Manuel - idmuse

Manuel - idmuse
UQÀM
DÉPARTEMENT D’ÉDUCATION ET DE PÉDAGOGIE
TIC DANS L’ENSEIGNEMENT
AUX MOYENS ET GRANDS GROUPES
N O T E S D E C O U R S
S U Z A N N E R O Y
HIVER 2009
F P E 7 6 5 0
>
T I C
D A N S
L ’ E N S E I G N E M E N T
TABLE DES MATIERES
TABLE DES MATIERES................................................................................................... 1
CHAPITRE 1 > INTRODUCTION ................................................................................... 1
ESTHETIQUE DU MEDIA ....................................................................................................... 1
LE PROJET DE L’APPRENANT EST DE TROIS TYPES : ............................................................. 2
QUE SONT LES 4 « MOYENS SUPERIEURS » ......................................................................... 2
QUELLES SONT LES QUALITES DE L’ENSEIGNANT « ESTHETICIEN » ? .................................. 3
QU’EST CE QUE LE « PUNCTUM » PEDAGOGIQUE ? .............................................................. 3
CONDITIONS POUR ANTICIPER UN PUNCTUM ....................................................................... 4
GRILLE DE LASWELL ........................................................................................................... 5
CHAPITRE 2 > NOTIONS DE BASE............................................................................... 7
QUELQUES REGLES D’EDITIQUE .......................................................................................... 7
LES NOTES DE COURS ECRITES ............................................................................................ 8
CAPTURE D’ECRAN.............................................................................................................. 9
CHAPITRE 3 > LOGICIELS DE BUREAUTIQUE ..................................................... 10
WORD ................................................................................................................................ 10
SELECTION DE TEXTE ........................................................................................................ 10
COPIER / COLLER ............................................................................................................... 10
DUPLIQUER ....................................................................................................................... 11
COPIER DES IMAGES .......................................................................................................... 11
DEPLACER DES ELEMENTS................................................................................................. 11
LES TOUCHES A CONNAITRE .............................................................................................. 11
FONCTIONS UTILES ............................................................................................................ 12
MODIFIER L’EN-TETE OU LE PIED DE PAGE ........................................................................ 13
UTILISATION DE LA REGLE ................................................................................................ 13
LA TABULATION ................................................................................................................ 14
LES RETRAITS ET L’ALIGNEMENT ...................................................................................... 15
LA LETTRINE ..................................................................................................................... 16
CREER UN SAUT DE PAGE MANUEL .................................................................................... 17
STYLES ET MISE EN FORME ................................................................................................ 17
LES TABLEAUX .................................................................................................................. 18
LA BARRE D’OUTILS « DESSIN » ....................................................................................... 22
INSERTION ET ALIGNEMENT D’UNE IMAGE ........................................................................ 23
OUTILS DE CORRECTION .................................................................................................... 25
PERSONNALISER SON LOGICIEL ......................................................................................... 27
SAUTS DE PAGE, SAUTS DE SECTION .................................................................................. 28
PETITS TRUCS RAPIDES… .................................................................................................. 30
EXCEL ............................................................................................................................... 32
INSCRIPTION AUTOMATIQUE D’UNE SUITE ......................................................................... 32
CREATION D’UNE LISTE DE NOMS FORMATEE .................................................................... 32
CREATION DE GRAPHIQUES ............................................................................................... 33
CALCULER UNE SOMME..................................................................................................... 34
CALCULER UNE MOYENNE ................................................................................................ 34
POWERPOINT ................................................................................................................. 35
INTRODUCTION AU LOGICIEL............................................................................................. 35
MASQUES DE DIAPOSITIVES .............................................................................................. 37
LIENS HYPERTEXTES OU BOUTONS D’ACTION.................................................................... 37
ANIMATION DES OBJETS .................................................................................................... 38
LES TRANSITIONS .............................................................................................................. 39
MINUTAGE ........................................................................................................................ 40
DIMINUER LA TAILLE DE SON DIAPORAMA ........................................................................ 40
IMPRESSION DU DIAPORAMA ............................................................................................. 41
LE MEDIA ECRAN A-T-IL PLUS D’IMPACT QUE L’IMPRIME ? ............................................... 41
LE DIAPORAMA A-T-IL UNE REELLE VALEUR PEDAGOGIQUE? ............................................ 42
SUJETS APPROPRIES AU DIAPORAMA ................................................................................. 43
REGLES DE CREATION D’UN DIAPORAMA .......................................................................... 44
CHAPITRE 4 > TRAITEMENT D’IMAGE .................................................................. 45
RHETORIQUE DE L’IMAGE ................................................................................................. 45
SEMIOLOGIE ET RHETORIQUE ............................................................................................ 45
ANALYSE DE L'IMAGE SELON PENINOU ............................................................................. 46
CREATION D’IMAGES ET D’INTERFACES ............................................................................ 47
CHAPITRE 5 > WEB ....................................................................................................... 50
ÉTAPES DE PRODUCTION D’UN SITE WEB ........................................................................... 50
CREER LE PLAN DE VOTRE SITE ......................................................................................... 51
DREAMWEAVER 2 ............................................................................................................. 57
LES CADRES ...................................................................................................................... 63
DEFINIR SON SITE .............................................................................................................. 65
LES MODELES .................................................................................................................... 67
LES STYLES ....................................................................................................................... 68
LES « A-COTES » ............................................................................................................... 71
VERIFICATION DU SITE WEB .............................................................................................. 71
PUBLIER SON SITE AVEC FILEZILLA ! ................................................................................ 73
CHAPITRE 6 > ALLER PLUS LOIN… ......................................................................... 75
REDIGER DES QUESTIONS A CHOIX MULTIPLE .................................................................... 75
CHAPITRE 1 > INTRODUCTION
Esthétique du média1
L’esthétique repose sur l’émotion. Il y a dimension esthétique quand celui qui
apprend ressent quelque chose qui lui permet de transcender les aspects
logiques et scolaires pour vivre une réelle aventure éducative.
L’enseignant rêve de créer des médias qui ont de l’impact et l’apprenant, des
environnements pédagogiques qui lui feront vivre quelque chose de passionnant.
Cette magie « improgrammable » est néanmoins possible avec la complicité des
principaux acteurs. Le modèle référentiel suivant propose une façon de préparer
ces conditions.
Compte tenu de la disponibilité de l’apprenant, tout repose sur l’interface de la
personne de l’enseignant. La réussite se manifeste quand l’apprenant développe
son propre projet; nous pouvons alors parler de cette dimension esthétique du
média.
SCHEMA DU MODELE REFERENTIEL
MODELE D’ESTHETIQUE DU MEDIA
D’ENSEIGNEMENT
Le schéma repose sur l’analogie d’une lampe.
La lampe se présente en 3 parties :
1. La base contient les piles : elle
correspond au studium; c’est l’aspect
pédagogique, didactique, objectif du
média.
2. Le haut contient l’ampoule et donne la
lumière : il correspond au punctum :
c’est l’effet affectif du média sur
l'apprenant, son expression.
3. Le centre peut être considéré comme
l’interface, entre studium et punctum ;
ce lien agit comme un bouton
d’alimentation et correspond à
l’enseignant, dont les qualités sont
décrites plus loin.
Le studium2, qui représente l’aspect objectif et concret d’une activité, doit être
supporté par des « moyens supérieurs ». Ces « moyens » sont définis plus loin.
Le punctum, toujours subjectif, est la part expérientielle responsable de
l’ouverture de l'apprenant à la connaissance. Sans punctum, les informations
risquent de demeurer lettres mortes, leçons vite oubliées. L’apprenant voit,
entend, mais il ne retient pas.
1 Dugal, Monique (1993). Modèle référentiel d’esthétique du média d’enseignement à partir de récits
de vie. Faculté des études supérieures, Université de Montréal, Technologie éducationnelle.
Bibliothèque de l’UQAM : LB 1028.3 D78 1993.
2 Ces deux termes de studium et de punctum sont empruntés au sémiologue Roland Barthes (1980)
dans son ouvrage La chambre claire, notes sur la photographie. Cahier du cinéma. Éditions de
L'Étoile, Gallimard, Le Seuil, Paris.
1
Le projet de l’apprenant est de trois types :
+ Donner vie, communiquer. C’est une façon d’intégrer ses connaissances.
L’apprenant qui vit « son projet » a d’abord assimilé des informations puis
développé les capacités nécessaires pour les appliquer ailleurs dans le cadre
d’activités scolaires structurées.
+ Voir clair. Il est capable d’objectiver, de faire des liens, de comprendre
enfin.
+ S’accomplir. Il agit spontanément, a de l’initiative, travaille bien,
s’organise, anticipe, s’évalue, est original dans sa façon de travailler.
Qu’est ce que le « studium » pédagogique ?
Un bon studium correspond à une planification bien structurée qui tient compte
de toutes les composantes de la situation pédagogique :
+ ce que les apprenants sont capables et prêts à apprendre ;
+ de bonnes conditions matérielles d’organisation de la classe ;
+ un dosage adéquat du contenu ;
+ une évaluation formative constante, car l’élève a besoin d’agir et de se
mesurer, mais il a aussi besoin de rétroaction constante et rapide ;
+ des méthodes et des médias convenant aux objectifs.
Que sont les 4 « moyens supérieurs »
Le modèle propose quatre moyens supérieurs dont voici la description.
1. Un média riche
Un média riche donne plus que le nécessaire ; il peut s’agir d’un site web
original, d’une image historique, d’un texte évocateur. Le média riche comporte
toute l’information nécessaire, mais renferme quelque chose de plus, qui
dépasse la nécessité pédagogique.
Les supports pédagogiques riches sont susceptibles d’amener l’élève à
transcender les activités scolaires en projets personnels. Richesse du contenu,
des images, de la structure d’une activité. Il faut que l’apprenant ait de l’espace
pour recréer ce qu’on lui offre. Les grandes œuvres ont toujours beaucoup
d’impact.
2. Un projet pédagogique
Proposer un projet pédagogique puissant et significatif à travers lequel
l'apprenant pourra s'investir, s’exprimer. Les projets charrient toujours un
aspect de création, de nouveauté. À qui l’apprenant va-t-il communiquer le
résultat de ses recherches ? Sous quelle forme ? C’est à prévoir.
3. Des aides à l’apprentissage
Le travail d’apprentissage s’effectue par des stratégies personnelles, mais
l’étudiant a besoin d’outils de référence et d’outils méthodologiques pour
cheminer dans son projet. Offrir une grille d’évaluation, des consignes claires,
des règles, des procédures, quelques modèles, des affiches de référence, des
exemples, sont autant de repères servant à baliser la démarche de l’apprenant,
à l’encourager, à maintenir son intérêt et surtout, à l’aider à réussir.
4. Un défi
Lancer un défi, poser une question pertinente peuvent provoquer l’élève sont
des provocations stimulantes pour l’apprenant. Quelque situation inusitée, des
objets qui fascinent : faits inusités, pièces de collections, photographies, vidéo
sont susceptibles de jouer ce rôle. Amener l’apprenant à s’interroger, à aiguiser
sa curiosité et cela crée une forme d’anticipation.
2
Quelles sont les qualités de l’enseignant « esthéticien » ?
Le modèle propose quatre qualités de l’enseignant dont voici la description.
1. une personne qui réfléchit
Cette personne n’est pas un automate. Cet enseignant se questionne, observe
constamment l’évolution de l’apprenant, évalue constamment ses démarches et
ajuste les instruments pédagogiques en conséquence. S’il conçoit des objets
d’apprentissage, ceux-ci sont ouverts, interactifs, laissant place à
l’amélioration.
L’enseignant qui réfléchit voit clair, ne se laisse pas berner par les apparences ;
il sait faire la différence entre la démarche parfois maladroite de celui-quiapprend et l’errance de celui qui dérape.
2. une personne qui se ressource
Cette personne n’est pas fermée et s’intéresse aux recherches dans son
domaine. L’enseignant est en constante cueillette d’informations : ce qu’il voit
et entend peut à l’occasion avoir des liens avec ses enseignements.
Il consulte ses collègues, il échange, il s’informe, il lit.
3. une personne qui s’implique
L’enseignant qui s’implique est mû par un idéal dans lequel il s’investit. Sa tâche
est perçue comme importante à ses yeux. Il est réceptif et créatif : il modifie,
ajuste le matériel pour le rendre plus opérant, il allège au besoin les
programmes, échange avec l’apprenant, il bricole, il est ouvert.
4. une personne centrée sur l’apprenant
L’enseignant centré sur l’apprenant a des attitudes humaines aidantes,
compréhensives, qu’il s’appuie sur des règles de communication et sur des
techniques d’animation valorisant l’élève et l’aidant à évoluer.
L’enseignant esthéticien place l’étudiant au premier plan, identifie ceux qui ont
de la difficulté, donne des marques d’approbation, des commentaires
personnalisés, incite à l’autonomie, pousse à la rigueur. Il s’habilite à animer
adéquatement, à favoriser le travail d’équipe structuré, à tirer des exemples du
vécu de la classe, à répondre à une question par une autre, à donner la parole,
etc.
Qu’est ce que le « punctum » pédagogique ?
Est-ce qu’une planification très soignée est suffisante ? Probablement pas. Il faut
quelque chose de plus pour capter l’apprenant et maintenir son intérêt. Ce
quelque chose, nous le nommons « punctum ». Le « punctum » est amené par
l’enseignant doué, décrit précédemment ; celui-ci crée le climat favorable à son
émergence.
L’impact d’une leçon sur la pérennité de l’information dans la mémoire
demeure soumis à quelque lien personnel, affectif, qui échappe en grande part
au contrôle extérieur. Cet impact que l’on peut nommer « punctum » correspond
à l’aspect esthétique d’un événement, c’est-à-dire, le phénomène original,
spontané et libre qui survient chez l’apprenant et le pousse, de l’intérieur à
s’ouvrir à la Connaissance.
Le punctum n’est pas la motivation scolaire, plus volontaire, courageuse ; le
punctum ne s’impose d’aucune façon, l’enseignant n’a que le pouvoir d’offrir les
conditions idéales pour qu’il se produise, mais il ne peut forcer personne à
l’éprouver. L’apprenant ne peut que se disposer à le recevoir. Comme pour une
œuvre d’art, où le spectateur est aspiré, emporté, épris, le punctum
pédagogique part de l’activité scolaire pour conquérir l’élève, l’amener vers
3
l’accomplissement de soi, illuminer sa vision des choses, le lancer vers la
communication humaine ou installer en lui le désir de création.
Le punctum scolaire arrive par moments, par petites touches. L’enseignant ne
sait pas toujours à quel instant il se produit dans la classe, mais il perçoit à
certaines occasions une effervescence inhabituelle, une intensité dans le travail
de certains, qui en sont des indices. Quand les questions fusionnent, que les
projets débordent du cadre prévu, quand les idées des étudiants surprennent,
dérangent, l'enseignant esthéticien peut constater que la magie du punctum se
manifeste probablement.
Conditions pour anticiper un punctum
Il faut trois conditions pour anticiper un punctum :
+ une disposition de l’apprenant;
+ des attitudes favorables de l’enseignant
+ des moyens pédagogiques supérieurs.
+ Les attitudes favorables de l’enseignant et les moyens supérieurs ont été
définis plus haut.
L’apprenant disposé est un apprenant ouvert, motivé à apprendre. C’est le cas
de la plupart des élèves et des étudiants des institutions : les gens souhaitent
généralement s’alphabétiser, comprendre le monde dans lequel ils vivent et
réussir personnellement et socialement. L’apprenant non disposé est quelqu’un
qui se trouve captif dans un environnement éducatif qu’il ne souhaite pas ; il est
fermé au changement et non intéressé au départ à ce qui lui est offert comme
changement. Un étudiant absent, dormant ou occupant une activité autre est
considéré comme non disposé.
"Nous considérerons un concept comme un ensemble d'attributs ou de
caractéristiques retrouvées dans tous les exemples du groupe et seulement dans
ce groupe. (Engelmann, 1969)». Une pédagogie « esthétique » amène
l’apprenant à transcender l’aspect scolaire des activités de la classe pour
vivre librement et de manière autonome une aventure intellectuelle. Cette
attitude se manifeste par des démarches personnelles qu’entreprend l’étudiant :
questions, observations, lecture spontanée, recherche, association avec ce qu’il
connaît. Il s’engage.
L’engagement de l’étudiant le conduit à développer des projets personnels de
création et de communication.
Ces projets sont de trois types :
+ les projets lui permettent de voir clair et de mieux comprendre son
milieu, les lois de la science et les règles de la vie sociale ;
+ les projets l’incitent à créer et à communiquer ;
+ et enfin, les projets le conduisent à s’accomplir. En d’autres termes, la
pédagogie esthétique déclenche chez l’apprenant une motivation profonde
pour des projets qu’il s’approprie.
Les activités impliquant les NTIC peuvent être réalisées à partir d'une
planification sérieuse, mais encore faut-il que le tout ait de l'impact sur
l'apprentissage. Nous appellerons cet impact sur le goût d’apprendre, le
« punctum », c’est-à-dire l’ouverture de l’élève à la Connaissance. C'est la
« dimension esthétique » de la pédagogie des médias.
Les condition de cette esthétique reposent sur les qualités de l’enseignant : une
personne qui réfléchit, se ressource, s’implique et se centre sur l’apprenant.
Mais l’esthétique se prépare par des conditions pédagogiques particulières que
nous appellerons le « studium ».
4
Grille de Laswell
Pour développer des instruments multimédias efficaces sans se perdre dans les
dédales de choix d'images ou d'informations, il faut planifier très
rigoureusement. La grille de communication de Laswell sert de point de départ;
elle devrait être complétée avant de développer le scénario et le découpage
technique et absolument avant de se lancer dans la production.
La grille de Laswell peut aussi être utilisée pour rédiger un texte ou un scénario
pédagogique : elle permet de circonscrire un objet et d’en exposer toutes les
facettes; on peut y recourir pour développer un plan général et pour concevoir
chaque partie d’un ensemble.
QUI ?
Quand on connaît la provenance du message, il est plus facile de le bien saisir.
Qui est l’auteur de la communication, l’émetteur?
La conscience de ce qui nous anime permet de faire des choix éclairés.
Parlez de vous, de votre intérêt personnel et professionnel à développer cette
production : pourquoi cette communication, quelle est votre motivation à choisir
ce sujet? Vos valeurs, votre cadre de référence.
Quel motif vous incite à choisir ce projet multimédia?
Quel aspect de cette expérience vous tient à cœur?
QUOI ?
Sujet du message, de la communication, du site web.
De quoi s’agit-il?
Nature de la communication. Caractéristiques du message, sa « teneur », son
« contenu » : mots, idées, arguments, conclusions, affirmations.
Décrire le sujet et l’angle du contenu à développer, car on ne peut tout dire tout
enseigner. Voici quelques exemples :
Le Moyen-âge, mais précisément la chevalerie ; Boris Vian, le rebelle ; le roman
historique, le texte publicitaire, les verbes irréguliers, le système politique
français, la protéine, etc.
Quelle partie du savoir allez-vous enseigner?
À QUI ?
Personne ou groupe visé
À qui s’adresse-t-on, qui est le récepteur ?
Identification de l'apprenant : ses attentes, ses valeurs, ses mythes, les
conditions psychologiques et sociales de sa réceptivité. Que connaît-il déjà du
sujet, cela permet de cadrer le message et d’éviter la redite inutile.
Voir les grilles d’analyse de l’apprenant et ses quatre volets.
Comment allez-vous tenter de l’atteindre : idée, visuel, langage, exemples,
modèles humains ?
5
POURQUOI ?
Quelle est l’intention précise de cette communication?
Quel est le but de cette production?
Le pourquoi se définit en deux étapes : (1) l’identification du problème, manque
ou besoin et (2) l’énoncé de l’objectif.
(1) Le problème.
Il y a bien une situation embêtante, une difficulté, un manque quelconque que
vous avez constaté et qui motive la création du média. Par exemple :
insuffisance de matériel pertinent, difficulté de compréhension d’une notion de
base, manque d’outil pour illustrer un phénomène, pour offrir une vue
d’ensemble.
À partir de la description de la situation pédagogique problématique, il faut
chercher à combler le vide. Cette production devrait apporter une solution.
(2) L’objectif.
Il y a toujours un objectif affiché ou caché dans une communication. Sans
objectif clairement décrit, il est difficile de faire des choix éclairés de contenu,
d’images, de questions à poser et ainsi, les résultats de la communication
pourraient souffrir d’éparpillement et s’avérer sans intérêt.
Que vise ultime ment cette production : quel en est l’objectif opérationnel? Que
fera l’apprenant?
L’objectif correspond généralement à une compétence à acquérir. L’objectif est
soit un savoir déclaratif (connaissance et compréhension de base), soit un savoir
procédural (relié à la résolution de problème) ou un savoir agir (attitude qui
s’enseigne par l’exemple humain auquel on peut s’identifier).
Pour libeller un objectif :
L’apprenant est sujet, le verbe indique l’action observable (ou la compétence)
et le complément, les conditions de réalisation.
COMMENT ?
Façon de traiter l’information, rubriques du site web…
Comment concevez-vous le fil directeur ?
Choix du support et choix de la forme. Quel est le meilleur support : site web,
diaporama, tableau? Comment allez-vous vous adresser aux apprenant : sous
forme de fiction, comme un magister, avec humour, par le biais d’une mascotte
ou autrement ? Il faut créer un drame et le résoudre par la connaissance…
Quel traitement narratif choisir ? Quel sera le concept visuel de l'ensemble ?
Quels sons choisir pour accentuer une émotion ou pour pointer l’attention ?
Choix du mode de présentation, du style, de la palette de couleurs, des figures
de style, de la structure du « langage » adopté ou de l'événement dans son
ensemble, de la convivialité du message.
Concevoir un guide d’utilisation pédagogique décrivant le multimédia, le public
cible, l'objectif visé, les méthodes d'enseignement à adopter pour la diffusion.
Ce guide devrait être intégré au média, par exemple dans les propriétés du
document.
RESULTAT ?
Anticipation de l'impact de la production.
Quel est le résultat escompté?
Comment saurez-vous que le but est atteint? Comment le mesurer?
Présenter à l’avance les critères sur lesquels vous vous baserez pour juger du
succès de la production multimédia.
Quels indices démontreront l’efficacité de la production?
6
CHAPITRE 2 > NOTIONS DE BASE
Quelques Règles d’éditique
Une page est vue avant d'être lue (TILT, éditions d'Organisation, France, 1989)
La ou Les MAJUSCULE-S pour les titres et les mots clés
→ seulement...
Varier la TAILLE des caractères plutôt que les polices
→ donc, il est préférable de conserver la même police de caractère pour un travail
donné
Préférer les LETTRES DROITES plutôt que penchées
→ c’est plus facile à lire.
Préférer les L E T T R E S E N L A R G E U R plutôt qu'en HAUTEUR
→ plus facile à lire : pour obtenir ces effets dans Word > Format > police, onglet
Espacement, choisir condensé ou Étendu et donner une valeur (ici 4 points
d’espacement).
Bonjour
Bonjour
(étendu de 3 points)
(condensé de 1 point)
Préférer les LETTRES CLASSIQUES plutôt que fantaisistes.
Bonjour (Trebuchet)
Bonjour (lettres de fantaisie)
Préférer le gras, l'italique ou l’encadré pour attirer l'attention sur certains mots ;
→ éviter le souligné car les lignes tendent à coller sur les mots et donnent un mauvais
effet à la photocopie. Aussi on confond le souligné comme étant un hyperlien.
Écrire les NOMBRES après 10 en chiffres
→ par exemple, il aurait fallu titrer cette information : Neuf petits secrets en
typographie.
Presque tous les signes de ponctuation contribuent à la lisibilité :
La virgule et le trait d'union sont des freins à la lisibilité.
Les symboles introduisent de la variété à condition de les comprendre.
Pour insérer des symboles et autres signes spéciaux :
Insérer, Caractères spéciaux, choisir l’onglet caractère spéciaux et Windings.
Les paragraphes aèrent une page
→ toujours choisir l’espacement par le menu : Format, Paragraphe, Espacement
Pour aérer, il y a aussi multicolonnage qui est recommandé pour les documents du
type annuaire, catalogue, quotidien, manuel, guide...
Une espace avant le point-virgule, le point d’interrogation, d’exclamation, les
deux points.
Un alinéa comporte 4 ou 5 espaces.
La mode européenne y a recours; la mode américaine justifie tout à gauche.
7
Les notes de cours écrites
Les informations de cette page ont été tirées du livre :
Lebrun, N. et S. Berthelot (1996). Pour une approche multimédiatique de l’enseignement.
Éditions Nouvelles. AMS. Montréal, 336 pages. Pages 202 à 229. ISBN : 2-921696-15-0
La lisibilité typographique est la facilité à lire en fonction de l’intérêt, du style
d’écriture, de la typographie ou de la calligraphie personnelle. (Page 206)
Critère : que le plus grand nombre de personnes possible puisse le lire.
TYPOGRAPHIE
Facteurs de lisibilité
1. La composition : caractères et leur empattement, leur corps, leur
forme, leur épaisseur, etc. ; les polices ; la ligne (justifiée, alignée à
gauche ou à droite, l’espacement entre les lignes, la coupure ou pas, la
longueur des lignes.
2. Les procédés typographiques : effets spéciaux de perspective ou autre,
lettres déformées, ombrées, à trois dimension, ornées, tordues,
ondulées, etc.
3. Division typographique du texte : alinéas, paragraphes, colonne. Mise
en page : texte aéré, alignement justifié, centré, détouré, coupure du
texte, constance et uniformité dans la sélection des techniques (p. 225)
4. Organisation des diverses composantes : page titre, table des matières,
index, numérotation des pages.
5. Graphisme : illustrations, tableaux, diagrammes, icônes, pictogrammes.
6. Police : ensemble des caractères d’un même type ; écrêtage :
élimination ; empattement : base de la lettre ; espacement des
caractères ; espace comprise entre les lettres ; justifié : les fins de
lignes sont égales.
7. Les polices avec empattements servent surtout pour les textes à lire et
non pour les titres.
Conseils pour l’éditique3
1. Insérez une espace (terme féminin) entre les phrases et non deux.
2. Utilisez le gras ou l’italique au lieu de souligner : le souligné coupe le
bas des lettres; de plus on le confond avec les hyperliens.
3. Utilisez les tabulations et non les espaces pour aligner un texte ou les
mots.
4. Utilisez les guillemets chevrons pour les citations. « comme ceci ».
5. Utilisez la justification à gauche pour éviter le gondolement du texte, les
rigoles…
6. Servez-vous des petites capitale ou petites majuscules, des exposant par
exemple 5e
7. Utilisez les polices sans empattement (sérif en anglais) comme ceci pour
les titres et les polices avec empattement pour le corps du texte.
(Time). Elles créent un souligné imaginaire qui facilite la lecture.
3
Plusieurs informations sont tirées du Ramat de la typographie de Aurel RAMAT, un classique!
8
Capture d’écran
PREND RE UNE PHOTOG RAPHI E DANS SON O RDINATEU R
La capture d’écran permet de prendre une photographie de ce que vous voyez à
l’écran de votre ordinateur. C’est utile pour créer des documents didactiques ou
pour copier des images. Votre capture d’écran se compose en « copie » dans le
presse-papier de votre système (pc ou mac) et vous pouvez – par la suite – la coller
dans toutes vos applications (logiciels de dessin, traitement de texte, diaporama…)
EN PC
Utilisez la touche « Print Screen » ou « impr. Ecran » située sur votre clavier
d’ordinateur. Tout votre écran est alors copié dans le presse papier. Si vous ne
désirez que la fenêtre active (soit votre internet explorer ou une fenêtre plus petite),
utilisez la touche Alt + Impr.Ecran
Par la suite, rendez-vous dans votre application et collez l’image prise en photo !
EN MAC
Combinez les touches Pomme – Maj – 3. Vous entendrez un « clic ».
Pour ne conserver qu’une portion de l’écran : Pomme – Maj – 4.
Simple comme bonjour !
9
CHAPITRE 3 > LOGICIELS DE BUREAUTIQUE
WORD
FONCTIONS DE BASE
Il est toujours utile d’apprendre les fonctions de base, non seulement pour
Word, mais pour tous les logiciels que vous utiliserez. Souvent, les fonctions se
ressemblent partout. Notez que tous les logiciels utilisent les mêmes types de
menu (fichier, édition, affichage, aide…) et afin de ne pas vous perdre, ils
utilisent souvent les mêmes icônes, les mêmes menus et les mêmes fonctions.
Sélection de texte
Lorsque nous « sélectionnons » du texte, cela signifie que nous mettons un texte
en « surbrillance » à l’aide de la souris.
Texte sélectionné (en surbrillance)
La sélection du texte est très utile pour modifier une partie de notre texte : par
exemple pour changer l’interligne, la police, la couleur ou la taille du texte.
Néanmoins, pour les besoins de la cause, vous aurez besoin de savoir
sélectionner des mots qui ne se suivent pas dans un texte. C’est-à-dire de
sélectionner des mots éparpillés dans le texte. Cela peut s’avérer utile lorsque
vous voulez changer tous vos titres, ou pour mettre une série de mots en
italique, en gras, etc. Pour ce faire, il vous suffit de sélectionner un premier
mot, puis d’enfoncer la touche CTRL de votre clavier avant de sélectionner les
autres mots à l’aide de la souris.
Mots séparés sélectionnés
Notez que cette méthode de sélection fonctionne tout aussi bien pour
sélectionner des fichiers isolés dans un dossier (exemple : pour copier quelques
fichiers Word sur une disquette) que dans la majorité des logiciels que vous
aurez à utiliser (un logiciel de dessin ou vous désirez sélectionner que certaines
formes isolées).
Copier / coller
Pendant que vous surfez sur Internet, il se peut que vous ayez envie de conserver
des informations sans avoir envie d’imprimer la page entière. Ce qu’il suffit de
faire ? Ouvrez votre logiciel de traitement de texte (Word) et « copiez » vos
éléments afin de ne pas les perdre. Vous irez ensuite les « coller » dans Word.
Vous pouvez effectuer cette manœuvre par la version longue :
+
+
+
+
+
+
sélectionner le texte avec la souris
aller dans le menu « édition »
cliquer sur copier
retourner dans votre traitement de texte
aller dans le menu « édition »
cliquer sur coller
10
+ Ceci est simple, il s’agit d’une fonction que nous utilisons souvent. Vous
pouvez utiliser les touches de raccourci pour faire cette même fonction :
sélection du texte, CTRL-C (copier), aller dans Word, CTRL-V (coller).
Dupliquer
Si vous désirez dupliquer un texte, vous pourriez faire « copiercoller » afin de vous faire deux paragraphes identiques, mais
une fonction est encore plus rapide : sélectionnez le texte,
maintenez la touche CTRL enfoncée et glissez le texte plus bas
dans votre page. Votre curseur se transforme et votre texte sera
dupliqué en un clic de souris. Ceci est très utile lorsque vous
entrez des notes, des commentaires ou que vous faites un carnet
d’adresse.
Copier des images
Vous pouvez « copier-coller » des images directement à partir d’Internet sans
enregistrer l’image dans votre ordinateur. Vous êtes
sur Internet, vous regardez un site quelconque et vous
réalisez que tel schéma ou telle image irait bien dans
l’un de vos documents. Une méthode rapide consiste à
mettre l’image en copie.
Cliquez avec le bouton droit de la souris sur l’image
en question, repérez et cliquez sur la commande
« copier ».
Retournez dans votre document Word et utiliser la fonction « coller » pour
l’inclure dans votre document.
Astuces
Remarquez que le bouton droit de la souris vous offre également
l’option « enregistrer votre image sous… » de façon à conserver le
fichier directement dans votre ordinateur.
Déplacer des éléments
Si vous souhaitez déplacer des éléments, il suffit de sélectionner un bout de
texte, une image ou tout autre élément de Word et déplacez-le dans votre
fichier Word en maintenant le clic gauche de votre souris enfoncé. Assurez-vous
de bien « prendre » le bout du texte en cliquant dans la zone sélectionnée afin
de déplacer l’élément.
Les touches à connaître
Avant de débuter les fonctions plus intéressantes de Word, il importe de
connaître les touches importantes du logiciel. La souris peut toujours être
utilisée, mais il vaut mieux connaître quelques combinaisons de touches, c’est
beaucoup plus rapide.
11
TABLEAU DES PRINCIPAUX RACCOURCIS
Attention : ceci fonctionne dans tous les logiciels de Windows.
Fonction
Annuler
Raccourci Menu
CTRL-Z Édition > Annuler
Refaire
CTRL-Y
Enregistrer CTRL-S
Imprimer
CTRL-P
Rechercher CTRL-F
Remplacer CTRL-H
Tout
CTRL-A
sélectionner
Description
Permet d’annuler les actions
précédemment effectuées.
Édition > Répéter Vous pouvez revenir sur votre CTRL-Z
avec la commande Répéter.
Fichier >
Touche rapide pour enregistrer votre
Enregistrer
document.
Imprimer
Ouvre le panneau d’impression.
Rechercher
Pour retrouver un mot ou une
expression à l’intérieur du document.
Remplacer
Vous avez écrit Benoit au lieu de Benoît
dans tout un document. Recherchez les
erreurs et remplacez-les par le bon mot
en une seule commande.
Édition >
Permet de sélectionner l’ensemble de
sélectionner tout votre document d’un seul bloc.
Fonctions utiles
Les fonctions utiles ont pour but de faciliter la mise en page de votre document de
façon professionnelle.
Numérotation des pages
Il est recommandé, surtout lorsque vous distribuez un document relativement long,
de numéroter vos pages. La fonction est facile, passez par le menu insertion >
numéros de pages…
Numéroter les pages d’un document
Le fichier Word ajoute automatiquement un en-tête ou un pied de page afin d’y
inclure le numéro de la page. Cela signifie que votre numéro s’incrémentera d’une
page à l’autre sans que vous ayez à vous en soucier.
Le pied de page sert également à insérer des notes de bas de page (utile pour les
articles ou pour noter certaines références). Vous pouvez vous en servir pour
identifier vos documents. Par exemple, ce document est identifié à chaque page par
le titre du cours, le nom du professeur et le mois dans lequel le document a été
conçu.
12
Modifier l’en-tête ou le pied de page
Une fois le numéro de page inséré, vous n’avez qu’à double-cliquer sur le numéro
pour ouvrir l’en-tête ou le pied de page (ceci fonctionne peu importe la page dans
laquelle vous vous trouvez). Votre document deviendra alors inaccessible (plus pâle)
et vous pourrez écrire directement dans la zone souhaitée.
Un menu s’ouvre :
Oublions le menu « insertion automatique », les autres éléments servent à insérer le
numéro de la page, la date, l’heure, etc. à l’endroit où votre curseur sera placé dans
la zone de l’en-tête ou du pied de page.
Vous pouvez également modifier la numérotation des pages de façon à ce que les
nombres impaires soient affichés à droite et que les nombres paires soient à gauche.
Cela s’avère très utile dans le cas d’une publication de notes de cours au format
recto verso. Pour effectuer cette manipulation, cliquez sur le bouton symbolisant un
« livre » (mise en page) et activez la case « paires ou impaires différentes ».
Les pages au nombres impaires restent telles quelles et vous aurez à refaire une page
au nombre paires afin que toutes vos pages paires soient modifiées d’un seul coup
(par exemple : le numéro de la page à gauche ou à droite)…
Le menu « insertion automatique » vous offre quelques options intéressantes qui sont
surtout utilisées en entreprise :
Utilisation de la règle
Les marges
Vous pouvez agrandir votre espace de travail en modifiant les marges de votre
document. Vous pouvez passer par le menu fichier > mise en page. Vous pouvez
également indiquer à Word que vous utiliserez une reliure pour votre document (ex :
2 centimètres) afin que vos marges soient ajustées adéquatement.
Modifier les marges du document
13
Vous pouvez également modifier vos marges en déplaçant la zone grise de la règle de
Word.
Sélectionnez la fin de la ligne grise et déplacez-là d’un côté ou de l’autre.
Agrandissez ou réduisez votre marge de cette façon. Vous pouvez utiliser la règle
horizontale ou verticale de la même façon dans votre document.
La tabulation
La tabulation est un élément important de la mise en page dans Word. La touche TAB
de votre clavier vous permet de déplacer votre curseur de souris de 5 espaces
déterminés.
Exemple :
nom
prénom
adresse
téléphone
courriel
Entre ces mots se trouve un espace de tabulation (touche TAB). Notez que les
espacements ne sont pas réguliers car la touche de tabulation ne se déplace qu’aux 5
espaces. C’est pourquoi, entre nom et prénom, il ne reste que 2 espaces (nom en
prend 3).
Vous pouvez modifier les « taquets » de tabulation en cliquant directement sur la
règle.
Astuces
Les taquets de tabulation s’appliquent sur des éléments sélectionnés du
document. Si vous désirez que tout votre document les utilise,
sélectionnez d’abord tout votre texte (CTRL-A pour tout sélectionner).
Le taquet usuel permet, à partir du point de délimitation, d’écrire
vers la gauche. Néanmoins, plusieurs taquets sont mis à votre
disposition. Sélectionnez les types de taquets à partir de la règle (voir
à l’extrême gauche de la règle).
Lorsque vous aurez choisi le taquet qui vous intéresse, positionnez-le sur la règle en
cliquant à l’endroit où vous désirez le voir apparaît.
Plusieurs taquets sont à votre disposition :
Tabulation gauche
Écrire à partir du taquet vers la gauche.
Tabulation droite
Écrire à partir du taquet vers la droite.
Tabulation centrée
Écrire à partir du taquet vers le centre.
Tabulation décimale
Écrire des nombres à partir du taquet en
centrant le point.
Ex :
14
Tabulation barre
Écrire à partir du taquet dans un alignement
ligné.
Ex :
Vous pouvez double-cliquer sur le taquet mis en place sur la règle pour activer
certaines options. Par exemple, vous pouvez activer des points de suite :
Les points de suite peuvent être utiles lorsque
vous réalisez une table des matières ou des
éléments similaires. Pour appliquer les points
de suite à une partie du texte utilisant un
même taquet, sélectionnez-le, puis doublecliquez sur le taquet situé sur la règle (même si
celui-ci est pâle). Voyez les options qui
apparaissent :
Il suffit ensuite de choisir votre alignement, la
position et les points de suite qui vous
intéressent (ligne, points, traits…)
Cliquez sur OK pour confirmer votre choix.
Les retraits et l’alignement
Remarquez les petits triangles situés sur la règle de Word. Ceux-ci
servent à créer des retraits dans un paragraphe. Le triangle du haut
modifie le retrait de la première ligne du paragraphe. Le second
triangle modifie le reste du paragraphe.
Si vous désirez un alinéa plus grand, vous n’aurez donc qu’à modifier le triangle du
haut. Si vous désirez inscrire une citation assez longue, n’oubliez pas que celle-ci doit
se démarquer du texte. Voici un exemple d’utilisation des taquets d’alignement :
Remarquez que vous avez aussi un taquet de retrait à droite de la règle afin de
modifier votre alignement droit du texte.
15
La lettrine
Il est simple de réaliser une lettrine avec Word et cela peut être esthétiquement
intéressant.
Écrivez un ou plusieurs paragraphes dans votre document et sélectionnez-les. Allez
dans le menu format > lettrine et choisissez les options qui vous intéressent :
Exemple
Vous pouvez choisir une police de caractère différente, d’aligner la lettrine dans le
texte ou séparément. Bref, il suffit de laisser aller votre imagination et de tester
plusieurs effets avant de choisir celle qui vous convient.
Options du texte
Word peut modifier des paragraphes entiers d’éléments textuels (nommé « format »
du texte). Que ce soit pour ajouter une lettrine, changer l’interligne, modifier son
alignement, il est essentiel de comprendre le fonctionnement du paragraphe.
Sélectionnez le paragraphe à modifier la mise en forme (ou tout le texte) puis cliquez
avec le bouton droit de la souris sur votre sélection. Un menu apparaît :
Vous pouvez modifier les éléments du texte (la police, la
taille, la mise en forme) en sélectionnant l’item
« Police », vous pouvez modifier l’ensemble du
paragraphe en sélectionnant l’item « Paragraphe ».
Les options du texte permettent de changer
la police, la couleur, les effets du texte, mais
aussi – dans l’onglet « Espacement »
l’espacement entre les lettres et entre les
lignes. Quelques effets d’animations (non
recommandés) sont également disponibles
dans l’onglet « Animations ».
Les options du paragraphe permettent
d’accéder à des éléments similaires aux
icônes disponibles sur les outils Word
(alignement du texte, retraits, etc.)
Il est néanmoins intéressant d’y accéder lorsqu’on doit
effectuer une mise en page stricte (ex : un mémoire de
maîtrise ou une thèse de doctorat qui demande des
retraits fixes).
C’est également à cet endroit que vous pouvez
déterminer l’interligne de votre document ou du
paragraphe sélectionné. Remarquez le deuxième
onglet nommé « enchaînements »
Ces options servent surtout à l’esthétique du texte. Par défaut, l’option « éviter
veuves et orphelines » est cochée. Ceci signifie que moins de trois lignes ne peuvent
être séparées de son paragraphe advenant une coupure de page. Word s’assure qu’au
16
moins trois lignes seront transférées
sur la page suivante. En réalité,
cela signifie que ces lignes ne
seront pas isolées du reste du
texte.
Les options offertes dans cet onglet
permettent manuellement de
déterminer si tel ou tel paragraphe
peut être isolé du reste du texte.
+ L’option « lignes solidaires » empêche les sauts de page dans le paragraphe
courant.
+ L’option « paragraphes solidaires » empêche le saut de page entre le
paragraphe sélectionné et le suivant.
+ L’option « Saut de page avant » force un saut de page avant le paragraphe
sélectionné.
Créer un saut de page manuel
Pour changer de page, vous pourriez faire des retours chariots « enter » jusqu’à ce
que Word vous affiche la page suivante. Néanmoins, ceci risque de vous occasionner
plusieurs problèmes ! Pourquoi ne pas utiliser un raccourci : CTRL-ENTER. Ceci
permet de réaliser un saut de page (une nouvelle page est alors générée en envoyant
le texte sous le curseur de la souris sur celle-ci).
Ceci est très utile pour créer vos rubriques rapidement, déterminez vos sections, vos
chapitres, etc. Par exemple, si vous désirez créer une nouvelle rubrique, vous pouvez
déterminer que le titre apparaîtra au début de la prochaine page directement.
Styles et mise en forme
Lorsque vous réaliser un document intéressant, vous développerez vos goûts, vos
styles. Que ce soit pour uniformiser votre document avec une police de
caractère et une couleur particulière ou par esthétisme, vous aurez besoin de
connaître la mise en forme et les styles.
Vous pouvez répéter ce style à plusieurs éléments très facilement en
sélectionnant le mot qui contient le style que vous voulez reproduire, puis en
double-cliquant sur l’outil balai. Par la suite, il vous suffit de cliquer sur les mots
ou sur les bouts de phrases auxquels vous voulez appliquer la mise en forme.
Vous pouvez gérer davantage de style en affichant le menu « Styles et mise en
forme » auquel vous pouvez accéder par le menu « Format ». Ceci affiche une
colonne d’options à droite de votre écran et vous pouvez créer des styles et les
appliquer en sélectionnant du texte et en cliquant sur le style de votre choix.
Si vous ignorez quel style est celui qui vous intéresse parmi tous ceux en liste,
rendez-vous dans format > révéler la mise en forme et cliquez sur le texte qui
contient votre style. Word affichera ses caractéristiques dans la fenêtre de
droite.
17
Les tableaux
Les tableaux servent à inclure des données dans Word ou à réaliser une mise en
page un peu plus complexe.
Les tableaux les plus utilisés sont ceux qui permettent l’entrée de données. Pour
une liste d’étudiants par exemple.
Nom
Joe Bloe
Joe Bin
Total (sur 35)
Travail 1 (sur 10)
8
7
15
Travail 2 (sur 25)
21
17
38
Vous pouvez créer un tableau en passant par Tableau > Dessiner un tableau ou
Tableau > Insérer > Tableau.
Vous pouvez réaliser ce tableau très facilement en
utilisant la fonction de création de tableaux simple
parmi les objets déjà visibles de Word.
Cliquez l’icône « tableau » puis sélectionnez le
nombre de colonnes et de lignes que vous souhaitez.
Comprendre les tableaux
Pour vous déplacer d’une cellule à l’autre dans un tableau, appuyez sur la
touche « TAB » de votre clavier. En arrivant à la fin de votre tableau en
appuyant suffisamment sur cette touche, Word comprendra qu’il vous manque
des lignes et vous en ajoutera automatiquement.
Vous pouvez modifier l’apparence générale de votre tableau en sélectionnant
toute les lignes du tableau et en allant dans le menu tableau > tableau : format
automatique. Il suffit de choisir un modèle et de l’adapter à votre contenu par la
suite.
S’il vous manque une ligne ou une colonne, passez par le menu tableau > insérer
et choisissez l’élément et l’endroit où il doit apparaître.
Vous pouvez également réaliser des tableaux complexes en fractionnant ou en
fusionnant des cellules :
18
Pour ce faire, sélectionnez la cellule à fractionner en plusieurs parties et cliquez
avec le bouton droit de la souris. Choisir « fractionner la cellule ». Pour
fusionner les cellules, il suffit de les sélectionner ensemble et de cliquer avec le
bouton droit de la souris, choisir « fusionner les cellules ».
Notez que vous pouvez également insérer un tableau à l’intérieur d’un autre
tableau.
Dimension du tableau
Vous pouvez agrandir, diminuer la taille du tableau en sélectionnant le coin
inférieur droit du tableau.
Pour répartir la largeur des lignes ou des colonnes afin qu’elles soient toutes
égales, sélectionnez les lignes ou les colonnes auxquelles vous voulez que Word
applique l’uniformisation de taille et rendez-vous dans le menu tableau >
ajustement automatique et choisissez ce qui vous intéresse le plus parmi les
options offertes :
Calcul de la somme
Word permet de calculer automatiquement la somme d’un tableau lorsque cela
s’avère nécessaire. Vous pourriez, par exemple, conserver les notes de vos
étudiants dans un fichier Word.
Par défaut, la somme est cumulée dans la ligne du bas d’un tableau. Réalisez
donc un tableau similaire avec des nombres, cliquez sur la cellule où doit
apparaître le résultat de la somme et rendez-vous dans le menu tableau >
formule.
Test1
Test2
Total
2
5
7
3
1
4
Parce que le total doit calculer les éléments
au-dessus (dans les lignes supérieures), Word
affiche =SUM(ABOVE) (total des items audessus). Cliquez « OK » et le total apparaîtra
dans la case appropriée.
Si vous réalisez un tableau où la somme doit être affichée dans la colonne de
droite, vérifiez que la formule indique =SUM(LEFT) (total des items de gauche).
19
Autrement, ceci fonctionnera pour la première ligne (car rien n’est au-dessus),
mais la seconde ligne ne fera que répéter le total au-dessus.
Si vous modifiez une note, notez que le total ne se modifiera pas
automatiquement. Vous devez cliquer sur le champ du total à modifier avec le
bouton droit de la souris et choisir l’option « mettre à jour les champs ». Word
refera le calcul et le bon résultat devrait s’afficher.
Les modes d’affichage
Lorsque vous jetez un œil sur le menu Affichage de Word, remarquez les diverses
options qui s’offrent à vous :
Le mode « Normal »
Il permet de voir les sauts de page
tout en respectant la linéarité du
texte. Il est plus facile de lire un long
texte de cette manière sans avoir à
défiler constamment.
Le mode « plan »
Le mode plan permet de construire un
document complexe qui devra,
éventuellement, générer une table
des matières. Le mode plan permet de
voir la hiérarchie des titres et du
texte.
Le mode « page »
Le mode « page » permet de voir
votre document tel qu’il sera lorsqu’il
sera imprimé. Les pages sont visibles,
les numéros de pages, les en-têtes et
pieds de pages, etc. C’est
habituellement ce mode qui est
favorisé pour la rédaction.
20
Travailler avec le mode plan
Le mode plan est extrêmement utile lorsque vous vous
embarquez dans un gros document qui nécessite une
structure solide et – éventuellement – une table des
matières.
Le mode plan permet de réaliser une hiérarchie dans
les titres (ex : 1. titre 1.1. introduction, etc.) qui
seront ensuite réutiliser pour générer une tableau des
matières facilement.
Le mode plan est plus ou moins convivial, mais peut s’avérer intéressant pour
ceux et celles qui ont à réaliser de gros documents.
Lorsque vous passez en mode plan à partir d’un document déjà généré, vous
verrez apparaître une nouvelle barre d’outils.
Le petit carré au début du texte signifie que le texte à sa droite est un « corps
de texte » (voir un peu plus haut, dans les outils).
Le but de ce mode est de hiérarchiser les éléments du texte : dire à Word où
sont les titres principaux (titre 1), secondaires (titre 2), etc. et ce qui est du
texte.
Il faut donc sélectionner les éléments et les hiérarchiser en modifiant sa
catégorie située au-dessus du texte. L’avantage, c’est que vous pouvez cliquer
sur le + ou le – pour ne plus apercevoir le texte une fois qu’il est catégorisé
comme tel.
L’avantage de ce mode, c’est que vous spécifiez à Word quels éléments sont des
titres, des sous-titres et du texte. Une fois ces éléments déclarés, vous n’avez
qu’à retourner au mode page, vous positionnez dans une nouvelle page et allez
dans le menu insertion > référence > tables et index
Choisissez le modèle de table qui vous intéresse
et Word génèrera la table automatiquement
avec les bons numéros de pages.
Notez que vous pouvez poursuivre le travail dans
votre document, revenir sur la table des
matière, cliquez sur elle avec le bouton droit de
la souris et aviser Word de mettre la table à
jour.
21
Astuce
Les polices et les tailles des titres et du corps de texte sont prédéfinis
dans Word. Pour les modifier, rendez-vous dans le menu format >
styles et mise en forme. Modifiez les éléments se rapportant aux titres
utilisés en créant un « nouveau style » pour titre 1, titre 2, ainsi de
suite...
La barre d’outils « Dessin »
Les images sont simples à utiliser avec Word. Dans la majorité des cas, les gens
qui utilisent un logiciel de mise en page se compliquent la vie car les options de
Word permettent de réaliser des documents relativement complexes de façon
assez simple.
Si vous n’avez pas la barre d’outil « dessin » dans le bas de votre écran Word,
affichez-là en passant par affichage > barre d’outils > dessin
Les outils offerts sont simples d’accès et sont les mêmes dans toute la suite de
Microsoft Office (dans Excel et PowerPoint par exemple).
Dans le cas où vous auriez besoin de réaliser un schéma, n’hésitez pas à dessiner
des formes géométriques simple : ligne, flèche, carré,
cercle… Word vous offre également une zone de texte de
façon à déplacer vos éléments plus facilement qu’un
texte usuel.
Si vous recherchez des formes un peu plus complexes,
passez par le menu « formes automatiques » qui vous
offrent quelques dessins simples, mais utiles dans le cas
d’un organigramme ou d’un schéma.
Si vous désirez réaliser du texte un peu plus
esthétique que celui offert par le changement de
police et de couleur de Word, utilisez Word Art. Word
Art vous permet d’écrire du texte et de le mettre en
forme simplement. Cliquez sur le A dans les objets de
la barre d’outils dessin. Sélectionnez un modèle au
hasard.
Word vous demande d’inscrire votre texte dans une boite et de choisir votre
police de caractère. Et voilà !
Comment transformer l’objet en question ?
Cliquez sur l’objet avec le bouton droit de la
souris et choisir « Format de l’objet Word Art ».
À partir de l’onglet « Couleurs et traits », choisir
les couleurs de remplissage et des traits de votre
image. Jouez avec les options…
Continuons notre visite de la barre d’outils « Dessin ».
22
Ajout d’un diagramme ou d’un organigramme
Cet élément permet d’ajouter un diagramme ou un organigramme à
votre document. Plusieurs modèles sont disponibles.
Vous pouvez modifier quelques éléments du diagramme, sans toutefois tout
pouvoir modifier. Word fera apparaître une petite barre d’outils avec les options
essentielles :
Si vous désirez changer l’esthétique générale de votre diagramme, cliquez sur
l’avant-dernier bouton. Plusieurs modèles vous seront alors proposés.
Insertion et alignement d’une image
Pour insérer une image dans votre document, utilisez la barre
d’outils « Dessin » et cliquez sur l’une de ces deux icônes. La
première permet d’insérer un dessin provenant de la banque de
Microsoft, la seconde vous permet d’aller chercher une image
stockée dans votre disque dur.
Si vous cliquez sur la première icône « insérer une
image clipart », le panneau de recherche de Word
apparaîtra sur le volet gauche de l’écran. Si des images
ont été copiées lors de l’installation du logiciel, votre
recherche pourrait donner des résultats.
Pour insérer une image, il suffit de prendre l’image à
partir du volet gauche et de la glisser dans votre
document. Sinon, cliquez sur le menu déroulant sous la
vignette de l’image et choisir « insérer ».
23
L’avantage d’utiliser une image de la bibliothèque de
Word, c’est que celles-ci sont libres de droits. Vous pouvez
également poursuivre votre recherche sur le site de
Microsoft, mais cela est parfois plus complexe que de
chercher sur le moteur de recherche d’images de Google !
Image du disque
Pour récupérer une image de votre disque dur, cliquez sur l’icône
« insérer une image » et repérez le chemin pour vous rendre au dossier
contenant l’image. Word peut insérer la majorité des formats d’images
connus (jpg, gif, png, tif) mais ne peut pas importer des images dont le
contenu peut être modifié (ex : les fichiers photoshop).
Que ce soit un diagramme, une image clipart ou une photographie, notez que
vous pouvez modifier certains éléments en double-cliquant sur l’image. Une
fenêtre avec plusieurs paramètres apparaîtra. Vous pourrez y modifier la
luminosité et le contraste de votre photographie, sa taille, etc.
En tout temps, à partir de l’onglet « Image », vous pouvez rétablir la version
originale de votre photographie.
L’onglet habillage vous offre la possibilité de
modifier l’affichage de votre image à l’intérieur
de votre texte. Vous pouvez faire en sorte que
l’image soit alignée sur le texte, que le texte
encadre l’image, que le texte soit un peu plus
proche de l’image, que le texte soit devant ou
derrière le texte, etc.
Les icônes suivantes, toujours situées sur la barre d’outils « dessin » permettent
de modifier l’arrière-plan d’une image (ou d’un texte), son contour et la couleur
du texte.
Les autres outils permettent de modifier la bordure d’une image (la taille de la
bordure, son style ou de modifier le style des lignes ou des flèches
préalablement insérées dans un document.
Les deux derniers outils permettent d’insérer des ombres aux
formes automatiques ainsi qu’un effet 3D sur ces mêmes éléments.
Notez que les principales options pour modifier les images sont également
disponibles dans la barre d’outils « Image », disponible à partir du menu
affichage > barre d’outils > image.
Cette barre d’outils ressemble à ceci :
24
De gauche à droite, vous pouvez modifier transformer une photographie couleur
en noir et blanc, augmenter ou diminuer son contraste ou sa luminosité, rogner
l’image (la recadrer), la faire pivoter, augmenter et transformer son style de
trait (ou la bordure de l’image), rendre une zone de l’image transparente. La
dernière icône permet de réinitialiser l’image à son état original au besoin.
Ajouter une image en arrière-plan d’un document
Pour ajouter une image en fond d’un document, c’est
très simple : rendez-vous sous le menu format >
arrière-plan. On vous proposera d’ajouter une
couleur en arrière-plan. N’utilisez ceci que si vous
comptez convertir votre document en page Web (ce
que je ne recommande pas avec Word). Vous pouvez
choisir l’option « motifs et textures » qui fera la
même chose que pour la couleur. Je vous
recommande d’utiliser « Filigrane imprimé » car
Word ajustera automatiquement l’image
sélectionnée afin qu’elle soit en filigrane et qu’elle
ne nuise pas à la lecture du document.
Vous pouvez également ajouter une image au document en passant par le menu
insertion > image > à partir du fichier. Double-cliquez sur l’image et sélectionnez
un habillage « derrière le texte ».
Pour rendre votre image
plus pâle (un peu plus
filigrane), passez par
l’onglet « image » et
jouez avec sa luminosité
et son contraste.
Outils de
correction
Word vous offre la possibilité de corriger votre
travail pendant que vous rédigez votre texte.
Lorsqu’un mot est souligné en rouge, ce que le
dictionnaire de Word ne connaît pas le mot.
Lorsqu’un mot ou un bout de phrase est souligné en vert, c’est
que Word détecte que l’accord grammatical n’est pas fait
correctement (ou vous demande de vérifier). Par exemple, les
participes passés, les pluriels, les féminins, etc. sont vérifiés et si Word croit
qu’une erreur s’est glissée, il mettre l’élément en vert.
Dans l’un ou l’autre des cas, Word peut vous suggérer le bon mot ou la bonne
« tournure » de phrase. Il suffit de cliquer avec le bouton droit de la souris sur le
mot ou le bout de phrase souligné. Si Word a des suggestions, il les affichera.
Vous n’aurez qu’à choisir la phrase ou le mot qui convient à votre texte. Si Word
n’a aucune suggestion, il vous l’indiquera aussi.
Il peut arriver que Word n’ait pas un dictionnaire aussi
riche que le vôtre ! N’oubliez pas qu’il s’agit d’un
logiciel et que ses fonctions restent limitées ! Vous
pouvez ajouter des mots à son dictionnaire, par
25
exemple un nom propre, en cliquant avec le bouton droit de la « faute » que
Word soulignera et en cliquant sur « ajouter au dictionnaire ». Si le mot est
seulement utilisé dans un document, vous pouvez demander à Word d’ignorer ce
mot dans tout le document en choisissant « Ignorer tout ».
Correction automatique
Il vous arrive fréquemment de faire les mêmes erreurs de
frappe ? Vous oubliez toujours un accent sur un mot ?
Vous pouvez demander à Word de modifier
automatiquement les mots mal écrits. Par défaut, Word
contient déjà une liste des mots à corriger
automatiquement. Pour voir cette liste et en ajouter de
nouveaux, rendez-vous dans le menu Outils > outils de
correction automatique.
Par exemple, vous pouvez modifier l’écriture du mot
« uqam » en « UQÀM ». Il suffit d’ajouter les
mauvaises versions du mot ainsi que la version que
Word devra utiliser en remplacement.
Travailler en équipe
Éventuellement, vos équipiers vous enverront leurs travaux via Internet. Vous
pourriez imprimer le document et le corriger sur sa version papier, mais vous
pouvez également utiliser les outils de correction Word. Ces outils sont très
utilisés dans les travaux faits en collaboration (maîtrise, doctorat, etc.)
Les outils de correction Word vous permettent de corriger le texte de votre
étudiant directement dans son fichier sans toutefois perdre ce que l’étudiant y a
écrit.
Pour commencer, ouvrez la barre de menu « révision » en passant par affichage
> barre d’outils > révision
Les options de la barre d’outils « révision » sont assez simples. Vous pouvez
d’abord y voir les différentes versions du document lorsque plusieurs lecteurs y
sont passés (allant de la version originale à la version finale), avec ou sans les
balises de modifications.
Corrections
Pour commencer à corriger le document, cliquez sur l’avant-dernier icône sur la
barre d’outils. Dès lors, ce que vous écrirez ou corrigerez dans le texte sera
souligné et affiché en rouge.
Si vous supprimez un mot, une bulle blanche avec une flèche indiquera
le mot ou le but de phrase qui a été supprimé afin qu’aucun élément
ne disparaisse.
Si vous désirez seulement inscrire un commentaire. Positionnez le
curseur à l’endroit où la flèche du commentaire doit partir et cliquez
sur l’icône du « post it ». Une bulle apparaît dans laquelle vous pouvez
écrire votre commentaire.
26
Accepter ou refuser les modifications
Lorsque l’élève recevra son document, il pourra décider de conserver ou de
refuser les modifications proposées. Les flèches allant à gauche ou à droite
permettent de naviguer au sein du document en passant d’une correction à
l’autre. La troisième icône permet d’accepter les modifications ou, la quatrième
icône, de refuser les modifications.
L’utilisateur peut refuser ou accepter les modifications en bloc en sélectionnant
le menu déroulant situé sous l’icône de son choix
(accepter ou refuser).
L’utilisateur peut également se faciliter la lecture du document en basculant
l’affichage en mode « original » avec ou sans balises ou « final » avec ou sans
balises afin de voir la version qui lui convient. La version « sans balises »
empêche de voir les commentaires affichés. On peut donc passer de la version
originale à la version finale en un tournemain !
Utilisez le dernier icône « volet révision » afin de voir la liste des modifications
apportées au document. Les modifications sont également répertoriées par
« endroits » dans le document.
Vous pouvez modifier les éléments directement à partir du « volet Révision » ou
passer par le document lui-même.
Personnaliser son logiciel
Vous pouvez personnaliser le logiciel Word à votre convenance (celui à la
maison, pas au Collège!). Que ce soit l’interface ou les paramètres par défaut,
rien ne vaut une personnalisation du logiciel de façon à vous éviter de modifier
de paramètres à l’ouverture du logiciel (changement de police, ajustement des
marges, ouvrir les barres d’outils, etc.)
Changer la police
Par défaut, Word vous offre la police Times
New Roman en 10 points. Ceci vous énerve ?
Vous êtes toujours en train de choisir une autre
police ? Pourquoi ne pas faire en sorte qu’une
autre police de caractère soit sélectionnée
automatiquement à l’ouverture de Word ? Rien
de plus simple, passez par le menu format >
police, choisissez la police que vous préférez
et sa taille, cliquez sur le bouton « Par
défaut », dans le bas de la fenêtre. On vous
demande de confirmer… voilà !
27
Changer les outils
Remarquez les barres d’outils de Word, vous pouvez les déplacer, les aérer
en bougeant les poignées de déplacement situées au début de chaque barre
d’outils.
Vous pouvez également ajouter des outils qui ne sont pas disponibles
directement. C’est-à-dire : personnaliser vos barres d’outils. Par exemple,
j’utilise souvent les petites majuscules pour mes
titres et sous-titres. J’ai donc ajouté l’option
directement sur ma barre d’outils pour y avoir
accès rapidement.
Pour ajouter des outils, allez dans le menu outils >
personnaliser. On vous offre toutes les fonctions
(ou presque !) de Word.
À gauche se situe les menus tels qu’ils
apparaissent dans le haut du logiciel. À droite se trouvent les outils qu’il suffit
de glisser et de déposer à l’endroit souhaité sur les barres d’outils existantes.
Sauts de page, sauts de section
Un saut de page est une façon de créer une nouvelle page à un endroit
déterminé. Par exemple, pour générer une nouvelle page, je n’ai qu’à faire la
combinaison de touches : CTRL-ENTER. Le texte situé au-dessus de mon curseur
ira sur la page suivante automatiquement.
Qu’est-ce qu’une section dans Word ? Une section est un élément distinct par
rapport à un autre dans un même document Word. Par exemple, vous désirez
créer un document avec une page couverture, une annexe, des chapitres, etc.
Vous pouvez créer plusieurs sections qui contiendront ces parties séparément
dans un même fichier (plutôt qu’avoir plusieurs fichiers pour en faire un seul).
Sauts
Pour créer un saut de section, positionnez votre curseur à l’endroit où le saut
devra être réalisé. Allez dans le menu insertion > saut. Une fenêtre apparaît, en
voici les options :
Saut de page signifie de créer une nouvelle page à
partir du curseur. Utilisez la combinaison de touches
suivantes : CTRL + ENTRÉE
Saut de colonne permet de faire en sorte qu’une
partie de texte soit affiché sur une nouvelle colonne
(advenant le cas où vous êtes dans une colonne) cela
est utile et évite d’utiliser la touche « enter » à
répétition, qui n’est pas toujours élégant. Attention,
vous devez être en mode « page » pour que ceci
fonctionne correctement.
Saut de retour à la ligne. Permet d’aller directement à la ligne au dessous. Dans
le cas de poèmes ou d’éléments mis en retrait, la tabulation ne sera pas
adéquate. Utilisez la combinaison de touches suivantes : MAJ + ENTRÉE
Sections
Les sections sont un peu plus délicates à gérer car plusieurs paramètres peuvent
interférer sur leur bon fonctionnement. On les utilise généralement pour créer
des parties distinctes au sein d’un même document. En cas de doute, n’hésitez
28
pas à visiter l’aide de Word (touche F1) qui contient une liste de problèmes
associés aux sections.
À l’endroit où vous désirez une nouvelle section, allez dans le menu insertion >
saut. La partie inférieure vous permet de créer quatre types de sections
distinctes.
Page suivante insère un saut de section et commence une nouvelle section sur la
page suivante.
Continu insère un saut de section et commence une nouvelle section sur la
même page.
Page impaire ou Page paire insère un saut de section et démarre une nouvelle
section sur la première page impaire ou paire qui suit.
Dans la majorité des cas, je vous suggère d’aller au plus simple et d’utiliser des
sauts de section utilisant l’option page suivante. Évitez les sections sur une
même page de façon à ne pas vous mélanger dans vos rubriques diverses.
Lorsque vous avez créé une nouvelle section, la barre inférieure de Word vous
indique dans quelle section vous vous trouvez :
Par la suite, vous pouvez numéroter vos pages en indiquant bien de débuter la
numérotation à la nouvelle section. Ne pas cocher l’option « commencer la
numérotation à la première page » et rendez-vous dans « format » pour obtenir
plus d’options.
Dans les options suivantes, Word vous propose
de débuter la numérotation à la page qui vous
convient (très utile pour les chapitres ayant
des pages de garde non numérotées).
Pour le moment, commencez la numérotation
de la section 2 à la page 1. La première section
ne devrait pas avoir de numérotation.
Advenant le cas d’une mise en page
relativement complexe, vous pouvez vérifier
que votre pied de page ne soient pas « identique au précédent », ce qui peut
occasionner un dédoublement d’un numéro de page.
Pour remédier à cette situation, utilisez les outils du pied de page et désactivez
l’option « identique au précédent ».
29
Dans la majorité des cas, les problèmes reliés aux sauts de section et à la
numérotation des pages seront résolus.
Petits trucs rapides…
Créer un fichier sécurisé
Word vous permet de protéger la modification de
vos fichiers par un utilisateur mal intentionné. Il
suffit de passer par le menu outils > protéger le
document.
En réalité, les utilisateurs peuvent ajouter des
éléments, mais ceux-ci seront rouges et soulignés.
Vous pouvez également ajouter un mot de passe
au besoin. Seul ce mot de passe permettra
d’enlever la protection du document.
Créer des colonnes
Pour créer des colonnes, sélectionnez le texte et rendezvous dans les outils déjà affichés de Word. Choisissez le
nombre de colonnes à faire. Voilà ! Utilisez les sauts de
colonnes pour modifier l’apparence de votre texte dans
votre nouvelle mise en page.
Appliquer une couleur transparente à une image
Vous avez récupéré une image sur Internet et elle contient un contour blanc
agaçant si vous faites passer du texte derrière. Word vous offre la possibilité
d’appliquer de la transparence à une partie d’une image
importée.
Cliquez sur l’image, choisissez l’option « transparence » de
la barre d’outils « image » et cliquez sur la couleur que Word doit enlever de
l’image avec la baguette. Voilà !
Enlever le formatage d’un texte en entier
On vous a envoyé un texte avec plein d’éléments esthétiques douteux. Le texte
est bien, mais vous aimeriez refaire la mise en page ? Simple ! Vous avez un
vieux texte à publier dans un nouveau format d’édition ? Dites à Word d’enlever
tout ce qui à trait à la mise en page du
document en passant par le menu édition >
effacer > formats. Refaite votre mise en page et
voilà !
Personnaliser les puces
Les puces sont des éléments agréables qui
facilitent la lecture d’un document très long.
Vous pouvez personnaliser ces éléments
graphiques en passant par le menu formats >
puces et numéros, en sélectionnant un élément
de la liste et en cliquant sur le bouton
« personnaliser ».
30
Vous pouvez utiliser un élément d’une police de caractères (windings et
webdings ont de très beaux éléments).
Vous pouvez passer par « caractères » afin d’accéder directement aux éléments
couramment utilisés.
Vous pouvez choisir parmi la liste des images proposées par Word ou importer la
vôtre.
Voir les statistiques de votre document
Vous devez écrire une conférence de 800 mots ?
Comment compter les mots à partir de Word ? Facile
! Ouvrez le menu outils > statistiques et voyez le
résultat apparaître !
Imprimer avec Word !
Word permet désormais à tous d’imprimer recto
verso à partir de sa console d’impression. Cette
fonction permet d’imprimer toutes les pages
impaires, de changer les feuilles de côté et de les
remettre dans l’imprimante, puis de faire imprimer
les pages paires par la suite, au verso de vos
feuilles.
Créer un fichier pdf
De plus en plus de gens ne partagent plus directement des fichiers Word, mais
des fichiers de type « pdf » car ceux-ci permettent de donner une « copie » du
fichier qui, elle, est non modifiable (comme une photocopie).
Les fichiers pdf sont lus par le logiciel gratuit Acrobat Reader disponible
gratuitement sur le site de adobe (www.adobe.fr). Par contre, pour créer des
fichiers pdf, il faut un autre logiciel, celui-ci payant : Adobe Acrobat.
Heureusement, d’autres compagnies ont mis sur pied des logiciels gratuits qui
permettent de créer des fichiers pdf. Que ce soit Adobe Acrobat, PDF995 ou PDF
Creator, le fonctionnement du logiciel est le même : il installe une imprimante
qui génère une copie du fichier au format pdf.
Pour créer un pdf, ouvrez votre fichier Word, passez par le menu Fichier >
Imprimer (ou CTRL-P) et sélectionnez l’imprimante PDF995 ou Acrobat Distiller
ou PDF Writer si vous avez Adobe Acrobat. Cliquez sur « Imprimer » et on vous
demandera le nom et l’endroit où enregistrer votre fichier.
Attention, un fichier pdf ne se modifie plus aisément par la suite. Vous devrez
repasser par la version Word et réexportez votre fichier en effectuant à nouveau
ces instructions.
31
EXCEL
Si vous désirez un tutoriel pour apprendre des fonctions précises de ce logiciel,
allez Internet et, avec google.com, tapez « excel tutoriel » : vous aurez
l’embarras du choix.
Qu’est-ce que c’est ?
Excel est un tableur. Excel permet des tableaux dynamiques, c’est-à-dire, qui se
réajustent automatiquement si l’on modifie les données qu’il contient.
Un tableur est un outil qui permet de présenter et d’organiser de façon simple et
esthétique des données calculées automatiquement.
Dans Excel
Repérer : (1) barre des menus; (2) barre d'outils standard; (3) barre d’outils de
mise en forme; (4) barre de formule; (5) ligne; (6) colonne; (7) cellule; (8)
cellule active (elle est en surbrillance).
Repérer la cellule B6 et la cellule g3.
Inscription automatique d’une suite
Écrire « lundi » dans une cellule.
Cliquer et maintenir le coin
inférieur droit enfoncé, déplacer
vers une direction.
janvier février
mars
avril
mai
Cliquer sur le coin inférieur droit de la cellule « vendredi »; glisser verticalement
la souris sur les autres cellules et la suite « samedi, dimanche, lundi» s’inscrira
automatiquement. Essayez avec les mois de l’année…
Cela fonctionne avec les chiffres; cependant, il faut écrire une séquence de deux
chiffres et il faut sélectionner les deux chiffres pour voir apparaître la suite.
Essayez le long des cellules verticales et horizontales.
Fonction pratique pour les listes de nom numérotées.
Création d’une liste de noms formatée
Inscrire cette liste de 6 noms
verticalement : Léo, Jean, Lise, Fred,
Alice, Denis.
Léo
Jean
Lise
Fred
Alice
Denis
Trier la liste par ordre alphabétique :
sélectionner la liste. Menu
Données/Trier.
Placer ces noms dans la deuxième
colonne : sélectionner les noms et
pointer dans la partie sélectionnée, le
pointeur devient une main (ou autre),
glisser vers la colonne de droite.
32
Classe de Johanne
Inscrire « un, deux » vis-à-vis les deux
premiers noms; inscrire
automatiquement les autres chiffres.
Noms
1
2
3
4
5
6
Formater le tableau. Rapetisser les
colonnes. Dans la ligne des colonnes,
cliquer sur la séparation entre A et B,
le pointeur se transforme en flèches
gauche, droite. Rapetissez la colonne
A.
test1 test2
test3
Alice
Denis
Fred
Jean
Léo
Lise
Formater le tableau. Couleur et
largeur des bordures, hauteur des
lignes, taille des polices. Utiliser
l’outil de bordure, l’outil de
remplissage, le menu format.
Création de graphiques
Inscrire les données dans les cellules.
Projets de voyage du groupe
Voyage en Italie : 8 personnes; Voyage en Indes : 4 personnes ; Voyage à Septîles : 2 personnes ; Voyage à Paris : 12 personnes; Voyage à NewYork : 9
personnes
Pointer le bouton de graphique dans la
barre d’outils Excel. Petite figure à
droite.
Choisir un type de graphique.
Projets de voyage
Modifier le fond en cliquant sur le fond :
12
choisir la couleur en cliquant sur le menu
10
de couleurs du sceau. Pour obtenir le
fond bicolore, cliquer sur Motifs et
8
texture, dégradé
6
Modifier les autres éléments en les
cliquant au besoin.
4
Retirer la légende : Graphique/Option du
2
graphique/Onglet Légende : afficher la
légende.
0
Inscrire un titre au graphique :
Graphique/Option du graphique/Onglet
Titres…
Étirer le graphique (par les coins) pour
faire apparaître tous les titres.
Modifier la présentation des données : cliquer sur la ligne du bas du graphique
(axe des abscisses) et Format/ Axe sélectionné/Onglet Police, Onglet
alignement, bouger le petit carré rouge vers le haut.
Copier le graphique et l’insérer dans une page Word comme celle-ci.
Pour placer l’image à droite comme ceci : Format/Objet/Onglet Position,
ancrer/Onglet Habillage : au travers, Position du texte à gauche.
Il reste à enlever le cadre autour du graphique : Affichage/Barre
d’outils/Image/Rogner.
33
Calculer une somme
Reprendre le tableau de la
classe de Johanne avec ses 6
noms. Inscrire des données sur
dix dans chaque casier.
Créer deux nouvelles
colonnes : total et une colonne
% pour chaque élève.
Classe de Johanne
Noms
1
2
3
4
5
6
Alice
Denis
Fred
Jean
Léo
Lise
test1
6
8
10
2
4
7
test2
4
9
10
5
2
6
test3
total
4
9
9
9
1
7
%
14
Somme. Il y a deux façons.
(1) Cliquer dans la cellule vide de la colonne TOTAL de Alice. Repérer le bouton
de somme dans la barre des boutons. La somme s’écrit sous forme Excel : = et le
nom des cellules dont on propose de faire la somme. Enter. La somme apparaît.
(2) Sélectionner les chiffres à additionner et cliquer sur le bouton somme. La
somme s’inscrit automatiquement dans la cellule de droite.
Calculer une moyenne
Reprendre le
Classe de Johanne
tableau de la
Noms
test1 test2 test3
total
%
classe de Johanne
1 Alice
6
4
4
14
47%
avec ses 6 noms.
2 Denis
8
9
9
26
87%
Inscrire des
données sur dix
3 Fred
7
10
9
26
87%
dans chaque casier.
4 Jean
2
5
9
16
53%
Créer deux
5 Léo
4
2
1
7
23%
nouvelles
6 Lise
7
6
7
20
67%
colonnes : total et
une colonne %
pour chaque élève.
Moyenne. Il s’agit de diviser la somme par 3. La formule et la suivante : =no de
la cellule / par le chiffre 30.
Vous inscrivez les opérations dans la barre des formules.
Ensuite copier la cellule par le coin inférieur droit, comme pour une suite (au
début de ce feuillet). Les moyennes vont s’inscrire automatiquement.
Il y a d’autres façons de faire. À vous de le découvrir.
Ne pas hésiter à se servir du manuel d’instructions inclus dans l’Aide (F1)
34
POWERPOINT
Introduction au logiciel
Une façon efficace et rapide de créer des acétates numériques.
Ce média sert surtout à enseigner des concepts ou des règles, mais en ne
présentant que les points de repère, des titres, les grandes lignes d’un exposé.
Ce média accompagne un enseignement plutôt magistral, mais pouvant
comporter des interactions. Les stratégies de la pédagogie s’appliquent ici
comme ailleurs : contextualisation, présentation dynamique et consolidation vers
la fin!
Le logiciel Power Point est séduisant par l’abondance et la variété des outils qu'il
comporte et par la rapidité avec laquelle l’utilisateur peut réussir à monter une
présentation captivante. Il faut cependant compter plusieurs heures pour
explorer à fond le programme et se l'approprier comme outil personnel.
Après l'enthousiasme de la découverte des effets prédéfinis, des images et des
sons, l’éblouissement s’estompe et il faut faire place à l’originalité : concevoir
des fonds d'écrans appropriés, répertorier du visuel et des sons qui véhiculent
une information inédite et indispensable dans le cadre d'un cours donné. Il
faudra aussi traiter la typographie : graisse, points, police, couleurs, ombrages
et espacement, comme autant d’éléments porteurs de sens.
Si nous convenons que de capter l’attention soit une nécessité, il demeure que
l’enseignant a le défi de livrer une information riche et significative pour
l’étudiant. Il faut de plus penser à la rétention de cette information et pour
cela, il est important de créer des repères, de schémas, de l’interactivité.
Présenter des synthèses facilitant l’organisation de l’information et
l'appropriation du savoir.
Fonction affichage
Menu /Affichage
Mode Normal. Il y a ici deux onglets : onglet diapositive, qui permet de
travailler sur une diapositive à la fois; onglet plan pour développer le contenu de
l’ensemble.
Mode Trieuse de diapositives. Cette fonction est la table de montage du
diaporama ; elle permet d’avoir une vue d’ensemble du diaporama et de
l’harmonisation du tout; elle permet aussi de modifier l’ordre de présentation
des diapositives. Pointez et glissez la diapositive à l’endroit voulu.
Commentaires. Voir sur la barre d’outil Trieuse de diapositive (si cette barre
n’apparaît pas, allez dans Affichage barre d’outils et pointez-la). Cette fonction
est un aide-mémoire très pratique pour l’enseignant : on peut inscrire des
35
données diverses (questions, réponses, citation, références, autres exemples,
etc.) et les imprimer sans qu’elles apparaissent à l’écran.
Mode Diaporama. L’image occupe tout l’écran; permet de faire défiler la
présentation.
• Pour sortir de la présentation : <escape> (clavier, en haut à gauche).
• Pour passer à la suivante : <touche > ou <clic> ou <barre d’espacement>
• Pour revenir à la diapositive précédente : <touche >
MONTAGE D’UN DIAPORAMA
Démarrez/Programme/PowerPoint. Cette fenêtre apparaît. Choisir nouvelle
présentation.
Ici vous avez le choix de divers gabarit. Nous vous suggérons la page vierge afin
de pourvoir construire la diapositive de manière totalement personnelle.
Enregistrez immédiatement votre travail avec un nom significatif.
Insérez du texte avec l’outil texte : bouton de la barre de dessin avec un gros
A. Étirez le cadre et inscrivez du texte (pointez l’un des coins, cliquer et
glisser).
Insérez une forme automatique : dans la barre d’outil de dessin, il y a ces
formes. Placez une forme d’étoile ou autre et inscrivez du texte à l’intérieur.
Créer un fond. Menu Format/Arrière-plan. Explorez toutes les possibilités…
Avant-plan, arrière plan. Cette possibilité appartient aux fonctions de dessin.
Placez le texte placé derrière une forme, et vice et versa.
Insérer une image. Menu Insertion/Image. Modelez l’image à partir de la barre
d’outil Image. Si cette barre n’apparaît pas, appelez-la par Menu Affichage /
Barre d’outils / Image
36
Créer quelques diapositives. Penser à insérer un titre.
Penser à insérer une diapositive avec les crédits : UQAM, cours, date, noms.
Monter. Pour les mettre en ordre, se placer soit en mode trieuse.
Il est possible de déplacer les images : pointez, glissez.
Masques de diapositives
Les masques sont des champs. Ils sont utiles pour modifier le pied de page ou la
couleur d’un gabarit. Menu Affichage/Masque/Masque des diapositives.
Repérer et sélectionner le pied de page et le formater, le déplacer au choix sur
le côté ou à droite. Étrangement, les textes n’apparaissent pas mais peuvent
être formatés…
Dans l’aide, (? ou F1) demander Masque pour avoir de l’information
supplémentaire.
Les boîtes de masques peuvent se déplacer comme tout autre objet… Recourir
aux masques pour insérer un logo sur toutes les diapositives.
Vous pouvez choisir des gabarits de
diapositives et en changer les
couleurs au moyen de cette fonction
de masques.
Menu Diapositive/Personnaliser
l’animation/Conception des
diapositives – Modèles de conception.
Liens hypertextes ou boutons d’action
Dans Microsoft PowerPoint, un lien hypertexte est une connexion reliant une
diapositive à une autre diapositive, à un diaporama personnalisé, à une page
Web ou à un fichier. Le lien hypertexte peut avoir pour support du texte ou un
objet tel qu'une image, un graphique, une forme ou un objet WordArt.
Un bouton d'action est un bouton prêt à
l'emploi que vous pouvez insérer dans
votre présentation et associer à des liens
hypertexte. Les boutons d’action
permettent de créer de l’interaction avec
les groupes.
Menu Diaporama/Boutons d’action:
choisir l’action désirée.
Pointer sur le modèle de bouton désiré et
glisser pour le faire apparaître sur la
diapositive. Formater le bouton :
couleurs, traits, taille. Il est possible
d’écrire sur la diapositive vierge et de
programmer une action vers tel autre
diapositive.
37
Si le lien a pour cible une autre diapositive, cette dernière s'affiche dans la
présentation de PowerPoint. S'il a pour cible une page Web, un emplacement
réseau ou un fichier de type différent, la page ou le fichier de destination
s'affiche dans l'application appropriée ou dans un navigateur Web.
Dans PowerPoint, les liens hypertexte deviennent actifs au moment de
l'exécution de la présentation, et non lors de sa création.
Lorsque vous pointez sur un lien hypertexte, le pointeur se transforme en main
, ce qui indique que vous pouvez cliquer sur cet élément. Le texte
représentant un lien hypertexte est souligné et affiché dans une couleur assortie
au jeu de couleurs. Les images, les formes et les autres objets supports de lien
hypertexte ne présentent pas de mise en forme particulière. Vous pouvez
ajouter des paramètres d'action, tels qu'une animation sonore ou visuelle, pour
mettre les liens hypertexte en évidence.
Les boutons d'action facilitent l’interactivité, surtout pour les visionnements
individuels. Cependant, ils sont utiles au professeur qui prépare des liens
supplémentaires à la leçon.
Animation des objets
L’animation est l’ordre d’arrivée des éléments de la diapositive.
Chaque élément peut comporter plus d’une animation.
Cette fonction consiste à programmer l’ordre d’entrée des éléments de votre
diapositive, ainsi que la façon (visuelle et sonore) dont chaque élément va
apparaître.
38
Il y a quatre grandes catégories d’animation :
l’ouverture : il faut choisir comment l’objet va apparaître. Effets de base,
discrets, modérés, captivants ou autre. Allez voir autres effets…
l’emphase : ceci permet de mettre l’objet en relief pendant l’exposé.
S’appliquent à des objets déjà affichés. Voir les soulignés, les vagues, agrandir
avec la couleur dans Modéré;
la fermeture : ici on programme la disparition de l’objet. Effets de base (glisser
vers l’extérieur), discret (contracter), modéré (défoulement), captivant (fouet).
la trajectoire: s’appliquent à des objets déjà affiché. Effets de base ou formes
(parallélogramme), de ligne courbe (zig-zag), spéciaux (le 8 horizontal); on peut
créer une trajectoire personnelle.
Paramètres pour modifier l’animation :
Le moment où débute l’effet d’animation. Trois
choix: a- «au clic»; b- «avec la précédente» (pour
deux effets différents, mais simultanés et sur deux
objets) ; c- «après la précédente» selon le
minutage voulu (options : sélectionnez l’effet dans
le menu «animation» et cliquez sur l’onglet)
La vitesse à laquelle se déroule l’animation.
Rapide, moyen, lent.
L’amplitude du mouvement, la trajectoire, la
couleur, etc.
Le masquage d’un objet qui vient d’apparaître.
Ordre des animations :
On peut organiser l’ordre des effets d’animation à
l’aide la fenêtre et des flèches d’organisation.
Voir la figure à droite.
Les transitions
La transition n’est pas l’animation expliquée plus
loin. La transition est le passage d’une diapositive à
l’autre alors que l’animation est l’apparition des
éléments d’une diapositive.
Par défaut, les diapositives défilent « sans
transition ». Choisir la transition désirée : Menu
Diaporama / Transition… Vous avez aussi accès à
cette fonction en mode plan.
Diaporama/Transition : choisir la transition
Marche à suivre
Pointez la transition voulue au niveau visuel au
moyen de la barre de défilement.
Pointez la vitesse de la transition : rapide, moyen, lent.
39
Vous pourrez constater l’effet demandé par la transition de la vache à la clé.
Pointez la transition voulue au niveau sonore
Si vous désirez ajouter des sons ou des images d’autres sources, il faut indiquer
l’emplacement de l’objet à insérer et pointer sur le fichier.
Minutage
Le minutage est la durée de chaque diapositive à
l’écran. Cette fonction consiste à enregistrer le
minutage du diaporama. Une fois minuté, le diaporama
peut être passé en mode automatique ou manuel.
Placez le diaporama en mode Trieuse.
Pointez la première diapositive. Demandez:
Diaporama/Vérification du minutage.
Faites démarrer le diaporama en cliquant sur le bouton
Diaporama ou en pointant dans le menu Affichage,
Diaporama.
Dès le début du diaporama, il faut actionner le défilement au moyen de la barre
d’espacement ou du clic - et le minutage s’enregistre. À la fin on vous donne la
durée et l’on vous demande si vous désirez visionner le diaporama.
En acceptant le visionne ment, vous pouvez laisser défiler les bras croisés. Si le
minutage est insatisfaisant, reprendre la procédure : l’ancien minutage s’efface
alors pour faire place au nouveau.
Diminuer la taille de son diaporama
Il est trop lourd ? Double-cliquez sur une image au choix et allez dans l’onglet
compresser.
Sélectionnez l’option toutes les images du document et choisir une résolution de
72 ppp (mauvais pour l’impression, mais excellent pour l’écran). Conservez les
options Compresser les images. Enregistrez le document sous un nouveau nom…
et voilà !
40
Impression du diaporama
Pour imprimer 6 diapositives par pages, il faut aller dans le menu
Fichier/Imprimer/Imprimer/Documents
Le média écran a-t-il plus d’impact que l’imprimé ?
Personne n’a encore prouvé la supériorité d’un média sur un autre. Le média
écran est différent du média papier : en type d’information, en quantité
d’écriture et en traitement graphique. D’abord, l’imprimé, qui a toujours sa
place, comme média, permet de lire, de manipuler, d’annoter des multitudes de
pages écrites ce qui est différent avec les écrans.
L’écran demande davantage de visuel, de couleur, de traitement graphique.
Pour concevoir une bonne diapositive (ou transparent) il faut procéder à
l’inverse d’une page opaque : occuper le plus d’espace possible avec le texte et
l’image, car l’œil perçoit le lumineux. Privilégier des graisses de polices
épaisses, 24 points et plus et des formes pleines et colorées. Recourir à un
langage verbal direct, positif, souvent interrogatif, parfois laconique.
Développer le recours à l’image, une image porteuse de sens, riche, harmonieuse
et non redondante par rapport au texte.
Avec les écrans, il faut faire face au groupe afin de maintenir l’attention et
créer des interactions. Il faut éviter cette erreur commune de donner son cours
la tête tournée vers l’écran, faisant dos aux étudiants. Il est recommandé de
vous déplacer au lieu de rester figé à côté de la platine.
Il ne faut pas vous priver de faire faire des transparents par les étudiants ; cela
ajoute une dimension d’interactivité et de grand intérêt, car les conceptions
peuvent avoir été faites en équipe : présentation d’ un schéma, d’un tableau,
d’une liste d’éléments.
41
POWERPOINT OU ACETATE ?
PowerPoint permet de créer des acétates totalement multimédia.
Avec la possibilité d’importer des images et d’imprimer couleur à la maison, le
transparent a repris du service et de l’intérêt ne serait-ce que pour le plan
« B ». Si les ordinateurs ne fonctionnent pas, vous n’allez pas annuler le cours
non ?
Le diaporama a-t-il une réelle valeur pédagogique?
La valeur pédagogique d’un diaporama se mesure à sa nécessité : si on l’oublie à
la maison et que le cours s’en porte tout aussi bien, c’est qu’il vaut peu. Le
diaporama qui répond à un réel besoin d’enseignement ou d’apprentissage
devrait posséder les qualités esthétiques pédagogiques nécessaires : (1) ce média
sera riche, c’est-à-dire qu’il donnera plus que le strict nécessaire ; (2) il sera
provocateur, c’est-à-dire qu’il comportera un élément d’originalité, de surprise,
de jamais vu ; (3) il sera relié à un projet pédagogique, sinon l’étudiant
risquerait de le considérer comme une simple distraction ; (4) il comprendra des
éléments d’encadrement, théories ou autres composantes facilitant
l’apprentissage.
Voici quelque points d’ancrage pédagogiques:
+ interrogez au lieu d’affirmer ;
+ démarrez par une situation qui déstabilise: fait d’actualité, question choc,
image séduisante, complexe, surprenante;
+ placez des boutons d’action pour les faire participer (questions à choix de
réponses) ces questions pourraient être des images à identifier ;
+ faites une consolidation à la fin du diaporama (révision synthèse).
Plan B : prévoir une copie papier en tout temps!
AVANT LE COURS
>>>
+ Branchez et allumez les appareils avant l'arrivée des
étudiants afin de tout vérifier.
+ Ajuster l'angle du projecteur (si vous utilisez un rétroprojecteur) par rapport
à l'angle de l'écran pour avoir une image droite et non en parallélogramme.
L'angle de la table doit être le même que l'angle de l'écran.
+ Faites la mise au point au moyen de la manivelle placée près des lentilles ou
de la télécommande.
PREPAREZ LE MATERIEL >>>
(1) transparents dans l'ordre (ou feuillet des diapositives imprimées);
(2) crayons de couleur (si vous utiliser le transparent);
(3) objet à pointer (laser si vous avec l’ordi); il y a souvent un pointeur laser
sur les télécommandes;
(4) acétates vierges pour les imprévus (si vous utilisez le rétroprojecteur);
(5) papiers humides pour effacer pendant le cours (si vous utilisez le
rétroprojecteur).
DURANT LE COURS >>>
+ Évitez de vous retourner vers l'écran pour lire le texte : lisez sur la platine
du rétroprojecteur, demeurant ainsi face au groupe.
+ Évitez de cacher l'écran avec l'épaule.
+ Indiquez avec un objet pointu l'élément dont vous êtes en train de parler
afin de situer les étudiants et de conserver leur attention durant l’exposé.
42
+ Fermez l'appareil dès que vous ne référez plus à l'acétate afin de
reprendre le regard du groupe. Sinon, l'oeil reste accroché à l'écran
lumineux, même vide.
+ Vérification de votre matériel – (avant le cours!)
+ Peut-on le lire du fond de la classe ?
Vous êtes vous déplacé jusqu'au fond pour vérifier ?
+ Les diapositives sont-elles surchargées ? Mettre que les éléments
principaux ! La typographie est-elle lisible ?
+ Avez-vous prévu d'écrire avec une autre couleur pour capter l'attention ?
+ Ce document apporte-t-il quelque chose d'indispensable ?
Sujets appropriés au diaporama
© Monique Dugal, hiver 2005
Réfléchissons bien avant de nous engager dans une production parfois longue à
concevoir et à réaliser : ce médias a des particularités qui lui sont propres et il
pas une panacée ! D’autre médias, comme le tableau, la photocopie,
l’information sur le site web, le plan de cours, le manuel, le cahier de notes
peuvent parfois mieux convenir.
Quel genre d’enseignement convient au diaporama ou au simple schéma sur
acétate ?
D’abord il faut toujours penser que ce qui peut être dit ou écrit rapidement au
tableau, n’a pas peut-être pas besoin de faire l’objet d’une présentation.
Il faut que le contenu à enseigner présente un problème, une difficulté à
exposer ou à faire apprendre. Sans réel problème de communication
pédagogique, nul besoin de s’attaquer à une production impliquante au plan du
visuel, de l’interactivité et de toute la structure conceptuelle. Un diaporama
peut prendre quelques heures à monter.
Comment savoir si le diaporama est valable ?
Pouvez-vous vous en priver ? Le fait de ne pas l’avoir en classe est-il
dramatique ? Si les deux réponses sont négatives, il n’est pas indispensable et
fort probablement de peu de valeur, sauf pour votre satisfaction personnelle de
l’avoir réalisé.
Les étudiants ont enfin compris, ils ont posé des questions, ont répondu aux
questions posées, ont participé, ont demandé de repasser le diaporama, on
réclamé d’y avoir accès sur un site web ou autrement, ont apporté des
suggestions : voilà quelques indices de l’efficacité du média.
Vous a-t fait gagner du temps « en classe » ? Si oui, il est efficient et il valait
probablement la peine d’être créé !
Situations pédagogiques pouvant faire l’objet d’une création PowerPoint
1. Schématiser, exposer les paramètres d’une théorie.
2. Montrer l’invisible, l’infiniment petit, l’infiniment grand, le caché, le trop
rapide
3. Définir une notion de base.
Comparer : avant/après ; bon/mauvais ; avec/sans, des concepts, des
phénomènes, des idées, des théories, des époques.
4. Exposer une règle, contextualiser la règle, décrire les aspects d’une règle,
appliquer une règle à des cas.
5. Présenter : le plan, les mots clés d’un exposé, un organigramme,
l’évolution d’un processus, les étapes d’un cheminement, un questionnaire, des
réponses.
43
Ne jamais oublier !
1. Toujours faire face au groupe.
2. Synthèse, schéma, règle, processus…
3. Interactions avec le groupe :
a. Provoquer, interroger
b. donner des exemples.
c. Illustrer les personnages.
d. Consolider les acquis après un exposé.
Règles de création d’un diaporama
Le transparent étant de la graphique, chaque mot, chaque couleur, chaque forme
porte un sens et véhicule de l’information. Il faut donc le concevoir avec rigueur.
Ne pas abuser de ce média !!! Quelques minutes par cours seulement ! Il y a des
histoires d’horreur sur les profs « powerpoint ». On peut vivre sans !
Les pires transparents sont les photocopies: typographie trop petite et illisible,
contenu trop chargé.
Règle no 1 : titrage
Les titres sont dans la partie supérieure.
Les titres sont contrasté, en gras ou en majuscule au besoin.
Les titres sont sans empattement. Arial, Helvetica, Verdana.
Bonjour
Bonjour
BONJOUR
>> sans empattement, minuscule
>> avec empattement
>> sans empattement et en majuscule
Ne pas écrire de longs textes en majuscules ou en italiques, c’est très difficile à
lire. Le cerveau reconnaît la forme des lettres ce que l’italique et la majuscule
enlève.
Règle no 2 : polices
Pour un diaporama, utilisez une taille de 18 points minimum. Il faut pouvoir lire
l’original à 3 mètres. Préférablement : 36 points pour les grands groupes.
Règle no 3 : couleur
Définir une palette de couleur et la respecter dans tout le diaporama.
Chaque couleur est une variable : lui donner un sens.
Signifier l’important de manière non équivoque.
Règle no 4 : images
Conserver le même type d’image (même uniformité visuelle)
Tout élément visuel doit apparaître au moins 2 fois pour avoir un sens.
Règle no 5 : contenu
Le diaporama est monoconceptuel : une seule idée par diapositive.
6-8 mots / ligne. Etre logique dans la structure du tout.
Règle no 6 : clarté
Tout est identifié instantanément.
Attirer l’attention : couleur, graisses, animation.
Ne pas trop remplir ou remplir inutilement.
Règle no 7 : Ecrêter
Enlever une partie du message pour ne garder que les lignes de force.
Évitez de dire par le texte ce qui est véhiculé par l’image : redondance.
44
Ne pas tout dire : il s’agit d’un support de cours !
Règle no 8: inverser
Provoquer la surprise! Déstabiliser.
Inverser le message : celui-ci doit surprendre sinon, il n’y a pas d’information.
Présenter le tout avant la partie.
CHAPITRE 4 > TRAITEMENT D’IMAGE
Rhétorique de l’image
La rhétorique que l’on associe à l’éloquence, peut aussi convenir aux objets visuels.
Voici quelques figures; essayez de développer une image pédagogique
correspondante.
Anacoluthe : changement brusque, rupture dans l’image.
Calembour : jeu de mots, jeux de substitution d’images.
Comparaison : on place côte à côte deux objets que l’on veut associer.
Ellipse : on omet de montrer l’objet et le vide crée une expectative.
Il arrive… mais il n’y a encore rien. L’image u petit animal curieux peut annoncer
qu’il voit quelque chose sans le nommer. Enfin!
Euphémisme : l’objet est présenté de manière subtile, adoucie.
Le pub d’objets sanitaires.
Gradation : processus d’évolution d’un phénomène.
Hyperbole : grossir exagérément le sujet pour le magnifier.
Le petit bijou présenté en gros plan. L’image de l’hippopotame qui accompagne la
petite note importante…
Métaphore : comparaison sans référence : intégration de deux objets.
Métonymie : effet pour la cause; on bouscule la logique.
Opposition : les contenus présentent des antithèses, des comparaison; paradigme
des variétés, de l’utilisation. Exemples : ce qui est systémique par opposition à ce
qui est analytique; le romantisme et le classicisme.
Répétition : répétition de l’objet dans le but d’imposer sa présence.
La même affiche de spectacle placée en série sur des barricades .Le concept que
l’on veut faire apprendre qui revient, associé à des éléments de signification.
Exemple : on présente quelques exemples d’auteurs ou de tableau du romantisme
et on y répète le mot « romantisme à chaque image ».
Tautologie : on montre le sujet; dénotation sans connotation. Moi c’est moi. Par
exemple, la photo de Einstein, l’image de danger, monosémique et tautologique
car on ne fait que dénoter le danger par le texte et par l’image.
Sémiologie et rhétorique
Dans une image, il y a le dénoté (ce qui est apparent) et le connoté (le non dit), qui
comporte souvent un sens caché capable d’influencer notre inconscient.
Le signe dénote quelque chose s’il représente ou renvoie à généralement connu
Le signe connote quelque chose s’il permet d’associer un élément à du non
représenté.
45
En créant des productions multimédias, nous serons conscients et attentifs aux
choix des images, aux éléments typographiques et à tout autre traitement
iconique. L’impact d’une communication résulte de tous ces choix.
Que signifie l’image d’araignée?
Cette image au départ est polysémique (peut vouloir dire plusieurs choses); elle
dénote une araignée dans sa toile. Cette image peut servir de symbole si on
l’ancre à une idée. L’ancrage peut être linguistique ou visuel.
Analyse de l'image selon Péninou
Nous pouvons nous inspirer de cette grille pour créer les messages pédagogiques.
La perception et la rétention du message se déroulent en quatre phases4
1ère phase : attirer l'œil, c’est « l’information signifiée »
Aspect purement sensoriel de l’œil qui réagit à la couleur, au lettrage ou à la
composition. Cet effet ne dure que quelques centièmes de seconde, mais c’est la
porte d'entrée du message chez le spectateur.
Par quel élément visuel attire-t-on l’œil ? Un titre, avant d’être lu, est un objet
visuel.
La palette de couleurs, les contrastes sont autant d’élément qui peuvent attirer
l’attention.
2e phase : intéresser le récepteur c’est « l’information implicative »
Aspect qui retient les gens concernés par le message. Quels gestes, costumes,
attitudes, slogan, couleur les convie et les retient. L’analyse de l’apprenant permet
de repérer des points d’intérêts utiles ici.
Est-ce que le choix du sujet, du concept, du style narratif, de la technique de
représentation est susceptible de correspondre aux intérêts et aux valeurs du
public visé ?
Le visuel choisi est-il significatif pour vos étudiants?
3e phase : viser un objectif précis, c’est « l’information prédicative »
C'est l'aspect formel du message. Quel est ce message ? Pouvez-vous le résumer en
quelques mots? Quels en sont les mots clés?
Que dit précisément l'image, le site, le PowerPoint ?
Est-ce que le contenu est réellement présent?
4e phase : impressionner, c’est « l’information signifiante »
Cet aspect assure la pérennité du message. Qu’est-ce qui va persister dans la
mémoire de celui qui reçoit l’information?
Le style, la vraisemblance, l'originalité contribuent à la réussite du message. La
valeur esthétique est liée à la créativité du concepteur. Un test : si l’on retire
l’image, qu’en reste-t-il … ?
Le 2e niveau correspond au
punctum, à un niveau affectif.
Le message persiste-t-il ? Quel
est ce message ?
Grille inspirée d'un article de G. PENINOU (1970). "Physique et métaphysique de l'image publicitaire".
Communications #15. Seuil. Paris, pages 96-110.
4
46
Création d’images et d’interfaces
Real Draw est un logiciel créé par la compagnie MediaChance. Il permet de créer
des images en quelques clics simples. Pour les débutants, c’est un excellent
premier outil pour fabriquer vos propres images.
Voici à quoi ressemble l’interface principale :
En utilisant les outils dessins situés à gauche de l’écran, vous pouvez créer des
traits, des carrés ou des cercles et leur appliquer différents effets ou différentes
textures en choisissant les onglets situés en bas de l’interface.
L’outil texte
Utilisez l’outil texte pour inscrire les différentes rubriques de votre site web.
La boîte de texte vous permet
d’écrire le contenu, de modifier la
police de caractère et de lui
appliquer certaines propriétés :
taille, gras, italique, etc.
Vous pouvez double-cliquer sur le
texte afin de revoir la boîte de
texte (et modifier celui-ci).
Une fois sur la scène (carré blanc), le texte ou toute image créée avec RealDraw
peut être muni d’effets. Utilisez le panneau styles situé en bas de l’écran et testez
quelques effets sur votre texte.
Ces effets fonctionnent sur tous les types de documents (sauf les images
importées).
47
Application de styles
Le panneau situé en bas de l’écran permet de réaliser des boutons très facilement.
Couleurs, textures, transparences, Bevel (effet de bouton 3d), lumière… et même
des objets que vous pouvez utiliser (voir Objects).
Création d’un bouton
Utilisez le rectangle arrondi pour créer un bouton. Appliquez-lui une couleur ou une
texture.
Passez dans l’onglet « Bevel » afin de lui donner un relief.
Ajoutez un texte et voilà un très joli bouton réalisé en quelques clics.
Exportation des images
Si vous créez une image, vous voudrez surement l’exporter pour ensuite l’importer
dans vos présentations ou dans votre site internet. Deux formats de fichiers sont
importants : JPG et PNG Transparent. Le JPG est parfaitement adapté et compressé
pour le web. Il est recommandé dans la plupart des cas. Si vous avez besoin de
transparence, utilisez le format PNG Transparent. Le fond blanc disparaîtra.
Pour exporter une image, commencez par la recadrer en utiliser l’outil de rognage.
Par la suite, allez dans le menu fichier / bitmap export
Choisir JPG ou PNG Transparent
Ici le quadrillé indique la transparence
Cliquez Export
48
Création d’une interface web
Il peut être plus utile de créer une interface de façon
visuelle grâce à RealDraw. Voici quelques étapes.
Modifiez la taille du canevas pour 800 x 600 pixels
(project / size & color).
Dessinez une interface avec des couleurs qui vous intéressent. Jouez avec les
formes, le texte, le menu, etc. Conservez une partie blanche qui servira à accueillir
votre contenu textuel.
Pour les formes irrégulières,
utilisez l’outil flèche
blanche qui permet de
déplacer les pointes de vos
formes.
Une fois réalisée, votre
interface est prête à être
découpée et importé dans
un logiciel HTML tel que
dreamweaver.
Pour découper votre image, utilisez l’outil découpe.
Il faut découper l’interface
de façon à permettre au
logiciel HTML de créer un
tableau (lignes et colonnes).
Dans le meilleur des cas,
découper de façon à faire le
moins de partie possibles.
Remarquez les alignements.
Ne pas découper trop
distinctement en horizontal
et en vertical.
Cliquez sur Export et donnez un nom de fichier. Real Draw va créer une page html.
Il suffira de l’ouvrir dans Dreamweaver pour modifier le tout !
Voilà ! En espérant que vous
apprécierez ce petit logiciel
simple comme bonjour !
www.mediachance.com
49
CHAPITRE 5 > WEB
Étapes de production d’un site web
1ère phase:
PLANIFICATION
PREPARATION
Grille de Laswell
1)
Afin de savoir ce que l’on veut faire, dans quel but et pour qui on le fait.
Architecture du site : le plan.
2)
Type de site pour organiser les rubriques.
Inventaire des besoins
3)
Afin d’évaluer nos avoirs et nos manques. Liste de besoins en textes et en
images; liste de mots clé pour la recherche sur Internet.
2e phase:
4)
Échéancier
1)
Afin d’aller droit au but selon le temps disponible.
Cueillette des informations
Les textes, les images, les sons, les graphiques, les références, les sites.
Numérisation si nécessaire. Recherche Internet et commentaires sur le
champ.
DEVELOPPEMENT
2)
Création de contenu
Textes de présentation, questionnaires, informations pédagogiques, etc.
3)
Développement pédagogique
Création d’activités, projet, histoire de cas et autres travaux d’apprentissage
qui vont aider l’étudiant à acquérir des savoirs.
Bonne raison pour que l’étudiant fréquente le site!
4)
Création des questionnaires ou de fiches de révision
5)
Montage du site
Le plan. Pages vides d’abord, puis montage des contenus.
3e phase:
6)
Formatage du site :
palette de couleurs, fonds, bannière, boutons, menus.
1)
Vérification du tout en mode local :
•
MISE EN LIGNE ET
REFERENCEMENT
•
•
•
2)
les titres de fichiers (pas d’accent, pas de majuscules, pas d’espace) ;
l’emplacement des fichiers, des images (attention ici toutes doivent être
dans le dossier du site !!!) ;
les crédits, la page de l’auteur, l’orthographe, …
1ère mise à l’essai avec quelqu’un de l’extérieur. Accepter tous les
commentaires sans répliquer !
Transfert des fichiers
Mise en ligne du site. Vérification en ligne.
3)
2e Mise à l’essai > en ligne !
Accepter tous les commentaires sans répliquer !
4)
5)
Effectuer les corrections pertinentes.
Référencement
Effectuer le référencement du site sur des portails pertinents surtout bien
choisir les mots clé, bien inscrire ses métas dans l’en-tête de Dreamweaver.
50
Créer le plan de votre site
Avant même d’ouvrir Dreamweaver ou tout autre logiciel, vous devez savoir
exactement le but de votre site et les éléments qu’il devra contenir.
(1) Montez une grille de Laswell. Voir le canevas au début de ce cahier, page 16.
(2) Faites plan détaillé toutes les pages web nécessaires pour couvrir votre sujet. Placez
des flèches pour indiquer les liens entre les pages.
EX EMP LES D E P LANS DE SITE.
Ces plans sont réalisés avec le logiciel Inspiration que je vous
recommande fortement pour ses multiples applications
pédagogiques possibles : http://www.inspiration.com/
Voici un exemple de plan sans cadre.
Remarquez ici que la page d’accueil comprendra le menu et que ce menu devra se
retrouver sur toutes les pages, sous forme d’image ou de mots hyperliens.
Vous pouvez ajouter des pages comme un cv, un lexique ou multiplier les pages de
contenu.
ÉCRIRE POUR LE WEB
Notes de cours de Monique Dugal, mars 2004
Épuration des mots gentils : retirer du
texte écrit tous les n’est-ce pas, tous les
alors, toutes les charnières inutiles.
Décharner le texte, lui donner de la
raideur, de la vigueur, le faire rebondir,
polir les mots. Tendre la corde du texte à
s’en scier les doigts.
Yves Navare
Ce chapitre présente une synthèse inspirée des sites suivants, que nous vous
conseillons de visiter car ils présentent des exemples de sites pertinents.
Rédaction.be
Existe-t-il une écriture web ?
http://www.redaction.be/
51
PREZENZ
http://www.prezenz.com/f/index_f.html
Le célèbre ergonome du web, Jakob Nielsen a démontré qu’une page « scannable »,
concise, rédigée dans un style simple et direct augmente son impact de 159%. "Les
sites Web doivent apprendre à accueillir des visiteurs de plus en plus pressés",
dit-il. http://www.journaldunet.com/itws/it_nielsen.shtml
Faire en sorte que les personnes trouvent rapidement la page du contenu, et,
ensuite, qu’ils comprennent en un instant qu’ils sont effectivement trouvé
l’information recherchée.
Captiver l’attention dès le début car a priori les visiteurs ne font pas défiler une
page web.
9 astuces pour « Écrire Web »
1)
La majorité des visiteurs n'utilisent pas la fonction de défilement des pages
web.
2)
Faire ressortir les mots-clés de l'article (en gras, en couleur, avec des liens,
etc.).
3)
Rédiger de manière directe : l’étudiant cherche de l’information.
4)
Toujours un texte d'introduction qui permet d'identifier rapidement le
contenu de la page.
5)
Listes à puces ou numérotées.
6)
Écrire dans des tableaux (avec ou sans bordure).
7)
Paragraphes courts et titrés : une idée par paragraphe.
8)
Grosseur de caractère facile à lire.
9)
Harmoniser les couleurs et le style de toutes les pages du site
(polices, titres, logo)
Rendre son site vivant
1.
Actualiser l’information : dater dès la page d’accueil, faites des mises à jour
fréquente avec le l’information fraîche.
2.
Guider le visiteur : fréquence des visites sur les rubriques, micro textes
d’accueil, introduction, explications.
3.
Assurer l’interactivité : courriels auquel on répond… (14% seulement
répondent), forum à relancer à l’occasion, à nourrir, ajout de commentaires
des visiteurs, fréquence des visites.
Recourir à la technique de la pyramide inversée : commencer par la
conclusion et de faire suivre par les détails et les informations de fond.
L’introduction = la conclusion. On trouve dès le début les points
importants développés dans l’article.
Une écriture concise (efficace et efficiente)
1. 79% des utilisateurs scannent le texte et seulement 16% lisent mot par mot.
2. La lecture sur écran se fait 25% plus lentement.
3. Les titres et sous-titres sont 5X plus lus que les textes.
52
4. Le titre. est la première pièce d’information du site : il devrait donner l’idée
principale de la page. Le nom de la page doit être clair et significatif, car c’est
aussi un filtre d’introduction au site.
5. Toujours un texte d'introduction qui permet d'identifier rapidement le
contenu de la page. C’est une phrase descriptive qui décrit sommairement la
page afin d’éloigner les non intéressés et de rassurer les autres.
Plusieurs répertoires de recherche utilisent une phrase descriptive
accompagnant le l’adresse du site, cette phrase étant facile à copier-coller,
vous en avez un certain contrôle. Autrement, d’autres pourraient se charger de
décrire votre site avec moins de pertinence!
Cette phrase qui résume le site sera aussi la première phrase du paragraphe
qui résume.
6. Titres courts et descriptifs : ne les rédiger qu’à la fin. Ils seront précis, car ils
seront répertoriés par les moteurs de recherche.
7. Phrases courtes. Rédiger de manière directe : l’étudiant cherche de
l’information. Tournures simples : l’actif plutôt que le passif, le positif, le
concret (école plutôt que scolarité), le mot court (usage plutôt que utilisation)
8. Paragraphes titrés et courts (une idée par paragraphe). Les sous-titres divisent
les paragraphes, aident à la compréhension du contenu.
9. Éviter les abréviations ou les sigles ésotériques, on est sur Internet…
10. Longueur d’une page web : entre 500 et 4 000 caractères incluant les
espaces (dans Word, voir Outils/Statistiques).
11. Longueur d’une phrase : 15 à 20 mots selon Georges Henry, professeur à
l’Université de Liège. Ce nombre correspond à l’empan mnésique (capacité
moyenne de rétention immédiate des informations).
12. Ponctuer allègrement pour découper le texte et les longues phrases.
Pages contextualisées
Les internautes peuvent débarquer sur n’importe quelle page. Ce qui est
précieux, ce n’est plus tellement l’information elle-même, mais la manière
dont cette information est reliée, commentée, mise en scène, interprétée.
Contextualiser donne du sens à l’information.
1. Donner des repères car il y a des millions de sites web : la frontière entre le
promotionnel et l’éducatif est parfois difficile à discerner.
2. Placer une rubrique « À propos du site » : se présenter clairement, son nom,
se situer géographiquement, décrire ses compétences, sa motivation à créer
ce site; le but du site et à qui il est d’abord destiné sont des indications
intéressantes. Indiquer la date de création et la date de la dernière mise à
jour (actualiser votre site régulièrement).
3. Offrir un texte d’accueil.
4. Chaque page introduit son sujet et repose sur elle-même.
5. Mentionner ses sources.
6. Proposer des liens vers des articles complémentaires.
53
La mise en page est aussi importante que le contenu.
1. Éviter les fonds sombres et textes clairs
2. Laisser de l’espace à gauche et à droite du texte
3. Préférer des polices faciles à lire de type Arial ou Verdana, spécialement
conçue pour le web.
4. Recourir au gras pour les mots clés
5. Écrire dans des tableaux (avec ou sans bordure).
6. Toujours faciliter l’impression du texte (plusieurs aiment lire sur du
papier, prendre des notes)
7. Listes à puces ou numérotées.
Rubrique intéressante
8. Grosseur de caractère facile à lire.
9. Titres et intertitres (en jouant sur la différence de taille et ou de police).
10. Caractères gras ou italique, majuscules, lettrines (augmentent le taux de
lecture de 13%), blancs entre les paragraphes (augmentent le taux de lecture
de 12%).
11. Découper le texte en paragraphes en encarts couleur, un découpage signifiant!
12. Découper et regrouper en familles sémantiques.
13. Intégrer un visuel au texte (tout placer dans des tableaux).
54
LES HYPERLIENS
Placer des liens dans le texte. Les visiteurs font plus attention aux textes
intégrés qu’aux boutons animés de la marge.
1.
Proposer des liens vers des articles complémentaires. Quelques lecteurs
voudront en savoir plus. Ne pas inclure l’enrichissement sur la page principale
afin de ne pas les confondre. Placer l’enrichissement sur une autre page au
moyen d’hyperliens.
2.
Maximum 5 hyperliens intégrés au contenu.
3.
Éviter l’effet labyrinthe et les forêts de boutons pour de simples informations.
4.
Pas plus de 7 hyperliens par niveau (les études neurologiques disent qu’au
delà de 7 éléments la mémoire est incapable de traiter l’information).
5.
Éviter d’encourager la digression. (Créer plutôt des encarts pour des
informations supplémentaires et légèrement hors propos).
6.
Éviter un lien vers une information enfouie quelque part dans une page. Créer
des « ancres nommées »
7.
Placer l’hyperlien sur 3 à 5 mots maximum.
8.
Les mots de l’hyperlien doivent être très explicites et entourés d’une
description textuelle (décrivant l’intérêt du lien).
9.
Éviter les liens de type : « pages suivante » ou « cliquer ici » qui n’apportent
pas d’information pertinente.
10. Conserver les standards de couleurs des liens bleus et rouges pour éviter la
perte de temps des navigateurs.
11. Conserver le soulignement pour les liens, conseil des spécialistes en
ergonomie web, afin que les navigateurs les voient! Éviter le soulignement
pour des mots qui ne sont pas des hyperliens, recourir à d’autres procédés
typographiques.
12. Faire ouvrir les liens sur une fenêtre distincte pour retenir les visiteurs. (cible :
blank)
13. Faire les liens sur les textes plutôt que les images ou les deux à la fois.
L’image n’indique pas si le lien a été visité.
14. Types de liens : document original plus complet (pdf ou autre), biographie,
bases de données, articles supplémentaires, etc.
Visuel omniprésent ! Pensez multimédia !
1.
Intégrer le visuel au contenu : petites images.
2.
Sélectionner du visuel qui informe : trier ce qui est pertinent et efficace ou
décoratif. Rogner pour ne conserver que ce qui est efficace et les gros plans.
3.
Diminuer la taille de l’image, diminuer la résolution, diminuer le poids de
l’image pour accélérer l’affichage. Tous ne sont pas à haute vitesse.
4.
Recourir à Jpeg pour les photos et à Gif pour les boutons et les icônes.
5.
Compléter le texte de quelques images fixes (pas trop gourmandes) : pour
faire comprendre une informations, pour attirer l’attention, pour aider à la
rétention. Penser au temps de chargement.
6.
Intégrer du son : lectures de textes, extraits de musique, sons de la forêt, etc.
CREDIBILITE
N’oubliez pas que n’importe qui peut publier n’importe quoi!
1.
Soignez la page « À propos du site » dans laquelle vous donnez le contexte de
création, les logiciels utilisés, l’identité des responsables, etc. Pensez à
55
donner le but du site et vos motivations personnelles. Vos crédits. Votre
photo.
2.
En publicité on parle de l’importance de la marque ; en éducation, nous
pourrions parler de l’institution qui a produit le site ou pour laquelle le site
est créé.
3.
Actualiser le contenu, rafraîchir constamment la facture du site.
4.
Indiquer les sources des références.
5.
Penser aux éléments « meta » : URL du site significatif, titre de la page
(jamais plus de 100 caractères) qui ne s’appelle pas « untitled document », les
mots clés invisibles mais répertoriés par les moteurs de recherche.
6.
Que les mots clés se retrouvent dans le corps du texte.
7.
Faire de la promotion continue : donner son URL sur son cv sur sa carte
d’affaire, à des conférences, aux étudiants, à des forums, des groupes de
discussion, etc.
Conseils de couleurs !
Les informations qui suivent proviennent de ce site :
http://www.smartpixel.net/chromoweb/fr/exemples.html
Après avoir choisi vos accords de couleurs, il faut choisir une couleur dominante
(remplissage de grandes surfaces) et une couleur dite "tonique". (remplissage de
petites surfaces). La couleur tonique est la couleur de prédilection pour mettre
en évidence l'interactivité des interfaces et les zones d'infos importantes.
CONSEILS DE PRO :
•
Bannissez les gif animés qui n'apportent rien au contenu. Privilégiez les
animations pour afficher des messages forts ou susciter l'intérêt.
•
Le blanc, le gris et le noir peuvent être utilisés sans retenue, avec toutes
les couleurs de la roue chromatique. D'ailleurs, un site web contenant
beaucoup de texte doit privilégier l'affichage des textes sur fond clair et
blanc de préférence.
•
Si vous doutez de votre bon goût - ça peut arriver ;) - privilégiez
l'utilisation de camaïeux d'une même couleur (accord par analogie).
•
Bannissez les photos en fond d'écran.
•
N'utilisez de préférence que deux typo différentes, pas plus, dans votre
conception d'habillage, avec : une typo "utile" de type Helvetica, Arial,
Frutiger, Futura... + une typo de type décoratif. S'il vous semble impératif
d'en rajouter une troisième, choisissez "Utile" !
56
Dreamweaver 2
Notes de cours préparées par Suzanne Roy et Monique Dugal 2005
Note aux utilisateurs de Firefox / Mozilla !
Lors de l’installation de Dreamweaver sous Windows XP SP2, tout se passe bien,
mais il arrive que Dreamweaver ne s’ouvre pas ! Ça plante ! Il faut absolument
qu’Internet Explorer soit le navigateur par défaut pour que Dreamweaver
fonctionne !
Les étapes : dans Démarrer > paramètres > panneau de config > allez dans options
internet > onglet programmes
Cochez « au démarrage, vérifier si Internet Explorer est le navig. par défaut »
Ouvrir Internet Explorer (pas firefox)
Accepter qu’Internet Explorer soit votre navigateur par défaut. Voilà !
Site web
Avant même d’ouvrir Dreamweaver
1. Avez-vous en main votre plan complet?
Cela vous permet de voir combien de pages comporte votre site.
a. Le nom de chaque fichier est-il bien indiqué?
Un nom de fichier doit être significatif pour vous, mais sans accent,
sans espace, sans majuscule, court, 8 lettres seulement, et sans
caractère spécial.
Un nom de fichier est différent d’un nom de page. Nous le verrons
plus loin.
b. Les liens sont-ils bien indiqués sur le plan ?
2. Créez le dossier de votre site, par exemple «site web».
3. Optimisez toutes les images (et les sons s’il y a lieu) du site avec
Photofiltre ou un autre logiciel (taille, couleur, fonds, recadrage, poids).
4. Placez toutes les images5dans le dossier de votre site, photos, logos du site
préalablement allégés et retravaillés.
Revoyez dès maintenant les noms des fichiers… pas d’accent, pas d’espace,
pas de majuscule, pas de signes bizarres (apostrophes, cédilles, parenthèse
ou autre).
Optimiser vos images vos sons
Pour optimiser vos images, utilisez la fonction « fichier / Enregistrez sous » et
testez le format .gif ou .jpg (vérifiez la qualité et les options disponibles). Le
format jpg permet de compresser avec ou sans perte de qualité. Il suffit de faire
les tests et de voir si la qualité vous convient !
Pour optimiser le son, utilisez le format .mp3 ou – mieux – des fichiers .mid (midi).
Beaucoup de logiciels vous permettent la compression des fichiers .wav au format
.mp3 (Audacity le fait gratuitement !)
5
Toujours vérifier l’optimisation de vos fichiers (images, sons) afin que ceux qui sont en modem 56k
aient accès à vos fichiers rapidement. Une page trop lourde à charger découragera vos visiteurs ! Et si
vous avez la haute vitesse, ce n’est pas toujours le cas de vos visiteurs !!! Temps de patience de
l’interanaute : 5 secondes!
57
Ressources
Ressources pour Dreamweaver 2 : Débuter avec Dreamweaver 2
http://artsplastiques.ac-bordeaux.fr/logiciels_gratuits/dream2/tutoriel_dream2/aide_dream2.htm
Les sites déménagent, les ressources gratuites deviennent de plus en plus sous
l’emprise de publicités… Où trouver des ressources gratuites?
http://www.legratuit.com/
http://www.toutgratuit.com/
Où trouver de belles images pour vos projets ?
http://www.imagif.com/ http://sxc.hu
http://www.morguefile.com
http://www.grenadine.net/index.php?page=inc_index.php
http://www.graph-web.com/ … cherchez et trouvez !
Attention : certaines images ont des conditions d’utilisation !
Dès l’ouverture de Dreamweaver
1. Enregistrer votre première page web sous le nom : index.html
2. Enregistrez vos pages immédiatement : vous n’avez besoin que de votre
plan ! Vous pouvez n’écrire qu’un mot par page, le contenu pouvant venir
s’ajouter plus tard.
INTERFACE DU LOGICIEL.
Remarquez que l’inspecteur de propriété (en bas) est votre meilleur ami.
L’inspecteur de propriété est une barre d’outils : chaque fois que vous cliquez un
élément, l’inspecteur de propriétés vous offre les options disponibles pour modifier
votre objet (image, tableau, texte…) Ne cherchez pas pour rien !
Oh! Je ne vois pas mon meilleur ami!
Rien de plus simple : allez dans le
menu, fenêtre et appelez-le!
L’inspecteur a deux volets. Cliquez sur
la flèche blanche pour afficher ou
masquer le panneau du bas.
58
Que voulez-vous faire ?
Quoi ?
Comment ?
Insérer une image
Insertion > image
Modifier le fond de la page
Modifier la couleur de vos liens
Modifier le titre de votre page
Modifier > propriétés de la page
Créer un lien « interne » à
votre site.
Créer un lien sur une autre
page web
Créer un lien de courriel
Créer un jeu de cadre
Créer un lien dans une même
page (ancre)
Image ?
Inspecteur de propriétés > lien
(cliquez sur le dossier jaune et choisir
la page)
Inspecteur de propriétés > lien
(inscrire le lien http://)
Inspecteur de propriétés > lien
mailto:moncourriel@monserveur.com
Modifier > jeu de cadres
Insertion > ancre nommée
(lien = #nomdelancre)
Remarquez que les noms sont non
accentués et sans espace….
Créer une image survolée
(rollover)
Insertion > image retournée
Insérer un tableau
Insertion > tableau
Créer une zone cliquable
(image map)
Cliquez sur votre image;
ouvrez le 2e volet de l’inspecteur de
propriétés et cliquez sur CARTE.
Créer une ligne horizontale
Insertion > barre horizontale
Tester votre fichier dans un
navigateur
--
--
Touche F12 (du clavier)
Sur un MAC, programmez les
préférences pour activer cette
fonction (fichier > aperçu).
LES TABLEAUX
À quoi servent les tableaux ? Les tableaux sont utiles pour tout le site. En effet,
tout devrait être placé dans les tableaux : textes, images données, afin d’effectuer
une mise en page intéressantes.
Notez que chaque fois que vous cliquez sur un élément dans votre page (en
l’occurrence le tableau) le menu « propriétés » se modifie selon les paramètres qui
s’offrent à vous.
Ci-dessus dans l’image, vous pouvez modifier la police du texte qui se trouve dans
le tableau (voir partie du haut), mais également l’agencement des cellules : leur
59
taille, leur orientation, la couleur d’arrière plan, avec ou sans bordure, etc. (voir
partie du bas).
Pour agencer vos images et votre texte, il vaut mieux cadrer le tout dans un
tableau « sans bordure » sinon vous verrez que votre image sera toujours au
mauvais endroit selon le navigateur utilisé.
À la création du tableau, indiquez 0 dans bordure (pour ne pas qu’il y en ait).
Voyez votre meilleur ami pour trouver les bordures…
Notez également que vous pouvez séparer ou joindre des cellules de tableaux en
surlignant les cellules désirées et en cliquant sur le bouton des « propriétés »
suivantes :
Tableau servant à la mise en page du texte.
LES HYPERLIENS
Il y a 4 types d’hyperliens :
(1) le lien url vers un autre site web : ex : http://www.google.fr
(2) le lien vers une autre page de votre site : page2.htm
(3) le lien à l’intérieur d’une même page (ancre) : ex : #haut_page
(4) le lien courriel (mailto:votrenom@uqam.ca)
Lien vers un autre site web
Sélectionnez le mot qui deviendra un lien (souligné, sur lequel on clic pour activer
celui-ci). Trouvez la case lien dans l’inspecteur de propriétés. Entrez le site avec
son adresse complète : http ://www.google.fr
60
Lien vers une autre page de votre site
Un site web est transportable, c’est-à-dire que les liens ne sont pas absolus, mais
relatif entre eux. Une adresse absolue est une adresse complète et fixe :
http ://www.google.com par exemple.
Après avoir indiqué l’adresse web (http ://) en question, sélectionner la « cible »
du lien et indiquez « _blank » (qui signifie dans une nouvelle fenêtre).
Une adresse relative est l’emplacement d’un fichier par rapport à un autre. Si votre
page1.htm et votre page2.htm sont dans un même dossier et que la première page
veut un lien sur la seconde, le lien sera : page2.htm
Si votre page2.htm est dans un dossier « cours »
Le lien sera cours/page2.htm afin d’indiquer que le chemin à suivre pour trouver le
fichier, par rapport au fichier présent.
Pour revenir d’un niveau (c’est-à-dire que le fichier serait dans un dossier
précédent), il faut indiquer
../page2.htm
Nous verrons un moyen plus simple sous peu ! Ceci indique le « fonctionnement
logique du logiciel ».
Lien vers une ancre (endroit précis dans une page)
Très utilisé pour les « retour en haut de la page », l’ancre permet de resituer la
page à un endroit précis. Utile pour revenir en haut ou pour diriger directement
l’utilisateur vers une section précise d’un texte.
Il faut d’abord créer l’ancre à l’endroit souhaité. Ouvrir la barre d’objet (fenêtre >
insertion) et cliquez à l’endroit où l’ancre doit apparaître. Cliquez sur l’ancre.
On vous demander d’inscrire un nom. Nommez là « haut » (sans guillemets).
Sélectionnez ensuite un endroit pour y ajouter votre lien (le mot « retour en haut
de la page », par exemple) et, dans la case lien de l’inspecteur de propriétés,
écrivez #ici.
Le caractère # qui signifie que le lien est à un endroit précis dans cette page. Vous
pouvez faire des combinaisons page et ancre : ex : page2.htm#endroit pour envoyer
quelqu’un à un endroit précis d’une autre page.
Lien courriel
Un lien courriel ouvrira votre logiciel de messagerie préféré (par défaut) afin de
permettre à vos utilisateurs de vous envoyer un petit courriel.
Dans la case lien, il suffit d’indiquer mailto:votre@adresse.com sans espace !
61
PROPRIETES DE LA PAGE
Vous êtes presque prêt à réaliser votre première page web, mais il manque un
élément de taille ! Les propriétés de la page ! Pour ce faire, aller dans le menu
modifier > propriétés de la page (ou bouton droit dans la fenêtre de Dreamweaver >
propriétés de la page).
À quoi servent ces propriétés ?
À intituler votre page (nom qui s’affichera dans le haut de votre navigateur), à
donner une couleur ou une image comme fond d’écran (image qui est dans le bon
répertoire !!!), vous pouvez indiquer la couleur de vos liens, de votre texte, des
liens qui ont été visités et qui sont actifs, etc. Ces propriétés sont une étape
importante (au moins, nommez votre page !!!)
Voilà, avec ces quelques notions, vous pourrez confectionner vos premières pages
web.
Un exercice pour vérifier vos connaissances : créez une page insérez des images et
des liens, créez diverses pages qui pointent entres elles et vous comprendrez
rapidement comment le tout fonctionne…
QUELQUES FONCTIONS AVANCEES
Ajout d’une image survolée
Une image survolée, aussi nommée « rollover » est une
image qui se transforme au passage de la souris. Cela est
fréquemment utilisé et est simple à réaliser (en autant
que vous ayez vos images prêtes à l’utilisation).
Assurez-vous toujours d’avoir les deux images en
question dans votre répertoire. Imaginons que l’image
1a.jpg, au passage de la souris, se transformerait pour
montrer l’image 1b.jpg (celles-ci étant toutes deux dans
le bon dossier).
Pour réaliser ceci, allez dans le menu insertion > image
interactive > image survolée. Une fenêtre s’ouvre alors
et vous demande le nom des deux fichiers (1a.jpg et 1b.jpg) ainsi que le lien de la
page qui s’ouvrira au clic de la souris. Pas plus compliqué !
Truc ! Insérez une image fixe et la même image animée en « rollover » pour un
effet assuré ! Utilisez un logiciel d’image pour modifier légèrement votre image
pour en faire 2 versions similaires (ex : le filtre
dans xnview) !
62
Une image vaut mille mots !
Si vous préférez un menu en image, sachez que vous pouvez insérer plusieurs
liens sur une seule image ! De quoi rendre vos menus plus attrayants !
À l’aide d’un logiciel de dessin (photofiltre par exemple), créez votre menu !
Insérez votre menu dans Dreamweaver (en l’ayant – bien sûr –
préalablement déplacé dans votre dossier !)
Votre inspecteur de propriétés, panneau du bas, vous offre
des options pour « dessiner » sur votre dessin. Cliquez sur
« carte » pour activer le module.
En réalité, vous créez des zones réactives, chacun pouvant contenir un lien
différent ! Réalisez vos liens de cette façon ! Nommez votre carte (en haut) et le
tour est joué !
Les cadres
Attention : les cadres ne sont pas recommandés par les normes du web, mais ils
peuvent dépanner largement lorsque vient le moment de mettre ses pages à jour.
Voici donc la méthode simplifiée pour faire des cadres.
À quoi servent les cadres (aussi nommés frames) ? Si vous avez un menu ou un titre
et vous désirez que celui-ci s’affiche constamment, vous pouvez utiliser les cadres.
Un cadre est une page qui permet d’afficher plusieurs pages html sur une
seule !
63
Exemple :
Voici un exemple qui contient 4 pages web. Pourquoi 4 ?
D’abord, il y a trois cadres différents (1, 2 et 3.html). Il
faut toutefois faire appel à une page qui les affichera les 3
(soit une quatrième page contenant tous les cadres !)
Vous pouvez faire des
variantes et diviser votre
page en plusieurs parties
horizontales et
verticales.
Avec Dreamweaver, il est simple de faire des cadres si l’on comprend la logique de
la page « maître » qui montre les autres pages.
Ouvrez le logiciel et – sans enregistrer quoi que ce soit – rendez-vous dans le menu
modifier > jeu de cadres > et fractionner vos cadres dans le sens qui vous intéresse.
Déplacez ensuite la barre grise de façon à rendre votre cadre à la taille souhaitée.
Pour vous aider à comprendre,
ouvrez le panneau dans fenêtres >
cadres. Vous aurez une mini version
de
vos cadres.
Remarquez que vos cadres sont (sans titre).
Ceci est problématique car si nous partons du
principe que le menu sera d’un côté et que vos
pages de contenu apparaitront de l’autre, il faudra
dire à nos liens OÙ la page devra s’ouvrir.
Autrement, le lien s’ouvrira dans la même page
que le menu.
Il faut donc nommer nos cadres. Cliquez, dans la mini version des cadres, sur
chacun de vos cadres et – dans l’inspecteur de propriétés, indiquez le nom de
chacun dans le carré blanc.
La version mini fera apparaître vos noms de cadre. C’est le temps d’enregistrer.
Suivez ces étapes simples : cliquez dans un cadre et enregistrez-le
(cadregauche.htm), faites la même opération pour le seconde calque
(cadredroite.htm). Pour la page maître (qui contient tous les cadres), allez dans
fichier > enregistrer tout et son enregistrement vous sera proposé. Nommez-là
clairement : « touslescadres.htm » ainsi, vous ne l’effacerez pas par mégarde !
Truc ! Chacune de vos pages se modifient séparément. Le jeu de cadres n’est qu’un
moyen de présentation qui permet d’avoir un menu présent constamment.
64
Attention ! Si vous faites le jeu de cadres plus qu’une fois, c’est louche ! On ne fait
le cadre qu’une seule fois et les pages doivent s’y insérer !
Une fois que les cadres sont nommés et enregistrés,
c’est simple ! Inscrire des liens dans la partie du
menu, faites vos liens et assurez-vous d’indiquer
l’endroit où ce lien doit s’ouvrir (voir la cible à côté
du lien). Par hasard, vos cadres s’y afficheront !
Définir son site
Lors de l’ouverture de Dreamweaver, le meilleur truc consiste à indiquer le dossier
de travail qui contient vos fichiers html. Grâce à cette indication, Dreamweaver
saura où copier vos images (advenant un oubli de l’y déplacer avant de l’intégrer à
votre site web).
Rendez-vous dans fenêtre > fichier site (F5), puis – dans la nouvelle fenêtre – dans
le menu site > nouveau site. Notez qu’à l’UQÀM, il faut recommencer cette étape
à toutes les fois. À la maison, l’information sera conservée.
Il faut ensuite indiquer à Dreamweaver où se trouver votre dossier qui contient vos
pages web (dossier « siteweb »).
Lorsque le dossier est indiqué, cliquez sur
et Dreamweaver vous demandera de créer
cache (mise en mémoire) du site. Cliquez
« créez » et ça y est ! Puis sur le bouton
« Terminer ».
Votre site apparaît dans l’une des fenêtres
dreamweaver :
65
OK
la
sur
de
Cette étape est obligatoire pour créer un modèle avec dreamweaver, mais cela
permet également de faire vérifier vos liens sans avoir à publier d’abord !
Pour vérifier vos liens, cliquez avec le bouton droit de la souris dans la fenêtre qui
contient vos fichiers, choisir vérifier liens > site entier.
Un autre avantage de définir son site est de pouvoir créer des liens directs avec
l’outil « mire » de Dreamweaver.
Au lieu d’inscrire le nom de la page en lien, il suffit de prendre la mire et de la
glisser-déposer sur la page en question. Le lien se fera automatiquement !
66
Les modèles
Attention : Les modèles nécessitent que le site soit défini avant d’être utilisés. Si
ce n’est pas le cas, voir « définir le site » dans la rubrique précédente.
Les modèles permettent de créer une page avec son interface, sa couleur de fond,
de liens, etc. puis de l’appliquer à toutes les autres pages. En réalité, une page
sera maître du formatage de votre site. Au besoin, lorsque vous modifiez cette
page, toutes les autres se changeront automatiquement !
Ouvrir une nouvelle page mais ne l’enregistrez pas encore ! Ajoutez-y tous les
éléments graphiques souhaités : couleur d’arrière-plan, titre de votre page, couleur
des liens, bannière et logo au besoin. Une fois l’interface « montée » dans
Dreamweaver, allez dans fichier > enregistrer comme modèle.
Visuellement, Dreamweaver vous montre qu’il s’agit d’un modèle :
Puisqu’il s’agit d’un modèle. Nous voulons que cette page « modèle » gère le
formatage de toutes nos pages. Ainsi, les autres pages ne vous donneront pas accès
au formatage ! Il faudra obligatoirement revenir à cette page « maître » pour
modifier votre interface.
Dreamweaver sait que vos pages seront « gérées » par le modèle. Cependant, vous
devez avoir accès à certaines zones de la page, ne serait-ce que pour y mettre du
contenu ! Ces zones se nomment des « régions modifiables ». Vous devez, une fois
votre modèle enregistré, décider l’endroit où ces régions seront accessibles (dans
une cellule de tableau par exemple).
Une fois à l’endroit planifiée pour le contenu, rendez-vous dans le menu modifier >
modèle > région modifiable. Nommez cette région avec un nom pertinent (surtout
si vous en avez plusieurs !)
Lorsque vous avez une région modifiable, insérez un mot ou deux avec la police de
votre choix ainsi que deux ou trois « enter ». Il sera plus facile d’insérer du contenu
dans vos régions par la suite en conservant votre style préféré.
La région modifiable se repère par sa couleur bleutée :
Enregistez votre modèle et fermez la page. Restez dans dreamweaver ! Il vous
demande s’il doit mettre les fichiers à jour (ceux qui utilisent le modèle). Cliquez
sur oui, mais cela importe peu pour le moment, aucun fichier n’est lié au modèle.
67
Créez une nouvelle page en utilisant votre nouveau modèle. Fichier > nouveau à
partir d’un modèle. Choisir votre modèle en cliquant sur le nom que vous lui avez
donné.
Une page html où tout est innaccessible sauf votre région modifiable apparaîtra !
Vous n’aurez accès qu’à la zone modifiable. Profitez-en pour copier et coller vos
contenus ! Les parties non accessibles sont indiquées en jaune dans Dreamweaver !
Enregistrer la page lorsque terminée !
Recommencer l’opération pour créer plusieurs pages à partir de votre modèle. Vous
pourriez également ajouter votre menu au modèle (et ainsi éviter les « frames »).
Au besoin, modifier votre modèle et appliquer le changement à toutes vos pages.
Rien n’est plus simple ! Au besoin, passez par modifier > modèle > mettre à jour les
pages pour vous assurer que toutes vos pages sont bien modifiées.
Vous avez une page en dehors de votre modèle, mais vous aimeriez bien que votre
modèle y soit appliqué ? Ouvrez la page et utiliser la commande : modifier >
modèle > appliquer le modèle à la page.
Attention : vous devez définir votre site chaque fois que vous fermez dreamweaver
afin que le logiciel se souvienne de l’emplacement de vos pages. La création de
modèle crée un dossier nommé « template » dans lequel votre modèle s’enregistre.
Ne touchez pas à ce dossier ! Seul dreamweaver sait l’utiliser adéquatement !
Faites comme s’il n’existait pas ! Et conservez-le précieusement !
Amusez-vous bien !
Les styles
Les styles permettent à Dreamweaver de paufiner la finition de votre site. Vous
pouvez inclure ces styles à l’intérieur de votre modèle ou – tout simplement – dans
une feuille à part (nommée style.css) que vous joindrez à tous vos documents ou à
votre modèle.
Ces styles sont surtout appliqués à votre texte (comme dans Word par exemple) et
permettent d’avoir vos titres, vos corps de texte, etc. Vous pouvez également
définir des encadrés ou justifier votre texte grâce aux styles !
68
Ouvrez le panneau « styles » via fenêtre > styles.
Cliquez sur « Éditer »
Pour le moment, vous n’avez aucun style. Cliquez sur nouveau !
Pour le moment, laissez l’option sur « créer un style personnalisé » et donnez-lui un
nom cohérent : titre 1, titre 2, texte, etc.
69
Dans la fenêtre suivante, indiquez la police de caractère, sa taille, sa couleur et ses
propriétés supplémentaires. Une fois ceci effectué, vous aurez accès à votre style
partout dans votre page (ou dans votre modèle, donc dans toutes vos pages).
Par la suite, il suffit de sélectionner votre texte et – grâce au panneau « styles »,
de lui appliquer le style souhaité !
Mais revenons à créer un nouveau style ! Cette fois, choisissons « utilier le
sélecteur CSS ».
Lorsque l’option « utilisez le sélection CSS » est activé, le menu déroulant vous
permet de choisir entre a :active (lien actif, soit cliqué) a :hover (rollover) a :link
(lien) a :visited (lien visité).
Ceci permet de créer des « rollover » textuels ! Essayez pour voir (ceci ne
fonctionne qu’en mode visualisation ! f12)
70
Les « à-côtés »
Un compteur de visite
Pour savoir combien de visiteurs sont venus visiter votre site, rien de plus simple !
Rendez-vous et activez un compte gratuit sur www.imingo.net ou
www.compteur.com et copiez-y le code qu’il vous offre !
Attention le code doit être copié en mode HTML dans Dreamweaver !
1. Positionnez votre curseur à l’endroit où votre nombre de visiteurs doit
s’afficher ;
2. Basculez en mode HTML (fenêtre > html ou F10) ;
3. Le curseur s’affiche au même endroit dans la fenêtre HTML ;
4. Dans la fenêtre HTML, recliquez à l’endroit du curseur et collez-y le texte.
5. Testez avec F12.
Des statistiques
Vous pouvez savoir encore davantage sur vos visiteurs grâce à des outils de
statistiques ! Utilisez nedstat basic > désormais webstats4U (gratuit) pour y copiercoller un code qui vous emmenera voir non seulement le nombre de visiteurs, mais
leur type d’ordinateur, leur résolution d’écran, leur navigateur et les pages de
votre site les plus visitées !
http://www.webstats4u.com/
Vérification du site web
Le contenu : les informations sont-elles rigoureuses, riches, modelées pour vos
étudiants? ?
Les aspects pédagogiques : le site comporte-il au moins une activité structurante pour
l’étudiant? Avez-vous fourni des aides à l’apprentissage (exemples, questionnaires,
71
schémas, liste d’idées, références commentées, procédures, règles de présentation,
etc.)?
Ergonomie : le site est-il convivial, facile à naviguer, simple, accueillant, avec tous les
liens nécessaires et efficaces? Tous les liens fonctionnent-ils? Peut-on atteindre
l’information désirée en moins de 3 clics?
1. Noms des fichiers (pas
d’accent…)
2. Noms des pages.
3. Nom du site dans la barre des
titres (pas de document sans titre).
4. Date de création du site.
5. Date de mise à jour du site.
6. Noms des auteurs.
7. Courriel pour vous joindre.
8. Page à propos contenant vos
compétences, vos motivations, le
but du site, le public visé, le lien
UQAM, le nom du professeur et
celui de l’auxiliaire.
9. Si vous avez des cadres : nom du
site apparaissant dans le menu.
Préférablement traité comme un
titre (majuscule et de type logo).
10. Si vous n’avez pas de cadre : nom
du site sur chaque page.
11. Petit résumé (très court, une
ligne) de chaque page apparaissant
au début de chaque page afin que
l’on ait pas à tout lire pour savoir
de quoi il s’agit.
12. Vos sources sont-elles indiquées si
vous avez scanné des images ou
fait du copié collé ?
13. Votre page de liens comporte les
noms de sites, une description, un
commentaire pédagogique et
l’adresse au complet.
14. On n’a pas besoin de dérouler
pour voir le menu, ni la page
index, ni la page bienvenue.
15. Aucun souligné qui ne soit pas un
lien.
72
Publier son site avec FileZilla !
Que ce soit avec Nobel (UQÀM) ou tout autre hébergeur (payant ou gratuit), les
informations suivantes sont nécessaires pour publier votre site internet :
Identifiant :
Mot de passe :
Serveur :
Adresse web :
_____________________________________
_____________________________________
_____________________________________
_____________________________________
Conservez ces informations en lieu sûr !
Une fois prêt à publier, rendez-vous dans FileZilla ! La fenêtre de base ressemble à
ceci :
Le côté gauche est votre disque local
(disque dur). A droite, lorsque vous vous
connectez, vous verrez votre serveur (en
ligne). Le but est d’envoyer votre dossier
(en fait, les fichiers dans votre dossier)
sur le serveur.
Pour vous connecter, il suffit d’indiquer
les informations exigées par le logiciel :
Adresse : nobel.si.uqam.ca
Utilisateur (ou identifiant) : votre code ex : k12345
Mot de passe : ressemble souvent au sigle du cours…
Port : ne rien mettre, mais sinon, c’est 21 !
Cliquez sur « connexion rapide ».
Si les informations ci-dessus sont exactes,
voici ce que vous verrez dans la fenêtre de
droite :
Vous devez vous rendre dans le dossier
.publication (double-cliquez sur celui-ci
pour y entrer).
Dans la fenêtre de gauche, vous devez
afficher l’intérieur de votre dossier
web.
73
En haut, retrouvez et cliquez sur votre
dossier web.
En bas, s’affiche l’intérieur de votre
dossier web (vos fichiers : dossiers,
images et fichiers html)
Sélectionnez l’ensemble des fichiers /
dossiers dans la fenêtre du bas (ctrl-A)
et glissez-déposez dans la fenêtre de
droite.
Pour activer le transfert, cliquez sur le
bouton « traiter la file d’attente ».
Une fois le transfert terminé, il suffit de visionner votre page en ligne ! Et voilà !
74
CHAPITRE 6 > ALLER PLUS LOIN…
Rédiger des questions à choix multiple
Avec HotPotatoes, JBC vous permet de créer ce genre de test et de le publier sur
Internet.
Avant la rédaction 6
Préciser quels sont les objectifs...
Donner la durée de l'examen.
Rédaction des questions
1. Tous les leurres sont faux mais plausibles.
2. Chaque question équivaut à un seul problème à résoudre.
3. Le langage est le plus simple et le plus clair possible.
4. Tous les mots sont essentiels à la compréhension.
5. Il n'y a pas de question d'appréciation.
6. La forme est positive et non pas interrogative.
7. La bonne réponse est la seule bonne, et elle varie de place.
8. Les choix sont homogènes dans le contenu, la forme, la structure.
9. Les choix ne doivent pas être synonymes.
10. Éviter de répéter le même mot dans les choix.
11. Éviter "toutes ces réponses" ou "aucune de ces réponses".
Après la rédaction
Écrire les directives générales.
Regrouper les questions par type.
Faire la feuille de réponse et construire la clé. Avec HotPotatoes (JBC) vous pouvez
commenter les réponses erronées pour aider l’étudiant.
Faire vérifier tout le questionnaire par un collègue!!!
6Texte tiré de Bernard, H., F. Fontaine (1982), Les questions à choix multiples, guide pratique pour la
rédaction, l'analyse et la correction.
75
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising