LE PROCESSUS DE VALIDATION

LE PROCESSUS DE VALIDATION
LE PROCESSUS DE VALIDATION : UN CADRE NÉCESSAIRE AUX PROGRAMMES DE RÉDUCTION DES GES
AU QUÉBEC?
Par
Line Desroches
Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement et développement durable
en vue de l’obtention du grade de maître en environnement (M. Env.)
Sous la direction de Monsieur Denis Dionne
MAÎTRISE EN ENVIRONNEMENT
UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE
OCTOBRE 2014
SOMMAIRE
Mots Clés : Compensation carbone, marché du carbone, programmes de réductions d’émissions GES,
validation, organismes accrédités ISO 14065, unités d’émissions, ISO 14064, WCI, SPEDE, PACC2020
L’objectif principal de cet essai consiste à formuler une démarche permettant de déterminer les
exigences liées au processus de validation dans le cadre de la mise en place de programmes destinés à
la réduction des émissions de gaz à effet de serre qu’ils soient des instruments ou des mesures adaptés
à la poursuite de la lutte contre les changements climatiques.
Depuis son entrée dans le marché du carbone du Western Climate Initiative le 1er janvier 2013, le
Québec a marqué un grand pas dans sa lutte contre les changements climatiques avec l’entrée en
vigueur de la première période de conformité du Règlement concernant le système québécois de
plafonnement et d’échange de droits d’émission. Désormais, un coût carbone est pris en compte
directement par toutes les entreprises québécoises visées par ce règlement et indirectement par les
autres entreprises et tous les citoyens qui verront leurs coûts d’énergie augmentés. Les émetteurs
assujettis doivent remettre au gouvernement un droit d’émission équivalant à chaque tonne de gaz à
effet de serre émise dans l’atmosphère durant une période de conformité définie par cette
règlementation. À la fin d’une période de conformité, ceux-ci doivent présenter leurs droits d’émission
qu’ils auront accumulés soit à partir des allocations gratuites émises par le gouvernement, l’achat de
droits lors d’enchères du gouvernement ou l’achat de crédits compensatoires. Les émetteurs
règlementés choisiront parfois ces instruments plutôt que d’uniquement investir dans leur entreprise
afin de diminuer leur tonnage de gaz à effet de serre surtout lorsque leur bilan gaz à effet de serre
estimé pour la période de conformité risque de présenter une hausse par rapport à leurs émissions
passées, faisant foi de leur quota original. Le Règlement impose ses règles quant à la création d’unités
de crédit émises par le programme des crédits compensatoires. On retrouve entre autres, l’obligation
du plan de projet de crédits compensatoires d’être accompagné d’un rapport de validation effectué par
un organisme accrédité. Mais la complexité de cette règle s’accentue lorsque le système québécois de
plafonnement et d’échange de droits d’émission exige également un rapport de vérification qualifiant
les émissions réduites par un organisme accrédité, mais en précisant une obligation de distinction de
l’organisme de validation et de vérification. Pour des raisons stratégiques, très peu d’entreprises
québécoises choisissent d’orienter leurs activités vers la validation : une seule est accréditée au
Canada. Tandis qu’un mandat de vérification est habituellement récurrent à chaque année du cycle du
projet pour l’émission de crédits, le mandat de validation est applicable seulement à l’enregistrement
du projet. Il permet essentiellement de déterminer l’admissibilité du projet au programme et surtout
d’assurer qu’il respecte toutes les exigences de celui-ci. Ainsi, la restriction de distinction du validateur
et du vérificateur complique et augmente la logistique et les obligations financières du promoteur de
projets de crédits compensatoires.
i
Par l’étude des différents programmes de crédits compensatoires offerts à travers le monde et en
Amérique, on peut comprendre différentes approches quant à l’application du processus de validation
qu’il soit issu du marché volontaire ou règlementaire. De plus, l’analyse des différents programmes
d’aide financière offerts dans le cadre du Plan d’action contre les changements climatiques 2013-2020
du Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements
climatiques permet de constater diverses approches utilisées quant à la validation et la vérification des
projets par chacun des ministères impliqués. Entre autres, le Programme de traitement des matières
organiques par la biométhanisation et le compostage exige aussi que des rapports de validation et de
vérification soient issus d’organismes accrédités ISO 14065 distincts.
Une nouvelle démarche axée sur l’ampleur des réductions proposées d’un projet vient offrir un cadre
quant aux exigences du processus de validation de projets répondant ainsi au marché limité des services
de validations. Sont également proposés, des modifications importantes du règlement actuel
accompagnées d’outils permettant une amélioration de l’efficacité économique, environnementale et
sociale du règlement. Les programmes d’aide financière, porteurs de projets permettant de réduire les
émissions de gaz à effet de serre, sont également ciblés par cet exercice. Le résultat du calcul d’un
facteur d’efficacité économique-environnementale par projet convient des exigences du processus de
validation et peut aussi servir d’évaluation des programmes. Ainsi, cette nouvelle approche confirme
l’importance du rôle d’investisseur de projet et de gestionnaire du ministère responsable du
programme.
Finalement, le Règlement et les programmes d’aide financière méritent une mise à jour leur
permettant de définir, de manière objective, les besoins liés aux processus de validation et de
vérification. Le développement d’outils dédiés et de mécanique de gestion de la validation aux
différentes parties prenantes ne peut qu’améliorer l’intérêt et la qualité des projets de réduction des
émissions de gaz à effet de serre dans un contexte de développement durable.
L’harmonisation de notre système avec celui de la Californie implique présentement des modifications
urgentes de la règlementation québécoise afin de ne pas compromettre la première vente aux enchères
conjointe prévue en novembre prochain. Au cours de la rédaction de cet essai, un projet de règlement
modifiant le Règlement concernant le système québécois de plafonnement et d’échange de droits
d’émission suggère ainsi plusieurs changements, dont l’élimination de la validation pour les projets de
crédits compensatoires qui pourtant ne compromet nullement l’harmonisation. Une meilleure
compréhension des enjeux liés à la validation pourrait permettre de mieux planifier les changements
qui s’imposent relativement à la validation, sans toutefois passer d’un extrême à l’autre.
ii
REMERCIEMENTS
Je tiens à remercier tout particulièrement, mon directeur d’essai, Denis Dionne, qui a su si bien
m’accompagner dans cette aventure qu’a été la rédaction de cet essai. Ses commentaires et ses
recommandations m’ont permis d’approfondir l’étude du sujet améliorant ainsi cette démarche
pouvant faire l’objet d’une nouvelle vision du processus de validation.
Je veux aussi remercier tous les intervenants qui ont participé au sondage : sans eux, plusieurs
questions seraient restées sans réponse.
Je veux exprimer ma reconnaissance aux intervenants du bureau des changements climatiques,
spécialement à Mme Diane Gagnon qui m’a si bien accompagnée dans ma recherche d’informations sur
le marché du carbone au Québec.
Merci également à Yves, mon conjoint, pour son appui au cours de cette rédaction. Tu m’as permis de
me dépasser en éprouvant mon argumentation et mon raisonnement. Merci aussi pour ta compréhension
de mon indisponibilité pour t’accompagner dans tous tes projets cet été. Elle m’a permis de réaliser à
quel point il est important de se réaliser individuellement.
Je tiens aussi à souligner ma gratitude à Alexandre, mon fils, qui me répète à tout moment comment il
est fier de moi, me donnant ainsi tout le courage nécessaire à l’accomplissement de cet essai, et
l'achèvement de mon projet de maîtrise en environnement.
Merci au CUFE et à tous ces professeurs et chargés de cours qui sèment chez tous les étudiants, ce désir
de faire la différence en matière d’environnement. Vous nous transmettez ce qu’il y a de mieux afin
que nous devenions des agents de changement dévoués au développement durable dans notre société.
Merci aussi à tous mes parents et amis qui m’ont encouragée dans cette belle aventure. Ensemble, nous
ferons la différence.
« In God we trust; all others must bring data. »
W. Edwards Deming
iii
TABLE DES MATIÈRES
INTRODUCTION ............................................................................................................ 1 1 DES PROGRAMMES DE COMPENSATION CARBONE ............................................................... 5 1.1 Des définitions ............................................................................................... 5 1.2 Le Protocole de Kyoto et ses mécanismes de compensation. ........................................ 7 1.2.1 Mécanisme de Développement Propre (MDP) ................................................. 8 1.2.2 Application conjointe (AC) ..................................................................... 14 1.3 Systèmes de plafonnement et d’échange de droits d’émissions règlementaires ............... 17 1.3.1 Regional Greenhouse Gas Initiative (RGGI) .................................................. 18 1.3.2 Western Climate Initiative (WCI) ............................................................. 21 1.3.3 WCI et le Québec ................................................................................ 22 1.3.4 WCI et la Californie (Air Resources Board - ARB) ........................................... 26 1.4 Systèmes GES règlementaires canadiens .............................................................. 29 1.4.1 Alberta-Based GHG Reduction Program ...................................................... 29 1.4.2 British Columbia Emission offset Regulation (BCEOR) ..................................... 35 1.5 Programmes volontaires .................................................................................. 39 1.5.1 American Carbon Registry (ACR) .............................................................. 39 1.5.2 Chicago Climate Exchange (CCX) .............................................................. 42 1.5.3 Climate Action Reserve (CAR) ................................................................. 44 1.5.4 Gold Standard (GS) .............................................................................. 48 1.5.5 Verified Carbon Standard (VCS) ............................................................... 50 1.6 2 Analyse des approches de la validation ................................................................ 52 LES PLANS D’ACTION SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES AU QUÉBEC ................................ 57 2.1 Historique des objectifs de réduction et leurs plans d’action ..................................... 57 2.2 Les programmes du PACC2020 .......................................................................... 60 2.3 Efficacité énergétique et énergie verte ............................................................... 61 2.3.1 Programme ÉcoPerformance ................................................................... 61 2.3.2 Programme Biomasse forestière résiduelle (PBFR) ........................................ 64 2.3.3 Programme Réno-Climat – Chauffez vert .................................................... 65 2.4 Secteur du Transport ..................................................................................... 65 2.4.1 Programme Écocamionnage .................................................................... 66 iv
2.4.2 Programme d’aide à l’amélioration de l’efficacité du transport maritime, aérien
et ferroviaire (PETMAF) ........................................................................ 69 2.4.3 Les programmes Roulez électrique et Branché au Travail ................................ 72 2.4.4 Programme d’aide gouvernementale à l’amélioration des services en transport
collectif (PAGASTC) ............................................................................. 73 2.4.5 Programme Véloce II ............................................................................ 74 2.4.6 Programme visant la réduction ou l’évitement des émissions de gaz à effet de
serre par le développement du transport intermodal (PREGTI) ......................... 75 2.5 Recherche et innovation ................................................................................. 77 2.6 Matières résiduelles ....................................................................................... 79 2.6.1 Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et
compostage (PTMOBC) .......................................................................... 80 2.6.2 Aide aux composteurs domestiques et communautaires (ACDC) ........................ 83 3 2.7 Agriculture ................................................................................................. 85 2.8 Synthèse .................................................................................................... 85 LA VALIDATION AU QUÉBEC...................................................................................... 87 3.1 La raison d’être et la pertinence de la validation ................................................... 87 3.2 Les balises et approches de validation prescrites .................................................... 89 3.2.1 RSPEDE ............................................................................................. 89 3.2.2 Programmes d’aide financière ................................................................. 91 3.3 La formation et l’attestation du validateur ........................................................... 92 3.3.1 L’agrément de personnes ....................................................................... 92 3.3.2 Accréditation d’organismes .................................................................... 95 3.4 L’état du marché de la validation au Québec ........................................................ 99 3.4.1 Services de validation .......................................................................... 101 3.4.2 Services de vérification ........................................................................ 103 3.4.3 Services de consultation exclusive ........................................................... 104 3.4.4 Promoteur de projets de réductions des émissions de GES .............................. 104 3.4.5 Commentaires reçus ............................................................................ 105 4 UNE NOUVELLE APPROCHE ..................................................................................... 107 4.1 Analyse des besoins de la règlementation et des programmes ................................... 107 4.1.1 Les besoins de RSPEDE ......................................................................... 107 v
4.1.2 Programmes d’aide financière ................................................................ 111 4.2 Des critères d’efficacité économique, sociale et environnementale ............................ 116 4.2.1 Le RSPEDE ........................................................................................ 116 4.2.2 Les programmes d’aide financière ........................................................... 117 4.3 Les incontournables et les optionnels liés à la validation ......................................... 118 4.3.1 Le RSPEDE ........................................................................................ 118 4.3.2 Les programmes d’aide financière ........................................................... 121 4.4 Une nouvelle démarche ................................................................................. 124 4.4.1 Le RSPEDE ........................................................................................ 124 4.4.2 Les programmes d’aide financière ........................................................... 127 4.4.3 Evaluation des critères ......................................................................... 129 5 RECOMMANDATIONS ............................................................................................. 132 5.1 Documentations disponibles au public ................................................................ 132 5.1.1 Pour le promoteur .............................................................................. 132 5.1.2 Pour les validateurs et vérificateurs ......................................................... 132 5.2 Une démarche axée sur le développement durable ................................................ 133 5.3 RSPEDE ..................................................................................................... 133 5.4 Programmes d’aide financière ......................................................................... 134 5.5 Risques liés à une approche alternative .............................................................. 135 5.6 Transférabilité de cette nouvelle démarche pour les programmes futurs ...................... 135 CONCLUSION ........................................................................................................... 136 RÉFÉRENCES ............................................................................................................ 138 BIBLIOGRAPHIE ......................................................................................................... 152 ANNEXE 1 - LISTE DE VÉRIFICATION DE PCT ....................................................................... 154 ANNEXE 2 - FEUILLE DE CONTRÔLE POUR LA VÉRIFICATION DE CAR........................................... 162 ANNEXE 3 - 16 CRITÈRES D’ADMISSIBILITÉ D’UN PROJET AU PTMOBC (PHASE II) ............................ 166 ANNEXE 4 - COMMENTAIRES SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RSPEDE........................ 168 ANNEXE 5 - COMPARAISON DES SECTEURS D’ACTIVITÉS DE CCN ET ANSI ..................................... 175 ANNEXE 6 - LE SONDAGE SUR LA VALIDATION AU QUÉBEC ...................................................... 178 vi
LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX
Figure 1-1
Cycle d'un projet pour le MDP .......................................................................... 9 Figure 1-2
Les projets en processus de validation pour le MDP .............................................. 14 Figure 1-3
Cycle d'un projet pour RGGI .......................................................................... 20 Figure 1-4
Cycle d'un projet WCI-Québec ........................................................................ 24 Figure 1-5
Cycle d'un projet pour WCI-Californie ............................................................... 27 Figure 1-6
Cycle d'un projet pour l'Alberta ..................................................................... 31 Figure 1-7
Émissions par province en 1990, 2010 et 2011 ................................................... 34 Figure 1-8
Émissions par province en 1990, 2005 et 2012 ................................................... 34 Figure 1-9
Cycle d'un projet en Colombie Britannique ......................................................... 36 Figure 1-10 Les trois étapes de la validation pour PCT ........................................................ 38 Figure 1-11 Cycle d'un projet pour ACR ........................................................................... 40 Figure 1-12 Cycle d'un projet pour CCX ........................................................................... 43 Figure 1-13 Cycle d'un projet pour CAR ........................................................................... 46 Figure 1-14 Cycle d'un projet pour GS ............................................................................. 49 Figure 1-15 Cycle d'un projet pour VCS ........................................................................... 51 Figure 2-1
Évolution de l’inventaire québécois de 1990 à 2011 ........................................... 59 Figure 2-2
Répartition des émissions québécoises de 2011 par secteur d'activités et selon le type
de gaz ................................................................................................. 60 Figure 3-1
Distribution des GHG-V en 2012 et 2014 .......................................................... 94 Figure 3-2
Distribution des EP(GHG)-V en 2012 et 2014 ..................................................... 95 Figure 3-3
Distribution des organismes accrédités par ANSI, juillet 2014 ................................. 99 Figure 3-4
Distribution des catégories de services liés à la réduction des GES .......................... 100 Figure 3-5
Distribution géographique des répondants au sondage pour les services offerts sur le
marché .................................................................................................. 100 Figure 3-6
Distribution des marchés utilisant les services des répondants ............................... 101 Figure 3-7
Distribution des répondants par services offerts ................................................ 102 Figure 3-8
Distribution des organismes accrédités pour la validation par secteur d'activités ......... 103 Figure 3-9
Distribution des organismes accrédités pour la vérification par secteur d'activités ....... 105 Figure 4-1
Cible de réduction du Québec à l’horizon 2020 ................................................. 113 Figure 4-2
Nouvelle démarche pour déterminer les requis de validation pour le RSPEDE et les
programmes d'aide financière....................................................................... 126 Tableau 1-1 Fiche de contrôle pour le AIE ........................................................................ 16 Tableau 1-2 Nombre de projets AC par pays hôte ............................................................... 17 Tableau 1-3 Nombre de projets AC par mois ..................................................................... 17 vii
Tableau 1-4 Tableau pour le contrôle des risques ............................................................. 33 Tableau 1-5 Tableau synthèse des programmes de crédits compensatoires relativement à la
validation et la vérification .......................................................................... 54 Tableau 2-1 Évolution des objectifs de réduction d'émissions de GES au Québec ......................... 58 Tableau 2-2 Critères d’évaluation pour l’analyse des demandes du programme Ecocamionnage ....... 69 Tableau 2-3 Critères d’appréciation des projets du PETMAF ................................................ 70 Tableau 2-4 Nombre de projets admis au programme Roulez électrique de 2011-2013 ................ 73 Tableau 2-5 Liste des documents exigés dans le cadre du PTMOBC .......................................... 82 Tableau 2-6 Dépenses admissibles et pourcentage de subvention du cadre normatif du PTMOBC
Phase II .................................................................................................. 83 Tableau 2-7 Reddition de compte du programme ACDC ........................................................ 85 Tableau 2-8 Tableau synthèse des programmes d'aide financière et leurs particularités
relativement à la validation GES.................................................................... 86 Tableau 3-1 Comparaison des objectifs de la validation et de la vérification de projet selon ISO
14064-3 ................................................................................................. 88 Tableau 4-1 Coût par tonne des mesures du PACC2012 en 2013 ( ........................................... 114 Tableau 4-2 Coût par tonne des programmes associés au PACC2020 ........................................ 115 Tableau 4-3 Critères d'efficacité économique, sociale et environnementale .............................. 118 Tableau 4-4 Tableau pour la sélection des exigences relatives à la validation et la vérification
pour le programme de crédits compensatoires liés au RSPEDE ............................... 127 Tableau 4-5 Tableau de sélection des exigences relatives à la validation et la vérification pour
les programmes d'aide financière reliés à la Lutte contre les changements
climatiques ............................................................................................ 128 Tableau 4-6 Évaluation des critères d'efficacité de la nouvelle démarche ................................. 130 viii
LISTE DES ACRONYMES, DES SYMBOLES ET DES SIGLES
3RV-E
Réduction à la source, réemploi, recyclage, valorisation et élimination
ACDC
Aide aux composteurs domestiques et communautaires
ACR
American Carbon Registry
AESC
American Engineering Standards Committee
AESRD
Alberta Environment and Sustainable Resource Development
AIE
Accredited independent entity
ANSI
American Nation Standards Institute
AMT
Agence métropolitaine de transport
AOS
Alberta Offsets System
AOT
Autorités organisatrices de transport
ARB
Air Resources Board
BCEOR
British Columbia Emission offset Regulation
BEIE
Bureau de l'efficacité et de l'innovation énergétiques
CAR
Climate Action Reserve
CB
Colombie-Britannique
CCAR
California Climate Action Registry
CCN
Conseil canadien des normes
CCNUCC
Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques
CCX
Chicago Climate Exchange
CCXORP
Chicago Climate Exchange Offsets Registry Program
CDD
Commissaire au développement durable
ix
CFI
Carbon Financial Instrument
CH4
Méthane
CITSS
Compliance Instruments Tracking System Service
CNA
Cours normal des affaires
CO2
Dioxyde de carbone
CO2eq.
CO2 équivalent
CORE
Carbon Offset Research and Education
CRT
Climate Reserve Tonnes
CSA
Canadian Standards Association
CSSS
Centre de santé et de services sociaux
DOE
Designated Operational Entity
DTMAF
Direction du transport maritime, aérien et ferroviaire
EEE
Efficacité économique-environnemental
EIDE
Échanges internationaux de droits d’émission
EP(GHG)
Environmental Professional in Greenhouse Gas-verifier
EPA
Environmental Protection Agency
EPC
Emission Performance Credits
ERT
Emission Reduction Ton
ERU
Emission reduction units
EU-ETS
European Union Greenhouse Gas Emission Trading System
FCM
Fédération canadienne des municipalités
FMV
Fonds municipal vert
x
GC
Grands consommateurs
GES
Gaz à effet de serre
GHG
Greenhouse gas
GHGMI
Greenhouse Gas Management Institute
GIEC
Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat
GS
Gold Standard
IAF
International Accreditation Forum
ISO
International Organization for Standardization, Organisation internationale de
normalisation
K
Millier(s)
M
Million(s)
MAMROT
Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire
MAPAQ
Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec
MDDEFP
Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des
Parcs
MDDELCC
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre
les changements climatiques
MDP
Mécanisme de développement propre (angl. Clean Development Mechanism,
CDM)
MERN
Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles
MRC
Municipalité régionale de comté
MTQ
Ministère des Transports du Québec
OCDE
Organisation de Coopération et de Développement Économiques
xi
OIQ
Ordre des ingénieurs du Québec
OMIT
Organismes municipaux et inter municipaux de transport
ONU
Organisation des Nations Unies
OPO
Offsets Project Operators
OSBL
Organisme sans but lucratif
PACC2012
Plan d’action 2006-2012 sur les changements climatiques
PACC2020
Plan d’action contre les changements climatiques 2013-2020
PAF
Programmes d’aide financière
PAGES
Programme d’accréditation des organismes de vérification et de validation des
déclarations de GES
PBFR
Programme de biomasse forestière résiduelle
PCT
Pacific Carbon Trust
PCU
Pacific Carbon Units
PDD
Project Design Document
PED
Pays en développement
PETMAF
Programme d’aide à l’amélioration de l’efficacité du transport maritime,
aérien et ferroviaire
PID
Project Implementation Document
PMC
Petits et moyens consommateurs
PME
Petites et moyennes entreprises
PTMOBC
Programme de traitement des matières organiques par la biométhanisation et
le compostage
xii
RDOCECA
Règlement
sur
la
déclaration
obligatoire
de
certaines
émissions
de
contaminants dans l’atmosphère
RGGI
Regional Greenhouse Gas Initiative
RGGI COATS
RGGI CO2 Allowance Tracking System
RNA
Représentant national autorisé
RSPEDE
Règlement sur le système québécois de plafonnement et d’échange de droits
d’émission
SACO
Substance appauvrissante de la couche d’ozone
SE(GES)
Spécialiste en Environnement GES
SEI
Stockholm Environment Institute
SF6
Hexafluorure de soufre
SGER
Specified Gas Emitters Regulation
SPEDE
Système québécois de plafonnement et d’échange de droits d’émission
SSP
Small Scale Project
T
Tonnes
TS
Technical Standards
UQA
Unités de quantité attribuée
URCE
Unités de réduction certifiée des émissions
URE
Unités de réduction d’émission
US$
Dollar américain
VCS
Voluntary Carbon Standard
VCU
Verified Carbon Units
VVB
Validation/Verification Bodies
xiii
VVS
Validation and Verification Standard
WCI
Western Climate Initiative
WRI/WBCSD
The World Resources Institute/World Business Council for Sustainable
Development
WWF
World Wildlife Fund
xiv
INTRODUCTION
Depuis son arrivée dans le marché du carbone du Western Climate Initiative (WCI) le 1er janvier 2013, le
Québec a marqué un grand pas dans sa lutte contre les changements climatiques avec l’entrée en
vigueur de la première période de conformité du système québécois de plafonnement et d’échange de
droits d’émission (SPEDE). Désormais, un coût carbone est pris en compte directement par toutes les
entreprises québécoises visées par le Règlement et indirectement par les autres entreprises et tous les
citoyens qui verront leurs coûts d’énergie augmentés. Les émetteurs assujettis doivent remettre au
gouvernement un droit d’émission équivalant à chaque tonne de gaz à effet de serre (GES) émise dans
l’atmosphère durant une période de conformité définie par cette règlementation. À la fin de cette
période, les émetteurs soumis à ce règlement doivent détenir dans leur compte de conformité, des
droits d’émission équivalents au total de leurs émissions qu’ils auront accumulés soit à partir des
allocations gratuites émises par le gouvernement, d’achat de droits lors d’enchères du gouvernement
ou d’achat de crédits compensatoires. Ils choisiront d’utiliser ces instruments en reportant à plus tard
les investissements nécessaires pour diminuer les émissions de tonnage GES. Ils ont recours à ces
pratiques surtout lorsque leur bilan GES estimé pour la période de conformité tend à croître, ou ne
respecte pas la réduction exigée. Le Règlement impose ses règles quant à la création d’unités de
crédits émises par le programme des crédits compensatoires, qui sont ensuite achetées et converties en
droit d’émissions. On retrouve entre autres, l’obligation du plan de projet de crédits compensatoires
d’être accompagné d’un rapport de validation effectué par un organisme accrédité. Mais la complexité
de cette règle s’accentue lorsque le SPEDE exige également un rapport de vérification qualifiant les
émissions réduites par un organisme accrédité, mais en précisant une obligation de distinction entre les
organismes de validation et de vérification. Pour des raisons stratégiques, très peu d’entreprises
québécoises choisissent d’orienter leurs activités vers la validation : une seule est accréditée au
Canada. Ainsi nait une nouvelle problématique : le marché de l’offre de services de validation est
inférieur au marché de la demande. Tandis qu’un mandat de vérification est habituellement récurrent
typiquement à chaque année permettant ainsi l’émission d’unités de crédits, le mandat de validation
est applicable seulement à l’enregistrement du projet. Il permet essentiellement de déterminer
l’admissibilité du projet au programme et surtout d’assurer qu’il respecte toutes les exigences de celuici. Ainsi, la restriction de distinction du validateur et du vérificateur complique et augmente la
logistique et les obligations financières du promoteur de projets de crédits compensatoires.
L’objectif principal de cet essai consiste à formuler une démarche permettant d’encadrer le processus
de validation dans la détermination de ses exigences pour les programmes destinés à la réduction des
GES, que ce soit le SPEDE ou les programmes d’aide financière associés au Plan d’action contre les
changements climatiques 2013-2020 (PACC2020), tous gérés par le Ministère du Développement
durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC). Cette
démarche doit cibler également comme objectif l’efficience économique, sociale et environnementale
1
permettant ainsi une amélioration dans un contexte de développement durable. Afin d’atteindre son
objectif principal, des objectifs spécifiques tentent d’approfondir différents éléments qui permettent
le développement d’une démarche efficiente. Parmi ceux-ci, on retrouve l’objectif de définir les
besoins et les objectifs liés à la validation, de développer les critères pour évaluer l’efficacité risques
économique, sociale et environnementale du processus de validation. On cherche à développer une
démarche simple, flexible et applicable au plus grand nombre de protocoles et programmes GES du
MDDELCC. On veut également identifier les différents acteurs d’une validation simplifiée en s’étant
assuré d’avoir bien compris les mécanismes d’acquisition de l’expertise requise et sa disponibilité au
Québec. L’atteinte de ces objectifs permet de cerner les différents enjeux liés au processus de
validation aboutissant ensuite à une démarche alternative plus efficace et efficiente pour contrer la
problématique d’une demande de services de validation supérieure à l’offre.
En guise de méthodologie pour rencontrer ces objectifs, une recherche documentaire portant sur les
différents marchés du carbone permet de saisir tout le sens et les variantes du processus la validation
pour l’enregistrement de projet voué à l’émission de crédits de carbone. Afin d’étudier les variantes
utilisées dans le cadre des programmes d’aide financière soutenant le PACC2020, une liste des
programmes a dû être compilée. Ce n’est qu’en juin dernier, que cette liste a pu être consolidée à
celle nouvellement offerte par le MDDELCC. Dans le but de bien cerner la problématique de l’offre de
service de validation, une analyse de l’état actuel du marché québécois a été réalisée par la conception
et l’interprétation d’un sondage auprès d’intervenants œuvrant dans le domaine des projets de
réduction : ainsi des organismes de validation, de vérification, des consultants et des promoteurs ont
été invités à participer au sondage.
Ainsi, les sources d’informations utilisées proviennent principalement des sites Internet des
programmes. Chaque programme présente toutes les informations nécessaires aux promoteurs,
validateurs et vérificateurs. Ces sites sont administrés par l’autorité du programme respectif ce qui fait
d’eux des sources crédibles et à jour. Les références multiples utilisées dans le texte permettent ainsi
au lecteur d’approfondir ses connaissances au besoin. Une vigie sur l’actualité touchant la lutte contre
les changements climatiques a permis de saisir certains éléments discutés sur la place publique : des
mémoires émis par organismes reconnus et des bilans publiés par des ministères ou des autorités
gouvernementales ont servis à alimenter les réflexions. L’auteur a toujours gardé le souci d’utiliser que
des sources fiables, s’obligeant à lire le document original cité dans l’actualité plutôt qu’à se fier
uniquement aux propos publiés. D’ailleurs cette vigie lui a permis d’évaluer le projet de règlement de
modification du RSPEDE offrant d’abolition de la validation. Le Règlement doit pourtant changer pour
l’harmonisation avec la Californie.
Le premier chapitre propose une étude de différents programmes de crédits compensatoires offerts à
travers le monde et en Amérique; on y précise différentes approches du processus de validation qu’il
soit issu du marché volontaire ou règlementaire. Une compréhension des processus d’émission d’unité
2
de crédits de ces programmes suggère un éventail d’éléments qui consolident la gestion des
programmes de réduction GES.
Le chapitre deux suggère une analyse des différents programmes d’aide financière offerts dans le cadre
du PACC2020 du MDDELCC. Elle permet de constater les diverses approches utilisées quant à la
validation et la vérification des projets par chacun des ministères impliqués. Entre autres, le
Programme de traitement des matières organiques par la biométhanisation et le compostage (PTMOBC)
exige aussi que des rapports de validation et de vérification soient issus d’organismes accrédités ISO
14065 distincts.
Le chapitre trois se livre à l’application du concept de la validation tel qu’appliqué par le MDDELCC. On
y présente la raison d’être et la pertinence de la validation où suit une présentation des balises
imposées par ce ministère autour de ce concept, en tentant de comprendre l’approche préconisée. Une
présentation du cadre de formation et de qualification du validateur permet de saisir les différences
des notions d’agrément et d’accréditation des services de validation. Le chapitre se termine avec un
exposé de l’état du marché de la validation inspiré d’un sondage réalisé auprès d’acteurs dans le
milieu.
Le quatrième chapitre propose une analyse des besoins de la règlementation et des programmes d’aide
financière. Avec l’aide de critères permettant de cibler une amélioration de l’efficacité économique,
environnementale et sociale, des éléments qualifiés d’incontournables sont suggérés
afin d'être
intégrés à ces deux programmes; les autres éléments, appelés désirables, sont apportés surtout en
matière de réflexion. Finalement, on présente cette nouvelle démarche axée sur l’ampleur des
réductions proposées d’un projet venant offrir un cadre quant aux exigences du processus de validation
de projets répondant ainsi au marché limité des services de validations.
Le dernier chapitre se veut une réconciliation des différentes suggestions regroupées en
recommandations par programme. On y propose des modifications importantes du Règlement actuel
accompagnées d’outils permettant une amélioration de son efficacité économique, environnementale
et sociale du règlement. Des recommandations sont aussi suggérées pour les programmes d’aide
financière. Le facteur d’efficacité économique-environnementale par projet offre ainsi un cadre tant
pour les exigences du processus de validation que pour l’évaluation de la performance du PACC2020.
Ainsi, cette nouvelle approche confirme l’importance de la compréhension du rôle du ministère pour la
détermination des exigences liées au processus de validation d’un projet voué à la réduction des
émissions de GES au Québec.
L’harmonisation de notre système avec celui de la Californie implique présentement des modifications
urgentes de la règlementation québécoise afin de ne pas compromettre la première vente aux enchères
conjointe prévue en novembre prochain. Au cours de la rédaction de cet essai, un projet de règlement
modifiant le RSPEDE suggère ainsi plusieurs changements dont l’élimination de la validation pour les
3
projets de crédits compensatoires qui pourtant ne compromet nullement l’harmonisation. Une
meilleure compréhension des enjeux liés à la validation pourrait permettre de mieux planifier les
changements qui s’imposent, sans passer d’un extrême à l’autre.
4
1
DES PROGRAMMES DE COMPENSATION CARBONE
La méthodologie choisie pour la quantification des réductions d’émission générées par un projet
compensatoire est au cœur du programme permettant à un émetteur règlementé ou volontaire de se
prévaloir de réductions effectuées par d’autres entités plutôt que d’avoir mis en place lui-même des
mesures permettant une amélioration de son bilan GES. Afin d’en assurer sa valeur, son suivi et sa
gestion de la qualité de ses données, un projet destiné à générer des crédits de carbone passe par un
processus d’approbation propre au programme. Plus ou moins rigoureux, ce processus démontre que le
projet répond à un certain nombre de critères ou balises qui doivent être démontrés par le porteur du
projet de réduction. Cette section débute par une clarification des différents termes liés au processus
voué à la création de crédits générés par une déclaration de réductions de GES. Ensuite une
présentation de différents programmes règlementaires et volontaires. Une description du programme
précède la présentation des étapes permettant l’émission de crédits, pour ensuite préciser les
spécificités de la validation, l’autorité assignée à l’exécuter et finalement énumérer les outils
développés par le programme pour assister ses parties prenantes. En dernier lieu, un tableau fait le
sommaire des programmes en rappelant les éléments importants relatifs à la validation et de ses
principales caractéristiques.
1.1
Des définitions
D’abord, on définit des crédits compensatoires comme étant des crédits obtenus pour des réductions,
des évitements ou l’absorption d’émissions de GES provenant d’activités non règlementées, donc
réalisées de façon volontaire (Dionne, 2012). Ainsi, des crédits sont générés dans le cadre d’un projet
particulier et permettent de compenser les émissions GES d’une autre entité. Ces crédits sont échangés
ou achetés à travers des mécanismes volontaires ou règlementaires de type « bourse », ou gré à gré,
concernant alors directement le promoteur du projet et un acheteur. Ce dernier sera parfois lui-même
un émetteur ou un courtier.
Afin d’éliminer les risques de non-livraison de crédits du projet, un grand nombre d’acheteurs
effectuent leurs transactions par une bourse du carbone. En effet, ces bourses offrent des instruments
régis par des plateformes où l'on y échange des droits et des crédits d’émission.
Le marché du carbone étant un domaine émergeant, plusieurs termes sont utilisés de façon libérale
rendant ainsi la compréhension difficile pour le profane. Il est important de distinguer les programmes
des protocoles, des bureaux d’enregistrement et des normes dans le domaine de la compensation.
Pour alimenter cette confusion, certains programmes se nommeront comme étant une norme (de
l’anglais standard) telle Voluntary Carbon Standard (VCS), Gold Standard (GS) ou comme un bureau
d’enregistrement (de l’anglais registry) tel American Carbon Registry (ACR) alors qu’ils sont plutôt des
programmes. Le Carbon Offset Research and Education (CORE) Initiative du Stockholm Environment
Institute (SEI) et du Greenhouse Gas Management Institute (GHGMI) offre un cadre précis pour définir
5
un programme. Il précise qu’il y a trois (3) éléments principaux qu’on retrouve dans un programme de
compensation de carbone : des règles de base, des règles de surveillance, de documentation, de
vérification et de certification, et des systèmes d’enregistrement des compensations. (CORE, 2011)
Comme règles de base, un programme précise les critères pour qualifier des réductions d’un projet
réelles, additionnelles et permanentes; de plus, il y détaille les différents éléments essentiels à l’étape
de conception du projet et de ses étapes préliminaires. Le programme, dans ses règles de base,
développe également les méthodologies à utiliser, les types de projets acceptés, les secteurs touchés
ainsi que le processus de validation du projet. Ce dernier vise à confirmer les prémisses d’un projet à la
conformité de celui-ci aux exigences du programme en plus de porter un jugement sur la solidité du
plan de surveillance proposé pour quantifier les futures réductions. Ainsi, les règles de surveillance, de
documentation, de vérification et de certification d’un programme viendront préciser au promoteur
comment il doit planifier et faire la démonstration des réductions promises dès l’étape de conception
de son projet. De plus, un programme doit préciser l’entité choisie pour gérer son système
d’enregistrement de crédits de carbone et ses règles de marché pour assurer ainsi que les mêmes
compensations de carbone ne soient vendues à plus d’un acheteur. Enfin, dans un programme, on
nomme le bureau d'enregistrement, public ou privé, où les crédits provenant de réductions vérifiées
seront publiés. Le bureau d’enregistrement offre au public, les informations relatives au projet tel que
la quantité de réductions prévues et admises, la propriété des crédits, les rapports de validation et de
vérification, afin d’assurer une transparence.
Quant aux mots protocoles et méthodologies, on peut convenir qu’ils sont synonymes : ils comprennent
les règles de bases et les règles de surveillance, de documentation, de vérification et de certification.
C’est à même le protocole qu’on retrouve les lignes de conduite et les procédures pour déterminer
l’éligibilité, l’additionnalité, les critères d’acceptation des émissions admissibles selon les types de
projets ainsi que les méthodes de calcul de ces émissions. Chaque programme aura ses méthodologies
et protocoles selon ses types de projets admissibles. Parfois, certains programmes feront l’usage de
protocoles développés par d’autres programmes ou même proposeront aux promoteurs de faire
approuvé un nouveau protocole, selon un processus déterminé.
Quant au terme norme, on le définit comme étant la désignation d’une méthodologie et de lignes
directrices documentées. La norme offre des guides ou des directives spécifiques quant à la
quantification des émissions de GES : comment les calculer, les surveiller et en faire la reddition de
comptes. Une norme n’a pas de système d’enregistrement pour les crédits. De plus, le fait de spécifier
qu’un projet répond à une norme n’est pas garant de la qualité des crédits offerts par celui-ci. Des
processus de validation et de vérification permettent d’offrir cette fiabilité à un projet. Ainsi, un
programme compensatoire met au point son propre cadre à même son système de gouvernance en
établissant un cadre normatif pour bien définir les projets admissibles en précisant ses règles d’audit de
6
validation et de vérification. Il choisit parfois d’utiliser une norme préétablie telle ISO 14064-2
bénéficiant ainsi de la « neutralité » d’une norme internationale reconnue.
Pour les règles de qualification des organismes validateurs et vérificateurs, le programme spécifie soit
une entité appelée l’organisme accréditeur ou un mécanisme pour la reconnaissance de ces auditeurs.
Lorsqu’un organisme accréditeur est nommé au programme, on lui délègue le rôle d’assurer la
certification des organismes qui veilleront à faire les validations et les vérifications conformes à la
norme choisie. On les appelle organismes accrédités ou certificateurs. Certains programmes vont plus
loin en publiant des listes d’organismes et d’individus accrédités.
ISO 14064 définit la validation comme étant un processus systématique, indépendant et documenté
pour l’évaluation d’une déclaration relative aux GES relative à un plan de projet GES par rapport à des
référentiels de validation agréés. (ISO, 2005)
Un programme peut décider, en définissant ses règles, d’omettre la notion d’indépendance ou de
simplement en nuancer l’utilisation et pourtant demander ISO 14064-2 pour ses balises en fonction de la
validation : dans tous les cas, le programme a préséance sur la norme.
Les prochaines sous-sections présentent différents programmes tel le Protocole de Kyoto, des systèmes
de plafonnement et d’échanges de droits d’émission règlementaires et volontaires ainsi que des
programmes promouvant une participation volontaire ou règlementaires. Suivant une brève description
du programme, les étapes de son processus de gestion de projets de compensations de GES sont ensuite
présentées afin de permettre de dégager l’approche choisie pour quant à la validation du projet au
programme. La dernière partie de la section présente un tableau récapitulatif des différentes
approches pour ainsi comprendre le rôle de la validation.
1.2
Le Protocole de Kyoto et ses mécanismes de compensation.
Le plus gros marché règlementaire est certainement celui créé par le traité du Protocole de Kyoto de
l’Organisation des Nations Unies (ONU). Il fait partie intégrale de la Convention-cadre des Nations Unies
sur les changements climatiques (CCNUCC) dans laquelle le Canada et les États-Unis sont signataires
malgré le fait qu’ils ne participent pas au Protocole. Après deux années d’intensives négociations, c’est
en 1997 que le traité a été adopté, mais en ne formulant que l’engagement à réduire les GES tout en
favorisant le développement du sud. Il n’a pris forme qu’en 2001, où un certain nombre de pays
membres de l’ONU s’est engagé à réduire de l’ordre de 5 % leurs émissions de 1990 pour la période de
2008 à 2012 et maintenant amendé pour une période supplémentaire de 2013 à 2020 pour réduire de
l’ordre de 18 % leurs émissions de 1990 depuis la 18e Conférence des Parties à Doha, Qatar en
décembre 2012. Toutefois, la suite Kyoto n’est toujours pas en vigueur n’ayant pas reçu les 144 appuis
nécessaires à sa mise en force. (UNFCCC, 2014a) Afin de répondre à leur conformité, les parties de
l’annexe B (les pays membres de l’Organisation mondiale pour la coopération et le développement
économiques (OCDE)) doivent soit réduire leurs émissions nationales ou utiliser des mécanismes de
7
compensation pour s'acquitter de leurs engagements de réduction. De ces derniers, on retrouve des
échanges internationaux de droits d’émission (EIDE) entre les pays membres où un pays vend ses unités
de quantité attribuée (UQA) non utilisées à un autre pays qui dépasse les siens. De plus, une nation
peut participer au mécanisme d’Application conjointe (AC) ou de Mécanisme de développement propre
(MDP) pour compenser ses réductions non réalisées. Ainsi, avec l’AC, un pays membre peut échanger
des unités de réduction d’émission (URE) ou crédits, par la réalisation de projets dans un autre pays
membre de l’Annexe B, engagés à réduire quoiqu’il n’y ait pas de réelles réductions créées dans le pays
porteur de projets. Le MDP, quant à lui, permettra aux pays développés et en transition d’obtenir des
crédits appelés unités de réduction certifiée des émissions (URCE) obtenues par la mise en place de
projets de réduction réalisés dans les pays en développement (PED) qui eux, n’ont pas d’engagements
de réduction. Ces deux derniers mécanismes imposent un processus de validation de la conception du
projet pour lequel des réductions potentielles seront échangées. Ces deux mécanismes permettent ainsi
une flexibilité aux pays membres pour faire face à leurs engagements de réduction en l’incitant à
acheter des crédits plutôt que d’investir dans de nouvelles technologies, offrant ainsi une certaine
efficience économique au pays acheteur. Toutefois, seul un pourcentage des émissions à réduire pourra
provenir de ces mécanismes, encourageant ainsi chacun de faire sa part de réduction de ses GES. En
plus de générer des bénéfices économiques, le MDP cadre également dans une perspective de
développement durable et technologique dans les PED.
1.2.1
Mécanisme de Développement Propre (MDP)
Comptant plus de 7 600 projets dans plus de 128 pays, dont 105 en développement, le MDP représente
un des programmes compensatoires les plus crédibles et efficaces générant des réductions de plus de
1,5 milliard de tonnes (T) de CO2eq. d’émissions provoquant ainsi entre 5 et 13,5 milliards de dollars
américains (US$) de bénéfices pour les pays hôtes et de 3 à 5 milliards US$ d’économie de conformité
pour les pays développés depuis 2004. (UNFCCC, 2014b)
Ce mécanisme permet à des projets de réduction implantés dans les PED d’obtenir des URCE équivalant
à 1 tonne de CO2eq.. Ces crédits pourront ensuite être échangés et vendus à des pays industrialisés pour
atteindre leurs objectifs de réduction soumis au Protocole de Kyoto.
Ce mécanisme stimule ainsi le développement durable et la lutte contre les changements climatiques
en promouvant la réduction d’émission en offrant une flexibilité aux pays industrialisés pour rencontrer
leurs cibles de réduction.
Les étapes d’un projet
Le processus utilisé par le MDP pour qu’un projet puisse recevoir des URCE est schématisé dans la figure
1-1.
La première étape consiste pour le promoteur, de définir son projet. À cette étape, le chargé de
projet rédige un document appelé Project Design Document (PDD) lequel doit suivre le format prescrit
par le Conseil Exécutif du MDP, partie intégrale du CDM modalities and procedures, offertes sur le site
8
du MDP. Dans son doc
cument, le porteur
p
du projet
p
doit faaire part de la méthodollogie qu’il co
ompte
utiliser. Ill choisit une méthodologie
e parmi celle
es déjà appro
ouvées par le
e MDP. Toute
efois, le prom
moteur
peut utiliiser un autre protocole que ceux déjà
d
approuvvés par le M
MDP, mais il doit en reccevoir
l’approbation auprès du
d Conseil Exé
écutif du MDP
P avant l’étap
pe de validattion.
Figure 1-1
Cycle d'un projet pour le
e MDP
Ainsi, le représentant na
À la deux
xième étape, le projet do
oit subir une
e approbation
n nationale. A
ational
autorisé (RNA) du payss du promote
eur émet, à ce
c dernier, un
ne lettre indiiquant que so
on pays a rattifié le
Protocole de Kyoto ett que sa partticipation estt volontaire. De plus, le pays hôte du
u projet doitt aussi
remettre une déclarattion officielle
e au promoteur en prenan
nt soin de pré
éciser que less activités lié
ées au
projet dan
ns son pays s’appuient
s
su
ur les conceptts de dévelop
ppement durrable. L’étape
e subséquentte fait
Entity
place à la
a validation. Le MDP exig
ge que la validation soit ffaite par un Designated O
Operational E
(DOE), un auditeur ind
dépendant du
u projet, accrrédité par le Conseil Exéccutif du MDP : une tierce partie
certifiée et
e privée. À ce
c stade, le programme
p
exige que le P
PDD subisse u
une évaluation indépendan
nte de
ses exigen
nces, de ses modalités ett procédures. De plus, l’aauditeur rete
enu pour la vvalidation ne
e peut
être le même qui exécute la vérification. Touttefois, le Con
nseil Exécutiff se réserve le droit d’éliiminer
cette con
ntrainte sur demande
d
(UN
NFCCC, 2014
4c) et dévie délibérémen
nt pour les p
plus petits p
projets
9
qualifiés Small Scale CDM Project (SSP) (UNFCCC, 2007). C’est dans le but d’alléger les frais liés à la
préparation et à l’implantation d’un projet que les modalités et procédures ont été simplifiées : ce
qualificatif constitue une simplification du format du PDD, des méthodologies et des plans de
surveillance. En effet, en novembre 2006, les critères caractérisant un tel projet ont été officialisés :
« Type I : projet lié aux énergies renouvelables d’une capacité de 15 MW;
Type II : Projet d’amélioration d’efficacité énergétique réduisant la consommation
d’énergie, d’une capacité de 60 GWh annuels;
Type III : Projet dont les réductions d’émission sont plus petites ou égales à 60K T
CO2eq. annuellement » (UNFCCC, 2014d)
Pour ces trois types de projet, le même DOE peut faire la validation et la vérification.
Une fois la validation effectuée, le DOE doit soumettre son rapport au Conseil Exécutif du MDP pour
faire une demande d’enregistrement du projet. L’enregistrement par le Conseil Exécutif confirme
l’acceptation formelle signifiant ainsi que le projet est validé conformément aux conditions et
modalités du
MDP. Une fois le projet enregistré, le promoteur doit faire la surveillance de ses
émissions selon son plan de surveillance pour la période autorisée, tel que son PPD approuvé l’a
spécifié. Suivra ensuite l’étape de vérification de ses émissions, par un vérificateur accrédité DOE,
différent du validateur, à moins qu’il n’y ait une dérogation autorisée ou que le projet projette moins
de 60 000 T de réductions annuelles. Un rapport de certification émis par le vérificateur fait foi de
déclaration que le projet est effectivement réalisé et que ses réductions d’émission de GES aient été
vérifiées. Ce rapport ainsi que le rapport de vérification sont ensuite soumis au Conseil Exécutif pour
permettre la remise des URCEs au compte du promoteur par le bureau d’enregistrement.
Dans le registre du MDP, géré par son Conseil Exécutif, on retrouve le numéro d’enregistrement du
projet, son titre, le pays hôte, la méthodologie utilisée ainsi que les réductions réalisées. Aussi, pour
chaque projet, tous les documents officiels liés au projet sont publiquement accessibles faisant preuve
de l’application du principe de transparence du programme. On y retrouve les réductions prévues, le
rapport de validation, les rapports de surveillance vérifiés par période ainsi que les périodes admissibles
du projet et les URPEs émis par période.
Spécificités de la validation
Comme mentionné précédemment, la validation est une étape obligatoire qui se doit d’être exécutée
par une tierce partie indépendante répondant au CDM Validation and Verification Standard (VVS) et
différente du tiers responsable de la vérification. À cette étape, le validateur a le mandat de
déterminer si le projet répond à toutes les modalités et procédures du programme, si la méthodologie
proposée est appuyée des directives du Conseil Exécutif et de faire une évaluation de la conformité du
PDD. Au-delà de la déclaration GES, le validateur doit aussi s’assurer de l’authenticité des différents
documents émis par le promoteur et le pays hôte, ce dernier assurant que le projet satisfait les critères
10
de développement durable du pays. De plus, l’auditeur doit vérifier que le promoteur est autorisé à
implanter son projet par les parties impliquées.
Le VVS oblige une visite de site par le validateur sauf si le projet n’est qu’à l’état de conception; à ce
titre, le validateur est demandé à comparer le projet à d’autres projets équivalents en prenant soin de
bien consulter les études de faisabilité pour le type de projet.
Pour les SSP, où le vérificateur peut avoir fait la validation, c’est toutefois le validateur qui doit
déclarer dans son rapport de validation l’admissibilité du projet.
Accréditations requises et balises
Le Conseil Exécutif du MDP est l’organisme accréditeur pour le MDP. Il est responsable d’établir les
décisions de renouvellement, de suspension et de retrait d’accréditation des agents accrédités. Il est
également responsable de maintenir les procédures d’accréditions et sa norme appelée CDM
Accreditation Standard dans laquelle on y décrit les exigences relatives à l’organisme à accréditer ainsi
que toutes les compétences recherchées du validateur et du vérificateur. On y précise aussi les attentes
à l’égard des auditeurs qui auront à juger de la conformité de l’entité à accréditer. De plus, on y
retrouve les éléments relatifs à l’impartialité, à la gestion des ressources humaines et aux compétences
de ses ressources : seize différents secteurs techniques sont spécifiés et sont associés aux compétences
techniques exigées des validateurs/vérificateurs. Cette norme s’apparente aux ISO 14064, 14065 et
14066 réunies.
De plus, à même le site du MDP, on retrouve les formulaires qui seront utilisés pour accréditer les DOEs.
Parmi ceux-ci on peut retrouver des listes de contrôle (checksheets) pour l’entité candidat à une
accréditation (UNFCCC, 2014e), pour le représentant de l’organisme accréditeur afin de l’assister lors
de la revue documentaire (UNFCCC, 2014f) et l’audit de site de l’entité (UNFCCC, 2014g).
Très vivant, le MDP n’hésite pas à apporter des précisions : encore en octobre 2013, une mise à jour a
été publiée, la version 5, applicable à compter du 1er mars 2014. Dans cette version, on y précise les
compétences techniques sectorielles des validateurs, et les règles associées à l’utilisation des
ressources externes, soit individuelles, ou par des sous-traitants. D’ailleurs, tous les DOEs doivent s’y
conformer à partir du 1er juillet 2014.
Ainsi pour devenir un DOE, un organisme doit se conformer à tous les requis de cette norme, payer sa
cotisation et soumettre les formulaires requis. Ensuite, il subit un audit par une équipe d’évaluation du
MDP, du groupe d’accréditations du MDP et de son Conseil Exécutif. Une liste de tous les DOEs est
publiée sur le site Internet du MDP la rendant ainsi publique, telle que l’exige le programme. En plus
des noms des DOEs, on y retrouve leurs secteurs d’activité pour lesquels ils sont qualifiés et on y
précise aussi s’ils offrent des services de validation ou de vérification (UNFCCC, 2014h).
11
De plus, chaque DOE doit soumettre annuellement au Conseil Exécutif, un rapport détaillant toutes ses
activités de validation et de vérification comme stipulé dans son programme selon un formulaire
prescrit. (UNFCCC, 2014i). Ce rapport oblige le DOE à rendre compte de ses changements
organisationnels ainsi que tous les individus et sous-traitants utilisés au cours des différents mandats
exécutés, ses audits internes ainsi que ces revues de direction. On lui demande également d’inscrire les
différentes plaintes qui auraient été portées à son attention ainsi que les frais perçus par région pour
les différents services offerts.
Manuels, outils et guides développés
Un large éventail d’outils, de guides, de listes de contrôle est accessible sur le site du programme.
Parmi ceux-ci, le VVS décrit dans les plus grands détails, chaque élément touchant la validation. Ainsi,
pour chacun des éléments, on y précise l’exigence et les moyens attendus pour démontrer que
l’élément est conforme. De plus, on décrit concrètement comment transposer cet élément dans le
rapport de validation pour préciser son état.
Par exemple, dans le cadre de la validation de l’admissibilité des activités du projet, on demande que
l’élément Approbation du projet soit validé, élément 7.6 du VVS, version 6. Abord, on exprime ce à
quoi on s’attend du validateur :
« Le DOE doit déterminer si le RNA des différentes parties impliquées dans le projet
spécifié dans le PPD à la section A.3 ait fourni une lettre d’approbation. »
Ensuite, le VVS présente les différents moyens que le validateur peut prendre pour valider cet élément.
Ainsi, on peut lire :
« Le DOE doit déterminer que chaque lettre confirme que :
a) La partie fait partie de la communauté liée au Protocole de Kyoto
b) Que sa participation soit volontaire
c) S’il s’agit d’un pays hôte, le projet s’apparente au développement durable
du pays
d) Le titre utilisé dans la lettre est le même que celui qui sera soumis pour
l’enregistrement du projet (par le PDD)
Le DOE doit déterminer que la (les) lettre (s) d’approbation est (sont)
inconditionnelle aux points (a) à (d) plus haut.
Le DOE doit confirmer que la (les) lettre (s) d’approbation a (ont) été émise (s)
par le RNA approprié et qu’elle est valide pour le projet.
Si le DOE a des doutes quant à l’authenticité de la lettre d’approbation, le DOE
doit vérifier avec le RNA qu’elle est effectivement authentique. » (UNFCCC,
2014j)
De plus, on indique au validateur le site Internet à utiliser pour valider le RNA. Enfin, le VVS précise
ensuite, dans son guide, ce qu’il veut voir dans le rapport de validation pour ce même élément :
« Les requis au rapport de validation
Le DOE doit, pour chaque partie impliquée :
a) Indiquer la réception d’une lettre d’approbation
12
b) Indiquer si le DOE a reçu la lettre d’approbation par le promoteur ou
directement du RNA
c) Indiquer les moyens utilisés pour évaluer l’authenticité de la lettre si le
paragraphe 48 est applicable
d) Inclure une déclaration spécifiant que les lettres sont en accord aux
paragraphes 38.41
Si les lettres d’approbation contiennent des spécifications additionnelles que les
activités du projet, tel que la version du PDD, alors la demande
d’enregistrement du projet devra en faire état. Si la lettre d’approbation réfère
une version spécifique d’un rapport de validation et le DOE ne peut donc pas
soumettre cette version du rapport de validation et doit prendre une des
dispositions suivantes :
Inclure une déclaration dans le rapport de validation indiquant que la
lettre finale d’approbation n’a pas été reçue et que la demande
d’enregistrement ne pourra pas être faite avant qu’elle ne soit reçue.
Faire une mise à jour du rapport de validation pour refléter la
réception de la lettre d’approbation. Si cette option est retenue, le numéro du
rapport de validation doit rester le même, mais son numéro de révision devra
être changé en indiquant qu’il s’agit du seul changement pour rapporter à la
lettre d’approbation. » (ibid)
Parmi une multitude d’outils, on en retrouve utile à l’organisation en demande d’accréditation : il sert
à s’autoévaluer avant l’audit du MDP : le guide appelé Performance assessment report validation,
disponible sur le site Internet. Ce guide est la marche à suivre prescrite à l’équipe d’audit du MDP,
nommée par le Conseil Exécutif.
Plusieurs formulaires, guides et outils, disponibles sur le site du programme, sont destinés aux
promoteurs : le guide spécifiant le contenu du PPD, le formulaire du PPD. Un nouvel outil vient d’être
développé pour l’assister dans l’identification des bénéfices collatéraux du projet au développement
durable quoique cette obligation soit liée au pays hôte du projet.
À titre d’information, la figure 1-2 présente le nombre de projets validé au programme MDP. On
remarque que depuis la fin de la première période de conformité, le nombre de projets a
significativement diminué. La ratification de la suite de Kyoto n’étant toujours pas en vigueur, les
projets de réduction semblent avoir perdu leur inertie.
13
Figure 1-2
1.2.2
Les projets en processus de validation pour le MDP ((tirée de: UNF CCC, 2014k)
Ap
pplication co
onjointe (AC)
Tout com
mme le MDP, ce mécanissme est asso
ocié au Proto
ocole de Kyo
oto. Mais ici, les projetss sont
implantéss dans le payss du promoteu
ur figurant da
ans l’Annexe 1 de la conve
ention ou dan
ns un pays insscrit à
cette annexe. Il est sim
milaire et tou
ut aussi complexe que le M
MDP.
Les étape
es d'un projet
Les étape
es d’un projett sont les mê
êmes que cellles du MDP. Seulement, les réduction
ns donnent acccès à
des créditts appelés ici emission red
duction units (ERUs) équivvalentes à 1 ttonne de CO2eq.. Le prom
moteur
utilise aussi cet instru
ument pour atteindre so
on objectif d
de réduction.. Le pays hô
ôte bénéficie
e ainsi
d’investisssements étra
angers et de transferts
t
de technologies .
Tout com
mme le MDP, seuls les pays
p
qui ont ratifié l’enttente peuven
nt se prévalo
oir d’échangger ou
d’acquérir des ERUs.
Spécificités de la valid
dation
Le terme validation n’est pas utilissé dans le pro
ogramme AC. On utilise le
e terme « dettermination » pour
le désigne
er.
Similaire au MDP, l’AC
C a fixé la ba
arre à 60 000 T de CO2eq.. annuelleme
ent, les proje
ets qualifiés d
de SSP
permettan
nt aussi que les validateu
urs et vérific
cateurs ne so
oient pas ten
nus d’être disstincts. Les a
autres
14
projets doivent mandater des organismes différents pour la validation et la vérification. (UNFCCC,
2014l)
Accréditations requises et balises
Les validateurs et les vérificateurs sont regroupés sous la nomenclature d’accredited independent
entity (AIE) accrédité par Joint Implementation Supervisory Committee. Seules les organisations ayant
satisfait les audits réalisés par un comité de AC sont affichés dans la liste des AIE, accessible sur le site
du programme. (UNFCCC, 2014m)
Avant septembre 2011, un organisme devait subir un audit-témoin après avoir réussi un audit de site par
un représentant de l’AC. Ce dernier devait assister l’organisme au cours d’un mandat de la validation
ou la vérification. Maintenant, l’audit-témoin a été remplacé par une évaluation de performance
annuelle à partir de mandats exécutés par l’organisme, après son accréditation. Ainsi, la procédure
d’accréditation est maintenant réduite à une revue documentaire et à un audit de site de 2 jours chez
l’organisme en instance d’accréditation. L’accréditation est valide pour une période de 5 ans et elle est
associée à un ou plusieurs des 15 secteurs d’activité choisissent par ce programme.
Des surveillances subséquentes à la première accréditation ont lieu annuellement appelées des audits
régulières. L’autorité du programme se garde également le droit d’exécuter des audits-surprises à sa
convenance. L’organisme sélectionné reçoit alors un avis d’audit mais ne connait pas l’élément
déclencheur provoquant l'audit-surprise. Un AIE est alors assigné à cette tâche par l’autorité du
programme, à ses frais.
Avant novembre 2006, ce programme permettait qu’un DOE du MDP puisse exécuter la validation ou la
vérification. Mais depuis, le programme n’accepte que les organismes qu’il accrédite lui-même.
Toutes les méthodologies développées par le MDP sont reconnues dans ce programme.
Manuels, outils et guides développés
Un guide pour le promoteur permet d’accompagner ce dernier à la rédaction de son plan de projet aussi
appelé PPD tel que le programme MDP. Un autre guide, spécifiquement adapté pour les SSP définis
quant à lui, un contenu du plan de projet moins élaboré.
Deux pages complètes de formulaires, guides et rapports sont prescrits complétant ainsi tout le
processus d’accréditation : la demande d’accréditation, la revue de documentation, l’audit de site,
l’audit de performance, les audits réguliers et les audits-surprises.
Par exemple, des aide-mémoires sont ainsi offerts aux AIEs devenir pour s’assurer que toute la
documentation prescrite par le programme soit fournie aux autorités pour déclencher le processus de
demande d’accréditation ou pour présenter la revue de performance. Le tableau 1-1 présente le format
d’aide-mémoire pour la revue de performance.
15
Tableau 1--1 Fiche de contrôle
c
pour le AIE (tiré de: UNFCCC, 201 1, p. 31-32)
el appelé Joint Implemen
ntation determination and
d verification
n manual, esst disponible sur le
Un manue
site du programme. Il informe cla
airement du contenu dess rapports re
espectifs exigés, lesquelss sont
ensuite diisponible par la base de données de prrojets AC. Un
ne liste de co
ontrôle portan
nt sur la valid
dation
est offerte
e pour l’auditteur : elle co
ontient plus de 35 pages de
e questions.
Le tableau
u 1-2 présentte la distributtion des projets AC par paays au 1er aoû
ût 2014. Le p
programme co
ompte
ainsi plus de 761 projjets à son ac
ctif dont pluss de 66 % on
nt été réalisé
és en Russie et en Ukrain
ne. Le
tableau 1--3 montre le nombre de projets
p
soumiss à la validatiion depuis occtobre 2006 à aujourd’hui. Tout
comme po
our le MDP, le
e programme n’est plus au
ussi populaire
e.
16
Tableau 1--2 Nombre de
e projets AC par
p pays hôte (tiré
(
de UNEP D
DTU, 2014a)
Tableau 1--3 Nombre de
e projets AC par
p mois (tiré de
d UNEP DTU, 2014d, timelaggchart)
Quoique très
t
rodés, ce
es deux instrruments recu
ulent mainten
nant de façon
n significativve. Leur popu
ularité
perd du te
errain. Seule une seconde phase du Pro
otocole Kyoto
o pourrait less réanimer.
1.3
Systèmes de pla
afonnement et d’échange
e de droits d ’émissions rè
èglementaire
es
Une des stratégies utilisées par état ou rég
gion pour s’iimpliquer da
ans la lutte aux changements
climatique
e, est la mise
e en place d’u
un SPEDE. Un
n état ou une région met a
ainsi en place
e un règlement par
17
lequel il détermine un plafond, limitant ainsi les droits d’émission de GES sur son territoire. En se
voyant ainsi restreints de leurs droits d’émission, les émetteurs touchés par le règlement ont recours à
un système d’échange de droits soit en achetant des crédits de sources aussi règlementées, mais qui
n’ont pas atteint leur quota ou de sources volontaires qui offrent des crédits résultants de projets de
réductions de GES admissibles au programme. À la fin d’une période de conformité, chaque émetteur
règlementé doit présenter un bilan d’émissions équivalant à ses droits d’émissions accumulés sans quoi
il doit payer une pénalité à un mécanisme prévu par la règlementation en vigueur. Ces sommes
accumulées permettent ordinairement d’investir dans des projets liés aux changements climatiques.
Ainsi, en diminuant le plafond des émetteurs, l’état ou la région peut atteindre ses objectifs nationaux
ou régionaux de réduction de GES et favorise la mise en place de nouvelles technologies. Pour ne pas
dépasser leurs quotas d’émissions, les émetteurs règlementés doivent réduire leurs propres émissions
puisque seulement une portion (8 %) des droits d’émission peut provenir de crédits compensatoires
générés par des projets de réduction de GES.
1.3.1
Regional Greenhouse Gas Initiative (RGGI)
En 2005, sept États américains situés au Nord-Est dans la section mi-Atlantique, dont les États du
Connecticut, Delaware, Maine, New Hampshire, New Jersey, New York et du Vermont, ont signé une
entente pour réduire les émissions de GES de cette région en créant ainsi le RGGI. En 2007, les États du
Maryland, du Massachusetts et de Rhodes Island se sont joints à eux, mais le New Jersey s’est rétracté
en 2011.
Tous ensemble ont convenu de mettre en place un système règlementaire régional de plafonnement et
d’échanges de droits d’émissions de GES pour le secteur de production d’électricité en adoptant un
programme modèle appelé le Model Rule, sous la forme d’un règlement générique. Ce dernier est le
squelette de ce que devient le règlement respectif de chaque état. On y retrouve les méthodes et les
règles de fonctionnement des quatre ventes aux enchères annuelles, les mécanismes d’échanges de
droits du RGGI CO2 Allowance Tracking System (RGGI COATS), les conditions d’admissibilité et de
fonctionnement des projets compensatoires. À la fin 2013, le Model Rule a été amendé pour donner
suite à l’évaluation de la performance du système de 2009 à 2012.
D’abord, la RGGI permet des crédits compensatoires provenant seulement de projets générateurs de
réductions ou de séquestration de GES provenant de secteurs autres que celui de la production
d’électricité. Seulement cinq catégories de projets seront admissibles touchant ainsi les émissions de
dioxyde de carbone (CO2), de méthane (CH4) ou d’hexafluorure de soufre (SF6) : Capture et destruction
du méthane des lieux d’enfouissement, Réduction des émissions de SF6 provenant du secteur de la
production d’électricité, Séquestration du carbone pour des projets de reforestation, gestion des forêts
ou afforestation (pour les États du Connecticut et New York seulement), Réduction ou élimination des
18
émissions de CO2 provenant de combustibles pour une amélioration d’efficacité énergétique dans les
bâtiments et Destruction du méthane provenant des opérations liées à l’élevage.
Parmi ces catégories de projets, les émetteurs règlementés ne peuvent utiliser plus de 3.3 % de leurs
droits d’émissions provenant de crédits compensatoires. (RGGI, s. d.1)
Les étapes d'un projet
La figure 1-3 schématise les différentes étapes permettant à un projet de créer des crédits
compensatoires dans le cadre du RGGI. D’abord, le chargé de projet doit s’inscrire au RGGI COATS, le
bureau d’enregistrement du programme, afin d’obtenir un numéro d’identification et une ouverture de
dossier pour son projet. Ensuite, le promoteur prépare un plan de projet, dossier appelé ici Consistency
Application et le soumet à l’agence règlementaire de l’État où le projet sera implanté pour
approbation. Le document doit se conformer toutes les exigences du règlement de l’État concerné.
Dans ce document, le promoteur du projet justifie les protocoles utilisés, les méthodes de calculs ainsi
que les plans de surveillance et de vérification. De plus, une lettre autorisant les autorités du
programme à auditer le projet et l’accès au site doit être jointe à la demande en plus d’un rapport de
vérification, quoiqu’il s’agisse plutôt d’un rapport de validation, un terme qui ne se retrouve pas dans
ce programme. De plus, le vérificateur doit présenter une déclaration certifiant qu’il est un vérificateur
indépendant du projet et accrédité par l’autorité règlementaire de l’État impliqué par le projet.
L’objectif de ce rapport de validation est de confirmer l’adéquation et la validité des informations
fournies par le chargé de projet quant aux exigences du programme, des plans de surveillance et de
vérification. Ensuite, l’agence règlementaire évalue la demande et émet une déclaration de cohérence
au respect des exigences du programme. Après quoi, le porteur du projet peut conséquemment
convenir que le projet est admissible au programme des crédits compensatoires.
À la mise en place de son projet, conformément à son plan de surveillance, le promoteur produit un
rapport de projet énonçant ses émissions conformément au protocole sélectionné et autorisé. Ce
rapport doit être vérifié par un organisme accrédité tout comme le plan de projet l’a été. Aucune
restriction quant à l’utilisation du même vérificateur pour toutes les étapes.
Ainsi, lorsque le rapport de projet, le rapport de vérification et la déclaration du vérificateur sont
approuvés par l’agence règlementaire, des crédits compensatoires seront émis afin de les enregistrer au
compte du promoteur par l’agence règlementaire. Il est important de noter que l’agence se réserve le
droit d’auditer tout élément du projet malgré une vérification positive. La découverte d’une nonconformité au programme au cours d’un audit autorise le représentant à retirer les crédits
compensatoires du projet.
19
Figure 1-3
Cycle d'un projet pour RG
GGI
Spécificités de la valid
dation
Comme mentionné
m
pré
écédemment, le terme vallidation n’estt pas utilisé d
dans ce programme. Par co
ontre,
en précisa
ant la nature
e du premier rapport de vérification,
v
p
précédant l’a
acceptation d
du projet, il e
est de
mise de co
onsidérer cettte étape similaire à l’étap
pe de la valid
dation employyée par le MD
DP et ISO 140
064-3.
En effet, le RGGI spéc
cifie qu’il s’ag
git d’une étape où il y a cconfirmation de la validité des informations
du plan de
e projet, de la
l conformité
é au programm
me et des plaans de surveilllance et de vvérification.
Accrédita
ations requise
es et balises
Chaque éttat est l’organisme accréd
diteur de ses vérificateurs . Ainsi, il revvient à chaque
e région le po
ouvoir
de décide
er du mécanissme d’accréditation quoiqu’un modèle de demande
e d’accréditattion soit offe
ert aux
membres sur le site du
u programme.. (RGGI, 2010
0)
Une perso
onne intéressé
ée à offrir de
es services de
e vérification doit soumettre sa candid
dature directe
ement
à l’autoriité du progra
amme de la région en présentant
p
se
es compéten
nces et ses e
expériences et en
précisant les catégorie
es de projet proposées.
p
20
Quoique le modèle offert propose une accréditation par ANSI ISO 14065, chaque état n’en fait pas
toutefois pas tous un requis comme le Connecticut et le Vermont. D’autres, comme le Delaware, New
Hampshire et New York, ont décidé d’exiger ANSI ISO 14065 en s’adaptant textuellement au modèle.
Une fois l’application approuvée par l’autorité régionale, le vérificateur fait partie de la liste des
vérificateurs accrédités publiée sur le site Internet du programme, où l'on y détaille sa demande
d’accréditation, les catégories pour lesquelles il est accrédité, l’état émetteur de cette accréditation,
ainsi que la période et les autres états acceptant cette nomination. (RGGI, s. d.2)
Seulement trois vérificateurs sont sur la liste à ce moment, et toutes leurs accréditations sont échues.
Par contre, aucun programme régional ne spécifie qu’ils tiendront cette liste à jour, ce que d’autres
programmes, tel le MDP, incluent clairement dans leurs règles de fonctionnement. Seul l’État de New
York affiche une liste sur son site : elle indique d’ailleurs n’y avoir aucun vérificateur accrédité à ce
jour.
Toutefois, avant d’établir une entente avec un promoteur, le programme encourage le vérificateur à
faire évaluer sa candidature auprès de l’agence règlementaire pour assurer l’absence de conflit
d’intérêts avec le promoteur et son projet. La notion d’indépendance au projet est essentielle au
programme.
Manuels, outils et guides développés
Le programme a développé des outils qui offrent un modèle de rapport de validation (Consistency
Application) et de vérification (Monitoring and verification) pour chacune des cinq(5) catégories de
projet. Les états membres sont invités à développer leurs propres outils à partir de ces modèles. C’est
ce que propose Le Maryland, sur son site Internet : des manuels d’instructions pour la première étape
de vérification du projet qui présentent ses requis sous forme de listes. On retrouve un manuel détaillé
pour chaque catégorie de projet. Ainsi, à partir d’instructions précises où est attachée une liste de
questions fermées et ouvertes, le vérificateur est invité à utiliser une numérotation précise pour
chacun des documents à soumettre à cette première étape. On retrouve ces 5 manuels sur le site
Internet. (Maryland, s. d.)
Le Massachusetts quant à lui a choisi d’offrir un formulaire et un manuel d’instruction du formulaire
pour chaque catégorie de projet. L’utilisation de cet outil assure ainsi le rassemblement de toutes les
informations requises à la demande d’approbation de projet, permettant ainsi à l’autorité responsable
de donner l’approbation, d’évaluer tous les projets sous un même format. Tous les formulaires sont
disponibles sur le site Internet du programme de l’État.
1.3.2
Western Climate Initiative (WCI)
La WCI est issue de la collaboration de sept (7) États américains et de quatre (4) provinces canadiennes
qui depuis 2007, élabore une stratégie ayant comme objectif la lutte contre les changements
21
climatiques. Semblable à la RGGI, le regroupement des participants permet l’établissement de guides
pour aider chacun des participants à mettre en place ses règles régionales d’un système de
plafonnement et d’échange des émissions de GES. Ils se sont donné l’objectif commun de réduire de 15
% les émissions de 2005 pour 2020. (WCI, 2011) Leur stratégie gravite autour des enjeux améliorant
l’environnement et l’économie. Tous les partenaires ont adopté un plan d’action climatique et ont
enclenché une démarche régionale de réduction des émissions de GES.
Parmi ces partenaires, on retrouve les états américains de Washington, Oregon, Californie, Arizona,
Utah, Montana et Nouveau-Mexique, ainsi que les provinces canadiennes tels la Colombie Britannique,
le Manitoba, l’Ontario et le Québec. La WCI compte aussi des observateurs qui gardent un œil sur la
mise en place de ce programme tels l’Alaska, le Colorado, Idaho, Kansas, Nevada, Wyoming, la
Nouvelle-Écosse, la Saskatchewan et le Yukon. Certaines provinces mexicaines observent également la
WCI : Baja California, Chihuahua, Coahuila, Nuevo Leon, Sonora et Tamaulipas.(Ibid)
La juridiction du programme prône l’utilisation de programmes de crédits compensatoires pour
permettre à ses participants d’atteindre leurs objectifs de réduction. Ainsi, ces programmes de
réductions doivent répondre à des critères d’admissibilité, de propriété unique, de protocoles
préétablis et avoir lieu en territoire canadien, américain ou mexicain afin d’émettre un certificat de
réduction d’une tonne de CO2eq..
C’est en juillet 2010 que le comité exécutif de la WCI a défini que la validation est un processus
obligatoire pour les projets de réductions de GES. Il s’agit d’une revue par une tierce partie accréditée
et indépendante ou par la juridiction définie par son membre afin d’évaluer la probabilité des
prévisions de réduction ou de séquestration d’un projet selon un protocole de la WCI. Pour ce
programme, la validation est absolument nécessaire et doit avoir lieu avant l’enregistrement du projet.
Toutefois, chaque membre de WCI a la flexibilité à décider s’il oblige cette étape d’être exécuté par un
tiers accrédité et indépendant ou s’il préfère la faire lui-même.
Les étapes d’enregistrement de projet compensatoire générique n’ayant pas encore vu le jour, cela n’a
pas empêché les pionniers du marché du carbone de la WCI de se lancer dans cette nouvelle aventure.
1.3.3
WCI et le Québec
En effet, c’est le 1er janvier 2012 que le Québec a fait son entrée en mettant en vigueur son Règlement
SPEDE (RSPEDE) faisant ainsi de lui l’un des précurseurs du marché du carbone de la WCI avec à ses
côtés, la Californie qui a adopté sa règlementation en octobre 2011.
En décembre 2012, le Québec
modifie son règlement afin d’harmoniser et lier son système avec celui de la Californie. C’est à ce
moment également qu’on voit les règles de fonctionnement des crédits compensatoires pour le Québec,
s’annexer à même son règlement pour y reconnaître les réductions d’émissions de GES découlant de
projets réalisés par les entreprises non assujettis par son règlement.
22
Comme mentionné précédemment, c’est à même le RSPEDE de GES, que le Québec a choisi de définir
ses règles relativement aux crédits compensatoires. D’abord, un émetteur assujetti au RSPEDE ne peut
se prévaloir de plus de 8 % de ses émissions totales en crédits compensatoires pour la période de
conformité, l’obligeant ainsi à réduire à même son établissement ses propres émissions. Le Chapitre IV
du RSPEDE traite exclusivement des crédits compensatoires.
En date de juin 2014, trois protocoles sont présentement publiés dans le règlement :

Protocole 1 – Recouvrement d’une fosse à lisier – Destruction du CH4;

Protocole 2 – Lieux d’enfouissement – Destruction du CH4;

Protocole 3 – Destruction des substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO) contenues
dans des mousses isolantes provenant d’appareils de réfrigération et de congélation.
Deux autres protocoles de crédits compensatoires, applicables sur le territoire canadien, sont en
élaboration :

un protocole visant le captage et la destruction du méthane des mines de charbon;

un volet « destruction des substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO) utilisées en tant
que réfrigérants » dans le protocole actuel visant la destruction des SACO contenues dans les
mousses isolantes provenant d’appareils.
Sur le site du MDDELCC, on indique que de nouveaux protocoles pourraient faire l’objet d’une
consultation publique d’ici la fin de 2014, sans toutefois préciser les domaines en étude. Également, un
nouveau protocole sur le boisement et le reboisement, applicable sur le territoire forestier privé du
Québec est aussi en élaboration et une consultation est envisagée en 2015. (MDDELCC, 2014a)
Les étapes d'un projet
La figure 1-4 présente les étapes d’approbation d’émission de crédits compensatoires issus de la mise
en place de projets réduisant des émissions de GES.
Quoique le Règlement stipule l’usage d’un registre sur son site Internet, ce registre n’est toujours pas
disponible à ce jour. Des communications avec la coordonnatrice de l’équipe marché du carbone du
Bureau des changements climatiques du MDDELCC ont permis de confirmer l’absence de ce registre
justifié par l’absence de projets de crédits compensatoires. (Gagnon, 2014)
23
Figure 1-4
Cycle d'un projet WCI-Qu
uébec
Les projetts admissibless à des créditts compensatoires sont ce ux visés par ttrois (3) proto
ocoles définiss dans
le Règlem
ment et le prromoteur du projet doit être
ê
lui-mêm
me un émette
eur assujetti ou un résida
ant du
Québec. Il doit aussi être
ê
inscrit et avoir un co
ompte actif aau Compliancce Instrumentts Tracking SSystem
Service (C
CITSS), le sysstème informatique de su
uivi des droitss d’émission servant de rregistre officciel du
ministre. Ainsi, un promoteur souhaitant metttre en œuvre
e un projet de crédits ccompensatoire
e doit
d’abord remplir
ment d’un p
r
un formulaire
f
WORD
W
appelé
é Demande d’enregistrem
projet de ccrédits
compensa
atoires, disponible sur le site du ministtère. Ensuite,, le promoteu
ur dépose son
n plan de projjet en
utilisant le
l gabarit approprié selon
n le protocole
e utilisé. Une
e fois rempliis, ces formu
ulaires ainsi q
que le
rapport de
d validation
n doivent être transmiss en formatt papier et électronique
e au Bureau
u des
ont publiées sur le site du
changeme
ents climatiqu
ues. Les adresses courrier et courriel so
u MDDELCC.
Le promoteur doit enssuite déposerr annuelleme
ent, son rapp ort de projett et le rappo
ort de vérificcation.
D’ailleurs, le Règlemen
nt indique less éléments d’’information pertinents à fournir pour ces deux rap
pports.
De plus, ce
c Règlement précise même qu’en ca
as de défaut de soumettre
e un rapport de projet dans le
délai presscrit, les réductions d’ém
mission de GE
ES calculées et rapportée
es ne sont pa
as admissible
es à la
délivrance
e de crédits compensatoir
c
res.
24
Le Règlement précise l’équation pour calculer le pourcentage d’erreur du rapport de projet. Un
pourcentage de plus de 5 % impose une révision du rapport du projet par le promoteur pour être
admissible à déposer auprès du ministre pour réception de crédits compensatoires. (RSPEDE, 2014a)
Le ministre verse ensuite les unités d’émission dans le compte général du promoteur GES.
Spécificités de la validation
Dans son rapport de validation, le validateur doit spécifier tous les éléments appelés dans le
Règlement. De plus, toutes modifications demandées d’être apportées au plan de projet, doivent
également être stipulées dans son rapport. Également, il est clairement spécifier que le vérificateur du
rapport de projet ne peut être exécuté la validation du plan projet et être indépendant. (RSPEDE,
2014b)
Accréditations requises et balises
La validation du plan de projet doit être effectuée conformément à la norme ISO 14064-3 par un
organisme de validation accréditée ISO 14065, membre de l’IAF situé au Canada tel le Conseil canadien
des normes (CCN) ou aux États-Unis, ANSI et selon un programme ISO 17011, à l'égard du secteur
d'activité visé par le projet et selon des procédures permettant d'obtenir un niveau d'assurance
raisonnable au sens de cette norme (RSPEDE, 2014c). Les registres de CCN présentent 4 organismes
accrédités : un seul offre une accréditation pour la validation. Par l’ANSI, 10 organismes, dont un en
Allemagne, deux au Canada et 7 aux États-Unis sur 27 organismes certifiés, offrent des services de
validation ou de vérification. Les autres s’affichent que pour des services de vérification.
Le ministère ne publie aucune liste d’organismes certifiés.
Manuels, outils et guides développés
Sur le site du ministère, on retrouve des formulaires de demandes d’enregistrements de projets ainsi
que des gabarits pour chacun des protocoles visés par le Règlement. Ces formulaires sont
principalement des aides pour les promoteurs de projets.
Aucun outil ou guide n’a encore été développé pour la validation ni la vérification. La norme et le
Règlement étant très bref sur le contenu des rapports, ces derniers peuvent varier d’un validateur à
l’autre, dépendamment de son expérience.
Toutes les précisions, autant pour l’utilisation de formulaire que des précisions des contenus des
différents rapports sont à même le Règlement. Cette situation alourdit le processus de précisions ou de
révisions puisque le Règlement doit être déposé et approuvé en chambre par le gouvernement.
25
1.3.4
WCI et la Californie (Air Resources Board - ARB)
D'abord le programme Air Resources Boards’s (ARB) est lié à la règlementation applicable au système de
plafonnement et d’échange des droits d’émission de la Californie. En effet, cet État oblige tous les
émetteurs de plus de 25 000 T de CO2eq. annuellement, de se prévaloir de droits d’émissions selon leur
quota. Ceux-ci peuvent utiliser un maximum de 8 % de crédits compensatoires pour se conformer à leur
obligation.
Les étapes d'un projet
La génération de crédits compensatoires pouvant être utilisé pour la conformité d’émission d’un
émetteur assujetti à ce règlement, consiste d’abord à l’inscription d’un projet de réduction ou
séquestration d’émissions de GES selon l’un des protocoles reconnus du programme auprès d’un des
registraires autorisés par ARB. À ce jour, ACR et Climate Action Reserve (CAR) y sont autorisés. Ainsi,
les promoteurs appelés ici les Offsets Project Operators (OPO) soumettent leur projet auprès d’un de
ces registraires. Le registraire, après avoir examiné le plan de projet, inscrit le projet dans son registre
public. Le promoteur doit ensuite surveiller, rapporter et faire vérifier ses réductions. Si toutes les
conditions sont rencontrées, le registraire émet des crédits compensatoires dans le compte du
promoteur. Ce dernier doit ensuite demander la conversion de ses crédits en crédits ARB. ARB fait
ensuite une revue complète de la documentation du projet afin de s’assurer de la conformité du projet
au Règlement et du protocole choisi. ARB émet ainsi des crédits au compte inscrit au CITSS après avoir
reçu la confirmation que les crédits originaux aient été retirés des registres originaux. Toutes les
informations concernant le projet, tel le prototype utilisé et la période applicable du projet sont
publiés sur le site d’ARB, à partir d’une base de données administrée par le programme. Il n’y a aucune
contrainte relative à la mise en place du projet et son enregistrement. La figure 1-5 montre les étapes
pour l’émission de crédit ARB.
Spécificités de la validation
La loi oblige l’utilisation d’une tierce partie indépendante formée et accréditée par le programme pour
la vérification des réductions d’émissions. La validation du projet au programme est combinée à la
première vérification des réductions. Le programme n’utilise pas le terme validation, il l’associe à la
première vérification, ayant un statut différent des autres vérifications. Ainsi, lors de la première
année de la comptabilisation des réductions, le vérificateur doit valider que le projet est conforme aux
exigences du programme et que tous les critères exigés du protocole soient rencontrés :
l’échantillonnage, dans ce cas n’est pas toléré. Lors de l’enregistrement du projet dans le registre du
programme, l’autorité du programme procède à une revue de la documentation relative au projet. Mais
cette étape ne fait pas fois d’une validation. Le promoteur dépose une déclaration dans lequel il
certifie répondre à toutes les exigences du programme et du protocole choisi. La loi précise
exactement les mots à inclure dans cette déclaration. L’enregistrement du projet doit avoir lieu avant
26
la soumisssion du prem
mier rapport de
d projet. (A
ARB, 2014a) D
Donc, il n’y a pas de rap
pport de valid
dation
applicable
e à l’enregistrement.
Figure 1-5
Cycle d'un projet pour WCI-Californie
W
Également, le progra
amme autorise une déro
ogation de la vérificatio
on annuelle pour les p
projets
impliquan
nt moins de 25
2 000 T de réduction d’’émissions de
e CO2eq. : la vérification peut se fairre aux
deux ans. (ibid)
Ainsi, quo
oique la première vérific
cation ne soit pas obligaatoire la pre
emière année
e, il est tou
utefois
recomman
ndé de faire la première vérification
v
le
e plus rapide
ement possiblle puisque cette dernière inclut
la validation permetta
ant de détec
cter des erreurs et les co
orriger évitan
nt ainsi la pe
erte éventuelle de
crédits co
ompensatoiress.
Chaque protocole spéc
cifie la régio
on admissible
e aux crédits.. Chaque pro
ojet doit soum
mettre un pllan de
mitigation
n pour pallierr à tout poten
ntiel impact social ou envvironnementa
al négatif dém
montrant ainsi que
toutes less exigences lo
ocales et régio
onales ont étté adressées.
27
Accréditations requises et balises
Pour obtenir le statut d’organisme accrédité ARB, essentiel pour vérifier des projets admissibles à ce
programme et ainsi être sur la liste des organismes accrédités ARB, un organisme doit présenter une
demande d’application démontrant qu’il a à son emploi, au moins 2 vérificateurs qualifiés de chef
vérificateur accrédité par ARB et au moins 5 employés cadres dans son organisation. De plus, il se doit
d’avoir pour chaque vérification, une personne qualifiée de chef auditeur qui est chargé de la revue du
rapport de vérification émis par l’équipe de vérification dont il n’aura pas fait partie. Ce dernier revoit
le rapport de vérification et en authentifie la mécanique. L’organisme doit également démontrer qu’il a
des politiques et procédures encadrant les compétences de ses vérificateurs, incluant une qualification
et un programme de formation continue auprès de ARB qui offre des séminaires de formation
annuellement. (ARB, 2014b) Les exigences d’accréditation sont similaires aux exigences d’ISO 14065.
Pour l’agrément d’un vérificateur, le demandeur doit fournir à l’exécutif du programme, les évidences
suivantes : soit un diplôme universitaire en sciences, ingénierie, administration, statistiques, études
environnementales, économie ou audit financière ou pouvoir démontrer une expérience de travail liée à
la communication et aux compétences techniques et analytiques requises lors de vérification. De plus,
on exige 2 années d’expérience en gestion environnementale ou en audit. Ces prérequis sont essentiels
à l’inscription du programme de formation de 5 jours se terminant par un examen final où la note de
passage est de 70 %. Un seul examen de reprise est autorisé. Pour une spécialisation dans un secteur
d’activité, le candidat doit présenter ses expériences de travail dans ce domaine.
Une fois approuvé par l’exécutif, l’organisme, le vérificateur ou le « chef vérificateur » a son
accréditation pour une période de 3 ans. Un organisme accrédité peut se prévaloir des services d’un
sous-traitant à condition que ce dernier soit également accrédité par le programme et ne pas être
utilisé pour combler les requis de 5 cadres ou 2 chefs vérificateurs ni pour exécuter la tâche du
independent reviewer.
Seuls les organismes accrédités ARB et les vérificateurs certifiés ARB peuvent offrir des services de
vérification pour réduction de GES. Ces listes de ceux-ci sont disponibles en ligne. En avril 2014, ARB
compte 33 organismes accrédités et 257 vérificateurs certifiés. (ARB, 2014c)
Quant aux registraires, ils ont aussi l’obligation, par la règlementation de la Californie, d’auditer 10 %
des vérifications soumises à leur registre. Ceci s’ajoute aux audits annuels que le programme s’oblige à
réaliser parmi 14 % des projets de réduction. Les registraires doivent aussi rendre compte annuellement
d’un sommaire des activités reliées au programme ARB. Ils seront également visités afin d’évaluer la
qualité de leurs services de vérification par le programme. (ARB, 2014d)
ARB s’oblige aussi à auditer ses organismes accrédités et ses registraires. (ibid)
28
Manuels, outils et guides développés
Sur le site Internet, un guide technique muni de listes de contrôle est offert aux vérificateurs. On y
retrouve tous les éléments du contenu des rapports de la première vérification et des subséquentes
ainsi que les détails liés aux contenus des rencontres et l’élaboration des plans d’échantillonnage, la
revue technique et la déclaration de vérification. (ARB, 2014e) De plus, ce guide produit des
recommandations pour le promoteur à la rédaction du contrat avec le vérificateur. Il recommande
d’ailleurs que le rapport de réduction fasse partie de l’appel d’offres pour la sélection de fournisseurs.
Ce guide adresse également les éléments que le vérificateur doit prendre en compte dans son contrat
avec le promoteur ainsi que des exemples exhaustifs de potentiels conflits d’intérêts entre le
promoteur et son vérificateur. Une série de formulaires sont disponibles sur le site Internet du
programme pour faciliter l’exécution des demandes.
1.4
Systèmes GES règlementaires canadiens
N’ayant pas choisi de mettre en place un SPEDE, l’Alberta, la CB ont tout de même voulu règlementer
leur programme de réduction de GES. Cette section présente leur application.
1.4.1
Alberta-Based GHG Reduction Program
C’est en 2007 que l’Alberta devient la première province canadienne à mettre en place une loi pour
régulariser les émissions de GHG appelée Specified Gas Emitters Regulation (SGER). Cette loi exige des
établissements existants en 2000 et qui émettent plus de 100 000 T de CO2eq. annuellement, de réduire
l’intensité de leurs émissions de 12 % selon une référence établie entre 2003 et 2005. Ce programme se
distingue d’un système de plafonnement puisqu’il évalue un facteur d’efficacité calculé par le ratio
entre la quantité totale d’émissions et la quantité totale d’unités de production. Ainsi, ce type de
programme accepte donc une augmentation des émissions de GES s’il y a augmentation proportionnelle
du niveau de production. Les nouveaux établissements, mis en place après 2000, doivent démontrer une
amélioration minimale de 2 % par année pendant 6 années consécutives totalisant ainsi 12 %
d’amélioration de leur intensité d’émissions de GES. Les exploitations qui ne choisissent pas
d’améliorer leur efficacité ont trois options : 1 — offrir des crédits compensatoires enregistrés achetés
au bureau d’enregistrement des crédits compensatoires de l’Alberta (Alberta Emissions Offset
Registry), 2- appliquer des crédits appelés Emission Performance Credits (EPC) générés antérieurement
par un surpassement de ses propres objectifs de réduction ou par celui d’autres établissements ou 3Acheter des crédits du fonds Climate Change and Emissions Management Fund à 15 $/tonne de CO2eq..
(AERSD, 2014a)
Les étapes d'un projet
Comme dans plusieurs autres programmes, les projets compensatoires doivent démontrer que les
émissions réduites sont additionnelles, réelles, quantifiables et vérifiables selon des protocoles
29
approuvés par le gouvernement de l’Alberta. La figure 1-6 présente un schéma du cycle du projet de
crédits compensatoires. Mais d’abord, il est important de préciser qu’ISO 14064-2 : Spécifications et
directives, au niveau du projet, pour la quantification, le contrôle et la déclaration des réductions
d'émissions ou d'accroissements de suppressions des GES est la plateforme retenue par ce
gouvernement pour développer et mettre en place un projet dans ce programme. Quant aux critères
d’admission au programme Alberta Offsets System (AOS), on retrouve entre autres que l’obligation
d’être réalisé en Alberta, d’être additionnel, d’être mis en place et d’avoir des résultats depuis le 1er
janvier 2002. En plus, le plan de projet doit démontrer clairement la propriété du projet et éviter le
dédoublement. Chaque projet doit utiliser un protocole parmi une trentaine de protocoles de
quantification approuvés par le gouvernement d’Alberta délégué à son ministère Alberta Environment
and Sustainable Resource Development (AESRD). De plus, les émissions du projet doivent être vérifiés
par une personne qualifiée répondant aux requis d’auditeur agréé en plus d’être inscrits au registre de
CSA appelé Alberta Emission Offset Registry, mais ce depuis le 2 septembre 2014 seulement.
Auparavant, un comptable agréé par un ordre professionnel ou un ingénieur faisant partie d’un ordre se
qualifiaient.
D’abord, le chargé de projet doit autoévaluer sa déclaration relative aux GES par rapport aux critères
d’admissibilité du programme AOS. Après quoi, il doit procéder à la rédaction d’un plan de projet
détaillé. Un modèle est offert et fortement recommandé d’être utilisé par AOS. Le promoteur doit
démontrer que son projet satisfait les critères d’admissibilité du SGER et du/des protocoles de
quantification appropriés. Il prépare aussi un plan de surveillance du projet. Une fois rédigés, les plans
de projet et de surveillance sont soumis au bureau d’enregistrement au cours de la même année fiscale
où le projet fait des demandes de crédits. Il est à noter ici que le processus de validation est optionnel
dans le cadre de l’AOS. Le promoteur a l’entière responsabilité de répondre de l’évaluation de sa
déclaration.
Ensuite, le développeur fait la surveillance de ses réductions d’émissions de GES et produit un rapport
de projet annuellement. Ce rapport compare le plan de projet et sa réalisation en prenant soin de bien
justifier tous les éléments différents du plan original. Le vérificateur fait son mandat de vérification et
produit son rapport de vérification certifiant ainsi les réductions déclarées.
Ces déclarations ainsi que celle déclarant la quantité de réduction d’émission à enregistrer par le
promoteur, accompagnées du rapport du projet sont soumises au bureau d’enregistrement. Ce dernier
procède à une vérification documentaire et demande des amendements au besoin; après quoi, une
facture est envoyée au promoteur pour paiement de l’enregistrement. Une fois le montant reçu, le
bureau émet une série de numéros uniques pour chaque année assujettie.
30
Figure 1-6
Cycle d'un projet pour l'A
Alberta (tirée de : AESRD, 20013a, p. 13)
Spécificités de la valid
dation
Quant au processus de
e validation, il est important de spéccifier que l’A
Alberta ne l’e
exige pas quo
oiqu’il
mentionne
e qu’il s’agissse d’une éta
ape optionnellle. Le prograamme a choiisi de miser sur un programme
d’audits des
d projets pour
p
valider la conformité aux exigen
nces. De pluss, ces auditss permettentt aussi
d’évaluer la performa
ance du programme et ainsi gérer sson améliora
ation continu
ue. Annuellement,
l’AESRD audite environ
n 15 % des cré
édits soumis par les promo
oteurs ou les établissements aux critères de
SGER. (AE
ERSD, 2014a) L’AESRD infforme les audités dès la demande d’e
enregistrement de créditss, s’ils
sont sujetts à un audit gouvernemen
ntal. Le minisstère fait dess ententes contractuelles avec des aud
diteurs
externes répondant
r
au
ux mêmes req
quis que le vé
érificateur, se
e basant eux aussi sur la n
norme ISO 140
064-3.
Les critère
es d’audit sont établis enttre l’AESRD et
e l’auditeur. Le plan d’au
udit est soumiis à l’AESRD e
et une
31
copie est remise aux audités. Les auditeurs coordonnent directement des détails de l’audit avec les
audités impliquant entre autres, une visite de site obligatoire. À la fin d’un audit, les auditeurs
élaborent un résumé de leurs résultats à l’audité, mais le rapport d’audit final est remis directement à
l’AERDS par l’auditeur. Si aucun suivi n’est nécessaire, l’audité reçoit un avis écrit confirmant
l’émission des crédits compensatoires. Toutefois, si des non-conformités sont détectées, l’AESRD
s’entend directement avec le promoteur ou le responsable de l’établissement pour convenir des actions
correctives à mettre en place. Cependant, lorsqu’un audit supplémentaire est nécessaire, le promoteur
doit défrayer les frais relatifs à tous autres audits. Advenant le cas où la non-conformité implique le
rapport de vérification, tous les blâmes sont réservés au promoteur. Pour diminuer le risque de nonconformités d’un audit potentiel, le promoteur peut avoir recours à une validation par une tierce
partie.
Accréditations requises et balises
Les projets enregistrés sont vérifiés par un comptable agréé ou un ingénieur professionnel ayant les
compétences techniques liées au secteur d’activité du projet. Il n’y a donc pas de mécanisme
d’accréditation de tierce partie dans ce programme. Le programme précise qu’il s’agit ici d’un individu
et non d’un organisme. (ibid) Le vérificateur émet une déclaration signée de vérification, une
déclaration signée de qualification et une déclaration d’absence de conflit d’intérêts. Par contre, le
programme précise que le vérificateur doit utiliser la norme ISO 14064-3 pour exécuter sa vérification.
De plus, depuis janvier 2012, le niveau d’assurance requis par le SGER est passé de limité à raisonnable.
Manuels, outils et guides développés
Le gouvernement de l’Alberta a produit un guide appelé Technical Guidance for Offset Project
Developers, partie intégrante de la SGER à l’intention des promoteurs de projet afin de bien encadrer
les exigences du programme et ainsi faciliter l’émergence de projets. On y propose différents
formulaires et listes pour accompagner le chargé de projet dans la rédaction de son rapport de plan de
projet et de sa déclaration. Entre autres, on retrouve un manuel d’instructions pour le plan de projet
où tous les contenus des sections du rapport sont minutieusement décrits ainsi que les liens à des
formulaires précis. On propose également un gabarit pour faciliter la rédaction du rapport. Le guide est
tout aussi généreux concernant l’aide apporté pour la rédaction du rapport des déclarations des
réductions.
Dans la section expliquant le processus de vérification, un modèle d’un rapport de vérification standard
fait état de toutes ses composantes. De plus, trois gabarits sont offerts pour formater le rapport de
vérification, la déclaration de vérification et de quantification.
De plus, un guide spécifiquement à la vérification a également été développé en janvier 2013. On le
nomme Technical Guidance for Greenhouse Gas Verification at Reasonable Level Assurance. Il compte
plus de 96 pages détaillant chaque élément de la vérification. La première section du guide présente
32
les différe
ences entre l’ancien
l
niveau d’assurance exigé par le programm
me, le niveau
u limité, au n
niveau
acceptablle applicable
e à la vérific
cation depuiss janvier 20014. On y re
etrouve aussii les compéttences
attenduess du vérificate
eur : on l’enc
courage à basser son plan d
de vérificatio
on sur les risq
ques potentie
els. Au
tableau 1-4, on montrre un exemple de table d’évaluation
d
qualitative d
de risques de
e certains faccteurs
tels les prrojets auprès d’établissem
ments produisa
ant l’électriccité.
Tableau 1--4 Tableau po
our le contrôle
e des risques (tiré de : AESR
RD, 2013d, p. 27)
Il est à noter que le SGER expire en décembrre 2014. (SGEER, 2014) Le
e prochain prrogramme se
era-t-il
garant de
e ce que l’A
Alberta a app
pris de son système?
s
En effet, l’Albe
erta est enccore le plus grand
contribute
eur des émisssions de GES au Canada représentant
r
plus de 35 % des émissio
ons canadienn
nes en
2011, et démontrant
d
une
u nette aug
gmentation de
e 2010 à 201 1. (Canada, 22013) La figure 1-7 compa
are les
performan
nces des émisssions de GESS de 2010 et 2011
2
des provvinces canadiennes par rap
pport à 1990..
33
Figure 1-7
Émissions par
p province en
e 1990, 2010 et 2011 (tiré
ée de : Canada , 2013, p. 30)
L’Alberta a délogé l’Ontario de son
n statut du plus gros éme
etteur en 20005. Depuis, ellle maintient cette
même possition, en enrregistrant un nouveau rec
cord de 249 M
Mt de CO2eq. en 2012. La
a figure 1-8 illlustre
l’augmenttation des ém
missions alberrtaines de 47
7 % en 2012 d
depuis 1990, principaleme
ent en raison de sa
production pétrolière accrue.
a
Ses émissions
é
rep
présentent plu
us du tiers de
es émissions canadiennes à elle
seule aujo
ourd'hui. (Env
vironnement Canada,
C
2014
4)
Figure 1-8
Émissions par
p province en
e 1990, 2005 et 2012 (tiré
ée de : Canada , 2014, p. 5)
34
1.4.2
British Columbia Emission offset Regulation (BCEOR)
C’est en novembre 2007 que le gouvernement de la Colombie-Britannique(CB) légifère sur
l’établissement de cibles de réduction des GES. En effet, ce gouvernement est des plus ambitieux pour
l’époque en s’imposant des objectifs provinciaux de réductions d’émissions de GES par rapport à 2007
comme année de référence : 6 % pour 2012, 18 % pour 2016, 33 % pour 2020 et 80 % pour 2050. Par
contre, la portée de son règlement ne touche pas les grands émetteurs de la province. Aucun système
de plafonnement et d’échange n'a encore été mis en place malgré sa participation à WCI depuis 2007.
Le gouvernement a fait le choix de prêcher par l’exemple en se donnant des obligations. En effet, la CB
est le premier gouvernement au monde qui s’impose la carboneutralité. (CB, 2012)
Dès 2008, le
gouvernement s’est engagé à compenser les émissions dues aux voyages de ses représentants. Mais
depuis 2010, il a imposé cette exigence à tout le secteur public tel que décrété dans le Council Order
No. 904 : Carbon Neutral Gouvernment Regulation : les ministères, les écoles, les universités, les
hôpitaux et ses organismes comme BC Hydro. Ainsi, le gouvernement estime avoir investi plus de 18,2
millions de dollars dans le secteur privé en achetant des crédits compensatoires à 25 $/tonne de CO2eq.
auprès de l’entreprise de la couronne, la Pacific Carbon Trust (PCT). (ibid) Cette organisation a pris
soin de rendre crédibles, tous les projets de compensation en place en CB en les obligeant, entre
autres, de faire valider et vérifier toutes leurs réductions par des agents indépendants, distincts et
accrédités. En novembre 2013, cette entreprise a cependant été dissoute pour être annexée au
gouvernement provincial avec des économies prévues de plus de 5,6 millions de dollar en 2015, en
réduisant de 18 à 5 le personnel nécessaire à son administration et à ses opérations. (CB, 2013) Depuis
janvier 2014, le ministre de l’Environnement de CB a assigné au nouveau Climate Investment Branch
administré par le Secrétariat du ministère soit le Climate Change de s’occuper de son programme. Par
son programme légal de crédits compensatoires nommé Emission offsets regulation, le gouvernement
évalue que chaque million investi dans la réduction des émissions de GES rapporte entre 10 et 15
emplois en CB. (ibid)
Les étapes d'un projet
L’ancien processus pour générer des crédits de réduction d’émissions de GES de CB est schématisé dans
la figure 1-9, le nouveau programme n’étant toujours pas accessible depuis la dissolution du PCT en
novembre 2013, pourtant, la loi BC Emission Offsets Regulation est toujours en vigueur.
Le promoteur d’un projet en CB désireux de vendre des réductions doit préparer un plan de projet.
Dans celui-ci, il doit clairement définir les objectifs de son projet, démontrer comment le projet réalise
de réelles réductions et de rassurer à l’effet que les réductions vérifiables de GES soient quantifiables.
Par conséquent, il est invité à utiliser un formulaire type dans lequel toutes les exigences
réglementaires y sont adressées. Il doit aussi justifier la sélection du choix des protocoles à utiliser,
laquelle doit être confirmée par un validateur accrédité lors de l’audit de validation. On invite à
35
utiliser un
n protocole développé parr la PCT ou un
n protocole re
econnu (ex. : MDP) : une liste de proto
ocoles
de quantiification est offerte sur leur site. De
D plus, le plan de projjet doit pro
oposer un pla
an de
surveillance ainsi qu’u
un système d’assurance qualité et de contrôle de qualité appliqué aux prisses de
mesures.
Figure 1-9
Cycle d'un projet en Colo
ombie Britannique
Dans le contexte d’offrir des créd
dits crédibles, la loi préciise la nécesssité de faire valider le pllan de
projet par un organism
me accrédité
é. En plus d’’examiner la sélection du
u protocole, le validateur doit
authentifiier la justific
cation et la conformité du protocole
e à la loi, d
d’autant plus important si un
protocole a été ajusté
é. Le validate
eur évalue ég
galement les calculs planiifiés de la qu
uantification,, et la
propositio
on du plan de
d surveillance. Une foiss l’évaluation
n du validatteur admet d
déclarer le p
projet
conforme, il doit émettre ensuite
e un avis po
ositif d’assurrance offrantt ainsi un n
niveau d’assu
urance
raisonnable pour rendrre le projet admissible.
Le validatteur doit éga
alement présenter une le
ettre certifian
nt sa qualificcation et son
n indépendan
nce au
projet. Un
ne fois validé
é, le projet peut débuter et le prom
moteur rédige
e un rapport de projet, le
equel,
pour la pé
ériode prescrrite dans le plan de projett, présente le
es réductionss engendrées par l’implantation
36
du projet. Ainsi, le rapport de projet rassemble les évidences de la planification adéquate du projet
ainsi que sa validation en plus d’un avis positif d’assurance impliquant un niveau d’assurance
raisonnable des réductions vérifiées par un organisme de vérification accrédité. De plus, il doit
présenter une déclaration de son indépendance de la validation et du projet. Une fois tous ces
documents rassemblés, le chargé de projet peut offrir ses crédits compensatoires à PCT, laquelle
détermine les modalités de l’entente contractuelle après sa révision du rapport de projet validant ainsi
la qualification du vérificateur et son impartialité au projet. Les titres de crédit sont ensuite transférés
du promoteur au PCT qui effectue alors le paiement au chargé de projet, et assigne un numéro
d’identification des crédits pour ainsi en assurer la traçabilité et éviter le dédoublage. Tous les
documents et l’identification relatifs au projet sont ensuite enregistrés à un bureau privé
d’enregistrement Markit sous l’appellation de Pacific Carbon Units (PCU)
Spécificités de la validation
Avant juillet 2010, les organismes accrédités et reconnus de validation et de vérification étaient
composés d’un auditeur et d’un professionnel qualifié. Mais depuis décembre 2010, le règlement a été
amendé par le ministère de l’Environnement, pour introduire des contraintes plus sévères pour ces
organismes en exigeant une accréditation ISO 14065. De plus, le même organisme ne peut faire la
vérification si elle a fourni des services de validation au promoteur du projet.
Le PCT exige, pour être admissible, que le projet reçoive un avis positif affirmant un niveau
d’assurance raisonnable. Son guide PCT What-to-expect-during-the-validation-process explique qu’un
avis qualifié émis par l’organisme de validation peut être accepté par le ministère de l’environnement.
Ce type d’avis signifie que certains aspects du plan de projet ou de la déclaration ne sont pas
conformes aux critères de la validation ou qu’il y manque des informations.
Accréditations requises et balises
Le PCT offre un document, sur son site Internet, détaillant tous les requis liés à la validation et la
vérification Validation & Verification Requirements for Carbon Emissions Reductions Projects in BC
ainsi que la liste des organismes accrédités. Ainsi, pour faire partie de cette liste, un organisme doit
être certifié ISO 14065 par un membre d’IAF, donc par ANSI ou CCN, selon le secteur d’activité du
projet.
Quoique le PCT utilise les services d’organismes accrédités pour ses propres besoins, la liste des
organismes certifiés sur le site du programme ne fait pas l’objet d’une sélection par PCT : on y rapporte
les organismes accrédités publiés les organismes accréditeurs d’ANSI et du CNN.
Manuels, outils et guides développés
Le PCT a publié en décembre 2012, un guide à l’intention du promoteur : What to expect during the
validation process, a practical guide for project proponents. On y précise les rôles et responsabilités
37
respectifss du promoteu
ur et du valid
dateur. Le gu
uide présente
e une descrip
ption du proce
essus de valid
dation
en 3 étape
es : la prévallidation, la va
alidation et la
a postvalidattion. La figure
e 1-10 présen
nte chacune d
de ces
phases.
Figure 1-10 Les trois étapes de la va
alidation pour PCT (tirée de:: PCT, 2012, p.. 8)
Le promotteur est invitté ici à se fam
miliariser au contenu du ccontrat avec son validate
eur, qui peut valoir
entre 8 00
00 $ et 30 00
00 $, parfois plus
p
pour les plus complex
exes. (PCT, 20012). On y prrécise ainsi q
qu’à la
discrétion
n du validateu
ur, une visite
e de site peutt durer de 1 à 12 jours dé
épendamment de la comp
plexité
du projett; elle nécesssite toute la coopération du prom
moteur pour rendre acce
essibles toute
es les
informatio
ons requises du
d validateurr et ainsi miniimiser les coû
ûts relatifs à la validation. Le promote
eur est
e toutes les évidences ett à se
ainsi ame
ené à détaille
er minutieuse
ement son prrojet, à rend
dre disponible
rendre trè
ès disponible
e lui ainsi que
e tout son pe
ersonnel, aup
près de son vvalidateur affin de diminu
uer au
maximum ses frais. (ib
bid)
Également, on y explique que le validateur,
v
ayyant identifié
é des problém
matiques, appelées déficiiences
ou non-co
onformités, ne peut propo
oser des actio
ons correctivves au plan de projet; sin
non il ne s’aggit pas
d’une éva
aluation du plan pour un
ne tierce pa
artie indépen
ndante puisqu
u’il serait allors à évalue
er ses
38
propres mesures, annulant ainsi tout le concept d’indépendance au projet. Ainsi, le promoteur doit le
plus rapidement possible, peut-être en faisant appel à un consultant externe, trouver des solutions
correctives pendant la validation, avant le dépôt du rapport de validation.
Enfin, sur le site du PCT, on trouve deux gabarits pour la validation : sois un pour la déclaration
d’indépendance et le second pour la déclaration de qualification du validateur. Également, une liste de
vérification à l’intention des promoteurs pour garantir l’exhaustivité du projet peut être utilisée par le
validateur. L’annexe 1 présente cette liste de contrôle telle qu’on la retrouve sur le site du PCT.
1.5
Programmes volontaires
C’est avec une ferme volonté de lutter contre les changements climatiques que les programmes
volontaires ont vu le jour. En effet, fervents de l’importance de réduire les émissions de GES, certains
ont vu l’importance d’offrir un programme permettant d’encourager et de reconnaitre les efforts
entrepris pour diminuer les émissions de GES. Ainsi, sans qu’un règlement les force à réagir, certaines
organisations ont voulu « verdir » leur image. Mais que ce soit pour des raisons stratégiques ou
simplement pour se donner bonne conscience, ces programmes volontaires permettent à des
organisations ou individus de contribuer à la réduction des GES.
1.5.1
American Carbon Registry (ACR)
Le GHG Registry a été créé en 1997 comme étant le premier bureau d’enregistrement privé, sans but
lucratif et volontaire reconnu. (CORE, 2011) Ce n’est qu’en 2008, qu’il est renommé ACR. En 2009, il
publie ses Technical Standards (TS) y précisant ainsi ses exigences d’admissibilité pour enregistrer des
projets de compensation. The ACR Standard v3.0 publiée en février 2014 détaille le programme en
précisant, entre autres, les conditions d’admissibilité d’un projet de compensation. Ce programme
compte plus de 24 protocoles développés lui-même en plus d’accepter la plupart des protocoles offerts
par le MDP.
Les étapes d'un projet
On retrouve, dans la figure 1-11, le processus d’émission de crédits compensatoire pour l’ACR.
Mais d’abord, il est important de préciser que ce programme a transigé plus de 37 M T de crédits
compensatoires qu’il nomme Emission Reduction Ton (ERT) comptant 105 projets enregistrés. (ACR,
2014a)
Comme première étape, le promoteur doit présenter son plan de projet à l’ACR. De ce fait, l’ACR
parcourt le plan de projet pour assurer que toutes les exigences du programme et du secteur touché
soient adressées par le promoteur. Une fois authentifié, le plan de projet est certifié par l’ACR. Mais
cette certification n’est qu’administrative puisqu’elle ne fait qu’admettre que le plan de projet semble
répondre à toutes les exigences du programme et que si le promoteur exécute son plan et fait vérifier
39
ses réducttions, tout po
orte à croire qu’il peut esspérer voir l’é
émission de E
ERT. Ordinairrement, à parrtir de
cette étape, le porteu
ur de projet prend enten
nte avec une
e entité apprrouvée par le
e programme
e pour
procéder à la validatio
on et la vériffication par un
u tiers indép
pendant du p
projet et du p
programme. L’ACR
permet, dans
d
son pro
ogramme, qu
ue la validattion et la prremière vérification des réductions soient
combinées dans un mê
ême rapport et
e par conséq
quent, la mêm
me entité.
Figure 1-11 Cycle d'un projet pour ACR
A
Ainsi, le rapport
r
de prrojet, comporrtant les rapp
ports de valid
dation et de vvérification, est ensuite ssoumis
à l’ACR po
our l’accepta
ation des rédu
uctions : ainsi, cette étap
pe amène l’en
nregistrementt officiel du p
projet
et l’émisssion des crédits de réduction, soit les ERT.
E
Quoique la vérification
n soit obligato
oire à chaque
e émission de
e crédits, le vvérificateur est tenu de fa
aire un
audit com
mplet, impliq
quant une visite
v
de sitte, à la pre
emière anné
ée et à toutes les 5 a
années
minimalem
ment, à moins d’indicatiions contraires de la parrt de l’autorrité du programme. Auta
ant le
premier rapport
r
de vé
érification qu
ue celui des vérificationss subséquenttes doivent d
déclarer un n
niveau
d’assuranc
ce raisonnablle.
40
Spécificités de la validation
Le rapport de validation n’est pas exigé à l’enregistrement du projet. En effet, lors de la vérification du
premier rapport de projet, le vérificateur peut produire les rapports de validation et de vérification
combinés. Les deux rapports peuvent aussi avoir été rédigés par différents organismes. Ainsi, la
validation et la première vérification peuvent être faites par le même organisme ou non, au choix du
promoteur. Les requis de ce processus est bâti sur les fondements d’ISO 14064-3. Il est important de
noter que le programme se laisse aussi la flexibilité à préciser d’autres requis de validation
spécifiquement par protocole, au besoin.
De plus, spécialement dans ce programme, le processus de validation doit s’assurer qu’il y a un plan de
mitigation adressant tout impact potentiel négatif d’ordre social ou environnemental du projet basé sur
une analyse de risque fiable. Le programme soutient que l’impact total du projet soit positif. Ainsi le
validateur et les vérificateurs sont invités à confirmer que le promoteur a bien évalué les impacts
communautaires et environnementaux potentiels de son projet et que le plan de mitigation adresse
tous les impacts négatifs potentiels.
Accréditations requises et balises
Le programme définit un organisme de validation et de vérification (Validation/Verification Body – VVB)
toute personne ou groupe de personnes ou organisme compétentes et indépendantes qui exécutent le
processus de validation ou de vérification pour un projet de crédits compensatoires. (ARC, 2014b) Le
programme exige l’approbation des VVB par le ACR. Pour obtenir cette approbation, une personne ou
un organisme doit, entre autre, être accrédité par ANSI ISO 14065 ou être un DOE sous le MDP ou un AIE
sous le AC. Par contre, le programme précise qu’un validateur accrédité par ANSI peut faire des
vérifications et vice-versa, reconnaissant ainsi les compétences équivalentes des deux fonctions. (ibid).
Ainsi, une demande d’approbation à l’ACR exige de compléter le formulaire Verifier application form
disponible sur le site Internet et de joindre un chèque de 2 000 $ ou de 500 $ s’il s’agit d’un ajout d’un
secteur d’activité. (ACR, 2014b). Après réception et revue de la demande par l’ACR, une entente est
ensuite signée entre les deux parties définissant les rôles et responsabilités du VVB, son secteur
d’expertise technique et une déclaration d’indépendance. Toutefois, pour chaque projet, le VVB doit
remettre une déclaration d’indépendance au projet validé ou vérifié. Seulement sept VVB figurent à la
liste des VVB approuvés à cette date affichés sur le site. (ibid)
Manuels, outils et guides développés
Un guide de 64 pages appelé The ACR Validation and verification Guideline décrit le contenu détaillé
du rapport de validation et de vérification. Il est disponible sur le site Internet du programme. Il définit
également tous les éléments essentiels du processus de validation : les bornes du projet, le scénario de
référence, les critères d’additionnalité, la méthode de quantification ainsi que les éléments
administratifs tels la date de mise en place du projet et de la période de validité. On peut y retrouver
41
également ce que doit inclure le rapport de validation dans le cas où celui-ci ne serait pas remis au
même moment que le premier rapport de vérification des réductions. Il est important de noter que des
formulaires spécifiques, disponibles sur leur site Internet, sont exigés pour les promoteurs et les
validateurs/vérificateurs pour communiquer avec l’ACR. (ARC, 2012)
1.5.2
Chicago Climate Exchange (CCX)
C’est en 2003 que le programme Chicago Climate Exchange (CCX) a vu le jour et est ainsi devenu le
pionnier à implanter un système de plafonnement et d’échange de droits d’émissions volontaire en
Amérique du Nord. Mais le mécanisme fondé par Al Gore et Richard L. Sandor s’est vu mourir en 2010
après que la valeur de son crédit appelé Carbon Financial Instrument (CFIs) est tombée à 5 cents
pendant plus d’un an (CCX, 2011a).
Malgré son critère volontaire, ses règles de fonctionnement
règlementaient ses membres dans le but de se familiariser avec le concept de plafonnement et
d’échange, en préparation à une éventuelle règlementation aux États-Unis : une fois une entité inscrite
au programme, elle se fixait des objectifs de réduction et elle en était légalement contrainte. Ainsi, ce
membre devait soit diminuer ses émissions, soit échanger avec un autre membre ayant dépassé ses
objectifs ou acheter des crédits compensatoires. Le programme limitait toutefois à 50 % l’utilisation de
ces crédits pour rencontrer ses réductions. Mais en 2011, le CCX a lancé le programme Chicago Climate
Exchange Offsets Registry Program (CCXORP) pour continuer l’enregistrement des émissions vérifiées.
Les étapes d'un projet
C’est sur le site Internet de InterContinentalExchange qu’on retrouve maintenant toutes les
composantes du programme CCXORP permettant ainsi, une fois un projet de réduction enregistré, des
transactions gré à gré puissent prendre place, puisque le programme de plafonnement et d’échange de
droits d’émissions du CCX n’est plus.
Les projets admissibles à des crédits peuvent avoir lieu n’importe où au monde sauf en Europe, si le
promoteur est un membre du mécanisme d’échanges de droits de l’European Union Greenhouse Gas
Emission Trading System (EU-ETS).
La CCX définit son unité de crédit CFI équivalant à 100 T métriques de CO2eq., la distinguant ainsi des
autres programmes qui traduisent communément leurs unités à 1 tonne métrique.
La figure 1-12 présente une forme schématisée du programme de compensation du CCX. D’abord,
l’instigateur du projet prépare un document appelé Project Implementation Document (PID) pour
présenter l’état de son projet et entre autres, formule une justification du protocole à utiliser.
Indépendamment qu’il choisisse un protocole proposé par le CCX ou un autre, sa sélection fait toujours
l’objet d’une validation par un membre du CCX. Ensuite, une lettre d’approbation du projet est remise
au promoteur une fois que tous les éléments relatifs à l’admissibilité au programme sont authentifiés.
D’ailleurs le futur vérificateur doit se procurer une copie de cette lettre d’approbation directement au
42
bureau de
e CCX avant de
d procéder à la vérificattion du proje
et. Ainsi, la vvalidation est sous l’autorité de
l’administtration du pro
ogramme. Ap
près cette validation, le ch
hargé de projjet met en œ
œuvre son pro
ojet et
choisit son vérificateur de la liste de vérificate
eurs autoriséss pour le sectteur d’activitté du projet émise
par CCX. Le vérificate
eur, quant à lui,
l
doit obte
enir une auto
orisation du C
CCX après avvoir démontré
é qu’il
est compllètement imp
partial, absen
nt de tout conflit d’intérê
êts avec le prromoteur et le projet et fourni
la copie de
d la lettre d’approbation
d
n du projet. Quant
Q
à l’enrregistrementt du projet, il est normale
ement
fait après la vérificatio
on initiale du projet par l’initiateur du projet au bu
ureau d’enreggistrement du
u CCX.
Une fois le
l rapport de
e vérification accepté, c’e
est alors que
e le promoteur reçoit dan
ns son comptte, les
crédits CF
FIs émis par le
e CCX.
Figure 1-12 Cycle d'un projet pour CCX
C
Spécificités de la valid
dation
La validattion, dans le cadre de ce programme, n’est pas asssociée à la d
déclaration G
GES. Elle est plutôt
assignée seulement
s
au
ux respects du
u protocole. En effet, dan
ns le manuel de la vérificcation, on peu
ut lire
que si les projets ad
dhèrent expliicitement au
u protocole, la validation
n est faite p
par les cadrres du
programm
me.
Par conttre, on différrencie la prem
mière vérificaation (initial verification)) des subséqu
uentes
vérificatio
ons annuelless.
43
Ainsi, dans le rapport de la première vérification, le vérificateur doit confirmer l’admissibilité du projet
au programme et de la conformité du projet à son PID. Le projet sera audité conformément à ISO
14064-3:2006 et selon le protocole associé au secteur d’activité du projet ou celui approuvé à la
validation auprès du CCX.
Accréditations requises et balises
Le CCX exige que les vérifications soient exécutées par des qualified Approved Verifiers. Il accorde ce
titre à des organismes accrédités par ANSI à la norme ISO 14065 pour faire la vérification des critères
d’admissibilité et de quantification des réductions. Toutefois, les organismes déjà approuvés par le MDP
ou le CAR peuvent également présenter une demande pour faire partie des vérificateurs approuvés par
CCX. Toutefois, le programme publie une liste d’organismes accréditeurs ISO par pays témoignant de
son ouverture à accepter d’autres qualifications : on y retrouve le CCN pour le Canada. Aussi, il est
important de noter que le CCX n’accrédite pas d’individu dans sa liste de vérificateurs approuvés. Ainsi,
les organismes rencontrant les critères d’admission doivent présenter une demande à CCX pour faire
partie de la liste de vérificateurs approuvés. Cette liste compte à ce jour, plus de 50 organismes
répartis à travers le monde. Elle est disponible à partir du site. (CCX, s. d.)
Manuels, outils et guides développés
Le manuel de vérification stipule la référence à ISO 14064-3 et son Annexe A.2.9 Avis de validation et
de vérification comme étant obligatoire à fournir avec le rapport. (CCX, 2011b) Ce guide informe les
vérificateurs des étapes à suivre pour procéder aux vérifications. Un gabarit est offert aux promoteurs
pour la rédaction du rapport décrivant l’implantation du projet. Ce formulaire n’est toutefois pas
obligatoire; par contre, le gabarit pour l’avis de vérification est prescrit. On dénombre très peu d’outils
et de guides.
1.5.3
Climate Action Reserve (CAR)
L’ancêtre du CAR, le California Climate Action Registry (CCAR) a été lancé en 2001 comme étant un
programme volontaire issu de la législation californienne pour encourager la déclaration, la gestion et
la diminution des GES en Californie. Il est l’héritage de ce qu’est devenu le CAR en 2008, le programme
national volontaire de compensation carbone aux États-Unis. Il établit les protocoles pour quantifier et
vérifier les projets GES par des organismes de vérification. Il émet et trace les crédits de carbone
appelés Climate Reserve Tonnes (CRT) communément appelés « carrots ». (CORE, 2014) Plus de 1200
projets sont inscrits à leur registre dont 367 sont présentement actifs. (CAR, 2014a)
Il est important de noter ici que ces crédits ne sont pas reconnus pour les systèmes règlementés à moins
qu’ils ne soient spécifiquement nommés par une autorité gouvernementale comme étant admissibles.
Tel est le cas pour l’ARB, l’autorité californienne du système de plafonnement et d’échange de droits
44
d’émission qui reconnait CAR comme un registraire admissible pour convertir ses unités de crédits en
crédits ARB, membre de WCI et partenaire du Québec.
Les protocoles développés par CAR sont inspirés des normes ISO 14064 et de The World Resources
Institute/World Business Council for Sustainable Development (WRI/WBCSD), The GHG Protocol for
Project Accounting. Ses crédits peuvent être échangés sur le marché volontaire ou transférés en VCU.
De plus, étant maintenant admis registraire par ARB, ce programme est aussi en mesure d’émettre des
crédits en conformité avec ARB. (CAR, 2014b)
Les étapes d'un projet
La figure 1-13 présente la méthode choisie pour émettre des crédits compensatoires d’un projet.
En premier lieu, le porteur de projet doit ouvrir un compte avec le CAR. Chaque compte peut contenir
plus d’un projet, mais chaque projet suit le même processus. De plus, il est important de préciser
qu’un projet peut être enregistré indépendamment de sa date d’implantation : soit avant le début de
ses opérations ou après.
Ensuite, le promoteur soumet son plan de projet et enregistre son projet au registre du programme.
L’autorité du programme procède alors à une revue de documentation afin d’assurer que tous les
documents prescrits sont au dossier. Le promoteur doit ensuite sélectionner un vérificateur lequel doit
faire partie de la liste des organismes vérificateurs reconnus par le CAR. Une fois le vérificateur choisi,
il doit faire parvenir un avis d’offre de services au CAR pour approbation au moins 10 jours avant
d'amorcer la vérification. Une attestation émise par le CAR fait foi d’impartialité du vérificateur entre
le promoteur et le projet. Subséquemment, le vérificateur débute la vérification du rapport de projet.
Ainsi, le promoteur produit son rapport de projet, lequel est soumis au vérificateur. Une fois vérifié, le
rapport de projet est soumis au CAR par le promoteur accompagné du rapport de vérification : ils sont
évalués pour approbation. Après cette étape, l’émission des crédits compensatoires appelés CRT est
portée au compte du promoteur. Ainsi, le projet est enregistré officiellement qu’à la première
approbation de vérification.
45
Figure 1-13 Cycle d'un projet pour CAR
C
Spécificités de la valid
dation
La validattion n’est pa
as requise da
ans ce progra
amme. Le CA
AR justifie ce
ette décision
n par le nive
eau de
détails co
ontenus dans ses 15 protocoles. En efffet le program
mme estime avoir décrit très explicite
ement
tous ses requis
r
en mattière de critè
ères d’admisssibilité et de
e méthodologgies des calcu
uls dans chaccun de
ses protoc
coles justifia
ant ainsi l’ab
bsence de la validation de
e projet dan
ns son processsus d’approb
bation
d’émission
n de créditss. Dans son manuel, le programme précise que la détermin
nation ou no
on de
l’admissib
bilité du projjet est très simple et requiert que de très peu
u de jugeme
ent justifiantt ainsi
l’absence de cette dé
émarche. (CA
AR, 2011) Le
e programme ajoute égale
ement qu’il a laissé tomber la
validation
n puisqu’il n’e
exige pas de plan
p
de proje
et.
En revanc
che, tout co
omme en Alberta, lors de la premiière vérificattion, le vériificateur estt tenu
d’attesterr dans son ra
apport que le
e projet répo
ond aux critè res d’admissibilité selon les règles dé
éfinies
dans le protocole choisi, rappelant ainsi l’obje
ectif de la vaalidation. Le vérificateurr se doit d’êttre un
tiers indépendant du projet
p
et du promoteur;
p
l’autorité du p
programme ém
met lui-même au promote
eur un
avis autorrisant le vérifficateur à pro
océder à la vé
érification.
46
Accréditations requises et balises
Ce programme est partenaire avec ANSI pour l’accréditation des organismes autorisés. Il exige que
chaque organisme de vérification soit accrédité aux normes ISO 14065 : 2007 et ISO 14064-3 : 2006
adapté aux exigences spécifiques de CAR. Ainsi, seulement les organismes accrédités par ANSI sont
reconnus par le programme. En plus, le CAR exige que chaque équipe d’audit ait qu’au moins deux
vérificateurs-coordonnateurs agréés par CAR, de l’interne ou l’externe; ainsi, un de ceux-ci exerce le
rôle de coordonnateur de vérification et l’autre, le rôle de conseiller expert dédié à l’assurance qualité
du processus de vérification. Pour obtenir le titre de vérificateur-coordonnateur agréé, le candidat doit
réussir les examens du cours d’ordre général et d’un protocole spécifique administrés et donnés par le
CAR. Cette certification perdure 3 ans après quoi l’individu doit se présenter à un examen de rappel
pour conserver son agrément. Le programme offre ainsi, une série d’ateliers de formation pour
préparer ses candidats à l’examen ou tout simplement dans l’objectif de formation continue.
À ce jour, le CAR compte 10 organismes certifiés publiés sur son site Internet. Cette liste détaille les
individus agréés de l’organisme accrédité et leurs secteurs d’activité. Une seconde liste contient le nom
des vérificateurs agréés auprès de laquelle les organismes accrédités peuvent avoir recours par contrat.
Sept personnes figurent sur cette liste à cette date.
Manuels, outils et guides développés
Le programme CAR offre un manuel de vérification pour accompagner les organismes de vérification
dans une démarche indépendante et rigoureuse. Le manuel présente le processus de vérification, les
exigences liées à l’accréditation des organismes et à la formation des vérificateurs. La dernière version
date de décembre 2010. Dans la section de la validation, le manuel décrit clairement ce à quoi le
programme s’attend du vérificateur à la première vérification :
« D’abord, l’organisme assure que le projet est éligible aux règles spécifiques
d’éligibilité du protocole choisi et qu’il a été conçu, mesuré et surveillé selon le
protocole. Ainsi, le vérificateur évalue si le projet est conforme au protocole. Ensuite,
il revoit les informations fournies au CAR tel le plan de surveillance, le contrôle des
enregistrements et les méthodes de quantification afin de s’assurer que les réductions
de GES sont précises et calculées telles que le protocole le spécifie. » (CAR, 2014d)
Quoique le manuel fasse référence à une liste de vérification pour les activités nécessaires de la
démarche, seule la liste pour le protocole de projet d’afforestation a pu être trouvée. L’annexe 2 la
présente.
Dans une liste exhaustive de documentations, on spécifie à qui chacun des documents est utile. Ainsi,
on compte plus de 27 formulaires et manuels destinés au processus de vérification, certains identiques
reproduits pour chacun des secteurs d’activité.
47
1.5.4
Gold Standard (GS)
Le programme Gold Standard (GS) est un programme volontaire de projets de compensation carbone en
lien avec les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et la gestion des matières résiduelles. Ce
programme répond autant pour les mécanismes règlementaires que volontaires n’importe où au monde.
En effet, le GS vient de célébrer son dixième anniversaire en mars dernier. Issu de la World Wildlife
Fund (WWF), on estime qu’au-delà de 1 000 projets ont vu le jour depuis 2004, lesquels ont permis de
réduire plus de 27 M T de CO2eq. en plus d’apporter des bénéfices collatéraux pour le développement
durable. (GS, 2014a) À ces débuts, le programme s’est allié au
mécanisme de MDP, un marché
règlementaire; maintenant, on estime à 60 % la portion des crédits générés pour le marché volontaire.
Afin d’assurer sa survie financière, le GS a créé une fondation qu’il finance en réservant 2 % des crédits
vendus pour le MDP et 1,5 % des crédits de marché volontaire à même son fonds de roulement. (GS,
2014b) Cette mécanique semble avoir porté ses fruits puisque le GS est toujours en place. Ce
programme se caractérise par la rigueur de ses critères d’additionnalité (excluant la plantation
d’arbres) et par ses exigences de qualification de projets répondant aux critères de développement
durable contribuant ainsi à créer un impact positif des aspects économiques, environnementaux et
sociaux à la communauté locale accueillant le projet de compensation. Les projets sont implantés un
peu partout à travers le monde.
Les étapes d'un projet
Quant à son processus de certification de projet de compensation, il est similaire à celui du MDP en
ajoutant un contrôle : l’obligation d’un audit interne supplémentaire par GS assure que les réductions
sont réelles, mesurables, additionnelles et permanentes. De plus, ce programme oblige qu’il y ait
présentation des bénéfices liés au développement durable par le projet. Ainsi, les parties prenantes au
projet doivent être consultées dès la conception du projet et tout le long du cycle du projet. De ce fait,
en plus des réductions de GES, le promoteur doit démontrer par des faits vérifiables qu’il y aura eu des
bénéfices environnementaux et sociaux attribuables au projet.
La figure 1-14 schématise les étapes du processus de compensation carbone pour GS.
Spécificités de la validation
Il est important de préciser ici que les organismes de validation et de vérification, en plus d’être des
auditeurs indépendants accrédités par CCUNCC du MDP, doivent être distincts et indépendants sauf
pour les cas de projets à plus petite échelle (moins de 10 000 T). Dans ce cas, le même organisme peut
exécuter les deux mandats ou le chargé de projet peut plutôt confier ceux-ci aux services internes de
GS. Le programme GS procède également à des revues internes des rapports d’audits des organismes de
validation et de vérification. Ce contrôle doublé est leur façon d’assurer que les réductions sont
réelles, additionnelles et permanentes tout en s’assurant qu’elles évoluent dans un contexte de
développement durable, offrant ainsi des co-bénéfices économiques, environnementaux et sociaux.
48
Figure 1-14 Cycle d'un projet pour GS
G
Comme mentionné
m
précédemmentt, le program
mme GS a dé
éveloppé un processus de
e validation et de
vérificatio
on de projets compensatoires différentts pour les prrojets généra
ant un maximum de 10 000
0 T de
CO2eq. da
ans un même
e secteur d’a
activités app
pelé Micro-Sccale project. Ainsi, la va
alidation peutt être
assurée pa
ar le processu
us interne de
e validation du GS. Ce méccanisme impllique le paiem
ment d’un mo
ontant
forfaitaire
e de 5 000 USS$ pour les projets
p
de mo
oins de 5 0000 T ou 10 0000 $ si supérie
eurs à 5 000 T à la
fondation GS pour ex
xécuter la va
alidation. Un
n algorithme aléatoire dé
étermine s’ill y a ou non une
validation
n du plan de projet pour ainsi faire la
a démonstrattion du caracctère durable
e du projet e
et des
critères d’admissibilité
d
é du projet. Tous les frrais nécessairres pour l’exxécution de la validation
n sont
portés à la charge de la fondation. Il en est de même pour la vérificatio
on : un monta
ant forfaitaire
e de 2
500 US$ par
p année est porté aux frrais du promo
oteur et un allgorithme alé
éatoire détermine s’il y au
ura ou
non vérification par les auditeurs in
nternes du GSS. Ce mécani sme a été dé
éveloppé dans le but de ré
éduire
les frais administratifs pour les pluss petits proje
ets. (GS, 20122a)
Une autre
e particularité
é de ce progrramme, le validateur doit aussi avoir u
un compte ap
pprouvé, sans frais,
par le GS pour pouvoirr déposer le plan de valid
dation pour aapprobation p
par l’autorité
é du programme. Il
49
en est de même pour le vérificateur. De plus, la validation comporte l’évaluation du plan de
développement durable du projet, élément unique à ce programme.
Accréditations requises et balises
Les auditeurs autorisés à procéder à la validation doivent être accrédités par CCUNCC du MDP. Seule
cette accréditation est reconnue. De plus, le programme invite annuellement ses auditeurs, à des
séances d’information présentant les nouveautés relatives au programme. Tel fut le cas en décembre
dernier, où des précisions quant à la validation des critères de développement durable ont été
présentées, d’autant plus que cet élément n’est pas détaillé dans le MDP.
Manuels, outils et guides développés
Quoiqu’un nombre importants de guides et de formulaires aient été développés par le programme, ce
dernier encourage l’utilisation des multiples outils du CCUNCC. (GS, 2012b)
1.5.5
Verified Carbon Standard (VCS)
Fondé en 2005, un regroupement d’entreprises désireuses d’améliorer l’assurance qualité du marché
volontaire du carbone aux États-Unis, dont The Climate Group, International Emissions Trading
Association et The World Economic Forum, a mandaté un groupe d’experts pour rédiger les rudiments
de ce qu’est maintenant devenu le programme VCS appelé The VCS Standard. L’année suivante, la
World Business Council for Sustainable Development (WBCSD) s’est jointe à l’équipe formant ainsi le
comité directeur. C’est en 2009, à Washington DC que la VCS est devenue officiellement une ONG.
(VCS, 2014a) Après plusieurs années de développement constant de son programme, la VCS affirme
avoir enregistré plus de 1 000 projets en réduisant ainsi plus de 130 M T d’émissions de CO2eq. dans
l’atmosphère. (VCS, 2014b) Le programme s’applique déjà à 15 secteurs d’activités liés à l’énergie, le
transport et la gestion des matières résiduelles. Le programme est basé sur les normes ISO 14064-2 :
2006, ISO 14064-3 : 2006 et ISO 14065:2007 ainsi que des GHG protocoles for projects de WRI/ WBCSD.
L’organisation responsable du programme a confié le bureau d’enregistrement de ces crédits appelés
Verified Carbon Units (VCUs) auprès de APX ou Markit.
Les étapes d'un projet
Le processus d’émissions de VCUs, schématisé dans la figure 1-15, est disponible pour les projets
œuvrant parmi l’un des secteurs d’activités de son domaine, mais n’a aucune contrainte tant qu’à la
localisation du projet ni à la nationalité du promoteur.
50
Figure 1-15 Cycle d'un projet pour VCS
V
Spécificités de la valid
dation
Le validatteur a la resp
ponsabilité de
e s’assurer que le projet à valider estt bien inscrit auprès d’une
e liste
de projetts en attente d’enregisstrement app
pelé « pipeliine » avant d'entreprend
dre la validation.
D’ailleurs, cette inscription démonttre la validité
é de la métho
odologie utilissée.
Le programme n’exige
e aucunementt que l’agentt responsable
e de la validation soit disttinct de celuii de la
vérificatio
on. Toutefoiss, la validattion peut êttre faite avaant ou avec la première vérificatio
on. Le
promoteur a l’entière liberté de prrocéder à son
n choix. S’il d
décide de pro
océder en de
eux étapes, ill jouit
d’une visibilité sur le marché
m
avantt la génératio
on des réducttions, puisqu
ue son projet sera enregisttré au
programm
me avec la me
ention « unde
er validation
n ». Toutefoiss, si le chargé
é de projet cchoisit d’utiliiser le
même age
ent pour la validation
v
ett la première
e vérification
n, il est tenu
u de contractter un vérificcateur
différent pour la vérifiication subséquente. Au moins
m
3 vérificcations devro
ont être faite
es par d’autre
es que
l’agent uttilisé pour la validation ett la première
e vérification
n avant que cce dernier ne
e puisse vériifier à
nouveau.
51
Au moment de la révision du projet par l’agent du VSC, des demandes de précisions peuvent être
adressées directement au validateur/vérificateur. Celui-ci revient directement à l’agent du VCS qui
détermine ensuite la pertinence ou non d’enregistrer le projet pour l’émission des VCUs. Si aucune
réponse n’est fournie dans un délai de 60 jours, l’agent du VCS assume que la demande
d’enregistrement du projet et d’émission de crédit est avortée. Il en informe ainsi le promoteur et le
validateur/vérificateur.
Accréditations requises et balises
La sélection d’un agent de validation/vérification doit se faire à partir de la liste des agents autorisés
de VCS. À ce jour, on compte 44 organismes qualifiés au programme situés en Amérique, en Europe, en
Afrique et en Asie. (VCS, 2014c) Pour faire partie de cette liste, un organisme ainsi que son équipe
d’auditeurs doivent se conformer aux compétences exigées par ISO 14065. Ainsi, pour être reconnu
parmi les Validation/Verification Bodies (VVB) du programme, l’organisme doit démontrer qu’il est soit
reconnu DOE par le MDP ou accrédité par un membre d’IAF comme ANSI ou CCN à la norme ISO 14065
adaptée VCS.
De plus, le programme exerce un contrôle de qualité sur les projets enregistrés. En effet, dans les cas
où une erreur de l’estimé des réductions ou de l’admissibilité au programme soit suspectée par un
autre vérificateur, par le promoteur, par une partie prenante du projet ou par l’administration du VCS,
des actions disciplinaires peuvent être appliqués auprès du validateur impliqué par l’administration du
programme.
Manuels, outils et guides développés
En plus des descriptions exhaustives liées à la validation dans les divers documents des exigences du
programme, un guide porté à l’attention des validateurs et vérificateurs vient appuyer ceux-ci dans
l’exercice de leur fonction permettant ainsi une cohérence et une précision des interprétations des
exigences et des procédures du programme VCS.
De plus, des gabarits, en format Word, offrent une mise en page détaillée du rapport et de l’acte de
représentation de la validation. Tous les guides et gabarits sont disponibles sur le site Internet du
programme sous la rubrique Programs documents.
1.6
Analyse des approches de la validation
Telle que définie dans la série ISO 14064, la validation est un processus systématique, indépendant et
documenté par l’évaluation d’une déclaration relative aux GES à un plan de projet GES par rapport à
des critères de validation agréés. (ISO, 2005a). Ainsi, les différents mécanismes de qualification de
projets dans le but d’obtenir des crédits compensatoires peuvent être utilisés par des sources
réglementées pour rencontrer leurs obligations de réduction d’émission ou simplement par des sources
volontaires voulant s’impliquer à participer à la cause des changements climatiques, a permis de
52
constater que tous les programmes ne définissent pas la validation comme celle d’ISO. En effet,
certains font abstraction de cette étape qu’est la validation dans leur processus de qualification, mais
tous conviennent qu’il est important que les exigences de leur programme soient démontrées. Certains
utilisent leur propre organisation pour valider cet aspect tandis que d’autres voudront se faire certifié
par des agents indépendants qu’ils auront accrédités, que le projet est effectivement valide.
Certains programmes insistent pour que la validation soit faite à l’enregistrement du projet tandis que
d’autres accepteront cette étape seulement à l’étape de la première vérification des réductions
d’émissions du projet. Lorsque le processus de validation est optionnel, certains programmes laissent le
soin au vérificateur de la première vérification de veiller à l’assurer que le projet utilise le protocole
approprié et que son plan de surveillance est conforme aux exigences du programme.
Devant toutes ces possibilités liées à la validation, on peut affirmer que l’omission de cette étape
augmente le risque, non pas à l’acheteur du crédit ni à la crédibilité du programme, mais plutôt au
promoteur du projet qui lui, veut mettre son projet en marche sans être rassuré que son projet se
qualifiera pour recevoir des crédits compensatoires pour ce programme spécifique. Sans validation, ce
n’est qu’à l’étape de la vérification que sont détectées les anomalies du projet : disqualification des
méthodes de surveillance, mauvais choix des équations pour la quantification des réductions,
inadmissibilité au programme dû au choix du secteur non couvert, etc.. L’acheteur, quant à lui, n’a
qu’à attendre d’acheter les crédits une fois qu’ils sont enregistrés pour ainsi être assurés qu’il peut
faire usage de ceux-ci pour faire face à ses obligations. Par contre, cette pratique prive le promoteur
des entrées de fonds parfois nécessaire au financement de son projet.
Quant à l’indépendance du validateur et du vérificateur, les programmes ne sont pas unanimes non
plus. Par contre, lorsqu’on parle de compétences, tous s’entendent pour rechercher les mêmes pour les
deux fonctions et les précisent pour les secteurs d’activités spécifiques.
Le tableau 1-5 présente un sommaire des différentes approches concernant la validation pour chacun
des programmes étudiés précédemment.
Le prochain chapitre présente les différents programmes liés à la lutte contre les changements
climatiques au Québec et leurs pratiques en terme de validation des déclarations GES.
53
Tableau 1-5
Tableau synthèse des programmes de crédits compensatoires relativement à la validation et la vérification
Programme
Validation
Vérification
Accréditeur
Documentations disponibles;
particularités
Mécanisme de
développement
propre (MDP)
Par un DOE (designated operational
entity organisme)
DOEs distincts
Le Conseil Exécutif du
MDP
sauf pour les SS projects ( < 60 000 T)
Liste de vérification (checklist)
pour DOE en devenir, pour le
validateur
ou
Liste de DOE et leur secteur
d’activité
Dérogation possible sur demande par le
Conseil exécutif du MDP
CDM Validation and verification
standard (VVS)
Démonstration des critères de
Développement durable du
projet
Regional
Greenhouse Gas
Initiative (RGGI)
Agent autorisé
Agent autorisé (aucune restriction de
personnes distinctes)
Autorité règlementaire
de l’État concerné par le
projet;
Reconnaissance ANSI ISO
14065 par certains États.
Western Climate
Initiative (WCI)
un organisme tiers indépendant
accrédité ou par l’autorité du
programme
Peut-être dévié selon les cas.
Peut-être spécifié par protocoles
Les vérificateurs des projets de crédits
compensatoires seront des tiers indépendants
qui ont été accrédités selon des normes
acceptables par le gouvernement partenaire.
Liste de vérificateurs disponibles
sur leur site Internet
Modèle de rapport de validation
Listes de vérification pour le
promoteur
À la discrétion du
gouvernement partenaire
(lui-même ou une
personne
Documents-cadres pour appuyer
les gouvernements partenaires.
ANSI et CCN
À même le RSPEDE, on précise
certains éléments nécessaires à
inscrire dans les rapports de
validation et vérification.
La notion de personne qualifiée est proposée
( plutôt qu’un organisme)
Pas de notion d’obligation d’être distinct du
validateur
WCI – Québec RSPEDE
Organisme accrédité 14065
Organisme accrédité 14065
Distinct du validateur
Rapport de vérification aux 2 ans si < 25 KT
54
Gabarit pour les plans de projet
par protocole; formulaire de
demande
Tableau 1-5 Tableau synthèse des programmes de crédits compensatoires relativement à la validation et la vérification (suite 1)
Programme
Validation
Vérification
Accréditeur
Documentations disponibles;
particularités
WCI – Californie
ARB
Peut-être combinée à la première
vérification
tierce partie indépendante formée et
accréditée par le programme
Par ARB
Évaluation d’impact
environnemental obligatoire
Liste des organismes accrédités
Listes des vérificateurs agréés
par ARB
vérification aux deux ans pour les projets de
moins de 25 KT (recommande le plus tôt pour
la première vérification pour éviter la perte
potentielle de crédits)
Programme de formation offert
Audit par ARB des organismes
accrédités et de ses registraires.
Un guide technique pour les
vérificateurs (détails des
rapports de validation et de
vérification)
Aide pour le promoteur comment
choisir son vérificateur et faire
son contrat
Alberta-Based
GHG Reduction
Program
Par le promoteur du projet
Tierce partie indépendante
CSA
Inscrit au registre de CSA
Réduire l’intensité des émissions
et non des réductions d’émission
Technical guidance for project
developer
Une personne et non un organisme
Le promoteur est encouragé à
faire valider lui-même son projet
pour éviter toute la
responsabilité des réductions
non admissibles.
Modèle de rapport de
vérification disponible
British Columbia
Emission offset
regulation
Agent independent accrédité ISO
14065
Agents indépendants accrédités ISO 14065
Et distinct de la validation
Doit faire une déclaration d’indépendance de
la validation
ANSI ou CCN
Une liste de vérification est
disponible avec toutes les
exigences règlementaires
Un guide What-to-expect-duringthe-validation-process
Liste des organismes accrédités,
mais sans sélection par le
programme.
55
Tableau 1-5
Tableau synthèse des programmes de crédits compensatoires relativement à la validation et la vérification (suite 2)
Programme
Validation
Vérification
Accréditeur
American Carbon
Registry
Tiers indépendant ANSI 14065 ou DOE
(MDP) – optionnel, car peut être
combiné à la première vérification.
Tiers indépendant ANSI 14065 ou DOE (MDP)
ACR
Peut-être une personne ou un organisme
Chicago Climate
Exchange (CCX)
Membre du CCX
Doit confirmer l’admissibilité du projet au
programme.
Documentations disponibles;
particularités
Un guide pour la validation et
vérification; formats des
rapports
Formulaires pour le validateur et
vérificateur
CCX
Liste de vérificateurs autorisés
par secteur d’activité
Manuel du vérificateur
Peut-être DOE ou certifié par CAR
ANSI ISO 14065 ou CCN ISO 14065
Climate Action
Reserve(CAR)
ABSENT justifier par des requis très
explicites en matière de critères
d’éligibilité et de méthodologies des
calculs dans chacun de ses protocoles
Doit attester que le projet répond aux
critères d’admissibilité.
CAR
Liste de vérificateurs
Liste des individus certifiés
ISO 14065
Formations pour vérificateurcoordonnateur par CAR, 3 ans
Manuel de vérification et liste de
vérification offerte par
programme
Gold Standard
(GS)
DOE
DOE distincts sauf pour le projet à petite
échelle (10 000 T)
GS
ou
Verified Carbon
Standard (VCS)
Services internes de GS (moins de
10 000T)
Services internes de GS (moins de 10 000T)
Tiers indépendant DOE, ISO 14065
adapté VCS
Tiers indépendant DOE, ISO 14065 adapté
VCS
Peut-être jumelé à la première
vérification
Plan de validation déposé par le
validateur, pour être approuvé
par le GS
Plan de développement durable
fait partie de la validation.
VCS
Liste de validateurs et
vérificateurs
Un guide pour les validateurs et
vérificateurs
Gabarit pour le rapport de
validation et vérification
56
2
LES PLANS D’ACTION SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES AU QUÉBEC
Cette section présente une brève historique des différents objectifs de réduction des émissions de GES
adoptés au Québec : ils ont justifié l’élaboration de plans d’action afin de lutter contre les
changements climatiques. Suivra ensuite une analyse approfondie des différents programmes issus du
Plan d’action 2013-2020 actuellement en vigueur, quant à la place de la validation dans chacun de ces
programmes.
2.1
Historique des objectifs de réduction et leurs plans d’action
Depuis 1990, l’année référence de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements
climatiques (CCNUCC) et du Protocole de Kyoto, l’inventaire québécois des émissions de GES est réalisé
annuellement à partir des données fournies par les entreprises québécoises. Ce n’est qu’en 2002, que le
ministère responsable de l’environnement au Québec publie pour la première fois son rapport :
Inventaire québécois des GES 1990-2000. Alors qu’avant 2007, les informations d’émissions étaient
fournies sur une base volontaire, l’adoption du Règlement sur la déclaration obligatoire de certaines
émissions de contaminants dans l’atmosphère (RDOCECA) oblige maintenant toute personne ou
municipalité exploitant un établissement émetteur d’un ou plusieurs contaminants excédant le seuil de
ces derniers mentionnés dans l’Annexe A du règlement, d’informer le ministère, au plus tard le 1er juin
de chaque année, sur sa quantité annuelle émise dans l’atmosphère pour chacun des contaminants
règlementés pour l’année civile précédente. Cet inventaire respecte les consignes techniques du
Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) relevant de l’Organisation des
Nations Unies (ONU).
Constatant l’augmentation des émissions en 2003 par rapport à 1990, le premier ministre à l’époque,
Monsieur Jean Charest, rend public en juin 2006 le Plan d’action 2006-2012 sur les changements
climatiques (PACC2012) nommé Le Québec et les changements climatiques, un défi pour l’avenir. Dans
ce recueil, on annonce que le PACC2012 vient pallier une augmentation des réductions estimées à 94 Mt
en 2012 selon le cours normal des affaires (CNA). (MDDELCC, 2006) Ainsi, le plan d’action propose des
réductions d’émissions de GES de l’ordre de 10 Mt portant ainsi à 1,5 % sous le niveau de 1990,
l’objectif pour l’année 2012. Des engagements financiers de l’ordre de 1,2 milliard de dollars sur six ans
sont alors présentés. Ce document regroupe 24 actions à réaliser pour la période 2006-2012 s’articulant
autour de deux grands objectifs soit la réduction ou l’évitement d’émissions de GES et l’adaptation aux
changements climatiques. (ibid)
En juin 2008, Madame Line Beauchamps, alors ministre au MDDEFP, présente une version révisée du
PACC2012 justifiée par un financement additionnel disponible. On annonce alors un nouvel objectif de
réduction ainsi que de nouvelles mesures et des fonds additionnels au plan émis en 2006 : réduire les
émissions de gaz à effet de serre de 6 % en deçà du niveau de 1990 en 2012, soit 14,6 Mt plutôt que
10Mt, et l’injection de 1,55 milliard de dollars sur six plutôt que 1,2. La mise en place de programmes
57
d’aide financière est alors choisie comme mesures principales d’appui à ce plan d’action. (MDDELCC,
2008)
Le 18 novembre
2009, un décret portant le numéro 1187-2009 établit la cible de réduction des
émissions de GES du Québec à 20 % sous le niveau de 1990, à l’horizon 2020. (D.1187, 2009)
En juin 2012, le ministre alors du MDDEFP, Monsieur Pierre Arcand, présente le PACC2020. À ce
moment, l’inventaire de 2009 affiche 2,5 % sous le niveau de 1990 (MDDELCC, 2011a). Le plan stipule
clairement le dernier objectif de réduction. Aux 30 priorités identifiées, une répartition d’appui
financier de l’ordre de plus de 2,66 milliards de dollars est assignée. On espère ainsi réaliser des
réductions de 6,1 Mt sur les 11,7 Mt estimées nécessaires pour atteindre la nouvelle cible de réduction
sur une période de 8 années. (MMDELCC, 2014d)
Le tableau 2-1 rassemble les objectifs, les cibles de réduction ainsi que le financement associé à
chaque version des plans d’action. La dernière colonne du tableau se veut une représentation du coût
de l’investissement pour la réduction d’une tonne de CO2eq. selon chacun des plans offerts. On peut
comprendre qu’on décide d’investir 4 fois plus dans le dernier plan d’action que le précédent.
Tableau 2-1
Évolution des objectifs de réduction d'émissions de GES au Québec
Plan
d’action
Objectif de
réduction
(sous le niveau
de 1990)
Cible de réduction sur
la période par le plan
d’action
Financements
Investissement associé à
la réduction d’une tonne
20062012
juin 2006
2012 : 1,5 % sous
le niveau de
1990
10 Mt
1,2 milliard de
dollars (6 années)
120 $/tonne
20062012
Juin 2008
2012 : 6 % sous
le du niveau de
1990
14,6 Mt
1,55 milliard de
dollars (6 années)
106 $/tonne
20132020
Juin 2012
2020 : 20 % sous
le niveau de
1990
6,1 Mt
2,66 milliards de
dollars (8 années)
436 $/tonne
La figure 2-1 dépeint l’évolution de l’inventaire annuel de GES au Québec de 1990 à 2011, publié par la
Direction des politiques de la qualité de l’atmosphère, en mai 2014. Il est intéressant de remarquer la
dernière tendance à s’éloigner du niveau de 1990 depuis 2008 mais encore bien loin de la cible de 20 %
sous ce niveau. Il est important de constater ici que les efforts de réduction des émissions de GES n’ont
pas empêché le Québec d’améliorer son produit intérieur brut (PIB). La figure 2-2, quant à elle montre
la répartition des secteurs d’activités et selon le type de gaz en 2011. Le transport et les industries sont
les secteurs responsables des trois quarts (75 %) des émissions au Québec : ceux-ci sont des cibles
intéressantes pour la mise en place de mesures permettant de réduire notre bilan d’émissions. Le CO2
58
doit être le gaz priorissé dans le développementt de nos actio
ons permetta
ant ainsi de d
diminuer sa portion
de plus de
e 80 % des GE
ES responsable
es des émissions.
Figure 2-1 Évolution de
e l’inventaire québécois de 1990 à 2011 (tirée de : MD
DDELCC, 2014b
b, p. 7)
Les prochaines section
ns présentent les différentts programme
es issus du de
ernier plan d’action déplo
oyé en
2012 par le
l gouvernem
ment libéral de l’époque, représentant
r
la première phase d’une nouvelle app
proche
stratégiqu
ue vouée à la lutte contre
e les changem
ments climatiq
ques. (MDDELLCC, 2012a) Quoiqu’il fûtt de la
volonté du gouvernement de le réé
évaluer en 20
015, aucun en
ngagement e
en ce sens n’a
a été formulé
é à ce
jour par le
e nouveau go
ouvernement libéral présentement en p
place.
59
Figure 2-2
2.2
Répartition
n des émissions québécoisess de 2011 par ssecteur d'acti vités et selon le type de gaz
z
(tirée de : MDDELCC,
M
2014
4b, p. 6)
Less programmes du PACC20
020
Dans le PA
ACC2020, on retrouve 30 priorités aux
xquelles on offfre un appui financier de
e 2,66 milliarrds de
dollars da
ans le but de
d réduction de l’ordre de
d 6,1 Mt s ur une pério
ode de 8 ans. Ainsi, plu
usieurs
programm
mes du PACC2
2012 se sont vus reporter, réviser ou
u disparaître dans le cadrre du dernierr plan
d’action.
Les plans d’action préc
cédents s’éta
ant principale
ement appuyé
és presque exxclusivement sur les redevvances
sur les carrburants et le
es combustibles fossiles po
our se financcer, le PACC20020 compte p
plutôt sur le SPEDE
par la ven
nte des perm
mis d’émission
ns comme priincipale sourcce de finance
ement. Il fau
ut comprendrre que
la redevance utilisée par
p le passé prend fin en
n décembre 22014, par l’asssujettisseme
ent du secteu
ur des
transportss au SPEDE.
Les progrrammes d’aid
de financière
e touchent le
es thématiqu
ues associéess à l’efficacité énergétiq
que et
l’énergie verte, le transport, la recherche et l’’innovation, lles matières résiduelles e
et l’agriculturre. En
effet, cess programmess sont financ
ciers soit parttiellement ou
u totalementt par le Fond
ds vert, admiinistré
par le MD
DDELCC, maitre d’œuvre
e du PACC20
020. Il a d’aailleurs mandaté certain
ns ministèress pour
développe
er des progra
ammes liés à la réduction des émission
ns de GES; ainsi le Ministè
ère de l’Énerrgie et
nsports du Q
des Resso
ources nature
elles (MERN) et le Ministtère des Tran
Québec (MTQ
Q) contribuen
nt aux
objectifs du PACC2020
0 en se voyan
nt octroyer la
a responsabillité de certaiines prioritéss du plan d’a
action.
Certains de
d ces progra
ammes exigen
nt la validation ou la vériification des réductions de GES offerte
es par
projets so
oumis. Une présentation de
d ces différe
ents program
mmes regroup
pés par thématique, perm
met de
faire resssortir les mo
odalités d’ap
pprobation de
es projets aadmissibles aainsi que la mécanique e
et les
autorités choisies pourr reconnaître les réduction
ns d'émissionss GES projeté
ées et réalisées.
60
2.3
Efficacité énergétique et énergie verte
Trois programmes gérés par le Bureau de l'efficacité et de l'innovation énergétiques (BEIE) du MERN
figurent dans cette catégorie : le programme d’aide financière pour les projets d’efficacité énergétique
et de conversion (ÉcoPerformance), le programme d’aide financière pour des projets de conversion
énergétique à la biomasse forestière résiduelle (Programme Biomasse forestière résiduelle) et le
programme Chauffez vert. Tous ces programmes visent la réduction des émissions de GES ainsi que
l’utilisation des ressources énergétiques québécoises.
2.3.1
Programme ÉcoPerformance
Le programme de réduction de la consommation du mazout lourd, les programmes d’aide au secteur
manufacturier, le programme d’aide à l’installation d’équipements solaires opérationnels et le
programme d’optimisation en réfrigération offert aux arénas, centres de curling et supermarchés ont
été remplacés par le programme ÉcoPerformance avec l’arrivée du nouveau plan d’action. Il procure
ainsi déjà une amélioration en réduisant l’administration du BEIE, qui était responsable de la gestion
des anciens programmes.
EcoPerformance, géré par le MERN, vise essentiellement la réduction des émissions de GES et de la
consommation énergétique des entreprises en offrant une aide financière pour la mise en place de
projets ou de mesures liés à la production d’énergie ainsi qu’à l’amélioration des procédés. Il s’adresse
autant aux petits et moyens consommateurs (PMC) utilisant moins de 36 000 GJ
d’énergie qu’aux
grands consommateurs (GC), utilisant plus de 36 000 GJ. Le programme s’adresse ainsi à toutes les
entreprises, institutions ou municipalités du Québec.
ÉcoPerformance a été lancé en octobre 2013 et prend fin le 31 mars 2017. Il vise un objectif de
réduction de 1 474 700 T CO2eq. d’ici 2017, équivalent à la soustraction de 435 000 véhicules sur le
réseau routier. (MERN, 2014a). Un budget de 344,25 millions de dollars a été alloué à ce programme et
provient en partie du Fonds vert. L’autre partie vient du Fonds des ressources naturelles, administré
par le MERN pour le financement des activités du ministère.
Le programme comprend deux volets : le Volet analyse et le Volet implantation.
Le volet Analyse soutient l’élaboration d’études indiquant et quantifiant des mesures potentielles
d’économie de combustibles fossiles, de réduction des émissions de GES et des émissions fugitives. De
plus, ce volet appuie la mise en place de systèmes de management de l’énergie qui vise des principes
de gestion pouvant amener des réductions éventuelles.
Dans le cadre des projets d’analyse énergétique, une étude préliminaire en intégration des procédés
nécessite la signature d’un ingénieur qualifié en intégration des procédés qui a suivi une formation de
CanmetÉNERGIE, un centre canadien régi par Ressources naturelles Canada. Pour les analyses
61
concernant la conversion à la bioénergie, un ingénieur forestier doit caractériser l’approvisionnement
de la biomasse résiduelle afin de déterminer si le projet cadre bien avec le programme.
Le BEIE effectue à l’interne la validation du rapport d’analyse et du plan d’implantation des mesures
qui s’apparentent à la déclaration GES. Il n’y a pas de processus de vérification des réductions puisqu’il
n’y a pas d’implantation de projet pour le volet analyse.
Le volet implantation soutient financièrement les projets d’efficacité énergétique, de réduction des
émissions de GES ou les projets de conversion vers des sources d’énergie à plus faibles émissions de GES
(ibid). De plus, ce volet favorise également les projets réducteurs d’émissions fugitives provenant de
réfrigérants ou de procédés industriels.
Les promoteurs doivent s’engager à réduire leurs émissions de GES selon une quantité convenue et à
maintenir cette réduction pendant une période maximale de 10 ans (MERN, 2014b). Conséquemment,
un représentant du BEIE inspecte les installations liées au projet et vérifie les résultats obtenus par
rapport aux objectifs du projet. À la demande du BEIE, le promoteur doit fournir tous les
renseignements et documents nécessaires à la validation ou à la vérification interne des déclarations
des GES ainsi qu’aux données énergétiques et à la vérification comptable du projet et ce jusqu’à 36
mois après la fin de l’entente. (ibid). Tous les rapports présentés au BEIE doivent être signés par un
ingénieur. Le promoteur doit fournir annuellement au cours de toute la période d’engagements, sa
déclaration de GES pour que le BEIE procède à sa vérification, à l’interne.
Le BEIE s’est inspiré des lignes directrices de la norme internationale ISO 14064-2 pour établir ses
exigences en matière de quantification de projets de réduction des GES pour son programme. On les
retrouve dans le Guide détaillant du requérant et dans le Cadre normatif. Par contre, ces exigences se
limitent aux besoins du programme et ne permettent pas l’obtention d’une certification des réductions
des émissions laissant ainsi au promoteur le choix d’obtenir ou non une certification des réductions
générées par le projet, de son propre chef. Si toutefois le projet est admissible dans un autre
programme, la documentation se doit d’être adaptée pour satisfaire tous les programmes. En effet,
bien qu’une subvention soit accordée par le MERN, les réductions obtenues demeurent la propriété du
promoteur. Par contre, dans le cas où le promoteur vend ses crédits de carbone sur les marchés du
carbone, dans le but que les réductions ne fassent l’objet d’un double comptage, le BEIE peut exiger
que soit rembourser, l’aide versée correspondant à la valeur nette de la vente (les revenus moins les
coûts d’enregistrement et de courtage) au prorata de l’aide versée par rapport aux coûts totaux du
projet. (ibid).
Le programme offre une série de guides et de documentation sur son site Internet. Le Guide du
requérant rassemble les exigences du Cadre normatif, aussi disponible sur le site. Ils informent ainsi le
demandeur sur les particularités du programme, les conditions d’admission ainsi que les instructions
liées à la quantification, validation et vérification des déclarations de GES. Ils précisent également le
62
contenu des différents rapports à soumettre. On y prescrit aussi l’utilisation de formulaires spécifiques,
pour lesquels on indique au promoteur de s’assurer d’utiliser la dernière version des formulaires.
Le formulaire de demande d’aide en format Excel fournit un chiffrier dans lequel y est modélisée la
consommation du scénario de référence ainsi que le potentiel de réduction. Ceci permet donc une
optimisation du processus de validation interne au BEIE. D’ailleurs, le même fichier est utilisé pour
présenter les résultats des réductions réalisées, permettant ainsi au BEIE de procéder à la vérification
des calculs et de garder le lien avec les réductions estimées. Une macro-commande assure l’intégration
du plan d’implantation dans l’onglet des résultats.
Tous les rapports qui doivent être présentés au BEIE tels les rapports d’avancement, de projet et de
suivi annuel doivent tous être signés par un ingénieur avant d’être soumis au BEIE. Un gabarit spécifique
à chaque rapport est disponible sur le site du programme. Le promoteur émet lui-même annuellement
ses déclarations de GES dans son rapport de projet tel que proposé par son plan de surveillance. Le BEIE
en vérifie les calculs et les démonstrations à l’interne.
Il est important d’ajouter ici que les frais relatifs à la validation ou aux vérifications externes sont des
dépenses admissibles au programme; ainsi le promoteur peut profiter d’un appui financier pour obtenir
ces services d’un organisme accrédité malgré que ce programme ne l’oblige pas.
Le formulaire du plan de surveillance est utilisé à titre de protocole de quantification. Un gabarit offert
par le programme permet au promoteur de présenter son plan de surveillance selon les exigences de
l’autorité du programme.
Aucun registre public ne compile les différents projets enregistrés dans le cadre de ce programme.
Toutefois, en utilisant des moteurs de recherche avec le thème ÉcoPerformance ou à partir de l'accueil
du portail du MERN, on peut y retrouver les articles d’actualité annonçant l'ampleur de l'attribution
d’aide financière ainsi que le programme d’efficacité énergétique contributeur. Ainsi, on apprend
qu’en février dernier, Mme Martine Ouellet annonçait l’attribution d’une aide financière de près de
3,5 M$ pour l’installation d’une éolienne à la Mine Raglan du groupe Glencore, située près du Nunavik,
à la limite nord du Québec, pour un projet évalué à 11 M$. (Québec, 2014a)
Toujours dans le même projet, le 14 juillet dernier, on annonçait l’attribution d’une aide de 3,6 M$ par
ce programme pour l’installation d'une éolienne de 3,0 MW issue d’un projet pilote de TUGLIQ Énergie
S.A.R.F., une entreprise dont la mission est de diversifier les sources d'énergie du Grand Nord associé
au projet de la Mine Raglan. (Québec, 2014b)
De plus, en le 10 juillet dernier, Monsieur Laurent Lessard, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs
l’annonce au nom de Monsieur Pierre Arcand, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et
ministre du Plan Nord, de l’attribution d’une aide financière de plus de 80 500 $ à l’entreprise Mundi
Capital Inc. pour le remplacement d’un évaporateur d’eau d’érable au mazout léger par un évaporateur
à l’électricité. (Québec, 2014c)
63
Le 16 juin dernier, M. Pierre Arcard annonce qu’une aide gouvernementale de près de 3,9 M$ est
attribuée à l’entreprise Les Serres Stéphane Bertrand Inc., pour la réalisation d’un projet d’expansion
de son site de production. (Québec, 2014d)
2.3.2
Programme Biomasse forestière résiduelle (PBFR)
Ce programme offre une aide financière pour des projets de conversion énergétique à la biomasse
forestière résiduelle, géré aussi par MERN. Le programme définit la biomasse comme :
« La biomasse forestière résiduelle est une biomasse d’origine forestière résultant des
activités de récolte (rémanents — branches et cimes, parties d’arbres non
commerciaux, rameaux et feuillage) et des activités de première ou de deuxième
transformation (écorces, rabotures et sciures). On considère aussi comme biomasse
forestière résiduelle les boues, les liqueurs de papetière ainsi que le bois de
déconstruction sans adjuvant, non contaminé et non utilisé dans une approche de
hiérarchisation des usages de type 3RV-E (réduction à la source, réemploi, recyclage,
valorisation et élimination). Les bois sur pied sont exclus. La biomasse forestière
résiduelle est une ressource disponible et renouvelable dans les différentes régions du
Québec, permettant à la clientèle commerciale, industrielle et institutionnelle de
diminuer ses coûts énergétiques et d’améliorer son bilan environnemental. » (MERN,
2013a)
Ce programme, mis en place en novembre 2013, permet la fusion de deux programmes, soit le
programme de réduction de la consommation du mazout lourd et le programme d’aide à l’utilisation de
la biomasse forestière pour le chauffage. Un budget total de 47,2 M$ est prévu pour soutenir ce
programme qui vise un objectif de réduction de 70 000 T de CO2eq. d’ici le 31 mars 2017. (MERN,
2014c)
Le programme comprend deux volets : un volet analyse et un volet implantation. Le volet analyse
permet l’élaboration d’étude de conversion ou d’étude d’approvisionnement en biomasse forestière
résiduelle. Il vise à déterminer la faisabilité technicoéconomique d’un projet d’implantation qui
pourrait ultimement être soumis au programme, mais pas obligatoirement. (MERN, 2013b) Le requérant
doit réaliser son étude dans un délai n’excédant pas 24 mois de la date d’entrée en vigueur de
l’entente avec le ministre. Les études doivent faire l’objet d’un rapport d’études, signé par un
ingénieur membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ). De plus, ce rapport doit comprendre au
minimum toutes les exigences de contenu spécifiées dans le Guide détaillé du requérant, sur le site du
programme. Par contre, dans ce cas précis, le ministère signale que ce guide est actuellement en
rédaction. Devant la similitude des programmes, la référence du guide du programme ÉcoPerformance
peut pallier cette lacune.
Le volet implantation, quant à lui, exige que le requérant de l’aide s’engage à maintenir les mesures de
réduction d’émissions de GES pour un minimum de sept ans. (ibid) Pour être admissible, un projet
constitué d’une ou de plusieurs mesures doit faire l’objet d’une recommandation écrite faite par
ingénieur de l’OIQ et permettre une réduction quantifiable de la consommation de combustibles. Le
64
plan de projet et le plan de surveillance doivent être écrits et signés également par un membre de
l’OIQ. (ibid)
La quantification des émissions doit être effectuée conformément aux lignes directrices de la norme ISO
14064-2.
Ce programme requiert l’utilisation de ses propres gabarits. Similaires à ceux décrits dans le cadre
d’ÉcoPerformance, ils ont été ajustés aux particularités de la biomasse forestière.
Le BEIE demeure l’autorité responsable d’effectuer la validation et la vérification des déclarations GES
des projets. De plus, le formulaire de demande d’aide sert de protocole de quantification. La
vérification a lieu annuellement pour une période maximale de 10 ans.
Une recherche parmi les articles d’actualité sur le portail d’accueil du MERN a permis de retrouver
deux projets inscrits à ce programme : un projet d’installation d’une chaufferie au CSSS des Etchemins
pour une contribution de l’ordre de 1 M$. (Québec, 2014e)
Un projet d’installation d’un évaporateur à l’Érablière du Reeke Brook, située à Saint-Elzéar-deTémiscouata s’est fait attribuer une aide financière de 52 260 $. (Québec, 2014f)
2.3.3
Programme Réno-Climat – Chauffez vert
Ce programme s’adresse aux propriétaires qu’ils soient des particuliers ou des entreprises, situés sur le
territoire du Québec afin de leur apporter une aide financière pour le remplacement de systèmes à
combustibles fossiles par des dispositifs alimentés à l’électricité ou par d’autres énergies
renouvelables. On parle ici principalement de remplacement de systèmes de chauffage central et de
chauffe-eau utilisant du mazout ou tout autre combustible fossile à l’exception du gaz naturel. (MERN,
2014d)
Le processus est fort simple : le participant remplit une demande d’inscription en ligne.
L’administrateur du programme, le BEIE, s’assure des conditions d’admissibilité de la demande et
remet un formulaire de demande d’aide si l’inscription est acceptée. Le demandeur peut alors mettre
en œuvre son projet. À la fin du projet, il fait parvenir son formulaire de demande dûment rempli
accompagné de la facture d'achat et d'installation du nouveau à l’administrateur du programme. Un
chèque est envoyé au participant si tout est jugé conforme.
Il n’y a pas de validation ni de vérification de déclaration GES dans le cadre de ce programme.
2.4
Secteur du Transport
Plusieurs programmes sont en place afin d’inciter la réduction des émissions de GES liées au transport,
secteur responsable de la plus grande proportion des émissions GES au Québec, soit 44,3 % lors de
l’inventaire 2011 tel qu’illustré dans la figure 2-2 de la section 2.1. Ces programmes sont administrés
par le MTQ et le MERN et six d’entre eux visent essentiellement la réduction des GES.
65
2.4.1
Programme Écocamionnage
Ce programme, administré par le MTQ, se veut un programme d’aide à la réduction des émissions de
GES dans le transport routier des marchandises. Découlant du PACC2020, ce programme est entré en
vigueur le 25 février 2014 et se termine le 31 mars 2017. Son financement provient du Fonds vert. Il
s’adresse aux propriétaires et les exploitants Québécois de véhicules lourds, qu’ils soient propriétaires,
exploitants ou conducteurs de ces véhicules. Le programme administre un budget de 28,3 millions de
dollars. (MTQ, 2013a)
Ce programme a pour objectif de favoriser l’utilisation d’équipements et de technologies visant à
améliorer l’efficacité énergétique tout en réduisant du même coup, les émissions de GES dans le
transport routier des marchandises et de l’exploitation des véhicules lourds. Les projets touchant le
transport des personnes, les camions d’incendie, les ambulances et les véhicules hors route (miniers,
forestiers, etc.) ne sont pas admissibles.
Ce programme offre de l’aide financière en quatre volets : pour l’acquisition d’une technologie,
l’homologation d’une technologie, la démonstration d’une technologie et la logistique.
Le premier volet, l’acquisition d’une technologie, soutient financièrement le demandeur pour
s’acquérir d’une technologie parmi une liste des technologies. Cette liste, qu’on retrouve sur le site
Internet du programme, spécifie les modèles et les fabricants pour une panoplie de technologies telles
que la marche au ralenti, des systèmes de chauffage ou de climatisation d’appoint, des groupes
électrogènes d’appoint, des systèmes auxiliaires aérodynamisme améliorés, et des technologies
hybrides et des ordinateurs de bord. Cette dernière technologie permet le suivi des habitudes et des
techniques de conduite des conducteurs permettant ainsi d’établir le profil des conducteurs, de
surveiller leur comportement et ainsi d’offrir une rétroaction sous la forme de formations ou de séances
d’amélioration continue. Les critères d’admissibilité sont rassemblés dans un guide propre à ce volet.
La demande d’aide financière doit être faite en utilisant le formulaire de demande et en joignant les
pièces justificatives d’installation et de paiement de la technologie autorisée auprès du ministère des
Transports. Aucune validation ni vérification de déclaration de GES ne fait l’objet de ce volet.
Le volet 2, soit l’homologation d’une technologie consiste à l’évaluation d’une technologie afin que
cette dernière soit ajoutée à la liste des technologies admissibles au financement. Dans le cadre de ce
volet, le fabricant, le distributeur ou l’utilisateur d’une technologie commercialisable ou déjà sur le
marché, fait une demande d’aide financière pour réaliser son projet d’homologation. Il doit se référer
au Guide de demande d’aide financière pour un projet d’homologation, disponible sur le site Web du
programme (MTQ, 2014a)
Si le demandeur veut seulement faire homologuer sa technologie sans toutefois jouir d’une aide
financière, il doit utiliser ce volet afin qu’elle puisse être ajoutée à la liste des technologies admissibles
du ministère. Il est à noter que les prototypes en développement ne sont pas admissibles ici, ils le sont
66
dans le prochain volet. Si la demande provient d’un distributeur ou d’un utilisateur, le demandeur doit
se prémunir d’une autorisation écrite du fabricant témoignant son accord à ce que sa technologie
puisse être évaluée par un organisme indépendant du projet et ensuite ajouté sur la liste des
technologies admissibles.
Dans sa demande d’aide financière, le demandeur spécifie l’organisme indépendant choisi pour évaluer
la technologie et détaille le scénario de référence et le potentiel d’amélioration de la réduction de la
consommation de carburant par rapport au scénario de référence. Un comité technique du MTQ exécute
la validation (validation interne) de la déclaration GES du demandeur. Une section complète du guide
présente les méthodes d’évaluation selon chaque type de technologies. Toutefois, si le demandeur veut
proposer une nouvelle méthode, ce comité a la responsabilité et l’autorité pour évaluer et autoriser
une nouvelle méthode d’évaluation.
Une fois la demande acceptée, le demandeur est en mesure de mettre en œuvre son projet
d’homologation. D’abord, il mandate l’organisme indépendant à la production d’un rapport de projet
qu’il remet au MTQ. Le guide précise clairement ce que ce rapport doit contenir. D’ailleurs, on y
présente aussi les critères d’acceptation pour l’homologation : la technologie proposée doit démontrer
une diminution des émissions de GES de 3 % ou plus et une analyse économique doit être soumise. Outre
le fait que le responsable d’évaluer la technologie soit indépendant du projet, aucune précision n’est
faite quant à ses compétences, certifications ou accréditations. Toutefois, si la technologie a déjà reçu
une certification de l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis (EPA), ou de tout autre
organisme gouvernemental confirmant sa conformité, l’organisme n’a pas à le démontrer. Le comité
technique procède ensuite à la vérification du rapport de projet, vérifiant entre autres les résultats de
l’évaluation, notamment la réduction de la consommation de carburant ou des émissions de GES
attribuables à la technologie par rapport au scénario de référence choisit et l’estimation de la
réduction annuelle des émissions de GES en tonnes au Québec pour les applications visées par la
nouvelle technologie. (MTQ, 2014b)
Ainsi, ce volet compte sur une validation et vérification interne de la déclaration GES, exécutées par le
comité technique du MTQ. Les balises utilisées par le comité sont précisées dans le guide de demande
d’aide du volet.
Le volet 3 du programme nommé la démonstration d’une technologie, met à la disposition d’un
transporteur ou d’un utilisateur de véhicules touchés par ce programme, une offre d’aide financière
pour les entreprises de transport routier de marchandises ou un utilisateur permettant la réalisation de
projets démontrant un potentiel de réduction des GES; on favorise les technologies en développement
ou des technologies qui demandent des démonstrations ou des essais.( MTQ, 2014c) Le programme
offre un appui financier aux fabricants ou aux distributeurs de technologie désirant concevoir une
nouvelle technologie et démontrer son potentiel sur le plan d’efficacité énergétique et des émissions
de GES. Ce volet permet de soutenir les dépenses liées à réalisation des essais d’une technologie après
67
son approbation par un comité technique du MTQ. Ultimement, une fois approuvée, cette évaluation
permet aussi l’ajout de cette nouvelle technologie dans la liste des technologies admissibles du
ministère. Ce volet se distingue du volet d’homologation par le fait que la technologie est en
développement et sera éprouvée par la réalisation d’essai pour démontrer l’amélioration de l’efficacité
énergétique ou la réduction des émissions de GES d’un véhicule; pour l’homologation, la technologie
était évaluée par une méthodologie et elle se devait de ne pas être en développement.
Le demandeur d’aide doit présenter sa demande avec le formulaire de demande d’aide conçu à cet
effet, disponible sur le site du programme. Dans sa description de projet, il doit démontrer le potentiel
d’amélioration de réduction d’émissions de GES tributaire de sa technologie non éprouvée. Le guide de
demande d’aide pour ce volet précise que le demandeur doit spécifier la méthode qu’il entend utiliser
pour établir la réduction de la consommation de carburant ou les émissions de GES. Il doit aussi préciser
le type de données qui seront recueillies ainsi que le scénario de référence. De plus, on l’invite à faire
sa déclaration GES sur le potentiel d’amélioration attendu par cette nouvelle technologie. Le guide sert
donc de protocole de quantification en plus d’accompagner le promoteur dans la rédaction de son plan
de projet.
Le comité technique dirigé par le ministre doit pouvoir bien comprendre cette nouveauté à partir des
renseignements fournis et procéder ainsi à la validation de la déclaration GES. Une table d’évaluation
permet au comité technique de noter le projet. Une note de passage de 65 % est exigée en plus de
satisfaire tous les critères éliminatoires pour que le projet soit recommandé par le comité technique.
Le tableau 2-2 présente les critères d’évaluation pour l’analyse des demandes. Cette étape représente
la validation, exécutée par l’autorité du programme, aussi appelé validation. Il faut remarquer le
rappel d’une démarche de développement durable, en choisissant d’évaluer les retombées
énergétiques, les impacts environnementaux ainsi que les répercussions socioéconomiques.
Le guide développé spécifiquement pour ce volet sert aussi à la conception des rapports intermédiaire
et final permettant ainsi au comité technique de procéder à la vérification de la déclaration GES du
demandeur.
Un formulaire pour l’avancement des travaux et la déclaration des imprévus ou des problèmes qui
pourraient modifier la description initiale du projet est prescrit et disponible dans une annexe du guide.
Ainsi, le comité technique procède aussi à la validation et à la vérification des projets à démonstration
technologique.
Le dernier volet, le volet logistique n’offre pas à ce jour de formulaire ni de guide de demande,
contrairement aux trois autres volets. Par contre, on peut lire sur le site Internet du programme qu’il
est en rédaction. Ce programme soutient la réalisation de projets permettant l’amélioration de la
logistique, donc de la gestion, des entreprises de transport routier des marchandises dans un objectif
de réduction des émissions de GES.
68
Tableau 2--2
Critères d’évaluation
d
pour l’analyse des demandess du programm
me Ecocamion
nnage (tiré de : MTQ,
2014c, p. 9)
9
Il n’est pa
as possible à ce jour de comprendre le
es exigences de ce progra
amme en matière de valid
dation
et de vériification de déclaration
d
GES
G puisque le
e guide du de
emandeur ett le formulairre sont toujou
urs en
rédaction.
En plus de
e tous les fo
ormulaires et guides développés dans le cadre du programme É
Écocamionna
age, la
liste des technologies
t
admissibles est
e mise à jou
ur et offerte sur le site du programme
e. En complément,
on peut trouver au même
m
endroiit un Guide des bonnes pratiques e
environnemen
ntales sur le
e plan
technolog
gique.
Le programme compte
e sur son com
mité techniqu
ue pour les b
besoins de va
alidation et d
de vérificatio
on des
réductions des projets.
Une reche
erche sur le fil
f d’informattion sur le po
ortail des actu
ualités gouve
ernementales indique l’annonce
d’un seul évènement relatif
r
à ce programme
p
: le 4 juillet 2 014, M. Jean
n D’Amour, annonce au no
om du
ministre des
d Transportts, M. Robert Poëti, le verssement de 9 subventions ttotalisant prè
ès de 144 300
0$à3
entreprise
es soient Tran
nsport Mornea
au inc., Eskim
mo Express in
nc. Et Solution
n Morneau inc., appartena
ant au
Groupe Morneau,
M
de faire l’acqu
uisition de 281
2
ordinatio
ons de bord
d, 73 équipe
ements améliorant
l’aérodyna
amisme, 5 systèmes
s
antiralentis, 8 systèmes de gestion de la puissance
e du moteurr et 2
ues. (Québec
fourgons écoénergétiq
é
c, 2014g)
2.4.2
Prrogramme d’aide
d
à l’a
amélioration de l’effica
acité du tra
ansport marritime, aérie
en et
fe
erroviaire (PE
ETMAF)
Toujours en lien avec le PACC2020
0, ce program
mme, élaborré et mis en œuvre par le MTQ en occtobre
2013 et se
e terminant le
e 31 mars 2017, vise essen
ntiellement laa réduction o
ou l’évitemen
nt des émissio
ons de
69
GES pour les entreprises, les orga
anismes municipaux ou au
utres Québéccois exploitan
nt des servicces de
transport maritime, aé
érien ou ferro
oviaire en utiilisant du mattériel ou des équipementss de transporrt plus
performan
nts. Il perme
et également de l’aide po
our le recourrs à des énergies moins é
émettrices de GES
pour ces types
t
de transport. Ce pro
ogramme pou
ursuit les mêm
mes objectifss que son proggramme préccédent
issu du PA
ACC2012 : le Programme d'aide
d
à l’am
mélioration de
e l’efficacité
é énergétique
e dans le tran
nsport
routier, maritime,
m
et ferroviaire
f
(vvolet maritim
me et ferroviaaire).
Un docum
ment explicatif du program
mme est disp
ponible sur le
e site du pro
ogramme. (MT
TQ, s. d.) Da
ans ce
documentt, on retrouv
ve les critère
es d’apprécia
ation que s’e
est donné le
e programme
e pour évaluer les
projets. Le
L tableau 2--3 détaille chacun de ces critères. U
Une précision particulière
e attire l’atte
ention
lorsqu’on spécifie que le ministère favorise les projets
p
de réd
duction en te
enant compte
e du coût/ton
nne de
GES réduits.
Pour être admissible, le
l projet doitt viser
« … la réduction ou l’évite
ement des ém
missions de G
GES par l’inttroduction de
e nouvelles
te
echnologies, la modificatiion ou le remplacement d’appareils, la mise en œuvre de
no
ouvelles pratiiques ou proc
cédures opéra
ationnelles pllus efficaces sur le plan énergétique
ou
u la substitutiion des énerg
gies fossiles par
p le recourss à des énergiies moins émettrices de
GE
ES.
Le
es entreprise
es, les organismes municipaux et lles autres o
organismes llégalement
co
onstitués ayan
nt un établisssement au Qu
uébec sont ad
dmissibles.
Le
es firmes de consultants et autres org
ganisations siimilaires ne sont pas adm
missibles. »
(M
MTQ, s. d.)
Ce progra
amme est divisé en deux volets
v
: infrasstructures ett équipementts et le volet des études e
et des
projets pilotes. L’aide financière esst offerte sou
us la forme de
e subvention..
Tableau 2--3
Critères d’appréciation
d
n des projets du
d PETMAF (tiiré de : MTQ, ss. d., p. 2)
70
Le demandeur désirant présenter un projet, doit formuler son plan de projet selon le Guide de
demande d’aide financière, accessible sur le site Internet du MTQ, en le faisant parvenir à la Direction
du transport maritime, aérien et ferroviaire avec le formulaire de demande du programme.
Le guide précise que la quantification des réductions des émissions de GES doit faire l’objet d’un
rapport de quantification des réductions devant être préparé et signé par une personne possédant un
certificat de formation délivré par CSA pour la norme ISO 14062-2 : Spécifications et lignes directrices,
au niveau des projets, pour la quantification, la surveillance et la déclaration des réductions
d’émissions ou d’accroissements de suppressions des GES. Ce rapport de validation est soumis à
l’autorité du programme lorsque la demande a été admise au programme par le ministre.
Le volet 1 propose de l’aide financière pour les dépenses d’infrastructures et d’équipements, pour la
modification ou la nouvelle acquisition de ceux-ci. Le demandeur doit joindre son plan de projet au
formulaire prescrit par le programme. Le guide de demande d’aide financière précise que les dépenses
relatives aux frais pour rédiger les rapports de quantification, de validation et de vérifications externes
des réductions d’émissions sont admissibles s’ils sont selon les normes ISO 14064-2 et 14064-3. La
contribution financière de l’aide est calculée selon le tonnage d’émissions réduites ou évitées sur une
période de 12 mois consécutifs et est établie à un maximum de 1 000 $(2 000 $ en cas de substitution
d’énergie fossile en hydroélectricité) la tonne d’émissions annuelles de GES réduites pour l’ensemble
du projet. Comme décrit dans le guide, la contribution financière est versée en deux versements soit 50
% lors de la production des pièces justificatives des dépenses admissibles et 50 % après la première
année d’exploitation, suite du dépôt d’un rapport de vérification certifiant le tonnage des émissions de
GES réduit et que celui-ci s’apparente à l’objectif du projet présenté lors de la demande d’aide. Ce
rapport de vérification doit être préparé et signé par une personne ayant un certificat de formation
délivré par la CSA pour la norme ISO 14064-3 et distincte de celle ayant produit le rapport à l’étape du
dépôt du projet, ainsi nommé pour la validation. Le montant peut même être augmenté si l’objectif est
dépassé si le programme dispose de fonds suffisants. Toutefois, si la réduction réelle est inférieure à ce
qui a été accepté lors de la demande initiale, le dernier montant en est aussi ajusté. (ibid)
Le deuxième volet appuie la réalisation d’études ou de projets pilotes qui démontrent un potentiel de
réduction dans le transport maritime, aérien et ferroviaire.
Tout comme pour le volet 1, lorsque la demande d’aide est admise, le ministre doit recevoir un rapport
de quantification des réductions ou des évitements des émissions de GES par un agent agréé CSA. Par
contre, il n’y aura pas de rapport de vérification puisqu’il n’y a pas d’implantation à grande échelle.
Sur son site Internet, le programme présente une liste de projets pour lesquels il a contribué.
En
effet, on dénombre une multitude de projets, mais aucun n’est issu du nouveau programme. On ne
connait pas la date de la mise à jour de cette liste. Une recherche dans le fil d’information du
gouvernement n’affiche aucun résultat pour PETMAF.
71
2.4.3
Les programmes Roulez électrique et Branché au Travail
Ce programme s’inscrit, en plus du 2020, dans la Stratégie d’électrification des transports 2013-17. Il
remplace depuis le 1er janvier 2012, le crédit d’impôt remboursable pour l’acquisition ou la location
d’un véhicule neuf écoénergétique alors mis en place en 2009. Il est en vigueur jusqu’au 31 décembre
2016 ou à l’épuisement des fonds disponibles. Le MERN en est le mandataire. L’objectif de réduction du
programme n’est pas publicisé.
Son objectif est d’encourager l’acquisition de véhicules électriques en offrant une aide financière lors
de l’achat ou la location de véhicules neufs et de l’achat et l’installation de bornes de recharge. Le
programme offre son appui aux particuliers, aux entreprises, municipalités et aux organismes à but non
lucratif; les ministères et organismes du gouvernement du Québec et du gouvernement fédéral en sont
exclus. Il propose également l’établissement de partenariats avec les concessionnaires afin que ces
derniers puissent offrir ces rabais à leurs clients dès l’achat ou la location d’un nouveau véhicule. Ainsi,
l’aide financière au nouveau propriétaire devient accessible dès la transaction d’achat. Des outils
promotionnels sont également proposés à ces partenaires.
Pour se faire prévaloir de l’aide financière, le demandeur doit s’engager à être immatriculé au Québec
pour une période de 12 mois pour un maximum de 2 voitures par année ou pour une période de 36 mois
pour plus de 3 voitures par année.
L’aide financière est attribuée en fonction du type de véhicule, de la capacité de la batterie, de la date
de la première immatriculation et de la durée du contrat de location, si applicable. Des tableaux sont
présentés dans le cadre normatif du programme disponible sur Internet. (Québec, 2014h) Une fois la
demande d’aide acheminée au ministère, ce dernier verse l’aide financière telle les modalités prévues
à condition que les critères d’admissibilité soient respectés. Aucune déclaration GES n’est abordée dans
ce programme.
Le programme propose également une aide financière pour l’acquisition et l’installation de borne de
recharge soit à domicile pour les propriétaires de véhicule entièrement électrique ou hybride
rechargeable ou pour les entreprises désireuses d’installer des bornes en milieu de travail (appelé
Branché au travail).
Les constructeurs d’automobile sont également invités à proposer l’ajout d’un véhicule sur cette liste
en remplissant un formulaire à cet effet et en le retournant au BEIE du MERN. Ce dernier fera l’analyse
afin de déterminer l’admissibilité des véhicules et le montant associé.
Aucune déclaration GES ne fait l’objet de ce programme.
Le Bilan des plans d’action 2012-2013 publié au printemps dernier indique le nombre d’acquisitions de
2011 à 2013. Le tableau 2-4 dénombre les acquisitions par type de véhicules de 2001 à 2013. Aucun
registre disponible en ligne ne publicise le nombre de projets admis au programme.
72
Tableau 2--4 Nombre de
e projets admiis au programme Roulez éle
ectrique de 20
011-2013 (tiré
é de: MDDELCC
C,
2014c, p. 20)
2
2.4.4
Prrogramme d’aide
d
gouverrnementale à l’améliora
ation des se
ervices en trransport colllectif
(P
PAGASTC)
Les objectifs de ce pro
ogramme sont d’accroître
e l’offre de se
ervices de tra
ansport collecctif rural et u
urbain
et de pro
omouvoir l’uttilisation dess modes de transport altternatifs à l’’automobile. (MTQ, 2014
4d) Ce
programm
me remplace le Programme d’aide gouvvernementale
e à l’améliorration des serrvices en tran
nsport
en commu
un (volet I) et
e le Program
mme d’aide au transport ccollectif régio
onal (volet II). Il administtre un
budget de
e 152,8 M$ qu’il distribu
ue en trois volets : subvventions à l’amélioration
n des services de
transportss en commun
n, subvention
ns au transpo
ort collectif régional et ssubvention à la promotio
on des
modes de transport altternatifs à l’a
automobile ett aux centress de gestion d
des déplacements. (ibid)
Ainsi, on y offre des subventions
s
pour
p
augmen
nter l’offre d
de services en
n référence à l’année 20
006 en
transport collectif, po
our l’organisation et l’exp
ploitation de ces services de même qu
ue pour appuyer la
planificatiion et la coo
ordination de
e ceux-ci. Également, dess subventionss sont offerttes pour assu
urer le
maintien des services d’autocar intterurbain pré
ésentant des situations fin
nancières pré
écaires. De pllus, le
programm
me propose de
es appuis financiers pour les projets à vocation d’’éducation ett de sensibilisation
du public aux différentts modes de transport
t
alte
ernatifs à l’au
utomobile ou d’en faire la
a promotion.
Dans le ca
adre du prem
mier volet, soiit l’améliorattion des servi ces de transp
port en comm
mun, le progra
amme
de subven
ntions est offe
ert aux autorités organisa
atrices de traansport (AOT)) tel l'Agence métropolitaiine de
transport (AMT), les sociétés de transport en
n commun, lle Conseil ré
égional de trransport (CR
RT) de
Lanaudièrre, les conseils inter mun
nicipaux de transport
t
(CIT
T) ainsi que les organism
mes municipa
aux et
inter mun
nicipaux de transport (O
OMIT).
Pour se prévalo
oir de l’aide, l’AOT doitt déposer un
n plan
d’amélioration des se
ervices démo
ontrant une augmentatio
on de l’offre
e de service
e de transpo
ort en
commun dans
d
sa dema
ande de subvvention. Pourr percevoir le
es deux prem
miers verseme
ents de 45 % de la
subvention par semestre, la demande doit être accompagnée
e des rapportts du vérificateur de l’AOT
T pour
les année
es 2012 et 20
013. Enfin, un
n rapport d’a
auditeur exte
erne du dem
mandeur est e
exigé; celui-cci doit
confirmerr que les serv
vices et l’offrre additionne
elle prévus au
u plan d'améllioration ont effectivemen
nt été
mis en place afin de percevoir le
e solde de 10 % de la subvention. Aucune décllaration GES n’est
applicable
e à ce volet. (ibid)
73
Dans le cadre du volet 2, les municipalités régionales de comté (MRC) ayant des problèmes financiers en
regard à la gestion des transports collectifs existants, sont admissibles à une subvention pour le
maintien des services précaires. Ainsi, l’organisme en difficulté doit transmettre ses données
financières et organisationnelles vérifiées pour déclencher le processus d’évaluation et du suivi du
programme par le MTQ.
Pour le volet sensibilisation et éducation, le demandeur doit fournir un rapport d’activité établissant la
couverture médiatique obtenue, l’achalandage réalisé ou toute information pertinente pour évaluer le
succès de l’activité, un mois après la fin du projet au MTQ. (ibid)
Aucune déclaration GES ne fait l’objet de ce programme, puisqu’il cible principalement des
changements de comportement qui n’entrainent pas des réductions d’émissions de GES directes.
2.4.5
Programme Véloce II
Ce programme est essentiellement un programme d’aide financière aux municipalités, MRC ou les OSBL
mandatés par des municipalités, désirant mettre en place des infrastructures cyclables et piétonnes. Il
favorise ainsi les déplacements actifs tels la marche, le vélo ou tout autre mode de déplacement en
milieu urbain et d’interconnexion avec la Route verte, réseau cyclable national. Sont également inclus
dans le programme, les modes de déplacements avec moteur électrique découlant d’une incapacité ou
d’une limitation physique telle la bicyclette assistée, le fauteuil roulant, quadriporteur et tout autre
équipement d’aide à la mobilité. (MTQ, 2013b) Ce programme a plusieurs objectifs : soutenir l’effort
municipal pour les transports actifs, parachever la Route verte et d’en assurer la pérennité, de
développer des interconnexions régionales et locales à la Route verte, développer des infrastructures
favorisant les déplacements actifs, améliorer les réseaux cyclables existants pour en améliorer
l’attractivité et la sécurité et réduire les émissions de GES causées par les déplacements de personnes.
(ibid) Ainsi, le programme est divisé en quatre volets : le Volet 1 : Développement des transports actifs
dans les périmètres urbains, le Volet 2 : Développement de la Route verte et de ses embranchements,
le Volet 3 : Conservation des infrastructures de transport actif et le Volet 4 : Entretien de la Route
verte. (ibid)
Ce programme vient remplacer différents programmes d’aide financière liés au développement et à
l’entretien de la Route verte, le programme Véloce et le programme d’aide gouvernementale aux
modes de transport alternatifs à l’automobile du volet « transport actif » dans le cadre de la mise en
place d’infrastructures. (ibid)
Des formulaires de demandes de subvention sont disponibles sur le site du programme.
Dans le cadre normatif du programme (MTQ, 2013c), le demandeur peut s’inspirer des critères
d’appréciation que le ministère s'appuie pour l’évaluation des projets. Les formulaires de demande
offrent des espaces pour chacun des critères par volet.
74
Seul le volet 4 s’appuie sur des normes pour préciser ses critères d’admissibilité : les normes de
conception du tome I, chapitre 15, et aux normes de signalisation du tome V, chapitre 7 telles qu’elles
sont publiées dans la collection Normes – Ouvrages routiers du MTQ.
Le demandeur doit faire parvenir sa demande de subvention ainsi que toutes les informations requises
définies dans le document Véloce II - Programmes d’aide financière aux infrastructures cyclables et
piétonnes- Modalités d’application (2013-2016) au bureau de direction du MTQ de sa région avant le 1er
mars de chaque année. Les projets sont ensuite analysés et priorisés pour être annoncés au début avril,
et ainsi recevoir leur subvention. Après cette période, les projets peuvent aussi être analysés, mais les
subventions seront attribuées que si des budgets sont toujours disponibles. L’enveloppe budgétaire est
déterminée chaque année.
Bien que ce programme soit lié au PPAC2020, il n’y a pas encore ici de comptabilisation de réduction de
GES causés par ce programme. Aucune déclaration GES n’est exigée.
2.4.6
Programme visant la réduction ou l’évitement des émissions de gaz à effet de serre par le
développement du transport intermodal (PREGTI)
Ce programme a pour objectif de réduire ou d’éviter les émissions de GES générées par le transport des
marchandises et des personnes par l’implantation de projets intermodaux et par la promotion des
services maritimes et ferroviaires. Il remplace et poursuit les mêmes objectifs que le Programme d’aide
visant la réduction ou l’évitement des émissions de GES par l’implantation de projets intermodaux dans
le transport maritime et ferroviaire (PAREGES) attaché au PACC2012. Il est en vigueur jusqu’au 31 mars
2017. (MTQ, 2013d)
Ainsi, tout projet permettant de réduire ou d’éviter les émissions de GES par une meilleure
intermodalité ou utilisation du transport maritime et ferroviaire est admissible. Les entreprises, les
organismes municipaux et les organismes légalement constitués ayant établissement au Québec sont
admissibles. (ibid) Il est à noter que les firmes de consultants en sont exclues.
Les critères d’appréciation des projets utilisés par le MTQ pour évaluer les demandes sont
explicitement décrits dans le programme. Tout comme dans le PETMAF, on a pris soin d’inclure des
critères liés au développement durable, qu’on retrouve dans le guide de demande d’aide financière du
programme. De plus, un indicateur coût/tonne est utilisé par le ministre pour favoriser les projets à
faible investissement.
Le programme comporte quatre volets : les projets avec dépenses d’infrastructure, les projets sans
dépenses d’infrastructures, projets pilotes, études et promotion des modes de transport maritime ou
ferroviaire.
Pour le volet 1 impliquant les projets d’infrastructure ayant des dépenses de plus de 1 M$, les
demandeurs doivent produire un rapport de quantification lors du dépôt de la demande de subvention
75
et plus tard, un rapport de vérification des réductions pour obtenir le dernier versement de la
subvention, conformes à la norme ISO 14064. Le rapport de quantification doit, selon le guide, doit être
préparé et signé par une personne possédant un certificat de formation délivré par CSA pour la norme
ISO 14064-2 : Spécifications et lignes directrices, au niveau des projets.
Le rapport de vérification,
quant à lui, se doit d’être préparé et signé par une personne possédant un certificat de formation
délivré par CSA pour la norme ISO 14064-3:Spécifications et lignes directrices pour la validation et
vérification des déclarations des GES. Le programme précise clairement que la personne qui rédige le
rapport de vérification ne doit pas être celle qui a préparé le rapport à l’étape du dépôt du projet.
Ainsi, le programme oblige une distinction du validateur et du vérificateur. Malgré le fait que les frais
déboursés pour ses rapports soient des dépenses admissibles au programme, les éventuels crédits
demeurent la propriété du demandeur.
La contribution financière par projet est déterminée en fonction des réductions ou éliminations des GES
sur une période de 12 mois à raison d’une aide maximale de 500 $ la tonne.(ibid) Le premier versement
représentant 50 % de la subvention octroyée, est accordé à la présentation de pièces justificatives des
dépenses admissibles. Le solde de l’aide accordé est versé après le dépôt du rapport de vérification,
avant la fin de la troisième année d’exploitation du projet. Toutefois, si le projet n’atteint pas les
objectifs proposés lors de la demande, le dernier versement en sera réduit proportionnellement. (ibid)
Le programme ne précise aucune contrainte de distinction du validateur et du vérificateur.
Les demandeurs de projets de moins de 1 M$ n’ont pas à produire les rapports de quantification ni de
vérification. Ils doivent toutefois fournir toutes les données nécessaires afin que le MTQ puisse évaluer
les émissions de GES réduits ou évités attribuables à la réalisation de leur projet, donc procéder à une
validation interne. L’aide maximale pour ce type de projets ne peut pas excéder 750$ la tonne. (ibid)
La subvention se débourse en deux versements : le premier lors de la présentation des pièces
justificatives des dépenses admissibles et le dernier, après la première année d’application du projet,
suivant l’évaluation des émissions réduites ou éliminées par le MTQ. On déduit donc ici que la
vérification est aussi faite à l’interne.
Les projets d’électrification des opérations de transport ou de manutention par le substitut des
carburants fossiles par l’hydroélectricité peuvent recevoir une contribution financière équivalant au
double des montants mentionnés plus haut.
Dans le cadre des projets sans infrastructure, soit le volet 2, la contribution financière est calculée à
400 $ par tonne d’émissions réduites. L’élimination d’émissions de GES n’est pas admissible ici. Aucun
rapport de validation n’est exigé. La contribution est versée en cinq versements annuellement pendant
une période de 5 ans, suivant le dépôt du rapport de vérification sur les réductions des émissions de
GES liées au projet, selon la norme ISO 14064. Cependant, dans le cas où les réductions planifiées ne
sont pas réalisées, l’aide financière est réduite au dernier versement. (ibid)
76
Le volet 3 soutient la réalisation de projets mettant à l’essai de nouvelles solutions logistiques,
commerciales ou techniques en matières de transport maritime, ferroviaire et intermodal qui
démontrent un potentiel de réduction ou d’évitement des émissions de GES. De plus, ce volet compte
parmi ses objectifs, l’amélioration de l’offre de solutions de transport à faibles émissions de GES. Parmi
les critères d’appréciation des projets, le programme spécifie ici que le potentiel des projets en
développement doit être sur une base durable et compétitive. Aucun rapport de quantification ni de
vérification n’est exigé et aucun coût par tonne n’est donné en référence.
Le volet 4 s’applique aux projets d’études amenant l’accroissement ou l’amélioration de l’offre de
solutions de transport à faibles émissions de GES ou à l’amélioration du bilan des activités de transport
par rapport aux émissions de GES. Les critères d’appréciation des projets résident principalement dans
le potentiel concret de réalisation de projets faisant suite à l’étude. Aucune déclaration GES n’est
exigée.
Les projets admissibles au volet 5 proposent la promotion des modes maritime ou ferroviaire.
L’organisation et la participation à des événements ou la production et la diffusion de matériel
promotionnel répondent aux conditions d’admissibilité. Des réductions des émissions seront des effets
collatéraux de la mise en place de ces promotions. Aucun estimé de réduction ou d’évitement n’est
exigé ici.
Le programme offre un guide de demande d’aide financière, disponible sur le site du programme pour
les demandeurs, le validateur et les vérificateurs. On y décrit explicitement les informations requises
par le programme à joindre avec le formulaire de demande d’aide financière, aussi disponible sur le
site Web. La précision quant au contenu du plan de projet est aussi détaillée dans le guide. Ce dernier
démontre aussi l’importance accordée aux retombées économiques du projet ainsi que les bénéfices
environnementaux et sociaux de même que l’acceptabilité du milieu en ayant pris soin d’en faire des
critères d’appréciation. Dans les modalités applicables aux volets 4 et 5, le guide précise que le
ministère gère l’ensemble des demandes reçues avec un souci d’optimisation des rendements des
investissements en matière de réduction des émissions de GES et de développement durable. (MTQ,
2014e) Il est à noter que tous les projets ayant reçu une aide financière dans le cadre de son
prédécesseur sont disponibles sur le site du programme. De 2008 à 2013, plus de 53 M$ ont totalisé
l’aide offerte dans le cadre de ce programme estimant ainsi des réductions de près de 300 000 T de
CO2eq. pour cette période. (MTQ, 2013e)
2.5
Recherche et innovation
Un seul programme est assigné à cette catégorie d’aide. Il s’agit du Programme Technoclimat, géré par
le MERN qui encourage le développement de nouvelles technologies ou de procédés en matière
d’efficacité énergétique, d’énergies émergentes et de réduction des émissions de GES. Il remplace le
Programme de démonstration des technologies vertes et le Programme d’aide à l’innovation en énergie
77
(PAIE) du précédent plan d’action. Il offre ainsi aux promoteurs de projets, l’occasion de présenter des
projets soutenus financièrement par le programme lorsqu’ils mettent en place des mesures
occasionnant des réductions d’émissions de GES.
On entend ici par énergies émergentes, les sources d’énergie renouvelables peu ou pas utilisées sur le
marché québécois telle l’énergie solaire, éolienne, hydrolienne, marémotrice, la géothermie,
l’hydrogène et la bioénergie. (MERN, 2013c)
Ainsi, les projets réalisés par une personne morale ayant un établissement au Québec, cherchant à
développer, à adapter, à utiliser ou à commercialiser une nouvelle technologie ou un procédé
innovateur dans le cadre du programme sont susceptibles d’accéder à ce programme. Les critères
d’admissibilité sont publiés sur le site du MERN. (MERN, 2014e)
Ainsi, pour s’assurer que son projet est admissible, le demandeur de l’aide doit démontrer qu’il
satisfait tous les critères suivants :
« réduire les émissions de GES;
être réalisé, en tout ou en majeure partie, au Québec;
être une innovation technologique;
présenter un bon potentiel de marché;
correspondre minimalement à l’une des activités suivantes :
 la recherche et le développement;
 la démonstration;
 le mesurage;
 la précommercialisation;
 la diffusion. » (ibid)
De plus, le projet doit se réaliser dans un délai de 36 mois suivants l’entente avec le ministère. (ibid)
L’aide offerte aux projets peut atteindre 3 M$ et même 5 M$ s’ils sont liés à l’électrification des
transports. (MERN, 2014f)
Le promoteur doit donc présenter une demande avec le formulaire de demande rempli à la satisfaction
du ministre et accompagné des documents exigés comme décrits dans le Guide détaillé du requérant,
tous accessibles sur le site du programme. Le formulaire consiste d’un fichier Excel à plusieurs onglets
dans lequel on retrouve la demande, un plan de projet, un échéancier, et un descriptif des coûts
estimés des activités, les estimés de réduction et une analyse financière du projet. Ainsi, le formulaire
sert de protocole de quantification.
Dans le cadre normatif du programme, on y précise qu’un comité, composé d’au moins 3 ressources du
MERN, analyse la demande une fois que le projet est jugé admissible et le contenu de la demande
chemine vers une évaluation technique. Chaque projet est évalué sur sa qualité technique, ses impacts
énergétiques, de réduction des émissions de GES, socio-économiques et environnementaux. De plus, le
potentiel de marché ainsi que la garantie de réalisation du projet sont également des critères
d’appréciations du projet.
78
Quoique le programme exige une quantification et une vérification des émissions de GES, elles seront
exécutées à l’interne.
Le requérant doit lui-même planifier et mettre en œuvre son projet
conformément à la norme ISO 14064-2. Mais il n’est pas tenu de se prévaloir d’un processus de
validation ni de vérification certifiée, les exigences du programme ne menant pas à une certification
des réductions d’émissions de GES. Les facteurs d’équivalence à utiliser sont disponibles sur le site du
programme.
Le demandeur conserve la propriété des réductions résultant de l’implantation d’un projet avec l’aide
de ce programme. Toutefois, si les réductions étaient admissibles à des transactions sur le marché du
carbone, il est important d’éviter que les réductions ne soient doublement comptées. Comme pour le
programme ÉcoPerformance, si des crédits de carbone du projet étaient vendus, le ministre exige un
remboursement de l’aide versée au prorata de la valeur nette de la vente de ces crédits pour ainsi
éviter le doublement de l'aide financière au projet.
Plusieurs projets en lien avec ce programme ont fait l’objet d’articles sur le portail des actualités du
MERN. Entre autres, le 14 juillet dernier, on annonçait l’attribution de 1 M$ pour soutenir Enerkem à
son usine de Westbury pour un projet de démonstration de production d’électricité renouvelable à
partir de biomasse résiduelle. (Québec, 2014i)
Le 15 août 2014, on publiait l’annonce pour l’attribution d’une aide financière de 243 450 $ à
FPInnovations pour son projet de démonstration visant l’optimisation de la programmation des moteurs
de véhicules commerciaux. (Québec, 2014j)
Le 14 juillet 2014, Monsieur Pierre Arcard annonçait un appui financier de 3 M$ à TUGLIQ Énergie
S.A.R.F. pour un projet de démonstration de stockage d’énergie et d’optimisation des systèmes.
(Québec, 2014b)
Ainsi, le programme n’exige aucune déclaration GES validée ni vérifiée par un tiers externe. Le MERN a
plutôt opté, comme pour son programme EcoPerformance, à des processus de validation et de
vérification exécutés à l’interne, appuyés par un formulaire de demande qui formalise la quantification
des réductions d’émissions de GES.
Quoique le site du programme présente les différentes publications et formulaires relatifs au
programme, aucune base de données n’énumère les projets admis à ce généreux programme.
2.6
Matières résiduelles
Cette thématique comporte 2 programmes. Le premier offre de l’aide financière pour des projets
d’envergure pour l’installation de traitement des matières organiques. Le second permet la mise en
place d’unité de traitement de ces matières.
79
2.6.1
Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage
(PTMOBC)
Ce Programme s’adresse à des demandeurs municipaux ou privés (une personne physique ou morale)
désireux de recevoir une aide financière pour la mise en place d’installations de traitement des
matières organiques, en vue du recyclage du compost et du digestat et du remplacement de
combustible fossile par du biogaz produit par ces installations.
Ce Programme vise ainsi deux objectifs : la réduction de la quantité de matières organiques enfouies
soutenant ainsi la réalisation des objectifs de la Politique québécoise de gestion des matières
résiduelles, et la réduction des émissions de GES contribuant aux mesures de lutte contre les
changements climatiques.
Des demandes d’aide financières peuvent être envoyées depuis le 3 juillet 2012 et jusqu’au 31
décembre 2017. Les projets subventionnés doivent être terminé et en fonction au plus tard le 30
septembre 2019. (MDDELCC, 2012b) Sur le site Internet du programme, on ne peut trouver le budget
affecté à ce programme ni les cibles de réductions espérées ni dans les documents connexes. Toutefois,
le Plan d’action 2011-2015 lié à la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles explique
que 650 M$ sont prévus pour permettre la réalisation de projets dans le cadre du PTMOBC. (MDDELCC,
2011b).
Le programme est scindé en deux volets : le volet biométhanisation et le volet compostage.
Le cadre normatif du programme spécifie les matières organiques spécifiques admissibles pour chacun
des volets. On retrouve toutes les particularités sur le site Internet du programme. (MDDELCC, 2012c)
Les projets susceptibles de cadrer dans ce programme doivent répondre à seize conditions
d’admissibilité très élaborées, disponibles dans l’annexe 3. Parmi celles-ci, on retrouve la localisation
de l’installation au Québec et l’offre d’une capacité annuelle de traitement d’au moins 100 T de
matières organiques du Québec.
Pour le volet biométhanisation, les réductions d’émission de GES proviennent de la substitution de
carburant ou de combustible fossile par la génération de biocarburant durant le processus de
biométhanisation et les évitements d’émission de GES sont qualifiés par le détournement des matières
organiques des lieux d’enfouissement pour leur élimination.
Dans le cadre du volet compostage, les gains liés au bilan actuel dépendent seulement de l’évitement
d’émissions de GES relatives à l’enfouissement des matières organiques. Pour l’un et l’autre des volets,
le bilan final doit tenir compte des émissions de GES issues de la collecte et du transport des matières
organiques. (MDDELCC, 2012b)
Tout projet admissible doit inclure une déclaration GES validée conforme à la norme ISO-14064-3 par un
organisme accrédité ISO 14065 obtenu d’un membre de l’IAF, pour le secteur d’activité de gestion de
80
matières résiduelles. Le rapport et l’avis de validation réalisés par cet organisme doivent être présentés
à l’autorité du programme, avant l’acceptation du projet, par le promoteur.
Une panoplie de rapports est exigée dans ce programme : un rapport de mise en exploitation, un
rapport de modification pour spécifier toutes modifications enclines à changer les résultats du projet
(ie les réductions de GES ou la quantité de matières recyclées), des rapports en cours de réalisation du
projet concernant le projet et son avancement, des rapports annuels au cours des cinq premières
années d’exploitation, un rapport financier des dépenses, un rapport de mesures correctives si les
réductions d’émission ou la quantité de matières sont inférieures à celles planifiées lorsque l’écart est
supérieur à 10 %. (ibid) Le tableau décrit tous les rapports requis par l’autorité du programme. On y
retrouve également la fréquence et la qualification du signataire autorisé pour chaque rapport.
Telles que préciser dans le tableau 2-5 ci-dessus, les réductions d’émissions de GES obtenues au cours
des cinq premières années doivent être présentées sous la forme d’une déclaration GES conformément
à ISO 14064-2. Selon la valeur de l’aide financière accordée, ces déclarations GES doivent faire l’objet
de rapports de vérification émis par un organisme accrédité ISO 14065 à une fréquence précise durant
cette période de cinq ans. Ainsi, les projets ayant une aide financière égale ou supérieure à 2 M$, les
rapports vérifiés doivent être soumis au terme de la première, troisième et cinquième année du projet;
sinon, ces rapports sont tenus d’être déposés qu’à la fin de la première et cinquième année du projet.
Il est important de noter ici qu’aucune restriction n’est spécifiée quant à l’indépendance entre le
validateur et le vérificateur dans le cadre normatif. Toutefois, cette spécification est bien précisée
dans le document appelé Spécifications pour la quantification des émissions de gaz à effet de serre
(GES) exigée par le programme de traitement de la matière organique par biométhalisation et
compostage. Dans la section Notes Générales, il est clairement énoncé que la personne qui effectuera
la validation GES d’un projet ne pourra en aucun cas effectuer la vérification GES du même projet.
(Québec, 2010). Ce document n’est pourtant pas accessible sur le site du programme. Le demandeur
en reçoit une copie électronique à la réception de son formulaire de présentation de projet faisant
suite à sa demande auprès du MDDELCC.
Un processus d’admission des projets complexe caractérise ce programme. En effet, le demandeur doit
d’abord signaler son intérêt pour le programme en communiquant avec la direction de l’analyse et des
instruments économiques du PTMOBC au MDDELCC pour recevoir le formulaire utile à la présentation de
son avant-projet. Ce formulaire explique qu’il s’agit d’une étape pour assurer l’admissibilité du projet
et que seulement certaines sections du formulaire sont à remplir. Une fois son avant-projet déposé,
l’autorité du programme l’évalue; s’il est compatible avec les objectifs et les exigences du programme,
cette dernière transmet un avis d’admissibilité. Ensuite, le demandeur soumet son projet avec le même
formulaire, mais cette fois-ci en répondant à toutes les sections du même formulaire en prenant soin
aussi de fournir un rapport et un avis de validation. L’autorité évalue ensuite le projet. S’il répond aux
81
exigences du programme, le ministre adresse une lettre d’octroi au demandeur fixant ainsi le montant
maximum de l’aide financière, ainsi que la réalisation d’engagements préalables selon le cas : les
modalités et les conditions relatives au versement de l’aide, son remboursement en cas de défaut ainsi
que la reddition de comptes. Un nouveau rapport de validation est nécessaire pour toute modification
du projet.
Tableau 2-5 Liste des documents exigés dans le cadre du PTMOBC (compilation d’après : MDDELCC, 2012b, pp.
10 à 12 )
Document
Fréquence
Signataire autorisé
une déclaration GES validée conformément aux
exigences et spécifications de la norme ISO-14064-3
Avant l’acceptation du projet par
un organisme accrédité ISO 14065
Résultats des quantités traitées, des quantités de
digestat et de compost produits et recyclés et leurs
usages, ainsi que du biogaz produit et de son usage.
Annuellement
Le demandeur
Les réductions d’émission de GES obtenues au cours
de l’année, sous la forme d’une déclaration
d’émission de GES (selon ISO-14064-2), vérifiée,
conformément aux exigences et spécifications de la
norme ISO-14064-3
+ de 2 M$ : année 1, 3 et 5
un organisme accrédité ISO 14065
Rapport de mesures correctives
Annuellement lorsque les résultats
relatifs aux réductions d’émission
ou
de
quantité
de
résidus
présentent un écart supérieur à 10
%.
Le demandeur
L’information consolidée obtenue à partir des
registres prévus aux Lignes directrices pour
l’encadrement des activités de compostage ou de
biométhanisation, ainsi que le pourcentage du
compost et du digestat produit
Annuellement
le Bureau de normalisation du
Québec
Le
pourcentage
des
unités
d’occupation
résidentielles qui sont desservies au cours de l’année
sur le territoire des municipalités concernées par un
service de collecte des matières organiques en vue
de leur recyclage
Annuellement
un vérificateur agréé, externe et
indépendant, conformément aux
normes d’audit généralement
reconnues au Québec.
Rapport de mise en exploitation
dans les quatre-vingt-dix (90) jours
après
que
les
installations
subventionnées soient mises en
exploitation
un certificat attestant la mise en
exploitation, signé par un
ingénieur membre de l’OIQ.
Rapport financier des dépenses admissibles
dans les cent quatre-vingts (180)
jours après que les installations
subventionnées soient mises en
exploitation
certifié par un vérificateur agréé,
externe et indépendant,
conformément aux normes d’audit
généralement reconnues au
Québec.
Rapport de mesures correctives
Annuellement lorsque les résultats
relatifs aux réductions d’émission
ou
de
quantité
de
résidus
présentent un écart supérieur à 10
%.
Le demandeur
- de 2 M $ : année 1 et 5
82
L’ordre de
e grandeur de
e l’aide finan
ncière est en fonction du ttonnage de m
matières organ
niques traitée
es par
année. Dé
épendamment de l’équipe
ement utilisé,, l’aide peut être calculée
e avec des ta
aux de 125 à 800 $
la tonne de matières traitées. Le tableau 2-6 détaille parr type d’équipement, le calcul du ta
aux de
subvention appliqué aux dépenses admissibles. On ne rema rque aucune référence à des réductio
ons de
GES.
Tableau 2--6
Dépenses admissibles et
e pourcentage
e de subventio
on du cadre no
ormatif du PTM
MOBC Phase III (tiré
de : MDDELCC, 2012b, p..14)
Parmi les dépenses admissibles au programme, on retrouve e
entre autres,, les frais liéss à la validatiion de
la déclara
ation d’émisssion de GES par
p une tierce
e partie, pré
écisant un mo
ontant maxim
mum admissib
ble de
20 000 $ pour
p
la valida
ation. Touteffois, on n’y précise pas l’aadmissibilité des dépensess occasionnée
es par
ais de
les frais liés à la vériffication alorss que dans le
e formulaire de l’étude détaillée, la vvaleur des fra
validation
n et de vérific
cation est dem
mandée dans la section Syynthèse des d
dépenses adm
missibles au prrojet.
Les réduc
ctions d’émisssion de GESS des projetss financés paar le programme demeu
urent, ici ausssi, la
propriété du demande
eur. Ainsi, il est
e possible que
q le promo
oteur puisse vendre ses ré
éductions sellon un
protocole accepté par un programm
me quelconqu
ue.
Une liste des projets confirmés et à venir, parr région, est disponible su
ur le site du programme.. On y
dénombre
e 9 projets co
onfirmés et 3 projets en de
evenir.
2.6.2
Aiide aux comp
posteurs dom
mestiques et communauta
aires (ACDC))
Ce progra
amme, géré par
p le MDDELC
CC a pour ob
bjectif de sou
utenir les municipalités ett les commun
nautés
autochton
nes dans leurrs démarchess de réductio
ons de leurs émissions de
e GES et de bannissemen
nt des
matières organiques des
d lieux d’e
enfouissement générées ssur leurs terrritoires. Il offfre de metttre en
place des composteurss domestique
es ou communautaires, de
es installations à plus pettite échelle. Étant
83
normalement de petite taille ou démunies financièrement, ces communautés ne peuvent s’offrir la mise
en place d’équipements aussi onéreux que sont les installations nécessaires à la biométhanisation ou au
compostage, offert par le PTMOBC. Ce programme a été mis en place le 1er avril 2014 afin de les
accompagner dans cette lutte au changement climatique à la hauteur de leurs besoins.
Parmi les promoteurs admissibles à participer à ce programme, on retrouve les municipalités inscrites à
la liste des municipalités dévitalisées, définies dans le Plan d’action gouvernemental à l’intention des
municipalités dévitalisées du Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du
territoire (MAMROT) en 2008. (MAMR, 2008) Ces municipalités ont reçu un indice de développement
socioéconomique très faible incitant ainsi le MDDELCC à offrir aussi un programme pour eux. Ainsi, les
MRCs ayant un territoire non organisé (i.e. territoire n’étant pas une municipalité locale, définition
tirée de la Loi sur l’organisation territoriale municipale, (L.R.Q., chapitre O-9)) ainsi que les
communautés autochtones peuvent aussi se prévaloir de ce programme.
Ce programme offre trois volets : le volet 1 – Compostage domestique, le volet 2 – Compostage
communautaire de matières végétales et le volet 3 – Compostage communautaire en équipement
thermophile fermé.
Le premier volet s’adresse généralement aux résidences unifamiliales. Il a pour objectif d’offrir aux
ménages du territoire du demandeur, des composteurs individuels traitant les matières organiques
végétales. Les résidus de table postconsommation ne sont pas pris en charge ici.
Le Volet 2 offre des composteurs partagés. Ils seront principalement utiles pour les multilogements et
les quartiers. Seules les matières organiques végétales peuvent être compostées.
Le troisième volet a l’objectif de doter un territoire admissible de composteurs partagés pour traiter
les matières organiques résiduelles de l’ensemble des résidus alimentaires, incluant les résidus de table
post consommation, et les résidus végétaux. La mise en place d’une collecte municipale ou d’un
système d’apport volontaire par les citoyens permet ainsi d’offrir un traitement des matières
organiques à tout type de résidences pour un ou plusieurs quartiers.
Le demandeur doit remplir le formulaire prescrit à ce programme disponible sur le site Internet de ce
dernier. (MDDELCC, 2014d) On y décrit le contenu du plan de projet. Une fois complété, le formulaire
doit être envoyé à la Direction de l’analyse et des instruments économiques du MDDELCC annexé d’une
résolution du conseil municipal indiquant le nom de la personne responsable du projet ainsi que
l’engagement de la municipalité à respecter le Programme, dont particulièrement, la reddition de
comptes. Le tableau 2-7 montre le détail de cette particularité.
Une subvention issue de ce programme est fixée à un maximum de 50 000 $. Contrairement au PTMOBC,
il n’y a aucune déclaration de GES devant être validée ou vérifiée.
Aucun projet n’a été répertorié pour ce programme à ce jour.
84
Tableau 2--7
2.7
Reddition
n de compte du
u programme ACDC (tiré de:: MDDELCC, 20014e, p. 9)
Agrriculture
Le progra
amme Prime-Vert, un pro
ogramme d’ap
ppui à l’agro
oenvironneme
ent, conçu par le ministè
ère de
l’Agricultu
ure, des Pêc
cheries et de
e l’Alimentattion (MAPAQ)) offre dans son Volet 1- Interventio
ons en
agroenviro
onnement pa
ar une explloitation agrricole, un ap
ppui à la lutte contre les changements
climatique
es. En effet, il tire son apport
a
financ
cier du Fondss Vert dans lle cadre du PACC2020, o
offrant
ainsi une subvention pouvant attteindre 70 00
00 $ pour de
es projets d
de recouvrem
ment étanche des
structuress d’entreposa
age des déjec
ctions animales et du traaitement du biogaz, très similaire et lié au
projet de crédits comp
pensatoires visant la destrruction du CH
H4 capté lors du recouvrem
ment d’une fo
osse à
lisier (Pro
otocole 1) du RSPEDE. Un
U formulaire
e prescrit paar le programme est utiilisé pour fa
aire la
demande d’aide financ
cière sur le site Internet du
d programme
e. (MAPAQ, s.. d.)
Le ministrre analyse les demandes jugées admisssibles et acccepte celles q
qui réponden
nt aux objecttifs du
programm
me, en tenantt compte des fonds disponibles. Le dem
mandeur en esst ensuite infformé et peutt ainsi
mettre so
on projet en place. Le de
emandeur s’e
engage à pré senter toutes les pièces justificativess. Une
fois le pro
ojet réalisé, le versement de l’aide financière estt remis au de
emandeur, se
elon les cond
ditions
entenduess à l’accepta
ation du proje
et. Aucune dé
éclaration GEES n’est requ
uise excluant ainsi nécessite de
production de rapportts de validattion et de vé
érification. LLe programm
me n’affiche aucun objecctif de
réduction d’émissions de GES.
2.8
Syn
nthèse
Cette derrnière section
n termine la
a description des différen
nts programm
mes associés au PACC202
20. Le
tableau 2--8 synthétise ces programmes par thèm
me tout en sp
pécifiant les é
éléments rela
atifs à la valid
dation
et à la vérrification.
85
Quoique tous ces programmes soient des mesures pour réduire les émissions de GES, on peut conclure
que la recherche quantitative des réductions n’est pas une priorité puisqu’aucune déclaration GES n’est
requise à la demande d’aide financière pour plusieurs programmes. De plus, les requis pour s’assurer de
la qualité de cette déclaration couvent un grand éventail de possibilités passant par la validation
interne à la validation par un tiers distinct de la vérification. La plupart des programmes proposent une
série de documents et formulaires accompagnant un cadre normatif et un guide du demandeur,
disponible sur le site du programme. Par contre, comme dans le cas du PTMOBC, le demandeur parvient
à connaitre tous les requis qu’en communiquant avec l’autorité du programme. Ainsi, une panoplie de
programmes œuvre à la lutte contre les changements climatiques, chacun à leur façon.
Tableau 2-8
Tableau synthèse des programmes d'aide financière et leurs particularités relativement à la
validation GES.
Thématique / Programmes
Efficacité énergétique
Programme ÉcoPerformance
Programme Biomasse forestière résiduelle Programme Réno‐Climat – Chauffez vert Transport
Programme Écocamionnage Programme d’aide à l’amélioration de l’efficacité du transport maritime, aérien et ferroviaire (PETMAF)
Roulez électrique et Branché au Travail
Programme d’aide gouvernementale à l’amélioration des services en transport collectif (PAGASTC)
Programme Véloce II ‐ MTQ
Programme visant la réduction ou l’évitement des émissions de gaz à effet de serre par le développement du transport intermodal (PREGTI)
Gestionnaire Validation GES Vérification GES
MERN
MERN
MERN
MTQ
MTQ
MERN
Interne (BEIE)
Interne (BEIE)
Interne (BEIE)
AUCUNE
Interne (BEIE)
AUCUNE
Interne
Interne
EXTERNE par EXTERNE par personne agréée personne agréée CSA , et distincte CSA , et distincte de de la vérification
la validation
AUCUNE
AUCUNE
MTQ
MTQ
MTQ
AUCUNE
AUCUNE
AUCUNE
AUCUNE
EXTERNE par EXTERNE par organisme ISO organisme ISO 14065, et distinct 14065, et distinct de de la vérification
la validation
Recherche et innovation
Technoclimat
MERN
Interne (BEIE)
Interne (BEIE)
Matières résiduelles
Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage (PTMOBC)
Aide aux composteurs domestiques et communautaires (ACDC) Agriculture
Prime-Vert
MDDELCC
MDDELCC
MAPAQ
86
EXTERNE par EXTERNE par organisme ISO organisme ISO 14065, et distinct 14065, et distinct de la validation
de la vérification
AUCUNE
AUCUNE
AUCUNE
AUCUNE
3
LA VALIDATION AU QUÉBEC
Ce chapitre offre une définition de la validation telle que retenue par le MDDELCC. Suivra ensuite une
présentation des balises et des approches préconisées par chacun des ministères responsables autant
pour le RSPEDE que pour les différents programmes d’aide financière supportant le PACC. Après quoi, la
prochaine section expose la formation et les formes d’attestation du validateur. Enfin, la dernière
section présente une analyse de l’état du marché de la validation au Québec compilée à partir d’un
sondage réalisé auprès des acteurs québécois œuvrant dans le domaine des projets de réductions de
GES.
3.1
La raison d’être et la pertinence de la validation
Comme précisé dans ISO 14064-3, au cours d’une validation tout comme pour une vérification, le
validateur ou vérificateur procède à l’évaluation du système d’information des GES et de ses contrôles,
des données et information GES, en plus d’évaluer le projet par rapport aux référentiels du programme
(dont les critères d’admissibilité) et la déclaration GES du promoteur. La validation évalue la faisabilité
du plan de projet tandis que la vérification procède à l’évaluation des résultats du projet.
Après sa validation, le validateur rend son avis de validation dans lequel il précise l'atteinte d'un niveau
d’assurance concernant la réalisation des objectifs du projet, son domaine d’application et les critères
évalués lors de la validation de la déclaration GES, faisant ainsi état des réductions estimées par la
mise en place du projet. Il conclut sur la déclaration GES faite par le promoteur en y indiquant ses
réserves et limites dans l’avis.
Le vérificateur rend aussi un avis : on l’appelle un avis de vérification. Il évalue les données réelles du
projet et émet ensuite un avis sur la déclaration GES du promoteur, une fois le projet mis en place.
Le tableau 3-1 présente côte à côte les objectifs de la validation et de la vérification de projet, tel
qu’ISO 14064-3 les documente.
En comparant les objectifs de la validation d’un projet à ceux de la vérification, on remarque donc que
la validation évalue la probabilité de la réalisation de la déclaration GES par la mise en œuvre du projet
amenant ainsi l’enregistrement du projet au programme. Ainsi le validateur étudie le plan du projet,
son plan de surveillance et sa méthode de quantification des réductions planifiées pour évaluer la
potentialité du projet à réaliser les réductions d’émissions GES telles que mentionnées dans la
déclaration GES du promoteur au dépôt de son plan de projet.
Quant à la vérification, on évalue les résultats de la mise en œuvre du projet, en comparant le plan de
projet et la nouvelle déclaration GES. C’est également à cette étape qu’on saisit toutes les
modifications apportées au plan de projet par le promoteur à l’implantation de son projet. La
vérification utilise le plan de projet et le compare au rapport de projet. On y vérifie ici la mise en
87
œuvre des plans : la surveillance, les prises de données, et les déclarations. On utilise ainsi les rapports
de validation ou de vérification précédents pour compléter son avis.
Ainsi, une fois l’avis de vérification effectué, l’autorité du programme procède alors à l’émission de
crédits de carbone ou à l’autorisation de continuer le processus d’aide financière selon l’objet du
programme en question.
Tableau 3-1
Comparaison des objectifs de la validation et de la vérification de projet selon ISO 14064-3
(Compilation d'après: ISO, 2005b, p. 7)
Objectifs de la Validation de projet
Objectifs de la Vérification de projet
SIMILITUDES
La conformité aux référentiels de validation applicables, y
compris les principes et exigences des normes applicables ou
des programmes GES dans le cadre du domaine d’application
de la validation;
La conformité aux critères de vérification applicables, y compris
les principes et exigences des normes applicables ou des
programmes GES dans le cadre du domaine d’application de la
vérification
L'établissement, la justification et la documentation du plan
de projet GES;
incluant une déclaration de GES
Les informations et la documentation concernant la
planification du projet GES, y compris les niveaux de référence
du projet, l'assurance et le contrôle de la qualité, la gestion des
risques, les méthodes et les critères de surveillance et de
rédaction de rapports;
les contrôles planifiés du projet GES.
DIFFÉRENCES
Il convient que le validateur évalue la probabilité selon
laquelle la mise en œuvre du projet GES prévu donnera lieu à
des réductions d'émissions ou à des accroissements de
suppressions de GES, comme mentionné ou déclaré par la
partie responsable
toutes les modifications importantes éventuelles apportées aux
méthodes et critères du projet GES depuis la dernière période
de déclaration ou depuis la validation du projet;
les émissions et suppressions de référence, les réductions
d'émissions et les accroissements de
suppressions du projet GES déclaré
toutes les modifications importantes éventuelles en matière
d'émissions, retraits, réductions d'émissions et accroissements
de suppressions pour le projet GES ou les niveaux de référence
depuis la dernière période de déclaration ou depuis la validation
du projet;
Ainsi, on comprend que la validation sert principalement à celui qui veut s’assurer qu’il y a une
probabilité raisonnable de concrétiser les réductions d’émissions de GES admissibles offertes par la
réalisation du projet. De plus, ce processus valide que la déclaration GES du projet soit complète,
exacte, cohérente, transparente et sans différence notable. (ISO 14064-3, p 7).
La validation a donc une utilité distincte selon l'utilisateur. Dans le cadre d’un programme voué à la
réduction des GES, l’autorité du programme est un utilisateur du rapport lorsqu’il exige une
validation par exemple au moment du dépôt de la demande pour l’enregistrement de projets des
crédits compensatoires ou pour une aide financière. Elle veut alors s’assurer que la validation ait été
faite comme stipulé dans son programme pour l’enregistrement de projets dans son registre. Ce dernier
sert, entre autres, de vitrine aux acheteurs potentiels de crédits, affichant une quantité potentielle
réaliste de crédits compensatoires utiles pour faire face à ses obligations de droits d’émission.
L’autorité du programme doit décider s’il fait lui-même la validation, à l’interne, par ses propres
88
ressources. Il peut également décider de plutôt exiger du promoteur un rapport et un avis de validation
d’un organisme accrédité ou d’un agent agréé. Toutefois, cette autorité peut aussi choisir de repousser
la validation lors de la première vérification en acceptant, lors de l’enregistrement du projet, de
procéder à une évaluation administrative interne et ainsi utiliser la déclaration de réductions de GES du
promoteur dans son registre.
Le promoteur est aussi un utilisateur de la validation. Étant l’initiateur du projet, il peut avoir un
regard biaisé pour qualifier son projet. En se fiant à l’expérience du validateur et à ses connaissances
du programme, le promoteur obtient ainsi une garantie de l’admissibilité de son projet à un programme
avant de procéder à l’enregistrement de son projet, et ainsi débourser des frais inutilement. Mais
encore, une déclaration GES validée peut aussi servir à augmenter la crédibilité de son projet, surtout
s’il prévoit procéder à la vente de crédits sur les marchés de carbones. La validation l’aide à sécuriser
les bailleurs de fonds du projet; par contre, elle occasionne des dépenses et des délais importants pour
la mise en œuvre de son projet.
L’acheteur de contrats de crédits de carbone ou l’investisseur principal du projet voit diminuer les
risques de son investissement en se faisant rassurer sur le potentiel des réductions éventuelles. Il est un
utilisateur très intéressé par le processus de validation.
Le vérificateur est un autre utilisateur de la validation, puisqu’il s’inspire du rapport de validation dans
le cadre de la vérification.
En plus de la similitude des documents et des informations recueillies exigées par ISO 14065 pour
réaliser une validation ou une vérification, on a déjà fait la remarque au chapitre précédent que les
qualifications exigées par ces deux activités sont identiques. D’ailleurs, on a déjà remarqué que
l’agrément du validateur et du vérificateur passe par les mêmes exigences. Ainsi, un validateur peut
aussi devenir vérificateur et vice-versa en démontrant ses expériences dans l’un ou l’autre des
mandats. D’un point de vue d’efficacité, le validateur n’est-il pas le plus connaissant du projet pour
procéder à la vérification? Mais en précisant une distinction du validateur du vérificateur, on utilise ici
les principes d’assurance qualité où une deuxième opinion donne son avis sur le projet.
3.2
Les balises et approches de validation prescrites
Quoiqu’ils soient tous administrés par le MDDELCC, le RSPEDE et les différents programmes liés au
PACC2020 n’ont pas tous les mêmes balises et approches liées à la validation. D’ailleurs, tous les
programmes liés au Fonds vert géré par le MDDELCC n’ont pas tous le même cadre. Les prochaines
sections présentent la validation telle que décrite par le RSPEDE et les programmes d’aide financière.
3.2.1
RSPEDE
Comme présenté au chapitre 1 dans le cadre du RSPEDE, le ministre, l’autorité du programme, exige
que la validation d’un projet de crédits compensatoires soit présentée avec le plan de projet pour
89
procéder à l’enregistrement du projet. De plus, ce règlement précise que l’avis de validation doit
convenir d’une assurance raisonnable, démontrant ainsi le degré de confiance exigé pour la conclusion
du validateur.
Cette exigence réclame donc que le service de validation provienne d’organismes ayant mis en place
des procédures spécifiques pour son exécution et que ces organismes aient mandaté des personnes
qualifiées en GES en tenant compte des compétences, des connaissances et des aptitudes nécessaires à
l’exécution de la validation, détaillé dans la norme ISO 14066.
Tel que décrit dans ISO 14064-3:2005 définition 2.32, la validation est :
« un processus systématique, indépendant et documenté pour l'évaluation d'une
déclaration relative aux gaz à effet de serre relative à un plan de projet GES par
rapport à des critères de validation agréés » (ISO, 2005b)
De plus, la norme exige du validateur l’application des principes sur lesquels cette norme repose :
« a) démontrer une compétence et une conscience professionnelle, cohérente avec ses
rôles et responsabilités,
b) être indépendant,
c) éviter tout conflit d'intérêt réel ou potentiel avec la partie responsable et les
utilisateurs cibles des informations GES,
d) respecter la déontologie en vigueur durant toute la validation et la vérification,
e) rendre compte de manière honnête et précise des activités, conclusions et rapports
de validation ou de vérification,
f) satisfaire aux exigences de la norme ou du programme GES auquel souscrit la partie
responsable. » (ibid)
En spécifiant seulement les services d’un organisme accrédité, le MDDELCC se soustrait de
l’administration de l’agrément de validateur et de l’accréditation des organismes certifiés pour le
RSPEDE. Ainsi, le ministère ne gère aucune liste d’organismes accrédités; il laisse aux promoteurs la
contrainte de trouver eux-mêmes auprès d’un organisme national d’accréditation, membre de l’IAF
situé au Canada ou aux États-Unis, soit CCN ou ANSI. De ce fait, pour connaître les organismes
accrédités, il doit avoir recours à des recherches fastidieuses qui l’amènent vers un choix très limité
d’organismes. Une fois l’organisme de validation sélectionné, le promoteur doit choisir un autre
organisme accrédité offrant des services de vérification, pour la vérification de son rapport de projet.
Tel que le précise l’article 70.15 du RSPEDE (Règlement), il est exigé que l’organisme de vérification et
le vérificateur assigné au mandat n’aient pas effectué la validation du plan de projet pour lequel le
rapport de projet fait l’objet de la vérification. En extrapolant, cette restriction peut encourager les
organismes à s’organiser entre eux pour l’affectation des mandats de validation et de vérification
plutôt que de laisser libre cours au marché de ces services.
Mais le 23 juillet dernier, le MDDELCC fait volteface quant à la validation en présentant un projet de
règlement modifiant le RSPEDE. Il abroge l’article 70.9 (Projet, 2014) qui précisait le contenu du
rapport et de l’avis de validation. Ce projet de règlement invite les promoteurs à enregistrer leurs
90
projets au registre du ministère, sans avis de validation, au plus tard 18 mois après le début du projet
ou 3 ans pour les projets mis en place avant l’entrée en vigueur du protocole. De plus, ce projet de
règlement officialise la même autorisation donnée en janvier dernier à la validation soit de s’acquérir
des services de vérification à condition que cet organisme obtienne son accréditation dans l’année
suivant le dépôt du rapport de vérification. Ainsi, aucun crédit n’est accordé si ce rapport de
vérification ne provient d’un organisme accrédité. Cette autorisation ouvre ainsi le marché de la
vérification aux organismes ayant l’intention d’offrir, dans un proche avenir, ce type de service. En
conclusion, le RSPEDE n’exigeant plus de validation, élimine la contrainte de distinction du validateur
et du vérificateur.
La période de réception de commentaires du public prend fin le 24 septembre
prochain. On ne sait encore si le changement de cap s’effectuera. L’annexe 4 contient les
commentaires envoyés par l’auteur de l’essai au ministère.
3.2.2
Programmes d’aide financière
Le MDDELCC est le gestionnaire du PACC2020. Il représente donc l’autorité du programme. Comme
mentionnés précédemment, d’autres ministères se sont vus confier la gestion de certains programmes
d’aide financière. Chaque responsable de programme d’aide détermine lui-même le processus de
validation GES. Le responsable déploie une validation interne ou par un tiers, qu’il soit agréé ou un
organisme accrédité. Le tableau 2-8 du dernier chapitre permet de constater une grande
variété d’approches de validation selon l’autorité du programme.
Pour le programme PTMOBC administré par le MDDELCC, on n’a pas jugé bon de préciser clairement la
spécification de distinction du validateur et du vérificateur dans son cadre normatif; il le précise
seulement dans ses spécifications, pour lesquelles le promoteur, le validateur et le vérificateur doivent
communiquer avec le ministère pour en connaître les détails.
Un autre programme administré directement par MDDELCC, celui de l’aide aux composteurs
domestiques et communautaires n’exige ni validation ni vérification des réductions de GES. D’ailleurs,
aucune déclaration GES n’est exigée du promoteur.
La diversité des balises et approches liées au processus de validation gérées par le MDDELCC complique
la compréhension des exigences pour le promoteur. Cette difficulté peut être un élément suffisant pour
décourager le profane à s’investir dans un processus de réduction des GES. De plus, le dernier projet de
règlement de modification du RSPEDE, abolissant la validation, porte à croire que les exigences ne
s'appuient pas sur une approche systématique.
La prochaine section présente le cadre de formation qu’une personne et un organisme doivent se
conformer pour qu’il y ait reconnaissance des compétences du validateur.
91
3.3
La formation et l’attestation du validateur
Tel que décrit dans ISO 14066:2011, GES- Exigences de compétence pour les équipes de validation et les
équipes de vérification de GES, le validateur est :
« une personne(s) compétente(s) et indépendante(s) responsable(s) de la réalisation
d'une validation et de la rédaction d'un rapport des résultats de la validation » (ISO,
2011)
Les exigences du programme GES, le contenu d’un plan de projet, l’audit technique, l’audit des
données et des informations complètent les compétences attendues du validateur. Un cadre de
formation a été mis en place afin d’évaluer des compétences pour être en mesure d’attester qu’une
personne est qualifiée : il s’agit de l’agrément de personne. Dans une autre approche, on parle
d’accréditation d’organisme lorsqu’un audit par un tiers lui-même accrédité selon une norme spécifique
conclut que l’organisme a mis et applique toutes les procédures garantissant ainsi la qualité de son
service en s’assurant d’assigner une équipe de validation compétente.
3.3.1
L’agrément de personnes
L’agrément est une fonction d’évaluation des compétences de personnes (MDEIE, 2008). Donc, les
personnes agréées sont soumises à un examen évaluant leurs compétences. En effet, un organisme
accrédité a avantage à constituer son équipe de validation de personnes agréées facilitant ainsi la
démonstration de la compétence de cette équipe. Au Canada, deux organismes certifiés par CCN
peuvent ainsi émettre le titre associé à la qualification de validateur : Le CSA et Éco Canada. Ces
agréments permettent aux experts en matière d’évaluation de déclaration GES de se prémunir du titre
attestant de leurs compétences. Le validateur et le vérificateur doivent posséder les mêmes
compétences : en effet, on leur demande, dans tous les cas, de produire un rapport et un avis selon les
requis d’un programme particulier, sur la déclaration GES du promoteur. Ainsi, on ne fait pas de
distinction pour l’agrément du validateur et du vérificateur.
Canadian Standards Association (CSA)
La certification émise par cet organisme est le Vérificateur GES (GHG-V). Elle est accréditée par ANSI.
Pour obtenir ce titre, le candidat doit réussir l’examen des vérificateurs des GES qui témoigne qu’il
possède les connaissances, les compétences et les qualifications nécessaires pour agir en tant que
vérificateur. Mais d’abord, pour être admissible à l’examen, il doit démontrer qu’il détient une
formation ou une expérience dans deux domaines : des connaissances techniques et une expérience
d’audit. Les connaissances techniques comportent soit une formation technique ou une expérience
technique. Une des combinaisons suivantes permet de rencontrer cette exigence : une Maîtrise ou plus
dans un domaine scientifique accompagnée d’une année d’expérience pertinente ou un Baccalauréat ou
plus dans un domaine scientifique accompagné de deux années d’expérience pertinentes ou un
Baccalauréat ou plus dans un domaine non scientifique et trois années d’expérience pertinentes ou dix
92
années ou plus d’expériences. Pour les besoins des compétences d’auditeur, le candidat doit démontrer
une expérience d’audit : elle peut être de nature financière, environnementale, de qualité ou autre. Le
candidat doit également présenter trois mandats liés aux GES dont il a participé en tant que membre
d’une équipe. (CSA, 2010)
Ainsi, le candidat soumet le formulaire prescrit au programme d’agrément, en présentant sa formation
et ses expériences, signe le code de déontologie professionnel, paye les droits exigibles (présentement
établis à 895 $). Il peut ensuite se présenter à l’examen écrit dans les 6 mois suivants sa demande
d’admission. (ibid) Le candidat dispose de 3 essais pour réussir cet examen. Une fois l’examen réussi, il
détient le titre de vérificateur de GES agréé, valide pendant 3 ans. Pour renouveler son agrément après
cette période, il doit démontrer sa participation à 5 mandats de vérification de GES sans quoi il doit se
soumettre de nouveau à l’examen. L’examen est offert en français ou en anglais, au choix du
participant, et est fait à l’ordinateur. Il comprend 80 questions à choix multiple qui doivent être
répondues en 180 minutes. Un guide, accessible sur le site de l’organisme, décrit toutes les modalités
pour l’obtention ou le renouvellement de cette certification. On y retrouve aussi le contenu des
thématiques de l’examen, soit l’identification et la classification des émissions des sources, puits et
réservoirs, la détermination des émissions des GES, la participation à l’évaluation des risques et aux
activités de vérification. De plus, le guide présente le plan détaillé de l’examen, précisant autant la
pondération que les objectifs et les compétences évalués. Une liste de documentations propose du
matériel préparatoire à l’examen.
L’organisme offre aussi des formations préparatoires à l’examen : en effet, 2 cours de 2 jours sur ISO
14064-1 et ISO 14064-2 et un troisième de 3 jours, Vérification des projets GES – ISO 14064, portant sur
la vérification selon la norme ISO 14064-3. Les deux premiers cours sont prérequis au dernier.
Toutefois, ces formations ne sont pas obligatoires pour se présenter à l’examen.
14 personnes détiennent la certification de vérificateurs de GES (GHG-V) agréés du Groupe CSA au
Canada en juillet 2014. Ils sont issus de 3 provinces canadienne soit le Québec, l’Ontario et la CB. Les
Albertains n’ont pas renouvelé leur certification depuis septembre 2012. La figure 3-1 démontre la
distribution de ceux-ci. On remarque une diminution du nombre de vérificateurs de plus de 25 % au
Canada de 2012 à 2014. Un recul est également remarqué au Québec offrant près de 30 % de moins
d’experts sur le marché.
93
Figure 3-1
Distribution
n des GHG-V en
e 2012 et 201
14 (Compilatioon d'après: CSA
A, 2014 et Dionne, 2012)
Greenhou
use Gas Mana
agement Insttitute et ECO
O Canada Ces deux organisationss se sont réun
nies pour offrrir le titre de
e Environmen
ntal Professio
onal in Green
nhouse
Gas-verifier (EP(GHG))) ou Spécia
aliste en Envvironnement GES - vériificateur (SE(GES)) offerrt aux
profession
nnels ayant œuvré
œ
depuiss plus de 5 années dans le domaine de la quanttification ou de la
vérificatio
on. Un autre titre, celui de
d Spécialiste
e en Environ nement en fo
ormation (SEf(GES)) est offert
outefois com
aux candidats ayant moins de 5 années d’ex
xpérience, m
mais ayant to
mplété des é
études
universita
aires et des fo
ormations relliées aux GES. Le titre estt accrédité pa
ar CCN par la
a norme ISO 1
17024,
certifiant les personne
es.
En plus d’’exiger 5 ann
nées d’expériience, le candidat doit prrésenter un rrecueil de sa participation
n à 10
mandats de travail équivalant
é
à 36 mois de
e travail. Ce s mandats p
peuvent être
e des manda
ats de
quantifica
ations d’inven
ntaire, des validations
v
ou
u des vérificaations, mais 7 des 10 man
ndats doivent être
associés à des tâches reliées à la vérification
v
ou à la valida tion. (ECO, 22014a) Un gu
uide est dispo
onible
sur Internet pour bien comprendre ces exigence
es. On y retro
ouve entre au
utres les proccédures à suivvre et
le squelettte de l’exam
men.
Pour être admis à l’exa
amen, le candidat doit remplir le form
mulaire de demande d’app
plication dispo
onible
sur le sitte d’Éco Can
nada. Il y dé
étaille son éducation
é
ain
nsi que ses expériences de travail e
et ses
même
formation
ns. Chaque mandat
m
de trravail présenté doit réfé rer à un seccteur d’activvité. Par la m
occasion, le candidat est invité à lire
l
et à signer son engaggement au co
ode d’éthique
e du Spécialisste de
l’environn
nement. Il te
ermine ensuiite sa demande d’inscrip
ption en joignant son p
paiement dess frais
admissible
es de 550 $ pour
p
l’inscrip
ption et les frais
f
d’exame
en auxquels s’ajoutent le
es frais d’adh
hésion
annuelle récurrents
r
de
e 200 $. Ces montants son
nt ajustés à lla baisse pou
ur le titre en formation. (ECO,
2014b)
L’organisme procède alors
a
à l’évaluation de l’in
nformation trransmise sur une période de 6 à 8 semaines.
Après quo
oi, le candida
at, s’il est acc
cepté, disposse de quatre semaines pou
ur se présentter à l’exame
en.
Il
doit choisir un endroit où il a un ac
ccès Internet sécurisé ainssi qu’un procu
ureur, faisantt partie d’un ordre
94
profession
nnel et qui doit
d
être app
prouvé par une autorité d
de ce progra
amme. Dans le but de biien se
préparer, le candidat est
e invité à s’’approprier du plan de l’e
examen. (ECO
O, s. d.)
Après avoir complété l’examen
l
de 3 heures, le dossier
d
du caandidat est évvalué afin de déterminer ssi tout
est conforme pour l’é
émission de son certifica
at. Cette cerrtification pe
erdure pour une période de 5
années. De
D plus, le SE(GES) fait enssuite partie de
d la liste dess professionn
nels accessible sur le site d’ÉCO
Canada. De plus, ce programm
me oblige le
e professionn
nel à accum uler des cré
édits provena
ant d’activittés de
développe
ement profe
essionnelles et de mois de pratiq
que liée au
ux GES ou de mandatts de
vérificatio
on/validation. Ainsi, pour garder son titre, le profe
essionnel doitt mettre à jour son profil sur le
site d’ÉCO
O Canada, présenter ses crédits
c
de dévveloppementt personnel e
et de mandatss professionn
nels et
payer ses frais d’adhésion. (ECO, 2014b)
2
La fig
gure 3-2 préssente le nom
mbre de profe
essionnels aya
ant ce
titre proffessionnel. Une
U
diminution de plus de 30 % de
e profession
nnels entre 2
2012 et 2014 est
enregistré
ée. Toutefois,, le faible nombre d’experrts au Québecc demeure sttable.
Figure 3-2
Distribution
n des EP(GHG))-V en 2012 ett 2014 (Compillation d'après: CECAB, 2014 e
et Dionne, 2012)
On remarq
que donc un recul importa
ant quant aux
x nombres de
e personnes a
agréées autan
nt par CSA qu
ue par
Éco Canad
da. Une grande demande de validation
n et de vérifiication pourrrait se faire ssentir à l’app
proche
de la fin de
d la premiè
ère période de conformité
é du RSPEDE prévue le 31 décembre 2
2014, où les ggrands
émetteurss assujettis doivent
d
reme
ettre au gou
uvernement, leur nombre
e de droits d
d’émission de
e GES
équivalant au total des émissions de GES vérrifiées qu’il a déclarées depuis 1er ja
anvier 2013 au 31
décembre
ocessus de rreddition de compte des droits
e 2014. Une pénurie d’ex
xperts peut ralentir le pro
d’émission
ns au gouvern
nement, le prrivant ainsi de
e revenus im portants.
3.3.2
Ac
ccréditation d’organisme
es
Comme mentionné
m
dan
ns la section présentant le
es balises du Règlement, un promoteu
ur doit se pré
évaloir
des servic
ces de validattion auprès d’un
d
organism
me accrédité ISO 14065 pa
ar un membre de l’IAF sittué au
Canada ou
u aux États-U
Unis et selon un programm
me ISO 1701 1. Ainsi, le p
promoteur de
e projet doit,, pour
l’obtentio
on de crédits compensatoiires ou d’aide
e financière pour certainss programme
es, se prévalo
oir des
95
services de validation auprès d’organismes accrédités d’un des deux organismes autorisés, soit le CCN)
ou ANSI. On décrit plus bas la démarche préconisée pour chacune de ces organisations dans le but
d’obtenir la certification ISO 14065 pour les entreprises spécialisées dans les services de validation et
de vérification.
Conseil canadien des normes (CCN)
Le CCN est une société d’État fédérale canadienne. Il a pour mission d’encourager une normalisation
efficiente et efficace sur le territoire canadien. L’organisme relève du Parlement canadien par
l’entremise du ministre de l’Industrie. Il gère le réseau de normalisation du Canada. (CNN, 2014a)
La direction des services d’accréditation gère parmi ses activités, le programme d’accréditation des
organismes de vérification et de validation des déclarations de GES (PAGES). Les exigences du PAGES
s’appuient sur les normes ISO 14065, ISO 14064-3. Il évalue ainsi les compétences d’un organisme à
exécuter des activités de validation ou de vérification pour les projets de réduction des émissions de
GES et pour les inventaires de GES. Le CCN est le seul organisme canadien à offrir cette accréditation.
CNN, 2014b)
Pour ce faire, cet organisme doit examiner les pratiques de l’organisme demandant une accréditation
afin de vérifier qu’elles sont conformes aux exigences de la norme ISO 14065, norme adoptée au
Canada sous format des procédures canadiennes soit CAN-P-20.
(ibid)
L’organisme doit alors
démontrer qu’il respecte toutes les exigences relatives à la validation et à la vérification et qu’il sait
mesurer les émissions de GES, leur réduction ou leur suppression, et en rendre compte conformément
aux trois parties d’ISO 14064 ainsi qu’aux règles du programme pour lequel il veut détenir son
accréditation.
CNN offre une accréditation pour huit secteurs d’activité : l’industrie, l’affectation des sols et
foresterie, l’élevage, la séquestration géologique, les énergies renouvelables, le traitement et
l’élimination des déchets, la logistique et le transport, et les services.
Une trousse de demande est disponible sur demande pour les organismes désireux d’établir une
démarche d’accréditation ISO 14065.
En soumettant sa candidature au CNN, le demandeur doit transmettre toute sa documentation propre à
son organisation, démontrant sa conformité à la norme. Un évaluateur organise une visite sur le site du
demandeur pour vérifier la documentation fournie et la comparer aux exigences d’ISO 14065.
L’évaluation planifie ensuite d’accompagner une équipe de validation du demandeur dans l’exercice
d’un mandat de validation, dans le secteur pour lequel il veut obtenir son accréditation. L’évaluateur
formule ensuite ses conclusions au comité d’accréditation qui conviendra ou non d’accréditer
l’organisme. Des activités de surveillance annuelles font partie du processus d’accréditation. (MDEIE,
2008)
96
Le site Internet de CNN offre un répertoire des organismes accrédités du PAGES, présentant la date, le
statut et le domaine d’accréditation s'appliquant à un secteur d’activité et la portée de l’accréditation
soit la validation et/ou la vérification. Parmi les 5 organismes accrédités en date de juillet 2014,
seulement un seul est accrédité pour la validation : Enviro-Access de Sherbrooke, au Québec. Les 4
autres ont choisi d’orienter leur accréditation pour la vérification. Toutefois, ceux-ci peuvent aussi
obtenir l’accréditation pour la validation s’ils sont évalués conformes au cours d’un mandat de
validation surveillé par un évaluateur du CNN.
American National Standards Institute (ANSI)
L’ANSI est un organisme américain privé sans but lucratif. Il a été fondé en 1919 par l’unification de 5
sociétés d’ingénierie sous le nom American Engineering Standards Committee (AESC) avec l’objectif de
devenir l’organisme national américain pour coordonner le développement des normes. C’est en 1969
qu’ANSI adopte son titre actuel. (ANSI, 2014a)
Cet organisme est le représentant officiel des États-Unis à l’ISO. Il est également membre de l’IAF ce
qui fait de lui un organisme accepté par le MDDELCC pour l’accréditation d’un organisme de services de
validation.
Le processus d’accréditation pour les organismes de validation et de vérification de GES se retrouve sur
le site de l’organisation. (ANSI, 2014b) Très semblable à celui de CCN, il commence par une demande
préliminaire où le demandant est invité à remplir un formulaire WORD aussi disponible sur leur site.
(ANSI, 2010a) On lui demande de préciser le programme auquel il veut demander son accréditation.
Lorsque l’autorité a signalé l’admissibilité du demandeur, ce dernier est invité à procéder à une
demande officielle. Une liste de vérification est proposée au demandeur pour évaluer son statut
procédant ainsi en une auto-évaluation. (ANSI, 2014c) Ce même formulaire est également utilisé par
l’évaluateur au cours de l’évaluation de conformité. Le demandeur joint ensuite son manuel de qualité
avec le résultat de son autoévaluation et le formulaire de demande officielle. ANSI envoie
conséquemment un contrat d’entente de service d’accréditation et lui facture un montant de 5 000 $.
(ANSI, 2014d)
Une revue de documentation se tient par l’évaluateur; ensuite, un audit témoin a lieu pendant lequel
l’évaluateur accompagne une équipe de validation lors d’un mandat du demandeur. Cet audit permet
d’évaluer l’exécution des procédures annoncées par le demandant dans son manuel. Ensuite, un audit
de site de 2 à 3 jours chez le demandant permet de valider la demande aux requis d’ISO 14065. Le
résultat de l’évaluation est ensuite soumis à un comité qui décide d’octroyer ou non l’accréditation au
demandeur, pour une période de 3 années. S’il est accrédité, l’organisme est ajouté au répertoire
d’organismes accrédités d’ANSI, disponible sur son site. (ANSI, 2014e)
97
Chaque année, en guise de surveillance, un audit de surveillance est exécuté autour de la date
anniversaire de l’accréditation. L’organisme est requis de remplir le formulaire d’autoévaluation de
surveillance en prenant soin d’indiquer les dates des mandats disponibles pour le prochain audit.
Au total, l’accréditation coûte 5 000 $ pour la demande, 1 250 $ par jour pour l’audit de site, totalisant
7 500 $ pour la première année. Ensuite, des frais d’adhésion annuels sont calculés en fonction du
chiffre d’affaires de l’organisme accrédité : 1 500 $ pour une entreprise ayant un chiffre d’affaires de
325 000 $ et moins, 0.4 % du chiffre d’affaires pour les plus grosses s’imposant un plafond de 55 000 $
par année. (ibid)
L’accréditation a une portée très précise, tout comme pour CNN : elle est soit pour la validation de
projet, la vérification de projet ou pour la vérification organisationnelle. De plus, elle est associée à un
ou plusieurs des secteurs d’activité : les réductions des émissions de GES provenant de la combustion de
carburant, les réductions des émissions de GES des procédés industriels, l'utilisation des terres et des
forêts, le captage et le stockage du carbone, les réductions des émissions de GES de l'élevage, la
gestion des matières résiduelles et le recyclage. Pour chaque secteur ajouté à l’accréditation, des frais
de 1 000 $ sont exigés en plus des frais de l’audit de surveillance. (ibid)
Quoiqu’onéreuse, cette accréditation permet à un organisme de validation d’offrir ses services pour des
projets admissibles à plusieurs programmes comme ACR, CAR, les programmes de GES du Ministère de la
Colombie-Britannique et de l’Ontario, RGGI et RSPEDE.
Parmi les 27 organismes accrédités par ANSI, on retrouve 10 offrants des services de validation. La
figure 3-3 présente la distribution des validateurs par région. Seulement deux organismes canadiens
sont accrédités par ANSI : KPMG Performance Registrar Inc. de Vancouver, CB et Stantec Consulting Ltd
de Fredericton, Nouveau-Brunswick. (ibid)
Ces deux organismes, CNN et ANSI assignent une portée à chaque accréditation. Quoiqu’ils n’aient pas
exactement les mêmes catégories, ils couvrent essentiellement les mêmes types. L’annexe 5 présente
une comparaison des catégories distinctes.
En résumé, le cadre de qualification du validateur passe par l’agrément des personnes de CSA ou Éco
Canada. Pour offrir des services de validation répondant aux exigences actuelles des programmes
RSPEDE et PTMOBC, une entreprise doit se prémunir d’une accréditation auprès de CNN ou d’ANSI selon
le secteur d’activités auquel elle veut œuvrer pour la validation. Toutefois, d’autres programmes, tel le
PETMAF, ont préféré permettre aux personnes agréées d’offrir leur expertise directement au promoteur
de projet. Le manque de ressources disponibles pour la validation peut être une contrainte à
l’enregistrement de projets au programme de crédits compensatoires.
98
Figure 3-3
3.4
Distribution
n des organism
mes accréditéss par ANSI, jui llet 2014 (Com
mpilation d’aprrès : ANSI, 2014e)
L’é
état du march
hé de la valid
dation au Québec
La section
n précédente présente dess éléments d'information llaissant présa
ager une pote
entielle pénurie de
main-d'œu
uvre qualifié
ée selon les registres dess organismess accréditeurrs. Cette secction propose
e une
étude de l’état du marché actuel des
d services reliés
r
à la réd
duction des é
émissions de GES. Un sond
dage a
été conçu
u et réalisé par l’auteur avec l’objec
ctif de comp
prendre les p
pratiques liée
es aux servicces de
validation
n et de vérification au Qu
uébec. Le que
estionnaire ss’adressait à trois catégorries d’interve
enants
impliqués dans les pro
ojets de réductions d’émissions : les validateurs e
et vérificateu
urs de déclaration
et les
GES, les consultants assistant les promoteurs dans l’étab lissement de
e projets de réduction, e
promoteurs.
Une liste de 33 organissmes œuvran
nt dans ce domaine a été constituée. IIls ont été sé
électionnés à partir
de recherrches auprès d’entreprisess expertes en
n environnem
ment sur la to
oile, de l’Ann
nexe 3 extraiite du
matériel didactique Formation
F
sur le March
hé du carbo
one affichantt une liste de ressourcces et
d’associattions offrant des services liés au marché du carbon
ne au Québecc (Québec, 20
008) et la listte des
fournisseu
urs de service
es disponibless sur le site de CSA – GES ÉÉcoProjets®.
Le questio
onnaire soum
mis aux intervvenants sélec
ctionnés est disponible à l’annexe 6.. Comme pro
omis à
l’envoi du
u sondage, tou
utes les réponses sont traiitées confide
entiellement.
Ainsi, du 2 au 30 juin
n 2014, 33 organismes
o
ca
anadiens ont été invités par courriel,, à répondre
e à un
questionnaire conçu av
vec l’outil So
ondage Online
e. 13 entreprrises ont répo
ondu au sond
dage, représe
entant
un taux de
d réponse de
d 40 %. On peut les reg
grouper en 3 catégories d
d’intervenantts : 10 entre
eprises
offrant de
es services de
e validation et
e vérification et de conssultation, 2 œ
œuvrant en ta
ant que consultant
exclusivem
ment et 1 promoteur
p
de
e projet. La figure 3-4 rreprésente l’’ensemble de
es répondantts par
catégorie..
99
Figure 3-4 Distribution des catégorie
es de services liés à la réducction des GES
La figure 3-5 témoigne de la distrribution géog
graphique du marché couvvert par les répondants. Cette
distributio
on des servic
ces couvre le
e Québec (12/13) pour 992 % des rép
pondants, less autres provvinces
canadienn
nes (7/13) po
our 54 %, less États-Unis (4/13)
(
pour 330 % des cass. Seulementt 1 seul répo
ondant
(8 % ) offrre ses services ailleurs au monde.
Figure 3-5
Distribution
n géographique des réponda
ants au sondagge pour les serrvices offerts sur le marché
é
L’ensemble des répond
dants a préciisé les march
hés pour lesqu
uels on requiiert de leurs services. La figure
3-6 transm
met cette info
ormation. En effet, 2 répo
ondants confiirment touch
her les 3 marcchés, soit cellui des
échanges de crédits grré à gré, celu
ui de l’enregistrement de projets pourr le marché règlementaire
e et le
marché vo
olontaire, tel VCS, CSA Registered Carb
bon Neutral™
™, CSA GES ÉccoProjets® ett CSA Écodépa
arts®.
100
Figure 3-6
3.4.1
Distribution
n des marchéss utilisant les services
s
des ré
épondants
Se
ervices de va
alidation
Des 12 au
utres entrepriises, on comp
pte 4 (33 %) organismes q
qui offrent des services d
de validation.. Tous
les répond
dants offrentt une ou plusiieurs catégorries de servicces parmi la vvalidation, la vérification et/ou
la consulttation : 3 org
ganismes (25 %) offrent le
es 3 services, sinon un en offre deux, la validation
n et la
vérificatio
on. Les autre
es offrent soit la vérificattion parfois ccombinée de consultation
n ou exclusive
ement
vouée à la
l consultatio
on. La figure 3-7 expose la distributio
on des servicces des répon
ndants. Aucu
un des
répondantts n’offre que
e des servicess de validatio
on. Ainsi, la vvalidation estt habituellement combinée
e à au
moins un autre service
e, excluant la gestion de projets
p
de réd
ductions.
Possiblem
ment pour agrrandir leurs perspectives de vente, 2 répondants-vérificateurss n’offrant p
pas de
service de
e validation, affirment êtrre en cours d’accréditatio
d
on : l’un d’eu
ux poursuit sa
a démarche e
en vue
d’obtenir l’accréditatiion ISO 14065
5 avec CCN et
e l’autre ave
ec ANSI. En e
effet, le RSP
PEDE permet qu’un
rapport de
e validation soit
s présenté par un organ
nisme en courrs d’accrédita
ation.
Aucun dess organismes s’affichant à offrir des se
ervices de vaalidation n’esst en cours d
d’accréditatio
on. Un
seul répon
ndant-validatteur sur 4 (25
5 %) n’a aucune accréditattion. Il détient toutefois u
un agrément étant
Comptable professionnel agréé, reconnu
r
danss le program
mme de l’Alberta. Les a
autres (3 – 75 %)
confirmen
nt tous déteniir une accréd
ditation : 2 (5
50 %) ISO 140065 de CCN, 1 (25 %) ISO 14065 d’ANSI.
101
Figure 3-7
Distribution
n des réponda
ants par services offerts
La portée
e d’une accré
éditation de validation
v
esst associée à un secteur d
d’activité : 2 des 3 répon
ndants
accréditéss se spécialiisent dans le
e secteur de
e la capture
e et la destrruction du m
méthane des lieux
d’enfouisssement, un des trois pro
otocoles adm
missibles au programme de crédits ccompensatoirres du
RSPEDE. Les
L deux auttres secteurs visés par ce
e règlement ne font parttie du domaine d’accréditation
d’aucun répondant, illlustrant une rareté
r
de vallidateurs pou
ur les protoco
oles de destru
uction du mé
éthane
provenantt des opéra
ations liées à l’élevage
e et de réccupération e
et destructio
on de substtances
appauvrisssantes de la couche d’ozzone (SACOs). Le secteu
ur d’efficacité
é énergétiqu
ue est quant à lui
desservi par
p 2 répond
dants. Il en est de même pour le se
ecteur de ré
éductions GESS pour l’indu
ustrie,
également offert par 2 organisme
es.
L’accréd
ditation d’un
n seul organiisme est liée
e au secteur de la
logistique de transportt. D’autres se
ecteurs offertts par CCN ou
u ANSI, tel que la réductio
on des émissio
ons de
SF6 proven
nant du secte
eur de la prod
duction d’électricité, la sé
équestration du carbone p
pour des proje
ets de
reforestattion et la gesstion des forê
êts ou afforesstations n’ontt pas trouvé preneur auprrès des valida
ateurs
pour déve
elopper cette expertise. La
a figure 3-8 présente
p
cett e distribution
n.
Dans un but
b de compre
endre la dem
mande de servvice de validaation, on a de
emandé aux organismes o
offrant
des servic
ces de validattion, de vériffication et de
e consultation
n, combien d
d’appels d’offfres de servicces de
validation
n ils avaient reçus.
r
Parmi les
l firmes offfrant déjà de
es services de
e validation, 2 sur 4 disentt avoir
reçu entre
e 1 et 5 appe
els d’offres, une autre sig
gnale plus de
e 10 appels d’offres et une dernière afffirme
n’en avoirr reçu aucun. Par contre, d’autres orga
anismes, n’offfrant que de
es services de
e vérification et/ou
de consulttation, ont to
out de même
e été sollicité
és : 3 ont reçu
u de 1 à 5 ap
ppels d’offress et une troissième,
de 6 à 10 appels d’offrres de service
e de validatio
on auxquelless seulement u
une entreprise
e n’a pas rép
pondu.
Les autress semblent avoir
a
obtenu certains de ces
c mandats.. On peut pré
étendre ici q
que les promo
oteurs
et/ou les organismes de validatio
on sont à la recherche d
de ce service
e et que de nouveaux jo
oueurs
pourraient s’y joindre.
102
Figure 3-8
Distribution
n des organism
mes accréditéss pour la validaation par sectteur d'activités
Les équipe
es d’audit de
es 3 organisme
es accréditéss ont été consstituées de 2 personnes en
n moyenne; ccellesci sont ag
gréées autantt par CSA qu
u’Éco Canada
a. Ces organissmes ont ausssi normalem
ment recours à des
personness agréées ex
xterne, qui ont
o
les mêm
mes agrémentts que leurss employés. Des sous-tra
aitants
peuvent également
é
êtrre sollicités pour
p
l’exécuttion des mand
dats : les organismes conttractent seule
ement
d’autres organismes
o
ac
ccrédités ISO 14065 de CC
CN ou ANSI. 550 % (2/4) d’e
entre eux esttiment avoir b
besoin
de recourrir aux servic
ces de person
nnes agréées au cours de
e la prochaine année. Seu
ulement une seule
croit avoirr besoin des services
s
d’un autre organisme accréditté en 2014.
Parmi tou
us les manda
ats de valida
ation réalisé
és en 2013, des revenus de l’ordre de 310 000 $ en
honoraires professionn
nels ont été déclarés,
d
ave
ec un prix m oyen de 10 0000 $ par ma
andat pour ré
éaliser
environ 31
1 mandats au
u total.
3.4.2
Se
ervices de vé
érification
Parmi les entreprises offrant
o
des services aux promoteurs
p
d
de projets de
e réduction d’émissions GE
ES, 10
des 12 orrganismes rép
pondants pro
oposent des services
s
de vvérification, rreprésentant près de 85 % des
organisme
es à l’œuvre. Hormis les 2 firmes offfrant exclusivvement des services de cconsultation,, elles
œuvrent toutes
t
dans le
l domaine de
d la vérifica
ation. Figure 3-7: Distribu
ution du nombre de répon
ndants
par servic
ces offerts illustre cette distribution. En effet, de
es 10 organissmes-vérifica
ateur, seulem
ment 2
offrent ex
xclusivement des services de vérificatiion. Les autre
es ont ajouté
é des service
es de validation (2)
ou de consultation (2).. Quatre répo
ondants (40 %) offrent les 3 services da
ans leur portfo
olio.
103
Malgré le fait que 6 des 10 entreprises n’offrent pas de service de validation, 4 de celles-ci disent avoir
reçu des appels d’offres pour des mandats de validation. Mais même sans accréditation, le marché du
validateur leur est tout de même offert puisqu’elles peuvent établir un contrat de service de validation
tout en postulant pour cette accréditation, méritant ainsi le statut d’attente d’accréditation, accepté
par le RSPEDE pour enregistrer un projet dans le programme des crédits compensatoires. D’ailleurs, 2
de ces 4 entreprises disent avoir exécuté des contrats de validation au cours de l’année 2013, ayant à
leur actif une accréditation pour la vérification.
Le sondage a permis de constater que 50 % (5/10) des organismes-vérificateurs sont accrédités ISO
14065 par un des membres de l’IAF, soit 2 par ANSI et 3 par CCN. Un sondé a précisé son titre de
Comptable professionnel agréé en guise d’accréditation. Deux répondants ont spécifié détenir des
crédits de formation liée à ISO 14064-3 tandis que les deux autres n’ont spécifié aucune accréditation.
Deux des sondés ont précisé être en cours d’accréditation avec CCN et ANSI respectivement.
La portée d’une accréditation de vérification est associée à un secteur d’activité : 4 répondants
participent au secteur des GES aux industries, tandis que 3 s’adonnent soit à l’efficacité énergétique ou
la capture et la destruction du méthane des lieux d’enfouissement. Ici encore, on remarque que les
deux autres protocoles du RSPEDE n’ont pas encore preneur chez les vérificateurs. La figure 3-9 montre
la répartition des portées associées aux accréditations des organismes-vérificateurs.
Les mandats de vérification exécutés par les 10 entreprises sondées ont cumulé des revenus de plus de
420 000 $ pour environ 50 mandats, affichant ainsi une moyenne de 8 400 $ par mandat. En moyenne,
les mandats ont nécessité près de 2,8 semaines-hommes exécutées par une équipe de 2,5 personnes.
3.4.3
Services de consultation exclusive
Deux firmes québécoises sondées offrent leurs services au Québec : une ouvre ses services au reste du
Canada et l’autre uniquement dans la province. Seulement 5 % de leur chiffre d’affaires proviennent de
projets liés aux réductions des émissions de GES. Aucun de leur mandat en 2013 n’a nécessité la
validation de projet conformément à ISO 14064-3, et ils n’en prévoient aucun au cours de la prochaine
année. Un mandat sur quatre a nécessité une vérification officielle. Moins de 5 % des projets pourraient
avoir besoin de vérification au cours de la prochaine année. Quant aux projets de réduction en devenir,
on prévoit que seulement 10 % auront recours à la validation tandis que 90 % nécessiteront des
vérifications en 2014.
3.4.4
Promoteur de projets de réductions des émissions de GES
Un seul promoteur a participé au sondage. Celui-ci confirme avoir utilisé des services de validation ainsi
que des services de vérification pour 100 % de ses projets. Le promoteur a défrayé entre 10 000 et
19 999 $ pour des mandats de validation, et entre 5 000 et 10 000 $ pour tous ses projets. Il prévoit
104
que 100 % de ses proje
ets nécessiteront des servvices de valid
dation et de vvérification d
de projets au cours
de la proc
chaine année.
Figure 3-9
3.4.5
Distribution
n des organism
mes accréditéss pour la vérifiication par seccteur d'activittés
Co
ommentairess reçus
On a offe
ert aux partticipants du sondage, d’’émettre dess commentaiires sur le rrequis exigea
ant la
distinction
n du validate
eur et du vé
érificateur pa
ar le MDDELC
CC. La plupart des comm
mentaires reccueillis
qualifient de pertinente et normalle de recouriir à de tierce
es parties ind
dépendantes, surtout pou
ur des
projets qu
ui ne sont pas encore imp
plantés afin d’assurer
d
la ccrédibilité dess crédits étan
nt donné l’im
mpact
financier du RSPEDE. Un
U sondé approfondit en siignalant que la vérificatio
on par un tierrs entraine so
ouvent
des améliorations du bilan,
b
puisque
e le projet esst regardé so us un angle d
différent de ccelui du valid
dateur
et du prom
moteur. En co
ontrepartie, il ajoute que
e la valeur ajo
outée par le vérificateur e
est en généra
al très
mineur pa
ar rapport à celle
c
apportée
e par le valid
dateur.
Un autre répondant prrécise que le
e manque de firmes de vaalidation représente un p
problème et a
ajoute
qu’un trèss petit nomb
bre de sous-trraitants de grande taille contribuent à définir les règles du jeu qui,
selon lui, favorisent la
l pérennité des chassess gardées. U n autre prop
pose qu’étan
nt donné le faible
nombre de projets admissibles aux
x trois protoc
coles très lim
mitatifs, le m
ministère puissse avoir reco
ours à
une valida
ation interne..
105
Un des sondés amène un autre élément intéressant : le contexte actuel imposant des étapes coûteuses
(validation et vérification) exclut les PME du marché du carbone qui a peine à justifier tous ces coûts
pour la mise en place de petits projets.
En guise de conclusion, ce sondage a permis de mieux connaitre l’état du marché de la validation et des
autres services à l’œuvre contribuant à l’important objectif de réduction des émissions de GES. On a pu
constater que les entreprises préfèrent se spécialiser dans le domaine de la vérification qui, quoique
chaque mandat soit moins générateur de revenus, leur permet une plus grande possibilité d’affaires
probablement due à la récurrence des vérifications dans le cycle d’un projet. Toutefois, les organismes
offrant les 3 services se sont appropriés d’une plus grande part du marché de la validation et de la
vérification. Également, les firmes spécialisées en vérification n’hésitent pas à répondre à des appels
d’offres de services de validation peut-être dues au fait qu’elles puissent s’accréditer avec un premier
mandat, autorisé par le RSPEDE. Ainsi, le marché actuel de la validation semble plus ouvert que le
laissent présager les listes des organismes publiés par CCN et ANSI. Mais le promoteur doit lui-même
trouver la solution pour enregistrer son projet : s’associer à un consultant, un validateur et un
vérificateur, tous indépendants les uns des autres et accepter les risque d'une non-accréditation.
Ce chapitre a permis de brosser un tableau de l’état de la validation au Québec. On y a présenté sa
raison d’être et sa pertinence tout en précisant les balises et les approches préconisées par le MDDELCC
dans le cadre du RSPEDE et des programmes d’aide financière. Une présentation du cadre de formation
distinguant celui de l’agrément et de l’accréditation a permis de mieux comprendre le rôle de
l’organisme de validation et celui de l’expert agréé. Finalement, la présentation de l’état du marché
de la validation au Québec a permis de mieux comprendre les pratiques actuelles liées à ce marché.
106
4
UNE NOUVELLE APPROCHE
Cette section se veut d’abord une évaluation des besoins liés à la validation dans le contexte actuel du
RSPEDE et des programmes d’aide financière. Suivra ensuite une proposition de critères permettant de
s’assurer de l’amélioration d’efficacité économique, sociale et environnementale d’une nouvelle
démarche. Une fois les éléments essentiels et particuliers du RSPEDE et des programmes d’aide
financière énoncés, une nouvelle démarche schématisée est présentée afin que les exigences liées au
processus de validation puissent être solidement appuyées.
4.1
Analyse des besoins de la règlementation et des programmes
Cette section présente les différentes lacunes liées à la règlementation du SPEDE et des programmes
d’aide financière dédiés à la lutte contre les changements climatiques. D’abord, il est question des
contraintes et des difficultés actuelles liées au RSPEDE en tentant d’élaborer des pistes de solutions.
Ensuite, une évaluation des programmes actuels appuyée par les rapports de vérifications du
Commissaire au Développement durable (CDD) sert à faire ressortir des éléments pouvant servir à
l’établissement des besoins des programmes d’aide financière.
4.1.1
Les besoins de RSPEDE
Certaines problématiques rendent l’administration et l’application du RSPEDE plus difficile. La
connaissance de celles-ci permet d’établir les besoins nécessaires à appliquer afin d’améliorer la
situation actuelle.
Marché ouvert à la validation
Comme mentionné au chapitre 2, seulement 1 organisme est inscrit à la liste des accrédités par CCN
pour réaliser des validations de projets au Québec. D’ailleurs, devant cette rareté, le ministère a
accepté depuis janvier 2014 d’autoriser des rapports de validation pour les projets de crédits
compensatoires issus d’organismes en attente d’accréditation pour ne pas freiner le dépôt de demande
d’enregistrements de projets. Toutefois, ces projets ne peuvent être enregistrés officiellement
seulement lorsque l’organisme reçoit son accréditation. (MDDELCC, 2014f)
Puisqu’il est plus avantageux d’offrir des services de vérifications dus à la récurrence annuelle du
service pour la durée du projet (jusqu’à 10 années parfois), les organismes accrédités privilégient le
développement de la vérification à la validation. Ajouter à ce fait qu’un organisme validateur ne peut
faire la vérification d’un même projet, il est facile à comprendre son peu d’intérêt à développer son
expertise au marché de la validation. Ainsi, cette situation place le promoteur devant un marché
restreint de validateurs. En de telles circonstances, le promoteur ne peut profiter d’une saine
compétition pour la sélection de sa validation; il est la victime d’un contrôle des prix basé sur la faible
disponibilité des ressources. En obligeant la validation par un organisme distinct de la vérification,
107
cette exigence place le marché de l’offre de service en position de force, ce qui peut nuire grandement
à la compétitivité des coûts et des délais de réalisation.
Cette obligation de distinction du validateur et du vérificateur pourrait favoriser les firmes de services
à s’organiser entre elles pour répondre aux différents appels d’offres. À tour de rôle, elles se
transformeront de consultant en validateur ou en vérificateur pour les projets en développement. Le
réseau d’experts est assez limité au Québec, mais répond actuellement au besoin du marché. On peut
très bien comprendre qu’un consultant ne puisse valider son projet par souci de contrôle de qualité,
mais est-il vraiment nécessaire que le validateur soit différent du vérificateur? Une augmentation du
nombre d’organismes offrant des services de validation est essentielle pour que les projets puissent
être accessibles au marché du carbone, d’autant plus que certains programmes d’aide financière liés au
PACC2020 exigent aussi la participation de validateurs. De plus, on se rappelle que l’agrément d’un
validateur passe par le même examen que celui du vérificateur : on peut donc convenir qu’ils ont les
mêmes compétences et peuvent s’adonner à la validation ou à la vérification.
En éliminant l’obligation de distinction du validateur et du vérificateur, on permet une ouverture du
marché de la validation pour les vérificateurs déjà plus nombreux, tout en provoquant une amélioration
dans l’efficacité d’exécution durant la vérification, puisqu’à la vérification du projet, le vérificateur
connait déjà le projet, ayant lui-même exécuté la validation. Cette circonstance entraine
inévitablement une efficacité économique du processus de vérification pour le promoteur.
Il est donc essentiel, dans le contexte actuel du RSPEDE, de permettre à un maximum d’intervenants
compétents d’offrir leurs services de validation et ainsi d’améliorer la condition de marché pour le
promoteur.
Le 23 juillet 2014, le MDDELCC a déposé un projet de modification du règlement du SPEDE où il abolit
toutes exigences liées à la validation : absence du rapport et de l’avis de validation, disparition de la
notion de plan de projet, enregistrement de projet sans déclaration GES validée. Le mot validation
n’est plus invoqué, sans toutefois avoir pris la précaution de spécifier qu’elle n’est pas requise.
Pourtant, le cadre de la WCI stipule bien que la validation est un processus obligatoire, mais qui peut
être dévié. On offre maintenant au promoteur de déposer sa demande d’enregistrement de projet dans
un délai maximum de 18 mois suivant l’implantation de son projet en complétant une simple fiche
d’inscription, alors que la version originale fixait la référence du projet, son point zéro, avec le plan de
projet validé avant son implantation. L’enregistrement du projet n’est qu’un processus administratif
pourtant exigé au moins 6 mois avant le dépôt du rapport de projet vérifié. Ainsi, le projet n’est plus
comparé à son plan de projet, concept inexistant dans ce nouveau cadre, défiant ainsi les bonnes
pratiques de gestion de projet. On ne retrouve qu’un seul alinéa précisant que le rapport de
vérification doit aussi vérifier l’admissibilité du projet au règlement, un des objectifs de la validation.
108
Du coup, le RSPEDE, très restrictif en matière de validation propose maintenant d’abandonner toute la
notion de validation dans le cadre des programmes de crédits compensatoires, provoquant un autre
malaise au marché de la validation : l’arrêt des services de validation.
Documentations
Au Québec, toute la documentation liée au SPEDE est intégrée au Règlement. Ainsi, tout amendement
se doit d’être déposé et approuvé par le gouvernement. Cette méthodologie augmente les délais de
mise en place de modifications mineures.
Par l’étude de différents programmes offerts aux États-Unis et ailleurs, on s’aperçoit que plusieurs
guides, directives, aide-mémoires et listes de validateurs/vérificateurs sont intégrés aux programmes
sans toutefois faire partie intégrale du document maitre du programme, soit le cadre du programme.
Au Québec, les protocoles pour les crédits compensatoires ont été annexés au RSPEDE. L’ajout de
nouveaux protocoles et la modification d’un de ceux-ci même justifiée par une erreur impliquent
également la mise en place d’un projet de règlement modifiant le RSPEDE : un processus très rigoureux
pour administrer un programme de réduction de GES.
Plusieurs programmes, tel MDP, le RGGI et le BCEOR offrent une liste de validateurs/vérificateurs à
même leur site. Il en devient ainsi aidant pour les promoteurs de projets de trouver les organismes à
qui faire des appels d’offres. Au Québec, le promoteur doit vérifier auprès du site de CCN ou ANSI pour
connaître les organismes accrédités. Pourtant, certaines entreprises sondées offrent des services de
validation sans toutefois être inscrites sur ces sites.
Pour augmenter les probabilités de réussite de la validation, certains programmes comme celui de
l’Alberta, de la Colombie Britannique, ACR et ARB optent pour des guides pour la validation et la
vérification. En effet, les promoteurs ainsi que les validateurs/vérificateurs peuvent compter sur des
cadres détaillés pour rédiger les rapports liés à la validation et à la vérification. Ceux-ci s’en trouvent
uniformiser facilitant la comparaison d’un projet à l’autre. Également, on retrouve dans les
programmes tels que le MDP, une liste de contrôle (checksheet) pour les validateurs. La RGGI offre un
modèle de rapport de validation. La BCEOR va même aussi loin que de publier un guide appelé What to
expect during the validation process pour assister le promoteur à la préparation efficace d’une
validation.
Le Contenu des protocoles et la gestion des protocoles
Le RSPEDE a publié trois(3) protocoles, qui se trouvent à l’Annexe D du Règlement, mais aucun système
de gestion des protocoles n’est mis en place ici. Le Règlement ne prévoit aucun mécanisme de révision
ni d’ajout de nouveaux protocoles. Pourtant, déjà sur le site du ministère, on nous informe que deux
autres protocoles sont en élaboration : un protocole visant le captage et la destruction du méthane des
109
mines de charbon et un autre amenant une modification du protocole actuel SACO pour y inclure un
volet pour les réfrigérants. (1g)
Comme stipulé dans le cadre du programme de WCI, la validation est obligatoire dans le processus
d’émission de crédits compensatoires. On laisse à l’autorité gouvernementale le soin de décider de la
validation ou non par protocole. Ainsi, on peut indiquer clairement dans chaque protocole, l’exigence
d’une déclaration validée ou non. C’est d’ailleurs ce que le CAR fait dans son protocole Ozone
Depleting Substances Project Protocol où un chapitre complet porte sur la vérification précisant ainsi
les éléments normalement exécutés par la validation.
Dans la mesure où des crédits compensatoires doivent provenir de projets qui ne sont pas assujettis aux
lois ou règlements, le RSPEDE a avantage à s’ouvrir à d’autres protocoles, portant par exemple sur
l’efficacité énergétique pour promouvoir les projets de réduction GES dans nos entreprises non
assujetties au RSPEDE. Par ce fait, on incite les petites et moyennes entreprises (PME) à lutter contre le
changement climatique et ainsi participer au Marché du Carbone. Un processus précis de gestion de
protocoles peut aussi préciser les attentes relatives à la validation ou au rapport de vérification.
Flexibilité offerte par la WCI
Un examen du cadre de mise en œuvre du programme régional de la WCI permet de comprendre les
exigences prescrites au programme relativement aux processus de validation et de vérification. En
effet, le programme propose une définition pour la validation :
« un examen obligatoire mené par un organisme tiers indépendant accrédité ou par le
gouvernement partenaire de la WCI visant à évaluer la conformité d’un projet aux
exigences, aux critères et au protocole de crédits compensatoires de la WCI. Les
gouvernements partenaires de la WCI peuvent ne pas exiger de validation d’un tiers
dans tous les cas, mais peuvent approuver des protocoles qui nécessitent une étape de
validation.» (WCI, 2011)
Ainsi, par son association à WCI, le MDDELCC peut choisir de faire lui-même la validation d’un projet de
crédits compensatoires ou de confier cette dernière à un organisme tiers indépendant accrédité. Il lui
est possible aussi d’exclure la validation dans certains cas ou de choisir des protocoles qui nécessitent
une étape de validation. Comme mentionné au chapitre 1, le cadre de WCI précise que la vérification
peut se faire par un vérificateur agréé plutôt qu’un organisme tant qu’il demeure une tierce partie
indépendante du projet. On ne souligne aucune contrainte quant au choix du vérificateur voulant qu’il
soit différent de celui de la validation. Ainsi, au besoin, le RSPEDE peut, par projet de modification du
règlement, éliminer l’exigence d’un processus obligatoire de la validation de son règlement et plus tôt
inviter à consulter chaque protocole pour connaître les exigences liées à la validation. Ainsi, le
ministère peut offrir des modalités de validation différentes selon certains critères.
Quoique le requis de distinction du validateur et du vérificateur provienne de la norme ISO 14064-3, il
est clairement stipulé à même cette norme également, que dans des cas de contradiction entre un
110
programme GES et cette norme, le programme GES a préséance sur la norme. Ainsi, le ministère a la
liberté de reformuler cette distinction, s’il le juge opportun.
D’ailleurs, bons nombres de programmes, comme illustré dans le tableau 1-5 de la section 1.6,
combinent la validation avec la première vérification acceptant ainsi que le même agent puissent
exécuter les deux tâches. C’est le cas pour ARB, ACR et VCS.
4.1.2
Programmes d’aide financière
Comme analysés dans le chapitre précédent, très peu de programmes liés au PACC2020 exigent la
validation par un organisme accrédité. Le PTMOBC, par exemple, l’exige quoique l’aide financière
offerte ne soit pas calculée en fonction des réductions prévues, mais plutôt sur le plan des matières
traitées. Le commissaire au développement durable (CDD) remarque en effet que le programme n’a pas
d’objectifs précis et mesurables de réductions de GES. (VGQ, 2014)
On se rappelle que le plus grand avantage de la validation revient à l’investisseur pour protéger et
garantir son investissement pour atteindre ses objectifs, qu’ils soient financiers ou autres. Le Fonds
vert, géré et administré par le MDDELCC, a été l’investisseur du PACC2012 et garde ce statut pour le
PACC2020 également. C’est à partir du Fonds vert que les différents programmes d’aide déployés et
gérés selon le cas soit par MERN, MTQ, MAPAQ ou le MDDELCC, puisent leurs budgets. Ce fonds, tel que
décrit dans la Loi sur le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, vise,
entre autres, à appuyer la mise en place de mesures favorisant un développement durable, plus
particulièrement le volet environnemental. Il est donc primordial que les aides financières offertes aux
promoteurs de projet servent bien à lutter contre les changements climatiques, notamment voir à la
réduction des émissions de GES.
Il peut donc apparaitre essentiel que l’attribution de l’aide financière soit en fonction des résultats. Sur
ce point d’ailleurs, le MDDELCC s’est fait reprocher par le CDD et le vérificateur général en 2012,
d’exercer une gouvernance « inappropriée » pour le PACC2012, estimant qu’il n’y a pas de lien de cause
à effet entre le plan d’action et la réduction des émissions faute d’indicateurs fiables et d’erreurs de
calculs. (VGQ, 2012)
De plus, le vérificateur général a également précisé qu’il doit y avoir une
meilleure reddition de comptes, trop souvent anecdotique. (ibid).
Processus de sélection de projets
Le CDD précise encore cette fois-ci dans son rapport du printemps 2014 qu’une saine gestion exige que
le processus de sélection de projets recevant de l’aide financière soit efficace et équitable. (VGQ,
2014) Pour se faire, des critères d’admissibilité et d’attribution ainsi que des barèmes d’évaluation
doivent être clairement établis et communiqués, des appels de propositions de projet doivent être
faits. De plus, la disponibilité de toutes informations nécessaires à tous les bénéficiaires potentiels
d’aide financière doit être accessible. Ensuite, l’autorité du programme évalue, priorise et sélectionne
111
les projets selon des critères d’attribution préétablis et ainsi retient les projets qui contribuent le plus
à l’atteinte des objectifs du programme, favorisant ainsi une efficience de la gestion de programmes.
(ibid)
Objectifs précis et mesurables pour les projets et les programmes
Une fois sélectionnés, les projets doivent avoir leurs propres objectifs, précis et mesurables. Un suivi
rigoureux a lieu ensuite en gardant une attention particulière aux frais d’administration, à
l’avancement des travaux et aux résultats ainsi que des actions correctives pour les cas de déviations
importantes aux objectifs promis. (ibid)
Les programmes d’aide financière du PACC2020 ont tous l’objectif de réduire les émissions de gaz à
effet de serre.
À l’exception de certains touchants des changements de comportements tels les
mesures axées sur la sensibilisation, la recherche et la formation, des cibles en tonnage de réductions
d’émissions de CO2eq. demeurent un indicateur tout indiqué pour la détermination de cibles précises et
mesurables pour chacun des projets et des programmes. (MDDELCC, 2014c)
La dernière vérification du CDD a permis d’établir que 4 des 16 (25 %) projets accordés audités par le
MDDELCC n’avaient pas d’objectif précis et mesurable représentant pourtant plus de 41 % de l’aide
financière reçue soit 17,8 M$. (VGQ, 2012)
L’établissement d’objectifs implique aussi qu’ils doivent être liés aux effets attendus. On peut parfois
s’attarder aux moyens à prendre et en oublier l’objectif ultime. Par exemple, le programme PTMOBC
vise à réduire la quantité de matières résiduelles destinées à l’élimination qui aura pour conséquence
de prolonger la durée de vie des lieux d’enfouissement et à diminuer la pollution responsable de
l’élimination. Des indicateurs de quantités de matières résiduelles éliminées ne permettent pas de
mesurer l’impact réel du programme sur la durée de vie des lieux d’enfouissement et sur la pollution.
(ibid)
Ainsi, le PACC2020 tel qu’il est aujourd’hui n’a toujours pas d’objectifs clairs de réduction hormis le
graphique présenté dans son plan d’action. La figure 4-1 reproduit les intentions du gouvernement
actuel.
Suivi rigoureux
Un suivi rigoureux permet ensuite de s’assurer que le projet rencontre les résultats escomptés. Sans
quoi, des actions correctives doivent être exigées aux promoteurs afin de rencontrer les cibles
entendues dans l’entente de départ. Des remboursements de l’aide accordé peuvent ensuite être mis
en place si les résultats ne sont pas démontrés.
Il en est de même pour le suivi d’un programme. En effet, le meilleur moyen de s’assurer qu’un
programme donne le résultat désiré est de le suivre à période régulière, pour être en mesure
112
d’apporte
er des modific
cations aux moments
m
oppo
ortuns plutôt que d’attend
dre à la fin d
du programme
e pour
statuer de
e son succès ou
o de son éch
hec.
Figure 4-1
Cible de réd
duction du Qu
uébec à l’horiz
zon 2020 (tiré
ée de : MDDELC
CC, 2012a, p. 5
50)
Évaluation des résulta
ats relatifs au
ux programm
mes
En plus de
e fixer des ob
bjectifs préciis et mesurab
bles pour chaacun des proje
ets, l’autoritté d’un programme
se doit aussi de fixerr des objectifs précis et mesurables, axés sur less résultats. A
Ainsi l’autoriité du
programm
me peut ainsi en évaluer l’efficacité.
Dans son Bilan
B
2012-3 sur les plans d’action sur les changeme
ents climatiq
ques, publié a
au printemps 2014,
le MDDELC
CC présente chacun
c
des programmes
p
en
e précisant leurs dépense
es et leurs ré
éductions. On
n peut
donc calculer qu’il a coûté
c
280.85 $/tonne de réduction,
r
en
n considérantt les dépense
es totales liée
es aux
programm
mes à 245,1 M$
M et les réd
ductions à 872,7 Kt, en pllus des frais et surcoûts non couvertss mais
dépensés par les participants au
ux divers prrogrammes.
Le tableau
u 4-1 présen
nte les diffé
érents
programm
mes du PACC2
2012 en rapp
prochant leurrs budgets ett leurs objecctifs de rédu
uctions d’émiissions
pour ainsi établir un co
oût par tonne
e d’émissions de GES réduiits investi.
113
Tableau 4-1
Coût par tonne des mesures du PACC2012 en 2013 (Compilation d'après: MDDELCC, 2014c, pp.69 à
78)
Programmes PACC 2006‐2012
Programme d'aide gouvernementale à l'amélioration des services en transport en commun
Programme de réduction de consommation de mazout lourd
Programme d'appui au secteur manufacturier
Programme d'aide visant la réduction ou l'évitement des émissions de GES par l'implantation de projets intermodaux dans le transport maritime et ferroviaire
Programme d'aide gouvernementale à l'amélioration de l'efficacité énergétique dans le transport routier, maritime et ferroviaire (volet camionnage et volet maritime et ferroviaire)
Programme d'aide gouvernementale à l'amélioration de l'efficacité energétique dans le transport routier des personnes
Programme Biogaz
Programme d'optimisation en réfrigération (OPTER)
Programme Prime‐Vert
Programme d'aide à l'utilisation de la biomasse pour le chauffage
Programme de démonstration des technologies vertes visant la réduction d'émissions de GES (Technoclimat)
Développement des véhicules électriques au Québec
Projets pilotes énergie solaire
Programme Coupez le moteur !
Programme d'aide gouvernementale aux modes de transport alternatifs à l'automobile
Programme d'aide gouvernementale au transport collectif régional
Soutien à l'implantation et au déploiement de tec nologies de réduction des GES
Programme de soutien à la recherche, au développement et au déploiement de nouvelles technologies visant la réduction et la séquestration de GES
Programme de subventions à l'adaptation des taxis et des autocars interurbains pour le transport des personnes se déplacant en fauteuil roulant
Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage
Programme Climat municipalités
Séquestration géologique du carbone
TOTAL
* Réductions de GES non quantifiées non applicable
*** Réductions de GES à venir ( lorsque les projets seront terminés)
Dépenses totales (2006‐2013)
M$
Réductions coût par au 31 mars tonne Dépenses 2011 (2006‐ d’émission
2010‐11
2012)
s de GES M$
(kt)
réduites
Réductions coût par au 31 mars tonne Dépenses 2012 (2006‐ d’émissions 2011‐12
2012)
de GES M$
(kt)
réduites
coût par Réduction tonne depenses au 31 mars d’émissions 2012‐13
2013
de GES réduites
M$
(kt)
556,9
116,5
106
1 099,06 $
104
124
838,71 $
105,8
141,7
746,65 $
104,1
40,6
28,1
13,7
100,2
13,7
280,44 $
1 000,00 $
36,8
14,5
173,9
27,6
211,62 $
525,36 $
30,2
7,4
271,7
36,9
111,15 $
200,54 $
35,3
4,6
37
124,32 $
9
49
183,67 $
21,1
57
370,18 $
27
3,2
35
91,43 $
5,3
81
65,43 $
16,8
121
138,84 $
15
11,2
10,4
4,4
6,5
3,2
1,2
0,9
8
149,8
19
9,9
812,50 $
21,36 $
63,16 $
90,91 $
2,7
2,9
5
0,7
8
141,3
36,8
12
337,50 $
20,52 $
135,87 $
58,33 $
3,2
3,1
2,6
1,3
14
149
51
15,5
228,57 $
20,81 $
50,98 $
83,87 $
4,2
0,2
0
1,2
0,1
12 000,00 $
2,7
0,3
9 000,00 $
27,8
16,2
0,6
2,5
8,1
0
0
0,07
0
0
0
0
7,5
1,3
815,22 $
5
15
0,6
0
9,2
5,1
0,3
0
543,48 $
2 941,18 $
2 000,00 $
0,05
9,2
0
0
0
34,3
9,8
0
7,8
0
9
0
32,7
7
0
6,5
0
7,1
0
0
0
0
0
0
0
0
10,8
3,8
0
3,3
0
1,8
0
12,7
4
0
2,2
0
1,6
0
7,9
6,9
5
0,1
1,1
1,3
0
0
0
2
1,7
1
0
0
0
5,8
3,8
1,2
0
0
0
966,5
213,37
478,6 445,82 $
398,13 $
215,45
662,9
325,01 $
1 381,11 $
245,1
872,7 280,85 $
1 264,33 $
Une compilation des programmes actuels liés au PACC2020, le tableau 4-2 présente ces derniers en
précisant leur budget et l’objectif de réductions, tels que répertoriés sur le site Internet des différents
programmes. On remarque que parmi les 15 programmes associés au PACC2020, seulement deux ont
effectivement des objectifs de réduction possiblement liés aux manques de méthode de
quantifications. Aucun budget annuel assigné par programme n’a pu être répertorié.
114
Tableau 4-2
Coût par tonne des programmes associés au PACC2020 (Compilation d'après les sites des différents
programmes)
PROGRAMMES PACC 2020
EcoPerformance
Programme de biomasse forestière résiduelle
Chauffez vert
Budget M$
344,25
Objectifs GES Réduites
tonnes
1 474 700
$/tonne
233,44 $
47,2
nd
70 000
nd
674,29 $ nd
Écocamionnage
Programme d’aide à l’amélioration de l’efficacité du transport maritime, aérien et ferroviaire en matière de réduction ou d’évitement des émissions de gaz à effet de serre
Programme Roulez électrique
28,3
nd
nd
nd
nd
nd
nd
Branchez au travail
Amélioration des services en transport collectif
nd
nd
nd
152,8
nd
nd
nd
nd
nd
nd
nd
nd
nd
nd
nd
650
nd
nd
nd
nd
nd
nd
nd
nd
Infrastructures cyclables et piétonnes
Programme visant la réduction ou l’évitement des émissions de gaz à effet de serre par le développement du transport intermodal
Technoclimat
Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage Aide aux composteurs domestiques et communautaires (ACDC)
Prime Vert
nd
Manque de protocoles de quantification
Toujours depuis le Bilan 2012-3, le MDDELCC précise que l’absence de protocoles de quantification
amplifie la difficulté d’établir des objectifs de réduction. Il n’en demeure pas moins que cette étape
est cruciale et essentielle afin de pouvoir évaluer l’efficacité des programmes d’aide financière à la
lutte contre les changements climatiques.
115
En résumé, les programmes d’aide financière dans le cadre du PACC2020 ont besoin d’être revus afin de
s’assurer qu’ils ont des objectifs précis et mesurables de réductions des émissions de GES afin d’en
assurer une gestion efficace des fonds collectifs et de contribuer à la lutte contre le changement
climatique. De ce fait, par la mise en place d’objectifs, la validation a sa place dans ce nouveau cadre :
elle offre une assurance à l’autorité du programme sur l’atteinte des réductions offertes par le projet.
Devant l’ampleur des problématiques et des besoins présentés tant pour le RSPEDE que pour les
programmes d’aide financière, la quête d’une nouvelle démarche pour définir les exigences du
processus de validation devient indispensable.
4.2
Des critères d’efficacité économique, sociale et environnementale
Pour répondre aux multiples besoins liés au processus de validation, il devient crucial d’établir des
critères permettant d’évaluer une nouvelle démarche.
4.2.1
Le RSPEDE
Dans le contexte actuel, on retrouve un règlement qui oblige la validation par un organisme accrédité
ISO 14065 pour l’enregistrement de tous projets de crédits compensatoires, excluant cet organisme à
exécuter les vérifications des déclarations GES du projet. L’identification de critères d’efficacité
économique, sociale et environnementale permet de développer un concept offrant des améliorations à
la situation actuelle.
Efficacité économique
Le processus de validation est un processus coûteux et fastidieux pour les promoteurs. (Réseau
environnement, juin 2014). En effet, le nombre restreint d'organismes accrédités pour la validation
complique la tâche du promoteur en augmentant les frais et les délais de ses projets. Ainsi, opter pour
une solution que diminuent les coûts et les délais d’implantation de projet permet d’améliorer
l’efficacité économique du processus de validation.
De plus, une augmentation de l’offre de services de validation a pour effet de diminuer les coûts d’un
service. Ainsi, la solution recherchée a intérêt à ouvrir le marché de la validation.
Efficacité sociale
En appliquant la contrainte de distinction obligatoire des services de validation et de vérification, on
peut comprendre le choix des organismes à s’exclure du service de validation puisque le projet n’offre
qu’un seul mandat, contrairement aux services de vérification. Une solution améliorée doit tendre vers
de plus grande équité et solidarité sociales parmi tous les experts de la validation et de la vérification
ayant tous les mêmes connaissances, ayant réussi le même examen. La mise en place d’une solution
augmentant l’accessibilité du service de validation prodigue ainsi une meilleure équité des chances des
personnes qualifiées à offrir leur expertise.
116
Efficacité environnementale
Le processus actuel exige beaucoup de temps, argent et énergie de la part du promoteur. Un processus
un peu moins rigoureux peut laisser plus de manœuvres au promoteur, encourageant ainsi plus de
projets à voir le jour. Ainsi, le critère de diminution de rigueur basé sur le risque peut satisfaire des
conditions d’efficacité environnementale.
4.2.2
Les programmes d’aide financière
Dans le cas des programmes d’aide financière, le MDDELCC est un investisseur dans ces projets.
Quoique le processus de validation serve principalement à l’investisseur pour sécuriser son
investissement, on remarque que la validation n’est pas un processus systématiquement exigé pour tous
les programmes. Mais lorsqu’elle est une exigence, comme pour le PTMOBC, les mêmes contraintes sont
exigées : organisme certifié ISO 14065 et distinct de la vérification.
Efficacité économique
Tel que présenté à la section 4.1.2, l’ensemble des programmes d’aide financière a investi à un coût de
280 $/tonne de réduction d’émission de GES du 1er avril 2013 au 31 mars 2014 (voir tableau 4-1). Une
solution mettant à jour un rendement des investissements du Fonds vert permet d’évaluer l’efficience
économique des projets et des programmes.
Afin d’améliorer cette situation, un critère lié à une rigueur du processus de validation basé sur le
coût/tonne de réduction implique une diminution des frais de validation, couverts par l’investisseur
dans tous les programmes.
Efficacité sociale
Le Fonds vert est une richesse collective. En effet, à partir des revenus issus du SPEDE, des sommes
sont accumulées pour être ensuite distribuées à travers les différents programmes destinés à la
réalisation de projets favorisant la réduction des émissions des GES. Une solution doit donc tendre vers
une meilleure distribution de cette richesse. Ainsi, un critère permettant l’augmentation de reddition
de compte à la population permet d’acquérir une meilleure efficacité sociale.
Efficacité environnementale
Puisque les programmes d’aide financière sont des mesures du PACC2020, il est impératif qu’un critère
s'appliquant à la quantification des objectifs de réduction d’un projet et des programmes vienne
permettre de mesurer l’efficacité environnementale des programmes pour ainsi mieux en assurer une
amélioration. Une solution concernant l’obligation d’évaluer l’efficacité environnementale par un
processus de validation balisée, témoigne d’un développement soucieux de protéger l’environnement.
117
Le tableau 4-3 présente ici la récapitulation des différents critères qui doivent être pris en compte pour
proposer une solution permettant de qualifier le développement du processus de validation dans un
contexte de développement durable, se souciant ainsi d’améliorer l’efficacité économique, sociale et
environnementale du processus de validation dans le RSPEDE et dans les programmes d’aide financière.
Tableau 4-3
Critères d'efficacité économique, sociale et environnementale
Programmes
Efficacité
Critères
RSPEDE
Économique
Diminution des coûts et des délais occasionnés aux projets
Augmentation des offres de services de validation
Programmes
d’aide
financière
4.3
Sociale
Augmentation de l’accessibilité du service de validation
Environnementale
Augmentation du nombre de projets de réduction enregistrés
Économique
Implantation d'un taux de rendement des investissements
Sociale
Implantation d’un processus de validation basé sur le taux de
rendement
Mise en place d’une reddition de compte à la population
Environnementale
Sélection des projets selon leur performance environnementale
Les incontournables et les optionnels liés à la validation
L’identification des besoins d’amélioration du RSPEDE et des programmes d’aide financière liés au
PACC2020 et la définition de critères amenant ces programmes à atteindre une plus grande efficacité
amènent à préciser les éléments essentiels et optionnels qu’une nouvelle approche doit contenir pour
éliminer les problèmes actuels de ces programmes.
4.3.1
Le RSPEDE
D’abord, on présente ici la liste des éléments qui semblent essentiels à l’amélioration du RSPEDE.
Liste des validateurs/vérificateurs et organismes accrédités
Devant le faible nombre de validateurs au Québec, il est dans l’intérêt du gouvernement de promouvoir
la validation au Québec en rendant accessible le service de validation à toutes les personnes qualifiées.
Se rappelant que la formation du validateur et du vérificateur est la même, on peut convenir que la
contrainte systématique de distinction combinée à l’aspect pécuniaire peu alléchant de la validation
par rapport à la vérification ferme le marché des services de validation. Ainsi, en publiant une liste des
personnes agréées et des organismes accrédités, le règlement s’appuie davantage sur les principes
d’équité et solidarité sociales et d’accès au savoir en rendant accessible ses experts aux promoteurs.
118
D’ailleurs, la plupart de programmes de crédits compensatoires maintiennent leurs listes d’experts.
Certains vont même jusqu’à accréditer eux-mêmes leur validateur/vérificateur (ex. : MDP, ARB, CAR).
Manuel de la validation
Dans un objectif d’uniformisation des services de validation et par souci d’équité entre les promoteurs
qui supportent les frais de ces services, le MDDELCC, l’autorité du programme, a avantage à développer
un manuel dans lequel il doit stipuler le contenu du rapport de validation et de vérification permettant
ainsi, s’il juge opportun de combiner ces deux activités s’assurer que tous les éléments auront été pris
en compte pour l’émission de crédits compensatoires. Un modèle de rapport permet de faciliter
l’analyse de celui-ci. De plus, ce manuel doit permettre aux promoteurs de bien comprendre le
processus de validation et ainsi mieux se préparer. On élimine ainsi les coûts supplémentaires produits
par des non-conformités émises lors d’un audit externe. Le gouvernement peut se référer au manuel de
validation et de vérification de l’ACR où le contenu des rapports de validation et de vérification y est
détaillé exhaustivement. Il est important de signaler ici que ce programme autorise la validation
combinée avec la première vérification. Les deux rapports sont alors combinés par le même vérificateur
accrédité.
Les protocoles du RSPEDE
En laissant les protocoles dans son règlement, le MDDELCC oblige le processus de modification ou
d’ajout de protocole à de longues procédures administratives que sont les projets de règlement de
modification de règlement. Pour donner plus de flexibilité au règlement et facilité la compréhension
d’une modification protocolaire pour les promoteurs, le MDDELCC peut, dans son règlement, lié les
protocoles à celui-ci en spécifiant l’endroit où ces protocoles sont disponibles et le moyen qu’il se
donne pour ajouter ou modifier un protocole. C’est en effet ce que font la plupart des programmes (ex
MDP et VCS) leur donnant ainsi la flexibilité pour des modifications ou corrections techniques
nécessaires à l’amélioration continue des protocoles. Ainsi, ce détachement facilite la mise à jour du
protocole sans passer par le processus législatif.
Quoique nos protocoles soient très détaillés quant à la quantification des réductions, il n’en demeure
pas moins que les précisions relatives aux requis de validation et de vérification ont leur place dans les
protocoles, tel que spécifié dans le cadre normatif du WCI. Ainsi, le MDDELCC peut décider de
reconnaitre un protocole d’un autre programme et y préciser ses exigences pour la validation et la
vérification. Le promoteur peut alors retrouver à même le protocole, toutes les exigences liées à celuici, réduisant les coûts et les délais pour soumettre un projet ne répondant pas aux critères du
programme.
Incidences du projet sur le développement durable
Outre le fait que le projet a un objectif environnemental de réduction des émissions de GES, on ne
retrouve ni dans le formulaire de demande d’enregistrement ni dans le gabarit du plan de projet, une
119
mention relative voulant que le projet appuie une démarche de développement durable. Quoique le
programme
ARB
impose
une
évaluation
d’impact
environnemental,
analysant
les
effets
environnementaux positifs et négatifs directs et indirects susceptibles de se produire avec la mise en
place du projet, il n’amène pas les promoteurs à préciser les avantages économiques et sociaux de leur
projet. Au Québec, le gabarit du plan de projet est tout indiqué pour inciter le promoteur à démontrer
que sa démarche amène également d’autres avantages environnementaux, sociaux et économiques. De
plus, il est souhaitable que le plan de projet présente aussi les efforts mis en place par le promoteur
pour cerner et contrôler les effets négatifs du projet; s’ils existent, il doit alors prévoir aussi des
mesures d’atténuation à mettre en œuvre.
Registre des projets de crédits compensatoires
Malgré le fait qu’il n’existe à cet instant aucun projet enregistré au registre du Ministère, le registre
n’est toujours pas disponible sur le site du ministère. Cette absence sème une confusion : on ne peut
conclure l’absence d’enregistrement de projets de compensation. La publication du registre, détaillant
sa structure, indique l’application du règlement en plus d'affirmer qu’il n’y a aucun projet dans le
registre. Certains programmes, tel le VCS utilisent cette approche.
Quoique moins critique, les éléments suivants gagneraient à être aussi considérés.
Indépendance des organismes de la validation et de la vérification
Dans un effort d’efficacité économique, le MDDELCC doit définir des balises pour la validation et la
vérification. En effet, en combinant la validation à la première vérification, une réduction des coûts
imputés aux promoteurs allège son budget. Le vérificateur doit par contre s’assurer d’exécuter les
tâches du validateur au cours de sa vérification. De plus, il doit donner l’assurance que le projet a été
conçu selon les exigences du programme et du protocole choisi. Ainsi, tous les critères d’admissibilité
doivent être validés, un échantillonnage n’étant pas toléré selon ISO 14064-3. Le MDDELCC est invité à
prendre connaissance du manuel de vérification de l’ARB qui précise clairement cette tâche
supplémentaire demandée lors de la première vérification.
Quoique cette vérification combinée soit plus complexe qu’une simple vérification, le promoteur peut
profiter ainsi d’une réduction de coûts en se soustrayant de la validation typique et en évitant que deux
entités questionnent le même projet.
Validation après l’enregistrement du projet
Comme mentionné précédemment, dans le cas où la validation est combinée à la première vérification,
l’enregistrement du projet doit se faire avant la mise en place du projet. Ainsi, les potentiels acheteurs
de crédits peuvent entamer des discussions avec le promoteur dans le but d’établir un contrat d’achat
d’éventuels crédits. De plus, pour augmenter la crédibilité de son projet, le promoteur peut décider
120
lui-même, sans contraintes règlementaires, de faire valider son projet. Retarder l’enregistrement du
projet diminue l’offre de contrat d’achat par les grands émetteurs.
Lors de l’enregistrement du projet sans rapport de validation, une validation interne du plan de projet
par le MDDELCC peut tenir lieu de validation surtout lorsque le protocole décrit de façon très détaillée
la méthode de quantification des réductions. Ceci permet d’alléger la première vérification et ainsi
soulager le promoteur. De plus, cette validation interne devient une forme de contrôle des projets
enregistrés au registre du ministre. Le programme Écocamionnage a défini des critères d’évaluation
pour l’analyse de demande d’aide financière, exécuté par un comité technique (voir section 2.4.1).
Validation par un organisme ou un agent agréé
Dépendamment de l’ampleur du projet et des réductions évoquées, on offre ici de permettre à des
individus agréés, donc qualifiés, de procéder à la validation et la vérification. Les projets à valider,
selon l’étude de marché présenté à la section 3.4, regroupent en moyenne des équipes de 1 à 2
auditeurs. Lorsque le projet le permet, une équipe de 2 agents agréés peuvent se réunir pour offrir le
service. Si un seul auditeur est nécessaire pour réaliser une validation, il peut alors recourir à un autre
agent, agissant d’expert technique pour authentifier son rapport de validation, par souci d’un contrôle
de qualité efficient.
Balises de la validation en fonction de la complexité du projet
Certains programmes de crédits compensatoires allègent ses exigences relatives à la validation en
fonction de l’ampleur des réductions des projets. C’est le cas pour le MDP qui lève l’obligation de
distinction des validateurs et des vérificateurs pour les projets proposant des réductions inférieures à
60 000 T par année. Par souci d’efficacité économique, les programmes ARB et RSPEDE délestent déjà
l’obligation de vérification annuelle en autorisant un rapport de vérification aux 2 ans pour les projets
de 25 000 T de réduction annuelle. Bien entendu ici, aucun crédit n’est émis sans rapport de
vérification laissant ainsi au promoteur le choix d’attendre plus longtemps pour recevoir ses crédits.
Dans un objectif d’optimisation du processus de validation, on propose ici un cadre pour déterminer les
exigences de validation. Le MDDELCC n’investit pas dans le projet. Il n’a donc pas de risque autre que
celui de présenter, dans son registre, des projets qui pourraient ne pas générer de crédits. Pour lui, les
risques financiers sont nuls puisque les crédits sont émis qu’au dépôt du rapport de vérification.
4.3.2
Les programmes d’aide financière
Contrairement au RSPEDE où le MDDELCC n’investit pas dans les projets, ici, dans le cadre des
programmes d’aide financière du PACC2020, le MDDELCC est un investisseur puisqu’il puise ses
ressources financières à même le Fonds vert, dont il est le gestionnaire. Ainsi, un paradigme s’impose
pour le MDDELCC puisque les concepts de quantification et de validation des projets ne sont pas
associés aux programmes d’aide financière (voir chapitre 2).
121
Tout comme pour le RSPEDE, on retrouve ici les éléments essentiels et optionnels qu’impose une
modification importante de la gestion actuelle des programmes d’aide financière.
Mais d’abord, les éléments essentiels à modifier aux programmes d’aide financière.
La quantification des réductions d’émissions de GES
Puisque les programmes d’aide financière doivent servir à réduire les émissions de GES, il est essentiel
qu’une quantification des réductions soit au centre des préoccupations des gestionnaires de
programmes. Ainsi, la mise en place de méthodologies et de protocoles procure la base même d’un
calcul de réductions éventuelles. À titre de référence, le Fonds municipal vert (FMV) administré par la
Fédération canadienne des municipalités (FCM), intègre à même son formulaire de demande d’aide, des
tableaux munis de macro-commandes, permettant de calculer les impacts sur les GES. Ainsi, chaque
projet associe un objectif de réduction, lequel est ensuite mesuré par rapport aux réelles réductions.
En utilisant un outil aussi accommodant nécessitant peu de connaissances techniques, l’autorité du
programme peut ainsi décider de procéder avec une validation interne plutôt que d’exiger une
validation externe. Il est toutefois essentiel qu’une validation soit prise en compte.
Liste des validateurs et des vérificateurs
Dans les cas où il est souhaitable d’obtenir une validation externe par une tierce partie indépendante,
les programmes peuvent référer à la même liste de validateurs/vérification référée par le RSPEDE. Il
est toutefois préférable de ne pas reproduire cette liste évitant ainsi les frais administratifs importants.
Facteur d’efficacité économique-environnemental (EEE)
Dans le contexte de la bourse du carbone, on fait référence à une unité de crédit exprimée en $/tonne.
Il est proposé ici d’utiliser cet indice qu’on appelle le facteur EEE pour représenter le coût investi pour
réduire d’une tonne d’émissions de CO2eq.. Cet indice se calcule en divisant l’investissement total
offert par le programme pour un projet par la réduction d’émissions proposée (en tonnes). Ainsi on
obtient une valeur par tonne de réduction. Ainsi, en divisant la somme des dépenses des programmes
d’avril 2012 à mars 2013 totalisant 245,1 M$ dans le tableau 4-1 de la section 4.1.2 par les réductions
associées à cette période soient de 872,7 Kt, un indice de 280 $/tonne témoigne de l’important
investissement fait par le gouvernement lorsqu’on le compare au prix plancher d’une unité d’émission
du gouvernement à 11,39 $/tonne en août dernier, servant à financer le Fonds vert.
Reddition de compte des projets
Une fois le projet mis en place, une vérification permet d’officialiser les réductions réelles. L’autorité
du programme peut alors comparer cette donnée à celle présentée lors de la validation du projet. Par
conséquent, un projet n’ayant pas atteint ses objectifs de réductions s’expose à ne pas recevoir toute
l’aide à laquelle il aurait eu droit s’il avait atteint son objectif.
Incidences du projet sur le développement durable
122
Le MDDELCC est en mesure de promouvoir le développement durable dans le cadre du PACC2020. Il a
avantage à imiter le FMV qui demande au promoteur de décrire, à même le formulaire de demande
d’aide à quel point les objectifs du projet appuient une démarche de développement durable. Une
réduction des émissions GES peut aussi être accompagnée d’avantages économiques et sociaux.
D’ailleurs, d’autres avantages environnementaux émergent parfois de ce type de projet.
Ainsi, en mettant en premier plan les éléments essentiels, il est à propos de considérer les éléments
suivants pouvant servir à pousser un peu plus loin l’amélioration de la gestion des programmes d’aide
financière.
Distinction entre les organismes de validation et de vérification
L’essentiel de la distinction entre les organismes de validation et de vérification soutient des notions de
contrôle de qualité. Dans les cas d’émission d’unités de crédit, cette notion prend tout son sens puisque
l’émetteur de crédits cherche un deuxième avis pour se faire rassurer de la conformité du projet aux
exigences du programme avant d’émettre ses unités de crédit. Ici, l’investisseur peut se donner le droit
de ne pas octroyer toute l’aide demandée si les résultats ne sont pas atteints. Toutefois, lorsque le
coût par tonne est très élevé, on peut vouloir s’assurer qu’un deuxième avis indépendant vient
confirmer les calculs des réductions.
Validation interne ou externe
Dans les cas où le ministère responsable du programme peut dégager des ressources qualifiées à
l’interne ou qu’il ait développé une méthodologie de quantification et un protocole détaillés
accompagnés d’outils de calcul, la validation interne est une option de logistique intéressante pour le
gestionnaire du programme : le délai pour accorder de l’aide en est accéléré. C’est d’ailleurs ce que le
programme Écoperformance géré par le MERN applique en utilisant le BEIE pour exécuter la validation
et la vérification des projets. Mais pour le promoteur, une telle validation n’est pas reconnue pour
d’éventuels échanges commerciaux sur le marché du carbone.
Il est important de noter ici que les frais relatifs à la validation et à la vérification sont présentement
des frais admissibles dans plusieurs programmes exigeant ces services.
Ainsi, le promoteur peut tirer
avantage de cette aide financière afin d’augmenter la valeur de son projet auprès d’investisseurs
potentiels.
Un nouveau critère d’admissibilité
Un indice EEE maximum peut devenir une borne supérieure pour accorder une aide financière et pour
convenir des exigences liées au processus de validation. Il offre ainsi un cadre solide à la justification
de la portée de la demande de validation
Ainsi, par la mise en place des éléments essentiels tant pour le RSPEDE que pour les programmes d’aide
financière, on croit pouvoir constater une amélioration non seulement au règlement et aux programmes
123
mais aussi à la gestion de ceux-ci. Les éléments optionnels, quant à ceux permettent de pousser un
peu plus loin dans l’implantation d’un nouveau mode de gestion. On a aussi à gagner de les intégrer
dans ces systèmes.
4.4
Une nouvelle démarche
Dans le but d’établir les mécanismes d’établissement des besoins spécifiques liés au processus de
validation applicable sur un projet, il est d’abord essentiel de se rappeler des objectifs liés à la
validation.
Comme spécifiée précédemment, la validation offre une assurance sur l’admissibilité du projet dans le
cadre d’un programme particulier en vue d’éventuelles émissions de crédits ou d’aide financière et sur
le potentiel de génération de réductions d’émissions de GES par la réalisation de ce projet.
Ainsi, le besoin de validation est en fonction des besoins de l’utilisateur cible de cette validation.
Le gestionnaire de programme de crédits compensatoires désire préserver la crédibilité de sa base de
données de projets de son programme. Ainsi, à l’enregistrement d’un projet, il veut être confiant du
potentiel de crédits soit pour des raisons administratives (cumuler les crédits à émettre) ou pour
rassurer les émetteurs que des crédits compensatoires pourront être transiger, offrant ainsi une
plateforme pour inciter les transactions de gré à gré.
L’investisseur, quant à lui, qu’il soit lié directement ou non au promoteur, veut assurer son
investissement en sécurisant le potentiel d’éventuelles réductions d’émissions de GES. La validation par
un tiers indépendant lui donne donc cette assurance lui permettant ainsi de diminuer les risques
financiers associés à son investissement.
Le gestionnaire de programme d’aide financière gouvernemental investit dans le projet. Il doit faire
preuve de prudence puisqu'il utilise des fonds publics qui lui sont confiés de gérer. Il doit donc
préférable de procéder à une validation, effectuée indépendamment du promoteur de projet, pour
assurer son investissement.
Plutôt que d’exiger systématiquement la validation et la vérification par des organismes distincts, un
outil a été développé pour aider le gestionnaire de programmes à déterminer la rigueur du processus de
validation à imposer en fonction des programmes et des objectifs des projets déposés. La figure 4-2
décrit un processus décisionnel pour l’établissement des exigences liées à la validation.
4.4.1
Le RSPEDE
Lorsque le rôle du MDDELCC consiste à émettre d’éventuelles unités de crédit dans le cadre d’un
programme de crédits compensatoires, le modèle propose d’abord l’identification de la réduction
annuelle estimée du projet par le promoteur. Ainsi, à partir de cet objectif de réduction, on détermine
124
les exigences de validation en faisant état du moment et de l’autorité exigée pour réaliser la
validation, conçues selon l’ampleur des réductions offertes par le projet.
Afin d’établir une borne inférieure aux projets de très grande ampleur de réductions, le mécanisme
actuel s’appuie sur les exigences du MDP qui fixe à moins de 60 000 T de réductions annuelles les
projets appelés SCC tel que présenté au premier chapitre. En effet, à partir de cette borne, les requis
du plan de projet, du plan de surveillance et exigences de validation sont distincts des projets de plus
de 60 000 T.
Ainsi, pour nos besoins, les grands projets à réductions de plus de 60 000 T devraient
présenter un rapport et un avis de validation par un organisme accrédité ISO 14065 pour
l’enregistrement du projet au programme. Également, on exige que le rapport et l’avis de vérification,
dès la première année de réalisation du projet, soient émis aussi par un organisme accrédité ISO 14065
en plus d’exiger une distinction de l’organisme qui a exécuté la validation. Cette exigence démontre
l’importance accordée à l’évaluation du projet par un autre organisme afin de garantir l’intégrité du
nombre important de crédits à émettre. Le domaine inférieur de la deuxième borne s’est inspiré du
règlement actuel, où il y a relâchement de l’exigence d’une vérification annuelle pour les projets de
25 000 T et moins. En effet, conscient des contraintes économiques liées à la vérification, cette borne a
été choisie pour aussi alléger celles liées à la validation. Ainsi, on exige ici que la validation et la
vérification soient réalisées par un organisme accrédité ISO 14065, en délaissant toutefois les conditions
de distinction qu’on tient à préserver que pour les projets à grandes réductions. Le rapport et l’avis de
validation sont requis avec la demande d’enregistrement du projet. La vérification du projet de crédits
compensatoires peut ainsi se faire par le même organisme qui a validé le plan de projet.
Pour la troisième condition, le processus suggère 10 000 T pour la borne inférieure des réductions à
considérer. Il s’appuie sur la limite utilisée par le RDOCECA pour établir le seuil auquel les émetteurs
ont l’obligation de déclaration de leurs émissions au ministre. Pour les projets de 10 000 à 25 000 T,
bien que le plan de projet soit toujours déposé avec l’enregistrement du projet, on propose de ne pas
exiger que le rapport de validation soit soumis lors de cet enregistrement. On propose plutôt un rapport
de validation combiné au premier rapport de vérification. Ainsi, les éléments redondants de la
validation et de la vérification telle l’additionnalité sont qualifiés par un seul agent qualifié.
Enfin, pour les projets offrant moins de 10 000 T de réduction, la nouvelle démarche propose une la
validation exécutée par le personnel du ministère, surtout pour les cas où le protocole de quantification
est très détaillé tel que les protocoles présentement en place au Québec. Cette limite est aussi utilisée
dans le cadre du programme GS où la validation est offerte à l’interne aussi.
125
S'agit‐il d'un programme
destiné à émettre des crédits compensatoires ?
NON
1
OUI
Est‐ce que le projet propose une réduction annuelle supérieure à 60K Tonnes/année ?
NON
Est‐ce que le projet propose une réduction annuelle de
25 à 60K Tonnes/année ?
OUI
NON
Est‐ce que le projet propose une réduction annuelle de
10 à 25K Tonnes/année ?
OUI
OUI
OUI
VALIDATION EXTERNE
VALIDATION EXTERNE
VALIDATION EXTERNE
Rapport et avis de validation avec la demande d'enregistrement du projet au programme par un
organisme accrédité ISO 14065.
Rapport et avis de validation avec la demande d'enregistrement du projet au programme par un
organisme accrédité ISO 14065.
Plan de projet déposé à l'enregistrement du projet
DISTINCTION OBLIGATOIRE POUR LA VALIDATION ET LA VÉRIFICATION
Est‐ce que le projet propose une réduction annuelle inférieure à 10K Tonnes /année ?
NON
VALIDATION INTERNE
Validation combinée avec la première vérification après la première année d'implantation 1
S'agit‐il d'un programme
destiné à fournir de l'aide financière pour des projets de réduction d'émissions de GES ?
NON
Fin du processus
OUI
Y a‐t‐il une méthodologie pour la quantification des réductions associée au programme ?
NON
Établir une méthodologie de quantification de réduction et un protocole au besoin
OUI
Calculer le facteur EEE NON
Est‐ce que le projet propose un EEE de 300 $ / tonne et plus ?
OUI
Rapport et avis de validation avec la demande d'enregistrement du projet par
un organisme accrédité ISO 14065 .
DISTINCTION OBLIGATOIRE POUR LA VALIDATION ET LA VÉRIFICATION
Figure 4-2
NON
Est‐ce que le projet propose un EEE compris entre 100 et 300 $/ tonne ?
OUI
Rapport et avis de validation avec la demande d'enregistrement du projet par un organisme accrédité ISO 14065 ou un validateur agréé
Est‐ce que le projet propose un EEE inférieur à 100 $/ tonne ?
Fin du processus
OUI
VALIDATION INTERNE
par l'autorité du programme
ou
validateur agréé Nouvelle démarche pour déterminer les requis de validation pour le RSPEDE et les programmes d'aide financière
126
Fin du processus
Le tableau 4-4 décrit les requis de la validation et de la vérification proposés par cette nouvelle
démarche. Cet encadré est tout indiqué pour être reproduit dans chacun des protocoles admis par le
RSPEDE.
Tableau 4-4 Tableau pour la sélection des exigences relatives à la validation et la vérification pour le
programme de crédits compensatoires liés au RSPEDE
Tableau de sélection des exigences relatives à la validation et la vérification pour le Programme de crédits compensatoires lié au RSPEDE
Rapport de validation
Réductions d'émissions GES / an (Tonnes de CO2eq. )
PAR
Plus de 60 000 Tonnes/an
Organisme de validation accrédité ISO 14065, distinct de la vérification
De 25 000 à 60 000 Tonnes /an
Organisme de validation accrédité ISO 14065
de 10 à 25 000 Tonnes /an
Moins de 10 000 Tonnes / an 4.4.2
Rapport de vérification
QUAND
PAR
QUAND
à joindre avec la demande Organisme de vérification à chaque année, avec le d'enregistrement du accrédité ISO 14065, rapport de projet
Projet au programme, distinct de la validation
avec le Plan de projet
à joindre avec la demande Organisme de vérification à chaque année, avec le d'enregistrement du accrédité ISO 14065
rapport de projet
Projet au programme, avec le Plan de projet
Organisme de vérification Organisme de validation accrédité ISO 14065 ou combiné avec la première accrédité ISO 14065 ou vérification
vérificateur agréé selon validateur agréé selon le secteur d'activité
le secteur d'activité
aux deux ans, avec le rapport de projet
Organisme de vérification accrédité ISO 14065 ou vérificateur agréé selon le secteur d'activité
aux deux ans, avec le rapport de projet
le MDDELCC
(validation interne)
à l'enregistrement du plan de projet
Les programmes d’aide financière
Le rôle du ministère dans le cadre des programmes d’aide financière est celui d’un investisseur. Ainsi,
la validation est pour lui une assurance que les réductions proposées sont probables de se réaliser.
Ainsi, les exigences liées à la validation seront relatives au niveau de l’investissement du ministère.
La première étape de la nouvelle démarche consiste à s’assurer d’abord qu’il y a une méthodologie
pour calculer les réductions planifiées, sans quoi il devient difficile de garantir la réalisation de telles
réductions. Puisque les programmes sont attachés au PACC2020 ayant un objectif de réductions des
émissions de GES, il apparait essentiel que cette première étape force l’établissement d’une
méthodologie.
Une fois cette méthode de calcul des réductions est bien établie, on suggère de déterminer le facteur
EEE qui devient un élément de valeur de l’investissement lequel peut être comparé à la valeur d’une
tonne d’unité d’émission. Il permet aussi de mettre en perspective l’ampleur de l’investissement selon
les revenus disponibles.
Comme précisé précédemment, on obtient le facteur EEE en divisant le montant de l’aide financière
demandée par la quantité de tonnes de réductions projetées. Plus le facteur est grand, plus
127
l’investissement pour la réduction est important, ainsi plus le risque de l’investissement est élevé. Le
MTQ utilise aussi ce calcul pour établir l’aide maximum accordée par projet (voir section 2.4.6).
Le tableau 4-5 décrit les requis de la validation et de la vérification proposés dans cette nouvelle
démarche offerte aux programmes d’aide financière.
Tableau 4-5
Tableau de sélection des exigences relatives à la validation et la vérification pour les
programmes d'aide financière reliés à la Lutte contre les changements climatiques
Tableau de sélection des exigences relatives à la validation et la vérification pour des Programmes d'aide financière reliés à la Lutte contre les changements climatiques
Rapport de validation
Facteur d'efficacité économique‐
Rapport de vérification
(1)
environnemental (eee) $ / tonne réduite
PAR
Plus de 300 $/tonne
Organisme de validation accrédité ISO 14065, distinct de la vérification
de 100 à 300 $/tonne
Organisme de validation accrédité ISO 14065 ou validateur agréé selon le secteur d'activité
QUAND
PAR
QUAND
à joindre avec la Organisme de vérification à chaque année, avec le demande d'aide accrédité ISO 14065, rapport de projet
financière, incluant le distinct de la validation
Plan de projet
à joindre avec la Organisme de vérification à chaque année, avec le demande d'aide accrédité ISO 14065
rapport de projet
financière, incluant le Plan de projet
Validation interne par à la demande d'aide l'autorité du programme Moins de 100$/tonne
ou validateur agréé selon financière
le secteur d'activité
(1) Calcul : Aide financière totale / réductions d'émissions de GES d'une année
Vérification interne ou vérificateur agréé selon le secteur d'activité à chaque année, avec le rapport de projet
La première condition de 300 $/tonne sert de borne inférieure : il représente tout près de 30 fois la
valeur du prix plancher établie à 11.39 $ pour la vente d’une tonne de droit d’émission vendue par le
ministère. De plus, cette borne s’est inspirée de la moyenne de 280 $/tonne calculée pour PACC2012
pour l’année 2012-3 (voir Tableau 4-1). Puisque l’investissement est si important, les exigences de
validation le sont également : un rapport de validation est requis par un organisme accrédité ISO 14065
au dépôt de la demande d’aide financière illustrant ainsi l’immensité de l’investissement. De plus, on
exige dès la première année de la mise en place du projet que le rapport de vérification soit exécuté
par un autre organisme accrédité ISO 14065 que celui qui aura produit le rapport de validation. Ainsi, le
ministère obtient un deuxième avis sur les réductions escomptées pour justifier l’ampleur de son
investissement, tiré des fonds publics.
La deuxième condition s’est aussi inspirée de l’analyse de l’EEE du PACC2012, en 2014. En regroupant
les programmes satisfaisant la condition d’un facteur EEE compris entre 100 et 300 $/tonne, on
constate que 30 % des argents investis ont procuré plus de 50 % des réductions annuelles de toutes les
dépenses d’investissement. Le facteur EEE étant inférieur que la condition précédente, le processus de
validation en est allégé : ainsi le rapport de validation peut provenir d’un agent agréé, mais est
toujours exigé pour l’admissibilité du projet pour de l’aide financière.
Quant aux projets démontrant un EEE de moins de 100 $/tonne, ils affichent une valeur de moins de 10
fois la valeur d’une tonne d’émission. Puisque le coût des réductions est relativement bas, un processus
128
de validation de la déclaration GES par le personnel du ministère est prescrit; l’établissement d’un
protocole détaillé ou d’un formulaire muni des calculs en facilitera l’exécution.
Il est important de préciser pour les cas de la deuxième et troisième condition, le modèle propose deux
choix quant au choix du validateur : un organisme ou un agent agréé. Cette perspective laisse présager
que les promoteurs peuvent de ce fait accéder aux marchés du carbone et bénéficier d'un appui
financier.
4.4.3
Evaluation des critères
Considérant cette nouvelle démarche pour l’établissement du processus de validation, il importe
maintenant de vérifier si les critères d’efficacité économique, sociale et environnementale énumérés
au chapitre précédent sont satisfaits.
Le tableau 4-6 rappelle ces critères et justifie la rencontre de ceux-ci.
Ainsi, pour le RSPEDE, la nouvelle méthodologie pour déterminer le processus de validation approprié
satisfait les différents critères d’efficacité. En effet, en proposant que la validation et la vérification
soient exécutées par les mêmes organismes ou agents, le promoteur peut bénéficier d’une économie de
coûts et de délais en combinant ses offres de services. De plus, en excluant la distinction, un plus grand
nombre d’organismes peuvent décider d’offrir les deux services occasionnant ainsi une augmentation
des offres de services de validation qui a pour conséquence d’augmenter l’accessibilité ces services.
D’autre part, en permettant de combiner le rapport de validation et de vérification, l’organisme peut
offrir des réductions de coût pour les mandats puisque le temps nécessaire à la familiarisation du projet
n’a lieu qu’une seule fois. D’ailleurs, cette combinaison améliore aussi les délais pour la mise en
marche du projet, puisque le promoteur n’a pas à faire valider son projet avant sa mise place. Tout
comme l’avantage du retrait de la distinction des validateurs/vérificateur, ici encore, l’organisme peut
offrir une diminution de coût pour le mandat puisqu’il comporte la réalisation d’un seul rapport plutôt
que deux.
De la même manière, en offrant la validation interne ou par ressources désignées, le gouvernement
allège encore le fardeau économique de la validation au promoteur et par son offre, augmente aussi
l’accessibilité du service.
Au même titre, en facilitant le processus de validation, on encourage un plus grand nombre de projets à
s’enregistrer et ainsi à contribuer à réduire davantage les émissions de GES.
129
Tableau 4-6
Programmes
Évaluation des critères d'efficacité de la nouvelle démarche
Efficacité
Éléments de la nouvelle démarche
Critères
Le même
validateur et
vérificateur
RSPEDE
Validation
interne
Diminution des coûts
et des délais
occasionnés aux
projets


Augmentation des
offres de services de
validation


Sociale
Augmentation de
l’accessibilité du
service de validation



Environnementale
Augmentation du
nombre de projets
de réduction
enregistrés



Économique
Facteur EEE
Programmes
d’aide
financière
Rapport de
validation
combiné au
rapport de
vérification
Économique
Méthode de quantification
Implantation d'un
taux de rendement
des investissements


Implantation d’un
processus de
validation basé sur le
taux de rendement


Sociale
Mise en place d’une
reddition de compte
à la population


Environnementale
Sélection des projets
selon leur
performance
environnementale


130

Ainsi, la démarche proposée satisfait les critères d’efficacité économique, sociale et environnementale
définis, et permet ainsi une amélioration du RSPEDE.
Dans le cadre des programmes d’aide financière, le nouveau mécanisme doit aussi démontrer qu’il
satisfait ces critères. L’établissement d’un facteur EEE vient d’office satisfaire deux catégories de
critères en offrant un taux de rendement de l’investissement et en utilisant celui-ci pour déterminer un
processus de validation basé sur le risque de l’investissement. De plus, en instaurant un tel facteur, on
établit un outil de communication soit $/tonne qui est facilement compréhensible pour toute la
population.
L’exigence d’établissement d’une méthodologie pour quantifier les réductions force à déterminer
l’impact environnemental positif de chaque projet, rapprochant davantage les programmes à leurs
objectifs ultimes. Par ailleurs, la discipline de s’imposer une méthodologie, permet au ministère de
comptabiliser la performance des programmes à produire des réductions d’émissions. Ceci facilite la
reddition de compte des programmes et la prise en charge des révisions et de de la pertinence des
programmes lorsque les résultats n’atteignent pas leurs objectifs. Cette proposition offre au MDDELCC
une amélioration de sa gestion du Fonds vert.
L’établissement d’un calcul de réduction par programme facilite aussi la mise en place de critères de
sélection des projets par l’autorité du programme. Ainsi, la nouvelle démarche permet de qualifier les
projets selon leur performance environnementale attendue.
En conclusion, cette nouvelle démarche liée à l’établissement du processus de validation prend en
compte, pour le RSPEDE et les programmes d’aide financière, de la faisabilité technique et financière
d’un projet tout en considérant les répercussions environnementales, sociales et économiques de ce
dernier, offrant ainsi tous les éléments caractérisant une démarche de développement durable.
131
5
RECOMMANDATIONS
Ce chapitre réunit tous les éléments nommés précédemment dans le but de proposer des ajustements
au MDDELCC pour accueillir cette nouvelle démarche. Débutant par les aspects communs d’amélioration
pour le RSPEDE et les programmes d’aide financière, il précise ensuite distinctement les
recommandations propres à chacun de ces programmes. Ensuite, il met en perspective les risques liés à
une approche alternative de la validation au Québec.
5.1
Documentations disponibles au public
Dans le but de rendre les informations pertinentes des programmes à tous les intervenants, il est
essentiel de regrouper tous les éléments relatifs à la validation sous un même parapluie.
5.1.1
Pour le promoteur
La conception et la publication d’un guide pour les promoteurs expliquant le processus de validation
permettent d'assister ces derniers afin de définir ce à quoi ils doivent s’attendre par ce processus. Le
guide leur permet de comprendre et de se préparer pour l’éventuelle validation. Une référence
exemplaire offerte par le PCT peut servir de modèle. On y retrouve aussi une explication du processus
d’appel d’offres de services de validation, un modèle de contrat pour les mandats de validation.
En investissant dans la conception d’un formulaire de demande d’aide ou de plan de projet où est
intégré le cadre de méthodologie de quantification, on atteint deux objectifs : le promoteur se
conforme à la méthode exigée et la validation en est simplifiée. C’est l’approche utilisée par le FMV qui
a développé un formulaire dynamique : selon le type de projet, une quantification est développée et en
saisissant les informations, les réductions d’émissions sont calculées automatiquement à même le
formulaire. Il est disponible sur le site de la FCM dans la section du FMV. (FCM, 2014)
5.1.2
Pour les validateurs et vérificateurs
Dans un objectif d’uniformisation des rapports de validation et de vérification, la conception et la
publication d’un manuel de validation et vérification assurent la conformité du contenu des rapports de
validation et de vérification, telle qu’exigée par le programme. En s’inspirant du guide du VCS
accessible sur leur site, la marche à suivre est uniformisée entre les validateurs.
De plus, l’élaboration d’une liste de contrôle pour la validation semblable à celle pour la vérification
offerte par CAR, structure non seulement la démarche du validateur, mais propose également aux
promoteurs une compréhension du contenu de leur audit, leur invitant ainsi de réaliser une autoévaluation dans le but de se préparer à leur validation officielle. Elle est reproduite dans l’annexe 2.
La production d’un gabarit pour la validation, semblable à celui publié par VCS rend le format uniforme
d’un projet à l’autre et en facilite ainsi la lecture pour tous les utilisateurs du rapport de validation.
(VCS, 2013)
132
Dans le but de faciliter les recherches des promoteurs et encourager le développement de l’expertise
québécois, la publication d’une liste des validateurs et vérificateurs agréés et des organismes
accrédités reconnus par le ministère améliore l’accessibilité et l’efficacité du processus de validation.
La plupart des autres programmes la publient. Un mécanisme gouvernemental de mise à jour de cette
liste doit toutefois être développé afin d’actualiser la reconnaissance de cette expertise.
En résumé, ci-après la liste des recommandations de documentations liées aux programmes voués à la
réduction des émissions de GES :

Conceptualiser et publier un guide de validation et de vérification précisant le contenu du
rapport et de l’avis de validation et de vérification

Conceptualiser et publier un guide d’appui pour le promoteur, pour son cheminement dans
le processus de validation

Conceptualiser et publier une liste de contrôle pour le validateur; la proposer au promoteur
en guise d’autoévaluation (pré-audit)

Conceptualiser et publier un gabarit pour les rapports de validation et de vérification

Publier la liste des validateurs et vérificateurs ainsi que des organismes accrédités; mettre
en place un processus de gestion de cette liste
5.2
Une démarche axée sur le développement durable
Dans l’objectif de contribuer à la promotion du développement durable, tous les projets voués à la
réduction des GES peuvent donner lieu d’offrir des avantages sociaux et économiques. Il est donc
recommandé que les projets se présentent à l’enregistrement avec des perspectives de développement
durable. On doit donc insister pour une présentation des impacts environnementaux indirects (autres
que les réductions de GES), sociaux et économiques comme condition à l’enregistrement de projets.

Demander de détailler les impacts environnementaux indirects, sociaux et économiques
dans la demande d’enregistrement de projet
5.3
RSPEDE
En plus des éléments génériques présentés plus haut, le besoin de validation doit être établi en
fonction de l’ampleur des réductions potentielles, telle que la démarche proposée. Il est aussi
recommandé que les protocoles pour les projets de crédits compensatoires soient extraits du règlement
pour en faciliter l’administration. Ainsi, le programme procure plus de flexibilité à l’ajout ou
modification des protocoles existants sans la contrainte du processus législatif. De plus, on propose que
le règlement justifie l’obligation de validation par la présence des requis de validation à même chaque
protocole. De cette manière, les requis de validation sont présentés dans chacun des protocoles
permettant ainsi une liberté de précisions de ces requis selon le niveau de détail du protocole. De
même, il est recommandé que soit établie une mécanique de déviation ou de demande d’équivalence
d’un protocole par un promoteur, permettant ainsi d’augmenter l’offre de projet de crédits
133
compensatoires. De plus, il est recommandé de développer le processus de validation interne surtout
pour les plus petits projets. Les critères d’évaluation définis par le programme Écocamionnage peuvent
servir de modèles de départ.
D’autre part, il est recommandé que le registre des projets soit présent sur le site du ministère, même
si aucun projet n’y est enregistré. Ainsi, la structure du registre devient publique et le cycle de
l’amélioration continue peut débuter. Également, il devient important pour les grands émetteurs de
savoir qu’ils peuvent ou non compter sur des crédits compensatoires pour faire face à leur prochaine
obligation. Le marché de l’offre de projet s’ouvre au grand public.
En résumé, les recommandations suivantes enrichissent le RSPEDE :

Établir le processus de validation en fonction de l’ampleur des réductions planifiées

Retirer les protocoles du règlement

Préciser les requis de validation dans chaque protocole

Établir une mécanique de déviation ou demande d’équivalence de protocole dans le
règlement
5.4

Offrir une validation interne

Mettre en place le registre des projets
Programmes d’aide financière
Outre les éléments génériques, tous les programmes d’aide financière doivent définir leurs méthodes
de quantification de GES pour le calcul des réductions afin d’assurer l’établissement d’objectifs de
réduction des projets. De cette manière, l’aide financière est distribuée en fonction des résultats
obtenus sur les objectifs planifiés. Toutefois, les programmes touchant la sensibilisation ou les études
détaillées ne peuvent s’y conformer puisqu’il est pratiquement impossible d’en estimer une réduction
directe : seule une minorité de programmes en serait exclue. Ainsi, pour la reddition de compte à la
population, dans le bilan annuel par exemple, le MDDELCC compare les résultats aux objectifs établis,
démontrant ainsi une saine gestion des fonds publics, en établissant un plan d’action pour les cas
problématiques.
De ce fait, l’autorité du programme peut établir et utiliser le facteur EEE pour sélectionner, suivre et
évaluer les projets. De plus, ce même indicateur peut aussi servir à évaluer la rentabilité des
programmes pouvant être un critère à son évaluation. Ce facteur permet aussi de justifier le besoin de
validation en fonction du risque de l’investissement par l’aide financière accordée.
L’établissement d’une base de données des projets en cours offre une transparence sur l’utilisation de
l’aide financière et des exemples de projets favorisant des réductions.
Le développement d’un formulaire de demande d’aide financière inspiré à celui offert par le FMV
proposé plus haut incite la mise en place de validation interne puisque la mécanique de calcul des
134
réductions est clairement définie éliminant ainsi certaines dépenses liées à la validation. Le modèle
peut aussi s’inspirer des critères d’évaluation d’Écocamionnage.
Afin d’améliorer le profil de gestion du Fonds vert, il est impératif que chaque programme établisse ses
objectifs annuels de réduction des émissions de GES pour ainsi appuyer le PACC2020.
5.5

Établir une méthode de quantification des réductions/protocole pour chaque programme

Développer un formulaire de demande d’aide avec la méthode de quantification choisie

Instaurer le facteur EEE dans le formulaire de demande

Établir le besoin de validation en fonction du facteur EEE

Établir des critères de sélection des projets en fonction de leur rentabilité

Accorder l’aide financière en fonction des réductions obtenues

Établir une base de données des projets admis par programme

Établir des objectifs annuels de réduction pour chaque programme
Risques liés à une approche alternative
N’ayant à ce jour aucun projet de crédits compensatoires dans son répertoire, les risques d’iniquité liés
à une approche alternative sont pratiquement nuls. Bien au contraire, cette nouvelle démarche,
facilitant l’enregistrement de projet en diminuant le fardeau économique et les délais pour la mise en
place des projets, ne peut qu’encourager les promoteurs à se prévaloir de cet instrument que sont les
crédits compensatoires pour financer leurs projets. Toutefois, ce changement de cap vise la mise en
place d’un projet de modification du RSPEDE pour intégrer cette nouvelle approche dans le règlement.
Quant aux programmes d’aide financière, cette approche alternative impose aux autorités de
programmes de dégager des ressources pour établir une méthode de quantification. Toutefois, comme
mentionné par le CDD, c’est une étape essentielle pour justifier une gestion efficace du Fonds vert. Les
programmes, comme le PTMOBC, doivent être étudiés et peut-être même retirés lorsque l’évidence des
investissements colossaux démontre des effets négligeables sur les réductions de GES. (Provost et
autres, 2014) L’étude de chaque programme permet ainsi la détermination de la réelle contribution de
celui-ci à la lutte contre les changements climatiques.
5.6
Transférabilité de cette nouvelle démarche pour les programmes futurs
Cette nouvelle démarche, qui tient compte de l’importance de positionner le rôle du gouvernement lors
de l’établissement du processus de validation, offre un cadre aussi pour les programmes futurs. En
effet, plutôt que d’exiger des requis blindés ou tel que le projet de modification du RSPEDE proposé en
juillet dernier, de retirer complètement la notion de validation de projet, ce nouveau cadre permet
une réflexion sur les besoins de la validation et des modulations à offrir.
135
CONCLUSION
L’étude des multiples variantes utilisées du processus de la validation offertes dans les programmes de
crédits compensatoires a permis de saisir que le processus peut emprunter plusieurs approches, et qu’il
est parfois modulé selon l’ampleur des projets. De plus, elle a fait découvrir une série d’outils offerts
aux parties prenantes de ces programmes. Surtout, on a constaté l’importance accordée à la
transparence autour du processus de validation : liste des validateurs et vérificateurs, guide de
validation, registre de projets accompagnés du rapport de validation.
Dans le cadre du PACC2020, l’étude de ses programmes d’aide financière a permis de saisir que le
processus de validation n’est pas formellement imposé par l’autorité du programme, le MDDELCC; par
contre, certains responsables de programme, tel le MERN, pratiquent la validation interne et d’autres
exigent plutôt la validation par un organisme accrédité 14065 distinct de la vérification, comme
spécifié par le MDDELCC dans les spécifications du PTMOBC. Ainsi, chaque responsable de programmes
établit lui-même ses exigences de validation lorsqu’une déclaration GES est requise. Selon les
observations du CDD en mai dernier, les projets ayant reçu de l’aide financière n’ont pas tous
l’obligation de générer des réductions malgré le fait que ces programmes ont l’objectif de produire des
réductions de GES, dérivés du PACC2020.
Comprenant maintenant que le MDDELCC a toute l’autorité pour déterminer le domaine du processus de
validation selon le cadre du WCI, les basiles restrictives impliquant la validation et vérification GES d’un
projet par des organismes accrédités ISO 14065 peuvent être adoucies. L’analyse du nombre de
validateurs agréés et d’organismes accrédités a démontré une diminution des effectifs experts de 2012
à maintenant. Selon le sondage réalisé auprès des fournisseurs de services de validation et de
vérification, le marché de l’offre de validation est effectivement déficient. Pour ajuster ce
déséquilibre, les firmes spécialisées en vérification ont été invitées à présenter des offres de services
de validation. Mais ils restent timides à répondre en voyant ainsi un mandat de vérification récurrent
hors de leur portée. Les donneurs d’ordre ont compris que les validateurs et les vérificateurs
obtiennent leur titre en passant le même examen : ils sont tous compétents à produire une validation.
Ayant brossé un portrait des besoins du RSPEDE et des programmes d’aide financière, une liste de
critères associés à l’efficacité économique, environnementale et sociale ont orienté la conception
d’une nouvelle démarche pour déterminer les exigences du processus de validation pour ces deux types
de programmes : la rigueur du processus de validation doit être en fonction des risques associés à la
mise en place du projet. Ainsi, plutôt que d’exiger une seule et unique approche telle que celle
préconiser par le MDDELCC par l’obligation systématique de distinction de l’organisme de validation et
de vérification dans le RSPEDE, la nouvelle démarche préconise plutôt une approche basée selon le
tonnage de réduction offert par le projet, normalement proportionnel à l’ampleur du projet. Tandis
que pour les programmes d’aide, nécessitant une refonte de son approche telle qu’apportée par le CDD
136
en mai dernier, elle suggère d’utiliser le facteur EEE pour déterminer les requis de validation. Ce
facteur invite l’intégration du coût carbone de l’investissement ($/tonne), et devient ainsi un élément
comparatif à la valeur carbone sur le marché. Par contre, le facteur EEE ne peut être calculé qu’en
présence d’un protocole de quantification des réductions. Il devient donc essentiel que tous les
programmes d’aide financière établissent leur protocole de quantification. De ce fait, le Fonds vert
procure davantage de financement pour des projets réducteurs de GES. La déclaration GES du
promoteur mérite aussi d’être validée pour authentifier le réel potentiel de réduction de GES. En
conclusion, l’introduction de la nouvelle démarche incite les deux types de programmes à se servir des
ressources actuellement disponibles en proposant l’implication des experts agréés et la validation
interne.
Finalement, le dernier chapitre propose des recommandations à l’intention du MDDELCC portant
essentiellement sur des améliorations liées au processus de gestion des deux programmes : la
conception et le développement de documentations à l’intention des promoteurs et des validateurs, la
mise en place de mécanisme supportant l’ajout de protocoles, la publication des experts reconnus par
le ministère, l’implantation d’une mécanique proposant les requis de la validation et l’intégration
d’une approche appuyée sur le développement durable dans la description du projet.
En conclusion, la démarque proposée permet d’encadrer le processus de validation en modulant les
requis liés la validation selon des paramètres liés au projet, qu’il s’agisse du tonnage de réduction ou
du facteur EEE. Elle répond ainsi à l’objectif général de cet essai en plus de satisfaire les critères
d’efficacité économique, environnementale et sociale en diminuant le fardeau financier du promoteur,
en facilitant la mise en place de plus de projets de réduction de GES et en offrant la chance à tous les
experts d’œuvrer dans leur domaine lié à la lutte contre les changements climatiques.
Ainsi, on peut maintenant souhaiter que cette démarche puisse contribuer à l’émergence de plusieurs
projets de réduction GES au Québec. Ce nouveau départ se fait urgent surtout avec la venue de la fin
de la première période de conformité le 31 décembre prochain, mais aussi avec la venue de la
deuxième période de conformité du SPEDE à laquelle s’ajoute de nouveaux émetteurs : les exploitants
d’entreprises distributrices ou importatrices de carburants et de combustibles au Québec. En effet,
ceux-ci, contrairement aux émetteurs de la première période, n’auront pas accès à des droits
d’émissions gratuits émis par le gouvernement. Ils voudront s’acquérir de droits d’émission de crédits
compensatoires pour couvrir leurs émissions. Il est donc urgent de modifier maintenant les requis de
validation afin de pouvoir combler les besoins futurs du marché du carbone au Québec.
137
RÉFÉRENCES
Air Resources Board (ARB) (2014a). Article 5. California Cap on Greenhouse Gas Emissions and MarketBased Compliance Mechanisms to allow for the use of compliance instruments issued by Linked
Jurisdictions. In ARB. Reducing Air Pollution – ARB, Climate change Programs, Cap-and-Trade
Program, Current regulation and Proposed Regulatory Amendments, current Regulation.
http://www.arb.ca.gov/cc/capandtrade/capandtrade/unofficial_c&t_082014.pdf (Page
consultée 25 août 2014)
Air Resources Board (ARB) (2014b). Offset Verification Program. In ARB. Reducing Air Pollution – ARB,
Climate change Programs, Cap-and-Trade Program, Compliance Offset Program, verification,
Offset Verification Program.
http://www.arb.ca.gov/cc/capandtrade/capandtrade/unofficial_c&t_082014.pdf (Page
consultée 25 août 2014)
Air Resources Board (ARB) (2014c). List of ARB-Accredited Offset Verification Bodies and Offset
Verifiers. In ARB. Climate change Programs, Cap-and-Trade Program, Compliance Offsets
Program, Verification.
http://www.arb.ca.gov/cc/capandtrade/offsets/verification/verification.htm (Page consultée
25 avril 2014)
Air Resources Board (ARB) (2014d). Chapter 6: What are the requirements for offset credits and how are
the issued ? (Guidance for Regulation Sections 95970–95990) . In ARB. Reducing Air Pollution –
ARB, Climate change Programs, Cap-and-Trade Program, Regulatory Guidance Document,
Chapter 6. http://www.arb.ca.gov/cc/capandtrade/guidance/guidance.htm (Page consultée 3
août 2014)
Air Resources Board (ARB) (2014e). Technical Guidance for Offset Verifiers. In ARB. Reducing Air
Pollution – ARB, Climate change Programs, Cap-and-Trade Program, Compliance offset
program, verification, Technical Guidance for offset Verifiers.
http://www.arb.ca.gov/cc/capandtrade/guidance/guidance.htm (Page consultée 3 août 2014)
Alberta Environment and Sustainable Resource Development (AESRD) (2013a). Project Guidance. In
ESRD. Focus, Alberta and Climate Change, Regulating Greenhouse Gas Emissions, Alberta-based
Offset Credit System, Offset Credit System Protocols, Project guidance.
http://esrd.alberta.ca/focus/alberta-and-climate-change/regulating-greenhouse-gasemissions/alberta-based-offset-credit-system/offset-credit-systemprotocols/documents/8525.pdf (Page consultée 4 septembre 2014)
Alberta Environment and Sustainable Resource Development (AESRD) (2013b). Technical guidance for
greenhouse gas verification at reasonable level assurance. In ESRD. Focus, Alberta and Climate
Change, Regulating Greenhouse Gas Emissions, Alberta-based Offset Credit System, Offset
Credit System Protocols, Verification guidance. http://esrd.alberta.ca/focus/alberta-andclimate-change/regulating-greenhouse-gas-emissions/alberta-based-offset-creditsystem/offset-credit-system-protocols/documents/8802.pdf (Page consultée le 4 septembre
2014)
American Carbon Registry (ACR) (2012) The American Carbon Registry® Validation and Verification
Guideline. Version 1.1. In ACR. Carbon accounting, verification, Validation and Verification,
ACR Validation and Verification Guidelines, http://americancarbonregistry.org/carbonaccounting/verification/acr-vv-guideline-v1-1.pdf (Page consultée 4 septembre 2014)
138
American Carbon Registry (ACR) (2014a). Projets Reports. In ACR. How it Works, Public Registry
Reports, Projects Report. https://acr2.apx.com/myModule/rpt/myrpt.asp?r=111 (Page
consultée le 20 juillet 2014)
American Carbon Registry (ACR) (2014b). Becoming an ACR Approved Verification Body. In ACR. Carbon
Accounting, Verification, Validation and Verification.
http://americancarbonregistry.org/carbon-accounting/verification/verification (Page consultée
le 20 juillet 2014)
American National Standards Institute (ANSI) (2010). Preliminary Application for ANSI Accreditation
under ISO 14065. GHG-FR-703. In ANSI. Programs, Greenhouse gas- Verifiers/Validators.
https://www.ansica.org/wwwversion2/outside/ALLviewDoc.asp?menuID=200&dorID=312 (Page
consultée le 4 août 2014)
American National Standards Institute (ANSI) (2014a). ANSI: History Overview. In ANSI. About ANSI,
History. http://www.ansi.org/about_ansi/introduction/history.aspx?menuid=1 (Page consultée
le 4 août 2014)
American National Standards Institute (ANSI) (2014b). Application Process. In ANSI. Programs,
Greenhouse gas- Verifiers/Validators.
https://www.ansica.org/wwwversion2/outside/GHGhowtoapply.asp?menuID=200 (Page
consultée le 4 août 2014)
American National Standards Institute (ANSI) (2014c). ANSI Accreditation Criteria Checklist for
Evaluation of third Party GHG Validation/Verification Bodies. GHG-FR-705. Revision 4. In ANSI.
Programs, Greenhouse gas- Verifiers/Validators, Policies, Procedures and Forms.
https://www.ansica.org/wwwversion2/outside/ALLviewDoc.asp?dorID=508&menuID=200 (Page
consultée le 4 août 2014)
American National Standards Institute (ANSI) (2014d). Fees – GHG Program. In ANSI. Accreditation
services, Greenhouse gas Verifiers/Validators, Policies, Procedures and Forms, GHG-PR-722
Fees – GHG Program.
https://www.ansica.org/wwwversion2/outside/ALLviewDoc.asp?dorID=436&menuID=220 (Page
consultée le 4 août 2014)
American National Standards Institute (ANSI) (2014e). Greenhouse Gas VVB Accreditation (Accredited).
In ANSI. Accreditation services, Greenhouse gas Verifiers/Validators, Accreditation Directory,
All accredited bodies.
https://www.ansica.org/wwwversion2/outside/ALLdirectoryListing.asp?menuID=200&prprg=200
&status=4 (Page consultée le 4 août 2014 )
Canada. Environnement Canada (2013). Rapport d’inventaire national 1990–2011 : sources et puits de
gaz à effet de serre au Canada. Ottawa, Environnement Canada, 258 p.
Canadian Environmental Certification Approvals Board (CECAB) (2014). Roster. In CECAB. Roster.
http://www.cecab.org/public/roster.aspx (Page consultée le 30 juillet 2014 )
Canadian Standard Association (CSA) (2010). Vérificateur des gaz à effet de serre (GES). In CSA. Accueil,
Institut de formation, Agrément des personnes, Programmes d’agrément des personnes,
Vérificateur des GES. http://www.csagroup.org/documents/codes-and-standards/pc/GHG-VGuidebook.pdf (Page consultée le 28 juillet 2014)
139
Canadian Standard Association (CSA) (2014). Search for qualified Personnel. In CSA. Services, Education
& Training, Personnel Certification, People Search.
http://www.csagroup.org/us/en/services/education-and-training/personnelcertification/people-search (Page consultée le 30 juillet 2014 )
Carbon Offsets Research & Education. (CORE) (2011). Offset Protocols, Programs, Registries &
Standards. In CORE: Offset Markets. Policy Information, Introduction to offsets policies,
Protocoles, standards and programs.
http://www.co2offsetresearch.org/policy/StandardsPrograms.html (Page consultée le 20 mars
2014)
Chicago Climate Exchange (CCX) (s. d.). CCX Approved list of verifiers. In ICE. Public documents.
https://www.theice.com/publicdocs/ccx/CCX_Approved_Verifiers.pdf. (Page consultée le 15
avril 2014)
Chicago Climate Exchange (CCX) (2011a). CCX Daily Average Settlement Price and Volume (metric ton).
In ICE. OTC Environmental, Historical Data,CCX Historical Price and Volume.
https://www.theice.com/publicdocs/ccx/CCX_Historical_Price_and_Volume.xls (Page
consultée le 15 avril 2014)
Chicago Climate Exchange (CCX) (2011b). CCX – Verification manual. In ICE. Public documents.
https://www.theice.com/publicdocs/ccx/CCX_Verification_Manual.pdf (Page consultée le 15
avril 2014)
Climate Action Reserve (CAR) (2009) Verification Activity Log. In CAR. Verification, Verification
documents and references.
https://www.google.ca/#q=Project_Verification_Activity_Log__forest_ (Page consultée le 2
mai 2014)
Climate Action Reserve (CAR) (2011). Program Manual. In CAR. How it works, Program, our Program.
http://www.climateactionreserve.org/wpcontent/uploads/2009/04/Climate_Action_Reserve_Program_Manual_102611.pdf (Page
consultée le 25 avril 2014)
Climate Action Reserve (CAR) (2014a). CAR Projects. In CAR. How it works, Projects, View Projects.
https://thereserve2.apx.com/myModule/rpt/myrpt.asp?r=111 (Page consultée le 25 avril
2014)
Climate Action Reserve (CAR) (2014b). California Compliance Offset Program. In CAR. How it
works,California compliance offset program.
http://www.climateactionreserve.org/how/california-compliance-projects/ (Page consultée le
25 avril 2014)
Colombie-Britanique (CB) (2012). Carbon Neutral Government Overview. In British Columbia. Home,
Environment, Climate Change, Policy Responses, Public Sector Leadership, Carbon Neutral
Operations. http://www.env.gov.bc.ca/cas/reports/cnar/CNG-overview-2012.pdf (Page
consultée le 3 juin 2014)
Colombie Britannique (CB) (2013). First Core Review decisions announce. In British Columbia. News,
Search for News Releases. 2013MEM0021-001738, Nov. 19, 2013.
http://www2.news.gov.bc.ca/news_releases_2013-2017/2013mem0021-001738.htm (Page
consultée le 3 juin 2014)
140
Conseil Canadien des normes (CCN) (2014a). Mandat, mission et vision. In SCC. Notre organisation,
Mandat, mission et vision. https://www.scc.ca/fr/about-scc/mandate-mission-vision (Page
consultée le 6 juillet 2014)
Conseil Canadien des normes (CCN) (2014b). Programme d’accréditation pour les gaz à effet de serre.
In SCC. Accréditation, Gaz à effet de serre. https://www.scc.ca/fr/accreditation/greenhousegas (Page consultée le 6 juillet 2014)
Décret 1187-2009 Concernant l’adoption de la cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre
du Québec à l’horizon 2020, (2009) 141 G.O. II, 5871.
Desroches, L. (2 août 2014a). Commentaires relatifs au Projet de règlement modifiant le RSPEDE.
Courrier électronique à Jean-Yves Benoit, économiste senior et directeur du marché du carbone
du Bureau des changements climatiques, adresse destinataire: jeanyves.benoit@mddelcc.gouv.qc.ca
Desroches, L. (2014b). La validation et la vérification des projets de réductions de GES. Réalisé avec
Sondage Online. 8p.
Dionne, D. (2012). ENV800 Inventaire des GES et crédits carbone, Notes de cours, Cours 1. Sherbrooke,
Centre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE),
Université de Sherbrooke, 72 p.
Eco Canada (ECO) (s. d.). GHG Certification Program: Exam Blueprint. In Eco Canada. Accueil,
Agrément. http://www.eco.ca/certification/documents/GHG%20Examination%20Blueprint.pdf
(Page consultée le 1er septembre 2014)
Eco Canada (ECO) (2014a). Le Guide du candidat. In Eco Canada. Accueil, Agrément.
http://www.eco.ca/certification/documents/EP%20and%20EPt%20Applicant%20Guide.pdf
(Page consultée le 1er septembre 2014)
Eco Canada (ECO) (2014b). Droits. In Eco Canada. Accueil, Agrément.
http://www.eco.ca/certification/become-an-ep/ (Page consultée le 1er septembre 2014)
Environnement Canada (2014). Émissions de gaz à effet de serre des provinces et des territoires. In
Environnement Canada. Environnement Canada, Changements Climatiques, Inventaire canadien
des GES, Rapport d'inventaire national 1990-2012: Sommaire. https://www.ec.gc.ca/gesghg/default.asp?lang=Fr&n=3808457C-1&offset=5&toc=show (Page consultée le 15 août 2014)
Fédération canadienne des municipalités (FCM) (2014) Formulaire de demande du Fonds municipal vert
V1.3.2. In FCM. Programmes, Fonds municipal vert, faites une demande de financement,
questionnaire d’admissibilité.
http://www.fcm.ca/Documents/forms/GMF/EligibilityQuestionnaire_FR.pdf (Page consultée le
29 juillet 2014)
Gagnon, D. (25 avril 2014). Le registre des crédits compensatoires. Courrier électronique à Line
Desroches, line.desroches@usherbrooke.ca
Gold Standard (GS) (2012a). V2.2 Summary Document. In Gold Standard. Energy, Rules & Requirements.
http://www.goldstandard.org/wp-content/uploads/2011/09/V2.2-Summary-Document.pdf
(Page consultée le 1er mars 2014)
141
Gold Standard (GS) (2012b). The Gold Standard Toolkit. Version 2.2. In Gold Standard. Rules &
Requirements. http://www.goldstandard.org/wp-content/uploads/2012/06/GSv2.2_Toolkit.pdf
(Page consultée le 1er mars 2014)
Gold Standard (GS) (2014a). Success Stories. In Gold Standard. About us, success stories.
http://www.goldstandard.org/about-us/success-stories (Page consultée le 5 février 2014)
Gold Standard (GS) (2014b). 10 Years of Gold Standard. In Gold Standard. Home, GS News, News.
http://www.goldstandard.org/10-years-of-gold-standard-2 (Page consultée le 1er mars 2014)
Gouvernement du Québec (Québec) (2008) Le Marché du Carbone.
http://www.economie.gouv.qc.ca/fileadmin/contenu/formations/carbone/manuel/cahier_for
mation_carbone.pdf (Page consultée le 5 avril 2014)
Gouvernement du Québec (Québec) (2014a). Efficacité énergétique et développement nordique – Projet
d'éolienne avec la Mine Raglan. In Gouvernement du Québec. Portail, Fil d’information,
Recherche dans le Fil d’information, Mots clés: Ecoperformance.
http://www.mineraglan.ca/FR/CentreMedia/Documents/20140227_Efficacit%C3%A9%20%C3%A9
nerg%C3%A9tique%20et%20d%C3%A9veloppement%20nordique%20%20Projet%20d'%C3%A9olienne%20avec%20la%20Mine%20Raglan_Communiqu%C3%A9.pdf (Page
consultée le 24 août 2014)
Gouvernement du Québec (Québec) (2014b). Le gouvernement investit 6,5 M$ pour un projet pilote en
innovation énergétique à mine Raglan. In Gouvernement du Québec. Portail, Fil d’information,
Recherche dans le Fil d’information, Mots clés: Ecoperformance.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/actualites/details/comm/427/2/(Page consultée
le 24 août 2014)
Gouvernement du Québec (Québec) (2014c). ÉcoPerformance - 80 500 $ pour améliorer l’efficacité
énergétique d’une érablière. In Gouvernement du Québec. Portail, Fil d’information,
Recherche dans le Fil d’information, Mots clés: Ecoperformance.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/actualites/details/comm/426/2/ (Page
consultée le 24 août 2014)
Gouvernement du Québec (Québec) (2014d). Les Serres Stéphane Bertrand inc. : 3,9 M$ pour un projet
d'expansion. In Gouvernement du Québec. Portail, Fil d’information, Recherche dans le Fil
d’information, Mots clés: Ecoperformance.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/actualites/details/comm/424/2/ (Page
consultée le 24 août 2014)
Gouvernement du Québec (Québec) (2014e). Installation d’une chaufferie à la biomasse forestière
résiduelle au CSSS des Etchemins In Gouvernement du Québec. Portail, Fil d’information,
Recherche dans le Fil d’information, Mots clés: Programme biomasse résiduelle.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/actualites/details/comm/428/2/ (Page
consultée le 24 août 2014)
Gouvernement du Québec (Québec) (2014f). 50 000 $ pour l’installation d’un évaporateur à la biomasse
résiduelle. In Gouvernement du Québec. Portail, Fil d’information, Recherche dans le Fil
d’information, Mots clés: Programme biomasse résiduelle.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/actualites/details/comm/425/2/ (Page
consultée le 24 août 2014)
142
Gouvernement du Québec (Québec) (2014g). Le ministre D'Amour annonce une subvention de 144 300 $
au Groupe Morneau. In Gouvernement du Québec. Portail, Fil d’information, Recherche dans le
Fil d’information, Mots clés: Ecocamionnage. http://www.newswire.ca/fr/story/1383035/leministre-d-amour-annonce-une-subvention-de-144-300-au-groupe-morneau (Page consultée le
24 août 2014)
Gouvernement du Québec (Québec) (2014h). Roulez Électrique. In Gouvernement du Québec.
http://vehiculeselectriques.gouv.qc.ca/pdf/Cadre_normatif_Roulez_electrique.pdf (Page
consultée le 24 août 2014)
Gouvernement du Québec (Québec) (2014i). Le gouvernement annonce l'attribution de 1 M $ pour
soutenir un projet innovateur d’Enerkem à son usine de Westbury. In Gouvernement du Québec.
Portail, Fil d’information, Recherche dans le Fil d’information, Mots clés: Technoclimat.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/actualites/details/comm/429/2/. (Page
consultée le 24 août 2014)
Gouvernement du Québec (Québec) (2014j). Le gouvernement soutient le projet de FPInnovations
visant à réduire la consommation de carburant en transport commercial. In Gouvernement du
Québec. Portail, Fil d’information, Recherche dans le Fil d’information, Mots clés:
Technoclimat.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/actualites/details/comm/430/2/. (Page
consultée le 24 août 2014)
Maryland Government (s. d.), Maryland CO2 Budget Trading Program. In Maryland. Department of
Environment, Air & Radiation, RGGI Offsets.
http://www.mde.maryland.gov/programs/Air/RGGI/Pages/air/rggi_offsets.aspx. (Page
consultée le 10 mars 2014)
Ministère des Affaires municipales et des Régions (MAMR) (2008). Pour une plus grande prospérité et
vitalité de nos régions – Plan d’action gouvernemental à l’intention des municipalités
dévitalisées.
http://www.mamrot.gouv.qc.ca/pub/grands_dossiers/municipalites_devitalisees/plan_action_
mun_devitalisees.pdf (Page consultée le 29 juillet 2014)
Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) (s. d.) Prime Vert : Formulaire
de demande d’aide financière – Volet 1. In MAPAQ. Productions animale et végétale.
http://www.mapaq.gouv.qc.ca/fr/Productions/md/Formulaires/Pages/PrimeVertform.aspx
(Page consultée le 4 août 2014)
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2006). Plan d’action 2006-2012 sur les changements climatiques - Juin
2006. In MDDELCC. Air et changements climatiques, Changements climatiques, Bilan.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/changements/plan_action/2006-2012_fr(an1).pdf (Page
consultée le 15 août 2014)
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2008). Plan d’action 2006-2012 sur les changements climatiques- Juin
2008. In MDDELCC. Air et changements climatiques, Changements climatiques, Plans d’action
sur les changements climatiques.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/changements/plan_action/2006-2012_fr.pdf (Page consultée
le 15 août 2014)
143
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2011a). Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre en
2009 et leur évolution depuis 1990. In MDDELCC. Air et changements climatique, Gaz à effet de
serre, Inventaire des émissions de gaz à effet de serre.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/changements/ges/2009/inventaire1990-2009.pdf (Page
consultée le 14 juillet 2014)
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2011b). Politique québécoise de gestion des matières résiduelles - Plan
d’action 2011-2015. In MDDELCC. Matières Résiduelles, Politique québécoise, Politique en bref.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/matieres/pgmr/pol-enbref.pdf (Page consultée le 30 juillet
2014)
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2012a). Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques –
Phase 1. In MDDELCC. Air et changements climatiques, Changements climatiques, Plans
d’action sur les changements climatiques.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/changements/plan_action/pacc2020.pdf (Page consultée le
14 juillet 2014)
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2012b). Programme de traitement des matières organiques par
biométhanisation et compostage (Phase II)- Cadre Normatif. In MDDELCC. Air et Changements
climatiques, Changements climatiques, Plans d’actions sur les changements climatiques,
Programmes découlant du PACC 2013-2020, Programme Biométhanisation, Cadre Normatif.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/programmes/biomethanisation/cadre-normatif2012-2019.pdf
(Page consultée le 20 juillet 2014)
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2012c). Programme de traitement des matières organiques par
biométhanisation et compostage (Phase II) – Cadre Normatif 2012-19. In MDDELCC. Changements
climatiques, Programmes, Programme biométhanisation.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/programmes/biomethanisation/cadre-normatif2012-2019.pdf
(page consultée le 30 juillet 2014)
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2014a). Émission de crédits compensatoires. In MDDELCC. Marché du
carbone, Crédits compensatoires.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/changements/carbone/credits-compensatoires/index.htm
(Page consultée le 25 juin 2014)
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2014b). Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre en
2011 et leur évolution depuis 1990. In MDDELCC. Air et changements climatique, Gaz à effet de
serre, Inventaire des émissions de gaz à effet de serre.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/changements/ges/2011/Inventaire_1990-2011.pdf (Page
consultée le 14 juillet 2014)
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2014c). Plans d’action sur les changements climatiques – Bilan 20122013. In MDDELCC. Air et changements climatiques, Changements climatiques, Bilan 2012-2013
des plans d’action, Bilan 2012-13 des plans d’action sur les changements climatiques.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/changementsclimatiques/bilan-2012-2013/bilan-PACC-20122013.pdf (Page consultée le 20 juillet 2014)
144
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2014d). Aide aux composteurs domestiques et communautaires (ACDC)
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/programmes/acdc/index.htm (Page consultée le 25 juillet
2014)
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2014e). Programme Aide aux composteurs domestiques et
communautaires. In MDDELCC. Air et Changements climatiques, Changements climatiques,
Plans d’actions sur les changements climatiques, Programmes découlant du PACC 2013-2020,
Programme d'aide au compostage destiné aux petites municipalités, Cadre Normatif.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/programmes/acdc/Programme%20ACDC_Cadre%20normatif_V
F.pdf (Page consultée le 10 août 2014)
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2014f). Message important concernant la validation des projets de
crédits compensatoires. In MDDELCC. Air et changements climatiques, Marché du carbone,
l’émission de crédits compensatoires.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/changements/carbone/credits-compensatoires/index.htm
(Page consultée le 10 août 2014)
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements
climatiques (MDDELCC) (2014g). Protocole de crédits compensatoires. In MDDELCC. Air et
changements climatiques, Marché du carbone, l’émission de crédits compensatoires.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/changements/carbone/credits-compensatoires/index.htm
(Page consultée le 30 juillet 2014)
Ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE) et Ministère du
Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) (2008). Session de
formation, Manuel du participant : Marché du carbone – des possibilités de création de crédits
de GES. Québec, MDEIE et MDDEP, Canada, 476p.
Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) (2013a). Biomasse forestière résiduelleProgramme d’aide financière pour des projets d’efficacité énergétique par conversion. In MERN.
Efficacité énergétique, Affaires, Biomasse forestière résiduelle, Dépliant du programme.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/biomasse/Depliant_Biom
asse.pdf (Page consultée le 9 août 2014)
Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) (2013b). Programme de biomasse forestière
résiduelle - Cadre normatif. In MERN. Efficacité énergétique, Affaires, Biomasse forestière
résiduelle, cadre normatif.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/biomasse/Cadre_normati
f_Biomasse.pdf (Page consultée le 9 août 2014)
Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) (2013c). Programme Technoclimat – Cadre
normatif. In MERN. Accueil, Programmes, Programme Technoclimat, Publications et
formulaires, cadre normatif.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/Innovation_techntechnol
o/Cadre_Normatif_Technoclimat_10-2013.pdf (Page consultée le 13 août 2014)
Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) (2014a). Programme Écoperformance. In
MERN. Efficacité énergétique, Affaires, EcoPerformance.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/clientele-affaires/ecoperformance/ (Page
consultée le 8 août 2014)
145
Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) (2014b). Guide détaillé du requérant,
Programme Écoperformance. In MERN. Efficacité énergétique, Affaires, EcoPerformance
nergétique, Guide détaillé du requérant.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/ecoperformance/ECOP_g
uide_requerant.pdf (Page consultée le 8 août 2014)
Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) (2014c). Programme d’aide financière pour
des projets de conversion énergétique à la biomasse forestière résiduelle. In MERN. Efficacité
énergétique, Affaires, Biomasse forestière résiduelle.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/clientele-affaires/biomasse-forestiereresiduelle/ (Page consultée le 9 août 2014)
Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) (2014d). Conditions à respecter. In MERN.
Efficacité énergétique, Mon habitation, Chauffez vert, Conditions à respecter.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/mon-habitation/chauffez-vert/conditions-arespecter/ (Page consultée le 9 juillet 2014)
Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) (2014e). Programme Technoclimat. In MERN.
Efficacité énergétique, Clientèle Affaires, Technoclimat.
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/clientele-affaires/technoclimat/description/
(Page consultée le 8 août 2014)
Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) (2014f). Aide financière. In MERN. Accueil,
Programmes, Programme Technoclimat, Aide financière
http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/clientele-affaires/technoclimat/aide-financiere/
(Page consultée le 15 juillet 2014)
Ministère du Transport du Québec (MTQ) (s. d.) Le Programme d’aide gouvernementale à l’amélioration
de l’efficacité du transport `maritime, aérien et ferroviaire. In MTQ. Partenaires privés,
Entreprises de services de transport ferroviaire, maritime et aérien, Programmes d’aide.
http://www.mtq.gouv.qc.ca/partenairesprives/transportferroviairemaritimeaerien/programme
s-aide/Pages/Programme-aide-amelioration-efficacite-maritime-aerien-ferroviaire.aspx (Page
consultée le 10 août 2014)
Ministère des Transports du Québec (MTQ) (2013a). Programme d’aide – Écocamionnage. In MTQ.
Accueil, Camionnage, Programme d’aide – Écocamionnage.
http://www.mtq.gouv.qc.ca/portal/page/portal/entreprises/camionnage/programme_d_aide_
ecocamionnage (Page consultée le 28 juin 2014)
Ministère des Transports du Québec (MTQ) (2013b). Vélo. In MTQ. Ministère, Programmes d'aide, Vélo.
http://www.mtq.gouv.qc.ca/portal/page/portal/ministere/ministere/programmes_aide/velo
(Page consultée le 5 juillet 2014)
Ministère du Transport du Québec (MTQ) (2013c). Véloce II – Programmes d’aide financière aux
infrastructures cyclables et piétonnes – Modalités d’application (2013-2016) In MTQ. Partenaires
publics, Municipalités, Programmes d’aide, Programme Véloce II.
http://www.mtq.gouv.qc.ca/centredocumentation/Documents/Partenaires%20publics/Municipa
lit%c3%a9s/Programmes%20d%27aide/Veloce%20II/modalite-programme.pdf (Page consultée le
10 août 2014)
146
Ministère des Transports du Québec (MTQ) (2013d). Programme visant la réduction ou l’évitement des
émissions de GES par le développement du transport intermodal. In MTQ. Ministère,
Programmes d'aide, Transport maritime, Programme visant la réduction ou l’évitement des
émissions de gaz à effet de serre par le développement du transport intermodal.
http://www.mtq.gouv.qc.ca/portal/page/portal/ministere/ministere/programmes_aide/transp
ort_maritime/pregti (Page consultée le 15 juillet 2014)
Ministère des Transports du Québec (MTQ) (2013e). Sommaire des projets subventionnés en vertu du
programme d'aide précédent : Programme d'aide visant la réduction ou l'évitement des
émissions de gaz à effet de serre (PAREGES). In MTQ. Accueil , Ministère , Programmes d'aide ,
Transport maritime , Programme visant la réduction ou l’évitement des émissions de gaz à
effet de serre par le développement du transport intermodal. Sommaire des projets
subventionnés en vertu du programme d'aide précédent : Programme d'aide visant la réduction
ou l'évitement des émissions de gaz à effet de serre (PAREGES)
http://www.mtq.gouv.qc.ca/centredocumentation/Documents/Partenaires-prives/Servicesferroviaire-maritimeaérien/Autres/maritimes/Prog%20d%27aide/Prog%20visant%20réduc%20évit%20émis%20gaz%20ef
fet%20serre/Sommaire%20des%20projets%20subventionnés-PAREGES.pdf (Page consultée le 15
juillet 2014)
Ministère du Transport du Québec (MTQ) (2014a). Guide de demande d’aide financière pour un projet
d’homologation. In MTQ. Usagers, Véhicules Lourds, Programme d’aide Écocamionnage.
http://www.mtq.gouv.qc.ca/centredocumentation/Documents/services-transportroutier/guide-demande-aide-financ-proj-homologation.pdf (Page consultée le 10 août 2014)
Ministère des Transports du Québec (MTQ) (2014b). Guide de demande d’aide financière pour un projet
d’homologation - Programme Écocamionnage. In MTQ. Entreprises, Camionnage, Programme
d’aide – Écocamionnage- Guide de demande d’aide financière pour un projet d’homologation
http://www.mtq.gouv.qc.ca/portal/page/portal/Librairie/Publications/fr/camionnage/Progra
mme%20d'aide/guide-demande-aide-financ-proj-homologation.pdf (Page consultée le 28 juin
2014)
Ministère des Transports du Québec (MTQ) (2014c). Guide de demande d’aide financière pour un projet
de démonstration – Programme Écocamionnage. In MTQ. Entreprises, Camionnage, Programme
d’aide – Écocamionnage, Guide de demande d’aide financière pour un projet de démonstration.
http://www.mtq.gouv.qc.ca/portal/page/portal/Librairie/Publications/fr/camionnage/Progra
mme%20d'aide/Guideprojetd%E9monstration.%C9co.camionnagefran%E7ais.pdf . (Page
consultée le 28 juillet 2014)
Ministère des Transports du Québec (MTQ) (2014d). Programme d’aide gouvernementale à
l’amélioration des services en transport collectif. In MTQ. Ministère, Programmes d'aide,
Transport collectif, Amélioration des services en transport collectif, Modalités du programme.
http://www.mtq.gouv.qc.ca/portal/page/portal/Librairie/Publications/fr/transport_collectif/
SNMD/Modalit%E9sPAGASTC.pdf (Page consultée le 3 juillet 2014)
Ministère des Transports du Québec (MTQ) (2014e). Programme visant la réduction ou l’évitement des
émissions de gaz à effet de serre par le développement du transport intermodal – Guide de
demande d’aide financière. In MTQ. Ministère, Transport maritime, Programme visant la
réduction ou l’évitement des émissions de gaz à effet de serre par le développement du
transport intermodal.
http://www.mtq.gouv.qc.ca/portal/page/portal/Librairie/Publications/fr/ministere/programm
es_aide/eff_ener_transp_march/Transport%20maritime/Guidededemandedaidefinanci%E8rePRE
GTI.pdf (Page consultée le 15 juillet 2014)
147
Organisation internationale de normalisation (ISO) (2005a). GES – Partie 2 : Spécifications et directives,
au niveau du projet, pour la quantification, le contrôle et la déclaration des réductions
d’émissions ou d’accroissements de suppressions des GES. Genève, ISO, 40 p. (Norme
internationale ISO 14064-2)
Organisation internationale de normalisation (ISO) (2005b). GES – Partie 3 : Spécifications et directives
pour la validation et la vérification des déclarations de gaz à effet de serre. Genève, ISO, 44 p.
(Norme internationale ISO 14064-3)
Organisation internationale de normalisation (ISO) (2011). GES –Exigences de compétence pour les
équipes de validation et les équipes de vérification de gaz à effet de serre. Genève, ISO, 30 p.
(Norme internationale ISO 14066)
Pacific Carbon Trust (PCT) (s. d.), Pacific Carbon Trust Supplier Delivery Checklist. In PCT. Documents
and forms, Guidance documents, Offset Supplier Delivery Checklist.
http://www.pacificcarbontrust.com/documents-and-forms/guidance-documents/ (Page
consultée le 14 septembre 2014)
Pacific Carbon Trust (PCT) (2012). What to expect during the validation process : A practical guide for
the project proponents. In PCT. Documents & forms, Guidance Documents, What to Expect
During the Validation Process: A Practical Guide.
http://www.pacificcarbontrust.com/assets/Uploads/Guidance-Documents/What-to-expectduring-the-validation-process.pdf (Page consultée le 13 avril 2014)
Pacific Carbon Trust (PCT) (2013). Validation & Verification requirements for Carbon Emissions
Reductions Projects in BC. In PCT. Documents and forms, Guidance documents.
http://pacificcarbontrust.com/assets/Uploads/Guidance-Documents/PCT-ValidationVerification-Rqmts-and-List-March-5-2013.pdf. (Page consultée 8 mars 2014)
Projet de Règlement modifiant le Règlement concernant le système de plafonnement et d’échange de
droits d’émission de gaz à effet de serre, (2014) 146 G.O. II, 2611.
Provost, C., Laplante, R., Fagoaga, N. (Provost et autres) (2014). Rapport de recherche de l’IRÉC :
Évaluation des effets du Programme de traitement de la matière organique par
biométhanisation et compostage sur la réduction des GES. Institut de recherche en économie
contemporaine.
http://www.irec.net/upload/File/il_faut_revoir_le_programme_de_traitement_de_la_matiei_r
e_organique_par_biomei_thanisation_et_compostage.pdf (Page consultée le 5 août 2014)
Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les
changements climatiques (2010). Spécifications pour la quantification des émissions de gaz à
effet de serre (GES) exigée par le programme de traitement de la matière organique par
biométhanisation et compostage. Québec, MDDELCC, Canada, 4p.
Règlement concernant le système de plafonnement et d’échange de droits d’émissions de gaz à effet
de serre (RSPEDE) (2014a), chapitre Q-2, r. 46.1, art. 70.19.
Règlement concernant le système de plafonnement et d’échange de droits d’émissions de gaz à effet
de serre (RSPEDE) (2014b), chapitre Q-2, r. 46.1, art. 70.15.
Règlement concernant le système de plafonnement et d’échange de droits d’émissions de gaz à effet
de serre (RSPEDE) (2014c), chapitre Q-2, r. 46.1, art. 70.9.
148
Regional Greenhouse Gas Initiative (RGGI) (s. d.1) CO2 Auctions, tracking & Offsets. In RGGI. CO2
Auctions, Tracking & Offsets. http://www.rggi.org/market (Page consultée le 4 février 2014)
Regional Greenhouse Gas Initiative (RGGI) (s. d.2). In RGGI. CO2 Auctions, Tracking & Offsets, CO2
Offsets, Verification Process, Accredited Verifiers.
http://www.rggi.org/market/offsets/verification/accredited-verifiers (Page consultée le 4
février 2014)
Regional Greenhouse Gas Initiative (RGGI) (2010). Model Offset Verifier Application for Accreditation.
Version 1.1. In RGGI. CO2 Auctions, Tracking & Offsets, CO2 Offsets, Verification Process, Model
Materials. http://www.rggi.org/market/offsets/verification/model_accreditation (Page
consultée le 4 février 2014)
Specified Gas Emitters Regulation (SGER) (2014). Specified Gas Emitters Regulation, Alta Reg 139/2007.
In CanLII, Alberta, statues and regulations, Alta Reg 139/2007. http://canlii.ca/t/529c5 (Page
consultée le 1er août 2014)
UNEP DTU Partnership (2014a). JI Projects. In UNEP DTU. Tool box, CDM/JI Pipeline Analysis and
Database, JI Projects. http://cdmpipeline.org/ji-projects.htm (Page consultée le 3 août 2014 )
UNEP DTU Partnership (2014b). Number of JI projects. In UNEP DTU. Tool box, CDM/JI Pipeline Analysis
and Database, JI Projects, Download, JI Pipeline speedsheet, timelagchart.
http://www.cdmpipeline.org/ji-projects.htm (Page consultée le 3 sept 2014)
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2007). CDM: Guide to do a CDM
project activity. In UNFCCC. Clean Development Mechanism, About CDM, How-to Guides, How
to do a Small scale CDM project activities.
http://unfccc.int/resource/docs/2006/cmp2/eng/10a01.pdf#page=27 (Page consultée le 10
juillet 2014)
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2011). Procedure for accreditation
for accrediting independent entitites by the Joint Implementation supervisory committee,
version 07. In UNFCCC. JI Home , Independent entities, Application for accreditation.
http://ji.unfccc.int/Ref/Documents/Procedure_Accrediting_IE.pdf (Page consultée le 10 mars
2014)
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2014a). Doha Amendment. In
UNFCCC. Kyoto Protocol, Doha Amendment.
https://unfccc.int/kyoto_protocol/doha_amendment/items/7362.php (Page consultée le 3 août
2014)
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2014b). Timeline - UNFCCC -- 20
Years of Effort and Achievement: Achievements of the Clean Development Mechanism. In
UNFCCC. Search: Infographics. http://unfccc.int/timeline/ (Page consultée le 10 juillet 2014)
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2014c). Designated Operational
Entities. In UNFCCC. Clean Development Mechanism, Governance, Validators and Verifiers.
http://cdm.unfccc.int/DOE/index.html (Page consultée le 10 juillet 2014 )
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2014d). CDM: Standard – CDM
project standard Version 07.0 (CDM-EB65-A05-STAN). UNFCCC, Version 7, 2014, 67p.
149
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2014e). Self completeness check
against the CDM accreditation standard. Version 03.0. In UNFCCC. CDM, Reference, PDDs
Forms. http://cdm.unfccc.int/Reference/PDDs_Forms/Accreditation/accr_form22.pdf (Page
consultée le 10 mars 2014)
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2014f). Report form – desk review
(Version 03.0). In UNFCCC. CDM, Reference, PDDs Forms.
http://cdm.unfccc.int/Reference/PDDs_Forms/Accreditation/accr_form32.pdf (Page consultée
le 10 mars 2014)
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2014g). Report form – On-site
assessment (Version 03.0). In UNFCCC. CDM, Reference, PDDs Forms.
http://cdm.unfccc.int/Reference/PDDs_Forms/Accreditation/accr_form33.pdf (Page consultée
le 10 mars 2014)
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2014h). List of DOEs. In UNFCCC.
CDM Home , Governance, Validators and Verifiers. http://cdm.unfccc.int/DOE/list/index.html
(Page consultée le 10 mars 2014)
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2014i). DOE annual activity Report
to the Board form. (Version 01.1) In UNFCCC. CDM, Reference, PDDs Forms.
http://cdm.unfccc.int/Reference/PDDs_Forms/Accreditation/accr_form26.pdf. (Page
consultée le 10 mars 2014)
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2014j). CDM: Standard – CDM
validation and verification standard Version 07.0 (CDM-EB65-A04-STAN). UNFCCC, Version 7,
2014, 80p.
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2014k). Projects entering
validation. In UNFCCC. Clean Development Mechanism,About CDM, CDM Insights, CDM Insights intelligence about the CDM at the end of each month.
http://cdm.unfccc.int/Statistics/Public/index.html/ (Page consultée le 12 juillet 2014)
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2014l). Provisions for Joint
Implementation Small-scale Projects. Version 03. In UNFCCC. JI, Criteria for baseline Setting
and Monitoring. http://ji.unfccc.int/Ref/Documents/Provisions_for_JI_SSC_projects.pdf (Page
consultée le 12 juillet 2014)
United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) (2014m). In UNFCCC. JI,
Independent entities. http://ji.unfccc.int/AIEs/List.html (Page consultée le 12 juillet 2014)
Vérificateur général du Québec (VGQ) (2012). Rapport du vérificateur général du Québec à l'Assemblée
nationale pour l'année 2011-2012. Rapport du commissaire au développement durable. In
Vérificateur général du Québec. Rapport annuel du vérificateur général à l’Assemblée
nationale. http://www.vgq.qc.ca/fr/fr_publications/fr_rapport-annuel/fr_2011-2012CDD/fr_Rapport2011-2012-CDD.pdf (Page consultée le 20 juillet 2014).
Vérificateur général du Québec (VGQ) (2014). Rapport du Vérificateur général du Québec à l’Assemblée
nationale pour l’année 2014-2015. Rapport du commissaire au développement durable,
Printemps 2014. Chapitre 4 : Fonds vert : gestion et aide financière.
http://www.vgq.gouv.qc.ca/fr/fr_publications/fr_rapport-annuel/fr_2014-2015CDD/fr_Rapport2014-2015-CDD-Chap04.pdf (Page consultée le 20 juillet 2014).
150
Verified Carbon Standard (VCS) (2013) Validation Report: VCS version 3.3. In VCS. Program document,
find a program document, Project Templates & Forms.
http://www.google.ca/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&frm=1&source=web&cd=1&ved=0CBwQFjAA&
url=http%3A%2F%2Fwww.v-c-s.org%2Fsites%2Fv-cs.org%2Ffiles%2FVCS%2520Validation%2520Report%2520Template%2C%2520v3.3.doc&ei=OVL2U5
WZEtO2ogTKtoKgDw&usg=AFQjCNG1k-p9DBo3YsBxI-MIfDwaCip8og&bvm=bv.73373277,d.aWw
(Page consultée le 9 avril 2014)
Verified Carbon Standard (VCS) (2014a). Who we are. In VCS. Who We are. http://www.v-c-s.org/whowe-are (Page consultée le 15 avril 2014)
Verified Carbon Standard (VCS) (2014b). Why VCS? In VCS. How it works, Why VCS? http://www.v-cs.org/how-it-works/why-vcs (Page consultée le 15 avril 2014)
Verified Carbon Standard (VCS) (2014c). Find a validation/verification body. In VCS.
Validation/verification, Find a VVB. http://www.v-c-s.org/verification-validation/find-vvb
(Page consultée le 15 avril 2014).
Western Climate Initiative (WCI) (2011). Cadre de mise en oeuvre du programme régional de la Western
Climate Initiative (WCI). In WCI-inc. Français, Conception de Programme, Conception du
programme régional WCI 2010, Complete Report - French Translation.
http://www.westernclimateinitiative.org/component/remository/general/programdesign/Design-Summary-And-Documentation-FR/ (Page consultée le 15 août 2014)
151
BIBLIOGRAPHIE
American Carbon registry (ACR) (2012), The ACR Validation and verification Guideline, Version 1.1,
64 p.
American Carbon Registry (ACR) (2014), The American Carbon Registry Standard , Version 3.0, 58 p.
California Air Resource Board (ARB) (2013), Technical Guidance for offsets verifiers: Verification of
Offset Project Data reports. 87 p.
Carbon Action Reserve (CAR) (2013), US Ozone Depleting Substances - Project Protocol, Version 2.0,
98 p.
Chicago Climate Exchange (CCX) (2011), Verification Manual,19 p.
Council Order, Greenhouse Gas Reduction Targets Act, S.B.C. 2007, No. 904, Resub/798/2008/88.
Det Norske Veritas (2010), Review of existing offset protocols against WCI offset criteria, Reports for
WCI, 426 p.
Dumont, J. (2013), Le marché du carbone du Québec (SPEDE) : Analyse et enjeux. Essai de maîtrise en
environnement, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec, 160 p.
Fédération canadienne des Municipalités (FDM) (2013), Fonds municipal vert : Énoncé annuel des plans
et des objectifs 2013-2014, Ottawa, Ontario, 27 p.
Gouvernement de l’Alberta (2013), Technical Guidance for Offset Project Developers, Version 4,
AESRD, Edmonton, Alberta, 129 p.
Greenhouse Gas Reduction Targets Act, S.B.C. 2007, c. 42, s. 12.
Loi sur la qualité de l’environnement, L.R.Q., c. Q-2.
Loi sur le développement durable, L.R.Q., c. D-8.1.1.
Loi sur le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, L.R.Q., c. M-30.001
Nations Unies (2009), Joint Implementation determination and verification manual, UNFCCC, 80 p.
Nations Unies (2013), CDM-EB05-A02-PROC - Procedure: CDM accreditation procedure, Version 11.0,
UNFCCC, 69 p.
Nations Unies (2014), CDM-EB46-A02-STAN - Standard: CDM accreditation standard, Version 06.0,
UNFCCC, 54 p.
Nations Unies (2014), CDM-EB65-A04-STAN - Standard: CDM validation and verification standard,
Version 07.0, UNFCCC, 80 p.
Nations Unies (2014), CDM-EB65-A32-PROC - Procedure: CDM project cycle procedure, Version 07.0,
UNFCCC, 62 p.
152
Pacific Carbon Trust (PCT) (2012), Guidance document to the BC Emission Offsets Regulation, PCT,
34 p.
Pacific Carbon Trust (PCT) (2013), Validation & Verification Requirements for Carbon Emissions
Reductions Projects in BC, PCT, 11 p.
Règlement sur la déclaration obligatoire de certaines émissions de contaminants dans l’atmosphère
(RDOCECA), c. Q 2, r. 15.
Réseau Environnement (2014), Le système de plafonnement et d’échange de droits d’émissions (SPEDE)
et le Règlement sur la déclaration obligatoire de certaines émissions de contaminants dans
l’atmosphère (RDOCÉCA), Mémoire présenté au ministère du Développement durable, de
l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, Montréal, Québec, 8p.
Specified Gas Emitters Regulation (Alta. Reg. 139/2007), Consolidated up to 137/2014.
Verify Carbon Standard (VCS) (2013), Validation and Verification Manual, version 3.1, 54 p.
153
ANNEXE 1 - LISTE DE VÉRIFICATION DE PCT
Source: PCT, s. d.
154
GHG PROJECT DELIVERY CHECKLIST When a documentation package, or individual documents and their attachments, are to be sent to Pacific Carbon Trust, proponents can use the following checklist to ensure they submit complete documentation. Disclaimer: the following checklist is meant to be used as a proponent guideline for submitting project documentation to Pacific Carbon Trust. This checklist is based on the British Columbia Emissions Offset Regulation (BC EOR). This checklist in no way supersedes the requirements of the BC EOR, and where they may differ in any way, the BC EOR is to be used as the authoritative document. It is highly encouraged that proponents, and their chosen validators and verifiers, reference the BC EOR for all GHG project requirements. Delivery Checklist
1.
Contract Included? Criteria Page # / comments The delivery package includes an OPA The OPA is the executed version (signed by both parties) The OPA has an effective date The OPA is complete with all referenced schedules and appendices Criteria Page # / comments The delivery package includes a protocol, or provides reference to the one used for this project The protocol used is directly relevant to the project The protocol has been approved before the final version of the project plan The protocol is either; 2.
Protocol Included? a) A Director’s protocol b) Posted on PCT’s website as an approved protocol c) An adapted protocol accompanied by; i. a completed validator’s checklist based on PCT’s approved template; and ii. a signed statement of assurance from an ISO 14065 accredited validation body. d) A new protocol accompanied by; i. a completed validator’s checklist based on PCT’s approved template; and ii. a signed statement of assurance from an ISO 14065 accredited validation body. Project Report Summary Page 2 of 7
pacificcarbontrust.com
Delivery Checklist
3.
Project Plan Included? Criteria Page # / comments The delivery package includes a dated project plan The project plan is for the project identified in the Offset Purchase Agreement Title of Project and Statement of Purposes and Objectives Name and Address of the Proponent and any other person responsible for the project Description of the Roles and Responsibilities of Persons responsible for the project Contact information for persons who can provide information regarding programs for financial assistance with the project A technical description of the project and an explanation of how greenhouse gas reduction will occur Project location identification Chronological plan for the project, including start date Identification of protocols the proponent intends to comply with to quantify reductions Description of potential baseline scenarios considered Description of the assumptions on which the baseline scenario is based, and justification of the reasonableness of assumptions Statement of the period of time for which baseline scenario applies Assertion by the proponent that the baseline scenario will result in a conservative estimate of GHG reductions* Assertion by the proponent that there are financial, technical, or other barriers to the project that are overcome with offsets and a justification for the assertion Assertion that project begins after Nov 29, 2007 Identification of the project's selected sources, sinks, and reservoirs Description of estimation methods used for SSRs Description of methods used to collect data for SSRs Description of SSR monitoring quality assurance and quality Project Report Summary Page 3 of 7
pacificcarbontrust.com
Delivery Checklist
control Description of the frequencies by which measurement and monitoring will be undertaken Justification for SSR methods and frequencies Assertion that SSRs and methods used for SSRs will result in accurate and conservative emission reduction of GHG Assertion of the estimated project reduction for each year of the project during validation period Description of the formulae used in reduction estimation Calculations used in making the reduction estimation Assertion that the proponent has superior claim of ownership A risk‐mitigation contingency plan (leakage), if applicable, and assertion that the plan is reasonably likely to achieve its purpose Description of environmental impact analysis (if applicable) The results of an uncertainty assessment associated with the greenhouse gas reduction estimation Description and result of any consultations undertaken for the project Assertion that the project plan meets the EOR 4.
Validation Documentation Included? Criteria Page # / comments The delivery package includes a) a validation report b) a validation statement (may be included in the validation report) c) a validation cover letter The validation report & statement refer to the same version of the project plan provided in the delivery package Statement of Assurance: Contact information for the Validator
Date of statement of assurance
statement that the validation is made in a manner consistent with ISO 14064‐3 and the EOR N/A Project Report Summary Page 4 of 7
pacificcarbontrust.com
Delivery Checklist
N/A Description of the work the validation body performed to make validation: a) testing techniques, b) additional info relied upon to validate statement that the project plan, including its assertions, is fair and reasonable assertion that the person signing the statement of assurance is or represents a validation body under EOR Cover Letter: Education, experience, accreditation, designations, and knowledge of individuals carrying out the validation relevant accreditation that the validating body holds
procedures or policies complied with by the validation body and the individuals included to ensure independence and lack of conflict of interest Description of quality assurance and quality control, record keeping and data management methods used by the validation body 5.
Project Report Included? Criteria Page # / comments The delivery package includes a project report The project report was developed with reference to the same version of the project plan provided in the delivery package Assertion of the Project Start Date
Assertion that project plan was validated according to EOR
Assertion that the period covered is within the validation period
and the applicable baseline period Assertion that the project was carried out as described in the project plan, except as described in the project report Assertion of the project reduction, emissions reductions, and removals enhancement Calculations supporting the assertions of reductions including calculations for each SSR Assertion that the proponent has superior claim of ownership of any reductions Evidence to support ownership assertion
Assertion that the project report complies with EOR
Project Report Summary Page 5 of 7
pacificcarbontrust.com
Delivery Checklist
6.
Verification Documentation Included? Criteria Page # / comments The delivery package includes a) a verification report b) a verification statement (may be included in the verification report) c) a verification cover letter The verification report refers to the same version of the project report provided in the delivery package Statement of Assurance: Contact information for the Verifier Date of statement of assurance statement that the verification is made in a manner consistent with ISO 14064‐3 and EOR Identification of the project's asserted project reduction for the period covered by the project report against which verification testing was done Description of the work the verification body performed to make validation: a) testing techniques, b) additional info relied upon to verify Statement that the assertions in the project report are materially correct and are a fair representation of the GHG reductions assertion that the person signing the statement of assurance is or represents a verification body under EOR Cover Letter: Education, experience, accreditation, designations, and knowledge of individuals carrying out the verification relevant accreditation that the verification body holds procedures or policies complied with by the verification body and the individuals included to ensure independence and lack of conflict of interest Description of quality assurance and quality control, record keeping and data management methods used by the validation body N/A N/A Project Report Summary Page 6 of 7
pacificcarbontrust.com
Delivery Checklist
7.
Transfer Form Included? Criteria Comments The delivery package includes a dated Transfer Form substantially the same as provided in the Offset Purchase Agreement The delivery volume on the transfer form is consistent with a) the volume stated within the project report, and b) the vintage(s) reported in the project report Criteria Comments The delivery package includes an invoice The invoice is for the same delivery volume as stated in 8.
Invoice Included? a) the project report, and b) the transfer form Project Report Summary Page 7 of 7
pacificcarbontrust.com
ANNEXE 2 - FEUILLE DE CONTRÔLE POUR LA VÉRIFICATION DE CAR
Source : CAR, 2009
162
Verification Activity Log – Forestry Projects
Verification Body:
Period Verified:
Project Start Date:
Project Type:
Vintage Year (s):
Project Developer:
Protocol Version:
Preparing for Verification
Bid on a Verification Contract
Date Achieved
Request determination of COI from Climate Action Reserve
Notify Reserve of Planned Verification Activities
Conduct Kick-off Meeting With Project Developer
Plan Verification Activities Based on Forest entity Characteristics
Task Completed
Core Biological Verification Activities
Confirm the entity’s reporting responsibility to the California Registry:
-
Does the entity own at least 100 acres of commercial and/or noncommercial trees?
Has the entity aggregated its GHG data by equity share or
management control?
Identify Potential Emission Sources/Carbon Pools
Entity
Verification
Project Verification
N/A
Check that the verification applies to the entity, a project, or both
Review the reported biological inventory in CARROT:
Review Items from Table 3: Inventory and Projections Review
A detailed report on Table 3 review items should be submitted to the California Registry with this Activities Log
Review Theme
Entity
Project Verification
Verification
Check that the verification applies to the entity, a project, or both
Ownership Maps Review
Description of General Forest Conditions
Description of Existing Stand Conditions
Anticipated Future Management Practices
Baseline Characterization
(Optional)
(Optional)
Typing Methodology
Sampling Methodology
Projections of Future Carbon Stocks and Carbon Calculations to determine
Change (T2 – T1)
Leakage Review
(Optional)
NA
N/A
Verification Log for Specific Projects (complete only if a project has been submitted and is being verified)
Yes
Does the project satisfy the eligibility criteria in the project protocol?
Confirm that the project is:
- Located in its entirety in the State of California
- Secured with a permanent conservation easement
- Using native California species (as identified in the CA Department of
Fish and Game’s “A Guide to Wildlife Habitats of California”
- Initiated in year 1990 or later
Confirm that the forest project is one of the three approved project types
(conservation-based forest management, reforestation, or conservation).
Review the summary of applicable land use laws that the forest entity provides to
you (refer to Appendix A of FPP) and confirm that they are complete, and are
identified and incorporated into the project baseline.
Discuss with the forest entity how the project baseline was selected and
characterized, and assess if the chosen project baseline characterization is
accurate/appropriate given the specific forest project baseline criteria, relevant
land use laws, and public (and historical) knowledge of the forest project area
and its activities.
Confirm that the project activity is additional, that is, the activity practices exceed
those outlined in the baseline characterization.
Confirm that the project developer has identified the types of non-biological
emissions that result from the project in their non-biological inventory. These
emissions do not need to be quantified, just identified. For example, “As a result
of a forest project, 5 trucks will be used, hauling equipment will be used, and the
lumber mill that is owned by the forest entity will also operate to process the
harvested timber.”
For Conservation-Based Forest Management Projects
For conservation-based forest management projects, the forest project baseline
must be the C stocks that would result if the project developer was managing its
forestland pursuant to the California Forest Practices Act and applicable county
level forest management laws and harvesting to the limit permitted by these laws
and related regulations. Thus, a successful conservation-based forest
management project will produce C stocks that are additional to those that would
have resulted to meet all forest management regulations at the time the project is
registered in the California Registry.
For Reforestation Projects
Confirm:
-
Seed zone source for seedlings
Seedling transportation and storage records
Planting instructions and training provided to the labor force planting
the trees
- Date of planting
- Any actions used as follow-up for planting.
Review the forest entity’s statement/documentation/attestation that no
statutes/regulations requiring reforestation of the project area exist.
Confirm by reviewing existing local land use zoning laws
Review existing practices in project area and any state and county records to
confirm project area has been out of forest cover for at least ten years prior to
project initiation.
Confirm that reforestation of native species is actually planned (and being
implemented).
Check whether there is an intended harvest—at this point the California Registry
does not permit combined forest projects, so reforestation projects cannot
include harvest at this time.
For Conservation Projects
Review contract/purchase offer documentation for site specific immediate threat
conservation projects and assess if the threat is indeed imminent and confirm
that the area of forestland would be lost if the development ensued; or
N/A
If the project is dependent on county and state land use trends, review and
confirm the most recent state and county local land use data to determine the
rate of land use change for ongoing conservation projects.
Completing the Verification Process
Prepare a Detailed Verification Report (including biological and non biological
emissions) & present to forest entity
Complete the Biological Emission Inventory Verification Activities Log & present
to forest entity
Complete the Non-biological Emission Inventory Verification Activities Log &
present to forest entity
Prepare a Verification Opinion for the entity's biological emissions & present to
forest entity
Prepare a Verification Opinion for the entity's non-biological emissions & present
to forest entity
Conduct Exit Meeting with forest entity to discuss Verification Report, Opinion,
and Logs
Submit Authorized Verification Opinions and Verification Activities Checklists to
the California Registry
Provide Verification Records to Client for Retention
Date Achieved
ANNEXE 3 - 16 CRITÈRES D’ADMISSIBILITÉ D’UN PROJET AU PTMOBC (PHASE II)
Source : MDDELCC, 2012b
16 Critères d’admissibilité d’un projet
Dans le cadre du Programme, sera admissible un projet présenté par un Demandeur municipal ou privé qui visera à traiter, par
biométhanisation, par compostage ou dans un projet intégré, des matières organiques énumérées au point précédent, en respectant
les conditions suivantes :
a)
Les installations financées dans le cadre du Programme devront être établies au Québec.
b)
La réalisation de tout projet (début des travaux) devra avoir débuté après le 1er janvier 2008.
c)
Seules les matières organiques générées au Québec pourront être traitées dans les installations financées dans le cadre
de ce programme.
d)
Le biogaz généré par tout projet de biométhanisation devra remplacer du carburant ou du combustible fossile utilisé au
Québec. Il est à noter que les projets de cogénération à partir du biogaz seront admissibles dans le cadre du Programme
seulement s’ils permettent une substitution significative de carburant ou de combustible fossile1.
e)
Tout projet devra prévoir le recyclage du digestat ou du compost produit par l’installation. Le compost et le digestat
devront alors respecter les critères de qualité prévus dans les Lignes directrices pour l’encadrement des activités de
compostage (En ligne) :
http://www.mddefp.gouv.qc.ca/matieres/valorisation/lignesdirectrices/compostage.pdf,
biométhanisation :
ou
de
http://www.mddefp.gouv.qc.ca/programmes/biomethanisation/lignes-directrices-biomethanisation.pdf,
selon le cas, ou dans le Guide sur le recyclage des matières résiduelles fertilisantes :
http://www.mddefp.gouv.qc.ca/matieres/mat_res/fertilisantes/critere/index.htm.
Le Demandeur devra fournir, à l’Autorité du Programme, l’information relative aux modes de recyclage retenus et devra lui
démontrer qu’il est en mesure de disposer des extrants. À cet effet, il devra soumettre tout document (ex. : lettre, contrat,
résolution) qui en fait foi, le cas échéant.
f)
Le Demandeur devra démontrer à l’Autorité du Programme qu’il aura accès aux matières organiques suffisantes pour
réaliser son projet. À cet effet, il devra soumettre tout document (ex. : lettre, contrat, résolution) qui en fait foi, le cas
échéant.
g)
Tout projet financé dans le cadre du Programme devra avoir une capacité annuelle de traitement de plus de 100 tonnes.
h)
Le projet soumis devra respecter les autorisations délivrées pour sa construction et son exploitation, ainsi que les lois et
règlements en vigueur au Québec, notamment la Loi sur la qualité de l’environnement (LRQ, c. Q-2) et ses règlements.
i)
Tout projet relatif à des installations de compostage sera admissible si l’ensemble du site est conforme, ou rendu
conforme à l’issue du projet, aux dispositions des Lignes directrices pour l’encadrement des activités de compostage.
j)
Tout Demandeur municipal qui élimine des matières résiduelles dans un lieu d’enfouissement, ou tout Demandeur privé
qui exploite un lieu d’enfouissement, devra éliminer ces matières résiduelles dans un lieu régi par le Règlement sur
l’enfouissement et l’incinération des matières résiduelles (D. 451-2005, (2005) 137 G.O. II, 1880) ou exploiter un lieu régi
par ce règlement.
k)
Tout Demandeur doit être en conformité avec les exigences du Programme sur la redistribution aux municipalités des
redevances pour l'élimination de matières résiduelles et avec celles du Règlement sur les redevances exigibles pour
l’élimination des matières résiduelles (D. 340-2006, (2006) 138 G.O. II, 1995).
l)
Lorsque les travaux de construction sont d’une valeur de 100 000 $ ou plus, le Demandeur a l’obligation de procéder par
appel d’offres public pour l’adjudication du contrat. Cette obligation ne s’applique pas lorsque le Demandeur est le maître
166
d’œuvre des travaux, ni lorsqu’il est un organisme public au sens de l’article 4 de la Loi sur les contrats des organismes
publics (LRQ, c. C-65.1).
m)
Tout Demandeur doit s’engager à posséder une garantie financière permettant de couvrir les risques liés à l’exploitation
des installations et satisfaisant l’Autorité du Programme.
n)
Dans le cas d’un projet présenté par un Demandeur municipal, ce dernier devra démontrer qu’au moins 70 % des unités
d’occupation (u.o.) résidentielles comprises sur le territoire de la ou des municipalités faisant l’objet de l’aide financière
seront desservies par un service de collecte des matières organiques en vue de leur recyclage, au plus tard cinq ans
après la mise en exploitation.
o)
Tout organisme à but lucratif comptant plus de cent employés doit avoir un programme d’accès à l’égalité, conforme à la
Charte des droits et libertés de la personne (LRC, c. C-12) ou prendre l’engagement d’implanter un tel programme.
p)
Tout Demandeur devra fournir, à l’Autorité, une preuve attestant qu’il a remis à la communauté métropolitaine ou à la
municipalité régionale responsable du Plan de gestion des matières résiduelles sur le territoire visé, l’information
pertinente sur son projet. Si cette dernière s’oppose à sa réalisation, l’Autorité du Programme doit en être avisée dans les
45 jours.
167
ANNEXE 4 - COMMENTAIRES SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RSPEDE
Source : Desroches, 2014a
168
Sherbrooke, le 2 août 2014
À:
M. Jean-Yves Benoit,
Économiste sénior et directeur du marché du carbone du Bureau des
changements climatiques
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre
les changements climatiques
Édifice Marie-Guyart, 675, boulevard René-Lévesque Est, 6e étage, boîte 31
Québec (Québec) G1R 5V7
Courrier électronique : jean-yves.benoit@mddelcc.gouv.qc.ca
De :
Line Desroches
Candidate à la Maîtrise en Environnement, CUFE, Université de Sherbrooke
176 Perras
Sherbrooke (Québec) J1N 3N6
Courrier électronique : line.desroches@usherbrooke.ca
OBJET: Commentaires relatifs au Projet de règlement modifiant le règlement
concernant le système de plafonnement et d’échange de droits d’émissions de
gaz à effet de serre , GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 23 juillet 2014, 146e
année, no 30
Bonjour M. Benoit,
C’est avec une grande passion pour le marché du carbone que je vous écris
aujourd’hui. En effet, je rédige cet été un essai sur la validation de déclaration GES,
dans le but d’obtenir mon diplôme de maîtrise en Environnement du CUFE à
l’Université de Sherbrooke.
D’abord, je tiens à signaler ma grande surprise de l’annonce de ce projet de
règlement. Quoique nécessaire pour l’harmonisation de notre système avec celui de la
Californie en vue de la vente aux enchères communes prévue cet automne, le retrait
brusque de la validation et du plan de projet dans ce nouveau règlement me laisse
perplexe.
Consciente de la rigueur exigée par RSPEDE actuel relativement aux exigences de la
validation de la déclaration GES d’un projet par un organisme accrédité ISO 14065
distinct de sa vérification du projet, j’ai orienté mon essai essentiellement à l’analyse
des différents processus d’émissions de crédits compensatoires afin d’en dégager les
éléments relatifs à la validation : les exigences, les mécanismes d’accréditation et les
différents outils développés par les programmes offrant la possibilité de générer des
crédits de carbone. Ma planification actuelle prévoit une version définitive déposée au
bureau de la Directrice des essais le 15 septembre prochain, après quoi je pourrai vous
en faire parvenir une copie, si vous en voyez l’intérêt.
Pour considération dans l'élaboration de la version finale du règlement modifié, je
vous propose aujourd’hui ma réflexion relativement au projet de règlement, à la
lumière de mes lectures et réflexions.
1. Le concept de validation dans le règlement
Dans le document-cadre du programme de la WCI, appelé Cadre de mise en œuvre du
programme régional de la Western Climate Initiative, une place toute spéciale est
réservée à la validation. Ce cadre, adopté par les membres de la WCI en juillet 2010,
se veut une feuille de route permettant de renseigner les gouvernements partenaires
de la WCI sur les règlements à appliquer dans le cadre du programme de la WCI.
D’ailleurs, un chapitre complet, soit le chapitre 8 du document traite exclusivement
du programme de crédits compensatoires.
Dans un tableau où sont présentés les critères essentiels de délivrance de crédits
compensatoires du programme, le cadre précise, entre autres, le thème de la
validation. En effet, on le définit comme suit :
« La validation est un examen obligatoire mené par un organisme
tiers indépendant accrédité ou par le gouvernement partenaire de la
WCI visant à évaluer la conformité d’un projet aux exigences, aux
critères et au protocole de crédits compensatoires de la WCI. Les
gouvernements partenaires de la WCI peuvent ne pas exiger de
validation d’un tiers dans tous les cas, mais peuvent approuver des
protocoles qui nécessitent une étape de validation. » (WCI, juillet
2010, p107)
Ainsi, il est, selon moi, essentiel de statuer sur la validation dans notre règlement.
Selon ma compréhension, il est important de préciser que les éléments spécifiques au
processus de validation est combiné à la première vérification de la déclaration GES
du promoteur, présenté dans son rapport de projet afin de se conformer aux exigences
du cadre du programme de la WCI.
De plus, pour des raisons d’optimisation du processus de mise à jour du règlement, il
peut être considéré d’inclure cette précision de la validation à l’intérieur de chacun
des protocoles actuels et mentionner à l’article 70.9 que les requis relatifs à la
validation sont explicitement présentés dans chacun des protocoles. Ainsi, le
règlement demeure flexible et les protocoles précisés, et laisse ainsi libre cours à des
positions différentes pour d’autres protocoles.
Tel que vous êtes sûrement déjà au courant, le détail du Cadre est accessible au lien
suivant :
http://www.westernclimateinitiative.org/component/remository/general/programdesign/Design-Summary-And-Documentation-FR/
2. Le concept de Plan de projet
Selon mon interprétation et votre explication dans l’étude d’impact économique de ce
projet de règlement, le concept de plan de projet est complètement retiré.
Les principes de bonnes pratiques de gestion nous amènent à concevoir des plans, de
les exécuter, de les suivre et d’apporter des actions correctives au besoin.
La proposition de modification actuelle n’encourage pas l'application de cette bonne
pratique de gestion aux promoteurs.
De plus, le processus de vérification selon la norme ISO 14064-3 porte, entre autres,
sur la vérification de la mise en œuvre du plan de projet. En laissant tomber
l’obligation du dépôt d’un plan de projet, cette tâche ne peut être exécutée.
Un plan de projet pourrait être déposé à l’enregistrement, confidentiellement gardé
par le MDDELCC sans exiger qu’il soit validé par un organisme, mais pourrait être
certifié quant à son contenu afin qu’il réponde aux requis des protocoles, tout comme
le programme du CAR le fait. Cette revue est une évaluation administrative du projet
où on pourra s’assurer qu’un plan de projet rigoureux existe et que les estimés de
réductions semblent avoir suivi le protocole concerné par le projet.
Ainsi,
l’enregistrement du projet dans le registre du gouvernement repose sur un plan
sérieux. Autrement, l’enregistrement sert d’inscription administrative sans assurance
qu’il y ait effectivement un vrai projet.
3. Protocoles très détaillés
Quoique nos protocoles soient très détaillés, je vous invite à revoir le protocole
traitant de la destruction des substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO) du
programme Climate Action Reserve (CAR), registraire autorisé de California Air
Resources Board (ARB), partenaire du Québec à la WCI. Vous avez sûrement déjà eu
l’occasion
de
vous
en
prévaloir
au
lien
suivant :
(http://www.climateactionreserve.org/how/protocols/ozone-depleting-substances/ ).
Notre protocole contient 17 pages tout en étant très précis sur la méthodologie de
quantification, pour la déclaration des réductions de GES.
Le protocole du CAR, appelé U.S. ODS Project Protocol Version 2.0 quant à lui, se veut
plus générique adressant ainsi la destruction de SACO sans précision sur leur
provenance. Le document hébergeant le protocole, compte 57 pages de textes
descriptifs d’exigences sans compter les annexes, glossaires et références totalisant un
recueil de 98 pages pour détailler le protocole.
Dans ce protocole, on y précise entre autres les spécificités liées aux activités de
cette vérification dans le cadre de son programme qui fait fi de la validation. On y
retrouve des éléments qui, dans d’autres protocoles, sont associés au rapport de
validation : les critères d’admissibilité, le plan de surveillance, etc. Neuf pages sont
affectés au processus de vérification dans ce protocole. De plus, ce dernier fait
référence à un recueil de lignes directrices pour une vérification rigoureuse
spécialement conçue pour son programme. Vous connaissez sûrement déjà ce
document appelé Verification Program Manual, disponible au lien suivant :
http://www.climateactionreserve.org/how/verification/verification-program-manual/
Ainsi, le programme de CAR est certainement très outillé pour utiliser le qualificatif
de « protocole détaillé » à ses protocoles pour justifier l’absence d’un processus
formel de validation, toutefois bien incorporé au processus de vérification, pour
l’enregistrement des projets. Le plan de projet demeure toujours un élément de
référence dans ce programme.
L’abolition de la validation par l’argumentation d’un protocole détaillé ne me semble
pas justifiée. Un protocole détaillé comme les nôtres pourrait justifier l’ajout d’une
validation
administrative
interne,
par
le
ministère,
lors
de
la
demande
d’enregistrement du projet et d’une première vérification enrichie, offrant ainsi,
selon moi, un motif plus adéquat à la transformation de la validation dans le
règlement.
4. 100 000 tonnes CO2eq. annuellement pour le nouveau protocole
Dans votre étude d’impact, on fait mention d’un nouveau protocole. Pourtant, je
compte toujours 3 protocoles dans le programme modifié des crédits compensatoires.
Il serait préférable, selon moi, de présenter non pas un nouveau protocole, mais plutôt
d’une modification du protocole actuel par l’ajout de substances admissibles.
Également, n’ayant toujours pas accès au registre public recueillant les projets de
crédits compensatoires annoncé dans le RSPEDE, il m’est difficile de convenir de
l’ampleur des réductions proposées dans votre étude. Ainsi, une précision quant au
choix de l’hypothèse de l’estimation de 100 000 tonnes de CO2eq. annuellement causé
par l’ajout de ces 2 substances, serait, selon moi, très justifié, d’autant plus que cette
estimation supporte à elle seule toute la justification des bénéfices du projet
(représentant 99.5%)
permettant ainsi une conclusion favorable de votre étude
d’impact économique.
Des précisions sur les fondements de l’estimation semblent, à mon point de vue,
nécessaires.
5. 21 projets potentiels
Toujours en référence à l’étude d’impact économique, vos calculs utilisent
l’hypothèse de 21 projets. Comme mentionné au point précédent, aucun projet n’est
encore enregistré. Il serait important de justifier le choix de cette hypothèse.
6. Souci d’allègement règlementaire
En abolissant la validation, le vérificateur se voit maintenant charger des certaines
tâches de la validation. N’ayant plus de plan de projet, il en sera difficile de vérifier
l’exécution d’un plan de projet, un des objectifs de la vérification! Le nouveau
règlement propose plutôt la vérification du rapport de projet, qui vient normalement
préciser l’exécution du plan de projet. Des précisions quant aux nouveaux besoins liés
à cette nouvelle vérification sont nécessaires.
En résumé, mes commentaires proposent les recommandations suivantes :
 Décrire les raisons du choix du ministère de ne pas exiger la validation dans son
règlement afin de respecter les exigences du WCI,
 ajouter à même les protocoles, la spécificité de la validation et la vérification,
 rendre obligatoire le dépôt du plan de projet et exécuter une certification par
le ministère (certification administrative du contenu du plan de projet) dans
l’objectif de rendre les projets enregistrés crédibles,
 préciser le contenu de la première vérification,
 justifier l’hypothèse des 100 000 tonnes de CO2eq. pour l’ajout de 2 substances
dans l’étude d’impact économique,
 justifier l’hypothèse des 21 projets dans l’étude d’impact économique,
 mettre en place le registre public des projets sur le site du MDDELCC tel que
spécifié au règlement.
En conclusion, étant moi-même convaincue de l’application actuelle trop rigide de
la validation pour les besoins d’émissions de crédits compensatoires au Québec, je
suis persuadée du bien-fondé de la démarche proposée. Elle facilitera
principalement les promoteurs qui ont peine actuellement à recourir aux services
de validations et de vérifications auprès d'organismes accrédités distincts pour
leurs projets de crédits compensatoires.
N’hésitez pas à communiquer avec moi pour de plus amples informations,
Cordialement,
Line Desroches
ANNEXE 5 - COMPARAISON DES SECTEURS D’ACTIVITÉS DE CCN ET ANSI
Source: PCT, 2013
175
STANDARDS COUNCIL OF CANADA (SCC)
SECTORAL SCOPES OF ISO 14065 ACCREDITATION
SCOPE #
DESCRIPTION
SECTOR COMPETENCIES
1
INDUSTRY
x
1.1
Electricity generation from fossil fuel
combustion
Emissions resulting from the production of energy and heat due to the
stationary combustion of fuel
x
Industrial Process emissions specific for the sector
1.2
General Manufacturing
x
1.3
1.4
Chemical Industries
Mobile emission sources (if applicable) generally associated with the
combustion of fossil fuels
Mining / Mineral Production
x
Fugitive emissions sources (if applicable)
1.5
Metal Production
x
Emissions from venting and flaring sources (if applicable)
1.6
1.7
Pulp and Paper
x
Co-generation (if applicable)
2
LAND USE AND FORESTRY
x
Process for carbon sequestration in biomass and vegetation
Forest Management, Afforestation,
Reforestation and Avoided Deforestation
x
Estimation of rates of vegetation growth and crop yield
x
Precipitation / evapo-transpiration process
Grasslands, Wetlands & Settlements
x
Biological nitrogen fixation process and crop residue nitrogen
Croplands/Soils
x
Emission estimates (reductions or removals) based on land-use, land-use
change and forestry
LIVESTOCK
x
Emissions resulting from livestock / enteric fermentation and its variation due
to variation in management
x
Confined animal feeding operations and management
GEOLOGICAL SEQUESTRATION
x
Process for carbon sequestration in geological formations
Carbon Capture and Storage
x
Emissions resulting from carbon capture, transportation and storage processes
including leakage
RENEWABLE ENERGY
x
Sources of renewable energy and processes for the production of electricity.
Solar Power Generation
x
Emissions resulting from support activities associated with the generation of
renewable electricity or heat.
x
Emissions resulting from the capture, destruction and monitoring of Methane
Gas
x
Emissions resulting from aerobic and anaerobic waste and wastewater
treatment equipment and operations
x
Emissions generated from animal (manure) / and other waste materials.
LOGISTICS & TRANSPORTATION
x
Transport Using Fossil or Biomass Fuels
(for passengers or products)
Combustion emissions from mobile sources including domestic aviation, road
transportation, railways, domestic marine and off-road transportation.
x
Fugitive emissions associated with pipeline transportation of materials (where
applicable)
SERVICE
x
Service sector and office based
organizations
Emissions from sources generally outside the boundary of the sector (energy
indirect and other indirect)
x
Emission associated with combustion to generate heat on-site.
3
Oil and Gas
Livestock/Enteric Fermentation
4
5
Wind Power Generation
Hydro-electric Power Generation
Nuclear Power Generation
6
WASTE HANDLING & DISPOSAL
Landfills & Composting Facilities
Waste Water Treatment
Manure Management
Other Waste Management Processes
7
Pipeline Transportation and Distribution
8
10 | P a g e
Pacific Carbon Trust l March 5, 2013
AMERICAN NATIONAL STANDARDS INSTITUTE (ANSI)
SECTORAL SCOPES OF ISO 14065 ACCREDITATION
SCOPE
1
2
DESCRIPTION
GHG EMISSION REDUCTIONS FROM
FUEL COMBUSTION
GHG EMISSION REDUCTIONS FROM
INDUSTRIAL PROCESSES
(non-combustion, chemical reaction,
fugitive and other)
3
LAND USE AND FORESTRY
PROJECT TYPE EXAMPLES
x
Renewable Energy Production: (hydropower, biomass energy, biomass
fuels, geothermal power, solar power, wind energy, fuel cell)
x
Energy Efficiency Improvements: (fuel switching, waste heat recovery,
cogeneration)
x
Transportation
x
Ozone Depleting Substances Destruction
x
SF6 emission avoidance
x
HFC destruction/decomposition
x
PFC anode effect mitigation
x
Production of nitric acid and adipic acid
x
Reduced emissions from destruction of N2O in manufacturing
x
Sequestration of carbon due to afforestation, avoided deforestation,
sustainable forest management, forest products)
x
Soil carbon sequestration (no-till, grass cover)
4
CARBON CAPTURE AND STORAGE
x
Emissions sources that are injected into underground geological
formations (e.g. abandoned oil and gas reservoirs, saline aquifers, or
un-minable coal seams)
5
LIVESTOCK
x
Methane Collection and Destruction
x
Livestock and other anaerobic digester operations
x
Agricultural methane emission reduction
x
Agricultural carbon emission reduction
x
Capture and destruction of Landfill gas
x
Capture and use of Landfill gas (bio-digestion, aerobic treatment)
x
Methane recovery in wastewater treatment
x
Avoidance of methane production in wastewater treatment
x
Coal mine methane
6
WASTE HANDLING AND DISPOSAL
QUESTIONS?
Suzanne Spence
Associate, Strategic Acquisitions & Business Development
Pacific Carbon Trust
Direct: 250.588-9346 | Reception: 250.952-6793
Email: suzanne.spence@pacificcarbontrust.com
Website: www.pacificcarbontrust.com
11 | P a g e
Pacific Carbon Trust l March 5, 2013
ANNEXE 6 - LE SONDAGE SUR LA VALIDATION AU QUÉBEC
Source : Desroches, 2014b.
178
La validation et la vérification des projets de réductions de GES
Veuillez s'il vous plaît choisir une langue. / Please choose a language.
Français
English
Page 1
1.
Dans quelle(s) région(s) géographique(s) offrez-vous vos services ? *
Québec
Autres provinces et territoires canadiens
États-Unis
Autre ( spécifier SVP)
2.
Lequel parmi les services suivants représente le mieux votre organisation ? *
Exclusivement des services de consultation aux émetteurs de GES
Services de validation et/ou vérification de projets de réduction GES
Promoteur/Porteur de projets de réduction de GES
Aucun de ces services
Page 2
1.
Quels services votre organisation offre-t-elle aux projets de réduction de GES *
Services de validation
Services de vérification de déclaration
Services de consultation
Autres services (spécifier SVP) :
Page 3
1.
Êtes-vous en cours d'accréditation ? Si oui, laquelle : *
Non
ANSI ISO 14065
CCN / SCC ISO 14065
DOE de MDP
Autre (spécifier SVP)
2.
Avez-vous une accréditation ? Si oui, laquelle *
Non
ANSI ISO 14065
CCN / SCC ISO 14065
DOE de MDP
Autres (spécifier SVP)
Page 4
1.
Inscrire les secteurs d'activités de votre accréditation *
Non applicable
Capture et destruction du méthane des lieux d’enfouissement
Réduction des émissions de SF6 provenant du secteur de la production d’électricité
Séquestration du carbone pour des projets de reforestation
Gestion des forêts ou afforestation
Efficacité énergétique
Destruction du méthane provenant des opérations liées à l’élevage
Récupération et destruction de SACOs
Logistique et transport
GES des industries
Procédés industriels
Autres ( à spécifier SVP)
Page 5
1.
Combien d'appels d'offre pour validation avez-vous reçu en 2013 ? *
Plus de 10
De 6 à 10
De 1 à 5
Aucune
2.
Combien d'appels d'offre de validation avez-vous répondu en 2013 ? *
Plus de 10
De 6 à 10
De 1 à 5
aucune
3.
Combien de contrats de validation avez-vous exécuté en 2013? *
Plus de 10
De 6 à 10
De 1 à 5
Aucun
4.
Valeur moyenne de vos contrats de validation: ( CAD) *
Plus de $20 000
De $10 000 à 19 999
De $ 5 000 à $9 999
Moins de $5 000
Non applicable
5.
Délais moyen requis pour exécuter un mandat de validation en 2013(EN SEMAINES-PERSONNE) *
Plus de 4 semaines
De 3 à 4 semaines
De 1 à 2 semaines
Moins d'une semaine
Non applicable
6.
Délais moyen requis entre la signature du contrat et la fin du mandat : *
Plus de 12 mois
De 8 à 12 mois
De 4 à 8 mois
De 2 à 4 mois
Moins de 2 mois
Non applicable
7.
La dimension de l'équipe d'audit, en moyenne *
Plus de 4 auditeurs
De 3 à 4
De 2 à 3
De 1 à 2
Non applicable
8.
Qualification de vos auditeurs (au moins un membre possède ...) *
Aucun
CSA GHG -IQ
CSA GHG -V
SE (GES)
Autres (spécifier SVP) :
Page 6
1.
Combien d'appels d'offre de vérification avez-vous reçu en 2013 ? *
Plus de 20
De 10 à 20
De 5 à 9
De 1 à 4
Aucune
2.
À combien d'appels d'offre de vérification avez-vous répondu en 2013 ? *
Plus de 20
De 10 à 20
De 5 à 9
De 1 à 4
Aucune
3.
Combien de contrats de vérification avez-vous exécuté en 2013? *
Plus de 20
De 10 à 20
De 5 à 9
De 1 à 4
Aucun
4.
Valeur moyenne de vos contrats de vérification: (CAD) *
Plus de $20 000
De $10 000 à 19 999
De $ 5 000 à $9 999
Moins de $5 000
Non applicable
5.
Délais moyen requis pour exécuter un mandat de vérification(EN SEMAINES-PERSONNE) *
Plus de 4 semaines
De 3 à 4 semaines
De 1 à 2 semaines
Moins d'une semaine
Non applicable
6.
La dimension de l'équipe, en moyenne *
Plus de 4 auditeurs
De 3 à 4 auditeurs
De 1 à 2 auditeurs
Non applicable
7.
Qualification de vos auditeurs (au moins un membre possède ...) *
Aucun
CSA GHG -IQ
CSA GHG -V
SE (GES)
Autres (spécifier SVP) :
Page 7
1.
Pour quel type de transactions requiert-on vos services ? *
Échange de crédits gré à gré
Enregistrement de projet pour le marché volontaire
Enregistrement de projet pour le marché règlementaire
Enregistrement à un programme volontaire- lequel (spécifier SVP) :
2.
Nombre d'auditeurs externes à votre organisation avez-vous utilisé ? *
Individus à contrat
Organismes sous-traitantes
3.
Qualification des validateurs/vérificateurs individus externes *
aucune
Non applicable
CSA - GHG - IQ
CSA GHG -V
SE (GES)
Autres (spécifier SVP) :
4.
Quelle est l'accréditation de vos sous-traitants? *
Aucune
Non applicable
ANSI ISO 14065
CCN / SCC ISO 14065
DOE de MDP
Autres (à spécifier SVP)
5.
Combien d'auditeurs externes à votre organisation croyez-vous utiliser au cours de la prochaine année? (Indiquer 0
si non-applicable) *
Individus à contrat
Organismes sous-traitants
6.
Faites nous part de vos commentaires relativement à l'obligation que la validation et la vérification des projets de
réductions soient exécutés par des organismes indépendants pour les crédits compensatoires du RSPEDE du
Québec.
Merci de votre participation.
Line Desroches
Page 8
1.
Quel pourcentage de votre chiffre d'affaires est attribuable à des mandats de consultation pour des projets de
réduction de GES en 2013? *
CONSULTANTS
Plus de 75%
De 50 à 75%
De 25 à 50%
De 5 à 25 %
Moins de 5%
Aucun
2.
Parmi vos projets de réduction de GES en 2013, dans quelle proportion des services de validation ont été
nécessaire ? *
Plus de 50%
De 25 à 50%
Moins de 25%
Non applicable
3.
Parmi vos projets de réduction de GES en 2013, dans quelle proportion des services de vérification ont été
nécessaires ? *
Plus de 50%
De 25 à 50%
Moins de 25%
Non applicable
4.
Parmi vos projets de réduction en cours, quel pourcentage nécessiteront des services de validation en 2014-5 ? *
Plus de 50%
De 25 à 50%
De 5 à 25 %
Moins de 5%
Aucune
Non applicable
5.
Parmi vos projets de réduction en cours, quel pourcentage nécessiteront des services de vérification en 2014-5 ? *
Plus de 50%
De 25 à 50%
De 5 à 25 %
Moins de 5%
Aucune
Non applicable
6.
Dans vos projections de nouveaux projets de réduction, dans quelle proportion ces projets nécessiteront, en 2014-5
*
Des services de validation
Des services de vérification de déclaration
7.
Faites nous part de vos commentaires relativement à l'obligation que la validation et la vérification des projets de
réductions soient exécutés par des organismes indépendants pour les crédits compensatoires du RSPEDE du
Québec.
Merci de votre participation
Line Desroches
Page 9
1.
Parmi vos projets de réductions de GES en 2013, indiquer le pourcentage de projets selon le type et la région *
PROMOTEURS
Au Québec
reste du Canada
Marché règlementaire
Marché volontaire
Programmes
particuliers
2.
Parmi vos projets de réductions actifs en 2013, indiquer la proportion des projets qui ont nécessité en 2013 : *
Services de validation
Services de vérification de déclaration
États-Unis
Ailleurs
3.
Parmi vos projets de réductions actifs en 2013, quelle a été la valeur moyenne d'un mandat de validation ? *
Plus de $20 000
De $10 000 à $19 999
De $5 000 à $9 999
Moins de $5 000
Non applicable
4.
Parmi vos projets de réductions actifs en 2013, quelle a été la valeur moyenne d'un mandat de vérification ? *
Plus de $20 000
De $10 000 à $19 999
De $5 000 à $9 999
Moins de $5 000
Non applicable
5.
Dans vos projections de nouveaux projets de réduction de GES en 2014-5, quelle proportion nécessitera *
Des services de validation
Des services de vérification de déclaration
6.
Faites nous part de vos commentaires relativement à l'obligation que la validation et la vérification des projets de
réductions soient exécutés par des organismes indépendants pour les crédits compensatoires du RSPEDE du
Québec.
Merci de votre participation
Line Desroches
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising