RAPPORT

RAPPORT
ACTES OFFICIELS
DE
L'ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ
N° 26
RAPPORT
DU
CONSEIL EXÉCUTIF
CINQUIÈME SESSION
TENUE A GENÈVE DU 16 JANVIER AU 2 FÉVRIER 1950
I'A1I.TIE II
OBSERVATIONS ET RECOMMANDATIONS
RELATIVES AUX PROGRAMME ET PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES
PROPOSÉS POUR 1951
ET
EXAMEN DE LA STRUCTURE ORGANIQUE
ET DE L'EFFICACITÉ DU FONCTIONNEMENT ADMINISTRATIF
DE L'ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ
ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ
Palais des Nations, Genève
Mars 1950
G
ABRÉVIATIONS
Liste des abréviations employées dans les Actes officiels de l'Organisation Mondiale de la Santé
ANURP
Aide des Nations Unies aux Réfugiés de Palestine
BAT
Bureau de l'Assistance Technique
BIE
Bureau International d'Education
BIT
Bureau International du Travail
BSP
- Bureau Sanitaire Panaméricain
CAC
---- Comité Administratif de Coordination
CAT
- Comité de l'Assistance Technique
CEE
Commission Economique pour. l'Europe
FISE
Fonds International de Secours à l'Enfance
FMANU
Fédération Mondiale des Associations pour les Nations Unies
OAA
- Organisation pour l'Alimentation et l'Agriculture
OACI
Organisation de l'Aviation Civile Internationale
OIC
Organisation Internationale du Commerce
OIHP
Office International d'Hygiène Publique
OIR
Organisation Internationale pour les Réfugiés
OIT
Organisation Internationale du Travail
OMCI
Organisation Maritime Consultative Intergouvernementale
OSP
Organisation Sanitaire Panaméricaine
UIT
Organisation Internationale des Télécommunications
UNESCO - Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science
Culture
UNRRA
et la
Administration des Nations Unies pour les Secours et la Reconstruction
NOTE
Le présent volume contient les observations et recommandations faites par le Conseil
Exécutif, lors de sa cinquième session, sur le programme et les prévisions budgétaires
proposés pour 1951, et rend compte de l'examen auquel il a procédé de la structure
organique et de l'efficacité du fonctionnement administratif de l'Organisation Mondiale
de la Santé. Il comprend en outre les résolutions pertinentes du Conseil, le Rapport
du Comité permanent des Questions administratives et financières soumis à la
cinquième session, tel qu'il a été amendé et adopté par le Conseil, ainsi que des
annexes.
On trouvera dans les Actes officiels No 25 (Rapport du Conseil Exécutif, cinquième
session, Partie I) le compte rendu intégral des décisions prises par le Conseil lors
de sa cinquième session.
TABLE DES MATIÈRES
RÉSOLUTIONS DE LA CINQUIÈME SESSION DU CONSEIL EXÉCUTIF RELATIVES AU RAPPORT
DU COMITÉ PERMANENT DES QUESTIONS ADMINISTRATIVES ET FINANCIÈRES
Pages
I. Représentation du Conseil Exécutif à la Troisième Assemblée Mondiale de la Santé
.
I
.
2. Programme élargi d'assistance technique pour les pays insuffisamment développés: Fournitures
I
3. Adoption du Rapport du Comité permanent des Questions administratives et financières.
i
.
.
4. Assistance technique pour le développement économique des pays insuffisamment développés
2
5. Niveau des dépenses pour 195o
3
6. Décision relative à la résolution portant ouverture de crédits
3
7. Décision concernant la résolution relative au fonds de roulement
3
8. Suspension des articles 13 et 16 e) du Règlement financier en ce qui concerne le solde non
utilisé de 1949
3
9. Etat des contributions
4
Io. Frais de transport pour les comités régionaux
4
1I. Structure organique et efficacité administrative
4
12. Conclusions
4
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT DES QUESTIONS ADMINISTRATIVES ET FINANCIÈRES
ADRESSÉ A LA CINQUIÈME SESSION DU CONSEIL EXÉCUTIF
Introduction
5
SECTION I - RAPPORT SUR LES QUESTIONS D'ORDRE BUDGÉTAIRE ET FINANCIER
1. Principes généraux d'ordre budgétaire et financier: Situation financière actuelle de l'OMS
8
Contributions des Etats Membres
8
Situation du prêt consenti par les Nations Unies
8
Fonds de roulement
9
Suspension de l'application des articles 13 et 16 e) du Règlement financier en ce qui
concerne le solde non utilisé de 1949
Io
Dépenses pour 195o
Io
2. Examen du programme et des prévisions budgétaires ordinaires proposés pour 1951
Considérations générales
Observations sur la partie introductive
Notes relatives à la présentation du programme et des prévisions budgétaires
Observations sur les projets de résolutions
Projet de résolution portant ouverture de crédits
Projet de résolution relatif au fonds de roulement
II
II
II
I1
12
12
12
VI
Pages
Observations portant sur le détail du programme et des prévisions budgétaires
Quatrième session ordinaire de l'Assemblée de la Santé
Comités régionaux
Services techniques centraux
Services consultatifs
Bureaux régionaux
Comités d'experts et conférences
Services administratifs
12
Conclusions
17
12
13
13
14
15
15
16
3. Programme élargi d'assistance technique en vue du développement économique des pays
insuffisamment développés
4. Marche à suivre pour l'examen du programme et des prévisions budgétaires pour 1951
Représentation du Conseil Exécutif à la Troisième Assemblée Mondiale de la Santé
Impression du Rapport du Conseil Exécutif sur les travaux de sa cinquième session
18
.
.
.
.
20
20
.
20
Recommandations relatives à la marche à suivre pour l'examen du programme et des
prévisions budgétaires pour 1951
20
SECTION II - RAPPORT SUR LA STRUCTURE ORGANIQUE ET L'EFFICACITÉ ADMINISTRATIVE DE
L'ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ
I. Introduction
22
Historique du développement organique
22
Principes fondamentaux appliqués par le Directeur général
23
Aperçu des fonctions et programmes actuels
24
2. Structure organique de l'OMS
25
L'Assemblée de la Santé
25
Le Conseil Exécutif
25
Le Secrétariat
25
Observations sur la structure organique
27
3. Efficacité du fonctionnement
Temps consacré aux réunions
Dispositions relatives au personnel
Règlement du Personnel et Statut du Personnel
Notices descriptives des postes
Rendement du personnel
Voies et moyens permettant d'assurer l'efficacité du fonctionnement
Utilisation du personnel
Barème des indemnités de subsistance
Barème différentiel des traitements
Locaux du Secrétariat
Fournitures
Documents et distribution
Fournitures et services obtenus des Nations Unies et d'institutions spécialisées
Règlement financier
Règles de Gestion financière
Relevé annuel des comptes
Fonds de roulement
Vérification extérieure des comptes
4. Conclusions sommaires
29
29
30
31
31
32
32
33
34
34
34
34
34
35
35
35
35
35
35
36
vII
LISTE DES ANNEXES
Pages
i. Situation financière de l'OMS
37
2. Comparaison entre les prévisions de dépenses concernant le programme tel qu'il a été approuvé
pour 195o et les prévisions de dépenses établies d'après le volume actuel d'activité de
l'Organisation
42
3. Historique du développement organique et exposé des principes fondamentaux appliqués dans
l'établissement des plans concernant l'administration et l'organisation de l'OMS
47
4. Répartition des fonctions entre le Bureau du Siège et les bureaux régionaux de l'OMS .
50
5. Principes et procédures régissant les fonctions des bureaux régionaux
51
6. Tableau comparatif des réunions des comités d'experts en 1949, 195o et 1951
54
7.
Fonctions de la Division de Coordination des Plans et de Liaison
57
8. Voies et moyens permettant d'assurer l'efficacité du fonctionnement et mesure dans laquelle
ils sont utilisés dans la pratique
62
9. Tableau comparatif des traitements, salaires et indemnités en 1949, 195o et 1951
68
1o. Répartition du personnel par catégories pour 1949, 195o et 1951
69
1r. Tirage et distribution des documents pour les sessions du Conseil Exécutif et de l'Assemblée Mondiale de la Santé
70
12. Portée de la vérification extérieure
71
13. Description des fonctions des départements, divisions et sections de l'OMS et graphiques
en indiquant la structure
73
RÉSOLUTIONS DE LA CINQUILME SESSION DU CONSEIL
EXÉCUTIF RELATIVES AU RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
DES QUESTIONS ADMINISTRATIVES ET FINANCIÉRES
1. Représentation du Conseil Exécutif à la
Troisième Assemblée Mondiale de la Santé
Le Conseil Exécutif,
Ayant examiné la marche à suivre pour l'examen
du programme et des prévisions budgétaires pour
1951; et
Prenant note des instructions qu'il a reçues, sur
ce point, de la Deuxième Assemblée Mondiale de
la Santé, y compris les instructions visant un examen de la structure administrative de l'Organisation et de son efficacité,
I) DECIDE que l'examen du programme et des
prévisions budgétaires pour 1951 par la Troisième
Assemblée Mondiale de la Santé se trouvera faci-
lité si le Conseil soumet un rapport complet sur
l'examen auquel il aura procédé et s'il prend également des dispositions pour se faire officiellement
représenter à l'Assemblée ;
2) INVITE le Directeur général à faire imprimer le
rapport sur les travaux de la cinquième session du
Conseil en deux parties - l'une de ces parties
pour les pays insuffisamment développés :
Fournitures
Le Conseil Exécutif,
Constatant que, dans de nombreux cas, des
gouvernements sont empêchés de mener à bien
d'importants programmes de travail, surtout par
suite des difficultés qu'ils rencontrent pour obtenir
les fournitures nécessaires,
RECOMMANDE que l'Organisation Mondiale de la
Santé procure, pour de tels programmes de travail,
des fournitures aussi considérables que possible, en
se conformant aux principes généraux suivis par
les Nations Unies dans leur programme d'assistance
technique.
(Résolution 3.4.3)
3. Adoption du rapport du Comité permanent des Questions administratives et
financières
devant être consacrée exclusivement aux observations et recommandations du Conseil sur le programme et les prévisions budgétaires pour 1951, y
compris son examen de la structure administrative
de l'Organisation et de l'efficacité de celle -ci; et
Attendu que la Deuxième Assemblée Mondiale
de la Santé,' a prescrit que le Conseil Exécutif, en
examinant les prévisions budgétaires annuelles,
devra:
3) DÉCIDE également que le Conseil sera officielle-
budgétaires à satisfaire aux besoins sanitaires;
ment représenté à la Troisième Assemblée de la
Santé par:
Sir Arcot Mudaliar,
le Dr H. S. Gear;
le Dr J. Zozaya,
4) RECOMMANDE à la Troisième Assemblée Mon-
diale de la Santé l'adoption de la résolution suivante:
L'Assemblée de la Santé
I) CHARGE la Commission du Programme d'exa-
miner, dans ses grandes lignes, le programme
proposé, ainsi que les observations et recommandations du Conseil Exécutif ;
2) CHARGE la Commission des Questions admi-
nistratives et financières d'examiner, dans leurs
grandes lignes, les aspects financiers du programme et du budget ainsi que les observations
et recommandations du Conseil Exécutif ;
3) CHARGE la Commission du Programme et la
Commission des Questions administratives et
financières de se réunir en séance mixte au début
de la session, à la date qui sera fixée par le Bureau
de l'Assemblée, pour présenter conjointement
des recommandations à l'Assemblée de la Santé
sur le montant total du budget et sur les fractions de ce total qui devront être consacrées à
chacune des parties du budget, à savoir: Partie I :
Sessions d'organisation; Partie II: Programme
d'exécution; Partie III: Services administratifs.
(Résolution 1.8.3)
1
2. Programme élargi d'assistance technique
1) tenir compte de l'aptitude des prévisions
2) déterminer si le programme suit le programme
général de travail approuvé par l'Assemblée de
la Santé;
3) considérer si le programme envisagé peut
être exécuté au cours de l'année budgétaire;
4) étudier, dans leurs grandes lignes, les répercussions financières des prévisions budgétaires,
et joindre un exposé d'ordre général énonçant
les renseignements sur lesquels se fondent ces
considérations; et
Attendu que la Deuxième Assemblée Mondiale
de la Santé 2 a invité le Conseil Exécutif à examiner la structure administrative, afin d'aider la
Troisième Assemblée Mondiale de la Santé à
assurer l'efficacité administrative de l'Organisation et à établir des principes directeurs généraux
à ce sujet; et
Attendu que, conformément à ces instructions,
le Conseil Exécutif, à sa quatrième session,3 a
institué un Comité permanent des Questions administratives et financières, composé de sept de ses
membres et chargé d'étudier les prévisions budgétaires pour 1951, d'examiner la structure adminis-
trative, de déterminer la marche à suivre par la
Troisième Assemblée Mondiale de la Santé pour
' Résolution WHAz.62, Actes off. Org. mond. Santé,
21, 38
2 Résolution WHA2.78, Actes off. Org. mond. Santé,
21, 46
8 Actes off. Org. moud. Santé, 22, II, 4.2.3
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
2
l'examen du programme et des prévisions budgé-
de la part de l'étranger dans les affaires intérieures du
taires pour 1951, et de faire rapport au Conseil
Exécutif sur ses conclusions et ses recommanda-
pays intéressé et ne sera accompagnée d'aucune considé-
tions à cet égard,
Le Conseil Exécutif,
Ayant examiné le Rapport du Comité permanent des Questions administratives et financières,
I) ADOPTE le rapport du Comité permanent des
Questions administratives et financières, tel qu'il
a été amendé par le Conseil Exécutif, et
2) ADOPTE les résolutions suivantes
sur des
points particuliers.
(Résolution 7.1-.1-)
4. Assistance technique pour le développement économique des pays insuffisamment
développés
Le Conseil Exécutif,
Conformément aux instructions qui lui ont été
données par la Deuxième Assemblée Mondiale de
la Santé, dans la résolution WHA2.75 qui l'autorisait à « agir au nom de l'Assemblée Mondiale de la
Santé jusqu'à sa prochaine session »,4
Ayant examiné les résolutions pertinentes du
Conseil Economique et Social et de l'Assemblée
générale des Nations Unies,
RECOMMANDE à la Troisième Assemblée Mon-
diale de la Santé l'adoption de la résolution suivante:
La Troisième Assemblée Mondiale de la Santé,
Estimant que le programme d'assistance technique en vue du développement économique des
pays sous- évolués, exposé par le Conseil Economique et Social, lors de ses huitième et neuvième
sessions, offre l'occasion d'améliorer les niveaux
ration de caractère politique; ii) ne sera donnée qu'aux
gouvernements ou par leur intermédiaire; iii) devra
répondre aux besoins du pays intéressé; iv) sera assurée,
dans toute la mesure possible, sous la forme désirée par
le pays intéressé; v) sera de premier ordre au point
de vue de la qualité et de la compétence technique.
Et ayant pris note, avec intérêt et approbation, de la résolution adoptée par l'Assemblée
générale à sa 242e séance plénière du 16 novembre
1949, qui approuve la résolution ECOSOC 222
(IX) A du 15 août 1949 et les principes établis
par le Conseil Economique et Social sous le titre
« Observations et Principes directeurs relatifs à
un programme élargi d'assistance technique en
vue du développement économique »;
Ayant examiné le programme proposé par le
Directeur général pour la participation de
l'OMS au programme des Nations Unies relatif
à l'assistance technique en vue du développement économique des pays sous -évolués, tel
qu'il est transmis par le Conseil Exécutif, ainsi
que les recommandations du Conseil à ce sujet,
I) APPROUVE la partie du programme contenue
dans les Actes officiels No 23 sous le titre « Programme et prévisions budgétaires proposés pour
l'assistance technique en vue du développement
économique des pays insuffisamment développés
(Deuxième période) s, telle qu'elle a été amendée,
comme représentant les propositions de l'OMS
pour sa participation à la deuxième période du
programme d'assistance technique en vue du
développement économique, dans la mesure
nécessaire pour modifier le programme supplémentaire d'exécution des Services consultatifs et
techniques approuvé par la Deuxième Assemblée
Mondiale de la Santé pour la première période;
2) AUTORISE le Conseil Exécutif à agir au nom
de l'Assemblée Mondiale de la Santé, jusqu'à sa
de vie des habitants des pays sous -évolués du
prochaine session plénière, pour tout ce qui
globe ;
concerne un aspect quelconque de ce programme ;
3) HABILITE le Conseil Exécutif:
Estimant que l'OMS a un rôle important à
jouer dans ce programme; et
Constatant que ce fait a été reconnu, lors des
discussions préliminaires qui ont eu lieu, sur
l'initiative du Secrétaire général des Nations
Unies et lors des délibérations de la neuvième
session du Conseil Economique et Social et de la
quatrième session de l'Assemblée générale;
Constatant que l'Assemblée générale des
Nations Unies, sous réserve de l'assentiment
final de la Conférence spéciale sur l'Assistance
technique qui doit être convoquée dans un
proche avenir, a approuvé la proposition du
Conseil Economique et Social, aux termes de
laquelle 22% des fonds versés à titre de contribution'au Compte spécial du Secrétaire général
pour l'Assistance technique devraient être
alloués à l'OMS, ainsi que toutes sommes supplémentaires, prélevées sur le fonds de réserve
envisagé, qui pourraient être ultérieurement
consenties par le Bureau de l'Assistance technique;
Confirmant son intérêt et son approbation à
l'endroit de la résolution 200 (III) de l'Assemblée
générale et, notamment, du paragraphe 4 d) de
ladite résolution qui porte :
L'assistance technique fournie: i) ne constituera
pas un prétexte d'ingérence économique ou politique
4 Actes ot7. Org. mond Santé, 21, 44
i) à examiner les résolutions pertinentes du
Conseil Economique et Social et de l'Assemblée
générale, relatives au programme d'assistance
technique en vue du développement économique,
et à donner au Directeur général les instructions
nécessaires;
ii) à autoriser le Directeur général à participer
aux délibérations du Bureau de l'Assistance
technique et à représenter l'OMS aux réunions
de la Conférence sur l'Assistance technique et
du Comité de l'Assistance technique ainsi que
du Conseil Economique et Social;
iii) à autoriser le Directeur général à procéder,
en 195o et 1951, aux négociations qui pourront
être nécessaires concernant les fonds qui seront
rendus disponibles sur le « Compte spécial »
établi par l'Assemblée générale, conformément
à la recommandation du Conseil Economique et
Social, et à accepter ces fonds, sous réserve de
toutes conditions qui pourront être fixées par le
Conseil Exécutif ou par l'Assemblée Mondiale
de la Santé et sous réserve, également, que toutes
conditions attachées à l'octroi de ces fonds
devront être compatibles avec les principes
contenus dans la résolution 200 (III) de l'Assem-
blée générale, notamment, dans le paragraphe
4 d) de ladite résolution, et avec les dispositions
de l'article 57 de la Constitution;
3
RÉSOLUTIONS
iv) à autoriser le Directeur général à administrer
le programme d'assistance technique, tel qu'il a
été approuvé au paragraphe 1) ci- dessus, aussitôt
que et dans la mesure où les fonds seront rendus
disponibles, sous réserve des règles ou directives
établies par l'Assemblée de la Santé et le Conseil
Exécutif, et conformément à la résolution 222
(IX) A adoptée par le Conseil Economique et
Social lors de sa neuvième session;
y) à autoriser
le
Directeur général, dans la
mesure où il recevra des demandes de la part des
gouvernements désireux d'obtenir une assistance, aux termes des dispositions du programme
élargi d'assistance technique des Nations Unies
en vue du développement économique des pays
sous -évolués, à entreprendre les opérations
nécessaires d'assistance technique, pour autant
que celles -ci seront approuvées par le Bureau de
l'Assistance technique, même dans le cas où ces
gouvernements ne seraient pas Membres de
l'Organisation Mondiale de la Santé.
(Résolution 7.1.2)
5. Niveau des dépenses de 1950
Le Conseil Exécutif,
Ayant pris acte de la résolution adoptée par
l'Assemblée générale des Nations Unies, le 24 no-
vembre 19495 qui recommande à chacune des
institutions spécialisées de
maintenir,
chaque
année, les dépenses imputables sur son budget
ordinaire dans les limites des fonds qu'elle peut
raisonnablement s'attendre à recevoir au titre de
l'année considérée et de procéder à une revision
périodique, en cours d'année, du programme de
ses dépenses, afin de pouvoir, s'il est nécessaire,
le maintenir autant que possible dans les limites
des recettes prévues de l'année; et
Ayant examiné la situation financière actuelle,
telle qu'elle est exposée dans le document EB5 /78,8
1) CONSTATE que la situation financière actuelle
n'est pas telle que l'escomptait l'Assemblée Mon-
diale de la Santé au moment de l'adoption du
budget de 195o, et
6. Décision relative à la résolution portant
ouverture de crédits
Le Conseil a approuvé les termes du projet de
résolution soumis pour l'année 1951 et a accepté
la suggestion du Comité permanent des Questions
administratives et financières selon laquelle le
Conseil
devrait recommander à
la Troisième
Assemblée Mondiale de la Santé que le paragraphe II du projet de résolution 7 portant ouverture de crédits soit supprimé ou revisé.
-
(Résolution 7.1.4.1)
7. Décision concernant la résolution relative
au fonds de roulement
Le Conseil a accepté également la suggestion du
Comité permanent des Questions administratives
et financières selon laquelle le Conseil devrait
recommander à la Troisième Assemblée Mondiale
de la Santé que le montant du fonds de roulement
fasse l'objet d'un examen après que des fonds
auront été alloués au budget ordinaire de 1951.
(Résolution 7.1.4.2)
8. Suspension de l'application des articles 13
et 16 e) du Règlement financier en ce qui
concerne le solde non utilisé de 1949
I. Le Conseil Exécutif,
Ayant examiné le rapport du Directeur général
sur la situation financière de l'Organisation;
Constatant avec inquiétude que 26,71% des
contributions fixées pour 1949 n'ont pas été reçus
et que 17,85% des contributions fixées pour 1948
n'ont pas encore été versés au 31 décembre 1949
Soucieux d'éviter la nécessité de prélèvements
importants sur le fonds de roulement pour permettre le financement d'opérations, en attendant
la rentrée des contributions,
Craignant vivement que les retards apportés
au versement des contributions ne mettent en
péril l'exécution des programmes approuvés par
les Assemblées de la Santé,
FAIT DE NOUVEAU APPEL à tous les Etats Mem-
bres pour qu'ils s'acquittent sans délai de leurs
2) CONSIDÈRE que l'exécution d'un programme de
dépenses maintenu au niveau maximum du budget
approuvé pour 195o placerait l'Organisation Mon-
obligations financières envers l'Organisation.
grave,
II. Le Conseil Exécutif,
Considérant que le solde non utilisé des crédits
afférents à 1949 n'est, en fait, pas disponible en
3) PRIE le Directeur général d'exécuter, au titre
du budget approuvé pour 195o, un programme de
en application des articles 13 et 16 e) du Règlement
diale de la Santé dans une situation financière
espèces,
dépenses qui n'entraîne pas des dépenses annuelles
supérieures à 6.300.000 dollars, en attendant que
la Troisième Assemblée Mondiale de la Santé ait
examiné la situation financière, telle qu'elle se
présentera alors, en relation avec le programme et
le budget pour 195o, et ait donné les instructions
pertinentes, et
4) AUTORISE le Directeur général à prendre toutes
décisions qu'il jugera nécessaires pour assurer
effectivement cette limitation des dépenses.
(Résolution 7.1.3)
Considérant, en outre, que le fait de déduire,
financier, ce solde du montant à considérer pour
l'établissement des contributions au titre de 1951,
risque d'aggraver encore la situation financière en
1951, en raison du versement peu satisfaisant des
contributions,
RECOMMANDE à la Troisième Assemblée Mon-
diale de la Santé l'adoption de la résolution suivante:
Attendu que, conformément aux articles 13
et i6 e) du Règlement financier, il doit être
tenu compte, pour fixer la contribution des
Etats Membres au titre de 1951, du solde non
utilisé des crédits afférents à 1949;
8 Résolution 311 (IV) C.
Reproduit à l'annexe i.
7 Actes off. Org. mond. Santé, 23, zo
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
4
Attendu que ce solde n'est, en fait, pas disponible en espèces;
pour un seul représentant de chaque Etat Membre,
à la première session de chaque comité régional, et
Attendu que le fait de déduire ce solde du
montant à considérer pour l'établissement des
contributions au titre de 1951 risque d'entraîner
le remboursement de ces dépenses ne sera pas
de lourds prélèvements sur le fonds de roulement,
(Résolution 7.1.7)
en raison du versement peu satisfaisant des
contributions, ce qui aurait pour résultat d'ag-
11. Structure organique et efficacité admi-
graver encore la situation financière générale en
1951,
La Troisième Assemblée Mondiale de la Santé
I) DÉCIDE, suivant les recommandations du
Conseil Exécutif, de suspendre l'application des
articles 13 et 16 e) du Règlement financier, en
ce qui concerne le solde non utilisé des crédits
afférents à 1949 ; et
2) DÉCIDE que ce solde sera viré à un Compte
d'attente, tout en réservant sa décision quant à
l'affectation finale des sommes figurant à ce
compte.
(Résolution 7.1.5)
autorisé pour les réunions ultérieures des comités
régionaux.
nistrative
,
Le Conseil Exécutif
I) APPROUVE la partie du rapport du Comité permanent des Questions administratives et financières
qui traite de la structure organique et de l'efficacité administrative;
Comité permanent des Questions
administratives et financières à étudier ces questions dans l'avenir, en prenant en considération
les modifications qui pourront être introduites par
2) INVITE le
le Directeur général, en raison des besoins de
l'Organisation, y compris le programme d'assistance technique.
(Résolution 7.1.8)
9. Etat des contributions
12. Conclusions
Le Conseil Exécutif,
Se fondant sur les termes de la résolution
WHA2.56,8
Ayant examiné le rapport du Directeur général
sur les résultats des démarches effectuées au sujet
des retards dans le paiement des contributions dues
par certains Etats Membres de l'Organisation;
Ayant noté, d'après ce rapport, qu'un certain
nombre d'Etats Membres sont redevables d'arriérés
pour une année; et
Considérant que le Conseil ne doit pas se réunir
à nouveau avant la Troisième Assemblée Mondiale
de la Santé,
I) INVITE le Directeur général à poursuivre ses
démarches et à soumettre à la Troisième Assemblée
I.
Le Conseil Exécutif,
Ayant pris acte des considérations formulées
par le Comité permanent dans son rapport sur le
programme ordinaire et les prévisions budgétaires
pour l'exercice 1951, proposés par le Directeur
général dans le document EB5/44,1°
I) CONSIDÈRE qu'un budget de $7.300.000 est
financièrement justifié pour 1951 et permettrait de
poursuivre, en 1951, l'exécution du programme au
niveau approuvé par la Deuxième Assemblée
Mondiale de la Santé pour 1950;
2) CONSIDÈRE que les $200.000 qui seront disponibles sur le Fonds spécial de l'UNRRA en 1951
devraient venir en déduction du montant de
Mondiale de la Santé, au nom du Conseil, un
rapport détaillé sur les circonstances de chaque
cas d'espèce dans lequel un Etat Membre, à la
$7.300.000 avant que soit fixé le montant des
date de l'ouverture de ladite Assemblée, se trouvera
3) INVITE le Directeur général à soumettre, à la
Troisième Assemblée Mondiale de la Santé, un
exposé indiquant les ajustements qui peuvent être
opérés pour ramener le montant total des prévisions budgétaires à $7.300.000, en réduisant les
redevable d'arriérés pour une année, et
2) RECOMMANDE à la Troisième Assemblée de la
Santé de prendre, conformément aux dispositions
de l'article 7 de la Constitution, des mesures à
l'égard de tout Membre dont la contribution au
titre de l'année 1948 sera restée impayée après
contributions des Etats Membres pour l'exercice
1951;
prévisions relatives à des domaines autres que
ceux qui ont été désignés par la Première et la
Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé comme
une période de deux ans.
(Résolution 7.1.6)
10. Frais de transport pour
devant bénéficier de la priorité.
II. Le Conseil Exécutif
les comités
régionaux
Le Conseil Exécutif,
Ayant pris note de la recommandation reçue du
Comité régional pour la Méditerranée orientale, à
l'effet que le Conseil autorise le Directeur général
à pourvoir aux frais de déplacement des représen-
tants qui se rendent à toutes les réunions du
comité régional; et
Ayant considéré les lourdes dépenses supplémentaires qui en résulteraient,
CONFIRME sa décision selon laquelle le remboursement des frais de voyage sera autorisé
8 Actes off. Org. mond. Santé, 21, 35
0.Actes off. Org. snond. Santé, 14, 26, 4.5.4
RECOMMANDE à la Troisième Assemblée Mondiale
de la Santé l'adoption de la résolution suivante :
La Troisième Assemblée Mondiale de la Santé
AUTORISE ET INVITE le Conseil Exécutif à fixer,
vers la fin de 1950, ou au début de 1951 - selon
la situation financière de l'Organisation à ce
moment et les évaluations établies à l'égard de
la situation financière en 1951 - le niveau des
dépenses qui devra être maintenu pendant les
six premiers mois de 1951, le soin étant laissé à
la Quatrième Assemblée Mondiale de la Santé
d'examiner le niveau des dépenses pour les six
derniers mois de 1951.
(Résolution 7.1.9)
10 Ce document, tel qu'il a été amendé, est publié dans
les Actes officiels Ne 23.
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
DES QUESTIONS ADMINISTRATIVES ET FINANCIÈRES
ADRESSE A LA CINQUIÈME SESSION DU CONSEIL EXÉCUTIF
INTRODUCTION
Composition et mandat du Comité permanent
Lors de sa quatrième session, tenue en juillet 1949, le Conseil Exécutif a constitué un Comité permanent des Questions administratives et financières, composé des membres suivants: 1
Dr H. S. GEAR, Président
Dr NAZIE Bey, Vice -Président et Rapporteur
Union Sud -Africaine
Dr C. VAN DEN BERG 2
Pays -Bas
Dr H. HYDE
Dr M. MACKENZIE
Dr A. STAMPAR
Dr A. VILLARAMA
Egypte
Etats -Unis d'Amérique
Royaume -Uni
Yougoslavie
Philippines
Secrétaire: Mr. Milton P. SIEGEL
Ce comité était chargé d'étudier les prévisions budgétaires pour 1951 et d'examiner la structure de
l'Organisation Mondiale de la Santé.
Le texte in extenso des deux résolutions adoptées à cet égard par la Deuxième Assemblée Mondiale
de la Santé est reproduit ci- après, sous a) et b) :
a) Résolution WHA2.62 3
A sa deuxième session, tenue en juin et juillet 1949, l'Assemblée Mondiale de la Santé, en approuvant
le programme et le budget pour 1950, a adopté la résolution suivante:
Considérant que l'article 28 g) de la Constitution dispose que le Conseil Exécutif soumet à
l'Assemblée de la Santé, pour examen et approbation, un programme général de travail s'étendant
sur une période déterminée;
Considérant que l'article 55 de la Constitution dispose que le Directeur général prépare et soumet
au Conseil les prévisions budgétaires annuelles de l'Organisation, et que le Conseil examine ces prévisions budgétaires et les soumet à l'Assemblée de la Santé, en les accompagnant de telles recommandations qu'il croit opportunes;
Considérant que l'article 56 de la Constitution dispose que, sous réserve de tel accord entre
l'Organisation et les Nations Unies, l'Assemblée de la Santé examine et approuve les prévisions budgétaires, et effectue la répartition des dépenses parmi les Etats Membres, conformément au barème
que l'Assemblée de la Santé devra arrêter,
La Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé
I. INVITE le Conseil à soumettre, conformément à l'article 28 g) de la Constitution, des recommandations à la Troisième Assemblée Mondiale de la Santé;
2. PRESCRIT que, en examinant les prévisions budgétaires annuelles, conformément à l'article 55
de la Constitution, le Conseil devra:
tenir compte de l'aptitude des prévisions budgétaires à satisfaire aux besoins sanitaires;
considérer si le programme suit le programme général de travail approuvé par l'Assemblée
de la Santé;
3) considérer si le programme envisagé peut être exécuté au cours de l'année budgétaire;
4) étudier les implications financières générales des prévisions budgétaires et joindre un exposé
d'ordre général énonçant les renseignements sur lesquels se fondent toutes ces considérations à
cet égard; et
1)
2)
3. RECOMMANDE que la situation soit étudiée pour la Cinquième Assemblée Mondiale de la Santé au
plus tard.
1 Actes off. Org. mond. Santé, 22, II, 4.2.3
2 Représentant le Professeur M. De Laet.
3 Actes off. Org. mond. Santé, 21, 38
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
6
b) Résolution WHA2.78 s
La Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé
3) INVITE le Conseil Exécutif à examiner la structure administrative afin d'aider la Troisième Assemblée Mondiale de la Santé à assurer l'efficacité administrative de l'Organisation et à établir des principes directeurs généraux à ce sujet.
En vue d'exécuter ces instructions, le Conseil Exécutif, à sa quatrième session, tenue en juillet 1949,
a constitué un Comité permanent des Questions administratives et financières, en adoptant la résolution
suivante: b
Considérant la nécessité d'une évaluation détaillée du programme et du budget de 1951, et
Considérant les résolutions de la Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé relatives aux responsabilités financières du Conseil Exécutif, et à l'examen de la structure administrative de l'Organisation,
Le Conseil Exécutif
1) ÉTABLIT un comité permanent des questions administratives et financières composé de sept de
ses membres; et
2) CHARGE ce comité de se réunir dix jours environ avant le commencement de la cinquième session
du Conseil Exécutif en vue d'étudier les prévisions budgétaires pour 1951, d'examiner la structure
administrative et de faire rapport au Conseil Exécutif sur ses conclusions et ses recommandations à
cet égard.
Questions d'ordre budgétaire et financier
Les termes de la résolution adoptée par le Conseil Exécutif à sa quatrième session invitaient le comité
à examiner seulement les prévisions budgétaires; cependant, le comité a estimé qu'il convenait, vu le
paragraphe 2. 4) de la résolution WHA2.62 susmentionnée, de s'occuper d'un certain nombre de principes
très généraux d'ordre financier et budgétaire, qu'il a jugés pertinents étant donné la situation actuelle.
Structure organique de l'OMS
Le comité a tenu, le 18 juillet 1949, une réunion préliminaire à laquelle il fut décidé qu'il devait
s'efforcer d'établir un exposé complet mettant en lumière les principes fondamentaux dont s'inspire
l'Organisation et les règles administratives par le moyen desquelles ces objectifs pourraient être atteints.
A cette fin, le comité a établi une liste d'un certain nombre de questions détaillées et demandé au Directeur
général d'élaborer la documentation nécessaire qui permettrait au comité, lors de sa session de janvier,
d'examiner de façon adéquate le vaste problème posé par la Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé.
Le Directeur général a présenté au comité une série de documents qui répondaient, d'une façon
claire et complète, aux questions qui avaient été posées. Certains de ces documents figurent en annexe
au présent rapport. D'autres ont été résumés et modifiés par le comité; ils se trouvent présentés dans ses
conclusions.
Le Conseil Exécutif appréciera la difficulté de formuler des recommandations positives dans certains
domaines de recherche et d'étude. Non seulement le comité a vu ses travaux limités par le temps dont il
disposait, mais encore un certain nombre de facteurs fondamentaux ont exercé une influence restrictive.
Ce sont, entre autres, les suivants:
L'application entière et complète d'un programme annuel approuvé n'a pas encore été possible.
2) A ce stade initial d'une organisation internationale de santé, bien des procédures, des arrangements
et des méthodes doivent nécessairement avoir un caractère provisoire et exp érimental.
3) L'Assemblée de la Santé doit encore approuver un programme à long terme - seule base rationnelle permettant d'organiser et de mettre en oeuvre un programme et un plan administratif.
4) L'organisation régionale n'est que partiellement réalisée.
1)
5) La liaison et la coordination avec d'autres institutions internationales en sont encore au stade
d'élaboration.
6) La structure de l'Organisation, en ce qui concerne le personnel, n'est pas intégralement établie.
Les problèmes relatifs au personnel, tels que ceux que posent la sélection et la formation nécessaires
pour l'exercice d'une activité internationale, et les exigences de la représentation géographique
entravent l'obtention rapide d'un rendement élevé.
7) Les incertitudes qui subsistent en ce qui concerne la nature et l'ampleur du programme d'assistance technique créent des problèmes qui doivent être examinés par anticipation, mais pour lesquels
il est impossible de trouver une solution ferme et immédiate.
Dans ces limites, le comité s'est efforcé de procéder à un examen général approprié, accompagné
d'une étude détaillée et de recommandations'expresses sur certaines directives et pratiques qui, à son avis,
doivent être considérées immédiatement par le Conseil Exécutif.
4 Actes off. Org. mond. Santé, 21, 46
5 Actes off. Org. mond. Santé, 22, Ir, 4.2.3
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
7
Méthode de travail adoptée par le comité
Le Comité permanent des Questions administratives et financières a commencé ses travaux le 6 janvier 195o et a tenu en tout vingt -quatre séances. Le comité a estimé souhaitable de s'occuper des deux
résolutions séparément et de présenter son rapport en deux parties, sous les titres suivants:
Section I - Rapport sur les questions d'ordre budgétaire et financier.
Section Il - Rapport sur la structure organique et l'efficacité administrative de l'Organisation Mondiale
de la Santé.
Le comité désire exprimer sa vive reconnaissance, pour l'aide précieuse qu'ils lui ont apportée,
au Directeur général et au personnel de l'Organisation, qui n'ont rien négligé pour fournir au comité
tous les renseignements demandés.
Le Commissaire aux Comptes, M. Uno Brunskog, a été invité à assister à la session. Le comité tient
à le remercier des utiles avis qu'il a bien voulu donner.
Genève, le 25 janvier 195o
Dr H. S. GEAR
Président du Comité permanent des
Questions administratives et financières
SECTION I
RAPPORT SUR LES QUESTIONS D'ORDRE BUDGÉTAIRE ET FINANCIER
1. PRINCIPES GÉNÉRAUX D'ORDRE BUDGÉTAIRE ET FINANCIER:
SITUATION FINANCIÈRE ACTUELLE DE L'OMS
Contributions des Etats Membres
1.
Le comité a examiné le document EB5/78,1
soumis au Conseil Exécutif par le Directeur général.
Celui -ci y examine la situation financière de 1' Orga-
nisation et constate, avec une certaine inquiétude,
le caractère peu satisfaisant de la situation dans
laquelle se trouve l'Organisation par suite des
retards apportés au versement des contributions.
Le comité se croit obligé d'attirer l'attention du
Conseil Exécutif sur le fait que, si cette situation
devait se prolonger, elle risquerait de mettre en
péril la stabilité financière de l'Organisation.
2.
Le comité constate qu'à la fin de l'année 1949,
$3.698.669 seulement ont été reçus sur un total
de $5.046.293 fixé pour l'ensemble des contributions : le montant des contributions non versées
s'élève donc à $1.347.624, soit 26,71% du chiffre
total fixé pour les contributions. Le montant des
contributions non reçues comprend $364.300,
représentant la contribution non versée de quatre
Membres qui ont apparemment cessé de s'intéresser
à l'Organisation. D'après les estimations, les
dépenses engagées et les dépenses payées imputables au budget de 1949 s'élèveront approximativement à $4.300.000, d'où un excédent de
dépenses sur les recettes qui se monte environ à
A ce sujet, le comité désire souligner qu'après
mûre réflexion, il estime que les pays qui ont fait
savoir qu'ils cessaient de s'intéresser à l'Organisa5.
tion sont néanmoins redevables à celle -ci des
contributions qu'ils n'ont pas versées.
Situation du prêt consenti par les Nations
Unies
Le comité a examiné le rapport suivant qui a
été soumis par le Directeur général au sujet de la
situation existant à la date du 31 décembre 1949,
en ce qui concerne le prêt consenti par les Nations
6.
Unies:
US $
US $
a) Somme empruntée par la Commission Intérimaire
.
.
.
.
Somme empruntée par l'OMS
.
2.150.000
.
400.000
Montant total du prêt
2 550 000
Somme remboursée au 31 décembre 1949
1 250 000
Solde exigible:
en janvier 195o
en avril 195o
en juillet 195o
201.500
457.317
641.183
$600.000.
En ce qui concerne 1948, le comité constate
que, à la date du 31 décembre 1949, sur un total
de $3.172.726 fixé pour l'ensemble des contributions, une somme de $2.595.405 a été reçue, soit
82,15% des contributions; il reste donc un solde
non perçu, qui s'élève à $577.321, ou 17,85% du
3.
total. Cette somme comprend également les contributions non versées des quatre Membres mentionnés ci- dessus, soit $227.860.
4. Le comité a estimé souhaitable que le Directeur
général envoie un câblogramme à tous les gouver-
nements qui n'ont pas payé leurs contributions
pour 1948 et 1949, étant donné qu'à sa prochaine
session, le Conseil. Exécutif allait examiner les
mesures à prendre pour réduire le programme de
1950, si les contributions n'étaient pas reçues; les
gouvernements devaient être priés de fournir une
réponse par câblogramme pour faire connaître à
quel moment les contributions non encore payées
seraient versées. A la suite de cette décision, et à
la date du 24 janvier 1950, des réponses ont été
reçues de neuf gouvernements. Il ressort de ces
réponses qu'une somme de $734.360,50 a été
versée ou sera versée à une date rapprochée. Sur
cette somme, $205.254 se rapportent à l'année 1948
et $529.106,50 à l'année 1949.
1 Reproduit dans l'annexe r.
1.300.000
Se décomposant comme suit:
Prêt consenti à l'OMS. .
.
.
400.000
Solde non remboursé sur le
montant du prêt à la Commission Intérimaire
900.000
b) En ce qui concerne le prêt à la
Commission Intérimaire:
Solde non remboursé sur le mon-
tant du prêt
900.000
Montant des sommes reçues
d'Etats Membres et disponibles
pour le remboursement (à la
date du 31 décembre 1949)
-
500.936
Solde non utilisé du prêt consenti à la Commission Intérimaire
329.569
Montant total disponible pour le
remboursement du prêt consenti
à la Commission Intérimaire . .
Somme restant à réunir
830.505
.
.
.
69.495
En ce qui concerne le solde de $69.495, les
demandes par câblogramme envoyées récemment
aux gouvernements redevables d'arriérés pour
1948 et 1949 ont permis d'obtenir des promesses
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
de versements à bref délai, les sommes ainsi promises s'élevant à $90.045 au titre de la Partie IV
du budget de 1948 ; lorsque ces versements auront
été reçus, ils permettront de rembourser l'intégralité du prêt consenti à la Commission Intérimaire,
soit $2.150.000, et il restera un excédent de $20.550
qui seront virés au fonds de roulement.
En ce qui concerne le prêt de $400.000 accordé
pour le fonctionnement de l'Organisation Mondiale
de la Santé en 1948, les relevés de l'Organisation
montrent que, à la date du 31 décembre 1949, des
Etats Membres avaient versé des contributions
s'élevant, au total, à $839.541 au titre des Parties I
et II du budget de 1948 et que, comme suite aux
demandes adressées par câblogramme, comme il
est indiqué ci- dessus, des promesses de versements,
à une date rapprochée, ont été reçues pour un total
de $43.476.
7.
a) En ce qui concerne les contributions fixées
pour les gouvernements au titre du prêt à la
Commission Intérimaire, la situation au 31 décembre 1949, était la suivante:
US $
Montant des sommes reçues d'Etats Membres
et disponibles pour le remboursement . .
500.936
Montant restant dû par les gouvernements
intéressés
399.064
900.000
b) Comme l'indique le tableau figurant au paragraphe 6 ci- dessus, les dépenses de la Commission
Intérimaire ont été inférieures aux prévisions et,
en fait, la partie non utilisée du prêt consenti par les
Nations Unies a été de $329.569 ; 2 cette somme est
disponible pour le remboursement du solde du
prêt consenti par les Nations Unies. Afin que le
remboursement du prêt consenti par les Nations
Unies puisse être intégralement effectué, il est
nécessaire d'obtenir une somme additionnelle de
$69.495; il y a lieu d'escompter que cette somme
sera reçue dans un proche avenir, étant donné les
réponses câblées par les gouvernements, comme il
a été indiqué au paragraphe 4.
c) Le comité a pris acte de la déclaration faite
par le Directeur général, d'après laquelle le montant
de $399.064, qui reste dû par des gouvernements, se
rapporte à des contributions fixées pour le budget
de 1948. Après déduction, sur ce montant de
$399.064, des $69.495 qui sont encore nécessaires
pour permettre le remboursement intégral du prêt
consenti par les Nations Unies, il restera une somme
de $329.569 en espèces dans le fonds de roulement,
si les Gouvernements des Etats Membres intéressés
versent leurs contributions fixées pour le budget
de 1948. Cependant, le comité a pris acte de la
déclaration du Directeur général d'après laquelle
cette somme de $399.064 comprend $154.339 dus
par les quatre Etats Membres mentionnés cidessus. Le Directeur général a informé le comité
que, tant que le montant de $69.495 n'aura pas été
perçu, il ne sera pas possible d'effectuer un remboursement intégral aux Nations Unies, à moins
que le Conseil Exécutif ou l'Assemblée Mondiale
de la Santé n'autorise le Directeur général à utiliser,
à cet
effet, d'autres ressources disponibles de
l'Organisation.
Le total des dépenses engagées au titre des
Parties I et II du budget de 1948 s'est élevé à
8.
2 Ce point a été mentionné dans les observations du
commissaire aux comptes, Actes o fi. Org. tnond. Santé,
20, 8, paragraphe 4 b).
$463.106; il
9
apparaît donc nettement que l'on
dispose de liquidités pour rembourser intégralement les $400.000 dus aux Nations Unies.
Le comité estime qu'il y a de puissants arguments à présenter en faveur de la thèse d'après
laquelle la dette contractée à l'égard des Nations
9.
Unies est une dette envers une Organisation composée, dans l'ensemble, des mêmes Etats Membres
que l'Organisation Mondiale de la Santé et dont
certains de ces Etats n'ont pas encore versé leurs
contributions à l'Organisation; néanmoins, le
comité estime souhaitable que l'Organisation se
libère de cette obligation. Il recommande donc
que le solde total restant dû aux Nations Unies
soit remboursé, même avant la date de l'échéance,
au moyen des fonds suivants: partie non utilisée
du prêt consenti à la Commission Intérimaire,
soit $329.569; sommes déjà versées par des gouvernements pour le remboursement de ce prêt, et
montant de $69.495 provenant des versements
effectués par des Etats Membres au titre d'arriérés
de contributions afférentes à la Partie IV du budget
de 1948. Tous autres versements d'arriérés de
contributions au budget de 1948 que viendraient
à effectuer des Etats Membres viendront s'ajouter
aux sommes disponibles dans le fonds de roulement.
Fonds de roulement
ro.
Le Directeur général a indiqué la décision
prise par la Deuxième Assemblée Mondiale de la
Santé,3 d'après laquelle le fonds de roulement de
l'Organisation est constitué sous la forme d'un
fonds unique, dont le montant est fixé à $4.000.000
pour 1950. Le comité constate qu'au 1eL janvier
1950 les sommes disponibles en espèces dans le
fonds de roulement s'élevaient à $1.341.749.
11. Le Directeur général a exposé qu'en attendant le versement des contributions par les Membres, les dépenses ne pourraient être payées que
parce que l'Organisation possède d'autres ressources. Ce point a été souligné par le commissaire
aux comptes, dans les Actes officiels ne 20, page 9,
paragraphe 7. Les autres ressources qui ont permis
à l'Organisation de faire face à ses engagements,
en attendant
le versement
des
contributions,
comprenaient le Fonds spécial de l'UNRRA, soit
$1.000.000, dont $600.000 restent encore disponibles.
Le Directeur général et le commissaire aux
comptes ont informé le comité qu'actuellement la
12.
situation de caisse de l'Organisation n'est pas grave,
mais que l'année prochaine elle pourrait devenir
très sérieuse car, à cette date, ces ressources seront
épuisées et l'Organisation dépendra entièrement
des contributions des gouvernements.
Le comité attire l'attention du Conseil Exécutif sur le rapport du commissaire aux comptes
13.
relatif à la vérification des comptes pour l'exercice
1948.4 Dans ce rapport, le commissaire aux
comptes signale que, du fait du non -versement de
contributions budgétaires échues et du non paiement d'avances au fonds de roulement, l'Orga-
nisation Mondiale de la Santé s'est trouvée dans
une situation financière peu satisfaisante et, qu'en
fait, l'Organisation n'était pas solvable au
31 décembre 1948.
3 Résolution WHA2.57 et WHAz.66, Actes og. Org.
mond. Santé, 21, 36, 40
4 Actes oil. Org. mond. Santé, 20, g
ï0
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÉME SESSION, PARTIE II
Suspension de l'application des articles 13
et 16 e) du Règlement financier en ce qui
concerne le solde non utilisé de 1949
Le comité rappelle au Conseil Exécutif qu'en
vertu du Règlement financier, les soldes non utilisés
14.
des crédits votés pour 1949 devront être pris en
considération lors de la fixation des contributions
Attendu que le fait de déduire ce solde du
montant à considérer pour l'établissement des
contributions au titre de 1951 risque d'entraîner
de lourds prélèvements sur le fonds de roulement,
en raison du versement peu satisfaisant des
contributions, ce qui aurait pour résultat d'aggraver la situation financière générale en 1951,
La Troisième Assemblée Mondiale de la Santé
i) DÉCIDE, suivant les recommandations du
des Membres pour 1951. Il y a lieu de s'attendre à
ce que ce solde non utilisé s'élève à $467.000. Ce
montant est entièrement représenté par des contributions non versées et, de l'avis du comité, il est
douteux que la somme de $467.000 soit intégralement reçue. Il en résulte que, si les articles 13 et
16 e) du Règlement financier devaient être appliqués, cette mesure ne ferait qu'aggraver la situation financière générale.
Conseil Exécutif, de suspendre l'application des
articles 13 et 16 e) du Règlement financier, en
ce qui concerne le solde non utilisé des crédits
afférents à 1949; et
2) DÉCIDE que ce solde sera viré à un compte
d'attente, tout en réservant sa décision sur
Le comité estime donc souhaitable que soit
suspendue l'application des articles 13 et 16 e) du
Règlement financier, en ce qui concerne le solde
non utilisé des crédits votés pour 1949. Ce solde
Le comité tient à attirer l'attention du Conseil
Exécutif sur la nécessité de protéger le fonds de
roulement. Cette question est traitée de façon
15.
l'affectation finale des sommes virées à ce compte.
non utilisé devrait être placé dans un compte
d'attente et la décision concernant l'affectation
plus détaillée au paragraphe 32 du présent rapport.
finale de cette somme devrait être réservée.
Dépenses pour 1950
Le comité approuve donc les résolutions suivantes proposées au Conseil Exécutif par le Directeur général:5
16.
I. Le Conseil Exécutif,
Ayant examiné le rapport du Directeur général
sur la situation financière de l'Organisation;
Constatant avec inquiétude que 26,71% des
contributions fixées pour 1949 n'ont pas été reçus
et que 17,85% des contributions fixées pour 1948
n'avaient pas encore été versés à la date du 31
17. Le budget de 1950 prévoit aux dépenses une
somme de $7.501.500, dont 7.000.000 doivent
provenir des contributions des Etats Membres. Il
est encore trop tôt pour déterminer le montant
qui sera perçu, mais l'expérience acquise démontre
que le montant global ne sera sans doute pas
versé.
18. Le comité a pris acte de la résolution adoptée,
le 24 novembre 1949, par l'Assemblée générale des
Nations Unies et dont le texte est le suivant:
décembre 1949;
Soucieux d'éviter la nécessité de prélèvements
importants sur le fonds de roulement pour permettre le financement d'opérations, en attendant
le versement des contributions;
Craignant vivement que les retards apportés au
versement de contributions ne mettent en péril
l'exécution des programmes approuvés par les
Assemblées de la Santé,
FAIT DE NOUVEAU APPEL à tous les Etats Mem-
bres pour qu'ils s'acquittent rapidement de leurs
obligations financières envers l'Organisation.
II. Le Conseil Exécutif,
Considérant que le solde non utilisé des crédits
afférents à 1949 n'est, en fait, pas disponible en
espèces;
Considérant en outre, que le fait de déduire, en
application des articles 13 et 16 e) du Règlement
financier, ce solde du montant à considérer pour
l'établissement des contributions au titre de 1951,
risque d'aggraver encore la situation financière en
1951, à la suite du versement peu satisfaisant des
contributions,
RECOMMANDE à la Troisième Assemblée Mondiale
de la Santé l'adoption de la résolution suivante:
Attendu que, conformément aux articles 13
et 16
e)
du Règlement financier, il doit être tenu
compte, pour fixer la contribution des Etats
Membres au titre de 1951, du solde non utilisé
des crédits afférents à 1949
Attendu que ce solde, qui s'élève à
n'est, en fait, pas disponible en espèces;
6 Le texte adopté par le Conseil est reproduit dans la
résolution 7.1.5. p. 3
L'Assemblée générale,
Ayant examiné les budgets administratifs des
institutions spécialisées conformément au paragraphe 3 de l'article 17 de la Charte,
I.
CONSTATE AVEC INQUIÉTUDE que, le verse-
ment de plusieurs contributions n'ayant pas été
effectué à l'époque prévue, les dépenses de
certaines institutions dépassent considérablement les fonds qu'elles peuvent raisonnablement
s'attendre à recevoir au cours de l'année;
2. RECOMMANDE à chacune des institutions
spécialisées
de maintenir, chaque année,
les
dépenses imputables sur son budget ordinaire,
dans les limites des fonds qu'elle peut raisonnablement s'attendre à recevoir au titre de l'année considérée, et de procéder à une revision
périodique, en cours d'année, du programme de
ces dépenses, afin de pouvoir, s'il est nécessaire,
le maintenir autant que possible dans les limites
des recettes prévues pour l'année;
3. DEMANDE que cette recommandation soit
portée à la connaissance de l'organe directeur et
de l'assemblée de chacune des institutions spécialisées, lors de sa prochaine session.
19. Le comité attire l'attention du Conseil Exécutif sur le fait que la majorité des Etats Membres
de l'Assemblée générale des Nations Unies sont
également Membres de l'Organisation Mondiale de
la Santé, et il rappelle au Conseil Exécutif que
certains Membres qui ont voté, à l'Assemblée
générale des Nations Unies, en faveur de la résolution citée ci- dessus, portent une part de la responsabilité de la situation financière sérieuse dans
laquelle se trouve l'Organisation Mondiale de la
Santé. Si l'on s'en réfère à l'expérience de.l'Organi-
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
sation pour 1948, en se fondant sur les contributions reçues au 31 décembre 1949, il y a lieu de
s'attendre à ce que 17,85% des contributions fixées
pour le budget de 1950, soit environ $1.249.500,
ne soient pas versés au cours de 1950 ou dans les
premiers mois de 1951.
Toutefois, en tenant compte des câblogrammes
qui ont été reçus des gouvernements, comme il est
indiqué au paragraphe 4, on peut présumer que
13,55% des contributions au budget de 1950 soit
environ $948.500 ne seront pas versés au cours de
1950 ou dans les premiers mois de 1951.
20.
En sus du montant estimatif des recettes
provenant des contributions - montant qui
s'élèverait à $5.750.000 environ - l'Organisation
dispose également, pour faire face à ses dépenses
($7.501.500 prévus au budget) au cours de 1950, de
$400.000 provenant du Fonds spécial de l'UNRRA,
de $100.000 provenant d'autres sources de revenus
et d'environ $250.000 représentant des estimations
afférentes à des économies résultant de la réévaluation des monnaies. Prenant en considération
ces recettes probables, le comité a estimé qu'il
serait judicieux de limiter le niveau des dépenses
de 1950 à un maximum annuel de $6.300.000, en
attendant que la Troisième Assemblée Mondiale
de la Santé ait examiné la situation financière de
l'Organisation.
Etant donné la situation actuelle de l'Organisation, le comité estime que la seule solution
21.
qu'il puisse recommander au Conseil Exécutif est
l'adoption de la résolution suivante :6
Le Conseil Exécutif,
Prenant acte de la résolution adoptée,
le
24 novembre 1949, par l'Assemblée générale des
11
Nations Unies,7 qui recommande à chacune des
institutions spécialisées de maintenir, chaque
année, les dépenses imputables sur son budget
ordinaire dans les limites des fonds qu'elle peut
raisonnablement s'attendre à recevoir au titre
de l'année considérée, et de procéder à une revision périodique, en cours d'année, du programme
de ces dépenses, afin de pouvoir, s'il est néces-
saire, le maintenir autant que possible dans les
limites des recettes prévues pour l'année;
Ayant examiné la situation financière actuelle,
telle qu'elle est exposée dans le document
EB5/78,8
1) CONSTATE que la situation financière actuelle
n'est pas telle que l'escomptait l'Assemblée
Mondiale de la Santé, au moment de l'adoption
du budget de 1950;
2) CONSTATE que l'exécution d'un programme
de dépenses maintenu au niveau maximum du
budget approuvé pour 1950 placerait l'OMS dans
une situation financière grave;
3) PRIE le Directeur général d'exécuter, au titre
du budget approuvé pour 1950, un programme
de dépenses qui n'entraîne pas des dépenses
annuelles supérieures à $6.300.000, en attendant
que la Troisième Assemblée Mondiale de la
Santé examine la situation financière, telle
qu'elle se présentera alors, en relation avec le
programme et le budget pour 1950 et donne des
instructions pertinentes;
à prendre
toutes décisions qu'il jugera nécessaires pour
4) AUTORISE le Directeur général
assurer effectivement
dépenses.
cette
limitation
des
2. EXAMEN DU PROGRAMME
ET DES PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES ORDINAIRES PROPOSÉS POUR 1951
Considération générales
22. Dans son examen du programme et des
prévisions budgétaires ordinaires pour 1951, le
comité a tenu compte des points suivants:
Notes relatives à la présentation du pro.,
a) le niveau courant des opérations (voir annexe 2) ;
Nations Unies ont exprimé le désir de voir les
b) la relation avec le programme approuvé par
l'Assemblée pour 1950;
c) l'aptitude à faire face aux besoins sanitaires;
d) la question de savoir si le programme envisagé
e)
23.
OBSERVATIONS SUR LA PARTIE INTRODUCTIVE
gramme et des prévisions budgétaires
24.
Le comité rappelle au Conseil Exécutif que les
institutions spécialisées adopter un mode de
présentation du budget aussi uniforme que possible.
A cet égard, le commissaire aux comptes a informé
le comité que la structure de l'Organisation Mondiale de la Santé diffère de celle d'autres organisa-
pourra être exécuté en 1951;
les prévisions relatives à la future situation
tions internationales et que cette différence se
reflète nécessairement dans la présentation du
budget. Compte tenu de ce fait, il estime que la
financière de l'Organisation.
présentation des prévisions budgétaires afférentes
Lorsque le comité a estimé devoir faire
système adopté par les Nations Unies.
25. La barème des traitements des Nations Unies
a été respecté mais, en raison de l'enquête sur la
rapport sur son examen du programme et du
budget soumis par le Directeur général, ses obser-
vations sont présentées dans l'ordre de la table
des matières des Actes officiels no 23. Le rapport
du comité sur le programme élargi d'assistance
technique figure séparément dans le chapitre 3
s Le texte adopté par le Conseil est reproduit dans la
résolution 7.1.3, p. 3
à 1951 cadre, d'une manière générale, avec le
classification des postes qui a eu lieu au Secrétariat
dans l'été et l'automne de 1949, il a été recommandé
que pour l'OMS deux et peut -être même quatre
7 Résolution 311 (IV) C
8 Reproduit dans l'annexe i,
Í2
CONSEÍL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE IT
catégories des Nations Unies ne soient pas utilisées.
proposés par le Directeur général, le comité suggère
Toutefois, aucune mesure n'est envisagée pour
donner effet à cette recommandation tant qu'un
supplément d'information n'aura pas été reçu des
Nations Unies qui procèdent, actuellement, à
l'examen de l'ensemble de leur système de compensation. D'une manière générale, à l'OMS, les
postes de chefs de section sont classés dans la
catégorie 17, et les postes des directeurs adjoints
au Conseil Exécutif de recommander à la Troisième Assemblée Mondiale de la Santé que le
des divisions ainsi que les autres postes auxquels
sont attachées des responsabilités comportant le
contrôle d'opérations de grande envergure sur le
terrain ont été classés dans la catégorie 18.
26. Le comité a examiné les méthodes adoptées
pour l'évaluation du coût du programme afférent
à 1951 et il estime que le budget présenté est plus
précis que tout budget antérieurement établi par
financer les opérations de l'Organisation est essentiellement une opération d'emprunt. Les sommes
versées au fonds de roulement sont (réserve faite
du Règlement financier) sous le contrôle de l'Orga-
l'Organisation.
27. En présentant ce programme et ces prévisions
budgétaires pour 1951, le Directeur général a tenu
compte des effets de la réévaluation des monnaies.
Les économies qui en résulteront dans le total des
prévisions du budget ordinaire pour 1951 peuvent
être évaluées à $330.164.
28. D'une manière générale, les programmes
envisagés pour 1951 sont au même niveau que
ceux qui ont été approuvés pour 1950 par la
Deuxième
Assemblée
Mondiale
de
la Santé.
L'augmentation proposée de $479.664 est due,
dans une large mesure, aux dispositions du Statut
du Personnel concernant : a) les augmentations
annuelles et les traitements des membres du
personnel; b) le remboursement des frais de
voyage au titre des congés statutaires dans les
foyers, pour les membres du personnel qui ont été
engagés en 1949; et e) le transport des effets
personnels des membres du personnel recrutés
en 1950.
OBSERVATIONS SUR LES PROJETS DE RÉSOLUTIONS
paragraphe II du projet de résolution portant
ouverture de crédits soit supprimé ou revisé.
Projet de résolution relatif au fonds de roulement
32. L'utilisation du fonds de roulement pour
nisation mais ne constituent pas sa propriété.
L'Organisation peut légitimement emprunter afin
de mener à bonne fin ses opérations, mais il n'est
pas de bonne méthode financière pour l'Organisation Mondiale de la Santé ni, à vrai dire, pour
aucune autre organisation responsable, d'emprunter, sans avoir des perspectives raisonnables qu'elle
sera en mesure de rembourser sa dette. Il apparaît
désormais clairement que la perspective de recou-
vrer certaines des contributions non payées à
l'Organisation ne constitue pas un élément de
garantie satisfaisante pour un prêt consenti sur
le fonds de roulement; en .conséquence, le comité
n'estime pas que l'article 14 du Règlement financier, qui autorise le recours au fonds de roulement
« en attendant le versement des contributions »
soit applicable à ces contributions non payées.
Le comité se rend pleinement compte, à cet
égard, que l'établissement, par le Conseil Exécutif,
33.
d'un niveau maximum de dépenses, ménagera
des garanties appropriées pour prémunir contre
l'épuisement du fonds de roulement.
34. Le comité suggère que le Conseil Exécutif
recommande à la Troisième Assemblée Mondiale de
la Santé que le montant du fonds de roulement
fasse l'objet d'un examen après qu'il aura été doté
des fonds nécessaires pour l'exécution du budget
ordinaire de 1951. Toutefois, il a recommandé et le Directeur général a accepté cette recomman-
Projet de résolution portant ouverture de dation - que le paragraphe 1 b) du projet de
crédits
29. La résolution portant ouverture de crédits
pour l'exercice 1950 était divisée en deux parties
et comportait une subdivision par chapitres. La
forme du projet de résolution portant ouverture
de crédits pour 19519 cadre avec la présentation
du budget. Elle comporte trois parties: Partie I
- Sessions d'organisation; Partie II - Programme
d'exécution; Partie III - Services administratifs,
et , conformément à la pratique adoptée par les
Nations Unies, la résolution relative à l'exercice
1951 ne comporte pas de subdivisions par chapitres.
3o. Au cours des années précédentes, la résolution
portant ouverture de crédits contenait une disposition aux termes de laquelle le solde non utilisé
des crédits afférents à la documentation médicale
pouvait être reporté à l'exercice suivant. Cette
disposition n'a pas été retenue pour 1951.
31. Le comité estime que la forme de la résolution
portant ouverture de crédits pour 1951 sera de
nature à rendre le fonctionnement interne de
l'Organisation plus efficace et plus économique et
recommande au Conseil Exécutif de l'approuver.
Toutefois, en raison des conclusions qu'il a présen-
tées au Conseil Exécutif à la fin de son rapport
sur le programme et les prévisions budgétaires
o Actes off. Org. mond. Santé, 23, 20
résolution sur le fonds de roulement, qui figure
dans le document EB5/44, soit supprimé.lo
OBSERVATIONS PORTANT SUR LE DÉTAIL DU
PROGRAMME ET DES PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES
Quatrième session ordinaire de l'Assemblée
de la Santé (i) 11
35. Le comité a exprimé au Gouvernement des
Etats -Unis son appréciation de l'invitation, transmise à l'Organisation, de tenir la Quatrième
Assemblée Mondiale de la Santé à Washington.
Il attire l'attention du Conseil Exécutif sur le
surcroît de dépenses qui peut résulter du fait des
réunions qui se tiennent hors de Genève. Il est
désirable que le Directeur général procède, de
concert avec le Gouvernement des Etats -Unis, à
une étude plus précise des frais afférents à la réu nion de la Quatrième Assemblée Mondiale de la.
Santé à Washington et fasse rapport, sur ce point,
à la Troisième Assemblée de la Santé.
Io Ce paragraphe a été supprimé dans la résolution
reproduite dans la version imprimée du document EB5/44
(Actes off. Org. mond. Santé, 23, 22).
11 Les chiffres entre parenthèses qui suivent les titres
de paragraphes sont les numéros des sections correspondantes dans « Programme et Prévisions budgétaires proposées pour l'exercice financier 1eL janvier -31 décembre 1951 »
(Actes off. Org. mond. Santé, 23).
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
Comités régionaux (3)
36. Il n'a été tenu compte des frais de voyage
des représentants, venant des divers pays ressortissant aux régions afin d'assister aux réunions des
comités régionaux, que pour la réunion inaugurale.
A cet égard, le comité attire l'attention du Conseil
Exécutif sur une recommandation, reçue du Comité
régional pour la Méditerranée orientale, à l'effet
que le Conseil autorise le Directeur général à
pourvoir aux frais de déplacement des représen-
tants qui se rendent à toutes les réunions des
comités régionaux. Le Comité permanent estime
toutefois que, en raison des lourdes dépenses supplé-
13
des douze membres du personnel que compte
présentement cette division sont classés dans des
catégories inférieures. Le comité considère que les
propositions de dotation en personnel, pour cette
division, devraient correspondre aux engagements
dont il y a lieu de s'acquitter en vertu des décisions
du Conseil Exécutif et de l'Assemblée de la Santé.
Substances thérapeutiques (4.3)
Dans l'ensemble, les propositions relatives
aux activités de la Division des Substances thérapeutiques sont analogues à celles de 195o, bien
que l'on prévoie une légère expansion.
41.
mentaires qui sont en cause, le Conseil Exécutif
ne devrait pas changer de méthode à cet égard.
Bureau de Recherches sur la Tuberculose, Copenhague (4.3.4.1)
42. Sur les 53 postes proposés, 33 seulement ont
Services techniques centraux (4)
37. Le budget prévoit un accroissement de
été pourvus. Il importe de noter, à cet égard, que
$49.213 pour le crédit affecté aux Services tech-
niques centraux dans le budget de 1951. Des
augmentations de crédit sont prévues pour les
Services épidémiologiques, les Statistiques sanitaires, les Services d'Edition et de Documentation,
et une diminution de $14.845 est prévue pour la
Division des Substances thérapeutiques.
Etudes sur les maladies transmissibles (4.1.3)
Pour des raisons d'ordre administratif, une
distinction a été faite, dans la présentation du
38.
budget, entre les maladies dont l'étude a été assez
le Bureau de Recherches sur la Tuberculose assume,
en fait, dans le domaine de l'administration et des
plans, la responsabilité d'environ 200 personnes,
dont certaines proviennent du FISE et de l'OEuvre
commune. Le comité considère que ce Bureau
exécute une partie extrêmement importante de la
tâche de l'Organisation Mondiale de la Santé et
que certains problèmes, très complexes, se poseront
vis -à -vis d'autres organisations si le programme,
pour lequel des plans détaillés ont été établis, ne
peut être mis en vigueur.
Services d'édition et de documentation (4.4)
43.
Le budget propose, pour ces services, une
sitions concrètes et celles qui en sont encore au
augmentation de $47.828 en 1951. Cet accroissement est dû, en grande partie, à l'accroissement du
stade des études théoriques. Ces dernières maladies
personnel de la Section de Traduction et de la Biblio-
relèvent du Département des Services techniques
centraux. Dans certains cas, les maladies qui en
sont au stade de l'étude théorique appellent des
recherches sur le terrain. D'un commun accord, les
deux départements intéressés doivent entreprendre
thèque. Il est malaisé de déterminer l'effectif dont
a besoin cette division, la publication des textes
en deux ou plusieurs langues et la mise au point
de textes dont les auteurs écrivent en une langue
conjointement ces recherches, dont la responsabilité
surcroît de travail difficile à évaluer.
poussée pour qu'elles puissent faire l'objet de dispo-
technique incombe au Département des Services
techniques centraux et la responsabilité administrative au Département des Services consultatifs.
Lorsque lesdites recherches sur le terrain seront
achevées, la responsabilité administrative des
mesures à prendre sur le terrain sera assumée par
le Département des Services consultatifs.
39. Cette section s'occupe principalement d'inten-
sifier l'étude des maladies épidémiques. Il n'a
pas été possible de retenir toutes les maladies
dont la liste a été établie par l'Assemblée Mondiale
de la Santé mais, actuellement, l'attention se
porte en particulier sur la brucellose, contre
laquelle l'Assemblée, aussi bien que le Conseil
Exécutif, ont à deux reprises recommandé des
mesures offensives énergiques.
Statistiques sanitaires (4.2)
autre que leur langue maternelle entraînant un
Les dépenses indiquées sous la rubrique
« Publications », exception faite de celles qui
44.
concernent les documents officiels (et qui figurent
à la page 90 des Actes officiels no 23) seront proba-
blement réduites de $28.550 en 1951, par suite
d'une diminution du nombre de pages et des frais,
par page, de certaines publications périodiques.
45. Aucun rapport sur la distribution et la vente
des publications périodiques n'a pu être présenté
au Comité permanent, mais les recettes sont évaluées à $25.000 pour 1949. Il est apparu au comité
que l'existence des publications périodiques de
l'OMS n'a pas fait l'objet d'une publicité suffisante.
On notera toutefois que l'Organisation des Nations
Unies assure pour le compte de l'OMS la vente des
publications. Le personnel de l'OMS ne s'occupe
pas du développement de ces ventes et les prévi-
sions de 1951 ne contiennent pas de crédit pour
Il est rappelé au Conseil Exécutif que la ce genre d'activité. Il a été suggéré que la Chronique
Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé a soit distribuée gratuitement dans une plus large
attaché une grande importance aux statistiques mesure aux maisons d'édition d'ouvrages médicaux,
40.
On a estimé que l'Organisation
n'accomplit pas la totalité de ses fonctions dans ce
domaine et le Conseil Exécutif ainsi que l'Assem-
sanitaires.12
ainsi qu'aux établissements médicaux, afin d'assurer
une publicité aux autres publications périodiques
de l'Organisation et d'accroître, en même temps,
blée ont, les premiers, accru les activités de la l'utilité de cette publication en tant qu'organe
division intéressée. En conséquence, certains enga- d'information sur les activités de l'OMS. Le
gements concernant la fourniture de services des- comité reconnaît les avantages du système en
tinés à des comités d'experts, à des gouvernements vertu duquel la Bibliothèque obtient des publiet à d'autres institutions, ne peuvent être tenus cations périodiques en échange des publications
dans l'état actuel de développement. La plupart
12 Résolutions WHA2.38, 39 et 4o, Actes
mond. Santé, 21, z8, 29
off. Org.
de l'OMS. Le comité a recommandé de recourir
plus largement, dans les publications de l'OMS, à
la présentation graphique.
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
14
Le Conseil désirera peut -être réexaminer, à
une date ultérieure, les règles régissant la distribution et la vente des périodiques.
prévisions relatives aux fournitures et au matériel
pour les équipes, qui passent de $12.828 en 1950
à $1.650 en 1951, car il est présumé que les fourni-
Services consultatifs (5)
internationales.
46.
Organisation des services de santé publique (5.1)
47. Les programmes proposés pour 1950 et 1951
présentent peu de différences entre eux. On a
insisté sur le développement des administrations
de la santé publique et sur les aspects sociaux du
programme. Le comité fait ressortir l'importance
des avis que peut fournir l'Organisation pour aider
les gouvernements à renforcer leurs administrations
de la santé publique, et considère que le chapitre
des Actes officiels no 23 (page 109) traitant du
programme d'assistance technique qui est proposé pour l'organisation des services de santé
publique, présente un aperçu excellent des méthodes
grâce auxquelles les services sanitaires nationaux
peuvent être mis sur pied, améliorés et renforcés.
Administration de la santé publique (5.1.1) et zones
de démonstrations sanitaires (page 109)
48.
Conformément aux décisions de la Deuxième
Assemblée Mondiale de la Santé, des zones de
démonstrations sanitaires ont été comprises dans
le programme élargi d'assistance technique. Le
comité considère que l'application de ces projets
présente une importance primordiale pour l'ceuvre
de l'Organisation et qu'elle devrait être entreprise
aussitôt que possible. Toutefois, avant d'organiser
des zones de démonstrations sanitaires dans un
pays quelconque, il sera nécessaire de s'assurer que
le gouvernement de ce pays sera en mesure de
poursuivre la tâche ultérieurement.
Il a été prévu, dans le budget ordinaire, que
du personnel supplémentaire sera envoyé sur le
terrain, en vue de renforcer des projets spéciaux
de démonstrations dans des zones qui pourraient,
ultérieurement, devenir des zones de démonstrations sanitaires, sous réserve de disposer de fonds
suffisants. De cette manière, on vise à créer le
49.
noyau des trois zones de démonstrations sanitaires
prévues dans le cadre du programme élargi d'assistance technique.
5o.
Le comité constate que les bureaux locaux
ont cessé d'exister en Chine, en Ethiopie, en Grèce
et en Italie, et qu'il en est tenu compte dans les
prévisions. Aucun crédit n'est inscrit pour le
versement, en 1951, d'une subvention à l'Aide des
Nations Unies aux Réfugiés de Palestine, car on
envisage que ces besoins seront couverts au moyen
de secours provenant d'autres sources internationales.
Encouragement aux campagnes contre les maladies
transmissibles (5.2)
51. Les prévisions budgétaires pour 1951 dépassent de $179.114 celles de 1950. Cette augmentation
est nécessaire pour les opérations, entreprises sur
place, de lutte contre la tuberculose e_ t les maladies
vénériennes.
Paludisme (5.2.1)
52. Les prévisions qui se rapportent au programme
antipaludique de 1950 s'élèvent à $335.699, et celles
quil concernent 1951, à $300.565. La différence
représente approximativement les frais qu'entraînera en 1950 - soit $27.108 - une conférence du
paludisme en Afrique équatoriale qui ne se renouvellera pas en 1951 et, en outré, la réduction des
tures nécessaires proviendront d'autres sources
Tuberculose (5.2.2)
53.
Les prévisions afférentes à ce programme
s'élèvent, pour 1951, à $366.983. Dans les prévisions pour 1950 concernant la tuberculose, n'étaient
pas compris les fournitures et le matériel destinés
aux équipes, du fait qu'ils provenaient du FISE.
Une somme de $69.854 a été inscrite à ce titre
pour 1951: elle est destinée, dans l'ensemble, à
des pays qui ne reçoivent pas d'aide d'autres
sources internationales de fournitures. L'accroissement général des prévisions pour 1951, par rapport
à celles de 1950 ($366.983 contre $264.123), relatives à la tuberculose, résulte de propositions
fondées sur de nombreuses études effectuées en
1949 en vue d'étendre l'activité sur le terrain,
principalement en vue de la création d'unités de
formation professionnelle.
Maladies vénériennes et tréponématoses (5.2.3)
54. Les prévisions de dépenses pour la Conférence
internationale de Sérologie et des Techniques de
Laboratoire, qui doit avoir lieu en 1951, s'élèvent
à $53.485. On envisage d'accorder des subventions,
atteignant $10.00o, à certaines institutions, pour
les essais concernant les antigènes et les sérums et
pour des études sur le béjel. On envisage également
une extension du programme sur le terrain, en
rapport avec la lutte antivénérienne. C'est ce qui
explique l'augmentation des dépenses, qui passent
de $283.064 à $394.411.
Autres maladies transmissibles (5.2.4-5.2.7)
55. On prévoit que des fonds resteront disponibles
sur le budget de 1951 pour la lutte contre la peste,
le typhus exanthématique et la fièvre récurrente,
et peut -être encore pour d'autres maladies transmissibles.
Enseignement professionnel et technique (5.4)
Les prévisions budgétaires pour 1951 dépassent de $157.671 celles de 1950. Sur ce montant,
$72.716 représentent des augmentations de subventions à des établissements de formation professionnelle et technique de personnel médical
et autres catégories connexes de personnel et
$65.724, des augmentations de dépenses concernant des cours, « séminaires » et groupes d'étude.
Le comité a indiqué que l'on pouvait escompter
que les augmentations prévues pour la formation
professionnelle et technique collective au moyen
de cours, de « séminaires » et de groupes d'étude
et les subventions aux établissements d'enseignement permettraient de mettre au point des méthodes de formation plus économiques. Cette manière
de voir est en harmonie avec les termes de la réso56.
lution WHA 2.713 de la Deuxième Assemblée
Mondiale de la Santé, qui fait ressortir la valeur
de l'enseignement collectif.
Programme de bourses d'études (5.4.2)
Le comité a procédé à une étude très minutieuse des méthodes de sélection des boursiers et
57.
de la surveillance qu'exerce l'Organisation au cours
de leur période d'études. Le comité désirait particulièrement savoir par quels moyens l'Organisation
18 Actes ofi. Org. mond. Santé, 21, so
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
se trouvait en mesure de se procurer des renseignements sur les progrès accomplis par les boursiers au cours de leur période d'études. Les membres du comité ont insisté sur le problème des
langues et sur la nécessité d'accorder des bourses
dans les domaines prioritaires établis par l'Assemblée de la Santé. Jusqu'à présent, il a incombé aux
autorités nationales de choisir les candidats qu'elles
considèrent comme les mieux qualifiés pour recevoir
des bourses. Il n'existe pas de système général de
surveillance, bien que les boursiers soient tenus
de fournir des rapports périodiques. Le comité
estime que, ni la sélection, ni la surveillance des
boursiers ne sont actuellement adéquates, mais
envisage que, par suite de la décentralisation des
fonctions au bénéfice des bureaux régionaux, les
directeurs régionaux auront un rôle plus important
en ce qui concerne l'aide à donner aux gouvernements pour le choix des boursiers et la surveillance
des activités de ces derniers.
58. Dans de nombreux cas, les boursiers qui se
rendent dans des collectivités très évoluées, en
vue d'y recevoir une formation, n'acquièrent pas
les connaissances dont ils ont besoin pour répondre
aux conditions locales. Les directeurs régionaux
ont donc été invités à prendre des dispositions,
chaque fois qu'il sera en leur pouvoir de le faire,
15
nir de sources nationales ou d'autres sources inter nàtionales; il estime, toutefois, que le montant
inscrit dans les prévisions budgétaires du Directeur
général pour 1951 est supérieur à un « montant
symbolique » et recommande, dès lors, que ce
terme soit remplacé par l'expression « montant
fortement réduit ».16
En raison des principes directeurs posés par
l'Assemblée de la Santé et par le Conseil Exécutif
à l'effet que les gouvernements doivent fournir les
moyens de transport pour les services qui leur sont
63.
rendus par l'Organisation, aucune prévision n'a
été présentée pour l'acquisition de véhicules à
moteur en 1951. Cette observation s'applique
également au coût d'utilisation des véhicules à
moteur employés dans la mise à exécution des
programmes appliqués sur le terrain.
Bureaux régionaux (6)
64.
Il est rappelé au Conseil Exécutif que l'Assem-
blée Mondiale de la Santé a décidé de créer des
bureaux régionaux, aux moments opportuns, en
vue de mettre en oeuvre le principe de décentralisation. Quand des bureaux régionaux sont créés,
il est essentiel qu'ils soient pourvus d'un personnel
suffisant pour leur permettre de s'acquitter de
en vue d'une formation professionnelle locale, avec
des équipes de démonstrations, dans des zones de
démonstrations. Au fur et à mesure que les conseil-
leurs responsabilités.
lers régionaux deviendront plus expérimentés, le
comité espère que la tendance à accorder les
bourses dans les domaines prioritaires qui con-
administratifs pour les régions de l'Afrique et du
Pacifique occidental. Des crédits sont inscrits
pour 1951 pour le fonctionnement d'un bureau
complet dans chacune des six régions. Il n'a pas
encore été reçu de demandes de la majorité des
membres appartenant aux régions du Pacifique
occidental et de l'Afrique en vue de la création de
viennent à la région ira en se développant. L'intérêt
qui s'attache à la formation générale en matière
de santé publique grandit nettement et cet intérêt
devrait être stimulé.
59. Le comité considère qu'il y a peu d'utilité à
envoyer des boursiers étudier à l'étranger, s'ils
doivent rencontrer des difficultés pour comprendre
la langue dans laquelle les cours leur seront donnés.
6o. Le comité a examiné la question de l'établissement de critères déterminés dont pourrait s'ins-
pirer l'Organisation dans l'élaboration et la mise
en oeuvre de son programme de bourses.
[Le Conseil a décidé de laisser au Directeur
général le soin d'exécuter le programme comme
il le juge souhaitable et de reprendre dans un an
l'examen de la question.] 14
Fournitures médicales (5.5)
Les prévisions relatives à 1951 prévoient le
maintien, au niveau de 195o, des crédits affectés
aux fournitures destinées à l'exécution des pro61.
grammes gouvernementaux. Les dépenses imputées
sur ces crédits sont, aux termes de la résolution
WHA 2.73 de la Deuxième Assemblée Mondiale
de la Santé,15 subordonnées à l'approbation du
Conseil Exécutif, et aucune affectation de fonds
pour cet objet n'a encore été approuvée en 195o.
En ce qui concerne les mots « montant symbolique » utilisés dans le document EB5/44, dans
62.
les
« Notes relatives à la présentation du Pro-
gramme et du Budget », « Services consultatifs »,
dernier paragraphe, le comité croit comprendre que
le montant prévu pour les fournitures représente
approximativement 25% du total nécessaire. Il reconnaît que la plupart des fournitures requises pour
l'exécution du programme envisagé devront prove14 Voir résolution 3.3.3, Actes off. Org. mond. Santé, 25.
45 Actes off. Org. mond. Santé, 21, 44
65.
Les prévisions pour 195o contiennent des
crédits concernant l'établissement de petits bureaux
bureaux régionaux.
66. Le personnel régional envisagé
dans
le
budget de 1951 sera complété par du personnel
supplémentaire (rémunéré à l'aide des crédits
afférents au Département des Services consultatifs)
qui, sous la direction des bureaux régionaux, assu-
rera les services sur place dans les opérations
sanitaires d'une importance particulière. Le comité
estime que l'effectif ainsi prévu pour le personnel
régional et le personnel des opérations sur place
sera suffisant, au stade actuel du programme de
l'Organisation, mais souligne à nouveau l'intérêt
qu'il y aurait à pousser au maximum la décentralisation des services professionnels et techniques.
67. Le comité constate que, à certains égards, la
création de bureaux régionaux donne une impulsion
nouvelle aux services fournis par l'Organisation
Mondiale de la Santé. De ce point de vue, les
organisations régionales jouent un rôle très important.
Comités d'experts et conférences (7)
Le règlement et les règles de procédure
applicables aux comités d'experts 17 ne prévoient,
68.
pour ces comités, qu'un mandat très général.
Etant donné l'importance des travaux de ces
comités, il conviendrait d'établir et de diffuser, en
temps voulu, avant la date de leurs réunions, des
renseignements détaillés sur les dispositions rela-
tives à ces réunions, leur objet, le mandat du
comité, etc.
16 Ce changement a été fait dans la version imprimée
du document EB5/44, Actes off. Org. mond. Santé, 23, 4.
17 Actes off. Org. mond. Santé, 13, 376
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE Il
6
69.
Dans le programme ordinaire et les prévisions
à ce que les comptes des bureaux locaux soient
budgétaires pour 1951, 39 sessions de comités
d'experts sont prévues, contre 42 en 1950. Huit
soumis à une vérification sur place. Le commissaire aux comptes a informé le comité que
nouveaux comités seront convoqués en
le système de vérification intérieure fonctionnait
de façon satisfaisante.
1951
(voir annexe 6). Le comité recommande au
Conseil Exécutif de se montrer prudent en ce qui
concerne l'établissement de comités d'experts ne
s'occupant pas des questions auxquelles l'Assem-
blée de la Santé a attribué la priorité. Tout en
Il a estimé que la procédure établie en matière
de vérification devrait être continuée, parce qu'elle
permettait de donner des instructions plus claires
reconnaissant l'intérêt que présente, dans certains
cas, la constitution de sous -comités, le comité a
des comptes. On se propose d'envoyer le commis -
constaté qu'on avait une tendance à en créer un
grand nombre et à constituer des comités pour
s'occuper de domaines d'activité très spécialisés.
75.
et avait pour résultat d'améliorer la présentation
raire aux comptes visiter au moins un bureau
régional par an et de faire procéder par les vérificateurs intérieurs des comptes à des visites aux
Le Conseil est mis en garde contre cette tendance
et il lui est recommandé d'examiner de façon très
autres bureaux locaux. La décentralisation du
système de vérification des comptes n'est pas
attentive les propositions de ce genre, avant de
envisagée, bien que, avec l'accord du commissaire
les approuver.
7o. Les prévisions de dépenses relatives aux
sessions de comités d'experts varient de moins de
$ioo à plus de $200 par homme -journée. L'article
de dépenses le plus élevé est celui des transports;
pour des sessions plus longues, à des intervalles
moins fréquents, la dépense par homme -journée
serait sensiblement moins élevée.
Services administratifs (8)
Services administratifs et financiers (8.3)
71. Dans l'établissement des prévisions afférentes,
pour 1951, au Département des Services administratifs et financiers il a été supposé que l'effectif
du personnel de ce Département serait le même
qu'en 195o, c'est -à -dire de 129 membres. Toutefois,
ont passé de $669.393 à
les crédits inscrits
$709.972, l'écart entre les deux sommes correspondant à divers accroissements de dépenses tels
que: augmentations de traitements pour promotions, congés dans les foyers, etc.
72. Le comité a examiné la question de l'impor-
tance numérique des Services administratifs et
financiers courants, par rapport au travail effectif
de l'Organisation; discuté les niveaux de traitement relatifs des différents postes, dans ces deux
branches d'activité; reconnu les difficultés spéciales
que soulève, dans toute institution internationale,
le maintien d'un contrôle administratif et financier
satisfaisant et apprécié le haut degré de compétence
qui a caractérisé le travail de ce département. Le
Directeur général a, en outre, porté à la connaissance du comité qu'il avait, après mûre réflexion,
délibérément adopté comme règle de conduite de
maintenir le développement des rouages administratifs quelque peu en avance sur la mise en
train effective du programme, afin de disposer des
cadres administratifs nécessaires pour une exécution
efficace des opérations.
aux comptes, on ait l'intention de placer, plus
tard, dans les diverses régions géographiques, des
vérificateurs intérieurs des comptes, détachés du
Siège. En vertu de ce plan, les vérificateurs ainsi
détachés resteront responsables envers le Directeur
général.
Le commissaire aux comptes a informé le
comité qu'il avait recours, en grande partie, au
76.
personnel de vérification intérieure des comptes et
qu'un grave problème se poserait si le comité
décidait qu'il ne devrait pas y avoir d'augmentation de ce personnel. Les estimations du coût de
la vérification extérieure des comptes reposent
sur l'hypothèse que le personnel du Service de la
Vérification intérieure sera suffisamment nombreux.
Le comité souligne la nécessité de maintenir, au
stade actuel, un système complet de vérification,
étant donné que l'Organisation est relativement
jeune
que
pas pleinement
expérimenté.
Gestion administrative et Personnel (8.3.3)
77.
Le Gouvernement d'un Etat Membre a
adressé à l'Organisation une demande d'assistance
en vue d'obtenir des avis sur des questions d'administration et de gestion qui concernent la réorganisation de ses services sanitaires. Le comité
considère que l'Organisation devrait fournir des
services de cette nature, chaque fois que cela
serait possible.
Section du Personnel (8.3.3.1)
78.
En sus du travail normal qui concerne le
recrutement et la nomination des membres réguliers du personnel, le Bureau du Personnel s'occupe
la nomination des experts -conseils à court
terme et des membres des équipes opérant sur le
terrain. Le recrutement et le choix du personnel
temporaire nécessaire pour les réunions des divers
de
Le comité est arrivé à la conclusion que les
comités d'experts et pour les sessions d'organisation
prévisions de 1950 pour les Services administratifs
et financiers correspondaient bien au stade actuel
de développement de l'Organisation. Le comité a
sont rendus délicats et difficiles, par suite de la
concurrence faite par d'autres institutions internationales. La collaboration avec d'autres institutions des Nations Unies à Genève est en train de
s'établir, en vue de faire disparaître certaines de
73.
été d'avis qu'il devrait consacrer ultérieurement
un nouvel examen aux services en question afin
de pouvoir étudier de façon plus détaillée leur
importance numérique, les niveaux de traitement
prévus et l'équilibre relatif entre lesdits services
et les autres départements de l'Organisation.
Service de la Vérification intérieure des
Comptes (8.3.2)
Les Première et Deuxième Assemblées Mondiales de la Santé ont établi des directives visant
74.
ces difficultés. Les données relatives au volume de
travail pour cette section, telles qu'elles figurent
dans les Actes officiels n° 23 reposent sur les rapports mensuels réguliers de cette section. Elles
ne proviennent pas d'enquêtes de gestion destinées
à évaluer l'efficacité administrative. Des enquêtes
de cet ordre sont envisagées à partir de 1950, mais
la Section de la Gestion administrative ne possède
pas encore le personnel nécessaire à cet effet.
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
CONCLUSIONS
79.
Le Comité permanent des Questions admi-
nistratives et financières du Conseil Exécutif,
après avoir attentivement examiné le programme
et les prévisions budgétaires concernant le programme ordinaire d'exécution pour l'exercice 1951,
présenté au comité par le Directeur général dans
document EB5 /44,15 donne, d'une manière
générale, son assentiment aux activités proposées.
Le comité a été frappé non seulement de l'utilité,
de l'équilibre et de l'envergure du programme
proposé, mais aussi de l'élaboration et de la liaison
minutieuses des plans, qui sont nécessaires pour
assurer des résultats satisfaisants.
80. Le comité attire l'attention du Conseil
le
Exécutif sur le fait que les pays qui n'ont pas
contribué aux dépenses budgétaires de l'Organisation reçoivent les publications et bénéficient
d'autres services gratuitement.
81. Le comité a examiné avec toute l'attention
voulue la situation financière de l'Organisation
Mondiale de la Santé telle qu'elle est exposée dans
le document EB5 /78 (annexe 1) et l'état des contri-
butions afférentes aux exercices 1948 et 1949
ainsi qu'au fonds de roulement, au 31 décembre
1949
Après examen des prévisions budgétaires de
1951, conformément aux instructions données dans
la résolution de la Deuxième Assemblée Mondiale
de la Santé et de la quatrième session du Conseil
Exécutif,19 le comité
1) estime que ces prévisions ne sont pas « suffisantes pour faire face aux besoins sanitaires ». Les
besoins actuels de la santé mondiale sont si vastes
et si complexes que l'on ne saurait s'attendre à les
satisfaire avant de longues années. Toutefois, le
82.
programme établit de solides bases pour cette
tâche et prévoit, en outre, une action efficace dans
les domaines désignés par la Deuxième Assemblée
de la Santé comme devant bénéficier de la priorité;
est convaincu que le programme soumis par
le Directeur général « suit le programme général
2)
de travail approuvé par l'Assemblée de la Santé ».
Ce programme est essentiellement, de par son
contenu et le niveau des dépenses prévues, la
continuation de celui de 1950, qui a été approuvé
par la Deuxième Assemblée de la Santé;
3) considère « que le programme envisagé peut
être exécuté au cours de l'année budgétaire ». Le
personnel de base nécessaire pour le Bureau du
Siège a été, en grande mesure, recruté. La principale réserve formulée par le comité est qu'il est
possible que les contributions financières ne
rentrent pas dans la mesure requise pour l'exécution
intégrale du programme;
4) a examiné « dans leurs grandes lignes les répercussions financières des prévisions budgétaires » en
tenant compte des considérations suivantes:
a) les niveaux budgétaires approuvés par les
Première et Deuxième Assemblées de la Santé,
en tant qu'indice des obligations financières que
les gouvernements ont consenti à assumer;
18 Le document EB544 tel qu'il a été amendé, a été
imprimé dans les Actes officiels Ne 23 - Programme et
prévisions budgétaires proposés pour l'exercice financier
ter janvier au 31 décembre 1951 et Programme et prévisions
budgétaires proposés pour l'assistance technique en vue
du développement économique des pays insuffisamment
développés (Deuxième période).
18 Résolution WHA 2.62, Actes off. Org. mond. Santé,
21, 38; 22, II, 4.2.3
17
b) l'approbation par la Première Assemblée de
la Santé d'un budget de $5.000.000 pour 1948,
étant entendu que le niveau des dépenses, à la
fin de ladite année ou aux environs de cette date,
atteindrait un taux annuel de $7.000.000;
e) l'approbation par la Deuxième Assemblée de
la Santé, pour 1950, d'un budget de $7.500.000
(ouverture de crédit de $7.000.000), sous
réserve que cette approbation n'engage en
aucune façon la Troisième Assemblée de la Santé,
ni les Assemblées ultérieures, à l'égard d'un
niveau de dépenses particulières. La discussion
qui a conduit à formuler cette réserve indique
que l'intention était d'éviter l'attitude de la
Première Assemblée de la Santé, en raison de
laquelle l'Assemblée suivante s'est trouvée
engagée à voter un niveau de dépenses supérieur;
d) la situation actuelle et future du fonds de
roulement ;
e) la possibilité d'obtenir des fonds supplé-
mentaires;
f) la réévaluation récente de nombreuses monnaies, qui rend plus difficile à un grand nombre
de Membres de payer leurs contributions en
monnaie forte ;
les plans d'assistance technique en cours
d'élaboration, qui impliquent que les gouvernements désireront peut -être donner plus d'extension à leur activité sanitaire internationale
par la voie de contributions supplémentaires
plutôt que par un accroissement des contributions afférentes au budget ordinaire.
83. Après avoir analysé ces considérations, le
g)
comité est arrivé à la conclusion que le programme
et le budget devaient être maintenus essentiellement au niveau de 1950. Il a constaté avec satisfaction que le Directeur général, en proposant un
budget de $7.600.000, s'associait apparemment à
l'ensemble des vues exprimées par le comité.
Le manque de fonds supplémentaires, notamment de ceux rendus disponibles, en 1950, sur les
84.
crédits de l'UNRRA, le maintien du fonds de
roulement à un niveau d'opérations offrant des
garanties de sécurité, et l'accroissement de dépenses
résultant de l'application du Statut du Personnel
- malgré les économies dues à la réévaluation de
certaines monnaies - ont obligé à augmenter
légèrement les prévisions du programme et du
budget ordinaires de 1951. Le comité a examiné
la situation financière générale de l'Organisation,
telle qu'elle ressort des états annexés au présent
rapport et il est d'avis qu'un budget de $7.300.000
est financièrement justifié et permettrait de poursuivre en 1951 l'exécution du programme au niveau
approuvé par la Deuxième Assemblée Mondiale de la
Santé pour 1950. Le comité recommande que le Conseil Exécutif fasse connaître cette opinion à la Troi-
sième Assemblée Mondiale de la Santé, et invite
le Directeur général à exposer à l'Assemblée de
quelle façon le programme et les prévisions budgé-
taires soumises par lui pourraient être ramenés
de $7.600.000 à $7.300.000, sans entraver les
progrès dans la réalisation des parties du programme désignées comme devant bénéficier de la
priorité.
85. L'expérience de l'Organisation montre que,
d'une manière générale, les fonds ne rentrent pas
dans une mesure suffisante pour exécuter intégralement le programme prévu au budget et le comité
estime nécessaire d'établir un mode de contrôle
18
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
approprié pour maintenir les dépenses dans le
cadre du budget ordinaire. L'exercice permanent
d'un tel contrôle sera une sauvegarde contre une
nouvelle diminution du fonds de roulement et
permettra, selon la recommandation des Nations
Unies, de limiter les dépenses, de façon qu'elles
correspondent aux fonds que l'Organisation peut
raisonnablement s'attendre à recevoir.
86.
Le comité a pris spécialement note de la
résolution adoptée par l'Assemblée générale des
Nations Unies le 24 novembre 1949 (voir page Io),
qui indique que les institutions spécialisées
devraient maintenir chaque année les dépenses,
imputables sur leur budget ordinaire, dans les
limites des fonds qu'elles peuvent raisonnablement
s'attendre à recevoir au titre de l'année considérée,
et de procéder à une revision périodique, en cours
d'année, du programme de ces dépenses afin de
pouvoir, s'il est nécessaire, le maintenir autant
que possible dans les limites des recettes prévues
pour l'année. Ayant pris note également des délibérations de l'Assemblée générale et des réunions
mixtes des Deuxième, Troisième et Cinquième
Commissions et, en particulier, des vues exprimées,
au cours de ces délibérations, par des représentants
de gouvernements au sujet du caractère de plus en
plus onéreux des activités internationales, le
I) CONSIDÈRE qu'un budget de 7.300.000 dollars
pour 1951 se justifie du point de vue financier et
permettrait de poursuivre, en 1951, l'exécution du
programme selon le niveau adopté pour 195o par
la Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé;
2) CONSIDÈRE que les 200.000 dollars qui seront
disponibles sur le fonds spécial de l'UNRRA en
1951 devraient venir en déduction du montant de
7.300.000 dollars, avant que ne soient établies les
contributions des Etats Membres au budget de
1951;
3) INVITE le Directeur général à soumettre à la
Troisième Assemblée Mondiale de la Santé un
exposé indiquant les ajustements qui peuvent être
opérés pour ramener le montant total des prévisions budgétaires à 7.300.000 dollars, en réduisant
les prévisions relatives à des domaines autres que
ceux qui ont été désignés par les Première et
Deuxième Assemblées Mondiales de la Santé comme
devant bénéficier de la priorité.
II. Le Conseil Exécutif
RECOMMANDE à la Troisième Assemblée Mondiale
de la Santé d'adopter la résolution suivante:
La Troisième Assemblée Mondiale de la Santé
Comité permanent des Questions administratives
et financières recommande au Conseil Exécutif
d'adopter les résolutions suivantes: 20
AUTORISE ET INVITE le Conseil Exécutif à fixer,
vers la fin de 195o ou au début de 1951, selon la
situation financière de l'Organisation à ce
moment et les évaluations établies à l'égard de
I. Le Conseil Exécutif
Prenant acte des considérations formulées par
la situation financière en 1951, le niveau des
dépenses qui devra être maintenu pendant les
Comité permanent dans son rapport sur le
le
six premiers mois de 1951, le soin étant laissé à
la Quatrième Assemblée Mondiale de la Santé
d'examiner le niveau des dépenses pour les
six derniers mois de 1951.
programme ordinaire et les prévisions budgétaires
pour l'exercice 1951, proposés par le Directeur
général dans le document EB5/44, 21
3. PROGRAMME ÉLARGI D'ASSISTANCE TECHNIQUE EN VUE DU DÉVELOPPEMENT
ÉCONOMIQUE DES PAYS INSUFFISAMMENT DÉVELOPPÉS
87.
Dans l'examen des aspects du document
EB5/44 21
qui concerne le
de
$1o.000.000
et
à 22% des 7o% de
la
deuxième tranche de $Io.000.000, provenant
programme élargi
d'assistance technique en vue du développement
économique, le comité s'est appuyé sur les considérations suivantes:
des contributions des gouvernements;
le programme d'assistance technique des Nations Unies pour les régions insuffisamment déve-
ront tous les membres du Conseil Economique
et Social, et un Bureau de l'Assistance technique,
composé du Secrétaire général de l'Organisation
des Nations Unies et des chefs des institutions
spécialisées; et
c) une Conférence spéciale de l'Assistance tech-
b) un mécanisme de coordination mettant en
jeu un Comité de l'Assistance technique, où siége-
1)
loppées en est encore à la période d'élaboration.
Le fait nouveau le plus important, depuis la
Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé est
l'approbation, par l'Assemblée générale des Nations
Unies, d'une résolution fondamentale du Conseil
nique, composée de tous les Membres des Nations
Unies et des institutions spécialisées, conférence
Economique et Social qui prévoit, entre autres
points :22
au cours de laquelle les aspects financiers du
programme feront l'objet de négociations entre
a) la création d'un Compte spécial des Nations
Unies pour l'Assistance technique, sur lequel
les gouvernements représentés ; cette conférence,
selon les prévisions, se réunira avant la Troisième
Assemblée Mondiale de la Santé ;
seront prélevées, au bénéfice de l'OMS, des
sommes s'élevant à 22% de la première tranche
l'adoption, par la Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé, du programme supplémentaire
2)
20 Le texte adopté par le Conseil est reproduit dans la
résolution 7.1.9, page 4.
21 Le document EB5/44, tel qu'il a été amendé, a été
imprimé dans les Actes officiels No 23 - Programme et
prévisions budgétaires proposés pour l'exercice financier
ter janvier au 31 décembre 1951, et Programme et préviFi
sions budgétaires proposés pour l'assistance technique en vue
du développement économique des pays insuffisamment
développés (Deuxième période).
22 Résolution ECOSOC 222 (IX) A du 15 août 1949
d'exécution afférent au budget des Services consul-
tatifs et techniques, en tant que base de la participation de l'OMS, au cours de la première période
du programme d'assistance technique des Nations
Unies ;
3) le fait que le programme supplémentaire a
fourni la base de négociations entre l'OMS et
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
l'Organisation des Nations Unies, en ce qui concerne le programme d'assistance technique, ainsi
que la base sur laquelle les Etats Membres ont
envisagé leur participation au programme total;
9o.
19
La méthode d'évaluation du coût du pro-
gramme d'assistance technique est identique à
celle qui a été utilisée pour l'évaluation des dépenses
afférentes au programme ordinaire pour 1951 et
que le comité juge satisfaisante. Le comité estime
4) la nécessité dans laquelle se trouve la Troiégalement que le programme proposé par le
sième Assemblée Mondiale de la Santé d'examiner Directeur général satisfait à la demande formulée
le programme d'assistance technique des Nations par le Conseil Economique et Social lors de sa
Unies, en tenant compte de la situation existant neuvième session et suivant laquelle le travail à
alors;
entreprendre par les organisations participantes,
dans le cadre du programme élargi d'assistance
5) la nécessité de fournir à la Troisième Assemblée
Mondiale de la Santé, comme base de l'examen de technique, devrait pouvoir s'intégrer dans leur
la situation dans son ensemble, des propositions activité normale.
précises concernant la deuxième période du 91. Certains doutes ont été exprimés, au sein du
programme d'assistance technique.
comité, quant à l'opportunité de présenter le
programme ordinaire et le programme élargi
88. Le comité recommande au Conseil d'approuver d'assistance technique dans un document qui les
comme document de travail pour la Troisième englobe tous deux. Le comité a recommandé, en
Assemblée Mondiale de la Santé la partie du conséquence, au Directeur général que, lorsqu'il
document EB5/44 qui concerne l'assistance tech- présentera son programme et ses prévisions
nique. Ce faisant, le comité reconnaît que le budgétaires à la Troisième Assemblée Mondiale
montant des dépenses afférentes au programme, tel de la Santé, les estimations de dépenses relatives
qu'il est établi, et de celles encourues au titre du au programme élargi d'assistance technique figurent
programme supplémentaire des Services consul- à la fin du document, sur du papier de couleur.23
tatifs et techniques, déjà adopté, excédera le
montant des crédits qui, selon les prévisions 92. Le comité estime que le programme suppléactuelles, seront vraisemblablement affectés au mentaire approuvé par la Deuxième Assemblée
programme d'assistance technique des Nations de la Santé et le programme élargi d'assistance
Unies. Toutefois, le comité escompte que ce technique présenté dans les Actes officiels No 23
montant sera connu de façon plus précise à l'époque s'étendent sur deux périodes. Les parties pertide la session de l'Assemblée de la Santé. L'Assem- nentes du premier devraient être soumises, par le
blée se trouvera dès lors mieux à même d'examiner à Directeur général, au Bureau de l'Assistance techla fois le programme supplémentaire des Services nique comme constituant les propositions de
consultatifs et techniques, adopté par la Deuxième l'Organisation, au titre de sa participation au
Assemblée de la Santé, et le programme élargi programme élargi d'assistance technique pour la
d'assistance technique en vue du développement première période. Les crédits inscrits pour 195o
économique, et d'approuver, pour lés première et dans le document EB5/44 au titre du programme
deuxième périodes d'assistance technique, des élargi d'assistance technique devraient, par conséprogrammes établis en fonction des disponibilités quent, être supprimés. 24 Le titre « Programme et
prévisions budgétaires proposés pour l'exercice
financières escomptées.
1951 » devrait être changé en « Programme et
prévisions budgétaires pour l'assistance technique
89. Le comité s'est demandé si l'on pourrait
s'assurer le concours d'un personnel qualifié pour proposés pour la deuxième période ». Une note
l'exécution du programme envisagé pour l'assis- explicative adéquate devrait figurer dans le
tance technique. Il relève que le programme pro- chapitre intitulé « Notes sur la présentation du
posé exigerait un personnel technique supplé- programme et du budget» dans la version imprimée.23
mentaire très nombreux, lequel viendrait s'ajouter 93. Le comité a estimé que, dans le cadre des
au personnel régulier de l'OMS. Le comité a accepté
l'assurance donnée par le Directeur général sur la
possibilité de recruter ce personnel, et a pris acte
de l'observation qu'il a formulée, selon laquelle ce
directives générales régissant le programme d'assistance technique des Nations Unies, il y aurait lieu
de ne pas perdre de vue l'intérêt qui s'attache à la
recrutement nécessaire rendra extrêmement difficile
délivrance de fournitures aux gouvernements
pour l'exécution des programmes, car de nombreux
le maintien de la répartition géographique du
pays qui comptent des spécialistes qualifiés ne
personnel que l'on désire voir assurée. Toutefois,
le comité attire l'attention du Conseil sur le fait
que les spécialistes hautement compétents ne
peuvent être recrutés qu'au détriment de travaux
peuvent, faute des fournitures appropriées, donner
importants à exécuter dans leur propre pays.
Pour cette raison, le Directeur général aura besoin
de l'appui total et actif des gouvernements qui,
dans l'intérêt général, doivent être prêts à se
priver des services de certains membres du personnel de leurs administrations nationales. Quelle
soit leur
tireront profit
que
compétence
technique,
ceux -ci
d'une période de travail et de
perfectionnement dans les services internationaux.
Dans le cadre de son programme d'assistance
technique, et de préférence en collaboration avec
d'autres institutions participantes, l'OMS doit
fournir cette formation qui permettra au personnel
appelé à en bénéficier d'acquérir la connaissance
du milieu social, politique et économique des
pays où il travaillera.
à leurs programmes sanitaires toute l'ampleur
qui serait nécessaire.
94. Ayant dûment pesé les considérations exposées ci- dessus, le Comité permanent des Questions
administratives et financières recommande au
Conseil Exécutif d'adopter les deux résolutions
suivantes : 26
I. Le Conseil Exécutif,
Conformément aux instructions qui lui ont été
données par la Deuxième Assemblée Mondiale de
23. Cette suggestion a été adoptée dans la version
imprimée du document EB5/44, Actes of. Org. mond.
Santé, 23.
24 Ces crédits ont été supprimés dans la version imprimée
du document EB5/44, Actes of. Org. mond. Santé, 23
2e Actes of. Org. mond. Santé, 23, Io
23 Le texte adopté par le Conseil est reproduit dans la
résolution 7.3.2, page 2.
20
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
la Santé, dans la résolution WHA2 /75 qui l'autorisait à « agir au nom de l'Assemblée Mondiale de
la Santé jusqu'à sa prochaine session », 27
Ayant examiné les résolutions pertinentes du
Conseil Economique et Social et de l'Assemblée
générale des Nations Unies,
1) RECOMMANDE à la Troisième Assemblée Mon-
diale de la Santé l'adoption de la résolution II
proposée ci- dessous, et
En attendant la décision de la Troisième Assem-
2) AUTORISE le Directeur général à prendre toutes
les mesures nécessaires, conformément aux termes
du projet de résolution II ci- après.
II. Le Conseil Exécutif recommande à la Troisième Assemblée Mondiale de la Santé l'adoption
de la résolution suivante:
[On trouvera à la page 2 du présent volume le
projet de résolution proposé par le comité et qui
a été adopté sans changement par le Conseil
Exécutif pour soumission à la Troisième Assemblée
de la Santé.]
blée Mondiale de la Santé,
4. MARCHE A SUIVRE POUR L'EXAMEN DU PROGRAMME ET DES PRÉVISIONS
BUDGÉTAIRES POUR 1951
Représentation du Conseil Exécutif à la Troisième Assemblée Mondiale de la Santé
95.
Le comité a examiné un document présenté
par le Directeur général au Conseil Exécutif au sujet
de la marche à suivre pour l'examen du programme
et des prévisions budgétaires pour 1951. Le Directeur général a informé le comité qu'au moment où
l'Organisation a été créée on a commis une grave
omission en ne fixant pas de règles suivant lesquelles
le Conseil Exécutif pourrait se faire représenter à
l'Assemblée de la Santé.
Au cours de la Deuxième Assemblée de la
Santé, tenue à Rome, le Secrétariat s'est trouvé
placé dans la situation embarrassante d'être le
96.
seul porte -parole du Conseil Exécutif. Les membres
du Secrétariat pouvant, dans certains cas, ne pas
approuver sans réserve les décisions du Conseil
Exécutif, il serait souhaitable que le Conseil fût
représenté à l'Assemblée, afin que ses décisions
puissent y être exposées et développées par ses
propres représentants.
Le comité a pensé qu'il pourrait être difficile
d'assurer la représentation du Conseil si les membres désignés par celui -ci pour défendre son point
de vue à l'Assemblée étaient également membres
97.
de leur propre délégation nationale. En conséquence, le comité recommande que le Conseil
Exécutif désigne trois de ses membres - peut -être
le président du Conseil Exécutif et les deux vice -
présidents - pour le représenter à la prochaine
Assemblée de la Santé et qu'il décide également
que les dépenses de ces trois membres seront
Recommandations relatives à la marche à
suivre pour l'examen du programme et des
prévisions budgétaires pour 1951
99. Le comité a étudié la procédure à suivre pour
l'examen du programme et des prévisions budgétaires pour 1951, procédure que le Directeur
général devrait proposer à la Troisième Assemblée
Mondiale de la Santé. Le comité a estimé qu'il
n'était pas sans danger de fixer arbitrairement un
plafond sans tenir compte des exigences du programme. Il a estimé que l'on devrait trouver un
compromis entre la méthode qui consisterait à fixer
un plafond budgétaire au début de la session de l'Assemblée de la Santé d la méthode selon laquelle un
plafond serait fixé après un examen détaillé du programme. Le comité a estimé que la Commission du
Programme et la Commission des Questions administratives et financières pourraient, séparément,
procéder à un examen d'ensemble, l'une du programme, l'autre de la situation financière, après
quoi elles tiendraient une réunion mixte au cours
de laquelle un plafond budgétaire pourrait être fixé.
Ioo. Le Directeur général a déclaré que la ques-
tion de la fixation d'un plafond budgétaire avait
déjà été discutée lors des Première et Deuxième
Assemblées de la Santé et que l'attitude générale
adoptée dans les deux cas avait été que l'Assemblée
devrait, avant de fixer un plafond budgétaire,
examiner le programme d'activité de l'Organisation
soumis à son approbation. Ce n'est que lorsqu'ils
ont examiné le programme que les Etats sont à
même de décider jusqu'à quel point ils sont disposés
à contribuer aux dépenses budgétaires.
payées par l'Organisation et que ceux -ci assisteront
'or. S'il a été suggéré que la Commission du
à l'Assemblée de la Santé en ayant, pendant toute
la durée de celle -ci, exclusivement la qualité de
représentants du Conseil Exécutif.
Programme et la Commission des Questions administratives et financières devraient, au cours d'une
séance mixte, établir un plafond budgétaire, c'est
Impression du Rapport du Conseil Exécutif
sur les travaux de sa cinquième session
afin qu'il soit bien entendu que la responsabilité
de la fixation de ce plafond budgétaire incombe
aux deux commissions. Le Directeur général a
suggéré que les commissions, avant de fixer un
98.
Le comité recommande au Conseil Exécutif
plafond budgétaire, désireraient connaître approximativement le montant des contributions qui
que le rapport sur les travaux de sa cinquième pourront être versées en monnaies autres que le
session soit imprimé en deux parties. La partie I
rendrait compte d'une manière générale des travaux de la session. La partie II comprendrait le
dollar des Etats -Unis ou le franc suisse, facteur de
nature à influer profondément sur la situation en ce
qui concerne certaines contributions.
rapport du Comité permanent des Questions administratives et financières et les recommandations
y afférentes, adressées par le Conseil à l'Assemblée
Mondiale de la Santé.
102. Le Directeur général a reconnu qu'il était
souhaitable de procéder comme il a été indiqué
à grands traits dans les paragraphes précédents.
Le comité et le Directeur général ont été d'avis
que la séance mixte proposée pourrait avoir lieu
au début de la session.
27 Actes off. Org. snond. Santé, 21, 45
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
103.
Le comité a émis également l'opinion que la
réunion mixte devrait fixer les plafonds budgétaires pour chacune des trois parties du budget.
Il serait ainsi plus facile de ramener le coût du
programme dans les limites du plafond qui aura
été fixé pour l'ensemble du budget.
La procédure suivante pour l'examen du
programme et des prévisions budgétaires pour
1951 à la Troisième Assemblée Mondiale de la
104.
Santé est recommandée au Conseil Exécutif :
Dès le début de la session de l'Assemblée, la
Commission du Programme examinerait dans ses
grandes lignes le programme proposé par le
Directeur général, ainsi que les observations et
recommandations du Conseil Exécutif.
1)
2) De son côté, la Commission des Questions
administratives et financières examinerait dans
leur ensemble les aspects financiers du programme proposé par le Directeur général, ainsi
que les observations et recommandations du
Conseil Exécutif.
Aussitôt que possible au cours de la session
de l'Assemblée de la Santé et à la date fixée par
le Bureau de l'Assemblée, la Commission du
Programme et la Commission des Questions
administratives et financières siégeraient en
séance mixte et, en s'inspirant des conclusions
auxquelles aura conduit leur examen d'ensemble
du programme, d'une part, et des aspects financiers du budget, d'autre part, recommanderaient
à l'Assemblée de la Santé le montant total du
budget à adopter ainsi que le montant à affecter
à chacune des trois parties principales du budget.
3)
Se fondant sur le rapport présenté conjointement par la Commission du Programme et la
Commission des Questions administratives et
financières, l'Assemblée de la Santé fixerait le
montant total du budget et le montant à affecter
à chacune des principales parties du budget,
c'est -à -dire à la Partie I: Sessions d'organisation; à la Partie II: Programme d'exécution; et
à la Partie III: Services administratifs. La
Commission du Programme procéderait ensuite
4)
à un examen détaillé du programme afin de
déterminer les activités à entreprendre effectivement, dans les limites du chiffre fixé, et la
Commission des Questions administratives et
financières procéderait à tout examen complémentaire du budget qu'elle jugerait nécessaire.
Les deux commissions pourraient tenir d'autres
séances mixtes, si elles l'estimaient opportun,
afin de régler tout désaccord qui aurait pu surgir
entre elles.
105. Si le Conseil Exécutif approuve la procédure
proposée ci- dessus, il désirera peut -être envisager
l'adoption d'une résolution conçue dans le sens
suivant :
28
28 Le texte adopté par le Conseil est reproduit dans la
résolution 1.8.3, page I.
2I
Le Conseil Exécutif,
Ayant examiné la marche à suivre pour l'examen
du programme et des prévisions budgétaires pour
1951; et
Prenant note des instructions qu'il a reçues, sur
ce point, de la Deuxième Assemblée Mondiale de
la Santé, notamment lorsqu'elle l'a chargé de
procéder à un examen de la structure organique
de l'Organisation et de l'efficacité de son fonctionnement administratif,
I) DÉCIDE que l'examen du programme et des
prévisions budgétaires pour 1951 par la Troisième
Assemblée Mondiale de la Santé se trouvera facilité
si le Conseil soumet un rapport complet sur l'exa-
men auquel il a procédé et s'il prend également
des dispositions pour se faire officiellement représenter à l'Assemblée;
2) INVITE le Directeur général à faire imprimer le
rapport sur les travaux de la cinquième session du
Conseil en deux parties - l'une de ces parties
devant être consacrée, exclusivement, aux obser-
vations et recommandations du Conseil sur le
programme et les prévisions budgétaires pour 1951,
ainsi qu'aux conclusions de l'examen fait par lui
de la structure organique de l'Organisation et de
l'efficacité de son fonctionnement administratif; et
3) DÉCIDE également que le Conseil sera officielle-
ment représenté à la Troisième Assemblée de la
Santé par:
Sir Arcot Mudaliar,
Dr H. S. Gear,
Dr J. Zozaya;
Et, en outre,
4) RECOMMANDE à la Troisième Assemblée Mon-
diale de la Santé l'adoption de la résolution suivante:
La Troisième Assemblée Mondiale de la Santé
I) CHARGE la Commission du Programme d'exa-
miner, dans ses grandes lignes, le programme
proposé, ainsi que les observations et recommandations du Conseil Exécutif;
2) CHARGE la Commission des Questions administratives et financières d'examiner, dans leurs
grandes lignes, les aspects financiers du programme et des prévisions budgétaires, ainsi que
les observations et recommandations du Conseil
Exécutif ; et
3) CHARGE la Commission du Programme et la
Commission des Questions administratives et
financières de se réunir en séance mixte au
début de la session, à la date qui sera fixée par
le Bureau de l'Assemblée, pour présenter conjointement des recommandations à l'Assemblée
de la Santé sur le montant total du budget et
sur les fractions de ce total qu'il conviendrait
d'affecter à chacune des parties du budget, à
savoir: Partie I: Sessions d'organisation; Partie II: Programme d'exécution; Partie III:
Services administratifs.
SECTION II
RAPPORT SUR LA STRUCTURE ORGANIQUE ET L'EFFICACITÉ
ADMINISTRATIVE DE L'ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ
1. INTItOd)UCTION
Historique du développement organique
chargés de la liaison, les experts -conseils, les
Le comité a reconnu que la structure actuelle
de l'OMS reflétait la diversité d'origine de l'Orga106.
nisation et l'histoire de son développement. On
trouvera à ce sujet, dans l'annexe 3, un bref
exposé chronologique.
107.
L'histoire de l'OMS fait ressortir nettement
qu'en examinant la structure organique et
le
fonctionnement administratif de l'Organisation il
faut tenir compte des nombreux facteurs qui ont
contribué à donner à celle -ci sa forme présente.
Le rôle joué par certains de ces facteurs est brièvement résumé ci- après.
La Constitution
1o8.
La structure générale de l'Organisation est
celle que la Constitution a déterminée. Celle -ci ne
précise pas seulement l'objectif et les fonctions de
l'Organisation; elle dispose également que la qua-
lité de Membre est accessible à tous les Etats et
que le fonctionnement de l'Organisation est assuré
par l'Assemblée Mondiale de la Santé, le Conseil
Exécutif et le Secrétariat. Le nombre de réunions
est fixé à une par an pour l'Assemblée et à deux
par an, au minimum, pour le Conseil. Le Secrétariat est défini comme comprenant le Directeur
général et le personnel technique et administratif
nécessaire. Le système des commissions est établi
par la Constitution, qui prévoit aussi un réseau
d'organisations régionales faisant partie intégrante
de l'OMS. Il y a lieu de mentionner, entre autres
dispositions contenues dans la Constitution, celles
qui concernent les relations avec d'autres organisations, les arrangements d'ordre financier et budgétaire, les rapports, le règlement intérieur, le vote,
les amendements et d'autres questions d'ordre
juridique.
Fonctions héritées par l'Organisation
109. L'acceptation de fonctions héritées de l'Office
International d'Hygiène Publique, de la Section
d'Hygiène de la Société des Nations et de la Section
d'Hygiène de l'UNRRA a exigé l'engagement d'un
certain nombre de fonctionnaires appartenant à
ces organismes, ainsi que le maintien, pour l'instant, de certaines structures administratives et de
certaines méthodes qui leur étaient propres.
La Commission Intérimaire
iio. La Commission Intérimaire, qui est restée
en fonctions de 1946 à 1948, avait pour tâche principale de continuer l'eeuvre sanitaire internationale
des organisations antérieures. En outre, elle a
élaboré certaines méthodes consultatives qui ont
exercé une influence sur le développement de
l'Organisation actuelle: citons, notamment, les
comités consultatifs d'experts, les fonctionnaires
conseillers et les missions consultatives sur place.
Les publications des organisations antérieures
furent, dans l'ensemble, continuées et élargies par
la publication de périodiques tels que le Bulletin
et la Chronique de l'Organisation Mondiale de la
Santé. Les propositions présentées par la Commission Intérimaire ont eu une influence directe sur
l'établissement des premiers programmes et, par
conséquent, sur la nature de l'Organisation, telle
qu'elle a été constituée à la suite de la Première
Assemblée Mondiale de la Santé. Ces propositions,
tout en prévoyant le maintien des grandes activités
internationales antérieures d'ordre sanitaire, ont
introduit la notion nouvelle de questions prioritaires dans le programme. Ces questions prioritaires - qui comprenaient, au début, le paludisme,
l'hygiène de la maternité et de l'enfance, la tuberculose et les maladies vénériennes - ont eu une
influence décisive sur la structure organique de
l'OMS. La Commission Intérimaire a soumis des
propositions concernant le Siège de l'Organisation
et a formulé les principes qui doivent régir les
relations de l'Organisation avec d'autres organisations internationales, gouvernementales et non
gouvernementales. La tâche finale de la Commission Intérimaire a été d'organiser et de réunir la
Première Assemblée Mondiale de la Santé.
Les Première et Deuxième Assemblées de la Santé
111. La Première Assemblée Mondiale de la Santé
a doté l'Organisation de ses pouvoirs et lui a donné
une forme précise. Elle a, dans l'ensemble, accepté
les propositions présentées par la Commission
Intérimaire, notamment celles qui concernaient
les méthodes d'action sanitaire internationale. Ces
méthodes consistent notamment en une aide aux
gouvernements, sous des formes diverses - services
consultatifs d'experts, équipes de démonstrations,
bourses et facilités pour la formation technique
en général, et diverses facilités internationales en
matière de standardisation, de renseignements
médicaux et de méthodes statistiques. L'Assemblée a accepté les quatre questions prioritaires
primitivement proposées par la Commission Intéri-
maire; elle a, en outre, ajouté à ces questions
celles de l'alimentation et de la nutrition, et celle de
l'assainissement. Elle a également décidé d'inscrire
à son programme d'autres activités.
112.
Une décision qui revêt une grande impor-
tance pour la présente étude a été prise par la
Première Assemblée Mondiale de la Santé lorsqu'elle a approuvé la division du monde en six
zones régionales et convenu que des organisations
régionales seraient constituées dès que la majorité
des Etats Membres de la région intéressée auraient
donné leur accord. L'approbation d'un budget de
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
5.000.000 de dollars pour 1949, le choix de Genève
comme Siège et l'adoption d'un projet d'accord
avec les Nations Unies, l'UNESCO, l'OAA, l'OIT
et d'arrangements avec l'OACI sont également
des points qui intéressent la présente étude. Un
Règlement financier provisoire et un Statut provisoire du Personnel ont été approuvés par la Première Assemblée Mondiale de la Santé.
La Deuxième Assemblée Mondiale de la
Santé a voté, pour 195o, les crédits nécessaires
113.
à l'exécution d'un programme d'une ampleur comparable à celui de 1949, en mettant l'accent sur le
renforcement des services techniques, sur le développement de la formation du personnel médical
et du personnel apparenté, ainsi que sur les six
questions prioritaires. Elle a adopté un budget
d'environ 7.500.000 dollars. Sous réserve de la
réception des fonds nécessaires, elle a approuvé un
programme supplémentaire d'assistance technique
aux pays insuffisamment développés. A ce sujet,
il a été proposé un budget spécial d'environ
10.000.000 de dollars. Le montant du fonds de
roulement a été fixé à 4.000.000 de dollars pour
195o. Une décision importante concernant la res-
ponsabilité du Conseil Exécutif, qui est chargé
d'examiner les prévisions budgétaires avant qu'elles
soient soumises à l'Assemblée de la Santé, a été
soulignée.
A l'époque où la Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé s'est réunie, de sensibles progrès
avaient été accomplis dans le développement des
organisations sanitaires régionales. La création de
Bureaux régionaux pour l'Asie du Sud -Est et pour
la Méditerranée orientale avait été approuvée; ces
114.
Bureaux étaient établis et les arrangements très
avancés en ce qui concernait l'intégration du Bureau
Sanitaire Panaméricain en tant que Bureau régional
pour les Amériques; un Bureau administratif pour
l'Europe avait également été établi.
Le Conseil Exécutif
115. Conformément aux termes de la Constitution,
le Conseil Exécutif a tenu, au moins, deux sessions
par an pour donner effet aux décisions de l'Assemblée de la Santé. Pour ne mentionner que certaines
de ses autres activités, le Conseil s'est attaché à
renforcer l'efficacité de l'organisation et de l'administration, et il a réglé des questions de structure
telles que la création de comités d'experts et
d'administrations régionales et l'institution de rela-
tions avec d'autres organisations; il a également
sanctionné de son autorité un certain nombre de
mesures d'urgence.
116.
En outre, le Conseil a formulé des recom-
mandations à la Deuxième Assemblée Mondiale de
la Santé sur bon nombre de questions impor-
23
Le comité a pris acte d'une déclaration verbale qui lui a été présentée par le Directeur général
119.
(voir annexe 4) et il a examiné le rapport de ce
dernier sur les principes et les procédures qui
régissent les fonctions des bureaux régionaux
(annexe 5). L'application aux bureaux régionaux,
sur une base élargie, du principe de la décentralisation, selon les modalités décrites par le Directeur
général, a été acceptée par le comité comme
essentielle à la réalisation des fins de l'Orga-
nisation. D'une façon générale, le comité a donc
approuvé la description que contient l'annexe 4
du processus de décentralisation appliqué aux
bureaux régionaux, mais il a souligné que certaines responsabilités fondamentales doivent continuer à incomber au Siège. Le Directeur général
a fait valoir qu'aucune des autres institutions
spécialisées n'était aussi décentralisée que l'Organisation Mondiale de la Santé.
120.
Le comité a présenté les observations que lui
a suggérées l'examen de l'annexe 4 et qui sont
reproduites ci- après:
I)
Le comité a souligné l'importance qu'il y
avait à développer l'esprit de décision indépendante et le sens de la responsabilité locale pour
l'élaboration et l'exécution des programmes de
l'Organisation.
Le comité a constaté que, dans la phase de
transition au cours de laquelle l'Organisation
2)
Sanitaire Panaméricaine s'intègre à l'OMS, pour
en constituer le Bureau régional pour les Amériques, les relations entre les Etats Membres, le
Bureau régional en voie de création et l'Organisation centrale soulevaient certaines difficultés.
Il a été reconnu que, en de nombreux cas, la
liaison sur le plan international n'était pas aussi
satisfaisante qu'on pourrait le souhaiter, parce
que certains gouvernements n'avaient pas encore
modifié leur procédure intérieure pour l'adapter
aux exigences de l'action internationale.
En troisième lieu, le comité a constaté que
l'absence actuelle d'organisation régionale pour
3)
certaines zones du monde conditionnait la
structure organique existante. Une nouvelle
extension de la régionalisation aboutirait à des
modifications diverses de structure et d'administration, modifications qu'il n'est pas possible
d'entreprendre actuellement.
En donnant son approbation au principe
fondamental de la décentralisation, le comité a
121.
reconnu que certaines fonctions étaient de nature
telle qu'elles devaient être exercées par le Siège
de l'Organisation. Dans sa déclaration verbale
port qui lui a été présenté par le Directeur général
(annexe 4), le Directeur général a défini les fonctions principales, qui seront finalement celles du
bureau central, comme consistant à coordonner le
travail des bureaux régionaux, à réunir, collationner
et diffuser des informations, à assurer la liaison
centrale avec les Nations Unies, les institutions
spécialisées et les institutions bénévoles, à donner
des avis techniques qui dépassent les moyens des
bureaux régionaux, à fournir des services de per-
(annexe 3).
118. Il a accepté les principes, exposés dans
maintenir un contrôle financier.
tantes et, en soumettant le programme de 195o et
en examinant les prévisions budgétaires, il a joué
un rôle de premier plan dans l'évolution de l'Organisation vers sa forme présente.
Principes fondamentaux appliqués par le
Directeur Général
117.
Le comité a examiné, à cet égard, le rap-
l'annexe 3, qui lui ont paru judicieux. Il y a
ajouté une disposition supplémentaire, à savoir
que l'existence de l'Organisation dans son ensemble
et celle de chacune de ces parties répondent à des
fins précises.
sonnel, à procurer des approvisionnements et à
122. Le comité a indiqué, en outre, que ces activités centrales devaient être essentiellement de:
1) Coordonner et surveiller les services de formation technique;
24
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
2) Coordonner les renseignements épidémiologiques et en faire la synthèse;
3) Standardiser les produits biologiques et pharmaceutiques, les épreuves de laboratoires, etc.;
4) Coordonner les services de statistiques sani-
taires et assurer la synthèse de leurs activités;
5) Etablir, sur la base d'échanges, des arrangements relatifs aux renseignements sanitaires;
6) Coordonner les services consultatifs centraux
destinés aux gouvernements et assurer la synthèse de leurs activités;
7) Etablir les règlements internationaux relatifs
à l'amélioration de la santé;
8) S'occuper de questions techniques qui, à tel
ou tel moment, peuvent présenter une importance particulière.
123.
Etant donné la situation de transition qui
est celle de l'Organisation, par suite de la régionalisation partielle actuelle, le comité a été d'avis qu'il
n'y a pas lieu de définir, à présent, de façon rigide,
la répartition des fonctions entre le Siège central
et les bureaux régionaux. Il a également indiqué
que, au stade présent de développement, les méthodes appliquées pour fournir des services techniques et consultatifs avaient, en une large mesure,
un caractère expérimental, aussi bien au Siège
que dans les bureaux régionaux. Il est donc difficile de prévoir le type auquel devra correspondre,
en fin de compte, le personnel technique et la
répartition de ce personnel. Il a souligné, cependant, que le personnel technique central devrait
être de plus haute valeur technique et posséder les
aptitudes individuelles requises pour l'action internationale.
En sus des principes généraux mentionnés
ci- dessus, qui concernent l'organisation et l'administration, le comité a également examiné certaines
sections pertinentes de l'annexe 5. Les observations
qu'il a présentées sur ce document sont exposées
124.
ci-après:
1) Le bureau régional a essentiellement pour
objet d'organiser, de coordonner administrative-
ment, de contrôler et de fournir les services
consultatifs destinés aux gouvernements. Il doit
être conçu selon un plan simple et souple, de
manière à répondre aux besoins de la région
à laquelle il étend ses services.
2) Le comité a noté et approuvé le principe
suivi actuellement, selon lequel le personnel
régional doit être régi par le Statut et le Règlement applicables à l'ensemble du personnel, et
doit être choisi d'après les mêmes critères que
ceux qui s'appliquent à l'ensemble de l'Organisation.
Il a approuvé les principes relatifs aux fonctions des directeurs régionaux, en ce qui con3)
cerne les services de consultations et de démonstrations à fournir aux gouvernements, principes
qui sont exposés dans la section 4 de l'annexe 5.
Il a pris acte de la responsabilité incombant
aux directeurs régionaux de collaborer avec les
bureaux régionaux d'autres organisations internationales, mais il a retenu que le manque d'uniformité dans les arrangements régionaux prévus
par les diverses institutions soulevait un certain
4)
nombre de difficultés.
Aperçu des fonctions et programmes actuels
125.
Les programmes approuvés par l'Assemblée
peuvent se classer en deux grandes catégories;
1) Services consultatifs et 2) Services techniques
centraux. Les programmes sont élaborés avec
l'assistance des comités régionaux et selon les
avis des comités d'experts; ils sont mis en oeuvre
comme il est sommairement indiqué ci- dessous:
126. Les Services consultatifs comprennent essentiellement les programmes d'assistance sur le terrain fournie, comme suit, aux gouvernements, sur
leur demande, par l'intermédiaire des bureaux
régionaux décentralisés :
1) Une aide est fournie aux gouvernements pour
enrayer et extirper les maladies transmissibles; elle revêt la forme de projets de démonstrations et de services consultatifs en matière de
paludisme, de tuberculose, de maladies vénériennes et d'autres maladies transmissibles, telles
que le typhus, le choléra, la peste, etc.
2) Une aide est fournie aux gouvernements pour
leur permettre d'organiser leurs services de santé
publique; elle s'exerce par le moyen de services
d'experts -conseils et de projets de démonstrations dans les domaines suivants: administration
de la santé publique, soins infirmiers, éducation
sanitaire du public et assainissement. Des zones
de démonstrations sanitaires sont envisagées en
vue de démontrer comment peut s'effectuer
l'intégration de tous -les services consultatifs
applicables à une zone donnée d'opérations.
3) Une aide est fournie aux gouvernements pour
leur permettre de développer leurs services sanitaires; cette aide s'exerce par le moyen de projets
de démonstrations et de services consultatifs
concernant l'hygiène de la maternité et de l'enfance, l'alimentation et la nutrition, et la santé
mentale.
4) Une aide est fournie aux gouvernements dans
le domaine de l'éducation et de la formation
du personnel médical et du personnel apparenté ;
cette aide s'exerce par les moyens suivants:
bourses, assistance aux établissements d'enseignement, cours s'adressant à des groupes, réunions d'étude et de discussion, et fourniture de
documentation médicale et de matériel d'enseignement.
5) Des projets sanitaires spéciaux sont envisagés
dans le programme d'assistance technique aux
pays insuffisamment développés. Ces projets
viseront à favoriser le développement économique par l'amélioration et la protection de la
santé.
6) Des programmes communs sont envisagés
avec d'autres institutions internationales, notamment avec l'OAA. Ils concerneront des projets
visant directement à l'accroissement de la
production alimentaire. L'OMS doit fournir le
personnel technique que requiert l'exécution des
projets sanitaires du FISE et surveille la mise en
oeuvre de ces projets. Des projets spéciaux en
cours d'exécution ont pour but d'aider d'autres
institutions à fournir des services sanitaires aux
réfugiés.
127.
Les Services techniques centraux comprennent
un ensemble varié d'activités, parmi lesquelles on
peut citer les suivantes: établissement d'une
pharmacopée internationale; standardisation de
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
5
produits biologiques et contrôle international des
drogues engendrant la toxicomanie; coordination
des recherches; service d'informations épidémio-
de nouveaux règlements sanitaires; études en
matière de statistiques sanitaires et établissement
d'une nomenclature internationale des maladies
logiques par radio, câblogrammes et bulletins;
et causes de décès; publication d'une série de
études épidémiologiques; administration desconven-
travaux scientifiques et de périodiques techniques
appartenant à une quinzaine de genres différents.
tions sanitaires internationales et établissement
2. STRUCTURE ORGANIQUE DE L'OMS
L'article 2 de la Constitution expose les
fonctions de l'Organisation.
128.
L'article 9 de la Constitution dispose que le
fonctionnement de l'Organisation est assuré par:
129.
a) L'Assemblée Mondiale de la Santé
b) Le Conseil Exécutif
c) Le Secrétariat
L'Assemblée de la Santé
13o.
Les fonctions de l'Assemblée de la Santé
sont exposées dans l'article 18 de la Constitution,
qui dispose notamment que l'Assemblée de la
Santé est chargée:
d'arrêter la politique de l'Organisation;
d'étudier et d'approuver les rapports et les activités du Conseil Exécutif et du Directeur général
et donner au Conseil des instructions en des
matières où certaines mesures, certaines études
et recherches, ainsi que la présentation de
rapports pourraient être considérées comme
désirables ;
soumet à l'Assemblée. de la Santé, pour examen et approbation, un programme général de
travail s'étendant sur une période déterminée.
Le Secrétariat
132.
I) L'article 3o de la Constitution dispose que le
Secrétariat comprend le Directeur général et le
personnel technique et administratif nécessaire
à l'Organisation.
2) L'article 31 de la Constitution dispose que le
Directeur général, placé sous l'autorité du
Conseil Exécutif, est le plus haut fonctionnaire
technique et administratif de l'Organisation.
3) L'article 34 de la Constitution dispose que
le Directeur général doit préparer et soumettre
chaque année au Conseil Exécutif les rapports
et les prévisions budgétaires
l'Organisation.
financiers
de
Le Directeur général a établi et soumis au
comité des graphiques de structure et des exposés
sur les fonctions organiques 1 qui indiquent en
de contrôler la politique financière de l'Organi- détail la composition de l'Organisation. . Ces
sation, examiner et approuver son budget.
documents ont constitué une base utile pour les
133.
discussions.
Le Conseil Exécutif
131. Lès fonctions du Conseil Exécutif sont
exposées à l'article 28 de la Constitution, qui dispose
notamment que le Conseil:
applique les décisions et
les
directives de
l'Assemblée de la Santé;
agit comme organisme exécutif de l'Assemblée
de la Santé;
En outre, le comité a longuement discuté
avec le Directeur général et les Sous -Directeurs
généraux et a rendu visite aux départements et à
certaines sections particulières.
134.
135. On trouvera ci -après un résumé des observations du comité.
La structure organique recommandée par le
comité est indiquée dans le tableau reproduit
ci- après.
1 Les graphiques de structure et les exposés sur les fonctions organiques, tels qu'ils ont été revisés selon les recom-
mandations du comité, sont reproduits dans l'annexe 13.
26
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ
ASSEMBLÉE DE LA SANTÉ
CONSEIL EXÉCUTIF
I
DIRECTEUR GÉNÉRAL
DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT
Division de Coordination des Plans et de Liaison
Départements
Sections
Divisions
Information
-Epidémiologie
-Conventions sanitaires et Quarantaine
-Technologique
-Etudes épidémiologiques
-Informations épidémiologiques
-Station épidémiologique de Singapour
-Statistiques sanitaires
-Etudes statistiques
-Statistiques de Morbidité
-Nomenclature internationale des
-Services techniques
centraux
Maladies, etc.
-Substances thérapeutiques
-
-Standardisation biologique
-Pharmaceutique
-Drogues engendrant la Toxicomanie
-Coordination des Recherches
-Bureau de Recherches sur la Tuberculose, Copenhague
-Services d'Edition et de
Documentation
-Gestion administrative
et Personnel
Services administratifs et
financiers
-Edition
-Traduction
-Publications
-Bibliothèque et Documentation
-I-Gestion administrative
-Personnel
Service juridique
Conférences et Services généraux
Service de la Vérification intérieure
des Comptes
-Budget et Finances
-Services des Maladies
transmissibles
1-Finances et Comptabilité
-Budget
-Paludisme
-Tuberculose
- Maladies vénériennes
-Autres Maladies transmissibles
-Hygiène de la Maternité et
de
l'Enfance
Services consultatifs
-Organisation des Services
de Santé publique
-Hygiène mentale
- -Nutrition
--Soins infirmiers
-Administration de la Santé publique
-Education sanitaire du Public
-Assainissement
-Enseignement professionnel
et technique
Bureaux régionaux
-Formation technique et Bourses
d'études
-Echange d'Informations scientifiques
-Fournitures médicales et Matériel
d'enseignement
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
Observations sur la structure organique
Le Conseil Exécutif
143. Le statut et les fonctions du Conseil Exécutif,
L'Assemblée
136.
L'Assemblée de la Santé est l'organe légis-
latif qui régit l'Organisation; elle constitue le
moyen par lequel tous les Etats Membres arrêtent
le programme et fixent les principes directeurs de
l'Organisation et ses assises financières.
137. L'Assemblée de la Santé n'est pas seulement
la source de l'autorité, elle exerce en outre certaines
influences qui, pour être moins immédiatement
visibles, ne doivent pas être négligées. Les Assem-
blées de la Santé ont permis de se faire une idée
exacte des problèmes sanitaires internationaux,
de connaître les points de vue régionaux et nationaux et d'établir des contacts personnels fort
utiles. Les Assemblées ont contribué à faire naître
une conception internationale des questions de
santé et de médecine. Elles ont donné aux déléga-
tions et au Secrétariat l'occasion de se mieux
comprendre.
Le comité a admis qu'il y a probablement lieu
d'étudier, dans un examen complet de la structure
organique et de l'efficacité administrative, le statut,
la procédure et les fonctions de l'Assemblée de la
Santé, tels qu'ils sont définis par la Constitution.
Cependant, le comité a estimé que le temps dont
138.
il
disposait ne lui permettait pas de procéder
tels que les définit la Constitution, font de cet
organe un rouage important, qu'il entrait dans le
mandat du comité d'examiner.
144. Lorsqu'il applique les décisions et direc-
tives de l'Assemblée de la Santé, établit l'ordre
du jour de l'Assemblée et le programme général
de travail pour une période donnée et agit en
tant qu'organe exécutif de l'Assemblée de la
Santé, le Conseil exerce une influence appréciable sur la structure organique et l'agencement
administratif de l'Organisation. Cependant, on n'a
pas cherché à mesurer l'influence du Conseil. Le
comité tient cependant à signaler qu'il serait
souhaitable d'examiner ultérieurement le statut du
Conseil. Un tel examen devrait porter notamment
sur les points suivants: statut constitutionnel,
composition, fonctions, règlement intérieur et
séances du Conseil, ses relations avec l'Assemblée,
les comités et le Secrétariat.
145. Le comité croit savoir que l'Assemblée de
la Santé est saisie d'une proposition formulée par
certains Etats Membres désireux de voir modifier
la nature fondamentale du Conseil, et qui ferait de
ses membres des représentants de gouvernements
plutôt que des experts de la santé publique servant
à titre personnel.
actuellement à cette étude.
Comités d'experts
En outre, il est reconnu que l'Assemblée de
la Santé n'a pas encore atteint sa pleine efficacité.
En dehors de difficultés de procédure, il se pose des
problèmes nombreux concernant les langues, la
diversité des points de vue nationaux et les différences de conception au sujet des méthodes que
doivent appliquer les conférences et les comités
internationaux.
Constitution, l'Assemblée de la Santé et le Conseil
139.
140.
Conformément à la Constitution, l'Assemblée
de la Santé se réunit une fois par an. La Première
Assemblée de la Santé s'est tenue au Siège, la
Deuxième à Rome et la Troisième aura également
lieu à Genève. La durée des sessions est d'environ
trois semaines. La réunion de sessions annuelles
constitue une lourde tâche et soulève de graves
problèmes concernant les dépenses encourues, les
pertes de temps et la perturbation des travaux du
Secrétariat, et l'incidence de longues sessions sur
le fonctionnement des administrations sanitaires
nationales. Il y a actuellement 68 pays représentés,
et les membres des délégations s'élèvent approxi-
146.
Conformément aux articles 18 et 38 de la
Exécutif ont, chaque fois qu'ils l'ont jugé utile,
prescrit que l'Organisation avait besoin de tel ou
tel comité d'experts ou comité auxiliaire. De
concert avec l'OIHP, l'Organisation a également
réuni des groupes d'étude, qui ont joué un rôle
analogue. Les avis et conseils techniques que ces
comités ont fournis à l'Organisation lui ont été
précieux.
147. Le Comité permanent des Questions administratives et financières a constaté que le nombre
de ces comités se développait rapidement.
Cependant, leur importance et leur nombre, le
temps qu'ils exigent de leurs membres, les services
que doit leur rendre le Secrétariat, les frais qu'ils
entraînent, et l'influence directe qu'ils exercent
sur la structure et le programme de l'OMS doivent
être considérés comme des facteurs non négligeables dans l'organisation et l'administration de
l'OMS.
mativement à 50o personnes. La session de l'Assem-
Organisation du Bureau du Siège
blée de la Santé requiert les services de 30o personnes environ.
148.
Siège,
Lorsque l'Assemblée de la Santé se réunit
hors du Siège, il faut prévoir des crédits élevés
pour couvrir les dépenses supplémentaires encourues, si le gouvernement -hôte n'en prend pas à sa
charge une fraction importante.
sanitaire international et n'ont pas encore été
mises à l'épreuve; elle comporte une structure
141.
142.
Le comité a convenu qu'il ne pouvait pas,
dans les circonstances actuelles, formuler
de
recommandations sur la structure organique de
l'Assemblée, l'avis général étant que le comité
devrait simplement attirer l'attention sur quelques -
uns des problèmes qui ont surgi. A cet égard, le
Conseil Exécutif a été saisi d'une recommandation
présentée par certains Etats qui seraient partisans
En examinant la structure du Bureau du
le comité a constaté qu'en raison de sa
création récente, l'Organisation en était encore au
stade expérimental; elle s'acquitte de nombreuses
fonctions et applique de nombreuses techniques
qui sont elles -mêmes nouvelles dans le domaine
partiellement décentralisée sur une base régionale;
elle doit enfin se préparer à exécuter un programme
d'assistance technique, conformément aux propo-
sitions des Nations Unies, programme dont elle
ignore pour une large part et la nature et l'ampleur.
Bureau du Directeur général
149. Le comité n'a aucune observation à présenter
de sessions tenues tous les deux ans et non tous
sur l'organisation actuelle de ce bureau, mais il
tient à souligner l'intérêt qu'il y aurait à pourvoir
les ans.
le poste de Directeur général adjoint.
CONSEIL EXkUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
28
Division de Coordination des Plans et de Liaison
15o. Le comité s'est demandé s'il ne serait pas
souhaitable qu'il recommandât de transférer à
d'autres divisions une partie, voire la totalité, des
fonctions de la Division de Coordination des Plans
et de Liaison, qui fait directement rapport au
Directeur général. Certains membres du comité
ont manifesté quelque inquiétude en constatant
que le personnel consacrait beaucoup de temps à
assurer la liaison avec les diverses institutions
internationales. Tout en n'estimant pas que l'OMS
ait fait appel, pour exercer ce genre d'activité, à
un effectif proportionnellement plus important que
ce n'est le cas dans d'autres institutions spécialisées, ils ont estimé qu'il fallait ne rien négliger
pour réduire au minimum le travail de liaison non
indispensable ou de pure forme. Le comité estime
en particulier que le travail de cette division ne
devrait pas décharger les fonctionnaires s'occupant
du programme du soin d'assurer la coordination et
la liaison, tant dans le cadre de l'Organisation elle même qu'avec d'autres institutions internationales.
Le Directeur général a présenté au comité
un document (annexe 7) qui expose en détail les
objectifs, les responsabilités et les fonctions de
151.
cette division.
Le comité est parvenu à la conclusion
que certaines fonctions confiées à cette division
n'étaient peut -être pas du ressort de celle -ci,
mais n'a recommandé d'apporter, au stade actuel,
aucun changement dans les fonctions, le statut ou
la structure de la division.
152.
Division de l'Information
153.
Le comité a examiné le travail de cette
division, mais n'a recommandé d'apporter aucun
changement soit dans les fonctions qu'elle exerce,
soit dans son organisation.
Subdivision du Bureau du Siège en départements
154.
l'avis qu'en raison des perspectives financières
générales, telles qu'elles lui apparaissaient, il y
avait lieu de ne prévoir pour le moment qu'un
département technique.
155. Prenant acte des décisions des Première et
Deuxième Assemblées de la Santé, de la politique
de décentralisation actuellement poursuivie et
constatant que, si la structure actuelle répond aux
exigences du programme prévu pour 195o, elle est
destinée à faire face aux responsabilités qui découleront éventuellement du programme d'assistance
technique, le comité a convenu que le Bureau du
Siège devait comprendre trois départements, entre
lesquels les activités devraient se répartir comme
suit :
caractère consultatif fournis
directement aux gouvernements.
Services de
2) Services de caractère technique intéressant
le monde entier.
3) Services administratifs et financiers.
156.
2) Département des Services techniques centraux.
3) Département des Services administratifs et
financiers.
Département des Services consultatifs
Le comité a consacré beaucoup de temps à
discuter les fonctions et l'organisation du Département des Services consultatifs. Entre autres
opinions exprimées par les membres du comité,
les suivantes sont considérées comme dignes d'une
attention toute particulière :
i) Etant donné la similitude des objectifs visés
par la Division de l'Epidémiologie (Départe158.
ment des Services techniques), et la Division des
Maladies transmissibles (Département des Ser-
vices consultatifs), et les relations étroites qui
existent entre ces deux divisions, la première
pourrait être transférée du Département des
Services techniques au Département des Services
consultatifs et fusionnée avec la seconde.
2) La Section du Paludisme pourrait être
fusionnée avec la Section de l'Assainissement.
3) Les aspects curatifs de la médecine risquant
de ne pas recevoir l'attention qu'ils méritent,
il y aurait peut -être lieu de prévoir la création
d'un service qui serait chargé de la sécurité
sociale envisagée sous son aspect médical.
4) Il a été suggéré de créer une Division des
Services sociaux comprenant 6 sections:
Hygiène de la maternité et de l'enfance
Santé mentale
Alimentation et nutrition
Soins infirmiers
Tuberculose
Maladies vénériennes.
La question fondamentale de savoir si le
stade actuel de développement justifiait la division
en trois départements a fait l'objet d'une discussion
prolongée. Un des membres du comité a exprimé
1)
157. Le comité a recommandé de désigner comme
suit les trois départements:
1) Département des Services consultatifs (le
comité a estimé cette dénomination préférable à
celle de « Département des Services d'Opérations », utilisée auparavant).
Le comité a reconnu que toute démarcation
aurait nécessairement un caractère tant soit peu
arbitraire, en ce qu'elle ne pourrait tenir compte
de certaines affinités naturelles entre diverses
fonctions et méthodes techniques.
159.
Ces propositions et d'autres encore ont fait
l'objet de discussions prolongées. Le comité a
finalement décidé, en se fondant sur l'activité
présente du département, de recommander qu'il
soit pour l'instant constitué trois divisions au lieu
de quatre. La réduction devra s'opérer par la
fusion de la Division de l'Organisation des Services
de Santé publique et de la Division de l'Amélioration de la Santé en une nouvelle Division de
l'Organisation des Services de Santé publique. Le
comité a pris acte de l'observation présentée par
le Directeur général et suivant laquelle le Directeur
général doit nécessairement conserver le droit
d'enlever des sections à une division quelconque
lorsque le travail de contrôle prend des proportions
excessives dans cette division, ainsi que le droit
d'augmenter le nombre des divisions lorsque
l'activité de l'Organisation vient à le justifier.
16o. Le comité a proposé, et le Directeur général
a accepté, la fusion, dans la Division de l'Enseignement professionnel et technique, des deux sections
précédentes chargées respectivement des « Etablissements d'enseignement et des cours de formation
technique » et des «Bourses d'études ». Cette
recommandation a pour objet de faciliter la coordination totale du programme de bourses d'études
avec la formation technique à assurer par l'entremise des établissements nationaux d'enseignement.
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
9
Département des Services techniques centraux
à la Section de la Tuberculose relevant de la
161.
Le comité a examiné plusieurs propositions
tendant à diminuer le nombre des divisions de ce
département. Parmi ces propositions figurent les
Division des Maladies transmissibles. Le comité
recommande que le Directeur général reprenne
l'étude de ces questions, en tenant compte des
suivantes :
suggestions qui ont été présentées.
i) transférer la Division des Statistiques sanitaires au Département des Services consultatifs,
cette division s'occupant des données qui servent
à établir et à évaluer tous les programmes;
Département des Services administratifs et
financiers
2) combiner la Division des Statistiques sanitaires avec la Division de l'Epidémiologie et
pourrait pas être intégré à la Division de la Gestion
fusionner certaines sections qui dépendent actuellement de la Division de l'Epidémiologie ;
3) transférer la Division de l'Enseignement professionnel et technique au Département des
Services techniques;
4) subdiviser la Section de Technologie, qui
relève de la Division de l'Epidémiologie, et
rattacher l'une des parties à la Section des
164.
Le comité a examiné si le Bureau du Service
des
Conférences et des Services généraux ne
administrative et du Personnel. Il n'a abouti à
aucune conclusion sur ce point et a invité
le
Directeur général à continuer d'étudier la question
de cette incorporation éventuelle.
Bureaux régionaux
165. Le comité n'a pas été en mesure d'examiner
« la structure organique et le rendement adminis-
transférer la Section des Conventions sanitaires et de la Quarantaine et la Station d'Infor-
tratif » sur le plan régional, sinon d'une manière
théorique, qui est la seule possible au cours de
sessions tenues au Bureau du Siège. De surcroît,
même dans les territoires dotés de bureaux régionaux, le développement régional en est encore au
stade initial et revêt un caractère expérimental.
mations épidémiologiques de Singapour à la
166.
Conventions sanitaires et de la Quarantaine et
l'autre à la Section des Informations épidémiologiques ;
5)
Division des Maladies transmissibles qui relève
du Département des Services consultatifs;
6) transférer la Division des Maladies transmissibles du Département des Services consultatifs
au Département des Services techniques et la
fondre avec la Division de l'Epidémiologie;
7) rattacher la Section des Informations épidémiologiques à la
sanitaires.
Division des Statistiques
Le comité estime, toutefois, que le terme
« régionalisation » ne doit pas être pris comme
synonyme de « décentralisation ». La régionali-
sation requiert une administration minutieuse si
l'on veut éviter que les bureaux régionaux, en
négligeant de réaliser la décentralisation nécessaire
de leurs fonctions, ne représentent le type de
l'organisation onéreuse et inefficace.
167.
En ce qui concerne la structure régionale
actuelle,
le comité a discuté la question de la
mieux approprié pour la Section qui s'occupe de
la Coordination des Recherches, et a envisagé le
transfert éventuel de la responsabilité du Bureau
distribution géographique des activités de l'OMS
sur le terrain. Leur localisation dépend entièrement
des demandes présentées par les gouvernements
responsables. De nombreux gouvernements n'ont
pas recouru aux services de l'OMS ou ne l'ont fait
qu'avec réserve. Le comité tient à souligner que la
carte de la répartition des services de l'OMS ne
reflète pas nécessairement le degré d'intérêt qu'elle
prend au développement des services sanitaires
des Recherches sur la Tuberculose, de Copenhague,
locaux.
Le comité a décidé que les fusions et transferts proposés ci- dessus ne devraient pas être
effectués à l'heure actuelle et qu'il y aurait lieu de
maintenir pour le moment quatre divisions.
162.
163.
Le comité a examiné le choix d'un titre
3. EFFICACITÉ DU FONCTIONNEMENT
168.
Le comité a examiné un rapport
(voir
annexe 8) présenté par le Directeur général et
dans lequel il expose les voies et moyens permettant d'assurer l'efficacité du fonctionnement et indique dans quelle mesure ceux -ci sont déjà utilisés
dans la pratique. Le comité a pris acte avec satis-
faction des dispositions prises par le Directeur
général à cet égard. Il propose toutefois que toute
étude future de ce genre comprenne également
une description du contrôle administratif et financier et de la manière dont les programmes ont été
exécutés.
Temps consacré aux réunions
169.
A la section 8 de l'annexe 8, le Directeur
général indique le pourcentage estimatif du temps
que le personnel, y compris les employés de bureau
et les dactylographes, consacrent à la préparation
des documents destinés aux sessions de l'Assemblée
de la Santé, du Conseil Exécutif et des comités
d'experts.
170. Le comité est d'avis que les diverses sessions
tenues dans le cadre de l'Organisation ne devraient
pas normalement occuper une partie aussi consi-
dérable du temps du personnel. Il a, cependant,
pris acte de l'explication donnée par le Directeur général et suivant laquelle 1948 et 1949 ont
été des années de croissance: l'inexpérience de
l'Organisation a eu pour conséquence inévitable
qu'une fraction considérable du temps a été consacrée, individuellement et collectivement, tant à la
préparation des sessions qu'à la participation
effective à ces réunions.
171.
Le comité souligne l'intérêt qu'il y aurait à
réduire au minimum le temps consacré par le
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
30
personnel aux conférences et réunions de tout
La plus forte proportion des dépenses de
l'OMS a trait au personnel qu'elle emploie; ces
175.
genre, et il recommande au Directeur général de
ne jamais perdre de vue cette question.
dépenses sont encourues essentiellement pour les
traitements du personnel, les indemnités et autres
Dispositions relatives au personnel
frais inhérents aux activités du personnel - par
exemple les envois en mission, etc. Les données
Il est commode de traiter d'un certain nombre
de sujets connexes sous la rubrique générale «Dispositions relatives au personnel »; ces questions
peuvent se résumer comme suit :
Effectif du personnel employé
Règlement du Personnel
Notices descriptives des postes
Rendement du personnel
Formation professionnelle
Recrutement
172.
reproduites à l'annexe 9 montrent que plus de 56%
du total des prévisions budgétaires pour 1951 se
rapportent aux traitements et indemnités du personnel et aux honoraires des experts -conseils.
L'économie et l'emploi rationnel du temps du
personnel exercent dès lors une influence directe
et importante sur le coût du fonctionnement.
176. Les dépenses afférentes au personnel se répartissent comme suit :
Contrôle et vérification des demandes supplé-
Pourcentage du montant
total du budget
mentaires de personnel
Contrats d'engagement
Mouvement du personnel
Réunions
Utilisation du personnel
Barème des indemnités de subsistance
Barème différentiel des traitements
a) Bureau du Siège .
b) Bureaux régionaux
c) Envois en mission
.
.
.
.
1950
°/O
0/0
31,83
32,23
4,51
9,94
7,91
15,87
31,11
9,54
16,02
46,28
56,01
56,67
1951
°/U
177. De cette analyse, il ressort qu'il n'a encore
été procédé jusqu'ici à aucune décentralisation
importante du Bureau du Siège en faveur de
1951
1950
.
Total
Les détails relatifs à l'effectif du personnel
nécessaire pour l'exécution du programme de travail de l'Organisation sont exposés dans les Actes
officiels No 23 (tableau 1). L'effectif du personnel
peut être indiqué comme suit :
173.
1949
.
1949
comparés des traitements et indemnités du per-
l'activité régionale et que les dépenses inhérentes
au personnel du Bureau du Siège demeurent à un
niveau relativement stable. Il y a lieu de prévoir
que le pourcentage des dépenses afférent au personnel du Bureau du Siège fléchira constamment à
l'avenir, à mesure que s'accroîtra le personnel des
équipes envoyées en mission et des bureaux régionaux, conformément au principe de la décentra-
sonnel et leurs pourcentages par rapport au budget
total de l'année considérée. L'annexe Io indique la
178.
Total 554
799
894
Effectif actuel du personnel (janvier 195o) : 600
174.
A la demande du comité, le Secrétariat a
préparé un supplément d'informations relatives au
personnel. Ces informations sont reproduites dans
les annexes 9 et Io. L'annexe 9 donne les chiffres
lisation.
répartition du personnel par catégories hiérar-
Les données relatives au classement hiérarchique, exposées à l'annexe Io, peuvent se résumer
chiques.
comme suit :
Bureau
du Siège
Bureaux
régionaux
Personnel
en mission
Total
1949 1950 1951
1949 1950 1951
1949 1950 1951
1949 1950 1951
Catégorie
Personnel local
52
I
1
2 -IO
11 -19
Hors catégorie
Total
179.
.
238
116
282
151
293
158
4
5
5
25
18
3
358
438
456
99
Il est possible qu'en raison même de leur
nature, les travaux de l'OMS nécessitent une forte
proportion de fonctionnaires supérieurs, particulièrement dans le domaine des services techniques
et des services consultatifs médicaux. La propor-
- 98
39
42
133
35
49
50
87
1
15
47
4
41
57
6
183
237
97
16
113
178
- -
1.47
183
21
278
130
181
337
306
355
345
7
9
11
554 799
894
201
i80. Le comité a noté que, à l'heure actuelle,
l'effectif du personnel du Département des Services
administratifs et financiers est considéré par le
Directeur général comme constituas t un minimum.
En effet, ce personnel doit s'attaquer à des pro-
tion d'environ un poste dans les catégories rI et
blèmes comparables à ceux d'une organisation plu-
supérieures à i1, au Bureau du Siège, à deux postes
dans les catégories io et inférieures à Io, est égale-
sieurs fois plus importante que ne l'est l'OMS.
ment celle qui existe dans certaines parties du
Département des Services administratifs et financiers, à savoir la Division de la Gestion administrative et du Personnel. Dans la Division du Budget
et des Finances, ce rapport est inférieur; soit un
peu moins de I à 3. D'autre part, il y a lieu de
noter que, si l'on considérait l'ensemble des fonctions du Département des Services administratifs
et financiers, les rapports indiqués ci- dessus se
présenteraient sous un jour plus favorable encore.
Quelques fonctionnaires de catégorie relativement
peu élevée devraient suffire pour la mise à exécution
du programme élargi d'assistance technique.
181. Le Directeur général devrait examiner soigneusement la répartition actuelle du personnel,
aux différents échelons, dans toute l'Organisation,
de manière à assurer:
r) que, par rapport au travail exécuté dans
chaque partie de l'Organisation, la proportion du
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
31
personnel supérieur au personnel subordonné soit
raisonnable, et
186.
2) que le personnel supérieur ou spécialement
qualifié ne soit pas employé à des travaux inférieurs à ses capacités et qui devraient être, à
voir du comité, invite le Directeur général à la
juste titre, exécutés par du personnel subalterne.
182.
Il n'est pas possible, étant donné le peu de
temps disponible, de juger si l'effectif du personnel
employé correspond bien à la quantité actuelle de
travail ou à celle que l'on prévoit. Un calcul de cet
ordre ne pourrait s'opérer qu'en évaluant le travail
à effectuer, ce qu'il n'appartient pas au comité de
tenter et ce que celui -ci ne pourrait d'ailleurs mener
à bonne fin dans le temps limité dont il dispose.
Les données relatives à la quantité de travail,
indiquées dans les Actes ogiciels No 23, pour certaines parties du Département dés Services admi-
nistratifs et financiers, ne sont pas d'un grand
secours à cet égard. La tentative de mesurer le
trávail en est au stade expérimental et, de fait, les
chiffres indiqués sont trop fragmentaires pour qu'il
soit possible d'en tirer des conclusions positives.
183. La méthode qui consiste, pour le Département des Services administratifs et financiers, à
Le comité a recommandé que le
Conseil
Exécutif, au cas où il se rallierait à la manière de
faire connaître au Secrétaire général et à modifier
le régime des congés dans les foyers, si le Secrétaire
général en prend l'initiative au Secrétariat des
Nations Unies. Sinon, il y aurait lieu de surseoir
à toute action en attendant la décision de l'Assemblée des Nations Unies.
[Le Conseil Exécutif n'a pas été d'avis de prendre
des mesures à l'heure actuelle, et il a décidé que le
Directeur général devrait procéder à des modifi-
cations conformes à celles qui pourraient être
introduites par le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.]
Notices descriptives des postes
187. Le comité n'a pas examiné d'une manière
approfondie la classification des différents postes de
l'Organisation, d'après les caractères distinctifs du
travail, d'une part, et les connaissances, aptitudes et autres qualifications requises, d'autre
part. La classification a pour objet de donner
tenir des relevés relatifs à la quantité de travail suite à l'article 16 du Statut du Personnel, qui
fournie devrait être poursuivie et perfectionnée. dispose que « les traitements du personnel seront
L'objet visé ne devrait pas être seulement d'enre-
gistrer la quantité de travail effectuée mais, en
corrélation avec l'évaluation de normes raisonnables de rendement, d'aider les chefs de services
à maintenir ce rendement à un niveau élevé et à
fournir les moyens d'évaluer l'effectif exact de
personnel nécessaire pour l'exécution du travail. Le
comité croit savoir que le Directeur général a mis
à l'étude l'établissement de normes de travail appro-
fixés compte tenu de ses fonctions et de ses responsabilités ».
La classification a eu pour effet déjà de créer
59 postes distincts qui sont décrits et groupés sous
17 catégories (les catégories Io et 8 de l'échelle
hiérarchique de 1g catégories ont été supprimées et
le poste de Directeur médical, dont le traitement
est de 12.000 dollars par an, se range sous la caté188.
priées.
gorie
Règlement du Personnel et
Statut du Personnel
184. Aux termes de l'article 3o du Statut du
189.
Personnel, le Directeur général doit faire annuelle-
ment rapport à l'Assemblée de la Santé sur les
règles concernant le personnel et leurs amendements qu'il pourra édicter, afin de donner effet au
Statut du Personnel, après confirmation par le
Conseil Exécutif.
185. Les articles et les modifications qui doivent
être confirmés par le Conseil Exécutif ne semblent
pas appeler d'autres observations que celles qui
sont reproduites ci- après :
Congés dans les foyers (Article 941.1). Aux termes
de cet article, et conformément à la pratique
actuellement suivie par l'Organisation des Nations Unies, tout membre du personnel a droit,
tous les deux ans, à un congé de deux semaines
dans ses foyers, augmenté des délais de route
effectifs. Le Comité permanent a recommandé
que le Conseil Exécutif se rallie aux conclusions
du Comité d'experts des Nations Unies en matière
de traitements et salaires, indemnités et congés,
à l'effet que les congés dans les foyers devraient
être établis sur la base de trois au lieu de deux
années comme c'est actuellement le cas (paragraphe 123 du document NU A/C.5133r, du
31 octobre 1949) non seulement pour des raisons
d'économie - lesquelles ne sont pas considérées
comme pertinentes par le Directeur général, en
raison de l'effet qu'aurait sur le moral du personnel le changement proposé - mais encore
en raison des inconvénients qui résultent, pour
le rendement, d'interruptions prolongées dans la
conduite des affaires de l'Organisation.
20).
Certains des postes ayant fait l'objet de
classification sont subdivisés à différents niveaux,
par exemple : infirmières de la santé publique I, II,
III et IV, indiquant les degrés respectifs de responsabilité. Compte tenu de ces subdivisions, un total
de 131 postes sont décrits séparément dans le
document traitant de la classification.
190. Quel qu'il puisse être, le mérite de cette
analyse est masqué par la rigueur qui s'attache aux
dénominations spécialisées dont sont étiquetés un
si grand nombre de postes, ce qui confère une
nuance de spécialisation à des postes dont le contenu administratif ou les connaissances spécialisées
comportent une analogie fondamentale. Une classification dont le détail est poussé à l'extrême peut
avoir pour effet de restreindre cette interchangea-
bilité et ces possibilités de mutation entre des
postes, qui sont souhaitables pour développer chez
tous les fonctionnaires la connaissance de l'Orga-
nisation et de ses activités et pour leur ménager
de plus grandes chances d'avancement. En outre,
un système complexe de classification a pour effet
d'augmenter le travail administratif.
191. Le comité a noté que le Directeur général a
estimé que la classification- actuelle donnait des
résultats raisonnables quant à l'efficacité et au
rendement, mais qu'elle pourra être améliorée au fur
et à mesure que l'Organisation se développera et
acquerra l'expérience du système. Il a toujours été
envisagé que ce système serait revisé de temps à
autre, toutes les fois que se présenteraient des
occasions de l'améliorer.
192.
Le Comité d'experts en matière de traite-
ments et salaires, indemnités et congés de l'Orga-
32
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
nisation des Nations Unies 2 a estimé que la structure du personnel des Nations Unies était caractérisée notamment par: 1) une conception extrême-
ment étroite des postes en tant que tels; 2) une
multiplicité de catégories et de classes. Ces observations semblent s'appliquer à l'OMS.
193. Le Comité permanent estime que la classifi-
cation et le système hiérarchique de l'OMS sont
complexes et trop poussés et que, s'il est nécessaire
de classer les postes d'après les fonctions et les
responsabilités qu'ils comportent, le Directeur général devrait néanmoins s'efforcer de simplifier le
système actuel.
194. Il devrait être sursis à l'examen des barèmes
de traitements et indemnités, qui cadrent avec ceux
des Nations Unies, jusqu'à ce que les Nations
Unies aient examiné le rapport du comité d'experts.
Rendement du personnel
195. Pour autant qu'il s'agit de l'activité de l'OMS
dans son ensemble, il est évidemment désirable que
le Directeur général ait immédiatement sous ses
ordres un fonctionnaire ayant l'expérience générale
de l'administration de la santé publique dans un
vaste domaine. Le comité a été heureux d'apprendre
que le Directeur général a l'intention de pourvoir,
à bref délai, le poste de Directeur général adjoint.
196.
L'efficacité du fonctionnement dépend, en
une large mesure, de l'emploi rationnel du personnel.
Le Directeur général a donné, à cet égard, des pré-
cisions qui sont reproduites à l'annexe 8, qui traite
principalement de cet aspect du rendement.
Le comité a examiné d'autres aspects de
l'efficacité du fonctionnement, en particulier la
197.
nécessité d'apprécier, à intervalles réguliers, l'avan-
cement des programmes. Le Directeur général a
reconnu qu'il était désirable d'améliorer cette vérification de l'efficacité du programme; il est dans ses
intentions d'assurer l'exercice d'un contrôle approprié.
Pour que le contrôle de l'exécution du programme soit vraiment efficace, réaliste et d'une
198.
application économique, les Sous -Directeurs généraux devraient être respectivement chargés de sur-
veiller et de contrôler le progrès des parties du
programme qui les concernent, ainsi que le travail
du personnel qu'ils ont sous leurs ordres. Ils devraient tenir le Directeur général au courant des
développements intervenus, et, notamment, des
écarts qu'ils auraient constatés par rapport aux
plans ou aux arrangements convenus.
199. Cette responsabilité personnelle des Sous Directeurs généraux ne saurait être remplacée
effectivement par la réunion, dans un service central, de renseignements abstraits relatifs aux progrès, réalisés dans l'exécution des programmes, car
ce service central ne serait pas associé à la surveillance journalière des activités
poursuivies.
Toutefois, au présent stade de développement
de l'Organisation, il se peut que le Directeur
général ait besoin personnellement d'un nombre
limité de fonctionnaires pour l'aider à s'acquitter
des responsabilités qui lui incombent.
Voies et moyens permettant d'assurer
l'efficacité du fontionnement
Les paragraphes suivants concernent l'annexe 8. Les sections 1, 6 et 7 ne semblent pas
200.
2 Document des. Nations Unies, A/C.5/331, page 15
,
appeler de commentaires. Les autres points sont
traités dans l'ordre des rubriques qui figurent dans
l'annexe 8.
Mesures prises pour assurer une connaissance
.
sinisante des différents aspects du travail (Section 2)
201. Des difficultés évidentes empêchent le Direc-
teur général d'assurer une formation effective des
nouveaux titulaires de postes supérieurs ou relativement élevés. Les plans discutés dans la section de
l'annexe 8 concernant la formation professionnelle
devraient être mis en ceuvre le plus tôt possible.
202. Outre le Manuel
règles administratives
d'instructions
et de
- qui, croit -on savoir,
sera mis à jour - et les circulaires du Directeur
général, il serait indiqué de publier, sous une
forme condensée, une description générale des
attributions des différentes divisions et sections,
accompagnée des noms des fonctionnaires intéressés. Cette publication contribuerait à propager
la connaissance des activités de l'Organisation dans
le cadre de celle -ci; elle pourrait être utilisée égale-
ment pour exposer les rapports existant entre
l'OMS et d'autres organisations internationales et
pour donner un bref historique du développement
de l'OMS.
Méthodes suivies pour le choix et le placement des
membres du personnel (Section 3)
Les dispositions relatives au recrutement,
décrites dans cette partie du rapport du Directeur
général, sont satisfaisantes, à l'exception de cer-
203.
taines d'entre elles qui sont examinées ci- après, ainsi
que sous la rubrique « Contrôle et vérification des
demandes de personnel s. Le comité estime que, au
fur et à mesure que les bureaux régionaux se développeront, il y aurait lieu de les faire participer plus
activement au recrutement du personnel, en laissant
au Directeur général le soin de faire son choix en dernier ressort. Cette méthode contribuerait à réaliser la
large répartition géographique qui est l'objet qu'on
se propose.
204. Fonctionnaires détachés. Il y a des avantages
évidents à utiliser les services de fonctionnaires
détachés des services réguliers de santé publique
et d'autres services gouvernementaux ou apparentés. Le personnel recruté de cette manière joui-
rait de la stabilité qui s'attache à la titularisation
dans un poste permanent, et, s'il n'était pas apte
au travail d'ordre international, il pourrait être
plus aisément réintégré dans son emploi initial.
Ainsi s'ouvrirait un plus vaste champ de recrutement, et lorsque les contrats d'engagement prendraient fin, les fonctionnaires quittant l'Organisation pourraient utiliser, dans leur emploi
initial, l'expérience plus complète qu'ils auraient
acquise auprès de l'OMS. Il sera évidemment nécessaire que l'Organisation établisse et maintienne un
cadre de fonctionnaires internationaux permanents
possédant la compétence voulue.
[Une résolution a été adoptée à ce sujet par le
Conseil Exécutif. 3]
205.
Avis de vacances de postes. Il serait désirable
à cet égard:
1) d'obtenir des gouvernements toute l'aide possible afin de parvenir, au moyen de ces avis, à
annoncer les postes vacants et à sélectionner le
personnel dans les différents pays;
8 Voir résolution 7.5.3, Ades off. Org. mond. Santé, 25
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
33
3) I1 est évident que le nombre et la fréquence
des réunions affectent directement la quantité de
travail qui incombe à l'Organisation.
2) de ménager un délai suffisant pour permettre
aux personnes qualifiées de poser leur candidature. Il ne faut pas escompter, en effet, que des
personnes qualifiées puissent prendre une décision rapide quant à un changement d'emploi, ni
que, une fois leur décision prise, ils aient toute
aux travaux nécessaires aux réunions, il est suggéré:
latitude pour s'organiser sans avoir égard aux
obligations qu'ils ont contractées à l'égard de
plus ou moins rapprochés, procéder à un examen
ceux qui les emploient à l'époque considérée.
Durée des contrats (Section 4)
206.
Le Directeur général est invité à examiner
s'il serait opportun de substituer à la présente forme
de contrats d'engagement:
211.
Afin de réduire le laps de temps consacré
1) que le Directeur général fasse, à intervalles
des raisons motivant la participation aux réunions du personnel de rang supérieur, notamment quand la présence de ces fonctionnaires
nécessite des déplacements, et cela afin que leur
participation aux réunions puisse être maintenue
au minimum nécessaire, et
1) des contrats à court terme, pour des engagements à titre spécial ou temporaire;
2) pour autant qu'il s'agit du personnel de bu-
2) des contrats « réguliers » sans limite de temps,
mais contenant les clauses habituelles permettant
la résiliation du contrat pour les raisons énoncées
dans le Règlement du Personnel.
207. Contrôle et vérification des demandes de personnel. Le Secrétariat a reconnu qu'aucune disposition spéciale n'a été inscrite dans le rapport du Directeur général au Comité permanent (annexe 8) en vue
de la vérification effective des demandes de personnel
supplémentaire et il a été reconnu, d'autre part, que
cette fonction devrait être confiée expressément à
personnel à la participation aux réunions soit
également maintenu au minimum. La méthode
actuelle du Directeur général, qui consiste à
un service approprié de l'Organisation.
208. Il est recommandé, en conséquence, que le
Directeur de la Gestion administrative et du Personnel se voie confier le soin - normalement par
l'intermédiaire de la Section du Personnel:
1) de veiller à ce que, avant que toute vacance
de poste soit pourvue dans les catégories 1 à ii,
il soit procédé à une enquête pour vérifier si le
poste ainsi que la catégorie correspondante
se justifient;
2) de veiller à ce qu'il soit procédé à cet examen
lorsqu'il s'agit de postes supérieurs, de concert
avec le haut fonctionnaire qui demande que le
poste soit pourvu;
3) de maintenir un contrôle sur les demandes de
personnel supplémentaire, en étudiant les effets
des changements de programmes et de méthodes
sur l'effectif du personnel des divisions.
Nominations et départs de membres du personnel
(Section 5)
209. En raison de toutes les difficultés que le
Directeur général éprouve à constituer son per-
sonnel, les chiffres relatifs au mouvement du personnel ne sont pas élevés. Il pourrait y avoir intérêt
à ce que la Section du Personnel étudie, tout au
moins pendant quelque temps, les raisons du départ
de membres du personnel, afin d'établir des principes directeurs permettant de formuler et d'appliquer les méthodes à suivre à l'égard du personnel.
Temps consacré aux réunions (Section 8)
210. Le personnel de l'OMS consacre une grande
partie de son temps à préparer les réunions et à y
participer. Trois points méritent de retenir spécialement l'attention:
1) Le temps du personnel du Bureau du Siège
est pris, à raison de 25% environ, par les travaux
relatifs aux réunions du Conseil et de comités
d'experts.
2) Le personnel de bureau, les secrétaires et les
dactylographes du Bureau du Siège consacrent
aux réunions 15 à 2o% de leur temps dont 7 à 9%
à la participation directe aux réunions.
reau, que le temps consacré par ces membres du
encourager le personnel de bureau à assister aux
réunions, afin qu'il puisse apprécier la valeur de
son propre travail, est excellente en principe,
mais il y aurait lieu, toutefois, de maintenir cette
participation dans de strictes limites.
Utilisation du personnel
L'une des raisons expliquant la forte proportion de personnel supérieur par rapport aux autres
catégories de personnel réside, sans nul doute, dans
le caractère spécialisé des travaux de l'Organisation. Toutefois, il ne s'ensuit pas nécessairement que
212.
tous les chefs de section doivent être aidés par un ou
plusieurs fonctionnaires supérieurs possédant une
compétence analogue et qui ne se différencient pas
beaucoup d'eux par leur catégorie. Il n'est pas
davantage indispensable qu'un adjoint pleinement
qualifié soit toujours disponible, car il devrait être
possible de détacher le fonctionnaire de grade
moins élevé auprès d'un comité d'experts et de le
charger, en l'absence de son chef, d'autres fonctions comportant des responsabilités.
213. Une autre considération découlant de la forte
proportion de fonctionnaires médicaux dans l'Organisation a trait à la possibilité - on pourrait dire,
en fait, la certitude, étant donné une aussi forte
proportion - que les fonctionnaires médicaux sont
affectés, dans une certaine mesure, à des travaux
non techniques. Une enquête pourrait montrer,
particulièrement en ce qui concerne les travaux
préparatoires des réunions, que les fonctionnaires
médicaux consacrent du temps à des travaux de
secrétariat qui pourraient être exécutés aussi bien
par le personnel de bureau.
214. A la lumière des considérations ci- dessus, il
est suggéré que le système général suivant lequel
le personnel des sections sera organisé, devrait
comporter; partout où cela est possible, un fonctionnaire
supérieur,
qui serait
chargé de la
section avec un ou plusieurs fonctionnaires de
catégorie nettement moins élevée, possédant des
aptitudes générales et appelés à l'assister.
215. L'observation du Directeur général suivant
laquelle il n'est pas possible, dans les sections où le
programme est. extrêmement spécialisé, de se conformer au principe général suggéré ci- dessus, a été
retenue par le comité.
216. Les fonctionnaires de rang moins élevé devraient, sur un certain nombre d'années et suivant
un programme bien défini, permuter, afin d'acquérir une connaissance des questions médicales
ainsi que des principes d'administration générale;
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÉME SESSION, PARTIE Il
34
ils se verraient ménager, de la sorte, plus de chances
d'avancement et représenteraient, pour l'Organisation, une valeur accrue. Cet arrangement rece-
vrait un commencement d'application si, dans les
stades intermédiaires de leur service, ces agents
exerçaient leurs fonctions dans des bureaux régionaux ou sur le terrain et étaient affectés à des opérations. Par la suite, ces fonctionnaires pourraient se
spécialiser et remplir les conditions nécessaires pour
devenir titulaires de postes de chef de section.
217
Le comité a pris connaissance des recom-
mandations du Comité consultatif pour les Questions
administratives et budgétaires des Nations Unies,
mais il ne s'est pas trouvé en mesure de les étudier
toutes dans le détail. A l'égard, notamment, de
l'avertissement qui met en garde contre l'établissement d'un personnel satellite nombreux autour
des chefs de département, le comité a été heureux
de noter que cette situation ne semble pas exister
à l'OMS.
La difficulté de fournir des locaux satisfaisants particulièrement pour le personnel technique qui
doit travailler dans un milieu relativement silencieux et éloigné de la circulation - ne pourra que
s'accroître, au fur et à mesure que du nouveau personnel sera recruté.
222. Le comité estime que, étant donné les plans
de construction actuellement à l'étude, il ne serait
guère utile, pour le moment, d'examiner cette
question de manière approfondie.
Fournitures
Les devis relatifs aux approvisionnements et
à l'équipement d'ordre médical à fournir sont préparés par le personnel, médical et apparenté, des
sections techniques; les devis relatifs aux fourni223.
tures de bureau et à l'équipeinenttadministratif
sont préparés par l'Economat, au Département des
Services administratifs et financiers. Ce service est
chargé de mener à bonne fin toutes opérations relatives aux fournitures.
Barème des indemnités de subsistance
224.
L'Organisation Mondiale de la Santé verse
des indemnités journalières de subsistance à un
essayer de passer les commandes à un groupe de
fournisseurs appartenant à des régions géographiques représentatives; il n'a pas été possible, toutefois, d'aboutir, jusqu'à présent, à un arrangement
pratique de nature à permettre à tous les pays de
participer à la fourniture d'approvisionnements et
218.
taux uniforme a) aux membres du personnel;
b) aux membres du Conseil Exécutif, c) aux mem-
bres des comités d'experts, sans avoir égard à la
baisse du coût de la vie dans certains pays où les
dépenses à indemniser sont supportées. Le comité
a recommandé d'adopter, pour le paiement des
indemnités journalières de subsistance, une échelle
mobile, établie d'après le coût estimatif de la vie
dans les pays respectifs et qui devrait être revisée
de temps à autre.
[Le Conseil Exécutif a différé sa décision à ce
sujet, et a été d'avis que toute mesure que pourrait
prendre l'OMS devrait être conforme à celles qui
seraient éventuellement adoptées par l'Organisa-
De grands efforts ont été déployés pour
d' équipement.
225. Le comité reconnaît que ce problème, qui est
lié à la question d'autoriser les Etats Membres à
verser une fraction de leurs contributions statutaires en monnaies autres que le dollar des EtatsUnis ou le franc suisse, n'est pas sans présenter
quelque difficulté. Il estime, toutefois, qu'il y aurait
lieu de poursuivre les efforts entrepris pour aboutir
à un arrangement, aux termes duquel les dépenses
afférentes aux approvisionnements, à l'équipe-
tion des Nations Unies.]
ment et aux autres besoins et services de l'Orga-
Barème différentiel des traitements
possible, dans d'autres régions que les zones à
En raison du caractère variable des dépenses
inhérentes au coût de la vie dans le monde entier,
219.
et compte tenu, d'autre part, de la réévaluation
nisation seraient engagées dans la plus large mesure
monnaies fortes.
226. L'idée d'établir un service d'information
des achats a retenu l'attention. Les activités de
ments du personnel qui exerce ses fonctions en
dehors de la Suisse. Cette revision permettrait
d'adopter des barèmes différentiels de traitement
ce service consisteraient, notamment, à fournir des
informations sur les sources d'approvisionnement,
ainsi que des devis et des services consultatifs sur
l'organisation méthodique des fournitures d'approvisionnements. Les achats pour le compte de gou-
qui fourniraient des chiffres comparables en ce qui
concerne le pouvoir d'achat des traitements locaux
respectifs.
ni pratiques, ni envisagés pour le moment. A l'avenir, il pourrait y avoir intérêt, pour les gouverne-
récente de certaines monnaies nationales, le comité
a recommandé une revision du barème des traite-
[Le Conseil Exécutif a différé sa décision sur
cette question et a été d'avis que toute mesure
que pourrait prendre l'OMS à ce sujet devrait être
conforme à celles qui seraient éventuellement
adoptées par l'Organisation des Nations Unies.]
Locaux du Secrétariat
220. Le comité n'a pas procédé à un examen
détaillé des locaux et autres facilités à la disposition du personnel du Bureau du Siège. Il a noté,
toutefois, qu'il n'existe pas d'espace d'un seul
tenant pour tout le personnel et qu'environ 75 personnes sont logées dans des baraques temporairement aménagées dans le voisinage du Palais des
vernements, sauf dans des cas spéciaux, ne sont
ments, à établir un fonds de roulement pour les
approvisionnements en fournitures et en équipement d'ordre médical.
227. Une description détaillée des méthodes et des
principes appliqués par l'Organisation en matière
d'approvisionnements a été préparée pour être
incorporée dans le Manuel d'instructions et de
règles administratives. Cette description fournit une
base rationnelle pour l'économat et la gestion des
biens. Les moyens et le personnel actuellement disponibles pour l'approvisionnement en fournitures
techniques et en fournitures de bureau semblent
bien correspondre au niveau des dépenses envisagées au titre du programme ordinaire de 1950.
Nations.
Documents et distribution
Les locaux du personnel technique actuel ne
sont pas considérés comme donnant entière satisfaction du point de vue du rendement maximum.
228.
221.
L'Organisation a pour principe d'utiliser les
facilités que les Nations Unies mettent à sa disposition pour la reproduction et la distribution des
RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT
documents ronéographiés. Les frais à acquitter pour
ces services sont calculés respectivement par page
et par document (les frais d'affranchissement sont
facturés en sus).
229. Les documents de l'Assemblée de la Santé,
du Conseil Exécutif et des comités d'experts représentaient, en 1949, environ 85% du total des pages
ronéographiées. Un tableau indiquant le nombre
des documents de ce genre qui ont été établis et
leur distribution initiale est joint au précédent
document (annexe i1). Le nombre des exemplaires
tirés en sus de celui qui est nécessaire pour la
distribution initiale semble raisonnable et, d'une
manière générale, suffisant pour faire face aux
besoins de l'année suivante. Compte tenu de l'expérience acquise, cette marge pourra être fixée avec
plus d'exactitude encore. Le nombre d'exemplaires
tirés afin de pourvoir à ces deux ordres de distribu-
tion est établi d'après les demandes émanant des
gouvernements ainsi que d'autres institutions et
bureaux.
230. A ce jour, ces demandes ont été raisonnables. Mais, au cas où des demandes massives de
documents parviendraient à l'avenir, il est suggéré
que le requérant soit invité à les reproduire à ses
propres frais ou bien qu'une rémunération lui soit
demandée au titre de ces fournitures. La quantité
actuelle de pages ronéographiées est d'environ un
demi -million par mois.
Fournitures et services obtenus des Nations
Unies et d'institutions spécialisées
231.
Le comité recommande que le Secrétariat,
agissant isolément ou en collaboration avec d'autres
institutions spécialisées, fasse tous les efforts pos-
sibles pour négocier avec les Nations Unies un
accord formel aux termes duquel serait établi un
barème équitable de rémunération des services ren-
dus par les Nations Unies. Ce barème devrait se
fonder sur l'examen, par les deux organisations, de
la rémunération demandée par rapport aux dépenses
supportées. Dans les conditions actuelles, il ne
semble pas que le besoin se fasse sentir de créer
d'autres facilités du même ordre dans le cadre de
35
ment après cette date, et que copie en soit remise au
commissaire aux comptes.
Le programme 753 des Règles de Gestion
financière, amendé selon la proposition susvisée,
235.
serait ainsi conçu :
Il sera procédé, au 31 décembre de chaque année,
à un inventaire annuel de tous les avoirs, fourni-
tures et matériel en service; copie de cet inventaire sera remise au commissaire aux comptes.
Relevé annuel des comptes
236. Le comité reconnaît que la forme dans
laquelle les comptes de l'Organisation sont actuellement présentés est conforme à la pratique adoptée
par les Nations Unies; il estime, toutefois, que, sous
cette forme, la situation financière de l'Organisa-
tion n'apparaît pas clairement et ne peut être
discernée qu'après un examen minutieux et prolongé des comptes, ce qui n'est pas toujours possible
dans les limites du temps disponible lors des sessions
du Conseil Exécutif et de l'Assemblée de la Santé.
Le comité recommande en conséquence que le
Directeur général examine la situation, de concert
avec le commissaire aux comptes.
Fonds de roulement
Le comité recommande également de communiquer aux Etats Membres de l'Organisation un
237.
état simplifié des comptes, faisant ressortir, au
31 décembre de chaque année, la position du fonds
de roulement.
Vérification extérieure des comptes
238.
Le comité a examiné un rapport (annexe 12)
du commissaire aux comptes sur la portée de la
vérification extérieure des comptes de l'Orga-
nisation, qui peut être résumé comme suit :
1) Le commissaire aux comptes doit effectuer une
vérification de caractère positif et non seulement
donner des avis sur des questions d'ordre purement financier et comptable, mais prêter son
assistance dans les questions d'administration
pour lesquelles ses connaissances et son expérience
l'OMS.
peuvent être utiles.
Règlement financier
233.
possibilité de présenter à l'Administration, à titre
non officiel, des observations au sujet de pratiques
administratives qu'il n'approuve pas ou d'irrégularités qu'il constate au cours de sa vérification et
qui, si elles se renouvelaient, non seulement entraveraient la bonne marche de l'Organisation, mais
bilité proprement dite, un état, arrêté au 31 dé-
financières. Normalement, toute intervention du
commissaire aux comptes dans un cas de ce genre
Le comité ne propose pas d'amendements au
Règlement financier en vigueur.
232.
Règles de Gestion financière
L'article 22 C du Règlement financier prescrit
que le Directeur général doit présenter au commissaire aux comptes, en même temps que la compta-
cembre, de l'exercice financier en cours, du matériel
existant, ainsi que de l'actif et du passif de l'Organisation, etc.
234. Les Règles de Gestion financière ne portent
pas expressément sur cette prescription; A en conséquence, le comité recommande d'apporter un amen-
dement au paragraphe 753 des Règles de Gestion
financière, afin de faire en sorte que l'inventaire
requis, en application de ce paragraphe, soit dressé
le 31 décembre de chaque année, ou immédiate* Actes off. Org. mord. Santé, 22, 33
2) Le commissaire aux comptes doit avoir la
pourraient entraîner, par la suite, des pertes
ne serait pas mentionnée dans le rapport du
commissaire aux comptes à l'Assemblée de la
Santé.
239. Le comité estime que les connaissances et
l'expérience du commissaire aux comptes doivent
être utilisées dans toute la mesure possible au profit
de l'Organisation et recommande d'inclure, dans
les règles de la vérification, une disposition prévoyant la possibilité de discussions non officielles
avec l'Administration au sujet de questions qui
résultent de la vérification et méritent, de l'avis du
commissaire aux comptes, de retenir l'attention.
36
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
4. CONCLUSIONS SOMMAIRES
240.
Le comité a constaté que la structure orga-
nique de l'Organisation est conforme aux termes de
la Constitution, ainsi qu'aux décisions de l'Assemblée de la Santé et du Conseil Exécutif.
Reconnaissant que le stade actuel de développement a un caractère expérimental, le comité
n'a pas estimé nécessaire de recommander d'appor241.
ter une modification importante à la structure organique du Bureau du Siège ou des bureaux régionaux.
Certains changements portant sur l'aménagement
en divisions et en sections sont indiqués dans le
corps du rapport. Le comité a relevé que, postérieurement à la date de la Deuxième Assemblée
Mondiale de la Santé et antérieurement à la présente session, le Directeur général a entrepris
d'introduire, à titre provisoire, des modifications
importantes dans l'Organisation.
Dans ses recommandations, le comité incline
en faveur d'une organisation comportant trois divisions pour le Département des Services consultatifs,
quatre divisions pour le Département des Services
techniques centraux, ainsi que des Bureaux d'In242.
formation et de Coordination des Plans et de
Liaison. La configuration et la structure du Département des Services administratifs et financiers ont
été acceptées dans l'ensemble.
L'examen actuel n'a pas révélé au comité de
défectuosités ou d'omissions importantes soit dans
le personnel, soit dans l'organisation financière.
243.
244.
Le
comité reconnaît
qu'il s'est trouvé
pour les raisons indiquées dans le rapport, dans
l'impossibilité de s'acquitter complètement de son
mandat. Son rapport doit être considéré comme un
examen préliminaire de certains aspects des divers
problèmes dont il était saisi.
245.
En soumettant son rapport au Conseil, le
comité tient, en conséquence, à préciser qu'il serait
désirable de remettre ultérieurement à l'étude la
question de « la structure organique et de l'efficacité administrative de l'Organisation ». Cela permettra de tenir compte, d'une part, de la consolidation de la nouvelle structure de l'OMS en cours de
développement et, d'autre part, des résultats de
l'examen actuel, par les Nations Unies, de questions
analogues.
[Extrait de EB5/78]
11 janvier 1950
Annexe 1
SITUATION FINANCIÈRE DE L'OMS
Rapport du Directeur général
Le Directeur général désire attirer l'attention du
Conseil Exécutif sur le caractère peu satisfaisant
de la situation financière dans laquelle se trouve
l'Organisation, principalement en raison des retards
apportés au paiement des contributions. Si cette
situation devait persister, elle risquerait, à la longue,
de mettre en péril la stabilité financière de l'Organisation.
1. Etat des contributions au budget de 1949
A la fin de 1949, 73,29% des contributions fixées,
soit US $ 3.698.669 avaient été reçus sur un total
de US $ 5.046.293. Le montant des contributions
non reçues s'élève donc à US $ 1.347.624, soit
26,71% du total des contributions fixées.
Le montant des contributions non reçues
comprend $ 364.300, représentant la contribution
non versée des quatre Membres qui ont apparemment cessé de s'intéresser à l'Organisation.
D'après les estimations, les dépenses engagées et
les dépenses payées à imputer au budget de 1949
s'élèveront approximativement à $ 4.300.000, d'où
un excédent de dépenses sur les recettes qui se
3. Fonds de roulement
Les contributions non reçues ont eu des répercussions très défavorables sur le fonds de roulement. Comme il ressort de l'analyse détaillée
contenue dans l'appendice 3 (voir page 4o), ce
fonds, dont le montant, par décision de la Deuxième
Assemblée Mondiale de la Santé,2 a été fixé pour
195o à $ 4.000.000, ne contenait, au début de 195o,
qu'environ un tiers de cette somme en espèces, le
solde étant représenté, soit par des avances au
fonds qui n'ont pas été versées, soit par des créances
à valoir sur les contributions ordinaires au budget
annuel, créances correspondant à des prélèvements
effectués en vue de couvrir les déficits en espèces
de 1948 et de 1949.
4. Situation du prêt consenti par les Nations
Unies
US$
a) Somme empruntée par la Commission Intérimaire .
. .
.
2.150.000
.
.
Somme empruntée par l'OMS
Montant total du prêt
dent a dû être couvert par une avance prélevée
Somme remboursée au 31 dé-
sur le fonds de roulement.
cembre 1949
Solde exigible en janvier 195o
en avril 195o .
en juillet 195o
de 1950 et si l'on prend pour base le pourcentage
des contributions reçues pour 1948, il se peut que
l'Organisation reçoive, en 1950, une somme qui
atteigne US $ 400.000, ce qui réduirait le montant
avancé par le fonds de roulement à $ 200.000.
L'appendice 1 (voir page 39) contient une analyse
plus détaillée de la situation existant au point de
vue des contributions pour 1949 et des prévisions
.
.
400.000
.
monte approximativement à $ 600.000. Cet excé-
Si l'on suppose qu'une partie importante des
contributions non reçues sera versée au cours
us=
.
2.550.000
.
1.250.000.
201.500
457.317
641.183
1.300.000
Se décomposant comme suit:
Prêt consenti à l'OMS . .
400.000
.
Solde non remboursé sur le
montant du prêt à la Commission Intérimaire
900.000
de dépenses.
2. Etat des contributions au budget de 1948
On trouvera, ci- après, un bref résumé de la
b) En ce qui concerne le prêt à la
Commission Intérimaire:
Solde non remboursé sur le mon-
situation existant au point de vue des contributions
tant du prêt
au budget de 1948; cette situation est analysée
Montant des sommes reçues
d'Etats Membres et disponibles
pour le remboursement (à la
date du 31 décembre 1949)
Solde non utilisé du prêt consenti
à la Commission Intérimaire .
dans l'appendice 2 (voir page 40).
A la fin de 1949, 82,15% des contributions fixées
avaient été reçues, soit US $ 2.595.405 sur un total
qui s'élevait à $ 3.172.726.* Il reste donc un solde
non reçu qui s'élève à $ 577.321. Cette somme
comprend $ 227.86o qui représentent les contributions non versées des quatre Membres mentionnés
ci- dessus.
1 Voir Rapport du Comité permanent, Section I, chapitre r, p. 8.
* Ce chiffre représente le montant du budget de 1948
après déduction des sommes affectées au fonds de roulement à titre de première dotation.
900.000
500,936
-
329.569
Montant total disponible pour le
remboursement du prêt consenti
à la Commission Intérimaire . .
830.505
Somme restant à réunir
69.495
2 Résolution WHA2.66, Actes
21, 40
off.
Org. mond. Santé,
38
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
En ce qui concerne le solde de $ 69.495, les
demandes par câblogramme envoyées récemment
aux gouvernements redevables d'arriérés pour
1948 et 1949 ont permis d'obtenir des promesses de
versements à bref délai, les sommes ainsi promises
s'élevant à $ 90.045 au titre de la partie IV du
budget de 1948; lorsque ces versements auront été
reçus, ils permettront de rembourser l'intégralité
du prêt consenti à la Commission Intérimaire,
soit $ 2.150.000, et il restera un excédent de
$ 20.550 qui seront virés au fonds de roulement.
En ce qui concerne le prêt de $ 400.00o accordé
pour le fonctionnement de l'Organisation Mondiale
de la Santé en 1948, les relevés de l'Organisation
montrent que, à la date du 31 décembre 1949, des
Etats Membres avaient versé des contributions
s'élevant, au total, à $ 839.541 au titre des parties I et II du budget de 1948 et que, comme suite
aux demandes adressées par câblogramme, comme
il est indiqué ci- dessus, des promesses de versements à une date rapprochée ont été reçues pour
un total de $ 43.476.
De ce total de $ 883.017, versés ou promis, il
faut déduire les dépenses, afférentes aux parties I
général. Dans son rapport annuel à la Deuxième
Assemblée Mondiale de la Santé, le Directeur
général a attiré l'attention de l'Assemblée de la
Santé sur la façon peu satisfaisante dont les
contributions sont reçues.
Le commissaire aux comptes, dans son rapport
sur la vérification des comptes de 1948,6 a souligné
que, en raison du non -versement de contributions
au budget et d'avances au fonds de roulement,
l'Organisation se trouvait dans une situation
financière instable et que, en fait, elle n'était pas
solvable à la date du 31 décembre 1948.
Le Comité ad hoc établi par le Conseil Exécutif
pour examiner le rapport du commissaire aux
comptes et pour présenter, à cet égard, des recommandations à la Deuxième Assemblée Mondiale de
la Santé, a particulièrement souligné, dans son
rapport, la nécessité pour les Membres de payer
leurs contributions à la date la plus rapprochée
possible, de façon que le fonctionnement de l'Orga-
nisation ne soit pas mis en péril. Il a, en outre,
recommandé que l'Assemblée de la Santé examine
avec un soin particulier les rapports présentés au
sujet de l'état des contributions.
et II du budget de 1948, et qui s'élèvent à $ 463.106,
A la deuxième Assemblée Mondiale de la Santé,
ce qui laisse un solde de $ 419.911, sur lequel les
le Directeur général a, de nouveau, attiré l'attention de la Commission des Questions administratives et financières sur la manière peu satisfaisante dont les contributions sont reçues. A la
suite d'une proposition de cette commission, la
Deuxième Assemblée de la Santé a adopté une
résolution demandant aux Membres de s'acquitter
sans plus tarder de leurs contributions aux budgets
de 1948 et de 1949. Elle a également adopté un
principe et une méthode applicables dans le cas où
un Membre se trouve en retard pour le versement
$ 400.000 dus aux Nations Unies peuvent être
remboursés.3
5. Soldes non utilisés des crédits
Conformément aux articles 13 et 16 e) du Règlement financier, les soldes non utilisés sont reportés
comme crédits sur l'exercice suivant et il en est
tenu compte pour fixer la contribution des Etats
Membres lors du vote, par l'Assemblée de la Santé,
des crédits afférents à cet exercice.
Ainsi qu'il ressort de l'appendice 2 (voir page 4o),
le solde non utilisé pour 1948 s'est élevé à
$ 866.463 et cette somme, conformément aux
dispositions de la résolution concernant les crédits, 4
qui a été votée par la Première Assemblée Mondiale
de la Santé (nonobstant les dispositions du Règlement financier), a été virée au fonds de roulement.
Le solde non utilisé des crédits votés pour 1949,
comme l'indique l'appendice 1, est estimé à
$ 700.000.
Dans son rapport au Conseil Exécutif sur les
locaux à prévoir pour les bureaux du Siège de
de ses contributions.?
En dépit de tous ces appels, le nombre des
Membres qui n'ont pas encore fait face à leurs
obligations financières envers l'Organisation reste
important. Treize Membres n'ont encore effectué
aucun versement et quinze autres Membres n'ont
fait que des versements partiels. (Ces chiffres ne
comprennent pas les Etats non membres, tenus de
verser une contribution uniquement pour leur
participation au prêt consenti par les Nations Unies
à la Commission Intérimaire.)
l'OMS, le Directeur général propose que le Conseil
Exécutif recommande à la Troisième Assemblée
7. Recommandations des Nations Unies
La situation financière de l'OMS (et d'autres
Mondiale de la Santé de prévoir, en sus du don
du Gouvernement suisse, un montant approximatif institutions spécialisées) a été examinée minude $ 233.00o à verser à un Fonds du Bâtiment, tieusement par la Quatrième Session de l'Assemblée
qui servira à couvrir les frais de la nouvelle générale des Nations Unies. Dans les séances
construction, cette somme étant prélevée sur le communes tenues par les Deuxième, Troisième et
6. Mesures prises antérieurement au sujet
Cinquième Commissions, les 5, 7 et 8 novembre
1949, le délégué de l'Australie aux Nations Unies
a formulé des critiques sévères contre les discussions financières qui ont eu lieu à la Deuxième
Assemblée Mondiale de la Santé et il s'est référé,
La question des contributions non versées a fait
l'objet de la préoccupation constante du Directeur
probable de certaines contributions en 195o. Des
solde non utilisé des crédits afférents à 1949.
Le solde non utilisé serait donc ramené à
$ 467.000.
des contributions arriérées
3 Depuis la date à laquelle le présent document a été
établi, le versement de $ 201.500, venu à échéance en
janvier 1950, a été effectué. Conformément à la recommandation du Comité permanent des Questions administratives et financières, un nouveau paiement de $ 1.000.000
a été effectué en février 1950. L'Organisation des Nations
Unies a été informée que le solde, soit $ 98.500, serait
versé à l'échéance, c'est -à -dire en juillet 1950, ou à une
date antérieure à celle de l'échéance.
4 Actes off. Org. mond. Santé, 13, 318
notamment, au fait que les crédits budgétaires
votés n'ont pas tenu compte du non -versement
critiques ont été également élevées contre le recours
au fonds de roulement pour faire face au déficit
résultant du non -versement de contributions.
Sur la recommandation des trois commissions
siégeant en séances communes, l'Assemblée généb Actes off. Org. mond. Santé, 16, 42
6 Actes off. Org. mond. Santé, 20, 9
7 Résolutions WHA2.54, WHA2.55 et WHA2.56, Actes
of. Org. mond. Santé, 21, 35
ANNEXE I
39
rale des Nations Unies a adopté une résolution
qu'ils auront à verser en 1950. Les contributions
(dont le texte intégral est reproduit dans le rapport
du Comité permanent des Questions administra-
dues par les quatre Membres mentionnés ci- dessus
s'élèvent à $ 531.313. Si ces contributions, et
d'autres encore, ne sont pas acquittées, les sommes
correspondantes seront obtenues au moyen d'une
tives et financières, page Io) recommandant à
chaque institution spécialisée de maintenir ses
dépenses dans les limites des fonds qu'elle peut
raisonnablement s'attendre à recevoir et de
procéder à une revision périodique, en cours
d'année, du programme de dépenses, afin de
pouvoir, s'il est nécessaire, le maintenir autant
que possible dans les limites des recettes prévues
pour l'année. L'Assemblée générale a également
demandé que cette recommandation soit portée à
la connaissance de l'organe directeur et de l'assemblée de chacune des institutions spécialisées, lors
de leur prochaine session.
Il est possible que les trois commissions de
l'Assemblée générale des Nations Unies aient mal
interprété, au tableau III qui figure dans le rapport
du commissaire aux comptes pour 1948,8 la mention d'après laquelle le solde représentant un
« excédent des dépenses sur les recettes » s'élève à
$ 1.345.101,48, alors que le déficit en espèces
avance prélevée sur le fonds de roulement,9 de
manière que le Directeur général puisse exécuter
la totalité du programme approuvé par la Deuxième
Assemblée Mondiale de la Santé.
Le projet de résolution soumis par le Directeur
général a été adopté par le Comité permanent et est
reproduit dans le rapport de ce comité (Section I,
page Io)
Appendice 1
1949
CRÉDITS VOTÉS, CONTRIBUTIONS
ET DÉPENSES
(en dollars des Etats -Unis)
Description
Montant
use
enregistré par l'Organisation pour 1948 était, en
CRÉDITS VOTÉS
réalité, de $ 478.637,90, somme qui a dû être
prélevée sur le fonds de roulement.
Total des crédits votés en vertu de
8. Mesures préconisées au sujet des contributions arriérées
CONTRIBUTIONS FIXÉES ET CONTRIBUTIONS REÇUES
Il y aurait peut -être lieu d'envisager les mesures
Total des contributions fixées en
la résolution concernant les crédits
suivantes, en vue de remédier à la situation peu
vertu de la résolution concernant
les crédits
satisfaisante qui se présente actuellement.
Les contributions non versées pour 1948 (à A ajouter: Contributions supplél'exclusion des sommes dues au fonds de roulementaires fixées pour les Memment) s'élevaient, à la date du 31 décembre 1949,
bres dont l'adhésion à l'Organià $ 577.321, y compris les $ 227.860 qui constisation a pris effet en 1949
tuent la contribution non versée des quatre Membres mentionnés plus haut. Ce montant de A déduire : Contributions reçues á la
date du 31 décembre 1949
$ 577.321 représente une dette à l'égard du fonds
de roulement, et les Etats Membres pourraient
être à nouveau priés de s'acquitter de leurs obli- Solde non reçu à la date du 31 dé.
gations.
cembre 1949
Un appel analogue pourrait être adressé à tous
les Etats Membres en ce qui concerne le paiement
Ce solde comprend les contribu-
des contributions non versées pour 1949. Cependant,
cette mesure ne saurait, en elle -même, être estimée
Membres mentionnés dans l'ex-
suffisante pour redresser la situation. D'après le
5.000.000
5 900 000
46.293
5.046.293
3.698.669
1.347.624
tions non versées des quatre
posé précédent, contributions
dont le total s'élève à
.
.
.
.
364.300
Règlement financier, le solde non utilisé des crédits
de 1949 doit être pris en considération lors de
RECETTES
l'établissement des contributions des Membres en
1951. Le solde non utilisé (après déduction des
Recettes :
$ 233.000 qu'il est proposé à l'Assemblée de la
Santé de virer au Fonds du Bâtiment) est estimé
Dépenses (chiffre estimatif)
à $ 467.000. Il est intégralement constitué par des
contributions non acquittées. Le versement intégral de cette somme dans un proche avenir étant
douteux, il en résulte que, si les articles 13 et 16 e)
du Règlement financier devaient être appliqués,
la situation, en 1951, ne ferait que représenter
une aggravation de la situation financière générale.
Il semblerait donc souhaitable de recommander à
la Troisième Assemblée Mondiale de la Santé de
suspendre l'application des articles 13 et i6 e)
du Règlement financier en ce qui concerne le solde
non utilisé des crédits afférents à 1949, et de virer
ce solde à un compte d'attente, l'Assemblée de la
Santé réservant sa décision quant à l'affectation
finale des sommes virées à ce compte.
ET
DÉPENSES
Contributions reçues en
1949 (voir ci- dessus)
.
.
3.698.669
4.300.000
Solde (en chiffres ronds), soit un
excédent de dépenses sur les recettes (avancé par le fonds de
roulement)
600.000
SOLDES NON UTILISÉS DES CRÉDITS
VOTÉS
Crédits votés
A déduire : Dépenses (voir chiffre
estimatif ci- dessus)
5.000.000
4.300.000
Solde dont le montant doit être
annulé et reporté, en vertu des
articles 13 et 16 e) du Règlement
financier
700.000
Plus délicate est la situation pour 1950: les
Etats Membres ont déjà été informés des sommes
8 Actes off. Org. mond. Santé, 20, 13
L'article 14 du Règlement financier prévoit que:
« en attendant le versement de ces contributions, les
dépenses budgétaires pourront être couvertes par le fonds
de roulement D.
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
40
Appendice 2
Montant
Description
US
SOLDES NON UTILISÉS DES CRÉDITS
1948
VOTÉS
CRÉDITS VOTES, CONTRIBUTIONS
ET DÉPENSES
(en dollars des Etats -Unis)
Montant
Description
US $
Crédits votés (à l'exclusion des som-
mes prévues pour le fonds de
roulement)
3.150.000
A déduire : Dépenses à payer sur ces
crédits (voir ci- dessus) . . . . .
2.283.537
CRÉDITS VOTÉS
Total des crédits votés en vertu de
Solde des crédits non utilisés virés
la résolution concernant les crédits 4.800.000
au fonds de roulement, conformé-
ment à la résolution concernant
A déduire: Sommes prévues pour
les crédits
le fonds de roulement et comprises
dans ces crédits (voir appendice 3) 1.650.000
866.463
3.150.000
A ajouter: Soldes non utilisés du
budget approuvé par la Commission Intérimaire pour l'aide sani-
Appendice 3
taire aux pays, ces soldes ayant
été ajoutés au budget par la résolution concernant les crédits . . .
1.546.758
FONDS DE ROULEMENT
(en dollars des Etats -Unis)
Montant disponible pour le paiement des dépenses engagées pendant la période du Ier septembre
au 31 décembre 1948 (non compris le Fonds spécial de l'UNRRA)
CONTRIBUTIONS FIXES
TRIBUTIONS REÇUES
ET
Description
US 8
4.696.758
1948
Contributions au fonds fixées en relation avec le budget de 1948 .
1.650.000
Total des contributions fixées en
vertu de la résolution concernant
les crédits
3 150 000
A ajouter : Contributions supplémentaires fixées pour les Mem-
.
A ajouter: Contributions supplémentaires fixées pour les Membres
dont l'adhésion à l'Organisation
bres dont l'adhésion à l'Organi-
a pris effet en 1948
37.497
1.687.497
22.726'
3.172.726
A déduire : Contributions non reçues
à la date du 31 décembre 1948
A déduire: Contributions reçues à
la date du 31 décembre 1948
FONDS ÉTABLI PAR LA PREMIARE
ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA
SANTÉ
CON -
sation a pris effet entre le rer septembre et le 31 décembre 1948 .
Montant
1.791.151
.
Solde non reçu à la date du 31 décembre 1948
1.381.575
A déduire : Contributions reçues en
804.254
1949
Solde, soit contributions reçues à
la date du 31 décembre 1948. .
577.321
cembre 1949
Ce solde comprend les contribu-
961.741
A déduire : Montant avancé par le
fonds pour couvrir l'excédent des
dépenses sur les recettes pour
1948 (voir appendice 2)
Solde non reçu à la date du 31 dé-
725.756
.
...
.
478.638
.
Solde disponible en espèces à la date
du 31 décembre 1948
483.103
tions non versées des quatre
Membres mentionnés dans l'an-
nexe 1, contributions dont le
total s'élève à
227.860
RECETTES ET DÉPENSES (à l'exclu-
sion du budget de l'aide sanitaire
aux pays et du Fonds spécial de
Composition du fonds
au 31 décembre 1948
Espèces disponibles
Contributions non reçues
l'UNRRA, qui sont reportés en
Créances à valoir sur des contributions non versées d'Etats Membres au budget de 1948, contribu-
vertu des résolutions pertinentes)
tions qui sont dues à un autre
1948
(voir ci- dessus)
1 791 151
13.748
Recettes diverses
Dépenses:
pour le fonds
1.687.497
Dans les contributions non reçues,
ainsi que dans les créances, sont
Parties I et II du Budget de 1948
972.443
.
Partie IV du Budget de 1948
1.820.431
compris les montants ci -après
dus par les quatre Membres
2.792.874
.
478.638
Montant total des crédits votés
1.804.899
A déduire : Montant imputé au budget de l'aide sanitaire aux pays
725.756
titre que celui du fonds de roulement
Recettes :
Contributions reçues en
483.103
509.337
2.283.537
Solde, soit excédent de dépenses sur
mentionnés dans l'annexe I :
Contributions non reçues . . .
Créances sur les contributions
non versées
120.643
227.860
les recettes (avancé par le fonds
de roulement)
.
.
.
.
.
.
478.638
348.503
ANNEXE I
41
Montant
Description
Description
Montant
US $
1949
US $
FONDS DE ROULEMENT ÉTABLI PAR
LA DEUXIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ
Total des contributions fixées pour
le fonds comme il est indiqué cidessus
1.687.497
A ajouter: Solde des crédits non
utilisés virés au fonds en vertu
de la résolution concernant les
crédits (voir appendice z) .
.
.
1949 (voir ci- dessus)
fonds votées par la Deuxième
866.463
.
Assemblée
1.446.040
2.553.960
4.000.000
Opérations effectuées en 1949 con-
Ce montant se décompose au
cernant des contributions sup-
IeT janvier 1949, en:
.
2.553.960
Contributions supplémentaires au
Montant total du fonds pour 1949
Espèces disponibles
Contributions non reçues .
1950
Fonds à la date du 31 décembre
.
483.103
plémentaires:
Contributions fixées, dont le mon-
725.756
tant a été notifié aux Etats
Membres (voir ci- dessus)
Créances sur des contributions
non versées:
.
.
1.446.040
A ajouter : Contributions fixées
dont le montant a été notifié
aux Etats Membres qui sont
Créances indiquées ci- dessus
478.638
Soldes virés
866.463
Montant total des crédits votés
pour le fonds
.
.
.
.
.
2.553.960
devenus Membres de l'Organisation ultérieurement, mais
avant le 31 décembre 1949
15.891
1.461.931
.
A déduire : Contributions reçues
au 31 décembre 1949, au titre
des contributions supplémen-
Opérations effectuées en 1949:
Contributions:
Contributions fixées pour le
fonds
Contributions non reçues .
taires
218.991
Solde, soit contributions supplémentaires non reçues
.
435.401
.
1.242.940
.
804.254
.
1.239.655
Sommes avancées pour couvrir
l'excédent de dépenses sur les
recettes pour 1949 (voir appendice i)
600.000
Composition du fonds
au ter janvier 1950
Espèces disponibles:
Fonds de 1949 (voir ci- dessus) .
.
1950
Solde net à ajouter aux espèces
disponibles
1.122.758
Contributions reçues au titre de
218.991
1.341.749
639.655
Contributions non reçues:
Fonds de 1949 (voir ci- dessus)
Contributions pour 1950 .
Composition du fonds
au 31 décembre 1949
.
.
.
.
290.355
1.242.940
1.533.295
Créances sur des contributions non
Espèces disponibles au rer janvier
versées:
Fonds de 1949 (voir ci- dessus)
483.103
1949
1.140.847
.
A ajouter: Solde net à ajouter (voir
4.015.891
639.655
ci- dessus)
1.122.758
ainsi que dans les créances à
Contributions non reçues au 1eT janvier 1949
valoir sur des contributions
non versées, sont comprises les
sommes suivantes dues par les
quatre Membres mentionnés
725.756
A déduire: Contributions reçues
435.401
(voir ci- dessus)
290.355
Créances à valoir sur des contributions non versées au reT janvier
1949
Dans les contributions non reçues,
ci- dessus
Contributions non reçues:
1
Au titre du fonds pour 1949
Contributions pour 1950.
345 101
.
120.643
104.171
224.814
A déduire : Contributions reçues
(voir ci- dessus)
Solde
Créances sur les contributions
804.254
540.847
A ajouter : Nouvelle avance (voir
ci- dessus)
600.000
non versées:
Au titre du fonds pour 1949
Contributions dues pour 1948
(voir appendice 2) . . . .
Contributions dues pour 1949
.
(chiffre approximatif)
.
1.140.847
2.553.960
227.860
40.000
267.860
492.674
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
42
[EB5 /AF /5]
13 janvier 1950
Annexe 2
COMPARAISON ENTRE LES PRÉVISIONS DE DÉPENSES
CONCERNANT LE PROGRAMME TEL QU'IL A ÉTÉ APPROUVÉ POUR 19501
ET LES PRÉVISIONS DE DÉPENSES
ÉTABLIES D'APRÈS LE VOLUME ACTUEL D'ACTIVITÉ DE L'ORGANISATION2
Rapport du Directeur général
TABLEAU COMPARATIF RÉSUMÉ
2
1
Postes
-
Prévisions
de dépenses
US $
266.858
224 1.668.042
217 3.220.505
183
902.535
274.213
175 1.169.347
Sessions d'organisation
Services techniques centraux
Services consultatifs
Bureaux régionaux
Comités d'experts
Services administratifs
TOTAL
799 7.501.500
3
Volume actuel
d'activité
Programme approuvé
pour 1950
Postes
-
Prévisions
de dépenses
Différence entre
les colonnes r et 2
Postes
US $
Prévisions
de dépenses
US $
266.858
161 1.299.376
157 2.564.032
63
60
368.666
656.473
902.535
274.213
990.432
24
178.915
652 6.297.446
147
1.204.054
-
183
151
TABLEAU COMPARATIF DÉTAILLÉ
SESSIONS D'ORGANISATION
Assemblée Mondiale de la Santé
Conseil Exécutif
Comités régionaux
TOTAL POUR LES SESSIONS D'ORGANISATION
---
--
---
266.858
---
266.858
3
34.416
2
27.062
1
7.354
6
33.696
60.229
5
9
28.384
50.376
1
10
1
5.312
9.853
11
9.094
62.163
8
9.094
51.588
3
10.575
1
14.403
5
36.451
4
18.139
15
94.733
160.278
68.780
37.800
160.278
68.780
37.800
SERVICES TECHNIQUES CENTRAUX
Bureau du Sous -Directeur général
Division des Services épidémiologiques
Bureau du Directeur
Règlements internationaux et Quarantaine
Experts -Conseils (y compris leurs frais de
voyage)
Statistiques et informations épidémiologiques
Station d'Informations épidémiologiques,
Singapour
Services communs
Etudes sur les maladies transmissibles
Subsides
Services technologiques
6
43.468
11.989
81.721
20.000
31.087
Total pour la Division
59
Division des Statistiques sanitaires
Bureau du Directeur
Etudes statistiques et statistiques de morbidité
2
13
Subsides
Nomenclature internationale
Total pour la Division
2
29.065
11.989
45.270
20.000
12.948
353.447
44
258.714
-
2
9
2
16.880
72.236
4.000
12.719
2
16.880
44.808
4.000
12.719
17
105.835
13
78.407
15
11
14
6
- - - - -- --
* Les chiffres représentent le niveau des dépenses en janvier r95o et comprennent les obligations.
r Publié dans les Actes off. Org. mond. Santé, 23.
2 Voir rapport du Comité permanent, Section I, chapitre 2, page ri.
4
27.428
4
27.428
ANNEXE 2
43
TABLEAU COMPARATIF DÉTAILLÉ (suite)
2
1
Programme approuvé
pour 1950
Postes
Prévisions
de dépenses
US $
Division des Substances thérapeutiques
Bureau du Directeur
Standardisation biologique
Subsides
Unification des pharmacopées
Drogues engendrant la toxicomanie
Coordination des recherches
Subsides
2
3
--
2
2
5
Bureau de Recherches sur la Tuberculose,
Copenhague
Experts- Conseils
Services communs
53
Total pour la Division
67
18.128
20.975
15.190
12.956
14.450
34.477
30.000
213.988
16.800
72.600
449.564
Volume actuel
d'activité '
Postes
Prévisions
de dépenses
Subsides
TOTAL
Services communs
TOTAL POUR LES SERVICES TECHNIQUES
CENTRAUX
- 1
2
2
-1
4.693
15.190
12.956
14.450
9.853
30.000
-
33
127.713
39
72.600
287.455
Siège
Opérations sur le terrain:
Personnel
Experts -conseils
Fournitures et matériel
Documentation spéciale
Subsides (UNRPR)
Assainissement
Siège
Opérations sur le terrain:
Personnel
Experts -conseils
Fournitures et matériel
Documentation spéciale
Education sanitaire du public
Siège
Opérations sur le terrain:
Personnel
Experts -conseils
Fournitures et matériel
Documentation spéciale
Soins infirmiers
Siège
Opérations sur le terrain:
Personnel
Experts -conseils
US $
2
2
18.128
16.282
4
24.624
20
86.275
16.800
28
162.109
-- -- - -- -
--
63
77.042
368.666
224 1.668.042
161
1.299.376
63
368.666
18
100.882
18
100.882
4
33.110
4
33.110
8
66.830
2
7.366
8
(12) f
77.189
15.060
10.000
8
(12)t
77.189
15.060
10.000
-13
20
78
224
-
50.000
5
33.315
12
125.291
7.530
(6)t
-
1.200
4
27.961
2
(8)t
20.652
10.040
6
46.152
2
20.652
15.060
560.042
(12)t
Total pour la Division
15
23
10
15
63
161
51
2
50.000
16.023
- -- -6
58.827
600
3
2
24.733
18.001
- 1.
28
10.326
321.235
--
7
41.150
3
20.269
15.623
5
15
- - 6
59.464
3
17.292
6
66.464
7.530
-- -- (6)t
-
600
1
3.228
2
(8)t
20.652
10.040
4
28.151
1
10.326
15.060
238.807
(12)t
23
* Les chiffres représentent le niveau des dépenses en janvier 595o et comprennent les obligations.
f Mois de services d'experts -conseils
Prévisions
de dépenses
--
64.908
166.616
6.000
161.200
85.791
82.394
20.000
586.909
1.530.171
137.871
SERVICES CONSULTATIFS
Bureau du Sous -Directeur général
Division de l'Organisation des Services de
Santé publique
Bureau du Directeur
Administration de la Santé publique et zones
de démonstrations sanitaires
postes
64.908
125.466
6.000
161.200
65.522
66.771
20.000
509.867
1.161.505
137.871
15
30
Publications
Traduction
Bibliothèque et documentation
Ouvrages de bibliothèque
Total pour la Division
les colonnes r et 2
US $
Division des Services d'Edition et de Documentation
Bureau du Directeur
Services d'édition
3
Différence entre
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
44
TABLEAU COMPARATIF DÉTAILLÉ (suite)
1
2
3
Programme approuvé
pour 295o
Volume actuel
d'activité
Différence entre
Postes
Prévisions
de dépenses
Postes
Prévisions
de dépenses
les colonnes r et 2
Postes
US $
US $
Prévisions
de dépenses
US $
Division des Services des Maladies transmissibles
Bureau du Directeur
Paludisme
Siège
Opérations sur le terrain:
Personnel
Experts -conseils
3
22.201
2
18.020
1
4.181
6
42.261
5
30.507
1
11.754
27
218.580
23.845
12.828
375
25
2
-
194.442
16.315
12.828
375
24.138
7.530
--
(19)¡
Fournitures et matériel
Documentation spéciale
Tuberculose
Siège
Opérations sur le terrain:
Personnel
Experts -conseils
(6)Î'
5
34.348
4
22.594
1
11.754
21
165.582
52.710
10
98.642
11
(42)1-
66.940
52.710
- -
(42)1-
Fournitures et matériel
Documentation spéciale
(13)1-
2.000
2.000
Maladies vénériennes
Siège
Opérations sur le terrain:
Personnel
Fournitures et matériel
Documentation spéciale
Subsides
Autres maladies transmissibles
Siège
Opérations sur le terrain:
Personnel
Experts -conseils
Total pour la Division
44.501
13
114.620
18.825
19.000
500
20.000
53.144
16
--
129.407
33.885
25.319
500
20.000
2
16.254
1
(12)1
10.380
15.060
89
878.679
66
634.844
2
17.404
2
17.404
10
72.418
10
72.418
13
113.452
18.825
7.300
450
5.000
8
77.054
-
100
5.000
4
29.960
2
(28)1-
35.140
3.000
5
34.299
3
--
36.207
30.120
1.800
1.000
14.000
37
420.375
(27)t
Experts -conseils
6
8
-
(15)t
-
1
(9) j-
10.380
11.295
2
8.643
3
(12)1
14.787
15.060
6.319
2
16.254
(3)-1
3.765
23
243.835
5
--
36.398
18.825
7.300
350
15.926
2
14.034
10.040
(20)1-
25.100
3.000
3
21.188
2
13.111
1
-
12.069
20.080
600
450
14.000
26
266.329
Division de l'Amélioration de la Santé
Bureau du Directeur
Hygiène de la Maternité et de l'Enfance
Siège
Opérations sur le terrain:
Personnel
Experts -conseils
-- -
(15)1-
Fournitures et matériel
Documentation spéciale
Subsides
Nutrition
Siège
Opérations sur le terrain:
Personnel
Experts-conseils
Fournitures et matériel
Santé mentale
Siège
Opérations sur le terrain:
Personnel
Experts- conseils
(24)1-
Fournitures et matériel
Documentation spéciale
Subsides
Total tour la Division
(15)t
(8)1-
(16)1"
-
2
(8)--
24.138
10.040
1.200
550
11
* Les chiffres représentent le niveau des dépenses en janvier 195o et comprennent les obligations.
t Mois de services d'experts -conseils
154.046
ANNEXE 2
45
TABLEAU COMPARATIF DÉTAILLÉ (suite)
Postes
Division de l'Enseignement professionnel
3
2
1
Programme approuvé
pour 195o
Prévisions
de dépenses
Volume actuel
d'activité
Postes
Prévisions
de dépenses
Uss
Uss
technique
Personnel
Subsides
Etablissements d'enseignement et cours de
3
18.901
44.000
2
16.254
5
38.449
formation technique
Siège
Opérations sur le terrain:
Personnel
Autres services:
Cours, séminaires et groupes d'études
Subsides aux établissements assurant la
formation de personnel médical et
apparenté
Bourses d'études
Personnel
Bourses
Echange d'informations scientifiques
Personnel
Total flour la Division
Afrique
Services communs
.
.
.
.
Asie du Sud -Est
Services communs
Pacifique occidental
Services communs
Amériques
Services communs
TOTAL POUR LES BUREAUX RÉGIONAUX
16.254
1.038.568
17
1.022.314
2
16.254
2
13.271
1
3.531
131.802
Euro7e
Services communs
2
--
19
2
3
BUREAUX RÉGIONAUX
--
15.624
39.997
666.500
Total pour les Fournitures médicales
TOTAL POUR LES SERVICES CONSULTATIFS
18.901
44.000
2
7
115.000
Services communs
3
15.624
183.508
-
TOTAL
- -
39.997
666.500
15.335
16.802
.
Us $
7
3
.
Prévisions
de dépenses
--
Fournitures médicales
Services consultatifs
Fournitures pour les programmes gouvernementaux
.
les colonnes r et 2
Postes
et
Bureau du Directeur:
Méditerranée orientale
Services communs
Différence entre
5
-
38.449
15.335
183.508
115.000
--
- -
128.271
1
3.531
217 3.130.348
157 2.473.875
60
656.473
90.157
90.157
60
656.473
-------
----
-
217 3.220.505
2
-
157 2.564.032
28
-
125.032
26.250
-
28
125.032
26.250
28
151.282
28
151.282
4
30.843
12.075
-
4
30.843
12.075
4
42.918
4
42.918
50
-
169.736
25.695
-
50
169.736
25.695
50
195.431
50
195.431
57
-
143.066
27.950
57
143.066
27.950
57
171.016
57
171.016
11
47.977
30.525
11
47.977
30.525
11
78.502
11
78.502
33
-
195.771
67.615
33
-
195.771
67.615
33
263.386
33
263.386
183
902.535
183
902.535
- -
* Les chiffres représentent le niveau des dépenses en janvier 195o et comprennent les Obligations.
----
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
46
TABLEAU COMPARATIF DÉTAILLE (suite)
1
2
3
Programme approuvé
pour 195o
Volume actuel
d'activité *
Différence entre
Postes
Prévisions
de dépenses
Postes
Us $
-
COMITÉS D'EXPERTS
274.213
-
Prévisions
les colonnes r et 2
Postes
Prévisions
de dépenses
de dépenses
Us $
US $
274.213
- -
SERVICES ADMINISTRATIFS
Bureau du Directeur général
Coordination des Plans et Liaison
5
65.187
3
37.617
2
27.570
19
132.715
16
117.036
3
15.679
9
53.618
7
36.314
2
17.304
13
86.704
10
68.247
- -
3
18.457
-
5.000
10
84.010
id. New -York
Information
Experts -conseils (y compris leurs frais de
voyage)
Total pour le Bureau du Directeur général
Département des
financiers
Services
-
5.000
46
343.224
36
259.214
4
36.056
4
36.056
administratifs et
Bureau du Sous- Directeur général
Experts -conseils (y compris leurs frais de
voyage)
-
13.000
-
13.000
Service juridique
4
25.203
4
25.203
Service de la Vérification intérieure des Comptes
6
45.791
4
29.941
2
14
16.856
74.339
36.126
2
13
2
16.856
66.414
11.214
- - 2
15.850
Division de la Gestion administrative et du
Personnel
Bureau du Directeur
Personnel
Gestion administrative
5
Division du Budget et des Finances
Bureau du Directeur
Budget
Finances et comptabilité
29
16.903
68.776
137.646
Conférences et. Services généraux
52
129
2
11
Total pour le Département
TOTAL
Services communs
TOTAL POUR LES SERVICES ADMINISTRATIFS
- -
- 1
3
7.925
24.912
1
28
56.738
133.827
1
16.903
12.038
3.819
198.697
48
185.239
4
13.458
669.393
115
574.488
14
94.905
175 1.012.617
151
833.702
24
178.915
10
----
156.730
-
175
1.169.347
151
2
156.730
- -
990.432
24
* Les chiffres représentent le niveau des dépenses en janvier 195o et comprennent les obligations.
178.915
ANNEXE 3
47
[Extrait de EB 5/97 Rev. 1]
24 janvier 1950
Annexe 3
HISTORIQUE DU DÉVELOPPEMENT ORGANIQUE ET EXPOSÉ DES PRINCIPES
FONDAMENTAUX APPLIQUÉS DANS L'ÉTABLISSEMENT DES PLANS CONCERNANT
L'ADMINISTRATION ET L'ORGANISATION DE L'OMS 1
Rapport du Directeur général
1. Historique du développement organique
L'origine
de l'Organisation
remonte à une
résolution du Conseil Economique et Social des
Nations Unies qui, en février 1946, a décidé « de
convoquer une conférence internationale chargée
d'étudier l'étendue et le mécanisme de l'action
internationale à entreprendre dans le domaine de
la santé publique ainsi que des propositions visant
la création d'une organisation internationale unique
des Nations Unies pour la santé publique ». 2
La conférence, qui s'est tenue à New -York du
19 au 22 juillet 1946, 3 a élaboré la Constitution
de l'Organisation Mondiale de la Santé; elle a
déterminé les objectifs et les fonctions de celle -ci
et établi les organes (Assemblée de la Santé et
Conseil
Exécutif)
par
l'intermédiaire desquels
devait s'effectuer le travail de l'Organisation. La
Constitution prévoit également l'établissement du
Secrétariat qui « comprend le Directeur général et
le personnel technique et administratif nécessaire
à l'Organisation ».4
En attendant l'entrée en vigueur de la Constitution et l'établissement de l'Organisation Mondiale
de la Santé, la conférence avait créé une Commission Intérimaire, dont les attributions comportaient notamment les points suivants: 5
procéder au transfert, des Nations Unies à la
Commission Intérimaire, des fonctions, activités
et avoirs de l'Organisation d'Hygiène de la
Société des Nations qui ont été assignés jusqu'ici
à l'Organisation des Nations Unies;
prendre des mesures pour le transfert, à la
Commission Intérimaire, des charges et fonctions
de l'Office International d'Hygiène publique;
prendre des mesures en vue de permettre à la
Commission Intérimaire d'assumer les charges
et fonctions confiées à l'Administration des
Nations Unies pour les Secours et la Reconstruction (UNRRA) par les diverses conventions
sanitaires internationales;
entreprendre le travail de préparation nécessaire,
en vue de la revision décennale des Nomenclatures internationales des Causes de décès et de
l'établissement de Listes internationales des
Causes de maladie ;
« examiner tous les problèmes de santé urgents
que tout gouvernement pourra lui signaler,
donner des conseils techniques à leur sujet,
attirer l'attention des gouvernements et des
organisations susceptibles d'apporter leur concours sur les besoins urgents en ce qui concerne
la santé et prendre toutes les mesures désirables
afin de coordonner toute assistance que ces
1 Voir Rapport du Comité permanent, Section II, cha-
pitre r.
2 Actes finaux de la Conférence internationale de la
gouvernements et ces organisations sont susceptibles d'apporter ».
L'Arrangement portant création de la Commis-
sion Intérimaire stipulait, en outre, que la Commission désignerait un Secrétaire exécutif, « lequel
est le plus haut fonctionnaire technique et administratif », ayant le droit, dans les limites de l'autorisation générale donnée par la Commission Inté-
rimaire, de nommer le personnel technique et
administratif nécessaire.6
Avec la reprise progressive, par la Commission
Intérimaire, des fonctions des organisations inter-
nationales antérieures, conformément au mandat
reçu de la conférence, les services techniques et
administratifs du Secrétariat ont dû se développer.
Moins de quatre mois après sa création, la
Commission reprit les fonctions de l'Organisation
d'Hygiène de la Société des Nations et continua
les services de notifications épidémiologiques de
celle -ci (y compris la publication du Relevé Epidémiologique Hebdomadaire) ainsi que ses travaux
sur la standardisation biologique. Elle reprit
également le Bureau d'Orient de la Société des
Nations, qui était installé à Singapour.
Le personnel restreint qui, pendant la guerre,
avait poursuivi certaines des activités de la Section
d'Hygiène de la Société des Nations (renseignements épidémiologiques et statistiques sanitaires,
administration des étalons biologiques internationaux) passa au service de la Commission Intérimaire et constitua le noyau de son service d'informations épidémiologiques et de statistiques
sanitaires ainsi que celui du service de standardisation biologique. A titre d'activité connexe à ses
travaux sur la standardisation biologique, la
Commission Intérimaire entreprit des études préliminaires sur l'unification des pharmacopées,
poursuivant ainsi l'activité antérieurement exercée
dans ce domaine par la Société des Nations.
Vers la même époque, la Commission Intérimaire reprit, dans son Service d'Epidémiologie,
l'oeuvre épidémiologique de l'OIHP.
Vers la fin de 1946, la Commission Intérimaire
assuma la responsabilité de l'administration des
conventions
sanitaires
internationales,
dont
l'UNRRA s'était momentanément acquittée. La
Commission Intérimaire reprit également la plupart des activités poursuivies, sur le terrain, par
la Division sanitaire de l'UNRRA. Ces activités
comportaient une aide aux gouvernements, sous
forme de missions travaillant sur place, de bourses
d'études et d'autres services. Pour l'exécution de
ce travail, une Division des Services d'Aide sanitaire fut créée.
Entre autres activités de la Commission Intérimaire dans le domaine des études et des recherches, il convient de mentionner l'étude des aspects
médicaux du contrôle des stupéfiants et autres dro-
Santé, Actes off. Org. mond. Santé, 2, g8
gues engendrant la toxicomanie, la préparation de la
sixième revision décennale des Nomenclatures inter-
Santé, 2
nationales des Causes de Décès et l'établissement
de Listes internationales des Causes de Maladie.
Santé, Actes Off. Org. mond. Santé, 2, rio, i11
e Actes finaux de la Conférence internationale de la
Santé, Actes ou. Org. mond. Santé, 2, l u
3 Voir comptes rendus des débats de la Conférence
internationale de la Santé dans Actes of. Org. mond.
4 Article 3o de la Constitution
5 Actes finaux de la Conférence internationale de la
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
48
En dehors des activités énumérées ci- dessus, la
Commission Intérimaire eut à lancer une attaque
directe contre certaines des principales maladies
dont souffre l'humanité : le paludisme, la tuberculose et les maladies vénériennes. La Commission
Intérimaire amorça également des travaux portant
teur général, dans l'exercice de ses responsabilités
en tant que principal fonctionnaire administratif
de l'Organisation Mondiale de la Santé, applique
des principes bien établis et largement acceptés en
matière d'organisation et d'administration.
sur le programme d'hygiène de la maternité et de SgOrganisation du Secrétariat
l'enfance et prit des dispositions préliminaires en
L'organisation du Secrétariat de l'OMS s'est
matière de services de" santé publique. Des médecins développée sur la base des principes ci- après:
spécialistes, disposant chacun d'un personnel
1) L'existence de l'Organisation dans son enrestreint, furent chargés de ces problèmes et
semble et celle de chacune de ses parties doivent
groupés ultérieurement dans un département de
répondre à des fins rigoureusement définies.
l'Organisation.
2) La structure organique doit se développer à
La Commission entreprit également la prépapartir et autour de certaines fonctions princiration de plusieurs publications destinées à diffuser
pales
qui sont nécessaires pour l'accomplissement
des renseignements d'ordre général, scientifique et
des travaux prévus.
juridique (Bulletin de l'Organisation Mondiale de
3) Les principales fonctions doivent être groula Santé, Recueil International de Législation
pées de façon à maintenir, dans l'Organisation,
sanitaire, Chronique de l'Organisation Mondiale de
l'équilibre nécessaire, à éviter les activités faisant
la Santé) qui entraînèrent la création d'un service
double emploi et les conflits d'efforts, et à assurer
d'édition et de traduction.
qu'aucun des secteurs de travail n'est négligé.
La Commission Intérimaire jeta également les
4) Le principe de la délégation des responsabilités
bases d'une bibliothèque spécialisée, de services
doit être appliqué dans toute la mesure compade documentation et d'un service d'information.
Pour permettre le bon fonctionnement de la
tible avec le bon fonctionnement de l'Organisation et la coordination des directives générales.
Commission Intérimaire et des services techniques
Les responsabilités et l'autorité de chaque
du Secrétariat, il fut nécessaire, dès le début, de
fonctionnaire doivent être nettement définies et
créer des services administratifs, dont les premiers
furent les suivants : archives, service financier,
l'autorité afférente à chaque poste doit correspondre aux responsabilités que comporte ledit
service du personnel et service de sténographie.
A mesure que s'accrût le travail de la Commission
poste. Cette autorité doit être déléguée, par écrit,
aux fonctionnaires responsables.
Intérimaire, ces services durent être développés et
constituèrent ultérieurement le Département des
5) Les fonctionnaires doivent faire preuve du
Services administratifs et financiers.
maximum d'initiative dans les limites de l'auUn service juridique restreint, un bureau de liaitorité qui leur est déléguée.
son destiné à assurer la liaison avec les Nations Unies
6) Les services de personnel et d'administration
et les autres institutions spécialisées, vinrent complédoivent, autant que possible, être distincts des
ter le Secrétariat de la Commission Intérimaire.
fonctions d'exécution.
L'établissement de l'OMS et l'adoption du pro7) L'Organisation doit présenter une souplesse
gramme de travail par la Première Assemblée
Mondiale de la Santé permirent au Directeur
général de donner au Secrétariat une structure
organique provisoire, reposant sur les divers ser=
vices qui s'étaient développés pendant la période
d'existence de la Commission Intérimaire. Les
services du Secrétariat furent, à titre d'essai,
groupés en trois départements principaux:
1) Département des Services techniques, divisé
en Services épidémiologiques, Standardisation
biologique, Services d'Edition et de Documentation et une section des Statistiques sanitaires;
2) Département des Opérations, subdivisé en
Division des Plans et en Division des Opérations
,
sanitaires;
3) Département des Services administratifs et
financiers.
Une section de liaison technique, une section
juridique et un bureau de l'information, directement rattachés au Bureau du Directeur général,
complétèrent la structure susindiquée.
Cette structure devint effective le ieT octobre
1948.
2. Principes fondamentaux appliqués par le
Directeur général dans l'établissement des
plans concernant l'administration et l'organisation de l'OMS
suffisante pour permettre l'exécution de pro-
grammes soit élargis, soit restreints, sans compromettre la structure organique fondamentale.
8) Le nombre des principaux subordonnés qui
ont à rendre compte à chaque supérieur doit
être limité, conformément au principe selon
lequel cinq à sept subordonnés doivent rendre
compte directement de leur travail à un supérieur.
9) Aucune personne ne doit rendre compte à
plus d'un supérieur.
1o) Le nombre des échelons hiérarchiques doit
être maintenu au minimum afin que les voies
de transmission soient aussi courtes que possible.
ii) La structure organique doit être aussi simple
que le permet le travail de l'Organisation.
12) Les transmissions doivent être facilitées, à
partir du Directeur général vers tous les échelons
de l'Organisation et à partir des divers échelons
jusqu'au Directeur général, par un système
coordonné d'échelons
hiérarchiques, car des
moyens de transmission efficaces sont d'une
importance majeure au point de vue de la cohésion et de l'unité de l'Organisation.
13) Dans les limites de leurs attributions officielles, les fonctionnaires doivent être incités à
établir et à maintenir des relations de travail
avec les autres fonctionnaires intéressés, dans
l'Organisation tout entière.
Les principes énumérés ci- dessous sont bien
connus et il peut sembler assez inutile de les
énoncer à nouveau. On estime, toutefois, que. le
Administration
Conseil Exécutif désirera être assuré que le Direc-
principal fonctionnaire administratif, d'obtenir des
Il incombe au Directeur général, en tant que
ANNEXE 3
résultats effectifs d'ensemble et d'assumer toutes
responsabilités, en ce qui concerne le travail de
l'Organisation, la qualité, la quantité, l'échelonnement chronologique de ce travail et les dépenses
y afférentes. Par conséquent, dans la gestion de
l'Organisation, il doit veiller particulièrement:
à la rapidité des décisions;
à la qualité de ces décisions;
aux facilités d'adaptation à des modifications
éventuelles.
La rapidité des décisions est obtenue en déléguant et en décentralisant les responsabilités et
l'autorité. L'intention est que, dans chaque cas,
les décisions soient prises à l'échelon le plus bas
possible de l'Organisation.
Les divers contrôles s'exercent:
par le moyen du plan annuel d'opérations, tel
49
Les contacts personnels et les bonnes relations
personnelles constituent d'autres facteurs essentiels au point de vue de la qualité des décisions
prises. A cet effet, les Directeurs de l'Organisation
se réunissent périodiquement pour élaborer et
pour fixer, de concert, le détail des opérations de
l'Organisation. Le but essentiel du travail du
Comité des Directeurs et du Comité des Directives
est de mettre les unités de l'Organisation, chargées
de l'exécution des décisions, en mesure de s'acquit-
ter de leur tâche sans difficultés et sans friction.
Les unités administratives centrales de services
consultatifs et autres, par leur compétence et
leurs connaissances dans leurs domaines respectifs,
doivent veiller à ce que ces connaissances spécialisées
soient à la disposition de chacun, dans
niques et les questions financières) conformément
l'Organisation tout entière. Les fonctions qui leur
incombent intéressent directement le personnel;
leur existence ne se justifie que par l'emploi que
font de ces services les éléments de l'Organisation
responsables de la direction et de l'exécution du
programme et par la valeur que présentent pour
eux lesdits services. Ces unités accomplissent leurs
fonctions par persuasion plutôt que par voie
d'instructions et, pour la plus grande partie, leur
au plan d'opérations;
par le choix du personnel supérieur;
tâche consiste à suggérer et à recommander des solu-
par la formation du personnel, à tous les échelons.
tions pratiques reposant sur une expérience et des
connaissances d'une qualité qu'il serait trop coûteux
de prévoir dans le cadre de chaque unité d'exécution.
La facilité d'adaptation à des modifications
qu'il est indiqué dans le programme et le budget
ainsi que dans les affectations de crédits qui
marquent le début ou la continuation de diverses
activités ;
par les mesures prises à la suite de rapports
périodiques de situation (sur les activités tech-
Pour assurer que cette décentralisation et cette
délégation des responsabilités produisent les effets
désirés, il y a certaines règles que la haute direction
de l'Organisation doit suivre dans ses relations
avec les fonctionnaires en faveur desquels l'autorité et les responsabilités ont été décentralisées et
déléguées :
le fonctionnaire auquel les responsabilités ont
été confiées doit être ou appuyé, ou déplacé;
la haute direction doit s'attendre à ce que les
fonctionnaires commettent des erreurs et doit
examiner attentivement s'il y a lieu de critiquer
des décisions prises dans les limites de l'autorité
qui a été déléguée ;
la haute direction doit éviter de prodiguer les
reproches lorsqu'il y a excès de pouvoir;
la haute direction doit résister à la tentation
d'ajouter des contrôles non nécessaires.
La qualité des décisions est obtenue grâce à
éventuelles est essentielle si l'on veut maintenir,
de façon efficace, la rapidité et la qualité des
décisions. Il importe que l'Organisation prévoie la
nécessité de modifications éventuelles et que ces
modifications soient acceptées et effectivement
réalisées. Le meilleur moyen d'assurer cette facilité
d'adaptation et la rapidité indispensable dans les
modifications à introduire réside dans une attitude
parfaitement impartiale de la part de tous les
fonctionnaires de l'Organisation; cette condition
préalable dépend de la souplesse même des règles
intérieures de travail et de la qualité du personnel.
Afin de maintenir, de façon constante, la qualité
du personnel, les méthodes administratives doivent
avoir pour effet que chaque membre du personnel
comprenne qu'il constitue un élément utile de
l'ensemble de l'Organisation et non pas seulement
une pièce d'un certain rouage de la machine.
un certain nombre de mesures étroitement liées
Voies de transmission
entre elles.
Pour l'aider à fixer les conditions dans lesquelles
Dans toutes les branches d'une administration
efficace, la bonne marche des transmissions intérieures est essentielle. Les relations dans toute
l'Organisation et la confiance réciproque que les
agira l'Organisation, le Directeur général a constitué les principaux fonctionnaires exécutifs de
l'Organisation (le Directeur général, les Sous Directeurs généraux et le Directeur général adjoint,
lorsque celui -ci aura été nommé), en « Comité des
Directives n du Secrétariat. Il incombe à ce groupe
de donner des avis sur la politique générale, sur la
fonctionnaires éprouvent à l'égard les uns des
coordination des programmes et sur les projets
budgétaires. Le Directeur général s'adresse au
adoptées, des programmes de travail établis, des
problèmes qui surgissent, des événements qui sur-
autres déterminent le bon fonctionnement de ces
transmissions.
Le personnel doit être informé de façon adéquate
et constante des plans élaborés, des méthodes
viennent, et des progrès qui sont réalisés dans
l'Organisation tout entière. Il est nécessaire que
tion et pour guider l'élaboration, l'exécution et le les instructions, les informations et les connaisComité des Directives afin d'obtenir des avis et une
assistance pour atteindre les objectifs de l'Organisa-
contrôle des plans nécessaires à l'activité de celle -ci.
Le choix du meilleur personnel possible pour
s'acquitter du travail de l'Organisation est indispensable en vue d'assurer la qualité des décisions
prises à l'occasion de ce travail. La qualité du
personnel se définit par les facteurs suivants :
formation professionnelle, expérience et personnalité - la volonté de coopérer avec autrui étant
particulièrement importante.
sances pertinentes soient communiquées, aux fins
d'application pratique, à tous les intéressés et
qu'elles soient présentées de façon assez nette pour
rendre impossible tout malentendu ou toute interprétation erronée.
Les échanges de personnel compétent, d'un
secteur à un autre de l'Organisation, facilitent le
développement de l'expérience et de la compréhension individuelles.
50
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
[Extrait de EB5 /AF /Min /i]
6 janvier 195o
Annexe 4
RÉPARTITION DES FONCTIONS
ENTRE LE BUREAU DU SIÈGE ET LES BUREAUX RÉGIONAUX DE L'OMS
Exposé du Directeur général 1
Le principe de la décentralisation est formulé sera assurée au Siège, et il continuera d'en être
dans la Constitution et il joue un rôle essentiel ainsi pendant quelque temps encore. Les avis
dans l'Organisation Mondiale de la Santé. On peut techniques d'un degré supérieur incomberont au
lire dans le rapport du Directeur général au Comité bureau central: autrement dit, la coordination
permanent que « le principe de la délégation des du travail technique sera entreprise dans toutes
responsabilités » doit être « appliqué dans toute la les régions, les avis techniques nécessaires étant
mesure compatible avec le bon fonctionnement de fournis aux experts -conseils locaux par l'interl'Organisation et la coordination des directives médiaire du bureau central. L'Organisation cengénérales ».2 Aux premiers jours de l'Organisation, trale continuera à fournir aux bureaux régionaux
il n'existait point d'organisation régionale, sauf certains services. Elle s'occupera, par exemple,
certaines missions envoyées dans différents pays de trouver et de fournir le personnel - personnel
- groupes restreints qui assumaient de très lourdes
responsabilités en ce qui concerne le champ d'action
de l'Organisation dans ces pays. Les missions de ce
genre ont aujourd'hui à peu près entièrement
technique, médical, administratif et de tous autres
genres dont les régions pourraient avoir besoin de fournir des experts -conseils temporaires, du
personnel destiné aux démonstrations sur place,
terminé leur activité et des organisations régio-
aux zones de démonstrations et à d'autres activités,
le travail de toutes ces personnes étant directement
contrôlé par les organisations régionales et non par
l'Organisation centrale.
nales sont en voie de création ou de développement.
Dans l'Asie du Sud -Est et dans la Méditerranée
orientale, il existe des organisations régionales non
entièrement développées, mais qui assument déjà
des responsabilités; dans l'hémisphère occidental,
le Bureau Sanitaire Panaméricain fait fonction de
Bureau régional pour les Amériques. Il a été opéré
une décentralisation aussi poussée que le permettaient les moyens dont disposaient les organisations
Pour autant qu'il est possible de le prévoir, il
sera nécessaire que la fourniture d'approvisionne ments pour les équipes opérant dans les zones de
démonstrations demeure une fonction du bureau
central, mais il appartiendra aux bureaux régionaux, comme c'est le cas aujourd'hui, d'obtenir
régionales; à mesure que ces dernières organisations
se développeront et qu'elles deviendront plus
effectivement ces approvisionnements chaque fois
capables d'assumer des responsabilités, la décen-
aspect du travail représente une attribution
importante qui, selon les prévisions actuelles, devra
tralisation se poursuivra et deviendra plus complète.
L'OMS ne possède, toutefois, aucune organisation régionale pour le Pacifique occidental ni
pour l'Afrique, et pour l'Europe il existe seulement le petit bureau administratif qui a été autorisé
par le Conseil Exécutif. Il s'ensuit que les fonctions
relatives aux pays de ces régions doivent encore
être exercées entièrement par le Bureau du Siège.
Quatorze Etats Membres ont signifié leur désir de
voir créer un comité régional pour l'Europe.
que cela sera possible. La coordination de .cet
probablement continuer à être du ressort de
l'organisation centrale.
Les contrôles financiers doivent continuer à être
effectués à l'échelon central. Il serait impossible
de créer des contrôles financiers régionaux entièrement autonomes car il en résulterait inévitable-
ment un manque complet d'homogénéité, sans
compter que l'Organisation est liée par les décisions
de l'Assemblée de la Santé et du Conseil Exécutif,
Le programme du Secrétariat comporte la décentralisation, dans la plus large mesure possible, de
toutes les fonctions qui se rapportent à des gouver-
par des accords passés avec l'Organisation des
nements nationaux et à des services sanitaires
ces organismes - le Comité administratif de
nationaux. Le rôle du Bureau du Siège diminuera
considérablement avec le temps. Dans l'intervalle,
il est nécessaire que le bureau central assume le
rôle des bureaux régionaux, pour de vastes parties
du monde qui ne sont pas encore pourvues d'organisations régionales. La fonction principale qu'exercera en définitive le Siège central consistera à
Coordination et son Comité préparatoire. On ne
coordonner le travail des bureaux régionaux, à
réunir des informations provenant de toutes les
parties du globe et à les diffuser dans d'autres
parties du monde par l'intermédiaire des bureaux
régionaux, à établir les liaisons nécessaires avec
l'Organisation des Nations Unies, ses institutions
spécialisées et les organisations bénévoles. Le travail
de liaison avec tous ces organismes demeurera une
fonction centrale. La coordination et la liaison à
l'échelon local seront effectuées localement, quand
des bureaux régionaux auront été établis. Entre
Nations Unies et d'autres institutions spécialisées,
et par l'ensemble du système de coordination avec
saurait souligner trop fortement que l'Organisation
est un organisme unique et non pas une fédération
d'organisations locales ou autonomes. Il n'existe
qu'une seule Organisation Mondiale de la Santé ;
le personnel employé dans les bureaux régionaux
appartient à l'Organisation exactement dans la
même mesure que le personnel du Siège central et
il a les mêmes conditions d'emploi. Il y a lieu
d'espérer que le personnel des bureaux régionaux
et du Siège central sera très largement inter-
changeable et qu'il y aura un mouvement considérable de personnel entre les régions et le Siège
central. Il a déjà été procédé à certains échanges.
Quelques bureaux régionaux emploient des personnes venant d'autres régions; c'est là une situation extrêmement satisfaisante et qui présente des
avantages pour tous. Il y a lieu d'espérer que de
temps, la majeure partie du travail de coordination
tels échanges de personnel pourront se développer
considérablement dans l'avenir afin que les régions
1 Fait à la première réunion du Comité permanent des
Questions administratives et financières, le 6 janvier 195o.
Voir Rapport du Comité permanent, Section II, chapitre 1,
P. 23.
2 Voir annexe 3, p. 48.
puissent connaître d'autres points de vue et que
les expériences acquises en n'importe quel lieu
soient mises à la disposition des autres régions du
globe susceptibles de les utiliser.
ANNEXE 5
51
Annexe 5
PRINCIPES ET PROCEDURES RÉGISSANT LES FONCTIONS
DES BUREAUX RÉGIONAUX 1
Rapport du Directeur général
Le présent rapport, préparé à l'intention du
Comité permanent des Questions administratives
et financières, expose les principes et les procédures
essentiels qui ont été institués au cours de l'établis-
sement des bureaux régionaux. Ces principes et
ces procédures ont été établis lors de séances tenues
avec les directeurs régionaux, de réunions des
comités régionaux et de sessions antérieures du
Conseil Exécutif.
1. Considérations générales
Le principe qui a servi de base à l'établissement
des bureaux régionaux a été celui d'une décentralisation continue des opérations. Le bureau régional
a essentiellement pour fonctions d'élaborer des
plans d'ensemble et d'assurer une coordination et
une surveillance administratives. Tels qu'ils ont été
établis, les bureaux régionaux ne comprennent pas,
en tant qu'élément de leur structure, de sections ou
d'unités administratives chargées des services d'opérations. Toutefois, le programme relatif à chaque
question peut, en cas de besoin, comprendre un
conseiller régional, à qui il incombe de donner des
avis aux gouvernements sur l'application des programmes et, s'il le faut, de diriger et de coordonner
les travaux de consultants temporaires ou d'équipes
de démonstrations sur le terrain.
2. Principes relatifs au personnel
A sa deuxième session, le Conseil Exécutif a
adopté les principes généraux suivants pour régir
les relations entre le Siège et les bureaux régionaux
au sujet des questions de personnel : 2
1) Application, aux bureaux régionaux, du Statut
du Personnel et du Règlement du Personnel
Le Statut du Personnel et le Règlement du
Personnel sont applicables à l'ensemble de l'Organisation. Il sera procédé aux modifications qui
pourraient s'avérer nécessaires dans les zones
régionales, afin de satisfaire aux conditions locales,
3. Principes de gestion financière
A sa deuxième session, le Conseil Exécutif a
adopté les principes généraux suivants pour régir
les relations entre le Siège et les bureaux régionaux
au sujet des questions financières: 3
I. Application, aux bureaux régionaux, du Règlement financier et des Règles de Gestion financière
Le Règlement financier et les Règles de Gestion
financière sont applicables à. l'Organisation tout
entière. Tous les fonds reçus par l'Organisation
seront assujettis aux dispositions énoncées dans
le Règlement financier et dans les Règles de Gestion financière. Il y aura lieu de procéder, dans
les diverses régions, aux ajustements inhérents
à la situation locale, en amendant ou en complétant les dispositions des Règles de Gestion financière, plutôt qu'en établissant des règles particulières à une région.
2. Budgets régionaux
Les organisations régionales faisant partie intégrante de l'OMS, leur budget doit être présenté à
l'Assemblée Mondiale de la Santé en tant que
partie constitutive du budget que le Directeur
général, conformément à la Constitution, est
tenu de soumettre. Le budget régional devrait
comprendre le plan complet d'opérations prévu
pour l'année et indiquer, le cas échéant, la partie
de ce plan dont on escompte que les dépenses
seront couvertes par des contributions supplémentaires des Etats appartenant à la région en
cause. Normalement, le budget régional fera
l'objet d'une recommandation présentée au Directeur général par le comité régional. Le budget
régional devrait être subdivisé en deux parties:
2.1. Budget destiné au fonctionnement du bureau
régional
spéciales ou distinctes pour les bureaux régionaux.
Ce budget doit être préparé en vue du fonctionnement du bureau régional proprement dit.
Normalement, les dépenses du bureau régional
seront couvertes au moyen de fonds fournis par
2) Recrutement du personnel
l'Organisation.
en modifiant ou en complétant le Règlement
du Personnel, plutôt qu'en établissant des règles
L'article concernant les critères de recrutement, en particulier la compétence personnelle et
la représentation géographique, est applicable à
l'ensemble de l'Organisation. Il est, en conséquence, évident que tous les postes vacants des
bureaux régionaux (sauf ceux des catégories
subalternes, qui peuvent être exemptées de la
règle de représentation géographique) ne doivent
être pourvus qu'après examen de toutes les candidatures posées.
1 Voir Rapport du Comité permanent, Section II,
2.2. Budget pour l'exécution des programmes
Le budget concernant les programmes doit
comporter un relevé des besoins des divers Etats
de la région, en matière de services, tels que les
services de démonstrations et de consultations,
les bourses, la documentation médicale, le matériel spécial d'enseignement médical, etc. Ce
budget doit prendre en considération, notamment :
2.2.1. les buts et le programme de l'Organisa-
tion Mondiale de la Santé;
chapitre i, p. 23.
Actes ofi. Org. mond. Santé, 14, 25, 4.1.1
8 Actes off. Org. mond. Santé, 14, 53
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
52
2.2.2. les exposés fournis par les divers Etats
1.8 Les directeurs régionaux seront chargés, en ce
au sujet de leurs besoins;
2.2.3. les recommandations du comité régional.
qui concerne les gouvernements de leur région,
de prendre toutes les dispositions nécessaires en
corrélation avec les projets et /ou les services
consultatifs acceptés, notamment en ce qui concerne les contributions que devront verser, respectivement, les gouvernements pour faire face
aux dépenses de ces services de consultations et
de démonstrations acceptés et /ou des services
d'avis consultatifs tels qu'ils auront été définis
dans les lettres d'accord dont l'établissement aura
été négocié avec les administrations sanitaires
nationales compétentes.
3. Règles de Gestion financière visant les contributions dans le cadre de la région
Les Règles de Gestion financière renfermeront
des dispositions établissant une comptabilité distincte pour les fonds reçus, à titre de contribution
en monnaie locale, pour l'exécution des programmes régionaux.
Elles renfermeront également des dispositions
visant à porter au crédit du budget d'exécution
de l'année suivante le solde des contributions
locales.
2. Bourses d'études
2.1 Les directeurs régionaux seront chargés de
4. Services consultatifs - Principes relatifs
aux fonctions des directeurs régionaux
en ce qui concerne les services à fournir
aux gouvernements
A la séance que les directeurs régionaux ont tenue
à Rome, le II juin 1949, il a été décidé ce qui suit :
1. Services de consultations
et
de démonstrations
aux gouvernements
1.1 Les Directeurs régionaux seront chargés de
consulter les comités régionaux et les gouvernements intéressés de leur région au sujet des services de consultations et de démonstrations les
mieux appropriés que l'Organisation devrait
fournir à chacun des pays.
1.2 Le Directeur général examinera les propositions et les recommandations transmises par les
directeurs régionaux, en s'inspirant, à cet égard,
des directives fixées par l'Assemblée de la Santé
et par le Conseil Exécutif et en tenant compte de
l'ensemble des directives applicables aux plans,
ainsi que des limitations budgétaires.
1.3 Le Directeur général fera une répartition
provisoire de crédits par domaine d'activités pour
chacune des régions. Dans les limites de cette
répartition régionale provisoire par domaine d'ac-
tivités, le directeur régional recommandera au
Directeur général un programme destiné à chacun des pays de la région.
1.4 Après avoir examiné les propositions et les recommandations, le Directeur général approuvera
les programmes relatifs à chaque pays et informera le directeur régional des crédits pertinents
alloués à cet effet.
1.5. Le directeur régional sera chargé de négocier
les accords généraux avec les gouvernements per-
tinents de la région.
1.6 Le directeur régional sera chargé de négocier
l'établissement de lettres d'accord avec les administrations sanitaires nationales compétentes, en
vue de l'application des divers projets contenus
dans les programmes approuvés, conformément à
l'article VIII de l'accord de l'ensemble.4
1.7 Le Directeur général affectera des consultants
et des membres d'équipe à la région pertinente,
en vue de mettre en oeuvre les programmes ap-
prouvés qui auront été définis dans les lettres
d'accord dont l'établissement aura été négocié par
le directeur régional avec les administrations
sanitaires nationales compétentes.
4 Actes off. Org. rnond. Santé, 21, 395
consulter les comités régionaux et les divers gouvernements de leur région au sujet du nombre et
du genre de bourses d'études à demander à l'Organisation.
2.2 Les directeurs régionaux transmettront au
Directeur général les demandes de bourses
d'études émanant des gouvernements de leur
région, en les accompagnant de recommandations; le Directeur général les étudiera en s'inspirant des directives établies par l'Assemblée de
la Santé et par le Conseil Exécutif et en tenant
compte des limitations budgétaires.
2.3 Le Directeur général fera une répartition
provisoire de crédits pour chaque région. Dans
les limites de cette répartition régionale provisoire, le directeur régional recommandera au
Directeur général le montant à allouer à chacun
des pays de la région.
2.4 Après avoir examiné les propositions et les
recommandations, le Directeur général approu-
vera le programme relatif à chaque pays et
informera le directeur régional des crédits pertinents alloués à cet effet.
2.5 Les directeurs régionaux seront chargés d'obtenir des gouvernements de leur région les demandes de bourses individuelles; ils transmettront
celles -ci au Directeur général qui accordera les
bourses conformément à la procédure établie dans
le Manuel d'instructions et de règles adminis-
tratives, partie IV et partie IX, avec cette
réserve que les directeurs régionaux recevront
pouvoir d'accorder des bourses d'études dans la
région aux boursiers originaires de ladite région,
les dispositions nécessaires étant prises pour
qu'un contrôle financier adéquat soit institué.
2.6 Les procédures détaillées relatives aux fonctions des directeurs régionaux en ce qui concerne
les établissements où seront affectés les boursiers,
la surveillance à exercer sur l'activité de ces
personnes, les paiements qui leur seront effectués
et autres dispositions, sont contenues dans le
Manuel d'instructions et de règles administratives, partie IV.
3. Documentation médicale et matériel spécial
d'enseignement
3.1 Les directeurs régionaux seront chargés de
consulter les comités régionaux et les divers gouvernements de leur région au sujet du genre et de
l'importance de la documentation médicale et
du matériel spécial d'enseignement qui devront
être demandés à l'Organisation.
ANNEXE 5
3.2 Les directeurs régionaux transmettront au
Directeur général les demandes de documentation
médicale et de matériel spécial d'enseignement
émanant des gouvernements de la région, en les
accompagnant de recommandations; le Directeur
général les étudiera en s'inspirant des directives
établies par l'Assemblée de la Santé et par le
Conseil Exécutif et en tenant compte des limitations budgétaires.
3.3 Le Directeur général fera une répartition
provisoire de crédits à chaque région. Dans les
limites de cette répartition régionale provisoire,
le directeur régional recommandera au Directeur
général les montants à accorder à chacun des
pays de la région.
3.4 Après avoir examiné les propositions et les
recommandations, le Directeur général approu-
vera le programme relatif à chaque pays et
informera le directeur régional des crédits pertinents alloués à cet effet.
3.5 Les directeurs régionaux seront chargés d'obtenir les demandes particulières de documentation médicale et de matériel spécial d'enseignement, l'acquisition et l'expédition de ces fournitures se faisant conformément aux instructions
détaillées prescrites par le Siège.
53
5. Comités régionaux
A titre de principe à adopter pour l'avenir, il
semble qu'il y aurait intérêt à tenir les réunions
des comités régionaux aux environs de septembre c'est -à -dire après la session de l'Assemblée de la
Santé et celle du Conseil Exécutif qui la suit immédiatement. En effet, les délégués auraient alors le
temps de consulter leurs gouvernements respectifs
et d'établir des plans pour l'année suivante ainsi
que pour l'année d'après, et la réunion aurait lieu
assez tôt pour que les comités régionaux soumissent
leurs prévisions de programmes au Siège avant la mioctobre. Il a été considéré que les comités régionaux
devraient normalement se réunir une fois par an.
6. Relations avec d'autres institutions
Les directeurs régionaux sont chargés de collaborer avec les bureaux régionaux d'autres institutions, telles que le FISE, l'OAA et d'autres encore,
suivant qu'il y aura lieu, pour appliquer des programmes mixtes ou des programmes similaires. Il a
été convenu avec le FISE, par exemple, que les
directeurs régionaux de l'OMS et les directeurs
régionaux du FISE aideront conjointement les
gouvernements à élaborer et à présenter des propositions concernant leurs programmes sanitaires.
[Extrait de EB5 /AF /4]
II janvier 195o
Annexe 6
TABLEAU COMPARATIF DES RÉUNIONS DES COMITÉS D'EXPERTS EN 1949, 1950, 1951 1
Nombre de Membres
Nombre de sessions
Comités d'experts
Activité *
195o
1949
1949
Services épidémiologiques
Nombre de jours par session
Epidémiologie internationale et Quarantaine
- Sous -Comité juridique
Insecticides
1950
1951
195o
1951
9
12
4
2
5
5
9
4
5
1
5
6
6
2
2
1.
1
1
2
1
1
1
1949
5/12
10/5
1951
au
Nombre
de jours
14/12
10
6
6
15/5
6
5
7
6
6
3
6
7
7
3
3
3
3
6
6
6
Fièvre jaune, Groupe consultatif d'experts
Rage
Brucellose
Statistiques sanitaires
1/12
6/12
6
1
8
1
Peste
Choléra, Groupe mixte OIHP /OMS
d'études
Schistosomiase africaine (Bilharziose),
Groupe mixte OIHP /OMS d'études
1
6
19/9
24/9
6
1
4
18/11
19/11
2
1
4
24/10
29/10
6
Statistiques sanitaires
- Statistiques hospitalières,
1
23/5
28/5
6
Sous -Comité
- Statistiques du Cancer, Sous -Comité
2
2
2
2
2
2
8
5
5
6
4
6
4
- Définition de la mortinatalité et
avortement, Sous -Comité
.
.
1.
5
1 Voir rapport du Comité permanent, Section I, chapitre 2, p. 16.
* Le groupement des activités est antérieur aux changements de structure effectués d'après les recommandations du Comité permanent.
7
TABLEAU COMPARATIF DES REUNIONS DES COMITÉS D'EXPERTS EN 1949, 1950, 1951 (suite)
Nombre de sessions
1949
1949
Standardisation biologique
- Vitamines liposolubles, Sous -Comité
Unification des Pharmacopées
.
.
.
Drogues susceptibles d'engendrer la toxi.
comanie fi
Administration de la Santé publique
Hygiène professionnelle, Comité mixte
.
OIT /OMS
Hygiène des gens de mer, Comité mixte
OIT /OMS
1
2
1950
-
2
2
-- - - 1
Hygiène dentaire
Soins infirmiers
Education sanitaire du public
Assainissement
1
Paludisme
Tuberculose
Maladies vénériennes
1951
1
2
2
2
2
1
1
1
1
1
1
- Habitation, Sous -Comité
Action en faveur des campagnes contre les maladies transmissibles
1
1
Antibiotiques
Organisation des Services
de Santé publique
Nombre de jours par session
Comités d'Experts
Activité *
Substances thérapeutiques
Nombre de Membres
1
1
1
1
1
1
1
1
1949
10
11
7
1950
- 8
8
-- - - 5
4
6
8
9
9
4
4
4
4
4
9
13
1
1
2
12/12
12/9
-
29/1
17/12
17/9
1950
1951
- -
6
4
10
10
11.
12
12
- - - -
7
7
7
6
6
5
6
5
6
10
6
6
7
6
6
6
5
6
5
8
5
13
5
11
9
10
12
9
12
6
8
12/10
20/10
9
5
10
15/8
15/11
90
30/5
1/6
6
1
5
--
7/5
29/4
30/4
5/10
Nombre
de jours
17/8
30/7
20/10
2
1
11
2/5
26/4
20/4
26/9
24/1
au
10/8
26/7
10/10
1
1
1
7
du
13
11
13
13
1
1
8
6
11
9
12
1
8
8
9
6
1951
11
8
9
- Sérologie et Techniques de Laboratoire, Sous- Comité
Commission d'étude de la syphilis
aux Etats -Unis d'Amérique
.
Commission internationale antivénérienne du Rhin (session préparatoire)
.
1
1
-
-
7
9
- - -
* Le groupement des activités est antérieur aux changements de structure effectués d'après les recommandations du Comité permanent.
t Antérieurement « Médicaments engendrant l'accoutumance ».
3
- - -
TABLEAU COMPARATIF DES RÉUNIONS DES COMITÉS D'EXPERTS EN 1949, 1950, 1951 (fin)
Activité *
Comités d'Experts
1949
1949
Amélioration de la santé
Hygiène de la Maternité et de l'Enfance
- Naissance prématurée, Groupe d'experts pour l'étude de
- Hygiène scolaire, Sous -Comité pour
l'étude de
- Soins de maternité et hygiène des
mères, Sous -Comité
- Conférence sur les aspects mentaux
de la pédiatrie et sur les soins
aux enfants
Santé mentale
.
quance, Sous -Comité
Nutrition, Comité mixte OAA /OMS
.
Formation professionnelle et technique
de personnel médical et auxiliaire
.
.
- Echange d'Informations scientifiques, Sous- Comité
1
-1
- Toxicomanie, Groupe d'experts
- Alcoolisme, Groupe d'experts
- Aspects psychiatriques de la délin-
Enseignement professionnel et technique
Nombre de jours par session
Nombre de Membres
Nombre de sessions
1
195o
1
1
1
2
1
1
1
- 1
1951
1949
1950
1951
10
9
- - - - -- -- -
-
1
11
5
du
au
Nombre
de jours
1950
24/1
29/1
6
6
1
1
6
9
24/10
28/10
- - --- -
7
7
1
1
1
1
5
-
-
-
-
6
6
-9
5
12
12
-
--
29/8
7
5
6
--
5
1
1951
5
* Le groupement des activités est antérieur aux changements de structure effectués d'après les recommandations du Comité permanent.
2/9
6
6
6
6
6
5
8
8
5
5
5
6
5
6
6
6
-
3
ANNEXE 7
57
Annexe 7
FONCTIONS DE LA DIVISION DE COORDINATION DES PLANS ET DE LIAISON 1
Rapport du Directeur général
1. Place de la Division dans l'Organisation Dans le cadre des Nations Unies
L'Assistant spécial du Directeur général, qui est
également Directeur de la Division de Coordination
des Plans et de Liaison, fait rapport au Directeur
général. En sa qualité de fonctionnaire chargé de
la coordination, il travaille en collaboration avec les
Sous- Directeurs généraux et les Directeurs régionaux et il est, d'une manière générale, responsable
envers eux. La Division comprend les services suivants:
i) Bureau des Plans et de Liaison (Genève et
New -York) ; et
2) Bureau des Rapports et de l'Analyse (Genève).
2. Objectifs
La principale fonction de la Division est d'assurer
la coordination des plans et des rapports relatifs
à chaque programme, ainsi que l'évaluation de ces
mêmes programmes, qu'ils soient proposés et admi-
nistrés par l'OMS ou, conjointement, par l'OMS
et d'autres institutions.
La Division encourage également l'établissement
et l'échange de renseignements entre l'OMS, les
organes des Nations Unies et les organismes non
gouvernementaux. Ces renseignements concernent
les plans, l'exécution et les résultats des divers pro-
grammes ainsi que leur rapport avec les progrès
réalisés à l'échelon régional et à l'échelon international dans l'amélioration des conditions sanitaires.
La Division s'efforce également, au stade de l'élaboration des plans, de promouvoir des propositions
relatives à de nouveaux projets, conjointement avec
d'autres institutions. Dans de nombreux cas, ces
propositions sont le - résultat direct de contacts
avec d'autres institutions, et les progrès accomplis
sont réciproques.
Une autre fonction de la Division est de faire en
sorte que les services afférents aux réunions des
organes directeurs de l'OMS fonctionnent avec la
plus grande efficacité possible. Cette activité com-
porte la direction des travaux de secrétariat des
sessions du Conseil Exécutif et de l'Assemblée
Mondiale de la Santé.
La fonction générale de la Division consiste à
promouvoir et à faciliter la coordination des programmes entre institutions et à l'intérieur de l'Organisation. Cette coordination est assurée par la
Le travail de coordination dans le domaine économique et social comporte les activités ci- après:
i) Aider l'OMS, les organes des Nations Unies et
d'autres institutions spécialisées à élaborer leurs
programmes conjointement, dès le stade initial.
2) Instituer des méthodes permettant aux organisations d'évaluer conjointement les programmes,
et en encourager l'emploi. Les méthodes utilisées
à ce sujet consistent notamment à:
a) représenter l'OMS à des réunions des Nations
Unies et d'autres institutions (y compris le
Conseil Economique et Social), le représentant de
l'OMS étant un fonctionnaire chargé de l'élaboration de plans, qui reçoit des instructions appropriées et qui est à même de donner des avis sur
les plans de l'OMS et d'encourager la coordina-
tion, au stade de l'élaboration des plans, avant
que des engagements n'aient été pris par une
autre institution; attirer l'attention sur les engagements pris et les perspectives probables d'évolution; fournir tous renseignements sur les plans
et les activités - passés, présents et proposés de l'OMS; associer les vues et l'expérience de
l'OMS aux délibérations de l'organisme intéressé; faire rapport à l'OMS sur les résultats
obtenus;
b) prendre des dispositions, en consultation avec
les services compétents de l'OMS, pour assurer
la participation de l'OMS aux travaux du Comité
administratif de Coordination, de ses organes
subsidiaires, du Bureau de l'Assistance technique,
et d'autres organismes communs à plusieurs institutions;
c) faciliter les relations techniques entre institu-
tions, sur le plan du travail, afin que les projets
relatifs aux programmes communs puissent être
mis à exécution aussi rapidement que possible ;
d) encourager et organiser la représentation réciproque à des réunions d'autres institutions, lorsque ces réunions sont de moindre importance ou
ne sont pas appelées à s'occuper de questions de
principe, ce qui réduirait sensiblement les dépen-
ses de voyage et autres, tout en assurant la
liaison nécessaire et la confiance mutuelle;
par des efforts de persuasion et par le contrôle
subséquent. La division formule également des
e) porter à la connaissance des délégués aux
réunions de l'OMS et d'autres organismes des
Nations Unies, ainsi qu'à la connaissance des
représentants des délégations permanentes, les
recommandations lorsque doivent être prises des
décisions de nature à affecter les principes directeurs et qui intéressent à la fois l'OMS et d'autres
institutions appartenant au système des Nations
Unies ou d'autres organismes.
plans et les faits nouveaux pertinents, propres à
l'OMS, et les responsabilités assumées par elle;
f) obtenir la documentation pertinente concernant les décisions, les plans et les faits nouveaux
survenus dans le système des Nations Unies et
3. Responsabilités particulières
susceptibles d'intéresser l'OMS, annoter cette
documentation et l'envoyer aux fonctionnaires
réunion de renseignements, par des contacts directs,
Les responsabilités, ainsi que les méthodes et
procédures utilisées, sont exposées ci -après pour
chacun des grands domaines d'activité :
1 Voir Rapport du Comité permanent, Section II, chapitre 2, p. 28.
responsables de l'OMS.
3) Etablir des circulaires d'information, sur les
initiatives prises par les institutions des Nations
Unies et pouvant avoir des conséquences pour
l'OMS, et veiller à la distribution de ces circulaires.
58
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
4) En collaboration avec les services de la Bibliothèque, veiller à la distribution générale, à l'intérieur de l'OMS, des documents périodiques perti-
nents, émanant de l'Organisation des Nations
Unies.
Dans le cadre du Secrétariat de l'OMS
I) Assurer la coordination générale des plans.
z) Préparer, à l'usage du Secrétariat ou d'organes
extérieurs à lui, des rapports mensuels et annuels
sur les programmes de l'OMS et leurs progrès.
3) Elaborer des méthodes et procédures pour l'évaluation des programmes. Les méthodes sont les
suivantes:
a) participer aux conférences que tiennent les
Directeurs et en assurer le secrétariat, et notamment la rédaction des ordres du jour, la mise au
point, par écrit, des décisions et leur diffusion ;
b) aider le Service du Budget et les Services
d'Edition à déterminer les dates des travaux
relatifs au programme et aux prévisions budgé-
taires annuelles de l'OMS et à la préparation
de ces documents, ainsi que la forme sous
laquelle ils doivent paraître;
Conseil Exécutif et à l'Assemblée de la Santé, de
programmes et de propositions, y compris ceux qui
résultent de plans établis en commun entre institutions ou qu'il est proposé d'administrer en commun.
Ces travaux comprennent les activités suivantes:
a) préparer, en consultation avec d'autres divisions du Secrétariat, des propositions relatives
aux dates de réunions et aux plans concernant
les sessions du Conseil Exécutif et de l'Assemblée
Mondiale de la Santé;
b) rédiger et établir, en consultation avec d'autres divisions, les ordres du jour des sessions;
donner des instructions pour la préparation des
documents nécessaires et, le cas échéant, rédiger
les projets de résolution appropriés;
c) recommander les principes à suivre et les pro-
cédures à appliquer, y compris ceux relatifs à
l'utilisation du personnel, en ce qui concerne la
présentation de propositions de programmes;
d) administrer et, dans la mesure nécessaire,
assurer le secrétariat des réunions. Cette tâche
comprend la préparation et /ou la revision des
rapports et procès- verbaux. La Division de Coor-
dination des Plans et de Liaison aide à vérifier,
au point de vue de leur exactitude technique, les
procès- verbaux des réunions établis par la Division des Services d'Edition et de Documentation.
c) préparer et faire circuler des rapports mensuels de situation; déterminer, en consultation
avec d'autres divisions, les méthodes les plus Avec des organisations non gouvernementales
efficaces pour l'établissement des rapports sur I) La coordination des activités et des programmes
internationaux et régionaux, concernant les orgales programmes et l'évaluation de ceux -ci;
d) établir un système de relevés des programmes nisations non gouvernementales et l'OMS, est
et des propositions de projets, leur calendrier et assurée primordialement par un vaste système de
leur développement. Le relevé porte sur tous rapports et de comptes rendus.
les programmes intéressant l'OMS, qu'ils soient
directement administrés par elle, par une autre
institution internationale ou conjointement par
l'OMS et ces institutions;
e) aider d'autres départements et, sur leur
demande, leur fournir des avis sur la forme sous
laquelle doivent être publiés les rapports annuels
adressés par des gouvernements à l'OMS, et sur
la distribution de ces rapports;
f) revoir les lettres circulaires adressées aux gouvernements, en s'assurant que la documentation
relative au questionnaire a suivi la filière prévue
dans le système des Nations Unies;
g) en consultation avec les autres bureaux, fixer
les grandes lignes du Rapport annuel du Directeur
général, le rédiger et prendre des dispositions
pour sa distribution;
h) préparer la documentation nécessaire au
Conseil Economique et Social et à d'autres organismes ou prendre les dispositions pour la préparation de cette documentation.
Avec le Conseil Exécutif et l'Assemblée Mondiale de
la Santé 2
Coordination des dispositions en matière de
secrétariat, à l'exclusion de l'aspect « ménager »
de la question, en ce qui concerne les réunions des
organismes directeurs de l'OMS; présentation, au
9 La Division n'a pas de rapports directs avec les comités
d'experts, sauf dans la mesure où des comités mixtes
d'experts constituent fréquemment l'un des résultats auxquels aboutissent les activités de la Division. Celle -ci est
toutefois responsable des instructions à donner aux personnes qui participent à ces réunions, sur les questions de
politique générale; elle est également responsable de la
publication du calendrier des réunions des comités d'experts et de la rédaction des résolutions qui découlent de
leurs rapports. La Division aide, sur demande, à diriger
des réunions de comités régionaux.
2) La Division encourage également le développement des programmes sanitaires, internationaux et
régionaux, des organisations non gouvernementales
et la mise en oeuvre de nouveaux programmes présentant un intérêt pour l'OMS. Ce travail comprend
les activités suivantes:
a) fournir, en consultation avec les groupements
intéressés, des exposés de la politique de l'OMS,
visant à développer l'exercice d'activités sanitaires de la part des organisations non gouvernementales qui collaborent avec l'OMS;
b) sous réserve des décisions du Conseil Exécutif
et de son Comité permanent des Organisations
non gouvernementales, surveiller les relations
officielles avec les organisations non gouvernementales et recommander l'établissement, le
maintien ou la cessation de ces relations;
c) établir et encourager la représentation réciproque et les échanges d'informations;
d) étudier et faire rapport périodiquement sur
l'établissement de relations officielles et officieuses
entre l'OMS et des organisations non gouvernementales, ainsi que sur les résultats obtenus
grâce à ces relations. Une action analogue porte
sur les plans et le développement d'activités
sanitaires, d'ordre national et international, de
la part des organisations gouvernementales régionales, tout spécialement en ce qui concerne
la relation entre ces activités et l'OMS.
4. Relations de travail avec d'autres parties
de l'Organisation
Au Bureau du Siège. Des relations directes sont
maintenues: avec les autres Directeurs, lors de
conférences régulières et par d'autres moyens; avec
les Services du Budget et les Services d'Edition,
notamment pour la préparation du programme et
ANNEXE 7
59
et des Actes officiels; avec le Service des Documents,
d) les rapports, ordinaires et autres, ainsi que
les documents de travail pertinents des institu-
au sujet de la distribution intérieure et extérieure
tions spécialisées.
de la documentation ; avec les Services de la Bibliothèque, à propos de la circulation générale des infor-
Les rapports établis par le Secrétariat même de
l'OMS comprennent:
a) les rapports mensuels de situation provenant
des principaux services de l'OMS, y compris les
des prévisions budgétaires, des rapports imprimés
mations périodiques et autres. Des relations sont
maintenues avec tous les services principaux grâce
à la documentation qu'ils envoient pour les rapports mensuels de situation et qui fait l'objet d'une
coordination, sans perdre de vue la liaison avec les
autres organisations des Nations Unies et avec les
organisations non gouvernementales. L'affectation
de personnel aux sessions du Conseil Exécutif et
de l'Assemblée Mondiale de la Santé assure encore
des contacts supplémentaires.
Avec les bureaux régionaux. Les relations de travail
sont comparables à celles qui sont établies avec les
services principaux du Bureau du Siège. Il est
procédé à un échange direct de correspondance avec
les directeurs régionaux.
Avec d'autres bureaux. Les relations de travail sont
ordinairement assurées par la voie des services
compétents du Bureau du Siège. Des contacts
directs occasionnels et un échange de correspondance ont parfois lieu, mais sous réserve de consultations appropriées avec les services compétents des bureaux régionaux.
5. Rapports
Les rapports mensuels de situation émanant des
autres services de l'OMS sont coordonnés, collationnés, mis au point et rédigés à nouveau dans le
rapport mensuel de situation de l'Organisation.
Ce rapport, qui fait l'objet d'une distribution pré-
établie à l'intérieur de l'OMS, est utilisé pour
faciliter l'administration intérieure et pour l'information du personnel tout entier. En outre, il constitue une source de documentation pour la préparation du Rapport annuel du Directeur général.
Les rapports résultant de l'élaboration de plans
en commun ou de fonctions de liaison exercées par
certaines personnes dans le cadre de la Division
et en dehors de celle -ci, sont centralisés. Ces renseignements, accompagnés de documents spéciaux
sur la situation, sont utilisés pour donner des
instructions aux personnes qui auront à accomplir
une mission de représentation, pour évaluer les
activités et, enfin, dans le domaine de la liaison et
de la coordination des plans.
Les rapports sur les résolutions, les plans et les
progrès d'autres institutions appartenant au système des Nations Unies et des organisations non
gouvernementales sont analysés pour être distribués
de façon appropriée à l'intérieur de l'OMS. Il s'agit
là d'une pratique déjà établie mais qui sera développée.
Rapports reçus
Les rapports émanant d'organismes appartenant
au système des Nations Unies sont revus, distribués
et classés. Ils comprennent :
a) les documents, rapports et résolutions de
l'Assemblée générale des Nations Unies, du
Conseil Economique et Social, du Conseil de
Tutelle et de leurs organes subordonnés;
b) les rapports généraux et spéciaux du Secrétaire général;
c) les documents, procès- verbaux et décisions
du Comité administratif de Coodination, de ses
bureaux régionaux et les bureaux temporaires
spéciaux pour certaines régions;
b) les documents destinés aux sessions du Conseil
Exécutif et de l'Assemblée Mondiale de la Santé;
des dispositions sont prises pour la présentation
de ces documents, dont on s'assure qu'ils sont
conformes et complets, les projets de résolution
faisant l'objet d'une attention particulière;
les rapports des commissions de l'Assemblée
Mondiale de la Santé, rapports qui sont intégrés
c)
et utilisés pour la rédaction des rapports définitifs des sessions.
Les rapports des organisations non gouvernementales comprennent généralement des comptes
rendus périodiques sur le développement de leur
activité et des propositions nouvelles. Ils sont
examinés et mis en circulation.
Rapports établis
a) Le programme et les prévisions budgétaires
annuelles de l'Organisation, préparés en collaboration avec les départements intéressés, les Services d'Edition (pour le style et la présentation),
et avec la Section du Budget;
b) rapports annuels du Directeur général pour
distribution générale et statutaire;
c) projets de rapports des sessions du Conseil
Exécutif, préparés sur la base de notes relatives
aux décisions prises (suivant approbation du
Rapporteur) et projet de rapport sur les résolu-
tions adoptées par l'Assemblée de la Santé,
préparé sur la base des rapports des Commissions
de l'Assemblée, tels qu'ils ont été approuvés par
les comités de rédaction et les rapporteurs;
d) rapports mensuels intérieurs de situation de
l'Organisation;
e)
autres rapports demandés par les Nations
Unies ou les institutions spécialisées;
f) procès- verbaux des réunions des Directeurs,
pour circulation intérieure restreinte;
g) documents traitant des directives générales
et brochures d'information destinés à être utilisés
dans l'Organisation ou au dehors. Ces documents
comprennent les instructions destinées aux représentants qui assistent à des réunions organisées
à l'extérieur;
h) rapports de situation sur les relations avec
les organisations non gouvernementales, tant
pour la circulation intérieure qu'extérieure;
i) calendriers des réunions intéressant l'OMS.
Ceux -ci, destinés à la circulation intérieure,
indiquent les dates des réunions convoquées par
l'OMS, par les autres institutions appartenant
au système des Nations Unies et par les organisations non gouvernementales en relation avec
l'OMS.
Rapports supplémentaires
Des rapports intérieurs supplémentaires ne sont
pas envisagés. Cependant, le développement métho-
et ceux du Bureau de
dique des activités, dont témoignent les rapports
mensuels de situation, sera amplifié par suite de
l'Assistance technique et de ses organes subsidiaires lorsqu'ils auront été constitués;
l'introduction de nouvelles techniques en matière de
relevés et d'analyse des programmes. Les rapports
organes subsidiaires,
CONSEIL E)dCUTIF, CINQUIÉME SESSION, PARTIE II
mensuels de situation serviront non seulement de
source d'information pour le personnel mais ils
constitueront également un instrument de gestion
administrative.
au courant des faits nouveaux survenus à l'intérieur de l'OMS, et aussi du système des Nations
Dans le cadre des Nations Unies, il existe un
besoin urgent d'établir une série de rapports de
situation unifiés, portant sur les principaux do-
saire.
maines d'activité. Ces rapports auront une immense
valeur pour l'élaboration de programmes d'ensemble et l'évaluation des programmes, notamment de ceux dont les plans ont été établis conjointement par plusieurs institutions. La division
encourage l'établissement de rapports de ce genre.
6. Utilisation efficace des ressources en personnel
Unies. Des conférences réunissant le personnel de
la Division sont organisées lorsque cela est néces-
8. Volume de travail par fonctions principales
et personnel supplémentaire nécessaire
Pour l'ensemble de la Division,3 les pourcentages indiquant le temps que le personnel a, en
1949, consacré à l'exécution des fonctions principales et le volume de travail qu'il lui faudra probablement effectuer en 195o, y compris les répercus-
sions sur les besoins en personnel, sont évalués
comme suit :
Dans le cadre de l'OMS. Le degré d'efficacité dépend d'une action unifiée en matière de program-
Fonctions principales
et domaines
de responsabilité
mes, d'un échelonnement chronologique des fins
visées par les programmes, et des progrès réalisés.
Temps consa- Volume du travail prévu pour
cré en 1949
(en pour-
x950 et son incidence sur
les besoins en personnel
centage)
La Division y contribue en assurant la coordination
1.
des buts que se proposent les programmes et les
projets, en établissant les tableaux chronologiques
y relatifs et en rendant compte du développement
Coordination des
plans relatifs à de vas-
Augmentation probable du volume de tra-
tes programmes dans
vail, notamment en
le cadre des Nations
Unies, y compris les
relation avec le pro-
général des activités, d'après les indications contenues dans les divers rapports mensuels de situation,
Dans le cadre des Nations Unies, la Division
représente également l'Organisation, ou prend des
dispositions pour en assurer la représentation, afin
d'obtenir le maximum de collaboration, de compréhension et de participation de la part des institutions qui établissent des plans et procèdent à des
opérations. C'est l'une des responsabilités importantes de la division que de contribuer à empêcher,
sur le plan international, le chevauchement des
efforts.
Dans le cadre de la Division. La plus grande partie
du travail, qu'il s'agisse de rapports officiels ou
d'autres communications, paraît rapidement sous
forme imprimée. Le rendement apparaît dans la
manifestation de qualités et d'aptitudes multiples
et, pour ainsi dire, « polyvalentes n. Chaque fonc-
tionnaire est invité à apprendre toujours davantage, et il est également encouragé à assumer, dans
toute la mesure possible, les devoirs et les responsabilités de fonctionnaires attachés à d'autres ser-
vices de la Division. Des membres du personnel
sont affectés temporairement à New -York et à
Genève afin qu'ils apprennent à connaître à fond le
travail et le personnel de l'autre bureau. Les rela-
tions entre divisions sont encouragées à tous les
échelons. Comme les résultats du travail des
membres de la Division, par le moyen de la liaison
et de l'établissement de rapports, sont constamment et rigoureusement contrôlés à l'intérieur de
cette Division, ainsi qu'à l'intérieur et à l'extérieur
de l'Organisation, un niveau élevé d'efficience doit
être maintenu. Cette efficience se mesure à l'aptitude à observer des délais limites, à l'établissement
gramme d'assistance
technique; elle nécessitera l'emploi de 4
fonctionnaires supplémentaires - fonctions
fonctions de liaison et
l'établissement de rap-
ports à l'intérieur du
Secrétariat, comme il
est exposé ci- dessus.
2. Coordination des
35
médicales, liaison, etc.
plans relatifs au pro-
Augmentation du volume de travail paral-
gramme de l'OMS,
échelonnement chro-
lèle à l'exécution de
projets nouveaux et
nologique et mise en
élargis; elle
oeuvre de ces programmes; relevés et évaluations, comme il est exposé ci- dessus.
l'emploi de personnel
supplémentaire
30
Coordination juridique de l'OMS, comprenant la présentation de propositions de
programmes au Conseil
Exécutif et à l'Assem-
blée Mondiale de la
25
Volume de travail approximativement égal,
tions non gouvernementales.
pour
les rapports, relevés,
etc.
Diminution du volume
de travail à mesure que
les fonctionnaires responsables de l'OMS
acquerront l'expérience des sessions du Conseil Exécutif et de
l'Assemblée
3.
Santé, ainsi que le secrétariat nécessaire.
4. Coordination et liaison avec les organisa-
exigera
ou légère augmenta 10
tion.
5.
Vers la fin de l'année
économique.
(195o) il sera sans
doute nécessaire d'engager un fonctionnaire
Assistance technique au développement
médical de catégorie
supérieure, un fonc-
tionnaire du budget
(Genève) et deux ou
trois autres fonction-
naires au Bureau de
rapide de rapports clairs et bien rédigés et à la
mesure dans laquelle est maintenue une liaison
New -York. Cette évaluation devra peut -
satisfaisante.
rieurement et l'effectif
prévu augmenté.
7. Connaissance des principes et des rela-
être être revisée ulté-
tions de l'OMS
Comprendre les conceptions dont s'inspire l'OMS,
être capable de faire connaître à d'autres son programme et ses principes, être familiarisé avec ses
méthodes et ses relations de travail, telles sont les
aptitudes essentielles que doivent posséder les
fonctionnaires de la Division. Celle -ci s'efforce de
tenir rapidement et convenablement son personnel
8 A cette fin, la division peut être considérée comme
ayant eu, en 1949, la composition suivante: ro fonctionnaires - fonctions médicales, liaison, administration et
rapports (7 à Genève, 3 à New -York) - et 6 secrétaires ou
commis (4 à Genève, 2 à New -York). Cet effectif ne com-
prend pas le fonctionnaire chargé de la liaison avec la
presse et sa secrétaire. Un commis supplémentaire est
attaché au Bureau de liaison de New -York où il est, avant
tout, chargé de questions administratives et financières.
6r
ANNEXE 7
TEMPS CONSACRÉ AUX FONCTIONS PRINCIPALES EN 1949 (EN POURCENTAGE)
Effectif
du
personnel
Service 4
Coordination des plans relatifs aux programmes ou activités
de liaison
Système
Intérieur
des Nations
de
l'OMS
Unies
.
.
Liaison et plans (Genève) .
Liaison et plans (New -York)
Rapports
Analyse des programmes
Moyennes arrondies
.
de la Santé
Organisa-
tions non
gouvernementales
.
.
15
40
50
75
10
10
2
20
60
40
16
37
35
2
3
5
4
.
Total
%
%
Bureau du Directeur
Total et moyennes
Conseil
Exécutif,
Assemblée
35
15
10
40
10
25
30
10
100
100
100
100
100
30
24
9
100
30
25
10
100
5
TEMPS CONSACRÉ AUX RÉUNIONS
Environ 25% du temps de la Division - non compris celui qui est consacré aux programmes et prévisions budgétaires
annuels et au Rapport annuel du Directeur général - sont absorbés par les sessions des organes directeurs. Si l'on admet
que l'année moyenne de travail (1949) comporte environ 240 jours, et que le temps consacré (en 1949) aux deux sessions
du Conseil Exécutif et à la session de l'Assemblée Mondiale de la Santé a été réparti à peu près également, le nombre
moyen de journées- homme, par fonctionnaire et pour l'ensemble de la Division, que celle -ci consacre aux sessions du
Conseil Exécutif et de l'Assemblée Mondiale de la Santé, a été évalué comme suit:
Nombre de journées -homme relatives soit au
Conseil Exécutif (deux sessions), soit à l'Assemblée
Répartition
du temps
en pourcentage
Fonctions
de la Santé
Pour l'ensemble du personnel
Par fonctionnaire
Secrétaires
Personnel
adminis-
et sténo-
tratif et
médical
dactylo I
Nombre total
de journées -
homme pour
les sessions
du Conseil
Exécutif et
de l'Assemblée
Total
de la Santé
(ensemble)
graphes
Préparation de documentation à l'intérieur de la
Division
Arrangements de secrétariat avant les sessions .
10
3
33
15
48
96
50
15
165
75
240
480
40
12
132
60
192
384
100
30
330
150
480
960
Direction du secrétariat
pendant les sessions
.
.
Total
9. Sélection et affectation du personnel
Toute l'attention voulue est donnée aux titres et
aptitudes nécessaires, entre autres à l'aptitude à
analyser les activités relatives au programme et à
les coordonner les unes avec les autres et avec les
activités connexes d'autres institutions; l'aptitude
à travailler, avec exactitude, à un rythme accéléré
et soutenu pendant les conférences et à d'autres
moments; l'aptitude à présenter des rapports et
expliquer avec clarté des plans, des structures organiques et les faits nouveaux survenus; et l'aptitude
à assumer et remplir les fonctions d'autres per-
tude à travailler efficacement avec elles présentent
une importance majeure. Ces aptitudes sont jugées
d'après l'intérêt manifesté par le candidat à l'égard
des questions internationales et par l'expérience
qu'il en possède, par l'étendue de sa culture générale et par sa connaissance spéciale du travail des
institutions appartenant au système des Nations
Unies.
Les critères déterminant l'importance de la position à offrir sont les responsabilités techniques et
spéciales que comporte le poste, ainsi que les titres
et qualifications, l'expérience, la personnalité et
sonnes dans le cadre de la Division.
Des descriptions adéquates du travail requis, préparées en collaboration avec le Bureau du Personnel, indiquent nettement aux candidats quelles sont
les exigences que comportent les postes. Quand le
l'aptitude du candidat à se familiariser avec les
candidat est nommé, on lui fait comprendre les
Le Directeur général décide des voyages que doit
accomplir le Directeur par intérim de la Division.
fonctions qui lui sont confiées, au cours de conversations et au moyen d'instructions que lui donnent
le Directeur de la Division, ainsi que des fonctionnaires de cette Division et d'autres services.
La faculté de comprendre et d'apprécier les
problèmes qui se posent au sujet de personnes
appartenant à des groupes culturels divers et l'apti4 Au 1er novembre 1949
questions internationales.
10. Voyages
Celui -ci décide et autorise les voyages du personnel
de la Division. En outre, il donne des avis sur
l'utilité et la nécessité de voyages à effectuer par
d'autres personnes qui peuvent être choisies pour
représenter l'OMS à des réunions intéressant l'Organisation.
62
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
Annexe 8
VOIES ET MOYENS PERMETTANT D'ASSURER L'EFFICACITÉ DU FONCTIONNEMENT
ET MESURE DANS LAQUELLE ILS SONT UTILISÉS DANS LA PRATIQUE 1
Rapport du Directeur général
1. Appréciation des modifications virtuelles
tion première dans le choix du personnel. Le soin
de structure résultant de modifications
de maintenir un juste rapport entre les intérêts
spécialisés et l'ensemble du groupe incombe au
Il n'est pas facile d'apprécier jusqu'à quel point
Directeur général. Cette responsabilité a été constamment présente à l'esprit dans les choix récents
survenues dans le personnel supérieur
les modifications survenues dans le personnel supérieur pourront, éventuellement, affecter la structure
de l'Organisation. Le présent rapport sur la structure organique proposée pour 195o indique l'objet
et l'étendue de ces modifications ainsi que les raisons
qui les justifient. L'organisation qui existait en
octobre 1948 était, en quelque sorte, une construction provisoire reposant sur le personnel employé
à ce moment, ou considéré comme disponible, pour
l'exécution du programme tel qu'il était alors
envisagé. De plus, comme il n'y avait pas de système approprié de classification des postes, les
notions n'étaient pas très claires sur ce que devait
être la configuration générale du personnel. Un
certain nombre de postes supérieurs étaient vacants
(quelques -uns, d'ailleurs, le sont encore). Il est
incontestable que les changements survenus dans
le personnel supérieur, pendant l'année 1949, ont
exercé une influence déterminante sur les modifications apportées à l'organisation. Dans les conditions créées par un programme en voie de développement, et étant donné la nature des compétences
et de l'expérience que pouvaient offrir les personnes
engagées, il ne pouvait en être autrement et il
n'était d'ailleurs pas souhaitable qu'il en fût autrement.
La structure organique est une conception qui
n'a pas de réalité propre. Elle découle d'une fonction et sert uniquement à réaliser de façon efficace
des fins clairement envisagées. Il est possible, en
restant dans des limites très larges, de fixer les
buts à atteindre, mais, dans une société dynamique,
les moyens de les atteindre se modifient constamment, alors que les règles qui président à l'emploi
de ces moyens ne changent que plus lentement. La
structure des institutions est, moins que toute autre,
susceptible de se modifier, car on touche alors à des
droits acquis. On peut dire que la valeur du personnel supérieur se mesure à sa faculté de s'adapter aux
modifications et de poursuivre avec compétence,
par de nouveaux moyens, la réalisation de fins
préalablement approuvées.
Les changements dans le personnel supérieur présentent toujours un danger latent. Ce danger existe
d'ailleurs dans les premiers stades du développement de toute organisation nouvelle ou lors de modifications dans la structure d'institutions déjà
anciennes. C'est là le danger qui guette les «bâtisseurs d'empires ». Sans doute, l'ardent désir de
développer des domaines d'intérêt spéciaux est -il un
phénomène psychologique sain et normal; mais
l'aptitude à maintenir cet intérêt dans des limites
raisonnables doit être considérée comme une condi1 Voir rapport du Comité permanent, Section II, chapitre 3, p. 29.
de personnel supérieur et dans les délibérations
relatives à la réorganisation envisagée.
2. Mesures prises pour assurer une connaissance suffisante des différents aspects du
travail
Les moyens adoptés pour assurer que les fonction-
naires responsables du Secrétariat soient suffisam-
ment familiarisés avec le travail des différents
départements sont généralement de deux sortes :
réunions d'une part, documentation (notamment
circulaires) d'autre part.
Les réunions ont lieu à l'échelon de l'Organisation, du département et de la division.
Les réunions à l'échelon de l'Organisation sont
bi- mensuelles; elles groupent le personnel supé-
rieur (50 à 6o personnes). Elles permettent de
prendre connaissance et de discuter des événements
résultant des sessions de l'Assemblée de la Santé,
du Conseil Exécutif, des comités d'experts, et
d'examiner les rapports présentés sur les projets
entrepris ou les plans d'action d'intérêt commun.
Au cours des réunions du personnel des départements ou des divisions, convoquées normalement
pour examiner des questions d'intérêt limité, des
observations sont, d'ordinaire, également présentées
sur des faits intéressant l'Organisation tout entière
et, d'autre part, des discussions interviennent, sui-
vant les besoins, sur la liaison qui peut exister
entre le département ou la division et certains
plans et événements particuliers intéressant d'autres secteurs de l'Organisation.
Les documents et circulaires distribués par les
bureaux du Siège central et des régions représentent une documentation très complète. Elle
comprend : des rapports sur les réunions des prin-
cipaux comités et de comités spécialisés; la documentation préparatoire établie pour ces réunions;
des documents de travail concernant des questions
particulières ou les résultats que commencent à
donner certains plans spéciaux. Le rapport mensuel de situation, relatif à l'Organisation, est distribué au Bureau du Siège et aux bureaux régionaux.
Des réunions sont organisées, de temps à autre,
pour tous les membres du personnel. Des réunions
de ce genre ont eu lieu peu de temps avant l'Assemblée Mondiale de la Santé, tenue à Rome, et deux
ont été organisées depuis lors, l'une pour faire
connaître l'objet et les méthodes de l'enquête sur
la classification des postes, et l'autre afin d'examiner
les plans et méthodes adoptés pour la préparation
du programme et du budget de 1951.
Il est évident que chaque fonctionnaire supérieur
est tenu de veiller à ce que son personnel acquière
la plus haute compétence possible dans son travail.
ANNEXE 8
63
Le but visé est d'obtenir que chaque membre du
personnel sache tout ce qu'il doit savoir sur son
Manuel d'instructions et de règles administratives,
propre travail et sur l'accomplissement de ses fonc-
L'Organisation communique au personnel ses
instructions administratives et ses avis au moyen
d'un Manuel d'instructions et de règles administratives ainsi que par les circulaires du Directeur
tions, et connaisse, en outre, les autres fonctions
qui ont des rapports avec les siennes aussi complètement que cela lui est nécessaire pour s'acquitter
et circulaires du Directeur général
efficacement de sa propre tâche. Le Bureau du
général.
Personnel est disposé à fournir des avis techniques
pour la formation professionnelle du personnel en
Le Manuel d'instructions et de règles administratives est la seule source de référence unifiée pour
les règles, règlements, instructions et dispositions
administratives de l'Organisation tout entière.
Les circulaires du Directeur général contiennent
des renseignements d'ordre général ou des instruc-
fonctions, mais cette aide ne libère pas le chef
hiérarchique de ses responsabilités primordiales.
A son entrée dans une division, le nouveau fonc-
tionnaire est mis au courant de façon complète,
non seulement par les fonctionnaires plus anciens
tions ou règles administratives applicables une seule
de la division, mais aussi par ceux des autres unités
fois ou pendant un temps limité. On se propose
administratives du Secrétariat qui travaillent en
liaison étroite avec cette division. Des contacts
d'introduire certaines modifications dans l'objet et
la portée des circulaires du Directeur général afin
de les rattacher plus étroitement au Règlement du
Personnel. D'autres dispositions seront prises en ce
qui concerne les instructions et règles administratives d'une portée plus limitée.
suivis sont maintenus par correspondance avec les
membres du personnel qui travaillent sur le terrain.
Le personnel du Siège et des autres bureaux reçoit
des instructions l'encourageant à étudier directement les activités dont il est chargé ou au sujet
desquelles il doit être dûment informé. Dans les
services techniques et professionnels, en particulier, les faits nouveaux sont portés à la connais-
sance des intéressés par la distribution, assurée
par l'OMS, de documentation technique. Certaines
sections ou divisions envisagent la distribution de
bulletins d'information à tirage limité.
Le Bureau du Personnel a organisé, à l'intention
de tous les membres du personnel assumant des
responsabilités administratives, un cours sur « les
principes, les méthodes et les problèmes de la
direction d'un service », qui a lieu pendant les
heures de bureau. D'autre part, des cours de
langues française et anglaise ont commencé en
janvier 195o.
Il est d'usage dans les sections et bureaux de
former les membres du personnel pour des tâches
plus ou moins semblables à celles qui leur incombent normalement, afin de réduire au minimum les
interruptions dans le travail pendant les congés
annuels et les congés de maladie, et également
pour rendre le personnel aussi interchangeable que
possible à l'intérieur d'un même service ou entre
services différents.
Un groupe de travail, comprenant des membres
du Département des Services consultatifs et du
Bureau du Personnel, élabore actuellement un programme concret de formation professionnelle des-
tiné à être appliqué au personnel des équipes
travaillant sur place et à d'autres membres du
Réunion annuelle des directeurs régionaux et du
personnel du Siège
L'objet de la réunion annuelle des directeurs
régionaux et du personnel du Siège est, d'une manière générale, de coordonner les diverses activités
et d'assurer que les directives et les plans d'ensemble adoptés soient conformes à ceux qui ont
été établis par l'Assemblée de la Santé et du Conseil
Exécutif et que les programmes élaborés d'année
en année par les différentes Régions présentent
entre eux une certaine uniformité. Ces réunions
de personnel auront plus particulièrement pour
objet :
a) d'étudier l'élaboration de plans
i) de caractère général;
ii) de caractère régional;
b) de discuter les questions techniques;
c) de discuter les règles et pratiques administratives;
d) d'examiner les problèmes généraux concernant les opérations;
e) de permettre des échanges d'informations
entre le Siège et les bureaux régionaux, et entre
bureaux régionaux.
La date et le lieu de ces réunions ne sont pas
encore fixés. De l'avis général, la période convenant
le mieux serait celle qui suit les sessions de l'Assem-
blée de la Santé, à condition que la réunion ait
personnel, avant leur entrée en fonctions dans les
bureaux du Siège ou les autres bureaux de l'Organisation. Le projet tend à ce que tous les nouveaux
membres du personnel:
lieu avant septembre, mois pendant lequel siègent
a) connaissent tous les aspects du programme
Personnel de bureau et sténographes
Les quelques postes qui comportent simplement
d'exécution de l'OMS;
b) soient au courant de la structure et des méthodes financières et administratives de l'OMS;
c) aient une connaissance générale des aspects
des sciences sociales (notamment sociologie,
psychologie sociale et ethnographie) qui sont
utiles pour les opérations sur place de l'action
sanitaire internationale ;
d) soient familiarisés avec les conceptions modernes de l'éducation sanitaire du public;
e) possèdent les connaissances fondamentales et
générales sur le pays dans lequel ils doivent travailler.
les comités régionaux.
3. Méthodes suivies pour le choix et le placement des membres du personnel
un travail de bureau sont pourvus d'après les
demandes conservées dans les dossiers du Bureau
du Personnel et qui émanent de personnes se trouvant sur place et paraissant le mieux répondre aux
conditions requises.
Les sténographes de la catégorie 6 et des catégories inférieures sont recrutées sur place, à Genève,
si possible, ou, dans le cas de la plupart des sténo-
graphes anglaises, en Angleterre, en raison de la
question de langue. Dans l'un et l'autre cas, les
méthodes pratiquées pour le choix des candidates
sont les suivantes. Des annonces sont insérées dans
la presse du pays pour offrir des emplois de sténo-
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
64
graphes, avec l'indication détaillée des conditions
requises. Les demandes reçues sont soumises à un
premier triage, afin de déterminer le niveau d'instruction et l'expérience pratique des candidates.
Etant donné le caractère scientifique des travaux
de l'OMS, on considère que les sténographes doivent
pouvoir justifier d'une immatriculation dans une
université ou d'un degré d'instruction équivalent.
Lorsque la section ou le bureau intéressé a étudié
les demandes des candidats, le Bureau du Personnel
est invité à convoquer un comité des nominations
pour le poste dont il s'agit. Ce comité comprend un
membre du personnel du bureau dans lequel le
poste est à pourvoir, un fonctionnaire du Bureau
du Personnel et, afin d'assurer la présence d'un
tiers désintéressé, un représentant d'un autre
Quant à l'expérience pratique, deux années au
bureau ou d'une autre section. C'est ce comité qui
moins de travail satisfaisant dans un emploi sont
jugées indispensables. Si ces conditions paraissent
remplies, l'intéressée est invitée à se présenter à
vacant.
Genève ou à Londres pour subir un examen et
pour une entrevue.
Il a été établi des textes uniformes pour les
épreuves de prise sténographique et de dactylographie. En même temps que la rapidité voulue,
il est exigé un très haut degré d'exactitude. Si les
candidates subissent avec succès les épreuves pratiques, une entrevue a lieu pour déterminer si elles
possèdent les qualités personnelles de stabilité et
de maturité qui leur permettront de s'adapter
comme il convient au travail de l'OMS et aux conditions de vie à Genève.
Les épreuves ont lieu à Genève, sous la direction
du chef du Service central de sténodactylographie
et, à Londres, sous la direction de membres du
personnel de la Trésorerie britannique. Dans les
deux cas, ce sont des fonctionnaires du Bureau du
Personnel de l'OMS qui ont des entrevues avec les
candidates.
Avant les épreuves collectives instituées à Londres, les candidates sont informées de la nature du
travail qu'elles auront à accomplir, ainsi que des
conditions et du coût de la vie à Genève.
Postes des catégories 7 à r.r
Il s'agit surtout, en l'espèce, de travaux de bureau
d'un degré supérieur ou de travaux administratifs
d'un degré inférieur. Lorsqu'un tel poste est vacant,
un membre du personnel autorisé, appartenant à la
section intéressée, avise le Bureau du Personnel
que le poste est à pourvoir. La vacance de poste est
alors affichée aux Nations Unies et dans les institutions spécialisées, ainsi que dans les bureaux
régionaux et autres bureaux de l'OMS. Cet avis
contient une description du poste, l'indication des
titres requis, de la catégorie et du traitement.
Si des aptitudes et une expérience spéciales sont
exigées, comme, par exemple, dans les Services
d'Edition ou dans les Services administratifs et
financiers, le Bureau du Personnel se mettra, sur
demande, directement en rapport avec les institutions ou organisations considérées comme ayant
des relations avec des spécialistes de la branche
d'activité dont il s'agit. Des avis sont également
insérés dans les journaux professionnels et techniques, en particulier pour les postes vacants dans les
Services d'Edition.
Avant la date de clôture fixée pour la réception
des demandes et indiquée dans l'avis de vacance
de poste, le Bureau du Personnel recherche dans
ses dossiers toutes les demandes reçues antérieurement qui paraissent répondre aux conditions imposées et les joint aux nouvelles demandes.
Le Bureau du Personnel étudie toutes les deman-
choisit la personne destinée à occuper le poste
Le comité peut décider de renvoyer à une date
ultérieure la nomination à un poste vacant si aucun
candidat ne semble posséder le minimum d'aptitudes requises pour ce poste.
Postes des catégories 12 et au- dessus
Les méthodes suivies pour la nomination à ces
postes sont les mêmes que pour les catégories 7 à iz
avec les exceptions suivantes:
i) Il existe un comité permanent des nominations, composé de trois sous -directeurs généraux.
2) Des avis notifiant et décrivant les postes
vacants sont adressés à tous les Etats Membres
de l'OMS, dans tous les cas où le Directeur général
estime que le temps dont on dispose le permet
et qu'il est désirable de le faire pour assurer une
plus large représentation géographique dans les
postes supérieurs.
3) Outre les méthodes de recrutement indiquées
pour les catégories inférieures, le membre du
personnel supérieur que concerne une vacance
de poste des catégories 12 et au- dessus se met en
rapport, par correspondance, avec le personnel
professionnel de la spécialité dont il s'agit, afin
de susciter des candidatures qualifiées pour le
poste en question. Cette correspondance s'effectue entièrement par l'intermédiaire du Bureau
du Personnel, afin d'assurer qu'il ne soit fait
aucune offre ou promesse d'emploi et que, s'il
est donné des indications sur les attributions à
remplir et sur la catégorie du poste, celles -ci
soient conformes au système de classification et
aux catégories en vigueur au Secrétariat.
Comme il est généralement impossible, en raison
de la distance, d'avoir une entrevue avec les candidats aux postes supérieurs, afin de déterminer
s'ils sont aptes à travailler dans une équipe internationale, il est d'usage, ordinairement, d'écrire
aux personnes indiquées comme références par le
candidat ainsi qu'à d'autres personnes connues
du Secrétariat pour déterminer si le candidat possède bien les qualités personnelles jugées nécessaires.
Certaines questions sont posées au sujet de son
aptitude à travailler avec d'autres personnes, à
faire passer les objectifs de l'Organisation avant
des intérêts particuliers ou le succès personnel, à
fournir un effort exceptionnel dans les cas d'urgence
et à s'adapter rapidement et aisément à des situations nouvelles.
4. Durée des contrats
Lorsque la Commission Intérimaire est devenue
l'Organisation définitive, les membres du personnel
considérés comme aptes à faire partie du personnel
de l'OMS et qui étaient au service de la Commission
des et prépare une liste des noms, avec le résumé des
Intérimaire depuis au moins une année, ont reçu
titres des candidats qui lui paraissent être les plus
aptes à remplir les conditions spéciales requises
l'offre de contrats de cinq ans comportant une
dans la description du poste en question. Cette
liste récapitulative et les dossiers sont envoyés à
la section intéressée.
période de stage de six mois. Ceux qui avaient été
moins d'une année au service de la Commission
Intérimaire ont reçu l'offre d'un contrat de deux
ans avec une période de stage d'une année, pour le
ANNEXE 8
personnel des catégories 8 et au- dessus, et une
période de stage de six mois pour le personnel des
catégories 7 et au- dessous.
Depuis cette époque, les « membres du personnel
régulier » par opposition aux experts -conseils, aux
membres des équipes opérant sur place et au personnel temporaire, reçoivent des contrats de deux
ans, comportant une période de stage d'un an ou de
six mois suivant la catégorie dans laquelle est
classé leur poste. Lorsqu'ils ont accompli de façon
satisfaisante deux années de service, il y a tout lieu
de s'attendre à ce que leur contrat soit renouvelé
pour une période de cinq ans.
L'octroi de contrats permanents de plus de
cinq ans n'est pas envisagé pour le moment. On
étudie actuellement la possibilité d'accorder dès le
début un contrat de cinq ans.
Le Directeur général estime que la durée du
contrat n'est pas d'une importance primordiale. Aux
termes du Règlement du Personnel, les contrats
peuvent être résiliés, moyennant un préavis suffisant, lorsque des raisons valables le justifient. Par
conséquent, un contrat de cinq ans n'offre pas, en
réalité, plus de sécurité qu'un contrat de moindre
durée. Les conditions qui importent surtout sont :
a) l'esprit dans lequel les contrats sont interprétés;
b) l'existence de dispositions adéquates, permet-
tant aux membres du personnel de faire appel
des décisions prises ;
c)
l'adoption de méthodes appropriées pour le
choix du personnel;
formation dans ce sens; et
e) un système de classification et de catégories
bien conçu et convenablement appliqué.
5. Nominations et départs de membres du
personnel
Le tableau suivant indique le pourcentage de
l'effectif du personnel que représentent les nomina-
tions et les départs dans l'ensemble de l'Orga-
nisation, pour la période comprise entre le Ier novembre 1948 et le 31 octobre 1949.
Catégorie
16 et au- dessus
Nombre
de départs
322
38
11,8o
.
.
.
.
.
autre poste convenable n'était vacant) . . . r
Ont été licenciés comme étant en surnombre
lorsque les activités auxquelles ils étaient
affectés ont pris fin (aucun autre poste convenable n'était vacant)
A été licencié pour insuffisance dans le service
2
I
Catégories 8 à ri
A démissionné pour accepter une meilleure situation
I
Ont été licenciés comme étant en surnombre
lorsque les activités auxquelles ils étaient
affectés ont pris fin (aucun autre poste conve2
nable n'était vacant)
Catégories 7 et au- dessous
Ont démissionné pour cause de mariage
.
.
3
A démissionné en vue de rentrer dans son pays
I
pour des raisons personnelles
Ont démissionné parce que les possibilités
d'avancement ou les conditions de travail ne
2
leur donnaient pas satisfaction
A démissionné pour accepter une meilleure siI
tuation
A démissionné pour raisons de santé . .
Ont été licenciés comme étant en surnombre
Iorsque les activités auxquelles ils étaient
affectés ont pris fin (aucun autre poste conve6
nable n'était vacant)
Ont été licenciés pour insuffisance dans le ser-
3
7
4
vice
4
Les chiffres ci- dessus ne représentent que le
personnel régulier ou permanent et ne comprennent
pas un grand nombre de personnes engagées comme
experts -conseils, personnel de conférence et autres
membres du personnel temporaire employés pour
6. Avancement à l'intérieur des catégories
TOTAL
.
existant dans le pays d'affectation (aucun
de l'effectif
pour l'année
24
.
I
I
contrat.
7 et au- dessous
li
des raisons personnelles
A donné sa démission pour des raisons de santé
A donné sa démission en raison des conditions
de courtes périodes et licenciés à la fin de leur
et départs
en pourcentage
9,09
9,57
7,54
14,72
12à15
une administration sanitaire nationale pour
Nominations
33
73
53
163
8
Catégories 12 et 15
A donné sa démission en vue de retourner dans
.
d) une direction offrant toutes garanties et une
Effectif moyen
du personnel
pendant
l'année
65
pour services exceptionnels
Aucun membre du personnel n'a encore reçu un
avancement à l'intérieur de sa catégorie pour
services exceptionnels. Il sera nécessaire, auparavant, de fixer les critères suivant lesquels on déterminera ce qui constitue des services exceptionnels
par opposition aux services que l'on peut raison-
Le pourcentage mensuel s'établit immédiatement
au- dessous de i%, chiffre très bas, même lorsque
l'on considère que l'Organisation était récente et
se trouvait dans la phase initiale du recrutement de
son personnel.
On ne possède pas tous les renseignements désirés
sur les raisons véritables de quelques -uns des départs; néanmoins, les causes connues énumérées ci-
après semblent donner une idée exacte pour le
groupe tout entier:
nablement attendre d'un membre du personnel
normalement compétent.
Il n'est que juste d'observer que s'il n'y a pas eu,
jusqu'ici, d'avancement pour services exceptionnels, les promotions de ce genre seraient probablement justifiées dans certains cas. Le facteur temps
est seul responsable du fait qu'il n'a pas encore été
élaboré de normes et de critères pour servir de base
aux décisions pertinentes.
Catégories r6 et au- dessus
7. Dépenses afférentes à la participation aux
réunions
Ont démissionné en vue de retourner dans une
administration sanitaire nationale pour des
Le coût de la présence d'observateurs de l'OMS
aux réunions des Nations Unies, d'autres institu-
raisons personnelles
2
soirement quitté pour aider à la mise en
marche de l'Organisation
tions spécialisées et de groupements professionnels
a été, du Ier janvier au 3o novembre 1949, de
A repris son état de retraité qu'il avait proviI
$15.142,41. Vingt -cinq membres du personnel ont
assisté à 61 réunions.
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
66
Le coût de la présence des Directeurs régionaux
à l'Assemblée de la Santé et à la quatrième session
du Conseil Exécutif, en 1949, a été de $3.939,38.
tratif supérieur, à commencer par le Bureau du
Directeur général. Il en est de même, dans une
mesure moindre, pour les directeurs des départements et des divisions.
8. Temps consacré aux réunions
Le Comité permanent des Questions administratives et financières a demandé quel était approximativement la fraction de son temps (à l'exclusion
du travail de bureau et de sténodactylographie) que
le personnel consacre à la préparation des documents
destinés aux réunions du Conseil Exécutif, de
l'Assemblée de la Santé et des comités d'experts.
Il est très difficile, et ce pour plusieurs raisons, de
répondre de façon satisfaisante à cette question.
En premier lieu, le temps consacré par le personnel
Le lieu oú se tiennent les réunions a également des
répercussions sur le temps qui leur est consacré. La
préparation des réunions qui se tiennent ailleurs
qu'au Siège central n'est pas seulement plus compliquée, en ce qui concerne les arrangements à
prendre, mais exige aussi une préparation documentaire plus intensive et plus complète.
Le comité a. demandé que l'on précise quel était
la fraction de temps consacré à la préparation des
documents, en vue des réunions. Il est respectueusement suggéré que cet aspect de la question, bien que
à ce travail n'a pas été enregistré car ce genre de
contrôle entraînerait de trop grosses dépenses. En
outre, les documents préparés par le Secrétariat,
très important, n'est qu'une partie du problème
pour les réunions, sont souvent repris partiellement
ou intégralement dans des études ou des rapports
réunions. Le temps consacré à ce surcroît de travail
établis, à l'origine, pour d'autres fins. Ainsi, les
travaux relatifs à l'unification des pharmacopées
fournissent, à la fois, les éléments de l'ordre du jour
d'un comité d'experts et la matière première de la
Pharmacopoea Internationalis définitive. De même,
la documentation préparée, à la fois pour le Conseil
Exécutif et pour l'Assemblée Mondiale de la Santé,
au sujet du Siège permanent de l'OMS, aurait été,
de toute façon, nécessaire. En général, cependant,
le travail qu'entraînent les réunions, soit du Conseil
Exécutif, soit de l'Assemblée de la Santé, peut être
approximativement évalué, si l'on s'en tient à une
définition très étroite. La préparation du programme annuel et des prévisions budgétaires,
par exemple, est représentée dans les évaluations
données ci- après, mais, par contre, le travail
que comporte la préparation du Rapport annuel
du Directeur général n'est pas compris dans ces
chiffres.
fondamental, à savoir l'évaluation du temps
qu'exige le surcroît de travail occasionné par les
se répartit en deux éléments: a) préparation des
réunions; b) participation aux réunions. La préparation des réunions comprend deux éléments: i) la
production des documents; ii) l'organisation des
réunions, et tout le travail de Secrétariat, d'aménagements matériels, etc., qu'elle comporte. La participation aux réunions, qui est l'autre partie principale, comprend: i) la présence effective et le
maintien en état de disponibilité, et ii) l'établissement des procès- verbaux des séances, c'est -à -dire
la prise de notes et la rédaction.
Les chiffres ci- dessous sont des moyennes approxi-
matives et indiquent les limites entre lesquelles
varient les évaluations. Le temps consacré aux
réunions des comités d'experts, comprend le temps
employé pour les sessions des comités mixtes
(Comité mixte des Directives sanitaires FISE /OMS,
réunions avec l'OAA, l'UNESCO, etc.). On ne
possède pas encore une expérience suffisante des
réunions des comités régionaux pour pouvoir esti-
La plus importante variable est peut -être le
mer valablement la dépense de temps qu'elles
stade de développement de l'Organisation. Il est
incontestable que 1948 et 1949 furent des années
au cours desquelles un pourcentage de temps plus
élevé a été consacré - individuellement et dans
l'ensemble - tant à la préparation des réunions
qu'à la présence effective à ces réunions. Il en est
ainsi, en particulier, pour le personnel adminis-
entraînent. Par conséquent, ces réunions n'ont pas
été expressément prises en considération.
On estime que les évaluations sont, d'une manière
générale, caractéristiques pour le personnel du Siège
central. Elles sont applicables, semble -t -il, dans
une moindre mesure, au personnel des bureaux
régionaux et des opérations sur place.
TEMPS CONSACRE AUX RÉUNIONS, EXPRIMÉ EN POURCENTAGES MINIMUM ET MAXIMUM *
Préparation Participation
des réunions aux réunions
Personnel supérieur: Chefs de section
Total
et catégories
supérieures
Conseil Exécutif (deux sessions)
Assemblée Mondiale de la Santé
4- 6
4- 6
Comités d'experts
Total
Autres fonctionnaires médicaux et administratifs
Conseil Exécutif (deux sessions)
Assemblée Mondiale de la Santé
Comités d'experts
Total
6- 9
7 -10
2- 3
5- 6
3- 4
9 -12
10 -14
15 -22
10 -13
25 -35
4- 6
4- 6
7- 9
1- 2
0- 1
4- 6
5- 8
4- 7
11 -15
15 -21
5- 9
20 -30
* Les chiffres les plus élevés sont en général applicables à 1948 et à 1949. A mesure que l'OMS se
développera, la fraction de temps consacrée au Conseil Exécutif et, à l'Assemblée Mondiale de la Santé .
diminuera probablement et celle qui le sera aux comités d'experts restera la même ou pourra s'accroître.
ANNEXE 8
67
TEMPS CONSACRÉ AUX RÉUNIONS, EXPRIME EN POURCENTAGES MINIMUM ET MAXIMUM 'k
(Suite)
Préparation
des réunions
Participation
aux réunions
Total
%
Personnel de bureau, secrétaires, sténodactylo graphes
(y compris le service central de sténodactylographie)
Conseil Exécutif (deux sessions)
Assemblée Mondiale de la Santé
Comités d'experts
2- 3
2- 3
4- 5
1- 2
3- 4
3- 3
3- 5
5- 7
7- 8
Total
8 -11
7- 9
15 -20
* Les chiffres les plus élevés sont en général applicables à 1948 et à 1g49. A mesure que l'OMS se
développera, la fraction de temps consacrée au Conseil Exécutif et à l'Assemblée Mondiale de la Santé
diminuera probablement et celle qui le sera aux comités d'experts restera la même ou pourra s'accroître.
9. Système d'acheminement et d'enregistrement des documents (Archives)
Comprenant l'importance que présente le mode
d'acheminement et d'enregistrement des documents, dans une administration bien organisée, le
Directeur général a engagé un expert -conseil en matière d'archives pour étudier le système en vigueur
dans l'Organisation et donner des avis à ce sujet.
Cette étude s'est poursuivie pendant les mois de
mars et d'avril 1949. Une réorganisation du Service
des Archives, ainsi que d'autres améliorations sug-
gérées d'après le rapport de l'expert -conseil, ont
été entreprises. Un système uniforme sera également
appliqué aux bureaux régionaux et aux autres
bureaux de l'Organisation.
68
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
Annexe 91
TABLEAU COMPARATIF DES TRAITEMENTS, SALAIRES ET INDEMNITÉS
EN 1949, 1950 ET 1951 2
Montant estimatif des dépenses
195o*
1949*
% du
1951*
% du
% du
US $
budget
total
US $
budget
total
US $
budget
total
1.091.087
12.800
24,91
0,30
1.898.550
21.000
25,31
0,28
1.956.225
28.500
24,51
0,36
1.103.887
289.939
25,21
6,62
1.919.550
497.816
25,59
6,64
1.984.725
497.963
24,87
6,24
1.393.826
31,83
2417.366
32,23
2.482.688
31,11
149.430
3,41
456.065
6,08
599.108
7,51
149.430
48.053
3,41
1,10
456.065
137.463
6,08
1,83
599.108
162.039
7,51
2,03
197.483
4,51
593.528
7,91
761.147
9,54
280.046
76.600
6,40
1,75
810.935
138.000
10,81
1,84
927.869
103.800
11,63
1,30
356.646
78.590
8,15
1,79
948.935
241.174
12,65
3,22
1.031.669
246.816
12,93
3,09
435.236
9,94
1.190.109
15,87
1.278.485
16,02
1.520.563
89.400
34,72
2,05
3.165.550
159.000
42,20
2,12
3.483.202
132.300
43,65
1,66
1.609.963
416.582
36,77
9,51
3.324.550
876.453
44,32
11,69
3.615.502
906.818
45,31
11,36
2.026.545
46,28
4.201.003
56,01
4.522.320
56,67
I. SIÈGE
Traitements et salaires
Experts -conseils (à court terme)
.
.
Total des services de personnel.
Indemnités
Total des services de personnel et des
indemnités
II. BUREAUX RÉGIONAUX
Traitements et salaires
Experts -conseils (à court terme)
Total des services de personnel .
Indemnités
Total des services du personnel et des
indemnités
III. SERVICES OPÉRANT
SUR LE TERRAIN
Traitements et salaires
Experts -conseils (à court terme)
.
Total des services de personnel
Indemnités
.
.
Total des services du personnel et des
indemnités
TOTAUX
Traitements et salaires
Experts -conseils (à court terme)
Total des services de personnel
Indemnités
.
.
.
Total des services de personnel et des
indemnités
1 Voir Rapport du Comité permanent, Section II, chapitre 3, page 3o.
2 Les chiffres de ce tableau sont extraits des Actes of. Org. mond. Santé, 23.
* Montant du budget total: 1949 - $ 4.378.420; 1950 - $ 7.501.500; 1951 - 7.981.164
69
ANNEXE zO
Annexe 101
RÉPARTITION DU PERSONNEL PAR CATÉGORIES POUR 1949, 1950 ET 1951 2
Total
Opérations sur place
Bureaux régionaux
Siège
Catégorie
1949
Personnel local
1
-
1950
4
4
3
32
4
5
6
51
61
77
7
23
4
36
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
Hors catégorie
TOTAL
68
23
1949
1950
1951
1949
1950
1951
1949
1950
52
98
133
35
49
50
87
147
1
1
25
2
1951
29
33
46
2
37
63
79
29
35
48
1
8
3
5
4
1
1
3
8
3
8
8
7
5
6
6
6
8
10
1
3
24
16
20
27
15
21
2
9
2
1
1
7
-
2
5
6
41
59
64
52
30
35
20
83
42
26
63
36
40
19
7
7
30
35
10
19
12
37
13
24
24
1
3
1
5
4
10
5
13
5
4
14
2
19
7
9
11
358
438
456
554
799
894
8
3
9
4
8
6
9
7
5
11
1
5
5
-
5
1
1
2
3
4
4
6
6
99
183
237
183
11
2
1
15
3
3
2
2
4
- -
4
26
59
72
28
36
1
1
7
2
24
6
9
8
6
12
22
27
18
7
21
44
28
13
10
8
39
25
43
32
1
1
1
1
1
1
97
5
3
35
70
92
36
40
40
72
97
37
42
5
1
4
16
15
14
6
1951
178
201
19
21
2
7
91
50
25
1 Voir Rapport du Comité permanent, Section II, chapitre 3, page 3o.
2 Ces chiffres indiquent la répartition du personnel d'après l'évaluation qui en est faite dans les _Actes off. Oyg. mond.
Santé, 23.
70
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
Annexe 11
TIRAGE ET DISTRIBUTION DES DOCUMENTS POUR LES SESSIONS
DU CONSEIL EXÉCUTIF ET DE L'ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ
CONSEIL EXÉCUTIF 2
Distribution initiale
Tirage
Conseil
Total
Exécutif
Secrétariat
Bureaux
régionaux
450
250
257
128
98
125
70
34
350
200
257
128
98
125
70
34
Documents
en anglais
en français
51
7
Procès- verbaux
en anglais
en français
51
7
ASSEMBLÉE DE LA SANTÉ 3
Distribution initiale
Tirage
Total
Gouverne- Institutions
ments
spécialisées
Délégués
Secré-
tariat
Bureaux
régionaux
Documents de l'Assemblée
en anglais
en français
.
.
1.100
800
606
181
140
11
4
230
120
150
100
34
371
900
750
606
181
11
140
4
230
120
150
100
34
371
800
600
414
227
---
230
120
150
100
34
750
550
414
227
---
230
120
150
100
34
7
Comptes rendus in extenso
en anglais
en français
Documents des commissions
en anglais
en français
Procès -verbaux des commissions
en anglais
en français
-
---
J. Voir Rapport du Comité permanent, Section II, chapitre 3, page 35.
2 Ces chiffres sont relatifs à la Cinquième Session du Conseil Exécutif.
a Ces chiffres sont relatifs à la Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé.
7
7
7
ANNEXE I2
71
Annexe 12
PORTÉE DE LA VÉRIFICATION EXTÉRIEURE 1
Exposé général du Commissaire aux Comptes
La Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé a
adopté une résolution sur la portée de la vérification
extérieure des comptes. 2
J'aimerais tout d'abord présenter quelques obser-
vations au sujet de la portée de cette vérification,
telle qu'elle ressort de la résolution qui, dans l'ensemble, ne donne lieu à aucune objection. La résolution précise toutes les obligations qui sont normalement considérées comme incombant à un commissaire aux comptes. En conséquence, les instructions
contenues dans la résolution n'impliquent pas de
principes nouveaux mais fixent plutôt le minimum
de responsabilités généralement admis comme appartenant au commissaire aux comptes.
Il est indéniable que telle qu'elle est rédigée, la
résolution tendrait à une vérification négative, mais
j'estime, pour mon compte, qu'une Organisation
internationale est en droit d'attendre davantage de
son commissaire aux comptes. Celui -ci doit accom-
plir une vérification de caractère positif et doit,
dans une large mesure, jouer également un rôle
analogue à celui de conseiller de l'Organisation, non
seulement pour les questions d'ordre purement
financier et comptable, mais aussi, en général, pour
toutes les activités de l'Organisation qui s'exercent
dans des domaines où ses connaissances et son expé-
rience peuvent être utiles. Bien qu'elle ne puisse
guère être formulée dans les instructions données
au commissaire aux comptes, c'est là une conception
à laquelle j'ai toujours été fidèle jusqu'ici et dont
je continuerai à m'inspirer en accomplissant les
vérifications de comptes des diverses institutions et
organisations internationales auprès desquelles j'ai
rempli et je remplis encore, à moi seul, les fonctions
de commissaire aux comptes.
En ce qui concerne la question d'inclure, dans les
rapports de vérification, des suggestions tendant à
la rectification ou à l'amélioration de pratiques
administratives défectueuses, dans des domaines
qui normalement ne rentrent pas dans le cadre de
la vérification purement technique, j'aimerais me
référer à ce qui est dit dans les paragraphes ci -après
de la résolution relative à la vérification extérieure
des comptes:
6.5 Le commissaire aux comptes ne devra pas
formuler de critiques portant sur des questions
purement administratives, mais il lui sera loisible
de présenter des observations sur les conséquences
financières de mesures administratives.
6.8 Le commissaire aux comptes
devra établir
un rapport dans
lequel il mentionnera:
1 Voir rapport du Comité permanent, Section II, chapitre 3, p. 35
2 Résolution WHA 2.53, Actes ofi. Org. mond. Santé,
21, 33
6.8.3 toutes autres questions
telles
que:
2) le gaspillage ou l'utilisation irrégulière de fonds
ou de stocks de l'Organisation (quand bien même
la comptabilité afférente aux transactions serait
en règle).
Comme on peut le voir d'après les paragraphes
qui viennent d'être cités, les possibilités de signaler
des cas d'administration défectueuse à la connaissance de l'Assemblée de la Santé, par le moyen des
rapports de vérification, sont très limitées. En ce
qui concerne le paragraphe 6.8.3 2), il ne suffit pas
que le commissaire aux comptes ait le sentiment
général qu'il y a un gaspillage de fonds, mais il
doit aussi être en mesure de le prouver. Or, cette
preuve est généralement plus difficile à faire, car il
est toujours possible d'envisager une question à
un grand nombre de points de vue différents que
le commissaire aux comptes peut ne pas toujours
connaître en totalité. Les exemples suivants illustreront ces observations:
1) Si une Organisation possède un système de
distribution de fournitures de bureau qui oblige
à remplir un formulaire de demande en cinq
exemplaires pour obtenir un crayon, un tel
arrangement peut manifestement être taxé de
gaspillage d'argent. Toutefois, ce système est
jugé nécessaire par l'administration intéressée
pour assurer un contrôle efficace des fournitures.
2) Si, de l'avis du commissaire aux comptes, une
Organisation développe son système de rubriques
budgétaires dans une mesure qui dépasse de beaucoup celle qui est nécessaire, une observation faite
à ce sujet par le commissaire aux comptes pourrait aisément être réfutée pour des raisons d'ordre
administratif. A cet égard, je puis parler d'un
cas particulier, où, dans le cadre d'une administration nationale très importante, le commissaire
aux comptes a formulé une critique justifiée au
sujet de la comptabilisation des dépenses sous
6.000 rubriques différentes. Cette critique a été
jugée sans fondement pour des raisons d'ordre
administratif.
Ces exemples ont simplement pour objet de montrer combien sont limitées, dans la réalité, les possibilités de mettre en relief, dans le rapport officiel,
les cas d'administration défectueuse et de suggérer
des améliorations.
D'après la résolution relative à la vérification des
comptes, le rapport officiel est le seul moyen dont
dispose le commissaire aux comptes pour suggérer
les améliorations à apporter. Sur ce point, je ne
suis pas d'accord. A mon avis, le rapport officiel
devrait être aussi succinct que possible, et, en dehors
des données techniques nécessaires, ne devrait com-
prendre que des points soulevant des questions de
72
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÉME SESSION, PARTIE II
principe ou dont l'importance est telle qu'ils doivent
être signalés à l'Assemblée de la Santé.
Le commissaire aux comptes doit, en toutes cir-
constances, se garder, dans toute la mesure du
possible, de placer l'Organisation sous un jour défa-
vorable aux yeux du public, en insérant dans son
rapport des observations d'importance secondaire.
Il ne faut pas perdre de vue que la plupart des lecteurs du rapport n'ont aucune connaissance spéciale
de la question et sont probablement incapables de
distinguer entre les points essentiels et ceux qui
présentent relativement peu d'importance. C'est
pourquoi j'ai pour règle de soumettre à l'Administration, au cours de mes vérifications régulières,
des rapports ne portant que sur des questions de
comptabilité qui appellent des rectifications, soit
parce que des erreurs ont été commises, soit parce
que les règles et règlements en vigueur n'ont pas
été observés.
En outre, les irrégularités administratives à éviter
devraient pouvoir être signalées d'une manière plus
souple que par la voie du rapport officiel, dans l'in-
térêt d'un fonctionnement plus aisé des rouages
administratifs.
Il est de la plus haute importance qu'une parfaite
confiance règne entre l'Organisation et le commis-
saire aux comptes. L'Organisation doit avoir le
sentiment qu'elle peut soumettre, sans hésitation,
toutes questions, même les plus délicates, à l'examen
et, s'il y a lieu, à l'appréciation du commissaire aux
comptes qui, lui, doit agir selon ses responsabilités
vis -à -vis de l'Assemblée de la Santé.
En conséquence, le commissaire aux comptes doit
avoir le pouvoir de soulever, à titre officieux,
devant l'Administration, des points d'ordre administratif en vue de discussions objectives, destinées
à amener les améliorations nécessaires et souhaitables. Au cas où ces discussions n'auraient pas le
résultat voulu, le commissaire aux comptes devrait
en référer par écrit au Directeur général et si cette
démarche ne donnait pas non plus satisfaction, il
devrait faire rapport au Comité permanent des
Questions administratives et financières ou au Conseil Exécutif. Toutefois, de longues années d'expé-
rience ont montré qu'il n'a jamais été nécessaire
de recourir à ces dernières mesures. La raison
semble en être, en premier lieu, que les fonctionnaires sont animés du désir d'agir toujours dans
l'intérêt supérieur de l'Organisation.
Pour conclure, j'aimerais déclarer que, à mon
avis, sauf dans les cas spéciaux, les questions se
rapportant à l'organisation et au fonctionnement
général de l'Administration ne peuvent pas et ne
doivent pas être incluses dans le rapport officiel
de vérification, mais doivent être réglées, soit à
titre officieux, entre l'Administration et le commis-
saire aux comptes, soit par une démarche auprès
du Directeur général ou par la soumission d'un
rapport au Comité permanent des Questions administratives et financières.
ANNtXt Y3
73
Annexe 13
DESCRIPTION DES FONCTIONS DES DÉPARTEMENTS,
DIVISIONS ET SECTIONS DE L'OMS ET GRAPHIQUES
EN INDIQUANT LA STRUCTURE
Rapport du Directeur général
Division de l'Information
En vue d'amener le public à s'intéresser aux ques-
tions de santé en général ainsi qu'aux buts et aux
travaux de l'OMS en particulier, la Division de
l'Information
i) élabore les plans et les directives générales, en
matière d'information, et donne des avis au Directeur général sur tous les aspects de cette question ;
2) est chargée d'établir les plans nécessaires et de
poursuivre ses activités dans ce domaine à l'aide
de différents moyens (presse, publications, radio et
procédés auditivo- visuels) ;
3) procure aux bureaux régionaux les éléments
d'information répondant aux besoins de la région;
et
4) maintient la liaison, en matière d'information,
avec l'Organisation des Nations Unies et les institutions spécialisées ainsi qu'avec les organisations
gouvernementales et non gouvernementales, les
journaux, les revues, les stations de radio et de
télévision, les producteurs de films documen-
4) fournit un service de coordination, pour ce qui
concerne l'élaboration des programmes par l'OMS,
en vue d'assurer la cohésion interne et la liaison
adéquate avec les programmes des autres organisa-
tions et, à cette fin, peut prendre l'initiative de
suggestions relatives aux programmes;
5) élabore et maintient un réseau de transmission
de renseignements en vue d'obtenir des données
importantes sur les progrès des activités de l'OMS;
établit et distribue des sommaires des activités,
coordonne l'élaboration et la publication du rapport
annuel du Directeur général à l'Assemblée de la
Santé, et fournit d'autres rapports lorsqu'ils sont
demandés par l'Organisation des Nations Unies et
par d'autres institutions;
6) établit des méthodes d'appréciation du rendement pratique des projets de l'OMS et de l'efficacité
des activités de cette Organisation;
7) coordonne les demandes adressées aux gouvernements concernant des rapports et des renseignements.
taires, etc.
Structure organique envisagée pour les
Bureaux régionaux
Division de Coordination des Plans et de
Les projets de structure organique concernant les
bureaux régionaux se fondent sur les principes suivants:
i) Cette structure doit permettre l'exercice efficace
Liaison
En vue de faciliter, pour l'Organisation, l'élaboration d'un programme efficace et sa cohésion avec
les autres activités des Nations Unies, la Division
de Coordination des Plans et de Liaison
1) fournit des services de coordination en ce qui
concerne la préparation et l'organisation (et l'établis-
sement de documents et de comptes rendus) des
sessions de l'OMS (Assemblée, Conseil Exécutif et
autres) et prend des dispositions en vue de la représentation de l'OMS aux réunions, mixtes et autres,
des institutions spécialisées, et aux sessions des
Nations Unies et d'autres organisations;
2) établit et entretient une liaison efficace avec
d'autres organisations (Organisation des Nations
Unies, institutions spécialisées, organismes sanitaires intergouvernementaux et organisations non
gouvernementales) en vue de faciliter l'échange
mutuel d'informations relatives aux activités ainsi
que des relations de travail appropriées;
3) maintient une liaison efficace avec les délégués
aux réunions de l'Organisation des Nations Unies,
d'autres organisations spécialisées et d'organisations
non gouvernementales afin de mettre à leur disposition les renseignements qu'ils peuvent demander
au sujet des responsabilités et des fonctions de
l'OMS;
1 La description des fonctions a été revisée, chaque fois
qu'il s'est révélé nécessaire, conformément aux propositions
des fonctions et responsabilités déléguées par le
Directeur général au Directeur régional.
z) Le Directeur régional doit disposer d'un cadre
administratif dans lequel les fonctions du personnel
sont clairement définies et les voies de transmission
déterminées de façon précise.
3) La structure doit permettre une décentralisation
croissante des fonctions administratives sans abou-
tir à un chevauchement des activités du Siège et
des bureaux régionaux.
4) L'élaboration, l'exécution et le contrôle des opé-
rations sur le terrain doivent pouvoir s'effectuer,
sous la responsabilité technique du Siège, par l'intermédiaire du Directeur régional.
Voies de transmission
a) A destination du Siège. Sur les questions de
caractère technique, les conseillers régionaux, les
experts -conseils et les chefs des équipes de démons-
trations peuvent communiquer directement avec
les Sections techniques du Siège. Copie des communications échangées doit être adressée aux bureaux
régionaux.
Toutes les communications qui impliquent ou
exigent des mesures administratives doivent passer
par le siège régional. Aucune mesure administra-
formulées par le Comité permanent des Questions admi-
tive n'est prise, au Siège, en ce qui concerne les
communications de nature technique que les sections techniques reçoivent directement du per-
nouvelle structure organique figurent à la fin de l'Annexe.
sonnel ou des experts -conseils opérant sur le terrain.
nistratives et financières. Les graphiques montrant la
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIàME SESSION, PARTIE II
74
b) En provenance du Siège. Les communications
émanant du Siège et qui supposent ou suggèrent des
mesures administratives doivent passer par le bu-
ganiser des services pour des projets. La « Division
des Opérations d'Aide sanitaire », non seulement
avait une appellation peu adéquate, mais poursui-
reau du Sous -Directeur général compétent pour être
adressées au Directeur régional.
Les communications techniques n'ayant pas d'incidence d'ordre administratif peuvent passer directement des sections techniques du Siège aux mem-
vait des activités qui ne concernaient pas les opéra-
bres du personnel régional intéressés. Copie en
fonctions dont ils sont chargés.
doit être adressée au Directeur régional.
Rôle du Bureau régional
Le Bureau régional, en vue d'aider les gouverne-
ments, dans le cadre de la région, à améliorer la
santé de leur population :
i) projette, coordonne et exécute les travaux de
la région et, à cet effet, organise des sessions du
comité régional et fait rapport à ce sujet, projette
et poursuit les activités pertinentes dans la région
et surveille les opérations;
2) donne des avis aux gouvernements en ce qui
concerne les services que peut rendre l'OMS, se
concerte avec eux sur l'élaboration de propositions
relatives à des programmes et projets et leur fournit
une aide selon des plans d'opérations agréés;
3) soumet au Directeur général les propositions rela-
tives aux programmes du comité régional et des
recommandations à leur sujet;
4) négocie des arrangements avec les gouvernements en ce qui concerne les programmes, soumet
les programmes au Directeur général pour qu'il les
approuve en dernier ressort, ou leur donne approbation au nom du Directeur général, dans la mesure
où il est habilité à cet effet, et
5) collabore avec les représentants régionaux de
l'Organisation des Nations Unies, des institutions
spécialisées, des organisations et institutions non
gouvernementales en ce qui concerne les aspects
sanitaires pertinents des projets régionaux.
Portée et but de la réorganisation du Dépar tement des Services d'Opérations 2
Le concept des fonctions, tel qu'il s'exprime ici
dans le cadre de l'organisation administrative, suit
de très près les principes fondamentaux d'administration, établis par le Directeur général, qui figurent
dans la première partie du présent rapport.
Changement d'appellation
L'appellation précédente du « Département des
Opérations » est considérée comme inadéquate pour
deux raisons principales. Elle semble indiquer que
des opérations effectives sont poursuivies à partir
du Siège de Genève. Elle suppose la centralisation,
plutôt que la décentralisation, et n'exprime pas le
principe fondamental de la fourniture des services
aux administrations nationales, sur demande, par
l'intermédiaire des voies régionales. L'un des buts
de la réorganisation est de souligner la nature
véritable des activités de l'OMS.
tions dites « sur le terrain » et comportait également, sur le plan régional, des liaisons qui ne correspondent pas à la conception actuelle des Bureaux régionaux, maintenant institués, et des
Une proposition a été faite en vue d'établir
quatre divisions - « Organisation des services de
santé publique », «Services des maladies transmissibles », «Amélioration de la santé» et «Enseignement professionnel et technique »; elle visait à
donner une place adéquate aux branches les plus
importantes des services d'opérations .3
L'analogie des fonctions et le bon fonctionnement
administratif ont fourni la base du groupement des
sections.
Département des Services consultatifs
En vue d'aider les gouvernements à améliorer la
santé de leurs populations, le Département des
Services consultatifs
i) donne des avis au Directeur général sur toutes
les directives concernant les services consultatifs,
y compris les relations avec les gouvernements,
l'Organisation des Nations Unies, les autres institutions spécialisées et d'autres organisations internationales, et la coordination des Services consulta-
tifs avec les activités des autres départements de
l'Organisation et des Bureaux régionaux, ainsi que
sur les questions constitutionnelles qui intéressent
les Services consultatifs;
2) prévoit, coordonne et administre les services
consultatifs de l'Organisation, en vue d'une aide
aux gouvernements par le moyen de programmes
à court et à long terme, comportant des démonstrations et des avis sur les problèmes sanitaires dans
les domaines suivants :
a) la campagne contre les maladies transmissibles
b) le renforcement de l'organisation des services
de santé publique, et
c) le renforcement de l'enseignement professionnel et technique;
3) prend des dispositions en vue de la prestation
de services consultatifs et de démonstrations, l'octroi de bourses, de documentation médicale, de
fournitures et de matériel en liaison avec ces
activités ;
4) élabore et applique des programmes communs
avec l'Organisation des Nations Unies, les institutions spécialisées et d'autres institutions, concernant les services à fournir aux gouvernements; et
5) participe à la formation des comités d'experts
des questions qui intéressent le département, leur
fournit les renseignements et l'aide nécessaires et
donne effet à leurs recommandations.
Changements dans les Divisions
Division des Services des Maladies transmissibles
C'est sensiblement pour les mêmes raisons que
les appellations de la Division des « Plans » et de
celle des « Opérations d'Aide sanitaire » ont été
abandonnées. L'élaboration de plans est inhérente
à l'établissement de tout programme et incombe
initialement aux personnes qui sont chargées d'or-
et à extirper la tuberculose, le paludisme, les maladies vénériennes et autres maladies transmissibles,
la Division des Services des Maladies transmissibles
2 Désigné depuis sous le nom de « Département des Ser-
vices consultatifs. Voir ci -après la description des fonctions qu'il remplit.
En vue d'aider les gouvernements à combattre
8 La structure du Département des Services consultatifs
a été revisée depuis lors, conformément aux recommandations du Comité permanent des Questions administratives
et financières et comprend trois divisions, celle de l'« Amélioration de la Santé » ayant été omise.
ANNEXE 13
1) prévoit, coordonne et administre les activités
concernant la campagne contre les maladies transmissibles et notamment :
a) examine et apprécie les programmes proposés
par les Comités régionaux afin de veiller à ce
qu'ils se prêtent à une action internationale et
soient réalisables du point de vue scientifique, à ce
que les moyens nécessaires soient disponibles et à
ce qu'il en résulte des améliorations sociales et
75
6) procède à un examen continu des résultats des
programmes adoptés et établit des rapports à ce
sujet, en vue d'une publication éventuelle;
7) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et
institutions non gouvernementales pour les questions qui, dans les programmes auxquels participe
l'OMS, concernent le paludisme; et
8)
assure le secrétariat du Comité d'experts du
économiques ;
Paludisme et du Comité d'experts des Insecticides.
b) assure la surveillance, du point de vue technique, des démonstrations des méthodes modernes de prophylaxie et de traitement et de la for-
Section de la Tuberculose
En vue d'aider les gouvernements à perfectionner
mation du personnel local participant à ces
la lutte antituberculeuse, la Section de la Tuber-
démonstrations, et
c) fournit des avis techniques (directement ou
par l'intermédiaire d'experts -conseils), de la
documentation et du matériel médical;
2) collabore avec les autres Divisions de l'Organisation à l'établissement d'un programme unifié, en
particulier avec la Division de l'Epidémiologie en
ce qui concerne les études et recherches et aide à
I) fournit, par l'intermédiaire des Bureaux régionaux, des services consultatifs et de démonstrations aux gouvernements sur l'organisation et
l'application des programmes de lutte antituberculeuse et sur les méthodes modernes de prophylaxie, de diagnostic et de traitement, en rattachant ces programmes aux programmes généraux
l'élaboration de plans visant toutes les maladies
transmissibles, à l'exception de la tuberculose, du
paludisme et des maladies vénériennes ;
3) donne des avis au Sous -Directeur général du
Département des Services consultatifs, sur les direc-
tives générales et sur les aspects techniques des
programmes;
4) donne des avis et apporte sa collaboration à l'Organisation des Nations Unies, aux institutions spécialisées, aux organisations et institutions non
gouvernementales sur les aspects sanitaires pertinents de certains projets;
5) participe à la formation des Comités d'experts du
Paludisme, des Insecticides, de la Tuberculose, des
Maladies vénériennes et du Sous -Comité de la Sérologie et des Techniques de Laboratoire, leur fournit
les renseignements et l'aide nécessaires, et donne
effet à leurs recommandations.
Section du Paludisme
En vue d'aider les gouvernements à combattre
et à extirper en définitive le paludisme, la Section
du paludisme
1) fournit, par l'intermédiaire des Bureaux régionaux, des services consultatifs et de démonstrations
aux gouvernements, sur l'organisation et l'application des programmes de lutte antipaludique et sur
les méthodes modernes de traitement et de lutte
en rattachant ces programmes aux programmes
généraux de santé publique des divers pays;
2) établit des projets et fournit des avis techniques,
par l'intermédiaire du personnel technique attaché
aux Bureaux régionaux, pour effectuer des démonstrations des méthodes modernes de lutte, soit séparément, soit en liaison avec d'autres programmes de
culose
de santé publique des divers pays;
2) établit des projets et fournit des avis techniques,
par l'intermédiaire du personnel technique attaché
aux Bureaux régionaux, pour effectuer des démonstrations des méthodes modernes de prophylaxie,
de diagnostic et de traitement, soit séparément,
soit en liaison avec d'autres programmes de l'OMS ;
3) prend des dispositions en vue de la poursuite de
recherches, enquêtes et études se rapportant à ses
activités;
4) élabore les arrangements à conclure avec les
gouvernements, organisations et institutions en vue
de faciliter la mise en oeuvre de programmes;
5) coordonne, par le moyen de conseillers régionaux, la surveillance technique des programmes sur
le terrain et donne, à ce sujet, des avis au Directeur
de la Division des Services des maladies transmissibles;
6) procède à un examen continu des résultats des
programmes adoptés et établit des rapports à ce
sujet, en vue d'une publication éventuelle;
7) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations non
gouvernementales et les institutions appropriées
pour les questions qui, dans les programmes auxquels participe l'OMS, concernent la tuberculose;
et
8) assure le secrétariat du Comité d'experts de la
Tuberculose.
Section des Maladies vénériennes
En vue d'aider les gouvernements à lutter contre
de la Division des Services des maladies transmis-
les maladies vénériennes et les tréponématoses, la
Section des Maladies vénériennes
1) fournit, par l'intermédiaire des Bureaux régionaux, des services consultatifs et de démonstrations
aux gouvernements, sur l'organisation et l'application des programmes de lutte contre les maladies
vénériennes et les tréponématoses et sur les méthodes modernes de traitement et de lutte, en rattachant ces programmes aux programmes généraux
de santé publique des divers pays ;
2) établit des projets et fournit des avis techniques,
par l'intermédiaire du personnel technique attaché
aux Bureaux régionaux, pour effectuer des démonstrations des méthodes modernes de lutte, soit séparément, soit en liaison avec d'autres programmes
sibles;
de l'OMS;
l'OMS ;
3) prend des dispositions en vue de la poursuite de
recherches, enquêtes et études se rapportant à ses
activités;
4) élabore les arrangements à conclure avec les
gouvernements, organisations et institutions en vue
de faciliter la mise en oeuvre de programmes;
5) coordonne, par le moyen de conseillers régionaux,
la surveillance technique des programmes sur le
terrain et donne à ce sujet, des avis au Directeur
76
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTI E II
3) prend des dispositions en vue de la poursuite de
recherches, enquêtes et études se rapportant à ses
activités;
4) élabore les arrangements à conclure avec les
gouvernements, organisations et institutions en vue
de faciliter la mise en oeuvre de programmes;
5) coordonne, par le moyen de conseillers régionaux,
la surveillance technique des programmes sur le
terrain et donne, à ce sujet, des avis au Directeur
de la Division des Services des maladies transmissibles;
6) surveille l'application de l'Arrangement international élaboré à Bruxelles en 1924 et relatif aux
facilités à donner aux marins du commerce pour le
traitement des maladies vénériennes;
7) procède à un examen continu des résultats des
programmes adoptés et établit des rapports à ce
sujet, en vue d'une publication éventuelle;
8) assure le secrétariat des Comités d'experts qui
existent ou qui seront créés pour étudier ces questions, chaque fois que des études sur le terrain, des
démonstrations ou des programmes comportant la
prestation de services viennent en discussion.
Division de l'Organisation des Services de
Santé publique
En vue d'aider les gouvernements à développer
l'organisation de leurs services de santé publique,
et notamment l'administration de la santé publique
et l'administration des hôpitaux, les soins médicaux
et dentaires, l'assainissement, les soins infirmiers et
l'éducation sanitaire du public, et à améliorer
l'hygiène de la maternité et de l'enfance, l'hygiène
de l'alimentation et de la nutrition, la santé mentale et l'hygiène professionnelle et sociale, la
Division de l'Organisation des Services de santé
publique
8) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et
institutions non gouvernementales appropriées pour
i) prévoit, coordonne et administre les activités
concernant l'amélioration de la santé et notam-
les questions qui, dans les programmes auxquels
a) examine et apprécie les programmes proposés
participe l'OMS, concernent les maladies vénériennes; et
9) assure le secrétariat du Comité d'experts des
Maladies vénériennes et du Sous -Comité de la Sérologie et des Techniques de Laboratoire.
Section des autres Maladies transmissibles
En vue d'aider les gouvernements à combattre
et, à la longue, à extirper les maladies transmissibles telles que le choléra, la peste, le typhus, la
fièvre jaune, la variole et la diphtérie, la Section des
autres Maladies transmissibles
r) fournit, par l'intermédiaire des Bureaux régionaux, des services consultatifs et de démonstrations
aux gouvernements, sur l'organisation et l'application des programmes pour la lutte contre ces
maladies transmissibles et sur les méthodes modernes de prophylaxie, de traitement et de lutte,
en rattachant ces programmes aux programmes
généraux de santé publique des divers pays;
ment :
par les comités régionaux afin de veiller à ce
qu'ils se prêtent à une action internationale et
soient réalisables du point de vue scientifique,
à ce que les moyens nécessaires soient disponibles
et à ce qu'il en résulte des améliorations sociales
et économiques,
b) donne des avis techniques sur les démonstrations des méthodes modernes d'administration
de la santé, de prophylaxie et de traitement et
sur la formation technique du personnel local
participant à ces démonstrations, et
c) fournit des avis techniques (directement ou
par l'intermédiaire d'experts -conseils), de la documentation et du matériel médical;
2) collabore avec les autres divisions de l'Organisation à l'établissement d'un programme unifié;
3) donne des avis au Sous -Directeur général du
Département des Services consultatifs sur les direc-
tives générales et sur les aspects techniques des
2) établit des projets et fournit des avis techniques,
par l'intermédiaire du personnel technique attaché
aux Bureaux régionaux, pour effectuer des démonstrations des méthodes modernes de lutte, soit'séparément, soit en liaison avec d'autres programmes
de l'OMS;
3) prend des dispositions, de concert avec le Dépar-
divers programmes;
tement des Services techniques centraux, en vue
de la poursuite de recherches, enquêtes et études
se rapportant à ses activités;
4) élabore les arrangements à conclure avec les
de l'Organisation des Services de Santé publique,
des Soins infirmiers, de l'Education sanitaire du
public (lorsqu'il aura été constitué), de l'Assainis-
gouvernements, organisations et institutions en vue
de faciliter la mise en oeuvre de programmes ;
5) coordonne, par le moyen de conseillers régionaux,
la surveillance technique des programmes sur le
terrain et donne, à ce sujet, des avis au Directeur
de la Division des Services des maladies transmissibles;
6) procède à un examen continu des résultats des
programmes adoptés et établit des rapports à ce
sujet, en vue d'une publication éventuelle;
7) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et
institutions non gouvernementales appropriées pour
les questions qui, dans les programmes auxquels participe l'OMS, ont des points communs avec celles
dont s'occupent ces organisations; et
4) donne des avis et apporte sa collaboration à
l'Organisation des Nations Unies, aux institutions
spécialisées, aux organisations non gouvernementales et aux institutions, sur les aspects sanitaires
pertinents de certains projets; et
5) participe à la formation des comités d'experts
sement, de la Santé mentale, de l'Hygiène de la
Maternité et de l'Enfance, du Groupe d'experts des
Immunisations contre les maladies transmissibles
de l'enfance et du Comité mixte OAA /OMS d'ex-
perts de l'Alimentation et de la Nutrition, leur
fournit les renseignements et l'aide requis, et donne
effet à leurs recommandations.
Section de l'Administration de la Santé publique
En vue d'aider les gouvernements à atteindre des
niveaux élevés dans le domaine de l'administration
de la santé publique, la Section de l'Administration
de la Santé publique
i) fournit, par l'intermédiaire des Bureaux régio-
naux, des services consultatifs et de démonstrations aux gouvernements sur les méthodes modernes d'administration de la santé publique, sur
l'élaboration de démonstrations spéciales de ser-
ANNEXE 13
vices sanitaires dans des régions choisies et sur
l'administration des soins hospitaliers, médicaux
et dentaires;
2) prend des dispositions en vue de la poursuite
de recherches, enquêtes et études se rapportant à
ses activités;
3) élabore les arrangements à conclure avec les
gouvernements, organisations et institutions en vue
de faciliter la mise en oeuvre de programmes;
4) coordonne, par le moyen de conseillers régionaux,
la surveillance technique des programmes sur le
terrain et donne, à ce sujet, des avis au Directeur
de la Division de l'Organisation des Services de
Santé publique;
5) procède à un examen continu des résultats des
programmes adoptés et établit des rapports à ce
sujet, en vue d'une publication éventuelle;
6) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations non
gouvernementales et les autres institutions appropriées pour les questions qui, dans les programmes
auxquels participe l'OMS, concernent la santé publique; et
7) assure le secrétariat du Comité d'experts de
l'Administration de la Santé publique.
Section de l'Assainissement
En vue d'aider les gouvernements à relever les
niveaux de l'assainissement, la Section de l'Assainissement
I) fournit, par l'intermédiaire des Bureaux régio-
naux, des services consultatifs et de démonstrations aux gouvernements sur l'organisation et
l'application des programmes d'assainissement et
sur les méthodes modernes d'assainissement;
2) établit des projets et fournit des avis techniques,
par l'intermédiaire du personnel technique attaché
aux Bureaux régionaux, pour effectuer des démonstrations d'assainissement, soit séparément, soit en
liaison avec d'autres programmes de l'OMS;
3) prend des dispositions en vue de la poursuite de
recherches, enquêtes et études se rapportant à ses
activités;
4) élabore les arrangements à conclure avec les
77
Z) fournit, par l'intermédiaire des Bureaux régionaux, des services consultatifs et de démonstrations
aux gouvernements sur l'organisation et le développement de services efficaces de soins infirmiers
et sur les méthodes modernes de soins infirmiers ;
2) établit des projets et fournit des avis techniques,
par l'intermédiaire du personnel technique attaché
aux Bureaux régionaux, pour effectuer des démonstrations des méthodes modernes de soins infirmiers,
soit séparément, soit en liaison avec d'autres programmes de l'OMS;
3) prend des dispositions en vue de la poursuite de
recherches, enquêtes et études se rapportant à ses
activités;
4) élabore les arrangements à conclure avec les gouvernements, organisations et institutions en vue de
faciliter la mise en oeuvre de programmes;
5) coordonne, par le moyen de conseillers régionaux, la surveillance technique des programmes sur
le terrain et donne, à ce sujet, des avis au Directeur
de la Division de l'Organisation des Services de la
Santé publique;
6) procède à un examen continu des résultats des
programmes adoptés et établit des rapports à ce
sujet, en vue d'une publication éventuelle;
7) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et
institutions non gouvernementales pour les questions qui, dans les programmes auxquels participe
l'OMS, concernent les soins infirmiers; et
8) assure le secrétariat du Comité d'experts des
Soins infirmiers.
Section de l'Education sanitaire du public
En vue d'aider les gouvernements à augmenter
l'efficacité des programmes d'éducation sanitaire du
public, la Section de l'Education sanitaire du Public
Z) fournit, par l'intermédiaire des Bureaux régionaux, des services consultatifs et de démonstrations aux gouvernements sur les programmes
d'éducation sanitaire et sur la formation du personnel professionnel, en ce qui concerne les techniques de l'éducation sanitaire du public, et prend des
dispositions en vue de la poursuite d'études et
d'enquêtes se rapportant à ses activités;
2) établit des projets et fournit des avis techniques,
par l'intermédiaire du personnel technique attaché
aux bureaux régionaux, pour effectuer des démonsdes méthodes modernes d'éducation sanisur le terrain et donne, à ce sujet, des avis au trations
taire du public, soit séparément, soit en liaison avec
Directeur de la Division de l'Organisation des Ser- d'autres programmes de l'OMS;
vices de Santé publique;
3) élabore les arrangements à conclure avec les
6) procède à un examen continu dés résultats des gouvernements, organisations et institutions en vue
programmes adoptés et établit des rapports à ce de faciliter la mise en oeuvre de programmes;
sujet, en vue d'une publication éventuelle;
4) coordonne, par le moyen de conseillers régio7) collabore avec l'Organisation des Nations Unies, naux, la surveillance technique des programmes sur
les institutions spécialisées, les organisations non le terrain et donne, à ce sujet, des avis au Directeur
gouvernementales et les institutions appropriées de la Division de l'Organisation des Services de la
pour les questions qui, dans les programmes aux- Santé publique;
quels participe l'OMS, concernent l'assainissement;
5) se livre à un examen continu des résultats des
et
programmes adoptés et établit des rapports à ce
8) assure le secrétariat du Comité d'experts de sujet, en vue d'une publication éventuelle;
l'Assainissement.
6) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les
institutions spécialisées, les organisations non
Section des Soins infirmiers
gouvernementales et les institutions appropriées
En vue d'aider les gouvernements à relever le pour les questions qui, dans les programmes auxniveau de leurs soins infirmiers, la Section des Soins quels participe l'OMS, concernent l'éducation sanigouvernements, organisations et institutions en vue
de faciliter la mise en oeuvre de programmes;
5) coordonne la surveillance technique, par le
moyen de conseillers régionaux, des programmes
infirmiers.
taire du public; et
78
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
7) assurera, après la création de ce Comité, le secrétariat du Comité d'experts de l'Education sanitaire
du Public.
4) élabore les arrangements à conclure avec les
Section de l'Hygiène de la Maternité et de l'Enfance
En vue d'aider les gouvernements à atteindre un
gouvernements, organisations et institutions en vue
de faciliter la mise en oeuvre de programmes;
5) coordonne, par le moyen de conseillers régionaux, la surveillance technique des programmes sur
le terrain et donne, à ce sujet, des avis au Directeur
niveau élevé dans le domaine de l'hygiène de la
maternité et de l'enfance, la Section de l'Hygiène
de la Maternité et de l'Enfance
i) fournit, par l'intermédiaire des Bureaux régionaux, des services consultatifs et de démonstra-
de la Division de l'Organisation des Services de
Santé publique;
6) se livre à un examen continu des résultats des
programmes adoptés et établit des rapports à ce
sujet, en vue d'une publication éventuelle;
tions aux gouvernements sur l'organisation et l'application de programmes concernant l'hygiène de la
maternité et de l'enfance et sur les méthodes modernes de prophylaxie et de traitement;
2) établit des projets et fournit des avis techniques,
par l'intermédiaire du personnel technique attaché
aux Bureaux régionaux, en vue de démonstrations
des méthodes modernes dans les domaines des services d'hygiène de la maternité et de l'enfance, de la
pédiatrie et de l'obstétrique, tant sociaux que cliniques, soit séparément, soit en liaison avec d'autres
programmes de l'OMS;
3) prend des dispositions en vue de la poursuite de
recherches, enquêtes et études se rapportant à ses
activités;
7) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et ins-
4) élabore les arrangements à conclure avec les
gouvernements, organisations et institutions en vue
de faciliter la mise en oeuvre des programmes;
5) coordonne, par le moyen de conseillers régionaux,
la surveillance technique des programmes sur le
terrain et donne, à ce sujet, des avis au Directeur
de la Division de l'Organisation des Services de
Santé publique;
6) se livre à un examen continu des résultats des
programmes adoptés et établit des rapports à ce
sujet, en vue d'une publication éventuelle;
7) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et institutions non gouvernementales appropriées, pour
les questions qui, dans les programmes auxquels
participe l'OMS, concernent l'hygiène de la maternité et de l'enfance; et
8) assure le secrétariat du Comité d'experts de
l'Hygiène de la Maternité et de l'Enfance et du
Groupe d'experts -conseils des Immunisations contre
les Maladies transmissibles ordinaires de l'Enfance.
Section de la Santé mentale
En vue d'aider les gouvernements à poursuivre
des travaux de prophylaxie mentale et à atteindre
un niveau élevé en ce qui concerne le traitement
psychiatrique dans le monde entier, la Section de
la Santé mentale
r) fournit, par l'intermédiaire des Bureaux régionaux, des services consultatifs et de démonstrations
aux gouvernements, sur l'organisation et l'applica-
titutions non gouvernementales appropriées pour
les questions qui, dans les programmes auxquels
participe l'OMS, concernent la Santé mentale; et
8) assure le secrétariat du Comité d'experts de la
Santé mentale.
Section de l'Alimentation et de la Nutrition
En vue d'aider les gouvernements à atteindre un
niveau élevé d'alimentation et de nutrition dans
le monde entier, la Section de l'Alimentation et de
la Nutrition
i) fournit, par l'intermédiaire des Bureaux régionaux, des services consultatifs et de démonstrations
aux gouvernements, sur l'organisation et la réalisation de services dans le domaine de l'alimentation
et de la nutrition ;
2) établit des projets et fournit des avis techniques,
par l'intermédiaire du personnel technique attaché
aux Bureaux régionaux, en vue de l'amélioration
des services d'alimentation et de nutrition, soit
séparément, soit en liaison avec d'autres programmes de l'OMS;
3) prend des dispositions en vue de la poursuite
de recherches, enquêtes et études se rapportant à
ses activités;
4) élabore les arrangements à conclure avec les
gouvernements, organisations et institutions en vue
de faciliter la mise en oeuvre des programmes;
5) coordonne, par le moyen de conseillers régionaux,
la surveillance technique des programmes sur le
terrain et donne, à ce sujet, des avis au Directeur
de la Division de l'Organisation des Services de
Santé publique;
6) se livre à un examen continu des résultats des
programmes adoptés et établit des rapports à ce
sujet, en vue d'une publication éventuelle;
7) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, notamment l'OAA, les
organisations et institutions non gouvernementales
appropriées sur les questions qui, dans les programmes auxquels participe l'OMS, concernent
l'alimentation et la nutrition; et
8) assure le secrétariat du Comité mixte OAA/
OMS d'experts de l'Alimentation et de la Nutrition.
tion de programmes de santé mentale et sur les
méthodes modernes de prophylaxie et de traite-
Division de l'Enseignement professionnel et
ment ;
En vue d'aider les gouvernements à développer
leurs ressources dans le domaine de la formation
2) établit des projets et fournit des avis techniques,
par l'intermédiaire du personnel technique attaché
aux Bureaux régionaux, sur l'exécution de démonstrations relatives aux méthodes de prophylaxie et
de traitement, soit séparément, soit en liaison avec
d'autres programmes de l'OMS;
3) prend des dispositions en vue de la poursuite de
recherches, enquêtes et études se rapportant à ses
activités;
technique
technique et à relever leurs niveaux d'enseignement
en ce qui concerne la santé, la Division de l'enseignement professionnel et technique
I) prévoit, coordonne et administre les activités
concernant l'enseignement professionnel et technique et notamment :
a) examine et apprécie les programmes proposés
par les Comités régionaux, afin de veiller à ce
ANNEXE 13
qu'ils soient établis sous l'angle international et
soient réalisables du point de vue scientifique, à
ce que les moyens nécessaires soient disponibles
et à ce qu'il en résulte des améliorations sociales
et économiques;
b) fournit des bourses pour la formation technique supérieure du personnel professionnel et
technique des Etats Membres;
c) procure des avis, des démonstrations, du
matériel, de la documentation et des fournitures
en vue de l'amélioration de l'échange des renseignements scientifiques et du développement et
de l'extension des moyens de formation technique
et professionnelle;
d) commande des fournitures, de la documenta-
tion et du matériel médicaux demandés par les
autres unités administratives de l'Organisation;
2) collabore avec d'autres divisions de l'Organisation à l'établissement d'un programme unifié;
3) fournit des avis au Sous -Directeur général du
Département des Services consultatifs sur les direc-
tives générales et sur les aspects techniques du
programme ;
4) donne des avis et apporte sa collaboration à
l'Organisation des Nations Unies, aux institutions
spécialisées, aux organisations non gouvernementales et aux institutions sur les aspects sanitaires
pertinents de certains projets; et
5) participe à la formation de Groupe consultatif
d'experts de l'Enseignement professionnel et technique, de Comités et Sous- Comités d'experts et
d'autres groupes consultatifs en matière de formation et de perfectionnement, leur fournit les rensei-
gnements et l'aide nécessaires et donne effet à
leurs recommandations.
Section des Bourses d'études et de la Formation
technique
En vue d'aider les gouvernements à s'assurer un
personnel sanitaire ayant reçu une formation plus
satisfaisante, la Section des Bourses d'Etudes et de
la Formation technique
I) établit et applique un programme d'action qui
l'amène notamment à examiner les demandes de
bourses individuelles et collectives, émanant de
gouvernements, à placer les boursiers, à surveiller
les bourses, soit séparément, soit en liaison avec
d'autres programmes de l'OMS;
z) fournit, avec la collaboration des Bureaux régionaux, des avis aux gouvernements, sur toutes les
questions concernant les bourses, la formation
technique et les cours collectifs;
3) élabore les arrangements à conclure avec les
gouvernements, organisations et institutions, en vue
de faciliter la mise en oeuvre de programmes;
4) fournit des avis au Directeur de la Division de
l'Enseignement professionnel et technique, en ce
qui concerne le programme;
5) se livre à un examen continu des résultats du
programme et établit des rapports à ce sujet, en vue
d'une publication éventuelle;
6) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et
institutions non gouvernementales appropriées pour
toutes les questions qui, dans les programmes auxquels participe l'OMS, concernent les bourses.
Section de l'Echange des Informations scientifiques
En vue d'aider les gouvernements à améliorer
et accélérer l'échange d'informations scientifiques,
79
la Section de l'Echange des Informations scientifiques
1) projette et élabore, en collaboration avec les
bureaux régionaux, des méthodes et techniques
nouvelles en vue de l'échange d'informations scientifiques, soit directement, soit en liaison avec
d'autres programmes de l'OMS et coordonne diverses activités distinctes qui se rattachent à cet
échange d'informations;
2) fournit des avis et des services de démonstrations aux gouvernements, avec la collaboration des
Bureaux régionaux, sur les méthodes modernes
d'échange d'informations scientifiques;
3) élabore les arrangements à conclure avec les
gouvernements, organisations et institutions en vue
de faciliter la mise en oeuvre de programmes;
4) fournit des avis au directeur de la Division de
la Formation professionnelle et technique, en ce
qui concerne la surveillance technique des programmes;
5) se livre à un examen continu des résultats des
programmes adoptés et établit des rapports à ce
sujet, en vue d'une publication éventuelle;
6) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et ins-
titutions non gouvernementales appropriées pour
les questions pertinentes rentrant dans les programmes auxquels participe l'OMS; et
7) assurera le secrétariat du Sous- Comité d'experts
pour l'Echange des informations scientifiques,
lorsque ce sous -comité aura été créé.
Section de l'Assistance aux Etablissements d'enseignement
En vue d'aider les gouvernements à relever les
niveaux de leurs établissements d'enseignement et
de leurs cours de formation technique dans le
domaine de la santé, la Section de l'Assistance aux
Etablissements d'enseignement
1) fournit, par l'intermédiaire des Bureaux régionaux, des services consultatifs et de démonstrations
aux gouvernements, sur l'organisation et l'application de programmes en vue de relever les niveaux
des établissements d'enseignement et des cours de
formation technique dans le domaine de la santé
en rattachant ces programmes aux programmes
généraux de santé publique des divers pays;
2) établit et applique un programme d'action qui
l'amène notamment à élaborer des programmes
d'aide aux institutions de formation professionnelle, à donner des avis sur les programmes d'enseignement des institutions et des cours, à étudier
les problèmes concernant la formation professionnelle, à recueillir et à diffuser des informations;
et à coordonner les activités des unités administratives de l'OMS qui apportent une aide aux institutions et aux cours de formation technique ;
3) met en oeuvre les accords relatifs à l'aide donnée
aux institutions et prend des dispositions concernant le personnel et le matériel à fournir aux termes
de ces accords;
4) fournit des avis au Directeur de la Division de
l'enseignement professionnel et technique sur les
aspects techniques des programmes;
5) se livre à un examen continu des résultats des
programmes adoptés et établit des rapports à ce
sujet, en vue d'une publication éventuelle;
6) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et
80
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
institutions non gouvernementales sur les aspects
de sa tâche qui ont des points communs avec celle
travaux relatifs à la Pharmacopea Interrtationalis
se développent rapidement et justifient pleinement
de ces organisations;
7) assure le secrétariat du sous -comité approprié
la création de sections chargées de s'occuper de ces
questions. Les drogues engendrant la toxicomanie
forment un sujet séparé et, là également, il a paru
opportun de créer une section spéciale. Il était donc
du Comité d'experts de l'Enseignement professionnel et technique, destiné au personnel médical
et auxiliaire, et
8) contrôle le travail du Service des Fournitures
médicales et du Matériel d'enseignement, ce qui
comporte les activités suivantes :
a) prendre des arrangements pour fournir les
approvisionnements médicaux et le matériel
d'enseignement destinés à des services consultatifs aux gouvernements;
b) fournir aide et conseils aux gouvernements
pour leur permettre d'obtenir des approvisionne-
ments médicaux, de la documentation et du
matériel d'enseignement;
c) prendre des dispositions avec des gouverne-
ments, des organisations et des institutions en
vue de faciliter la mise en oeuvre des programmes;
et
cl) collaborer avec l'Organisation des Nations
Unies, des institutions spécialisées, des organisa-
tions et des instituts, au sujet de la normalisation et de la fourniture d'approvisionnements
médicaux, de documentation et d'équipement.
nécessaire, semble -t -il, d'établir une Division des
Substances thérapeutiques pour assurer le contrôle
et la coordination des travaux de ces quatre sections; la Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé
a déjà accepté cette proposition.'
Département des Services techniques
centraux
En vue d'aider les gouvernements à améliorer la
santé de leurs populations,
le Département des Services techniques centraux
i) donne des avis au Directeur général sur toutes
les directives concernant les services techniques, y
compris les relations avec les gouvernements,
l'Organisation des Nations Unies, les autres institutions spécialisées et d'autres organisations internationales et la coordination des services techniques
avec les activités des autres départements de l'Orga-
nisation et des Bureaux régionaux, ainsi que sur
les questions constitutionnelles qui intéressent les
services techniques;
2) prévoit, coordonne et administre les services
techniques de l'Organisation par le moyen de pro-
grammes, à court et long terme, de recherches,
Portée et But de la Réorganisation du Département des Services techniques centraux 4
Au moment de sa création, en octobre 1948, le
Département des Services techniques comprenait
deux divisions - la Division des services d'Edition
et la Division d'Epidémiologie - et deux sections
- la section des Statistiques sanitaires et la section
des Substances thérapeutiques. Toutefois, depuis
lors, les tâches confiées à ces deux sections ont subi
un accroissement considérable qui justifie la transformation de ces sections en divisions.
En ce qui concerne les statistiques sanitaires,
la résolution WHA2.38 de la Deuxième Assemblée
Mondiale de la Santé prévoit l'établissement de
trois sous -comités et d'un organisme central pour
le maintien de la liaison avec les commissions
nationales.b Il y a également lieu d'attirer l'attention sur la note, relative aux statistiques sanitaires,
soumise par la Délégation du Royaume-Uni.6 En
raison de l'intérêt tout particulier manifesté ainsi
par la Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé
pour les travaux statistiques à l'intérieur du Secrétariat il a paru opportun de créer une Division des
Statistiques sanitaires, comprenant trois sections:
Etudes statistiques, Statistiques de morbidité, et
d'avis techniques et de services spécialisés, notamment par:
a) des études épidémiologiques, des statistiques
et des services techniques ;
b) l'organisation d'un échange mondial efficace
de statistiques sanitaires;
c) la coordination des recherches et l'encourage-
ment à la standardisation des sérums, vaccins
et médicaments;
d) la prestation de services d'édition et de documentation;
3) entretient un réseau de stations de diffusion
d'informations épidémiologiques et poursuit des
négociations relatives au règlement de différends
au sujet de violations alléguées des dispositions des
Conventions et des Règlements sanitaires;
4) entretient des relations de travail efficaces avec
les organisations et institutions scientifiques et professionnelles appropriées;
5) participe à la formation de comités d'experts
des questions qui intéressent le Département, leur
fournit les renseignements et l'aide nécessaires et
donne effet à leurs recommandations.
Section de la Nomenclature internationale des
Division de l'Epidémiologie
Maladies et Causes de décès.
En ce qui concerne les substances thérapeutiques,
En vue d'aider les gouvernements à combattre
et extirper les maladies transmissibles, la Division
de l'Epidémiologie
i) prévoit, coordonne et administre les activités du
domaine de l'épidémiologie et en particulier:
a) poursuit des recherches épidémiologiques, no-
le rôle de la coordination des recherches qui lui
était confié impliquait une liaison étroite avec le
Centre international des Salmonella et le Centre
mondial de la Grippe et, en particulier, avec le
Bureau de Recherches sur la tuberculose à Copenhague. La création d'une Section de coordination
des Recherches paraissait donc justifiée. D'autre
part, la tâche de standardisation biologique et les
4 Désigné depuis sous le nom de « Département des
Services Techniques Centraux ». Voir ci -après la description des fonctions qu'il remplit.
6 Actes off. Org. mond. Santé, 21, 28
6 Actes off. Org. mond. Santé, 21, 367
tamment sur le choléra, la peste, le typhus, la
lèpre et la fièvre jaune;
b) se livre à des études spéciales sur les maladies
transmissibles et collabore avec la Division des
Services des Maladies transmissibles pour instituer des services consultatifs et de démonstrations
en ce qui concerne ces maladies;
7 Actes off. Org. mond. Santé, 18, 48
ANNEXE 13
c) applique et revise les Conventions sanitaires
internationales, et
d) recueille et diffuse des informations et des
statistiques épidémiologiques;
2) donne des avis au Sous- Directeur général du
Département des Services techniques centraux sur
les directives générales et sur les aspects techniques
de sa tâche;
3) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et
institutions non gouvernementales sur les aspects
sanitaires pertinents des projets; et
4) participe à la formation du Comité d'experts de
l'Epidémiologie internationale et de la Quarantaine de son Sous -Comité juridique, et du Groupe
d'experts de la Fièvre jaune, et leur fournit les
renseignements et l'aide nécessaires.
Section des Conventions sanitaires et de la Quarantaine
En vue d'aider les gouvernements à combattre
l'extension internationale des maladies transmissibles, la Section des Conventions sanitaires et de
la Quarantaine
1) établit et applique un programme d'action en
vertu duquel elle notifie l'apparition des maladies
transmissibles, fournit des informations sur la quarantaine et les sujets connexes, élabore les Règlements sanitaires de l'OMS et applique les Conventions sanitaires internationales de 1926, 1933 et
1944;
2) fournit des avis aux gouvernements en ce qui
concerne l'application des Conventions sanitaires
internationales ;
3) élabore les arrangements à conclure avec les
gouvernements, organisations et institutions, en
vue de faciliter la mise en oeuvre de programmes;
4) donne des avis au Directeur de la Division de
l'Epidémiologie sur le contrôle technique du programme;
5) examine les résultats du programme d'action et
établit des rapports à ce sujet, en vue d'une publication éventuelle;
6) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et institutions non gouvernementales appropriées pour
les aspects de sa tâche qui ont des points communs
avec celle de ces organisations; et
7) assure le secrétariat du Comité d'experts de
l'Epidémiologie internationale et de la Quarantaine, du Groupe d'experts de la Fièvre jaune et
du Sous -Comité juridique des Conventions sanitaires
internationales.
Section de Technologie
En vue de faciliter les activités des autres sections
de la Division, la Section de Technologie
1) fournit des services technologiques qui comportent l'exécution des travaux concernant la géo-
graphie et la présentation visuelle, l'étude de la
télécommunication des informations épidémiologiques, la préparation d'un code télégraphique épidémiologique et de cartes épidémiologiques, et la
tenue à jour d'« archives des épidémies »;
2) donne des avis au Directeur de la Division
d'Epidémiologie sur les aspects techniques non médicaux des travaux de cette Division;
ó1
3) examine les résultats du programme d'action et
établit des rapports à ce sujet; et
4) collabore avec l'Organisation des Nations Unies
et les institutions spécialisées pour les aspects de
sa tâche qui ont des points communs avec celle de
ces organisations.
Section des Etudes épidémiologiques
En vue d'aider les gouvernements à lutter contre
les maladies transmissibles (à l'exclusion de la tuberculose, des maladies vénériennes et du paludisme),
la Section des Etudes épidémiologiques
i) établit et applique un programme d'action en
vertu duquel, notamment, elle étudie les méthodes
les plus récentes de lutte contre les maladies transmissibles; fournit des informations techniques sur
ces maladies à d'autres services de l'OMS, à des
administrations sanitaires nationales et, dans la
limite des possibilités pratiques, à toutes institutions ou personnes qui demandent de tels renseignements;
2) fournit des renseignements et des avis de caractère technique à la Division des Services des Maladies transmissibles, en ce qui concerne la lutte contre
les maladies transmissibles pertinentes;
3) donne, sur les aspects techniques de sa tâche,
des avis au Directeur de la Division de l'Epidémiologie ;
4) revise le programme d'action et établit des rap-
ports à ce sujet, en vue d'une publication éventuelle;
5) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et ins-
titutions non gouvernementales, pour les aspects
de ses études qui ont des points communs avec
celles de ces organisations; et
6) assure le secrétariat des comités d'experts qui
s'occupent des maladies transmissibles (à l'exclusion
de la tuberculose, du paludisme, des maladies véné-
riennes et autres tréponématoses) et des insecticides, et intervient, en collaboration avec la Section
des autres maladies transmissibles du Département des Services consultatifs, chaque fois que
des études sur le terrain, des démonstrations et
autres programmes comportant la prestation de
services viennent en discussion.
Section des Informations épidémiologiques
En vue d'aider les gouvernements à lutter contre
l'extension internationale des maladies transmissibles, la Section des Informations épidémiologiques
1) établit et applique un programme d'action en
vertu duquel elle recueille des renseignements sur
la fréquence des maladies transmissibles, étudie ces
informations et les diffuse auprès des autorités sanitaires nationales, y compris les autorités des ports,
soit directement, soit en liaison avec d'autres programmes de l'OMS;
2) donne, sur les aspects techniques de sa tâche,
des avis au Directeur de la Divison de l'Epidémiologie ;
3) revise le programme d'action et établit des rapports, à ce sujet, en vue d'une publication éventuelle; et
4) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées et les institutions pour
les aspects de sa tâche qui ont des points communs
avec celle de ces organisations.
82
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
Station d'Informations épidémiologiques de Singapour
La Station d'Informations épidémiologiques de
Singapour, qui est l'un des éléments d'un réseau
mondial diffusant des informations épidémiologiques
r) recueille des informations épidémiologiques éma-
nant des administrations sanitaires nationales, centrales, locales et portuaires et les diffuse au moyen
de publications hebdomadaires, de circulaires,
d'émissions de radio et de rapports spéciaux par
câblogrammes, et procède, en cas de besoin, à
l'interprétation et à l'application des conventions
sanitaires internationales;
2) fournit aux gouvernements des informations sur
la quarantaine internationale; et
3) donne, sur les aspects techniques de son travail,
des avis au Directeur de la Division de l'Epidémiologie.
Division des Statistiques sanitaires
En vue d'améliorer la qualité et les possibilités
de comparaison des statistiques démographiques
et sanitaires, dans le monde entier, la Division des
Statistiques sanitaires
i) prévoit, coordonne et administre les activités
concernant les statistiques sanitaires et notamment :
a) recueille et analyse la documentation statistique aux fins de publication, et
b) favorise la standardisation des méthodes de
réunion et de classification des statistiques sanitaires;
2) fournit des avis et une aide aux gouvernements
pour les problèmes concernant les statistiques sanitaires;
3) fournit des renseignements sur les statistiques
sanitaires aux autres Divisions et aux Bureaux
régionaux de l'Organisation, en vue du développement des services fournis aux gouvernements;
4) donne des avis au Sous -Directeur général du
Département des Services techniques centraux sur
les directives générales et sur les aspects techniques
de sa tâche;
5) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et institutions gouvernementales pour les questions statistiques d'intérêt commun;
6) participe à la formation d'un Comité d'experts
des Statistiques sanitaires et de ses sous -comités,
leur fournit les renseignements et l'aide nécessaires
et donne effet à leurs recommandations.
Section des Etudes statistiques
En vue d'améliorer la qualité et les possibilités
de comparaison, sur le plan international, des
statistiques sanitaires, la Section des Etudes statistiques
i) recueille, analyse et diffuse les données impor-
tantes sur les sujets statistiques médicaux et sur
la compilation des statistiques sanitaires;
z) poursuit des études sur les méthodes employées
pour la compilation des statistiques démographiques et sanitaires;
3) fournit des avis et des renseignements, d'ordre
statistique, au Département des Services consultatifs et aux Bureaux régionaux, en liaison avec les
services fournis aux gouvernements;
4) favorise, au cours de l'étude des problèmes sani-
taires, l'utilisation efficace des statistiques sanitaires;
5) donne des avis aux gouvernements sur l'établissement et l'amélioration des statistiques sanitaires
nationales.
Section des Statistiques de Morbidité
En vue d'améliorer la qualité et les possibilités
de comparaison des statistiques de morbidité et de
mortalité parmi les différentes nations, la Section
des Statistiques de Morbidité
i) poursuit des recherches sur les résultats de
l'application de la Nomenclature internationale des
Maladies, Traumatismes et Causes de Décès, et sur
la classification, la réunion, l'analyse et la diffusion
des statistiques de morbidité;
2) fournit un service permanent de statistiques de
morbidité et notamment rassemble des données rela-
tives à la morbidité, auprès des gouvernements,
classe, analyse, résume et diffuse ces données et
détermine les possibilités de comparaison qu'elles
présentent;
3) prépare des rapports épidémiologiques et démographiques sur les statistiques de morbidité;
4) effectue des études spéciales, sur demande, dans
le domaine des statistiques de morbidité, en liaison
avec des problèmes déterminés.
Section de la Nomenclature internationale des Maladies et Causes de Décès
En vue d'établir une norme internationale pour
la classification statistique des maladies, traumatismes et causes de décès, la Section de la Nomenclature internationale des Maladies et Causes de
Décès
i) prépare des revisions décennales de la Nomenclature internationale des Maladies et Causes de
Décès et
a) établit et communique aux gouvernements les
revisions proposées,
b) analyse les réponses, en vue de leur présentation aux conférences internationales sur la Revi-
sion des Nomenclatures internationales,
c) prépare le règlement de l'OMS concernant
l'application de la nomenclature internationale et
d) établit et publie le Manuel de la Classification
internationale des Maladies, Traumatismes et
Causes de Décès ;
2) interprète l'application des nomenclatures et
règlements internationaux et donne des avis à ce
sujet aux gouvernements, aux autres unités administratives de l'Organisation et aux bureaux régionaux;
3) donne, sur les aspects techniques de sa tâche,
des avis au Directeur de la Division des Statistiques
sanitaires;
4) donne des avis aux gouvernements sur l'élaboration de la classification nationale;
5) assure le secrétariat du Comité d'experts compétent.
Division des Substances thérapeutiques
En vue de donner des avis aux gouvernements
sur les applications pratiques possibles des décou-
vertes scientifiques, sur les problèmes que font
naître la toxicomanie et l'alcoolisme et sur l'établis-
ANNEXE 13
sement de normes internationales reconnues en ce
qui concerne les sérums, les vaccins et les médicaments, la Division des Substances thérapeutiques
1) prévoit, coordonne et administre les activités
concernant la coordination des recherches et les
substances thérapeutiques et notamment :
a) étudie les faits nouveaux survenus dans la
recherche en différents domaines, y compris celui
du BCG et des antibiotiques,
b) favorise l'établissement et le maintien de préparations et d'unités -étalons,
c)
assure la surveillance de l'élaboration de la
Pharmacopea internationalis et
d) effectue des recherches sur les médicaments
susceptibles d'engendrer la toxicomanie, en vue
de les soumettre au contrôle international;
2) donne des avis au Sous -Directeur général du
Département des Services techniques centraux sur
les directives générales et sur les aspects techniques
de sa tâche;
3) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées et les institutions et orga-
nisations non gouvernementales pour les aspects
sanitaires pertinents des projets; et
4) participe à la formation des Comités d'experts
pour la Standardisation biologique et pour l'Unification des Pharmacopées, de celui des Drogues sus-
ceptibles d'engendrer la toxicomanie et de celui
des Antibiotiques (lorsqu'il aura été constitué), et
leur fournit les renseignements et l'aide nécessaires.
Section de la Standardisation biologique
En vue d'aider les gouvernements à standardiser
tous les produits dont l'activité ne peut être établie
que par des méthodes biologiques, la Section de la
Standardisation biologique
i) établit et applique un programme d'action qui
l'amène notamment à favoriser l'établissement de
préparations- étalons et d'unités internationales, à
examiner les travaux de l'Institut national de
Recherches médicales de Londres et de l'Institut
sérologique d'Etat de Copenhague, dans le domaine
en question et à établir, lorsqu'il est possible de le
faire, des centres nationaux de contrôle;
2) distribue, par l'intermédiaire des Bureaux régio-
naux, les étalons internationaux aux laboratoires
intéressés;
83
Section de Pharmacie
En vue d'aider les gouvernements à contrôler
la qualité, la pureté et l'activité des produits biologiques, pharmaceutiques et analogues ainsi que
les indications données par la publicité et portées
sur l'étiquette, la Section de Pharmacie
r) établit et applique un programme d'action en
vertu duquel, notamment, elle élabore la Pharmacopea Internationalis et introduit des appellations
communes pour les médicaments importants qui se
trouvent dans le commerce international, coordonne
les règlements nationaux et donne des informations
sur les médicaments;
2) fournit des avis aux gouvernements sur les
questions qui relèvent du domaine de sa compétence;
3) donne, sur les aspects techniques de sa tâche,
des avis au Directeur de la Division des Substances
thérapeutiques;
4) examine le programme d'action et établit des
rapports sur ce sujet, en vue d'une publication
éventuelle; et
5) assure le secrétariat du Comité d'experts pour
l'Unification des Pharmacopées.
Section des Drogues engendrant la Toxicomanie
En vue d'aider les gouvernements à extirper la
toxicomanie et l'alcoolisme, la Section des Drogues
engendrant la Toxicomanie
1) établit et applique un programme d'action en
vertu duquel, notamment, elle étudie les rapports
sur les stupéfiants et recueille et fournit de la documentation sur la toxicomanie et l'alcoolisme;
2) donne, sur les aspects techniques de sa tâche,
des avis au Directeur de la Division des Substances
thérapeutiques;
3) examine le programme d'action et établit des
rapports à ce sujet, en vue d'une publication éventuelle;
4) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et institutions non gouvernementales pour les aspects de
sa tâche qui ont des points communs avec celle
de ces institutions; et
5) assure le secrétariat du Comité d'experts des
Drogues susceptibles d'engendrer la Toxicomanie.
Section de Coordination des Recherches
En vue d'aider les gouvernements à développer
la recherche, la Section de Coordination des Re-
3) fournit des avis aux gouvernements sur la cherches
standardisation biologique des sérums, vitamines,
hormones, antibiotiques et de certains autres médi-
caments et procède à des consultations avec les
gouvernements pour le choix des organismes qui
doivent servir de centres nationaux de contrôle ;
4) fournit, sur les aspects techniques de sa tâche,
des avis au Directeur de la Division des Substances
thérapeutiques;
5) examine le programme d'action et établit des
rapports à ce sujet, en vue d'une publication éventuelle;
6) collabore avec les institutions spécialisées et les
organisations pour les aspects de sa tâche qui ont
des points communs avec celle de ces organisa-
tions; et
7) assure le secrétariat du Comité d'experts pour
la Standardisation biologique.
r) établit et applique un programme d'action en
vertu duquel, notamment, elle analyse et évalue
les progrès réalisés dans le domaine de la recherche
et favorise l'application pratique des techniques et
des produits perfectionnés qui en sont le résultat,
patronne les études sur le BCG, les antibiotiques, etc., donne des avis concernant les études sur
le terrain effectuées dans le cadre du Département
des Services consultatifs et examine les travaux du
Bureau de Recherches sur la Tuberculose, à Copenhague;
2) fournit, sur les aspects techniques de sa tâche,
des avis au Directeur de la Division des Substances
thérapeutiques;
3) examine les résultats du programme d'action et
établit des rapports à ce sujet en vue d'une publication éventuelle; et
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
84
4) collabore avec l'Organisation des Nations Unies,
les institutions spécialisées, les organisations et institutions non gouvernementales, y compris le Centre
Mondial de la Grippe, à Londres, et le Centre inter-
national des Salmonella, à Copenhague, pour les
aspects de sa tâche qui ont des points communs
avec celle de ces organisations.
Bureau de Recherches sur la Tuberculose, Copenhague
En vue d'aider les gouvernements dans la prophylaxie et le traitement de la tuberculose, en ce
qui concerne, notamment, la vaccination en série
au BCG, le Bureau de Recherches sur la Tuber-
z) assure le contrôle de la parution des procès -verbaux pendant les conférences de l'OMS;
3) aide le secrétariat des Comités d'experts, pour
le travail d'édition, dans la préparation des rapports
des Comités; et
4) vérifie toutes les demandes de publications et de
documents techniques ronéographiés de l'OMS, en
vue de déterminer si elles satisfont aux règles
établies pour la distribution gratuite ;
5) tient à jour les listes de distribution gratuite
concernant les publications de l'OMS, les tirages
à part du Bulletin et les documents techniques
ronéographiés.
culose
z) établit et applique un programme d'action en
vertu duquel, notamment, il recueille et analyse
Section de Traduction
les données scientifiques fournies par la campagne
internationale du BCG, les études, sur le terrain,
des vaccins BCG, les techniques de la tuberculinoréaction et les recherches épidémiologiques sur la
tuberculose;
z) analyse et apprécie Ies résultats du programme
archives et les publications de l'OMS, la Section de
d'action et établit des rapports à ce sujet, en vue
En vue d'établir avec exactitude les actes, les
Traduction traduit, dans les langues appropriées,
et met au point toute la documentation destinée
à la publication, les comptes rendus et documents
des organes de direction et des comités d'experts,
ainsi que les documents préliminaires, circulaires
et lettres.
de leur publication éventuelle.
Division des Services d'Edition et de Documentation
En vue de fournir des services de documentation
adéquats, destinés à faciliter les travaux de l'Organisation et de pourvoir à la publication des Actes
officiels, des documents techniques essentiels et des
périodiques, la Division des Services d'Edition et
de Documentation
i) met au point, traduit et fait paraître toutes les
publications de l'OMS, y compris les Actes officiels,
et les documents techniques dont la publication a
été demandée par l'Assemblée de la Santé;
2) participe, au nom de l'Organisation, à la tâche
de coordination des Services de comptes rendus
analytiques médicaux et biologiques;
3) met au point et traduit les documents de travail
qu'emploient le Secrétariat, le Conseil Exécutif
et l'Assemblée de la Santé;
4) assure le fonctionnement d'une bibliothèque de
documentation technique et professionnelle, dépouille et indexe les matériaux de référence et les
documents que font paraître l'Organisation des
Nations Unies et d'autres organismes;
5) donne des avis au Sous -Directeur général du
Département des Services techniques centraux sur
les directives générales et sur les aspects techniques
des services; et
6) fournit des avis au Département des Services
consultatifs sur les demandes de documentation
médicale émanant des gouvernements, dans le cadre
du programme de l'OMS, et examine les demandes
de documentation médicale émanant des gouvernements.
Section d'Edition
Section des Publications
En vue d'établir avec exactitude et de façon
appropriée les documents et les publications de
l'OMS, la Section des Publications
I) en collaboration avec la Section d'Edition met
au point la présentation et la disposition typographiques ;
2) calcule les frais afférents à la production des
publications et des documents; et
3) tient registre de l'expédition et de la réception
des manuscrits et des épreuves.
Section de la Bibliothèque et de la Documentation
Afin que l'Organisation soit constamment bien
informée sur les sujets qui concernent sa tâche,
la Section de la Bibliothèque et de la Documentation
r) fournit des services appropriés de bibliothèque
et de documentation, y compris les catalogues et
index de référence et de documentation;
z) fournit, par l'intermédiaire des Bureaux régionaux, des avis techniques sur l'organisation et le
développement des services de bibliothèque en
rattachant ces programmes aux programmes généraux de santé publique des divers pays;
3) par l'intermédiaire du Comité de la Bibliothèque,
achète les livres et les périodiques nécessaires, etc.;
4) joue le rôle d'une bibliothèque centrale à l'égard
des bibliothèques des Bureaux régionaux et en
assure le contrôle technique; et
5) collabore avec la bibliothèque de l'Organisation
des Nations Unies pour les questions d'intérêt
commun.
En vue de pourvoir aux besoins de l'OMS en
actes, archives et en documentation, la Section
Portée et but de la Réorganisation du Département des Services administratifs et
d'Edition
i) met au point et établit, en vue de l'impression,
les publications techniques et les actes et documents
Au cours de la période où l'organisation, tant
existante qu'envisagée, pour les deux départe-
polycopiés, soit en consultation avec les autres
unités constitutives de l'Organisation, soit conformément aux instructions que fournissent ces dernières;
financiers
ments techniques, faisait l'objet d'une étude, des
experts -conseils procédaient à l'élaboration d'une
classification des postes du Secrétariat. Les propositions de réorganisation qui, en . se précisant, se
ANNEXE i3
sont révélées de nature à exercer une influence sur
la classification des postes, ont été portées à la
connaissance
du groupe
d'experts -conseils
en
matière de classification, que le Directeur général
a priés d'évaluer les répercussions de ces propositions dans le cadre de la structure d'ensemble de
l'Organisation. Plus particulièrement, le Directeur
général a invité les experts à lui adresser des recom-
mandations sur la façon dont les fonctions comportant l'élaboration de directives générales pouvaient être réparties entre les trois départements
principaux d'une manière équitable et qui rencontre
leur agrément. Le Directeur des Services adminis-
tratifs et financiers ne se trouvant pas au Siège
lors de l'enquête sur la classification, aucune proposition n'a été formulée en vue de la réorganisation
du Département des Services administratifs et
financiers.
Le rapport relatif à la classification des postes
comprenait donc un certain nombre de recomman-
dations tendant à réaliser l'harmonie entre
le
Département des Services administratifs et financiers et les voies de transmission plus nettement
définies dont l'élaboration se poursuivait dans la
nouvelle organisation proposée, et, plus particulièrement, à permettre à certains hauts fonctionnaires de ce Département de prendre part, sur le
plan supérieur ou immédiatement inférieur, à la
détermination des directives générales. Ces objectifs ont été incorporés aux recommandations
du rapport sans que soit envisagée l'augmentation
numérique du personnel actuellement autorisé.
Essentiellement, les propositions étaient les suivantes :
I) le Directeur des Services administratifs et finan-
ciers devrait faire partie, comme dans le cas des
autres organismes des Nations Unies, du groupe
supérieur chargé de déterminer les directives géné-
rales - état de choses qui a existé, en fait, à
l'OMS mais n'a jamais été officiellement reconnu; et
2) en vue d'accroître le rendement administratif,
la charge de la gestion administrative devrait ne
plus incomber au Bureau du Budget et de la Gestion
85
Département des Services administratifs
et financiers
Le Département des Services administratifs et
financiers
i) fournit des avis au Directeur général sur toutes
les directives concernant l'administration et les
finances, y compris celles qui visent les relations
avec les gouvernements, l'Organisation des Nations
Unies, les autres institutions spécialisées et les
autres organisations internationales; sur la coordination des Services administratifs et financiers avec
les activités des autres Départements de l'Organisation et des Bureaux régionaux; et sur les directives
de nature juridique et constitutionnelle qui intéressent l'Organisation;
2) est chargé des plans et de l'administration, en ce
qui concerne toutes les questions d'ordre administratif, financier, juridique et constitutionnel, intéressant l'Organisation, y compris les Bureaux régionaux et les Bureaux locaux;
3) élabore, dans le cadre des disponibilités financières et sur la base d'une analyse des programmes
envisagés, des recommandations visant un plan
unifié d'action pour faire face aux besoins prioritaires; et
4) formule des directives concernant la vérification
intérieure des comptes, le service juridique, la
gestion administrative et le personnel, les finances
et le budget, le Service des Conférences et les ser-
vices généraux, et assume la responsabilité des
fonctions et opérations de ces unités administratives.
Service juridique
Le Service juridique, sous le contrôle du Sous Directeur général des Services Administratifs et
Financiers
z) donne des avis sur toutes les questions de caractère juridique ou constitutionnel;
mais être combinée avec celle du Bureau du Per-
2) donne des avis sur les aspects juridiques des
sonnel.
négociations avec les gouvernements et les autres
organisations, concernant des programmes projetés
ou en cours d'exécution;
Les experts responsables de l'enquête ont indiqué
que le travail afférent au personnel diminuerait,
en ce qui concerne certaines tâches courantes,
à mesure que l'Organisation prendrait de la maturité, mais que la tâche afférente à la gestion administrative, qui se rattache au personnel plus étroitement qu'à toute autre section du Département
des Services administratifs et financiers ne ferait
que s'accroître.
Comme corollaire à cette mesure, il a été recom-
mandé que le Bureau du Budget et le Bureau des
Finances et de la Comptabilité fussent également
réunis.
Les deux modifications proposées confiaient, naturellement, aux chefs des deux groupes respectifs,
des responsabilités beaucoup plus étendues. Il a
été recommandé, en conséquence, de transformer
3) établit les projets et examine les textes en ce
qui concerne les pactes, accords, lettres portant
arrangement, et autres documents juridiques et
conserve les archives appropriées dans des conditions donnant toutes garanties ;
4) donne des avis sur la mise en oeuvre, du point
de vue juridique, des conventions, accords, lettres
portant arrangement, et règlements, concernant
l'OMS;
5) agit comme représentant juridique du secrétariat de l'OMS en cas de différend, d'action judiciaire et d'arbitrage et, le cas échéant, engage les
services d'un conseil juridique;
ces groupes en Divisions ayant à leur tête des Directeurs, et composées, chacune, de deux sections. Cet
6) procède à des recherches sur les problèmes juridiques qui intéressent l'Organisation;
arrangement aurait, en outre, pensait -on, l'avan-
7) donne des avis en ce qui concerne les exigences
protocolaires et diplomatiques dans la correspondance et autres questions connexes;
tage de fournir au Sous -Directeur général du
Département des Services administratifs et financiers les avis et le concours de deux Directeurs qui,
par les réunions des Directeurs, se trouveraient en
mesure de coordonner les travaux de leurs divisions
respectives avec ceux du reste de l'Organisation.
8) entreprend, en collaboration avec les autres services intéressés, des études en matière de législation
sanitaire comparée.
86
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIEME SESSION, PARTIE II
Bureau des Conférences et des Services généraux
Le Bureau des Conférences et des Services généraux:
z) est responsable, envers le Sous -Directeur général
du Département des Services administratifs et
financiers, des dispositions à prendre en vue des
conférences pour ce qui concerne, notamment, les
locaux, le personnel, les archives, les documents et
tous autres arrangements matériels;
2) se procure et administre les locaux et le mobilier
attribués à l'Organisation au Siège;
3) établit et maintient la liaison avec les autorités
gouvernementales compétentes, au Siège, en ce
qui concerne les services généraux;
4) constitue l'organe chargé de passer les contrats
Division de la Gestion administrative et du
Personnel
I) La Division de la Gestion administrative et du
Personnel est responsable, envers le Sous -Directeur
général du Département des Services administratifs
et financiers, de la prévision et de la marche de
toutes les activités de l'Organisation, en ce qui
concerne:
a) les pratiques et les services de gestion administrative, et
b) les directives concernant le personnel et les
bureaux et services du personnel;
2) fournit des avis et une aide aux autres divisions
pour l'Organisation, sauf dans les questions de
et aux bureaux régionaux sur les questions de
gestion administrative et de personnel, et coordonne les travaux de la Division avec ceux des
personnel;
autres éléments de l'Organisation.
5) prend des dispositions en vue de l'approvisionnement en fournitures, équipement et matériel, et
tient une comptabilité- matières appropriée pour les
articles récupérables de mobilier et le matériel
administratif d'opérations;
6) est chargé de prendre des dispositions en vue du
voyage, du transport et du logement des délégués,
des membres des comités et des membres du personnel, selon les besoins; et
7) assure les services généraux, tels que les communications et les archives, les présentations graphiques, les arrangements pour le contrôle, la
reproduction et la distribution des documents
nécessaires pour les conférences et à des fins administratives, ainsi que les services de sténographie
et de dactylographie.
Service de la Vérification intérieure des
Comptes
Le Bureau de la Vérification intérieure des
Comptes
z) est responsable, envers le Sous -Directeur chargé
des Services administratifs et financiers, de la vérification intérieure des documents financiers et des
comptes de l'Organisation, y compris les comptes de
tout Bureau régional ou Bureau local de l'Organisation, afin de déterminer si les transactions sont
conformes aux directives, règles et règlements, si
les méthodes et procédures établies pour le contrôle
et la comptabilité des engagements et dépenses sont
observées et si le système de contrôle fonctionne de
façon satisfaisante;
2) contrôle l'observation et l'application du Statut
du personnel, du Règlement du personnel, du Règlement financier, des Règles de gestion financière, des
Section de la Gestion administrative
La Section de la Gestion administrative est responsable envers le Directeur de la Division de la
Gestion administrative et du Personnel, de l'élaboration des plans et des méthodes destinés à assurer
une saine gestion. Elle
r) coordonne les déclarations de politique générale
et de procédure, les diffuse et les centralise par un
ensemble de manuels, de circulaires et de brochures,
et établit des normes de présentation écrites, à cet
effet ;
2) établit des projets et effectue des enquêtes relatives à la gestion, en consultation avec les unités
administratives appropriées, pour développer une
administration efficace et économique et, à cet effet,
apprécie la structure de l'organisation et la répartition du personnel, et formule des recommandations à ce sujet;
3) coordonne et normalise l'élaboration des formulaires de l'Organisation;
4) formule des recommandations sur le fonctionnement des relations internes de l'Organisation et sur
les moyens de les rendre plus claires et plus précises;
5) élabore les procédures, normes et pratiques fon-
damentales ou participe, avec les fonctionnaires
compétents, à leur élaboration et procède à une
analyse continue en vue de les simplifier et de les
améliorer;
6) fournit des avis sur l'élaboration des normes
d'opérations dans leurs rapports avec les tâches à
accomplir;
mobilier et d'autres règles établies;
3) détermine si les directives et les procédures administratives établies sont appliquées et recommande
des amendements auxdites directives et procédures
7) procède à des consultations avec les fonctionnaires compétents de l'Organisation en vue de leur
fournir des avis sur les questions de gestion; et
8) apprécie l'application des pratiques approuvées
et l'efficacité des programmes de formation tech-
règles relatives aux voyages et aux transports de
en vue de favoriser un rendement satisfaisant et
nique du personnel en fonction et formule des
une bonne économie;
4) exécute, à l'occasion de la vérification des
comptes, les tâches spéciales que le Sous -Directeur
général du Département des Services administratifs
et financiers peut lui confier ;
recommandations à ce sujet.
5) examine les rapports et les états financiers; et
6) soumet au Sous -Directeur général du Département des Services administratifs et financiers des
rapports détaillés concernant la tâche accomplie et
trative et du Personnel, de l'élaboration et de la
mise en oeuvre des directives générales, des mé-
recommande des améliorations lorsque celles -ci sont
jugées nécessaires.
Section du Personnel
La Section du Personnel est responsable, envers
le Directeur de la Division de la Gestion adminis-
thodes et des procédures concernant le personnel:
r) établit et tient à jour un plan de classification
des postes; applique le système de rémunération; et
détermine_la classification des différents postes;
ANNEXE 13
2) applique les dispositions du Statut et du Règlement du Personnel et délivre les contrats concernant le personnel; établit des normes minima de
compétence pour les divers types de postes; est
chargé du recrutement, de l'affectation et des mouvements du personnel; élabore un programme de
formation professionnelle pour le personnel en fonc-
tion et donne des avis en ce qui concerne l'exécution de ce programme ; analyse les rapports sur les
activités de chacun des membres du personnel et
est responsable de la suite à donner;
3) effectue les enquêtes nécessaires et donne des
avis au Directeur général sur les mesures disciplinaires à prendre éventuellement ; élabore et entretient un service de conseils et d'avis pour les mem-
bres du personnel; conserve les archives et les
données statistiques concernant le personnel; éta-
blit et applique les systèmes d'assurances et de
retraites; coopère avec la Section de la Gestion
administrative à des enquêtes mixtes sur la gestion
administrative et l'évaluation des postes;
4) élabore des données sur les questions de personnel en vue de leur soumission au Conseil Exécutif
et à l'Assemblée de la Santé;
5) assure la liaison avec les autorités suisses sur les
questions concernant le personnel (immunités, privilèges, etc.).
Division du Budget et des Finances
La Division du Budget et des Finances
I) est responsable, envers le Sous -Directeur général
du Département des Services administratifs et
financiers, de la prévision et de la marche de toutes
les activités de l'Organisation, en ce qui concerne:
a) la préparation et la présentation du budget et
87
4) élabore des méthodes de comptabilité destinées
aux bureaux régionaux et aux bureaux locaux, et
fournit des avis sur la mise "à effet de ces méthodes;
5) assure les rentrées et sorties de fonds de l'Organisation, établit et conserve toutes les pièces nécessaires;
6) tient à jour toutes les archives se rapportant au
contrôle des ouvertures de crédits;
7) est responsable de l'administration financière de
la Caisse de Prévoyance du personnel et de la Caisse
commune des Pensions, ainsi que de tous autres
fonds spéciaux;
8) tient à jour les relevés des présences et des
congés;
9) examine les créances exigibles et délivre les
autorisations de paiement pertinentes; et
Io) exerce un contrôle sur les fonds en caisse et
autres avoirs de l'Organisation.
Section du Budget
La Section du Budget est responsable, envers le
Directeur de la Division du Budget et des Finances,
de l'élaboration des directives générales et des plans
concernant le budget de l'Organisation. Elle
1) établit et applique les procédures budgétaires et,
notamment, élabore et examine les prévisions, relatives au budget, qui sont nécessaires pour financer
les programmes de l'Organisation, et fournit toutes
explications et justifications;
2) établit le document budgétaire et les formulaires
concernant les prévisions budgétaires qui sont nécessaires pour réunir les données fondamentales pertinentes;
3) examine les prévisions soumises et formule des
recommandations, en tenant compte des directives
l'application des contrôles prévus pour le budget, et
b) la perception, le décaissement et la compta-
établies pour l'ouverture de crédits;
4) établit des contrôles pour assurer une exécution
adéquate du budget;
bilité de tous les fonds;
5) tient à jour toutes les pièces concernant les
2) fournit des avis et une aide aux autres divisions,
et aux Bureaux régionaux pour les questions budgétaires et financières, et coordonne les travaux de la
Division avec ceux des autres éléments de l'Organisation.
demandes de crédit approuvées et leur contrôle ;
6) procède de façon continue à une analyse de la
position de chaque crédit et recommande les mesures
nécessaires; et
7) établit et publie des listes d'états de crédits approuvés, conformément au budget adopté.
Section des Finances et de la Comptabilité
La Section des Finances et de la Comptabilité est
responsable, envers le Directeur de la Division du
Budget et des Finances, de l'élaboration des directives générales et des plans financiers ainsi que des
procédures de comptabilité et de paiement de l'Organisation. Elle
1) établit et applique un système de rapports tendant à présenter un tableau approprié et exact de la
situation financière de l'Organisation, de l'état des
crédits et, dans l'ensemble, de l'état des ressources de
l'Organisation; et tous autres rapports financiers
qui peuvent être demandés par le Sous -Directeur
général du Département des Services administratifs et financiers ;
2) fournit des avis sur les relations financières avec
les Etats Membres et les autres organisations;
3) établit le montant des contributions à verser par
les Etats Membres et prend des mesures en vue de
la rentrée de ces contributions, en se fondant sur les
directives générales établies par l'Assemblée de la
Santé, et tient à jour les archives pertinentes;
Echelle des responsabilités
L'enchaînement des responsabilités peut se déduire des graphiques soumis avec le présent rapport .s
Pour décrire les voies de transmission et apprécier leur caractère adéquat, on en indiquera le fonc-
tionnement des échelons inférieurs aux échelons
supérieurs de l'Organisation.
Toutes les sections ou bureaux réunissent leur
personnel régulièrement ou dans un but déterminé
- notamment, en vue de donner des éclaircissements sur les instructions reçues d'un échelon supérieur ou les moyens de leur donner effet; d'organiser
les travaux ou les programmes des sections ou
bureaux; de traiter toutes les questions, soulevées
par les membres du personnel, qui présentent plus
d'importance du point de vue de l'Organisation que
sur le plan personnel. A partir de cet échelon, l'acheminement se poursuit, soit vers le groupe divisionnaire, soit vers le groupe départemental, suivant les
circonstances.
8 Voir p. 89
88
CONSEIL EXÉCUTIF, CINQUIÈME SESSION, PARTIE II
Les réunions de divisions et /ou de départements
ont lieu au moins une fois tous les quinze jours. Elles
visent surtout à donner une application pratique
effective aux directives venant d'en haut. Les chefs
de section ou de bureau reçoivent des instructions
détaillées sur les incidences générales des directives
et sur leurs tâches et responsabilités précises.
Lorsque les directives supérieures en sont encore
au stade préliminaire, la division ou le département
peuvent être priés de fournir des projets de document ou des documents de travail. Après un examen
en commun du but et de la portée de ces documents,
la responsabilité des mesures à prendre fait l'objet
d'une détermination précise. Les chefs de section
ou de bureau peuvent inscrire à l'ordre du jour de
ces séances, tous les points sur lesquels il convient
de procéder à un examen ou de prendre des déci-
sions à cet échelon, ou toutes recommandations
qu'ils estiment devoir être adressées aux Direc-
transformer les directives générales, prises à l'échelon supérieur, en des mesures pratiques coordonnées, non seulement à l'intérieur du Secrétariat mais
par rapport à d'autres institutions dans le cadre
des Nations Unies.
La mise en oeuvre des directives courantes est
constamment surveillée par les Directeurs. En
outre, les suggestions ou recommandations visant
de nouvelles directives font l'objet d'un examen. Si
le Directeur général en décide ainsi, des directives
générales peuvent être adoptées aux réunions des
Directeurs sans être envoyées au Conseil des Directives.
Ce Conseil, tel qu'il est maintenant constitué, se
compose du Directeur général et des chefs des trois
Départements (Services consultatifs, Services techniques centraux et Services administratifs et financiers). Ces trois membres sont les trois hauts conseil-
teurs, pour examen, ou directement au Conseil des lers du Directeur général. Le Conseil, dans son
Directives.
ensemble, doit harmoniser toutes les questions de
Outre ces réunions qui se tiennent dans le cadre directives générales entre les départements et, en
de chaque unité administrative, il s'est révélé néces- particulier, ses décisions sont sans appel, dans le
saire d'échanger des vues et de prendre des décisions cadre du Secrétariat, pour les questions concernant
s'étendant aux différentes unités de l'Organisation. le budget, les finances et les programmes, en général.
A cet effet, le Directeur général, les Sous -Directeurs Le Conseil des Directives se réunit régulièrement
généraux et les Directeurs se réunissent, une fois par une fois par semaine ou plus souvent s'il en est
semaine. Le but principal de ces réunions est de
besoin.
STRUCTURE DE L'ORGANISATION
GRAI'HIQUE I
IASSEMBLES DE LA SANTE
I
STRUCTURE PROVISOIRE DE
L'ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE
Approuvé par le Conseil Exécutif
Jan. 1950
CONSEIL EXECUTIF
BUREAU DU DIRECTEUR
GENERAL
DIVISION DE
L'INFORMATION
DIVISION DE COORDINATION
DES PLANS ET DE LIAISON
BUREAUX REGIONAUX
E U R O P
E
DEPARTEMENT DES SERVICES
TECHNIQUES CENTRAUX
AFRIQUE
MEDITERRANEE
ORIENTALE
DEPARTEMENT DES
SERVICES CONSULTATIFS
ASIE DU SUD-EST
PACIFIQUE OCCIDENTAL
DEPARTEMENT DES
SERVICES ADMINISTRATIFS
ET FINANCIERS
AMERIQUES
OMS 5015
GItAPIIIQUE II
Ca
o
STRUCTURE PROVISOIRE DE
L'ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE
Approuvé par le Conseil Exécutif
Jan. 1950
DEPARTEMENT DES
SERVICES CONSULTATIFS
i
DIVISION DES SERVICES
DES MALADIES
TRANSMISSIBLES
DIV. DE LIENSEIGNEMENT
PROFESSIONEL ET
TECHNIQUE
DIVISION DE L'ORGANISATION
DES SERVICES DE LA SANTE
PUBLIQUE
SECTIONS
SECTIONS
PALUDISME
HYGIENE DE LA MATERNITE
ET DE L'ENFANCE
H
SECTIONS
SECTIONS
ADMINISTRATION DE
SANTE PUBLIQUE
TUBERCULOSE
SANTE MENTALE
SOINS INFIRMIERS
MALADIES VENERIENNES
ALIMENTATION ET
NUTRITION
EDUCATION SANITAIRE
DU PUBLIC
AUTRES MALADIES
TRANSMISSIBLES
ASSAINISSEMENT
HBOURSES
ES
ET FORMATION TECHNIQUE
LA
H
Fmmmilm
ECHANGE D'INFORMATIONS
SCIENTIFIQUES
ASSISTANCE
AUX ETABLISSEMENTS
D'ENSEIGNEMENT
1
GRAPHIQUE III
STRUCTURE PROVISOIRE OE
L'ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE
Approuvé par le Conseil Exécutif
Jan. 1950
DEPARTEMENT DES SERVICES
TECHNIQUES CENTRAUX
1
DIVISION DE
L'EPIDEMIOLOGIE
J
DIVISION DES
STATISTIQUES SANITAIRES
DIVISION DES SUBSTANCES
THERAPEUTIQUES
DIVISION DES SERVICES
D'EDITION ET DE
DOCUMENTATION
i
SECTIONS
CONVENTIONS SANITAIRES
ET QUARANTAINE
TECHNOLOGIQUE
SECTIONS
SECTIONS
SECTIONS
ETUDES STATISTIQUES
STANDARDISATION
BIOLOGIQUE
EDITION
PHARMACEUTIQUE
TRADUCTION
DROGUES ENGENDRANT
LA TOXICOMANIE
PUBLICATIONS
COORDINATION DES
RECHERCHES
BIBLIOTHEQUE ET
DOCUMENTATION
STATISTIQUES DE
MORBIDITE
NOMENCLATURE INTERNATIONALE
ETUDES
EPIDEMIOLOGIQUESH
DES MALADIES ET CAUSES
DE DECES
INFORMATION
EPIDEMIOLOGIQUL
STATION D'INFORMATIONS
EPIDEMIOLOGIOUES
DE SINGAPOUR
BUREAU DE RECHERCHES
SUR LA TUBERCULOSE
ICOPENHAGUEI
OMS 5078
H
GRAPHIQUE IV
STRUCTURE PROVISOIRE DE
L'ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE
Approuvé par le Conseil Exécutif
Jan. 1950
DEPARTEMENT DES SERVICES
ADMINISTRATIFS ET FINANCIERS
SERVICE
DE LA VERIFICATION
DES COMPTES
SERVICE JURIDIQUE
DIVISION DE LA GESTION
ADMINISTRATIVE ET DU
PERSONNEL
SECTION
DE LA GESTION
ADMINISTRATIVE
DIVISION DU BUDGET
ET DES FINANCES
SECTION DU PERSONNEL
SECTION DU BUDGET
BUREAU DES CONFERENCES
ET DES SERVICES
GENERAUX
SECTION DES FINANCES
ET DE LA COMPTABILITE
OMS 5079
GRAPHIQUE V
STRUCTURE PROVISOIRE DE
L'ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE
Approuvé par le Conseil Exécutif
Jan. 1950
COMITE REGIONAL
BUREAU DU
DIRECTEUR REGIONAL
INFORMATION
PLANS ET OPERATIONS
PROGRAMMES SUR LE
TERRAIN
INFORMATIONS EPID.
ET STATISTIQUES
SANITAIRES
SERVICES ADMINISTR.
ET FINANCIERS
BUDGET ET FINANCES
SERVICES CONSULTATIFS e
SERVICES
0E CONSULTATIONS
PERSONNEL
EQUIPES
DE DEMONSTRATIONS
SERVICES GENERAUx
i<
DES CONSEILLERS REGIONAUX, dans le cadre des programmes respectifs, sont affectés aux réglons et attachés aux Bureaux régionaux en ce qui concerne
et le lieu officiel d'affectation. Ou point de vue technique ils sont responsables envers le Siège (par l'intermédiaire du Directeur régional/.
le contrôle administratif
OMS 5076
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising