), maladies interstitielles, atteinte
des voies aériennes supérieures, etc.
Pour la mise au point ou l’évaluation de :
maladies de système, affections neuro-musculaires et pathologies de la paroi
thoracique, hypertension pulmonaire primaire et secondaire (décompensation
cardiaque droite et cardiomyopathie), insuffisance respiratoire, syndrome d’apnée du
sommeil (SAS), hypoventilation, hyperventilation, dyspnée, et autres symptomes
respiratoires (toux, etc).
dans le contexte :
d’une mise au point pré-opératoire (surtout si l’intervention est lourde et le sujet agé),
d’une résection pulmonaire, d’une radiothérapie sur le thorax, d’une prise de
médicaments connus pour leur toxicité pulmonaire (p.ex. chimiothérapie,
bêtabloquants), d’une évaluation de l’invalidité, du screening (p.e. chez des fumeurs,
des expositions professionnelles, etc.).
La fréquence des demandes d’épreuves fonctionnelles respiratoires varie en fonction du
patient. Ci-après, nous proposons des directives générales qui ne sont cependant pas
absolues ou obligatoires. Schématiquement, nous établissons une distinction entre 3
catégories: examens systématiques lors de chaque contact, examens sur indication (p.ex. lors
d’exacerbation, changement de traitement, etc.), et examens à indications exceptionnelles
(voir plus loin au 2).
II. Commentaires des tables
Les épreuves fonctionnelles respiratoires (EFR) peuvent fournir au clinicien des
renseignements importants. Les résultats des différents examens sont complémentaires. Un
examen anormal peut être renforcé par un deuxième, voire un troisième résultat anormal.
C'est ainsi que par exemple une augmentation des résistances des voies aériennes ou une
hyperdistension peuvent aider à considérer comme anormal une réduction du VEMS ou
du rapport de Tiffeneau, en particulier chez un patient peu coopérant.
A.Gradation des épreuves fonctionnelles respiratoires chez diverses plaintes respiratoires
et/ou pathologies respiratoires
Les tables comportent pour chacun des tests, soit le sigle "S", "U"ou "I".
Par "S" (EFR à réaliser systématiquement), on entend un examen qui apportera au
clinicien une information importante ou même essentielle sur le plan diagnostique ou
thérapeutique. Cela ne signifie pas que l’examen doit nécessairement être effectué dans
ces circonstances. Par "U" on entend que l’examen est utile et donc est recommandé. Par
"I" (sur indication), on entend un examen qui ne doit pas être réalisé chez tous les
patients, mais est justifié en cas de contexte clinique approprié (par exemple en cas de
plainte inhabituelle, pour l'évaluation d'un nouveau traitement, une évolution clinique
inhabituelle, la nécessité d'établir ou d'écarter un diagnostic complémentaire, etc.).
L'absence de sigle signifie que le test fonctionnel n'apportera probablement aucune
information clinique utile et ne doit être demandé qu’à titre exceptionnel.
imprimé avec le soutien de
24
Pour bien évaluer un patient se plaignant de dyspnée, les examens fonctionnels
respiratoires suivants sont nécessaires: mesure des volumes pulmonaires statiques et
dynamiques (CV et VEMS), détermination du volume résiduel (VR) et de la capacité
pulmonaire totale (CPT), mesure des résistances des voies aériennes (RVA) et facteur de
transfert (TL,CO; capacité de diffusion, DL,CO). Bien que les éléments d'anamnèse et
l'examen clinique puissent assez souvent amener à un diagnostic, les EFR reprises plus
haut aideront à détecter ou à exclure une pathologie associée. Bien évidemment, en
absence de données anamnestiques et cliniques évidentes, les EFR devraient être
pratiquées chez tout patient se plaignant de dyspnée.
En cas de normalité des EFR de base, la suite de la mise au point devra s'orienter vers
des épreuves fonctionnelles respiratoires plus spécialisées ou bien vers une évaluation
cardiaque (ECG, échocardiographie), biologique (hématocrite, tests thyroïdiens, etc) et
par imagerie (CT scan, scan de perfusion).
B. Epreuves fonctionnelles respiratoires: examens de routine
La mesure des volumes dynamique (VEMS) et statique (CV) fournit des renseignements
importants sur la mécanique pulmonaire, du thorax et des voies aériennes. Ces volumes
sont déterminés par l'élasticité de la paroi du poumon et du thorax, par la résistance des
voies aériennes, le concept "point d'égale pression", par la compression des segments
proximaux et dans une moindre mesure par la force du muscle respiratoire. La mesure du
VEMS et de la CV peut être facilement obtenue et reproduite et est en fait un des examens
de routine les plus couramment réalisés. Elle fournit par exemple des renseignements utiles
sur le degré de " limitation " et sur l'effet de bronchodilatation ou de bronchoconstriction.
Bien que le rapport de Tiffeneau permette de préciser une obstruction des voies aériennes
[avec la nécessité de préciser quelle CV (in- ou expirée, lente ou forcée) a été utilisée], il
est nécessaire également de réaliser une mesure du VR et de la CPT pour pouvoir
différencier la pathologie pulmonaire en syndrome obstructif, restrictif ou mixte.
La mesure du VEMS est par exemple indiquée en cas d'accroissement de la dyspnée chez
un patient à pathologie pulmonaire.
Des examens spirométriques répétés permettent d'optimaliser le traitement des patients
asthmatiques (une spirométrie normale est un des objectifs du traitement) et d'évaluer la
réponse au traitement en cours chez les patients souffrant de bronchopathie chronique
obstructive ou restrictive.
Il est utile du point de vue diagnostique et thérapeutique de pratiquer un test de
bronchodilatation chez des patients avec une bronchopneumopathie obstructive. Ce test
permet par exemple de différencier l'asthme de la BPCO pour autant qu'on exprime
l'accroissement du VEMS en % de la valeur prédite. Un accroissement d’au moins 12% de
la valeur prédite est considéré comme significatif. De plus, le test de bronchodilatation permet
d'évaluer la réponse à une thérapie de bronchodilatation ou de dépister l'existence d'une
cortico-résistance. Le suivi du VEMS peut être utile pour évaluer le déclin annuel du VEMS
chez des patients BPCO. Dans certaines circonstances, il peut être utile d'évaluer l'effet du
bronchodilatateur sur le degré d'hyperinflation (CRF) ou sur la résistance des voies aériennes.
Une courbe débit-volume pendant une inspiration et expiration forcée fournit des
renseignements additionnels importants, notamment en ce qui concerne la bonne
exécution de la manœuvre, l'existence d'une obstruction des voies aériennes centrales
supérieures, la cause de la diminution du VEMS (obstructif vs restrictif) ou la nature de
l'atteinte obstructive (asthme vs emphysème). La courbe débit-volume permet aussi de
comparer les valeurs obtenues avec celles obtenues par l’appareil portable pour mesurer
le débit de pointe.
25
imprimé avec le soutien de
La mesure du volume résiduel (VR) ainsi que de la capacité pulmonaire totale
(CPT) est nécessaire pour certifier l'existence d’une atteinte restrictive ou d'une
hyperinflation. On utilise pour cela la technique de dilution à l'hélium, ou le rinçage à
l’azote ou la pléthysmographie. Chez des personnes saines, la concordance entre ces
techniques est excellente. Des mesures répétées permettent par exemple de diagnostiquer
et de suivre le degré de restriction chez des patients atteints de pathologie interstitielle.
Un accroissement du VR mesuré au moyen d'un pléthysmographe suggère l'existence
d'une obstruction bronchique importante (asthme et BPCO), avec des inégalités de
distribution de la ventilation (emphysème pulmonaire). L'existence d'une différence entre
les valeurs obtenues par la technique de dilution ou de rinçage et par pléthysmographie
renforce l'idée d'emphysème pulmonaire (pathologies bulleuses) chez ces patients. La
mesure du VR permet éventuellement de corroborer la plainte "dyspnée" d’un patient.
L’accroissement de la CRF peut également suggérer une exacerbation de la maladie
obstructive, tandis qu'une réduction de la CRF plaide plutôt pour une pathologie sousjacente (p. ex. décompensation cardiaque).
La mesure du facteur de transfert (TL,CO) ou capacité de diffusion (DL,CO) par la
technique de l’apnée sert à mesurer l’échange de gaz au niveau des alvéoles. La
capacité de transfert du CO dépend de la superficie de la membrane alvéolo-capillaire,
du débit dans les capillaires pulmonaires, la teneur en Hb et CO du sang, et du temps
de contact et des changements structurels au niveau de la membrane alvéolo-capillaire.
C'est ainsi que, chez des patients BPCO, le facteur de transfert peut évaluer le degré
d'emphysème. D'autre part, une diminution du coefficient de transfert, en absence
d'atteinte obstructive ou restrictive, suggère en premier lieu une pathologie au niveau de
la vascularisation du poumon.
Une réduction de la TL,CO de 50% ou plus induit quasi toujours une diminution de la
capacité d'effort et une hypoxémie.
Des mesures répétées du facteur de transfert peuvent être utiles, par ex. dans le suivi et le
traitement des maladies interstitielles ainsi que dans le suivi des patients traités par médication
potentiellement toxique pour le poumon (p.e. chimiothérapie, méthotrexate, etc.).
Le coefficient de transfert (TL,CO/VA) a moins d’importance que le TL,CO dans des
anomalies restrictives (voir troisième partie).
Les renseignements obtenus par la mesure de la résistance des voies aériennes (Raw)
et de la conductance spécifique (sGaw) diffèrent grandement de la détermination du
VEMS. Les résistances des voies aériennes se mesurent pendant la respiration calme et
permettent aisément de détecter une obstruction des voies aériennes supérieures. Les
modifications de chacune de ces deux variables varient en fonction de la pathologie. Si
une légère diminution du VEMS ne s'accompagne que d'une légère augmentation de la
résistance des voies aériennes, il faut penser plutôt à une fibrose pulmonaire ou à de
l'emphysème, alors qu'une augmentation significative de la résistance des voies aériennes
suggère plutôt une obstruction des voies aériennes supérieures ou de l'asthme. La mesure
de la résistance des voies aériennes présente comme avantage complémentaire qu'elle ne
dépend que peu de la bonne collaboration du patient mais a comme inconvénient une
grande dispersion des valeurs normales. Il est souhaitable de corriger pour le volume
pulmonaire (CRF ou VGT) auquel les résistances ont été mesurées en usant sGaw.
L'analyse des gaz du sang artériel (PaO2, PaCO2, pH) permet de confirmer ou d'exclure
une insuffisance respiratoire. Cet examen est par exemple indiqué chez des patients avec
atteinte restrictive ou obstructive, qui présentent une saturation < 92% ou une diminution
importante de la fonction pulmonaire (p.ex. VEMS < 60%, CV < 60%, TL,CO < 50%).
imprimé avec le soutien de
26
Une analyse du sang artériel est également recommandée pour toute modification
anamnestique, clinique ou fonctionnelle suggérant une hypertension pulmonaire, une
décompensation cardiaque droite mais aussi toute exacerbation importante d'une atteinte
obstructive ou restrictive. La mesure des gaz du sang pendant l'effort est un autre moyen
pour évaluer la sévérité fonctionnelle d’affections respiratoires telles les maladies
interstitielles, BPCO etc.
L'oxymétrie d'oreille ou de doigt, quoique moins précise que la mesure des gaz du
sang, permet d'évaluer la Sa,O2 "on line" et permet d'évaluer la désaturation nocturne ou
pendant l'effort
C. Epreuves fonctionnelles respiratoires: examens spécialisés
Chez les patients asthmatiques, les tests de provocation (histamine, méthacholine)
sont très sensibles pour démontrer une hyperréactivité bronchique. Ces tests peuvent par
conséquent être pratiqués en première instance pour préciser ou exclure avec plus de
certitude le diagnostic d'asthme étant donné qu'il existe un nombre très restreint de patients
asthmatiques présentant un test de provocation négatif. Il n'est pas rare que chez des
patients asthmatiques, le degré d'hyperréactivité soit proportionnel à la sévérité de
l'atteinte et au traitement de fond. Par contre, le suivi de la valeur de la PD20 et PC20 au
cours du temps n’a pas démontré son utilité dans l’asthme.
Occasionnellement, un test de provocation à l'effort peut s'avérer utile.
Un test de provocation spécifique peut s'avérer utile dans le développement d'une
alvéolite allergique extrinsèque ou pour documenter les effets de substances toxiques sur
la bronchomotricité ou sur les échanges gazeux.
Un test d'hyperventilation (test d’hypocapnie), complété par un questionnaire de Nijmegen,
peut contribuer à l'établissement d'un diagnostic de syndrome d'hyperventilation.
La mesure de la compliance statique peut contribuer au diagnostic précoce d'emphysème
ou de fibrose pulmonaire, même si l'imagerie peut paraître une alternative équivalente. La
détermination de la pression de rétraction à la CPT peut par ailleurs être utile dans le
contexte de syndrome restrictif (différenciation entre atteinte interstitielle et
dysfonctionnement des muscles respiratoires).
La mesure de la force musculaire respiratoire permet de détecter une faiblesse musculaire.
Le test dépend en grande mesure de la collaboration du patient. La détermination du PI,max
(MIP) et du PE,max (MEP) est par exemple utile, dans le contexte d'atteintes
neuromusculaires (atteinte des muscles respiratoires), pour évaluer des plaintes de dyspnée
qui ne sont pas explicitées par des altérations fonctionnelles respiratoires, chez des
patients sous corticostéroïdes et dans le cadre d'un programme de revalidation
respiratoire. Les données obtenues doivent parfois être complétées par d'autres examens,
comme la CV en position couchée/assise, un EMG, etc.
Un test à l'effort permet de déterminer les facteurs limitant l'effort. Cet examen est par
exemple indiqué chez des patients dont la dyspnée ne peut être corrélée aux épreuves
fonctionnelles respiratoires, dans le contexte d'un bilan préopératoire (décision de
chirurgie du poumon chez un patient avec fonction pulmonaire compromise), d'une atteinte
interstitielle (avec mesure de la saturation ou du gradient A-a pour l'O2) ou d'une expertise.
Chez des patients qui suivent un programme de revalidation ou qui sont traités pour une
atteinte interstitielle, le suivi de l’épreuve d’effort avec Sa,O2 est recommandé.
27
imprimé avec le soutien de
Le développement de l'échocardiographie a permis une réduction du nombre de
cathétérisations cardiaques droites. Cet examen est parfois indiqué lors de plaintes
respiratoires d'étiologie incertaine, soit dans un contexte préopératoire (détermination de
pressions pulmonaires avant résection pulmonaire). D'autres indications peuvent être la
suspicion d'une hypertension pulmonaire primitive, le démarrage d'un traitement
chronique à domicile avec oxygène ou vasodilatateurs pulmonaires.
L'étude de la régulation de la respiration utilisant une mesure de la réponse ventilatoire
(VE) ou nerveuse (PO.1) au cours d’une stimulation chimique (réponse hypercapnique ou
hypoxémique) est par exemple indiquée chez des patients avec suspicion
d’hypoventilation nocturne ou diurne ne pouvant être dépistée par des épreuves
fonctionnelles respiratoires, comme une atteinte nerveuse centrale, un syndrome obésitéhypoventilation et un syndrome d'apnée du sommeil obstructif.
Une polysomnographie complète est toujours indiquée lors de la mise au point d’une
somnolence, d’une fatigue diurne ou d’autres plaintes suggérant un syndrome d’apnée du
sommeil (SAS). D’autres indications concernent les BPCO (suspicion d’ "overlap
syndrome"), une décompensation cardiaque droite inexpliquée, une hypertension
pulmonaire, une polyglobulie inexpliquée ou une hypercapnie avec fonction pulmonaire
normale. Les patients avec atteinte pulmonaire restrictive, expliquée par une atteinte
neuromusculaire ou de la paroi thoracique, devraient bénéficier d’une polysomnographie
lors de plaintes suggérant une détérioration de la fonction pulmonaire en position couchée.
III. Tables : Gradation des épreuves fonctionnelles respiratoires
Asthme
FU
asthme1
Exacerbation
asthme
CV-VEMS
S
S
Test de réversibilité
S
CPT-VR
Exacerbation
BPCO
BPCO
FU BPCO2
S
S
S
S
I
U
S
U
I
S
I
S
S
I
S
DEM-DIM
S
S
U
S
S
U
TL,CO
S
I
I
S
I
I
Raw-sGaw
U
I
U
U
I
I
I
CL, st
Test de provocation
I
I
Gaz du sang
I
I
Oxymétrie 3
Force musculaire
respiratoire
Epreuve d’effort
U
I
I
U
I
I
I
U
I
I
U
I
Cathé. cardiaque D
I
Etude régul resp.
I
Pression occlusion
Polysomnographie
1
2
3
imprimé avec le soutien de
I
I
FU asthme: examens fonctionnels qui peuvent être demandés lors d’une visite de contrôle pour patient
asthmatique (follow-up).
COPD-FU: examens fonctionnels qui peuvent être demandés lors d’une visite de contrôle pour patient BPCO
(follow-up).
En fonction du contexte clinique, l’oxymétrie peut être réalisée de jour, de nuit ou pendant l’effort.
28
Obstruction Maladies
Affection Hypertension
voies
paroi
pulmon.
de
aériennes
thoracique
primitive
système
supérieures ; (RA, etc) Path. neuroStridor
musc.
Maladies
interstitielles
(M.I.)
FU pour
M.I.4
CV-VEMS
S
S
S
S
S
S
Test de réversibilité
I
I
S
I
I
I
CPT-VR
S
S
S
S
S
S
DEM-DIM
S
S
S
S
S
S
TL,CO
S
S
I
S
S
S
Raw-sGaw
S
U
S
U
U
U
CL, st
I
I
I
Test de provocation
I
Gaz du sang
U
I
U
I
S
Oxymétrie 5
Force musculaire
respiratoire
I
I
I
I
I
I
I
I
S
Epreuve d’effort
I
I
I
I
I
Cathé. cardiaque D
S
Etude régul resp.
Pression occlusion
Polysomnographie
4
5
I
I
FU pour M.I.: examens fonctionnels qui peuvent être demandés lors d’une visite de contrôle (FU) d’une
maladie interstitielle.
En fonction du contexte clinique, l’oxymétrie peut être réalisée de jour, de nuit ou pendant l’effort.
Hypertension
pulmonaire
secondaire
Cor pulmonale
Insuffisance
respiratoire
SAS 6
Hypoventilation
(p.e. obésité)
CV-VEMS
S
S
S
S
Test de réversibilité
I
I
I
I
CPT-VR
S
S
S
S
DEM-DIM
S
S
S
S
TL,CO
S
S
S
S
Raw-sGaw
U
U
U
U
Gaz du sang
S
S
I
S
Oxymétrie 7
Force musculaire
respiratoire
S
S
S
S
I
S
I
S
CL, st
Test de provocation
Epreuve d’effort
29
imprimé avec le soutien de
Hypertension
pulmonaire
secondaire
Cor pulmonale
Insuffisance
respiratoire
SAS 6
Hypoventilation
(p.e. obésité)
Cathé. cardiaque D
I
I
I
I
Etude régul resp.
I
I
I
I
Pression occlusion
I
I
I
I
Polysomnographie
I
I
S
S
6
7
SAS: syndrome d’apnée du sommeil.
En fonction du contexte clinique, l’oxymétrie peut être réalisée de jour, de nuit ou pendant l’effort
Hyperventilation
Dyspnée
(étiologie nonspecifique)
Bilan pré-op:
- fumeur
- anamnèse de
pathol. resp.
- Rx ou auscult.
anormale
- plaintes pulmon.
Résection
pulmonaire
CV-VEMS
S
S
S
S
Test de réversibilité
I
I
I
I
CPT-VR
S
S
U
S
DEM-DIM
S
S
S
S
TL,CO
S
S
I
S
Raw-sGaw
U
S
I
U
Test de provocation
I8
I
Gaz du sang
U
U
I
I
CL, st
Oxymétrie
Force musculaire
respiratoire
Epreuve d’effort
I
I
Cathé. cardiaque D
U
I
I
I
Etude régul resp.
Pression occlusion
Polysomnographie
8
imprimé avec le soutien de
Pour cette pathologie, en fonction du contexte clinique, on peut prévoir soit un test de provocation à
la méthacholine ou à l’histamine soit un test d’hyperventilation .
30
Radiothérapie sur Médication toxique
le thorax
pour le poumon
Invalidité
Screening
- fumeur
- exposition
professionelle
- plaintes
respiratoires
CV-VEMS
S
S
S
S
Test de réversibilité
I
I
I
I
CPT-VR
S
S
S
S
DEM-DIM
S
S
S
S
TL,CO
S
S
S
I
Raw-sGaw
I
I
S
U
CL, st
Test de provocation
Gaz du sang
I
U
U
U
Force musculaire
respiratoire
I
I
Epreuve d’effort
I
U
Oxymétrie
Cathé. cardiaque D
I
Etude régul resp.
Pression occlusion
Polysomnographie
31
imprimé avec le soutien de
imprimé avec le soutien de
Troisième partie :
STANDARDISATION
Dans cette partie les épreuves fonctionnelles respiratoires les plus courantes et plus
importantes sont brièvement discutées. Le but est d’expliquer successivement les aspects
suivants: technique de mesure, nombre de tests et acceptabilité, sources d’erreurs,
calibration, spécification de l’appareillage, et valeurs de référence. Dans quelques uns
des chapitres, il a néanmoins, été impossible de suivre cet ordre.
Les épreuves suivantes sont discutées:
1. Spirométrie, mesure des volumes et des débits
2. Les volumes pulmonaires statiques
3. La résistance au débit d’air
4. Réponse bronchodilatatrice
5. Test de bronchoconstriction: mesure de l’hyperréactivité bronchique non-spécifique
6. Facteur de transfert ou capacité de diffusion
7. L’épreuve d’effort en pneumologie
8. Mesures des pressions maximales à la bouche
9. Les gaz sanguins.
imprimé avec le soutien de
Chapitre 1 : Spirométrie, mesure des
volumes et des débits
Les volumes pulmonaires peuvent être mesurés à la bouche avec les installations suivantes :
le spiromètre
le pneumotachographe avec intégrateur des débits.
I. Description de la technique de mesure
période de repos relatif (15 min) préalable à l'initiation de l'examen,
au mieux, pas juste après un repas,
abstinence tabagique d'au moins une heure,
le patient se tient assis droit sur une chaise ou se tient debout, droit,
durant l'expiration, la tête ne doit pas être inclinée vers l'avant,
les vêtements serrants doivent être confortablement relâchés,
instructions au patient: but de la manœuvre, éviter les fuites,
les dentiers artificiels ne sont pas enlevés, à moins qu'ils ne risquent de se mobiliser
durant la manœuvre,
la pièce buccale est insérée entre les lèvres et l'alignement dentaire,
la pince nasale est placée,
les valeurs obtenues doivent être recalculées en valeur l'ATPS et BTPS.
la date et l'heure de l'examen doivent être mentionnées.
Pour la capacité vitale lente
on demande au patient, après qu'il ait respiré tranquillement à travers le spiromètre,
d'inspirer jusqu'à CPT, d'y tenir son inspiration jusqu'à 2 secondes, et d'expirer
ensuite complètement jusqu'au VR,
inversément pour la mesure de la capacité vitale inspiratoire
Pour le volume expiré en une seconde (VEMS ou FEV1) et capacité vitale forcée (CVF)
on demande au patient d'inspirer jusqu'à CPT, d'y retenir sa respiration jusqu'à 2
secondes, d'expirer ensuite le plus vite possible et ce, jusqu'à ce qu'il atteigne le VR,
début du test = moment auquel le débit > 0,5 L/s, ou calculable par rétro-extrapolation
fin du test = moment auquel le changement de volume est < 25 ml/0,5 s (ERS), ou
après 6 secondes (ATS).
Remarque : Le groupe de travail recommande que la durée de l'inspiration maximale
soit la plus courte possible car ceci peut influencer le résultat.
II. Nombre de tests et acceptabilité
un minimum de 3 et un maximum de 8 manœuvres expiratoires doivent être accomplies
on en sélectionne les 3 premières manœuvres ayant une technique satisfaisante et
reproductible
imprimé avec le soutien de
34
on retient la manœuvre qui fournit la plus grande valeur de 3 mesures satisfaisantes
de CV (CVI, CVE ou CVF) et de 3 mesures satisfaisantes du VEMS.
il faut atteindre un débit de pointe situé dans les 10% des valeurs prédites durant une
courbe débit-volume (volontaires sains)
la différence de mesure de CV entre les manœuvres ne peut pas dépasser 5% ou
0,1 litre
le volume rétro-extrapolé ne peut pas dépasser 0,15 L ou 5% de CVF (on prend la
plus haute valeur des deux)
les débits expiratoires sont sélectionnés par la méthode de l'enveloppe, c'est-à-dire que
de 3 courbes superposées l'une à l'autre, on calcule le débit maximal pour chaque
volume
le fait de ne pas atteindre le critère de "fin du test" n'est pas en soi une raison pour
rejeter la manœuvre.
Remarque :
"Critère de fin du test":
- patient ne peut plus continuer à souffler,
- le tracé débit/volume par rapport au temps montre un plateau horizontal évident,
- l'expiration a suffisamment duré (≥ 6 sec.).
Les critères possibles pour rejeter la manœuvre sont:
- un mauvais départ d'expiration (hésitation, volume rétro-extrapolé trop grand),
- toux durant l'expiration,
- arrêt précoce de l'expiration,
- manœuvres de Valsalva ou hésitations durant la manœuvre,
- fuites,
- obstruction de la pièce buccale (par ex. par la langue).
III. Sources d'erreurs
Patient
inspiration incomplète,
expiration partielle précoce, avant connexion avec la pièce buccale,
fuite entre les lèvres et l'embout buccal,
tension des lèvres ou fermeture dentaire ou des lèvres,
expiration non maximale/incomplète,
toux, inspiration précoce.
Spiromètre
température dans le spiromètre (et donc dans l'environnement) < 17°C ou > 40°C,
changements abrupts de température (à moins qu'il n'y ait une correction automatique),
présence d'un absorbeur de CO2 (= perte de CV de 2-3 %),
il n’y a pas de technique claire d'emblée pour la rétro-extrapolation lors de la
lecture du tracé.
Pneumotachographe
sécrétions ou condensation d'eau dans la conduite (besoin d'une position correcte
du transducteur).
35
imprimé avec le soutien de
IV. Calibration
Spiromètre
calibration tous les 3 mois (au mieux: plus fréquente) du volume avec examen de
la précision (précision exigée: 3-3,5 % de la mesure ou 50-70 ml, la plus grande
des 2 valeurs) avec une seringue calibrée, sans fuite, de 3 litres (précision exigée
de la seringue : jusqu’à 25 ml),
examen trimestriel de la linéarité sur toute la portée de mesure (à mesurer par des
apports successifs de volume de 1 L),
si l'on utilise un kymographe, il faut contrôler la vitesse du papier tous les 3 mois
(faute < 1%),
test de fuite toutes les semaines (en mettant un poids sur la cloche de telle manière
que la pression dans le système grimpe à 0,2 kPa).
Pneumotachographe
calibration journalière du volume avec un piston sans fuite de 3 L, d'une précision de
25 ml (une calibration électrique est insuffisante),
tests de linéarité hebdomadaires (le mieux = journaliers) sur l'ensemble de l'échelle
de mesure de débits: on injecte les mêmes volumes (par ex. 3 L) à différents débits
avec une seringue calibrée: par ex. un haut débit, un modéré et un bas débit,
calibration systématique après entretien ou nettoyage.
Calibration biologique
il est souhaité de faire régulièrement des mesures de contrôle avec les mêmes volontaires
sains aux valeurs connues.
V. Spécification de l'appareillage
Spiromètre
déplacement de volume jusqu'à 8 L,
précision exigée: 3-3,5% d'une mesure de 50 à 70 ml, la plus grande des 2 valeurs,
préférence pour un appareil cylindrique (600 g, surface minimale de 300-400 cm2),
si on utilise un kymographe, la vitesse du papier doit être de 3 cm/min pour les mesures
semi-statiques et de 120 cm/min ou plus pour les volumes dynamiques et les débits,
la pression maximale dans le système durant l'expiration: < 0,6 kPa,
pression minimale exigée pour la déflection du volume: 0,03 kPa,
pas de fuite pour une pression de 0,2 kPa,
mesure continuelle de la température avec un thermomètre situé à un endroit significatif.
Pneumotachographe
l'échelle de mesure doit s'étendre sur ± 14 L/s, la précision de ± 3% sur un débit
mesuré à ± 0,20 L/sec, la plus grande des deux valeurs étant prise,
le volume obtenu peut ne pas être dépendant du débit et doit avoir une précision
de 3-3,5 % ou de la mesure de 50-70 ml, la plus grande des 2 valeurs étant prise,
une correction électronique du débit sert à corriger l'alinéarité avant que l'on ne
fasse l'intégration du signal de débit,
dérive < 100 ml/min,
pour la représentation graphique des courbes débit-volume, on veillera à utiliser
une échelle 2:1 (c'est-à-dire 2 L/s pour le débit, 1 L pour le volume).
VI. Valeur de référence
Voir Première Partie, Chapitre 2, Tables 2-1 et 2-2.
imprimé avec le soutien de
36
Chapitre 2 : Volumes pulmonaires
statiques
En pratique clinique, la mesure des volumes pulmonaires statiques s'effectue par les
méthodes suivantes :
rinçage inspiratoire d'un gaz en circuit fermé (technique de dilution de l'hélium)
rinçage d'un gaz en circuit ouvert (rinçage de l'azote)
pléthysmographie corporelle.
A. Rinçage inspiratoire en circuit fermé (technique de dilution de l'hélium)
Dans cette méthode, la CRF est déterminée par des modifications de la concentration
d'hélium dans le spiromètre après raccordement du patient au système.
I. Description de la technique de mesure
remplissage du spiromètre avec mélange de gaz (2 à 10% d’He et 0,3% de Co
en air), après contrôle de l'absorbant de CO2 et H2O,
le patient, confortablement assis et pourvu d'une pince nasale, est raccordé au
système par un embout buccal, après stabilisation de la concentration d'He dans
le spiromètre,
une expiration maximale, pour déterminer le niveau du VR en relation avec le
niveau de la CRF (càd le VRE),
respiration calme,
le volume gazeux total contenu dans le système poumon-spiromètre est maintenu
constant par un ajout adapté d'oxygène et une absorption de CO2,
le test est accompli lorsque la concentration d'He est stable plus de 2 minutes ou
après 10 minutes,
une fois la concentration d'He constante, on mesure à nouveau le VRE (3 mesures
au mieux); l'égalité de la mesure du VRE en début et en fin de test indique la
constance de la CRF pendant la mesure,
enfin, on mesure la capacité vitale inspiratoire (CVI),
le calcul de la CRF sur base de la diminution de la concentration d'He se fait
suivant la formule: CRF = A[(100-c)/c], où A = la somme de l'espace mort du
spiromètre et la quantité (connue) d'air qui a été introduite au début dans le
système, c = le changement relatif de concentration de l'hélium,
conversion en BTPS de la CRF mesurée en ATPS.
II. Nombre de tests et acceptabilité
la reproductibilité (COV) est de 4% chez les adultes sains et 6% chez les BPCO,
et ± 200 ml,
au moins 8-15 min d’attente entre deux mesures.
III. Sources d'erreurs
actuellement, les ordinateurs permettent de suivre directement la valeur de CRF,
sans le moindre contrôle sur l'évolution de la concentration d'hélium. Ce type
d'enregistrement et de monitorage d'une valeur déduite comporte de plus grandes
risques de ne pas dépister d'éventuelles erreurs,
37
imprimé avec le soutien de
absorption incomplète de CO2,
chez les patients avec une inégalité marquée de la ventilation (patients avec maladie
pulmonaire obstructive), on peut obtenir des valeurs faussement abaissées. Ce
problème peut être partiellement résolu par la prolongation du temps d’équilibre ou
en demandant au patient d'effectuer quelques manœuvres de CV en fin de mesure,
étant donné que l'hélium est faiblement soluble dans le sang, il faudrait théoriquement
effectuer une correction pour la (discrète) chute de concentration. Le coefficient de
solution est cependant si faible que la surestimation de la CRF est très faible, ce qui
rend la correction superfétatoire,
les perforations du tympan et les fuites à la bouche ou au nez induisent des erreurs.
IV. Calibration
chaque semaine, et aussi après tout renouvellement de l'absorbant de CO2 et d'eau,
un volume de 3 litres d'air est injecté dans le spiromètre avec une seringue à calibration.
La CRF (mesurée après 30 sec) ne doit pas différer de plus de 50 ml sur les 3 L
attendus (≈ 1,5%).
V. Spécification de l'appareillage
linéarité: 0-10% He; à controler deux fois par an,
exactitude: ± 1% de la valeur initiale,
résolution: < 0,05% He,
stabilité : dérivé < 0,02% en 10 min ; à controler chaque semaine,
vitesse d'aspiration du gaz: constante > 200 ml/min; le gaz doit être exempt de CO2
et H2O,
temps de réponse: 95% de réponse en < 15 sec (circuit et spiromètre) par changement
de 2%,
le système contient des absorbeurs d'eau et de CO2
VI. Valeurs de référence
Voir Première Partie, Chapitre 2, Tables 2-1 et 2-2
B Technique de rinçage en circuit ouvert (technique de rinçage de l'azote)
Dans cette méthode, l'azote contenu dans le poumon sert de gaz traceur. La mesure
instantanée du débit et l'analyse de la concentration d'azote pendant l'expiration chez un
patient qui inhale de l'oxygène pur, jusqu'à une concentration d'azote alvéolaire très faible,
permet la détermination de la CRF.
I. Description de la technique de mesure
avant chaque test : 3 points de calibration (avec différentes concentrations de N2-O2),
contrôle de la qualité du vide, de la température du pneumotachographe, du débit
et de la concentration d'azote de l'air,
le patient, confortablement assis et muni d'une pince nasale, est raccordé au système,
expiration maximale au départ du niveau de la CRF afin de déterminer le niveau
du VR par rapport à celle-ci (càd le VRE),
respiration calme, au cours de laquelle une pression négative suffisante doit être générée,
afin d'ouvrir le système de valves,
la concentration d'azote dans l'air expiré diminue progressivement,
imprimé avec le soutien de
38
la durée du test est classiquement fixée à 7 minutes,
si la concentration d'azote dépasse 1,5 % après 7 minutes, cette concentration
est notée dans le rapport, et l'on informe l'utilisateur qu'une erreur de mesure n'est
pas exclue,
le volume, calculé sur la base de la quantité totale d'azote rinçée, est converti en
BTPS et exprimé en L.
II. Nombre de tests
en cas de suspicion de fuite, le test doit être refait comme tout autre test; une courbe
anormale du titrage d'azote dans l'air expiré permet de suspecter des fuites (par
ex. à la bouche),
chez les enfants, le coefficient de variation est inférieur à 7,1 % dans cette technique
de dilution de l'azote.
après une mesure ou après une épreuve d’oxygène à 100%, il faut attendre au
moins 10-20 min avant le test suivant.
III. Sources d'erreurs
une correction pour l'azote issu des tissus corporels doit être systématiquement
appliquée. Dans le cas d'un test d'une durée de 7 minutes, au cours duquel de
l'oxygène pur est inhalé, ce volume d'azote est estimé à 220 ml,
de brusques perturbations de la diminution attendue de la concentration d'azote
peuvent être dues à des fuites, par exemple au niveau de la bouche (embout buccal).
Dans ce cas, l'examen doit être repris,
les perforations du tympan et les fuites à la bouche ou au nez induisent des erreurs.
IV. Calibration
calibration de routine avant chaque test : voir le point A,
24 heures avant les mesures ou après une mesure de rinçage, il faut recalibrer le
pneumotachographe et contrôler l'intégrateur digital,
le volume expiratoire doit être contrôlé à différents débits au moyen d'une pompe
de calibration de 3 litres par injection d'air, lentement (en 3 secondes environ) et
rapidement (en moins d'1 seconde); l'erreur doit rester dans les ± 3 % des 3
litres mesurés,
le volume inspiratoire doit être contrôlé au moyen de la pompe de calibration, avec
100 % d'oxygène,
une calibration biologique sera effectuée chaque semaine: l'erreur éventuelle sera
calculée, représentée en graphique et rapportée dans le journal de bord. Des
déviations de plus de 5 % (ou de plus de 3 SD de la moyenne des 10 mesures
précédentes) justifient un examen plus approfondi,
au cours de chaque mesure, l'évolution de la relation concentration de N2/temps
et de la relation volume/temps doit être contrôlée "on-line" afin de dépister toute
fuite vers l'intérieur ou l'extérieur,
on recherchera les éventuelles dérives de la concentration d'azote et du signal de
débit; la concentration inspiratoire de N2 doit toujours être de 0.
V. Spécification des appareils
espace mort (valve et pièce buccale): < 100 ml
39
imprimé avec le soutien de
pression nécessaire à l'ouverture de la valve unidirectionnelle d'entrée de l'O2 doit
être minimale et < 0,2 kPa,
débit O2: >6 L/s et résistance de la valve <1,5 cm H2O/L/s,
linéarité de l'analyseur d'azote: 1-80 %,.
précision de l'analyseur d'azote: 0,2 %,
temps de réponse de l'analyseur d'azote: < 25 ms pour une variation de concentration
de N2 de 10 %,
précision du pneumotachographe: ± 3 % pour des débits entre 0 et 6 L/s,
mesure automatique de la température du pneumotachographe et de l'air ambiant
toutes les 10 sec avec une précision de 0,5 °C (correction BTPS),
analyse de l'air expiré: 40 échantillons/sec (= toutes les 25 ms),
correction électronique de la différence de phase entre débit et mesure du N2,
correction, pour autant que nécessaire, de la faute de mesure du débit par la
modification de composition des gaz expirés (pneumotachographe de Fleisch).
VI. Valeurs de référence
Voir Partie I, Chapitre 2, Tables 2-1 et 2-2.
C. Méthode pléthysmographique corporelle
Cette méthode est basée sur le principe de la loi de Boyle-Mariotte. Après fermeture des
voies aériennes, une compression du gaz résiduel dans le thorax (VGT) va entraîner une
diminution de la pression dans le pléthysmographe. Une expansion du thorax aura l'effet
inverse. Ces variations d'état du poumon se passent de manière isothermique. La pression
mesurée à la bouche est représentative de la pression intrathoracique. Les modifications
de volume du thorax sont donc dérivées des modifications de pression du
pléthysmographe. Quoique la relation pression-volume dans le pléthysmographe ne soit
pas isothermique, on peut, pour des fréquences respiratoires relevantes, la calculer
empiriquement grâce à des variations sinusales de volume connues.
I. Description de la technique
le patient, muni d'une pince nasale, s'assied confortablement dans le pléthysmographe
et doit pouvoir, sans fléchir ou étendre le cou, placer la pièce buccale dans la bouche,
la porte du pléthysmographe est verrouillée alors que le patient s'entraîne à respirer
calmement à travers la pièce buccale,
le patient soutient ses joues et son menton avec ses mains: le dentier ne peut pas
être enlevé,
la mesure est commencée après stabilisation complète de la température du
pléthysmographe,
si nécessaire, le pléthysmographe sera aéré à diverses reprises, en cas de mesures
répétées et prolongées,
la CRF est mesurée sur base d'enregistrements respiratoires durant de calmes inspirations
et expirations; une ligne de base stable est tracée,
la voie aérienne est fermée à la CRF par une valve de fermeture (shutter),
le patient continue néanmoins à faire des efforts inspiratoires et expiratoires à la
fréquence de ± 0,5 - 1 Hz,
durant la manœuvre, l'opérateur suit la relation pression-volume (P-V),
après 3 à 5 efforts respiratoires (voir B et C), la valve shutter est réouverte; on demande
alors au patient d'expirer à fond jusque VR, et ensuite d'inspirer lentement à fond
jusqu'à CPT,
imprimé avec le soutien de
40
chez des patients très essouflés, on peut, après quelques inspirations et expirations
calmes, leur demander une expiration maximale (mesure du VR), ou mieux, une
inspiration maximale suivie d'une expiration maximale (mesure de CPT et VR),
la CPT est calculée sur base de la CRF moyenne et de la plus grande CI, alors que
le VR est calculé sur base de la CPT et de la CV (qui est dérivée de la CI et du VRE).
II. Nombre de tests
le plus souvent, on conseille de fournir 3 à 5 séries de mesures, pour obtenir des
courbes P-V adéquates (voir C),
chaque série doit au moins contenir deux efforts différents (panting) à fréquence de
0,5 - 1 Hz et pression buccale ≤ 2 kPa,
le coefficient de corrélation des différentes courbes sur le diagramme X-Y doit être
d'au moins 0,9.
III. Sources d'erreurs
les lignes droites sur le diagramme P-V doivent se superposer de telle manière
qu'on ne peut les distinguer qu'en déplaçant le signal (drift), ce qui est révélateur
d'une bonne technique
des segments non linéaires et des boucles révèlent des fuites, un soutien non complet
des joues ou la fermeture de la glotte
on conseille, pour la mesure de la CRF, d'utiliser l'équation complète de la loi de
Boyle-Mariotte dans les appareils computérisés, plutôt que sa forme simplifiée
(surtout important si la mesure n'est pas faite au niveau de fin d'expiration)
portes non fermées ou fuites du pléthysmographe
changements brutaux de la pression environnante (par ex. ouverture ou fermeture
des portes du labo), si le pléthysmographe n’est pas équipé d’une chambre de
compensation.
IV. Calibration
calibrer le pneumotachographe tous les jours avec une seringue de 3 litres,
correction BTPS automatique,
calibration journalière du capteur de pression (pression buccale),
calibration journalière du pneumotachographe avec un signal de volume (pompe
sinusoïdale) d'un ordre de grandeur de 20-50 ml et d'une fréquence de
halètement (panting),
calibration biologique mensuelle (hebdomadaire) de toutes les variables par 2
personnes de référence, où des variations de > 5 % de CRF et de CPT, et de > 10 %
du VR doivent mener à des contrôles supplémentaires,
mesure semestrielle et calibration de la précision de mesure des capteurs de pression
et du pneumotachographe (injection de 5, 10, 20, 30 et 50 ml) sur toute leur
gamme de mesure,
mesure semestrielle de la réponse en fréquence ou après réparation.
V. Spécification de l'appareillage
volume : 600-1000 L,
spiromètre : voir Chapitre 1,
41
imprimé avec le soutien de
portée de mesure du capteur de pression dans le pléthysmographe : ± 2.10-2 kPa,
précision du capteur de pression du pléthysmographe : ± 5.10-5 kPa,
portée de mesure du capteur de pression à la bouche : ± 5 kPa,
précision du capteur de pression à la bouche : ± 0,01 kPa,
constante de temps mécanique : 10 à max 50 sec,
constante de temps thermique : 1 minute,
mesure de pression volume : en phase jusqu'à 8 Hz
VI. Valeurs de référence
Voir Partie I, Chapitre 2, Tables 2-1 et 2-2.
Lorsqu'il y a des territoires du poumon qui ne communiquent pas ou peu avec l'ensemble,
la pléthysmographie corporelle donnera des mesures de volume plus grandes qu'avec les
techniques de dilution.
imprimé avec le soutien de
42
Chapitre 3 : La résistance au débit d’air
Il existe 3 méthodes couramment utilisées en pratique clinique pour mesurer la résistance
(R): la pléthysmographie corporelle, qui mesure la résistance des voies aériennes (Raw),
la technique d’interruption du courant aérien (Rint) et la résistance mesurée par la
technique des oscillations forcées (Rrs).
A. La resistance des voies aeriennes (Raw) par pléthysmographie corporelle
I. Principes et technique de mesure
La résistance des voies aériennes est égale au rapport entre la différence de pression entre
la bouche (Pm) et les alvéoles (Palv) et le débit d’air (V’) : R = ∆P/V’. Le débit aérien est
facilement mesurable à la bouche à l’aide d’un pneumotachographe. La pression
alvéolaire (Palv) est mesurée par pléthysmographie corporelle. Comme le volume total du
gaz dans le système poumon-pléthysmographe est constant (rappelons-nous que le sujet
respire à l’intérieur de la cabine), une augmentation de la pression dans les poumons
pendant l’expiration doit nécessairement s’accompagner d’une diminution de la pression
dans la cabine (conformément à la loi des gaz), et vice-versa pendant l’inspiration (fig. 1).
Les variations de pression (ou volume) pléthysmographique pendant la respiration et
les variations de débit à la bouche sont affichées en x-y. Immédiatement après, le sujet
fait des efforts respiratoires contre une valve fermée, pour la mesure du volume
thoracique gazeux (TGV). Ce deuxième temps sert à calibrer les variations de pression
alvéolaire. La Raw est obtenue en mesurant les rapports entre la première pente
(∆V’/DPbox) et la deuxième pente (∆Pm/∆Pbox). La résistance instrumentale (la
résistance de la valve et du pneumotachographe) doit être déduite de la résistance
mesurée, pour obtenir la Raw du sujet. La Raw s’exprime en cmH2O.L-1.s (kPa.L-1.s).
II. Corrections
Pendant la respiration calme, l’air inspiré est humidifié et sa température augmente ;
pendant l’expiration l’air est refroidi et la vapeur d’eau est condensée. Ces
modifications produisent des variations de pression additives dans la cabine
pléthysmographique: le diagramme P/V’ s’inscrit sous la forme d’une boucle (fig. 2).
Pour éliminer ces variations de P "parasites" et fermer la boucle, on demande au sujet
de haleter. Pendant le halètement, à une fréquence d’environ 2 cycles par sec. Un autre
avantage du halètement est que la glotte est largement ouverte, diminuant ainsi son
influence sur la mesure de la Raw.
Deux autres solutions existent pour éliminer l’artefact thermique:
- soit le sujet respire de l’air à 37°C ou saturé en vapeur d’eau (à partir d’un
sac thermostatisé),
- soit on soustrait (en temps réel) du signal Pbox un signal proportionnel aux variations
de volume courant .
Dans ces derniers cas, la Raw peut être mesurée pendant la respiration calme
III. Procédure de mesure et expression des résultats
Raw est généralement mesurée sur la portion linéaire du diagramme P/V’, entre 0 et
0,5 L.s-1 pendant l’inspiration ou entre 0 et 1 L.s-1 pendant l’inspiration et l’expiration.
La raison de cette démarche est d’éliminer les variations de la Raw dues au débit.
43
imprimé avec le soutien de
Les auteurs de langue allemande mesurent ce qu’ils appellent la résistance inspiratoire,
expiratoire et totale (fig. 3). Il est bien évident que ces mesures dépendent de l’amplitude
du débit ; nous ne les recommandons pas.
Chez le sujet obstructif, le diagramme P/V’ se transforme en boucle. Les critères énoncés
plus haut pour la mesure de la Raw ne sont pas d’application, surtout lorsque les deux
branches de la boucle divergent (fig. 4). Dans ce cas, la plupart des auteurs mesurent
par interpolation visuelle, une pente "moyenne" entre les deux parties de la boucle P/V’.
La Raw dépend du degré d’inflation pulmonaire, plus élevée à bas volume, plus faible à
haut volume. L’inverse de la Raw, la conductance des voies aériennes présente une
relation quasi linéaire avec le volume pulmonaire (fig. 5). Dès lors (même si la linéarité
n’est pas parfaite, et que la régression conductance/volume ne passe pas toujours par
l’origine), la conductance spécifique des voies aériennes (le rapport entre la conductance
et le volume, sGaw) est beaucoup moins influencée par les variations de volume que la
Raw. Un autre avantage de la sGaw est que ses valeurs prédites sont indépendantes de
la taille, du sexe et de l’âge (du moins chez l’adulte), ce qui n’est pas le cas pour la Raw
(dont les valeurs dépendent de l’âge, du sexe et du poids). La valeur moyenne de la
sGaw chez des sujets sains est de l’ordre de 0,23 cmH2O-1.s-1.
Certains auteurs utilisent la résistance spécifique des voies aériennes (sRaw, le produit de
la Raw et du TGV), qui a les mêmes avantages que la sGaw par rapport à la Raw , sauf
l’absence des valeurs prédites chez l’adulte.
IV. Valeurs de référence
Voir Première Partie, Chapitre 2, Tables 2.1 et 2.2
B. La technique d’interruption du courant aérien (Rint)
I. Principe et technique de mesure
Le sujet respire calmement, son V’ à la bouche est interrompu pendant une fraction de
seconde, de façon répétée, par la fermeture d’une valve rapide. Pendant la fermeture du
V’, la pression mesurée à la bouche (Pm) augmente rapidement pour s’équilibrer avec la
pression alvéolaire (Palv). La Palv est estimée par l’extrapolation de la Pm en fonction du
temps à un moment correspondant, d’après certains auteurs, au temps de la fermeture de
la valve, divisé par 2. Cette pression (Pint) est divisée par le V’ (mesuré à la bouche par
un pneumotacho-graphe) enregistré tout juste avant l’interruption du courant d’air, et le
rapport est Rint.
Cette technique reflète, en l’absence d’une activité musculaire, la résistance totale des
voies aériennes. Elle demande une coopération minime du patient et peut être mesurée
par des appareils peu coûteux.
II. Valeur et précautions
Dans la majorité des cas, surtout chez les patients obstructifs, la Rint est plus élevée que
la Raw, reflétant la lente équilibration de la Pm avec la Palv, ainsi que l’intervention de
la compliance des voies aériennes extrathoraciques. En dépit de certaines approximations
et postulats, cette technique est utile pour mettre en évidence un rétrécissement des voies
aériennes. Une précaution indispensable est le soutien ferme des joues et du plancher
buccal pendant l’examen.
imprimé avec le soutien de
44
C. La technique des oscillations forcées (Rrs)
I. Principe et technique de mesure
La technique des oscillations forcées mesure les propriétés mécaniques du système
respiratoire à partir de sa réponse aux stimuli oscillatoires rapides appliqués à la bouche.
A partir de la réponse du système respiratoire, mesurée par la relation instantanée pressiondébit (l’impédance), on déduit la résistance et la réactance du système (l’effet combiné de
l’élastance et de l’inertance).
Pendant que le sujet respire calmement, un haut-parleur applique à la bouche des variations
de pression oscillatoires (à une fréquence donnée ou à différentes fréquences) ou un "bruit
aléatoire" (un signal de pression englobant une large gamme de fréquences). La pression
buccale (Pm) et le débit aérien (V’) à la bouche mesurés pendant un intervalle de temps de
10 à 15s, sont "injectés" dans un analyseur de Fourier et l’impédance est calculée à
différentes fréquences. Cette technique mesure une résistance englobant la résistance des
voies aériennes, la résistance pulmonaire et celle de la cage thoracique (Rrs).
II. Valeur
L’avantage de cette méthode est l’absence de contraintes imposées au patient pendant
qu’il respire. Chez des patients obstructifs, la Rrs est augmentée à des faibles
fréquences, mais diminue à des fréquences élevées, suite à l’inhomogénéité des
propriétés mécaniques du poumon. Les joues, ainsi que le plancher buccal doivent être
fermement soutenues pendant l’examen, pour diminuer l’influence de la compliance
des voies aériennes extrathoraciques.
D. Comparaison des différentes techniques et du VEMS (FEV1)
Chez les sujets en bonne santé, les valeurs de résistance mesurées par ces trois
techniques sont grosso modo comparables entre elles, quoique la Rint et la Rrs sont moins
sensibles que la Raw et ont tendance à sous-estimer la résistance chez les sujets
obstructifs. Il faut rappeler que la Palv (indispensable pour la mesure de la résistance)
n’est mesurée directement par aucune de ces 3 méthodes.
Toutes les 3 dépendent de la mesure de la Pm, qui reflète plus ou moins fidèlement la Palv.
Cela explique les valeurs différentes de R obtenues chez le même sujet obstructif en
utilisant des techniques de mesure différentes.
On ne dispose de valeurs de référence fiables que pour la Raw. Pour les autres méthodes
la plupart des laboratoires font appel à des résultats obtenus à partir d’un nombre limité
de sujets. Les modifications du niveau ventilatoire, qui modifient la Raw, sont prises en
compte en pléthysmographie corporelle en mesurant la conductance spécifique (ou la
résistance spécifique). Le niveau ventilatoire est rarement mesuré lors de l’énregistrement
de la Rrs et de la Rint.
Des calibrations des grandeurs physiques (pression, volume et débit) et non pas des
calibrations "électroniques" doivent être régulièrement faites, pour éviter que "le réglage
automatique" ne conduise, faute de ces précautions, à des erreurs de mesure.
La relation entre la résistance au débit d’air et le VEMS (FEV1) varie en fonction de la
pathologie pulmonaire (fig. 6). Donc la combination du VEMS et de la Raw peut fournir
de l’information diagnositique complémentaire.
45
imprimé avec le soutien de
Figure 1 : Changements des pressions dans le plethysmographe et dans les
poumons, conformément à la loi des gaz.
+
+
+
-
-
-
-
Figure 2 : La différence de température entre l’air inspiré et expiré cause
une boucle P/V’ (en A) qu’il faut fermer (en B, par une des
trois méthodes possibles).
A
B
V’
V’
+
AP
P box
P box
Figure 3 : Raw est généralement mesurée sur la portion linéaire du
diagramme (en A) ; mais on peut aussi mesurer la résistance
totale (Rtot), inspiratoire (Rin) ou expiratoire (Rex) (en B).
A
B
R in.
1
0
R tot.
1
R ex.
-
P box
imprimé avec le soutien de
46
P box
Figure 4 : Boucle typique chez un BPCO; la boucle est plus ouverte pendant
l’expiration.
V’
P box
Figure 5 : La relation entre Raw et V est inverse et curvilinéaire, et entre
Gaw et V proportionnelle et linéaire
Raw
Gaw
V
V
Figure 6 : Rapports schématiques entre les changements du VEMS (FEV1) et
la Raw dans des pathologies diverses :
1. obstruction des voies aériennes supérieures, 2. asthme,
3. résection pulmonaire, 4. emphysème, 5. fibrose pulmonaire
100
%
FEV1
80
60
1
2
40
5
4
3
300
400
0
100
200
500 %
Raw
47
imprimé avec le soutien de
Chapitre 4 : Réponse bronchodilatatrice
I. Techniques de mesure, indices de fonction pulmonaire
La réponse à un bronchodilatateur sera le plus souvent étudiée au moyen du VEMS (FEV1)
et de la CV, mais aussi parfois par la mesure des résistances des voies aériennes (Raw,
Rva). La résistance des voies aériennes sera de préférence mesurée par pléthysmographie
corporelle et peut alors être standardisée par rapport au volume pulmonaire en l'exprimant
en valeurs de conductance spécifique (sGaw). Lorsque l'on utilise la technique d'oscillation
forcée, on choisit la mesure de résistance à 5 ou 6 Hertz, comme la fréquence de
résonance de la réactance.
Les index de débit expiratoire forcé (ou de courbe débit-volume) ne sont pas très adaptés
à cet examen: le DEP a une reproductibilité insuffisante et les DEM25-75 (MMEF), DEM
50%CV et DEM 25% CV peuvent donner des résultats paradoxaux, surtout si la CV varie
après bronchodilatation, à moins que la mesure "post" se fasse au même volume que la
mesure "pré". Ceci nécessite une programmation informatique (software) dont la plupart
des appareils commerciaux ne sont pas équipés.
II. Expression des résultats
Tout d'abord, la variation après bronchodilatateur doit être exprimée en valeur absolue,
c'est-à-dire en litres pour VEMS et CV, L/s pour les débits maximaux et cmH2O.L-1.s ou
kPa.L-1.s pour la résistance.
De plus, on doit l'exprimer en % de variation. La plupart des laboratoires de fonction
respiratoire utilisent pour cela l'expression "en % relatifs", c'est-à-dire que la variation est
exprimée en % de la valeur de départ. Le problème qui s'en suit est la relevance de la
réponse dilatatrice bronchique qui est surestimée quand les valeurs de base sont basses : par
exemple, chez un BPCO dont la valeur de départ du VEMS est de 20% des valeurs prédites
et la valeur après bronchodilatateur de 25%, la réponse relative est de 25%, ce qui serait
erronément interprété comme une réponse très significative, et de l'asthme pourrait être
suspecté (Table 1). C'est pourquoi les recommandations du groupe de travail
"Standardisation des tests fonctionnels pulmonaires" de l'ERS sont de mesurer la réponse en
"% absolus", c'est-à-dire en % de la valeur prédite. Ainsi, une augmentation du VEMS de 20
à 25 % chez un patient BPCO correspond à une réponse de 5 %, ce qui n'est pas significatif.
Table 1: Influence du moyen d'expression de la réponse sur les résultats
Cas 1
imprimé avec le soutien de
Cas 2
Valeur de départ
1 L = 20% préd.
4 L = 80% préd.
Post-bronchodilatateur
1,25 L = 25% préd.
4,25 L = 85% préd.
Variation absolue (L)
+ 0,25 L
+ 0,25 L
Variation absolue en % (% prédit)
+ 5%
+ 5%
Variation relative en % (% de valeur de
base)
+ 25%
+ 6%
48
III. Procédure pratique du test
La réponse bronchodilatatrice peut être mesurée après administration de
sympathicomimétiques, d'anticholinergiques ou de théophylline et ceci est suivi de
préférence par des mesures "post-bronchodilatateur" répétées, ce qu'on peut appeler
une courbe réponse-temps. On peut aussi tester différentes doses du bronchodilatateur,
soit faire une courbe dose-réponse.
Pour des mesures cliniques de routine, on peut utiliser une seule dose et une seule
mesure "post", normalement réalisée à la réponse supposée maximale: ainsi, après 20
minutes pour un bêta-2-mimétique d'action rapide (2 puffs de salbutamol 200 mcg, ou
équipotent via un espaceur), après 45 minutes pour un bêta-2-mimétique de longue
durée et après 120 min pour les théophyllines.
Préalablement à ce test, on ne peut pas administrer de bêta-2-mimétique ou
d'anticholinergique durant 6 heures, ou de bêta-2-mimétique de longue action ou de
théophyllinique durant 12 heures.
Le chromoglycate de sodium, les antihistaminiques et les corticoïdes ne doivent pas être
interrompus.
IV. Variabilité dans la réponse
La réponse varie en fonction de la classe pharmacologique du bronchodilatateur, de
la dose, de la labilité bronchique et de la valeur de départ de la fonction pulmonaire
au moment de la mesure. Pour le même patient, la réponse peut donc varier plus ou
moins en fonction du moment en fonction de la pathologie.
V. Définition d'une réponse évidente au significative
Par définition, une réponse significative doit être plus grande que la réponse d'un sujet
bien portant, et plus grande que la variabilité de la mesure elle-même. Les valeurs limites
d'une réponse significative sont données dans le table 2.
Table 2: Signification de la réponse évidente
VEMS
CVF
Valeur absolue
200 ml
200 ml
% absolus
12 %
12 %
% relatifs
15 %
15 %
49
sGaw
40 %
imprimé avec le soutien de
Chapitre 5 : Test de bronchoconstriction :
mesure de l’hyperréactivité
bronchique non spécifique
L’hyperréactivité bronchique non spécifique (HBNS) est une réaction bronchoconstrictrice
exagérée en réponse à différents stimuli non allergéniques. Le terme hyperréactivité
(“hyperresponsiveness”) recouvre deux aspects de la réponse bronchique exagérée aux
agents bronchoconstricteurs : 1°/ l’hypersensibilité bronchique (“hypersensitivity”) qui
correspond à un abaissement du seuil de réponse à l’agent bronchoconstricteur entraînant
un déplacement vers la gauche de la courbe dose-réponse, et 2°/ l’hyperexcitabilité
bronchique (“hyperreactivity”) qui se traduit par une accentuation de la pente de la courbe
dose-réponse. Un troisième aspect de la réponse bronchique exagérée est l’absence de
phénomène de “plateau” qui est caractéristique de l’asthme modéré et sévère.
Les stimuli bronchoconstricteurs comprennent des agents pharmacologiques (histamine,
méthacholine, carbacholine, médiateurs chimiques) et des agents physiques (exercice,
aérosols non isotoniques, air froid/sec). Seuls les tests utilisant certains agents
pharmacologiques et l’exercice ont été validés et sont utilisés en pratique clinique. Cellesci doivent être effective selon des directions de l’ERS et de l’ATS.
A. Agents pharmacologiques
I. Description de la technique
1. Agents bronchoconstricteurs
Histamine : phosphate d’histamine (poids moléculaire = 325.2) solution dans
du sérum physiologique tamponné (phosphate buffered saline).
L’histamine entraîne plus d’effets secondaires (céphalées, dysphonie,
flushing) que les agonistes muscariniques.
Agonistes muscariniques:
- Méthacholine: chlorure d’acétyl-b-méthyl choline (1 mol = 195 g)
ou bromure d’acétyl-ß-méthyl choline (1 mol = 239.9 g) en solution
dans du sérum physiologique.
- Carbachol (182.7 g): l’utilisation du carbachol est nettement moins
standardisée que celle de l’histamine et la méthacholine.
- Acétylcholine: moins stable et dégradée par l’acétylcholine estérase.
2. Préparation des solutions
Préparation des dilutions par des techniciens expérimentés et étiquetage soigneux
des solutions.
Respect des délais de stabilité des solutions des agents bronchoconstricteurs
(3 mois à 4°C).
Les solutions doivent être portées à température ambiante pour réaliser le test
de bronchoconstriction car la température de la solution influence le débit de
nébulisation.
II. Méthodes d’administration des agents pharmacologiques
1. Méthodes “à volume courant”
Administration: inhalation à volume courant pendant 2 minutes de solutions de
l’agent bronchoconstricteur administré à des concentrations doublantes (diluant, 0,03 0,06 - 0,125 - 0,25 - 0,5 - 1 - 2 - 4 - 8 - 16 - 32 mg/ml) et à intervalles de 5 minutes.
imprimé avec le soutien de
50
Mesure du VEMS : 30 et 90 secondes après la fin de chaque nébulisation.
Caractéristiques du nébuliseur: particules de diamètre aérodynamique médian
(mass median aerodynamic diameter) compris entre 1,0 et 3,6 µm; débit de
nébulisation = 0.13 ml/min ± 10% (par exemple, nébuliseur Wright); pression
d’alimentation en air comprimé = 344 kPa (50 p.s.i).
2. Méthodes par dosimètre
Administration : 5 inhalations lentes (5 secondes) et profondes (de la CRF à la
CPT), suivies ou non d’une apnée de 5 sec, de concentrations croissantes (diluant,
0,06, 0,25, 1, 4, 16 mg/ml, selon les recommandations de l’ATS), à intervalles
de 5 min. Nébulisation de l’agent bronchoconstricteur durant 0.6 sec (activation
manuelle ou automatique).
Mesure du VEMS : 30 et 90 sec après la fin de chaque nébulisation.
Caractéristiques du nébuliseur: débit de 9 µl ± 10% par 0,6 sec de fonctionnement
(par exemple, nébuliseur De Vilbiss 646), pression d’alimentation en air comprimé
= 138 kPa (20 p.s.i).
3. Méthodes abrégées
Les méthodes décrites ci-dessus nécessitent 20 à 45 min. Elles peuvent être raccourcies :
1 en commençant le test à une concentration supérieure à 0.03 mg/ml, et/ou 2 en
administrant la concentration/dose quadruple (au lieu de double) lorsque la diminution
du VEMS est inférieure à 5%. Le choix de ces méthodes abrégées doit être basé sur
l’histoire clinique du patient (fréquence et sévérité des symptômes asthmatiques et
importance du traitement anti-asthmatique habituel).
III. Evaluation de la réponse bronchique
1. Le VEMS constitue le paramètre le plus simple et le plus reproductible pour évaluer
le calibre bronchique. Le VEMS mesuré après administration du diluant est utilisé
comme valeur de base. Le VEMS le plus élevé mesuré après administration des
différentes concentrations de l’agent bronchoconstricteur est pris en compte pour évaluer
la réponse bronchique et établir une courbe concentration/dose-réponse.
2. La résistance (Raw), ou la résistance spécifique (sRaw), ou la conductance spécifique
(sGaw) des voies aériennes mesurées en pléthysmographie peuvent être utiles chez
les patients qui ne peuvent réaliser des manœuvres d’expiration forcées de qualité
acceptable. Ces paramètres ne dépendent pas de l’effort musculaire mais sont moins
reproductibles que le VEMS. Les méthodes basées sur les oscillations forcées ou les
techniques d’interruption sont également utiles chez les patients qui ne peuvent réaliser
une spirométrie acceptable, comme chez les enfants âgés de moins de 6 ans.
IV. Expression des résultats
1. Le rapport du test doit obligatoirement mentionner la nature de l’agent bronchoconstricteur,
la technique d’administration utilisée, ainsi que les concentrations (ou les doses) de
l’agent qui ont été administrées.
2. Le résultat du test de bronchoconstriction doit être exprimé par la valeur de la PC20
(ou de la PD20 pour la méthode dosimétrique) qui représente la concentration (ou la
dose) de l’agent bronchoconstricteur ayant induit une diminution de 20% du VEMS.
51
imprimé avec le soutien de
La valeur de la PC20 (ou de la PD20) est calculée par interpolation linéaire de la
courbe concentration/ dose-réponse tel qu’illustré dans la figure 7. La valeur de la
PC20 (ou de la PD20) est calculée selon la formule :
PC20 = antilog {log C1 + [(log C2 - log C1) (20 - R1)]/(R2 - R1)}
qui peut être simplifiée de la façon suivante:
PC20 = C1 + (C2 - C1) (20 - R1)/(R2 - R1).
C1 = avant-dernière concentration de l’agent pharmacologique;
C2 = dernière concentration de l’agent pharmacologique (ayant induit une diminution
du VEMS ≥ 20%);
R1 = pourcentage de diminution du VEMS après C1;
R2 = pourcentage de diminution du VEMS après C2.
% diminution du VEMS
R2
20
R1
10
PC20
0
Diluant
0.125
0.25
0,5
1
C1
2
C2
4
Concentration d’histamine/méthacholine
Figure 7 : Représentation schématique de la courbe concentration/doseréponse dans un test de bronchoconstriction pharmacologique.
La PC20/PD20 représente la concentration/dose-réponse qu’ induit
une diminution de 20% du VEMS.
V. Indications
1. Diagnostic de l’asthme : lorsque la spirométrie et un test de bronchodilatation ne
permettent pas d’établir le diagnostic de manière formelle. En pratique clinique, la
mesure de l’HBNS est plus utile pour exclure le diagnostic d’asthme que pour le
confirmer. En effet, le test a une excellente sensibilité mais une faible valeur prédictive
positive. Par ailleurs, l’HBNS n’est pas spécifique de l’asthme car elle est présente dans
d’autres maladies (bronchopneumopathies chroniques obstructives, décompensation
cardiaque, mucoviscidose, rhinite allergique).
2. Diagnostic de l’asthme professionnel : les variations du degré d’HBNS en relation
avec l’exposition au milieu professionnel ou à un agent professionnel spécifique (lors
de tests de provocation en laboratoire) constituent un élément important pour établir
le diagnostic d’asthme professionnel.
imprimé avec le soutien de
52
3. Evaluation de la sévérité, du pronostic et de l’efficacité du traitement de l’asthme : il
n’est pas actuellement démontré que la mesure de l’HBNS ait une utilité clinique dans
l’évaluation de la sévérité de l’asthme, du pronostic de la maladie, ou de l’efficacité
du traitement. En pratique clinique, des mesures répétées de l’HBNS ne se justifient
que dans certaines circonstances :
- Diagnostics difficiles: lorsqu’il existe une discordance entre la sévérité des symptômes
et l’intensité du traitement.
- Asthme intermittent (mesures de l’HBNS pendant et en dehors d’une exposition
allergénique).
- Diagnostic et évaluation des séquelles de l’asthme professionnel (mesures de
l’HBNS en période de travail et après écartement) et de l’asthme induit par une
intoxication aiguë.
VI. Calibrations
1. Avant la mise en utilisation de chaque nébuliseur, il est impératif de déterminer le
débit d’air comprimé nécessaire pour obtenir le débit de nébulisation requis par le
protocole (voir B).
2. La calibration de chaque nébuliseur doit être vérifiée régulièrement (par exemple tous
les 20 tests).
3. Le débit d’air comprimé alimentant le nébuliseur doit être régulièrement vérifié à
l’aide d’un rotamètre.
4. Les appareils de mesure doivent être calibrés selon les recommandations (voir chapitres
précédents).
VII. Sources d’erreurs
1. Il est impératif de respecter scrupuleusement le protocole choisi car de multiples facteurs
techniques peuvent modifier la dose administrée au patient et influencer les résultats du test.
2. Les médicaments doivent être arrêtés selon les recommandations internationales.
3. La mesure de l’HBNS doit être effectuée à distance d’un épisode infectieux des voies
respiratoires.
4. Reproductibilité : les études montrent que la reproductibilité à court terme (1 à 8
semaines) des tests de bronchoconstriction est relativement faible, de l’ordre de 1.5
concentration doublante, chez les patients en état stable. La reproductibilité du test
de bronchoconstriction doit donc être déterminée pour chaque laboratoire, en particulier
lorsque des mesures de l’HBNS sont réalisées de manière répétée chez le même sujet
afin de détecter des modifications significatives de la PC20/PD20 dans le diagnostic
de l’asthme professionnel.
VIII. Contre-indications
1. Absolues
Obstruction sévère des voies aériennes : VEMS < 1,2 L (recommandations de l’ERS);
VEMS < 50% des valeurs prédites ou < 1 L (recommandations de l’ATS).
Infarctus myocardique ou accident vasculaire cérébral récent (< 3 mois).
Hypertension artérielle non contrôlée.
Anévrysme artériel connu.
Incapacité du sujet à comprendre les modalités du test
53
imprimé avec le soutien de
2. Relatives
Obstruction modérée à sévère des voies aériennes : VEMS < VEMS prédit - 1,5 L pour
les hommes; < VEMS prédit - 1,2 L pour les femmes (recommandations de l’ERS);
VEMS < 60% ou < 1,5 L (recommandations de l’ATS).
Grossesse et allaitement.
Epilepsie traitée
IX. Précautions
1. Les tests de bronchoconstriction doivent être réalisés par des techniciens entraînés
ayant reçu des consignes de sécurité précises pour traiter un bronchospasme aigu.
Un médecin doit être disponible dans un délai raisonnable.
2. Les médicaments nécessaires pour traiter un bronchospasme aigu (bronchodilatateurs
en inhalation et sous forme injectable; oxygène) doivent être disponibles dans le local
où est effectué le test.
3. Le patient ne sera autorisé à quitter le laboratoire qu’après avoir vérifié que le VEMS
est > à 90% du VEMS pré-test.
X. Valeurs de référence
1. Il y a lieu de choisir un protocole standardisé et validé qui permette une interprétation
correcte des résultats. Pour l’histamine, on considère habituellement qu’il y a HBNS
lorsque la PC20 est < 8 mg/ml ou la PD20 < 6.8 µmol (< 2.1 mg). Pour la méthacholine,
il y a HBNS lorsque la PC20 est < 8 mg/ml ou la PD20 < 10.6 µmol (< 2.1 mg).
2. Il y a modification significative du degré d’HBNS lorsque les valeurs de PC20/PD20
dépassent les limites de reproductibilité lors de deux mesures effectuées chez un même
sujet. Les limites de reproductibilité de la méthode utilisée doivent être déterminées
pour chaque laboratoire.
B. Tests de bronchoconstriction à l’effort
I. Description de la technique
1. Effort physique (sur tapis roulant ou cycloergomètre) visant à atteindre, en 4 minutes,
une fréquence cardiaque équivalente à 80-90% de la fréquence cardiaque maximale
prédite (220/min – âge) ou une ventilation équivalente à 40-60% de la ventilation
maximale prédite (VEMS x 35). Ces conditions d’exercice doivent être maintenues
pendant 4 minutes.
2. Inhalation d’air à température ambiante (20-25°C; degré d’humidité < 50%) ou air sec.
3. Mesure du VEMS avant l’exercice et ensuite 1, 5, 10, 15 et 30 min après la fin de l’exercice
II. Indications
Rechercher l’existence d’un bronchospasme à l’effort chez les sujets qui se plaignent de
symptômes respiratoires (dyspnée, sifflements, toux) à l’effort, même si le test de
bronchoconstriction pharmacologique est négatif.
III. Sources d’erreurs
1. Un exercice physique préalable peut entraîner un effet protecteur (période réfractaire)
pendant 4 heures.
2. Les médicaments doivent être arrêtés selon les recommandations internationales.
imprimé avec le soutien de
54
IV. Contre-indications
Idem que en A.VIII
V. Précautions
Idem que en A.IX, plus monitoring de l’ECG et de la saturation en oxygène.
VI. Valeurs de référence
Une diminution du VEMS supérieure à 10-15% de la valeur pré-exercice est considérée
comme étant significative
55
imprimé avec le soutien de
Chapitre 6 : Facteur de transfert (TL,CO) ou
capacité de diffusion (DL,CO)
Le terme "transfert" est à préférer au terme "diffusion" car :
1°/ on ne mesure pas seulement la diffusion du CO à travers la membrane alvéolo-capillaire
mais aussi sa captation par les globules rouges, et donc le transfert total, et
2°/ on ne mesure pas une capacité maximale mais un facteur de transfert au repos (qui n’est,
par exemple, que 50% des valeurs mesurées lors d’un effort maximal).
I. Techniques de mesure
1) La "single breathholding technique" ou technique en apnée (TL,CO,sb): le sujet investigué
inspire jusqu’à la CPT et maintient une apnée de 10 secondes après laquelle il expire
rapidement (mais pas une expiration forcée).
C’est la méthode utilisée en routine dans les laboratoires. Avec cette méthode, on doit
prendre en compte les facteurs suivants:
- l’inspiration doit être rapide;
- l’inspiration doit être pratiquement maximale, c’est à dire que le volume inspiré (Vin)
doit être supérieur ou égal à 90% de la capacité vitale, car le TL,CO est sous-estimé
au cours d’une inspiration incomplète (voir plus loin);
- le temps d’apnée doit être correctement établi (classiquement 10 sec): les appareillages
modernes permettent en général un temps d’apnée variable. Cette apnée doit
cependant durer au minimum 5 sec pour obtenir une mesure fiable;
- l’expiration doit être rapide.
La valeur minimale de capacité vitale nécessaire pour obtenir une mesure fiable varie
en fonction de la qualité de l’appareillage et surtout des analyseurs. Il est également
essentiel qu’une quantité suffisante de "gaz alvéolaire" soit obtenue au cours de l’expiration
rapide, autrement dit que le volume de l’"espace mort" du patient et de l’appareillage
soit expiré complètement. Pour plus de sécurité, cette valeur est estimée à 500 ml
environ pour une quantité nécessaire de gaz alvéolaire supérieure ou égale à 200 ml.
2) La technique d’expiration en "single-breath" ou expiration unique: cette technique
est devenue possible grâce à des analyseurs rapides. Le patient doit également expirer
très régulièrement , ce qui échoue malheureusement la plupart du temps. C’est pourquoi
cette technique n’est pas à recommander en routine: les patients incapables d’exécuter
correctement une manœuvre de TL,CO,sb classique pourront encore moins facilement
exécuter cette technique "de pointe". Des directives universellement acceptées sur le
technique et des valeurs de référence ne sont pas disponibles.
3) La méthode par "rebreathing" ou réinhalation: les résultats obtenus par cette technique
ne correspondent pas à ceux obtenus avec le TL,CO,sb.
4) La méthode en état stable ou "steady state": Ses résultats sont très dépendants de la
ventilation/minute du sujet.
Le TL,CO,sb est donc la technique classiquement utilisée, raison pour laquelle la discussion
suivante ne considérera que cette méthode.
II. Subdivision du TLCO,sb
- Le coefficient de transfert (KCO): est un facteur mesuré au cours du test. TL,CO est calculé
en multipliant le KCO par le volume alvéolaire correspondant (VA).Ce dernier peut-être
obtenu par différents méthodes (voir plus loin).
imprimé avec le soutien de
56
- La capacité de diffusion de la membrane alvéolo-capillaire (Dm) et la vitesse de réaction
du CO avec l’hémoglobine (Θ.Q) peuvent être obtenues séparément en réalisant la
mesure avec deux concentrations très différentes d’oxygène. Ces mesures ne sont pas
pratiquées en routine, et nous n’en discuterons donc pas dans ce qui suit.
III. Facteurs interférant avec les résultats du TLCO,sb.
a) Le tabagisme actif : le patient ne peut pas fumer dans les 24 heures précédant le test,
car ceci entraînerait une augmentation de la carboxyhémoglobine d’au moins 5%, avec
chute correspondante du TL,CO,sb.
b) L’anémie entraîne en moyenne une chute du TL,CO de l’ordre de 60% de la diminution
de l’hémoglobine: par exemple, une chute de 50% du taux d’hémoglobine diminue le
TL,CO de 30%. Pour cette raison, une correction mathématique de la TL,CO mesurée doit
être opérée en cas d’anémie.
c) Le volume pulmonaire inspiré (Vin) : si la mesure du TL,CO est faite au cours d’une
inspiration incomplète, par exemple à 50% de la CPT, TL,CO,sb ne sera que de 75% et
KCO de 150% des valeurs attendues. En conséquence, une inspiration
incomplète, par exemple suite à une pathologie musculaire, sous-estime le TL,CO,sb et
surestime le KCO. Il en est de même dans les maladies restrictives du poumon (résection
chirurgicale, fibrose) où TL,CO,sb baisse et KCO augmente. C’est la raison pour laquelle,
au cours de certaines pathologies interstitielles comme la sarcoïdose, on observe des
valeurs de KCO dépassant 100% des valeurs prédites en cas de diminution importante de la
CPT. Le KCO n’a donc qu’une valeur informative limitée dans les pathologies restrictives.
d) Le volume alvéolaire (VA) peut être mesuré de trois manières différentes, ce qui influencera
la mesure du TL,CO,sb, mais pas celle du KCO.
- Mesure par équilibration gazeuse de 5 à 10 minutes, en général à l’hélium.
C’est la technique de référence (Vamb) qui est classiquement recommandée
- Mesure en respiration unique ou "single-breath" (Vasb): elle comporte
clairement une sous estimation du TL,CO,sb en cas d’obstruction modérée
à sévère des voies aériennes et en cas d’anomalies de la distribution de
la ventilation. C’est cependant la méthode actuellement la plus utilisée
- Mesure par pléthysmographie (Vapl): elle comporte une surestimation
en cas de présence de territoires bulleux non ventilés.
- Lorsque le Vasb est < 0,85 Vamb, il est recommandé d’utiliser uniquement
le dernier index.
IV. Recommandations pratiques pour la mesure
- En cas de déficit respiratoire obstructif, administrer un bronchodilatateur avant le test;
- arrêt du tabac 24 heures avant le test;
- le patient doit rester assis tranquillement 5 minutes avant le test, et la mesure faite en
position assise;
- maintenir un intervalle d’au moins 4 minutes entre les différentes mesures;
- ne pas administrer d’oxygène durant les 30 minutes qui précèdent (p.e. ne pas effectuer une
rinçage de N2); en effet, une pression alvéolaire d’oxygène trop élevée diminue la TL,CO;
- le volume inspiré (Vin) doit être d’au moins 90% de la CV;
- au cours de l’apnée, ne pas faire de manœuvres de Valsalva ou de Mueller. Veiller aussi
à ne pas avoir de fuite buccale;
- le volume total expiré sera au minimum de 0,75 à 1 L pour comporter l’espace mort et
le gaz alvéolaire;
- l’inspiration et l’expiration doivent être rapides.
57
imprimé avec le soutien de
V. Variations physiologiques
TL,CO est corrélé positivement avec la taille, négativement avec l’âge et est un peu plus
bas chez les femmes. Dans les races non-caucasiennes, où CPT est en moyenne 10 à
15% plus petite, KCO est plus élevée et les valeurs de TL,CO sont donc semblables.
VI. Valeurs de référence
Les valeurs de références de l’ERS/CECA (Bull Eur Physiopath Resp 1983, suppl. 5) sont
utilisées de préférence pour TL,CO. Elles sont cependant surévaluées d’environ 15% pour
le KCO, ce qui fait que chez une personne saine, on mesure des KCO d’environ 85% des
valeurs prédites. C’est pourquoi nous recommandons d’utiliser une des deux méthodes
suivantes pour calculer les valeurs prédites de KCO :
- ou bien réduire de 15% les valeurs de référence de l’ERS/CECA. C’est l’attitude la
plus recommandée;
- ou bien diviser la TL,CO prédite du patient par la CPT prédite
imprimé avec le soutien de
58
Chapitre 7 : L’épreuve d’effort en pneumologie
L’épreuve d’effort à pour but de mesurer la capacité d’effort et de détecter les facteurs
limitants.
L’épreuve d’effort permet ainsi d’évaluer de façon globale et objective la plainte de dyspnée
à l’effort chez des patients respiratoires. Le pneumologue se contente malheureusement
souvent de tests fonctionnels de repos, ignorant donc ainsi les adaptations cardiorespiratoires possibles pendant l’effort.
I. Conditions générales pour le test
A. Qualification du personnel
Deux personnes, dont une au moins est médecin ;
avec connaissances de base en physiologie de l’exercice ;
avec expérience en réanimation cardio-respiratoire.
La qualification du personnel dépend du profil du patient.
B. Règles de sécurité
Une revue récente analysant huit études révèle que les morts soudaines vont de 0 à 5 pour
10.000 tests. Une autre étude française basée sur 458.000 tests réalisés entre 1975 et 1985
rapporte un décès pour 76.000 épreuves d’effort. Le risque est en tous cas relativement bas
et est étroitement lié à la maladie sous-jacente : il est beaucoup plus élevé chez les sujets ayant
présenté un infarctus du myocarde récent ou présentant des troubles du rythme sévères.
Un monitoring soigneux par ECG est indiqué pendant ou immédiatement après l’épreuve
d’effort.
II. Indications et contre-indications
L’évaluation de l’indication ou de la contre-indication d’une épreuve d’effort chez un patient
donné repose en première instance sur les données cliniques.
A. Les indications sont multiples et sont présentés dans le tableau 1.
Tableau 1: Indications de l'épreuve d'effort
Evaluation de la tolérance à l'effort (capacité d’effort maximale)
- Quantification de la tolérance à l'effort - degré du handicap/incapacité de travailler
- Mise en évidence des facteurs limitants l'exercice
Indications cliniques spéciales
- Apport diagnostique
Dépistage de l’étiologie de la dyspnée
Dépistage de l'asthme post-exercice
Evaluation de la sévérité de la déficience et de son pronostic (hypoxémie post exercice)
- Evaluation préopératoire
Résection pulmonaire
Réduction du volume pulmonaire
Transplantation pulmonaire
- Suivi des maladies respiratoires et de leur traitement
Prescription du réentraînement à l'effort
- Méthode standardisée
- Méthode individualisée.
59
imprimé avec le soutien de
B. Les contre-indications sont reprise dans le tableau 2.
Tableau 2 : Contre-indications à la réalisation d'une épreuve d'effort
Contre-indications relatives
Contre-indications absolues
Infarctus du myocarde de moins d'une semaine
Troubles du rythme sévères
Maladie fébrile aiguë
Oedème pulmonaire
Angor instable
Myocardite ou péricardite aiguë
Infarctus du myocarde de moins de 4 semaines
Maladie valvulaire aortique
HTA non contrôlée (200/120 mmHg)
Tachycardie de repos > 120/min
Troubles électrolytiques (hypo ou hyperkaliémie)
Bloc auriculo-ventriculaire
Maladie thrombo-embolique
Antécédents d'épilepsie
Maladie vasculaire cérébrale
Insuffisance respiratoire aiguë.
C. Critères d’arrêt de l’exercice sont énumérés dans le tableau 3
Ils doivent être connus de tout le personnel participant à l’épreuve d’effort;
si l’épreuve d’effort a été arrêtée pour quelque raison que ce soit, le patient doit être
surveillé dans le laboratoire jusqu’à ce que les plaintes ou les symptômes électrocardiographiques aient disparus;
si nécessaire, la réanimation doit être commencée sur place;
le matériel de réanimation doit être en bon état et disponible sur place: défibrillateur,
matériel d’intubation, source d’oxygène, etc.
III. Préparation
A. Préparation du patient
-
Ne pas manger au moins 2 heures avant l’épreuve;
arrêt de tabac (durée maximale souhaitée);
éviter de consommer des boissons contenant de la caféine;
apporter des vêtements légers ;
éviter les vêtements comprimant l’abdomen.
B. Lorsque le patient arrive sur le plateau technique
- Réaliser une anamnèse détaillée (antécédents, traitement actuel, pathologies représentant
une contre-indication à la réalisation de l’épreuve d’effort);
- information préalable sur le test, l’appareillage, les risques potentiels;
- encourager le patient à poser des questions (réduire éventuelle anxiété);
- familiariser le patient avec l’appareillage (surtout nécessaire pour le tapis roulant);
- fixer la selle à bonne hauteur (le genou doit être légèrement plié lorsque la pédale
est à son plus bas);
- brancher les électrodes et le tensiomètre;
- embout buccal ou masque: un embout empêche les petites fuites mais induit une
salivation dont il faut avertir le patient;
- pour le confort du patient il est nécessaire de pouvoir communiquer avec lui afin
qu’il se sente en confiance. On l’informe qu’il doit signaler la moindre anomalie en
pointant le pouce vers le sol et en signalant ensuite le siège d’une éventuelle douleur;
imprimé avec le soutien de
60
- à noter que les gaz du sang doivent être réalisés sur le patient branché y compris
au repos car même avec les appareils les plus modernes il y a toujours une certaine
résistance qui par effet PEEP va améliorer de quelques milimètres de mercure la
PaO2. On pourra ainsi comparer les gaz du sang de début et de fin d’effort dans
les mêmes conditions;
- si pour une raison quelconque le test n’a pas pu être réalisé dans des conditions
satisfaisantes, il pourra être recommencé après une période de repos d’au moins
30 - 40 minutes.
Tableau 3: Critères d'arrêt de l'exercice
Critères absolus : symptômes
Douleur thoracique aiguë
Apparition soudaine d'une pâleur
Perte de coordination
Confusion mentale
Dyspnée extrême
Critères relatifs
Extrasystoles ventriculaires polymorphes
ou fréquentes
Hypertension systolique > 250 mmHg
Hypertension diastolique > 130 mmHg
Critères absolus : signes
Sous-décalage ST supérieur à 0,1 mV
(moins spécifique chez les femmes)
Inversion onde T
Tachycardie ventriculaire persistante
Chute de 20 mmHg de la pression artérielle
systolique au dessous de la valeur de repos
ou de la plus haute valeur obtenue au cours
du test d'exercice
IV. Les protocoles
On choisit le protocole en fonction de l’objectif de l’épreuve d’effort, de l‘infrastructure et
du matériel disponibles, du patient qu’on désire évaluer et des variables qu’on désire
étudier. Il est souhaitable d’uniformiser quelque peu les protocoles tout en les personnalisant
de manière relativement simple permettant de la sorte que le patient réalise une épreuve
d’effort dans des conditions optimales.
En fonction de l’objectif on détermine le protocole (effort à charge croissante, à charge constante
ou en créneaux) et la technique (course, test de marche, cyclo-ergométrie, tapis roulant).
Le groupe de travail propose pour l’ergospirométrie en pneumologie un protocole de
routine avec augmentation progressive de la charge jusqu’à épuisement. Il s’agit de la
meilleure technique d’appréciation des capacités d’effort maximales et d’évaluation du
seuil anaérobie ou seuil lactique (assimilable chez le BPCO au seuil de dyspnée)
A. Les 4 phases de l’épreuve d’effort à charge croissante
Une phase de repos de 3 minutes permettant d’explorer le patient sous l’angle
cardiovasculaire et ventilatoire avant de débuter l’exercice;
une phase d’échauffement pendant laquelle le patient pédale de 3 à 5 minutes à 20 %
de la charge maximale théorique;
une phase d’incrémentation par paliers de 1 minute. Le protocole sera individualisé pour
que l’incrémentation dure entre 8 et 12 minutes, durée optimale pour le calcul des
différents paramètres et l’évaluation du seuil ventilatoire (voir plus loin). Certaines
équipes utilisent une rampe continue, toutefois avec des résultats équivalents;
61
imprimé avec le soutien de
une phase de récupération d’abord active en faisant pédaler le patient pendant
2 minutes à la puissance d’échauffement, puis passive pendant 3 minutes afin
d’éviter la survenue d’une syncope vagale et ses répercussions cardiaques. Cette
procédure permet l’élimination des lactates. Cette phase de récupération permet d’explorer
le temps de retour à une fréquence cardiaque et respiratoire de repos (fig. 8).
Puissance (W)
Échauffement
Incrément
Récupération
état stable
(3 min à 30 W)
(paliers de
12W/mn)
(2 min. pédalage à vide
puis 3 min de repos)
Figure 8 : L'épreuve triangulaire (à charge croissante). Elle comprend 4
phases : repos (3 mn), échauffement (3 min à 20 % de la PMT),
effort (10 paliers de 1 min, incréments 10 à 20 W), récupération
(active: 2 min, passive: 3 min).
B.Sélectionner la charge en fonction du temps afin de limiter la durée de l’épreuve à
10 ± 2 min
Chez des patients non respiratoires : pendant la phase d’échauffement, le patient
pédale à 20% de la charge théorique. L’incrémentation de la charge par unité de
temps (min.) se calcule en divisant les 80% restant de la charge théorique par 10.
La charge théorique (en Watt) se calcule en divisant le V’O2max (exprimé en ml/min),
auquel on retire 250 ou 300 ml/min selon le sexe, par 10,3 ou plus souvent par 10.
Chez des patients respiratoires : le pourcentage de la V’O2max théorique est proche du
pourcentage du VEMS théorique. Il suffit de multiplier la V’O2max théorique par le % VEMS.
Exemple : chez un patient avec V’O2max théorique de 2,5 L/min et un VEMS à 60% de
la valeur prédite, la V’O2max est de 1,5 L/min, soit 120 Watt. Un échauffement sera
réalisé à 20% de la charge maximale (dans l’exemple cela fera 24 Watt, dans la
pratique 20 Watt). Les 100 Watt restant doivent être répartis sur 10 min, ce qui
correspond à 10 Watt/min.
Remarques :
- Une telle individualisation de l’épreuve n’est pas possible chez des patients porteurs
d’affections à répercussion respiratoire comme une décompensation cardiaque. La
puissance maximale obtenue dans les stades 2 et 3 de la NYHA est de 100 à 150
Watt avec une incrémentation habituellement de 10 Watt/min.
- Lorsqu’il s’agit d’un sportif de niveau régional ou national, on majore la V’O2max de 30%
et pour un athlète de niveau international, on le majore de 50%. A noter que chez les
vétérans sportifs ou les athlètes de haut niveau âgés de plus de 65 ans on peut obtenir
une augmentation de 100% de la V’O2max.
imprimé avec le soutien de
62
V. Calibration et sources d’erreur
Le test de calibration le plus simple consiste à employer un étalon humain une fois
par mois et de vérifier qu’à 3 niveaux métaboliques connus (par ex 50, 100 et 150 Watt)
l’on obtienne des valeurs de VE et V’O2 reproductibles d’une fois à l’autre.
La calibration du volume et des débits ne posent guère de problème si l’on utilise une
seringue de 3 L (préférable à celle de 1 L) dans la gamme des valeurs désirées (une
ventilation de 130 L correspond à une fréquence de 60/min).
Les signaux O2 et CO2 sont plus délicats surtout s’ils sont analysés en cycle par cycle,
ce qui suppose des analyseurs rapides parfaitement calibrés, une mise en phase des
signaux et surtout un suivi en fréquence pour des fréquences dépassant 40 cycles/min.
Dans le cas où les signaux O2 et CO2 ne suivent plus, le calcul de la V’O2 et de la
V’CO2 deviendra particulièrement inadéquat. Le pneumologue se doit donc d’exiger
que son système soit calibré par un simulateur métabolique pour des hauts niveaux
de ventilation et de fréquence. En absence de certitude, un test d’hyperventilation au
repos de courte durée permet d’évaluer la fiabilité du système. Dans ces conditions,
on s’attend évidemment à ce que la VE et la V’CO2 augmentent et dans une bien moindre
mesure la V’O2 de manière à obtenir un quotient respiratoire largement supérieur à 1. Si
on remarque une augmentation progressive de la V’O2, c’est qu’il y a une problème avec
l’appareil. Le calcul de moyennes sur plusieurs cycles peut évidemment prévenir ce
problème mais on perd alors l’information cycle par cycle. Le mieux est donc de calibrer
les installations avec un simulateur métabolique.
La calibration de la bicyclette ergométrique doit également être effectuée. Il n’est pas
rare qu’elle ne se fasse qu’au moment de l’installation initiale
VI. Spécification de l’appareillage
Une description très détaillée de tous les équipements disponibles en 1997 a été faite par
Lirsac et coll. (Rev Pneum Clin 1997; 53: 258-270).
Les points essentiels lors du choix de l’équipement touchent aux signaux de base : volumedébit, concentration CO2 et O2.
VII. Interprétation de l’épreuve d’effort
A. Interprétation générale
L’interprétation d’une épreuve d’effort se fait en différentes étapes :
Il faut d’abord s’assurer que les résultats soient fiables et interprétables, c.à.d. que l’épreuve
ait été maximale;
ensuite il s’agit d’analyser les résultats : l’ensemble de la chaîne d’abord, maille par maille
ensuite on étudie le profil des anomalies, en le comparant au profil habituel rencontré
pour un certain nombre d’affections respiratoires (tableau 4);
si besoin, on précise le degré de handicap du patient quel que soit le niveau de
perturbation de sa fonction respiratoire. Le tableau 2-6 dans la Première Partie reprend
les propositions d’un groupe d’experts belges (1990) qui n’est toujours pas d’application
légale. Dans ce tableau on ne reprend que la variable V’O2max/ml/min/kg en ce que
concerne l’épreuve d’effort.
Remarques :
Dans la Partie I "valeurs de référence" on recommande pour le calcul de la V’O2max la
formule de Jones.
Au cours d’une épreuve d’effort progressive, on mesure une grande quantité de
variables. La tendance consiste à n’exploiter ces variables qu’à l’exercice maximal.
C’est perdre ainsi un nombre d’informations importantes.
63
imprimé avec le soutien de
Tableau 4 : Caractéristiques des différentes types de limitation
Limitation
Respiratoire
Limitation
Cardio-vasculaire
VO2SL
vv
vv
Res. vent.
vv ou v (PID)
N ou
Fr. resp
xx
x
PaO2
Nà
Rés. Chronot.
xx
Pls O2
N ou
VD/VT
x
Seuils vent./lact
N ou
vvv
N ou
v
v
Limitation
Périphérique
v
x
N
N ou
v (vasc)
N
x
N
v±
N ou
x ou xx (vasc)
N
N ou
v
x
v
v
PVasc = maladies vasculaires pulmonaires - PaO2 = pression partielle en O2 dans le sang artériel PID = pneumopathies interstitielles diffuses - N = normal - Rés. Chronot. = réserve chronotrope VO2SL = VO2 symptôme limité - PlsO2 = pouls d’oxygène - Rés. Vent. = réserve ventilatoire VD/VT = espace mort/volume courant - Fr. resp = fréquence respiratoire
Il est donc utile de représenter les cinétiques graphiques en fonction de la VO2 par
exemple de même que la VT, la fréquence respiratoire, le pouls d’O2, etc.
Pour l’interprétation d’une épreuve d’effort, beaucoup évaluent les paramètres à
charge maximale mais aussi sousmaximale (par ex au niveau du seuil par définition
variable d’un individu à un autre, soit à des niveaux métaboliques précis, par ex 100
Watt. Les tableaux 5 et 6 donnent quelques valeurs de normalité pour les différents
paramètres au niveau 100 Watt.
Les algorythmes permettant au clinicien d’établir un diagnostic sont très certainement
utiles et fonctionnent sur un mode binaire (0 ou 1, tout ou rien). Pour l’épreuve d’effort
(comme partout en médecine) on rencontre des signes ou symptômes spécifiques liés
à différentes affections. Pour des affections plus spécifiques il existe néanmoins des
signes cliniques précis jouant un rôle plus prédominant que d’autres. Une analyse
plus intégrée est par conséquent souhaitable. Les éléments essentiels permettant de
différencier les différentes pathologies sont résumés dans le tableau 4.
B. Les mesures pulmonaires plus spécifiques
1. Limitation ventilatoire
Celle-ci s’appréciera surtout par :
la mesure de la réserve ventilatoire (méthode généralement reconnue);
rapport VT/capacité inspiratoire;
boucle débit-volume et le niveau d’hyperinflation dynamique (fréquemment observé
chez le BPCO).
Les équipements standards offrent la capacité de garder en mémoire la boucle volume-débit
maximale faite au repos et celle obtenue pendant l’effort maximal. Une manœuvre
d’inspiration maximale pendant l’effort permet de repositionner correctement la boucle
d’effort dans le tracé obtenu par une expiration et inspiration forcée au repos.
imprimé avec le soutien de
64
2. Evaluation de la dyspnée à l’effort
Ceci peut se faire en demandant au patient de se positionner sur une échelle visuelle
analogique ou sur l’échelle de BORG;
l’évaluation de la relation entre la sensation de dyspnée et la ventilation maximale permet
d’évaluer le seuil de dyspnée, la pente de cette relation ainsi que la dyspnée maximale.
3. Le suivi de la saturation de l’oxygène
L’oxymétrie d’oreille ou de doigt : une diminution d’au moins 5 % de la saturation
suggère une anomalie des échanges gazeux;
la mesure des gaz du sang par une macro- ou microméthode donnera des informations
largement supérieures et est la seule technique permettant d’évaluer le gradient
alvéolo-artériel pour l’O2 et le CO2.
4. Mesure du VEMS avant et après effort
Est utile pour détecter l’asthme d’effort;
une épreuve d’effort classique n’est pas indiquée pour détecter un asthme d’effort
(pas de standardisation de la température, du degré d’humidité, etc.);
toux ou dyspnée post-effort doivent inciter le pneumologue à réaliser une fonction
respiratoire et comparer celle-ci aux valeurs obtenues avant l’effort.
5. Reproductibilité
Le coefficient de variation pour le V’O2, V’CO2, V’E et rhythme cardiaque chez des
volontaires sains est respectivement 1,7% - 2,2% - 3,1% et 1,7% pendant l’épreuve d’effort
maximale et submaximale.
Tableau 5 : Mesures à 100 W par catégories d’âge
Femme
âge années
15-24
SD
25-34
SD
35-44
SD
45-54
SD
55+
SD
Total
SD
VO2
L/mn
VCO2
L/mn
R
VE
L/mn
VT
L
HR
mn
BPs
mmHg
1,30
1,30
0,99
36,1
1,40
156
140
0,129
0,241
0,122
8,65
0,193
15,0
12,4
1,38
1,27
0,93
36,3
1,70
150
144
0,190
0,149
0,168
7,87
0,280
17,7
16,2
1,31
1,44
1,10
41,2
1,81
154
152
0,106
0,123
0,123
3,78
0,321
13,8
10,3
1,35
1,48
1,10
42,3
1,85
151
157
0,120
0,180
0,129
5,38
0,260
12,1
11,3
1,27
1,53
1,21
46,8
1,76
155
162
0,136
0,199
0,118
8,00
0,271
12,2
20,5
1,32
1,40
1,07
40,4
1,70
153
149
0,137
0,203
0,132
6,95
0,266
14,2
13,8
65
imprimé avec le soutien de
Hommes
âge années
15-24
SD
25-34
SD
35-44
SD
45-54
SD
55+
SD
Total
SD
VO2
L/mn
VCO2
L/mn
R
VE
L/mn
VT
L
HR
mn
BPs
mmHg
1,53
1,39
0,92
35,9
2,31
122
152
0,115
0,088
0,073
2,62
1,06
14,6
11,8
1,48
1,28
0,86
34,0
2,31
112
143
0,093
0,123
0,083
6,00
0,656
12,6
25,9
1,50
1,32
0,88
37,8
2,35
111
148
0,144
0,075
0,074
5,21
0,656
20,1
10,3
1,42
1,28
0,90
36,5
1,92
112
157
0,092
0,102
0,065
2,73
0,360
11,6
12,5
1,35
1,35
1,00
38,7
2,07
123
178
0,140
0,149
0,100
4,32
0,262
13,0
24,9
1,46
1,35
0,91
36,5
2,19
116
154
0,128
0,115
0,89
4,33
0,68
15,0
19,7
Tableau 6: Mesures à 100 W par catégories de taille
Taille
cm
< 160
SD
VCO2
L/mn
1,30
1,54
1,19
43,2
1,65
163
159
6,0
0,117
0,199
1,144
6,46
0,196
9,6
13,9
*
1,44
1,11
41,7
1,72
153
151
4,7
0,189
0,138
7,43
0,258
10,8
16,1
*
1,29
0,97
36,4
1,78
124
147
144
4,1
0,178
0,123
6,56
0,391
18,4
12,3
12,3
*
1,38
0,98
38,9
1,89
115
144
158
3,9
0,156
0,148
7,63
0,369
10,8
21,5
31,6
*
1,31
0,87
36,8
2,24
114
150
3,0
0,079
0,077
5,43
0,679
21,7
17,0
*
1,32
0,92
37,0
2,01
111
153
3,1
0,086
0,099
0,063
2,41
0,353
11,3
13
*
1,55
1,36
0,88
36,3
2,86
109
149
2,4
0,105
0,113
0,042
4,7
1,109
17,3
18,0
*
1,39
1,36
0,99
38,4
1,96
116
151
151
*
0,148
0,167
0,147
6,49
0,582
15,0
13,0
18,2
*
160-165 1,30
SD
0,119
165-170 1,33
SD
0,18
170-175 1,42
SD
0,153
175-180 1,51
SD
0,145
180-185 1,44
SD
> 185
SD
Total
SD
HR
HR
BPs
homme femme mmHg
batt/m batt/m
VO2
L/mn
R
VE
L/mn
VT
L
* = Trop peu d’observations pour calculer SD ; RPE = rate of perceived exertion.
imprimé avec le soutien de
66
RPE
Chapitre 8 : Mesure des pressions maximales
à la bouche
En pratique de routine, on peut évaluer la fonction des muscles respiratoires au moyen de
la mesure des pressions maximales à la bouche, des mouvements de la paroi thoracique et
de l'abdomen, de l'examen de la différence entre les valeurs de CV mesurées en position
assise et couchée, et par la radioscopie centrée sur l'observation du mouvement des
coupoles diaphragmatiques. Ici seule la première méthode est expliquée plus en détails.
I. Description de la technique de mesure
Patient en position assise;
bonne explication au patient (difficulté de la manœuvre);
pour les pressions buccales inspiratoires (PI max), le patient doit:
- expirer à fond (niveau du VR),
- bien presser ses lèvres sur la pièce buccale,
- inspirer fortement et garder la pression induite dans la pièce buccale plus d'une sec,
- durant cette manœuvre, le patient doit être chaleureusement encouragé;
pour la mesure des pressions buccales expiratoires (PE max), le patient doit:
- inspirer à fond (au niveau de la CPT),
- bien serrer ses lèvres sur la pièce buccale,
- souffler à fond et maintenir cette pression positive dans la pièce buccale pendant
plus d'une sec,
- le patient doit être chaleureusement encouragé durant la manœuvre.
II. Nombre de tests
Minimum 3, maximum 10;
la variabilité intra-individuelle est faible (coefficient de variation de 6-9 %);
la variabilité inter-individuelle est grande.
III. Sources d'erreurs
Mesure qui n'est pas pratiquée au bon volume pulmonaire;
motivation ou coopération insuffisante du patient;
fuites buccales;
mauvaise lecture ou interprétation du tracé: on ne peut utiliser que la pression maintenue
durant 1 sec, et pas le pic de pression.
IV. Calibration
Calibration du capteur de pression avant chaque mesure.
V. Spécification de l'appareillage
La pièce buccale (type Black et Hyatt) consiste en un petit cylindre rigide (diamètre
interne de 3 cm, longueur de 15 cm) et dont le corps est occlus;
ce corps est muni d'une fuite (longueur 15 mm, diamètre 2 mm);
le côté opposé est revêtu d'un matériel souple qui est appliqué à l'orifice buccal sans
le détériorer;
la pression induite dans le cylindre est mesurée au moyen d'un capteur électronique
(rayon d'action ± 300 cmH2O).
67
imprimé avec le soutien de
Chapitre 9 : Analyse des gaz sanguins
Le rôle essentiel du système respiratoire est de maintenir l’homéostasie artérielle par :
1°/ les gaz (Pa,O2, Pa,CO2) et
2°/ l’équilibre acido-basique (pH, HCO3- et le base excess [BE]).
La mesure de ces gaz artériels permet de juger de l’intégrité du système respiratoire à la fois
dans diverses conditions physiolo-giques (ex. : au repos, durant un effort, pendant le sommeil)
et dans des états pathologiques. L’analyse des gaz sanguins artériels (GSA) permet de poser
le diagnostic d’une insuffisance respiratoire : il s’agit par définition d’une Pa,O2 < 60 mmHg
(< 8kPa), accompagnée ou non d’une élévation de la Pa,CO2 (> 46 mmHg ou > 6.14 kPa).
L’insuffisance respiratoire de type I ou insuffisance pulmonaire (antérieurement appelée
insuffisance respiratoire partielle) est caractérisée par une hypoxémie avec normo- ou
hypocapnie. Dans le type II ou insuffisance de la pompe, l’hypoxémie est accompagnée
d’une hypercapnie. Les paramètres acido-basiques permettent de différencier entre
insuffisance aiguë (métaboliquement non-compensée) d’une insuffisance chronique
(métaboliquement compensée).
Tant l’O2, que le CO2 se trouvent dans le sang aussi bien à l’état de gaz libre que liés à
d’autres molécules: l’O2 à l’hémoglobine (Hb) sous forme d’oxyhémoglobine (HbO2) et le
CO2 lié chimiquement à des molécules d’eau sous forme d’HCO3- (l’équilibre sanguin entre
le CO2 et le HCO3- est réglé par la carboxylase). Chaque gaz exerce une pression (tension)
proportionnelle à sa quantité: il s’agit des pressions partielles exprimées en mm Hg ou mieux
en Pa (système SI) ou un de ses multiples tels que hPa ou kPa. Ces pressions peuvent être
mesurées aussi bien dans le sang artériel, que veineux, que capillaire, mais leurs valeurs
varieront en fonction du compartiment où elles sont évaluées. En règle générale nous nous
intéresserons au compartiment artériel.
L’HbO2 représente la plus importante réserve en oxygène : en cas d’anémie il y a un déficit
en Hb et de ce fait la réserve en O2 sera diminuée. C’est dans les poumons qu’environs 97%
de l’Hb se charge (se sature) en O2: on exprime cela en ’’saturation d’oxygène’’ ou même
tout court ’’la saturation’’. Le rapport entre le degré de saturation de l’Hb (Sa,O2) et la tension
artérielle de l’oxygène (Pa,O2) suit une courbe en forme de S en raison de la très grande
affinité entre l’Hb et l’oxygène : ceci permet de garder une saturation élevée au début de
l’abaissement de la tension de l’oxygène. La Sa,O2 est donc moins sensible que la Pa,O2pour
évaluer une légère indisponibilité en oxygène.
A. Les gaz sanguins artériels
I. Description des prélèvements sanguins (médecin)
1) Echantillons
Sang artériel : il se récolte par ponction artérielle directe ou, en cas de nécessité d’échantillons
répétitifs, par une ligne artérielle. L’artère préférentielle est la radiale non dominante (en raison
de l’existence d’une voie collatérale grâce à l’artère cubitale) ; chez les nourrissons ou en cas
de ligne artérielle il faut préalablement effectuer un test d’Allen. Les ponctions artérielles et la
prise des échantillons se font dans des conditions strictes d’asepsie. L’infection (locale ou
septicémie) et l’ischémie (par thrombose avec occlusion locale ou embolisation distale) sont des
complications rares mais sérieuses. Les complications les plus fréquentes sont l’hématome et la
douleur.
Sang capillaire : il est prélevé à l’aide de tubes capillaires héparinisés.
2) Seringues
On a le choix entre du matériel plastique et du matériel en verre
imprimé avec le soutien de
68
Avantage
Désavantage
VERRE
Imperméable aux gaz
Beaucoup plus correct pour
calculer un shunt
Nettoyage, stérilisation
PLASTIQUE*
Jetable
Perméable aux gaz :
erreur par défaut : Pa,O2
abaissée si respiration de 100 O2
(par exemple test à l’O22 pour le
calcul du shunt)
erreur par excès : Pa,O2
augmentée (en échantillons normoet hypoxemiques)
*Seringues en plastique pour gaz sanguins contenant de l’héparine sèche et prêtes à l‘emploi. Le
polypropylène est moins perméable que le polystyrol.
3) Héparine
Elle sert à éviter la coagulation et existe sous diverses présentations :
Seringue en plastique
Seringue de verre
Héparine sèche* (UI/ml sang)
40 - 60
40 - 60
Héparine liquide* (UI/ml sang)
4-6
8 - 12
*Préférez l’héparine de lithium calcique titrée sèche
Le volume d’héparine ne peut en aucun cas excéder 5% du volume total du volume de
sang prélevé. Une dilution de 5% entraîne un abaissement de la Pa,O2 de 2 mmHg
(0,264 kPa) et de la concentration de l’HCO3- (BE) de 1,2 mmol/L (ou mEq/L).
II. Techniques de mesures et de calibration
Il est essentiel que les calibrations se fassent à intervalles réguliers et que les techniques
de mesure s’effectuent selon les règles de l’art. L’information et les modes d’emploi se
trouvent dans divers manuels. Nous ne nous attarderons pas sur ce point.
III. Procédure
1) Sang artériel
utilisez de l’héparine sèche équilibrée en électrolytes;
dans la mesure du possible attendez que le malade soit dans un état d’équilibre
respiratoire ("steady-state" ou période de repos de ≥ 5 min. et de préférence même 15
min.); réduisez autant que possible la douleur et l’anxiété; gardez inchangée depuis au moins
20 et de préférence 30 minutes la FiO2 de même que les conditions ventilatoires; le malade
en décubitus dorsal ou assis en position reculée; au besoin faites une anesthésie locale;
aspirez lentement le sang pour éviter l’hémolyse (le problème ne se pose pas dans l’analyse
immédiate au lit du malade parce que cette hémolyse ne se produit qu’après un certain délais);
évacuez immédiatement les bulles d’air;
mélangez l’échantillon immédiatement avec l’héparine (retournez la seringue 5 fois et
roulez la 5 secondes horizontalement entre les paumes);
analysez les gaz au chevet du malade et évitez le transport; si ceci est impossible,
l’analyse doit s’effectuer dès l’arrivée au laboratoire après un transport n’ayant pas excédé
10 minutes à température ambiante ou 30 minutes à une température comprise entre 0 à
4°C; le transport par un système de réseau de tubes doit être évité parce qu’il risque
d’entraîner une hémolyse;
69
imprimé avec le soutien de
mélangez à fond l’échantillon avant l’injection dans l’analyseur (retournez lentement la
seringue et roulez la 10 secondes entre les paumes.
2) Sang capillaire
chauffez l’extrémité du doigt du malade dans de l’eau tiède (artérialisation);
désinfectez et enduisez d’une pommade d’héparine pour éviter la coagulation;
ponctionnez à l’aide d’un scarificateur et laissez couler le sang spontanément sans
exercer de pression sur le doigt;
récoltez le sang dans un capillaire de verre calibré et prehépariné (héparine sèche) :
l’extrémité distale doit être dirigée légèrement vers le haut, non horizontalement et encore
moins vers le bas (pour éviter l’entrée de bulles d’air) : le sang montera rapidement par
simple capillarité;
introduisez un bâtonnet d’acier dans la lumière du tube;
fermez les deux extrémités (plasticine);
faites glisser le bâtonnet de gauche à droite et vice versa, à l’aide d’un aimant afin
de bien mélanger le sang et l’héparine sèche du tube;
enlevez la pommade d’héparine du doigt et appliquez une petite compresse;
l’analyse de ce sang est identique à celle du sang artériel, aussi de préférence au lit
du malade.
IV. Sources d’erreur dans l’analyse du sang artériel : phase préanalytique
Dans la phase pré-analytique le prélèvement, le stockage et le transport peuvent tous
causer des erreurs dans les résultats de l’analyse des gaz sanguins passant inaperçu :
mauvais choix ou mauvaise quantité d’anticoagulant :
- la dilution influence surtout la Pa,O2 et l’Hb,
- l’héparine non équilibrée en électrolytes crée des liaisons avec les cations (erreur par défaut);
état non représentatif du malade dû au non-respect d’une période de repos suffisante,
conditions ventilatoires qui ne sont pas stabilisées (ventilation mécanique), douleur, etc. ;
mélange ou dilution avec le liquide de perfusion (utilisé pour la ligne artérielle)
- peuvent être évités en aspirant jusqu’à 3 à 6 fois l’espace mort du cathéter;
mélange avec du sang veineux (lors de la ponction artérielle), ce qui influencera
surtout la Pa,O2 et la Sa,O2 ;
les bulles d’air dans l’échantillon, même très petites, entraîneront une erreur par excès lorsque
le malade respire l’air ambiant et des erreurs par défaut lorsqu’il est en hyperoxie ;
mauvaise conservation ou entreposage :
- entreposage directement sur glace au lieu d’eau glacée (cause une hémolyse),
- la conservation au-delà de 10 minutes à l’air ambiant entraîne la poursuite du
métabolisme des cellules sanguines, une consommation d’oxygène et donc un
abaissement erroné de la Pa,O2, un accroissement du CO2 avec des valeurs erronément élevées de la Pa,CO2 et donc des valeurs erronément basses du pH. Tout ceci peut
être évité par l’analyse au lit du malade;
le mélange insuffisant de l’échantillon avant injection dans l’analyseur entraîne des valeurs
faussement basses de l’Hb;
le transport peut entraîner des erreurs :
- en raison du temps mis pour son transport,
- par les secousses excessives lors du transport, surtout lorsque celui-ci est effectué par
un réseau de tubes (hémolyse).
imprimé avec le soutien de
70
V. Paramètres: définitions et valeurs normales (valables au niveau de la mer)
pH
logarithme négatif de la concentration en H+
Pa,CO2
pression partielle artérielle de la tension en dioxyde
de carbone
Pv,CO2
pression partielle veineuse du dioxyde de carbone
Pa,O2
pression partielle de la tension en oxygène
HCO3-
bicarbonate
Sa,O2
saturation artérielle de l’hémoglobine
7,35 - 7,45
40 ± 5 mmHg
(5,28 ± 0.66kPa)
± 46 mmHg
(± 6,13 kPa)
± 100 mmHg
(13,2 kPa)
ou 104,2 - 0,27 x âge (ans) mmHg
(13,88 - 0,036 x âge (ans) kPa)
femmes : 21 – 28 mEq/L
hommes : 23 – 29 mEq/L
± 97 %
VI. Modifications des gaz sanguins en réponse à des acidoses et des alkaloses tant
respiratoires que métaboliques
pH
Pa,O2
HCO3-
BE
ACIDOSE
Métabolique
-
Respiratoire
=
Métabolique
+
Respiratoire
=
+
ALCALOSE
+
B. Méthodes non invasives ou non sanglantes
I. Description des méthodes
Trois mesures peuvent facilement être effectuées de façon non-invasive :
1. Ptc,O2 = la tension artérielle (mesurée par voie transcutanée) en O2: elle n’est fiable que
sous l’âge d’un an;
2. Ptc,CO2 = la tension artérielle (mesurée par voie transcutanée) en CO2;
3. Stc,O2 = la saturation de l’HbO2 artérielle mesurée par voie transcutanée (ou pulsoxymétrie).
On mesure la fréquence cardiaque simultanément ;
4. Ptc,CO2 et Fet,CO2 = respectivement “end-tidal” PCO2 (pression partielle du CO2 à la fin du
volume courant expiré) et concentration (fraction) de CO2. Le CO2 est mesuré dans le gaz
alvéolaire après expiration du volume correspondant à l’espace mort : c’est la capnographie.
Elle s’utilise surtout : 1°/ pour avoir une approximation de la Pa,CO2, entre autre en
anesthésiologie et lors de l’ergospirométrie, et
2°/ pour le calcul de l’espace mort et le calcul de l’inégalité
ventilatoire (entre autre dans la COPD).
Ces méthodes non-invasives seront surtout appliquées pour des observations prolongées
ou continues (par exemple les mesures nocturnes durant le sommeil, le monitoring 24
heures sur 24, la surveillance durant une épreuve d’effort), mais également pour une
évaluation ponctuelle. La Ptc,O2 est utilisée uniquement chez les prématurés, d’une part
pour détecter une éventuelle hypoxie et d’autre part pour empêcher lors de
l’oxygénothérapie une Ptc,O2 excessive pouvant entraîner par constriction de l’artère
rétinienne une cécité définitive. Ce risque est inversement proportionnel à l’âge gestationel.
71
imprimé avec le soutien de
II. Techniques de mesure
La Ptc,O2 et la Ptc,CO2 peuvent être mesurées simultanément ou séparément avec une
sonde collée sur le thorax. Ces sondes sont chauffées à 40°C. Le résultat est reproduit
sur un écran (peut au besoin être imprimé en continu sur papier). En raison de la
température élevée de la sonde, il y a un risque de brûlure cutanée locale. On doit l’éviter
en déplaçant régulièrement la sonde de place.
Le principe de la pulsoxymétrie (Stc,O2) se base sur la différence mesurée entre
l’absorption de 2 couleurs rouges : 1) 660 nm pour la desoxyHb ou Hb et 2) 940 nm
pour l’oxyHb ou HbO2. La sonde se compose d’une part d’une source de lumière et
d’autre part d’un senseur qui doivent être placés face à face sur un lit artériel pulsatile
(l’extrémité d’un doigt ou le lobule de l’oreille). Il faut protéger le senseur de la lumière
ambiante. La précision atteint ± 2%. Il existe 3 sortes d’enregistreurs de Stc,O2 :
- "on-line” sans mémoire et sans alarme
- “on-line” sans mémoire et mais signalant par une alarme tout dépassement de la
Stc,O2 et du rythme cardiaque hors des limites supérieures et inférieures prédéfinis
par l’utilisateur (ce signal peut-être débranché);
- “on-line” avec mémoire et possibilité d‘alarme signalant pour tout dépassement hors
des limites supérieurs et inférieurs prédéfinis par l’utilisateur (ce signal peut-être
débranché). Cet appareil est indispensable pour des mesures prolongées nocturnes
durant le sommeil. Les résultats peuvent être lus et imprimés (sous forme de graphiques
et en données chiffrées) tant pour le rythme cardiaque que pour la Stc,O2.
Pour la Pet,CO2 et la Fet,CO2 il existe 2 techniques :
- le CO2 est mesuré directement à la bouche grâce à une sonde en cristal.
- la plupart des instruments utilisent l’aspiration en continu par un tuyau d’une minime
fraction des gaz inspirés et expirés. Sur cette fraction le CO2 est mesuré de façon
continue à distance. La lecture est retardée (“delay time”) due au fait qu’il s’écoule
un certain temps avant que les gaz expirés n’arrivent à l’instrument. Dès que ces
gaz se trouvent dans l’instrument la lecture se fait en une fraction de seconde
(“response time”) avec n’importe quel appareil de qualité
III. Procédure
Pour la Ptc,O2 et la Ptc,CO2 :
- déplacez la sonde toutes les heures : ceci donnera de meilleurs résultats et évitera
les brûlures;
- attendez que la sonde soit suffisamment chaude;
- n’utilisez la Ptc,O2 que chez des enfants jusqu’à 6 mois et certainement pas au-delà
d’un an.
Pour la Stc,O2:
- enlevez le cas échéant la laque des ongles;
- évitez l’usage de bleu de méthylène, le vert indocyanique et l’indigo carmin;
- évitez la vasoconstriction artificielle. Elle peut entre autre résulter en un ralentissement
de l’irrigation artérielle par exemple lors de la ligature d’un bras, d’une jambe ou
d’un doigt sélectionné pour l’analyse. Dans tous ces cas l’analyse est rendue
impossible parce que les pulsations et l’irrigation sanguine sont devenues insuffisante;
- les instruments plus anciens (y compris les appareils de deuxième génération) sont
trop sensibles à la lumière ambiante. Idéalement il faut alors masquer le doigt et le
senseur qui y est appliqué.
imprimé avec le soutien de
72
IV. Sources d’erreurs
Ptc,O2 et Ptc,CO2 :
- mesures effectuées chez des enfants âgés de plus d’un an (la précision diminue
après 6 mois);
- mesures lues avant que la sonde n’ait atteint une température suffisante;
- la sonde est restée collée trop longtemps au même endroit.
Stc,O2 :
- tension artérielle trop basse, vasoconstriction périphérique (par exemple lors
d’une épreuve d’effort), bradycardie. Tous ces phénomènes entraînent au
moins localement une hypoperfusion;
- pigmentation cutanée très foncée;
- artefacts de mouvement (les nouveaux instruments les reconnaissent et les
indiquent), entre autres lors d’une épreuve d’effort et durant un sommeil agité;
- la sonde insuffisamment protégée contre la lumière ambiante;
- anémie importante: en fait le résultat reproduit représente correctement le
degré de saturation de l’hémoglobin présente, mais ce résultat ne traduit plus
la réserve réelle en oxygène;
- Hb anormale (méthémoglobine, sulfhémoglobine et intoxication au CO ou
grands fumeurs ayant un taux élevé en HbCO): entraîne des résultats
faussement élevés;
- l’utilisation de bleu de méthylène, de vert indocyanique et d’indigocarmin
entraîne des résultats faussement bas.
V. Calibration et spécification
Pour la Ptc,O2 et la Ptc,CO2: il est prudent de comparer au moins une fois le résultat de
l’écran avec les pressions partielles analysés sur sang capillaire artérialisé.
Pour la Stc,O2 on peut se fier aux spécifications du fabricant, tant que l’appareil ne
tombe en panne : dans ces cas les valeurs affichées seront en règle générale trop
basses. En cas de doute il suffit de comparer les résultats de deux mesures effectuées
simultanément avec deux appareils différents, soit en comparant la Stc,O2 avec une
analyse sanguine sur sang artériel ou sang capillaire artérialisé.
La calibration de la Pet,CO2 et de la Fet,CO2 se fait par des mesures en deux points :
d’une part le point zéro (sans CO2) et d’autre part sur un échantillon avec une pression
partielle de CO2 connue. Cette calibration peut nécessiter jusqu’à 30 minutes avant
de permettre une première mesure.
VI. Valeurs de référence
Elles approchent dans des circonstances idéales les valeurs mesurées sur le sang
artériel à 1 ou 2% près. Néanmoins des différences significatives sont possibles p.e.
pendant l’exercise ou dans certains maladies (p.e. pour la Pet,CO2 et la Fet,CO2 dans
des inégalités de ventilation-perfusion comme dans le BPCO).
73
imprimé avec le soutien de
Chapitre 10 : Références
1. American Thoracic Society. Guidelines for methacholine and exercise challenge testing.
Am J Respir Crit Care Med 2000; 161: 309-329.
2. American Thoracic Society Statement. Snowbird workshop on standardisation of
spirometry. Am Rev Respir Dis 1979; 119: 831-838; with updates in: Am Rev Respir Dis
1987; 136: 1285-1298; Am J Respir Crit Care Med 1995; 152: 1107-1136.
3. Clausen JL. Pulmonary function testing, guidelines and controversies. Academic Press Inc,
1982, 400 pag.
4. Coates AL, Peslin R, Rodenstein D, Stocks J. Measurement of lung volumes by
plethysmography. Eur Respir J 1997; 10: 1415-1417.
5. Cockroft DW, Murdoch KY, Kirby J, Hargreave FE. Prediction of airway responsiveness
to allergen from skin sensitivity to allergen and airway responsiveness to histamine. Am
J Respir Crit Care Med Am Rev Respir Dis 1987; 135: 264-267.
6. Cotes JE. Lung function : assessment and application in medicine. (5th ed.) Blackwell Sc
Publ, Oxford, 1993.
7. Demedts M, Decramer M (red.). Longfunctieonderzoek. Garant, Leuven-Apeldoorn,
1998, 518 pag.
8. Gardner RM (chairman). Pulmonary function laboratory personel qualifications. Quality
assurance in pulmonary function laboratories. Am Rev Respir Dis 1986; 134: 623-627.
9. Jones NL, Makrides L, Hitchcock C, Chypchart T, McCartney N. Normal standards for
an incremental progressive cycle ergometer test. Am Rev Respir Dis 1985; 131: 700-708.
10. Newth CJL, Enright P, Johnson RI. Multiple breath nitrogen washout techniques, including
measurements with patients on ventilators. Eur Respir J 1997; 10: 2174-2185.
11. OBSGI. Deel IV : Ademhalingsstelsel. Voorstel tot herziening. Uitgewerkt door een
Werkgroep van de Belgische Vereniging voor Pneumologie. 1990.
12. Official statement of the European Respiratory Society. Standardized lung function
testing. Eur Respir J 1993; 6 (suppl.16): 7-100.
13. Preventie van infectie met HIV en andere microörganismen bij de behandeling van
ongziekten en bij longfunctieonderzoek. Richtlijnen van de Werkgroep Infectiepreventie.
Staatstoezicht op de volksgezondheid (Nederland), NHS, januari 1991.
14. Quanjer PhH (ed.). Standardized lung function testing. Report Working Party
“Standardization of lung functions tests”, European Community for Coal and Steel. Bull
Eur Physiopath Respir 1983; 19 (suppl. 5): 1-95.
15. Quanjer PhH, Helms P, Bjure J, Gaultier Cl (eds.). Standardization of lung functiontests
in paediatrics. Eur Respir J 1989; 2 (suppl.4): 121-164.
16. Stocks J, Quanjer PhH. Reference values for residual volume, functionel residual capacity
and total lung capacity. ATS Workshop on lung volume measurements. Official statement
of the European Respiratory Society. Eur Respir J 1995; 8: 492-506.
17. Wasserman K, Hansen JE, Sue DY, Whipp BJ, Casaburi R. Principles of exercise testing
and interpretation (2nd ed.) Lea & Febiger, Philadelphia, 1994.
18. Zapletal A, Paul T, Samanek M. Die Bedeutung heutiger methoden der
Lungenfunctionsdiagnostik zur Feststellung einder Obstruction der Atemwege bei Kindern
und Jugendlichen. Z Erkrank Atm Org 1977; 149: 343-371.
imprimé avec le soutien de
74
75
imprimé avec le soutien de
imprimé avec le soutien de
76
Novartis Pharma s.a.
Telecom Gardens - Medialaan 40 bus 1 - B-1800 Vilvoorde
Tél. : +32 (0)2 246 16 11 - Fax : +32 (0)2 242 37 59
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising