L09Lfr (French news)

L09Lfr (French news)
ÉGLISE DE JÉSUS-CHRIST DES SAINTS DES DERNIERS JOURS • JUILLET 2009
Nouvelles de l’Église
© 2008 ROBERT CASEY
Bien mieux que les
offres d’emploi
Par Jennifer Williams
L
es Services d’aide à l’emploi
de l’Église aident des gens du
monde entier à avoir la bénédiction de trouver du travail.
Roger et LaSonja n’avaient véritablement rien en commun, sauf une
chose très importante : tous deux
avaient désespérément besoin de
trouver du travail. Roger était un
ingénieur de talent, doté d’une
excellente formation et d’expérience
tant dans la construction automobile
que dans l’industrie aérospatiale.
LaSonja avait été SDF la plus grande
partie de sa vie, était mère de deux
enfants en bas âge et attendait son
troisième. Tous deux ont été bénis
lorsqu’ils se sont adressés aux services d’aide à l’emploi de l’Église.
Roger avait été un excellent
employé, tout au long de sa carrière
fructueuse. Mais sa société avait été
rachetée, le nombre d’employés
réduit de vingt-cinq pour cent, et
son poste avait finalement été supprimé. Il n’avait jamais pensé perdre
son emploi, et moins encore avoir
de la peine à retrouver un poste
d’ingénieur.
L’ancien employeur de Roger lui
avait offert l’aide d’un cabinet de placement. Celui-ci l’assura qu’avec sa
formation impeccable et ses années
d’expérience, il ne resterait pas longtemps au chômage. Roger se mit
donc à consulter régulièrement les
offres d’emploi et à expédier des
exemplaires de son curriculum vitae,
mais les jours se transformèrent en
semaines, et les semaines en mois,
si bien que Roger commença à se
Les services d’aide à l’emploi de l’Église aident des membres du monde entier à
trouver des solutions à leur besoin de travail, depuis la préparation au processus
de candidature et d’entretien jusqu’à la découverte d’occasions de travailler à
leur compte.
décourager. « J’étais extrêmement
frustré, sachant que j’étais suffisamment capable et expérimenté pour
subvenir aux besoins de ma famille,
et pourtant incapable de trouver
l’occasion de le faire » déclare-t-il.
Après plus de sept mois de chômage, le montant de son indemnité
de licenciement était épuisé et les
économies de la famille presque
N O U V E L L E S D E L’ É G L I S E JUILLET 2009
N1
Lettres de satisfaction
vec mon revenu précédent,
j’avais du mal à subvenir aux
besoins de ma famille tout en
poursuivant mes études. J’ai pu
m’inscrire au Fonds perpétuel d’étude pour m’aider à financer mes
études, mais ensuite, j’ai perdu
mon travail. Cela s’est avéré une
véritable bénédiction. Le lendemain, je me suis rendu au centre
d’aide à l’emploi, et un spécialiste
de l’emploi m’a aidé à rédiger un
plan d’action. Le stage de recherche d’emploi m’a appris comment
me constituer un réseau de relations et les utiliser de façon efficace. La semaine suivant la fin de
mon stage de recherche d’emploi,
j’ai obtenu un rendez-vous dans
une société internationale. Avec
l’aide de notre Père céleste et des
techniques apprises au stage, j’ai
pu répondre aux questions de
l’employeur d’une manière satisfaisante et on m’a offert le travail.
Mon nouveau salaire est quatre
fois plus élevé que celui de mon
ancien travail. Je peux offrir une
vie bien meilleure à ma famille et
servir plus fidèlement dans mes
appels à l’Église. »
«
A
Marcos, Brésil
son accouchement. Son mari l’avait
quittée, et il lui fallait travailler pour
subvenir aux besoins de ses enfants.
Elle se faisait du souci, pensant qu’à
cause de sa grossesse, elle aurait du
mal à trouver un emploi. Pour compliquer encore les choses, elle ne
connaissait personne qui pourrait
garder ses deux enfants pendant
qu’elle allait accoucher. Elle n’avait
aucune famille proche qui puisse
l’aider. Elle raconte : « J’étais dans
une situation désespérée. Je me
faisais constamment du souci, me
demandant comment j’allais nourrir
mes enfants. Je trouvais mon fardeau insupportable et j’ai fait une
dépression. »
La doctrine du travail
Le travail est un principe fondamental de l’Évangile. « C’est à la
sueur de ton visage que tu mangeras
du pain » (Moïse 4:25), tel est le commandement donné à Adam, pour
son profit. Spencer W. Kimball, ancien
président de l’Église, (1895-1985) l’a
confirmé : « Le travail est une nécessité tant spirituelle qu’économique1. »
Il est évidemment nécessaire de
travailler pour subvenir à nos besoins
et à ceux de notre famille, mais il
peut parfois être difficile de trouver
un travail convenable. Où que l’on
vive, le marché du travail devient de
plus en plus compétitif et de plus en
plus instable. Gordon B. Hinckley
© 2008 ROBERT CASEY
entièrement dépensées.
LaSonja avait été SDF presque
toute sa vie, mais elle avait récemment été choisie pour recevoir son
propre appartement subventionné.
Elle était évidemment enchantée
d’avoir finalement son propre foyer
pour elle et ses enfants, mais elle
n’était qu’à quelques semaines de
Les services d’aide à l’emploi de l’Eglise et leur stage de recherche d’emploi
aident les stagiaires à acquérir des compétences importantes.
N2
Programme de placement
professionnel
Le programme de placement professionnel vise à aider les professionnels, les administrateurs et les cadres
à trouver soit un emploi soit un
meilleur emploi. Il comprend un
stage de recherche d’emploi, des
réunions régulières de travail en
réseau et une aide à la présentation
personnelle. Des encadrements sont
également prévus pour les professionnels, les employeurs et les chasseurs
de talents. Des locaux et de l’équipement sont également mis à disposition pour la recherche d’emploi.
Après avoir pris connaissance du
problème de Roger, le spécialiste de
l’emploi de sa paroisse lui a recommandé de participer au programme
de placement professionnel du
Centre d’aide à l’emploi de l’Église
© 2008 ROBERT CASEY
(1910-2008) a déclaré : « Vous entrez
dans l’époque la plus compétitive que
le monde ait connu. L’esprit de compétition règne partout autour de
vous2. » Dans un monde de concurrence et d’incertitude économique
accrues, nous devons tous nous préparer à la possibilité du chômage ou
à la nécessité de nous reconvertir.
C’est pour aider les gens, membres et non membres, à se préparer
et à obtenir un bon emploi, que
l’Église a créé les services d’aide à
l’emploi de l’Église. Dans quelque
trois cents centresde par le monde,
des services sont à la disposition des
chômeurs, des gens sous-employés
ou qui envisagent une reconversion
professionnelle. C’est grâce à ces
centres que Roger et LaSonja ont
tous deux trouvé la solution à leur
problème de chômage.
de Détroit ( Michigan). Une
femme qui assistait à la
réunion de mise en contact,
la semaine suivante, recherchait des employés pour
son entreprise industrielle.
Elle a été impressionnée
par la formation et l’expérience de Roger. Un entretien d’embauche s’en est
suivi peu de temps après,
et un nouveau poste correspondant précisément
aux capacités de Roger a
été créé.
Stage de recherche d’emploi
Le stage de recherche
d’emploi aide à acquérir les
compétences nécessaires
pour atteindre des objectifs
de carrière. Ce stage d’une
douzaines d’heures, comporte quatre parties. Au
cours du stage, les participants apprennent à chercher des marchés de travail cachés
et à utiliser leurs relations pour leur
recherche d’emploi. Ils composent
avec confiance des déclarations brèves, mais efficaces mettant en valeur
leurs talents, leurs connaissances et
leur expérience. Les stagiaires
apprennent également à rédiger leur
curriculum vitae et acquièrent des
techniques d’entretiens, de planification de carrière et même de négociation de salaire et d’avantages.
La vie de LaSonja s’est améliorée
lorsqu’elle participé au stage de proposé par le centre d’aide à l’emploi
de l’Église de Chicago (Illinois). Elle
y est arrivée grâce à deux fillettes de
huit ans. Lorsque Tatyana, la fille de
LaSonja, est allée pour la première
Les services d’aide à l’emploi de
l’Église aident à améliorer les chances
des stagiaires de trouver du travail en
les aidant à s’améliorer.
fois à l’école de son nouveau quartier,
elle a dit à Emily, une camarade de
classe membre de l’Eglise, que sa
maman aurait besoin d’aide pour garder ses enfants pendant qu’elle serait
à l’hôpital pour avoir son bébé. Emily
a demandé à sa mère, Pam, si leur
famille pourrait l’aider. Il n’a pas fallu
longtemps à Pam et à LaSonja pour
devenir très amies, et c’est ainsi que
LaSonja a entendu parler des services
d’aide à l’emploi de l’Église.
Lors du stage d’aide à l’emploi,
LaSonja a reçu une aide personnalisée
N O U V E L L E S D E L’ É G L I S E JUILLET 2009
N3
de la part de spécialistes de l’emploi,
qui l’ont aidée à recenser ses talents,
ses intérêts, ses besoins d’emploi et
ses objectifs de carrière. Ensemble,
ils ont effectué une recherche d’emploi stratégique, ont rédigé plusieurs
Lettres de satisfaction
erci de m’avoir permis d’assister au stage de recherche
d’emploi. J’ai appris beaucoup de
choses qui m’ont aidée à trouver
un bon travail. Avant le stage, je
n’avais reçu que quelques offres
d’emploi, pour lesquels j’étais surqualifiée, et qui payaient très mal.
J’ai suivi le stage de recherche
d’emploi et j’ai repris confiance.
J’ai pu obtenir un entretien pour
un excellent travail. La personne
qui me recevait a été très impressionnée. On m’a offert un salaire
généreux, avec des possibilités de
promotion. Ce programme est
inspiré. Je prie pour que beaucoup
de gens profitent de cette occasion
pour améliorer leur vie. »
«
M
Jaya, Inde
« Je suis heureuse de découvrir
qu’on peut encore m’engager, malgré mon âge, mon statut de femme
mariée et la longue période où je
n’ai pas travaillé. Le stage de recherche d’emploi m’a appris comment
réagir aux questions des personnes
qui m’interrogeaient au sujet des
handicaps de ma situation. Je viens
de passer une journée entière d’entretiens sélectifs, et je suis engagée !
J’ai même pu négocier pour garder
mes dimanches libres. »
Arlene, Philippines
N4
curriculum vitae faisant ressortir les
diverses connaissances de LaSonja,
et l’ont préparée aux entretiens
d’embauche.
Elle explique : « J’avais toujours
travaillé pour payer mes factures,
mais les services d’aide à l’emploi
de l’Église m’ont appris à rechercher
des possibilités d’emploi adaptées à
mes talents et à mes intérêts. Plus
tard, quand j’ai trouvé un travail qui
me plaisait, j’ai découvert que j’étais
plus heureuse, que j’avais davantage
confiance en moi, et que je devenais
une meilleure mère. »
Il n’a fallu que quelques jours à
LaSonja pour trouver, dans un bureau
médical, un emploi qui lui a procuré
de grandes satisfactions, en plus de
lui permettre de subvenir aux besoins
de sa famille. Elle ajoute : « Je suis si
reconnaissante à Pam pour son amitié. Grâce à sa gentillesse quand j’étais dans le besoin, j’ai connu les services d’aide à l’emploi de l’Église. Sa
bonté a changé ma vie et celle de mes
enfants pour toujours. »
Travailler à son compte
Le stage de travail en indépendant
se compose d’une série de cours
prévus pour aider les personnes à
formuler des idées et à transformer
ces idées en entreprises rentables,
petites ou grandes. Les cours peuvent même aider les gens qui se lancent dans la création de leur entreprise à améliorer leur affaire, en
créant un plan de travail. Le stage
comporte quatre parties : idées
d’entreprises, analyse du marché,
stratégies de marché et analyse
financière. Ces principes sont applicables partout.
À Nairobi, au Kenya, un couple
cherchait depuis longtemps un
emploi stable. Leurs difficultés à
offrir à leurs enfants le minimum
vital commençaient à miner les
deux conjoints. Ils semblaient n’avoir
aucun recours, puisque la plupart de
leurs amis et des membres de leur
famille se trouvaient dans la même
situation difficile.
C’est en assistant pour la première fois aux réunions de l’Église avec
un membre de ses amis que le mari,
récemment converti à l’Église, a entendu parler des services gratuits d’aide
à l’emploi offerts par le Centre de
l’Église de Nairobi. Le lundi suivant,
il s’y est rendu. Après avoir participé,
au cours des semaines suivantes, à
plusieurs stages de recherche d’emploi et de création de petites entreprises, il a acquis l’assurance qu’il
pourrait réussir à monter un commerce pour vendre les produits cuisinés par sa femme. Avec l’aide d’un
spécialiste de l’emploi, ils ont élaboré un plan d’entreprise détaillé et se
sont mis à l’œuvre.
Dans sa petite cuisine, la femme
a préparé de délicieux samosas et
mandazi, plats locaux, qu’ils ont vendus devant un immeuble de bureaux
tout proche. Leurs paniers ont bientôt été vides, et avec leurs gains de
la matinée, ils sont allés acheter les
ingrédients pour le repas du midi.
Rapidement, leur petit commerce
est devenu florissant et si réputé
qu’ils ont obtenu un contrat pour
fournir les repas des employés d’un
grand immeuble de bureaux. Peu à
peu, ils ont économisé suffisamment
d’argent pour acheter un réfrigérateur, une table chauffante et d’autres
équipements pour améliorer leur
commerce. Ils sont très satisfaits,
Lettres de satisfaction
aujourd’hui, de pouvoir subvenir
aux besoins de leur famille. Avec
les bénéfices et les commandes
accrus, ils ont pu engager du personnel pour les aider, donnant ainsi
du travail à d’autres membres de
leur paroisse.
Ça marche
En 2007, les centres d’aide à
l’emploi de l’Église ont offert leurs
services à plus de 225000 personnes
grâce à des stages de recherche
d’emploi, d’instruction, d’amélioration de l’emploi et de formation
à la création d’entreprises. Mais
plus encore que l’amélioration des
emplois, le service d’aide à l’emploi
de l’Église a aidé à redonner espoir,
paix et confiance à des personnes
et à des familles, dans plus de cinquante pays. Gloria Purcell, directrice du centre d’aide à l’emploi
de l’Église d’Orlando, en Floride,
explique : « Pour certaines personnes, un nouvel emploi apporte une
meilleure confiance en soi et des
objectifs qui ont un impact incommensurable sur toute la famille. Nous
visons en fait à changer la vie des
gens. »
Pour vous renseigner sur les occasions de bénévolat dans un centre
d’aide à l’emploi, prenez contact avec
le centre le plus proche, ou allez le
visiter. Pour travailler dans un centre
d’aide à l’emploi en tant que missionnaire de service de l’Église à plein
temps ou à temps partiel, parlez avec
votre évêque ou votre président de
branche. ■
RÉFÉRENCES
1. Enseignements des présidents de l’Église –
Spencer W. Kimball, p. 133.
2. « Conseils et prière d’un prophète pour la
jeunesse », Le Liahona, avril 2001, p. 34.
«
ai suivi les stages pour le tra’
J vail indépendant et pour les
petites entreprises, ce qui m’a
aidé à améliorer la mienne. J’ai
appris ce qu’étaient le microcrédit et les occasions de faire
de petits emprunts, ce qui m’a
permis d’acheter de l’équipement
qui m’a aidée à ajouter une nouvelle ligne de produits à mon
commerce. Maintenant, je gère
mieux mes dépenses, mes gains
et ma production. J’ai aussi appris
à mieux évaluer le prix de mes
produits. Grâce à ces stages, mon
commerce recommence à se développer et à grandir. Ma vie n’est
plus la même. Je me sens importante et heureuse de ma réussite, et
ma famille est également plus
rassurée. »
Miriam, Argentine
L’Église ajoute l’idéal de la vertu au
programme du progrès personnel
Par Kimberly Bowen, des Magazines de l’Église
E
n février, l’Église a
publié, sur LDS.org,
des renseignements et
des instructions supplémentaires sur la
façon d’incorporer
l’idéal de la vertu au
programme personnel
des Jeunes Filles. Dans
une lettre datée du
28 novembre 2008, la
Première Présidence a annoncé cet ajout d’un nouvel idéal.
L’encart de huit pages que les jeunes filles ajouteront à leur brochure
Mon progrès personnel contient une
Écriture, une devise, des activités
concernant la vertu et des instructions sur un projet concernant la
vertu, la couleur de l’idéal et d’autres choses encore.
L’Écriture choisie pour représenter
la vertu est « Qui peut trouver une
femme vertueuse? Elle a bien plus
de valeur que les perles » (Proverbes
31:10). La devise choisie est : « Je me
préparerai à entrer dans le
temple et je resterai pure
et digne. Mes pensées
et mes actes seront fondés sur des principes
moraux élevés. » La
couleur qui représente
la vertu est l’or.
Quatre activités d’idéaux sont décrites pour
aider les jeunes filles à comprendre le sens et l’importance
de la chasteté et de la vertu, et les
bénédictions qui découlent d’une
attitude vertueuse. Elles aident également les jeunes filles, leur mère et
leurs dirigeantes à comprendre comment la vertu permet à une jeune fille
de jouir de la compagnie constante et
des directives du Saint-Esprit, et de se
préparer à être digne d’entrer dans le
temple pour contracter et respecter
des alliances sacrées.
Les activités d’idéaux encouragent
les jeunes filles à étudier des principes choisis dans les Écritures, puis à
N O U V E L L E S D E L’ É G L I S E JUILLET 2009
N5
noter dans leur journal ce qu’elles
ont appris et les engagements qu’elles prendront pour mener une vie
vertueuse. L’importance du repentir
et de la Sainte-Cène sont également
soulignés comme moyen d’être pure
et vertueuse. La présidence générale
des Jeunes Filles a déclaré : « Ces activités d’idéaux sont un fondement
important pour que la jeune fille
comprenne le sens de la vertu et
son application dans sa vie1. »
Une fois que les jeunes filles ont
terminé les quatre activités de l’idéal
de la vertu, elles se lancent dans un
projet. Ce projet consiste à lire entièrement le Livre de Mormon, un autre
témoignage de Jésus-Christ, et à appliquer ses enseignements à leur vie et à
leur situation. Dans ce projet, les jeunes filles doivent régulièrement noter
leurs pensées dans un journal. Après
avoir terminé la lecture, les jeunes
filles écrivent leur témoignage sur les
pages de l’encart prévues à cet effet.
« Nous désirons que chaque jeune
fille fasse de la lecture du Livre de
Mormon une habitude quotidienne ,
déclare la présidence générale des
Jeunes Filles sur le site internet. Son
témoignage de notre Sauveur, JésusChrist, sera fortifié par cette lecture.
Le développement de ce témoignage
est vital pour que la jeune fille puisse
affronter les difficultés de la vie et
préparer son avenir. »
D’ici août 2009, l’encart sera disponible dans plus de vingt-huit langues.
À terme, il sera disponible dans cinquante-cinq langues et incorporé dans
la prochaine édition de la brochure
Mon progrès personnel. Les dirigeants de la prêtrise recevront des
instructions sur la façon de commander les encarts dans les centres de
N6
distribution, pour toutes leurs jeunes
filles.
Dans une lettre du 6 mars 2009, la
présidence générale des Jeunes Filles
déclare que les jeunes filles qui n’ont
pas encore terminé leur progrès personnel devront ajouter les activités et
le projet concernant la vertu aux autres conditions requises pour obtenir
la distinction et le certificat de la
jeune fille accomplie.
Sur le site internet des Jeunes
Filles, la présidence générale des
Jeunes Filles déclare que, pendant
l’année 2009, chaque jeune fille pourra choisir d’obtenir sa distinction selon
les anciennes conditions requises ou
avec les activités et le projet concernant la vertu. Il est souhaité qu’elles
veuillent toutes satisfaire aux nouvelles conditions, mais on recommande
aux dirigeantes de faire fonctionner le
programme pour chaque jeune fille.
La lettre précise que les jeunes
filles qui ont déjà obtenu leur distinction de la jeune fille accomplie
sont invitées à remplir les conditions
requises pour l’idéal de vertu, si tel
est leur choix. Les mères et les dirigeantes sont également invitées à
y participer.
On pourra télécharger une version
pdf imprimable, en anglais, sur le site
YoungWomen.lds.org, en choisissant
Personal Progress Insert for Young
Women Value of Virtue. Ce site
comporte également des instructions
complémentaires, des questions fréquemment posées, une feuille de rapport de progrès personnel révisée et
un certificat d’accomplissement. ■
RÉFÉRENCES
1. Allez sur youngwomen.lds.org, choisissez
implementation instructions, sous
« Personal Progress Insert for Young
Women Value of Virtue » et consultez
les « Frequently Asked Questions ».
Entrée en fonction de nouveaux
présidents de mission
R
épondant à l’appel de la Première Présidence, la majorité des nouveaux
présidents de mission et leur épouse sont entrés en fonction autour du
1er juillet 2009. Les missions et leur nouveau président respectif sont :
Mission
Nouveau président
Bahía Blanca (Argentine)
Jorge Esteban Detlefsen
Neuquén (Argentine) Darwin Franz Peterson
Adélaïde (Australie)
Craig Kidd Poulton
Sydney Sud (Australie) Jeffrey Ted Simmons
Bruxelles (Belgique/Pays Bas)
Scott Mcdonald Brubaker
Belém (Brésil) José Claudio Furtado Campos
Belo Horizonte (Brésil)
Adilson de Paula Parrella
Cuiabá (Brésil)
Cleto Pinheiro De Oliveira
Porto Alegre Nord (Brésil)
Edison Pavan
Porto Alegre Sud (Brésil) Curtis Floyd Swenson
Salvador Sud (Brésil)
Helton Carlos Pimenta Vecchi
São Paulo Est (Brésil)
Joaquim Jorge Oliveira Moreira
Teresina (Brésil)
Mario Aparecido Dias
Sofia (Bulgarie)
Gerold Roth
Oakland (Californie, États-Unis)
David Gary Wade
San Fernando (Californie, États-Unis)
Jerald Lynn Martin
Santa Rosa (Californie, États-Unis)
Jonathon Wayne Bunker
Phnom Penh (Cambodge)
Scott Brunson Smedley
Calgary (Canada)
Alan Lee Archibald
Halifax (Canada)
Craig Winger Simpson
Santiago Est (Chili) Larry Roberts Laycock
Viña del Mar (Chili) Richard William Gillespie
© 2007 HYUN-GYU LEE
Dans plus de cent missions de par le monde, des missionnaires ont accueilli, ce
mois-ci, un nouveau président.
Hong Kong (Chine) Simon Yue-Sang Chan
Bogota Nord (Colombie)
Joseph Grant Hacking
Bogota Sud (Colombie)
Justo Pausides Casablanca
San José (Costa Rica)
Sam Minó Gálvez Orellana
Kinshasa (République Démocratique
du Congo)
Michael Steven Headlee
Santiago (République Dominicaine)
Miguel Alfredo Lee Bruno
Birmingham (Angleterre)
John Charles Ogden
Londres (Angleterre) Renn Matthew Patch
Londres Sud (Angleterre) Lyle Eric Shamo
Atlanta (Géorgie, États-Unis)
Steven Homer Satterfield
Berlin (Allemagne)
Jay Douglas Pimentel
Athènes (Grèce)
Christopher Charles
Port-au-Prince (Haïti)
Hardwarson Kerving Joseph
Comayagüela (Honduras)
Manuel Antonio Flores Batres
Budapest (Hongrie) Gary Scott Baughman
Pocatello (Idaho, États-Unis) Scott W Colton
Chicago Nord (Illinois, États-Unis)
Sherman Leroy Doll
New Delhi (Inde)
William King Jackson
Kingston (Jamaïque)
Rick Graff
Fukuoka (Japon)
Sherman Kay Margetts
Tokyo (Japon)
William Steve Albrecht
Séoul (Corée)
Yong Hwan Lee
Antananarivo (Madagascar)
Sean Edmund Russell Donnelly
Majuro (Îles Marshall)
Bradley Jay Smith
Baltimore (Maryland, États-Unis)
Alma Brent Belliston
Boston (Massachusetts, États-Unis)
William Thornley Evans
Cuernavaca (Mexique)
Alin Spannaus
Guadalajara (Mexique) Lazaro Saucedo Sosa
Guadalajara Sud (Mexique)
John Douglas Jesperson
Hermosillo (Mexique) Sergio Velez Chavez
Mexico Sud (Mexique) Aaron Chavez Carpio
Monterrey Ouest (Mexique)
Brent Wayne Romney
Tampico (Mexique)
Stanton Lynn Call
Billings (Montana, États-Unis)
Larry Higbee Gardner
Maputo (Mozambique)
Loren Blake Spendlove
Omaha (Nebraska, États-Unis)
Milan Foster Kunz
New York Nord (New York, États-Unis)
Richard Fred Smith
New York Sud (New York, États-Unis)
William Henrick Nelson
Raleigh (Caroline du Nord, États-Unis)
À annoncer
Oslo (Norvège)
Armand Duane Johansen
Cleveland (Ohio, États-Unis)
Darwin Dean Sorensen
Tulsa (Oklahoma, États-Unis)
Richard Edgar Merkley
Port Moresby (Papouasie Nouvelle-Guinée)
Meliula Meafou Fata
Asunción (Paraguay)
Mark James Callan
Harrisberg (Pennsylvanie, États-Unis)
A déterminer
Lima Centre (Pérou) Stephen Hunter Tyler
Lima Sud (Pérou)
Roger Christensen Manning
Piura (Pérou)
John Jensen Chipman
Bacolod (Philippines) George Javier Tobias
Baguio (Philippines) Thomas Henry Jensen
Laoag (Philippines) Allistair Bruce Odgers
Lisbonne (Portugal)
Moroni Bing Torgan
Porto (Portugal)
Charles Wesley Walton
Mosco Ouest (Russie)
Kenneth Musser Woolley
Novosibirsk (Russie)
Jon Charles Trejo
Rostov-na-Donu (Russie)
Vladimir Aleksandrovich Nechiporov
Vladivostok (Russie) Michael Stephen Pratt
Ekaterinburg (Russie) Bruce Howard Allcott
Edinburgh (Écosse)
Gary King Griffiths
Singapour
Terrence Andrew Clark
Rapid City (Dakota du Sud, États-Unis)
Jay Glen Layton
Barcelone (Espagne) Clark Bryant Hinckley
Bilbao (Espagne)
Richard Reed Clegg
Madrid (Espagne)
James Stanford Watkins
Genève (Suisse)
Kent Hyrum Murdock
Taipei (Taiwan)
Terence Elial Grimley
Houston Sud (Texas, États-Unis)
Gregory Mark Saylin
Bangkok (Thaïlande) Michael Sherrod Smith
Dnepropetrovsk (Ukraine)
Dale Edwin Nielsen
Montevideo (Uruguay)
Ernesto Antonio Da Silva Bornholdt
Ogden (Utah, États-Unis)
Richard Brent Olson
Provo (Utah, États-Unis) Neil Edward Pitts
Barcelona (Venezuela) Edgar Lopez Delgado
Maracaibo (Venezuela)
Sergio Luis Krasnoselsky
Washington DC Sud (États-Unis)
George Mark Albright
Spokane (Washington, États-Unis)
Stanley Mark Palmer
Antilles
Claude Remy Gamiette
Harare (Zimbabwe)
Edward Dube ■
N O U V E L L E S D E L’ É G L I S E JUILLET 2009
N7
PÉRIODE D’ÉCHANGE
à les planifier et en y participant volontiers. Dites aux enfants que vous allez
les aider à préparer une histoire au
sujet de la première vision de Joseph
Smith, qu’ils pourront raconter au
cours d’une soirée familiale. Aidez-les
à confectionner des aides visuelles simples qu’ils pourront utiliser pour raconter l’histoire de la Première Vision. (Par
exemple : dessins, découpages ou
marionnettes à doigts. Voir les ressources ci-dessous.) En utilisant les mêmes
aides visuelles que les enfants ont préparées, racontez brièvement l’histoire
de la Première Vision (voir Joseph
Smith, Histoire 1:5-20). Demandez
ensuite à un ou deux enfants de raconter l’histoire en utilisant leurs aides
visuelles. Rendez témoignage de l’importance de la soirée familiale pour
fortifier nos familles. Encouragez les
enfants à raconter l’histoire lors d’une
prochaine soirée familiale (avec la
permission de leurs parents).
Pour les plus grands : Voir la
deuxième activité, sous « Apprendre
et vivre l’Évangile », dans la brochure
La Foi en Dieu, page 6.
Ressources pour des aides visuelles
Idées
supplémentaires
pour la période
d’échange,
juillet 2009
Voici des idées supplémentaires que les dirigeantes
de la Primaire peuvent
utiliser avec la période d’échange
publiée dans Le Liahona de juillet
2009. Vous trouverez la leçon, les
instructions et l’activité qui correspondent à ces idées dans « Notre
famille sera forte », aux pages A4
et A5 de L’Ami de ce numéro.
1. La soirée familiale fortifie
ma famille. Prenez en main un
paquet de bâtonnets. Brisez l’un
de ces bâtonnets en deux. Attachezles tous ensemble avec une ficelle.
Montrez combien il est difficile de
briser les bâtonnets lorsqu’ils sont
attachés ensemble. Dites aux enfants
que chaque bâtonnet représente un
membre de la famille. Soulignez que,
lorsque nous sommes seuls, nous ne
sommes pas aussi forts que lorsque
nous sommes en famille. Expliquez
que la soirée familiale peut être
comme la ficelle qui unit et fortifie
la famille. Apprenez aux enfants
qu’ils peuvent contribuer au succès
de leurs soirées familiales en aidant
N8
PHOTOGRAPHIE DE CHRISTINA SMITH
§
sur la première vision de Joseph
Smith : Voyez vos petits enfants
(manuel de la garderie), leçon 21 ; « La
première vision de Joseph Smith »,
Le Liahona, février 2001, A2-A3.
2. Le recueillement et la sanctification du jour du Sabbat fortifient ma famille. Écrivez à l’avance sur de petits billets diverses activités
que nous pouvons faire pour sanctifier
le jour du Sabbat. Placez ces billets
dans un récipient. Pour commencer
la période d’échange, demandez à un
enfant de lire à haute voix Exode 20:8.
Expliquez que le Seigneur nous a promis de grandes bénédictions lorsque
nous sanctifions le jour du sabbat.
Demandez aux enfants e relever l’une
de ces bénédictions pendant que
vous lisez Doctrine et Alliances 59:9.
Demandez : « Que promet le Seigneur
si nous sanctifions le jour du sabbat ? »
(Nous pourrons nous « préserver des
souillures du monde. ») Soulignez
que, si nous sanctifions le jour du sabbat, on nous promet que nous aurons
la force de rester purs, exempts de
souillures du monde. Montrez le récipient contenant les billets et expliquez
que, sur chaque billet, il y a une activité que nous pouvons faire le jour du
sabbat pour le sanctifier. Demandez
aux enfants de dire, l’un après l’autre,
le nom des jours de la semaine. Celui
qui tombe sur « dimanche » pourra
choisir un billet dans le récipient et
mimer l’activité que les autres devront
deviner. Continuez, selon le temps
dont vous disposez. Chantez un chant
ou un cantique au sujet du jour du
sabbat. Rendez témoignage qu’en
respectant le jour du sabbat, nous
nous rapprocherons davantage du
Seigneur et de notre famille. ■
NOUVELLES LOCALES
MESSAGE DES DIRIGEANTS DE L’INTERRÉGION D’EUROPE
Il n’y a jamais assez de temps
Par Andrew M. Ford
A
ujourd’hui, sachez comment passer vos 1440 beaux
moments et comment les
passer avec sagesse. » (auteur
inconnu)
J’ai visité beaucoup d’assemblées
de l’Église partout en Europe, rencontrant des milliers, voire des dizaines de milliers de saints des derniers
jours. Presque partout, on m’a posé
très souvent la question : « Comment
puis-je équilibrer mon emploi du
temps entre ma famille, mon travail,
mes activités de l’Église et les autres
activités de la vie ? » Cela prend la
forme d’une supplication sincère.
L’interlocuteur est toujours sincère.
Je suis aussi concerné par cette
question, étant donné mes contraintes de temps entre le bureau, mon
foyer, ma famille et mes responsabilités dans l’Église. La question ne va
pas sans la conviction ou la détermination qu’il existe une réponse absolue, quelque chose qui relève de la
solution facile et directe ou de la formule secrète qui, si on les découvrait et les faisait connaître, ferait
que tout irait bien, rendrait la gestion du temps plus facile et la vie
relativement aisée.
En général, je réponds à cette
question par des questions que je
me pose : « Qu’en pensez-vous ?
Comment croyez-vous pouvoir mieux
gérer votre temps ? Comment le
gérez-vous ? » Les réponses que j’obtiens sont toujours basées sur des
principes que nous connaissons et
aimons dans l’Évangile, par exemple,
prendre le temps de prier plus souvent, de lire les Écritures chaque
«
jour, de faire d’abord ce que le
Seigneur nous commande. Toutes
ces réponses ont toutes de la valeur
et seront utiles. Ce sont celles que
j’aurais données si on m’avait posé
les mêmes questions, il y a quelques
années.
En juin 2003, alors que j’écoutais
sérieusement les enseignements de
Gordon B. Hinckley, j’ai reçu une
réponse claire à la question de la
gestion de mon temps et à l’équilibre de ma vie. Le président Hinckley
s’adressait aux dirigeants de la prêtrise de l’Église lors d’une réunion
de formation appelée Formation
mondiale des dirigeants. Il a
posé la question de cette manière :
« Comment puis-je trouver le temps
de tout faire ? » Il a répondu à sa propre question d’une manière qui m’a
profondément étonné et impressionné. Après coup, la réponse semblait
très évidente mais il fallait être prophète du Seigneur pour l’énoncer
aussi clairement et pour que l’on y
croie et pour qu’on la comprenne.
Il a dit : « Laissez-moi vous dire qu’on
n’a jamais le temps de tout faire. »
(Réunion mondiale de formation
des dirigeants, juin 2003, p. 23).
Après cela, le président Hinckley a
poursuivi en aidant chacun de nous
à se fixer de bonnes priorités pour
le temps dont il dispose. Il a dit :
« Il n’y a qu’un seul moyen d’y arriver. C’est de suivre la directive
que le Seigneur a donnée à Joseph
Smith : ‘Organisez-vous, préparez
tout ce qui est nécessaire’ (D&A
88:119). »
Je réfléchis, depuis près de six ans
Andrew M. Ford, des soixante-dix
maintenant, à ce que le président
de l’Église avait à dire à ce sujet. Je
me suis rendu compte que je ne
devais pas être gêné par le manque
de temps mais que je devais fixer
mes priorités puis les mettre en
action. À partir des paroles du président Hinckley, dans une autre réunion mondiale de formation, L. Tom
Perry a déclaré : « La manière dont
nous utilisons notre temps et équilibrons notre vie est fondamentale
pour remplir nos devoirs familiaux
et nos tâches dans l’Église. » (Réunion
mondiale de formation des dirigeants,
février 2006, Le Liahona, juin 2006,
p. 57).
Ayant été instruit par des prophètes et des apôtres du Seigneur,
je ne demande pas mieux que de
faire comme ils le demandent et
d’obéir à leur direction inspirée. ■
N O U V E L L E S D E L’ É G L I S E JUILLET 2009
N9
PHOTOGRAPHIE DE FRANCIS ROUSSELET
Merci Seigneur !
(témoignage)
Par Francis Rousselet
L
e pouvoir de notre Père Céleste
est immense. J’en témoigne.
Diabétique insulinodépendant
depuis plusieurs années, de multiples infections dentaires avaient fini
par avoir raison de ma dentition,
excepté les canines. J’en étais au
stade de l’appareillage dentaire.
À la vue du devis établi par le
dentiste, j’ai pâli : déduction faite
des remboursements de la Sécurité
Sociale et de la Mutuelle, il restait 600
euros à ma charge. Une somme considérable pour un couple vivant sur
une modeste pension d’invalidité.
Que faire ? Pas question d’emprunter à la banque. Utiliser l’argent
de la dime ? En quelques mois, les
600 euros seraient atteints …
Nous avons décidé, ma femme et
moi, de consulter notre Père Céleste :
« Père, le moment est venu de nous
aider. Sans dents, je ne peux pas
manger, mais tu sais que nous n’avons pas l’argent pour les prothèses.
Devons-nous suspendre le paiement
de notre dîme, le temps de réunir la
somme nécessaire ? Réponds-nous,
s’il te plaît ... »
Pendant que nous étions agenouillés, la réponse est venue, sans
équivoque : « Continuez à payer fidèlement votre dîme, je vous aiderai à surmonter cette difficulté financière …
Cependant, c’est à vous de décider. »
Le lendemain, notre décision
était prise. J’ai appelé le secrétariat
du dentiste :
« On annule les prothèses,
nous n’avons pas assez d’argent,
N10
Frère et sœur Rousselet, membres de la branche de Saint-Nazaire (district de
Lorient)
il nous manque 600 euros. »
« D’accord, a répondu la secrétaire. Est-ce que je maintiens votre
rendez-vous du 17 pour rencontrer
le dentiste ?
« Oui ».
Le 17, je suis allé à mon rendez
vous. Le dentiste m’a reçu dans son
bureau, je lui ai remis tous les documents en ma possession, il manquait
toujours 600 euros à la facture. Il
s’est levé, s’est absenté quelques
instants puis est revenu avec deux
prothèses toutes neuves et étincelantes et m’a dit :
« Asseyez-vous, je vais vous les
poser.
« Excusez-moi mais je n’ai pas
assez d’argent pour les régler.
« Je sais, ma secrétaire me l’a dit,
mais j’ai décidé de vous faire cadeau
des 600 euros restants.
Comment est-ce possible,
pourquoi ? … »
Il ne m’a donné aucune explication mais m’a simplement dit qu’un
matin en se levant il avait pensé à
moi et avait décidé de soulager ma
détresse.
Une fois le travail terminé, il m’a
dirigé vers sa secrétaire, qui m’a
confié : « Cela fait 25 ans que je travaille pour lui, jamais je ne l’ai vu
faire cela. »
Plusieurs personnes m’ont dit
que j’avais un « chouette » dentiste
et qu’il n’était pas à 600 euros près
parce que les dentistes gagnent
bien leur vie … Je ne suis pas de
cet avis : je sais que le Seigneur a
entendu ma prière et qu’il a adouci
le cœur de mon dentiste.
Naturellement, nous ne regrettons pas notre décision de continuer à payer notre dîme … Merci
Seigneur ! ■
Francis Rousselet est membre de la branche
de Saint-Nazaire, district de Lorient.
Mini camp de préparation pour les
jeunes filles de la paroisse de Nancy
Par Christelle L’Homel
est dans le but de se préparer au
camp de pieu que les quatre jeunes filles de la paroisse de Nancy se
sont retrouvées avec leur présidente
les 8 et 9 juillet 2008 dans le charmant petit village de Réméréville
(Lorraine). Deux journées employées
à acquérir les fondamentaux du camping – monter une toile de tente, préparer des repas – et à se préparer à
servir.
Une veillée spirituelle ayant pour
thème « le libre arbitre » et une
pensée spirituelle tirée de Mathieu
5:13-16 (Maîtrise des Écritures) »
C’
ont permis aux jeunes filles de se
souvenir qu’elles sont des filles de
notre Père Céleste et qu’elles peuvent, en faisant de bons choix, être
un exemple pour les autres.
Les divertissements étaient également au rendez-vous : piscine, trampoline, jeux de société, chants et
randonnée en forêt …
Dans un contexte de bonne
humeur – elles ont beaucoup ri – ,
d’entraide et de spiritualité, les
jeunes filles ont appris à mieux
se connaître et à s’apprécier. Ce
mini camp, comme tous les bons
moments, s’est terminé trop tôt.
Impressions des jeunes-filles :
« C’était super de dormir toutes
ensemble sous la tente. Quand la
pluie s’est mise à tomber, j’ai vu
qu’une jeune fille placée sur le
côté n’était pas rassurée. J’ai échangé ma place avec elle. S’entraider
c’est ça aussi la vie dans un camp. »
(Gwenaëlle Langouët)
« C’était mon premier camp et
c’était super. Certaines expériences
vécues m’ont rapprochée de mon
Père Céleste. Ça a été une bonne préparation pour le camp de jeunes filles
de Pieu ». (Marion Ben Bennour)
« J’ai aimé participer. J’ai appris
à mieux connaître les autres jeunes
filles de la paroisse et j’ai beaucoup
apprécié les chants du camp » (Elise
L’Homel)
« C’était une expérience courte,
mais enrichissante. J’ai vraiment apprécié ces bons moments passés entre
jeunes filles. » (Merveille Ibata) ■
Christelle L’Homel est la présidente des
Jeunes filles de la paroisse de Nancy
(pieu de Nancy)
PHOTOGRAPHIE DE CHRISTELLE L’HOMEL
Communication :
« Connaissez-vous
la position officielle
de l’Église sur
les questions
de société ? »
Par Dominique et Françoise Calmels
I
Les jeunes filles de la paroisse de Nancy pendant leur mini camp (de gauche à
droite) : Gwenaëlle Langouët, Marion Ben Bennour, Elise L’Homel, Merveille Ibata
l est important de connaître la
position officielle de l’Église sur
les questions de société.
Pendant de nombreuses années,
pour obtenir ces réponses, il fallait
interroger l’épiscopat, qui consultait
N O U V E L L E S D E L’ É G L I S E JUILLET 2009
N11
le manuel d’instructions
générales.
Aujourd’hui, elles sont
accessibles à tous, saints
des derniers jours ou
non. Il suffit de consulter
le site Internet de l’Eglise
www.eglisedejesuschrist
.fr, rubrique « A propos
de l’Eglise/Questions
les plus fréquentes »,
pour découvrir la position de l’Église sur l’avortement, suicide,
l’euthanasie … etc.
Vous y trouverez également d’autres types de
questions/réponses sur
différents sujets.
Alors, pour votre prochaine soirée famille, faites donc un quizz ! ■
Dominique et Françoise
Calmels, membres de la
paroisse de Torcy (pieu de Paris-Est) sont,
respectivement, directeur national de la
Communication et responsable des médias
Fac similé de la page « Questions les plus fréquentes » du site français de l’Église
www.eglisedejesuschrist.fr
Milo, une des révélations du Prix Gros Sel 2008 (Belgique)
ou comment faire fructifier son talent
Par Dominique Lucas
M
ilo, le premier roman publié
par Frédérique Badoux, membre de la paroisse de Namur (pieu
de Bruxelles), s’est hissé à la très
honorable sixième place du Prix
Gros Sel 2008, un événement qui
compte dans le paysage littéraire
de la Communauté francophone
de Belgique.
Née à Namur en 1969, sœur
Badoux, après des études artistiques
à l’Académie des Beaux-arts, a suivi
une formation en secrétariat, métier
N12
qu’elle abhorre, mais qui, dit-elle,
lui permet aujourd’hui de taper
aussi vite qu’elle pense. Cette exenseignante, artiste peintre et traductrice occasionnelle, écrit des poèmes
et des histoires qu’elle illustre et se
délecte de piano et de promenades
champêtres.
C’est par amour pour son pays
et son riche passé historique qu’elle
a écrit Milo, un roman historique
où elle revisite pour le ressusciter le
patrimoine celtique belge, bousculant
au passage les vieux clichés. Par
exemple, saviez-vous que, contrairement à une idée reçue, les gaulois se
souciaient beaucoup de l’hygiène :
ils connaissaient le savon, qu’ils utilisaient pour la lessive et la toilette,
et prenaient grand soin de leur dentition, et plus encore de leur barbe
et de leur chevelure ?
Frédérique fait siennes les paroles
de Sainte-Beuve : « Écrire ce roman,
pour moi, ce n’était qu’une manière
indirecte d’aimer, et de le dire. »
Frédérique Badoux
Pages Locales : Frédérique,
comment vous est venue l’idée
d’écrire ce roman ?
Frédérique Badoux : Je couvais
des rêves dans le domaine artistique
depuis ma jeunesse sans jamais oser
me lancer, surtout par manque d’estime de moi. Nous avons tous des
freins à surmonter. Mais après avoir
médité sur une déclaration d’Heber J.
Grant (1856-1945) – « Ce dont l’homme a besoin, ce n’est pas de talents
(ils les a déjà), c’est de buts ; ce
n’est pas la capacité de réussir qui
lui manque, mais la volonté de travailler » – et sur D&A 60:13 – « ... Tu
n’enterreras pas ton talent pour qu’il
ne soit pas connu... » – je me suis lancée, non sans avoir remis les choses
entre les mains du Seigneur.
Je voulais que ce projet contribue à mon autonomie, à mon épanouissement et au bien-être de ma
famille. Je n’ai jamais rien écrit sans
avoir prié pour recevoir l’inspiration.
Des portes se sont ouvertes grâce
à ce roman : on me commande
des illustrations et des couvertures
de livre, on me demande d’animer
des ateliers d’écriture, et j’ai deux
autres romans en cours d’écriture.
J’ai appris que, lorsque le projet
est entre les mains du Seigneur,
il faut garder confiance, en dépit
des doutes, de l’adversité et du
manque de confiance en soi … et
avancer. La foi n’est rien sans les
œuvres; poursuivre le travail est
essentiel.
P. L. : Vous avez consacré six
années de travail acharné à écrire
ce roman. C’est très long. Pourquoi
une si longue gestation ?
F. B. : L’écriture ne posait pas
de problème, mais les recherches,
passionnantes au demeurant, ont
pris du temps – trois ans en fait –
car mes moyens financiers étaient
limités. Parcourir les musées, assister
aux conférences sur les Celtes, rencontrer des archéologues, visiter les
sites de fouilles, acheter et lire les
ouvrages contenant les dernières
découvertes et déductions des
professionnels contemporains de
l’Histoire, demande du temps et
des ressources. J’ai vu la main du
Seigneur dans bien des démarches
et des aboutissements, ce qui me
pousse à dire : je n’ai pas écrit seule
ce roman !
P. L. : Suivez-vous une méthode
particulière pour écrire ? Quels
conseils donneriez-vous à ceux
qui voudraient se lancer ?
N O U V E L L E S D E L’ É G L I S E JUILLET 2009
N13
F. B. : Je n’ai pas de méthode
particulière pour écrire. Étant une
personne très émotive et sensible,
dotée d’une imagination sans borne,
l’inspiration vient rapidement, les
phrases s’écoulent presque instinctivement. Cependant, comme je le
transmets à présent à mes élèves, j’ai
dû apprendre les réflexes d’écriture
et de relecture. Je dois préciser
que la musique est un atout essentiel dans mon processus de création, car elle véhicule très bien les
émotions.
P. L. : Quels sont vos projets ?
F. B. : a) achever un roman en
chantier, plus intimiste, biographique,
qui se déroule durant la dernière
guerre en Belgique), b) collaborer
à l’écriture d’un roman autobiographique, c) poursuivre les recherches,
à l’état d’ébauche, pour un roman historique de l’époque mérovingienne),
d) continuer les ateliers d’écriture.
P. L. : Un dernier message ?
D. B. : Il m’a fallu très longtemps
pour surmonter mes peurs. Ce n’est
Salon du livre de Tournai (Tournai la Page) les 15 et 16 novembre 2008 : séance de dédicace de Milo pour Frédérique Badoux.
N14
que grâce aux clefs qu’apporte
l’Évangile, à la prière, aux efforts
pour développer ma foi, que j’ai
pu (enfin !) trouver ma voie et commencer à réaliser mon potentiel.
Si je devais donner un conseil, ce
serait : relire et méditer avec l’Esprit
la parabole des talents. Personne ne
nous connaît aussi bien que notre
Père Céleste, et nous n’aurons de
compte à rendre qu’à Lui seul. ■
Dominique Lucas, de la branche de
Quimper (district de Lorient), est le
rédacteur des pages locales du Liahona
pour l’Europe francophone.
* Les enseignements d’Heber J. Grant,
chap. 12, Travail et autonomie
La couverture du roman, dessinée par son auteur
Le livre de Mormon
poursuit son œuvre
en solitaire
Par Cyrille R. Muller
E
n 1976, alors que j’accompagnais Sidney F. Sager, président
de la mission de Genève (Suisse),
on me présenta une famille grenobloise, dont le chef de famille
n’était pas membre de l’Église.
Sa femme, une convertie, me
confia : « J’ai tout essayé, mais
il ne croit pas. »
Au cours de la conversation qui
suivit, elle m’expliqua qu’avant sa
conversion à l’Evangile rétabli, elle
avait été membre du parti communiste français. En parlant avec son
mari, j’eus le sentiment qu’il était
sincère et de bonne volonté.
Je me sentis poussé à lui lancer
le défi suivant : « Si vous lisez
chaque jour un chapitre du Livre
de Mormon, vous saurez au bout
d’un mois que l’Église est vraie. »
Quelques semaines plus tard,
j’appris par le président de mission
que Bernard Mollard avait accepté de se faire baptiser. Ce qui fut
fait.
Ensuite et jusqu’à son décès en
2006, frère Mollard a servi fidèlement
dans de nombreux appels, comme
greffier, conseiller d’évêque, et membre d’une présidence de pieu.
En 1990, ma femme et moi
assistions à une réunion de SainteCène dans la branche de Sion
(Valais, Suisse) où nous passions
nos vacances. Une dizaine de personnes étaient présentes, dont l’un de
mes amis, non membre.
N O U V E L L E S D E L’ É G L I S E JUILLET 2009
N15
Cyrille R. Muller est membre de la paroisse
de Genève-Rive Droite.
Cyrille R. Muller
Message de la rédaction des
pages locales du Liahona
N
ous recherchons des articles
sur des expériences missionnaires de membres. Le sujet peut
être, par exemple : ouvrir la bouche,
offrir un Livre de Mormon, lancer une
invitation, se fixer des buts missionnaires, demander aux missionnaires d’enseigner l’Évangile à nos amis chez nous
… etc. Nous vous invitons à transmettre ces articles à vos correspondants
pages locales de pieu/district.
Nous vous invitons également à
consulter régulièrement le site Internet
français de l’Église : http://www.eglise
dejesuschrist.fr/, où vous trouverez
un grand nombre de renseignements
sur l’actualité de l’Église dans le
monde, l’histoire familiale, les horaires et adresses des lieux de culte, les
contacts médias, le programme Mains
Serviables, l’action humanitaire de
l’Église, etc.
Nous vous invitons à transmettre
N16
vos articles ou idées d’articles à vos correspondants de pieu/district, à savoir :
• District de Caen :
Pascale Belliard
pascale.belliard@gmail.com
• District de Lorient :
Danièle Colliot
dcolliot@numericable.fr
• Pieu d’Angers :
Danielle Marie
almar72@hotmail.com
• Pieu de Bordeaux :
Mathilde Yonnet
mathou48@msn.com
• Pieu de Bruxelles :
Claude Bernard
claudebernard@skynet.be
• Pieu de Genève :
Monique Mueller
moniquemueller@mac.com
• Pieu de Lausanne :
Isabelle De Reynier
lapin.papillon@hotmail.com
• Pieu de Lille :
Carole Samez
carole.samez@wanadoo.fr
• Pieu de Lyon :
Pascale Vincent
isatispv@hotmail.com
• Pieu de Nancy :
Rémi Mangeat
remimangeat@orange.fr
• Pieu de Nice :
Jacques Meunier
jacqmeunier@wanadoo.fr
• Pieu de Paris :
Marie-Chantal Gérard
bmc.gerard@gmail.com
• Pieu de Paris-Est :
Gérard Joly
gerardjoly@neuf.fr
• Pieu de Toulouse :
Sylvie Sordes
sylvie@sordes.com
Nous vous rappelons que vous
pouvez à tout moment vous abonner
(ou abonner quelqu’un d’autre) au
Liahona, soit en remplissant un bulletin d’inscription (à retirer auprès de
votre bibliothécaire de paroisse/
branche), soit en établissant une
demande sur papier libre que vous
adresserez (ou demanderez au bibliothécaire de votre paroisse/branche
d’adresser) par courrier à l’adresse
suivante :
European Distribution Limited
(Magazines FR)
Steinmühlstrasse 16
D – 61352 BAD HOMBURG.
Allemagne.
Joignez un chèque du montant correspondant (ou les références figurant
sur la carte bancaire, avec la date d’expiration). L’abonnement prend effet
deux mois après la date de souscription,
et ce, pour une année de date à date.
Cordialement ■
EUROPE AREA (FRENCH)
Après la réunion, j’abordai cet
homme que je savais très attaché à
sa femme – c’était une convertie mais
lui ne semblait pas y attacher d’importance – et lui fis la même proposition
qu’à frère Mollard : lire le Livre de
Mormon pendant trente jours et obtenir un témoignage du Rétablissement.
Peu de temps après, Philippe
Collard demanda à son tour à être
baptisé. Dès qu’il reçut la prêtrise, la
présidence de pieu l’appela comme
président de la branche de Sion,
poste qu’il occupa pendant dix-sept
ans. Il vient juste d’être relevé. ■
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising