Profil psychologique des étudiants canadiens-français au MBA

Profil psychologique des étudiants canadiens-français au MBA
Article
« Profil psychologique des étudiants canadiens-français au M.B.A. : conséquences pour une
politique de sélection »
Yvan Allaire et Jean-Marie Toulouse
Relations industrielles / Industrial Relations, vol. 28, n° 3, 1973, p. 476-496.
Pour citer cet article, utiliser l'information suivante :
URI: http://id.erudit.org/iderudit/028417ar
DOI: 10.7202/028417ar
Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir.
Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique
d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/
Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents
scientifiques depuis 1998.
Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : info@erudit.org
Document téléchargé le 16 novembre 2015 11:53
Profil psychologique des étudiants
canadiens-français au M.B.A.
Conséquences pour une politique de sélection
Yvan Allaire
Jean-Marie Toulouse
Cet article présente les résultats d'une étude du profil
psychologique d'étudiants canadiens-français inscrits dans des
programmes de maîtrise en administration des affaires (M.B.A.).
L'objectif de l'étude est de comparer le profil de ces étudiants
aux profils de l'entrepreneur et du « manager » suggérés par les
études sur ces deux types d'agent économique. Dans l'ensemble
les étudiants ont un profil se rapprochant davantage du « manager » que de l'entrepreneur ; cependant une forte proportion
d'entre eux montre un profil se rapprochant ni de l'entrepreneur
ni du manager. On montre de plus comment cette information
pourrait être utilisée pour formuler une politique de sélection
des candidats à un programme de M.B.Â.
PROBLEMATIQUE
Depuis plusieurs années, s'ébauche une théorie psycho-sociale de
l'entrepreneurship et du management. Plusieurs chercheurs ont tenté de
démontrer l'existence de traits qui
ALLAIRE, Yvan, Ph.D. (Managecaractérisaient ces deux types d'ament Sciences, Massachusetts Institute
of Technology), professeur agrégé,
gent économique. Certains auteurs
Faculté des sciences de la gestion,
(McClelland, 1969; Taylor, 1961)
Université d'Ottawa, (ONT).
TOULOUSE, Jean-Marie, Ph. D.
relient même l'activité et le dévelop(Psychologie sociale, Montréal), propement économique d'une société à
fesseur agrégé, Faculté des sciences
de la gestion, Université d'Ottawa,
la fréquence de ces traits chez les
(ONT).
membres de cette société.
476
PROFIL PSYCHOLOGIQUE DES ÉTUDIANTS CANADIENS-FRANÇAIS AU M.B.A.
477
Depuis 1966, les universités francophones du Québec offrent un programme de maîtrise en administration des affaires (M.B.A.) du type offert
depuis longtemps dans les universités anglophones. Il nous a donc semblé
opportun de comparer le profil psychologique des étudiants au M.B.A.
aux profils d'entrepreneur et de « manager » suggérés par les recherches
à ce sujet. Présumant que ces recherches ont une valeur prédictive, nous
indiquerons quel type d'agent économique sera vraisemblablement formé
par les programmes de M.B.A. québécois. Nous proposons ensuite l'utilisation systématique de ces informations dans le cadre de la sélection des
candidats aux programmes de M.B.A.
Les entrepreneurs
Les études sur l'entrepreneurship nous ont permis de mieux comprendre les composantes de cette forme d'activité. Ainsi, McClelland
(1965) a démontré que les entrepreneurs ont un besoin d'accomplissement (need for achievement) élevé peu importe le secteur dans lequel ils
œuvrent1. Ces études tendent aussi à démontrer que les individus qui
ont un fort besoin d'accomplissement préfèrent les situations comportant
des risques modérés et où il leur est possible d'identifier tangiblement les
résultats de leurs efforts.
Pour leur part, Atkinson (1957), Kogan et Wallach (1964), ainsi
que Litwin et Ciarlo (1959) ont étudié la relation entre le comportement
de risque, le besoin d'accomplissement et l'image de soi. Ils concluent
qu'un besoin d'accomplissement élevé et une image de soi positive se
traduisent par une propension à prendre des risques calculés. Cette même
relation entre l'image de soi positive et le comportement d'entrepreneur
a aussi été confirmée par les études de Caroll (1965) sur les entrepreneurs
philippins.
Par ailleurs, les études de Davids (1963), celles de Stepanek (1960)
et celles de Collins et Moore (1970) ont permis de conclure que les en* Ce document présente les résultats préliminaires d'une étude qui s'étendra
éventuellement aux étudiants M.B.A. canadiens-anglais et américains. Nous tenons à
remercier la Direction générale des sciences et de la technologie, ministère de
l'Industrie et du Commerce (Ottawa) pour une subvention permettant de réaliser
ce projet.
1 Des études ultérieures dans plusieurs pays (Alexander, 1967 ; McClelland
et al, 1953 ; McClelland et Winter ; 1969, Sayigh, 1962) montrent l'existence
d'une association significative entre la croissance économique d'un groupe et le
besoin d'accomplissement de ce même groupe.
478
INDUSTRIAL RELATIONS INDUSTRIELLES, VOL. 28, NO 3
trepreneurs avaient besoin de se sentir autonomes, d'agir par eux-mêmes
et d'éviter les situations où ils auraient à dépendre des autres.
Pour que la présence de ce besoin d'accomplissement se traduise par
une activité dans le secteur économique, il est essentiel que l'individu
perçoive ce type d'activité comme désirable, suscpetible de satisfaire son
besoin d'accomplissement et de lui fournir une mesure tangible de ses
réalisations. Il faut donc que l'individu ait des valeurs économiques pour
qu'il canalise ses énergies dans ce secteur. Les études de McClelland et al.,
(1954) permettent justement d'établir que l'entrepreneur voit souvent dans
l'activité économique un moyen commode de satisfaire son besoin d'accomplissement.
Les « managers »
L'identification des traits caractérisant les individus qui remplissent
avec succès des fonctions administratives a fait l'objet de nombreuses
études empiriques. Ainsi, les études de Baurnal (1968) et celles de Cleeton
et Mason (1964) montrent que les « managers » sont préoccupés par la
stabilité, qu'ils sont tenaces dans leurs entreprises et qu'ils ont une grande
capacité d'organiser, d'ordonner leur travail. Les recherches relatées dans
Predicting Managerial Success (1968) indiquent que les « managers » sont
motivés par dos valeurs politiques et économiques. Par ailleurs, Livingston
(1971) tente de démontrer que les « managers » sont des individus qui
ont besoin d'influencer les autres et d'exercer l'autorité, tout en étant
capables d'empathie. De plus, de par le caractère même des fonctions administratives, les « managers » devraient être des individus sociables,
habiles à entretenir des rapports harmonieux avec d'autres individus
(Wald etDoty, 1965).
Ghiselli (1971) conclut un vaste effort de vérification empirique en
affirmant que les « managers » ont quatre qualités ou traits fondamentaux :
(1) ils sont capables d'influencer les autres; (2) ils démontrent une
utilisation originale et efficace de leurs capacités intellectuelles ; (3) ils
ont confiance en eux-mêmes et (4) ils désirent ardemment gravir les
échelons de la pyramide organisationnelle.
Plusieurs études (Harrell, 1969 ; Pietrowski et Rock, 1963 ; Smoley
et Slivinski, 1971 ; Wald et Doty, 1965) soulignent aussi la présence chez
le « manager » d'une grande confiance en soi et d'une image de soi fort
positive.
PROFIL PSYCHOLOGIQUE DES ÉTUDIANTS CANADIENS-FRANÇAIS AU M.B.A.
479
Les études pan-culturelles de Haire, Ghiselli et Porter (1966)
montrent également que les « managers » de tous les pays étudiés préféraient influencer plutôt que contraindre leurs collaborateurs et que Ton
retrouvait chez ces « managers » un fort besoin d'autonomie et d'actualisation de soi.
Conclusions :
Toutes ces études semblent indiquer que les « managers » et les
entrepreneurs ont des traits fondamentaux, des tendances psychologiques
et des valeurs particulières. Le Tableau I présente les traits qui apparaissent le plus fréquemment dans ces études.
L'objectif de cette recherche est de déterminer quels sont les traits
qui caractérisent les étudiants québécois au M.B.A. et de comparer leur
profil aux profils (voir Tableau I) de l'entrepreneur et du « manager »
qui se dégagent des études faites sur ces deux types d'agent économique.
TABLEAU I
TRAITS FONDAMENTAUX DES « MANAGERS » ET DES ENTREPRENEURS
SELON LES ÉTUDES ANTÉRIEURES
Entrepreneurs
« Managers »
• Désir d'accomplissement (McClelland,
Atkinson, Sayigh, Alexander)
• Ordre - persévérance (Baurnal ; Cleeton et Mason)
• Confiance en soi (Caroll)
• Valeurs économiques et politiques
(Foundation for research on human
behavior, Livingston)
• Individualisme, autonomie
• Confiance en soi et image positive de
soi (Harrell ; Wald et Doty ; Smoley
et Slivinski)
• Valeurs économiques
• Sociabilité (Wald et Doty) et empathie (Livingston)
• Dominateurs, ascendants,
(Livingston, Ghiselli)
agressifs
• Autonomes, indépendants (Haire et
al)
480
INDUSTRIAL
RELATIONS
INDUSTRIELLES,
VOL. 28,
NO 3
MÉTHODOLOGIE
Instruments de mesure
Le choix des instruments de mesure utilisés dans cette recherche
repose sur deux critères : (1) les instruments devaient mesurer de façon
adéquate, les construits retenus des études antérieures sur l'entrepreneur
et le « manager » (voir Tableau I) ; (2) la validité des instruments
devrait être établie en français et en anglais puisque cette étude sera
élargie pour inclure une comparaison avec les résultats obtenus par des
étudiants d'expression anglaise. Selon ces critères, les tests suivants furent
choisis : ( 1 ) Test de tendances personnelles (version française du Edwards
Personal Préférence Schedule préparée par G. Gauthier) ; (2) Questionnaire AVS sur les valeurs (Questionnaire d'Allport et Vernon adapté en
français par R. Shevenell) ; (3) Test du concept de soi (version française
de Tennessee Self Concept Scale adaptée par J.M. Toulouse).
Le test de tendances personnelles ou Edwards Personal Préférence
Schedule permet de mesurer quinze tendances ou traits de base : ordre,
besoin d'accomplissement ( « achievement » ), persévérance, changement,
ascendance, ( « dominance-power » ), déférence, bienveillance, extrospection, sociabilité («affiliation»), hétérosexualité, individualisme, infériorité, dépendance, agressivité, exhibitionisme. Cet instrument a été largement étudié et validé dans sa version anglaise par Edwards alors que
Gauthier (1964) a étudié les caractéristiques psychométriques de la
version française.
Pour les valeurs, nous utilisons le test AVS construit par Allport
et Vernon et adapté en français par Shevenell (1962). Ce test permet
de mesurer six types de valeurs : les valeurs théoriques, économiques,
esthétiques, sociales, politiques et religieuses.
L'estime de soi, un aspect de l'image de soi, est mesurée par l'échelle
du concept de soi. La version anglaise de cet instrument fut validée par
Fitts et la version française a été préparée par Toulouse (1972). Cette
échelle nous permet de mesurer divers aspects du concept de soi. Pour
cette étude, nous avons conservé un seul aspect : une mesure globale de
l'estime de soi.
Sujets
Ces trois tests ont été remis à 99 étudiants au début de leurs études
de maîtrise en administration aux H.E.C. (13), à l'université Laval (26)
PROFIL PSYCHOLOGIQUE DES ÉTUDIANTS CANADIENS-FRANÇAIS AU M.B.A.
481
et à l'Université de Sherbrooke (60). Les Tests ont été administrés en
groupe (les temps de réponse variant entre 60 et 180 minutes). Le
testing s'est effectué de janvier à mai 1972.
RÉSULTATS
La présentation des résultats est organisée autour de trois soustitres : (1) Quel est le profil psychologique global des étudiants au
M.B.A. ? (2) Peut-on identifier des sous-groupes homogènes d'étudiants ?
(2) Quelles sont les conséquences de ces résultats pour la sélection des
candidats au M.B.A. ?
Quel est le profil psychologique des étudiants au M.B.A. ?
Les résultats des étudiants au M.B.A. sont présentés au Tableau 2
et au Graphique 1. Globalement, les résultats indiquent que les étudiants
au M.B.A. sont des individus actifs, compétitifs et agressifs qui aiment
exercer de l'influence, dominer (ascendance, politique), mais qui n'ont
pas un besoin d'accomplissement très élevé (achievement). Les résultats
indiquent de plus que les étudiants ont tendance à s'organiser (ordre) ;
qu'ils s'adaptent facilement aux situations nouvelles (changement) ;
qu'ils sont énergiques aimant confronter, attaquer ceux qui s'opposent à
eux (agressivité) ; qu'ils valorisent l'économique (économique) ; qu'ils
s'intéressent beaucoup au pouvoir (politique) et qu'ils se valorisent (estime de soi). Une absence relative de certains traits complète également
ce portrait. Les étudiants ne se sentent pas particulièrement enclins à
accepter les exigences des personnes en autorité (déférence), ou enclins
à aider les autres (bienveillance) ; ils ne se sentent pas inférieurs aux
autres (infériorité) ; ils ne cherchent pas l'approbation (dépendance) et
ils ne valorisent pas l'aspect religieux (religieux).
Il convient de remarquer qu'un niveau élevé d'ascendance et
d'agressivité accompagné d'un bas niveau de déférence et de bienveillance
pourraient indiquer que les étudiants aiment dominer mais qu'il s'agit
d'une domination hostile qui se fait au détriment des autres (ascendance —
bienveillance).
Il est assez surprenant de constater que le résultat pour « accomplissement » soit si peu élevé puisque l'on aurait dû retrouver parmi cette
population, les entrepreneurs de demain. Ces résultats laissent penser
que le secteur de l'administration n'est pas choisi par les sujets parce
482
INDUSTRIAL RELATIONS INDUSTRIELLES, VOL. 28, NO 3
TABLEAU 2
RÉSULTATS DES ÉTUDIANTS AU M.B.A. AUX TESTS TENDANCES
PERSONNELLES, A V S ET CONCEPT DE SOI
Dimension
Équivalent
en
percentille
Médiane
Équivalent
en
percentille
11.56
72
11.31
70
2. Accomplissement
15.76
40
15.35
32
3. Persévérance
13.45
50
13.44
50
1. Ordre
Moyenne
4. Changement
17.45
75
14.44
70
5. Ascendance
17.28
84
17.45
84
6. Déférence
10.96
30
10.85
30
7. Bienveillance
14.49
30
14.22
30
8. Extrospection
15.56
40
15.55
40
9. Sociabilité
17.31
55
17.64
60
10. Hétérosexualité
13.75
45
14.28
45
11. Individualisme
16.98
60
16.69
60
6.56
20
5.92
15
10.01
28
9.93
28
12. Infériorité
13. Dépendance
14. Agressivité
15.16
80
15.53
84
15. Exhibitionisme
12.62
45
12.55
45
16. Théorique
30.39
60
30.14
60
17. Économique
36.21
80
37.66
90
18. Esthétique
28.90
50
28.81
50
19. Social
20. Politique
21. Religieux
22. Estime de soi
8.04
50
28.00
50
35.36
80
35.31
80
21.43
20
20.81
20
359.59
72
359.00
70
GRAPHIQUE
Représentation
en percentile
I
des résultats des étudiants
au
M.B.A.
17
18
100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
19
20
21
22
484
INDUSTRIAL
RELATIONS
INDUSTRIELLES,
VOL. 28,
NO 3
qu'il offre des possibilités d'accomplissement mais parce que c'est un
secteur dans lequel ils peuvent exercer du pouvoir et de l'autorité. Les
résultats faibles pour « infériorité » et « dépendance » de même que les
résultats élevés pour « estime de soi » indiquent que les étudiants sont
capables de prendre leurs responsabilités (dépendance) et qu'ils ont confiance dans leur étoile (estime de soi — infériorité).
Identification de sous-groupes homogènes
Les résultats pour l'ensemble de l'échantillon sont certes intéressants
mais il importe de s'interroger sur l'existence de sous-groupes montrant un
profil similaire pour les 22 variables utilisées dans cette étude. Il est fort
possible qu'une forte hétérogénéité de profils dissimule la réalité et mène
à des interprétations erronées.
Afin d'identifier, s'il y a lieu, ces sous-groupes, nous avons calculé
un indice de similitude entre chaque paire de sujets (le coefficient rp de
CatteU [Cattell, Coulter and Tsujioka, 1967]).
Ce coefficient rp se calcule comme suit (cas oblique) :
rpy = ( E k - é\ ) / ( E k + à\ )
où rpu = coefficient de similitude entre le sujet i et le sujet j .
E K = l'espérance mathématique de la distance (en unités standard :
i.e., variables ayant moyennes de 0.0 et écart-type de 1.0).
EK = 2
. £Sî k X ?
où X i = valeur caractéristique de la matrice R de corrélations entre les dimensions.
d2^ = la distance (au carré et en unités standard) entre le sujet i
et le sujet j .
= D.. R D.
-ij
=
-i]
où D. = vecteur (kxl) de différences : entre les sujets i et j
en termes de leurs scores (standardisés) sur les k
dimensions.
R = matrice symétrique (kxk) de corrélations entre
les k dimensions.
k = nombre de dimensions pour chaque profil ; ici k = 22.
PROFIL PSYCHOLOGIQUE DES ÉTUDIANTS CANADIENS-FRANÇAIS AU M.B.A.
485
Ce coefficient a des propriétés fort utiles pour les fins de notre
étude :
1. Il se comporte comme un coefficient de corrélation ; la valeur
1.0 indique une parfaite similitude, — 1.0 une dissimilitude totale
et 0.0 des profils indépendants.
2. Il peut tenir compte des corrélations entre les dimensions (i.e.
forme oblique).
3. Il permet l'attribution de poids différents aux dimensions du profil.
Afin de former des groupes homogènes, ces coefficients de similitude
ont été aussi soumis à une analyse des composantes principales (Morrison,
1967) et à un algorithme de classement hiérarchique (Johnson, 1967).
Ce traitement statistique résulta en l'identification de 6 groupes de
sujets (plus 4 sujets présentant des profils apparemment idiosyncratiques)
dont les résultats sont présentés aux Tableaux 3 et 4.
Les profils des six différents groupes ont été comparés par analyse
de profil multivariée (Morrison, 1967) selon un programme formulé par
Maire, Silk et Tsang (1973). Cette analyse permet de tester deux hypothèses reliées à des profils multivariés : (1) Les profils des K groupes
sont-ils parallèles ? (2) Les profils sont-ils de même niveau ? L'hypothèse ( 1 ) est testée par la distribution de la valeur caractéristique la plus
grande, utilisant le statistique thêta de Heck décrit par Morrison (1967).
L'hypothèse (2) est évaluée par une analyse de variance simple utilisant
le statistique F comme critère.
Cette analyse des profils, dont les résultats sont résumés, au Tableau
5, démontre que les profils des six groupes ne sont pas parallèles bien
qu'ils soient de même niveau.
Un examen attentif des Tableaux 3 et 4 permet de constater qu'aucun
groupe ne présente un profil qui s'approche de celui de l'entrepreneur tel
que défini par les études antérieures. La plupart des groupes ont un profil
qui ressemble à celui que l'on peut dégager des études sur l'administrateur.
Le groupe 1 est composé d'individus que l'on pourrait qualifier de
« super-administrateurs » : des individus ordonnés, persévérants, capables
de faire face aux changements, agressifs, sûrs d'eux-mêmes, qui ont des
valeurs économiques et politiques et dont le besoin d'accomplissement est
relativement élevé et le besoin d'ascendance fort élevé. Le groupe II est
TABLEAU 3
RÉSULTATS DES SOUS-GROUPES 1, 2 , 3
Groupe 1 *
N-13
Dimensions
1.
2
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
Ordre
Accomplissement
Persévérance
Changement
Ascendance
Déférence
Bienveillance
Extrospection
Sociabilité
Hétérosexualité
Individualisme
Infériorité
Dépendance
Agressivité
Exhibitionisme
Théorique
Économique
Esthétique
Social
Politique
Religieux
Estime de soi
Groupe 3 ***
N-17
Groupe 2 **
N-18
Moy.
Perc.
Moy.
16.46
18.00
19.23
19.30
19.84
12.30
10.30
12.69
15.46
12.76
15.76
5.92
7.53
14.69
10.15
35.08
42.76
25.11
25.00
37.57
15.69
372.38
94
60
93
84
94
50
5
27
30
35
50
10
15
80
25
80
95
30
30
90
5
81
14.27
17.88
17.27
18.72
18.05
12.11
13.77
13.94
16.05
9.94
17.50
6.55
6.50
14.94
9.83
32.52
36.75
24.75
26.94
34.25
24.44
365.38
* (Sujets no. 13, 17, 28, 31, 32, 35, 47, 49, 54, 74, 80, 81, 89)
.** (Sujets no. 1, 4, 15, 22, 37, 38, 40, 42, 46, 61, 65, 67, 72, 84, 85, 87, 90, 96)
*** (Sujets no. 5, 11, 14, 18, 27, 41, 43, 44, 51, 56, 64, 68, 75, 82, 86, 88, 92)
Perc.
86
60
84
84
87
45
30
30
50
15
60
20
10
80
25
70
80
30
40
70
30
75
Moy.
Perc.
9.82
13.84
12.47
17.82
15.00
13.58
16.35
17.05
19.58
13.64
16.00
8.23
10.52
13.35
12.47
31.02
36.11
31.58
26.26
32.84
20.88
362.52
55
25
48
75
70
60
50
55
82
45
50
27
35
55
35
60
80
60
40
70
20
PROFII
TABLEAU 4
RÉSULTATS DES SOUS-GROUPES 4, 5 et 6
Groupe 4f *
N-8
Dimensions
9.87
16.87
15.50
14.00
11.25
13.00
22.75
18.87
14.87
10.75
14.00
11.00
15.75
12.12
9.37
29.12
27.00
29.87
32.50
29.87
32.75
310.10
55
51
70
50
35
50
99
75
30
20
35
39
72
50
15
50
40
60
70
60
70
15
8.19
14.23
9.90
18.28
16.57
8.09
16.66
17.95
19.14
16.80
17.61
6.00
11.19
15.66
13.42
27.78
30.57
34.52
33.50
32.73
20.64
360.90
Perc.
* (Sujets no. 2, 6, 10, 23, 50, 63, 94, 98)
** (Sujets no. 9, 12, 16, 20, 21, 33, 34, 36, 53, 55, 62, 66, 69, 70, 76, 78, 79, 91, 93, 95, 97)
*** (Sujets no. 3, 7, 8, 24, 26, 29, 30, 45, 48 57, 60, 71, 73, 77, 83, 99 )
35
25
25
75
84
14
60
70
72
65
72
15
35
84
45
50
60
80
70
70
20
70
•«
1
Moy.
Perc.
12.11
14.83
9.94
17.05
20.94
8.94
12.11
14.77
17.94
15.44
17.55
4.44
9.05
16.83
17.38
28.16
41.83
25.13
26.13
39.94
19.38
369.33
72
32
25
70
97
16
15
40
65
50
72
7
20
90
72
50
95
30
40
90
10
75
i
G
W
O
!GT
s
O
g
•Â
i
[ÇAIS
Moy.
I
***
DIENS
Perc.
Groupe. 6
N-18
[ANTS
Ordre
Accomplissement
Persévérance
Changement
Ascendance
Déférence
Bienveillance
Extrospection
Sociabilité
Hétérosexualité
Individualisme
Infériorité
Dépendance
Agressivité
Exhibitionisme
Théorique
Économique
Esthétique
Social
Politique
Religieux
Estime de soi
Moy.
**
«OLOGIQ
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
G roupe 5
N-21
G
>
•U
-a
488
INDUS-TRIAL RELATIONS INDUSTRIELLES, VOL. 28, NO 3
TABLEAU 5
COMPARAISON DES PROFILS PSYCHOLOGIQUES DES SOUS-GROUPES
EPPS
Parallélisme des profils
$
= .9570
AVS
Parralélisme des profils
6 = .7704
les paramètres sont :
s = 5
m = 4
n = 37
les paramètres sont :
s = 5
m = -0.50
n = 41.50
Pour ces paramètres, la
valeur critique de
6 pour p = .01 est .412 *
Pour ces paramètres, la
valeur critique de
6 pour p = .01 est .261
Niveau des profils
F = .8590
degrés de liberté
= 5 et 39
Niveau des profils
F = .9798
degrés de liberté
= 5 et 89
La valeur critique de F
pour p = .05 est de 2.34
La valeur critique de F
pour p = .05 est de 2.34
composé d'individus que l'on pourrait appeler les « administrateurs seniors » : des individus qui ressemblent à ceux du groupe I mais qui se
situent un peu plus bas sur certaines des variables ; (e.g., valeurs politiques
et économiques). Le groupe III est composé d'individus du type « administrateurs humanistes » : ils ressemblent aux individus des groupes I et
II mais ils valorisent beaucoup les rapports sociaux, les relations humaines,
et ont un faible besoin d'accomplissement. Le groupe IV est, à notre avis,
un groupe de « commis bienveillants » : des individus dépendants qui ne
se valorisent pas et dont les valeurs sont religieuses et sociales et non pas
politiques ou économiques. Le groupe V est un groupe que l'on qualifie
« d'administrateurs instables et agressifs » : ils ont des valeurs esthétiques,
ne sont pas particulièrement motivés par le besoin d'accomplissement,
sont désordonnés, incapables de persévérer dans une tâche, bien qu'ils
soient agressifs et qu'ils désirent influencer les autres (ascendance élevée).
Le groupe VI est composé d'individus qui aiment détenir le pouvoir ; leur
besoin d'accomplissement est faible, ils sont très agressifs, ils tendent à
1 D'après les tables de Heck présentées dans Morrison (1967), pp. 312-319.
PROFIL PSYCHOLOGIQUE DES ÉTUDIANTS CANADIENS-FRANÇAIS AU M.B.A.
489
être persévérants dans une tâche ; ils sont ordonnés, ils sont indépendants,
individualistes et exhibitionistes tout en ayant un besoin élevé d'ascendance ainsi que des valeurs politiques et économiques.
Pour concrétiser ces résultats, nous situons chacun des six groupes
sur un grille dont les axes représentent « une propension à devenir un
manager efficace » et « une propension à devenir un entrepreneur à
succès ». Ainsi, le graphique 2 illustre le fait que la plupart des sujets
ont un profil qui se rapproche du profil « manager » et qu'aucun groupe
ne montre un profil se rapprochant beaucoup du profil-type de rentrepreneur.
CONSÉQUENCES POUR UNE POLITIQUE DE SÉLECTION
DES CANDIDATS AU M.B.A.
Il est souhaitable que les facultés d'administration se donnent des
politiques de sélection cohérentes, découlant logiquement des objectifs
poursuivis par leurs programmes. Cette affirmation suppose que les dirigeants de ces facultés établissent clairement les objectifs de leur programme
de maîtrise et traduisent ces objectifs en des variables opérationnelles
pour fins de sélection des candidats et d'élaboration du contenu des programmes. Nous pensons que le type d'information présenté dans cet
article pourrait jouer un rôle important dans l'actualisation d'une telle
démarche.
Ainsi, pour les fins de cette section, nous supposerons que les 99
sujets de notre échantillon sont des candidats à l'admission à un programme
de maîtrise, ne recevant que 40 étudiants par promotion. De plus, nous
utiliserons deux modèles (simplifiés) représentant des objectifs différents
mais réalistes pour un programme de maîtrise en administration.
Le premier modèle, celui de l'entrepreneur, refléterait l'intention d'une
faculté de former des hommes d'affaires entreprenants, désireux de lancer
leur propre entreprise, impatients de réussir économiquement. Nous inspirant des auteurs qui ont étudié ce phénomène, nous proposons au
Tableau 6 un profil idéal du type « entrepreneur », y compris la pondération (subjective) à attacher à chaque dimension.
Un programme de formation en administration pourrait, au contraire,
avoir pour objectif la préparation de technocrates de la gestion œuvrant
GRAPHIQUE
II
SITUATION DES SIX GROUPES SUR UNE GRILLE « MANAGER-ENTREPRENEUR »
Propension à
devenir un
Manager très
efficace
A
h
10
9
»
8
2
7
6
6
5
3
4
5
3
2
1
4
*
IU
Propension à devenir
un Entrepreneur
à succès
PROFIL PSYCHOLOGIQUE DES ÉTUDIANTS CANADIENS-FRANÇAIS AU M.B.A.
491
TABLEAU 6
PROFIL IDÉAL
Entrepreneur
Dimensions
Cote brute
Percentile
Pondération
1. Accomplissement
28
100
.25
2. Individualisme
28
100
.10
1
0
.15
3. Dépendance
4. Agressivité
17
90
.15
5. Valeur économique
60
100
.25
384
90
6. Image de soi
.10
1.00
Manager
Dimensions
Cote brute
1. Ordre
15
Percentile
90
Pondération
.07
2. Accomplissement
19
70
.10
3. Persévérance
28
100
.07
4. Changement
17
70
.07
5. Ascendance
28
100
.15
6. Sociabilité
19
70
.10
7. Valeur économique
34
70
.10
8. Valeur sociale
34
70
.04
60
100
.15
384
90
.15
9. Valeur politique
10. Image de soi
1.00
aisément au sein de grandes entreprises. Pour un tel programme, l'on
devrait chercher des candidats possédant des caractéristiques de base bien
différentes de celles proposées pour le modèle « entrepreneur ». On trouvera au Tableau 6, le profil idéal que nous proposons pour ce « manager ».
Ces deux profils, qui découlent des considérations empiriques présentées au début de cet article ne devraient guère surprendre le lecteur
familier avec l'abondante documentation sur ce sujet. De toute façon, ces
492
INDUSTRIAL RELATIONS INDUSTRIELLES, VOL. 28, NO 3
profils, quoique fort défendables, ne sont présentés que pour concrétiser
notre argumentation. 2
Donc, il s'agit pour une direction de faculté de 1 ) déterminer l'orientation que prendra son programme de maîtrise prenant en considération
les besoins du milieu, le marché du travail et la concurrence ; 2) d'établir
les dimensions d'un profil « idéal » pour le candidat à ce programme ;
3) de déterminer l'importance de chaque dimension dans la composition
du profil.
Ceci établi, il faut calculer la similitude entre le profil idéal et le
profil de chacun des candidats. À cette fin, nous avons choisi d'utiliser
encore le coefficient rp de Cattell dans sa forme oblique et générale
(Cattell, Coulter and Tsujioka, 1966) qui permet de tenir compte des
corrélations entre les dimensions et des pondérations différentes attribuées
à chaque dimension. Ce coefficient rp se calcule comme suit :
^
= ( E k -é\ ) / ( E k + d? )
d
=
f
?i W g W F.
où F{ = vecteur (Ixk) de différences entre le profil idéal et le
profil du sujet i (les deux exprimés en nombres standard)
W=
Ek
le profil idéal et le profil du sujet i (les deux exprimés
matrice diagonale (kxk) contenant les pondérations attachées à chaque dimension
R matrice symétrique (kxk) de corrélations entre les k
dimensions
Trace ( D* L' W R W L D1/2 )
où D = matrice diagonale (kxk) contenant les valeurs caractéristiques (eigenvalues) de la matrice de covariance des Z..
L = matrice (kxk) des vecteurs caractéristiques (eigenvectors)
~~
de la matrce de covariance des X..
2
Dans l'articulation des modèles idéaux, nous affirmons qu'une dimension
doit se situer à tel ou tel percentile. Lorsque nous croyons que la dimension est
pleinement désirable, nous indiquons le lOOième percentile. Dans certains cas, nous
spécifions des limites parce qu'une cote trop élevée pourrait indiquer certains
comportements pathologiques ou encore un comportement avec un « entrepreneur »
ou un « manager».
PROFIL PSYCHOLOGIQUE DES ÉTUDIANTS CANADIENS-FRANÇAIS AU M.B.A.
493
Ces coefficients furent calculés pour les 99 sujets de notre étude
utilisant d'abord le profil « entrepreneur » comme profil idéal. En supposant que 40 candidats seulement doivent être choisis, les sujets présentés
au tableau 7 seraient alors admis. Si une faculté adoptait plutôt le profil
« manager », elle accepterait alors les sujets présentés à la deuxième
partie du tableau 7. Il est intéressant de constater que 24 étudiants
seraient admis avec l'un ou l'autre profil, reflétant ainsi le fait que ces
deux profils sont différents mais non mutuellement exclusifs et que la
« population » de candidats contient peu de sujets ayant un profil très
près de « l'entrepreneur idéal ». Cependant, même dans ces circonstances,
40% des candidats admis seraient différents selon qu'une faculté se soit
donnée un objectif « manager » plutôt qu'un objectif « entrepreneur ».
De plus, il est évident qu'une faculté ayant un objectif « entrepreneur »
devrait s'efforcer de recruter d'autres candidats que les 99 sujets de notre
échantillon.
TABLEAU 7
CHOIX DE CANDIDATS CONSÉQUENT À DES OBJECTIFS DE PROGRAMMES DIFFÉRENTS
Candidats choisis (40)
pour un programme « Entrepreneur »
Sujets :
3, 7, 9, 13, 14, 19, 20, 21, 22, 24, 29, 31, 33, 35, 36, 38, 40, 42, 45, 46,
49, 57, 59, 60, 61, 62, 65, 66, 72, 73, 74, 77, 79, 81, 83, 84, 85, 87, 89, 90
Candidats choisis (40)
pour un programme « Managers
Sujets :
3, 7, 8, 13, 17, 18, 19, 20, 24, 26, 28, 31, 35, 38, 39, 42, 43, 45, 46, 48,
49, 51, 54, 57, 58, 59, 60, 64, 65, 67, 71, 73, 74, 77, 80, 83, 84, 85, 89, 99
Il serait possible d'utiliser des profils différents, des poids différents,
etc. L'aspect crucial pour nous est cependant de démontrer qu'il est
possible d'exprimer en termes opérationnels des critères de sélection précis,
conséquents à l'articulation des objectifs d'un programme M.B.A.
RÉSUMÉ ET CONCLUSIONS
Les résultats présentés ici indiquent : (1) que les étudiants canadiensfrançais au M.B.A. n'ont pas un besoin très marqué d'accomplissement
(Need for Achievement) ; (2) que cette population étudiante est très
494
INDUSTRIAL RELATIONS INDUSTRIELLES, VOL. 28, NO 3
hétérogène puisqu'il est possible d'identifier six groupes dont les profils
sont sensiblement différents ; (3) que le profil de chacun de ces groupes
s'approche plus du profil du « manager » que du profil « entrepreneur » ;
(4) que, cependant, les groupes 3, 4 et 5 (soit 46% de l'échantillon)
montrent un profil qui s'éloigne considérablement de celui du « manager
efficace » et (5) qu'il est possible de formuler en termes opérationnels
une politique de sélection des candidats au M.B.A. qui reflète les objectifs
déterminés par une faculté. Il a été montré que, selon la nature de ces
objectifs, des candidats différents devraient être admis au programme de
M.B.A.
Cette première étude requiert deux prolongements évidents. Dans un
premier temps, et ceci est déjà en voie d'exécution, il nous faudra établir
une comparaison entre ces résultats et ceux obtenus chez des étudiants
canadiens anglais et américains. Il importe de déterminer s'il existe des
différences systématiques importantes entre ces groupes et de s'interroger
sur la signification de ces différences, s'il y a lieu. Dans un deuxième temps,
il nous faudra accumuler des données afin de pouvoir évaluer dans quelques années, la valeur prédictive des variables utilisées dans les profils
proposés ici. En observant l'évolution professionnelle de nombreux sujets,
nous devrions être en mesure de préciser et d'amender les profils prototypiques à la lumière de ces constatations empiriques.
RÉFÉRENCES
A. ALEXANDER, « The Supply of Industrial Entrepreneurship », Explorations in
Enirepreneurial History, vol. 1, no 29, Feb. 1967, pp. 136-149.
Y. ALLAIRE, A.J. SILK, W.H. TSANG, « A Fortran IV Program for Muïtivariate
Profile Analysis », Journal of Marketing Research, vol. 10, no 2, Feb. 1973,
pp. 81-82.
C. ALLPORT, P. VERNON et R. SHEVENELL, Le questionnaire AVS, Ottawa,
Les éditions de l'Université d'Ottawa, 1962, 8 p.
J. ATKINSON, « Motivational Déterminants of Risk-Taking Behavior», Psychological Review, vol. 64, no 4, 1957, pp. 354-372.
G. AUCLAIR et W. READ, « A Cross-Cultural Study of Industrial Leadership »
in Rapport de la Commission Royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, Ottawa, Livre III, Parties III et IV, 1969, pp. 629-630.
W. BAURNAL, « Entrepreneurship in Economie Theory », American Economie
Journal, vol. 58, no 1, 1968, pp. 67-71.
J. CAROLL, The Filipino Manufacturing Entrepreneur, Ithaca, Coraell University
Press, 217 p.
PROFIL PSYCHOLOGIQUE DES ÉTUDIANTS CANADIENS-FRANÇAIS AU M.B.A.
495
R.B. CATTELL, M.A. COULTER, and B. TSUJIOKA, « Taxonometric Récognition
of Types and Functional Emergents» in R.B. CATTELL (éd.), Handbook of
Multivariate Expérimental Psychology, Chicago, Rand, McNally, 1966, 958 p.
G. CLEETON, and G. MASON, Executive Ability : Its Discovery and Development,
Yellow Spring, The Antioch Press, 1964, 540 p.
O. COLLINS and D. MOORE, The Organization Makers : A Behavioral Study of
Independent Entrepreneurs, New York, Meridith Corporation, 1970, 237 p.
L. DAVIDS, Characteristics of Small Business Founders in Texas and Georgia,
Athens, Bureau of Business Research, University of Georgia, 1963.
G. GAUTHIER, Test de tendances personnelles; manuel d'instructions, Montréal,
Institut de recherches psychologiques, 1969, 30 p.
E. GHISELLI, Explorations in Managerial Talent, Pacific Palisades, Goodyear
Publishing Company Inc., 1971, 166 p.
W. Jr. GUZZARDI, The Young Executives, The New American Library, 1964, 137 p.
M. HAIRE, E. GHISELLI and L. PORTER, Managerial Thinking : An International
Study, New York, John Wiley and Sons, 1966, 298 p.
T. HARRELL, « The Personality of High Earning M.B.A.'s in Big Business »,
Personnel Psychology, vol. 22, no 4, Winter 1969, pp. 457-463.
S.C. JOHNSON, « Hierarchical Clustering Schemes », Psychometrika, vol. 32, no 3,
1964, pp. 241-254.
N. KOGAN and M. WALLACK, Risk-Taking : Study in Cognition and Personality,
New York, Holt, Rinehart and Winston, 1964, 278 p.
G. LITWIN and J. CIARLO, Achievement Motivation and Risk-Taking in a Business
Setting, Technical Report, New York, The Behavior Research Service, General
Electric, 1959.
J.S. LIVINGSTON, « The Myth of the Well-Educated Manager », Harvard Business
Review,. vol. 52, no 1, Jan-Feb. 1971, pp. 79-80.
D. McCLELLAND, The Achieving Society, New York, Van Nostrand, 1961, 512 p.
D. McCLELLAND, J. ATKINSON, R. CLARD and E. LOWELL, The Achievement
Motive, New York, Appleton-Century Crofts, 1954.
D. McCLELLAND, « Towards a Theory of Motive Acquisition», American Psychologist, vol. 20, no 5, May 1965, pp. 321-333.
D. McCLELLAND and D. WINTER, Motivating Economie Achievement, New
York, The Free Press, 1969, 409 p.
D.F. MORRISON, Multivariate Statistical Methods, New York, McGraw Hill, 1967,
338 p.
Z. PIETROWSKI and M. ROCK, The Perceptanalytic Executive Scale : A Tool
for the Sélection of Top Managers, New York, Greene and Stratton Inc., 1963.
Y. SAYIGH, Entrepreneurs of Lebanon, Cambridge, Harvard University Press,
1962.
M. SMOLEY and L. SLIVINSKI, «Discriminant Analysis of the Self Descriptive
Inventory for Middle Managers and First Level Supervisors », Studies in
Personnel Psychology, vol. 2, no 1, Jan. 1971, pp. 33-41.
J. STEPANEK, Managers for Small Industry, Glencoe, The Free Press, 1960.
496
INDUSTRIAL RELATIONS INDUSTRIELLES, VOL. 2 8 , NO 3
N. TAYLOR, « L'industriel canadien-français », Recherches sociographiques, vol. 2,
no 1, 1961, pp. 123-150.
J.-M. TOULOUSE, Échelle du concept de soi : manuel d'inscription, 1972.
R. WALD and R. DOTY, « The Top Executive — A First Hand Profile, Skills that
Build Executive Success », Harvard Business Review, 1965, pp. 31-41.
, Predicting Managerial Success, Foundation of Research on Human Behavior,
1963.
The Psychological Profile of French Canadian M.B.A. Students :
Conséquence for a Sélection Policy
Since 1966, French-speaking universities in Québec hâve offered a Master's
degree in Business Administration similar to programs offered for many years in
American and Canadian Universities. The focus of this study is to compare the
psychological profile of thèse students to the profiles of entrepreneurs and managers
suggested by past research in this area. Thus, previous studies indicate that entrepreneurs hâve a high need for achievement, hâve a high level of self-confidence,
are individualistic and autonomous and hâve économie values. Other studies indicate
that managers are persévérant, hâve a high level of self-confidence, are sociable,
domineering, agressive, ascendant and independent. Thèse studies seem to indicate
that managers and entrepreneurs hâve différent profiles.
The objective of this paper is threefold : ( 1 ) to détermine the profile of
French Canadian M.B.A. students ; (2) to compare this profile to the profiles of
entrepreneurs and managers suggested by previous studies; (3) to show how the
type of information used in this study could be helpful in formulating a sélection
policy for M.B.A. candidates.
The results indicate that the profile of M.B.A. students is caracterized by a
high need for power, for ascendancy, a high level of tolérance for change, a
high degree of order and persévérance, a high level of aggressivity, a high selfesteem and a high level of interest in économies and politics. They hâve a very
low need for dependence and déférence and don't feel inferior. One shoaild note
that the need for achievement is quite low, contrary to what might hâve been expected.
Furthermore, the results indicate that the population is heterogeneous ; it
is possible to identify six sub-groups of students which differ significantly in terms
of their profiles. Generally, the profiles of ail groups are closer to the profile of
the manager than to the profile of the entrepreneur. However, a sizable proportion
of subjects presented profiles which matched neiher manager nor entrepreneur.
The study also demonstrates how this type of information could be used by
a School of Business in the formulation of its sélection policy. Depending upon the
objectives set for the M.B.A. programme, it was shown that a substantially différent
group of subjects would hâve been admitted.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising